Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text







GAZETTE NATIONAL, ou LE MONITEUR' UNIVERSE
W. R


S A M E ) I


No 30.


jo JA N V IE R 1790.


- - a - 1__1 I


POLITIQ U E. et
Sll
TURQU I E.

t Porte, di ent les lettres de Bucha.ret du 31
d-cerbr,, a charg- I'liop)odir Mtauroicni d'entrer le
r ,,gociaion avec le prince de Cobourg : d.s p1
ouriis ct d eliaffctts cont et viennent frequem- t
mnci envre i'horpodar et ce gnral. n
Oin a befoiin de beaucoup de prudence et de la a
pis grande circonfpectio, pour agir avec un ngo- v
dateur tel que l'ihopodar.

Ornapprerdde Bude, fitivant des lettres de Vienne
du i j vier,' qt;une"" p:mi du corps do bombar-
S. qi br(ait prs sd'Orfo ,'a, y CL r.ve.,u' et r
Sctte forterefle efr toujours t'loquie. Les troupes fi
qui oit refles pour cet objet fo:.t chaudement a
1lhilles et bien nourries. On a chaufi avec des 1
p !es les cabanes qui leur fervent de logement.

Un gros dtachentenit Turc a ataqu le corps
des olonrairs de Brauo'waz poi au Tiimok,
', mis en fuite, et s'cil empar de deux pa-
lanques.
Des lettres de Yaffy, 'du 2i flcembre, portent
qe trois comminfiaires tircs venant de Conila;.ti-
liople font actuellement auprs du gr.'nd vifir, et
,uils arriveront, le I5 janvier dans cette capital
te la Moldavie. "
On continue dc parler du congrs qui doit fe
tenir Y;i(ay our la pacificati 'n ; felon les derni-res
r,.,,., ,I. il 'e plus quel'ion de Bucharefi . .
On diflerbte dans tous les papers fur la fincrit d s
Turcs, fiir leurs d'foiidions fire de grands tacri-
fics .. .. Il ef constant que les prparatifs pour une
troifine' campagntie n~ i' nt p.ri'r vralentis. On a
command nouvellemenet 4*io0 chevaux de tra;t et
2,oo0 charriots muniticnrires ainfi qu'un grand
sombre de fufils.
Un btiment de Smyrne arriv Marfiille le 19
janvir, aprs un voyage de 13 jours, a apport
des nouvelles de Colltanitiiople, du 22 dc:.embre
dernir, par lefquelles on voit qu' cette poque
les prteprat fs de gu;rre s'y contiuaienit avec la
pis grande activity.
les 1 ttres d. Montngro apprennent que le pacha
ie FScutari fr trouve einte'irmu: dans la province de
iilifeizha qui cll une parties do 1''.. ,:- ;ii, Les
Montriigriiis, Tes ennemis, lui ont coup tous lIs
dfils. Le pacha a vainement off ri vingt bourl:s
de ducats. Les deux ai.res ch1m.ns qui minenit dans
l'Allanie ,ont le territoire "ulirc .t le pays de
Raguf e; le premier eft gard par Mahmiind Bego--
wichl, qui a jur la mort du pacha i l'autrc eAt d-
fendu par les Bochefes, qui font des allies des
Mointne'rins. La perple::e du pacha de Scutari
eft extreme : la province qui lui fert d(e prison n'eft
point aliez colnid. ablee pour fournir fts troupes
lis provisions d: bouche ncceff.tires.

DAN E MAR C K.

De Colpnhaguie le 9j anvicr.

La caiffe royale de credit a fait depuis le 16
aoUt 1786 ;r'y iq'an i dcemnbre r78o,, les avan,-ces
fiivantes, fioire : en iDanciiirck 143,o3 rixja-
lors, 137,0oo en Norwege et 31,72z d.ns les
duchs.

M. de Buck, conflil da S. M. dans la Galice et
l'Aiiurie, a et nonm- coifil Cadix et dans l'An-
daouite, en place de M. Wallch qui a demand et
o'teinufa dmiltiou.

Nous a.p;eions avec fatirfaicion qu le l vaffeau
de la companies d'A lie L Princ'fe L 'ouiJ- .j ,
don't nous tions inquiets, eit arrive hci.reufi.uent
Tranquebar au mois de juillet dcinier.

PRUSS E.
I
De B3crlin le 9 j'zviiczr.

Chagqe com-pagnie d'artillerie en garnifen dans
E'.te vi!le, doit fournir fix homes et un artificier
P'tir partir la firiain prochaine. On ignore leur
definiation. Les uns peufent que c'let Magsdebourg;
tsa G:audentz ; on eft-afur qu'ils front oc-
cpes faire des cartouches. -Les quipages du,
roi font pr6ts. *

On dit qu ,l'arme prufflenin- fur la Meufe fera
potte a zy,1oo homes et que pour prvenir
a chert et la difete dis vivres on pren.lra totes
les f*tirs pour en fiare le tranfp.rt.


Les gar es-du-corps ont ordre de fe tenir prts
Sle jo<.r en jour les prparatifs de guerre aug-
nentent.
ALLEMAGN E.

La faveur des rois elt fouvent une leon pour
es Peuples. ... Le gnral d'Al on coname inous
avons dit a t nonin,m comimaindant en chef ldes
routes d%: l'emper,ur en Moravie. ... Nous appre
ons que M. le come de T'iauttmanfdorff, fans
voir reu aucune marque des bonrs de fou fou-
erain s'eft retire Aix-la-Chapelle.

De Francfort, le 17 janvier.
Nous avons vu arriver ici le 14 de ce mois, envi-
on 70 foldats autrichiens venant des Pays-Bas. Plu-
leurs d'entre eux taie' t invalides : ils nous ont
idur que d'autres dferteurs ne tarderaient pas
es fuivie.
M. le come rgnant de Solms-Rodilheim, eft mort
e if de ce nmo;s a Affenieim, dans la 76 anne
le lon age.

ESPAG NE.

Del Madrid, le i2 dcembre.
Les efpagnols font toujours alarms de la rvolu-
tion de la France. Ils prennent, difent-ils, des
precautions. On fait dfiler qulques rgimens pour
renforcer le cordon de troupes qui couvrent les
foinierres dans la Navarre et dans la Catalogne, du
cot d'Aimpriiidair.

PO R TU G AL.

On lit dans la gazette de la Haye,anicle Lisbonne
g.n da : du Io drcembe :
Le n,.utvel ambaladeur de Frace envoy pa
l' Afemuble Iationale >.our riider ici .n'apoint ei
I'accu..il qu'il aurait dlir. Avant t admis l'au
dience de la Reine pour prf, ntr fes lettres d<
crance, ds qu'il a proefr ces mots : Au nom e
de la part ce la Nation Fa',aifi S. M. trouble
ne prit point les, cttres d. creance, et fe retire
fans rien rpondre. On conoit que nous ne pr
fentons pas ces dtails frieufiment.

HOLLANDE.

De la Haye le 2ojanvier.

Samedi dernier font arrivs dans cette r.fidenc
l'ambafladeur de la cour de Beriin auprs de LI
HH.{. PP., ainfi qu'un nouveau charge d'affaires d
l'empereur. M. Fitz-Herbert nommni l'ambafd
de Madrid, n'a:tend pour partir que les deri:ie
ordres du cabinet de Saint-James.

PAYS-BAS.

