Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text






GAZT-,TE NATIONALE, ou LE MONITEUR UNIVERSE


MERCREDI


16 J U I N 1790.


pI'nme de ces crmonies n'a jamais t, plus rec hIr-
chpe, pl.s .:l;tae ; c'eft le moment que l'on a
thoitl pur redoubler d'ar:aithnes centre l'AlHm-
bie nitionae de France. On perliuade au Peuple,
dans des ecrits vous au menfonge, qu'en Fiance
l 'y a, rpari les religioux, que les m,auvais fuijets
ii.Fefi de j.;iufinifmne, cqi s'autoriPent des Dioics de
l'homme p,:ur abandonier leur tar. On excite ltur-
toiit la piti en faveur des reiigieuics carnnelites du
couvent de Saint-Deiiis (pis Paris ). EllVs vont
quitter, dit-on cette nmalheureufe France ; et d'aprj
une juite di'c;fion, une pieuf protection dli nos
Eriis, re'r'fencans de la Nation Belgique cts faintes
Fie'l, tr''uveront en Brabanr un afii' 't ue Patrie.
C ei aiiii que le pi aid pfitencier Van E'upen fiar-
veil'e v.c habilat toun les mouv'em:i s populaites,
et prfide la dp ravation do i'elpiit public.


PO L I TIQU E.

SU ED E.

De Stockholm le S1 mai.

.rs (irervio' s lettres de Finlande font diu z mai.
t.e roi rrait aloris Sw\vt.kfiuid avec la flotte 0de
letes et ir'artendait qu'un vent fav'qrahle pour
fortir av c l'efc ',re et attaquer l'einmmiui ,qi depu;is
la vi.'tei e q ule' nous a' vonu rcmpo'rte ie l yde ce
, is, i:e s'.at ps uxno,re.
Des drai s ultrie'rs de cetta aff.ie important,
coli mtent ce qui cni a t d.'j raplpurt, et an-
i,.nciblr Cien oitrt qIu ap.s la fuiit le 'e ennemij


No 167.


~`~--Y--~~"IU~49UI~YI~LIUILsll3~*I iirrihl~_lU-Y

,rU.~Y~IMICUY~Y~;U~^~l~~.s-Y~i~L~IIP~


le roi, infiru!t par 1ls prilonuierl: que la guiriii..n Le congrbs a faith publier avant-hier une relation
e Friederic h: nui tait peu n l ibreutr avit f it authantique de qei s'" ft paff le, 13 m:i et jours
fotuner la place die fe rendeu; que le comnan.- lpi-ivans pirs de Mrtch entire les Autrichiens
dav' fi t r net wander uue. h u .a pour prme l-e et l'arrne des i:ats Bclgicues, commande par
un p rua mais qu'ayant reu 'e reLitme u de N.w ki le g nral Sthoefeldc. Ce 'bul!ein oi tiie ripee
pour ref.rc, il n'ava:it uxi. f-i de r'ponfe u' - ce q a dtj t dit : il n'el rem .rq'ible que
ienre (.ue le' deikini principal di roi n'tant pa. par at avec lequel on y attribute la drou'e corm-
dans ce mr',:ct d'tta,;i:.r la fortu.elff-, il ava't palette de l'armee br,.bn)mne, et la nifertion
e' t, er'. le foir, f:it advance: quelques hha- t'une grande parties bien moins la frayeur Et
l,.i:tp'.s ca:o ,.:;Pirfcs r ' imens g r', pour rhtL a dcouragem ent des folidat, peu f-its au feu
dmer:ri; Le le fe a plh ini 'us ch.iu p,':s canonnieres de l'm ymil r,. qu' un complot form par les
riles qui s lent. li.rees cns lu port, ioinos les patia: s de M. Van-der-Meerfch.
nirs de Fred'i: slhtium ai fi qii' d'a'ttres ari-
mcni. dae r iarp ri, au chant.ir et au b d ii de oFfN F R A N C E,
tucti-n qui s y trouvait-; et notre flotte i'ect rr- -
v.nue q qe quand oni a vu le[ fa tout le clrg du II faut ire les dlibrations des municipalits
r;vag. Notre rlc;'a.d-:, en e ratira:t, a mis le et des gardes nationals chamitres pour voir
feu ,.un; bateri-es dle [liina, Wiiina' et Swartan commwe eiles expri nent avec la rudeffe d'une
q:ce i" R II : I.i ... .'r b;:e.ud ,. rcs. N.;u. y iv as i rime verge lerr n-rgique patriotifine.
', : d Ix 'x. i'i... d. canMon de 24 lires do bailey, Q e nous, les Otres et notre poftrit, p-
Ucux de 2. i\es ;w deu!x de 6 .ivr. avec beau- rifient mille fois p'utt que de reroncer la libert,
coup .Je minitions qe l'ei.ne:ni avait iail-es. ai boi.hetir qui en decou!e et cette belle confii-
, L'- iuit du 17 tin iS de ce mois, le roi envoy tuion que ,i ,us donnent nos bons patiiot-s,
declA.loupe. clonon ..Sm.a et Sax.:,la, ,. d a fire recop. ieg le peys a in'm',ront e; fii des ifieurs de notre fcont;
et de favor les dr;, i;:o: s e l'.-,n mr; et n-.s nois pier'pds avec plai'ir des impts qu'on pourra
nroi: (c.imn:es ao e o e erir tours appeler contri;tion patriotique .
l omie, s . s, i, fo ces v rs I ( e. apfii qiue s'exprime ;e procureu'r-fyndic d'une
couiime, un marb hal de village. La plupart de
edticnalee e c.s iefpctacbles cu:lt;vteu s fentent mieux l'efprit
Nor e w . 'eas n:i ,etite cha*'ipe des dcrcts, que le grand nombre des h bitans
canrn e: n a' cmi >ni a cev W ; un ofEi: r d,, viles : dnus de cette faud'e logique, qui
C'" .: ;i t ,''5, et un bLa-it: ier et 30 fouivant rious gare, ils ne voient qu'un fans dans
l'I a .. b::',. N; n'avns ra't pifo:n s'is les ,h;fe; c'eil le bon. (Extrait du journal Pa-
q.' :!i n c.;: ciu iTffi irs et 80 fo d.tt, ar trioriqe du department de la Cte a'Or, rdig par
p'*e'q:, c'... e s bi.' ; a. s L r t.t t pricipi- la f cit des Amis de la Conftitution, forme
taM;,n:te:t ab..nI louLi p'r lurs qiiiuip::gus. Dijcn. Ces bons citoyens defiinent particuliere-
ment ce journal clairer les campanes : cet
I T A LI E, article, et d'autres que nous avons tirs de la
rr;ne force prouvent affez qu'ils ort rempli
Irt- bat, et combien ils font dig.ies du nom
De Roen le 2.1 mai. d'A':is d'une Conifitution qu'ils fervent avec tant
Sde fuccs).
Si S'i;,t;' vr : d.de fire publier un jub:li' de
h-' j' u:rs, qi com e..nccr.;e ouir d. ila Pecn.e- MA A R I N E.
8 .. (C j. n: I ?. / n' iur lt difent les papi'iu pw- I
bli s, d :ii.lr. r 'i .-; '; d.i Ciel our detourer i Life des ltrimens actuellement en armement dans les
]' ..l'.m;.i, q s. ri.l. d l t t fiege, et rm:ner poicr de Brefl, de Rocheirt et de l'Orient avec
a !des for:ti.. -., ',;Ls cric;s, des ,hilofop'hes mno- l nom des capitaines.
d une" qAi clihrchet h ir eo.,,:ilur les foundmous de
h!' r: Elio. A Brefr. Le Majeflueux, de Iio canons; M. d'AI-
Le p:-cr ri!" M. de C gliofio et ,terai2b : on burt de Rioms, g-i"rall M. de L.aan e capiriiiie
dl- 'erc d'ip, trniro le. v bse t r: motif de fon dc pavilion ; i'igafe, de o8, capitaine M. Cna-
em n o.iiun'mentr, ct q el eRt ie crim- don't on riie; les deux Fr 'es, ce 8o capi:i.e, M. de
l'a..' ':e ni ai".:re qu'i i fta condannd au deraier TiLy ; l'Am'erica, de 74 capitaie M. Bruyeresi
'luiice, i' e Dugaay- Trouin de 74 cip.tune M. Verdun ;
le ratLrio dO e 74, capitaine, M. d'Entrecafleaix
PF Y S B A S. laFFrmne, de 74, cpit.ne, M. Rivicre ; le Superbe,
de 74, .apitai ie, M. Ci lart-Vi:eneuve j le Tme-
D Biruxell/es, le 12 j,. raie:, du 7 .., capitaine, M. B achon.
De u Frgates. La Cybelle de 18 canons, capitaine ,
dM. C 3 .*!- .,*iI. la Proferpine, de iS capitaine,
On ne reoit point de nouv 1es pcitives de MC .ii l c. P
ale' I c. 1) r' ien e rs en ems le crg , t circu etr C r.rEtte. Le Mar'chal de Cafjries, de zo canons,
de bot, s vaies, qui fot abr inans oiIi encutil'a- cap i une, M. Mucev ier la Fauv ete z, ,e ca-
gp'us Cion les clr.wena c,es. H>r on divfat qe pti ie, M Boifg.:lin la Cres de 18, capitaine,
nos vulo.tires valeont fignal leu arrie aux K a.ec.
epolrr, ein friant n diacihmcnt autr chien a o Avi'roe. La Levrette, le Papillon, le Joueland, le
retirer din vi lag qu'il occupaic mas point de C le Serin et Efiegle.
d': ail,. (uelrqtue, tus, quelques bileSf's quelques .lcs. Le MarfJuia et la Normande.
priioii,..'i; volra oui ce que l'on puble de ct i
ava't.'ge fur l'eiami .. A l'Orieni. Le Bor'e, de 74 canons, cipitaine,
Se M. Saint -Flix ; Entreprenant, de 74, capiraline
Les nouvclles, de la FI.'l dre annncent q M Limoe-Gioiult le Fougueux, de 74, capicrai.e
came commence s'y t b i". On y eft encoe a la A Cpelis.
cha.ffe dcl rcinelques bi Gl.in; qui colrentt lIe village'. FCr.gater. L'Uranic, de 18 canons, capitaine,
Mais il nrous .- riv encor-e des payfans conduits par M raille ; la Fiadele, de iz, capitaite, M. Ro-
dii cu e; auirm'. [La detnicre troupe a fait tii Cion fiy, l Runion, de ii (apiraiine, M. K: bars
c' trie aay;:t a & ea rie un pre Roliet, hommr a D Dana, de 12, capitaine, M. Dulou i la Bellone,
ribuufie, qui te'nais la me' uin fabre noreI'e. Le cnpiai.ae, M. le Ch v li'r de la Paroy la Surveil-
congrs ti.nrt topour; la tI nae conduite gar d lan, de 1, cpiaire, M. Sarcey j 1 Amphitrice
de ce. ridicilens croij's : rai t: il les excite, tantot de t, capitaine, M. Grima!di 5 et I'Acalante, tde
il les rpriimrle e ie' raffuri : il a foin d'entreteiir j capitaine, M.' Marigny l'ai .
truos % s'aici ae qut'n cou'' deci >rs eufns s'a- M
Varice jou la Gufceiir, au fecoU.rs de lpr Beu s qu' A Rochefort Le Gnerenx, de 74 canons, capi-
lier le grand i'bi', eri uuiei'i p' deux proceffiois rainei, M. du Chillau l'Orion, de 74, capitaine,
du 1it lm ac;eimiti !'urale midi ;'autre le foir. La M. Buor Galifer.


