Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text




ou u j1' T
IS } L a u. i u OU N C 1o.


------- ---- -- -- -' --- --


y avait reu pl:fieurs f ees. On lui a perr.is
'ecmre. 11 a compoft un Mmoire juftificatif, q:'i
rpond aux dpolitions fEites fa change par 1.:
iignor.i Sraphina, fon po.ifo. ,cpuniant ies jug .
ot rte fort tonns et ne peuvent concevoir
comment ces dpolicions f4nt parvetues fa con-
n.iitance.
Du 7 mai, On continue l'inftmiiction du Frars de
M. de Ca.jliuftro; elle parat tr'eiulre u:i t(oiirni.r(.
favorable pnur luii et fCa s p;o l!vri tui. l'ts !fS ju
le prifomrnikr fubir un interrogatoire de ieux
htui-.; ei prfece du fiscal de Rome du ie, '-
ttei:a.t P.ra.nils et de deux membres de C'iiu;.quli -
ti ,n. On dit que l'on a eu le foin k arbar- dt:
lui ai remarquer dais la chambre rtei feait
Sex:nicn, ui rn firapade, pour prvenrir ion obftiia-
tiln fe tire, et le forcer tponiidre.

SAVOIE.


Rltion de la victoire remporte par l'arme Suidoife, le Extrait d'une lettre de Chlambri, enr date du 2 z
19 ,vri, prs de W!ij 'ai dans la Carlie lRuffe mai 1790.
(que noua avonu d..ja annonue nu 148. ) f b:n te fat :sire, man cher mi j; reim-
t avant mpar ds rafi plirai me" quat'e pag-s ; tu auras une enveloppe
Sa iaj-'ie; avant, r& e s'empa.rer -des m afins ma lettre, c'ar les eviemens arrives dans cette
Mlmes, tali pi d1 W. k a ln u vn Savoie depus qpinze jours furtouG mer fouriku:.nt
Jgn de Jhda, dans la ci< du 7 avril, les ragi affe deo ax et d un genc. d -; tu n r
OSda Gnc o, s ,cg '' r'ie.- ClCe'"t.? eut elr taduP'- t-va,
i, '. -- r i .:t. L .- uco tes p T' a Iau;as donc., r qu'un certain di--
: c ... .: t i .a. gag L pe.l l t le icmaicLe e e mis que qu es cavaieis a-u rtgi-
c.r.m: ars voir e ic, eas lef.. rlie pqu:lq ns ent d'Aofte, eui garnifon dans cette villo, font
S;ro. ieh rs de Caofq i .s et d ch f. :.usf R f.s veaus fur la place Saint Lger aprs la rtrtaie
aih: plans des vwjloti. Le z9 du hmi i:urm : battue que l tenant leur fabres debut, allant
a, dans desr Fans oLe 19r e Ctm fiiul:n, Il et ven;nt ;e long en large, ifs affrontaient, cou-
sn iarh"er f-s e l kc er i:n'. ai- t t I to's ceuX qui fe promenient : chacun
fbu ct 1,Hi le p xz de' I.j 2 kiuii tou rompu '5
te : ; iC, -iOunnp fo .k' o! ta os e; tt,,i. Ils donnont un coup d pied un
n eri. avWin, snd cp,.: 'e. r.; ot len eo fmtn ;, mere vient au feco:urs, et parifrle me
le; eic ifo C on ,t C. a r0 rI e. a ce,' garpemens, qu pour toute rp!onte tirent
sri pols evc es foce, accept ius aen ies O it le lfbre contre elle. On crie la garde ; tes par-
'ra'. Sa irele, Cccplii des g, sauix icui!ecs s'y mn.'t : on en dfarme deux que Acn
pl e; Pa !i .t ie C n ; td-d-e au crs-p-d.-g.ire. Les aures t, chippent
)f. Wo,:l::.lie u o.,. . In p,'iio'1 nd- i u o,/.. g, Les eies chqpen
i. wacl:mnii .er, eCCt rco.'~ie, la pr ,f.. Su et vont chercher &ds camaraues peur les rcnfocerr,
fec fc p aipales talti Ct a e a -la m.in, Frappant de droi e et de gauche par la
p- a to ail oiE,. et gxi-nC dc c,-'u' qi r ue Cr, .x-d'Or, la court de la cathdrale jafqu'au
eie:t toute la plan. I t. p:r e ix hu:e. gand cafe. On s'pouvante, on crie l'aflfiin
init p rochau h.t n r vec ge e. on eut aler fonner le tocfin, les poties font
Quliqqe ucs trou.c eilren it picture lnguemarth feermie : lo p;ariculers dfarment les cavaliers
di:he,. ,ouur1nt c :mnii-r ei ataqce, eo- uonte coups de pie re.: et coups de cannes. On crie
tuet ,.t p;er l. ~'.pg : efa coul r 'efemcrn un i la lantern, la cocarde, jufqu' dix .heures du
it oii. r pienreux. Mi gc:. le f-. de 1'encnmi 4!,!i ( qt ^ ^. i ,^,,^ du chtiment d...
itr he tl e fc- e '. s'ap liatlai !ka c ,c.n, oa iu fe r-buta .e t o t conducts deux
fiat pace en avalt ct covvrir itc ,e ,talu -. ,e cCs o C s, c.Li q ".ctivement O ,- t conduits d.eux
fut p ce eavant t e te tau. jou's aprs s fir la p!iae pour recevoir la baft-.n
c a tn deW;,'in ter c ni- t la l te cc r. ::.t ade et le Poupe a demand grc: eie ate
eq, ; ,ip e a-ltdfufil au bras ri c c' C;e.e ; mais ces vauriens ont et renvoys en
t',,rn e :.L :ria C L d r.i i aper.;e et C e r-n..i i p .. un t.
M tid a tte ,de0,, ,, n c l m o iL v;t lO n -r
:.uiCt la tdte d-. clnth, htm 2. lu es pay{ens de la Savoie vont ptr troupes
%aue .-camp defcteure ce theval et tomber c t, dx c et q-.qu.f.is d .ntae
S. C'de cent, delx corbs, et qu qufl)is Civntae
v.Oui. c arms de fourches, tridens, btons fauix et
i. de WVacktm-ifler revnu de cet at, rap- f, pede du el en France, que 'on a
pwtna an roiu ce ..i mi.quitr d:ns l'cxcu io d. i e eu one bn marc et m me l
ocdies. On les re'bihc la colonne avama., pafi C io de leur i 'l bn ach et mmel bli-
llic,- ct fe dploya3 r -C L'aape credit ; de forte qu'is apportent ce fel publi-
f r;lsg, et e dleya part et d'au.., et. Lu'iS s qu quemcont ei pieCn j mur, en criant : ive le Ticrs
.in':s g.ra'e rt et L'autrll. et plac ou ritu ment les hhbitans du f..uxbouirg di:: Monim-
e.;di:~e farrus au vixele. Lu s, et la brice l-;a, ,'ti, la fe, .;Ine derniire, ont amen dcu fel lur
c:;ne, lc def nus rtrp., furcx deca t !i', I be c une C lh, Ir;ce ia qoua'r.e chevartux, fis heures du oir,
coLn;e:!nc de no is t p.S furcarene l aeic i qu'i t dftibue publiq'ement fbras qu'on
p.nare ia f~litei nous tos cmp ,amS de la h t ne ivir citr e eux et 'on iSt bie Enr in la
teir, et a. victoire fe d la;ra pour nuiis, Il e-tsit Savcie ef apfrovifionie de f.-Pau c-oins pour un
obi hee' iro, lar iq : lanp,, er i C f' an ; ce qui oiteau iroi de Sardaigne le revenue d'un
oh ,i'n.,:iit temat, qiue on (e pv.d C m \ic. L, f Pimon;il on faE u de mme: on va publier
.tin,1 er anc n rofil a de ctv- itmar h plrcch:.in l livre de fel deux fois ; cela
ti ea tiu.i ie, p n lis vo. l;!fcbpuria nuc e o'eni"mplher a pas la contrebande, vu la difference
pei hC det 1. po,.i:'vrl Il fe retire e.v tant de c la qc ict, d i por et du pOids. i parie de
p ieoritati:n : ii' r, t ut pas le teps :de' i1. s ; rempluer ce dfictr par une iimpulfitionur ILs
S.- ,, dcat ;,otsno-,s Co.me.s empa C s. Note chi:mbres cases, gri.iers, cabinets, S&:. dans
arm. ., api' !i vi:-toie:, 'e d.piyla dans la plaie, ls viiles, bourgs at i i i raifon de vingt fo-s
uc ri. of if ja' '1i la pointe tlu jour qu on envoy papi~ce mais cela tie camera pas les rtes favoi.
r. .cC* l. b'. i. .. fieines q.i fo;;t !etnrife-s l'ii fl-ar de cells de
O, I no flum ,i: d ,neer affoz d'dloG es $ i'i:itel;iger .ce "
UO. ne faurMrir o-mo .uIaffez d'loges a leziaugef. !ai Fratre au point qu'en nae fe gi.-e plus danrs Is
d officiers t ta I- birav 'eu des tCoupcs, tu, l. e su propos, et que les campagnards parent dj de ne
officials oit a cCCh. raiei, p lcula ,ent lu ril li pas :ayer la dine 8&c. et qu'ils vi!ienieit re
ii"rw. at uh, aidv de Ncamp daeit a ch vl commca.e o1 ea e;n F ..ance. Tout ce que je te dis et
S . 'a u nu lu le h 'Ip S- is 'e '. C ernac'ement t ietrie : tu ne erecon;uitrs pas l~
;. P-.. C.-t ccannn- i .C1 'o ir' 1- y, py i tout le mont e a le pied en ii Lr. Le moinidre
Lerr ;. u i l .tCt... ; ,Pi Ivc 1iit l'excit : on ne voi plus dcouler de
q'i :' 1,r l ..l c.i.... t r-.a poi.t de s hli.l.r, t i la bou'-ha dea aii;(..cates lavo fisns que miel c.r
ic: ontCr clhevaL acre ; mais on leur tourist le dos et on mprifa
lNo! r av.~is ti E 13 OnTiter blo..iff et u-i tril lIur org'iail et leur inlolence. 'Tu fais ce qi en
i3 fo d. ts tus, et i a, bafs. Nons avons nove c et:i aurefoi : eh bicn, prut c'R touri autre
-'-C .. :$ rufhl s etc o foldats morts et 70 b ..his. c h,,e.
Nous avons fait prionniuirs ua majoi, un I icir anci LT a iflocrate Frapaii, somme MA. tfiere
et 40 folkats. Les -.a;,'fi : rde l'e:in-mi, .-m, 'l h-abi:at d I',ma in, e t,, fi:uir a ut es -n olr..i ,r ,
dOa minitiots d. boLt, hl. font e n etn no m e'get s, d'm,'ua t Abans et aux Marches, co.
Ious avons rri3 -e1 urte a tiune quantity d 'ar cs et if,. avec ledit M:. ofi:-.r, aynni 5:ne qual,.ir; r1
de iulinitions de guliere. l.hevaux et In n.mo:aIux dComeniqe oint mnis la.
SchAcir fr les co~iei nrbio e dans Ca cnriton et notanm-
I.T A L E. cwnti: ;i Mdeniumcan. L:s pay an :, e;,ddsu de cela
S.t coutir o.uci:s dI I ifolec': f.dte piu-fiuti rs d'entre
De Ro1mn, le 17 avril. [ t'x i'.t a'.s~~ au namre de hait leu' mtifier
Se ; ,rit i fnL le champ, lans quoi i's ls le br.'ra' ent
M: do C lidftrn a fubi Ir.!i dernier foi prr cliz c'-. ?.es ariffocr'ats ont deminud cidl jaours
lier iltertogtoir'. i a av'u,' qu'i f' rr n.i t ( h p nur'i dgai pir ir 3 ss payl'n' nCie li)r en ont accord
lui une loge de Francs Mn iii, et q;,a .,i-iqmc que ciiq l etr pir 'crit, Jur du piper ti .ri.


