Citation
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel

Material Information

Title:
Gazette nationale, ou, Le moniteur universel
Portion of title:
Gazette nationale
Portion of title:
Moniteur universel
Creator:
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Panckoucke, Charles Joseph, 1736-1798
Thuau-Grandville
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Chez H. Agasse, Libraire.
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
v. : ; 51 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Periodicals -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
History -- Sources -- France -- 1789-1815 ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )
Spatial Coverage:
France

Notes

Additional Physical Form:
Also available on microfilm from Association pour la conservation et la reproduction photographique de la presse and Northern Micrographics.
Dates or Sequential Designation:
5 mai 1789-déc. 1810.
Numbering Peculiarities:
Publication began with issue for Nov. 24, 1789; issues for May 5-Nov. 23, 1789 appeared in the introductory volume published in 1796. Cf. Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse periodique française. 1866. p. 125-127.
General Note:
Founded by C.-J. Panckoucke.
Funding:
Digitization provided by National Bureau Systems

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
06444351 ( OCLC )

Related Items

Succeeded by:
Moniteur universel

Full Text







GAZEITE NATIONAL, ou LE MONITEUR UNIVERSAL.


NV 9. M A R D I 19 J A~ N V E R. 179,,.


OL 1TIQU E.

PRUSS E,


De Berlin le 2-7 dcembre.


L, roi a ordonn que pour pargner les fof'ts,
S. e ra I'ge i e qu le cnurbon de terre danls les1
Vr 'e is, tuileiS fturs a chauxK, et autres grands
ait:rs, o lf'on ihilait une grande confirimatioi
ta bois.
Madame la princeffe, pouif de M. le prince hli-
itaire d'iIoh-nlohe- ngllingeu eit accouch,e
d'n prince, Brflau le iS de ce mois.
De Brandebourg le z janvier.

M. le pr:nca de Retff, miniftre de l'empereur,
a ru hier nu co-riitr de Vienii et M. le com t.
S u ,il.. ..iu ittre" : e irufti Vienne a expe-
di-'. a i une cettet q Il elt arrive hier a 1B lii
brui.- s'eft ,. .r.u epadi que .' tatde 'em-
'e otuicait devenu dangcr.ux .: l'iydroifie parar ,
dit-on dcicde. On nie le flute poi d'i:n n Jer
r talil fmrnt. Cependant une guerrie-prcfue g'-
ndale s'annonP e pour le printems prochain. Le roi
lAit :iilr,- dix millionsde thalers de fa cail pour
.incttr- Es quipagrs en champagne.
La court d de ..~ avait demand au roi de
riufe le general Motil-d rd' pour le mett:r la
ltu de foi armie 5 ..i.is le roi r'a pas acquiefce
Scette demand. On fe itail e Ique on prSaecct. ui
fa rc.u a il y a cinq anls au rioiiec defir formiie
u aiura t:tit rdpubiic.a n. Cependant S. M. a
Sn, iu. il.t;al, ck" r K.,t kreutl gnral
s, II il convaiiu qc ;e cet oiiaitr aura des
a de.qrirte,,clis d1 't.1o,0 ci duc.tus. Le cordon fi!r les
coit:i:S i- la 'r'll et o de la l-olodne, commanIdak
pir M. le g.ni.dl Ufedolu, fera remplac par d'au-
t es troupes.
Les f!ines afligndes en 1789 pour d:s contrftc-
tons am .l'or.ido)n ou lotitl. .,. -i-i publics, mon-
t.iit a trois milio,(s et d.'mi de thalers, don't 5.0i.
niilr poir de nouv:-'ux bati.n-ns Lfns compeindre
le chlatin d.ai ci ra:id..jou-c3 et celu! de charlor-
wonbocurg.
P A Y S B A S.

De Br3raxclies, le (j.invier.


tous f.s emplois; il n'a donn fa dmarche d'au-
tres motifs que des confidrations re!ariues aux cir-
confiances trs-imprieufes pour la confervation de
fon duch et l'intrc de r a famille. On dic que
I emp .reur a reu crtte declaration fans trop d'gards
pour les ciconfu':,es et que, dans fa rpolnfe, fire
d'un air c i aurait donn de l'exprefflion mme au
filence ia ni.;. a liffe voir 'eipirance mena-
ante qu'il conferve reiativement aux provinces be!-
giques.
La vi le de Bruxelles attend avec inquitude des
nouvelles de Parmpae patriote. Des bruins contraires
a ceux qui fe ionr d'abord rpandus, rapportent que
M. Van-der-Mei- efclT, ai la tt~e d'un corps de 80o0O
homes, a r battu et entirnement dfait dans le,
combat aup es de S. Hubert, par le baron de
Beaulie oua'rtier-matre-gnral des troupes Au-
trichiennes.
Des nouvelles de Luxembourg, qui avaient t
apportes le 3 de ce nmo s par M. Albert Delmotte,
lieutenant di rgi;iment de Viriet, confirment cet
evenement. M. D)..'lmotte avait et dpih M. de
endier, commiandant-gndral d s Iipciiailx. Cet
"ifiier raconte que l'action a pine engage
les patriots fi Ibit retirs avec une perte con-
fidarabi.. Et fi-lon les dipcheis Autrichienns ,
hl rertra:t des Lrabanns reiTLnble ai uie' droute
complete.
11 nous eIt venue d'ailleurs d'autres avis qui con-
firm:nt l'accident, mais qui le racontent d'une autre
manTre.. Les troupes Autrii-hiennrs taient comman-
des par le colonel Bleckhem, et non le'baron de
Beulieu : on s'eft battu prs'de Chateau Ntef, et
non p-s de a. Hubert. Nous lavons cependant que
le gnral Van der-Meerfch eft maintnait poft
prcs d'Arlon. Il a demand un renfort, et l'on a,
tait partir l 4., douze cents patriots qui doivent
aller le rc joindrre par Namur.
M. le duc d'Aremberg efr arriv ( hier ) a
Bruxelles il a pris feance aux Ltars en quality
-de meimbre de la' iobleffe du -lainaut.

A N G L E T ERR E.

De Londres.

Plufieurs perfonnes des environs de Manchefler
fe font a cordts placer, fiur leurs malfons, de
petits tocfins ou cloches d'alarme, de 9 io lives.
Si l'on voit rder, la nuit autour de la'maifon,
uelqu'un de fufpecr on fonne quelqu.:s coups
uour ave'rtir le voifinage de fe teni fr fr es garden,:
t pour peu que les voleurs efiaient de,s'inrro-
duiir dn.s la maifon la fonnerie cont ln'ui, jui-
,- ,' cr-a n, l ri1tnna l du fe 'c *urs les habt i' s f .