Frdgres. L'Agla, de I. canons, capitaiie M.
le baron dL. Paroy ; l'Ernb'aJde, de 2., cipiiaine,
M. ci'Orlans ; la C'pricieuJil, de iz capiaine
M. Buibe.
Corvette. La Favorice de 21 canons, capitaine,
M. Nigrier.


COMMERCE.
Navires mis en coutume ou en chargement.

Du juin. Les navires le S. Nicolas de Bor-
deaux, da port de 300 tonneaux, deft m pour la
Martiniqu ; amateur, M. J. B. Decaffi-i courtier,
M. DJlmei-re i 90o. Le G:uadicepii, d, Birdeaux
du port de 4uo connea'.'x, deftn pour la Guade-
lotpe j armaeurs, MM. Coppinger pere et flii
courtier, M. S ivage, n 91.

Navires trangers expdis.
Les vire, l. TVigilance, de B emeni, capitaine ,
M. Hi'.ri h I., fi g Meye.r adlant auaiic lieu
charge de vii et cf ; courtier, M. Dumas. L'ECf-
rance de Stetin capitaine, M. Joachim Friederick
D)unirey, allant audit lieu fur fon left I courtier,
M. Ferriere.


ADMINISTRATION.

MUNICIPALITY DE P ARIS.
Difcours de M. le president de l'afjcmble gnrale des
reprj'ntans de la commune au roi, le 8 mai.

Sire, la commune de Paris n'a pu lire la Procla-
mation de votre majefi., fans une admiration m-
le d'amiur et de respect elle fe glorifie de pou-
voir une des premieres deofer vos pieds l'hom-
mage de !a reconnaiflance due vos foins paterne's.
Qu'ils s'loignent i jamais ces ennemis du bien
public qii chercheraient encore garer le Peuple,
ou plutt que ramets de meil!eurs fentimens
par les douces exhortations de vote majft, ils
apprennent, pour ne plus ['oublier, qu'tre fou-
mis la conflitution c'eft obir au plus jufle et
au p'us chri des monarques.
Dj, fire, vous avez recueilli dans cette capie
tale ies fruits de vos tendres follicitiids. Un mio-
ment d'orage, excit par des gens fans Patrie, fans
afile avait trouble la paix que votre augufte pr-
fence y entretenait: tout eft rentre dans le devoir
la voix du pere du Peuple.
-Pauilie un fi heurenx example fe communiquer a
tour's les parties de ce vate eirmpire Le jour de
l'alliance univerfe:e approche, jour jaimais m-
rnorable pour les Franais. Anims du mme efpiit
pour ;le maintien de la coiflitutio ptnet(s ;l'un
n'ue amour pour leur fo:.verain, iis eeveront
la f)is un concert da voix pour celbrer les
letanges imrnor:iles du meilleur des princes.

ROonfe du roi.

Je rrois toujours avec plailir les tmoignages
d'attachement de la commune ice Paris.


LI T T ERATURB.

Mnoires du marchal de .Richelieu &'c. ( oye le
n0 145. ) Troifeme et dernier extrait.
Aprs la mort de Dubois et du duc d'OrlIans
M. le duc chef de la maifon de Cond, vint
montrer, dans la place de premier miniftre,' fa fi-
blelle et fa nu.lith. Les intrigues les d prd .iati.s
les folles diffipaiions de m-.dame de Prie, f. .i-
tre(f, remphilTnt prefque e.itidremenr ton chcf
mniiitre. Non-feulemunt elle regna, mais ce fuc
elle e iore qui donna une reine a la Fi ,n e.
Oi avait p.'nf pour le jeune roi L ois XV ,
mademofrlie de Vernniudoi: f Ceu deL M. le .ic ,
leve Tours da.is iti couvent. M dime de P:ie
voulut, avant la conciufion, connatre ies difpoii-'
tions de la princ.f~d elle part en pofte vt a
demander au parloir, fous un nom fuppof l'en-
gage dans une conversation particuliere apprend
qu elle en eft deteftle, la laiffe die d'ele tout le
ial qu'il lui plat, fe Il-ve, et dit en fortanr, de
m iiei'e ,ri enten4iue : va, tu ne firas point rtiac dr
France. Ele tirne prole mais erfin il fa.iait au roi
une poule on en vouait une qui ne fl gouver-
,e par peafonne, et q''i n'eti 'autrtf a'p,'ii que
M. le diic et iiadame de Prie. On prit I',.iTIna
nach royil, repertoire de ces priccfeos ; mais on
n'en trouviit i..a. Alors Pris Duverney, connu
du roi de Pologne, qui il avait pt6c do Iargen











