Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Hati : dsesprment PORT-AU-PRINCE, 28 Fvrier – Les gouvernements passent, les problmes restent. Et quand la misre devient trop aigue comme aujourd’hui, alors les jeunes, les plus profondment atteints parce que c’est leur avenir qui est hypothqu, deviennent incontrlables et ils cassent tout. Mais ceci est d’abord le propre d’une socit qui fonctionne (ou qui ne fonctionne pas parce que) sans gouvernail, sans but. Sans un projet. ( / p. 4) ( / p. 5) ( / p. 6) Condamnation aussi du Gouvernement est une traduction du Dominicain ( ( Inauguration de la Place Ste Anne rnove, dans le quartier du Morne--Tuff, par le prsident Michel Martelly ici dans une exhibition de foot avec un rsident La marche dans les rues de Port-au-Prince contre le racisme anti-hatien en Rpublique Dominicaine (photo J.J. Augustin/HENM) ( PORT-AU-PRINCE, 26 Fvrier – C’est toujours un tout petit groupe ! Oui, comme l’a dit l’ambassadeur dominicain, Ruben Sili Valdez, ce sont des petits groupes PORT-AU-PRINCE, 2 Mars – Hati renonce organiser le prochain sommet de l’Organisation des Etats Amricains. isols qui sont responsables des perscutions contre les nationaux hatiens en Rpublique dominicaine. Dans une lettre adresse par le chancelier hatien Duly Brutus au Secrtaire gnral de l’OEA, Jose Miguel Le ministre de l’Intrieur et de la police dominicaine Jos Ramn Fadul, a averti jeudi qu’aucune action, d’o qu’elle vienne, n’arrtera le programme de rgularisation des trangers Le Ministre des Affaires trangres et des Cultes informe le public en gnral et la presse parle, crite et tlvise en particulier, que le Ministre Funrailles des victimes du fatal accident survenu au carnaval de Port-au-Prince le 17 fvrier dernier (photo J.J. Augustin/HENM) ( / p. 8) PORT-AU-PRINCE, 24 Fvrier – Jamais une catastrophe comme celle survenue au carnaval de Port-au-Prince n’a pu avoir lieu o que ce soit sans qu’il y ait des hros. FURCY, 28 Fvrier – Ce n’est pas nous que les Dominicains en veulent rellement. Comme dit le crole ‘Sa yo di a, se pa sa vreman yo santi.’

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... (2001-2004) Oriel Jean a t abattu ce lundi sur l’autoroute de Delmas par des individus circulant moto. Le cadavre est rest pendant longtemps sur la chausse. Aprs le brutal renversement de Jean-Bertrand Aristide le 29 fvrier 2004, Oriel Jean s’est enfui aux Etats-Unis. remis en libert. Il y a quelques mois rebondissait Port-au-Prince le dossier de l’assassinat du journaliste et patron de Radio Hati Inter, Jean Lopold Dominique. Plusieurs anciens collaborateurs du prsident Aristide taient cits comparaitre. Parmi eux, son ex-chef de scurit au palais national, Oriel Jean. Selon l’agence HCNN, de Guyler Delva, Oriel Jean se serait prsent comme le tmoin d’une conversation o il aurait compris que l’ex-prsident ne serait pas tranger l’assassinat du clbre journaliste. Convoqu par le juge d’instruction Lamarre Blizaire, et mme plac en rsidence surveille par ce dernier, Aristide ne se prsentera pas au tribunal. Le 3 avril 2015 fera 15 ans depuis l’assassinat de Jean Dominique. Pourquoi l’assassinat de Oriel Jean ce lundi ? Esprons que les investigateurs sauront le dire. Une video circule sur l’internet montrant un jeune Hatien attach un pylone, au long d’une rue trs passante, et fouett par un grand nombre de Dominicains et Dominicaines tour de rle. Pendant que passants et automobilistes passent leur chemin presque sans un regard pour la scne. Le spectacle est videmment plus que choquant. Ces gens agissent visage dcouvert en mme temps qu’ils abreuvent leur victime d’injures et que celui-ci crie de toutes ses forces sans personne pour lui porter secours. Est-ce un vnement authentique ou est-ce un montage par des gens qui cherchent augmenter la tension entre les deux peuples depuis l’assassinat par pendaison le 15 fvrier dernier d’un Hatien sur une place publique Santiago de los Caballeros ? Ce serait aux autorits hatiennes de nous clairer la lanterne. La semaine a commenc avec une mauvaise nouvelle, celle de la mort subite de Sony Estus, ce lundi matin. Une nouvelle qui a boulevers ses nombreux amis et tous ceux qui n’ont pas cess d’apprcier le travail de ce journaliste. Sony Estus est un journaliste-radio et SAKS un rseau d’une trentaine de radios Janvier 2010. Sony Estus a aussi t le reprsentant cariben de World Association of Community Radio Broadcasters. Lors du coup d’tat militaire de 1991 qui a chass du pouvoir l’ex-prsident JeanBertrand Aristide, Sony Estus travaillait Tropic FM. Arrt le 12 Avril 1992 alors qu’il couvrait une marche, il a t amen au Quartier gnral de la police de Port-auPrince et accus d’avoir, lui et la station, des sympathies pour le prsident renvers. Gard en dtention et interrog pendant 5 heures de temps, il a t tortur. Les bourreaux voulaient le forcer avouer qu’il distribuait des tracts en faveur d’Aristide. Sony Estus a reu pour son courage le International Press Freedom Award du Commitee to Protect Journalists. La carrire de Sony Estus a continu Radio Haiti Inter et jusqu’ la fermeture de cette station en 2003 aprs l’assassinat de son PDG, Jean Leopold Dominique, le 3 avril 2000. Sony Estus a t aussi pendant toute sa carrire un grand dfenseur de la langue crole. Sa mort est une perte pour Hati. L’ancien prsident amricain, Bill Clinton, a accompli une visite de deux jours en Hati. Mr Clinton devait procder l’valuation de projets de la Fondation qui porte son nom. La Fondation Clinton uvre dans les domaines agricole, artisanal et touristique. Le lundi 23 fvrier, l’ex-prsident amricain tait au Plateau Central pour visiter la ppinire de Lime et un projet de greffage. Puis il s’est rendu au site de Kreyol Essence Castor Ol, situ galement dans le dpartement du Centre. Le mardi 24 fvrier, Clinton visitait un centre de Traitement du Cholra dans la capitale hatienne. Il tait accompagn du Dr Bill Pape, fondateur du Centre Gheskio. Il devait se rendre aussi au Centre communautaire et au jardin urbain de la J/P Hati Relief Organization (J/P HRO) (Port-au-Prince), accompagn de l’acteur qui a fond cette dernire organisation. Pour boucler son sjour en Hati, Mr Clinton a assist l’ouverture du Marriott Htel Port-au-Prince. C’est le bilan de la dernire manifestation d’tudiants qui a eu lieu le vendredi 27 Fvrier travers les rues de Port-au-Prince. Les tudiants manifestaient contre l’arrestation d’un des leurs, Shedlin Guilloux, de l’Ecole Normale Suprieure, brutalement malmen sous l’accusation d’avoir mis le feu un autobus appartenant la Cour Suprieure des Comptes qui tait gar aux abords de l’institution. Shedlin Guilloux a t tabass par les gardiens de scurit de la Cour Suprieure des Comptes, comme celui qui aurait mis le feu l’autobus. Cependant ses camarades tudiants nient totalement son implication dans cet acte Vendredi (27 fvrier) a t pareillement incendi un vhicule de la Minustah (mission de maintien de la paix de l’ONU) qui tait en stationnement la rue St Honor, non loin de l’Hpital de l’Universit d’Etat d’Etat d’Hati, alors que se droulait une manifestation d’tudiants dans le quartier. Hati en Marche Miami th ( / p. 16) ( Le romancier hatiano-canadien Dany Laferrire il aime bien se retirer, au mieux dans une chambre d’htel, au lieu d’aller s’exhiber sur une plage achalande. Pour lire et mieux que a, relire dans cet espace intime. Abordant le livre en tant que tel, l’un des nombreux thmes traits dans son dernier ouvrage L’Art presque perdu de ne rien faire , il nat, selon lui, du dsir du lecteur de lire. Sans ce dsir, le livre n’est rien. Le livre c’est la runion de ces deux sensibilits, prcise-t-il : l’auteur et le lecteur. Le livre ne peut appartenir celui qui l’a crit. Il faut le dsir de le lire. De plus, il arrive souvent que le lecteur ait mieux ou plus profondment ressenti un texte, et qu’il accorde plus d’importance ce qu’on a crit . Le plus grand mystre, c’est quand le lecteur peut aimer le livre plus que son auteur. Quant au thme de la Foire de cette anne, Les Liaisons dangereuses , il tombe bien car ce livre l’a marqu. Son premier orgasme , il l’a connu en dcouvrant ce petit pome noir du XVIII e sicle, tout en prcisant que ce n’est pas un aphorisme, qu’il avait joui littralement . Physiquement mme. C’tait sa plus grande motion littraire en lisant cet ouvrage qui dvoile des personnages qui n’arrivent pas dire je t’aime . Cette phrase laquelle soupirent et aspirent tous les amoureux du monde. Interrog sur son observation selon laquelle l’art n’arrive que si l’on met sa culture en danger , l’crivain s’explique, toujours avec cette apparente nonchalance. On confond la culture et l’art. On confond l’apport de l’tat et la place de l’individu dans cette question . La culture, pour Dany Laferrire, c’est l’organisation de l’art. L’tat doit participer pour que les choses se ralisent. Mais l’art, c’est une affaire d’individus . Et l’art, lui, se fait dans l’angoisse, les veilles, les nuits blanches. Il se nourrit de solitude et d’angoisses . Il faut, La Libre Belgique (quotidien belge francophone) , que quelqu’un risque sa peau, son sang, son encre, sa vie et conteste cette culture d’tat. L’autre sujet qui intrigue les gens, DANY LAFERRIERE la question d’un journaliste: Qu’est ce que cela vous fait de recevoir le prix Mdicis ? pour l’nigme du retour, 2009, NDLR Dany Laferrire a rpondu sans sourciller : En tant que Qubcois, c’est beaucoup, en tant qu’Hatien, c’est peu. Il aurait fallu au moins le Goncourt. . Est-ce parce qu’il est n en Hati et qu’il est n crivain au Qubec, comme il l’a dit le 25 fvrier dernier, lors de l’inauguration de la 45 me dition de la Foire du livre de aux identits disparates. Hati a un trop-plein d’identit. Le Qubec a une identit inquite . De son humour, l’invit d’honneur ne s’en dpart jamais, mme si derrire ce ton volontiers lger, la perspicacit et la rflexion ne sont pas loin. Pas plus que son criture migrante, vagabonde et apatride comme a se lit dans la brochure d’informations, n’exclut un humanisme. Ce qui intresse l’Occidental dans la prose de Dany Laferrire, c’est son discours sur la pause, dans une socit o le temps libre est un luxe. Pas tonnant ds lors qu’on le questionne tous les coups sur l’origine de sa sensibilit . Il ne rate jamais l’occasion de rpter qu’elle lui vient du petit village du sud d’Hati o il est n : Petit-Gove. De sa grand-mre, Da, qui berait son enfance et son adolescence avec des gestes lents, presque figs. Le spcialiste mondial de la sieste semble s’tre arrt sur cette image en gros plan : Da, assise sur la galerie, sa cafetire porte de main pour offrir le caf aux visiteurs. Cet art presque perdu de ne rien faire , qui est de s’asseoir calmement devant sa maison est, en ce temps de la rapidit, l’acte le plus subversif qui soit. Dans ce monde o l’on perd la capacit de dormir, le sommeil cet acte extrmement important est menac si tant que Dany Laferrire suggre en consquence qu’on rtablisse la sieste et qu’on remette l’humain au centre de la vie, qu’il fasse bouger la machine et non le contraire. Ce serait une courtoisie qu’on ferait son corps. Il est mme persuad que toute la violence dans le monde vient de ce que nous sommes puiss. Je suis un tre aquatique. D’o son penchant pour sa baignoire , qui est un lieu cl , son ocan intime , o Au programme pour la 45 e dition de la Foire du livre, grand vnement littraire qui propose au pavillon international une centaine d’diteurs avec quelques 1.300 titres, il y a les Liaisons dangereuses , en rfrence au clbre roman de Pierre Choderlos de Laclos et le Qubec comme invit d’honneur. Et bien sr son plus clbre reprsentant, Dany Laferrire. Plein de verve et sollicit de partout, l’immortel a, en peu de jours, ralis un marathon d’entretiens, apparemment sans se lasser.

