Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text





SUPPLEMENT A LA. GAZETTE NATIONAL.


l'' 4' u Jeudi 3 Jun 1790.
r,,i"v"es. A T-'starrin rrnuar t_r,_ao urisI __sesce*** w*~*-----. ,, ....... t---.ima-r -.,wuu.r..---w- .*r.r^.n.,a,,,.,, wo--wStewaywe-1,
l FA national par le reerj et il e poffible qu'il y ait des retards fur une ponion, fultera d'tin plus grand nombre d'tabliffemens d'ad-
l'olre ff mbe ione r e premier faudra.don, dans le course de dl'anne ,,conti- unilfrazion.
,ninfie, des finances, le 19 mai 1790. nuer: driger avec m6nageme: t toues lesdpenafes, Je fuppofs cette d4penfe de dix doue millions,
S!fin de n'e embarraff ni par les circonltances que er je crois que les dp,.teinicis pourront facquitter
ESSIUP.. j'ai remis au comit des finances, Je-SN d'indi ni par les ine ompies pfibis prque fan augm t de charge pour eux i
felon votre dcret du. t8 du mois dernier, plaperu fur les divers artices de recettes et: do dp.enfes qui tn leur faniiar les fonds d'environ trente millions
re o recsttes et des dpenifes puar les mois d'avil repoTent encore en ce mo:e1 nt hr des bales hy- de dpenrss ordonnes annuellemeri dans les pro-
et de i, et je lui cnmi mque exactement le Pothiques. vines at fant parties (es depenfes publiques, ils
bordereau de fitiation du trlor public da cheque : LeS finaces, on 1'a dit p!uieurs fois f le< fiances fot autcri;s, chacun pour leur part diiger
enede. ont et dans la plun gande g el et par l'exiftence ces dpenfes, et qu'er;uite on les lailes jouir de
fa creation de 400 milionds d'ainats et la du deficit don't vous avez eu cunaaiffance i i'ouver- o rotes les reductions et de roiers les conomies
I.,',,,ue,:i que vous p'e7. faite lde c fon:is extraor., tire de cCtte Aliemible, et parla cefic d'acqiaiter que leur adminifirion fuigneufe et clairvoyant
.n;i'i tanI pour teindle les anticipations que une >omre coufidorable de ddpenieisertia.urdilnies, ne manquera pas de procurer.
poir iquid.r ute paruie de la dette arrire e et parlerembo f mt forcde lus grande pa,- Le trifieme ri c'e. S':afrer du revenue annual n-
pour avncer d'un fmeitre !e pavement des rented, ie ds anrtcipatriis,etpa.rledi ilimentrrog;-effif ceffire pour faiisfaire Pintert des capitaux
cesP t e des, ilpo;:mns exigentr nceffairement que d.es ipts iidiiets, et p.r les retrds des siemens tant de la dette arrirce, que des charges de m,-
m ee fous vor yenu' un nouvel etat fpculatif prouvs fur les autre conitributio's, et poar le con- gitrature, en attendant les poques qui feront dd-
Sbeo e des deenfes de toute ette ann, i, course enfis de pli.msuir cincotiftar~ces n lheuereu;.s. ilemineies pour le rembourfiim uns.
J.on i idj' donion une premiere connaifflance . Vus verrez donc, Mfflieurs,avec fa.tidfactien, que ; Le capital des charges de nagifRrature fe monta
votre fcomir e's finances s cmifs il ne dfappron- n n.nobtant ces contrartis, le feivice du rrfor pu- environ 15o millions.
vre pa ras doat que j'ie s'honneur de vous b.ic, du moints f ron les vraifemblances, fe trouve 1 i'vaiuons a r o millions la parties de la derte ar-
,.:ii r oi-m.oe ce compete : il r'eft prcilux p.fu'ciment atfiir jifqu'la fin de l'a; ne. C'eft un ri ee fliuceprble deremboiirfemenit, et laquelle
,etretir, au linins da reins astre ovec vous, p'int de la plus irte imrworance erdont tou les i fcudrair aahe' .n intr0-t ju"q!'l ette 6poque.
I., *,i dest re ision directs. Pliv de cet b ,CI citoyent doivent fe fElicier. II n'y a plus Les ddeux atic's .i-delus dhgns formeraient
eicor;g'e'nt t habituel r la formntion de 'vos d aer difictts . craindire u cilles don't ia n capital de 430 i:ilions, et ce -pial, au denier
c.nis, s. *no co;.coiurs pas avec moins de zelo Y rte. plut oau moits grande da numraire effectif .o, rp ipfentc une d\penfre annrueie de zo millions.
ant. diofolivon .ui s'y prdparent m..i'je ne faura's pot"t attr la caire ini on tcher.i de les fui- uppofons encore que I'Afemb'e national,
.re,-inci -rai d,'ir bicwa n;atu:el de me rappele qie'- mnl: per, et l'on y piAviendra je i'epere, p r umle guile par un noble fentiment d'quit,: voului
,'r1f e o re rinte:.r et a vos bonts, fune de pocautions, de foins et d'acivi. ideltiner 60 millions de contracts, gal.ment au de-
I e1 d'OR uese n"wffure quce j'r.rcompdagi- d e V npus, apr-cendrez fans doute avec iiitiit, que le nier vingt, pour adoucir les pertes don't la Cfvrit
qi eloqus exlicautionsi le lableau fpculatif don't je cr.it des bil ets-,T,u, s'arnnionce auifi bi'"n qu'on ide fes decrets, ous les excs cominis dans les pro-
,'iens de voiu pa'rl ouva t (artendre. L y en a a s ce mommen'4 mil- vice, ont e la caule, il en reCulterait une nou-
SL'.! 0-0 ,.niatioirale y verr' que toutes li ons d';nvrys en province, iht des reeuuuiiois V+ile dpenfe annuelle de 3 n'ilions, laquelle
arti.ipations don't lch,nice toi'be dains l couis fin e'l:li,, rc le trr'fotie de lextraordrindirene peut reunie aux zo millions indiqus ci-deflss, forme-
d, C.etre arnnie o:rn. prrnus': eni dpenf dau ii '-iir encore f Cfire to.uesles de.aiandes qqai lui fontfait rait e. n itirut 25 imilons.
eidsr, parce qnue, d'aprs les dcrets des 16 et pour ap i,' er ':a f ignature de :..c. ,.v:e parres de I \'ic e qi r;ue uc place en compenftion :
7 avril, lhanctrins par fa me'ifld tout renoiu- bleis detin. sa i.i mme circulation. o L.e trWtr p.,b'ic fera dcharg des gag es des
..... rint. de crs .nticipations eft initetdii. L Lae' dciaratis,pourlacoi trrbuion pat riotqu, ofiic. de migiftrature, et des tranem-ans fies aira-
J'i de plus fait porte en dpeufe dins-le mmei fe mo-nent actuel ement, dans Paris, 40 mi-ilon chs ces charges, dpenfe annuelle d'environ
compe, I'anaiie entire 179 des rentes fur 6 cn: rl ivres. 7 '. .s zcomille lives.
l'i'dnel de-vile i ainli ioi,fornimmena vos iiten- Il1 ''y a en.corc qiue Ies co r, ;iff c.ep parfls furle 20. L'Eat par l'amortiffcinent graduel des anti-
tions, il y airsA d ici a.'i 31 dtcembre deuix femeSres montan2t de cette ,ontribiition dans les provinces ; c:p .aons, et par leur entire extinction, aux ter-
deplyds, au lieu d'un. au].un Re n'"tr ercurr fait, et il e R i ime blb en nmes de vo< dcrets 'u 16 et du 17 avril, fe trou-
Jua li encore en d.petfe les 170 millions dus cc nomrent, de e fe mer du. paduit u.ie jufue idce ; vera d.chargi des intits et frais de ces mmes
Sla. ." : e con!pte le 1" l die c; ir i, dmia de aiss !o cornmnuniqirqe voue corniti die finances les anti. ipati'ons, lefques foinde it un article de d-
mn tab'i i"picatif. rivers rinfigoenirmrn; u qui arrivent ce ftjset, penife de I rr.iilions 8oo mille lives dans le compete
E',fi. j'ai ar cipriis dans ce compete les divers L edex .ier!irs cienrs ela contribution patriotique des revenues et des dpenfes fixes au 1eC mai r789.
dperifes rexraordiniairea dontl le paierment (arat pourrei fervr rl uage auqutl vous j'gerez pro- Ls deux objets de liberation qu"on vient d
iclfire o t cunvrnuib!le pendant le course de cette pus,''d les deftiaeiri :mai. un p emier emploi d ces citer, lun de 7 millions 0zoo tile lives, l'autre
annie er vous verrez dans le notmbri une fornime daniers e l'avance indiqiu, c'eft le remboutfe- dea y millions 80 mille lives, Cf montent en-
de ri.z wiliinrs pour le department ies la m;uaine mnritd du .arefe dont ia imajeure partie eft applic,.b!e aux arierre.;is t'eclanice tonibe da'as les premiers mois &'e lanide f'ument de depenfe don't je viens de rendre compete.
