Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

mais pas de quoi pavoiser pourquoi ne pas Le Premier ministre Evans Paul visitant le centre de sant du Portail Logane desservant les quartiers populaires du sud de la capitale PORT-AU-PRINCE, 31 Janvier – Le carnaval national revient Port-au-Prince mais sans tambour ni trompettes. En effet, l’intention du gouvernement tait, dit-on, de l’organiser cette anne Jrmie (Grande Anse). Mais il faut de l’argent pour une telle dlocalisation. Aussi les 15, 16 et 17 fvrier, dans un peu plus de deux semaines, c’est au Champ de Mars, la grande place publique ( / p. 4) ( / p. 8) Gouvernement propose rduction de 15 gourdes rassure Hati La grve lance par les syndicats du transport en commun pour contraindre le gouvernement rduire les prix des produits ptroliers d’au moins 100 gourdes le gallon, est largement respecte, ce lundi 2 fvrier. russie ( ( ( Les artres de la capitale hatienne dsertes en cette premire journe de la grve du transport en commun ce lundi (J.J. Augustin) MEYER, 30 Janvier – Evans Paul mne le bal. Selon toute apparence. Le nouveau Premier ministre se fait fort de nous donner des lections honntes et avec la participation de toute la classe politique. Ensuite les moins coteuses, donc exigeant une PORT-AU-PRINCE, 28 Janvier – Dclaration du ncessaire de dcrter l’tat d’urgence conomique.’ Port-au-Prince, le 1er Fvrier 2015.Le Ministre de la Communication informe la population en gnral que le Gouvernement de la Rpublique a pris note de l’appel la ( / p. 6) ( JACMEL, 30 Janvier – Premier changement, le dossier de la gazoline est confi totalement au ministre de propagande gouvernementale qui n’mane plus de la Primature (bureau du Premier ministre), comme on nous y ( / p. 4) PORT-AU-PRINCE, 27 Janvier – Michel chat mawon ! En effet le prsident a le don de retomber sur ses deux pieds. Regardez-le dans son discours du mardi 27 janvier pour la remise d’une cinquantaine d’autobus scolaires. Participant au troisime sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communaut des Etats de l’Amrique Latine et de la Carabe(CELAC), le prsident hatien a donn, la face du monde, la garantie que les lections, non tenues depuis tantt Le Prsident Martelly participant au sommet de la Communaut des Etats de l’Amrique latine et des Carabes (CELAC) au Costa-Rica

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... P-au-P, 02 fvr. 2015 [AlterPresse] --Les activits gnrales sont paralyses, en diffrents points de la zone mtropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, aux premires heures de la matine du lundi 2 fvrier, premier jour d’un mouvement de grve lanc par une coalition de 25 syndicats de chauffeurs de transport public, observe l’agence en ligne AlterPresse. La plupart des circuits de transport en commun ne sont pas desservis. Des colires et coliers, qui tentaient d’atteindre leurs tablissements, ont d rebrousser chemin, faute de moyens de locomotion, y compris les motos-taxis. A diffrents endroits, les initiateurs de la grve sont mobiliss pour empcher les ventuels briseurs de grve de faire obstacle leur mouvement. lancs par des mains inconnues. Des vhicules privs circulent tout de mme ici et l. Mais les points centraux du transport en commun, du nord au sud et de l’est l’ouest Port-au-Prince destination et en provenance des villes de province sont dserts par les chauffeurs qui entendent respecter le mot d’ordre de grve des syndicats. Beaucoup ont pris la route pied pour essayer d’arriver sur leurs lieux de travail. Le mouvement de grve des transporteurs publics affecte toutes les branches d’activits, don l’administration publique, les coles, les services, le commerce ainsi que les organisations internationales. Les syndicats du transport maintiennent leur appel 2 journes de grve gnrale, les lundi 2 et mardi 3 fvrier, sur le territoire national, malgr la dcision du gouvernement d’abaisser de 15.00 gourdes (US $ 1.00 = 48.00 gourdes) le prix du gallon de la gazoline, de 10.00 gourdes les prix du gallon de diesel et de krosne (gaz blanc). Les syndicats rclament une rduction d’au moins 1.000 gourdes. envers Hati A Santo-Domingo, parmi les allgations de blanchiment d’argent portes par le Commissaire du gouvernement (Ministre public/MP) contre le snateur et ancien de 18,035,834.23 de pesos ( calculer au taux de RD$ 44.5 x 1), soit plus de 8 millions DIPRECALT reprsente par Bolivar Ventura Rodriguez, embauche par l’ OISOE Les reprsentants du Ministre Public, dirig par le procureur anti-corruption, Laura 2004-Aot 2010, ont t canaliss vers Ventura Rodriguez et Carlos Manuel Ozoria, du cercle de ses amis intimes et proches collaborateurs. Dans le souci d’acclrer le processus lectoral, le Premier ministre Evans Paul a procd, le lundi 26 janvier 2015, l’installation du ministre Jean Fritz Jean-Louis, charg des questions lectorales, conformment la vision du chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Michel Joseph Martelly. Dans son intervention, le chef du gouvernement s’est rjoui de la cration de cet instrument qui favorisera le respect, la validation et l’application de la loi lectorale devant permettre au CEP de raliser, cette anne, les lections municipales, lgislatives et prsidentielles. La ralisation d’lections transparentes, inclusives, honntes et dmocratiques se veut la traduction la plus juste de la vitalit de la dmocratie , a soulign le disponibilit bienveillante des diffrents serviteurs d’une cause commune runis au sein de son gouvernement et du Conseil lectoral provisoire (CEP) en vue d’une Pour sa part, le ministre dlgu auprs du Premier ministre, Jean Fritz Jean Louis, a reconnu, entre autres, que sa mission consiste faciliter le bon droulement du processus lectoral en jouant le rle de jonction entre le gouvernement, le CEP, les acteurs et partis politiques, le peuple hatien et la communaut internationale. En outre, soulign M. Jean-Louis, la population hatienne n’acceptera pas d’excuses en 2015 . Comme de coutume, le chef du gouvernement n’a pas manqu de rappeler les concepts d’engagement et de responsabilit qui demeurent, pour lui, les matresmots de la conjoncture historique de l’heure. Aussi, a-t-il solennellement enjoint ses collaborateurs du gouvernement ainsi que les conseillers lectoraux s’appliquer au travail, en ayant toujours comme boussoles la Constitution et les lois de la Rpublique. Direction de Communication de la Primature Le sisme de magnitude 4.3 enregistr au large des ctes d’Antigua le 11 mai dernier est “un avertissement que les Carabes devraient se prparer un tremblement de terre beaucoup plus grave venir, a expliqu un expert de premier plan, le sismologue Joan Latchman de l’Unit de recherche sismique Trinidad et Tobago, selon un document de Strategie Internationale de l’ONU pour la rduction des dsatres. Il a fait savoir que les les des Carabes se trouvent dans une zone d’activit sismique relativement leve et peuvent tre frappes par un tremblement de terre de 8,0 n’importe quel moment de la dure. Le mois dernier, les habitants de la carabes ont t encourags par la Commission ocanique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO, prendre trs au srieux la menace d’un tsunami dvastateur dans la rgion. Wendy Watson-Wright, Sous-directeur gnral de la COI-UNESCO a galement exhort les 40 millions d’habitants de la Carabe et ses 22 millions de touristes annuels prendre la menace d’un tsunami au srieux car il s’agit de savoir quand et non si” la rgion sera frappe par des vagues gantes provoques par les tremblements de terre et l’activit volcanique. Au moins 75 tsunamis ont t enregistrs dans les Carabes au cours des 500 dernires annes, plus de 3.500 dcs leur sont attribues, selon la COI-UNESCO. Il y a dans la rgion plusieurs segments de failles sous-marines et des caractristiques qui pourraient tre la source des tremblements de terre et des tsunamis. Le primtre de la plaque des Carabes est bord par pas moins de quatre grandes plaques tectoniques Amrique du Nord, Amrique du Sud, Nazca et Cocos. “Un tremblement de terre dans la partie nord de la Carabe pourrait gnrer des vagues atteignant jusqu’ 40 pieds (12,2 mtres) de haut et de menacer la vie de jusqu’ Hati en Marche Miami th ( / p. 14) ( Dans une interview parue dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel , l’Amricaine Louise Shelley, fondatrice et directrice de l’Institut pour le terrorisme, la criminalit internationale et la corruption l’Universit Georges Mason, en Virginie, parle des bases conomiques des groupes terroristes comme l’tat islamique, globalisation . Une attaque terroriste ne cote pas beaucoup, selon les estimations de Louise Shelley. Par exemple, l’attentat cot que 500.000 dollars. En revanche, ce qui ncessite beaucoup d’argent et une immense logistique, c’est l’entretien d’une organisation terroriste. Il faut satisfaire tous les combattants, s’occuper des familles des terroristes tus etc . Dans son ouvrage Dirty Entanglements paru en juillet 2014, Shelley soutient que la cration de tout groupe terroriste commence comme une entreprise, c’est--dire par une accumulation de capitaux. Dans le cas d’Al Qada a commenc avec la fortune d’Osama Ben Laden. En ce qui concerne l’tat islamique , l’auteur affirme qu’au dbut tirs de contrebandes de bas niveau, comme la vente illgale de cigarettes et la pornographie. Entre-temps, l’tat islamique finance en grande partie ses actions d’clat avec les recettes ptrolires Il gre de nombreuses affaires sordides, rvle Shelley. Les uvres d’art voles ne permettant pas de gagner de l’argent tout de suite, les terroristes prfrent se lancer dans les business ignobles mais qui rapportent de passeports, les enlvements de personnes et le commerce humain, l’coulement de portables, la vente illicite de cigarettes et prlve mme des taxes sur les ventes de produits. Les voies qu’emprunte leur commerce illgal sont normales. Ils utilisent simplement des relations commerciales traditionnelles pour de nouvelles affaires. Les relations entre l’Irak, la Syrie et la Turquie sont vieilles de plusieurs sicles. Historiquement, ces pays la question des journalistes, savoir s’il existe un lien entre les organisations terroristes leur dbut et la criminalit organise, cette experte du crime nuance son propos. Je ne dirais pas que les organisations terroristes sont lies la criminalit organise mais elles prennent part des activits criminelles , indique Shelley. Parfois les activits criminelles d’autres, ajoute-t-elle. Parfois elles les excutent elles-mmes. En pareil cas, les islamistes soudoient les fonctionnaires pour le succs assur de leurs oprations. L’tat islamique a principalement pris naissance dans les prisons irakiennes aprs l’invasion amricaine (en 2003), poursuit-elle. Ces endroits taient dcisifs pour les modalits des relations entre les terroristes et les membres du parti de Baas du rgime de Saddam Hussein, souvent composs de criminels . L’ide selon laquelle ce serait un tabou de pactiser avec des criminels ordinaires ne tient donc pas. Selon Shelley, les islamistes utilisent les bandits leurs repris de justice du personnel pour le djihad contre la promesse d’tre nettoys de leur pch . Une offre juge attractive pour les musulmans. Et c’est ainsi que dans l’tat islamique, on compte beaucoup de combattants au pass criminel. L’experte constate aussi que le groupe est gr comme une entreprise normale. Il dispose d’une comptabilit en bonne et due forme, avec des entres o sont soigneusement alignes les recettes tires de la contrebande de cigarettes et l’achat d’armes. La terreur est un commerce – une bonne. Parce que les terroristes pensent et agissent comme des hommes d’affaires, il leur est donc absolument ncessaire de venir bout des divers moyens lgaux existants et non pas seulement ce qui concerne le droit pnal. Elle compte ainsi sur la grande exprience des Allemands en matire de lgislation rgulire dans le domaine de l’conomie pour rduire les modles d’affaires des terroristes par des moyens lgaux. Qu’est devenu le terrorisme de la vieille cole, qui avait des buts plus froide, constate Shelley, il y a eu une grande transformation dans le terrorisme international. Mais mme les groupes comme l’IRA taient profondment impliqus dans des affaires criminelles et un certain moment de la dure taient plutt des criminels que des terroristes . Si vous faites et refaites des choses bien dtermines, la longue celles-ci deviennent courantes, banales et perdent leur puret idologique. Et si vous devez constamment vous procurer de l’argent pour vos oprations, a se tient un moment de la dure au centre de votre pense. Mais les anciennes alliances entre terreur et la criminalit organise sont diffrentes de celles d’aujourd’hui, croitelle quand mme. Elle prend en exemple de la criminalit transnationale. Elle tait devenue si puissante parce qu’elle utilise les structures de l’tat en Italie et l’a infiltr jusque dans les cercles gouvernementaux ; elle a grandi et est devenue riche avec l’tat. Il en a t de mme avec les Yakuza4 au Japon. Ils font partie du systme. C’est pourquoi ils n’ont pas attaqu l’tat comme les terroristes eux Le terrorisme, une entreprise qui rapporte gros 35,5 millions de personnes vivant dans les zones

