Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text





GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSEL:


NQ, i8. L U N D) 1 7 J U IN 17)0.

*bor de la fCign-:ri; de M ri'ga'. dan s 1l .i e, Ltre : ..' e d,'' 'f:rcr i,'ras, .. hcvdialier
p L I U T i-, ois : ts x c qu'utle freait parties 'ets lfic', la Dateur, ,o .:r.;i:i: i avu; L d u 19n ai 1790.
couron.ie, donr les rois le pounviaLuti pa di''i' r.
T U R Q IE. ( :ree f,-igneurie, qui rapprre 4.o0,c florins., Le roi, M.irfl ,r, n'a pu entendre qu'avec la
Svientd't e refti:ude a cctt' fmiil! pru le ioi Li'o- plus grande furprit '. onve!,!e da 'infurrection de
p.il,, qui a dclar que, dans le cam ou cette refi- tes fujets ct n la; v\iiL de IM ,ntr ian.
l'u f nct Po croire les deniers avi de la Valachi tuition r:e feiait point approuve- a la dir-ct pro- S. S r? s'attc.;u''t pas fans diute qu'il dtit y
le ganJ-vim aciuel, Juait Pic h i eni en rmamrche chain il l'en indemnifera d'une autre ma iera i. avoir dans fio duch de Savo'ie ,ne ville qui :
ec 0,0. ohommes .-'a l .:, u fecorsdeWiddin. On fit i iBude de:r., prparatifs pour oCt' donvcr l'excmple .'un ex s auffl fcaidler: ,
5,:, ,: p;-ov e. fe co.fi:me, il y a lieu de crod e le comnnem t du o luvertur a di p tt d preuves que la Nation Svo,.:d
quo' r.evri ,r ,. fiunmetv celle d 'ue barail e aux hoiig-rife aura lieu dans cetco vile le Jo du mois a 1tdo.,n-1 W 'r es re:.:; ':.. pluas CCuls, de la
en vruons da TinoI:. pr chzlin. pu co: e td et de i'attachient le plus
Les T"rcs deviennent nombreux aux environs de Les z6o0 homes de troupes de VWirbaurg, itv:u'nb A .1q nu i's 'inas tant de thbogd-
z,,;ik : on poartc leur nu:tbre entire 1 et 14 que l'cvque a cies la court de Viance, pau 'ctioa l-u c 'r :'i ,ir -'u lo du f.b'j'.zer
ulce hn:ome its le retraich ne de ce ct. ri ion le 30 pour fe tendre dans le Luxmbour;. 'o pa e i, ru l du f u
Cu Cinc huicmu ssi de trou ei baniber,-oicrt pa qui ia fit l ch. li v avc ta te 'on act R ie
SPR. U S S E. fnt aufi la folde de l'Autriche, ainfi que cinq fi.:igie' ar l i. el u ,iPon, : de. A. R. i ean-
mille Wirtembergeois. t oue r ci.n cqn'e. P. vi: .on, ii: de s I pC < .a-e
le a voi. do e cl'r nv r n..'. !! p ,i-:;.-1 i, I;' : l la
De Beia zz De Francfort, le 24 mai. :d r '. 1 i h i3. la
q e ,ncfort 1 ... .. px duai.
,e duc rgnanc de Brunfw'i k e nfl ariv ici le r .e e e '' L i. it m n' i' 't .p !di
dce uc ris : ape u' loni'e conif rance qu'il a Oi marque ici les logemens pour les lect- u:s fi ..i
eis vieC le roi et q queql g enaraux, il e eparti d e repariau ccmml'ece>.',i de p o r, ,- 7.i, cm nt e per-1
pour le rendre dans la S .- et le couronnement d'un e impc.reu. M. le b.r, ., v- "' '", a::
on parole du rappel de M. le come d'Alvenl'ben, b de Schue:ter, mi'chal-des-iogis;, doi de choiiic : ...'.. a' .' i'" .i
des chaque i ds B. rn' qui con- '. .,...i.. .. ,., ., ,: .t
i etl la cour de Londres et on lui done pour d.na chi aque mailfon les arp'areci;ens; qti can ie.- S 'l 1 a! ni'i;' t i r u I i .. .irs
crflfeur l M. le cornte de Redecen, qui tait ci- n-unt, et de dhigner mme dls ma ifons t':;t..s -' ,- .erk h :'. .i. ,leur
devant envoy la court de Copenhague. enters, don't le., propritaires irt co. :i, "-t .; ii ~ i;. jl' r u,: i' s L.: bi en-
M, le conte de Sch;embourg B'umbrg tant es ocafiton-, de d6lc gerr il y a un' t. nce i r c L'on ai ar-ia' dout
mort nbiten e',t dip.anc:cie derrior, le ,oia raoelle prcet. ele l. a i a axqisds la papcce f ,'f t l if ,e
1,s de fa peronne M. le comtc de SchAil bowg- pjuo un tr m mMUa d ce qi en tr i c c c. i 4 aious S. MiT.,, or
Kehnert Cet acianc mi: ni r, iret des l ffEures de- trs-confidrab: e, et toutes les a:b.;i cs nta re nH : Il. s. l ,;: ;rm .o '.m u bont qui la car'act:'-:t
S deux ans, ec av avant-hier i P ou tenu es imis i i n'y a pout d :xe a ni a p' e te,,d c.':. s;imotro:a lesreprife:t uon. que
u a eun honneur de diner avec le roi. Sa n .-. 1 tr dt rque ise pour is auberige, ,t :, ho: y i f.i u cfn'il d-e la mnme :ufle vient de ni adrffet
l f 'itiquette pour les aubergeo, tet 0'b. 'cs y i '
r"int-dans toutes ks charges qu'il occupant a t ; por plorer a c mnce. S..M, a daig. s'exph-
fint6r ireans toues nos dhridgeu u n p o eot fiva.it leur valeur re!le, et n:ie ai-itus p e
farntraite, et 1 a nonmi preidnt du confeu fr- e caue de la circe.n ane. Mi. '- qu., q'u elle at:endra es deI ur:, et qu-l 'i'-
pre de guerre, avec le titrade premier minifirede. chtvqe de Mayence, chef du .a Le.0';. 1v', p ice a accueillir fav rab uim nt les tmoig ages
cedpa-temnent. ,oit, voqir une lauie plus chnombredt. qu .d.,i c .vcir une i.e pw!us nomAabr",. qu.. de f- tin ce. Ce foit -l, M ronfieur, kls Ieniimensdignes
Le 7 de ce mois o valets d' i lil eoot o0 t om dans ces fort s de cr ,. e t d':u roi bjenferant. S. M. vent qu; vois vous
Iho.mes de t:oupes ont a(f devant Da 7.i, pour veur du roi iede H .: ei i- fufriaes :;. asicnt i cs s les oc
f rdre K ni..e: IbL front fuivi' auj.,n'rd'l i : .ev, r fe runir. La voix de 'ecireu.-r u, Bavir,, i i i .1 pr f *enceroit e dnue vouts les anrncicae
r'f qru i pr.eentero.t er. ,ue vous es annoncier
p'r ,co natideur: qui font venus de S, .tin, am- n'a ja,.ais Lt dt ovtuef. Cei l de 't.l de ,d n. ne au c-,ifeil de ville de Montn!ian. S. M.
inant avcc eux fu pieces de groffe artillerie. Su:.e dit maintenant id4cide. Le roi d' P.ffe n e 'ail s- que les notons ult-
ch:rche plus a -ai e mme for'ponner .s i.'t- res rieure. q'ie vous urez foin de nime faie parvenir
p U E D E. dPPl.S J qtons rtres-Pfid^ . S. M. qtl,:
SU ED E. oppetes ces dSif, itons tr s ofie S. M. cqi, lui apprendront l'entiere lounminion de ladite ville
ans ces dcries reis, a rnen' ue que i!,cliii fLer,e ordres, et a continina, ion du calm et d(e la tran-
De Stockholmn, s Il mai. tion de circonf'ance pour le roi dCe I-l.' i., ne quillid publique. . 8c. &c.
conf Iter. que les circonlianices pour commencer
Toute la garde pied s'embarquera ftir des ga- la guerre centre !e rJi de Hong'ie. A
leres ponu le rendre dans la Fi-ilande. C'eft une chafe cinric-if que !es conditions aux- A N C E