pOL I TIQUE.'
DANEMARC K.

De Copenhuague le 8 mai.

;fV'il'- -Lux de aier'l'e "encr, le GroelLnd,
"=(7'', tr:'"t un ;a,1 r '" '; ilrnn,n. L.C'- vaifli-autx
: e k Ny,% i' le 'ii ,'< ,'rg /'Jgherlius le
,' et s bnrib 'd,/ieite le M .iidib' ct et l'Avhor-
iLt fouI r ail F. ,tlsv.iiteaux qui, depuis le 3
d:r 'is, o 'Ct- ?m' et tot fo en rade, font
(, jCitll, ',e 7.4 'r:..i:' / El tphiant, ds 70o; le ars ,
de6 l'Indfodfl de 64 la Lolfe-ufe, de
4 Cro i og, de 36 et le Saint-- Thomas
de 6,
SUEDE.


SASE MBLE


NATIONAL.


Pr-ejdence de MI. de Beacmecr .

STANCE DU MARDI SOIR Ier JUIN.
On f1i"t le-ture de plu:fieurs adreflfe contre la pr'.-
teflalin i'une parties des membres de l'Affiemb:e
nauenale.
La mrunipalitI d'Ancne f.-;t une fouinifion de
zoo,oaor lives pour l'acquitiiion de biens natio-
naux.
Ce'le de Ve-tfailles ,.nnnnce que fa contr;bution
patri'tiqiur s'leve :j- i .-7,o;o liv,-cs, et qu'on
continue torts les jour i iece'uir dr5 cdclarations.
On fait lectur-e d'une letter e de l'arme bo-delaife
arvive M lic:el!e artnonce que le cor;age ,de
l'airme ei devenu inI:Cile, parce que le c:'me c-l r1-
tabli a Mnnrauban ils folliciteit un jugemci ent prompt
et fvere contre ceux qui ont miLs al-. a mes dai;s,
les mains du Peuple, au iom du Di.au de paix.
Ler curs d'uie parties de la Lorraine allemande
proteffent .de leur refpect et dre leur dvoilmeln
pour tous les dcrets de i'Affmb:.bc rationale.
D'aprs le rapport de quelques coutitfuions
entire 'es citoyenss da Touloulofe i-t l par eree:i de
ccte ville 1'Aflenmee na.iitoiale dcrete .u'e,
regarded comma non I ve-u ;ss ts rts rer:dus par la
( le i1 diccmbie 1789 ut r4 janvier 1790, a l'occa-
fion de l'b(lectio f tiep loi -s citoyern. do ouviwaux


I


Le gouvernei nt, ilnorm ie cette affaii' a
imprudemment er.v0oy. *in ;,-ta eh. ricme de cava;:ers
de ca mme rgimcit d'Aclie M ntmilias ,
p.'ur conte"ir tle p~,- n, et pour ariter cetL
dentre eiux dfigies. M. Mu.irquely, furnommi
lc peti Lamhi'j commandant de Moricmein ,
avant ea l'inimrudence de vouloir fa re arrter
ces gens-l dimiache I6 ,au fortir ce la mele,
iF o'r rfi t., crmmn'o r!e rai''on, et le font ie-
rnd. A' )rs ld;it pit L.:i's: imbu diii e vin et
i;.:' pr'n ie's de M'.ihLlv 1 a cclmisard anix
c''.e'ts foii' le uAtirre frii f ce qui a t excut
Sis ai'tie acc.i.!ei q'I' q1u,"'iqus lgrtns bleffures.
'Iu t'i:na gines bi"e' quutlii tout le Peliple des
ce1'x fexes ftf tomb fur les foldats, les a difar-
mint, nbyms de c,).ps et 4tifpcr.f au point qu'ils
f:; 't aivis crin-ie is ont pu et font arrivs
. Clh:irib, ry da.s le plus piteux quipage, ati
i 1:1ii: du Peunle qui les a hiius ; on les a con-
f' i dans leir quarter, et on a fait partir le
i-i, ciimain le ragime!'t pour le ca toinner, jufqu' ce
'on le fafue partir le lendern:in pour le Piemont:
oi ne veut le. recevoir nul!e part. J',eubli'is de
qi.e nue les fnrld,ht pn vieciaux ont reftif d'obir
t onut donn Iur aleur armis Pple. n a fonn
le tocfin Mont'li:i: e.t daUs tous les bourgs et
Si cconvo;i 's. Tiu' les payfnms et les babi-
t.:ns de la ville de Monu.mulian fe font aims on
. ci e. des peine de fire fiuver Marqueley et l'of-
fi:ier c mira dant le ditachementit des cavaliers.
Celei--i a reu un ccup de pierre mortel la tte.
Trois dpius de la ville de Mortmlian font
parties pour Tirin leur capitulation porte qu'ils
ne ve'lenrt point de commandant, point de troupes,
p,'int de recherches fur ce qui s'ef tpaff, &. ;
I ns qioi ils re'erontr arms. Si l'on r'eLot retenu
I habitans du f; i .1 e de Monim'ian, ceux-ci
prtaient pour y niper ficco'aiir leursJreres ce foint
'ceii-s exp-cffions. Eni fi le gouvernement nr'uf
pas de la pls ; g-ide douceur, les ttess font mon-
6es au point qu'il en arriverait une furieufe
b.garre. Tou;e la Savoie eft en fermentation; le
f nat et la vile ont tenu confeil, pour favoir fi on
ne renverrait pas les ariflocrates frainais : mais ,
tout confidr on lbur a dit de dimlniier le i conbce
de leiur' domeffiques et d''re tranquil!es. L'o'genr
qu'ils laifilnri fait du bien au pays qui en a grand
befoin.
M. Rifiere s'eft fauv ici ainfi que fes conforts;
on l'ailfre iiifect d'une ariflocratiQ enr-age.
Chimbry eft petipl4 d'ariflocrates; il en arrive
journellement de Muarftille qui fe fauvent anpa-
irnminent, parce qu'ils fout impliqus dans l'afftire
de M. d'Ambert, qui eft ici chapp des pri--
fons, '& c.
L'on eft tranquille en apparence ici ; mais tnous
les efprits font en ferme'ntati r. Tout dpe:dia
du. part que prendra la Ccl r. J'ai licii de pur' er
que ce fe;>a. celui de la douceur. Tu a oi:i bien qu
les fainrs dc.rets de l'augufle Alfe7hllf e nai,:lna'e
Ci.ili!-i,. dans ce gicbe et que 1. !Pr'yii ence
ne vetut plans que des himmes, fes crituvn' s, qui
ont une tte deux bras eux bast ux pieds comment les
ariflocrates, foient oppri:r'.s et avili-, comim:e ilo
l'ont r pendant tau.t de frecles. C'eft quii, m-
foi les ,iinierces de la philofofhie or.t dfli!l les
yeux et faith conrna;re a chacun ifa force et fon
exiftence.