SWitemberg, propofa fa fille; et comme on vou- et de mutiler leurs enclaves ; mais on leur permet emploi la perfonne ouil I- lur recorrmndait
lait une princefle fins credit, fille d'un fouverain de ies fire enchaner, dt les bat.re de verges ou de en orte que la protection de Barjac tait plu
fans puiffance en Europe, on trouva les qualits cordes, lorfqu'ils croiront que les efclaves l'auront important" que celle des miifltres et mme du
requifs aiis ans la fille de StaniMas., mrit. Lorfqu'un matre tue fon enclave, il et per- cardinal : fouvent Barjac s'eft fait apporter des
D'autres qualits fans doute la rendaient digne mis u confeil fuiprieur d'abfoudre l'aflffi-i fans brevets figns du roi et contre-figns du nini
du tra.ie, o !le vcut avec peu (e credit, et lettres de grace. Enfin ,dit le code, nous voulons tre, et la place ou la charge taient donnes 1
encore moins de bonheur c ;mais rien de ce qu elle que les eftlaves fbient rputs meubles. Et ce code fab- d'autres.
eut d'eftimable r'infl: fur le choix qu'on fit d'elle; f ille encore., ign, commie le dit encore l'auteur Pour tre plac ou avanc, il fallait abfoltment
et ce frent le vice et intrigue qui couronnerent des mmoires, de l'augufle nom d'un roi de France lui fair la court. Quand on lu parait de quelq'
e viertu.ee qi rons que les colonies elles-mmes, aujourd'hui qui n'allait pas le voir il difait laconiqueme :
a vertu imatreffes de modifier leur administration intrieure, ne le connais pas ; et c'tait un arrt d'exc'luion,
Duverney tait le dernier des quatre freres Ple is fe laveront de cette tache, et qu'elles ne fe croiront Mais s'il lait exigeant, mme avec les grand ilo
qui gouvernaient alors les finances, ious le nom e plus difpe.nfes, par la diverfit de couleur de ne fouffrait cepeadartt pas qu'ils s'aviliffeit deviant
Dodun, contrleur-gnral obfcur et fous les ute humanity et de toute juflice. lui, et ce n'tait pas fans doute ce qui lui don it
ordres abfolus de madame de Prie. Cette honnte l moins de peine. Un jour un homme titr n at
admiiniftration imagine un moyen nouveau pour tirtr La France tourment par des m nifieres orageux le moins de peine. Un jour un homme titralla
de 'iragent des Peuples nmpuis. Quoique lon ftt et dprdateurs, refpira fous ce ui du cardinal de lui demander une grace, et pala, pour l'obtenir
-peu-pres au pair des dperfes, on ppofa un orme Fleury. L'ordre e rtablit d2ns les fi ances : les les limits de cette dlicateffe qu' fllait avoi
det-prs a n pair de de la guernre, don t n'y avait moeurs eurent moins d'effronterie ; mais de mifra- chez Baijac i il le pria enfuite de lui donner
nulle apparence on dref iun compete rendu fictif, bies querelles pour la bulle continuerent d'occuper diner, et fe plaa familirement fa droite la pre
o 'on dit tout ce q on voulut e et ou l'on rejeta et de divifer les efprits. La caba!e des Sulpiciens mere fois qu'il allait le voir et fe rpandant el
e dfion dit tout ce quon dOrlau ; et nfi on creea u runis Iff, autour de la vieile mience, folli- loges fur la vertu et les lumieres de M. de Bar ac
ie dcit terriorial auquel on d onna le nom model citait et obtenait fans ceffe des actes d'autorit. Sous il lui attribuait les profprits de la France. Barac,
de inqaneri e.Loal, auquel on donna le nom mpa der f- ce minifere, don't on vante encore la douceur, il fatigue d ces dmonfi, actions, f` leave fur le champ,
lement cet i mpte dans le confeil; mnai il s'agiffeit y eut, qui le croirait? plus de lettres-de cachet ex- dtalhe fa ferviette, la place fous fou bras prite
de le faire enregimtrer da parlene on.li pedices que fous le regne mme de Louis XIV. de fon valet une afliette, faifit le dos de la chairl
de le fare enregirer au parlement. Saint-Florentin remplaait ds-lors dignement lon du duc et pair, et fe met en devoir de le .ervir
Les parlemens, feule barrier qui exiftt ailcr pere dans cette parties du talent adminiitratif. 11 table. Celui-ci fe leave fton tour, et dit qu'il ne
entire une cour dprdatrice et des Peuples dpouil- fignait une lettre-de-cachet mieux que le minmftre permettra jmais un pareil service; mnis Barjac lui
ls, avaient tcruellement humilis fous Louis XIV, de France, et poffdait fond la mcanique de leur rpond : Si un pair de France oublie ce qu'il eflpour
et plus cruellement peut-tre encore fous le regent, expedition. On vit enfin ce qu'on n'avait p4s encore plaire Barjac, Barjac ne doit pas l'oublier. Il ajouta
qui s'tait avif le premier d'exiler en corps tout vu depuis la naiffance du chrifiiarifie un concile quie M. le duc n'obtiendrait pas la grace, s'il refu-
le parlement de Pas. Pour le rdure cette o convoqu par lettres-de-che. Ce f le conce it d'tre fervi par Barjac. L'hiltoire ne dit pas
on eut recourse tout l'appui tyrannique de ce qu on iodieux et ridicule d'Embrun, ifuf.it par les jfuites, que M. le duc refufa de fe raffeoir.
nonait alors fi injuftement un li de juflice. "La Ile fuilpiciens et tout le part molinifle, pour la d- Franais, qui l'on veut perfialer que vous
grande maxime des minifres fur le pouvoir royal fenre de ia bulle et pour la dpoficion et l'exild'un avez rtruit il monarchie, parce que vous 'avez
difent les mmoires, et la dpravation des prin- prlat octognaire du vertueux Soanen, vque dgage des entraves miniflrielles et ariftocrati-
cipes de notre gouvernement etaient tels, que 1s3 de Senez. quest lifez et rappelez vous fouvent ce trait. De-
mimtires, les chanceliers et les gardes-des- ceaux Ce concile ait pri par l'archevque Tencin, rnandez-vous o tait la monarchic, ,quand, fo
annnqaient quest leorfsque e roiF ien laeon paro future cardinal, futurminiftre, honmme fns honte fans le nom d'un roi alolefcent et d'un miniftre octo-
quelque fance royalealors font effacs et. anantis frein libertin, iidivot, irrigieux, fltri par l'agio- genaire, un valet- de-chambre gouvernait l'Etat,
quelque fance royale, alors font effacs et. an2ntisj x fi pai-l'agio
tous les pouvoirs, et ce que le roi ordonne devient tage, Sc. Il avait du les commencemens de fa for- Lorfque vous verrez un de ces valets titrs, qui
incontinent la loi de 'Etat. tune la celebre madame de Tencin, fa fce'r, qui regrettent tout props notre ancient efclavage,
tenait ouvertsment la.mirfon du cardinall Dubois, et qui ne peuvent supporter l'ide d'une noble et
Voil ce que nous aons entendu dire toute no-e qi ait furtout fond fon credit fur les ides jufloe galit, fongez que fous le regne d'un Bar-
tre vie, ce qui a toujours indign ceux d'entre lbriques qu'elle furniffaic au cardinal ourrveiller ac il ec t l'un de fes plus affides courtifans,
nous qui taent ns avec intinc de la liberty, ce les gos amortis du rgent. C'eft ele qui avat et que peut-tre admis tale d ce chtouilleu
qui dans ce moment doit fire rougir ceux mme imagin la fte nocturne des Flagellans c'elt elle protecteur, il et plus que tout autre embarrallf
qui foutenaient, il y a peu de teams encore, ces qui avait comp.f fous le titre de Chronique can- \fa ddicateffe et rvlIt fa modeftie.
maximes inlenfes. daleuf'e d'u genre human, un rectteil des faits et gefes Nous n'avons pu nous dfendre de revenir plu-
Ainfi donc, pour l'enregiitrenent d'un impt des libertins anciens et modernes, lufage du r fiieurs fois fur ces mmoires. Nul ouvrage peut-
ruineux, qui en pleine paix et fans nceffit allait gent et de fa cour. tre ne pouvait prntre plus propose dans les
grever les proprites de toute la France, un roi Tencin, parvenu par ces moyens peu canoni- circonfta ces o mous fommes. En nous dcv'ilant