PAGE 3

Page 3 L’ACTUALITE EN MARCHE Fm grve lanc par des syndicats et des partis politiques pour les lundi 2 et mardi 3 fvrier 2015, malgr la baisse des prix des et des Finances. Le Gouvernement de la Rpublique annonce la population que toutes les dispositions seront prises par la Police Nationale d’Hati pour garantir la scurit des vies et des biens et permettre tout un chacun de vaquer librement ses occupations. Le Gouvernement rappelle que suite des ngociations Les activits conomiques et le transport public sont perturbs pour la premire journe de grve des syndicats des transports. Le constat est pareil un peu partout travers le pays. Les activits, y compris l’cole, fonctionnent minima dans la rgion mtropolitaine de Port-au-Prince. Une situation qui n’est pas trop diffrente dans les provinces, selon des correspondants. Les moyens de transport en commun sont trs rares dans divers circuits. Sauf quelques vhicules privs et des chauffeurs de taxi-moto qui circulent dans des rues o la circulation est gnralement abondante. Dans la commune de Ption-Ville, des chauffeurs effectuant le trajet Ption-Ville/Fermathe et vice-versa, travaillaient tt dans la matine. On avait l’impression que tout allait bien. Mais au lever du soleil, ces derniers avaient aussi disparu, constate un reporter de HPN. Pour de nombreux observateurs, il y a longtemps depuis qu’un mot d’ordre de grve n’avait t aussi respect que celui-ci. ( ( ( Gouvernement propose rduction de 15 gourdes engages avec des syndicats sous le haut patronage du Prsident de la Rpublique, S.E.M. Michel Joseph Martelly; les prix la La Gazoline passe de 215 200 Gourdes Le Diesel (Gasoil) passe de 177 167 Gourdes Le Krosne passe de 171 161 Gourdes Le Ministre de la Communication, au nom du Gouvernement de la Rpublique, lance un appel au calme la population et invite une fois de plus tous les acteurs politiques concerns cultiver l’esprit de tolrance et de dialogue pour la sauvegarde des Valeurs Rpublicaines. 4 ans, auront lieu cette anne. Toutes les conditions devant conduire ces joutes lectorales sont dornavant runies, a laiss entendre Michel Martelly. lch le prsident hatien Michel Martelly dans un discours prononc, ce jeudi, par devant une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement participant au troisime sommet de la Caribens. Le chef de l’Etat hatien s’est dcern un satisfecit pour avoir initi un dialogue avec des partis de l’Opposition, qui a permis de dboucher sur un accord pour la mise en place d’un CEP et d’un gouvernement de consensus. Attirant l’attention des pays membres de la CELAC sur les turbulences politiques, les tentions qui caractrisent traditionnellement en Hati les priodes lectorales, Michel Martelly s’est rjoui d’avoir pass, sans coup frir, cette preuve. sont pour le moment derrire nous’’, s’est enorgueilli le chef de l’Etat. Concernant le gouvernement de consensus form, M. Martelly a fait l’loge de celui qui le dirige, Evans Paul, trait au conseil lectoral, le prsident hatien a prsent cette institution comme tant crdible. En outre, le chef de l’Etat hatien a indiqu que le mandat prsidentiel devra tre transmis son successeur d’ici le dbut de l’anne 2016. Le personnel politique sera renouvel, d’autres parlementaires prendront fonction, Michel Martelly a en substance mentionn que l’anne 2015 est cruciale pour l’avenir de la dmocratie en Hati. Notons que le troisime sommet de la CELAC tait centr sur le renforcement de l’unit latino-amricaine et caribenne face aux tentatives dstabilisatrices contre les gouvernements progressistes de la rgion. La rencontre a lieu au Costa Rica les 28 et 29 janvier. L’EVENEMENT Russite totale de la grve du transport en commun p.1 EDITORIAL GOUVERNANCE Etat d’urgence conomique ! p.1 ELECTIONS Le PM Evans Paul aura-t-il les moyens de sa politique ? p.1 POLITIQUE Martelly mne la danse p.1 DIPLOMATIE Martelly rassure la CELAC p.1 CULTURE Le carnaval revient la capitale mais quel prix p.1 NOTRE EPOQUE Le terrorisme, une entreprise qui rapporte gros p.2 EDUCATION Lettre ouverte du ministre aux parents d’lves p.5 REFLEXION Du devoir citoyen face un pays au bord du gouffre p.8 OUR ENGLISH VERSION US Ambassador calling One-Man Rule in Haiti Constitutionnal is Incorrect, Dangerous p.10 DEVELOPPEMENT L’exploitation agricole p.13 PATRIMWAN Akademisyen Pierre Michel Chery p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE pourquoi ne pas Si seulement l’on pouvait avoir la garantie (mais comment ?) que l’Etat hatien tiendrait sa parole d’une rvaluation constante des prix locaux par rapport aux tarifs a pas qu’au niveau international que nous sommes interpells, mais aussi et surtout en ce qui concerne notre principal fournisseur, le Venezuela. Ce dernier est lourdement tax par la baisse des cours de l’or noir et est en train de faire face lui aussi des ( avait habitu sous l’ex-premier ministre Laurent Lamothe. Est-ce que le nouveau chef du gouvernement, Evans Paul, a dlibrment choisi de laisser plus de libert aux Le ministre de l’Economie, Wilson Laleau (au centre photo Georges Dup) P-au-P, 26 janv. 2015 [AlterPresse] --Le nouveau Conseil lectoral provisoire (Cep) a pris l’engagement formel d’organiser des lections libres, honntes et dmocratiques dans le pays. Le prsident l’a mme jur , rapporte AlterPresse. Cet engagement a t pris, lors d’une rencontre avec le Conseil de scurit de l’Organisation des Nations Unies en Hati, le samedi 24 janvier 2015, l’occasion de la visite, en diffrents titulaires ministriels ? Dans la question de la rduction des prix du carburant la pompe rclame par les syndicats du transport en commun sinon les chauffeurs entreront en grve ds ce lundi 2 fvrier, les deux qui interviennent sont le ministre de l’conomie, Wilson Laleau, et son collgue de la communication, notre confrre Mr Laleau semble avoir pleine latitude. C’est lui qui discute avec les syndicats. Le gouvernement accepte de concder 15 gourdes sur le prix de la gazoline et 10 gourdes sur le diesel et le krosne. De leur ct, les transporteurs rclament jusqu’ 100 gourdes de rduction. Laleau fait alors jouer l’intrt pour ne pas dire la scurit nationale. Au-del, le budget public s’croule car la taxe sur l’essence en est un lment essentiel (oui l’essentiel est dans l’essence !). Le ministre se met alors promettre problmes conomiques qui peuvent l’amener changer les termes de son accord avec nous (Petrocaribe) si ce n’est dj fait. Le Venezuela peut tre amen nous livrer moins de ptrole. Dans ce cas nous pour nous procurer la diffrence. Est-ce que l’Etat n’a pas besoin d’une certaine disponibilit ou rserve spciale pour ne pas risquer de tomber dans les retards ou mme dfauts d’alimentation que nous avons connus autrefois ? Nous ne pouvons donc pas la dtermination des prix. Ensuite les distributeurs locaux. Les stations service. On n’a pas entendu leur voix dans ce dbat. Sont-ils servis ou desservis selon que montent ou descendent les prix la pompe ? Qui gagne, qui perd ? Le propritaire Lui aussi a affaire directement avec la clientle. Lui aussi dpend des possibilits de internationaux. Cela s’appelle la transparence et qui n’a jamais Ceci dit, deux points restent encore signaler. Il n’y tout ce que les gouvernants hatiens n’ont jamais respect ce que les prix sur le march international diminuent. Ici Laleau dit deux choses contradictoires. D’abord que la rduction du cot du baril, pass en quelques jours de 115 dollars environ 46 dollars, est passagre. Pas vrai car la croissance conomique internationale qui dtermine ce cot est plutt en rcession (Chine, Union europenne etc). Tandis que le Etats-Unis, qui aspirent devenir autonomes en matire nergtique (dans un premier temps), ne jouent pas en faveur d’une remonte des cours. Dans le mme temps notre grand argentier laisse esprer que les prix internationaux peuvent tomber plus bas. Ce qui n’est pas sr non plus. Les plus gros fournisseurs (l’Arabie Saoudite, les pays du Golfe) font en sorte d’alimenter bas que dans leur tat actuel. C’est donc beaucoup de monde qui est concern dans ce dossier. Aussi ne serait-ce pas le moment de l’ouvrir une fois pour toutes. L’Etat nous parle de son budget. Parlons en justement ! Combien gagne l’Etat, nous voulons dire la caisse publique, sur la vente de gazoline. Et quoi utilise-t-on ces revenus ? Petrocaribe, secret total. Motus et bouche cousue ! Le ministre fait constamment rfrence la subvention qui a permis de ne pas charger jusqu’ici la clientle sur les variations des cours internationaux ? Et qu’est-ce qui a permis l’Etat, de 2011 date, de maintenir cette subvention sans affecter le budget, comme il nous avertit avec tant d’alarme aujourd’hui. Et comment l’Etat a-t-il pu perdre cet avantage ? Quelle erreur a-t-il pu commettre ? Qui a obtenu les contrats C’est cela la transparence. Sans quoi, c’est du bluff. Hati en Marche, 30 Janvier 2015 Hati, d’une importante mission de 15 membres du Conseil, sous la houlette du Chili et des Etats-Unis. La cruciale question de scurit, au moment du droulement du scrutin, a t aborde par les conseillers lectoraux. Il y a eu des changes avec la mission technique du conseil de scurit, sur le support qu’elle peut apporter en matire de scurit, en renforcement de la police nationale lors des lections , indique la source AlterPresse. Selon une note de la prsidence, le prsident Joseph Michel Martelly se dit dtermin ce que les lections de 2015 soient russies, pour qu’il puisse transmettre le pouvoir En retard depuis 2011, ces lections devraient tre lectifs, sauf 10 au Snat. Une reunion d’changes a eu lieu, le 23 janvier 2015, entre le prsident Martelly, le premier ministre Evans Paul, le vice-prsident du Snat Andris Rich et des membres du ouveau cabinet ministriel, avec la dlgation onusienne. Michel Martelly a fait part de sa dtermination ne mnager aucun effort, en vue de rallier davantage le consensus de toutes les parties avec les institutions concernes et forger l’entente indispensable l’organisation d’lections crdibles, pour viter qu’Hati replonge dans l’instabilit , lit-on dans la note publie sur la page facebook du prsident. L’pineuse question de l’organisation des lections, en 2015, a t au centre du premier conseil des ministres du gouvernement, dirig par Evans Paul, le 23 janvier 2015. La question des lections est l’une des priorits de l’administration Martelly-Paul. En ce sens, nous voulons crer toutes les conditions pour qu’il y ait des lections libres, entrer dans les dtails, le ministre de la communication, En ce qui concerne la date de la tenue du scrutin, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement rappelle que c’est au conseil Aprs leur prestation de serment et leur installation, les conseillers lectoraux ont commenc, ce lundi 26 janvier 2015, s’approprier les locaux du Cep. Une runion de travail, entre les 9 conseillers, est prvue pour le mercredi 27 janvier 2015 , informe une source. Ce 26 janvier a eu lieu l’installation de Jean Fritz Jean-Louis, comme ministre dlgu auprs du premier ministre et charg des questions lectorales. Plusieurs conseillers lectoraux ont pris part la crmonie.