624

off i.ers .ou miu ux ; charge en outre ton pr:fi let I u .a municip.lit de Paris que vous avez mrie v !partiement du Cmttal elle iautofe ai fi
d<. 1, ;:i.. paird.vs 'e loi pour le fuppl.er de p:-rte de vrfier les faits, vs oit tous deux muniipalit de M'rat a fire em t"
donci-;r e o; .res i,,cil,.;- Ipour arreter i'excO- arrri, vous ont roui deux aifflm qu il y a eu rmle lives, : 'tift d de fournir les .
tiol dc c.es rai: das diftributions d'argent : qu'eUes co. tialnt; grains, et a la change de rembourier ctet'i
M. D tri'rs les i lbile qu'elles parailient venir d'une court trangere ? fa!- dans lei fix mois. e f
M. D desattib es lai-il donc tre .' i ,,-...' pour remarquer quels faitun
de votr dignit, c'efl la police de vote Ai 'e. puvent en re les effes ? Mt f n rapper au nom des conmitO
J'ai droit de la rclawer. Je reclame votre ju-ice Quoi, Mleurs vous fayez qu'il y a eu et qu'il cienneo provinces du Bou erces D s.
et v'tre proecuion c' nt e ue n impui nn rqu y a encore des diftrib .ions d'argent, et vous avez du Berry, les tffombles pnrimais Nverni
pren q 'a e, fedi derer, vu que i'atentat commis fur M. auAlbert de Riod s donn lieu de tr ri-andi t o iect rle
de mes c ]'Cxv, e:c anoe fuit t-b;v rt d'iave rr; nt seffut j t nicipali.s ont tf.i
ti expo nf l fai tr-logu verj e a ,dois jfie vo que la prfe des forts de Marfeille avai- t un bruit hes fde'cette S ueur n blier la loima2rtia
ton e i p o gu e oi, Je vous .c Paris avant qu'on l'eut tente qu'on par- geantes p u qtre u hoermnmes fontts tfs
a dois. j'ai o laitc Paris de leur demolition lor;qu' oeine on g'usdequarani e dantreuiteu1 blends t
Vou. vou aoppvri., Meiteurs que 'a, fournis la commenait vous avez v,( que le mme jour se i -n e an greu segment bleffse
Svotre cnfriernton ce fait remarquable, qu'au de l prife des forts de Marfeill prefque touss ."dil e;i-fntn padus dnans campa' i ne
momet o l'on foulevait le Peuple de Paris co.tre les autres forts des provinces mridionales ont rt Le c mit dd receives eR it
le C.h:elct on faithit propofer, dans une affem- pris s o menaces ; vous voyez. que etmi es recherches eft l i mt que d i
ble convoqie Brigndle. fur a demand de l1 r a u u eexc S ont tauffcomidavnso le Li
bvie 3conv ie > Brile, r t1 deande de la t2ndis que M. de la Fayette et gare lt g naytianexc its ont t ode mandq le Limouleg :
vile da Marfeiltle, de dtruire le Chatelet, qui de Paris d4ployaient tou(e leur activity et tout fixs an prix tr -infrieur'iu e s fruffe
ne peuc aoir aucun tort vii--vis du Peuple de ilur courage pour riferver le Chtcelet de l'iniur- fixesf a o" pUri a t infrie ur leur relle
Marreile, ni de celui e Brignoles. dequelques bandstrangers ui cher- s ont eux-mmes dimu ceprix eont
Q,;elques journaux dient, et plufieurs de mes chltin q garer ades rmuvailes pdfiJie l e mort ceux qui ne vendraient p2s le ,eig!e et l
collewles confirment que M. Gaueir rde Bialar vous trs bon Pbuple de la capital, la motion de d- dgproaeins rentrr dnset lens vacsdterminatIa
a obrcrv que la qufion que je pro[poais ne fane truire le Chieet fe fet deux cents lieues de les biens adjgs
ft cA IEUg auxT dputEs de MarSeille ETAIT Paris, chez des gens qui 1-. Cit.relt ne pent fire eigneu deuis i zo ns, t i des rtlede leur
CAPTEUSE ET EVIDEMMENT ni l. E l p . . On doit des logSes5 la con
qiii a i. e ..iut. quj'valis itruic pr .' ,e bien ni mal. Et l'on pafl'ea pour i: L, duite du rgiment. de Roya'-Piemont, a lren i
i alie it qu ol f 'ftrui M t on fixe fir cette correfponda.ce de fairs, fi bien les fervice ets pls im ortyans our le rrn ,iu
SAi.c-rif. Si le t qu'on felait alors m't lies les uns aux autres, vos regards puriotiques et net de la p ix. imports expou ne rflt.ifa
p r.:ris d'ntendre M. de Bauz.t, vous me co- c ux^s cit oens vertueut de Paris'! Mellieirs, fi d'ne inf tion fubite ; mais le Pr-ules foi
nY z af .z, M.fle ,s, pour tre furs que je une parfate habilet eit une grande ma-adreine, les d e ini rcti; ube mis les Peules o,,
:.,u als ,,rmi. d p:ouver fon accusation, que pu flancs etogere font mal fervies ; elles onu n es vres pefdes. Ds ls ni
)1a rain d.mont-e, come je vais vous dmon- aens eg men indifrets d les c e s d e mars et d'avril, oa a pb i dans le J,,
trer, qu'elle eft iii.fti et mal fonde ; que j'aurais es en eale. ate fux dcrets de I'Aftimble national, da s lef.
m> ,, q.e s on done l-tordre d! ne naer h 3 |
demandi M. le profiMeiit -t vofus de le rappeler Oui, Melfieusrs, je fais .niifrid-, en un fens quels on done l'ordre de ne payer le pain qu'en
-lrde. d't rem lorfl ne Je u e us cis cevteres, un important es ercir di e n'voir pas o afnmi s le mplorres le
J faisM rJ. is 'e cette imputation, d'treremlis cn t iun rniiiflere, uo n minifIt te fidnr et porter doans les glies, en difant qu'ils veuaienrt e-
liheru minifl-re, lorfqu'elle tombe fur un homme acr, le miiflere pour lequel nous avons t en- mercr dieu e n'avoir pas comis les mettrresqui
d. b:n don't la vie p,'b'ique et prive font fans v e t p olen r avaent r commands. On a trouv dan
voys de routes les parties du 'oy.umni, le minif- poc dupayfn tu lors
repro ha, don't la borne-fei, le defitereffemeent tereauqel nu vons ous fait frment de de- on tu lors la pubicati
et l'i rnpiti font connus ne montre qe la vouer l noe avie e rem s l it fermen de d- d la loi martiale 66 lives et un billet de fept
mauvaife volont de ceux qui attaquent> etneis ntere la vertu louis. Tels font les maux qui ont afflig les dpar-
mauraie vlt de ex quti uiatquen, et ne .et du patrioti ne indig.es, qui fe rrvolent contre teens du Cher de I'Alier, la Nive et de la
l'accurnu ation des intriques par leCque!les on vou- de la
Je r-mercie le petit rombre de mchais de l'un draic e i ler cer epiree perdlre na orze
drait f'e crouler cet empire, et perdre la
er de 'autrei pc- i, dee CE qu'ila me font l'h.-n- colficuiion qui v. us cote tant ie piiie et de M. Targ.t propose au nom des deux comic.
n:ur de me cro. i- redu:.bl. ; j. remeraie encore travauix. ts lin project de deciet qui eft adopt aprs
pl s la Provicenze de ce que ne pouvant attaqqier Vous remliez le vtre, en In prfervant de une lgEre dircuffion. ( L'tndue et Iimportance d
une tfeue de mes actions ils font rduits, pour toute acreine, en faiEfcn de coutes parts refpec- ce dcec nous dtermine le renvoyer au prochain
t~chcr d me me dirier, a4. ver centre moi ure ter la fouiver'ainet' de la Nation en r-primant numro pour le donner littralement. )
acufrauion vague et d ,-menuti par le faith, quoique tous les dlordres, en rendant inutiles tant de cou- On pafie l'ordre du jour.
propre, au premier abord, fire imprlignr fur pables effort
iun-Aff.ib'e j,fte nt julooue de la libert de pables efforts-. -,
une A mbe j meant oue de la liberty de J'ai home de vous parer encore de la pine Suite de la difcufflon fitr la conflitation d clerge,
fe. membres. que j'ai ile fous v>s yeux lorfqt'il s'agit d'objets
M.is on ne peut dcrier et perdre que les gens que fi gmie on v yquence. orqM sagc -Gtoon. Dput de Villefranche
qui ne'ne ri grande confquence. M. de M,,ca[m-GotOn. Dputk de Villefranch
qu m nt dtre d:c.s et perdls, o les Que fs-j pour vus occuper ? Rien. Mai, en ouergue,je fuis charge de demander, au nom
hm'mm s files et fa':s ddf-nre qui fe laiffent c; e ^me de la Pa.ie lhonntet et la vit des h'bitans du diocefe de Vabres,laconfervation