1 1 quelics la viJe d'Ax-:-C!i t l, cade Fr-,>.'cE rt
Le 7 dc ce mois, on a vu, i iii :l'cs de Revel, i qi:ells la vi.le d'Aix-',-Ci t '._!, cele F'r c:'rt:auan.
l7 s hon eurs du couronnenm',r. Voici ce qui eft De Montauban.
un .fcadre -S 'on cu .pIce de ,li d 30 ree: O apportera d:ns cette der'iere vil'e d i
voiles. O(n i.rcimre que c'clt te part de de 'elcdre 'la terre pife Aix-la.Chapelle on en form-ra Mn L'arrive de M. Dumas, et les ordres don't il tait
des gdercs. tertre pour la crmonie et fir cette efice de porteur ont ramen 'ord3re et la paix dans Montau-
cariraui, les genoux de l'enmpereur p'fercnt au ban. Cet officer, aprs s'tre ren'du i l'hte conm-
A L L E M A G N E. miiem.' de recevoir la couronne. Cette m i.re min en eft f:,rti avec MM. les officers imurini;aux
de fe conciiier avec les a:,iders ftatits, ef~ digue pour a'ler dlivrrer les prifonniers, que le Poiuple
De Vienne, le zz mai. dts plus grades fubtilits politiqoses, fur leiqueltets a baign. s de tes larmes et a conduits chez eux'en
repole pourtant le forE de tant de Peuples. triompheT. Tonu dins cette icene attendrifante et fi
Avant-hier au frir, il eft arriv un'courier de douce uir les amis de l'humanit, portait ner em-
P..:-b ,urg il a fait le chl-nmin en icj urs et qual De Ratisbonne le 18 mai. I p.ire fi vraie dd re'pentir et de la reconciliation,
quei heures. Riien ne tra:.fire encore du contenui qu- M. Dia; n'a pas balanc expdier fur la
de tes dL.,.h. l Ceptnrta,':t voici ce qu'on erort T.e miniflre d,-e i'electeur de Trves vient de re- champ, i M. de Coupon ,'avis qu'il pouvait rame-
fikoir des p'optf'ir'.:'ns lou., lfqui s lc.s les course c mct re tors les i .ri : a la diete u-i imp.im ner lon iita'hemient Bordeaux.
Vie ne er de Pltrci-b .nrg confent:nt.t faire la paix. de fi feuils ayant pour title : Menmoire ro:r Eu co', "-sqnce, la premiere colonne a d fa
La Valachie et la M .~i-vie julrq'aux' gorges de A. E. de Tri.,'es et les e 'gl'es ftudies dans l'arche- metrrr en mcache le Iuindi 31 et la feconde au-
'Tri'lyvanie, l'ex'ection de Clhozir met d. fou vi ch, concernant inv"iolie de lr r ;.... ;"l.... jourd'hui : il roi:te e f era dans l'ordre invcrfe. lis
tetritoir, front reni~,. la P-,rtoe. La court de revenus, libers, droits et prrgativ s dans /a Lor- votoni' 'onc revenir noc b:aves et che camaradecs,
Vienne, pour la fuei'e: at c la Ho;:gri et du Ban- raine ec j"r la Mcufei, fondis fiar de trairds de paix apl' avir l ontr e o qu is fout capable;s de fr.i'e,
nat, fa con'enteia de b1 'gadde et e la S.rvie, luf- et des conenltions piuliqjus. 01 t i h( de prouver ap':s s'rrt auffn honorees par leur fubor,:in;i,'n
la I Morava, aini q 'e 'e la fort eiie i 0:- dans c.:t crit que les ccri; de 'AlT.mble i'io- que par' lent courage; ils vont donc revenir avec
f'wi. C ctt ccur dema;nda encore la libre exp. r-', na!e e on cocills cc s i decrance ont incoc le aec t la doe inactionn ce n'avoir pat t d fords c'
taion de.; p,-rducip ,iti hongroiles dans la mnr les conventions '.:xianVui et: ci fidit par invequeir cuei "ilt d lauriers qui, a .rfs di fiang de no.
Neuie. Flle r 1,1. r Sch:b:.. 'at Be o;bir, et dcliat- la gran;'ie de l';tmpercur et de I!:.. i .- pour Icur F e res, fe eiraienit changes en cypress pour les coesur
gefn W;hacz coincre l dc:nii;r place. Elle r-" da matint;e,. i gin'Teux nos v lontaires et de leurs coimpagnns
a!i'h le district de la Cro,tie Tlurque e- d,a ue S P G N darmes de Cha.gie.
'Unua, maSs elle gardera Novi er fo'i t r'itit-i. i __ ._
Q'aitt -' cte cor oc n De C-rdilIe 6 cwma. 'u onr, C --a, l -.
iotit tc ilinit-:eV ds h coroieo :C, ,I- D a N N I T xAT o N.
,r'i l P',ie 1 13 i- .* B .: et nais c ete Notre flotte eff encore a la ra. e ; elle ne mettra
Ii"c folta dm,t ,i Elle conferv.ra la C',rie ;
Oak et Aki m e l es pr oinres do al pas ei tiier avat qe la roi, qui Iolt ie rnudreo LETTRES PATENTES du r.i, dul j30 aVril 790 ,
G.o et \ing i front go ies pr er ic t et present quelques eolutins, dltr n n dicre t d v'Alfmbe national e du a
p e ert en .., ,,.-ii.ero.uAvant hicr la poacre /Le a'mn vilant de 175 9 i 'clare nt quaucun lcitoye lie peu tre
Popr"es princes inis focus la .potcticon U l ui V.Tra-t rua, 'r ern. d.ns ce o v..c ue car- inquit craifoni de es opinions.e
C(pesnd an on cr-ii ;ue touijours les prca rti gaifon de 1S7173 .i'.ri. s et autres marchtandifes. I, dr d
d u fidge de Widdilr. (lOn imande tdc (Cad wi a que 'la" -9 ir de i-
grtafe artileici de ilae battr cutte pi,, y t o S A V O I E. i e l 'aorIe, nr crnr ,les conqi, xerce es
arrive le 2.8 avril. pour t' e riput Fra' -is et admis a exercisee des
M. n de Lcihoi. e ar De Chambiry le 26 mai. droits de citoyen ctif.
M. lo mat'dchl de Laudhon refte 1'armte jui-
qua' nouvel ordre. I' a f.-ir m1,nh'e ',vx troupes,
qu' novel ordre. F a fr'it p u'ndro a..ux troup, L'inf.rrection qui s'eft manicfie Mont lia n,
,t: l:l)ax 'la C 13 i!Je, I-t. s fi'o o: la G dix i LI.q
oie. 1 1- i tic , q. i'hli, h S'OIit .;t la eGt:ui d e or monacer le Eta; db droi de Snr g. MIUNICIPALITi S PR O V IN CI ALE S.
Ce r es rfi i t uei" c r qscrclDics 'po ron I : P"C s'pplir coil,, un, i .u icend i eil t oa i e
S.oten i tiio e kls c co i anc. hte de e ceouper tcute cr m nai l ciiton. L.a vile a EN rendant cornpre, dars le 0n 149 di certe
i rofa inunln. M. (Gor ..rt, u haip chrMgLie, envoy8 di ri' cs ti, C d.in ,ti feu il: 1e li d, 'i ., du mair: de Vil' -Neuver-e-
let lui ndr.ei ', arme d pr. dMe l p .ls g d foin re.us avec t.it de bont, q u'ls ount d.t fL'ait p'-- Roi, c'ef par errrur q' n .us, avons dit qu'il avait
"u a crc. 'i de pr gire le pcis grand ai' c' leur lea.ou' la iilooie 'i rapnrnt. i: '": etd renmplac par M. Menu dr. Chamoreai, d.prd
de la fanti prdrieoe (de ce gcna!. c' n padoni gnral. Oun )j?.os' o moayas i|' ''n i l'Affemble, naui.,na'. C'cr ti itl i de ce darni':r
Sous les :-ege il d--r. harii les VI et l es Marie -Th.'i- a p pri. pou'r cimatr agitati',na du Peuple, jutiemout i qui q obbtenu la majority des fuffrages pour cetto
efe, on avait ;ei-ctiii i:'\. Its comes de Schon-1 irriti, pr ia !attre lhivaRte ; diggmt6,