Le confeil fouverain de la province de H--ainaul
ayant reu la dpeche des Etats du 31 dcenbre
a fait publier l'ordonnance fuivante;
Art. I". Tous bailis, prv s et autres premier
officers de juflice des terres et f..igneuries dpeL
dates de quelque pr'vot, chitllenie oin autrr
gin r;is, devront pi&rer, cn mai s de l'offici
de Clur gn.'ralit refpective, le fernm-nt don't la tenel
s'enfuit: Oc maintenir ;invari'aiLmct notre Jaine rel
g on-ciiathliqu-aipiflolique et ,nre maine, les con/pitliaton
lois charges t.f'ge franchifis fibert et ind,pe
dance de ce ,ays et d'tre fiddle et loyal la Natiot
et ce, dans l. t'rnne de huit jours aprs la public
tion de la prentit ordonnance, peine de fulpei
fion de leur tat et office.
11. Tous maires et chevins, gens de f'n ,
fiers et fergeiis, devront prter 1 : mmt e ::,-iWt .
iinins du principal officer de juflice de leur lit i
dans le terme de quinze jours de la publication
de la prfente ordonnance, fous la peine de fui
pension.
]II. Les officers principaux des feigieurs devroi
envoyer, dans la quinzaine aprs la prelfaeinn, l
acts de la prdehaniori dudit ermient, aux offiie
de leur respective gnralitd, et ceux-ci devror
les renvoye" dans le moist avec les acres de la pre
ration duiiit ferment fait en leurs mains au gref
de ce conifil, fe rglant on ce regard de la mani:i
ufite au fujet de la relation de publication d,
ordonnances.
IV. Les befognemens ci-deffits prefcrits devrot
fe fire d'office et fans rtributiions. Et fera la pr:
f=nre ordonnanc:ie imp imc publie et aflkih.e
tous les lieux du reflfrt de ce corifil, en la forn
et maMniere ordinaire.
Fait en confeil, le premier janvier 1790. Par
ph, DELMB. Vt. Et par ord, Si., MA'GES.,


.D Liege, le 19 janvier.
L'agent du princ -vque a cherch une maniere
d expliquer la conduire de M. de Dohm. La fimpli-
cit du moyen aen ngag le,ipiniftre directorial a
publier l'acte qui fuit
Le dcret ian de la faere chambre impriale,
de Wet7zar, le 18 de ce mois, dan. l'affaire de
Liege, enjoint au di-ecto;ra du cercle de prendre
les informations fur certailis faiti o la dignit mme
et l'honneur des minihIres dirctoriaux font compro-
mis. Les recherches ifaire ce fujet ne peuvent
donc fouffrir !e moirdre dlai.
Par un recez du chapitre cathdral, en date du
2z novembre, reproduit la chambre par l'agent
du prince, on croippercevoir que plufieurs per-
fonnes ont eu le deffein de faire des propositions
indcentes au directoire alremlbl Aldengoor
pour l' ng.ger a agir d'une maniere contraire fes
infiructions et que du moins il en a t question
aux Ets'rs affemol s. Un tel delein, ft-il mme
demeur fans .ff-.t, ofl. fie fouveraini-ment les hau-
tes course du cecle et leurs fubdlgus.
," Le fuhbdlgu de Clevespropole doncque d'aprs
la march trace par le dcret dela chambre imp-
riale, on faffe; fr cette afqure, toutes les per-
quifitions nceffaires pour l'clairer complettement.
*Le fubdlegu ne date aucunement d'un par-
fait accor.l l-defius de la part des deux hauts co-
directoires ; il don't aufli fa conscience et la v-
rit de donner aux dputs des Etats de Lige,
S( tant ceux qui ont paru -Aldengoor, qua' tous
Sceux qu'il a vus prcdemment) qu'aucun d'eux n'a
Sjamais ccherch ni directement i i indirectement
I'intreffer leur cafe que par des raifons puifes
dais la nature mme de la chole.
On obliervra d'ailleurs que le dcret de la chambre
don't on vient de parler a donn feul lieu a cette
piropoitilon qui touche ;'i...,'iiur du directoire, et
qu'on ne doit nuilemei t l'attribieir lextravagatte
r calomnie qu'on s'eit plu repandre avec un foin
u, tout paiticu;ir juiques dans les provinces les plus
Sloignes de l'Allemagne et piicipalement Mu-
e ich ( come il a t fignifie au fubddlgu par
t l'envoy du roi cette Cour); que le lieutenant-
gnral de Schlieffen et le fibdllgu avaient reu
a des Ligeos .co,coo florins, et s't:,ieet laiffs
Sengager par-!a agir contre les inftructions formelles
de S. M. le roi de Pruffe.
Le fibdlegb compromettrait, fans contredit, le
caractere de S. E. M. de Schlieff"en, il compromet-
trait fa propre'rputation, qui, ( il ofe le dire avec
aff.irance) de! affez gnralenment tabeie, s'ilcroyait
un minLant qu'il it poflible qu'il fe trouvit jamais
un feul homme ( i moins qu'l n'appartnt la plus
e vile populace, et qu'il n'et pas le fens commun )
d. qui n'accueillt cette calomnie plus abfurde encore
i que mchunte, avec le plus profound mpris pour
ceux qui-nri font les auteurs.
S Au refli le fabdc-lgu ne peut s'empcher d'ob,
ftrver que l'agent du prince a allgu dans bii
crit plufieurs Ii ~ qui att:.ftent clairement le dfef-
po r des Ligeois' et la rfolution qu'i s avaient prlfe
de fire rfiitance, ce qui aurait nceffairement en-
t, tran la ruine de la capital et de tout le pays de
Lige.
L'agent du prince a donc confirm par-l lui-
mme ce que le directoire de Clves a fi inflam-
S ment reprafent, en foi teams, aux deux co-airec-
ns tires, fans pouvoir, hlas! les convaincre.
er Sign Dornf.
>Jr
li. Sur le mmoire notifi hier de la part du haut
s, directoire de Cleves Muinfer propose trs-humble-
n- ment de demander provifoiremient au chapitre cath-
z; dral de Lige une copie authentique du recez du 2z
a- novembre de l'anne derniere, avec l.s noms des
n- captulaires prfens, et avec leurs fuffrages.
Sign,, Du KEMPIS.
fi Le premier janvier : Quant moi, je n'y trouve
I, point de d fficult.
n Signi, DE GRIEN.
f-
Clves. eft parfaitement d'accord. Le 2 janvier
nt 1790.
es Sign, DOIM.
rs
aif F R A N CE.
fe
re Dlibration du corifel municipal renforc de la ville
es de Ma.fille.

t Ce jourd'hui 12 janvier 1790, aprs-midi. Le
n. con(cil confident que toit bo! citoyen doit tre
I prt foutenir d. toutes fes forces l'excution des
dcrets de l'Affemble naiionale fanctionns par le
roi ;
Oue la revolution opre par les reprfentans de
a- la Nation, et don't, fuivant lheureufe expre fion
je Mofjieur, le roi lui-'minrle 'et rendu le chef,


,~ww*u~iunumuli-i~ ----~------ -II------~------ ~lwi-rxrru*rr~F.u7uuirri~Mn~Mlnr*,,u


< C









1,20


doit tre regarde comme irbranlable ; que ce Plus n'a t propol ni d2l br, et a M. le cnm-
ferair tre traltre a 1 Patrie que de vouloir la milire du r.,i, 1ngc avec MM. lo Oiuicirs muni-
conurar.er, ,'ta.IX, i tuls les memubres du cotufea, et uous no-
()tu, dcid::s foutenir jurqu' la mort les d- tiake roya.., f-crcaire de h c)iniiunie.
crrts de l'Aniemble irt anaL finct:onini plr le S e.
roi tous les ( rtinais doivet:. s'emprefllr d'ecar-
ter les obltacles qu'levent les ei.nem's de la rvo- ... ,
lution; -------
Que, parmi ces obiac'es les plus dangereux fans O N
dout, c-ell l'anarchie q'ii regna dans pllieurs par- A D M I N I S T RA T I O N.
tics du royaume, anar hie par lquelle les dtrac-
teurs d la'rvolution voudraient nous faire regretter M U N I c I P A L I T D E P A R I S.
le deipotifme ds reins anciens5
Que'c'efl ainfi que, par des bruits fems avec Dpartement de Police.
malice, ils excitent parmi le Peuple de tauiils alar-
mes, et procuiient des terreurs paniques, afin d'em- D j.landi z5 jnvier. On ftit favoir tous mar-
pcher la sincere union des citoyens de toutes les chase, tant d cette vili que foiains, que 1.r fore
clahfes, et de dtruire les heureux eff-ts des nou- de Saint-Gertnain-des-Pres-lq-Paiis fe ,iqunda e te
velles lois, qui ne peuvent s'execut.r qu'au milieu et place accoutum u uver-
du ca.liiie et de la paix a 1l1:e aux lieu et place accoutums ; G u.' louver-
du cai et d la paixo t tu e s en fera le mercre i 3 fevr er prochain, et
Si eft infant, pour fire cer avec cette ana- e tnra, fivant juqu'au funedi 13
chief paffagere, les clameurss ds mal-intenionnes dudit mois t par fit 'au edi de la fe-
de redonner au pouvir executiftote energie qui ia;ne de la Pafion., inclulivement Lins qu'il fuit
lui eft neceffaire pour tire exeeuter les lois et main- befoin d autre act de prorogation et ce qu'a cun
tenir l'ordre public
teQuun nordre s lic de Franais f font n'en prctnde ae aie'ignorance, fera la prfente
upatris cqu'il fumble par-lac que la Natios e di prclamation, lue, publie fon de trompe et cri
que touts les cit0 s er:tnt gaux etn droi.s public, er af1iche dans tous les cariefours de cette
et la distinction des orares tant jamais abolie il vlle et fauxbourgs.
doit fe former une feule Nation de la rniion fin- Fait Paris le 25 jinvier 1790.
cere de tous les individus don't la bafr f:ia l'ati- S m e D T
cement la conft;r.rion t 'Si s,, Brail l maire Duport du EtLlre, lr -
leti n dr niait -diii;tra
Que nos reprefentans doiv.nt tre fupplis, en ten ni d ml.in i:ata conleiller-admindtrateur
cartntr routes les afl.ir: s de detail qui fo.nt dans le Bolemcr de L'Jlr tinicre, procureur-fyndic de la
cas ad'rre renvoyees au poux air exccu.if, d'org. nifer co.. niune.
incefammernt le pouvoir judiciaire qui garantira l.s l ass
proprits et la fur:r des citoyen:,, et d'tablir la
fiibordination fi nceffaire dans un valle royaume p A R LE Mf E N T D E P A R I S.
pour la tranqui!ii de tous;
Confiderant enfin que la vilia de Marei!le, vive- TOURNE LLE C RIM I N EL LE.
nment frappe par ce qui fe pale autour d'ell ,
1firuite par fts relations {nr l'at actuel du royatu- Te 26 5 heures du foir, on a jug l'audience
me ; et def-irz ai'.rer t 'ekt udon de nouvlles lois
me et defr t aurer lexuion des nouvelles lois publ.que ls trois particuliers, auteurs du 0ol fait au
doit manii r avec la liberze et la franchife qui griffe-criminel du Chtelet de Paris. L'arrt infirme la
l'ont caraetrifC e e tous les renms, fon adhfion sentence du C.htrlet qui les condamnait ere pen-
la revoluti n, et les moyens qu'elle croit Ls plus dus; les declare atteints et convaincus de s'tre in ro-
capabL.s de 'affurur. duits dans ce er. f. et d'v ivoir volir ,n r sc-


Tous les nmemb-res du co'nfil pr'ent, reprfcen-
tans d.- la commi.n- fe f.>nt lve:vs et ont )iire au
nom de tous lks cihoylns de :.i i-r-l: qu 'is ifn
invariabl-mient attaches l'Aliemb"'e nari'nale e-
au roi ; qu'ils fi lient par des niulds indiffolubks,
pour confommer la rvolution fi h.-ureufiement com-
rmence, et afiurer l'excution des lois tmanes
di l'PA.Lnble nit.ona'e, et fanctionnees par le

Le confeil a dclar qu'il regarded come tran.res
!a P:.tria, ceux qui te permett':nt de dclanier
cVncre les dcrets d-s reprfeliauis de la Natiou ,
et qui troublent i ordre ri;blic fi ch. r et fi ncnffaire
tous ces citoyens il a prie _lM. les officers
municipaux de fire pourfiivire ies atn eus et difri-
huteurs des libelli s dans lefquels on excite le Peiple
centre Y' Aieimblae n.ot ona'e et centre le roi, cormme
atuffi totis ceux qui tendraient femer des bruits
inquiertan et calomnieux, i divifar lsI citoyens,
exci:er aux fditions.
Il a auti dilibr que l'Affemble national fera
fupplie d'inviter tous le Ftancais qui ont quitt
leur Patrie y ren. rer; dc arant des--prf, nt qu'il
met focus hl fauvc-gard dc. li N.ition. de hi loi et
du roi, ct u qui i,'tar.rt ;i prvenus ni accuifs
l galement d'aucun cr me, reviendront a Mhlari le,
dfend.nt qui que ci flit oe les infliter ou
provoqiir leur prom.ttant protection et furet
la charge par eux de fe conformer en tout aux
loi..
Il a t encore dlibr que l'Afcim ble nationa'e
fera fupp'ie de redotine- au pouvoir ex:cutif tout
le riffo t qui lui eft nc.:faire pour mainte,tir l'ordre
et la :ranquillit dans un vaft tinp re ; de renvoyer,
f,.it au puuvoir excutif, foat aux t: ibunaux, routes
ks affairs de dtail quf mcccurct des miimens pr-
ceuix au fAiltt public ; d'orndiiiir ir:ceffammeiit le
poitvoir judiciaire .et a .miiiiitrarif; de rtablir la
fubordination fi niceffaire au falut de l'Etat et
l'excutioii d-s lois, et d'inviter tous 1es ci oyens
oublier leurs difienions, pour s'occuper, de con
cert et av: c cordialit coonfommer dans le'calme
et -a paix cette heur::ul revolution.
Enlin il a t dlibec qil f ra adreff, en
tribute de reconnailiance lAlmL'nble rationale et
au roi, pour tous les dereis rendus et fanctionn s
jufqu' ce jour, les timognages les plus vifs de
repcc: d'amour et de fomiiiffion que fa majeftl
f-ra part'culicir,:ment remerciee des faclilices per-
foinn:-ls auxquiiil elle cinfltt jul'qu'ai pavement des
tldtt s de l'Ea'-, et qu'il fn r emoign- a ce bon
et v,:-rtu-iux roi conbien I s Marft illais dlefirent voir
fe raiir:r bientt la promelff qu'il a faie de vilittr
1 s provnccs de f'n royaume : il r cer.n, au mi-
ui.- d'un Peuple franc et fid,(le, 1ls hommnagcs dus
au reftirat'uiir de la lib& la r franai.
Le co:ifii a irri:d qu'il fera ad:-fl d''s extracts
de lI pris ente liberation fia inajed et au pr-
hi i .nt 'e l'AffAmnl.' ntionaklc, et i;u'ell.e fira m-
prir., pour en etr envuv des ex:mpla r:s aux
princiialks mitnicia!its du royaume piu li-, tc
atfikh:c ateit dans 1a ville qpe dan le t.rritoir.


U L .
grand e quantity o'. -Il- i ,it ils ont It tiotuvisf aiJis.
c:t vehmeiemcn: fifpects d'tre les auteu's des
c fractions co;ni ,ies aux portes du.rit greife et cells
des armoires dan lel'quell's taient renf-rms les bi-
joux, e-ffats, deniers comptans et billets de caiffe-
d'efcompte trouvs fur eux pour rparation de
quoi ils'ont t condamns fervir le roi come
forats fuir fes galeres, perptuit, et tre fouiet-
ts et marqus frr Ls deux paules des letnes G. A. L.
Les conclusions du procureur-gnral tendaient a ce
Sque la fentence du Chtelet ft confirme.
On dit que le motif de l'infirmation de la fen
tence du Ch;t:let tait que paraiffant prouv au
dir.cs que p'ifieurs de ceux qui s'taient iat oduits
ans le greffe s'taient enfuis on ne pouvait
favoir ceux qui avaient commis l'effraction.
On dit, en outre, que ces crimninels ont leurs
poch s pleines d'or et de bijoux, et que le nomm
Ri:vil I un d'eux, a montr 6o louis en or le jour
de ion jugement.



CH ATELET DE PARIS.

Affaire de M. de Befenval.

Tous les tmoins avant t entendus, M. Boucher
d'Arg s a fait lecture d'une lkttre de M. Rou0i.l
Saint Remy, par laquelle c tmoin di: qu'tant
nala lee il n peut fe tranfiporter Paris", et il
confriime par fa lettre fa prcdente dpofition faite
et line il y a deux moos.
Il n'y a point eu d'inflruction ces jours-ci au
Chtelct,
On dit que l'affaire de M. de Favras doit tre
juge aujourd'hui.

LIVES NOUVEAUX.

Trait des prairie s artificelles ou Recherches fur
les efpeces de plants qu'on peut cultiver avec le
plus d advantage en prairies artificielles dans la gn-
ralite de Paris, et fur la culture qui leuri convient
le mitux, avec cette pigraphe : Q:L arvis fimos,
fimis pecora pecoribus paifua adamuifi'li novit acca-
nodaie is aericaltuira fafligiuin atuitir ; par GilbLrt
co refpondaiit de la focite royale d 'Agrieulture de
Paris, membre honoraire de l'acadmiei, des Belles-
Lettres d'Arras, et profeffeur de l'cole royale v-
trinaire.
A Paris, chez la vruve d'I-Toury et Debure
imprimeurs-,ibraires de M. le duc d'Orlans rue
I-hute-Feuille. I vol. in-8 de 300 pages.
iff7E; c r, ,,. Il ,,, ,. -., _. .


ASSEMBLE NATIONAL.

Prfidence de M. Target.

SEANCE DU MARDI 26 JANVIER AU SOIR.

On lit les adreffes et les dons patriotiques. L'Af
f:mible diflingu par de vifs applauLdi(.em;i, uli
offrande de 600 liv. prfente 'pr les jeiinS rlis
de la clafle de physique du college de Loui-v
Grand.
M. le prlfident a la deputation de ces jeuns i'er'
Jeunes gens, n'oubliez jama's ie jour ot l' .11-
ble national agra votre offrande, vos honiii^'
et vos respects. Le Ciel vous a rfervs pour Il'".
que la plus important de lefpece humaine. Joiiill'
long-teims du bonheur qu'elle vous prpare, a ilt
trompez jamais les efprances de la Patrie.


MM. Thomas et de Villars, dputs de (hil.i'
en Champagne font reus la barre.'
M. 'Thomas porte la parole pour prel",'uI'r


.lr If. le. qci retu i tr tteitaent de la 'Aftemblie l'hoitmmage de la nouvelle ntiupiill'r
fniculrs tion, m(difaerion et dfiPPiefiins des mo- de cette ville, avec un don patriotique de I'
nalltes irAui Ix dle' ln et de l'autreb lxe. hbitans, et I'Aflemblae voit avec le pli, 1,iMl
A Londres, et fe tr uve Paris, hitl Boi- plaifa les t oigtags e veonn avifnce d eleair
thiliicr r-ue dtes Poitevins. I vol. in -8" cle :i o pag. i n des premiers aabliffe; reconnaanicipaux fo ronnei'
Prix, y4 bus bioch, et 30 focus franc de port. i s dcrets.


SCIENCESET A R T ? -

Afironomi.c
Le voyage de M.de la1Peyroufe author deia i
comment en 178 ,devait trte rteu iiiiit . ,
nier r ce retard a donn de juites inuii -,ii:- ,1,
le 3 feptembre, M. Foir.herr ,U ,.Loni,,, i ;'-1i
des paquebots du roi, a rendu con. il,,
e ion voyage, a rapport qu'il ,
de Bonne-liperance le commandaiil i u
cfpLagnol venantt de Manille, qui i.1, .1 ii i
la Perouie et qu'il rait part de .l.t'ii1l;. .
riverr 1789. Airi, n us avons efpl.inC .i
arriv.r dans peu nos voyageurs.
La comnete dcouverte le par ir ail
H-lerchel, a t oblerve Paris, le :,, pn M.I ''1
fier. 11 eit n ce jour-l une fille d'.llrii,,,
l'a nomme Caroline; fon pere ef1 il. e lran
mon Neveu 3 elle a eu pour parrain M. i
un dt.s plus grands altronomes que nous W.iri"
cermonies du baptme lui ont t t pl-c, '
M. Ungifchick aftronpme de l'leitr .'fti,,
Puiffent les circonrfances qui ont ac i inpt.ten
nail'aice contribuer lui fire fuii, .
de celle don't elle porte le nom !I Je .t,,,
moins de la foutrraire l'ignorance a laquelkl fi
conidamne.n les femmes par la fprmt acmuelic d '
Sducation. Les course d'adtronomie que -..i.,. k
Iiery f;it a.-ec fuccs lui ferviront de min.,:l- .. ,
que les competes dcouvertes par miff Caroline. tl,
faura de boriie hll re que la culture de l'r :',
plus favorable, mme l'empire des femmaes, ,,
les talens factices de la mufique et de la dalnii
par lefquels on confume les forces et le teams de nus
jeunes perfo'nes.
DE LA LANDE.
Je vais, monfieur,vous entretenir'd'unenou;'lled. ,
couverte aufli utile pour les sciences que pour k.L,,Li
C'eft un initrumcnt de mufique d'unei invention t i,';
nouvell, une efpece de clavecin vent, qu': .l
Sf. u faiLe parler; c' t Ilui qui branle et fir\ il.[r
I 1s cordes tendues lur le corps fonore; c'eft |. r
agent fi lfmpie que 'arrifle a lu produire t tIi,,n i
qu'on n'a jamais entendu f r aucun iiftirumeit ,, 'iit
approche le plus de la voix humane, gal a I,,. i
gane iporir la force d'intenfit des fons, et lu...
rieur par la poflibilit de les nuancer, de .s g.
duer j ce clavecin, qu'on pourrait no mer ,/,,..
Clavicorde l'emporte de beaucoup ftr 'Ha-....
pour fa douceur ; la muiique rel.gieufe elui :..r
tient par excellence ,il ralife ce que l'on inOi..ii "'
de cette mlodie alrlienne, clefte et raviffante quii |'
voulu retracer les compofiteurs les plus ':lktb> r
dans l-s cantiques facrs ; la romance plaintiIr. i
maanco ique, le tendre adagio y verront I.i t.
chants exprimes avec autant de grce que de .:-
rir l'andaeit s'y fera entendre plus' plein pii,
muajefltuux, plus fonore. Ces advantages iiuie.,
comipenferont l'inaptitude qu'on pourrait re'r.di.ir
l'in!trument fe prt.r aux airs vifs t ft,.:il!l ,.,
quoiqu'une certain prefteffe de jeu ,iiil, luiii i
acquife jar ia pet section de fon mncanifmei diuatl, I
iventeurs s'occupnut journellement avec aua.in d
zele quede fuccs ; je n'entrerai dans aucun derni
fur les moyens mcaniques qui exigeraient dJ. .-
plicitions aufli longues qu'inutiles qui n iiiit.urr
'inftrumnent fous 1 s yeux ; les auteurs de c, ilrpilt.
inftl ument, MM. Schcll et Tfchirfcki, fe proplc.ii,
de le fire entrendre incefiimment au public qu'ti
previndront par une announce pa ticpliere, l'.ivii
foumis aux lumieres et l'approbation de MMl. d,
l'academie des sciences. Sign DLMANY.


I


.


-


f


I








:I




c;

r








~ i


" ii
j",
te

:il

t ii

rii





t''








4 Q


121

M. r p,,Cdent, TLa ville dt Chlpns doit tre M. Popnlus, dxput de 1 province lt en mirme
i u r d'iapporter 'VAMiib'e national le pre- tins upe adic1 decs offli'ers municipaux de 1.
t0' homage d'une mnuicipaiht forme ftr les ville lt l'AiLmbl'e applaudit leurs f-nltmens
ncipes confltlitiutnnetl .' pairiotiqutes
L'Afitmblie reoit avec lt'sfaction vos reflects M. Vouilleniont, avocat Affourel, offre une
oaoffranide. mdaill. d'or provenant d'un prix de l'acadeie
tt vtre oftralde de Chlons.
M i. il prfente, aunom deM. Labruyeres, La Lorraine, le Barrois et les Trais-E'vchs ,
ngociant de Sdan un don patriotique de 2400 obtiennent trois dpartemens, Nancy et Lunville
lives. demandant tre chef-lieu de dparmenint. 1'alter-
j'ordte du jour appelle l'exameni'de 'affea:re de nauve et propofe. Pont--Moulifon fe met fu-r les
Srangs .mais fes prerenrions ne Faraiflent point fiffi-
p!, .ll. "fiantes : l'alternative eft dcrte en faveur des
M, de.Mirabeau lit une parties de fon rapport \ villes de Nancy et Luniville, condiioa que la
en voici quelques traits : premiere a'feinble fe tiendra Nancy.
maj ur patie d.:s troubles de Marreille a pris ,Deux villes du d'artement de Nancy fe dif-
La orc da!s la comipoficton irrguliere de la garden patent un difiict. Vic invoque en fa faveur une
aionaie, o' il fe'trouuait pfqu::, autant d'officiers population plus confidrable, un fige royal tab i,
dr foldoats C'e furtoui dans au e affmnible de t.des difices propres recevoir tous les tablif-
Scormmunie, du 2.3 jui it.t 1789 que le.Pr.:vr a. femens : Chctean-Sains fe fonde fitr fa pofiion;
1'cette pociduiremondflrueufE ,quairpandauour- cl elle efl peu plus central, mais la ifficIncen' i pas
'hui la conlflern'ition parmi les ciroycns. Crpndant g.ande. La premiliie perd beaucoup ; la feconde.
ctte aflmble fut tenue C:us l'agrnient .du coin- ne perd rien.. Chiteau Salins fe content de parta-
ctM:nlit de la province. La commune voula t rifor- gr ces rabl;flemens; il content que Vi obtienne
mer ce!te mil;ce inifc.rmie, et fiivre l'exemple de la juffice. Le comit eit d'avis que 1'Allemble de
tOtes lis uits vit1 s du royaume ao!s on pro- difiri. t foit accorde Vic fauf aux lect urs du
etia d te e utflrare aux violence du pa:;lenent dpartement decider fi Chteau-Salins eft fufce:p-
.,' . .. I ... es tr 1 i r. i n rvs :i f liciti r iune tible de recevoir un tab!iffement.


1,'Afemblc dcrete le project du comitd.
La vile de Toul pr'rend I'alternative dut d-
part-ment entire Nancy et Luniville fa prein ion
cit rjietee. .


( A1 v et Poi s t .... ; .- ,r .'- .. .
atr butio to .r autr.. jugI, ain arreter la iute
de fs vexaitmi ,
S fin r vit prvoi que c'- cchoix eii e s
cit yiens encore p is iniortunis Le 19 aodt cette
ardC na'iona'e tua, fir la place de la Ton eite, ui i


hiJb;nt, focus le prtexte frivole d un attroup: meant. ie aepartemert Auxerre eit nivie en iept
Elle Iut hue par le P-upe e t oblige de caher districts, qui font Auxerre Sens, Joigny, Avalon,
en fuant, la honte de cctt' horrible att nrat. Le Saint-Florentin, Tonnerre et Vezelay.
corps du malh'eureux aftaffin f!t promen par le Villeneuve le Roi en demand un huitieme.
Periue le Ieden:iin dans les rues de la ville. M. Menu de Chaumoreaux montre le plus grand
Au milieude ce spectacle, fi capable de ca'eCer l'effr- intrt, pour l'obtenir ; il fait valo r avec beaucoup
vefcence, la maifon de M. 1 afleche conful, fut d'a..riefr les rclamations de la ville qui lui a donn
p lo>t fs meublds incendis..La troupe folde ertra le jour.
alors danis la vilie; eti faiit .3 br gands fltris dans M. de Mrtineau. Je ne demanded pas un plhs
la m.i ifonmime du .cor.-il. Le prIvt ne les a point gr nid nombre de districts, je me content de fpt ,
encore jugs, tandis qu'il pouf -is avec uie nl:uur mais je idein:de que le feptieme foie iridtermin
.:iouneum e munulit,de de citoyens quin '.ni f.it d' atre entire Saint-Florentiin et Villeneuv-le-roi ; je defire
cme que de dplaire au pi'liiuiitc lttenda titentre et jefri
'imeque de dplaire au palement ec intendant que les lecteurs dcident a l'atfrnble d dpar
de la province dont ce juge crutl scit declare balfc- qu les ecteurs dcidrit d d ^^ pa-
dela rove dot ce ge c- ment, quellede de ces deux villes doit ;re le chef-
.ment le vengeur. lieu du dpartement.
M. de Mirabeau dtuille enfuire lUs diffrens chefs Saint-Florentin obt'ent la prfrence.
d'accufation contre le prvt de Marfeille. -
M.. D oporin nembre du comit de confliturton. J'ai
Pr-rmierchcf. D'avoir pris pour lieutenant et affef- vu s'lever une fiule de prtentions au fiaijt des
feir, dans fa procedure crimini.l!e, !MM. Laget et diftricrs. Un grand nombre de pet t-s villes omt
Mio1hx, qui etaient dans le bataillon de la. garden demand des difirictses : les dmandes ont t trrs-
nationale qui aiffafia le nomme Garfin,,le 19 aour, vives ;rell.s ont quelquefois e train le comit au
lo;fque cette procedure avoit pour principal objet.de del.: 4e f s projects. Ih eft temns de fire connatre
rtchlircher lese autei.r, de cet afalffnat. Cependant lI-s inconvenicis qui peuvent iflit:tr de la miuti-
le prvot perdant de vue le motif de la plante, na p ication des d ftrics; il e ef cientiel de leur fire
inlorme que e centre cex. qui, dans lo fy iyune, cnnaltre que le plus grand .al qui puiffe leur arri-
avaienttinit:6 a toute amoril,gitime, et ntotaminment ver eft d'obtenir .ce qu'elles defirent.
la garden narionale. 11 avoue dans fi lettre l' A Les avantages que donnent un pzt-t nombre de
femble, qu' ln'efl ia/cuu dcrcr: q.a n'ait ae provoque d districts font trs-frnfibles 1hs frais dadminif-
par la violation de l'un de ces principles. t'atiop ft trouvent moins co fiddrabies; ccix de
Deuxiene clhf. D'avoir informi uniquement fur des j"li,.e diiminuent dans la mme proportion. Les juges
fits anftricurs l'amn fie accorde par le roi au et les adminifirateurs peuvent erre choifis fur un
mois d'aot ; entire au:res conrre M. Chom,.r i 'lls grand niombre d'hommnes; il y a donc plhs de
abrent depuis quatre mois lors de l'vnement dui' lumieres ef,rcr : ces juges et ces adminiratrners
19 aouir. tiun 'oes oimms acquire ent plus d'exprieice,c
deviennent pius inflhuits ; la juflice eft mieux ren-
Trofereme chef. D'avoir infoi-n pour des faits peun due et l'adminitiration mieux conduit.
grave., polur des difcours, d-- firiples converfitions ; Je regards comme un malheur les petits districts.
d'avoir interrog les accufs avec une barbare ci- Ceux qi, 'ont que trente-i x lieues qu'irree ren-
nio ferment, fuivait la population comnilne de France,
-Quatierne chef D'avoir opr par les voies les plus eiQvir-j trente-.ix mille ames.
Vicieufes, et d'aprs les plus dancereux principle Sur les 36,000 ames, les femmes en emportent une
notamment ein f fei vantc, centre M. Chompr, des Iitie, les vieillards et les enians en pr.n.neiit un
lettres crites fi emrme, come d'un tire d'ac- quart: l ne refte donc qu'un quart de citoy.ns a
ruftion. employer aux fonctions publiqu-es> ce qui lait 9000
ames.
Cinrecrne chef. Davo r montrl dins fes r mmoires De ce nombre il faut retrancher les artisans 'qui
contcre les acciifs la plus odilie prevntion, et ont befoin de l-ur travail pour vivre; les perfonnes
aige rigoiireufement jufqa' Iu s intentions les plus qulele d'fau- de fortune a lailles dans l'ignorance,
ecrett tes e les domeltjques.
SlX:cmze cAf D'avoirviol les dcrets de l'Afm- Les affelmbl:s en diffricts les municipalits et
Ile par tes ordonnatm es d,:s zo et 28 novemnbre les dift.rervi tribunpaux qui y font rniierms
lerlier, et par la fuiite d'lune procedure qu'on occupent environ 270 perfonnes, fins computer les
'eut regarder come un code d'injulftice et de avocats et les procureurs. 1 faut un pareil nombre
croc.te. de perlonnes pour renouvellbr -les election;. Ainfi,
M il y a 540 perfonnes deftines toutes les tonc-
M. de Mirabeau n'ayant pas termine fon difcours, tions publiques, ce qui fait une perfonne fir 17.
'tte affaire eit reinife au jeudi prochain. Voil des confidrations qu'il ne faut .pas perire
La f.aince et lve de vue difficu 6 de trouver des fujats, frais excef-
fifs de districts et d'adminillration. iQue l'on pefe
.E bien routes ces confidratiors, et l'on verra qu'en
SEANCE DU MERCREDI -17 JANVIER. mnultip iant les diliricts, on faith un fiuncfe prteent
au Peuple.
Earere de Vieufac fait lecture des procs- On ne peiut oppofer qu'an feul moyen contre
Scb x.tous ces advantages ; c'eft l'cnomie des frais de
,u les obfervatioins des dirutds du Soiffonnais, voyage; mia:s ce moyen cRi bien faible : on fera
etitives au dicrt qui avait - rindi la veille pour rarement dans le cas de .s' 7' i ; tes marchs, le
r d ucpa.ttii.t l'Aeiimble decide que les lec- commerce attirent les habitans des campagnes da:ns
r ei runiront Chauii pour favor lquelle les villes. Il fifit goq'un feul. habitant ld'un village
le0f" ux dilels e Laon ou de Soifons ferait fe ride au chef-lieu dui dicrict pour qu'il y
,,- d e eparttmenit.et port tou rs l.s r.cquts de tes vo.fins. II f-ra trs-
la dpuitti'ni de la province de Breffe offre au rare que l'on toit forc d'allur au chef-lieu uniqua-
li. des cioyens de h ville de Bourg un don ment pour les affairs publiques L et les charges
'aotique confiftant en Z.6 'marcs d'argent, auquel exceffives qu occafionneront les frais de I'adm;nif-
i)lirtueniit les Charrreux, l.es Augutins, et autres traction et de la justice front fenties tous les jours.
"" ret.gi-utCes des deux fexes tablies dans Que l'on ajoute ces rairons le malheur d'avoir
tte ville, ds juges qui n'auront ni affez d'exprience, ni


1


.frez de huinieres, et l'on ne fera difpof no
donnir. ai clhaqule Cqpirt>Jll.lnt qu Lu ptit nonmbre
Je dilir:cis.
AIc.err. ava:t ar fept.difiricts ; on en deman-
dait un huiti)me, M. le prlident a mis la question
aux vo.x, et le huii-~iue district a t rejetr.
M. Frteau approve les fages rflexions de
M. Dupont. 11 efl fatisfait de voir que lesdiftricrs
du dpartement de Melun ne foient pas arts.
Quelques' membres de ce dpartement en veulent
fix, d'autres quatre. 11 efpete que les ides lumri-
neufes de M. Dupont porteront tous les membres
du .dpartement accorder le moindre. hombre.
M. Frteau rclame une u ehngue de terre du d-
parteiient d'Auxerre qu.ii s varice dans celui de
Melun. Elle cit adjuge crtte derniere'ville.
On fait le rapport fur le dpartement de Ver-
failles.
RaniboUillet : einuvait en opcofition avec Dour-
dan; 3mais la ofr;'i',ii de cette derriere ville a
dtermin l'avis du comit en fa faveur. Cependant
le roi a mamfeft le defir de voit accorder quel-
qu'avantage ':R:imbeoillet il n'a pas cherch
privi r Dlourdan du tiltrict que c:rte ville a obtenu ;
il a defirg' f.ulemenr que je tribtu''al fit 'erab i
Rambouillet. M. Goiun fe plat i rendre FAfflem-
ble l'expreffon des fCntimacis de juffice de S. M.,
et la feninbilite de ton aine. 1,Af'emble y applaudit
avec transport.
M. le baron de Menou. Je demand qu'il foit d-
cr't un dixieme district en faveur de Pambouilet.
Cette demand eft accue'llie avec enth6ufialine dans
le premier moment, mais lAffcmb e s'eft tenue
fes principles; elle ifuit le project du comit.
M. Leb-un propose de remercier le roi des facri-
fices qu'il fait au bonheur du Pcyule.
M. Goffin litla rdaction es divers dcrets qu'il
a propof s cans cette fancu. Ils font adopts en
ces terms :
L'AffTemble national d:crete, d'aprs l'avis du
conit de conflicution i ouC ler dparter:;ent de
Lorraine eti divit -n neof diiierts don't les
chefs lieux font Nancy Lunviile Blamoit ,
Sarebourg, I)ieuze, Vic, Pont--Mouffon, Tout
et Vezelife ;
20. Que Nancy eft le chef-lieu de ce dparte,*
inent; que cependant par provision, conformment
l'arrt pris par les ;-iputs de la province et
faut aux lecteurs du dpartement le rgler autre-
ment, les fances du dpartement alterneront entree
Nancy et Lunville.
3. Que l'aflemble provifoire do diffrict fera
tablie a Vic i:uf la premiere almnible du d-
partemert dterminer en dfinitif fi Chteau-Salins
elt fufceptible d'obtenir l'un ds deux tabliffemens,
et en ce cas lui tre donn, ou le fige du difirict,
ou celui de judicature au choix ninmioins de la
ville deVir.
L'Affemible national d-crete d'aprs l'avis de
fon comit de conflitution,
1". Que le dipairtement de l'Auxerrois, don't
Auxerre effle chcf-li,'u eft divif, en feit d;r"ricts
don't les chefs-lieux foi t Auxerre Sens, Joigny,
Sain"- Fargeau Avalon Tonnerre et Saint Fld-
rentin ;
.0. Que l'afemble de dpartement d'cidera dans
laquelle" des deuxvi les, de Villeneuve-le-Roi ou da
Saint Florenmin l'un des fept districts fera plus
convenablement plac ;
30. Que les limits arrtes entire les dpartemens
de l'Auxerrois, de Meaux et Melun, fubfitflcrmt ;
i l'eff:t de quoi Villeneuve-l.-Guyard et les pa-
roiffcs environnantes, rclames par les de-p't;ms de
Meltn refferont unes au dpa tement d'Auxerre,
tiif, en faveur des auiitrs viles de ce department,
le partage des tabliffem:ns qaiiferont fixs par la
coniritio.in.
L'Affemble national dcrete, d'aprs l'avis du
comit de conflirution ,
1Q. Que le dpartement de,Veririll.'s don't Ver-
failles ell le chef-lieu cil divif en neuf diflricts
I2. Que les chefs-lieux de ces diffricts font,
provifoirement, Verfailles ,Saihut-Germain, Ma. tes,
Pontoie Dourdan Montfort Etampes Corbeil,
Goneffe, et que Ramboui let fera le fige de la jurif-
diction du dilirict
3. Que les neuf maifoins enfarmes dans lint-
rie.ur de la ville de Pont iil et dpendantes de la
municipalit de Sa parciffe de Saint-Ouen f.paras
de la ville par la hiviere d'Oife, appar.iendrout
dfor'mais Pontoife;
4Q. Que la tro:ffe de Puigier appartiendra au
diflrict de Manles;
y". Que les par ilffes de Marly et du Port-Marly,
le parc et la fort de MNl:y fcIrnt parties d.i itlrict
de Verfailles, ainfi uie l..s a oiflss de Bailly et de
Noify.
L'Affemble- national dcrete, d'aprs l'avis du
comite de conflituuon,
1. Que le dpartement de Foix et de Couferans
eft diuif cn trois dift ictst












2z. Que la premiere affenilee de dpartement fe
tienJra lFoi c, et qu'en con:iquence de 'arinte dL,
dputs, il. ait rl. -ra prc1vioirLnient enctc !e ville
de l'o.x Saint: Girons et Pami.irs ; qu les tiib -
niiix de cei'diiiricts ierient fant a -oix, Saint-iilier
e-I Pamiers, et que les, chefs-lieux de l'adminiltra
tion des -tris districts ferouit Tarafcon, Saint-Girons
et ..ip po-x.
' L'A.ffmblee national dcrete, d'aprs l'avis du
cumit.: d't. C- n.'itoiOll ,
I" Que la d'vifion convene entire les dputs
du dp.rtement du Cotentin. fera maintenu .dans
fon itgrite, fautl ne placer que provifoirement,
i Car'.-ian,, les iab!iffiiemns qui lui font deflins,
3 l'ehfit d Iquoi les habitans de ce diflrict auront la
faculrt'de diema'Ider d'autres chefs-litex pour l'ad:
n;niriticn o la jiirfdiction et imme le partage
du fi''ge adminil.ratif etjudiciaire ,s'ils croient qu il
v a iiiinpaitilit, d,inger, ou mime de notables
inconvenins dans la difpofition projette, faitf le
mnl partnage entire les villes qui oeurraient y avo:r
droit ; des tabliffemens qui -`uii dtermins par
la constitution. '
20. Que provifoirem- nt la ville de Coutances fera
le chef-lieu du dpartement, lr,'|!e les lecteurs
affembles dterminernt fi f'aflemblce du dparte-
mer.t devra alterner ou fi Coutances doit deniniti-
vemerit demeurer chef lieu.
Un de Meffieurs les focrtaires lit la life des
mnembrcs nomms pouir composer 1i. coint,; 'cs
rapports. Ce 'bot MM. Ricard de E. -:uana:is ,
de 'Apparenti, i'bb Grcgoire, Coroller, Gou-
pilleau Coup', Ber.iffe- Laziroule, d'Ha ambure,
le cuir Dilon, iBr evei de Beaujour, Mathieu de
Montmoreticy Prieur et la Chcee.
M. Lccow'eculx de Can':e!cit. Je n'ai pas cru devoirhier
tre prrent 'la dicuifflon qui s'eit co-tinu-e fur une
question qui me concernait fi parriculirement ; mais
auuffit que j';i eiu (ous les yeux vote dcret, j'_en
ai flifi les p'incipes et je rai pas cru d-voir re-
chercher s'il pouvait avoir ou non un effet rtro-
actif fur ia nomination. Jc: me iuis emiprefl de vous
donner in tein:oignag.. de l. dciifrence qu'en ma qua
lit de mem de c r.te Al'--mble e doi.s do :ner,
non-feiuement l'expreffioni liitrale defi s dcrets,
mais leur efprit, et mme votre intention

Y-:\ donn, ce. martin, ma dmifflon de la coin-
.mnffion de trforier-egdnal de l'extraordiiaire,. et
je vous fuipplie de croire que, fi j'ai mis quelque
prix cette place, c'et' par le feul sentiment que
j'ava s d'tre utile ma Patrie, d:ns une infitiutior
q'i prfente ' la Narion les movers d'un noiuven
credit, et la pofiibilit de crer fucceffivemerit le
reifources les plus in.cireffantes.
M. Nourrijfaii. Je renonce auffi l'intrt qu
m'ava;t et accordc datis l'entr. p-ife des vivres e
fourages de l'aime qjaoiqne cet initrt neL i i.i
en anucin mi maniere aux terms du dcret de 'fA:
fcmb .e
Je n'ai confilt en cette occasion que l'efp'rit d
dcret er l'inten'ion dci.' 'Affemnb c national, que j
n e ferai toujours .n devoir de pivenir. ( O
appli ,itit, )
I/Aff-mblie ordonnequc les dclarations de M. Le
cauoteulx et de M. Nourriliar o front confignes dar
le procs-verb:.l.
L'.'' rid..1l fe forme ei;,uiLte en bureaux, pou
procder aux lectionsi de quelques conites.
La fance et leve.

SEANCE DU, JEUDI 28 JANVIER.

La fance cnommence par la lecture'du proc
vrbal de celle d'hier 3 il y a qutlqucs rclamitio
particili res fur la rtdacaion des dcrets porta
tabliffement de diliricts dans diffrens dpartemien
ehles ont t touts rejettes, et la rdaction fit gn
rili-mennt appro uve.
M. d'Eflourmel. M. le duc de Biron yavnt
nomm dans le procs-verbal du 26, pour le
crifice qu'il a firt de fa place de command;
de l'le de Corfe, il convent que M. de Cantel
foit aiu'i nomm dans le piocs-verbal d'hier d;
l'endroit o il et fait mention de fa renonciari
'gnereute la place de trforier-gnral de la cai
de l'extraordinaire.

On n'infere aucun avis qui ne foit figne'
de chaque Annonce ou Avis efl de 3 li
1i liv. depuis vingft-une juf'qu' trente li
jul]tu' cinqi:ante li;i.es. On ne reoit au
fixes 6 liv. Cette, feuille jparalzt tors le

On s'abonne, Pais h/ztel de Thou ,
Paris de z8 hlv. pour tris mois 36 Liv.
pour fix moist et 8i/ liv. pour ann/c fri
l.rs ib-aires de France ct les Directeurs dc
bureau di la Gaettee Nattionale ru e. .s
l/ qui regard la dif.ribution de cette jeui






pl


l'tc Ltyl.Je rclame la mMe exlctrte M. CGofin foumet enfiuite au incnic
Ma l'lfabb Ltyl. Je rclame l.a nrne.ecti emble ls- difficulties ;urlL,:i ,-. ,, ntl
au fti..t d M. No.'rrlart, qui a lreolnco Lnteta ua 1.g 1 ii| i a
qu Je le overnume ,t lui avait accord ulr Il'entre- 'uda 'u ,'g .le l-uns I i
iveset fouri as (lrrte.rn.ic qu;l q ,ec-uns dis d ,
priie des vivres ec founagts de l'armieC. is ,invoyes extaordinaires des n .il:-o .,.i', a
N'y av'ant eu aucune opposition M le prfident fix diLri. 'les' uur/s dditraient '-.,
annoic~ on'c MM. "e ;'anctleu et Noutriffart Ifront trois.i les villes de .haudefa.gues; .*'Ila; q
nomms dins le procs-verbal. Vic et Montalvy, voulaient tre E i'ine le ''
lieu d'.un diltrict.
M. Bouc!outt. Je propose d'ajouter la dirpolition Le comit a penf que lus prtentins d'\li
du dctrt lfr l:.s exemptions de droits d'octrois et Chade us t Montfav ient .
Vic ,Chaudfaiguis et nt
aides fur les boiffons une exception en laveur des libles, et ue nonnbiant lita maii.rit: des I""u
Suiffes, qui en ont toujours joui d'aprs les con- des dputse ede cedepartement colic 1.1 ii
ventions .laites avec leirs cantons. Murat, il ,onvenait l'intrt des a.jMll tiI n .*
M. A f ,mcl. Je penfe que ce n'eft pas 1 mo- blir un difirict dans cette ville. ,
ment de ddlib rer fur cet objet; je demand la MM. Bertrand Aranid et Daide foumienia"
queflion pralible. 'av:s des dputs .ic ce dti;.ieiii;Ciu. i I
Cette observation eft appuye par M. Lanjinais. M. Daude dit que l.s 1iis folitiu' |
,' avaient dtermin la. d-putitioni d'.\uvergn-
I! eft dcrt qu'il [n'y a pas lieu dlibrer, fiber proviloirement 1que tis c.its-l eii'
quant prient. tricts, doit aulfi det.r iiiii r l'.L!ii,,I l.e a " '
3M. Gor/. Je prie l'Affemble de m'accorder une l'avis de la dputation ; quiil eft t'.lup Fh,, dein
atrnction nouvelle don't j'ai d'au.ant plus befoin, voy.r l'Affenblet d. dp.!i rmcin la'triiiio,
que ma fant et altre par le travail continue des quatrieme diirict qu.- ci bl dres-. ,~lpe-1u :
rapports. la condition que lA Alimblec de depttiemn T
rrde fon u htili et de- i.i c,nleivarnoii ;u e la
M. le prfident invite lAffemble feconder le Chaudefaigues mii t, .u momns la pietiloenie da
zele conliant de l'honorable miiembre. inettre g'Affiemb;ee enurile ds ls.l teuIC. II '
Le premier rapport fait par M. GoifTf a pour mat;on du quatrieim. dilt qun i pie"init ':
objet plufieurs difficults relatives au d6partemeint on ne mcontent:.1 ,i .'l..iic ni .lhaudiiU' '
iefridioilal de la Champagne. et que le dpart .it l-, ,.. ) ipa
grande connaifln.e de ca.ie cir(u rt s c \'v,
Un membre parole au nom de la dputation de cviles. Il ajoute ,.U ('-,: i.n,,l a . ,i;,i
Langres pour rcidre cette ville chef-lieu d'admi- d'autan .plus ell:i ir LI- i..'ll-.iit -.le a'ial
nitt action preferblemnt C'haumont. quelques paroiffes l'opition de ten a l'un
11 demanded le provifoire pour Langres, ou au lantre des dpartemiiics d'Aeverue et q'
moins que l'ailemb!ee du dpartement qui dcidera dcidera bien mieux entre i le d,]irs cont.. id'.:''S
de la fixation du chef-lieu foit tenue dans une ville aprs que ces paroils 'iiniit tait I.ur j.tiui..
n utrte. M le duc de la R',,h.-:,.,tucauhi! i-.,,rieit hI ri.
11 dit que c'tait au centre de la population, et t d'un quatrieme dilhil pl.ic a Murt 1
n'on de l surface, que l'adminiiiration doit tre Allanches.
placee et il affure qu'en ce lens Langres eit le
centre du dp:rtement. L'Affemble ad<,pc l'avis du comreit.
L'opinant propose de faire tenir cette premiere Les dputs du dep.Irrcment et.,iint conveii,.d A
affeaible Bourbo.nne-les-Bains. fire alterner ladauiltri r'.n c tc .iait-Fli.u ,
Un autre membre, parlant pour la ville de Chau- At.rillac ; il s'le'C Lt:- d.l.hitilt 1t Il p,,,i, .
month obferve que la prtention de Langres f. lfon chactune J, d.< villcs d-firac r:elir
rduit demander l'alternatve., ce qui prouve la premre mLl
qu'elle reconnat que Chaumont r6in't les convc- M. Armand p.rlk pour Auir'llac e itf v.ilr ;
Seances pour tre le chef-li..u du dpartementi il 1s convenances qiania la d population, au'io
Sajoute que Langres ne preente pas les mem.-s, mat, &c.
convenances, parce qu'elle fe trouve loigne de
vingt-cinq lieues d'une parties des adminifirs. I1 MM. Daude et Eirtraind pirleiit prur la ville de.
Sa conclu ce que ladminif-ration foit accorde Saint-Flour, qu'i.s dul.nt Ecr linlEc e, i ieli et
I Chaumont par provision. en pofleffion.
M. Thouvenau de Maroize dput. de Langres, L'Affemble na.tinnle accord la piovioire li,
appuie l'opinion de fon collgue avec une grande ville de Sairit-Flohi,.
Sinllance. Voici les terms du decic: ren iu fir toutei;"" .
dilflcult : .
I M. Goffin obfLtve que la ville de Chaumont difficu
Cf. ef la plus central du dpartement. L'Affemble nati'.i,l de-cete, d'.res lvi
,-. j j ''* comitS de conftitnuii, |:
On -fit une nouveule lecture du project de dcret coit- de conftrutu u
u propof par le comit. e p. Qure e d,.ii-.: t -le H.,nr-Auv' Qi
eft. prov.f(, iremeit dii .i-- ,_i, q .tre a, lincr, ; "
e la parties de ce dcret concernant la difficultS les chefs-lieux foiit a;ii -l.ii A.rillac, Afli;I
Sentre Langres et Chaumont, eft adopte. et Murat, fauf .1 dei.iatnicrnt i a piopol"r,'li Ji
rochaine lge iflar i I p, c -:
Un member reclame pour la ville de RBfniel; d firict silug''' i i u~1 ippiit; fai nol
e- mais les autres parties du project ont t auflf a fo adctmln f ratru- ,n; "'.
is adoptes. Il intervient ur le tout le dcret Qe l firepa, :,c i
uivant : 2- Que les .iri.- ,1- J Ial l :ii bleede Ldepartemr; ,
alterneront entree S ii-lt l..ui r et .Aurillac, 'te :
ur L'Affernmble national dcrete, d'aprs l'avis du Saint-Flour aura 1. I 'iioit ;
comit de coniftitition, 3. Que la ville de- Sailm fr.1 le Ilge de i.u, !
diction du diiiii.t de M iuri.Ic.
CI. Que le dpartement mridional de la Cham- dcon du dif1 .
papne (ct divif en fix districts, don't les chefs-lieux Le dpartemn:int d'.\ i imaac pIl ntait qut i .
font Saint-Dizier, Joinville, Bourmont, Chaumont dificul's, et 1. lle de I..-iic dpnindi' .l
en Baffigni Bourbonne-les-Bains et Langres et dlrict, mais cll epiii'i des oppolitions
que la ville de Vaf'y fera le chef-lieu de la jurif- part de la mnajo;ite des di~es ie. .'
s- diction du diflrict ; M. Long dveloppe des confderions pour
nr I Que la ville de Chaumont en Baffigny et ville de Gimnnt, q u'il cu oit d (-, r di r!nirt'
,i Que la ville dediftict d'Auch rPou ir eluc' Linil ul u ;"
Sproviroirement le chef-lieu de ce dpartement dilrict dAuch, pour ctr pii.-- l.iis unauti
et que les lecteurs affembls dterineiiront, la du chef-lieu duquel eli mns elonee quleei
fuite de la premiere feflion, fi les fances de ce ville d'Auch. t
dpartement devront alterner entire Langres et Un membre de 1.i d:-pi.it.iuion de ce depirtc An
ct Chaumont ou fi cette derniere ville doit dfini- a oppof .M. Long l'a.is uiiniidi de li.
fa- tivement en demeurer le chef-lieu ; station.
lut '. Que les paroifles de .imville et Chaffey La question pr,.. lIL dil propolfe, centre 1,ri'
,eu ainfi que Baudonvilliers, front du dpartement du lieTlnt que M. Loig ,ct people pour ll l
ns Barrois s l'option aux lecteiir. au iii t de la
ion oGinliont ; il el Jeti.le qu'il n',, a pas'hiiel
ile 40. Que la ville de Refiel demeurera au diflrict diibrer.
de Bourmont. (L 4i,, a .der-,n'.

d'une perfoine connue et on ne les reoit qu'au bureau des Allic.:s ,. INle-i S. A.
v. pour dix lines d'impnreffion et au-deffous; de 6 liv. depuis onize iul;i ju' inr lig
genes ; de 18 liv. depuis trenite-ime jufqu' quarante lines; et de 2.1 liv. dec Fi qua.ri
uiccn Avis plus tendu, a moins qu'il ne foit tr"s-important. Les announces d'CfT ; er
Cs tt madt/s.

rue des Poitevins, on ai bureau des Affiches de Parl rue Neu.r,. S..o ..L',", f;,. I; 1'." i'fl
pour fix mois et de 72 liv. pour l annee ; et pour a />rovince de //..i. t'. ,:,','.:_
"anc de port. L'on ne s'abonne qu'dit conunencement de chaque mn O .,, ;./:.r,.'t ai' l/
es poflc.s ; et Londres, che EmtIy libraire dans le Strand. Cf/l :1..1 bi D-';, I
Poitevins n 8 r, qu'il faut adreflr les l dct;, e SrnC a I. S LiLv
s e 8les lettres et l'argent franc de, po t |e ,a,.'e:





/ '