fie. Je e ui- ni dans l'une, ni dans "aiiire fervent aec fnt qle che de lvdh de la cathdrale ce Vabres et de oui
qui la fervent avec zice folnt qilelque choce "'i
c:ale ; d' aileeuis, la nature a voulu que -ame hi in- vs you: ce qui a rapport au culte dans ce pays. Je price
....il'At nboe de per dans al rarefle la jiitie de cet0 cai
cor t C o eque toujours aufi mal-adroite qt'elle .Je puis donc demander, car vous demanderez l'Af.einbledepefer dansfa tfagele a juftice de cette
et honieiufe. vous-mmes, que M. GuTier d Bian at foit rap- demand, qu'il titde mon devoir de luiprfenter.
DA.ns la circonflance actuelle le hafard fiut Pi j e 1 q lui' t er i
( t ce que j- vaiS vous dire eft lu de tous ceux pel 2 'ordre t qu'i1 li foti enjo de ne pas M Lajnas. V s avez hier renvoy i cette
q -Ii v. r uon peu dans le mod') que M. de i.cu'p2r es col egmes fans preuves. fance une amendment propof par M. Frteau;
Sai.il PrV dont e ne nedavoueraid certain.den C'elt: 1 qui je conclus. cet honorable membre s'eft renduau comit eccl-
pas la oinailanrce, fi j'avais .'honneur d'avoir avec M. de Folleville. La caufe de M. Dupont efr celle fiatiquce, o inous avons difcut cet objet, les mo-
Fui neqes ripport, ell precifment 1 feul des de tous les h ntes ges, parce qu'di a tojours numeas hifloriques fous les yeux. M. Frteat etles
iud ebe us les geq, pae q a toi membre 1Li filors prfens au comitle
mri iles du roi avec lequel j n'aie aucune ecp ce dforndu la verit. 11 s'tab.it une difcuflimn pour e 'qui t t lors prens au comi
de lia'on. Je ne l'ai vu que d eux fois dansun a vie favoir fi M. de Biauz.at fera ou ne fera pas rppel fot afment concilis. iNous tommes convenes qi
don't ue ava.t o.i pa't pour Conflantinop!e. l'ordre fat fupprimer ce qui, dansles j icionsmeropo-
1v aP n uceeutres mniftres aveccqii dembreir. litailes efR attni i j fiee particulier, reCnoiver
rIi v x n e atres mnires avec qi jai ds Plufic.urs membres rclament l'ordre'du jour. ce que celto juridic un d'etieli et cltecr-
ravax fuivre, t;nt cmie ifcteu-ge i ce ue ce action a eeie, et eexer
du coinne-ic et des manufacturers que come M. DOapont. Je n'ai bff.,in d'autre rcompenfe cer cette parties de la jurisdiction mtropolitaineau
ch.rp de la cn!leciion et du dcpt des lois coin de l'Affemble que. de l';.flt.rance de fon eflimei plus anciean vque d'un airondiffeirent determine.
nmeciS-es traingres. je confeis que l'ona palfe i'orde du jour, pourvu Ces difpofitions font conformes aux ufgesdel'g'ile
Je n'en fis pas myfrere et je le ferais mal- que je loi alfur.ue je n'en ai pas perdu la plus 'Af;ique. En examinant les premiers articles du
props ; car b. chofe efi imprim en quatre endroits faible portion. rapport u comit, nous avons cru qu'il devaient
dans 'Ainaaach-Royal. On paffe l'ordre du jour. pro v r qequeques changemens. Ils fontainficopus:
Mais ces miniies ne m'ont jamais com Art. ic. Il y aura, en chaque dpartement, un
arbirrisre nt ; jmnai' i' s ne m'ont fjait foir que c le pr. fident fait lecture d'une lettre de M. le fig epifcopal a archi-ircoppal et il ne pourra
que j'ai cru jufe et utile. Je fuis toujours relt cu de Saintc-Germain l'Aux .rr.i: il prvient pas y ien a' or davantage. Enco.f-quiience, de deux
l'uelmbls nationle que le tris et la farJiiiie li ouiche ufu. itsdva ii tuofqi len teo dedeuix
libre et independent de toute autre plon, dle tout 'Afmbls n atioale que le roi et la fariii!le royale ou Cie p'ut urs figes tablis dans un dpartement,
autre intrc.c que ce ui du kien public, au mi iu fe r tniront a neuf heures pour ente.dre la gind'- il n'en fera rferv qu'un feul ; les autres front
d'e:x, M'e lleurs, com ne au milieu de vois. melli et aller la procelton A'emble decide transfrs dans les dpartemens o il n'en exia le
Cirn confl,,mment fu et dit dan. l'amniiiiiiiration q 'elle s'y reidra : huit heures trois quarter. On pas actuellement, oi front teints et fupprims.
que je n'talis propre qu' bien fiure, et que iton ne fai lecltur d'une letter de M. le maire et de Il. De deux on plufieurs figes tablis dans un
oubit r otcur ,e mo oi aucuin a frc ice douce M. le commandant gnral de la garide national : dpartement, fera conferv de prference celui qui
recoipeo de ma vi, que t-res le fi,is qu'on ils demandent les ordies de l'..Fiml.L fur la ma- aura le tire d'Archevch, et en cas d'galit, celui
Svou-u mal fire, ;n m'a repau'fa renvoy, dit- lere don't e:le vniut comofer fa garde pour la quii fe trouvera le plus au centre, et dans la ville l
graci que routes ls fois que le e 'e parniotique proclffion du jour de la Fc-Dieu. p!i' important.
ou l'amur de la reputati n on t p.nrt6 le gouver- M. de Noailes. Etant au milieu de no citoyens III. Ch'que vque fera tenu de veiller it
nement i fire du hbion on m'a fait l'honneur de nous n'avons befoin d'aucune garden ; quant a la m tmrte ds eli depart. m ent s d'admn es anf s tus
me rteherther, e me arppeler, de m'employer. police, c'eft M. le maire prendre les mefures imites du i n departetmnt, et d'adminiffrer tous
Je reviens l'imputation particuliere que m'a fait qu'il croira convenables. c-ux qui y demeurent tous les ecours piritelsdont
M. de 1Bituzata. ru.is auront bi foin, fans pouvoir exercer aucune au-
Non, Mefueur., je n'ai point t inruit par D aprs un rapport fur les taux des boutcheries torit dans les dparternens voifins.
M. de Saint-Prieft que je e connis pas, d'un de la ville de Pari, lAf emble decide > que la IV. Aucune eglife ou paroiffe'ae l'Empire fran-
fi quife troupe pus cin jours danss t .tes i rantence renidue par le tribunal de police eit con- ai auciu citoyen ne poutra en aucun cas, pour
fituies de commerce ej'asci nq la premise ct ins forme au dcret, qui porte que la police fera que'que caufe et (ous qluelquepretet qulece fo'i,
fauce d cfunIre, 'caicion du travail donnt vois exerci e felon les anciernnes ordonnances, jufqu'a recourir un vque, ou mtropolitain dontle
et votre comite des finances m'avez charge iteia- ce qu'eiles aient t abrtoges. fidge ferai, tabli fous ladomination d'unepiufrfnce
tivemcnt au dbit du fel alipartenant la P'ation La fance eft leve dix heures. trangere, non plus qu' leiir dlgut rtians en
et provenant des falins de provence. France ou ailleurs.
Vous n'avez point cr.i, vous n'avez point dit, s E A N D u M E R C R ED i z j UI N Le cmit .t a claig fa rdaction ec propose d
cnmmiIe M de Biauuzat l'a fait mprr;i r qu,: uit Le dcret fuiivant clf rendu ft'r une demand de la 'emplacer ces quaire articles par les deux articles
Lotiouun fit vidermcent inifleteuie. fes ir,fi: luations vile de Murlti. fivians :
intretf'e.s, injute;< et le.rettes de quelques parci- ,. 1<". Chaque dpartemient former ecul enu
culiers a les voifins, fi elles ont eu lieu, ne font l.'AffTmble national charge (on prfident de fe diocese, chique diocese aura la rnm e tendue et
pas des dCbats di, vi.re Aff~mb'e. reiiurer par ecveri le roi, pour le fuipp;i.r de fdir les mnmes limits qu'un dpartement.
Fcll'ait-it donc rue mnirifliel pour remarquier, veiller a I'ex":curion des dc eti relatifs A la libre li. 1l et dfendii touted glife ou paroiffe de
cdans un emis oi le tribunal que vous avez iablii. circulation des grains a Sainit-Floui et dans le d- l'Empire Franais, et toiu citoyens Franais,