t; y4LtmautiaetlC


De Chrtea- ThierryM. M Crappart, maire. Officers eux, notus di'ons : nous ne fomnes plus Paifiens, fpplr de fire prendre tout les lieures
iciiaux MM. A'brv Gilreroy, Gaulet, nous rommes tous Franais. poires pour que cette co'ni'dratin a;n-r e sL.
Bndine Mangin, M clet, TherJion et Boutet. Vos examples, et les dernieres paroles du roi, !propolf faufau cnmit de conflit.ilonh p ;at
Procureur de la conmune, M. F>.he. nous ont infpir un grand deffcin ; vous l'adopterez, un project de dcret Du le noinbre des dpi t' f ie
il cil digne de vous. doit etre envoy dans les provinces et fur l ',>
..o--= = :- =Vous avez jur d'tre unis par les liens indif- de leur election., ""t oni
Efolubles d'ine Iinie fraterniti, de dfendre ju- M. de la Rochefoucal La unicipait de Pa
LIVRES NOUVEAU X, qu'au dernier foupir la conflitution ue IEtat, les att , par une pttion, r i de ai
dcrets de l'Ae.emblie nationale et l'autorit6 lgi be national fui les vai rqears de 'A ,aillet
Relaraon de l'Etat, par M. Pocet de la Grave, time de nos rois. Comme vous, nous avons rec depuis ce teams, les officers a s de la 1alle
cenfeur v. yal, ,. ; pirfent au roi an miois ce fener en aiiguite : fiifons, il en ef teims, faio ont fit un recenfemen exac e mare
d'avril 1789 et e1nvoya 'Al mb'e national de cs 'idrations une cofdbrtioi gen4rale. et ce recenfement a t ren voc eiite
au moist d' uivant. A Paris, chez M. M.u, :d, Qil fera beau le jour de l'alince des Franais pensions Je demand que le comirt U cou te
rue des M:lh hu:ins, htel de Cluni. In-80 de i6 Un Peuple de freres, les rgnrateurs de l'empire since l an:nent on travail \i cet a vos ret VO
,u"1m dctl'a uonsraahltelceIe
pag.. un roi citoyen, rallies pour un ferment commn a ; po: ce que vous pouve fair ap ces braves
l'autel de la Parie quel fpectacle impofant et c ioyens.e be
La Thloiulgi r/concilie avec le Patrioifine ou nouveau pour les Nations !
lettre !h;,l ;gique patriotiq.ue f un Troyen fur la Nous irions a.ux extrmitis du royaume nous M. le prfident rappelle la demand de la cm.
i,0':' ... .royale. A Pari>, chez M. Leclerc, libraire, unir vous; mais c'eft dans nos murs qu'habitent mune de Pais et la met aux voix,
rue S..int-M.rin prs celle aux Ours. I:-a z de r nos lgiifateurs et notre roi : la reconnaifbance nousm jna
pages: prix, s fous. retient et nous appelle auprs d'eux i nous leur rp l com n e P pactefdrat
propOf par la commune de Paris,et Lenvob sU
offrirons enfemble, pour prix de leurs vertus et comit de confitution le mode d Iletn le
-=- '===== ede leurs travaux, le tableau touchant d'une Nation c pombe des doputns qui front en vo tion etle
rf coii iziiff;ir te 1)(:tiretil et libre.irin 1 b -e des dputs qui front envoys dans les
B L E E N A T J o L reconhaid r.te, houreure et libre. provincet.s le
ASSEMBLE0E A T I O 'N A L E. -, Vous ferez avec neus, braves guerriers, nos P
freres d'armes et inos amis vous, qui nous av, z MM. le cur et les marguilliers de Saint-Gernin.
Prfidence ,de B1. de Beaurme .. donn" I'exe.ple du civifma et du courage ; vous, I'Auxerrois font adis la barre. M, le cur
cui avez trompe les prcjets du defpoti me, et qui pronounce le difcours fuivant:
aSvez fenti que fervir la Patrie, c'tait accomplir L'homm:'ge que nous venons vous offi, a
sANCE DU SA D 5 Au s R vos fermenis. n orn de rous les itoyens de la paroife de Sait
d, Elt vous, don't la preence nous eut it fi here Gctm.in-i'Axerrois, eff moins l'expreffio dea ln
Les citoyens acrifs du canton de Montpellier a.he Franais, que des mers ou d'immenfes intervalles t reconn'ii ce, pour emnreaement e avenc le
rent aux acircet d: I'AIemblc onaion et de- fparent de nous, vous apprendrez, en relevant vous avez accueilli leur refpectueufe invitation qu
mandent que leur cicadlSle toit mie au nombre de l'expreflion de nos regrets, que nous nous fonrmes finere 6tmoignage de leur admirantinn profondeu
cells qui front lupprimes. rapprochs par la penfe, et que ma'gr les dif- Non, Meflieurs, jamais dans le jour confacr
Le confeil-gnral de la commune de Dax, de- tances vous tiez places au mtiieu de nous !a fp ialement honorer l'augtite Sacement de nos
manila cone:vion de fou fi ge pifcopal. fte de la Patrie. atels, jamais fpectacle plus majeilueux ne Frapa
jC eft le 14 juitiet que nous avons conquis la l es regad s des itairs de cette vafie capital. Le
Les citoyennes de Saint-Marce in en Dauphin, liberty, ce fera le 14 jui'let que nous jurtrons de iiluflies roprfennsii de la Nation, unis a note faig
fOtt venues devint.les ofEciers municipaux, vetues la conferver : qu'au mme jour, 'a .mne here, monarrque, pour adorer le fouveran arbitre de la
de robes auIx cris cou!eurs et ont prononce le fer- un cri gn,rl, un cii unanime retentifle Lda;s tnutes deftine des Peupies et des rois; quelle impofante
eiit ..:nat : "ici li frm'le. : Noiu jurors d'tre les parties de F'empir, vive .la Nation, la loi et cei:monie! qiue!le f,;b'im fulennit! qu'iln:s ft
fidijes la Nacionu i 1- i L t au roi, d mina t'.ir le ro i que ce cri (oit a jimais coi de radle- i per ri de, 1- i-e re pompe et fn clat contribuent
de tout i or: p..,aioir !a cunfiicuti.n et de la fire nient des amis de la Patrie et la terreur de les a!a,(t laffermiffemnent de notre foi, qu'autrion-
ainmer et refp -cter par n,,s reveux. Penl-trees de ces enne -is. phe -e i religion dc 'os pcres.
feiiti'iens io;rt rOnu nenous c.rtirous jamnis, nous Non, Franais, la Patrie, la Libert, la Coflti- i ,, La lnombreui til: ience les citoyens de tout
nous faifons ln devoir d'inmprouver t de vo'uer tutio, n'auront plus d'enemi':s. Bi-nit tous ce; ig: la ,iarte a:l -,. !- qui enflammait leurs curs,
l'indignation publique la coa ition dite des Nois, homes qui portent encore et fe:abient chrir I enthoufi.fm ii quti t:anfiortit, les contimielles
leur dclaration le:itieuftea, et la' dlib6ration fina.- leurs fers, s'!everont la hauteur de nos coni- .-. m ,tion:.. dot l'air. tL ':ui.iL lebon ordieetila
tique des prtendus caholiques de : .:. c munes .,l;!.-.- is aibireront i l'honniur de f ti f crion qui rdii aient par tout lUvous pafiio
Les curs, vicaires et autres e., ~i ;ip;.. du voir leurs noms irn'crits das ce p,.cre de lamnille tu,,anoi:ut .a fte diu Dieu de paix etde bout
diiricz de Vernecil, confidract tous les advantages monument de notre gloire, et grant eternel de la que, noua f. -rv,,s.
qui doiveent rf'ter des dcrets del'l'Afl.mble con- fciio de cet empire. C belle journe ne s'elfacer ujamais denotre
fidrantquele droit d'anntnicer 1' v.ingi1e appartient La deputation demand que le co rii de confli- fot:v, ni ; elle .fra toujours !a pins fl iteufe poque
tous les ecc.lfiafiiqufes, ct qu'il detviunt un devoir tuition veuille b.en s'occuper de fixer le nombie i mi niflere fant que 'ai !e bonheur d exercer; ela
lo'-fque de faux aptres veuient rpandre de mauvais' des d6pui.s qui feronr envoys des divers depar- h0onorra dais tous Ils teis1 les filesde la France et
principle. ; confi.rant que le clergy n'a p.r tii le temiens pour corc,:urir la f,acrion. Le voeu de les annals de la religion.
respect q 'on lui -vait rcojouj s pore, que par a la commune feriit que les dputes firi ir pris Cette difiante loennirt a t couronne par la
grande avidit cluc.ent que la nouvc'le confliru- moi-i dans 'ordre civil, moiti daii la garden chart la pls5 atrendriff.ine; vousavezrendu eize
rion va fire parvnir au plus haut degrc de ylen- national et qu'il y tfit joint un officer n fsamilles les ante *rs de leurs jours ,dtenus oupour-
deut la religion de pos pereo proitR~ent contre toute bas officer et ui foldat de < hique rgiment des f fiviu 1 pour 1. ct-etm la plius facre, celle de l'llaite-
rclX-naXsioi, &c. :..ii ,l a ta ous les d4crets ct troupes de line, tadt de terre que de iner. i nenit 'e lers enf'ns. in(inits qu'ils doivent a votre
pri-miaeme :t ctux qui rendent la Nation ia religieufi: bli fa dance la Ilb .r don't ils jouiifent,ils
ptro:i. te dc ubiens eccfiailques fi fun n M. ally, la e l'une au'e dpuatio off-nt et ffroutiiot fais cc.-e au fuprme doinataut
toit :e qu l'Ailetmb le rdlnnera, pic.c qui les pr"''ot; le p;'ojet d'uln c.nal qui unir-iit la Marne, I rIes Nat.i.:n, leurs voeux et lert prieres pour la con-
i.I. de la reio civert oour c a ep l'Ollte e n parlant par Meaux Paci- frvation- des pa-rs de la Patrie, la prompt rign-
avec re lpectes a dretsi .ie v:. r oviuaur ce et t C,>i rst;s Sairt I-H[,no-inae, Pontoife, et le dgor- ration et ia profprit de 'Eh)pireFrani '.
quent du fe au tce la rprob..-ioa t'us ls actes i geant danii la mier Da.,ppe. .
tendant ,tr i e ; h a.ureuL.e in fl.'ence de catme ri- M. de la Rochefoucauht. Je dema nde le renvoi dutr d le pr n o''ue L t'i- A mbe ntioi al!e eft ratf'it
evolution : ils dcla-.e:t en out e quils n c ffecut premier objet dc lt dputatiol au conmit de confli- d'a- coiqute ans vol S. Geraou donniislxuer i'p.
de former rie; vceux pour !a conservation du roi tuition, et lu second, aux comits d'agriculture et a cone :- du vou ite-oie. ,'ePrin A ge 'eR e
rcfaaurateur d.: ia .ib rn frni;aife. de come ;ce. me chuge da vou' temoignor qu'elle partage e
Cette adriL efi f ine dia 40 curs, au nom de que vous aLe mlirce de vo: concioyens.
tons leurs confrres. L'AIffemb:e a dcrt qu'i en M.. . avoue qte j ne vos pas fans refpect M . .Je dcmande l'impreffion de ch difcours,
ferait fait mention honorable au pro-cs-verbal. et tans vnration l garde nation'e de iis e e ecors
elle faft auj td but une propofiion q d et::le demand eodi e qucl'aredui le fecu'rs qefluS
La commurnaut (le S2intL Eloi V~patemeit i u d! avons donn e'het n'm liege qu'o% en a fiit,
La communaut de Saint Eloi, dpartement du de la riflxion. LJ pene qu'elle doit rre renvoye Mavons donnl etur ce iS. G'emii ge qron en car
Pa;-de-Ca!ais et la cominine d'Aix oi ciertenrt aux comir.:;s d.s rapports e,: miit.ir:-, povr re s'en M le cr S. Gemin-Axers
dcq'r lo a s b.t,5, s, x h tuis auns leur aoccut era qu'a 'l. s.< avoir prfe nti un tn ivai .ur l'or- nous remettre la ifte de u ttu.m s les f mi l de fa
d,. qn& ioips h. b;(., s ius.Eo!,. u.x C D:.us cqai su .. .oir p. .." un ,iv .
teorit're. La vile de Caiaon -lfur-Marn fa t une gnauimition de la ga.ile national et de l'ordre mili- .paroifle qu l font dans le mme cas, afin que lAf
foumiflion de 3 i.':. .I:., celle de Comn.ur nue de |taire. (11 s'c!-v des murmures. ) J'approuve la bie y pourvoi.
8 millions et celloc ie Metz une de j milions; pour ei- Pl'ch-it dA bic.i nationax. firaI ife. \lMans ne voy z-vouis ,ucu;i incoiivaiue.t Tnneze Tfonit hoIui mage l'Ailemrble de iiurinven-
U. e dputatiion d s r:,lrr.ntans de la coimmunie i d:"ii, I cua ition des nili naies nathn als, au ni ument tion, oui -. ,Il-;i eiie aulli vice qa' la p1orle.
d c Paris, clhrce d op.;a-ils relauives ar pacrn e i i clons ne fout pas oigunifiee' ? ( Nouveaux mur- L'adrefe don't on fait lecture retui de grInds ap,
f' dr. if, PrrL pc M Baiiy, f.i, I ca i -rc. ) J fai, la nm tioni t. .-'t.. que lses e m ti s plaudiP;rif ain s.
d une ad.rin' d rs citay.. ,de tous e P is , ous I s i r gis dle pr elentr, dans le plus court ;i lui, L'AF: mbe decide que les commiffaires indiqte-
ius, ruedi: c par M. B- tiboin Pos d e n travaii tr l'orgarnilariotn les mices na;ionales, o, dars une ds galeries, une plae o cette
Verdun et P.fotret, i. ....! i .; nomums a ct et qu'enfu'iie ils s'occupentt de leur fdratiuin methods p nife tre g prur ie.
effet: elle eh ainfi coniu : Qut au prr1jet du canal j'appuie la motion de meth ie re P.uv
(b.hers et b,-a; ie amise, jamais ,!ea circonfances Il. de la Rochefoucault. Une dputati'rn ie l'i ,.-tiir-n ;>olymnatine,d
plus inmp.rieuifu; in'ont ivi, to s Fr les F'., a's M. Boutido. Des citryen-' demandent fe raffih- mie b r-*-L fit ho-age a' l M les
fe ruinti dans vtn ,nme ,prit, f rallier av, c b'r miour piter le faiment fedratif; des citoyen: -- P an qui ffr:e rs les lens et to l
caurige auiouri de la ici, et favo6fi-r re t.art leur fcida, des faidats-citoyens, qui n'ont pas attend n"oyens de fe peifectionne".
pouvoir l' -, ., ,il l-eniir de la coultiutior. qu'ils f;l'ent ( rganilfs pour protger l'Ert.t et main- L'Afkembi; e l'accueille avec appluiflement.
Dix m,;is font : peinie coulis dcpxiis l'poque tenir la conriitutioni, iem, nent fe reunir po r M e ot d'A d'aproi-
dmor.,b e oa des mnas de l,. Batlltlie con uei juer de le:. drfondre t de les maintenir toujours, M ame Mourlet demand pblier fur A ducation dl
.' eleva un cri toi:.in. : iFr lnFa.i uas J';ln:s foit que vous donniez votre approbation aux pr- e outrage quell va
li'res : qu'au inamo jour, un c 1 p',' tr:clcianit fe jets dj pi;ents par les vi:les d'Arras et d Or- i e
fafle entendre : Franais, ionus fommie.l frire. i;as foir que vous la donr iez celui que vous L'ouvrage eff approuv.
Oui., anous fo. imes lircrs, noise lonimu;tr lies, f oumet aujouird'hui la commune de Paris, nol et eteni,
maois avons une Patrie : trop loug-tems cop,.-s u fprns gement f:isf-its ; mais l'un ou lautre .ft M. Fricand. L'affaire don't je vaisus edteptgs le
focus I- j -:.ug, nous reprenowi e.s:l i i'attitude fiae idifcueniabl e. 11 rcflrta; plus q la framion off t les pis' tr onnastes f ganre ie i bfolumen
d'un Peuple qui reconn.i c L di,;-,.it. des ooui. s Je ligneo .vc les trcup es nai;naS ~ r:it de fais, vous verrez q ie tient
(Co que nons avons tout form, ce vcer du d iu roi l'a d-j ,iiointifie il y donnera non fe -l du d4live.
p!us chri ies roii, nous vous ptopDrflns de i'c o n,.it i an coniifetemaent, mais encore des appiau- Le 6 octobre dernier, M. l'cl:;b Carton, ci'e
camp i, a.ijou:d'hui. c(ifl;.mei s. Il faut que, ds ce foir, la d.imu.nde d-es d'fl" y-l' ,vque, fous prtexte d'.abl!ir un gie'"ie
Nsus i-e fo~unr,e plus Bretons ni A: geviris, nt fo<'lats-cc.oyens de Pari; foit adopte et u'i:s de fi'il-fihic- pour les pauvIes a convoqu ""
dit noas frcie3 de la Biet igue ett de l'Aniou i c,.i,, foient admis fe retiier naraevers le roi. nom, in A ::. i-... -r d<;ie. La iance a comrnlnca Pa'