de 16 ans venait annoncer un- volont abfoue, ques l'archevch d Embrun, fut donc le pre- ce qui tait, ils motivent et juilftient : .haqne
une volont devenue lo de at une volontc mier pere de ce bizarre concile, qui foudroya page ce qui eft. Et que ques obherv'virn, qi'-i y
pendant qui ne pouvait tre la fienne une volonte ecclfiaftiquement le bienfefantet courageux Soanen. ei fire f:r la m niere don't il, for. rip;iis, on
erfin qui etait celle de la matrefae de fou premier Le perfcuteur n'eut d'autre vertu que d'tre du ne peut qu'engager l'auteur ea pubier au plutt
nLiniore. Male gar le des rnier trait ux tableauvoix. parti de la bulle et le vicillard perfcut, d'autre la fuite.
SLorfque le garde des fceaux allait aux voix on c q de e
lui rpondait qu'on ne dlibarait pas et on l'en vice que de n'en tre pas.aux _- --______
Paris tait cependant livr aux intrigues et aux
affura tout haut. Cependant ce garden des fceaux ne clameurs des janfniftes et des fulpiciens. Ceux-
mnqua ps d'aller mentir impudemment au roi en ci voulaient ter au parlement la connaifnce des ASSEMBLE NATIONALE.
lui d;fant que les voix taient pour l'enregiftre- affairs ecclfi ftiques. Sur la rfiftance du par-
ment, et tous les dits furent enregiftrs. Ce lemnt, on l'abieuva d'humiliatiorns on fi jouer Prjedence de MI. l'bb Syeyes.
font ei.core l de ces textes fur lefquels il nefaut au eune roi le re et parer le an d'un tyran
point de commentaires. jeune roi le rle et parler le language d'un tyran
point de commentaies. d'Afie : on exila les membres les plus diftingus s ANCE DU MARDI I JUIN.
Les parlemons des provinces firent moins dc- de la compagnie, et fur-tout l'loquent et cou-
ciles : les remontrances arriverent bientt de tou- rageux abb Pucelle. Comme il jouiffait d'une La ville de Befanon, furprife de voir lever des
tes parts. La Lfvoite et le prince-minilre ne dai- eflime gnrale on craig:ait un peu les Pari- doutes fur la lincru des fentieeis qu'a mnifuld
gnaient pas lire jufqu'au bout. Elles n'avaient pas le fiens. Maurepas, miniftre depuis l'enfance, et qui l'Affemble national far foi decret dqi i avril,
fens commun illes n etaient pas du bon got elles fort jeune encore, joignait au dparte-nent de la idclare qu'icle imnrouve la dlibrati fentaient la province, la Garonne, &c. On ne s'tait ,mrine, celui des chanfons de la court, fut charge ch'apirre ni,opolitain, portant al fion la dc.a-
pas atrendu de famb!ables obiacles. s Marme par le cardinal d'en faire une qui pt amufer la 1 ration d'une parties d,-s m nab es de l'Affemble
de Prie en devenait puis aigde et plus capricieufe ville et fire regarder du c plaifant cette national. M. I'abb Quinauid, vicaire de la Ba th:-
elle frappit fes laquais, ele tait devore d une violence. Maurepas en fit une, difent les mi- Inard, diocef de Coiimingei perfuid que 'g o-
humeur noire, elle prlait d'exil et d'elmprifonne- moires, et s'y furpaffa. Il plaa, comme Fleury rance de la loi a amen la plupart des troubles qui
ment, puis elle s'arrtait toutt i coup au milieu de le lui avait recommand, le mot Pucelles pris, ont dfl les provinces prend l'engagemcnt de
fes accs de colere et propofait des expdiens. dans un fins badin, dans la bouche des dames de fire un p e national en prfcnce de la nu-
M. le duc lui ayant apport, un martin a fa toilette, la IHale, qui chanterent ces couplets fameux, nicpait, pour exp iuer" t ous les dcrets de 'Af-
environne de plats courtifans les remontrances don't on n'a pas oubli le refrein : fembe national.
du parlement de Bretagne qui taient arrives les
dernieres, elle les prit, s'en donna un coup far le Rendeg-nous Pucelles, 6 gai! M. Lacouteubx de Can elei. Le confeil gnial de la
derriere, et les envoya la garderobe. Malgr commune de Rouen a fait parvenir votre comit
ces rponfes dcentes et perfiiafires aux remon- Rendez-nous Pucelles. des finances, une adrefle par laquelle il demand
trances, il fallout cder et l'impt n'eut pas lieu. la prorog ition d'un droit don't cette ville jouit depuis
Me a t v u l r C'eft avec ce profound mpris que le miifere traaitt '1627, et qciui at pi-or)og;ar des lettres-patentes
M. le duc et fa matreffe ayant voulu loigner alors la Nation franaife : pour cefler d'rre ainfi bien et iei ent enregiflres. L'hpital des Valides
du roi l'ancien vque de Frejus, celui-ci, plus oue il lui a fffi de le vouloir
adroit qu'eux, renverfa le premier minifRre, et fe Louis XV iicapafle encore d'avoir ne de cette ile, qui nourrit plus de 2,400 pauvres,
mit fa place. Ici le jeune roi fiivit, pour la pre- propre, ne voulait que d'aprs fon premier mi- L p p r gatlsn reve le d roit d exprer aois dr
oiere foisp, une mthode laquelle il remta fideli- La prorogation de ce di-oit doit expire au
miwre foi s une mthode latiuelle il rea idelle ni tre. Celui-ci qui paraiffait le maltre des affairs juillet pproch:;in, et les revenues de cet hpital vont
toute la vie. Il devait partir pour Rambouillet tait matri : par qui ? par Ton valet-de-chambre. devenir infiffianis. Le confeil gnral de la com-
t heures l a affairs et le oel es an raceai une maifon, et avait une table prefq'e mune convaincu que les citoyens pauvres et mal-
ces l'occuperert jufqlu' trois. Alors montant en gale celle de fou m et quand la table heureux font furtour l'objet de vos follicitudes,
carroffe, ildit M. le duc qu'il l'attendait Ram- idu cardinal tait trop pleine il difait certain demand la prorogation proviire de ce droit,
bouillet, tandis qu'il l'avait dj exil Chantilly, courtifaris : A 1lle diner chei Bajac. C'tait un jufqu' ce que vous ayez pourvu la donation de
u'il avait expdi tous les s ordues nceffaires et perfonnage fingunier qui te miodeait, comime cette maifon, de maniere que la recette pliffe galer
lignla lettre de cachet, qui ftn remi fiau miniflre font la plupat des valets en faveur, fur les mna- ]a dpenfr'. Le comint, aprs avoir dlibre fir
un infant aprs le dpart du roi lorfqu'il allait nieres les habiturdes et la noble imnplicit du cettee adrefin vous propose e decret fuiroat
monster tn chaife peur le fuivre. ma,ra Nous avons donn aruduc d'Antirt une tell
L,'horrible code noir eft un des monument du mi- commitfio: ; le marchal de Villars nous efl venu voir i L'Affemble national aprs avoir entendu le
nifltre de ce prince faible et i.,habiie. C'eft d'aprs ce martin. Il parlait ainfi du cardinal la premiere rapport de fon comit des fitanoces fur la demanded
ce code qu'un enclave fugitif eft condamn a la perfonne mais quand il avait ii.flut plus parti- en prorogation du droit de pied-fourch dj fuc-
marque d'une fleur-de-lis fur l'paule ; l'amputa- culierement fur une affaire il dirait tout fimple- cenfivemen't propcf pour fubvenir la dpenfe da
tion des reiiles pour la feconde vafion ; cell ment : J'ai fait, j ai fini, j'ai trait. Et ce n'tait i 1 hpital des Valides de la ville de Rouan dcrtere
das jatrets pour la troifieme ;et pour la quatrieme, pas un faux air de credit qu'il fe donnait. I que ce droit continuera fe percevoir provifoi-
la mort. La tte d'un enclave condamn fuir la gouvernait une parties des affairs de France, et remnent jufqu' ce q'ie, fur l'avis de l'alemniblee
dnonciation de fon matre, peut tre eftime, nommait aux places ; il exigeait mme des officers du dpartement de la Seine infrieure, il foit pourvu
avant l'excution par d.iux notables, au profit du fuprieurs de l'arme, des miniRres et des pr- | la dotation de cet hpital.
fif. On defend aux matres de donner la quefion latu qu'il avait obligs, qu'ils donnaffent tel ou tel Ce dcret eft adopt.