625


.e reconnJitre, en riucun cas et focus que'qne phd-
,ex que ce fOit, l'iutoritd des v.lues ou intro-
',i'.; ln0nnt le i e ferait Ltab i '1us la d.mni-
,tioni d'i 'e pulilani;e tiangere, ni c[lle e e es
deW;s, rfi.lanr en France ou ailleurs.
M ,'an'ictum. Jeo uis flatt que les m mbres affem-
b:;s ih.r au comit ecclfi ttique, aient prfenr
d'iie maniere plus simple les articles que nous
ayvios propors. J'obfleverai feulnamernt, f.r ce
qui a r dit relativement l'amendement dea
i. Frteau, qu'il n'(ft pis bien dmontr que,
da i',s 'ire d'Afrique, la iuridiction mtropolitaine
fit coniis au plus anc en des v'q les.
M. Frteau. Nous tait livrs i la recherche des
auturit: s qui poutvalent fixer notre opinion fur cette
nuvtire inow avins vu que dans l'glifc d'Afr'que,
o, d'abord lc patriarche d'Alexandrie avait une
jiriditioin 'qu s't~'ndait ji"fqu' la Lybie, et o
iie div.lion fut enfuite faite, l'on inlitiua les pri-
mats de Numidie, &,I. Il s'Mtablit en ufage que
le plus ancient vque prfirda l'Affemblee des
vques. . .
M. d'Efprmeniti. Permetez que je demande, pour
mon instruction, fi c'tait un concile ou nie affem-
b!e national.


M. Fre'au. Nous avris atifli trouv des textes I
abfolument difcordar,-. Le Canon des Ap;res porte i
exprcffineit que, les vques chargs du foin
des pr vi'ices doivent reguder et fuivre, comme
le troupeau qui fuit l1 berer,, lvque mtro-
roltain leur chef e-t leur tie, de imaniere uu'i's
nt f;tle: t rin .- t que-'I i 'r:a'ne fais fa
p-riicipation....." V( ulc-v'.'us irab:ir en F aicedeux
f.rtes d'vques? des e'tques qui fiert tout et
des vques qui ne foient rien ? Dl)is lin ert-
tude que devait caufer cette dive fit cdet iex:e ,
j'ai eu l'honneur de propofer hier u:a ait'cle a'uquel a
nous avons runi l'ardc'e V, avec de,. ch.vgeumens
inportans; il fe trouve cnu en ces ternm.s, et
former l'article it. L
Arc. III. La didinction eutre les mtropoitins
et leurs fuffragans, relle qu'cile exi'te maioanteai t
dans le royaume, n'alra p'.s lieu l'avenir. Les
contetations front juges par le i'ynode diocfai ,t
et en c;s d'appel, par in "ynoda f pe.i ur coin-
pof du nombre d'evques er de cures qui 1 tra
dtermin ci-aprs : ca lyuodu fara tenup par e plus
ancien defdits vques qui porter le tire e
pryfident, et qui conficrera les vques nouve. e-
ment intitus.


fM. Diqiifiooy. Il me femb'e que la difcufflon fe
proionge inutilement. La difcfni:,n faite hier -rit
dj fu(iif:te. Cela vient de ce que l'on a con-
fondu deux chofes ts-difparates : le dioceCr et
celui qui exerce une juri.iciioi dans ce dioc'efe. Il
s'agit iriq iemeR:t de (fvoir couibien il y aura de
dioceses. Je demand que la difcuffin s'Crab:life
fir cet objet, et qu'on i ven viee enfin ii re d-
cifion quelconque fur un a, ticle iciatif au clerg-.
Nous ne rentrerons vraiment iais ns o droits et
nous n'carterons les cables et les intrigues quie
quand nous aurons dcrte un article. Je deman le
doiic qu'on mette aux voix, ftiif amendenmeru,
cette queflion: Combien y iura-ctil de diocef-s ?
On applaudit, et l'on demand aller aux voix.
MM. de Crillon et Roderar paraitTe'it la tri-
blne. On demarne de nouveau aller aux voix.
MARoidrer'. Je demande prfenter un amend:-
mi:it. Si l'AlTemn!le, O'en veut ertendrea aucun', :1
faut qu'e!le le dcicte.... Il me femb:e couive-
l rble de rurir deux dpartemens pour former un
fliocefe... ( II ,'.eve des murmures. ) Par le regimne
coinftitutionnel que vous avw'Lz .tbli ch que d-
parcement a fes tablifiemers tellement dtc-rrmiti
rue tous les dpartemnens pourraient aifimenr i fe
former c n rdpub'iques fI lratives, Le moyen qui
Ie propofle, e; les ruiil'int fous le rapport f iii-
tide, ferait viter ce danger. Il faut aufli que tots
l fonc(tionnaires publics ne menent pas une ve
Oiive. Un dpai cement ne fuffira point pour ncctu-
per les ioifis d'un vque. En diminanti le nombre
des vques, on pett augmenter celui des curas,
et I' n co:lne recent mille liv. au crfor public.
On fan me la difltniffon.
N .... Je fuis charge par le pays de Comminges
de dem nuauder la contlrva.tion de fon diocefe qui
comui.rend la va.le d'Aran, province e;-f:g,le..
Lb Aranois ont fonui conmcurrammrnet; a v c les
habitats de Commiirnges, un 1t:minaire o}'ets cliecs
epag.ols viennent 'e fair inilu'ri ; is r iivent
es oldies des maiins de l'vque de Commringes.
Les dtputs de ce dpartement confentent ce
que le dio,:efe foir conti rve. Les habitaris clpa-
gnols de li valle d'Atan vous enverront une yeti-
tion ce. fujtet.
L'Afi:mble decide qu'il n'y a pas lien t dli-
ber fur les amendemeiis.
M. l'abb Pereui. I'ile' e Corfe a 540 lieues
quiarres je dc(inande qu'on lui conferve trois
va, hs.
uctte deminde et ajourne.
n' d'Efrm;niil. Mon amendemnent eft fort fimple
et rnit plus facile Lffic fi M. Frteau avait r'
po.iu I mon obl'ervation flr les an.ci.aa l' g5e re-
atifs la jurisdiction mcropolitiiue. Voici donc q'el


L'Affemb!de dcide qu'il n'y a pas lieu d:ibrer
fur l'ajournemint.
M. l'iabb d'AMbccourt. On pourrait placer la
fuite du titre propof, l'artic)e XX du ticre II1
il eft airfi cor'i : T Le novel vqui ne ),ourra
point s'adrefer l'vque de Rom a pour en ob-
tenir aucune coi'lirmation; il ne pourra que lui Rclire
come au chef visible de l'glife uni'.erfelle, rt
Sen Ltmoiginaie de l'unit de foi et de la conmmu-
i ;oni qu'il eft daims laE refolition d'entreteiiir avec
lui. -
M. F ;ccau. Il n'eft pas pofflble d'intercallcr cet
article fans d6raiiger lord e 'es inatieres; im'is
je propoie d'ajourcr a l'artiile II, cett- dlifili-
tion : n Le tout fan.s preju, ice de l'u.irtd c.t de la comnu:.imii> qui lera entretenue avrc
le thef vifible de l eglife, aiifi quil fera dit ci-
aprs. n
Cet amendment eft adopt.
L'article 11, ainfi amend eR decrt.


M. "ievsi'ue de Clerimon. Je prie l'A'demble de
recevoir la declaration que Lnous ne vAu uns p'-ndre
aucune part i~ln d;ibration.... (Quieqinie evques
fe event. )
M,. Lucas de Gatri. Je fip,,lie l'Ai'emble de
bien (.bfeivcr que M. 'Ivqiue de C cmorit n'a
faith cette dclaration ti;',p-. que vous avr z, par
un dcret formal, d'dlard que vous vouiliC7 con-
fe:ver i'uiit de foi et 1t conmmuilnion avec le chef
vifibo da l'glife.
La difcuflioi er ouverte fur l'article 111propof
pta M. Frteu.


M. Tceilhard. J'avais demand qu'on citt un fait
contre mran afflertionr; on n'en a cit aucur. J'en
citerai run abfo'ument conforme mon opinion.
SDans le troifimina fiecle, laint Cyprien crit au
pape 1iiin Corneille: ', Il ne Liut pas que ceux qui
noiis ont -tB fournis aillent ailleurs phaider leur caufa,
L, Nous ne voyons pas, dans le coi cile de rNicie,
Sque l'evque de Rome efit une jurisdiction fur les
,utres vques .....
M. . . Ce n'efl pas-l ce que vous avez dit.
M. TrLilhard. J'ai dit que Saint-Pierre a p fid4
le concile de Jrufalm et cette quality de chef
du concile ne donnait pas de jurisdiction fur !es
autres eqes. . .. ( M. Treihard eit imnerrompu
par des murmures. )
M. Chapelier. Je demand que la difcuffion foit
fcrmie.


