Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text









GAZETTE NATIONAL, ou LE MON IEUR ltJ ERSEL.


tii!o 3N L UND 1 jer F IE R 1790.
~~~__~~~~~~~-~ ~ --n-auu nrXIU*rur~~~~~


Q tJ~J~


TUR Q U I E.


O app.rend de Ilude, elon des lettres de Franc-
ion d 25 janvicr cqe l'on (n'e pas latns iiiqtquidde
or a place de Clado',a, Si elle erl rpif p:r les
'ires, Orfowa cli divre. iLe te's s'ed radouci
dc ce ct i, et le corps qui bloque Orfowa I..uti
actelleoieni communiiquer avec Mli:idie, d'o on
lui tranfpoite des munitions de bouche et de
Sguerre.
R U S S I E.


Leprince de Nafflu, crit-on des frontiers de la
Polo0ge, le 8 janvier, eft aniv de Ptersbourg
gi'iLiir pour y preflcr l'armement de. l'efcadre des
galames.
On travaille Cronftadc quatre frgates places,
far lefqu:ilis on ctablira des batteries.
On crit d'Archangel, que le grand froid s'y ift
d(j Fai fi feitir aiu mois ce novemb're, et que deppuis.
cete poque la navigation efi incerrompiuc.

POLOGNE.

De Lmr'merg, 'le i janvier.

Les lettres dIe l'UTkraine rendent compete d'une
alfaire qui a eli I eu nt:'e Ies' luffe. ct ls Polo-
nais, dmns laqitlle il eft rlli beaucoup de monde de
part et d'autre lur la place.

De DiCIc S jan:vie-r.


T,e magicrat de cette ville a fait dclarer
l'oicial de l',h'&que d-' Ciujavie d ne plus fe mler
';avunir de la jurifdiction confifloriale fur les
ProitdAns.
I T A L E.

De Naples le 9 janvier.

Sa majelt Sicilienne vient de nommer M. le g-
nral Acion nlin iit.: dus afla'irs 'Itrane.resC ; et
M!. le iiarqt s dc Marco, mnni'rie di mla rieiln.
Toms dem:i avaiei t exerc ce miniifere p;;r ut'i;m
depuis la mllort du marquis de Car:accioli.
M, le prince de Capo r'r.nco Ma:ordome de la
intioin de la reina ayanm d.Lmande a rtrait.e, fa
place a t doii e ,. le prince di RIocella e. et
M. le lduc d'Au a obtenu cell dc p.r.;mier e::uyer
d. la reine, d% nue vacance par la promolioni de
M. le price de loce'la.
M. le prince de S.,nmo.-Bono grand-cuyer de la
reinu a i,. d-mau!. fi ir-trait, ,t M\. le marquis
d&l Vailo a t nim:nd ln ilccuffeur.

SA 'aj<.l a don-, M. le g.nral Viurfi 'e gou-
vei;iiemen des prlid.s, de Tocane, et celui de
(Gaeca, M. le gtieial Schudi.

De Florence le I 5 janvier.

efln d.us cette vi' pendant 'Iannie 1r78-
itivait les i'rgil os ba;ptiluaire t 8 enfans mle:'
er ". T eill,, ... .. / r .._- . ..


PO R T U G- A L. I tire fs caracteres difl:iacr:f. de la forme de la
tte, de la queue et de la situation ds de' ts.
Lisbanne, le ,o janvier. 1l penfe que quo.q:i'une tte large couverte
S .' tl'caillcs, ne liit pas une marque certain eue le
ua manjelli vient d'accorder uit pardon gnriral ferpent efl danagereux c'eil cependant l et g-
tolns les dri Curs de ri fcs re menn i;.. dj n, n l ..


u!r corps d'ici trois mois pour ceux qui
font dans l'- pays c t 'lli mois pout- ceux qui
fo:t 'hors du royui!me.
S Le relev qui a t fait de tous le s b-iin-ils
^.,...(. iI~. i'


Sunces caract7res de cetux de cette cpece tt
les exceptions lont rates.
Une queue d'ontc quieme dela longueur d
corps en eti aulffi un autrc quoiqu'il fouflre quel-
ques exceptions ; mais une queue beaucoup Plus


* ciLcS (in ie port ne Li0sonne penciaiitrianne 1789, longue eft une marque certain que le fervent efi
Sdonne le l!ultat luivant: innocent.
Portuguais, iz5 navires, marchands; 6 vaiffeaux . Une queue nice. i -.i -cue n'efI psa a t"ut
de gl:ere 3 'paquebots. [ prendre un '.:,i la clafe vnimeue,
.Anglv.s, *8t8 y awifaux marchands; 29 paquiebots ''mais on u'en i... -. piie et obt;fe qe quedans
FrIni-ais, 7 ; Efpagnols, zo ; Diois z5 1 les eeiccs non ..l3 .: :, Les cailles convexes
Ilanis, 5.9 ; Amricains, 74; Piruiiens, 8 ; Su- et vive-arr ce nri moi;s fl:pectes, o'les appar-
dois 2 I Hambourgeois, 10; Viiiticn i ; tirnnent commutnnimnt la claffe redouter.
Ragufains 7; Br'iiois, 3 ; impriaux, 6i Lubeckois .es dents qui 'ervent de conducteur au pnl on,ne
s ui Gnois ni. f. ont pas toujouirs, ou peit-tre cflnietiClemoi t, mo-
Indpendamiment de tous ces btimens, il cft aulfi biks. Leur position varis ; en g'iinral clles foi c fi-
entri da s ce (Aort orne vailieaux de guerre, tant tui'es dans ,a partie anti&iei' t exL ricitur de la
a g-ais que hol ,:' is. i michire d'en haut el!us ne ront point ranlis a
ln, cpmparant ce riultat avec celui de l'anne la range des dents.
ei.re, n vpit tqu i1 ent cete an!! i ans Les ferpens venim-ry n'en ont que deux ranies;
l t de Lis bonnie, t vaifeaux de plus qiaen quelqes-unes de cil.:ce, innocentes quatre.
.i . qu a, les anglais en ont eu i}4. do ic as i les i .
fanai,, o de moins, les idoi, d moin;; Le nombre descs fp.cs da-goreufes eft i-peu-prs
i les d an is, 34 de -moins, et les holarii s aui dans i ai Ai a i;proportion d'un i fix.
de moins cette annie qe la dernricr.


La coiur fp rendra le 19 Salvatara, o elle pafieri '
une part de l'hiver.

A AN G'L E TE R B. E.

De Londres.
Les Brib.in uiis vont recrvoir un renirt ; pliu-
dfieurs olt'cirrs anglais fe propo'enit dir-on d
7 .' eii Flau'iiis pour lOifr oitrir leiurs frvices :nos
p:piters precendeim: niae que c'elt fouriun d m.inde
forominlle que pluficurs part rit : ils .,oui-n ou'on
fait ici ds recrues affei orl retifes pour Je meine
service. indepn.:amment de I honneur dri- foutenir
une bonne caufe, il doic o'frir des advantages mar-
qus ceux qui 1':I .-: .T.iir .


E xtrait de la gatete royale de lz Jala'maque ; Kinflon,
I du 24 dece'nbre 1789.

I Le capitaine Dowvvrick, comm-ndant du brick l
M Mi- -tc, d.onn. avis cquon avaii vu dans la baya
Sd, :.'inte-i ... cte meridional*: de Terre-Neuve,
" aui des' naviire de'tr.anfport charge de ciinii els pour
SBot.:.ni-Baye.
Tes couples avaient maiTacrd 'ouip-ge, con-
duit l iii. ii dans ce port et debarqu. On
ne nglige rien pour punir cet att..ntt .t il n'eft
pas probable que ces fcelrats pu'ilent chapper aux
pourfuites exactes ordonnes centre eux,

D u 1i Dccembre. Oh nous affiire que les Plan-
t teurs demanderont la permniiionu d'affrier l'mpnt


SLa compagnie des Indes.va voir expirer inceL- i" le ru.-n et tes aires or.ncies au revenue pu-
.i.r... .uiliae -e nd r e n es d'titrn, pu.s
Stmmenit le pi : iilge qui lui a t co!ncd par une blic qui deviendro c probablemet d plus
chirtie. Cn3ii iter,-r-ii avant de l r. noveler, grand rapport que fous le mode de perception
.- palem ,. d' irl;'id c'et uine grande ,quelion fr accuell.