PAGE 5

Page 5 DE L’ACTUALITE Sauf que survient (curieusement pendant la visite la nomination des nouveaux Directeurs gnraux de l’Administration publique. Prsident. La Constitution donne au chef de l’Etat le privilge de nommer les Directeurs Gnraux de l’Administration ( rcuprer la souverainet du moins lectorale du pays ! Pendant que le Prsident Michel Martelly tient le mme discours devant les chefs d’Etat et de gouvernement de la CELAC (Communaut des Etats de l’Amrique latine et de la Carabe), le mercredi 28 janvier, Costa-Rica. Adressant aussi un coup de chapeau son nouveau Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Or pendant que, devant les chefs d’Etat et de gouvernement du continent, le Prsident s’enorgueillit de la formation avec des partis de l’opposition (Fusion, Inite etc) d’un gouvernement de consensus qu’il estime de nature contribuer nous sortir de la crise, voici que le palais national choisis tous parmi les plus souds au chef de l’Etat. L’intention est, de toute vidence, d’annuler le plus prcieuses. L’on se dirige ainsi inexorablement vers un gouvernement de Directeurs gnraux et o les Ministres, Et toutes les belles promesses d’honntet et d’indpendance de la machine lectorale formules par le Premier ministre Evans Paul concernant les pouvoirs publics (moyens matriels, mdiatiques, services juridiques etc) risquent donc de rester lettre morte. Hati en Marche, 30 Janvier 2015 publique. Le pouvoir Martelly ne s’en est jamais priv. Aussi retrouvonsnous dans cette nouvelle cuve les mmes patronymes faisant rfrence aux grands pontes du rgime Duvalier garde prtorienne du Prsident Martelly. Un gouvernement de Autrement dit, Michel Martelly donne d’une main ce qu’il retire aussitt de l’autre. Par consquent, l’accord de consensus qui a inspir l’actuel changement de gouvernement aurait d porter aussi sur le choix des Directeurs gnraux. Sinon c’est peine perdue. Un Directeur gnral proche du palais national est un petit pouvoir. Surtout en ces temps d’austrit oblige o le budget ministriel est rduit au maximum. Les relations en haut lieu d’un Directeur gnral sont donc des Ensuite une assistance financire garantie tous les partis politiques inscrits au processus. Entre autres, un temps d’antenne quitable sur les mdias d’Etat aux partis et leurs candidats (la radio et la tl nationales, quoique considres plutt jusqu’ici comme la chasse garde du pouvoir en place). Tout cela de nature renforcer la dmocratie parce que mieux desservie par le jeu des partis et des programmes, que par des individualits et les motions souleves auprs des masses (traduisez le populisme). D’autre part, le Premier dlgations internationales intresses aux lections hatiennes. Coup sur coup celles de l’Organisation des Etats amricains (OEA), de l’ONU, du Club de Madrid, etc. Le Premier ministre Evans Paul reoit le high staff de la mission onusienne, prsid par Sandra Honor, reprsentante du Secrtaire gnral Message: Sauvons l’anne scolaire , Au dbut de cette nouvelle anne 2015, nous prenons l’engagement d’changer avec la communaut ducative la majorit de nos coles publiques et prives en 2014 ont t, une fois de plus, catastrophiques. L’heure d’un vritable dbat sur l’chec scolaire de nos enfants est venue. Nous devons discuter des solutions durables qui prennent en compte diffrents pays. Le Permis d’enseigner, l’valuation et la formation de nos enseignants, le Fonds National d’Education sont plus qu’une urgence. L’avenir d’Hati se joue tous les jours dans nos salles de classe. L’ducation hatienne est gravement handicape aussi bien au plan de l’accs que de la qualit. C’est pour ces raisons que le Prsident de la rpublique, M. Joseph Michel Martelly, a fait de l’intervention dans ce secteur sa principale priorit et appuie directement les 12 mesures que nous avions ensemble annonces pour rformer et moderniser le systme ducatif. Un dbat serein sur la rforme ducative est ncessaire. Nous avions pu dmarrer l’anne scolaire ds le mois de septembre dernier, pour que les enfants passent plus de jours et d’heures dans les salles de classe. Il nous faut absolument garder le cap vers la russite scolaire. A travers le Programme de Scolarisation Universelle Nous nous rjouissons que des syndicats d’enseignants viennent de signer un accord avec le MENFP dans lequel ils s’engagent aider faire la promotion du Fonds National d’Education (FNE). C’est la solution durable aux problmes des enseignants, pour permettre au MENFP de quasiment doubler son budget. Entretemps, travers cet accord, le en salle de classe. Avec cet accord, nous avons aussi renouvel notre volont de poursuivre le renforcement des capacits institutionnelles des syndicats d’enseignants par des moyens lgaux et transparents. Ceci permettra aux syndicats d’enseignants, sans exception, d’tre mieux arms pour promouvoir les intrts de leurs membres par le plaidoyer, la formation, l’quipement de bureaux, le transport etc... Nous savons aussi que beaucoup de moyens investis par vous, parents, ou le Gouvernement, pour duquer nos enfants sont mal dpenss parce qu’ils n’ont aucun impact sur leur russite. Voici, rapidement, certaines des mesures pour Rorientation graduelle du PSUGO, vers les coles publiques ; cycle du fondamental et du secondaire au lieu des e AF, 9 e AF, Bac 1, Bac 2). Beaucoup d’autres pays ont adopt une telle mesure ; Elimination de location de vhicules pour les disponibles d’autres ministres et organismes de l’Etat ; Elimination des graduations, sauf en classe de Philo ; Port des uniformes de l’anne scolaire au moment Elimination des chques zombis des professeurs salle de classe. Chers parents , ces mesures peuvent tre diffremment apprcies par divers groupes d’intrts voire tre trs impopulaires auprs de certains. Mais, il y va de l’avenir de l’cole hatienne, il y va de la croissance de notre conomie, il y va du dveloppement de notre pays. Beaucoup ont peur de Nous avons besoin de votre appui pour mieux les expliquer, les ajuster, les amliorer s’il le faut, car il est de votre intrt tous comme parents. . En effet, certains de nos enfants des coles publiques viennent de perdre plus de 20 jours de classe durant le mois de janvier 2015. Il nous faudra mettre en place, un programme de soutien scolaire ou de rattrapage mobilisant des tudiants forms, mais, il est important que les classes reprennent ds ce lundi 2 fvrier 2015 . La majorit des syndicats a dj sign un vous ceux qui ne voulaient pas s’asseoir la mme table que retardent le dialogue pour l’amlioration des conditions de travail des enseignants. Chers parents , Impliquez-vous personnellement et rpondez prsents dans les runions de parents d’lves. Une fois de plus, n’oubliez pas que Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village Professeur Nesmy Manigat Ministre

PAGE 6

Page 6 MALAISE ECONOMIQUE CHRONIQUE ( Laleau ne nous cache pas que l’Etat hatien n’est plus en mesure de faire ses frais. Une telle dclaration est de nature jeter la panique dans tout autre pays que Hati. Et on ne sait pas si on en est Hati en Hati pour promouvoir Mais la question conomique est vraiment celle qui conditionne le tout. Sans un sou en caisse, comment calmer la rue, celleci multipliant chaque jour ses revendications qui dpassent de plus en plus le domaine politique proprement dit et touchent la chert de la vie et aux prix des produits de premire ncessit termes du deal ? Qu’il n’essaiera pas de dtourner les rsultats du scrutin ? Or le plus compliqu est que le Dpartement d’Etat n’est plus aujourd’hui le seul concern. dclaration ministrielle pour dbloquer quelques centaines de La grve des transporteurs en commun transforme les grandes avenues de Port-au-Prince en terrain de jeu (photo J.J. Augustin) Le PM Evans Paul reoit les dlgus du Club de Madrid, les ex-prsidents mexicain Felipe Calderon et chilien Jorge Kiroga l’adresse de Washington que de nous autres au pays, mais la rponse sera moins rapide que d’habitude parce que engageant beaucoup plus d’acteurs que d’habitude. Mais il n’y a pas que le gouvernement Martelly-Paul, il y a le peuple qui rue dans les brancards. Et celui-ci peut ne pas pouvoir attendre jusque l. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince et exceptionnellement aussi du carburant la pompe Et avec de plus en plus de foules dans les rues, aux quatre coins du pays, peut-on esprer que des lections puissent se passer normalement ? L’appel du ministre Laleau signifie que le pour voler son secours ? Qu’est-ce qui garantit qu’il va respecter les autres manifestations anti-gouvernementales. Washington n’ignore donc pas le problme voqu par le ministre Wilson Laleau Mais c’est du donnant donnant. Si les lections sont bien engages, cela fournirait un argument pour contrecarrer les manifestants. vraiment l’abri tant donn qu’on n’a pas attendu la dclaration de Mr Laleau pour savoir que nous sommes tous sur la paille. Mais voil dsormais au moins c’est Premire consquence, tout responsable, surtout dans le priv, sait qu’il ne doit pas se laisser dpasser par les vnements. C’est en ce sens que la dclaration du ministre peut faire irresponsable parce qu’un officiel ne peut se contenter d’ameuter la communaut sans proposer une porte de sortie. Qu’est-ce que les gouvernants hatiens ont l’intention de faire pour nous sortir de ce mauvais pas ? Mais secundo, c’est peut-tre une telle porte de sortie. Supposons que l’Etat se sait incomptent pour rsoudre le problme, la dclaration de Laleau devient alors un coup de sonde. A l’adresse de qui ? De qui de droit. Visitant rcemment le nouveau premier ministre Evans Paul, le responsable du bureau hatien au Dpartement d’Etat Cette mission de 48 heures sera conduite par l’ex-prsident mexicain, Felipe Calderon, et l’ex-prsident bolivien et vice-prsident du Club de Madrid, Jorge Kiroga, informe un communiqu. La dlgation du Club de Madrid se propose galement d’analyser avec ses interlocuteurs “les implications de la situation politique actuelle et de favoriser le dialogue politique et la recherche de consensus entre les parties, de la crise”. La conjoncture hatienne est marque par la prise de fonction rcente du nouveau premier ministre Evans Paul, la mise en place d’un nouveau cabinet ministriel et d’un nouveau Conseil lectoral provisoire (Cep), alors que le parlement est dysfonctionnel. Durant la visite des membres du Club de Madrid, des runions sont prvues avec le prsident Michel millions en faveur d’Hati. Parce que ce n’est pas le Dpartement d’Etat ni la Maison blanche, c’est le Congrs amricain qui vote les fonds de l’assistance trangre. Or le Congrs, dans ses deux chambres, est aujourd’hui sous domination Rpublicaine. Les Rpublicains sous aucun prtexte ne vont donner de l’argent l’administration Obama pour dpanner Martelly s’ils n’y voient pas aussi leur intrt. Il faudrait donc obtenir une visite au pays par une dlgation bipartite, c’est--dire avec des membres des deux partis, Dmocrate et Rpublicain. Et il faut convaincre les parlementaires Rpublicains qu’Hati n’est les Dmocrates parce que les prsidentielles amricaines elles aussi sont dj pratiquement engages entre les deux camps. Le message du ministre Wilson Laleau a beaucoup plus de chance d’tre du Conseil de scurit se sont entretenus avec le prsident Martelly, de hauts fonctionnaires du gouvernement hatien, et des reprsentants des organismes des Nations Unies. P-au-P, 02 fvr. 2015 [AlterPresse] --Les activits gnrales sont paralyses, en diffrents points de la zone mtropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, aux premires heures de la matine du lundi 2 fvrier, premier jour d’un mouvement de grve lanc par une coalition de 25 syndicats de chauffeurs de transport public, observe l’agence en ligne AlterPresse. La plupart des circuits de transport en commun ne sont pas desservis. Des colires et coliers, qui tentaient d’atteindre leurs tablissements, ont d rebrousser chemin, faute de moyens de locomotion, y compris les motos-taxis. A diffrents endroits, les initiateurs de la grve sont mobiliss pour empcher les ventuels briseurs de grve de faire obstacle leur mouvement. Des barricades de pneus usags enflamms sont signales. Des jets de pierres parfois lancs par des mains inconnues. Des vhicules privs circulent tout de mme ici et l. Mais les points centraux du transport en commun, du nord au sud et de l’est l’ouest Port-au-Prince destination et en provenance des villes de province sont dserts par les chauffeurs qui entendent respecter le mot d’ordre de grve des syndicats. Beaucoup ont pris la route pied pour essayer d’arriver sur leurs lieux de travail. Le mouvement de grve des transporteurs publics affecte toutes les branches d’activits, don l’administration publique, les coles, les services, le commerce ainsi que les organisations internationales. Les syndicats du transport maintiennent leur appel 2 journes de grve gnrale, les lundi 2 et mardi 3 fvrier, sur le territoire national, malgr la dcision du gouvernement d’abaisser de 15.00 gourdes (US $ 1.00 = 48.00 gourdes) le prix du gallon de la gazoline, de 10.00 gourdes les prix du gallon de diesel et de krosne (gaz blanc). Les syndicats rclament une rduction d’au moins 1.000 gourdes. P-au-P., 27 janv. 2015 [AlterPresse] --Le Club de Madrid effectue partir de ce 27 janvier une mission en transparentes et inclusives en 2015”. Lors de cette visite, le gouvernement hatien a demand au Conseil de scurit de surseoir aux dispositions de scurit dans le contexte de la tenue des prochaines lections. Martelly, son premier ministre, des dirigeants de plusieurs partis politiques d’opposition et des responsables d’institutions internationales en Hati. Cette mission succde celle d’une dlgation du Conseil de scurit de l’ONU qui a effectu un sjour en Hati