M. I.uytgl':n chiincedicr de (Guelre-s, et deux (ont engass 's'en porter rciproqueiinent, ayant,
nmembir du cioou-il ont dci arrtes i u;mnianid. cet eriLt,, des .irmes feu, charges pour leur
lZ9 de:ciiibeo par Colrde dI- M. "Van-de'Ar-' eu-rich. ',acfnTce et pour celle des autres.
Uni detach,;,.'nt de 8 a 900 hommes, conimand..
par MM. la .r.,,a, p E;- t Mii, ,. a i cha.la d. Indpendan'.ii nt de 52 dimanches, plus religieu-
ce.e expedr.tior,. i. paein pouvoir, cxpdi pa~ le mcn, obfervi'is d-ans notlre ife que ldas les pays
nirl batr oi n :itai cn irnic si c-ri-:ius u : c icnts cacoliqes no-'s arvons 52 fse es dans mluae r
g.nral b:~ aions ; i pouvOir t atutlA:iMNnl cii pes d'n iers des 36 j"ours qui la compof'nt,
M. ferna de fe lo ,. ai p.or es dut chautir iii la Ie p pareiU chu le pla fir ;,rrachrn au cravail.
il 'ryte ra du h feat tir, -. du pr lEs r V.d dch r -, rapp dts pertes norme; qui ucn rifuitant pour
tu"ge: I u tt:at -tu0f t t du gr fi,r Van Lit-r
enne, ctr du kls ita r i ictre, thu, b iue ceiu't ,ous, 'n cl.ul.ate ur politiquc e propol' dr Its re-
.'riichCi r' touies il l xcupioi i1-i ndrcdt uunt,
en lieu de lurte co.n ,e d s pc.'l'ni;es pr.:judi- trac r totes, lexcep o ,, ndr.di l nt
;, e la ie. de 4ol, des ainiv:iclt' i-r s du roi ,de
ci:lles au rlpoci-r nt ;u i i -ctr die lPa rie. A ela I e de Nol .cs anniv fir-s du o d
Liuain I 2.4 dicem .' -' Ei la reine du prince de Galls e dle I'annivielaire
l,.z / , '. :7), i, .-ii-core pui s licr ,e ie la rivnliitin. Ce (atge rege-
Hn c ... -r ... n..r t r. n.r:'it 5o jours l'irndurltr des habit'ials d.c s
M. de I-Jcuuinia ,rtr ]qui i:t ai., co i 'ilI- i ou i.1,,' i r
ad la province de G;ucl~eL, s'cf ccni-lt a c p r nor royaiies, fur h profperitd defuels il purr.;i.
d.-ce en cetu oct cio.... Il parait qt 1.le chai- saaucoiup ifluer.
cc-ker avm t u;i paiti J. s la vil'c. .... .Fa '.it. ,
u pl:ut in crime, tait de s'r-e uppofapr Extrait da'ue lette de Gi'raltar, du zo dcem/-re
l'cviauatio;i d s t.rori:p.s a tri'ch lines 1 l procla
prdob.,b'e len aiupo unt i..s di .-ns nre.ts, qu. Je profit de lccafion que me fournit l' d-cpart
M, .uy rcii.s .'in cl hom' s l, a. -nt d cucer l'expre' lqui retourne rtn A ngict.-re>
rn.lits r.co;,, iandal, ib .s par dus vi t's' ipavi es eu pa tlir ullSu ; aiiiiin c-.r c lu a: imeni1t e mr nille' e
pr des q.,alus peri.onuir : ;, n'oin ni lidea niil il:pa1gno a di grancds prpie>ts, qi e/ingent uie mia-
fceiiiqeiint dc.s vertus p:l.'.iies t dis d voirs de ni e rtdoultabl ,3 cce q 1i ya ae fuc .l que tous
imvens. leurs chLl;uicrs font en actvit ,; .arc.-lonne, Ma-
li. People qui n't.t po;n fait encore autx vra;s Jaga Cairthalene fiat remplis d'(ovrers qui tra-
P lneapesd Io l .dr 1.d'V, i, nru t o u -; trompe r vac li t av' c u e allduit qui n'eft guere d(ns li
Prl cs appirendc u. de' :nt, t; 'humait", de ,jull.cc c.'rl t.:e de la iN;ation ; on coinfirif'it des vaifcaux
e' da.ms in eta,- '-e ii.rs oit i il cl n::e ic de 1 gnc jqus Mahon mme.
h'arux, de t:-nir ccrlipte tlun houin. d'lin rait's
Sv,'', de'. heautiis i ( ri l'or;- il de fia p,,.i.,.. 3 T T S.U N I S.
d i lit dcuc qu'ul- '- !arti':c d s ha'it nuS d iui--.
nln ltie lout voul r', .:' ic :i .- ,.: -::/;e, croun u n Un inavire c hurg- d'huile de baleine, qui arrive
pe'c .:' ~t i : e n : ( ir qu.' Mu\l. ,ivrg.;is, Su rs en ce lmoiii:;i dci:s co .s d'A:r; qu e, viei :t d'ip-
.t ,' i 'l. :.- ne t i fi cl ic:r a:'i potter ic.i iune' nu nvelle tr',-e-xtra rdinuire. leu d
fi0 .vira'i. ,ta s :'na:::a~nut d'-'; r l- P<,', .: .' s oj 'uts a.-an i qu'i q'ii; t baye dle W ileH ichi une
"i.,-leic s .,n il. .r a l ',: .s p' ,ire, vie- league immi nfl'' t.rre, a .i l tcuctnr de d gi .:s,
tl:.s int .niin r:nl s a d ',i ordr s nidu ,:o:m .n- .u liid, s'f it aiinie ou plutt affa:flee de plus de
d:t "n.., . .. onI t a,'ui ., 3 Irx l','s ,i br :o.us I i0 .u. de la firface de la nim r. IT.cul e
'e: ci 'f.s ia cimen des RhR, PP. Cainicii-D- li ni'tte i mdo e la pche de la bale:ne c.on.
cullcs. re 1 ay'-, a t tmioi i de ce fait fi g lier a i
m nitl.nt mena' o uce d 'uc d'if1, avant de fe rendre ici, a eu, te-rre un ;gr:nlI niombre de matelots Amercains etc
a V "iop,.'un au:liernct p.artiuiPre der lu'c:ti.u( rinr Atgla qui f f.,nt pitcipits dans leuil chalou-
1 a tu i'ho'uiicur de rumutre s. M. 1 bivatde p .s iqu h.ri-ui.men i!i ont pu i i. ic- a tims.


Extrait d'une lettre de Charles-Tovvn, dans la CGroline
Merdionale, en date a'u zi novembrc i789.

Depuis un grand nombre d'annes nous n'avions
pas eu, dans cette parties de l'Ame:ique, de faihon
auLli belle ni aulfi feche ; le riz etf trs-bon niar-
ch, pace que nous auons faLit une rcolte de la
plus grande rcheffe : les Indians etablis fur les dei-
rieres, nous fatigueint beaucoup, aiifi que les Gepi-
giens, nos voilins; on les croit mis en jeu par ILc
Lfpagnols de la Floride, jaloux de la proip,i di s
Erats-Unis: au reffe les travaux de l'agriculture con-
tinuent avec fuccs : on a dflich plufieurs centaines
d'acres d'escelknt t rrein, dans la parties fud-ouet,
d-puws 178;. Cette prie de poffeffion doit contrib:.er
irriter les Indiens, qui, vivant de chaffe, voient
avec peine, abattre des forts ils le contentent de
fire des incurfions nous n'avons pas encore effiy
d'attaque' i.'gii!l.rf de leur part.
Une lettre de Boilon en date du o1 dcembre
'789, announce que jamais la tfifon n'a t fi favo-
rable pour la picihe de la baleine er de la more il
ef rentrI .dlans les ports d'A mrique une centaine
de navircs; un p-cii nombre a t expdi pour
ls .. i. ..ens marchnsi dc l'Europe cependant l'argent
cil encore extrnmemeint rare par ottt le Continent,
oni en aflig;ie une caufe afliz probable ; c'ef: la
convention faite avec k.s course d'Efpagne et de
Ponugal, qui afiujcttt les navires Amricai' s rap-
porter, en denres de cescontres, au lieu de piafites,
au moins moiti de la valeur des cargaifons de bl6
et'de poiffon.
INous apprenons par des ,1-ttres de New Yorck, la
d art d'uoie quanit prodigiui.i: de vaiffeaix char-
gs de grains pour Sainit-And,- et Cadix en Ef-
pagne j pour Lisbonne, pour Bordeaux, Marfeille,
Nantes, le HF-vre, et pour tous e!s ports de la
Fr.nce 5 les magafins fuivant ces mmes lettres,
font fiirchargs de laineries d tLe re efpe Ice ; 1 s la-
nelies feules manquent; d'nicledu melileur dbite:ft
les toiles d'Irlande,toujo Lrs extrmem,int recherc hs,
et qui produifent aum oins vingt peur cent de bne-
fice au-deffus du prix de facture.

F R.A N C E.