de prcartion qu S vo;us avez approuvs airemer s proch.ine ,et qui l trouvent dans le pubhc elles Le yatr iemeartick. Remplacer ou rrabli le revenue
dont la :d.-pi'e g,;e'ale a tl< mile fous vos yeux f:. mor teiLt 3 d msiliions. des iimyars fujplimnes, ou. d.on: le produit ef f1-nri-
par M. le coimme de ia I z re., 1 rI te naiii, naint s'occluper effenti'llement et i blement altre.
Tous les an n s ai' s due ,tblpau fpulatif de 'iule u rti2e dfinitive, de 1' .. .,i., .d'an qui- Voil le feul objet qui, dans les circonflfances ac-
'anae, s font ceux coin s fori, 1- il' me de cerinces libre parfait et. ':iurttae enre les revenues e. ledr d- tuell.s, prcfcd:te des iifficiils, et cependant il n'eft
lies ou orditraihe et je duis fire obferveac, que penit:s fi'es, On attend avec ir puience le rt'frlt pas ., :: :. d'uneaug -enatio r rella d'imp.. .',nais
pi'r.r fuivre une ma ch uniuornme, et pour ne ,e, des iavaux du coniit des impr fTtions ; c'elt le nri,- a'iriiimple remplactimetit : ebbrervation important,
ixer l'avance avec pecif>in les diwvrfes conumii.s ment o tous le.s projc ts devi'andront plus prcis. et et: qui devient unr. premier fijct de tranquii lit. En-
qae vous n avez pas enco,, dccreties, )j:i cru d,:- j "' mrce.:ib es a' iae difiuflion tile et-riolie. En trons eW-ifite dans une expiication pliu, partiuliere.
voir p- lr tons ces artli e de d,"pe-le or',i.aiie, attieanriri, l'.,peit l'aide d'Un premier aperu, Le produit des gabelles fo trouve auj'nurd'hui
ts qu'l. ont . rlrc, en coiptc : :, le t.bieau c:oncevoirde,:! .ip.itans et mie g 'inconv- remplarc, 1o mi.l ojl prs, et i! l'eft dune ma-
des reve'ius et des dd;,enl('e fix-es. J'si dditc ei fuite net i ,'- reiracer ov leoi.nr les i e ni s ides je crois niome Iavora bi'e aux .ontibuabies. lsi n'artuoilr cha-
2f miiS le l'pei.ib e :. nims J; e- cornve;abie f fous plifeurs rapports de rappeler ji cin a payer que lear part dans ies deux tilrs du pro-
viI.int i unie tlle r'rrnme,. t par pei ,, les ; edc- s pu' de mots des v: itrI con.folaIu;es, Il efi d',.il- dnii de cet imnp8 au tr'for public et confidrs
tous q.ui pou,'ront r Lf'c:.'es dans 1 ,...is ic. cu s u.iie il eft agreable au mains plufieurs pe.!- col'ectivement, ils gar.neroiit encore ;3 bnfice des
hirif der'riirr' m it As .e certe annri;e r 1 jio:te; q :e fori!a e, ide pouvoir co fiddrcri dans un cadre pu c'ntiba;'diers et de plus la partc rie [eur prc-
cuteltrpirpnie ti ie leji omuini: e rpl'.iii iiurs'i-aiiem. i t:-ndo, ks objets furi lefqieis .leur atenti on' doit e. ,coit !b "o em.ia ,oye.; par le RfkN au rembour-
l.vs aard, "i. ii F,: ,e6 Bit dais 'I6ia. f('cl.toI.if .;ue f t eent des depenfes.de garWa et de lurvalilla-eice.
fe viRils de f(o'-.:, fe t'.'rtovent d'abort.i -.o oi O Q' ellert ha fa.ur-il i:herche.r remplir pour affurer Je ne conprends pas come on voit d'ns le
dei revi-iuM fix.:. et otdinairen. L'en a fi;l;.lpu.-le le 'o.dre. com.p,:t des finances? i bn:iice des aIcieirs coilr:buables la gabelle la
Ipro.i it .le :ioii, ri.dr- rts cn.formmtne:n i'ava- t! 0. jMttrre en cquiibre 'es revenue" et lesdpenfes parute ui prodait 4:. cet: impt qui fervYait balan-
lu.ion dio n'e par' h.aqu: ciompag;.ie de finance t fix-s .on couviian le deficit qui e'xfctait au i" i tai i cer lai frais de voiture, de mt g.dii de vente et
c re atio fe fe lp'>ipr:e u t e"faireirent a .'tat 1789.- d'aitniiiiiiiaon pa ic que ces orte- de frais ,
actri.l des re ouvremienis, etatc ifeptible d'atuminen 2 Subve ri e:t ia 1'.:c.' ..*:l'- 'n: des depenfes contiamente la c-hrge des coifo!rmiaru eurs, fe
tli', In, c-nmme auffi de diminuiion. qqu occafionera dans les province !e novel ordre; i.outverrint reniplacs dans le nourEci ordre de cho-
.'lai paff die plus en recette, tire de reflfocr' es jti'i.itie, et . l'augmentration de frais qtui relfitra s, par les dpen:e et les gains du commerce.
extraordinaires ieodaut les huit dariers mois dte d'an plus gran noitbre d'retabiiflemens d'adminflra- Lei droit fir les cidus, f\r l amidon ri les huiles
lalnn;p '' titt.ni, et fur la fabricaon d-s fers, a t rernilacea avc
1i. Ce (Ile l'ou pe't attendre dans ct- ineivalle o. S'dffuter 4 revenu annual, nceffaire pour in b1ituice de prs d'un million pour le trfor
de la (olttriLuiin pt'tri, ique, ainil que, ac'e'tirunt i fatih.fare l'i rt des capitaux., .ant de la. dette pubic.
te i-'8s et 1i ret rn t d-s c. r .it- rcles p-ay d>Etats. arriere que ds charges de magifltraruie, en acen.- Les autres droits cotimpris dan [l'adminiflrarion g-
2. L. 80o io ins d b.let;-ali;'rs, dont il ant les .poques qui feron, dteiminies pour le i'nralo des aides, vont e diur'nuranr, mlais ce font
ratit a dpoe e ai e i u et non 400, rembourfemre., prefque tous des droits locaux. Ainfi, aprs une
pace qu'ava.t cere poque i y n a en o c0 'enr 40. Reuplacer ou rtablir le revenue foie desim- det'minaion exact de la parties de ces droits, qui
gag fir des orroinofTes aiu porite '. de >a caife d'ec- l.z fuppomes foie des impts don't le produir eit tombie v ritablement lacharge de chlque province,
coinmpe ,lfq'hels oit itr app!iqs ax belis du finfiblement altr, l'on Ipurrait, fans inconvnient, exiger des dpar-
trilor public, corifririmn t a otre d r d ri u 1r7 Ces qu-tre difpofitioon une fois relmplies, les temrens de les cordferver ou de les remrplacer lous
'tril dernier. finrnces fermai: danrs i'ordre le plus paifait, et la l condition feulement de verfer ''uiriclr'!u-l.I-ut au
II rtfuise du tableau fiPctulauifde' befoinas et des coifi-,ce r apol.ra fiur des bfies videmment foiides. trfor public ioe fomme fixe, equivalerte l'ancien
rtl'ur.es diici a fin d.- ce;ta ann' e, qu'l y aurait Repr'nons mainteirnt chaCUt de cem uncles. product d e ces droits. Les e.pa'rtemens provinciaux
iun excdent de ( 40oo oo. liv Ce ferait peai, p :T- Le premier. Remplir le idfiit entire les revenues et profiteraient ainfi des divertes conomies de frais
qu'i; f.ct toijoir' a'v r c ln. f'nds de cr.a le o.Gf, les depenf.-as fixes. qu'illeIr ferait fiaciledefe procurer, et 1I jouiraient
et que ce fonds doit ire ilus confidhbie loirfque '1 Ce dtfiRit, conflrnmernt aux indications quej ai encore de tous les advantages attachs ainx difpofi-
la 'ruidence exi'g, de e me sir et d'une, fonmme en di->n.ees et repres plufiers tois, et confunrt- tions qui font du proprecho.x ;ess contrib'iaMles..
billets affignat- pour les afifaire coirantes et d'une ment aux explicaitnr i s ptu: parti.dliaers du n-aimi Le revenue paroven-.rt des recortvr.rn-in rofti 's
i'nientie dn n aiie'i:e n r.dilr'te pour efl'cr:irr tes r .r- fiCunrices; e d.efi i' era cerrtamiif-nert a pet pres I'adimniftration des domaines, tl'ea d.imi;u de p ui
Pniema-ns qui ne pcuver.t ps tre faits d'une auIf:e hdla:.c pa tes ridrlonos fur les d;1.e-sief qui for- de /elux millions, par la fiporr.flon acu,.iieh dli droit
manner i ieront l'objet cYun' luite de' dcrets piets a .tere' de ri'nc fief', du droit d' ,T, ,,.iT.-ditn e : desdr,.,ts
Je doi f.ir- obfever encore, que dans le comptntrit llorits iotre diiberaion. relatifs aux pices des jges. II le fera encore pro..
fptailalif mis fous'vas veux; je iuppofe que les iu- I Le fron:i tarticie. Subvenir et a l'accroiffernent de babiement de 3 4 mifiions, par la reduction du
positions direcces, payabies pendant le cours de, huit dd enter qu'occalionnera ldaus es pcovitices le nouve i produit des droits de marc d'or de .flrrvivance, et











628


f.





