Citation
Pour Une Poesie Chretienne a l'Age Baroque

Material Information

Title:
Pour Une Poesie Chretienne a l'Age Baroque Mysticisme, Heroisme Et Feminisme Chez Pierre Le Moyne 1602-1671
Creator:
Fares, Laila
Place of Publication:
[Gainesville, Fla.]
Florida
Publisher:
University of Florida
Publication Date:
Language:
english
Physical Description:
1 online resource (271 p.)

Thesis/Dissertation Information

Degree:
Doctorate ( Ph.D.)
Degree Grantor:
University of Florida
Degree Disciplines:
Romance Languages
Language, Literature and Culture
Committee Chair:
Calin, William C
Committee Members:
Sow, Alioune
Blondeau, Helene
Wagman, Robert S
Graduation Date:
8/11/2012

Subjects

Subjects / Keywords:
Alluvial islands ( jstor )
Animal loins ( jstor )
Courage ( jstor )
Dunes ( jstor )
Liens ( jstor )
Muses ( jstor )
Narratives ( jstor )
Odes ( jstor )
Sonnets ( jstor )
Tours ( jstor )
Language, Literature and Culture -- Dissertations, Academic -- UF
amour -- baroque -- christianisme -- courage -- crusade -- devotion -- divin -- divine -- epique -- epopee -- eternal -- feminisme -- femmes -- le -- moyne -- mysticism -- mysticisme -- paix -- peace -- pierre -- sagesse -- saint-louis -- seventh -- vie -- women
Genre:
bibliography ( marcgt )
theses ( marcgt )
government publication (state, provincial, terriorial, dependent) ( marcgt )
born-digital ( sobekcm )
Electronic Thesis or Dissertation
Romance Languages thesis, Ph.D.

Notes

Abstract:
The study constituting the object of this research on one of the best French poets of the 17th century, yet one of the least known, Pierre Le Moyne, aims at restoring this great French poet in his right place, preparing and clearing the way in order to allow further research and stimulate future interest in his works. Pierre Le Moyne is not only an outstanding French Jesuit poet and writer, but also an educator, a preacher, and a confessor. His major works were dedicated to the most eminent figures of his time, high society personalities, such as kings Louis the XIII and Louis the XIV, the cardinal de Richelieu, the chancellor Séguier, the president De Mesmes, and many others. The testimonies of great contemporary authors on his behalf, as well as excerpts of some of his major works are presented in the present study for the purpose of reforming the same popularity, fame, and major literary consideration Pierre Le Moyne enjoyed during the 17th century. The universal appeal – and not only in France – the works of Pierre Le Moyne met during the 17th century reveals beyond the subsequent centuries’ omissions of his works, the merit of the poet and the fine value of his work. The influence Pierre Le Moyne exerted on the most eminent authors and writers of his time, such as Descartes and Molière, to name a few, informs us of the superiority of his literary talent, gives us the assurance that the fame and popularity he enjoyed were nothing less than well deserved, and confirms the worth of this present study as well as subsequent research. ( en )
General Note:
In the series University of Florida Digital Collections.
General Note:
Includes vita.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
Source of Description:
Description based on online resource; title from PDF title page.
Source of Description:
This bibliographic record is available under the Creative Commons CC0 public domain dedication. The University of Florida Libraries, as creator of this bibliographic record, has waived all rights to it worldwide under copyright law, including all related and neighboring rights, to the extent allowed by law.
Thesis:
Thesis (Ph.D.)--University of Florida, 2012.
Local:
Adviser: Calin, William C.
Statement of Responsibility:
by Laila Fares.

Record Information

Source Institution:
UFRGP
Rights Management:
Copyright Fares, Laila. Permission granted to the University of Florida to digitize, archive and distribute this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Classification:
LD1780 2012 ( lcc )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

1 FMINISME CHEZ PIERRE LE MOYNE 1602 1671 By LAILA FARES A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE SCHOOL OF THE UNIVERSITY OF FLORIDA IN PARTIAL FULFILLMEN T OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY UNIVERSITY OF FLORIDA 2012

PAGE 2

2 2012 Laila Fares

PAGE 3

3 To my Mom

PAGE 4

4 ACKNOWLEDGMENTS I would like to acknowledge the expression of my deepest appreciation to my committee chair, William C alin, whose insights, guidance and encouragement have been of the utmost importance in the course of my graduate career, and in the writing of this dissertation I would like to thank my committee members, Robert Wagman, Hlne Blondeau, and Alioune Sow w ho in various ways contributed new research horizons in Egyptology Linguistics and African Francophone literatures respectively I would like to thank my dear children Samuel, Sherif, and Emily for their continuous moral support, their infinite kindne ss, and their loving thoughtfulness. Last but not least, I would like to thank all my friends and colleagues who helped me during the co urse of writing my dissertation with the enthusiastic interest they showed in my work. For their tireless patience, and their inspiration, I would like to thank particularly : Bernard Machen, Joseph Glover, Karen Bradley, Lawrence Alexander, David Pharies, Ann Wehmeyer Mary Watt, Carol Murphy, Theresa Antes, Brigitte Weltman, Rory Bloom, Sylvie Blum, Bess de Farber, Melanie Davis, James Stevens, Lisa Bailey, Matthew Loving, Ross Franklin, and JoCynda Hudson

PAGE 5

5 TABLE OF CONTENTS page ACKNOWLEDGMENTS ................................ ................................ ................................ ............... 4 LIST OF TABLES ................................ ................................ ................................ ........................... 9 LIST OF FIGURES ................................ ................................ ................................ ....................... 10 LIST OF ABBREVIATIONS ................................ ................................ ................................ ........ 11 ABSTRACT ................................ ................................ ................................ ................................ ... 12 CHAPTER 1 INTRODUCTION GNRALE ................................ ................................ ............................ 14 2 LE MYSTICISME DANS LA SPIRITUALIT DU PRE PIERRE LE MOYNE .............. 32 Ordre Biblique, Hagiographique et Mditatif ................................ ................................ ......... 32 De deux prosopopes de Pierre Le Moyne et de Voltaire .................. 33 Nombres de strophes dans les ................ 34 La catholicit des Hymnes de la Sagesse Divine ................................ ................................ ... 36 La fonction rdemptrice du Fils de Dieu relie la cosmogonie fixiste du crationnisme de la Sagesse Divine chez Pierre Le Moyne, Jean de La Ceppde, Franois de Sales, ................................ ................................ .. 38 Le Contexte des Hymnes : les quatre exergues pigraphiques. ................................ .............. 41 Hymne Premier de la Sagesse Divine ................................ ................................ ..................... 42 Trois dmarches narratives. ................................ ................................ ............................. 42 Premirement ................................ ....... 42 Deuximement : la phase pr c osmogonique. ................................ .......................... 53 Temps prcosmogonique chez Max Jacob et Irne de Lyon ................................ .. 57 Troisimement emps chronologique. ...... 58 Hymne Second de la Sagesse Divine ........................... 61 La Mystique des Quatre lments ................................ ................................ ................... 61 Premier lment cosmogonique: le Feu ................................ ................................ ... 63 Second lment cosmogonique ................................ ................................ ..... 65 Troisime lment cosmogonique ................................ ............................... 66 Quatrime lment cosmogonique : la Terre ................................ ........................... 68 Conseil divin et conseil humain. ................................ ................................ .............. 69 il celui du Roi Soleil sa naissance, avant sa naissance et aprs sa naissance ? ................................ ................................ .......... 70 Aprs la naissa nce de Louis XIV ................................ ................................ ............. 71 la naissance de Louis XIV ................................ ................................ .................... 72 Avant la naissance de Louis XIV ................................ ................................ ............. 73 Rpercussions mystiques et esthtiques des Divin ................................ ................................ ................................ ................................ .... 74

PAGE 6

6 3 : PROLGOMNES SAINT LO UIS ................................ ................................ ........................... 76 Pierre Le Moyne ................................ ..... 77 Louis XIII ................................ ................................ ................................ ........................ 78 Lyre sacre et Lyre hroque ................................ ................................ .................... 79 Fugat Umbra Iacentis ................................ ................................ .............................. 81 Le Prsident De Mesmes ................................ ................................ ................................ 83 Le Prince de Conti ................................ ................................ ................................ ........... 86 Le Duc de Montmorency ................................ ................................ ................................ 89 Gustave de Sude ................................ ................................ ................................ ............ 93 Saint Amant ................................ ................................ ................................ ............. 98 Scudry ................................ ................................ ................................ ..................... 99 Godeau ................................ ................................ ................................ ................... 100 Trois chos contemporains ................................ ................................ ................................ ... 102 Guez de Balzac ................................ ................................ ................................ .............. 103 Adam Billaut ................................ ................................ ................................ ................. 104 Gabriel Guret ................................ ................................ ................................ ............... 106 Choix pique .......................... 108 Saint Louis vu par Franois de Sales ................................ ................................ ............. 110 Saint Louis vu par Bossuet ................................ ................................ ............................ 115 Saint Louis vu par La Fontaine ................................ ................................ ..................... 116 Saint Louis vu par Voltaire ................................ ................................ ............................ 118 Concept du Hros ................................ ................................ ................................ ................. 121 ................................ ................................ ................................ ........ 122 Langage sacr et langage profane ................................ ................................ .................. 125 pope et Histoire ................................ ................................ ................................ ................. 127 But des deux popes ................................ ................................ ................................ ............ 128 Influences et Similarits dans le Saint Louis ................................ ................................ ........ 135 Roland ................................ ................................ ................................ ....... 135 ................................ ................................ ................................ ......... 138 ................................ ................................ ................ 141 Rcit de la dernire bataille ................................ ................................ ................................ .. 149 La victoire de Bourbon ................................ ................................ ................................ .. 152 La mort de Muratan ................................ ................................ ................................ ....... 154 Premire oraison ................................ ................................ ................................ ................... 156 Ordre des Muses ................................ ................................ ................................ ................... 158 4 LE MOYNE ................................ ................................ ................................ .......................... 162 Perspectives Sgrgative ................................ ............................... 165 Violence au Fminin ................................ ................................ ................................ ...... 184 Du Droit des Femmes Dcdes ................................ ................................ .................... 193 Premier procs ................................ ................................ ................................ ........ 193 Second procs ................................ ................................ ................................ ......... 195

PAGE 7

7 Structure Narrative de La Gallerie des Femmes Fortes : Recueil Vicsimal de N ouvelles ................................ ................................ ................................ ................... 197 ................................ ................................ ..................... 200 Entre Tristesse et Euphorie ................................ ................................ .................... 203 La Mort Volontaire ................................ ................................ ................................ 209 La Mtempsychose ................................ ................................ ................................ 210 5 CONCLUSION ................................ ................................ ................................ ..................... 213 Verve Baroque lemoynienne : instruire en divertissant ................................ .................. 213 Triple Pdagogie : mystique, potique et historique ................................ ............................ 213 Indisso ciabilit de et de ................................ ................................ ............ 214 Simplicit, complexit et navet ................................ ................................ .......................... 215 ................................ ................................ 216 Optimisme et Cosmogonie ................................ ................................ ................................ ... 217 Catholicit des Hymnes ................................ ................................ ................................ ......... 218 Division s strophiques au sein des Hymnes ................................ ................................ ........... 218 Esthtique Mditative du Crucifix ................................ ................................ ........................ 220 Nostalgie des Origines ................................ ................................ ................................ ......... 220 Saint Louis ................................ .. 220 ................................ ................................ ................................ ..... 222 Saint Louis ................................ ................................ ................................ ............................ 222 Mthodologie Explicative ................................ ................................ ................................ ..... 223 ................................ ................................ ........................... 223 Intertextualit compare : la Gallerie des Femmes Fortes Saint Louis ........ 224 ................................ ................................ ..... 225 ................................ .......................... 226 Antcdents Fministes de la Tolrance Voltairienne dans Las ................................ ......... 227 Alegonde de Bourbon Montmorency et la Judith ressuscite (Judith III) ............................ 227 Judith III et Lisamante ................................ ................................ ................................ .......... 228 Intervertis sement du Lecteur : personnage participant, primaire et privilgi ..................... 229 Marginalit et Clandestinit ................................ ................................ ................................ .. 229 Appartenances Narratives B aroques Compares ................................ ................................ .. 230 ................................ ... 231 ................................ ................................ ....................... 233 APPENIDX A LES QUOLIBETS ................................ ................................ ................................ ................ 235 B LES ARSACIDES ................................ ................................ ................................ ................ 237 C LA PYRAMIDE DE RH ODOPE ................................ ................................ ......................... 238 D LA SAINTE COURONNE ................................ ................................ ................................ ... 239 E LES HYMNES DE LA SAGESSE DIVINE ................................ ................................ ........ 241

PAGE 8

8 Hymne Premier de la Sagesse Divine ................................ ................................ ................... 241 Hymne Second de la Sagesse Divine ................................ ................................ .................... 248 LIST OF REFERENCES ................................ ................................ ................................ ............. 255 ................................ ................................ ................................ 255 .............. 257 ................................ ........................... 262 ....................... 263 BIOGRAPHICAL SKETCH ................................ ................................ ................................ ....... 271

PAGE 9

9 LIST OF TABLES Table page 1 1 Consquences pidictiques et portes smantiques de la formule : Le So leil est le Grand Aumnier de Dieu ................................ ................................ ................................ 18 2 1 Divin. ................................ ................................ ................................ ................................ 42 2 2 Rpartition heptastrophique des quatre lments cosmogoniques ................................ ..... 62 3 1 Introduction la vie dvote ................... 111 3 2 La premire oraison inaugurale compare : la Sainte Couronne Reconquise 1658 1671 et le Hros Chrtien 1651 1653 ................................ ................................ .............. 157 5 1 escriptifs (CAD) par rapport la qualification textuelle. ................................ ................................ ................................ ...... 215 5 2 Entre Gallerie et pope : Intertextualit compare des variations narratives. ............... 225 5 3 Appartenances Narratives Baroques (ANB) compares : Les Femmes Fortes de la Gallerie / Alegonde de Bourbon Saint Louis ................................ ................................ ................................ ................................ 230

PAGE 10

10 LIST OF FIGURES Figure page 1 1 Portrait de Pierre Le Moyne ................................ ................................ ............................... 14

PAGE 11

11 LIST OF ABBREVIATION S CAD ANB Appartenances Narratives Baroques. S1 Premire Porte S mantique S2 Seconde Porte Smantique S3 Troisime Porte Smantique

PAGE 12

12 Abstract of Dissertation Presented to the Graduate School of the University of Florida in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Doctor of Philoso phy FMINISME CHEZ PIERRE LE MOYNE 1602 1671 By Laila Fares August 2012 Chair: William Calin Major: Romance Languages The study constituting the object of this research on one of the best French poets of the 17th century, yet one of the least known, Pierre Le Moyne, aims at restoring this great French poet in his right place, preparing and clearing the way in order to allow further research and stimulate future interest in his works P ierre Le Moyne is not only an outstanding French Jesuit poet and writer, but also an educator, a preacher, and a confessor. His major works were dedicated to the most eminent figures of his time, high society personalities, such as kings Louis the XIII and Louis the XIV, the cardinal de Richelieu, the chancellor Sguier, the president De Mesmes, and many others. The testimonies of great contemporary authors on his behalf, as well as excerpts of some of his major works are presented in the present study for the purpose of reforming the same popularity, fame, and major literary consideration Pierre Le Moyne enjoyed during the 17th century The universal appeal and not only in France the works of Pierre Le Moyne met during the 17th century reveals beyond t omissions of his works, the merit of the poet and the fine value of his work The influence Pierre Le Moyne exerted on the most eminent authors and writers of his time, such as Descartes and Molire, to name a few, informs

PAGE 13

13 us of th e superiority of his literary talent gives us the assurance that the fame and popularity he enjoyed were nothing less than well deserved and confirms the worth of this present study as well as subsequent research

PAGE 14

14 CHAPTER 1 INTRODUCTION GNRALE Fig ure 1 1. Portrait de Pierre Le Moyne

PAGE 15

15 Pierre Le Moyne naquit le 5 mars 1602 Chaumont, chef lieu du dpartement de la Haute Marne, en Bassigny, au nord est de la Champagne 252 km au sud est de Paris o il dcda en 1671 dans la maison profs des Jsuite s de la rue Saint Antoine. raison qui dtermine ce choix est nanmoins dlibre. Le lieu de la mort pourrait souvent tre la pierre tombale et le futur dfunt en dsignant le lieu de m gographique, lui, es choisir le lieu de sa naissance, aurait prcisment choisi le lieu o il naquit. Or la fatalit et la cachera pas. La Judith Franoise 1 patrie et celui de la terre natale : 2 1 La Judith Franoise sera la premire hrone de la nouvelle majeure racontant son histoire dans la srie des cinq Fortes Ch restiennes de la Gallerie des Femmes Fortes p. 65 83. 2 Peintures Morales I, p. 761.

PAGE 16

16 e toutes les mres. 3 Hymnes de la Sagesse Divine veau Parnasse Chrestien supplantant toutes les Idoles que le Paganisme y avait leves Ce lieu de prdilection virtuel se prtera non poeta nascitur mais il se prtera galement un : des Olives. 4 potique sera lieu d e plerinage par excellence o 5 Le pote sera ainsi pionnier sur ce chemin et les plerins seront tous ceux qui de prs ou de loin contribueront ce got de diffusion du mysticisme qui se dploiera t ravers le voyage. La posie mystique lemoynienne sera ainsi un lieu de rencontre de plerins, lieu figuratif, lieu topologique de spiritualit, lieu privilgi o il faudra entreprendre le plerinage potique avec re et de vertu, les provisions scientifiques en 3 Ibid 4 La Sagesse divine. A Monseigneur le Cardinal Dvc de Richelieu. Paris, Cramoisy, 1639. Epistre p.n.c. 5 Ibid

PAGE 17

17 redevable la saintet des Muses et au fonds de science de la devise du prtre pote jsuite : In Omnem Terram La posie constituera donc une seconde patrie pour Pierre Le Moyne. Elle sera le lieu gographique o la beaut rgne en souveraine : La Beaut est 6 Pierre Le Moyne se dmarquera du courant de conversion de ses contemporains potes. Il pour exception dans cette catgorisation dont la 7 inapplicable et en second lieu comme pote de gnie exceptionnel. Vritablement nous avons bien sujet de no soit Religieuse ou qui ne fasse penitence. Leur Fontaine qui estoit si boeuse et si aine et purifie. 8 transparatra travers trois volets linguistiques stru cturaux : 1. La concision 2. La prolifration smantique 3. 6 Pierre Le Moyne. 1666. Par le P. Le Moyne de la Compagnie de Jsus. Avec Divers Recueils de Devises du mme Auteur A Paris, chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Mabre Cramoisy, Imprimeurs oridinaires du Roy, rue saint Jacques aux Cigognes. M. DC. LXVI. Jardin des Devises p.3 88. 7 Voir Pierre de Croix : Le Miroir de l'amour divin dition critique par Lance K. Donaldson Evans, Genve, Droz, 1990. Les mmes nobles qui dans leur jeunesse avaient griffonn des vers leurs matresses en suivant la mode ptrarquiste, visaient d ans leur ge mr un amour plus lev Introduction la thse de Raymond Picard. Aspects du lyrisme religieux au XVIIe sicle. (Rsum de confrence), Dix septime sicle 1965/1 n 66, p.57 66. 8 La Sagesse divi ne. A Monseigneur le Cardinal Dvc de Richelieu. Paris, Cramoisy, 1639. Epistre p.n.c.

PAGE 18

18 La concision ne sera que processus slectif structural et ne pourra tre a fortiori njeu potique par excellence les locutions et les tournures que revtent les expressions lemoynie nnes convergeront. Ainsi, le Soleil est le Grand Aumnier de Dieu 9 sera un leitmotiv qui donnera lieu des divergences smantiques considrables, dont la porte sera toutefois mesurable. Il est possible que ce ft de la part du Pre Pierre Le Moyne Roi Soleil 10 Le tableau suivant tente de mesurer la porte smantique des diffrentes possibilits en termes de consquences pidictiques structurales. Table 1 1. Consquences pidictiques et portes smantiques de la formule : Le Soleil est le Grand Aumnier de Dieu Le Soleil est le Grand Aumnier de Dieu Consquences pidictiques Portes smantiques Politiques Psycholo giques Pdagogiques S 1 Absolutisme (galit Dieu / Roi) Perfectionnisme (collectivit) Croissance / dveloppement S 2 galit sociale (Riches / Pauvres) panouissement (individualit) Illumination / rayonnement S 3 Distribution quitable des biens qu ilibre collectif / individuel du pouvoir 9 1666, p. 258. Voir galement la premire occurrence de cette expression que Pierre Le Moyne avait attribu au Cardinal Franois de La Rochefouca uld. Le Sainct Aumosnier. Discours panegyrique et moral des vertus de feu Monseigneur le Cardinal de La Rochefoucauld. Par le P. Pierre Le Moyne de la Compagnie de Jesus Paris, Cramoisy, 1645, p. 16. Cit par Chrot, p. 140. 10 Chrot. Cf. 1671), p. 322.

PAGE 19

19 Quant la mort, elle sera cette terrible, qui est le commun pouvantail du genre humain, & la terreur de la Nature 11 Les dfinitions lemoyniennes abonderont en lyrisme qui cernera humain et le mouvement universel iront de pair avec le mouvement du langage. Ainsi, le zle voluera dans son acception diachronique pour signifier, au sens large, jal ousie. En effet, la notion de jalousie attribue la reine constituera proprement un z le ambivalent perte de ses talents cause de son emploi dans l a cour : Mais la Reine est trop jalouse de votre prsence, pour vous laisser un moment donner aux Muses : & quoi que vous soyez la mme au Louvre, que vous tiez 12 La cration langage par le traitement du texte, non seulement potique, littralement parlant, mais encore par le traitement du texte prosodique et pistolaire. Par exemple, dans cette ptre ma dame de Montausier, la jalousie de la reine son gard prendra un sens inattendu, pour le moins surprenant a posteriori ; elle tenait trop ; vouera presque un cult e sa prsence. La solitude et la retraite vocationnel incompatible avec les occupations mondaines de la Cour. Smantiquement, le sens de zle substitu celui que l 11 Gallerie p. 78. 12 la Reine p. 243.

PAGE 20

20 reproch e. Aussi le choix lexical sera t terminologie sacre. Le style pistolaire du Pre Le Moyne, ici comme ailleurs, se dmarquera cours un courant pistolier qui lui donnera un statut exce ptionnel par rapport au restant de son tre ce ton intime et quelque peu confidentiel qui attire le plus et constitue en sie de la reine oins favorable la fructification des Muses. Il importera donc de prciser des particularits propres aux modalits du texte lemoynien et de considrer le contexte dans lequel se distingueront et se dploieront leurs rapports. Il importera tout autant, a la thorie des genres et de distinguer entre epopeya mitica et biografia epopeyizada 13 13 William Calin. 2007. The twentieth century humanist critics: from Spitzer to Frye Toronto: University of Toronto Press, p. 24.

PAGE 21

21 Pierre Le Moyne inaugurera et clturera la dcennie des p opes chrtiennes 14 entre 1650 autre part de rclamer le prtre pote jsuite en tant que le plus grand pote de la France du XVII e sicle Nous pouvons dj rapprocher la structure versificatrice utilise par Pierre Corneille dans fi dle la mme cadence des de Pierre Le Moyne. Outre analogies comparatives associeront Pierre Le Moyne non seulement Franois de Sale s, Corneille et Bossuet, mais aussi Il sera indispensable de comprendre le milieu du XVII e aminer les rapports dcisifs et si importants e sicle. Deux origines motivationnelles de la production narrative aussi bien prosodique que potique chez le Pre Le Moyne devront, c e propos, tre distingues spontane excutive rflchie. propre che f, de son lan candide ; elle donnera naissance aux crits qui constitueront la quasi littraire e concernera Manifeste apologtique une 14 1650 Saint Louis ou le Hros Chrtien en sept Livres date du 13 juin 1651. La seconde Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise en dix huit Livres vit le jour en 1658.

PAGE 22

22 intitula sur le modle au Roy primerie du Louvre A Monseigneur le Cardinal Duc de Richelieu Louvre pour en inspecter le bon fonctionnement, l e sonnet de Pierre Le Moyne, compos vers 1640, 15 devra paratre un fruit du hasard qui improvise et ne prmdite point, prsent surprise tomb du ciel tout frais sans prvision. ichelieu avait tabli directeur de la nouvelle imprimerie royale, et qui avait tout intrt gagner les bonnes grces du Cardinal. Le surintendant Sublet des Noyers confirmera Cramoisy dans ses latine obscure pour laquelle il ne le flicitera point autant en lui crivant 16 de Ruel le 17 novembre 1640 : Je trouve tres a propos que vous facies composer le sonnet du P. Le Moine et que vous aies trois ou quatre p ieces de satin blanc pour en presenter a S. E. quand il reffaire quand cela arrivera, ce qui sera sans doute bien tost. Il fault aussy composer is, entre nous, elle ne me revient pas comme le sonnet 17 15 Voir Henri Chrot, 1671) Paris, 1887. Genve, Slatkine 1971, p. 16. 16 Auguste Joseph Bernard. 1867. Paris, Imprim 17 Cette lettre, qui se trouve da M. Ludovic Lalanne dans la Correspondance littraire (1858). Ed. cit ., p. 69, n. 1.

PAGE 23

23 sonnet ni le Manifeste apologtique de son propre chef mais sur commande. Il ne sera donc point mis en vidence que Richelieu se ft directement interpo s pour la commande du Manifeste puisque Pierre Le Moyne crut bon de taire ne ft lui mme. Il paraitrait plausible que si ce fut Richelieu lui ou que par gard Pierre Le Moyne ait voulu devancer son souhait en lui en pargnant le bruit. Le Manifeste est la il ailleurs avec sa politique de promotion pour les crits promulguant la religion catholique. Le cardinal de Richelieu fut patron de la socit typographique aux frais de laquelle furent imprims de nombreux crits bnficiant les missions. Dj en 1633 Vitr distribuait gratis par ordre du cardinal de Richelieu un Dictionarium armeno latinum par Franois Rivola, une Rudimenta lingu turci de Du Ryer, ainsi que le Testamentum et pactiones initi inter Mahommedem apostolum Dei et christian fidei cultores.. 18 Quant aux autres crits du Pre Pierre Le Moyne, appartenant la premire origine, ils concernant certainement Richelieu (pour ur le Cardinal Duc de Richelieu Manifeste Apologtique 19 dont 18 ouvre Ed. cit ., p. 54. 19 Nous pourrions conjecturer que Richelieu ait t le solliciteur du Manifeste Apologtique sans pouvoir trancher commanditaire Moyne. 1644. Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Contre une

PAGE 24

24 on remarquera par ailleurs la terminologie pique mme de cett e production sur commande et qui ne procdera pas de sa spontani t dlibrment bnvole accoutume. & la foule. Je pense avoir dfait les principales Calomnies de nos Ad versaires : celles qui sont demeures derrire, seront bientt abattues par un autre, qui entrera dans la mme Lice avec de meilleures armes que les miennes. Les louange ni applaudissement combat par obissance Ce ne sont pas toujours les plus forts ni les plus braves Armes Goliat ne fut pas dfait par Sal 20 ni par ses Lieute nants : ce fut un Berger qui le vainquit, & ce Berger encore tait si peu fait aux Armes 21 Il entra au combat par le commandement d e ceux qui me gouvernent de sa part 22 De ce ct l, si je ne puis prtendre aux couronnes des vaillants & des aguerris ; je puis au moins esprer quelque feuille de celles qui sont promises ceux qui obissent 23 Vir obediens loquetur victorias. Proverb. 2 2. 24 Selon la tradition lemoynienne, institue par sa narration potique, les objets seront incarns, la plupart du temps, en personnes vivantes, rationnelles et pourvues de langage t elle au mi nistre. Memorable sujet de la future Histoire, Heros dont les vertus surpassent nostre foy ; Quand verray je achev le magnanime employ, Que tes nobles desseins donnent la Victoire ? matoires publiez par leurs Ennemis. Par le P. Pierre Le Moyne de la mme Compagnie. A Paris. M. DC. XLIV. 20 Cf. I Samuhel XVII, 58. 21 fonde 22 ceux qui me gouvernent de sa part ne fa ut il pas entendre par l une allusion Richelieu ? 23 Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Contre une prtendue thologie Moyne de la mme Compagnie. A Paris. M. DC. XLIV. Seconde Partie. Section XI p. 146 8. 24 Cette citation se trouve dans la marge gauche du manuscrit en exergue ce passage. Elle est inexacte, Le Moyne cite de mmoire ; elle se trouve plus exactement au X XI, 28.

PAGE 25

25 je taill sans marbre & sans yvoire, Une Image immortelle & seule gale toy ? je erige au Temple de la Gloire ? ; Les Lions abbattus, & les Aigles captives : Alors pour imprimer en plus belle couleur, Les traits de ta sagesse & ceux de ta valeur, 25 de ses Olives. 26 Dans le premier quatrain, les vertus hroques de Richelieu qui dpassent toute crdibilit, la noblesse de ses dessein emphatique 27 second quatrain, elle lui fera part de son impatience lui tailler ainsi une image immortelle et m mtaphorique. ts hroques de Richelieu aux siens, tercet, elle promettra au ministre que la paix honorable acquise au prix de sa victoire, de sa sagesse et de sa valeur, embel 25 des rois : Tulit igitur Samuhel cornu olei, et unxit eum in medio fratrum eius et directus est spiritus Domini in David a die i lla ... I Samuhel XVI, 13. 26 Pieces sur diverses Matieres in Matieres. Par le P. P. Le Moyne de la Compagnie de Iesus, Paris, Cramoisy, 1641, p. 58. Ce sonnet ne se trouve pas dans les de 1671. 27 Appele aussi interrogation oratoire ou fausse question. Voir Monique Catherine Cormier, Jean Delisle, Hanna Lee Jahnke et Jrn Albrecht. 1999. Terminologie de la traduction Amsterdam, Philadelhia, John Benjamins Company. Les termes franais Partie I, p. 47.

PAGE 26

26 personne royale. on. Par exemple, il sera difficile de situer la date, fut elle approximative, des faveurs octroyes par le chancelier de 1671 qui lui fut adresse ne nous permettra pas de stipuler Peintures Morales au prsident de Mesmes Saint Louis mais constitueront en q que le pote voulut y retenir. Nous savons cependant par cette ddicace que le chancelier Sguier ne reut pas seulement les parutions potiques du J suite, mais leur fit toujours depuis ce temps l un accueil si obligeant que nulle part ailleurs elles ne furent reues plus honorablement et avec plus de dignit Ce qui sera surtout admirable aura t cet esprit de distinct ion qui ne se laissa jamais abuser par valoir beaucoup, ce qui vaut peu si votre modestie, crit Pierre Le Moyne au chancelier, assez souvent injurieuse votre rputation me permettra de le s ci. On a vu sur le Sige que vous occupez des Ministres grands en Jurisprudence et en Politique : mais soit par l e dfaut de leur naissance, ou par celui de leur ducation, hors de leur Jurisprudence inculte, et de leur grossire Politique, ils taient aussi ignorants, et aussi rudes que des Ministres du Divan 28 28

PAGE 27

27 Science des Lois, et la Science des Arts ; entre la fine Littrature et la haute Politique : Vous nous en avez fait voir une toute nouv elle, et semblable en quelque chose, celle que dsirait Platon entre la Philosophie et la Royaut : et ; un Ministre embelli et cultiv par les Muses : Je dis par ces Muses douces et fortes, agrables et puissantes, qui rgnent sur les Esprits, et qui les gouvernent par la souverainet de la parole glorieuse s parties de ce Rgne ; et que le feu Roi a laiss en vous, au Roi son Fils, un instrument de rgner, qui a manqu la grandeur, et la puissance de ses Pres. 29 Histoire universelle qui ne craignit pas de dfendre le Grand Cond devant Louis XIV en prononant son oraison funbre, il ne craindra pas non plus de relever le morale de ce tera persvrer en son hroque vertu 30 la Chanson de Roland ce prince 31 comparan t la vaillance et le courage de Roland, neveu de Charlemagne, aux siens, Pierre Le Moyne, pour le : Qui serve 32 Pour en faire un exemple aux sicles venir, 33 29 Pierre Le Moyne. 1671. A Par is, Chez Louis Billaine, au second pilier de Epistre Monseigneur Sguier, Chancelier de France p. n. c. Cette ddicace est place en tte de volume, suivie par la Table des Po sies contenues en ce Volume 30 1671. Entretiens et Lettres Potiques, Lettre III et IV, p. 236 242. 31 Ibid 32 Les Etats, selon cette conception la fo is gographique et politique, sont pourvus de frontires qui, franchies, suscitent la colre divine. 33 Roncevaux.

PAGE 28

28 En armes vint luy mesme afin de les punir. 34 Roland 35 Chevaliers & chevaux, arbres & roches fendre : 36 Sa redoutable pe eut bea : Il y 37 mourut enfin : & de son front tombrent, Deux rameaux de laurier, qui soudain repoussrent : Et nourris de son sang, devinrent tost aprs Deux arbres aussi hauts, que les plus ha uts Cyprs : ; Et furent aux Guerriers faiseurs de hauts desseins, 38 Des limites qui sont aux Estats destines, Et que Die u de son doigt luy mesme a dessines. Cette conduite empreinte du souci de soutenir moralement les affligs rapprochera pragmatiquement le Pre Le Moyne, dans sa vie confessionnelle et professionnelle, du conseil lgu par saint Louis, dont il dut tudier la vie dans les moindres dtails et lire tous les crits t il sa juste valeur cette morale de s a dernire lettre, sa fille lui recommandant : Obissez, ma fille, votre mari, votre pre et votre mre dans ce qui est ce qui est contre la 39 34 Charlemagne. 35 Pour se dfendre de ces Etats envahisseurs ennemis, qui voulaient introduire en franchissant les frontires de la France un rgime hostile au catholicisme. 36 Rminiscence de la bravoure et de la vaillance de Roland qui fendait tout avec Durandal, sa fameuse pe. 37 y mourut en hros. 38 Allusion aux envahisseurs sarrasins. 39 Voil ce que le saint roi dit : Ma chre fille, je vous conjure d'aimer Notre Seigneur de tout votre pouvoir ; car sans cela on ne peut avoir aucun mrite ; nulle ch qui toute crature peut dire :

PAGE 29

29 tout en cultivant la mondanit. 40 ecteur en le divertissant de ses intenses travaux Dans la suite de 1647, pnitente son mari, sans faire allusion elle, juste par fidlit son oncle. Le prtre jsuite ira, dans le cadre de la fidlit toute chrtienne pour les autorits humaines, au recommande par saint Loui s, puisque ce pome datant de 1647 sera crit cinq ans aprs la mort au credo philanthropique que le pote prtre jsuite appliquera ainsi sur la conduite d e sa propre : Paris, Lachat. Librairie de Louis Vivs diteur. 1862, t. XXV, L. V, Saint Louis p. 80 81. 40 Voir ce Spiritualit et mondanit chez le Pre Le Moyne in Les Jsuites parmi les hommes aux XVI e et XVII e sicles Clermont Ferrand II. Fascicule 25. A ctes du Colloque de Clermont Ferrand (avril 1985) publis par G. et G. Demerson, B. Dompnier et A. Regond, p. 163 171.

PAGE 30

30 v bienfaisant es. 41 Outre ce credo de la bienfaisance, Pierre Le Moyne croira au courage hroque de la o elle pouvait coter aussi cher que la vie, voire mme la libert 42 Le faucon reprsentera donc allgoriquement le grand Cond : Le faucon pourroit faire une semblable plainte, quand on le porte la chasse avecque le chapero encore est plus mal traittez de la Fortune ; & nous en avons veus de disgraciez & de cette Devise, o un fau temps & avec tant de courage, pour recompense de son courage & de sa chasse, il ne luy reste que le chaperon & la perche. Vincvla restant sola mihi. : Soit dan s la nu ou sur la terre, ; Et cependant recompense funeste, Pour tant de peine il ne me reste 43 yne sera restrictive en 41 Pierre Le Moyne. 1652. La Dvotion aise. Paris, Chez Antoine de Sommaville. et le soulagement du proch ain, les devoirs de la dvotion sont faciles et naturels. Livre III. Chapitre VII, p. 254. 42 cours en notre temps ; aussi tonne t il. Il est vrai que, de nos jours, les diteurs et auteurs les plus abusifs ne Sainte B euve. 1954. Port Royal, II Paris, Gallimard. Introduction p. 20. 43 Pierre Le Moyne. 1649. Devises Hroques et Morales Paris, Augustin Courb. Il ne me reste que les liens. Devises Hroques p. 28 29.

PAGE 31

31 respectivement les Saint Louis et la Gallerie des Femmes Fortes En un premier temps, nous examinerons la phnomnologie du mysticisme de la Sagesse Divine hagiographique e t mditatif. Saint Louis sera consacr aux facteurs dterminants pour une pr la science historique, la connaissance de la socit c concept antimachiavlique constituera les lignes directrices principales essentielles la comprhension du texte pique lemoynien. phnomnologie fministe propre au Pre Pierre Le Moyne et perceptible travers plusieurs de hnomnologie fministe qui se rpercutera dans la Gallerie des Femmes Fortes traitant des grandes dames de Nous esprons donc par cette simple bauche ouvrir la voie des ditions modernes, des recherches ultrieures et des analyses plus approfondies sur les textes lemoyniens dont la les situer.

PAGE 32

32 CHAPTER 2 LE MYSTICISME DANS L A SPIRITUALIT DU PRE PIERRE LE MOYNE Ordre Biblique, Hagiographique et Mditatif mystique qui la parcourt. donc par la multiplicit des sources bibl r. la posie que dans la prose, lui confrant une originalit distinctive. La posie mystique de Pierre Le Moyne, comme nous le verrons tout au long de cette tud : biblique, hagiographique et mditative. en tant que dialectique, de modes discursifs cognitifs, didactiques et smiologiques 1 re. Elle nous permet de vrifier les correspondances bibliques auxquelles se 1 Christine P ioffet sur la sagacit imaginaire de Pierre Le Moyne taxe de phnomne tout naturel Pioffet, Marie Christine. 2010. Pour une smiologie du lieu imaginaire au XVIIe sicle : figures et significations In XVIIe Sicle n o 247, p. 337.

PAGE 33

33 systmatiquement. En second lieu, un didactisme tridentin prdominant occup grce au dploiement de la dontologie tr identine. En troisime lieu, les mditations personnelles de Pierre Le Moyne, se manifestant par le n imaginaire multiple, intarissable, essentiel. De deux prosopope s de Pierre Le Moyne et de Voltaire Hymne de la Sagesse Divine : se retrouve chez Vol taire : Philosophes tromps, qui criez, Tout est bien Accourez : contemplez ces ruines affreuses, Ces dbris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses, dans le Pome sur le dsastre de Lisbonne 2 Les deux prosopopes lemoynienne et voltairienne font appel des absents, au dpart, mais ils rendent paradoxalement ces absents prsents par chez Voltaire il est 2 Voltaire. Po me sur le dsastre de Lisbonne, ou examen de cet axiome, Tout est bien Dans Pomes sur le dsastre de Lisbonne, et sur la loi naturelle, avec des prfaces, des notes, etc. Genve, Cramer, 1756.

PAGE 34

34 dnonciateur. Le spectacle lemoynien se veut prescriptif et prventif. Il veut tre entendu plutt car le spectacle de la souffranc vis ionnaire chez Voltaire est invit devenir simple auditeur chez Pierre Le Moyne. deux paysages dfinitivement opposs ivine qui tira la aprs la cration. Nombres de strophes dans les Chacun des Hymnes de la Sagesse Divine et de est divis en deux, un Hymne premier de la Sagesse Divine structurellement vicsimal, est Hymne second de la Sagesse Divine en compte une de plus, il en a vingt et Hymne pr il comporte aussi la structure Hymne premier de la Sagesse Divine soit Hymne Hymne second de la Sagesse Divine soit vingt quatre. Quar ante et Hymne de la Sagesse Divine tandis que quarante La symbolique du nombre impair (quarante et un) qui en compose les strophes aurait elle un lien direct ou indirect avec l Hymne de la Sagesse Divine

PAGE 35

35 cosmogon ique 3 au nombre impair des strophes et au caractre monologiste de son discours Hymne de la Sagesse Divine emprunte, en effet, le je christocentrique du moi tropique 4 de la sotriologie. De mme ne saurions quarante quatre, corresponde la nature mme de la rciprocit requrant ncessairement la dualit mutuelle prs que le chiffre pair soutienne la structure du dialogisme Amour Divin par rendre gn omique. Hymne de la Sagesse Divine A testament potique, il eut la prudence de tmoigner pour sa propre mmoire en souvenir de lui mme, de conserver sa posie afin de la lguer la postrit 5 adhrant par l une certaine foi 3 La sagesse cosmogonique ou cratrice. 4 Tropique ou trop ologique : 1730. Les Tropes Slatkine Reprints. 1818 1967. Voir aussi une dition antrieure : Dumarsais, Csar Chesneau. 1757. Trait des Nouvelle Edition Publiee par Mr. Formey. A Leip sic, Chez la veuve Gaspard Fritsch. 5 Jacques du Perron considre ce soin fort louable : Estant doncques Monsieur de Ronsard sur le desclin de son aage, et commenant se trouver incommod des accidens de la vieillesse, au lieu que ceulx qui laissent d es commena de songer son testament, et sa dernire volont : non pas comme il ordonnerait de ses affaires temporelles, mais comme il disposer : et pour les uns avecques les autres, ils ne fussent pas en dang : et par mesme

PAGE 36

36 Divin constituent un patrimoine particulirement important dans le processus de la conservation Moyne. Ils forment en quelque sorte une constante les supprime jamais. Si un lien cohsif relie smiologiquement la structure numrique paire et impaire du dialogique qui distingue chaque Hymne si ce lien existait donc, il justifiera particulier dont Pierre Le Moyne les fait bnficier et cette volont de les conserver. Pierre Le La catholicit des Hymnes de la Sagesse Divine Les Hymnes de la Sagesse Divine f en 1639 6 Conformment aux rsolutions du Concile de Trente 7 de rhabiliter certains livres dans le canon biblique, dont ceux des sapientiaux, Pierre Le Moyne y puise abondamment, la fois appuy par leur canonicit tridentine et soutenant leur lgitimation catholique. En outre, pour les Hymnes de la Sagesse Divine 8 Pierre Le Moyne extrait galement, de Gense des Proverbes et des Psaumes Cependant, les Hymnes de Du Perron, Jacques. Oraison funebre sur la mort de Monsieur de Ronsard. 1585. d. M. Simonin, Genve, Droz, 1985, p. 105 106. 6 La Sagesse Divine. A Monseigneur le Cardinal Dvc de Richelieu Paris, Cramoisy, 1639. 7 Sur le Concile de Trente, voir Claude Fle ury. Histoire ecclsiastique, pour servir de continuation celle de A Avignon, aux dpens des Libraires Associs. M. DCC. LXXVII, p.269. Voir galement Adrien Nampon. 1853. tude de la doctrine catholique dans le Concile de Trente, propose comme moyen de runion de toutes les communions chrtiennes. Confrences prches Genve, pendant le Jubil de 1851, sur le texte nouvellement traduit du Concile de Trente, par le R. P. Nampon, de la Compagnie de Jsus Bruxelles, H. Goemaere, 1853. 8 ditions de 1639, 1641 et 1650 uniquement. Celle de 1671 ne comprend plus les rfrences bibliques.