De Lille.
Quelques foldats de la gariion de cette villa ont
cru divoir L vfitrer au r.- ouvellement de cette an-
Snee i et ils fe tfou rciproqul ment rg. ls de liqueurs
fortes. L'eau-de-vie etant extiemi.n- it chere Lile,
ils s'en taient procur en fraud d-s la veille : 30 a
40 d'entre eux avaient t en cherch-r dans le To ,r
naifis. Come ils revenaient charges de eur bt.tin,
les commis d la ferme obligs d f( fouiuet're .
un devoir hiumiliant par lui-mnmei, mais qu'il fauIt
remplir, voulaiet s'en ermparer : irs foldats qui n'ei.-
tenda'ent pas le laifr d r i r ainl obhli rcnt les
coimmis d'.: boire et de les lai'ier p.;l.r : ils cntrcrini
Sn coifquence dans la ville avec un. ncr'ne pro-
vilion de cette liqieur. Dr-es plait:-rs grave's tfr cet e
iniibordination parvinrent fuli'qi' i le marquis de
( ivarot marchal de camp eii.ployv par le roi en
quiali dc' comnmanraii.Lt de la pro .ic. Ce general,
don't la prvoyance imerite de 'Liitis t'cog .s, o if1.-1,i.1.
dx Jou r a res, les quatre regfim is qui cm!. ofl nt
la rii.rlfon d: Lille, avant a lea" r t lecLr drapeui,. t
e't il pIur intii peu prs ce difcours limJI et, ,.r-
gitue
Je ne viens point ici, ainfi que vous m'y avez
ouveinc vu, come un pEre au milieu d es rnfans ;
c'ett comme votre gi'n.:ral indiga ie votr: coniii -.
Joldats, vous avez t-' irrits de I expr,:ilon de bri-
g.mds que vus croyiez re i hap ..e i n mem-
bre de l'Afiemble nation- ; vous ave/ fupplid vos
officers d'en porter des plaintes au piud di trone c t
.auxr prcentans de la Nation j j'ai iir d. ben de
vous, et quatre jours aprs, vou, me force a me
rttracter.
Quel nom voulez-vous qu'on donned des folats
qui, centre le lerment qu'ils ont prt devant leurs
dripeaux, ont manqu tout,.s les lois' de i.dif-
ipline miriitaiire ? Pluf-urs de vols font fortis de
la ville ave' s armed ont p (fI is limits, onu
't fir des ti.sr 6rrangries pour fe procirerc-d s
boifloons p.. -il:.*. '. ori forc les commis c en
boire, et ont enir-s nmiiin arme dans la ville.
ih bien ceux li qui ont fraud les droiti du roi ,
,rilque p u tat ils rI;it faits pour lfr:te, ir ks em-
ilovys font des brigaid' Si on ne p ia ,ipas lc.s
Iupt.s, coimmn.'rt pair-a t-on y vtre folu-: :' Je l1
op.:te ce fi.:rt d-s bri:'aiads idig;ns itu nom de
'd et et qui ( e font pas fits pour .orttu vo re
inif r ne.
C'lt i vous, 1-raver foia's quje je m'ndrcl'
toutt tt ver le r imunt. Nim.-~.z 'c ccup:bles .
os c;-,';, ;l fer:,ti ch.ifs ld imari. J'.t- iiis de
otre b[n ef.r t ce facri'cr", .-r e i c v-ui. : e(i, .-
o'rq,'a v s. M. le iarii'i de Liv-ot, rns'adref-
mn a1.i reRgmenti de l'.oval d s Vailleaux, ii dit :
ouvenez-vous de Crt.uione et r. I- :nt.;noy i 1a1














rgimiient de la Couronne, de Crvt., WV) rbourg,
ou m'ai vu vote r gin-Ilit acquerir iune gloie irm-
niorlt li. Auri: z-vous tit ct s actions htroiques, fi
vous avIt .iouic rt parmi vous de tels fdacs? Voil
le n:oyci d'. xpier votr faute i vous ne le eprenez.
incotiit i.nt, je fais etirer ls permillions je met-
r;ii uLi tiers de l.i garn fon pour garder kls poles
il v aura des capitaines ds officers fupricu s; et
moi-mimne fi)e prevoyais que vous ui-uiIez l'odieux
piojet de forcr une porte, il faudrait m'goiger
avant d'atteindre a votre but.
Je pr na'. ici i'engagenmnt. foemel de vous 2irpu-
ter le pafaige tan, que j'airai un fouffie de vie. Eh
quoi J'appeisois fur vos vifages que cette ide
vous fait horreur i je me bornerai donc vous re-
p.efenrter que les plus honntes gens, moiti ivres,
ne connanfient plus le frein de la discipline et fe
ren'ient coupa'.les en alinant ainfi leur raifon. On
s'occupe de votre bien-tre, attended. avec respect
ct patience l'effet de la bonne volont du roi et
de l'Alemble national,

De Senlis.

,a mere de Bi lon, cet horloger qui le 13 d,-
cembre d-rni'r a colm s avec une intrr:piiite peu
commune des forfaits inauis, vi:nct de rsparer :'u-
t.nr qu'il dtait en elle, ls crimes de fon fils. El e
a fait a'an-on de mille cuis dl rente qui coinpo-
',e!n fa fortune, am p-rns de ceux q:i' ce mi-
ferable avait faith prir. On ne fait pas encore ft
cutre expia.ion a t accepte; ma's il faut conve-
nir qu'u e tell mere ne mritera pas d'avoir pour
fils un pareil monftre,


De Ris, le I janvier.


Nous vous "prions, Monfieur, du voul-ir bi, n
fire me-:t on ia-ns votre journal que le I dii
present moi.r, en vertu !ui dcret de l'Affemble na-
tionale, notifii la cominane di vi 'age de -Ris,
prs Coib 3il la nouvelle nlmicipalit d.:;ce icu y a
et orglifJe d.r.s les d!ais et formes pref rirts par
ledic dcret. Nous f ni.mies fondes a c.'rire quec
no:re rinii;cipilit aura tc la prneieia orgai
e de rout s ce :-s du royaume ; et la coiin.n:,n
de Ris es'lt empreiad de don1ner i fes concitoy ns
et bon. patriots, l'exemple de fa d.-firr.ce et de
ft rcon!na:lince enverles dcrets de l'AILimble na
tioni.de.
Nous avons l'hoiin-ur d'tre trs-parfai em nt,
Mior:liur, vos trs-humbles et tris-obeilfans fer-
Siteurs.
Les officiers mrnir;p.aux de la commune de Ris,.
pr.s Corbii ; Mil.ch.i .d, maire j Ilari'che inu-
nicipal Petit-Manbre, municipal; Mvlichau procu-
reur de la commune.

On crit de Mhihani-ls Nimes, .que le cur
. Gusmetti oriCi'aiire de Malauc:ue, co'ldbra,
J nmias dini, r, l.i fi,e 'e S iit-Sauruiin patron
de la ipariif' d'ur;e m.a i re nouv. le mais di-
fiane. Il ruanit i upr fix de lis pa oifil is les
pius agecs depuis So) lJ'fi!u a o ans. M. le cure,
le via;ire la pi-rcirt-ur-i],' al dI lieu fervircnt eux-
mimes Les c efp ct.bls convives. Cette manire
d honorer la vix-ileiff excira l'iemprfd~Lf- enst de tons
l.s parouiLic:a. Chacunt vim u aftel- au rpa.s, et
fe rrndre utile aua s de ces viLil a.ds. La fte fut
terminee par une'chanfin qu'un nonagnaire chan.a
avec beaucr.up de ga ete. Cette anecdote prove
que la bonhomie et la joie franche de nos ajeux
ft rictrouvent encore malgr la licence et le luxe
iefo: donns auxqtueiss i.s mi.uis accutllus feiiiblcin
nous i ivitur.
.En::rairt 'une lectrc ici;te de Planrcy, le 22 dcembre
itLcrl' cr.

Alonfeur, la revolution jamais memorable qui
s op.e auuiurd lui parini nou noie peut prv'nir
u.1 but 'alura;re, qu ,air les efl'rt's 't les fa:rifi;es
a It, s; doivent poItlet le pari otiifini pur, et lu
7 le ar knt qu;i embir.nt arurellmentrre nt lame de
t iut homme c:onvaincu qu'il etl ne pour la Patrie,
a ant d',te nie pour tli mcme.
Tous les citovens clairs fntent en ces moments
d'al.'irm-s et d',n-k'td cutte v:rit nioui' taire ,
I 'ils dovent s'ffecr.ucr de propag: r d'etndre e
i a.'-a. :er en auelque fortep Iitqu'a 'x cce -s I s plus
ird'iiet iesplun i 'l't i.Li a'i lucces dc-la chute pu-
bli.ue. JS re puis d.nc, Monfieur, autant pour y
fcr!.'t,' u br quec p'u:r riende ii julle et I bre hom-
m*i" -e i un trait CdeL ct.t v.:rrn pritiufjl liar la-
Siiucl- tout giouvrinciaint i opulane etL r ond, et
I .rs la i 'it l i ne p 'ur i'bli:'r, c'Dfl-d-di-e, de
:--t a'n ur d' la Pa re d'nit i'aniquit n' us four
,-;r ,nt d'exemplcs de prodiges; je ne puis, dis-
j ,nm rthi-ur a publier, par vetre ioy, n ,le d-
v(.i' eienI que vie.n de man'f tlr un r.cs-petit vil-
i y de niio i In auvr, Ciamiipagt e nomm.n: l'A;'ba3yc
/.a.' .ic/ di-nt l'exm inpl ne peu. err-, finn
i': ', i in moi"s fi' il- par les plus frandes et les
j-'is riches cite? de I'iEmpre Franias.
'Aucun des citrviis de re village patr;ort,
l'.Pception d'tn f il ex-privilgie ne ri'ffde des
be. aile coili,.irables pour founer le capital de


40o liv. de r.tirte; ct cepecndant ds qn 'ils ont
eu coninaillaice de ce ducret e I Al e.nblee inatio
nai-, relatif a la contribution' patriouq le, et qii
n'y afliijttit qua ceux don't le rtvenu eycede ou
peut excder cette lommrn r us oui vou il con
courir fide.lcment au faiut de l'Empire, en railon
Je la valour dJ toutes eirs propriets ; et ceux
d'entre aux qui font rduits au feril prodii't de la
ifueur de leurs fro ts, 1ot voloutarenet.t iin--
pofs fix l:vres au moins.
Je ne dois pas omettre d'obferver, come une
recoliaifliarce propre ajouter beuncoup au mrite
de ces paiiotes dvours,, que les mo-libns de leur
territoire ont et entlirenint dva' es au mois de
juillt dernier, par un orage terrible.

--------- --

ADMINISTRATION.

M U N e I P A L T B D E P A I S.

/AfernmDls des reprefentans de la commune.

Quo;que quelqurs perfonnes ai'nt trouv longs les
articles du nouiivaui plan de municipalit, que nous
avons donns dans u i des Frcedies niiuer,;s cc-
penlant nous ne c:oy.nss pouvoir nous diip. n'cr d'en
rapporter la f.ite; i. parce que ces articles ont t
confentis dans l'alemble de la commuirnu 2. parce
qu'il imported de 1. tir done la plus grande publ cit,
avant que les districts aient prononc ditin v m:rnt
def.us; ce qu'on ne peut faire que pa a voi.. des
papers publics, puifqu'il n'y eni a q- 'un nonblte
d'exemiplaires trs-limnits de tirs ; .o. parce qun
rien n'eftplus intrreffant que la dilfcuiion d s lois
q u'on propofe pour rgir notre pays, et quii'u
ds avanragts d'une lecture journaliere eft plus
encore d'habituer un grand Peuple la mdita-
tion des principes, qu' la connaillance des faits
ifois.
Suite du Flan de mnmic''palide

TITRE III.

De l'organif.tion du corps municipal et du conjil
ginral de la commune.


CHAPTER E P R E M IR.

Du maire.


Art. Ir. Le maire fira le chef de la mnunici-
paiice prfident n du corps et du coofeil mu-
nicip'al.
II. Il prfidera anfli le confe'l gnral de la
commune i: n'y opine:a point fur les propolitions
miles en dliberation, e: il ne vorera que pour
J nLatrtacr.
!TI. il aura la finrvillante et l'infpection fur toutes,
I.s parties de l'adminiltration dans chaque bureau i
mais il ne pourra fire aucun acte d'xecution d'ad-
rniniRr.tion.
1V. Il aura ledroir, toutes'les fois qu'il le jgera
convenable pour les intrts de la cormmune de
porter au confeil gnral les arrts et dlibra
tions ou rgleemens du corps ou d; confeil muni-
cipal, poir y tre reveus, contrims ou reforms,
fa-,s nanmoins que cttte citation puiffe en arrter
l'excution.
V. Tous rglemens, anrtrt ou dcl:b-rations
f-ron't intiLul.s tde fon non et du co, leil 'gn-
rai corps ou confeil min:cipal don't ils front
mans.
VI. il fi'nera les r.glemens, arr s ou dli-
brat ons des affembles qu'il aura prefiles et
les auiies front muunis de fon viJ.a, qu'im ne pourra
refuse r.
VII. TLe m'ire aura le droit de convoquer le
confeil et le corps municipal : il pourra auffi convo.
quer le conlail gnral.
VIII. Les convricarions ordonnes par le corps
ou le conTeil municipal, et par le con'i-il gnral,
fernrt faites au nom du maire et en cdui du coips
ou confeil qui les aura ordonn-es.
IX. Tous brevts ou commif ions donns par le
cotnfeil gnral, par le corps ou le coiif-il muni-
cipal front i trtulds du nom do maire et fi:ens
de lui; il ne pourra rtfufer fa firni ture pour toit. s
les nominations qui ne lui front pas fpc alaiitnt
ref rves.
X. Il aura la 1giflation de tous actes dans
Par;s.
XI. Il aura en fa garden les 'ceaux de la vi!l,,
et les fera apptofer tous les acts o ils front
nceffaires.
XII. 11 aura gplem:nt en fa garde les clefs de
la ville.
XIII. La premiere place dans les crmonies
pnbliq:es de la ville lui appariiendia e ct il fe'r
a la tte de routes les dpiuitai. .ns.
(La fuite demain, )


~ -------- :

DPARTEMINT DE POLICE E

Le dpartement de police s'eft occup prt>[
continuellemi nt depuis fon organization, des moi
Ide retablir la discipline parmi les troupes de to
iarnmes Paris, pendant la nuit.
L'on fait que c'eft 'ordre tabli fous l'ancien
r. gine a cet gard qu'taient dues la tranquillity
lt la furet des bourgeois de la capital. Une'po-
lice fevere puniffait, par la prion, tout folda
qui tait trouv dans les cabarets ou dans is
ru, s, aprs la retraite battue et un officer u.
blic charge de cette parties avait fu la perfle
tionner fans en fire un infirument de vexation et
de tyrannie.
11 n'en eft pas des trou'es foldes come dci
citoyei s libres. Les prrniers fe font lis par ',
engagemnpt pofitif a l forme de difciplinequil
plat leurs chefs de leur prefcrire ; is ont, ful.
pendu pendant le teams de leur service l'exrcice
de leur libert individuel!e ; ils font hours de. l
line des citoyens actifs ; il fe font fournis un
egime particulier, au regime militaire.
On peut dc nc fans bleffer aucun droit, exiger
''iux l'obfervation des regles auxq.ielles ils fe font
idftjettis, on peut mme tablir la forme de police
lu'on croira practicable pour leur fire tiu.n,
liris qu'ils puiffent former d; jufles plaintes, Lf:s
qu'ils puiffent rclaner une immunit qui n'exite
point poir l'h'omme engag de fa propre volonh
;i un service personnel, et qui a fait le sacrifice
d'une grande parties de fa lbert pour le prix.de
Ion engagement.
Cts confidrations iointes au befoin de maintenir
pendant la nuit la fret des citoyens centre les
carts des f.Idats arms qui le vin peut'faire
commettre des violence que.des bourgeois paifib'es
ne peuvent pas' toujours repouffer, du moins lis
expofer leur vie ; c s confidrations, dis-je, ont
dirtermnn le dpartemicnt de police i remettre en
activity 1'ancienne police militaire, avec les change.
meuis que leI ci c onflances exigent, le tout jifoa'i
ce que l'Afemblde national ait prononc fur cit
objet.
On ne peut donc accufer le dipartement d'avoir
ouvert par ce moyen la porte l'efpionllage i cat,
i. l'officier charge de fire la ronde de nuitne peut
exercer fa police que dans les lieux ouverts au public;
c' t-i-dire, cabarets, guinguettes, rflles de bals
publics et jamais dans les afyles individuals,
mme dntis les chambres garnies.
II n'cfl point nceflaire d'efpionnage pour cela,
parce qu'i! ne faut, pour ir mp'ir cet ob;et, qu'un
d'aiue fiirveil dance madrelle, et nul er.ent derecher-
leurs s'il tait polfible que la prverfit pet abufer
de ce mnoy-rn de furedt pour rtablir les ancei',s d(.
lordres, la premiere apparence, tout citoyen,
preuve en maiin, peut le denoncer, en vertu di
dcr-ic (ie i'AflCmbile natio'lale, qui aurorife une
paieille denonciatiin ; decret qui eft de la plusgrande
importance et qu'on doit bi n fe garder de fire
roi-ber en rilu'tude par le mpr s ou I'indiffrence
qu'on pourra r mal--propos :fectcr pour ceux qui
le en;etraient en ufiane; faibleffe qtu'on s'eft dei
pe iiriie dins une circonflance publique, et,unique-
ment par gard pour la per;onie dnonce.

Nr us donnerons le rglement de police militaire
don't nous venons de par'er. ( Cet aiticle cif de M.
Peuc/Cet. )


Extrait du rg/ement provifoire concernant les voitir
de place et de remnfe, fait par ie comit de police
le Z4 fiptembre Ji79.

Il eft enjoint i t,.us -lueurs et cochers ce'atr
roffis de place, tant ancins, que de ceux .J drl- t
rtll'ors dits dusanglais, de conduire plans difficult,
-'ais tous les endroits conmpris dans l'enteciiit.'d
nouvi les barriers, de queqii'endroit que Il.'"1"
lel'l ts ca'rolles p,,ur le prix de 24 tlos, 'l,"1
nous avons fix 'es iourles, petndat le jour, de'
puis Ex heures du matin jufqu' onze heures dt
fir ; tt pour le prix de 30 lous aufli pa' couple
de nuit Jeuis onze heur,.s du foir, jufqu' tix
heures dci martin.
1/'ihigner,,nt des barriers mritant une inlemi'
nit le prix de la cou fe jufqu'aux nouvelles bat
ric:rcs lera de 30 lous.
Le prix des co rfes par here fera, et aemeurer
fix ; lavoir, pendant le jour, la pren ier:Jiet'it'
30 fou.s, (t Cs fuivantes z focus; et p:n.' ,'
n it 40 focus pour la premiere heure, et j.1.')
po. r les fuiva .tes.


CHATELET DE PARIS.

Ie 16 du pr6ecnt moi.s, M. Trudon, ai: l,'1
de vin, q i av;ii prit ni u avoir, t :e i'lf" y'.
un poinon d;us lequel on av..ir e'fi 1111 ri> c
porltu;r ces mots : Vas devant, la FoayeWc i" ',
a t interrog au Chtelet, Ce 1'.> 'l l


t' '- +















fvmpt8nmes de la fo'ie la p'us comp'ette, et cet
J ; 1atpr Ji du psut etCe rcgar e co i;:m-i controuve'
d li part. On a eCit mot 0 pour m.,t tout ce quL'i
a ..t cc:te p:ece feule peut futiihe pou' engager
, l traiter, in. ,ias common un criminal, mais
comme un fou. inieuirs certifi.'ats de mdecins,
at des atteliafions d .' g.ns connus, joints an prices,
annoncent en effet quece paruicliIr le jouit pas
de toute a r.aion.
Celui qui a coup la rtde de M. de Launay et
de MM Foulon et Benrhier ef, ccrome nous
l'avons dcj annonc au Chitelet. 1 a t intr-
S o0; *e minie lour. Nous avo s aflfit (on in-
S ,ogatoite, et nus aci alvo s pio s que'l'u-s notes
qa' nous ious eimpreilo s de donner Ia public come
ui iimorc.au preciux pour l'lhiioirei d la rvo-
ltion. ii
Ce co;eiur de ties rf nommn Franois Flix De-
n. t, caitinier natif di Pai'n : i demeure rue
S.,nt-Dulys.
Inutrropg fur les fits du iz jui.l1t et de tous
res ours qui ont fuivi la rvolution,i il a dit que
I. il juillt dernit'r ay.nt vu par fa f t'nre les
bultes de M. Neck r et de M. le duc d'Orlans
p;omnns cans les ruts, il t-if defcendu commei
les anires, pour jouir d- ce fpi ctcicle q qu'aya' t :n-
t-ndu dire qiued d ds aions.egorgaient le Pupl.:
Sla pli le ri-couiri; iqi ani. l., Ai a vu M. le prince de
L,iibcic iitrr duis les Toi series, fibrr r et ma -
tr.iit.r i les cioyens ; qu'entendant de routes part;
ks d.'eh.irges de moi'queIlitcerie la peur e! prit
(quitl e coucha plaic ventre dcans les pierres ; qu'il
rimall'a un calqule de drag ns, et s'en fuit quand
il n'y eut plus de danger ; qu'il alla avec le Peiipl,
cihlrcher des armes la cal'rne de Popincourc r
ij' I l miic fat tte et airrta le defordre qu'on
o:dati commettre chez plitfieurs marchands de vin.
Qule le m.rdi, jour (dt la pri.e de la Baltil.e, il
2a le martin cheicir dei arme aux Invdlids,
st le loir la prilf de ce fort; qu'au miliei-i de
'a.tion, il apprit q lon s'tait etmpar de M. d-
f r y et ou'ld tait en march pour allr a l'hotel-
d.:-\il;; qu'il court, apris la foule qui I'efcortait,
et qu il l re;oigmrt l'arca e Sa!n. -Jean t ne
lc qu tla plus juiqu' la barrier devant 1 htcl-de-
vi:L-.
Qu'alors le P-uple criait : Pendel-le, pend-le ;'
qle M. de Launiy voya tq e 1: Peu,1- le condam
i i" f is l'couter il ouvrit les yeux qu'.l avait
t. nuste' times ju ques l, et dit en regardant le ciel
ut en ..rL iI .us cd. ts : Qioni me dontne la mort,
je la I pr',er ccs i,,fa'us qie e c 'a pas rabiliecs ;
q. i et itiflant pluficurs particuliers inconnus au
'sep'in;udt, pouitcer, t * M. dc Launay des coups de
biy)'rn;nt.:u pii's,p Ito, t et a.nres arms i qu'apr:s
ctte expdit;ion,. l Pupie voyant, l1.i rpon-
dant, < cc l- d ti cafcque, lui dit : Allons, dra-
g'in, coupez-iui la te .. ..

Hier m-'tin M. de Saint-Pri(t mini.re de Par;s,
a t controlnti M. de Favras. Demain nous en
rendrons compete.


HPITAL DE LA SALPITRIREl .

Etat du nombre des .perfonnes employees ei dtenues
La Sa!lpriNbe lafide dcem',bre 178;.

Officiers et fous-officiers 4. ; ofic'eres en exer-
cice et repotant et repolantes 3 ,gouvernanute et ni matrtls n
exercise tt repofantes 150 maites et cormpa-
dnons les boutiques, 86. Suptla'-t s i-iexercice, 2.
pr'.oniiies de fCrvices ei\ exi rcice et repoailtc-s 875.
1eiionnaireus libres 56 ; intia s tro,'e 648
p'uvres de bonne volont -4.57 ; p.rfonncs par
Orire du roi, 78 p rfonnes par arrts de a
ciur, 180o perfounces par fe:iLenes crimnielles, 26 ,
p'rfoni)i;s par la prevoet de l'h6tel, 1o0 per oiincs
i'r ordre cdu proureur-gn!neIal, 5 ; perlonnes par
ordre qI p'olce -i penfionnaires par ordres
"diinn.D:s ci-dtffus, t .
'Total, 6796.



LITT IRATUR E.

DROIT PUBLIC.
MIinoire en faveur des "gens de couleur ou frie-mil
ce Samin.-Doniingte et t~es au:'res ties fi.e,'ifcs de
; A r(inque (i), .,. a, l 'J'mi'nbli nuionale ; par
I'1. Gr':goir. c'urc ,;' rine, menil, cdat de Lor-
raet. A 'airi, chtez lin, librai e, rue Saint-
Jacqitns, bro..hure ia-80. de 5z pages.

dtLs citoye s Ibrcs et propri itaires de couleur '
s las et C'lo:ieCs franaifes., prf.ntere. t, le 18
--
( ) ni ppelle .ars los cles gens de coileur oin fang
nmeilla clagl interm3idlaire don't les indiv dus blancs et


octobre r7-89, une adreffe l'Afemble national,
)lans la ,u-l 'l, apres avoir expoied qu'il e.xifte ci
core, d.u,s lune des contr&-s de cet empire, une
t-fpece cdhomimes avilis et degradds un claile de
citoyens voues au mpris, touLes les humiliations
.ie l'ef.lavage, en un mot des fr:ina s qui gmilfent
fous le joug de l'oppreflion, et que ces inforuiins
iont ..s c lons-amricaiis, connus dans les files
fous le nom de Multres Carrirons, &c. ; ils
follicitur nt ., dans 1'Afminble nat onale une
reprftntation necffa re, pour tre' an tat de
fire valoir l.urs droits, et fur-tout d'y dfendre
leits intrts contre les prt.ntions tyranniques dis
blancs. .
Ils ajoiternit que pour demander cette r'pr-
fnitation ils avaient evidemmant les mmes tires
que les b!ancs. Comme eux, difent-ils, les gens
de couleur f.nt tous citoyens, libres et franais
l'dit iu mois de nmars r68S leur en accord tous
les droits il leur en iaffre tous les privileges 3 il
veut, (art. yo ) que Ls affranchis ( et plus forte
railon leurs decindians) mrient unel.bert acquire;
que cette librt.e produife en eux, taiit pour leurs
perfonnes que pour leurs biens, les mmes effeis
que le bonheuiir de la libert qaturelle tous les
tranais ,. Comme eux ils font ptopritaires et
cultvateurs; come eux ils contribuent au foula-
geument de l'Erat, en payant les fIubides, en fip-
portant toutics les charges qui leur fonu communes
avec les blancsi coimme eux is ont dja veife, et
ils font prts verlf:r leur tfang pour la defense de
la Patrie; comm; eux enfin, et toujours avec moins
l'ei:couragemens et de niye:.s, ils ont rcti ilie les
preuv. s ide leur patriotim.e.
Ils fupplierenr en mne-t.mrs l'Affemible de vou-
loir bien accepter leur fc.:.ini.i.. folemnnle de fub-
rev-nns ; ils dclarerent avec vrit que ce quart
t rmairt un obj, t de iix millions .et voterent de
plus uii cauti< nnemnent d la cinquime parties de
leurs bins pour l'a; uit des dettes de l'hrat.
Tells font les plaintes les demands et les offres
que les citoyens de couleur ont atrelf s l'Af-
fi-mbie national. Elle n'a pas encore prononc fur
la juflice de leur reclamation ; mais l'prique de
cette dcifion fuprme n'eit pas loignee fans doute,
car un congress national, convoqu pour rtablir les
droits poItiques et civils des franais ne peur
couter avec indifference quarante-mille franais qui
rclament; le r t .ii i n i de leurs droits.
La dfenfe des c'toyens de couleur tait digne
de phuimanit, det lumieres et de l'loquence du
refpecrable cur d'Embernienil. Son mmoire cil
confacre l'examen de ces quatre queffions. '. Les
c:toyens de couleur feront-ils aflimils en tout aux
blaics? z2. Auront ils des rt prlentans l'Afiem--
bl-e nationa'e ? 0o. Quel en fera le nomb.'e? 4'. Ceux
quiji demaindcnt de remplir cette function onc ils
million lhgale ?
II faut voir, dans la fupplique dL!' citoyens de
couleur l'.Aifimblee national dit 2 dcembre
i-89, et dans le mmoire de M. Grgoire l'tat
affreux o font rdu.ts dans nos colonies les citoyens
de couleur. Avec quelques nuances de plus, on croi-
rait lire la deplorable hifloire de- ces malheureux
goctrux ou Cagots de la i..-: de Luchon, qutii
M'. Hlamond viknc de tracer d'une maniere ii ner-
gique et fi touchante dans fes obfervaiions fur les
P'yrenes. Malgr i'd.c de I(;5 des arrts du
conlil, des ordonnances d'adminiftratuurs des
regles particulieres les ont foumifs des charg'-s
odi.a"fts et dres privations injufles et humiliaittes
De c:s difpofitions, de ces u'ages contraires au' pre-
inie;s principes de la rain et de l'quitr les-uns
f'ont tombes en dliutude les autrcs contiiinent de
fbfritter dans toute leur force.- P leur eA dfendu
d',; xrcer certain mciers, commein l'orfv:erie.- 11
leur eif dfe;,du d'exercer la mdecine et la chi-
rurgie peine de 5oo liv. d'amende et d, p~ ition
corporlle.- Il leur eft dif'ndu de port, r des noms
etlroupans. 11 leur cft ordonn de prendre dans
leurs arts la qualification rid Mildiues libres, Carterons
libres, Jfag-nill.-ll 1 iir eft dfi ndu de imanger avec
les Blancs.-l)e danger aprs neuf hettes du foir et
pendant le )orr fans la permillion du judge de
police D)uft dcs mmes ,itof.-s que les blanc..
-Ds le ler-vir de voiiu.e.- lDe palLer en France.
- De porter leurs armes.- Ils Cont exclus de routes
charges et employs publics, foit dans la judicature,
loit dans le militaire. Le 17 avril i65i dans un


noirs fort les touches, En voici les ramifications.
-Le multtre cil product par l'union du b'anc avec
la ngteff':, on du negre avec la blanche. Le
grif ou care elt product par le multre avec la
nirefe ou le negre avec la multreffc-. Le
marabou eft produit par le grill avec la negrel,
ou la .. ;i1.- avec le grif. Le carteron eft pro.
duit par le blanc avec la muitrele ou la mula-
trefle avec le carte-on. I.e tierceron eft prodiit
par le blanc a ';c l carteroine, ou la carterone avec
le blanc. -- L.e mtis -ft produit par le blanc avec
;a careeroeie, ou la cartel one avec le blanc. -
Le mamelon' i eht product par le blanc avec la mi-
rive, on la mitive avec, le blanc. Quelquefois
des la fIconide gnration le teint s'claircit, et
:indiidy; eil parfaitemtent blanc,


temps dA d lrreffe iuge de police du C.-p e i I
,m'.uatui de 'rindi uni ii- ordon,.ance q .i dkhnd 'it
aux bouiang'rs de vendre du p.in auit gens de
couliur, n.,,ite liores a peine de ,co liv. d'anl iLi:e.
La meme ordlonnance df 'nd aux : egucia'tcs et cap'-
ta nes des nivires marchandes et autr s, de ven.!ra
de la fariiie aux g, ns de couLur, fous les miies
pines .
Quelles que foient leurs vertus, leurs richeffls ,
dit M. Grgoire ils ne font point admis aux affem-
blcs paroiiliales. Dans les fp-craclas ils font i l'cart,
le mpris les pourtiit uqu' l'fa gliie o la religion
rapproche tous les homes, qui ne doivent y ti oi-
ver que leuis gaux : des places dl infi~r y f'ont
afiignes.
Un miniftre de la marine crivait, en 1771 .
aux ad-iiniflraturs de SaiintDomingue qu'il im-
portait au bon ordre dei ne pas af]aiblir.l t.t d'hu-
mili.aion at/t'ch l'cfpece des noirs dans qu'eque
degr qu'elle fe trouve ; prjug a'autant plus tile ,
ajoute-t-il, qu'il eft dans le aScur mrnne des efclves ,
et qu'il contribute principalement au iepaos des colonies.
L'auteur des confidrations fur Saint-Domingue,
cit par M. Gregoire va beaucoup plus loin,,L'in-
trt et la furet dit-il, veulent que nous acca-
blions la race d&s noirs d'un fi grand mepris; q'e
quico: cque en defce idra ;uf[u' la f.iimrie gneia-
nton, foit couv-rt d'une tache ineffaable ... I.esi
blancs doivent tre autorifs fe fai-e justice d s
rn'uli,-r,_ ; un blanc, accuf par un negre de l'avoir
maitrart, vol, &c., doit tre cru fur la fimnplo
dn5gation, mme contre d&s tn.oil s ne'res et'
multres, parcel qu'ils font part, (et que fans doute
le blanc ne- l'ef pas, ajoite M. Grgoire ) ... Si
les gens de couleur olaient frapper un blanc,
mme quand ils en font frapps, ils leraient punis
avec rigueur. TJlle tft la force du prjug cornre
eux, que leur mort en ce cas, ne paratrait pas
un troop grand fupplice ; cette fvrit fera peut-
tre injufte, mais ell elt ncelfaire .
Aprs de te;lles fits et de tels ides, le lecteur
n'a pas b.foi.: fan doute de nos reflexions : mais
M. Grgoire en fait une que nous cioyons ni cef-
faire de prfenter. c La rejction des gens de cou-
>leur, dit il menace 'Etat d'une fecouffe capable
de l'ebranler : fi au contraire vous combl-.
l'intervalle qui les fpare des blancs, fi en rap-
prochant les efprits, vous ciment z 'attachementt
mutual de, ces deux claffes, leur run i;n prfente
une maffe de forces plus cfficace pourc cnenitrles
efclaves, don't fans doute on allgera ics e"ines,
et fur le fort defquels il fera'permis de s'at:en-
drir jutqu'au moment opportuin pour les affranchir.
M. Grgoire foutient que les dpurts actuels
des colonies ne pruvent reprfenter que les bl.ci,cs,
leurs commettans. Mis les 40 mille citoyens d
couleur qui n'ont pas concouru leur nominna-
tion et qui poff-dent prs du quare du rv..enu
total de Saint-Domimgue, revenue qu on evaah
1ro millions n'ont ils pas droit d'avoir aiudfi
leurs dputes, et iorfque les blancs ont 1o repr-
fentans, les gens de couleur, qui font aulfi orm-
breux portent ils leurs prtentions trop loin en
en demandant cinq ?
Quant la lgalit ,de leur million, elle eft
tablie, fuivant M. Grgoire, par leurs titles de.
Franiais et de prolrLtaires et par leur quality
d'hommes libres, Ils font porteurs de nombrt de
lettres crites par des gens de couleur des co'-
inies et des villes maiitirnes, lelfquue.s contiennent
des delances et donnent ces dputs une forte
de mandate. M. Grgoire conclut qu'ils doiv hnt
l'initar des autres dputs colonia' x, tre admis,
au moins provifoirement fauf ordonner uie
nouvelle convocation gnrale de tous les colons
libres, blancs et faiig. ml runis fur la ligue da
l'galit pa:faite.




ASSEMBLE NATIONAL.

Pr'fidence de M. I'abb de Montefj/uiou.

SUIoT DI LA SiANCE DU SAMEDI 16 JANVIER.

Suite de la difclfon fu r l'afaire de Toulon.

'M. de Clermont-Tonrerre. Aprs avoir entrndu le
premier rcit des faits, il ne me reftait aucun doure
ltr l'innocence de M. d'Albert et des officers re-
rommian'dables compromise dats cette affaire. M. de
Champagne a concili tous les intrts, fans bleffer
les principles. Le decret qu'il a propof ne me
fumble fufcept'ble d'aucu:ie difficult.
Celui qui a opin aprs lui a pr.tfent de nouveau
le rcir dcs Iaits, et il rn a tir ji'ncu patioin d un
crime de lea-n.ation : puilqu'i.n a rappel ces faits,
je dois iuffi les rapri ler. Si un acc. fa'eur peur fa
confoler d'avoir oubli des fai-s agp,ra.;ans, un d-
fenf-ur ferait inconfolable d'en ngligt.r de propres
prouver l'itnocence de l'accuf.

























i p

















w






il





















Il






I jl








't


M. de .'lerm-nt Ton'erre pr-:ntt :s s faits fou'
un iiouv.au point de vue ,et examine cieiitrc deux
q. liioo s.
M. d Albert tft-il coupable ?
Quel paiti doit pren re'l'Affemblie?
Qui'i t i M. d'Alboet ? 11 a :e..vuye deux ouvri u rs
eUii oves a l'arter..l: aflurment on nt.fi p s cou
p :b e di crt r- de -__e-n :tion pour avo r on t gi
dex. f bdl- m.rs qu'.n avaic es ordies. i'ai il a
die-f:nu d ad boer cia grette 'ration- e. CeIct a ytette
o'..fi i .as la cocar.ic Et d:s ouvriers ne peiv-nt
s'ec:rLr, fans le dilpofr a enilever un temns co.-
liri.rab:e a .cur travaul. M. d'Albert nie d'ailleurs
ce fit et announce que Con fecretaire portrait cette
a'-g-tee. Les- iux niaitres charpLniiers avaient fo
m nt d.s traubi.s d.ns l'arfen 1 e excit l-s
ouvr ers foliici-er uni aumenrttion dans le pi x
de Lunrs ou n- es. Quand M. d'Alb. rt n'aurait pa.s eu
ces rif,,ns pour les rnvoyer, fa ce duic Ierait-
el L un crime ?
Mais, dit-on il a deman.l la loi martial. Les
prImeires Pxprei:ons de cette loi ordo:nnen: qu'elde
At ex cuitnli :oiiu il y aura des actroniup mns er
a.fur.n t i m y en avait, peu:fqu I no:eid. M d'. l-
b-.tr erait alT;i i a c uis Ide pierre, piiique d:s
c.iciers avaient ect ble-if-s par ie lPieple : SuLs ce
wuLiveau raM0rort M. d'Aib.rt n'ei: coi' c pas coupa
Die 'iun crirj...
O;, accul e M3. de mrov.s d'-voir ord nn de fire
fiu. Il ne ca;immia d-ic r s ls troupes ralT-fioiles
fut le chinp de batuille : ces flidars taienct repoies
o ,s les arms ; ces armes n'taient pas charges :
il n'y a donc encore ici aucun c.ime. D'ailleurs,
f,r cent t moains cet e expremion fugitive ftu n'a
re -untnldue que par un p -t nonmbre: tll pouvi-t
ere confider-- comlme ul.ie menace ; et dans cette
h othii-fe !a plu- favo-a'al-: fans doute aux accu-
futcurs, il n'v auri:; pas encore de c.imne.
11 n'y a don:c ni dit, nii accusation prouve ; il
n'y a donc lieu aucime inc'.:par'on 1Igale, rclau-
vement M.l, comte d'.dilert et aux od;.ciers de
la n:arin. QJ nt aix oS i-.rs municipaux et la
gar te n cion 1 je n'exti:ni; pas leur conduit
ci-t a uilt je n'i i ,.- i--;.u d t.:i r connaJ.
liiiiioc i.c aLu .t I j.-'pr,,a i.-is ce peu e a . p-
pu: r t es r-eriis -t d-s impru -n es. Il y au:i
J-.'u cei.Lund..nt a une ilf.,,rratioii nouvelle fur b-a.i-
cop de, firs n mis le cr.is que, qa.-lue util
cja'Lile ptr re, il fit de l fagele de l'Affemble
d: ie tni s' n o 'ado, e le dcret propof par M. de Chai-
pagny.
On ferme l1 difcuh on.
Quinace proj- tsp;ie d;t-ts font pr'fents.
La pmripti. eft 'rc.iaime pour celui de M. de
Ch.mpagny.
1,I. Chales de Lamctk. Il paratrat inconcevable
quaal il s'agit riune pai: de la liber' pub'ioue
de i'aur:-, de -Do t ni.-n r'ii .l.pcf.n: ad' t nlata
c m s rcoint ce etc i;. ri, que la prior;t fit
acc,,ldi. i un d c;-t ou i ne s'agic ni du Peupie
ci- 'TotIal, i-i des nag'l;lrats teprfentans du
l'e uple. i
la priorid eft refilfe au decree de M. de
Champ. y..
Elle ef! accorde tin des dicrets nouv.iiement
prop';f s. Il ..l coi cnu en ces term I :
L'A ffmb!i e nation. ale p Jfuii::nt favorablement
dem s m ils qui o. r anrnm M. d'Aibert, les autrtes
offii.as de marine impiiqu.s dans cette affair, 1
garde varionale, et lks offi.riis inuniiipau x de la
ilk. de lo'idon, Liecl.>re qu'il n'y a iiu aucun'
iinfi'pation.
M. 1e marquis de RBicon demande qu'on mette
le .iOt jgppan au liSu du mtr prfjumnit.
M. Gu l!awire vcut que ce i,,aime mo)t foit rem-
plie pia clui-ci ioi:valcu:Ie, et qu on ajoute li
h:i au dcret l'expreihon fjaecAve.
.M. LCha' s de Lamct'. L'intention de l'Affnemblc
cft fins dout:- d'approuv.r la conduit des oiEcieirs
ri'.iicipauix de 'a vile- de Toulon mais aunli de
f :{i, l'occafian de tn.oiAncr M. d'Albert et aux
a'itvs olliciers de la marine fafa.aisfactioi den leurs
lerv c s militai es.
h M.lalouct. J'obrve oiune l'-frirt du tldcreti an-


Je propose, en me co formant c-t efprit, un
I lI. Il ..1t qui. l .Iivanc 1 i n p.ut itr rcjte ,
puitquil a pour ibjet d'apiliquer la Declaration des
iroi'. li c(onfidte a dire que l'AIL.ibirle inmprouve
les excs commis env, rs le command t <.t les offi-
ci.rs de la manne de Toulon.
M.. Clei'a. Il y a une lgre inexactitude dans
te dei-r t rctpose. To'.t le monde doit erre con-
vai;:u de la lag.:fle de la con.ki:tt d s oficiers mu-
:icipau< de 'IToulon. L'Afllmbi e ne p. ut donc
iali -'^er dLe leur tmoignr fa fatisfaction. Dans
ce-t' MIe je crois qu'"l iaut rdiger le decret ainfi
qu';l fruit, avec un leger changernent : l'Alfcn.ble
n.ationa!e prefimant tavorable mn.niu d.s motifs qui
ont anime M. d'Albert, les autres o'iioers de ma-
rine et la garden national et applaudillant au zele
des ot-lciers municipaux, declare &c.
M. l'abb de oine'vl infilfe fur la nIceflit de
fubfliciter le mot co,,aienue- celui de prfjumianc
il dcminde que tous les cftci rs foient nominative-
ment indiques dans le dcret, avec une mention
honorable de leurs services.
On firmne toute difcuffi n de propofiion d'amen-
idcmnent.
L'Affembl'e dcide qu'il n'y a pas lieu dli-
brer fur t. us k-s amiienii .trens; elle a :(:e le
decr t tel qu'il ca.t rdig lorqu'ii a obtenu la
priorit.
La fGance eft leve.

SANCE DU SAMEDI 16 J'.NVIER AU SOIR.

M. l'vque de Clermont expole que les ecc'-
fiaiiqu -s au ;oyau.nei navaient p.s eu un dAlai
fluifiint pour fire la declaration de leurs biens,
ordi n:'e par dcret du 13 novembre dernier et
qu'il eta:t ]ule d'accorder une prorogation.
M. l'abb Maury appuie cette motion, et l'Affem-
blie prononce le d :cret fuivant :
L'AfTemble national dicrete quele dlai de deur
mois peur la cd claration des biens t..:.l.iihtu.I ,
preicri: par le decret du r ~novembre dernier If ra
proorge Luq'l au intarst prochlin et que mme
:cs ecclfialtiques membres de l'Afflnible, front
renus de fatisfaire ce dcret dans le miemie delai.
M. Notiriflart, au nom du comit des finances ,
fait un rapport fur le project d, fabriquer pour z 5
millions de monnaie de billon. Voici 1lextrait de ce
rapport.
ronnaie de billon.
D'anciens prjug s et la reflemblnce dans la
couLur, ont fait cioire que la matiqre q i common ,
les cloches tait la m qme que cell des pie,.es di
billon on fous marquis., 1 faut n'avoir aucune co'-
:...'i i: tiitallurgique et monetaire, pour foutenir
ce fyfiml .
ILe m-ira' 1 c rlorhes eft compof de fixieme'
le cui-re,, d' ii fixieme d'tain, m!i vec ii
pei d'ant m.ie. Ce meange rend ce mtal
ti-re caifnt ; et 'ufqu' pretnt aucun art'fte l
pu trouver un moyin de le rendre ductile et
inml. able.
La mcrnnaie de billon eRt compofe d'environ 4
cinquiemes de cuivre et d'un cinquieme d'aigrnt ,
ce qui done ce mtal une valeur iiitrinfeque
ui'cntiron il1 v. o1 fous le marc, tan -is que cell
du mtal d'-s cloches n'eft que de dix fous. On ne
peut donc fabriquer du billon avec la natiere des
cloche-s.
F-n vtn'i.ant toures les cloches inutiles du royaume,
c ma;e ital a 20 fous la livre, on en tirerait 184.
inillions de poilJs it de va.:ur.
D'autres fyftmes de fabrication ont t prfents
et r.connus inadmimlib;e.
Le nouveau billon fera compof d'un fixieime
d'aigent et d,- cinq fixiemies de cuivre, c'ft--
dire deux deniers de fin, valant au prix du
tarif . . .. .. ... . . .. 9 1. 18 f. 4 d.
Les de cuivre a z2 f. la livre. . 10 l

Total de la valeur intrinfeque . Io 8 6
Frais de fabrication. .. 1. f. d.
Dl)uchi:t; 6 pour O . 1 6 I 6
Bnef. p. le trfor public. 9


m. ..il v':i-,-I ._ 11.,1 l 1, uni49.
q i .l a accord la printet e(t du n'inculp r .'
p rfiunne et d3a ne pa doniiner de fuite cete Total de la valeur numraire, pour le M .( ' ct .1 '...i-x p,.dies. .
affaire. Imnarc. . . 12 1. I L. f.. r. e i levee. ..1'
~ ~ --- --- --- -'.- --- --. .-- --- --- --- --- .. usi
On n'i nifere autcu un avis qui ne frnit figgui d'une perfonne contle et on ne les l c,)it qu'au uii na des \, Ilici r,, .:.,,- S. ,g.
,e i r;x de chaque Annionce ou Avis cll de 3 1. pour dix lines d'imiprefion et au-difouis; d.:- 6 I. 1ii.:-. ,-.a jiii'ii." \'1 '::t li'iie
12 liv. depucmis vingt-une jufq(u't trente lines; de 18 liv depuis trente-une jufqu' qtuarante li L'fn': 1 J.- :' I, d: 'i- lui.U.1t
1j'1'1 cinquante lignos. On ne reoit aucLun A:is plus tendu, moins qu'il ne Ibit trs-in-lti l.iit. ,. a noue, dJ-jets .' duS
ixctes 6 liv. Cette jeuille par"'ait tours les mantins. .

On s'a.bonne l Paris, tr es des tou, eUes Poit cin, u u buru ades d 4 f;7ces d Paris, ';e .. ,'i,: S. ..- r, . .. ./
Pc ris de z8 liv. poz;r trois mois 36' liv. pour fx mois. et 'de 79 liv. pour l'ar; .e; et pour a,i ", . ,i.. ,- ..
p:r fix mois et 8 liv. pour l'a'nnuea', fitraic e poit. LDo ine s alboil'e qu'au commencement d. 't. .,' (-'. ,',.
lcs Libaires de France et les Dirececurs d's pofes ; et Londres che, Emi y /llraire dans. l .';, c, .: ,'. l .
/6bac(.u det la Ga ce qui regarded la dijlributio: de catse fiuille.


Les r mdcdes don't il fera 'ri: meiiticnrnii'1;.
dcret fi;nt une mai ge iniiiiprnil iniii ni
aux directcurs des monnaies pour li es'i.Ji,,l
routes forces d'cfpecer et fonr t'jures tvel
ai profit du trfor public, dans l.a rort .n. .
l'uflge qu'en ont fait les ditr. C-PI c.ime' t.
le tableau fuivant..La fabrication !ira ti\.ce i
millions. Ces vingt cinq mi lions fornicrt rii
de i millions de marc. Le ben'iike f ierLo
treforpublic, 9 fous commeci-i.lhii, .. 5;J'
Le remede d'aloi peut tre value a 4 f.
Le remede de poids .. .4 f.
Total 8 fous, ce qui fa't, fur dJ-.'i. nil-
lions de marc, un bnfice fur ies r- ,-
medes de ... .

Total des bnefices de fabrication i,-.:,o
Cette nouvelle monnaie fe-'i fr i!.Ple'un
p-einte plus durable que 'anciernn- ilu lin ih,
moins e diametre et plus d ep.nifIui f.l!e''
marque d'un cordon furi la tranchl. Pie.ii n, i l'ei."
et ne done plus de gr5ce l':1 .-pee qu.: ce et'
Lnment de la matiere dans la pirtie c.ritl.r:.~ :- 3
piece ; l'altration et la contreft.rtion j r l : i, I '
plus difficiles.
Le rapporteur propose le de' rct fuliv.t :
D -Arrc i i ,L,
D .cre f .r /., ,on ,na .: : ..'.'. ... .

L'Affieible national, confil nrt I[ s di.'cii
demands qui lui ont t adr fi 1 :.e, l pIIu.: l qu i'
plut d'ordonner inceffamment 1. fab iicaioii d'uIe
monnaie de billon
Confidrant qu'il eft conveiiabli d- doliner'ii
roi fur une monnaie nouvelle I.- titr: iljt.un x
roi des Flanfjis, a dcrt et dtLte
Art. I". Qu'il fera inceffamment fabriqu, ,ans
les divers htels des monnaies du royaume la quIn.
tit de deux millions de marcs de monnaie de [il
Ion, du poids et du t'tre ci-aprs.
II. Le lifdit billou f'era fabriqu au titre de deux
dcniers de fin, au rmnieded du trois grains.
III. II fera fabriqu danis chaque mon .i i- in ri.ii
de pieces val nt ciniq jus ; un tie:rs de ic,:-.: ta'j:.i
dex fous, et l'autre tiers de pieces valant i.'. ik,'ii:..
Les p.eces de cinq fous front a la talle di 'ij ,i,
marc, au remede du poids de 3 pieces au in.ir ,l
pieces de deux fous a la t.i'le d u i1 au ulr,
remede du pids de huit pieces au imarc ; et ,iihii
les pieces de 18 denies traille de ,. i d&'i
croilelnees au marc, au remede ae 12. ties iu
marc fans aucun recotur dL la piece au inmc.
IV. Lefd'teis pieces de billon porterontr, id:.ii
cr pour lifi nde' : Lo.is XVI, roi de F'.-,:.s,
et de J'.utre, L utr vail uir numraire, ciiit..nrat-
.int aux empr.intcs figures au bas di pr:hiii
.. cret (t front Itlires pieces marques lur..li
i anche dlune limple hachure.
V. Lfditcs pieces de biilon auri.nr couir< dihiB
ourt 1 tendaee ilu royaume pour lesf f!fl'-' v kv.linIi
.iis on nte pourra e:re contraiu' nt dans au.. iiii .iSiiii i.,
*i't rct voir pour plis ideix liv.
VI. Le-s pi' ces dle billn fabiqn ii-- '. n F.in.:.,
.tuiellem nti en circulation, e :i I lII de t cuJ
lO'o et ct e 8 den. rs contr an' i nt i .1' oi r c"''i,
Juiqun' ce qu'il en ait t au.tr.,.iv c ,i.i i. ,,
VII. Les dchelts fur cette tabchi .iiii il'enti
,illor,~as a ie dilectiurs d, s mo'ii i' .i1 i1.il.;inl
!ix pour ceit, et tro s les rlais dc..t ib, ii r in i'r.'il
fixes vingt tous par marc, donrt 1. itiln'iiiin t.:
faite par e. roi, entire tous les t.l1iic s i iti ouvii
dis monnaies.
VIII. L'Affemble nacironale tf.it .. -ir'r it
inhibitions et dfefnes ,!e recevon Oet d!...nier iai n'IL
;paiemens auIuLle piece de bi:on d. l.il t I Liiioii ctle
g-re.
M. ,apoule pr'pofe ce fuier d'.iutriiiIlr lIIte
de l.. f ... i r bu .",I pi ou r .,. ,'ii l.:- livr. , ,e


Ltic l.. .: i..-1i 0 ., .
i ., :, It ,. i a.l i q i i : le 'ii na '
l lI ......*- i I ., .. ds i,.iL i r, e', nt 1in iin '.''tU
Jfi 1 Il'i l' pri
~l id p .! ic