I
's




iil


,alue plus de 2nmiilions et voici fur quoi je
io::.e. cette coijet iute.
On connuar le pro.uir de l'impt fur les anciens
privilgies pour 4es fix derniers mois de i7S9 d nis
un noniebre de 168c cominiunAiaui, parnit.eiqueiies
il en eft d'f{uji.ties a la taille relie et a la taille
. r, n i y!ipl t.. .t f(. maonnrte -1 mi lions i,\


pluiimnpofante ; muis toutes Ie .
flice n r ont er.core unies I' 'i r,
fons nouvelles, don't aIucne. i or
. :iaiic Vous ave, bien dcrit I ni '
autorits, vous avez bien fixed P', h dll
coimmandement ais juqiq pno : I
aring n'nhirioinr nrom iin nv ,..


de centieme denier frir les offices, effrt ncefTlire
de l'ixrncctior de la plupart des charges vna'es.
1 fin, A, di. i,,ution dei produit; de cette rgio
feiita d 4 millions pLu.s co:fidrab:e fi tous les
droits relatjfs aux procedures etient abolish, et
une nouvelle perce de trois millions a pau prs ,
feraite e rfi c de la lippreflon cdu droit de timbre
fut les papers et par.hemius employs dans les
eonteffailn J uridiques.
)n voit doun que la pe:te fur le produit. des
droiLs dri domrine s'evira depuis fix ju'qu';
doilze ou tu.ie aiillions, felun les difpofirion qui
fe,'o:ir adopitee par l'Allnmbles national i miais en
proortion de ce vide, eile pourrait etab.ir et
dreic gint.r.1 d timbre qua contenu dans de
par:.ies lni.el., et devenaint le replacement
S 'aitires imnr.s, ue ferait pas fufceptible degrandle
difficu'res.
I! y alra encore une diminution fuccelfive fur
le produit dc-s ec..uvreieens e l'adminifiration des
i mntines, I .rfqiiue les biens dominiux front ven-
dus, et lortf.u les cents et rentes, ainfi que les
droics de lods et ventes front rachets.
Le revenue actuel des biens domaniaux non
compri s les fo ts, ei de ...... . ,6oo,0oo liv.
r e, i iie cens e: renters de .... Soc,ooo
Celui de' droiits dc lods et vents de 2.700,oo00
Celui e queueues autres droits
donmalinax envirp:! ...... ... . 40,co iv.
En tout envuor noijons ,;c0 mille 'tires de
rents m iis le captil qui p:oviendra des vents
et dezs rachas aiiiunts:t .ne iomme d'intitt fi-
priiiee at revenue perd'd.
Il taim elperer que le reroar de la tranquill' du
royamnie rtabliia fticcefivemenr lancien produit
des eutrei de Paris, produii progretffi par fa ni-
ture, et qu'une lgere augmenrataio fur la parties
de ces droits, relative aux depenfes de luxe au-
rait port, fans inconvnient, trois ou quatre
mniJons de plus (i).
Voti. ne lailTferz pas fabfiifer vrairembrablement
les droits de waire pir-is dans l'intriieur du r yai-
me, droits q le l'inslt du commerce tt le voeu
g niral et courlin: de la Nation invitent :i fippri-
mni. Ces droits toiment un ob;et d'envimin huit
.;Iions; mais ceux te'ar-f, la cirtulatir\ d-es
hties et des fArs, fuoi deji remiplack Far voe-r
dcret dit z i mirs dernier j le surplus fe trouvera
pou p;s b,!a ic, et par qu sques difpofi:to s de
dtail, etpar les dioits que la .pfl.iton .'u rivi-
letge de comipagnie des indes fait render an en-
tier au profit de l'Etat, et: principalement e,'core
par :. hautin confidieable du produit des droits du
dor ipte d'Occi ient, au del du prix fi dxas la
convehnon paifse avec les feirmiers gncraux en
1786, convention qui forme la bife de l'vaitlion
du revenue des traires dans le compete gnral du
le mui 1789.
Le produit de \a Ferme du tabac a diminu ; mais
.vec uie voloni bien positive de foutenir cette
petcepuion, le revenue qu on en pourrait tire lur-
pate:a ite .e qneiques mnhions le prix du bii.
On ne rptera pas ici ce qui a te dit fi fonveit
en fiveii' de ce genre de revenue i ce n'eft pas une
chiinere que les incoinvnieis attaches I une trop
grade mnifTe d'impts places fur les terres, et la
cd:viYfii. dess h publiques entire ces fortes d'iun-
poti, et les droits ,ui fe paieiit iibrmne. t, a p.irl
conve.iable dnss co ie;le pys et encore pus chez
les Natid.ns o le, contrainti- qu'exige la. evee des
imptcs directs, contrafient avec l'efpri de la conf-
tititrion.
Il rfdterait cependant des divearles observations
prclentes, fi on les trouvait :;utes qu'il re[e-
raic uniquemenst remplacer les 2o millions de de-
ficit f;r !a gabelle.
Jr-ignoais-y le befoin de 2o autres millions, foit
pour balancer les niocomptes d:int un. par:ii des
difpdins que j'ai idiqu.:.s pairai ra;t i'ufcerp
tib;oi, 'oit pour fibvenir i 4 on mTiii.nsi de Cdi-
penies nouvej:es, donI il nWa p:, einccre .t6 qu f-
tion, et qui fitnit relau'#rs aux f. i5 du rribun.dl de
r.vtil,. n et des lu gilhbtures a '.. -., ','it ei.fic pour
pr'.na eer l'av.iuce un fonds petmaineit d'aiior:if-
finu, ment : car dnis les prenmier e arnnes, kls f{ontds
dei..s !a caifloe deJ extraordi;arer flitiaient aux
reiab.urfemirens que .l'i...I.f ... lnationale jugerait
i apropos do dterruiner.
Il v aurait donc en tout, felon rmes hypotheses,
4 millions de rev6i;nu aninueil trouver et don't
la monti ferait le fi:pple replacement d'un impt

;i4ons maintenanit pias de cette fomnre le ta-
bleiu des plincipales reflouces la difpolition de
la Nation et entire lefqieLes il lui fuitir de fire
un thoix.
1. L'ivipoicion trabie fir les ci-devant privil-
gis deftine cette anne a diminuer l ancienne
contribution de la clafe des citoyens qui etae;:t :' nl
allujetis autretois la taille, peut, je crois, te

(1) le bdnfice prvenant de la loterie royale ,
b,i.fi.ce diminu fenfib'lmeart depuis quelque v'ni,i
fe retablira pareillemeneit., lorique l'orJdre ptiub e
le relp)ect pour les lois metunont un obfl.cle ci- ... ,-.
aux commerce clandel'ins et a d aurice .bus ieprei-
henfibios qui portent(; cette brnche de revenue
un prejudice notable.


pal e u elliu. ,e le CL M. M k. ;.. M ,.....-,-..- - e-.. e... t, ea. pete Irs r .
cents quatre-vmigt-di-huit mille liv. ps encore tablis ces r'pports de crT-uie 'I:.
On ignore encore le produit de ce mime impt rn ce, s iftes propo ,tiont de confide,,rm
dans 1t 364 communat6s (), mais en par tant des Ipailarice q.ii. en fulpplant i'n,,,i '
:e nes 'popomrio s, le ref'itica ferait de 9 millions ciennes difinctions, devront entretern, hi,
nation ardes m, ,ensfi les ,
629 mine lives. n nonpardes m y ens fiiples t pal des moue
Ces deux fommes formeriient enfemble 16 mil- c *
lions 722 mile lives pour l'impt des plivil"gi-s ns s o la ilaie cti
pendant EIc fix derniers mois de 1789, faime. q-va- pouvoir ecutif fuprm t devene ime
ler.nt 31 miilions 4C4 mille lives pour uic anne. 0s difficile et plus necefairet que is
2. Les v!rguiemctiies iotrparrisd'une mniere s- f luentc du gouvernement sif ;bi chaq ue.
ingale, foi entire les provinces foir ente les parti- Parce que chaqe lour i y a moins d'intt a ti.
culies, et il s'en faut confiderablement Cque leur riter (n approbation. Il ne peut nlneoiis
produit todl foit g'I au neuvieme du revenue net, chipper que dns un royaume de 15,oo0 li
carries, et qui content une populatis de oi mui
reprfent par les deuxvirgciemes et les 4 fous pour li nde' es eq, se mant ien Pde ol o de e 26 "il
livre en fis du premier., on mes, e m e odre ne pet ;,,
L'imp es fuccefions indirectes le moins driver unique mnr de temploi des forces milit,,,
fenf be de tous, et qui eflt na j-dl ht d'un cen- Ce moyen n'eit pas t fuffifat dans les tems da
tieme, pourrait tre augrenrt i er en l'endant en I. plus parfite fubordinationde lairme i il IPd
ni-me t. mn aux immreubles ficlifs on fe procurctait encort mos anjourd'hui. L'autorir efficac du
L nouvudi ;.venu de quequtes millions. 1monarque, celle des corps intermidiaires entire le
.4. Le centieme denier fur la vente des imm:u- Peupl et le pou' o exciiuffi p m, elleit,,
b'es, .'a:crc irn par la rettrie dan: l ciicu:aon de d corps 'giflatmf .dependrunt tejourj,,ir ,
tois les biens du donaine tt du cerg et on I voit I exCcuton, dune jie harmome ente I ef ct,
Ser core dia i-.1. ig nrit que ce droi, i lpoque i 'omannd par l'opiion, et les degrs de fur
So le rachit ds d.,his de i(:ds et ventes autrait;.eitt reelle que les lois aront tabs.
tous les autres f ais de mutation pourraic tre un La ncelfitd d'un pareil quilibre peut tre niain
peu plus f rut tans un grand inconvenient. fentie dans (es premiers tennis d'une revolution, 0
O. Le rever.t ude pottes ferait augmient pr la con- un movement gnral et predominant product une
fiction d'un nouvocu tarif, et par des difpofirions runion de volonts qui fippl6e moinentanmei
encoreplus fveresreltivementauxfr'a.nhifeset-'ulx au difauti de lautorite6 mais a mriure aue les
contre-feings, et il flirpalle ,ii d'environ t cents vI e x perfonnels des coips et des particuliers fe
mille livres iafomme pafie dans lecounipe des reve- marqueront, mefure qu'ils viendront enfeible ou
nus et des depen-s fixes du c m 179. pa.ment traverfer ou combattri Pintert public,
6i Unce iwielee ami.iilratiiin dei boisdu do- on reconnailtr davantage encore la nceffit ablfolu
imaine, en ;u rimn-teS.peu-tre le produit d'une d'un pouvoir fupnime, occup continuellement 1
maniere -rniiibge. rllier tout ce qui tend te dijoindre, d'ln pou-
7. Telle dirpofiion que 'Affemble nationale vuoi qui fo t en erat de remplir ce but, non pr
adopte relativrienint aux idomiii~ins eirg:,gis, si eln l'ufget h tu I et fi fouvent inutile de la force
r'. '.'eraitU(rrsi;;:v meiv :un ncc. oililinei t de reveonis. "et de la contrai re, mais par cette domiiaion
So. P'us vde ci n n mi lions de ririts viagere. i.rcnt mori le, ': nt'a aton eri pus fi'e, plus rpide,
conmpiifre dans les charges fixes et a nue!es ;de et q F'E::ua; tout-s ces renccs ceptndant s'amortiront r:.:.,r,
gra&iel ement. Je lais q Pe poir vous dterminer ,conourir
90. Il paraitimnpofile que A.ifmbde stprs s've efIicaceramtit a nouteie !es difpofitions q'te ordre et
mire en pofi i l;i des binas du Ciec, et les av siC le b;en de l'Eat exig.n, if faut que les dlifnces
declares natioaux, ne troe pas dans c e richele fi ifient ; mais vous rendez fans cetle un jiute hom-
toutes dp<.rf., p.yaes, une grande augmernationde mage aix vertus du roi des vertus don't chaque
revenues et de moyens. jor il done un novel exeimple; et les minifites
lo Linmroduction chaque annde e nonvelles ri- ne dnivmnt jiais fire embarra dans vos com-
cheffls numraires en Eurol e, et jloit la Frarce a fa binaifons, puiCqu'ils renonceront avec emprelle-
Sginande ppar :ccr< i r.;r.''.i,,,..:'. ntt l rod i .:t daeis ment leurs peines etr 'eurs traaiux ds l'ictant
Stodis fur 1;s coinomrlati.ns etrende pavement as eq, d autres perfotines dfigines par votre coifiance
Simpts direct pis facile. Lds gdenles lians d. u e oi par l'opiiitin p que attreront fur elles
augmentent do2- le mlne cdege mai i.s ,les inte s attentionn du roi. En tenant, ils chercheront
de ladetre publique n'tant pas i, icepUibles de yarnt- das la puret de leur c'nmciencem et dans la ageffe
non, 1 Ett prouve un a 1.,.ai::, graduel propor- de leur conduit le dduoinimagement de beaucoup
tirnnue l'etendue de ette t rie de.tee et i quo- .i ., e d ils o befoin co
tire des au;res ch ug., annicl;es, doni la fiction les ittaques m il:i.cs auixquelles ibs font expols,
n'epronve des ch :ngemens qu longue dift n ce.t es dc ions
Je red.,ate loeu p our ni. p)rt les d6clamutions
Sli. enfin par oi es reffturces, Ao o e e do t metceux quii vouidraint itilpirer aux autres ds
en ligae de comply tout ce q.i'nme Affmai b ee ot fentimens qu'i!s n'ort pas eux nmme<. C'ef la.
regent antae luV.ereis touir co qu'une Narion mile vit, c'eit i ele feule que je remets m dfede,
en mouveoment vers le bien pubLc dcouvriront et j'ai oujous trouv qu'eile tait l'alli ie plus fir
focrefivement t'abis encore incomtuis a ;foitmer et l'-mi le plus fidel'e.
et d'amnlor tons utiles provo,,er ou a fair.
Qulles idies ne IrO e;l pus, Meflicers cet in- C qui m'altige vritablemei, ce qui merern
Quellcst in-efoiiSoven mnia heueuuY, c eet de vnir encore et..,,
dice abrge de no. immenfes reflources On a du dovena ma hlure ux, eft te vrl en we 'ei
plailir ce mie femble, p'renrer un parei talbleau, de halarls le r ch e s rde vos ntobles travaux;s de
et aux :aims et ax ennemis de la France. Il io ne de voir traverier par tant de pafiins lesd e bfth eus
rncorC plus de beate a noble, gia:d et filutire vritables citovens et dms amis ,f siexx du bnleu d
ddc;luati on qu4 v.,us avez l'aite de iti;ti.;anourp gi OU ra Redo 1lea Melftis s'il I onne et
ia paix et dre votre oei emn-nt pnor toiute elfpe.e courage, de pririce et de p.r ioriine il ie t
d'agra dif nint de i'Emopre fanus. Qui e nag i-. calie r ruls 1'f el's di diordre, quidafes ito
fique royaumen ell dnc cf!ui qu z!t: n.r eve:,emem;e d cai
aucane futo d'abus, a.cu:,e division, LWt;.cre ne jltrt i.tm"ue tenden honfiammele tcouotris
peuvent f.ir perh Et po.tr mzttrue eCi oa, tait pi, jia prlu wn mireut A:l:i'e des homes era tonioire
de m.yeus, ce nt.l pasde vore rie e n t' ,it P' t' i: j inlrec a tous ceux que des circo nfai-es
de vas lmvrnrers don on puLtt cu en dfi nct, 0!i p;rt uret inuc.ntent, car les pl is s fg iu
unp,.hbie de ne pas rendre n,.,,a.l, cet co I ri- ;ir;ui n' pa ii pocurer que ds bienii it pas
inenieni d-i.'es, cette n ere confeieraion c :.- ers, ,parc que leprix s res n'a jli s Pe ile
fanMce, 3 cette acciration de travaux q.ui vous ftit I leur dependatce; auff, q uand c ex ite e ,
parcourir tant d'e.pace d'une miniere fi frapian;te pt i qamd an < herche 'nir au x pa rblos i qu ni d
n Uf:fingue. Cependant on rlete inquiet., vus ne t-nt, n nuit cmliement a es v tbesinet
pouvez vous le diffimuler, et ce Lentimentx driveVh It a befoin, par-. s tout* qulaior xltiplie
d'une feule confiiario n, mais d'une cor fidertion I a:ourli lde l, afin qu'ne libre circiilation miuiri
de e ie nature e s' tou'el, qu'ele envi- le < caionsi di'em!plyer ') i travail a fao indulri
ronne cout, et'qu'elle tient encore tcnr fu ns lesn 1 af ue, dans les temis de calamit et dns ls !oa
!e di i ,".. ", dc Ii:fles le tintcns .4..affec.tior t de pa-
grandes efprances que tant demtif puifl ni a uro- i .i ;' ,, de ftes fentirmens e s'emflentde
riferaient concevois On eft jutementt eff, ay de ite rtin de la part res citoyens'ils t, is'.itrdreet
l'infiibordinatiotn nerl!e qui regne dans le ryau nie, p l6 poiler l'infiix le prtelctio des loi t roimer
et e fpecracle des dfordres qui clatent de oute prpr Mais le Peuo leee filee trmn l
parts, entir tient dans ies efpriI 1a. plus pi;ible i,- parce que floluent ma hereux, toute tichnqu'il
cer.itude. On voit en confidrant vote grzd ou'- g gniont le f.duit et doit le faduie, ii'
vrage les plus hardies conceptions, la march la folr eclaire par i'xpience. ,
_Au milieu cependant de ce couis ,1f."i d
---------- cho, etu milieu de i'ingalit el.. iiir r- .i
(;) 11 y aen tout 41,894 comniunauts dans le invitable de ,..i' inriT. rovAmne ni.is par a nature desimnipliftions dAius e d'Oeuvre des infitiutions politiques d'avoir 1i
S lh nao u le Cla, brtfis la Fiandre et 'Artois ,les la miulitiitu e aux I ois fires c-.t *:.,:i i n'": R n
r ;i de.a pi.en t pour les privilgis le rduiront prefenta!s. Mais une tell dpendarce li. ie
au lii5 n'in.qulie bjet : ainfi on ne les a pas corpris. faiie auI bmiheulir gnral et l ti t i T."',rt p'l .icu
Sdans le caicul ci-dois. ne peut ire conferve flian une autoriet s6ulir -t
,r


.~c---~-*---ipr r*irn~-rr~Pti


'(" *, .














fit une vigilance coriritsucl.L. Ai: fi C'ftR u, mlm
efulttC quela i'l agal.:ment rane!i, et par les idecs
giie 'es, et par les confi !ratious au moment.
l s il convi-ntr, je crois, de l'avoir fans ceffe
p let. l'epri t, afi que l'tablhiimeint foliie d'un
uuvoir qui doit tre le protecteur de 'ordre rt le
M rJien des lois, fe combine avel routes vos,dilp..-
jitions politiques, et s'adapts aindi is s effort a l'l
vitron progreftive du grand ouvg e de la confti-
ttion.
Jo n'en dioitte point ;le teams cet invincible
rp.ui de la raifon, amenera dans fa course tour,
. q .i cif de l'effence d'un grand Empire i mnis
)1 fiag [f de l)egill.teurs conhite a prvoir ce qui
fera command par la natnur- des choies, afi d'nier
ce liur science pour fi.,;r tous les genres d'au-
irite !urs ve,rihbl, limiiilUs, cells don't a defeie
(tl f'..ciie, ccies qu'on t,. nteraic en vain de franchir.
Ueo relief miodei:tion n'eft point dans une Nation
i, fcrifi.'e de- (es forces c'eft leur prudent defii-
t oin, reft mme une extenfion de :eur empire,
pilque le g 'fatur par ce moyen, ii.flue auami
Ir ,vnir que fur le prefent, et rcve: aini fon
ouvrage d'un caractere indeftuctible.
Ah I come tout s'applanitrai, come on trou-
v.raut aiiLment le point de vrit, fi nos paflions
pou,'vien 'ic ca;irmr.r, i u:! leInmiUleni dei p..ix unI
c *;ilmncr m rdnit d'u:lin venaicnt ranimer nos efpe-
ra e I Jo n cfer'irai janais de forner- ce vce ;
ci' i, ne pcife a.,; que Luis les cuhemins fo;euii
g .x poir airiver au but q.'on fe propose. Sa!:s
d u.v la L:b .rte, ob:eauc par les plui ganids Effosii
ettou)l:OIurs ia Lb',: l; ma.s ee poi..; ait l'un de' :.s
pu eiux ca.uaeres,, pour la ionf rver, i,
ia. e.iiAloyer les :ieines mnoyeni qu' pour 'a c-
qirir. C ef fous la garden du 'bo;.iiur cmn-t iun
qu on voud ait pouvrir la remettre i c'eit aux n -
rime:'s d'uie doiu;' f.at,.r tir q l'on delir'era: ie
l'.i.'ieLir. Ne peiit-ion point encore l'efpae ? Cfec
touch ce q ni muaque i a I lus m Injiarble d--s epo-
que, c'til tout ce qui ob.curci: au. yeux de l'Ei-
rope le iableau de note avenir.
II me femble toujours qu'avec un cf 'it de conci
J'.:io, avec des dadomimagemns nclfariremeint
p'y'.gir3, avac tous les miI;;agmenr e.:fin qui font
ius .ceux .lout on euige de graxis faic.lii.s, on
pnorrait ei adoucir la dQououreul e arierun;m;. Que
n'i i-q n p: dioit d'artenice en g neorite de cLux
qui, p.r une fuite de circotnRances, font devenus
laifois les plus forts et les plus heureux ? M.iis.deo
aiires aiitli ,qie ne pourirai-oi pas e tierer, sils
voulaienir d'une 'gloire plus rema, quable qu'aucune
aece'ies doni on le former i ide ? is ont lutt contre
'orage, loifqu'il n'tait niernaanc que pour eu:, il
ferait beau de Ithau e hr !e cailm-r lorfitu'il com
nience s'tendre iur tout l'hIri;on il forait beau
de prendre cen'e p;que p.itr fC r'ii:trer uni;qe-
ment les ,ent lus de ;a P[.aie, pour s'lever dauns l n
langer coiiiiilin au-d-effus de routes les co'dlidra-
tilns peI onnielis, et pour *iominer aiNfi la fortune
par la feule g';uideur de leur ame.
Que l'Afi'minb entire excite, appelle ces nobles
imouvenmns, en le montrant fer-fible aux privariiens
pirticul:cres. C'el une crreur de penfer que, .fans
niefcre et fans proporion ces privatiors f-ient
.+ml's,,a lit ues l'iirc public ; car i! y a dans kl
om'.n..iO:i ,dt d toui.es Pse feiCrions fociales une
i.fe de ..o, fi.icei et d'- fTfctoo muti. t-l qui efftauli
in"i e:iire 'eur profl' it qn'auc",n walre geo.ie de
c'rtfibutiru. N'en couit:z pas, Mtil'i :rs, les gbne-
i-"' ns uiitli e s ne vous r>pro:.hieront p i t 1. s ga: ds
iqu vous aurez pour les hommiies du tens preen.,
por i ceux -de vos concity"IIs que vous deri-ch,-:
av i i', lii rmatt d. leeur fituat:;in palie elles hri-
terot afl:., de vous ces gnerarions, elles herierolnt
.ITi.z le vos giniCreux rivaiix : affuiez feulemient la,
i, .e ldur6 ,; /0 vobienf's. Q!'iis arrivent: ux,
sii lepent., fwas avoir ccite: trop do larnmes : qu'iis
"'"'ent rux rays d'une epreuve heuteule et pai-
fibl i qu'ils arrivent eux fiurtot fans tre plus
log.eins entachs par le Qaug et par la violence.
Qui, oerait 4dterminer le; quivalens de la vie d'ui
f"i honimn qui prt la victime d'une injufice?
De femblabie u calculs n'o;.t point d'limns connus,
Cele ne aEis perio;ne fur la terre qui ait le droit de
les fixer.
Pardonni z moi, Meffieirs, fi me laiffant caller a
nl i entil, a',, jc e i fui, carr fans y penfer, ldu
principal fijet de cy M4moire ; mais vouis l'ausrie
Pernis lun des membres de votre Affmbii!e ; et
i bienu aiutant que' perfonne auxx ffaires publiques,
) fe atteindre de vous la immnn indulgence. Je pour-
'.l:s douter de votre faveur que verdant vous,
je m'expliquerais encore avec confi.ance parce
U il n'y a d.hs nmon coeur que fentimens de paix,
i justice et d'amour viritbie du bien public.
J vois d'ailleursap procher de moi le moment eo,
f'par de 'adm;iinir.ation, ;e i'aiiai plus de rap-port
que par mes voeux avec le bnihiour de la France ;
e me trainporutit 'lji par la pinfe daiis ce ndrio.de
de la vie, i ge et la retraite vous unuifint ea
'':rque ci'a-iere a liimpafii.lc quiti des temri a
utlIr, j,. vous patl e fans crainte conmmie fans e[,d-
CacCe, et c ttc firit.a'ion particuiliere peut feule mn,
Rl'.irer centre les fentitmens de timidi' qui accom-i
"gnen.t r'.cefa.irement le reFpect du a un., fi au-
S.'l. AlTfmb.ee, et le defir infii que )'. aral tou-
Ours de vou5 plaire.


629

poerfu de ltat glieral des finances, pendant les huit
dcr;iers mois a,: l'anne 1790, tant pour l oratinaire
que pour l'extraordinaire.

Nota. Les pieces juftificatives de chaque article,
tant en recebte qu'en dpenfe, front reirifCs au
comit6 des finances.

RECETTES.