PAGE 7

Page 7 CRISE POLITIQUE ( boy’, qui parle la main sur le cur et a un mot gentil pour tout chacun. Fini le ton arrogant d’autrefois. Ni colrique de ces derniers mois. Aujourd’hui le prsident plane. Normal. Il s’est dbarrass de tous ses problmes. Ou presque. Il a survcu. Il dnonce, tenez-vous bien, la corruption, l’indiffrence des (Fusion, Inite et autres) Mais finie la dichotomie opposition modre, opposition radicale parce que vous avez dsormais entre les deux l’OPL, prise entre deux feux, qui accuse les partis nouvellement au pouvoir de vouloir le saboter et qui se fait tirer dessus en mme temps par les radicaux du Mopod et consorts Tandis que l’autre troisime voie, Fanmi Lavalas, continue de faire cavalier seul. Outre que les lections sont un carrefour oblig et que mme les jusqu’au-boutistes du Mopod ne peuvent se permettre le luxe de l’ignorer. Supposons que les dmarches actuelles soient srieuses et que l’on commence la mise en place pour des lections rellement honntes et surtout libres C’est la carte joue par l’OPL mais dsormais ce Participation de Michel Martelly au sommet de la CELAC, le 28 janvier, au Costa Rica classes dirigeantes. Oui, vous avez bien entendu. Oui, normal, parce qu’il s’est dbarrass de tous ses problmes les plus enquiquinants. O est la bande des six ? O est l’enquiquineur numro un ? Le terrible snateur du Nord, Mose Jean snateur Bien Aim ? Dire qu’il n’a rien fait pour les faire partir. Le prsident peut mme prtendre (et il ne s’en cache pas) d’avoir tout fait pour au contraire les retenir leur poste. C’est le secret du systme Martelly. Il ne vous touche pas. Vous tombez de vous-mmes. Ne sont-ce les snateurs euxmmes qui ont sabot la fameuse sance du dimanche 11 janvier qui leur aurait permis de prolonger leur mandat. Et pourtant Martelly trouve le moyen d’viter ce dont tout le de gouverner par dcrets. O est le tsunami politique tant redout ? Bon prince, Martelly que de ces ex-partis d’opposition passs aujourd’hui dans le gouvernement. Qui y gagne sinon encore Michel Martelly ? Tout doucement nous dbouchons sur un prsident qui peut prtendre bon droit tre au-dessus de la mle. Les lections c’est l’affaire du conseil lectoral provisoire, ce dernier compos en vertu d’une recette impose par l’opposition elle-mme (article 289 de la Constitution). Le combat politique non plus n’est plus son affaire, la lutte lectorale entre les partis suffit remplir l’actualit. Le gouvernement lui-mme n’est plus son affaire, avec un nouveau premier ministre, Evans Paul, qui n’hsite pas exposer sa propre personne au feu, c’est sa rputation. Mais la meilleure victoire, c’est d’avoir pu se dbarrasser sans vritable intervention personnelle d’un premier ministre (Laurent Lamothe) qui compliquait le jeu en se prsentant aux prsidentielles trois ans avant l’heure et qui de ce fait, attirait sur le pouvoir tous les coups tous les coups. annonce, contre toute attente, qu’il n’a aucunement l’intention de prendre des dcrets sauf celui pour convoquer les lections tant attendues. Voil ce qu’on appelle gagner sur les deux tableaux. L’adversaire disparat de lui-mme. Tandis que disparat aussi la peur nourrie votre gard. Cela fait quand mme du bien de se rveiller sans chaque jour avoir besoin de se demander quel nouveau tour vont vous jouer ces sacrs snateurs. Partis. Dysfonctionnels. Envols d’eux-mmes. Lors de son message ce mardi on cherche en vain les grosses poches sous les yeux, le prsident de toute vidence dort mieux. Il a de quoi en effet se fliciter. La classe politique est divise et un bon groupe l’a rejoint dans ce qu’il est convenu d’appeler gouvernement de consensus. Hier parmi les plus enrags, aujourd’hui nos amis de Fusion, de Inite et autres sont les premiers dfendre les ralisations du pouvoir. Fichez la paix au conseil lectoral, laissez le pays c’est surtout Martelly qui gagne au change. Pour quelques fauteuils ministriels de plus, vous avez l’opposition passe dans les rangs du gouvernement Par quel truc on ne sait, en tout cas une opposition aussi divise n’a rien pour faire peur au dtenteur du pouvoir. Diviser pour rgner. Martelly gagne haut la main. Reste bien entendu l’aile la plus enrage. Les Turneb, Assad Volcy, Thimote Rony, Biron Odig Or cette semaine c’est partout dans le pays que des manifestants gagnent les rues. Et on n’arrive plus distinguer les causes mises en avant tant elles sont nombreuses et diverses. Car il y a aussi des pro-gouvernementaux qui sortent leurs calicots, qui tournent leur bracelet rose au rouge, mcontents de n’avoir pas obtenu autant de macarons que esprs dans le dernier remaniement. Oui un vrai mascaron. Et dans lequel une chatte ne retrouverait pas ses petits. Alors qu’il faut laisser l’opposition vider ses propres querelles. Et c’est la meilleure forme de gouvernement qui soit. Martelly superstar ! Parce que la politique dans notre pays volue dans un contexte vide, sans responsabilit, une caisse de rsonnance mais qui rsonne creux. Par contre, si la politique politicienne laissait la place aux vrais problmes de la misre, du chmage, de la hausse des prix du carburant et des produits de premire ncessit et du renoncement la souverainet du pays etc, et que ce soit ces derniers qui cernaient de toutes parts nos dirigeants, eh bien nous nous trouverions tout simplement dire exactement le contraire que ce que vous venez d’entendre. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Les manifestations dsemparer) du Mopod ont trop fait cole. Plus on est de fous, plus on rit. Mais le seul qui mrite de rire c’est Martelly. Car en mme temps qu’elles sont plus nombreuses, c’est la banalisation du concept mme de manifestations 27January2015 Le Secrtariat Gnral de la Prsidence informe le public en gnral et la Presse en particulier que les nominations suivantes ; (nomination anticipe par un compatriote le jour mme de la rvocation) Le citoyen Michel Lapin, Directeur Gnral au Ministre de la Culture ; Le Citoyen Renold Telfort, Directeur Gnral au Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP); La citoyenne Marie Elise Brisson Gelin, Directeur Gnral au Ministre la Condition Fminine et aux Droits de la Femme ; La citoyenne Jacqueline Patricia Chantale Raymond, Civile (OFNAC); Le citoyen Edouard Valm, Directeur Gnral au Ministre des Hatiens vivant l’Etranger ; (GREH en chute libre) ; (bye, bye Harrison Ernest) Le citoyen Eustache Saint-Lot, Directeur Gnral du Bureau de Montisation des Programmes d’Aide au Dveloppement (BMPAP) ; (BMPAD) Le citoyen Julio Joseph, Directeur Gnral du Service Mtropolitain de Collecte de Rsidus Solides (SMCRS) ; Le citoyen Calvin Cadet, Directeur Gnral au Ministre de la Communication ; Le citoyen Fritz Gaillot, Directeur Gnral au Ministre des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC); Le citoyen Cyprien Jean Thomas, Directeur Gnral au Ministre de la Dfense.

PAGE 8

Page 8 ARTS & SPECTACLES La participation populaire, en priode de vaches grasses ou maigres, promet d’tre aussi massive voir les activits pr-carnavalesques qui font dj, hlas, des morts et nombre de blesss. mais pas de quoi pavoiser Personne n’est dupe des raisons que dissimule le De plus, le calendrier n’arrange rien. En effet chronique. Si svre que c’est la seule anne qu’on pourrait ne pas reprocher au prsident Michel Martelly de gaspiller l’argent public l’organisation de deux carnavals l’an tandis qu’il n’a pas tenu une seule lection depuis trois ans. Des lgislatives et municipales en attente depuis l’investiture de la nouvelle quipe en 2011. ( C’est quand les gens sont si pauvres et malheureux qu’un merveilleux spectacle peut leur faire oublier un instant leurs misres. Reste savoir si notre tat de dcrpitude n’est pas dj trop avanc pour pouvoir encore tre rattrap. S’il n’est pas dj trop tard ! dans, tanbou lou.’ Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince de la priode carnavalesque, si prise par une population majoritairement jeune prs de 80 pour cent, pour diffrer les problmes du moment. Mais cette anne le rpit n’aura dur pas plus de trois semaines. Jusqu’ prsent il n’y a pas encore eu les concours reines, de masques etc. L’opposition anti-gouvernementale n’aura donc pas patienter longtemps avant de recommencer marteler Martelly ! La gent fminine est si nombreuse et aguichante qu’il y a de quoi damner un saint. Les socio-dmographes leurs performances en arts martiaux, aujourd’hui ces dames ont la vedette tandis que l’homme semble rduit un simple rle de conducteur de vhicule pour dplacer rapidement leurs charmantes compagnes d’un point l’autre. Oui, cette anne le spectacle risque d’tre surtout dans la rue. Carnaval de Jacmel (photo Marcus/HENM) Point n’est besoin d’tre de l’opposition pour dnoncer les drives d’un gouvernement ou faire ressortir les anomalies qui causent du tort la socit, la qualit de citoyen le commande. De mme, il n’est pas raisonnable d’approuver, malgr l’vidence de leur chec, toutes les actions d’un maladresse, la probit le rprouve. Tout comme il est n’est pas convenable de taire certaines vrits un ami ou une amie qui est un poste de responsabilit, la morale le condamne. On n’aide pas prir celui ou celle qu’on affectionne. En outre, le poste de consultant ou de conseiller exige une dontologie professionnelle base sur la clairvoyance et l’objectivit, l’honntet l’exige. D’o on se positionne, l’thique impose, et le patriotisme doit prioriser l’intrt national sur les privilges particuliers. Il n’est un secret pour quiconque, tant en Hati qu’ l’tranger, que nous traversons une grave crise de socit. Les indicateurs conomiques ne rassurent pas et risquent d’empirer, vu la faiblesse de nos institutions, de nos moyens et notre dpendance vis--vis de l’extrieur, particulirement du Venezuela travers le programme Petro-Caribe. Pour les raisons que nous connaissons. D’o le danger d’une dgradation diffrents niveaux pouvant dboucher sur le territoire national d’une hcatombe cologique. A tous ces maux vient se greffer une instabilit politique qui risque de perturber la tranquillit des esprits et la paix des rues, dj si fragiles. C’est dire que le tableau n’est pas rjouissant. D’aucuns diront que la situation est prcaire et proccupante, contrairement ceux qui s’enferment dans leur bulle et voient tout en rose. A cent ans de la premire occupation d’Hati par les amricains, nous voil confront aux mmes drglements sociopolitiques qui nous ont valu cette humiliante intrusion. Les Seigneurs , une nouvelle fois, du haut de leur pidestal, veulent nous imposer leur volont, nous dicter leurs ordres que des vassaux sans scrupule s’empressent d’excuter sans mot dire. Jamais notre pays n’a t soumis une tutelle aussi oppressive, ni n’a connu les affres d’un tel affront. Rodrigue as-tu du cur ? Charlemagne Pralte, interpell dans les mmes circonstances ne manquerait Malheureusement de ces hommes d’exception le pays n’en produit presque plus. Ainsi, la dchance nous couvre de sa laideur. Ne dit-on pas , depuis des annes, que notre territoire est en proie l’apptence de puissances trangres l’afft de nos richesses souterraines? Mon Viel ami dcd, l’minent chercheur Daniel Mathurin ne nous avait-il pas mis en garde contre la convoitise de certains minerais rares dont notre territoire serait le seul dtenteur? C’est se demander quelle envisags sont la mesure des affronts subis, le repas promet d’tre gargantuesque. Tous table, sauf le peuple hatien. Selon certains observateurs, ces prdateurs entament dj, dans que la disgrce dont fut victime le prcdent gouvernement rsulte de la maladresse et de la gloutonnerie d’un de ces potentats trop prompt s’enrichir. Ses manuvres fourbes, prjudiciables une superpuissance hautement intresse l’aubaine d’un pays qui octroie, le plus souvent, ses richesses sans trop de contrle, auraient boulevers la donne. Face ces errements, ne serait-il pas temps de nous ressaisir ? De resserrer les rangs ? D’conomiser nos nergies et nos ressources ? dirigeants prte le flanc toutes sortes de critiques. Contrairement une attitude que l’on pourrait croire nave, certains y voient une politique pernicieuse, sciemment tablie dans le but de permettre aux tenants du pouvoir de mieux s’enrichir, comme il est de tradition dans notre pays. Cette perception n’est pas dpourvue de logique quand on constate l’inadquation des dpenses consenties dans un contexte de services d’un gouvernement d’une quarantaine de membres ? Tout citoyen responsable et de bonne foi devrait admettre que nous n’avons pas besoin, pour le moment, de cette d’un gouvernement provisoire dont la principale mission est la ralisation d’lections dans un proche avenir. Quand on sait que des pays dvelopps, qui disposent de moyens autrement plus importants que les ntres, fonctionnent avec une administration beaucoup plus restreinte, on comprendra de gteau ! Le bon sens voudrait qu’en ces temps de vaches maigres, les minces ressources conomiques dont dispose le pays soient rigoureusement gres, comme l’avait annonc le Premier Ministre nouvellement nomm. Paroles de politiciens, comme ils nous ont habitu. Le prcdent P.M n’tait pas non plus avare de promesses. Et pourtant, pareille disposition aurait aide trangre moins importante que d’habitude. Ce qui nous viterait de tendre notre sbile tous les comptoirs pour la ralisation d’un acte qui relve de la souverainet nationale. De plus, cela permettrait de jeter les bases de projets d’importance tel celui d’un complexe universitaire tant souhait par la gent estudiantine. Nos btises ont dpass les limites de nos frontires et les autres nations nous regardent avec circonspection et compassion. Nos voisins dominicains, par calcul prvisionnel, se trouvent, en dpit de leur aversion souvent manifeste, concerns au plus haut point par nos malheurs. Aussi implorentils la communaut internationale de voler au secours de ce pays en faillite qui risque, dans un proche avenir, de leur tomber compltement sur les bras. Selon des projections conomiques ralises par les instances gouvernementales dominicaines, il ressort qu’en 2030 la population de l’le passera d’environ vingt millions vingt cinq millions d’habitants. Paralllement, le revenu per capita dominicain augmentera de cinq mille douze mille dollars, alors que celui d’Hati passera de sept cent cinquante mille deux cent dollars, soit un rapport de 1 16. D’o la proccupation des autorits dominicaines face ce dsquilibre conomique qui risque de compromettre leur avenir. De notre ct nous stagnons dans un dilettantisme paralysant. Telle est, sans tre exhaustive, une liste de tares marasme et du carcan qui l’treint. Nous ne sommes pas tous coupables comme voudraient le faire croire ceux qui ont eu la charge de ce pays et ceux-l qui en assument actuellement la gouvernance. A chacun ses responsabilits. Plerin, janvier 2015, Robert Paretparetrobert@yahoo.fr

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 WHAT’S UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo — The Institute for Justice & Democracy in Haiti (IJDH) reacted to the statement by United States Ambassador to the United Nations Samantha Power that Haiti’s President Martelly’s rule by executive authority without a Parliament is “permitted by Haiti’s Constitution,” calling it “incorrect as a matter of fact, and dangerous as a foundation for policy.” UN Security Council’s January 23-25 mission to Haiti. Elections have not been held in Haiti for over three years, resulting in vacancies in every seat in Parliament except ten Senate seats, Haitian human rights groups denounced the unconstitutional installation of a government without Parliamentary approval. “Nothing in Haiti’s Constitution permits one-man rule. The Constitution did clearly require legislative elections in 2011 and 2014 that the government failed to hold, creating this unconstitutional void,” said Nicole Phillips, an IJDH Staff Attorney. Attorney Phillips warned that “a mischaracterization of such a fundamental fact could lead to dangerously uninformed policy. With the large roles played by the UN and United States in Haiti, there is a lot at stake.” The UN Security Council oversees the MINUSTAH Peacekeeping mission in Haiti, which will spend over $500 million this year. IJDH noted that Ambassador Power’s statement did acknowledge the potential dangers of unchecked presidential power, and urged “free, fair and inclusive elections, as soon as Mission of UN Security Council with Hatian President Michel Martelly BY JACQUELINE CHARLES The Miami Herald PORT-AU-PRINCE — With global crude prices falling and their biggest oil supplier — PetroCaribe — on life support amid Venezuela’s tough economic times, Caribbean leaders were scheduled to participate in closed talks last Monday in Washington with Vice President The summit came as both the United States and Trinidad and Tobago seek to help the Caribbean, where concerns are increasingly growing over the high cost of diesel-fueled electricity and the effect of Venezuela’s economic woes on the PetroCaribe deferred oil payment program. The arrangement allows regional governments to receive oil at a discount and invest the savings on social and infrastructure programs. In Jamaica, for instance, the savings is about $500 million a year and has helped the gone into rebuilding after the country’s devastating Jan. 12, 2010, earthquake, as well as the government’s free meals social program. For months, however, Venezuela has been cutting oil exports to some of its 13 companies have had to order additional fuel on the spot market. Haiti subsidizes its state-owned electricity company, EDH, to the tune of about $200 million a year. “It is a must for us to work on the energy sector,” said President Michel Martelly. “When you talk about attracting investors, when we are talking about energy, we cannot do this without energy. And it has been hard for us to change the system here.” Martelly conceded that energy is one area where he has not succeeded, and has acknowledged Haiti’s vulnerabilty given its dependence on PetroCaribe at a time when Venezuela “PetroCaribe is not dead, but it’s on life support; even Cuba has looked for alternatives beyond Venezuela,” said Eric Farnsworth, vice president of the Council of the Americas and AmericasSociety, which is co-hosting the energy summit. Farnsworth said the summit is a well-timed initiative and highly relevant initiative. their energy sources away from increasingly troubled Venezuela, while also working to improve competitiveness,” Farnsworth said. “All three of these goals could be addressed effectively by closer energy relations with the United States, particularly as the U.S. looks increasingly to export cleaner natural gas.” DAVID McFADDEN Associated Press PORT-AU-PRINCE, Haiti (AP) – It wasn’t until the 2010 earthquake devastated Haiti’s capital that many people even realized that dozens of the city’s grandest old buildings were still standing — its quirky and ornate “gingerbread houses” with their fancy latticework, turrets and spires. Amid the destruction, some Haitians realized time was running out to save the architectural gems, often hidden behind concrete walls, that had been steadily vanishing to bulldozers and cheap renovations as Port-au-Prince became a sprawling and overcrowded city. “It was when the concrete walls and structures crumbled all around them that you suddenly saw these gingerbread houses from the street,” says Lucie Couet, a French city planner Now, there’s an uphill race to save the graceful structures that, unlike the tens of thousands of modern concrete buildings leveled by the 7.0-magnitude quake, often emerged Since masonry and carpentry skills aren’t being passed down the generations as they used to be, the dozen young builders are being trained how to work with imported wood, ochre-colored bricks and lime mortar instead of contemporary concrete blocks and cement. “These old houses are works of Haitian art, not like the concrete block boxes that replaced them,” trainee Jean Lucknor Lefevre says while using a trowel to mix lime mortar in a wheelbarrow at one of two dilapidated gingerbread homes bought by FOKAL in hopes of restoring them into showpieces of cultural preservation. The group’s president, former Prime Minister Michele Pierre-Louis, says the roughly 200 gingerbreads still standing in Port-au-Prince are an important part of the national identity. While their restoration might be seen as inessential given the sheer scope of Haiti’s housing problems, she believes it is imperative to protect the troubled country’s architectural heritage. “You see there is a trend, a tendency to say since you are poor, it’s like you don’t says Pierre-Louis, whose group is getting support from the New York-based World Monuments Fund and the Walloon Heritage Institute in Belgium. The hurdles are many. Unlike in many countries in the developed world, Haiti has no government subsidies for restoring privately owned, historic buildings. And as the price of real estate soars amid quake reconstruction, owners of land with gingerbread homes are being enticed by offers from Still, some families say they are determined to safeguard their treasured properties for future generations, and FOKAL is providing technical assistance to homeowners who have At her grand two-story gingerbread home, where a wide porch serves as a local school for aspiring dancers, 98-year-old Vivianne Gauthier says she remembers when the streets were “Even though the maintenance is very expensive, I would never allow this place to she has lived since 1918. “Haitians need to know our past.” Perhaps the best known example is the Hotel Oloffson, a 19th century mansion that serves as a key setting for Graham Greene’s “The Comedians,” a novel about Haiti under dictator Francois “Papa Doc” Duvalier. The effort to reclaim gingerbread homes actually emerged just before the 2010 quake. biennial watch list of 100 endangered historical sites, along with old churches in Eastern Europe and the historic center of Buenos Aires, Argentina. Norma Barbacci, the fund’s regional director, says some of the international “Restoring existing houses in well-established neighborhoods, even if it means dividing them into multi-family dwellings, is more sustainable and environmentally correct than building new concrete houses in remote areas requiring long commutes and where nobody wants to live,” she says. possible.” But IJDH Executive Director Brian Concannon cautioned that “the pressure those words placed on Haiti’s Executive branch was undermined by the statement’s failure to place The UN and the United States government have been criticized in Haiti and abroad for offering blind support to President Martelly. Although the causes of the crisis are complex, most observers agree that President Martelly’s establishment of a series of electoral councils an important role. Attorney Phillips added that “Haiti’s political crisis was generated by a failure to comply with the Constitution. If the international community wants to contribute to a solution to the crisis, it should criticize illegal practices, not endorse them.” For more information about the legal issues surrounding Haiti’s political crisis, see IJDH’s .

PAGE 11

Page 11 PETITES ANNONCES Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince comptemment runi au Palais de Justice de cette Ville a rendu en audience publique en ses attributions civiles de divorce le jugement par dfaut entre le sieur Jean Rodrigue ORISMA et de la dame Karine BAROULETTE dont le dispositif est aussi libell. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs avoir dlibr au voeu de la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public, accueille l’action du demandeur, le sieur Jean Rodrigue ORISMA en la forme; maintient le dfaut faute de comparaitre l’audience du Vendredi Onze Avril deux mille quatorze contre la dame ne Karine BAROULETTE; ADMET le divorce dudit sieur Jean Rodrigue ORISMA d’avec son pouse pour injures graves et publiques; faits prvus l’article 217 du Code Civil Hatien; prononce la dissolution des liens l’Etat Civil de la Commune de Port-au-Prince Section Est de transcrire sur les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers; compense les dpens du prsent jugement. Rendu de nous, Gerty Lon ALEXIS, Juge au Tribunal de Premire Instance du ressort de Port-au-Prince, en audience civile, publique et ordinaire du vendredi trente et un Janvier deux mille quatorze, en prsence du Substitut du Commissaire du Gouvernement Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement excution; en seront lgalement requis. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs en avoir dlibr au voeu de la loi et aprs en avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable l’action de la requrante, accueille l’action intente en divorce par la dame Marleine MONDESIR contre son poux le sieur Jean Bichara POLYNICE en la forme et maintient le dfaut dj octroy contre le dfendeur l’audience du jeudi 03 Avril 2014 03 heures 10 minutes de l’aprs-midi; ce, pour n’avoir pas t rabattu. Aux termes de l’article 287 du code de procdure civil Luc D. HECTOR. Admet le divorce des poux sus-parls pour incompatibilit de caractres et pour injures graves et publiques envers son poux au voeu de l’article 217 du code civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger l’acte de divorce des poux prcits. Commet l’huissier Mikerlange PIERRE raison de la qualit des parties. Donn de nous, Me. Nerva VILMONT, Juge-Droyen prs le Tribunal de Premire Instance de Miragone en audience publiques et civiles de divorce en date du jeudi 03 Avril 2014 03 heures 20 minutes de l’aprs-midi; An 211me de l’Indpendance, en prsence de Me. Renord REGIS, AV. Substitut du Commissaire du Gouvernement prs le Parquet du Tribunal de Premire Instance de Miragone, avec l’assistance de Me. Arismon Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement seront lgalement requis. En foi de quoi, la minute du prsent jugement est signe du juge, le Commissaire Le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministres Public; maintient le action. Admet en consquence le divorce de la dame Marie Yolande CIVIL d’avec son poux Yves CHARLEMAGNE, pour injures graves et publiques. Prononce la dissolution des liens Commune de Pointe--Raquette de transcrire dans les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet; compense les dpens. Commet Ainsi jug et prononc par nous, Gerty Lon ALEXIS, Juge en audience civile et publique en date VINGT Juin deux mille quatorze, en prsence de Me. Sheila Monsanto BAZILE Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec l’assistance du IL EST ORDONNE ETC EN FOI DE QUOI . ETC Lormeau MAXAU IL est port la connaissance du public qu’un jugement en date du dix neuf (19) a t rendu par le Tribunal de Premire Instance de la Croix-des-Bouquets en faveur du sieur Jean Robert GERMAIN contre son pouse, Carline DESVAREUX, dont le dispositif est PAR CES MOTIFS, sur les conclusions du Ministre Public, le Tribunal maintient le dfaut requis et octroy la barre contre la partie dfenderesse; admet le divorce des poux Jean Robert GERMAIN avec la dame Carline DESVAREUX, prononce en consquence la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux pour injures graves et publiques de l’Etat Civil de la Croix-des-Bouquets de transcrire de transcrit dans les registres ce destines le dispositif du prsent jugement; ordonne la dame Jean Robert GERMAIN de du prsent jugement. AINSI JUGE ET PRONONCE PAR NOUS, Me. Sully L. GESMA, Juge l’audience civile de divorce, ordinaire et publique du Lundi dix neuf Janvier deux mille quinze (2015), Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement seront lgalement requis. Me. Nelfrand NELSON, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient dite action. Admet en consquence le divorce du sieur VANES VICSAMA, d’avec son pouse ne FRANCINE CHARLES pour injures graves et publiques aux torts de l’pouse. Prononce l’Etat Civil de la section Est, Port-au-Prince, de transcrire dans les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet; commet l’huissier AINSI JUGE ET PRONONCE PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience ordinaire et publique du jeudi dix-huit Dcembre deux mille quatorze, en prsence de Me. MIRLANDE DUPICHE PREVOST, Substitut du Commissaire de ce ressort, avec Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. En foi de quoi etc .. POUR EXPEDITION CONFORME COLLATIONNEE Me. Jean PRIME, Av. PAR CES MOTIFS, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, fonde la dite action. Admet en consquence le divorce du sieur Jean Marc CLERMONT d’avec son pouse ne Ysmaelise DESROSIERS, pour injures graves et publiques et aux torts de l’pouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits dans les registres ce destines le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la Capitale sous peine de dommages intrts envers les jugement, compense les dpens. Ainsi jug et prononc par nous, Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile, ordinaire et publique du dix Mai deux mille Treize, en prsence de Me. Ronald PIERRE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec l’assistance du IL est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement seront lgalement requis. Dispositif du jugement de divorce des poux Jean Ronel Jean-Nol, la femme ne Marie Rosenie Fontus, rendu par le Tribunal de Premire Instance le 5 Dcembre 2014. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment la loi et sur les conclusions conformes du Ministre Public accueille l’action en divorce intente par la dame Jean Ronel Jean-Nol, ne Marie Rosenie Fontus, pour tre rgulire en la forme, en se dclarant comptent, maintient le dfaut accord l’audience du Vingt et un (21) Novembre deux mille quatorze contre le sieur Jean Ronel Jean-Nol pour dfaut de comparaitre et quant au fond, admet et prononce la dissolution des liens matrimoniaux existants entre le sieur Jean Ronel Jean-Nol et la dame Marie Rosenie Fontus pour injures graves et publiques; ordonne qu’un extrait du dit jugement soit la diligence de la requrante, transcrit sur les registres les formalits lgales auront t remplies. Compense les dpens en raison de la qualit des prsent jugement. Ainsi jug et prononc par nous, Me. Widner THEANO, juge en audience publique et civile en ses attributions de divorce, ce Vendredi Civnq (5) Dcembre deux mille quatorze, Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. Pour expdition conforme collationne. Me. Louisjeune LOUIS, Avocat.