1 yueal lulieurs dL nos papiers1 pre -tenti des cpi- Durant la longue traverfie du vai eatu," a Molly,
onions d,,inent:s. Qu lIues-us dIlent que l'lrland e la cte d L .... jie la , JiL fr 407 negre,,
a le dro:t de commie.cer dans tous les pays i' on n'en a., .ii qu'un ful.
g obe er que ce u.t a ,te -recoumm par la leif ,
I .iuin de la'Grande-Bretagne; d'auirers object.nt
qu'1 ,t il d j en Angl:.terre i un,- charter n -
vertu de laqucelk la companies des Indes jouiffuit
d'un privilege exclufif l'ioqLue mrme o les A DM I N I S T R ATI 0 N.
droits des ngocians Irlandais ont ,ti" reconnus.
Ces driers jugecnt eux-n!mes qu'il y aurait qel- D R P R
qit choice d'odieuix uifer d 'n rioit dont i s n-
.gocians .ngelis fe trouvaient exclus i (n c(onfiq,.ence
le-pairiement d'irlinide p;alfa iri acte qui le tipetn-- Paris refiant divi enl foixantearffe.mbles orimaires,
diit, iiias fui.iln;t:r pi.ndAit IA darei d la cormpa- on dematnde fi ces ,i,.- .i.i*:.-, ieronr perptuiieineint
giire actueil-c:i exiftanire. conivoqueies, i eur convocation fera ind pendante
Le G.-:tl, n ayant boird l 1 gouvernier du p1ouvoir conHlctu de la commune ?
Sh rlcy, e t all de Fiahnouh aux Barb.ades en 28 Dans luni et l'autre cas, la loi; municipal devient
ours, nulle ou plutt ele n'exif'f plus ; les reprfentan's
o s 1 de la cit ne font plus refpon iablcs, et l'harmonie
Des 1t-recs d'Edimbourg nhous annoncent: qu'un eft jamais protcrite de la capital.
orange de la plus arnde violence sl: f i i:: ficntir dans po, quicont c
cette ville et a. piulturs millies a i oid '. Jl v a te vit dc Frapn e po- quinq
eu des clhemni.s de reiv rl.s pllieuS perlon-e reflchi fur les droits d'iie com. nuIie et la cara'ttere
os e.e e i de nos alemblees elemeintai es.
on ete c tes : terre ) 'cl e n iit etfele a;h lCe


6, deo ... o 5iii .54 uans ce i aemre a ".t i r tu qlu'ldle s'ei clleu la jalbe le Ces cn.' i quel nous nommons di9rcts, ne
6eos cc vent a tompu ou deracin des arbres, et fait verfer font point des corps conittu.s, des puifui. ces poli-
un carofe. tiques ; elles n'ont p:int de droits ilfols, un pou-
E S PAG N E. 'K n i voir fpar de celii de la conii uunaut; leur exif-
Un particulier d'Abe'deen, qui Qdpuis plufieurs tence n'et quei d is la localit et coTmme l'auto-
Nn annes ridge es obfarvauio;" s imertorologimqli s, rit publique eit une qu f exercise peut bien
Svini ;Pl ns voipar la vni d Alerd un pr ted quil ny a pas de mauvais tems cra ndre n l a i on e, nce '; fa force
.q u i p e u t a v i r d i it s f e rse ut: ,d u]D e u xgdr e ., "g u ,um atsr;t. . .l '."io" e"fci' "n e ,' .fr et
bu de, e.rre c faa,, 's qui tieu it voi avant l n mlieu de ievrier- divide, il eR clair que ce ferait une moumiieufe
de ki bpg q avaen f voile r -c , ,T , r ,, erreui que d'attribuer des parties de la commune
et ni re S ai -aie au nord de la Califoriie Le hiltropi conn pa r et n po fpar celui du to
' i 'etaienit L:ves jufqu'esl au 6.e degr nord qu'il pirnd au fort des Ivrionniers, cl eni pa.tirre fi i .et prale ceui du tu..
1"t retienrs das la baye Saint-.aurent ;et y ont land Cherfio dans l.pcite 'Ta.tarie, d'ot il e C' i cependant ce qui ferai inevitable, fi ;s
troinv qu atre bratimens trange rs ; un Ang'nis, uti | propfr de paT-r en Turqui Il vifit, actuellement affbk ies p .aiies, fi les di-icts tai~ r tuiu rs
liuigais, ,t deu des Etats-Unis de I'Aml iqiie ,es h,pitux militaires et navals des Rufies dans convoqui : car,, ot ils icr.i i i.nacrfs o.i iis
es deux predicts venaient de Macao et fi.aicnt i cee contr ,. il a d i..pect ceux d' Cronf' dlibcreawPnr, avec droit de ]cr les ci.oyens par
art ; ?e Ictuis Aib n; claiel: preinier case,i :; il? ex fe
as c tue baye iun ach it de pelleteries : ils ont i rdt it d 3i a negligis uni point: cfrayan ; ce leurs d:ibeirarions ; daile premier cas, iar ex flrnice
e Con'ivs par les biaim hs elpa-iols ; les deux qui a coU la viet beaucoup de foldats o mate- frit ill(flire 5 dans l- feiold, elle ferait ira ten-
lvirds ancaiins ont echapp: 1 lur pourfuit; un lots peilant le court. de la aule ainnde pal-ee. t'arirae aux drois de la cit.
a 6 dao s la m bnayI come avant viol le Le docteur Bl.ir va pubilier uni nouveau volunie I peuvent itr conivoqu: iis ql par le pr~lovoir coi f-
eln Seaar anurittruiau 6 de tco,, cm-or .. conf]l gmra
t'tit0iO eli'agnil et les trois navires ont t de fermons don't un lib aire a achet l manufrit timir au nom df tons, qu: 'nr 1- cou.feil general
"aAduits a Acapu' co t le gouverneur du Prou 6oo lilies flerling ce qui fait plus de 13000 liv., de la c,iimmutine, fotis peinee d aiarchlie iet Ide troubles
Sa!it Ln am:ei'en: de guerre dilSiiitc pour la baye tournois. | publics.
ltCll M. Gray viant de pub'ier des obervarions fir Car fi les d(fl-ics poivaient s'affcmbl:r de !e;r
: lh.t evPune-en affez ulIer dan fou principle l'hiitoire naturelle des reptiles, qui ne fauraient tre pr pre .moivem.nr., s'il rn ,i pfit tn juede
i p it-C" t I motif cds armem ns qi e trop coues pu s puvent aider sire di- l'utilit, du danger ou de labul deleur convocauon,
i fen;liE'S d''f`T pige dans ce moment, et p tinguer les fepens vimnleux de ceux qui nie 1l font alors le podnvoir de 1- cite n ftera t piis omp-
n. silent din.s pour Vmiqute. 1 pas0. i table du repos qu'il cilt charg d 'aurer a hliaque


pOLTI


I (


..L .


1











tcioyen, pfimifque des quiart;etis entirs pourraient
malgr lui ; le fornerc en Aflk*mblies av- c un carac-
tere p:hlic ce q'ii ns doic fous l'empire de la
loi s'el'fctoir qu'ayec l'attache de la puiflance de
la comnune laquelle efl indivifible dans fon ef-
fen lte.
Il nc fuffi pis de dire que les diflricts en s'af-
femiblant ae leur propre autorit n'auraient pour
objet que d'mettre un voeu c'eft moins l'objet
de la convocation q'ie la convocation indpen-
dante du pouv ir de la cit qui portrait atteinte
aux p'incipes c'inli:itifs de I'o'dre public, parce
a' une convocation lgale de citoyens eft un acre
e la puiffance publique, et qu'une fect on de
quarticrs ne peut l'exercer qu'au prejudice de la
commune.
Toute commune a le droit de fe convoquer, de
s'aifeibler quand il lui plait, d'o il reftite videm-
ni'nt qu'elle feule a le droit de convoquer telle- ou
ta-le de fes parties, felon que la befoin lui en efl d-
montr, et que fi quelqu'une de ces mmes parties
pouvait fe convoquer de fou I droit, il ne ref-
terait plus !a commune q pouvoir illufoire,
ou plutt, i n'y aurait p litse communes et la
loi municipal ferait d truite.