Totality des f.nds en c2iffe au oii
d'avril 1790 tatr e-1 argent qu'en
billets de la caifle d'ef'oampte, ci .
A dduire pour quelques boins
:;e caiffe acquitter .' .. ...
Effets du commerce, echantdaiis
divers inmis de l'arns. .....
In.pofitpons directed deduction
faite des changes aiiig:tees fuc leur
product. . . . . . ..
Fermes ginra;es, deduction faite
des clirges affignes furleurproduit,
.sans lefquelles n'elt compris aucun
verfement de deniers entire les mains
.es payeurs des renters, parcel que
les renters font portes en totalit
d.ri s la colonne des dpenfes ....
Ferri'e des pofts,y corp.is I'..ban-
don fat par les fermiers de leurs b-
'ifi.es, et deduction fiie des char-
ge; '-;fgni;' fur fes; roduits, daus
:.. q ..i-.. hrges . dc,;n;iit accorde aux matres des
poetes po:;r la fiApprelfion de leurs
,;rivige-., c iifrmidmenit .u dcret
de l'Ai{.unblee .arional . . .
Ferme desmnefageries, don't toi te
l':anr e eft idue.. . . . ..
Ferme de S.eeaux et de Poiify, id.
Ferme des AfIi ages id . .
R; gie i.- 'i,:.' des aides, dedut,-
tion fra'e des charges qi~elle eft te-
nue d'acquitter, dans lefquelles on
ni co:ipren i a.icur.s verhimils lde
duliers entire les mains des paiyeurs
-e re tes. . .. . . .
P.jie des donlmiiies, diduition
f-ire des charges illignes fur fes
products. ... . ...... ..
jgie dela loterie royale, ddue-
tion faite des charges qu'elle eft
t'nue d'acquin.er.. . ..
Rgie des poi)udtls et fa.tres.
Le pe dp produitr qu'elle eliere
ce:ce anne fera abforb par le
pnisment eligible des billets que les
r;.', i ont Faits et renouve'li
u-ceffi'm.ent depuis phfieurs sai-
nees.. . . . ..Mmoire.
Impofitioi.ns ids pays d Etars, en
fipppofant qu'on- ne rembourfera
rien fiur les empruts. . . . .
Impofitions aboindes, en y com-
prenant ce qui reft- rentrer du
dixierBe fur les taxations des rece-
vturs gei..aix et des receveurs
pa ticuliers des fi anc::s.. . ..
Impolitions parcu:c.ieres aux for-
.ifin.'rtions de, sriue.. . ..
Revenus da la caife ducominerce.
Loyers des mailons des Quinze-
','i gts. . .. . . . .
De la. mnouiaic. Relqiquat zt par le
: .'ecteir de P.ris en fuipporant
'.core quelques fur'nitures en
vaiffelles, payvb es fix mois de
rcrme environ. . . . ...
Sur les onze mil.onhs environ qui
,.it t advances -aux ,eceveurs-g-
itrniux pour payer leurs refciip-
tions, il y en a pies de la moiti
qui ne pourra ue i .mboutuife
que par le plix des chitrg-s de ces
receveuri, cauife du draugeme'ti
de'eurs affair.'s ; niais on efiime que
fir le reits, il pourra rentrer dens
les huit derniers mois 1790, environ.
Recouvrement dans le course des
huit deimiers mois 1790 fu les
.,00o0,000 impofer en remplace-
ment de la gabelle et fur les
9, 00, 000 1. impofer en remplace-
mesnt des droits fur les cuirs, l'ami-
.on, les huiles et a% marque des
fers environU .. . . ...
Ona paiflda nladpei fe.e laco-
lonne ci-contre, les re es d'unean -
no fir lavi le, en leur entier, ainfi
ue lestraitremens, pensions, appoin-
:.neuils, &.:. i mais une p.artie de ces
bjets a t et Ceta donne en paie-
. int des do>ns et de la contribtirdn
.iurotiques. On tieiUe cet article
Je dchia g to .ujour par fimple
.-vaation environ. . .
Rentris en deniers pour l' cun-


r4,s6oet'"o I.
iiifGo,ooo 1
1,150,000

)7f5,ooo
20,755,0~0







24,C00,000







6,240,roo

i,04o,coo
5+0,000
105,0 ti




19,900,000


17,645,G00


2,700,000








O,86,QOe




6oor,oeoo

400,000
120,000




1,000,090








4,000,000






25,030;000








12,000,000


4,6i-----o i


tribution patriotique galement
par val tion.. ......... .
Mites qui pourront tre faites dans
l'emprunt de feptembr 1789, dans
ceux des payer d'Etass, ncn encore
remplis, par valuation incertaine.
Billets-affgnats dcrts piar i'Af-
femb'de national. 400,000,000 1.
A dduire les zo
millions dj fournis
ei promneflns de la
'e'tu du dcret de
l'alfe'mbenatioinaie,
du 17 aviil dernier 20o oco,ooo


Relie paffer en rec. 380,000,000 ci. 380,000,0o0

TOTAL. ....... . 66,61o00o 1.


DEFENSES.
Dpenfes gnrales de la maifon
di. roi et de la reine, des enfans de
Vrance, de madame E'ifabeth, de
nme'a.mes, tant-s de fa majefi, fur
!efquieles dpenf;s il n'y a eu que
4, a6,oco liv. de p:~yes pendant
'les quatre premiers mois de cette
a ,nO. . . .. . . .
hM: if ns des princes, freres du
roi, fur lefquelles il n'y a eu que
i,rZ2,coo liv. depaydes pendant les
quatre premier mois de cettennie.
Affaires trargeres, fur le pied
de 6,700o000 iv. . . ..
D;partemenr de la guerre, auquel
i1 y a e 37,10,00oo0 liv. de payees
an. 'e q ,.tre premirs mois. . .
Depemes de la caile civil de l'le
de Core, ai 200ooo 0iv. par moi. ..
Marine et'colonies, fur le pied
Sde 40o,5o,0oo liv. par an; fir quoi
il y a eu itj,o-r,ooo liv. de payes
dans les q.rarre premiers moi. .
Poaet, et h ,i iL-,., fuir le pied
de S,680 ooo liv. par anr, fur quoi il
y a ii 1,8zo,ooo liv. de payes dans
les quatre premiers oi. . . .
Haras, don't la dpenfe doit ceT-
fer ; mais en atteundt.n, et pour fC
conformer au dcret de lAffernble
nrona!e, on i'a rduit au pur indif-
penifble, en la comptant feulement
S10oo000 1. par moist; ce qui, pour
,rois mois encore, forme une fmn-
me Tde .. . . ... .
Reiles viageres et perp. tioritle
pavement ef fa.it, rant !'H-tel-de-
Vi le qu'au trfor public. Savoir:
Relfe d l'nne 1788 des renters
payees lH-lel-de-vil.....
Anne entire 1789 des rentes,
compiis les gages et intrts des
payers et le i epices du cnimpte .
Rel' e e l'anine 189 des ren:es
et indemnrit pays directement
au tritfor public . . . ...
RefIft da l'anne 1789 des renters
fiir le domaine de la ville . .
Six derners rmois 1789 des renters
dlguces Mgr. corie d'Artois.
Rt-le de l'ane 1788 des rntes
dlgues M. le pii-nce de Gu-
meni . . . . ..
Anne entire 1789 des mmes
rented . . . . . ....
Ini~ur:'.s d'efftrs piblics et d'au-
tres crin'es fr le pie4 de z8 mil-
lion 90,00oo iiv. par aa, deduction
fate de de 4,ooo,ooo de capitaux
d'effLers royaux pui ont it reus
en doublemnent dans l'empriint nia-
lonal de 8o millions fr lefqiuls
:8,090,coo liv. d'iitirt en a
p;'ye 6,oo00,000 li. dans les quatre
premiers mois rete .. ....
Intrts de 5o millions qui ont t
reus dans l'emprunt national de
quatre-vingt millions .. ....
Penfions fur le pied de z f miiilons
par an, ldduction &.ie desdixiemes;
on a pay 4,200,000 liv. dans les
quatre premiers mnois 1790. La r-
duction vraifemblible flir cetc article
de dpeniir, come fur 'tus les
autres fe trouve comnpri'e dans
l'article de 2y millions polts ci-
aprs, en deduction des dpenfes
ix '. . . . . . .
Gages dut corfril et traitemens ,
parriculiers de la magifratuire, fur
lefquels it a t paye 370,000 liv.
edans les q atre premiers mois. .
Gages di.soffici.rs 'u point d'hon-
neur, reite dO 41o0,00 liv, ., .


Report. ..... . ,40,62,,o0o 1.


30,000,000



4,ooo,coo


5,021,000


64,900,000

64 9,ooo
165,000



21,400,000



63,8o,ooo











13,0,000
(4oooo











2,230,000

450,000


>0,000

980,000








2I,30 ,000


2,0,00ooo








20,800,000



1, 00n,000


34i,720,- 0 1.









S, L


- 630


Report . . . .. . .. .34,710,000o .


A",:ointraiens et frais des cinq
ai.u' tri ijn : du trfor public et
de leurs blrr>ux, don't il n'a t
pay qu'un q uartier .. .. . . 1y 0,000
Bureaux e l'admininirarton gne-
rait, et traitemens de diffrentes
perfronnes, dib r il n'a t gt aeenint
pay qu'un qiuarit:.. . . . ,760,0o0
D)parrcemetr.t',s unines a::ienlie
corm;sg ie a;r lihes,, caife crconm-
m-rc-", fur ie qiue' i n' a ted pay
que le quarticr .4- janvier . .. 20,coo
D).'pe .le d;\e fes de la police de
Paris, fur i.fqu: Iles il y a eu qu.l -
qw s rd.iucion., j mais elies eigeni
d'ail e.urs de aigmiienratiois qui les
reporTeront p',b,.b ebmen :i 1,6o0
mi:lel. p ir an.r Fnttiendiint, onn 'va-
lie les htit der.icrs rnoi; de 1790
ql'. . . ... o0 ,000
Mau'ch ,uff'a. de 1 ile-de France,
fur le pied de 3o.0ooo liv. par an ,
cnm-''i i yohommen'' d'aiugmettanion.
Il if~ te pay' que le quai tier de
ja vi . . . . . 1 0,000
Pavi de : Paris doins les qiacro.
prem:,rs, mois fcn;rr/parvs dans ia
prop%,t'Ln dc 62.7,oo00 li . 420,000
Travex dai' l s a e,' s qu"in o
foua, la vil!e( eC P.:is !* c.nv;i6rons. 6f,oco
Funds ri;-v'i poiir te pititi
actes de bii na.'aiC'0. .. .. oo0,000
S-cours aux H-Joltandtis r fagi:s
en France. La fCoemme anrnule eft
acti'-ilement rduite 7' 6,ou0 iiv.,
fur qu'i on a. pay 240,000 !iv. dans
les quatre remirrs troi . ... 490,000
Comnmluatiirs religihufe.s. La p"r'-
tie qui eft p.ye au trfor public efr
anniueeraient d eLtvirn 346,ooo iv.
fur quoi il n'a t acquitr dan' les
quanre premierrs mois que y z,cco 'iv. 219,000
IHprtaur er Eifano-Tioe' vs, fi u
le ie '. de t,0o0, ool. par an, fitr
qu -i i1 a te p.,ye 2- 7 0oo dans les
q.:-tre p:eirine s moi . . .. 760,000
Dp~e'ri'e i'e!atives Iladeftr-uctioun
du v ; L.[- dJ '' et de la cru :,d"ii: i,? ,
fur quoi il a i rembourf 93,000 1.
dsirs les quatre premrjrs moi'. 850,ooo0
P lines, non coimpis cells payes
par ta firme gndrale et encoura-
gmrnert pour le commerce.. .... o000ooo
Jardin royal des plants et cabi-
net d hIRoire raturelle fir q oi
it a t py 24, o0o liv. d:.s les
q.'ate p:reieris mois. .. .... 8,oo
Bibliotheque u ri;t ... . 90,000
Acalmie: fcie: ces r-t arts ,
coles vc'trii'air~. . . .. s38,o5 o
D)..en'Q et tr'aimenu3 d>ver-. oo00,00
D.pcnfes dani le p'rvinces
paver par le trefr pub;c et qui:
f il':it ci-devant parties des char-
ges i.iii.-..-; fir le produiEt des
inimp' s direcs. . . . . 260,000
Dpenies imprvue. . .. . 3,000,oouo0

3 f 5,74,o000
A didli'i'e les r-ictions q"'i pour-
ront tre r.i.ifC dains le F'annee couraite, s la fhite des pro-
ch .in t .rets attendus de Ia t art iie
V'Aftielble national environ... 2~,oo0,ooo

Rutfe fur les dpenfes fixea 330,745 ,o0 o
E X T R A 0 R D I N A IR E.


Truvau.t de'. f,~uifcairr;'si rtc la

T. avant derla.la CI' o ;'.
i 'r>daiox s Iras L'arouf tior s t
Ch' b uc-g .. .. .............
ei va'> 1 -0utu ah 'X .
CIi. de Li
'1' 'vaux~ dc l, ce'ib c-'ctriorc Qdit
d"ils timem rdes L'ctilniS da
roi r c-eti*luI'' ,.........
rj' avatx dut,1 d e'to~ cli' T'> ni
m h.ts de u.rrais lur lcfqucis le,-
uni, r doverrt r e Csiis toit
cU' :prcs Vrarr.'. ...
'j'.svacix et Eu, d 'c- trlilP.:ieut
d&-s b rceaux M'iz rf'a ptiUic etJr
la cuifle d4 '*x' ao<. .ui 't. et de
cm. IX de la lor;rr i's'<'y01 a
c;GarrdJe m'hit'c de ila iis, Lu: .ralo
a 'Ier> Ldu.K cjre roi l Ve
%-n tque d coi>.t 'al Apin , e -



~~tjr~ mdcrt re'de ia e',c Vi'O>i,
<'utib.o 79,de cl'e -Pt ''


7'70 000
1 oo 00

a air 000




I,0 >000








7r-0 c.co

tOO 000


Rqiort de 'ext'rot!aire. ...
Aatit-dernier piement lfir las
fe ours ci devaitr accords pour les
dettes de Mg. co're d'Ait-mis, et
pourleqaque, ii ya eu des engagonens
pris par "es particuiier. . ..
Traites faiPss fur M. Duruey, en
rembourfemenu des mutieres d'or et
d'argent extraites de l'tranger ..
'Trane flites et E'iire d.s pays
trnngeris et de diffrentes villas Li
roy.mnie, pour des achuts de gaibs
et pour des filai qui y fotr relalifa,
dducrion fire du produit de ce qui
fera vendu. Oii va':ue cette dpenfe
pot!' le retle de l'anne, . .
Rembouiremrenet -u prixds la vaif-
felle porrt aux hotels des munn;uie,
dductionfaited'environ S, 5oo,ooo 1.
qui i01 t rtentrt'm par f'emiiprani na-
tienal p'ar la conri Li.',rirj patrio-
tique et d'autres maieres . . .
Rembou fement fir in prt f :it par
le Mont-de-Pit, environ. . .
A MM. l's dIputis de l'Aliin b'e
narionuae indem-nit de leur a-
pce .e. ... . . .....
l)iverfe' dperfas relative'
1' .\ '. i.inib'e natiicnae . . .
Avance l'out' epnile du canal de
Charo'ais, cn verru d'un dcret
de f..T-- .' .i.: na ri nale. . . .
A conirmte de la deirte arriBre du
g.rde-ieuble ,. id . . . .
Somme qui pourra tre ncefflire
pour acqtutter que'ques objets ar-
rirs don't le pavement ferait
jug preffant ... ... .....
Secours extraoilin-ire au depar-
rement d marine. . . .
A'nicipa.:ionii qui fout dans les
mai'is dia pidubic :
En bil ets lIes ferimes .. ...
E'i afignations fur les feimes et
les r'-'ie . . . . . .
En ref;' tions t-.r les recetes
gdin r-le: des im 8t directs ..
A la car:e d cfiompr'e p'ur ac-
quitter fci ice. . . .
A elle pouiir les iztr '-: p ru
o00 de ces 170 millions, dep ris le
i.s de jan :ier ju''iu'au r 5' l''avril. ..
Pertr fu; les rsh:rs diu nuinir ire
On ne peiut valerencore. Mim.


J4,2.10,00& i.

