Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text







y'yy: NI w T1,~N o, ~?~rtr~ JlBi iTX oLT M


159.


F O L 1 T I Q U

POLOGNE.

De I'arfJvie le iz imai.

f >niees continent a ere fort tranquil
S' blq, co.iei ue y fire iaff'embler
.' l cI"' les fr'ens

1A4 \DI


8 J U 1 N 1790.


hier au foir pour Mfreyck, ot font les troupes
combines.
M. le come de Lehrbach, miniftre du roi de
lHongrie t-t de Bohme, part le ~I pour..-Ul o
fi ar,'imbi le cercle deSouabe, auprs duquel il eti
accrdit.

ITALIE.

De Venife leI mai.


Sr f.,n terrtoire. L attention parait tourtt e Le teams tant tropincertain le jourde l'Afcenfion,
p r vars la Ghlic;e, Cracovie, et i'Ukrane. le doge ne s'ef ps rendu au Lido. Le Bucecnture,
N us avy>ns actualm~im.nti ui corps de 2. mille trs-lev horse de i'eau, et n'ayant que e ce, qiiie
i.;iiini.,, co ~lp'rrw'.iunt. p alrvus de tout ce qui eft pour refilter aux vag is, eft par-l nna lui bti
S'i'..'e pour agir, Biento les 25 miile qii rti:aent m 't atrs-dangerela. L'miriag/io, ou

cl ot i'ateiment pourvus;, et nous efpe ons tou- n,l reoit ceir feiqui;i, tous ;'.: f i. qve f- fei-
iT', qt avant la fil du monis procbwiii, l'armni fera gneurie fe tiouve board du Buicerntiie ; mais avili
'-"e lur le pidi des 65 mille himmes provifoi- il rpond fur fa tte du moindre ~?acdei)t q i arrivev -
re':et ai,. rait au doge on aux auitres membres dc la fuai-
raii.ete. C'et lui, cri c.;nfai:e;ce, qcui iutge di. mo.
.ss lettres particu'ieres de la Grande-Pologne r ent favorable lour S'nmb: rq:erenr. ii dcm.i t le
aniiOulaxt idep'ti'' q tlq'a c mus un rlaflagu coaeti- tms .fi bea; et meltcalhe les lupon lfules nrpont
nlt!i' du trou'es pratuilnnin s q ,i traverlaienlt cete liu inon la crnimonie fera rcmile a' w 'limnmrohc
provi t e .ti s et fans a nme par banres de o fiivanc, et enfuite, da jnir en jour l jufqs ci' c( il
et di. rvoo ,i, mgs pour f porter de Komisbe.g s en trouve un favorabu. I, tait .. autifis
aies la Piulfa ducale vers la Silefe. M. le marquis que ce ltr ite fte (ou un diininch :; i. ai il e,
,,e. fini vient die requrir le gouvernementa pour a, riv, ,;f- re~ te; reprif qgiue b -: ltn d'yt-
e .,,il ge d'un tr;auiport cofi ei able le faifi.es et tendre un b:;an ja;ur a, fa;L (C.... : a ctm,;iai. )uf-
d- tfLia: de campagnei q i fuiveodt lae mmie delli- qn'cl.ln ..-b- Oun dcidat a;r f(", prif deux
nitcion n ce patiage lui a ee accori. oni;ml he apres o 'arceiifii;n tous lis9 jours inrdif-
Oit anffre que M. le prince Pote e k ramnene fur remmeiit leraielt mis profi-.
le rives du Bog, eniure cette riviero et le D uter ,ii r
l'nimit.iine popuai io du Zl porvies que la couar De Napl' le mai.
de P..ter'bouig en avait el ig.ij s il y a. que!qc-s
anzuc (. Cet evn:ment excite ici beaucup ide M. !e ge-sral de Pignatllii a fite un voyage a
mcoaitentement et on cri'>n c que ces !Peuples, Te'racine, o fa :,ai.ite-t lIi a iio tn audieincre. Oi
acti:riimees par le pail' fire de contittnunlies in- croit qu'il avait orir. d, t c. couir de opr.lic ia
Etfi:m) e, Polcg,', et y vivre de hrigamiage, corcluii;o du nuuv.au ce.'citidat, (Ti cf depuis fi
lie rec'iifmrntnceaii donner de 1 inquietude s'ils long ticms on rigoction.
lie lont f uigneriucmneiit contenus. T,e dtifiend de note cou>" avec '. fe st *Ae V"-
On peut regaerdr cette osration comnme une f nife, l'tccain ducuel cre ifi'-m, M. M -
bfit., Ce i. it des auxiliairei que la i .fii.: le ch-ron s',tait retre il y a -enviro i qL mt ei
ntige des pirates de terre ldont ele ivcqera accorod. Le rfidenr de Venif-. qui avat. r'-
la barbarie quand il en fera r:ims, fodone es d- ju'- dtrMc-nrb Nailes, a eu cette f, main3eauience
plorabieo principles de la politique europanne. de ( a. it l.,S n 'mi'co'"s, rai. .' il,. e.
d'nirnti de la R p'ub 'iute', a paru fari- fire le roi,
M. iM hHeon, qui tait Turin, fe rendra inceffam-
A L L E M A G N E, inc r Venife.
De Vientne, Ile z t ai. M. le da c 'cle Trmnoli, gra'id cuyer du roi
chav.'iler de Ila Ti',;:i d O' et- de i'OdJire de S. Jan-
Ceneer que ie 1o du pnochue an qe s'ou- ver en minr ' de rri a doim fa
vr;a ie diete gneie en Hol gaie. Plus on avace charge i. le pince de Boau'rtra q';i a'uit (eile
vcrs co.ie poqu g e e p o.us oitn plavgict de Srand chmb:Tb Ian celle ci M. lt. prince de la
dieres efp poqi. Leps otU apes u e eoereairt anin Roccella, ma'jorddoe de la reine ; cele de minjor-
ds les cprit. Les nb es n,. (e conte e ten t pas d'A ria pni .de l
pde iger que l ds ,pa'n>ma. 'etrct daus leHt p, m- c o h v e h c
deer ue vrtlcele is niaf rte t spdes p'rertio; a tlP reine et cette dernLre charge M. le duc de
de.ite.rvv fidule; is e-ranifitAle r oes pd e tont i i dem
le minilee a eu lieui de s'inqtiere:, ls e..ienr que Calab ita.
ceux .'entc eux qui ont eua fotu' le pic deicl.'t L I G E.
r':ge, quiellue p rt 1'- Ai i' ,i ein dres a ff.'i .'s
pubacques, foi ,t privs de leurs emplois, et n.mi-e ie e s'e e dan coth
u:t ie pio es fai- fi.t quelque Is u,;s. v:ulnt T auiotb rindiion 'i quesltenfairde de S. a a berath-
qii' h'l;vehir le ni;itair-I H angriois ni r dpeh 'r!e plus re 1-enarn de S. Laibcrr
d c,'. i i. giherre d iienne, mis une dpeer.t dpu qui doit prc, i'r h'arme patriotique. M. le grand
Pal viu l 4e\Sigie que. l'on tranuporre la c;n- td iyn la i'i;s e!.re les r;ui., de M. de Blois de
l alrie H-Igrue de qienne o E andefqote on -n- Caneibourg. Il l'a lev fur le jeub et la voee
l oie exclude roinen t aux e'n ife. dB ie; le on s a retenti des acclrmations patriotiquas d'une foule
pioW excu/emient a=x Ibec' ir diu p os CoMmns i'menfe d c ityns.
piovenant des r- venus pub ic ,. entfi. queo toutes de -iarne, nois
le. inf'act.ois faite ax anciitnes lois depuis Par des avis 'terieurs reu de I'are nous
lvati t-mi(et ide L iopold la ciurioe i one foin1ap qu reoesde e enne ffi, lafie d I- r a
ir ie, ( I der,iier article annornc e vde es 'V -e pl"t nitraie e 'avire d' mor.l qu'un
a L bruit re re/avd M,.e reht lee.ied, qui'n
dag-.ui.ux pr'ueors, et l ouu'r pourr.lit en cofnc- officer de e.nMa irie, beflf pendant
voir' q qnqe .ta.;nte, fi elle n'e p.r'a.af: le di:iinucr o l'attue, ff ot de fa bi effre.
l'exptoiiiirn dlatongie en fi:ant dule rlaterdig Pendant que tottoUs les citaryens ont quitt la
dpAl, On petre qut ce 'n t pas d un icr n c m cap:tale ponr imacher avec les hbitais c s cni-
P*rtOn pene que ce n eIt pais l le moy n, de 1a rencon t rned les mogdc u, A
domp er une n;oblnfe iriif:ip.iMe ennrenie Ire- pages 'a renconie de I'ernein, les m agfI';t' te
cc.i.~i e d Ple, etL Pc cof'q'in I. t ge ont voi 1 de teur ct 1. rentre des dois
cO.iiab,.c,du Peple, ., et.par conf3qvLct ,.'e.. o trtiqis de la en, d -
orde p t, iMais il arrive p plus urgent que jamais. Cet ordre efht admi-
aut.ri, cs let r brcc. de det ,'re pra'e ale. Ils ot te nouveau invit tous les cops du
loit e t e s u etLfay,'- de ui d.pl ire, que cle'rg chapitres et maifon.i relidieufds, qui n lrnt
1iicoentcr 'le corps )rmiine d'ueN coi. di crg Le m ha et ifu rehefes ui
pris que le orppep rue n i :u ci>o l. les ps en, ore fain leur offrande pauiolique, fe hter
pris qCe.I l'ope a pour le d'ep ': e, u-, :: ch,', l le | la fEire, et de procur-:r du numneraire centre
Cp'itcs 1 peuai qu , !ei fi d : ,.q... l exat ,des bi.let. d'Etat, a rma: t 'n-'it'ra ce 4 p out r cet,.
C'l i ai la fai;ilefa des d.ip'.re-s que le.. aiuctils Cette invitation s'ct fi'te fans ai'reur : une autre
pas d co'ars. Savai : dle, IlIun, ir lil qrima qie a t ritie avec p!us de frice ai cliapirie cie
tla cath Irale', du p:a'rinti me duquel on avait il'ut
appris ai priiice. d qei fecours il a befoi pour 'atendre qt'i'l ettrr.it pus d'eump eiiemnr ;a eri
liaailer itie atiftjctatie dangereufe. donner des preuves plus convaincantes que -ie:
I! doit y avoir' p'es de ILeilrfi.k un corps d'ber- paroIrs. Le tc-rniS pieafe o' les actions front foi.
v:,lion colm moi dc 8 ".{,r'inin,. d ianfrnterie S.uxone. Ce chapitre qui poflede c(iiminerifes rilheffes, q:i
Le dtei. I \':rm e rde l'le.:teur de S;:x plu nom- comp ,me l'un des Etatn, et qis connait oes befoms
tre d,. 6 iill' h :rimies f-'..*ntonnel a furles fion- de !a Rpubliique, amair d vmnir le premier
titres de la Bohmei, et de la Luface. Ton aide et doii-er ai;(fi un example clatant. Il eft
ur liable que l'avantage que Me- patriomes vieline-t
De Murnich, le 7 mai. cie remp er fui l'etiemi public dcidcira de la
coduiite dd-s citoywns irifolhus.
M. le baron Wi k. hiuen lieltenani-gnra' Si Ies habitans de Lige ont march avec une
PIltin co mmdanipi u chef l'arme d'ex'cutio ardeur ati ia rencontre de l'ernemi commun ,
dei. le pay, de, t Lig :, cef rappel. M, le Dio- l'ils e fiount m ditr .ligtna de tcii lib,:a te par leur
F't&cric d'Ilfmbourg le remp'ace : il e parti d'ci courage la dfendre, il til ma heureufem. tunee


clafle d'honmnes dirip's par une impulfiai tran-
gere, qui fe (ont cfforc;s de ternir la g'oiret de
leur pays par des acts de violence. Le m g tlr:"t,
profondment ;fl g6 de ces drlfordres, a i.:i ,
le 29 u:n recez pour arrtcr l-s fcenes If:njl.:,iLs
et les actions de cruaut. Cet avertiflI.nme;, t ;:u
Peuple eft une initr':ction vraimevt pii-Vr,"le le
magifiratuii promet une prompted juti:ne . pib'es, auffi : que fera tablie la gumine, t uibiiial
oiuir jger irvc ce ri le fo.faits c. minm c.; tie
a atri. M.:i ce ret.rd tea p.:ut excu'er i'il f, 1 :
d,:s t aitc:'.ensi b rbares, d,-nt tous lesbons t y
font :ouvi.' ts.
", U:e nation humane et gtn'e!re, dit i 1-
gipirat de Liige, ns d, if p i, n,i.m: e! rc' '. '
I horrible id-e ; les n.b:,; ttiavan x .i !;
doiv.nt poi: t dtre ( ces; et dans un pays o loi ct j .gtmnu 'i '. les
d'iux pc'm'eres bats ie la conli u n (. O n'
1dot ,,irint fe porter des acrcs la.,giii qui
i';nirai.2t la caufe facie de a 1 biie <: ho-
ino e:ct nt le b',n Peuple L,;/goir. !i'- leq,.dC Eu-
ro-e a; les yeux ovtr!s. I-I.,i 'en'lm nt c. c: re au
rn lieu des mauxl qe ces fC. i, ; afif '.!c '.cli il t
a.u mn;aglffi ,t il i; ei cft rem (de s aba donri, r
u e corifortl.i"in bien icetfl ire cea;v.aincu que l's nm'h: tr,'x qu une main g>re
a eiii fe. b e"x-n m s av,'is i:-.ii e-
i,?;!t iou:b:es des crimes qu'on leur imputait i
mais la loi feutle aurait du les co, dmniirr c omme
L. m:inI fI'ni, di, b'hiireau ;nur.ci ( les p.iir :
c'eif cependu 'nt la tmiii d.:s '.' oye . Ah!
c 'af au i gili-rat aiiter le f.Pnat]f: i n -p >uv: ta-
obhi du pat i. i',cii. O Li g 'aoi voyez t ce( fila
'el!r's rt:-uve; V'I cond Ire Ce i firt p 's dou-
j,, -' '., : (,.Su's qu oa v 'v. aa V, r tance :l
'iin.cer ri: qu'urin inimiti part, uliir.- ac culfe
qu la haine et la p.rfidide pouLfuiivert p.i't dove-
i lna .viRt i e lie re- vcnm n p vpulaire, d,:, ces
.g4iar jiis eftfr e, ,s ili n'e pas d hoe- inlr er-
Y.,x qu'un arrii I r icn- rieua.i:e i l' g!ave,
arrach d ds rrain d. la i li. ', frarp, ave''..-n t
la t qu'on ii pedlnre: iifl nt is i. d e rti-,
niiiies c.ux quee P'c la crifil., rongez ql' 1 eft de
votre iir.,,ir de les confier ail minifire de l.i loi
i'ri inj eut les fire punir, et obtenir de leur bou-
che ul) aveu qui-, di-'vilar.t une confpiration dan-
g;reuf., procure lei alat de ;a P'trie cpenia"tt
une ve'!geance prcipit et aibitaire vous rend la
feis couaIble d'un homicide et vous pr.ve d'une
dc'ni-iverte important, laquelle un jigo clair
man'ue. er.ren 'en dte pa venir .... Songez, Ligeois,'
a la gloire que votre moderation votre gnro-
f 'ie vous ont acquife et fo,,tz que c'eft violer la
iibat fainte que de la dfendre par des mains
fouilles de quelque attetat.

