Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text








Wb en


I.g g eSMr h e d i i o u 7 A vI I a u 0 aA01 - V l X V - N 4-


La rentrele
parleinentaire
a lieu sans les Itis
contests
iAFPi- PO-)RT-.-\I'-PRINJ(E
Lc (-oii�,ciIcIccioi ill io' hoic ci(EPi
kiiii1ci I dcc idc IIIdI(I dc Icp0lh��c I li
puibi ic~iL olldc I IILkduI ,ccoiid toLm

'I'i'. Nitui nicc cii foiici ion dc�InomI C,1LI\
Cl~ I i

"Riu uinci c iiil LIII i0LiI dc
11 111]\iICICllCcicl iiIiiicici 'IpcIIclII dc
h iii tlon cll c EP i dccidc dc puLbiliciI i
coInpoilicim i Ic ic poinldc I I Iciii-



,:oli l!.llli. it clllolllc�l & i 11 icllcllml-
[,Ii[i doiii dc ic ollo u colllcccc cclii
Ic (oiisciI ckcioiil Iio% ihoiic iC -EP idmiii,
LIII C0lI1I11IIhIIII(tc
Li pLublic~itiI0I1 iiulic dc cc�,
ICLIi Ic -"I I%~i iii IIui I0 oq(itc dc�,
ions dHmii L u 111I~10hP ~IIC
�,I11 11101itc� dcpL�,Icih I kDc� I kimh0I1,0111
Ci ICcdc, I 1CIIct~C dc� I0iouc�,bIoqLucc�,
L LcI pilIC ,dcnIclu NIi1clid LitcOIIILI
d0Lic Im~IL iIi l C IC dLo�I R ll dL I fl CoId ii
�,oi 111 Rc nc Pic% iA donh iLiPc�,cn1CC iIl
~ImIlciICli ci ' i&111Im.'2111climCI c Iloc111 L\
leilesl11de Ces Lest~it'lsCoIil&sies


LEGISLATIVE CONTESTATION

ET VIOLENCE : 1 MORT

Des recommendations de I'OEA

qui font et defont ...


PORT-Ali-
PRIN(E 2 A\'ll -
Lcs Ile1hIllJ dcsillllll$
C011ies5es pm I i il1ii-
11I.111011.l ,11 Ills Cilue pll
Ic picsidni clhi llcli'l
NIiuCII\
Aplc I plo-
C J11111111011 IllIC IC i Il
dcl" llll Ii l I 11 \ Iilil d s
('IC llj d 'l l dll 1Ill ll'$ l
seconlld Ioi d('$s% \o-
(COllIk' 10111 (' ,ll0' 10-
Icncus oni ccLiic dI1is
C IkIII111 COI lllu d l | 1 s
JcIII IC ulJ I C I C II III ls
le Dep.ill.eent dut
1-J lD i|l -l l lll llll
(Li11csLI CC 1111 i ll Icl
llinl$ I1i \ ill Ci, ll LnJ IhC.IC.
diso Bi. IIc I. Ot.i cIc
de BceLidocI
Les post.1-
1 lI. ( ) \1 >\l I1 1 1<> ,
(I1 \ p 4i


10 . .d
P-,


rI, 1--


lilho . , ., 11 1 11 % /,


o k oik oil I I I o I� ~ . m I -- 1 1 '0


NOUVEL AVATAR POLITIQUE

Martelly peut-il remplacer Preval avant son investiture ?
PO(RT-AlU -PR INC E 24 A ill - Liln I p i c hI i C C L :l I $1l ollIOii n I t ll S ippll ilcI' Li l Cni cI : d nliKk lio C e l'ii l IpkilIlIc cnl: plio oqii:c p il I :S stil l. i i lnIlllS
pI) t-II pil l| :n ilic: l : sp Si ll 01C. iui li:c dc cl d. I E I E i loii sic: I:\ :lilli :111111 c \ i. ' 1 ic .I \\ .li iii1 lli n o il II .i I 'lcoIli : li d:C l' -i2 11S.li\ : im qi: Im: I| ilol piL I \ ol INITE T E .i ccuiLc
.1101 luiI i 11 IC .lp I:ICOl: lll\ C:'ll ofl~ T I c ll lk lln ' I:c |Illl hl s lll..l llh ii ilOll:c I d: dcll:. i l lll : hl N iC 'l l Nicll:ll\ l:s I T I A R /p.


Violence post-resultats: INITE : Collaboration

1 mort a Belladere avec le president elu mais

pas de cheque en blanc
Poll-.II-PIlIII-
ce I. I ll Iiil ill -
SAHPN - Li piclolillic.
I lli 1 i il l c i l [. li.l
Icildl 111 I ll llk lln ll d(1c
LI ptlbIlilloll$ dil $1Ll111-
dul 2' 11111 i. \101o 1C
dc. colliboil .I\cc I
plw'Idcn Mll l l hl Joilph -
NIil. ll \
Lc dkpLil. L.-
Ilcl lbl( dlu dllcCIoll,
d(c Il pLlciolilic I l 1 l
l 511011 (1ll ' 5011 0 1!. -
1 '15.1110 11 Ol 1 Ild lil il'. ,1
phll_ i ull ICplic_ pllp
Il \ 0o\ Idc. oI1 CoolIdoll-
I IllI I llc tl n i l JosCp lh
L.llllcllk I Ll i pil cl c1l nt /o. . ,i, ,1 1' . ,/ , / ,o . Il /
Igo.. , ol o1 , ' /1 -1.,'ilN IT E G PR.. 3,1 o;i. ,, , I I., 1 ,,, , 1 ,/11 , , , !-, ., f. U, I, 11'_ , . ,, ,I,


CONFERENCE HILLARY NIARTELLY

Ou le verre a moitie plein

ou a moitie vide ! I'OIR,',.


JUSTICE & POLITIQUE

Amnistie suppose ,,oi,,,,

d'abord condemnation


i ~F c,






I EN PLUS...


EN BREF...


Mercredi 27 Avril2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 14


Cap-Haitien-Seisme :


Un grand danger...


un grand 1

Mardi 19 avril 2011
Cap-Haitien, 18 avril 2011 [Al-
terPresse] --- La mairie du Cap-Haitien re-
double d'initiatives envue de sensibiliser la
population locale h un dventuel tremblement
de terre qui pourrait causer dans la region
une catastrophe pire que celle du 12janvier
2010 a Port-au-Prince.
Le maire titulaire du Cap-Haitien,
Michel Saint Croix, multiple les interven-
tions dans les medias pour encourager la
population a adopter une attitude respon-
sable.
Mr Saint Croix affirme avoir recu
trois documents de la part notamment des
autorit6s francaises et du maire de Fort Lau-
derdale en Floride, signalant que la faille qui
traverse le Nord d'Haiti est en activity. Selon
ces documents, cette faille repr6sente une
menace imminent de s6isme et de tsunami
pour la region, particulibrement la ville du
Cap Haitien.
Des scientifiques haitiens ne ces-
sent aussi d'alerter sur les dangers qui present
sur le Cap Haitien et d'autres regions du
Nord du pays, qui ont &te par le pass terri-
blement affects par d'importants s6ismes.
Se defendant de chercher a alarmer
la population, Michel Saint Croix dit vou-
loir attirer l'attention face a la menace. II
s'agit, selon lui, d'etre vigilant et d'avoir
une attitude responsible capable de r6duire
la vulndrabilit6 et de diminuer des pertes
dventuellement consid6rables en vies hu-
maines.
La Faille septentrionale traverse
le Grand Nord jusqu'a la ville de Santiago
en R6publique Dominicaine. Une bonne
parties est situde sous la mer. Lors de la
demiire rupture de cette faille, en 1842, un
gigantesque s6isme suivi d'un raz de marde
ont balay6 la ville du Cap, tuant la moiti6
de la population.
Depuis le tremblement de terre du
12 janvier 2010, les autorit6s locales n'ont
cependant pris aucune measure de pr6ven-
tion. Leur action se limited a des alertes,
a l'image de celles lances par le maire
Michel Saint Croix.
Aucune institution n'est garante
du respect des normes d'urbanisme et les
constructions anarchiques se multiplient.
Des individus continent de mettre des
d6blais a l'embouchure de la rivibre du Haut
du Cap, le long du bassin << Haut do >, dans


aisser-aller

l'idee de construire de nouveaux bidonvilles
(zone de Lafossette jusqu'a Bas Vertibres).
Au milieu de la ville du Cap, les anciennes
maisons en bois sont transformees en de-
meures en bMton sans respect des principles
de construction parasismiques.
Le Cap Haitien offre l'image
d'un thditre architectural de catastrophe.
La population semble en meme temps tout
a fait sereine et continue a vivre dans cet
environnement hautement vulnerable.
La semaine dcoulde, l'ing6nieur
Claude Prepetit a une fois de plus tire la
sonnette d'alarme pour le Nord et invite
la mise en en ceuvre sans d6lai d'un plan
de contingence, propose par le ministbre de
l'Int6rieur et des collectivit6s territoriales.
Ce plan a &te lanc6 il y a prbs de
deux mois par le ministbre en collabora-
tion avec le Programme des Nations Unies
pour le Ddveloppement (PNUD) et les au-
torit6s locales. Le plan en question devrait
s'6tendre sur 3 ans et est finance par le
PNUD a hauteur de 9 millions 969 mille
dollars amdricains. Le plan de contingence
vise a r6duire la vulndrabilit6 du d6parte-
ment du Nord aux alas sismiques, en
renforcant la resistance des infrastructures.
II devrait aussi permettre de minimiser les
pertes 6conomiques et envies humaines en
cas de catastrophe naturelle.
Parallblement, des activities sont
r6alis6es au niveau de la soci6t6 civil.
L'organisation Oxfam GB vient ainsi de
cl6turer son project de enforcement des
capacit6s de preparation (Top Project).
Atravers ce project, des activities de
formation pour le Comit6 d6partemental de
gestion de risques et d6sastres, de sensibili-
sation dans les 6coles autour des menaces
sismiques et de la vulndrabilit6 du d6parte-
ment du Nord aux catastrophes naturelles,
ont eu lieu. Des documents relatifs aux
m6thodes de prevention ont 6t6 distribuds
6galement, et des messages de sensibilisa-
tion diffuses a la radio.
L'6glise Catholique pour sa part
compete sensibiliser ses fiddles pendant la
p6riode pascale, a travers des conferences,
d6bats publics, et marches pacifiques. Ces
activities prdvues toucheront les themes de
la degradation de l'environnement et ses
consequences ainsi que le r6le des differ-
entes composantes de la soci6td.


Reduire la vulnerability

aux seismes a Haiti:

nouveaux plans d'actions


presents par le PNUD
Lundi dernier, Eric Calais, sismo- locale. Son hypocentre est situ6 a
logue du Programme des Nations Unies mativement a 59 km a l'ouest de F
pour le d6veloppement (PNUD), a pr6sente Prince, et a moins de 10 kilombtn
devant la press des plans visant a r6duire la la surface.
vulndrabilit6 d'Haiti face aux menaces sis- Le premier tremblement
miques auxquelles le pays est confront. a caus6 de nombreuses victims, n
<< Ces plans doivent 6tre mis en bless6s. En date du 9 f6vrier 2010,
ceuvre de concert avec le Gouvemement Laurence Jocelyn Lassegue, minis
haitien (...). Quand un tremblement de communications, confirm unbilan
terre a eu lieu quelque part, nous savons 000 morts, 300 000 bless6s et 1,2
qu'a l'avenir, un autre s6isme se produira de sans-abris.
au meme endroit >>, explique le professeur L'Institut gdologique am
de gdophysique a l'Universit6 Purdue, citant avait annonc6 le 24janvier avoir en
en particulier les s6ismes qui ont frapp6 52 r6pliques d'une magnitude sup6ri
Port-au-Prince en 1751, en 1770 et le 12 gale g 4,5. 211 rescap6s ont t extr
janvier 2010. d6combres par les 6quipes de seco
En effet, le s6isme de 2010 a Haiti venues du monde entier. Solidarity
est un tremblement de terre crustal d'une national venue renforcer les effo
magnitude de 7,0 a 7,3 survenule 12janvier haitiens qui eux-memes, souvent a
2010 a 16 heures 53 minutes, heure locale. nues, ont sauv6 des d6combres des ce
Son 6picentre est situ6 approximativement a de personnel.
25 km de Port-au-Prince, la capital d'Haiti. Les structures et l'organ
Une douzaine de secousses secondaires de de l'Etat haitien ont souffert de l'i
magnitude s'6talant entire 5,0 et 5,9 ont 6t6 ; au bout de trois jours, 1'6tat d'urg
enregistr6es dans les heures qui ont suivi. &t6 d6clard sur l'ensemble du pay
Un second tremblement de terre un mois. De trbs nombreux bitime
d'une magnitude de 6,1 est survenu le 20 6galement &td d6truits, don't le pal
janvier 2010 a 6 heures 3 minutes, heure (SEISME,


pproxi-
'ort-au-
es sous

de terre
norts et
Marie-
;tre des
de 230
million

iricain
registry
eure ou
aits des
)uristes
6 inter-
irts des
mains
:ntaines

isation
incident
gence a
's pour
:nts ont
ais na-
/ p. 10)


Le CEP public une listed partielle sans les elus contests
Communique de press # 101
Lundi, 25 Avril 2011
Le Conseil Electoral Provisoire, en r6ponse a la declaration du president l6u, diffuse
par plusieurs stations de radio et de t6l6vision le vendredi 22 avril 2011, croit n6cessai-
re et urgent de pr6ciser pour la nation toute entire que les r6sultats d6finitifs proclam6s
le 20 avril dernier ont &te obtenus a partir des procedures contentieuses 6lectorales au
course desquelles les candidates rivaux, par le truchement de leurs avocats, ont fait valoir
leurs points de vue respectifs.
I1 s'agit done de decisions de justice rendues par des tribunaux 6lectoraux l1galement
comp6tents; celles rendues par le BCEN ne sont susceptibles d'aucun recours confor-
m6ment a l'article 191 de la loi l6ectorale.
Par sagesse, dans un souci de transparence et dans l'interet sup6rieur de la nation, le
CEP a d6cid6 de publier, en lieu et place de la liste du 20 avril dernier, une liste par-
tielle pour les l1gislatives ne comportant pas les noms des 19 parlementaires mention-
n6s dans la note du president l6u, ce, en attendant de recevoir en consultation sur les
jugements relatifs a ces derniers tous organismes nationaux et intemationaux.
Le CEP rappelle au public en g6ndral, aux candidates et a leurs avocats, aux organis-
mes de defense des droits humans, a la soci6t6 civil, la press, que les decisions sont
affich6es a l'annexe du CEP a Delmas depuis le 21 avril 2011.
I1 les invite en outre a prendre lecture desdites decisions au greffe du BCEN a P6tion-
ville.
I1 est entendu que ces consultations auront lieu dans le respect de l'inddpendance total
des jurisdictions de jugement qui ont statue sur ces cas.
Gaillot DORSINVIL, President

Violence post-
6lectorales ...
Des violence ont 6clat6
dans plusieurs villes du
pays (non i la capitale,
apres la publication des
r6sultats d Cfinitifs des
elections legislatives,
par le Conseil electoral
Provisoire, tard dans la
soirde du mercredi 20
avril.
Le d6partement du
Centre est l'un des
points chauds. Des indi-
vidus se r6clamant de la
plateforme politique Al- Les violence qui ontsuivi la proclamation des r.sultats, r, ,,, r
ternative (opposition au ontfait au moins 1 mort (un technician en laboratoire)
president Rend Preval) 6 Bellad re (photo Haiti en Marche)
ont incendid un complex administratif h Belladdre.
Un m6decin travaillant pour l'organisation non- gouvernementale, Zanmi Lasante, a
trouv6 la mort dans cet incendie.
Ces violence sont pour contester les r6sultats publi6s par le Conseil electoral provisoi-
re (CEP) selon lesquels le candidate de INITE e la d6putation, Luther King Emmanuel
Macadieu, a reported les elections aux d6pens de celui de l'Alternative, Amos Du-
boirant, apros contestation et d6lib6ration du BCEN (Bureau du contentieux electoral
national).
A Ldogane, a l'entr6e sud de la capital, des partisans d'un autre candidate perdant
avaient drig6 des barricades de pneus enflamm6s pour d6noncer les r6sultats consacrant
la victoire du candidate de INITE, Anthony Dumond. Ils estiment que ces r6sultats ne
refldtent la volont6 populaire.
Une vive tension a r6gn 6 galement A Grand Gofve, Petit Godve et aux Gonaives aprls
la publication des r6sultats.

La formation INITE pr6sente ses candidates et forme un nou-
veau group politique
La plateforme INITE et ses allies (Lavni, Ansanm nou F6 etc) ont pr6sentW samedi le
"Groupe parlementaire du renouveau" avec plus de 70 d6put6s et 17 s6nateurs, faisant
du GPR le group majoritaire au parlement. Les alus de la plateforme INITE et leurs
allies ont particip6 samedi s une journde de travail qui a consacr6 la formation de

lundi (25 avril) ses activities.
"Nous sommes i un carrefour qui exige l'unit et la solidarity," a d6clard le s6nateur
Joseph Lambert, coordonnateur de la plateforme INITE, h l'ouverture de la rencontre.
L'amendement de la Constitution et le r6le du group parlementaire 6taient au centre
des d6bats durant cette journme inaugural.
"Ce group rdpond i la n6cessit6 d'ampliorer le fonctionnement de l'institution parle-
mentaire," a indiqu6 le s6nateur Kelly C. Bastien, membre de INITE et actuel president
de l'assembl6e national. Le s6nateur Lambert a promise que le group allait travailler
avec l'ex6cutif (du president Michel Martelly) pour fire avancer le pays et corriger
routes les drives, quelle qu'en soit l'origine.
Les parlementaires devaient enter en function ce lundi 25 avril lors d'une stance de
validation de leur pouvoir et de prestation de serment.
La premiere stance de travail est prdvue le 27 avril, les parlementaires auront e tra-
vailler d'entrde de jeu sur le project d'amendement de la Constitution de 1987.