PAGE 37

37 our Divin ne comprennent aucune rfrence, et ce, dans toutes leurs ditions 9 Nous verrons Hy mnes de la Sagesse Divine o la frquence de leurs occurrences (dix en tout et pour tout) est encore minimale 10 par rapport aux multiples annotations qui pourraient y tre ajoutes 11 Manifeste Apologtique 12 Il convient de rappeler, dan s le cadre de la catholicit des Hymnes de la Sagesse Divine, 13 Cette traduction du franais au latin semble rare sinon exceptionnelle, du moins est elle dans le sens inverse des traduc tions qui se font habituellement plutt du latin au franais. La paraphrase glose du livre 9 ditions de 1641, 1650 et 1671. 10 Hymne Premier de la Sagesse Di vine Ego ex ore Altissimi prodivi Primogenita ante omnem creaturam Ecclesiastic. 24. Ab eterno ordinata sum, et ex antiquis antequam terra fieret. Prov. 8. (23), p. 3 ; une la treizime : Spiritus Domini ferebatur super aquas. Genes. 1. (2), p. 7 ; une la quinzime : Ecclesiastici 24. Hymne Second de la Sagesse Divine une la neuvime strophe : Cum eo eram cuncta componens. Prov. 8. (30), p. 16 ; une la dixime : Ludens in orbe terrarum. Prov. 8. (31), p. 16 ; une la quinzime : Per me Reges regnant. Prov. 8. (15), p. 19 ; une la seizime : Omnium excellentium corda virtute calcavi Ecclesiastici 24. (11), p. 19 ; une la dix septime : Qui tangit Montes et fumigant. Psal. 103. (32), p. 20 ; et une la dix neuvime : Calix in manu Domini vini meri plenus mixto. Psal. 74. (9). 11 HSD&AD en 1986 conforme celle de 1641. Pierre Le Moyne. 1986. Les hymnes de la sagesse divine et de l'amour divin ; Le discours de la posie, d'aprs l'dition de 1641 Paris: Anne Mantero, Le Miroir volant. Ses Notes 125) ainsi que sa Notice (pp. 127 Les hymnes de la 1641. Texte dit et annot par An ne Mantero. Paris Papers of French Seventeenth Century Literature. Seattle. XIV (1987) pp. 885 6 ) peuvent tre qualifies de litote, tant la modestie des petits titres de simples note et notice contraste avec la grande ur de la densit savante du contenu. Cette tude accessible. [...] Le Moyne has been well served by his first modern editor. 12 Pierre Le Moyne. 1644. Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Contre Moyne de la m me Compagnie. A Paris. M. DC. XLIV. 13 Livre de la Sagesse. In Theosophiam sive divinam Sapientiam hymni duo, a Reverendo P. Petro Lemoine Societtea Jesu Versibus Gallicis scripti, et Hexametris Latinis redditi Oper P. Joannis Perigavd ex eadem Societate. Augustoriti Pictonum, ex Oficina Floriana, 1681, in 8. Dans la prface, il rappelle le succs qui accueillit les deux odes leur premire apparition... Henri Chrot, tudes sur la vie et les Ed. cit., p. 66, n. 4.

PAGE 38

38 sapientiel se termine par la traduction des deux Hymnes de la Sagesse Divine qui est occupe quarante sept pages, la fin du livre. Le texte franais figure en rega rd du texte latin traduit par Hymnes de Pierre Le Moyne la meilleure conclusion son ouvrage, comportant 362 pages. Il ne commente pas cependant les Hymnes mais se contente de la trad constituent ils le seul texte franais dans la Theosophia de Jean Prigaud. La fonction rdemptrice du Fils de Dieu relie la cosmogonie fixiste du crationnisme de la Sagesse Divine chez Pierre Le Moyne, Jean de La Ceppde, Franois de Sales, Athanase 14 Hymne de la Sagesse Divine par la 15 : Un Ange des ja de sa main Dgag e mes sens de la masse : 16 Mais tandis que Pierre Le Moyne raconte cette catharsis comme un fait accompli, La Ceppde, un peu plus humblement peut tre, la sollici te par une incantation suppliante : Espure donc cet air de mes poumons battu, Purifie ma bouche au feu de ce Charbon, Qui iadis repurgea la bouche Prophetique : Et ie te chanteray tout puissant & tout bon. 17 14 1622. Les Thormes sur le sacr Mystre de notre Rdemption Reproduction des ditions de Toulouse de 1613 et de 1622. Avec une prface de Jean Rousset. 15 Volavit ad me unus de seraphin et in manu eius ca lculus quem forcipe tulerat de altari Isaias VI, 6. 16 Hymne Premier de la Sagesse Divine I, 6 8, 10. 17 op. cit ., Livre Premier. Sonnet I, v. 5, 7 8, 12 14, p. 17. sous le symbole du Charbon d e feu, qui purifia les levres du Prophete Esaye Dans la Table des Sonnets p.n.c., figurent de brefs sommaires rsumant leur contenu. La dernire page chiffre de la Premire Partie est numrote 512.

PAGE 39

39 Ceppde. 18 La Ceppde 19 se place dans la mme perspecti ve sotriologique et crationniste rattache au Fils : Quand la Vierge conceut cet immortel morable Puis fidele tel iour, met son ame pour luy. Ainsi nous apprenons, que cil qui mit au monde Nostre mortel engeance, Est or mesme celuy Qui par sa mort luy donne une vie seconde. 20 Franois de Sales considre la part de la Vierge au salut en tant que Mre ayant contenu Temple de la divine sagesse 21 Il affirme que e sont attribues au Fils 22 par excellence et confirme ce rle par rapport aux deux autres hypostases : sagesse au Fils et la bont au Sainct 23 Ce mme lien entre rdemption et cration est ta Incarnation o le personnage du rdempteur est le mme que celui du crateur : 18 Hymne Premier de la Sagesse Divine XX, 9 10, p. 1 1. 19 Ibid. Premire Partie, Livre Troisime, Sonnet II, pp. 352 5. 20 La Ceppde glose la fonction la fois cratrice et rdemptrice de la Sagesse Divine en tant que seconde hypostase. Seconde [vie seconde]. Veritablement, crit le Createur est mort pour sa creature : car combien que distinguant les personnes, la creation soit attribue au Pre, et la redemption au Fils ; Ce neanmoins adextra (selon la maxime ordinaire des Theologiens.) Nous de la creation, joint ce qui suit, nostre Image et semblance. Disons donc avec Saint Thomas pour la resolution de cette verit, la redemption peut estre at tribue toute la Trinit, cme premiere cause en la quest.43.en la 3.partie article.5.et es second livre de la Trinit. 21 Franois de Sales. 1836. Panthon Littraire. Genve collationne et augmente Paris, A. Desrez. Tome II, Opuscules : Hymnes et prires avant ou aprs la sainte communion, p.685. 22 Ibid ., Sermons : Pour le Jour de la Pentecte, p.194. 23 Ibid ., Sermons pour le Jour de Nol p.355.

PAGE 40

40 entre la cration et le Logos ) qui a 24 Synsius de Cyrne, que Pierre Le Moyne cite comme 25 reconnat aussi les deux le Fils glorieux du Dieu ternel 26 et sa mission rdemptrice (Lacombrade) : Tu dlivres les mortels de la ncessit de mourir 27 Fils sans ambages : qui ne vieillit jamais, poursuit sans nul effort sa course circulaire ; de la vaste carne le septnaire des plantes conduit une ronde oppose ; et si tant de flambeaux, parent les profondeurs, 24 Chapitre I. 25 Pierre L e Moyne reconnat en ces trois des successeurs vertueux de leur anctre virtuose : David a eu dans le Christianisme des Imitateurs de ses Psaumes & des hritiers de son Feu & de son Esprit : & pour ne produire ici que des exemples clbres, ceux qui liro Nazianze & de ais il semble pourtant que la lumire y soit peinte & parfume eux avec une Couronne de Fleurs sur la tte, & une Harpe la main, & leur apprit les te rmes & les cadences de ces Hymnes. Le Discours de la Posie p.10. 26 Synsius. Hymne V, v. 3. Cit in Christian Lacombrade. 1951. Synsios de Cyrne Hellne et Chrtien Paris, Les Belles Lettres. Chapitre XIV, Les Hymnes p. 192. 27 Synsius. Hymne V I, v. 23, p.193.

PAGE 41

41 la cleste carne, vas modrant le cours perptuel des sicles ; grce Tes saintes lois, que sur les flancs du ciel aux abmes sans fond, pture le troupeau des astres blan Toi, qui dans les enfers, assignes toute tche, 28 is non pas Hymne de la Sagesse Divine de Pierre Le Moyne : bouche de Dieu 29 correspond un mouvement similaire chez Syns ius : issue de Dieu 30 Le Contexte des Hymnes : les quatre exergues pigraphiques. Les quatre pigraphes des leur sont otiques de 1650 et sont conserves telles quelles dans celle de 1671. Chacun de ces exergues a pour fonction de prluder par une prose elle vidence le sens volutif du dveloppement de la dmarche que le pote lui donne poursuivre. : 28 Hymne de Synsius IV, v. 153 180, pp. 190 191. 29 Hymne Premier de la Sagesse Divine IV, v.1 2. 30 Hymne de Synsius I, v. 11, p. 183.

PAGE 42

42 Table 2 Divin. Quatre Exergues pigraphiques Hymne Premier de la Sagesse Divine : Sagesse ; & son action avant la naissance du Monde, & la naissance du Monde. (p.1) Hymne Second de la Sagesse Divine : Les merveilles de la Sagesse dans la productio n & dans le gouvernement des Creatures. (p.12) Hymne Premier de : Les merveilles de Dieu, en la Nature, & dans les Amours inferieurs (p.23) Hymne Second de : Les merveilles de in envers les Anges, & envers les Hommes. (p.34) Hymne Premier de la Sagesse Divine Trois dmarches narratives. Hymne Premier de la Sagesse Divine peut tre divis en trois dmarches narratives distinctes : 1. Prlude et Interlude Extradigtiques. 2. Ph ase Prcosmogonique. 3. Premirement Les deux premires strophes du premier Hymne de la Sagesse Divine constituent le prlude qui annonce tout le pome q

PAGE 43

43 Pierre Le Moyne synthtise merveilleusement en la paraphrasant, par des emprunts de plusieurs livres de Peuples 31 Hymne Premier de la Sagesse Divine : Peuples coutez la Maistresse Des Legislateurs & des Roys, ; Ou iudicatis terram 32 inaugurant le livre sapientiel. Mais tandis que Hymnes se place dans une position extradigtique dans les trois premires strophes o il est la fois le narrateur ly rique et le locuteur en son propre nom, promettant de raconter Sapientiae biblique et tridentin est en position intradigtique o elle est la fois la locutrice sacre et la narratrice de sa pro pre digse 33 volutive avant et aprs le commencement cosmique de la temporalit chronologique et Hymnes aprs les trois premires strophes Il se trouve dans ces deux c Hymne Second de our Divin : Peuples, venez offrir vos mes A ce beau centre des beaux feux 34 31 I, v. 1 premire strophe. 32 Diligite iustitiam qui iudicatis terram, sentite de Domino in bonitate et in simplicitate cordis quaerite illum Sapientiae I, 1. 33 Voir Grard Genette. 1972. Figures III Paris, Seuil. 34 I, 1 2, p. 34.

PAGE 44

44 a personne de conseil. Cependant, la prire exprime la fo rmulation de politesse en gnral dans le langage courant, populaire 35 (II, 4) et vulgaire 36 (II, 7) Ny Permesse, ny Castalie, Icy ne me peuvent ayder : Une populaire folie : Les ruiss eaux sont pleins de limon ; Du Iourdain la source est vulgaire : ; plutt que le rapport hirarchique du langage sacr. Aussi cette prire intervertissant les rles t elle au del des limites de la hirarchie prieur pri un mode impratif : coutez Mais elle ne doit pas tre confondue avec les interjections dont on use frquemment dans le langage courant, comme par exemple : lui disions : prenez le parti de la raison et quittez celui de la folie 35 Hymne Premier de la Sagesse Divine, Strophe II, p. 2. 36 La vulagarit nt marquer pour en imprgner le lecteur, entre le ciel et la terre, fut ce en en citant les endroits les plus sacrs comme le (II, v. 5, p. 3.)

PAGE 45

45 t humaine nivelle la conversation et la parole qui rgit sont pas moins inhrentes, volontairement ou involontairement, consciemment ou afin de 37 Et des plus beaux Eloges dignes, Il en est, depuis peu, mort un, le Moine ce Jsuite, Qui, par sa Prose, et par ses Vers, avoit rien reprocher, ; Et qui, bref, tablit sa Gloire, Si bien, au Temple de Mmoire, Et d ans tous ses charmans Ecris, Pour qui le Parnasse est sans prix, Qui ne lui peut tre ravie Par les Parques, ni par les Temps, 37 Les tmoignages posthumes sur Pierre Le Moyne en font foi : La Gazette [ de France n umro du 29 aoust, 1671, p. 831.], crit Henri Chrot, crut devoir porter la connaissance de la France la nouvelle de cette mort : Le mesme jour (22 aoust), le Pre le Moine, Isuite, dcda dans la Maison de Saint Lois, de la re Saint Antoine, g d e 68 ans lev tude sur la 1671) Paris : 1887 ; Genve Saltkine Reprints 1971, p. 28.

PAGE 46

46 De toutes choses triomphant. 38 Sapience 39 est donc gale Hymne fait Pierre Le Moyne. Il prside au prlude prosodique du premier, et potique du second. diligite iustitiam de la Sapientiae coutez la Maistresse (I, 1). impratif et du commandement, que dans le cadre strictement structurel, encomiastique et formel J faisant appel sa volont et son libre arbitre, non pa langage. Le pote veut faire toucher ses lecteurs les hauteurs o se situe son discours, tout en et les prmunissa nt de la pompe rustique et vertigineuse que causent les cimes les plus hautes aux novices. Pierre Le Moyne vite aussi le ton comminatoire qui lui fut injustement attribu par Estrille du Pgase pice qui lui fut faussement impute, et dont il ne put en que le dmontra Henri Chrot 40 41 38 Ibid., p.565 6. (Bibliothque Mazarine, 296 A 5 in fol. Rs.) Lettre en vers monsieur, crite par Robinet en date du 29 Aoust 1671 39 Loc. cit ., Sapi entiae I, 1. 40 1671) Paris : 1887 ; Genve Saltkine Reprints 1971, pp. 219 220, et 545. 41 Christian Biet considre cette fausse imputation comme un outrage : rille du Pgase jansniste Biet, Christian. 1992. Rendre le visible lisible pour la plus grande gloire de Dieu. La pdagogie jsuite face la posie. Le Cabinet de peintures (1650 1671) du P. Le Moyne. pp. 31 54, L a Licorne N 23, p. 44, n. 18.

PAGE 47

47 Franois de Sales 42 qui Dieu une nette distinction entre le commandement divin, gnral, inflexible, adress tout le monde, et le conseil nce chrtienne, conseill mais non requis, Franois de Sales en nomme plusieurs 43 parmi lesquels se trouvent Saint Ignace de Loyola que Pierre Le Moyne dut, sans le moindre dou te, fortement Hymne oire du conseil que prend lieu le prlude 42 Franois de Sales, Evque de Genve. 1616. A Lyon, chez Pierr Rigaud, rue 43 Saint Bernard de Me annes entre les jougs, & cimes de nos Alpes, y assembla plusieurs compagnons pour attendre, loger, secourir, dlivrer des dangers de la tourmente les voyageurs & passants, qui mouraient souvent entre les orages, les neiges & froidures, sans les hospitaux que ce grand ami de Dieu tablit & fonda s deux monts, qui pour cela sont appellez de une louable charit, les servir est encor meilleur conseil que les clercs de la visitation des infirmes exercent par leur propre Institut saint Sanson, gentilhomme & mdecin Romain, qui en la ville de Constantinople, o il fut fait prtre, se ddia tout fait avec une paracheva, ; & des glorieux amis de Dieu, saint Franois, & le bienheureux Ignace de Loyola ( Ignace de Loyola fut canonis en 1622, selon Alain Guillermou. 1961. Les Jsuites P environ six ans aprs que saint Franois et rdig son Trait ) ; qui au commencement de leurs Ordres firent cet exercice avec une ardeur & utilit spirituelle incomparable. Les vertu s ont donc une certaine tendue de perfection, conseil andez, ains seulement conseillez dira dire Dieu. Franois de Sales, op. cit .., Livre VIII, chapitre IX, Suite du discours commenc. Comme chacun doit aimer, quoi que non pas pratiquer tous les conseils Evangliques, & comme nanmoins chacun pp. 456 461.

PAGE 48

48 commandement qui oblige, mais un simple conseil 44 La voix du prlude de Pierre Le Moyne, en toutes lettres, est explicitement nonce : ma voix sa propre prise neuf chapitres qui le composent, seul le baroque, et cause du prlude typiquement distingu par ses dictiques, la voix de la sagesse chez Pie introductive et engageante. Pourtant, les deux voix sapientielles relvent de la mme identit imm diatement. Cependant, Pierre Le Moyne mnage un peu plus son lecteur en introduisant sa 44 Pierre de Croix, dans le publi en 1608, exprime cette adhsion facultative au conseil mme : De grce non commune et de gloire enrichis / Les hommes, hommes non, mais plutt autres dieux / Qui de corps dvoils habitent j les irent / De tes divins conseils Pierre de Croix. Edition critique par Lance K. Donaldson Evans. Genve, Droz, 1990. (Textes littraires franais ; 385), Livre III, Cantiques, p. 112.

PAGE 49

49 strophes, savoir, dix pour cent du premier Hymne qui en compte vi ngt au total. Quitte se trahir lui mme en cette entreprise si ose et en assumer, sous la rsolution de la premire abondamment usage ailleurs galement, la gran de admiration de ses lecteurs. Christian Biet note judicieusement combien ce procd caractrise Pierre Le Moyne et prte la pense du pote une actualisation 45 qui lui permet de 46 et de rduire au mini 47 Ces considrations trouvent toute leur ampleur dans les Hymnes La voix du pote, en effet, emprunte le pronom de la premire personne pendant tout le prlude annonant la sagesse. Elle ne le fera que cette premire et dernire fois, aprs quoi la premire personne sera la voix exclusivement narrative de la sagesse, s ds cette troisime strophe o ne Hymne de la Sagesse Divine. Sagesse Divine il deviendra grad uellement 45 Voir C. Biet. 1992. Rendre le visible lisible pour la plus grande gloire de Dieu. La pdagogie jsuite face la posie. Le Cabinet de peintures (1650 1671) du P. Le Moyne La Licorne N 23, pp. 31 54. 46 Ibid ., p.37. 47 Ibid ., pp.34 ; 38.

PAGE 50

50 t, au personnage divin qui, mystrieux Ego sum 48 La voix narrative du pote empruntant la premire personne, dans le prlude des deux premires strophes, qui se faisait implorante, reviendra la troisime avant de disparatre compltement de la scne Sagesse Divine personne divine laquelle par voix de la troisime personne quatri me strophe, la sagesse prendra les rnes de la premire personne. direc tement par la voix, non plus trangre, passive et absente de la troisime personne, que le pote lui prta par ce tiers inclus, mais par celle plutt directe et familire, actuelle et prsente, souveraine et autoritaire de la premire personne. 48 Ex III, 14.

PAGE 51

5 1 Dans le pr lude o la voix de la premire personne tait encore celle du pote, la prire humaine ddoublait la prire divine. Mais tandis que la prire divine tait un euphmisme de Ainsi Pierre Le Moyne implore t de sortir provisoirement de la sphre du visible, du tangible et du mortel Discours celeste et divin (I, 5) de la Sagesse divine qui est la Maistresse / Des Legislateurs et des Roys (I, 1 2). Pierre Le Moyne adhre 49 de convertir les Muses afin de rendre le Parnasse Chrestien 50 Aussi ne deman de t sources du fleuve Permesse ni de la fontaine Castalie vulgaire (II, 7) le premier venu, quiconque ce quelconque qui en boit. Notre pote se rclame le porte parole. Hymne premier de la Sagesse Divine consiste donc en la troisime strophe 49 Pie rre Le Moyne. 1639. La Sagesse divine. A Monseigneur le Cardinal Duc de Richelieu. Paris, Cramoisy. 50 Epistre [ Richelieu] Ibid. Cite par Chrot. Le Moyne jug par Balzac et Chapelain c. II, p. 66.

PAGE 52

52 Le pote se sert de cette position intermdiaire invitant le lecteur une pause impersonnelle, un silence transitoire, un dpaysement ultime, pour lui faire ses adieux, mais de la primaut. Insinuant par l une triple partie indicielle : le contexte ludique constituant le terrain o se joue cet intermde si distinctif sera celui de la posie annonce ; la qute sacre fut exauce alisera par cette retraite mme du pote qui confie dornavant son lecteur la Maistresse des Legislateurs et des Roys le conviant goter son loquence non plus par ou dire mais de sa propre voix divine qui se fera : Peuples o uvrez donc les oreilles : Vostre Maistresse parle vous : Baissez la teste & les genoux, Le Soleil 51 Et la Lune lever son voile : ots : 52 51 travail sur les Hymnes le Soleil occupera une place particulirement privilgie par la Sagesse Divine chez le pote. Hope, Quentin M. 1980. prit Crateur 20 : 4 (1980), 29 39, p. 34. 52 III, p. 2.

PAGE 53

53 Pierre Le Moyne incite ainsi son lecteur imiter les autres cratures cosmiques, en lui montrant leur soumission leur crateur, leur respect et le ur obissance, chacune dans les 53 et non pas de son propre chef. Et nous pouvons en dire de m me de qui calma ses flots lesquels prennent un caractre humain et thique pour parler ou pour se taire n. du moins le pote veut soit perue comme telle. Deuximement : la phase pr cosmogonique. Les huit strophes IV X qui relatent la phase pr crationniste du fixisme, concernent un ge cosmique indfini, incalculable, puisque lui mme est ant rieur la cration cosmogonique inextricable de la mmoire chronologique du monde. De tels chos se rpercutent encore dans nos temps modernes avec Mauric 54 En ralit, il est difficile de prendre got la lecture des Hymnes sans prendre en considration, pour en percevoir le sens orte 53 Tunc locutus est Iosue Domino, in die qua tradidit Amorreum in conspectu filiorum Israhel, dixitque coram eis: sol contra Gabaon ne movearis, et luna contra vallem Ahialon. Steteruntque sol et itaque sol in medio caeli et non festinavit occumbere spatio unius diei. Josue X, 12 13. 54 Paris, ditions de la Maiso n franaise, 1942, p. 39.

PAGE 54

54 55 Hymnes oment de leur conception, cependant une dcision ditoriale mrement rflchie. Il faut se souvenir que le processus narratif adopt par Pierre Le Moyn e dans les Hymnes de la Sagesse Divine procde par annonciation, la narration y est donc annonciatrice et entreprend, grce ce phnomne proclamateur, de procder aussi bien par prolepse 56 anticipatoire et conscutive que par mtalepse 57 successive et ant cdente. La prescience de la Sagesse Divine anticipations, voire les dclame par ses annonces laudatives. Cette phase intransitive, pr existentielle, indfinissable temporellement est aussi une phase pr cosmogonique, indfinissable spatialement. Elle est galement incommensurable autant dans le temps que dans Je posois sur le fonds du Rien Les divers estages du Bien, Je mesurois leur tendu 58 : Et marquois hors de moy les canaux & les bors, Par o comme une Mer reglment pandu, Mon Essence feroit les Esprits & les Corps. 59 55 Voir supra notre Tableau des quatre exergues pigraphiques. 56 Voir Robert Lon Wagner et Jacqueline Pinchon. 1962. Grammaire du franais classique et moderne. Berne: Francke, p. 504, premire dition. Une seconde dition Par is, Hachette, 1967, est revue et corrige. 57 Voir de Dumarsais, Csar Chesneau. 1818. Les Tropes Rflexions gnrales sur le sens figur § III. La Mtalepse Paris: Seuil, 2004. 58 59 VIII, 5 10, p. 5.

PAGE 55

55 posois (VIII, 5) et le conditionnel du verbe actif feroit (VIII, 10) constituent, ainsi que tou s les verbes que le pote emploie dans cette phase prcosmogonique, des prolepses o le futur est exprim par anticipation et des mtalepses o le dire rebours, comme j accompli et tel que la prescience sapientielle, seule condition sine qua none de son ation du temps lui mme, de la Sagesse Divine avant la naissance du monde aconter : Cette production divine, Qui vient de plus loin que le Temps, : Pre et Fils nous ne sommes deux, Que par les regards lumineux Qui jaillissent de nostre Essence : e clat nous fait ; 60 liminaire, prparatoire et antrieure son avnement : le Temps venir le Temps venir comme entit et comme dimension nouvelle qui doit l ui mme survenir. Ainsi, le Temps venir devoit faire son tour son tour dans le processus de sa cration tre de la 60 Strophe V, p. 3.

PAGE 56

56 61 il ne pouvait encore tre saisonniers ou furtifs, ne peuvent tre dtermins que p ar la mesure du temps dont la dimension cosmogonique. Le cosmos qui natra ne sera pas le produit du hasard mais aura t soigneusement port au sein de la Sagesse Divine cosmogonique et la phase Le fait que Pierre Le Moyne fasse a lterner les cratures avec cette phase avant leur cration dimensio temps lui entre pr me narratif tel Hymnes relve aussi de la considration de valeur perspective, les jours de la cration ne sont pas des jours de vingt q uatre heures. Ces jours appartiennent la terminologie historique o par exemple, dans des expressions telles que : aux les jours renvoient une valeur de cycle priodique pour indiquer, symboliquement, une priode donne. Autrement, l es jours 61 Comme vie nt dans la figure ainsi, selon Saint Bernardin de Sienne, De Triplici Christi Nativitate dans Opera Omnia Venise, 1745, IV, p.3.

PAGE 57

57 jours de vingt quatre heures, signifieraient que ces jours supputs ne se prolongrent jamais au del de vingt quatre heures. Les jours Temps prcosmogonique chez M ax Jacob et Irne de Lyon naissance du Christ, chez Max Jacob qui fait alterner lui aussi de la mme manire le temps pralable cette naissance et celui de la sotriologi e christologique conjuguant la mort et la vie donna naissance : Esprit Vierge si Seule mre possible pour le Seigneur Mre et pouse du ciel Miracule, miraculeuse Escalier de la Perfection Trne de la Perfection Jardinire de nos mes Lampe de nos veilles Prsidente de nos assembles Emeraude du ciel Diamant des nuits Topaze des jours. Mre du Verbe, force du gnie, muse des arts, Vie de l a pense, pense de la vie O jeune fille pour toujours O jeune mre pour toujours O puret pour toujours O beaut Sauvez les mes de mes amis morts la guerre. 62 62 Max Jacob. 1921. Le Laboratoire Central. Posies. mme. Paris, Au Sans Pareil. M.CM.XXI. Litanies de la Sainte Vierge pp.167 8.

PAGE 58

58 mme demeura imprvisible comme entit, comme plnitude, incommensurable, de la mme manire que Pie rre Le Moyne situe le temps prcosmogonique. De son ct, Irne de Lyon confirme la pr existence du Fils, avant la cration des astres : : Baresith bara Elovim basan benowam samenthars ce qui se traduit : Un Fils tait au commencement ; Dieu cra par la suite le ciel et la terre. 63 avant le soleil est ton nom. 64 avec le monde que les astres ont t faits. 65 Troisimement la naissance du monde (strophes XI et lui donna naissance, tel il prconu et prmdit. Pierre Le Moyne prte le pass simple aux verbes de la Sagesse Divine acheve une fois pour toutes, et non pas e Gense 63 Gense 1 : 1 64 Psaume 109 : 3 ; 71 : 17 65 Irne de Lyon. Dmonstration de la Prdication Apostolique Paris, Cerf. Collection Sources Chrtiennes n 406, 1995. Deuxime Partie. La dmonstration par les Prophtes. Chapitre 1 Prexistence ternelle du Fils de Dieu. XLIII.

PAGE 59

59 Le choix du monde qui naquit la onzime strophe ur celuy (XI, v.2) fut fix parmi les Mille Mondes qui pouvoient naistre (X, 1) de la dixime strophe qui appartient la terminologie tropologique reprsentative d Moyne et de Saint Franois de Sales 66 appliqu divers contextes. Parmi une multitude, un millier de mondes qui eux, devait passer Attendoient que ma volont, (X, 2 4) : tous les mondes se disputaient la place (X, 9) que la Sagesse Divine Le sens de la crat mmes partir du Neant et du Vuide (XI, 7). Ils ne sont pas le produit alatoire du has ard mais celui de la volont (X, 2) divine qui en dtermina le dessein, en prcisa les contours, en crayon (X, 5) tion cosmogonique, et cette volont 66 choisisse avec une extrme prcau tion, un entre mille comme que la simple qute humaine ne permet pas de trouver, tandis que ceux qui craignent Dieu le treuvent Aussi le grand saint Louys recommanda son fils de prendre le mme soin eslis un confesseur Et pour cela, choisissez en un entre mille dit Avila es luy manque, il y a du danger. Mais je vous dis derechef, demandez voyage. Franois de Sales. 1619. Introduction la vie dvote. Texte tabli et prsent par Charles Florisoone. Paris : Les Belles Lettres, 1961. Tome I, Premire Partie. Chapitre IV. et faire progrs en la dv otion pp. 24 25.

PAGE 60

60 Sans besoin, comme sans contrainte volont cratrice du Bien (VIII, 6) et du Temps (XV, 8) 67 caractrise : Je rangeois les Mois & les Ans 68 (IX, 1, 5). cration de la volont divine, en t ant que dimension en soi : la Sagesse Divine fit (XVII, 1, 10), livr la discrtion de la connaissance humaine 69 Le prtendre la connaissance de tous les mystres : Puis ? demande t il, potisant la rponse ngative car le divin mystere est insondable par la raison nfini indicible et incomprhensible, Comme un Angle infiny de deux Lignes sans fin 70 67 dsigne la cration du temps. Le second hmistiche : : avan t 68 Ce rangement dsigne encore des mesures temporelles, les Mois & les Ans tant des critres pris comme Sagesse Divine prvoyait ainsi les plans (IX, 6). 69 Surtout en c e qui concerne la fin du monde en gnral et la date de dcs de chaque tre en particulier. 70 III, p. 24.

PAGE 61

61 Hymne Premier de la Sagesse Divine relate la digse t bien la mission Elle relve de cette 71 sur laquelle nous reviendrons. Mais nous pouvons dj affirmer que le Hymne Second de la Sagesse Divine Hymne Second de la Sagesse Divine ime les merveilles de la Sagesse dans la production & dans le gouvernement des Creatures Les huit premires strophes sont consacres la production cosmogonique, les treize dernires au gouvernement cosmique. Cependant, ces deux fonctions sont juxta poses, simultanes, indivisibles et insparables telles que les conoit notre pote tout au long des vingt Hymne Second de la Sagesse Divine La Mystique des Quatre lments Parmi les huit strophes consacres la productio n Hymne Second de la Sagesse Divine introduit globalement la cration des quatre lments en gnral : Je fis ensuite quatre estages O je logeay les Elements 72 Les sept strophes restantes de la production cosmique sont consac res aux lments spcifiques en particulier, rparties selon un schma autonome qui ne manque pas de symtrie. 71 tienne Gilson. 1931. Paris, Vrin. Chapitre VI, p.113. 72 Hymne Second de l a Sagesse Divine I, v. 1 2, p. 12.

PAGE 62

62 ction du Feu conquerant & sauvage (II, 1) occupera toute la seconde strophe. Celle de (III, 1), toute la ent aux lion. En effet, le P. Le Moyne assigne la terre une structure strophique binaire o elle occupe les septime et huitime strophes. Le tableau suivant aidera cerner les quatre lments Hymne Second de la Sagesse Divine lecteur. Table 2 2. Rpartition heptastrophique des quatre lments cosmogoniques Ordre cosmique des lments selon leurs sept rpartitions strophiques lments Ordre strophique Feu 1 II e Air 1 III e Eau 3 IV e V e VI e Terre 2 VII e VIII e Il faut remarquer que la production et le gouvernement des Creatures annoncs dans ces Creatures en telle sorte que le rgne de la Sagesse Divine est assur en les ayant cres et en les ayant galement soumises et gouvernes en mme temps, assignant chaque lment sa tche et sa conformation son rle, en guise de signe ternel d e dpendance vis vis de son crateur. Ces lments portent donc en germe, son gard, une double dpendance : celle de leur

PAGE 63

63 leur cration, il les dompta, les soumit et les gouverna en se les rendant domptables en mme Premier lment cosmogoniqu e: le Feu cosmogonique se produisit simultanment avec la gouvernance divine. Non seulement le feu ne peut pas agir au hasard, mais il doit observer le rle qui lui fut ass ign : Son poste est sous le Ciel, il en dfend la porte, Comme Garde ternel de la Maison de Dieu 73 mais bien du Flammeum gladium atque versatilem ad custodi endam viam ligni vitae 74 de la Gense. Pierre Le Moyne relie le feu, ainsi que tous les lments, au gouvernement divin. Dans ce contexte potique, le feu cosmogonique, en tant que substance propre et en tant que pessimisme jansniste 75 En effet, la combustion minente du monde, dans sa version du Dies irae considration qui empr : Dieu dtruira le sicle au jour de sa fureur. Un vaste embrasement sera l'avant coureur, Des suites du pch long et juste salaire. ; 73 Hymne Second de la Sagesse Divine II, 9 10, p.12. 74 Genesis III, 24. 75 : Pour spcialement sau Paul Verlaine. 1888. Amour Paris, Vanier. Un Crucifix p. 30.

PAGE 64

64 Terre et cieux passeront ; et ce t emps de colre 76 eschatologique s ? 77 Serait ? trois reprises, son entretien avec Jacques Chancel 78 et Andr Camp 79 : Leibniz croyait que nou moqu de lui travers le personnage de Pangloss dans Candide a invent le mot optimisme Une fois cr le mot optimisme le mot pessimisme tait invitable. 80 tienne Gilson affirm est une suite ncessaire de l'ide chrtienne de cration 81 du moins selon ce que le plus clbre thologien du second sicle Irne comprend et dit trs clairement 82 Pierre Le Moyne considre le feu dans une relati on troite avec son crateur. Il en voque le rle sotriologique et la bienveillance dans la marche du Sina : Par luy dans un Desert sauvage, Le Peuple de Dieu fut conduit ; Il luy fut un flambeau de nuit, Et de jour luy fut un nuage. 76 1696. Paric, C. Bachelu. Traduction paraphrase de la prose Dies Irae p. 262. 77 Pome sur le dsastre de Lisbonne. Op., cit. 78 Jorge Luis Borges ; Jacques Chancel. 1999. Jorge Luis Borges : radioscopie Monaco: Editions du Rocher. 79 Jorge Luis Borges. 1999. Entretien avec Andr Camp. Suivi de Neuf essais sur Borges par Franois Boucharde au. Aigues Vives : HB ditions. 80 Christian Nicaise. 1995. La Violence de Jorge Luis Borges 15. 81 tienne Gilson. 1931. Paris, Vrin. Chapitre VI, p.113. 82 Ibid

PAGE 65

65 Selon ses besoins e Ce Meteore lumineux, : Il claira ses pas, il veilla son sommeil ; 83 Second lment cosmogonique Selon Pierre L lui est pas rendue. Pour une raison ou pour une autre, cette amiti est non rciproque, et le : Moder e sa soudainet ; 84 La Nature (II, III, 1) est ici ambivalente. Elle dsigne par ambivalence la fois la nature cognitif et motif de dtect p ar Michel Spanneut chez Clment : t il, cette bonne ? Nous ne savons 85 83 Hymne Second de l XIV, p. 40. 84 Hymne Second de la Sagesse Divine, III, 1 4, p. 13. 85 Michel Spanneut. 1957. Paris, Seuil. p. 228.

PAGE 66

66 Troisime lment cosmogonique Pierre Le Moyne a une prdilection particulire pour une considration de la mer vaste et : La Mer imprieuse et br ave Tient le troisieme appartement ; Et semble par son mouvement, Elle se debat quelque fois ; Elle escume et lve la voix ; 86 ; : Et comme un grand Lyon q ui dchire sa cage, 87 Les lments cosmiques se retrouvent dans le Sonnet Devise pour le Roy avec Chrot, en adopt de mouvement du soleil, qui reprsente aussi le roi : : Chacun suit mon pouvoir, et chacun le ressent, ur comme des yeux, par tout on me rvre ; On aime ma douceur, ma force on se rend : Je ne rgne pas moins loign que prsent, La Nature a pos des Digues la Mer ; Elle a born le cours des Orages dans ; Elle a donn des lits et des bords aux Rivires : 86 Faut il voir ici une erreur vidente du copis te et lire de rage plutt que ? 87 II, IV, p. 13.

PAGE 67

67 Je suis seul aprs Dieu libre de cette Loi 88 ; Ma Vertu ne connait ni bornes ni barrires ; 89 maritimes dont taient menacs les matelots et les voyageurs afin de donner au gouvernement de la Sagesse Divine la lment de sa cration : ; De sa Voisine criminelle. Je lche ou serre ses liens ; Je la produis ou je la cache. Elle rugit Qui mord les Ennemis, et fait peur aux Enfants 90 Mer au sens propre, et sang humain par euphmisme au sens figur : On se souvient de que lle rage, Elle courut 91 le Genre humain, Lors que je luy laschay la main, Et fis brche dans son rivage : Tant que les Fleuves auront cours, Le Monde saignera toujours, : 88 Je suis seul aprs Dieu libre de cette Loi je suis le seul qui en soit exempt, sur lequel la finitude et les limites ; aprs Dieu semble moins orgueilleux que le vrai sens contextuel de cette expression qui veut Vertu qui ne connat pas de bornes, 89 Pierre Le Moyne. 1665. Paris, chez Sbastien Cramoisy. Ce pome est intitul Devise pour le Roy Epistre au Roy p.n.c. 90 II, V, p. 14. 91 Faut il voir ici une erreur vidente du copiste et lire couvrit plutt que courut ?

PAGE 68

68 ; Et main tenant encor ses blessures ouvertes, Coulent par les conduits des lacs et des estangs 92 est dverse pour faire fructifier la machine du Monde partir du gouvernement de la Sagesse Divine litote des gouttes (II, XIV, 3) qui, par la petitesse de leur quantit, quasi microscopique au regard par le compte leur profusion : : gouttes de mon bien Que cette machine est feconde. Tous ses divers cercles en moy ; : Je rassemble leurs fins avecque leur milieu ; Et conduis par degrez la Nature la Grace, 93 Quatrime lment cosmogonique : la Terre La terre joue un rle auxiliaire qui collabore la gouvernance de la Sagesse Divine Cette contribution lui vaut une dignit particulire qui la rend suprieure au troisime lment sur lequel elle exerce un pouvoir excutif des dcrets divins. En effet la terre arrte la fougue des eaux en pourvoyant aux limites que celles ci ne doivent pas dpasser et en se constituant elle mme comme barrire : Y font une barrire la fureur des Mers. 94 92 Hymne Second de la Sagesse Divine VI, p. 14. 93 Ibid ., XIV, 3 4, p. 18. 94 Ibid. VII, 9 10, p. 15.

PAGE 69

69 au reprsente le sang dont saignent encore par les conduits des lacs et des estangs 95 les hommes qui furent chtis par le dluge, le sang de la terre, en revanche, est : Elle est vierge et n : Sa vertu ne saurait mourir ; Ses veines ne sauraient tarir 96 tran sforme leurs substances et les rend consubstantielles. La terre est aussi figure maternelle. Ainsi ne pourvoie t elle pas seulement la Nourriture de ses Enfants vivants mais elle pourvoie galement celle de ses Enfants morts et qui retou rnent la poussire : Elle est Mre au dedans, et Nourrice au dehors ; Elle est htellerie et demeure ternelle, De ses Enfants vivants, et de ses Enfants morts. 97 Conseil divin et conseil humain. La production cosmogonique est donc rcapitule ainsi : Toutes ces structures normes, Sont de ma seule invention ; ; 98 95 Ibid. VI, p. 14. 96 Ibid. VIII, 4 6, p. 15. 97 Ibid., VIII, 7 10, p. 15. 98 Ibid., IX, 1 4, p. 16

PAGE 70

70 La Sagesse Divine est conjugue cependant au gouvernement cosmique par le conseil, dont le rle prdominant dans la pense lemoy Il se conseillait 99 avec moi 100 le conseil est une notion cl chez Pierre Le Moyne, laquelle i l consacrera tout le Discours premier de la Quatrime Partie Art de rgner dix sept Articles suivis de quatre Exemples dont trois anciens et un moderne 101 Cette fonction conseillre de la Sagesse Divine sur laquelle re donc centrale sa pense thologique et morale. Elle selon la thorie trinitaire (Spanneut, 1957) de Thophile, vingt troisime patriarche Fils est conseiller 102 il celui du Roi Soleil sa naissance, avant sa naiss ance et aprs sa naissance ? Hymne de la Sagesse Divine correspond, paralllement la cosmogonie lemoynienne, une dmarche volutive similaire dans les Sonnets sur la Naissance du Dauphin en troite liaison avec la structure des H ymnes 99 Parvulus enim natus est nobis Filius datus est nobis, et factus est principatus super umerum eius. Et vocabitur nomen eius Admirabilis, consiliarius Deus, Fortis, Pater, Aeternam, Princeps pacis. Isaias IX, 6. 100 Hymne Second de la Sagesse Divine IX, 5 6, p. 16. 101 Pierre Le Moyne. 1665. Paris, chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Marbre Cramoisy. Imprimeurs du Roy. Rue Saint Jacques. MDCLXV. Avec Privilge du Roy. De Conseil. Quatrime Partie. Discours I, pp. 521 579. 102 Michel Spanneut. 1957. Paris, Seuil. Troisime Partie, IX. Dieu et le Verbe p.314.

PAGE 71

71 Aprs la naissance de Louis XIV Confiant non seulement en la simultanit de la cration et du gouvernement de la Sagesse Divine montrer, mais encore confiant en la perptuit dans le maintien 103 de sa volont souveraine qui en gouverne en permanence les Creatures Pierre Le Moyne crit avec la plus belle loquence Louis XIV 104 : Si les Genti ls se croyoient fortifiez de la prsence de leurs Aigles et des Images de ils point de force du voisinage et de la pr esence de celuy qui allume les foudres de son regard et qui leur commande : qui a des Ministres de vent et de feu son service : qui tout le Monde est un Arsenal : qui les tourbillons et les tempestes, les inondations et les deluges so nt des pieces de batterie ? 105 Il va de soi que le feu dans ce contexte cosmogonique et dominateur doit tre pris au sens dire littralement au pied de la lettre, en tant que matire physique et corps substantiel. Ailleurs, surtout dans les le feu tait au contraire presque servi ce de son crateur, en tant que ministre de vent 103 particulier dans ces vers : Hymne Second de la Sagesse Divine XIV, 1 2. 104 Il sept ans. Les Sonnets svr la Naissance de Monseigneur le Dauphin datent de la mme poque que les Hymnes de la Sagesse Divine Ils avaient paru ds 1638, Paris, Chez Sbastien Cramoisy, Im primeur ordinaire du Roy, ru S. Jaques, aux Cicognes. M. DC. XXXVIII. Hymnes de la Sagesse Divine A Monseigneur le Cardinal de Richelieu 1639, d. cit Ce rappel nous signale le rle important que se donna Pierre Le Moyne dans la vie du monarque en mettant ses talents potiques son service. 105 Pierre Le Moyne. 1665. Paris, chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Marbre Cramoisy. Im primeurs du Roy. Rue Saint Jacques. MDCLXV. Avec Privilge du Roy. De la Prudence Chrestienne que le maintenir dans ses Armes la Religion et la Discipline Chrestienne. Quatrime Partie. Discours III. Article XV, p.691.

PAGE 72

72 par les inondations et les deluges La terre, quatrime lment, est reprsente mtaphoriquement par le monde La conception cosmogonique des quatre lments est d onc inaltrable depuis les Hymnes cause de la consistance de sa pense. la naissance de Louis XIV venant ainsi didactique et naissance du Dauphin : Prepare des Laurie rs, dresse des Feux de Joye, Chere France desja tout cede ton Dauphin, Le Serpent des Lombars qui mordoit la Savoye, De frayeur en vomit les dents & le venin, ois Leopard dedans la Mer se noye, De peur de faire Terre une plus triste fin. Alcide encor enfant estouffa deux couleuvres, Qui mirent ses Lauriers plus haut que ceux de Mars : Et ton Prince sa honte arrivant dans le Monde 106 Il est intressant de noter dans le mme cadre cosmogonique des Hymnes le fonds de science 107 astronomique auquel le souci du pote, qui y atta che une grande importance, se rpercute galement dans le premier des Sonnets sur la Naissance du Dauphin : 106 Pierre Le Moyne. 1638. Sonnets sur la Naissance de Monseigneur le Dauphin A Paris, Chez Sebastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, ru S. Jacques, aux Cicognes. M. DC. XXXVIII. Avec Privilege de Sa Majeste p. 4.

PAGE 73

73 Le Ciel ne fut jamais plus serain ny plus beau, Tous les Astres 108 re mditatif, prophtique, rvlant les souhaite : Il doit bientost venir une heureuse Saison Qui nous amenera la Paix par la Conqueste, Quelque mauvais Demon qu i menace la France, Un Astre nous est n qui nous donne asseurance Mon Roy ne lairra rien vaincre son Dauphin, Et son Dauphin vaincra par la Paix ses Victoires. 109 Avant la naissance de Louis XIV dans les Hymnes Sonnets se confirme galement par la longue dure de ses souhaits, perspective de teneur longitudinale qui empreint de consistance la linarit de sa pense mystique long term e sur le temps : Beau Gage de mon Bien attendu si long temps, 110 107 Virgile : Astrologue que P tolme. Chaque page de ses Livres est un Abrg de quelque Science Le Discours de la Posie p. 12. consquent est une par tie essentielle au Pote parfait. Ibid p. 6. 108 Ibid p. 3. 109 Ibid, p. 5. 110 Ibid p. 6.

PAGE 74

74 Rpercussions mystiques et esthtiques des Divin La spiritualit mystique de Pierre Le Moyne dem eure consistante travers toute son Hymne : Que ces feux causent de delices Pour nos amoureux sacrifices Sens la vive ardeur de ce Bois ; Voy ces ronces et cette Croix, Qui brillent de flammes divines. ta vie est en ce lieu ; Sois un bouton de feu sur ces belles espines, Tu seras un rubis sur le Throsne de Dieu. feu, 111 seul le titre nous renseigne sur cette histoire. Le p pour en conserver la mmoire, ainsi que la morale qui dut lui rafrachir la foi, ombre de Die u 112 Cette ombre visible de Dieu attribue la Sagesse Divine aprs la rsurrection : 111 112 Hymne Premier de la Sagesse Divine XV, p. 8.

PAGE 75

75 Celui qui de son ombre illumine les Cieu x ; A par le Soleil et couvert les Etoiles. Ne croy pas tes sens, ne suis pas tes discours, ; Et leur erreur pourrait de la foy te distraire ; La flamme surm onte, et le sang panch, Est le Dieu du Thabor et le Dieu du Calvaire. 113 113 Pierre Le Moyne. 1650. Les Posies du P. Pierre Le Moine, de la Compagnie de Jsus A Paris, Chez Augustin Courb, dans la petite Salle du Palais, la Palme. M. DC. L. Avec Privilge du Roi, p. 603.

PAGE 76

76 CHAPTER 3 DU SAINT LOUIS Saint Louis de Pierre Le Moyne suscita diffrentes ractions parmi le public. et la superlativit absolue. roque de base chez Pierre Le Moyne : concept porte morale et thologique dont nous examinerons collective. Nous tenterons, par facilitation de la recherche, la stimulation pdagogique, la comprhension rudimentaire de la es proprement dite du Saint Louis inerons pas en dtail, dans un premier temps. Ces pices se situent au seuil de Saint Louis se parachvera dans donc mi chemin entre les bauches pralables au Saint Louis et la maturit de son chef

PAGE 77

77 convient de consacrer une tude part. Pierre Le Moyne : la Il est important de prciser que les personnages tudis en relation avec Pierre Le Moyne relations sociales d e Pierre Le Moyne et leurs rapports avec ses crits suffirait sans doute faire tre pas et en demanderaient toujours de nouveaux pour le contenir qui, leu r tour, y suffiraient encore peine. Ceux que nous faisons figurer ici reprsentent donc certains traits caractristiques propres manifester dj des points qui nous permettent de mieux comprendre, travers la vie, les amitis et les liaisons sociales grande pope du Saint Louis elles pas tr angres au dploiement productif de la pense lemoynienne sous jacente au Saint Louis dont Louis le Juste et Richelieu furent les premiers ddicataire s de Pierre Le Moyne. Les crits qui leur furent adresss valurent au pote naissant des loges publics. Outre les Sonnets pour la

PAGE 78

78 Naissance du Dauphin 1 ministre 2 pendant la premi re moiti du XVII e sicle. Louis XIII 3 inspir par les tableaux de Simon Vouet 4 t ce Temple en son nom. De ce Temple fameux la pompe & la structure, Louys 5 de tous les Saints ont attir les yeux : Je viens avec ton Ange en prendre la mesure. La matire en est riche, et riche la s culpture, Le luxe y fait au zele un sujet precieux ; 6 fournis par la Nature. Acheve ce dessein royal Entrepreneur ; Il est de ton merite, il est de mon honneur, ait on fasse mon Image : ; La Gloire & la Vertu la tailleront sur toi. 1 Sonnets sur la naissance de Monseigneur le Dauphin Paris, Cramoisy, 1638. 2 La Sagesse Divine. A Monseigneur le Cardinal Dvc de Richelieu Paris, Cramoisy, 1639. 3 Saint Louys A Louys le Juste. Sonnet. In Les Posies 1650, p. 552. Reproduit dans les 1671, p. 440. Nous utilisons la version des Posies de 1650 lgrement diffrente lgres variantes, sauf pour la ponctuation. 4 Voir Eugne de Mnerval. 1872. Paul Saint Louis et le Lyce Charlemagne. Paris, Auguste Aubry, p. 78 79. 5 Lous p. 440. 6 Ibid ., tresors

PAGE 79

79 Lyre sacre et Lyre hroque Avant le dcs de Louis XIII le 14 mai 1643, Pierre Le Mo louait aussitt en public avec une verve ingalable 7 Non seulement il chantait les louanges des campagnes de Louis le Jus te 8 mais aussi celles de son tat de sant, 9 ainsi que celles de son talent musical 10 et artistique. Dans les Stances du Rcit de la Musique au Roy la musique est incarne en reine dvote qui se vante honneur que lui fait le roi de honneur 7 Julien Duchesne attribue cette verve une aptitude et une conscience fort suprieures celles de Scudry et de Desmarets Histoire des pomes piques franais du XVIIe s icle Paris, 1870, Genve, Slatkine Reprints, 1971, p. 139. 8 Ode au Roy dans les Posies 1650, Posies Hroques p. 47 et sqq, la mme supriorit est releve : Son uindes, comme tout ce qui est sorti de Malherbe. Sabatier de Castres. 1772. e nos A Amsterdam Et se trouve A Paris Chez Gueffier, au bas de la rue de la Harpe. Dehansi, le jeune, rue Saint Jacques. M. DCC. LXXII. Tome II, p. 392 393. 9 Dans la France G urie : Pierre Le Moyne. 1631. La France gverie. Odes adresses av Roy. Svr sa maladie, sa guerison miraculeuse, ses dernieres conquestes, et ses vertus heroques. A Paris, Chez Sebastien Cramoisy. 10 Voir Augustin de Backer. 1864. Essai bibliographique Lige, L. Grandmont Donders. La mention seul Imprimeur de la Musique du Roy p. 191, nonobstant sa vracit, du moins indique que les compositions musicales uis XIII est en cours et entrepris par Jordi Savall et son quipe. Selon Pierre Guillaume, dans son compte rendu du disque compact produit par Jordi Savall reproduisant la musique compose par Louis XIII et en vente sur le site franais de la compagnie Ama zon : Passionnant projet ditorial que celui de Jordi Savall : runir les lments constitutifs de ce que fut la musique sous l're de Louis XIII, dont on sait la passion dvorante qu'il nourrissait pour cet art. Or la plupart des musiques de cette poqu d'airs de cour. Pour les musiques de danse, l'une des principales sources est un recueil rassembl en 1690 par uvres marquent les grands vnements de la vie du roi : naissance, enfance, mariage et sacre. S'y ajoute le programme d'un concert donn au roi en 1627. Patiemment, Jordi Savall et son quipe ont russi runir un maximum de documents musicaux de cette p oque toute affaire cessante, couter. Car elles se situent au croisement de deux priodes, la fin de la Renaissance et le dbut du baroque. Une grande russite. -Pierre Guillaume Site www.amazon.fr/LOrchestre Louis XIII Jordi Savall accd le 30/8/2011

PAGE 80

80 amateurs et partisans 11 un tel hros vainqueur et fameux par ses exploits Ainsi la musique est un tre vivant dou de raison qui dont la lyre hroque rend hommage, vante, et loue tandis que la verve narrative se vante et se itude du fait que le roi soit son alli. Elle glorifie tour tour les victoires du roi, ses vertus, ses exploits. Reine consacre la gloire, elle serait voue la dchance sans la rhabilitation dont la gratifia Louis XIII en la rintgrant au Temple nqureur, allant elle spiritualit dont la mystique consiste enchanter, charmer et ravir : Je suis la Reyne des concerts, 12 11 Les compo Tu crois beau soleil nous est st Marin Mersenne, travailleur infatigable, qui a permis la pice royale de traverser les sicles en intgrant dans son Harmonie universelle (Paris, Sbastien Cramoisy, 1636) une belle version arrange et diminue pour clavier par Pierre Chabanceau d e La Barre, Epinette et Organiste du Roy et de la Reyne Cette version serait peut tre la seule trace musicale de la pice, si une copie manuscrite de la partie de basse k, dans un ; la section manuscrite est probablement, en partie du moins, de sa propre main Georgie Durosoir. 2004. Louis XIII musicien et les musiciens de Louis XIII Revue de Musicologie. Publie par la Socit Franaise de Musicologie. T. 90, No 2 (2004), pp. 364 366. Thomas Leconte fit galement un excellent travail de restitution de la tablature ancienne en partition moderne, sous les auspices des ditions de Musi que Baroque de Versailles. 12 fasse le choix narratif portrayant la reine bien aime de Louis le entifie par cet esprit des luths : Chose estrange, mais veritable luths un isones, c'est aisant cette correspondance. Imprimerie et Librairie Ecclsiastiques de Guyot Frres, diteurs. Paris & Lyon, 1851. Tome IV. Livre VIII. Chapitre I. p. 349.

PAGE 81

81 Et la belle ouvriere des charmes : Mais, illustre & fameux Vainqueur Je ne me vante que des armes, Mes attraits rendus innocens, Ne sont plus dangereux aux s ens ; Je suis devote ton exemple ; Et ce qui comble mon bonheur, Par toy remise dans le Temple, De tes vertus & de ma voix, De mes airs & de tes exploits Par tout il se fait des merveilles : Et par un concert glo rieux, 13 Fugat Umbra Iacentis roi fera fuir les ennemis de la France dans la bataille d e Rocroi 14 : Fugat Umbra Iacentis En tout tombe : Vainqueur sur la campagne, & sur les monts vainqueur, Et fus en tous les lieux suivy de la Victoire. La terreur de mon Nom reste encore apres moy ; Ma Fortune survit avecque ma Mmoire, Et de mes Ennemis ma seule Ombre 15 13 Pierre Le Moyne. 1650. Les Posies du P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS. A Paris, Chez Augustin Courb, dans la petite Salle du Palais, la Palme. M. DC. L. Avec Privilge du Roy. Rcit de la Musique au Roy, p. 550 1. 14 Pierre L e Moyne. 1649. Devises Hroques et Morales Paris, Augustin Courb. Devises Hroques p. 6 7. 15 Ibid ., p. 7.

PAGE 82

82 Na nmoins, Louis le Juste reprsente, par son ombre le combat pittoresque qui se perptue dfaite et la fuite. La mtaphore du combat aprs la mort, inhrente au concept du hros, occupe, de manire plus gnrale, une place de prdilection privilgie dans la narration pique. Elle rapparat dans les troupes de saint Louis la vaillance des hros grecs victorieux dont les anctres lacdmoniens avaient battu les Perses Arbelle bataille de Thermopiles : : Le Sceptre de ; Et portrent les Arts 16 ces bords rougissants 17 18 De ces Pres fameux, les noms et la mmoire, Qui combattent encore 19 Leur inspirent 20 un air de gl oire et de valeur ; ; Et pour mot 21 au marcher, par leurs rangs, et leurs files, et Thermopiles 22 16 portrent les Arts transfrrent la civilisation. 17 ces bords rougissants : double sens faisant allusio 18 Soleils renaissants : allusion la rgion du Levant, o se situe gogr 19 combattent encore veut dire qui combattent toujours, continuellement, mme aprs la mort. 20 leur inspirent intgrale du combat aprs la mort, tout aussi hroque, par sa valeur la fois gntique et historique. 21 Et pour mot : pour slogan 22 1671. Livre V, p. 52, col. 2. Voir les Remarques ajoutes e re marque

PAGE 83

83 lection privilgie 23 En sermonnant Archambaut, Alegonde antic hritiers, puisque de mme, aprs leur trpas, le combat continuera : Vous, de qui les Neveux au faiste de la Gloire, Encore aprs leur mort, de leurs Ombre s luiront, Et leur vie en modele, aux Princes laisseront. 24 la mort, de mme, est prsent, comme celui des Pres Grecs qui combattent encore au prsent ; pass comme celui de Louis XIII, qui combattit Rocroi ; et futur, comme les hritiers combattront aprs leur mort Le Prsident De Mesmes leur encadrem ent circonstanciel dans le XVII e sicle o ils naquirent et prirent essor. Par ailleurs ils suscitaient un intrt immdiat, affich non seulement chez le public admirateur des lecteurs 23 autographes et les d itions originales. Enrichie de nombreuses pices indites. Ddie A. N. S. P. Le Pape Lon des Religieuses de la Visitation du 1 er Monastre d Tome I. Les Controverses Passim. 24 1671. Livre XI, p. 130, col. 1.

PAGE 84

84 les loges de ce grand personnage aux alen tours des premiers crits ddis Richelieu et Louis 1639. En effet, De Mesmes est remerci des hommages publics Peintures Morales dont le Privilge date du 14 dcembre 16 39 et qui correspondent, par consquent, cette poque o le pote non pas fit ci taient faits de puis longtemps, mais fit ses dbuts dans la mes Pierre Le Moyne ? Article dans un journal ? Publication indpendante ? Lettre prive comportant cette reconnaissance, Les Peintures morales, o les passions sont reprsentes par Tableaux, par Characteres, & par Questions nouvelles & curieuses ne fut pas publi dans un coin perdu du monde mais en plein centre culturel du monde ce moment l, soit Paris mme. Il eut tant de renom et connut tant 25 lui moindre exemple. Peintures Moral es dont les ressorts ne manquaient pas de puissance. Nous avons donc tout lieu de cro ire vraie Moyne : A cette consideration du Bien public, MONSEIGNEUR, il me doit estre permis doivent 25 Les Peintures Morales publies en 1639 sont de dix ans antrieures aux Passio de Descartes publies t.

PAGE 85

85 26 Devises hroques assigne au prsident De Mesmes une vertu suprieure, une loquence qui gouverne les peuples, voire la nature mme, car il est celui Ondes tires des Armes de M. Le President de Mesmes, representent cette dans les Assembles. Aussi a opinions, & que la violence de ses avis maintenoit le Droit & apppuyoit la veu mouvoir ou apaiser les Esprits ; & par l il a fait voir que les Particuliers ont leur empire aussi bien que les Souverains, & que la Souverainet la plus absolu 27 Sedatque Cietque A mon illustre frein la Mer sousmet ses flots : Et selon que le veut le besoin du Bas Monde, Le mouvement & le repos. 121) adress au roi car ; Et sans consult er les chiffres des Estoiles, Elle dcouvre au jour que son Ange luy fait, 26 Les Peintures morales, o les passions sont reprsentes par Tableaux, par Characteres, & par Questions nouvelles & curieuses. Par le P. Pierre Le Moyne de la Compagnie de IESVS. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy. M. DC. XL. Avec Privilge de Sa Majes t. Eptre, A Monseigneur Messire Henry de Mesmes, Marquis de p.n.c. 27 Pierre Le Moyne. 1649. Devises Hroques et Morales Paris, Augustin Cour b. Hroques p. 12 13.

PAGE 86

86 Sont du grand Aumnier par honneur escortez. De Mesmes fut son nom 28 : il fut de cette Race, Soit dans le noble rang, de ceux qui font leur gloire, : Les Prelats avec luy sortis de la barriere, Tournent vers le Desert & laissent la riviere. 29 Le Prince de Conti Saint Louis continue et ininterrompue dans le cheminement potique en tmoignage direct de la cohrence sept ans 30 toutes sortes de disciplines 31 renseigne dj non seuleme apprendre, mais encore sur le dveloppement et la formation du thoricien achev, dont font foi Dissertation du pome hroque en rgisseur des mus es, et les deux lgies 32 28 : Ce De Mesme s Aumosnier de Saint Lous, ; & les Heures du Saint Roy, qui sont encore dans leur Bibliotheque, avec des attestations irreprochables, sont une illustre & ancienne preuve de leur No blesse. Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise 1671. Remarques Livre X, p. 125. 29 Ibid ., Livre X, p. 121, col. 1. 30 Julien Duchesne. Histoire des pomes piques franais du XVIIe sicle Paris, 1870, Genve, Slatkine Reprints, 1971, p. 78. 31 L ettre du 5 juin 1639 Balzac. Lettres de Jean Chapelain, publies par Ph. Tamizey de Larroque, Paris, 1880, t. I, tude sur la vie et les e (1602 1671) Paris, 1887. Genve, Slatkine 1971, p. 14. 32 Les Posies du P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS. A Paris, Chez Augustin Courb. M. DC. L. Posie Hroques. Elegie pour Monseigneur le Prince de Conty, sur sa sortie du College de Cl ermont aprs ses estudes acheves p. 263. Elegie pour Monseigneur le Prince de Conty p. 269. Ces deux lgies sont reproduites dans les Entretiens et dans les de 1671, Lettre V et VI, pp. 242 4.

PAGE 87

87 Apres dix ans passez en ct illustre Mont, 33 ; Armand son dpart prenant cong des Muses, Les Muses de douleur son dpart confuses, Rompirent leur s bouquets, couperent leurs cheveux 34 ; Et de leurs luts cassez firent de tristes feux. 35 un bon lve dernier en gagne en bonne renomme, et le Collge de Clermont, tout le mond douleur comme rupture coupure fente scheresse et arrachement L a nature ne fait pas la sourde oreille. Non seulement elle assiste la tristesse des muses, mais elle compatit et y rpond : ; Les veines des rochers de regret se fendirent ; e secha ; 36 33 Les Posies 1650. Elegie pour Monseigneur le Pri nce de Conty, sur sa sortie du College de Clermont aprs ses estudes acheves Avis des Muses A Monseigneur le Prince de Conty p. 242. 34 Cette action de couper les cheveux, nonobstant le sexe, est associe chez Pierre Le Moyne et gnral de la rciprocit, (et non pas rflexivement comme dans le cas prsent o le verbe se rapporte au pronom couprent leurs cheveu x elles Manifeste Apologtique : Croit on que les mesmes ciseaux qui nous coupent les cheveux, nous coupent le Sens ?, tristesse qui a beau tre profonde, aussi puissante soit elle, sa des caractristiques distinctives sera de surmonter le malheur. Voir Pierre Le Moyne. 1644. Manifeste Apologtique po Libelles diffamatoires publiez par leurs Ennemis. Par le P. Pierre Le Moyne de la mme Compagnie. A Paris. M. DC. XLIV, p. 29. 35 Les Posies 1650. El egie pour Monseigneur le Prince de Conty, sur sa sortie du College de Clermont aprs ses estudes acheves Avis des Muses A Monseigneur le Prince de Conty p. 242. 36 Ibid.

PAGE 88

88 La nature, avec ses arbres et ses rochers, est ainsi charge par hyperboles de tous les sentiments humains sous lesquels elle est firement courbe ; ces sentiments ne sont pas toutefois raciniens, par une muse sublime et altire, avec une plume hroque inspire par la gnrosit que le courage et le sens du devoir lvent. Il est vrai pourtant que l es muses sont tristes, Dans ce trouble commun de leur commune perte, Et luy tint ce discours accompagn de pleurs. 37 mais leur tristesse est en quelque sorte i : Armand grand de naissance & plus grand de merites Avecque ces soupirs de douleur exprimez, ur a formez. Il te peut souvenir avec quelle tendresse, Ta gloire & tes vertus te seront de mes soins Ce que fa it le Sculpteur 38 Le pote enseignant et pdagogue se cache mal derrire la Muse dont il est le double et qui tint ce discours sculpteur reprsente le pdagogue dont consistant faire son propre loge et renie modestement tout mrite personnel en attribuant ce formation acadmique et s colaire est assimile celle du sculpteur qui travaille sur une matire prexistante : 37 Ibid. 38 Ibid.

PAGE 89

89 La matiere en est riche, elle est ne avec toy ; Mais la forme 39 Parmi tous les ddicataires auxquels Pierre Le Moyne crit, le Prin Avis des Muses A Monseigneur le Prince de Conty de 1671 40 rgue qui laisse hors de doute la vritable : gloire & Elegie pour Monseigneur le Prince de Con ty, sur sa sortie du College de Clermont aprs ses estudes acheves r intitule Avis des Muses A Monseigneur le Prince de Conty ne subit, de 1650 1671, aucun changement hormis ce nouveau titre sous lequel le pote se cache beaucoup mieux tandis que la senti Le Duc de Montmorency Cependant, quel que fut le patriotisme chez Pierre Le Moyne, il se montrait sensible rigueur immodre de son excution. Ainsi soutient il moralement les dfavori ss du sort, 39 Ibid 40 Lettre V, Avis des Muses A Monseigneur le Prince de Conty p. 242.

PAGE 90

90 comme la veuve du Duc de Montmorency 41 que la vertu plaa hors de ce monde laquelle il ddie la Dvotion aise quatorze ans avant sa mort survenue le 5 juin 1666 en lui crivant : de batifier les vertus vivantes, et que les modles achevs et les patrons accomplis ne se trouvent pas en ce monde. 42 Le pote du Saint Louis se montrera encore moins ordinaire que le prosateur de la Dvotion aise par les deux devises hroques 43 consacres au cour age de la veuve qui btit un formidable mausole la mmoire de son mari, le dernier des Montmorency 44 45 La vaillance du Prince est des siens seconde, Les morts tombent en foule, et le sang par onde. Montmor 46 41 Pierre Le Moyne. 1652. La Dvotion aise A Paris, Chez Antoine de Sommaville. A Madame la duchesse de Montmorency Flice de son prnom, ddicataire de la Dvotion aise nd Madame de Chantal, surnomme Philothe Introduction la vie dvote Ce en quoi il a raison. En effet, par un mme procd narratif bas sur les entretiens du directeur de Histoire littraire du sentiment Paris: A. Colin, 1967. Ch. VIII, III, De la dvotion aise de Le Moyne 7. Il ajoute : Sur la Dvotion aise Celui ci trouve regrettable, non pas le livre lui Chrot je ne sais pas non plus, pourquoi s paratre trop favorable Le Moyne. 42 La Dvotion aise op. cit., ptre ddicatoire, p.n.c. Si les loges du P. Le Moyne paraissent hyperboliques monographie : La Vie de Madame la Duchesse de Montmorency, Suprieure de la Visitation Sainte Marie de Moulins, Tire des Manuscrits conservs dans ce Monastre. Tome Premier. A Clermont Ferrand, Chez P. Viallanes, Imprimeur des Domaines Avec Approbation & Privilege du Roi. 43 Sola domo moeret vacua ; Ardet ab extincto ; Pierre Le Moyne. 1649. Devises Hroques et Morales Paris, Augustin Courb. Devises Hroques respectivement p. 38 3 9 ; 54 55. 44 Louis Ripault Desormeaux. 2001. Histoire de la maison de Montmorency t. IV. Strasbourg, Rex et comes. Publi pour la premire fois en 1764. Charles Cotolendi (Voir note sup ra) considre cependant que le rcit de Desormeaux contient non pas des mensonges mais des erreurs historiques Ed. cit., Prface p. XXI. 45 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise de 1671. Livre V, p.51 60. 46 Ibid., II, p. 24, c ol. 2.

PAGE 91

91 Montmorency 47 est la tte de la troupe qui marche vers le Caire 48 et qui fait suite celle de Joinville : La troupe qui les suit, magnifique et nombreuse, Est de cette Cit si vaste et si pompeuse, Qui sans jamais seme r, sans moissonner jamais, 49 Abondante en la guerre, abondante en la paix, Tient la cause commune la sienne engage, 50 Et dans la France fait une France abrge. 51 Sur leur 52 grand tendard, leur Navire flottant, Sans eau lui 53 : Et cette feinte mer, qui le porte et le suit, Montmorency qui marche au front de cette bande, Sur son bras un cu prophtique et fatal, Fait de sa Race august e, en figures paratre, Les Hros dj ns, et les Hros natre. Parmi les origines de cette race auguste figure le premier roi chrtien, Clovis, qui doit justement sa conversion au premier baron chrtien qui fut un Montmorency. 54 Montmorency couvert de cette noble Histoire, 47 Ibid ., V, p. 53, col. 2. 48 En ordre de bataille comme chez le Tasse. Cf. Tasso, Torquato. 1774. Jrusalem dlivre. Pome du Tasse Nouvelle Traduction. Tome Premier. A Paris, Chez J. B. G. Musier, fils, Libraire, Quai des Augustins, au coin de la rue Gist le Chant VII, p. 262 et passim. 49 50 ce le pouvoir centralis sur toutes les causes. 51 Allusion Paris capitale de la France. 52 son leur qui 53 : c'est pittoresque qui reproduit le grondement de la mer par le bruit que font les troupes, etc. 54 Saint Louis ou la Sainte Couronne Rec 1671. Livre V, Remarques p. 59, 11 e remarque

PAGE 92

92 55 Bourbon, raconte par sa veuve, la sainte solitaire, qui de Montmorency dont elle est la fille toujours belle en dpit de sa longue solitude et de son ge avanc Elle est fraische, elle est belle encore aprs cent ans : 56 ander. Ce feu merveilleux consuma sans le fabrique pompeu prcieuses. Aux yeux de tous les Chefs, rangez devant sa Tente, 57 trahison 58 59 Il rampe mollement, & sans lui faire outrage, Mais le souffle de Dieu, sans dtruire ces armes, En pouvait dissiper le venin & les charmes : Et Dans un foudre innocent, pour le salut du Roy ; 55 Ibid. p. 54, col. 2. 56 Ibid ., Livre X, p. 121, col. 1. 57 Ibid ., Livre X, p. 119, col. 1. 58 En tuant le roi Ibid ., Livre X, p. 119, col. 2. 59 Ibid ., Livre X, p. 120, col. 1.

PAGE 93

93 Luy doit estre un avis, de regler la vaillance, Qui le porte plus loin que ne veut la prudence : 60 Et commet sans besoin sa fortune & son sang, Au del des devoirs me 61 Elle voulut par l finir modestement, 62 Qui dans la France encor tient une illustre place. Alegonde est mon nom, & mon Pre autrefois, Fut un Mo ntmorency fameux par ses exploits. Mais le sang des Mortels ingal en sa course, Divers en ses ruisseaux, est le mesme en sa source : Avecque du limon le premier des Humains, 63 Gustave de Sude Manifeste Apologtique le confinement restrictif de sa patrie bien appellerions mondialisat ion ou internationalisation dont il serait un avant gardiste, 64 il 60 Cet avis remet en question le but mme de la croisade. 61 Ibid ., Livre X, p. 122, col. 1. 62 Ellipse sans laquelle serait ajout son discours 63 Ibid ., Livre X, p. 122, col. 2. 64 Il

PAGE 94

94 chante aussi, par del le fanatisme et par 65 roi de Sude, dont la Gloire et la Valeur immortels, co ntinuent des combats et de remporter la Victoire 66 pitaphe 67 et en septime croisade. De sorte que les Lauriers du roi Gustave de Sude, un peu comme le phnix, renaissent de sa cendre mes me outre tombe, par del la mort. ; Gustave ne vit plus, & ce tte Ame guerriere Par qui le Rhin voulut du Tage se vanger, Il gist, & toutefois son Esprit conquerant Donne encor des combats 68 dans un Cercueil errant, Qu i luy compose un Char & de Deuil & de Gloire Sa Valeur Son ombre devant eux suit encor la Victoire Et de sa cendre mesme il germe des Lauriers 69 Moyne, se concrtisa trois sic les plus tard par la cration de la SDN (Socit des Nations qui sigea Genve de 65 Pierre Le Moyne. 1650. Les Posies d. cit., Epitaphe du Roy de Suede. Sonnet p. 592. 66 Devises Hroques op. cit. p. 6 7. 67 Voir infra. 68 Pierre Le Moyne se range toujours du ct dogmatique tridentin. Il ne considre pas la mort comme fin, mais comme transition vers une vie glorieuse. 69 Pierre Le Moyne se tenait parfaitement au courant de tout ce qui se passai t autour de lui et son poque. Ces Lauriers ne se trouvent pas ici par hasard. Ils font allusion Christian IV, roi de Danemark, beau frre de que les lauriers de Gustave empchaient de dormir Philippe Le Bas raconte

PAGE 95

95 Il est intressant de constater que chez Pierre Le Moyne, la sensibili t potique ne se combats. Ce roi hros dont il fait ici les loges le fera combattre aux cts de saint Louis 70 relchement moral, et si donc il songeait fortement aux besoins moraux du peuple 71 avec intgrit mme pour exemple, tout comme saint Louis, combl de bienfaits et de dignits Ture, le seigneur le plus riche de la province de la Westrogothie qui ava it une grande influence parmi les nobles et qui avait dfendu les intrts des vques 72 A cette solidarit modration et sa sagesse. En dpit de sa vaillan ce et de son hrosme, le roi Gustave de Sude : Frdric, dans le but de se faire restituer ses tats, eut recours une double srie de ngociations : les unes, prs de son beau pre Jacques Ier, furent sans rsultat ; les autres, prs de son beau frre Christian IV, roi d Palatinat, et lorsque la r action catholique devint de jour en jour plus brutale, il entama des ngociations avec les princes de la Basse Bas et la Sude, o Gustave Adolphe commenait prendre une stierna, le fameux chancelier de Gustave, apaisa les querelles qui existaient entre les deux royaumes scandinaves ; mais Gustave qui tait alors occup en Pologne, et des princes allemands, dbarqua, Christian, que les lauriers de Gustave empchaient de dormir me ds lors la France commenait tenir un langage plus ferme, et suivre une ligne de conduite plus consquente, depuis la nomination de Richelieu au ministre, et que la Bavire, utriche ne pouvait plus contribuer son Histoire et Description de tous les Peuples ut (Acadmie des Inscriptions et Belles Paris, Firmin Didot Frres, diteurs, Imprimeurs 70 Saint Louis ou le Hros Chrtien 1653. Livre Cinq uime p. 163 164. 71 Philippe Le Bas. Op. cit ., p. 50. 72 Ibid ., p. 57.

PAGE 96

96 travaillait diligemment conserver la paix intrieure 73 Enfin, vingt neuf ans, en 1630, Pierre Le Moyne ne devait ni ignorer ni rester insensible cet pisode historique qui dut : Des vents contraires avaient retenu Gustave quelque temps en mer, et il : O Dieu, toi qui domines sur le ciel et sur la terre, sur les vents et sur la voyage prilleux a bndiction cette guerre pour ma gloire, mais pour la tienne ; tu le sais, je ne veux que consoler et protger ta pauvre glise abandonne. Ceux qui accompagnaient le ant ces mots, il leur dit : Ne : plus il y aura de prires, plus il y aura de victoires gagne. 74 Il est ncessaire de comprendre que le choi x pique de saint Louis en tant que personnalit historique ne se fondera pas exclusivement sur sa seule identit nationale non plus que sur la relvent elles p cette prire de Gustave roi de Sude qui, dit on, tira des larmes aux hommes de sa suite. Notre Le choix pique de Gustave corrobore celui de saint Louis. Les deux dynasties royales de souche ancienne et moderne appartiennent par leur prosprit et par leur postrit au temps de nachroniques sont invitables, mais du moins sont ils explicables par 73 Ibid ., p. 58. 74 Ibid ., pp. 95 96.

PAGE 97

97 Le Corps qui marche aprez sous diverses bannieres, Gustave le plus fier, comme il est le plus fort, Va le premier au front de ces bandes du Nord. La gloire que Volfangue a promise sa Race, Eleve son espoir, confirme son audace ; Et desja par avance il se tient couronn, Du laurier avenir son nom destin. e, Qui se font sur le plan des celestes Figures, Et de ses Descendans le destin luy conta. Croix & la Victoire ; Un Gustave De ce Roy conquerant la Fille conquerante, A ce tiltre ajoustant le tiltre de savante, Egalera Au cercle rayonnant qui la couronnera. Pour arrester la paix, luy fera des liens, Des lauriers de son Pre unis avec les siens : Et ceux qui de Gustave auroient brav les armes, De Christine vaincus, se rendront ses charmes. Nos Hyvers eternels de son temps fleuriront ; ; Ses thresors pour les Arts deviendront des fontaines ; Les Arts luy bastiront de Sto colme une Athenes, Et les Muses chez La feront surnommer la Minerve du Nord. Ainsi parla Volfangue, & sur ce grand augure, Gustave prit le tour de sa gloire future ; Et tous les p 75 75 Saint Lovys, ov le Heros Chrestien. Pome Heroque. Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Charles Dv Mesnil, ru sainct Iacques, prs S. Yves, la Samaritaine. M. DC. LIII. Avec Privilege du Roy. Livre Cinquiesme p. 163 5.

PAGE 98

98 Saint Amant Antoine Grard, sieur de Saint Amant, qui, ds le frontispice du Mose Sauv inclura la reine, fille du grand Gustave, avec le titre de son pope : Moyse Sauv. Idile Heroque du Sieur de St Amant. A la Serenissime Reine de Pologne et de Suede 76 de sagesse, de grces, & de vertus, qui clatent en la personne de V. M. & qui & le plus inimitable qui ait jamais paru sur le 77 A part la ddicace, dans cette pope, un incident surnaturel prendra lieu, tout aussi rel, sauf triple dimension au salut ancien par un nouveau. En ef fet, outre le salut de Mose enfant nouveau n et celui opr par le chef du peuple lu au passage sec de la mer rouge, le manuscrit lui mme que Saint Amant emportait, au cours de son voyage, sera, grce au prestige du nom hroque de Christine, ainsi q 78 En effet, MADAME, qui pouvais Princesse dont la seule glorieuse protection le peut sauver encore de tous les r edoutables que ceux dont il fut attaqu au Berceau ? Cette puissante faveur, trs humbles & trs fidl fait de cette Pice, je fus pris par la Garnison de Saint Omer ; sans doute que si Chambre, & que je ne me fusse comme revtu de si belles & si fortes armes, je 76 Saint Amant. Moyse Sauv. Idile Heroque du Sieur de St Amant. A la Serenissime Reine de Pologne et de Suede A Paris, Chez Antoine de Somm France. M. DC. LX. Avec Privilege du Roy. 77 Ibid ., Epistre p.n.c. 78 Ibid ., Epistre p.n.c.

PAGE 99

99 & le Moyse sauv tait le Moyse perdu Mais ceux qui me prirent, quelques nt en la personne du Domestique, la grandeur de la Matresse Nom si fameux & si tomber sur moi, & leurs yeux le voyant luire comme un bel Astre au premier des Cahi que les Ames les plus discrtes & les plus pieuses, puissent avoir pour les choses les plus hautes & les pl us sacres. 79 Scudry Quant Georges de Scudry, outre la longue Epistre la reine Christine de Sude laquelle il ddiera son pope Alaric il mentionnera galement le vaillant Gustave, son pre, era, suivant la tradition tablie par Jean de : Et toi, belle amazone, qui les destines Devroient avoir soumis cent ttes couronnes, Toi de qui le renom vole de toutes parts, Aussi haut, aussi loin qu e celui des Csars ; Toi, nouvelle Pallas 80 Fille du grand Gustave Par cent rares vertus, fille digne de lui ; tous les hommes, Princesse incomparable, coute, dans mes vers, : ; 81 79 Ibid ., Epistre p.n.c. 80 Desse des arts et des sciences. Pierre Le Moyne do Roy conquerant Gustave, outre le titre de Saint Lovys, ov le Heros Chrestien. Pome Heroque. Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS Ed. cit.. Livre V, p. 164. 81 Georges de Scudry. 1656. Alaric, ou Rome vaincue : Pome Hroque Paris, Augustin Courb. Livre I, p. 2.

PAGE 100

100 Godeau De son ct, Antoine Godeau, da Saint Paul confirmera le Discours de la posie en 1641, pour satisfaire la qute de ses amis qui croyaient en son talent : Saint Louys vaut bien Godefroy de Boui llon, & ne cde rien Essai, je mettrai la main 82 & les Peintures 83 84 mettra le sige de Damiette par Louis IX inspirera au pote de plus beaux vers hroques, moins le npotisme ; et meilleurs que ceux clbrant la prise de la Rochelle par Louis XIII ne lui en avaient dicts. Selon le Godeau, le Saint Louis de Pierre Le Moyne constituera un dmenti : fournir un Pome heroque le bon sens & la raison dans les fers, & ost mesme : il est certain, es de se desseins. Le Pome de saint Lois dont une partie a desia paru en public, en est une 85 82 [ des femmes fortes ] 83 [ Morales ] 84 Discours de la posie, p. 26. 85 Antoine Godeau. 1654. Saint Paul. Pome Chrest ien. Par Monseigneur Antoine Godeau Evesque de Vence. A Paris, Chez Pierre Le Petit. M. DC. LIV. Avec Privilege de Sa Majest. Prface 7 e et 8 e p.n.c.

PAGE 101

101 Saint Paul de Godeau, paraphrasant les Actus Apostolorum se rapprochera davantage de celle de Saint Amant en se basant sur une vrit biblique, que de celle de Pierre Le Moyne. Mais comme ce dernier, Antoine Godeau avait dj exerc avec succs la verve hroque avant la grande pope chrtienne, tmoin ce sonnet sur la conversion de saint Paul : Que ce coup est fameux Que ce triomphe est beau ux agneau, La Croix lui fit horreur, la Croix lui semble belle, Il en fut la terreur, il en est le Flambeau, Il la voulait dtruire, il veut mourir pour elle. Par une heureuse chute, il monte dans les Cieux Une vive lumire ; en aveuglant ses yeux, Il est vaincu par toi, mais tu vaincra s par lui. 86 donc, selon lui, intimement associes : Magdelaine 87 & celui du Pome de Saint Louis ont t 88 86 Antoine Godeau. 1660. e et augmente recueil des Potes frana 1677) La Salamandre, Collection dirige par Pierre Brunel. Choix, prsentations et notes par Jean Serroy. Paris, Imprimerie nationale. 1999. Sur la conversion de saint Paul p. 480. 87 Cf. Antoine Godeau. La Sainte B aume. Pome. Les Larmes de la Madeleine. lgie par Godeau, vque de Vence 1866, p. 25 31. 88 Cit par Claude Pierre Goujet. 1756. Bibliothque Fran oise, ou Histoire de la Littrature Franoise, Dans ; Et o

PAGE 102

102 Saint Louis autant de plaisir : Le grand & le bel esprit, que votre Pre le Moine dit Costar en crivant au Pre Quelle abondance de penses Quel choix de paroles Mais plutt quelle fougue, quelle fureur, quel enthousiasme Que de pompe, que de majest, que de hardiesse, que de grandeur gale & constante Il a agrablement atta chs la principale action, par les liens naturels du ncessaire & des vnements, la noblesse des penses, & la magnificence de la diction. 89 Dans les Franoise Sautreau de Marsy, recommandant a ux potes apprentis la lecture des ouvrages de Pierre Le Moyne, le qualifie avec enthousiasme et vivacit : les plus potiques que nous ayons eues. Son style est souvent noble presque toujours pittoresque et nergique ; il a la majest et la manire large qui tre le plus potique que nous ayons dans notre l 90 Trois chos contemporains Trois laudateurs contemporains du prtre pote Jsuite, lui rendant hommage, confirment ration qui ne des Critiques sur les principaux Ouvrages en chaque genre crits dans la mme Langue Honoraires de la Socit des Sciences, Arts & Belles SEPTIEME. A Paris, Rue S. Jacques, H. L. Gurin & L. F. Delatour Avec Approbation & Privilge du Roy, p. 252 253. 89 Ib id ., p. 147 148. 90 Barthlmy Imbert, Claude Sixte Sautreau de Marsy. 1782. Annales potiques ou Almanach des Muses depuis A Paris, Chez Delalain, t. XXI, p. 5, 6, 31.

PAGE 103

103 Guez de Balzac Les hommages rendus Pierre Le Moyne par Balzac tmoignent de son aptitude pour ainsi dire naturelle qui, en se dveloppant, donnera au XVII e sicle sa premire pope. Balzac, considrant en Pierre Le Moyne un Poeta nascitur se montrait impat ient de le lire et il tmoigne Sonnets et les Hymnes dont tout Paris raffolait : et je vous en remercie de t ce que vostre Iesuite Quelle magnifique expression De quel enthousiasme est il possd dis seulement que je ne vis jamais une plus heureuse naissa nce et vous dis de plus (mais je veux que cela passe pour Oracle) que si Monsieur Chapelain est le conseil du Pre le Moine, le Pre le Moine ressira un des grands personnages des derniers Temps. 91 Cependant, la renomme du pote avait t dj tablie par ses bauches hroques dont Balzac ne parle pas ici, mais rien que cette impatience exhibe pour lire cet auteur et cette m une opinion assez solide pour la partager et en faire tat en public. Par consquent, nous aurions raison, sans grand risque de nous tromper, de supposer, ou du moins ne pas exclure, que Balzac avait tout autant admir les premires bauches piques de jeunesse de Pierre Le Moyne que les nouvelles parutions qui lui furent envoyes par Chapelain. 91 Jean Louis Guez de Balzac. 1665. Lettre Chapela in in tomes Paris, Louis Billaine. Tome I, p. 794. Cit in Henri Chrot. (1602 1671) Paris, 1887. Genve, Slatkine Reprints 1971, p. 69.

PAGE 104

104 monde ce qui se publiait au fur et mesure, prouve en tout cas q lectures des Triomphes et de la France Gurie prendre got. En ce cas le silence e Saint Louis Celui avait dj lou ce dernier tant et si bien que ses contemporains le lourent son tour. Les loua Exercice qui lui fut sans doute moins utile que spontan. Le patriotisme du pote jsuite atteint uve ainsi des chos : La lecture de Le affirme t il sans la moindre hsitation. 92 Adam Billaut respect tour tour par Richelieu qui le commandita la composition versificatrice 93 et par le 92 Henri Chrot. t 1671) Paris, 1887. Genve, Slatkine Reprints 1971, p. 69. 93 Adam Billaut, en tant que pote, avait t commandit par Richelieu : Maistre Adam estant a Ruel, Monseigneur le Cardinal de Richelieu luy com Entremetteur de la Paix. Il composa une Ode dans le recueil des Chevilles qui relve du mme ordre thmatique de : ordonne, ; Joins par les soins heureux de ta saincte prudence, Le paisible Olivier aux Lauriers de la France ; Ensevelis Bel lonne en sa propre fureur, Et fais resusciter cet Ange dont la perte, Rend la mort triomphante & la terre deserte. Les Chevilles Paris, Quinet. 1644. Ode p. 204.

PAGE 105

105 Chancelier Sguier 94 qui le dfendit en p ersonne dans une affaire de procs intent contre lui 95 pas. Le monde est redevable aux cieux, en croire Adam Billaut 96 du grand esprit de Pierre Le lve au rang le plus haut : Grand esprit, dont les Cieux ont oblig le monde, Le Moine dont les vers sont si charmants et doux Que si le Dieu qui va 97 Ne te croyait son fils, il en serait jaloux 98 Ta veine nous paroist tellemen t sans seconde, Que le plus fier Critique 99 est pour toy sans courroux, 94 Grand ami de Pierre Le Moyne, Sguier, qui e st Chancelier de France, sera le ddicataire de ses de 1671 que Pierre Le Moyne inaugure par une Epistre pleine de verve en son honneur o se confirme le fait que 95 Comme beauco dcharg par Sguier en personne qui crivit M. Phelipeaux (Bibliothque du Roi, section des manuscrits) en sa faveur, en date du 12 mai 1648 : quelques moi pour le garantir du mal poursuite contre lui, cela le retiendra ici, et ne pouvant pas travailler de son mtier, sa petite famille souffrira beaucoup de son absence cun dcret contre lui. Monsieur, votre affectionn serviteur, Sguier. Jules Antoine Taschereau. 1834. Revue rtrospective, ou Bibliothque historique, contenant des mmoires et documents authentiques indits et originaux, pour servir l'histoire prop rement dite, la biographie, l'histoire de la Ain. Article : Bibliothque Royale, pp. 148 9. 96 Adam Billaut. 1644. Les Chevilles A Paris, Chez Toussainct Quinet, au Palais, sous la montee de la Cour des Aydes. M. DC. XLIV. Avec Privilege du Roy. p. 96. 97 est une antonomase pour le soleil. Adam Billaut affirme ainsi que Le Moyne est fils du soleil, fils de la lumire. 98 Adam Billaut prend sur lui la divinisation du soleil, ce Dieu qui va se couche mais intervertit soleil. Cette foi que le soleil place en notre auteur ajoute une quatrime dimension la louange de sa po sie. Elle la rend non seulement complaisante aux sphres humaines, clestes et divines, mais encore lui greffe t elle une la jalousie que sa supriorit aurait suscite si le Dieu son fils, il en serait jaloux 99 Allusion la bndiction de Chapelain.

PAGE 106

106 Pour le riche labeur que tu fais voir tous. Les triomphes du Roy 100 si justement depeints, Et de sa guerison 101 les miracles si saints, Font croire que la mort en le voulant poursuivre, Lisant dans tes projets retira son poison, Aimant mieux te laisser chanter sa guerison, 102 Gabriel Guret Dans sa Promenade de Saint Cloud Gabriel Guret passe en revue, en se promenant avec ses amis, les crits potiques en gnral et ceux du XVII e sicle en particulier. Et comme il est de joie, mais la principale pl 103 100 Cf. Pierre Le Moyne. 1629. Les Triomphes de Louis Le Juste. Dedies A Sa Majest A Reims, Chez Nicolas 101 La France Guerie. Rimprime dans Les Posies du P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Augustin Courb. 1650. Ode 1. Commune loy de la mort Constance & fermet du Roy : Sa guerison miraculeuse. P. 201. Ode 2. La France guerie par la guerison du Roy : Representation de ses victoires & de ses conquestes de Prmont : Eloge de ses ve rtus heroques P. 214. 102 Adam Billaut non seulement exprime son enchantement face au charme du talent potique de Pierre Le Moyne, mais encore lui attribue t il un gnie surnaturel dont la mort connaissant le secret retira son poison et prfra, plut t que de voir le pote chanter la rsurrection du roi, se retirer et, par cette condescendance, le laisser chanter la guerison roi qui allait, sans son intervention, mourir. La mort eut donc peur du pote. Et plutt le faire revivre 103 Cependant, il ne faut pas exagrer la mauvaise foi ni confondre entre la bonne volont de comprendre et font ces vers : Continuez toujours, Matre Galimathias, / A rpandre par rendez le chef des crivains clbres, oi : / Quand on : / Car tout le monde est peuple Ces vers sont attribus aux initiales M.L.D. qui, selo

PAGE 107

107 du pote qui se fait obscur. Au milieu de ce propos, au dsespoir de la situation littraire et en France que le Pre Le Moine On sent dans ses vers cette fureur et cet enthousiasme qui fait les vrais potes, et ses expressions ont une force et une e 104 Saint Louis de Pierre Le Moyne, par contre il e sicle. Mais cet de notre pote, du moins nous apprend nous mfier en gnral de pareils jugements ope de Pierre Le Moyne par rapport tous les hommages qui circulaient en profusion et portaient aux a un silence rprobateur. Mais il y a aussi le surtout la premire catgorie. Dissertations contre Corneille. Voir : Gabriel Guret. 1669. La promenade de Saint Cloud Nouvelle collection moliresque. XVI. Publie avec une notice et des notes par Georges Monval. Paris, Librairie des Bibliophiles. 1988, p. 88, n. 1, p. 88. 104 Gabriel Guret. 1669. Ed. cit. p. 89.

PAGE 108

108 Choix pique Le baroque se rallie volontiers patrimoine culturel de la France chrtienne depuis Clovis. Ce got e t cette mentalit sont de Nron aurait il pu tre plus appropri et meilleur candidat que saint Louis former le personnage ? Il est certain que N t il Rome Paul, Pierre et Luc, parmi les plus renomms des fondateurs chrtiens. La Morale Hroque ne souffre pas ? Pierre Le Moyne explique pourquoi et comment ce choix serait inappropri. Il adresse un svre reproche Homre, ngligeant les trois sicles qui sparent le conqurant de : t sortant des mains des Femmes : Mais Homre fut nt plus contribu aux grandes choses 105 105 Dissertation du pome hroque p.n.c.

PAGE 109

109 La sympathie de Pierre Le Moyne va plutt Fabrice, ambassadeur romain envoy Pyrrhus, qui, par sa constance, par un triple refus de trahir, tant motiv par sa noblesse nonobstant sa pauvret : refusant prsents et richess pas la t rahison, Fabrice donc, jette quelque lumire sur la question du choix pique. Compar Nron, Pierre Le Moyne en donne le portrait de ce que nous appellerons la prosprit long terme, irrvocable, permanente, incorruptible et indlbile, laquelle est se ule retenue par la : ; & un nom : les restes de la Cabane de Fabrice estoient encore Neron 106 nonobstant la vertu continuera de se poser, comme elle le fit toujours, travers les sicles. Selon Tissot 107 la grande posie par excellence. Elle est tellement nt souverain sur les gnie et leur volont 108 car elle excde comme eux, pourrait elle exerce un ascendant souverain sur les l ecteurs. Tissot continue : 106 Peintures morales Ed. cit., t. I, ptre 2 e p.n.c. 107 Pierre Franois Tissot. 1836. Leons et Modles de Littrature Franaise Ancienne et Moderne, depuis le Collge de France. dition Illustre 108 Ibid p.552.

PAGE 110

110 nergique et simple de Corneille, avec une richesse de couleurs qui semble un prsent de la nature dans le pre Le Moine. 109 Cependant la supriorit du narrateur du Saint Louis et en quelque sorte partage avec Corneille. Car tandis que Racine lui trouver [de] plus beaux vers 110 certains morceaux qui auraient t difficile s trouver pour Corneille. Cinna et des Horaces produire certains morceaux du pome de Saint Louis si remarquables par aute posie. Le 111 Saint Louis vu par Franois de Sales De la fameuse formule de saint Franois de Sales sur saint Louis grand roi entre les saints, et grand saint entre les rois 112 taient pas saint, tait un tre unique en son genre, peru com me exceptionnel parmi les exceptions mmes, puisque ces attributs de royaut et de saintet sont en tant que telles exceptionnelles et ne sont 109 Ib id p.554. 110 Ibid p.554. 111 Ibid p.558. 112 Saint Franois de Sales. 1882. Genve dition revue et publie par le P. Marcel Bouix de la Compagnie de Jsus. Paris, Poitiers, Librai rie H. Oudin, diteur. Livre VIII Chapitre III, p. 325.

PAGE 111

111 ait vus, mais je dis grand roi en toute sorte de grandeur 113 Homme aux qual its multiples, assez : Saint Louis, roi admirable et pour la guerre et pour la paix, et qui avec un soin nonpareil administrait la justice et maniait les af faires, oyait tous les jours deux messes, disait vpres et complies .... 114 Introduction il serait lgitime il cr it cet ouvrage ? O et comment aurait il pu puiser les sources de ses illustrations ? Qui aurait il donn pour modle porte de main qui se prte toutes sortes de situations ? Table 3 Introduction la vie dvote Introduction Partie Chapitre Titre page Frquence numrale Tome I, 1 e III Que la dvotion est convenable toutes sortes de vocation et professions 22 1 IV er et faire progrs en la dvotion 24 1 XVIII 56 1 e Partie : Trois 2 e XVII Comme il faut our et lire la parole de D ieu 106 1 Frquence num e Partie : Une 3 e I 124 1 113 Franois de Sales. 1619. Introduction la vie dvote. Texte tabli et prsent par Charles Florisoone. Paris : Les Belles Lettres, 1961. Tome II, Troisime Partie, § XV Comme il faut pratiquer la pauvret relle demeurant nanmoins rellement riche p. 35. 114 Franois de Sales. 1619. Introduction la vie dvote. Texte tabli et prsent par Charles Florisoone. Paris : Les Belles Lettres, 1961. Tome II, Cinquime Partie, § XVII Rponse a deux obje ctions qui peuvent tre faites sur cette introduction p. 197.

PAGE 112

112 Table 3 1. Continued Introduction Partie Chapitre Titre page Frquence numrale Tome II, 3 e XV Comme il faut pratiquer la pauvret relle demeurant nanmoins rellement riche 35 1 XXV De la biensance des habits 71 1 XXVII personnes 75 1 XXX Quelques autres avis touchant le parle r 88 89 2 XXXII Des jeux dfendus 92 1 XXXVIII Avis pour les gens maris 110 111 2 e Partie : Neuf 4 e XI 149 1 e Partie : Une 5 e II Con sidra tion sur le bnfice que D ieu nous fait nous appelant son service selon la protestation mise ci dessus 176 1 XV Affections gnrales sur les considrations prcdentes, et 195 1 XVII Rponse deux objections qui peuvent tre faites sur cette introduction 197 1 e Partie : Trois : Dix sept Au sujet de ces dix Introduction il faut dire, p sont pas des mentions faites la lgre ni de faon ois euse pour impressionner faux, mais ce

PAGE 113

113 Le gr 115 vrit il mritt plutt louange de savoir dmettre 116 son esprit martial et courageux ces menus offices, re ; car bien que ces petites dmonstrations de pure et franche amiti ne lient pas 117 agrable la mutuelle conversation. 118 prestige du nom de saint Louis quand la ncessit se prsente dfendre personnellement dans sa Prface du contre ses accusate urs exergue : grand que toute la maison 119 Ces abondantes rfrences Saint Louis par saint Franois de Sales nous amnent croire et servir par la vertu de son allgeance, en les avec la can 115 Saint Louis et la reine Marguerite eurent onze enfants. 116 courageux sur le front et en poux amoureux enve 117 caresses 118 Op. cit. Troisime Partie, § XXXVIII. Avis pour les gens maris p. 110. 119 Voir Appendice I.

PAGE 114

114 il dans celle de Pierre Le Moyne. En effet, outre le Saint Louis ou le Hros Chr tien et le Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise exclusivement consacrs au saint roi, Pierre Le Moyne allgue par ailleurs constamment saint Louis pour concrtiser ses principes abstraits et illustrer par son modle ses plus hautes penses dans Art de rgner bien dans la mmoire salsienne que dans la lemoynienne, non pas en invit intrus, impos et dignement et volontair un patrimoine. Il vit dans la mmoire de ses sujets longtemps aprs sa mort mme, non pas comme une ombre qui hante leurs esprits, mais comme un rayon qui les illumine, comme un idal incarn de la vertu chrtienne. Cette exemplarit 120 : Le seul esprit du Prince au deluge surnage, Et sur tous les perils leve son courage. Affermy s ; Et pourroit voir encor avecque la tempeste, Les Cieux desassemblez clater sur sa teste. Il se rend aux quartiers o les communs besoins, Appellent son courage, & demandent ses soins : Et par tout, son exemple aid de sa parole, Rasseure les craintifs & les tristes console. 121 ble commmorer et digne 120 my Baudrand, qui ne font que montrer le bien comme en spculation, au lieu que les exemples le prsentent dans la pratique, & le placent comme sous les yeux. Histoires difiantes et curieuses tires des meilleurs auteurs, avec des rflexions morales sur les diffrens sujets de 6 e dition. A Lyon, Chez les Frres Perisse, Imprimeurs Libraires, rue Mercire. 1783. Avec Approbation & Privilge. Prface p. XI. 121 Saint Louis ou le Hros Chrtien 1653. Livre III, p. 74.

PAGE 115

115 prenniser, qui en chrit le souvenir, est aussi celle qui le batifie, et en tmoignant du mrite et de la dignit du saint hro est Moyne, mais aussi chez Bossuet, La Fontaine et Voltaire. Saint Louis vu par Bossuet Bossuet commence son rcit de saint Louis par la conspiration trame c ontre la vie du jeune roi dont le pre, Louis VIII, venait de mourir mais feraient couronner. Ils lui tinrent parole, et aprs avoir reconnu pour roi le jeune Louis, ils le mirent sous la tutelle de la reine Blanche sa mre, parce que plusieurs seigneurs tmoignrent que le roi en mourant l'avait dclare rgente. A peine le roi avait il t sacr Reims, le 29 novembre 1226, que la reine fut avertie de la conspiration 122 laq uelle lui fut dvoile par Thibaud, comte de Champagne. du roi dfunt, et loin de s'en cacher, il prenait plaisir au contraire dclarer sa passion. Il fit mme pour la reine des vers tendres, qu'il eut la folie de publier ; que rire, et se moqua devant tout le monde de la folie du comte. Mais les brouilleries tant survenues, cette pr incesse, aussi habile que chaste, rsolut de se servir de la passion de ce seigneur pour les intrts du roi. 123 122 Paris, Lachat. Librairie de Louis Vivs diteur. 1862, t. XXV, L. V, Saint Louis p. 66. 123 Ibid., p. 67.

PAGE 116

116 mrite la pit de Blanche elle mme, dont les soins maternels contriburent mieux que tous les autres au succs de cet apprentissage qui et t strile autrement, en dpit des enseignements des meilleurs : prenait le faire lever dans la crai nte de Dieu. Elle le faisait instruire par les personnes de la plus grande pit du royaume. Il entendait tous les dimanches la parole de Dieu ; mais ce qui faisait une plus grande impression sur son esprit, lui, elle aimerait mieux le voir mort, que de lui voir commettre un pch mortel. Saint Louis tait dou de sagesse et du sens de la justice. Il tait la fois lgislateur et juge. Mais : Louis publia de trs saintes lois, par lesquelles il tablissait le respect qui tait d aux choses sacres, mettait un bon ordre dans les jugements, et rformait tous les abus. On pouvait venir lui tout les voyages de la Cour, il envoyait toujours un prlat et un seigneur 124 pour informer des dgts, et les rparer. Il donnait les bnfices 125 avec une grande t les plus pieux, afin que les peuples fussent difis par leur vie et par leur doctrine. Combien aurait il t plus soigneux 126 ? Il favorisait le cl erg, sans laisser affaiblir attach et trs soumis au saint Sige, il ne souffrait pas que la cour de Rome entreprt sur les anciens droits des prlats de gallicane 127 Saint Louis vu par La Fontaine Saint Louis Fables adresse Louis, 124 125 ant le clerg et les Eglises. 126 127 XX V, Livre V. Saint Louis IX : An 1226 p.69.

PAGE 117

117 D auphin de France, fils de Louis XIV et de Marie Thrse 128 empruntant la mme tournure pique 129 inaugurant les fameuses fables pompeuse rminiscence de leurs origines glorieuses : Je chante les hros dont sope est le pre ; Contient des vrits qui servent de leons. Tout parle en mon ouvrage, et mme les poissons : ; re les hommes. 130 Sur qui le monde entier a maintenant les yeux, Et qui, faisant flchir les plus superbes ttes, Comptera dsormais ses jours par ses conqutes Les faits de tes aeux 131 et les vertus des rois 132 : Te tracer en ces vers de lgres peintures ; Louis le Grand, pre du dauph in, est un hros conqurant que La Fontaine ne chantera pas Fables 128 Richelet, Pierre. 1689. Les plus belles Lettres Franoises sur toutes sortes de sujets, Tires des meilleurs Auteurs, avec des Notes A La Haye, Chez Meyndert Uytwerf, Et Lous et Henri Van Dole, Marchands Li braires. M. D. C. XCIX. A Monseigneur le Dauphin, p. 151.Voir aussi Paris, Garnier. 1872. Tome I, p.1 42. 129 Je chante Saint Lovys, ov le Heros Chrestien de 1653, Livre Premier p. 1 ; et Je chante encore Saint Louys ou la Sainte Couronne Reconquise de 1658, comprise dans P. Le Moyne de 1671, Livre Premier p. 1. 130 insi deux pomes hroques des Saint Louis de Pierre Le Moyne, que ses faits et gestes, ses attributs, se substituent son nom pour son tour. 131 Allusion aux pomes hroques publis pendant la dcennie 1650 1660 dont le premier fut celui du Saint Louis de Pierre Le Moyne. 132 Allusion Cf. Pierre Le Moyne. 1665. Paris, chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Marbre Cramoisy. Imprimeurs du Roy. Rue Saint Jacques. MDCLXV Avec Privilge du Roy.

PAGE 118

118 ne nglige pas, en claircissant ce point, de traiter Louis XIV, pre du dauphin, de hros, mme conqutes et les combats, quelque autre te dira cet hrosme forte voix c'est dire par la voix pique. Cependant La F aim des Cieux Saint Louis est donc imp licitement le lgitime hros dont la descendance peut se prvaloir des mmes vertus hroques. A cause de sa naissance de Saint Louis et de Charlemagne, en effet, s naquit hros, combien de donner naissance une postrit dynastique hroque continuant celle de Charlemagne et de saint Louis. Louis XIV est donc un grand roi et un grand Saint Louis vu p ar Voltaire Voltaire, dans le Pangyrique de Saint Louis 133 illustre le roi comme un tre exceptionnel envoy de Dieu sur terre et pourvu divinement de rares qualits : 133 Voltaire. 1879. Nouvelle dition avec notices, prface, variantes, table Beuchot. Enrichie des dcouvertes les plus rcentes et mise au courant des travaux qui ont Prcde de la Vie de Voltaire statue du foyer de la Comdie Franaise. Mlanges II Paris, Garnier Frres, Libraires diteurs. 6 rue des Saints P res, 6. 1879. Pangyrique de Saint Louis pp. 314 326.

PAGE 119

119 prouvait, sai nt Louis les a possdes. Si je le comparais David et Salomon, je Captif enchan comme Manasss et Sdcias, il lve leur exemple, vers son Dieu, des mains charges de fer. 134 e sicle des tnbres la lumire et, selon Voltaire, il le rforma pour la plus grande gloir e de Dieu : rpandaient leur souffle impur sur la religion, comme deux vents opposs qui trsors de sa providence cette me de Louis de douce ur, et de force 135 veillent autour de son trne : Allez 136 porter la lumire dans le sjour de la nuit ; allez rendre justes et heureux des peuples qui ignorent la justice et la flicit. 137 mais de les justifier ute rien par la force des choses mais par la force de la persuasion, de la vertu et du conseil : 134 Ibid. 135 : son ennemi, par un dfi regl selon les formes efforts que Saint Louis avoit faits inutilement contre ces guerres des particuliers, le Roy Philippe I V fit enfin cesser Louis Maimbourg. 1682. Histoire des Croisades pour la Dlivrance de la Terre Sainte. Par le P. Lous Maimbourg, de la Compagnie de Jsus Tome Premier. Seconde Editi on. Suivant la Copye Imprime A Paris Chez Sebastien Mabre Cramoisy, Imprimeur du Roy, ru S. Jacques, aux Cicognes. M. DC. LXXXII. Livre Premier, p. 31. 136 t et la force de son discours. 137 Voltaire. Op. cit., Ibid.

PAGE 120

120 ; il fallait des ordonnances issent. Il tablit les tribunaux suprieurs qui rforment les jugements des premiers juges ; il es. vertu ceux qui, dans ce sicle clair, condamnent les entreprises des croisades, autrefois consacres ceux ci dsapprouvent, au nom de la raison, ; que des millions provisions assures, se soient prcipits et se soient couls comme des torrents malheureuse. 138 Moyne en considrant le grand hrosme de saint Louis en la nneur : Saint Louis voulait aller rparer les disgrces des empereurs et des rois chrtiens g ; le dirai je enfin aux hommes : pouvait il en manquer Dieu, pour lequel il allait combattre ? 139 138 Ibid. 139 Ibid.

PAGE 121

121 Saint Louis tant de es de sa vie, en considrant le protagoniste du point de vue de Voltaire, il ne serait plus tonnant de voir revivre ce hros dans la mmoire des meilleurs crivains de sa nation : nom breuses armes quoi nous servira, nous, une admiration strile ? Nous voyons de loin ces grandes vertus. Il ne nous est pas donn de les imiter ; mais toutes les vertus du chrtien sont nous. Si le plus grand prince de son sicle a t saint, qui ne peut ? Roi, il est le modle des rois ; chrtien, il est le modle de tous les hommes. 140 Aussi est clbre par son quit, sa justice et la sagesse de ses jugement s. Il tait aussi connu pour sa compassion et sa piti envers les pauvres. Voltaire attribue cette tendresse toute virile la bienveillance du chef dont bnficia le peuple de Dieu et il assimile saint Louis Mose : ; lorsque les travaux pnibles de la royaut ont un intervalle, il emploie ces moments juger lui clbr de sicle en sicle, assis sur un gazon ; sous les chnes de Vincennes, rappelant ces premiers temps du monde o les patriarches gouvernaient une famille immense, unie, et obissante 141 Concept du Hros Il va sans dire que la condition hrditaire est immanente au statut du hros. En effet, 140 Ibid. 141 Ibid.

PAGE 122

122 appartenance une naissance vile et basse ne lui confre du statut du hros que le caractre isomorphe par lequel il possde bien la forme hroque cristallise, tandis que cette cristallisation La postrit rendit tmoignage saint Louis cinq sicles ap rs sa mort. La vie du saint roi connat ainsi une grande renomme, une longue et durable prosprit. Le bonheur qui est le sien donc la fois de ce monde mystique tout en tant matriel, spirituel tout en tant corporel, guerrier et riche tout en aimant la prosprit long : pourquoi la victoire de saint Louis ne fut pas terrire, temporelle et totale ? Pourquoi ne triompha t il pas des sarrasins en Egypte comme il triompha des anglais Taillebourg ? A ces questions apophatiques se superpose une interrogation gnomique la fois antique et moderne. Ne voit on pas tous les jours des maux triompher, des vices prosprer et des mchants russir ? Mais Pierre Le Moyne, sacerdotales et sachant que ce grand prophte posa dj la question : Iustus quid em tu es Domine si disputem. Tecum verumtamen iusta loquar ad te. Quare via impiorum prosperatur? 142 il la pose son tour et y rpond tout 142 Jeremias XII : 1.

PAGE 123

123 nfortun de la septime croisade en Saint Louis par une dtermination limitative De la Courte Prosprit des Mchants 143 dire, exhortant la patience, c : Le Vice pour un temps peut avoir du bonheur, Il peut estre en repos, il peut estre en honneur. Et la Fortune peut au plus haut de sa rou 144 En faire aux yeux du monde une idole de bou. Elle peut bien encor pour le faire adorer, Le parer richement, le peindre & le dorer : Ces trompeuses couleurs & ces vaines dorures, Du Monarque 145 absolu qui juge les humains. 146 Le Monarque absolu laisse donc faire pour un temps, il patiente encore pour un temps, mais ce ternit interminable. Pour le moment, Il supporte ces jeux avecque patience ; Il cache sa Justi ce & montre sa Clemence, Il laisse prosperer les soins des vicieux 147 colosse du vice prosprera t il ? 148 La question avait dj, contextuellement, t 143 Pierre Le Moyne. 1650. Les Posies du P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Augustin Courb, dans la petite Salle du Palais, la Palme. M. DC. L. Avec Privilge du Roy. De la courte prosprit des mchants p. 484. 144 Instrument de torture le plus frquemment utilis dans le martyre des premiers chrtiens. 145 Ce Monarque absolu qui juge les humains est une anto nomase pour le Fils auquel le Pre dlgua le jugement. Pierre Le Moyne, rfrant cette fonction du Fils en tant que Juge laquelle il reviendra extensivement dans de rgner, hrist Rex regum Cf. Ap. XVII, 14 ; XIX, 16. 146 Pierre Le Moyne. 1650. Les Posies. d. cit., De la courte prosprit des mchants p. 484. 147 Ibid.

PAGE 124

124 t ce moment est court Quelle en est la dure exacte ? La rponse corrobore prcisment s abrg 149 caractrisant le statut phmre de cette prosprit courte et passagre. Or ce moment dterminant fournit la rponse la question : pourquoi les mchants prosprent ils ? Et pourquoi ce dlai aussi court soit il, leur est il accord t de donner du poids la justice divine : Le delay donne poids au bras de sa Justice : Le Colosse du Vice est enfin terrass. 150 Il est vrai que cor regis in man u Domini 151 le colosse Baptiss 152 Ce plan pro : Manus Dei nostri est super omnes qui quaerunt eum in bonitate ; et imperium eius et forti tudo eius et furor super omnes qui derelinquunt eum 153 Dans la courte prosprit des mchants le prtre pote semble avoir mdit courte prosprit 148 Usquequo Domine Sanctus et Verus non iudicas et vindicas sanguinem nostrum de his qui habitant in ter ra ? Apocalypsis Ioannis VI, 10. 149 Factum est silentium in caelo quasi media hora Apocalypsis Ioannis VIII, 1. 150 Ibid. 151 Proverbia XXI, 1. 152 Pierre Le Moyne. 1651 1653. Saint Lovys, ov le Heros Chrestien. Pome Heroque. Par le P. Pierre Le Moyn e, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Charles Dv Mesnil, ru sainct Iacques, prs S. Yves, la Samaritaine. M. DC. LIII. Avec Privilege du Roy. Livre Premier p. 8. Et aussi Pierre Le Moyne. 1671. Le Moyne A Paris, Chez Lo M. DC. LXXI. Avec Privilge du Roy. Livre Premier, p. 4. 153 Esdrae VIII, 22.

PAGE 125

125 tant de sicles, mais qui est courte trouvera le juste chtiment du massacre des innocents travers les sicles de ses rgnes succe ssifs, tyranniques et barbares. La grandeur blouissante de ce rgime qui procde au tourment des Enfers ices, les souffrances et les maux causs par la courte prosprit des mchants en conformit avec la procdure narrative baroque o ils prennent fin sans pourtant finir ; ils prpar le terrain, familiarisant les lecteurs cet adversaire redoutable mais non redout, tout en les rassurant que sa prosprit ne sera pas ternelle, outre que la fable pique se charge de abattre, tout a une fin, du moins est ce cette fin que le pome de la courte prosprit des mchants voudrait nous faire croire en nous livrant, de la courte prosprit de ce rgne des mchants une apothose finale et conclusive : Sa grandeur se dissout ; A peine en trouve ; Se conserve aux Enfers avecque son tourment 154 Langage sacr et langage profane Le concept du hros se situe la charnire de la victoire dans laquelle triomphe la noblesse faute de prvoyance et de prudence cause la dchance impliquant le dclin et la perte de la cause de justice face laq 154 Pierre Le Moyne. 1650. Les Posies du P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A P aris, Chez Augustin Courb, dans la petite Salle du Palais, la Palme. M. DC. L. Avec Privilge du Roy. De la courte prosprit des mchants p. 484.

PAGE 126

126 ndulgence, entre tratre mourant, 155 de celui qui pardonne un tre suprieur celui qui est triplement dfait par les armes, la trahison, et le mensonge 156 elle embrasser la cause du hros plus que lui mme ne fait la sienne. En ce s ens le concept du hros Le maure puise enfin la force en ses derniers souf fles par le juron Caramba 157 Or le insulteur, ce qui constitue, par opposition aux multiples oraisons du camp franais, un contraste qui au del du niveau linguist foncirement rvlatrice du langage chrtien qui la distingue, langage hroque par excellence. 155 Reprsent par le maure dans Aprs la bataille Victor Hugo. 1877. La Lgende des Sicles. Premire S rie. Histoire. Les petites popes Paris, Hachette. XIII, p. 329. 156 Ce flagrant mensonge qui faisait demander au mourant boire, par piti 157 La Lgende des Sicles. Ed. cit., XIII, p. 329 v. 17.

PAGE 127

127 Pierre Le Moyne prte aux sarrasins un langage impie tout au long de la grande pope tout comme Victo r Hugo le fait pour le maure dans la petite pope. Par exemple, frappe en blasphmant 158 pope et Histoire Pierre Le Moyne tcha de rester, en choisissant ses personnages piques, dans les limites Si donc Meledin est (Livre I, p. 3, col. 1.) il doit ses crimes son pre qui assassina les neuf enfants de Saladin pour usurper le trne et le donner son fils. assassin la lgitime sultane pour la suppl Azorin accourut en vain son secours, Sous le mme tranchant, il finit l ses jours : Qui, Rivale autrefois de la Reine Sultane, Eut e nfin par poison et par enchantement, 159 Par ailleurs, un personnage aussi fabuleux que le vieillard de la montagne, prince arsacide, convenait parfaitement au plan narratif consistant respecter les termes de Qui fut de tous le s Rois le public homicide 160 158 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise. 1671. Livre XVIII, p. 226, col. 2. 159 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise, 1671. Livre XVIII, p. 226, col. 2.

PAGE 128

128 corrobore le choix du personnage selon quatre dimensions 161 qui relient la narrativit pique au fondement historique dont elle relve : 1. 2. 3. Il exista chronologiquement durant la vie de saint Louis. 4. But des d eux popes Saint Louis tait il de lancer la suite de la Sainte Couronne une nouvelle lgende semblable celles qui furent reprises par plusieurs crivains comme le Saint Graal ou encore le Roland n chez Pierre Le Moyne. Cependant 162 premire apparition de croisade. Le but de la premire croisade, celle de Jrusalem, avait t dtermin par un appel froi obissait. Celui de la septime, celle convergent en un but ultime qui est celui de la libration. Paralllement, une prdisposition 160 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise, 1671. Livre I, p. 4, col. 1. 161 Voir Appendice II. 162 ; pourquoi diffres Solime ; ils x Tasso, Torquato. 1774. Jrusalem dlivre. Pome du Tasse Nouvelle Traduction. Tome Premier. A Paris, Chez J. B. G. Musier. Chant I, p. 7 8.

PAGE 129

129 pntr e tout et voit tout : il voit Godefroi enflamm du zle le plus pur. Ce guerrier, plein de foi, brle 163 Pierre Le Moyne expose, dans la Dissertation du pome hroque outre les rgles qui doivent rgir le pome, e n constituer le contenu, le but auquel le dnouement doit tendre : : et il importe pourra 164 Saint Louis parti au secours des chrtiens Livres 165 Le but de la Louisiade communiqu. Ce but est exclusivement missiologique : Non, non, A ce joug bienheureux, par qui vos fers rompus, So us le ne vous retiendront plus. Saint Louis prfre pouvoir de sa royaut, de le multiplier par cent sceptres La prdilection du hros chrtien pour 163 Ibid ., p. 4. 164 du P. Le Moyne Palais la Palme & au grand Cesar. M. DC. LXXI. Avec Privilge du Roy. Dissertation du pome hroque Edition de 1658 1671. p.n.c. 165 Pierre Le Mo yne. 1651 1653. Saint Lovys, ov le Heros Chrestien. Pome Heroque. Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Charles Dv Mesnil, ru sainct Iacques, prs S. Yves, la Samaritaine. M. DC. LIII. Avec Privilege du Roy.

PAGE 130

130 la croix le fait r enoncer au sceptre symbole du pouvoir monarchique et politique. Cette : mon choix, 166 les salutaires Croix Et aux pieds de ces Croix riges, Sceptres charges. enn emis des chrtiens en commenant par leur gouverneur. Tout le reste ne compte pas ses hristologique et on propre nom et au nom de la France, et plutt Que de voir cent lauriers par ma valeur cueillis, Faire un cercle de gloire autour des Fleurs de Lys, il veut instituer un gouvernement chrtien en Egypte, il ordonne que le sultan se convertisse au christian adoptif de Dieu et un membre de son Eglise Saint Louis baptiser et adopter le christianisme : Du moment que ton Matre adopt par A qui fait les Saints son me aura soumise, Et le lui rsiner 167 avecque ma conqueste. 166 Ancien nom du Caire. La terminologie ancienne sert le contexte narratif volontairement rtrospectif par rapport au transfert chronologique en tant que tel, et non pas pour un recul aussi ancien que le suggre le terme. 167 Rsiner, c'est dire rsigner.

PAGE 131

131 Sans cela, Chevalier, il se promet en vain De retirer jamais Damiette de ma main. que le saint roi veut dtr omper le sultan qui, non seulement le pourra pas croire que ce soit l, cette libration du le but de la septime croisade. Est ce donc ca tre, ayant rencontr un chec si flagrant, que ce but est relay au second pl an dans la version suivante ? De ce but primitif de christianisation missiologique, annonc en tant que but exclusif, 168 il en sera encore question dans la version de 1658, mais sans exclusivit. Un nouvel objectif tout en devenant peut moins un le hros infructueux, il y est le champion missionnaire de la prdication et de la propagation du christianisme il est vrai, mais il est surtout l chronologie. Le seul anachronisme de la conqute de la sainte Couronne par Saint Louis avant la Au moment de la septime croisade de saint Louis en Egypte, deux ans prs 169 pass sept sicles depuis le concile de Chalcdoine o se produisit le premier sc hisme de 168 dition de 1653, p. 21. 169 Le Concile de Chalcdoine eut lieu en 450, la septime croisade en 1248.

PAGE 132

132 s premiers devaient secourir, la rupture des linguistique des croiss, constituaient incontestablement des facteurs dfavorables toute issue probable quant au historiquement correspondent de similaires parallles pisodiques qui se multipli ent indfiniment couronne reconquise accomplit sa mi ssion la perfection et garde davantage une cohrence narrative interne au sein de son droulement par rapport au nouveau hros chrtien tant radicalit ft tangible et concrte. Chacune prsente un but distinct et toutes les deux sont par faite que le but du Saint Louis conformant, remplisse sa mission et non irralisable, fut irraliste par sa rceptivit due. Le but second connatra un meilleur

PAGE 133

133 et la fin du pome, Pierre Le Moyne compare les deux ve rsions de son pope en ces termes : dfectueuse de ce ct faut pour en faire un grand Modle et un Patron accompli. 170 on premiers vers de la nouvelle version : Je chante un saint Guerrier, et la Guerre entreprise Pour La Couronne qui fut 171 nitial de la saint hros est associ au guerrier conqureur. Ce qui est conforme au but puisque dsormais la narrativit pique est un but en soi, la reconqute doublement motiv Le ton est la double cause de la guerre cote que cote. Tandis que un saint cleste occupant une place surtout hagiographique sur la terre : 170 Dissertation du pome hroque Edition de 1658 1671. p.n.c. 171 Saint Louys ou la Sainte Couronne Reconquise Edition de 1658 1671. Livr e Premier p.1.

PAGE 134

134 Je chante les co mbats, je chante les victoires, 172 initial, mais aussi de son nouvel objectif, visant le bien sacr et concret que constitue la couronne variations, rvisions et modifications du hr os chrtien vers la sainte couronne. Gagne successivement la perscution des chrtiens sous Nron, Diocltien, ensuite puissance et le nvestie. De cette rupture entre Rome et Byzance provient la laquelle Bossuet se dcrie 173 de Rome, et celle de Rome leur gard, sous les arrhes conomiques de la gouvernance, sur les bases thologiques de la mme confusion et sur les ruines politiques du Quand les premires croisades branlrent le joug exister se trouva par consquent inexistant. Mais cette neutralit apparente fut secoue par la croisade commande par saint Louis. Ses chances de succs taient sensiblement suprieures celles de ses prdcesseurs. norable but 172 Saint Lovys, ov le Heros Chrestien. Pome Heroque. Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Charles Dv Mesnil, ru sainct Iacques, prs S. Yves, la Samaritaine. M. DC. LIII, p. 1. 173 et Paris, Lachat. Librairie de Louis Vivs diteur. 1862, t. II. une explication. Prface VII X, p. 307 316.

PAGE 135

135 inclusive, demeure prsent et se ritre : Aussi, Qui de zle, de foy, de courage anime, ? Est ce par cet effroy que le Camp se prepare A marcher sur le ventre ce Peuple barbare ? 174 Influences et Similarits dans le Saint Louis Roland combattre Aymon de Bourbon meurt mais sa veuve Alegonde, ne Montmorency, est prise en charge par les ang es : Mais admirez de Dieu les sentiers inconnus, Deux jeunes Etrangers tout coup survenus, Et pour me conserver, me tiennent ce langage. : les Barbares dfaits, ble, & vous laissent la paix. Changez cette valeur turbulente & sauvage, Qui se nourrit de sang, qui vit dans le carnage. 175 Sur les pas des Renauds, sur les pas des Rolands. 176 174 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise 1671. Livre X, p. 117, col. 1. 175 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquis e 1671. Livre X, p. 123, col. 2. 176 Ibid ., Livre X, p. 124, col. 1.

PAGE 136

136 Rapprochant les hros dans les deux popes, saint Louis correspond Charlemagne dans la Chanson de Roland 177 De mme que dans la Chanson de Roland le roi Marsile envoie vers Charlemagne une ambassade Cordres, de mme le sultan Meledin en envoie une vers saint Louis Damiett : Clarin, Estamarin, Eudropin, Priamon, Garlan, Machiner, Maheu, Joner, Maubien et Blancardin, celle envoye par Meledin comporte nommment deux membres : Garaman et Meledor. Aucune p Garaman aux siens sous isque si, condition siens au pluriel pour un seul homme de sa compagnie duquel il aurait d traiter au singulier. pompeuse accompagnait les deux ambassadeurs. Enfin les deux dans un vaisseau pompeux et de parade : vit dans un vaisseau pompeux et de parade Descendre par le Nil, l Les envoys de Marsile portent Charlemagne des prsents, et en apparence des branches 178 ; ceux de Meledin portent Saint Louis une armure ensorcele en apparence protectrice, mais meurtrire. Charlemagne les uns et les autres jouant aux checs, aux dames et surtout pour les plus jeunes, 177 Calin, William. 1968. La chanson de Roland New York: Appleton Century Crofts. 178 e la perfidie prmdite, la tromperie dont la douceur abusive voile la trahison et enfin elle reprsente le faux loyalisme.

PAGE 137

137 livier ; ceux de Meledin trouvent en arrivant Damiette dans re aux yeux des ambassadeurs : la tte du Camp deux spacieuses Lices, Forment comme un Thtre ouvert aux exercices L de jeunes Guerriers, confidents et rivaux, Se font un vrai courage en de fausses batail les : Donnent de feints assauts de feintes murailles : Et sans verser de sang, ni courir de hasards, : : : Ici par une tour, de cent boucliers forme, : L sous des mantelets, et par de petits ponts, Se prend Alep en terre, et Damas en gazons : Et partout, de grands noms, et de grandes images, Garaman, stupfait, en fait un commentaire logieux : : Et le montrant aux siens ; ce nouvel Adversaire, Ne sera pas, dit il, bien facile dfaire. Le travail est son jeu ; la peine est son plaisir ; Il accorde la guerre avec que le loisir : Son repos mme est fort, et le porte la gloire : Et les bats lui son t des essais de victoire. 179 Pierre Le Moyne chrissait, en conformit avec son patriotisme, le patrimoine culturel de la Chanson de Roland ette artistique crative envers Charlemagne. Il estimait 179 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise 1671, Livre I, p. 5.

PAGE 138

138 sans doute que la Chanson de Roland Pairs de France de la Chanson de Roland dans la dissertation du pome hroque composition dans le temps : Faire venir pour vous des exemples de loin ? 180 181 sert pas pour les rgles narratives lgifrant la structure du pome pique et, bien que cela soit un En d pit de quelques disparits qui constituent des diffrences de base entre la Jrusalem dlivre et le Saint Louis les deux popes se ressemblent pourtant. Cependant, tandis que avant de se croiser. qui avait environ trente trois ans lo 180 1671. Avis de la France A Monseigneur Du IV, p. 240. 181 mpris de son temps pour nos vieilles popes... Julien Duchesne. Histoire des pomes piques franais du XVIIe sicle Ed. cit., p. 149. Si le Pre Le Moyne fut le seul de son sicle afficher son admiration ouvertement pour la Chanson de Roland variante hermneutique du silence sous

PAGE 139

139 Quand donc Le Moyne affirme dans le Discours de la Posie anticipant sur le projet de Saint Louys vaut bien Godefroy de Bouillon, & ne cde rien Charlemagne 182 il songe la fois la Jrusalem Dlivre et la Chanson de Roland exaltant les hros chrtiens, yeux, aucunement infrieur. Ces deux grands pomes piques qui suscitaient son zle par une sainte jalousie, entreprise potique : saurait tre plus Chrtien ni plus illustre Sainct Louys la gloire de la France. 183 idal par excellence de la Muse Historique : sont de par faits Modeles de cette sorte de Posie. 184 Si le Tasse est criticable, tel que critiqu dans la Dissertation du Pome Hroque gnie suprieur se montr a inconsolable, par allusion au pote toujours mconnu chez soi, aux patrie contemporaine, en allguant Homre et Virgile. Le traitement fait Homre et Virgi le, pouvait consoler le Tasse quand il vivait ... meilleur traitement 185 186 182 Discours de la posie 1641, p. 26. 183 Ibid. p. 25. 184 Ibid ., p. 22.

PAGE 140

140 : 187 guerrier : 188 les chrtiens : La gloire, les Emp ires, les richesses, tout est vil ses yeux. 189 Cependant, la motivation est parei lle chez les deux hros. courage dans un grand feu. 190 185 Priphrase pour Cf. Matthaeum X, 24 ; Lucam VI, 40 ; Ioannis XV, 20. 186 Dissertation du pome hroque 1658 1671, p.n.c. 187 Antoine Godeau. 1654. Saint Paul. Pome Chrestien. Par Monseigneur Antoine Godeau Evesque de Vence. A Paris, Chez Pierre Le Petit. M. DC. LIV. Avec Privilege de Sa Majest. Prface 13 e p.n.c. 188 Tasso, Torquato. 1774. Jrusalem dlivre. Pome du Tasse Nouvelle Traduction. Tome Premier. A Paris, Chez J. B. G. Musier. Chant I, p. 4. 189 Ibid 190 Ibid ., p. 8.

PAGE 141

141 Si le concept du hros est similaire dans les deux moins. Ce dernier ; & accabl sous leurs ruines & leurs 191 phore du tombeau et la dveloppera dans le mme sens : Et le fameux tombeau du Prophte trompeur, En cho aux anglais qui excellent lancer des traits 192 au del des frontires, Gustave de Sude sera lou pour son excellence et sa bravoure chez Pierre Le Moyne, de mme que, par del les sicles, John Ruskin le sera par Marcel Proust qui traduisit sa 193 Le Saint Louis Elle est galement celui o se droule Ethiopique rratif est nivel aux large diffusion en Europe et un grand public en France. Il exera, par consquent, une influence considrable sur les crivains du XVII e sic le. Le mme amour sacr chez Hliodore entre 194 entre Celadon et Astre, chez Marin le 191 Ibid ., p. 11. 192 Ibid ., p. 19. 193 Marcel Proust. 1904. John Ruskin. Paris, Socit du Mercure de France. MCMIV. 194 Paris, Toussainct du Bray. 1925. L'Astre Lyon: Pierre Masson.

PAGE 142

142 Roy de Gomberville 195 entre Polexandre et Alcidiane. Pierre Le Moyne avoue avoir t tent par e Csar mais il fut retenu par les anticipations hardies et ces contretemps licencieux : 196 se ft trouve fort propos en gypte du temps de Saint Louis ; et ses amours avec 197 Si Le Moyne mentionne Homre, Virgile et le Tasse dans le Discours prcdant les Hymnes pique o Dissertation du pome hroque que la concidence du choix topologique semble se jus : Posie en Prose 198 Outre cette dfinition laudative, Pierre Le Moyne Aprs avoir dit ces Messieurs del les Monts, que de lgitimes obligations tablies de la N ature, et reues des Sages, ne sont pas des Superstitions, ni des Scrupules : Disons leur encore, que le Pome Roman est une Fabrique moderne, mais informe et capricieuse Plan, ni de Modle dans la bonne Antiquit 199 195 Marin le Roy de Gomberville. 1641. Polexandre Paris, chez Augustin Courb, Libraire & Imprimeur de Monseigneur frere du Roy, dans la petite Sale du Palais la Palme. M. DC. XVI. Avec privilege du Roy. Genve, Slatkine Reprints, 1978. 196 197 Dissertation du pome hroque, p.n.c. 198 Dissertation du pome hroque, p.n.c. 199 La bonne antiquit, chez Le Moyne, opposer ncessairement un mauvais vieux temps. Par ailleurs, Le Moyne n : u Christianisme et

PAGE 143

143 Tatius, les Amadis et les autres Preux extravagants, aussi bizarres que les Centaures et les Grions, y fussent venus faire la guerre au bon Sens et la Raison. 200 et : renvers ? Un mme ordre considr diffremment, et pris sous divers aspects, est renve : il est artificiel et naturel, selon les diverses faces des choses ordonnes, et les situations diffrentes de ceux qui les regardent. plus droit et le plus naturel du Monde ; parce que le Pote commence la Fable par la naissance de cette colre ; et la conduit jusques la fin. Le mme ordre, rties de la Guerre antrieures cette Action, est artificiel et avoir naturellement par pisode. On trouvera le mme ordre dans dans et dans le, protagoniste de anctres vous tous, Dieux du ciel, et vous Hros, chefs de notre race 201 de Saint Louis vocatrice et invocatrice consistant relier en gnral le personnage hroque la race des 202 et Montmorency 203 furent des Cf. Lettres de Jean Chapelain, publies par Ph. Tamizey de Larroque, Paris, 1880, t. I, p. 429. 200 Dissertation du pome hroque p.n.c. 201 Hliodore. Histo ire thiopique. Thagne et Charicle 1856. Romans grecs traduits en franais par M. Ch. 202 Saint Louis ou le Hros Chrtien 1653. Livre Cinquime p. 163 164. Voir supra

PAGE 144

144 exemples dj cits 204 qui durent leur hrosme leurs origines ancestrales respectives dans cornliens sont issus de cette naissance qui prvaut dans leur reconnaissance. Quand ils le saisissement de la surprise, le dnouement final hroques, comme au cinquime et dernier acte de 205 plus digne des applaudissements du pub lic. Mais outre Gustave et Montmorency dj mentionns, citons le discours de saint Louis aux Barons 206 les exhortant au courage pour combattre le dragon et mettant en vidence, de manire plus gnrale, le concept de la filiation hroque digne de la brav oure ancestrale des aeux : Nos Peres autrefois en triomphe y 207 traisnerent : On y void des Geans jadis par eux dfaits, Les normes harnois, & les vastes portraits : 208 203 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise de 1671. Livre V, p.51 60. Voir supra 204 Voir supra 205 Pierre Corneille. 1649. Don Sanche Prface de Raymond Lebgue. Prsentation et notes par Andr Stegman. Paris, ditions du Seuil, 1963, p. 495 518. 206 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise 1671. Livre X, p. 117. 207 Le y rfre aux Histoires et aux chanson s remplissant les palais parisiens o se chantent les gloires ancestrales dans les vers prcdents. Ibid 208 : On y void les normes harnois, & les vastes portraits des Geans jadis dfaits par eux. Les hyperbrates tout au long

PAGE 145

145 Et nous, dignes Enfans de ces Peres si braves De nos travaux passez nous quitterons le fruit ? Saint Louis veut combattre le dragon tout seul, mais Chateauroux voulant pargner la vie du roi et allgue le courage de son aeul captien : Le sang du grand Capet, son Esprit, sa mmoire, : Et tantost, 209 Pierre Le Moyne emprunte Hliodore des lments narratifs multiples dans l une infinit pisodique qui constitue en soi des entits autonomes r elies par leur appartenance secondaire au noyau central du rcit. Ces rcits pisodiques, juxtaposs au eaux relis entre eux pour constitue la chane narrative, chacun pris part, tout en tant ncessaire la cohsion la constitution de la chane elle mme. Rompu, interrompu, un autre prendra la relve, et la chane narrative reprendra de plus belle, inutilement la lecture puisque la porte logique non moi 209 Ibid ., p. 118.

PAGE 146

146 en le remplaant par un ou pl usieurs autres. Cependant le rcit principal se poursuit sans Le Moyne emprunte donc Hliodore la structure narrative de la mise en abyme, mais aussi le droulement pis odique de certains lments favoris du baroque comme le feu susciter davantage de sympathie pour le hros dont la vertu doit triompher pour le plus grand plaisir du lecteur. Ainsi le meurtre commis par Thyamis qui en tuant Thisb croit avoir tu Charicle 210 correspond au meurtre de Meledin qui en tuant la sultane croit avoir commis un acte de vertu : Il fit donner la mort par un tratre chanson, Venait toutes les nuits, terrible et menaante, Arracher de son front sa Couronne sanglante. 211 La mprise va de pair avec la mentalit du bandit chez Hliodore et du tyran chez Pierre Le matre de sa volont et qui subit passivement les consquences de ses passions desquelles courage es commande hrosme. Azorin qui court secourir Abulban contre Archambaut doit sa vaut moins que le meurtre : 210 Hliodore. Histoire thiopique. Thagne et Charicle Ed. cit., Livre I, § XXXI, p. 35. 211 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise, 1671. Livre I, p. 3, col. 2.

PAGE 147

147 Azorin accourut en vain son secours, 212 Sous le mme tranchant, il finit l ses jours : Qui, Rivale autrefois de la Reine Sultane, Eut enfin par poison et par enchantement, Le Sultan 213 Calasiris, personnage principal dans iopique qui fut tant sduit par la beaut htie le lui avait prdit. 214 Rhodope figura dans la premire ensorcele offerte au roi de France, en une partie de celle ci reprsentant la pyramide de Rhodope : Rhodope au ; De leurs feux & des siens la besogne reluit ; Ainsi de cette armure avec tonnement ornement ; Et de la vieille Egypte en or renouvele, Elle figure encore, avec une lgre variante, dans la version de 1658 1671 avec une remarque la fin du livre premier ritre au livre treizime, res pectivement : Cette 212 Au secours 213 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise, 1671. Livre XVIII, p. 226, col. 2. 214 Hliodore. Histoire thiopique. Thagne et Charicle Ed. cit., Livre II, § XXV, p. 63 65.

PAGE 148

148 ses dbauches. (I, p. 11) fameuse par les richesses que sa beaut lui acqu it. (XIII, p. 168) Cependant, comme incomparable de celle qui les pr mal rapatrie chez le sultan Meledin qui possde : Tout ce que les Sultans, tout ce que les vieux Rois, Son bord est relev de cent pierres de prix : Cent chiffres alentour, font la Mosaque, Des morceaux assemblez, un tableau symbolique. Semblent l disputer de gloire & de noblesse, Comme les jours nuez, & les feux prcieux Lorsque l Qui dompta les plus fiers, qui vainquit les plus braves, Des tributs imposez a Le narrateur emprunta donc les riches offrandes de Rhodope en pierres prcieuses dont il fit une couronne chez la desse Isis pour le livre treizime, de mme que la pyramide de Rhodope au livre premier, dans les deux 215 La tournure narrative du chef haranguant ses troupes, les excitant la bataille, avant le Tasse 215 Voir Appendice III.

PAGE 149

149 et Le Moyne fut utili se par Hliodore leur prdcesseur en cette forme oratoire successeurs en cette forme de discours pique. ousser par prix de la victoire acharns, et que la mme fureur transporte et vos mes et vos corps. 216 En outre, le troi Joseph dans Ethiopique se retrouve au second livre du Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise revtant celle de Samson, Les deux yeux de Cnemon de deux flches percez, J usques dans le cerveau luy furent enfoncez. 217 vingt autres grecs qui a imaient la musique : Mais les cordes des luts & celles des violes, Pour attacher 218 la Mort sont des chaisnes frivoles. 219 Rcit de la dernire bataille est valeureux pompeux et vaillant : La valeur est pompeuse et la pompe est vaillante La lumire qui reluit des dorures des boucliers enrichit les dorures de la pourpre et redouble le avancent vers le 216 Hliodore. Histoire thiopique. Thag ne et Charicle Ed. cit., Livre I, § XXIX, p. 33. 217 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise 1671. Livre II, p. 23, col. 2. 218 Pour attacher la mort veut dire pour rendre la mort impuissante. 219 Ibid.

PAGE 150

150 se voit, le pronom sujet est impersonnel comme dans il pleut et le clitique se pronominal est aussi impersonnel comme dans il se fait re lancement des pots, des cus et des cuirasses qui le tranchent sur leur passage et le fendent par leur mouvement. 220 : ; ; Sur l es riches boucliers de dorures chargs, Sur la pourpre dore et la soie clatante, La valeur est pompeuse et la pompe est vaillante. Un feu noble en jaillit qui rpond au Soleil. avances, Et des pots, des cus, des Cuirasses lances. Le roi harangue les siens par un long discours, leur rappelant leurs victoires et les exhortant au courage : Fallt poser, Sera de conqurir par le fer de la lance La Couronne sacre laquelle autrefois Dieu, Roi des rois. (XVIII, p. 225, col. 1) 220 XVIII, p. 224, col. 1.

PAGE 151

151 Si la mort est un thme baroque par exce llence, la mort sur le champ de bataille est le Dans le fer, par le fer, les hommes sont percs. Et sur les Cavaliers les chevaux renverss. Le vaincu mord la poudre, et le vainqueur le foule. ruisseaux bouillonnant Et les cris des mourants, les postures des morts, Les ttes sans leurs bras, les bras loin de leurs corps, Font un Thtre affreux O la confusion rgne avec la fureur. Sous sa propre moisson se trouve embarrasse. (XVIII, p. 226, col. 1) tgre fantasmatiques imaginaires en pntrant la psychologie des personnages qui en prouvent et en expriment toutes les perceptions illusoires que la mort suscite dans leur im agination et testamentaire oral. Si ce langage est propre stimuler le lecteu satisfait la curiosit humaine. En effet, homme ? Quelle fut sa dernire pense ? Quelle fut sa dernire parole ? Et ce qui fut le dernier mot de la mort, dev

PAGE 152

152 selon Le narrateur du rcit des morts se fait chroniqueur de leurs dernires penses, de leurs derniers soupirs et des derniers regards scn iques sur les vaines volonts spectaculaires La victoire de Bourbon Bourbon abat Oromondate dont la mort fut prdite par le dfunt Almire qui le harassait jour et nuit par sa prsence fantomatique obsessionnelle. Mourant sous le coup de Bourbon, le prince Oromondate parle au fantme du mort Almire lui confessant sa jalousie, et le suppliant de offrande. Et comme un tourbillon sa course fournissant, Abat Oromondate Avait prdit ce cou p Le Prince infortun le reoit sans se plaindre. 221 ; Almire, au moins, dit il, souffrez que ce jaloux, 222 : Et ne refusez pas la pitoyable ama nde, De ce malheureux sang, dont je vous fais offrande. sacrifice afin de lui s ervir de charme ensorcel contre toute attaque. Pourtant ce vtement 221 Livre XVIII, p. 226, col. 1. 222 Livre XVIII, p. 226, col. 2.

PAGE 153

153 galement la mort Alazin, Azimur et Erogabe qui sont chacun respectivement perse, turc et arabe mais tous les trois partagent en commun une mme allgeance : Par serment engags, Mahomet tous trois, De pendre son Tombeau, cent ttes de Franois. 223 que de les y pendre, puisque la pendaison est la peine de mort par laquelle sont condamns des vivants, or les ttes appartiennent ostensiblement des corps dj morts. Mais ni le narrateur ni vant pendre. est la mort spectaculaire telle que celle sur la c roix, ceux que doit, en les divisant pour rgner, nouveaux du hros qui, mort ou vivant, libre ou captif, parle encore aprs la mort et ne doit la vie de gloire et de libert o leur vie, perue comme offrande, rachte leur mort dont le sacrifice est le prix. Ils et se fait, faute 223 Livre XVIII, p. 226, col. 2.

PAGE 154

154 ue donn une fin malheureuse son rcit, son hros ne serait pas descendu de sa gloire pour autant : Louis de son ct, de la tte et du bras, : Commandant il agit, agissant il commande : : Et mouvant tous les corps, prsent tous les rangs, Lui seul aux Ennemis parait toute une Arme, La mort de Muratan Adelin assemble en une tro upe les Mamelus disperss dans le camp sarrasin, 224 par Arrive au Camp Barbare, en franchit les fosss ; ; Et mne par le sang, la Mort de Tente en Tente. Adelin forme un bataillon avec ces Mamelus et une soixantaine de gardes de ceux qui taient assigns la garde du Trsor sacr contenant la sainte couronne. Il se dirige vers le grand devant de saint Louis contre le Barbare Qui vient de son ct, por t sur un coursier, La rencontre fut rude, et les lances portrent : 225 224 Saint Loui sou la Sainte Couronne Reconquise 1671. XVIII, p. 233.

PAGE 155

155 : 226 Mai Enfonce la cuirasse, et le corps aprs elle. Le Prince converti couch sur le terrain, : Est prsente Dieu, par une Tro upe aile : Et les Chantres Vieillards 227 son couronnement, Redoublent leur concert, et renforcent leur chant. (XVIII, p. 233, col. 1) 228 encourage par Judith, Forcadin, son successeu r, par celle de saint Louis 229 la sainte couronne est reconquise ? Quel tait le besoin d u suffixe de la ritration t il cette ritration aisment par la date 230 de la couronne et celle de la septime 225 Le sujet du verbe se rapporte Muratan et le barbare qui portrent les lances. 226 Le fer de Muratan lais 227 Et cantant novum canticum, dicentes: Dignus es accipere librum et aperire signacula eius quoniam oc cisus es et redemisti nos Deo in sanguine Tuo, ex omni Tribu et Lingua et Populo et Natione. Apocalypsus Ioannis V, 9. 228 Voir au livre XIII. 229 Voir au livre XVIII. 230 Voir Appendice IV.

PAGE 156

156 serait la tiquement, acte de gloire inaperu, omis et nglig 231 La seconde tentative hermneutique consiste examiner le droit de proprit. La rappropriation tiend 232 Premire oraison et le pdagogue, ne devrait pas nous faire oublier le savant 233 le lecteur avide la mmoire prodigieuse. En choisissant le terrain considra it les particularits topographiques et historiques. Aussi les gyptologues ne seraient pas dpayss en lisant le Saint Louis en Egypte. Outre ce choix topologique, le pote des Hymnes 231 essit rigoureuse mais circonstancielle adhrant aux slections, parmi une multitude innombrable de candidatures, de donnes propres rflchir les exigences ce sujet Andr Histoire de la France. Paris : ditions Dominique Wapler. § VI Comment Louis IX sanctifia la monarchie et comment Philippe le Bel la fortifia p. 62 Gustave Lanso n : La science est humaine, crit Socit des Professeurs franais en Amrique. Premier Cahier. 1 er janvier 1925. § II. p. 36. 232 Voir Appendice I V. 233 o Le Moyne est reprsent comme un rudit peu commun : Quand on ajoute que des dons exceptionnels hissent parfois le pote brillant la une figure peu commune. e sicle, le Pre Le Moyne. (1602 1671) Dans Bulletin de la Socit historique et archologiqu e de Langres. Tome XIX, N 288, (1987), p. 54.

PAGE 157

157 e, demandera dans dans les sinuosits du terrain de ce pays la fois mystique et magique, o les Singes & les Crocodiles habitoient des Temples de Jaspe & de Porphyre 234 pays qui passionna les rudits de tous les temps. Table 3 2. La premire oraison inaugurale compare : la Sainte Couronne Reconquise 1658 1671 et le Hros Chrtien 1651 1653 Pour une Inspiration Incantatoire de la Muse Hroque Edition de 1658 1671 (p. 2) Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise Edition de 1651 1653 (p. 2) Saint Louis ou le Hros Chrtien Chantres intelligents, commis sous Uranie, ; Esprits harmonieux, Sirenes rayonnantes, D es celestes concerts, celestes Intendantes 235 ; Vous qui faites jouer ces Globes toils, Vous qui faites jouer ces Globes suspendus, Dont les accords sans bruit, sont des yeux entendus : 236 Et vous qui prs du Trne 237 238 Et vous qui prs du Throsne o les troupes aisles, Volent les pieds couverts & les testes voiles, 239 234 Les Peintures morales, o les passions sont reprsentes par Tableaux, par Characteres, & par Questions nouvelles & curieuses. Par le P. Pierre Le Moyne de la Compagnie de IESVS. A Paris, Chez Sbastien Cra moisy. M. DC. XL. Avec Privilge de Sa Majest. Eptre, A Monseigneur Messire Henry de Mesmes, Marquis de 3 e p.n.c. 235 De manire gnrale, outre beaucoup plus de ces chiasmes, qui plaisent tant et avec raison Richard Maber, que la seconde. Voir ce sujet e certains vers lemoyniens, quand elle est due aux The poetry of Le Moyne Berne. Frankfurt. University of Durham Publications, 1982, n. 38, p. 200 201. The effect of these beautiful lines depends on a double chiasmus, and Le Moyne quite spoiled it in his revisions. 236 Jeu de mot ou concetti bruit, pour signif ier la symtrie. Le second hmistiche comporte le mme jeu ; des yeux entendus signifie gane physique de la vue qui est les yeux. 237 Et cantabant quasi canticum novum, ante sedem ... Apocalypsis Ioannis XIV, 3. 238 Ibid ., XVII, 14. Voir aussi Et ipsi vicerunt illum propter sanguinem Agni et propter verbum tes timonii sui, et non dilexerunt animam suam usque ad mortem Ibid ., XII, 11. 239 sedentem super solium excelsum et elevatum, et ea quae sub eo erant implebant templum Seraphin stabant super illud, sex alae uni et sex alae alteri, duabus vel abant faciem eius et duabus velabant pedes eius et duabus volabant Isaias VI, 1 2.

PAGE 158

158 Table 3 2 Continued Pour une Inspiration Incantatoire de la Muse H roque Edition de 1658 1671 (p. 2) Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise Edition de 1651 1653 (p. 2) Saint Louis ou le Hros Chrtien Les Hymnes et les Luths des Vieillards couronnez 240 ; ir & le ton par qui sont gouvernez, Les Hymnes eternels des Vieillards couronnez. Entrez dans mon dessein : conduisez mon haleine, O ne la peut conduire aucune force humaine : Si ma voix fut jamais de vos voix assiste, Si jamais de vos mains ma Lyre fut monte, Et faites que mes chants des Peuples admirs, Porter plus haut ma voix & mon Esprit plus haut. Sans dchet, au Clairon de la Gloire rponde nt, ; Si de votre faveur vous appuyez ma voix, Mon Louis, dans mes Vers, port sur tous les Rois, Ou de celle du Ciel, qui de tons clatans, Mesure le concert des Saisons & des Temps ; Avec les Bourbons descendus de sa Race, Aux feints, aux vrais Hros, fera quitter la place : 241 nelle musique. Et le Monde mettra ses plus clbres noms Sous celui des Louis, et celui des Bourbons. De ses clairons la Gloire mes chants rpondra ; variantes sont parsemes travers tous les dix Hymnes de la Sagesse de suivre linairement l e cheminement volutif de la muse thologique la muse hroque. Ordre des Muses Tandis que la muse thologique occupe prioritairement les Hymnes la muse hroque se 240 Et in circuitu sedis sedilia viginti quattuor et super thronos viginti quattuor seniores sedentes circumamictos vestimentis albis et in capitibus eorum coronas aurea s Apocalypsis Ioannis IV, 4. 241 Et audivi... vocem... dicentium : Alleluia quoniam regnavit Dominus Deus noster Omnipotens, gaudeamus et exultemus et demus gloriam ei. Quia venerunt nuptiae Agni et uxor eius praeparavit se Apocalypsis Ioannis XIX, 6 7.

PAGE 159

159 historique cites en troisime et quatrime lieu respectivement dans l e Discours de la Posie prcdant les hymnes devaient figurer ainsi en dernier, selon cet ordre secondaire, conformment au contexte biblique paraphras. Cependant, la muse historique ne supplante pas la muse lantait pas la thologique dans les hymnes. Ce discours et la dissertation ne situe pas tant leur ordre prioritaire que contextuel. En ce sens les muses, pourrait on dire la suite de Le Moyne, sont au service de la posie tandis que la po service des muses. Par ailleurs, la catgorisation consistant diviser en quatre classes distinctes discours de la posie ne contredit nullement la priorit donne la muse hroque dans la dissertation pique. La concision qui limitait les hymnes la muse thologique par leur scrupule paraphraste rfrences bibliques du Saint Louis ne sont pas des paraphrases. Ni elles refont ni elles reformulent le texte biblique dont les emprunts sont faits titre putatif 242 nner que dans la mystique des hymnes la premire des muses 242 Voir Appendice I.

PAGE 160

160 devait pro discours de la posie ibliques que des personnages et le caractre liturgique des diverses oraisons. Le point de vue biblique y est omparer au point de vue biblique des Hymnes Par ailleurs si le statut des prlats, par rapport au contexte thologique, semble conflictuel avec la doctrine catholique, il suffit de considrer les 243 et des hros du christianisme par leur mort sur le champ de bataille puisque cette mort faisait partie de leur devoir, m 244 Si p ar ailleurs outre le 243 Le sang des Martyrs a est fertile, et la Persecution a peupl le Monde de Chrestiens. Les premiers Persecuteurs foiblesse, : Ce sont de Fabuleux et de ridicules Historiens ; ce sont des Fanfarons sur du marbre. Nos Peres ont mespris leurs Edits et leurs Arre Jean Louis de Guez de Balzac. 1652. L. de Guez de Balzac Conseillier du Roy en service de la Pit. Aristippe. Entretiens Paris, Jacques Lecoffre et Cie, Libraires diteurs 29 rue du vieux colombier. 1854. Socrate Chrestien. De la religion chrestienne et de ses premiers commence mens Discours III IV, p. 31 33. 244 Pour des dveloppements dtaills sur ce sujet voir en particulier : Grgoire de Tours. Les Livres des Miracles et autres opuscules de Georges Florent Grgoire vque de Tours Revus et collationns sur de nouveaux manus crits Histoire des Francs par Grgoire de Tours dans le Recueil des historiens des Gaules et de la France adopt par Franois Pierre Guillaume Guizot. 182 3. e sicle. Avec une introduction, des supplments, des notices et des notes par M. is A Paris, chez J. L. J. Briere. Il sera galement utile de consulter Rmi Ceillier. 1862. Histoire gnrale des auteurs sacrs et ecclsiastiques. Qui contient : Leur vie, le ent des diffrentes ditions de leurs

PAGE 161

161 statut des prlats celui de saint Louis lui mme semble conflictuel avec la doctrine catholique, il faudra considrer le statut civil du roi partir duquel il ordonne et gouverne conformment ses devoirs justiciers et ses responsabi lits de dfenseur de la justice collective, non pas son statut de nonobstant sa qualit monarchique de roi. ouvrages ; Dom Remy Ceillier. Bndictin de la Congrgation de Saint Vannes et de Saint Hydulphe, Coadjuteur de Flavigny. Nouvelle Edition Tome onzime Paris, Chez Louis Vivs.

PAGE 162

162 CHAPTER 4 ET LA VERTU D PIERRE LE MOYNE Le Fminisme Dvot 1 convertissant son t ces vers clbres de Corneille 2 qui rsume en gnral celle du Pre Le Moyne, en parti culier Gallerie des Femmes Fortes dont les protagonistes incarnent par excellence le pouvoir fminin dans sa conscration maritale et dans le sacre de leur rgne. Triomphantes par la fermet de leur volont, de leur courage et de leur vertu ; triomphantes par la constance de leur foi, de leur honneur et de leur sagesse fortune qui fait des reines, prophtesses, rformatrices, femmes politiques et autres figures fminines illustres dans la ga lerie des femmes fortes, des femmes victorieuses, des femmes dfiler un panorama de sagesse propre aux vierges, aux prophtesses, aux pouses, aux reines dont mmoire de leur mari, bref aux femmes spirituellement fortes et moralement constantes qui 1 Pierre Corneille. Prface de Raymond Lebgue. Prsentat ion et notes par Andr Stegman. Paris, ditions du Seuil, 1963. Acte I, Scne 1, v.9 10, p.293. 2 Aussi Corneille utilise t il cette notion pour ouvrir la scne ds le commencement de ses deux pices chrtiennes. droit fminin de sa Martre, Marcelle, amie de Diocltien, sur son : Mon pre est ton poux, et tu peux sur son me / Ce que sur un mari doit pouvoir une femme. Ibid ., Thodore, Vierge et Martyre I, 1, v.23 24, p. 393. Les femmes fortes de la Gallerie pas moins ce pouvoir : sur leurs maris en vertu de ce droit fminin propre la monogamie du christianisme, et sur leur nation.

PAGE 163

163 demeurent intrpidement fermes dans cette force spirituelle et morale envers et contre tout, en dpit des multiples vicissitudes que comporteront leurs vies, cause desquelles, par ailleurs, elles galerie femmes fortes est ainsi leur gloire et leur prmaturment pour le sauvegarder plutt que de prtendre vainement prolonger leurs jours en Cet honneur des femmes dont le Pre Le Moyne se plut manifester la pompe prestigieuse relve du domaine religieux conceptuel judo chrtien o est illustre la gnrosit hroque du sublime. Le fminisme lemoynien et le fminisme cornlien relvent du mme fminisme dvot nages assembls sur Moyne pour la reprsentation du va et vient historique, dmarche caractrisant la procdure narrative de la Gallerie rle politico subit des phases de mutation elliptique, impliquant sa suite une remise en question gnrale et es racines mmes et en rechercher ne fut ce que le fil conducteur dans le temps : De quand donc date t il ? Je veux dire, depuis quand a t il pris force obligatoire ? depuis quand, partir de quand, rencontre t on des hommes qui meurent

PAGE 164

164 pour leur honn eur ? 3 hroque et e homme et honnte femme, la dvotion et la pit, donne naissance une tradition sacre qui baroques piques chrtiens mais aussi fministes tels Thodore Vierge et Martyre Esther les Femmes Illustres de M. de Scudry, tels encore les Femmes Hroques du Pre Jacques Du Bosc. Par ailleurs, le dit telle que sa temporalit est hors de cause, inflexible par manifeste le plus clairement pour inspirer les crivains du grand sicle, mais dans leur idal, d ans Thodore est moins menace par la eille concda au public de refuser. 4 Esther Les Femmes Illustres 5 imminente de leur excution ne les empche pas de prononcer avec une verve hroque. Les 3 Lucien Febvre. 1996. Honneur et Patrie Paris, Lib rairie Acadmique Perrin. Collection Agora 215, p. 94. 4 d. cit., Examen (1 660). Thodore, Vierge et Martyre p. 392. 5 M. de Scudry. 1642. Les Femmes Illustres ou les Harangues Hroques Avec les vritables Portraits de ces Hrones tirez des Mdailles Antiques. Paris, Antoine de Sommaville & Augustin Courb.

PAGE 165

165 universellement. sgrgative, 6 fminin dans le cadre slectif et collectif qui lui est propre. Mcon, 7 tandis que le pseudo vangile de Barnab redfinissait la Gense de la cration de la existence, 8 le fminisme dvot au XVIIe sicle, avec sa tte Corneille et Le Moyne, transcenda 6 Jacques Jomi er, dans sa prsentation de La Femme, entre le Foyer et la Socit par Al Bahiy Al Khuli (Le Caire, Dar Al Kitab Al Arabi, 1953) affirme que de leur mission future, au service chrtien traditionnel ou catholique, sur le divorce et le birth y a pas une seule allusion la force qui ont accept la virginit par amour pour Dieu, comme le savent les chrtiens, mditant depuis le pre mier sicle de Mlanges d. cit. t. I, p. 154 5. 7 Existitit enim in hac synodo quidam ex episcopis qui dicebat mulierem hominem non posse vocitari. Sed ta men ab episcopois ratione accepta quievit Grgoire de Tours. Historia francorum VIII, § 20, dans la Patrologie Latine de Jacques Paul Migne, (1844 1855) t. LXXI, col. 462. Godefroid Kurth. 1925. Dictionnaire Apologtique de la Foi catholique Article F emme (me des), t. I, col.1897 1998. Cit par Jacques Jomier in Mlanges Institut Maaref, t. I, p. 155 6, n. 1. Voir galement ce propos Pierre Grimal. 1965. Histoire mondiale de la femme Paris, Nouvelle Librairie de France, II, p. 36. Repris par Jean Rabaut. 1978. Histoire des fminismes franais Paris, Stock, p. 14 15. 8 : il y est mentionn (XVI 16 17) que Dieu lui dit : Et toi qui coutas Satan, et donnas ton poux de cet aliment, tu resteras soumise Or il ne se trouve absolument aucune mention dans la Bible Le Pseudo vangile de Barnab Le Caire, Presses de la Facult Clricale de la ail de Lonsdale et Laura Ragg. 1907. The Gospel of Barnabas. Edited and translated from the Italian Manuscript in the Imperial

PAGE 166

166 elle ou bien fit elle la sourde oreille ? Certes, les cara ctristiques du fminisme dvot chez le Pre Pierre Le Moyne tablissent En effet, la marginalisation culturelle et pdagogique de la femme constituait encore au XVIII e sociopolitique indniable. Laclos, dont le gnie pistolier des liai sons dangereuses ne cesse des femmes que Molire avait beaucoup mieux trait avant lui avec son gnie comique, thme autour duquel la socit ne cessa apparem effet, la question : Quels seraient les meilleurs moyens de perfectionner l'ducation des femmes ? Choderlos de Laclos rpondit : artout o il y a esclavage, il ne peut y avoir ducation ; dans toute socit, les femmes sont esclaves e les touffer 9 Library at Vienna galement co Evangile de Barnab, Recherches sur la composition et l'origine, texte italien et traduction franaise avec notes et index, Paris, Beauchesne. Une rdition part ielle en 1999 en supprime la longue tude tout en conservant le texte et la Jsus et les Musulmans d'aujourd'hui. Collection n 69 Jsus et Jsus Christ dirige par Jose ph Dor, Institut Catholique de Paris. Paris, Descle De Brouwer, 1996. 9 Pierre Ambroise Choderlos de Laclos. 1783. Paris, Champion. 1903, p. 2.

PAGE 167

167 Cepen rt de dvotion et un font volontiers les promoteurs de la polygamie. Le fminisme dvot lemoynien est donc en quelque sorte un fminism e relevant de la phnomnologie humaniste et philanthropique, dfaite. : La pit de Saint Louis est assez connue ; nanmoins cette pit ne fut pas he ureuse dans une si sainte guerre. Et comme il arrive ordinairement que la tte souffre de la corruption de ses membres 10 ; le plus vaillant et le plus vertueux de tous les Rois fut dfait par les dbauches de ses Troupes. 11 Mais le phnomne du vice destruc teur ne se limite pas uniquement aux troupes de saint quelque 10 Ce qui est, soit dit en passant, scientifiquement et mdicalement exact. 11 Pi erre Le Moyne. 1665. Paris, chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Marbre Cramoisy. Imprimeurs du Roy. Rue Saint Jacques. MDCLXV Avec Privilge du Roy. Quatrime Partie : Les Aides. Discours es Armes. Article XVI. De la Discipline militaire : De son importance et de sa ncessit. Exemples remarquables des malheurs que les Femmes attirent sur les Armes p. 693.

PAGE 168

168 qui touche plutt le chtiment inflig par la providence divine pour servir de leon morale la plus grande gloire de Dieu. 12 montra bien, avant la onorer le Christianisme et attirer la maldiction sur ses Armes ; il ne voulut jamais : et que la Flotte ne ft 13 emmes Nombreux sont les crits que le Pre Pierre Le Moyne adressa des femmes de la haute socit du XVIIe sicle. Outre que la Galerie des Femmes Fortes est ddicace la reine adress bien entendu au public en gnral et aux femmes en particulier. La Dvotion aise mmes de toutes les conditions. De mme pour Les Femmes, la Modestie et la Biensance Chrtienne ddicac au Chancelier Sguier, et dont Sophronie 14 est la figure principale, laquelle correspond la Philothe Introduction la vie dvote de S. tradition potique lemoynienne inspiration biblique, hagiographique et mditative. Bien que, 12 Le Pre Le Moyne fait exprs de diversifier les exemples de saint Louis et de J trente trois ans, tant n Ratisbonne en Allemagne le 24 fvrier 1547 et mort Bouge en Belgique le 1 er octobre 1578. Il sera utile Chrysostome Brusl de Montpleinchamp. 1683. L'histoire de Don Jean d'A utriche fils de l'Empereur Charles Quint Amsterdam, Le Brun (2 e d. Amsterdam 1690). Voir galement les excellentes monographies de Marguerite Yeo. 1935. Don Juan d'Autriche 1547 1578 Paris, ditions Payot ; Henri Cambon. 1952. Don Juan d'Autriche, le vainqueur de Lpante Paris, Librairie Hachette ; et Jean Pierre Bois. 2008. Don Juan d'Autriche (1547 1578). Le hros de toutes les nations Paris, Taillandier. 13 ., Ibid., p. 694. 14 Les Femmes, la Modestie et la Biensance chrtienne par le R. P. LEMOYNE de la Compagnie de Jsus Catholique de Perisse Frres (Nouvelle maison) Rgis Ruffet et Cie, successeurs, 1868.

PAGE 169

169 hormis les Odes inauguratrices 15 et les sonnets 16 la Galerie des Femmes Fortes soi t en prose et que toute la Dvotion aise ainsi que la Modestie et la Biensance Chrtienne ne le soient pas moins, nanmoins, sous jacente la prose se dresse la posie philosophique et thologique, 17 se dtecte un mouvement potique de la pense lemoynie nne, mouvement proprement lyrique qui 18 qui en fait tout le livre second des Entretiens et Lettres potiques est adress des femmes 19 de mme Peintures Morales de 1640 pour la premir e partie et de 1643 pour la seconde partie elle est conue galement pour un public fminin, les : Lecteur plus agrables & aussi divertissantes que les Phantosmes des Romans dont elles sont si amoureuses. 20 15 Les trois odes figurant avant la pagination dans la Gallerie des femmes fortes sont reproduites intgralement dans les de 1671, p. 364 374. La premire et seconde Ode de la Femme Forte sont reproduites dans les Posies de 1650, p. 321 343 16 Tous les Sonnets de la Gallerie des femmes fortes sont reproduits dans les Posies de 1650, p. 281 302, o, en outre, un titre pigraphique figure en tte, supplant aux dtails relatifs la narration. 17 Ce genre de posie en prose, ou posie non ri me, est appel thoposie chez Jacques Gautier, par un thopote Patrice de la Tour du Pin. Voir La Thoposie de Patrice de La Tour du Pin Montral, d. Bellarmin, Paris d. du Cerf, 1989. 18 Voir en particulier Esther Gross Kiefer. 1968. Le dynamisme cosmique chez Le Moyne Zurich, Juris. 19 1671, p. 303 340. 20 Pierre Le Moyne. 1643. Les Peintures Morales. Seconde Partie de la Doctrine des Passions, O il est trait de Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de Jsus. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, rue S. Jacques, aux Cicogn es. M.DC. XLIII. Avec Privilge de Sa Majest. Prface 11 e 12 e p.n.c.

PAGE 170

170 Elles en font partie en p lthore, elles en forment le sujet et la matire qui constitue le concept du fminisme lemoynien. Les femmes possdent la science universelle 21 elles ont peut estre cela, quand il dit que les Anges les avoient particulierement choisies pour leur enseigner les Sciences. 22 instruction dans le cadre social dsavantageant la femme en la p cient du conflit et du paralllisme conflictuel de ce flau Bosc 23 savoir, 21 Pierre Le Moyne. 1640. Les Peintures Morales, o les Passions sont representees par Tableaux, par Characteres, & par Questions nouvelles & curieuses. Par le P. Pierre Le Moyne de l a Compagnie de Jesus. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy. Cette dition princeps ne porte pas la mention Premire Partie au frontispice. Notre pagination suit celle de 1669 publie chez Franois Mauger. I, Livre II, p. 142. 22 Peintures Morales I, Livre II p. 145. 23 son Livre. Ils demanderont pourquoy il pense devoir estre plustost exempt de censure que les autres pas bien ; respect pour le dernier Ouvrage de Monsieur de Balzac le Prince Et que le Temple du plus grand Monarque du mo e ses Amis. & de la satisfaction de sa Conscience. qui le veulent dcrier parmy les r. Et pour ne donner nos Ennemis aucun sujet de se plaindre, je veux mettre icy leurs plus fortes objections, & leur repliquer ; Que l desadvantage. Augustin Courb, Libraire & Imprimeur de Monsieu r frre du Roy, au Palais en la petite sale, la Palme. M. DC. XL. Avec Privilge du Roy. Prface 13 e 14 e p.n.c.

PAGE 171

171 : la hauteur & de la solidit des dogmes sion & la magnificence des paroles & le lustre aux priodes t ce 24 Davantage, le Pre Le Moyne affirme que non seulement les femmes sont dignes : Il y a de m Chrysostome. Mais cette grandeur est polie & cultive, & cette majest a des Femmes. Et afin de ne rien dire des L pour affermir les Vierges ; soit pour consoler & pour fortifier les Veuves ; il se : & t or, & de lui donner un nouveau lustre, 25 savoir Saint Cypr ian, Saint Jrme, Saint Augustin et Saint Ambroise : belles Lettres. 26 Quant Saint Ambroise, qui a eu des Abeilles pour Nourrices auquel saint Augustin doit sa conversion au christi anisme, 24 Gallerie des Femmes Fortes Prface 3 e p.n.c. 25 Ibid ., 3 e et 4 e p.n.c. 26 Ibid ., 4 e p.n.c.

PAGE 172

172 dlicate ; les sentences en sont si choisies & si tudies ; & il y a par tout une si 27 de cette concertation spontane rige en une sorte de tradition que pourrait se justifier : Femmes : ils y ont fait servir la Posie & les Muses. Et ces Svres qui ne vivaient que de pure lumire & de pur e svrit de leur vie, ni de la saintet du Sacerdoce, de mesurer des syllabes, ; pour donner de la pointe aux dogmes, & de la grce la Vertu, pour instruire en divertissant, & faire 28 comme un souverain devoir sociopolitique auquel elles ont droit au mme titre que les homm es. besogne de laquelle tant de savantes mains ont laiss de si beaux modles. 29 Afin de lgiti Apocalypse : Sainct Jean luy mesme, auroit il crit une Femme, 30 dont il avait crit aux femme, pourroit estre aussi canonique, crites aux Anges & aux Eglises ? 31 27 Ibid ., 5 e p.n.c. 28 Ibid ., 5 e et 6 e p.n .c. 29 Ibid ., 7 e p.n.c. 30 Voir la seconde ptre de Saint Jean. 31 Gallerie des Femmes Fortes Prface 7 e p.n.c.

PAGE 173

173 En outre, quatre cent huit alexandrins sont consacrs Andromde ds le Livre Premier de la premire partie des Peintures Morales 32 apol de la femme aux sciences et la connaissance, ainsi que de son pouvoir, sur le plan politique, gouverner. Le Pre Le Moyne est conscient du danger de sa Ph ilosophie fministe, des objections et des difficults que son concept de fminisme englobant le fminisme moral et hroque pourra soulever, aussi prvient cercle les femmes tiennent les Escoles, & que nos Bibliotheques soient pleines de leurs 33 sera pour le moins un peu risqu et il prendra le risque. Davantage, il fera le portrait de : persuasive, salutaire e t autoritaire, elle opre les rformes les plus insouponnes. Dans le discours adress son mari espagnol Hermenigilde, la reine franaise foi : Mais fai : & asseurez vous, que la 34 uction part qui les 32 Peintures Morales I, Livre I, v. 1 408, p. 65 77. 33 Peintures Morales I, Livre II, p. 143 4. 34 Gallerie p. 125.

PAGE 174

174 Gallerie en fourniront certains exemples : feront de Martyres. 35 une ouverture universelle, tant suprieure, elle est aussi par consquent non exclusive et seule elle peut avaliser toutes les cultures tout en gardant sa suprmatie. vre : quoy se parer de toutes les Vertus, qui peuvent donner de la grace & de la gloire leur Sexe. 36 Marie Mallier mu ltiple. Elle apparait tour tour comme guerrire, hrone, dvote, mre, sainte, martyre, v par la rgence de la reine mre ptre pangyrique des trente premires pages de la Gallerie Ode la Reyne sur les heureux succez de 35 ngonde et de Clotilde de France mettront en relief une volont fminine cornlienne qui, en laquelle devra la France sa conversion au catho licisme. Cf. Gallerie p. 118. 36 Pierre Le Moyne. 1670. Par le Pre Le Moyne, de la Compagnie de JESUS. A Paris, Chez Lois Disse rtation I. Article X. Des Vues et des intentions p. 64.

PAGE 175

175 sa Regence de dix huit pag es non chiffres compose de cinquante dizains diviss en six octosyllabes et quatre alexandrins. 37 Cette ode est reproduite intgralement dans les de 1671 avec un titre lgrement modifi : 38 Ode Pangyrique pour la Reine, sur les Prosperitez de sa R egence 39 Quantitativement parlant, le nombre de ces strophes dpasse ceux, pris part, du premier et du second Hymne de la Sagesse Divine tout ensemble qui en comportait quarante et une ; ainsi que du premier et du second qui en co mportait quarante quatre. Qualitativement parlant, la structure strophique procdant par dizains est similaire dans la femme forte de Salomon, 40 qui divulgue par une rare loquence la dvotion. Elle rpand la et elle merveille par un enseignement dont la grandeur rside prcismen t dans la pit : Un air noble & de dignit Donne force sa pit ; Et sa Grce ce sicle est un double exemplaire, 41 37 Ode la Reyne diffre peine de celle des H ymnes de la Sagesse Divine et de o les strophes se divisaient en sept octosyllabes et trois alexandrins. 38 Ode la Reyne sur les heur eux succez de sa Regence devient donc Ode Pangyrique pour la Reine, sur les Prosperitez de sa Regence 39 Voir Hymnes et Eloges Potiques p. 369 374. 40 Phe os suum aperuit sapientiae et lex clementiae in lingua eius Prov XXXI, 26. 41 Gallerie Od e la Reyne 13 e dizain, v. 1, 5 10.

PAGE 176

176 Dans le cadre mystique, la mme spiritualit motivationnelle honore la personne de la reine r de la vertu et la haine des vices : 42 Anne des vices Sa Vertu va devant, & sa Fortune suit. 43 En termes pidictiques, cette ode prfigure le but po litico missiologique confi la rgence : 44 jac ent qui sera remis Saint Louis est dj but vindicatif, moins expansionniste que porteur de dveloppement onirique, fictif et missiologique puis ici les germes bourgeonnants : Et que du Nil enfin ses Fils victorieux, 45 42 Jacques du Bosc, contemporain de Le Moyne et crivant dans la mme veine, attribue la ddicataire de : ressembler toutes celles qui le voudront lire : y voyant la beaut des Vertus que vous pratiquez, & la laideur des vices dont vous estes ennemie. neste Femme A Paris, Chez Augustin Courb, Libraire & Imprimeur de Monsieur frre du Roy, au Palais en la petite sale, la Palme. M. DC. XL. Avec Privilge du Roy. Epistre A Madame de Combalet 3 e p.n.c. 43 18 e dizain, v. 1, 8 10. 44 49 e dizain, v. 5 7. 45 50 e dizain, v. 8 10. La vengeance signifie ici qui est celle du rapatriement, de la reprise de la partie perdue Saint Lo uis successivement par les Perses, les Grecs sous Alexandre, les Romains sous Constantin et qui aurait d se librer du

PAGE 177

177 yne procde de sa foi en la probit de la femme et en la cho la Mulierem Fortem des Proverbes de Salomon 46 non seulement le Pre Pierre Le Moyne en garnit l a Gallerie narrative lemoynienne qui fonde sa vision sur un acte de foi fminin et sur la v ise que comporte ailleul est due, par une vise toute fministe, surtout et compagne Elisabeth Marie Mallier 47 : Cette Femme forte que Dieu vous a donne pour Compagne, 48 laquelle possde la force des Courageuses & des Constantes, aussi bi en que la force des Pudiques et des Frugales 49 de la reine de France. 46 Aleph mulierem fortem quis inveniet procul et de ultimis finibus pretium eius Proverbia XXXI, 10. 47 Elisabeth Marie Mallier, fille de Claude Mallier, seigneur du Houssay, intendant des finances, & de Marie Melissant, fut marie par contrat du 4 fvrier 1621. Histoire Gnalogique et Chronologique de la Maison Royale de France, des Pairs ; Grands Officiers de la Couronne & de la Maison du Roy, & des anciens Barons du Royaume es Armes de leurs Familles : Ensemble les Statuts & le sur les Registres des Chartes du Roy, du Parlement, de la Chambre des Comptes, & du Cht elet de Paris, Par le P. Anselme, Augustin Dchauss : continue par M. Du Fourny. Rev, corrige & augmente par les soins du P. Ange & du P. Simplicien, Augustins Dchausss Troisime dition. Tome Huitime. A Paris, Par la Compagnie des Libraires Associes. M. DCC. XXXIII. Avec Approbation et Privilge du Roy. Chapitre XX, IV Gnalogie de Bailleul p. 809. 48 Les Peintures Morales. Seconde Partie de la Doctrine des Passi Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de Jsus. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, rue S. Jacq ues, aux Cicognes. M.DC. XLIII. Avec Privilge de Sa Majest. ptre. A Monseigneur Messire Nicolas de Bailleul Conseiller du Roy en ses Conseils, Prsident en sa Cour de Parlement, Chancelier de la Reyne, & Sur Intendant des Finances p. 27. 49 Ibid ., p. 28.

PAGE 178

178 Ministre sans reproche 50 sur un ton moins officiel et plus familier. Comme si la posie le faisant descendre sur terre, lui donnant une teinte de fam iliarit et explicitant en dtail le mrite de la femme forte avec moins de pompe et de parade, le Pre Le Moyne trouvait moins de difficult rdiger la posie que la prose ifi, davantage moins significatif et moins conformiste par rapport historiques si l utilisera dans la Gallerie prcis hormis le fminisme, sans intrt dtermin ni indtermin. Ce qui nous in tresse donc au qui caractrise le fminisme lemoynien : Se fait de ton exemple une agreable loy. ; On ne la vit jamais que de vertus pare : 51 Cour, Ne se verra jamais par sa vaine dpense, Des Peuples appauvris consumer la substance. 50 Posies 1650. Le Ministre sans reproche. A Monseigneur le President Bailleul Surintendant des Finances, & Chancelier de la Reine Regente p. 303 320. 1671, p. 262 6. 51 Posies 1650, p. 314. 1671, p. 265, col. A.

PAGE 179

179 On ne la verra point par un superbe abus, : Et le sang du Soldat reduit en pierreries, Les sueurs du Public mises en bro deries, Ne seront pas sur elle & dessus ses habis, 52 53 Outre que la popularit du Pre Le Moyne auprs des femmes tait clbre en son temps, il XIX e sicle, cette position privil 54 ne en faisait expier Marguerite de 55 On le fit do nc mre et qui mourut quand il 56 des vers destins la consoler : 57 52 Il faut prend 6, figurant tort 253 de 1671 amliora lgrement ces deux vers. Ne seront pas sur elle & dessus ses habis, Des meurtres Jamais ne chargeront ses somptueux habits, De larcins clatans, & de meurtres de prix. (p. 265) 53 Posies 1650, p. 315. 1671, p. 265, col. A. 54 Quand Le Moyne naquit, Marguerite de France avait dj quarante ne uf ans. Quand elle mourut, en 1615, il 55 Les Provinciales et leur rfutation, p. 23. 56 du Jsuite Lemoyne, qui, plus t Eugne de Mnorval. 1872. Les Jsuites de la rue Saint Antoine, Paul Saint Louis et le Lyce Charlemagne Paris, A. Aubry, p. 63. 57 tre destins consoler sa mmoire mais certes pas sa personne. En tout cas, au moment o ils sont crits pour la premire Gallerie en 1647, Marguerite dormait depuis bientt quelques trente deux ans dans son tombeau et ne put certes pas en tre console

PAGE 180

180 En qu i mourut le nom de tant de puissants rois, Marguerite, pour qui tant de lauriers fleurirent, Pour qui tant de bouquets chez les muses se firent, Vit bouquets et lauriers sur sa tte scher Et le cercle royal do En tumulte et sans ordre un trop prompt hymne, Rompu du mme coup devant ses pieds tombant, La laissa comme un tronc dgrad par le vent. Epouse sans poux et reine sans royaume, Vaine ombre du pass, grand et noble fantme, Elle tra ina depuis les restes de son sort 58 Moyne. Ils font incontestablement partie du pome de clture de la Gallerie, comp os de trois cent quarante six alexandrins. 59 En fait, la confusion provient de la nature imminente du pome voquant un exemple historique, rsumant toute la procdure narrative poursuivie dans la Gallerie des Femmes Fortes Le propos contextuel du pome f ut pris au prsent, tandis que le Pre Pierre Le Moyne ne cite que des rcits historiques de la lointaine antiquit, auxquels il en Gallerie des Femmes Fortes illustre de toute faon et tour ; et moins que la occupe aucune place. En effet, dans toute la Gallerie 58 La Gallerie des femmes fortes Par le Pre Pierre Le Moyne de la Compagnie de Jsus. Cinquime Edition, reveu 1647), Consolation pour les vertus affligees & pour les graces m alheureuses p. 229 230, v. 275 289. 59 Ibid., p. 223 231.

PAGE 181

181 Moyne fait aux vivantes, ailleurs et hors de la Gallerie il la leur fait directement et sans dtour, pour leur faire expier quoi que ce soit. Cette adresse directe se trouve dans les Entretiens et Lettres Potiques mais non pas dans la Gallerie des Femmes Fortes Gallerie puis que la partie qui lui est consacre, ptre et ode, se trouve centralise sans pagination, dans la centaine de pages introductoires avant que ne commence la textualit proprement dite. La reine aura situ le torit et la ralit de la continuit historique. Mnorval, 60 deux sicles qui les sparent des Valois est donc cite titre indicatif pour clbrer Henri le Grand en la commmorant et en vue entre fortune et vertu. La reine de France occupe donc dans la Gallerie lbres compagnes infortunes et vertueuses, illustre de renom, ayant t aussi princesse de sang et fille du roi Henri II. Et si elle jamais cite par son nom, mai s lui aurait, selon toute vraisemblance et conformment sa politique de dignification des femmes et de respect de la confidentialit professionnelle, vit tout scandale. Il lui aurait pargn la moindre tache qui et pu atteindre sa rputation. De plu s, 60 Voir supra

PAGE 182

182 Gallerie mais dans les Entretiens En effet, Pierre Le Moyne se principe, par crit, il se le dfendit aussi en pratique, 61 par Entretiens le seul nom fminin 62 directe, afin de ne pas c non seulement une impossibilit historique que Marguerite de Valois ait t la pnitente du Pre Le Moyne, mais une impossibilit consensuelle, contextuelle et confessionnelle ; combien m me Manifeste : Chaque Science a des secrets qui ne doivent pas tre publiez. La Thologie a son Sanctuaire & ses Parvis : la Philosophie a son Cabinet & ses Salles : chaque Science a ses secrets & ses mystres domestiques, qui ne peuvent tre publiez utilement ni avec biensance. 63 elle il se reprend dans la Gallerie : 64 61 potique du Pre Le Moyne, souci qui rallie le ralisme empiriq ue aux motifs pragmatisme pastoral p. 227, in La Religion des lite s au XVII sicle. Actes du colloque du Centre de recherches sur le XVII sicle europen (1600 1700), en partenariat avec le Centre Aquitain d'Histoire Moderne et Contemporaine, Universit Michel de Montaigne Bordeaux 3, 30 novembre 2 dcembre 2006, di ts par Denis Lopez, Charles Mazouer et Eric Suire, Tbingen, Gunter Narr, 2008 ( Biblio 17 175), p. 223 235. 62 Voir infra. 1671. Avis salutaire, A une illustre Captives Lettres Morales et Potiques. Livre II. Lettre X p. 338 341. 63 Pierre Le Moyne. 1644. Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Contre Moyne de la mme Compagnie. A Paris. M. DC. XLIV. Premire Partie. Section I. De la ncessit & du dessein de ce Manifeste p. 5. 64 Gallerie II, p. 48.

PAGE 183

183 Cependant, cette intervention contemporaine est aussi exceptionnelle Gallerie intellectuelle des sexes : sait aussi que depuis le temps des Muses, qui ont est Savantes riges en Desses capables. Tiraqueau nous a laiss une longue liste des Anciennes & des Modernes, dont il avait trou v la reputation dj faite efficaces et concluantes, pour la capacit que les Femmes ont aux Sciences. 65 loignes 66 fournies par Tiraquea u que Pierre Le Moyne les rapproche de celles qui lui sont contemporaines : qui ont vie & esprit, qui persuadent nos yeux & nos oreilles : Et quand toutes les autres nous manqueroient, le seul Hostel de Rambouillet auroit en ce point toute pourroit avoir une Acadmie approuve & de reputation. Il y a l 67 Autrement il demeure fidle son programme rigour a priori cette appartenance historique exclusivement. Trois raisons inclusives du fminisme dvot justifient les rflexions mditatives portant sur e, Marguerite de Valois et Elisabeth Marie Mallier respectivement. La premire enfant. La 65 Ibid. II, p. 43 44. 66 Ibid ., II, 44. 67 Ibid

PAGE 184

184 avait abattue. La troisime relve du dvouement. La solidarit de la femme du prsident de i font le succs de leurs maris. Violence au Fminin Pierre Le Moyne avait du succs auprs des dames de la haute socit. Pour beaucoup prdicateur titre collectif. Il conciliait harmonieusement les principes religieux au savoir vivre et au bien tre social. Cette conciliation ne sembla gure lui poser la moindre difficult. Pourtant elle ne va pas de soi cause de la rigidit littrale et souvent in flexible interprter le monde en 68 Las dchire 69 mas ses meurtrires, sans procs, sans jugement selon les rgle s et les lois de la Grce civilise qui scandaleuse excution plus de d Las avait 68 Dmosthne avait devanc le Pre Le Moyne en cette entreprise de rhabilitation du vivan t de la courtisane. Mais comme elle lui demandait dix mille drachmes pour passer une nuit avec elle, il dut y renoncer, dclarant que le : Cit par Aulu G elle. Les Nuits Attiques Cf. Ptrone, Apule, Aulu Publies sous la direction de M. Nisard. A Paris, J. J. Dubochet et Compagnie, diteurs. 1862. Livre I, chapitre VIII. Anecdote sur Dmosthne el la courtisane Lais, tire du livr e du philosophe Sotion Historia in libris Sotionis philosophi reperta super Laide meretrice et Demosthene rhetore p. 438. 69 1671. Tapisseries et Peintures Potiques. Las dchire p. 412 415.

PAGE 185

185 innocenta. Son dshonneur fit donc son honneur. Il la mit au rang des martyres. Dj le charme de la courtisane, unique en son genre, compensait le vice, dt vertu. Bien plus que rare, il tait exceptionnel. La vertu extraordinaire de la beaut de Las, passe en proverbe, 70 regrette : Ainsi cette Beaut ruineuse & tragique, Fut un pompeux sujet de misere publique. Elle fut le spectacle & le to urment des Grecs ; 71 Las fut regrette par les hommes Grecs, il est vrai, mais encore bien au del du simple regret humain. Aussi le Pre Le Moyne entreprend il de justifier les lamentations de la nature et du feu qui compatirent face la cruaut barbare dont Las, quoique non exempte de jugement, fut traite inhumainement lors de sa mise mort sans procs en rgle que la civilit prodigue de la Grce aurait pourtant d lui assurer : Mais il faloit aussi l aisser agir les loix, Les loix de la Pudeur, & de la Piet, Les devoirs les plus saints de toute la Nature 70 comme tmoigne Plutarque en sa vie ) native de Sicile, combien : Et de fait, les prtendants ins Dmosthne tant pareillement allch de la renomme de sa beaut, vint exprs d'Athnes Corinthe ; mais comme elle lui demandait 10000 drachmes pour une seule nuit, (ce dit il) Liv. I.ch. 8. assommrent coups de pierre. D. de Juign Broissinire. Paris, Guillaume Le B. 1644, p. 1448 9. 71 es 1671, Ibid., p. 414, col. B.

PAGE 186

186 Souffrent en ce tumulte une commune injure. 72 Le chtiment in flig sans sentence juridique tant disproportionn par rapport au chef m de la fonctionnalit de tout le systme judiciaire au mpris duquel les jalouses assouvirent leur collectif, violent et prmdit. Mais sur le plan religieux, mme le paganisme sembla dsapprouver un homicide procdant de la h aine et de la jalousie. La cruaut de la mchancet humaine dpassa en cet endroit celle des dmons eux mmes : : 73 Non moins que les dmons, le feu exprima sa rprobat ion et se dcria contre une telle violence sa propre mort, ce fut dlibrment, par compassion et par solidarit avec le dshonneur constitu par la violence : Les flambeaux preparez pour luire au sacrifice, : Et comme pour oster le jour ce malheur, Ont prevenu la mort de Las 74 75 72 1671, Ibid., p. 415, col. A. 73 Ibid 74 Les flambeaux se sont teints inopinment aux yeux du public, mais dlibrment de leur propre office. Cette volont dlibrative attribue au feu rejoint la conception d immortelle de la mort elle mme. 75 Ibid

PAGE 187

187 Pour d ulcorer ce comportement violent et inhumain envers une femme, fut elle courtisane, le prtre pote mle au talent narratif celui du psychologue investigateur pour pntrer la nt son : La reconnoissez La mere des soupons, & de la frenesie ?... Sur son corps dcharn voyez cent yeux ouvers, Qui toujours dfians, & tournez de travers Des objets les plus beaux alterent la figure, Et de leur noire humeur leur donnent la teinture. Maintenant de fureur, & de haine animez, : Ils mesurent les coups que donnent ces meurtrieres, Et leurs malins regards, par un trange effort, 76 La fminit se prsente d s lors comme un concept dont la complexit dpasse a un double qu i lui est inhrent, qui en constitue la dichotomie, ainsi que le souligne judicieusement Franoise Parturier : Mais il doit y avoir deux fminits : la bonne et la 77 cution de Las, aprs tout trangre la France, 76 Ibid 77 Franoise Parturier. 1974. Lettr e ouverte aux femmes Paris, Albin Michel. Collection Lettre ouverte anime par Jean Pierre Dorian, p. 148.

PAGE 188

188 sources et les la sorte, aurait ce t par allusion ? Condamner le massacre de Las revenait sans doute dsavouer celui de la Saint Barthlmy. La dnonciation implicite est une forme allusive de rprobation sans matire propre. Marin Le Roy de Gom mais tant que la mmoi consiste replonger le couteau dans la plaie dont la blessure souffre encore trop de pour tre dignement justifie. : on avoit faict faire son pr ocez, quelques annes auparavant, ce fameux Arrest traduit en huict langues estoit intervenu sur le procez : on avoit donn un second Arrest en explication du premier, & tant de il y auroit une tres grande raison de loer cette execution, si elle eust est autrement 78 78 Marin Le Roy de Gomberville. 1620. escrire. Par M. Le Roy, Consei ller, Notaire & Secretaire du Roy, & de la Maison & Couronne de France A Paris, Chez Toussainct du Bray, ru S. Jacques, aux Espismeurs, & au Palais en la galerie des Prisonniers. M. DC. XX. Avec Privilege du Roy, p. 116 118.

PAGE 189

189 La tentative conciliatrice des principes reli gieux au savoir vivre mondain et au bien tre social incite le Pre Le Moyne adopter un style narratif de posie prescriptive. Le pote druide, en rvlant des secrets de longue vie une dame du monde, 79 : e, Aussi delicate que fine, Qui fait par de rares secrets, Directeur de vostre sant, Aise, agreable, commode, Par laquelle malgr le Temps, Avant coureur des mauvai s ans, Vous pourrez avoir une vie, : O la terre ne soit feconde, En moissons de mauvais Soucis, Qui mal mnagez & mal pris, Ont une amertume secrete, Qui se rpandant par les sens, Cette triste & funeste fleur avec elle se glisse, ; Ou le pasle & fievreux Amour, Qui brusle de nuit, & de jour ; Ou cette obscure frenesie, Que nous appellons Jalousie. 79 1671. Secret de l ongue vie, A Madame la Marquise de Leuville. Lettres Morales et Potiques. Livre II. Lettre V p. 325 327.

PAGE 190

190 En appelant des demoiselles de la noblesse se conver tir au catholicisme, 80 le pote : Ne sera ce jamais, que je verray vos yeux, Dessillez aux rayons que vous of frent les Cieux, Dtruit en vous la Grace, & gaste la Nature ? Je say dans quelle estime est vostre honn estet ; Royal. Le Saint Sige est reprsent par le patriarcat de No qui prfigure la papaut et la souverainet : Mais qui ne sait combien, au Deluge perirent ?... Pauline fut pudique, & noble comme vous : : Monime fut constante, Artemise fut sage : Saphon eut du savoir, Clelie eut du courage : Mais courage, savoir, esprit, pudicit, Ces Etoiles jadis dans le Monde adores, Parmi nous auj ; Ne sont dans les Enfers, que de tristes charbons Que des serpens de feu soufflent de leur haleine, Mais en quoy craindriez vous de passer pour legeres ? Seroit ce en revenan t la Foy de vos Peres ? Seroit Avecque leur mmoire, ont un heureux repos ? En honorant la Croix, que jadis ils planterent ? Le changement est bon, & mesme glo rieux, 80 1671. De la vraye Foy, A Mesdemoiselles de Haucour. Lettres Morales et Potiques. Livre II. Lettre VIII p. 331 333.

PAGE 191

191 cons tatant son emprise. Il est mis en lumire et graduellement lou pour ses bienfaits : : : Le marbre en se changeant, se taille & se polit : En se changeant, le boi : ; : Ambre, perles, metaux, se fait par changement. se changeront eux Et nous mesmes alors divinement changez, Enfin le changement, condition sine qua none de la flicit tern de dsir : Quelle en ce changement sera vostre demeure : se preparer, A prevenir un mal, qui doit tojours durer. visait pourtant son entreprise : ouvris t les yeux la Verit, & se fist enfin Catholique 81 Succs partiel, il est vrai, puisque la cadette ne fut point gagne au catholicisme, mais succs tout de mme qui couronna son entreprise, dont la valeur dispensa le prtre pote de la vanit, puisque sa peine ne fut pas perdue. 81 Exergue. Ibid ., p. 331.

PAGE 192

192 La conciliation du mondain et du religieux se manifeste encore en enjoignant Uranie : remde qui relve plutt du domaine hypnotique et suggesti f que pharmaceutique et chimique. 82 La pote non plus. Aussi tient il cach le Illustre Captive 83 eut tre moins illustres mais certainement aussi sujettes dchoir, soit pour prvenir leur captivit soit pour les en gurir, soit encore pour leur en faire har n tout en : : & luy prouve par diverses raisons chrestiennes & morales, que pour son repos, pour son honneur, & pour son salut, elle doit la rompre, & se mett re en libert. 84 la captive de brute fournit, en dpit infamie e t la convertir, un enseignement spectaculaire et dans un cadre de discrtion sacrosainte, la personne fminine dans sa rputation, mais femme illustre parmi les pnitentes dont il avait la charge de la responsabilit spirituelle. Le fminisme lemoynien tend donc librer la femme non pas sexuellement mais moralement. P ar surcrot, il est vident que le secours sollicit au Pre Le Moyne par cette comtesse tristement 82 1671. Le Sommeil la plus noble des Muses Lettres Morales et Potiques. Livre III. Lettre V p. 350 354. 83 1671. Avis salutaire, A une illustre Captives Lettres Morales et Potiques. Livre II. Lettre X p. 338 341. 84 Ibid

PAGE 193

193 ses affaires de son propre chef : Puisque vous ordonnez, ge nereuse Comtesse, : Et que je contribu vostre libert, 85 et plaide en faveur de la bonne volont du directeur spirituel qui utilise ici la posie comme remde u tre par crit et en public ce en quoi ses conseils oraux et en priv faillirent : Mais en vain je vous presse, en vain je vous rveille ; Si la Grace avec moy ne parle vostre oreille ; Si les rayons du Ciel ne renforcent les miens ; Et si vous ne prenez des sentimens Chrestiens ; Jamais vous ne romprez la chaisne qui vous blesse 86 considrable. Du Droit des Femmes Dc des Premier procs Le Pre Philippe Nicaud recourut au Pre Le Moyne avant de faire appel au conseil du roi 85 Ibid ., p. 338, col. B. 86 Ibid., p. 340, col. B.

PAGE 194

194 chapelle aprs le dcs de cette fondatrice ni troubler le repos de la dfunte en faveur de laquelle il rpondit : est d une fondatrice ; elle fera grand bruit au Parlement qui ne nous est pas ; no s ennemis ne manqueront point de la relever et de affaires la cour de Parlement occasion pour dcharger contre nous le venin mois ; la cour ne manquera point de confirmer la sentence rendue contre vous Chaumont, et il vaut bien mieux se tenir cela que de venir ici exposer la er et beaucoup de bonne renomme perdre 87 fut fondatrice, le Pre L e Moyne aurait pareillement inclin le favoriser. En somme, il honore le devoir respecte le droit mme au del des stipulations lgales elles tre plus donc tre un penseur impartial et nous retrouvons ainsi dans sa vie quotidienne les mmes cus, de manire pragmatique et semblerait tout fait natu rel et lgitime. En se prononant pour la dfunte, le Pre Pierre Le 87 Lettre du 13 juin 1644. Une lettre indite du Pre Pierre Le Moyne Jean Elzvier dite et prsente avec fac simil par le P. H. Chrot, S.J. res t. III, n 47, 1er avril 1891, p. 392 401. Et Une lettre autographe du Pre Pierre Le Moyne, retrouve au Muse de Chaumont, Bulletin SHAL t. IV, n 51, 1er dcembre 1894, p. 49 54.

PAGE 195

195 e et la rputation. Second procs cette divergence gare le lecteur dans un labyrinthe de mtaphores dont le sens devient tellement concrtisation, faute de convergence, le lecteur, dpays, trouve du mal suivre le fil des ides et ide en les structurant. Un exemple de ce style narratif lemoynien clair obscur se trouve dans vre. Pierre Le Moyne quoi toute gratitude serait indue et toute re connaissance serait impossible. En effet, ce qui est ? Cependant, le Pre Le Moyne va un peu plus loin sur cette cime o il lve les femmes. Madame de Guercheville, si petit des multiples attaques jansnistes, en vue de la rfutation fournissant un argument irrcusable, mais aussi par ngile : 88 88 Et sedens Iesus contra gazofilacium aspiciebat quomodo turba iac taret aes in gazofilacium et multi divites iactabant multa. Cum venisset autem una vidua pauper misit duo minuta quod est quadrans. Et convocans discipulos

PAGE 196

196 communaut de Messieurs du Commerce de Canada ; ayant pens de le transporter de la Terre au Ciel, & le faire profiter sans risque & au centuple 89 pour ; le 90 de ceux qui travailleraient la conversion des Sauvages. Nos Pres qui ne pouvaient pas si commodment tirer ce fonds de la masse 91 commune, & le colloquer ailleurs, en firent un trans port un Marchand de 92 O utre la consistance de la rfutation argumentative pour justifier son Ordre, il importe de convergence chrtienne que se dploie la richesse du style narratif lemoynien. I biblique implicite dont le fruit mditatif rsulte du dploiement de la foi catholique. Dans la suos ait illis amen dico vobis quoniam vidua haec pauper plus omnibus misit qui miserunt in gazofila cium. Omnes enim ex eo quod abundabat illis miserunt haec vero de penuria sua omnia quae habuit misit totum victum suum. Marcum XII, 41 4. 89 au centuple : Pierre Le Moyne se conforme au pied de la lettre, selon la mesure promise par le Christ, au nombre cent : Et omnis qui reliquit domum vel fratres aut sorores aut patrem aut matrem aut uxorem aut filios aut agros propter nomen meum centuplum accipiet et vitam aeternam possidebit. Matthaeum XIX, 29. 90 91 hymne d e la Sagesse Divine t le transporter de la terre au Ciel, pour le dignifier et tre digne si son porte de la masse 92 Pierre Le Moyne. 1644. Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Contre Moyne de la mme Com pagnie. A Paris. M. DC. XLIV. Section IX. Doctrine pratique des Jsuites sur le Commandement de Charit. Calomnie extravagante & ridicule de leurs Ennemis p. 128 9.

PAGE 197

197 chrtienne : facteur le Victor Hugo de son sicle 93 Ainsi la description narrative du petit fonds de Madame de Gu ercheville ; en conformation la loi du don vanglique thsaurisant pour 94 biblique se mle ainsi constamment et en profondeur la pense mditative, elle en fait partie pense lemoynienne. Structure Narrative de La Gallerie des Femmes Fortes : Recueil Vicsimal de Nouvelles Quatre divisions pentagonales constituent les catgories des vingt femmes fortes formes chronologique suivi est donc celui du plus ancien au plus moderne. La raison pour laquelle la la Gallerie des Femmes Fortes un titre de matire, mais figure trois autres titres : 1. titre de support la matire. 2. titre de destinataire qui doit en 3. Par ailleurs, les exemples de la Gallerie 93 Jean Rousset. 1961. Anthologie de la posie baroque franaise Paris, Armand Colin. To me II, p. 327. 94 Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Contre une prtendue thologie Op. cit ., p. 128.

PAGE 198

198 chronologique. Tous les passages ne pouvaient, cependant, se faire ni pied ni la lueur du faible clairage clair obscur du baroque fictif. Au ssi convenait il de les baliser afin que le promeneur qui entre dans la Gallerie puisse, en apprenant leur disposition, les emprunter. Il est Gallerie la Femme Forte lui en ouvrira la porte 95 cependant, ps des Juges, commencer par les deux premires nouvelles de Debore et Jahel Mariamne cinquime nouvelle, en passant par Judith et Salome troisime et quatrime nouvelles. Intermittentes dans le parcours d e la premire nouvelle de Debore 96 se 97 Duchesse de Parme, Gouvernante des Pays bas. 98 Toutes les trois rpondent la Question Morale : Si les Femmes sont capable d e gouverner 99 Trois nouvelles autonomes, en fait, 95 Gallerie, Prface 13 e p.n.c. 96 Debo ra tait la premire figure des Femmes Hroques le Pre Le Moyne inaugure sa Gallerie. Cf. Les Femmes Hroques, Compares avec les Hros. Ensemble les Moralitez la fin de chaque Histoire. Enri chies de tres belles Figures. Par le R. P. Du Bosc. Tome Premier. A Avec Privilge du Roy Cependant, tandis que Pierre Le Moyne compare Debore des personnages hroques des Pays Bas, Jacques du Bosc la com pare des hros masculins par appartenance filiale propre tels Josu (p. 3 26), Gedeon, Samson et Jepht (p. 27 36) suivant les traces de Saint Ambroise. 97 Gallerie I, p. 14 31. 98 Ibid ., I, p. 31 37. 99 Ibid ., I, p. 10 13.

PAGE 199

199 un dnouement identique qui rpond la didactique pidictique de la Question Morale par la thorie expose dans cette premire nouvelle vicsimale de Debore 100 pro cd narratif baroque par excellence, consistant mettre en parallle un ensemble de nouvelles multiples et inhrent non seulement la forme schmatique baroque du recueil vicsimal de nouvelles de la Gallerie mais encore la matire constituant la dmarche dialectique selon un ordre prcis de priorit : ainsi, la Question Morale conjugal le soin du corps est 101 Ce sont les exemples Rflex ion Morale vicsimale des nouvelles et la rponse la Question Morale : donc, oui, les femmes sont capables de gouverner et de rgner dignement. Non seulement elles sont aptes gouverner, mais bien gouverner, du moins tout aussi bien que les hommes. De bore reprsente le choix que 102 Cependant la forme structurelle de ce schma ternaire dans Debore outre la matire, se reproduit encore dans 100 La mise en abyme, procd Isabelle Infante et bas Ces deux nouvelles pourraient tre considres comme rela tivement dpendantes par rapport Debore symbolique. Si un retour constant vers la nouvelle principale est possible, partir d es deux nouvelles secondaires, n dans son Polexandre de mme La multiplicit des personnages et des aventures qui leur arrivent constitue le plus grand intrt pour le lecteur selon que le procd narratif de mise en abyme les rapproche, les apparente et les relie la trame narrativ e principale concernant les amours de Polexandre et Alcidiane ou de Cladon et Astre. 101 Ibid ., I, p. 120. 102 Ibid ., I, p. 10.

PAGE 200

200 Panthe 103 laquelle sont subordonnes gal ement deux exemples Ingonde 104 et Clotilde de France 105 Quant aux dix huit autres nouvelles, elles sont rgies par une structure binaire de mise en abyme. Un autre avantage prsent par les passages structurels de mise en abyme consiste divertir le promen La ppui une droulement et dnouement des vnements, ces passages transitio nnels tmoignent du souci esthtique de varit 106 qui caractrise non seulement la Gallerie mais bien le baroque en lui mme pour point de repre normatif et exemple potique inaugural parmi les potes religieux baroques, pour qui veut procder une analyse spirituelle de la mtaphore 107 qui, pour tre Entre Gallerie des femmes fortes du Saint Louis 103 Ibid ., I, p. 111 124. 104 Ibid ., I, p. 125 132. 105 Ibid ., I, p. 132 134. 106 Une arch ologie du visible. Smiotique et hermneutique des comportements au XVIIe sicle p. 111 128. Caractres et Passions au XVIIe Sicle Universitaires de Dijon. 1998, p. 120. 107 : le problme de la mtaphore In cle tienne, 2000, p. 152.

PAGE 201

201 Saint Louis cette Gallerie seule vrit historique objective consigne par les plus savants historiens, 108 laquelle fournit la matire narrative et descriptive fondamentalement inhrente une apologie de la constance vicsimale dont se servira le moraliste pour inculquer la vertu et manifester en en faisant talage la gloire et la vertu de la femme. 109 prsente au lecteur / la lectrice, pour accompagner chacun des vingt personnages historiques majeurs fminins qui composent la Gallerie des Femmes Fortes Ces personnages antiques mmoire proche des lecteurs contemporains. Ces modles historiques exemplaires illustrent par leur vie et par leur mort le mme courage, la mme vaillance, la mme constance, le mme idal de g rce et de vertu, bref, le mme honneur attribu la femme forte principale qui constitue le vicsimal, 110 et qui sont suivis de personnages mineurs, font de la Gallerie un recueil 108 Xnophon, Flavius Josphe, parmi les plus illustres, outre les livres bibliques canoniques et deutrocanoniques tels que Judith les Macchabes etc. 109 Pierre Le Moyne p roclame, selon Volker Kapp, la supriorit des femmes : la femme vaut autant ou mme Instruction des femmes et politique chrtienne dans La Gallerie des femmes fortes du Pre Le Moyne In Littratures classiques. Littrature e t religion sous la direction de Grard Ferreyrolles. Numro 39 le Mirail et du Centre National des Lettres. Paris, Honor Champion. 2000, p. 65. 110 Le Sonnet, dans la littrature baroque est une forme narrative brve non seulement chez Pierre Le Moyne mais L'astre Lyon: Pierre Masson. 1925, p. 30 1 ; p. 51 2 ( Sonnet Sur les ) ; p. 53 ( Sonnet ti ) ; p. 54 ( ) ;

PAGE 202

202 monumental de nouvelles vicsimales baroques par excellence, la fois unique et multiple. Nous retrouvons ainsi la multiplicit protagoniste qui caractrise le baroque littraire 111 amplement figurative de la Gallerie t la vertu de la femme, et prconisant un idal proto fministe : ceux qui courent apres les Phanto que le mensonge : & que les corps naturels sont plus lumineux, & ont plus de grace que tous les spectres que fait la Magie. 112 Or ces corps justement sont ceux du luminisme pictural baroque, ils sont lumineux surtout en tant que phosphnes, ils brillent par effets de contraste, leur luminisme constitue leur sion. Ce sont des corps 113 les contours. Il ne serait pas inappropri de qualifier le Pre Le Moyne de fministe radical ayant sa propre narrativit avantageant les femmes, quoique cette qualification semble anachronique par rapport au XVII e surgit mancipatrice pour susciter un mouvement de libration de la femme. Cependant Pierre Le p. 99 100 ; p. 151 ; p. 182 3 ( ) ; p. 250 ; p. 296 ( ) ; p. 330 ; p. 437 ( Sonnet ) etc. 111 Marcel Raymond. 1955. Baroque et re naissance potique. Paris : Jos Corti. p.28. 112 Pierre Le Moyne. 1647. La Gallerie des Femmes Fortes Par le Pre Pierre Le Moyne de la Compagnie de Jsus. Cinquime Edition, reveu & corrige. A Paris, Par la Compagnie des Marchands Libraires du Palais. M. DC. LXV. Prface 11 e 12 e p.n.c. 113 Marcel Raymond, la suite de Wlfflin, distingue la linarit classique o objets de la picturalit baroque o Op. cit ., p. 2 6.

PAGE 203

203 Moyne en fut sans doute un minent prcurseur et il entendait bel et bien manciper la femme, exceptions prs dont les plus illustres sont celles de la reine Marguerite de Navarre et Georgette de Montenay ne pas signer titre de femme 114 dvotes. Entre Tristesse et Euphorie la Gallerie des Femmes Fortes que par le l tant que telle. te & la foule. 115 La tristesse que suscite la mort de femmes hroques telles que Salomone 116 mre des Macchabes ou encore Mariamne 117 Gallerie est 114 Fabienne Ggou. 1971. Trait de l'origine des romans Paris, Nizet. Lettre trait de Pierre Daniel Huet sur l'origine des romans dition du tricentenaire, 1669 1969. Suivie par De La lecture des vieux romans de Jean Chapelain, dition critique, p. 18. 115 Pierre Le Moyne. 1644. Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie de Jsus. Pierre Le Moyne de la mme Compagni e. A Paris. M. DC. XLIV, p. 146. 116 Gallerie p. 68 81. 117 Gallerie p. 86 99.

PAGE 204

204 es t 118 et Marcel Proust dont la prface tmoigne : A la mmoire de mon pre frapp en travaillant le 24 novembre 1903 mort le 26 novembre cette traduction est tendrement ddie. M. P. Puis vient le temps du st trs court. John Ruskin. 119 aussi cette tristesse se transforme t elle en extase expressive de la dlectation potique. On ne peroit cette demeure que de loin et c des sonorits lyriques de la posie oi, rsidence privilgie, indpassable, lieu de permanence et de prennit ; et transitive en ce sens pote y rside, il est vrai, mais il en sort ventuell ement, au gr de la libert spirituelle et morale il pas tonnant 118 ? Laissons le vent gmir et le flot murmurer ; Revenez, revenez, mes tristes penses Je veux rver et non pleurer. O p. cit Elgie XIV Le Premier Regret p. 338 45. 119 Marcel Proust. 1904. John Ruskin. Paris, Socit du Mercure de France. MCMIV.

PAGE 205

205 Molire 120 121 qui fut pourtant simultanment avec Molire son lve 122 Le Pre Pierre Le Moyne exera une i nfluence certaine sur Molire qui se vrifie par la satire sur le pyrrhonisme dans le Mariage Forc 123 ; la perspective du savoir fminin traite la Gloire du Val de Grce 124 dernier pom e de Molire 125 compos de 120 Ds Lyon Revue. Recueil Littraire Historique et Archologique. Illustration s de E. Froment. Sciences et Beaux Arts. Directeur et Rdacteur en Chef : Rdaction et Administration 22, Rue Palais Grillet. Tome IX. Sixime Anne Lyon, Chez tous les Libraires. 1885, p. 99. 121 prcis sur les cinq annes que le jeune Poquelin passa au collge : Il fit ses humanits a u Collge de Clermont devint encore meilleur philosophe. Le Collge de Clermont, dirig par les Jsuites, dit Taschereau dans son Histoire de la Vie de Molire (5 e dit., in auteur du Tartuffe Iconographie Moliresque Pa r Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) Conservateur de la Fontaine, Libraire, 1876, p. 198. 122 Jules Loiseleur affirme que Molire et Conti avaient dbu infima grammatica, ordo prior Ils firent ensuite ensemble les deux classes de moyenne grammaire et de grammaire suprieure, puis ils passrent aux dire la seconde et la rhtorique. Le P. Les points obscurs de la vie de Molire : les annes d'tude, les annes de lutte et de vie nomade, les annes de gloire ; mariage et mnage de Molire. Par Jules Loiseleur Bi forte par Ad. Lalauze Paris, Isidore o 2. 1877. Tome II, p. 42 43. De son ct, La Grange confirme la simultanit des tudes de Molire et Conty au Collge de Clermont dont le Pre Le Moyne tait le rgent et il donne Molire Monsieur de Molire A Paris, Chez Denys Thierry ; Claude Ba rbin ; Et Chez Pierre Trabouillet. 1682, t. I, Prface Cit par Chrot, tudes ouvrages sur Molire dont la Vie de Molire en abrg affirme que Paris, journal Le Monde numr o du 18 septembre 1878. Cit par Chrot, tudes, p. 14. 123 ballet o Louis XIV dansa en personne. Elle se passe entre Sganarelle et le pyrrhonien Marphurius. Cf. olire Paris, Hachette. 1978. I, V, p. 46 52. 124 Molire.1821. avec des remarques grammaticales, des avertissements et des observations sur chaque pice, par Bret. Prcdes de la Vie de Molire par Voltaire, et de son loge par Chamfort. Nouvelle dition, imprime sur celle de 1773. Tome VI. A Paris, Chez Tardieu Denesle, Libraire, Quai des Grands Augustins, n o 37. La Gloire du Val de Grce p.583 95.

PAGE 206

206 trois cent soixante six merveilleux alexandrins, dans lequel transparat de manire directe premire fois 126 euphoriques, qui lui firent dfaut ; ni 127 c'est dire que son expression ne mditati f ; trois lments ncessaire au critre de la profondeur dans la littrature baroque. Il y a incompatibilit certaine entre une posie de qualit suprieure et la mdiocr e 128 entre le palais de la Fortune et celui de Caliste 129 selon la thorie des trois registres littraires savoir le 125 la Gloire du Val de Grce de Molire so it arbitrairement dans i nous Collationnes sur les Textes Originaux et Commentes par M. Louis Moland. Deuxime dition. Soigneusement revue et considrablement augmente. Une composition de Staal, grave sur acier, accom pagne chaque pice. Tome Neuvime. Paris, Garnier Frres, Libraires diteurs. 6, Rue des Saints Pres, 6. MDCCCLXXXIII. Chefs ter Notice prliminaire p. 419. 126 1953. Prface du R. P. Carr. Paris, Edition Spes. Passim 127 Marcel Raymond. Op. cit ., p. 30 31. 128 pu t il le plus naturellement du monde de quoi Malherbe se vantait : fois la verolle, qu ur de Bellegarde, le pre Luxure. Vie de Monsieur de Malherbe Paris, Le Promeneur. 1991, p. 39. 129 de Malherbe et de Le Moyne Dans Recherche s et Travaux. pp. 115 123.

PAGE 207

207 registre sublime, le registre mdiocre et le registre bas (Calin, 2008). Si Malherbe avait eu pour matre le Pre Le Moyne, sa pro duction potique aurait elle, comme celle de Molire, appartenu au registre de la plus haute classe demander si Marguerite de Valois avait eu pour confesseur le Pre Le Moyne, se serait elle console de ses malheurs la gloire du Pre Le Moyne : Si le P. Le Moine toit venu cinquante ans plus tard, il et t le Matre de tous les Potes Franois. 130 De trois ans son cadet, Corneille Cid par Georges de Scudry 131 permet, en procdant par limination, de supposer quelque solidarit amicale reliant Corneille au Thodore Vierge et Martyre ne ft acclame de Pierre Le Moyne et certainement de quelques autres, partageant les moins femmes martyres cet enjeu devient double sacrifier tout come les hommes t aussi de leur honneur, et sur ce point elles chastet, ce qui, chez la femme forte, ncessitera un gain de cause impliquant une autre sorte de courage que celu i qui, les incitant braver la mort, distingue les hros mles. Corneille et Pierre 130 Cf. Mmoires de Trevoux 1730, p. 1455. Cit par Chrot, Etudes p. 424. 131 prostitue Cf. Pierre Corneille. compltes. Lettre Apologtique contenant sa rponse aux observations faites par le Sieur de Scudry sur le Cid. (1637) Ed. cit., p. 846 848.

PAGE 208

208 Captive Victorieuse de la Gallerie est en un sens encore plus cornlienne qu e Thodore dont le mme ; tandis que la chrtienne mme ainsi que ses compagnes de captivit. 132 Ainsi la demeure du pote est le pont virtuel qui le relie non seulement la vie mais encore ses lecteurs, qui le fait passer de la tristesse et de la douleur Erotie : des plus nobles Esprits, & qui est une demi ses intrts, & dgage de la masse, se prpare une lvation parfaite, qui est son Principe. Les Portraits de reprsent dans son Caractre, avec tous les traits & toutes les couleurs que lui donnent les Philosophes sans Boussole & sans Carte au 133 Le pote se distinguera galement, par le but missiologique de sa parole crite, du simple peintre et au lieu de se contenter de toucher les yeux extrieurs, ceux de la vue, chez son publ ic, il : Modles que nous en avons dans les Ecritures saintes & dans Copie et les rudesses des Originaux, qui sont bien hardis & savants ; mais qui ne traits, & la vivacit du coloris. En cela pourtant mon soin a t fort retenu considr ce qui tait de la biensance de celui dont je faisais le Portrait ; & me 132 Quatrime nouvelle majeure dans la dernire division quaternaire de la Gallerie Des Fortes Chrestiennes La Captive Victorieuse p. 157 178. 133 Pierre Le Moyne. 1643. Peintures Morales II. Ed.cit ., Prface 11 e p.n.c.