Il eff donc vident que c'efi mconnatre les droits
et ie- befoi.-s d'uie c; t -iL qu" P ris, que de fitp-
polfr foix:ante Afemhble dans lon I-in, avec le po'u-
"voir inrrinfeq'te de fe: convoquer quand il kur plai-
rait, avec l'a-ir rire d'tn. crnoni:;ne en'i rtj dont
-l caract:ra confliutiiif d-;i ouvoir fe rZunir et de
dlibrer.


niCI-flYO --~~- ---LW16ir

ASSEMBLE NATIONAL.

Prjfdence de M. Target.

SUITE DE LA SEANCE DU 28 JANVIER AU SOIR.

M. Chlapelier. On ne peut pas fare dpendre l'tat
dss inifs de Bordeaux de ceux d'Alface ; la quelion
efl de faivo;r fi oni 6tera aux juifs Portugas de,
BordeaiLx et des autres viills, les droits de c'toyen.
Il n'y a aucune connexit entree l'ctat des juifs
de Bo:deaux et ceux d'Alface ; il s'acit de
confcrv.r a':x uns leur tat au liku qu'il faudrait
en donrer aux autres q-ii n'en ont pas. Je con-c'us'
par demander la priority pour le project de dcret
propofe par le comit.
M. de Beauharnais propofe un qiutre project en
c-s terms :
Que les juifs de BorJeaux continueront de jouir
des droits do-t ils ont joui jufqu' prfent en vertu
de lertres-paientas.
La qti'-fon de priort s'leve entire le project
propofd par le' ccmiit, et celui propof par M. dt.
B3eauhariaiss.
Mi. de Sexe propose d dcrter que les juifs de
Bordeaux co tiiu:roit d'exercer les droits de ci-
tovei.s ac ils.


Avec un pareil fyftme il ne'faiu rait par de- i ,
mander, Paris fera---il divi! en foixante districts, La priority et accorde la rdaction de M. de
mais en foixante communes ? ce qui eft abfurde, Beat'harnais.
pirfque touted la cit n'ayant qu'un droit quun Ph fiturs amendemins font. prnts.
intrt, iqu'iie hi tons er ch-.cune de fes
parties doivent tre nmues d'aprs unt t,mae impul- i .M. de Beaumetz propofe d'tendre le dcret aux
ion fur la m-e line et dans le mnme terns, juitl de Bayonne.
pine encore une fois d'anarchie
Speaine eco ciii fois 'a:iarchie. if. Gi-cgoiic. Je d.manda que le dcret ait lieu
Il faut donc coife-ver les difiricts; ma:s il faut pour tous les juifs Por-usais Efpagnols et Avv-
au.qi d re ce qu'ils font, ne point le mprend:2 futr gnonais. Quart aux juifs .Alleiiands je dem:'ndu.
laur nature, ou regarder ,one:me ies pt!iiufat'-s conf- l'ajoirnem-int jour fixe, rue pr m.pofat de IrP-
titu,s des portions purement locales du t.rri- i-futr les pa,'aogiines de M. l'abb M airy er
tore de la ci limitaes par le' r obj t I 'Cl c.i on autrs.
des magii-tras eit o2cifi-s L e la coti.lun ou es C s
lecteurs defiins les chifir. M. le prfid;ent de Sa;nt-Fargeaut a prop ,' une-
e reaction qu'il dit re- ri:' r rLs divrrs :iamelirinm. ns
Rduits ces !imites les diflricts pc.:uvent faciliter propofes ; e;le prte que les jui-rs la-isnois ,
lordre et la march r d.s opratiion poli iques,fecon- Portugais et Aviignona's qui en v r:ti de ictti s-
der les m'yens de bonieur adopis par la coimmun.i aparentes jouiffcnt de privil.'gs pairtiuliers e :t-
c'eli-a-Ldire par 1 citi Irv r de point de rallie- ceroni't 'aven r l-s droits de citoyens actifs s il',
ment et, de Ecours .a.:s.les inlans dJ crimes ou de runii.nt les autres conditions prJcrices par la
'troubles publics. :. i conflitution.
Ces vrits ont t -:- -.-s p"ar 'Pembl e ILa queliion pralable eft demande fur les amen-
natiOiiale, qui a c dcr- que dans les villes ou de "'i's.
communiauts u il y aura pliuli.iur; A.T mbbrI es par- 1M. de lTameth nbl' rve qu'on ne peut les com-
ticuliires de citoyens acts ces AiaeambWles ne prendre en une feule deliberation, parce qu'ils te
f;roi-it rt gardes que come des recti'ris de la vile le rel.embl'.;t pas.
on communautei ; t eiencre que iks Ailembles de
ciroyens actits fcronc convoqup-s par le corps muni- L'A Aintable dcrete que tous les amendemens
<- al, huit jours avait clui ou elles devront avoir fitroanr" ficceivemerit mis aux voix.
lieu. j .e premier am'-ndement et d'ajouter les mot';
l eft bien vri que lP1'- .'l '. avii dcr"tr que juifs EC.a10nols, Portuiga;s et Avignon tis. La qu c-
les citoyens a m, li et ais ar n-s pour prp-:ir'iitr d-s ardre-e:, au oi, ; l'amendement et dcrere.
nirt; c-a-lie bi s al'nii:ilc it''l!,i- s cr- ii.o-aie au -oriOs l-
agflti ait rmb, c ali mii lir' ti ,s ue c, s afet! iloris li On propose d'ajouter au premier amendment
aur ni caract. 11 lpu iic u-lls pu ont fe cone- a le droit tl'ere admtis aux charges municipa'e.
qu-I'r t : tmbrr e:afihcis,r-ev~ir des p!aii-es po ur c:mmine par le paf, pour ceux qui en auroant
v fa r- dr-ir -.t s'oppofer aui: opprations de la paiiio.nce r io"
publique; l'ob'et !e ces ,i :. eti de d fc.rer et On obfirve qu'il faut juger auparavant s'ils front
mnot ver des adref(Ts;cncore le dcret veut-ilqu'ell.s citoyens actfs.


enl donneit avis aux officers unili c'paux et qau' lles'
ne puiflent d".puter an p us que dix prrfonnes ve-rs Cet amendment eff m 's aux voix.
la m-,micipalik ou l'.dminiatr.iion du lieu o lles 1
s'alrmici ble onLa premiere cpreive par afih et lev paraif.at
s'alfe bln. doutre onvieat une feconde preuve don't
En r:tumant, on voit t'. que les difsricts net le reifltiat eff ;alement inceitain.
fontc point .es corps cnlnffinits ayant d-s droits et i
dMs pouvoirs f'pa is d- c-u l de la ct ; z. que le Plufieurs mcmbres demandent l'appel nominal.
conei de la ci el en col quence le ftul juge 11 fe forme dans la parties de la falle, droite
co ~ptent de l'uni ite de leur convocation, et que de M. le p:fi.lent, un group d'un certain nombrL
nul autre cue 1. ne p.i. P rdonner; 3O. que le de dputs qui soppor, e vivement cet appel,
drt imprfcriptbl qu' toiit comunuitne ed s.if- en dem.auidmt qu'il foit renvoy une autre
fimblr d ,viendrait liLtaoi"e fi chacuni de fs par.- f.auce.
ries jouliailt auffi de ce drot in'pelulndamimii nt du
voeu de la cit- ; 4. que la puflaitce publique ne i Chaque fois que le f-cr-taire omnmence l'appel
pourrait rpondre de l'.exitien des los, fi des il s'tleve un murmure pour l'interrompre.
fLcrions pait ciili.ets (de la cit pouvaiant avoir un i'
pouvoir egal au lieu ; J5. que cettC convocation de Ine here entire fe paiTe dans cet tat.