Martelly a Miami ce lundi pour rencontrer "Little Haiti"
Lundi, 25 Avril 2011 HPN
Le president Olu Michel Martelly s'est rendu lundi au Consultat d'Haiti h Miami, a
annonc6 son bureau de communication.
Pendant la matin6e, M. Martelly devait 6tre au Centre Culturel de << Little Haiti >> pour
des entretiens avec les leaders de la communaut6 haitienne du Sud de la Floride.
"Michel Joseph Martelly rendra un hommage m6rit6 aux Haitiens vivant h l'6tranger
pour leur attachment et leur contribution inestimable i la survive du people haitien
durant ces dernibres anndes", lit-on dans le communique.
Martelly voulait profiter de ce bref passage h Little Haiti pour stimuler la communaut6
haitienne h venir investor dans le pays afin de contribuer h l'in6vitable renaissance de
son economie.
Le president Olu comptait retourner lundi apris-midi h Port-au-Prince.

Michel Martelly veut cr6er une arm6e 'moderne'
Jeudi, 21 Avril 2011 HPN
Le president 6lu a ddclard jeudi h Washington qu'il comptait mettre en place en Haiti
une 'armne moderne' pour remplacer la MINUSTAH.
"La presence de la MINUSTAH signifie clairement qu'il nous faut une force en Haiti
pour maintenir la paix car la mission onusienne ne pourra rester 6ternellement dans le
(EN BREF/ p. 14)


Page 2


- - . - - - - - - - - - - x xx Ix - - - - - 1 -













vendredi 22 avril 2011
Apres avoir exig6 une enquete sur
de possibles fraudes lors des l6gislatives, le
nouveau president haitien Michel Martelly
a demand officiellement vendredi soir a la
communaut6 international de << ne pas re-
connaitre les r6sultats des l6gislatives >>. I
Le camp de M. Martelly constate
que ces r6sultats ont t6 << 6trangement |
manipul6s >>, estimant que des s6nateurs et| \
d6putes elus qui 6taient largement en tate
au premier tour sont << syst6matiquement
6cart6s >>.
Les Nations unies et les prin-
cipaux bailleurs de fonds en Haiti ont
exprim6 dans la meme journme de s6rieux
doutes sur les r6sultats des l6gislatives et
appellent a la transparence.
<< Les r6sultats d6finitifs ont (...)
suscit6 des doutes s6rieux par rapport a la
transparence et la 16gitimit6 du processus
qui a about a leur publication >>, ont dd-
nonc6 l'ONU et les principaux bailleurs Desprdj
de fonds d'Haiti (Br6sil, Canada, Espagne, la reconstruc
Etats-Unis, France et Union europ6enne)
dans un texte public vendredi.
Les Etats-Unis, un des pays donateurs, se sont inquid-
t6s des informations faisant 6tat de fraudes lors des elections
l6gislatives et demandent aux autorit6s haitiennes de fournir des
explications sur le changement de r6sultats << non expliqu6 >>
dans 18 circonscriptions.
<< Les Etats-Unis appellent le gouvemement d'Haiti
et le CEP [Conseil electoral provisoire] a fournir une explica-
tion publique et approfondie a ce changement de r6sultat >>, a
indiqu6 le d6partement d'Etat.
C'est le parti Init6, de l'ex-pr6sident Rend Prdval, qui
est mis en cause. Selon des sources diplomatiques, la formation
politique de Rend Prdval aurait exerc6 d'importantes pressions
sur le Conseil electoral provisoire pour modifier les r6sultats
des elections 16gislatives, ddvoilds dans la nuit de mercredi
a jeudi.


L'ACTUALITE EN MARCH


fabriques pour loger snateurs et deputes en attendant
tion du Parlement detruit par le sdisme du 12janvier 2010
(photo Hafti en Marche)
Les memes sources estiment que ces manoeuvres
visaient a obliger le nouveau president Michel Martelly a
composer avec le parti de Prdval.
Le parti de Prdval majoritaire au Parlement
Selon les r6sultats, le parti Init6 apparait comme le
grand gagnant des l6gislatives avec une majority d'l1us, en
raflant 13 sieges a la Chambre basse au premier tour et 33
sieges au second tour. Cela lui donne un total de 46 d6put6s
sur 99. Ces r6sultats font du parti de Prdval la premiere force
au Parlement.
Le president Michel Martelly, Olu avec 67,57 % des
votes, ne d6tient pour sa part que 3 sieges a la Chambre.
Tension
Sur le terrain, les Casques bleus sont en alerte maxi-
male apres les affrontements qui ont suivi la publication des
r6sultats. Au moins un homme a perdu la vie jeudi.


Page 3


Le president haitien appelle au rejet

des resultats des legislative


Collaboration avec le president elu mais pas de cheque en blanc


(INITE GPR ... suite de la lere page)
Rend Prdval, qu'elle n'allait pas se constituer en opposition
face au president Martelly.
Cependant le parlementaire a pr6cis6 que cela ne
signifie pas que Inite entend donner un cheque en blanc au
nouveau chef d'Etat. II affirme que son organisation va aider
le president Martelly a r6aliser ses promesses de champagne,
soulignant que les d6fis sont nombreux.
Pour ce qui est de la position exprimbe par le prd-
sident Martelly durant sa champagne, se pr6sentant comme
le candidate de la rupture, le d6put6 Louis Jeune a fait savoir
qu'aujourd'hui le chef de l'Etat doit comprendre la n6cessit6
de travailler avec tous les secteurs.
Il est important que tous les lus travaillent ensemble
en vue d'ameliorer les conditions de vie de la population, a-
t-il fait savoir.
Le s6nateur elu du Nord Ouest, Lucas Sainvil, de la
plateforme Inite, a pour sa part fait savoir que les 48 d6put6s
et 17 s6nateurs lus sous la bannibre de la plateforme sont en
position d'avoir une comfortable majority au Parlement, avec


Martelly

demand de ne pas

reconnaitre le resultat

des legislative
AFP et Reuters - Le president elu d'Haiti, Michel
Martelly, a officiellement demand, vendredi 22 avril, a la
communaut6 international de "ne pas reconnaitre les r6sul-
tats des 16gislatives" entach6s de fraudes au profit du parti au
pouvoir.
"Le president elu Michel Joseph Martelly demand
que les r6sultats des 16gislatives tels que publi6s par le Con-
seil electoral (CEP) ne soient nullement reconnus par la
communaut6 international. Ces r6sultats sont inadmissibles
et ne reflttent pas la volontW populaire", peut-on lire dans un
communique du bureau de M. Martelly.
Alors que les parlementaires devraient entrer en fonc-
tion d&s lundi, M. Martelly a demand a l'Organisation des Etats
amdricains (OEA) l'envoi d'une mission d'urgence "en vue de
la creation dans l'imm6diat d'une commission ind6pendante de
revision pour 6valuer et faire la lumibre sur ces r6sultats avec
le soutien des autres organismes intemationaux".
"SURPRENANTES DIFFERENCES"
Le parti au pouvoir, Inite, a gagn6 du terrain au Par-
lement. Selon les r6sultats d6finitifs des elections l1gislatives,
Init6 a rafl6 13 sieges a la Chambre basse au premier tour et
33 sieges au second tour, lui donnant un total de 46 d6put6s,
centre une trentaine dans la pr6c6dente 16gislature sur un total
de 99.


le concours de leurs allies.
II a indiqu6 que les r6sultats publi6s mercredi soir
reflttent la r6alit6. C'est une victoire 16gitime, a-t-il fait savoir,
ajoutant que les candidates du parties et leurs avocats ont vala-
blement d6fendu leurs int6rets au BCEN et cela, sur la base
de la loi 6lectorale.
II a banalis6 une tendance a vouloir diaboliser les
candidates de Inite.
Cependant le d6put6 elu pour la circonscription de
Delmas/Tabarre, Amel Belizaire, membre du club des leaders
nationalists et progressistes, a accuse le Conseil Electoral
Provisoire (CEP) d'avoir commis des fraudes en faveur de la
plateforme Inite.
II affirme que les conseillers 6lectoraux devraient 6tre
jug6s, pour avoir, selon lui, vold le vote des citoyens.

INITE s'organise et presente sa majority
Samedi, 23 Avril 2011 HPN
La plateforme INITE et ses allies ont pr6sente sa-
medi le "Groupe parlementaire du renouveau" avec plus de 70


d6put6s et 17 s6nateurs faisant du GPR le group majoritaire
au parlement.
Les elus de la plateforme INITE et leurs allies ont
particip6 a une journey de travail qui a consacr6 la formation
de ce nouveau group parlementaire, le premier de la 49e le-
gislature. Celle-ci devrait entamer ce lundi ses activities.
"Nous sommes a un carrefour qui exige l'unit6 et la
solidarity," a d6clard le s6nateur Joseph Lambert, coordonateur
de la plateforme INITE a l'ouverture de la rencontre.
L'amendement de la constitution et le r6le du group
parlementaire ont &te au centre des d6bats durant cette journey
inaugural.
"Ce group rdpond a la n6cessit6 d'ameliorer le
fonctionnement de l'institution parlementaire," a indiqu6 le
s6nateur Kelly C. Bastien, membre de la plateforme INITE et
president de l'assembl6e national.
Le s6nateur Joseph Lambert a promise que le group
allait travailler avec l'ex6cutif pour fair avancer le pays et
corriger toutes les drives quelle qu'en soit l'origine.


Declaration des Etats-Unis

suite a la Publication des Resultats Definitifs

du Deuxieme Tour des Elections en Haiti


Le 22 Avril 2011 - Les Etats-Unis partagent la prdoc-
cupation exprimee par la Mission Conjointe OEA-CARICOM
d'Observation Electorale (MOEC), en ce qui a trait aux rap-
ports et allegations de fraudes autour des r6sultats d6finitifs
du second tour des elections 16gislatives du 20 mars publi6s
par le Conseil Electoral Provisoire (CEP), suite au processes
de contestation.
Aprls avoir rdexamind les r6sultats et les mat6riels
fournis par le CEP, les Nations unies et les observateurs inter-
nationaux, nous n'avons trouv6 aucune explication quant au
retirement observe dans les r6sultats d6finitifs pour 18 cas des
l6gislatives, et lesquels cas, a l'exception de deux, profitent au
parti au pouvoir.
Ces revirements incluent, parmi d'autres, le cas d'un
candidate du parti Lavni qui avait &td plac6 en deuxibme position
selon les r6sultats preliminaires annonc6s, et qui aujourd'hui
remporte la premiere place suivant les r6sultats d6finitifs du
CEP. Le nombre de suffrages exprim6s dans cette election
affiche une augmentation de plus de 33.000 voix, passant de
111.575 suivant les r6sultats prdliminaires a plus de 145.000
selon les r6sultats d6finitifs du CEP.
Deux autres candidates du parti au pouvoir s'6taient
places en deuxibme position suivant les r6sultats prdliminaires,
et les r6sultats d6finitifs du CEP montrent que le total des suf-
frages exprim6s en leur faveur est le double de ce qu'ils avaient


obtenu selon les r6sultats prdliminaires. Pour l'un d'entre eux,
les r6sultats d6finitifs montrent 6galement qu'il a recueilli
plus de voix que le total des suffrages enregistr6s dans toute
sa circonscription.
En tant que partenaire qui a &td invite par le gouveme-
ment haitien pour supporter et participer au processes electoral,
les Etats-Unis appellent le Gouvemement d'Haiti et le Conseil
Electoral Provisoire a fournir des explications approfondies et
publiques en ce qui concede ces 18 cas ou ces revirements
ont &te not6s.
Les Etats-Unis appellent 6galement la Mission Con-
jointe OEA-CARICOM d'Observation Electorale a v6rifier
les documents supportant les r6sultats d6finitifs publi6s par le
CEP pour ces 18 cas en vue de faire montre de transparence
et afin que le people haitien soit assure de l'impartialit6 de
ces r6sultats.
Le people haitien, qui a particip6 avec beaucoup de
patience dans les deux tours des elections, n'en m6rite pas
moins. A d6faut d'explications publiques et d'une revision de la
part de la Mission Conjointe OEA-CARICOM d'Observation
Electorale (MOEC), la l6gitimit6 des sieges de ces candidates
est mise en question.


I Hafl enT~krche 1


Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 09


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - -1 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Martelly peut-il remplacer Prdval avant son investi-
ture ? p. 1
ANALYSE
LEGISLATIVE : CONTESTATION, VIOLENCE
Des recommendations de l'OEA qui font et d6font...
p.1
PARLEMENT
Inite-Majorit6 : Collaboration mais pas de cheque en
blanc ! p.1
La rentrde a lieu sans les l1us contests p. 1
Martelly appelle au rejet des r6sultats p.3
Washington demand des explicationss publiques et
approfondies' p.3
AMENDMENT
Double nationality p. 14
JUSTICE & ETAT DE DROIT
Amnistie suppose d'abord condemnation pp.1,7
EDITORIAL
Conference Hillary-Martelly ou le verre moiti6 plein ou
moiti6 vide p. 1
SEISME
Cap Haitien : grand danger et laissez aller ! p.2
ECONOMIC
Martelly requ par le patron du FMI p.5
Cuba : le PC approve des r6formes 6conomiques
radicales p.10
Les taxes d'Obama p. 12
ARTS & SPECTACLES
Presse : Jacqueline Charles honoree p.8
Cinema : D6ces de Marie-France Pisier p.8
Culture populaire : Raras 2011 p.8
Lettres : 28e Jounen Entenasyonal Lang Krey61l p. 15
LIBRE PENSER
Apprentissage ! p.12
DEVELOPPEMENT DURABLE
La journey mondiale de la terre p. 13

Vendredi, un manifestant m6content de la d6faite de
son candidate a ouvert le feu sur la foule dans le centre du pays,
blessant quatre personnel, selonune porte-parole de la mission
de l'ONU en Haiti (Minustah), Sylvie Van Den Wildenberg.
Dans d'autres zones rurales, des routes ont &td blo-
qudes par des barrages de pneus enflamm6s.
Des maisons ont &te brfil6esjeudi et un h6pital envahi
par la foule en colkre.
Agence France Presse






UNE ANALYSE


SMercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV N' 14


Des recommendations de I'OEA qui font et defont ...


(RECOMMANDATIONS OEA... suite de la 1ere page)
tions du president Olu et de l'intemational, en tate les Etats-Unis
et le repr6sentant du Secr6taire g6ndral de l'ONU en Haiti, Mr
Edmond Mulet, concernent les r6sultats d6finitifs 'pour 18
cas' qui, a l'exception de deux, profitent au parti du president
Rend Prdval, INITE.
La declaration 6mise par le D6partement d'Etat
amdricain (via son ambassade en Haiti) insisted sur 'le cas d'un
candidate ... qui avait &td plac6 en troisieme position selon les
r6sultats prdliminaires, et qui aujourd'hui remporte la premiere
place suivant les r6sultats d6finitifs. Dans son cas, les r6sultats
montrent une augmentation de 55.000 votes. De 90.000 obtenus
pour les prdliminaires, il a gagnd avec plus 145.000 votes.'


20 avril, le parti INITE de Mr. Prdval 'a am6liord de moiti6 sa
presence a la Chambre des d6put6s, totalisant d6sormais 46
sieges sur 99, et 17 au Snnat sur un total de 30'.

En position de force ...
'La formation (INITE) s'est f6licit6e de ce score
pursuitt la d6peche), se disant en position de force pour le
choix du Premier ministry et de l'6quipe gouvernementale.'
C'est done une nouvelle et 6nieme crise qui 6clate
dans le cadre de ces si turbulentes elections pr6sidentielles et
l6gislatives des anndes 2010 - 2011.
Cependant on ne peut s'empecher d'avoir une impres-
sion de 'd6j~ vu' et meme dans une p6riode assez r6cente.
En effet, la dernire crise (qui n'a pas eu lieu, le


jusqu'a une fameuse visit nocturne effectude au Centre de ta-
bulation des votes (CTV) par le president du Conseil electoral,
Mr Gayot Dorsinvil.
Comment done savoir si aujourd'hui on ne se trouve
pas en presence d'une 6nieme edition de la meme situation ?
Application ou pas des recommendations de l'OEA

On a remarqu6 que la premiere reaction du president
Olu Martelly est de demander a l'OEA l'envoi d'une 'mission
d'urgence' pour r6dvaluer et faire la lumiere sur les r6sultats
publi6s le mercredi 20 avril 6coulk.
RWcapitulons done un peu :
. Premier tour: Les recommendations de l'OEA
servent a disqualifier le candidate du parti au pouvoir (INITE),


Le president du Conseil electoral provisoire, GaillotDorsinvil, une fois de plus
sur la corde raide (photo Georges Dup/ HENM)


Vehicules incendids lundi par des manifestants effectuant un raid jusque a la porte du Parlement
et au moment de l'ouverture des premiers travaux de la 49e legislature (photo Haiti en Marche)


Une explication publique et approfondie

Reaction indignde de la communaut6 international
(Etats-Unis, France, Union europ6enne, Canada, Espagne,
Br6sil) qui appelle le president Prdval et le gouvernement
haitien 'a fournir une explication publique et approfondie a
ce changement de r6sultat.'
De son c6te, le president Olu Michel Martelly, a peine
rentr6 d'unvoyage initiatique a Washington on il a pris contact
avec la secr6taire d'Etat Hillary Clinton, les presidents des
institutions financieres internationales (Banque mondiale et
Fonds mon6taire international) et, semble-t-il aussi, rencontr6
le president amdricainBarak Obama, n'a pas h6sitW a interpeller
lui aussi son pr6d6cesseur, Rend Prdval, et a demander a l'OEA
(Organisation des Etats amdricains) l'envoi d'une 'mission
d'urgence' (...) 'pour 6valuer et faire la lumiire sur ces r6sultats
avec le soutien des autres organismes intemationaux.'
Aucune mention des observateurs nationaux (!).
Selon des sources diplomatiques cities par l'AFP,
bien entendu sous le covert de l'anonymat, le parti au pou-
voir (INITE) 'a essay de modifier l'issue du scrutiny afin de
disposer d'une majority au Parlement et garder le contr6le de
M. Martelly', don't le parti (Repons Peyizan) n'a remport6 que
3 sieges de d6put6 et aucun au Snnat.
Selon les nouveaux chiffres communiques le mercredi


candidate vaincu se refusant a aller en contestation) c'6tait seu-
lement le 4 avril dernier lors de la proclamation des r6sultats
d6finitifs du second tour des pr6sidentielles qui a vu Michel
Martelly l'emporter avec 67,7% des voix centre Mirlande
Manigat (31,7%).