,z6oo,ooo




1,100,000





8,00G0,000









400,000



600o,000
600,000



3,000,000
2.,000,000
IL OOOCOO


i5 ,39,o000

20.400,o00

170,000,000


2,4Co,oo0


T'oal de v'exrraordin ire. . .. 314 4 i6 :0 1.
TotLgiral de la d6pertf... 6401zQoco
R E S U L T A T.
Lcrecettes montait . .. 66 611--,noo
LesAcWme Ie .. :641,1100 o
Excaent Ciderecette *. c i 4o,0
Rjocfe de M 1, Ic pr ifident 1 M. Pcker.
L eI'Aqple natiofilaenl iptrit voir qu'aevec fa
f;cton ien cuis ep.' rie t tuYir'e et ne votr'
p. ovante. Il ne ait la :Fam:a que corind
il bll "or our v fi 0n u1.e' loi fois que, sciL -
vanr i '! des CIL ev ar:tici et d(es Pon
lkt ha tri 1mer Se ti a i ifi: n un cFlupa
dl'c c>, E'Ya:' "rt lI'ayance .. a onu'.." con'j~r-P'e t d
fer bafoims, et le tAbleau 'nivo.i (la liet i fumrce
elle ne ro inu: ta naa' i ii Io barira', ni I.e pj')-ure j
en l'c 2i3nt for 1 s bofoinx du ferv:ce -e I IXprt-
fetire ante i e l voiis ien Mi'z affur e fccs.
Le rurtb Oemenc de ivi re M s ouites lef pi-
e' ( cmw ui a' 1 v'ptu rIe 'm de! MSfr 1a bae
pan muentC<'e la oi)r rie PUliquWe.
t r J: [a )i tl;iu d-'s n'gni'en <'onffitizi,rls (' dli -
ar Li *d r itU lleut ;c>'p"Iltle!l n
neur\ e Po>' -e 1' a',I:;1S quli eXrCe n u`lj ou dl;l'h
o'r, la ieini f us la r>'in:ide dn 1C C
dal:i oi (rla l < qi'ai" 91.< onvierit ~ uli> gr mndc Na' 01,lb:~ e.
D> e1t V uA : r 1s doute que lail'emce aiti ,no> bi1' ,
air stuis datu3 pIllem tex lierX les ooursOened de
la libent. L'A? li'mb'ee naLiocuale don'tt le bort la..
de Lt F ane cIl/eJ'u/e pfin tea ppretd jatil '> ,nn'.
i te aifliction bieni vivc, ier. nouvel'es dv ce' x XI
dlonut les plu! criu s enknemis ( Insn doute IPaM1ieux n n de d e rnuir. (iEl :E
"e kr i! e que cer quc i les nouvelles o'cetn;
S a c Wn que, qui donine ux F aa-
A 'S vextnie. et tOuetel- l" vert -t perwuiCu.ie> -
liaitr elui f 'aiu'ei et dei maintenir la otnffn cio'.
C'efl par dem s uaml'ys olux et nmefutrs na'
Fesmei e 'o(ntenus j par la 01:,il' n i ,oulnanrcC dI
11 iiicieels le u sirms r 1s pur t'rab ilfmuc le e oas
neeC& e le la cotilto par le corCect le ph >
h,,0,-ecx de cec roel'ures ivec les iute to> fi

(lr; Ce a n'sil qute trop vimi cepend.t e e
c (tC de li a' nocha tct untanIC a e cqCuct lonne 'e ur
it'tl lp ,ctr oF cnir.unei; 'e ne tpas 'lge du
M, la vc uil'e ; xmliquel] 'Oe rguYeil.


connues du ei > que A le nit,
*onft.;imtnent 'ccup>ae d ine. ... r i .,..,'."., ,
lob:ervation des lois un Paipl e I'.'p :,i
.uquel il faut renree h' lel^ ,'e ,l i;,ru e
'atorit lgitime ue p iprnil, al 'C.a,!.
ne ferait que retarder I''cc.nmplillemete c eislf
*mportans. k s cl.n
P Perfonne ne Ifait mieux vo ,,,, us
comoien les vues de All' nble Vinationale ont
jours t dirig6es tur ce plan. Elle a foueh r.
in rqu avec fCtisfaction votre emnpr ff 'nt
feconder par tous les moyens qure la ,i l
o roi a mis en vote ;,:.' v.., l. L.e: vu iie Vui
Ilti o'l'.z mjtUurd'hui fonti un novel lil-1i'eure
vorce patHotifme. On efit ours 'i *J..Ie' e
birnveillante paix, de c conrde, de fraternit, elt i.lrny1
{'acce.rer la fiil:it de l'empire. Pt r',: .:in '
. cos ides coniolances la prenfe jR-l rni
'iutltnt o vous purri.az ceffer de cooprer
!eur cxdcucron ? Il eit des hommes alti ne devr ant
connatre do 1 lhumanjtl que les affections dlouce
qui iniffent les lies fethfibles, et i ton pas lmes mi
qui les affligent.



L Y C E.

Acrs avoir achev le tableal e la Ir c'i.Mir.ti n d
VeniCf M. de la Crox a prelfote cehii es sgu
vernimens de G i etdet a ,i :e l..ni,. :, q. e
L, iLes conit tutions, a t-il dit >tont :X yeux ies ph.i
lofophes politiques, ce que ontr. les plante j les in.
fectes, les coquillages aux yeux des natiirallt,. tLes
objet: de la plus .g-ande dinerfion come ceiiu
de la plus petitnce, obtiennent d'eux ui eiinen 'n.
inclem attntif. Cite f Ce le ;.o i l'a conduit(~i ailre
tes regard, tir la Rpuib.quie de,-S. Marin.
Ce qui la clalfe parmi les gouvernemens dmno-
Erarques, c'eil que toutes les fois qu'il s'agitidare
i:rpor;taices on affimble le grad conieil, qui eft
cimnp''e d'un ii.dividu pris danis chaque funill=.i j.
diftinctcon : ainfi la fouv'erainet rfide 'nan toires
es families repriil"tue' par un de leuris meinbris.
'['oiit fon territoire ic comiprend que laihinta'e
tur lk quiieio i vi .e eft fitue, et ',,.i. ,i ,'lnes
:iU liv. 's par des habitLIars, qui, rniis a ceix de la
vil' foment en :tnut une popultion de 7 r;I
airies : voil. peiit;&i'e les iuls liidi A tes qui
exil:d;nt iin Itaii.
DD Nous venonsi, a continue M. de ,la Croix, de
p,'ntreter i.is les cc'niicutions de q iin R.'.publ ,lUl1
,ous i2.vns vu lariitocratie dominer dsnsiles trois
pr .iieres, la ddmooratie refpirer dars la derriere.
U1i. aime lii re ne f 'olai iJt ni :i Verife, ni Gries.
Si elle ne lf.- air c'oni'tr. le b lha'tude la ib iert.l
.-i;"1 .a L f r'..ir qui dloi Cce attached i ue viie pai-
libte er laborienie, l'exercice i; nocenurde,'es fi-
crtiles, peur. 'e s'.i'ri r.mitr elle dans la Rptibliql
d Lucique : is qui1 home, i aveci e ~ot des
arts a?'e. le br tiini de'comtinmmiqner.fes penfes,
ai ent rec' yvir d'aI)tres eni hunge, enfi, declharmer
ni imagi, action p.ur a vue rde gtraids objecs ,p-ir.rlt
icr fiur exiitti -e une dcruaocr.ti ie il ii celle ie -
S. M'I;a'ici ? l. Ibere of fltans doute d'un.i .rn' i i'rii,
n: is s'il fdllair lar la p y de toutes :- p rviiii..n
fi, pour etn re;cu C.i ilir e' frLics il r ,uir . Ii0 e e
ie cond lnm.r p.dfer t. peu de joni qu.' l .,nnle
.t c 'i e il li n ,.. fi r 1100 roche c>..p'':. i 'v r
pour fbci'6t q'i- de fi npile; vs c'-,s que rdes colines, pulir 6vreieiles que 'arrtW
de qui'ques voi....,i j>, four dd .miiiiigemnt't dlu
mIouvemen t t dcs,.l' 1 .-': rc bleaux *ie .: in.j i V il'le:,
Iliil a l ictclte de do'iler f-ii lifraigeg dins iIraic'ii-
hbe niidraile convenons qu'iil ferait i',. ,''h,""i'''n
'.ilHet. pris de la dmocratie pour acheterli cher i.s i

S''i lhons donc de ddcouvrir la '.b tri iifntin
'jou'r v'irnient digne d'elle et (le f/e a.ll':'-u-.
T uidis qu'elle faith aa lf i iL' -.. i e fft'i piour r*,Clr
lhi-', i- l Peuple donlt ': e a favo.if l'iui ul': ; i''''"
l'loi, ail lieu de jerer des flours il I r 1-ilp ,
i''i prl-rtoro 0ou-r, dlu fanng? .Pinir ..i ;.aUtu li
!'appe.le p -r.des ch nts d'a grelg lr riif t ,'"noi
,t' l' .o v'anlrer' par des ciis funebres ? el'l] q "i il-II
* eIS f-enltiies qif n', rgies la vert, que le
Ifitis hi:' llilis qIe les prInjts dui bien pub li c
quel oeil vur partic.'lieres de nos i;int'ntiiois ambitietiies

Patait i O LS que lorfqu'lle y t 'ror C tnli 'e"i
olle puffie habiter ayec fcusit lh e f>iC,&C di
ce templen. lot jets dj pnfl piint lot'1" 1 '.
vent a 'a fGis; miais l'difice uit encore 1 de,'.,
'es orages peuveent l'e.ni, ni.'rT, en at'e t'. u .'
v, ,ent.... Si l .l ,:in,,ln e .l it f, .O,r- '"1 P ml i l
bons ouvriais, fi au lieu dlo f: hi er Yl"i')'" nie're'S i l C ,-. et: l n,f. t rO.s ti a lnrotlr -!' i .
.aient s'en fervor pour s'aflaillir or 'en t.'rur" ir
ei ,:!at que cdviendiaiern aeux q.1i enC'" .'l"
et p'roteict )eurs travaux ?
SEloignotwil de uins ces ir' ies 'a n
pointdr foi aux bnrii rfour-i r ,u- r n :'i',.,
f. yotn in,'- eliibles de vaiie' t .r i n t l L
ror s ':iIe allure qui':.l .ur .,a i 1 ,
its lit net triu ph'- iont du i',le et de la r. '' -;'. '
abnquels eRt attache l.i defi e de et L"' 'e








."


,..*- ( ,.Qr* ..