dW'-ricts fans l'aveu 'du confeil gnral de la cit,
n'el po nt nicea"ire pour faire jouir les. citryns M. le duc de Liancourt. 11 eft du devoir e, de
arti-s :u droit d'idiclT q.;e ur allure 'A'onblic lhonnteur de l'Aff inblie do ne pli.s retarder l'ap-
intion.:e ni de c!ui de dunoncer l's privar caions pel omi ill. Je rclame la regle d'aprs ,:p.-Il
des adminifftratius, qu'el elaiuri a almcentanicord, une delibiration commence ne doit pas tre in-
et iont i!s p vent ;f r e u ta'[, fans avoi- r'couirs ter'ompue.
i d'atur es voi5 qu'u a ionrI or.lin.,ir.- d spl.in:es }1lufieurs membres qui font deo;out dans la
contre 1:s abus de I autorit ce qui. n'e i:peche fall s'y opponent et demhni'aent l'aiournemenrt
pis que" les .diitriat:, coe'ina po'uts de rallimenit f.ir le fondemeut que l'heure tint trs-avance
civifions convenes des forc:s de el commune, tni pliufiurs prlats et tcuis out quitt la fance.
iln 's ,i:t r-.' d'un gOnrand ..cfirs, et quei Iuiir uxil-
ta..ic ne f oir t rit d s auis i!ti u ir norr 'in aprs b -aucoupd d bats et par la
nition mniiic;pal-; mnais f'ul-nc couue ae r- pc.v racee de la majority de l'Affemble, l'appel
b'ees conr nc.iabl .s fr 1, v(ein d la cir et 11c:ni tIi nal le lait.
ftr c'li d'une portion ifoCte dcts citoyens. ( A t.- Le refultat de l'appel done 3 7.4 voi povr
citc te M. ILchei. ). adreiitert l'amnendmrenit qui accord aiux juifs For-


tugis, Efpagnols et Avig'iona's les dr.it-
toyens actifs, et 2.z4 contre l'amenl.:-m n, ; d i.
La motion principal eft enfuite irife "
av-c les d.ffiens amendemens acns
ble rend le dcret fuivant: .-
L"'Mfn'ible national d-crete qti'te~ ,iF
connus en France loius le nonm de- juif,,, ,:
ELaag.no!s Avignonais coniiu liuoni t oy 'd ,I
droits don'tt ils ont joui jfqu'I 'pi~t ent
font confacrs en leur faveur par .i. k*'ii
tentes ; et en confquence, ils ijo r d
de citovens actifs lorfqu'ils reit "d'l'
les conditions requifis par les di..it, d'.
femible..
La fance eft leve huit he-jres du.fir,

SEANCE DU VENDREDI 2 J. i .'y.I[R,
f,.
M. Barrre de Vieizac',- l'un d s lc'eur,
fait la lecture du procs-verbal.
M. Schrrendt dp:u de l'Alfa, d. ,
que lon ajoute au dcret rendu en t.avur d-s
Portugais, que l'Affemble n'a rien eritr-nl'
juger l'gard des juifs d'Alfacel 'CIt aeI,.'
eft abfolumeni, efleiitielle pour ta'.lir l.i r ri
lit publique en Alface., et y alil'irre lc\itr.
de z6,ooo juifs Allemands.
On observe que cette addition,'il iiuine.-,r.,,,
nouvelle, et qu'elle n'eFi pas palcff e I'r'
jour : I'Alfembe l'ajourne. '
M. Gofln fait le rapport de-li 'uriis-Ji.il|i.,nd
dparteinmnt du Vlai en trois diltrtiis, *.td,i
prctentions :ivanes de quelques villc iax hert
ieux de ces districts.
I,'/ATeibl' e tfr l'avis du comit ,- le ii
Puy, Brioude, et provifoirement Iffingeiux,>

Ce p'emi r rapi.t efl: fuivi d'un autre furl,
diviiio' proje"te du diparteiineint de Quercy a
fI iJ iflricrs i et la p.teni ion de M,:'l.'ii ,
ait.:rnir avec Cahors pour le chef-lieu .de :pi .
rcienti.
I'Affmri bli-e fir l'avis du comit,le fixe difin1.
vemn-cit Cahois.-l
Aprs ce rapport, M. Goffin fait <:lui dilu pi
ie division du dpartement de C.ic.iluinei en It
diir-icts.
SSur l'avis du comit, l'Affembl' dctrere[i:
ai ifion.
M: Goffln expcfe -enfuite le project de la dIi
du dpa',t mit.m de Draguign.n don't le cdlild.i

L'Aiimrible le d'crEte ainfi.

On fait le 'rapport de la division projirt' i
d!pa:rtenent de 'i rovcs en fix dilrict.; Ii ll.
d.-cr te fuir l'avis du coCnit ninfi que la rit.;
de ie uellus : aro:fies au diflrict de Troyes, d'iI
leur deminde.
C'. Coffln fair enco'-e le rap it de .,udli
difRi Ltultcs centre Locd..s et ]ri-rus, pour le l iI.
lieux d- tdeux de. n uf ditllric s dans 1 'fqiiel
trove dri. i le cpa~rtenicnt de l'E1i de la i ','i"
;ur i'ivits du comrir, la prfreicce elt a.i;'idl
provi oir,. mrent Frejus.
M CG ;fin fait cnfuite au nom du c,-i;in
coniliiut!uon, le rapport d'une demand et'iinti'
prtarion au fiijet d'une reclamation en% fae'ti
d-s firxneitrs ei direc-eurs des polrs pour lof
fi, come p-ercepteurs d'un impt indirect, il
font inl-gibles aux functions municipales s '*i
demand i d'erre a torif a d nuer des CM.lIIl'
mens fur le texte des lois, pour leur l', t'1,"L'1
execution.
M. Goupil de Prfeln et d'autres meiibro<0
fi'veit qu. le comit de coinfitntiton petur e
aitnrif a doiner quelques explications, a iio
pas a fuppler iii interpreter 1t loi, le potilvlt'
g,:it.if ne pouvant pas tre fub.ulgu,.
M. GCa'rt l'an. Le comit ii'.1 qii'.1 Jonner
r.ponfi's a quelqus queflions p. ml j lt., f.''
dej; autorifC ; mais ,'il demanded uie .Ilrpli.i'"f
poumvoirs, e.le doit tre refufe.
L'on demand la reprift de l'ohrc dJu i""'lr
eft ordonne.
M. le pr'fident announce ,ne lettre ,le un.
Voln'y qui don e fa dmilion d'un,- >nr'
gouverrnenm nt pour la dire tin ,. .
culiirte et .du commerce ie ( or: I' ''
Oldonne la mention dans le proi' ,a
lcai%.cc .
... i ic
M. Nouriiffart tPrmine par propofer lin ,ri
do':.r pou: la fabrication a, ii,', ,','" i*t' u n '
der :?;CCi,OcO de marc, en cl I~-i '
l, tTitr- de la mi 'ir aic, et en .ii' i'
*ret'-voir vn pa 'nment aucune ;in'iii." U' .
ciuiono etratngere. .














NIM l'vque d'Autun et M. Freau en deman-,
ldt l'ajourrementat !a huitaine.
L'ajournement efl: dc.i't.'
M. de Montefqlou .prfident du -comni.tdes
iaces prTfete l'a.,eru des reductions de la' d-
penfe fixe: cet aperu calcul utr des bafes prlfu-
et probables, parait devoir oprer une rduc-
ton de.75 8o millionss ansine-lement... -
Un autre membre du cbmir des finances prfer:te
I ii rt pour la fup'i -'.'n des har'as et *d s de-
l L'.': ',foires ; dans 'ittmrattion qu'il fait des
agnesi 4dtraitreinelt atilx ii;, i Cs, emplois ;'l, i- en
trouve fine d 43,oco0 lis\ 'qui doivent tre pay.;es
.u duc de Poligiac e-n quatre amnees, pour l'Ca. ,
biflement d'un bar's a Chainor .
Le rI'""',",r'1' propolf~, 'i' laboliti6 du rgilm e
prohibit ides haras 2.des d.p :penfes pii bl qu .,s.qui
i; rlauives a ces :".h!l ia.,s ; 3 'que 'les ;a-
lons et les tabliffem'e'tns, autres que ceux qii fe
tronvent dans les domaines.du roi, foient la dif-
- iiotidioi dcs affmitles adininiftratives,
M. le prince de Poix-dit qu'il'n'y av .ir del harai ,
por l- fervice-des curies du roi qu'en Noimaii-
jF, Pomp'ad.oui et en Liimno'fifn que'les tautres
riernct deffin s perfecciounr l'c!pcce pour l'in-
t' i 'l ii i. royauiin! e., '
...M. le d du da Cheelet propofe de n- pas fit- j
liin;r les haras, ma's'd'en coliiier la dir.ctio.l aux
.il1i .'.. adm nii ratives.
'; i. l/ vicomte de No~Gjill:r. J e meilleur moyen
d' aoi.r de bons ch-y ::. eft de n'avoir 'point de
lias:; communee r'ovr avoir de bcns. arbies, ine :i*lut .
pas avoir dle ppiimres publques: toute diftincuion, i
tnute prohibirioni toruffe 1' ii.1' .: i je fuis donc
d'ai.isd'hdolir les.'har.as, mais il faut pre.ndre des
...n.ii,.p..o poir n pas s'expofer perdre les frais
iimmenfrs q'l'ont cot ces etablifirnmens.
M. le vico'mte de Mi.'noe:au Je demand l'aiour-
npe'mt, pour que cette .quiition, qui ft d'iu'lne
huite importancee, foit traicue avec imaturiti.
M. de Fouc::'ld. Il fatt ajouter ;i, ':xceprion pro-
po!' i en faeur dles haras forms dins les donim:i-
nis du roi, ctlle des haras appartenant des par-
tii l .;
fM., tios de Cl'ane.. Poour tr:n her la queflion
b: i, ip trop l..-. ii'.:' t,:,r difcute il faut laiffer
Schaque particuli-r le droit natural d'lever ls che-
vau. qu'il lti plaira.
l/I M.de Vauffe propose de conferver des entrepts
<' i. i peu cie oarticuliers ayvan le moyen d'en
avoir de bons eux. '
M.I Frteau dedemande 'ajournement 1 ours
potr contcerter avec le comit militaire et clui
d'agrici,'t re l'rexcution dii traifirene article. du
proj)t le d-ecretc pifelIe par le comit.
OiO met aux voix l'airticlo premier, du project, il
tilt icrt.
Aprs une foule d'amein'ements et, de rdactions
p opofees, V Affemble dcrete le ftcond article en
cis terres :
'Toutes I:s dpe 'fes publquies re' ives aux
haras font fuppirimes dater du ~'emier
),nvirr. ..... .
Onl p'opofl dde lcr't:r la continuation d s d-.
alfs ni:c-li'ireis l'entrett:ni d es ck.evas, des
iars, jufqu' ce qui., les ailcmblces l de dparte-
n!ent aiLufnt tatu cet diard.
Cet a ticle et t icrr,.
La fanice er Icylee.

SEANCE! DU SAMEDI o3 JANVIER AU MARTIN.

Aprs la lecture du procs-verbal de la fance du
, IvM. I)u.:onit, I'un de -qu!'tre commififircs aid-
loints ia comit.i de c,)n'.itJ u.n, faii: 1- rapport de
hla di\ lliprojetce ddu dlpirttem'nt de Bai-le-Duc ,
ronit M. Cofiun ef dput en huit difiricts s il
expce lgs pr.' tuntios de Veiriuni et Saint-Mihel
I'rrtnat avec lBar pour le che:-lieiu du dpartement.
Sur Iavis dlu coimit et aomis avoir entendu les
"'pi'teis du dparteinent, 1' Aemble fixe le chef-
liu a L, r-l-a3uc aprs avoir dc)ar qu'il n'y
a .a1 lie a delibrer fur difierens amendemens
p rl o p l e :; . '
M. Goi"i repr. ind alors la fuite des rapports.
11 commence par celui e la division de la pro-
V.i. de -etint' ren ciIqacelpartemetes don't. elui
QI MQ iper ch dj dcret.
iSr l'avis du comit, l'Afl rmble confacre la
di fion0 projL.t:e du dpartcnenic de'Rnnes en netuf
difiricts
trille.du d pa'rtemient de Nantes'en ne.uf dif-
tricts ;
Crelle du dpairtement de Saint-Brieuc en -neuf
diciti ct ' br celle du i ,'l'' de annes en pareil nonm-
Ih n, i' ci\cts, et (clie accrde p.oviioirlnemet
lie .', la Pflret!ce fui' l'Orient pour le chlief-
,t ae an d, ces Ii", (.1 e f rfervant au d,'par-
tret .. le dr t < tltur .dfinitive:nent tul les
nr tiolls dce ces dleux i les.


1,29

Il fait enfuite le rapport des contdftations de
Meaux i\;.:in et Provins pour le chef-lieu du
ddepattiment divilf en cinq difL.iets.
L'Affeiinble adopted Iavis du coit, ,qui fixe
provifoirn.ent le chef-lieu Miun.
Ce rapport eft fuivi d'un troifieme, au fujet des
limits entire le dpartement de la Baffe-Auvergne
et celui du Bourbnrnais, elles' font dcrtes con-
formeinccn . lA.v' du comits.
.Un dput *du dpartement d'Amiens demand la
rfor i'iaroi dt procs-verbil de la fance de mard i
,en ce qui conccrne le prtage ordonn dfin tive-
mnent des rabililemens entire Montdijier et Roye,
et qui n'a di l'tre que provifoirement t le comit
ra'ppelle le, .faits, et l'Aflemblee admet la demand
tde rformation.
M. Goflin invite MM. les dputs des dparte-
mens arrts et divif s on diftl cts, fire pro i:t--
ment 'a fous division. e 'cai tons, afin qu'il puilfe
prfent-r, .1 la fin' de la femaine prochaie un
dcret dtaid!d itr la division gnrale de la Frai.ce.
11 fait enfuite le rapport du projectt non cont fi
de la division (du d partement de l'Angoumois en
.fix' d'firicts.
f;'Alffmbie dcrete la division ,propofe par le
cc,'mit.
M. Dupont dAmninde !a reprise de l'ordre du jour
fur le rapport du comirte ecclfiafiique, ,era d
d.abord par l[a.ii.:e des juifs Portugais, et hier par
la WJu.tii.ii fur les haras.
M.' An'on prf'rite un project de dcret en p'u-
fie:irs articles', d.A'in fire fire, par les rece-
veurs particuliers et gnraux de l'ahcienne division
du royaume la recette et le verfement au trfor
public de toutes les impoitions directed pour l'anni'e
r79'o, de maniere qu'il n'y ait pas d'anticipations
fur l'exercice-de 1791.
M. Goflin rnd compete de quelques difficults
lev s for les limits du Bourbonnais et de la!Baiile-
Auvergne.
M. Andricux reclame contre cette limitation; il
demanded que la premiere ligne trhce f it 'uivie,
er que futout on laitl l'Auvergne la ville d'E-
vr-uille, qui a nonc fon voeu pour demeurer
cette province.
Le project dii comit eft adopt.'
On fait une rclamation centre la dcret de divi-
fion du d-partement d'Amiens, qui pro'once un
partake deis tablificmens entire la ville de Roye et
celle de Montdidizr.
M. Al -xandre de Lameth demand q le la dcifion'
de ce partage foit renvoye aux lecteurs.
M. Prcvofj. Le dcret eft rendu, il ferait de la
plus darngerure coniquence de revenir contre les
dcrets. Je demand donc la qucefion pral.ble.
M. Lorendeau. Je rclame aufri centre la divi-ionr
des rabliffinmns entire les vlles ci Roye et de
Montidier ; et j'obferve que le dcre:: qui l'or-
donne rna pas t entendu par une par:ie de l'Af-
kemble.
Un membre propose de laifier fubfifter le d-
cret cr a'oiuant que ce partage fera. fit, s'ii y
a li .u.
Cet avis eft adopt par l'Aff, mbl.e.
M. Goflin faith le rapport fui la division du d-
patemrnt de l'Angoumois, et le dcret luivant eft
rendu :
L /i-, .,l nat!onale dicrete, d'aprs 'avis du
comite de conflituion :
Quelel dpiarte~ment d'Anoumois, don't Angou-
lme eft le chif-lieu fera divif en fix difiticts,
don't les chefs-lieux font Angoulme la Poche-
foucault, Confolens, Ruffec Cognac et B:r-
bezie.ux.
M. le p''ident announce qu'il vient de recevoir
les lettres-patentes portant la inction royale flr le
decret rendu par l'Aliemble, pour teindre le pr-
jug qui f.iiait porter la famille d'un condamn
l'infamie de fon crime.
Le comit des aumnes el proclam4 ; il eft com-
pore de MM. le duc de Liancourt, l'abb d'Abbe-
aourt, Prieur et le cur de Sergy.
M. Anfon au nom da comit des finances. Je
vous ai fait le 13 d .ce moisj un r.ipparr fit
la lercepton des impofitions de 1790 iil eft im-
portant que v us vous occupicz de cet objt. a
noutvele di \ifion du roya.mic cet oLvrage fi imn-
pcrtant don't le fuccs parait afhr. don't Iks
effects front fi dc fifs poun l'affrmillement de
la confli'ut'on don't le vafe t.bl,.au a fuivi de
fi prs lingnieuferelq!ii. cette nouivelle divi-
fion pourrait, p.-r quelques nouvi miles diicuits. de
dtail, occafionner dan. la perception d s impo-
fitions directes ,. une iiterrupton 'inquirante
Sune fia::natio: dangereufe fi vous ne preniez
i d'avance pour y pourv',,ir les precautions que
I la prudence pourrait indiquer.
'Tout announce qoe c'et l'ann.e 1791 qui eft
defline recevoir les heureux ctihis de vos proF


ets ,fur les imporitions directed: les ain' i; l:
de dpart ment ne ferontl en activity qu ;.!.
quelques mois. Lorfqu'elles conmmenceront ,....
: uter vos rformes, ou vous propofer les lei,
l'anne 1790 s'avancera grands pas eles aurn;.
peine le tens de prparer 'les matriaux de 1e';
nouvelle administration : ainfi, il parat digne de
votre fageffe d'ordonner que les revenues de fan-
ne 1790 arriveront au trefor public par l'ancicnne
route ; c'eft mme en fuivant cet e march que
vous pourrez rlerver l'anne 1791 enmierementin-
tacte et digne de recevoir fans embarrass un 'r-
gime abfolumcnt neuf et conflitutionel.
Il rfulte de ces rflexions que la perception de
1790 doit rre m:vinenue dans fes aiici.-nnes
formes, afini d'viter toute feconie dangerett- ,
toute inerruption au milieu d'un exercise et enfin
toute lacune dans les recettes.
Ne perdez point de vue, Meffieurs, qu'il ni
s'agit que des c~11ibuiitions directed et que ceci
n'a aucun rappgai.x droits aux .mpots indi-
rects, don't vo ouvez avoir le deteein d'acc-
.lrer la conversion cri inpts moins (nfreux.
L'ancienne perception des i'porfitions directed,
des vingtiemef s et autres capi anons de cette na-
ture, s'eloigue beaucoup moins que tout autre d-es
principles d- notre condiiturion. Les ,rformes en
ceite parties ieront beaucoup plis faciles aprs
I'organifation total et effective du royatime
ell-s front moins 'apparentes pour ainfi dire ,
car enfin il faudra toujours un prr-of quelconqip
dans chaque mun c'palite qui rcprfentera i'ap-
cien collecteur; il faudra des receveurs de diftr;cts
et de dpartemein' ; et l'ancien regime offre en
ce moment auprs de qualques abus, d-.s ta-
bliflemens trs-ftpportables, fiurtout lorfqu'il ne
s'ap.it que d'une prerogative de 4i court du e ,
iorfque les circonflances exigent de ne point s'en
priver trop brurqueient.
F't d'abord il n'eit point queflion de per--
tuer les anciens collecteurs dans les perceptions
auctun inconvenient que les nouvelles municipalits
fe choifiient d'autre,, prepofs ds le moment de
leur organization fi elles le j-ug.gnt a propose il
ne s'agit que des receveurs auxquels elles ver-
feronc.
Les receveurs particuliers ne peroivent poiit
du contribuable lui-mome; ils ne reoivent que
du prpdf nomm par la cotmmuniiute, ainfi il y
a peu d'inconvniens redouter vis--vis des con-
trlibuables. 11 e i mme aife e dmontrer que
l'obligation que votre comit vous propofe d i n-
pofer aux anciens receveurs de fe charger de
.ex:rcice de 1790 et pluatt une operation de
finance, une chofe utile pour la tranquillity gn-
re qu'el'e ne fera agrable ni profitable aux
anc ens receveurs dans les circonltances prfenres.
Il va leur arrive d'avoir affaire plufieurs dif-
tricts, et quelqueio;s n'm1 plufieurs d.parte-
mnsn, dans la nouvelle division du royaume. Cette
multiplicit 4e correl'pondances et d'autorit.s jet-
tcra quL.1qu'embarras dans I1urs functions i mas ils
fori provifoirement prf ribles a ceux qi nai-
iraient d'un autre arrangementt, vaut mieux qua
les receivers prouvent quii-iques difliculs, e :es
ne front pas infitrmontab!i s ; elles le feraient
peut-tre en prenaiit un pari d:ii. .t.
En effect. fuppofons pour un moment que les
anciens receveurs ceflilene leirs fonctCons, harf.
qu'un ditric. ou mnme i-un d p..rt,mneint fera
former: qui les prpofls la perc.'p:i; n danis
l,s municipaiites reiiict onr-ils ks .denirrs publics
Sedans ce premier mo i nt ? Com:.ent ks adminif-
trateurs du nouveau dpartement c)ntiai-ront ils
en aufli peu de emns le mortit et la m..ii'l d'im-
p fitions deparrtement, pour en liivre la march?
Comment n eleee le dIrectre d du hiftrii. s'y re-
coPi;Utr'-at- il en d.buttant lorfque, come il
arri' e a louvent, l'anci,.n arrondiflemei nt appartien-
dra a tpluiheuts des anciens dilir'cts ?.Lts tablif-
featen uses plus fimples mat.rchetit fculementr Cin com-
mnenant a plus forte raifon, les pls petits obh-
tacles de dtail occafionneront dais la nouvelle
d viioni des inicertiices i ; et au milieu de ces
emba. las peu i" ,.,1.', fans dout -, mais inii-
tables l verfemet,. au trfor 1.ub ic qui, dans
le conj nctures actulkles, ne eutt fe f.iirt: avec
trop d'exactitude ferait neceffairhement arrt dans
des canaux don't la continuity nr fIrait pas encore
affl re.
Remarquez Meffleurs que. l'anne des impo-
firions como enicc au premier oct6bre qu'il fuidra
donc s'occup r ds le mois d anit oue de ifp-
t,iiibre au plus tard dans l:.'s dliltkrens dparte-
mens des rformes qu'il y aura liIu de fare au plus
tard a li a ce t- poque, tt que par, canfeque!i
il 'fera prudent de nc le. oprerr q'ie pout r791,
turrott en miatere d'impoliirns orlriaires.
a(n a~nrtae de l'ancien iti'ine corfidait en ce
que les rec'.:vurs fafairiiint tis ;avalnces quand cela
tait ncetlirc, fa 1f en tire dtdotnimn:;its dans
es mois fuiivans ; mai por r:an -on ier'prer les ef-
,orts d'offici 's qui verra;i nicl .ieur 'itunrellfion fi
prochaince 1? ~ puis vous at:ed!er que dans le course
le l'anne derniere les ifforrts des receveurs,
,ic e geniraux foit particuliars ont te dign:s
d': p,e,' g mais les fbjrces s'dpuiient plutr que le
courage.












SC'eft avec l'intime prf e prru.ioqu page vote T,e project du comit et 'amenlen.ment',ont)t adopts (
cornit de mn iiteuiir i 'amiiieni pc'e pon c e d c s toernid:
1790 que *j'ai Ilonnuur de vous proipufe n en l o
Con nomi l n.ret fuivant. .' mbie natiahale QonfidIra1n:, quapris avoir i
pr..f;rit ptar fon du.;ctr du 26 fe tenibr p i dcernr,
.M. Aunfo faith lecture du project de dcret. et pai fcs dc.::rs, fi femquns., la forme de rtepar-
t;ti n dr s impofiions ordinaires et direct- s de l'an l
M. D.toi1. ien ,,'d u plus i.uril etr plus inan: que nle 17, i; tlr i..;lF. n:.,L.l d'tn affirer galern'ht v
d'abolir le rghnei Sj viciCux ds anEcioilasr.urce d, la perception 3 que la lormie d(. pcrc.pt '.n, pour i
tous les abus ni iiianci s au 'rmoi;s a commencer du '-ex::rcice enier de 1790, fi. trove ic.flaniiiiiient
premier jatvir i 7', 1. Le comic dfs fininces doit dteriimde par les :nritpatins' ties poqu s
bienitt s'occuper de parer au d-ficit que mcufe 1'im- fixes fir cet exerrcie ; qu'l ft impoirr'a:it d'acquitter
pio.-,.iire de. riiivcller les anaci.aatons. il efl le mouilanc cds intriiati:ons aux epoque.s de leur t
prelfqlu impoifible qiiu le nouveau tly!nie d'ihipofi- ce'i:.'ce et d'emn cher qu'ar cUne .i,,ii ,i-.i. li
tionis qui dr t fucced-r , cdui qui exi ft, comn- nouv'.lle i- n'entame ]es reY'vnuis de 1791: q 'l ci i
iince ava t le premier ver r 1791. J,1on peuit par confcqueni utile de bien diltinguer l'exercice
ful e mr dis--pr rds-rf les r.cevcurs ....ii-iii-, et de 1790 de celui de 1791 don't les futures afi-:m-
'aJ, c (inp,r iL recev, urs particuliers directement bles dpe partemens ne peuvent avec trop de-'
tai trfor royal. rnmis s'il y a de l'inconvenientl maturity e't de pi'caution rgler la p.rceprion par
chang. r dans ce moments trop i..r.:-. la ds principes fimples et des fofds dconomiques,
f'r de ii-npofition directed il taut au moins iien- et ou' eft convenable d'indicuer ls a pr:-feni cete
dre des .prcaurmions pour ii i:: i'ih 1 ,: c6 .6 les ciflinction Ces deux exerc:ces aux muiic palits qui
veXCations en faifa.t v fr 'It ." et du .vo tre etablies, afin que les v'ecouvreriens n':-
utrrc. vieiler a ce que L..n,,-- -' .piprations pronvent aucune inerruptioi, a'dcrt er dcrete
d.s rece'veurLs foicnt connues et coicrrlesC cila eft ce qui fuii :
n ceffaire pour exciter le zele -des receveurs-gne- -
Qra x, fi,unrcii la percept on, et donner aux alr'm- A rr..I". Les prpofs aux recoivremens des im-
bi :es'd.-. difRricrs er de 'departemens les cinn,ii- pofiionl o odin:ur.s et directed dans les differa)t.-s
fai es ncfniares aux functions doni elles voni m iniicipalites du royaume, front tenus de verier
eiru chargUes. Sci-nne divifiin des pr'ovinees, charg das dans le&
3Bo:che. Je propose d'ajourer que la prf>rnt anns pr-cIdenres de la perception de ces impo-
di:r k1bci dans hIs';a< d'Er.tar o les prpols .des muni- l'exercic- de. -,i et des exercises antrieurs' ,
cplits vp'erf-roni, conin'e auparav nt dans l:s dans la former et dans, les terms pr c.fies des t fori'rs proviiciaux dits trlforiers prefcr.cs par les anciens rglemens,
d s E:ats, lefqu.l s conin:merint de verf.r directe- Ii. Attend que les conrribuables front foulags
iment dans le t-rt-a public, dans Ylanne prflfebe par la contribution de,; ci-devant
M. ?rwl., 1 na faut qu in ts raft privil "licg's, quitrourne a lentr dcharge, les trrfo-:
ai alescanaux q ut upos e r rs ou receveurs gienrax entire les mains dfquels
tr ous les cananux ciii kls .bfrb. nic, ciomi en ^ riair ve nt ci -on n
Alac, o s raise conte el its receveurs ordindres verferont l mon ant
Aieres ,a s proviso ctese cou en ce s mi lu de lurs recettes fe'ont tenus der aire rie leur cte
Evres a ,a province. Je rooo.-; en con. Cquenc.:
un amendem'n, tapluIr par ,tos les dIput de toutes diligences, pour que les imipofitions de ,an-
luAlce, poriea-nt qp. ls dpuarts des cett prouvice ne 1790 et des anne s antrieures foient acquittes
VAlace, pDrtait qu2 lA dpu as detecv e prnmviue euiite.meit dans les fix premiers mois de 1791 a i
front parvenir 1 iimot de 17790 au trelo, public, e imet pr s mos de 1791
oir te!ll voie direct qui fi-ra con.erie eit tir')tx L t
le pouvir exicntif III. LTes contraintes ne pour'ront tre dcern4es
M. Su!ls combat le projet du comit, et Cherche qu fuir le vifa des directoires des diflri:ts, lorfqu'ils
prouver qu'ii ne p-ut Cdre admis. il pari~ av c f-ront tablis.
for. e co-tre les financiers tr coi-tre ls projects finil- IV. Tous les receveurs particuliers front tenus
tres qu'ils.peiuvnt excuier s'ils parviennent fire d'er.voyer moist par moist, l'tat de leur recette
difarutre le numeraire. 11 d.made qu'il.n'y ait lieu et de ce qui refte d au directooire des diftfriCts
-a delib:cr., de leur arrondiffement, lefqculs front cenms de
M. A :[n. Je r1-pec'e les intentions du priopinantr les envoyer" au lPt au directoire du dpartcment.
j'a.mire fon zee i mais il nous carte de la qu.f- V. LeCdi:s riforiers ou receveurs gnranx ne
tion. pourront fire compenfation des fonds de leurs
L'affaire actmiele -ft une aifiie d'ordre et d'ha- recettes avec ceux de leur cautionnement.
biude .pour la perception des droits ; ]s frayeurs V i. 11. remettront, dans les fix premiers mois
du preop..p-nt ne d i',-ent pas vous al.irtnr. La de 1i79 ,aux adminilnrareurs des diffrens dp'ir-
fiiiance ne'eut vous nuire, elle eff aneaniti pir remerns, un tat au vrai de la situation des recou-
la confiitumion. vrem-ns. Quant aux comptes dfinitifs, tant de
M. Riiee-re, Attendit que le fyflme de la l'exercice de 1790 que des annirs antrieures, is'
rectte ac uielle doit i: L-.2;. juqui ce u'il ait fe 'o,t preents par eux a' la vrificat'i n dans le
t expr iff int rvou a, iAi i e eatioa courant de lee 1791 au plus tard, 'devant qui ,
doit diciarcr qu'il n'y a lieu, dlibrer fur la pro- et anli quil fera adonn par l'Afemblee national.
po:'ti,.n o'ordonner qu'il fera conlerv pendlant La fiance eft leve.
toute 'anne 1750.
Mf. Lco:ie:dx. [.es financiers ne f'ni: pas dange- SAcNCE DU SAMEDI 30 JANVIER AU SOIR.
rcu: dans Iu:' rvculuion Que l'Aff:inible opere
avec courage Oit lir la notice des dons parriotiques, et des
On vous a parl de 1;a cam'e d'efco-npte a il ci nombrefes adrelfes c'adhfion de diffrentes villes
cer a n que le nlumt rre r.ma que.; vote dcret ern et comm. uautIs.
fixe la chrcuilat i dins Ls province s o il y a flagna- /
tion dans s les inpoliriio; direct-s et indirectes : Un de MM. les fecrtaires lit la 'rponfe de la
el: s maiqulecn d-.: ..,..'i ;i.. .t n'e:.voient ri-in. fin ficit de la revolution d'Angletkrre la lettre
dulirie de Paris efl diiniinue lc onorrie la plus crite par M. l'archevque d'Aix au lord Stanhope
fvere s'y port-: fur tors les objets les grand's president de cette focit; la voici:
propnie' tairs r'rivcnt mins de leurs terres et ,es menmbres de la focit dre la revolution d'An-
d'aities font abfr-ns ; mais cc(l il y a un remade., nAterre pritent l'archevque d'Abx de recevoir leurs
c'eiti de ne pas accrr'itre la mfi nce fur ceux qui plus fenfibles remercimens de la l.ttre qu'il a adref-
cpoperent a 'admnill rating. f e au lord St-,nhope, leur prlident, et par laquelle
Qutant la cail'e r' e'comipte les mmes terreur il leur a fait part de l'arret de l'Affemble na-
ont tr port s a l'aflbie ides reprlentins dela tionale de a tia France.


ous les pays du monde rli ; '
cur public e.t dle la libiertr.
Lei:rs coeuirs foni ,,.11.- l c c ,i "
, nI di iren riet n ., I .!i' n,-1
L, It l I I. l-le r -;il ces prince, ;.lt il .,
e :c-:' i de tous'lis honmies, do, t
ie et 1- s haines iinationles. e trini neir. I' r1'''
ace d Ja i terre r ..'i:- i i i l .t-a iti -d
cilpI, aiiitre Jes gue'resi ces tciriLle's u
'ernemlns. .. '
c ],senvifagent avec tr.Tn 'port lip, tive '",,
emi s fbitun s qui ':, "i nit ,' . .
es dcrets de. 'Afleiibl'e ii.i, .:l.- l..ini '.' ~'
in gage au geuiitra hliimaain:. i .
. La foecite de la yryvolutiupnt io dc v I t 'l
!ans ctteu: cjrconftance, ce p.ii lc' t 'l
:ans Li. riii: de la -s...11. ,.n d.- la i
compete. la leon falutaire quel1., t'erini.- ii _r ,
grandis mouveimens d'oit l.-iiriii tois les ,i(;' .
Les Franais font heutieux l'.ivnr,, u :li
iuftementr ppell le' prerni'r den ,Livere i ,, r'
cider Jeurs. dfirs qui les ucuiii.g- ..- K''
l Iurs drioits, .: qule ,' i ut l lai',cs on ut Uni ~
par le titre' de i'li.ui. teir dce l ia b I-, l .

Puiffent les ;du.., f,,.t,: ,*.l, un-t.u ..,. 're i't ', l i. '
erreiir infenre! Puite fon exetr.il.- Iftir' aur .,,,!;
quils ne pour:onit jamais rtii ti s -.ind ,t E
,. et plus puilians .:, iq ,' il n., t le ,'
d- fpotique ils fe pIhcront eu -.,, f,1t..
les 'rois de I' .,. t- d 't ',\I',-l- ,:,,.- ., I., iu ,';,i' i
conflituition -d'un gouvernemeiit liii et liii P ,u
clair.
Suiiverit les signatures.
Cette lettre excite les plus plus %ifs :,pplui
femens.
'L'Affemble en ordonne l'ii reli;on.
M. Salomon, dput d'Cl:ain:', iirl.in cnrc
un pamphlt imprnimi us fou n C n m, .:t i i:r. -
tra.ts indcer .s et -r ii'rii.-', i .'' ,-.. ,I I 'i' .
inale, qui ne. rpond i ce digpii: i ,:.:,-,i quii ,r
des .ipuin fi ni i. ..
Une famille innocence er n,.lll:li -ul,. t 'nrl ;f :
des cachots, dans leiquels tlliun- I iil ,i iii.'iit i ;l,.
p.rticide l'avait dtnue *pendn.ri' '-liu l -di.x 'ai
nes et reue a !a barre. .
Deux jeunes militair esles "'- lT t. hr, l
fentent la, famille Verdure' au,. r.--piiir.n, ,I 1
Na ton. L'un, d'eux oi;te la pa.'i : .
S N. .gn:is. nous meno I r.i. ,r V n rn '
r l. qui depuis dix ans ijiiiit. ii ..-a ii..d
parricide vient enfin' d'tre r.-ii.u liu ii:i L ;
par un jugement conforme '-.,; J:t .ts.
S'I1I honorera notre vie I e iiitir <.-'i nio!i venlm .
ofrrir .la bienfaifance des loi's i- ..~i1 :lls ,: Ln ii
heLireufes victims des ancienn-'i i.i
, En rendnt cet homage lAff:.iibl;e n.ti-
nale ,nous en devons tin a cette- clall;: iu at'-:
citoyens, .i r i.:.1 l..' :ii-:-i i .dvoue .,u i i'l '': .
I'Etat, et laquelle nous avonss I',iiiiicur dJ
partenmir. ,
Elle nous a appris que nous de.'iis .I"' lt !
l'infortune particuliere qu' la 'a 'd tt'.u'- i : Je.
Patrie. ,
M. le prefidenr. Votre longie. inie tur.:- tn-,
vivement l 'A flerible. Ses pnibles n.i,; oit I" '"
but d'carter les erreurs qui nt fait .' i, t iit vi..-i1i'
Ouibliez s'il eft poffible, 'les peiiin.( i ,,i:l.sL',,1
vous avez eprouves, ef gotirez du inu~i'i '
consolation que l'poque o 'Yon a i,:.-i iiu .i
tre innocence eft celle d'tn n..--'-l ci.h1 dk Li,
fes qui prviendra d'auffi f'iu.l l,. '.,.:-'i. I
SL'Afleiemble vous permet d'alilir .1 IL i.Ieai'


:omi lune dte I/arts- d.s conmmlaitres ont ecu des
[eances avec les actionnii ~s Cet lesd.putis du comi- Ils n'ont jamais prouv de plus vive fatisfac- Un membre. Je pptpofe a l'.' i;:l-i.-: 1 d'tii
ncrce. I.s (ot t .i MA n1 i.: fir le fort de I nn quec cd e que leur a doinnee fi lettre et fa a la capital l'evrr-lmp' rIe I i,: ,:r iii: I-ln,: Ib"
caiffe. Il cl I o bible q -e c ux cq:.i font de.Y'arg .: t 'en'ion" lein de bonte dont l'Afliembl[e natio- paI '' t. !..'-- u '- ...I, - .i, n- i. .i ,1 idi. '
un traffic hont-eux f' foitsnt riablis auprs d'dllk. n"al a pris plaii I honorer leur adrenff de flici ia s tirer a L.... : .] r n..- u i r'ri,1 liii- 1 ~
Je vous price de nomrni- r des co mi aii a',r. s po ir voir t ution. patri',que- -'.l 1 ',. ,'.'.: ,-.1 LiV 1 i
aulx VttIl 5 il l.i tL I rLe Gd' t I d lil.J
les opraions et q'u:lles foientr iles lous la fauve- I|ls ont reffenti parmcu liremnt 'la jiuffce ue ds loi'
gar. e de votre vi;a!nce. cetrte auguffe Aflemblie leur a rendue, quand elle
On li.c le project du comit et l'amendeient de a reconniiu dans ltur adreffe influence de ces prin- -Cette pr.-plt.i: n n'. pi dIr tii.s.
M. Dupont. cipts de bienveillance univefella qui doivent, dans i n.i

On n'inferc aucun avis qui ne foit figniA d'un e perfonne connue, 't on ne lesreoit qu'au bureau I.: l- r ..
Le prix de chaque Annoncl ou Avis eft de j 1. pour dix lines d'impr'effion et au-delfous; de 6 i. cl.dp-i: i n,- :.ii ca, in uii 1hr'~t
I2]iv. dpuis vint-ne juifqui trente lines; de 18 liv depuis trente-une jufqu' quarante lines .t I d .a. i. J, i '-,i)t id'n tt-"
Ijuqni cinqanie lines. On ne reoit aucun Avis plus tendu, moins qu'il ne Ioit trs-im-po1rta. LL. iiinc .s J 'rdu
iyxes 6 liv. Cette Jeuille parai tous les mIatis. ,

O't s'abonne Paris huitel de Tho.u rue des Poitevini, o u au bureau des Afich.cs d Paris, rue Ne:,' S. '*"-. L. /,' (i1
PA'ris, de 8 liv. pour trois mnis 36' li, pouri' Ix )s e At d, 72 L I. pouir l'ainne ; et pour l -, province .? i .
pour fix mois et 8.4 liv. pour i'alnlene6, f'luc d: port. L'on ne s'abonre qu'au comrenen-e et d.le cia .... "r '. : .... :i .i.
/cs' libraires dle Firanc e et les Directeurss e ,)/pes ; et Londres chce Emly liba'ire dans l.e Sirand, i, ' I. n ''
lureaun de la Gouette Nationiale rue 'es Poiteains, 2 18 qu'il faut adreJffr les lettreas e t L'arl'et. a n \: c i P... '
ce qri'rerarde la dla jributi la'de etete fJnuile.