'Hold up' et complicity ...
Mme Manigat a accept sa d6faite tout en accusant a
la fois le Conseil electoral provisoire (CEP) d'avoir effectu6
un 'hold up' sur le processus electoral et la communaut6 inter-
nationale, plus pr6cis6ment l'OEA, de complicity.
En effet, reproche Mirlande Manigat, on a refuse
d'appliquer dans son cas les memes recommendations for-
mul6es par l'Organisation des Etats amdricains qui avaient
permis de disqualifier le candidate du parti au pouvoir, Mr Jude
CWlestin, arrive d'abord en second position dans les r6sultats
du premier tour puis r6trograd6 a la troisieme place, ce qui
permit la presence de Michel Martelly au second tour le 20
mars dernier.
Mais, soutient Mirlande Manigat, lorsque la meme
situation se reproduisit entire elle-meme et Martelly, on refusa
d'appliquer les memes recommendations de l'OEA. Et c'est
ainsi que Martelly l'emporta. Dans le cas contraire, c'est elle
qui aurait gagn6 la pr6sidentielle, d6clara Mirlande Manigat.
Et d'ailleurs deux jours plus t6t, c'6tait un fait accompli ...


Jude Cl1estin, au profit de Michel Martelly qui va au second
tour face a Mirlande Manigat, celle-ci arrive en premiere place
dans les r6sultats du 1er tour.

Jeu de coquins et de pots de vin ...
Second tour : Michel Martelly est 6lu avec 67,7% des
suffrages. Protestation de Mirlande Manigat selon laquelle les
memes irr6gularit6s qu'au I1r tour se sont produites et que si
l'on avait applique les recommendations de l'OEA c'est elle
qui aurait gagn6 la pr6sidence. Mais elle se refuse, dit-elle, a
aller en contestation, consid6rant qu'elle n'a pas sa place dans
ce jeu de coquins et de pots de vin (plusieurs millions).
La decision de Mme Manigat d6samorce cette
deuxieme crise.
. Nous voici au troisieme round. Mercredi dernier 20
avril, proclamation des r6sultats d6finitifs des l6gislatives.
Des troubles accompagn6s de violence 6clatent dans
certain endroits du pays, avec encore plus de virulence dans
le D6partement du Centre, on toutes les dermieres elections ont
provoqu6 un drame.
C'est le seul d6partement on les s6natoriales avaient
dfi 6tre renvoydes la dernire fois. Ainsi au lieu d'un seul
comme partout ailleurs, ce sont deux sieges de s6nateur qui
6taient enjeu. Lors des r6sultats prdliminaires le 4 avril dernier,
RECOMMENDATIONSS OEA / p.6)


for 11he h~c~idas.
Wt Itibbo. Mfla , SFE & Carruik.ol m.JroIFa
Ploruporibloa c valk da fc r~mIIn ;71
North A flrloa cF:r
. ol o1, EoocK Pay & Traok Cm I n o161WTT


4 Wi Cmw .Nmc m ilh rji: I ktiirk:l~ikmzI - la ~'k. I Ul ~ m It.
,i 4';Ot~p yo~r Aimk n * w w m w l .-um i-i . ;i - d r ;F1, r-ua w * . .im le: .I:,.i
AIrdI2 ~r-- b -Ec. M*Pa*-N Ii*&.=% , z~k.ai* u. ;rAthj,.vZ %we 1%" e
Wh"zrbk6z.,zb" r 4L 4I o rra arAmk' xk mu e &4f~mLd r


- ~I )~ ~UU3~


L'auteur de



L'Heritier

procedera ai une vente signature



L' I-ritivr 1. I-ritivr L'I Iritii


le samedi 30 avril

a La Pleiade, Complexe Promenade,

a Petionville'.


Page 4


aid l ~.1 4- *-'I -.:
I*- * 1-'-;MMI4 H .1 *lr^+ [
n BcrYA,,1- '*3w, R. 1 i1 -i i*
[;:� - 3::5WS� nst%.c^�L


I





Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 09


DE L'ACTUALITE


Martelly peut-il remplacer Preval avant son investiture ?


(AVATAR... suite de la lere page)
d'avoir manipul6 (via le Conseil electoral bien entendu) pour
obtenir une plus forte majority dans le prochain Parlement et
pouvoir ainsi en imposer au nouveau chef de l'Etat.
En dehors des explications qu'il est en droit d'exiger
du president sortant Rend Prdval et de l'institution 6lectorale,
Michel Martelly demand aussi a l'Organisation des Etats
amdricains (OEA) l'envoi d'une 'mission d'urgence' pour
r6dvaluer les r6sultats et faire la lumiere avec le soutien des
autres organismes internationaux, dit un communique manant
du bureau de Mr Martelly et cit6 par l'AFP.
Aucune mention des organismes nationaux d'obser-
vation 6lectorale (!).
M6me apres avoir obtenu la b6n6diction de Washing-
ton (accueil chaleureux par la secr6taire d'Etat I
Hillary Clinton, certain disent meme qu'il
aurait rencontr6 le president Barak Obama, ce
qui serait exceptionnel, n'ayant pas encore &t
officiellement investi, un president lu a-t-il le
droit de prendre des decisions qui ne relevent
que du chef de l'Etat en exercise ?
Sommes-nous en face d'un nouvel
avatar de cette 'transition d6mocratique qui
n'en finit pas', comme dit si bien notre confr-
re du Nouvelliste, Pierre Raymond Dumas ?

Vrai ou faux ? ...
Remarquez que la situation n'est
pas simple. C'est le propre parti du president
sortant qui est en question. On accuse encore
une fois INITE de tricherie, cette fois pour
se constituer une majority plus comfortable
dans les deux chambres du Parlement. Et de
1i pouvoir imposer ses conditions au nouveau
chef de l'Etat dans la nomination du Premier
ministry et la formation de la prochaine 6quipe
gouvernementale.
Vrai ou faux, a supposed que cette
fois le president sortant Rend Prdval refuserait
de se plier aux injonctions des bailleurs internationaux, en tate
Washington et le repr6sentant special du Secr6taire g6ndral de
I'ONU en Haiti, Mr Edmond Mulet (la premiere fois c'6tait
Rend Prdval qui fit appel aux experts de l'OEA apres la po-


l6mique surgie des r6sultats prdliminaire du 1er tour, ce qui
eut pour effet d'l1iminer de la course son propre dauphin, le
candidate du parti au pouvoir, Jude Cl1estin).
Qu'arriverait-il si Prdval refusait de s'ex6cuter cette
fois ?

A trois semaines du jour J ...
On est seulement a trois semaines de la passation de
pouvoir entire le president sortant et le president l61u, soit le 14
mai prochain.
Le point fort de cette c6r6monie est la prestation
de segment du nouveau chef de l'Etat sur la Constitution. Et
cette c6r6monie a lieu devant les deux chambres l6gislatives
r6unies en Assembl6e national. Et c'est le president de l'As-


Rene Preval ai quelques jours de son depart du pouvoir (AFP)
sembl6e national qui fait preter le segment constitutionnel au
president l61u.
On est a trois semaines du jour J, disons-nous. Une
veritable course centre la montre. Les nouveaux dlus du SRnat


et de la Chambre des d6put6s devraient entrer en function
d&s ce lundi 25 avril pour accomplir un calendrier au pas de
course, don't une tape decisive, et non la moindre, est le vote
de l'amendement constitutionnel fix6 au 9 mai. Parmi les
nouvelles dispositions attendues, la loi instituant la double
nationality, un nouveau calendrier pour mieux r6gulariser
la tenue des elections et permettre aussi de r6duire leur cofit
jusqu'ici exorbitant, la possibility d'accomplir deux mandates
successifs pour le president de la R6publique etc.
D'autre part, ces dispositions doivent 6tre votes
avant la fin du mandate du president sortant pour pouvoir entrer
en application sous son successeur. Autrement, il faudra encore
attendre 5 ans.

La crise dans la crise ...
C'est tout qa aussi qui est remis en
question avec l'6clatement de cette nouvelle
et 6nieme crise dans la crise.
Et pour commencer la passation de
pouvoir qui doit avoir lieu dans trois semaines
h peine.
Voici donc Michel Martelly con-
frontW a sa premiere crise avant meme que
d'entrer en function.
Cependant le president Olu peut-il
pour autant se substituer au president en exer-
cice et se mettre a prendre des dispositions sans
avoir t& invest ?
M6me avec l'assentiment des plus
grandes puissances de la terre ?
Et cela sans remettre en question sa
propre l6gitimit ?
Mais la vraie question c'est ce que
tout le monde pense tout haut mais murmure
tout bas : jusqu'ofi doit aller la perversion
des institutions d6mocratiques pour assurer
d'abord la p6rennitW de cette forme d'occupa-
tion du pays qui refuse de dire son nom ?
Haiti en Marche, 24 Avril 2011


FMI: Martelly re u par Strauss-Kahn


Le future president haitien Michel Martelly a &t requ international Dominique Strauss-Kahn et par le president de
mardi Washingtonparledirecteur g6ndralduFondsmon6taire la Banque mondiale Robert Zoellick, a-t-on appris mercredi
o r auprbs des deux insti-
tutions. Le FMI, qui
faisait parties des prin-
cipaux cr6anciers de
ce pays parmi les plus
pauvres du monde, a
annual en juillet, six
mois aprbs le s6isme
meurtrier de janvier
2010, 268 millions
de dollars de dette et
accord un nouveau
pret de 60 millions de
dollars sur trois ans.
Le vainqueur
de l'd61ection pr6si-
dentielle haitienne a
aussi discut6 avec M.
Zoellick "des prix de
l'alimentation, des po-
litiques qui peuvent
stimuler la creation
Le president �lu Martelly remu par le Directeur gMndral du FMII, lefrangais Dominique Strauss-Khan, d'emplois, de l'Nduca-
lui-mOme un possible candidate auxprdsidentielles de 2012 en France (Reuters) tion qui mrne h l'em-


Melois






MacI


put'


NATURtAL JUS


I11636 NE 2nid Aw.
M~Wii. FL 3.3160
TGI..305-3�94-f6119


CuakesPaubies, HorDU wuui
for OR eamboem


ploi, et de l'amdlioration du climate des affaires en Haiti", a
d6clard a l'AFP l'envoyd special de l'institution dans le pays,
Alexandre Abrantes. La Banque mondiale a pour sa part ent6ri-
nd l'annulation de la dette haitienne, soit 36 millions de dollars,
d&s mai 2010. Elle a depuis accord des dons au pays pour la
reconstruction et la santd. Robert Martelly devait rencontrer la
secritaire d'Etat am6ricaine Hillary Clinton mercredi.


~7
~ %.


TC,'- L� EE.1-~.868-3 53 -2 �55


FAX 0 5 -5 2 Co-83 -N2,
--"LrL' 3 C,"-9 G- 51


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


Gdes 260.00
- U.SS 40.0d:
- US$ 42-00_
ULS S 70-0O0
US 7.00


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US S 135.00
US $ 135,.00


D~m I* am dun abomnement
.avac livwasoqi. le coOt ea I* double.
un nQpEvI umbannil
ou sII slagit d'un rmouveliemmnt


N~ouveau


Renouvelfltmon


Page 5


Nmo
Adromm


Hafim
Et~fta Urd
Canada
Europe


I Co6( pour Six Moi�, I






NOUVELLE CRISE ...


1Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 14


CONFERENCE HILLARY MARTE

Ou le verre a moitie plein ou a n
INCE, 24 Avril - C'est la classique de la 'rupture' avec une politique qualified d'inefficiente et
oiti6 vide et du verre A moiti6 plein qui vaine, meme les elections qui lui ont donn6 la victoire qui ne
nf6rence de press A Washington, mer- trouvent entibrement grice A ses yeux.
i president Olu d'Haiti, Michel Martelly, Toutefois il n'y a pas de divergence, Clinton et Mar-
t amdricaine Hillary Clinton. telly convergent bien entendu vers le meme point, un common
hes d'une meme r6alit6. Pour Mme d6nominateur qui prend la forme de cette petite phrase : 'les
&te marquis depuis le s6isme d'il y a Etats-Unis seront toujours aux c6t6s d'Haiti.'


un an.
Tandis que selon Martelly, et pour les raisons m6mes
de sa champagne 6lectorale A laquelle il ne peut toujours pas
mettre fin n'ayant encore rien de concrete (pas m6me un pro-
gramme achev6, ficeld, tamponn6 et surtout chiffrd) A offrir a
ses partisans, la situation reste la meme qu'au
lendemain du 12 janvier 2010.
Hillary Clinton advance que 20% des
debris ont &te enlev6s. Ensuite 300.000 jobs
temporaires (programme 'cash for work')
ont &t6 cr66s, aux bons soins de 1'USAID,
organisme du gouvernement amdricain pour
le d6veloppement international.
Parc industrial dans le Nord

La secr6taire d'Etat am6ricaine
mentionne aussi un project de parc industrial
dans le Nord du pays, avec la participation
d'entrepreneurs de la Corde du sud, et qui, A
son achbvement, devrait fourmir du travail A
20.000 personnel.
Enfin Mme Clinton place aussi
come achievement la r6alisation des elections
pr6sidentielles et l6gislatives.
Un nouveau chef de l'Etat et un nou-
veau Parlement entreront en function dans les
prochains jours.
De son c6te, Martelly c'est le verre A
moiti6 vide. Ayant fait champagne sur le theme


c
t
d
d
P


d
d


Or personnel n'en a jamais doutd. Et c'est lA le hic.
Car le tout est de savoir sous quelle forme se manifeste cette
presence, toujours A nos c6t6s !

Mister communication ! ...


La secrdtaire d'Etat Hillary Clinton lors d'une recent visit
dans un centre de traitement du cholra en Haiti (photo Thony BNlizaire)


Des recommendations de I'OEA qui

(RECOMMANDATIONS OEA... suite de la page 4) mis, selon que lesdites recommendations soient appliques
ou non, l'l1imination apris le 11r tour du candidate du pouvoir,
'est un candidate de l'opposition (Alternative) qui 6tait en Jude CWlestin, pour le remplacer par Mr Martelly ; puis dans
6te. Mais mercredi dernier 20 avril, celui-ci se retrouve bon un deuxieme temps d'assurer la victoire de ce dernier sur sa
ernier, les deux gagnants sont le candidate de Lavni, un parti rivale Mirlande Manigat (malgr6 que celle-ci 6tait arrive en
e la meme mouvance que INITE, tandis que le candidate du tete dans les r6sultats du 1er tour, ce qui ne constitute done pas
arti au pouvoir est du second s6nateur. un crit&re).
Enfin aujourd'hui c'est aux memes recommendations
Nous connaissons bien la musique ... del'OEA que fait appel le president elu afin de se manager dans
Protestations de l'intemational, en tete le D6partement le prochain Parlement une majority un peu moins inconfortable
'Etat am6ricain et le repr6sentant special du Secr6taire general (son propre parti, Repons Peyizan, n'ayant collect que trois
e l'ONU en Haiti, Mr Edmond Mulet. sieges de d6put6s sur 99 et pas un seul s6nateur), attend que
A leur voix se joint aussi le president dlu Michel le parti au pouvoir tente d'arracher la majority dans les deux


Martelly.
Ce dernier en appelle A l'OEA pour l'envoi d'une
'mission d'urgence.'
Mais maintenant on connait bien la musique. Retour
aux recommendations de l'OEA. La cl6 infaillible qui a per-


PORT-AU-PR
opposition du verre A m
s'estjoude lors de la coi
credit derier 20 avril, du
et de la secr6taire d'Eta
Deux approci
Clinton, des points ont


Port-au-Prince, le 21
avril 2011 - (AHP)- La Mis-
sion d'Observation Electoral
(MOEC) conjointe OEA/CA-
RICOM a d6clard jeudi pren-
dre note des r6sultats d6finitifs
du deuxibme tour des elections
r6sidentielles et 16gislatives an-
nonc6s par le Conseil electoral
provisoire (CEP) dans la soirde
du 20 avril 2011. .
La Mission salue la
confirmation de l'dlection de
Monsieur Michel Martelly au
poste de Pr6sident de la R6pu-
blique d'Haiti et l'en f6licite,
indique un communique.
Toutefois, en ce qui
concern les r6sultats des 6lec-
tions 16gislatives, la MOEC
dit attendre l'affichage des
decisions prises par le CEP suite
aux s6ances et d6lib6rations du
Bureau du contentieux electoral
national (BCEN) pour com-
prendre le raisonnement qui a
conduit au renversement de 18
classements affich6s lors des
r6sultats prdliminaires.
"La MOEC exhorte le
CEP A afficher les decisions du
BCEN dans les plus brefs d6lais
afin d'en informer les candidates
et parties politiques concerns
des faits qui ont motive leurs
decisions", indique encore la
note de press.
La Mission rappelle
que la transparence demeure


un 616ment essential pour l'int6grit6 et la
l6gitimitW du processus electoral, surtout en
ce moment critique de la proclamation des
r6sultats d6finitifs du deuxibme tour ... compete
tenu aussi du travail rigoureux de verification
entrepris par le Centre de tabulation des votes
(CTV) ainsi que de la teneur des plaidoiries
lors des auditions au BCEN.
Rappelons que lors des r6sultats prd-
liminaires publi6s le 4 avril, le camp du can-
didat A la pr6sidence Mirlande Manigat avait
fait savoir que le CEP n'avait pas applique les
recommendations de la mission technique de
l'OEA qui avaient permis au candidate Michel
Martelly d'aller au second tour apres en avoir
&te 6cart6 au profit du candidate de la plate-
forme pr6sidentielle (Inite), Jude CWlestin.
Mirlande Manigat avait d6nonc6 "un
hold up r6alis6 au Centre de Tabulation des
Votes" (CTV), faisant savoir qu'une visit
r6alis6e par des conseillers 6lectoraux, don't le
president Gaillot Dorsinvil, au CTV Ala veille
de la proclamation des r6sultats prdliminaires
du scrutiny du 20 mars, avait uniquement pour
objectif de falsifier les r6sultats.
Mme Manigat avait d6nonc6 une
operation de type mafieux dans laquelle
l'audace, la corruption, l'argent et les menaces
ontjou6 un grand r6le.
La MOEC avait cependant jug6 les
r6sultats conformes A la r6alit6.
Cependant, elle insinue aujourd'hui
que le renversement de 18 classements l1gis-
latifs tels que proclam6s par le CEP lors des
r6sultats d6finitifs, don't la quasi-totalit6 en
faveur de la plateforme gouvernementale, ne
refltterait pas rdellement la volont6 des 6lec-
teurs des circonscriptions concerns.