M. leprfiden,. Sera-t-il donc impoffible de rame-
ner l'AflEmb!e l'ordre ? Les clameurs ne f-uvent
rien. Deux cents perfonuhs qui pailent 1>. fois ne
i peuveniit tre enrendue-. Je demand donc que
M. Trei:hLrd parole qu'on l'coute ; et lorfru'il
aura pearl on le rfutera fi l'Affemble le
permet.
M. Toulongcon. On ne veut difcuter que poir
rejiouveller les inculpations d'hrdfie centre l'Af-
fenmble ntionale, afin de jeter le trouble dans le
riyautim. Je dcimauno que la difcufilcn foitf~rmde...
( Cette demand ect f.rrterent appuyee).
M. Trtil ard. Il s'agi de favoir fi vous conferve-
re2. lt juridiction mt'opol;iainet elle elt de Fpur


eft cet amendement : l'AITemb'e natinral" '.'fi M. Camus, Des les preiiniers fiec'es de I lif ,
ra que la cor citution a.:c'efiaitiqu dau roy'ine il y a eu des metropoiitains: pourqacni dcitire I s
foit crfjtrme 3 la conflirution civil, a arrei, que i'"tropolitains quii exiftsi, pour en fare il'atris ?
le roi lara iup,d; de recourir,, fuivant les f.:otis Vou, leur orercv tiout ce qu il-. avaient 'eisis d'un
canons, la puilf.ince fpir-tuedeil, tAfin quV'i fit tafge abufii:; vous neeuleur Lifeicz p!usq. Iel ob-
pourvu a l'excution Je ce p!an, felon '!e f ss nmes Jts fpiri.ls. I.e recau's aux mtropo!iains a t
ecclfiaflique:. n Quand l'Affemble aura plis t der cide par ]'glile une Aflenble tenure par elle ne
elle rAe fire autre chofe, et ,e dcider ce gui ne 'euit 'tin ch angerr cette dciion. D'ailleurs, dans
l'a t dans les premiers fiecies que par les vque.s i article prfente, l'organifation n'eft pas complttte.
et par les conciles, et depuis le fixieme fietde, Je propof'rais de dcreter que les mtropoles qui
par le concoius des deux puiffances, l'Al(eaib ', eflent fer',nt conferves. Loifque l'vque dioce-
fera conRliue eu fchifmne. ( Il s'leve beaucoup fain aur. prononc dans rfon fynode fur les martires
de murmured) de fa competence il y aura lieu au recourse au m-
u rriies,. tropoilitin, lequel prononcera dans le fynode m-
L'Affemble confulte, decide qu'il n'y a pas lieu tropoliain. Si !a dcifin de ce fynodc porte contra-
dlibrer fur cet amentdemer.t. veji.ul aux lois ca.noiiques ou aux loistdu royaume,
Le premier des notveaux articles, prfer'ts pr :r a rre it-rl'-e s'adiefftra la co r de rvilion.
le comic, ;ft adopt une trbs grande majori. IM. Trci/iaal,. Quelque part que vous ptrciim. ,
La parties droite de l'Affemnble ne Ce level p;s. iu Si s n vio.eirz enl r id l icn citroolinccri-
qae. Si vous n.,itenzlajuridicdticn mtropolitaine,
Le second article eft mis la difcuflloni. vous rrIperctr. z .es inflitutinns anciennes et dignes
1M Gomil de I Pr/fd. Il de f:iffir pas de. dfendre d. rc irnai, fi vous la rfo.mu z, vous ,vous' rap-
SGOil de P;'. Ile Cffl pas d~ dFndre, pin, h.rez de. .glife p imit;Ive. Jefus-f .h:i na pas
e reconnatre l'autorit des vques Lranger, i. h1rez de. glife P imit-ve. Jlus-f..h.inn a pas
ee reconrirre lauroxit -s v'lqes trcrigeri di mnne aux al. tires de l'auto'it les ans fior le: au-
faut encore profcrire les juridictions miropoli : e ar to les ns fr les au
taines trangeres, auxquielles, par example, font tre. ( Ce laro'es fe f: r e-..dre du cit droit)
fournis lex vchs de Toul, Metz, Verdun, Stra,- et S Pierre, S. Pierre :: pr. fi le concile de J-
bouiir &- t irufaem, nmai cette prfi einc, i.n lii a doii. au-
bourg, cune jurisdiction f(r lus artre<. Je ne connais dans
M. d'E/'rmenil. Je demand fi le fouverain pon- le rem;eretdans le fkcond fiecle d, l'glifr aucun
tiFc eft renfetm dans cet anathme. i example d'i n eveiue qt i .itet rc une jutiiicion
fur. un autre vque. l! y a ici beaucoup de per-
M. rl'ai Grgoir,. L'intention de l'Affemb'e al f't nlls p'us inftruues qu- m,.Ai je ils prie de s'ex-
de r,iuire l'autorit du fouvcrain poOtife a de Pliquor s'ils connalIffnt q e!iues -ins de ces
ifles borne, mais elle elt galement de (e pas examples.
fire fchif.. On pourrait ajouter, fans prejudice
de la hiiir;rchie du fouverain pontife. M. d'Efprmenil. Je rponds A la question de
M. T''reilhard que VAffembile elt transforme en
M. d'frrmendil Qu'eft ce que cela veut dire ? council, e en concile fchifmatiqne et prcsbitrien.
Nous coria;ffons la hirarchie de vques, des
archavques, et non du fouverain pontife. M /e cur, . On cher"ie a prouver que l'glife
M. Lanjainais. Le comit ecclfi.ifique s'aurait n'a p'as de juridit.ion exterieure, c'eft utie hrfie
pas cru nceffaire de fare un additionnel pour re- ma'if-efe. J. C. dit a S. Pierre: J. change votre
conn.Krie l'autorit de f vque de Rome. nom de Siraon!l n Pierre j parce que fur cette pierre
Sj'tablirai m..n glife. Aprs la faute de S. Pierre,
M. ~d'Efpr;nnil. Cette expreffion ett fami'.ire a x Jefiis lui dit : Pierre, m aimez vous ? Oui, fei-
hrtiques. L'vque de Rome eft pour les catho- gneur, je vous aiim : paiffez mes agneaux, dit
liques le fouver:.iai pontife. Jfus. Pierre, m'aimez-vous ? Oui, Seigneur, je
M. Lajinais. J'obferve que le term de fouvr- vons aime: paiffe mes brebis, dit Jfus. Voil
rain poiiife a t donned autrefois beaucoup Fierre pafteur du troupeitu, pafteur des patteurs
a't es et le palieur a fans 'ouue une juridiction fur le
Le comit a reconru l'.dque de Rome chef troupeau. C'eft S. Pierre que J. C. a iit : Je
vifib'e de l'e life univerfelle. Voyez article zo. Je vousremets les clef du parad s: ce que vous lie rez
propose en amendment, fauf l'union des catho- fird la terre feral1 lei dans le ciel a ce que vous
lique vec le hef'ire f la terre fera di dans le cl O
lique vec le .m'objectera que J. C. a dit la mme chofe tous
M. de Voufinard. Le trait de Weftphalie, qui ef i les anpotres ; ira is 'efi S. Pierre fuul qu il a remiss
la b;tf du drit politique du 'Europe, a rferve a ies c:efs du paradise comme dans une mraiou bien
des vque.s d'A'!emagnie !'u' orir ntropolitai e ordonne les clefs fe remettent tous les jours art
for des vques fi'anai. On pnnouir:i dire cn rame;.- ch f. S. Pierre eit 'e piernier intendant de la maifon
de.ient que, le roi fera fippli d'ouvrir des o- de Dieu il ett l aini. ifttrai er uni erfel, donc il
c:it'ors pour offrir des indemnits aux vques a use juridiction univerCelle. Mais ce n', f pas
ailemands. feukment par les paroles de l'vangile qu'on tablit
M. L'aI Gr e. L'a ndement et fimonque. les p.incipes de a foi ; il eft encore des articles
M. l'abb G Landement e fmoniaqU de foi compris imp.icitement et obfcuriment dans
M. de Boufnrird. Il appartiena 'a loyaut d'un t-''... il. . To:rt bien confidri, je trouve que
People dev-nu libre, de refpecier les traits. Si vous vous einbarraf'ez be:iucoup: vous avez des
le moc do;t je ume fii fervi efl mal founant, et manieres abigdcs da finir un fond' de conteflation
il parat qu'il l'a t pouir M. l'abb Grgoire, don't vous ne vos tirerez jamais. Vous expocer
je demanded toujour.ut que le roi eitre en n:ocia- les vques n'tre pas vques, les curs n'tre
tion pour ol rm"iir la rfiliation de la :li ',i':..; p.,s curs, les fidell.s i n'tre pas abrous. Que le
du trait dj Weftpha'ie. pipe fe rferve curtains cas dans I'glife, que les
M. de Famel-Mofgur. Je demanded er cet a veques fe rfervent certains cas dans leurs dio-
dement e mFme iogur.n Jement e peur cet aient cefe;, c efl aflire de discipline. Si vous vous car-
dmrent le mme ,lajunement qAie celui qui vient te de cette discipline de pnitence, comment le
d'tre dci relativement la Co.fe. fid a-t-il abfous de fon pch ?