PAGE 209

209 de 134 Erotie it extatiquement une demeure euphorique pour ses lecteurs, demeure o la tristesse et la douleur cdent leur emprise la victoire de celui dont le Portrait victorieux opre la transcendance. La Mort Volontaire Gallerie se suppriment par une mmes, ainsi en est il dans Thodore de Marcelle, femme de Valens, qui se donne elle mme la mort avec le mme poignard dont elle tue Didyme et Thodore. 135 Quoique le sp ectacle de son suicide soit pargn aux spectateurs, nanmoins, les dtails en sont rapports par la narration fidle de sa confidente Stphanie qui en fut tmoin oculaire : Cependant, triomphante entre ces deux mourants, Marcelle les contemple ses pie ds expirant, 136 Et tantt gote pleins yeux ses mortels dplaisirs, Y mesure sa joie, et trouve plus charmante 137 A ces mots, furieuse et se perant le flanc 138 Examen de la pice termes de mnagement des 134 Ibid 135 Ibid ., Thodore Vierge et Martyre Acte V, Scne VIII, p. 412 3. 136 Ibid ., v.1817 8. 137 Ibid ., v. 1821 4. 138 Ibid ., v 1833 4.

PAGE 210

210 : Quand un ennemi tue son ennemi, il ne 139 Pourtant la mort volontaire que se donna Marcelle ne devait pas tre ignore par le publi la pice. En effet, la problmatique du suicide souleve dans un contexte moraliste fminin fait nouvelles des Fortes Barbares et des Fortes Romaines de la Gallerie souvienne que raconter et compatir ne signifie point approuver. En dmontrant la contradiction entre la morale du Jsuite Le Moyne et le suicide des paennes dans la Gallerie 140 Albert Bayet remet en question galement la perspective suicidaire de la mort volontaire du Christ. 141 donna pas lui e sacrificiel, de pure volont sotriologique 142 qui ne se prte nullement la comparaison non seulement avec le suicide des La Mtempsychose Outre la mort volontaire, la m tempsychose constitue un autre conflit avec les vues de Franoise ressemble la Juifve : & si les loix du Christianisme souffroient la 139 Ibid ., p. 392. 140 Le suicide et la morale Ed. cit ., p. 580 99. 141 Ibid ., passim 142 IV, La Mort du Christ 19 25 et V, La Rsurrection du Christ 26 Oporte t enim corruptibile hoc induere incorruptelam et mortale hoc induere inmortalitatem (I Epistula Ad Corinthios XV, 53) saint Athanase explique que la mort du Christ conqureur de la mort mme, expliquant pourquoi le Christ choisit la mort sur la croix.

PAGE 211

211 Metempsychose, je croirois asse 143 Mentionne littralement, la thorie de la rincarnation donne lieu aux trois Judith dans dliv question morale Du choix que 144 Pour la seconde, il Judith Franoise la mme qui donnera son nom la premire nouvelle majeure des Fortes Chrestiennes dans la Gallerie 145 Quant la troisime, moins substantielle que les premires, elle soutiendra Lisamante dans sa lutte contre le Sultan du Caire, Meledin qui, tout comme Holopherne isle humide & sombre, 146 ne simple la Judith glorieuse et ressuscite qui intervient. 147 Cependant, la rflexion que soulvent et la mtempsychose et la mort volontaire procde non pas de l t il point ces questions en termes dogmatiques. Il s vues opposes qui y 143 Peintures Morales I. Ed. cit ., La Seconde Judit h Judith Franoise premire nouvelle majeure des Fortes Chrestiennes dans la Gallerie II, p. 65 83. 144 Gallerie I, p. 63. 145 Gallerie II, p. 65 83. 146 Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise Op. cit ., Livre XIII, p. 162, col. A. 147 Cf. Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise Op. cit ., Livre XIII, p. 162 4.

PAGE 212

212 la confusion. 148 c des questions conflictuelles telles que la mort volontaire et la confian ; et en tant que prtre fidle, bienveillant et honnte, il les dnonce en tant que procds incompatibles avec la foi de e non seulement fministe, mais encore garde que comportent les Peintures morales la Gallerie de s Femmes Fortes la Dvotion aise la Modestie et la Biensance Chrtienne Saint Louis ainsi que les Devises hroques & morales suffit tendre le domaine didactique au phnomne apologtique et pidictique. 148 Nos Rgles sont nos remparts, elles nous garderont si nous les gardons ; & nous rendront invincibles, tandis : & ce mot ne devrait ? ne devrait il pas nous valoir une Dclaration souveraine, & une Apologie couronne ? La mmoire de ce grand Pri devrait elle pas confondre la Calomnie ? & aprs ses paroles hroques, qui faisaient de son temps la destine des Manifeste Apologtique Op.cit., p. 15 16.

PAGE 213

213 CHAPTER 5 CONCLUSION 1. Verve Baroque lemoynienne : instruire en divertissant La cration est raconte dans les par la du Saint Louis ainsi que les nouvelles poignantes tires de la ralit historique du recueil vicsimal de la Gallerie des Femmes Fortes Par del les mtaphores, les comparaisons, les antithses, les oxymores, les litotes, les hypallages, les hyperbrates et autres figures de style, le prdicateur jsuite, ludique du mondain. Il russit instruire en divertissant 1 Il se cristallise sans cha nger de contenance et se transforme par ce phnomne paramorphique adapt la pdagogie du non nova, sed nove 2. Triple Pdagogie : mystique, potique et historique Ce fut dans ce caractre paramorphique que nous pmes constater prcisment que le langa phnomnologique et pistmologique du religieux, du politique et du moraliste, mais surtout, en considration de la socit au XVII e sicle, ce triple langage pdagogique, phnomnologique et 1 Gallerie 1647. Prface 5 e ranois, avec des remarques critiques et historiques. Par Monsieur Dacier. Cinquime gographiques, & des diffrentes leons de Mrs. Bentlei & Cuning am, & du P. Sanadon. Tome Troisime. A ; elle confirme pa r la politique (Bloom, 2009) tait similairement en divertissant et deux notions pdagogiques sur lesquelles insista Pierre Le

PAGE 214

214 doit sans cesse tre prise en consid o posie ( Discours de la posie biensance, devenu porte able 2 consomm et 3. Indissociabilit de et de : sont purs toutes choses sont pures. Tous les vtus de Pourpre ne sont pas de mauvais Riches, ni tous les nus & les crasseux de saints Pauvres. 3 La profondeur baroque confra la simplicit textuelle de la narration lemoynienne une dimension phnomnologique de concision et uvent confondue, tort, avec cette caractristique baroque (de profondeur) 2 Les Peintures Morales. Seconde Part Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de Jsus. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy, Imprimeur or dinaire du Roy, rue S. Jacques, aux Cicognes. M.DC. XLIII. Avec Privilge de Sa Majest. Prface 15 e p.n.c. La mme notion du se retrouve dans la Gallerie 1647. Prface 3 e p.n.c. 3 Ibid ., 18 e p.n.c.

PAGE 215

215 4. Simplicit, complexit et navet dmarches, ses relations, elle est incapable de nous renseigner sur la nature du texte. De mme texte. La complexit lle est approprie qualifier peut qualifier le texte, mais elle est incapable revanche, applicable la fois au corrlations q tre part. Table 5 la qualification textuelle. Descriptifs (CAD) Texte Auteur CAD Texte ou Auteur CAD Texte et Auteur Simplicit 1 1 2 3 Complexit 1 1 1 Navet 1 1 1 Quantification de la qualification 2 2 4 5 pas vrai et la plus grande preuve rside dans les crits baroques o la simplicit domine le texte sans il de relever ce pouvoir de

PAGE 216

216 distinction et de discernement qui scella de son sce au le texte baroque lemoynien et qui marqua sonnalit de Pierre Le Moyne. Cette harmonie ne fut jamais rompue. Elle lui permit de demeurer au dessus des confinements sociaux et politiques sur les cimes leves du Parnasse Chrtien tout en gardant les pieds sur terre ; et de dfier les prjugs. Cependant, cette hardiesse exemplaire ne desservit de ses troupes dans mais fournit un complment fictionnel que seule la x Muses : les Conqurants, & de civiliser les Peuples. 4 Ce devoir crivain rsumait bien la vision missiologique que Pierre Le Moyne forma de sa propre posie. Il ne prtendit nullement innover, au contraire, il voulut oprer en avanant les Muses paradoxalement par un retour en arrire, en les restaurant dans leur anc ienne dignit et en les rtablissant dans leur rle originel o elles avaient pris racine dans la leurs premires fonctions 5 4 Discours de la Posie 1639, p. 5 6. 5 Ibid

PAGE 217

217 6. Optimisme et Cosmogonie Hymnes de la Sagesse Divine de Pierre Le Moyne 6 perme t de constater, rdemption. Comparant les deux prosopopes contenues dans le pome sur le dsastre de Lisbonne chez Voltaire et e chez Pierre Le Moyne ds leurs strophes Par la structure monologique de la sagesse divine f impair de la monade trinit aire hypostatique reprsente par la sagesse divine pouvait tre ; et que le nombre pair des quarante e binaire, auquel cas se justifierait le triple soin du prtre pote jsuite ne jamais changer cette structure numrique tout en ditant constamment ces hymnes et en les retouchant par de lgres modifications, et surtout les inclure dans ses publicati ons potiques successives en vue de leur au cours des nombr euses rvisions. Le Jsuite se fit porte parole de la sagesse divine en parlant la premire personne au nom du Fils, seconde hypostase jsuitique sublima ainsi le langage potique et en fit une entit paramorphique de cristallisation 6 La pagination des Hymnes toujours le nombre ordinal des strophes, lequel recommence au dbut de chaque hymne. Ainsi (X, 3) par exem ple, veut dire dixime strophe et troisime vers.

PAGE 218

218 se confondit point avec la sienne. Ce dia logisme oppos au monologisme de la sagesse, donna sa 7. Catholicit des Hymnes les rfrences auxquelles renvoient les annotation a fonction rdemptrice du Fils de Dieu relie la cosmogonie fixiste du crationnisme laquelle eut recours le Pre Le Moyne avait dj t formellement exprime par Ceppde et Franois de Sales rpter servilement. Par le fait mme se justifia aux yeux du public la triple inspiration biblique, ingue certainement la posie mystique aspect mditatif, typique des exercisants 7 fidles aux instructions de saint Ignace de Loyola, chez Pierre Teilhard de Cha rdin 8 8. Divisions strophiques au sein des Hymnes Afin de mieux dlimiter la linarit de la cosmogonie selon la vision lemoynienne, les cosmogonique 7 Ignace de Loyola. 1522. Exercices Spirituels Paris, Descle de Brouwer. 1986. 8 Voir infra

PAGE 219

219 et la phase cosmogoniq ue, relates dans la Sagesse Divine sont suivies par la phase post cosmogonique qui figure dans Au sein de de la sagesse divine division des vingt strophes. Premirement, les strophe s I X sont consacres la narration de la phase pr cosmogonique. Troisimement, les strophes XI XX concernent la phase cosmogonique. Une autre division est opre au sein de afin de dlimiter la rpartition des quatre lments subdiviss dans les strophes I VIII concernant Les merveilles de la Sagesse dans la production Sagesse Divine). Les strophes IX gouvernement des cratures par la provision divine de la Sagesse la fois cratrice et rdemptrice. Sept rpartitions des lments purent tre dtectes selon leur occurrence strophique par rapport 9 Un analogisme est ensuite tabli entre le schma volutif de Hymne de la Sagesse Divine avant la naissance du Monde et la longue attente de la naissance du Monde correspond la naissance du futur roi soleil, exprime dans les Sonnets sur la Naissance du Dauphin La phase post cosmogonique correspondra, aprs la naissance, au gouvernement que le trne du roi de France assumera. Dans la structure organisat ionnelle de la conception de chronologie volutive impliquant les trois tapes cosmogoniques, correspond donc dans roi Louis XIV. 9 Voir notre tableau : Ordre cosmique des lments selon leurs sept rpartitions strophiques

PAGE 220

220 9. Esthtique Mditative du Crucifix et la fin du recueil des Posies de 1650 dans Miraculeuse o la continuit de cette esthtique se poursuit, confirmant harmonieusement la s 10. Nostalgie des Origines me nostalgie que envers et envers une communion fontale (la Communion aux sources de la Vie) 10 alement des chos plus rcents de cette nostalgie des sources originelles chez Maurice Maeterlinck 11 Saint Louis Saint Louis portant la fois sur les antcdents cir pote jsuite des titres de supriorit, permettent une progression pidictique dans le texte pique lemoynien. poursuivre le dveloppement dans le parcours pr pique, dans les rapports sociaux que le Pre 10 Pierre Te ilhard de Chardin. 1957. Comment je crois. Le milieu divin. Essai de vie intrieure Paris, Seuil, p. 78. 11

PAGE 221

221 Pierre Le Moyne entretenait avec la noblesse et la cour de Louis XIII et de Louis XIV. Il plu Saint Louis socit et dans une socit laquelle il tait, non pas un intrus, mais un membre bienvenu, un agent de rconciliation, un exemple vivant de vertu et de sincri t ; une socit laquelle il conseils, recherch pour son intelligence conciliatrice et respect pour sa posie cratrice entre le riche et le pauvre, entre le ciel et la terre, entre Dieu et lic du XVII e sicle devait donc tre pour le moins prioritaire. criv (grce la licence de la fiction en faveur de la fable) parmi les vaillants de Louis IX, roi de France et commandant de la septime croisade en gypte, tels que l e duc de Montmorency, dont il restitua solidairement la mmoire et auquel il donna (par la mme licence) un rle roi Louis le Juste leur tte. En citant des tmoignages laudateurs contemporains du Pre Pierre Le Moyne, tels que ceux de Jean

PAGE 222

222 dans le miroir ambiant dont la socit est constitutive qui la renvoyait sans tache dans toute la splen deur littraire du grand sicle, la tentative de restitution fit de grands pas sur le chemin du retour perceptif aux origines miroites par ces sources miroitantes. mour patriotique pour la du Jsuite pote des Triomphes de Lo uis le Juste (1628), du Portrait du Roi passant les Alpes (1629), de la France Gurie (1631) Moyne g alors de quarante (psychologique ment) au double choc de cette mort de six mois prcde par celle du Cardinal de Richelieu. 13. Saint Louis Afin de mieux justifier la pertinence du choix du hros chrtien saint Louis, furent exposes les perspectives descriptives et narratives travers lesquelles Louis IX tait peru par les crivains les plus clbres du temps de Pierre Le Moyne : Franois de Sales, Bossuet, La Arsacides, la Sainte Couron ne) prsentent des dtails plus amples sur saint Louis afin de faire la part 12 de la ralit et de la fiction, de rendre au rel ce qui est au rel et de mettre en relief jacen t 12 Ces renvois sont mis en appendi ce, sans toutefois trop encombrer le texte.

PAGE 223

223 14. Mthodologie Explicative en bas de page accompagnant les extraits reproduits rendent compte de diffic ults hermneutiques, smantiques et syntaxiques majeures qui peuvent surgir lors de la lecture et, constituent un chantillon ; elles tendent simplement familiar iser le lectorat avec le style hroque. Dans la mesure du possible, t ous les extraits reproduits furent donc accompagns nne saint Louis semi rel. Un lieu fig et mouvant, fuyant et immobile. Un lieu et un non lieu. Une gypte du temps et hors temps. Une gypte paradisiaque et ferique. Mais aussi une gypte infernale et dans le temps. Cependant, l mitoyen entre fable et ralit, entre illusion et ralisme, entre magie et polythisme ; un es pace virtuel mi rel et un espace rel mi mme ambivalence prvaut sur le temps par les anachronismes faisant intervenir des personnages comme le duc de Montmorency,

PAGE 224

224 au temps lui mme, comme la troisime Judith. en affaiblir la beaut, loin de diminuer la valeur esthtique du texte, forment le noyau mme de Virtualit et anachronismes servent donc, ennoblissent et emb ellissent le texte pique et le Gallerie des Femmes Fortes excessif. Il est difficile de Cet tirement stylistique constitue donc un trait de gnie, la capacit extraordinaire caractristique du Pre Pierre Le Moyne de pu langue franaise. 16. Intertextualit compare : la Gallerie des Femmes Fortes Saint Louis Les nouvelles de la Gallerie autr es. Chacune de ces nouvelles prsente un ordre progressif dfini. Aussi leur dnouement est et se suivent sans se terminer par des contours nets et prcis. Les facteurs de variabilit narrative entre la Gallerie e littraire.

PAGE 225

225 Table 5 2. Entre Gallerie et pope : Intertextualit compare des variations narratives. Facteurs de Variabilit Narrative Intertextualit compare Galerie pope 13 Narrativit constitutive Nouvelle pisodes Baroque narratif maj eur Fministe Hroque Baroque narratif mineur Hroque Fministe Sexe prdominant Fminin Masculin Narration potise 20 Sonnets Texte intgral Narration prosodique Texte intgral 25 Arguments Part du Rel 100 % 50 % Part du Virtuel 50 % Hros me des Femmes Part exclusive Part inclusive Structure numrique 20 25 Finitude / Suite / Dnouement Terminal non suivi Non terminal suivi Inspiration historique Ralisme Imaginaire Division Hagiographique 14 10 /20 = 50 % Sarrasins / Franais = 50 % Part des femmes Texte intgral pisodique Rle des hrones Central Priphrique Facteur de Similarit Narrative Division Hagiographique Variabilit Narrative 14/15 = 85% Similarit Narrative 1/15 = 15% iste Le fminisme dvot que promut Pierre Le Moyne ne se restreignit point la volont del de la dimension de dispenser des Galerie 13 Nous ajoutons aux sept livres du Saint Louis Hros Chrtien de 1651 1653 (date du privilge et date de publication respectivement) les dix huit livres du Saint Louis ou la Sainte Couronne Reconquise (1658), soi t au total vingt cinq livres, ayant la mme structure compositionnelle (Argument en exergue suivi de la posie narrative), mais de contenu diffrent. 14 Le calcul de la division hagiographique est bas sur les cinq Juives cinq Chrtiennes par opposition aux cinq Barbares cinq Romaines dans la Gallerie et sur le partage de moiti qui prvaut entre les sarrasins et les Franais dans le Saint Louis

PAGE 226

226 tives cantonnant u foyer, mais elle transcende cette limite seulement la femme doit recevoir l selon le Pre Pierre Le Moyne, mais encore, cette instruction elle distinguer afin de se rendre, en tant que programmatique fministe, une instruction digne du de recevoir. La perspective du fminisme dvot de la programmatique pdago gique lemoynienne la femme. Transcendant ainsi la politique sgrgative misogyne de la didactique fminise de femme sera dsormais partie intgrale du public rcepteur de cet enseignement. Tour tour sont allgus les y rpondit point moins bien que le Pre Le Moyne. Cette objection se rsume concevoir a priori la cause fministe perdue ad litem

PAGE 227

227 a fortiori femmes fortes riges en figures fminines modle s dans la Gallerie mais encore afin de faire prvaloir la conception judo 19. Antcdents Fministes de la Tol rance Voltairienne dans Las Le fminisme dvot lemoynien qui se rvle dans toute son intensit dans la Gallerie des Femmes Fortes fut prcd et suivi par une conception du fminisme longtemps enracine et perceptible travers les attitudes, les consei ls et les prises de position du prtre crivain jsuite. rclamera et en faveur de laquelle il entrainera sa suite (Weltman, 2009) les philosophes de la lumire au XVIII e sicle. 20. Alegonde de Bourbon Montmorency et la Judith ressuscite (Judith III) Considrant les femmes fortes de la Galerie et celles de 15 et Alegonde de Bourbon ne Montmorency 16 leurs diffrences gnrales compares paralllement les unes aux autres amorphose paraissent comme des tres feriques. Rien de tel dans la Gallerie o toutes les femmes appartiennent au rgime du ralisme historique. statut monast ique exceptionnel 15 Voir notre chapitre sur le fminisme dvot. Cf. Saint Louis, Livre XIII, p. 162 164. Nous appelons 3 e Judi th celle 16 124.

PAGE 228

228 parmi les hommes 17 armure enchante de feu son mari Aymon de Bourbon Archambault. Enfin ces deux femmes feriques de Bethunes Il la ramne au Camp, la conduit chez le Roy : Son aventure trouve peine de la foy : Et de tous les Quartiers, cette grande nouvelle, 18 Mais dans le Camp barbare, aussi tost que le bruit, Publia le succs de la tragique nuit ; De la chute du Chef, tous les Corps tonne z, 19 21. Judith III et Lisamante que Judith ne coucha point avec Holopherne. Le mme triple succs est doublement octroy aux deux hrones Judith III et Lisamante vie saine et sauve et le salut de la nation. Cependant, seul le rsultat final du dnouement de caractre marginal de leur aventure. 17 Sophrone de Jrusalem. 1985. Montbonnot Saint Martin, J. Millon. Voir aussi la version de Jacques de Voragine. 1997. La Lgende dore Edition critique, dans la rvision de Jean 1348) de la Legenda aurea (c. 1261 1266) publie par Brenda Dunn Lardeau. Paris, Cha mpion. Legende de saincte Marie egipcienne, p. 408 411. 18 Cette grande nouvelle est la mort de Meledin gorg. 19 Saint Louis Livre XIII, p. 164, col. 2.

PAGE 229

229 22. Intervertissement du Lecteur : personnage participant, primaire et privilgi el les appartiennent au secret partag par le narrateur et connu du seul lecteur qui, par connivence, en devient dtenteur et joue, par consquent, un rle plus important que les personnages initiaux Lisamante qui se droule lui est rvl. Cette complicit a pour cause le gain de la sympathie du lecteur de la part du narrateur et elle a pour effet la rupture de sa passivit devient le confide en revanche, auquel le secret est rvl, devient, par un intervertissement des r les, personnage primaire et privilgi, dans ce cas singulier. 23. Marginalit et Clandestinit mme en tant que tel ne fait point partie de la trame principale du elle marginalise par rapport 20 que cette lumire est narrativement revtu e de clandestinit. De mme Alegonde ne fait de dclaration ni officielle ni directe au roi. Mme si ses propos marginalise par rapport la trame principale pisodique fragmentaire. 20 Les anges du paganisme LXXII, p.159.

PAGE 230

230 24. Appartenances Narratives Baroques Compares Hormis la triple appartenance corporelle, sexuelle et spirituelle qui marque la convergence de Judith troisime et Alegonde de Bourbon av ec les femmes fortes de la Gallerie toutes les autres appartenances narratives baroques les font diverger, ainsi que le montre le tableau suivant. Table 5 3. Appartenances Narratives Baroques (ANB) compares : Les Femmes Fortes de la Gallerie / Alegonde de Bourbon Saint Louis Convergence et divergence des Appartenances Narratives Baroques (A.N.B.) comparant les Femmes Fortes de la Gallerie Saint Louis Appartenance Narrat ive Baroque (A.N.B) Femmes Personnages Les Femmes Fortes Gallerie Judith III & Alegonde de Bourbon Montmorency Saint Louis Source intertextuelle Courant Ralisme historique Imaginaire historique Psychologique Gntisme Nativisme Ergon omique Officielle Clandestine Corporelle Corporalise Corporalise Sexuelle Fminine Fminine Spirituelle Spiritualise Spiritualise Religieuse Judo christianisme / stocisme Cnobitisme / rincarnation Politique Ouverte Hermtique Gographique Terrestre Extraterrestre Historique Relle Fictive Griatrique ge moyen / avanc ge avanc / hors moyenne Vraisemblance Vraies / relles Vraisemblables / virtuelles Missiologique Normative / codifie Exceptionnelle non rglem ente Pdagogique Modle reproductible Modle non reproductible Rle Sociologique Collectif Individuel Sociale Interne Externe Maturit Pratique exprimentale Conscience spirituelle Intelligence Acquise Inne Temps narratif Durable Mo mentan Espace narratif Complet Fragment volutive En chair et en os Fantomatique Manifestation Nationale / internationale Secrte Dvotion Rituelle Publique Solitaire Domaine Culturel Mythique / lgendaire Mystique / miraculeux Caractre Humain Ferique Concordance des A.N.B. 3/25 Pourcentage de similarit des A.N.B. 12 % Pourcentage de disparit des A.N.B. 88 %

PAGE 231

231 entreprises en vue de comparer Pierr bibliques de son temps tels que Saint Amant, Antoine Godeau ou encore Jean de La Ceppde. Le Thormes sur le Sacr Mystre de Notre Rdemption selon un schma uniforme de posie et de science, procdant par hypothse, conclusion et dmonstration, 21 serait, nous le souhaitons, important produire en un ctions de textes intgraux lemoyniens. e de ses lves, pnitents et amis ; laisse dsirer ad libitum sources et rfrences, elle semble quelque peu frustrer la soif de connaissance du lecteur trouver des annotations o il soit capable de se reprer et de retourner pour communiquer avec son auditoire, qui tait Conseiller du roi et premier prsident en sa cour 21 la conclusion dans chaque Sonnet qui accompagne et suit par les annotations scientifiques, bibliques et thologiques la posie. Les thormes de la gomtrie en revanche : hypothse, dmonstration, conclusion.

PAGE 232

232 sion chez ses lecteurs contemporains. Toute la partie dmonstrative y manquerait et les Sonnets des Thormes ne feraient que rsonner comme une mlodie sans harmonie (pour utiliser le langage de la musique) ou encore comme des soliloques (pour utiliser le ce qui serait bien entendu inconcevable. Nous retrouvons une mme dficience du systme rfrentiel chez Bossuet dont les diteurs successifs supplrent aux diverses annotations que lui mme avait ur par ses tre surtout par celles enseignants, mais ils les remplacent eux mmes et supplent leurs tches par leurs dons la recherche entam nous prsentmes pour les endroits difficiles du texte lemoynien, et qui constitue grands intrts de notre tude introduisant la lecture de Pierre Le Moyne et facilitant celle ci, il aux textes de Jean Chrysostome ou encore Franois de Sales et Bossuet. Cette parcimonie rfrentielle est

PAGE 233

233 de la mdiocrit. De mme que nous bnficimes grandement des ditions successives annotant leur pense, nous la porte du grand public la richesse de sa pense. Il se dgage certainement, dans le texte lemoynien, une odeur de libert moins propre Renaissance, ceux du grand sicle, ou encore ceux appartenant aux premiers sicles du Moyne prisait tant. Elle se dgage dans leurs textes suffisante de libert, disons nous, qui sent le dtachement, sain et saint, des troubles du monde et de la universels et immortels, mais cette les justes perscuts injustement, attachement qui appartient paradoxalement au monde et aux troubles de la socit civile et politique qui en forme le noyau, attachement qui appartient la sol idarit humaine, attachement enfin qui compense le dtachement et le rejoint sur un point rsolvent, point o les conflits se dissolvent, point o les dispro portions se transcendent, point de

PAGE 234

234 cration.

PAGE 235

235 APPENDIX A LES QUOLI BETS ; lequel avait fait tant de beaux exploits contre les eur de sa mmoire. 1 Mais surtout madame Marie de Luxembourg, sa veuve, fit de son ct tout ce que son mon pre, mon aeul et mon bisaeul avaient t nourris pa ges des trs illustres et excellents princes de Martigues, ses pres et ses prdcesseurs, elle me regarda comme serviteur hrditaire de sa maison, et me choisit pour faire la harangue funbre en cette si grande clbrit o se trouvrent non seulement pl usieurs cardinaux et prlats, mais quantit de parlement en corps. Je fis donc cette oraison funbre, et la prononai en cette si grande assemble dans la grande glise de Paris faits hroques du prince dfunt, je la fis volontiers imprimer, puisque la princesse veuve le dsirait, et que son dsir me devait tre une loi. Or, je ddiai cette pice l madame la duchesse d e Vendme, lors encore fille et toute jeune princesse, mais en laquelle on voyait dj fort connaissablement les traits de cette excellente vertu et pit qui reluisent Introduction la vie dvote pour les occasions et en rien te dire, mon cher Lecteur, sinon que si ce livret a reu gnralement un doux et gracieux accueil, voire mme rude censure de quelques bafou en public de ce que je dis Philothe, que le bal est une action de soi mme quolibets ; et moi, sachant la qualit de ces censeurs, je loue leur intention, qu vritable doctrine des plus saints et savants thologiens vivent emmi le m ; et que quant la seconde proposition, avec le mot de quolibet 2 elle admirable roi saint Louis 1 Pierre Le Moyne ne devait pas en pense r moins de bien que Franois de Sales et que Godeau, qui crivit ce propos un pome intitul A la Srnissime Rpublique de Venise sur ses Victoires Contre le Turc et publi Paris, chez Le Petit, en 1662 : Du cruel Ottoman le superbe Royaume, / D e lui fantme Republi par R. Picard. 1965. La Posie Franaise de 1640 1680. Posie religieuse. pope. Lyrisme officiel. 4, p. 250. 2 Jean de Joinville (S ire de). 1865. Histoire de Saint Louis par Joinville Texte rapproch du franais moderne et mis impriale. Paris, Hachette. CXXXV Habitudes et caractre de saint Louis, Ad libitum p. 302.

PAGE 236

236 3 3 Saint Franois de Sales. 1882. dition revue et publie par le P. Marcel Bouix de la Compagnie de Jsus. Paris, Poitiers, Librairie H. Oudin, diteur. Prface, p. XXX. Voir aussi la Cur de Saint Jean Baptiste de Grenelle. A Paris, Chez J. Gabalda et Cie. 1924.

PAGE 237

237 APPEN DIX B LES ARSACIDES On attribue au mrite de la pit de saint Louis la providence par laquelle Dieu le tira cette levait quantit de personnes dguises, dans le Le dmon, qui voyait avec envie la pit de saint Louis et les heureux succs que Dieu luy prince le dessein de le faire a poignarder le roy quelque prix que ce fust. Ce danger paroissoit invitable ; mais Dieu sujets sa Sarrazins ne gagneroient rien sa mort grands mirs de sa cour aux Templiers pour estre menez par eux en France. Les Templiers mandrent la chose au roy et luy envoyrent les deux mirs, qui p arurent en France comme Ces seconds envoyez arrivrent heureusement devant les autres et avertirent le roy du pril te nouvelle. Il se fit Cependant les seconds envoyez du Vieil de la Montagne cherchoient sans cesse les premiers ; et ne les trouvant point Paris, furent, avec la permis sion du roy, Marseille o ils les rencontrrent, leur firent voir les ordres de leur prince et leur firent rendre leurs furent bien gardez Paris. Les mirs p rirent, peu aprs, cong du roy, qui estant trs aise de mme son amiti par des prsens. Quelques uns ont voulu depuis changer les circonstances de cette histoir e, et ont dit que saint Louis avoit reconnu les premiers Assassins par rvlation 1 1 Louis Sbastien Le Nain de Tillemont. 1688. Vie de Saint Louis Roi de France. Par le Nain de Tillemont. Publie Renouard et Cie. Libraires de la Le vieil de la Montagne veut faire assassiner saint Louis. § CXXV, p. 304 306.

PAGE 238

2 38 APPENDIX C LA PYRAMIDE DE RHODOPE Pyramide de Rhodope considrable de celles qui sont dans ce Champ, le tems ayant presque entierement dtruit les t autrefois. Elle est batie en forme de Pavillon, & les Franois di sent que ce fut Rhodope s belle, ce qui ne peut convenir celle elle ne cederoit point en beaut aux trois principales. En montant au haut on compte cent quarante huit degrs de fort grandes pierres, tels que sont ceux de la plus grande Pyramide. La Platte ; & cependant elle paroit beaucoup plus ancienne que les autres vont pour ainsi dire en poudre. Elle a de chaque ct six cens quarante trois pieds. Son entre est au quart de sa hauteur, tourne vers le Nord comme celle de la grande. Elle est trois sept pieds soixante sept pieds, & sept pieds de neuf pieds & demi de longueur. Elle conduit une autre chambre, qui a vingt & un pieds de longueur, onze de largeur, & dont la tre quarre vingt quatre pieds & un tiers au dessus du pav est une grande S six pieds huit pouces & sa largeur de vingt quatre pieds un pouce. Le fond ou pav est de roche s le milieu, qui est entour de tous cts du rocher, & beaucoup plus bas de la muraille. 1 1 Antoine Augustin Bruzen de la Martinire. 1736. Le Grand dictionna ire gographique et critique. Par M. Bruzen La Martiniere, Gographe de Sa Majest Catholique Philippe V. Roi des Espagnes et des Indes. A la Haye, Chez Pierre Gosse, & Pierre de Hondt. A Amsterdam, Chez Herm. Uitwerf, & Fran. Changuion. A Rotterdam, Chez Jean Daniel Beman. MDCCXXXVI. Tome VI, p.548.

PAGE 239

239 APPENDIX D LA SAINTE COURONNE Extrait de selon le Nain de Tillemont 1 CXXXIX. chete par saint Louis et apporte Paris || p. 336 Quoique le jeune Baudouin, empereur de Constantinople, et vu son premier travailla en former un second avec lequel il put passer en Grce et aller secourir son Etat. Frdric lui accorda enfin, le 7 dcembre 1238, la permission de faire passer ses troupes sur ses dit ecclsiastiques durant trois ans pour les affaires de Consta 337 Cependant ceux de Constantinople se trouvrent dans une telle ncessit, que pour trouver Seigneur. Saint Grgoire que les pines en paraissaient encore vertes ; mais il ne dit pas o elle tait conserve. On la gardait en ce temps ci Constantinople, dans la sainte chapelle impriale appele Gueule de er Constantinople en avait aussitt envoy une pine Philippe Auguste, qui la donna, le 7 juin Denys. Ceux de Saint Denys prtendaient avant c ela avoir la couronne ; et ils remarquent que saint Louis mme la fut vnrer en 1270, avant que de partir pour son dernier voyage. Ils se rduisent nanmoins dire leur donner avec quelques autres reliques, et que la solennit qui se fit la rception de || p. 338 ces re particula, Saint Denys, donne par Charlemagne. Car pour les deux couro Denys ne faisait p oint douter alors de celle dont nous parlons, dont un historien anglais dit que Baudouin vendit saint Louis les reliques les plus constantes, et qui lui taient les plus prcieuses. Baudouin sachant donc que ses sujets voulaient vendre ou engager la cour considrable, dit Matthieu Paris ; et il ajoute que saint Louis accepta cette offre sans difficult. gent. Au contraire, 1 Louis Sbastien Le Nain de Tillemont. 1688. Vie de Saint Louis Roi de France. Par le Nain de Tillemont. Publie et Accompagne de Vnitiens, est rachete par saint Louis et apporte Paris. § CXXXIV, p. 336 344.

PAGE 240

240 contenta de tmoigner saint Louis que dans la ncessit de perdre un trsor si prcieux, il un prsent Il souffrances du Sauveur, pour lui rendre des respects proportionns sa dvotion. Il accepta donc ues et Andr, jacobins, avec un envoy et des lettres patentes de Baudouin pour leur faire mettre la couronne entre les mains. Les deux jacobins trouvrent la couronne dj engage aux Vnitiens pour une grande Vnitiens, aux Gnois et quelques particuliers les autres principaux officiers franais ayant emprunt ces sommes de Nicolas Querini ou Quirino, noble vnitie n, ils la lui engagrent pour lui seul, ou, ce me semble, pour toute la rpublique de Venise, et la mirent en dpt dans une glise de Constantinople tenue par les re, elle serait transporte Venise, et l garde durant quatre autre mois, comme on le cite des actes Les envoys du roi trouvant les choses en cet tat, promirent de fournir les sommes prtes par Quirino, transport rent eux mmes par mer la couronne Venise, vers Nol, arrivrent heureusement nonobstant les vaisseaux que Vastaque ou Jean Ducas, empereur des Grecs, averti du transport de la couronne, avait mis en divers endroits pour les arrter, et apportrent avec eux une lettre date de Constantinople, au mois de dcembre, par laquelle le rgent et les barons de

PAGE 241

241 APPENDIX E LES HYMNES DE LA SAGESSE DIVINE Hymne Premier de la Sagesse Divine : et son action avant la naissance du Monde, et la naissance du Monde. I. I. Peuples coutez la Maitresse Des Lgislateurs et des Rois, oreille ma voix, Un Ange dj de sa main Dgage mes sens de la masse. Et pour un vain Laurier cueilli sur le Parnasse, Il me met la bouche un charbon de I. II. Ni Permesse 1 ni Castalie 2 Ici ne me peuvent aider : Une populaire folie. Les ruisseaux sont pleins de limon ; Du Jourdain la source est vulgaire : ille en chercher dans les Cieux ; I. III. Peuples ouvrez donc les oreilles : Votre Maitresse parle vous. Baissez la tte et les genoux, illes. Et la Lune lever son voile. 1 Permesse Strab. Liv. 9 Virg. M. de Juign Broissinire. 1644. Dictionnaire Historique, Potique, Gographique et Chronologique Paris, G. Le B, p. 1959, t. II. 2 Castalie: fontaine de la Phocide, situe au pied du mont Parnasse, non loin de Delphes, que les Potes ont feint tre ddi une fontaine qui a aussi retenu son n om. Ibid ., p. 693, t. I.

PAGE 242

242 I. IV. Ego ex ore Altissim i prodiui Primogenita ante amnem creatur. Ecclesiastic. 24. 3 Ab eterno ordinata sum, et ex antiquis antequam terra fieret. Prov. 8. 4 Je suis celle qui la premire Sortis de la bouche de Dieu, A la Source de la Lumire. Les C Quand ce Pre sans sexe, actif en son ide, I. V. Cette production di vine, Qui vient de plus loin que le Temps, Pre et Fils nous ne sommes deux, Que par les regards lumineux Qui jaillissent de notre Essence. ; Et dans le fon I. VI. Ne fait pas un portrait pareil A celui que fait le Soleil, Qui se tire sur un nuage. : e Miroir, Il est le Peintre et le Modle. Aux uns elle est lumire, aux autres elle est nuit. Et sans tre jamais ni vieille ni nouvelle, Elle est toujours produite et toujours se produit. I. VII. Ces Voutes claires et roulantes Qui tournent de jour et de nuit, Ce Concert sans pose et sans bruit Fait de cent pices diffrentes, Ces Corps si rgls et si beaux, Ce Cours de mobiles Flambeaux, 3 V. 5. 4 V. 23.

PAGE 243

243 Ces Esprits qui sont faits afin de me bnir, Les Formes, les Sujets et toutes les N atures, 5 I. VIII. Dans cet obscur et vaste Espace Ma vrit faisait la Loi. 6 De la Nature et de la Grce 7 Je posais sur le fond du Rien Les divers tages du Bien ; Je mesurai s leur tendue ; Et marquais hors de moi les canaux et les bords, Par o comme une Mer rglement pandue, Mon Essence ferait les Esprits et les Corps. I. IX. Qui se prsentaient mon choix ; Et sur moi 8 Les modles et les mesures. Je rangeais les Mois et les Ans, Je faisais la forme et les plans, De leurs cercles et de leurs voutes : Et dans un Vide immense clair de mon jour, 9 Je traais les Maisons, et prparais les routes, O le Temps venir devait faire son tour. I. X. Mille Mondes qui pouvaient natre, Attendaient que ma volont 5 : c'est 6 Loi : Allusion aux dix commandements, la Loi du Pentateuque tre nonce par Mose. 7 Tout cet octosyllabe, De la Nature et de la Grce survenant ici au quatrime vers par hyperbrate, appartient smantiquement plutt au sixime vers. Pour en faciliter la comprhension, il faudrait donc lire : Je posais sur le fond du Rien / Les divers tages du Bien / De la Nature et de la Grce. 8 9 Dans cette phase pr cosmogonique, le soleil (tant fait le qu jour que Apocalypse : Et civitas non eget sole neque luna ut luceant in ea nam claritas Dei inluminavit eam et lucerna eius est Agnus XXI 23 ; Et nox ultra non erit et non egebunt lumine lucernae neque lumine solis quoniam Dominus Deus inluminat illos et regnabunt in saecula saeculorum XXII, 5. Cf. Isaias quia Dominus erit in lucem sempiternam Ego sum lux m undi Evangelium Secundum Ioannem XII, 8.

PAGE 244

244 Celui qui passerait 10 Qui devait faire leur crayon, Et donner figure leur masse. ; Et dans leur vaste nuit se disputaient la place, O ma voix 11 I. XI. Sans besoin, comme sans contrainte, De mes trait s la brillante empreinte ; Mes regards actifs et fconds, Pntrrent jusques au fonds Le Nant, la Nuit 12 et le Vide ; 13 Ils mirent les premiers cette Masse 14 en couleur ; Pour la faire monter la remplit de chal eur. I. XII. Elle 15 monta comme un nuage, Que le Soleil en se levant, Malgr la froidure et le vent, 16 ; dans son sein ; 10 deux. 11 La voix rfre la Sagesse Divine en tant que Parole Logos Cf. Isaias : E t aures tuae audient verbum post tergum monentis haec via ambulate in ea neque ad dexteram neque ad sinistram XXX, 21. 12 13 Cf. Genesis I, 2 : Te rra autem erat inanis et vacua et tenebrae super faciem abyssi 14 cette Masse : c'est dire le globe de la terre. 15 Elle : rfre cette Masse (la terre) de la strophe prcdente. 16 Sujet informe et sans corps : c'est prcisment, reu de forme. ne pas confondre crateur est, non pas sans corps au sujet informe e

PAGE 245

245 Qui du Monde naissant bauchait le dessein. I. XIII. Spiritus Domini ferebatur super aquas. Genes. 1. ; ce elle prit Une fcondit nouvelle. Mon souffle fit en un moment ; Il en fit une Mer, qui dedans et dehors Ne se bornait de rien que de son tendue, I. XIV. De cette Carrire marine, Cinq corps ingaux et divers, Sortirent de nuit plus couverts : Je leur dterminai leurs rangs Selon leurs degrs diffrents : Je leur donnai leur consistance. chaine qui les joint ; Je leur marquai leur centre et leur circonfrence : Et les mis pour jamais en arrt sur un point. I. XV. lumen indeficiens. Ecclesiastici 24. 17 Cette ombre visible de Dieu, Ce subtil habit, ce milieu Cette riche profusion Dans ma Besogne encore obscure. 18 I. XVI. Ces grandes Voutes azures, Ont de moi leur forme et leurs jours. Mon Esprit anime leur cours, Et ma main les a mesures. Elles clatent aux endroits Fut plus active et plus profo nde. 17 V. 6. 18 : c'est

PAGE 246

246 Et maintenant encor leurs rays contagieux Rpandent ou la vie ou la mort dans le Monde, Selon que je les tiens prs ou loin de mes yeux. I. XVII. Je tirai du mme trsor utre Pole. Ce magnifique ameublement, Je mis aux Cieux plus bas sept 19 Miroirs inconstants ; Y peignit mon image, et la face des Temps. I. XVIII. Dans le Soleil et dans la Lune Je mis les plus beaux de mes traits, Et leur imprimai de plus prs Une activit moins commune. Je btis autant de maisons Au grand Gouverneur des Saisons, 20 Que je fis au Ciel de provinces. Et pour joindre la gloire la com modit, I. XIX. Entrer plus avant dans la masse. Ce ne sont ni br ches du Temps, Ni rides faites par les Ans, Ni souillures de la Matire ; ; I. XX. Qu Que tout autre feu que le mien 19 Cf. Les Septem spiritibus qui in conspectu throni eius sunt les Septem Ecclesiis ( Ap I, 4,11) ; et les septem ( Ibid. 12), habebat in dextera sua stellas septem ( Ibid. 16). Les sept miroirs image (I, XVII, 10) de la Sagesse Divine de mme que les sept Sacrements. Sep tem stellae angeli sunt septem Ecclesiarum; et candelabra septem, septem Ecclesiae sunt ( Ap I, 20) 20 Gouverneur des Saisons : antonomase pour le soleil.

PAGE 247

247 A moins de flamme que de cendre, Que les plus illustres Beauts Que leur plus grand clat est sombre, Et De moi seul a la Grce, et de soi le Pch.