PAGE 12

Page 12 DEVANT LA LOI Au terme de sa visite, le Conseil de Scurit des Nations-Unies en Hati a exhort les autorits hatiennes prendre des dispositions en vue d’organiser rapidement des lections inclusives et transparentes dans le pays. La Reprsentante permanente des Etats Unis auprs des Nations Unies, Samantha Power, a exprim sa dception du fait que malgr les efforts dploys, le Parlement n’ait pas pu fonctionner. Elle encourage l’Etat prendre les dispositions pour garantir la continuit des institutions. Nous encourageons le prsident sortir le pays de l’impasse en facilitant l’organisation d’lections transparentes , a-t-elle dclar. Par ailleurs, elle a fait savoir qu’Hati a fait des progrs dans les domaines de l’ducation et la sant, le ramassage de dbris et la relocalisation des personnes dplaces suite au sisme. Des efforts qui doivent tre prservs, a-t-elle laiss entendre. Le Conseil de scurit va rester extrmement vigilant sur les vnements en Hati, et nous encourageons toutes les parties mettre en place un plan, avoir une feuille de route pour les lections qui devront se tenir ds que possible , a-t-elle indiqu. ( )

PAGE 13

Page 13 HAITI QUEL DEVELOPPEMENT ? Cela fait maintenant cinq bonnes semaines que j’ai entrepris de parler du sminaire-atelier sur organis par le MINISTRE DU CO MM ER C E ET DE L’ INDUSTRIE (MCI), l’htel Kinam, les lundi 15 et mardi 16 dcembre 2014 (voir HEM, Vol. 28 # 50, 51, 52 et Vol. 29 # 01 et 02), et ment tourn autour du pot. Je vais donc commencer accomplir la promesse que j’ai faite la semaine dernire de voir quelles actions concrtes ont dj t mises en uvre dans le cadre Promouvoir la cration d’emplois salaris ; Promouvoir la production nationale et le dveloppement des chaines de valeurs ; Former et accompagner 20.000 micro-entrepreneurs ; Fournir un encadrement technique et un soutien formaliser leurs activits (patente, CIP, NIF) ; Aider les MPME du secteur productif mettre leurs produits aux normes et intgrer le contrle de programme Aba Grangou ; Les 26 et 27 janvier, le MARNDR et l’ambassade du Brsil, en collaboration avec l’IICA (Institut Interamricain de Coopration dans l’Agriculture) invitaient l’atelier de prsentation d’une tude suivie d’une proposition de projet pilote d’achats locaux dans Etude pour la promotion d’actions de renforcement de l’agriculture familiale, de la scurit alimentaire et nutritionnelle dans les Nippes ; (6) le font. Aujourd’hui il existe, en dehors des tats, des rseaux globaliss et c’est pourquoi les organisations criminelles et les terroristes peuvent beaucoup plus facilement agir en dehors des structures tatiques et de manire globale , soutient Shelley. Parlant des liens entre le terrorisme et la criminalit organise, Shelley pointe du doigt les rgions o ils Dans sa rencontre avec le gouvernement allemand, elle a repre o voluent des dizaines d’organisations criminelles transnationales. Elles sont trs actives cause de la richesse de son sous-sol en matires premires . On ne peut pas dire que le capitalisme globalis corrompt le terrorisme car, dit elle, des groupes, comme l’tat islamique, sont plutt issus d’une tradition commerciale du Moyen-Orient et non celle du capitalisme industriel. C’est pourquoi, ne dtenant pas les techniques de transformation industrielle, il s’adonnent la vente du ptrole et d’autres matires premires ou marchandises pour financer leurs oprations. Il n’empche qu’ils sont les profiteurs de la globalisation car ils utilisent les possibilits de la globalisation pour gagner de l’argent. Pour le transfert de l’argent, ils utilisent le Hawala consistant transfrer de l’argent d’un point l’autre via des pas seulement organise par des groupes criminels. Dj dans l’Irak de Saddam Hussein, les membres de son parti Baas y participaient et certains continuent encore aujourd’hui avec ce sale ngoce. Il s’agit d’une troite imbrication de terroristes, d’organisations criminelles, de criminels dans les appareils Quant la criminalit cyberntique, l’tat islamique n’en a pas besoin, estime Shelley, l’argent du ptrole lui en vrais professionnels la technologie informatique, l’internet et les rseaux sociaux pour son travail de relations publiques. Ce faisant, les terroristes nouent, de surcrot, des contacts au niveau mondial, changent leurs expriences, s’apprennent les uns des autres. Louise Shelley, qui a eu une rencontre de travail Le terrorisme, une entreprise qui rapporte gros avec le gouvernement allemand, rappelle que l’Allemagne a longtemps constitu un refuge idal pour les groupes terroristes. L’tat islamique (Daesh) recrute en Allemagne des centaines de volontaires pour soutenir la terreur. Une partie des millions qui ont t dtourns dans les banques afghanes est pass par l’Allemagne. L’hrone avec laquelle les talibans font leur beurre provient aussi d’Allemagne . Pour toutes ces raisons, elle pense que le problme de la criminalit internationale et le terrorisme transnational concerne ce pays au premier chef. Huguette Hrard Der Spiegel No 2 du 5 janvier 2015. Interview mene par Markus Dettmer et Jrg Schindler. Livre paru en juillet 2014, ISBN : 9781107689305 L’ Irish Republican Army dsigne plusieurs factions paramilitaires irlandaises qui utilisent la violence en vue d’obtenir l’indpendance de l’Irlande, ainsi que la rintgration de l’Irlande du Nord l’Irlande du Sud. 4 Trs vieille, la mafia japonaise compterait actuellement plus de 85 000 membres. qualit dans la gestion de leurs activits ; et aux marchs en particulier celui du PROGRAMME NATIONAL DE CANTINE SCOLAIRE (PNCS). Je vais m’arrter quelque peu sur ce dernier objectif qui me ramne trois ans en arrire. C’est, en effet, en janvier Mache Peyizan (voir HEM Vol. 25 # 51 du 11-17/01/2012) qui avait entre autres objectifs de moderniser les mthodes de com mercialisation des produits agricoles Mais c’est comme si, l’poque, il y avait quelque chose dans l’air. En effet un mois plus tard je faisais tat d’un certain nombre d’vnements o j’tais partie prenante (voir HEM Vol. 26 # 4 du 15-21/02/2012) Le 24 janvier, le secrtariat de la Premire Dame facilitant l’accs aux marchs et il a t beaucoup question de ce programme d’achats locaux qui semble nous tre venu du Brsil, le Brsil de Lula, et on a souvent mentionn le PROGRAMME NATIONAL DE CANTINE SCOLAIRE (PNCS) comme un client potentiel. Entre temps, pas mal d’eau a coul sous les ponts ; le programme PIA est achev et on attend encore de voir une ventuelle relance ; on ne sait pas trop ce qu’il en est aujourd’hui du programme Aba Grangou ; quant l’ UNIT DE FACILITATION DES ACHATS LOCAUX dont il avait t question lors de l’atelier du MARNDR, je n’en ai plus entendu parler . Il est que cela soit fait dans un cadre institutionnel qui assure la prennit des interventions. Bernard Ethart Miami, le 2 fvrier 2015 71.515 entreprises, produits), infrieurs 50.000 gourdes. Face cette situation, considre comme insoute nable, le PSME se veut une initiative multi-sectorielle devant neurs Formation Appui technique Accs au crdit Accs aux marchs de la politique d’appui au dveloppement des petites et moyennes entreprises (PME). Et nous commencerons avec le PROGRA MM E DE SOUTIEN AUX MICRO-ENTREPRISES (PSME). Parmi les documents distribus aux participants, je retiens en premier lieu un dpliant prpar par le CENTRE DE DVELOPPEMENT DE L’ ENTRE P RISE ET DE L’ ENTRE P RENARIAT (CDEE) du MCI consacr au PSME. Une mise en contexte reprend quelques donnes chiffres obtenues grce au recensement des Sur un total de Le 27 janvier, le PROGRAMME D’ INTENSIFI C ATION AGRICOLE DE LA VALLE DE L’ARTIBONITE (PIA) invitait la restitution d’une tude ralise par le consortium CECI-SOCODEVIPrsentation des ralisations et perspectives pour la commercialisation du riz et des produits maraichers. Dans tous les cas il tait question d’encourager la production agricole en La balance n’est plus symbole de pouvoir, comme aux beaux jours des spculateurs, mais de transactions transparentes ( Le prsident Martelly a pour sa part promis d’organiser les lections dans le plus bref dlai. Il s’est dit dtermin poursuivre le dialogue avec les acteurs pour favoriser un climat favorable de bonnes lections. A noter que durant cette visite, les 15 membres du les Etats Unis, la France, la Jordanie, la Lituanie, la Malaisie, la Nouvelle Zlande, le Nigeria, le Royaume-Uni, le Tchad, la Russie, le Venezuela ont rencontr diffrents reprsentants des autorits nationales et ont visit plusieurs projets recevant l’appui de la MINUSTAH et des Nations Unies Port-auPrince et aux Cap-Haitien. ( Lors d’une confrence de presse bilan relatif aux avances des ngociations avec les syndicats enseignants, le qu’un addendum aux accords entre le MENFP et les syndicats d’enseignants sera sign, ce vendredi 30 janvier, en vue d’une solution la crise qui paralyse le fonctionnement de certaines coles publiques du pays. Le document de 11 points, d’aprs le ministre Manigat, a t labor dans le souci de parvenir la satisfaction des revendications des enseignants du secteur public et permettre une reprise sans dlai des cours dans les tablissements scolaires en grve. Acclrer les discussions avec les instances concernes soins de sant de qualit, fait partie du 1er point du document. Dans ce document, les parties s’engagent reprendre le dialogue au niveau de la Commission de suivi de pratiques d’application de chaque point de l’accord ; b) poursuivre les ngociations sur tout sujet qui est ou sera jug ncessaire. Notons que le Comit ad hoc de suivi des changes avec les syndicats enseignants est compos de six membres. Un reprsentant de l’UNESCO, M. Paul Gomis, membre ; un reprsentant du Bureau international du travail (BIT), Julien Magnat ; un reprsentant de l’Association des parents d’lves, Leo Lutholu, membre ; un reprsentant du regroupement du secteur de l’ducation, COSPE, Marc Anthony Alix, Coordonnateur et deux cadres du MENFP rpondant aux noms de Laurenel Louis et Franck Georges Wilbert. HPN des enseignants

PAGE 14

Page 14 Le snateur Andris Rich, qui tait le vice prsident du Snat et qui assurait l’intrim au Grand Corps depuis le dpart de l’ex-prsident Dieuseul Simon Desras, a t lu, jeudi, pour occuper le poste de prsident. Sur les 7 snateurs prsents la sance, incluant Andris Rich, il a t lu avec cinq (5) voix pour, une voix contre et une abstention, a appris HPN. Le vote s’est droul lors d’une rencontre qui s’est tenue au Snat de la Rpublique. Sur les 10 snateurs restants, 8 snateurs sur 10 ont pris part la rencontre. Mais le snateur Jocelerme Privert a quitt la salle avant le vote. Donc seulement 7 ont vot. Le snateur Jan Baptiste Bien Aim a vot contre, et le snateur Annick Francois Joseph, du mme parti politique que Andris Rich, OPL, a fait abstention lors du vote. Le nouveau bureau est compos de Andris Rich, prsident; Steven Irvenson Benoit, secrtaire; Fritz Carlos Lebon, questeur. HPN le Programme des Nations unies pour le dveloppement (PNUD). Le gouvernement hatien promet de mettre ce fonds la disposition du Conseil lectoral provisoire (CEP) pour organiser des lections crdibles, dmocratiques, honntes et participatives dans le pays. Si toutes les instances du gouvernement doivent travailler en synergie pour la russite des lections, les ministres issus des partis politiques ne pourront pas utiliser les ressources de par le ministre de la Communication. Les reprsentants des partis politiques au sein du gouvernement sont des serviteurs de l’Etat, ils travaillent pour le pays et non pour leurs secteurs, d’aprs une dclaration du Premier ministre rapporte par le porte-parole du gouvernement. Le gouvernement va lancer une campagne de sensibilisation pour encourager une participation massive de la population lors des prochaines lections, a annonc le ministre de la Communication. Le budget des lections sera rvis en fonction de la loi lectorale et du calendrier lectoral, lit-on dans une note de la Primature. Par ailleurs, le gouvernement va travailler avec le Conseil Suprieur de la Police Nationale (CSPN) pour prendre des mesures visant combattre le phnomne d’inscurit qui svit dans le pays. HPN Deux personnes ont t tues par balles et 16 autres blesses l’arme blanche, selon un bilan communiqu lundi, HPN, par le porte-parole adjoint de la PNH, Garry Desrosiers, dans le cadre de la deuxime journe des festivits pr-carnavalesques. de la THN, en face du Rex Thtre, au Champ de Mars. La deuxime victime dont l’identit reste inconnue, a t tue, alors qu’elle regagnait sa Environ 1500 policiers ont t mobiliss durant cette deuxime journe de festivits prcarnavalesques qui s’est droule dans la rgion mtropolitaine. du carnaval. Le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) informe le public en gnral et la communaut ducative en particulier que, suite aux ngociations entames avec les syndicats autour des revendications des enseignants, un accord a t conclu, ce vendredi 30 janvier 2015, entre le MENFP et des syndicats enseignants en vue de la reprise immdiate des cours dans les coles publiques. Il s’agit d’un visant la satisfaction des revendications des enseignants du secteur le paiement des 6 000 enseignants nomms par le MENFP. 2500 seront margs sur le budget de l’Etat compter du mois de fvrier. Mais leurs chques seront dlivrs, partir du mois de mars. Le reste sera pris en compte un rythme de 500 au moins par mois jusqu’ puisement ; LES JEUX DE BERNARD Solutions de la semaine pass eABDALLAH FOUTAISE EH#ACE#B WES###BE EMPOCHER RIO###AG KERRY#TE INEDITES Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD OVALES AVALES AVARES AVERES AMERES AMENES AMENEE SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeSTUPEURCHOIES BRASER E Y E O N M DSolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BER NARD Allez de CHOIES, BRASER, en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant qu’une lettre par ligne.Mots MlsTrouvez 89 traits de caractre commencant par une lettre entre A et F dans le carr ci-dessus E M R E F C E T S I O G E C X U E R E C U O D L C N U L D F B N H F O U I N A R D Y A V E R T I E T D A X R X R O R F A T N A E N I A F H N S I B S R F N I P E R C U U U A R M A V A R E X C F S I F F T E I E S R X U A E X O N I D O R F L E E U E I L Q N I E S I C I C O F T U F T S E F T G I R T R E A T E U R D S F R C E B A T E X A M L C N P E T E S N U C O I E E E N E I N C R A C U S A I I O B E T A G I N G A M E B R O T E T O D L N E Q T C X R N N L E C O M T U X E A P C F U R L E F A I U I A A U I O L C C I I R C O D U X D F X I E U B H T E Q L C S E I M F C R N E O O F C E I I P Q R X I C I A U X E I Q T R E O O S U C F D H U G T E U E I A M B I E D U U L A U T N S U I M E N E C N A X E U T N A M I A R E A N E U O I T L R C M Y O A E L P D X C R E A T I F C C F A D F D E H E A I O R C N P A U T E M O T N A L L I E V N E I B X O T G E C F N M N R I E U Q I T A M G I N E T A F P C R U B E I P O E S E A L G A M U S A N T T N C E L U E T U S D U D I T I N R E T C E R I D D S A C N O L V E X A E I M X T N F N T A C O U R T O I S U E R T A U E L L I S A A N O A O S T E E G N U T I E R A I R Q H B E C F T E S E C R D I T L U I X R A I G T V T O A F E M I N I N T T F R R D E U O B A P L I E E X C C U R I E U X N V N T E O O R N D V M A L Q U L E U Q I L O B A I D G I E A T G S A T E E A A U R B E A U P A R L E U R P U E C L A A E V I R D N E D I P U C A U D A C I E U X E U E H R N D A F C T F R O I D C O N S C I E N C I E U X D B D T T B ctires. Les petites vagues pourraient atteindre la Floride, le golfe du Mexique et dans une certaine mesure, le nord du New Jersey “, selon l’American Geophysical Union (AGU). Les risques de tsunamis dans les Carabes orientales sont galement en augmentation en raison des activits d’un volcan sous-marin Kick’ em Jenny au sud des Iles Grenadines qui volue de manire progressive, selon le Caribbean Disaster Emergency Management Agency (CDEMA). Dans une mise en garde, l’agence dit considrer que la probabilit que Kick’ em Jenny d’alerte au tsunami en vue de tester le systme que le COI est en train de mettre sur place pour renforcer les dfenses rgionales de lutte contre les catastrophes. de magnitude 7,6 sur l’chelle de Richter et situ au large de la cte des les Vierges amricaines. Le secrtaire technique du Groupe inter-gouvernemental de coordination / Carabes systmes d’alerte prcoce (CARIBE-EWS), Bernardo Aliaga Rossel, a dclar qu’un long chemin a dj t parcouru en cinq ans. “Il y a galement un soutien politique pour le centre d’alerte prcoce, en particulier Porto Rico et aux les Vierges amricaines. Le prsident Barack Obama a fait savoir que la mise en place de ce systme Porto-Rico devrait contribuer protger les intrts des Etats Unis dans les Carabes. Le gouverneur de la Porto-Rico a galement engag 6 millions de dollars amricains dans territoires d’outre-mer des pays europens ont mme incit les donateurs. Les pays et territoires qui ont particip la premire pleine chelle exercice d’alerte aux Bahamas, Barbade, Belize, Brsil, Canada, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique, Rpublique Dominicaine, France (Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Guyane), Grenade, Guatemala, Guyana, Hati, Honduras, Jamaque, Mexique, Pays-Bas (Bonaire, et Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent et les Grenadines, Suriname, Trinit-et-Tobago, Royaume-Uni (Anguilla, les Vierges britanniques, Bermudes, les Camans, Montserrat, Turks et Caicos), les Etats-Unis et le Venezuela. P-au-P, 30 janv. 2015 [AlterPresse] --Une commission compose de tous les acteurs concerns par le processus lectoral sera cre au moment de la mise en branle de la machine lectorale, annonce le premier ministre Evans Paul. du processus , explique Paul lors d’un entretien avec le reprsentant spcial de l’Organisation des Etats amricains (Oea), Frdric Bolduc, autour de la situation gnrale du pays, le jeudi 29 janvier 2015. La cration du ministre charg des questions lectorales, une nouvelle structure, constituerait, selon le premier ministre, une preuve de la volont inbranlable de son gouvernement de faciliter le travail du Conseil lectoral provisoire (Cep) sur le plan comme prvu. Par ailleurs, le premier ministre estime le contexte trop fragile pour essayer de toucher la Loi-mre. On peut toujours valuer la possibilit de parvenir un amendement, mais il revient la 50 e lgislature de se pencher sur une telle problmatique , dit-il par rapport la question de la rforme constitutionnelle. Evans Paul a galement eu une rencontre avec la reprsentante du secrtaire gnral de l’Organisation des Nations unies, Sandra Honor autour de la scurit, entre autres, le jeudi 29 janvier 2015, la primature, indique une note du bureau de communication de cette institution. Cette rencontre portait aussi sur les actions de la Mission des Nations Unies en Hati (Minustah) dans le pays, dans les domaines de la stabilit politique, de l’appui au systme judiciaire, de l’Etat de droit et de l’appui aux lections. De son ct, Sandra Honor dit souhaiter une harmonisation et une troite collaboration entre l’excutif et les dix snateurs de la Rpublique. Par rapport aux prochaines joutes lectorales, la Minustah promet d’appuyer le Cep dans le processus lectoral en mettant des fonds sa disposition, indique la note. pour tous les postes lectifs, sauf 10 au Snat. Le Conseil de scurit de l’Organisation des Nations Unies (Onu) a encourag la ralisation des lections dans le meilleur dlai