po1ri Nous trouvons ce principe d-ins les Ivrei mtrop -cs dans le iiine ddprti'ment. No1is rov'-
les '.n 'e :i,. .. ( O) :emnd enrot que mnes d'accord, M. Frteau et mii, c'i; fi .tut eti
la di.,rlflioa I ,t Furirmn.) [,'inm.i..: c.- de i' Al.-ii f i.i prmir. Je conferve l'ancienne julidc' i<',i mItro-
bl pr.uvte o : j' ai nitor loc n'en dii u pas ianv,,'- o itrai.e ; M. Frteiu en tablit ire rouvelle j e;
ta e. No .s ommnes C.'nve .t; natiorale. 11 a .t ( crois cela ru's dangeieux. Je trouve encore des
pr:uv\ que iinus ponvois clhagi r t u: ce qui eft de pire i pail de co:nteftlioni; il ne faut pas fe fervir de ce
police et dt fimple dilti.lii.e. Nous pouvons f.'iie m int. L'evOque n'a nulle jur;distiin contenetufe;
ce qvir nous f riin s'il s'agidflir d'admettre la re- parlons des maiceres de fa compt'nce, et nolso
ligion dr.ns ihr yaume. .... ( 11 s'C!eve de violent confe:verons les vritables ides. L'vque jugera fi
nm;u.mur.s. ) I ef t:rs-if :d ponffer des rug flemnis les prtres ont manqu la discipline, s'ils ont les
q:.ind je parte ; mais ji p.ariu ts-ditlicile de me re- quiiites requires pour tre ordonns. NeconfervOns
pondre. pa, tous le,. mrtropo htains, mais confervons ceux
Je me rfime. Nous pouvons riformer l'auto- qui front nceflaires.
rit imn'tro,,olitinu> et ivuliir aux utfagas ds trois
prte m;-rs ,'li 1i i tot r EV purer le o fig ls dS e t iS M. de Ddlley d'Agier. 1 faut adopter la motion
'vqu.rs fi/,.' fau ne feur t alor; er le confel- de de M. Frteau ou bien vous ferez obligs de crer
tsr lon cl, et 'e P'upie. Jl rclrme cette dif- des mtropolitains; vous avez des fieges qui n'en
position doi.s p'crtm;'r liic' s' et je d emande que ont pa.'
to::s les ans e Peuple choifiie trois curis qui for- La priority eft accorde lamnotion de M. Camus.
-.l l


nieront le conricle o lev'.auu ie et aiis icquei
i'vvque ne pour;a rien dcider.
AM. de Toulongeon. J'ai demand que la difcuffion
firt L., mnc.
M. le come de Virieu. Permetter- moi de vous
r-i peler ce que 'aii dic hier'. La diflccult la plusi
cffi cce (, l'-ecceti'on de vos d1cres celle qui
les fera chouer, le pl.. g, aun lang.r que puiffent
p'rouwiv v >s 6 o .... a iiiflcu t la plus cfl
cace..... 1.: e, de l'iurte de rt s cde lailir i tch:-
cin clh.mp lii,', ct le plus tendu.... Je dis do'ic,
Meflieus que lh plus g.'and dangr.... ( Plufieurs
voix s'levent du cote droit, et dilent: On vous
interrompt, parce quc vous l'avez dj dit : ce
n'ct pas l la quiiefrlo. ) II falit confulter l'A[-
femible pour favor fi elle veut eniendra ; fi elle
ne veuit pis enter'dre, elle n'eIt p:. iibre; fi elle
n'elt pas libre il n'y a pas de dcrets. S'il y a des
chores vr:.is dans ce qu'on veiic vo',.s ditr, il faut
les entelira car plans done vous cherchez la lu-
miire, Duns unie matiere qui touch ;'ila conscience,
il f: ut 1'..-: p:ius g ande libtit et la Flus grande
tendue la difLutiio;. N Jus avons b, foin ie ce
claivs et d'e;.teuiie uts p incipec que nous con-
na fions anli bit:ii que ceu:x qui ont l'air d'avoir
tudie la matter.
M. l'vque de Ciermont demande la parole.
M. le curE de.... Je demand s'il eR propose de
former la dilcullion quand on fe pruete pour r-
frter de grades erreurs. M. Trei hard a dit que
jufqu'au 4' ltic:e les vque de Rc.me n'avaient pas
eu de juridiction fuir e; .ut:es vques.
Il par.ic ton:antr qu'u;i fait .ls zaithet;qiue
air ch:.pp l' .i itionii de M. 'Trei hbrd. Victor ,
vque de Rome, men"z d'excornmuiication les
,vques d'Afric ie tcrnmbis dans l'erreur de quarto
d:cim :m fant 'eve, veque de Lyon, crivd i
fai it V'ctor pdur rcl, mer f;. charitt. Saint Cvpr ia;
crivait auiT a'u paper pour lui deniider de fix are
de la communion ca:holique l'ivque Satnunin
Donc 1fnt Cyprien et faint Irnie reconnaiflaien
la jurisdiction de Rome.
M. I', que de Clernotit. Vout nee me regardez7 pa
fT~m dout, comnmne afo,' inonnfqeiT.t poui' vo i'c
dibih'.r ir c.tte iiacirrr m i comrme e\'vuc
je doit ri"mer con;rv les h'il~Es fn'n cellf pi
.entes dans cette tribune. 1i1 n'ett pas un chr ;cie
qui ne fache que le pape a la primate d'homma e
de juridictioni fur toute I'i.li',. On a dit hier le
contraire. Je dnonae centre affertion. . Vou
avez d;t que vous. repectrk.z tout ce qri tient
la religion cr?igne.z quo'e; atuacquane fes dogme,
:on ne croie pas :'cit- s prof.elion. ... Quoiqu
je ne doive pas p'reldr, '[a r i a diibraunior jn
xeleverai *le erreurs dCans lefqiuei!: on pourr
tomber an nuj: t de la religion, anvr tout le cnu
rage de'la foi, come avec toute la nioddratiai
.qui doit m'attiter Je refpoeir.
M. Frteau fait lecture de l'article qu'il a propof
M. /l come de Viri.; Je dc are que je nm'ppof
i uie dcifion fchifintiriue.
M. d'Efpr'imiil/. C'eR un veritable presbytri
nine.
M. Friearu. Comment peut-on ? . ..
M. d'Efjrindmenii Vous donrnez aux fimples prtre
unte jur nction fur les vqves ; c'ei bien l
v' rit:blc presbytranifiine. J f:ii bien tonn qn'u
hoarne aulff iniruit que M. Fr6sanii igaoie qi
'dnsi le lynode, les curds redient compta de Ieu
condluite aux 4 qius et vue les dequnes rende,
compete de la leur aux conciles provincuax.
M'. Bo:ichote. Il ne s'agit ici que de difciplir
exti'iei1ure'; on ne touche par au dogme. Je de
made donc que la dirculhion fait feunrie..
La difcaflion eft ferme.
(O d&ilimnde la priority pour la motion d
M. Canus.
M. Crnirms. Je n'ai pas entenduconferver plufieu


former centre le Moniteur : il no dit
ce qui eft contraire ceTe' partie .e I'.is.Tini 1,.t
M. le fecrtcire coi[inve la lecture de h lt
de M de e S.init-Prieil,
On m'a imput d'avoir faith une r8ponfe ironiue
une demanded de la ville de Marfeille a f ue
pour en obtenir des filfls. J'ai rendu c g.:e a
roi de cette demand et d'apr l'exacm de n al
des arfenaux dans les provinces mrnaridnel itat
roi m'a aitorif a fire efprer desi aI.es le
ville de Marfeille fi l'on ouvaiet recoa er
pa"tie de celes qui avaiAn t piles rce "ime
ai Iyon ainfi qu'on y etait parvenu q.iecqu teins
aiup'ravant Saint- 'tienne en Forez, aue te
fenb;able dfordre. Ce n'tait point lade, 'ironie
et je refpecte trop mes devoirs pour L'emp ie
en pareil cas. yer
Je vais fuivre le Moniteur pour ce qui peit ,
concerned dans le difcours du deputy de Marfeille i
l'Afl'eble national.


1 ,i Une lettee du miniffre eft arrive v r
M. Fermont. Il n'eft pas poflible d'envoyer les Ue la grde national d'vacuer les foavc ordre
prtres d'un dpartemnrit cen.t lirues dL-l, Je girnent de Vexin d'en fortir galement, pour re
propofi cet iam nnde nt. l .e nombre des nutro- remplac par cei d'Ernef. Ainfi on p rt
Spoihrains feia teteimin, et les ie-ux ou ils fer oiont ;dat qui avaient donn une preuve d, ptri0es
tabhlis, fixs felon qu'il fera convenable ,. tifrie enl ne voulant pas tirer lur des. patria o
Cet amendment efR adopt. ai ', le mifte prenait des mefres d ffre
de celies qie vous aviez ord,,nndis par votre d
M. ,13aochotue. Je demande que le mtropolitain. cret : co decide accompag'aic la lettre dru nii re
qui ell. veque avant ri re nmtropolitaii, foic fou- mais il ni't i. pas revtu des forces conflitution
mvi na ts ut jiugm r t qu'il aura rendu come nelles. ,
C sque, 'appel une autre mtropol e. Pour jiug'r de la virit, des allegations de ce
atre t e ddput, il fuffit de connatre la teneur du dcretr
M. Mlarinean. I1 f.aut ajourner cet amendment I le voici :
i le conit vous pieteua lin travail ftir la juridicuon i'An.mbe national, profond6mentai de
i ecclfiaftique. A mble na.ione, profodment alige des
tq deiordr s qui ont eu lieu dans plifieurs eidroits
L'amendement eft ajourn.d du royame er notaimment dats la ville deMir-
Sfeille, chargei foun prfiprdejt de ie retired vers le oi,
La motion de M. Campus, amende par M. Fer- p'r rm'ircier f. m;,:jefi des nmetires l'elle
Smoid, efl Jdicrte enes terms : p prifs, tant pour la recherche des couipabes, que
Art. IlI. Le oe bredes mncrrpolitrains fer dtar- pt'"r la r,:P;,ra"on" de ces excs 3 et renvoielPex-
min, et le% lieux 'de leur ailabiilluie t fixs flon mn de cetti affire ct de fes dpendances au co-
qu'i; fiera ju conv.n:ble : lor,'que I'.vx.. diom4- lir de4 rapporc:.
fain alira prononc dans fo-i fynorie I Q'ueles taeint ce mefures don't on I..-i;r le
nain auIra protionce dmis o-1 CyIO: .! ,, dn j'i ndu co!tte 1'Altmb!e
res de f, comprtece i y aura lit u au rec'nlrs mau rtol? *es ne is dqutj'i randu compete a lAfembia
nrrropolit.in, ieqtl prononcera dans fo fynoe Pa' m Le dil I mii en Iui communiquint m
Snitropoli .i . tro dii o 1i m niipilit de Marfeille. Elle
m tropoL i. p 're un.qeime q ,ue dr fire vacuer immdiatement
Un de MM. les fecr-aires fa.it lecture d'une let- par la tru,,pe nariounai les frcterefles oil elle s'eft
tre de M. nt-ubr.n do;c voici la ifnbilanre. Nons introduite, en lus remettant aux troupes qui en
nouis erinpn 'lliu de vous ap. rtndie i'lheueute non- ava.e-r ci-devant la garden exclfive. Or, le rgi-
v4lle du rdta 'i:; .i.:.i de la paix. Les prifiinnJers, mei t de Vexn feul compoflit ci-devantla garnifon
arrts pear le Pl':ple dains la joudrre du to mai de, fourth ; l'ordre roi d Oi it reuilement, pour la
ont tr mis e n lib:.rt ; c'elti e mme Peple qui, gair'e ert re fcitc par f.s troupes, fans aucune dlignl-
par on transport de gnnrr'fit, a demand 'eur iun diu ieimenr d'l.r.'.elt.
ielrgiffeiimet. ( i s'el'cve des murinure ) M. 1)- A i'gard de li former conftitutionnelle qui man-
nias uin:;r(.h g8n'rii'al des iogis de la gar e 1.aio- q'ua't, a c-on dit, au cret 3 )'nbf.eve q'e les d-
Snale p:arinieute ' t.' q .''ll'L- dana notre vilil, a fi :trinuvoir le Peu- i dilpofinioui exdcutroiiet. Celui dont il s'agit n'en ren-
ple Io n loqunrce tout.hante et faa-che a gagn fermait autcuneL ;in qu'on I'a vu; fi j'en ai envoy
N toum les coet'. Nous lui : tvCn ce tloigi ,e de copie la iniiiciipilit die Marfe'ille, ce n'a t que
r none recoi.niil'ii,:e en aeln de a pi), qu'il pour lui ftiire connii. re l'adhfion de lAffembleni-
. nous a rendu .. ( Or applaudi. ) Noii u. c fprtms ion- tonale aux mefures ord.onnet.s par fa majeli.
t fervor l'eitiino des Franais ai P'iiyle ,.e Montau- La hI.ri;gue du dputi s'eft termine en cas ter-
baui, qui n'a pais t moinils '. i ux dis le par- mes : Vous no fouffiirez pas que.cette ville it-
doni qua miodr6 daiis la co'f e. ( Les muir'utres t rfliune rtfle fbui; (e dclpotifme d'un minifie que
s ri,,,..,u'~ n ) No's efpeon furtont que l'Ai-n- l iouns avons dnoc q uae nous dnonons ercore
r blt.e n:tio.a!e cl.irie par la j.iftire et la v .i'., quli, r dominant une "xtenfion aibitraire .vtre.'dd
Sre'.d'a a l pror~ ction c;tre c'rt malheureur f.' P our c'u: a fait d'uneloi parerdiee une loi iefang, qui
; ous ou\ ago.ui.ne nr iiicu'r- nous at.e;.d.ins 'Il.'us a indui: ls en eru:,ar, en rnous tranfm:ttanr un
n les lumier.s de l'iifonrai::ti commences pr les d c'-c union rirvtu des former n.ceffaires pour qulil
t ordres du roi et nous fiummes s.rs quieile m'nii- f! authcntique., et qtii vientu ous accufer encore,'
e fetera notre nob effe et notre loyaut et que nous 1 Apis les exp;ic;tiuuis que j'ai ja clj doniyes, .e
s obtiendrons des, bons rityerns 1t de l'Allembld-e na- croi ponvoli me dipatferi dt rpncidre a ce para-
ti uhlioale, dort les fu.fo.:s font (li.rs ttis les graphe : on trriuvera difficileme.nt dans le teciieil
Scturs, drs actions de grace et d adm'iation, impritmi des pieces relatives aux forts de M.ul-l i t,
S,. quoi f' rapportent lei mots : ,;.,;','.', d'an mi-
' M. le prfident announce qu'il a reu une lettre de nifire extension r il'itrair d d dcrets, loi paternlel
a NMI. e Sant-Prieit 1'ir l'iaffire de Marei le. On dcvcniiu loi de fuing : une loi de fa'i g, gMtld Dicu?
Sdemannde l renvoi au comity de, rapport. Une On a de plus imipult aux .niiuluic;, en cette oc-
n p.'rtie de l'Affemble infifte pour que cetts lettre carion une march htive et indicative. Les
foiU lue. ordres du roi et nia lettre, quoique figns le 10
S Un de MM. les fecrtaires faith cette lecture. mua ne fol et e 'Ainri qu e ,et patrce
qui'tantc inform qu? l1AHI'e! ble i 'obciuit d'u1
e dcret ren'dre fifr le m4me fiujet j'ai cru pIus
Lettre de M. le comte de Saiii-Prieft M. le prudent conveniable que le mme courier fuit porteiur du
de '.., ;;., ..'. uuatonaule. dcrct et des ordre', de u manijefl.
SQuant l lVithiete vindidctis j'obfrrve qlu'aptl
Paris, le z juin 1790. nitm'r corii'ntmmeit occupy depuis plts d e vingt
anis de la.,profips;it de Marfeille et e fon co.ti
M, le pr'fident, j'ai lu idans le Moniteur en quels inmicc, j'y ai reu, mnon retour de Con lati,
steins m'avait dinonc l'Aff~,rblIe national un nople, des t.moignages pu quivoquieS de.
e d..ut extraordinaiie de ,'i ile et j'ai t in- fectio et de la reconiinallice deI citayens Ie
nfi fo;m que cetre affiire Itait renvoyde au :com:t ne les oublierai jamais, et je n'e':iceri de I
e u'dei rapports je crois devoir vous adrefler mes mnmoire que les r.eprochles cette v i ille q
i r q,,iue. ii aujiourd'hu la muniipala t de cette ville
P ,iut r;ivre l'ordre dep.I l'ccrifion e comr er inaetellanr e ous tant de rapports.


te



le

r-
's


par un repro he don't le Moniteur a fait fans doute
trop p u de ca'; pour le rapporter, mais qui n'a pas
mnouis td articul centre moi.
I1 s'leve de grands murmures.
On denianld cncore le renvoi au comit des
rapports.
M.. .''..'.e (.:,', mn ne peut refufer d'entendre la
lecture de cette lettre. On le doit d'autant plus,
qu'une parties de l'AlIemblde a les mmes plaintes


L..a fance 0ft leve :i trois heures et demie,

(1) Nous n'avons pas entendu cette phrue d
M. de Fole'ville n ue fule perlonne nots a
qu'elle i t itt to dic et vos cav uis nlyor
clevir la publier fur ce feuil ga ;ran-t. iNoUii rb,
pas mene fare en cela preuve d'i .m ,avant ui
penfios feulement que nous n'avons p i" .di nosg
de compete" M. de Foll:. il!e au omn0rube.e
lecteurs,


------*-*.---ar-rr
-'73rrrrar