PAGE 248

248 Hymne Second de la Sagesse Divine Les merveilles de la Sagesse dans la production et dans le gouvernement des Cratures. II. I. Je fis ensuite quatre t ages O je logeai les Elments. Je leur donnai leurs rglements Et leur assignai leurs partages. Paisible esclave de mes lois, Et respecte sa propre chane. ; Et par un be Sont frres 1 2 II. II. Le Feu conqurant et sauvage, Aurait en un jour consum Ses Frres et leur hritage. Il est prompt, ardent et lger ; Il ne souffre rien ; Comme il est le plus noble, il tient le plus haut lieu. Son poste est sous le Ciel, il en dfend la porte, Comme Garde ternel de la Maison de Dieu. 3 II. III. Modre sa soudainet ; Il fournit sa nourriture. 4 ; Chacun a chez lui bonne place. 5 ; Et loge sans gard de grandeur ni de race, 1 La fraternit dsigne la solidarit et la similitude dans la soumission au droit divin. 2 3 Cf. Et flammeum gladium atque versatilem ad custodiendam viam ligni vitae Genesis III, 24. 4 Allusion la reproduction des plantes par le transfert du pollen. 5 Serpolet : En botanique, thym sauvage.

PAGE 249

249 II. IV. La Mer, imprieuse et brave, Tient le troisime appartement ; Et semble, par son mouvement, Elle se dbat quelque fois ; Elle cume et lve la voix ; nfle et crve de rage. 6 Et comme un grand Lion qui dchire sa cage, II. V. se me venger, De sa Voisine criminelle 7 8 Je lche ou serre ses liens ; Je la produis ou je la cache. Elle rugit contre eux, elle montre les dents, Qui mord les Ennemis, et fait peur aux Enfants. II. VI. On se souvient de quelle rage Elle couvrit 9 le Genre humain, Lors que je lui lchai la main 6 mticuleux dans la cohrence du texte et la consistance de la pense directrice des strophes consistant traiter un lment la fois. Dans cette quatrime strophe de rs, ne satisfait point la smantique, sur une plus petite chelle, de la phrase. Il est en effet moins difficile de concevoir nous donne un aperu les Posies Ouvrages, et rassembles en un corps. Il [ Pierre Le Moyne ] a longtemps rs ist aux dsirs de ses Amis qui les lui demandaient ( Les Posies 1650. p.n.c.) Il ne serait donc pas trange que le Pre Pierre Le Moyne ne se ft point arrt des erreurs typographiques ou qu il y ait prt la moindre attention 7 Le voisinage sous entendu de la mer e st celui de la terre dont la criminalit est tablie : Vox sanguinis fratris tui clamat ad me de terra. Nunc igitur maledictus eris super terram quae aperuit os suum et suscepit sanguinem fratris tui de manu tua Genesis IV, 10 11. 8 9

PAGE 250

250 Et fis brche dans son rivage. Tant que les Fleuves auront cours, Le Monde saignera toujours a pu gurir 10 depuis un si long temps ; Et maintenant encor ses blessures ouvertes Coulent par les conduits des lacs et des tangs. II. VII. La Terre, pesante et grossire, Qui tient le bas des Elments, Fut faite des plus lourds fragments Qui restrent de la Matire. Cette Boule, norme en grandeur, Son propre poids lui sert de base entre deux airs ; 11 Y font une barrire la fureur des Mer s. II. VIII. Son sein tous les ans est fertile ; Ses cheveux blancs deviennent verts ; Et mme dans les lieux dserts, Sa vertu ne saurait mourir, Ses veines ne sauraient tarir. Elle est toute ventre et mamelle, El le est Mre au dedans et Nourrice au dehors. Elle est htellerie et demeure ternelle, De ses Enfants vivants, et de ses Enfants morts. 12 II. Toutes ces structures normes 10 La gurison signifie ici rfre la pr qui menace de rptition, mais plutt un chtiment unique qui fut une fois pour toutes, et dont la promesse de ne en ciel (Cf. Dixitque Deus hoc signum foederis quod d o inter me et vos et ad omnem animam viventem quae est vobiscum in generationes sempiternas. Arcum meum ponam in nubibus et erit signum foederis inter me et inter terram Genesis IX, 12 13. 11 Cf. Qui extendit aquilonem super vacuum et adpendit terram s uper nihili Job XXVI, 7. 12 souvenir ternel de leur justice et la mmoire de leur vie. tant donn la valeur que Pierre Le Moyne accorde la mmoire conformment son adhrence biblique, la terre peut prsenter un sens mystique de la demeure spirituelle mtaphorique : In memoria aeterna erit iustus Psalmi CXII, 7. Memoria iusti cum laudibus .... Proverbia X,

PAGE 251

251 IX. Cum eo eram cuncta componens. Prov. 8. 13 Sont de ma seule invention. Il se conseillait avec moi ; Et me rsignait sa puissance. Il prenait de ma main la rgle et le niveau ; Et dans le Ciel encor se garde la Balance, Dont alors je pesai la terre avec II. X. Ludens in orbe terrarum. Prov. 8. 14 Ces Ouvrages hauts et superbes, : Que la pointe des moindres herbes. Je ne fis pas plus aisment ent ; Ni le bas que le haut tage. Mon essence pancha les Corps et les Esprits ; II. XI. Le Temps ne fut point ncessaire, A ce vaste et pompeux emploi ; Ni ne put distinguer en moi, que le faire. 15 Le Soleil, cet illustre Ouvrier, Pour former un brin de Laurier A besoin de toute une anne : Il faut que douze fois il change de maisons, Et que sans reposer une seule journe, Il se fasse assist er de toutes les Saisons. II. XII. De mme aussi le Temps travaille, Aux entreprises des Humains ; 16 Elever un pied de muraille. Leurs desseins tardifs et pesants, 13 V. 30. 14 V. 31 15 simultanment. Si nous y faisions intervenir la dimension du temps, nous dirions rapidement, aussitt, etc. 16 nquante personnes au sens propre. Mais au sens figur, il faudra entendre cinquante

PAGE 252

252 ; Et tiennent le Mond e en contrainte : Ils puisent les Monts de pierres et de bois ; Plus de mille ans 17 durant la Terre en est enceinte, Ils en sont vingt 18 19 II. XIII. : Ma parole est mon instrument. Elle ex cute en un moment ; Et le rien lui sert de matire. Tous mes ouvrages sont constants ; Et contre eux, les vents ni les temps, ; Et par ma Volont qui tout peut et tout porte Le vide mis en fonds leur sert de pilotis. II. XIV. ; Que cette machine est fconde. Tous ses divers cercles en moi. Je rassemble leurs fins avec que leur milieu ; Et conduis par degrs la Nature la Grce, 20 II. XV. Per me Reges regnant. Prov. 8. 21 En dpit de mes ennemis. Soit pour la paix, soit pour la guerre. ; Des rayons de mon Diadme. 17 arbres des millnaire. 18 19 20 Cf. Nemo venit ad Patrem nisi per me Ioannem XIV, 6. 21 V. 15.

PAGE 253

253 Les Sceptres en leurs mains sans moi ne peuvent rien ; Et sur leur rang tenant un autre rang suprme, De leurs Trnes je fais le marchepied du mien. II. XVI. Omnium excellentium et humilium corda virtute calcavi. Ecclesiastici 24. 22 Je sais bien craser leurs 23 ttes, Et leur imprimer leur devoir Avec la pointe des temptes. Le Liban, ce glorieux mont, Quand je mets les pieds sur son front, Ses Cdres effrays tremblent ma lueur, Leur feuillage en plit comme celui des saules ; Et par tout il lui sort des fleuves de sueur. II. XVII. Qui tangit Montes et fumigant. Psal. 103. 24 Quand du bout du doigt je les touche. Ils ont beau tonner et fumer, Et beau de colre allumer Le Ciel et la Terre prochaine, ; et de ma seule haleine, Leurs foudres repousss retombent dans leur sein. II. XVIII. Battent les m onts les plus hautains, Les bienfaits tombent de mes mains Sur les plus bas lieux de la terre. 25 La plaine est riche de moissons, Les roses viennent aux buissons, Les rubis dans les prcipices, 22 V. 11. 23 24 V. 32. 25 r les monts avec les divine pour la totalit de la terre en ses quatre points cardinaux.

PAGE 254

254 La perle et le corail naissent au fond des eaux. Je fis dans un vallon le jardin de dlices II. XIX. Calix in manu Domini vini meri plenus mixto. Psal. 74. 26 Je le di spense avec justice. Chaque pays en a la part Que ma Prudence lui destine. Et de cette liqueur, par une ferme loi, Dans la loge du pauvre il se fait une pine ; Et se produit un sceptre en la maison du Roi. II. XX. Par u ne souveraine adresse, En ce monde, la pauvret Est mle avec la richesse. Ce concert de biens et de maux, Ce Colosse divers mtaux, Ils sont tous m on ouvrage 27 28 II. XXI. Le Riche est or, le Pauvre est boue, Sera mis par mon jugement Ou sur le Trne ou sur la Roue. Le grand Colosse tombera 29 Que les tronons nus et la place. Mais tant rallums par le feu de mes yeux, Un jour il se fera de toute cette Masse Des charbons aux Enfers, et des Astres aux Cieux. 26 V. 9. 27 ision au sein du quatrime royaume successif celui de Nabuchodonosor : Et digitos pedum ex parte ferreos et ex parte fictiles ex parte regnum erit solidum et ex parte contritum Daniel II, 42. 28 : Tu es ergo caput aureum Daniel II, 38. 29 : Lapis sine manibus et percussit statuam in pedibus eius ferreis et fictilibus et comminuit eos lapis autem qui percusserat statuam factus est mons magnus et implevit universam terram Daniel II, 34 35.

PAGE 255

255 LIST OF REFERENCES Le Moyne Pierre. 1629. Les Triomphes de Lovys Le Ivste en la redvction des Rochelois et des autres rebelles de son royaume. Dedies A Sa Majest A Reims, Chez Nicolas Constant, Le Moyne, Pierre. 1631. La France gverie. Odes adresses av Roy. Svr sa maladie, sa guerison miraculeuse, ses dernieres conquestes, et ses vertus heroques. A Reims, Chez Nicolas Le Moyne, Pierre. 1638. Sonnets sur la Naissance de Monseigneur le Dauphin A Paris, Chez Sebastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, ru S. Jacques, aux Cicognes. M. DC. XXXVIII. Avec Privilege de Sa Majeste Le Moyne, Pierre. 1639. La Sagesse divine. A Monseigneur l e Cardinal Duc de Richelieu. A Paris, Chez Sebastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, ru S. Iacques, aux Le Moyne, Pierre. 1640. Les Peintures morales, o les passions sont r eprsentes par Tableaux, par Characteres, & par Questions nouvelles & curieuses. Par le P. Pierre Le Moyne de la Compagnie de IESVS. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy. M. DC. XL. Avec Privilge de Sa Majest. Le Moyne, Pierre. 1641. Hymnes de la Sagesse d (dont Monseigneur le Cardinal Duc de Richelieu. Sonnet .) Par le P. P. Le Moyne de la Compagnie de Iesus A Paris, Chez Sebastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, ru S. Iacques, aux Cicognes. M. DC. XLI. Avec privilege de sa Majest. Le Moyne, Pierre. 1643. Les Peintures Morales. Seconde Partie de la Doctrine des Passions, O vin, & les plus belles matires de la Morale Chrtienne sont expliques Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de Jsus. A Paris, Chez Sbastien Cramoisy, Imprimeur ordinaire du Roy, rue S. Jacques, aux Cicognes. M.DC. XLIII. Avec Privilge de Sa Maje st. Le Moyne, Pierre. 1644. Manifeste Apologtique pour la doctrine des Religieux de la Compagnie publiez par leurs Ennemis. Par le P. Pierre Le Moyne de la mme Compagnie A Paris. M. DC. XLIV. Le Moyne, Pierre. 1645. Le Sainct Aumosnier. Discours panegyrique et moral des vertus de feu Monseigneur le Cardinal de La Rochefoucauld. Par le P. Pierre Le Moyne de la Compagnie de Jesus Paris, Cramoisy.

PAGE 256

256 Le Moyne, Pierre. 1647. La Gallerie des femmes fortes. Par le P. Pierre Le Moyne de la Compagnie de Iesvs A Paris, Chez Antoine de Sommaville, au Palais en la Salle des privilge date du 7 aot 164 Le Moyne, Pierre. 1649. Devises Hroques et Morales. Du P. Pierre Le Moine, de la Compagnie de Iesvs A Paris, Chez Augustin Courb, dans la petite Salle du Palais la Palme. M. DC. XLIX. Avec privilege du R oy. Le Moyne, Pierre. 1650. Les Posies du P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Augustin Courb, dans la petite Salle du Palais, la Palme. M. DC. L. Avec Privilge du Roy. Le Moyne, Pierre. 1652. La Dvotion aise. Par le Pre Pi erre Le Moine, de la Compagnie de Iesvs. France. M. DC. LII. Avec privilege du Roy. Le Moyne, Pierre. 1653. Saint Lovys, ov le Heros Chrestien. Pome Heroque. Par le P. Pier re Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Charles Dv Mesnil, ru sainct Saint Louis ou le Hros Chrtien e n sept Livres date du 13 juin 1651.) Le Moyne, Pierre. 1656. De la Modestie ou de la Bienseance chrestienne. Par le Pre Pierre Le Moyne de la Compagnie de Iesus. A Paris, Chez Anthoine de Sommaville, au Palais, dans du 10 janiver 1656.) Le Moyne, Pierre. 1658. Saint Lovys, ov la Sainte Couronne reconquise. Pome Heroque. Par le P. Pierre Le Moyne, de la Compagnie de IESVS A Paris, Chez Augustin Courb, au Palais, en la Gallerie des Merciers, la Palme, M. DC. LVI II. Avec Privilege du Roy. Le Moyne, Pierre. 1663. La Gallerie des femmes fortes, par le Pre Le Moyne de la Compagnie de Iesvs Quatriesme Edition, reveu & corrige A Paris, Par la Compagnie des Marchands Libraires du Palais. M. DC. LXIII. Le Moyne, Pierre. 1665. La Gallerie des femmes fortes, par le Pre Le Moyne de la Compagnie de Iesvs Cinquime Edition, reveu & corrige A Paris, Par la Compagnie des Marchands Libraires du Palais. M. DC. LXV. Le Moyne, Pierre. 1665. Par le Pre Le Moyne de la Compagnie de Iesvs A Paris, Chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Marbre Cramoisy. Imprimeurs du Roy. Rue Saint Jacques. MDCLXV Avec Privilege du Roy.

PAGE 257

257 Le Moyne, Pierre. 1666. gnie de Jsus. Avec Divers Recueils de Devises du mme Auteur A Paris, chez Sbastien Cramoisy, & Sbastien Mabre Cramoisy, Imprimeurs oridinaires du Roy, rue saint Jacques aux Cigognes. M. DC. LXVI. Le Moyne, Pierre. 1670. Moyne, de la Compagnie de JESUS A DC. LXX. Avec Privilege & Approbation. Le Moyne, Pierre. 1671. A Paris, Chez Louis Billaine, au Avec Privilge du Roy. Prigaud, Jean. 1681. Theosophia sive Liber Sapienti Paraphrasi Heroica, Et Scholijs Sacro Textui passim adjectis, qu Commentarij loco esse po ssint, Illustratus, Oper P. Joannis Perigaud in Regio Pictaviensi Collegio Societas Jesu Theologi Professoris Augustoriti Pictonum, Ex Officina Floriana. M. DC. LXXXI. Cum Approbatione & Privilegio. Prigaud, Jean. 1681. Theosophiam sive divinam Sapie ntiam hymni duo, a Reverendo P. Petro Lemoine Societate Jesu Versibus Gallicis scripti, et Hexametris Latinis redditi Oper P. Joannis Perigavd ex eadem Societate. Augustoriti Pictonum, ex Oficina Floriana. Anonyme. 1868. Les Femmes, la Modestie et la B iensance chrtienne par le R. P. LEMOYNE de la Compagnie de Jsus (Nouvelle maison) Rgis Ruffet et Cie, suc cesseurs. Mantero, Anne. 1986. Pierre Le Moyne. Les hymnes de la sagesse divine et de l'amour divin d'aprs l'dition de 1641 Paris, Le Miroir volant. Anselme de Sainte Mar ie (le Pre) Pierre de Guibourg, Augustin dchauss. 1733. Histoire Gnalogique et Chronologique de la Maison Royale de France, des Pairs ; Grands Officiers de la Couronne & de la Maison du Roy, & des anciens Barons du Royaume ; ne, le Progrs & les Armes de leurs Familles : Ensemble les Esprit. Le tout dress sur Titres Originaux, sur les Registres des Chartes du Roy, du Parlement, de la Chambre des Comptes, & du Chtelet de Paris, Cartulaires, Manuscrits Par le P. Anselme, Augustin Dchauss : continue par M. Du Fourny. Rev, corrige & augmente par les soins du P. Ange & du P. Simplicien, Au gustins Dchausss. Troisime dition. Tome Huitime. A Paris, Par la Compagnie des Libraires Associes. M. DCC. XXXIII. Avec Approbation et Privilge du Roy.

PAGE 258

258 Balzac, Jean Louis Guez de. 1652. L. de Guez de Balzac Conseillier du Roy en ses Publies sur les anciennes ditions par L. Moreau. Aristippe. Entretiens Paris Jacques Lecoffre et Cie, Libraires diteurs 29 rue du vieux colombier. 1854. Balzac, Jean Louis Guez de. 1665. Lettre Chapelain in divises en deux tomes Paris, Louis Billaine. Billaut, Adam. 1644. Les Chevilles A P aris, Chez Toussainct Quinet, au Palais, sous la montee de la Cour des Aydes. M. DC. XLIV. Avec Privilege du Roy. Bosc, Jacques du. 1640. Dernire Edition. Revue, corrige & augmente par e & Imprimeur de Monsieur frre du Roy, au Palais en la petite sale, la Palme. M. DC. XL. Avec Privilge du Roy. Bosc, Jacques du. 1669. Les Femmes Hroques, Compares avec les Hros. Ensemble les Moralitez la fin de chaque Histoire. Enrichies de tre s belles Figures. Par le R. P. Du Bosc. des Prisonniers, au Nom de Jesus. M. DC. LXIX. Avec Privilge du Roy Bossuet, Jacques Bnigne. 1862. Pa ris, Lachat. Librairie de Louis Vivs diteur. Broissinire, Juign de. 1644. Dictionnaire Theologique, Historique, Poetique, Cosmographique, et Chronologique. Contenant sommairement Les vies plus remarquables des SS. tant Judaque que Chrestienne, des Papes, Empereurs, Roys, & autres Princes plus signalez de la terre, & des personnes plus Illustres en chaque profession, & specialement des Philosophes & Heresiarques avec leurs opinions & erreurs. Ensemble toutes les Fab les avec leurs Mythologies & Explications, tant Naturelles, Morales, Politiques, que Theologiques. Comme aussi la Montagnes, Promontoires, Mers, Fleuves, Lacs & Fontaines de la Geographie tant ancienne que moderne. Police, & Religion de leurs habitans. Livre tres les Livres traictans de quelque science que ce soit, & au s oulagement de la mmoire de ceux qui ont parler en public, & se trouver s compagnies. Par D. De Juign Broissiniere, sieur de Mollieres, Gentilhomme Angevin, & Advocat en Parlement. A Paris, Chez Guillaume Le B, au coin de la ru Sainct Jean de Beauvai s. Et Jean Roger, ru des Amandiers, devant les Grassins, la Verit Royale. M. DC. XXXXIIII. Avec Privilege du Roy. Chapelain, Jean. 1880. Lettres de Jean Chapelain, publies par Ph. Tamizey de Larroque, Paris, stoire de France.

PAGE 259

259 Corneille, Pierre. Prface de Raymond Lebgue. Prsentation et notes par Andr Stegman. Paris, ditions du Seuil, 1963. Croix, Pierre de. 1608. Le Miroir de l'amour divin dition critique par Lance K. Donaldson Evans Genve, Droz, 1990. (Textes littraires franais ; 385) Descartes, Ren. 1649. A Paris, Chez Henry le Gras. Du Perron, Jacques. 1585. Oraison funebre sur la mort de Monsieur de Ronsard. d. M. Simonin. Genve, Droz, 1985. Godeau Antoine. 1654. Saint Paul. Pome Chrestien. Par Monseigneur Antoine Godeau Evesque de Vence. A Paris, Chez Pierre Le Petit. M. DC. LIV. Avec Privilege de Sa Majest. Godeau, Antoine. 1660. Edition revue et augmente A Paris, Chez Pierre Le Petit, Imprimeur et Libraire Godeau, Antoine. 1662. A la Srnissime Rpublique de Venise sur ses Victoires Contre le Turc. A Paris, Chez Le Petit. Godeau, Antoine. La Sainte Baume. Pome. Les Larmes de la Madeleine. lgie par Godeau, vque de Vence Marseille, Typographie de Joseph Clappier. 1866. Gomberville, Marin Le Roy, Sieur de. 1620. la manire de la bien escrire. Par M. Le Roy, Conseiller, Notaire & Secretaire du Roy, & de la Maison & Couronne de France A Paris, Chez Toussainct du Bray, ru S. Jacques aux Espismeurs, & au Palais en la galerie des Prisonniers. M. DC. XX. Avec Privilege du Roy. Gomberville, Marin le Roy de. 1641. Polexandre Paris, chez Augustin Courb, Libraire & Imprimeur de Monseigneur frere du Roy, dans la petite Sale du Palais, la Palme. M. DC. XVI. Avec privilege du Roy. Genve, Slatkine Reprints, 1978. Guret, Gabriel. 1669. La promenade de Saint Cloud Nouvelle collection moliresque. XVI. Publie avec une notice et des notes par Georges Monval. Paris, Librairie des Bibliophi les, 1988. 1622. Les Thormes sur le sacr Mystre de notre Rdemption une prface de Jean Rousset. La Fontaine, Jean de. 1872. tes de La Fontaine. Paris, Garnier.

PAGE 260

260 La Fontaine, Jean de. 1696. Paric, C. Bachelu. La Grange, Charles Varlet de. 1682. A Paris, Chez Denys Thierry. La Grange, Charles V arlet de. 1682. Vie de Molire en abrg A Paris, Chez Denys Thierry ; Claude Barbin ; Et Chez Pierre Trabouillet. Loyola, Ignace de. 1522. Exercices Spirituels Paris, Descle de Brouwer. 1986. Maimbourg, Louis. 1682. Histoire des Croisades pour la Dl ivrance de la Terre Sainte. Par le P. Lous Maimbourg, de la Compagnie de Jsus Tome Premier. Seconde Edition. Suivant la Copye Imprime A Paris Chez Sebastien Mabre Cramoisy, Imprimeur du Roy, ru S. Jacques, aux Cicognes. M. DC. LXXXII. Molire.1821. vres de Molire avec des remarques grammaticales, des avertissements et des observations sur chaque pice, par Bret. Prcdes de la Vie de Molire par Voltaire, et de son loge par Chamfort. Nouvelle dition, imprime sur celle de 1773. Tome VI. A Paris, Chez Tardieu Denesle, Libraire, Quai des Grands Augustins, n o 37. Molire. 1883. Collationnes sur les Textes Originaux et Commentes par M. Louis Moland. Deuxime dition. Soigneusement revue et considrablement augmente. Une composition de Staal, grave sur acier, accompagne chaque pice. Chefs ter Tome Neuvime. Paris, Garnier Frres, Libraires diteurs. 6, Rue des Saints Pres, 6. MDCCCLXXXIII. Molire. 1978. Paris Hachette. Chrysostome Brusl de. L'histoire de Don Jean d'Autriche fils de l'Empereur Charles Quint Amsterdam, Le Brun, 1683 (2 e d. Amsterdam 1690). 1677) La Salamandre Collection dirige par Pierre Brunel. Choix, prsentations et notes par Jean Serroy. Paris, Imprimerie nationale. 1999. Racan, Honorat de Bueil. 1857. Vie de Monsieur de Malherbe Paris, Le Promeneur. 1991. Richelet, Csar Pierre. 1689. Les plus belles Lettres Franoises sur toutes sortes de sujets, Tires des meilleurs Auteurs, avec des Notes. A La Haye, Chez Meyndert Uytwerf, Et Lous et Henri Van Dole, Marchands Libraires. M. D. C. XCIX. Saint Amant. Moyse Sauv. Idile Heroque du Sieur de St Amant A la Serenissime Reine de Pologne et de Suede A Paris, Chez Antoine de Sommaville, au Palais, sur le second Roy.

PAGE 261

261 Sales, Saint Franois de. 1836. int Franois de Sales, vque et Prince de Genve indit. Nouvelle dition collationne et augmente Panthon Littraire. Paris, A. Desrez. Sales, Saint Franois de. 1851. s Compltes de Saint Franois de Sales Imprimerie et Librairie Ecclsiastiques de Guyot Frres, diteurs. Paris & Lyon. Sales, Saint Franois de. 1892. les autographes et les ditions originales. Enrichie soins des Religieuses de la Vis itation du 1 er Nirat. MDCCCXCII. Sales, Saint Franois de. Evque de Genve. 1616. A Lyon, chez Doct eurs, & Privilge du Roy. Sales, Saint Franois de. 1616. Prince de Genve dition revue et publie par le P. Marcel Bouix de la Compagnie de Jsus. Paris, Poitiers, Librairie H. Oudin, dit eur. 1882. Sales, Saint Franois de. 1616. Prince de Genve Cur de Saint Jean Baptiste de Grenelle. A Paris, Chez J. Gabalda et Cie. 1924. Sales, Saint Franois de. 1619. Introduction la vie dvote. Texte tabli et prsent par Charles Florisoone. Paris : Les Belles Lettres, 1961. Scudry, Georges de. 1656. Alaric, ou Rome vaincue : Pome Hroque Paris, Augustin Courb. Scud ry, Madeleine de. 1642. Les Femmes Illustres ou les Harangues Hroques Avec les vritables Portraits de ces Hrones tirez des Mdailles Antiques. Paris, Antoine de Sommaville & Augustin Courb. Tasso, Torquato. 1774. Jrusalem dlivre. Pome du Tasse Nouvelle Traduction. Tome Premier. A Paris, Chez J. B. G. Musier, fils, Libraire, Quai des Augustins, au coin de la rue Gist le Tillemont, Louis Sbastien Le Nain de. 1688. Vie de Saint Louis Roi de France. Par le Nain de Tillemont. A Paris, Chez Jules Renouard et Cie. Libraires de l de Tournon, numro 6. M. DCCC. XLVII. L'astre Lyon: Pierre Masson. 1925.

PAGE 262

262 Belin, Christian. Le Moyne in La Religion des lites au XVII sicle. Actes du colloque du Centre de recherches sur le XVII sicle europen (1600 1700), en partenariat avec le Centre Aquitain d'Histoire Moderne et Contemporaine, Universit Michel de Montaigne Bordeaux 3, 30 novembre 2 dcembre 2006, dits par Denis Lopez, Charles Mazouer et Eric Suire, Tbingen, Gunter Narr, 2008 ( Biblio 17 175), p. 223 235. Biet, Christian. 1992. Rendre le visible lisible pour la plus grande gloire de Dieu. La pdagogie jsuite fac e la posie. Le Cabinet de peintures (1650 1671) du P. Le Moyne. pp. 31 54, La Licorne N 23. Calin, William. 1977. de Stanford French and Italian studies, v. 6. Saratoga, Calif: Anma Libri. Calin, William. 1983. A Muse for Heroes Nine Centuries of Epic in France. Toronto: University of Toronto Press. Chrot, Henri. 1887. 1671) Par H. Chrot s. j. Paris Alphonse Picard, Libraire. 82, Rue Bonaparte. Genve, Slatkine 1971. Chrot, Henri. Une lettre indite du Pre Pierre Le Moyne Jean Elzvier dite et prsente avec fac simil par le P. H. Chrot, S.J. ie de Langres t. III, n 47, 1er avril 1891, p. 392 401. Chrot, Henri. Une lettre autographe du Pre Pierre Le Moyne, retrouve au Muse de Chaumont, Bulletin SHAL t. IV, n 51, 1er dcembre 1894, p. 49 54. Duchesne, Julien. 1870. Histoire des pomes piques franais du XVII e sicle Paris. Genve, Slatkine Reprints, 1971. Gross Kiefer, Esther. 1968. Le dynamisme cosmique chez Le Moyne Zurich, Juris. Hope, Quentin M. 1980. 20 : 4 (19 80), p. 29 39. Les hymnes de la sagesse divine et de l'amour divin. Le discours de la 1641. Texte dit et annot par Anne Mantero. Paris : Le Papers of French Seventeent h Century Literature. Seattle. XIV (1987) pp. 885 6 Imbert, Barthlmy et Claude Sixte Sautreau de Marsy. 1782. Annales potiques ou Almanach A Paris, Chez Delalain.

PAGE 263

263 Kapp, Volker. 2000. Instruction des femmes et politique chrtienne dans La Gallerie des femmes fortes du Pre Le Moyne In Littratures classiques. Littrature et religion sous la direction de Grard Ferreyrolles. Numro 39 printemps 2000. Publi avec le concours e le Mirail et du Centre National des Lettres. Paris, Honor Champion. Maber, Richard. 1982. The poetry of Le Moyne Berne. Frankfurt. University of Durham Publications. Maber, Richard. 1987. Spiritualit et mondanit chez le Pre Le Moyne in Les Jsu ites parmi les hommes aux XVI e et XVII e sicles Facults des Lettres et Sciences Humaines de Ferrand II. Fascicule 25. Actes du Colloque de Clermont Ferrand (avril 1985) publis par G. et G. Demerson, B. Dompnier et A. Regond, p. 163 171. Mantero, Anne. 1987. e sicle, le Pre Le Moyne. (1602 1671) Dans Bulletin de la Socit historique et archologique de Langres. Tome XIX, N 288, (1987). Serroy, Jean. 1984. deux pomes de Malherbe et de Le Moyne Dans Recherches et Travaux. 115 123. Tanguy, Log. 1991. Baroque et classicisme : le XVIIIe sicle face au Pre Le Moyne Dans Studi Francesi 103, XXXV. Torino, p. 25 34. Introduction, texte critique, traduction, notes et index par Charles Kannengiesser. Rimpression de la premi re dition revue et o 199. Paris, ditions du Cerf, 2000. (1 re dition, 1951, n o 28 ; 2 e dition, 1978 avec texte critique.) Backer, Augustin de. 1864. Essai bibliographique Lige, L. Grandmont Donders. Baudra nd, Barthlmy. Histoires difiantes et curieuses tires des meilleurs auteurs, avec des rflexions morales sur les diffrens sujets 6 e dition. A Lyon, Chez les Frres Perisse, Imprimeurs Libraires, rue Mercire. 1783 Avec Approbation & Privilge. Bayet, Albert. 1922. Le suicide et la morale Paris, Flix Alcan. Bibliothque de philosophie contemporaine. Rimprim en 1975 par Arno Press Inc. A New York. Bernard, Auguste Joseph. 1867. du Louvre, par Auguste Bernard DCCC LXVII.

PAGE 264

264 Bois, Jean Pierre. 2008. Don Juan d'Autriche (1547 1578). Le hros de toutes les nations Paris, Taillandier. Borges, Jorge Luis. 199 9. Entretien avec Andr Camp. Suivi de Neuf essais sur Borges par Franois Bouchardeau. Aigues Vives : HB ditions. Borges, Jorge Luis ; Jacques Chancel. 1999. Jorge Luis Borges : radioscopie Monaco: Editions du Rocher. Borrmans, Maurice. 1996. Jsus e t les Musulmans d'aujourd'hui. Collection n 69 Jsus et Jsus Christ dirige par Joseph Dor, Institut Catholique de Paris. Paris, Descle De Brouwer. Bremond, Henri. 1923. Histoire littraire du sentiment religieux en France, depuis la fin des guerres Tome I Paris: A. Colin. 1967. Calin, William. 2007. The twentieth century humanist critics: from Spitzer to Frye Toronto: University of Toronto Press. Calin, William. 1968. La chanson de Roland New York: Appleton Century Crofts. Cambon, Henri. 1952. Don Juan d'Autriche, le vainqueur de Lpante Paris, Librairie Hachette. Castres, Sabatier de. 1772. b Sabatier de Castres. A Amsterdam Et se trouve A Paris Chez Gueffier, au bas de la rue de la Harpe. Dehansi, le jeune, rue Saint Jacques. M. DCC. LXXII. Ceillier, Rmi. 1862. Histoire gnrale des auteurs sacrs et ecclsiastiques. Qui contient : Leur v des diffrentes ditions de leurs ouvrages ciles tant gnraux que particuliers, et les Actes choisis des Martyrs, par le R. P. Dom Remy Ceillier. Bndictin de la Congrgation de Saint Vannes et de Saint Hydulphe, Coadjuteur de Flavigny. Nouvelle Edition Tome onzime Paris, Chez Louis Vivs. Ce rnogora, Nadia. 2000. : le problme de la mtaphore In e sicle au XVII e sicle nt tienne, p. 151 174. Cirillo, Luigi et Frmaux, Michel. 1977. Evangile de Barnab, Recherches sur la composition et l'origine, texte italien et traduction franaise avec notes et index, Corbin, Paris, Beauchesne.

PAGE 265

265 Cormier, Monique Catherine, Jean Delisle, Hanna Lee Jahnke et Jrn Albrecht. 1999. Terminologie de la traduction Amsterdam, Philadelhia, John Benjamins Company. Les termes franais Partie I, p. 47. Cotolendi, Charles. 1769. La Vie de Madame la Duchesse de Montmorency, S uprieure de la Visitation Sainte Marie de Moulins, Tire des Manuscrits conservs dans ce Monastre. Tome Premier. A Clermont Ferrand, Chez P. Viallanes, Imprimeur des Domaines du Roi, Avec Approbation & Privile ge du Roi. Paris, journal Le Monde numro du 18 septembre 1878. Desormeaux, Joseph Louis Ripault. 1764. Histoire de la maison de Montmorency Strasbourg, Rex et comes. Rimpression 2001. Dumarsais, Csar Ch esneau. 1730. Les Tropes 1967. Dumarsais, Csar Chesneau. 1757. et a la logique. Par Mr. Du Marsais Nouvelle Edition Publiee par Mr. Formey. A Leipsic, Chez l a veuve Gaspard Fritsch. Durosoir, Georgie. 2004. Louis XIII musicien et les musiciens de Louis XIII Revue de Musicologie. Publie par la Socit Franaise de Musicologie. T. 90, No 2 (2004), pp. 364 366. Escola, Marc. 1998. Une archologie du visible. Smiotique et hermneutique des comportements au XVII e sicle p. 111 128. Caractres et Passions au XVIIe Sicle ijon. Febvre, Lucien. 1996. Honneur et Patrie Paris, Librairie Acadmique Perrin. Collection Agora 215. Fleury, Claude. 1777. Histoire ecclsiastique, pour servir de continuation celle de Monsieur A Avignon, aux dpens des Libraires Associs. M. DCC. LXXVII. Gautier, Jacques. 1989. La Thoposie de Patrice de La Tour du Pin Montral, d. Bell armin, Paris, d. du Cerf. Ggou, Fabienne. 1971. Trait de l'origine des romans Paris, Nizet. Lettre trait de Pierre Daniel Huet sur l'origine des romans dition du tricentenaire, 1669 1969. Suivie par De La lecture des vieux romans de Jean Chapelain dition critique. Genette, Grard. 1972. Figures III Paris, Seuil.

PAGE 266

266 Genette, Grard. 2004. Paris: Seuil. Gilson, tienne. 1931. Paris, Vrin. Goujet, Claude Pierre. 1756. Bibliothque Franoise, ou Histoire de la Littrature Franoise, des Sciences & des Arts principaux Ouvrages en chaque g enre crits dans la mme Langue SEPTIEME. A Par is, Rue S. Jacques, H. L. Gurin & L. F. Delatour Avec Approbation & Privilge du Roy. Grgoire de Tours. Historia francorum dans Patrologie Latine de Jacques Paul Migne, (1844 1855) t. LXXI. Grgoire de Tours. Les Livres des Miracles et autres opuscules de Georges Florent Grgoire vque de Tours Revus et collationns sur de nouveaux manuscrits et traduits par H. L. Bordier. Tome I. Paris, Jules Renouard. M. DCCC. LVII. Grimal, Pi erre. 1965. Histoire mondiale de la femme Paris, Nouvelle Librairie de France. Guillermou, Alain. 1961. Les Jsuites Paris: Presses Universitaires de France. Guizot, Franois Pierre Guillaume. 1823. Histoire des Francs par Grgoire de Tours. Recueil de s historiens des Gaules et de la France e sicle. Avec une introduction, des supplments, des notices et des notes par M. Guizot, Professeur A Paris, chez J. L. J. Briere. Hliodore. 1856. Histoire thiopique. Thagne et Charicle Romans grecs traduits en franais s rie. Paris, Charpentier, Libraire Horace. 1733. historiques. considrable de fau tes, & augmente de Notes critiques, historiques & gographiques, & des diffrentes leons de Mrs. Bentlei & Cuningam, & du P. Sanadon. Tome Troisime. Hugo, Victor. 1877. La L gende des Sicles. Paris, Hachette. Irne de Lyon. 1995. Dmonstration de la Prdication Apostolique Paris, Cerf. Collection Sources Chrtiennes n 406.

PAGE 267

267 Jacob, Max. 1921. Le Laboratoire Central. Posies. mme. Par is, Au Sans Pareil. M.CM.XXI. Joinville, Jean Sire de. 1865. Histoire de Saint Louis par Joinville Texte rapproch du franais Conservateur des manuscrits la Bibliothque impriale. Paris, Hachette. Jomier, Jacques. 1953. Mlanges Dar Al Maaref, t. I. Kurth, Godefroid. 1925. Dictionnaire Apologtique de la Foi catholique Article Femme (me des), t. I, col.1897 1998. Laclos, Pierre Ambroise Choderlos de. 1783. Paris, Champion. 1903. Lacombrade, Christian. 1951. Synsios de Cyrne Hellne et Chrtien Paris, Les Belles Lettres. Lacroix, Paul. 1876. Iconographie Moliresque Par Paul L acroix (Bibliophile Jacob) considrablement augmente. Paris, Auguste Fontaine, Libraire. Lamartine, Alphonse de. 1830. Harmonies Potiques et Religieuses Paris, Hachette. 1 922. Lanson, Gustave. 1925. Paris, Les Belles Lettres. tudes Premier Cahier. 1 er janvier 1925. Le Bas, Philippe. 1841. Histoire et Description de tous les Peuples Sude et Belles Paris, Firmin Didot Frres, diteurs, Imprimeurs Libraires de Loiseleur, Jules. 1877. Les points obscurs de la vie de Molire : les annes d'tude, les annes de lutte et de vie nomade, les annes de gloire ; mariage et mnage de Molire. Par Jules Loiseleur Bibliothcaire de la vi forte par Ad. Lalauze Paris, Isidore Lisieux Editeur. Rue Bonaparte, n o 2. Lyon Revue. Recueil Littraire Historique et Archologique 1885. Illustrations de E. Froment. Sciences et Beaux Arts. Dir ecteur et Rdacteur en Chef : Flix Desvernay, Officier Rdaction et Administration 22, Rue Palais Grillet. Tome IX. Sixime Anne. Lyon, Chez tous les Libraires. Maeterlin ck, Maurice. 1942. ditions de la Maison franaise.

PAGE 268

268 Martinire, Antoine Augustin Bruzen de la. 1736. Le Grand dictionnaire gographique et critique. Par M. Bruzen La Martiniere, Gographe de Sa Majest Catholique Phili ppe V. Roi des Espagnes et des Indes. A la Haye, Chez Pierre Gosse, & Pierre de Hondt. A Amsterdam, Chez Herm. Uitwerf, & Fran. Changuion. A Rotterdam, Chez Jean Daniel Beman. MDCCXXXVI. Maurois, Andr. 1947. Histoire de la France. Paris, ditions Domini que Wapler. Les Provinciales et leur rfutation Paris, 1851, t. I. Mnorval, Eugne de. 1872. Les Jsuites de la rue Saint Paul Saint Louis et le Lyce Charlemagne Paris, A. Aubry. Nampon, Adrien. 1853. tud e de la doctrine catholique dans le Concile de Trente, propose comme moyen de runion de toutes les communions chrtiennes. Confrences prches Genve, pendant le Jubil de 1851, sur le texte nouvellement traduit du Concile de Trente, par le R. P. Namp on, de la Compagnie de Jsus Bruxelles, H. Goemaere. Nicaise, Christian. 1995. La Violence de Jorge Luis Borges Parturier, Franoise. 1974. Lettre ouverte aux femmes Paris, Albin Michel. Collection Lettre ouverte anime par Jean Pierre Dorian. Ptrone, Apule, Aulu Publies sous la direction de M. Nisard. A Paris, J. J. Dubochet et Compagnie, diteurs. 1862. Picard, Raymond. 1965. Aspects du lyrisme religieux au XVIIe sicle. (Rsum de confre nce), Dix septime sicle 1965/1 n 66, p.57 66. Picard, Raymond. 1965. La Posie Franaise de 1640 1680. Posie religieuse. pope. Lyrisme officiel Pioffet, Marie Christine. 2010. Pour une smiolo gie du lieu imaginaire au XVIIe sicle : figures et significations In XVIIe Sicle n o 247, p. 335 351. Proust, Marcel. 1904. John Ruskin. Proust Paris, Socit du Mercure de France. MCMIV. Rab aut, Jean. 1978. Histoire des fminismes franais Paris, Stock. Racan. 1991. Vie de Monsieur de Malherbe Paris, Le Promeneur. Ragg, Lonsdale et Laura. 1907. The Gospel of Barnabas. Edited and translated from the Italian Manuscript in the Imperial Libra ry at Vienna Oxford, Clarendon Press. Raymond, Marcel. 1955. Baroque et renaissance potique. Paris, Jos Corti.

PAGE 269

269 Reyval, Albert. 1953. Prface du R. P. Carr. Paris, Edition Spes. Rousset, Jean. 1961. Anthologie de la posie baroque franaise Paris, Armand Colin. Sainte Beuve & Maxime Leroy. 1954. Port Royal, II Paris, Gallimard. Le Pseudo vangile de Barnab Le Caire, Presses de la Facult Clricale de Sienne, Saint Bernardin de. 1745. De Triplici Christi Nativitate dans Opera Omnia Venise. Spanneut, Michel. 1957. Paris, Seuil. Taschereau Jules Antoine. 1834. Revue rtrospective, ou Bibliothque historique, contenant des mmoires et documents authentiques indits et originaux, pour servir l'histoire e nouveau que ce qui a vieilli. Teilhard de Chardin, Pierre. 1957. Comment je crois. Le milieu divin. Essai de vie intrieure Paris, Seuil. Tissot, Pierre Franois. 1836. Leons et Modles de Lit trature Franaise Ancienne et Moderne, F. Tissot, Membre de Paris, J. Verlaine, Paul. 1888. Amour Paris, Van ier. Voltaire, Franois Marie Arouet de. 1756. Pome sur le dsastre de Lisbonne, ou examen de cet axiome, Tout est bien Dans Pomes sur le dsastre de Lisbonne, et sur la loi naturelle, avec des prfaces, des notes, etc. Genve, Cramer. Voltaire, Fran ois Marie Arouet de. 1879. Nouvelle dition avec notices, prface, variantes, table analytique. Les notes de tous les commentaires et des la Vie de Voltaire Franaise. Mlanges II Paris Garnier Frres, Libraires diteurs. 6 rue des Saints Pres, 6. Wagner, Robert Lon et Pinchon, Jacqueline. 1962. Grammaire du franais classique et moderne. Berne: Francke, premire dition. Paris, Hachette, Seconde dition revue et corrige. 1967.

PAGE 270

270 Ye o, Marguerite. 1935. Don Juan d'Autriche 1547 1578 Paris, ditions Payot.

PAGE 271

271 BIOGRAPHICAL SKETCH Laila Fares is the author of Coptic Egypt Impacting World Peace (2003), Rising from the East Coptic Praises (2006), Le monde sans frontires (2006), the An thologie Johannique (2012), as well as numerous articles and poems published in various international journals and anthologies