- -- ~-- ---J vvkil19 ,


t












6i.


la lecture d'it d cahier ayant pour title : Fort1 .oni
d, ci'- tt cuV'l d'ldminifiraio de la vil.'e et cu;,z-
nil d'l/fy-l'I'vLi1ue. Ce cahier content des lo0
ir la poaca de ia vile* la lparation des priloui
l'ai.ininirarion' de la j'lice, i regime des gardens
n.tiiiale,,t les amendes et confiscation: les em-
pr.iiiloemens des citoyens fur IL fimple oidre crit
dl com;ti, aIs al gnemens des rues et des places
pbliques les cosrves, le prix des grains, en uin
mot, tout ce que l'imagiiation exalte de ce paf-
teiir a pu reunr pour enfanter une lgiflation. Le
cure, 1 cafque en t e et l'pe au ct allait
clez tous les laboure..rs s'emparer de leurs grains;
en vertu de fon rglemenit, il en fixait le prix. Ce
nouveau Ig:nciur n'a point reconnu la fparation
des pouvoi.' i car il ord nnait jugeait, excutait
les prop" s jugenens i fouver t mme dit-on il
gardlit l'argent e; la m:irhandife : un notaire et ta-
belion dtic.nt appels pour drefler .procs-verbal
de les extravagance'. Un jour M. le cur partit,
tain:b.r battairt, et a, riva dans les Grandes-Bruye-
res il y reudit et y fit excuter fur-le-champ fes
lois E.graires, s'adjgea i lui-mme une portionde
tr- itire, fous io p) exte que c'tait une an-
cicnirim commune. S-s pties taieit un melange de
ftsis d guerre, de r enaces f.litieufes d'explira-
tion, d : !es riglcmens, avec le moyen de les fire
execrrer.t l'aide de 'es troupes, ( car il en avait)
il a drb; et p eru des octroi fait abattre des
mniis de cio re, arracher des haies. Ces faits font
priuves par ciiquiaite t.ioins. Il nous refte d-
farmier ce redoutable cur et nommer une au-
tre niinicip.tlit que celle qu'il a organize. Je de-
niiile qtte. tont s les pieces qui atteftoirt les faits
qu[ je viens de mettre fous vos yeux, foient rei -
voyes aui cotit des rapports, qui fer charg de
vous prfenter u:i projeetde cret fu cer objet.
Le rCnvoi eft dicrtd.
M. Bouil commenie le rapport de l'affaire de
Sai l-J.an-:le-Luz i Ton extreme tendue ne permet
pas d'en terminer la difcuffion. Elle eft ajouirn
mardi prochain:.
La fance eft leve 10 heures et demie.

STANCE DU DIMANCHE 6 JUIN.

La municipalit de N'imrs announce que fa contri-
bution patriotique monte 470 mil e liv.
La communaut de Murat fait une foumifion de
6:o mille liv. pour l'acquifition' de biens nationaux.
M. de Roflaing. L'',iTLTm'. national par fo1i
dcrct du 218 fevrier dernier, a ordonne que le.
foldat:, finais jouiiraient d'une augmentation de
pay dede dieiers commeiucer du ier m ii votre
conait mi!itaire s', tant concert avec le innifire et
des offie'rs de diffrentes aines, hors de fon lein ,
m'a ch,,rg de vous propofer le project de dcret
Inivant :
L'.\'i'-. ''-i- nati i 'e, confid 'rant q''il eft inf-
tant que les oldars fianis jouilfent des 32 deniers
qai lert ort t accords par le dcret du .8 fvrier
uernier ayant fait une rparniion cor;f principes q.i dirigent les reprfentans de la Nition ,
a drcrct et ceertte que les 3z deniers d'augmnin
station front rc'partis ainfi qu'il fuirt favor, t iou
4' .(n. au pie, 6 'eni. eni pche don't la difiribtt:on
fers faite come le pt, tous les cinq jours, Lt
io deniirs en linge .t chauaffure.
Ce dcret eft adop..
M. Anf:on. Par un de vos dcrets fur la muii-
ciialit de Paris, vous avez dit qu'e'e ferait termi-
ie par l'enceinte de fes inurs; le pronj t que je
vais avoir l'hon:eur 'de vous prifeiater n'eft qu'une
confqiieice ncelffire pour faciliter la conf-ctioni
des rles :
L'Alemble national dcrete qu' computer dut
jour de la publication du prient dcret tout le
ternito:re que renf rime la ligne de i'enceinte des
miUs de Paris, fe a fournis aux droits Idellnt.ie, et
que l rmui.lipalit4 illera fur la diftance obferver
entree les btimens et les murs.
Ce dcret clf adopt.
M l'abb Lomnpr'. 11 s''eve entire les propriotaires
et les fermiers des conteflations tfr le piement
des imrp< fuion.i pr:Cfieurs baux portein pour cpau'r
q 'e les fermiers ferent aflujeuti aux tirn ts .r,,?'
et ~tn prvus. Quelques-un ds ci-de v..t c prilvil
gis prtendent labri de crtte cfiaiile qu'on ne
'euti point les faire pye.r, et 'que leurs fer-niers fo",t
Charges des lnouveils imrpofitions. Quoique cotr,
pr6tention fuit videmment injufte, et qu'elic n'ei;.
pas dei s'lever il .f bon pour arrter tiute cot.-
eflarion et tout procs, de prononcer un d\fcret q'.'
exprine les itcntniioi., e l '.Affeble natliorale :
me paraitrait piuvbi: tre rdig ainfi : I'Affe'".b d.i
rationale dcrete que les fermiers mrayers ecr
uiitres qui font obligs c'acquitter les dif.'cnt-.s
"tipofiti ns, comnilne. ontdole le payer, i'ecc!ptir'
des tailles relles et pc r- n i 1. qui front acharge
les propritaires, he pouvant etre celhe des fer-
miers, mtayers, &:c.
M . La perception ferait bcaucou i. 'is-ii' .
.t liujette A bien moins d'inconvniensi, fi vours diriz


que, pour 'es fix derniers mois 1789 et pour l'annsa
1790, vious ie vanii e pas que les coileciIeurs I eunt
ob iges d hlF-r (h rt h''r trente lieues ce quileit, e
d .liez un ci-deva pnviigi, qui pourrait n':re
pas de bonne hmliLeuL.'
On propofe le renvoi au comit des finances.
Le renvoi eft dcrt.
D'aprs le rapport de M. le baron d'Allarde, l'Al-
femble nationa'e dcrete, que les rles fits par
les officers munip.ux de Combone front provi-
foirement excuts .
M. le prfident announce que, conformment aui
ordres qu'il a reus de 1 A!lemble naionile il s'ef
retir hier pardevers le roi pour le supplier de fix, 1
fa dpenfe i Sa majeft lui a r-pondu qu'elle feraik
connaitre fes intentions l'Alfemb!e national.
M. Decretot. Par le dcret que vo us avez rendu, le o
mai dernier, relativement la mendicit, vous av..'
arrt que votre comit vous pr4fertarait un projp t
de rglement pour les m ifons ou doivent te tdtt-
nus les mendians qui ne fo confoimeraient pas aux
difpofitions de ce dcret, le. comit a penf qu'i'
devait vous foumettre aujourd'hui quelques artie ..
genraux et provi oires. En confquence, il va les
foumettre f.icceffivement votre difcuffion.
Art. I". La dlaration faite en verru de l'artic'e
VI u ducret du 30 mai dernier par un mendiant
arrt, reftera dpofe entire les mainss des ofi.iers
municipaux et copie de cette declaration, joifite
au madeuiient de !a municipalit fera rermif aux
rg.ans chaigs de diriger les maifons o les mendians
front d:ter.us.
M. Goupil de Prefeln. Il imported aux droits facrs
de chumna .it, d'ajouter l'article, qu'il en fera ga-
lernent n im's aux riendians ar; ts une copie fur
paper libre et fans frais.
L'amendement et l'article mis aux voix, font
adopts.
M. Decretot fait lecture de l'article II.
Art. II. La runicipalit du lieu le la dtentio',
du ine.ldiant adreflara copie de article ci.d-'ffu.
mentionn aux officers municipaux de fon domi-
cile, pour obt, tair d'eux et des aerfonnes dfig es
dans ladite dcclartion, des ri.lf i. ;I i ni fur celi
qui aura t arrt.
Cet article eft adopt.
Art. III. La nourriture d'un mendiant valide d-
teni ne corifiltera que dans du pain et de !a foupe.
Le prix de fon travail lui fera accord e enitier,
et fervira a :,i:nt:i' fon bien-tre.
M. le chevalier de Muarinais. Il eft dit dans l'ar-
ticle, que la tctalir du prix du travail diu men-
diant lui fera accorde i en center; il ne fa':t pas
perdre de vue que dans ces di Os il y aura beau-
coup de fripons, et ce ferait laur rendre un mau-
vais frvice que de leur accorder de l'argent. Je
propofe donc que le prix de leur travail foit d-
cof entire le'1 mains du chef du lieu public. et
q'i'il leur en foit tenu compete leur fortie. Vous
pourrez aifl l'autorifer leur procurer les douceurs
qui leur front nceffaires.
M. Voidel. Il ne s'agit ici que des mendiaiis va-
lides, c'efl--die, de ceux qui mritent le moins la
protection d.e la f.,cit. Celui qui ne veut pas tra-
vailer mrite d'cre puni, et cependant onvous pro-
pofe de rendre cette claibe d'tirimmes plus heureufe
qie celle des journaliers, puifqu'on veut leur ac-
corder gratuitement du pain et de la foupe et leur
remettreenfitire le petitpcu!e qu'ils pourrontg.fgner.
Je crois qu'il eft jufe de des.ire fur cette petite
fomme les frais de leur nourriture et de leur en-
tretien.
M. le Long. Il ne faudrait pas mme accorder le
nceffxire ceux qui refuf.nt de travailler. Je pro-
pofcais volontiers de les placer dans un endroitc
'eau viendrait et o ils feraient cb igs de pomper
fans cefie pour re pas tre mouills.
M. de Crillon. Les mndians volontaires font certai-
inment une claflf d'hommes change l'Etat. La
f.Einantife ef un vice, et non pas un crime. Il faut
chescher na contenir et la c Lrriger. Les dpts ne
doivent fournir que le nceflaire. JI faut offrir du
travail ceux qui y fonit dtenus et lorfq-l'on aira
p.levi fur leur travai' de quoi fournir leur f b-
fiflance, on pouruat leur fournir du fiirplus un pctit
pcule qii les ramenerait dans la focit avec i'ha-
bitude du travail, et les moyens de s'en pr-curer.
L' manaiere de les encourage au travail, c'eft de leur
en Fire conn. tre les ava: tages. Je propo-erai, donc
d'',j')ir;r l'article que lorfqu'on antait cldf, Iqie
lriu d p-r sfi fur les fomames qi'its auraient gagnea,
.'f .' i iiine matie du relate qui leur ferait diltribue
lcur fo>:tie.
M. Martineau. Je fuis d'avis qu'il ferait conve-
nab'e de divifer leurs gains en trois portions :la
premiere ferait empiove leur fubliftince la fe-
on-ae leur ferait dia ;bide tcutes les F,:maines,
.,fi i de les encouraged au travail, la troificne leur
ferait remile quand ils fborti aient.


fais pas trop comment l'on ferait pour divifer en
trois parties cinq iois que gagne pa prj'sr un ou-
vrier. Je demande donc la priouit pour opinion
de M. de Ctillon.
Piulieurs membres la demandent pour M. Mat-
tineau.
M. Buiot. A peine fortis d'un regime ou routes
les imapoftuins pefaient fur le Peuple, ou(i avc.c la
meilleure volont duL monde, il etait prefque im-
poffible de fe proctuer du travail, il n'eft fas ail
de fire des lois j.ites fur cette claffe d'hommes
rduite l'tat dplorable de mendicit ; je de-
mande donc le renvoi des dcails au dpartement,
parce que cela ,i'inaI abfolhment des localits oi
bien aux imuinicipalites, en attendant que les dpar-
temens foient organifes.
L'Affe:nb'e adopted la derniere parties de cette
proposition.
Les autres articles du project de dcret font ren-
voyes au rg!rnemnt gnral qui fera fait fur la
mendicit.
Suite des rapports du comit des finances fur toutes les
parties de la dpernfi publique.
M. Lebrun. Les course fiuprieures et les juridic-
tions diverfes foamert une parties de dpenfe qui
s'leve I,187,746 lives, aunourdhui, la juftice
appartient a la Nai i ; chaqiue tribunal a une fec-
tion de la N'tnion : les dpenfs des tribunaux
affig-, aux dpartimens et aux districts front a
la chaiga de ces adiniuiitrations la tgifltion fixera
feuleinent la matff total des depenies de cette
nature. L'intervention du trfor putMlic ne ferait
qu'une comp ication inutile ; les officers du mi-
nifiere public front runis la dpelfe des tri-
bunaux.... Le comic des finances propose de rendre
e dc et fuivant :
Toutes les depenfes des course fuprieures et
des juridictions diverfes, connues fous le nom de
traitemense gages &c. front retranches des d-
penfes pub iques, campter du jour o les nou-
veaux tribu:naux front tablis.
Ce dcret et adopt.
M. Lebrun. Parmi les graces qui taient accordes,
il y en avait fous la denomination d'acquits-patents.
Les acquits patents font une forme folennel e et
ancien-e de gratification, diffingis de ces graces
obfcries que turprenait la f.veur. Su\ly ne voulait
r cevoir de grace que par des acquits patents ,
enregiffrs a la chrmbre des coimptLs. Il en exifle
fo de 3ooo livres chacun, attachs a divers ofi es
et divers dpartemens. Que'ques-uns doivent-tre
mi:; au rang des pures graces, d'autres ertrent
cominme parties ncieffiiie dans ie traitement. Le
comit propose de dcrter que 'a d::omination
d'acquits-patents, et les fonds deftins .eur paie-
ment front fliuriLns poir l'avenir. 11 fera po'urva
des indemnits pour ceux qui feraient pari de
traitement, s'il y a lieu.
M. Camus: Les acquits-patents taient donns
des premiers cfflci-ers de course fouveriir-es, 1
des premiers commit des iniiiftrzs. Le traite-
ment des miniftres et fix. Les acquits-patents f'-nt
pour les premiers commis des faveurs in 'epen-
dantes de leur traitement, de viitr'bies penrions )
lat fecom dc parties du dd-.cret el donc inutile.
L'AfIe 'bide dcre e que la dlnomiunatimn d'ac-
quitc patents et leurs fonds front f, ppiir..
M. Lebrun. Il s'ag;t maintena'nt dts gages et trai-
temenis qui finent parties de, dppciIfes fixes; nous
les avons clals en huit divisions.
PREMI E RE DI V I I o N.
Dette publique.
Arquebifiers de la vile de Riouen.. 2,0o7 1. fC,
Cnom (agni de la cinquiianai;ie de la
mmie vile. .. ... . r,
Cos deux Ioniunes iprfentent l'intrt au denier
5o d'ancienies fina.r'e ,
Lit~utnant tc fou -liiute-nant de Bordea',x. 900 1.
Courtiras de Bordeaux finance aiu
denier o.... . . . .. ..19,
Cou:ti,: t b 'vets, idem, u d:n 25. . 6,120
Courticers brvets du pays borde-dis, id. 1,22z4
C ourtiers rrangcrs rcgnicole: .. . .. 2
Officiers de l'itel- '. -. ,i.: de Paris... 3r,oq4 .
G;m t de la vile de Lyi.. ........ 3,6 -7
I-ui!liers- courtiers agans-'lc- Iha 'ge de
".yon ..... . . . .. .. y,85o
C' nt.ceurs des trtres de la vicomt de
C;'i et Bayeux. ........... 22.
Conrirleur.' du btail pie '-;c ur h . 6.48
Maire perptuel ic otoreaux..t .... 7 Zoo
Vig iiers de Langue.5 c. ......... 3,9O1
M.i'.re des ouvriag-: et voyer de Toui-
raine .. .. .. .
Pre-ier imprimeunt d roi. : . ... oz
Gardes le l.I vil e de Narb nie tire in-
co.nin, mais employ dans les tais du
roi depois 1689. ........ . 9,000
DEU XIEME DIVISION.
Exploitation de ferme ct rgie.


M. l'able' Bourdon. Il f':nible qu'on ne voie que Gardes des fa!ines de Saiins ..... 1,697 1.
ce qui fe piafle i Pais : dans ma provs'ce je ne Gardes des bois de Cypreiac, . ..












6 6


TROISI1EME DIVISION N.
Dons, gratifications.

Arbaleflriers, archers, &:c. d'Amians..
Trais comipagwi l, 6 liv. chacune;
retenue du xie.nc. Certs gr tdfica-
ti';n date de Henri IV, en 1594.

QU A TRIEME DIVISION N.
Penfio':s.


APier, xacion con'fuil b Na!es ....
Ar'ni'ult coI.tt[. tt de la rnf;on du roi.
Bou architect du roi . . .
Caid'. i :. ai, ien caifiicr dC la ca.iffe des
a 'or; in.y's.. . . . . . .
Care I j.). i;. Ces A,o00 iv. fonr parties
de foyrnes accor.lies in iinde; I ict t
fa fa lle . . . . ..
Pr.ie 1 de I2,0-o liv. accor:i. fa
fami'>- timr da'i s',emnit d'une place
de IL' mier-g:'.rAl.
Ch-br'l, lieutenant P. Nme-..
Cd;hp ii'a, corn.m'faire Saint-Germain-
ac:-I ,ayc........ ............
Cherin .. '-.; du roi . ..
M. le prince de Conty .. . . .
Cofii ,, priv ; S. Germain-ii-Laye.
Cro iam ire. . . . . . ..
Ccmnitffs de Framo-t, pour dix ans
pIur r Ier es e.'*faln .. . . .
.Goezminan. . . . . .
Godtf'roy, girde des archives de la
chambie c.es competes de Lille .. .
Infpecteur do la lierairie trargere. .
De la romaine de Rnuen . .
Veuve Lon de Trverer, pour i ans ,
pour services de fon mari, felch.al
de Rennes.
Lacorbe, infpecteuir de la marchaulife.
MIfi:arid de ChamaLy, commiffaire mai-
foi! du roi...... . . .
Leg ni . . . . . ..
Toi've el . . . . . .
MI.ilduir, experiences d l'clt.crricis. .
De Homre.. . . . . . ..
Leb!ond . . . . . ..
Bich'ron, pour collection anatomique.
Andry, traitement de la rage . .
Rarrinet, chiruigien des eaux de Ba-
gnieres. . . . ... ..
Intendart des eaux de Bourbon et
Vihy3 . . . . . . ..
OfiLie's de faint des ports de V.ndre
et Co:liourc. . . .
Papillon prv3t-gn ral de la mar-
cLi. .-i' de l'fle e e France . .
Parent, ancient premier commis . .
Demoilele Parens . . . ..
bog.-r, ancient commis de la cailfe des
amo t'emelas. . . . . .
Saint Far, pour piojets d'ouvrage-s'
1 JHoel-Dieu.. . . . ..
M. di Santt-Prieift air ien intendant du
Lani'u.doc, pendant huit ans . .
Secr't. iCes des diar: r'eris de Norman-
iiie r t de:s trois E clchcs . .
S-: -'< i.l!: 4 fecrCtair la fuitc des am-
baffadeurs. . ........
Treillard, ancient fecrteire du duc de
Parme . . . . .
Valquette de la Maiie . . ..
Voifi . . . . . . .


411 I1.


1,00 1.I
4:0uo
2,000



2.000



Goo

400
5,000
504000
400
3,000

I,6OO
1,0o0
2,000

3,coo
3,000


4,io

2.,000

10.000


3,00o
4,2oo
I,400




21.00
2 dOO
6,00oo
5,000
1,200

400

540

534
1,500
5,00
Soo


4,000

20,000

5,16o

3,000

3,000
8oo
1,200


CIN Q U I E E DI V I S I ON.
,Commerce.


B.rrand, cornil N pl-s .. ...
B iyctat, dpu. dEo Baynn8e. . ....
Chi mbe du coie:-er, de la Rcrh.le.
D'puts de l. Roch:lle.. . . ..
Cromaiv'e 'e la B.p 'uminie ia douane.
C,G gs dinf'~- te: s river r . . . .
Jii: -:ct r. es la c;'n :ia, i de Lyon, .
C ntr . il . . . ....
C ,imiis di' r . . . . . .
Puyr Abry, chfug- d-s :ffii--,s de la mariine
et du .omniroc Mad . . . .
P i..treet deflinir.tur Aubuffon. . .
Te'iturii er. . . . . . . .
Miinu, dcl'';at du cotinm.aic,'. . .


1,000
4,0t10


1, Sco


ao


1.,Coo
3!400
100O
4.,000


S I X I E M E D I V I S I O N.


Co'nwie du cabinet . . . .
iM. c' ;;'er, pour la charge de prfenter
es ples au roi . . . .


6,900

4,000


SEP T I E ME D I V I S I O N.
Police des 'vii's.


G"!res Fra'lifas, fi;rer die la Foire
Sti t-G ;ri ain et S int-Laur'.t .. ..
Y -li.t iri,".'"ut., et a wres coS oi dl ai ,.s.
Cail.-.la n cl.hu'gi i 'ii ,: ctrer les pitils
iuiniiedi cians Pas . . . .


2,000


500


MIfaa, charge de tuer les chiens errans
da.s Vorfai'le. . . . ....
Molou'crs de bois de Paris pour fuppic-
ment. ....... ., . . ...


is0

4,800


HUITIEME DIVISION.
EtrablijJInens publics.
Bibliotheques publiques, girdes et cri-
vai:. ............. 7800 1.
D:)me )D.icoiuday, pour inihucrion des
;,g. -f.emmes en province ... S. fo
Snci tW roya!e do mndecine... 3. ,ooo
Il y aura un dcret partic. ier pour la focit
royale, au chapitre des academies.
Le comit a crit qu'il devait diftribuer tous ces
articles dans la claife laquelle ils femb'ent afpar-
terir.
Il y a quelques objets, en petit nombre, don't la
vrificraton n'a. pu bne encore faite, malgr toutes
les recherches auxquelles on s'tfr livr.
Tous les objets de dpenfes, ( ompris dans la prc-
miere divifion doivent prs une yt6'ficatio, plus
fvere encore, tre cftribibus aux a payeurs des
renters, pour tre pays dfoimais l'htel-de-ville
de Paris.
Ceux 'es la feconde division doivent tre paroilak-
ment vrifis et pays, i y a lieu, par la C,:rme
genrale et la r-gie des dimaines r::fpcctivement.
Ceux de la troifieme div'fion fuippiimi&.
C-e:x de la qwutrieme division, renvoys au comi'
des penfions.
Ceux de 'a cinquieme, communiques au comit
de commerce.
Ceux de la fixieme, renvoys la life civil.
Ceux de la feptieme, fiipprjims et renvoys la
charge des villes.
Ceux de la huitieme divifiun front difcuts
part.
L'AffemblIe national dcrete la fuppereflion et les
renvois propofs par le comit des fiaincec.
M. le Brun. Viennent enfuite les dpenles de la
police de Paris, cel!es de l'illuminaioi de Paris a
Ve: li' ',, du Gue et de la Garde de Paris, et du
pav de cette ville. Tous ces obji.s font e doi-
vent .re dcform'ais trangers au trlfor public, -et
devenir des dpenfes municipals. Sans doute la
police de la premiere ville de France, d'une ville
don't nous devons defiier de faire la prc-miere vile
de l'Euirope, intrdilera touj,,urs le royaume enter.
C'eft par l'ordre qu'on y fera rgnerr, que les
trangers y front atirds, et y vr'feront des ri-
chefles, qu' fon tour elle rpandra dans\le refle
de l'empire. Sous ce point de vue, elle mite
'int'rt des prvinces.; et ce te ferait point lde
leur parc une e reur de calcui, de f ire des facri-
fices a fC profpirit. Mais c'eft en co;uomiie fur
Tes dpenfes et c'eft en diminutio.i fur fa con-
tribution, que Paris doit trouver des compenfaa-
tions du fardeau don't il fera charge. Le comit
propose de dcrter ce qui fuit :
A com ter du r1e jaivier prochiin les d-
penfes de la police de P,'rs, du guet et garden ,
et du pav de Paris, fe-:ont retranches des d
penfls publiques et places i la charge de la
municipalit. i
Ce dcret eRt adopt.
M. Lebrun. Il y a encore une dpenCe de penifio;s
pour des (e; vices das le guet et garde de Paris.
Ce n'efi p!intL une dipen municipal. Le coi-rte
croit qu'el'e doit tre la charge du tri'or public.
II propose d'en renvoyer l'examen au comit des
p enflons.
Ce renvoi cit dcrdti.
M. Lebrun. La. narchaliufEe de illl Fra re n'ef
foiit da is le ilpartcment dc la gurrre. Au'tref is
ic tait en charger et ce n'eft que depuis 1780
q''elle ef ftir !c pio.! tnlaiitae. Plus nilombreiile, p us
chcre et au'rement co:fihiiue quceiles aii tr,el!e peuI -
rait, fous q,I qups ra, pn r:s, tre confi.dre commei
un ab.iLemnaniir miuicipa s ; ais elle ti!i.t la dir'c-
pif 1:ie ia:nm e c. !e vw:i .e fuir lus f Idats ct fur \le
i.!. ertreus, et d;anis te vie ,nime' f; ce f'rvico
aoign une g an'e aclivit. Son fort doit donc tre
lub'irdoniin l'oganratiton du niiaitai'e et cette
depundance, donc la nature et les limits ne font
pas encore fi:des, ne permit au comit des finances
q:e des vues ries -- .: et o nmal ,i i.:-. 'incerti-
u le fur le prix fiutlr drs layers, dei fubfiffances et
des denr dcnr de touted eflece, ajoute encore fou
iiru c terilination.
E fin, la ferme g.nrrcle rapporte aliiourd'huiune
iArr. e do la dIp)nfi de ce.t .tabliffl mint, 'et i la
fC:me g'.ie;iae '. l:d .e,l ,:uI que les gardens ne-
iionales, les r m-'icipaits fiflent, come elles de-
v"'.ienr fans doute 'tr', charges de protger la
. crcentioni rc..i:t' ddpenfe retomberait toute entire
iir le trcfor piib'ic.
Ai rfi, le comir ne peut prononcer rien d'abfolu,
ni fIr lu, ,:oinumies du moment, ni fur les u.aoi
mins fintures.
I i-rorcfe 1e renvci de la conflitcition de la mar-
chai.:le Aw Pillen de France au comit mi;icaire.
Ce renvoi eft ddcre.


M. Citl e. J'ai partag vs Jrqitues itur
vile (le Marti le ; i. m'ep' fi e ', v
de; nrouv e,' fui fars 'p? .spar U re pa
r cx raor ;,;ie ani c. nr h it ..ti Coa
equel vous avez ordoni6 la fulpenflon dla l .
nmo lition de l citaolle Saint Nicols cflt p rve
Mafei' le e de ce mois. La n ;iii prve
fait ;'lffitor la pro,'amu!Viii n. C',-iavec 'e ''" p
respect, avec allgr.ffT, avec iu n ,el '. aiori
que les Ma-tfe ilus ont obi. Jamais d cet ,fi o
r'-aire aux ve 'x d'une granie cit n'a t' cu"
prompt ment excut : la d1monitioC a t etfPl
Shamp abandolnnee ; elle avait t bt rne la par.
tie du donjon qui regar le la ville. -M CaRft ia
lic les prxod-verbaux de proclamu,,.n d'ex.
cLutio r.
La farce eft leve i 2 heures et denmi..
On fe retire dans les bureau pour procder lln
ficond fcrutin MM. de Saint -Fargea l'abb
Sieyes et le marquis de Bonnai avaiunt ule plus
de fuiffiages, mais aucun d'eux n'avait obten la
majo,itre abfolu.e. Les nouveaux fecrtaires noni-
mes font MM. Gourdan de Pardieu et I'abb Du.
mouchel.


THEATRE DE LA NATION,

Le Prfornptuenx ou l'Heureux imaginaire, comic.
clie en cinq acts et en vers, par M. Fabre d'E-
g antine que le public n'avait pas voulu entendre
jufqu'a u troiame acte le 7 janvier 178 a en
avant-hier le plus grand fuccs. Comme nous noiis
propofons de donner inceffarmment un exatan ta.
pide et comparatif de ceite piece et de celle de
M. Co in d'-Haville qui a pour titre les Cntciteaux
,: EfJfagne nous n'entierons pas dans les dtils
d e te uccs, qui, A beaucoup d'gards, nousa
paru mrite.


THEATRE DE MONSIEUR.

DjE tousnes opras donns par l'antienne troupe
f'e bouffons en 1778, aucun n'a rufi amuant que
ta Frafcatanca. Le ficcs de cette m iliqtie, aiffi
originlec que piqu.ante, s'elt mime tendu par t mta
la 1'iance. F1.e a te traduite, patradiee,.,dcom-
pofe' de touts les manierses, grave fous toutes
les former ians q-ie ces former diverles lui aient
jam-is faiit manquer fon effect. On devait donc croire
q'e les amateurs auraient grand plaifir l'entendre
e.' nouveau, exci'te par la premiere compagnie
de l'lEurope et qu'ap a toutes ces transforma-
tions, ils feraiert bi..n aifes de la retrouver dans
Sa puret orig;nel!e. Il y avait cependant un incon-
viient ;i craindre, c'f-il q .' force d tre connte,
cette mniifique n''rit periu fa frajhur, et que
ion effe nie fr er tiremrent amorti. Ces deux
fenf itions oppofces fe fornt faith r-i mnirqer dans la
reprf.mtation donne firnedi dernier, ec don't nous
riidIwi' crm;te. Un audit-aire t -n mbrrix s'6tsi
rt:f'lrnmbl, pour revoir cet ouvrage favor, Chacun
i :) mrceaux a raone'. le p;aifir qu'il avait fit
i!:r-fois : e:.curt mii )x que j\inai-, il en a fit
:avantai,'e, miis ce pli fir ;iit itns enthouiiifme
C'i -ce fiatii:mae que 1.1i inuveaut feule petu pro-
.uii'e et qui cn ( ff.t n'a t excit que par un
te etuo 'ouIveau de Cimaro fa, p.ae la find premier
acted et qu'on a rode:niand.
M.aii ce oui a ranim l'ouvrage et prfeiv l'af-
flcmabe de la laingii;ur et de J'iinuii, c'ef le
n'ailr cotrme qu'a fLit la igiiora Moricleli dans le
e de la Fra cata.,a. Les ai;s de ce e n'avaient
ar.is t, entendus fur le th:.rtte en italien. Madame
Chiavacei, qui le chlntait en 1778, y enava't fbf-
titui r'a-utres d'un gnrc frieuix c.t qui ne les valaient
pas. On a fu gr midame Morich:.li d':vr.,'i ri.'i
es morceaux du maitre, et furtout de les avoir
aufnl pa>faitenment rendus. En parlant dle fon p(-
minr dbut, nous avons demand qu'elle ne lit
j'gre qu'apss avoir tt plfieuts fois enceni:le,
et ceiux qui ont a.fill furtout ia a ft c:irice rprdfeii
rari:in dcs Due Gemelle, c;ivienciro'ir ai'cin'nt que
':ins avions rai:on, ,t que fou talent ef encore au-
dIefl'i de' r< ges que nous li avons donnes. Ele
a confinud cette opinion dans le le de la Fra-
catana, et nous ne doutons; pas que p'us elle fera
entendue plus elle ajutitera de c.iroiines s la
reputation furtout fi elle a l'ad'effe de biea choilir
fes or'dras, et de ie paratro que dran ceux daon
la mvniqu;e et mm e leri jet ,'!; i.' aoUs plaire.
La pierce, en g6nral a ris-biei exdcutie
M. Riffaneili, clha g du rle du t irelir, y a
p!oy for talent ordinire et MI, l;rintlii por
qi le rle d.i brgerg fenble fait, y a renpli.e
par les aces le; plus a-rm-b os ,et pai' le cIt' t
l p''s f ave les baffls caricatures qu'y Yai
autrefois Pi etie. it
Ii eft bien dflier que ce chairman fpIac.e
cf trouve bientr plac dai)s un local plus "co
vew, bIe c dars lequel la fig-o'a M ichlllOf
conme ch:ier dans ales les pu ve,
purile eifin dplodyer et fahe admirer tous e"
moyeis.


*Lui-rliLIIii---- ~nai i- -- -


... ^.. : AA