ANGLETERRE.
De Londres, le i juin.
Les merures lque prend le miniflere donnent lieu
de prfutier quii la rupture avec l'Efpag.ne etl ine-
1viab e. Le bureau des vivres fati des achats avec
une activity qui n'eft ordinaire qu' une approche
certain d'hoftiits ou pendant le course d'une
guerre. 'ordr e a ct donn d'approvifionner fans
dlai 78 b:tiens de toutes les graideurs. La
preffu le continue avec la rMme ardeur : Potf-
mouth, on empche les matelots qui fe font ca-
chs, de 'eloigner inu port et de gagner l'intrieurt
du pays i cet effect, on a plac des garden
t oure:, les avenues.
Il arrive tous les jours Portfiouth des vo-
lontaires ; en forte que bientt il y aura dans ce
port des vaiffeaux conmplettemernt quips pour
mettre en mer une flotte co fidrable.
Les chantiers rie ceienti p,;nt leurs travaux
les arfenaux de la marine te ferment dans ce mo-
ment des munitions en telle abundance, qu'il y
en a pour foutenir une gi!erre de fept ans, felon
l'expreflion don't on fe fart dans nos gizertes.
On a aulfi reu P( rtfniou:h l'ordre d'aiigmenr:.r
de viigt hmin-ts chique comr ainie e den arine. Le,
vaiifl.i la Victory m'i-ttra mardi la voiie ; l'aniiial
Roddam vient d'y e ivyer 120 foldiats de marine.
(Oi quipe auili le Formnictalc, lt Prince/e-Royale ,
le CrrJ'ent et la Nymphe, et l'on met des provi-
fions board.
Oi appuie les pl balbilits de la rupture avec
''Elpagne, flir la n<;uviule que i'amiral Peyton a,
dit-on, reue du depaxr de fix vaiffaux de line
et fix frgates efpagno'es, qui font part% de Cadix
po'r les Indes occidentrale affi ne doute: r-on
Sas que la flottca de Spih, ad ne r' oive iicerf-
,(n meri- l'ordre de lever l ancre. II f',- trouve dj
neuf v,ifeaux de ligne dans ce \iurt.
On a f.it uiii, nouvelle promotion de 28 officers
dans le corps royal artil'e'i, et -,n en atternd ue
trs-nombreufe dans la maiitnne ce qui n'eSt pas un
fmpt ne de paix.
Ou croit que l'on former deux ou trois r-
gimens de montagnards coffa;s pour envo) er dans
l'Inde.











6 8

La J.am/intu eft dain le meilleur at; e!le efi Ces advantages dirparaiffent avec les hpitaux: peut obtenir, par les rgries de Newton
difpol. i r.fiter toute attaque. Le gouverne- exciufivene: t adoptes 'pai touts les caf1 s de Leibmtz ou par cells ctui rfultent de lPt di
mint a do-:n au lord Effi:inh d.s or.dr's p.rticu- pauvr:s malates, ils dtiienit ls petits manages tion du peerimere de polygones r;guliers irm
liners, et l'on compete beaucoup fur fou autivitr et par l'1loig erient des d(if's kl Il famille livrent tibes et circonfctiptubles au cercle, proet
fon intelligence. en leur absence les enfans a la proftitution, la double. prre
mnd;cit, au brigandage, ruinent leurs affaires, Ces trois prob!mes, qui int6reffent 1 o
F A N C E rendent irangers aux families du Peuple l'habi- des fciences, et d'o depend furrtut la diro0gI
F R A N C E. l ii.er-e ,et 'oa ped u3outladiii
tinde des devons donieftiques ; et fin produifent une du circle volont, l'omni-fection de ', angie
De Paris. race d homes particuliere, et multiplient ce qu'on la regie et le compas &c., font propo gle pr
Sr d nomme des gens fans aveu, parce qu'effectivement prompted folution rigoureufe pour o onpore, ine
Copie d r de M. de Snt-P a M. n, home qui fort de l'hpital le devient fouvent:, dans peu il en fera pubi une de la part i;u
du 4 hnir. s'il ne left pas avant d'y enter. amateur des anciens et attach pourtant i quelque
Le roi nme charge, Monf'ieur, de vous privc:ir@ -..; Ifeours donns aux pauvres dans les hpitaux ordre.
que S. M. ne veut plus que vous receviez les tirtes content trs-cher a 'Etat; ils compliquent i admi-
gealogiqies qu'il tait d'ufage de vous remettre nitration des viles, et forment une claffe de gens
pour avoir l'honneur de lui tre prfent. Vous ddagneux et hautains qui regardent come au- M E L A N G E s.
voudrez bien vous conformer cet ordre de S. M. tant de bnfices les maifons cofies leur Au Rdacteur.
garden.
---- La Socit6 philantropique de Paris a foutenu De la Cotat, le 19 mai. Publier des actes phila.
quatre cents ving-quatre vieillards avec 45,000 liv. tropiques, Monfieur, c'eft donner aux hoin,
A D M I N I ~~S RA I N p.-dant un an, en les fecourant chez eux; ele des examples, et peut-tre des leons d bienf.
eut employ ,oo,ooo liv., qu'elle n'en et pas lance: que cette tiche eft agrable our et
11 parait un Mmoire fur ia rpartition des fai plus dans les maifons de chait qu'elle n'en qu'elle doit vous ddommager de la poe qe vouset
impofitions ordinaires, et confection des rles de n'eut peut-ere pas fait autant. C'eft qu'elle n'a avez prouve retracer les excess auLquelvs
1790- ni loyer ni reparations de maifon payer, ni direc- Peuple gar s'eft livr dans quelques villes Ai 1
----- tour ni entrepreneur, ni ourniur enrichir i trouverez-vous autant de plaihr publier Ict
SM U N I C I P A P A c'eft qu'ele n'a pcint computer avec des homes bier, farce don't je vais vous faiie part ue j'en
SMUNIC1IPALITE DE PARI S. .o'fcirs et orguei ,eux, qui, n'affectent du dfin- ai vous le communiquer. ) qe
13 U N A L L 1 C treffement que pour &re plus abf lis ; c'efi que La construction dus navircs mi"cihands fie
T R B U A O C toutl profit au malade ou fa famille, admiriltre une branch confidJab e, je dirai i, laex lule
Ce tribunal furcharg par le nombre d'affiires chez lui et qT i hpital, l'indiffrence et la mul- branch d'induftrie de ccrtt petite ville. El
qui y font portes, et qui ne peu"en pas fouiffir titlde des efoirs reindtil itffifns et ftriles les me ntc plus de 20n ouvriners que ia arie.e o-le
de dlai vent d'annoncer qu'au lieu e e daux fecour' et les dpenfes. fait employer utilement en teams de guerre. Le
Sfmances plr Cremine, il en tiendra trois, avoir : Parmi les pauvres et les indigens mime, il en et alheur des tens et plufieurs autres circonfrnes
fances pir feniainiea il cri tiendra trois ee lmo a. bq t' circonftancs
les lu-dis, mercredis et famedis depuis o heures be coup qui fant domicilies, dautres qui, fans avaientdelich cettebranched'indulirie.Cesouvrers
Sdu imatin jufqu' heures de releve. 'tre, vivent avec un ami, in parent, une parent, prcieux, manquant de travail, allaient porter leurs
ou toute autre perronne. Je ne vois point pourquoi bra, dans des pays rangers ,lorfqu'unte ocit
.. la charity pub.ique ne prfrerait pas dzi der ., de philtntropique a voice leur fecours. Trente per-
R l c do rs rs fecourir, de fire foigner un home de cette forte fon:,ns le Loe t ruiies : elles ont foufcrit trent
Rflexions fur la necelte de donner des recours aux pai- chez lui, la difpendiue e dchirante et mortelle acorns de deux mille liv. et en un jotir deux
vres malades domicilies che eux, m.niere de 'arracher tout ce qu'il aime pour le biimens ont Lta mis fur le chantier. Du produit
'ii cs i s ot o livrer des mains indiffrentes, un air empeft, dt la vente de ces deux navires, i en fera conftuit
rJue i cefu s tu tabliuemoens one fbtenu la priiee des frins diifr-its. Il n'y a que l'habirde l'intrt deux autres, et ainfi de fuite tant quele befoin
orencure et nu myen de recourir iu ndigence ou lerreur qui puifent avoir le courage le dfendre l'e xiera.
oblCure et malheureure. IChlbi'ude des vieux erre-
mens une cerraine faib f clhorc hr excl ivc- un pareil u fage.c Les b: 'dfices que ch:que vente donnera ne
'cnt de lu s ds es c s ceu qu .Audourld liai qdn'il exite des corps admiriquilfs grolfirotut pis les action i; mais ils firt defliis au
'intert ou d'autres motifs lieut cet ord-e de dans shaq e vile, que l'on veut ercore p!us; dtruire tou'agemene t des pauvres. Je ne joins point i:i la
choles la proccupation ei ftveur des iyfLimes que pSunr la -einicite on p'rrait utiinmet et liR!e e ce, trente Phiantropes, dans la crainte de
h ufaci!eme!t etiblir des ,ecours domnefiqies de ctte i b'effer leu- mo ,eiie.
pr6ns, des prjugs repandus dans cette matiere ,r r le o de.
pans des ptoujours ran dans cette atir epc. Ua officier municipal' pourrait ,'c occuper Les officers mu'ici aux, excits par cet e
'o a tou ur permis a eprts les pus u ges a et s'entendre avec un ou plufieuis lecins rs ple, vie neant de le runir pour fire confiruire
de voir ro tar ce que moins d'ent.aves une autre l ordres, pourla vjiite et le traitement des pauvres ma- leurs frais un troifi-mne navire.
conduire leur et iom- appercevhoi d'inc uiviiens lades. S-s foins d.vraient tre les minms pour tout u A c.s actes de biefefance vous voudrez bien
li,? ce gte m ctpliuer les critutionils eufent chr le monse ins exception ce fexe de religion, ajouter que dans cette peto vi.ie, qui 'a ni pro-
chie les dminuper, les nreetuion e au ient chenom- d'tat ou de conduit. Je l'tendrais furt'ut aux au- dictions teritoriales, ni commerce, la contribu-
bre indi infpeDblement rvtef:ire au pevres mere. C'eft un opprobre vraimer qu'une tion patrio:ique s'eit levee o mille lives; il a
O s'y propose e g ral d'offrir la pauvret femme quitte fes enians pour aller accoucher' > ho- ei rlter. a a conviction qu'il eft bien difficile
fouffrante. a1r fa bi el, 'Penfance, caux q e pital, qu'e'le y cc.nrracte des infirmits et joigne de juver une peuplade qui, dans cette circonf-
les maladies ou la f.ibleffe tourmentent, des e- auxdouleur n rat toutes celles que l'gn nce ance ait port plus loin la biefetance et le
cours, de" moVe;rs de guriton qu'on a cru jufqu' i inertie, le mauvais air peuventlui fire prouver.I patriotife que celle-ci.
prcent impoffibe de legur procurer chez eux faudrait encore qu'on fecourlt avec la mme bont PR ELM, mdeciu1. te
Mis ,, uelles que foient les Feiies que l'on e s mmes gards, les meres naturelles i qu on les ____________
Sees que en les peies que ever les efas, pace qu'un faute en
Sdnne, les dpenfes que l'on faffe pour atteinJre reil cas eft un malhurs et qu'un maiheur neft L'imparnalit don't vous faites profeflion, Mon-
ce ,it le '- c n qu'elle produifenc fera touujours au Preil cas e m et q n m u m'z ffre que vous voudrez bien vendre pu-
defilu., .ies avantages d'une bienfefance domestique, point u hcrmen. bliqie la lettre que j'ii l'honneur de vous adreffer,
qi appellerait les foins dans 1 mion du pauv.e e en ns fans a fans m Vons avez imprim dans votre feuille du 21 mai, et
i q fans l'loigner de fes feyers, ui ferait n'(:uver fans femme, fatis cifns, ou qui ne voiidrairr pPoint l
q fans gnr de es oyers, ui feraitruvr d'aer un extrait tradiit de l'talien du Journal Patriotique
) d.n. fa famille les attentions, les gards que, q el- i tre oignes eux, l furcee Coee, d r s lquel conduiiit du come de
Se1i1u-on eoe q q I nombre en fera t p.tit, parce qu'encore tune f dqellaco dicomefone de
q&e m yn qtn emploie il ne trouvera jauais il n'ei point 'honme qt netienne q elqu' et qu Lu;ly, mn frerc, elt calo:nie de la maniere la
j in il 'n eft i.oini: ihonwe l1l netienrielq eI tnet qui, PO
Sur la qati d' s qu la o t ne prere dtre ign chez lui fe l'vrer des plus outrageante il impose, non pas fa m-
s le piaix diires ge la mire on dt mains iconuues, des foins tranger:. inoireele eft fans reproche et ce feraitl'avili a
dans les hopitaux le plus grand nombre font ,es tt o e de *2 i que de la ju!ifiar. . . mais mon honneur, que
res de eres de facile .ueue aie Cette forme de rfecours,uion-fulement fer-ait moins que de a ju!ifier .... mais mon honteur,que
peres de urs mres mis e, qprop. que' ue aiers difpendieufe iais encore, eunous l'avons dit, plus es concitoyens ne puiffent prononcer mon nom arc
de lgers fecours rpa,.kis propose dans leurs m- qu avec les ientimens de 'el .me que je me ferai po
nag s1, conferveraient leurs enfans, leurs af- favorable aux progrs des moeurs domeltiques, a La vetu o s n devi den iter d'eiux.ie Jttee edone,
fires, et leur fauveraient les tries fuites invitabe- conervation des petts nnes l'extinction de la n de ce a de ps les
qaue nom de ce qex'ti'il y a[ de puls facrX armi le, a'o
ment attaches ieur absence et au dfordre mndici ue 'ge exclufif des hpiaux don't hmmnes, que lei tiy inpri danis ledir Journl de de
qu'elle met dans leur miaifon. Ic rgime'fahtueux et comliu vperntbien fduitedes Cole ,cuant n frete d'avoir tir un coa eu
Les maladies dans les horuitaux font tojours efprits inatteirlfsr ou iireffs, iait rarement ft de pitfolet q li a tu unte dae no-etiemenc et iii
anger s, d eulfficiement remplir le veritable bt de la biel.Fe-
dngtereifis do unentlieu une effrayante morta- dface iublique c'reml-drire la gurifon, la bconer- fax, et de route faIfe, mais bien plus, que Sai
lit, 'e pauvre, qi croit y trouver la ant, des lai q ceft i-d alheureux qui fot for ct n coup de fufil qu'on lui a tir lui-mme, il y
coiorlations, n'y rencontrte que de longues dou- io la prov econuri r ds mhearei r qui ont forcsqui a tu ladite d me. J'attefle encore que mon
lenii, des mpris la mrt ou des infimits qui le 'y avoir recou s. (Art, de Peuche fe f grivmct et entour pendant
parent long-ems de es forces, et achavent ainfi quinze heures par une plulace ivre de fureur
qe le prchpieer paaum Ipiudige.ivce.,e
de le prcipiter a;s l'in dig.ince. L In a jamais vouul permettre a es grenadiers de fairef
Dans le fei de fa famille, au milieu de fes en- L I V R E S NOU VEAU X. feu, et qu'il -i'a tir ai faith tirer un f.ul coup p ot coi
f n. avec fa femme, les atris, fes voifins, les feifenire. Je fuis Ir que tous me!concitoyens
f'uffrances feraient mnoins dchirantes; il trouverait La France Rpublique, ou le Veu de ces Meffieurs; reconatront e\ fmes expreffions cell de lav- (
d :s egards, des confolaiions les fecours fructifie- pa' un electerur des communes, M. L. D. V. AParis, ri pure. Je ne relieve point routes les autres in-
r.ient, rien ne ferait perdu i il pourrait encore chez M. Gattey, libraire, au Palais-Royal. lii 8 de culpations de ce Journal, dnues mme de vrai-
gouverner Tes affairs, veiller fon commerce 3 pages: prix z foui. femblance : toute l'arme, tous les bons citoyens, po
et, fuivant l'efpece de maladie, donner plus ou tous les bons Franais ont rpandu que'ques lanes de I
moins d'attention fes intrts. (i) fur la tombe de mon rn i;haureux frere, etet t non
.. S C I E N C E S. honmmige, dictc par la verti, fulffit pur honored rt
(t) Voyez un crit de M. Dupont, diput de e fa cendrie. Le chevalier DE RuLL y dYpUia fup pliat tac
N. mo urs inttul : Ides fur les fecours donnerax. Les tiros xprfelmblc national. qui
pauvres malades; (h z M. Moutard, l786. Vcyec'' I. Parvenir dmontrer graphiquement que les .- A-t
e..co'- la Notice des lrg/emens fiits en Angleterre pour diffrencielles de Leibnitz ou les fli.entes de -cc,--
les pauvres; chez M. Mequigion, 1788. O parait en Newron, ne font admiffible- qu'en pofant leur for- A S S E M B L E NA TIONAL E. de
gi,ra avoir moir.s lu ees bans o).vrages, que les dement folide dans la mthode d'exhaultion des Part
rddes d'un certain de la Morandiere, auteur de plu- ancient. Prfidence de M. de Beaumet, H
fiaur. Mmoires fur la mendicit, qui voulait qu'on II. Clairement dve'opper le fyftme du cercle, F d'eae d
marqui t :'un fer rouge au front I.s files publiques, i ou rendre vident que fes lmens ne difFirent point S AN CE DU LUNDI 7 JU 0 ,I
et les, nendia:is qui 1na retourneraient pas chez eux de ce' x de la ligne droite. M
uansi un teins fix. Cet imbcille froce fut oans fon III. Mathmi:uiariqument, et partant, dans la rigueur On lit le procs-verbal de la fance d'hier. cone
t n s ecout come un oracle, et l'oi ;r conlerv d'une contihrction exacte et g.omtriq'e, dgager M. de Crtot. Je crois qu'il eft nceflaire de dire, ien
pi.i-fi-.is de fes ides dans les neuvelles brochures l'unit dcim:le de forn rapport c, arc 90oo- danr le procs-verbal, qie les trois articles du dd- tion
fir lei pauvres. fuivi d'autant de chiffres qu'on en obtient, ou cret fur la mendicit, ne font dcrts queprovi-



I












iernment, et de rdiger le dernier article come i:
i ir Les rglemens pour la nourritu e et pour
l f-ploi du travail des mendians valides dtniius,
lero'nt poviroirement remis la dcilion des d-'
mens e:t en attendant leur formation celie
desmnici Pait ts.
Cette rdaction eft adopte.
On fait lecture d'une lettre des officers m'inici-
ixde Nimes: ils fe plaignent des atrocits rvol-
pates qu'on a vemies contre une ville don't la plus
tande 'artie efi compeofe de bons citoyens. Ils ex-
poent que leur carrier et bien pnible, et qu'eile
devie dra bientt impraticable, fi Affemble ne
rend pas justice la putet de leurs intentions.
A cette lettre eft joint l'inventaire des meubles
trouvs dans les moniaferes d r la ville de N:nes
ert ne proc amarion que la municipality a cru ncef-
faire dans les circonffances.
La ville de Valence en Dauphin promet d'acqu-
jir pour trois millions de biens nationaux.
Un de MM. les fecrtaires faith lecture d'une note
enmife au bureau et figne de M. le cur de
Solppes, prfident du comit de verification : elle
Sconue a1peu-prs en ces terms : MM. leve-
qnu de Batras et de Piis ,ynt donn leur dmiflion
es pouvoirsde MM. C(e r et Confintin de Faucher
ont -t examiin par le comit de verification et
trouvis valuables.
L'Afiemble les admet/ prter, come dputs
le ferment chique.
Les deux freres F1-aaiffent la tribune; l'un d'eux
prononce la formule haute voix : i s font ensemble
le feiment.
Ce tableau intri-fant excite les applaudifminens
de la majeure parties de l'Affemble.
M. .... eft galnment admis comme fiipp!ant
de M. d'AgudLicau, qui a donn la dmiifion.
M. le prfident ainonce que le rfu'rat du second
fcrutin n'a poirit encore fourni de mniajoiit abfoiue.
-Les voix font partages entire MM. l'abb Syeyes
et de Sailt-Fargeau.

Suite de la .' .. f... fur la constitution du clergy.

On f ic lecture de l'art:cle IV.
Il fmra annex au pifeat dcret une tat des
mrtropoles et vchs qui front teints ou con-
fervsenfemble et des vchs qui front attachs
i chaque mtropole. ,,
L'article eff dcrt.
M. Martineau. Par vos prcdes dcrets, vous
aviz decid qu'i. y aurait un v&ch par dparte.
rent, et qu'il ferait tabli autant de mtropo'es
qu'il ferait jug coi-venable, fans cependant en d-
termoi:er le nombre. J'ai vous propofer un effai
de iivilion de mtropole. Si vous le voulez, je le
ferai imprimer, et enifuite il vous fera foumiis.
Cette proposition eft adopte.
M l'abb Grgoire. 11 y a une ominfion entire
les deux arti-les deriiremernt dcrts ; il me
femble tlu'ii f.udrait en placer un pour ordonner
l'tablieffmentd'un archip:tre par district. (Il s'leve
des iiurmu.res. )
M. l'abb Goutte. Ceci eft abfolument ncell'ire
pour une inifinit de rhofes que nous ne pouv ,ns
aller chercher chez l'vque.
M. l'abb Grigoire. Appellez les doyens ruraiux,
archidiacres ou archipr&tres peu nous imported,
pourvu que vous eii tablifliez. Ils font de la plus
grande umiit. Un cur eft-il mort, ils fourniflent
autfitt un defi'ervanti la paroiffe : ils font ponte
de furveiller particulirement les ecclfiaffiques de
leur canton ; is diftibuiiiit les faintes huiles. Cette
inflitiion ricmo.ie prefque aur temesdes atros.
Saint Je: ne en a parl : du teins de Cha Icmiagne,
il y en avait partout.
M. M'artineau. Dans mon pemiier travail, i'av.iis
pr'lent cette institution ait comit ; mais elle a t
rejete, fous prtexte qu'il fallait attribuer aux af-
feibles fyndica es ce qui pouvait tre jug de la
conptence des archiprtres.
O0i deman ie le renvoi au comit ecclfiaftique.
Ce renvoi eft adopt.
M. Martineaui fait lecture de l'article V. I! fera
procd incelfamineint, er fur l'avis de l'vque ct
e l'adminirih'tion de chaque dpartement, une
nouvelle formation et circonfcription de toutes les
Plroifies du royaume; et en y procdant, on s'at-
tachera en rduire le nombre, d'aprs les regles
qui vont tre tablies. ',
M. Lanjuinnis. Je propose de mettre ces mots : de
cicert a vec l'vque au lieu de ceux ci far l'avis
SIc'vque, et rle retrancier le dernier memlibre de
article, parce qu il pourrait prter la calorie.
M. Bouche. Je dcman-le qu'on dife expreflement
":''. '. des aUiftricis et des dpa rteens.
M. Martinean prop:,fe une nouvelle rdaction ,
concue en ces termes, : Il fera procdd inceoiim-
n"ent et fur'l'avis de l'vque et de i'ai;miniftra-
tion des districts et des dparttmens, une noiou-


649
velle formation et circonfcription de touted les de
paroilles du royaume : le nombre et l'r-ei ie e.n Fe
feiont dtermins d'aprs les reg es qui vont ro
tablies.' pe
L'article V aintfi rdig eft dcit.
M. Martineau fait lecture de l'article VI. Chaque co
glif cathdrale fera ramene a fon tat primitif et
natural d'glife paroiffia.e, par la fuppieffioi des
paroles et le dmembrement des habitations qu'il d
fera jug convenable d'y runir. aP
pi
M. Loys. Je ne fais pas bien ce qu'on entend par de
l'tat nature et primitifd'glife paroifliale. I! fnut une !
glife principle o le culte fe file avec plus de fo-
lennit. Il elt natural qu'elle foit dans l'endr'.Ait r
fig3 l'vque. Je n'igiore pas l'utilit des chanoinesi u
mai, je fais que le service divin ne fe f ra jamais av.c d
la mme dcence par des vicaires diferaits par un ne
multitude d'occupations. (Il s'eleve des murmure ).
I y a long-tems que je fais tout rela par coeur ; et il M
etr e4v. ent que le culte fera mieux tabli dans une
cathdrale. P
M. Camus. Je propose une autre rdaction ainfi n
conue : chaque glife cathdrale fera en micnu p
teams paroiffiale, et en cette quality, elle aura fou c
territoire circonfrit et dtermin ". r
La priority eft accorde cette rdaction. r
d
M. Gouipillau. Je crois qu'avant de porter cette n
(i pofiton il faut que l'Affemble 'explique fiur fon i
intention de conferver les g:iFes cathdrales ; dans d
la rdaction, le c' mit les ramenait leur tat pri-
mii f dc paroieia'es. y
M. Camus. On appelle cathdrale l'glife dans la- q
quele la chaire de l'evque eft place, et cela n'em- t
porte pas la nceffit d'un chapitre.
La r:lacrion de M. Camus eft carte par la quef- i
tion pralable.,
L'article eft imis aux voix et dcrt en ces
terms :
At. VI. L'g'ife cathMdrale de chaque diocfe fera
ramene a fon tat primitif, d'&re en mme-tenms
pi'copale paroifliale et cathedrale, par la fuppref-
fion des paroiffes re le dmembrement des habitations
qu'il feia jug convenable d'y runir.
M. Martineau fait lecture de l'article VIl. La pa-
riille cathdrale n'aura pas d'autre palteur immdiat
que l'vque les auties prtres qui y front tablis
ne front que Tes vicaires.
M. l'abb Grgoire. Il eft de principle que le pafleur
doit re rapproch de fesparoifliens. Si vous adoptez
l'article, le but eft manqu. L'voque fera oblig de
fire des tournes dans fon diocfe; il ferait prefque
toujours hors de fa cure, et dans l'tat actual des
chores il eft impoffible d'admestre la proposition du
comit. Je demand donc la fippreffion decetarticle.
M. Camus. Je demand la division de cet article.
La premiere partie et bonne, mais la fconde ne
peut tre adopte. Dans l'tat actual des chofre il
faut diflinguer ce qui tient administration perlon-
nelie, de ce qui tient cele de la paroiffe.
M. Marrineau adopted la division ; elle ef dcrte.
l'article eft rdig en ces termes :
SLa paroiffe cath .rale n'aura pas d'autre pafteur
immdiat que l'vque,.
La fuite de cet article, et tous ceux qui regardent
les prcres qui front attachs l'vque font
ajouras remain.
On ajourne indfiniment les articles qui concer-
nent les fynodes.
M. Martineau fait lecture de l'article cot IX.
Il ne fera conferv qu'un feuil fminaire dans
chaque diocefe ; tous les autres front teints et
fupprims. ,
M. Garat l'ain. Il ferait trs-imprudent de fup-
primer ainfi des minifons abfolument utiles cer-
taines provinces: la mienne furtout le verrait avec
dplaifir. Je demand donc que cette queiflio foit
renvoye au dpartement.
M. Goupil de Prifeln. Vous ne pouvez pas dire
precifment qu'il ny aura qu'un fminaire dans
chaque diocefe. Je demand que l'article foit ainfi
rdig: Il y aura dans chaque diocefe un femi-
naire : laffemble aiminifiative de dpartement
rglera s'il eit expdient d'en tablir ou d'en con-
ferver plufieurs.
Aprs une difcuffion affez longue, l'article eft d-
crt come il fuit :
Il fera conferv ou tabli dans chaque diocefe
un feul fminaire pour la preparation aux ordres,
fais entendre rien prjuger quant a prfen:t for les
autres m,.ifons d'i ftruccion et- d'ducation. ,,
M. le prfi lent f..it lecture d'une lettre de M. de
la Tour-du Pin. Ce mininire ayant examin le mar-
ch "Air pIour l'entretien de 300o chevaux, ei des
trains d'artillerie, a reconnu qu'il rait poflible de
faire fur cette dpenfe inc conomie ties-cn..fi-
drable. Il a propof ia rfiliation de c, maich
aux entrepreneurs, qui loin d'y confentir, de-
mandent une indoniit. qui s'lverait la valeur


e trois annes du prix du bail, pour l'excuter
'ndant toute fa dure.
M. de la Tour-du-Pin prie l'Affemble de s'occu-
er de cet objet.
On ordonne le renvoi au comit militaire et au
omit des finances.
M. de Lavenue. La dputation du Bazadois croit
evoir s'oppofer au dcret par lequel vous avez,
l'ouverture de cette feance, accept deux fui-
ans pour remplacer MM. l'vque de Bazas et
e Pus. Il n'a pas t nomm de fupplans par les
ecteurs de cette fnchauffe.
M. Dunimet. Ces fuppl ans n ont t a'lmis que fur
ne note qui n'a t prftnte par aucun membre
i comit de verification; c'eft le cas de renvoyer
ette affaire ce comit.
On fait lecture de la note remife au bureau par
I. le cur de Souppe.
M. ic Chapelier. Je ne crois pas que ce renvoi
uife tre ordonn il a t remis ce matin une
ote qui affirme que les pouvoirs des deux fup-
lans font en regle. Cette note n'a point t6
ontefle ; elle vaut un rapport. Par un dcret
endu avec une efpece d'acclamation vous avez
econnes comme dput% ceux qui etaient revtus
e ces pouv.ir.. Il ei impoffible de remettre la
ariere en delibration . . ( M. le Chapelier eft
ntcrrompu diverfes reprifes. ) Il eft de l'intrt
le V'Aflemble de ne jamais revenir fur fes dcrets.
cuI'. avez jug. l'lection rguliere; cette rgula-
it une fois reconnue, ne peut plus tre mife en
lueftion. Vous avez excut le deret, en admet-
ant MM. de Faucher au ferment civique .......
( Il s'eleve encore des murmures. ) II eft certain
qu'il y a un titre : une premiere dputation avait
d'abord t forme ; on protefte : une feconde
iputation fut nomme. Le comit'a penf que
MM. de Faucher, qui compofaient cette deriiere,
pouvaierit tre codfidrs come lupplais. C'eft
une indifcrtion que de vous propoier une rtrrc-
tation du decret que vous avez port ce martin ;
'intrt public ne demand pas que vous vous r-
:ractiez; il exige au contraire que vous ne reve-
niez jamais fur vos dcrets.
M Garar l'an. Cette affaire eft extrmement
grave j i les pouvoirs n'ont pas t vrifil, ta note
foufcrite d'un membre du comit de vr ficarion eft
un faux.
Je demand que M. le cur de Souppes ait i d-
clarer comment cette note fe trouve ligne de lui ;
comment il a pu, fi elle porte vraiment fa figna-
ture affirmer que les pouvoirs don't il s'agit oat t
vrifis. Voil la feule voie que l'honneur puifle
permettre. Demander le renvoi au comit, c'eft le
montrer trop infouciant pour I honneur de l'Affeim-
ble intimement li celui de tchauun de Les
membres.
M. Dupont. Il me parat convenable d'ajourner
toute difcuflion jufqu' ce que M.le cur de SJuppes
foit prfent.
M. Alexandre de Lameth. Il me femble qu'il n'a
jamais t plus ncefllire de renv,:yer one ,ffiire
un comit, que dans le moment o u.cu, membre
de ce comit ne fe leave pour cire que la vrifi,.aton
a t fate. MM. de Faucher ont t noniiu,,, par
une parties deslecteurs feulement: en ne doit r. con-
natre que des dputs et des fupplans. MM. de
Faucher re peuvent tre admis remplacer des d-
putes ,'"ils ne fotn pas fipplans. Il e(t impoflib e que
je croie, avec M. 1i Chipelier, que cotte dilcuflion
foir peu important : il s'agit de la repfeitation
national. Nous noe pouvon, confrer ce car;u there le
dput ; ce n'eft pas nous nommer les repifen-
tans du Peuple. Les citoyens qui Le pr"entent A
cette Affemble n'y peuvent tre admis fi le Peuple
ne les a pas choifis.
M. Bouchotte. Comme membre du comit de v-
rification, je demand li cecomit a t convoqu ?
M Gleen. Le comit eft compof de foixante per-
fonnes: que les membres qui ont vrifi les pou-
voirs de MM. de Faucher, avnc M. le cure de
Souppes, fe event.
Perfonne ne fe leave,
M. le Chapelier. Je ne fuis pas membre du co-
mit de verification je n'ai aucune efpece de liaison
avec MM. de Faucher; je n'avais infii que parce
que je croyais que la verification ei avai t faite.
A prfent que je vois que perfoniie ne f level le
renvoi au comit me parat trs-nceflairr.
M. Dufiaife-Duchley. M. le cur de Souppes eft
criminal de left-Nation parce qu'il a ufurp Far
un faux les pouvoirs de la Nation.
M. Brunet de la Tuque. Je demand que la note
de M. le cur de Souppes refle entire les mains de
MM. les fecrtaires.
Cette derniere proposition eft dcrte.
L'Afl'enble decide que M. le cur de Souppes
fera entendu, avant que le renvoi au comit foit
prononc.
Elle ante galement que l'effet du dcret d'ad-
mitiion de MM. de Faucher fera fiffpendu.













M. le cur de Soupps, qui &ait abe:ut, ente M ide la F'ette. Quelque emprefl' que je fois devoir que tous fott propres remlir
d. PAQlnble il nt~ n la tribune. de c .kb:e ;i f;es iS d la I bett, et noniniment forrte plus convenable que cel:e de' fe, voe<
les 14 et 1 juillet, jdaurais f,,mhaic que l'poque a d'ailletirs l'avan.tage de pr venir la a ''leu:d
M. le cr de Souippes. eRf d':f.ge que les membres d'ut, co;:f,ra;ition initale fit moins determine caba;es et les intrigues. uti l
du comit le v.aii.a'im r. oiv.nt let pouvoirs pr des fouvenirs que par les progis de nos cra- A. le comte de Vir J'a
'dei Fupllmie (les t'n rs Font..bnil. raiaiaP" la propoo
dxs fult, Iac. C2es pouv'irs fon, enuhe rems. vaux 3 non que je prle ici des decrrs rglemeni- Iv. le r'h'lier du eMurn, Jpi la r politiond
dex no tros members qii aprs les avoir exi- tai'es ou hflifs, mais de cete dicldaration des de la f: cilit dela furinet etle riuniteir i n,
mines et trouvis validels, rig nt uLne .ot que droi's, dc c, te organifacion de l'ordre facial, ditio, egi res t f qd'unei ro te e
figne ordinairement le prfident du comime, p, :c e cen d:fib ition de l'exercice de la fouve- diio. e giltre fon fi g de
J. o'recncer i PI'(lmbl.e. Ce main j'ai reu e aies ui f:,rent efanviellement une confitu- arcler le plus ancient. Le propinant a.'pt>opof
...... l'bio: ne u ligue t bille ot ,u rae- n1 n'en-e
M. Abra:d nl no.e que j'ai hgnie, et un b.,c ti, : cf p;our elle que i;s Fra-cai font arms fire 'tion par la voie du fort ma aiedl.
que voici il t l. ainfi conu : M. le cu:c .ie et qils f confilderent. Pudll ns nos auimos 'e lle pas n fort d la nature ?
Supp-s ,prent du comit de verificat ,n, ar i.dei de cette faiinte ruLnion, nous hler de pr lap l pas toijoir diogintup le
veudi-a binn ignear l'avis que je lui envoie reanuii dnofer fur 'autel de la Patrie un ouvr.gd plus PLupIes ibres ?
d;ns man ic,, je ne puis prlenter mo0i itne complete : florganifafion des gardens nationaes en On fLrme la dircutfion.
MM. de Fauchec, don't les pouvoirs ont t trouvs fe parie : par elle la liberty franaife el gi.ntie On lit l'article I du dcret du comit d
en r-ge. Je n'avais pu me trouver au comit de jzmai', j mais il ne faut pas qu' cette grande ide tioncon. e
vtificfi.n, it oc. u tous les jurs au coiti d'un Ntion tranquille fous fes drapeaux civiques, M. Regad, Je crois qu'il faut mettre l'ire
eccl dif;i. ie 3 j igPorais fi les Pouvoirs do MM. de puilint dre mles un jour de ces comintatons l p au lieu du mot eff.t Danst;r beau.e
Faucher ava ni t et vrifi. U;t avis du rapporteur Indiviiedi es qui compromettraient I'ordre public, oup de mnicipaliti ne l e rover Das be
du comite m'tait onv y)' je devais le figner pet-tre mme la conftitution je crois qu'au gades national ane rouiea ps ce
f:!Ion I'ulige, et je t'ai ft. Nons devons avoir les moment o l'Affembe national et le roi impri- ciitisferont tenues qu'on dife ii cesu.
uns dans les autres une entire confidence. mnt aux confdrations un fi grand caracere, ro venues e e ruir.
Cette explication reoit beaucoup d'applaudif- toutes vont fe rilnir par dpurs, il conviint de M. Goupleau. L'artice porte un Dhomme fr deux
femens. i pronrcer un trincipe fi i'conteltable, que je me cents 3 mi me femblerait plus convenable de dte.
AI. G,-ra I'aaii, T .er i nqitudes qui s 'tie;t e-i contence de propofer le dcret fivant: miner les dputations fix homes par ,iihri.
ves dans mon efpric f'r MI. le cur de Souppes L'Affremble national dicrete come principle M.' evLque d'Auitun. Je rponds cette propof.
raient trrs-l ge. s elles font entirenlent ifli- confltutionnel, que perroun nen pourra avor le tion, que[ les dittrcts font trs-ingaux.
p.:es. On ue peut anaaquer fai bonne f.i ; mis je ne commauidm 'nt c.es gardens nationals dans pus 1M. de Richi/er. Dix homes par diadict erait
pis loner fa piru:dence : quand le prdident d'un d'un dpaitement ; elle le rfelve dlibrer fi ce nombre fui(Eiant. Je deminde eC1ire, t uvcitn
comit ne fe trouve: Pp me ce come un autre commandments ne doi pas me tre renrmre rle dalordres qui pourraiunt fe lo.i, urr vi Pari
membie 1c reniila e. M. le curM de Souppes ne pou- dans chaque dif~ict. que le roi foit lfppli d'ordonier .l'...lue d,
vait fig et u i acre fit en fon absence. Je damande pu ation n. pourra enter dans P r ita e .
qu'il Iic fuifis : toute d!ibration ultrieure, M. lAlexandre de Lainmet. Le comit militaire p n enter dans Pars,avant ie.0,
fjuqu' ce que M. Ebr.rd ait t entendu. s'efi occlup du decree qui vous efi praenr. hi a M. le. prfident' observe que l'heuire el tr
peli que le chix des put des prsimens aurait ava..cc : q't'il ferait propos de fe retire dansles
M. DBijemilers. Ma'gr la remarque tns fvere des inconvniens, fi on n'en d:ertninaic pas le buieaux pour procder au troifieme fcruti pur
dui rr orant, il ne refle aucun louche fur l'ex- iode. 11 croit qu'ii ef convenable de fire lire l'electon d'un prfident, qui .doit fe fire entire
plic.iion donne par M. le cur de Souppes. Je de- les c.fiiers par les officers les bas-ofi:iers par M. l'abb Syeyes et M. de Saint-F.giu ent
mande d aboard qu'il foit iis dens le pror -verbal les ba:--officiers et les foldais par lez foldats, La i ance c level 14heuresmoinsunquart
que cttie ex''ic: tion a (rt jugi f;ti aifu e. 11 m.is i! i pirat que troit perfonnes ne riifni;enrt mos r
s git niii;;i ute it de i,:v:,;r fi le 'apport a t fait Ipat. Les dpitos des foldars pourraient 'e pris---
au comi~ .I cir : que cotibmtuenc un rce-petit parmi les f..f.lirs, les grenadiers et les cil fi urs
P.... .. ._ . A Y S r A


Ion rei a Lti thnge cs verin anc-ns ; i: nef riit en unroientr iIoux et ce la natrait une meii:iiei- . u ,
pas exiger la rigueir du droit, quand de'pui, long- ligence darg'.eunfe. Le comice p.op,.'e dedcr-
teins vons y avez renonc. JI me part propose ter que les compa.gnie des regimens feroit diivi- De Bruxeles le 4 jui.,
de renvoyer au comit. fes par fecrious et par pelotons : les fecions P. S. On announce que les Prufliens marchent le
L'A'.mb e ordonne le renvoi au comiet de v- nc.mm"ront des !ecceurl s qui choilront par cha- long de la Meufe : notre fecours, et qne le rgi-
rifi.uti.n, et a'tire qu'il fera mis lur le procs- que regiment quatre (fo!ats ou caporaux:les chaf- ment de Wurtenmberg a t batin avauirhier, en
rba, que ex n d e pr M le c i de rs et les grenadiers liont un grenaaier et un vulan:t paffer, l M, ue i .i. l.i., c.re nouvelle
Sou rbp, qe Iexfic n donne par le cur d chafflcur ls b ias-ufl..iars, iun bs officer les off- mente confirmation. Une lettre cee I-lliers du ,
Sou.'. ., a p.', f'ti efarte. ciers, un of .ier. l) Drs la cavalerie les lecteurs n'en parlait pas on y difait feulement que ,0ooo
M. 'ledvque d'Atutt. L'Affen ble a ordonn a des factions nommeront deux cavaliers les bas- patros font camps cet endroit pour dputer
fo: comir- de conflitution d', ui prfenter un pro- officers, un bas officer les ofliievs, u. oflicier. e plafge, tandis qu'un nombre gal campe au-
delepafpgeg tanrlis qu 'un nombre ,gal came au-
j, t de. dc' et relatif"a la fdration don't l'poque dellous de Bonvines pour le mmie objet,
ef l ieau r. jui le Le comit a pcir que cette M. de Noailles. J'ai demand la parole i pour
f.e, vraiment national, ne pourrait e fare avec 1 rclamer en tfveur des troupes de la marine,
c'op de fol.n..i ; qu'unie telle fce, en villant i'avantage accord aux troupes de terre 3 z0 pour V A R 1 T
des souvenirs gloritux, en reflerrant les liens de observer que la propoficin r(faite par la girde
!a f'ater'.it entire tous les citoyens, en rendant national, de demander aufl dIes dpuitaions des O n public en ce moment, Monfieur, fou. le litre
f liable f ous les yeux le patriocicme qui anime communes doi. ;re adopte : je ne vois pas qui'il de ddrails des cruelsr ivneten.i arrives a Nantes, &c,
tous les Fra: .is, achevera de perfuader aux en- en foit quelion dans le project de dcret du comit'd une relaion tr:-inexacte de ce qui s'elt pafledans.
no.ni de la revolution, s'il en exite encore ,cont- de conniiiiinon. Pe.fint a celui du c3mit miii- ct:e ville, vers la fin du mois dernier. Le dlordre
bien front vaios les efforts qu'ils pourraie..t fire taire je renarque que fi les sections s'iaient qui a eu lieu la fire, qui s'ouvrait alors, avai
pour la d.truire, Faires par rglnent le rafflmblemiient d'un reginenet pour but de fupprimer un droit d'octrois itir l'en-
Le comit penfe en mme terns que "AITem- auric pu donner beauoup d'qitudes. Nous tree des beffiaux ou di moins c'eft le prtexte
ble jge clair et fvere de la vritab e gran- avons cru d.-vir f,re f.re les erions par pe- don't fe ont f-vi que ques pnul, .i-, poli
deui, ne confenuira pas unre m-agniii ernce minute lotns de 3o homes 3 nous avons cru neceflaire exciter les habitans des campagnes contre ceux de
epur, ele et voudra iurement r ir e da' irr d' uir f.. second cgri d'lecticon. Le nombre la ville. Le dLforde a t, app-ifi'fans qu'on ait
aux dflricts des ides dconoie dont pis fraient des dputes' de I'arme ne s'elevera pas au-deflus employ ni la force militaire, nii la loi maaleUn
coup-bles cde Scarer.id 1l penfe que l'AIT imbile de o000 a 12.o homes. J'appuie donc le project accident arrive le mmnie jour dans la cour de
voudra cone crer en mI.ne tens des principles du comi miia2e dans fon entier. 'htel de-vile, par la dtente d'un fuul que l'on
conffitutionnels fur la garden narionale *afin que M. ;.u c... de Puy. 11 faut que le dcret coin- ne croyait pas charge, et qui a blefl deux perfonnls,
dans cette ivrelfe patriotique, l'opinion pub'ique prenne to::s les corps m,litaires ; le corps du g- don't 'une trs-aangereuifement, ed v'ui:II1-bl.-
ne puille s'garer un feul infant. nie par excmp.e de :i me que le corps de' la blement ce qui a caidf I'erreur de ceux qui rpan-
M in propose es arics dn marine ei divif. Je demand que pour tous les dent une nouvelie don't aucune dos lettres de notre
vM. l' i;ue d'Autn pope les articles dot corps mi'i'ires divif,, le minJfre appelle un o- i correfpondance ne fait mention.
vi la ftiblance fici r de ch 'que grade. BLIN dtpute de Nantes.

r ,iti i. n e ians le u.. 1u1 le dis, .Mrn r. nde frii'nuils. Ces ftes peuvent tre une - --
Art. 1ol, ,e dietoire de lhaqu.e difuie d ftir d .deei.C s fs pvnt.treune
royaur;e e: duans le ce ou. le dntir o'e ne er oi n I les troupes e raft n- co do e
p ant encore en acrivt, le corps imnicip, a tlu lcnc, pur Oitre des 6 ton, Les cops militaires Le cur de S. Poch a mis beaucoup de ze a
llaint lio ds dide iclc, (tions. Les corps ili fTairEs Le
ch.:-iu de difrict, front commit par 'AlI'Am- ,ne divet ps tre des corps dlbans, e en- r -arer le fcu.ndale qu'a cauf dans cette pfe le
bide natronale 'rff.r de rcmq qi ir Is cmin rnu -
db de national, aii de ,qui. ils c s voy'tr des c iputs. Je propose, pour viter cet vol d'un ciboire, il y a eut amended honorable,
A n s la grde natonale nco e t 1ue la dd p1ition die cha'ue li- procefuon et feumon cette occafon.
gvies Y arionOies do lewr cnwir. .eldites gaudes ch i i- pcen et Imon cee occno
ai f'i laembinbes chdo le' rot f iperoueines u e luent foit fo rmee du plus ancient capita'ne du plus -----
ai:f y gitem b e cn trontlx p ar o ,'es r ,. ,,lt,. h' lx 'T-fU pl us a nienouul i:ftutl 'el t
cent, qui fe runiront dans ie chef-:ieu diu cdi.ici. n cin bav-oflici'e, du plus ancient idt. Ila A V I S D I VE RS.
C' teO reunion clhoifira i.n honmie par deux cents d.crter qrue drii s uncn caqs l es foldtlas ne pour-
dts la totality du diRtriu r: eile l chargera de fe 'mon "t e t rael'liler. Vous favez ce qu'ont prouitu Projpcctus d'un abifJuemcntid'duCaion,piM.iBeri t
rndre a Partis pour ia tit.ratiol qui aIur lieu dans les comirs p ermniens q ui ont t f or ms. Toutes
ce -, ca-pitac ie )4)tii et. les f ~is que iarin6e e porter a .ces extremits On voit que l'auteur joint une longie exple
II. Les directoir.s ou corps mun: jpaitx fixero;nt il n'y aura pls de royaume plus d'A.lfinble des lumieres peu comirrues. Sou pli !il"lu
c la mnaniere la plu, 'conomiqie la pen'e q nationale, plus d'arme. Je Fais de ces rflexion; vate, eit simple et mlhodnique is ev' e l'd
fe-.a alloue pouro voy ge et pon le r our. Cete" uin motion exprefa e ere demand pour le falutr cio morale et physique drs toues rstpi n"a-c
e a allnfie poitt'le vyer hqu e diftric. de Prmee qu'il en fot dlibr. Dieu avec 'ihomme, avec la focit. L co l
--, ~ n +c >' .. de i.-cmde, qu mI en torl etl br ,
HI. Le rui f-ra flppli de donner les ordres M. Gouil de Prla. J'appuie la motion tr-ge nces nicfrs ;u dvelo
nccl'ii'es pour que tous les rigimuns de larme et tIs-ini.re iTr:. quti vient d'tre faie. J'i une 'ont s dan'ordre de la na
t cT 1 n cai i fTs moyens font fiages et pri-sfoui : 1-leltelit les
dIa'utient chacun lIn olhcier un ba-ofi ier et un aau;re col fidration ajouter. 11 exifte unr cops f meyas qt uic est e n c-I fes
fol lat, pour le runir : la ema f16radcio. i trs-important dans lordre public, et qui ie p utefois nt cerl dilei d lonttr il a oi
Sit ue dift'ait de fes Fouctions. Ceepatda't c cs
fM.. /'te'que d'A. Une ide a i petnte anu re difti de es ion..Cendat ce corps to ce ui pout oit i les
cou-it de c.n pflitin e : o r, c pr as i.det une f.e l Fayotte co i' tladiat asr.u.quiacc
a''.,ns adopre. Ellle noius a pa-ru contenir ur i civique a"'fft l lncelle. Je prpofe dJ dcrtor que, tii'e d difo ulli:rde former des cites
pr ,e F..o menal de lei,.:iii des s i vii le oti t Inombre d'individus qut compofent 1: p. trop ver l' de fiilr hmes clair T o ens
pr-- ci 'e t d 'ti 1- la i ds a e 0ae rle frvice joueir- ''tueux oniais cl s Tub
.utio:mles, qnu nouis avonscru (devrir &:re ridcCe' r ra d e ev-ee, ou res s intrfleront au fticcs d'n tabl i
ci" un ni it o ices les ga.les nationales nal1er, ce co idrps Feru autorl ae dregr des pou- ig at homt e ne irite et p
f rinvu -s i . runir. M. de la Fayuette va. vous fvts ir la mclla e de Paris por le reprj c no,
e-xpo'ir Ts sviules. ie comity n donnie foo affenti- "t' S'adlrfer pour les condition a l Ro
inult au piruet de dcrete qu'il vous prfeiinera. M/. Bouron. Il me fumble que lorfqtill'i s'agit d'un l taire rue Neuve-des-Petit.-Clanlps'