M. AleMi'j. M. le contrieur-ginral der fti a. cP ai ivant dns unet p.ro;fe, furtout fi le cur tait M. Gerard, cult;vteur, dput de Bretagne. Je de-
a .liC au comit de f odac, unea leie par vieux ferait aflez ferme pour s'lever centre les made que les curs des d campagnes ne ifient plis
lquel-le ; fe plaint du default de perception lds dfo d es, fi fn intrt tait de captiver les fuf- que dans les campagnes, parce que fi on les choifit
droits ur les be liaux et les boifaons dans la pro- frage des hbirans de la paroiffe ? Qu'on ne nous parmi les geni des villes, ils font accoutums la
vince 4di Hainaut, et il attribue ce df.ut une parole pa, des teins de la primitive' gife; la diflf.- richeffe et au luxe, et quand ils font dans les
fLiTff Icerpretation de l'article XII du t.nre II, rence des moeurs arte la comaraifjn : aujour- campagnes ils les crafent.
ur les droits fodaux. Voici en confiquence le d'huti lon it jphilofophe dans l'efpiit de fon fiecle M.Loys. I me part exraordiire faire nom-
jAret que le comit vous propose : alor on tait chrtien dans l'efprit de l'vangile. Lo. Ii me parat extraordinati de 'vfaire n
A bApls avo;r rejet !es projects qui vous ont t Put-re, me dir a--on, que par iies dcrets pree.
'Afle blen i national, informne que dans quel- prtentsil me reae vous en propofer un qui dens, lvque a le droitdo e refufer le fujret misr il
enovine du Hainaut, il a t donn4 une interprta-a pu rempir p!us fragment vos vues. Il faut donner y des raifonsqui pourraient l'eng. ger emnp& her un
tion Evi e l'arutce XII a du titre II t du dcret fur fait. arolfs es prtres edifians, don't la conduite ecclfiafique d'aller dans tell ou tell paroiffie, et
Sdro f aux, clae qII du ire ddecret 8 jan- ine cen re continuel.e des vices. Vous es q cependant ne font pas l forr pour quil lui
lier des r, i la perceptiqon des t d 8 vicus du al que pe t faire ut ecclfiflque refufe 'iinftitution canoniaue. Obfervez'que l'eveque
vier dernilr, tifr la. perception des impfts, doit tre 'il n'eR p5s Oars a I'sfprit da Dieu. C efi d'aprs a la firveiPlance du diocf', que ce ne'f que pour
excut flon fa frmeet teneur; quejufqu'aumode De C eft daprs a rveilance du diocfe que ce n'tft que pour
nifot d'ipoii ct-devant provide du ce esvu que e vous propofe de dcrter, t quand ce motif que vous lli avez done un confeil. Mou
utnifuitO d'impoiirioiis, la ci-de.vant province du 1te cure fera vacant, foit par mort, foit par d- amendement ro fiae donc dire ouel'vque ou
Hainaut demeurera aflujettie au droit fur les bierre, niflicn, l'que du di cere aura feol le droit de qamendement cos e don cdirei a ji u
cidre, vin, et gnralement tus les droits connus nomm r i le choix de qque ne ourra to-e lecteurs du dircoe ontics.u
fous le i,on de domaines du Hainaut. Les contra- ber que r les eccliaf:qe du diti o fe cter du dric.
veutons i ces droits feront portes devant l'affem- trouve la cure vacante i 3 le ljet lu prfentera M. Fermont. J'avai' un amendment proporer
be Ldu dpartement du Nord, qui les jugera en un certificate de conduite rguliere du cur et de m.is pius 'en ai entendu ,plus je me fuis appeis
dernier refoirt et fans frais. la municipalit du lieud.'o il fortira. q.'iis talent iuuutile et qu i'article du comit rait
1. feu' qui du, re ado re. Jo demand donc qu'on
Ce dcret et adopt. M. l'abb aquemard. Aprs avoir donn aiux aille aux voix.
D'apis le rapport de M. Gofllin, l'AtTemble lecteurs do department le droit c'lire !es v-
dcrte que, co;,finament aix voeax des lecteurs ques pouvcz-vous balancer de donner aux districts M. Martincau. De tous les amendemens propofs,
de Marcig ~y,leh .f lieu d'admriniltation du district le droit d'lirt les ci,s ? Ce n'eft pas us ce point la plupact ne mitent poinr d'examen. Tout ce qui
fra fixed en cette ville. de vue qie j'enifaigerai la quellior. En me rappe- ne prcft.nte pas' electionn dt: Peup e, W'e l pas dans
lant la faveur avec laquelle vous avez accueilli ma notre conftitition et n'a pas beloin d'tre r(fut.
Suite de la difcujffon fur la coft'tutian du clerg, premiere opinion, je la filiciterai de nouveau : On a prienr deux different amendcmeis le pre-
je vous promets d re court. Les inconvnie;,s mier c'et de fire faiie les sections par les habi-
M. Martineau fait lecture de l'article XXIII., Les que j'ai trouv confier aux lecteuis de dparte- tans des paroiffes i le fIcond, d'ajoindre aux lec-
vicairesfuprieurs et vicaires directeurs du fniu'- met le droit d'elire les vques fe mutiplient teurslemembesdel mnicipalit, oules tables
aire, fere et dans crtte question nouvelle. d uu liu don't la cure t va.cante. Le comit avait bien
et ne purront tre de tus que dt la man cre pref- Ce que 'ai dit des lecteurs de dpartement, je le infe a done aix p 'rofilt s le dr'it d'lire leur cur;
et ne pourront tre deftitus quu d la maniere prer- is la petit noeihre de citoyens qui l'e trouvent
crite pour les vic.ires des cathedrales. di'ai des lecteurs de district. Ce front les fermiers mais le petit nombre de citoyens qui fe trouvent
riches, plus touchs de l'lgance et des former dais quelques paroiff.s nous a prfente detrs-grands
M. 1:abb Mougins de Roquefort. Si vous laiflez aux agreables d un vicaire que de fes vernus i i' le juge- inconvniens. On diraque., quoique peu nombriux,
vqei:.s la nomination des vicaires fuprieur',, vous r:r.t plut d'aprs les con-mipaifances les petits ces citoyens ont bien le dr it de choifir les officers
verrez bianit des jeunes gens fans experience le- services, l'afliduic de fes hoummages que d'ap.s municipaux; m is ce choix n'intrette pas tant l'ordre
V6s : ces paces, devenir des mAitres en Ifriael, et fon exactitude ramplir fes devoirs ; ce front des social que celui d'un home po1r ainfi dire inamo-
fe permettre de donner des leons de morale des m.,i.i de village, d-s p-yrans da.is mtoe la force vibie et diuecteur des moeurs pib'iques. Quand on
eccl.fiifliques vertueux et expriments. ( du teims, qu'il ne lera pas difficile de corrompre. a propof de joinre les rembre delaminicipalit
rlil M c Si le pro.inant avait lu les articles i Les vicaires ne maniqeront pas de f&er ce qu'it y parce qu'il ferait poffible qu'on doni.t une paroiffe
Mr Maineau. Si le pioeinas nt avait lex s articles aura de perfonnages important d.ns i'undroit et dans un cur qui n'aurait eu le vcu d'aucun citoyen de
du ire premier, par lefquls on exige dix ans deles environs. Ils iront vifirer les chateaux er les ca- cette piroffe, on n'a pas fait attention qu'elle eft
service pour ere admis a ces places, il urait pas bas pur accaparr les fIftraee ; ils aflfiiront aux'j repril. nte par les lecteurs qu'elle a nommis et
faith fon obfervarionv noces, aux banquers, il faudra tre bon comna- qu'elle a chatg6s d'mettre ton veu.
M. Moecau. Je voudrais bien favuir quel fera le gnon, agrable convives carreffei cedui-ci, donner OI demahde a'ier aux voix.
fort des vicaires, la mort des vques ? Le nouvel de l'argent celuil : la popularity flipplera aux M. Ption de Villentuve. Je demand la division
il\ parviendra i'pifcop.t avec tciie l's droits qu'a- vertus et les vicaires fticts obieratevri s de Ilurs des amei.demens.
v2it fon prdcefleur c'eft--dire, q-t'il pourra devoirs, front encore condamns vicilH'i dans Cette divifi-n rnife aux voix eft rejete.
cliifir fes vicaires. Je demand alors que devien- des empl;is fubalternes. Nous verrons bientt en Tous les ameniemens font ca tis par la question
dront les anciens vicaires ? Frncec, come en Aigleterre, les miniil'rcs de la pralable, et le dcret eft adopt tel qu'il avait
M. Martineau. Il me feble qu'en dint que ls reieign devenir les vils complaifans, je ne dis pas t propo' par le comit.
vM. Mar ine peau.vent me deffie que dnt que leso des eigneurs, il n'y en a plus d'aprs vos dcrets Art. XXV. L'Affemb!e des lecteurs, pour la
v:cires ne peuvont a revde;.titl-c v quie d telle ou mi d, -.* nomination aux cures, fe former tous les ans
telle mat.i.re, on a lprve;u l'incov'nient don't Le facerdoce, en moins d'un demi fitcle, fera le l'u'poC ue ,le la formation das aff mibles de
pare le priopinant. Mais fi cette explication i 'eit pire de tous les tats; et voil les moyens qu'on in- diflricts et de dpartemin ns pourvu qu'il y ait
pas fil-iifarite je demandeiai qui'on change la riuc- dique pour amener les beaux jours de la Re'igion. t moins une cure va,.inte dan le diffrict,
tion de l'article XXI dcrt hier, et qu'ehe foit Vore attachment pour le culte de vos peres me l'effet de quoi les municipa!liti s front tenues de
toinue en ces terms: ra ffrei vous rendr,.-z aux vques le dcoit de pr- donner avis au procureur fyndic du diftiict de
SL'vque aura la libert de ch-ifir les v cares fener les fujet,. Qui peur mieux qu'euxi connaitre toutes les vacances des cures qui arriveront dans
de on g.ile cathdr'le dans toutes les glifes de leurs talents et leu:s vertus puifque leur ionction leur arrondiffemerit, par mort dmiffion ou
fon dioc e, la charge par lui de ne pouvoir principal eft de les furveilier ? Votre inerition n'eft autrement.
nomn er que des prrties qui auront exerc les fonc- pas, lar s doute, d'ifoler les vques de l. couftitu M. l abb Grgoire. L'inteivalle qui s'coute entire
tions ecclfiafliques au moins pendant dix ans; etil uion da clerg, et de les rduire I t e pl s que la mort d'un cur et la nomination de fon flic-
ne pourront tre deflitus, nipar l'vque qui les aura des idoles, dent les temples feraient binot aban- ctflcur eft ordinairement funefte aux murs et
cho:is; ni par fon ficcrffer, que de l'avis de fun i donns. Drns les beaux jours de 1gi e, l eveque la pit des paro'fliens ; je ciros l;ouc qu'il eft
confeil, et par urne dib~ration qui y aura t prife choiififai les fujets, et le people ne par icia it a ce conform aux principles de ,a j',ii t et Iu.r.-out
ala majoritdes voix en connaiffancede caufe choix que par le teroignage de leur capacity et de au voeu des paroifliens, de rapr.. ,her l'poque
Cette nouvelle rdaction eft adopte, et lar- ,eura veltus. Si centre mnr efpoir vous leur refuficz des nominations. D'apis l'article prop,,f, i; ferait
ticde XXIII elt dcrt. ce droit, vous le coifaricz du moins a: ynode; le poifible qu'une paroiffe ft onze : is fans cur.
bureau municipal de la paroifle pourrait y preenter Je deminde donc q,'il en ibir de ia nomination
XXIV. L'lection des cuis fe fera dans la f rme fou voeu et clairer le choix de l'affrible. Les des curs come de celle des cr 1ues, et que
prefcrite et par les lecteurs indiques dans 1 vicaires, affitrs que leur fortune eft entire les mains le pcureur- dic d diricu d co
deciet du z2 dcembre 1789, pour la nomina- des curs, fe piqueraient d'mnulation., et vous les voquer les yecteurs fo as quick .aine pour co-
tion des membres de 1affemblee admnuiftrative d verriz s'avancer grands pas dans la carrier des cder la nomination d'un cur.
difrict. Vyctus
M Ptlaon de Villeneuve. De quoi s'agit-il ? De 1i e encore un au re moyen de choifir les curs ; M. le hevalier de Murinais. Je demand que les
l'curion d'un cur, d'un officer de morale c'eft la voie du con.:ours ,c'eft l le voeu prin- vq'es foiet autt,; :, e voyer des ecclefif-
et qui -doit rexcer fon miniftere dans l'tendue cpal de mon toeur- :c'eft le meilleur moyen de tiques dans les pa-.'ifs- ou i en -ua. querait.
de fa paroiffe feulement. Par l'article propof, remdier au danger de l';ilivet. On ne m'acculera M. Ferraut. N.ous avons le bonh.ur id'.v ir dans
il eR poftfile de dorritr tele ou tell par.fle ppas fans doute en ce moment d'abandonner le prin- l'Affemb'e plus de cent cures et amus ne vyo,.u
un cur la nomination duquel elle n'ait pas p- cipe : fi vous craignez le clerg., ne faites rienu pas que leurs paroiffe. foient en defo.ire.
ticip, puifUu'il elt pofl;ble qu'aucun citoyen de pour Jui, mais faites tout pour la vertu. L'amenderaent de Mt. l'abbe Gr..,oi'e eft ir(j..t
la paroillf n'it t cho'fi pour lecteur. Vous M. le cur de Pontivy. J'admets les principles du par la question pralable et I ticle XXV eft
alez lui donner un pitre qui n'aura, eri aucune propinant i mais coma:e je crains bien qu'ils ne adopt.
maniere, l'agreiment des hI bitans qu'il doit con- foient pas adopts, je demand q,'e l'lection fe XXVI. En convoquant l'Affemb'!e .les lecteurs,
duire, et c'etf-li pi-cifmecrit ce qui y amene le faffe en pilence du clergy du difltict c'eft un e procureur-fyndic enveirra ch .lue muniel a i
dfordre. Peut - tre, me dira- t on, qu'ils ne bon moyen pour arrter les cables. la life de toutes les cures a:.-:que;les li fa.:.;ia


coiaifent pas les ft jecs : i cela je rponds qu'ils
Je penie dunc qui la rigueur des principes veut
qe les lections fe faflent dans les paroiffes ; minis
fi cette opinion pouvait rencoitr.r des difficults,
l. demaiaide que les citr yens actifs d'une paroif'e
fe rt aut or f's prfenter deux lujeis, parni lef-
quels les ccteurs du ditiict en thoifiraient un.
AM. l abb Grandin. Vous avez dcrt que les
crt-turs du dpartement pouvaient nommer les
vqu s; je n'examinerai pas le dcret e! liii-
ine mais je dir.ti que fi vous attribuiez auffi aux
parifIs l'lection des curs* vous ferez un acte
vraiment prjudiciable aux mours. Nous fommes
forcs de le dire : le prtre qui fait le mieux fon
ett, n'efu pas l'hommn'e d'a.iioutrd'liii On p'a
la multitude en l'imitaat : roye' vous qu'un vicaire


M. Duracq. Perfuad de la fageffe de l'article
propof par le comit je ne ferai qui de trs-
courtes rfl :xions. D'aprs les articles qui ordonnenti
que les lections feront faites par le Pe tple, il n'y
a P!us de doute fur le piincipe. Qu'cil ce qu'un
cur ? C'eft de tous les magiitrats le p!us noble
mais enfin c'eft un magiltrat. Qiiaid vous aurez
rg' l'ordre ju!iiciaire, il ef tbien probable que
vous ne confierez pas une vile le droit d';ire
fou juge : il doit en tre de mme du. muagiftrat
fpiriuel. Il eft impoJibla de cocentrer ce thoix
dans les citoyens actifs d'une feule paroifle ce
ferait concentrer l'mulation, et prparer peut-etre
de grades divisions. L'intrigue a moini de fuccs
dans les corps nombreux : la concurrence pro-
duit toujours les meil;eurs choix. Je demanje que
l'article propoif ar le comit faith adopt.


nommer.
XXVII. L'lection des curs fe fera par fcrutin
fpare pour chaque cure vacaiut-.
Ces deux articles l'ont adopted fans difboftion.
M. l'abb.... Voici un artki.! a'ditionniel que j'ai
t honneur de vous p:opof.r. Ch'ique lecteuir, avant
de inatre f..n rcrucin da le vafe f:ra f-rmentt
qu'il fait profeffiorn de la i'eigion cathi> ique ,?.of-
tolique.et romaine, et qu'en Ion ame et cfnfci ctce
il choifit celui qu'il croit !e plus digne fat s av. ir
t dtermin par aucun don, pro'uufle ou menace.
M. Martineau. Il faut dil!ii-guer dans cet article
deux pm:-ties : la niemi:re eft relative la re::girn
catholiqu e, et vous l'avez dj rejete, la feconde
eft conftitutiotnello, tt v uus I avez djj d c,.te.
Il n'y a pas d'inconvnient: la rappeler ici, et datas
ce cas, le d rmanJe la divifio1 de l'article propofe,









63*

La di'fin efl dcr6t et Particle ad'jp: en un iour de dimanche, avant la meffe paroiille, trop raiiii. E"e doit tre :n.neie ette loi f
ce.- Olm, :ic; en Frrfence des oLficiers municipaux du liiu ,. du ab' rdei, i contaure la r:igion : il faut don
XXVll. Chre'ecteur:, avant de martre t.n ple et du clerg. Jufques-h ils ne pourtont parler, dans Paraicle propof des pries incor
fl-riti; da.i le vaf je a q.i'il choifit en Ton ame fire aucune function p..rs dans le diocfe, et ne pas fe fervir du mot
et coi fc:r ce cu; avoir det.rmin' par aucius dons, promeoes oiu que dans chaque g,ife paroifli de un regIe par- M. l'abb' Co'n. Il eft incontelfab'e par 'or.
Ii>"Wrs : ce ferimen i-' p :ir a lLCtions des culier fur lequel le fecrtaire giEffier de la muni- din aon, le petre rert roit de pr le
e -ues, comr e i cells des cu:s. cinalt du leu crira !e proe-verbal de la pre mais elie ne dli ne pecer les
i aure ttion de fermeut de l'vque ou di cur et il r iefLues il e. rcera fes onuv i p ,as esits
On lit 1n autre article. n'yaura pas, d'autre acte de p de de poffMion que tiordwa l on" letat donne oe o s. Autrefo s,
`,`X- ectiotdescurs nporaLfaieop d'autre aucte de eif pOffiu-tqu e aI'ordiarion n'rait donne queo (ur rinmplir tel
X'..I L'ilectio:. des cures ne pour-a le fire ou ce pro;.'-verbal. emploi, le prtre avait en rnme te"s Pe juri- t
pe. cormmeIc. e g qu'un jour de dimanch.e, dans la XXXVIII. Les v&h6s et les cures front tou- dicrion. En admettant l'article ily iisunt autanr
p:ncpr.c ife du cheF.,isui du district, a 'iffe jours reputes vaca'is, infqu' ce que les lcs aient d'dvq'us que de curds on ditu rait aita
de la' rne !,pa'o filel, laquelle toas le 'ectturs prr le ferment ci-dd'us m-.ntioui i chief eccl(fiefti qta, que ni uirait la hierar..
ront tensd er. XXXIX. Pndan': la vacancy du ige pfcopal, ccf e nol ne pouvons ananti
M. Mr'.a. "[I frait pofb'e quele cur. fi fr leqi e le p-emier, et a fon difa.ut le second vicaie de
fMr. ir le choi fr.es Ipie que, ne voulr po lg ie cathidrale, remplacera I'vq ue. I f-ra les M. l'abbd Gregoire. Un prtre eft ordonn ; i
afer.'t' :omr, l ch.s fisratil aeursne 'voa poi functions curial e tus lc s acts de juridiction qui reoit Far l'nrdi.,ari,.n le pouvoir radical I Il
rl:r 1 un c c s.... ,si attendroe P c'eu -l m en tm ut ic f ridon; c' l le cur qui lali done.
vaRe po ur une noivclf e tlc ion ? Peur remfdi-r n exgent pas le .aracrere episcopal, mani en tut ft n jurisdiction c'el le cur qui la lud
t nor m t il f revu de Lfed coiut A rI tr Cavi du conil i. Aprs plufi -urs amendemens l'article XLIII et
XL,. Pendants la vcance "d'Pne cure I'admiiMf- dcrt en ces termes:
a!,:& la v ifcariono dt fc iutin le rliultat fra co- m- en ces enn
moniqu. aux rde s ,ct leo dY cceurs ne fe i pareronr co- tr;tion de la paroifbi fera coie au premi vi-curaa le droit de icaires
sneniq apr e s les ne e p t f a yf y nalir un vicaire de pins i a Chle cur a le droit de choiC es cares
qu'aprs a i epceai.qe m i ; et ds le cas o i y as il rne pourra fai e porter for choix que fur
I. M ,.'il. ar 'I e:ait anii pc.fb'e que pufiaurs aurait pas de vicaire ,,i fera tabli par l'vque un s p i es ordo s pour lhe dice, ou qui
d rctsV',c ro ,'-. nt: !e rn ,e il 'Z; c',ft or .auront &t intcor e:4o r. S'il choifit un vicaire dans
ndi. cr ion..- t e mne Io] d i. ii feat. un autre di.;cetb', i ri e pourra le fire que de
je demn.e le renvoi de I'a idid n propofe u M. Mardineau fait lecture de deux articles air.ri' concert avec l'Pque.
coin.te, qui tn E. ra un article fL a .
Le r rvoi e adopt, conus. L'article XLIV eft a:opt fans aucun changement
Le .renvoi e lado e XLI. Ch que cur aura le droit de choifir Tes aurit un grand icon.
L'article XX)IX eil dcrt. vicaires mais il ne pourra fLire porter fon chix M, ie cur Dilom i y auait un grad i'conv.
SLa des i e fo r des [,r- res du di >cefe et approuvs par niei a ce que !e cur pit renvoyer fon vicaire,
X La iproc'rniion des u e ia pircile- ie is s'il cifit un vicaire e ou le vicair e quitter fon cur fans caule lgitime.
:vemis ch-itirunvicairecanunlu d ne q'on f ce ujer article ad-
ment i l'g i pr n .le j qi d diocfe ii ne poutra le fire qu'avec i'approbation J- .deande q. on fffe ce fucet in article ad.
ava'.ii la me.'E f,:!,nneill qui fera ceit bree a ce-t de i'v lue. ditionnel.
tort, en p; f we d au P mle et du clk rg. de ,, .,equ e
eft, en p an-e u PepleI etu Auicun cur ,e purtra rvoquer Ion viaire i Apis une leere difcifflon, I'Almble dcrete
Cet article ftr dcrt. 1 qe pour cautLes lgitimes etjuges telles pari'vque qu'ii n'y a pas liou idiberer fur coite proposition.
....I. P,," e.l n fi era n- et par fon confeil.
XXXI. Pouir e e c a une cure i feraM. l'abb. .... Il parai'rait ncfl.irp le fire u
r' d'avoi. remp,-i l.s fo ctions de vicire dans M. Camus. Je demand qu'on retrncrhe du pre- a rie fir \I peimttasiu ns oi que du m'ins il fit
un'- g i e pami;iil'ae du dior.i:c ou autre mai:on mier de ces deux articles e approuv par l'vque.' ft'un.e fluIr ies co'iditilons auxque!es un cur pourrait
de ch:irit-, au moiui p.ri.d.nt r'efpa'ce de 5 ann.-s. ( [ s'dleve beaucoup de muurres da.,s la patnie quitter f cure', fi d.s raifons de fatn, ou des cir-
XX'XI. Les cis doIr. les p '., fer.,nr (p- gauchei.) c.' fiances pa.tiiunierea la rendaient ihitbiabe.
prim s, prron e elus, enoe isn'eu t M. cheaper de M nais. fat fire donner tte obcrvatio e renvoye au comit ecc
pas cin q n '::icle cvlie de aiais. I ft fire donner
XXXIII P,:urroitc aiilni ire dlus tous ceux qui l'aiprobaLion par le procureur-fyniic du dparte- t, q .
ont te ti-de!l s diclars eligib es aix evchi. ri ut. La fiance ei leve a 'trois heures.
M. le c'ueva!icr de Morinais. Il exito una point for M. Camus. Les prtres parmi lefquels choifirale ---
M. le c dcelai' a' a hari,'.is. Il YRxi2 un point RurJ
lequ.l v -r e io:n-,ud i doit s'nup efantir, c'cfi !a cre doivrnt etre pris dans le dioTel et en fire A V I VERS
fu:oi, a i : des curi i's i a '.id des vii..es du pui..' f' on amiend:ment. Il eR certain A V I S D 1 V E R S.
dio,Se c', tl'., .. d-s curi aux v ques que les p auvois du fai..t miniirere font co.lbniir par L'emibarras dd.ns lequel on s'et trouv, en 1789
diocfa .s : il f.,r q.'ils !eul f,ie. t fuib.ronuds did.anon, et que l'ordinationi, une fo s rc,i p o t es fain, a eagles m
plur ce q g i rel.de la borinn con..uire. Ce que; toute autre approbation eft inuile. (li s dve de pour ie o. n' des saiiies, a egge es m ,iici-
v us a'ez ;'aic-t4 pour les fiats enters leurs nouveaux murmiires dans a parties droite. ) II f.tue pites m ar cohlv e oup des n as ep t d'feu
o.iers i faut le b-.crrer aufti pour les curs donc q''on ne fthe ni pour quelle caulfe, ii pour eles oi a cis d aute obvi., p -s p onre s i fe, aux
evr'is les vque :.c'ef pour cela qu je vous pro- q til homrme les cvques en France on dem ride inconveril.ens r,.fulbrint des giees, du difaut de
S r, o t..r f. et obtenu la fcultt da donner des approbations ; et ic it ct e g: de -fait: ce
Que k.er, vq.:es auront le droit de nommer I quanduI n le perimet de tels murmures, :i ue pre- m, ys t or -coei ; is exigent dn talitffe
aux dif.rns deres de c ss, et que les pro.or- vo t pas juilu'i lon petit tre pouffi. P,.n 'ant moyens g rar pour cou.Ir ils e raise ar l'bon-
tions aux bi nfice pis ou mouIs lucrtiif leur fcont q"'-n'e f cl, il n'a poit t qui!lion 'a a.pro- .d ce des prods p aour i tous ces rnouliisr, fans,
aioume t dvolus. bavion ; ce n'eft qu'au leizieme it.. le q'tn a voulu exce des r e du mu par des pom ces feu, qui doi.
"foumctt:e les p; tres a c.s preuves. Ee impeia..t mu pr des po i fu, qi
M1. Gz at ltid. Qian i une fois vons avez f- ci mlains, l'v'que ordon 'e ,u p,t-e le, dcv.. : vvse m-iq's <. tous, le coi -
crei utS ri-,cpLe r0 nL.tuti mn'ic ,, q, le que foit ces devoi.s coi i(Lent p: har a cof.ffer, et ,n) d.s cnro-ri qu r des anb e i i oC ri3 poinues a
mon opinion p r.i-.ulier, je m y Io ,n y < e rf l,.i ret;. t les pouvirs n, i flirs p.:.ur le. remp;i'. dc hs a ns r.ombr -e.< ou on moins a de
pe.t. Voue avez dc;it qu, lel ccurs leraemernda:.s av i.nt des p11viegl : pour rfihes pa tculder. d e amia ieai tcufaitn taor aice-
ch >ifis par v i ,. dl... tion, ce prince eft i.d fi i fie to.ptte os f prn i.- du f.ir m c. au pre- e e de ne admutru on, pour a tis-
r ? fl i i f. -e to-tes les fr-n i-rt du fi-r i'tt - fire le premier tie tous oes befoins.
il d6trui ia tii J union des cures ~ u; n u nh,:s judice des lgirns e p.fteurs : ii n'y av.i: i tre iCes 1 oeidrations menei desrer e chaque
ljucratse ; c "ei pourquoi je drmaie la quelfiion mroyein pour r.former cet abuse irique d.e ren tre ces ero
prela-le lur la piopofition de M. le chevalier de privileges c-i mmu-is tous les pr ; e, ne le particulier puiffe avoir chz lui ofn moulin, et
M.lias. p p as au cwcilc de Tentur. On im.igna .e'. ap- q; pniffle e molfon bled cmme1 on nioid fon
1prc ; ale e ,du ct On m ,inm em a. O- c'afJ. On s',JI flate de iatisfairie ce defir ,'c
M. I'a b, Gfrndi. Remplir fon devoir n'tait pa p"oba""ons le t..xS'e du cenrle ptcr c..s moi : cofir''uifart des mou!ins d.iumn.ri :l.. da la plus
fou.. .i-a ,. r. goe, un titre pour :re rcom- Sacio-.e eim rgr p..'c : ,ne fooui d' :l fi- i...t r.fpectables o ,t textes ou le met et ian ne le trouve pas. Ue eee de ci fre de deix peds de large,
e e.leve: s dans les o. magnes , ils fe lvrai A'ifi, d'apts ce concile min- les .pp: ob-tio s cinq de long et fix de haur; v:i i touit lp-
coiume. ',ieiuret de leur miniftere. Si vo:Is leuir ne purteraient que fur les 'prtres rgi'mi.ri. En pareil qu is pr'entent. Deux m'ativt:lles fortant
do-tncz fixait.: mile concurrens pour i'' ction eflf.t, c'taient das mouines qui avaient do n lieu du clff. e (oibt ruies par deux homes avec la
a. x c ires, i.s f.ue:co;t be.ucoup de n'tre pas la dii'pofi.ion du concile. Ce n'ei poini ainfi p!us grande' facilit ; ils peuvent, en rune joiurne,
pi...es. J: deiranie donc, pour leur donner une que cetre dif rfition a ' interprte. Le concise fournir' la nourriture de douze perfonnes pen-
efi.c-. de Fr' frence que les ecclfifliques quii de Trente n'eit point en utge enn France ; mt.is on dant quinze joursn trois hrmmnnie en foot mou-
n auiot pis u'ervi da s les ...:: ni pu it a touv cette dircipiine commode, et I'o a voulu voir deux, qure ko nnies en ,fonut mouvoir
r":-' 'u. alux cures qu'api dix annes de faeet- l'int oduire daos le royaume. Quelquens vneiments trois, et a:nfi de fTite, en ajoutant un bimme
doce. arri-s Agen ont t le p;e .er pretexte qi'on de plus que le nombre des mouins fi l'on
M Gr d ait .ifi pour y parvenir. Le confeil dui roi jecida voulait s'en lfeivr pour ue (routurc en gran
M GoPil de Prf, l's n auront pilus e rediouter que le cfiafiques ne pourraient p,. Iher dam s Mai le fecul uiage q''oi ait u eil *iue c'ef
les ai. a i les coniurfes ii bip u en coul. r de un iocna L ans le conefentementr de l'evque. Un l'ufage domelique. On ft que les Ei es fcoiner-
m aifi is n uont p'us p autre antir du coanfill itendit enfuite (in peu certe vrent difiement avec ces ri,,lins on fers
Les articles XXXI XXXII st XXXIII font difpi.fiion : cuLi fin 169, en n dit df:ndit difplconf d'en gardr. Chique paricuiicr en ponr'a
adopts. tous les pr&res f:culiers ou rgu i-rs de pr..her placer un dans fon groiaer. Un fac de b!ed, et
M. le fi rt f harg d'crre i fants le coif fentement de leur cqiue, auquel cttre quielquies tours de maninvelle. onr:s fes iumiflns
mi. le p:eiert charge d' cr;re diernes 1, donn.ita a faculty de limiter les pouv: i.s, fo;t perrds allurroiit fa fubfiflance et celle de fa
iP.tii pot eu Loitr ier por te les dlcrctti' ,e derduL mllec
me ale prdonnentu rapper que es decrt por tel lie, t pour te tems, et de le el(f- f.lm:l!e.
e lAffmble ordonnent ctlte annee paiement penre a volont, fans re oblig de dire les Le prix en fera mis la porte de tout matre
deo si:ies.
e nes. c'iuf,' de fon refuse, fiuf l'appel come d'abus. de maifon.
Le comnit eccl/fiafique an-once qiu'il prifentera On voit affez comrbien cet dit efi abfir.ie dns, l es perfonnei quii defireront s'en procurer fe
inceflamment ce fujet de, articles dcrter. Les prilici'ies et dans fes dt.i s. Comm ntl'a-ton fcrot inrciire ch, z M. Bonomet, notaire [atri
On reprend la difcuni"n Les artic'es fuivans font obtenu ? Il ef tdi dans le procs-v:erbal de ,l'aL- uie de Ch banois, et d-pofbrorr centre le', Mois
d6crrt en t.es terms: rLnb 'ec dii ci g -.ra n y69d, qui'il fiut acro-1do ui la mfoiii dul prix, donc i, leur di jvrerta r1 ittnce
d c r t : e n ce s te rm e J: i r , l.
iulfi ML confi.ic ai.e. On ne dit pas a h v.hiti que qe noinciai.ive ne i':.qiue a laqucl.e le meni i eut
XXXIV. Celui qii iaura tr proc'am6 unie cure, ce fut pour obtenir l'.dit, nmais le :i cnian't s fera livr. Le futr.:lu du iriu lera pareillemeit
fe pie:-ni:'ra enu pn.'[onne i l', lie avec ie pro- pouveitt le fire ifimeir. Cet eait fut d'. board veir l dans les mains de M. Bonomet; lors de
c'-verbal di e fou election i l'effat d'oblteni de en:voy au parliemenc de Paiis et contre i'iuiage,, la iv-aifon du mou.irin o y ,joute, une inif ric-
h..i'' tiiticon ar'-onique. qui tait que ces envois fe fin nt toit les par- tion ncrFthire pour le monter le dnlnter et
XXXV. E:n : eui:-ina,t l'l.u qui lui cdminndera lemns par le garden des f:-eaux; le pioc -verbal. le fire travailler au' degree qu'on ju!;rn a propo .
l'irlt:trtrin cano: ique, l'vque ne pourra exiger porte que le clergy fora fire les expditio-s, et On pent en voirtiousi les jour. except 1
de iui d'autre feren"t finoni qu'il fuic profeti on qu'aprs l'atpofi:ion du freau, il L6 rhargera de dimanches et f esi, d;puiis huit heures du mtin!
de la religion ca holique, apofto'ique et romaine. ; iire parvenir :l'iit aux parlemens. Il tait nirurel jufqu' deux heures ,p',-aidir, et depuis trois
XXXVI. Les cui's lus et inituds prteront le qu'une loi ai:.fi achete prodluisit de mauvais effets : heunes jufqu i fept, l'ancier:ne pofte aux mme ferment que les vques dans leur glife, je ne les rappeillerai pas, parce qu'ils no font qu e ue des Foblds Saint-Germaini-l'Au

J-L