PAGE 3

Page 3 L’ACTUALITE EN MARCHE P-au-P, 25 fvr. 2015 [AlterPresse] --La marche de milliers d’Hatiennes et d’Hatiens, contre les actes xnophobes et racistes subis par les migrants d’Hati en Rpublique Dominicaine Ptionville ( l’est de la capitale). Les crimes qui ont endeuill des familles hatiennes rcemment en Rpublique Dominicaine, sont l’oeuvre de petits groupes d’individus isols, indique l’ambassadeur dominicain accrdit en Hati, Ruben Sili Valdes. Le mouvement de protestation s’est arrt auparavant Delmas 60, devant le sige du Ministre hatien des affaires trangres et des cultes (Maec), o des reprsentants d’organisations ont remis une dclaration au ministre Duly Brutus. Le bicolore national bleu et rouge, brandi par certains, de marcheurs sont partis du Champ de Mars, grande place publique au cur de la capitale, aux cris de : Vive Hati , P-au-P, 27 fvr. 2015 [AlterPresse] --Les organi sations de la socit civile initiatrices de la marche du 25 fvrier pour la paix et contre le racisme, invitent les autorits dominicaines tenir les promesses faites par l’entremise de l’ambassadeur dominicain Ruben Sili Valdes, tout en souhai tant l’tablissement de bonnes relations entre les deux tats qui partagent l’le. Avant d’tre rappel le 25 fvrier, l’ambassadeur dominicain en poste Port-au-Prince, a promis que son gou vernement va continuer travailler pour le respect des droits des travailleurs migrants hatiens en Rpublique Dominicaine, Il a galement indiqu que les oprations de violence conduites contre les ressortissants hatiens en Rpublique Dominicaine , sont l’oeuvre d’extrmistes. Les membres de la socit civile l’origine de la mobilisation du 25 fvrier, disent esprer la matrialisation de ces promesses. Nous attendons des actes concrets, des effets et des rsultats , dclare Jean Robert Argand, le coordonnateur du Collectif du 4 dcembre, lors d’une confrence de presse organise le vendredi 27 fvrier. Le Collectif est une organisation uvrant pour la garantie des droits et des liberts. L’assassinat par pendaison de Henri-Claude Jean, Santiago de Los Caballeros, la deuxime ville dominicaine, le mercredi 11 fvrier, et l’assassinat d’un dnomm Ti Louis, dcapit le 19 fvrier dans la zone frontalire de Comendor, tous deux des nationaux hatiens, taie nt l’origine de cette marche. Ces organisations rclament justice , et appellent une enqute internationale indpendante . Elles invitent les dirigeants des deux pays manifester de la volont pour aborder les problmes en profondeur . Plusieurs milliers d’Hatiens appartenant diffrentes couches sociales avaient particip cette marche, le mercredi Ptionville (priphrie est). Paralllement en marge de cette activit, des individus ont brl un fanion dominicain non loin du Consulat, galement dans la zone de Ptionville. Ces derniers ont pntr dans les locaux du Consulat jusqu’ descendre l’tendard dominicain. Le drapeau en ques tion a t vite rcupr par des agents de la Police nationale d’Hati pour tre remis un consul. Contrairement aux informations vhicules, le dra peau dominicain brl n’est pas celui qui se trouvait au mt du consulat , dmentent les organisateurs, tout en condamnant l’acte. Par rapport aux dclarations produites aprs la marche, notamment, celles d’un lu dominicain appelant ses compatriotes en Hati rentrer chez eux, et d’un snateur hatien qui demande la fermeture de la frontire, Rosny Desroches, directeur excutif de l’ Initiative de la socit civile (Isc), dclare que l’objectif poursuivi par ces activits, n’est pas la guerre ni la rupture mais l’tablissement de relations harmonieuses entre les deux peuples . non au racisme . En chemin, un manifestant, qui tentait de brler un drapeau dominicain, a, trs vite, t dissuad par d’autres marcheurs. Plusieurs musiciens-chanteurs ainsi que des dirigeants de partis politiques, des membres du Barreau des avocats de la capitale, de syndicats de transporteurs, d’organisations populaires, des membres de diverses organisations de droits humains ainsi que des scouts, ont rpondu l’appel du Collectif 4 dcembre pour cette marche. L’vnement survient aprs les assassinats successifs de Jean-Claude Harry Jean, le mercredi 11 fvrier 2015 Santiago de Los Caballeros (deuxime ville de la Rpublique Dominicaine) et d’un autre ressortissant hatien dnomm Ti Louis, le jeudi 19 fvrier 2015, qui t dcapit dans la zone frontalire de Comendador, province d’Elias Pia, non loin de la municipalit hatienne de Belladre. Ces organismes continueront de recueillir des signa tures durant les 3 premires semaines du mois de mars au bas d’une ptition, qui sera remise l’Organisation des Nations Unies, sur le respect des droits des migrants hatiens en Rpu blique Dominicaine. Hati renonce organiser la 45 e Assemble gnrale de l’OEA p.1 Santo Domingo dplore la violation de son consulat p.1 L’anti-hatianisme est une traduction naturelle du nationalisme dominicain p.1 Oui, ‘des petits groupes’, monsieur l’ambassadeur p.1 Deux pays, un destin p.5 Hati, dsesprment la recherche d’un Projet p.1 Les hros du 17 fvrier p.1 Le dsordre hatien a encore tu p.8 Assassinat de Oriel Jean, chef scurit prsidentielle sous Aristide p.2 Hatien fouett en pleine rue par Dominicains p.2 Mort du journaliste Sony Estus p.2 Bruxelles : Dany et le Qubec l’honneur p.2 Couple celebrates 82 years of marriage p.10 Artibonite 4 C p.13 Fantezi : yon fm pwezi nan lang kreyl p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE Hati renonce n’est un secret pour aucun compatriote que l’Etat hatien est ruin. Ou plutt s’est ruin par des dpenses inconsidres faites par le prsident Michel Martelly et son ex-premier ministre Laurent Lamothe. du drapeau du consulat dominicain Port-au-Prince, ou plutt Ptionville, par des manifestants le 25 fvrier dernier) a annonc que, partir du 16 juin prochain, tous les immigrants sans papiers seront dports. Un programme conu Santo Domingo pour fournir des documents lgaux ( Insulza, Hati fait part du retrait de son offre prcdente d’organiser la 45 e Assemble Gnrale de l’organisation continentale, cela, prcise la lettre, cause de ‘contraintes Aux cts des responsables de Digicel et Marriott et de l’ex-prsident Bill Clinton, le prsident Martelly et le premier ministre Evans Paul assistent l’ouverture de l’htel Marriott de Port-au-Prince Le Premier ministre Evans Paul accueilli par des barons du secteur priv hatien Contraintes logistiques ? Il ne s’agit probablement pas de scurit, ni de transport des dlgus d’un point l’autre du pays puisque la Mission de maintien de la Paix des Nations Unies est toujours dans nos murs. Cela doit concerner plus probablement la situation politique en gnral (plus que le processus lectoral, au sujet duquel d’ailleurs il n’y a encore aucune relle certitude), avec les agitations perptuelles (grves des transporteurs et autres qui peuvent bloquer le pays pendant plusieurs jours, manifestations anti-gouvernementales de toutes sortes et en tout temps, en tout lieu, etc). Et en dernier lieu, la tension cre par les assassinats d’immigrants hatiens en Rpublique dominicaine voisine et la colre souleve dans la population et la socit civile hatienne, rsultant dans un certain climat de tension entre les deux capitales. Dans un tel cas, la dcision d’annulation n’aurait probablement pas t prise seulement par le gouvernement hatien mais aussi par le Secrtariat Permanent de l’OEA anticipant une atmosphre passablement dlicate lors du sommet. Outre que le prsident dominicain Danilo Medina (apparemment en guise de reprsailles contre l’incendie chef de la diplomatie hatienne, le ministre Duly Brutus : ‘Des la capacit d’Hati tenir une Assemble Gnrale fructueuse et de haut niveau, tant donn aussi le processus lectoral que le Gouvernement vient de mettre en mouvement.’ Echec aussi pour notre pays, pour nous-mmes. Aprs avons avanc vers la sortie de la crise. Et de notre maldiction de pays condamn tomber et demeurer sous tutelle. Mais chec aussi pour la communaut internationale. Depuis plus de 10 ans au moins (2004-2015) installe en permanence dans le pays sous la forme d’une mission de maintien de la paix de l’ONU ou Minustah. La dcision de faire le retrait de notre prcdent qu’on doive continuer rester sous tutelle Et alors mme que nous semblons engags dans une preuve de force diplomatique avec nos voisins Dominicains. Aux yeux de ces derniers, pas de doute : le leadership hatien a fait faillite ! Aux yeux de nous autres Hatiens aussi, bien sr. Et nous ne parlons pas seulement du pouvoir actuel, mme s’il est le premier devoir tre remis en question. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Le prsident du Conseil Permanent, qui est actuellement le Reprsentant du Surinam, a pris note de la dcision d’Hati et annonc aux reprsentants des pays membres la convocation d’une prochaine runion en vue de choisir un autre pays pour abriter la 45 e Assemble Gnrale. Selon la Charte, si le sommet ne peut tre tenu dans un endroit prcdemment choisi, il aura lieu au sige de l’OEA, Washington, moins qu’un autre Etat membre offre de le prendre en charge mais cela au moins trois mois l’avance. Hati sait depuis une anne que c’tait son tour d’organiser la 45 e Assemble Gnrale. Son choix avait t fait par acclamation par les autres Etats membres lors de la 44 e Assemble Gnrale, l’anne dernire, Asuncion, Paraguay. Cela aussi pour commmorer le 20 e anniversaire de la premire organisation par Hati du sommet runissant les dirigeants de tous les pays du continent amricain. C’tait de l’vnement, qui avait t l’ex-Club Mditerrane, sur la Cte des Arcadins. Donc conclusion : 20 ans plus tard, la situation d’Hati a recul davantage. Revenons sur les explications fournies par le ces derniers, aurait chou. Probablement par sabotage, les anti-hatianistes tant bien placs dans ces secteurs de l’administration du prsident Medina. Autant de raisons qui font craindre que la 45 e Assemble Gnrale de l’OEA, qui devait avoir lieu l’t prochain dans notre pays, ne tombe en plein dans une fournaise. D’ailleurs les mots de l’actuel Reprsentant permanent d’Hati, Bocchit Edmond, semblent bien le dire : ‘Il y a des raisons en dehors de notre volont qui nous ont forc prendre cette dcision. Une dcision qui a t difficile pour le Gouvernement hatien.’ Toujours est-il que c’est la preuve d’un grave et multiple chec. Echec pour le prsident Michel Martelly et son administration. Tout d’abord par rapport ellemme. Rappelons que sous cette prsidence, Hati a tenu plusieurs rencontres rgionales et apparemment pas si mal. Plus rcemment la runion des ministres de la Culture de l’OEA. En outre, le prsident Martelly a assur entretemps la prsidence de la Communaut carabe (Caricom). Ce sont autant de rptitions gnrales, si l’on peut dire. Mais quand vient le moment de transformer l’essai, la 45 e Assemble Gnrale, Hati capitule. Aux USA et au Canada, coutez Melodie FM sur votre cellulaire : 605 ou

PAGE 5

Page 5 DE L’ACTUALITE de la conception au praxis, occupent des postes stratgiques dans l’administration actuelle Santo Domingo. Spcialement gens sont au pouvoir. Les trois pouvoirs : excutif, lgislatif et mme judiciaire (la Cour constitutionnelle dominicaine, du gouvernement fdral amricain. Ni celle de la grande presse amricaine (New York Times, Washington Post, CBS). Ou encore aujourd’hui les djihadistes. En Europe ou aux Etats-Unis ce sont, oui, des petits groupes isols, avec ( Oui, au commencement c’est toujours un tout petit groupe. Que ce soit dans l’Allemagne nazie ce sont des petits L’Ordre des avocats de la capitale a t la tte du mouvement de protestation contre les mauvais traitements faits aux nationaux hatiens dans le pays voisin Un drapeau dominicain foul aux pieds en face du consulat dominicain (photos J.J. Augustin/HENM) ( n’est-ce pas !). Mais en plus de la propagande politique, l’idologie vhicule par les acteurs politiques et vise lectoraliste, vient s’ajouter le network commercial de la communication, encore A tel point que les journalistes qui sont contre, sont menacs. Ce sont eux qui sont poursuivis, perscuts, comme le rapporte Amnesty International appelant le pouvoir de Santo Domingo assurer la protection de 4 journalistes qui ont reu des menaces de mort. A cause de leur indpendance. Entre autres, pour avoir attir l’attention sur ces ‘petits groupes’ qui font perptuellement la chasse aux nationaux hatiens. Toujours prts piller leur maison, se constituer en brigades de volontaires, portant treillis militaire et mme cagoules, pour organiser des oprations d’expulsion manu militari. qui a culmin dans l’assassinat par pendaison le 11 fvrier dernier d’un jeune ressortissant hatien, expos sur une place publique Santiago, seconde ville la plus importante du pays. La violence, le pouvoir et une propagande intensive (voire les mdias de Port-au-Prince qui doivent faire attention ne pas se laisser embrigader eux aussi pour quelques pesos de plus !), voil ce qui fait la diffrence entre les ‘petits groupes isols’, invoqus par l’ambassadeur dominicain, et une vritable stratgie btie sur la haine et la xnophobie, comme hier dans les annes 60 sous Papa Doc, ou dans l’Allemagne hitlrienne. Par contre, le Ku Klux Klan aux Etats-Unis ce sont aussi des petits groupes isols mais qui n’ont pas la complicit galement pour arme la violence mais que fait-on ? Ils sont recherchs partout, jugs, condamns, enferms. Quand ils ne sont pas victimes lors de confrontations avec les forces de l’ordre. Par contre, dans les territoires qu’ils occupent dans le monde arabe (en Syrie et en Irak) ces mmes petits groupes ont tout de suite rig un pouvoir, c’est l’EI (Etat Islamique), bti sur la haine religieuse qui est la pire forme de xnophobie, utilisant comme instrument de propagande les rseaux sociaux (internet). Conclusion : ce sont en effet, comme dit l’ambassadeur Ruben Sili, de simples ‘petits groupes isols’ tant qu’ils n’ont pas un pouvoir et toute une structure politique comme allis, ainsi qu’un puissant instrument de propagande, comme une grande partie de la presse commerciale Santo Domingo. La dclaration de l’ambassadeur Ruben Sili arrive donc trop tard. Aujourd’hui le racisme ne peut pas vaincre aussi facilement qu’autrefois. Il existe trop de garde-fous, aussi bien au niveau national que international. Et on doit se rjouir que nous Hatiens ne rpondons pas par la haine, il pour il dent pour dent, mais par le respect seulement respect mutuel ! Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince groupes isols qui avaient commenc harasser les juifs, brler les synagogues, dvaliser leurs magasins, les battre en pleine rue au vu et au su de tous. Ou dans l’Hati des dbuts de l’re Papa Doc, ils n’taient pas nombreux non plus ceux-l qui conduits par Clment Barbot, bras droit du futur dictateur vie, taient dsigns sous le nom de ‘cagoulards’. Car au dbut ils cachaient leur identit sous une cagoule. Mais une fois solidement implants, bas les masques ! Oui, comme l’a dit l’ambassadeur dominicain Ruben Sili Valdez, ce sont des petits groupes isols ! Mais ce n’est pas ce qui compte. Ce qui compte c’est s’ils ont le pouvoir avec eux Il faut pour implanter un rgime bti sur le racisme et la xnophobie : la violence, soit, mais surtout un systme politique qui trouve des excuses cette violence, du moins dans en faire une vritable politique. Un pouvoir bti sur la violence. Du moins contre une minorit. D’abord contre une minorit (comme Papa Doc contre le multre au dbut) mais violence qui comme on l’a vcu pendant 3 dcennies (1957-1986). Mais tout aussi important est l’arme de la propagande dans l’aboutissement d’un tel scnario, combien diabolique. Chez nos voisins dominicains, n’en dplaise l’ambassadeur Ruben Sili, tout ceci est dj une vidence. Non seulement l’anti-hatianisme est distill au quotidien, et chefs de partis ayant pignon sur rue (eux aussi parlent ouvertement, sans dtour, oui, bas les masques), mais leurs allis dans cette mme conception, passe depuis longtemps (Noam Chomsky) La Rpublique d’Hati et la Rpublique Dominicaine ne sont pas places sur le mme palier historique. Depuis le 1 er janvier 1804 , Hati porte l’ tiquette en or de Premire Rpublique noire et indpendante du monde . La Rpublique Dominicaine, certes, a livr quelques batailles mmorables pour construire sa libert, sa souverainet et repriser son honneur. Elle a crit en 1965 sa plus belle page d’hrosme en affrontant les 40 000 militaires des forces d’intervention des tats-Unis; une opration d’invasion que le prsident Lyndon Johnson lana de son pidestal hgmonique, tout en prtextant fallacieusement que ce pays tait sur le point de tomber sous la domination du Parti rvolutionnaire dominicain de Juan Domingo Bosch , l’ancien prsident dmocratiquement lu, dchu par le coup d’tat des gnraux de droite, valets de la Maison Blanche et adeptes de la CIA . Le colonel Fra ncisco

PAGE 6

Page 6 GOUVERNANCE ( Bientt des lections pratiquement gnrales mme si elles interviendront en deux ou en trois temps, aucun parti ni candidat qui pense faire connatre vritablement au Hati : dsesprment les coups sont permis. Dans le mme temps le pouvoir n’a qu’une proccupation : ne jamais manquer de gaz lacrymognes et de balles en caoutchouc pour contrer les manifestants. un instrument par lequel les Nations Unies mesurent l’impact de l’assistance internationale sur le dveloppement national des pays en question. Au pire, c’est notre fameux slogan : ‘Haiti is open for business’. Mais que seul le business international a le droit de comprendre. Les nationaux n’ont qu’ attendre. Et se taire. pour tout le monde, d’autant plus quand c’est le bien public, le patrimoine national qui est mis sur le march. (Et non comme le montre ce grand reportage de Paris Match sur l’exploitation sauvage des mines d’or dans le Nord-est du pays). Et ‘business’ pour tre consquent, c’est d’abord qu’il ne soit pas permis aux les honntes citoyens, comme on le devine en train de se faire en ce moment dans maints secteurs du pays. donner au pays un tel instrument autour duquel pourrait se faire mme un minimum de consensus, qu’ils abandonnent cette tche l’tranger. Nous avons entirement capitul. ‘Blan an di ou voie suivre. Que pouvons-nous ? Nous n’avons aucun moyen, vous dit-on. Voil le credo de ceux qui prennent les dcisions pour notre pays, pour nous tous. Et comme ce dernier (l’tranger), serait-ce pour des raisons stratgiques, mais des raisons qui n’appartiennent qu’ lui – se refuse dire quoi que ce soit, reste motus et bouche cousue sinon pour nous raconter des bobards, alors on continue de plonger tte baisse dans le nant. Dans l’inconnue. Et nos lections de continuer sur le mme modle : on prend les mmes, et on recommence ! Tandis que l’tudiant continue se repasser ce vieux Hati en Marche, 28 Fvrier 2015 L’tudiant de l’Ecole Normale Suprieure, Chedler Guilloux, accus dans l’incendie d’un autobus de la Cour suprieure des comptes, aprs avoir t srieusement maltrait par des gardiens de scurit de cette institution (photo HPN) Un autobus de service public incendi par des manifestants parce que, c’est presque tout le pays qui a trop perdre. Mais si tous ont le mme sentiment, qu’on ne nous mne nulle part, voire que les dirigeants nous mnent en bateau c’est dire ne font que nous rouler, nous tromper, alors ‘dtruire, dit-il’, ou pire encore : ‘La prochaine fois, rvolutionnaire dans cette partie du continent (les annes 1960). Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin de vers un avenir autre, et de toutes faons, meilleur. Lentement, avec les moyens du bord certes, mais srement. Qui soit un guide, une boussole. Mais aussi et surtout un levier, un moyen d’action (au singulier et au pluriel). Autour duquel, tout puisse tre coordonn. Entre autres, de nouveaux domaines o ces tudiants qui se sentent si abandonns, qui sont si dsesprs, ont plus de chance de se La seule rponse Or celle-ci n’a toujours dbouch que dans une impasse : soit la dictature, soit la pagaille. Donc toujours recommencer ! Pour la bonne raison que les dcideurs hatiens ont une mentalit paternaliste du pays, quasiment mprisante. Le peuple est un mineur, c’est l’imbcile qui attend. Trop bte pour comprendre. Et quand il proteste, c’est le bton, un point c’est tout. Alors que dans maints cas, la solution peut tre trouve dans un projet, avec un grand P, autrement dit qui puisse si ce n’est runir, interpeller toute la nation. Du moins, la grande majorit. Le reste a alors beaucoup de grand public son programme de gouvernement au cas o il remporterait la victoire. La bataille lectorale est vcue plutt comme un match de boxe sans rglements vritables, c’est--dire o tous Les Etats-Unis et Cuba pourraient rouvrir leur ambassade respective avant le sommet rgional de Panama qui se tiendra les 10 et 11 avril, a dclar vendredi la secrtaire d’Etat adjointe Rebecca Jacobson. “Je pense que nous pourrions y parvenir temps pour le sommet des Amriques”, a-t-elle dclar la presse. Des reprsentants cubains et amricains se sont retrouvs Washington pour un deuxime cycle de discussions visant restaurer les relations diplomatiques entre les deux pays et qui devront surmonter un premier cueil. Washington souhaite que dans un premier temps, les discussions portent sur le fonctionnement des missions diplomatiques dans les ambassades que les deux pays entendent rouvrir, alors que La Havane veut au pralable tre raye de la Cuba souligne d’ailleurs que les sanctions amricaines visant les banques qui entretiennent des relations avec les pays Cubains aux Etats-Unis. Le secrtaire d’Etat amricain John Kerry a estim que le rtablissement de relations diplomatiques ne pouvait tre li la question de la liste des Etats soutenant le terrorisme qui s’inscrit dans un processus technique et juridique distinct. Un haut diplomate amricain a expliqu vendredi la presse que le retrait de Cuba de la liste des Etats soutenant le terrorisme devait d’abord tre soumis au Congrs dont les deux chambres sont domines par les rpublicains pour beaucoup hostiles au rchauffement des relations amricano-cubaines. Magloire-Jean-Poix, survenu le samedi 27 fvrier 2015 la Clinique de la Sant Port-au-Prince. En cette pnible circonstance, nous prsentons nos sincres condolances ses enfants: Maxime Magloire et son pouse Laurencce Rongvaux, Madame Veuve Pascale Zamor-Magloire, Alain Magloire ; ses petits enfants: Harvel, Rafaele, Gregor Zamor /Daphne et Alice Magloire ; ses soeurs et frres : Madame Veuve Marie Thrse Charles-Jean-Poix / Madame Veuve Marie Solange Velter-Jean-Poix / Antonio Jean-Poix et Mme Estranila Gassan / Duperval Jean-Poix / Wilfrid Jean-Poix ; ses neveux et nices / Stanley, Conrad, Vanessa, Emerson Jean-Poix / Magda Nicolas /Michael et Kevin Velter ; ses cousins et cousines / aux familles Magloire, Jean-Poix, Velter, Kernizan, Remy, Decatus. Les funrailles seront clbres le samedi 7 mars 2015 8h am en l’glise St Grard, Carrefour-Feuilles et seront suivies de la mise en terre au cimetire de la Croixdes-Bouquets. construire un avenir meilleur, tout en faisant avancer l’agenda national car l’individualisme forcen (du genre capitalisme sauvage que certains glorifient comme la solution du moment) n’est pas non plus la rponse la dsesprance vcue dans pratiquement toutes les catgories sociales du pays. Oui, un tel programme existe dans le pays, mais il n’est pas ntre. C’est, par exemple, ce qu’on appelle ‘les objectifs du Millnaire pour le dveloppement’,

PAGE 7

Page 7 MONDIALISATION ( ( Non, le vrai problme des dcideurs de la Rpublique dominicaine (politiciens et lite), c’est le rapprochement qui s’esquisse entre les Etats-Unis et Cuba. son titre de numro 1 comme plateforme conomique rgionale pour les capitaux trangers, mais qui pis est, le contrle aussi de son propre march pour se retrouver englobe dans un seul ensemble sous-rgional. Un march commun sans la lettre. Et et occupations de l’ancienne ‘partie de l’Est’ par les dirigeants de l’Hati indpendante. Les dates le disent bien. Hati a gagn son indpendance par les armes contre la France napolonienne, le 1 er Janvier 1804. La Rpublique dominicaine la sienne seulement 40 ans plus tard. Les premiers dirigeants hatiens avaient constamment peur d’un retour des anciens colons europens par le territoire voisin qui appartenait toujours en titre l’Espagne. D’o l’obsession que Hati devait toujours en avoir aussi le contrle. Finalement un mouvement victorieux donnait naissance un deuxime Etat indpendant dans l’le dcouverte par Christophe Colomb en 1492. Ainsi peut-on essayer d’interprter la pense qui agite aujourd’hui les politiques et les classes dominantes du pays voisin. Ce n’est pas nous Hati qu’ils en ont mais l’antihatianisme est jusqu’ prsent la seule forme de traduction du nationalisme pour le Dominicain. A plus forte raison quand il a peur pour son avenir. Marcus – Hati en Marche, 28 Fvrier 2015 sans sa totale libert de manuvre. Ce qui est toujours possible dans l’volution des contraintes de march, reconnaissons-le. En tout cas, probablement le sort qui nous attend nous Hati. Puisque n’ayant de notre ct aucun atout. Ni les leaders comptents ! Mais en quoi sommes-nous responsables de cette situation ? Les Dominicains nous font donc un mauvais procs. Comme dit encore le crole : ‘se dan pouri ki gen fs sou bannann mi.’ De plus ici, il convient de rappeler (alors justement que nos voisins clbraient ce vendredi 27 fvrier le 171 e anniversaire de leur indpendance), que le nationalisme dominicain a toujours eu pour seule cible : Hati. Car indpendance acquise non vis vis de leur ancienne puissance coloniale, l’Espagne (en vertu du trait de Ryswick / 1697), mais plutt la suite de multiples invasions Une fois la reprise des relations consomme entre le gant amricain et le pays qui a toujours t, jusqu’ la Rvolution castriste de 1959, son plus proche alli conomique et commercial dans la Carabe qu’est Cuba, l’importance rgionale de la Rpublique Dominicaine va commencer dcliner. Voil ! Qui plus est, c’est Santo Domingo qui est, dans toute la rgion, le plus appel perdre au change. Pour la bonne raison que c’est lui qui a surtout dans la relation Amrique du Nord-Carabes. Les Etats-Unis sont aujourd’hui le premier partenaire commercial de nos voisins (dont, entre parenthses, le second – ironiquement c’est Hati). C’est grce aux capitaux amricains que les Dominicains ont effectu, avec succs, le passage de la monoculture sucrire aux secteurs plus modernes de l’industrie dans le monde entier. En effet les capitaux europens avaient rapidement pris la mme direction. Mais le miracle conomique dominicain ne serait pas sans la main d’uvre hatienne. Celle-ci inscrite, stratgiquement, dans le modle de dveloppement en question. En effet, ce n’est pas un hasard si c’est pendant cette mme priode que les paysans hatiens ont travers toujours plus en masse la frontire entre les deux pays. Cela parce que le modle de dveloppement choisi pour le pays voisin (l’agriculture la ferme) exigeait une main d’uvre exerce, par tradition, dans ce domaine. Et surtout meilleur march que la main d’uvre locale. Pendant que Hati dprissait sous la coupe de la dictature rtrograde des Duvalier, les milliards de l’aide des qui ne se reconnaissaient qu’une seule tche : empcher la progression du communisme dans la rgion. tiqueter tous leurs adversaires de communiste et garder le pouvoir pendant 30 ans. Outre qu’ils ont pactis sciemment au dveloppement du pays voisin puisque la famille prsidentielle hatienne percevait l’poque une dime sur chaque tte de paysan traversant la frontire. Aujourd’hui Hati est en lambeaux. Economiquement sous perfusion. Et politiquement, sous tutelle !!! Pourquoi les Dominicains cherchent-ils aujourd’hui Pourquoi la campagne de perscution anti-hatienne ? Commenant par enlever la nationalit dominicaine aux natifs de parents hatiens (disposition adopte en 2013 par la Cour constitutionnelle dominicaine). Pour culminer dans la chasse aux immigrants hatiens sans discrimination, avec ou sans papier. Hatiens, dehors ! comme on lit sur les murs Santo Domingo. En mme temps que les ultra-conservateurs rpandent une thorie : l’international (entendez surtout les Etats-Unis et Et l’hatianisation y participe. Mais supposons que nos voisins avaient raison ! Avec le retour de Cuba sur l’chiquier conomique, la Rpublique dominicaine craindrait non seulement de perdre Au Dpartement d’Etat, Washington, la deuxime rencontre, le vendredi 27 fvrier coul, entre les dlgations amricaine et cubaine ngociant sur la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba Sur un balcon La Havane les drapeaux amricain et cubain cte cte des Affaires trangres et des Cultes, Son Excellence Monsieur Pierre Duly BRUTUS, a reu ce mercredi 25 fvrier 2015, la salle de confrence de la Chancellerie, la ptition de la socit civile prsente par le Comit organisateur de la journe de mobilisation contre la campagne raciste l’encontre des Hatiens en Rpublique Dominicaine orchestre par un secteur de ce pays. Le Ministre des Affaires trangres et des Cultes a pris acte de cette ptition laquelle il accordera sa meilleure attention. Au nom du Gouvernement Hatien, le Chancelier a flicit les initiateurs de cette marche citoyenne qui, a-t-il prcis leur intention, ne doit pas tre interprte comme une manifestation contre la Rpublique Dominicaine, mais Condamnation aussi ( mis en place par le gouvernement dominicain qui devra Selon le ministre, pass cette date, toute personne dont le statut n’a pas t rglement sera expulse, rapporte la presse dominicaine. Le ministre de l’intrieur a poursuivi en dclarant que la politique d’immigration du pays, conue par le prsident Danilo Medina est applique, de sorte que personne ne peut s’en mler, encore moins critiquer parce que c’est quelque chose qui relve de la souverainet du pays . M. Fadul a fait cette dclaration suite la violation qu’aurait subie le consulat dominicain en Hati, lors d’une manifestation de la socit civile pour dnoncer l’antihatianisme manifest en rpublique voisine, quelques jours aprs qu’un ressortissant hatien eut t retrouv pendu sur une place publique. Le ministre des Affaires trangres dominicain, Andrs Navarro a, de son cot, condamn fermement le dominicaine ne va pas tolrer de campagne visant ternir son image. A noter que le gouvernement dominicain a rappel pour consultations son ambassadeur en Hati Ruben Sili Valdez, suite aux incidents survenus lors de la marche du mercredi 25 fvrier. A souligner que les autorits hatiennes avaient elles aussi dnonc cet acte qui a pouss des milliers d’Hatiens dnoncer ces actes de barbarie dont sont victimes les nationaux hatiens en territoire voisin. comme un renforcement des initiatives dj entreprises par la Chancellerie hatienne pour dire ‘‘NON A LA BARBARIE! NON A LA HAINE! RESPECT ET PAIX SUR L’ILE!’’ Cependant, le Gouvernement de la Rpublique condamne la violation et l’agression regrettables des locaux du Consulat Gnral de la Rpublique Dominicaine Ptionville par un petit groupe d’individus mal intentionns qui ont Le Gouvernement de la Rpublique profite de l’occasion pour inviter la population garder son calme et viter tout acte qui pourrait contribuer dtriorer davantage les relations entre la Rpublique d’Hati et la Rpublique Dominicaine. Ministre des Aff. Etrang. Gouvernement de la Rpublique d’Haiti

PAGE 8

Page 8 UNE TRAGEDIE NATIONALE O sont les hros du 17 fvrier 2015 ? L’actualit politique tend tout phagocyter laissant l’impression que nous sommes une socit de petits minables et de cannibales. Cependant il doit y avoir aussi des gens s’tre comports en hros lors du terrible accident du 17 fvrier, mardi Les centres de sant ont t pris d’assaut, disent les premires informations, par des milliers de personnes, qui la recherche d’un parent qui se trouvait au Champ de Mars, qui transportant un bless sur son dos. Cependant deux jours plus tard seulement, on avait Donc les soins avaient t fournis temps et avec satisfaction. Le nombre de morts fut revu d’abord un peu la hausse, passant de 16 18, puis la baisse pour se stabiliser 17. Habituellement en Hati, prenez aprs le passage de n’importe quelle tempte tropicale, voire d’un vritable cyclone, le nombre de morts ne cesse au contraire de grimper jour aprs jour. ( (photo J.J. Augustin) Inauguration de la Place Ste Anne rhabilite 5 ans aprs le sisme de janvier 2010 gras, transform brutalement en mardi des cendres et qui a fait un total de 17 morts et plus de 70 blesss. Revenons un peu sur les faits. Au Champ de Mars, le char du groupe musical Barikad Crew fait un faux mouvement juste au-dessous d’un cble de haute ou moyenne tension. Le lead singer, de son nom de scne Fantom, reoit une dcharge lectrique qui lui fait perdre aussitt connaissance. Mais c’est dans la rue que les choses se gtent. Pris de panique les ‘carnavaliers’ (un nologisme) se lancent dans une fuite perdue. On s’crase, on se pitine les uns les autres. On relvera 17 morts (car aucun n’aurait t relev sur le char lui-mme et le chanteur Fantom, srieusement amoch, a pu tre sauv) et plus de 70 blesss plus ou moins graves. Cependant on se contente de rpter ce bilan sans se demander s’il n’aurait pu tre pire et cent mille fois. N’tait la rapidit des secours. Les soins auraient donc t cette fois-ci plus rapides et meilleurs. On aurait pu le reconnatre, non. Mais la critique est aise, surtout l’approche d’lections frocement disputes ! Le 17 fvrier a donc eu ses hros. D’abord le corps mdical. De tous les centres de sant sans discrimination puisque tous ont t mis contribution. A plus forte raison que l’vnement survenait en pleine nuit, et que nul ne pouvait s’y attendre (quoiqu’en disent certains gugusses court d’ides). Un ban encore plus spcial pour les services de sant qui se trouvaient sur les lieux mmes : la Croix Rouge, Ofatma (office d’assurance travail), la clinique mobile de la Premire dame Si cette dernire avait des objectifs de propagande, elle a d tre elle-mme surprise combien son initiative tombait cette nuit-l bien Montral le 18 fvrier 2015 Le 16 fvrier dernier, aux petites de heures du jour, alors que les milliers de carnavaliers s’apprtaient rentrer la maison, se reposer d’une nuit plutt agite, il se produit un tragique accident. La rupture d’un cble lectrique install, on ne sait pour quelle raison, sur le parcours du carnaval, juste porte de main des chars, a provoqu un carnage: 18 dcs et une centaine de blesss. Quelques jours avant l’ouverture des festivits, les autorits impliques dans l’organisation de l’vnement dfilrent dans les mdias en se frottant les mains de satisfaction, l’effet que tout Cet incident regrettable, n’est pas en soi un accident parce qu’il tait prvisible. Le cble tait si bas qu’il avait fallu qu’un individu ft prpos pour le rehausser lgrement l’aide d’une gaule au passage du char. Tout le monde, sauf les techniciens de l’EDH, si on peut les appeler ainsi, sait que cette faon d’installer ple-mle les cbles, sans se soucier de la scurit des gens, pourrait causer un jour ou l’autre, un malheur et que ce n’tait plus qu’une qu’un musicien ou un invit sur le char, mch par l’alcool et le cble qui passe juste au-dessus de sa tte. La faction radicale de l’opposition, celle qui s’est toujours fait remarquer par l’outrance de leur propos et incident regrettable et remonter le vrai coupable. Il s’agissait, selon cette dite opposition, d’un acte de sorcellerie perptr par le rgime en place dans le but de se perptuer au pouvoir. Dans tout pays qui se respecte, ces dclarations insenses prsenteraient leurs auteurs comme tant des personnages peu crdibles, folkloriques, qui ne mritent aucune attention. Mais ces sorties intempestives, trouvent le plus grand cho auprs des mdias de Port-au-Prince dont la plupart des propritaires, pour toutes sortes de raison, se trouvent sur la mme position que les opposants radicaux et ne souhaitent leur tour qu’une chose: le dpart de Michel Martelly. Cette hcatombe met nu le dsordre qui caractrise l’administration de l’tat durant ce demi-sicle. Un pays tte en bas pour paraphraser Edmond Paul, o l’tat prouve toutes les peines du monde assumer ses fonctions rgaliennes. Le travail de destruction des institutions nationales entrepris avec succs par le rgime de 57 s’est achev dans le chaos qui a suivi la chute de la dictature. Sur papier le pays possde toutes les caractristiques d’un tat de droit et dmocratique. On y trouve en l’occurrence un ministre de la Scurit publique et mme un Bureau du Protecteur du citoyen. Ce n’est que pur mimtisme, car dans la pratique aucun des services de l’tat ne fonctionne la satisfaction des Hatiens. Au contraire, Hati, sous les habiles mains des hommes qui l’ont dirige depuis plus d’un demisicle est devenu un tat prdateur, le principal violateur des droits fondamentaux de l’Hatien. Comme le dit si justement le pote Gary Klang, les Hatiens meurent sous les dalles d’insouciance d’un tat failli, incapable de protger la vie de ceux dont il est en charge. Les Hatiens meurent de cholra, parce qu’en ce dbut du XXIe sicle, nos compatriotes, pour la plupart, continuent de s’abreuver, comme le btail, mme les rivires; de banditisme social, d’assassinats politiques, de sang contamin, d’accident de transport, d’effondrement de maison, d’boulement, d’inondations et mme durant des rares moments de rjouissances populaires. Le rgime cinquantenaire (dictature et post-dictature) ne s’est jamais proccup du bonheur des citoyens, plus ( ) ( ... / p. 14 )

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 WHAT’S UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo The Permanent Council of the Organization of American States (OAS) took note today Government of Haiti, as expressed by the countrys Foreign Minister, Duly Brutus, in a letter sent to the Secretary General of the OAS, Jos Miguel Insulza. The Chair of the Permanent Council and Permanent Representative of Suriname to the Organization, Niermala Badrising, informed the representatives of the situation and reported that the discussion on the new site will be on the agenda of the next meeting of the Permanent Council. Secretary General Insulza explained that the situation raised by the decision of Haiti “is foreseen both in the OAS Charter and the rules of the General Assembly,” which indicate that “if it cannot be held in the location previously chosen, it should be held at the headquarters of the Organization,” unless another member state offers to host the event at least three months ahead of time. The letter from the Minister of Foreign Relations of Haiti, Duly Brutus, to the Secretary General Assembly and Haiti’s ability to host a fruitful and outstanding General Assembly, given the electoral process that the Government of the Republic has set in motion.” During the Council meeting, the Permanent Representative of Haiti to the OAS, Bocchit our control that have forced us to take this decision.” The decision to name Haiti host of the XLV General Assembly had been taken by acclamation by the member states during the XLIV General Assembly, held last year in Asuncion, Paraguay. Herald staff with Tlam Santo Domingo.The government of the Dominican Republic last night protested the attack on the Dominican Consulate in Haiti Wednesday which according to local media were thousands of people who marched to protest alleged Dominican racism. The diplomatic crisis caps two weeks of incidents in the wake of the death of a Haitian didn’t sponsor the assault, it should take clear steps to halt to the violence against Dominicans interests in Haiti. Navarro said the Dominican government has been cautious and patient in its response to such violence. have proven to the world that we’ve made the greatest efforts to maintain a healthy, productive, respectful relationship with the Haitian government.” Navarro said the Dominican government has called its envoy in Port au Prince for consultation and issued a diplomatic note of protest over yesterday’s violence. He said Dominican Republic has been subjected to an international campaign, accusing it of racism, in contrast to the solidarity shown by the government and the Dominican people toward Haiti. Navarro called the crimes in the country in recent days including the murder of two Haitian nationals, and the burglary at the residence of Haiti ambassador Fritz Cineas isolated facts, to which Dominican authorities gave a resounding and swift response, and in no way the country of racism and xenophobia against the neighboring nation.” counterpart Pierre Duly Brutus, accusing Dominican Republic of fostering racist policies. Just hours after Navarro’s statement, Haiti envoy Fritz Cineas was removed from the post and replaced with Daniel Supplice, an announcement that comes one day after a group of Haitians staged a protest in Haiti’s Embassy demanding faster access to documents to qualify for Dominican residency. Duranord Veillard knows a lot about longevity, but Saturday is a milestone for the record books. reports that not only will Veillard celebrate turning 108, he will also celebrate 82 years of marriage to his wife Jeanne, who is 104. The husband and wife are believed to be the oldest couple in New York’s Rockland County, the report says, and both will celebrate their birthdays this weekend. Veillard’s wife, Jeanne, will turn 105 in May, but both will celebrate their birthdays at their home this weekend with family, friends and others, notes the report. Veillard, a native of Haiti, studied law and lived in Port-au-Prince. He married Jeanne in November 1932 and children. He obtained a visa to visit the United States in 1968 after losing his job as a judge and never looked back, the report says. He settled in Spring Valley, N.Y., and worked as lab technician at the Good Samaritan Hospital for 10 years before retiring. During an early birthday celebration Thursday at the couple’s home, Jeanne recounted to USA Today how they met. “I found him in the street,” she joked in Haitian creole to a room full of relatives, the news outlet writes. The Veillards, who leave home only to go to the doctor, have 12 grandchildren and 14 great-grandchildren, the report notes. During the celebration, Veillard revealed his secret to longevity: “That’s God,” he said, USA Today writes. The Veillards also nap early and often, the report notes. Buenos Aires Herald The majority of Argentine United Nations peacekeepers based in Haiti will return to their country in April, signaling the virtual end to the Argentine commitment to the peacekeeping mission in the Caribbean island after 10 years, the government announced yesterday. Argentina has been sending peacekeeping forces to Haiti since August 2004, when the UN established a peace mission in a resolution that had been ordered by the Security Council. Argentine forces are returning after the UN mandated a downsizing of the peacekeeping mission in the island. The decision will not only affect Argentina, but also all the other countries that have contributed personnel. Defense Minister Agustn Rossi, who was visiting the men and women working on the island, yesterday praised the forces, which are composed of Army, Navy and Air Force personnel. given to several military groups working in Haiti — including Argentine peacekeepers. these 10 years,” Rossi said after visiting a hospital managed by Air Force in Haiti’s capital city, Port-au-Prince.The medical centre will continue operating in the country with a team of CDC Foundation: Consortium Aims to Eliminate Malaria on Hispaniola by 2020 Starting With $29.9 Million Grant to CDC Foundation “The U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) is leading a consortium of malaria partners aiming to eliminate indigenous cases of malaria on the island of Hispaniola by 2020. Acceleration of malaria elimination efforts will begin with a $29.9 million grant from the Bill & Melinda Gates Foundation to the CDC Foundation” (2/25). MIAMI (AP) -President Barack Obama urged immigrants thrown into limbo by his deportation directives won’t be thrown out in court. “This is just one federal judge,” Obama said of the district judge in Texas who put Obama’s order on hold. “We have appealed it very aggressively. We’re going to be as aggressive as we can.” Obama said he expected to win when a U.S. circuit court hears his appeal, but added that his administration will “take it up from there” if the appeal fails, in an apparent reference to the Supreme Court. He said at each stage of the process, the White House believes it has the better argument. national found hanged in a park in Santiago, the country’s second biggest city In a press conference called in haste, Dominican Foreign minister Andrs Navarro said the country cannot accept the attacks on its consulate. “A group of people not only threw stones at the facilities of our consulate, but also broke into the interior of the property, and dared to take down the and tried to mutilate and burn it.” He noted that while the Haitian government Haitians demonstrate for mutual respect between Haitians and Dominicans The most old married couple in US are from Haiti

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient dite action. Admet en consequence le divorce de la dame Ruben Dcimus, ne Marie Sandra Emile d’avec son poux pour injures graves et publiques aux torts de l’poux. Prononce la Civil de la Section Sud de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale, sous peine de dommages intrts envers les tiers, s’il y chet; commet l’huissier Bertelson Ainsi jug et prononc par nous, Marlne Bernard DELVA Juge en audience civile, ordinaire et publique ce Jeudi six Novembre deux mille quatorze, en presence de Me. Mirlande Dupiche, Substitut du Commissaire du Gouvernement, de ce ressort, avec l’assistance du sieur Il est ordonn etc. En foi de quoi etc Me. Sony LESSAINT, Avocat Me. Boileau DIEUVEUIL, Avocat PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public, etendu, maintient dite action; Admet en consequence le divorce du sieur Ernst LOUIS d’avec son pouse ne Marie Marianne MASEY pour injures graves et publiques aux torts de l’pouse. Prononce la Civil de la Section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet, commet l’huissier Yvon Zetrenne AINSI JUGE ET PRONONCE PAR NOUS, Me. Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du dix Dcembre deux mille quatorze. En prsence de Me. Sheila Monsanto BAZILE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec l’assistance du sieur Raymond HOMERE. IL EST ORDONNE tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement lgalemnt requis. AINSI SIGNE: Jacques Hermon CONSTANT et Raymond HOMERE. POUR EXPEDITION CONFORME COLLATIONNEE: PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs en avoir dlibr au voeu de la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille l’action de la demanderesse, la dame ne Sherlyne ADONIS, en la forme; Maintient le dfaut faute de comparaitre octroy l’audience du vendredi quatre Juillet deux mille quatorze contre le sieur Kenby SAURAY; ADMET le divorce de ladite dame ne Sherlyne ADONIS d’avec son poux Kenby SAURAY pour injures graves et publiques; faits prvus l’article 217 du code civil Haitien; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, aux torts exclusifs de l’poux; ordonne registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers; compense du present jugement. RENDU DE NOUS, Gerty Lon ALEXIS, Juge du Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, en audience civile, publique et ordinaire du vendredi Vingt-quatre Octobre deux mille quatorze en prsence du Substitut Me. Sheila Mosanto BAZILE, faisant Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution; Ainsi signe: Gerty Lon ALEXIS et Jean Serge DUVERT. Pour expdition conforme collationne: Me. Patrick LOLO, Av. Le Tribunal de Premire Instance de la Croix-des-Bouquets comptemment runi au Palais de Justice de cette ville, a rendu en audience publique et en ses attribution civiles le jugement suivant: Entre: Morel Berthold propritaire demeurant et domicili aux Etat-Unis d’Amrique Esprance NELSON, Patrick LOLO et Wilfranc DORCHELAN respectivement du Barreau de respectivement aux Nos: 003-572496-8, 4267257, 4267256; 0010089-3-4-4, 4039908 et 4039904 et 001-513-406-8, 12892880, 12892883, avec election de domicile sis au Cabinet desdits avocats sis au No: 149 de la Rue St-Thomas D’Aquin, Croix-des-Bouquets demandeur d’une part; Et : les sieurs et dames Kenol Millien, Mariana Tillus, Anthonia Tillus, Guirlande Tillus, Elisabeth Tillus demeurant et domicili Lilavois 53. De plus Me. Leny Thelusma Commissaire du Gouvernement de la juridiction pour la dfense de la masse paysanne mis en cause dfenderesse d’autre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille l’action en dguerpissement contre les assigns dames Kenol Millien, Halante Millien, Mariana Tillus, Anthonia Tillus, Guirlande Tillus, Elisabeth Tillus, Adeline Millien pour tre juste et fonde, Maintient le dfaut requis et octroy l’audience; Dit que le requrant, le sieur Morel Berthol est le propritaire de la dite proprit; Ordonne en consequence aux assigns de parfaire leur dite vente conformment aux articles 1367 et 1368 du code civil en l’tude du Notaire Me. Jean Garry Georges, dans le cas contraire, le Tribunal ordonnera en consquence au dit notaire de dresser, l’acte translatif de proprit y relatif et cela en faveur du requrant conformment la loi, vu que promesse de vente vaut vente, le TRIBUNAL ordonne en consequence le dguerpissement de tous les assigns gnralement quelconque susmentionns, et tous les ventuels occupants se trouvant sur la proprit dont les tenant et aboutissants sont insr dans le procs verbal d’arpentage dress par l’arpenteur Jean Claude Tevenin. Accorde l’excution proviso ire sans caution sur le chef de dguerpissement de la prsente dcision nonobstant, appel ou recours en cassation vu qu’l y a titre authentique. Condamne les assigns solidairement CINQUANTE MILLE GOURDES (50,000.00) titre de Ainsi jug et prononc par nous, Me. Bruno Leriche, juge au Tribunal de Premire Instance de la Croi-des-Bouquets, ce jeudi dix neuf Juin (9) deux mille quatorze (2014), en presence de Me. Isaac Ernest, Substitut du Il est ordonn En foi de quoi Me. Patrick LOLO, Av. PAR CES MOTIFS, sur les conclusions conformment du Ministre Public, le Tribunal maintien le dfaut requis et octroy la barre contre la partie dfenderesse, admettre le divorce des poux SONY BADIO d’avec la dame SONY BADIO, femme ne Kalerne Bellot, prononcer en consquence la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux pour injures graves et de l’Etat Civil de la Croix-des-Bouquets de transcrire dans les registres destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet; ordonner aussi la dame ne Ainsi jug et prononc par nous, SULLY L. Gesma, Juge en audience civile, ordinaire et publique du lundi ceux (02) Juin deux mille quatorze 2014, en presence de Me. NELSON CILIUS, Substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec l’assistance de Guillaume Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution; lgalement requis. Me. ELISMA FRANCKLYN, Av. PAR CES MOTIFS, sur les conclusions conformment du Ministre Public, le Tribunal maintient le dfaut requis et octroy la barre contre la partie dfenderesse admettre le divorce des poux le sieur Frandso Duverno d’avec la dame Frandso Duverno, femme ne Nadia Nazaire, prononcer en consequence la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux pour injures graves et publiques aux torts de l’poux aux termes des articles 217 du code civil, ordonne le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet; ordonner aussi la AINSI JUGE ET PRONONCE PAR NOUS, SULLY L. Gesma, Juge en audience civile, ordinaire et publique du lundi ceux (02) Juin deux mille quatorze (2014), en prsence de Me. NELSON CILIUS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution; seront lgalement requis. Me. ELISMA FRANCKLY, AV. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs avoir dlibr au voeu de la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille l’action du demandeur, le sieur Jean Roberto JEAN-PIERRE, pour tre rgulire en la forme, maintient le dfaut faute de comparaitre octroy l’audience du vendredi Treize Juin deux mille quatorze contre la dame ne Flne ARISTIDE admet le divorce des poux Jean Roberto JEAN-PIERRE la femme ne Flne ARISTIDE pour injures graves et publiques, faits l’article 217 du Code Civill Haitien. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux , aux torts exclusifs destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers; Compense les dpens du prsent jugement. Ainsi jug et prononc par nous, Gerty Lon ALEXIS, Juge au Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, en audience civile publique et ordinaire du Vendredi Sept Novembre deux mille quatorze, en prsence du Substitut du Commissaire du Gouvernement Pour ordre de Publication: (S) Jean Bazelais BEAUVOIR, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient action. Admet en consquence le divorce de la dame Frantz BELIARD ne Najla LACOMBE d’avec son poux pour injures graves et publiques aux torts de l’poux. Prononce la dissolution Delmas de transcrire sur les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet; Commet l’huissier Canal GABRIEL de ce sige pour la Ainsi jug et prononc par nous, Marleine Bernard DELVA, Juge en audience civile, ordinaire, et publique du jeudi dix-huit Dcembre deux mille quatorze, en prsence de Me. Mirlande DUPICHE PREVOST, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et Pour ordre de Publication: (S) Jean Bazelais BEAUVOIR, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille l’action du requrant pour tre juste et fonde; Maintient le dfaut fonde ladite action; Admet en consquence le divorce du sieur Carl Edwige G. TELFORT d’avec son pouse ne Vronique PHILOGENE pour injures graves et publiques aux torts de l’pouse; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux; registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet; ce jugement; Compense les dpens. RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du mercredi Cinq Novembre deux mille quatorze, en prsence de Me. Paul Wesley, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec la participation du sieur Homre Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le present jugement execution; seront lgalement requis. Pour le Cabinet: Jol Louis Jacques, Av. Jean Baptiste Sony Landre, Av.

PAGE 12

Page 12 QUISQUEYA/HISPANIOLA ( ) ( UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti MINUSTAH NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati REQUEST FOR EXPRESSION OF INTEREST (EOI) For the Provision of Consumables for Water Testing Laboratorie s . The United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) is seeking Expressions of Interest (EOI) from qualified companies wishing to be considered for inclusion in tenders for purchase of Consumables for Water Testing Laboratories (UNSPSC 41104201). Companies interested in participating in the planned solicitation process should forward their written Expression of Interest (EOI) to MINUSTAH by closing date set forth in this EOI. The Expression of interest may be submitted by Email, courier or f acsimile clearly marked with the inscription “Expression Of Interest” (EOI) – Provision of Consumables for Water Testing Laboratories to MINUSTAH in Haiti to be received not later than 6 March 2015 at 3:00 PM, Haiti: The Chief Procurement Officer Procurement Section United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) Logistic Base at Port-au-Prince Airport, Boulevard Toussaint Louverture Clercine ;(A ct de la Direction Dpartementale de l’Ouest (DDO et Guy Malary) Port-au-Prince, Haiti E-mail: minustah-procurement@un.org, nagawa@un.org, nikuzef@un.org The EOI must include the following information: Name of the Company Postal and physical address Phone number Fax number E-mail address Name and Title of the contact person Brief explanation on the background and experience of the company including clients’ references. A formal bidding process will follow this request for expression of interest. Please note that this notice does not constitute a solicitation. It should also be noted that MINUSTAH reserves the right to change or cancel this EOI. Thank you. Caamano durrent deux mois. Les pertes en vies humaines furent consquemment lourdes. Elles s’levrent des milliers de morts, selon les estimations vulgarises l’poque dans les mdias nationaux et trangers. Par ailleurs, les historiens, intellectuels dominicains borns et racistes saisissent toujours l’occasion de rappeler – souvent hors contexte historique – que c’est le seul pays de l’hmisphre qui a obtenu son indpendance d’une ancienne colonie , en l’occurrence, Hati . Quand on creuse un peu la terre sous les faades de dveloppement de la Rpublique Dominicaine, les dcouvertes, des points de vue de socit, conomie, politique et culture, traduisent l’tat d’une situation de mitigation . Les considrations logieuses, ce niveau, reclent, bien des gards, les intentions calcules des ennemis politiques traditionnels de la Rpublique d’Hati qui cherchent et longtemps sur le Golgotha de la pauvret extrme , en guise de chtiment contre sa hardiesse , son effronterie , son arrogance et sa bravoure . Selon des statistiques publies par Jean Michel Caroit dans LE MONDE du 18 mai 2012 , 40% de la population dominicaine vivent au-dessous du seuil de la pauvret . Et cela, quoique le pays connaisse un taux de croissance qui soit parmi les plus levs des Carabes et de l’Amrique latine. Le tableau continue de s’assombrir avec un taux de mortalit infantile qui dpasse ceux de toute la rgion, et un grand nombre d’enfants exclus des milieux de scolarisation. cette situation peu rjouissante, nous vous laissons le soin d’ajouter la criminalit , la prostitution , la drogue , la corruption au sein des rgimes gouvernementaux, de l’arme, de la police L’amlioration conomique de la Rpublique comme les Hatiens, on les rencontre dans les quatre coins du globe, particulirement en Amrique du Nord ( tats-Unis, Canada ), la recherche des conditions de vie meilleure. dominicain se portent mieux. Elles se sont engraisses considrablement durant les dernires dcennies grce la prsence des multinationales qui font tourner les manivelles touristes qui inondent incessamment les plages et les htels. En 2013, 4,7 millions de touristes ont sjourn en Rpublique Dominicaine. Et le nombre est continuellement la hausse. Pas loin de 2 millions de visiteurs viennent de l’Amrique du Nord, notamment des tats-Unis et du Canada. Il faut remonter le courant de l’histoire pour valuer le rle jou par les tats-Unis dans le processus de renforcement des infrastructures essentielles au dveloppement de la Rpublique Dominicaine. En 1906, ils y instaurent un rgime de protectorat pour contrer surtout l’interventionnisme europen. Ils prennent le contrle de tous les organes de l’appareil de dans un tat grabataire. Washington oblige le pays signer avec lui un trait qui s’tend sur une longue priode de cinquante ans. 1906 1911 est considr comme une poque charnire dans la construction de l’tat moderne dominicain. Cette transformation politico-conomique ne s’est pas accomplie sans l’aide intresse de la communaut internationale, des bailleurs de fonds trangers, de la puissance hgmonique mondiale, les tats-Unis. L’essayiste Sauveur Pierre tienne, dans son ouvrage Hati, la Rpublique Dominicaine et Cuba : tat, conomie et socit (1492-2009) , explique : C’est au cours de cette priode d’instabilit politique chronique que les grandes compagnies amricaines parviennent contrler l’industrie sucrire et le secteur bancaire dominicain. Aprs 1905, les tats-Unis d’Amrique dtiennent le monopole de la fiscalit en Rpublique Dominicaine. () La Convention dominico-amricaine de 1907 fait de ce pays un vritable protectorat de la puissance toile. (1) L’volution sociale, politique et conomique tonnamment disproportionne entre les deux pays, Hati et la Rpublique Dominicaine, tire une partie de sa logique explicative dans cet espace factuel de prjugs historiques qui tmoignent du prolongement de la haine viscrale dverse par l’Occident sur les prouesses tonnantes d’une Nation qui justice sociale dans le monde. Les tats-Unis investissent 70 millions de dollars en 1929 en Rpublique Dominicaine pour remembrer la production sucrire. Durant cette mme anne, Cuba en reoit 910 millions. Et Hati, l’ternelle laisse-pour-compte, s’en tire seulement avec 8 millions environ. Et dire qu’elle tait sous les bottes de l’occupation militaire tats-unienne. La communaut internationale, adepte avr du pharisasme, ne s’est jamais intresse au progrs social et la croissance conomique qu’elle lve devant elle pour l’empcher d’avancer, d’aller plus loin participent de la mchancet de faire des Hatiens un grenier de force de travail bon march pour l’expansion des conomies des pays occidentaux. En d’autres termes, des bufs attachs aux manivelles pour faire tourner les moulins des meuniers du cercle restreint de la milliardisation . En se civilisant, l’homme a galement donn naissance au monstre qui le dtruira : l’ imprialisme . Car outre ses solides coffres-forts remplis de rapines et de vols, la bte se promne aussi avec son cortge de malversations et de malheurs : guerre , crime , maladie , dtrioration environnementale Les riches Les historiens, dans bien des cas, n’insistent pas assez sur les lments de complot international , lorsqu’ils tentent de cerner les causes et les effets de la dcadence de la Rpublique d’Hati. Il s’agit d’un tat situationnel provoqu par les anciens matres de cette colonie jadis juteuse et prospre. C’est cet angle de traitement que ceux qui se donnent pour mission de rdiger l’histoire doivent prioriser pour viter que l’ autoculpabilisation ne droute l’nergie et la conscience de la lutte. Depuis les vnements politiques qui ont conduit la naissance de la patrie hatienne, les pays comme les tats-Unis, la France, l’Angleterre, l’Allemagne, le Canada etc. ont tout tent pour prouver que les esclaves hatiens ont chou dans leur projet de socit libre . Ils ont russi. Ce peuple de la Carabe vit prsentement dans une rserve empirique sans faune et sans vgtation comme des animaux de l’ge prhistorique dont ils semblent malheureusement partager le tragique destin. C’est la poursuite de ce plan macabre dessin par l’Occident pour amnager cette partie de l’le en forteresse de malheur et de pauvret qui a empch les intellectuels brillants et rayonnants tels qu’ Antnor Firmin , Rosalvo Bobo , Louis Joseph Janvier , Jacques Stephen Alexis d’accder la magistrature suprme. Avec l’appui des tats-Unis, France, Canada..., les ttes vides – les Nord Alexis – l’emportent toujours sur les ttes pleines – les Antnor Firmin – aisment. Le mme scnario a t repris Port-au-Prince en 2011 par Washington pour raliser le burlesque dans lequel on a vu voluer des imitateurs mdiocres de Charlot et de Keaton baroque du XVIIe s . fait dcouvrir un style de gouvernance politique bas compltement sur le ridicule et la loufoquerie. Les oligarques de l’Occident , malheureusement, trouvent toujours des malfrats indignes, des mercenaires cupides qui acceptent de trahir leur pays et leurs concitoyens pour une poigne de dollars . Que des Hatiens migrent en si grand nombre l’Est la dcroissance conomique acclre d’Hati qui mousse le mouvement migratoire. Les travailleurs agricoles – vous le savez galement – sont ruins par l’importation en grande quantit de denres alimentaires qu’ils avaient l’habitude de produire eux-mmes pour le march local et qui leur permettaient de subsister tant bien que mal dans leurs villages. Cette pratique commerciale dveloppe par la bourgeoisie compradore provoqu la chute spectaculaire des prix des produits vivriers sur le march intrieur. Le petit agriculteur-leveur, propritaire d’un petit lopin de terre et de quelques ttes de btail ou mtayer, baisse les bras. Il ne peut pas lutter contre le grand capital . Toutes les franges de la population rurale se trouvent confrontes aux problmes causs par le pauprisme . La plupart cdent – non sans regret – la tentation de tout abandonner et de partir au loin, esprant changer la misre contre la pauvret . Mais ils sont devenus le cheval de la fable qui avance par la stratgie de la carotte attache au bout du bton qui se dplace en mme temps que le malheureux animal. Malgr toutes les nergies dployes, l’objet de rve et de convoitise ne se matrialise pas. Les bateys , les manufactures symbolisent plutt des inventions humaines infernales . On les appelle dvoreurs de force de travail . Les campagnards hatiens – on ne le rptera jamais assez – sont aussi exploits Sud des tats-Unis d’Amrique. Ces propritaires des grandes industries agrosociale des immigrants illgaux et clandestins. Et quoique ces derniers soient des payeurs de taxes, des contribuables au mme titre que les nationaux, ils ne peuvent pas accder aux avantages sociaux. le rgime duvaliriste, par le biais du contrat qu’il continuait de signer avec la Corporacion Estatal de Azucar (CEA), vendait les paysans hatiens comme des animaux de ferme Joaqun

PAGE 13

Page 13 HAITI QUEL DEVELOPPEMENT ? Au dbut du mois dernier, nous apprenions que le Pre mier Ministre Evans Paul annon ait la construction prochaine du barrage Artibonite 4C Sino Hydro Estrella quelque temps tout ce qu’il y a de contrat de grands travaux dans le pays (papier de Sheila Louis, Radio Mtropole). Artibonite 4C , cela ne dit probablement pas grand-chose la majorit d’entre vous, mais pour moi, cela rveille un tas de souvenirs et je crois que je me dois de les partager, vous verrez bien pourquoi. Mais attention, comme le dit Charles Aznavour, je vais vous parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre . Les faits remontent en effet la dernire dcennie du rgime Duvalier. l’poque le gouvernement avait deux grands projets son agenda : l’limination de tous les cochons croles, sous prtexte de peste porcine africaine, le fameux PEPPADEP (Projet d’Eradication de la Peste Porcine Africaine et de Dveloppement de l’Elevage Porcin), et la construction de quatre barrages hydro-lectriques en aval du barrage de Pligre. En tant que membre d’ICEF (Institut de Consultation, valuation et de Formation), j’avais un contrat de consultation avec la Fondation Inter-Amricaine (IAF) et j’avais convaincu cette fondation de soutenir des rencontres d’change entre des responsables de projets. J’avais t frapp, en effet, par le fait que, chaque fois que j’allais voir Richard Challandes, responsable du Projet de Rhabilitation Rurale de l’Eglise Mthodiste Jrmie, ou Pollux Bayas, qui avait un projet bras ouverts parce que, disait-ils, c’tait une bndiction de recevoir quelqu’un avec qui ils pouvaient discuter, quelqu’un qui les sortait de leur isolement. Nous avons donc organis une ou eux runions, dans un premier temps, avec des personnes responsables de projets s’affranchir de la tutelle de la IAF ; les rencontres ont donc Nous tions une bonne quinzaine, qui nous rencontrions chaque trois mois et dont certains ne sont plus de ce monde et je ne citerai que leurs noms, dans une sorte de devoir de mmoire : Leslie Duchatelier, membre d’ICEF, Roland Lamy, autrefois cur du Borgne, cheval sur IDEA, Caritas et ICEF, Yvon Joseph, directeur du Collge Notre Dame, responsable d’IDEA, Pollux Bayas, cur de Pilate, coordonnateur d’une cooprative de caf, Rnald Clrism, cur de Beauchamps, Jean Pierre-Louis, cur de Savanette, Jean-Marie Vincent, Rapidement nous nous sommes engags dans la cam pagne de mobilisation contre le PEPPADEP et, dans une sorte de mouvement de solidarit, nous avons dsign notre groupe comme Comit Organis de Chercheurs Hatiens pour une Orientation Nouvelle (COCHON) ; et depuis lors nous ne nous appelions plus, entre nous que les petits cochons. Nous n’avons videmment pas pu empcher le massacre des cochons croles. Notre autre cheval de bataille tait le projet de construction de quatre barrages hydro-lectriques s en aval de Pligre, dont l’un allait inonder le site du bourg de Verrettes qui se retrouverait englouti sous les eaux. Je n’irai pas jusqu’ dire que nous avons pu empcher la chose, mais il est un fait que le projet ne s’est pas fait. Et voil qu’un beau jour le DG de l’INARA est convoqu une runion de travail au bureau du Ministre Joa nas Gu o il est question de la construction d’un barrage sur Il n’tait plus question de quatre barrages, mais d’un seul, qui serait construit, en amont du bourg de Mirebalais, formant un lac de retenue qui inonderait quatre-cents hectares de terre. L’INARA devait tre impliqu dans le projet, car c’est nous que revenait la tche de recenser la population de la zone inonder et de trouver de la place pour les reloger. Autrement dit, non seule-ment ce maudit projet Artibonite 4C ( revenait me narguer, mais en plus je me voyais condamn y participer de manire active. Bernard Ethart Dimanche 1 er mars 2015 UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti MINUSTAH NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati REQUEST FOR EXPRESSION OF INTEREST (EOI) For the Provision of Asphalt The United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) is seeking Expressions of Interest (EOI) from qualified companies wishing to be considered for inclusion in tenders for provision of Asphalt (UNSPSC 30121600). Companies interested in participating in the planned solicitatio n process should forward their written Expression of Interest (EOI) to MINUSTAH by closing date set forth in this EOI. The Expression of interest may be submitted by Email, courier or facsimile clearly marked with the inscription “Expression Of Interest” (EOI) – Provision of Asphalt to MINUSTAH in Haiti to be received not later than 6 March 2015 at 3:00 PM, Haiti: The Chief Procurement Officer Procurement Section United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) Logistic Base at Port-au-Prince Airport Boulevard Toussaint Louverture Clercine (A ct de la Direction Dpartementale de l’Ouest (DDO et Guy Malary) Port-au-Prince, Haiti E-mail: minustah-procurement@un.org, Nagawa@un.org,nikuzef@un.org The EOI must include the following information: Name of the Company Postal and physical address Phone number Fax number E-mail address Name and Title of the contact person Brief explanation on the background and experience of the company including clients’ references. A formal bidding process will follow this request for expression of interest. Please note that this notice does not constitute a solicitation. It should also be noted that MINUSTAH reserves the right to change or cancel this EOI. Thank you. surtout les identitaires, c’est son rapport la langue. Comment Laferrire arrive crire sur le monde paysan hatien ou sur le Qubec par exemple sans utiliser le crole ou parsemer l’uvre de termes joual . Pour lui, c’est simple comme bonjour. Chaque fois qu’un Belge me lit, je deviens un crivain belge. Pour dire qu’il crit dans la langue de celui qui est en train de le lire. Ou qu’il crit en franais dans toutes les langues . N’arrive-t-on pas adorer un crivain qu’on n’aime pas ?, fait-il remarquer. En tout cas, Je n’ai pas d’obsessions en matire d’criture. Il va mme jusqu’ dire cette phrase improbable et dsarmante : Si vous savez dans quelle langue vous crivez, c’est que vous tes tout sauf un crivain. . Parlant de la diversit de la cration qubcoise, le romancier met le vu qu’Hati devienne comme le Qubec, c’est--dire qu’il avance par groupes . Ce qu’il entend par l, c’est qu’en Hati, il y a quatre crivains qui sont des champions , qui dcrochent les plus grands prix. La diversit ferait dfaut. toutes ses interventions, Dany Laferrire est invit parler du tremblement de terre, d’o il a rchapp en Hati en 2010. Il ne rate jamais une occasion pour voquer cette marchande qui, ds le lendemain matin du sisme, tait assise derrire son panier avec deux ou trois mangues . Cet acte qu’il dcrit comme une forme de rsistance, une victoire de la vie sur la mort, est l’expression de la force d’Hati, ce pays constamment accul mais qui, en mme temps, recle une telle nergie de vivre . Pendant que l’tranger comptait les morts, les Hatiens, eux, s’occupaient des vivants. Comme du miel il attire le public autour de lui, comme la Foire du livre Bruxelles o il tait la vedette par excellence. La presse belge lui a rendu un hommage enthousiaste en rappelant ce qui a fait son succs : le truculent trentenaire Comment faire l’amour avec un ngre sans se fatiguer (1985) qui lui colle comme une seconde peau ; L’nigme du retour qui lui a valu le prix Mdicis (2009) et son lection l’Acadmie franaise le 12 dcembre 2013. Sans oublier ses deux derniers livres Journal d’un crivain en pyjama (2013) et L’Art presque perdu de ne rien faire (2014), deux uvres matresses formatrices qui couronnent le parcours prodigieux de l’crivain hatiano-qubcois. Si les uvres de jeunesse sont de gros jets d’orgasme, pleines de dsinvolture, ces deux ouvrages, en particulier le dernier, parsem d’anecdotes des plus succulentes, de souvenirs de aux crivains, sont d’une belle gnrosit. Et d’une maturit sans se fatiguer . Huguette Hrard N.D.L.R. : Les Liaisons dangereuses ( Lettres recueillies dans une socit et publies pour l’instruction de quelques autres), roman pistolaire de Pierre Choderlos de Laclos , fut publi en 1782 . L’Art presque perdu de ne rien faire , ditions Grasset, 2014, 432 pages.

PAGE 14

Page 14 LES JEUX DE BERNARD Solutions de la semaine pass eCORIOLAN ACEPHALE LU#P#N#G IL#OSCAR BAIL#E#I RIDICULE ER#T#RER REBOISES Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD CERNER CERNES CARNES CANNES CANGES FANGES FANEES SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeDENSITELIGUES SEMPLE J V T D A U ASolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de LIGUES, SEMPLE, en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant qu’une lettre par ligne.Mots MlsTrouvez 15 pays dont le GDP est en baisse cause de la descente du prix du ptrole dans le carr ci-dessus I A G E I R E G L A M A L A N R R E V M I A L O G N A I D A O E Y R E K A Z A K N N O B I N G S O X X E M D I E N I G R K L I N I L O G R I E E I I A A A A B Q E B A S S S V Q N N Z R L R U L T E E A E A N E E A I A E E S N G O N R L S I A K U M I H O E U E I I V R S Z H A I K D V D Z L B I E E S L S R A N R I U G Y G N N A U U T Z I O T E L E E N M E S R L A A N E B A V A R A B I E S K N Antonio Balaguer Ricardo et Silvestre Antonio Guzmn Fernndez durant les priodes de la zafra . Le dfunt professeur Hubert Deronceray , ministre des Affaires sociales l’poque, a perdu sa marque de prestige dans ces honteuses, indcentes et inexorables transactions d’tres humains . Encore un cas de crime contre l’humanit que l’histoire aurait d inscrire quelque part dans sa mmoire sempiternelle. Le duvalirisme a pratiqu la traite des humains . Depuis 1957, selon les rvlations faites en 1964 par le syndicaliste amricain Andrew Mc Clelland , l’tat hatien dversait chaque anne 30.000 braceros (coupeurs de canne) dans les plantions de l’Est. Il obtenait en retour 15 dollars par tte d’homme ou de femme et 49 dollars pour le contrat de chaque travailleur (2) . En plus de la moiti du maigre salaire de la travailleuse ou du annuellement entre six huit millions de dollars la famille des Duvalier . Nous reproduisons un court extrait du dossier de P. Fertin publi en mai 1982 sous le titre Le sauve-qui-peut des paysans hatiens , Information Carabe , Pointe--Pitre : Dans le contrat sign du 14 octobre 1978, il est prcis que les officiels du gouvernement Duvalier reoivent 1 225 000 dollars pour l’organisation de l’embauche et la livraison la frontire des 15 000 braceros. L’ambassadeur d’Hati reoit 15 000 dollars par semaine pendant la dure de la zafra (rcolte de la canne), ainsi que 32 000 dollars par mois pour payer 75 inspecteurs et 15 superviseurs. aucune comptabilit de l’tat duvalirien . Les mouvements de migration dtects sur l’le ne se font pas sens unique. Les citoyens dominicains migrent aussi en Hati. Ils apprennent le crole et se fondent dans la population locale. Ils se marient ou vivent en concubinage part entire. L’tat de leur pays d’accueil ne les a jamais inquits. . Sans courir le risque de nous tromper, des signes avant-coureurs semblent indiquer que c’est par la Rpublique dominicaine que les anciennes puissances coloniales comptent se venger de la hardiesse politique commise par Hati en ouvrant les portes de la Libert aux Noirs de l’Amrique . Si les hostilits entre les deux voisins devaient tourner au vinaigre – nous ne le souhaitons vraiment pas – Hati serait la ville de Troie en face des grecs conduits par Agamemnon , Achille , Mnlas , Ulysse selon la lgende d’ Homre . Et encore les Troyens avaient les moyens de tenir tte, de rsister au sige de dix ans, avec un valeureux Hector au commandement de leur arme. Hati et la Rpublique Dominicaine doivent toujours viter la voie de la confrontation arme pour rgler leurs diffrends. Car comme dans l’ Iliade et l’ Odysse , il n’y aurait que des perdants des deux cts de la frontire. Les seuls gagnants dans cette affaire seraient les seigneurs plnipotentiaires de la politique mondialise et de l’ conomie globalise . Robert Lodimus _______________ 1.Sauveur Pierre tienne, Hati, la rpublique Dominicaine et cuba : tat, conomie et socit (1492-2009), ditions l’Harmattan, 2010. 2.Maurice Lemoine, Sucre Amer, ( ( ( propos. Des agences internationales rapportent avoir vu pas moins de 4 personnes sur un mme petit lit. Ensuite les policiers. Au moins eux le gouvernement a salu leur diligence. Ensuite les hros inconnus, c’est--dire ceux qui ont disparu dans la foule aussitt la besogne termine. Leur (beau) geste accompli. Ceux-l qui se sont ressaisis les premiers dans la masse s’enfuyant de toutes parts, prisonnire en outre des tles rouges qui dlimitent les travaux de reconstruction au Champ de Mars, ceux qui ont retrouv les premiers leur esprit dans la meute folle pour aider les plus faibles : enfants, personnes ges. Ceux qu’on a vu transporter pniblement sur leur dos des blesss depuis les lieux de l’accident jusqu’ l’Hpital Gnral, ou l’hpital Bernard Mevs, l’autre bout de la ville. Tous ceux-l, et notre pays n’a jamais manqu de ces tout naturellement aprs le sisme du 12 janvier 2010, mais qui disparaissent la minute d’aprs dans la foule anonyme, ce qui les rend encore plus grands Et il y en a eu trs probablement aussi le 17 fvrier. Malgr le toll assourdissant de critiques tort ou raison, parfois fondes, mais parfois aussi, passablement tires par les cheveux, comme si c’est la seule forme que doive prendre la critique anti-gouvernementale (dont la forme suprme c’est d’incendier les autobus de service public comme ce lundi encore prs de la facult des sciences humaines, l’Ave Christophe), oui comme si la critique ne peut pas prendre des formes si ce n’est positives mais mieux charpentes, constructives, en un mot essayons de temps autre de ne pas laisser le monde entier sur cette impression unique d’un pays habit par des cannibales et o le sens des valeurs, oui de l’hrosme : le plus grand, celui qui s’ignore, l’hrosme au quotidien, aurait disparu. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince apte se perptuer au pouvoir en investissant les maigres ressources disponibles dans la cooptation, la corruption, l’enrichissement personnel, en attendant de se faire virer au prochain dchouckage. La plus grande victime de ce dsordre est l’cole hatienne qui se trouve dans une indigence telle qu’elle ne peut offrir une formation de qualit aux Hatiens. Toutes les coles de formation technique, qui formaient les lectriciens, menuisiers, mcaniciens, soudeurs, plombiers, ont tout simplement ferm et remplaces avec la permission du ministre de l’ducation, par des boites prives offrant une formation de mauvaise qualit. On ne sait toujours pas de quelle cole proviennent ces lectriciens la vue du spectacle Par quel concours de recrutement ont-ils pu intgrer l’EDH. Toutes ces failles, toutes ces lacunes qui minent la formation socio-professionnelle et des innombrables a encore tu universits (prs de 260), projettent sur le march du travail par le concours de recrutement, mais sur la base de leurs accointances avec les parlementaires et les membres de divers gouvernements. hatien persiste dans son refus de prendre en main la formation socio-professionnelle et s’il continue d’abandonner la formation du jeune Hatien des coles-borlettes proposant un enseignement au rabais, produisant par exemple, ces Boss machoquette comme on les dsignait dans le temps; ces individus qui s’improvisent lectriciens et qui par leurs manuvres, mettent en pril la vie des Hatiens. La question de la formation des Hatiens doit tre un enjeu majeur durant les prochaines joutes lectorales. Le dveloppement d’un pays est li la qualit de son systme d’enseignement; aucun pays n’accde la modernit sans une ducation de qualit. dfaut d’une rforme de l’ducation qui dveloppe des filires qui rpondent aux ralits hatiennes du XXIe sicle, celle qui aiguise le sens critique et qui fait appel au raisonnement, etc, nous en sommes quitte pour longtemps subir les lucubrations de ces adeptes de la pense magique, qui trouvent toujours une cause surnaturelle tout phnomne naturel. Gesler Jean-Gilles

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Ak : Jean-Robert Placide Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj) Fantezi, se non Jan Mapou, ot pwezi Pwezigram nan, bay yon seri fm pwezi Sosyete Koukouy Miyami t’ap devlope nan ane 1980 1990 yo. Yon nan pwezi fantezi travay sosyete liter sa a pwodui, se yon tks Jan Mapou ekri ki part nan prefas liv pwezi P st (Josaphat Large, 1994). Nou jwenn yon vsyon tks la ki pi konpl, pami 3 lt fantezi Mapou ekri, ki part nan antoloji Mozayik (Woje E. Saven ak Drksl G. Woudsonn, 2007, nan p. 30). Anba youn lalin kristalin Sou tt youn kolin Sou wout lasalin Ap f dodin Sou sak farin youn machin. Katrin kouzin Karin Pitit-pitit Kawolin Ap koute Edwin K’ap jwe youn mandolin An lasisin siwolin (Jan mapou) Dapr Mapou, Fantezi se yon fm k’ap kadanse sou mo byen marinen ak mo k’ap sonnen chak fwa fraz pwetik la tonbe f loupin . Nan tks Mapou sa a, nou ka obsve sekans silab (in)-nan part plizy fwa nan fen fraz yo. Se yon fm estilistik yo rele an frans homotleute, nou ta rele omeyotelet an kreyl. Fm estilistik sa a, yon sl rim (in) nan, li sanble anpil ak asonans, epi yo rele li monorim tou oubyen laisse monorime . Nou ap siyale tou, powm fantezi a pa respekte koze kantite pye osnon silab, ni koze kalite rim yo, tankou nou ta ka jwenn li nan yon powm ki ap imite osnon ki respekte rgleman pwezi klasik franse. Sa nou remake ank, pwetik tks la ganize pou sekans silab (in) nan kontinye repete, ap f loupin anndan tout k tks la, tankou nan yon jwt eko son ( cho sonore ) rale mennen vini, (de fwa, yon fwa) antre soti, oubyen tou tankou yon esps rim anndan kou dey. Egzsis liter Mapou a sanble li gen fondas li nan oraliti a, kote nou ka jwenn plizy tks fantezi. Paregzanp, chante jwt timon, pwezi jwt ak non mon. Yon premye tks se ta Madan Timote ki konpoze avk repetisyon silab (te) Madan Timote, gwo tete, ale nan sinema varyete, li achte yon tas kafe, li tonbe grennen pete san rete . Yon lt ank se ta Serafen ki ft avk repetisyon silab (fen) oubyen presizeman avk son (en). Serafen pye fen ap f tenten, devan sakristen, pou vye moso pen . Yon dnye egzanp, se ta Anatl, avk sonans (l) la. Anatl monte sou yon tl, pou l’al keyi kowosl. Yon gp panyl bobo l’ nan dyl . Nan oralti kreyl, tout egzanp Fantezi nou jwenn yo, se jwt avk son, stadi asonans, eko son, monorim, epi yo devlope yon tematik lej, yon tematik fantezis. Fantezis sa vle di tm lej ekriven an ekri pou bon plezi li. Se menm jan an tou, nan literati kreyl la, Fantezi sipoze se jwt ak son osnon amizman ak yonn nan eleman ki konpoze langay la, pandan sanba a ap pale yon sij lej, pafwa avk kapris, san suiv okenn modl klasik etabli. Pwezi Mapou a ak jwt fonetik yo, avk omeyotelet ( homotleute) oubyen avk epif ( piphore) avk asonans ( assonance) , ak monorim ( monorime ), oubyen ak totogram ( tautogramme ) yo ki mete tks la kanpe, se yon egzanp ki kapab pmt nou w plizy teknik estetik repetisyon ki kab svi pou f fantezi. Ni nan literati kreyl, ni nan literati franse, fm estilistik sa yo, ki balanse selon fantezi powt la, Se nan sans sa a, Michel-Ange Hyppolite (2000), nan Istwa pwezi kreyl, p. 240, te ekri Youn fantezi se yon teknik pou dekore pwezi. Youn fantezi se siwo sou gato pwezi . Anplis, Michel-Ange Hyppolite f nou remake tou, tks ki pote non fantezi yo pa oblije tks pwezi ki kout. Sou yon baz fml, demach fantezis ki chapante tks la kapab onivo fonetik oubyen semantik. Paregzanp, Janjan Dezire (1994) jwe ni avk son, ni avk sans mo (tan) an, epi G. Castera (2007) jwe avk sans vb koupe ak vb kanpe. Tandiske, Christophe P. Charles (2007) jwe ak gwoup mo, nou ta kab di gwoup sentaksik, gwoup ritmik. Nou tonbe sou cham yon ti Fantezi dous Christophles (Christophe P. Charles) ekri, ki rele Sou tt bouch nan tt sous (Sikdj, 2007), ki part nan antoloji li a : 135 potes croles d’Hati (2011). Lakansyl ap bw dlo Nan tt sous Bont li chavire Bont lakansyl Chavire Nan tt sous Lakansyl bliye peny Nan tt sous Yon peny l Yon peny l Yon timon ranmase Nan tt sous Lakansyl ap bw dlo Nan tt sous Bont li chavire Lakansyl plonje Nan tt sous Li bo Lasirn Li bo Lasirn Sou tt bouch Nan tt sous Men, gen plis pase koze teknik ekriti a. Piske nou di se jwt, se amizman, se pou plezi, pakonsekan, tematik la se pa yon sij serye. Sanba a ka devlope tm li yo selon kapris li, osnon gendwa pa gen okenn sij enptan ditou. Nan pwezi fantezi yo, sanba a ka chwazi bay jwt fantezi ki ft ak eleman fonetik yo plis enptans pase sij li ap trete a. Pouday, si gen yon sij, se yon sij lej ki f pati sa nou ta ka rele pwezi lej, epi jwt fantezi ak teknik estetik fonetik yo (woulman fonetik yo) ak fm estilistik yo ( ), vin kore asp fantezis tks la. L nou ranmase de (2) agiman sa yo, nou kab di se pou de (2) rezon sa yo nou dak ak Mapou ki rele kalite tks sa yo pwezi Fantezi, (nou ta kab di pwezi pleziyis) : yon fm fantezis ak yon tematik fantezis. Lide jwt, amizman, pastan, kapris, plezantri, detant epi sij lej a, se sa ki lakz kalite pwezi kon sa yo pote non fantezi, men avk yon beml enptan. Fantezi se yon fm pwezi ki bati sou jwt pwetik plezan tankou asonans, eko son, omeyotelet, epif, monorim, totogram ak tout kalite jwt ak mo, epi ki devlope yon sij ki kapab lej osnon ki kapab gen yon fs ideyolojik. Si ni jwt lengwistik yo, stadi fm estetik fantezis ki domine chapant tks pwetik la, ni mesay la, stadi yon tematik fantezis avk oubyen san fs ideyolojik, yo mache ansanm anndan yon menm tks, al fm Fantezi a f dekabs. Nan oralti kreyl la, sanba, konpz, powt yo ak piblik la bay fm fantezis yo (ak tks Fantezi yo tou) yon fonksyon avk 2 tt. Toudab, yon fonksyon sosyal pleziyis. (Nan kanaval, nan madigra, nan bann rara, nan pys teyat, nou kab jwenn plizy egzanp fm fantezis ki f tout mon ri). Tematik lej yo devlope ak fm fantezis yo f mon griyen dan, pran plezi. Se yon fonksyon ( ludique ) ni pou konpz la, ni pou piblik la. Yon egzanp konpz fantezis ak tematik fantezis nan sans sa a, se Philipe Thoby-Marcelin. Dapre Pompilus, Philipe se yon powt fantezis paske li genyen des pomes drles et cocasses. (Histoire de la littrature hatienne, tome. 3, p. 144 .) Sepandan, anba anba fonksyon pleziyis la, gen yon fonksyon ideyolojik ki konn ap kouve tou. Se pa slman ri pou griyen dan. Ni fm fantezis popil yo, ni pwezi fantezi yo konn svi tou pou denonse yon sitiyasyon sosyal, pou chare Konsa, pwezi fantezi yo pa tlman inosan jan nou ta kapab panse li a. Se poutt sa nou panse Fantezi a gen 2 tt : gen fantezi pleziyis ak fantezi ideyolojik. Men de egzanp fantezi ideyolojik Jan Mapou ak Janjan konpoze apati fm estilistik totogram nan, men ki gen yon enptans politik. Ki l koulin koupe K’ap koupe kokoye Ka koupe kou Kolon kaliko koyo Kouyon kowonpi K’ap kche kraze kofre Kk kalite Karayib Kiskeya ? (Mapou Nan Woje E. Saven ak Drksl G. Woudsonn, Mozayik, 2007, nan p. 30). Koute kouman Karabin kaporal kakadyab Ki sou kontwl Kaligoula ap krache dife nan ktf Kanmarad konsekan Ki kl kou dlo kk nan kontinye Kwape lavi ksmb Koute ! Kote karabann (karabin) kamoken! (Janjan Dezire, Powm pou youn Ayiti tou nf, Miyami, 1994, nan p. 52) Epitou, gen sanba Carl Brouard (1963) ki gen yon tks li rele Fantaisie . Se yon egzanp fantezi ideyolojik kote sanba a pran plezi voye rgleman pwezi klasik frans a vouzan. Men li. La mer est pleine de voiles Quel arien gramophone Joue le disque monotone De la lune Sur la dune ? Ce vieil air Dans l’ther Me verse la sentimentalit En th. Un ajoupa, du pain, ton cur, Dsormais feront mon bonheur. Oh! La vie deux dans la joie. Horrible! Je deviens bourgeois Chaque fois que la lune Sur la dune Joue un vieil air Dans l’ther En th. ( Pages retrouves , 1963, p.16) Lide jwt, amizman, detant la konn gen plis enptans pase sij a. Konsa, fm fantezi a kapab part senpman apati lejte sij ki nan powm lan. Nou gen Castera (2007) ki ban nou Leson gram. Sanba a ban nou ekzanp fm pwezi fantezi a san li pa genyen ale-vini son ki marinen toupatou anndan tks la. Noumenm, powt, se tou nmal, L nou pa jwenn mo, Nou tete lang. Lan lang kreyl, Tout vb pa koupe, Men koupe Se vb kreyl Ki pi dous. Lalin f chive m’ pouse, Lapli mete m’ sou sa. Se tou nmal, Lakay mwen, Vb kanpe (Bow ! 2007, p. 11) Gen sanba, tankou paregzanp Lenous Suprice (Nounous) ki konpoze yon tks avk fm estetik imitasyon son a, epi li rele li Fantezi, (Pawoli, p. 63). B kote pa li, Janjan Dezire ekri plizy tks li rele Fantezi, kote li pa obeyi rg ki gen rap ak rim pwezi kreyl ki ap imite pwezi klasik franse. Dapr Jan Mapou, Janjan vini avk yon estil nf nan pwezi kreyl la : Youn fm rime ki marye menm son an depi nan premye fraz pwetik la rive jouk nan dnye a. (Jan Mapou, nan prefas Powm pou yon Ayiti tou nf, p. 9). Men yon egzanp: Fantezi nimewo 2. L tan Ki pa tan Make movetan Si ou pa pran oun ti tan Pou ou pare bon tan Anvan lontan W’ ap nan f tan Kite tan (Janjan Dezire, Powm pou youn Ayiti tou nf, 1994, p 25) Nou ka obsve tou, anvan egzsis ekriti Janjan an, plizy lt sanba te deja f esperyans ak fm tks kote menm Mapou (1981) limenm, nou jwenn dt powt, tankou Donald Assali, Chansons boula et autres pomes, 1978, ki ekri En-bas tonnelle , yon kapris pwezi fantezi an retounl ak son (e), kote sij a pa vrman serye. Mringue frapp Bouboute lv C tte col Tanbou roul Fem’ gouill Tout ngue gaill Bolro jou Toute moune dans C c col Coupe yo quit Bien eqcit ( Chansons boula et autres pomes , 1978) Kidonk, l nou di fantezi, nou w jwt liter, detant, pran plezi, amizman liter. Ki vle di, pa gen pwotokl, pa gen sij serye. Pawl yo balanse selon kapris sanba a. Tks powm nan se senpman yon amizman son pou kk konpz. Pou lt powt ak sanba menm, se kapab yon amizman lengwistik pou pase yon mesay fantezis osnon ideyolojik. Sepandan, slman itilize divs teknik repetisyon son yo, tankou monorim, nan yon pati nan tks la, pa kab bay yon tks elan pou li pote mak fabrik fm fantezi a. Men, yon sanba ka svi ak yon monorim espesyal, ki se yon bbl, pou f tks kreyl la gen yon tandans fantezis. Nou ap f menm remak la pou yon tks Frantz Kiki Wainwright (2003), ki bati sou fm pwezi a. An nou li : Si w’ te konnen Mwen te konnen Sa w’ pa konnen Ou ta chache konnen Pou ka konnen Men ou tlman konnen Ou se mounn ki konnen Li mal pou konnen Gen lt ki konnen Sa w’ pa konnen Kiki-(Tan malouk, 2003, p. 122) Dezymman, sij Kiki ak Janjan devlope yo, se sij serye ki gen yon pwofond moral. Plizy ladan yo konn gen plase yo nan Fantezi ideyolojik Km egzanp Fantezi (ideyolojik) toujou, men yon varyasyon ak son (en) oubyen ak mo (konnen) nou jwenn lakay 2 powt. Moriso Lewa, ak Janjan Dezire . Si monsey te konnen Si monsey te konnen Jan ayisyen renmen pen li ta f losti gwo kou pen ven grenn mon ki ta kominyen chak dimanch maten si pap te konnen jan ayisyen renmen kleren li ta mande Bondye f tout dlo tounen kleren paradi ta plen sen. (Moriso Lewa, Dyakout 2, p.67)

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE le 25 fvrier dernier. Daniel Supplice remplace Dr. Fritz Cinas, ambassadeur d’Hati en Rpublique dominicaine depuis dj une dizaine d’annes. L’ambassadeur Cinas avait t rappel le 20 Fvrier dernier, suite la pendaison sur une place publique de la ville de Santiago d’un jeune immigrant hatien, Henri Claude Jean, g de 23 ans, vnement qui a provoqu une marche de protestation en Hati et jet un certain froid entre les deux capitales. Le sociologue Daniel Supplice a occup le poste de Ministre des hatiens vivant l’tranger sous l’actuelle administration du prsident Michel Martelly. Ancien secrtaire d’tat aux Affaires sociales (sous le rgime de Jean Claude Duvalier), il a aussi t tour tour consul gnral d’Hati Tokyo, directeur gnral de l’immigration et sous-secrtaire d’tat au ministre de l’Intrieur. Dportation : Pour la troisime fois depuis le dbut de son mandat, le prsident dominicain Danilo Medina s’est prsent l’Assemble nationale de son pays, ce vendredi 27 fvrier 2015, pour accomplir son devoir constitutionnel de rendre des comptes au pouvoir lgislatif des ralisations de son gouvernement au cours de l’exercice 2014. Vendredi marquait aussi le 171me anniversaire de l’indpendance du territoire voisin. Le prsident Danilo Medina a averti que son gouvernement a choisi de ne pas prolonger le dlai accord plusieurs milliers d’immigrants hatiens sans papiers ainsi qu’ leurs descendants ns dans le pays, pour rgulariser leur statut. Rappelons que le gouvernement dominicain a entam mi-2014 un processus de rgularisation pour des milliers d’immigrants et leurs descendants aprs que la Cour constitutionnelle dominicaine eut dcid que les citoyens ns entre 1929 et 2007 de parents trangers sans permis de sjour, n’taient plus des Dominicains. UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti MINUSTAH NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati REQUEST FOR EXPRESSION OF INTEREST (EOI) For the Provision of Personal Protection Equipment . The Unite d Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) is seeking Expressions of Interest (EOI) from qualified companies wishing to be considered for inclusion in tenders for Provision of Personal Protection Equipment. Companies interested in participating in the planned solicitation process should forward their written Expression of Interest (EOI) to MINUSTAH by closing date set forth in this EOI, specifying the commodit y of interest. The Expression of interest may be submitted by Email, courier or facsimi le clearly marked with the inscription “Expression Of Interest” (EOI) –to MINUSTAH in Haiti to be received not later than 13 March 2015 at 4:00 PM, Haiti: The Chief Procurement Officer Procurement Section United Nations Stabilization Mission in Haiti (MIN USTAH) Logistic Base at Port -au-Prince Airport Boulevard Toussaint Louverture Clercine (A ct de la Direction Dpartementale de l’Ouest (DDO et Guy Malary) Port -au-Prince, Haiti E-mail: minustah-procurement@un.org and cc: laforestm@un.org The EOI must include the following information: Name of the Company Postal and physical address Phone number Fax number E-mail address Name and Title of the contact person Brief explanation on the background and experience of the company including clients’ references. A formal bidding process will follow this request for expression of interest. Please note that this notice does not constitute a solicitation. It should also be noted that MINUSTAH reserves the right to change or cancel this EOI. Thank you. UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission In Haiti MINUSTAH NATIONS UNIES Mission des Nations Unies Pour la Stabilisation en Hati REQUEST FOR EXPRESSION OF INTEREST (EOI #10812 ) For the SUPPLY and DELIVERY of GYM/FITNESS EQUIPMENT and CLEANING and JANITORIAL SUPPLIES. The United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) is seeking Expressions of Interest (EOI) from qualified companies wishing to be considered for inclusion in tenders for SUPPLY and DELIVERY of GYM/FITNESS EQUIPMENT and CLEANING and JANITORIAL SUPPLIES.(UNSPSC Code: 49200000 & 47130000) Companies interested in participating in the planned solicitation process should forward their written Expression of Interest (EOI) to MINUSTAH by closing date set forth in this EOI. The Expression of interest may be submitted by Email, courier or facsimile clearly marked with the inscription “Expression Of Interest” (EOI #10812) – SUPPLY and DELIVERY of GYM/FITNESS EQUIPMENT and CLEANING and JANITORIAL SUPPLIES. to MINUSTAH in Haiti to be received not later than 16 March 2015 at 16:00 PM, Haiti: The Chief Procurement Officer Procurement Section United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) Logistic Base at Port -au-Prince Airport Boulevard Toussaint Louverture Clerci ne (A ct de la Direction Dpartementale de l’Ouest (DDO et Guy Malary) Port -au-Prince, Haiti E-mail: minustah-procurement@un.org and/or, Nasson@un.org The EOI must include the following information: Name of the Company Postal and physical address Phone number Fax number E-mail address Name and Title of the contact person Brief explanation on the background and experience of the company including clients’ references. A formal bidding process will follow this request for expression of interest. Please note that this notice does not constitute a solicitation. It should also be noted that MINUSTAH reserves the right to change or cancel this EOI. Thank you.


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EYJ4SJD25_I3XTD2 INGEST_TIME 2015-04-14T18:23:04Z PACKAGE UF00098809_00652
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES