Citation
Langue et Langage Litteraires Chez Ken Bugul – Techniques Et Effets de Glissement Dans L’Ecriture du Roman

Material Information

Title:
Langue et Langage Litteraires Chez Ken Bugul – Techniques Et Effets de Glissement Dans L’Ecriture du Roman
Creator:
Ahihou, Tohouegnon Christian
Place of Publication:
[Gainesville, Fla.]
Publisher:
University of Florida
Publication Date:
Language:
english
Physical Description:
1 online resource (370 p.)

Thesis/Dissertation Information

Degree:
Doctorate ( Ph.D.)
Degree Grantor:
University of Florida
Degree Disciplines:
Romance Languages
Language, Literature and Culture
Committee Chair:
Murphy, Carol J
Committee Members:
Calin, William C
Sow, Alioune
Mclaughlin, Fiona
Graduation Date:
5/5/2012

Subjects

Subjects / Keywords:
bugul -- glissement -- ken -- langage
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
Speech acts ( jstor )
Sables ( jstor )
Mimesis ( jstor )
Genre:
Electronic Thesis or Dissertation
bibliography ( marcgt )
theses ( marcgt )
Romance Languages thesis, Ph.D.

Notes

Abstract:
Ken Bugul is the author of eight novels published to date. Her ninth novel is in press and will be titled: Cacophonie. She is one of the most important figures of African literature of French expression, but also one of the most controversial. Because of some experiences shared by the narrative voices of her novels, her writing language is not a language of communication. It is a literary language made of maternement and mutilation. There are pell-mell the babble of the child who learns to speak, the silence of being deprived of speech and the delusion of melancholy. These features of the Bugulian language drive from the various fictional practices of the author a poetical language sitting on a certain musicality that emanates from the literary text. They are also the basis of different forms of repetition and questioning aspects of the language that carries them. As for the aesthetic that comes from combining the practices of language in the Bugulian novels, it is made of a hybrid of genres in which orality and writing intersect in a perpetual sliding movement: in each of her books, there is a multitude of arts classes in whose creation one is called to participate as a reader/player. In my dissertation, I showed how the literary language that support this kind of heterogeneity of genres in Ken Bugul’s novels offer a field of friction and dislocation of ordinary language. In fact, language in Ken Bugul’s novels is a poetic language based on: mathesis, mimesis and semiosis, the three elements needed to create art as taught by Roland Barthes in the lecture he gave at the inauguration of the department of Semiotics (“Chaire de sémiologie littéraire”) at the College de France on January 7th 1977. Therefore I deduce from the foregoing that the writing of novel according to the Ken Bugul’s style is a work slip. Every step in the process is in a floating state and nothing is built around a fixed axis generator of forms or substance. This allowed me in the conclusion to ask the question of modernity in the Bugulian writing. ( en )
General Note:
In the series University of Florida Digital Collections.
General Note:
Includes vita.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
General Note:
Description based on online resource; title from PDF title page.
General Note:
This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Thesis:
Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2012.
General Note:
Adviser: Murphy, Carol J.
General Note:
RESTRICTED UNTIL 2018-05-31
Statement of Responsibility:
by Tohouegnon Christian Ahihou.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright by Tohouegnon Christian Ahihou. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Embargo Date:
5/31/2020
Resource Identifier:
664555284 ( OCLC )
Classification:
LD1780 2012 ( lcc )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 LANGUE ET LANGAGE LITTERAIRES CHEZ KEN BUGUL TECHNIQUES ET By TOHOUEGNON CHRISTIAN AHIHOU A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2012

PAGE 2

2 2012 Tohou gnon Christian Ahihou

PAGE 3

3 To my Wife, Carolle Yhounou

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I thank the French graduate c ommittee of the Department of Languages, Literatures, and Cultures (University of Florida) for the Else Duelund scholarship that I received during the summer 2009 allowing me to travel to Porto Novo (Benin) and to I thank my dissertation d irecto r and also chair of my dissertation c ommittee, Dr. Carol J. Murphy, for her continuous invaluable guidance and encouragement. In addition, I thank the o ther professors, members of my dissertation c ommittee: Dr. Ali oune Sow, Dr. William Calin, and Dr. Fiona McLaughlin, for their careful readings, extremely helpful comments and ongoing support. Furthermore, I thank all my instructors from elementary school to now. Last but not least, I thank my parents, Pierrette and Julien, for having built up the educated man that I have become.

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ .. 4 LIST OF TABLES ................................ ................................ ................................ ............ 8 LIST OF OBJECTS ................................ ................................ ................................ ......... 9 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ................... 10 CHAPTER 1 AVANT PROPOS ................................ ................................ ................................ ... 12 2 INTRODUCTION GENERALE ................................ ................................ ................ 32 2.1 Ken Bugul : La Romancire ................................ ................................ ........... 32 2.2 Le Roman Bugulien la Loupe de la Critique : Etat Prsent de la Critique ... 33 2.2.1 Une Critique trop Slective ................................ ................................ .. 34 2.2.2 La Critique face aux Reprsentations des Questions Sociopolitiques Abordes dans le Roman Bugulien ............................ 37 2.2.2.1 La reprsentation des questions de la condition fminine et du retour aux sources dans le roman bugulien ....................... 37 2.2.2.2 La reprsentation des questions politiques dans le roman bugulien ................................ ................................ .................. 45 2.2.3 La Critique Littraire face au Style Bugulien ................................ ........ 47 2.2.3.1 La question de la langue dans le roman bugulien .................. 47 2.2.3.2 dans le roman bugulien ................................ ................................ .................. 49 2.3 : une Mthodologie de Lecture du Roman Bugulien ................................ ................................ ................................ ......... 55 3 APPROCHES DEFINITIONNELLES DU CONCEPT DE GLISSEMENT EN LITTERATURE ................................ ................................ ................................ ....... 58 3.1 Origines du Concept ................................ ................................ ....................... 58 3.1.1 Les Fragments chez Barthes ................................ ............................... 58 3.1.2 ................................ ................................ ....... 61 3.1.3 Glissement ................................ ................... 66 3.1.4 Le Glissando Musical ................................ ................................ .......... 68 3. 2 Diffrentes Applications de la Technique de Glissement Chez Ken Bugul ..... 72 3.2.1 ................................ .................. 72 3.2.2 Bugulien ................................ ................................ .............................. 75 3.2.3 ............................... 77 3.2.4 Etats de Langue et de Langage dans le Roman Bugulien ................... 79

PAGE 6

6 4 LA LANGUE BUGULIENNE THEORIE DE ................................ ................................ .............. 85 4.1 Notions Prliminaires de Langue et de Langage ................................ ............ 85 4.2 Les Expriences de Ken Bugul avec les Langues : Des Echecs ............................. 93 4.2.1 La Perte de la Mre ................................ ................................ ............. 93 4.2.1.1 La langue motion ................................ ................................ 103 4. 2.1.2 La langue silence ................................ ................................ .. 107 4.2.2 Ken Bugul et les Restrictions du Wolof ................................ .............. 121 4.2.3 ................................ ......................... 138 4.3 Les Caractristiques de la Langue Bugulienne : Prvalence du Smiotique sur le Symbolique ................................ ................................ ........................ 154 4.3.1 La Langue Bugulienne : une Langue de Maternement et de Mutilation ................................ ................................ ........................... 156 4.3.2 La Langue Bugulienne : une Langue Toujours en Construction ........ 168 5 LE LANGAGE BUGULIEN PRATIQUES DE LA LANGUE BUGULIENNE DANS LE ROMAN ................................ ................................ ................................ 177 5.1 Prliminaires ................................ ................................ ................................ 177 5.2 La Poticit du Langage Romanesque chez Ken Bugul .............................. 181 5.2.1 La Musicalit du Langage Bugulien ................................ ................... 184 5.2.2 La Rpt ition dans le Langage Bugulien ................................ ........... 203 5.2.2.1 Rptition des mots et phrases dans le langage bugulien .... 204 5.2.2.2 .. 206 5.2.2.3 Fonctions des r ptitions dans le langage romanesque de Ken Bugul ................................ ................................ ............. 209 5.2.2.4 Effets acoustiques des rptitions dans le langage bugulien 209 5.2.2.5 dans le langage bugulien ................................ ...................... 211 5.2.2.6 Effets de miroitement dus la rptition dans le langage bugulien ................................ ................................ ................ 216 5.2.3 ................... 222 5.2.3.1 .................. 222 5.2.3.2 ............... 228 5.3 Hybridit des Genres dans le Rom an Bugulien ................................ ............ 232 6 BUGULIENS ................................ ................................ ................................ ......... 2 58 6.1 Caractristiques de la Folie Dans la Langue et le Langage Buguliens ........ 261 6.1.1 Consistance de la Langue et du Langage Buguliens ......................... 262 6.1.2 Une Langue Littraire et un Langage Romanesque hors norme : le Risque de la Draison Sociale dans la Narration Bugulienne ........... 275 6.2 Fonctions du Thme de la Folie dans la Langue et le Langage Buguliens .. 293 6.2.1 Langue et Langage de la Folie ures 295

PAGE 7

7 6.2.2 Langue et Langage de la Folie Buguliens : Instruments ................................ ................................ ................... 313 7 CONCLUSION GENERALE MODERNE ................................ ................................ ................................ ........... 320 7.1 En Conclusion ................................ ................................ .............................. 320 7.2 Ken Bugul : Une Romancire Moderne ................................ ........................ 331 APPENDIX A ENTRETIEN AVEC KEN BUGUL : INTERVIEW REALISEE PAR MOI MEME LE 11 AOUT 2009 EN PREPARATION A LA PRESENTE THESE DE DOCTORAT ................................ ................................ ................................ .......... 337 A.1 Le Langage Bugulien. ................................ ................................ .................. 337 A.2 La Langue Engage. ................................ ................................ .................... 345 B WHAT IS A TONGUE? WHAT IS MOTHER TONGUE? WHAT ARE OTHER TONGUES? C OMMUNICATION DE KEN BUGUL A LA CONFERENCE DE .............................. 354 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ............................. 364 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ .......................... 370

PAGE 8

8 LIS T OF TABLES Table page 4 1 Langue et parole ................................ ................................ ............................... 100

PAGE 9

9 LIST OF OBJECTS Object page A 1 Entretien Avec Ken Bugul.mp3 (49.8MB) ................................ ......................... 337

PAGE 10

10 Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy LANGUE ET LANGAGE LITTERAIRES CHEZ KEN BUGUL TECHNIQUES ET By Tohou gnon Christian Ahihou May 2012 Chair: Carol Murphy Major: Romance Languages Ken Bugul is the author of eight novels publi shed to date. Her ninth novel is in press and will be titled: C acophonie She is one of the most important figures of African literature of French expression, but also one of the most controversial. Because of some experiences shared by the narrative voice s of her novels, her writing language is not a language of communication. It is a literary language made of maternement and mutilation. There are pell mell the babble of the child who learns to speak, the silence of being deprived of speech and the delusio n of melancholy. These features of the Bugulian language drive from the various fictional practices of the author a poetical language sitting on a certain musicality that emanates from the literary text. They are also the basis of different forms of repeti tion and questioning aspects of the language that carries them. As for the aesthetic that comes from combining the practices of language in the Bugulian novels, it is made of a hybrid of genres in which orality and writing intersect in a perpetual sliding movement: in each of her books, there is a multitude of arts classes in whose creation one is called to participate as a reader/player.

PAGE 11

11 In my dissertation, I showed how the literary language that support this kind of novels offer a field of friction and dislocation of on: mathesis mimesis and semiosis the three elements needed to create art as taught by Roland Barthes in the lectur e he gave at the inauguration of the department of Chaire de smiologie littraire th 1977. Therefore I deduce from the foregoing that the writing of novel according to the nothing is built around a fixed axis generator of forms or substance. This allowe d me in the conclusion to ask the question of modernity in the Bugulian writing.

PAGE 12

12 CHAPTER 1 AVANT PROPOS Quand en 1983, Ken Bugul publia son tout premier roman : Le baobab fou le roman fminin afro Une si longue lettre de Mariama B 1 R a femme noire ple puisse lui faire est le stocisme (22). Elle a pleinement conscience de tout abus social qui peut tre exerc contre sa personne, mais au risque de causer du tort Par exemple, quand elle a t mise au courant du second mariage de son poux avec la camarade de classe de sa fille ane, (un mariage qui a t clbr son insu), quelle ne fut pas sa raction en dfaveur de sa propre personne ? Oui, je voyais bien o se trouvait la bonne solut ion, la digne solution. Et, au grand tonnement de ma famille, dsapprouve unanimement par mes enfants influencs par Daba, je choisis de rester. Modou et Mawdo surpris dissuader, res pectueuse de mon nouveau choix de vie. Je pleurais tous les jours. (69 ) Traduit en actes en effet, le modle de Ramatoulaye conduisait malheureusement vritablement pas droit la parole pour prten dre se faire une quelconque personnalit ou revendiquer un quelconque droit spcial. Au mieux, il devait constamment vivre dans

PAGE 13

13 le compromis qui tait tout son dsavantage. Dans Une vie hypothque Marie Adiaffi publie juste un an aprs Le Baobab fou par exemple, le sort de la jeune Yah en tant que femme promise un homme de cinquante cinq ans tait dj scell au bras du jeune Kor, elle fut malheureusement ramene la douloureuse ralit de ses fut mari e de force. avnement de Maria ma B sur la scne de la littrature africaine faisait gravement dfaut. Ses seule s reprsentations taient pratiquement le propre des hommes, seuls crivains noirs qui il tait constamment reproch de tenir les femmes politico administratives nationales du dire aux environs des annes 60. Ce dont on accusait ces derniers tait prcisment de ne compltement), que selon leurs propres i ntrts. I l leur tait clairement reproch de ne dvelopper que des rhtoriques antifministes en ne prenant pas en compte les problmes des femmes selon des perspectives purement fministes. En citant par exemple le pome : Femme noire de Lopold Sda r Senghor, Florence Stratton comptait ainsi tayer sa dnonciation des peintures de la femme noire vue des yeux de

PAGE 14

14 livre Contemporary African Literature and the Politics of Gender 2 La femme noire dans mre, la femme expose nue pour le plaisir existerait que pour les Selon cette branche de critique laquelle appartient Stratton, les hommes devaient en principe donner la parole aux femmes plutt que de les reprsenter ou de nt ces critique s e s de la sorte, les hommes pouv aient indfiniment s relevai en t que cette rhtorique masculine ne servait pas les causes de la femme africaine noire ni dans le domaine littraire, ni dans le domaine poli tico administratif. Pour Stratton en particulier, What I hope to show is that the trope operates against the interest of women, excluding them, implicitly if not explicitly, from authorship and citizenship. The trope elaborates a gendered theory of nationhood and of writing, one that excludes women from the creative production of the national polity or identity and of literary texts. Instead, woman herself is produced or constructed by the male writer as an embodiment o f the literary/political vision. (40; 51) double plan politico

PAGE 15

15 dans l a gestion d es affaires publiques des jeunes Etats. Relgue au second rang par rapport l ou supposer se soumettre aux bons vouloirs des hommes dcideurs. Seuls les hommes qui savaient lire et crire avaient le plein pouvoir de dcision et rgnaient en consquence sur la socit. Les femmes qui recevoir des ordres et obir. Sur le plan strictement littraire, la critique en particulier ne le dire jamais suivant des perspectives purement fminines, Fofana dans son livre : Litt romancires par exemple : hommes. Ces ouvrag homme et non pour elle mme (20) Cette ide de la vision imparfaite de la psych de la femme reprsentation de la femme noire dans la littrature rejoint point pour point celle de la rhtorique masculine qui trahirait les aspirations socio politiques de la femme selo n Stratton. On en vient alors la mme conclusion que les hommes devraient laisser les mmes plutt que de vouloir parler en leurs noms ou vouloir les reprsenter. Autrement, ils encourraient toujours le risque de dformation ou de maintenir en permanence sous leur domination par ce mme fait.

PAGE 16

16 dans la littrature ranaise du sud du Sahara gnralement pas accs ; mais celles ci ne le faisaient encore que sous le modle masculin 3 Cependant, est ce dire que le fait que les ho ? La que ce soit parce que les hommes ne voulaient pas que les femmes crivent ou crire. A vrai dire, la raison du silence fait la femme dans le roman postcolonial africain tait la consquence d tout simple coloniale (Herzberger Fofana 26). Dans son essai Women, Literature and Development in Africa Anthonia C. Kalu a su bien poser la problmatique de ce phnomne socio historique Silence does not imply the absence of speech or the lack of an ability to express ideas or experience. It is used here to refer to the disabling posture that the African woman has had to assume and maintain as a result or her reaction to the combination of the various elements that constitutes this experience in the development and

PAGE 17

17 possible (and necessary?) because the African man, after placement within underlying d iscourse here is one of the manipulations of African concepts of patriarchy within which it became possible, in the New World, to invent house slaves and, on the continent, to remove women from important traditional positions in the market place through th e creation of demarcation between all areas of discourse. (73 74) atmosphre socio aiblis par le systme, ils ont tous assist au renversement des valeurs de ses positions de pouvoirs socio de faux airs de leader moderne qui doit accepter de se s oumettre aux ordres du colon blanc. Mme parmi les hommes, il y avait les lus et les non lus dire les chan ceux et les non chanceux Il ne suffisait donc pas seulement bnfice de cette administration dont le sens de pouvoir tait de faire table rase de tout ce qui tait traditionnel. ceux qui avaient eu le privilge de cette instruction avaient effectivement pu prcder t pas empch que la femme ait toujours t reprsente dans cette littrature que la critique tend cote que cote caractriser comme tant celle des hommes. Si par fe mme Afrique retrouver la femme noire responsable de son destin et de celui de sa communaut, la

PAGE 18

18 femme noire qui a toujours su dfendre ses idaux et lutter pour sa libert, la femme noire mle le personnage ponyme Doguicimi du roman de Paul Hazoum le courage de se soulever toute seule contre tous, notamment contre le prince hritier, insulte[r] publiquement le roi (Adrien Huannou 117). Dans Les bouts de bois de Dieu aussi si Bakayoko a t le meneur du moins important des f emmes. Dans son autre roman, Xala (1973) fait prier en ce qui la concerne, pour dire son pre El (27). Dans ( 1961) de Cheihk Hamidou Kane, la sagesse, les pouvoirs et nul ne saurait les lui disputer non plus. Dans (1972) de Seydou Badian, gardien de la tradition, est celui qui a fait renoncer son frre cadet, le pre Benfa, la dcision de marier sa fille Kani au vieux commerant Famagan, choix, le jeune : Dans Le chant du lac de Bhly Quenum, Madame Ounhou (Noussi) est ; elle est mme, vrai

PAGE 19

19 me de la femme dahomenne. (114) Comme cela se voit, tous ces romans sont produits par des crivains de sexes masculin Une si longue lettre exemples du genre o on ne dfinit pas le rle de la femme mme (Herzberger Fofana 20). Tous ces portraits de femmes montrent des femmes noires africaines debout et responsables de leur propre destin sans forcment recourir une quelconque force toute la hauteur de leur taille pour exprimer leur personnalit et revendiquer la reconnaissance de leur droit dans la socit. En fait, la vraie cause du retard de la femme dans la littratu re africaine de cette poque, a manqu rire au mme moment que les hommes E n effet, e loniss puis peine indpendants. Mais elle a toujours t prsente sous diverses formes dans le tinu se faire lire du grand public, mais sans traducteur cette fois ci, en crivant elle mme. A titre

PAGE 20

20 La parole aux ngresses matire. exacte du dbut de la littrature fminine en Afrique francophone sub saharienne 4 il ne se fait aucun doute rcit de fiction. Nanmoins, elle reste incontestablement celle qui a donn une premire impulsion significative au roman fminin africain crit en langue franaise dire qui traite des questions de femmes. Son premier roman Une si longue lettre a fait cole beaucoup de femmes ont embrass une carrire littraire, mais en plus et surtout, elles mmes et de parler de leurs conditions. Nombre de ces romans sont couronns de prix littraires et suscitent un vif : jusqu (Herzberger Fofana 16) Rgina et Anne Marie Adiaffi par exemple, se trouvant dans un rle social qui nd ensemble une criture de tmoignage qui opte pour un exercice de dvoilement de soi dans le texte. Elles parlent ouvertement les systmes traditionnels qui son t la base des ces abus leur encontre. Ainsi, en consquence de leur attitude de victimes qui se plaignent sans c hercher prendre la mesure de leur propre dfense, leurs rcits tombent malheureusement dans la catgorie des productions littraires de conformisme e t non de rbellion ni de

PAGE 21

21 Assatou dans le roman pistolaire de B annonce bien les couleurs de cette criture er au bout de leur projet de dvoilement. Ainsi commenait elle en effet : Assatou, mon dsarroi confidence noie la douleur. (7) que veut dire la portion de phrase : du passage ci dessus cit. Mais quand on cherche voir de plus prs comment elle entend donner sens ce on en arrive poser la par consquent de cel ui de toutes e leur cole est le respect des traditions qui les ont vues na tre et dont ou remettre en cause les pratiques sociales qui sont la base de leurs douleurs noyer ces douleurs dans la confidence comme le leur ont emmes de mmes conditions sociales. Certes, ces femmes en ont assez de se taire et de subir mais elles ne veulent pas prendre le risque

PAGE 22

22 de dnoncer, de bouleverser, de se rvolter ou de se rebeller contre les systmes sociaux qui les oppriment. Dans leur criture en effet, il se lit tout au plus une prise de : Femmes rebelles roman africain au fminin La plupart des crivains femmes se sont limites crer des autoportraits, abordant des questions concernant la femme dans son environnement immdiat et ses proccupations quotidiennes. La plupart des crivains femmes de la fin des annes 70 et du dbut des annes 80, voquent les Un chant carlate (Mariama B, 1981), Lzou Marie ou les cueils de la vie (Yaou Rgina, 1982), Vie de femmes (Delphine Zanga Tsogo, 1983) et Une vie hypothque (Anne Marie Adiaffi, 1984) (17) tre social de la femme noire en Afrique. Grce cette cole en effet, la femme sait dire la face du monde les abus des traditions qui font ses souffrances au quotidien. Cependant, vue ses mthod noyer la douleur dans la la raison pour laquelle on a assist autre vague de femmes crivains no ires dont le ton de radicalit contraste avec celui de tmoignage malencontreusement plaisant et inoffensif de celles qui les ont prcdes. Parmi elles se trouve Ken Bugul qui est la p remire avoir donn le signal de dpart en 1983 avec la publication de son tout premier roman Le baobab fou Font aussi partie de Wr Liking Calixthe Beyala et Fatou Diome.

PAGE 23

23 Certes, Le baobab fou a continu tmoignage ou roman dvoilement de soi des romancires noires africaines. Mais il ne se borne plus aux seules limites du tmoignage qui plat et reste sans effet par rapport au stat u quo des normes traditionnelles qui oppriment la femme et la prive de ses droits lmentaires. Contrairement Ramatoulaye du roman de B, Ken Bugul ne dit plus seulement ce que dire la socit et ses bon Le baobab fou en effet, dvoile un corps fminin qui a souffert, mais le dvoile effectivement au plus profond de ses souffrances sans laisser de non dits sous le prtexte du respect pratique ou norme sociale. Par exemple, selon Julie C. Nack Ngue dans son article : The Body Composite, the Body of Survival : Testimony and Problematic of Integral Healing in Le Baobab fou publi : Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Cho ices to Oppositional Practices de Jeanne Sarah de Larquier et Ada Uzoamaka Azodo : Unlike earlier novels by Francophone African women such as Mariama B, Le Baobab fou tells the story of a woman who is literally and figuratively outside of the Africa n culturescape; she wanders in search of herself and her belonging. The narrative reveals her multiple exiles: from her mother, from her village, from herself. Trauma manifests itself as a series of betrayals: by the mother, by the French colonial powers, and by the patriarchal system. In this way, the text becomes a sort of palimpsest of traumas which form the origin and impetus of the testimonial act and the testimony text itself. (59) Dans Le Baobab fou en effet, le ton de la voix narrative est en gn ral un ton de rejet et non de compromis, un ton de rbellion et non de victimisation. La narratrice homodigtique Ken Bugul qui extriorise ses douleurs plutt que de tout simplement tion en finir

PAGE 24

24 a e voir resser un public plus s auteurs du recueil clarifie Maritou Mbaye Biloma : Eclectics and Pragmatism : Hence, contrarily to the first generation of African women writers, Ken Bugul promotes alternatives choices to traditional stipulations for women, insisting that a good w oman does not have to bow her head and take oppression, but should stand up for her human rights, and adding that a woman does not necessarily become bad because she takes up her pen and writes about sad personal experiences she has been through. Writing i s (8) En effet, avec Le B aobab fou Ken Bugul est la premire romancire afro francophone avoir tourn la page avec le rcit de la femme noire qui entreprenait de tmoigner de ses souffrances sans pour autant jamais ru ssir vritablement parler (Ibrahima Sall cit par Herzberger Fofana 140). Evidemment, le dfi de la rbellion Faisant le urs premiers pas dans une cour o seul rgnait le genre masculin il aurait pu s mmes que celui de Ramatoulaye. La diffrence cependant est que celles ci ne sont

PAGE 25

25 pas alles aussi loin dans leurs dmarches de rsistance face aux pratiques socio de Ken Bugul. A fortiori Du Baobab fou tait que son auteur change ; autrement il y avait des consquences graves elle. Selon ses propres tmoignages la confrence de Floride : African Creative Expressions : Mother Tongue and other Tongues en fvrier 2009, i l y avait pour elle en effet, le risque de se retrouver en paria de la socit, de ne plus pouvoir y trav e Pour les pseudo gardiens d es soi dire sous un pseudonyme comme ce fut fait dnonait. Donc avec Le baobab fou fminin africain du dvoilement sans dvoilement a pass la main cel en montrant un engagement plus franc et une rbellion ouverte dans sa thmatique comme dans son expression (Cazenave 13). Belgique, a suscit un toll dans les milieux littraires africains, car, pour la Paradoxalement, cet ouvrage controvers joue le rle de prcur seur de la

PAGE 26

26 (Herzberger Fofana 353 354) Le mrite de cette criture audacieus e sous la plume de la femme noire africaine dira t on de la Le baobab fou paraissent effectivement de nombreux autres r dfinissent travers leur criture, les romancires africa ont conscience de mal vivre dans la socit. Elles crivent et crient leurs souffrances comme elles les ressentent. Leur sens de crativ une violence multidimensionnelle qui est faite aussi bien sur la forme que dans le fond Sur la forme, Bugu Du bao bab fou en Pr Histoire de Ken et en Histoire de Ken par exemple, fait de ce histoire histoire sans pour autant tre de la mme ce alors deux diffrents romans mis ensemble pour ne faire Du baobab fou ture

PAGE 27

27 du roman bugulien. Un autre exemple des violences faites par les romancires (1987) de Calixthe Beyala. La forme de ce roman montre bien plus personnages. On peut mme les titrer dans le dsordre : Une crmonie traditionnelle de circoncision toutes ces tr crites sous des formes de chroniques ou de existent aus Du baobab fou les romancires francophones littrature Afro francophone du sud du Sahara. Inattendue de leur part parce Quant au fond, une certaine forme de violence se fait aussi ressentir travers les ordres sociaux que charrient leurs langages romanesques nouveaux. Dans ces romans, se trouvent des peintures de femmes qui collective consquente pour le redressement des torts sociaux qui leur sont faits. A Ambroise Agbo dans son article : Werewere Liking et Calixthe Beyala. Le discours fministe et la fiction en nonant : leur rvolte contre tout ce qui maintient la

PAGE 28

28 femme dans une situation de discrimination, tout ce qui la prive de ses droits subjectifs (Agbo 47). Dans les romans d Une si longue lettre qui acceptait la souffrance au prix du compromis et du sacrifice de soi. Contrairement Ramatoulaye qui se rsignait noyer ses douleurs dans la confidence com me elle le dit si clairement dans les toutes premires lignes de sa lettre Assatou (B 7), la romancire noire francophone de Le Baobab fou exceptionnel, refuse de continuer se taire et de subir. En effet, la tendance au existe chez Ramatoulaye fait dfaut toute la diffrence de caractres qui existe entre les personnages de romans des deux roman bugulien contrairement ce quoi semble se rsigner Ramatoulaye comme prostitue et non plus seulement femme rgulirement au foyer, la femme noire sait e puis agir pour se faire sa propre place dans la socit indpendamment de tout, et se librer de toute oppression possible. Ainsi ces romancires elle s violence sur les textes del des limites des prescriptions sociales message littraire se d sarticule, se dchane et se libre de toute restriction en vue de

PAGE 29

29 Were Liking dans sa pice de thtre : cit par Agbo : Considrant que : t pas un propos fministe Mais tout simplement une considration de femme qui Exploiter toutes ses potentialits Sans restriction sans mutilation Se rend compte avec effarement que la mutilation Semble inscrite au fer rouge dans son destin de femme. Plus tard, la misovire (Tko Agbo 42), se chargera du reste et plus ja la littrature africaine francophone de devoir se familiariser avec des voix fminines ant Le baobab fou la biensance tait le lot Les romancires des annes 80 comme Mariama B revendiquent surto ut le libre choix du partenaire, celles de la dcennie de 90 revendiquent (Herzberger Fofana 355) Le baobab fou Ken Bugul a ouvert le bal et sign sa participation la rbellion

PAGE 30

30 concerne. Par exemple, la violence fmi Bugul que chez Calixthe Beyala. A cet e ffet, il ne sera jamais juste de dire de Ken Bugul comme le fait Rangira Batrice Gallimore par rapport Calixthe Beyala dans son livre a Afrique francophone sub saharienne que : la violence appelle la violence (94). violence car sa vocation est de resituer les problmes de la femme sur le terrain du dbat et de Le Baobab fou au tout dernier en date, Mes Hommes moi de la femme tout en continuant introduire dans l franaise du sud du Sahara contribuent dfinir les nouvelles tendances de cette mme littrature La critique quant elle, gagnera beaucoup la rception favorable de ces nouv notamment celles du glissement et de ses effets.

PAGE 31

31 Notes 1 Ramatoulaye est le nom du personnage principal du roman : Une si longue lettre de Mariama B publi pour la premire fois en 1981chez Les Nouvelles Editions Africaines. Emettrice de la lettre qui fait le roman et qui est adresse son amie noire africai ne avoir publi un roman en langue franaise pour peindre les conditions sociales de la femme dans sa socit. 2 In presenting Negritude in his poetry, Senghor frequently employs a trope which also occurs, though sometimes in a different guise, in co ntemporary male authored writing: the embodiment of Africa in the figure of a woman (Stratton 39). 3 soit en 1975, (Herzberger Fofana 3 5). 4 Plusieurs dates contradictoires sont avances dans la critique littraire pour situer sub Fofana par exemple : 1942 (35).

PAGE 32

32 CHAPTER 2 INTRODUCTION GENERAL E 2.1 Ken Bugul : La Romancire Ken Bugul est le nom de plume de Maritou Mbaye, veuve Bi loma. Elle est une ninoise par alliance. Elle compte son actif la date de finalisation du prsent travail huit romans publis que sont : Le Baobab fou (1983), Cendres et braises (1994), Riwan ou le chemin de sable (Grand Prix de La Folie ou la Mort (2000), (2003), Rue Flix Faure (2005), La (2006) et Mes Hommes moi (2008). Son neuvime roman est sous presse et portera le titre de Cacophonie un titre trs rvlateur du Avant la publication du roman Le Baobab fou Editions Africaines) avait vivement conseill la romancire de prendre un nom de plume pour se protger contre les scandales sociaux que ce livre tait susceptible de crer. En fait, Le Baobab fou tait sa publication le tout premier roman crit par un e Par e la femme comme pour Du Baobab fou nom de Ken Bugul qui veut littralement dire en Wolof : 1 Mais digtique de ce roman Le Baobab fou Cependant, cette narratrice qui changera de nom dans les autres romans tout en restant certes, la mme, ne partage pas que son nom avec son

PAGE 33

33 auteur. Elles ont toutes deux en commun la mme histoire qui est reprise en d tail dans le cinquime roman, malheureusement personne pour les rcupr adulte ne cesse de marquer diffrents ac 2 pour leur apprendre adquatement celle de la socit, porte elle aussi les squelles de ce manque ont t victimes. Aussi convertissent elles ce manque en un instrument potique, dire un instrum de la langue littraire mcanismes de fabrication et de fonctionnement de cette langue littraire et du langage la question dans le fond, il sied de situer Ken Bugul elle Quel accueil rserve t ue bugulienne au sein de la critique littraire ? 2.2 Le Roman Bugulien la Loupe de la Critique : Etat Prsent de la Critique s savoir : la langue et le langage de Ken Bugul dans ses romans puis enfin la formulation fictionnelle des engagements sociopolitiques au service desquels elle met ces langue et langage dans les rcits de

PAGE 34

34 critique littraire se font en fonction slective au risque mme de se perdre dans se s analyses des livres de la romancire. 2.2.1 Une Critique trop Slective Soulignons pour commencer que certes, Le baobab fou propos jamais reste l a mme en tout temps. diverses interprtations. Pendant longtemps, cette partie de la criti intentions. A cet effet, la parution de Riwan ou le chemin de sable, le troisime et dernier roman de la trilogie 3 enne, Inmaculada Diaz Narbona a eu raison de faire observer dans son article : Une lecture rebrousse : critique f ministe, critique africaniste que : Le ba obab fou de notre regard. Que sa lecture peut, et doit tre refaite partir des donnes, dj implicite s dans ce premier texte mais caches derrire le narratrice (120) A vrai dire, Riwan ou le chemin de sable avait pris une bonne partie de la critique ains points abords

PAGE 35

35 dans ses romans prcdents, notamment en ce qui concerne la question de la condition fminine en Afrique. Visiblement, ces nouvelles perspectives 4 Riwan ou le chemin de sable certains points abords dans ses romans et partags par le grand public de ses lecteurs y compris cette partie de la critique qui refusait de la suivre dans cette nouvelle renouvellement, une criture tout en progrs, une criture jamais acheve, jamais est une criture qui est toujours dans un lan de prise de forme sans fin Les mmes sujets dont par exemple ceux de la condition de la femme et la reprsentation fictionnelle des questions politiques dans le monde peuvent tre abords dans ses romans, mai s de mille et une manires diffrentes. Le baobab fou Par exemple, dans son volumineux essai de 570 pages, Littrature fminine francophone Herzberger considr que Le baobab fou (Herzberger Fofana 113 an chez La folie et la mort le quatrime ouvrage de fiction de la romancire. En plus, dans le Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices remarquable que sur un total de treize articles que compte le recueil, plus une interview

PAGE 36

36 soit prs de la moiti, portent sur le seul roman Le baobab fou Or encore, la date de la publication de ce recueil en 2009, Ken Bugul en tait dj son huitime roman, Mes hommes moi (2008). la critique que du roman Le baobab fou Mes hommes moi, il pas mmes comme je me propose de le montrer hi c et nunc ? sur le septime roman de Ken Bugul au Dpartement de Littratures et : Les Techniques de Mise en Fiction dans de Ken Bugul exergue dans ce travail les innovations de Ken Bugul dans la littrature africaine une brve essentiellement consist en une tude approfondie des techniques de cration La pice ait alors permis de dcouvrir dans le roman bugulien, et au del de littraires ne sont pas n neuvime, Cacophonies

PAGE 37

37 glissement et leurs e ffets dans la prise de formes des critures modernes. 2.2.2 La Critique face aux Reprsentations des Questions Sociopolitiques Abordes dans le Roman Bugulien 2.2.2.1 La reprsentation des questions de la condition fminine et du retour aux sources dans l e roman bugulien Malheureusement et trs souvent, en plus de la slectivit hauts risques de la comme cela se doit. Pour preuve, que dire de la srie de questions ave c laquelle Jean Marie Volet a commenc son compte rendu de lecture de Riwan ou le chemin de sable post sur son site de critique littraire : Lire les femmes crivains et les littratures africaines en novembre 2009, au sujet du traitement de la questi on de la polygamie dans ce roman ? Selon ses propres termes : Pour quelle raison Riwan ou le chemin de sable de Ken Bugul a t il reu le Grand prix littraire de l'Afrique noire en l'an 2000 ? Pour la vaillante dfense de la tradition que propose l'auteu re ? Pour son apologie de la polygamie ? Riwan ou le chemin de sable qui consiste rfuter la thse selon laquelle la polygamie serait une institution Qui prtendait que la polygamie tait une institution ? questionnait en effet, la narratrice homodigtique de Riwan ou le chemin de sable (100) avant de faire remarquer, quatorze pages plus loin : Vo

PAGE 38

38 institution (114). Mieux encore, que la romancire accorde la jeune Rama de qui, en dehors de la vise spirituelle des fem du Serigne telle que dcrite dans ce roman illustre dava ntage la position de Ken Bugul sur la question de la condition de la femme noire en Afrique. Dans cette cour, la polygamie est un problme car la narratrice homodigtique peint les femmes dans leurs rivalits quasi perptuelles et quotidiennes pour se fai re voir du Serigne, lui plaire oux. Elles veulent jouir pleinement dnonciation de la pratique de polygamie dans ce roman Par ailleurs, il est aussi juste qui se trouvent dans la cour du Serigne. Cependant, elles ne se laissent aucunement noye dans la douleur que leur cre cet tat des ch oses. Au contraire, elles se trouvent Riwan ou le chemin de sable quelconque apologie de la polygamie, le motif de la femme noire qui sait surpasser ses

PAGE 39

39 dfaut aux critiques qui taxent faussement Riwan ou le chemin de sable roman. Il base du rcit de Riwan ou le chemin de sable quivaut faire une lecture parti pris de ce roman qui est si bien crit et prim. A trop insister, une telle critique perdrait en Riwan ou le chemi n de sable polygamie. tout aussi mal assis. En effet, selon cette dernire affirme dans son article Le jeu de dcentrement Riwan ou le chemin de sable : Au dbut, on peut croire que Ken Bugul propose un nouveau discours sur la femme africaine, mais au fur et mesure qu'on avance dans la lecture du roman, l'auteur reproduit les catgories oppositionnelles d'un discours universaliste qu'elle avait au dpart entrepris de dmanteler (203 204) Mais Gallimore ne semble pas, elle non plus, avoir une interprtation juste de ce roman Riwan ou le chemin de sable en ce qui concerne son caractre de roman thse reproduit aucune catgorie[s] A travers ses multiples exemples de femmes africaines noires, y compris le sien propre, ce que reprodu it Ken Bugul, non seulement dans Riwan ou le chemin de sable mais aussi dans ses autres romans est la es importes

PAGE 40

40 dire admises par le minimum de bon sens commun. Dans son article : Postcolonial Ruptur es : Authenticity, Identity, Self Recognition and Representation in Le baobab fou Karen garde ne pas tomber dans les piges de la globalisation culturelle e pour rien. In the age of Globalism, when cultural boundaries are becoming increasingly blurred, it is difficult to embody or maintain a singular, unified, stable cultural identity. For this reason, it is important for the subject not only to have a cultural base that can function as a referent, but also to be able to comfortably negotiate dissimilar cultural identities without experiencing Bugul like anxieties. Authenticity is difference perceived and acknowledged for what it is, and without t he negative connotations that typify assimilationist ideologies (118) authenticit culturelle reste toujours prendre avec beaucoup de prcautions, force est de reconnatre Brown la justesse de son analyse qui rend bien c re du donner et du recevoir (tout au moins en thorie), chacun doit rflchir par deux des valeurs authentiques des peuples. Certes, il faut participer au mouvement de globalisation qui a vocation faire sauter les barrires entre les peuples exactement comme cela se passe rgulirement dans les romans de Ken Bugul (cf. par exemple). Mais il faut aussi beaucoup veiller ne pas se retrouver sans rien avoir donner en change aux valeurs on chez Ken Bugul, en particulier dans le roman Riwan ou le chemin de sable Par ailleurs,

PAGE 41

41 derrire et la reconqute de laquelle la nostalgie pourrait conduire. Pour e des traditions et cultures africaines : les gardiennes des valeurs, qui tran smettent les messages de la tradition, p entirement en charge en toute chose. Tout de suite, je me suis mancipe ( Appendix A de ce travail ) En toute logique, comment pouvait connues ? Abandonne par la mre et rejete ensuite pa orge elle mme durant le temps de son auto mancipation. Impossible donc pour elle de prtendre recourir ou de retourner une quelconque tradition de socit, soit question forte polmique surtout quand on sait que le retour aux sources est un

PAGE 42

42 certainement compte dans le cours du prsent travail. Pour ne pas faillir sa tche de t en cet apprentissage de la lecture du roman bugulien t la femme r elle aussi, ses propres valeurs sur le march de la globalisation en change avec celles des autres. Elle ne doit plus se faire siennes les valeurs des autres sans rien avoir leur proposer en retour tr e social. Comme le dit Amy L. Hubbel dans son article : (Dis) Integrating Roots in Ken Bugul and Marie : A return to Le Baobab fou : Rather than trying to reunify herself, Bugul learns to accept the fragmented and incoherent nature of her divided present through her process of identification. As she grasps her difference and the separation that she represents, she also understands that nostalgia could never be reunited her or smooth over her ruptured present, precisely because she is founded on a past ruptured by colonization. Bugul recognizes that there is no non nostalgic past, but pursing nostalgia left her divided (95) s ugul.

PAGE 43

43 Le personnage fminin bugulien dans ce prsent doit se faire ; mais de grce, plus jamais droit de participer tout mouvement universaliste auquel elle a le dsir de prendre part ; amais aux dpens de ses propres valeurs culturelles mme. En Afrique comme partout ailleurs sur terre, les femmes ne sont pas toutes pareilles authenticit culturelle dans lequel il importe beaucoup de ne pas tomber. humain par rapp ort ses origines ou ses milieux. Ainsi, la femme africaine a droit entretien : Briser le tabou qui interdit de parler du corps avec Boniface Mongo Mboussa, publi le 1 er juin 1999 sur le site de la revue Africultures Ces femmes qui ne savent pas lire, qui vivent ensemble dans la cour du indre honte. Elles se tapent sur les rassure de voir les vraies Africaines assumer totalement leur sensualit. Ainsi, du premier roman Le Baobab fou au tout dernier en date, Mes hommes moi pourquoi par exemple, dans son livre Femmes Rebelles

PAGE 44

44 roman africain au fminin Cazenave a cit la romancire parmi les femmes de son temps qui ont os prendre la parole en montrant un engagement plus franc et une rbellion ouverte dans (leur) thmatique comme dans (leur) expression (13), pour mme, fait cho cette assertion quand elle a affirm lors de son interview avec Gnimdwa Atak pama la suite de la parution de Rue Flix Faure dans le magazine Amina ragir des situations difficiles. Que les femmes peuvent trouver la solution elles mmes sans passer nque (87). propres besoins. Mme victime des systmes sociaux aux quels elle appartient, elle ne se borne pas se plaindre, mais lutter pour ne pas perdre la face. Dans son article Europe Discarded : Ken Bugul and the Twenty Eight h Wife of a Marabout paru dans Africa Writing Europe Opposition, Juxtaposition, Ent anglement de Maria Olaussen et Christina Angelfors, Jarmo Pikkujms a mme class la lutte fminine chez Ken Bugul au auteur aux cts des femmes dont elle se charge de porter les voix. What is crucial to the work of Mbaye Biloma is the fact that, whatever narrative setting she uses, she gives a voice to women (148).

PAGE 45

45 6 de Ken B battre pour survivre aux injustices sociales auxquelles elles font quotidiennement face est une vidence. Elle se fait leur porte de leurs voix chantantes Ainsi la critique russit elle mettre en exergue la voix bugulienne au service des causes de la femme en Afrique et dans le monde en partant de la qute identitaire qui a amen la narratrice bugulienne la suite de ses errances opter pour le retour une certaine source culturelle. Mais si le retour aux sources constitue la fin de la qute (cf. Riwan ou le chemin de sable ), il est aussi le socle mme de la fabrication de la langue et des engagements romanesques buguliens. En effet, aurait il jamais eu de ? Nanmoins, le retour la confronte it prendre ses rbellion en admettre une, se 2.2.2.2 La reprsentation des questions politiques dans le roman bugulien de Ken Bugu : Ken Bugul 58 ans, Sngal publi le 1 er mars 2006 sur le site lectronique du magazine par Christine Ferniot dans la rubrique Lire la parution du roman : Ken Bugul ne sera jamais une romancire de la demi mesure : depuis son premier livre, Le baobab fou

PAGE 46

46 croire et rester debout Donc en plus de ses engagements aux cts des femmes, le roman bugulien sur le continent noir qui se meurt de jour en jour. La lutte de l ce titre, Alison Rice, dans son article au sujet du roman, en comparant la ne parler exclusivement que d While other recent novels by Francophone writers from Africa have evoked the difficulties of immigration, from Alain Mab Bleu Blanc Rouge Partir none has so convincingly laid out the connection between the absolute misery of the people and the extravagance of their leader (310) Evidemment, dans la fiction bugulienne, la lutte politique pour une Afrique qui se doit de renatre (cf. La Folie et la Mort ) de ses propres cendres occupe une place soit entendue. politiques incomptents, oppresseurs et sans aucune vision claire de dveloppement. analyse de La f olie et la mort : P (56).

PAGE 47

47 2.2.3 La Crit ique Littraire face au Style Bugulien Il se lit en gnral un souci incontestable de style chez Ken Bugul. La critique en langue qui ont cours dans le roman bugulien ou d es implications de ces pratiques langagires sur la (re )dfinition du genre littraire de ses livres. 2.2.3.1 La question de la langue dans le roman bugulien prsente thse, rire E mesure les fausses notes et je reprends Je suis profondment dimension de travail sur le rythme ( Appendix A du prsent travail ) mans, Ken Bugul se fait auditrice dire la puret bien avant la tenue de cet entretien, elle a affirm lors de sa communication la confrence : African Creative Expression : Mother Tongue and Other Tongues : Writing French for me in French puis elle a ajout au

PAGE 48

48 cours de la mme communication : W hen I am writing, I am not thinkin g, I am just expressing emotion ( Appendix B du prsent travail ). Or, dans son article : Ken Bugul politique Guy Ossito Midiohouan qui a cit le livre Crations burlesques et dconstruction chez Ken Bugul de Kakpo, avait dj remarqu que : Avec Riwan, le rcit oral, utilis dans les deux premiers romans et faisant alterner, dans un apparent dsordre, le pass et le prsent, dnote la pleine matrise de son art par Ken Bugul. long pome en prose qui tire sa vigueur et sa beaut de la source nourricire de la culture africaine dsormais re vendique sans complexe. (25) Par la suite, il a cit Ken Bugul qui reconnat elle mme que : f : La folie et la mort de K en Bugul Taina Tervonen a : Lisant La folie et la mort, et dcomplexe de Ken Bugul. El le crit comme elle parle : par interjections, par anecdotes, faisant un dtour pour rattraper le cours de it plus. Le roman ressemble une longue res fusent, o les anecdotes quotidiennes se mlent des bribes de rcits surna turels, des relents de contes. le roman de Ken Bugul inscrit tion, de discussions entre narrateurs. Ainsi narrative qui se trace ses propres chemins dans le labyrinthe des interdits pour se faire oix narrative de subversion et de intrieur de son auteur, la traverse et ne rsiste aucune barrire, soit elle interne ou

PAGE 49

49 dans un mouvement rciproque de glissement ou de dpassement permanent. Contrairement la fonc Derive dans son article : Afrique modle de la simp le mais habile et astucieuse modification des textes oraux pour leur donner une forme juge acceptable et reconnue par un public habitu aux genres de (15 19). orchestre du s vritablement recourir des genres oraux pour sa cration littraire. 2.2.3.2 critique sur les questions et de dans la revue French Review 82.5 : Au niveau stylistique, la rptition, trait essentiel de La produit parfois un effet incantatoire, mais le plus souvent un sentiment de n aurait gagn en lgret et en lisibilit (1092).

PAGE 50

50 Si en effet, Ousselin a raison en ce qui concerne constituent un trait essentiel de ce roman comme il le souligne, il est noter cependant que les lgret et lisibilit ne peuvent faire de Quant au sentiment de lassitude son mode de lecture qui ne tient pas compte de Bugul a son style e prend n principe il pas celui qui sait se faire son propre style travers celui des autres ? Considrant le mme roman La pice d sur Ousselin dans son article suscit, Alison R ice donne quant elle une interprtation toute diffrente Ken Bugul has forged new ground here, melding certain aspects of her previous work with new stylistic turns in a nove l that is at once timely and timeless, bringing together rythms and repetitions from a variety of sources to communicate a pressing political message along with a univ ersal embrace of humanity. (304) Il y a donc dans ce roman un fond et une dire un m me tout entier. Cette technique

PAGE 51

51 donne davantage de prcision sur le rle des rp titions dans un passage de son choix extrait du mme roman : provides a compelling rhythm with oral qualities, it underscores the importance of members to this critique. What is significant here is not any single accusation, but rather the accumulation of cautionary phrases uttered, people suffering, and wasted mon ey (309) Ainsi, le style bugulien a t il une fonction qui va de pair avec le message du ui met en valeur renforcer part. A travers ce style se joue en premier lieu une musique que doit savoir couter le une sorte de lecture haute voix. Cette notion de lecture haute voix requiert juste du lecteur une disposition mme po ur pouvoir capter le grain de la voix 5 : musique couter et aux sons de laquelle il faut savoir esquisser des pas de danse au musique en tant que chant par exemple es t un genre oral. Construit sur les bases vice versa

PAGE 52

52 rptition dans r a aussi une fonction expressive dont le but est de rendre le message du roman plus accessible au public. La narratrice qui se fait prsente dans le grain de sa voix pour mieux faire passer son message. C omme mme Jeanne Sarah de Larquier lors de leur entretien : Interview with Ken Bugul : A Panoramic View of her Writings elle est plus passionne par la crativit de so n expression que par les composantes thmatiques elle, elle se fait plus de souci ou cre (322). qui cessent par consquent de rpondre aux seuls critres de rcits crits. Ken Bugul est elle mme prsente dans ses romans, toujours en train musicalit du texte quand on la lit. Mme depuis la parution de La folie et la mort, Mahougnon Kakpo dans Crations burlesques et dconstruction chez Ken Bugul en citant Adrien Huannou pour qui il se lit chez la romancire : un art de conter exquis (36) a remarqu et donn comme titre au quatrime chapitre du mme livre : La folie et la mort : le conte en train de se dire (41). Par le grain de

PAGE 53

53 conformisme. Il est en gnral une f orme libre de rcit oral toujours en voyage entre les chapitre de livre de Kakpo que je viens de citer, ce dernier a dit du style bugulien avec de La Folie et la Mort que : Bugul, principalement de La folie et la mort sous le prisme du burlesque, : le roman est dcousu et centr sur le quotidien, le rcit est tragique mais aussi vivace que corrosif, avec des audaces contre tout ce qui est normatif, rcit imposant enfin un non conformisme remarquable dj dans Riwan ou le chemin de sable pouvant mme dboucher sur la paillardise ou le libertinage, autre forme littraire du baroque et donc proche du burlesque (21 22) Au sujet du cinquime roman de Ken Bugul, utre ct du regard de Larquier aussi a eu faire presque la mme remarque. Plus que le seul burlesque auquel Kapko associe le style bugulien dans La folie et la mort cette dernire a fait ressortir le tiraillement du style de ce seul roman entre divers autres genres littraires. Pour elle, les formes complexes du rcit de sont une confirmation de trouvent un rcit caractre autobiographique de la narratrice homodi gtique, du thtre et conventionnelles qui opposent ces genres pour les faire cohabiter dans un mme texte. Selon la conclusion de Jeanne Sarah de Larquie r qui consiste transcender les limites conventionnelles de diffrent s genre s faire cohabiter dans un mme livre qui fait du roman un modle de roman fminin hors du commun (134 135)

PAGE 54

54 style qui se fait travers le spectacle dansant de diverses catgories de crations arti bien eu raison elle aussi de souligner au sujet de Riwan ou le chemin de sable dans so n article susmentionn que : Il serait appropri de conclure que le roman de Ken s (192). From the Screen to the Page La Folie et la Mort and Selon cette dernire, mme au del des l imites embrasse aussi diffrentes techniques de production cinmatographique (260). nouveau q comment Ken Bugul du langage littraire dont elle use et de la reprsentation fictionnelle de ses amen dans un premier

PAGE 55

55 langagement signifier une combinaison artistique des trois lments ou tats de production qui font : Langue et langage litt raires chez Ken Bugul Techniques et effets de glissement dans recherches. 2.3 Art de Lire Ken Bugul : une Mthodologie de Lecture du Roman Bugulien Mon choix de limiter mes recherches aux aspects de la langue et du langage de la romancire se justifie en grande partie par le vide laiss par la critique en la matire. Si cit les textes dans la section prcdente, ma thse se dmarque cependant des leurs de ma thse est fro francophone du sud du Sahara le conce glissement En effet, vu les fluctuations de la langue choisit de traiter et qui ne sont jamais identiques, peut crit ses romans sur un mode de glissement sayer

PAGE 56

56 prvu un chapitre sur les approches dfinitionnelles des techniques de glissement dans Ce chapitre qui est en fait un prolongement de mon introduction installe les bases le glissement de terrain en de la terminologie en littrature. Tout en dissociant le glissement de la notion de tremblement de terre (toujours en gologie) et de celle du glissando style romanesque bugulien. de lui dans chacun des autres chapitres du travail pour une mise en exergue des particularits de la langue et du langage littraires de Ken Bugul, puis une bauche de la conclusion gnrale laq uelle je compte bien pouvoir parvenir.

PAGE 57

57 Notes 1. : thrapeutique in Notre librairie n o 81, octobre dcembre 1985, p.153. 2. Certes, le pre tait prsent, mais son ge trs avanc et son handicap oculaire faisaient de lui un tre tout aussi absent. 3. entam par la narratrice dans Le Baobab fou et qui a continu dans Cendres et braises puis a enfin trouv son aboutissement dans Riwan ou le chemin de sable 4. La nouveaut de Riwan ou le chemin de sable par rapport aux deux autres igine 5. Le grain de la voix ws donnes par ce dernier entre 1962 et 1980. 6. : : Francophone African Women Writers Destroying the Emptiness of Silence pour expliquer en termes mil itaire une autre expression : Voir page 6 de son livre.

PAGE 58

58 CHAPTER 3 APPROCHES DEFINITION NELLES DU CONCEPT DE GLISSEMENT EN LITTERATURE 3.1 Origines du Concept 3.1.1 Les Fragments chez Barthes Grill et et Roland Barthes que je dois la notion de glissement Prtexte : Roland Barthes au Centre Culturel International de Cerisy la plusieurs participants ce colloque dont notamment Roland Barthes lui mme et Robbe essentiel des dbats sont transcrits dans un livre qui porte le titre du colloque : Prtexte : Roland Barthes Le jour de son expos Robbe Grillet a prfr entre Barthes et [lui] monologue sur le thme : Barthes de considrer Barthes comme romancier il avait alors utilis pour la premire fois lors de la discussion le concept de glissement en opposition celui de tremblement romancier Plus tard dans la discuss ion, il a Nouvelles Littratures pour montrer comment son entendement Barthes tait un romancier moderne surtout en fonction de sa pratique des techniques de glissement dans l e discours littraire La jeune fille avait opin la fin de la leon inaugurale de Roland

PAGE 59

59 compris Robbe Grillet exprimait son contentement A cela, Robbe Grillet avait alors rpondu mme au cours de la discussion : un autre sens qui se drobe aussi ans ce mouvement mme de glissement que rside justement le fonctionnement du texte, le plaisir que qu se caractrisant justement par ce ph nomne l : au lieu de prsenter un texte, comme le roman balzacien, bien assemblable, tout rond autour de son noyau solide de sens et de vrit, le roman moderne ne fait que prsenter des fragments qui, par dessus le march, dcrivent toujours la mme ch scne qui se rpte sous une forme peine dtourne, pein e contourne, peine retourne. (Compagnon 257 258) Ainsi, le glissement consiste t il dans les techniques de discours littraires chez Barthes procder par fragments Tout se fait ou se construit par des passages de squences en squences. Une mme ide fragmente ou mise e Roland Barthes par Roland Barthes par exemple, ce dernier prcise lui mme sa conception du texte par fragments Le s fragments sont alors des pierres sur le pourtour du cercle en rond : tout mon petit univers en miettes ; au centre, quoi En somme, je procde par addition, non par esquisse fragment, du rush composition : je ne sais pas reproduire les masses (89)

PAGE 60

60 asser de concepts en concepts sans donner le fait pas une rfrence partir lui est de savoir flotter de certains fragments en viennent faire sens ou poser un ordre de sens, il recommande, toujours dans le Roland Barthes par Roland Barthes, de casser cet ordre quelconque et malencontreux. Peut ; st pour arrter, dvier, diviser cette descente du : Coupez (mais aussi, parfois, pour la mme ra ison, il faut (131) homogne que de sa prsentation physique et matrielle. Son contenu est un ensemble htroclite sans le moindre souci de pivot rfrentiel de la est la disposition des index en fin de leur mise ensemble ces pages de fin de livres et ils ne seraient vritablement ient pas suivis des numros de pages o

PAGE 61

61 fragments selon Barthes. Mais aux yeux de Robbe es), un romancier moderne Dans un article : Roland Barthes, le paradoxal publi en mars 1984 dans le 53 e numro de la revue Qubec franais puis post sur le site du consortium interuniversitaire rudit Joseph Melanon qui cite la discussion du colloque de Cerisy la Barthes dans son grand ensemble. Pour lui en effet : La vie littraire de Roland Barthes aura t une trajectoire, en forme de pointill. Il aime crire par fragments, par bonds, sorte de punctum dont le rle est subtilement dcrit par Derrida ( Potique 47 p. 269 292), mais le sens glisse re glisser dans un nouveau lieu. (81) de glissement dans le contexte de la littrature comme technique de discours ne se fait pas sans analogie au phnomne naturel de glissement de terrain par dfinition. A plus forte raison, Ro bbe tremblement qui ne tremblement de terre leur appropriation par le monde de la littrature et leurs modes de fonctionnement dans t il au tremblement de terre ? 3.1.2 nstitut des Risques Majeurs en Isre, dans son article : Dfinitions et typologie des mouvements de terrain publi dans le seizime numro de Risques Infos : Les glissements de terrain sont des dplacements lents (q uelques millimtres par an quelques mtres par

PAGE 62

62 courbe ou plane (5). Or, sur le site lectronique des Atlas communaux des risques naturels de la Guadeloupe Cartolog ie des alas aussi : Le glissement de terrain est dfini comme le dplacement d'une masse de terrains meubles ou rocheux au long d'une surface de rupture par cisaillement qui correspond souvent une discontinuit prexistante De ces deux dfinitions techniques du phnomne naturel de glissement de terrain alors, la notion de rupture reste une constante et suppose une fait de rupture de cassure ou de c isaillement pourquoi dans son article : Glissements de terrains publi dans Encyclopedia Universalis Jean Goguel prcise que : Les glissements proprement dits correspondent une dformation plastique passant un cis aillement, dans une masse qui se comporte comme relativement homogne homogne un tat htrogne d la rupture est dans ce cas une source cisaille Ces lments ne tiennent plus comme tant un ensemble soud et homogne, car il leur manque un support commun, soit une potence qui puisse les retenir. Ainsi, ils perdent leur appui commun puis se retrouvant seuls et non plus colls les uns aux autres, ils tombent dans le dsquil ibre total qui les fait tanguer dans tous les sens possibles. La cause fondamentale du considration constitua

PAGE 63

63 glissement de terrain et la technique de glissement dans le discours littraire. Tout se littraires qui se brisent par manque de consensus sur leurs modes de constitution ou ttre un sens pluriel. Dans tous les cas de figure, ce qui constituait au pralable un ensemble homogne se voit converti en un devient pluriel ou polysmique ; la langue q en fractions et la dissmination fragments dessus. Mais il reste crucial que le glissement soit diffrenci du tremblement comme en gologie aussi, le glissement de terra Robbe de son auditoire sur cette nuance de la Salle. is Au contraire, la structure de glissement est compltement oppose, dans la mesure o elle abandonne sans cesse emblant sisme est provoqu par une convergence de forces qui forment un foyer partir duquel se dgage ou se propagent des nergies. La partie visible du foyer la

PAGE 64

64 surface : Un sisme est un tremblement soudain pl us ou moins brutal d'une partie de accumule par les dplacements et les frictions des diffrentes plaques lithosphriques (dont le volcanisme est une autre consquence). Le f oyer aussi appel hypocentre de cette activit peut varier de la foyer qui est en quelque sorte son axe, son s son point de dpart. A partir de ce foyer se propagent alors les nergies qui font trembler tout ce qui se trouve autour dudit foyer foyer glissement de terrain. Alors que, quand il y a sisme, un axe ou un point de dpart de la : la rupture que le phnomne ait lieu rigides comme cause du sisme : La thorie de la tectoni que des plaques nous permet depuis plusieurs dizaines d'annes d'expliquer la cause des sismes : la surface de la terre (la lithosphre) est constitue de plaques relativement rigides qui se dplacent les unes par rapport aux autres ; elles s'affrontent d onc et c'est leurs frontires que la majeure partie des tremblements de terre sont localiss.

PAGE 65

65 Or dans le cas de glissement de terrain, contrairement un quelconque foyer un mouvement de rupture assiste. Au vu de ces points de divergence, il est clair que le tremblement de terre et le glissement de terrain sont deux phnomnes naturels diffrents. Du fait de leurs modes ire. En littrature deuxime peut toujours permettre de solidifier les bases de peut y avoir sisme sans dgts apparents ou effectifs destruction prnant la discordance, le dsordre ou tout le contrair trembler peut encore avoir des chances de se retrouver confortablement sur ses science de la glissement est la dislocation du concept sur lequel il est appliqu. Ainsi, la vocation premire du glisseme nt en littrature est s de

PAGE 66

66 glissement en littrature ou ailleurs est appel se disloquer et ne prsenter que deviennent les lments disperss ou sous ensembles qui tablissent le rgne de ? ensembles en sous mme concept dsax ou mis en fractions ou encore en fragments (voir Barthes), il en ides mme chose, mais de diffrentes manires ou sous divers aspects : les nuances dans ce cas ont valeur de normes et incarnent les fondements du glissem ent. Le mot devient polysmique et chappe au seul exercice de dnotation pour donner le privilge de sens pluriel la connotation. Cependant, il y a aussi une autre apprhension de la technique de glissement qui : glissement ? En complment au rapport de ressemblance fait au phnomne t de voir ici un autre aspect de la 3.1.3 Glissement Dans Le Robert Dictionnaire historique de la langue franaise produit sous la direction de Alain Rey, le premier usage du mot glissement remonte 1460 et signifie au sens propre : action de glisser, mouvement de ce qui glisse Quant au : passage progressif et continu Selon le mme Robert Dictionnaire historique de la langue f ranaise le glissement est une

PAGE 67

67 drivation du verbe glisser qui reprsente en ce qui le concerne le croisement de l'ancien franais gliier glisser, issu du francique glidan (cf. le moyen nerlandais gliden, l'allemand gleiteri ) et du verbe glacie r (glacer) employ au XII e s au sens de glisser. Or, glisser la racine de glissement consiste en gnral se diriger, se dplacer ou draper. La technique de glissement en fonction de cette tymologie Plut e in fine ; au pour rs perd de sa rigidit et chaque ide tend porter en elle mme ses propres repres. Le co ndamnes cohabiter dans un mode de tolrance mutuelle ne rside plus alors que dans l e seul aspect physique et matriel du livre. diffrence,

PAGE 68

68 flotte, car plutt que de proposer une ligne directrice qui tienne et autour de laquelle tout dans le jeu de dpassement que prne cette technique ne procde plus que par fragments dire par diffrents ensembles ou sous dire tout ce qui peut faire le livre sont certe s prsents, mais ils le sont dans la multitude o chacun se tient pour son propre pivot et peut mme aller en contradiction directe avec son retrouve du coup la possibilit de passer de chacun dre souci anti crateur de forcer une quelconque : En une seule page, on aura non pas pris pied, mais perdu pied : le nageur croyant tre dans des eux basses qui vont lui permettre de toucher le fond aura au contraire peu peu perdu pied compltement, tout en perdant aute mer (Robbe Grille t 256) forme et non en rfrence une autre quelconque norme de lecture qui ne peut malheureuseme nt que conduire le lecteur sa propre perte. Il y a cependant, une similarit nette entre cette approche de la technique de glissement en fonction de glissando en musique. 3.1.4 Le Glissando Musical Le glissando note musicale une autre. Par exemple, pour Don Michael Randel dans son dictionnaire de musique : The New Harvard Dictionnary of Music le glissando est un

PAGE 69

69 mouvement continu ou glissant mouvement glissant peut produire des variations continues de registres plutt que des successions rapides de registres discrets (342). Le mouvement de passage ou de coulissement qui caractrise le glissando est e les musiques comme le tango, le jazz, le blues et le mbalax se jouent et se dansent sur des rythmes syncops et contretemps. Le tango en particulier, se ralise sur plusieurs notes re Karp le dfinit dans Dictionnary of Music comme un genre musical qui se joue et se danse sur des dire sans accord et sans harmonie dans le ton. Quant la syncope dont se sert Karp pour le dire sans pause aucune ment en elle que se retrouve la manifestation du glissando comme caractristique essentielle de ce genre amricaine et plus prcisment argentine. repose sur le glissement. Si d

PAGE 70

70 glissando qui fait courir ou flotter, non pas exactement de notes musicales en notes musicales, mais de penses en penses, auss i le pas en suivant les passages de notes en notes), le lecteur du livre crit suivant la technique de glissement est aussi invit procder aux mmes passages de plans en plans pour ne pas perdre pied, en rfrence la mtaphore de Robbe Grillet ci dess us cite. Pour rcapituler, la technique de glissement en littrature consiste en un double procd de rupture et de dpassement. Dans un premier temps et par analogie au cisaillement de confondre avec le tremblement qui quant lui a un foyer un picentre, ou un axe. d foyer glisse ment se produit toujours la suite de la destruction de ce qui est suppos tre le

PAGE 71

71 assiste e toute figure homogne prexistante. rupture ou le cisaillement de glissement il consiste fait dans tous les sens et peut tre rpt autant de fois que possible dehors de la prsentation effective et htroclite de tous les points abords et dont la nature en soi. Pour mieux saisir ce procd de passages ou d e dpassements prn par la technique de glissement en littrature, on peut se rfrer la technique de glissando une autre, le glissement permet aussi de passer de concepts en co glissement. Le glissement se pose ainsi comme la techniqu

PAGE 72

72 3.2 Diffrente s Applications de la Technique de Glissement Chez Ken Bugul 3.2.1 premier roman, Le Baobab fou elle avait dj abord tous les thmes ou presque tous les sujets de ses sept autres romans qui ont t publis par la suite. Ainsi par exemple, Du Baobab fou a frquemment t repris dans Cendres et Braises et Riwan ou le chemin de sable romanesque de leur auteur. Plus tard dans le cinquime roman, regard majeure partie de son huitime et dernier roman en date : Mes Hommes mo i Un un des thmes de prdilection de la romancire depuis Le Baobab fou revient chaque fois dans chacun de ces huit romans. Enfin, le thme de la politique et surtou t de quatrime roman de Ken Bugul, La Folie et la Mort, a t repris presque comme le seul thme de son septime roman, Mais vrai dire, ce thme tait dj abord dans Le Baobab fou puis aussi repris dans tous les autres romans. Ainsi peut

PAGE 73

73 romans nouveaux aprs Le Baobab fou incor rect de lire ou de considrer tous ses romans publis aprs Le Baobab fou comme un renouvellement, une rcriture ou une rdition de ceux qui les ont prcds. roman un autre, sujet ab ord un autre. Quand par exemple elle traite de la question de la condition fminine dans tous man. dire les droits de la femme pour certains critiques travers Le Baobab fou et Cendres et braises puis tort pour celle qui fait Riwan ou le chemin de sable Or toutes ces interprtations du roman bugulien sont le s rsultats de lectures inacheves car elles ne prennent pas en compte le processus de

PAGE 74

74 a lors que le roman bugulien ne montre pas que la doxa doxa mise en fractions. la mme, la doxa le mme plutt que de continuer se prsenter sous un aspect homogne. Considrant une fois encore la question de la condition fminine qui a suscit tant nouveau le s positi ons de Ken Bugul pour mettre en exergue la technique de glissement qui sous tend leurs l aborations. Selon la romancire certes la femme, notamment la femme noire africaine doit se battre pour se dfaire de toutes les contraintes qui empchent son panouissement ; mais elle ne doit plus commettre origines socioculturelles. On observe ainsi une norme gymnastique de glissement la femme africaine a droit au combat pour question des valeurs de ses origines sociocult monde ; mais elle ne do it pas oublier de rester attache monde si on tient la conservation de sa culture ?

PAGE 75

75 Ainsi, sur la mme question, Ken Bugul ne fait que glisser de doxa en doxa soit lle la question qui est un grand ensemble homogne au dpart afin de naviguer ou de glisser entre ses sous ensembles qui font de lui un ensemble de se conforter dans le s lieux communs ou sur les ides reues a un got avr des interstices ou des intervalles qui se crent entre ensembles ou sous nire que fonctionne la technique de glissement : elle vite de donner le faux privilge de point de vue central une seule opinion en se opinions toutes tenables sur une question donne. rupture ou le cisaillement sujet abord pour en faire un sujet pluriel et pouvoir passer entre les diverses possibilits de points de vue qui tie nnent pour la dfense ou le traitement du sujet. Dans un cas ou dans un autre, il se lit dans son criture une technique de passage qui est fondamentale pour la considration des nuances auxquelles elle semble donner plus 3.2.2 Les Reprsent Roman Bugulien plume bugulienne. Ils sont tous deux frquemment cisaills, rompus et ne sont pas gnralement h

PAGE 76

76 La Folie et la Mort le temps que va passer Mom Dioum avec de la page 119 la tatouage Le Baobab fou le temps de la premire partie : Pr histoire de Ken est un temps mythique qui ne trouve pas son prolongement logique dans celui du rcit de : Histoire de Ken Dans De aussi, le temps que passent la mre et le frre de la narratrice, (tous deux morts), dans le mon de des dfunts ne peut pas tre class dans la effets de la technique de glissement. En effet, dans ses romans, le temps ne forme pas un ensemble homogne o linairement les vnements se suivraient. Il est plutt un unes sur les autres ou poses les unes c t des autres. La chronologie ou la cel puis prsent en squences de diffrents vnements entre lesquelles la narratrice se fait ses chemins de navigation. les rcits de voyage o on voit le protagoniste se dplacer physiquement

PAGE 77

77 narratrice du roman ou celui des contes se mlant aux narrations sans le moindre franchissement de sa fuite, celle pas de limite qui les spare les uns dans les autres. Le espaces au sein du grand espace vaste rcit lui mme est la marque du glissement dans le traitement de voyage du Sud au Nord il veut dire la fois et que les hmisphres sud et nord ne devrai 3.2.3 Bugulienne Pour donner un autre exemple de principe ou concept sur lequel on pe ut tudier la mise en application de la technique de glissement par Ken Bugul, on peut citer bon

PAGE 78

78 reste le mme comme dans le traitement des thmes, du temps et de sur les couvertures ou premires pages de ses livres, il est rgulirement mentionn : roman n des livres de Ken Bugul, les traits caractristiques des genres oraux tels que le mythe, le conte, la htrognes parmi traire un autre discours argumentatif La Folie et la Mort de la page 187 la page 202. On a beau exemple encore, la page 185 de Riwan ou le chemin de sable alors que la narratrice homodigtique parlait de ses relations avec le Serigne et se s autres femmes, on assiste une rupture de la narration pour lire un discours aux allures didactiques sur ssion du Serigne la page

PAGE 79

79 genre littraire reste de ce fait un moyen sous sa plume plutt il alors de ces langue et langage ? Sont ils exempts des effets de glissement ou les subissent il eux aussi ? 3.2.4 Etats de Langue et de Langage dans le Roman Bugulien Sans doute aucun, les notions de lan gue et langage subissent elles aussi les effets de glissement dans les romans de Ken Bugul comme je me propose de le prouver ici mme. Courant le printemps 2009, elle avait fait une communication une hme de cette communication tait : What is Tongue ? What is Mother Tongue ? What is other Tongues ? Soit en franais : ce que la langue ce que la langue maternelle ce une langue ? s la question suivante au sujet de la nature de la langue dans laquelle elle crit : When I write in French I do not think in French and I do not think in Wolof either. When I write I am not thinking. I am feeling emotions, I am feeling smells, I am seein g colours, I am hearing rhythms, and I am feeling the That is the question. ( Appendix B du prsent travail ) A a critique qui avait remis en cause son usage de la langue franaise ds la parution de son tout premier roman, Le Baobab fou ndique la suite de la citation Cependant, il est quelle elle crit

PAGE 80

80 de ses propres motions, des rythmes et des rayons de soleil qui la brlent. En quoi alors, un tel rapprochement peut il se justifier ? Ses toutes premires phrases au dbut est une langue et peuvent aider trouver un dbut de rponse la question que je viens juste de poser : My perception of the word tongue is the way I can communicate, understand, and perceive with emotions. For me a tongue is an emotion. The first emotion I have had was the environment in which I came in this world; I mean the light, the heat, the air, and t Now If I come to the meaning of a tongue as usually called, it is the e ffluent of several confluents. ( Appendix B du prsent travail ) L la t des effluents constitution des confluents un ensemble htrogne technique de glissement chez elle. Relevons tout de mme que les lments constitutifs de la langue chez Ken Bugul ne se limitent pas seulement aux motion systme de codification (Voir la suite de la citation dans la version complte de la communication en annexe).

PAGE 81

81 En dfinitive, tout ce qui rentre dans le cadre d dpeints, du genre romanesque lui mme, mais aussi et surtout de la langue littraire age de la lecture du roman bugulien. Ce serait certes un projet ambitieux, mais il aura pour mrite premier mme ses crat ions, de mme que la nouvelles mthodes de lecture inspires des techniques procder eux aussi par des voies de littratures modernes. thorie de critique dans la littrature sub saharienne en Afrique francophone que je me a

PAGE 82

82 : Langue et langage littraires chez Ken Bugul Techniques et effets de glissement d du roman de glissement sur la fait dans ses romans, soit son langage romanesque, puis enfin le rsultat des effets de glissement sur ses deux lments de son criture. comment en effet, dfinir ces motions dans leur ? De quelles sources proviennent elles ? Quels sont les confluents ces diffrents sous ensembles ? Quels sont aussi leurs rles dans la constitution du grand ensem ? Bref, ? Quelles sont ses caractristiques et surtout, comment fonctionne t roman ? Ainsi po ses, ces questions font merger une problmatique de langue littraire qui conduit aux techniques de glissement de la linguistique la smiotique en vis de e rvle en effet un passage de la notion de langue comme proprit sociale en conformit aux prceptes de la linguistique gnrale selon Ferdinand de Saussure, Emile Benveniste et autres, une proprit individuelle qui fait

PAGE 83

83 appel aux notions de smiotiq ue dveloppes par diffrents smiologues dont notamment Roland Barthes. En plus, si la caractristique de la perte de la mre est une constante chez nombre de narratrices buguliennes, il est aussi notoire que ces dernires sont dans une qute perptuelle des voies et moyens pouvant les aider moyens figure en bonne partie le maternement qui du point de vue de la langue Bugul dfinit la langue en fonction des motions Les notions de psychanalyse dveloppes dans ce sens par Julia Kristeva sont entres autres thories en la matire, de la langue bugulienne. ? Autrement dit, comment Ken Bugul se sert elle de cette langue littraire qui est la sienne dans ses romans ? Etant une langue de littrature, quels sont les mcanismes ? En fait, tout comme la nature de la langue dont il drive, le langage bugulien est lui aussi un langage de glissement. Ses modes de fonctionnement sont la rupture du symbolique qui caractrise n aturellement tout langage de communication, et le passage des lments rompus du symbolique aux tort au sens en fondant sans la moindre ambigut le rgne du smiotique sur le symbolique dans la cration romanesque bugulienne. Construites sur des techniques de glissement qui ne confrent la moindre base dsagrgent

PAGE 84

84 sortes de glissement concourent ainsi la dsarticulation du langage langage de ce langage de folie (et non du dveloppement du thme de la folie) dans les romans de Ken Bugul, il sera intressant de faire recours aux thories sur la folie dans le langage littraire dveloppes par divers auteurs dont : Kristeva, Michel Foucault et Pius Ngandu Nkashama. A la fin de mon t la modernit du roman bugulien cause justement des techniques de glissement qui sont la base de techniques d e glissement permettent de produire dans ce roman, notamment en ce qui la mme criture savoir la thmatique et la pratique des genres par exemple, je les laisserai ou verts comme sujets possibles venir

PAGE 85

85 CHAPTER 4 LA LANGUE BUGULIENNE UNE 4.1 Notions Prliminaires de Langue et de Langage souvent, les notions de : Langue, Langage dans le Dictionnaire des synonymes de la langue franaise de Pierre Benjamin Lafay la suite que : comme le corps, la langue est quelque chose de constitu, de reconnu, qui a une forme fixe ; au lieu que le langage, comme la corporation, est quelque chose qui aspire tre ce qui est marqu par le radical, dire une sorte, une faon ou une manire de langue ( article, la langue et le langage ont tous deux une commune dfinition comme tant des es et ses sentiments ( 182). Or, dans la rigueur des principes de la science du langage et des langues, il est trs : Commenons par observer que la linguistique a un double objet, elle est pas toujours est ncessaire : le langage, facult humaine, caractristique toujours particulires et variab les, en lesquelles il se ralise (19) En termes de mrites, non seulement cette observation de Benveniste ds le : Problmes de linguistique gnrale I met au langue et langage mais elle fait

PAGE 86

86 : Elments de linguistiques gnrale Martinet quand ce dernier affirme que : aits rpertoire dont dispose la personne qui cherche communiquer Mais le discours, les actes de p arole, ne sont pas la langue. (30) Ainsi Martinet est il all encore plus loin que Benveniste dans son assertion mais aussi de tous les autres faits linguistiques dont notamment le discours que mile en grande partie dans cette tude au langage, puis la parole Par que dit aussi Martinet en ces termes repris par Franois Flahault dans La parole intermdiair e : La fonction essentielle, crit Martinet, de cet instrument est celle de communication les autres Ce po int est repris, page 20 du mme ouvrage, comme tant humaines : Une langue est un instrument de communication (23) Considre sous cet angle nication il se voit dans sine qua non la systme de signes une institution sociale ou encore un code social rg lementer les modes de communication systme de signes mot comme un signe dans lequel se distingue un signifi et un signifiant

PAGE 87

87 l signes en des structures de communication, ce qui amne : envisager la langue en elle mme, ils ont reconnu ce principe qui allait devenir le principe fondamental de la linguistique moderne, que la langue forme un systme Ceci vaut pour toute langue, quelle que soit la culture o elle est en usage, quelque tat historique que nous la pr enions. De la complexes, la langue est un arrangement systmatique de parties. Elle se certains principes de structure (21) institution sociale ou code social la langue est une norme de communication tel que le veut cette socit. Par consquent, il ne peut y avoir de l angue sans une socit qui la fonde et la pratique. La langue est instaure par la socit pour servir de norme le institution sociale vis : il peut user de la langue et jouir e mais il ne peut pas abuser Seule la socit a la proprit exclusive de la langue et peut donc disposer comme elle (la socit) Sur ce point, on ne peut tablir aucune comparaison entre elle [la langue] et les autres institutio ; la langue, au contraire, elle subit sans cesse rvolution. La langue est de toutes les institutions sociales celle qui offre le moins de prise aux initiatives. Elle fait corps avec la vie de la masse socia le et celle ci, tant naturellement inerte, apparat avant tout comme un facteur de conservation (Ferdinand de Saussure 107 108)

PAGE 88

88 qui en est la propritaire exclusive, l a contrle, la transmet aux individus et veille spcialement sa fixit la langue est une convention sociale langue, encore moins avec sa En linguistique, le processus est aussi strict que la fixit de la langue telle que sont donnes apprises nfant nat et se dveloppe dans la socit des hommes. Ce sont des humains adultes, ses parents, sage de la parole. e, la perptue ou la transforme. (Benveniste 29 30) La langue alors du langage. Avant de revenir sur cet aspect de dfinition du langage comme la que le langag e est aussi une facult propre la nature humaine. Dans son Cours de linguistique gnrale du principe de classification des faits humains surtout en ce qui concerne la langue et le langage que : une facult que nous tenons de la nature, tandis que la langue est une chose acquise et

PAGE 89

89 sur lui (Saussure 25). En fait, que la langue est une chose acquise et conventionnelle montr plus h aut que du fait de la socit. Par contre, ce qui est nouveau dans cette assertion saussurienne est la dtermination de que nous te nons de la nature Ainsi selon Saussure, le langage est une facult une aptitude, ou encore un pouvoir, naturellement mme point, a encore t plus clair et direct : Le langage est dans la nature de (Benveniste 259). Contrairement la langue, le langage est une Mais gnralement, la manire de se servir de la force inne du langage en tout souvent la dfinition du langage lui de la dfinition de la langue par Martinet. Toutefois, les langues ont galement, nous dit Martinet, deux fonctions secondai res support la pense els. Il y trouve, par la mme d

PAGE 90

90 jouera la comdie (24) telle que dfinie par Martinet aucune intention du locuteur de transmettre un message. Il peut certes y avoir un message comme le dmontre Flahault dans la suite du texte, mais elle seule implique la soustraction intentionnelle de sa langue. Ainsi fonctionne aussi le langage maniement mme expression que je vais considrer et non la dfinition du langage comme facult inne cult inne en elle qui lui permet de se servir de cette langue. En rappel de la dfinition donne dans ces notions prliminaires de langue et de langage, la langue est en principe une affaire sociale dont la cration et le contrle ne sont pas du domaine ; il acquiert plutt celle de la socit par le biais de ses parents ou de toutes autres figures parentales qui mme aussi voulu mettre en relief Roland Barthes ds le dbut de son livre Le degr zro de iture avec une focalisation spciale sur la cration littraire. rflexe sans choix, la proprit indivise des hommes et non des crivains ; elle reste en dehors du rituel des Le ttres dfinition, non par lection. Nul ne peut, sans apprts, insrer sa libert

PAGE 91

91 Aussi, pour certaine familiarit t (18) peut tre soumises aux in ocit sans aucun pouvoir unilatral de toucher sa configuration strictement s e conformer son usage tel que lgifr par le corps social car remise en cause flagrante de sa rigidit. de sa familiarit la langue s elon Barthes, il y a et que de surcrot la socit rejette. Serait ce un enfant aphasique par condamnation sociale au sens de o : Deux a spects du langage et deux in Essais de linguistique gnrale

PAGE 92

92 parole hasie que je considre dans la prsente tude. voit interrompu pour diverses raisons parmi lesquelles figure la perte des parents par exemple ou des adultes qui ont dj acquis la langue, quel impact peut avoir leur mise en marge de la socit vis vis de leur pratique de la langue ? e perte totale du cas de Ken Bugul. Nanmoins, sur la base de ses expriences personnelles avec les ngue quand on fait Appendix A du prsent travail t il pas que la langue pourrait tre aussi individuelle ? Ou encore, pour les besoi il pas en droit de fabriquer et de revendiquer sa propre langue ? questions de langue et de langage. Mais elle est un crivain et ce statut lui confre tout p hypothse de base pour essayer de trouver une rponse aux questions ci dessus personnelles de Ken Bugul avec les langues a connues 1 on en viendra peut tre la dcouverte que dfinir la langue

PAGE 93

93 passera i en revue les expriences personnelles de la romancire avec les langues que je lui connais pour voir si ses accointances avec elles rvlent un quelconque signe de rsultat cette langue atypique du fait mme de sa formation. 4.2 Les Expriences de Ken Bugul avec les Langues : Des Echecs ture Les expriences de Ken Bugul avec les langues peuvent tre reconstitues en pour consquence directe la situation de mise en priphrie de la jeune fille esseu le propre moyen de communication. 4.2.1 La Perte de la Mre Comme vu supra tout une t che qui incombe la mre ou au pre ou toute s autre s figure s parentale s appele s jouer c Il apprend les cho ses par leur nom ; il dcouvre que tout a un nom et que mme un nom et que par l il communique avec son

PAGE 94

94 social o il baigne il est intgr la culture (Benveniste 29 30) essais libres dans la soci t en vue de prendre lui mme ses propres appuis. Dans le adulte, la voix narrative homodigtique de son cinquime roman : regard a sa man ire propre elle de rendre compte de la chose : La vie que je voulais avoir. Une vie avec ma mre. Sur l

PAGE 95

95 ? ? Toujours. Terriblement. Atrocement. Viscralement. ais le plus souffert. tre. que cinq ans. Comment pouvait elle me laisser ? Comment pouvait elle partir sans se retourner ? Sans promettre de revenir me chercher ? ? Sans me tlphoner ?

PAGE 96

96 Mais elle ne savait ni lire ni crire. Mais cela Elle avait pu se passer facilement de moi, cause de Samanar. Car quand elle partait, elle avait re trouv ma nice Samanar. (58 59) cinq ans mais est dj Elle tait cette enfant triste qui pleurait sanglotait ne mangeait plus ne riait plus et restait couch[e] tout le temps. Cet abandon de la mre est une e sou tlphoner. Dans le domaine de la psychanalyse, son cas prsente les symptmes tat de dpression du fait mme de cette sparation de la mre car : On se souvient (74) thorise Julia Kristeva dans Soleil noir : dpression et mlancolie c la

PAGE 97

97 De l articule presque pas, mais numre ou scande plutt des propos qui lui viennent comme en souvenir de cette priode de la sparation avec la mre. Ses langue parle avec compt dire une parole fragmente et non cohrente comme se doit ans une langue proprement apprise. commence dpendamment des cas vient cependant tre interrompu ce niveau l, quel les que soient les modalits de il perd la cadence et reste coinc entre les balbutiements et les quelques sons audibles cit ci certaine matrise des noms des choses et cela est la marque de ses progrs dans la peu maladroite de disposer de ces

PAGE 98

98 dire la structure de sa parole, fait planer assez de doute sans faute. A la lecture haute voix de ce texte litanique, le souffle nonciateur de mme sa propre histoire semble beaucoup plus revivait ce moment da sa vie sa place ou avec e lle. Mais pour atteindre cet objectif de lecture d u t e x casser la structure de la langue qui veut que toute parole soit articulation et non souffle de ce passage porte surtout sur les phrases ou pseudo phrases sans verbes ni sujets plein possder cet ge comme capacit de parole. Mme si au fil des temps, sa conscience ou sa pense des choses se prcisent davantage, il lui manquera des notions propres la ailleurs ce qui arriva Ken Bugul (et ses narratrices aussi) sur ses difficults avec la langue du Wolof comme nous le verrons beaucoup plus en dtail dans la section qui suit. forcment encore la langue. Si parole et langue sont intimement lies, il est cependant

PAGE 99

99 et que par consquent elles ne peuvent plus servir dsigner le mme : Smiologie et grammatologie publi dans Positions Jacques Derrida a eu recours une affirmation la paro le. La langue est ncessaire pour que la parole soit intelligible et produise tous ses effets ; mais celle ; historiquement, le fait de parole prcde toujours (39 40). forcment pas encore la langue, faute de comptence. La langue est bien plus implique. Son caractre symbolique bas s ur son autre caractre conventionnel impose axe sur des principes propres tels que la grammaire et la syntaxe. On peut parler sans parler une langue implique forcment le respect des structures syntaxiques et grammaticales de cette langue. Martinet da ns son livre Elments de linguistique gnrale est justement encore plus premptoire sur le fait : dtermine chez les auditeurs que nous pouvons atteindre une connaissance de la langue. P our ce faire, il nous faudra faire abstraction de ce qui, dans la parole, est, comme le timbre de voix particulier un individu, dire ne faisant pas partie des habitudes collectives acquises au cours d ue. (31)

PAGE 100

100 capable de parole. Entre parler tout court et parler une langue, il y a donc une grande : Saussure Une science de la langue question et peut aussi aider mieux comprendre la diffrence entre ces notions dichotomiques de langue et de parole : Table 4 1. Langue et parole Langue Parole Social Individuel Essentiel Accessoire plus ou moins accidentel Enregistre passivement Psychique Psychophysique Somme de ce que les gens disent Modle collectif Non collectif (Gadet, 77). u, que la langue soit sociale alors que la parole es t individuelle Or, la socialit de la langue exige de lui un formalisme qui le contrai effet de parler la

PAGE 101

101 ividu dans une socit convention, elle est on doit se conformer au modle tabli par les gens qui pa rlent dj cette langue avant dire par un exercice de mmorisation sans aucune possibilit intentionnelle de la part un acte de mmoire pour parler ; il cre lui mme sa Ce pendant, pour Roland Barthes lors de sa Leon inaugurale de la chair e de smiologie littraire du Collge de France prononce le 07 Janvier 1977, langue et discours [ici la parole] sont indivis, car ils glissent selon le mme axe de pouvoir Selon lui en effet : La langue afflue dans le discours, le discours reflue dans la langue, ils

PAGE 102

102 transitoire quelque travailler sur un immense leurre, sur un objet qu Trimalcion a ux cheveux de ses esclaves. (30) Certes, langue et parole semblent nourrir une ambigut naturelle qui pousse les Persister dire que relever cett e distinction qui rgit leurs rapports question de savoir si dans sa premire trilogie et la perte de la m sa rponse a t claire et sans quivoque : pour elle, la question ne se posait mme pas car elle avait dj la langue avant le dpart de la mre. Toujours selon elle, le dpart de la mre lui ava it ferm la bouche certes, mais elle ne lui avait pas coup la langue Cette double mtaphore de la bouche ferme et de la langue non coupe utilise par Ken Bugul elle lus tard pour montrer la pertinence du bugulienne. En effet, au niveau des caractres de la

PAGE 103

103 laisse et non la langue elle dire une langue en parfait tat. parler de matrise. Soit, elle avait la langue, mais est consciente de ne pas en avoir la matrise. En fait, pour Ken Bugul, la dfin ition de la notion de langue par son acquisition de voir en profondeur sa conception de la notion de langue en relation avec celles nce de langue elles ? 4.2.1.1 La langue motion : Lors de votre : Mother Tongue and e les 27 et 28 Fevrier 2009, vous avez nonc que la langue maternelle, ce sont les motions acquises de la mre ds les ce que la langue a voir concrtement avec les motions de la mre ? A cette toute avait rpondu que pour elle, la langue : est une motion. Et cette motion vient du son bb ne parle pas. Elle met des sonorits

PAGE 104

104 formation, est une motion et cette motion vient du contact des motions dans nos contacts avec la mre. s jamais t gnral) dont la sparation avec la mre en charge de son initiation la langue a la dfinition de la langue une motion qui vient du contact des motions dans nos contacts avec la mre. Au moment exact de la sparation en effet, la langue ou ce qui que de ces motions et de leurs structures qui prsagent de la naissance et de la cas de la berceuse du roman regard de mme que la structure litanique des nonciations de la narratrice de ce roman comme vue supra sont de structurent par fragments. Je souligne entre autres qu e le terme structure est impropre dans ce contexte ci car ce que je veux signifier est une prise de forme quelconque des paroles de la narratrice et non une structure de langue proprement parler. Dans t de ses ressentiments par rapport

PAGE 105

105 spasmes ou frissons de voix dans lesquels se dchiffrent plus ou moins aisment les angoisses de la personne qui parle ou crit. On v oit alors la raison pour laquelle Ken la parole qui ne ncessite pas un apprentissage et qui est dans son cas, la rsurgence des motions laisses en elle smiologie selon Roland Barthes fait : de la linguisti que, la corruption immdiate du message : rien moins que les dsirs, les craintes, les mimes, les intimidations, les avances, les tendresses, les protestations, les excuses, les agressions, les musiques, dont est faite la langue active (31 32). Quand on langue et la parole comme le font respectivement Barthes et Ken Bugul, on fait face videmment ce risque de prendre pour la langue elle mme, les motions qui la composent et qui ne sont

PAGE 106

106 smiologie ou du moins son objet, pour Ken Bugul elle est la langue elle conditions, il vaudrait m motion, ce qui quivaut motion qui nat de ence sa mre. Il ne sait pas encore disposer faire est de sentir les choses du fait d es motions acquises lors de ses relations avec ses parents responsables de son initiation la langue. Il parle et dans sa parole rien moins que les dsirs, les craintes, les mimes, les in timidations, les avances, les tendresses, les protestations, les excuses, les agressions, les musiques, dont est faite la langue active surtout pas encore la langue. A ce nivea pulsion ou plus prcisment motion selon la terminologie bugulienne, mais surtout pas encore la langue. Pour passer le niveau primaire de la parole ou de la langue motion et atteindre celui de la langue, il lui re ste encore bien du chemin faire.

PAGE 107

107 op tions trs alatoires Soit la socit se substi ci ont entame en lui et ont malheureusement laisse inacheve. Ou socit vis vis de laquelle il sera un t il t du cas prcis de Ken Bugul est dans un mutisme et a coup tout contact, voire toute communication par les mots avec la socit. Sans lui couper la langue le dpart de la mre lui avait ferm la bouche disait elle. Cette bouche, elle mme cont inuera de la garder ferme pour longtemps. En ignorance des traditions de la socit qui n se lui opposer en rponse une attitude quas i pareille. Son statut de fille en effet, ne non choix du silence, quitte en faire un code de communication. 4.2.1.2 La langue silence a ferm la bouche commu nication par les mots, mais plutt par le silence du simple fait mme de cette fermeture de la bouche trouv le moyen de signifier cette socit son dgot de ce qui lui arrivait. En pl us des

PAGE 108

108 motions ou de la langue mme, (Ken Bugul), ne parle que de Psychologiquement (tout comme physiquement aussi ), elle se sentait isole et prcisment marginalis pour elle. Linguistiquement, elle ne pouvait plus communiquer avec cette socit, mme, par elle mme et pour elle grande partie se fermer la bouche contraire, le dpart de la mre [qui lui] a ferm la bouche De ce non choix de la ce bas ge de duquel le dpart de la mre a brutalement mis fin. Mais elle e st aussi la langue

PAGE 109

109 tinence de cette double connotation. La langue continuera certes dsigner le moyen de communication par e de parler. D son isolement du cercle social, la jeune fille qui a peine atteint le stade alors oblige de se taire sans aucune chance de parachever son initiat ion au code de communication de la socit. Contrainte vivre toute seule, elle intriorise ses besoins et ne va mme plus pouvoir chercher les nommer parce que personne ne voudrait les entendre et partager avec elle. Cette souffrance intrieure tant ph ysique (ou corporelle) que psychologique qui ne demande mme plus avoir de nom est ce qui commence la mre ration, il y a un grand tre compltement atteint et que la langue corporelle dans sa bouche ne pouvait plus retrouver ses mcanismes de parole. Mais videmment, si Ken Bugul tait aphasique, elle ne parlerait pas majorit des personnages de ses romans, notamment ses personnages fminins qui sont condamns souvent pratiquer le silence comme code de communication. Par exemple, la quasi exception du roman Riwan ou le chemin de sable dans lequel les femmes du Serigne enfermes dans leur cour commune parviennent extrioriser leurs manires leurs inhibitions entre elles, pr esque tous les autres personnages

PAGE 110

110 fminins buguliens se font toujours une raison de se taire et de se laisser hanter par mmes vivre toutes seules. Dans Rue Flix Faure notamment, toute mais ne parvenaient jamais les extrioriser sauf la fin du roman o tout a pu se rvler de lui intrigue de roman policier. Ainsi, que ce soit Mu, la fille silencieuse ou Driank, elles avaient toutes en commun la langue silence qui ne parle pas par nature. Au contraire, cette langue objectif que de les aider toujours garder pour elles mmes leurs souffrances Mme sous sa grosse s elle sifflait un blues pour passer sur ce souvenir. Un souvenir douloureux. bas. C ette ? Elle sensation trange avait env ahi Driank. Elle siffla un blues. Driank sifflait lui donnaie nt des envies tranges. (127 28)

PAGE 111

111 Comme il est clair dans cet exemple, seuls les blues permettaient Driank de frir elle sa socit, ils ne lui dire st le sifflement des blues elle silence, une pseudo langue qui ne parle pas mais condamne plutt son sujet au silence ; elle ne produit que l contraire de diverses raisons, fait dfaut ces personnages qui finissent par adopte r le silence comme moyen de communication. Ils ont tous la parol (inutile ?) en eux ; ou de la remplacer par tout s on contraire : le silence. Ainsi, la mme, mais juste un palliatif. Plutt que as ou dont la comptence leur fait dfaut donc de se taire et de faire du silence lui mme un moyen de communication. Mais le problme de la langue le mal intrieur qui les ronge plutt que de les en dlivrer. Par la pratique du silence comme moyen de communication l es personnages buguliens se condamnent eux

PAGE 112

112 mmes en plus des peines que leur impose dj la socit souffrir davantage au lieu Dans La Folie et la Mort les cas de Mom Dioum et de Fatou Ngouye sont aussi patents que celui de Driank prcdemment cit. Apr s ses preuves de la ville, Mom dire la langue le mme de faire la confidence. Dans sa ance. Tout ce qui lui restait comme tuer pour renatre En fait au village pers onne ne pouvait dire pourquoi Mom Dioum tait l avait pos de questions. Ainsi cette partie de son histoire, elle pouvait la raconter qui voulait a vraie histoire, elle ne pouvait la raconter personne. Mme pas son amie Fatou Ngouye. personne. Mme pas Dieu. Terrible histoire que son histoire. Les deux amies continuaient marcher doucement dans cette nuit terriblement noire quand tout solennellement : Fatou Ngoye, je veux me tuer pour renatre. : Que me racontes tu l, Mom Dioum ce qui te prend ? Est ce la paix ?

PAGE 113

113 Mom Dioum disparut bru talement dans la nuit terriblement noire. comme vapore dans la nuit terriblement noire, comme happe, totale. (28 29) tion de la langue en elle (Mom Dioum) sont dfinitivement en e interprtable de mille et une manires, et a videmment la potentialit de connoter plusieurs choses la fois : je veux me tuer pour renatre Or, sur la base de son caractre symbolique, la langue est en princip e un outil de communication qui permet de dsigner chaque chose par son Jakobson a affirm dan s son article sus : il doit y avoir une certaine quivalence entre les symboles utiliss par le destinateur et ceux que le des tinataire (49). de son amie. des symboles fait dfaut au niveau des deux protagonistes Ngouye entend sans saisir le message de Mom Dioum. Embrouille, elle ne reste que dans la brume de

PAGE 114

114 substance se Dans je veux me tuer pour renatre Fatou Ngouye aurait la fois tout compris et rien compris aussi. Ainsi peut on aff irmer que cette langue et non le discours mtaphorique de son amie lui est certes familire mais trange tout de mme. Elle lui est familire dans la mesure o elle emploie une mtaphore trs populaire et biblique la limite. Cette mtaphore est gnrale ment utilise dans des contextes de conversion et de un propos qui est trange Fat ou Ngouye qui il est adress cause de la langue qui le porte. dgradati on comme il en est question dans cette tude. Mon choix de ne pas trop considr er que les propos de Mom Dioum portaient, non pas sur une mort physique physique du perso

PAGE 115

115 de cette portion de phrase que je propose ici est celle de sa formation littrale sur la base du potentiel de la langue nommer les choses. ; littralement, quand on se tue on ne renat plus. Ensuite, mme si renatre par contre, est une chose horrible qui ne peut aucunement faire plaisir celui qui on ant tout la langue qui se confond et dgnre en non sens. Ce que en elle et non elle rs humain, quand on se tue on meurt tout jamais et on ne renat plus. Il y a donc un problme de langue dans ce qui sort ainsi de la bouche de Mom Dioum comme parole. mme un parfait symbole de cette on de pas encore subi les tapes prparatoires indispensables la perte de la langue man, on la voit aussi prendre le mme chemin du gouffre profond de la perte des noms des choses et devenir mystrieusement aphone. A plusieurs reprises en effet, la narratrice indique que Fatou Ngouye avait perdu la voix (55 et 60). Mais derrire la v

PAGE 116

116 recherche de son amie Mom Dioum et la scne de leur arrestation injustifie tait largement suffisant pour provoquer en conditions sont ainsi remplies. Il y a t soi, donc le mutisme puis aprs, la perte progressive mais certaine de la langue. Fatou Ngouye ne pouvait plus parler la langue de ce peuple auquel elle a cess supplice du feu du march qui lui sera fatal en passant par son sjour chez le prtre, puis dans la maison de la veuve propritaire, les noms des choses feront incroyablement dfaut Fatou Ngoye. Mme la reconn aissance de la voix de Yoro aurait pu heureusement servir lui rouvrir la bouche, elle tomba incroyablement en syncope. Mais cette raction de sa part juste au moment d e la reconnaissance de la mettre fin son cas dj plus que pathologique. F Rien. Son corps tait devenu comme une statue.

PAGE 117

117 avait l (110) Ainsi finit on en effet, quand on perd la langue : inhumain comme une statue sans dilat est bien choisie aussi pour signifier cette mort par le dfaut de la langue. Il est vrai que Fatou Ngouye tait enceinte ; mais cette image du tre jamais parve dire le prtre chez qui elle a sjourn, et les circonstances de sa survenance. La vritable cause de toutes ces pertes de la langue chez ces personnages du, qui lui seul ne peut ni la crer ni la modifier apprentissage pour en connatre le jeu peu peu (31). Or, dans chacun d es cas de ces personnages fminins buguliens, les socits o ils devraient pratiquer la langue les extirpaient de leur sein, les condamnant du coup au mutisme total dont la consquence immdiate et invitable est la pe rte de la langue vif,

PAGE 118

118 Cependant, on po notamment : Driank, Mom Dioum et Fatou Ngouye, avaient dj la langue avant de la fini son apprentissage. En effet, une telle objection ne serait pas tout fait fausse, mais du rejet de la soci a mut isme plus que des traces rouilles de la langue et non plus la langue elle mme. Elles sont toutes des dprimes et quand elles ouvrent la bouche, dfaut du silence, il ne de mutis me. Comme le dit Kristeva dans Soleil noir : dpression et mlancolie on peut aussi conclure que ces femmes personnages de romans sont toutes devenues trangres leurs propres langues maternelles. Le dire du dpressif est pour lui comme une peau trang re : le mlancolique est un tranger dans sa langue maternelle. Il a perdu le sens la valeur de sa langue maternelle, faute de perdre sa mre. La langue vivante. Mais celle ci, il n e la traduira pas pour la trahir : elle restera e analement, sans issue. (64 65) ltre qui ne sert profrer que des paroles

PAGE 119

119 mutiles comme on le verra en dtail dans la section des caractristiques de la langue Chose enterre vivante en elles. Or, cette Cho se enterre vivante partie. La langue laquelle elle a arrt de les initier en les abandonnant quand elles taient encore petites, elles se chargeront elles mmes de la complter en se faisant mmes ssus du maternement dont le rsultat permet aussi braver le seul silence qui l eur restait, on ne peut percevoir dans leurs voix que des cas par exemple des blues de Driank, du je veux mourir pour renatre de Mom de Fatou Ngoye la reconnaissance de la voix de son veulent dire, mais ne savent pl us dire ni ne peuvent plus dire. La langue en elles toutes est passe dans une phase de dgnrescence et a perdu la capacit de se reformer en son objet initial. son interr uption brutale, ou les adultes marginaliss de la socit, le rsultat du risque la avec Saussure,

PAGE 120

120 maternelle expriences (37). Mais quand ces expriences en viennent tre interrompues pour Ainsi, t retranch dans son mutisme forc ou voulu aura sa source dans ce mutisme qui est de ses personnages Ils ne fondent pas leurs codes de communication dans la socit alors, Ken Bugul a raison de dire que sa langue silences selon elle aucune socit. Mais est ce dire que le silence et les motions suffisent constituer une la ngue cit, la rcupration de cette rcupration constitue un autre enjeu capital dan restrictions, il y aura toujours problme et la r acquisition de la langue en ptira aussi e wolof est aussi difiant.

PAGE 121

121 4.2.2 Ken Bugul et les Restrictions du Wolof En gnral, ces restrictions sont de mme nature que celles que chaque socit impose gnralement souvienne que mm e pour les linguistes, langue et culture sont intimement lies tant Jean Calvet dans La guerre des langues Et les politiques linguistiques par exemple : il y a un troit rapport entre les besoins de commu (17). Il faut entendre par les besoins de communication la culture de la socit, soit ses activit s et sa vie en gnral. Or, la faon dont il parle considration soit la langue ou le langage. Calvet tablit donc travers cette citation, la fet, vice versa s dans la La culture se dfinit comme un ensemble trs complexe de reprsentation, organises par un code de relat ions et de valeurs : traditions, religion, lois, imprgn dans sa conscience la plus profonde et qui dirigera son comportement dans tout es les formes de son activit. (Benveniste 30) Ainsi, la culture est ce qui dtermine la vie des hommes en socit. Elle comporte les codes de conduites admises dans une socit donne autant que les grilles des mme

PAGE 122

122 culture est le sens de la vie en commun car aucun domaine de la vie ne lui chappe. de lang certaines acti il aussi de la pratique de la langue dans la socit. Si la culture gnre la langue et favorise son dveloppement, elle peut aussi tre un frein son libre usage par tous. Selon Foucault dans discours Leon inaugurale au Collge de France prononce le 2 dcembre 1970 par exemple, il existe en toute socit une certaine forme de censure du discours. Je suppose que dans toute socit la production du discours est la fois contrle, slectionne, organise et redistribue par un certain nombre de urde, la redoutable matrialit. Dans une socit comme la ntre, on connat, bien sr, les interdit on ne peut pas circonstance, droit privilgi ou exclusif du sujet qui parle : on a l le jeu des trois interd its qui se croisent, se renforcent ou se compensent, formant une grille complexe qui ne cesse de se modifier. Je noterai seulement que, de nos jours, les rgions o la grille est la plus resserre, o les cases noires se multiplient, ce sont les rgions de la sexualit et celle de la politique (10 11) pointe du doigt sous le colossal rgime des tab

PAGE 123

123 de la socit laquell e elle appartient pourtant. Mais cette thorie des interdits sociaux originaire et o le wolof a se conformer aussi aux prescriptions de la culture locale dans ses pratiques de la 2009, elle a tmoign de son propre cas dans ce sens. Dans la langue maternelle avait elle dit, le vocabulaire est limit en fonction de votre statut social. De la plus jeune fille cette hirarchie. Plus vous tes g et de sexe masculin, plus vous avez alors droit la premier roman : Le B aobab fou avait suscit tant de scandales sa publication. Elle y pourquoi elle a d prendre un nom de plume. Selon ses propres dires elle risquait de ne jamais pouvoir trouver de mari ni de travail dans cette socit dont elle Bref, le mauvais usage de la langue dans le Ndoucoumane natal de Ke n Bugul tait passible de peines sociales. Parler wolof dans cette socit tait (et peut toujours de choses que celui qui est plus g et/ou de sexe masculin. La jeune fille ou mme la

PAGE 124

124 femme ge qui en arrive au non respect de cette prescr de travail. Dans cette socit, tous les mcanismes sont ainsi mis en place pour faire eune fille et ce ds ses premires encement, elle se voit attribuer des tches auxquelles les garons de son ge ne sont jamais appels mme si ceux ci aussi ont les leurs part. Dans Le Baoab fou te dernire quand elle mettait devenir. qui ne sert rien Elle passe son temps courir avec les garons du village, chasser des oiseaux et des rats sauvages (10). exclusivement les siennes dans la socit. Par exemple, quand il est permis aux e loi sociale par Ken la narratrice Du Baobab fou qui lui a valu tout le ddain que nourrit sa propre grand mre son encontre : elle est

PAGE 125

125 alors que pour la grand aux garons et les filles ne doivent pas y aller (140). Dans le roman on trouve aussi une narratrice qui, quand mre et de sa tante. Pour celles ci, la tradition est claire et sans quivoque : une femme Aucune de me envoye. Pour ma grand Mme plus tard, les filles donnes ma grand mr e Xaalax. ( 55 56) e prescriptions de la culture dans cette socit. En aucun cas les filles ne doivent se dborder les limites du domaine socioculturel qui est le sien. Mais comment pourraient ils alors, (filles et garons), parler la mme langue dans de pareilles circonstances ?

PAGE 126

126 long processus de billonnement de la femme que la fille est appele tre plus tard sc ne dans Riwan ou le chemin de sable (33 34). Sye de Cendres et Braises aussi son t du regard aurait elle aussi connu le mme sort (264). Idem pour la narratrice de Mes H ommes moi. Cette dernire ne put chapper au mariage forc auquel elle tait prdestine que grce au concours de circonstances qui a fait que son jeune homme tait au tre devenir sage femme ou institutrice et me marier. A part a, il y a vait un foss norme. En cette troisime anne de lyce, il tait mre, devienne mon poux. Pas tout de suite, mais sous peu, ds que Je devais me considrer comme retenue pour ce jeune homme dont je connaissais la famille, mais

PAGE 127

127 tait pl us g que mon frre. Je n e savais pas grand chose de lui. Ce disait on, mais je ne le connaissais pas, je ne le sentais pas. Comme toutes les jeunes filles de Mbada, qui avaient pous des hommes sans les allaient aimer et cela suffirait dans la relation. Pour une fille de Mbada et jectif, la ralisation. (134 35) En fait, son avis tait nul et de nul effet dans le processus de son mariage. Tout ce e que prescrit la tradition, et il lui aurait t impossible de droger la rgle. Encore dans Le Baobab fou la narratrice avait dj pos la rgle : : un tre qui acceptait (157). Nommer les choses hasardait, elle aurait alors commis le crime social pour lequel elle devrait passer tou t le reste de sa vie rparer. Il devrait tre clair dans sa tte comme nonc dans Le Baobab fou : femme, celle que souhaitait pouser le jeune homme du village (166). Soulignons que apprentissage en effet, la femme ne se dfinit pas elle mme ; tout se fait en son nom elle les ressent. Cette pratique faisant office de loi sociale est valable pour elle, mme et la socit qui

PAGE 128

128 les domaines de la vie. Dans cette atmosphre sociale rigide et injuste envers le sexe fminin, on voit combien il sera alors difficile, voire impossible quand elle aura dcid de mettre fin ce tte impossibilit tant physique que pour guider ses pas dans le labyrinthe des principes prescriptifs de la socit. Ainsi t toujours les marques de ces mu Ken Bugul ma question dans ce sens lors de notre entretien en est plus que probante. Moi je me suis toujours fabrique a t suite : je me suis f abriqu ma propre langue Dans cette dernire proposition indpendante : je me suis fabriqu ma propre langue a t fabrique en marge du cercle social et donc en ignorance des prescriptions et interdits de cette mme socit qui avait rejet son auteur parce que ne voulant plus d la rouverture de la bouche la

PAGE 129

129 fondation de cette nouvelle langue. Or, cet acq communication coinces quelque part entre la parole et la langue, mais qui ne sont pas encore la langue elle m Laobs les sons des griots les sons des musiciens les sons des mystiques les bruits de la nuit les voix de la libert parce que personne ne [la] matrisait mais caractriser la langue bugulienne qui ne connat rait ni formes, ni fonds prescrits, fruit de pulsions ou des motions acquises de la mre de son auteur plus ses propres observations aprs la de Ken Bugul veu illent que les narratrice s de s es romans crive nt s parle nt Ni e lle s ni leur auteur ne connaissent les elles les connussent elle s ont eu personne, ni mme la socit pour l es contrler et l es initier au code des

PAGE 130

130 noms des choses en wolof. Comment voudrait s parle nt ou crive nt le wolof 2 ? dont je dterminerai plus tard la nature dans t elle jamais eu de faon adquate, la ? L a pratique du wolof ne lui a t elle pas t interdite ? Comment est ce possible alors que les amis de son auteur lisent et surtout entendent son premier rom an a t un scandale comme K en Bugul le dit elle mme. Les multiples transgressions des restrictions du wolof qui ont cours dans ce roman font que les gens que langue) en parlant des choses dont elle parle et de la manire dont elle les aborde. En effet, quelle femme peut savoir parler wolof et le faire sans dcence ou pudeur iler la pratique de la polygamie quand bien mme son intention Une si longue lettre de Mariama B et non celui de la narratrice homodigtique de Riwan ou le chemin de sable qui met en re

PAGE 131

131 : Comme nt huit, douze femmes, pouvaient elles partager la mme chambre et le mme homme ?... (35). Cette femme, (la narratrice de Riwan ou le chemin de sable notions de biensance culturelle du code wolof. B ref, en marge des restrictions du wolof, ou contre le billonnement de la socit, et au regard de la dfinition de la langue en fonction de la culture qui la soutient, la nracine dans la libre expression. Brisant le mutisme de la femme dans la socit, cette langue se pose en un dpassement des barrires sociales en vue de la libre expression. Mais, mme si cette langue qui ne se veut aucune conscience des restrictions de l nanmoins chez les personnages adultes buguliens aussi. En effet, au fur et me sure conscience lente certes, mais sre (chez des personnages fminins surtout), de leur situa s

PAGE 132

132 de tous : mettre fin au monologue de la co nscience qui ne fait que les tuer petit coup, social qui les opprime. Elles pren nent dsormais la parole pour dire oui ce qui leur plat, et non ce qui ne leur convient pas. De ce fait, elles mettent fin la couardise qui les a caractrises jusque l et qui consistait pour elles tout accepter, y compris ce qui ne leur plaisait rvlateur de la narratrice de tes droits, me dit elle. Dis non quand cela ne te convient pas. Demande ce que tu veux. Ce sera oui ou non. (35 36). del du simple oui ou non, ces pe rsonnages fminins se rsolvent surtout faire des choix de vie pour elles mmes et ne plus subir ceux des autres parole. Mom Dioum de La Folie ou la Mort par exemple a fait en ce qui la concerne le politiques de son pays pour arrter de se perdre dans les mandres de la et en a librement pay chapper la raison d es autres et sa propre raison (179)

PAGE 133

133 tion de se laisser faire, mais de se battre pour cote vide du silence comme Francophone African Women Writers Destroying the Emptiness of Silence (1). La seule chose qui compte dsormais pour ces personnages fminins jadis battus, opprims et rduits au silence, et qui ont prsent pris conscie Rue Flix Faure. la passion de la libert ( 168). Relevons tout de mme que la langue des personnages buguliens qui se veut au muti sme face aux interdits de la socit se rsolvent eux aussi comme les femmes briser le vide de ce silence et en assumer la pleine responsabilit. La Folie et la Mort Yaw qui ne pouvait pas supporter le silence sur la mascara la procession, osa rouvrir la bouche et appela les choses par leurs noms. coutez, ce ne sont pas nos anctres qui sont l, ce sont des assassins, des criminels. Ils ont tu les enfants, v os enfants. Je les ai vus. Je les ai surpris hier dans la colline. Il y avait Mori, Gadaga, Samori, Iba, Fasassi. Ils sont dguiss, ce ne sont pas les morts qui sont revenus.

PAGE 134

134 anctre Quelques sages avancrent vers Yaw en brandissant les longs btons que la foule allait le soutenir, il c ontinua, la prenant tmoin. (146) ; : Mori, Gadaga, Samori, Iba, Fassassi ; en ce moment prcis de la scne, ils taient pour la foule les anctres revenants pouvait changer cela d ans leur tte, ni mme Yaw le pauvre malheureux qui a pourtant ait pas ainsi dans cette socit la crmonie du culte des anctres (142). Il lui avait certainement s dans sa Leon : Le langage est une lgislation, la lan gue en est le code. Ainsi, par sa trop s progressiste ; elle est tout simplement : fasciste ger dire. (12 14) social qui oblige nommer les choses et disposer de ces noms de choses conformment aux prescriptions des faiseurs de lois du cercle social dans leq uel cette langue est dj parl e. Tout est cens se faire fait tout le long dveloppement qui a prcd cette analyse sur les relations entre la

PAGE 135

135 des personnages buguliens dans les romans qui les contiennent. A plus forte raison, apprendre la langue dictatorial dans la pratique de la langue. Cette dictature inclut d rgles lmentaires de formation de ladite langue comme par exemple sa morphologie, socio a langue elle mme. Il initi de se servir des noms de prs la mme chose que ce qui se passe dans la socit du Ndo ucoumane natal de terdite des non qui sont plus libres dans cet usage rserv de la langue de ceux qui le sont moins. Ainsi et dans tous les cas, parler une langue quivaut systm atiquement se mettre sous le pouvoir sociopolitique quasi incontrlable de la communaut linguistique laquelle dire ne mme des risques de sanctions populaires. Dans cette optique, il y avait donc

PAGE 136

136 embrouill. Il fallait que quel nomm ce point, il a donc chang de langue et doit faire face la sentence subsquente. Pour la foule, il tait devenu fou (148), alors que pour les sages : Une dcision tait prise. Il fallait tuer Yaw. Tout de suite. Il fallait le prendre et le tuer. Immdiatement. (147) absolume de la langue. l de ce principe capital de la disposition des noms de choses en socit. Contrairement la rgle de respect et de conformisme elle tire sa source du dpassement des restrict ions ingales de la socit. Dans par exemple, alors que tout le monde parlait la langue de la soumission au pouvoir des occupants, Mose a choisi quant lui celle de la rvolution :

PAGE 137

137 Mose tait pour une rvolution totale (65) mais dev enait par ce fait mme, une cette raison que sa mre le prfre son pre. Elle aima Un homme qui avait des convictions. Un homme qui ne cherchait pas tre en voulait souvent ce dernier qui se c onformait toujours. Dans certaines es. il (57) On peut bien se demander ce que la mre de Mose voulait son mari, et on ce pas exactement ce que prescrit la pratique Mose tant que celles prat ique dans la rue Flix Faure, non seulement dans le cercle restreint des Chacun, rue Flix Faure, avait sa version et sa vision du monde visible et du monde invisible, mais le dbat tait o uvert. Et le respect de la version et Flix philosophes, importants p philosophes, aurait dit le Philos ophe de la rue Flix Faure. (10)

PAGE 138

138 Rien ne peut mieux mettre en valeur la langue des personnages buguliens que cette atmosphre de dbat dans la rue Flix F aure. Chacun est libre de nommer ce comme lui aussi le leur doit quand ils font pareil. Cette langue ne se connat aucune t rouve son origine. Q cependant pas que le personnage bugulien une langue dans la socit non plus. Nanmoins divers exemples plus haut, chaque transgression lui a toujours valu une peine en retour. Quand elle crit, dit se dconstruit travers tout ce qui se trouve a sentir opprime. Alors, pour chapper aux oppressions du wolof, la langue franaise comme langue trangre ma lgr sa lourde histoire de langue de colonisation aura t franaise en fut aussi un pour la jeune fille abandonne par la mre et dont personne ne voulait dans la socit. 4.2.3 transgressions des interdits culturels de la socit, Ken Bugul et ses personnages ont

PAGE 139

139 recours un troisime pis pourront dsormais les nommer dans cette langue trangre. En effet, toutes les pas sa socit qui lui offre toute la lib cette langue trangre pratique dans sa socit elle mais qui ne la comprend pas, seing qui lui permet de se dpenser sans aucune ide de restriction possible. Plus pour elle la cration mme : par son usage libre de toute barrire socioculturelle, elle se surtout la raison cette langue, synonyme de sa libert dcouverte et aussitt acquise. Certes, dans la langue trangre il y a toujours transgressions. Mais tant donn les entend mme pas, et plus aucun problme culturel ne se pose son niveau.

PAGE 140

140 codes ne sont plus les po de langue de colonisation est aussi une langue de libration pour Ken Bugul et ses personnages. Comme elle a su bien le souligner au cours de la communication de Flori mais une question de il vivre sans langue ce est plus Le Baobab f ou illustre bien cette situation de la petite fille esseul e qui cherche cependant se faire sa langue dans op pressions des siens. uit, je le balanais tout le monde. Je croyais avoir trouv un moyen de me rassurer en me (138). trouve rien de plus rassurant que de parler en franais

PAGE 141

141 t tous les grands prix. A la maison, quand un bruit de march se faisait entendre dehors dans la cour, elle se bouchait les avec rage. Quand malgr moi je me couchai s, je continuais analyser dans ma tte le de Reims de tel roi wisigoth ou occitan, enfin franais (135). Pour elle en effet, le sans aucune cra inte de rpression sociale. Mais langue et culture tant deux pour le personnage bugulien un tremplin pour l Bugul et ses personnages dcouvrent aussi une culture trangre : (129) disait Ken dans Le Baobab fou Elle mettra alors pour ressemble r ses anctres et aller vivre effectivement en Occident. main au march, toujours bonsoir tort et travers, toujours faire un tour dans le village pour me montrer, chaussant des ch aussures talons aiguille jupon que je faisais dpasser exprs pour le montrer. Les dcrpages donnaient des visages dstructurs, le vernis rouge comme du sang qui me coulait des doigts (139)

PAGE 142

142 faci (141). La suite on la connat ussi dpart. Elle ne ceux ter elle en dfinitive que cette ide de compromis ? De toutes les faons, mme sur le plan de la langue, le rsultat est presque rle comme un Franais de France. Selon ses propres dires la confrence de Floride, Ken me tant est rre. Le Baobab f ou ni dans aucun pour ses

PAGE 143

143 appropriation de cette langue en fonction d opriation en dans la socit franaise, donc forcment eu une adaptation de cette langue t rangre aux ralits culturelles de ppris la langue franaise au sens propre du appropri cette langue franaise selon le s possibilits de son adaptation sa culture elle. partie un produit franais qui pose problme. Le

PAGE 144

144 refuge re de tout nommer e a t pour eux une dire caractristiques de la langue bugulienne suivre, je reviendrai encore davantage sur les relents locaux et environnementaux qui fo nt que la langue franaise que franaise elle sens du point de vue de la science des langues et du langage. En rsum, l es expriences de Ken Bugul avec les langues sont essentiellement : la perte de la mre, les restrictions de la Premirement, elle a chou

PAGE 145

145 sans prcdent a eu pour effet immdiat sur elle une impossibilit psychologique de e ne e, elle rpond pour pouvoir la parler convenablement ste que a langue maternelle, cette langue l mme que la mre a chou lui apprendre avant de partir. est la rencontre des restrictions sociales du wolof auxquelles elle a d faire fac e quand elle a dcid de se rouvrir la bouche la suite du dpart de la mre. Evidemment, pour barrires sociolinguistiques, le choix faire est bien limit : soit le ri sque de la transgression ou le confinement dans le mutisme comme ce fut le cas de la jeune fille t le choix de Ken Bugul. Elle a opt pour le got du risque et de la violation des

PAGE 146

146 de dire les noms des choses. Mais emples de romans, roman : Le Baobab f ou plus la mme lan gue qui est parle, car, la transgression des restrictions de la langue outrepasse les rgles. En clair, que Ken Bugul transgresse les restrictions du wolof implique domaine de l a culture comme fait social mais se rpercute aussi sur la structure de la langue que met mieux en relief En effet, pour se protger davantage contre les rprobations de la socit, Ken Bugul et se s personnages de roman en science des langues et du langage. Avec cette langue trangre, elles tentent de se interdits du point de vue du bon usage de la langue trangre, les libre des nombreuses restrictions que lui imposait leur wolof maternel.

PAGE 147

147 de la romancire avec les langues. Aux formes de libration de la langue franaise auxquelles elle est expos e en dbut Au regard de cet aboutissement des expriences de Ken Bugul avec les langues peut y avoir aussi des langues individuelles comme par exemple, la langue de Ken sociale. Ken Bugul ne donn que Ken Bugul est polyglotte, il peut donc y avoir une certaine forme sa conception de la notion de langue est une confusion avec la notion de langage qui par dfinition peut quant lui, tre individuel. nglais. Mais le problme de langue que pose son

PAGE 148

148 Dialogues pour dsigner quelque chose exactement. Crons des mots Non pas tre bgue dans sa paro le, mais tre bgue du langage lui mme. Faire une ligne de fuite. plusieurs systmes dont chacun serait homogne en lui mme systme en Roumain dans une autre langue que la sienne, mais au contraire parler dans sa langue soi comme un tranger. tous les contresens sont bons, (11) Sans avoir utilis le terme de technique de glissement, Deleuze pose cependant le principe d e son fonctionnement dans le processus d l a bora t dsarticule dessein et le texte ne tient que par le flot des motions de son auteur. Cet art de de la langue de base pour en faire un ensemble htrogne dans recouvre toute sa libert de cration. Ainsi la lumire de cette citation de Deleuze, les dans la transgression des restrictions de la langue du wolof par la romancire pour la

PAGE 149

149 soumettre son appropriation de la langue franaise et aboutir la fabrication de sa propre langue littraire en fin de compte. En cela se lit aussi sa ligne de fuite ou de Q uand par lit le wolof sans oublier ces motions qui rappellent l a naissance de la langue ou la non dans son quatrime roman pour conclure la prsence simulta ne de la parole dite et de la parole crite dans ce roman. Lisant La Folie et la Mort et dcomplexe de Ken Bugul. Elle crit comme elle parle : par interjections, par anecdotes, faisant un dtour pour ra ttraper le cours de Le roman ressemble une longue fusent, les anecdotes quotidiennes se mlent des bribes de rcits surnaturels, des relents de contes. Le roman de Ken Bugul inscrit Ternoven mettait ainsi en exergue Bugul, ce qui se traduit sur le plan isol de la langue par l e mlange des motions du wolof dans le franais et vice versa. Cela quivaut dire aussi que quand elle crit, mme est dans le Il y a en effet, dans la pratique de l crolisation. Chez Ken Bugul, ni le franais, ni

PAGE 150

150 ; on assiste plutt dans le roman bugulien un mlange artistiquement bien orchestr de plusieurs langues la fois. Ainsi, par le fai diffrentes langues la fois, elle ne parle aucune langue prcise la fin, mais se cre pouvoirs restrictifs. Cette pratique de la langue chez elle se rapproche de ce que Barthes a appel : tricher avec la langue dans sa Leon pouvoir, mais aussi et surtout celle de ne soumettre personne, il ne peut donc y avoir de libert que hors du langage. Malheureusement, le langage humain est sans extrieur e : par la singularit mystique. Mais nous, qui ne sommes ni des chevali ers de la foi ni des surhommes, il ne reste, si je puis langue hors ion permanente du : littrature (15 16) Par tricherie dans la parole qui se lit chez Ken Bugul, plus aucun code dsaro nne en vue de son miettement. En lieu et place du pouvoir de restriction dans lequel la romancie se permet ses navigations glissement dan s le processus de cration de la langue littraire de Ken Bugul. Dans le de diverses langues, chacune disloque en elle mme, une langue nouvelle et libre des restriction s socioculturelles. Cette langue dont la vocation est de tricher au sens

PAGE 151

151 est une langue : la langue bugulienne. exprience s buguliennes avec les langues pourrait bien tre que celle du langage qui, lui, est individuel par dfinition, il y a cependant dterminer au pralable de quelle langue Ken Bugul tire son langage si tant est Pui sque le langage est la manire de parler une langue, il faut videmment savoir du langage chez individu parlant. Tout tre humain qui parle a forcment un langage le prsent chapitre Mais une fois encore, avant de questionner comment Ken Bugul parle ou crit, il est primordial de chercher parle franais ou franais et wolof la fois criture porte tyle et ne le wolof, est un fait

PAGE 152

152 dans ses romans est une fabrication issue du mlange des deux et il ne serait exclusivit. Mais cette langue om de son auteur. fois encore, la langue bugulienne. Pour conclure, Bugul avec les langues merge une nouvelle langue littraire, la langue bugulienne. nom dans : se faire sa propre langue ? Langue et style so nt des donnes antcdentes toute problmatique du langage, langue et style sont le produit naturel du Temps et de la personne biologique grammaire et des constances du style (23 24). Mais la particularit de la langue littraire de Ken Bugul est que ses sources de formation se trouvent toutes en dphasage avec les prescriptions de la linguistique gnrale. En effet, si selon les linguiste s, les toutes premires initiations la langue se perte de la mre que la langue bugulienne prend sa premire source. Ensuite, si toujours selon les linguistes la langu socit qui la porte, entendons bien dans le respect des restrictions de cette socit, la rbellion contre ce deuxime principe du langue trangre, la langue franaise. Bref, sans se former entirement en dehors de la

PAGE 153

153 les principes de la formation sociale de la langue, Kristeva dans son article : Comment parler la littrature ( Polylogue ). stance dans lequel il bride son dsir de signifiant par la sanction smiotique, etc.), elle mme dicte par une tique (utopie ?) : insrer dans pas entend par nature bris (25) les dmarche de cratrice. Mais par le fait des lignes de fuite en rfrence aux motions surtout, se produit automatiquement le mouvement contraire, la distance. Autour de ces glissement p ar excellence. Mais la vritable consquence de ce double mouvement de la langue bugulienne ir par exemple, la grammaire et la logique du discours (76) en rfrence la thorie de Kristeva dans Soleil noir Dpression et mlancolie Or, le smiotique quant lui est tout ce qui est pulsionnel, (allusion faite

PAGE 154

154 la prsence des motions dans la langue bugulienne), et porte en lui les germes de bugulienne, le franais et la langue du wolof perdent de leur caractre symboliq ue pour que dominent dsormais, non seulement les signifiants des signes signifis rduits, romancire confre au concept de langue en gnral une autre dimension rhension que celle de systme de signes signifiants et signifis comme : publi dans Polylogue de signes, ce qui permettra la linguistique de prtendre la formalisation (logique, une langue ou u n texte une loi ou un sens. (152) la prvalence du smiotique sur le symbolique. Or, dans un pareil contexte littraire de domination du smiotique sur le symbolique, l a langue tend inluctablement perdre en signification ; il lui donne au contrair 4.3 Les Caractristiques de la Langue Bugulienne : Prvalence du Smiotique sur le Symbolique Dans : Politique de la littrature ( Polylogue ), Kristeva nonce : Toute unit phonique est alors nombre et infini, plthore et comme telle ; toute phrase est syntaxe et non phrase, unicit normative et multiplicit drgle ; toute sa propre histoire, celle du sujet et celle, objective, de superstructures (30)

PAGE 155

155 La notion de langue prend ici une toute autre dimension que celle du code socio communicationnel que lui attribue Martinet dans les Elments de linguistique gnrale et dont structure rfrentielle qui dirige ou domine la construction du mot, de la phrase ou du texte. Toute construction se fait en elle l code, mais une langue en mode de fabrication sans fin. Dans cette assertion kristvarienne en effet, la langue soumise la politique de la littrature est aussi non s ce e pas tre : nombre et infini, phrase syntaxe et non phrase, de se temps, qui e mane alors une odeur de vie et de mort, de sens et de non tromper. En somme, ce que met en relief cette citation de Kristeva est un aspect smiotique de la langue qui fond en elle lui la formation de la langue bugulienne qui, sans se gnrer compltement en dehors ns sociales comme Au niveau du sens et du systme des dans le commencement de la prise de forme sans pour autant poursuivre son volution

PAGE 156

156 vers la codification selon que le prescrit la commune mesure (Kristeva 19) linguistique : maternement et de mutilation qui sont lis aux motions et silences fondateurs de la langue bugulienne. Quant au plan de la mise en fond remise en cause du caractre de la fixit de la langue. 4.3.1 La Langue Bugulienne : une Langue de Maternement et de Mutilation Quand Ken Bugul a dfini la langue comme une motion qui vient du contact des parle pas, elle a tout dit sur le caractre de ma ternement plutt un lien de pseudo communication entre le bb et la mre ou le pre comme dans (Appendix A du prsent travail) ci prend got petit communication par le tout petit enfant. Au contraire, on est toujours un stade de le cas.

PAGE 157

157 ; pas encore le cas. En effet, dans le fait de maternement ; il y non plus. Dans un jargon sportif, on comparera le maternement au stade ct du regard Ayo bb, Bb petit bb Petit petit byo Ayo bb Pourquoi pleures tu bb ? Ta mre est partie au Saloum Il y a trois cases au Saloum La quatrime est la cuisine La cuisine est celle du Roi L e roi est le roi du Saloum. (13) La mre qui me pas encore conscience ce dernier. Mais aussi paradoxal que cela

PAGE 158

158 rveillent les motions du petit enfant. Par cet exemple du chant de la berceuse, il est alors juste de et que le maternement est le commencement de la langue chez Ken Bugul et ses mencement de la langue adhre inconsciemment la construction de cette langue future. Sans la moindre conscience ou volont de materner la mre en retour, le bb en retournant pour quelle que raison que ce soit plus tard, il y aura toujours ce rsonnem ent du maternement maternement qui fait dire Ken Bugul que la langue : est une motion. Et cette motion vient du son bb ne parle pas. Elle met des sonorits (Appendix A du prsent travail) Pa r ailleurs, tant entendu que le maternement la berceuse 3 du dbut du roman de r duire considrablement le symbolisme de la langue qui impose que par convention, chaque signe linguistique soit sujet dnotation et renvoie naturellement motion d ans la voix. Il se manifeste par des vibrations sonores qui entament le

PAGE 159

159 sur tout relier aux motions et silences par lesquels Ken Bugul dfinit elle mme sa mme le maternement ne signifie pas tout comme les motions et sil ont pas vocation produire d u sens. Il m ane du maternement peut tre des signes, mais alors, des signes rduits des signifiants sans signifis ou signifis multiples. Quand un locuteur adulte y recourt, il se traduit par des sifflements dans la voix, ces sonorits dont parle Ken Bugul, mais qui rduire la porte significative du reste des ensembles auxquels elles font partie. Dans la manifestation du maternement il y a donc ce retour permanent au merveill commencement de la langue chez le bb ou la rsurgence de ce mme commencement de la langue dans le discours de la personne adulte. En plus, le maternement tard. A ce titre, dans Le Baobab f ou toute la Pr Histoire de Ken est une phase de maternement e est le merveilleux enfantement de la deuxime partie du roman : Histoire de Ken gestation se bercer elle mme avant de prendr e forme. La Pr histoire de Ken dans Le Baobab fou maternement

PAGE 160

160 En gnral, quand il y a maternement dni de la dngation Soleil noir : Dpression et mlancolie Le dni de la dngation prive les signifiants langagiers de leurs fonctions de faire sens pour le sujet. Tout en ayant une signification en soi, ces signifiants sont ressentis comme vides ne sont pas lis aux traces smiotiques (63). e maternement dans la langue prive donc cette dernire de son aptitude faire sens en faisant prdominer les formes de la cration artistique sur le fond. Par Mom Dioum dans le roman La Folie et la Mort est ce qui retire cette histoire du terrain de la logique communicationnelle humaine. Idem pour la prsence du mythe de Condorong dans la Mose se posa mme le sol et se mit rflchir : Condorong Condorong Voil ce dont la dialectique avait oubli de nous parler. Condorong Nous avons eu tort de tuer les mythes. Condorong Je me souviens, je me souviens, je me souviens Condorong Condrong Et ils ont tu le Condorong.

PAGE 161

161 Mais on ne peut pas tuer les mythes. Le Condorong a t dmystifi depuis les annes soi xante. Mais son nergie est l, comme le peuple. Condorong (289 90) On entend dans ce monologue sourd et renferm sur lui mme de Mose, un nonce pas pour signifier mais pour nier ou rduire de la dngation d maternement qui se produit qui se trame dans ce rc mme de toute consistance du point de la logique qui en porte la lourde charge de maternement. Le mat ernement dans la langue, somme toute, est ce retour permanent au commencement de la langue. Supprimant ou rduisant le caractre symbolique de la langue, il fait prdominer les motions ou pulsions de la naissance de la langue chez : c Chez la narratrice bugulienne, il est le comblement du vide affectif cr et laiss en elle roman, il co nsiste en la gestation de cette histoire suivie en mme temps de sa destruction systmatique plutt que de son accomplissement. Il est histoire et non histoire, sens et non sens, langue et non langue. Mais le maternement ne se situe pas que du ct de la russit jamais se produire. Il est aussi une description tant sensationnelle que

PAGE 162

162 cet extrait de la communication de Ken Bugul la Floride : The first emotion I have had was the environment in which I came in this presence (Appendix B du present travail) Ainsi, la lum techniques de rminiscence des sensations de c ette poque premire de son maternement, nommer dans le roman bugulien est par consquent une manifest ation de ce maternement Deux figures clefs de ce type de maternement comme il est inscrit dans les textes buguliens sont les tentatives de peinture de march Kermel dans Rue Flix Faure Dans la langue toujours au stade de gestation de ces quatre formes voiles qui se multipliaient la nature dont la narratrice peut av oir une perception mais pas le nom. Le caractre d e maternement noms des choses sans y parvenir. Il y a tentation dans la mesure o on sent le quand des checs de ce genre se produisent en srie, la parole devient une succession : on

PAGE 163

163 actre de la langue bugulienne qui va de pair avec le maternement par sa mre et/ou la typiques des narratrices de Ken Bugul. Le mutisme dans lequel la petite fille de la mre. Cependant, le symbole de la langue, non pas en tant que moyen de profrer des paroles mutiles. Evidemment, quand la jeune narratrice isole rintgre la socit il y a trs peu de temps revienne automatiquement de lui mme. Du coup, dans le cours de la voix. Or, dans la succession des sons, ces vides crs par maternement dans la langue bugulien ne m me caractre. Cet enchanement de sonorits offre un spectacle auriculaire de culbutes de sons o les mots se tombent dessus les uns les autres. Le processus de mutilation ainsi dcrit se rapproche de la thorie de multilinguisme base sur des

PAGE 164

164 bgaiements dans sa propre langue dveloppe par Gilles Deleuze dans Dialogues et allusion plus haut pour justifier la prise de forme de la langue sont antrieures. Sa marque apparente est quant elle le jeu des mots objets dans la posie moderne que dcrit Roland Barthes dans Ces mots objets sans liaison, pars de toute la violence de leur clatement, dont la vibration purement mcanique touche trangement le mot suiv ant : ce discours debout est un avec les autres hommes, mais ave c les images les plus inhumaines de la Nature la matire pure, etc. (73 74) mots ou sons dans lequel il se lit systmatique ment un manque apparent de matrise langue tend ne se tenir que par lui mme cascades ou tourbillonnements de mots font que le flux de la parole ou des sons mis est un mlange htrogne dans lequel le manque de cohrence est notoire. Le sens est non ns son recueil Polylogue Les mots arrivent, mais flous, ne voulant rien dire, pulsation plutt que sens, et ce courant prend les seins, le sexe et toute la peau irise. Cet texte Un corps, un texte, qui : dans le noir des rves en bulgare franais russe tons chinois invocations que, si ce c orps htrogne, si ce texte risqu, sont donateurs de sens, du (177)

PAGE 165

165 tout le corps qui produit le text e, lui aussi mutil en rponse aux mots qui se tombent prsent dans le mme texte par la forme mutile que prend ce dernier. Par consquent, le corps est le text rgis par un effet de mutilation qui justifie leurs prises de formes respectives. Or, tout ceci se faisant en rfrence au processus de comblement du vide affectif caus par la mre, il y a donc un effet de maternement la base de la production des maternement s qui entrane nt quelconqu le La Folie et la Mort briser les lans des uns et des autres dans la tentative que tout un chacun dploie pour vivre et survivre. Ne brisez pas les rves des autres. Ne nous sclrosons pas mentalement. Refusons de nous faire travers les autres. Nous sommes. Les autres rvler soi mme. Voil le secret du rve (200 201)

PAGE 166

166 dernires phrases de la citation. Ensuite, il y a des interpellations sous forme de commandes, soit les phrases au milieu des deux autres groupes de phrases prcdemment cits. Ces interpellations impratives passent sans transition aucune de la deuxime personne la premire personne du pluriel. Il y a alors lieu de se demander qui e st vraiment interpel. Quant au fond, dans la succession des phrases de nature telle que : Nous sommes. Les autres sont. Il faut se faire, se rvler soi mme quel est vraiment le sens des mots ? Si dj nous sommes et que les autres sont pour quoi faut il se faire et se rvler soi devons continuer nous chercher ou nous connatre nous mmes alors que nous absurde pa rce que dnue de sens, la dernire phrase est une destruction du sens que nous ne sommes pas encore, et les autres non plus ne sont pas. Cependant, il faut tre avis de la logique de mutilation de la langue dans le roman bugulien pour savoir que le sens de ces phrases ne se trouve pas dans les mots, mais dans le bgaiement des acteurs (par allusion Deleuze) ou dans le bruissement des mots (en rfrence la citation de Barthes). On dira la suite de Kristeva dans Polylogue la phrase le sens la signification sont ici heurtent les un s aux autres pour donner un sens au second degr la phrase ou au texte sans

PAGE 167

167 continuer signifier par eux mmes. Dans ce sens au second degr se trouve incarn De ce fait la mutilation dans l a langue bugulienne consiste anantir la porte lisible du texte pour le rendre scriptible son livre S/Z par exemple, Barthes a donn les caractristiques du texte scriptible qui est aussi appel : le texte pluriel. Dans ce texte idal, les rseaux sont multiples et jouent entre eux, sans ; ce texte est une ga laxie de signifiants, non une structure de signifis ; il est rversible ; on y accde par plusieurs entres dont aucune ne peut tre coup sr dclare principale perte de vue ils so dcision, sinon par coup de ds ; de ce texte absolument pluriel, les ayant Tout ceci revient dire que pour le texte pluriel, il ne peut y avoir de structure narrative, de grammaire ou de logique du rel (11 12) Le texte scriptible ou texte pluriel est un texte idal parce que difficile obtenir. Mais cette difficult rside surto dire un texte en perptuel mode de construction du fait mme de la la n gue qui le porte. Plutt que de prtendre tre un texte direction jamais il y e htrogne tend se constituer lui mme en un sous ensemble pour chapper toute

PAGE 168

168 vellit ou ambition fdratrice du texte lui artistique qui ne tient son nom de texte que pour la forme peuvent tre en elle que des accidents de circonstances, mais jamais des principes de fabrication de son auteur glissement d e est en premier lieu le fait des maternement s et mutilation s qui sont la base de ses propres prises de formes. Mais en dehors d es maternem ent s et mutilation s qui lui sont propres et font confrer aux textes de son auteur leur nature de textes scriptibles ou pluriels, il y a aussi que la langue bugulienne droge aux principes socio temporels de la langue comme le prescrit la linguistique gnrale. Son autre caractristique consiste donc en la remise en cause du caractre de fixit de la langue. Notons cep langue dont tra fais de ces deux sortes de langue ici rside dans la mise en vidence de la technique de glissement 4.3.2 La Langue Bugulienne : une Langue Toujours en Construction Dans son Cours de linguistique gnrale Ferdinand de Saussure a nonc que :

PAGE 169

169 sont insparables. A tout instant, la solidarit avec le pass met en chec la libert de choisir (107 fait incontestable que la socit et le temps la socit puis lie sa pro pre histoire dans le temps. : Ken Bugul et les restrictions du wolof a ses prescriptions auxquelles la langue se voit automatiquement soumise. Une langue se parle dans une socit telle que cette socit le veut et le dcrte. Or, dessus cite, Saussure a eu lier le destin de la langue celui de la socit en relevant que : sure la langue qui fait la nation (40). le, il est fauss. S i tout le monde suit le mme mode est de princ ipe que la pratique de cette langue sera littraire de Ken Bugul, il est de bons tons de faire le point sur les mrites et les limites de la notion de fixit de la langue. S ur le plan purement communicationnel, il est primordial que les facteurs de la communication soient les mmes pour tous. Autrement, si un facteur en vient tre conduit e terme de cette communication. Ainsi par exemple, si la langue devrait se pratiquer suivant le modle du chacun pour soi et non suivant un modle standard de la

PAGE 170

170 fe ra les frais. Pour assurer donc une communication harmonieuse au sein de la socit, cette dernire a tout intrt veiller standardiser un mme et unique canal pour tous, la socit qui appelle son souci de conservatisme dont la premire consquence est le caractre de fixit. Mais mme dans la ralit des faits, cette rgle de fixit de rgle de principe. Il est en effet difficile voire impossibl e de la vrifier de bout en bout : Sur la littrature la position de Roland Barthes sur la question permet de mieux saisir encore la nuance. Certes, il y a un idiome national, aucune ralit sociale, sinon au niveau des grammaires de franais, ou de son enseignement normatif. Dans la ralit, il y a plusieurs langues franaises (9 10). i quand il crit dans Ce que parler veut dire : discours stylistiquement caractriss, la fois du ct de la production, dans la mesure o chaque locuteur se fait un idiolecte avec la langue commune, et du ct de la rception dans la mesure o chaque rcepteur contribue produire ce qui fait son exp rience singulire et collective. Le paradoxe de la pas souvent la posie, des motions expriences dire socialement marques (16) Mme si ces deux citations ont trait la production littraire, on peut tout de mme mathmatique lmentaire. D ans la socit o tous les individus croient partager la

PAGE 171

171 mme car chacun y met toujours d u sien. Les effets de prosodie que sont notamment la Ainsi par exemple, le message peut tre peru diffremment par divers individus. socit qui la fao volue dans le temp s et subit diverses transformations aussi tranges les unes que les autres. Dans une socit o une mme langue est cense tre parle, il suffit de comment la langue de constituer un htrogne antinomique de ces mmes formes. Considrant par exemple la langue franaise, on distingue ple franais de Paris, le crit dans son livre Histoire de la langue franaise : Un Franais du XXe sicle ne comprendrait videmm ent rien ce que lui dirait son compatriote du IXe sicle, et les quelques mots que cet anctre correspondant un redoutable exercice de version ; notre contemporain ne de France, contemporain de Molire tel loignement dans le temps sans compter que de multiples diffrences tenant aux milieux sociaux et aux niveaux de lang

PAGE 172

172 pour que les messages soient obscurcis et que la communication soit rendue pratiquement impossible (3) t elle en chancelant, mme en linguist dans le temps, la langue volue, sa solidarit avec le pass rend difficile toute fantaisie d ans le processus de cette volution. Chaque langue est lie son pass et en ce gnral. e peut on dire de ce caractre fixe de la langue principalement des langues du wolof et du franais, la langue bugulienne obit elle aussi au principe de la fixit de la langue ? e la langue bugulienne est une langue proprement parler par son auteur dans les livres non plus de retourner la socit pour mme tent er nouveau sa chance de que emprise sur sa puis sa naissance

PAGE 173

173 En plus, la langue bugulienne ne connat mme pas de principes sociaux sur lesquels se fixer. Elle est une langue littraire, une langue de libert pour ne pas dire r ; mais en Bugul a t bien claire sur cet aspect de la question : Je ne cherche pas tre comprise. Je ne veux mme pas me comprendre (Appendix A du prsent travail) La langue it non plus. Elle ne connat aucune notion de fixit par rapport aux principes de langue de il nanmoins de sa fixit ou non dans le te mps ? nombre important de gnrations, voire de sicles. Or, dans le cas bugulien, nous a semble donc trs prmatur de prendre une mesure sur la fixit ou non de cette lan gue dans le temps. Il lui faudra du temps et peut Bugul emprunterons la mme langue rendant alors plus raisonnable le fait de procder une tude beaucoup plus valable dans ce sens.

PAGE 174

174 Nanmoins, il convient de voir si du roman Le Baobab f ou au roman Mes H ommes moi elle mme ou si elle a volu. D ans les toutes premires productions romanesques de Ken Bugul, on avait rguliremen mme dans La condition humaine (11). D ans ses plus rcentes productions par contre, elle tend la cration de textes beaucoup plus scriptibles est marque par une volution certaine langue qui la porte a elle aussi chang. Ainsi, dans un roman comme Le Baobab fou De o la na With its poetic personal style, level of intimacy as she looks for answers through her feelings, rather than through a telling of events Through language, Bu gul emphasizes her continued moorings in the childlike, the instinctive, and the lost. One could also argue that the grammar used by Bugul, and more specifically the tenses or moods, reveals the lack of a clear cut boundary with past. The time sequence in the difficulty to free hersel f from the past. She can only transcribe her emotions the way she had verbalized them in the past (de Larquier 127 29) Ainsi que je le disais, cet te citation de de Larquier montre que contrairement ses Ken Bugul a alors volu

PAGE 175

175 rponse : malgr le temps trs court de son existence, la langue bugulienne est une langue en perptuelle mutation. importance dans la dtermination de s natures de c es diffrentes mutations. dans son article : Ken Bugul hits home : Striking Gold in : Emerging Perspectives on Ken Bugul pour en arriver la conclusion suivante : Ken Bugul has forged new ground here, melding certain aspects of her previous work with new stylistic turns in a novel that is at once timely and timeless, bringing together rhythms and repetitions from a variety of sources to communicate a pressing message along with a universal embrace of humanity (304). Les deux principales fonctions de la langue exploites par Ken Bugul dans sa prsentation la confrence de Floride en 2009 taient : la communication et Dans communication il faut entendre le message et surtout le canal de passage de ce exergue d forme du message ou du canal de ce message, soit le langage, le langage bugulien tel

PAGE 176

176 Notes 1 personne qui voyage beaucoup et qui a sjourn dans beaucoup de pays, il est fort 2 Je ne remets pas en cau se le fait que Mme Maritou Mbaye Vve Biloma parle Bugul ne parle pas wolof dans ses romans n apprentissage du wolof. Sa mre est partie 3 a mme. Elle ne vise pas se transmettre un autre objectif vise t on en dehors de jouer sur ses motion pour le calmer et/ou de ? On ne chante pas une berceuse un enfant pour lui transmettre un roman rd mme.

PAGE 177

177 CHAPTER 5 LE LANGAGE BUGULIEN PRATIQUES DE LA LANG UE BUGULIENNE DANS L E ROMAN 5.1 Prliminaires arthes a soulign dans son livre Le degr zro de La langue est do nc en de de la Littrature. Le style est presque au del : et deviennent peu peu les automatismes mme de son art. Ainsi sous le nom de style, se forme un langage autarcique q ui ne plonge que dans la la parole, o se forme le premier couple des mots et des choses, o existence (19) Le L e texte ne doit pas tre seulement une parole crite car, la parole crite doit manifester la prsence de son auteur et des choses que celui dire mme pour exister. La concidence rfrentielle a vec un til de la

PAGE 178

178 pour tre un langage littraire, la parole du texte qui se veut littraire aussi doit se prsenter : tre la personne mme de son auteur. Cette parole est une parole vivante qui ralise la prsence des choses qui ne sont en ralit pas prsente Dans sa Leon dire le texte en train de se produire lui mme ; cette autoproduction du texte es t n de dire son texte lui mme construction. Ils sont les sujets dont parle Barthes dans la leon et dont la prsence ventuellement le lecteur en plein acte de construction du texte, il est aussi le matriau

PAGE 179

179 constructeurs du texte, mais aussi ce sur quoi porte la construction du mme texte. conception du langage littraire bugulien part des diverses manires dont Ken Bugul se sert elle rapprochement avec la thorie barthsienne ci dessus nonc e sur le langage littraire prsence de Ken Bugul dans ses propres textes, et comment dispose t des saveurs des mots pour organiser la fte dans ses romans c Barthes dans la leon traire et ses effets dans ? Dans son livre Les mots et les choses : une archologie des sciences humaines les effets de signification par les mots ou les signes. Pour lui, on croyait avoir atteint consistait en effet relier un signifiant du texte son signifi. Ainsi prtendait on ser le signe en littrature. La parole du texte tait une vrit premire cette parole premire, absolument initiale par quoi se trouvait fond et limit le mouvement infini du discours ; dsormais le langage va crotre sans dpart, sans terme

PAGE 180

180 en jour le texte de la littrature (59). Sur la base de ces propos de Foucault, il es t clair que le fonctionnement du toujours cette sensation de manque dans la langu e qui est pourtant destine nantir des compensations dans la littrature qui lui offre dsormais la possibilit de plusieurs noms la fois. La valeur du nom propre est tout de mme relgue au second rang. Plutt que le seul exercice de dnotation, la littrature installe alors le langage et son dire insistant que dsormais le langage va crotre sans dpart, sans terme et sans promesse ure est en effet de dstabiliser le langage de ses forces tous. Il est transform en une expression que les uns et les autres peuvent librement admettre et interp rter comme le leur permettent leurs degrs de sensations et de perceptions. Mon objectif dans ce chapitre ci est de dduire du langage romanesque bugulien, la nature des compensations de la littrature selon la thorie de Foucault. Cela montrer la littrarit des usages de la langue bugulienne par Ken Bugul elle mme dans ses romans. Pour ce faire, je verrai dans un premier temps, la poticit

PAGE 181

181 sa mise e langage bugulien dans ses romans. 5.2 La Poticit du Langage Romanesque chez Ken Bugul roma son auteur. Donc la poticit du langage romanesque chez Ken Bugul est le littraire, il y a une sorte de maniement de la langue qui vise faire valoir la beaut de q proprement parler dans le cas bugulien. La citation suivante et qui est extraite de de Kristeva dans Polylogue cette explication. e potique, mais partant, et quoique de manire moins marque, dans tout langage, un htrogne au sens et la signification. Cet htrogne dcle gntiquement dans les premires cholalies des enfants en tant que rythmes et intonations antrieurs aux premiers phonmes, morphmes, lexmes et phrases rythmes, intonations, glossolalies dans le discours psychotique, servant fonct ion signifiante ; cet htrogne la signification opre travers elle, effets dits musicaux, mais aussi de non sens qui dtruisent non seulement les croyances et les signification s reues, mais, dans les expriences

PAGE 182

182 radicales, la syntaxe elle mme, garante de la conscience thtique (de (158) Pour Kristeva, la poticit du langage se fonde sur le sens et la signification, soit la connotation et la dno tation des mots travers un ensemble htrogne rompre la signification rfrentielle du terme en une pluralit de sens. Ainsi peut alors clore un ensemble h trogne, non seulement de sens, mais de tout ce qui contribue ensemble htrogne est dans la parole de la personne adulte, un resurgissement des premires rptions incohrentes matrise de psychose ou de tro discours savoir : le balbutiement et le dlire, est de nature engendrer dans la voix des rythmes et intonations qui confrent quant eux, une certaine musicalit au langage. le discours adulte toujours selon une autre description de Kristeva dans Poli tique de la littrature ( Polylogue ). Pour elle en effet : adulte comme rythme, prosodie, jeu de mots, non sens du sens (14). Le smiotique est ainsi ce qui fait le langage potique moderne. Par le resurgissement des babils de

PAGE 183

183 rythmes, de jeux de mots et de non sens qui ne sont pas ordinairement les siens. En une musique dans laquelle les dispositions inhabituelles des mots et des phrases font sens. Le langage potique bas sur le foncti onnement du smiotique se reconnat donc la domination du caractre musical des mots, des phrases ou des textes sur leurs sens, leurs significations reues voire leurs syntaxes. Mais en plus, il y a chez Ken de la beaut du langage littraire tels que la remarque aussi dans ce lang age littraire de Ken Bugul, des formes de sortie du texte digressions et des interpellations. in fine Kristeva dans in Polylogue Le langage potique sera it une irruption violente de la ngativit dans le discours, qui dnonce toute unit et dtruit le sujet en dtruisant la logique le vide, sans dsir communication social. Le langage potique en effet, ne fait plus sens ; il cre plutt une

PAGE 184

184 atmosphre textuelle de la pluralit des sens. Le mot est sans rfrent absolu et le sens pluriel sans repre fixe. Ce langage est lui mme une sorte de brouillard dans lequel e, ce ne peut tre en souffrance de parole par rfrence la pluralit de s ens qui lui est propre. Tout en rejet du sens fondamental de communication du langage lui mme. En lieu et place de pluralit de sens. Mais cette instance de pluralit de sens ne suit en rien un quelconque ordre de discours. Au contraire, dans le la cre le langage potique qui favorise son tour la construction de cette irruption de l a constitutive de la poticit du langage de son auteur en prnant de ce fait mme la dsarticulation du langage humain sur lequel elle se pose. 5.2.1 La Musicalit du Langage Bugulien Ken Bugul partir des caractres de maternement et de mutilation de la langue qui vibre et se rvle par les sonorits de v oix qui la font. Ainsi, la suite de Foucault

PAGE 185

185 dans Les mots et les choses : une archologie des sciences humaines on peut aussi affirmer que : Alors que pour la grammaire gnrale, le langage naissait l orsque le bruit de la bouche ou des lvres tait devenu lettre langage lorsque ces bruits se sont articuls et deviss en une srie de sons u langage est maintenant sonore. On cherche le langa ge a Il a acquis une nature vibratoire qui (298 99) langage sonore que permet ; mais cet avec elle, Ken Bugul, p our caractriser son propre langage romanesque a surtout mis elle, produit une rythmique et une intensi t qui lui correspondent. Rythme et intensit sont ainsi les deux facteurs ce donc le ? De son tymologie grecque, le mot rythme tait un verbe servait aussi dsigner la mesure de ces mouvements ou les limites de ces flots Introduit en musique il sert distinguer la valeur des temp s longs et celle des temps courts, puis les notes acce ntues et celles non accentues pourquoi Theodore Karp a commenc la dfinition du rythme musical dans son livre Dictionary of Music

PAGE 186

186 rythme englobe ainsi les mouvements de ces sons de musique que sont notamment les reflux et flots des mmes s ons. Il marque la prsence ou non des accents dans le temps musical. Toujours selon Karp, il est une proprit essentielle de la mlodie musicale qui ne peut pas exister sans lui. Or, la mlodie est elle mme une suite de sons formant un air musical. La m lodie tant ainsi la prise de forme de la musique par en la dlimitation de chacun de ces mouvements de sons qui la font. Par analogie, on dfinira alors le rythme en lit faisait du mot rythme e en ce temps ne faisait aucune rfrence directe la musique. Il servait plutt parler des dispositions des mots, sons et mouvements de le mot mtre qui servait dsigner les applications du rythme tel que dfin i ici dans le discours parl. Mais l ssai t du discours parl et non de la musique (Sacher 269). Le rythme au des accents du discours oral. Or toujour s selon Sacher dans le mme livre Music A to Z : In short, accent may result from the contrast between high and low pitch, loud and soft volume, long and short time values, dissonant and consonant chords, and simple and complex textures or harmonies, as we ll as between closely related chords, notes or keys and distant ones. Accent may also result, of course, from the simple reiteration of one pitch, chord, or melodic prase, without any contrast involved at all (269) xte est donc fonction de la disposition des

PAGE 187

187 bugulienne sur le texte bugulien, qu la langue bugulienne, les sens des mots et/ou des phrases sont surtout rechercher dans leurs bruissements et non prioritairement en eux les bruissements des mots dans l t surtout la mlodie du texte, l es bruits continus, faibles et con juste ment faits des sons indcis des mots qui se tombent dessus les uns les autres. Donc en rfrence au caractre de mutilation de la langue bugulie nne, le rythme est ce qui dfinit la cadence irrgulire es bruissements du texte des phrases ou nde conscience de ostentatoirement rythme par les violences des mots entre eux. Cette attitude de e la

PAGE 188

188 diffrance derridien tel que dcrit par Derrida lui mme dans son entretien : Implications avec Henri Ronse et qui est publi dans Positions crire vouloir question ce) que vouloir dire ? Il est donc ncessaire que, dans un tel espace et guid par une telle veuille rien de cette absurdit qui a toujours fait systme avec le vouloir dire mtaphysique. Simplement elle se tente, elle se tend, elle tente de se tenir dire. Se risquer ne rien vouloir dire, concept, aucun nonc maj eur, ne vienne rsumer et commander, depuis acement textuel des diffrences. rien vouloir dire aire ces ratures, emportant chaque concept dans une chane interminable de mbarrassant de tant de prcautions, de rien vouloir (23 24) attitude de quasi libre criture. Il crit juste comme le commande l rsultat est que cet art est dcousu et libre de toute rfrence en dehors de lui mme. qui procde par ce principe de cration du ne rien vouloir dire est lui aussi dboussol et ne peut vritablement prtendre aucune matrise de cet art qui porte pourtant son nom. Les mots qui se suivent ou se posent les uns sur les autres ne le font avec le moindre souci de cohrence. Si le texte qui jaillit de leur cohabitation forme un quelconque ensemble cohrent ou non,

PAGE 189

189 htrogne. Les mots qui le font ne lui appartiennent que du fait de leur prsence effective en son sein et aucune autre entreprise extrieure ne peut justifier de cette mmes. nome ou du moins une entit qui se veut en leur cartement ance avec la lettre a ne rien vouloir dire est rare de trouver des phrases bien longues dans son langage romanesque. Ce langage potique est gnralement fait de trs courtes phrases, voire des phrases qui se limitent trs souvent des mots indpendants ou libres qui se suffisent eux mmes non pas forcment pour tre de vritables phrases mais just e pour faire office de phrases. C ependant l a vrit est que ces mots singletons ou mots objets comme les appelle Barthes dans chappent leur auteur pour aller se en effet une rupture du systme de coordination qui veut que les mots et les phrases le texte. Le spectacle de cette rupture du systme de coordination des mots et des phrases n

PAGE 190

190 sens et non plus les mots eux mmes. Jean Greisch dans Hermneutique et grammatologie mots au d triment des traces dans le jeu de la diffrance. La trace est essentiellement muette, ce qui lui confre son caractre de isme qui caractrise toute histoire du sens de distinguer entre histoire gnrale et concept gnral de seulement des histoires diffrentes dans leur type, leur rythme, leur mode (61) Chaque mot constituant sa propre histoire en lui t cela qui fait perdre ce dernier s niveau des caractristiques de la langue bugulienne, dans pareil texte, la langue perd substantiellement de son caractre symbolique et ne survit que par le rgne du smiotique. Certes, et comme le disait aussi Barthes Nadeau dans leur entretien : Sur la littrature le texte contient toujours du sens mais le sens prend ici une autre dimension que celle que peut confrer a u mot un quelconque projet de dnotation. Le texte contient toujours du sens, mais il contient, en quelque sorte, des de suite ; il faudrait presque rejoindre une image nietzsc henne, celle de diffrence, et non pas comme identit (38 39) ise de forme perptuelle dans la quel le se re trouve le texte du simple fait du mot, voire de la phrase qui ne se

PAGE 191

191 petites phrases qui se cognent ainsi sujets reviennent toujours dans les romans buguliens), donnent au sens dans le texte, ils y crent aussi la cade nce du rythme que peut entendre le lecteur en lisant, les phrases offrent un champ de bataille o leurs chutes libres les uns sur les autres dans phrases dfinissent di ffrentes sortes de rythmes. Si par exemple, on a un rythme apaisant et de quitude dans regard dans La Folie et la Mort puis par contre, le rythme est end surtout dire un rythme de colre, bruit lourd et sourd qui parcourt tout le rcit de

PAGE 192

192 Mose silencieux et, un moment, dit comme lui mme : Mose reprit : C Le peuple est imprvisible. Le moment fatidique est arriv. Ce bruit lourd et sourd a chang de rythme, et cela ne prsage rien de bon. Je veux Zak ct de moi. Je ne veux pas que quelque chose lui arrive, seul, loin de moi (281 82) propos de Mose donnent un parfait exemple du rythme de ce langage qui se met au mme diapason que le paysage de dcrpitude qui se propage de la perptuation de cet tat de dgnrescence sans aucune limite en vue qui

PAGE 193

193 aussi au rythme de sa propre fin ou extinction prochaine. Dans La Folie et la Mort aussi, le regard vasif de Mom Dioum la vue du langage bugulien. Ds que son regard tomba sur la radio, elle leva la tte et regarda le ciel. La vielle sous le tamarinier. Le cheval blanc. Un village. Des enfants. Son pagne. Le choix. La folie ou la mort. La marche. Le fromager. Dormir. Et Mom Dioum se rappel a (177 78) Ce ne sont pas des phrases faites grammaticalement de sujets, verbes et objets. sans fonction parce que Ces mots ou mots phrases se suffisent quand mme pour fa ire sens leur manire ou mriter leur place dans les ensembles textuels qui les uns des pisodes de

PAGE 194

194 re de Mom Dioum, leur succession par contre symbolise le rythme de leur glissement qui fait le rythme du texte. reconnat ou attribue habituellement une telle fluidit dans le rappel des faits passs. Le phrase sur le bouton duquel il suffit concern. types de rythmes classiques qui se jouent exactement sur des notes de musique. Ils quelque peu juste de dire que si cette criture tait de la musique pure, elle correspondrait peu prs au premier style rythmique que dnote Karp dans sa typologie des rythmes de musique. The first of these styles occurs amon g many non European cultures. The proportions between the time values of individual notes can be extremely complex, so much so they can neither be readily classified by the human ear nor easily set down in present notation. Such form of rhythmic freedom is present also in segments of MODERN MUSIC not dependent upon the traditional forms of musical NOTATION (328)

PAGE 195

195 Analogiquement, le rythme du texte dans le roman bugulien ne rpond lui non plus aucun modle de classification fixe. Il est changeant et par co nsquent pluriel. Son igtique de Mes Hommes moi et le personnage Bocar, combin aux sons du Ds que les premires notes de castagnettes et de tumba rsonnrent, il me demanda de danser avec lui. Je mis mes bras autour de son cou naturellemen e langoureuse au son des tumbas. Je pris la pochette du disque trente recto, il y avait une photo du groupe et au verso, les titres des morceaux et les noms des diffrents musiciens. Les percussionnistes, les v oix, les bouche, desserrai l ruisselait du plus (125 27) Dans cette citation, les percussionnistes, les voix, les guitaristes, les violonistes ne sont pas prendre la lettre comme des musiciens, mais la musique le langa bugulien est tout aussi pareil sur le lecteur qui participe au jeu interdit et se fait non seulement complice de la narratrice elle mme mais galement complice du rythme ensorcelant de son langage. Il entre avec elle [la narratrice] dans ce monde nouveau,

PAGE 196

1 96 trange, m erveilleux Sur la littrature ? Ecrire est un verbe intransitif, tout au moins dans notre usage singulier, ; la figure sans p rocrer l elle ne procre (41) et des phrases sur le langage bugulien est de lui pourquoi il est lui mme son propre sens. Le lecteur peut le dconstruire de mille et une manires ; mais il ne peu la lecture du rom an. Dans ce rythme du langage bugulien, accords et dsaccords phases du tango enivrant excutes par la narratrice et le surveillant au bal du lyce dans Mes Hommes moi tango et la mesure de la concrtisation de ces phases du tango que se droule tout le rcit du roman o sduction et dgot, coquetterie et ruse,

PAGE 197

197 Comme le dfinit Herv Joubert Laurencin dans son livre La lettre volante : Danse duel, le tango est en quelque sorte vritable image cathartique de l a guerre des sexes (266). Danse, mais aussi rythme Mes Hommes moi une musique dont le plaisir de la mlodie fait appel la bonne sant des sens. Dans ce roman tango, le lecteur tout qui tue pour gurir car, if tango is a dance of love, it is also a dance of death (Martin riture dans le rythme du tango dans ce roman participe ainsi de la libration de la femme de la guerre des genres o elle apprend savoir rsister et Ainsi que le dit Ken Bugul elle mme le choix des rythmes de ses romans sont toujours fonction de la thmatique de chacun des romans en considration. Le rythme par exemple est un cho de la qute de quitude de la narratrice de ce rom du regard roman avec sa dfunte mre. Au rythme de la berceuse en effet, elle parvient calmer la crise ne entre elle et la mre suite au dpart de celle Mais en ralit, cette crise est aussi celle de la narratrice Ken Bugul du roman Le B aobab fou

PAGE 198

198 Le Baobab f ou gmissante. Dans le roman Rue Flix Faure e got doux de leur isolement de la socit et surtout des humiliations causes eux pa r le moquadem Bien que ce dernier ait fini par tre rattrap par sa propre histoire avant mme un processus de mise en notes musicales de la douleur et du soulagement de chacun des personnages. romanesque ne se limite pas seulement des allures rythmiques. Elle se fonde aussi sur une intensit q bugulien est donc fonction du rythme du mme langage. Elle est par dfinition, la puissance ou la vivacit de ce rythme. Elle se mesure par une acclration ou une dclration du rythme. S ur le plan de la communication, elle est fonction de la gravit du message dont elle indique le ton.

PAGE 199

199 et des phrases caf de Touba servi chez le Serigne dans Riwan ou le chemin de sable Et le caf arriva. Le caf de Touba Un breuvage. Un lixir. Le caf tait servi d ans de grands verres. Il devait tre brlant, le verre Quelle chaleur rconfortante, revigorante et enivrante dans la bouche et dans le corps (82) sit dans cette scne quotidienne du petit djeuner des femmes du Serigne autour de lui. Dans la description de la scne Et le caf arriva intensit qui certes, va decrescendo. plus de tension que sa propre sur venance. Au contraire, elle anantit la tension en la ensit du langage, en changeant son rythme comme le confirme la suite immdiate de la citation par les phrases courtes sans verbes ni objets ou tout simplement limits aux objets et dans ce cas, sans sujets alors, cette tension glisse aussitt en suivant u

PAGE 200

200 Dans o le rythme est gnralement un rythme de dessus tir de Riwan ou le chemin de sable roman, elle finit toujours par redescendre et concourir au rythme de la berceuse sur absolument pas pareil dans des romans comme La Folie et la Mort voire Rue Flix Faure et dans une cer taine mesure Le Baobab fou o rgnent des rythmes dire des rythmes de chaos et desquels gnralement forte et change rarement. part, et par les questionnements sans rpon se qui mettent en vidence une abduction posent des sries de questions dont les contextes de survenance montrent clairement davantage mettre nue la mauvaise foi de leur s interlocuteurs ou des auteurs des faits contre lesquels ils se rvoltent.

PAGE 201

201 Dans le rythme de colre et de dfoulement extrme du roman Rue Flix Faure la moqadem commerce de Dieu illustration des temps modernes qui spoliaient les dignits, volaient et tuaient sans scrupule. Les monstres qui utilisaient Dieu pour aveugler, garer, exploit er, tuer les innocents Les monstres qui utilisaient la force pour dominer, craser, dmontrer, prouver (16 17) Je ne pourrais jamais oublier cette histoire, avait dit Muezzin et une lueur trange brillait au fond de ses yeux. Jamais. Cet homme se disa un intress, un malade, un dsquilibr qui sous couvert de la religion et de sa voie exploitait les femmes surtout (77) personn age de Muezzin moqadem est que la lueur trange sera moqadem est un monstre un monstre des temps modernes Mais ensuite, et surtout, les juxtapositions extens ives des verbes : av eugler, garer, exploiter tuer dominer, craser, dmontrer, prouver et des substantifs : vicieux, intress, malade, dsquilibr de la narratrice et de Muezzin dfinitivement avilir le moqadem mots.

PAGE 202

202 ensive pour atteindre exagration qui finit par davantage acclrer le rythme initial du langage. Elle cre le sens positif ou son antipathie dans le sens ngatif la suite de la narratrice ou du personnage locuteur. Quand par exemple dans la narratrice fait le bilan pire que dsastreux onter progressivement figure du lecteur interpel diffrents moments de la narration. Quarante annes de retard, de gabegie, quarante annes gaspilles, quarante annes pendant lesquels, progressivement, le peuple avait sombr d et, ici ou l, avait dvoil des cailloux prcieux pour les anciens et nouveaux occupants. L liquides noirs prcieux pour les nouveaux et anciens occupants. Au lieu occupants les bazardrent alors aux anciens occupants contre des fusils, des roquettes, des mines antipersonnelles, des costumes cravates, des salons Louis X, XI, XII, XIII, XIV, XV, des rideaux Empire, des bureaux Pompadour, des avions de commandement devenu personnels, des week ends au bord du lac Lman aprs un saut dans Tout le monde en parlait. La Communaut internationale, Les Nations unies, les organisations humanitaires, les ONG, les associations. Qui taient cette Communaut internationale, ces N ations unies, ces ONG ? avec son manioc, son igname, son mil, ses graines, son mas, son huile, son coton, son poisson sch, son eau, son air, son vin, ses animaux, ses dieux, ses femmes, ses chats (202 03) Au rythme des cymbales de guerre et de descente en enfer du langage de la

PAGE 203

203 symphonie du craquement des terres puis des matriaux passant par le ronflement lourd et sourd des salons Louis X, XI, XII, XIII, XIV, XV cumulative. Dans cet extrait du rcit, on dnote une intensit m usicale de guerre o les assauts lancs contre le peuple finissent par le sortir de son gong pour le faire tonner, re plus dire. A chaque niveau, le musicale et porte en lui son intensit particulire dans la production globale. Du moins tempte du peuple pour dire la fin chaotique du vilain jeu des occupants De toute celui du tonnerre qui va crescendo jusqu clatement final. s tonalits spciales chaque niveau. Mais la musicalit, processus de la constitution globale de la poticit du langage de Ken Bugul. 5.2.2 La Rptition dans le Langage Bugulien Colombe Afota pour le compte du site internet Evene.fr, voici un extrait de ce qu dit Ken Bugul elle mme pour justifier la rcurrence des rptitions dans son propre st : la culture dont je suis issue est traverse par de nombreuses rptitions et redondances

PAGE 204

204 qui viennent ncessairement rythmer mon criture culture a beaucoup raliser sa qute de beaut dans le langage romanesque qu i est le sien. La rptition que Ken Bugul dit tenir de sa culture, la culture du wolof en ort sur la musi calit de ce langage. Mais si la rptition sert comme rythme dans le langage de de de la musicalit du langage romanesque bugu lien regrouper en deux catgor les mots et phrases, puis de celle qui porte sur les ides et les images. 5.2.2.1 Rptition des mots et phrases dans le langage bugulien Sous cette forme de rptition, la narratrice repren d souvent plusieurs mots ou ou des cas de rptitions anaphoriques pour les mots qui sont repris en dbut de dre de la musicalit du nous avons ces deux formes de rptition. Ma mre tait l impuissante.

PAGE 205

205 voulaient. Ma mre (258 59) Les reprises en dbut de phrases de ma mre sont des rptitions anaphoriques. Par contre, celles de : ses enfants qui ne commencent pas les phrases sont des rptitions simples. Dans la proposition : Je regardais son visage (157) de Cendres et Braises on a aussi une rptition simple du mot visage La stupfaction de la narratric e de Riwan ou le chemin de sable son entre dans la cour des femmes du Serigne et ds sa vue du monde de ces femmes a aussi donn lieu diverses sortes de rptitions. Des faces. Des visages. Des faces de femmes. Des visages de femmes. Des femmes ass ises, des femmes debout. Des femmes qui allaient, des femmes qui venaient, des femmes qui taient couches. Des femmes partout. Rien que des femmes (26) Partout en dbut de phrases ou de propositions o il y a eu les reprises successives de : des vis ages et des femmes : des femmes dans rien que des femmes proposition.

PAGE 206

206 5.2.2.2 ont dj t dcrites ailleurs par la narratrice bugulienne Cette forme de rptition se prsente souvent comme u passages rpts. Quant aux autres parties du rcit, ce sont les couplets. La berceuse du dbut de tre ct du regard de la narration est un bel exemple de cette sorte de rptition dans le langage romanesque bugulien. Ayo nn, Nn nn touti Touti touti byo Ayo nn Nn touti lo di dioy Sa yaye dmna Saloum Saloum gnati neg la Gnantel ba di wagne wa (13 ; 127 ; 280) Dans Cendres et Braises les multiples scnes de rconciliation de Marie avec Y. aprs que celui Dans une personnalit extra romanesque

PAGE 207

207 de : Cheikh Anta Diop, Nelson Mandela et Aung San Su : la famille Anikulapo Kuti Ransome, les Frres Cabral et les Modou Modou. Les actions des per Dans ce sens, la simple mention comme titres de chapitr es des noms de ces icnes mme roman o elles mmes figurent dj comme personnage s invisibles ou comme de simples actants, il y a alors rptition et cette rptition peut tre selon le cas, une et Blondin Diop. Quant au cas de la ressemblance qui est fait de la famille de Mose dans le rcit et ses ressemblances avec la Famille Anikulapo Kuti Ransome est un parfait exemple de cet te sorte de rptition. Enfin, si

PAGE 208

208 Dans Rue Flix Faure en grande partie sa moqadem la suite du dcs de son poux. Mais dans le tapuscrit que lit Mu, il se trouve une ches en dtails que la La Folie et la Mort scnes dans le langage romanesque bugulien. Les msaventures des uns et des autres qui conduisent les personnages, chacun son tour, la folie et la mort est en une rptition des scnes chaotique du destin : la mort. Enfin, dans Mes Hommes moi des hommes adopte par la narratr de scnes dans ce roman. A la suite de sa premire exprience du rveil des sens de t lui mme la toute premire victime avoir subi les affres de cette prise de pisodes o il est dcrit comment

PAGE 209

209 Au vu de ces diffrents exemples, force est de retenir que la rptition est une cependant de souligner que les rptitions dans le langage bugulien peuvent tre aussi envisages sous plusieurs autres formes. En plus, il importe de relever que chacune des formes de rptition dans ce langage littraire de Ken Bugul revt une valeur particulire tout en assumant une fonction bien spcif ique. Ce ne sont donc pas des rp ti tions mises en place uniquement pour la belle forme du rcit. Leurs fonctions 5.2.2.3 Fonctions des rptitions dans le langage romanesque de Ken Bugul e des rptitions dans le langage romanesque de Ken Bugul varient suivant les diffrentes formes que prennent ces rptitions dans les trames des rcits. Elles peuvent par exemple voluer du simple effet acoustique celui du miroitement dans le texte en p 5.2.2.4 Effets acoustiques des rptitions dans le langage bugulien Les effets acoustiques dus la rcurrence des rptitions dans le langage bugulien sont relatifs aux sons que produisent les rpt itions. Ils sont en fait, les 1 des textes dans lesquels ces rptitions se produisent. Ils sont gnralement prsents dans la catgorie des rptitions des mots et des phrases cause surtout du rap prochement entre les mots et phrases sur lesquels la rptition a lieu. Les mots ou phrases rpts sont souvent plus ci

PAGE 210

210 x qui ont des formes de refrains de la berceuse du roman Les effets acoustiques de la rptition dans le langage romanesque bugulien font ce partie de la musicalit dudit langage comme vu plus haut. Ils sont notamment du langage, mettent rude preuve le sens auriculaire du lecteur par la perception des les effets acoustiques de la rptition dans le langage bugulien. A la dernire page de Cendres et Braises matins aux mille et u ne anaphorique de ces matins Que les matins sont dlicieux la campagne. Des matins bleus. Des matins violets. Des matins jaunes. Des matins roses. Des matins dors. (190) : des matins dans ce

PAGE 211

211 Particulirement, dans le dors suivi du choc de leur mise ensemble qui est recher de la certaine rsonnance mme qui chante et bat les diffrents rythmes auxquels il volue. Tel est en fait, le fonctionnement des effets acoustiques des rptitions dans le langage ro manesque bugulien : des 5.2.2.5 Effets de persuasion bugulien Contrairement aux effets acoustiques qui portent exclusi vement sur la forme du Mais elles ont chacune leurs particularits. La persuasion par exemple vise elle consiste davantage intensifier la conviction de la narratrice toujours par le fait de la rptition. Ensemble, elles servent toutes deux maximiser la teneur du message en ce sens is vis de ce qui est en Dans par exemple, les rptitions qui sont faites en rapport aux n

PAGE 212

212 dans les esprits des uns et des autres les aspirations de leurs luttes. Ainsi, ces luttes Toujours dans la rptition de la phrase : Le bruit lourd et sourd montait des entrailles de la terre, l bas dans la direction de Jrusalem (72 ; 95 ; 215) tout au long du roman, est un avertissement persuasif du craque ment de la terre qui a bien fini par avoir lieu : Le bruit lourd et sourd monta de plus en plus et la terre commena craquer (312). Dans ce mme roman, le rquisitoire de Mose contre centuation par la rptition. Le peuple est contre la lutte contre la pauvret. Le peuple est contre tous ces 4x4 qui sillonnent les paysages de dsolation en soulevant l a poussire de leur misre. (95) indpendante : le peuple est contre a pour effet p

PAGE 213

213 sur le fait que le peuple peut se taire et ne rien vouloir dire ; mais il voit tout et a une opinion. Cette opinion est que ces se tout ce qui se fait faussement en son nom sans que lui mme ne profite jamais du rejaillissement de quoi que ce soit. Chaque proposition dbutant avec la portion de phrase le peuple est contre peut ainsi paratre ironique, mais aussi insense comme rptition simple de contre dans la phrase : le peuple est contre la lutte contre la pauvret Evidemment, si le peuple est contre la lutte contre la pauvret y a un problme de logique qui s del du sens de chaque phrase prise isolment. En du peuple ce peuple qui, pour ses exploiteurs, est a phone et insensible aux diverses injustices qui se font contre lui. Toujours dans le mme roman, les reprises anaphoriques et simples du discours dmagogique et sans suite des hommes politiques sont de nature tion. Nous allons vous construire des hpitaux. Alors que le pe uple tait dj condamn mort. Nous allons vous construire des coles. Alors que le de neurones. Nous allons vous construire des routes. Alors que le peupl e tait couch, allong partout. Nous allons, n ous allons, nous allons. (214) elles dbut de chaque paragraphe du nous allons vous construire des alors que le peuple dont elle

PAGE 214

214 les fait suivre immdiatement. Par ailleurs, il est remarquer que la rptition dans ce nous et le peuple es cas, de toute faon, la rptition La Elle avait fond son argument sur un exemple des pages 129 et 130. Pour puis permet la narratrice de tirer davan tage la lumire sur la tangibilit de ces faits. hm with oral qualities, it underscores the importance of numbers to this critique. What is significant here is not any single accusation, but rather the accumulation of cautionary phrases uttered, people suffering, and wasted money (309) Dans Le Baobab f ou la rptition profusion du je a elle aussi un effet de mme pour justifier de la nature autobiographique du roman, elle fournit tout de mme des indices sur la dtermination de la nat a petite chambre du pavillon E. Je lisais normment, je lisais tout. La littrature engage murs formules. Je me soutenais avec des formules. Je dcouvrais le kama sutra par la Malienne. o je ne sentais pas les choses aussi profondment que je le souha itais, je voulais les partager. Comme une orpheline, je viv ais au milieu de Je ne pouvais pas

PAGE 215

215 comme mes ca marades vibrer de ces liens qui. le village l bas. plus souvent due. Je voulais parler de mes baobabs. avec tant de passion aux tres. Mais le lien que ins moments celui du dsespoir. Je voulais obtenir gaie. renouvel une demande de bourse. Je voulais dcouvrir anquait (169 70) partout dans cet extrait que le pronom personnel je comme sujet de presque tous dans ce roman autre personnage, quelle que ci. Dans Cendres et Braises rptition du pronom personnel je longueur du roman met en exergue le thme de raconte, et les rptitions du je mme qui la raconte. Il en est de mme dans ct du regard aussi. Mais dans ce dernier roman, la rptition ne se limite pas au seul pronom personnel je possessif de la premire personne, notamment le ma comme dans ma mre La rptition de cet adjectif posse ssif ma dans ce roman est sa nice Samanar qui l

PAGE 216

216 ce roman, elle entame le processus de rcupration de la mre ossessif ma ressortir. En somme, la rptition du pronom personnel je ma chacun de ces romans. Mais cela ne signifie pas, comme je le disais plus haut, que la pronom personnel je dans ce rcit. Au contraire, Riwan ou le chemin de sable qui es t souvent catgoris comme tant un roman autobiographique est un roman crit en Riwan ou le chemin de sable des romans : Le Baobab f ou, Cendres et Braise et Dans Riwan ou le chemin de sable campagnes comme les exemples des rptitions des pages 26 et 27 suscites par la fascination de la narratrice la vue du monde des femmes du Serigne ds son entre dans leur cour. 5.2.2. 6 Effets de miroitement dus la rptition dans le langage bugulien laquelle ce dernier ou

PAGE 217

217 Quand il se produit, il cre des situations de narration allant du simple enchssement la mise en abyme. Il peut certes y avoir aussi des cas de miroitement au niveau des rptitions de mots ou de phrases chez Ken Bugul ; mais ces cas ne sont pas pris en compte dans la prsente tude. ressemblance ou non des textes en situation. C est de nature ou aspire tre une reprise exacte du texte dans lequel il est insr, alors Selon Lucien Dllenbach dans son livre Le rcit spculaire : Essai sur la mise en abyme : rduplication simple, rpte ou spcieuse cette forme rpte de mise en abyme qui nous concerne dans la pr sente tude. Elle est la situation de le texte insr est ou a tendance tre le reflet, donc la reprise du texte dans lequel il se trouve insr. Pour rcapituler, enchssement et mise en abyme sont deux t au moins une tendance claire de reprise ce vrifi.

PAGE 218

218 Dans la narration bugulienne, le roman La Folie et la Mort offre diverses figures tuer pour renatr e Dans tuer pour renatre elle connat d finit effectivement par trouver la mort, mais sans jamais pouvoir renat re comme pice de thtre intitule diffuse la radio et qui court de la page 187 la page 202 du livre est une mise en scne critique du rgime politique du Timonier et une suggestion du droit de rve Ngoye, de Yoro puis de Yaw ont plusieurs points de similitude avec celui de Mom Dioum auquel ils sont tous insrs. Tous suivent presque la mme trajectoire de vie qui les amne de la folie la mort sans renaissance comme ce fut le cas pour Mom Dioum. Ainsi, chacun de leurs rcits est en quelque sorte une rptition du rcit de Mom rcit de base, celui de Mom Dioum, est une srie de mises en abymes ou tout au moins des tentatives de mises en abymes selon le degr de similitude de chacun des rcits ins rs avec le rcit initial de Mom Dioum.

PAGE 219

219 Mais le fait de parler de srie de mises en abymes fait ressortir une autre implication de la rptition dans le langage bugulien. En effet, si par principe une mise n autre qui lui est similaire ou dont il est Yoro ; or le rcit de Yoro est une r ptition du rcit de Fatou Ngouye ; or encore, le rcit de Foutou Ngouye est une rptition du rcit de Mom Dioum. Tous ces rcits repris se akpo a eu le montrer dans son livre Crations burlesques et dconstruction chez Ken Bugul Le texte laisse une impression de rcit cyclique, renforce par de nombreuses digressions ; plusieurs tranches de vies de femmes sont racontes la fois, avec de La Folie et la Mort aurait t moins intressante si le narrateur tion pour tendre son rcit. Le rcit pique est le modle qui a rgent (58 ; 64) titions de rcits qui renvoient la mme image de dpart. Le rcit est alors sans fin car, la narratrice peut ice est alors oblige de situer en la fin du livre, celle du rcit. Si on revient au procd de la mise en abyme sans amplification cependant, Rue Flix Faure personnel de la narratrice qui est insr dans le rcit initial, celui de la vie dans la rue

PAGE 220

220 Flix Ken Bugu e en appoint au rcit initial du roman qui est celui de la vie dans la ru e Flix Faure. re avec le moquadem mme nature. Ce roman constitue ainsi un album des rcits de toutes les femmes de la rue Flix Faure dont le moquadem la narratrice, est en (272 73) qui les ont venges en crant le spectacle de la mort de la rents personnages. Dans par contre, il y a une forme de mise en abyme par ellipse. porte le nom histoires des icnes ne sont pas racontes dans le roman. Elles y sont cependant e initiale

PAGE 221

221 es est prsent dans le elle ou non, par les personnages du roman est ce qui cre la mise en abyme. De cette faon, il y a toire dans ce roman car les icnes Avec cet exemple de de la rptition dans le langage bugulien art le roman peut tre elliptique concerne la nature du roman sans histoire, la vraie histoire du roman est le roman ; elle est plutt rpte par les personnages de fiction dans les espaces et procdant directement sa rp tition par des personnages, espaces et temps de fiction. elle dans le roman. Cette histoire absente mais suggre est antrieure sa rptiti on qui est quant elle bien prsente dans le roman. Evidemment, il est tout fait logique

PAGE 222

222 rptition une histoire qui lui est antrieure, pose incontestablement alors les co nditions la base de plusieurs f miroitement, contribuent non seulement la beaut du langage, mais aussi et surtout au renforcement du message. Il y a cependant une troisime caractristique du langage bugulien en dehors de la musicalit et de la rptition, et qui rentre dans le cadre de la dialogue direct entre la narratrice et son lectorat. 5.2.3 parler narratrice engage un dialogue direct avec le lecteur externe au roman. Mais elle est te du sujet initial du tre, ne nourrit aucun rapport immdiat avec 5.2.3.1 texte par la narratrice ou le personnage

PAGE 223

223 conscience de celui qui lit le roman sur une question souvent la limite de la cause des ides reues de la socit. Par elle, la narratrice ou le personnage pose juste le problme comme invitant le lecteur trancher, sans donner son avis elle, quand bien mme cet avis reste souvent trs largement suggr par le reste de la langage romanesque bugulien opre questionnement que la narratrice ou le personnage lais sent sans rponse suggrant du Dans Le Baobab f ou par exemple, il y a interpellation directe par nonciation brve et concise quand la narratrice dit : Laissez, laissez les enfants vivre. Aimez les et mettez (170). Avant cette citation, elle venait juste volontiers ses anctres les Gaulois o elle espre trouver tous les soins et rconforts nonce ne sont absolument

PAGE 224

224 avec le lecteur ation directe par nonc dans le langage bugulien. Dans Riwan ou le chemin de sable Dites nous ce qui se passe chez les autres au ssi. Ne laissons plus les autres nous analyser, et dcider pour nous. Il est temps de ragir. Cessons de jouer. Y en a marre que ce soit toujours sens unique. (L, plus de visa du tout.) Trouvons nous nous mmes. Tout de suite. it trop tard (187) x travers de la narration et du roman. En plus, mme le nous qui peut sembler aussi inclure les personnages nous pour la narratrice elle figurent pas dans le roman. En clair, ce nous femmes du Serigne ou les autres personna ges fminins du roman, car ni ces autres personnages fminins du roman ni les femmes du Serigne, ne sont ni les femmes de

PAGE 225

225 Dantokpa ou du Grand March de Lom ni les sociologues journalistes enqutrices statisticiennes et photogra phes auxquelles elle se rfre la del des limites du extrmits physiques et matrielles du roman. Son interlocuteur dans ce cas est en Dans Rue Flix Faure quand la narratrice a nonc : Donnez le temps aux femmes de se faire belles et vous verrez Dieu Laissez les libres, laissez les tre ell es mmes, laissez (98 cohabitati on qui existait entre les habitants de la rue Flix question pose par la narratrice de Riwan ou le chemin de sable polygamie en est un brillant exemple. Qui prtendait que la polygamie tait une institution (100). Personne dans le roman ne prtendait que la po lygamie tait une institution es au roman. Par question qui continue la narration trations auxquelles elle

PAGE 226

226 langage bugulien. Dans Rue Flix Faure aussi, la question de la narratrice : nous pour nous rvolter contre ces intermdiair es monstrueux ? critique des moqadems elle manque par contre de cohrence par rapport tout comme la narratrice elle tait pas homodigtique, mais htrodigtique. Son intrusion interlocuteurs tout aussi absents comme elle du texte pose un autre problme de cohrence et de logique dans le cours du roman. Mais en fait, tous ces problmes de par questionnement o la narratrice se permet une ouverture dans le texte pour communiquer avec le monde extrieur. Elle mme tant absente du texte, mme si le nous personnages du roman, il dborde tout de mme les limites de ce roman. En plus, on ne verra jamais personne donner directement dans le roman les rponses ces sortes questions qui interpellent le lecteur pour susciter une rflexion son niveau.

PAGE 227

227 la suite de la narration. Il y a aussi dans La Folie et la Mort tout fait iden tique. Dans la narration htrodigtique de ce roman, la narratrice peut toutefois se permettre de prendre directement la dfense de Yaw contre la foule qui le traitait de fou A ce moment, une clameur se fit entendre : Il est devenu fou, attrapez le. Yaw, le fianc de Lalla, fou ? ? Ah non Yaw qui est dans ce village depuis toujours ? Il est n ici, tout le monde le connat. Son arrire grand pre, le pre de son arrire grand pre, taient les premiers Vassari. Ah non Trouvez autre chose (148) Rue Flix Fa ure en ce sens que mme si les deux narratrices sont htrodigtiques, dans le cas de celle personnages internes du rcit avant de concerner peut tre le lecteur aussi. Or, la narratrice elle ce alors

PAGE 228

228 narratrice peut : Le Jeu de Dce Riwan ou le chemin de sable publi dans Emerging Perspectives on Ken Bugul Gallimore met cette technique solitaire de la narrat rice qui engendre l e rcit chez Ken Bugul. loi constant du pronom notre (192) 5.2.3.2 : amener le lecteur ns le texte et participer aussi activement que possible la discussion. di personnels nous et vous toujours ce dbordement du sujet du roman qui caractrise toutes les formes parenthse dans le rcit, pose un sujet sur lequel elle disserte sans plus y mler les personnages de un ouvrage scientifique dans lequel elle livre les rsultats de ses recherches. Mais en

PAGE 229

229 dans les interpellations directes. Les interpellations indirectes dans le langage romanesque bugulien sont en ralit des digressions o la narratrice dveloppe une thse sans le concours des personnages du roman ni des lecteurs. Mais l o prend forme l est que ces derniers ne peuvent pas rests indiffrents aux prises de position digressives de la narratrice. Indirectement ils se sentent intresss, voire indexs et se font aussi leurs propres opinions sur le sujet la suite de l a narratrice Cendres et Braises par exemple, la rflexion de la narratrice sur la jeunesse, notamment la jeunesse africaine partir de la page 164 est une digression et constitue du coup une interpellation indirecte. dures de son histoire, mais La jeunesse des villes se marginalisait et cherchaient par une voie qui appropri e, une voie africaine, moderne. La analyses. Cette stagnation donnait lieu une alination intellectuelle qui, non conforme aux ralits, enfonait dans le vide. La non raction. (164 66) end sur trois pages permet la

PAGE 230

230 dire le contexte dans lequel il intervient. Avant cette digression, il tait question du petit djeuner que la narratrice devrait prendre et se rendre chez le marabout, et aprs il a t question de son premier voyage a vec Y. en Bretagne. Mais dans le fond, le sujet sur lequel porte le discours tant relatif la jeunesse africaine et en particulier la jeunesse du pays de la narratrice, cette jeunesse se sent alors indirectement interpele interpellation indirecte. Dans Riwan ou le chemin de sable aussi, la prise partie du par la narratrice juste aprs le premier repas de Rama et de sa tante chez le Serigne est un texte du type Sa tante f init de manger, un peu regret, dirait on, et procdant de la des pays les plus potentiellement riches du cont inent, ce pays aux normes capacits, qui dversait doucement hors du continent tout ce genre de min, par de sinis tres individus en uniforme et par tous ceux qui les servaient, sans oublier un sabotage permanent perptr par ceux qui leurs desseins. Ogoni. Ken Saro Wiwa. Ah, si ce pays fonct ionnait normalement avec tout le gnie de son riche Wole, non plus (64 6 5) suivante est de nature faire perdre le fil de la lecture au lecteur. Elle coupe sans

PAGE 231

231 la r aison pour laquelle avant de renouer avec ce rcit initial, la rupture est matrialise dans le livre par un espace vide laiss entre la digression et la reprise de ce rcit. Mais en fait, cette digression est faite dessein et participe pleinement de la non seulement gria et de tous ceux qui lui prtent mains fortes dans sa sale besogne d retardement, eaucoup pratiquement impersonnels, mais le lecteur averti sait de qui elle parle n est indirecte. Dans Rue Flix Faure indirecte dans le langage bugulien. Muezzin pensait dj aux consquences de son manquement de ce matin. Il avait pourtant fait une bonne action. Il avait dcouvert le corps dcoup il Dieu, lui, comprenait tout, ainsi que les habitants de la rue Flix Faure, mais ceux qui se prenaient pour les intermdiaires et interprtes, les terre, ils faisaient la loi et leurs dieux les la issaient faire (78 79) bonne action est un mta texte qui interrompt le cours de la narration. Elle est un enseignement catchtique que la narratrice donne aux responsables religieux sur le

PAGE 232

232 sujet. Ce sont donc ces responsables religieux qui sont indirectement interpels ici. Elle premier lieu. soit homdigtique ou htrodigtique. Ensuite, sans aucune nomination claire, elle vec la narratrice. donner vie au texte et de garder le lecteur tout comme la na sur le vif du sujet du rcit. Elle se fait en des mouvements dirigs dans les deux sens de titre que la musicalit et la rptition, elle c ontribue aussi la poticit du langage dit des genres dans le roman bugulien ? Comment se matrialise t ses implications sur la lecture de ces romans ? 5.3 Hybridit des Genres dans le Roman Bugulien Caractris par sa musical

PAGE 233

233 genres littraires se fondant article : : From Le Baobab Fou to de Larquier a relev juste titre que dans le seul roman t du regard il y a cohabitation de diffrents genres de Larquier (134 romans buguliens que ce phno roman de Ken Bugul qui ne rvle pas une prsence plurielle et multiforme de commerce du fait de la catgorisation de ses livres se produit ce que Barth Nadeau Sur la littrature la subversion des genres pour caractriser sa thorie du texte littrature, au sens bourgeois du mot A partir du moment o il y a prati cela le texte dire une pratique qui implique la subversion des genres ; dans un texte ne se reconnat plus la figure du roman, ou la figure de la posi (38) entre les genres de la littrature. Les catgories littraires ne sont plus des limites la cration littraire e genres littraires (comme il en fut question de la tricherie avec la langue toujours chez

PAGE 234

234 Barthes dans sa Leon balade entre des catgories de crations artistiques qui sont supposes tre par nature des entits homognes spares. Par exemple, le roman est diffrent de la posie et vice vers a vice versa encore. Mais dsormais, mme cet htrogne. En ce qui concerne le littraires, c la pratique du texte. Elle est en quelque sorte la subversion (le mot continuer parl er de roman chez Ken Bugul. Il y a certes du roman dans ses livres, mais ils ne se limitent pas cette seule catgorie littraire. Dans autant de livres sur de plusi eurs genres littraires. Cependant, suivant la logique commerciale de ses tolrer. cohabitation des gen

PAGE 235

235 semble poser son a : Le Jeu du Dcentrement Riwan ou le chemin de sable publi dans Emerging Perspectives on Ken Bugul Gallimore avait conclu au sujet de cette question de la multiplicit des genres dans le roman bugulien que : rcit au sein duq (192). Bugul elle mme sur sa ncessit dans son criture, sa rponse a t claire et sans dtour. Elle a dit avoir envie de fabrication de la langue littraire de la romancire et du langage qui en dcoule comme dire une langue littraire faite de pulsions en rfrence au rgne du smiotique sur le symbolique qui la caractrise, ne peut tendre produire que des romans ouvrage interminablement. De Larquier aussi a eu souligner dans son article cit ci dessus, ce

PAGE 236

236 phnomne artis bugulien. One might argue that Ken Bugul promotes ambivalence and blurs the distinction between the individual and the collective, aspiring to a modern compromise. Furthermore, the author ignores the traditional binary opposing literature and orature. Refusing to choose between the conventions of Western or African writing, Bugul sets herself free from any limiting dichotomies. Moreover, she ignores the difference between myth and r eality (135) jou tre lue en genre de rfrence dans ce roman. Tous les genres en prsence sont traits sans aucun gard de privilge ou de dfaveur. Le processus de cration de rivain consiste juste les laisser dans des mouvements libres qui font la fin les compromis comme de Larquier dans ce sens. Les lments qui rentrent dans la prise de forme du roman bugulien sont plutt dans des conflits permanents. Ceci est En consquence, il se pose que le roman de Ken Bugul ne doit pas se lire de tte forme de lecture qui convient ses romans : entendre le texte et les sonorits de la langue littraire qui y est

PAGE 237

237 savoir faire sa propre prsence dans le texte sans v ainement chercher se soumettre un simple exercice de consommation. Autrement, le produit ingurgit sera indigeste. Par : faire sa prsence dans le texte intgration du lecteur constructeur dans tous les aspects du texte. Le texte tant lui mme sans forme fixe, une sorte de lecture similaire celle que dcrit Barthes Nadeau dans leur entretien Sur la littrature : avoir prcisment soi qui est particulirement branche et articule sur la saveur des mots, sur la saveur de (46). Le texte est un mauvais texte, il mme car il en est le btisseur. Le dire comprendre la conscience solitaire lecteur a toujours un rle actif jouer. Mieux, il est un lecteur auteur, un lecteur aussi. Les formes et fonds du livre dpendent de lui tout comme les formes du conte dpende

PAGE 238

238 Ainsi est crits. e lecteur doit l ui aussi pouvoir se mettre dans les ropose Barthes juste la suite du passage prcdemment extrait de son entretien avec Nadeau Sur la littrature pour rsoudre le problme de lisibilit de certains lecteurs : il faut faire du lecteur, un crivain virtuel ou potentiel. En fait, le grand p tous les problmes de lisibilit disparatront. Si on lit un texte apparemment illisible, dans le mouvement de son cr itu re, on le comprend trs bien. (46 47) constructeur. Le lecteur ne doit plus tre un simple consommateur de texte, mais un constructeur de texte. Quand consiste alors en ce que chaque l dification. Quand par exemple on reconnat le genre du mythe dans Pr Histoire de Ken qui ouvre Le Baobab fou il est tout de mme erron de croire que le mythe dans cet : Histoire de Ken

PAGE 239

239 prolongement et l auteur et du mythe qui va avec. En citant ce mme exemple pour illustrer dans sa Francophone Women Writers : Destroying the Emptiness of Silence a aussi fait la mme remarque. This use of orature is n ot at all a decorative play, a way of creating a certain couleur locale It is in some instances, a narrative strategy, a structural Abandoned Baobab As we have seen, the functions as a mythical tale of origin. The autobiography itself constitutes a and her life h istory. This narrative form, then, can be seen as a structural rendition in literature of an important element of orature namely a genealogy that situates the individual in time and space and in relation to ancestors as well as the present community ( 172) Si le chant ou la rcitation des gnalogies qui est le propre des griots dans les mythologiques dj avrs du roman Le Baobab fou En clair, le lecteur qui peroit un Le Baobab f ou doit aussi savoir y dceler riot Le Baobab fou commercial que lui a donn la ma ison une seule catgorie littraire plusieurs

PAGE 240

240 Autrement, il se perdrait et ferait une tche vaine de lecture. Pour jouir du texte qui lui est propos, il doit en effet se mettre lui aussi son difica tion. s de chercher harmoniser quoi que ce soit ni mme apporter une quelconque correction ce qui est dj fait. La condition sine qua non lui offrent les constituants htroclites de cette criture. Evidemment, il y a lieu de ; teur Cette analyse est aussi valable pour le lecteur de Riwan ou le chemin de sable critiques ont dcel diverses caractristiques du conte en train de se dire dans ce se rendre compte du rle de conteur de la narratrice. Lundi. Jour de march. A Diank. Il tait arriv une chose extraordinaire dans la vie si rgle, si tranquille, si paisible, de la concession du Serigne de Daroulre. Le Serigne de Daroulre avait une grande concession dans cette bourgade, assez grosse pour avoir un maire lu. Cette bourgade qui portait donc le nom de Diank, se trouvait une vingtaine de kilomtres des terres dompte par le Serigne, Daroulre.

PAGE 241

241 : On dit que On a dit que. (9) Ainsi commence en effet le conte. parole s celui qui entend, narratrice de Riwan ou le chemin de sable qui adopte cette attitude du conteur ds le pourtant, le rcit de ce livre de Barthes ce roman as prendre part aux veilles des contes au clair de la lune au village ? En ralit, Riwan ou le chemin de sable soi, le roman, le conte et la lg ende. La symtrie peut bien ne pas tre si exacte que la rupture et les mouvements htroclites qui naissent de cette rupture. Pour tre plus Riwan ou le chemin de sable est un parfait exemple de rupture des htroclite fait de ro mans, de contes et de lgendes. Ainsi, un lecteur qui manque de

PAGE 242

242 prter oreille et ne sait pas prendre part la manifestation de chacun de ces genres En ce qui concerne le rom an mystrieuse de la pice (87 mythes crateurs. Nous avons eu tort de tuer les mythes. Condorong Je me souviens, je me souviens, je me souviens Condorong Les autres avaient Condorong Et ils ont tu le Condorong Mais on ne peut pas tuer les mythes. (290) aussi qui se veut relle dans la fiction. Il y a en effet, des mouvements rci proques du mythe au rel dans le processus de son criture. Ken Bugul ne se contente pas seulement de a vie et des est de ce fait : ne lgende, et un roman. Lire pareil mme construire son propre

PAGE 243

243 texte en se portant sans cesse dans les directions du mythe, du documen taire puis de la mise en fiction. Pareillement pour le roman Rue Flix Faure la prsence des formes voiles qui se multipliaient (266), et qui sont les actrices du spectacle de la mort de la le lpreux, suffit aussi resituer ce roman dans la sphre gnrale du fantastique auquel appartient le conte. Rue Flix Faure ; remarque et le rle du personnage cinast e Djib 2 qui a crit le scnario de tout le spectacle sur le tapuscrit que lit Mu pousse se demander si ce livre ne porte pas aussi Rue Flix Faure est un roman, un cont e, mais aussi un cinma dont le lecteur est invit e roman dans le glissement permanent des structures ou systmes texte aux nature et qui exclut toute attitude de lecture rectiligne. Enfin dans le roman La Folie et la Mort Dioum avec (1 19) est ce qui fait perdre ce livre le

PAGE 244

244 mises ensemble pour faire le livre. D aspect du conte en lui. Il fait nuit. Une nuit noire. Une nuit terriblement noire. Dans ce pays sans nom, sans identit, enfin un pays fantme, absurde, ridicule et maudit comme il y en avait un bon nombre sur ce Continent, la dcision tait prise : Il faut les tuer (11) Tout comme dans Riwan ou le chemin de sable le dbut de ce roman voque lui inconnu, mais trs familier tous. Comme il sait faire une nuit terriblement noire un endroit quelconque cesse de se rvler au qui ne font que mettre le monde entier genoux commencer par les plus faibles. En particulier, il offre une tude sociologique de cette situation plantaire travers mme la mort comme seule issue qui lui reste. Mais cette pseudo sociologie est une mise en pamphl

PAGE 245

245 autres romans buguliens le dconstruire travers les techniques de glissement scripturales de son auteur. dre, il y a toujours vice versa Kakpo a lui aussi tir une pareille conclusion dans son livre : Crations burlesques et dcons truction chez Ken Bugul mani les mots de tous les jours pour produire une mlodie, une rythmique qui dire une motion matrise qui provoque une image. Ken Bugul semble ainsi contraindre les notamment les deux derniers romans, se lisent comme un long pome tra romancier, le pote ou le conteu r de rcits mythiques, car tant tous des crateurs, ils donnent forme aux archtypes tout en apprhendant les mouvements des mtamorphoses (40 41) Le langage romanesque bugulien est ainsi une parole potique. Il est parole de griot et il est criture. sorte de posie qui se cre travers les autres genres de la littrature. Dans la posie bugulienne en effet, se lit ple con te qui se dit, la lgende, le mythe, le dbat social dont la voix narrative se charge de qute du

PAGE 246

246 et renseigne particulirement sur le dsquilibre des genres littraires qui se fendent et se mlangent dans son criture, rance du vrai et d u faux, puis de la dernier doit lui aussi savoir se mettre rgulirement dans les sensibilits naturelles des divers genres en face desquels il peut se retrouver lors d e sa tche de ce ainsi que le commande En lisant donc Ken Bugul, le lecteur est tantt invit au thtre, tantt la nuit des contes au village, tantt reprendre le refrain du chant avec ou sans la narratrice, tan de se raliser, tantt couter un mythe ou une lgende, tantt suivre un rflexion hors contexte avec ou sans la narratrice. Le chant en particulier, fonctionne dans le roman bugulien au rythme et langage romanesque bugulien. Suivant les contex tes, ses fonctions varient aussi. Dans le conteur) se refasse ses ides pour la suite

PAGE 247

247 rectes ou indirectes du langage bugulien. Comme le conteur et son assistance directement en face de lui, la narratrice bugulienne cre virtuellement un contact direct entre elle et son lectorat. Si celui danser au rythme du texte, com me par exemple le tango dans Mes Hommes moi ou des battements de tam tams dans La Folie et la Mort (114), il est appel continuer les refrains des chants pour permettre la narratrice de reprendre un peu de ussi souvent appel rpondre aux questions directes ou indirectes de la narratrice comme les devinettes dans les contes, ou entrer en del des limites du texte. Mais si jamais il choue ragir adqu atement t fauss comme exactement la nuit des contes aurait aussi chou. rgulirement mis rude preuve pour assurer la tche de sa participation active car il est certes un lecteur, mais un lecteur pas son ro mme avant que le roman ne tombe dans les mains des vrais lecteurs.

PAGE 248

248 De tout ce qui prcde, il ressort que le roman bugulien est un mlange de divers r le truchement de la technique de espace littraire o plutt que de disparatre, les genres initiaux se combinent pour donner lieu une cration artistique nouvelle. Bien que diffrents genres littraire s trouvent leurs traces dans cette criture, : la posie, le chant du griot, le roman et le de genres littraires mis en fractions. ion exacte des genres oraux et crits qui se fa it dans le roman bugulien. pour faire place un nouvel art qui tir e sa source tous aucun eux ne puisse cependant continuer exister par lui mme et donner son nom en exclusivit cet art nouveau. Nanmoins, tant donn que le roman lui mme est une sorte de genre de dire un gen re de crations li ttraires abus qui consiste attribuer son nom aux livres de Ken Bugul serait pas pour autant une faute. Par dfinition, le roman bugulien est donc une cration

PAGE 249

249 courent le sans faire obstruction ceux qui la pavoisent. A ce titre, il est clair que cette est la fois une criture de rupture et de dpassement des genres de la littrature crite et orale. Ainsi fiction de Ken Bugul ; bien au contraire, elles continuent de donner de leurs sub prise isolment ne suffisent plus donner leurs noms aux dits ouvrages. De leur fusion htrogne subsquente leur clatement dans le crations littraires, il tend se crer une certaine osmose qui fait que les lments de lecteur, sont toutefois relgus au second rang po ur cder leur place la nouvelle cration mergente. Bugul, prenant ses sources d dire des divers genres

PAGE 250

250 auteur manire de Ken Bugul. caractristiques du texte donnes par Barthes dans son entretien avec Nadeau Sur la littrature j cites plus haut dans le prsent chapitre : ne se reconnat plus la figure du roman, ou la figure de la posie, ou la figure de (38). Ce que Barthes dsigne ici par son concept de texte est le troisime ordre ou le tiers e toujours en train dans la construction plurielle des lecteurs. selon Ken Bugul est ession franaise du Sud du Sahara possib approfondie consistera it frontires en ce sens ne sont videmment pas que physiques ou gographiques. Elles ont un sens plus large qui dsigne tout ce qui est susceptible de faire obstacle la le les restrictions de langue et de genres littraires. En effet, l

PAGE 251

251 qui a fait merger par exemple les concepts et pratiques littraires de Nouveau Roman entre Barthes et Nadeau Sur la littrature co Roman qui a eu lieu au XX e questi on beaucoup plus englobante ; il fait appel tout ce qui concerne la littrature et non un seul aspect de ce qui la compose. exemple de b ugul ienne projet de rejet comme il en est question dans presque tous les mouvements littraires chez Ken Bugul pas un art de rejet, mais un art de glissement qui sait toujours se former sur les gisements de ce dont elle sait briser la rig sine qua non une criture de rejet, mai son criture. vidence

PAGE 252

252 formes crites (Jean Derive 15 africaine, ni occidentale : elle est universelle. Ensuite, dans cette criture universelle, il ulier le le roman chez Ken finir en exclusivit. Tout se Dialogues Mur blanc q ui file entre deux, prolifration, tentacule. Pas de coupure ni de pliage et de rabattement, mais des multiplications suivant des dimensions croissantes (25) se dissimulent les uns dans les autres et tendent prsenter une face uniforme. libres, fuyantes ou changeantes. Dans le roman bugulien par exemple, on ne trouvera pas ce mlange de textes vice versa

PAGE 253

253 tradition orale devient un comme le thorise par exemple, Eileen Julien dans son article : language novel from sub Saharan Africa (131). A la rigueur, le roman bugulien pourrait analogiquement tre class dans le domaine culturel du ni t raditionnel africain, ni moderne occidental que dfinit Karin Barber dans son article : Views of the Field : Reading in African Popular Culture There is a vast domain of cultural production which cannot be classified as dissolves these distinctions (2). Sans aucun doute, il y a dans le roman bugulien une dissolution la production romanesque de Ken Bugul dans cette dfinition de la littrature africaine par cration. La dissolution erger mme un domaine de la cration nouvelle qui en rsulte et qui par consquent, fait le rom an lui mme. la fabrication de la langue littraire de Ken Bugul puis des diverses formes de langage

PAGE 254

254 mmes mise en lambeaux de la langue et du langage de ses livres du fait mme de leurs dgnrescences respectives. Ils suivent tous deux un processus de glissement qui former dans un langage, la cration littraire est base sur la dsarticulation des noms des choses perptuelle et sans merci qui oppose le smiotique et le symbolique comme dj dcrite dans la prsente tude. ngage romanesque, est maternement l gue et qui ne sait pas encore se servi r de la langue avec comptence. Mais elle est aussi la parole dlirante et silencieuse par enchanement de la personne atteinte de psychose ou en proie un incohrence comme si elle se presse de tout dire la fois avant que ne vienne une mort ou une fin imminentes dont elle nourrit constamment la peur elle est aussi le silence du condamn en attente de son tour dans le couloir de la mort. Pour ce dernier ; toutes les voies de recours

PAGE 255

255 en tendre ceux que les expriences de la vie ont initi la reconnatre. Or, selon Kristeva dans Soleil noir Dpression et mlancolie : Lorsque le combat de la cration imaginaire (art, littrature), avec la symbolique et du biologique, nous constatons bien que la narration ou le raisonnement sont domins par les processus primaires. Les rythmes, les allitrations, les information Nous sommes ainsi conduits considrer au moins trois paramtres pour dcrire les modifications psychiques et, en particulier, dpressive : les processus symboliques (grammaire et logique du discours) et les processus smiotiques (dplacement, condensation, allitrat ions, rythmes vocaux et gestuels, etc.) avec leurs tayages que sont les rythmes biophysiologiques (76) La parole littraire dans ce sens est tout sauf logique. Elle est pulsionnelle, et se veut une fonction nouvelle a u del de celle de la communication de la langue et du elle fait perdre en apparence la langue et au langage leurs valeurs premires de raison. Ils sont tous deux dsormai existence et non pour un quelconqu e autre but. Elle est alternativement sonorit et silence. Le signe en elle glisse de ses assises linguistiques pour dfinitivement langue comme instrument de commu nication des hommes en socit qui se dgrade et le langage comme manire de se servir de cet instrument de communication qui se dsarticule.

PAGE 256

256 tournures de la voix narrati ve sous la loupe des caractristiques de la folie. elle alors ? Quelles seraient de ce fait, les ?

PAGE 257

257 Notes 1 pour lui est avant de se lancer dans la lecture, de connatre dj la musique particulire du texte li re. La lecture haute voix serait en quelque sorte pour la cadence qui (Georges Jean 80 81). 2 organis dans le cadre du 3 e Festival mondial des Arts n et au cours duquel elle a parl de son roman Rue Flix Faure elle a port sur le y qui se promenait lui son amie chanteuse Aminata Fall (Sy).

PAGE 258

258 CHAPTER 6 EFFETS DE FOLIE AU C DU LANGAGE BUGULIENS Depuis la toute premire interview que Ken Bugul a accorde un journaliste av ait donn pour titr e leur entretien publi dans le 81 e numro de la revue Notre Librairie Culture Sud : sans effets de glissement L e Baobab fou sur lequel a p ort son entretien a vec Magnier sur elle, dans un autre roman comm e La Folie et la Mort La folie peut tre un choix, une approche de la libert. Oui la libert. Il faut tre fou pour tre libre, pour dire la vrit. Sinon comme le dit ce proverbe du Continent : Celui qui veut dire la vrit ? Il au ra dit la vrit et cela fera rflchir certains. Quand il y aura plus de fous, la vrit clatera. Faisons les fous et dnonons tout. (182)

PAGE 259

259 Ds lors, il ne fait plus aucun doute que le symbole de la folie est une option dans ul. Les personnages peuvent choisir eux mmes de folie. Il y a cependant une grande diffrence faire entre ces deux concepts de Le personnage fou est un personnage atteint narratrice dont le rcit adopte les caractristiques du personnage fou narratrice qui est folle, mais s on criture. La folie est vue dans ce dernier cas comme une manifestation anormale du langage de la narratrice (la norme tant bien entendu la langue). Sans trop anticiper sur les analyses venir dans le dveloppement du prsent Dans Ecritures et discours littraires : Etudes sur les romans africains qui comporte une tude globale sur la figuration du thme de la folie dans la littrature : folie une pathologie, et des cas cliniques ne so nt que rarement voqus (144 ). Les reprsentations de cas de folie dans cette littrature ne sont en eurs imitateurs comme au thtr ; sont mme pas malades pour tre guris. Ce sont tout simplement des narratrices et

PAGE 260

260 personnages fous par vocation. Ils font le choix de la folie po u r gurir et non pour tre guri Nanmoins, dans le roman bugulien en particulier, une tude au cas par cas est Nkashama. A plusieurs moments en effet, diffrents personna ges buguliens se sont retrouvs dans des situations o les sign es de folie maladie ne trompent Dans La Folie et la Mort vie. Dans Cendres et Braises Anne o Marie la moindre ide de l o on la conduisait, tait la prison des fous (145). Aussi, le fait Flix internement et de folie gurir. Cependant, il est vrai que ces seul e s indications res lments de dfinitio n de folie sont encore langage de ses personnages et aussi de leurs diverses situations par rapport la raison sociale. Cependant, p our une bonne dfinition de la notion de folie, il est trs bien indiqu de se rfrer Michel Foucault qui est un matre en la matire. Dans son livre Histoire il a nonc que : tout de la draison : le jour co (176). Quelques pages plus loin dans le mme ouvrage, il ajoute que : le langage est la structure premire et dernire de la folie. Il est la forme constituante

PAGE 261

261 cycles dans lesquels elle nonce sa nature (255). Pour poser un diagnostic de folie, il son langage doivent tre un sens renvers de la raison : ce doit tre en effet, un individu qui se compor te et parle surtout sans aucune notion de raison. Ainsi, tudier la analyse devra consister montrer dans la langue et le langage littraires buguliens, le ils de la raison ? 6.1 Caractristiques de la Folie Dans la Langue et le Langage Buguliens souvent analyser la nature de cette raison pour pouvoir apprcier sa valeur en fonction elle pas toujo urs du ct des autres nir son accusation mme considre comme sa ter. Toutefois, avant de dterminer la situation de la raison dont le manque conduit questionner la consistance pathologique ou non de la langue et du langage littrair es

PAGE 262

262 6.1.1 Consistance de la Langue et du Langage Buguliens Pour Nkashama, la folie est un l angage dsarticul. Elle est dterminante en (154). Les effets de folie dans la littrat la dsar ticulation du langage des auteurs travers leurs productions scripturales Ce sont gnral ement rivains de cette re culturelle. Les rcits qui prennent corps partir de ces langages dsarticuls sont eux aussi difformes. Ils ne comportent mmes les ils sont pourtant censs tre les narrations. aussi un langage dsarticul. En se dissociant des structures et mode de articulation qui gouverne la conduite du langage au sens gnral du terme et tend constituer son acte de dcs. Le langage romanesque de Ken Bugul consiste en effet installer le discours qui le porte dans une prvalence du smiotique au dtriment du sy en dconfiture progressive Ses s rgne du smiotique sur le symbolique engendr par les rythmes et intensits suivis de leurs effets respectifs, ont pour objectifs finaux de le d humain celui du dlire. : La mot est driv de lira un sillon ; de sorte que deliro signifie

PAGE 263

263 Ce dlire est la (255). Aussi clair que cela para raisonne pas soci t. On peut alors affirmer que le langage dlirant des personnages buguliens est un langage en nombreuses digressions qui parcourent la p ersonnage perde le fil de son discours initial et se jette dans le brouillard de tout un autre sujet est un signe flagrant du discours dlirant, donc du discours de la folie. Mais on bugulienne. Il tient aussi du fait des miroitements allant du simple enchssement la mmes encore moins dviant. Par ailleurs, une autre caractristique du dlire dans le discours bugulien est la confusion des lignes de dmarcation entre le rel et : peut renforcer le climat de nvroses et de panique, et contribuer perturber

PAGE 264

264 aboli tion symbolique de la ralit. La folie vient donc de ce que les personnages ne peuvent plus signifier le monde et la procdure fictionnelle se lit comme une linarit narrative vers des actes de dmence (152) ire, mais tout ce que la parole peut faire de la langue et que la langue aussi peut faire de la parole en retour. Ce peut tre par exemple les chants et sifflements de la voix narrative. Le discours qui se dgage au fur et mesure de ces agissements de la accident artistique car la voix narrative qui prtend parler ne le fait par respect aucun signifier en lui st un esprit ou un tre humain qui parle, car ce La crmonie de tatouage des lvres manque de Mom Dioum dans La Folie et la Mort que dans la voix de De et de sa mre plus de tous les pisodes o elle raconte les rre dfunt. La narration se droule comme si la narratrice manque des armes ncessaires pour achever son discours dans le rel o elle le commence pourtant ; elle se cre alors des le lecteur de ce roman se trouve oblig de la suivre dans ses passages du monde des vivants celui

PAGE 265

265 La Folie et la Mort roman qui cre cette situation du dlire dans le discours. Mom Dioum qui se trouve grce un autre tre de la mme espce. Dans la figuration de ces sortes de dlires, le langage littraire ne distingue plus le puis les rcits se droulent la manire des contes fantastiques avec des images violentes, dans lment essentiel ( Nkashama 249 transition aucune, il doit y avoir dis solution et dsintgration non seulement au niveau des tres, mais aussi au niveau de la langue et donc du langage aussi. Ce sont ces dissolution et dsintgration qui font le dlire dans le langage romanesque bugulien. Consquences directes des marques de la poticit de ce langage romanesque elles la thorie dveloppe par Foucault dans Les mots et les choses : une archologie des sciences humaines ce sujet. La l figure jumelle) : elle ramne le langage de la grammaire au pouvoir dnud re sauvage et imprieux de mots. la littrature se distingue dans une intransivit radicale ; elle se dtache de toutes les valeurs qui vrai), et elle fait natre dans son propre esp ace tout ce qui peut en assurer ; elle rompt avec

PAGE 266

266 contre tous les autres divers discours son existence escarpe. (313) La littrarit du texte fonde sur la dissolution et la dsintgration de la langue et ex emple des la rupture des systmes de vie que forment ces lments de la civilisation en question. mme une dgradation de s modes de vie des est la contestation de la philologie. Les exemples de la langue littraire de Ken Bugul et du langage romanesque qui en dcoulent sont plus que pr sont pas les textes buguliens obtenus partir de cette langue et de ce langage qui permettront de faire une tude aboutie de la civilisation du wolof encore moins de la une langue et un langage qui se forment travers la transgression des normes de vie de chacune de ces civilisations, leur considration philologique serait plus que risque et ne produirait en consquence que des rsultats biaiss. Ainsi, le langage d romanesque. Il est le rejaillissement des caractres de maternement et de mutilation qui font la langue pposition un quelconque langage de civilisation, le dlire qui caractrise le langage littraire de Ken Bugul est en revanche ce qui cause la dissolution et la dsintgration des genres dans le roman bugulien. Il ne justifie aucune pratique sociale ou co

PAGE 267

267 nature littraire des livres qui le portent. En plus, sa cration ne tient que de la qute du a nature potique pour tre plus prcis. Cependant, aussi et justifient de la dsintgration esthtique de ce langage de romans. Aussi nombreux que pu issent tre ces signes de folie dans ce langage, ils ont nanmoins en Aveuglement : voil un des mots qui approchent, au plus prs, de de la folie clas sique. systme de propositions fausses dans la syntaxe gnrale du rve. ; elle affrontent, celle qui les joint vrit, et ; au rve elle emprunte la monte des images et la prsence colore des fantasmes. Mais tandis que du faux (Foucault 260 61) vice versa est source de folie. En effet, i l se dans un tat de veille o seulement une minime partie de sa conscience est e ncore oprationnelle. Il croit tre sommeil. Dans cet espace indtermin de la v eille, son inconscient peut prendre le relai mme qui agit

PAGE 268

268 dans la parole Ce qu e dit mme un seul monde. lecteur de La Folie et la Mort extrait du mme roman en dit long sur la place du rve dans la dtermination du langage de la folie chez Ken Bugul. Le rve dans ce passage met le personnage du rcit deux o mme le Elle croyait qu faisaient moins mal. Elle se trouvait dans une case frache et son chevet un homme beau et affable. (119) La proposition le ne rvait pas. Mais la ce donc un rve alors que le texte en suggre tout le contraire ? Il importe de toute faon lequel se retrouve le personnage de Mom Dioum indispensable la ralisation du rve. Le langage de cet aveug lement est forcment le langage social fait place au langage de folie, u n langage de dsordre par excellence. Dans

PAGE 269

269 le embarquement dans le train pour aller vers le sud d livrer le peuple. Zak ferma les yeux et lui rpondit : Nous sommes les peuples du Sud. Allons librer le peuple et les peuples. Tous les p euples. rcent Les peuples des temps modernes. Les peuples qui ne pensent plus, qui ne dorment plus, qui ne mangent plus, qui ne rient plus qui ne baisent plus, qui ne sont pas vivants Mawdo le regarda de travers : Tu dlires. Pourquoi allons nous librer des peuples ailleurs alors que tu disais que Mose parlait du peuple ? les peuples. Pour rveiller ceux qui sont endormis. Pour faire lever ceux qui sont allongs. Et tous ensemble, nous allons dvier les dchets jets dans la direction de Jrusalem. Je prfre (227) Le Zak ferma les yeux mme dans un tat

PAGE 270

270 deux sommeil. Ce discours qui prend les aspects de ces deux mondes est celui du dchirement du langage. Zak hallucine et ne fait plus de diffrence entre le rve e t la peuple peut tre les peuples pour lui. Pareillement, le sud sud veuglement, tout se confond ; il ne se matrise pas et son langage non plus ne se matrise pas qui compte et non le sens. Ce peut tre un langage de non ; mais plus fort est son dbit, plus exactement alors le langage se conforme lui mme sa nature de folie. e Anne de Cendres et Braises qui continuait dbiter son flot de paroles sur les juifs et les ngres, entrecoups de maison, de Lon et de rires sonores (156). Dans ce langage dlirant de la folie rien ne compte plus que le dbit ou le flot de paroles. A la rigueur, le sens est a dmence. toute la ngativit de (Foucault 270).

PAGE 271

271 le langage de folie dans la narration bugulienne. Il y a aussi la mlancolie sans dlire qui est toujours accompagn e de tristesse et de peur. Le thme du dlire partiel disparat de plus en plus comme symptme majeur des mlancoliques au profit de donnes qualitatives comme la sicle, on c lassera facilement comme mlancolie des folies sans dlire, morne. dterminent le diagnostic de mlancolie, il est des sujets chez qui on (Foucault 286 87) Dans ce passage de son ge classique Foucault indique que dj la fin du XVIIIe sicle, il tait possible de parler de folie sans dlire. Ceci se passe bien videmment en dehors du cadre restreint de la littrature. Le dlire, haut dbit du flot de paroles, est alors remplac par tout son contraire : le silence, le mutisme. Contrairement au discours dlirant o le personnage en situation de folie mlancolique sans dlire consiste tout simplement de discours. Pour diverses raisons dont notamment la peur ou la tristesse, le personnage de roman rprime plutt ce discours en lui mme en se fermant la bouche avait pe pour lui apprendre les dire conf ormment aux lois de la socit sente tude.

PAGE 272

272 Rue Flix Faure Elles avaient tou tes, des choses dire, tout au moins en ce qui concerne le rcit de leurs propres histoires. Mais es gardent Faure chercher du travail pour retourner ur elle [la partagera jamais avec personne. Pendant des heures dans la journe, elle s Tu as dur dans les toilettes disait Driank. Et tous les jours, et parfois plusieurs fois dans la journe ds que Driank arait nouveau du tapuscrit (162) e garder un secret sans vouloir le mmes sans jamais vouloir, voire pouvoir les partager, sont des amertumes, des ang Leur silence est lourd de non lles sont toutes dans des tats de les amne au pire des cas gnralis qui cre la diffrence avec le silence secret et assimile leur attitude la

PAGE 273

273 mlancolie silence mlancolique est lui aussi un langage de folie. Toujours dans ce roman Rue Flix Faure femmes paumes. Il est aussi le langage commun des hommes dpasss par des son salon de coiffure Chez Tonio lancinant de violon (272). Dans La Folie et la Mort ds son arrive la ville avec Yoro la recherche de Mom Dioum est un cas patent du langage de folie par le silence. Parler aurait pu la dlivr er de quelques une des Une fourgonnette de police arriva et Fotou Ngouye et le cous in de Mom Dioum furent embarqus. Dans la fourgonnette, Fatou Ngouye avait perdu la voix. Elle tait bahie, stupfaite. Elle devait tre en train de rver. Oui, elle rvait et elle ferma les yeux. Dans son rve, elle tait r etourne au village (55) A partir de cet instant, elle perdit la parole et plus jamais elle ne la retrouvera. Mme face au policier, Chef Fatou Ngouye tait (67). Chez le prtre auprs de qui elle sjourna et qui ab que oui mon pre Bref, si chez Fatou Ngouye on ne retrouve pas le mme degr

PAGE 274

274 Rue Flix Faure il est c ependant clair que le traumatisme caus en elle par le choc de la scne du march mots. Au contraire, elle ne sait plus que rver. En plus, elle a peur de la ville e t se rduit elle mme au silence. Cette perte spontane de la parole combine au rve qui langage de folie. On peut prsent conclure que le langage de folie a d narration bugulienne. Il peut tre un dlire qui se manifeste par un flot illimit de paroles incohrentes. Mais il peut aussi se manifester par un silence dire un refus ou une impossibilit de parler. Toutes c es formes de folie dans le langage romanesque bugulien ont bien videmment leurs sources dans la fabrication de la maternement et de la mutilation qui caractrisent cette langue littraire. Ce sont eux qui font du langage qui dcoule de sur ce rgne du smiotique sur le symbolique dans la langue est quant elle ce qui attribue au langage son tat de folie. Or, folie du langage romanesque bugulien est un tat de dlire et/ou de silence mlancolique comme on vient de l e est pourquoi il est juste de le rapprocher des caractristiques de la parole du dprim selon Kristeva dans Soleil noir Dpression et mlancolie Rappelez vous la parole du dprim : rptitive et monotone. Dans

PAGE 275

275 syntagmes mme ne parviennent pas se formuler. Un rythme rptitif, une mlodie monotone, viennent donner les squences logiques brises et les transformer en litanies rcurrentes, obsdantes. Enfin, lorsque cette inordonnable (45) La rptition et la monotonie dans la parole du dprim est ce qui voque le dlire phr ases et qui contraint le dprim arrter de parler, elle est re prsente dans la narration bugullienne par le silence. La parole cette allure devient une musique sans accord comme vu au chapitre prcdent. Les phrases ne sont plus grammaticales et le on du dlire au chaos du silence et vice versa personnage de qui il mane. Mais en plus, il est lui mme ce drangement, ce dsordre ou cette dsintgration qui caractrisent la jonction o u la dissolution de deux En dehors du dlire et du silence, la reprsentation de la folie dans le roman bugulien se caractrise aussi par la part de raison dans ce qui langage romanesque de Ken Bugul sont aussi une langue et langage en drangement avec la raison. 6.1.2 Une Langue Littraire et un Langage Romanesque hors norme : le Risque de la Draison Sociale dans la Narration Bugulienne La dfinition de la folie en fonction de la raison ne va pas sans le problme de la valeur de la raison elle n

PAGE 276

276 comme tant le dans le ? A cette question, Foucault avance dans son Histoire que : aux autres qui, dans leur gnralit anonyme, sont charg s de la idale qui la peroit comme diffrence avec les autres. La folie a une de la raison ; elle est la fois de l sous son regard. de raison. Le fou ne peut donc pas tre f ou pour lui mme, mais seulement e mme (200 et 202) cette socit la dictature de la la Fontaine dans sa fable : La raison du plus fort est toujours la meilleure Ainsi par exemple, la dtermination de la raison est toujours aux mains du groupe ou de la socit en charge de la reprsenter et de lui donner valeur raison dans les f mme dclars fous rcents dans de Ken Bugul ne le sont que par le fait des

PAGE 277

277 autres. Du moment o ils se dclarent en opposition au systme politique en place et prnent la rvol ce mme peuple et sont par consquent passibles de la peine de folie. Si par contre, ente ndu. Dans La Folie et la Mort choix de folie. Ah oui, vous ne le savez pas ? Ce sont les autres qui ont raison. Eux, vous n e les connaissez pas ? Ce sont tous ces gens normaux qui nous entourent. Ah Ils sont normaux Avec ou sans raison. Eh oui si vous ne voulez pas supporter cela faites comme les autres. Nous avons eu des compagn Dans le systme. (179) raison la majorit ment des dcideurs sociopolitiques. Ils ont le pouvoir de coercition et leur notion de bon sens n de

PAGE 278

278 Ainsi, la raison est une affaire de systme, et il faut tre dans le systme pour tre accept comme celui qui en est pourvu. Autrement, tre hors ne jamais avoir raison. Or dans un cas comme ce souvienne surtout des conditions de formation de sa langue littraire et des usages un langage sans raison. Or, une langue et un langage qui manquent de raison parce que la socit ne les reconnat pas, ne Le Baobab f ou a connue la suite de sa publication, voire avant mme sa publication pour faire plume pour se couvrir socialement. Le Baobab f ou ffaire a socit qui aperoit aisment dans la suite des publications buguliennes aprs Le Baobab f ou

PAGE 279

279 Dans faire de peuple : Mose en persistant cependant lui parler un langage rvolutionnaire, non seulement ne parlait plus la mme langue et le mme langage que lui, mais en plus, il ne lui parlait parler aux animaux. tait des entrailles de la terre. Il fut dclar fou rcent Chaque matin, Mose se levait et a rpentait les rues de Birlane en parlant aux sourds et aux muets. Et quand les sourds et les muets devinrent aveugles, il continua parler. Et Birlane se vidait chaque jour. Quand t de toutes leurs forces (54) Heureusement que les rats lui rpondaient. Quant au peuple, il ne pouvait plus comprendre Mose car ce de r nier ne parlait plus la mme langue que lui. Son langage tait dnud de toute raison selon elle mme qui est devenu ce personnage autre dont plus personne ne v eut dans cette socit qui est pourtant la sienne. La Folie et la Mort dnoncer publiquement la mascarade des sages du peuple en ce qui concerne la procession des anctres revenants Yaw semblait dlirer (146) plutt que de parler. Pour les sages :

PAGE 280

280 Une dcision tait prise. Il fallait tuer Yaw. Tout de suite. Il fallait le prendre et le tuer. Immdiatement (147) Pour la foule par contre, il est devenu fou sentences est la dviation du langage de Yaw par rapport la raison qui est par nature toujours du ct de la socit. Lui, Yaw, ne pouvait plus appeler les anctres de s revenants noms qui se rsument en une mascarade dans sa bouche seul contre la socit comme suffit alors conclure que la raison pas de son ct et il faut le dclarer fou puis le tuer : ainsi en a t il t effectivement dans le rcit Les sages qui ont pris la dcision de sa mise mort sont certes minoritaires, mais ce sont eux qui vivre dans pareille la raison sociale qui leur appartient : se soumettre la raison de la minorit au pouvoir. Yaw, en ne se conformant pas cette bien triste loi de la raison sociale pour se faire sa p Ainsi se vrifie la mainmise de la socit sur les jugements de folie dans le roman bugu la loi

PAGE 281

28 1 uelconque qui compromette les pratiques oratoires de la socit et celle sa sentence. Celui qui ne parle pas la langue de la socit ni ne pratique le mme et automatiquement attribuer le bien triste titre de folie. Cependant, suffit celui ? Autrement dit, le bon sens ne se trouve t elle pas souvent du ct de celui que la socit traite de fou et non de son ct elle ? Une est utile de ci ter encore Foucault qui affirme dans que : ainsi tous les deu discours, une organisation singulire, abusive, dont la particularit obstine fait la folie. Celle soi (2 52) Selon Foucault, la folie est une prise de forme particulire de la raison. La constitution du langage de folie en littrature est donc un glissement de la forme logique mise qui fait la folie, mais un changement de forme de la raison. En lieu et place de la forme

PAGE 282

282 simple et logique du discours, la constitution de la folie requiert une mu tation de formes donc clair que la forme du langage elle seule ne doit pas suffire dterminer si un langage montrer dj, le langage de la folie est la dsarticulation des modes du langage en socit. Il prne le rgne du smiotique sur le symbolique dan s le discours littraire. de folie est par consquent le dsordre. Dans la fict ion bugulienne, ce dsordre est incarn par la rupture ou la dissipation le dlire mais aussi le silence selon les cas en considration. Il se manifeste par la m usicalit du langage, ses rptitions avec leurs effets subsquents, puis par les des rcits et celui des lecteurs. En somme, ce dsordre constitutif du langage de folie dans le roman bugulien est un fait de la poticit du langage de la romancire. Sa jouissance comme le souligne Barthes dans son entretien avec Nadeau Sur la littrature dm non dmente Cela garde une valeur intransitive. Ecrire est un verbe intransitif, tout au perversion est intransitive ; la figure la plus simple et la plus lmentaire de

PAGE 283

283 la perversion dans ce sens l, elle ne procre pas. Elle ne dlivre pas de se dtermine d u ct de la jouissa nce. (39 40) autre souci de production en dehors de ses prises de form e s ure assise dans et la logique sont les excellence, consiste donc au bouleversement de cet ordre premier de sens et de logique dans le langage. Mais ceci ne veut absolument pas dire que le l angage de folie est dpourvu de sens alors que le langage en gnral est cens en tre pourvu. Ils restent tous deux vis du fond et de la description du langage potique selon Kristeva dans son article : in Polylogue Le langage potique, dans la mesure o il opre avec le sens et le communique, partage aussi les particularits des oprations signifiantes lucides par Husserl (corrlation entre objet signifi et go transcendantal, conscience oprante qui se constitue par la prdication par la syntaxe c omme thtique limite : constitutive, certe s, mais non englobante. (157 58)

PAGE 284

284 signe est toujours fa la transmission de messages. Donc le langage potique comme tout autre langage ordinaire est lui aussi un langage fait de sens. Il porte en lui des significations ou mme une kyri pas de multiples que confre au texte le langage potique, les sens du texte sont eux aussi ; affich qui colle indfiniment au texte. Au contraire, par le fait du langage potique, le texte est install dans une mosaque de formes au travers desquelles glissent les signi fications multiples qui lui sont dsormais assignables. Dans ce mode de construction de texte, le moindre sens qui se dgage du texte est forcment pluriel. Il Ce qui se passe en ralit avec la composition du sens travers le langage : la mimesis dans La rvolution du langage potique garde la fin du XIXe sicle : Lautramont et Mallarm mimesis et son fonctionnement dans le texte aidera certainement voir encore plus clair sur la position du sens dans le langage potique et par analogie le langage de la folie. La mimesis is vraisemblable La mimesis nous parat se placer en ce lieu de la

PAGE 285

285 identifiable en dehors du langage, mais un objet constructible travers le rseau smiotique, pos cependant dans le symbolique et d s lors toujours vraisemblable. Mais ni vrai ni faux, cet objet vraisemblable, par son vrit. La mimesis porte le doute non pas tellement La mimesis et le langage potique dont elle est insparable, tendent plutt empcher que le thtique deviennent du thologique : que son sujet ain si rifi en un go transcendantal ne se dployer que dans le systme de la scienc e ou de la religion monothiste. La mimesis et le langage potique ne renient donc pas le thtique : mais ils traversent sa vrit (signification, dnotation) pour en dire la vrit (57 61) mimesis dire de la vraisemblance et non plus de l vrit absolue, il y a effraction du thtique. Le signe tout en tant le mme ne peut plus cependant tre limit un sens unique. Chacun peu t en faire sa thse mais ne peut plus en imposer le sens car ce dernier est dsormais pluriel. Alors o n dira que le sens en lui de la mimesis, sme de la langue, notamment la langue diverses interprtations pour proc der sa cration. En posie, le langage continue certes de faire sens; mais le sens se fait la limite du mirage. Il ne se forme plus en effet, le langage potique c onstruit sur le model de la mimesis Ainsi fonctionne aussi le langage potique assis sur le maternement et la mutilation dans les romans de Ken Bugul. forte cohabitation du symbolique et du smiotique dans ce langage potique fait de lui

PAGE 286

286 par consquent un langage de possibili ts, un langage de vraisemblance dans lequel le non sens. La Folie et la Mort donn dans le chapitre de la langue bugulienne, la mtaphore trs populaire et la limite de la paraphrase biblique du : je veux me tuer pour renatre (28) prononce par le personnage de Mom Dioum st une illustration russie du fonctionnement de la mimesis dans le langage potique bugulien. Pour Fatou Ngouye, enfuie dans la nuit noire aprs lui avoir confi son secret allait littralement se suicider. mme de la sorte. Toutes deux avaient pourtant mimesi s : l vrit unique est mise de ct pour que rgne celle de dire t sur ce que voulait dire Mom Dioum. Quand bien mme cette dernire finit effectivement par trouver la mort dans le cours du rcit, sa mort confession Fatou Ngouye. D lecteur lambda la suite de so

PAGE 287

287 lecteurs. Le langage romanesque de Ken Bugul ce niveau est juste potique et cette posie repose sur la mimesis Il vhicule sans doute une vrit et un mensonge; mais aussi le vraisemblable. Il vaut mieux alors ne dire cette sorte de langage un langage essentiellement m par la recherche Si par le fait de la mimesis le langage potique, le langage de la folie ici, reste ainsi pourvu de sens, lui dnier toute valeur de raison sans analyse pr alors que de la prcipitation ou au pire, la preuve de la mauvaise foi de toute personne qui se laisse aller de pareils jugements. Soit celui qui ne parvient pas voir la raison dans le langage de folie est impatient et ne se donne pas le temps de construire lui mme ce sens au del du dsordre ostentatoire de la forme du langage du fou. Ou, il on alors situer la ? e qui est faite au langage de folie en ce qui concerne son suppos manque de raison. constituant soit une de ses forces secrtes, soit un des moments de sa manifestation, soit une forme paradoxale dans laquelle elle peut prendre mme. De toutes faons, la folie ne dtient sens et valeur que dans le champ mme de la raiso n (Foucault 44) dire la facult de

PAGE 288

288 rmes est la folie, comme par exemple le rgne du smiotique sur le symbolique de la langue ou le fonctionnement de la mimesis dans le langage romanesque de Ken Bugul. Que le texte e contraire. Revenant au critre de base qui a consist juger le langage du fou en tant que tel biais parce que prcipit ou purement de mauvaise foi, de quel ct en tre la socit et on situer le manque de raison ? En contra ire, le langage bugulien est un langage pourvu de raison. La forme qui surpasse Par exemple, si la foule est ignorante de la vrit, les sages qui ont mis la dcision de la peine capitale contre Yaw dans La Folie et Mort autant que la narratrice et le lecteur save

PAGE 289

289 et non un quelconque dfaut de b foule qui a prononc la sentence de la folie contre lui. Quant aux sages leur Le langage dit de folie de Yaw e langage insens Le cas de Fatou Ngouye dans le mme roman est tout aussi pareil. Aurait il fallu pire que ce qui lui est arriv pour faire perdre la voix un tre humain ? Qualifier son qui manquent effectivement de bon sens d folie synonyme de langage potique, mais elle a aussi la raison de son ct. Dans nsidr comme une manifestation de voulait pas le comprendre. Mais il avait bien raison et le peuple avait tort. Alioune, o est Mose ? Je veux le voir. Je veux lui demander pardon. Mais en mme temps, je ne pourrai pas le voir.

PAGE 290

290 Je ne saurai que lui dire. Tout est de ma faute. Tout est de ma faute (278 79) eux de la ville. Tout comme les autres, il avait lui aussi cess de croire en son fils qui tait trait de fou rcent demander pardon raison. Mais si ces exemples montrent que les individus traits de fous le sont injustement p ersonnage qui choisit lui mme de faire le fou. Avant de prciser les mobiles de ce exemp Mom Dioum ne voulait pas raconter son histoire. Elle faisait la folle, car personne ne la prenait pour une folle dans cet hpital. Elle tait considre comme un cas trange (204) Le mdecin chef avait regard tous ses collaborateurs et leur avait pos solennellement cette question : A votre avis, cet homme est il fou ou est il normal ? :

PAGE 291

291 : homme est fou. Cette folie rare vrai dire est de la catgorie des pathol ogies psychologico pathologico socio mgalo anthropo mtaphysico Bon, merci, nous sommes en train de diagnostiquer un cas spcial, mais (229) fou Ou d puis leur entourage leur suite. Faire le fou tait une stratgie de survie pour eux et ils taient tous deux trs conscients la raison ont du mal p er cev oi r. Quant la pe Mme dans le pseudo diagnostic du collaborateur du mdecin clinique par son autre collgue, il est plus ais de situer le dfaut de raison du ct de ce collaborat eur que du ct de Yaw le suppos malade. les autres cas prcdemment tudis, il est clair que le langage de folie dans la clinique d et qui ne fonctionne que par la raison. Nulle part on ne verra ni ceux qui sont abusivement traits de fous ni ceux qui se font prendre en tant que tels, faire preuve du moin

PAGE 292

292 raison leurs accusateurs. Du coup, on en vient la vrification de la dfinition de la folie dans la littrature africaine par Nkashama : a folie une pathologie, et des cas cliniques ne sont que rarement voqus (144). Le langage langage potique qui se joue de la perte de raison pour servir aux beso de son auteur. Traiter ceux qui se servent de ce langage de fous rgulirement se rendre coupable simulation de la part des personnages qui pour diverses raisons se font prendre pour des fous comme le prouvent les cas de Mom Dioum et de Yaw. Dans tous les cas, le langage de folie rencontr dans la narration bugulienne est un langag e de dsarticulation qui privilgie une forme ostentatoirement dominante au st Du Baobab f ou Mes Hommes moi Cacophonie venir ne atteindre les narratrices, personnages buguliens, et Ken Bugul elle mme en faisa nt ce choix hautement risqu du langage de folie ? Beaucoup plus clairement, quelles sont les fonctions de la langue et du langage de folie dans la narration bugulienne ?

PAGE 293

293 Pour Foucault : La folie est un dur moment, mais essentiel, dans le labeur de la r aison ; travers elle, et mme dans ses apparentes victoires, la raison se manifeste et (46). Peut tre que : tout risquer po ur que la raison se manifeste et triomphe. De toute faon, une analyse des fonctions de la folie dans la langue et le langage buguliens permettra encore de mieux passer la lumire 6.2 Fonctions du Thme de la Folie dans la Langue et le Langage Buguliens Le langage de folie est un langage dsarticul qui porte en lui les marques d e maternement et de mutilation sur la forme puis de mimesis dans le fond Mais ces diffrentes marques qui tmoignent d e sa nature de drangement sont aussi le reflet pratiquent dans les romans. Il a pour effet direct de leur permettre de prendre position application de la thorie de Foucault dans il est juste de dire que par le langage de folie, Ken Bugul procde de diverses manires La nature de la folie est en mme temps son ultime sagesse ; sa raison dchiffr er que la finalit de la natur e. sagesse dont il ne connat pas la fin entre prvoyance et providence, calcul et finalit. En elle se cache toute (194 95) nne ou illogique du discours Mais au fond du non sens apparent

PAGE 294

294 de la f rs son propre temps. Par le choc de sa nouveaut, il est constamment en conflit avec les tort savoir venir et donc inaccessible aux gens du temps prsent dont les us et coutumes se voient ainsi menac de boulevers ement s. La langue et le langage de f olie de Ken Bugul sont aussi une langue et un langage de modernit. Ainsi, non seulement il y a dans la folie, la raison, mais aussi la sagesse qui gouverne toute la vrit de cette raison. Le langag e de folie est donc un langage de sagesse qui vise la vr it. La sagesse cache dans la folie de la langue et du langage bugulien procde des mots dans la phrase. Elle inspire aussi son auteur un art de conter qui lui permet e la matrise de la narration pour conduire son terme et de ne pas avoir voi x qui ploient sous le poids de leur rduction au silence malgr eux.

PAGE 295

295 6.2.1 Langue et Langage de la Folie la socit toute entire. A place soit du ct de la socit ou de la fille. En ce qui concerne la socit, cet isolement de la fille constitue pour elle une dchirure du fait mme du vide laiss par cette fille en son sein Quant la fille, le traumatisme que cause cette sparation sur la elle est lui toujours du mal se dfaire. Ce bref rappel de la gense de la langue bugulienne est mur insist ce fait que presque tout se rapporte ce moment dans son criture (Appendix A du prsent travail) : crotre la peur. La rupture draison (146) engendrent la langue et le langage de folie a son origine dans Pire, dans de pareilles socits, la cohsion est un vain mot. En lui mme, chacun doit chercher et trou ver ses propres repres. Mais malheureusement, ces repres

PAGE 296

296 une atmosphre sociale d implique dans ce cas, un pac l surmonter la rupture ou franchir la distance qui le spare de la socit. Mais cet te dernire ne fait malheureusement que davantage le rejeter. Toutes ses volonts et tous : le projet artistique qui consiste mettre cette discordance en mots est la mani festation du langage de folie comme dj dfinie plus haut. Pour Barthes dans sa Leon littrature ni mme un dire le tissu des signifiants qui constitue : elle et le thtre. Je puis donc dire indiffremment : lit trature, criture ou texte. Les forces de libert qui sont dans la littrature ne dpendent pas de mais du

PAGE 297

297 travail de dplace viser nsabilit de la forme. Ces formes de la littrature, je veux en indiquer trois, que je rangerai sous trois concepts grecs : Mathesis Mimesis Smiosis (16 17) pralable sur la langue fabrication de la langue littraire comme ce fut le c as de la langue bugulienne. La langue littraire mme : chez Ken Bugul, nstalle dans un systme de doute. Tout en elle bascule et perd ses repres. Selon que le suggre Barthes dans cette partie de sa leon, la mutation de la langue sociale en langue littraire se fait suivant le triple principe de la mathesis de la mimesis e t de la semiosis plus haut de la mimesis je rappelle que thtique au niveau du sens dans le texte. Quand il y a mimesis le mot ne fait plus sens que par vraisemblance. La mimesis fait perdre au mot ses assises de sens vritable et mathesis et la semiosis La mathesis pose dans le discours Les mots et les choses elle e rappelle constamment les origines de la langue littraire. Grace la mathesis on sait que la langue ou de diffrentes langue s sociale s De ce fait, la mathesis est le principe de la langue sociale dans la langue littraire. Elle incar ne les

PAGE 298

298 traces d de logique, de structure et d e systme de la langue sociale dans la mathesis qui constitue les relents du wolof et du franais bien que cette langue littra ire ne soit plus en exclusivit aucune de ces deux langues sociales dont elle drive pourtant. Aussi, si Barthes a plac la mathesis avant la mimesis et la semiosis viennent se poser. La mathesis prcde la mimesis et la semiosis tout comme la langue sociale prcde la langue littraire qui vient se forger sur elle. En ce qui concerne la semiosis enfin, elle consiste produire des sens nouveaux au signe. La tendance est videmment la cration de nouveaux signes. Mais dfaut, de russir la fabrication de ces signes nouveaux sont utiliss dans la langue littraire, la semiosis joue donner de nouveaux sens aux sig nes. La semiosis ressemble de ce fait la mimesis Mais si cette dernire pose le principe de la vraisemblance au niveau du sens dsormais pluriel du mot, la smiosis quant elle avail de mimesis semiosis procde la dtermination des se n s d es mot s Somme toute, ces trois principes de fabrication de langue littraire se lon Barthes sont des principes de mise en difficult de la langue sociale. Si la mathesis mimesis smiosis lui confre de nouveaux sens dfaut de la cration et principes de la langue sociale. Ceci revient aussi dire que la fabrication de la

PAGE 299

299 langue littraire suppose une dchirure de la langue sociale. Ainsi, le langage littraire pour objectif premier que de dire les dchirures de son auteur. Il veut dire le mal que et, la dfinition que Kristeva donne du langage dans son article : ( Polylogue ) : Le blancs, des coupes dans le sens (11). Par exemple, c hez toutes les femmes et tous les hommes qui se fuient et viennent dans la rue Flix Faure, on note ce genre de fonctionnement du langage. Ils taient tous labours par les abus du moqadem et les douleurs qui les traversent sont intenses. Les des signes de dchirures dont les expressions passent par le silence auquel ils se : paix qui cara base de ces esprances et paix, les squelles de leurs douloureuses expriences avec la socit et dont ils ont du mal garder les souvenirs. Que par exemple encore, Ken dans Le Baobab fou ses anctres les Gaulois dchirures. Pendant longtemp s elle a eu souffrir du manque vivre dans cette socit On avait un chez soi pour y tre chez soi. Avec toutes soi offrait le

PAGE 300

300 refuge tout la vie (79). son manque et non de son comble. La petite enfant outrage peut en arri ver mme se demander si les adultes se rendaient ? (82). ntendre ses cris de est trs difiant. Le meur Le contrleur leva son pied du dos de Mawdo. Le jeune homme tait rest couch, face contre terre. Mawdo ne se lavait toujours pas. Mawdo ne se lverait plus. Mawdo tait mort. Une femme posa les mains sur sa tte et hurla la mort. Le pied du contrleur. Les coups de sifflets. Le peuple excit par les coups de sifflet assourdissants. Les gens qui avaient accouru. Les b agages qui tombaient les uns sur les autres. Les porteurs qui se frayaient un passage. Les pousse voyageurs qui jetaient de s choses. Des bouteilles en plastique vides. Des noyaux de fruits secs. Des crachats de toutes les couleurs. Des crachats de

PAGE 301

301 sortes, de glules achetes au march. Crachats de dgot Crachats Mawdo ne se lverait plus. Mawdo tait mort. tait mort Mawdo, le jeune pre de famille qui souhaitait le meilleur pour sa jeune pouse et ses enfants, tait mort Mawdo, qui ne pouvait plus pcher dans son ocan, tait mort Mawdo, qui depuis sa naissance accompagnait les autres pcheurs faire des offrandes aux divinits de la mer, tait mort Mawdo, qui ne voulait plus rester les bras croiss comme ses pagaies dans l a masure, tait mort (240 41) Les hurlements de la femme dans ce passage sont les premiers signes apparents de la narratrice, arrive et se trouve aux limites de la perte de raison. Au langage alors, le langage de folie bien entendu, e lle fait supporter ses dchirures elle pour leur donner plus de communication ordinaire. D la dsarticulation et de la dsintgration de la socit elle mme. La socit est en sanglots et perd la norme objet. Elle recourt alors au langage de folie qui, quant elle, opre la dchirure, soit la

PAGE 302

302 dsarticulation de la forme du langage social assis sur le scrupule de la grammaire et de la logiqu e. ainsi la socit de dire les douleurs qui la laminent. Dans la citation les mots qui tombent en cascades, se mutilent et ne savent plus se lever pour faire sens ensemble. Il est que ; mais se lancer da ns le projet artistique de production de nouveaux sens sous le coup de la mimesis et de la semiosis Ainsi, le langage de folie a pour rle de reprsenter directement les images sans plus chercher les signifier. Par analogie, ce serait juste de dire que e ffet du tableau du peintre qui ne parle pas, mais montre. Comme le peintre qui sait se passer des mots pour reprsenter le monde sur son tableau, le langage de folie a aussi le don de se passer des formes ordinaires de la parole en socit pour i ncarner dans ses les mots. Le langage de folie ne signifie pas par les mo ts ; il rvle par les mots. Par le langage de folie, la vrit ne se dit plus recommand dans La Folie et la Mort que plus de gens deviennent fous pour que la vrit clate : Quand il y aura plus de fous, la vrit clatera. Fai sons les fous et dnonons tout (182).

PAGE 303

303 La fonction de rvlation du langage de la folie se retrouve aussi dans cette formule de Foucault qui lie la folie au savoir dans : (31). Toujours dans le mme livre il conclut quelques pages aprs, que la folie permet le dvoilement de la vrit terminale de : t de (538 et 556). les significations elles seules ne suffisent plus pour que se rvle la vrit. Puisque la socit est en lambeaux, pour rvler cela par les mots, il faut alors mettre le langage aussi en lambeaux : telle est la fonction du langage de folie en ce qui c oncerne la signifier le visible ou leur incompatibilit comme montre par Foucault dans Les mots et les choses : une archologie des sciences humaines Si on ve ut maintenir ouvert le rapport du langage et du visible, si on veut tre par parce que trop large, que la peinture, petit petit, allumera ses clarts (25) Le langage humain ne compte du visible que dans le stratgie langagire de clair obscur. Or en littra ture comme on est en train de le voir,

PAGE 304

304 cette stratgie du clair tic es, un langage de glissement dans lequel le sens toujours pluriel est en perptuelle prise de forme. Or u smiotique dans le langage de folie, ce langage gris, anonyme, toujours mticuleux et rptitif parce que trop large, aide mieux la rvlation par les mots des mmes faits du visible. ; i l est aussi suggestion. En effet, il ne fait pas que dvoiler ; il a aussi pour fonction de suggrer la vrit par ses formes de mimesis dire de vraisemblable comme dj vu en e le langage de la pice de thtre : La Folie et la Mort Retourner dans la cour, moi je veux bien. Seulement que dois je faire ? la b En plus le rve est gratuit. Faites rver vos peuples. O est le mental, o est le fantastique, o est le rve ? Assez de sacrifices, assez de crimes, assez de morts, assez de pleurs, ass palabre doit retrouver son sacr.

PAGE 305

305 Maintenant composez, adaptez vous vous Oui, il faut dtruire le symbole, sinon nous ne nous en sortirons jamais. Je suis le rve. On ne tue pas le rve. Rvez, partez, loin, toujours plus loin en prenant ce qui vous appartient (201) nchss qui a toutes les entre deux ou plusieurs individus texte dans lequel la narratrice procde une explication de son texte initial. Elle y trace les lignes directives suivre pour ne pas perdre le cours de son rcit : il faut oser le forme du discours : ainsi fonctionne le l choses sans vraiment les dire. Dans Rue Flix Faure la prsence des quatre formes voiles qui se sont charg du compte final du moqadem est une image suggestive de la rtribution du mchant dans ce ro man. Certes, femmes toutes les femmes moqadem toute dernire ph rase du rcit : prononce par morgue Les quatre formes voiles tant comme une illusion, comme un mirage

PAGE 306

306 que la narrat rice qui voque leur existence dans le roman. Ainsi, le pronom personnel elles de la phrase de ne peut pas tre pour elles puisque lui nulle part dans le rcit, les femmes victimes des abus du moqadem ne se sont venges de lui. Qui peut donc dsigner ce elles pluriel ? moquadem Dieu dont impersonnel au sens o il ne dsignera jamais un personnage avec prcision : tel le classique une question sans rponse, elle provoque un dchirement sans rconciliation o le (556). D aussi, il est est suggr avec encore plus de prcision la fin du roman. La simple image macabre du p euple runi autour de la Montagne Sacre ne suffit pas elle seule expliquer Montagne soit qualifie de Sacre et que ces deux mots soient crits avec des initiales maj Montagne Sacre se trouve non seulement le peuple, mais aussi les nouveaux dirigeants qui ont de tout temps fait quartier part vis vis du peuple, il se donn e

PAGE 307

307 nouvelle. Les nouveaux dirigeants qui ne sont pas en ce lieu l par hasard, font dsormais front commun avec le peuple et cela ne peut tre que pour la bonne cause commune. Si cependant, la narratrice ne le dit pas aussi clairement que cela, elle le fait bien dans moment prcis de la runion du peuple et des nouveaux dirigeants : Un arc en n de Jrusalem (314). Que dire aussi des vocations de Jrusalem prnoms de Mose et Zak au personnage principal et son frre ? a l que p lein de suggestions dont les recettes de fabrication se trouvent dans les fondements du langage de folie utilis par la narratrice. Des Mots sont utiliss et laissent des traces Revenant langage de folie, dans Rue Flix Faure et Le Baobab fou qui continue de se faire entendr langage dit de folie parvient crer le contact avec le monde irrel, le monde des la rconciliation vainement voulue du vivant de la

PAGE 308

308 manque entre la mre dcde et sa fille toujours en vie. Par ce langage de folie, non seulement la rconciliation posthume avec la mre a lieu ; mais il a aussi permis la rincarnation de la mre en la personne de la fille. Et soudain je perus un bruit de fleur qui clt. Ma mre venait de mourir. Ma mre, ma mre je. Sa voix se confondit dans la mienne. Et je me mis chanter. (281) ussi la mre qui continue de chanter, mais en elle, la berceuse qui parcourt le rcit de ce roman du retour entre le monde des vivants et celui des morts, le miracle a eu lieu. Ainsi, le langage de folie est il le langage du possible. Il a pour fonction de qui maintient la vie du rcit. L o le rcit aura it pu chouer, face la mort des protagonistes par exemple, il lui offre encore une nime chance pour le maintenir en vie. la folie donne la vie du rcit qui se fait dans La Folie et la Mort En succombant mourir et renatre

PAGE 309

309 mise sur le point de sortir du rcit. Elle a chou et son rle devrait prendre fin. Elle ne pouvait plus exister retourner dans la so cit des vivant s Elle en mourra de honte et pour elle et pour sa famille et pour leurs descendants et pour toujours, on le leur rappellera. Il y a le dcret. Elle allait tre prise pour une folle et elle allait tr e tue (118) beau et affable, Mom Dioum connat une nouvelle transition pour un nouveau retour vers le monde rel du rcit. Ainsi, avec le langage de folie, le rcit peut toujours qui justifie le non sens de la rponse de Zak Madow quand celui ci lui demanda o tait au juste le sud o ils allaient se rendre. Nous sommes les peuples du Su d. Allons librer le peuple et les peuples. Tous les peuples (227) sud ait lieu pour aller librer le peuple sud A vrai sud en question dans sa tte. Lui prcis qui eut t ce sud Par ak, parler de ce voyage absurde parce que ne pouvant mme pas tre

PAGE 310

310 ralis. Mais le langage dsarticul de la forme et du fond aidant, ce projet de voyage ; il devrait avoir lieu, et la suite on la connat. Idem plus seulement le peuple mais les peuples Tout a se fait pour que le rcit ne a subversion et sa dsarticulation, le langage de folie, langage par excellence de toutes les possibilits, offre la narratrice la chance de poursuivre son projet qui visiblement ne tient pas la route. Par cet effet de deuxime chance, le Mot comme Barthes dans est la demeure Le mot potique est ici un acte sans pass immdiat, un acte sans entours, lui sont attachs. Ainsi sous chaq ue Mot de la posie moderne gt une sorte de gologie existentielle, o se rassemble le contenu total du Nom, et non plus son contenu lectif comme dans la pros e et dans la posie classique. Cette faim du Mot, commune toute posie moderne, fait de la parole potique une parole terrible et inhumaine. Elle institue un discours plein de sociale du langage que le simple recours une parole discontinue ouvre la voie d e toutes les Surnatures. (69 71) Le mot potique est ainsi un mot plein et vide la fois. Il est une encyclopdie, ot, il est suggestif. appeler au rle de btisseur actif du lecteur. Si le mot selon son habilet construire lui mme ce sens dans le t peut valoir quelque chose pour un premier lecteur et valoir tout le contraire de cette mme chose pour un autre lecteur. On retient que le langage de folie encore appel langage potique a diverses fonctions dans la narration du rcit. Particulirement dans le roman bugulien, il est un

PAGE 311

311 canal de rvlation et non plus de description. Il permet son auteur de procder une exposition des dchirures socio individuelles des personnages tout en oprant par les mots dont les dispo socit, mais appellent plutt un retournement de cet ordre. Ainsi peut triompher la vrit des mots et non plus les apparences trompeuses des discours de tous les jours dans la socit. la fonction suggestive. Contrairement sa premire fonction de dvoilement, le langage forme gnrique du Mot degr chez Ken Bugul. Face la fonction suggestive du langage bugulien, le lecteur est constamment invit dpasser le sens apparent du Mot pour se construire lui lecture simple, mais une lecture construction o le lecteur est lui mme engag dans les sens donner au texte. Cette fonction de suggestion du langage de folie appe lle en Nathalie Sarraute dans Plus aucun contrat ne lie stricto sensu le narrateur au lecteur et ceci est d au dfaut de respect des normes de langue et d e nage de vraisemblance. Il lui suffit de puiser dans le stock immense que sa propre exprience ne cesse de grossir pour suppler ces fastidieuses descriptions. (63) Enfin la troisime fonction du langage de folie mise en relief dans la prsente tude c rcit. Par le langage de folie la narratrice se

PAGE 312

312 ue plaira la narratrice de toujours le prolonger ou non, et surtout des moments o il langage Mais les fonctions de rvlation, de suggestion et de rebondissement du rcit selon le bon vouloir de la narratrice dus la langue et au langage de folie dans le nction dterminante. Il procde la rvlation ou la suggestion rvlatrice de se s dchirures ou de celles de la socit se libre de leur hantise. Par exemple, selon Kristeva dans Soleil noir : Dpression et mlancolie : c atharsis La cration esthtique et notamment littraire, mais aussi le discours religieux dans son essence imaginaire, fictionnelle, proposent un dispositif symbolisme implicite sont une reprsentation smiologique trs fidle de la lutte du sujet Cette reprsentation littraire (et religieuse) possde une efficacit relle et imaginaire, relevant ; elle est un moyen thrapeutique utilis dans toutes les socits au long des ges. Si la psychanalyse tion ces solutions sublimatoires de nos crises, pour tre non pas antidpresseur neutralisant, mais un contre dpresseur lucide (35) Il est vident que la langue comme moyen de communication en socit est en crise partir du moment o elle choue convenablement faire sens. Alors, quelles

PAGE 313

313 que soient les violences que la langue et le langage littraire s font sur elle, ils ne la catharsis. En crant le choc de la roman bugulien, on peut donc di re que par son effet de purification, le langage de folie de cette gurison fai t d e gurison. Celui ci mme et ensuite pour la socit afin que plus jamais ne se reproduise le mal dont vient de le dlivrer le langage de folie. Ainsi, le langage de folie est de toute vidence une thrapie certes individuelle mais aussi une thrap ie aux retombes universelles. poser la question de savoir comment sont formellement lis ces engagements ses choix de langue et du langage de folie ? 6.2.2 Langue et Langage de la Folie Buguliens gagements buguliens. Je propose plutt une analyse formelle de la liaison et des consquences de la langue et du langage de folie sur les prises de position de Ken Bugul dans ses narrations. on de la langue et ?

PAGE 314

314 dire la dnonciation des tares de la socit. Cela quivaut au mme effet de supra protagonistes dnon cent ci et l diverses attitudes compr omettantes qui ont cours dans leurs socit s de fiction Le rle principal de la langue et du langage de folie dans ces dnonciations est de forcer les codes sociaux pour que puissent se dire, se rvler ou tout au moi ns tre suggr, le non permis social. effets du sans dmis que cela pourrait toutefois s mme, elle ne nie pas cependant le dpassement des t abous dans ses rcits. En pointant le ignorance des tabous de cette mme socit, Ken Bugul tente certainement de se trouver une excuse pour sa violation des interdits sociaux dans les romans. Mais la it lui avait enseign sa langue, sa culture de bonne conduite. Ce fut sans aucun doute le cas avec Ramatoulaye du roman

PAGE 315

315 pistolaire Une si longue lettre de Mariama B qui reste trs attache au respec t des principes de la tradition ; mais pas le cas de Ken Bugul ni de ses narratrices et personnages de romans. La langue et le langage buguliens, langue et langage de folie par nature sont aussi des out ils de revendicatio n de libert en ce sens que les personnages de romans qui fonctions se confondent par le seul et mme sentiment de libert par lequel se justifie leur fabrication. J ise comme je veux parce que je ne me suis pas impos des limites (Appendix A du prsent travail) Par sa langue et son langage littraires, Ken Bugul parvie nt faire dire ses duque comme elle le dit elle mme (Appendix A du prsent travail) dire initie aux prescriptions de la culture de sa socit. Mais en fait, feignant cette mme socit. Par exemple, en revendiquant le etite fille, vis vis de ses parents et de la socit dans Le Baobab fou puis le droit au respect du peuple vis vis de ses elle es termes qui ne sont pas forcment ceux de la grande masse. La langue et le langage de folie ont ainsi pour fonction de permettre leur auteur de dire des choses que la

PAGE 316

316 socit ne tolre pas en d outils de dpassement e t de pleine libert. Or, en peignant librement une chose langage de folie. langage de folie s e lit dans les tournures pamphltaires que prennent trs souvent les romans. A travers des interpellations directes ou indirectes, les narratrices ou autres protagonistes arrtent le cours des rcits pour donner leurs opinons personnelles. Ces interpellati digressions o seules les opinions des narratrices ou autres personnages des rcits comptent. Ceux mais aussi et surt responsabilits avant que ne se produise une apocalypse imminente et certaine. Par exemple dans La Folie et la Mort ndation curative du domaine de la fonction Il faut assainir le peuple pour que le systme se dsintgre. Sans peuple, qui va instaurer, instituer le systme ? Pour qui ? Tuons le peuple et laissons le sys dsintgrer et le monde subira un big bang qui fera ress (229). mort du systme et non celle du peuple. Mais dans le registre de

PAGE 317

317 mort du peuple dsintgre. Il y a sans doute une certaine contradiction qui remet en cause le principe gnral de bon s ens commun. En ? A y voir plus clair cependant, il y a bel et bien un engagement dans cette sentence de la narratrice. Le sens de cet engagement ne se limite pas seulemen t au sens premier et visible du verbe tuer Il faut aller au renvoie ce verbe pour pleinement en saisir le vrai fond dans le contexte. Tuer ne peuple mai s lui faire prendre conscience de sa lthargie et de ses abus par le systme. Quand il aurait pris conscience de tout logique de la langue et du langage de folie dan s cette citation. Elle dpose la raison de la langue et du langage ordinaires, puis pose la sienne la place : au del de la phrase : le transfini dans la langue comme le pose Kristeva en thorie dans son article : la p age 180 du Polylogue Dans Rue Flix Faure des enseignements religieux dans le mme sens : Dieu est bon, Dieu est misricordieux Mais ne demandez pas, vous serez servis par vous mmes. Chacun est venu dans ce monde avec son de remplir nos rcipients. Puisqu nous (35) E n dehors du Christ dans la Bible, a ucun enseignement catchtique ne dit que se plutt par ces

PAGE 318

318 dire une remise en cause de tout principe religieux prnant bon et misricordieux t et que le cependant, ce que la narratrice veut dsormais imposer comme rgle de conduite sociale. Par la logique de on se rendra compte nanmoins arole, une vritable semiosis dire des tentatives de sens nouveaux en littrature et non de la vrit slective des mots. nt, la langue et le langage de folie sont une langue et un langage de rbellion. En se mettant en marge de la raison sociale, ils permettent leurs auteurs par le biais de ses narratrices et personnages de romans de prendre Rue Flix Faure : nous pour nous rvolter contre ces intermdiaires monstrueux ? (79) en raction aux abus des moqadems sur les femmes. Ainsi se vrifie en ef de la raison renatre sans cesse, dans les dcouragements de la rptition et de la maladie, la vrit (555)

PAGE 319

319 la fiction bugulienne qui convient comme un parfait exemple de la mise en exergue de diverses notes de musique qui font la splendeur du langage potique, relguant du coup au second plan le message qui ne perd cependant rien de sa teneur. Dans pareil langage littraire, se vrifie aussi la suggestion scripturale de Jean Paul Sartre dans ce que la littrature ? feront des phrases et ; le silence mme se dfinit par rapport aux mots, comme la pause, en est un moment d u langage parler, donc parler encore (32) gnral un message de rbellion qui procde de la manifestation soit rvlatric e ou suggestive des dchirures socio cts des victimes de ces dchirures. Le questionnement de cet engagement criti

PAGE 320

320 CHAPTER 7 CONCLUSION GENERALE : KEN BUGUL ET LA QU MODERNE 7.1 En Conclusion techniques de glisseme nt. L e processu s de cration est incarn par des tats de flottement et rien ne semble se construi re de fond. Tout ce qui peut constituer un quelconque foyer et autour duquel pourrait leur glissement de formes et de fonds. Par exemple, les thmes, les espaces, les temps et mme les genres littraires sous la plume de Ken Bugul se retrouvent toujours dans un e tendance de ddoublement cratif o leur s passages mutuels de modles interminable. dont la propension crative confre la prod contraire. criture bugulienne est un art non dire non conformiste, mais un art libre. technique de glissement pose Ken Bugul en crivain poststructuraliste, mais aussi

PAGE 321

321 mod laquelle tiendrait une prtendue signification du rcit dans ses romans. Au contraire, dans son criture du roman rgie par la technique de glissement, le rcit ne fait sens an mme et ce dont elle parle, tous Elle produit son mise en drision de ce qui aurait pu servir constituer de modle en la matire. Dans cette criture, les traces de modles et de signification p ersistent certes, mais ne valent se connat pas de modle, mais flotte plutt de modles en modles ou de fragments de modles en fragments de modles : la rupture est son principe premier et le mouvement permanent, son autre mode de fonctionnement. Mieux encore, dans le roman bugulien, ces notions de rupture et de perte de : ct postmodern corre La Folie et la Mort puis amplement concrtis dans le septime roman Mary Klages dans son livre Literary Theory : A Guide for the Perplexed : Modernism for e xample tends to present a fragmented view of hu man subjectivity and history. b ut present that fragmentation as something

PAGE 322

322 tragic, something to be lam ented and mourned as a loss. provisionality, or incoherence, but rather celebrate s that. The world is play with nonsense (165 66) Ainsi, si modernisme et postmodernisme ont en commun la perte du sens et la que le premier milite en faveur du retour aux valeurs perdues alors que le second r etrouve dans le systme de rupture et de flottement qui fonde la technique de brisure d sens unique et des faux modles : il faut forcment dconstruire e t non continuer errer et se perdre dans le labyrinthe des structures et superstructures des langages de rcits. Si la langue et le langage ont perdu leur aptitude faire sens, raire, elle ne la publication de La Folie et la Mort en crivant Crations burlesques et dconstruction chez Ken Bugul roman chez Ken Bugul repose sur la oublier que par nature, la technique de g lissement est une technique anti de lecteur constructeur.

PAGE 323

323 glisse de sa con ception linguistique pour rpondre une approche smiotique. Comme bas ge suivi de leur isolement de la socit. Elles recourent alors mille et une manires pour combler le vide laiss par la mre absente. Au nombre de ces manires compte le maternement mme point de vue affectif. Au niveau de la langue, le maternement se manifeste dans leurs paroles de personnes adultes par la rsurgence des babils de de paroles cohr dire un code de leur fait dfaut. Abandonne par la mre et marginalise dans la socit, la narratrice bugulienne suffisamment i nitie au bon usage de la langue de la socit pour pouvoir la parler avec toutes l es comptence s requise s cette langue non maternements : des parol es incohrentes faites de vides, de balbutiements et de sonorits ou clats de voix. Les successions de pareilles paroles offrent des scnes auriculaires de mots ou tout simpl ement de sons qui se tombent dessus les uns les autres sans forcment chercher faire sens : on parle alors du caractre de mutilation de la langue littraire chez Ken Bugul. Mais le phnomne de mutilation ne se produit pas seulement par

PAGE 324

324 rapport aux mots ou sons qui culbutent de la bouche des narratrices en lieu et place des langues des socits auxquelles elles appartiennent en fait, mais qui les ont communication auquel elles ne sont pas habitues se condamnent diverses contorsions possibles exercice langue est en ralit le bgaiement dans cette langue. Soulignons cependant que transcrite dans le livre, une telle manire de parler : Dialogues et que j i dvelopp dans le corps du prsent travail. Le maternement et les mutilations a motions ses romans dans une langue caractrise par des effets de maternement et de nom de son auteur, soit la langue bugulienne.

PAGE 325

325 un passage perptuel ou un glissement sans fin entre divers codes de communication en prsence dont notamment la langue franaise et c elle du wolof. La technique de prcise. Elle se sert plutt des inters t i c es des langues dj existantes pour se faire ses propres chemins de communication. Le concept d voca tion communiquer, mais juste une langue qui cherche forcment faire sens. Son ultime objectif est de donner aux personnages ven t dans les romans sur la langue bug principes en principes pour chapper tout ce qui peut la transformer en norme, sa norme elle n mme de cette langue de littrature (son idiolecte) dans ses romans pour lui faire porter la charge de connotations est une autre sorte de glis sement du caractre symbolique de la langue en gnral

PAGE 326

326 passage de la mise mort d de sens unique, clair et fixe de la langue, soit son caractre symbolique dire son caractre smiotique dessus de ses effets dnotatifs. Le langage en lui mme ne fait plus sens, mais appelle plutt sa propre dconstruction afin de f aire lire entre les traces des mots ou sons mutils. Du mouvements des lments htroc lites le composant. : la rptition, la mise ; elle suit diffrents rythmes et adopte diffrentes intensits pour donner le ton de la fte des mots. Alors, entre exemple dans Rue Flix Faure le rythme du texte est celui du blues ; or dans Mes Hommes moi au rythme du tango que le text e. Chaque roman bugulien emporter par ces rythmes que de les lire. Il y a cependant plus que de la musique dans ces romans. Les narratrices buguliennes sont en permanence la recherche du moindre contact possible avec les spectateurs (ou les lecteurs) qui ne sont pas prsents dans les livres. Elles les invitent

PAGE 327

327 chant, ils chantent au ssi ils la font aussi bugul ien ce qui fonde aussi les divergences de langages dans les romans bu guliens. Chacun y vie nt non seulement avec ses propres ides et convictions, mais aussi et surtout avec standard de langage impos par qui que ce soit fertilisation des terrains de glissement dans ces sortes de dbats. D e mmes que les intensits et pas de danse les rythmes changent selon les inspirations des uns et des autres. htrogne. Tout se produit dans la libert de dplacements ou des dpassements des limites des uns et des autres. de production propre ment parler dans cette forme de cration littraire en dehors des seules limites matrielles et physiques dans lequel toutes les composantes du langage perdent leurs origines. Le roman ainsi produit est fait de textes scriptibles langages dont notamment des langages musicaux, potiques lyriques et narratifs, plus

PAGE 328

328 A un texte pluriel en effet, convient une lecture plurielle, et tel est le cas du mode de lecture que requiert le roman bugulien du fait mm dans lequel mme si le langage conserve dans une certaine mesure sa fonction de communication, cette dernire perd considrablement de ses privilges de premier ordre du langage. Ce ne sont pas que secrtaire se cantonne rdiger la Balzac les frasques sociales de son temps ou dcrire la sis sur la cration de sa propre impression de beaut. Il vise charmer en charriant en plus du message dont pour provoque r sur le coup sa propre dgnrescence ou dsarticulation. Ainsi, tout comme la langue bugulienne dont il littraire ainsi dsaxs et forcs des et de fonds crant une atmosphre de forte cohabitation du symbolique et du trs souvent sur le premier dans leurs duels frquents ie pathologique. La folie dont il est langage bugulien. Par le jeu des mots qui se mutilent et se brouillent dans leur htrognit, le langage romanesque aussi se b rouille et se dsarticule. Il dtruit sa

PAGE 329

329 propre capacit faire sens comme montr ci rduire la qute de la belle expression. Dans ce langage romanesque, si le sens ne compte plus au premier rang des objectifs fondamentaux du locuteur de roman le dlire et le silence le concurrencent par contre pour le compte de la forme de ce qui est dit ou en train de se dire. Toutefois, en se dsarticulant, le langage romanesque de Ken Bugul est dans une logique de feinte de la raison qui est dans cette logique de feinte artistique que repose la technique de glissement chez La logique de n criture pour se convaincre et convaincre le disant raison du peuple glisse une langue et un langage qui se veulent draisonns, donc appartenant au monde de la folie. Le dpassement de la raison la folie ainsi effectu dans la langue et le langage littraire dans le roma n bugulien. Dans le mme livre et du fait de la nature du langage mathesis la mimesis et la semiosis logique vrit unique fortement mise mal pour que soit attribus de nouveaux sens aux mots dfaut de la cration pure et simple de nouveaux signes. Dans la langue et le langage de

PAGE 330

330 poticit du langage bugulien base sur le jeu de la folie ou de la perte de raison qui caractrise la langue et le langage littraires de la romancire. Mais la langue et le langage de folie dans les romans de Ken Bugul ont aussi pour fonction de suggrer plutt que de montrer. Ainsi incarnent ils la force du conteur qui us tenu par la moindre obligation de vrit. Il est libre de glisser sans fin du vrai satisfait lui se retrouve est seul, matre de son entreprise de narration. Par ailleurs, pr tendant tre dpourvu de raison, le langage de folie est aussi une interdits sociaux dans son folles, donc irre sponsables devant le tribunal social pour rpondre des torts de leurs actes et propos puis ventuellement subir les peines subsquentes, les narratrices buguliennes ne se donnent pas de limites dans leurs approches des faits de socit. lleurs elles appellent tout le monde devenir fou ou se faire passer pour des fous en s e choses couverts par les sages et les lois de la socit.

PAGE 331

331 En plus, elle se fait la voix de ceux et celles qu i en dpit de son appel folie pour laisss pour compte, se dessine alors le glisseme vers le courant de pense existentialiste. Elle invite en effet, les uns et les autres prendre eux mmes la mesure de leur existence en luttant pour les causes de leur libert. Son langage de folie qui se met au service humain opprim et en mal de bien ce fait mme de sa nature absurde de drglement de la raison pour une nature ndividuelles au centre de toute action. Humaniste, burlesque, structuralist e, poststructuraliste, moderne et postmodern e, chez Ken B s effets de l es technique s de glissement de son auteur habilet de cette critu re glisser entre les mailles de t out ce qui est susceptible de la maintenir en UN est justement ce qui fait sa caractristique de roman moderne. 7.2 Ken Bugul : Une Romancire Moderne Quand Robbe Grillet a montr au colloque de Ce risy la Salle que Barthes tait un romancier romancier moderne Ecrire un roman en procdant par des technique s de glissement est donc un critre de dfinition du romancier moderne.

PAGE 332

332 hic et nunc que Ken Bugul aussi est une romancire moderne. : ce que la modernit ? Car en fait, il faudra prouver, en dpit de leur quasi contemporanit, comment le Maurice Nadeau dans Sur la littrature : nt, une dispersion, le refus de toutes les contraintes, tous les niveaux, et mme celui de la syntaxe. On fabrique deux et qui, souvent aussi, droutent le lecteur non prvenu (27) Pour parler de modernit, il se pose donc la condition pralable du nouveau. Le nouveau signifie dans cette assertion de Nadeau, ce en quoi la production se fait en conflit avec la tradition soit de la tradition, n fractions

PAGE 333

333 mmes. le se trouve en la dfinition mme du glissement. En tant la rupture et le dpassement de Nadeau dans sa dfinition de la modernit. Or, la technique de glissem ent en littrature, Nadeau dans so est alors clair que la technique de glissement est une Gril let avait bien raison de se baser sur son usage par Barthes pour identifier ce dernier comme tant un romancier moderne A sa suite, je me base moi aussi sur le mme argument pour dclarer que Ken Bugul aussi est un crivain moderne. En procdant par g lissement, son criture est le

PAGE 334

334 te chniques littraires de soumission de la langue franaise son malink maternel. que celui de la langue seule. En effet, le glissement en criture et en particulier dans le dont notamment : les thmes, les espaces les personnages, les genres et les courants glissement. En cela alors, le roman bugulien trouve la pleine justi fication de sa en comble. publication de son premier roman Le Baobab fou permet la technique de glissement, chaque thme ou problme abord dans le roman e part au romanesques, la diffrence fondamentale

PAGE 335

335 langue bugulienne. Ce qui importe dans la tech leurs seins respectifs les lments composant les ensembles htrognes obtenus aprs les mises en fractions. Deux langues se parlent en une, m : elles glissent tout simplement comme on en trouve en abondance chez K en Bugul. Chez Kourouma par contre, si re. mme un lecteur glissant. Sur la question de la langue, le lecteur bugulien doit tre un lecteur multilingue au sens prcis es et personnages de romans qui se font leurs lignes de fuites dans leur propre langue. Ses narratrices et personnages qui se fuient parce que rejets par la socit qui ne veut tte

PAGE 336

336 dans plus au principe de glissement. Au contraire, il est un langage hybride o le smiotique et le symbolique se retrouvent dans une concurrence perptuelle et sans mer ci. Pour le comprendre, le lecteur doit savoir se mettre en mesure de glisser entre divers modes Notons toutefois que tout est fiction dans le roman bugulien. Son langage est tantt celui de ; tout est htroclite comme doit savoi r st pas faux de la mme qui se construit ses sens. Ce que fait le texte lui ir les matriaux de construction que sont la mathesis la mimesis et la semiosis ; ensuite talents de btisseur le genre de lecteur qui sait se faire artiste comme dcrit par Nathalie Sarraute dans

PAGE 337

337 APPENDIX A ENTRETIEN AVEC KEN BUGUL : INTERVIEW REALISEE PAR MOI MEME LE 11 AOUT 2009 EN PREPARATION A LA PRESENTE THESE DE DOCTORAT Object A 1. Entretien Avec Ken Bugul mp3 ( 49.8 MB) A.1 Le Langage Bugulien. Q. Lors de votre communication la confrence African Creative Expression : Mother Tongue and Other Tongues Fevrier 2009, vous avez nonc que la langue maternelle motions acquises de ce que la langue a voir concrtement avec les motions de la mre ? R. dit que la langue pour moi e st une motion. Et cette motion vient du contact des parle pas. Elle met des sonorits. Un bb, on ne lui dit pas : bonjour, comment v as tu ? pas mais enfant grandit ; un an, deux ans, vous pouvez dire : pre, mre et la plupart Toujours donc, il y a ce contact avec la mre : des sonorits, des odeurs du sein et des habits parce que le petit bb est toujours en embrasse, lui donne le sein. angage. Et je crois que ces motions sont t reste toujours avec la mre, rpter les premiers mots de papa tu as vu papa qui vient l ? Et la mre qui parle chaque fois, et

PAGE 338

338 ord une Bon, concrtement. langue est intimement lie toutes ces mot mre. On sait que dans nos communauts nous, un enfant reste avec sa mre, la par la suite en une langue codifie. Q. Dans votre premire trilogie et la perte de la mre symbolisait t elle donc, la perte de votre langue maternelle ? R. mre partait je mon pre qui tait toujours en vie. Sa premire femme tait l. Il y avait aussi les autres enfants de mon pre, les enfants de la premire femme du pre qui taient l. Donc spare de ma mre plus tt. je ne vivrais pas les motions ns. Peut tre, l mme, si la matrise, pas la matrise Peut es aux rapports mre enfant. e ; je marchais et je me mme enferme dans un mutisme parce que je ne parlais plus avec personne et que

PAGE 339

339 che, et que je fuyais dans les hautes herbes voulais pas rentrer dans la maison familiale. Je restais en dehors de la clture avec mon couteau. Je ne voulais plus parler avec personne. Donc peut tre que de cette frustr acquise. l je ne pouvais plus parler de quoi que ce soit dans la vie sans que a ait toujours un que la vie est belle. Ce sera un langage o il y aura toujours ce retour la mre, ce re ce moment langage codifi. Q. Le personnage de la mre, si capital dans votre univers roma pourtant pas que la mre gnitrice Par exemple, Le baobab fou abandonn dans votre premier roman, puis retrouv dans Riwan ou le chemin de sable Srigne ce pas ? R. Bon, je suis en ; je les observais. Peut Afrique, les traditions. t ransmettent les messages de la tradition, qui inculquent les valeurs traditionnelles.

PAGE 340

340 e propre observation, de part mon propre intrt, de part ma propre curiosit, p arce que, moi, ds le moment o je me suis spare de la mre, ayant beaucoup souffert de a, le choix, je mis la perle dans mon oreille et que ce cri avait retenti. Donc je dsignais avec le baobab. complice de ce premier j y avait toujours ce besoin aussi de me crer des personnages, des animaux aussi bien que des vgtaux, des personnages avec qui je pouvais me ddoubler, avec qui je p ouvais ne pas me satisfaire. un avec des chats, des chiens. fou. Alors ilie avec un

PAGE 341

341 uffre pour me mettre terre. e sentiment de rcupration, de rhabilitation. Peut tre mme, ma rhabilitation a t la sienne ; elle avait tellement honte de moi. Et peut tre que si el ct du regard eu le temps. Mais il y a un lien ; la mre qui est partie, dont je me suis terre promise. Comme a je me dbarrasse de cette mre Afrique, continent, traditi on, Rejete par cette cole franaise en mme temps, je reviens. Et le baobab Il tait devenu fou Il est mort me suis retrouve nouveau dans une case retourne au village pour retourner dans le ventre de ma mre mais quand je suis arrive elle tait dj avec Samanar. t. Le Serigne me rcupre pour me retourner dans le ventre de la mre en me rconciliant avec elle et en me rconciliant

PAGE 342

342 rcle : mre baobab Serigne. Mais entre temps, le baobab est mort et pour crire Q. dire la langue restrictive o il est intolrable que la regretter aprs. Comment expliquez vous, et que dites vous aussi de ce dcalage entre votre langue maternelle perdue et celle que vous avez redcouverte et dont vous usez dans vos romans ? R. Moi je me suis toujours fabrique. Ma mre est partie sans moi. Elle a pris le : Af rique, tradition, ns sont soit gts morts. parents gs et ils sont les derniers, et ils veulent vivre et trs vite ils se dbrouillent les parents taient jeunes. Mai le pli. rsuivre avec elle pour rentrer dans toutes les formes parce que je ne vivais plus a vec elle, je me suis fabriqu ma propr e langue. Mais un mlange de.

PAGE 343

343 plus la langue de mes sens. Je me sui s fabriqu ma propre langue. la tradition, je me suis fabriqu u ne langue dont les relents. la partie de la langue avant la sparation est p lus de disait e t que je lui disais, tous wo a grande mission des valeurs. Mais je me suis accroche dj avec ce peu de vcus avec ma is e personne ne une nouvelle lan gue pour mon criture. cette langue que je me suis fabrique qui est un mlange de la langue ma ternelle et de Q. Fallait il ncessairement un tel nouveau langage pour porter vos messages ? (caractristiques du langage bugulien : le sans tabou, puis criture et oralit).

PAGE 344

344 R. ral, p parl ; peut tre aussi un besoin de rentendre cette langue, peut tre pour tre, la longue, avec les motions tires de la relation avec la mre : les bruits, en mme temps le langage que je me suis fabriqu moi mme ; peut tre p Par contre, le sans tabou, non grande dame, Aminata Sow Fall Donc pour que je sois une femme. Peut tre que les probl mes de tabou, et je ne dirais pas a ma mre ; mais il y a une rvolte dans le dpart de la mre. Q : ce que je v eux dans les couvents. Je regrette, mais. je suis peut tre nostalgique. Si je devrais renatre je serais une profonde Africaine Riwan ou le

PAGE 345

345 chemin de sable ; avoir t leve comme elle, avoir t initie, etc., et puis l peut mme. Je me suis fabriqu ma propre langue et je ppris a nulle part. Donc il y a certes la rvolte contre la mre, mais aussi la langue que je me suis fabrique moi veux parce que je ne me suis pas impos des limites. de ma langue qui fait qu A.2 La Langue Engage. Q. Votre langage tant ainsi un langage personnel, seriez vous la destinataire ? Autrement, ne craigne z vous pas de ne pas tre comprise ? R. Je ne suis pas hypocrite. Je ne cherche pas tre comprise. Je ne veux mme pas me comprendre. Chaque fois que je lis les travaux des gens sur moi, les critiques, je me dis : de qui est ? s Parfois je me ddouble. comprise par les autres. Mais peut tre que je cherche me compren dre ; je me parle moi mme. personne avec qui parler. En me parlant, a me permet aussi de dconstruire un per hev. parce que tout revient l Magnier la sortie D u Baobab fou puisque

PAGE 346

346 que je refusais les interviews. fabriquer un autre moi mme. Q. Vos premiers messages ont port sur la femme, la femme africaine ; mais cette (la crise identitaire) R. ne enfance brise par le dpart de ma mre, quand elle est partie et q la gare. ison, etc. Donc je a mre qui MLF en Europe, et puis cette copine italienne dans Le baobab fou t sensibili se la condition fminine. he moi m me comme a. Et l je me suis intresse la condition fminine. Mais avoir la e papa de Yasimina au Maroc. premire des choses, il disait :

PAGE 347

347 ? huit ans. Et : moi je ne sors pas avec les Africains. de petits copains africains. Il me disait : moi, je ne suis pas Africain. Je suis Porto Novien que je me suis intresse lui. rentre en Afrique en commenant par le Sngal, ensuite quand je suis partie au Kenya, au Congo ; travailler avec t outes ces femmes africaines. priode coloniale, les y avait eu une telle assimilation surtout dans un pays comme le Sngal, et puis ce que africaine. Donc voulait aller dans un bureau, on voulait manger table, on mangeait avec une fourchette. Donc le colonisat eur aussi ne nous a pas laiss une belle imag e de la femme africaine. italienne dans les annes 70 o ce que des femmes souffrent.

PAGE 348

348 conscience de la femme africaine aprs. avec les femmes de Cotonou, de Bamako, dans les annes 60, etc., mais des femmes africaines en commerantes, des femmes qui se battaient tous les jours, qui travaillaient, et qui qui travaillent, qui vivent, qui ne se cassent pas la tte, et nous dans notre assimilation en train de vouloir tre des femmes occidentalises, avec nos ceintures qui nous serrent la ta ille, nos robes gonf lantes. Dj les femmes du Serigne, mme dans le arrive et qui voit ces femmes que je trouvais belles, et je faisais attention leurs dmarches, leur sensualit aux reins. Mais moi je ne connaissais pas a. L, tout de suite, je me suis dit que pendant que nous on tait dans nos chemises de nuit toutes roses avec des froufrous, a e. regarde les femmes africaines Et a, il faut le femme noire en particulier aussi du colonisateur ; mes anctres les Gaulois. aux yeux bleus, je ne revendiquais pas la part de la femme africaine aprs dans ma construc Q. Il y a eu ensuite la politique, la politique en Afrique et dans le monde

PAGE 349

349 R. dconstruction et de reconstruction, que je me suis sentie allge, et que je me suis mie ux sentie, je me suis dit que je ne suis pas seule dans le monde. Et comme alors uis dit que le monde va mal. a me pose un tel problme que je me remets en question et que je remets en question beaucoup de choses. problmes de la vie de tous les jours : le d veloppement, la corruption. Au dpart, je crois, personnage, il faut que ce personnage soit en cohrence, en harmonie avec tout ce : q ce que je dois faire ? mme je dnonce la corruption, je ne dois plus faire de corruption. t dire pas seulement de me faire encore un personnage politique cohrent, que je ne pouvais les choses. Parce rapport la communaut que je dfends. Je dfends Porto Novo, je dfends le Bnin, femmes, je dfends les

PAGE 350

350 enfants, parce que je ne peux tre une personne politique, une personne correcte qui fait, etc. dire, la limite, je pousse m me la rbellion. Devant mon incapacit pouvoir reconstruire, refaire les choses, vacuer toutes mes btises et toutes mes mme travers les autobiographies, tout en dnonant aussi ce qui se passe dans La folie et la mort j e ne vois rien qui se rgle. parlent Nous mmes on a parl de to ? On ne peut rien faire gens dnoncent, parlent, mai s a va de plus en plus mal. e jeter un caillou la mer. Je me sens incomptente et je devie ns de plus en plus violente. Je me demande si a n Et les gens qui se sont battus, je ne suis pas la premire et en plus, moi je ne suis mme pas connue on petit entourage comme a. en Afrique du Sud ; mais les problmes de sous dveloppement et de pauvret sont toujours l. La domination des Blancs est toujours l, etc. Martin Luther King, il est mort Peut tre maintenant on a Obama, mais les problmes raciau x existent toujours. Nous avons eu des Patrice Lumumba qui se sont Est ? Mais venez voir comment les enfants de Mobutu vont

PAGE 351

351 recevoir des banques su isses des milliards. Donc il y a une injustice et la limite, : mais a ne va pas toi ? Mais tu ne vois pas comment le monde a fonctionne ? On dit que tu es puissant, que tu peux faire des choses, mais tu ne fais Cacophonie il y a tellement de discours, ien ne sera rgl e t que nous marchons vraiment vers une espce de dflagration invitable. simplement au niveau de mes livres, je sens que je vais vers une forme de violence par rapport ce qui se passe dans le monde. Q. quement la mme courbe que la crise mourir et renatre de ses propres cendres Est ce dj cette mort que vous matrialisez dans les dernires lignes de o les nouveaux occupants descendent rejoindre les peuples au pied de la montagne pour chercher ensemble la pice de ? R. ente qui a t en terre promise, revenue de ses femme africaine, en plus de la personne adulte qui crit et qui se dit peut tre : je suis une personne qui crit da ns le monde et qui fait passer un message. Maintenant

PAGE 352

352 peut tre li deux ans : quoi a a servi toutes les convictions, tous les combats, tous les renoncements, tous les choix ? A quoi tout cela a servi si on en est l dans le monde ? : les insectes, les fourmis, les cafards, le vent, la pluie, la pollution. les enfants Je me dis : le monde va mal Je me sens en ce moment dans une priode trs difficile Je me demande pou rquoi je ne peux rien faire. dirigeants, messages. Mais passer des mes sages et que rien ne change. En fait, tout ce que mme crire ne sert rien. en arrive dire quoi tout a a servi. Donc je ne me sens pas trs bien. Q. A vous lire avec attention, on se rend compte que vos messages sont aussi construits sur le mme modle que votre langage une forme, t Pourquoi tous ces mlanges tant dans le style que dans les messages ? R. faon et il y a plusieurs faons de en chantant, en onomatopes. Il a plusieurs manires de le dire. Mais moi il faut que je trouve une manire de dire qui correspond e est une espce de composi tion intrieure qui doit rythmer mon criture par rapport ce que je traite parce que chaque fois que je traite de quelque chose, il y a une intensit.

PAGE 353

353 Par exemple. le ton de Du baobab fou ou de Ri wan ou le chemin de sable e cette recherche de paix. La rythmique que ncessite la thmatique et qui lui est intrieure, est ce qui conditionne la manire pas seulement pour rem plir des feuilles de papier. bes elque chose auquel je crois. La thmatique du propos et sa rythmique. et de rythmique. dnote au fur et mesure les f ausses notes et je reprends. Je suis profondment i on de travail sur le rythme. est important pour moi.

PAGE 354

354 APPENDIX B WHAT IS A TONGUE? WHAT IS MOTHER TONGUE? WHAT ARE OTHER TONGUES? COMMUNICATION DE KEN BUGUL A LA CONFERENCE DE My perception of the word tongue is the way I can communicate, understand, and perceive with emotions. For me a tongue is an emotion. The first emotion I have had was the environment in which I came in this world; I mean the light, the heat, the air, and t Now If I come to the meaning of a tongue as usually called, it is the effluent of several confluents. From the first groans of our ancestors to the codifications of sedentary communities, as groups of individu als bound together for different reasons, like a family for example, and so on, a tongue is a system of codification for communication purposes and comprehension. From there, with migrations, exchanges, growing populations, those codifications got more inc omings. From exchanges and interactions, new words are adopted. When we talk about a tongue this means that it is spoken, spelled and presumes communication and comprehension. Thr u the centuries, many tongues have been enriched with new words from invaders and colonizers, and others just vanish, due to domination by more important communities, or dispersion. The tongues which have survived and are commonly spoken, we usually call them lively tongues: "langues vivantes" in French. A lively tongue is getting new words, all around and all the time, in terms of vocabulary but also in terms of meaning and signification. Wolof, a tongue mainly spoken in Senegal, is not specific to an ethnic group; it is more a Serer speaks Serer but he speaks also Wolof, the same for Diola, Toucouleur, etc. When I am asked if I am a Wolof, I answer, that I speak Wolof but I am a Saloum Saloum. In Africa except Arabic

PAGE 355

355 which came with the Islamisation and Arabs settlement in the northern part of the African Continent called the Maghreb, we have Amharic in Ethiopia and Eritrea with specific alphabet. All the other tongues existing in Africa, and they are thousands and thousands, were oral tongues. There were not codified with alph abet. In some mystic countries like the Republic of Benin where I am living by the time being, there are many codified signs and symbols in the streets, even in the way of dressing, and you have to know what they mean to avoid troubles. In countries where tongues were transcribed later, it was done with Latin alphabet, the alphabet of the Colonizer. Some countries use one main mother tongue as an official tongue, like Rwanda, Burundi, Malawi, in South Africa much more, etc. It is these days that more countr ies are trying to have some tongues transcribed with Latin alphabet like Burkina Faso, in More, Senegal with Wolof, Pulaar, etc. In France, most of the people speak French, coming mostly from Latin e Bretons who are struggling to have their own tongue which is taught in schools, etc, and we know that the Breton tongue is a Celtic tongue. In the south of France you have the Basque who speak Basque, Occitan, etc. This means that a tongue is a dynamic, if you appropriate it, it becomes your tongue. But nowadays, everybody wants its own tongue as an identity matter, facing globalization. We have various tongues in Africa and in some places they cause many political problems leading to regionalisation and tribalism these days. Writing in French does not mean that I am writing French. I am using French words but I am not writing in French tongue, because I am not French. I was not born from a French mother; I did not grow in French environment. I was not a French subject during the French colonisation. I was an indigenous. I can say that I did not even born

PAGE 356

356 and grown in a country called Senegal. Senegal is a country and as in many African countries, countries are meant as nations, states, under flags, but in reality it is a group of different communities with different languages, different perceptions of the environment under many aspects. I, I born in a place called Malme Hodar, in Ndoucoumane where the way of speaking Wolof is completely different from other parts of Senegal. When we talk about Wolof as the main language in Senegal, it is not spoken the same way if you are from the Baol, the Ndoucoumane, the Cayor, Saint Louis, etc. The administration tries to build a nation, with main recognised vernacu lar languages, after French which is the official language. The constitution is in French. When the African Heads of States and other Officials, except North Africa and a few countries, address officially to their nations, it is in a foreign language, Fren ch, English, urbanization, more people are speaking a kind of Wolof for example where the French eting f answer diam rek Bambara, Soc, etc. This shows that the real Wolof does not exist as such. It is a mixture of di dawn, etc, times of the Muslim pray, are Arabic words. The Lebou, traditional fishers of the Cap Vert, speak a different Wolof, because they are coming from the north of Senegal, where Pulaar

PAGE 357

357 tongu es are mainly spoken. It is the same as some serer populations along the coast in the south of Cap Vert. This shows that a tongue like Wolof is made from different Coming to mother tongue, for me the mother tongue is not only words and sentences. Mother tongue is feeling, smells, tones, touch. It is the tongue of my mother intonation of the area where I born. I am writing in my French, with all the characteristics of my village. I am writing an environment, the environment of my birth, of my growth. In Senegal, during the colonization, four cities were considered as French departments and their inhabita nts as French subjects. It is in those departments that the first schools opened, with French teachers. The French colonizer had a policy of assimilation. The first school in my village was opened in 1954 with the first educated Senegalese teachers. We wer e not learning French as the French subjects. We were learning French in our environment. I remember how we were learning the consonants, t p n m r v l d b, with rhythm. This is how I learn French. It was an appropriation not a teaching in a classic way. I f you read the books written by the first writers, from those French departments, and you read the books written by the indigenous, it is easy to see the difference. Even today, scholars are talking of the literature of Migritude. Writers born or and livin g abroad, write differently from writers born and living in Africa. We do not write in the same way. The sentences are not built in the same way; the volumes and the rhythm of the text are not the same. It will be interesting to undertake a study on that m atter. We have the

PAGE 358

358 French publishers did not want to publish the book because they said it was not French. It is long after, when the new generations of what we can call the in digenous writers broke the language of the colonizer that those publishers started finding interest and even fashion for that type of writing, straight from the oral mother tongue, Malink, in the case of Amadou Kourouma. For decolonization purpose, it was important for the first elite trained by the colonizers, to master their language to address to them. And we, the indigenous, we were addressing later and the former colonizers and our own people, those called French Subjects. As a female, I was much mor e close to the so called mother tongue because as a societies. I was prepared to be a girl and that means with all the legacy of transmission of the traditions and cultures that women in most African countries have to be the guardians. As a female and as a writer, the meaning of mother tongue has many senses and I realize the different influen ces which affect my writing and how I make mine the "foreign" tongue I am using as a writer. When I write in French I do not think in French and I do not think in Wolof either. When I write I am not thinking. I am feeling emotions, I am feeling smells, I am seeing colours, I am hearing rhythms, and I am feeling the burn Scholars said, when my first book was published, that I was not writing French, classic French, and m ost of them just ignored it and blamed me as so

PAGE 359

359 Ndoucoumane where the tongue spoken is a mix of gestures, of sounds, of attitudes. In other p tongue. I can write in Wolof but I am not interested, I do not feel it for many reasons. A writer is a creator, and as such you choose the material in which you create. All the sculptors are not using bronze. Some use plexiglas, some uses mud, some used wood, etc. A tongue is a material in which you feel comfortable. When I started writing my first novel the Abandoned Baobab, I was not thinking of the tongue. What was important for me was the evacuation I was doing thru writing an autobiography. Now after all these debates, in which I do not want to be very much involved, it is like a ghetto i n which I do not want to be locked, I am starting thinking why I write my French. I think that I am hiding myself thru a mean of communication which allows me to talk about issues, I could not raise in my specific "fana fana xodio xodio" tongue, by "pude ur What we call my mother tongue, was a pudeur morale. In the mother tongue, the vocabulary is limited according to your status in the hierarchy of the society. As a girl I have to behave, and the most appreciated behaviou r for a woman is not to talk too much, not to talk loud, not to use some words. It can be perceived as indecent. My first novel was a scandal, because I was raising issues which shocked most of the people. Sex, sexuality, freedom of thinking, of being, was not allowed for a decent person and worse for a decent woman. I was told by my publisher that I have to use a pen name, if not I am not going to find a husband and/or a job. How can I write with barriers in the tongue? It is impossible. Writing is a proce ss of creation which needs freedom. I am writing to shake myself, to deconstruct myself, thru education, social

PAGE 360

360 condition, religion etc. So when I write in another tongue I feel free. It is not a question of alienation; it is a matter of choice. Traditiona lly, a tongue was codified according to your position in the society. There is the tongue for the griots, the tongue for the wise persons, the tongue for the mystic people, the tongue for the paternal aunt in matriarchal societies, the tongue for the fathe r and the tongue for the mother, etc. We girls, usually we did not have much to say. When you grow, your mother addresses to you with the eyes, with gestures. That limited the vocabulary. Creation is one thing, creativity is another one. It is in another t ongue that I feel free to go beyond barriers and really express my conscience for the creativity and my unconscious for the creation. In my mother tongue, tongue which belongs to a community and you have to respect it. In a foreign tongue, I can do transgression, even subversion, but it is my mother tongue I am breaking. Other tongues are tongues you hear, you learned, you understand. I used to live with people speak ing Toucouleur around me and I started speaking Toucouleur. It was the same with my sister with her house worker who was speaking serer. Tongue is more than communication, because you can communicate without speaking. Eyes, gestures, attitudes were mostly used in our traditional education. Your real tongue belongs to you and it is inaccessible, and you communicate with others in tongues of consensus, from your mother tongue to another tongue. We say nowadays mother tongue what does it mean? You can have a m other speaking Toucouleur and your father is speaking Soc, within mixed marriages, what will be the mother tongue? With migrations, mixed marriages and new generations born abroad, what will be the mother

PAGE 361

361 tongue? Other tongues are tongues in which you fe el comfortable to express yourself. our culture. You do not ask to help somebody you help straight forward, even not needed. Other tongues are the tongues of the others and you wish to open yourself to the others. Other tongues also make you know that a tongue does not belong to anybody. It is where you born, the tongue you were used to, which is your tongue. My daughter have born in Congo Brazzaville, and as I could not speak Lari with the Nanny, er what it means to have did not speak Kabiye or Mina, and French was our tongue of communication with the others. Now I am living in Porto Novo, Benin, I do not know Yoruba, either Fon or Gun. With my neighbours, my family in law, at the market, in the street, I communicate with French words with a few Yoruba words, a few Fon or Gun words, and I make myself understood with gestures. For my daughter from a Senegalese m other and a Yoruba father, French is her mother tongue. She knows some words and sentences in Wolof, in Yoruba, in Gun, but she has got the feeling of a mother tongue since the beginning. For my daughter, my presence, my smells, the intonations of my voice my behaviours, the food I cook, all those emotions, are her mother tongue also, as emotions. What remains from the mother tongue is that nostalgia which helps a lot in creativity and expression. I am sure that in the future, we will come to some tongues, which will be universal ones, even we will be still different, we will be the others, but tongue as meaning of

PAGE 362

362 communication will continue moving forward with computers, cell phones, inscriptions, tags, revolts in arts and literature, with new words, new gestures, and new attitudes. It is easy to notice all around Africa that those new tongues are developing. The French spoken in Ivory Coast is adopted with local characteristics in other countries. And thru this kind of new tongue, people are free to expre ss themselves. It is the tongue of the street, the tongue of the people, the tongue of expression, and the tongue of revolt due speak French, or pidgin for Anglophone co way French is spoken in many francophone countries. You can be understood by the children soldiers, who have their own language, oblige. Ken Saro Wiwa had written the novel Sozaboy" whic by a Burkinab for Actes Sud Publishers. It was becoming a fashion. Abdourahmane more developed, due rural exodus, dislocation of traditional families, school drop outs and children streets. So we have new tongues in which we are freeing ourselves from codified tongues, and I hope that researchers will pay more attention to this growing phenomenon. But for whom are we writing, either in mother tongues or in other ton gue? In Africa the problem of alphabetisation is getting worse. Many people do not have access to education; we have many drop outs in early primary schools. But people are adopting new tongues we have, a mixture of mother tongues, and other tongues. Orali ty is coming back. Singers, rappers, slammers are getting more popular and for we,

PAGE 363

363 if not, our creativity our people.

PAGE 364

364 LIST OF REFERENCES Adiaffi, Anne Marie. Une vie hypothque Abidjan : Nouvelles Editions Africaines, 1984. Agbo, Ambroise. Werewere Liking et Calixthe Beyala. Le discours fministe et la fiction in Vol. 37 Cahier 145 (1997), pp. 39 58. --. Les techniques de mise en fiction dans de Ken Bugu MA Thesis. U. of Florida, 2008. Print. Francophone African Women Writers Destroying the Emptiness of Silence Florida: University Press of Florida, 1994. Atakpama, Gnimdwa. Rue Flix Faure de Ken Bugul Amina 422, Juin 2005, pp. 86 87. Web. Juin 2005. http://aflit.arts.uwa.edu.au/AMINAkenbugul05.html Azodo, Ada Uzoamaka. Maritou Mbaye Biloma : Eclectics and Pragmatism in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. B, Mariama. Une si longue lettre Dakar : Nouvelles ditions africaines, 1980. Badian, Seydou. Paris : Prsence Africaine, 1972. Balzac, Honor (de). La comdie humaine. Paris : Gallimard, 2007. Barber, Karin. The Anthropology of Texts, Persons and Publics Oral and Written Culture in Africa and beyond Barthes, Roland. Leon : Leon inaugurale de la Chaire de smiologie littraire du Collge de France, prononce le 7 ja nvier 1977 Paris : Seuil, 1978. --. Paris : ditions de Seuil, 1953. --. S/Z Paris : ditions du Seuil, 1970. Barthes, Roland. Nadeau, Maurice. Sur la literature Grenoble: Presse Universitaire de Grenoble, 1980. Bhly Que num, Olympe. Le chant du lac Paris : Prsence Africaine, 1965. Benveniste, Emile. Problmes de linguistique gnrale I Paris : Gallimard, 1966. Beyala, Calixthe. Paris : ditions Stock, 1987.

PAGE 365

365 Bourdieu, Pierre. Ce que parl er veut dire Paris : Fayard, 1982. Brown, Karen. Postcolonial Ruptures : Authenticity, Identity, Self Recognition and Representation in Le baobab fou in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emergi ng Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. Calvet, Jean Louis. La guerre des langues Et les politiques linguistiques Paris : Payot, 1987. Cazenave, Odile. Femmes rebelles fminin Paris Chaurand, Jacques. Histoire de la langue franaise Paris : PUF, 1969. Deleuze, Gilles. Dialogues Paris : Flammarion, 1977. Derive, Jean. Oralit, criture et le p in Littratures africaines francophones, Bayreuth African Studies Series 3 Bayreut, W. Germany : Bayreuth University, 1985. Derrida, Jacques. Positions Paris : Les ditions de Minuit, 1972. Eileen Julien, language novel from sub Saharan Africa in Francophone postcolonial studies: a critical introduction London: Arnold; New York: Distributed in the United States of America by Oxford University Press, 2003. Ferniot, Christine. Ken Bugul 58 ans, Sngal 1 er Mars 2006 W e b. 1 er Mars 2006. http://www.lexpress.fr/culture/livre/la piece d or_811036.html Flahault, Franois. La parole intermdiaire Paris : ditions du Seuil, 1978. Foucault, Michel. Les mots et les choses : Une archologie des sciences humaines. Paris : Gallimard, 1966. Foucault, Michel. : Leon inaugurale au Collge de France prononce le 2 dcembre 1970 Paris : Gallimard, 1971. Foucault, Michel. Paris : Gallimard, 1972. Gadet, Franoise. Saussure : Une science de la langue Paris : Presse Universitaire de France, 1987. Gadet, Franoise. Saussure : une science de la langue Paris : PUF, 1987.

PAGE 366

366 Gallimore, Rangira Batrice. Le jeu de dcentrement et de la problmatique de Riwan ou le chemin de sable in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. --. Afrique francophone sub saharienne Paris Garane, Jeanne. From the Screen to the Page: Cinematic Intertextuality and Orality in La Folie et la Mort and in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choic es to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. Goguel, Jean. Glissements de terrains in Encyclopedia Universalis Paris : Encyclopedia Universalis, 1990, pp. 507 510. Gominet, Sbastien. Dfinitions et typologie des mouvements de terrain in Risque Infos N o 16 Juin 2005, pp. 4 5. Greish, Jean. Hermneutique et grammatologie Paris : ditions du CNRS, 1977. Hazoum, Paul. Doguicimi Paris : Larose, 1938. Herzber ger Fofana, Pierrette. Suivi Paris Hubbel, Amy L. Autobiographies : A return to Le Baobab fou in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. Jakobson, Roman. Essais de linguistique gnrale Paris : Le s ditions de Minuit, 1963. Jean, Georges. La lecture haute voix Histoire, fonctions et pratiques de la lecture oralise Paris Joubert Laurencin, Herv. La lettre volante on Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 1997. Kaisier, Victoria et Afota, Marie Colombe. Interview de Ken Bugul : Partager Evene.fr Mars 2006. Web. 10 Mars 2006. http://www.evene.fr/livres/actualite/interview ken bugul senegal piece or francophonie 296.php

PAGE 367

367 Kakpo, Mahugnon. Crations burlesques et dconstruction chez Ken Bugul Cotonou : Les Editions des Diasporas, 2001. Kalu, Anth onia C. Women, Literature and Development in Africa Trenton NJ: Africa World Press, 2001. Kane, Cheihk Hamidou. Paris: Julliard, 1961. Karp, Theodore. Dictionary of Music Evanston, Illinois: Northwestern University Press, 1983 Ken Bugul. Cendres et braises. Paris --. Paris : Editions du Serpent Plumes, 2003. --. Le B aobab fou. Sngal : Nouvelles Editions Africaines (NEA), 1983. --. La Folie et la M ort. Paris : Prsence Africaine, 2000. --. La P Paris : Editions UBU, 2006. --. Mes Hommes moi Paris : Prsence Africaine, 2008. --. Riwan ou le chemin de sable. Paris : Prsence Africaine, 1999. --. Rue Flix Faure. Paris : Editions Hoebeke, 2005. --. What is a Tongue? What is Mother Tongue? What are other Tongues? 2009. TP. Communication faite par Ken Bugul la conference: African Creative Fl oride les 27 et 28 fvrier 2009. Klages, Mary. Literary Theory: A Guide for the Perplexed London and New York: Continuum, 2006. Kristeva, Julia. La rvolution du langage potique garde la fin du XIXe sicle : Lautramont et Mallarm Paris : ditions du Seuil, 1974. Kristeva, Julia. Polylogue Paris : Seuil, 1977. Kristeva, Julia. Soleil noir : Dpression et mlancolie Paris : Gallimard, 1987. Lafaye, Pierre, Benjamin. Dictionnaire des synonymes de la langue franaise Paris : Librairie de L. Hachette, 1958.

PAGE 368

368 Larquier, Jeanne Sarah (de). Afrique : From le Baobab Fou to in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Pers pectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. --. Interview with Ken Bugul : A Panoramic View of her Writings in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Pe rspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. Magnier, Bernard. in Notre Librairie 81, pp. 151 115. Martin, Richard. The Lasting Tang o Tango! : the Dance, the Song, the Story New York : Thomas and Hudson, 1995. Martinet, Andr. Elments de linguistique gnrale Paris : Librairie Armand Colin, 1964. Melanon, Joseph. Roland Barthes, le paradoxal in Qu bec franais N o 53, mars 1984, pp. 88 89. Web. Mar. 1984. http://id.erudit.org/iderudit/45974ac Mongo Mboussa, Boniface. Briser le tabou qui interdit de parler du corps Africultures Juin 1999. W eb. 1 er Juin 1999. http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=877 Narbona, Inmaculada Diaz. Une lecture rebrousse Bugul : critique fministe, critique africaniste in tudes franaises vol. 37, n 2, 2001, p. 115 131. Ngue, Nack. The Body Composite, the Body of Survival : Testimony and Pr oblematic of Integral Healing in Le Baobab fou in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. Nkashama, Pius Nga ndu. Ecritures et discours littraires : Etudes sur les romans africains Paris Pikkujms, Jarmo. Europe Discarded : Ken Bugul and the Twenty Eight Wife of a Marabout in Olaussen, Maria. et Angelfors, Christina. Africa Writing Eur ope Opposition, Juxtaposition, Entanglement Amsterdam: Rodopi, 2009. Randel, Don Michael. The New Harvard Dictionnary of Music Cambridge, Massachusetts: Belknap Press of Harvard University Press, 1986.

PAGE 369

369 Rice, Alison. Ken Bugul hits Home: Striking G old in in Azodo, Ada Uzoamaka. & Larquier (de), Jeanne Sarah. Emerging Perspectives on Ken Bugul From Alternative Choices to Oppositional Practices USA: Africa Research and Publications, 2009. Robbe Grillet. i n Prtexte : Roland Barthes Paris : Union Sacher, Jack. Music A to Z New York: Grosset and Dunlap, 1963. Sarraute, Nathalie. ; essai sur le roman. Paris : Gallimard, 1956. Sartre, Jean Paul. ce que la littrature ? Paris : Gallimard, 1948. Saussure, Ferdinand (de). Cours de linguistique gnrale Paris : Payot, 1972. Sembne, Ousmane. Les bouts de bois de Dieu Paris : Presses Pocket, 1960. --, Xala Paris: Prsence Africaine, 1973. Stratton, Floren ce. Contemporary African Literature and the Politics of Gender London; New York: Routledge, 1994. Sy, Souleymane Diam. Ken Bugul : Vaincre les tabous dans nos socits Soleil Oneline Dc. 2010. Web. 19 dc. 2010. http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=550:ken bugul -vaincre les tabous dans nos societes&catid=100:focus&Itemid=162 Tervonen, Taina. La folie et la mort de Ken Bugul Prsence Africaine, 2001, 236 p. in Africulture 39, Juin 2001. Thiam, Awa. La parole aux ngresses Paris : Denol, 1978. Volet, Jean Marie. Riwan ou le chamin de sable un roman de Ken Bugul Nov. 2009. Web. Nov. 2009. http://aflit.arts.uwa.edu.au/reviewfr_bugul09.html Wr Wr Liking. Singu Mura. Considrant que la femme Abidjan: Eyo Ki Yi Editions, 1990.

PAGE 370

370 BIOGRAPHICAL SKETCH Toh ougnon Christian Ahihou holds the degree of Doctor of Philosophy earned from the Department of Language, Literature, and Culture (University of Florida). He RELIEF 5 (1) 2011, (www.revue langage romanesque de Ken Bug ul : maternement mutilation et fonctionnement de la mimesis, Association of Teachers of French Montreal Convention Selected Proceedings [Forthcoming]. He also holds three different m aster degrees: a Master of Arts earned in 2008 from the University of Florida; a Master in Literature (Matrise es Lettres Modernes) earned in 2007 from the University of Abomey Calavi (Bnin) ; and a Master in business law and legal careers (Matrise es Sciences Juridiques, Option: Droit des Affaire s et Carrires Judiciaires) earned in 2006 from the University of Abomey Cal avi (Bnin). For each of these m aster degrees, he submitted a thesis and defended it with success.