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou # 53 ak #54 Apre konvsasyon avk mt ajans la, Mt Bolo retounen nan kan an. L li pre rive kan an, li tande koral la k ap chante. Nan tt li, mt la di mwen renmen mizik sa a. Pou ki se pa mizik sa yo ak mizik la, wch-wch a retounen nan opal yo, nan yon kreyl ki gen sant mawon repanti. L Fk nou remt peyi a avk Jezi. Kris pou Ayiti, Ayiti pou kris. f pp Ayisyen f tenten. Si chf te di f twa jou jn pou tranblemant pa ft nan peyi a, tout moun nan peyi pral f twa jou ak jenou yo at, se chf ki di sa ! Men si yon save di yo nou an danje, chf yo ap reponn Bondye p ap kite sa ft, li renmen pp Ayisyen twp, pp la ap kw chf li. Se pou sa pp Ayisyen gen chf, pou li ka f tenten l chf bezwen. ap sanble kadav al lage nan tout pwent kafou. Gen yon epidemi boule kadav nan lari ki pran moun Ptoprens, moun pa ka sipte sant kadav ank. Resp Diyite Moun (RDM), yon ONG mande pou leta Idantifye kadav yo anvan y al jete yo. Chf yo reponn pou ki rezon ? Yo mouri deja. Chak fanmi, ki gen yon moun li pa jwenn, antre nan yon kous kouri pou yo jwenn kadav kinan yo anvan trakt gouvnman an aji. Kamyon gouvnman an ap pase ranmase kadav li jwenn mennen al jete Titanyen. Menm kote mt la tande nouvl la li kouri monte sou sit la al chache konnen kisa pou l f. L mt la rive, li pa jwenn okenn mt kay sou sit la, se lokat ak fanmi viktim yo ki la, epi, raket ak demolis k ap chache. Yon lt demolis vin tcheke mt la. Mwen ka jwenn moun ou yo mt la! Kouman sa ? Konbyen kb pou m ba w ? W ap bay Pa gen pwoblm, Mt. Demolis a f dezdtan ap enspekte sit la san li pa f yon kout pikwa ni yon kout mas. Apre sa, li vin sou mt la, li mande touche. Kouman sa ? Mt la f yon semenn l ap bay demolis lajan pou granmesi. Pa gen youn ki resi jwenn yon kadav. L li rive nan kan an, li rakonte Polinis ak Jonas ki sa l ap viv ak demolis. Elv yo tonbe ri mt la. Tout manm rezo a t ap pase vin touche nan ks mt la. Zanj pa f revolisyon, zanj pa viv sou lat. Chom, ki nan liy, pa bezwen travay pou yo jwenn manje sinistre, se pou sa pa gen direkt ONG ki ta renmen moun remake si svo yo ap travay. Pou liy yo avanse byen, san twou vid, san grate tt, gen de kalite chom ki pou swe nan tire dra lamiz a, moun ki pral chache kb, moun k ap tann kb la vini. Chache a se yon travay, tann nan se yon lt ! Elv yo di mt la y ap regle sa pou li. Mesye sti nan kan an, yo pran lari pou yo, y al chache demolis ki ka ede mt la. Yo kite nouvl pou moun y ap chache a. Yo pase de jou ap tann demolis. Pandan tan sa a, mot machin gouvnman an resi derape. Radyo gouvnman an ap konte kantite kadav kamyon gouvnman an ap pote al jete nan fs Titanyen. Pito se travay ranmase kadav b lari slman gouvnman an te jwenn pou li f, tlman yo f pwen nan travay la. Patizan gouvnman an ap monte desann ak bl mayo, yo pran lari pou yo f tout moun w gouvnman an bout k, ni batri kwizin, ni tablo, ni ekstr achiv, ni jijman. Tout se debri. Li tw ta pou fmalite. Macheprese lakay tout fanmi ki gen moun anba dekonm, gen lt paran ki gentan bay gouvnman an legen, li mt f sa li vle ak kadav fanmi yo, yo pa gen mwayen pou yo peye demolis. Mt Bolo dekrete lapmanans sou sit la, l ap veye si trakt gouvnman an ap rive anvan demolis yo. Mt la pase twa jou konsa, l ap veye sit. Finalman, etan mt la ap pare soly b sit la, li remake yon batayon jenn gason, byen deside, ap monte nan direksyon li kanpe a. Youn ap voye koupl, lt yo ap chante refren. Epi youn Mt Bolo, men moun ki ka f travay ou bezwen an Konbyen sa ap koute L chf batayon an reponn Mt Bolo, mouche met de men nan tt, tlman yo mande ch. Se pa menm ti raket yo ki t ap f l depanse pou granmesi yo. Nan ki lekl mesye yo te pase ki ba yo dwa f yo vin f a? Ng yo ranmase tout kalite enfmasyon ki ka itil yo, nan ki pozisyon ajans la te ye ? Ki koul rad ki te sou moun, inifm ki lekl, elatriye ap chache petwl, ng yo ap f twou pou yo desann nan blk beton, y ap chache endis ki pou mennen gen yon kwk nan pwent li. Se liv Miryam yo. Yo tou pre. Od kadav yo ap monte nt. Demolis yo ap mete mas nan beton, jouk yo rive nan nivo ajans la. Youn nan demolis yo panche tt anba, yon timoun, nan pozisyon dnye js lanmou. Yo jwenn k yo, se rad Madan Bolo, se inifm timoun nan. Yo voye yon kd bay demolis ki nan twou a, li glise jouk li rive nan k yo, li pase de kd nan k yo, apre sa, li mande rale. Yo rale. De k yo nan fon, yo nan pozisyon pou yo ta rale yo monte, de k yo p ap ka pase nan twou a ansanm, fk yo kase beton toujou. Ng yo simen pikwa sou bout beton pou de k yo jwenn pasaj. Epi yo rale de k yo, ak sak liv la met dey. Lt paran ki t ap swiv Kisa n ap f ak k yo ? Pa gen mg k ap pran yo. N ap tann kamyon vin chache yo ? Se madanm ak pitit Mt Bolo nou sot rale la a. Nou pral f antman yo. Ki Mt Bolo ? Se li sa ki Mt Bolo a ? Non pwofes a rive kote li pa t ap tann. Y ap repase lavi Mt Bolo. Ng ki t ap mande pou gen yon lt kalite lekl nan peyi a. Ng k ap mande pou Ayisyen aprann rezoud pwoblm yo. Mt Bolo ki te vle pou Ayisyen depase mvy 1804 la. Ng ki te vle pou ti Ayisyen renmen Boukmann nan. Chak moun jwenn yon istwa pou li rakonte nan sa li tande sou Mt Bolo. L Mt la ale pou l Se kounye a nou konprann, malerezman se konsa nou ka di w msi pou travay ou. Se sa ou t ap mande pou lekl montre nou f, nou sot eseye f la a. Se sa ou te konn di yo ki klere entlijans Pa gen mg k ap pran k yo. Moun ki te la yo chache fy planch, yo siye, yo klouwe, yo f yon sky. Yo chache bewm, yo benyen k yo ak dezenfektan, yo vlope yo nan tapi. Apre sa, yo depoze yo nan sky la. Sis jenn gason, chaje sky la sou zepl yo. Epi yo pran chante Wangl o w ale. Mt Bolo ak Polinis pran tt ktej la, yo pral antere Madan Bolo ak Jant Bolo. Sis jenn lavi senp, sans dous Mt Bolo te chwazi a. Sa mande solanite, sa mande diyite. Firanmezi ktj la ap vanse, vwa moun k ap chante yo al rale moun soti vin gade. Vin gade Madan Bolo ki prale nan dnye kay li. Youn pa youn, elv ki te rekont Mt Bolo yo ap gwosi foul la. Se menm af pou sila yo ki te konn tande non Mt la slman. L yo rive devan kan an, Mt la mande ske gen espas pou tout moun ki nan lantman an. Sa ki antre ap antre, sa ki pa kapab ap ret dey. Epi yo deside antre ak k yo. Moun nan kan yo, sanble nan korid kote y ap pase ak k a. L yo rive nan limit teren an, kote yo pral fouye tou pou yo met Nou gendwa di lapriy nou vle pou Jant ak Miryam paske se s nou, se pitit nou, pitit yon li ye a, psonn pa gendwa sal non zanst nou la a, psonn pa gendwa sal non Bwa Kayiman, ni Sesil Fantima sou sky madanm mwen ak pitit mwen. Moun ki pran reskonsablite sal non Boukmann ak Desalin, fk li konnen se nan zantray mwen l ap foure men li, m ap koresponn avk li jouk youn nan nou bay t a.. Anpil moun ta kontan w nou toujou ajenou, men se moun nou ye, diyite nou mande nou pou nou mache dwat, seremoni n ap f la a se rezilta jef yon mari ak yon papa pou li swen diyite Madanm li ak pitit li. Se pa yon viktwa pou moun ki sove, se yon viktwa sou bat ba, se yon viktwa sou ajenou. Sa mande nou, depi jodi a pou nou goumen pou nou retire k nou kote nou ye la a. Youn nan kondisip Madan Bolo yo salye memwa li, yon lt timoun resite yon powm pou Miryam. Koral la chante kk chante konsolasyon pou tout moun ki te la yo. Yo met sky la nan t. Tout moun separe. Epi mt la al tann kil yo pral ouv lekl. tande predikat a k ap wchwch. L ansyen elv li yo w l, yo vin kote l. Youn nan yo ranje bouch li tankou yon animat radyo, li Mt, apre tranbleman de t a, ou pa kw vre se pou nou remt peyi a avk Jezi ? Mt Bolo ranmase tout min nan figi l pou li montre ansyen elv li yo li sezi. Mt Bolo di li pa konprann. Elv la repete kesyon an menm jan Se kreyl ou pale a mwen pa konprann. Li gen sant mawon repanti. Non Mt la, nou pa lekl ank, ou pa gen pou ap vin kouri dy nou ank pou presizyon. Se pa yon egzamen n ap pase. Se nan lavi reyl la nou ye ? N ap pase yon egzamen ansanm nan lavi reyl la. Lekl t ap prepare nou pou egzamen sa a, tout Ayisyen ap pran ansanm. Bay kesyon an jan pou w bay li, epi m ap reponn. Mt, apre tranblemant a, ou pa kw vre se pou nou remt peyi a bay Jezi ?Mt, apre tranblemant a, ou pa kw vre se pou nou remt Jezi peyi a ? peyi a ? Konbyen tan n ap mande l pou li ba nou rezilta ? pi eksite pase lt, gen lt ki poze, men klkeswa predikat a, youn pa depaman ak lt nan fon panse zanst yo te pran ak dyab, peyi a ap peye nan tranblemant. Litani an mt kontinye paske peyi a ajenou, pitimi san gad, pye mango lakomin, yo mt voye wch, yo p ap jwenn psonn ki pou di otan. Gen yon kontwa d nan ayewop a, non tout moun sou lis, liy nan tw long, psonn pa konnen kil l ap pase. pral antre anndan tant yo, yo pral tann Bondye f travay pa li. Yo pa bezwen f jef, yo pa bezwen travay, Bondye konn tout bagay. Mt Bolo konnen vwa nan opal yo pa t ap pale pou li. Malgre sa, mt la santi li blese mandeng nan, mandeng pye poudre ki t ap monte desann nan tout koloni an, mandeng tout Afriken te respekte anndan koloni an. Boukmann ki mete talan li pou li f esklav sispann rayi esklav. Boukmann ki f youn aprann f lt konfyans pou zanst nou yo te leve kanpe kont kolon. Boukmann ki f wout pou zanst nou yo mennen Ayisyen nan tout grand diyite moun yo. Se pa Boukmann pa Mt Bolo a predikat yo t ap salanbe nan kan an. ak tt li pou li jwenn yon pawl itil nan tout sa li tande yo. Ban legliz pa ban lekl. Lekl ft pou poze kesyon. Moun al legliz pou yo aprann woule chay yo pa ka pote. L koral la chante mizik dous, pa t pare, li tw ta, y ap distribye kat pou moun al pran manje sinistre, deja gen twp moun nan liy. Finalman, Mt Bolo, akokiye k li nan fredi a, epi dmi pran li san li pa konnen kil egzakteman li dmi. Se youn nan ansyen elv yo ki vin reveye mt la ak yon pake manje sinistre li t al pran nan mounpa pou li. Mt Bolo kontan js la anpil. Ng ki te konn dmi anba pye bwa a, ng ki te konn manje menm manje ak abitan devan founo chody yo, san sa pa deranje l, jodi a li nan yon kan kote fk moun pran liy pou yo jwenn manje. Pou di lavi a ta kite yon kalite eprv konsa pou Mt Bolo ? Si li pa t jwenn ak ansyen elv sa yo nan kan an, ske li t ap pral nan goumen ? ske mawon repanti yo pre pou yo pote ponyt yo bay blan soude chenn kase a pou yo? ske moun, k ap repete amn bay predikat yo, santi reylman y ap jwi laviktwa yo sou lanm? Ki moun k ap twonpe ki lt ? li pou li f twalt li ak lt bezwen. Apre sa, li met tt nan direksyon ajans la. L li rive od kadav moun ki sou sit la. Gen yon trakt mt youn nan kay kraze yo al lwe pou vin libere teren an. Tout moun ap tann trakt a ki pa ka rive, chof trakt a pa ka jwenn wout pou l pase. Mt la pase tout jounen an sou sit la ap tann trakt a rive. L labrim komanse anvayi vil la, li chache wout kan an. Nan demen maten byen bon li retounen sou sit la. Tout moun, ki te espere trakt a t ap gentan sou plas ap travay, pral viv yon gwo dekourajman. Gen yon biwo ki bay mt trakt a plis lajan pase mt lokal ajans la. Pri tout trakt monte, konpayi leta a pa reponn telefn. Tout moun ap chache konnen ki gwo chf yo gen nan gouvnman an ki ka ede yo jwenn yon trakt vin debleye pou yo. Gouvnman an gen yon sl gwo chf ki ka regle zaf trakt, li gen moun pa li ki pdi, li di l ap regle zaf tout moun, men fk yo ba l tan, fk li svi moun pa li yo an premye. Se konsa chf f lacharite. De jou pase konsa, twa jou, menm woulib la, pa gen trakt k ap vini. Pawl predikat yo pa gen okenn enptans pou Mt Bolo, yo mt joure Boukmann mezi yo kapab, li p ap tande yo. K Miryam ak Jant se sl preyokipasyon li. Move lod anvayi vil la, klkeswa kote moun ye, od yo ap vin jwenn yo. Radyo anonse kmanse gen manifestasyon nan lari pou gouvnman an ka f ranmase kadav yo. Tout moun dantifris devan nen yo. Sa nou tande a, yon kolonn fanm ak gason pran lari ak moustach blanchi yo. Si yo te di kouri monte Petyonvil, tout t ap kouri. Bondye bay tout kalite chf pouvwa pou yo Pierre Michel Chry

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE la fourniture d’une carte d’assurance-sant donnant accs des soins de sant de qualit ; la recherche d’un Fonds de garantie de crdits pour enseignants et d’un mcanisme de crdit taux prfrentiel ; la disponibilit de la Carte avantage enseignant offrant des privilges aux enseignants disposant du Permis provisoire d’enseigner, ds ce mois de fvrier ; le renforcement du secteur ducatif, notamment des syndicats d’enseignants ; la recherche urgente de fonds pour ponger les dettes du PSUGO concernant les arrirs verser pour l’colage des enfants et le paiement des enseignants ; la transmission de la Grille salariale, adopte en dcembre 2014 par le MENFP et les syndicats enseignants, proposant un salaire de base de vingt mille gourdes, au Gouvernement, dans les huit jours qui suivent la signature de cet Avenant, pour les suites administratives et lgales Le ministre compte tablir, avec l’appui des syndicats enseignants, au cours des mois de fvrier et de mars, un inventaire des heures de cours rellement fournies dans les coles que toutes les heures de cours payes par le MENFP soient effectivement assures par chaque enseignant, titulaire du poste. La Plateforme des organisations ducatives, coordonne par le professeur Josu Mrilien, et la Confdration nationale des ducateurs hatiens (CNEH) sont les parties signataires de cet accord avec le MENFP, conclu en prsence des membres du Comit ad hoc de suivi des changes comprenant, entre autres, un reprsentant de l’Association des parents, M. Lo Litolu ; le reprsentant du Bureau de l’Unesco en Hati, M. Paul Gomis ; et le reprsentant du Bureau international du Travail, M. Julien Magnat.


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EJXVOE5PV_DEYOAC INGEST_TIME 2015-03-18T20:12:39Z PACKAGE UF00098809_00648
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES