Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text







GAZETTi NATIONAL, ou LE MNTEUR UNIVERSEL.


e". -r e


N O 2.


Rk C E D J A E ; i- R
------~.~ wwlo;;-~.~~..~.. ~I_..._.. ~_.1790-._


S L T T T ~ L lbr'i1e mpir'i SiiL l ., i ... d'offi-e de ceite rvolutioi, et p'-o- ; DISciieffen, qui a ei q -le in.il-:ur de fe cai r la
'a t ffitlice j iE
Eo "" ... i LIa ul fr ,9 e .laquejlI e lle anm u'la t9 t 'u panJei et n'en c'ont-i'E' las'"iaoins de' ciiger
S'P A. e Ni i c pl e Lige avait fat, comime l'esecuti-io mi itaire Lige. ';
So r:ue a l c charge les pinces-,, '
,' recieus ':.',e' 'le .a \'".i'l, i'il- et du Bas-Rhin ". "' es1"d'urx princes c directeufs-, uirtout',eui
e L ;D C adl e c.i' ite. d"i a m d'exicut-er ceure Ceitence m in ,, de d'. ,l, ,:, qui vicp ,d'nvoyer. -fin .,iti l;:
S, .i .. -* pol el- Is magirt s i'tis 'de i,'- d i rcde te '- e h ll erlin fo tim.nnente ,'pe eint
'i., .. ... | confltutio lainfi 'que les magirts dpofts de q le le roi avait fli excuare le (c.;n. ,, de la
'.ro .inceflffnitll 'ii lr de c porit les rech rchet ,. d I' tel- < de'-puinr les attteurs da feltece. de la ..!-. i- i .I, e que ,-?l
o sii' losiu.s'dan ce ite rain ''r. 'r ces troubles. Le s'trois directeurs du cle de W it- ?.l ius d el-fnipiren il atVit blige' de I c i%.crc
dr Q ue. mr1iniale *Ioo U. d ii.^.'-i: u-. i''anrf '.ik' d, Oh m e v. : <.1 m et-felton -la morlt des futaini y,,dc-s
r- i.ru ,'1 q "-mi. '- m .r 'it. i c -h "p'il "i Pis 1que d qe.Mun : s lel-'i Paitatii' rS i e duic de d x t. directeurs -dut cerce' eux d- i L ilt..r
i, ~ ',' L'. .. .es :'nN.-.i i le 'e u e,, "Jlies i t Jrqi, d ,ie., en'q akt6i 'e duc de .d Jli rs, .qu. i i .p ipour umne 'excu-
S;.,canon de, ux a i y. r- "i'.'c etoiupt',,-'' ve e cu',ig nc de .. .... cua ii r. Le roi fit dt ,n f pimpe et firict, d la ,fe tence.. .
'L canons 1.: l*I. .". --,f 'ub* e n"aiarcuer pou c t elket neuf l iA..l.. er ces r c.'*s ; o t.
e ciioi,:fi,ax, qi ,nt poum vt.S'e unii l,,esi ls -or s u .etenant-g n ta de Ichliefldn, : s'lbftient de c er ces p*nc. pes. pour
erre le gQtuverlmen fr i I '. .. lles delux 'ccteirs de 'Colge e!i i aoaii at in qiie i-o e i{i eenti l 'e i ces CRInc'p s fnt ,a -
't .. l u .Wl.. u. .,: -ni J u.,s.les co 'l' ..;,Ii t chierCiii locoT foldats t s cfubordoni 1.n l. -. e enti I t et fi c e p '1 jpes fqnt ;,p-
,., *- :pnerent au conmandi ment du L. G. d ..;, ,: . a, dans c le ce s n etci e.. tux"-
,r;- .. .... -.t. omme'..,' n,, ,- corps de' troupes e ..lus no -, ge comni e duc ( i.es- y il : xpole une ps
P A 'T'S :" A S. i breux. Les d puts des tries 'princes i',n. .c ,,,',,' ..- de tlrotp-s co-drl,ctora.l a a a-

ni r. i tis l 4 r P f bls l ,Ai i. la| hapelle, pe r n c,.. -... porter i li refiiance la 'lus opinIaureq-t
i e B' e Bri1xiLLes le 14 jaevie'. ai>i r as ChapcelIe poum&-'c i lu p .e
S, l s cuion .c.h.i 1. dans cette ville ..I u not. a C' I e ; r t.ue P).ie urs voi s les s Brihan ens,
S' i .. et chargp p'ar -leurs foutvetiins de pr Ifider, q'i tl ventit dej dlas Ile cas d'une- in-tuirc-.
S ii' ,. i,,,..-n ,: -:la'. liberty e fe faith :, r et execution elon les lois- TE pire. Les i-ion pareille, I
jnl...uri n, .eoule a .. t.:o p, ils d .troi.s Princes dir-cteuri qui ifal'nu t Une autre qu -l -rion efl i 'l :.r ..i, odalae :
...... ts.... ,i'.,: ..ii l t fleur eR .st. aeoegfae dT
.. .. i a ,' ia e ne, darere i e efemie n.cS'Dps aa'ir de 60ooo:iones, pai. ret r ,or-ter cs c: .- ..:. ic-,culablesr ,-edl
i. -i ues- ont fix eir de i e le luin el t s Uie blerenrt prbes'.e .' .. tous 'pou i r p l',veque de' d ige ..1 i .- ..i't. d'ab.6r'da:rtrin .
nas Y I l rds orcdres tii ilnl uin-: lc.i l de,. Scllaiufi et accord aix deux a pua i r ,'ab. S b l i iitu-'
-,i rvLtion a rendu les commis ds douanes i tant accoipagnaes par les trois c.,ul .iil-. -comn- t tiS'de '684 qu'I" o i.t a us c.oi Yncblea. Fpars,
pa, .....'. ave c es ' ., :- et l'on el tonnir t : .' e(.qi Wdit avoir t ri veryetf j isae'tte apnde 'par
.v ir d.s( c:;..i iancn i. dls Et'ats ii deis M de Dobm commiffaire dui'rol ,'s'appercut a iic de e qu d'alors ,e..tr q itt ~.it
r ltrarsi .des iis, lue pix des m it confi- bi nt, avec. le L, G. de Sch liefferin .que cette r'act' f, t e foutcnu dans fes volontes.arbi raireset
lemtent iu.ii-. -, t .s s xJ S d iand cs cc ne pourrait pas le faire fans ctase f on de .s'il ie'tait pas plus conv. ~ir:be la prudence :-' la
ct inurs ceux du Bralbant, fang n, ct rourrai mime li cho SPeupIl d Liege tres nonibreux et ik'nut la iiarch ,- le pl i que l direcoire -de ves
L G E. bjliuieu, fe prenaarair une foniedcif (, et a rr'c et propofi. ...


Sraft '~i: d trte joint ';t appuye p.i' les irigens ; i I
O'Ji;"atiol au rr'dacteu, de Il poltioe. B',i anons lers voi"ns, qoui -s liviturenr de "' i~derfie encore dans qe p.jncipa et icfl
air cau"e comim ne. de t 'pinion que le meilleur ,moye le d'iabriger. et
S' d'darrauer certe affaire fcaarux iucr ed .iagreqable' ft:
La g;i.ette national a paru pour la pr miere fois d Lcs Li-geouis Ivaient aufi eivoy Ve ebo irgimere ,- qi" s nouveaux aain.ig t s de l'i;ge., 'qui font
la in'd novembre I178 ainnue fi iconde en rde 'abti ,c C,> I leur dipae a ITii ,o e Mnus par la irvltion o rfignent leurs places.enrre
'v. arinQs t un intIrts politiques: notre devoir prier leroi de les protig.gnrt l N.' uriluir ' tait de iprendre kts chof1s o .l es en aient qui lur .fut poiur'iit ii -tifde et on les xiirh ia ta ire traliffe une rgence i'r''ii..'li 1..' Lige ,
niais'i nous fe'tble qu'iii papier-pouvelles qui a' plutot de fe fouttte aux ordres d ;a chubre felon le confeil et avec l concurenc e v'qe
caniiim,'c vers le terne du r cit annual., ai' imperial. et des EIts et et que ordr t la t, ,mi. ill .& etant
t inei.,t cn.r.act lP'oiblguion de coumpuler 'a- i de f' pronofa acmini rilb is, l'vque retourne dans fon pays,: et
r.., g.n-ral de f anie ni're. Nuous rpenius I c dus, rin:ces co-dir.cc-ets d'ad-efer IqI Icscommiaires des ti-rs priices-ire. t.ius l a-
u e s ta s n ' -n ;, p J. S et 2 1 11 l c ' u|[L. | n ,'- n- r l' v q ue ; ''e s
nti.: e es pa ,ns -e l r Lln ord.re common au Peuple et aux Utats de 'i ...... -na ..mod. ..." t. .l]vnc~' .q e e.. es
ai, mo, .l.-mcfn. I c .,! s cln,. n i t ., par ,1ul on ntirait ptecrirait une Bta[rs oppta ns, et qu on tache de faire, :ous la
Ia.taire d cn pr-n rnc pu en mux fusion Oe taire et l dpofition de leurs me Iatni de ces c. u:l L un anouv.le con -
fut. ci.: anr, l, rap>,'r's, l e dr kL ir que nousu. ueaux .5z en les '. ..:,dans ce C s tiutiloi, aufli colnforme que poiible- aau. veiatable
Mti s inpo.ons prcni. i l.,'r Lite force nouvele uud r r i, et ne bien cWtre de l ev1ch-i d-e L gi', .n co fultant et en
',.i, ; ,. ,5 f 1r d a scrItZ pl: lOnnrILe et d'une ie lces e i ....
a 'p qu ou i ous Ion. s li r W u n rnue rimiiiue pou r iavailir un accomnodment e otre prnt pour baie la conftirution qui a. rcd Jla
m,' i f chaIn'.ge et a lce,.t eisn cholis. man- .de. de nire d : anne 1684 qu- les .tats de Lige
ce 1789 n' vau ter3i.: r aucune de -r i .. quti 1 f uhatent tant d'avi, .ret n l'a Pl;]quiint aux cdr-
0conti)t.nLut d'u ua c:r 1lte .n 1790 ; de foite Les commifaies de Munrer et de Jues c fliers rejet- ic daces pre nes ais Lf.i' pou-ta't la *prendre
qu' la, clcture de lan drnia n et' en coinimencan te rnt cette proposition et adrirelfK unt nu ordre i pour rg.I'le u qu.. -, De cette imanieri c'eff. nce
l.ai ni!veau, on poinrait, par rapport au tabeiau' aux Etats et niti r ag:lrats d .i.-:-, de fe fou- de la f -ntence de la ch rmbre impriale fe.ra rem-
lniverfel tu.s eavnenieis polirque, s'exprinter pletre fans auiunie modificati i la fencence plie quand mri-.- il nanque 'aitt ,uelueu choice la
la maire des jou!i.isnlil..s qui lfp,.dnii t 'iars rC- i d'r la chambre inmprale. former ; les +..rOts oppofias de Lige et les magif-
citsd, t dire : la J Lat I a e Ipe hL M. de Douhn &'r afer ,h par lcs prdparatifs rats qu'ls on'; places auront remnpi la foumiffion
Ms il nappaient pas une uille anLi -iarat ule fl que c]s llis L fgois crant cq'ils dolvnt la ieclfinu du iflprem la rbual de
tous Iys ji:, de "t 'a coiolia', d f or,,,te't c~ il'are laex, action, et s'untraie&t, .. ,
t s cas our., de prt rizi a a compaiic il d',n etne foro: rdbance'1 r lnexjc tion et s'unicalentmirT et *l d-^f ,, le rp::nc la W an -\
.... hiliorique qui .oncne n ivmens c i i 'ex.:r.init aver l.,s EcaTis Jgiquli, s, aref etuf rett a le es d ar
ksg stations de toute lEulope pndant toute une aux magiftras de Lic e un dcrt pa'r leque .i arger de b.nne grace, fans vil nce, et d aprs
a23.... Nous avons don refol du divi:er ce k r annu leu st-rcc prfnella, s' ls fe lbumet- conultations et a vec le conf. oteienrt ae 1eve-
traail, La diverfit; dos a-:irs (or. nor-c rege. talent \ ,: aux orders da diectoire et que et des I tats, ue ne conitutin conforme.
'.iuis donineros fa.n.n'ut un >e!in 1 borque fe dm naint..iti du leur pen.s-oi pour obir la fn- aux ver'abes intaets du pince et dels Etats, et
de ]a d2 Ton eAte a le:. dangei-s et )es horri.ur d'une guerre
de la r.u:.rr. d: Turoui:' ; un aue' d. s in:-r'cts de t:ncce We Vtzlar. On ajouta que dans ce cas vitera l, dangue''s et les orrI'Us d une guerre
SPoln ; un autre de la re ul-.t-i: ds rov .:s .: .directoire rab'irit une rgnce ints.fque vle 'une fubvetfionito; ale.de 'i portant revch
-.'.iques, &c. Nous ch.r, h r 'ns a indusr la ige, et tichrait dmov.nner un acom et de lige, et peut-stre mme de fa fpaitrion de
L ..lg.ues, &C. Nous cjli.. I. n .r.a5 i ie l'lUrr la i L'ge, et rachr-ari ci. i'oibuVnn.r u.a ac a0l .'Gun ean r L
pr.lion lIelon limport:ice des Latrcls.... entre i'cveqqe et les Etats oppofans, en preant e an
Qu'ar. aux ari'es de France, nous n pic'drons pur liodele la co flimution de Lidge qui a pre- Tout le monde raifonnable, et impartial iugeras,
pomi un peinc ii uti, i n V a p. s un de n c,"d ce!e de c4 d'papes cet expof' vrai et f,nd fur des faits fi
be roi ilue'agii p dins cunm oi:arqe commee uns cfince
leturs qui ne loit aua ini c que nous c fn- t ux ordres infirieurs des Etars de Tiee le roi n' pas dans cptte ocfian com e n prince
s de la revolution, 3 evin.'lmlt un.qu ', i I' fIfont founi ctte c'tion, t l u et zeld pour e vri,'be ble-, on -e-
,i u.c.em.t. n l'anue 17 nais dans les laLs o i: i et Pal.tiin-is trani-dileS eni letmeit de la principaut de I. ge, mais iauf, de
cris rruuqP.on PatIa., s :t traniitllement
( de. r t i.-.ge, ei i.t r.is p'i i; 1:i vilole tout le Corps germaniiq et fi on purrait li ii re
a,,- :' , hviIi, le moindre r rie ch, cqu'en cas lue la hamo. e
)Ps nr-rei plan, nous commenIons p.r un de i la ritad i da rid d s s ls troupes Ie maO ,idrl r"pri-c "e ', qu en c ue lau c :'u trr-fuccit de l;lire des I.i, nor (:t de iMu:lcr s'en font fiipares et oiiu gris leurs i"ve'ile, le prin icte I ige et es co-di recteiris
.;,:f a t rdig en Alli.mai:d et .dr ih la lquarticr. dans le pays de Lmbourr. Violent pas adopter cete mardcle maisu lcrifir
i*r'in epcIl.. i ja r iu;o r 1 plutt le fort de l'ev he de hige aux foriiies
ral ,ll. uie io l'aons n tc. I a chambre, iinm-ri.ae de Vet:lu' vi .nt de :ullement ,applicabler aiu cas prrent, fa imaji, l
ie t a' q av I confirmorr fa prom;i' te fe rt nce, et a mime voulul e u l tire de cette excution et. l'abandonne c ux
'aF.iire dc l'eovction de Li- f.it tr p de bruit, pir-fcri e anCx di.e,.urs dt c rcle d'employer ' qui veulent s'en ch.brgcr, et la conduire fa fin
et. ele eit rapp r S po ur qu'on nO.' cIro c p. n c;iTrjire d'an fiaie cimi': q'i s'oci.ent de l. comn.airmon d'Aix a- .
"iu e les vtitbs cirC;linces par un expo. Ch.pLpu Ain.rnent .rbitiaire, qui ferait aii M. I. docteur -l.-ci.: n agent de la chamlbre de
lii"i t. .ittiule quie coiqt-ux et' djificile. VWetzlar, a :,.Ai l fn correfpondant Lige,
l q 1 n une lettre par laquelle il invite a prendre u.es moyens
hi a inotoire que i- lu1 ,.le ideig, fit au mois Les deux comuini{fares de ln 'o r et de JIliers de conciiation. il preumne que'le prince-vque
"; u ivluion f,;c., t chanMga la confli- viinInent de q' iri r M.lri,.h: et d rctou.raner 1 fe prtera une amni-im e .Ui i pouvi que les
puy.. (b,'>,s ,c il Fe coyiai,. Dlf pu' x-'a-42>C cle.a,prcmient tra,'
S. p[y d. iqu.lc. il fe crovai. p-; Ax-'a-h e app r rem t pour abaidionier la fujets confntelnt a rentrcr rdaps l'ordre de chores
s ";e'..5 , firtiiu Jdpuis lin i8; il d, po a c..mn.im:ioii e I.;:. en conufoir':ir de la e'i- qui a occafionn la revolution.
'nw.: i:. ,ts et en .hoinuit d'auitres. L'vcqui y tenCl: ie V Wtz!ar mais en eirp)orranit ac cux,. )
',it dc1rd, mais, plu anrs il rcvoqa.1 fo iC [;a.e mnia-re hing li ,re I .,oo boins que Cependant les Ligeois peu difpofs recevoir un
a i -n ilsu.u-'d'y avu r ce to ce, e es Etats ide I.i- g av..ient (ourmis au directroie pardon, quitnd ils clam ont.cire l'iijftice fot-
,i'a '!i r.ves i il ret-uft a nuii la n'diat.i d'u piir r' ,', -i tlta dml due fpr ls deux La'tai nf -- tr,!!0r-rs Prulicnnries font obiigies de s'ciitre~enr de Prufle,att.ndent avec une inquitude inactive, l'iffue
j lrr u L.e. Lr propr" iide, d'r db d ~eu depend Luur bbinheur.


^W^^^^V^U^^^U^,^.^^ -...^..._..__...__...


L~--~PI-U*r~~WUYiWT*Csri"">">M"


:W W,


uu~uu*nuiu~acru~
li "I










- JaNGLET1kEE

De Londres.


Il y a convention tacite entire notre cour et celle de
France, de ne point s'envoyer refp2ctivemei t d'Am-
ba laleurs ,.jifqu'a ce que le grand ouvrag de la
conltici:ion loit p'. :e ,e e que le pouvoy, execu-
ti 'ait repris fon,.activir. A cette epoque 'l t duc
dd' l)orfet, que fon long fjour en FFance tc la
conna'flance approfondie qu'il a des affaires. de ce
royo;.um'e 'rendent plus propre que perfoqn.n, item-
pitr. l.s, functions d'ib'affiideur en reprendra le
,c.aracatere. .
:Les corps des piraresq i'ont t excuts der
'iei'emi:nt doiv,ent tre fupei)dus ' des chanes
'il f ir', l'un a Douvres, les autres fur les.1 ords
'"de"la Tamife enLre Limehoufe et Gravefend.
S. i 0-Reilly, habilearhitecte, affili a.p14(i,eurs
academies d'Icalie, vient d'acheter tout le cot rnord
de la place Lcicefter, pour btir une fa)!le,id'Opera
':;ir.ilfitiiment fuperiure toutes celles qui'on connair
;',..e Europe elle aura r8o',pieds de ;,lrgel fur'3z6
.,.de profonde&itf C'eft avec l'agrment du roi, qui,
i:.luiia donn Uin privilege' exclufif, et fous la pro-
'tecrtion' di prince de Galles, qu'il va entrepreidre
-.,'e magnifique et dipendieux difice. Le chevalier
SGallini, ci-devant entrepreneur de l'opera, n'eft
S.pour rien ~ans cette affaire.


'<~I .


De l'Irlande.
a


rair qr.ie Is vt tus du chef fonte imdteus, et quutne
.ii lur' iti' i.:_iim bien pure imnage' Le.t s fi1 :, i- des.
L.ir,-i.:ii:, carla p depend de l'aniine pallee eft
moins fort de ze jnillions-que'la recette.


dC

fe
d

cm
te

fb



ft
E


El IaJoi.martiale vient d'tre mife ici execution,
,:l~, jur de Saint-F.tienne del'latne pafft. La popu- n
'.Jl.ac'e.loi;.coiifacre' depuis un teams im rm.orial au
,pl.itid barbatre d t im prir un iaureau fous ft-s
ScOtips' Je taureau 'enlev .de force un. labou-
Sreqxt, vi't:it conduit devant la nouvelle Douane; a
1 .':le'.if rVance et'l'alderman Carleton en furent
a d'j:.la garde du chati:ea, : irendirent oi le Peu- p
pie tait attroup, et lu; crdoiiir nt de fe dif-
,pIrEr. ,Quelques-itns des t ls li' i ,I: rcpdirct-nt
qu'ils ne faaient priniit areente', et qu'eu L'n-
.-quence ils ne quirtetiaItnt pas la place. i.a troupe
i: ritiit ,oid'e,-de chargers; elle le fit, etr s'lafura de r
h;uiit perfn-es. 'Comime on les conduilait la nou- l
v.dle prison par la ruea d'Abbey, le Peuple qui
voulait abfolumenr :s ravoir jetta :s pierres
aux. magiftrats et aux foldats. Alors l'aldert:.an et
,l,;sh:r.f leur ordonnerent de fair- feui la prein'ere l
c enarge fa te en l'air n'ayaut pas fuffi pour inrimi-
: dr lesihurins la fecoride, a troupe les ajulta, P
e: en coucha pfieu'.s fur le carreau. Le refte prit a
Sla:'fuite et lailfa emir.e:l r les prifcnn'er:. Ma!hen-
Sreuemnentr fept tuit perionnes honires onli t
':tues ou bleffes.

'Des lettres plus rcentes de Dublin nous apprn-
nent que-les de,.x rnagi'frats vieunent d'tre, cit.-s
..devanli'le lord grand-jufticier du banc du roi. On
leur reproche i' tv r fait tiLer brufquement fans
donner lecture de l'acte de mntiinerie, et l'on.pr-
tend que quand mieme i!s auraient obfer\v c -te
formalit is feraient encore rprhenlib es. Un
;concour:, de Peu 1,. qui s'amu uf tuer un taureau ,
:ne pouv:fit prndtre le rum d'tmeute.


E T A T S-U NI S.

Les Etats-Unis d'Amirique ont dcrt un em-
prunt de cent.mille' dollars i y pour cent reni-
bourfable: en vingt annes, pour l'achat d'un ter-
rein d.-iin i: l'rection d'un fi.:ge permanent rdu
gouvernement des .Erars fddratif ; la place n'edt
pas encore choifie. On commencera les bdimens
eds quielle le fera, et,ils doivent tre termints
au bout de 4 ans.

M. Fitz-Simons avait propof le premier un beau
local fur le bord 'de la Sulquhaniina; mais plufieurs
rclamations contre cette derniere parties de l'fo pro-'
jet ont empch Yallte:ble cie le decider.
Des nouvel'es rcei!tes d.e Bollon nous apprennent
que la Caroline feptentrionale et RhJode-lland en-
tryent enfin dans la confdcration. Ce qui en avai
car'- jfqu' prfent ces deux provinces, etait la
crainte d'etre furchar ,es dans la rparit.ion de
l'impt; la lgiflarure prend en confidation leiur
demanded 'cet gard, et fe propose de les fatis-
faire entiereinent.

1 parat auffi que la confddration fe conf'lide
dans. touces fes parties,; que la Jciflat 're parrtica-
liere et',les tribunaux de chaque Etat reoivent et
S font le ferment de iimai.itenr la nouvelle conflitu-
titon, et qu' en gnral les Peuples attendant, ave,
efpoir et confiance les efiets de fes operations bien-
faifantes.
Le p,ndral Washington a r'fifT, avec ce bon feni
et cere modcili, qui cara3di i'-, t routes fes artirion
Je titFe fanlueux d'alrfje que lui dfraie.t la r'ecor-
jaiffatice et l'admiration de Tes concitoyens. Il pa'-


AD M IN I ST"R,'A'T IO N.

Sv UN C P A L I'T E' D E P A Rx Is.

Suilte du plan de Municpalit. :- .
S ,_ 1 ." : T
SP I T .R E ,- I.

S .,,. P ; corps piunicipal. i- ''.
Art. I'r., Le,porps municipalferacoinpof,de'oi nte.
ouwe. rr.mn;ies,,, qon o.mptis; le maire. .
I11. IL fera ,.divif en 'confeil: et' 'b~reaux; I con-
il &r.,. il' quarante-huit membres, t'les-bureaux
e vingtiquairte.
III.' Les mefnbres du c'-.nfil aurnt le titre d'
onfeillrs et ceux ds, bureau celui d:adminiiilra-
usr .
1V.' Le corps municipal s'affemblera au moins: qne
*is pa'i femai.ie. .. J
V. 1Il s'affemblera en outre extraordinairement
outesls fois que les circonftinces l'exigeront,;et
ue fa convocation fera demahde fo't par le niaire
-ul, f!t par le procureur de la- commune foit
ia la majority des adminiftrateurs d'un bureau ,
air par le fixieme des membres du cqofeil et en
es diffrens cas, la convocation fera faire par le
naire qui ne. pourra s'y refute'r:
VI. Le corps imuniripal nommera deux prfi-
lens, qui.. feront. lus pa'rumi les membre's du con-
,;il- fLuement : leur fonction fera de prfider les
l'embles en, absencee du.mintiire.
VIU. En l'abfence du mire et des deux pridui.s,
e doyen d'ge des membres prfens du confeil ,
drf'tdra les afiinmbles.
V'l. Toures les dlibfra ions nceffaires '.:xer
:ice des f.,nctions du corps muniapal, front prices
dans l'allemble de; member s du corifeil et des bu-
e-a-,ux runis, lP'xception des dlibrations r:la'-
ives l'arree des comptes, qui feront prices par
e confeil feul.
IX. La prfcnce des deux tiers au moins des
nembres du confeil fera ncefaire pour recevoir
es competes de la gefiion des adminifirateurs du.
naniement des deniers du trforier et des autres
>erfonne.s comptablesi et la prfence au moins de
a moiti plus un des membres du corps minui-
:ipal, fera nceflaire pour' prendre des dlibra
trin s. ,
X. Lorfque dans les dlibrations, arrts ou r-
glemens foit du confeil, foit du corps, municipal ,
la minority aura t du tLrs au moins 6es meirn-
bres de l'Aiemble, cettia minority pourra porter
a: confeil gnral, l'objet de la dlibration ou du
r:glemecnt, fans cependant que l'ex-cution en foit
fufpendu'.
XI. Les convocations des affemblees ordinaires
de la commune dans les foixante l'ctions pour
les iections, appartiendront au corps municipal
et front faites au nom du maire et du corps
municipal.
XII. Il en fera de mme des convocations du
confeil gnral de la commune, dans les tas ex-
prims au chapitre du confeil gnral.


D I S T R I C T S.


, l y a eu jeudi 14 janvier 1790o, une affemble
gnrale et extraordinaire en l'glife du Val-dcl
Grace compof.e ds. habitans des d:ux diflricts
tunis (du Val-de-Grace et S. Jacques), l'occafioi
de i'venenient du 13.
La fance a t ouverte par un d'fcours adreflf
l'affemble par M. Lefebvre, fufilier de la com-
pagnie Warnier, laquelle tait prfente, et l'avaii
charge de porter !a' parole. On y remarque cs
id&s de dlicarefl'e et d'honneur, don't. le mili-
raire Franais s'honore, et furtouc ce progrs de la
raifon qui a devanc eri quelques ,mois des fiecle
ent ers.
1e foldat s'claire aujourd'hui et fe rallied aux
grants principes de la judiice et de la liberty na-
tionale : s'il march au combat ce n'eft plus el
auto-rate paflfve, c'el'en home fa7,e etjudicieux qtli
connait fes devoirs envers la Patri-, et qui fou-
pire aprs unie o!ganifatio nilouvelle qui effacera
les vices de l'ancienn inflitution. Voil ce que
nos ennnmis voi1 ii avec douleur, nmas qu'ils ie..
viendront jamais bout d'empcher parce qu'i;
..ft dans le caracture de dehomme de s'i firutie et
-ians la nature de la vrit de percer tt ou tard
.t de t:iompher.


fe
M.
'te


d'if'cours prononc le prfid*nt a rpondut
Leftbv:.e et la companies ,'felon la -e
des circonflances et l'affemble a unan,-


'Imenrt applaud aux vtre:Tffi.'t> .-: i .! ;.,i,
a t l'organe. Alors le ferment a et ron.
l er, en fa.t': l n"' -la com 'crn
ir d'.re i ,'.iol.bl'l'm.:.rr fidelle a la N rti '
e l'oi, au roi et la commune de Paris,'
S:grU .CATTET avocat et l'un des ,,. t
'eux aiflrics. ,
1 1, ; ; .1 0 .

Copies du diflours'prononc au nom de la co*np?;g
S Wfarnier.

Meffieurs, les dmarches inconfidres, le
rroupenmens, fditieux de quelqus uns de n
camarades de diffrentes d,vilions, en fifaint
vo> inquitudes et nos rendant les obj.-. de i
fuirveillance .ont pu nous fire' rc-g.;id c4
d ,iir.ux inachinateurs .,ont pu l.i'e ;(roi;eq'e;
'; is l ;' eture, nous voulions it.i ric iitr: i.. 'i
i re l'us armes', qu'elle nous a 'drihi:4.- 'rjm,,
d.i. l.. e. N,IC c...icience.efti trantqille ; eii,,/
I' d:,: :l.ul= u'i pn.ii d la defiance tions I'
de'doul'ur, t.nous paratrions la iinier I
ga ',dins le filePce.
:.Des foldats, cintoyens don't, la.me pir.?tfd, ,
differ prife -'aucnqir'vque fur leui oriU ,
et don't le regard affur doit peindre .1 i iiiLhi,
la loyaut, pourraient i;s come de' l't-llit b'i;
defpoce, renoncer de gaiet de ; oci ai l'ari,.
ment de iurs freres ans ? .Un il.....i, \' B'|.
te.rprtation hafardee, le moindre ilne d. ,J,,,,
indifference feraient pour i.ous' aut.iit t i ,
de poignard. Nous' lommes' dte n-iiii cs a
tous les dangers; mais celui :d'ali n., ir lus
nous effraie. Nous nous feltons toni, ca,.",i[i :
prtendre votre'eftime :la meric-i rt i tl'.:'i,' ..
a.:bilion et le bonheur de reunflr l.,a iiuoii'jIlu:
flatreuie recompe'..le.
Nous vous jurons n'avpir tram fat rir nii. .
Scaiinn aucun complot contre.la rinquailiit. l.
que n'avoir faita aucuneie tentative' : \i I.itih, l:r
Sl'.ariirocratie expirante nous vous iiii.ni Ii.ns ,
participe er coltril;u en aucune 1I. .ic\
neies fourdes d',-van.n-hier aux. a ti. l I -.-c i,
S-Chaiips-Elyfees qu'il nous et e'a ea it iir .uiii
de cierr et impolmie de dtailler. N..u.I \i.us i
t:tons notre ferment inviolable de h.I_! il 1
Nation., au r'oi, la loi et ia Lci.mmin.
Nous vus fupplioris de voulo.r L.in ri.riiin:i
deux coo milraiirte, l'effet de ol>..ru-r ( I: tiir.
qu'il vous plaira indiiquer ) de :; !\t...-.s ii. p, ,
tans de la commiIune la traCifcripci.'i JdL t.i.I,.-
clararion iir le regifi:,e des deiilt-iiii, ,[, i,'lr
commune, fori impreilon et la fp.tIil catlrJi.
Signs W ar,S ier, capiaaine; i.2 ...... ; h I,.: 1r,
Tup-igy fous lieutenantti Labi....' ,.1a,il,
AaLqi-s caporal Lad~ace caput'l a Ld.', I
ter. .iiiinie ,o &c.


CH-ATELET DE PARIS.

M. le come de Saint-Pri, fi d.lir.mri ne liiil'r
aucune inceiticude fur la dp..fiii, quil a ltire
au t.htelet, dans'l'afl'aire du marqtiii dte f.iLrai'i
envoie iine copie pour te inlfe :..: l a pr'
chain feuille de la Gazette natioiiale ou AlM.i.lui
univetrfel,

DDu 4 janvier 179''-.

M. Franois Emmanuel de Guiin.ir.i cnr
de Saint- Prieit, minitie, &c. i -p.l .'-' i
le foir du 5 octobre dernier, tar: dian.s l.,i hiiikr'
du roi V rfailcs, n particIli.-r l l'.i. .r
'roch de lui demindant l'e ti t.nir '.n ,
lui ayant demaTnd 'on nom, ce piiiinili-i lii .u-
rait d.t le tnoimer le marquis de i-.i,ia. I.. I1-lir
demand qu il lui ft done poui lui it u n i.'il:i
de voloontires, des cheva,;'x d: '.. Im Is IJr ii
dans l'objet d'aller au-deva:nt de -itiu.li s i I..L'
canon, amenes d .Paris par des h ..iiiiis cr di
temmles vu la facility qu'il y arn r ,i enle. r .:r'
artllhrie ; le dpolant aurait re'jo .ii qu il ic- dtii
pofa t pas d,'s cheva;ux des ecu ri du i ,,tt "c
p uv.it fe charger de c;.tre prop.'ir l ; ai qi.i
.mnarqtjs de Favras atrait repliqu : v...u r1, "*
ionc rien fire ? le d'pofant urait r.:pidi : n,'",
noillieur ; fu: quoi ils fe font 1 pr..'s; er Ik:- '
pofant dclare n'ie pas en it.i d: i:it..,ii
ledit ma-quii de Flavras, et que I._u c.-imei''''
s,'fi paflae fans "tmoins i ce qui elu c. qi'il*i c
aivoir.
Le dernier tmoih entendu dans I'.iiiir M "
Favras elt M. Abbemar, ba;qu'.:-i hlo,.ilit Lt
commandant' en chef le parti de'. iii -.t..s Ji', l'
iays. Meffieurs, a-t-il dit, M. f': r ". '"
mnontr les plans de routes fes '-p -i.iti ,ii .
lui ai dit que je confidrais fon i;1'i..: cln,'- 1,
piece en trois actes ; que \f pi.:ic:r '' P i,'li.''"
dans le Brabanr, le fec nd danrm I I-lll.ii.'" ,1
eC troifieme Pari' que je n:. vrni.,ii e f. il
a.ctMuri ni payeur daris cette piec 5. i M. i- F."''
n'a faith aucune obfervation fui cteL .-poli"


'il,


3r

't




4S




i,











5itg dz 2intrrjgataz'r dr De D or,
2'~li~ T : extreme l a corrmence
ceut exeuti9fl avec un, fabrei; inai ce fibrd Co -
pat mal, il <'eh fervi d'u petit couteau manche
V il>;qi1 4t cette tte au bout du'i bton3
et dans Paris jufqYl', la chette
du jout ; qu'ayant -t rejoint pai. cltii qui porzait
12 tte de,4.d" dF4, IefI 'is ,'idsiht' Iprre c's deux
rtes au P.iL .l1, et dIt 'la .in 4qu'il
n'a point cru fe crinprOinuttrek~Pri fil errnettatit
cette, actiOn ; qu'il a orit plifieur lputEs 4e
nri~at'imde q&u'il fallait Li dUonner une
im edaille. a yant., dzbarr.,iffi la focit',1un mondte.-
SdF-r V r (Ilu de fire cette !il'
[ ti -ull ven d'eau-de-vic je dans lequej, il av'i t
..mis de lapoudre acanotin.
0_&i le> j1Ofqr (que Mi l'in tendant-d Paris eftall,
a la ville lui rponatit tait place de Gr&ve:
l -ne 41b y)a coupe '3 a is qu i'rajt
tout-prs .de M. Bethier, au en b1ncn de, cette ex-*
ctti oil )qlIii a-entendu M. bErL) t.tiie des fup-
;p1i4iQjlSpoUt ,qiii`oII 1: 'cnduiilt; en prison, et.
qu'i6 nfluisi t on iP .1s. ini de ,l ccondamntier;
quil protc-Lb i f-i' tlr ii.i de fon innocence ; que
M: nevthir' i pint 6 fufpendU la potence
de I.I Iiin; .?r&'js qlu;iI u i tn tcte par un foldt
qui li a` b-e`t le .vel tre avec' foti fabre, t lui
a arrachle cor .~; que ce Mdlat(prit, Li lpon-
d au collet t en 'ili difant. d;agion jufiice fr
faite, porze. le r, < c cSur ; q( ]; porta en eff~t
gccolrnp7i de piei.s & rreurtriers qu'ils eu-
xer t audience' dc M. de la F:yeyttL qui 1is r. envoya
ell r Iniffant ; qu'flls fe rctirevetit et 1u ~n dUScei -
dant de la ville >,l jfoldat excuteuiir ,mit le ceur
&e M. Berthier .u bbut. de ,fon eabre, ,it fora le
rpn,_idailt ''l porer ; qu,'ils ont t zu Palais-
Royal et da-S pliffleirs rues de 1. ville ;a remarqu
q11e cette action n'tait pas approuvee de tout Ie
niot1deq;,ue lui et fes camal:ades ont t fouiper
daInsluin 1cbrt quils l'onr por. fur la table fur
laquelle ils; Ont 'bu ue Iendant qu'ils foutaient,
baucoup de peritbnnes fe font arnaffs ibus les
kntres, et leur ont demand ce coeurl- brands
cris;, qu'Alrs lui rpoiidint l'a pris et le leur a
nu fait ce qui'il eQ- devenu; qu'il tait
Pafb/ir, d s y et ( octobre V erfillr.s mais qu'il
xia point t des aFlail.ins des gardes u roi j qu'il
a el.rrnent pris le foulier de li'n d'tux pour lui
tenir l aieu de monument d=s actions de ces deux

1terron s'il ne s'efl pas port aux environs du
Chteict dins l'intention d'en1rwer, avec plufieurs
titres p~rticui-rs MM. de Hefenval et de Favras,
a rp.ndu 'que nun.



POLICE.

De 1'cfriwzage.

e 'uis a de pIoitique e't le retour de la libert u3itque.% per-
fonnes plus frappes des abuse a1uxquAs le fiftier
d'un gonvernneeiit Iibe peut tre fuj~t que du
bien ilifirlimnent prcieux qu'il dojt produite e fU t
recuies conre la filpprelflon d,. s ancielis mlovilns
de pow0ir de la p eIic;2 dl Paris, ont ninii1il
tees craintes pour la fY ret, publique et oiu p-,-
tenidiu ise fans tion:ige lesfis, i ppts on il,
parviendrait jamais tabflr l'ordre et la p.ix dans
Paris.
Ces craintes, fruit de 'liabitude de lie voir les
chores que d')n cc et dc 1'atichemci trnathifial
aux viti[Vs habitudes dikarniIeit de'nt 1, di-
,ci1jfj,n, ou 1du moins te riif;Lt & dcs allgations
folnd2s fur I' reur vu 'i tJrt: pe,.t-trc de
quelques individLis.
Tout 6tabliifenentl public a fes dfauts tout
reg,,l e a fe i inconv fni ei- ns; rmais 'dans le noinbr'
dCs loyens q&l-ou pe P, eCinvoyl: pou!r gouv.inei
Its hommes or, doit prfrcr cLuX qtii P orrct It
"'(ins d"autelntes i eIurs droits qui ne les v1ifk~t
poilt flrtout Ctux qii roin fil ", .- t d'une per-
f-ctioli ffiod1: etC td'un accord ItbLi-u aVC s 1oi1
et la ilbert ptblique.
Oi, qu eiqe r.ifonnemeniit que l'on f~fe, qlque
fophiflue que l'on emploie, l'on ne pirvieudtaj.niiria
.1 P uv er o u les abus, l honte Ilcs dlo iodrs auxipuels )J doit
liceti"ir(--tiint donner li(u orIent cownpcn' I
itluiicine avantage i ,.- i fokent cnin
loci6 I D et coffliant pour la
Oi~~rt p;pr quelqu- -biu, gli oit u-deffus dt
i;,trCls(e queique, paiticah-rs.


TouiT ,,nirl public: donc qui, fans ces raifors
impeideues ,, emploierait .el'epionnage en FErait
un pr tendu moyen d'ordre public, en taiertat une
acdminifrarton, e. rendrair coupable d'une odieufe
prvaric.ition, d' un.attentat pofitif aux droits des
homes et de la focit.
, Cptte vrit mconnue peut-tre, parce .qu'en-
core, une 'fois habitudee et une facility infidieufe
de rdgir avec l'efpiounage,, le font croire'nceflaire
a ceux qui refichiffen peu, cette vrit doit -'re
touwoirs prfente l'efprit de quiconque Weville a
I'ordre public et. lui fervir d egide conire les
follicitations importunes e. contre cette-pents na-
turell qu'a l'homme puiffant de ne juger fes pr'o-
cds que d'aprs fes intentions, et .amais d'aprs
les accffloires qui l peuvient les rendre edieux aux
autres homes.
L'vidence de ce principle fera inconteflablement
tablie quand j'aurai dmontr, 1*. que l'efpion-
nage porte atteinte aux droits de l'homme et du
citoyen.
i, Qu'il eft une odieufe prvarication dans le
magiftrat qui l'emploie.

3. Qu'il ne peut tre qu'un force de cor-
ruption, et jamais un moyen d'ordre et de fret
publique.
( La fiite remain, )

----------2

SLITTRATURE ETRAN.GGERE.

Kehl. La focit littraire typograph;que a mis fous
predie un :ouvrage trs-extraordinair' intitul Geznehli-
cia. C'eft ln poEme latin en douze chants, fur la
maniere de nitre, a;nfi que 'indiquefoin ritre. L'auL
t-ur eft M. Silberliing confeiller-midecin du roi
1 hpital miai.air de Strasbourg ir.-r: .i; r et d-
nmoniirateur de 'art des accoucheenns, danfi l'cole
gratuite tablie pour les fages-fEmmes de la province
d'Alface.
Ce pome a t traduit en -franais fous les yeux
de l'auteur. Cette traduction n'a t enirprife,
nous dit -on, que dans l'intention de rendre cet
ouvrage pro;re 'ufage des femmes marines
qui pourront s'en procurer une iecture utile et
agrable, fans craindre, nous af.,re- t -o d'y
trouver le moindre irait qui puife bleffer la p us,'
firupuleiife dlicateffe. M. Silberling a enrichi fon
poeinm d'un grand nombre de notes et d'obfer-
vations dont- quarante ann'es d'exprience et
d'ex.rcice lui garantiffen't l'uilit. Comme elles
,font deffines aux gens de l'art, il ne les donne qu'en
lauin.
On fait deux ditions de l'ouvrag, ; l'une en dei,ix
volumes grand in-80, avec la traduction franaife
ct du text. il'tautre, en un voumre in-z1., qui ne
coiiieint que le text et les notes. Si elles rpondent
l'une et l'autre aux models que nious avons fuus les
yeux, elles pourront figure parmi les chefs-d'ouvre
typograph'ques.
Le prix de l'in-80 fera de 4 liv. 10 f. le volume,
celui de Y'in-l dae 4 liv. On peut s'adreffer direct
tce'net la foc,r& littraire typographique, ou la
librairie academique de Strasbourg.
Nous pouvons citer aux amateurs quelques vers
de ce Pomie linguier, mais nous nous garderons bien
de citer quelques-uns des arguil, ns qi font la.t,e
dechaqu, chant ni mme qutique, vers de drails ,
qui, quoi qu'en difent la focit typographique et
l'auteur, pourraient allarmer une dlicaielle un peu
fcrupuleuCe.

Voici le d'but du premier chant :

Pendere fert animus genialis myflica lecti
iManirar ; que Paphii lus'.s efectio recta ;
Quotve ienella mordis joboles difraribus al'vo
E marins fo.leat part prodeiifecundo
A::xil'zurnmque Dee qu. paituriectihus arte
'Succurit duros matr.lmn rLlevaind dol/ores.
Triftia Pelignus caauit, rernetquc Cori,..n un
De:ndi':tf;t'ros potet Sernelis Evan ;
S Vcz rebloare c'as M'fverciapralii cogai 'cc.

Ta traductioti faite fous les yeux de l'auteur
porte :


'C-xcepte cepe d-d'ii les mo inis de trouible et je J vini dvoi'er Ir.s myflere, de l'hymnene,
de Caai.inits'pLibliqu s ;Io0s comme en tmsdP les cfLt4 des faLrrficcs d e Cvth re:d-velopper les
p"e les woyLns m vioy ens er oui -&s dii aur s miniees d:vefts don't la natire frdfert .pour n
fna.s 1 rouvLfai~srniie clore Ics fruits chris >t chanter bzs CCcours
d',vIIi le fal,,r d, l't [dV Eta aer faur la 1 .b4rt- d(s que Lucinc accorde a;ix Iy'2ns micrS pour leur
IInen'l di-iges c ritfl .m1s qeuplo fLt; m ente, qu i iim mor tilife fes tirs et f ,c td e
'Onpeur; liemplovmer coll.lMe kii moyen hoffilc, q Co mme CoriMIC 3 i)e le fil de S-hh'" ,environn (te
Un, armne d la Nfenf d2 t us come c s nymph s t de Fatititss'e eiv f de fori nectar
qu'fonlS adni~ftrO 1.)x hommes airs les mahi- q'ie \'irgilU, la g oire de Micitoue enibouchl
d qUi les fauvent alors et les tuL-raint la trol'nptte et anime les guerriers au com-
d ns ietat de fu;i ba, &c. 1.


MLANGES.

Votre indu'gence pour mon bavardage M. le
,rdacteur, m'a ,fiMt d'autant plus' de plaitfi que tous
.ces meflieurs demia foci.t m affluraienr que je ne
ferais point infre dans le Moniteur pace que
ma complaifance '.pour mesiddes m:empchait d'en
reifrcer 1'c ,ii,,! i : vous en avez juge autrement ,
je vous en. remercie, et je recommenice.
Je vous ai promise de voiu parlkr des femmes
du spectacle ide M fieur; nul cherre en Fu-
rope, n'en peut computer trois premieres : cepen-
dant, quoique chacune d'elLs ait du ,talent, il
ieur manque toutes quelque parties effentielle.,
et l'on lent que pour rendre la t oupe complete,
il y faudrait une femme du premier rang.
J'avoue qu'elles font extr :ement rares. La fi-
gnora Storace, quae j'ai vue* xcellente, commence,
dit-on ,; perdre fa. voix .,la fignora Morichelly
n'eft plus jeune, et il faut en France de la jeu-
bleff et de la figure. La fig. Cotellini eft une ac-
trice charmante, mais' fa voix eft faible et peu
tendue erll ne chante bien que ce qu'on a
crit pour elle et cela n'eft paS commode Paris
'o il faut chanter tout. Je ie..fais plus ce qu'eft
devenu le tileut de la fig. Lafchi, cell mon gr
qui convenait le mieux. La lig. Lallegrandi eft
Drefde, d'o probablemtnt elle ne renviendra pas.
La fig. Daira tait mediocre quand j'tais en Italie:
on dit qu'llle s'etf perfectionne c'eft ce qu'il
faudrait voir. La fig Dutileu-Tomeoni fait les btaux
Jours de quelques villes d'Italie; mais ni elle, ni
toutes celle;qqui reflent ne font affez bones pour
nous. Cela dt fort difficile.'Revenons ce.que nous
avons.
Mademoifelle Baletti eft une Allemande : c'eft
fon plus grand dfaut. C'eft del que vient fa pro-
nonciation obscure fon articulation ferre et
furtout cette tranquilit voifine de l'indolence,
quelle porte au thtre come la ville, et' qui
refferble fi bien i de la froideur. Ce n'en eft pas
cependant, elle ne manque pas de fenfibilit, mais
el:e manque d'expreffion. Nous l'avoi-s vue vive
jufqu' la mutinerie dans les Philofophes imaginaires,
tenir tte affanelli dans leur duo, et ne lui
pas cder mme en chaleur. Elle a befoin d'tre
excite, iectrife pour dvelopper le feu cach.
Avec rout cela Mlle. Baletti eft encore celle qui
approche le plus de la perfection.Elle donneau moins
des efp-rances et trs-grand s, car elle eft fort
jeune. Elle fait tirer part mme de tes dfauts; elle
leur doir -cet air noble, dcent et viiginal qui la
rend fi intreffante. Elle a d'ailleurs une voix d-
licieufe,-furlout dans les cords aigus, beaucoup
d'adreffe et d'agilit dans les paffages, et de l'in-
trt dans la cantabilit. Si fon jeu n'eft pas fort
anim il eft au moins toujours jufte et rflchi. Je
crois qu'aprs deux annes paffes en Italie, Made-
moilfele Baletti fera l'une des meilleures premieres
femmes de l'Europe.
Un grammairien de notre focict pretend qu'il
fiut toujours employer le prtrit indfini pour
parler du talent de la fig. Galli. Je ne fais pas bien
ce que c'eft qu'un prtrit indfini, mais j'avoue
qu'elle n'offre plus guere que des fouvLnirs d'un
talent qui fut fuprieur. Sa m- thode ci1 encore'
excellent; fon ftyle large, comme direct les pein-
tres fon articulation bien. fylabb come diflnt
les matres italiens. Elle fait des traits d'une maniere
franche et hardie, et les tait trs-bien quand elle
ne ies manque pas. Quand fa voix lui permet une
iutonnation julte cette intonation eft fiperbe,
-et l'ef toujours dans les tons graves. Elle prononce
l'r la provenale, et ce graffyeiment de-figrable
eft peLt-tre ce qui lui nuit le plbs. Elle entend
fort bien la fcene ; elle y a de l'aifance, peutctre
un peu de maniere.- Nous autres franais nous
ommnes difficiles. Son jeu ef tvif, anim c'eft en
un mot une fort bone actrice, qui il ne manque
qu'un air de jcuneffe. C'tait une chanteufe divine
quand elle tait maitref'e de fa voix.
La fig. Mandini. Oh la Mandini, j'en raffolle.
Come fa figure ~ef jolit au th tr: come elle
eft lcfi et legere quiEle a de graces et ce (ont
des graces franaifcs, des graces de tous les pays.
Quelle gaiet dahs ton cibit quelle fi efle quel
efprit dans fon jeu connaiietz-vous ri-n de plus
vilupru~ux que le duo d& la ViJn.ella chant
par elle et fon mari ? Rien de plus aimable qie la
maniere don't elle j.ue la Moliraiielia ? TaiCez-
vous, cenfeur infui5portable.- Je parole un hoinme
de. n i're focit qui prend dans vos feuilles le nom
d'lfopus. Il prtend que cet efprit cette fineffe
n'ot pas le Lens coimmun ; que Madame Mandini
ioie tous fes rl's a c :iit- rs ; que dans la
Villanella, par example, elle a l'air d'&rei eaucouo
plus amoureufe du feigneur que de Pippo, ce qui
eit contrair: I 'efprit de I'intrigie ; que ce qu'ell
a devo'uptu ux va quelquefois juLfqju' l indcence
uiie cette indc-nc af it f. i)-.in-: dans lair de la
Molinarela cdrre cof', coJf, cfei ;s que pour vouloir
tre gaie partout, elle n'eit vraie nulle part, er
que c'eft un grand d-efaut d.ins une actrice, qui
d'ailleurs n'eft nullein:lnct chanteute.
J'avoue que Madame Maidini n'eft point chaon-










t.utie ; qtllel a p:u de voix et que ce peu n'ef
t rr .s-jui ni ts-'agrab! ; ,u'Liu nu pouriait i
t ii r aucunei .JlicLlr.: nm.ne ordiniaire Je paff
C .ndaIniinit(,l iin. c: atticleh mais 'e nie touLit le
r:;c. it : ti preuve: que c'ett une'"actric charmante,
i:',it qu: jo l'.ume et que tout ?Pais I'aiine autant
(lU 11lil.
..i ,ii-,; aux fecondes femmes. Cela fera bientt
f't, car il n'y un a pas un.:. Ils avaient ce
tt re Madamin Limni ani qui convenait a mer-
fille, qui chan ait d: :rs' boinne grace qui avait
1 Lfage de la Icerin., une tournure gracieufe, et
q'quon a. eu gvand tort de e pas- garetr. Sipour-
trn coimmce onii dit, elle avaii '. prtention
dir e pr.em eri et paye en coii{iuence, c'ef
Sll, qui .lt dan', fon tort.
iM\adme ... ii.iii i .lt paffable et mime a pu
tre firrt bonne,, iais voil tout. Ou. ne peut pas
p..rcer l.'une petite Marflei, qui, avec une affez jolie
fi .re, a uii gaucherie extreme qui ine loue pas
aJl z1. iotient pour la pe.dre bientqt, et qui chante
d'a liurs rans prcfi~un et fans jultffe. On ne peut
p s' E.)'r cmiune petite franaife qii joue dans la
\ iiiielia et dais les toc, s de Dorinu :.ell a bien,
i \(.'s voulez, la .i'. l.:.: et les minauderies de
fiii a e -inis ellc ne T'aIr pas dire tii mot de rci-
ta:j, :.,ef un ].vrie:abi flupplice pouLrceux qui fav-n'i:
li.li n que de ,'entendre prononcer par Lui enfiit
qui ne le ft pas.
.Je trait, rai mieux la petite Simonnet autr' fran-
;aif, quoiqu..: aimede en ;gna que ch ctn change
fa langue. Ctlle-ci dui moi s a d& la tournure et de
S:agili-te. ,Elle pourra devenir fort bonnie accrice. Elle
en a les dili'ofitons, mais elle elt encore bien jeune.
Sa voix .ff bie'n faible et bien frle.11 ifaut atten-
d e pour la juger.
N'eti-c pas grand dommage de trouver une pareille
tdif.tte e fe emmes dans uni troupe d'ailleurs fi bien
monte ? On nous promet un renfort aprs P,,ques
j'en accepted l'augur Joui'ifons en atc..ndant de ce
que nous avons. Tel qu'il efi, ce spectacle eft encore le
rmtciled'e dL P'ris pourvu que l'orchelire fe ranime,
re..ouvre fa gloire premiere et ramnene les beaux
jours obfcu,-cis depuis Meltrino. Eu .t 'E E, de la
focit des fix.


defs 'iffimbles adminifirativ-s foient ex-mprs ds f la'liq.uiat n de la dette, eet que i u'.is iuelquei
druits de contrulc et ne fe allent pas lut pafpr jours vt coti des finance. i i ia,, t
tinUi. c, .. L. tat ds liquidat. n. On .*l:.ii, !,c ditiS le d.ia
M. Malcydemande que la' formalit du contrl de ce demrnr lfornier le i,.\. .iiid .,,t.,
foit mi ,ov'y.e p ut; a~ ruet'la date des acts, rs demand ln
que ce it fii.s fiais .- : polirions.
-M. lFrdteaui appuie la motion et il ajoute q e M. 'i,:.'L'mpt i- ri'; It dqu'autant 'u'il
les act s. de nomnation..des:tiiui.iii paitir s devaicnt e rl ...l 1 i.il. ,1t. tlf S borl. es- t'8u .bb i'n foit 1 i,
tre fiits triples, don ,un p .'ur deireiti la mu- boriies .rna r ,lr sfu iirmposb.l fuit de'ce pi'n 'ir
,nicipalit le second au deartemnnt, et le dbrnier que vyos pue pouvez accordertiaucun impt flis cou-
aif.irict. r niuaitre !es befoins de l'Ei'at, a. moins que'voijsne
SM. e'egnard demanded le renvoi au comi.' 'e ,' qu,'o. prenne fur les' efins.r.,els d' \tj.
.confitidion, pour qti'il 'prfente des autic'ls fir, ple pour. ftisfire au bfoins. in.ie-i
cet objet. g ._ 'itii 1.f,.. Il faut donc d;abord ,I:.,iii,,:jL,,
i' , otio. av cl'. e m comite qui nous indique, ces befoiis cni'itbu
Ld Affeblee ducrete d la mo.oivec amendeilt p, de la, dette,, foi lgine l;
de M. Frteau.
p rogres. .. ,, ,.. .
M. de Lancofine pro.pofe de former un conmit e Le coi tfi djt'pgfiti-ons doi. ssr il. mr,f
orize p'trfonnes, chargesde. s'occuper fans, di" tabli c Jg l plus cic i le
d'un plan d impofition .. licat de nqtt; .v: l.....e denm nde., a r.ni'i, i jc"]ii.
'M. l'abb Maury. Depuis huit mois nous fombnies4 porrance de trudges naties, qu'on.:tir;, rdre i
affembls, depuis huit mois nous defirons regenerr floances trosj par, femaine. ,, I
le royaume Lt nous nous fommes a pIine occu.'.-s M. Barnad. Je dmanlde I rQrea .'. l'ab,
Sides finances. Le mot Peuple eft fouvent prononce Ma,.*. On a hechei e f,,-i' ci .Ita ,'i:
t dans nos ditcours s il eft items qu'il foit pour.quel- clafes les'plus indigcentes de la':iet :. .s:;.l
que cliela dans nos dcrets : celui de Paris e t bi'..Et trangement rromp dans l'ppi..li. de. .i
digne de piti 3 il ne vit que de fes capitaux ou de purs qui le co6duifaient. Il propole ,d ,,,r
foln commerce : fes capitaux font fans produit, les imnr e cnfonmation par di0 nr..
puifqiu .les r.,nrtes fuic l~htel-de-vile font fupen- luxe :'ainff,.il' ruine Paris, et porte .iIt.m i.;
dues fon commmrrce eii nul ;.les g-ns .riches, ou .commerce national. Je crois hli coft.ntri a ,,
s'loignent, ou .-li .._nt leurs richeffes. C'eit du objeti de vous propofer non pa, une lr.i,,
booheir du Peuple qu'il faut furtout nous occupers une maxnimei reconnatre. Les' An.glau 1 ,1, inA
les clalles piivilegiees ont de j fut de grands f.icri ont donnl'exemple ; imitons-ltes, et conuiini s,
fices. Ce n'eft pas atcz : je demanded qu'on abo- tant que nos manufactures n'auront pas pIiL ,,
lille ds ce moment, tous les droits qui fe per- etat florifiat d.e ne nous fervirque des n.i h.in.
oivent aux liarrieres, fur les confoniimmation com- ..s fabriques en France. '
maunes. Je ne propose pas de fai e ce qui eft arriv | b e ei. .


i fouvent, c'elt--dire, de dtruire.f its rmipacrr;
, je propolt au contraire, de remplacer "ir 'le
champ la perception abolie par 'un impt fur le
1 luxe.
On interrompt l'opiiant, en le rappellant l'ordre
Set la question.


*---- -- ---- M. l'abb e awiy. Je ne crois pas que ces r-
p A R T R T fl xions fo en. trangetres la quflton : pcrfonne
P dA T R I O Tr I S M E. n ... pi'endra la o dfenfe au luxe qui, doit -nfin devenir
ur: ail patr'otifmne, aprs n'avoir fcrvi qlu' la d(-
M.dame de Monteynard abbeffe de Saint-Pierre anutioe a s a otii rs. Je deavo frvi que comi ,
.te .Lyon, vient d'envoyer e don une lomme de dornt ]'etabliifflment eft prdpOf, nous done le
1 1( liv. 'hpiual-Pneral Ie Greiloble. Les habi- dc
S hptal-eneral de Grenoble. Les hab- moyen de fupprimer fur le champ l's ,id-s, impt
t:ais d :l cormuna!tede l-ovols-en-Diois, aunombre rai .ent dffitreux pour les caimpagnes; que cet
ide 8. pr:fque tous dans le cas de l'Exception a impt foit rtnplac par d.s octrois fiu 1-s villes...
c -.i .I,,ii,-.i, pa'liotqiie, ie font arranges de mani:re i Je crois aui qui'il c i inidifu nfa;l e di'tablir un
a fire monster leIr part pour cette imnpoltion comit jarticuli. r, charge fpcialtnent d'examiner
a 1i64. liv. Les elev:s ld'un penfio:mat tabli a lala dett publique arrire. ks dett s des provinces,
Slout-du-Pin e fiont galemtent runis itour lacs-fier les painmens de l'htel- .i-\il &c.
Sla Patrie ile pe trte fnrnm.. qtu'i's avaient forr pour i
leurs metus plailirs, et ont ac d'une efftioni de fentimies patiotiques, exprims nia, d qu' oi vnt au fecours du Peuiple on a
par M. Trodir, l'un d'eux. reconnu l'efprit qui doit tre attach fon carac-
iere. On a fenti davantage encore cet efprit dans
.....- __a_,_-__.__ ... ____ .. i, la mo:ion que vient de propofer le prop;na t, et
qui f rait adopte avec enmpv'.ffeme.it, fi les lgif-
AS S EM L E N A N A teurs r e devaient pas fire cder l'enthoutiaine
A S E M B L E, 4N A T I O JN A L E. l la rflexion. Je crois qtL'e)le doit tr'e renvoye
au comit fccl-.iaflique, qui, par foi travail, no~s
Preiie ,,e l / Tret j fT.a connait.e avec prcifion l'tendue des sacrifices
r ce e arge quon peur demander au cleig.


SINCEE DU LU NDI 18 JANVIER.

APR''.s la lectured de quelques :-11. il -., on an-
nonce pluffeurs dons patriotiques. M. l'vque de
Rhod:'s en offre un de 8oo liv. de la pa- t des eo-
lieis du college de Pdhods, et l'Afficmbie le charge
de leur crire'.
'M. le prfident lit une lettre de M. de Briennae ,
colonel du regiment da Nav ri, en reponfe celle
crite par 1'I. le prfident, par lea ordres de I'Affam-
bl, a tous les rgimens de France.
; n done enefuite communication d'une lettre de.
M. le come de Choilcrul Gouffier, ambaiadeur i h
Po: te qui announce que les negocians Fran.is de
Conilantiniople eiivoicnt un don patrici tique de zoco 1.
dou:blies' par un citoyen, qui fa'is doute n'eft autre
que de M.. dleChoieul :l.m-..rin. On a dcid qu'il
f rait cclit par M. le prlideint M. de Choil'eil, bt
qu'ie mention ferait faite du don fur le procs-verbali
et que la .lttre ferait imprime.
Lfs habitans de la vile de Bennes envoient une
air.:lfe portant .i.ili.ii,.n aux dcrets do 'Affe.n-
blee et notamment ceux renduss dans l'afaire
de la chambre des vacations du parkmeiit de
iennties; ils votent des remeimunes M. le
(Cl:.ipclier, pour la mina;ierc don't il a exprim
,Ih' ,.'.,i de la ville de ci-ee-ns la nouvelle conf-
tituti''n. '
()i"''qu"es difficults leves fuir ls limits des
d:tl:cts o; t emncuech que le comit de corflitu-
trin puit contiiner bfo rapport fur la division du
l:ov.,:u e.
M. la 'l Nogatret, rapportant le procs-verbal
de la ltor 'it Oi d-' la mlunici:pat d .is p s
I ar", qui a t.e fair, futr paper timbr et contru'l1
,ilaniide que les actes de nomination et autics


Il eft dangereux de fe livrer des motions antici-
pes qui peuvent exciter le Peuple en le trompant
par des efp ances exagres. Les aide.s font un im-
pt cruel quis vous .vez dj jug, et qu'il dft dans
vote intention de ne pas laifflr fubfiithr dformais.
Les barrier s font un objet plus odieux encore.....
Il fa t acclrer la nomination d'un comit ; il faut
qui: ce comite nous propose un vlan qui remiplace
ou r: orme tous les impo s actuellement fbfirfifans
il fant .qu'il nous procure un revenue gal nos
befoins. Mais pour ce'a fire, ce comit Joit con-
natre l'tendue de ces befoins. Nous devons donc
tfatuer ifur les motions qui nous ont dj ete pr-
fen,:es elles embrafl'-nt les crances des villes,,
ceiles des provinces, et la liquidati n de la dette,
qui, fans tre conflitue, no fait pas moins parties
de celle que vous avez, mile fous la, fauve-garde
de la Nation.
Ja demand donc qu'on nomme un comit de liqui-
dation et un comit dmitpofitions.
M. Blin. M. l'abb Maury vdius propose de d-
crter fir le chamri, la ituppreiion d'un inpc con-
fidrabli. il veut Coulager le Peuple, et par une
contradiction bikn trangeil vous engage crer
des octrois dans les villas ; il v.-iiu qu'on taxes le
luxe, et le falu du Peuple et' l'b j; t de ce defir;
il n'a donc pas vu qu'il reduit ainfi dIeux cetr nmille
hommess a navoir pas de pain : il r faif de protu-
ver que cet impot nmirfriccrdi.- ux- d luxe mettrait
fans pain le quarir du rovaume. Je vais p' enter un
fer' '-emple l'apuni ce mon op'tnon, line livri:
de lin viit I ou 1o fIis f,;us des mains indufit
tri u.ts Alle d vient coupon de dieiJl tr fa va-
l'cuir '. de 800o liv. Ce cli,,ir--I .-,.r a fait vivre
vingt-cinq ouvriers pendant fix mois.
On propose l''abliffemnet de deux co-i-'s le
premier ne itrvirait rien puifqu'il aurait pour objet


iQuanti a la propoulition de.M. .de. ia' .iailrttc qi
veut rduire tois les ecclfiafliquts ltn iu '.ici a
un revenue de 3oco liv., elle t-l .digne d uic pUl '
grande attention : .rMdu teaux bn'fic *s liii,1.1, s elle
lfe trouvu p:arfaitemint 'a"alogue ce. que vous avez
fairii 1 'r peun. oi!s. Si vous avz .'pi re'i ._ irlil,-.'
ci mille cus, plus forte raon rLi.'...:t.,,ii
re uire le, benlfices iimi les ' a ri ri- fonimei
d'a i-:tiis, en d.crtant que les moin res c(,,l
ya .d aient 12zoo lives, vous avez necefi, ltllne
deFenfe aquelle ces bnficiers doivent (..,i'i..ri-
rir. La proposition l e M. delay Salcette I di i'l I'
et conform vos dcrets fur les pe!fions et fui
les biens i cclffiiftiques. Je penfe qu'il fttut die\ri
cet-e prcpofiion, en y mettant cependant pour
amendment que vous excepted les eveqs ir.n-
chevqu- s,, ur le fort defquels vous'vous irtc'l,
Ci, Itatuer.
Le comit d'impofition fera vraiment n,-: -flib.
M. de Cantel-u, o.rgane du comit des liiijiiic,
en a reco .nu l'utilit.
11 n'en eft pas de mme de celui qui fr:ii, chaii;'
de,la liquidation de la dette : ce travail :ippnt'rii
au comitc' des finances qui depuis long-tenis '-'ii
eit occup. ,
IM Roiefpierre. 3'appune une parties de l''r li
propiiiait. Les bieris ecclfiaftiques appartiei-
lnteiit au Pupl,-r. Demander aux eLcliaflc)iq:.'. de
fcours pour le P uple c'ef rame-ner ces .i:-eLiii
leur premiere d&ftination. Je d. made qu'or, ilic!
en dc.libration l motion de M. de la S.luktie,
avec l'ameidiment de M. Barnave.
M. Charles de Lameth. J'ai entendu avec 'e l.oho
vif initrtr, nmais fans fuiprif: ia motion i'i.lii"
thropique de M. l'abb Maury... ( On rit)
M. l'abb Maury fe level pour interrompre l'i'i'
nant. .
M. Charles de Lamcth. Embarraff du nonmlre
dzs motions' et des orateurs, je ne puis i:lhi.ii
celui don't il s'agit, que par fou nom.


Il faut bien que je lui rappelle, avec Mi'ot-fi iqi.l,
que la vertu mme a befoin de limits; qu'i.n v;I',
fant attaquer le luxe qui corrompt ls moeurs,"ll
ne peut oublier que nous ne chrchons point `
c .inlii'..r n une Nation nouvelle, ma's i,-'hi'ie
une Nation don't le luxe fait la richeff,et | '"i
laquelle le luxe efi un befoin, une N.ll..o, qi ai
come ks rois, eft condamre la :*iagliilic.t'
J'obferve, en paffant, qu'il eft plus aid. d .rar
le People, que de le fecourir ; que l'hoin.iii ,l
popularity ne s'acquiert, ni dans une, iii ,I.' d.o''
fiance:. J'obferve que le propinant le ti, I re "
vent fur l'elfpit des dcrets de 1' Auffeil'e r
rappelle en peu de mots une erreur de cettc ic ,,
don't la circontance actuelle ,rEnouv-ele I: ri:t.vo'
Un Jiur M. l'abb Malury a rclam v.-.: 'i.1
faveur des doimctiques; il adit qu'on les i;:ul...ltk'"1
autres citoyens : il n'a pas voulu voir qi, I' l11.'
ble en les privant de'tre lecteurs o'. eii i'..
a craint fel..ment l'inflnuence dangereuk *a
qui command fur ceux qu doivent obeir, t q'- l.
a redout ce que pourrait faire dans It's l i'"
un home qui -auriit vingt donmeliques .. t '`'i"O
tmorn.n Oo le 'Pcpl.n a befomn de repogs, !c .r'1'
point chircher l'agiter.....
( L:, au de muai .)


I