Page 6


LLY:

noitie vide !
Le president dlu a pris la precaution de se d6placer
avec son dossier de press pr6pard A l'avance. Michel Martelly
ou mister communication ! D'abord l'utilisation de l'aide.
Est-ce que le pays en tire tout le b6ndfice qu'on dit ? Qui
pis est, les Organisations non gouvernementales (ONG) qui,
d6nonce-t-il, reqoivent plus que toute l'aide international A
Haiti (d'ofi notre nouveau surnom de 'rdpublique des ONG',
en plus de l'immanquable 6pithete de pays le plus pauvre de
l'h6misph&re), mais qui n'ont de comptes A rendre A personnel
et se soucient comme d'une guigne des plans de d6veloppement
de l'Etat haitien (s'il en est !).
Est-ce que les Etats-Unis, et d'une manifre g6ndrale
les bailleurs intemationaux, sont pr6ts A r6viser
leurs perspectives pour convaincre le people
haitien que le verre est A moiti6 rempli car
aucune magie, nulle tour de passe-passe md-
diatique ne lui fera oublier qu'il (le verre) est
toujours d6sesp6r6ment vide.

Des eufs f16s ...
Pour 20% de debris enlev6s, c'est dix
fois plus de retrouv6s car des maisons qui sem-
blaient avoir r6sist6 au s6isme se sont rdv6l6es
des ceufs f6l6s ou coquilles vides.
Ensuite Mme Clinton plaide pour
sa paroisse, elle mentionne la contribution
des Etats-Unis dans la lutte centre le cholera
mais quid des m6decins cubains qui grimpent
jusque dans les sections rurales les plus recu-
1les dans la montagne pour aller soigner les
malades.
Quant au nouveau parc industrial qui
doit fournir 20.000 emplois, le project pour
l'instant ne va pas plus loin que le panneau
publicitaire qui vous reqoit A Caracol, locality
dans le Nord du pays. (MOITIE-MOITIE /
p. 10)


font et defont ...
chambres pour effacer son manque A gagner au niveau de la
Pr6sidence.

Quelle est la veritable finalitW de ces elec-
tions ?
D'ailleurs on entend dire ouvertement aujourd'hui
que ce sont les recommendations de l'OEA qui ont vaincu Jude
C1lestin. Dans le cas contraire, c'est lui qui serait A la place
de Michel Martelly.
Quel est finalement le sens de ces elections ? Mais
plus important encore, quelle est leur veritable finality ? Allez
savoir.
Haiti en Marche, 23 Avril 2011


La Mission conjointe OEA-CARICOM


exige le respect

de la volonte des electeurs


Le cabinet MYRIAM SANCHEZ HILDENBRAND, LLC
- obtention de [a carte verte
- prccddure de naturalization
- visas de travail et regroupement familial
- representation aupres de la Cour d'lmmigration


Myriam Sanchez Hidentrand est une advocate en droit de
I'immigralion avec 10 ans d'experience au service de la communaute
francophone a New York, dans le New Jersey et le Connecticut.


- . ---- - - - - - - - I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - -





Mercredi 27 Avril 2011
Haitien Marche *VolXXV * No09


...DANS LA CRISE


Amnistie suppose d'abord condemnation


(AMNISTIE... suite de la lere page)
PORT-AU-PRINCE, 20 Avril - Curieuse declaration
de Michel Martelly au journal montr6alais La Presse.
Selon ce que rapporte le journal, le president lu
d'Haiti songe a amnistier les anciens presidents Jean Claude
Duvalier et Jean Bertrand Aristide.
Martelly promet la cl6mence a ses deux pr6d6cesseurs
parce qu'il entend, dit-il, en tant que premier responsible de
la nation, regarder de l'avant et non vers le pass.
L'ex-dictateur Jean Claude 'Baby Doc' Duvalier,
revenue subitement au pays apres 25 ans d'exil en France, est
sous le coup de plusieurs inculpations pour d6toumements de
fonds publics (plusieurs centaines de millions de dollars).


D'autre part, au moins une vingtaine d'accusations
pour crimes centre l'humanit6 executionss sommaires, tortures,
detentions arbitraires etc) ont &t d6pos6es centre lui.
Quant l1'ex-pr6sident Aristide, apres son renverse-
ment par la force du pouvoir en f6vrier 2004, il a fait l'objet
d'au moins deux investigations pour d6toumements de fonds
publics par des organismes locaux de lutte centre la corruption :
1'UCREF et 1'ULCC.
Ce qui aboutissait a une poursuite engage devant la
justice a Miami (Floride).
A son arrive au pouvoir en mai 2006, apres deux
anndes d'un gouvernement int6rimaire, le president Rend
Prival annulait le proces engage Miami centre l'ex-pr6sident
Aristide pour vice de forme parce que l'Etat haitien ne peut


engager une poursuite a l'exterieur si unjugement n'a t& rendu
contre cette personnel en Haiti meme.
Michel Martelly pretera segment le 14 mai prochain
come nouveau president d'Haiti.
Le chef de 1'Etat est le seul a pouvoir amnistier un
condamnd.
Mais nous pr6cisons : un condamnd.
II ne peut y avoir d'amnistie sans inculpation, juge-
ment et condemnation.
Ace jour Jean Claude Duvalier est toujours en liberty.
Quant Jean Bertrand Aristide il n'y a aucune accusation port6e
contre lui.
Les pressions augmentent de jour enjour pour traduire
(AMNISTIE / p. 10)
zbi* .vi m1 ."


Retour en Haiti de 'ex-president Jean-Bertrand Aristide apres un exil de 7 ans en Afrique du Sud
(photo Haiti en Marche)


Convocation au Parquet de Port-au-Prince de l 'ex-president a vie Jean Claude Duvalier
(photo Haiti en Marche)


MIAMI.=3D


AVI LEGAL
Doapre Lwo Fl or id 1-S"! '--1:i.~7 yap aij'ze voIe yo ki sou i pi bo In o. Nap avize w ke haze sau enlrii~ nnursv~ i inEaFoi.ro ar ii a o a rad
nou ko~idakhe Si p~vi& K~oi ten Mr'iamii -Oal5i Flnr id, pu pila L t ranil au upie re6ipsyn Avi 1,3u pby nou kupuh iv eiv urr u 6ii~u ia yu bezi ' vuar ke w Pa 0d:' b 10 epi
pou nov we kunnpvnt Fadpoir nS aroieiwp ~pan n a let so-a, soa-.1 cldw men nen Si 30~F le kyan an Mde ik e w pa 91Iii ib e x yo vo re ire non w can ss
1':ik i grji wr�i Foao. S I w q '.2r~vi anrkenn kc.rf on A u koze so-a, ianpri konra kiff ipbl 2c E &q'i yo non 2V'J'J NW '" iH, e fij'. Mi A mi, F lord swu r~el 1)-499-a363.
ypvi i n a ~,nanrjis- aa bD6Re r o e�!S


Addisonf, Mwin D


726 NE ISrAY! ~Miami FL 33132


Jones, DoancI P


'22? NW 58Th Si 'A, .i-i FL 33 4


Amiok(r Corlos J O20215 NW 5?Nd Fl Op aLuk.3 FL 33955 Joyner Jamcie `R55 NW 33Rd An N liowr1 FL 33147
Auqustavil Erverne t I N L 12"' Th Sl Apr IN or+l M iF L .33161 Lawo~rn, %k-!c iueI'90 NW d -h Te r U Pit4 Viarn FL 133C
BcIr Nc 'rrm J 595 NW �jTh 5i1 'i~ri F. 3315C Mel an, AIN�.lF 2".M. ''/ h W ."26Aye Miami FL 33167
B kV'-i R.q 11.14 02735 NW h%'10Av-� a'i- o FL 33127 .Yt'rd: 8ra~oxfoniJ 5461 SW 41SIiTer M 3ri FL 13' 34
BL:,. Ce I w, ius 271 DH SW 135Th Ave- Haneiec F L 33012 Miller, Shiaven L 6175 SW 64Th re~r Soullh Midnri FL 3.3143
3e-h-1, Jeffery L 331 r.a-'c i A~e 0 Do Loka F L 33054 Y.'c -n I elj ~J5 SW 551h1 hS5 V.,0i- ILK332j15
BI �%k, ,P.nr rr 1l[i: P;r' ' m I S StM cr mp -1 27 10 L 1Fr .i~lNF 1 1:'I h '�T e CI HOT !r L {'.1
Brow n, Louro M 100I81 SW 70Th 4v P i ric!, F L 33' 56 ?,['JL,. EveIi a 2357 SW 1 061h Tpr Mioami FL 33186
BL~IUld. uRUI�J A j227 Grad D - C(uiciIGablviesFL 33133 PLriz. E huith 212601 NW 27Th Aye #40. 15M~ijmi FL 2.1Y-
Ar ;l,:i &rro M 1 II W J1"N1 9 -of PA. 0 K - 1. S' 'iDI' J-[r.)n rv - ,60 hw ' �1 IRc M'oi'l. Gold,!%FL K-C-t
BL. I zrL'iri� ir p ia - 1l$07NW 44T h Sr Via m' TL 33142 P in if P A, .,-, D I INI itN W :Q l~ic A I l. 5M.an n IFIL.
Bvii.inri. Rnnn ie 0 27944 SW I 3Thfi (IX- DHamesiead FL 13032 Po'rai, RDul '0400 NW 35TIh P1IMi,3mi FIL33147
Cr1j:, A-I � di up PG ED" 9E.- 15 Hjirw ic, id FIL 33F T Fl-ridJ(- I P E dir 694% NW'41 Sl �e u wi Gcid -is FL33055
tolrnbp 1. All r,-, M I I Uol)W 207Rd Ln F Ho--rr!�ea F 3, 2R ro, ( f;g'ir ri A 67 N I h'?h t,M jiiF. 33
n*~.;P. Andre K LAtW NE I 'lh Dr +r.rr--.-,r.11-. fL C,'IRoinson, Aritawn 124 Ni'O I L 1lh S1 Mia mi i L 1368
Colh- IrtP.JRTt:ii m 28r9NW% 49Th Sr '14i Ili FL 3314? Rotli1 nsi, 4 nrrpnhip( L 423 N~il9Th Si Api 27 Mianni FL 33136
Cuharc '-r mE V7f W13T1 e*;~IJFL 33014 SwvUui:. oiia F 28203 S'bY125Th A�e 1101 rii'orC FL 3_707]
D, cc{. Rd 1J1khe { W 1 41h Si i "31r6 SIC.ul, UOrian 1421 (12 SW . II �F 51i -mrdFl, .Thi.
bin? YSforgeA ir- lW 8A15 S tt 4 J HI': Mn'nah F L..'1 4I . Sinre.'Fnriq~ Ip 4M SW I1Th $t Api 3 Miami FL " ':
FredE Ii~k. Jeain W �25 N E 1 Ch Si N'rl h Miami FIL 33161 2.. Ternon 1i Barrt-f 10 505 NW 5Th Cr Mdir ii FL 33127
UGithin, No)ru i 24 66 NW 66Th Srt Vic IF L 3114 7 TLh-d AAnrhny '_______ 9800 SW I 80Th Aye # 4W JMiami FL 33167
t ~ ~ ~ ~ V Id~.h4I'~J ~ ~ . I ~h Si Aprt MiaiF L 33 1 '6 7 k~rir714 SW 2'�I ler Mi m- F L T V
Hanrin, 1-13�em A ?Q1 I NW �'TF Av, WinrnmI Fl .A2411 Villoiaro. AnceI R q Ni �' V10Th Aye '0 739 YMirrgi FL 3.31 SO
Herruid~z, L~niy H 41 31 ,S1 S'Miami FL 33127 . k~ii' brey 730 NW75Th Sr MY urni FL 33150
1 nf amrt, He id iMY. 33 NW 1 '.Th Ane Api A Y a ui i F L 33128 WeIltm, chorka C *71 NW tT h StrMinrri FL 33150
Joh nso. Anrhoer t1 MONW 55 fh Sr Miormii L 331142 7' 'ijI 136 NW I'll Ae r *-M 'a ani F L 33 121
-~;i dyr~re WiNYirA ", 10 �I:i rt. -1. 1 111.2? rrinr Frif. 1 A VI -ir;v!a.1 � A ? I ;..I- Y. Icrrri F tI.

Lesteir SilDa
Sipviz6 [Elakycin, Konle Miam`-ad


Page 7





ARTS & SPECTACLES


1 Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 14


Haiti-USA: Jacqueline Charles

Journaliste noire de l'annee
Mercredi, 20 Avril 201118:05 HPN Nouvelles - Nou-
velles Internationales
La journalist amdricaine d'origine haitienne, Jac-
queline Charles, reporter du Miami Herald, a t6 honored
par le National Association of Black Journalists du titre de
Journaliste de l'ann6e.
Jacqueline Charles, correspondent pour la Caraibe du
quotidien amdricain, The Miami Herald, a &t d6sign6e Jour-
naliste de l'Annde par l'Association national des journalists
noirs aux USA, la plus grande organisation de journalists de
couleur dans ce pays.
Travaillant parfois dans des conditions extremes,
l'effort continue de Jacqueline Charles a contribu6 A attirer
attention du monde sur Haiti, un pays ddvastd par les inon-
dations et un tremblement de terre qui a conduit A la perte de
centaines de milliers de vies.
Elle continue A couvrir les bouleversements politiques
du pays et ses efforts de reconstruction, indique le Miami
Herald.
Jacqueline Charles a pass les 15 derniers mois
en Haiti dans le cadre de l'engagement du Miami Herald A
suivre l'actualit6 du s6isme et ses consequences, continue le
journal.
Tout en 6crivant sur le relbvement et la reconstruction,
elle a dfi fair face A une 6pid6mie de cholera, un ouragan me-
La reporter du Miami Herald assigned & Harti, nagant et la crise politique qui a finalement about A l'61ection
l'hairtienne-amnricaine Jacqueline Charles d'un nouveau president.


RARAS


2011


L , - i ,i / I f II
i ' ' , l I/ 'Oi -/ JIl...... I I. . .. . . I
Llilll ... / I .."..'L. I,. i"'** lL* l ,. " ,,i ll-l- . .li -I . / "L
,,, m. , h s. .I, !2 ,,, n o ,,. ; /H ,f ..h , !!,, /[, ,. u I,,. ,


L'actrice
Marie-France Pisier
est decedee
L'actrice frangaise Marie-France Pisier, 6g6rie du
cinema d'auteur, est d6c6d6e A l'age de 66 ans dans la nuit de sa-
medi A dimanche A Saint-Cyr-sur-Mer (Var), ou elle r6sidait.
La comedienne a &td retrouv6e morte dans sa piscine,
a-t-on d6clard de source judiciaire.


Marie-France Pisier popularis&e en Haiti
par le film Cousin-Cousine
Le parquet de Toulon a ouvert une enquete pour "re-
cherche des causes de la mort", une enqu6te qui n'est en rien
criminelle, a-t-on pr6cis6 de meme source.
Une autopsies sera pratiqude "dans lesjours a venir" a
Marseille, ainsi que des examens toxicologiques.
Le corps de Marie-France Pisier, examine dans un
premier temps par un m6decin 16giste, ne porte pas de trace
de violence externe, a-t-on dit de meme source.
L'une des pistes envisages est une chute accidentelle.
Des travaux 6taient en course autour de la piscine de la residence,
a-t-on ajout6 de meme source.


QH,SJ7KhPL.


Page 8


Genyen asirans pou tretman



dan a bon mache... pou



mwens ke 1 dola pa jou.





Telefone reprezantan Humana

w lan jodiya menm!

Mike Bully

561-389-0813
S--8 a.m.- 5 p.m.MANA
Ai HUMANA,


- -- -- - -- - - - - -- - - -- - I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - -


mmi


IF. 41 1




Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 09


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


�-'o
I-- ,*"� ... .
r.:-


12 janvier 2010, la Banque Nationale de Cr6dit (BNC) sal...
de toutes les victims du tremblement de terre, en g4ndralt celle de

ses employes, clients, partenaires et amis, en particulier.



La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au

pays et aux families si durement eprouv6s par cette catastrophe.

Les soubresauts de l'ann&e 2010 n'affectent nullement l'ardeur de votre

banque a vous accompagner dans le financement de vos projects et A par-

ticiper aux efforts de regen.ration de la richesse national. Sa mission, aprs

cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble & . -.

la reconstruction de notre pays.


->- BNC: Votre partenaire pour la reconstruction d Hati. .


- ....... ' ..........

-w
t t>�x C L. '
.... " N I ... '2- - - " " - a- -


Page 9


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - -1 - - -- , - - - , - - - - - - , - --- - - - - -- - - I






DROITS HUMANS


Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 14


Amnistie suppose d'abord condemnation


(AMNISTIE... suite de la page 7)
Baby Doc en justice pour les nombreux cas de crimes centre
l'humanit6 don't son regime (de 1971 a 1986) s'est rendu cou-
pable.
Ces pressions viennent davantage encore des milieux
intemationaux, y compris le secr6taire g6ndral de l'ONU,
Ban Ki-moon, qui estime qu'un tel proces serait la meilleure
indication que Haiti se dirige vers un Etat de droit.
La declaration du president Olu Martelly est done
plut6t anticip6e.
Evidemment le prochain gouvemement a tout a fait le
loisir de continue les poursuites d6ji engages contre Duvalier
pour d6toumement de fonds mais aussi d'entamer une action
semblable contre l'ex-pr6sident Aristide, s'il y a lieu, sur la
base des investigations conduites pendant la p6riode int6rimaire
(2' 11 4-2 11 ,) par UCREF et ULCC.
D'autant que des condamnations ont &te prononc6es
par la justice f6d6rale en Floride contre deux anciens hauts
fonctionnaires de la Teleco (ex-compagnie national de t616-
communications) et contre un entrepreneur am6ricain dans le
cadre du meme dossier 6voqu6 a l'encontre de Mr Aristide.
Des allegations qui ont toujours &te repouss6es par l'avocat
am6ricain de l'ex-pr6sident, Ira J. Kurzban.


Et lors du recent retour de Mr. Aristide en Haiti,
aprbs 7 ans d'exil en Afrique du Sud, aucune de ces accusa-
tions n'a &te reprise ni par les officials amdricains et franqais
(Washington et Paris sont les deux capitals qui avaient &te
le plus impliqudes dans son renversement), ni par la grande
press international selon laquelle l'ex-pr6sident doit sa chute
en 2004 a 'son incompetence.'
Cependant le prochain pouvoir de Michel Martelly
aurait l'intention d'inculper aussi l'ex-pr6sident Aristide. Ce
pour contrebalancer l'inculpation d6ji annonc6e de Baby Doc.
Il y a done li aussi un calcul politique ...
Puis d'utiliser le droit de cl6mence qui est le privilege
exclusif du chef de l'Etat en faveur de l'un comme de l'autre,
ce qui r66quilibrerait alors aux yeux de l'opinion la faveur faite
a l'ex-dictateur.
Or la cl6mence pr6sidentielle ne peut jouer que
dans un cas de crime, disons, qui ne regarderait que l'Etat en
question. Un meurtrier peut 6tre amnisti6, quoique dans les
conditions fixes par la loi.
L'amnistie peut aussi concemerbien sfirune condam-
nation pour d6toumement de fonds publics.
Par contre l'amnistie ne peut 6tre d'aucun effet dans
les cas de crimes contre l'humanit6, qui ne concement pas


seulement l'Etat ou ils ont &te commis mais, comme dit le mot,
toute l'humanit6. Ce conform6ment aux traits intemationaux,
tous signs et ratifies ces dermieres annees par Haiti.
Atitre d'exemple, en 1990 le president Carlos Menem
graciait les responsables de la dictature militaire argentine,
l'une des plus terrible de l'histoire de l'Am6rique latine, au
nom d'une loi dite du 'Devoir d'ob6issance.'
Mais cette loi fut rdvoqude en 2005 et les g6ndraux
Jorge Videla, Emilio Massera, Leopoldo Galtieri et Co. ont &te
condamn6s a nouveau a de lourdes peines que certain d'entre
eux continent a purger.
Les crimes contre l'humanit6 ne sont sujets ni a
prescription ni a l'amnistie pr6sidentielle.
Or parmi les plus engages pour fair juger Duvalier on
trouve 1'UNASUR (Union des Nations Sud Amdricaines).
Pour finir Michel Martelly a aussi int6ret a se mdfier
d'un dernier tout petit principle, ce qu'on l'appelle : conflict
d'interets.
En effet, le president Olu a le meme avocat que l'ex-
dictateur. On ne peut etre a la fois juge et parties !

Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Le PC approve les reformes economiques radicales de Raul Castro


Le Parti communist cubain a approuv6 lundi des
r6formes 6conomiques radicales et d6sign6 de nouveaux diri-
geants a l'occasion d'un congrbs exceptionnel, annoncent les
m6dias officials.
Les noms des premier et deuxibme secr6taires et la
composition du comit6 central et du bureau politique seront
d6voilds mardi a l'issue de la session de cloture du congrbs,
precise la t6l6vision cubaine.
Le president Raul Castro, qui aura 80 ans en juin,
devrait 6tre Olu premier secr6taire du Parti a la place de son
frbre Fidel.
En revanche, le choix du deuxibme secr6taire et la
composition du comit6 central seront 6troitement surveill6s
par les observateurs en qu6te d'indices sur l'identit6 du future
dirigeant de Cuba.
Depuis que Raul Castro a annonc6 samedi que le
gouvemement envisageait de limiter le nombre de mandates
a la t6te du regime, la question politique est passe devant la
modernisation 6conomique.
Comme pr6vu, plus de 300 r6formes ont &te approu-
v6es bien que plusieurs soient d6ji en vigueur.
Les reformes proposes visent a relancer une 6cono-


mie dirig6e par l'Etat, croulant sous l'endettement et marque
par une faible productivity et don't Raul Castro souligne qu'elle
a conduit le communism cubain au bord de l'abime.
Ces changements incluent des coupes sombres dans
les effectifs de la function publique, les subventions et les
d6penses et une ouverture
accrue au secteur priv6, don't
la possibility pour les petites
entreprises d'embaucher leurs
propres salaries.
RATIONS
La modernisation du
systbme 6conomique cubain
6tait le seul theme formel- %
element inscrit a l'ordre du
jour du Vie Congrbs du Parti
communist, le premier de-
puis 1997.
La fin des rations
alimentaires distributes cha-
que mois aux Cubains depuis
plusieurs d6cennies est un


r6clamaient tres largement, m6me si des restrictions accom-
pagneront probablement ce changement.
Dans un editorial public dimanche a la une de
Granma, journal du parti unique, Fidel Castro dit soutenir les
r6formes mendes par son frbre.


ti'r'f�r Ikor't G RATISpu I770f~


Samdi,

30Avril
10:30a m. -, :: mi.
Main Library
101 W. F 1-.;-rr St
I :3 .375.B00.1A


*.
ff I,


'Thcrn ZDnrC ipou Adolosan)

G Cwc)o -y-i t M1a r vc r 6

*Pbsonaj Koni T ncaun

M iz

*Atizara

*Perilire F'iu

K* jl-

* ~3v~.I!Ti Zanfiv


Pl n Gr,1i


symbol de l'abandon pro-
gressif du systeme patema-
liste. Castro a d6crit samedi
cette ration comme un "far-
deau insupportable" pour le
gouvemement cubain.
Autre r6forme ra-
dicale, les Cubains vont
pouvoir acheter et vendre
maisons et voitures, ce qu'ils


(... suite de la page 6)
C'est le pom-
pon ! ...
Enfin, les elections
qu'on voudrait presenter
come la cerise sur le gateau
mais c'est plut6t le pompon
(!) car nous voici a nouveau
en pleine crise des r6sultats
d6finitifs du second tour des
16gislatives !


L'ancien leader de la revolution, ag6 de 84 ans, se
dit impressionn6 par la quality des discours qu'il a entendus
dimanche.
"La nouvelle g6ndration doit corriger et changer sans
h6siter tout ce qui doit l'Ntre et continue a prouver que le so-
cialisme est l'art de rendre possible l'impossible", dit-il.
Fidel Castro ne s'est pas encore rendu au congrbs.
Les m6dias strangers n'ont pas &te autoris6s a assister aux
reunions.


En tout cas, trbs belle prestation de notre president
Olu que cette conference de press au D6partement d'Etat
am6ricain. C'6tait l'occasionoujamais de faire oublierlaviddo
en travesti de camaval que des adversaires sans imagination
continent a faire circuler.
Mais maintenant video, conference, plan de commu-
nication, finis les beaux discours. Meme s'il 6tait a moiti6 plein
qu'il est a nouveau totalement vide le verre car c'est Haiti qui
ne tolbre plus les solutions a moiti6.

Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Page 10


Raoul Castro plkbiscitO par son ainW Fidel comme nouveau chefdu PC cubain (Reuters)


CONFERENCE HILLARY

MARTELLY:

Ou le verre a moitie plein

ou a moitie vide !


NOTE D'UN LECTEUR

Cher amis de Haiti en Marche,

Vous avez mentionn6 dans votre dernibre edition que Jean-Pierre Boyer fut
enterr6 au cimetibre du Pbre la Chaise en 1850, a Paris, c'est bien vrai, mais en 1972 ses
restes furent places dans une tombe commune dans ce meme cimetibre. Quelle honte pour
un ancien chef d'etat haitien qui s'6tait nomm6 president a vie; meme dans la mort il ne
fut pas a vie. Sur sa tombe, de 1850 a 1972, on avait inscrit" G6ndral Jean Pierre Boyer,
president d'Haiti.
Felix Pierre Louis





Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 09








10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance



Siminaire en
Planification et gestion de projects
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Hauti, WI.

Par courriel: c.f d.e. delmas @tgmail.corn
Par telephones: (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 3444-2001


LES PETITES ANNONCES


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)


Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


Page 11


Le Manolo Inn
DANS LES NIPPES
SDeU lkihk ,trs di plaie
* C'hAbrmN lur onrfort ltrc
air cM.iili..f el Salle dle
WE tale stoCs",- .
* kith di4wm Ir pr4prir
per qas r Gn d CdrpL
* Le Sol d Bmrril
* Le Philh dri Sre
oaUterUaw IAm. i

T* L fia Eulhe de Fuit
Tmn dataumi de d 17-
Jiuele-,


Tiliphaies: 56-5361
411-7108 1 514-304


Internet disponibl
pour les clients


EGAL ITE
REPliBLIU)lE D HAITI


FRATERNITE


LIBERTE


ECGALITE
REPliBLIU)lE D HAITI


FRATERNITE


AVIS DE DIVORCE
II (st poIli I Li conluissnK1 ic$ ,1 C d is IInI''ss$s qu i L(i dit dlN \ 111i. qliu l' 1 N Ills
dell\ Iilllk Ocn/ 124 i N I- N L 2''11 I TnllbLun l ldcic |I' llll'lC ICnstlll c'i dc Poil-ai-PiniccI' a
Ilu une desliK'ClCion ciitle Ics lpLiU% RecIs RE I()!iIR Ia lfieml nIK Elimiiia FlnOIS donti
Ic disposiftll cit anii IIbccl
PI ccs Moilols Ic Tbiibnil llapics Cv\Iliil n i t sil llcs conclusions dtl NlniiiSlIC
Public Naiiiciin Ick dilaLit tic ( coiic LI di'f(kni.ic.css Li .i".tiisdlC ludliniicC pIOll Ic
p1)0111t dul tifLi llticclicl folid I tdlti AlAction . illlKt 11 coi s(qlulcc Ic( ll\ OICc tILl du siCLI
Riees REJ( )I)IR d A\ cc son iipolse neci Elimiiin FiunicoIl |Ouls IiniIesLll s a21'\ c cl |Inbliqtilsc
,nLi\ toll dc I cpO sic |Ip OIIOIcc' I dissoltuIoi tiiiondes Ii .ns li I 11. 11 l ioniiiii li\ C\lis nt C.I ilC.I ls tilcts
CpOLi\ oldnoiii a I O)Ticl'i dei I ElIt II Cil d Li S ccIioni dic Poil-jiI-Pincc dic a IuicIIscii:
dlans SS IC''Islstle a Cc e i'istlnes leI d1pll OS tll d sc i im.cnt l clllint don't LuncIII l Ct I sc l IslC.'I
dLins I LIunii is qtIuoitdl'ns i Cditlnt i LI capital SonilS pcsic ik di ddiiiiiija-C-iis-IntltS icnci\s i
Ics ilisls II cclcl coniiilct I Iliusii C( NAL BRIEL de cc sI-icc p lOl LI Silunihicalioii
dc cc Ii'lciiciiint colipcicns kics dipinsi
/ .* ,, ., . , . ./,. / 'l' ,. . ,t i .,,i
'. .. .. i I I,. i l


AV'IS DE DIVORCE
II cst Ipowl , Ii L co llissi ll2nce' des IIn1i['1ssesqui Ii dj i du l A IA% lAdeu -mIll\ l
Oni/c I> A\ l'l 21' l k TiiIbuni l d l tic pi ciile Iiinstain dei Poll-aiI-Pniiic a ,ilndili nii tic-
cISioi ii'il ll s c'pli\ J% nh'.iiA I)IITI BelI'I Li flcini iii'mie MIari Fancoi'e (CLEMENT
dionit k dislposil st inllSI Iibell
PII ccsN M1oilsI kC TbLiiiunl ,ilpics EviicKin t Sill kICs Conciusions dt MilNiiiS.l'i
Public nin iiikll I d i tclalt (O)c~ti coi\ : ic IC l i defendeu lit Iia Si lSl.llld'C l ltp'ICiC IOil IC 1)01t11
du diclanit dccliic folind Ic dlit i icion ll .-(lin.t en coiInsequenceii c 1 \ l occi c il L iliic Je.ln
.Aliir BELLELIS iice M.iric Frianoi'c CLEMENT di a\c son Epou\ Jan Aibnci
BELLEIiS ponl inimnsLil _211\ ct cil pbliqitlcS s IL\ iontu dc I cppon\ piononcii Li dissolillon
des Ielns ls 1,1lJ11i10111IIi\ Cm\slit nt CllllC Is ditsu C p0l\ OidlOlliC a I OITffic 'l idc I ElIt ci\ il
de L seccition Est de Poll-jn-Piliin dc luinS isc dilns sS ic'L'istic cc d(cinics Icli dipo-
sIll" du Ipisl' lt 1Im_'lulcln nt don't in C\lllst sewl, Ins'l(dilns I un des qlIOtldl'ns S s dltant I
lI capital SOilSC |nI li L dc donllnllest-Iieillll S C i i \ c ImSC l s iC ssl II ii C tt (CoI llllt il I CIni.ssil
\ iliiili cUabil dc cc slwccc cpowlLiI S.niLi'llhciuoin dc Cc I-ic-liniicnt coimpcisc ksc dilpins
l .,,/ l .*i..li,... /,. l I ! l i,. , l.,
l:,'.-.. * It..


EGAL ITE
REPI_'BLIQ)liE D HAITI


FRATERNITE


LIBERTE


EGAL ITE
REPliBLIQ)liE D HAITI


FRATERNITE


AV'IS DE DIVORCE
II ist poil , Li h 1coii u1Sii icl . dest IIn ss qS i I ,i Li diti dc l ilin Scpiit iibic
diCi\ iiilk i di\ I ' Scptciiimbli 'i I1i li Tibihnial ide Picmiiiic'I IIni stiicc dic Poit-aii-Piincci a
I ndu li dei L ci.sion i.letl . lis pO\ Scp ol Pierrv J.in I l iin Ie1e GCuileii' Loui, don't
kI dispoistlf cSt alllW IIbellc
PJ ia ci s nI ot liS ti Tinbonii l Cc ipis. IC\Lii n a1t 1 i t SI ll s i onchIii n dt Mii lnLii IC Pu-
blic mll ntli .n lI. dcflit OCtiO\ . conlll I diendel �SSi i Ii sudlti , dii llnCi piOUl I 1plOft1
idudl n iLit dcLni l foindi Li tilit acion ,diliiii. n coiiSqLiiiici lC dil oicCi idul Sl Sol y
Pierre Jten.i dl \ c ~ pons.ic n Guilene Loui, piol iniilijuics lu\ cit Publilqucs in\
toll01 de I epOULSl piononce Li dissol0t n des liC ns IIC b l l hni 01iLii\ C.lat int Cilie l.s diltsu
ep0ln\ oildoniC a I olicii l de I Elat (C \ II di Ii Sccunon Esti d PoI-aji-PIiincm dei luiinciini
dLins sl s ii.' tls. a Ci i. dc stlIs Is le di posT ill du p|iCSCnt i l '.lneiC t diiii ont n li lt sC.ic i iniC .1iC
dlins I iun iC(s qtiiOitdlns ,i ILi capiltulC Sonls p|l I liC t( do intli'ii esi iiiic Int ClctS in\ Cis ls C ICs
s iI \ clictl coiiiiiill I uiiSi'i Jclai C ( aLiticd B aILI\ ails i d c c Tlibuni l polnI Li silificici llonl
d( Cc Il'.ni'icint coip.li s. ics d cpcnsi
/ .',, ., . ./. /l li/ ,, i. 'i,,,,
l ,. .. . 1 l / .Il.],. IA " "** i *, /,. i ?iI" l,.l


AV'IS DE DIVORCE
II est poe a Ico iiiilnIssnc des Inisses qu i i Ii I iduil id \ in2'1 qtiueC
Jillet diC\ ImillC nliCl i24 uInillki 2i""' Tlibuniil ide Piemiece Inistauicc de Poit-,al-
Piincic a i C indu Li diliCecc .onieiC l.sepo iOl\ EmIIIi.maniiel' D'SirI" Ii leiiii Ie nCC M.ir.it'lte
Paul diont l. dispositioil St aiinI Iibcllc
PJi Ccs niioius li Irbinil ,iics. Cil\iiilon it Sll l. con lusions dulN M iis.lN l .i
Public iniiailnii IC dIc iLan oc\i c conC ICc dfcindcii a i susdiiiC ailiCencC pon Icl pio-
it dui delnt iuc i lccLil lCfonilc Iij daltc cion. adilliCt n cons.equnceiicc Ic dl\oice dL Ii dinic
ncc M.aru.irett' Pauil i \cc dcson CepOL\ n EliIni.Iiiitl De'ir pIOi iinltiiCes p'ia\C ci
Piublilqucs piononcc Ii dissolution idesl liens miiiiioniiiLi\ C\lstNi ntC niile Ic.s (Ills cponL\
OldiOlon j I ofliclCi cde I Eat C ii\ iI le Li Scci.on Est dl PoiI-Jo i-Piiince dlc iicinsiie iins
ss lti 2idstlesI a C sutiCe iC dIspCstll du pillsC t il,_uliC nt donto LunciCa\ t SCli insiClC dins
I un des q luticdlns ia i capila i sos SOLp IlCdec lde dl|n0iaS I ntilCtS c ll Ii C s I s I ss dC II \
Ceceli coIinel I Imilssli .leJin C Liiude Bean\ is dc cc TiCbinib l poInIO I LI Siiirialo1ii ide cc
I'L_2'eiieint coilpuenlSec Iets deiens
/ ,,l . ../ ,. /,. i I,! l/i,., l'
I1,. ',.. ,n , /.,L ./,. 11.,, . /,.* ,, /,. . , !',,i ,.


EGALITE
REPliBLIQl)LE D HAITI


FRATERNITE


LIBERATE


EGALITE
REPlIBLIQl)iE D HAITI


FRATERNITE


AV'IS DE DIVORCE
II est pone i I i conliuiIssince des iiiesses qui Ii de il dutl Si\ t\ Il diLi\ milleC
on/Ce ui.nA\ ill il i leC TI binatile PIc . ieeI iiinaiice til Pol-JOii-PiiunI e a -leindii line decisc ion
Cntle IC Cs epoL\ DiI1nodi SloreA U \trnr Li flenine iCee Linda.i Jo%'Ih dilont IC dispositl eist
aiinsi ibellc
PaJ ees Mu ols Ie Tlbenhiil ,iplie. Ce\iiiCtn eti CIll IeCs conhlnsion dln MinistIe
Ptiblic iiiinilii IIC ielaliii ocioe C lco tl Li t ic llteilCeese a Li StSiidle aitliCeiic e pIOlll IC
plolit dtl n idlt ail elicc l fondiiee i lidite ation idnillit Cn Coseqiuence le IC til\ oce k il SCt i
Dunord Slor ec \rtI1 �i a c soI CponsCe Linda.i Jo(cI)h lpOnl inieL.S '_ii \ es eCi pibliiqties
piononce li dissoliiion des liens iIiiiiii iu\ C\isiInt eiitle Is dits eCpOn\ oldoniine a
I ()fficil de I Eiat (Ci i il l I section Est ide PoI-aii-P niice e tliiensice ildan ses leC'istiCs
ai c de.stiines le dispositif til lC p ies.ent i ntl2eC nt dii i ont til t ai t \i s.el ins.ele dins I uln ides
qtiioitdliCns s t e ii a i capital i sons |ei I e l e ticd iOiiiiii ell2 . ii InteletsC e i i Ie c iC IC iI \
cclcti coninilt I Imissicil Jlen C laiide Bcan\ is de ce TicbclnI l poi l iI si nfiilcailon de cc
ii_.lclieiint coiiipens.e l. ic tcpcliis
/ . ,* . . ,../ . / li ! l/ i,. ,,t i.
I ,. .. ."ii I A , , / '.*i /,. i,!f',iii:.


AV'IS DE DIVORCE
II est powe j Li conlliSIInce des InIe'elsses qu , I i de ildu SIX A\ il dei\ inllel
)Oii/e A\ i 2'l 21 1 Ie Tlbniiaul dc pIelllieie intli cce dc Poll-jiI-Plniice leIduC line dlCe-
c lSion eiine Ics epoU\ E'ien% L.Ihlien L lei fine iiee Kert Pierre diontl Ic disposillf es
,ISI IIbcllc
Pa i cs Mlolu lS e Tnbiiial iplies. C\iiioil eti C ill IeC s conclusions dul Minist.leI
Public NLiintin Ie dielialt ()eio\e cointl II dleCeindiileee Ii sisdii.ie aitldiecice ponill I
pIoflit idu del iut dilcc lalc foinld Iilc Ati action Adlimeil eii coisieqi(cie le ilc iCie til du silnL
Etmi ' L.AHENS di a' ec souiipos.e nee Kern PIERRE pOil inIiiclme s '_\ei | puibliqles
,n\ tOils dc I CepOLIse |pionOncee Ij disSoliiion ides b ien kls imiiitoliLni\ C\liIntI enile Ie.s
dits eCpno\ ()ldoniice I ()lliciec dc I Etat ni\ II die Li ScuIonI Est de Ponl-j,-Plunce idc
lu enIIISe Lin ses l e ist ICe ece I cc Ciidest IC tisposild utiLl diC |ieent Il'_2'eniie dni ont lil Le\iit
s L' lC Insele dLins I uni les qtioidleins e itiiianti i ,lcape latc . SOLnS IpliC dioiiiiiiall''s-Int'letSiC
enei' Ies less d II cl eli cominiei I Iminsslci \ ILNERET GABRIEL di cc cse'-'c onL Ii
si!iiiic,1iioii dil c ec IL'2'e ieiiint collipenise k. dlepeii
'. i ,, i , ./ . / /i. i, ,. li ! 'li,. ll , i
/ ' .i ', '..+ I+, +


1. Sweel Micky: Mickyap trip
2. Tantan: Pam Pam Pam
3. Sweet Micky: Anba Rad La
4. Mozayik: Mozlyik
S. Zin: The Best of Zln
6. Phantoms: DC Sou Konpa
7, Nu Look: Live I
8. 0ezo, Souke Kow
9. Ta o : Comps to thv Worlcid
10. mioxayrk: Ryhmnic RefI.ctions


LIBERTE


LIBERTE


LIBERATE


r ......................... . ........................ I






LIBRE PENSER


1 Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 14


< La politique est le seul metier qui se t
p.. .. a .', sans douteparce que lesfautes en son,
par d'autres que par ceux qui les ont commises. >>


Chers amis lecteurs, les derniers ve6n
ont eu lieu en Haiti ont provoqu6 chez moi un <
6motionneb> jusque-l inconnu. Je ne n'y attend
n'y avais jamais pens6 puisque, en Haiti, la force
nous oblige souvent a nous installer, comfortable
une sorte d'indolence spirituelle qui force a accept
et des gestes qui partout ailleurs auraient &te cata
docents. En Haiti, la vie meme s'installant dans
la plus abjecte, on semble tout accepter. On sei
s'en faire. On semble s'en foutre. De tout. Voil p
croyais fermement, comme je le faisais, cela fait u
d'anndes, que cela ne changeraitjamais dans ce pay
done comme nous faisons tous, regarder ailleur
la tate sous le sable. D6construire ma citoyennet6.
et laisser faire les autres. Et les autres ont cons
leur int6ressait. Un pays a leur measure. J'imagine
commencer a << s'indigner >>, a << s'engager >>, ai
une citoyennet6 capable d'6riger une nouvelle co
pays, et, come dit Hessel, << a se fonder sur les
la violation, quel qu'en soit l'auteur, doit prov
indignation. Il n'y a pas a transiger sur ces droits.
reste que cela. Et, c'est un apprentissage lent. Et
parcourir pour parfaire cet apprentissage est long.
rement a ce que dit la fable, quoique n'6tant pas 1
plus court, il est le plus sem6 d'embfiches.
L'apprentissage, chers amis lecteurs, est u
d'acquisition de pratiques, de connaissances, de
ces, d'attitudes, de valeurs (culturelles, technology




Les revenues de la famille Obama ont cont
nuerpendantl'annde 2010, d'apres ce que montren
d'imp6ts. Les royalties de ses livres, tous des best
beaucoup diminud. Mais comme il l'a dit, ses r
facilement assez 6lev6s pour rendre la famille 6
une augmentation d'imp6ts d'apres ses propres p
de reduction du deficit f6d6ral.
Le president et sa femme, Michelle Oba


passe d'ap- Apprentissage !
t supporters
modalit6s requises pour l'apprentissage sont diverse et se
A. Tournier basent sur, l'observation, l'imitation, la r6p6tition, la pr6sen-
tation, l'6tude, la mod6lisation, etc. On apprend a tout Age. Et
elements qui 1'UNESCO, maintenant faisant la promotion de << l'Education
< branle-bas tout au long de la vie >>, nous oblige a d6velopper nos capaci-
dais pas. Je t6s et a modifier notre comportement face a l'apprentissage.
des choses D'apres les sp6cialistes, << L'apprentissage human se d6finit
cement, dans en tant que changement relativement stable de la conduite d'un
ter des faits individu en raison de l'exp6rience. Ce changement survient de
alogu6 d'in- l'6tablissement d'associations entire stimulations et rdponses. >>
l'ind6cence Tout est done possible a quiconque ose. <>. << Wi'm
rble ne pas Kapab >> (Je dois pr6ciser en passant que chez nous le slogan
pourquoi je fut utilis6 dans une champagne d'alphab6tisation, bien avant la
ne trentaine champagne 6lectorale de notre cher Obama).
ys. Je faisais Enfin chers amis lecteurs, puisque j'ai parl6 d'ap-
s. S'enfouir prentissage, parlons de l'apprenti. Je me demand ce qui s'est
Ne pas agir pass avec ce beau concept << d'apprenti >>. J'en avais vu en
3truit ce qui Haiti de ces jeunes qui commenqaient a travailler, avec le
qu'il faudra << b6ss >>, a apprendre un m6tier. Il s'impliquait corps et ame
reconstruire dans son apprentissage. Il s'investissait car il savait que c'6tait
inception de le meilleur moyen pour gagner sa vie et faire avancer sa famille.
droits, don't Le lieu d'apprentissage n'6tait pas la rue. A l'6poque, on avait
oquer notre quand meme la d6cence d'avoir un << atelier >>. Ce qui comp-
>> I ne nous tait le moins c'6tait l'endroit. << Anba Tonl >>. Sous << quatre
le chemin A poteaux >>. << Sou pewon kay >>. Dans un << lakou >>. Mais pas
Et, contrai- dans la rue. Cela est recent. Il y avait aussi J.B. Damien. Et
e chemin le aussi la << Centrale >>, la << Centrale d'Arts et M6tiers >>. Puis,
plus tard, beaucoup plus tard, << l'Ecole Pilote de Formation
anprocessus Professionnelle >>. Et meme le << Canado >>.
comp6ten- Chers amis lecteurs, l'apprenti, chez le << b6s >>,
giques). Les apprenait en voyant faire. Observation continue. R6p6tition.



Les taxes d'Obam1
inu6 a dimi- clard lundi 18 avril un revenue brut ajust6 de 1.738.096 dollars
t ses feuilles pour 2010, en diminution car leur revenue pour 2009 6tait de
-sellers, ont 5,5 millions. La plus grande parties de ces revenues provient de
evenus sont la vente des livres d'Obama, << Dreams from my Father >> et
eligible pour << The Audacity of Hope >>. Les Obama ont pay6 453.770 dollars
propositions d'imp6ts f6d6raux, pour un taux de taxation effectif d'un peu
plus de 26 pour cent. Le taux de taxation maximum pour les
uma, ont dd- individus est de 35 pour cent.


r

La IRH a guatre ifalas k ridaentaux
C~re" l a alojr ,nirjierneet
xterie ide Is Monsrite r~akwciae.
An surar r of ic-c.ita, to


M54Jtw Id5ab~lhle diii~fv
firnancfw




Au pW& de ka r44~eini S'nIji. et de In
-.uprysarv.'orbar'~miren, ; RHaki ou[
d nripecle~r ceilps c at I do6--sournfr~elta;hu4



Le OanJwo qL~ anrk.- !asstv ai!,,qw Ws
d~h~�LL~1S inariviorus rT#1.pt-tnnt de

co~of~r~O-ei Ill!QuS e tI A LA
qLAhldi de leut-, LacIjli, 6 leuf 0015*,bi d
Chlalng..W1 *Iiiflrmc.ie do lemion U LAHS1
pcoc6t g.-du riar'-.6n irs~pLctir. '6giI~mro
das bmiques[ant ne pt;mn r-y ,df-pkMait
dp-%msq't In. cn iam ur% n qju ,;i f peorna�cl




En -a Q~~In0ban'quii7- do rttaL 'a BR
bent lIe C,:mr-we ctuan". de 6OUalIP5leg



a i m tapjc#. i pnlarne I. o d


Imitation. Meme a la maison, nos enfants apprennent de cette
faqon. << Joumou pa donen kalbas >> dit-on. C'est bien ainsi et
non pas autrement que nous renforqons nos comportements
de group. Etre et se consider politician maintenant est mal
vu. On ne voit que des << faiseurs d'argent >>, des individus
qui ne pensent qu'h leurs poches. Des << Patripoch >>, dit-on
parfois pour l'opposer au << patriote >> qui est une espece en
voie de disparition chez nous. On ne se rend pas compete que
la cause, c'6tait la << citoyennet6 >> qui depuis longtemps avait
fui les environs. On ne s'estjamais rendu compete que li ou il
n'y a plus de << politicians >> c'est que le << citoyen >> n'existait
plus, et cela bien avant. C'est l'engagement citoyen qui crde
le politician. C'est la responsabilit6 politique qui maintient la
citoyennetd. Pauvres de nous. On pensait pouvoir << nager pour
sortir >> mais on s'est noyd, spirituellement, intellectuellement,
iddologiquement. II ne suffisait pas de savoir nager !
Enfin, chores amies lectrices et chers amis lecteurs,
peut-on parler d'apprentissage dans le cas de la politique ?
Stevenson disait de la politique que c'6tait le seul m6tier pour
lequel la grande majority, pour ne pas dire tout le monde,
croyait qu'aucune preparation n'6tait n6cessaire. Et cela, si on
n'y prete pas attention, semble etre vrai. Moi, je crois, sincere-
ment, fortement, qu'il faut absolument avoir une preparation de
base, celle de << citoyen >>. Un individu n'ayant aucune notion
de citoyennet6 ne peut aucunement etre un homme politique.
Le politician est done come le << sac >> de notre proverbe.
Vide, s'il n'a pas une conscience citoyenne. Donc, << li pa
kanp6 sou anyen >>.
Et la reside le vrai drame du pays, F'absence de ci-
toyennet6 responsible, le manque de citoyens.
Mais, que faisions-nous au temps chaud ?
Oscar Germain
Avril 2011



a
Les Obama ont donn6 245.075 dollars - 14,2 pour
cent de leur revenue avant deductions et exemptions - a 36
organizations caritatives. Selon la Maison Blanche, plus de la
moiti6 de cette some est all6e a leur << charity >> favorite, la
Fisher House Foundation, qui b6ndficie aux families de soldats
tubs au combat ou rendus invalides par suite de blessures. Cette
organisation caritative touche toutes les royalties du livre pour
enfants de M. Obama, << Of thee I sing : A Letter to My Dau-
ghters >>, qui a &te public a la fin de l'annde dernire.
D'autre part, les Obama ont pay6 51.568 dollars de
taxes a l'Etat d'Illinois (parce qu'ils sont domicilids dans cet
Etat ; aux Etats-Unis, vous payez s6par6ment l'imp6t f6d6ral,
qui va au gouvernement de tout le pays, et l'imp6t de l'Etat
ouf vous r6sidez).
Les imp6ts des Obama seraient plus 6lev6s, bien stir,
si les propositions de Barack d'l1iminer le plafond de taxes de
Bush pour ceux qui gagnent plus de 250.000 dollars par an et
de limiter a 28 pour cent les deductions que peuvent deman-
der les gens comme eux, qui sont dans la fourchette d'imp6ts
sup6rieure, 6taient adopt6es. Et, come il le dit souvent, c'est
ainsi que les choses devraient se passer dans une nation don't le
deficit croit sans cesse et dans laquelle l'in6galit6 des revenues
entire riches et pauvres augmente de jour enjour.

(AdaptA du New York Times
du 19 avril 2011 par Andrd Charlier)


Nouveaux plans

d'actions presents

par le PNUD

(SEISME... suite de la page 2)
tional et la cath6drale Notre-Dame de Port-au-Prince.
<< Ce dernier tremblement de terre ne fut done pas une
surprise, et nous nous attendons malheureusement a d'autres
s6ismes. La bonne nouvelle est que nous savons d6sormais
quoi faire >>, note Mr Calais.
A lui seul, l'al6a sismique ne constitute pas un danger
pour l'homme, et ce n'est que combine aux enjeux en presence,
poss6dant une certain vulndrabilit6, que les s6ismes devien-
nent destructeurs. Ne pouvant pas intervenir sur la nature pour
diminuer l'al6a, l'dvaluation et la reduction de la vulndrabilit6
physique des ouvrages sont par consequent essentielles pour
permettre de r6duire le risque sismique. Grice a l'amdlioration
des connaissances, les progrbs accomplish dans le domaine du
genie parasismique permettent de se prot6ger efficacement, et
a moindre cofit, des s6ismes en construisant des bitiments dits
<< parasismiques >> capable de resister aux s6ismes.
Malgrd ces progrls, les s6ismes continent chaque
annde, en raison du nombre important de bitiments non
parasismiques essentiall du biti existant ancien), de faire de
nombreuses victims, et occasionnent des dommages don't les
cofits vont croissant. Il est done n6cessaire de poursuivre la
recherche afin de r6duire la vulndrabilit6 des ouvrages pour
un cofit raisonnable.
M. Calais, qui s'attache, pour le PNUD, a 6valuer les
risques sismiques et a laborer une strategie visant a reduire
l'impact de futurs seismes, a insist sur la prevention des ris-
ques lies a ces phenombnes, peut on lire dans un communique
de press.


Page 12


La D.mnque do Ia RApub%!Km 4fHa.1 i RH)
em in &priem uiwc jommr de Le

fiiizrtcjm. Son sgWpInnapal edl APft-rn.
Pti~g, a 1(1pWArt ~vg'dm, a tnc cr
SUCCL~r~aWS O'j IJOIJL kjg W'I



Le COAr fl '~mr ~ doa I e ela nqkio 'a*
La ReNDpurJue d'FmPD er aoceANe
rlu 4w i*ymrmw .qi w rni-mrm kt toocfii do
Prm~iidni dii ('ar.iwiI,
au Gouverttior - A40ML isu, &N~*Mt Ia

-do rois mrnedies dont rurt exeme to ft.pcW
41@ Direclour Cni~ral

Le ConseO TlA,.imr,,svebo.i - aaie oiuyic
iiLlonct-, de- drigur t eL ga euviserLb
p-Ottumrbuivfmdire .i i uLdrisb lirrjrtiv~siv
de It4kims. U n[afrape o ~ ncw~pmin l


~gn~r~i gr~a~NWSi rwjs ~$00'





11 reicommunde kft rnutesquanibtatives au
irncm~l nIdu poriefeuta ~dft p61 t des
invenlissarrion1f. ci$UElts par I-as
~ b~i~r I OlrrwnifW q
lypimait .,t~gormego epr~kts at
ft~ri~rI D quo eIes m luuonr


I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - -





Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 09


REHABILITATION


La journ6e mondiale


de la
Le 22 avril est lajournme mondiale de
la terre, et cette fois-ci, c'est une information
que j'avais d6ji, sans savoir exactement dans
quel sens il fallait prendre le mot << terre >. il y
a quatre ans, je l'avais pris dans le sens << sol >>
et j'ai fait une mission avec Jean Camille
Bissereth sur le theme de La protection du sol.
Cette annde, je veux le prendre dans le sens
plus large de << la planete terre > etje voudrais
parler d'un Mvenement qui s'est tenu en 1992,
a Rio de Janeiro : le sommet de la planted.
En fait ce n'6tait que le second som-
met de la terre. Le premier s'6tait tenu en 1972,
a Stockholm. C'est l1 qu'on a commence
parler d'co-diveloppement, un concept d6vel-
opp6 par Ignacy Sachs, auquel on a prff6r6
plus tard celui de developpement durable,
traduction de l'anglais sustainable developpe-
ment. Je pense que c'est aussi a Stockholm que
fut cree le PNUE (Programme des Nations
Unies pour l'Environnement).
A Rio le concept de d6veloppement
durable a &td d6finitivement consacrd et la dd-
finition Brundtland, ax6e prioritairement sur la
preservation de l'environnement et la consom-
mationprudente des resources naturelles non
renouvelables, sera modifide par la definition
des trois piliers : progrbs 6conomique, justice
social et preservation de l'environnement,
qui doivent 6tre concilids dans une perspec-
tive de d6veloppement durable. Une s6rie
d'engagements en faveur du d6veloppement
durable ont &te formulas dans l'Agenda 21
adopt par 49 pays.
C'est aussi a Rio que fut cr66e la
CCNUCC (Convention Cadre des Nations
Unies sur les Changements Climatiques) don't
1'objectifest de stabiliser les concentrations de
gaz a effet de serre (GES) dans l'atmosphbre
a un niveau qui empeche toute << perturbation
anthropique dangereuse du systeme clima-
tique >. 189 pays ont sign un trait pregnant
l'engagement de limiter leurs missions de
ces GES.
Cinq ans plus tard, en 1997, on devait
constater que non seulement il n'y a pas eu
de stabilisation, mais la situation est devenue
plus grave. La Conf6rence des Parties (COP),
qui r6unit les repr6sentants de tous les pays
qui ont sign la convention et est l'organe
supreme de la convention, organise, a Kyoto,
une conference qui a about a la signature
du Protocole de Kyoto. Presque tous les
pays qui avaient sign l'accord de Rio ont
sign ce protocole, a quelques exceptions
notoires don't les USAet l'Australie ; 36 pays
industrialists s'engagent a r6duire d'ici 2012
leurs missions de GES de 5 % par rapport au
niveau de 1990.
Le Protocole de Kyoto fixait des
objectifs chiffr6s pour 2012, et la convention
elle-meme prend fin en 2012, il fallait done
preparer la relbve de la convention. C'est a
cette tiche que s'est attel6e la Convention des
Parties (COP) enorganisant ahBali, end6cembre
2008, une conference devant preparer la
feuille de route pour des n6gociations en vue
de la signature d'un trait qui remplacera le
Protocole de Kyoto a partir de 2012.
Des le depart, on savait que ce
ne serait pas une chose facile. En effet, les
experts du Groupe International d'Enquetes
Climatiques (GIEC), qui depend des Nations
Unies et a requ le Prix Nobel de la Paix
conjointement avec Al Gore, affirmaient que,
pour que la situation s'amdliore, il fallait, d'ici
2020, r6duire les missions de GES d'au moins
20 a 40 % ; a Kyoto on parlait de 5 % ! il y
aurait done des measures drastiques a prendre
et ce n'6tait pas evident vu les divergences
entire les positions.
L'Union Europ6enne 6tait d'accord,
d'une maniere g6ndrale, pour qu'on fasse
r6f6rence aux chiffres du GIEC. En face, les
USA y 6taient radicalement opposes ; d6ji a
Kyoto, ils refusaient d'accepter aucune measure
chiffr6e. Le Canada et l'Australie 6taient dans
le meme camp, meme s'ils ne se montraient
pas aussi virulents.
Certains pays, comme la Chine et
l'Inde, qui, a l'6poque de Kyoto n'6taient
pas de grands pollueurs, n'6taient done pas
touches par les reductions d'6missions de
GES. Actuellement, le plus grand pollueur
c'est la Chine, et l'Inde n'est pas loin derribre.
Tous deux affirment que, pour letter centre la
pauvret6 chez eux, ils doivent s'industrialiser
et, pour cela, il leur faut utiliser les carburants
fossiles, en particulier le carbon qui est ce


terre
qu'il y a de pire en terme de production de
gaz carbonique.
II y a enfin le Groupe des 77 - qui
sont actuellement 130 - , les pays sous-
d6velopp6s, qui s'6taient regroupds, dans les
ann6es 60, face aux pays << occidentaux >>,
d'une part, et a ceux du << bloc sovi6tique >>,
d'autre part. Ils d6veloppent un argument qui
rappelle celui de la Chine. Ils ont, disent-ils,
un retard a rattraper, ce n'est done pas a eux
de r6duire leurs missions, et de rappeler aux
pays industrialists leur responsabilit6 dans la
situation actuelle.
La conference de Bali n'a donn6 que
de maigres r6sultats, mais on gardait encore
quelqu'espoir vu qu'on avait encore deux
ans pour n6gocier un trait. Deux grandes
conferences ont suivi Bali, celle de Poznan,
en d6cembre 2009, et celle de Copenhague,
end6cembre 2010, avec des rencontres moins
importantes, en particulier a Bonn, qui est le
siege de la CCNUCC.
La conference de Copenhague 6tait
consid6rde come celle de la dernire chance.
II fallait, en effet, que le trait devant rempla-
cer le protocole de Kyoto en 2012 soit adopt
a cette date pour laisser aux 6tats le temps
de le ratifier avant son entire en vigueur. Or
Copenhague a &te une grande deception. Alors
que le monde attendait un protocole sign par
tous les pays, qui 6tablirait des reglements
et fixerait des limits a la production de gaz
a effet de serre, tout ce qu'on a eu fut << une
declaration politique indigente de quelques
dizaines de chefs d'6tat et de gouvernement,
sans objectifs sur la reduction des gaz a effet
de serre, sans encadrement juridique, sans
solidity financire >>.
Quand on pense que 40.000 person-
nes 6taient r6unies, quand on pense a tous
les espoirs places dans cette conference qui
devait marquer un pas dans la lutte centre
le rdchauffement climatique, on a envie de
reprendre la formule : la montagne a accouch6
d'une souris.
Bien sur, toutes sortes d'explications
ont &t6 avanc6es pour faire comprendre les rai-
sons de cet 6chec. Personnellement je retiens
cette remarque du president du Br6sil, Luis
Ignacio da Silva, plus connu sous le sobriquet
de Lula, qui 6tait aussi present a ce sommet.
Parlant des chefs d'6tat r6unis en conference,
il a affirm n'avoir pas eu l'impression de
parler a des responsables politiques mais plu-
t6t a des hommes d'affaires en train de r6gler
des affaires d'argent. Elle cadre bien avec
cette interpretation de 1l'chec de Copenhague,
selon laquelle le systeme de valeurs, c'est-a-
dire les valeurs de protection de l'humanit6,
de protection de l'environnement, est pass
au second plan devant les valeurs basement
mat6rielles de profit. Ce serait un indicateur
de la situation du monde actuel. Il n'y a pas
une pensde transcendante qui aille au-dela de
la simple id6e de profit.
On comprend alors la reaction du
president de bolivien, Evo Morales. Aprbs
avoir refuse de signerl'accord de Copenhague,
qu'il considere comme une impertinence, il
convoque une conference, a Cochabamba,
au mois d'avril, d'ofi est sortie la demand
de cr6er un tribunal international de justice
climatique et environnementale, analogue a
la Cour Internationale de la Haye, qui aurait
a juger les pays, les entreprises mais aussi les
personnel don't les actes porteraient atteinte
a l'environnement. Une autre proposition est
F'organisation, avec l'aide des gouvernements
qui le souhaitent, d'un r6f6rendum mondial,
qui pourrait 6tre r6alis6 le 22 avril 2011, avec
5 questions, don't l'une est formul6e comme
suit : << Etes-vous d'accord pour transfer
toutes les d6penses en armement du budget
militaire a un budget pour la defense de la
planete ? > ; une autre concern l'abandon de
la surproduction et de la surconsommation qui
caract6rise le monde capitalist. Mais je n'ai
pas entendu parler de ce r6f6rendum.
Bernard Ethdart


www.radiomelodiehaiti.com


Page 13


~I qd i






LES JEUX


Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 14


AlIez d2 CAFRES � BOSTON, en utilisani des mols au du
vr.zi-bulakire friri�s. et ne ctme flanej-iFI (j u Line let1re par lirgw


5 E 'R'--� F
B E RIG E S
s E
2 ~il S
B A~ 2 g S
B Al~I E 2


ScAO ? ZV; cir~ z ze J 5C:.ilmi -C 1=r5;-

E F'AI ILA RD
B ARR I Q UE
AR Bu: us
T) A A N E 0

H NNE NUR $
A I ME Ec IEJ
S JAIS IS A S S EI


!S:A (S, S A S Ss ! ,t r- 'IA~ tI. ,I.�


SCRABBLE
l fnie.r el sepi "elrps ci ilpissious
po,jr former n mot fran r is

S P

E P U

R E

LILELILIIe
Solutios de Il semnT e poUscs
SE P TUMS
'**^._^^ _ _T^J_ ^ _ ^


? alidI f I F!IN i 1


Au Piplrlt chantant
jirunldIr cr4cle avoc Johnsnmi IDerioIn

A10 mmodift Matin av:mac-
In Fo~rnmations. InerNiew, Anic-dols, IHI u mour,



Au Qtitt1i I n IL'CCV: I1 1
li( ChvmiquiL Lic-r[ i rt ivcc 1Jomi nique BatwmviIIc
LA�% Sj�,lfl-, X, cc Azr Frene
Ie, Init&b du Jour
MIod iL M natin caque samedi "L anim6
par IF� Ui6rF Raphn&I


Cavaflers, prenez vos dames
Samcndi 50 an dc swcis populaircs Nilticns


ceeCar, la4' Axrc fc' t


E n B ref... (...suitedelapage2)
pays". "Cette armee s'occuperait surtout de la reconstruction et n'aurait pas besoin de
bateaux de guerre, car Haiti n'ira en guerre centre aucune nation", a declare Martelly
auxjoumalistes a Washington. "Cette arm6e doit 6tre prete a intervenir en cas de catas-
trophe naturelle", a indiqu6 le nouveau chef de 1'6tat.

Steven Benoit agress6 a Grand-Goave
Lundi, 25 Avril 2011, HPN
Steven Benoit, s6nateur 6lu du d6partement de l'Ouest, a ete agress6 vendredi a Grand-
Goave par de presumes partisans du d6put6e lu de 1'INITE, Jean-Marcel Lumerant.
A Grand-Goave, commune du d6partement de l'Ouest, situ6 a 54 km de Port-au-Prince,
le s6nateur 6lu Steven Benoit a 6t6 agress6 par un group d'individus qu'il identified
comme des partisans du d6put6 fraichement relu Jean-Marcel Lum6rant, membre de la
plateforme de 1'INITE.
Ces deniers auraient frapp6 le s6nateur et cass6 le pare-brise de sa voiture, lui repro-
chant d'influencer les r6sultats des elections au detriment de leur candidate.
Cet incident s'est produit alors que Steven Benoit se rendait dans le Sud du pays.
Jean-Marcel Lum6rant dit d6plorer l'incident tout en accusant le chauffeur de Steven
Benoit d'avoir voulu heurter ses partisans avec sa voiture alors que ceux-ci manifes-
taient.

Michel Martelly demand de ne pas publier les r6sultats esti-
m6s frauduleux
Le president 6lu a demand officiellement a la communaut6 international de "ne pas
reconnaitre les r6sultats des l1gislatives" entach6s de fraudes au profit du parti au pou-
voir.
"Le president Olu Michel Joseph Martelly demand que les r6sultats des l1gislatives tels
que publiCs par le Conseil electoral (CEP) ne soient pas reconnus par la communaut6
international. Ces r6sultats sont inadmissibles et ne refletent pas la volont6 populaire",
lit-on dans un communique du bureau de M. Martelly.
Les r6sultats du second tour des 16gislatives, tels que publiCs le 20 avril par le Conseil
electoral haitien, ont donn6 une large victoire au parti Inite du president Preval qui a
ainsi remport6 46 sieges sur 99 a la chambre des d6put6s (en plus de 17 sieges de s6na-
teur sur 30), ce qui lui assure une majority dans les deux chambres.
"Le president Olu constate que ces r6sultats ont ete 6trangement manipul6s", pursuit
le camp de Martelly qui note que des s6nateurs et d6put6s elus qui 6taient largement en
tate au premier tour, sont syst6matiquement 6cart6s".
Alors que les parlementaires devraient entrer en function des ce lundi, M. Martelly a
demand a l'Organisation des Etats amdricains (OEA) l'envoi d'une mission d'urgence
"en vue de la creation dans l'imm6diat d'une Commission ind6pendante de revision
pour 6valuer et faire la lumiere sur ces r6sultats avec le soutien des autres organismes
intemationaux".
De son c6t6, le president 6lu Michel Martelly, don't la large victoire (67,57%) a 6te con-
firm6e par le CEP doit entrer en function le 14 mai prochain.

La Mission d' Observation OEA/CARICOM
"La MOEC exhorte le CEP a afficher les decisions du BCEN dans les plus brefs d6lais
afin d'en informer les candidates et parties politiques concerns des faits qui ont motive
leurs decisions", indique une note de press.
La Mission rappelle que la transparence demeure un 1eement essential pour l'int6grit6
et la 16gitimit6 du processus electoral, surtout en ce moment critique de la proclamation
des r6sultats d6finitifs du deuxieme tour.
Pour la mission, le renversement de 18 classements 16gislatifs tels que proclam6s par
le CEP lors des r6sultats d6finitifs, la quasi-totalit6 de ces changements en faveur de la
plateforme gouvemementale INITE, ne refl6terait pas reellement la volont6 des l6ec-
teurs des circonscriptions concernes.

Protestation des Etats-Unis ...
Les Etats-Unis partagent la preoccupation exprimee par la Mission Conjointe OEA-CA-
RICOM d'Observation Electorale (MOEC), en ce qui a trait aux rapports et allegations
de fraudes autour des r6sultats d6finitifs du second tour des elections l1gislatives du 20
mars publiCs par le Conseil Electoral Provisoire (CEP), le mercredi 20 avril, suite au
processus de contestation. En tant que partenaire qui a &6t invite par le gouvemement
haitien pour supporter et participer au processus electoral, les Etats-Unis appellent le
Gouvernement d'Haiti et le Conseil Electoral Provisoire a fournir 'des explications ap-
profondies et publiques' en ce qui concede ces 18 cas oni ces revirements ont ete notes.

Les Archives Nationales tentent d'ameliorer I'accessibilit6 de
leurs services
(EN BREF / p. 16)


Page 14


p- I


- - - - - Ix xl Ix - -l - -1 -


mmmmq%�


6 11


:1"5 e;�:tli~C I, dcrs.. i





Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 09


Ti Gout pa Ti Gout lk.ltlil .n1ti,,ll


Errata-Koreksvon :
Senmenn pase gen youn bout mi ki tonbe nan dezyem
pati atik sou Pierre Vernet anba plim Jan Mapou. Tit atik la
se � Lavi Pierre Vernet : youn manifes pou listwa �. Aksidan-
telman nan koupe-kole 2em pati atik la, nou mete � Lavi
ak Lanmo kotakot nan Fodimanch � ki youn seri atik nou te
pibliye mwa pase. Eskize nou !


LAVI PIERRE VERNET :
YOUN MANIFES POU LISTWA
Ak Jan Mapou
3em Pati

VEYE KILTIREL POU PIERRE VERNET NAN SANT
KILTIREL MAPOU MIYAMI

Devan plis pase 50 zanmi ak defense lanng krey1l
Ayisyen-an dimanch 7 fevriye, nou te reyini anba pye Mapou-a
nan Little Haiti, menm kote gen 3 mwa pwofese Pierre Venet te
sanble ak koukouy yo pou selebre jounen entenasyonal krey6l-
la. Nou te sanble pou change young lomeyans pou dwayen Pierre
Vernet ak Jocelyne Dominique Garcia madan Marcus Garcia ki
te yonn nan victim yo. Foto dwayen-an te ekspoze nan mitan
12 balen, senbol 12 limye etenel ki pou konseve nanmni pou
l'ka kontinye veye sou nou, ede nou nan travay liberasyon lanng
kreyol-la. Pesonelman nou konnen Pierre Vernet depi nan ane
70 yo nan Kennedy Airport nan Nouy6k kote nou te gen op6tinite
travay ak ii. Youn sitwayen senp. Ayisyen nan tout mwel ii.
Entelijan e ki respekte tout moun; ki pa janm leve lavwa sou
pesonn. Li kite Nouy6k, l'al an Frans pou l'kontinye etid ii. L6
ii retounen, i rantre an Ayiti , kinanaganach, youn potomitan
nan devlopman lanng krey6l-la nan Enstiti Lengwistik Aplike
Potoprens. Malgre enstabilite politik peyi-a, ii kenbe tinfas.
Nan mwa okt6b 2009 Sosyete Koukouy Miyami envite
ii patisipe nan wounmble entenasyonal sou lanng kreyol-la. Sije-
a se kikote nou ye apre 30 ane leta ayisyen te fin batize lanng nan
ak young otograf. Ki pwogre ki ft e ki kote nou prale. Pierre nan
prezantasyon li yo te ensiste plizye fwa pou nou rete veyati. Li te
di gwo konplo ap manniganse pou z6t bouye kat la. Li di z6t pral
itilize ti pwogre yo pou yo anbreye-n sou bak.
Sware lapriye pou Pierre Vernet-a te derape ak Madan
Marie Carmelle Sainsurin admistrate radyo Mega ak youn priye
manchlonng pou tout fre ak se ki tonbe nan katastwof 12 Janvye-
a. Li made Bondye young atansyon espesyal pou kanmarad
Pierre Vernet ki bay vi- nan edikasyon ti Ayisyen nan peyi-
a. Ketsia Julmeus te wololoy nan Ave Maria (de Schubert) ak
Amazing Grace. Marleine Bastien ki te fenk soti Ayiti nan young
misyon evalyasyon dega yo, te pataje ak nou young rep6taj sou sa
ii te we ak sa li te viv nan Potoprens ak Lewogan pandan 5 jou
ii te vizite yo. Te gen Nadege Etienne ak mari i Gary Ernmneus
ki te pale kijan sa te pase nan Ayewop Toussaint Louverture-la
jou 12 Janyye pandan yo t'ap tann avyon pou yo rantre Miyami.
Yo te la. Epot-la kraze sou yo. Grasa Dye plis chans, yo soti
vivan. Te gen mizik apwopriye ak Jean-Michel Daudier Kiki
Wainwright, Marcel Alexis, Yonie Marcel, Pwezi ak Yolande
Thomas, Mikette Wainwright, Florence, Rose Bleus, temwayaj
akpwofesu Dimitri Hilton ak Doktu Ernst Mirville.
Se te young moman refleksyon. 3-edt'an lapriye pou
se ak fre nou yo nan peyi Ayiti. Jan Mapou te fini sware-a pou 1'
made tout Ayisyen espesyalman responsab peyi-a pou yo aprann
di Mesi. Di tout monn k'ap ede nou mesi. Tout oganizasyon k'ap
ranmase lajan ak manje pou pep-la sonje di yo mesi. Tout peyi ki
volonte, voye espY, teknisyen, pwofesyonel pou vin soutni-n nan
dezas natirel sa-a, se pou nou large youn kons remesiman nan
le-a pou nou esprime gratitid nou, ak rekonesans nou.
Retonbe lapriye yo koumanse pote fui. Madan Pierre
Vernet ki young fransz, mobilize entelektyel Ayisyen nanvil Pari
ak lot koleg Pierre Vernet pou monte young oganizasyon abi non
likratif pou ede etidyan ak pwofese ki te tonbe nan late tranble
12 Janvye-a. Men dokiman nou resevwa de fanmiy Pierre Vernet
sou misyon 6ganizasyon sa-a:


Asosyasyon Pierre Vernet an Frans
Article 1 : Dnomination

Entre toutes les personnel qui adherent au present statut, il
est form une association denommee : ( Association Pierre
Vernet s.
Cette association est regie par la loi du Ir juillet 1901 et le
decret du 6 aoit 1901.

Le sige de I 'association estfix� a: 12 Place de I 'Europe. 17000
LA ROCHELLE.
II pourra Otre transfer par decision du conseil
d 'administration.

Article 2 : Objet et but

L 'association a pour objet d 'apporter une aide aux etudiants et
personnel de la Faculto de Linguistique Appliquee d Haiti (32
rue L. Dufort. Port au Prince) et a~ leurs families ; leurpermettre
d'Otre soignes correctement et de trouver les conditions
necessaires a la poursuite de leurs etudes, apporter des aides
financieres et des partenariats avec des universities.

L 'association pursuit un but: non lucratif.

Article 3 : Les moyens d'action

Pour raiser sprojetassociationproet o mettra en ceuvre notamment
les moyens suivants :
* Organisation d'animations (soirees, concerts, cafe
theatre, rencontres littkraires, conferences, ateliers,
expositions, ev'nements sportifs).
* Vente d 'objets d 'artisanat haitien.
* Tombola, loto.
* Et routes autres actions visant ai renforcer I'objet de
I 'association, notamment des actions ayantpour but la
mise en valeur de la culture haitienne.
Article 4 : Durne
L 'association est constitute pour une duree illimitee.


Article 5: Les resources
Les resources de I 'association sont constitutes par :
* Les cotisations des membres.
* Les recettes des manifestations organisees par
S'association.
* Les liberalites.
* Toutes resources qui ne sontpas interdites par les lois
et les r'glements en vigueur.

Article 6: Les membres
Peut devenir membre toute personnel physique interessee par
I'objet de I 'association.
Chaque membre prend I 'engagement de respecter les presents
status.
L 'association se compose de :
1. Les membres actifs. Ils disposent du droit de vote delibdratif
et peuvent se presenter au conseil d'administration. Ils
payment une cotisation.
2. Les membres adherents. Ils participent activement la vie de
I 'association, a I 'organisation des edvnements, et disposent
d'une voix consultative. Ils payment une cotisation.
3. Les sympathisants. Ils soutiennent I'objet et les actions de
I 'association. Ils sontdispenses de cotisation. Ils ne disposent
ni d 'une voix deliberative, ni d 'une voix consultative.

Youn Akademi Kreyol koumanse je men
Eske san Vemet pral sevi angre pou devlopman Lanng kreyol
la? Kijou ki vajou anAyiti kote tout materyel ap tradui an krey6l,
tout dokiman ofisyel ap nan 2 lanng ofisyel peyi-a? Nan mwa
okt6b 2010 la, pou j ounen entenasyonal kreyol, youn novel file
tonbe sou entenet la kote dispozisyon ap pran nan novel Ayiti-a
y'ap prepare pou monte youn akademi pou lanng kreyol la. Men
deklarasyon nou li nan AlterPress 28 Oktob 2010:

28 oktbb 2010,
28.m Jounen Entmnasyonal Lang Kreybl
jeudi 28 octobre 2010
Dokiman sa a vinjwenn AlterPresse 28 oktdb 2010
rvYo mete yon Akademi Ayisyen pou lifikse lang kreydl la e pou
life I kapab devlope anfdm, an 6d epi selon prensip lasyans �
Konstitisyon Repiblik dAyiti, 1987, Atik 213
1_. Youn pwopozisyon Akademi Kreybl
Deklarasyon Komite Inisyativ pou rive mete Akademi Ayisyen
an kanpe
Nou menm, Inivisite dEta dAyiti, Sekreteri d Etapou Alfabetiza-
syon, Pr's Nasyonal dAyiti, Konfederasyon Nasyonal Vodouyizan
Ayisyen, Jounal "Bon Nouvel" ki fe pati Komite Inisyativ pou
rive mete Akademi Ayisyen an kanpe, nou koube n byen ba devan
kouraj akfds volonte pep Ayisyen an.

Nou pwofite 28em Jounen Entenasyonal Lang Kreydl la pou
nou ft tout moun sonje enpdtans lang kreydl la genyen pou
nou menm Pep Ayisyen e sa part akkl nan Konstitisyon an.
Manm Asanble ki te prepare dokiman Konstitisyon 1987 la
te konprann enpdtans kesyon sa a. Se sa k fe yo vini ak pli-
zye atik ki kons'ne plas lang yo ak wdl lang yo nan sosyete a :


atik 5 < Sel lang ki
simante tout Ayisyen ansanm, se
lang krey6l la. Krey6l akfranse,
se lang ofisyel Repiblik d Ayiti. )
atik 24.3 < Rezon ki fe
yo arete yon moun, oubyen rezon
ki ft yo fimen yon moun nan
prizon, se pou manda a esplike sa
klW, ni an kreydl, ni an franse. >
atik 40. < Leta dwe sevi
ak radyo, akjounal, ak televizyon
pou Ii gaye bon enf6masyon, an
krey6l ak an fanse ... )

Al gade tou kijan atik
211 lan made pou yo sevi ak lang
ofisyl yo nan tout nivo nan sisthm
edikasyon ayisyen an (...) Pif6 kou
yo, dwe fet nan lang ofisyel peyi
a.
Nou menm manm komite
inisyativ la, nou apresye travay
ki fet pou franse a ki se youn nan
lang ofisyel nou yo ; men, nou
gen anpil k' sote I n wd k6man,
malgre pwogrd krey6l la ap ft
nan sosyete a, kontinye gen gwo
antrav pou devlopman s'l lang ki
simante tout Ayisyen yo ansanm.
Konsa, nou kw young nan antrav ki
anpeche nou respekte atik ki kon-
s'ne kesyon langyo komsadwa, se
paske nou pa respekte sa manman
lwa peyi a di e sitou atik 213 la
ki made pou kreye yon Akademi
Ayisyen.
Nou kwejan konstitisyon
an made I la, kesyon lang anndan
yon nasyon pa dwe lage nan lib.
OkontrI li enpatan pou nou trete
kesyon sa a kom yon dosye es-
tratejikpou peyi a. Se sa kfe, depi
kek tan, nou menm nan Komite
sa a, nou pran devan nan brase
lide, reflechi, diskite epi fe kon-
siltasyon pou rive mete Akademi
an kanpe. Nan kad sa a tou, nou
pwofite anonse piblik la an jen-
eral, etidyan, pwofese, sosyol6g,
antwopoldg, lengwis, ekriven,
powdt ak tout moun k ap bataypou
avansman lang kreyvl la anpatiki-
lye, nou ap 6ganize nan mitan lane
2011 lan yon kokenn chenn brase
lide (Kolak Entenasyonal) sou ki
jan nou kapab pouse desid' yo
ak tout Palman an mete Akademi
Ayisyen an soupye pou toutbon.


Se pout&t sa Komite Inisyativ la deklare li soutni ak tout
fds li Konstitisyon 1987 la, sitou atik 213 la ki genyen deklarasyon
sa a. Nou pran konsyans pwoblkm lang kreydl la se yon dosye
estratejik sa vie di yon dosye majd pou Pep Ayisyen an, ki dwe
trete kdrdkteman, san p'di tan. Okenn pwogrd paposib si nou pa
planifye, epi amenaje de (2) lang ofisyel nou yo san fis kote.
Premyepa sayopa ase, gen anpil lot kipoufet ankd. Pou
travay lajwenn bon rezilta, f6k tout enstitisyon, tout gwoup moun
ak tout sekt' nan sosyete a : fanm kou gason, edikatr, sosyoldg,
ekriven, lengwis, p',past', houngan, jiris, sendikalis, moun lavil
kou moun nan mdn, etidyan, antreprend, kombsan, elatriye ki santi
yo kons'nen e ki dakd vin patisipe nan demach Komite Inisyativ
la deja koumanse a ! Nan sans sa, n ap envite tout lot moun ak
tout enstitisyon vin kore deklarasyon an epi siyen I tou.

Moun ki siyen Deklarasyon sa se :
Jean Vernet HENRY Inivesite d Eta dAyiti
Carol JOSEPH, Sekreteri d Eta Alfabetizasyon
Max BEAUVOIR Konfederasyon Nasyonal Vodouyizan Ayisyen
/Ati Nasyonal
Jean-Pierre Nzemba WAYI, CICM, Jounal Bon Nouvdl

Konklizyon : In memorial!
Lanmo Pierre Vernet s'oun kout hach ki tranche kon kout
zekle plis pase 50-ane travay pou montre lemon antye riches ak
blte lanng kreyol ayisyen. Pierre se te young koleg, young zanmi,
young fre, young kolaborate. Nou te gen ti plan sekre nou ki chita
nan galita 45 ane esperyans nou pou n' kontinye pose lanng
kreyol Ayisyen-an. Eske nou we pwogre pandan 45 ane sa-a
yo? Eske nou satisfy? Eske kreyolofon yo dwe kontinye batay
la? Pozitifmen ak anpilpridans. Wi nou fe pwogre, anpil pwogre
1e nou konsidere jan lanng nan gay enan tout zantray peyi-a,
nan tout enstitisyon piblik ak prive yo. Ayisyen tankou etranje
pa wont brand kreyol yo nan tout sikonstans sosyal lavi peyi-a.
Nou kontan paske konstitisyon 87-la rekonet, "se sel lanng ki
ka simante tout bon vre tout Ayisyen nan peyi-a."
Nou kontan paske nan tout gwo enstans entenasyonal yo
tankou Nasyonzini, ofisyel pale kreyol. Nan lekol an Ayiti kek
ekzamen ofisyel fet an Kreyol emenm nan kek Kolej an Frans
etidyan (ki soti Gwadloup ak Matinik) gendwa pran ekzamen
bakaloreya an Kreyol. Preske tou gwo inivesite Etazini, Kanada
ak an Frans gen enstiti k'ap etidye lanng kreyl6-la. Yo menm ap
pwodui materyel bon kalite tankou liv pou aprann kreyl6, leksik ak
diksyone... Krey6l tounenjanbon nan bouch etranje kit se te nan
Miyami osnon nan Nouyok kote ofisyel ameriken yo rekonet vale
lanng kreyl la k6m twazyem lanng ki plis pale nan vil sa yo.
Pierre Vernet... repoze-w anpe tande vye fre! Ou bay
vi-w pou peyi-a. Ou nan ke nou. W'ap touj ou nan vi nou pou tout
tan ki gen tan. Nou di-w mesi pou tout sakrifis ou konsanti pou
nou. K6-w ak san-w; k6 ak san tout etidyan ak pwofese ki tonbe
nan Fakilte Lenguistik-la va sevi fimye pou ba nou f6s ak kouraj
pou n'kontinye batay pou lanng kreyl6-la jwenn wl li k6m zouti
pou edikasyon ak devlopman peyi Ayiti.

JanM apou ;, .i, ..... , .. ,.*.,t .*il *,. )


in.. IC -I E eksyon


Asanble Skiilikasyc n 2 VOt Knle Miam.-uade Ian pral reyind i nan Bliho : ipm.-P. E-:.5yon
an ki chila nan 2700 N.W~. 87th Avenue, Miami, Ficrila :�- . .%'l ljsl j."


41y~ .>*3 ~r ihi7;~


I I-DT KTVT


J ad i 17 1- il 151
2


I-ia -r' k i~ x. :b. YIud kL esx' Ar


Erbs-k~)cr ~ ~ *. -)E ie- V I fY Fc':i ;r: 1: I


4 F-3 Sca CIO N- t
'k-ALI 20(12011 UK Me moons b on Y �n. �n w y in in~r";il



S F-j .'S 7



1: 10cI r i ka fhr s~m 2 1* X X 2W ULI V CT n Q r: a: -e
Z=u�S 3- h ii :* wev i :. i b p:i:i B c
4 r �av s s ldkne - Sekori Kciz -i l i a





6, Ain. 30Eta
'ftS'TN i-k; Kv! ir i ooa Wp


to - ~ . y i sa A: an od ' O K !n W0 a aas ,;P lV- MA ON





Les'7r Z 3
S ;nQ F ewy
Ow y aF Frv lau


Page 15


.x~xx Ix --l - 1 1 v -1






BACK PAGE


Mercredi 27 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 14


E n B ref... (... suite de la page 14)
Les Archives Nationales d'Haiti ont lanc6 officiellement le lundi 18 avril, en partenariat avec
la SogExpress, une division de la SogeBank, un nouveau service appel << Livraison d'Actes
au guichet (LAG) >>. < Comme son nom [LAG] l'indique, ce nouveau service permettra aux
citoyens, en plus de faire leur demand, de recevoir leurs extraits d'actes directement aux
guichets de toutes les filiales SogExpress de la irgion m6tropolitaine >>, informed Mr. Jean
Wilfrid Bertrand, directeur de l'institution autonome de l'Etat.
Ce service concede < n'importe quel type >> d'acte, pr6cise-t-il.
Trois photocopies de l'acte et 700 gourdes sont requises pour placer une demand d'extrait
de n'importe quel acte dans une succursale de la SogExpress de l'aire m6tropolitaine.
Le document sera livri dans un d6lai maximun de 15 jours, mais dans certain cas, le de-
mandeur pourra le retire dans 48 heures, pursuit le fonctionnaire.

De nouveaux foyers de cholera identifies mais les autorit6s disent:
pas de panique.
De nouveaux foyers de cholera ont &te identifies dans des zones rurales haitiennes, a indiqu6
mardi le directeur-g6ndral de la Sant6 publique du pays, Gabriel Timoth6e, soulignant toute-
fois que l'6pid6mie apparue il y a six mois continuait A reculer.
"Des foyers r6siduels" sont apparus dans quelques regions, comme le Nord, le Plateau-
central et le sud-est, "mais ils ne constituent pas un pic de la maladie", comme le laissent
entendre des m6dias locaux, a d6clard A 1'AFP M. Timoth6e.
"Ce sont des foyers r6siduels pour lesquels nous devons mener des activities ponctuelles",
a-t-il dit, insistant sur le fait que "la tendance est A la diminution".
Les derniers chiffres publiCs par les autorit6s haitiennes font 6tat de 4.856 d6ces depuis l'ap-
parition de cette maladie lide A la pauvret6, qui avait et6 dradiqude du pays il y a un siecle.
Pour marquer les six mois de lutte centre l'6pid6mie, le president sortant Rend Pr6val a recu
au palais national en fin de journe les diff6rents acteurs impliqu6s -- locaux, intemationaux
et non-gouvemementaux -- pour les remercier.
A moins d'un mois de la fin de son mandate, il a exhort ses concitoyens A ne pas baisser la
garde et A continue A suivre les consignes d'hygienes.

La double nationality pour contribuer au d6veloppement d'Haiti
Mardi, 19Avril 2011 HPN
La double nationality, c'est ce que r6clament des membres de la diaspora hamtienne aux
Etats-Unis pour mieux contribuer au ddveloppement du pays apres le s6isme du 12 janvier
2010. Des revendications qui coincident avec la Joum6e national de la diaspora le 20 avril.
Des membres du Congres des Haitiens pour fortifier Haiti (CHFH), faisant appel au patrio-
tisme des Olus de la 49e legislature, souhaitent que ces derniers votent en faveur de la loi
sur la double nationality lors de la prochaine session parlementaire oni s6nateurs et d6put6s
doivent se pencher sur un amendment de la
constitution.
<< Lorsqu'on prive un Haitien vivant au de-
hors du pays du droit A la double nationality,
c'est un droit 16gitime et inalienable qu'on
lui enleve >>, a d6clard Alix Claude, membre
du congress laissant entendre que l'accep-
tation de la double nationality en Haiti
contribuera A mettre le pays sur les rails du
d6veloppement.
Fond6 en 2004 apres la destruction de la
ville des Gonalves par la tempete Jeanne, le
Congres des haitiens pour fortifier Haiti a
commence A travailler sur la question de la
double nationality en 2005, a expliqu6 Aline
Lauture, directrice executive du CHFH.
Le group a d6ji dlabor6 et soumis plu-
sieurs documents sur ce dossier au gouver-
nement haitien et organism des conferences r
auxquelles ont pris part des parlementaires
et des repr6sentants de parties politiques en
Haiti.
<< Le Congres n'est pas une organisation po-
litique, il est ouvert A la contribution de tout
un chacun, quelle que soit sa sensibility poli-
tique, pour permettre A la double nationality
de devenir une r6alit6 en Haiti >>, a d6clard
Aline Lauture.
La CHFH a pris naissance A Chicago en
2004, elle se done pour mission de mobi-
liser les resources humaines et mat6rielles
pour contribuer positivement A une Haiti
plus stable, plus paisible et plus prospere,
selon M. Alix Claude.

Paris f6licite Michel Martelly
La France f6licite le chanteur Michel
Martelly officiellement proclam6 jeudi .liillllll
vainqueur de l'l6ection pr6sidentielle du 20
mars en Haiti, et l'assure de son "accompa-
gnement" pour faire face A la reconstruction
du pays, a declare le ministry des Affaires


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2454-0126, 3452-0428
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979

New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montr6al (514 337-1286)

email: melodiefm gmail.com
haiti-en-marche @hughes.net
URL : www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

- I . --^^^3^^l ^^^^^^^^^^^^


6trangeres. "J'adresse A Michel Martelly toutes mes felicitations ainsi que mes voeux pour la
r6ussite de la haute et difficile mission que lui ont confide les Haitiens", dit Alain Jupp6 dans
un communique.
Michel Martelly, 50 ans, a &te proclam6 vainqueur du second tour de l'dlection pr6sidentielle
avec 716.986 voix (67.57%) par le Conseil electoral haitien. II doit entrer en functions le 14
mai.


L xae rr Acr plus loin ct plus
o*-"'.�vw r^ vile avec Ainenjei

.. u ....J .ati U3jl


,.' "I d
.... i *' i ~. "
- - - - - f .* i


r spciWis; dans... / -
�zrgo GirnlI, Eilan,
Prndidts pCri1isr.l E B ts
S p"amnwl. Prndlh lt, n - i
ii "fdeM. Tniilo - idamiu
d le rnmrenls I' "


POUR VD3 RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ
JHnuicH.NY BfMlF.Dkl, HY L~ AnlIt, CA
7if-Gl.U n 1 jl-JMW4M 3 13l-M-1IU03
;.Tt P m Dmrh.JL MImnl, rL FrL Liuddn ul:, FL
#I-se~-rmtl Isumss-nu ~55442-53


Ailanta 1A,
404 .ti1-32 [


Hcul.n TX Bcn nrrlla. IL
a" -.Al.,t 1 ti sc - i a - :i1


Page 16


Notre nlouvelau


PICK UP
eut dispqniible

z, t<


I xxI.- l -


I


j




Full Text


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EG3AD00S7_2LA4WQ INGEST_TIME 2011-07-19T21:50:00Z PACKAGE UF00098809_00453
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES