Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text











I.g g eSar h , I i n d u 2 a 6 v i 0 1I ol X V O0 3-


20 AVRIL JOURNEE

DE LA DIASPORA

Dictature,

Democratic

et Diaspora !
MIAM II I' .\nl - Lc Pci ll L.lounLic: d mIlll IC 1110
DIi|pouI i Cn$`:CllbIl: d sc l le:1b1 d l IndII p| Ipl :Idsp ` i i I. i li `:cI.
I c 111I0 11(k II I sNI.C Illl 011i IC1l,111011
NotIS polnllon H.IIii i I.i pliIIIC dC pldk p uii ll oul O l notI , iou. llon, I
H. ii I C ll ci dot IIC clld c I c I ll ctC C III pIclcniw r I ci Ltunid c c
I 11 I, ll`ll O l`ll i Iclc m cuI JLtlll p l noln c 11 "11 0i n O Icl
J\ CC SO011 I),ll (1ilC o11011 I

20 avril


Journey Nationale de la Diaspora
El l II Ill `iill po.ltli | llOllLll1 doh -i- ' ,il ( II- I i1 n |ii _c lIll
11C: Ill dillC p|iJ 1 o C 11 d llll I: pOCC Jc.:ill-( LiidC (C IillI II C11 l ,
|p.i l m nll f.u1 I C ItOlI i I C l 1111 p ic l dl l : lllpll . ,i 11.ll I .111011
L Cm\I politicqic c:\lt CnI Hiall dcpmll IC dbuti dc L
i:publicihi:c Lc: pilc idc nt ,Ijcni PlC:iiC: Bo%, Ci lI " -l.5ii `:iti :nl :
121, \ VRIL >p. 6i

ELECTIONS:
RESULTATS REPOUSSES
AU MERCREDI 20 AVRIL

Le sacre annonce

de Martelly

a nouveau repousse

p i lclll c 11i OIi: c l ilCi ll. ,1 t Ci mil ill n e ll : ciLi i C iCcp11C
pli:.iil`:inllll`: :1i kI`'-'li.llll\ `:S `:l HJIII |Il:\ tIl: lhlll ,i :i1: i`:|onll`::
$ nlIicdl i nC lli \:l lCI loC 1 ICm ICcill Ipollo .IIInl d Jl IL n I C
lCIC: JInllOInI: d I c :\-I`IIllC l IOpULil: NMIChl C Nl l`:II\ ,d L
IIC dci I EI.I c iinbcclli
C Olll C I: niu noIl bl ll llll: c : c:contllOllonsi . Ill l`l
IC C on$l ll :CClC IOil |I pl O llO : :O1C C l 111nI IC IlCpOlil l I111ICICdll
S'I I I\ l l L I I pI .llllll11 llOn d _ I.llllhl i flnll l d 1111111 . IndlllllllC
IC: (onsllc l ctOll l io\ ioii: hIlliiin i(C EPi
In111 ICI lll :int \ p II: .lC i llIi dl I i nlon1111011cc d' l I .llllii .\ I ll
C`t IC nLC plCi1 i lolS l`p0l`` ,IC hdl l I IX j iiii
c:loll Ii | lllltl h 1l C Il:|l0 Illlll n ll`S d CIIJ lC(~lln IlllC:_
ScIon lk- k'emulh.mt |iklimnwiinc, dlc� elctionoi public
IC 4 i ill Midill M IlNh ll\ dill S' tl Mi Jck ICIllnpOll: L
plc'.id ntiil:llI: .I \ i I' 5-".. dilic lllldl'-'` loin id\C llll m.l I'\ll:
NhIILiinck M .Jllln. l i -I 4"..i
Li \ iCtoic dIlc NI NL II: II n:.c l |I\i.s conll :`Clcc: pln NIIc
NlinmI-'il qui l i m lo lcfolr dclnoin:IcC nIn Iold-uip poliliUiic
Lc:.s IC ll nill. onl :. 11 i:l\C I nc i :i donni:. IliC .i dc:
nonlli.bl .ic conllliCi.l110l i illOnS (ins Ii spl int li'-'ion. on s il d pj.llllIlln
d C illlldll l II nllll`c. lilll llh ill IOII poll I 1CCli liC I i\ IN l iC
\ idlcdl IC I:C i c I:iId:n l t ,oitii RC: II Pic A l IcuLl ins si
IRESLiLTATS /1>. 'i


POLITIQUE :
RENCONTRE MARTELLY-PREVAL


L'ete sera chau
PO)RT-.A i-PRINC(E I A\ ill- L- plc _idcni l CdhC / c: diliil 1i LI
C: i Cl IC p iC d I l l d lU O11111 C ll C nl: O ll C:i C1 lll \ :idl cdl Cdi ld: C


Tevecommunicait


d!
boul idii


i11_ lc� I` k tlcillt d i


- RIici nK IllhRic


PIC\N ,kiJ lls, in ll . lllllk1
11ic icilI ' c N i M Jld l
MN ll ldll\ d lit Ilddillic
1011 CI1 IiC 11101IIo C: I
plsnClIcc: dll picsidckll
dci I c. i lpublilqui: usi
Il ChliI C i'11, dllCl:sqtlc
l c l: S%\: :il Micik I El
S: pl:c idcm:lll ll dc:
lItlCi soin ppochllc
I ol IclClll`:nl I InCh l i`:C

d ,Ipp ll lIlllll`l :
LI i\ ,i _ i s\ ,li' i i i :
illp-liC: i Il: pC\lll dC
soi01 :\-ll\ l`: d III llid :
Ii I J il I IC:IC
C C(`l`lk iltl II
,, `:l dillllkClC: dl ClOII:
(POLITIQiEl| I. 4)


Une petite

fille nominee

Mirlande !
PORT-A\i-PRIN(C E 5 A\ ill - II cLilI
Ill` lol_< lli Im`l t Ic IcolllliiI Pllll*,ind`
uE Ic d n l i boni l n p ti t lldl I ol inl d : MIi l i),il
duclinon l clh/ C l: iC bo1 cC .'ts p, InI 11101ot dc
crColC Sill Li comI dc ICCIC l ilon ,111011 5 nollo:l dc
coildnit:' pi`:11mi:iC: dC Cliss: pins _Ont\:int Il ,1
_o011 OLI bO ll , o lll C:C11l I n llll01 jl JI II i oi OllICI
dl loni stl C ttOllnIl l .llll i I I liCiLiC on i : lic ll d
ilIIRLANDE ->. 5i


D'Ha'iti en C6te d'ivoire : Merci la France ! ';,.:


6 hoodo-, ."o'd' p






I EN PLUS...


EN BREF...


1 Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 13


D'Haiti en C6te d'ivoire :


Merci la
MIAMI, 14 Avril-Evidemment la
prise de Abidjan par les forces du president
dlu Alassane Ouattara nous a remis en
m6moire des 6v6nements que nous avons
v6cus il y a quelques anndes : le brutal
renversement de Jean-Bertrand Aristide le
29 f6vrier 2004.
Tout y est. Les scenes de barbarie,
les vaincus abattus en pleine rue par
les vainqueurs ou battus A mort, des
compatriotes qui s'entred6chirent comme
des b&tes sauvages pour le plus grand
bonheur des cameras du monde entier. Ou
comme on dit aux Etats-Unis: 'blacks killing
blacks' ! Toujours
des noirs merchant
dans le sang de
leurs freres.
Et en
fond de scene,
des companies
multinationales
qui encaissent le
prix de tout ce
sang.
Avec
dans la capital
ivoirienne un
dernier 616ment,
le seul don't nous
avons 6t6 6pargn6s
en Haiti : 'Merci
la France !'
D e s
groups venant
crier devant
les cameras
de la t6l6vision
franqaise: Merci la
France ! Beau titre
pour Le Figaro et
Liberation.
E n
effet ce sont
les troupes du
bataillon francais saventG
savent
Licorne, bas6 en
permanence en C6te d'ivoire, ancienne
colonies franqaise, qui ont encadrd les
forces pro-Ouatarra dans la capture enfin
du president sortant Laurent Gbagbo qui
r6sistait depuis deux semaines aux assauts
de son rival.
C'est le seul episode manquant aux
6v6nements du 29 f6vrier 2004 en Haiti.
'Merci la France !' Et pourtant la France
pourrait y avoir tenu encore plus qu'en
C6te d'ivoire.
Sinon aurait-elle d6barqu6 en
moins de 24 heures paras et 16gionnaires
A Port-au-Prince et au Cap-Haitien, alors
que ceux-ci ne sont rests que trbs peu de
temps et ne devaient pas fair parties de la
force onusienne (Minustah) qui prendra la
relive quatre mois plus tard, enjuin 2004 ?
C'est done que les 6v6nements
de 2004 avaient &t6 consid6rds encore
plus comme une affaire personnelle par la
France et que celle-ci n'aurait rien appr6cid
de mieux que des foules haitiennes criant
'Merci la France !' dans les micros de RFI
et devant les cameras de TV5 et autres.
Rappelons que 2004 6tait aussi
l'annde du Bicentenaire de l'ind6pendance
d'Haiti A l'issue d'une guerre sans merci
contre les troupes coloniales envoydes
par Bonaparte pour remettre en esclavage
les noirs qui avaient &t6 pr6alablement
affranchis par Toussaint Louverture.
Fouler a nouveau le sol de 1'ex-
colonie en 2004, presque jour pour jour
aprbs avoir &t6 d6fait par une arm6e
d'anciens esclaves deux cents ans plus t6t,
avait peut-6tre pour l'ex-m6tropole un gofit
de revanche.
Et comment ! Reprenons un peu
les faits. Aristide decide (on ne sait trop
dans quel but) de lancer une champagne tous
azimuts r6clamant de la France la restitution
de la dette de l'ind6pendance. Il s'agit de 90
millions de francs or equivalentt aujourd'hui
de quelque 20 milliards de dollars) que
Haiti fut force de verser A la France pour
compenser les anciens colons esclavagistes
aprbs notre ind-pendance en 1804.
La France reagit comme si c'etait
le pire affront A sa security national. Si
toutes les anciennes colonies se mettaient en
effet A reclamer restitution et reparations !


France !
Eh bienjustement, c'est comme le nez de
Cldopitre : les evenements qui viennent de
se produire en C6te d'ivoire auraient peut-
6tre &te diff6rents.
En tout cas nous l'avons 6chapp6
belle (d'autant plus que Aristide n'avait
prdvu apparemment aucune parade, A ce
jour on n'a d'autre explication sinon qu'on
a tout simplementjoud avec le feu, facilitant
la tiche finalement A ses ennemis politiques
qui au plan aveuglement ont rdpondu du tac
au tac). A l'humiliation de voir notre pays
envahi A nouveau (et par surcroit en 2004,
en lieu et place de la c6l6bration du 200e


agbo (a droite) etAlassane Ouattara
fire assault aussi de courtoisie
anniversaire de notre ind6pendance) par des
troupes 6trang&res, il ne manquait que les
mercenaires A la solde de l'ex-commissaire
de police Guy Philippe (A la tete d'une
petite bande de paramilitaires lance contre
les partisans d'Aristide avec l'appui des
services de renseignements franqais) pour
se mettre A crier devant les cameras du
monde entier 'Merci la France !'
Qui sait, tout 6tait d6ji au point,
quand les Etats-Unis ont pris, parait-il, tout
le monde par surprise.
Un commando des 'Special
forces' envahissait la residence d'Aristide
en banlieue de la capital haitienne et
l'embarquait pour une destination inconnue.
Cependant que les armies
amdricaine et canadienne prenaient position
dans le pays et que l'Ambassade des Etats-
Unis intronisait sur l'heure un nouveau
regime provisoire coupant l'herbe sous le
pied A la solution de rechange pr6parde de
concert avec la France.
En quelque sorte, intervention
pour intervention, et humiliation pour
humiliation, l'irruption des Etats-Unis sur
la scene dans la nuit du 29 f6vrier 2004 nous
a 6pargn6 une dernmire humiliation, celle du
'Merci la France !'
Quand les paras franqais ont
d6barqud, la question politique avait d6ji
etd solutionn6e.
I1 n'en reste pas moins la laideur
de s'entreddvorer comme des fauves
assoiff6s de sang sous le regard amus6 du
monde entier.
Et - du moins en ce qui concern
la C6te d'ivoire, unjoyau dans le back-yard
africain de la France, premier producteur
mondial de cacao - pour le plus grand bien
des companies 6trang&res A l'affut des
resources naturelles et qui t6l1guident
depuis toujours ces d6chirements sous
covert de d6mocratie.
En effet, pourquoi refuser la mime
exigence d'alternance d6mocratique, par
example, au Gabon on le fils Bongo succede
A son d6funt p&re. Automatiquement. Et
aussi d6mocratiquement car Paris veille.
'Merci la France !'


Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Amendement constitutionnel avant le 9 Mai (?)
C'est du moins ce que sugg&re le Ministre Joseph Jasmin, qui assure officiellement
la liaison entire 1 E\cXtilifet le Legislatif. Selon le ministry, la 49%me Lgislature
ne pourra pas entrer en function le 25 avril A cause du retard dans la publication des
r6sultats d6finitifs des elections et tant que les r6sultats n'auront paru dans le journal
official de la Republique, Le Moniteur, et que l'inscription des nouveaux dlus n'aura
pas eu lieu dans les secretariats des deux chambres.
Le ministry a cependant insist sur la n6cessit6 que l'amendement constitutionnel
soit effectif au 9 mai, date de la fermeture de la lre session ordinaire de la 49eme
Legislature. La Constitution pr6voit en effet que l'amendement s'effectue A la
lre session ordinaire de la Legislature qui succede A celle au terme de laquelle la
proposition d'amendement avait &te introduite.

D6jeuner de travail entire le Pr6sident Ren6 Pr6val et le
president l6u Michel Martelly
Le d6jeuner de travail de vendredi entire le president sortant Rend Preval et le president
l6u, Michel Martelly, lance formellement le processus de transition. Des dossiers
important auraient &te abord6s. Pr6val a requ Michel Martelly dans sa residence de La
Boule, les deux spouses faisaient aussi parties de la rencontre.
Preval, don't le part (INITE) est le plus repr6sent6 dans la 49%me 16gislature, a propose
d'aider A harmoniser les relations entire les deux pouvoirs ex6cutif et 16gislatif. L'on
sait que cela a &te l'un des principaux problkmes de sa pr6sidence et que les rapports
entire les deux pouvoirs ont toujours &t6 houleux, mettant une entrava ou un retard
monumental A la passation du moindre project de loi.
Le Premier ministry Jean Max Bellerive faisait aussi parties de la rencontre oi des
dossiers brfilants et autres ont &te discutds, dit-on. L'important, a soulign6 Martelly
A l'issue de la rencontre, c'est d'unir nos forces pour lancer le pays sur la voie du
progress.

Mouvement de gr6ve A la NATCOM
Alors que tout semblait bien marcher et que les premiers clients de la NATCOM ne
cessaient de manifester leur satisfaction devant la rapidity de leur liaison internet, on
apprend qu'une grave vient paralyser les divers services de la nouvelle compagnie de
telecommunications.
Est-ce que la NATCOM va 6tre maintenant paralys6e comme l'6tait la T616co avec des
graves et des movements de protestation incessants ? Est-ce que les employs vont se
mettre A gagner les rues, mettant un terme au debut de stability qui essaye de s'installer
tant bien que mal dans le pays?
Les gr6vistes de la NATCOM r6clament l'6quivalent de 36 mois de salaire en tant que
frais de d6dommagement en vue de la fin de leur contract l'Ft& prochain. Leur contract
doit expirer l'Ft& prochain. Mais ils ont commence la grave depuis le mois d'Avril ...
Et cette dr6le de grave a fait tiche d'huile. Partie de Port-au-Prince, elle s'est 6tendue
au Cap Haitien, aux Cayes, A Mirebalais Selon un document confide A AlterPresse,
dans le cadre de l'accord intervenu entire l'Etat haitien et le Groupe vietnamien Viettel
qui a acquis 60% de l'ancienne Teleco (compagnie national de telecommunications),
deux plans de depart volontaire ont ete proposes aux employes. Le plan A, selon le
document, propose A tous les employs qui souhaitent partir des prestations l1gales
pr6vues dans le Code du travail, A savoir : << un pr6avis, calculd sur la base de leur
anciennet6 dans la compagnie ; le boni pour la p6riode de janvier A mai 2010 ; le cong6
pour l'ann&e en course et une prime de separation de douze mois de salaire. >> Ensuite,
un plan B, pr6sent6 dans le meme document, propose aux employs qui souhaitent
rester : < de leur anciennet)) ; une garantie d'emploi de douze mois, avec possibility de
revocation en cas d'insatisfaction des responsables. Dans ce cas, les procedures l1gales
et administrative devraient 6tre scrupuleusement respect6es. Le nouveau contract de
service des employs qui ont choisi de rester prendra fin le 31 aofit prochain.

La Journ6e Nationale de la diaspora
C'est une initiative du gouvernement haitien, A travers le Minist&re des Haitiens Vivant
S1l'Etranger (MHAVE) et d6cr&te par un arr&t6 pr6sidentiel en date du 16 mars dernier
sign en Conseil des Ministres.
Pour lancer cette c6l6bration le MHAVE organise un colloque au Ritz Kinam II le
mercredi 20 avril en vue de souligner l'importance de cette date symbolique.
Il s'agit entire autres d'informer les compatriotes au pays sur les nombreuses initiatives
prises par ceux en diaspora dans le but de d6velopper leurs communaut6s d'origine et
ceux en diaspora sur la r6alit6 haitienne, sur ce qui s'y fait, les projects d6ej existant, les
domaines oi ils pourraient apporter mieux leur collaboration.
Cet change ne peut qu'6tre fructueux pour le pays et d'ores et d6ej de nombreux
compatriotes de la diaspora ont annonc6 leur participation A la rencontre qui durera 3
jours.

Une initiative du Ministere de la Communication
C'est la soir6e culturelle qui s'est d6roulde au Parc Historique de la Canne A Sucre, le
vendredi 15 Avril 6coulk.
La ministry Marie Laurence Lassegue avait d6cid6 d'honorer pros de 80 Haitiennes qui
ont eu Ajouer un r6le dans la vie culturelle de leur pays. Tout au long de la soir6e, les
noms de ces compatriotes, jeunes et plus Ag6es, ont &te cites, entrecoup6s d'intermndes
culturels oni des artistes choisis pour leur attachment special A la cause des femmes
avaient &t6 invites A se produire devant un public nombreux pour la circonstance.
Chacune des personnalit6s honor6es a requ une anthologies de la po6sie haitienne.
A la fin de la soir6e, la Ministre de la Culture et de la Communication a &te invite elle
aussi A venir sur scene recevoir un hommage et une plaque pour services rendus A la
nation.
Rappelons que le mois d'Avril a &t6 consacr6 aux femmes.

La diaspora hai'tienne montrIalaise invite a porter plainte
centre Jean-Claude Duvalier pour crimes centre l'humanit6
Des membres de la diaspora haitienne, en collaboration avec l'Universit6 de Montreal,
lancent une vaste offensive judiciaire centre l'ancien dictateur haitien Jean-Claude
Duvalier, de retour en Haiti depuis janvier dernier.
Le movement vise A recueillir le plus de t6moignages possible de victims de la
dictature des Duvalier en vue d'une poursuite pour crimes centre l'humanite, qui serait
(EN BREF/ p. 14)


Page 2


- - . - - - - - - - - - - x xx Ix - - - - - 1 -






L'ACTUALITE EN MARCH


Les prix des products alimentaires ont

augmented de 36 % sur le march international


Vendredi, 15Avril 2011 14:56 HPN
Les prix mondiaux des products alimentaires ont
augment de 36 % par rapport A leurs niveaux d'il y a un an
et demeurent instables, selon le dernier rapport de la Banque
Mondial.
En parties en raison de la hausse du cofit du combustible
lide aux 6v6nements du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord,
les prix mondiaux des products alimentaires ont augment de
36 % par rapport A leurs niveaux d'il y a un an et demeurent
instables - une tendance qui pousse une parties de l'humanit6
dans une pauvret6 plus grande. C'est ce qui resort des
nouvelles statistiques publides le 15 avril par le Groupe de la
Banque mondiale.
< La volatility et le niveau dlev6 des prix des denies
alimentaires aggravent les souffrances des populations pauvres
et pourraient pousser davantage de personnel dans la pauvret6
>, a d6clard le president du Groupe de la Banque mondiale,
Robert B. Zoellick. < Nous devons donner la priority aux
problkmes alimentaires et prot6ger les populations pauvres et
vulndrables qui consacrent la majeure parties de leurs revenues
A l'alimentation >.
Selon la dernibre edition du Food Price Watch
de la Banque mondiale, une hausse de 10 % des prix
mondiaux risquerait de pr6cipiter 10 millions de personnel
suppl6mentaires sous le seuil d'extr6me pauvret6 (1,25 dollar
parjour). Une pouss6e des prix de 30 % pourrait entrainer une
augmentation de 34 millions du nombre d'ttres humans vivant
dans la pauvret6. Ceux-ci s'ajouteraient aux 44 millions de
personnel qui sont tombres dans la misbre depuisjuin dernier
sous le coup de la flambe des prix. Selon les estimations de la
Banque mondiale, environ 1,2 milliard d'individus vivent en
dessous du seuil de pauvret6 de 1,25 dollar parjour.
L'indice des prix alimentaires de la Banque mondiale,
qui measure les prix mondiaux, est sup6rieur de 36 % au niveau
qui 6tait le sien il y a un an et reste proche de son record de
2008. Parmi les hausses majeures enregistr6es depuis un an
figurent celles du mais (74 %), du b16 (69 %), du soja (36 %)


et du sucre (21 %). En revanche, le prix du riz est rest stable.
Dans de nombreux pays, les prix des 16gumes, de la viande,
des fruits et de l'huile de cuisson ont poursuivi une hausse qui
pourrait nuire A l'alimentation des pauvres.
Les prix des products alimentaires se sont envol6s sous
l'effet de plusieurs facteurs : les ph6nombnes m6tdorologiques
extremes survenus dans certain grands pays exportateurs de
c6rdales, les restrictions sur les exportations, l'utilisation accrue
de products agricoles dans la fabrication de biocarburants et
le faible niveau des stocks mondiaux. La flambe des prix
alimentaires est li6e aussi A celle des prix des combustibles
: les course du p6trole brut ont augment de 21 % au premier
trimestre 2011 A la suite des troubles survenus au Moyen-Orient
et enAfrique du Nord. Selon Food Price Watch, la hausse des
prix des denrdes alimentaires a &td plus forte dans les pays
pauvres que dans les pays A revenue plus l6ev6. Par example,
en R6publique kirghize, on les 10 % les plus pauvres de la
population consacrent 73 % de leur budget A l'alimentation,
l'inflation des prix alimentaires a atteint 27 % en 2010. En
consequence, le nombre de personnel vivant en dessous du
seuil de pauvret6 pourrait s'accroitre de 11 points.
I1 est possible d'att6nuer les effects de la hausse des
prix alimentaires sur les pauvres en ciblant les programmes
de nutrition et d'aide social sur les plus d6favoris6s, en
l6iminant les restrictions sur les exportations de c6drales et
en assouplissant les cibles fixes en matibre de biocarburants
lorsque les prix alimentaires d6passent certain seuils.
I1 est n6cessaire en outre de renforcer la capacity des
pays A g6rer la volatility des prix grice aux instruments des
marches financiers, d'amdliorer les provisions m6t6orologiques,
d'accroitre les investissements agricoles, d'adopter de
nouvelles technologies (telles que les
techniques d'amdlioration du riz visant
A rendre ce produit plus nutritif) et de
s'attaquer au problkme du changement
climatique.


Telecommunications

Le virus de la greve se propage

dans les filiales regionales de Natcom


Par Sylvestre Fils Dorcius
P-au-P, 15 avril2011 [AlterPresse]---Le movement
de grbve lanc6 par les employs de diffrrentes filiales de
la region m6tropolitaine de la Nationale communication
(Natcom) se propage A travers plusieurs villes de province, don't
Cap-Haitien (Nord), Cayes (Sud), Mirebalais (Est), apprend
AlterPresse.
< I1 n'y a pas que les employs de la Natcom au niveau
de la region m6tropolitaine qui participent A ce movement
de grbve ,> affirment des employs gr6vistes de la filiale
de l'entreprise A Pdtion-Ville (p6riph6rie est). Ils r6clament
6galement l'6quivalent de 36 mois de salaire entant que frais de
d6dommagement envue de la fin de leur contract l'Ft6 prochain.
Contacts par t6l1phone, des employs et technicians
de certaines villes de province, confirment qu'ils appuient le
movement d6clench6 au niveau de la zone m6tropolitaine
au d6but de cette semaine en observant, eux aussi, un arrat de
travail ( jusqu'A nouvel ordre >.
< Seuls les employs de la section administrative
viennent travailler >, admet Jean-Pierre qui r6affirme la
determination des gr6vistes du Cap-Haitien de menerjusqu'au
bout leur movement au cas on leurs revendications ne sont
pas prises en consideration.
M6me cas de figure aux Cayes, on les employs de
la compagnie de communication ont lanc6 leur movement le
vendredi 15 avril.
< Les demands des employs de la Natcom des
Cayes ne sont pas diff6rentes de celles de nos colleagues de
Port-au-Prince. Nous avons tous le meme statut. La m6me
revendication : le paiement des frais de d6dommagement >,
indique Guillaume.
< Les employs de toues les sections: administration
et technique sont en grbve jusqu'A satisfaction de nos
revendications >, pr6cise-t-il.
Ind6cis, les employs [gr6vistes] de la filiale de la
Natcom A Mirebalais, qui se disent sensibles A la cause de leur
communaut6, n'observent que partiellement la grave.
< Conscients de la situation pr6caire de Mirebalais
en matibre de communication, nous sommes un peu flexible
dans le respect de l'arrat de travail entam6 par nos colleagues de
Port-au-Prince et d'autres villes de province >, advance Pedro,
un technician de la Natcom A Mirebalais.
Toutefois, poursuit-il, notre flexibility ne signifie pas
pour autant que nous sommes centre le movement.
< Nous sommes des victims aussi. Nous avons le
meme statut que tous les autres employs, peu imported le


lieu d'affectation. Donc, notre position en
terms de revendication ne saurait 6tre le
contraire >, rappelle P6dro.
La Natcom a pris la succession
de l'ancienne compagnie national de
telecommunications (T616co) enmai 2010,
lorsque le gouvemement haitien a c6d6 60%
des actions A la compagnie vietnamienne
Viettel.
Le < contract de modernisation >
paraph6 entire la Banque Centrale et Viettel
s'61eve A un montant de 59 millions de
dollars.
Selon un document confi6 A
AlterPresse, dans le cadre de l'accord
intervenu entire l'Etat haitien et le Groupe
Viettel, deux plans de depart volontaire ont
6te proposes aux employs.
Le plan A, selon le document,
propose A tous les employs qui souhaitent
partir, des prestations 16gales prdvues dans
le Code du travail, A savoir : ( un pr6avis,
calculd sur la base de leur anciennet6 dans
la compagnie ; le boni pour la p6riode de
janvier A mai 2010 ; le cong6 pour l'annde
en course et une prime de separation de
douze mois de salaire. >
Les employs ayant opt6 pour ce
plan ont requ sans problkme tous les promise
suivant le plan A, apprend-on.
Un plan B, pr6sent6 dans le
meme document, propose, par centre, aux
employs qui souhaitent rester : < une prime
de participation au processus de trois mois
de salaire (jouissance de leur anciennet6) ;
une garantie d'emploi de douze mois, avec
precision d'dventuelle revocation en cas
d'insatisfaction des responsables. > Dans ce
cas, les procedures l1gales et administrative
devraient 6tre scrupuleusement respect6es.
Le nouveau contract de service des
employs qui ont choisi de rester prendra fin
le 31 aofit prochain. Atrois mois de la fin de
leur contract de service, A quoi les gr6vistes
peuvent-ils s'attendre ?


Lisez



Irm -nJaa|


Mercredi20Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE
L'dt sera chaud
Rencontre Martelly-Prdval p.1

PORTRAIT
Une petite fille nomm6e Mirlande ! p.1

PLEINS FEUX
20 Avril, Journe national de la Diaspora pp.1, 6. 7

ACTUALITES
T616communications : grbve A la Natcom p.3
R6sultats elections repouss6s au 20 avril p.1
INITE s'engage A soutenir le president dlu p.4

HAITI DANS LE MONDE
De Port-au-Prince A Abidjan, Merci la France ! p.2

MENACE CRISE ALIMENTAIRE
Les prix des products alimentaires atteignent leur
plafond p.3

ARTS & LETTRES
Haiti au Congrbs des 6crivains de la Caraibe p.8
En m6moire de Pierre Vernet p.15

DROITS HUMANS
Les preuves sont suffisantes pour poursuivre Baby
Doc Duvalier p.10

LIBRE PENSER
Micro Nation ! p.12

ENVIRONNEMENT
La saison de l'arbre p.13
p.1


.x~x x I . - l - 1 - v - - - - - - - - - - - - - - . - - - - -






UNE ANALYSE


Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


POLITIQUE : RENCONTRE MARTELLY-PREVAL


(... suite de la lere page)
que ces messieurs ont pass trois heures (la rencontre au
pr6alable devait durer un peu plus d'une heure) a changer
des politesses.

Querelles intestines ...
On a probablement parl de la formation du prochain
gouverement. Malgr6 les declarations rassurantes du president
l6u, les choses ne semblent pas bouger tres vite. On a meme
l'impression de querelles intestines. Tout le monde a relev6 la
phrase de Me Gervais Charles (lui-meme
candidate a la candidature pour le poste I
de premier ministry) indiquant que ce
n'est pas a l'ex-pr6sident amdricain Bill r
Clinton de nommer le premier ministry
haitien (s'agit-il des rumeurs autour
d'une 6ventuelle re-ratification de l'actuel
premier ministry Jean Max Bellerive,
un cousin de Mr Michel Martelly et qui
co-pr6side avec Mr Clinton l'organisme
charge de la reconstruction post-s6isme
- la CIRH).
Dans ce domaine, Mr Prdval
a di conseiller a son (trop) jeune et
fougueux successeur la patience, lui qui a
vu nombre de ses candidates a la primature
refoul6s par le Parlement.


chacune de ces rencontres ?
Et finalement le jour de l'investiture, le 14 mai,
comment disposer ces si diff6rentes d6l1gations ? Un vrai
casse-tete chinois pour les deux premieres dames (Elizabeth
Prdval et Sophia Martelly) en charge de ce dossier.

La menace de crise alimentaire ...
Cependant il faut esp6rer que les deux presidents ont
pris aussi le temps vendredi de se pencher sur le vrai dilemme
a l'heure actuelle. Et il s'appelle l'6conomie. Le support


0I111111111l1


Un casse-tfte chinois ...
Or la situation risque d'6tre plus
compliqude aujourd'hui quand on pense
que le part du president lu, Repons
Peyzan, n'a que trois sieges a la chambre
des d6put6s et aucun au Snnat.
Tandis que le part du president
sortant (INITE) dispose d'une majority c.
(serait-ce seulement nominale) au Senat. Lors de leur rencontre vendredi, MichelA farrtell: Elizabeth Prival, Sophia Martelly eti
La visit de Mr. Michel Martelly (photo Antonio Bruno Radio TV Cararbes)
n'6tait sfirement done pas tout h fait
d6sint6ress6e. budg6taire d'abord diff6rd par l'international, puis qui sera
Fera-t-il le mime honneur h l'ex-pr6sident Aristide, vers6 au compte-gouttes. Mais surtout la menace de crise
ainsi qu'h l'ex-dictateur Jean Claude Duvalierpuisque rejetant alimentaire qui se profile l'horizon.
toute discrimination ! Les restrictions frappent partout. Les 'raras' (carnaval
Y aura-t-il une conference de press commune aprbs des champs) de la semaine sainte devront se contenter de la


portion congrue. Tout comme lajournme de la diaspora ce 20
avril qui reposera sur la bonne volont6 des m6dias locaux. Or
ceux-ci eux aussi crient famine. Personne n'investit pendant
l'interregne.
Quant aux c6drmonies de la passation des pouvoirs
le 14 mai, attendons voir.
Mais tout cela semble si 16ger a c6t6 de ce qui
s'annonce au niveau des prix des products alimentaires qui,
selon la Banque mondiale, 'ont augment de 36% sur le
march international par rapport a leur niveau d'il y a un
an et demeurent instables (...). Cela en raison
S de la hausse du coft du combustible lide aux
JJ15 eve6nements du Moyen Orient et d'Afrique du
Nord'.
Conclusion de la Banque mondiale,
une pouss6e des prix de 30% pourrait entrainer
une augmentation de 34 millions du nombre
d'6tres humans vivant dans la pauvret6. Ceux-ci
s'ajouteraient aux 44 millions qui sont tombs
dans la misire depuis juin dernier sous le coup
de la flambe des prix. Selon les estimations
de la Banque mondiale, environ 1,2 milliard
d'individus vivent en-dessous du seuil de
pauvret6 de 1,25 dollar parjour.'

, Des 6meutes de la faim ...
Traduisez tout qa dans notre context
national : Haiti a Wte l'un des pays les plus
rudement frapp6s par la cruise alimentaire lors
d'une pouss6e pr6c6dente des prix sur le march
international. Les 6meutes de la faim 2008. Et
d'un.
Deux, la reaction a &t6 une s6rie de
measures pour promouvoir l'agro-alimentaire
local : distribution de semences aux agriculteurs,
credit a la production (ceufs, lait etc), promotion
enW Preval d'associations locales...
Mais pour cela il faut un budget.
Ou le trouver ?
Comme dit une chanson : l' tF sera chaud !
Tout autant la tate de nos dirigeants ... qui feraient
done mieux de se pencher tout de suite sur l'essentiel.

MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


INITE va soutenir le nouveau President


(Haiti-Libre) Le Pr6sident Rend Prdval a requ
vendredi, en sa residence priv6e a Laboule, le prochain
President Joseph Michel Martelly. La rencontre a d6but6 vers
8:30 am, elle a r6uni les deux Pr6sidents et leurs spouses,
Elisabeth D6brosse Prdval et Sophia St-RWmy Martelly et a
&td suivie d'un d6jeuner de travail, sur les grands dossiers de
l'Etat, dans le cadre du processus de transition, auquel assistant
6galement le Premier ministry, Jean-Max Bellerive.
o...nous sommes tres content [..]. Aujourd'hui c 'est
une grande premiere qu 'un Prdsident sortant invite le Prdsident
lu [..], nous avons aborde desproblkmes que lepays traverse
et ceci a tous les niveaux. Le Prdsident Preval m 'a fait part
de certain dossiers afin defaciliter le travail qu 'il y aura a
faire [..], le Prdsident m 'a dit qu 'il y a des choses qui sont
compliquees, d'autres qu'ilfaut eviter [..]. Je souhaite que
cette franche collaboration continue, c 'est d'une importance
capital pour 'avenir du pays [..]. II nefautpas oublier que


pour &viter les erreurs du pass, nous avons besoin de savoir
comment elles sont arrives. Done je salue l'initiative du
President, je lui dis merci [..]. C'est pour Haiti encore une
fois, ce n 'estpasjuste une affaire de Rend Preval et de Michel
Martelly, mais il s 'agit de mettre tous le monde ensemble pour
qu 'Haiti vive de meilleurs jours > a ddclard Michel Martelly.
De son c6t6, le Pr6sident Prdval a dit: < J'aimerais
aider [...], je suis totalement ouvert, je suis A sa disposition
pour I'aider A rdussir [...] nous n'avons plus besoin de
divisions, nous voulons que le pays r6ussisse [...], ce n'est pas
seulement Michel Martelly ou Rend Prdval, nous devons tous
nous rassembler pour que le pays advance [...]. Je promets A
Michel Martelly que je vais travailler avec le Parlement
pour qu'il y ait une collaboration efficace et pour que le
Parlement et le nouveau President puissent developper le
pays et le faire avancer.
Des propos de bonne volont6 confirm s par Joseph
Jasmin, Ministre et haut
responsible de la plateforme
pr6sidentielle INITE, don't
.l'ensemble des dirigeants
s'6taient r6unis la veille
i avec le Pr6sident Prdval.
. << Le Pr6sident nous a fait
... ' comprendre que la majority
- .y que nous avons en est une de
MP cohabitation, de collaboration,
de facilitation afin que la
pr6sidence et le Parlement
puissent se mettre au service
de l'interit du peuple... [...]. II


n'y aura ni blocage ni barrage au President Martelly. Nous
entendons diriger avec le Pr6sident Martelly, chacun en ce
qui le concern. Lui a la pr6sidence, nous autres au Parlement
... Nous lui donnerons toutes contributions pouvant lui
faciliter la tiche pour servir I'int&rt du peuple... >.
Apres cette reunion important, Michel Martelly a
fait savoir auxjournalists: K Nous avons discutW des diterei.ts.
dossiers, des priorities, des projects qui sont en course, des
probldmes auxquels l'Etat est confronted, des probldmes de
structures, de lafaiblesse des institutions, des attentes de la
population, de la cooperation avec les different pays ami
d'Haiti et des donateurs, done vous pouvez voir que cette
rencontre qui a durd plus de deux heures a dtd trs fructueuse.
Nous voulons commencer aprendre connaissance des dossiers
les plus important [..], laplupart desprojets quej 'ai en course
sont desprojets finances par 1 'international [..] ily a beaucoup
de supervision faire a ce niveau [..], nous n 'avonspas encore
les dossiers du Gouvernement, done nous apprenons, c 'est un
transfer de connaissances et de dossiers qui va &tre fait, le
President a ddja montrd sa bonne volonte, nous espirons que
d'ici la semaine prochaine quand les resultats serontpublids,
la transition commencera office iellemenit >.
Un autre rendez-vous suivra la publication des
r6sultats d6finitifs, lorsque 16galement Michel Martelly sera
President de la R6publique d'Haiti. En plus des parlementaires
d'INITE, le nouveau Pr6sident devrait pouvoir 6galement
computer sur les Olus de la plateforme Alternative, puisque le
S6nateur Steven Benoit [l'un des leaders de cette organisation],
n'ajamais rat6 une occasion pour affirmer son amiti6 avec le
President l6u, assurant qu'il ne se mettra pas en face de Michel
Martelly.


EXPI or f* r QP uII oB. *PlaIo i hsire shipsng
FOF thwo holidays-
MLu f.W I.? JCl1 1 1"4 pw mcrwrmp II. Ii . - teS
rOw C"bai YA ' h&i * LL 1CANkm od Awmia
I b, h I Ln mru4 Mfti -Ah
* PRkha. �maw4co mI.rniu f y� & II 4W6 LV.j '56 � :.N213L-0
IW@tM Aumwio. . o4~
k r 9 o_ YP&V & Tr*C a YwI Qr 1( 4) '&-W1-40
- CJI C " Y10 P- No- Nrv 1-Won A~ -mi I I I

V~ I4' �I~ ~4II CICI MY J�I 4 Y 41� b 0, '~tS .A 4C~ '....IC � 44 W1.Y� *ICI .llq-, �I�~ 4..J
gwW 7ow Ac qb rA mM w w+r norm vp r t ur CA 'L' I W-11 nrr~Iv- wr~r
"--k--

.AO-=3 �W -*l rat* R) C- )�Aw1o UINMZC--M %


I iaYt enMurhe


icON" ScKAi
ICakm, P&OWc. Hm dt0swwo
Ibr 19 comsbm


Page 4


P lt m Bkw i, ry, Ii
NATURAL JUICE


I '


I- ISMdNE 2hd Ave.
MofN Um, FL 331000
Tel - 3D 306a9 118


I
Re





Mercredi20Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


DE L'ACTUALITE


Une petite fille nommee M


(MIRLANDE... suite de la lere page)
classes moyenne en Haiti se dirigeaient vers des professions plus
pratiques come la m6decine). Done un parcours sans faute.
Elle-meme y consent: j'ai eu une vie combl6e, Dieu merci !
Malgr6 plus d'un quart de siecle en exil politique aux
c6tes d'un maria don't la tete a &te mise a prix par la dictature des
Duvalier (1957-1986). Ce parcours n'aurait cependant pas ete
complete sans son marriage avec ce dernier, le Professeur Leslie
Manigat, les Manigat don't la g6nealogie politique remote
au tout debut de la republique (1842, le Manifeste de Praslin,


Professeure Mirlande Manigat


movement qui renversa la dictature 6galement trentenaire
de Jean Pierre Boyer). Rappelons que Haiti a conquis son
ind6pendance de la France des 1804.
Tandis qu'elle-meme, Mirlande Hyppolite, est
descendante aussi de president de la rdpublique, Florvil
Hyppolite, de 1889 a 1896, militaire de carrier.
Le March Hyppolite, vous connaissez ?
Son propre pire a &te 6galement officer des anciennes
forces armies d'Haiti.
Ainsi la boucle est boucle. La petite Mirlande est
des le berceau marquee par le destin. Etre un fleuron de l'l6ite
haitienne ou rien.
Tout l'y pr6destine. Qu'est-ce qui fait l'appartenance
a la grande elite (car il y a aussi la petite, tout come il y a la
grande, la moyenne et la petite bourgeoisie) ?
Ce sont la naissance, comme on vient de voir ;
l'6ducation (en tout cas autrefois) et qui 6tait de loin plus


important que la fortune mat6rielle car rien n'est plus
embarrassant qu'un nouveau riche ... Autant que possible des
etudes a Paris. Et la langue. Ah ! le francais tout naturellement.
Comme chante Yves Duteil, 'c'est une langue belle avec des
mots superbes'.

La question de couleur ...
Ah oui, la couleur. Car en Haiti il y a cette emb6tante
question de couleur. Les Manigat sont meme accuses de
noirisme depuis qu'un certain ministry de la defense du
gouvemement Salomon, le
G6neral Manigat, adepte
du Parti National (dans les
anndes 1880-1890), eut a
mater dans le sang la r6volte
des opposants du Parti
Liberal avec a leur tete un
home de couleur, Boyer
Bazelais.
Malheureusement
de ces temps riches
en episodes h6roiques
nous n'avons retenu que
les slogans : 'le pouvoir
au plus grand nombre
majority6 noire) contre le
pouvoir aux plus capable
minority6 claire).' Mais les
slogans, come toujours,
n'entretiennent que des
illusions. Pour commencer,
la majority n'a rien a y voir !
De toutes fagons,
Mirlande ne mange pas de
ce pain lI. 'De quel noirisme
parlez-vous ? Je ne suis pas
au courant de cet aspect-lq de
la champagne ' La phrase est
sur tous les sites du r6seau google.fr.
Ah oui, entre-temps elle fut aussi premiere dame de la
republique sous la presidency 6ph6mre de Leslie F Manigat,
lu puis renvers6 la mHme annde (7 f6vrier au20jui 1988) par
les mimes g6noraux qui ne se r6signaient pas r mettre fin d la
transition qu'ils 6taient charges de g6rer aprbs le renversement
de Duvalier (7 f6vrier 1986).
Mais sur cet episode aussi, notre candidate n'insiste
pas. Sans pour autant renier les decisions de son 6poux auquel
elle a toujours voud une loyaut6 peu commune ... jusqu'
abandonner la course aux s6natoriales en 2006 alors qu'elle
avait la victoire assure. On a remarqu6 cependant que Mr
Manigat n'est pas intervenu dans la champagne de son spouse.
A tel point que la press locale l'a mime donn6 pour mort !

Comme A Hollywood ...
Et nous y arrivons. Jusqu'aux derniers r6sultats du


[irlande !

second tour, communiques le 4 avril dernier, la candidate a
la pr6sidence Mirlande Manigat est rest6e en tout point fiddle
au parcours que le destin lui avait trace. Premiere de classes en
tout temps et en tout lieu. En effet, elle a parcouru la champagne
6lectorale chevauchant la crete des sondages d'opinions firee
locale BRIDES). Toujours num6ro 1. RWadaptant meme son
slogan pour 'Devan devan net'. Comme hier a l'6cole des
sceurs puis a l'universit6, elle passe haut la main l'examen du
premier tour du scrutiny (28 novembre 2010), malgr6 fraudes
et irr6gularites de toutes sortes autour d'elle. Elle accede au


Illustration pour la pidce de Jean Racine 'Phedre',
deboutHyppolite
second tour alors qu'on lui cherche encore d6sesp6erment
un rival. Comme a Hollywood. On d6signe d'abord la tete
d'affiche, Elizabeth Taylor ou Greta Garbo. Puis on part a
la recherche d'un second r6le. Le candidate du pouvoir, Jude
CUlestin, est 6carte quasi manu military. A la place, unjeunot, 50
ans (Mme Manigat en a 70), qui plus est un musicien 'Compas',
Michel Martelly, alias Sweet Micky, don't le costume de scene
prefer est le travel de carnival . Premiere reaction de notre
petite fille module en apprenant cette candidature : eh bien, il
y aura un peu de distraction !

La belle et la bete ! ...
Trop, sans doute ! La champagne du second tour est a
peine engage que les choses prennent une tonality diff6rente.
L'adversaire se revele plus coriace qu'on ne pensait. Martelly,
iriv6rencieux de nature, traite presque son adversaire de PPW
(passera pas le week-end !). Tandis que pour les partisans de
Mirlande, ce type est une bete.
Justement, la belle et la bate ! Mais aujourd'hui, et
en Haiti plus qu'ailleurs, difficile de croire aux contest de fee.
Le verdict tombe le 4 avril 6coul. Michel Martelly : 65,7% ;
Mirlande Manigat : 31,7%.
La fin tragique d'un parcours sans faute d'une petite
fille module. Avec toutes les qualit6s. Mais aussi tous les
manques. Si elle avait eu plus de notes de conduite sur la


(RESULTATS... suite de la lere page)
residence priv6e, dans les hauteurs de Port-au-Prince, Michel
Martelly pour le premier entretien entire les deux hommes
depuis le lancement du processus electoral.
Rien n'a filtr6 de la rencontre, mais un proche du
president Olu a confi a 1'AFP que la formation des 6quipes de
transition pour preparer la passation du pouvoir 6tait en course.
Arrive troisieme du premier tour du 28 novembre,
M. Martelly a pu affronter le 20 mars Mirlande Manigat
grice a l'dviction du candidate du pouvoir Jude CWlestin. La
qualification de ce dernier avait &t6 en effet accompagnee
de fraudes 6lectorales, qui avaient d6clench6 une vague de
violence.
La veritable surprise des r6sultats definitifs qui seront
annonc6s mercredi r6sidera dans l'ampleur des fraudes, mais
surtout dans la composition du Parlement, alors qu'une source
onusienne a indiqu6 que "les l1gislatives sont tres serrees".
"Les r6sultats peuvent avoir pour consequence une
majority d'Init6 (le parti du president sortant) au Parlement, ce
qui compliquerait le choix de M. Martelly pour son Premier
ministry et ses ministries strat6giques", observe Jean-Robert
Simonise, professeur au Centre d'6tudes diplomatiques et
internationals de Port-au-Prince.
"Des informations laissent croire que cela va 6tre le


cas", note le politologue.
Parmi les noms qui circulent, celui du Premier
ministry Jean-Max Bellerive revient r6gulierement. Une
telle 6ventualit6, soulignent les observateurs, assurerait une
continuity dans la reconstruction du pays, frapp6 par un s6isme
devastateur le 12 janvier 2010.
Quoi qu'il en soit, ce choix pose a l'ex-chanteur,
pl6biscit6 entire autres car ne sortant pas de l'establishment
haitien, son premier d6fi pr6sidentiel.
"Les promesses de rupture avec le passe, de
changement et d'obligation de r6sultats ne constitueront-ils
pas un handicap pour Michel Martelly dans le choix du tout
nouveau Premier ministry?", soulignait mercredi le quotidien
de Port-au-Prince Le Nouvelliste.
Si M. Martelly fait face a un parlement domine par
Init6, il pourrait 6tre g6en dans la rupture promise, pense M.
Simonise: "la population attend la lumiere sur les d6penses des
fonds d'urgences (aprls le s6isme, ndlr), entour6es d'opacite,
et certain ne veulent pas que de nouveaux arrivants s'y
int6ressent".
La transition doit s'achever au plus tard le 14 mai.
M. Martelly s'installera alors dans des tentes jouxtant le palais
pr6sidentiel en rines, face a un immense camp oni des milliers
d'Haitiens s'entassent depuis le s6isme.


(MIRLANDE / p. 11)


,,3. l-r �<


C L�o N TA C -I S
T C, LL F R E E - 3 - 2s & 6 3 3 5


Fcc . � X ' 3 -3 8 3


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


"M
etat UrNs
Canada
Europe
AnAdqau Latmn


Odes 260.00
Go$s aeo.oo_
US $ 40.00
US $42.00_
US s 70.00
_ us 70,00


Gdas 52000P
US S 78.00
Sus s 80c.00
us $135-00
-'us $ 13O0


mIts I* cam. dAun abnnomrrui
vec Iivruhon= i ocoot ma to dOubts.
Fr~m do pocI~r W vouB &bma
un n ouve bonn*
04J *'1 soalt d'un taocuvflwtwnt


LIZv~au


RWloMUVllie noPt

L-I


Page 5


Le sacre announce de Martelly

a nouveau repousse


Nomn
AdrmI.


.x~xx I . - - - - 1-1v - - - - - - - - - - - -


~


I COUI POLT SIX M21S,


I Cout pour, Uri �a






20 AVRIL : JOURNEE NATIONAL


Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 13


20 AVRIL JOURNEE DE LA DIASPORA


Dictature, D6mocratie et Diaspora !


(DIASPORA... suite de la lere page)
A Paris au cimetibre du Pbre Lachaise.
Peu de nos chefs d'6tat sortants (ou plut6t sortis
de force) qui n'aient fait une escale plus ou moins longue
A Kingston (Jamaique), la petite ile d'A c6t6, autrefois la
plateforme des exilds haitiens.
Mais avec l'arrive en 1957 du terrible Papa Doc
(Franqois Duvalier), l'exil prit une tournure plus definitive.
Et surtout massive.


par le president Carter et sa politique des droits de l'homme.

L'immigration oubli&e ...
Mais il y a aussi l'autre migration, immigration
oublide, celle des coupeurs de canne vendus A la R6publique
dominicaine voisine. C'est la diaspora souffrante (prbs d'l
million, parait-il), que nous commenqons enfin A reconnaitre
come parties int6grante.
Enfin, la diaspora haitiano-cubaine, les 'desandante'
de Santiago-Camaguey (province de l'Oriente, just en face


quoique analphabete, r6fugi6 en France parle aussi vite
6galement le francais.
Seul terrain de reconciliation: la musique et le foot.
Le Tabou Combo de New York devient le premier
group musical haitien A avoir une reputation intemationale.
Enregistrement A Paris, chez Barclay, et rayonnement dans les
Antilles francaises et toute la Caraibe. 'New York City, New
York City' : le tube qui lance la carribre intemationale de la
musique Compas.
Et quand l'6quipe national de football (soccer)
*r e


Les annies 80 et 90 ont etM celles des marches de protestation contre immigration americaine


Les dglises dvangdliques pullulent autant en diaspora qu 'aujourd 'hui en Haiti


Sans d6faire totalement les valises ...
Force est d'6migrer vers des cieux plus ... durables.
Ce fut New York.
La ville de New York est le berceau de la diaspora
haitienne ... qui au fil des anndes s'6tendra aussi A Montreal
(Canada), en function du depart encore plus massif du pays
des cadres universitaires francophones, le tyran chassant
brutalement tout ce qui peut lui fair de l'ombre A commencer
par les 61ites intellectuelles.
C'est aussi 1'6poque oi les Nations Unies embauchent
pour remplacer le depart des administrations coloniales en
Afrique. Beaucoup d'Haitiens y vont. Au retour, ils s'installent
A New York ou Montreal. Toujours momentandment, sans
d6faire totalement les valises ( !), car on espbre toujours la
chute du tyran d'un instant A l'autre.
Puis Boston, Chicago, la chaine de la diaspora
haitienne continue de s'allonger. Dans les anndes 70, les
Bahamas (Freeport a besoin de bras pour la construction de
ses casinos et chaines d'h6tels).
En 1980, Miami, Little Haiti, grace aux measures
d'assouplissement apporties dans la politique d'immigration


de la ville des Cayes, sud d'Haiti), et qui ont pu se manifester
jusqu'A nous grace A la reprise (en 1995) des relations
diplomatiques entire Cuba et Haiti.
Mais l'histoire d'Haiti et de sa diaspora n'en est pas
une d'aussi lindaire, de tout repos.
Les premiers parties d'Haiti pour New York
appartenaient A la bourgeoisie haitienne. Leur candidate,
l'industriel mulatre Louis D6joie, avait perdu. Donc Duvalier
leur faisait la chasse.
Puis la repression s'amplifiant et bient6t ne faisant
plus de difference, se mirent A arriver des gens de toutes les
categories sociales.

Vodou-shops et 6glises 6vang6liques ...
Tout de suite on envint A une reproduction des m6mes
sch6mas divisionnistes et discriminatoires qu'au pays natal.
Haitiens de Queens, quarter r6sidentiel habitantt dans leurs
residences propres et proprettes) et Haitiens de Brooklyn,
vivant dans des HLM, c6toyant commerce, vodou-shops et
6glises 6vang6liques 'pile sur pile' (p6le-m6le).
On fait des dizaines de kilometres en m6tro pour


d'Haiti vient jouer A New York, cela finit toujours dans la
bagarre parce que nos exilds tiennent A monter le drapeau bleu
et rouge que Papa Doc avait remplac6 en Haiti par le noir et
rouge.

20 avril 1990 : manifestation anti-
stigmatisation par le VIH-Sida ...
Lorsque les responsables am6ricains de sant6
publique (CDC et FDA) mirent l'6pid6mie du Sida sur le dos
des Haitiens, et placrent pratiquement Haiti dans un cordon
sanitaire, ruinant notre industries touristique que m6me la
dictature n'avait pas rdussi A faire disparaitre, c'est la diaspora
(et celle de New York en tote) qui descendit dans les rues et
qui, A coups de petitions signdes de dizaines de milliers de
compatriotes et de sympathisants, suivies de manifestations
monstre bloquant le Brooklyn Bridge, forca le gouvemement
des Etats-Unis A mettre fin A cette stigmatisation.
Ce fut un 20 avril. Date choisie symboliquement
aujourd'hui par le Ministbre des Haitiens vivant A l'Etranger
(MHAVE) pour 6tre chaque annde la Joumne de la diaspora.
Les anndes 1980 marqubrent l'entrde en scene d'une


Le plus cdlbbre membre aujourd 'hui de la diaspora haitienne de New York,
la star du hip hop etfutur candidate a la prsidence, 'ii- 1 fJean


aller se procurer
les dernieres
publications
francaises
(L'Express et Paris
Match), entire autres
au 'Haitian Comer',
chez Moringlane,
A Manhattan. En
se faisant traiter
de 'frenchie' par
les autres, les
Brooklinois, qui
eux parent 'slang',
l'argot de la rue,
plus vite que vent et
plus pratique.
L'ironie
veut que le m6me
compatriot,


nouvelle immigration haitienne. Le boat-people haitien.
D6sormais fuyant non seulement la repression
tous azimuts mais aussi et surtout la misbre des villes et des
campagnes.

Little Haiti, Miami ...
Les premiers (quelque 10 mille) purent se faufiler A
travers les mailles des measures sp6ciales offertes aux r6fugi6s
cubains. Mai 1980 vit aussi la plus massive migration cubaine
pour la Floride depuis les anndes 60, le 'Mariel boatlift', une
flotille parties du port cubain de Mariel, just en face de Key
West, et si immense que le gouvemement communist pr6f6ra
les laisser partir.
Les Haitiens en profitbrent. II aurait &6t mal vu pour
un president promoter international des droits de l'homme
(Jimmy Carter) de les refouler sans management.
Ce que le gouvemement suivant, celui de Ronald
Reagan-George Bush pbre, s'empressa d'effectuer. Avec
l'assentiment bon gr6 mal gr6 du regime dictatorial de Jean
(DIASPORA/p. 7)


Page 6


Le cabinet MYRIAM SANCHEZ HILDENBRAND, LLC
- obetion de ba carte verte
- produre de naturalization
- visas de trvail e reroupemnt frrilial
- reprisentadon auprs de la Cour dlmmigration


Myrian So IJz H-detwn est une avoce en dm*o de
irnm tadn wec 10 ens d'experience au serve de to communoute
francophone 6 New York dons e New Jersey et Ie Connecticut



AFFL B D SAj0JDHI L 66)2g117P) r BEI


- A -


7~'L ~ r ~MEW
66




- doN'





Mercredi20Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 13


...DE LA DIASPORA


Cicatrisation


(Reflexions pour cdldbrer la Journde Nationale de
la Diaspora)

Le choix du titre m'oblige a une explication
prdliminaire. Je m'en voudrais si, voulant c6l1brer un
evenement historique,j 'arrive a provoquer des effects contraires
a mes intentions. Pourquoi done le choix de ce titre si
< Reflexions > aurait pu etre aussi parlant que << Cicatrisation >>.
Quoique n'6tant pas m6decin, je vais m'aventurer a faciliter
une explication. La cicatrisation suppose d'abord l'existence


renforcant la fuite de cerveaux, r6duisant davantage le capital
human de pays qui, comme Haiti ont du mal a en produire et
offrant aux pays les plus riches de quoi embellir leurs vitrines
deji luxueusement parees. II fallait, leur disais-je, dans le cas
d'Haiti, d'6tablir soit des mecanismes de compensation, soit des
structures de reconquete des comp6tences haitiennes 6tablies
a l'6tranger afin d'en tirer profit pour la transformation du
pays. Certains des assistants, dejeunes professionnels finalisant
leurs etudes de doctorate a l'Universite de Barcelone, et meme
des professeurs universitaires, espagnols, me manifestaient


personnelle de l'individu et, dans le cas des pays pauvres, un
project a composante collective puisqu'une grande parties de la
famille depose ses espoirs d'amelioration de ses conditions
de vie sur la r6ussite personnelle de l'aventurier de la famille.
Les transferts d'argent vers Haiti de quasiment deux milliards
de dollars l'an en disent long. Le regroupement familial qui
a facility, au fil des ans, 1'6tablissement dans des pays plus
d6velopp6s qu'Haiti de dizaines, de centaines, de milliers
et de centaines de milliers d'Haitiens jusqu'aux plus de 4
(CICATRISATION / p. 11)


Le Ministare des Haitiens Vivant I l'Etranger tient couramment des rencontres communautaires partout en diaspora pour renseigner sur actualityd en Haiti sous toutes sesformes (photos de courtoisie)


de l1sions traumatisantes, de blessures et oblige par consequent
a consid6rer l'existence d'un ph6nombne de r6egenration qui
devra conduire a la reparation des tissus ou des organes affects
(plaies, brfilures, etc) par le fait traumatisant. La cicatrisation
porte, en un deuxibme temps, a penser a un processus de
consolidation d'une situation durant laquelle des 1eements
s6par6s ou ddsunis arrivent a s'unir a se joindre. Ainsi donc,
la cicatrisation, dans le cas de l'existence de blessures oblige
a penser a une tape pr6alable, celle de panser les blessures
produites puis, a une second tape qui est celle de faire
disparaitre les cicatrices existantes, enlevant toute trace de
la blessure original. L'6migration est << traumatisme >. Elle
provoque donc < blessures > et oblige donc a penser A leur
cicatrisation. L'exil l'est encore plus mais le choix de partir,
meme volontairement, laissant derribre soi toute une vie,
sachant que l'on va devoir peut-6tre passer le reste de sa vie a
l'ext6rieur, provoque de profondes blessures. Voilh le pourquoi
de ce titre car je crois qu'a partir de ce 20 avril 2011 nous
devons commencer a panser nos blessures et penser a faire
disparaitre les cicatrices r6sultantes.
Quoiqu'6tant une experience traumatisante, quoique
repr6sentant un conflict interne, permanent dans le cas du
migrant, l'6migration a son c6t6 positif et sa parties negative.
Je vis cette experience depuis plus de 33 ans car j'habite en
Espagne depuis 1978. Je dois 6tre pour la celebration du 20
avril parce que depuis quasiment 6 ans je prepare mon retour
au pays natal sans avoir pu r6ussir a 6tablir un < projet-retour
satisfaisant >, sans avoir pu reprendre de facon plknibre ma
condition d'Haitien. J'y tiens et je suis aussi pret a accepter
les conditions. Parlons d'abord du c6t6 n6gatif. Lors d'une
conference le 12 avril dernier, a l'Universit6 de Barcelone,
je critiquais < l'immigration selective > qui, selon mon point
de vue, appauvrissait de plus en plus les pays d6favoris6s,


leur d6saccord en me disant
que le professionnel a le droit
de s'6tablir 1 ooi il trouve
les meilleures conditions
de travail (production,
recherches). Le problkme a
resoudre, leur disais-je, c'est
d'habiliter des mecanismes
permettant aux pays pauvres
de pouvoir retenir leurs
talents locaux, de pouvoir les
gerer de facon adequate, pour
l'avancement de leur propre
pays d'abord et pour le bien de
l'Humanit6 ensuite. En plus,
dans un monde qui change
sans cesse, don't les r6seaux
d'interconnexion sont de
plus en plus performants,
creer les structures
permettant d'utiliser les
comp6tences d'un individu
ind6pendamment du lieu oi
il se trouve doit 6tre le levier
qui permette de fair avancer
l'Humanit6 vers un meilleur
avenir en comblant le foss6
qui spare le Nord du Sud.
Pour maintenir le
fil de notre d6veloppement,
disons qu'6migrer est un
choix individual, un project
ayant pour objectif la russite


Dictature, Democratie et Diaspora !


(DIASPORA... suite de la page 6)
Claude < Baby Doc > Duvalier ayant succ6d6 a son pere en
1971, et a l'Age de 19 ans, comme president a vie.
Car d6sormais Haiti vit economiquement de sa
diaspora.
Outre que ce sont les nouveaux arrivants, les
denomm6s boat people, qui deviennent les premiers soutiens de
l'6conomie national car les anciens, qu'ils soient de Queens ou
de Brooklyn ou de Montr6al, n'ont d6ej presque plus de famille
au pays natal, enfants et petits enfants sont n6s a l'etranger.
Les transferts pour soutenir les parents en Haiti
totalisent plus de 2 milliards de dollars, chiffres de la Banque
mondiale collects apres le s6isme de janvier 2010.

La chute de la dictature ne ralentit pas
1'6migration ...
Avant longtemps, Miami d6tr6nait New York comme
capitale de la diaspora'. Mais c'est aussi parce que plus prbs
d'Haiti au moment oi la situation politique se renversait. Le
dictateur fut contraint a l'exil le 7 f6vrier 1986.
Miami, Fort Lauderdale, meme Boyton Beach (au
gr6 des revenues individuals) sont aujourd'hui pour l'Haitien
la porte a c6te.
Mais il reste la diaspora souffrante. Les braceros ou
coupeurs de canne qui acceptent pratiquement de se constituer
esclaves dans les plantations sucribres de la republique voisine.
Parce que 'les dents des requins sont moins f6roces que celles


de la misbre en Haiti', dit une
contest-song des annees 80 a
Little Haiti.
A elle seule, cette
dernibre diaspora m6rite
qu'une journde lui soit
consacrde. Une journde de
r6flexion aussi sur nous
memes car c'est elle qui est
aujourd'hui a notre image,
la lutte n'6tant plus pour
renverser une dictature mais
pour commencer a apprendre
comment se colleter a ces
ennemis bien plus redoutables
que sont la misbre et le sous-
developpement.

Haiti en Marche,
13Avril 2011


[t tfaJfaft


Iddi
II J j-


Page 7


MIMD Ai Ea i o Eses- Y

CX"~-~5 E vo,;r Hvv NUM no,, W 114-11� R.21S11 P P?' !1 RY11�1�- :-6r;~S

NaTmo ROT? ' I t ifW i go 13 � a 111 A M ' t < H L. i a @ :,4 J' y .1 UZ

ramph pas Nd I s n IIWD lps4rsa tk ianble Kaf l mb Kiaft, Thslrnk 7 A13 t.--d -,_- L

Amimn Kn imirivi" Obciof
Kanicu4n Suea . SIvCtwo. i t M aWe aMaMW imj KPaWl



W -l Th I r ioy.vin r .l e d- rb 'I rite- ,.,llpi -Irr c, -.- 6. r-.% in #n -


NOrN
.!>,It 1_ �t.!� � AwI X5 a'kjindflhi�V -4 u



p, a!di Ojiaae K.n lcIutyx Eli KxIk a W e Lib Ain� x aON, P6� v




~UmW Nonsrlisyi OIou1f
low bdmKiryasyen I mlariyCn bstrlWe Ka �o Fe U RN l KwII Iwo@ A 10i . d I I ir A. H', � c i'.r "t 17 ,lrbj � - Q eb K:cn.lL~ l y) it ; k i-Y -1- .� 1� x.





WIY
NCUN
Awomnmrn KnanslI4 . Omouuto
poua ElabI4 Efspek t JeriAal EndKign am
NA sp ; 1,CI~ ry 1 -0110 W- w~!rjr a( � yxl -4 -1,1 J.V, I -r F -c :I. x -j r -m






N I-a "%jc i na m � r : . 9 .I :- rrTyi : m,_ merf d W
K.We WVA P L -Y L- rr .-,r I e1nJ L'Li)%I -W!




.IYI

iAmuwmsn Kqn$ufliaygn UIomm

E- r:' p -c y,. j-- -,lJA Hepc.5 1 Po bpi 9 x; E y ow . * r:& p' . W 4A pi Wa



Wri:
r. - y- pr L, a p mpxcun mp 'P-riu ThuLe a' - l-1! b'd f

brrf -V " � "C'we. V-W A 1P A 3mv rknstti Mim. rU'd , FeK orI
IN I



-W 1 Ifx %0, Ffl- o-Y~r (�!' rr _�.. :L ' br'. T_ e :'r l..L � jrBIk


,4-� j r.:? U� C1 Irdj � q W, KJ ' �F;.I: -' A- c:� -na i ; B : a n


ir -.jr Wia~e 1GT~

KDRISs kall FMdISY~brn





ARTS & LETTRES


Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


Deuxieme Congres des ecrivains de la Carai'be (Guadeloupe)

Lovelace, Retamar, Maggiolo : trois majors de 1'ecriture presents


Inaugurd le 6 avril, le congress s 'est clturd le 9 dans
cette ile en forme de papillon, arpentee pendant cinqjours
par trois /minents tcrivains de la region : Roberto Retamar
(Cuba), Marcio Veloz Maggiolo (Republique dominicaine),
Earl Lovelace (Trinidad et Tobago). ,,..


Les d6bats r6alis6s lors du
2eme congress des 6crivains de la
Caraibe portaient durant quatre jours
sur l'expression litt6raire crdolophone,
francophone, anglophone, nderlandophone
confronted au drame de la traduction, dans
un march limit dans ses moyens actuels :
difficile diffusion ou promotion des auteurs
carib6ens. Et aussi, complexity de la critique
litt6raire acad6mique et journalistique.
Les panelistes ont abord6 avec s6rieux
les (Circonstances, conditions et enjeux de
la creation litt6raire dans la Caraibe>>.
Inaugur6 le 6 avril, le congrbs
s'est cl6tur6 le 9 du meme mois dans cette
ile en forme de papillon, arpent6e pendant
cinq jours par trois 6minents 6crivains de
la region : Roberto Retamar, Marcio Veloz
Maggiolo, Earl Lovelace.
Unjury compose d'6crivains et de
critiques a dcern6, lors du d6roulement
du congrbs,


le prix du Conseil regional de Guadeloupe, dot6
de 10. 000 Euros, A Earl Lovelace pour son roman, "Just a
movie", en raison de son mode narratif imposant et de son
allure qualifide de carnavalesque... L'ceuvre romanesque de
Lovelace, peu traduite en franqais, s6duit et fascine des milliers

(CICATRISATION... suite de la page 7)
millions d'Haitiens circulant actuellement A travers le monde,
montrent l'importance que peut revetir cette 6norme population
d'Haitiens vivant en dehors des murs du pays et les avantages
que peut tirer Haiti de la planification de leurs interventions
dans le pays. VoilA les r6flexions que cette < Journe du 20
avril > me pousse A r6aliser et lesquelles devraient, selon mon
humble point de vue, nous occuper durant cette journme.
Les soci6t6s humaines 6voluent et, dans leur
evolution, tendent A garantir A ses membres de meilleures
conditions de vie. Je me demand si, en Haiti, nous nous
sommes pos6s cette question. Je me demand meme si, A un
moment donnd, la question de savoir quels choix collectifs


de lecteurs anglophones.
Retamar, podte et essayiste de renom, d6sign6
president d'honneur du congrls, et Maggiolo, invite d'honneur
de cette assemble, ont marqu6 leur presence via leurs
.,


Photo souvenir du 2e Congres des Ecrivains de la Caraibe, debout, son beret 1
sur la tkte, notre collaborateurDominique Batraville


exposes ax6s sur les expressions litt6raires de la region et
l"importance des divers heritages culturels, linguistiques
pris en compete dans la constitution de notre foisonnante
production litt6raire .
Sous la houlette de Roger Toumson, president de


Cicatrisation
effectuer et lesquels, auraient pour objectif la protection du
< talent > haitien de facon A 6viter leur fuite. Pour aller plus
loin dans cette r6flexion, je dirais meme que dire ensemble
< Vivre Libres ou Mourir >> tait peut-6tre le seul moment reel
de consensus dans notre petit pays. Nous avons voulu crder
une nation sur la grande utopie
sans rdellement penser A crder les structures le permettant et
cela, a donn6 lieu A des blessures sociales importantes :
- Une misbre, chronique, destructrice de reves et
g6ndratrice de complexes.
- L'Inequit6 Sociale qui entrave les processus d'une


association du congrbs des 6crivains de la Caraibes, de Ernest
PNpin, secr6taire g6ndral, le congrbs s'est r6v&l1 payant. Ce
colloque international a permis de libres d6bats thdoriques
entire cr6ateurs et litt6rateurs de la region.
Le president du conseil regional de
... la Guadeloupe, Victorin Lurel, a soutenu
fortement la r6alisation de cette rencontre
litt6raire et universitaire interr6gionale. Dans
ses propos circonstancids, il a fait l'dloge
de certain maitres, tels Naipaul, Walcott,
Marquez, et a 6voqu6 avec enthousiasme des
disparus de premier plan comme Roumain,
CUsaire, Glissant.
A la suite de l'assembl6e g6ndrale
de l'association, plusieurs pays ont obtenu
des sieges important dans le conseil de
direction de cette association d'6crivains : la
'Guadeloupe, pays organisateur, la Martinique
| voisine, Cuba, la R6publique dominicaine,
S Trinidad, Jamaique, Haiti, Sainte-Lucie.
Un exemplaire de l'ouvrage < Les
Actes du ler Congrbs des Ecrivains de la
Caraibe >, Guadeloupe consignant toutes
les communications recueillies lors de la
premiere edition en 2008, a &t6 remis aux
invites du 2eme congress.
visse Quelles lemons tirer de cette
conference litt6raire multilat6rale ouverte
aux auteurs, 6diteurs, universitaires connects au monde
caraibe ? Des lemons f6condes !
Dominique Batraville,
Sainte-Luce, Martinique,
13janvier 2011

transformation positive.
- Un aces limit A l'6ducation, A la formation et aux soins
de sante,
- La fuite de cerveaux et l'incapacit6 pour le pays, d'abord
de les retenir, ensuite de les r6cup6rer.
Ces blessures sociales profondes, douloureuses,
poussent de plus en plus d'Haitiens A vouloir chercher ailleurs
ce qui leur est refuse dans leur pays de naissance. Cela tend
par consequent A aggraver davantage l'une des plus profondes
blessures du pays : l'augmentation du nombre d'Haitiens
vivant A l'ext6rieur de facon permanent. La < quality de la
preparation acad6mique > de ceux qui parent rend encore
(CICATRISATION / p. 11)


Page 8


Genyen asirans pou tretman




dan a bon mache... pou




mwens ke 1 dola pa jou.






Telefone reprezantan Humana

w lan jodiya menm!


Mike Bully

561-389-0813

8 a.m. - 5 p.m.

HU I HUMANA.




Mercredi 20Avril2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


r 12 janvier 2010, la Banque Nationale de Creditcf(NC) sal

de toutes les victims du tremblement de terre, en g.nerati cel. .

ses employes, clients, partenaires et amis, en particuller.



La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au

pays et aux families si durement dprouv&s par cette catastrophe.

Les soubresauts de 1'ann&e 2010 n'affectent nullement I'ardeur de votre

banque a vous accompagner dans le financement de vos projects et A par-

ticiper aux efforts de r6gkntration de la richesse national. Sa mission, aprs .-:-

cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble . ----

la reconstruction de notre pays.
BNC: Vorpr_..i..ep ... re s tcind-
BNC: Votre partenaire pour Ia reconstruction d 'Haiti. "-.S--

- -- . . . .. , I. :....

.. .. ..........
_. . _ -- aa . ..-* . .. .. , . . ....... . - .


I
";"e
r*""' ... ~C
~z ....�,
C~?- �~ I� c.
~c~r~ _ccl~ �-� -�-
Ir r*"-~�C� ~L
~SIC.CEI; �-**�
II *
�I,;i~�.b~


a ..rz -.a---T�C~ r"Z. _____ -*�~
U;~~T* i.'r
v �


Page 9


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - - - - -- , - - - , - - - - - - , - --- - - - - -- - - I


Atq ki ro






ETAT DE DROIT


1 Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


Les preuves sont suffisantes pour poursuivre Duvalier,

estime Human Rights Watch
De La Presse Canadienne, The Associated Press et corrompu. pour le system judiciaire haitien de juger certain d
- PORT-AU-PRINCE, Haiti - L'ancien dictateur haitien <>affirme Human
Jean-Claude Duvalier n'a peut-6tre pas particip6 directement Jean-Claude Duvalier repr6sentent une occasion historique Watch dans son rapport.
a la torture et au meurtre de ses opposants, - Selon l'organisation, H
mais il ya suffisamment de preuves pour le l'obligation, en vertu du droit intern
poursuivre en justice pour les violations des de mener une enquate et des poursu
droits de la personnel commis il y a plus de les graves violations des droits de la pe
25 ans, a d6clard un avocat de l'organisation ... , commises sous la dictature de Jean-
Human Rights Watch, jeudi. Duvalier.
Si l'on se fie aux t6moignages E < de victims, aux documents pertinents et s'av6rer 6tre l'affaire criminelle
aux informations publides par les m6dias ... marquante de toute l'histoire d'Ha
l'6poque, l'ex-dictateur devait au moins d6clard Reed Brody. < 6tre au courant des actes de torture et des . d'Haiti est fragile, et le d6fi qu'il devra
meurtres commis par les forces sous son I" pour mettre en ceuvre un procks quit;
commandement, a d6clard Reed Brody, 6norme, mais le soutien de la comn
conseillerjuridique de Human Rights Watch, international peut aider le pays>>,
lors d'une conference de press h Port-au- I face, a-t-il ajout6.
Prince. - Human Rights Watch affiri


La conference avait pour objectif de
presenter les preuves accumuldes centre Jean-
Claude Duvalier, aussi connu sous le nom de
<.
M. Brody a affirm qu'il y avait de
nombreuses preuves montrant que Duvalier
aurait personnellement ordonnd certain des
crimes qui lui sont reproch6s. II a appeal les
autorit6s haitiennes a poursuivre l'ancien
dictateur, soulignant que celui-ci n'avait rien
fait pour empecher ces crimes.
Unjuge haitien a lanc6 une enquete
sur Duvalier peu aprbs son retour surprise en
Haiti, en janvier, apres 25 ans d'exil. Mais
le dossier semble bloqu6. L'ancien dictateur
reside dans une villa des environs de la
capital en attendant que le juge decide s'il
peut etre accuse de crimes qui comprennent
la corruption, les arrestations ill6gales et la
torture.
Jean-Claude Duvalier, Ag6 de 59 ans,
a dirig6 Haiti de 1971 a 1986 apres avoir herite
du pouvoir de son pbre, Francois Duvalier,
dit . I1 a &t6 renvers6 en 1986
lors d'un soulkvement populaire contre son
regime, largement considered comme brutal


Campagne mende par sa compagne Veronique Roy lunettess noires) pour essayer d'
la personnalitM de Jean Claude Duvalier mais l 'ex-dictateur ne peut plus disol
laisser la capital d 'ordre du tribunal


es pires
SRights

[aiti a
national,
ites sur
ersonne
Claude

ourrait
la plus
aiti>>, a
diciaire
reliever
able est
unaut6
y faire

me que


selon la loi haitienne, Duvalier pourrait
6ventuellement etre considered comme
des crimes commis par ses
subordonnes, ou alors comme une personnel
d'autorit6 qui n'a pas emphch6 ni puni les
crimes commis sous ses ordres.
< pourrait etre l'occasion pour Haiti de marquer
une veritable rupture avec l'impunit6 qui a
caract6ris6 son passed, a estim6 M. Brody.
< crucial qui fera que ce procks aura lieu ou
non.>>
Les avocats de Duvalier affirment
de leur c6t6 que le d6lai de prescription est
.4 chu et qu'il ne peut etre poursuivi pour les
crimes all6gu6s.
Michael Puglise, l'un des avocats
de l'ex-dictateur, a rejet6 les affirmations de
Human Rights Watch, estimant qu'il s'agissait
d'une attaque contre l'ancien president
motive par des raisons politiques.
< humaniser derriere ce rapport. Quels sont les facteurs
rmais qui les motivent?, a dit M. Puglise. Ce sont
les opposants politiques de Duvalier qui font
pression sur ce dossier.>


I I I






=-~ ioc onrrnan tiredkont ORf1 r;;l!
GArrs 7ouA jf '~


1* '.#


Samdi,

30Avril
10:30 a.m. 4 p.m.
Main Library
101 W. Flagler St.
305 375. BOOK
IVIXIXI 'u,��


* Teen Zone Ipou Adolesani

Ow Teyal Kfar~yonik

* Pbsoral KoA NTimoun



KAlizarIE

* Pcnitiri Fig!

*KaIol


* Kana-.al Ti Zanlly


I ;-v- 1


'1 J4;1


Vers un possible

proces de l'ex-dictateur

Jean-Claude Duvalier


En Haiti,
l'instruction du dossier
juridique de Jean-Claude
Duvalier se pursuit.
L'ancien dictateur est
d6ji inculp6 pour crimes
financiers et il fait aussi
l'objet de plusieurs
plaintes pour crimes centre
l'humanit. Trois mois aprls
le retour surprise de < B Doc > en Haiti, Human
Rights Watch pr6sente un
rapport confiant sur la tenue
future d'unproces Duvalier.
Avec notre
correspondante i Port-au-
Prince, Amelie Baron
Le conseiller
juridique d'Human Rights


Watch, Reed Brody, veut 6viter toute vengeance centre Jean-
Claude Duvalier mais il interpelle les autorit6s haitiennes sur
le besoin de justice. o Un process equitable pour Jean-Claude
Duvalier pourrait contribuer enfait, a restaurer la confiance
des Haitiens dans un system judiciaire qui a toujours servi
a proteger les massacres, a proteger les auteurs des pires
atrocitis, affirme-t-il. Les victims surtout sont choquees, par
example, de voir 'indulgence avec laquelle est traitW Jean-
Claude Duvalier qu 'on voit dans les bars, dans les restaurants,
les festivals. En Haiti, il n'y a jamais eu un proces. Cela
pourrait &tre le process du sidcle, le process le plus important
dans l'histoire d'Haiti. Et done ilfaut que le gouvernementy
mette aussi des moyens. >
Le gouvernement Pr6val a montr6 qu'il voulait que
Jean-Claude Duvalier soitjug6. Lors de sa champagne, Michel
Martelly a prhch6 pour l'Etat de droit. Mais la mise en place
de ce proces risque de prendre du temps. Un temps que n'ont
pas forc6ment les victims. Lundi, Claude Rosier est d6c6d&.
Doyen des prisonniers politiques de Duvalier, il avait pass
onze ans a Fort Dimanche.


En Haiti, juger I'ex-dictateur

Duvalier pour crimes centre

l'humanite nest pas la priority

du nouveau pouvoir


Le Monde
14.04.11
Le jugement de
l'ancien dictateur Jean-
Claude Duvalier (au
pouvoir de 1971 a 1986)
ne figure pas parmi les
priorit6s du president lu
d'Haiti, Michel Martelly.
Le chanteur, qui h6rite d'un
pays d6vast6 par le s6isme
de janvier 2010 et en proie
a une 6pid6mie de cholera,
veut d'abord s'attaquer au
relogement des 700 000


sinistrds qui vivent encore dans des camps de fortune alors
que la saison cyclonique approche.
"Pourparvenir a lapaix et a la prosperitW durables,
les Haitiens doivent instaurer 'Etat de droit", soulignait, fin
mars, le secr6taire g6ndral des Nations unies, Ban Ki-moon.
"II est capital que les autorites hattiennes prennent toutes
les measures judiciaires pour rigler cette affaire", ajoutait-il
a propos du retour en Haiti de Jean-Claude Duvalier, "B6b6
Doc", le 16 janvier.
"Traduire Duvalier en justice, dans le cadre d'un
process equitable, permettrait de restaurer la confiance
des Haitiens en la justice et en 1'Etat de droit", soutient
l'organisation non gouvernementale (ONG) Human Rights
Watch (HRW). "L'Etat d'Haiti est tenu, au regard du droit
(JUGEMENT / p. 11)


Page 10


U. -


xxxI.- l -





Mercredi20Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


LES PETITES ANNONCES


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvemance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse H rard # 3,
Port-au-Prince, HaTti, WI.

Par courriel: c.fd.e. delmas@gmail. com
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 3444-2001


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)


Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


Le IIanGIO Inn
DANS LES NIPPES
d P"qu IWMim dir P
- (Ibii Iva igo a m" w
Me ilmdkbI ui wallett di

pa rua uGpud bM
- Lr Sout n doBrl
- Lt rohhd eSiri

- Lm hdtv Egw d c IM
Thukif. i 17


20 AVRIL : JOURNEE DE LA DIASPORA


(CICATRISATION... suite de la page 8)
plus profonde cette blessure car elle repr6sente une fuite de
cerveaux de pres de 85% du potential du pays, appauvrit alors
davantage le pays dans le sens que les resources mobilis6es
pour la formation de ces individus sont transf6rdes a un autre
pays g6ndralement plus riche, sans que Haiti n'en perqoive un
seul sou en terme de compensation, ce que j'appellerais une
sorte < d'Indemnit6 de Formation >>.
Que faire ? Commencer a panser ces blessures
qui gangrbnent notre soci6t6 ? Maintenant qu'un nouveau
Gouvemement prend la relive, nous ne pouvons, de faqon


En Haiti, juger


1'ex-dictateur...
(JUGEMENT... suite de la page 10)
international, d'enqueter et, si ndcessaire, d'engager des
poursuites judiciaires concernant les graves violations des
droits humans commises sous le regime de Duvalier", ajoute
1'ONG dans un rapport diffus jeudi 14 avril, "Haiti, unrendez-
vous avec l'histoire".
ACCOINTANCES
Assign6~ residence, l'ancien "president a vie" est
poursuivi pour corruption et d6toumement de fonds. Seize
victims de la dictature ont port plainte pour crimes centre
l'humanit6. Les avocats de "B6b6 Doc", don't le bitonnier de
Port-au-Prince, Me Gervais Charles, un proche collaborateur
de M. Martelly, font valoir que des poursuites ne peuvent 6tre
engages centre leur client en raison du d6lai de prescription
de dix ans.
Un argument non recevable, selon HRW, qui
souligne qu'il n'y a pas de prescription pour les crimes
centre l'humanit6 ni pour les "crimes continues" tels que
les "disparitions forcees". L'ONG ne cache pas que les
difficulties sont "normes ". Pour pallier la grande faiblesse du
systbme judiciaire haitien, elle r6clame un soutien technique
et financier de la communaut6 international. Le principal
obstacle pourrait bien 6tre " 'absence de volonte politique
d'une nouvelle administration potentiellement moins engage
dans les poursuites contre Duvalier".
Un euph6misme alors que le president Olu ne fait pas
mystbre de ses accointances avec le camp duvali6riste. M.
Martelly n'a pas exclu de prendre l'ancien dictateur comme
conseiller s'il 6tait blanchi par la justice. "C'est a la justice
de travailler sur les reproches faits a 1 'ancien president Jean-
Claude Duvalier ", a-t-il rdptd..
"Plus encore que le rdsultat, c 'est leprocessus qui est
important, ilfaut engager la lutte contre 1 impunitye ", a confie
au Monde Michble Montas, l'une des premieres victims a
avoir port plainte. "Sans ce climate d'impunite, Jean (Jean
Dominique, son marijoumaliste assassin en 2000) ne serait
pas mort", ajoute-t-elle. "J'ai vu le retour de lapeur ", confie
Michble Montas. Des membres de sa famille ont tent6 de la
dissuader de porter plainte. "Notre generation n 'a pas fait le
travail de memoire et lorsqu 'on parle de Duvalier auxjeunes,
c 'est come si onparlait d'une autreplanete ", d6plore-t-elle.
Jean-Michel Caroit
Article paru dans additionn du 15.04.11


Cicatrisation
collective, 6viter de penser aux d6fis a reliever et face auxquels,
nous, membres de la Diaspora haitienne, ne pouvons que
collaborer de faqon h tablir les mdcanismes de construction
n6cessaires car ces d6fis sont multiples.
En cette journme du 20 avril, nous autres qui vivons
en diaspora, nous ne pouvons qu'6tre optimistes. Nous
sommes obliges de croire A la transformation du pays car,
seul le changement en Haiti peut faciliter le changement dans
la diaspora haitienne. Et, paradoxalement, le changement en
Haiti ne peut se fair sans la collaboration aggressive, soutenue
et intelligence de sa diaspora. A ce niveau plusieurs aspects
sont � consid6rer, h amdliorer, a renforcer :
1- Les relations entire la Diaspora et Haiti
Modifier ou optimiser les relations entire la Diaspora haitienne
et Haiti ce qui veut dire renforcer les capacit6s d'intervention
du MHAVE. Les accords signs entire le MAE et le MHAVE
vont en ce sens. II faut insisted, et :
a-Renforcer les structures d'accueil, d'incitation au retour et
d'encadrement a ceux qui choisissent de retoumer.
b-Crder une dynamique de reconquete des comp6tences
haitiennes de l'6tranger aussi bien de la premiere que de
la deuxiome ou de la troisieme g6ndration d'Haitiens de la
diaspora. Bon nombre de fils d'Haitiens ayant pris naissance
a l'6tranger veulent r6cup6rer leur point d'attache. II faut
harmoniser les mdcanismes pouvant le faciliter.
c- Faciliter l'haitianisation > des Institutions Internationales.
Ce qui veut dire faciliter la presence < d'Haitiens de Naissance >
dans les structures visible des Institutions Internationales,
surtout dans celles ayant une certain presence en Haiti.
d- Elaborer des Instruments Financiers permettant aux fonds
transf6rds par la diaspora haitienne de cr6er des investissements
productifs.


2- Amdliorer les relations entire les membres de la Diaspora
eux-memes
Nos erreurs individuelles et collectives rendent difficiles
l'6tablissement de synergies entries les structures creees dans les
pays d'accueil. Faire de ces structures de v6ritables instruments
de promotion social, politique, 6conomique, de enforcement
de la capacity d'action de nos propres communaut6s d'abord
puis de participation a lavie politique locale est fondamentale.
3- Renforcer les relations entire les pays d'accueil et le pays
d'origine : 'Haitienvivant a l'6tranger doit aussi concevoir son
r6le < d'Ambassadeur Honoraire > d'Haiti. L'id6e que se fait
l'6tranger d'Haiti, si elle est negative, peut tre soit renforc6e
soit modifide de faqon positive a partir de ses relations avec
les Haitiens vivant dans son environnement.
Voilh les r6flexions que la decision de l'Etat haitien de
declarer le 20 avril < Journe Nationale de la Diaspora > m'a
pouss6 a r6aliser. Je voulais les partager avec vous, membres,
comme moi, de cette diaspora que nous ne cessons d'alimenter
depuis des g6ndrations et avec vous aussi frbres et sceurs rests
au pays. J'espbre qu'elles serviront a quelque chose. Ce 20 avril
nous offre enfin la possibility de penser a panser nos blessures
et a faire disparaitre les cicatrices. Le < Cadre d'Inclusion > de
nous tous, Haitiens du dedans et du dehors (dans tous les sens
possibles et imaginables) peut enfin se mettre en place afin de
construire une Haiti meilleure.
Je ne saurais terminer ce texte sans profiter pour
f6liciter l'actuel titulaire du Ministere des Haitiens Vivant a
'Ettranger, M. Edwin Paraison, pour son ddvouement a la cause
de la Diaspora Haitienne, pour le travail r6alise qui obligera
certainement a son successeur a continue sur la meme voie.

Vive Haiti!!!
Dr. Marc Antoine ARCHER
Barcelone, 16Avril 2011


Une petite fille nommee Mirlande !


(MIRLANDE... suite de la page 5)
cour de r6cr6ation, Mirlande aurait trouv6 plus facilement ses
r6parties face au monstre au visage de ch6rubin (le candidate
'tate calde').
La voici victim de son assurance meme de premiere
de classes, avec l'immanquable c6t6 'fort en theme', c'est a dire
manquant de frottement a certaines pratiques de la vie, comme
les difficulties naturelles auxquelles doit subvenir l'lF1ve moins
doud que Monsieur Martelly ne cache pas qu'il a &te ...
Et lors du face a face fatidique des deux candidates,
c'est le chanteur qui l'emporte. Mirlande fait plut6t un course
magistral, une sorte d'oral dans un grand amphithditre a la
Sorbonne ou a l'UniversitW West Indies oni elle a 6galement
brill&. Martelly a 'air de passer, sans manibres mais avec
le plus grand nature, par-dessus la tete a l'assistance pour
s'adresser a ses milliers de partisans qui grouillent au dehors
dans la rue et pour lesquels le d6bat tel1vis6 en question n'est
qu'une simple formality, un pensum, dirait la petite Mirlande,
mais que la vraie r6alit6 aujourd'hui est ailleurs !

Un pied de nez de 1'histoire ...
Notre heroine en resteraitbouche bde, si les n6cessit6s


de la champagne ne l'en emp6chaient. A un moment on la sent
d6pass6e, non, subjugude. Ce galopin, insolent, enfant terrible,
bad boy s'il en est, aurait pu 6tre le fils qu'elle n'a pas eu (elle
n'a qu'un enfant, une fille).
Elle que tout destinait a 6tre la souveraine, mais qui
par un pied de nez de l'histoire national devient la sacrifice
d'une cause qui a &te toute sa vie, celle de l'l6ite (il est vrai une
elite elle-m6me depuis longtemps sans cause sinon sa simple
survive, donc elections que de toutes faqons la candidate ne
pouvait pas reporter math6matiquement parlant).
Pourquoi nous insistons sur le mot sacrificee'. Le
monde a change. Les contest de f6e se terminent en trag6die
antique. C'est Iphig6nie, sacrifiCe pour la victoire des Grecs sur
la ville de Troie. Ou Antigone a la raison d'Etat. Ou m6me un
peu Phedre ... d6sarm6e devant Hyppolite (tiens, Hyppolite,
done qui aurait pu 6tre son grand fils ou son plus jeune frbre).
Mais Hyppolite qui, dans la pibce de Racine, n'ira pas bien
loin. Ddvord par le dragon surgi soudain de l'oc6an.
Ce n'est bien entendu pas la grice que nous souhaitons
S1l'l6u du 20 mars !
Haiti en Marche, 15 Avril 2011


Page 11


T7.uus:: SaJ6-5
rdl~sl 5140304w
4. mamobrl~aux

IIm~Elt dkpmilifrc
Pour Sc. diL'tuw


ADOMI PURCHASING AGENCY


Tel. : 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour fos vS achas :

Equipements pour construction I Pikces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


.x~xx Ix --l - 1 1 v -






LIBRE PENSER


1 Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


o ... blancs, noirs muldtres, griffes, octavons,
quarterons, marabouts, sacatras, qu importantt ces vaines
etiquettes de la difroque colonial si vous vous sentez des
homes resolus a jouer proprement votre r6le d'hommes
sur cette minuscule parties de la scene du monde qu 'est notre
socidtd haftienne. > J. Price-Mars

Chers amis lecteurs, cette semaine nous allons parler
de cinema. Non pas a cause de ce qui se passe dans le pays.
Non pas que j'aie en tete un quelconque project de r6alisation
d'un scenario futuriste, sur le r6le de la degradation dans la
politique ou queje pense a un quelconque project de recherche
anthropologique, sur le < realisme > dans la politique haitienne.
Non. Je veux simplement utiliser la r6alit6 virtuelle, pour parler
de la r6alit6 conflictuelle de chez nous. Et, le film choisi est
celui d'un acteur qui, d'apres certain, est d'origine haitienne,
Eddy Murphy. Vu queje n'ai pas suffisamment d'informations
a ce sujet, je pr6efre me taire. Dans le Royaume Africain du
Zamunda, unjeune Prince, Akeem, fete ses 21 ans. Son pere,
sa Majest6 le Roi, lui a d6ej choisi la < meilleure spouse >>,
suivant les criteres de la royaut6, de maintien des traditions. Le
prince cependant veut trouver la femme de ses reves et choisir
lui-meme son spouse. Le Prince de Zamunda d6barque alors
a New York et se fait passer pour unjeune etudiant africain.
Si vous n'avez pas vu le film, l'un des bons films de Eddy
Murphy, je vous le conseille. Un film ancien mais un film qui
vous permit de jouir d'un bon moment de relaxed.
Chers amis lecteurs, je ne sais pas trop pourquoi,
j'imagine que ce doit etre la conjoncture politique du moment,
chez nous, qui me pousse a y penser. Je vois tellement de
gens parler de tellement de choses qui n'ont rien a voir avec
la construction d'un pays qui n'a toujours pas << termine son
calvaire >>, que je me demand si nous n'avons pas, nous
Haitiens, des genes >> trop < genants >. Comme disait un ami
de longue date, si, aujourd'hui, onprend deux Haitiens, onles
place face a face, ils peuvent vous fournir, chacun d'eux, mille


MicroNation !
raisons 6galement valables pour crder 3 < Haiti>> diff6rentes.
Mais, malheureusement, il nous n'en faut qu'une seule, a
notre measure a tous. Et c'est a cela qu'il faudra s'achamer. II
a peut-etre raison.
Enfin chores amies lectrices et chers amis lecteurs,
l'Afrique a toujours aliment6 ce genre de pens6e fantaisiste
chez moi et, je n'ai pu m'empecher de penser, que nos
problems viennent du fait que, plus de 500 ans loin de la
<< terre-mere >>, n'a pas su att6nuer ou eliminer les effects des
< genes g6nants >. Je n'ai pu m'empecher de penser a ces
petites entit6s, ces << micronations >>, creees par un individu
ou par un group d'individus qui pr6tendent au statut d'une
nation ind6pendante en recr6ant, de faqon reelle ou virtuelle,
les caract6ristiques d'une nation. Ce ne sont pas des Etats de
petite taille come pourraient l'etre l'Andorre, le Vatican,
Monaco. G6enralement de petite taille (geographiquement
et d6mographiquement), les micronations se caract6risent
le plus souvent par une volonte de reconnaissance de leur
souverainet6 par l'interm6diaire d'6mission de passports, de
timbres, de monnaie et de titres de noblesse. Pour la plupart,
faute de reconnaissance ext6rieure, elles n'existent que sur
paper ou sur Internet. Elles sont la plupart du temps soit le
fruit d'une r6flexion sur la politique, l'6conomie, la diplomatic
(et sont dans ce cas-l desjeux ou des creations personnelles),
soit des assises pour des activities illicites ou ind6pendantistes.
A l'exemple du Zamunda, nous autres Haitiens, nous devons
sfirement provenir chacun de nous de l'une de ces milliers
de < micronations > qui peuplerent l'Afrique du 14eme au
19me siecle. Je me demand pourquoi ne pas reproduire cette
meme r6alit6 en Haiti. A chacun de nous sont petit royaume.
Ces < micronations >>, ces petites reproductions de < realites
physiques >> la measure de personnalit6s a m6galomanie
reduite, pourraient 6tre la meilleure solution a nos maux.
Chers amis lecteurs, vous vous imagine cette situation
en Haiti. Les sections communales seraient-elles suffisantes


pour cr6er suffisamment de < micronations >> pouvant assouvir
la soif de pouvoir qui nous caract6rise ? Serait-ce un nombre
suffisant pour que cessent les conflicts 6pidermiques ou de
classes ? Les < int6erts stupefiants > qui creent tant de conflicts
voiles dans le pays se verraient-ils satisfaits ? Je me vois alors,
mon ile a moi, < Petit Cachiman > ou < Oscarland >>, capable
de donner la citoyennet6e cachimane >> tout individu ne
voulant pas accepter la r6alit6 politique du moment actuel
en Haiti (C'est toujours mieux que d'avoir deux Presidents
sur un meme territoire). J'accepterais la double nationality.
Je permettrais des investissements a tous les niveaux et
j'accepterais meme de payer a la France et meme a Haiti,
une < Dette d'Ind6pendance > pour la reconnaissance de ma
< MicroNation >>.
Chers amis, Je pr6efre arreter dans mes divagations
car parfois la r6alit6 peut arriver a d6passer la fiction et, au
lieu d6montrer a tous l'ind6cence de la dissension, il se peut
que certain illumines prennent pour valables ces products de
la pensee et en fassent des < ides porteuses de changement >>.
On ne saitjamais ! Et alors, on m'accuserait d'apologiste du
changement. NON !!!!!
Enfin, chers amis lecteurs, essayons tous ensemble,
blancs, noirs mulAtres, griffes, octavons, quarterons,
marabouts, sacatras, laissant de c6t6 enfin ces vaines etiquettes
de la d6froque colonial et nous transformant en des femmes et
des hommes resolus ajouer proprement notre r6le d'hommes
sur cette minuscule parties de la scene du monde qu'est notre
soci6et haitienne, pour en faire d'elle une society moderne,
a la hauteur des circonstances car sinon, nous risquons, vu la
capacity de d6sunion que nous sommes capable de g6enrer, de
depasser la phase des trois < regions ind6pendantes > que nous
efimes en Haiti, pour nous transformer en une < F6edration de
Micronations Ind6pendantes et Disloques >>, le FMID.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2011


20 AVRIL : JOURNEE DE LA DIASPORA


OEA: Cooperation Bilaterale pour la Gestion migratoire

INTERVENTION DU MINISTRY HAITIEN EDWIN PARAISON
(Quelques extraits) Il ne s'agit plus de justifier un tel interet car, l'h6misphere americain, plusieurs Etats ont d6ej entrepris
Un nombre de plus en plus croissant d'Etats, a travers d6sormais, les faits parent d'eux-memes. L'apport des d'exp6rimenter, avec succes d'ailleurs, des strategies impliquant
le monde, ont en effet compris que les enjeux et d6fis relatifs a expatries au developpement de leur pays d'origine est une formellement leurs expatries au developpement de leurs
la n6cessit6 d'un d6veloppement durable impliquent l'inclusion r6alit6 incontournable qui a fait, depuis plus d'une d6cennie, communaut6s d'origine. Permettez queje fasse ici r6efrence au
effective et concerted de leurs ressortissants expatries a l'objet de plusieurs etudes tant au niveau national qu'a c1ebre < 3 POR UNO > du Mexique, une experience qui est
l'6chelle national et, surtout, locale de leurs pays. celui des institutions internationales de cooperation pour le pratiquement devenue une source d'inspiration pour plusieurs


Une communication du Ministre des Haitiens Vivant Il 'Etranger, Edwin Paraison,
devant I 'OEA a Washington (courtoisie du MHIAVE)


developpement.
En effet, malgr6 les
repercussions negatives de la
crise financiere international
sur les revenues des expatri6s,
cette contribution est en nette
progression en Haiti. Pour
prendre un example concrete,
ces apports qui 6taient de 1,4
milliards de dollars am6ricains
en 2008, ont aujourd'hui
largement d6pass6 le cap des 2
milliards si l'ontient compete des
montants non d6clards distributes
par les circuits informels, et de
la hausse de 20 % constatee
en 2010 apres le tremblement
de terre, soit environ 300
millions de dollars americains
supplementaires. Soulignons
que cette contribution financiere
annuelle des 4 millions
d'expatries haitiens et leurs
descendants r6sidant dans plus
d'une vingtaine de pays sur
tous les continents, d6passe a la
fois les exportations et l'aide au
developpement.
Plus pres de nous dans


et don't la reputation a largement d6pass6e les frontieres de
l'h6misphere. Ce sont l1 des initiatives que nous suivons avec
attention et qui devraient faire l'objet d'analyses comparees
en function des r6sultats obtenus sur le terrain.
Alors une question, d6sormais, s'impose et interpelle
les diff6rentes parties prenantes de tout processus de
developpement durable : qu'est-ce qui doit 6tre fait pour inciter
les communaut6s d'expatries a s'impliquer d'avantage, de faqon
concert6e et ordonnee, dans le processus de d6veloppement
de leur pays d'origine ? Autrement dit, comment les Etats
devraient-ils s'organiser pour mieux tirer profit d'un potential
qui s'exprime d6ej sur le terrain certes, mais de faqon pour le
moins anarchique ?
Aujourd'hui, ce minister joue un r6le d'interface
entire d'un c6t6 Haiti et sa diaspora et de l'autre, les diverse
communaut6s haitiennes dans le monde. De part son caractere
transversal, il est charge de promouvoir et de formaliser la plus
large participation des communaut6s d'expatries haitiens au
processus de d6veloppement socio-6conomique du pays ainsi
qu'a la reconstruction d'une authentique d6mocratie en Haiti.
L'int6gration des membres de ces communaut6s dans leur lieu
respectif d'accueil et l'am6nagement de nouvelles structures
facilitant la r6insertion des grands groups et la r6int6gration
des cadres voulant retourner au pays constituent deux
important volets de son mandate. Par ailleurs, la n6cessit6 pour
1' Etat de maintenir les liens avec les membres des nouvelles
generations ayant pris naissance a l'6tranger, dans un souci
(COOPERATION /p. 13)


Page 12


Wgen kestyon


konsmnan dlo?


Jwenn repons pH vit


sou ent~nmt - nenpbt




Tan se yon liks stjo~u si. poukisa Dou w pasot,( ii n n te.Iefon?
Si w se yon kliyan Olo Pctab ak Egou Mllairl-Dadix, w ka
jwern akse' a yon varyete se'is dlo potab al kegou sou
en tinet.
Ou kapab gadCe ansyvcri) bbdwo w yo. pevC eb-dl3w.a Y
Ko ini'anse oswa trarsfere S -iS. man&e envestigasyoc
Pou thodw.o ki t-&6 wo. chanic adres porlal w oSWa rrimewo
iL�Iefn w ak plis aik6. Li sou pwent dlvee w,








Ate sou www.miamidade.gov/wasd
pou w koumanse jodlya!

P041 pig sNf brNI& y
"a w.4o smu rntkt YO re, fe
3144


I xxI.- l -





Mercredi 20Avril2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 13


REHABILITATION


La saison de l'arbre


Le 15 avril, toujours d'apres le calendrier du
Programme Environnemental Transfrontalier (PET), marque
le point depart de la saison de l'arbre, qui doit s'6tendre sur
six semaines, jusqu'au 27 mai, avec deux dates particulibres :
le 5 mai, jour de l'arbre, le 27 mai, fete de l'arbre. Ces dates
sont toujours l'occasion de manifestations : mise en terre de
plantules avec force discours et declarations pompeuses.
C'est ainsi qu'en mai 2005,je parlais d'une c6drmonie
(voir HEM. Vol. 19 # 16 du 18-24/05/2005), organisde par
l'Organisation de Surveillance et d'Am6nagement du Morme
l'H6pital (OSAM), au course de laquelle 7.000 plantules avaient


fois, A l'occasion d'un article de Patrice Manuel Lerebours
public dans le Nouvelliste du 6 septembre 2005 (voir HEM,
Vol. 19 # 33 du 14-20/09/2005). A l'6poque je ne connaissais
pas encore le parc, maisje pouvais comprendre le cri d'alarme
de Lerebours pour avoir visit plusieurs fois la Foret-des-Pins.
Ce n'est qu'il y a environ deux ans que je suis
finalement alley sur ce plateau de Seguin don't le nom excite mon
imagination depuis le temps ou, gosse, je passais mes vacancies
A Laboule, et nous voyions les marchandes qui descendaient, A
pied - les taptap ne faisaient pas encore ce trajet - vers Port-
au-Prince, portant d'enormes paniers de legumes qui venaient
,E viAi a mw IN


interessant est le travail qu'ils ont entrepris surune proposition
de zonage, en collaboration avec l'ONG suisse Helvetas qui
travaille sur ce qu'on appelle l'Unite 2 de la Forit-des-Pins,
soit un peu plus A l'est par rapport au Parc La Visite. C'est 1i
un theme sur lequel il faudra certainement revenir.
Mais en ce qui concede directement le project de
reboisement, la presence de la Fondation assurera l'ex6cution
de ce que j'appelle la troisibme phase d'une operation de
reboisement, qui est en fait la plus important. Je reprends
ici mon article de mai 2005 oti j'identifiais ces trois phases.
La premiere est la preparation des plantules, une activity


-^' ' hSS Y ir.. A '1'j - --l
.9-


esduParLaisie (Fort des Pins) oledanerdeesttou pas (photos B.E
Vues du Pare La Vsite (Foret des Pins) oi le danger de, l~ .. 1 , i,..,, n 'est toujours pas &eartk (photos B.E.)


ete mises en terre, etje demandais : << Quand en aura-t-on fini
avec ce folklore ? >> Pour moi en effet, ce genre de manifestation
ne va pas au-delA du folklore, car une fois le f6te fine, plus
personnel ne s'int6resse A ces plantules, qui finissent par mourir,
faute de soins, quand elles n'ont pas et brout6es par des cabris.
Et voilh que je viens de recevoir un paper de la
Fondation Seguin qui parole d'un project de plantation de 300.000
arbres en m6moire des 300.000 disparus du 12 janvier 2010.
Cette operation se fera dans le cadre d'un project de reboisement
du Parc National La Visite, lequel sera accompagn6 d'une
champagne de sensibilisation des jeunes vers la protection de
l'environnement.
La champagne a ete lance le samedi 9 avril, avec la
participation d'ecoliers de la capital durant une excursion
Ecole Verte, et la presence A Seguin de nombreuses autorit6s,
institutions et partenaires de la Fondation Seguin. Autrement
dit, encore une fois une c6rmonie, probablement avec pas mal
de discours, pourtant, cette fois-ci, je veux croire que ce n'est
pas la meme chose.
Mais avant d'entrer dans mon propos, je voudrais
planter le decor : le parc La Visite. J'en ai parle une premiere


... de Seguin.
Je mentirais si je disais que je n'ai pas ete dequ. Le
plateau que j'ai vu montrait encore des traces de ce lieu don't
j'avais entendu chanter les merveilles, mais je dis bien des
traces, car la degradation est trbs avancee. Je pouvais m'y
attendre car, dans son article qui date maintenant de prbs de six
ans, Lerebours invitait A aller vite faire un tour sur le pare avant
qu'il ne disparaisse. J'ai A l'6poque publiC mes impressions
dans deux articles (voir HEM, Vol. 23, # 15, du 06-12/05/09
et # 16, du 13-19/05/09).
Pour revenir A mon sentiment que la c6ermonie du
samedi 9 avril dernier a des chances de trancher par rapport
A cells que je critique, je dirai que ce qui fera peut etre la
difference c'est la Fondation Seguin. Quand j'ecrivais en
2005, je ne connaissais pratiquement pas son existence. Je
notais simplement que Lerebours signalait l'existence d'une
Fondation Seguin, organisation A but non lucratique qui se
consacre A la defense du Parc La Visite.
Entre temps, j'ai visit Seguin etj'ai pu, au course de
conversations avec quelques uns des membres de la Fondation,
prendre connaissance de ses activities. Particulibrement


qui reclame certain investissements, fait appel A quelques
connaissances techniques, mais n'a rien de spectaculaire.
La second, par centre, la mise en terre des plantules, est
celle qui permit de faire un battage mediatique. Et c'est l1
que commence la troisibme phase, la plus longue, la plus
fastidieuse, mais aussi la plus important. Car, une fois les
plantules mises en terre, il faut s'assurer que les conditions
requises pour leur d6veloppement soient reunies ; il faut donc
les suivre, eventuellement les arroser et souvent les proteger
centre ce pr6dateur qu'est le cabri.
Ce travail ne peut etre execut6 que par la population
de la zone, mais comment convaincre ces paysans qui n'ont
deja pas la vie facile, d'investir du travail dans une activity
qui n'est pas imm6diatement rentable ? Il existed certainement
des formulas etje fais confiance A la Fondation Seguin, qui a
deja d6velopp6 des relations avec la population du pare, pour
trouver celle qui assurera la r6ussite du proj et. Encore un theme
sur lequel il faudra revenir.

Bernard Etheart


OEA: Cooperation Bilaterale pour la Gestion migratoire


(COOPERATION... suite de la page 12)
de conserver et promouvoir 1' identity haitienne, diff6rencie
le travail combien gigantesque que doit r6aliser le MHAVE
pour une gestion effective des relations inter-haitiennes,
en comparison au Ministbre des Affaires Etrang&res, avec
les limitations propres a notre r6alite, qui gbre les relations
internationals d'Haiti.
Veritable parent pauvre des structures
gouvemementales, ce ministbre, qui doit par ailleurs computer
sur l'aide international pour finance 60 % de son budget de
developpement, n'ajamais pu avoir les moyens de sa mission.
Et pourtant, alors que les besoins du pays en capitaux et en
resources humaines se font de plus en plus criants, alors que
le potential de la diaspora est immense A ce niveau, la valse-
hesitation se pursuit encore de nos jours sur l'approche A
adopter. Une situation que traduit bien la r6alit6 sur le terrain.
Le Ministbre des Haitiens Vivant A l'Etranger est
pourtant le fruit de d6marches r6it6eres de la diaspora haitienne
qui, parallblement a des revendications relatives aux droits de
vote et A la double nationality, avait depuis longtemps compris
la necessity de disposer d'une structure formelle pouvant lui
permettre de mettre sur pied une forte organisation global
dans le but de promouvoir la cooperation inter-haitienne.
Dans ce sens, le minister en tant que porte d'entree de la
diaspora est conqu pour faciliter son insertion formelle dans
l'economie et une implication veritable dans le processus de
developpement en course, tout en garantissant l'acces A des
services gouvemementaux essentials ainsi qu' un cadre legal
et reglementaire ad6quat.
Soulignons que ces compatriots, qui font deja des
apports divers sur les plans economique, social, cultural
et politique, notamment, le enforcement des rapports
bilat6raux avec les pays d' adoption ou le lobby pour les
int6erts d' Haiti sur la scene international a travers des elus
ou hauts fonctionnaires d' origin haitienne, manifestent
quotidiennement leur volont6 d'augmenter leur capacity A


contribuer au processus de d6veloppement du pays, ce qui vision que nous laissons aux nouveaux dirigeants.
oblige a une restructuration du MHAVE. Je vous remercie.
Le rapatriement des avoirs des travailleurs expatries Edwin Paraison
est, selon les experts, une source appreciable de mobilisation ,i,,g0. 1- EA, 12/04/11
des resources
finance res
pour les pays en 7"7a2 " Eris 2 adm e AtVe"%ble
developpement qui T-4: 305 757 4915
merite une approche
sp6cifique de la part
duspcifiquedelapFAuDKIKJ u VARIETY STORE
du gouvernement
de ces pay s. p AfAGASIN POIR TO TES LES OCCASIONS.
Une approche
institutionnelle - ~irkipt � d pealrf pour eft Situh. FFPL ,GA Z. CABLd TV.
de la gestion de KLL MSOR _-ITY Ir...fCr..
ces fonds, qui - ConMOeEttltfIFitphoAntue e V vous.-
representeraient
plus de 30 % du
Produit Int6rieur Ou rt
Brut de nombreux 6 Jours
PMA, est ncessaire
pour une meilleure pal
coordination de
la lutte contre la *sLemt-1.
pauvret6. Sh f m


L e
Ministere des
Haitiens vivant A
l'Etranger faisant
la coordination de
l'aide global de
la diaspora peut
se transformer
en moteur du
developpement
national. C'est la


7hi0 pm


- I'rfwr~ckF
-d~tuwr ft akrCyn'
141 W.pl I I(P WhUhC"-�
- Iimpanw L cu'Jnc

* hCiw~paii


me,


k Vl'***I'lanit .'mcrtram. I)a.vwncuwarc' . lar
S l ill hi 'I tVJlli


Page 13






LES JEUX


Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 13


rI : 1 : .1


H I I '' F. vIk A I.:
A A .11.% y ft IC;� I
I AA. - L -k . IM' A I k

Ld L C kw I L:C . IW ) n
ic! 1-`0 AJ
I. U .'M . I II 14 K I
I . WI , p -�.
r I ! f
~~ . ~; vI I~ v~~ L# L Si
P._ Al J'i"�B �4'..)' B �,:- o co8



:'lati l I !: hin 1. -.� -L .,.2


N


LES *7JI BEBIEINARID I


Allei 4r Yd. 1E. E A BAUGES.n eIni:ncln1 des mtS( dILI
frunains et ne changeant qu'uve Iellre par lrige,


HORLZONTAL
1 ~3vrvdFI-re "'' r1 2 2 ,;3 - - AI3 I . FiQ'rj- -
4 d i <� 1A ~ ~ wpe - -
5 Cq)'-M -i 0 - - I r 75 Xm L I CC."') XC.

dru :S-pjE5s E. ~
7 Prjsd.%, ecig.


VERTICAL
t, Deiasnm -2 2,( lift--
3 Aete - 4.D L . 1,d1e - 5. F>jvv -
C araija s 4?'yan1 Pn ia ans.5ri do e Ie -
7 PniiC C d S-v r w $ jel F - II t C C C[a Ldir1 e -
$ il


.~I~; IIILI.l ~ IClll( I.':llr ~ * I[i lllCI~ I


Lc-~ LAI:' id~e 1.

S A.P I E
S A ' 1 i5 E
bA L~I FE
v A L I if E
IV A L I S E
A LI 5
BA LE g



SCRABBLE
.Arrwoi. le,,%spt kpletrc-s C~ u5.


z5u
S P
SFT

E M


5s'lu"ILM' de la suma % r s p L,:c
Imoo,


5h00 6h30


fm


Le die



BOil Rhvo em musiqur


6hiJ-ThDo Au PlplrIt chentvnt
ji�uruuu i..nvIe avec Jhanm DoA~n
ct Rnhbcnmnm Fu gRi
IOg-gh[1DO MMOdd. M wu r Marmn
Iifwirm Iuierview, Amcp*tcs, Iumiu,.

Nw.C~hro.Immu
LFrdiilarial dce Marinz
Au Q ( tidiew1 a'c Eclsie
Li (iiiniqw C Urr~iirc a,-c )onminbiqu Bizuville
L.' 5purLwe. A i ir Fn!rkeI
Los Invic &dui our
MkIoWk MSrin i quLu samncdi cm ani m
par F qukrc RopimolI


L41h-Midi


21W 3hwX


ShOO


Sh inr


5Ji -3 IIn


7h-8bh3

Rlh 1- 9hio

gioxn- 101c011



9hIMo oeaiiddh


Ie ddsqueder Audftewr
Ankmat"n James PvtdriI

LmMkff
infonnuiont ia~v Anis eIerre-Losiu
et Mpumnq ( .rbur
Lady Blues avee 1h Iinc
JwY7.I RIe,, Swing. RafLiMm
Cm*st i Ron o nc h sons...
Emi~oini dc chaiffmnsoiacuism

I. Bonw Vikux Temp.

xv= IDc Doniel c cCaptain Bill
Le AJOmlsm d 5d heums;
*vet VdIkt�t Heuna"
at Mii k~l~i a RubipAisiit Dcsir

M6iodfe 5. Compavy
Dc~suhippelmtr m dirhii
Mklrdi am Beiurd Ezhberl
Amr~w ySabor ", Luipni
Lair InforuuWens

Noutro dramd Coeaft
Lum- A Mcr.; z XtIvrc c: wiqmF
ku& Dtim.n : JazaitT n
Judy Cmwkhmoi ruak ssirivzii-
CaEVAN.,. prw m V02S daonm
(SmmcdL)i 50 amimdeL~ cc'% p aCyul dirmx hahioen

7&&4w&O/C


c � ft/ 4 h 4T oPC i4wtzp


E n B ref... (...suitedelapage2)
d6pos6e en Haiti.
Les avocats de Jean-Claude Duvalier invoquent la prescription pour la defense de leur
client. Mais pour des sp6cialistes, la prescription ne s'applique pas dans ce cas-ci.
<< Haiti a sign plusieurs conventions internationals qui interdisent la prescription >, dit
un rapport de Human Rights Watch.
Les pr6sumees victims du regime Duvalier admettent que le combat ne sera pas facile.
Jusqu'a maintenant, 20 plaintes ont &td d6pos6es en Haiti centre celui qu'on appelle
Baby Doc.
Le group espere que l'initiative qui part de Montr6al aura des suites.
Entre-temps, Jean Claude Duvalier demeure en 'residence surveill6e' en Haiti et il ne
peut quitter le pays.

Project de Sauvetage du Centre d'Art ...
Le project de sauvetage lanc6 en septembre 2010, est mend sous l'6gide du Centre de
Sauvetage des Biens Culturels (CSBC). Cinq mille toiles, un miller de sculptures et
d'ceuvres sur paper de la collection du Centre d'Art ont &te restaur6es dans le cadre de
ce project, indique Olsen Jean Julien, directeur du CSBC.
Au lendemain du s6isme de janvier 2010, ces ceuvres avaient &te conserves dans deux
conteneurs, qui seront transf6rds au CSBC au mois d'aout 2010.
Un an apres le terrible s6isme, les responsables du centre ont d6ja le regard toumr vers
la reconstruction, a indiqu6 Axelle Liautaud.
< Nous avons d6ji une id6e claire sur ce qu'il faut faire pour qu'on puisse recommencer
a fonctionner >, rdv&le-t-elle, signalant que le CSBC entend leur fournir un appui pour
la construction d'un d6p6t et d'un bureau.
Le d6blaiement du site devra 6galement se poursuivre en m6me temps que la
r6cup6ration des ceuvres encore sous les d6combres. Des etudes sont prdvues par la
suite pour 6valuer le terrain et savoir si un nouveau bitiment pourra y 6tre construit.
La formation sera en outre l'une des premieres activities d&s la reprise du
fonctionnement du CA, ajoute Axelle Liautaud. La photographic et la viddographie
seront d'ailleurs int6gr6es au cursus.
Au lendemain du s6isme, le Centre de Sauvetage des Biens Culturels (CSBC) avait
estim6 que 50 mille objets 6taient endommag6s ou en p6ril.
Mis en place enjuin 2010, le CSBC travaille simultandment sur 8 projects a l'heure
actuelle, note Olsen Jean Julien. 8 mille documents historiques de la collection de
l'historien Georges Corvington, 3 mille objets vaudou et 4 mille liasses d'archives
(de 1804 a 1934) de la Bibliotheque Nationale sont concerns par les interventions en
course.

Nouveau report de la publication des r6sultats d6finitifs du
second tour
La date a encore &td reported. On announce maintenant le 20 Avril au lieu du 18. La
raison en est que le travail de d6pouillement n'est pas terminal. C'est ce qu'annonce le
CEP dans un communique rendu public le vendredi 15 avril et sign de son president
Gaillot Dorsinvil, qui explique cette decision par le a traiter> au Bureau du contentieux electoral national, qui est le tribunal supreme en
la matiere, cela a la suite de retards significatifs enregistr6s dans les d6partements de
l'Ouest et de l'Artibonite .
Les audiences se sont poursuivies vendredi pour la troisieme journe consecutive au
BCEN, oil lesjuges 6lectoraux ont entendu les recours d6pos6s par les avocats des
contestataires don't les partisans demeurent sur le pied de guerre dans plusieurs regions
du pays, qui sont ainsi exposes a des risques de violence post-6lectorales.
Certains l6us potentiels ont accuse les responsables de la machine 6lectorale de vouloir
g6ndralement au profit des candidates de INITE, la plateforme au
pouvoir.

510 millions de dollars pour la rehabilitation du quarter de
Carrefour-feuilles
C'est la mairie de Port-au-Prince qui a fait part de ce project 6valu6 a 510 millions de
dollars. Son objectif est de r6habiliter le quarter de Carrefour Feuilles, en p6riph6rie de
la capital, tres affect par le tremblement de terre du 12 janvier 2010.
Il y a eu une premiere reunion le 11 avril pour permettre aux bailleurs et aux ONG
(EN BREF / p. 16)


Page 14


0




m!


- - - - - Ix xl Ix - -l - -1 -


MM 41h


A L


1%


1h-h pmB


I I V-A


in 6





Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 13


Ti Gout pa Ti Gout ak.4lm .\1/tA;,m


LAVI AK LANMO KOTAKOT

NAN FO-DIMANCH
Ak: Jan Mapou

4 Mwa 6 jou nan lanfk F6-dimanch
Dezvem pati
Sejou Pierre Vemet nan Miyami
Manm Biwo Santral Sosyete Koukouy ki table nan
Miyami sou ireksyon Jan Mapou te dak6 alinamite pou deplase
lenguis Pierre Veret pout e vin patisispe nan woumble sou
eta sant b6ograf ofisy61 lanng krey6l ayisyen-an la Chanm
te vote epi apwouve nan mwa septanm 1979. Li te aksepte
ak plezi. Li rantre Miyami vandredi 23 okt6b 2009. Pierre
pase 3 jou ak nou. 3 jou byen plen. Nou tout te kontan w&-
1. Jou swa sa-a nou pale, rive byen ta nan aswe. Tout ekip
solid koukouy yo te la Pye Banbou, Togiram ak madanm li,
Kaptenn Koukouwouj, Palmann6, Choublak krey6l, Papiyon
Nwa, Camille Derenoncourt, Pascale Millien, Jan Wobe Plasid,
Degoutan, Yolande Thomas, Nene, Rose Bleus, Janet, Kiki
Wainwright, Nancy St. Leger... Nou bay lodyans jouk byen
ta anvan n'al d6mi. Pierre te dominen konvesasyon-an. Nan
youn vwa kam, chaje ak senserite, li rakonte nou kouman
politik ti neg lakay ap detui tou sa nou te pran plis pase
youn demi sy&k pou nou konstui. Li fe nou konprann kijan
y'ap pesekite-1 an Ayiti, fe manti sou li, voye mofn menase-1.
Nan demen samdi nou pase toutjounen-an ap diskite
antre nou ak 16t lenguis-edikate nou te envite pou vin pale
sou eta sante 6tograf ayisyen-an apre 30 ane y'ap sevi ak li.
Te la: Dokte Gerard Ferrere, Pwofese Max Manigat, Edite
Fequiere Vilsaint, pwofese Dimitri Hilton, Pwofese Roger
Savain, dokte Jean-Robert Cadely, dokte Ernst Mirville,
ekriven Emile Celestin-Megie, Pwofese Jean-Claude Exulien,
tradikt Fedheme Boyer plis youn tranten etidyan, pwofese,
ki te antoure nou ki t'ap koute epi poze kesyon. Pierre tankou
majority lenguis yo panse 6tograf la pa pi mal piske depi tout
ane sa yo li kanpe djanm. Anpil ekriven ap sevi ak li. Yo
senpman made pou youn enstitisyon legal t'a fin estandadize
6tograf la, pran youn desizyon final espesyalman sou kesyon
apostw6f, ti tiri ki dapre vesyon ofisyl la ou ka mete-1 si ou
vle. Manm Koukouy yo te ensiste tou sou vwayl OUN-an
kote Togiram ranmase youn dyakout pwovizyon mo ak vway61
"Oun" ladann. (we Paw6l Krey6l #1) De gwo rezolisyon te
pran. Youn se te pwopozisyon Pierre Vemet. Kontinye itilize
apostw6f ak tire sof nan final youn fraz. "Apostw6f pou
dekole". "Tire pou kole". Annapre Koukouy yo te dak6 pou
yo adope siyn dyakritik aksan grave sou "U" pou fe vway61
"oun"- an tounen oun tankou nan Youn ak Mofn.
Nan dimanch te gen youn panel 3 espe ki te sanble
nan Little Haiti Cultural Center ak Pierre Vemet, Sheila Austin
ak Kaptenn Koukouwouj. Kaptenn te pale sou ekriven krey6l
yo, Sheila Austin youn pwofesd ameriken nan youn inivesite
Rhode Island, limenm te pale sou w61 lanng nan edikasyon.
Kanta pou Pierre Vemet prezantasyon li-an se te youn manifrs
sou vi li non sdlman pou lanng Krey6l la men sou sitiyasyon
lenguistik peyi-a.

Pierre Vemet retounen an Ayiti
Pierre repati nan Lendi. Li te pran tan pou l'ekri. Jou
ale. Lanjelis tonbe. Mwen voye mesaj sou mesaj. Mwen te
koumanse enkyete. Anfenyounjou mwen resevwa ti imel sa-a:


From : pierre vernet
To : JEAN-MARIE DENIS

Jean-marie mon chk,
Mwen annickplonje, m 'pa leve. Ou wd mwen
pati, m pa voye nouvNl. Mwen rive nan aswd, demen maten
boulvks bwote m 'nan yon toubiyon tout boulin. Nkg blije ap
pran kou, pare kou, san bay... si ou f rimay bay kouran va
bwote w, w 'a va al rekondt oujouk nanfon lanmk.
Mwen pa ka esplike ou, se tout jan w vire,kou sanzatann ap


Le directeur etfondateur du Centre de linguistique applique,
Prof Pierre Vernet, disparu dans le sdisme du 12janvier 2010
vide soti tout kote... No djol tou tok...
Mwen te byen kontan okazyon ou te ban mwen pou
mwen te pase yon ti moman ak ou ak lot zanmi.
Premykman mwen ta renmen oganize anjanvye
2011 yo ti rankont an Ayiti nan Fakilte lengwistikAplike pou
tout moun ki ekri an kreyol. Se yon lide sklman. Se ou menn
premye premye premye moun mwen di sa. Sere koze w '. Ou
se gran timoun nan lakou pldtil. mwen p'ap f li an oktob
paske etidyan yo pa la. Yo antre an novanm. Men an mkm


tan mwen p 'apjwenn lajan.
Di mwen si ou panse si tout moun nou konnen yo
ap kapab peye tikk avyon yo. Mwen va (.. -,,',. m 'isi pou bay
domi ak manje.
Mwen konnen ou menm jan avkk mwen.
ou toujou an boulvks; Reflechi, tcheke moun anba chal san
ou pa demaskefigi ou.
Selon dekou lalin nan ba ou w 'a di m, konsa m 'a
konnen si se yon bagay ki posib.
M'ap tann dizon w'.
Dezydman, mwen ta renmen ou voye pou mwen
non, prenon, telefon, adrds nomal ak adrds entknet tout
moun ki te patisipe ak nou nan woumble kreyol la.
Eske genyen yon rapo sou atelye nou tefe yo.
Mwen genyen nan lide m 'pou mwen te ekri pou ou
yon ti tkks sou pwopozisyon mwen te f a : tired = konekte skl
man, mo leksikal sklman, apostwof" dekouekte silman, mo
gramatikal silman, nan mitanfraz sklman .Menfok mwen
kapab pran tan chita ekri li pou voye li ba ou.
Twazytman: genyen yo pwofksd lengwistik, yon
fransk, robert Damoiseau, ki te bay kouray li, paske li te
vie, pou te ede mwen bati Fakilte lengwistikAplike. Mtgie
konnen li. Lifome dizjenerasyon etidyan Fakilte a nan
lengwistikjeneral, sitou sentaks aplike sou kreyol,. L'ap
piblye yon liv. Li bezwen otorizasyon Megie pou li kapab
mete nan liv li a yon moso nan liv "lamou pa gen bary "
Di mwen ki sa ou kapapfe. men koze sa a prese paske
mezondetisyon an pa kapab tann.
Mwen swete ou sante ak toutfanmi ou.

Fvrd batay : Pierre


Denye konvesasyon Pierre Vernet ak Jan Mapou
anvan lanm6 li nan late tranble 12 Janvye 2010.

Nan mwa Janvye mwen resevwa youn 16t imel kote
li anonse-m pwoje li genyen pou Fakilte-a pou ane 2011. Li
tou pwofite reponn mwen sou youn seri kesyon mwen te
poze-1 pandan nou li te nan Miyami ak nan youn imel mwen
te voye pou li.
Mapou, Kouman nou ye,
Mwen byen kontan resevwa lt ou ki fe m' anpil plezi.
Mwen pa te la. Mwen te blije ale Pari nan soutnans t&z doktora
yon etidyan mwen. Vwayaj rapid, touche-tounen, anpil fatig.
Mwen te kontan we Kiki. Mwen telefone anpil fwa
nan otd1 Kiki te ye a (Ibo lele). Mwen te vle ale w li, men yo
reponn mwen li pa la.
Malgre mwen pesiste, yo di m' li pa la .
Mwen byen kontan prezans mwen nan woumble a te
itil. Pwochen fwa, si mwen konnen sa pi bone mwen va gen
tan pare m' pi byen.
Pou Wd ou kapab jwenn e pou etidyan yo tout sa ki
vinjwenn nou ap bon.
Sonje mwen te di ou : jounen jodiya nou pa genyen
pyes kote ki ap lonje anyen ban nou. S61 sa nou genyen se
kotizasyon etidyan ki sevi menm pou peye pwofes: :
-Odinate, enprimant, sistem son, liv lengwistik ak
syans sosyal, liv ekri an kreyol ; kob pou fr kolok, prim pou
etidyan nan konkou ; etsetera. Nou nan malsite !!!
-Pou kou pa korespondans, li kapab f&t si noujwenn
moun ki enterese, paske aktivite sa a ap made yon ti kob pou
peye moun ki ap fr travay la.
-Pou memwa long distans la, li ap pi difisil paske :
fok moun sa a ta enskri nan yon inivesite ki ta siyen
yon konvansyon ak nou.
fok moun sa ta pase yon ti tan (2 mwa) an Ayiti.
-Pou tit onorifik pou ou osnon lot kolaborate tankou
Hyppolite, Placide... li posib.
Nou kapab konsidere sa kapab f&t nan kolok (tout
moun ki ekri an kreyol ak pwodui an kreyol) nou vle fr an
Janvye-fevriye 2011.
-Mwen ta renmen ou fr dotwa bagay pou mwen :
1-Pou ta voye di'm eske tout moun ou konnen ki
pwodui an kreyol (ekriven, pwofese, enprim&...) ap dako pou
yo peye tikedavyon yo pou yo vini patisipe nan yon kolok. Si
se janvye-fevriye, eske yo ap kapab pase 3 ;4 ;5 jou an Ayiti.
Pet&t fok ou ta fr yon ti ankdt. Men anvan mwen
komanse pran dispozisyon, fok mwen sdten mwen p'ap pran
chanje-lang nan dtnye moman.
2- Mwen byen kontan otorizasyon pou pwofese
Damoiseau a. Mwen d6j� ekri li sou sa.
Men eske ou kapab voye pou mwen yon papye ak
siyati ou ( skane) :
Mwen, Jen-Marie Denis, alias Jan Mapou, bay
pwofese Robert Damoiseau, otorizasyon pou li sAvi ak yon
pasay nan liv Emile Celestin Megie ekri : < lanmou pa gen
bary >>
3- Eske ou ka pran pou mwen nan men Vilsaint yon
liv li t'ap ba mwen < koze kare >> L mwen osnon ou menm
konnen yon moun ki ap vini an Ayiti li ta pote li pou mwen.

4- Eske ou ka voye pou mwen lis tout moun ki te
patisipe nan woumble a ak tout adres intent yo : mwen genyen
pa Max d6jh ?
5- Eske ou genyen yon dokiman ki ranmase tout sa
ki te di, ki te fet nan woumble a ?
6- li ta bon si nou te kapab jwenn yon ti dokiman ki
prezanre pwopozisyon mwen te fr yo sou otograf la: apostwof
ak tir&. Nou ta gaye li sou entenet. Se ta pou lang nan yon bon
travay standadizasyon.
Di tout moun bonjou pou mwen (Kiki, Placide,...)
Kenbe la
Zanmi ou
Pierre


-----------------------------
N/B.- Mwen te voye 1t sa a pou ou depi lontan
komansman desanm, men sanble machine osnon sistm entenet
la te bay pwoblkm, 1t la gen 1I li pa t'ale.
Repons pour pwofese Damoiseau a prese anpil. Eske
ou ka voye 1' pou mwen rapid- rapid . M'ap tann lot repons
yo tou.
Mwen pwofite swete ou ak tout fanmi ou yon ane san
malad, yon ane nan lapA, ak tout sa ou bezwen ki bon pou ou.
Lbt b6 Tonm tonm Pierre Vemet
Mon, January 4, 2010 7:14:26 PM
***
4 mo sa yo devan non li-a, mwen pa te janm ka
dechifre yo. Imel sa-a vinjwenn mwen nan premye senmenn
mwajanvye. 12 Janvye tranblemand'tU pase . Fakilte-a tonbe.
Plis pase 175 etidyan ak pwofese mouri anba dekonm yo.
Kisa li te vle di? Kisa li te santi? Poukirezon li mete: Anba
Tonm tonm Pierre Vemet? Se youn mister nou pa p' janm
rive eklksi. Jou sa-a, jou 12 janvye sa-a, tout Koukouy, tout
kreyolof6n t'andty. Kout r61 gaye nan kat pwen kadino. Se
plizy jenerasyon lenguis ki tonbe. Se youn mapou, youn atibon
legba nan batay pou lanng krey6l la ki tonbe.
Denye kominikasyon Pierre Vemet nan Miyami se
youn testaman li kite pou jenerasyon nouvo Ayiti-a. Se vre
nou tout se pase n'ap pase men kout sanzatann sa-a boule Ie
nou we w'ap peche kadav youn gason kanson konsa nan mitan
plis pase 250.000 kadav tranblemannd' t&-a fese ate.
Sosyete Koukouy nan memwa Pierre Vernet te
6ganize younveye kiltirl e patriyotik nan Sant Kiltirl Mapou
nan Miyami kote nan samdi swa 26 okt6b li te made asistans
lan pou yo kenbe kilti yo ki se pasp6 yo nan peyi isit. (ASUIV)



Lansman dezy6m nimewo
revi liter Paw6l Kreybl nan Monreyal

12 mas 2011 ki sot pase a Sosyete Koukouy te 6ganize
vant siyati dezyem nimewo revi liter Paw6l Krey6l. Se te
youn sware kiltirl ki te genyen plizye pati. Nan premye pati a
Rassoul Labuchin, ekriven, ak Jobnl Pierre ansyen responsab
seksyon kiltir1l lan Jounal Nouvelis Ayiti. Rassoul te pale
sou nesesite pou pibliye nan lanng natif-natal la epi Jobn61,
b6 kote pa li, te pale sou nesesite pou nou bay literati ki ap f&t
nan lanng krey6l la jar&t.
Apre panels yo de fin pale te genyenyoun refleksyon
ki te f&t sou prezantasyonyo an. Moman sa a te pemet patisipan
yo jwenn repons sou dives repons ki te soulve yo, tankou:
nesesite pou genyen plis kritik liter pou analize z&v ekriven
yo epi rekon&t kalite yo ak feblks yo.
Apresa, vin genyen youn moman ki te pwen santral
aktivite a. Se te prezantasyon ofisyel nimewo 2 Paw1l Kreybl
la. Youn nimewo ki chita prensipalman sou n lomeyans pou
Ayiti >>. Av&k dezyem nimewo Paw6l Krey6l la, Sosyete
Koukouy voye youn kout chapo pou tout mofn katastw6f 12
janvye a te voye ale nan dtnye vwayaj yo sou te a. Se pout&t
sa, nan mitan aktivite a, Sosyete Koukouy te made youn minit
silans pou onore memwa yo.
Apre minit konsakre sa a, entered pou literati krey6l
la te manifeste nan langay tout mofn ki te nan Galerie Carrt
d'Arts, pou evennman espesyal sa a. Pami yo, te genyen
kreyate kou: Margareth Papillon, Elsie Surena, Lenous Suprice,
Prophet Joseph, Mozart Longuefosse epi plizy b16t ank6. Yo
tout te bay apresyasyon yo san rez&v pou enf6masyon ki nan
revi a ansanm ak prezantasyon li.
35 mofn ki te nan lansaman an swete pou Revi liter
Paw6l Krey6l kontinye viv tout tan gen tan. Pou yo, Paw6l
Krey6l se youn zouti san party ki part nan branch krey6l
literati Ayiti a.
Premye nimewo a te rele Men Nou.
Oganizasyon Sosyete Koukouy te prezante t&t li apati istorik
tout branch li yo ansanm ak fondas li, Mouvman Krey6l, ki te
pran nesans sou te Ayiti nan lane 1965. Nan dezyem nimewo
sa a, nou konseve tout segman revi a: antoloji, byografi, literati,
lenguistik, liv nou li, mo teknik, sosyete epi jwdt lespri. Nan
nimewo twa Paw6l Krey6l la, n'ap respekte menm kategori
sayo.
Paw6l Krey6l part youn fwa chak ane. Thks ki nan
revi a se kontribisyon dives kreyat. Anpil ladan yo se manm
Sosyete Koukouy. Nou remesye tout kreyolis ak tout 16t kreyate
ki ede nou nan reyalizasyon dezyem nimewo sa a. MWsi anpil
pou devouman yo ak volonte yo genyen pou yo travay pou
avansman lanng ak kilti pep ayisyen an.
Nou ap pwofite okazyon sila a pou nou enf6me
lektW nou yo, chak teks ki part nan revi a se responsablite
mofn ki ekri li a. Paw6l krey6l se youn espas ki louvri pou
tout mofn ki enterese ekri nan lanng krey6l ayisyen an vin
pote kontribisyon yo. Konsa, yo va fasilite devlopman literati
krey6l Ayiti a, epitou yo va bali plis jar&t pou li kanpe dyanm
nan chan kiltir1l peyi a. Nou louvri p6t nou byen laj pou nou
resevwa tout kritik ak k6mantW ki ka pemet nou amilyore travay
nou vle fe nan revi a.

Nou swete ou pran tout plezi ou kapab nan li chak
tsks ak refleksyon ki ekri nan Paw6l Krey6l!!

Komite redaksyon Pawl6 Krey6l.

Pou k6mande < Paw61l Krey61 > nimewo 1 ak 2 rele :
Monreyal-Kanada
Jean-Robert Durandisse : 514-571-4067
Miyami: Libreri Mapou : 305-757-9922
Konektikdt: Pascale Millien 203-520-6763
Ayiti : Communication Plus
Tel. : (509) 2510-7047, 2816-0404


Page 15


.x xx x - l - 1 1 -- - . -





BACK PAGE


Mercredi 20 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 13


A///f/M A rUD h L\Q
x xlxIx. - -l - -1


MKvN VOCN
Owo BMAO K
AP r PO TLOU
MAC1H4A&40 I
OU TowpATOU


KI VWAYA.J eHAK
15 .uOqJ OOu uWmTK
MAC~404Z CKJ VIRKKer
AN AVM 4OU WAP ST
M^vMAnc, CoopaAPe bA


LS wDam4Cr COw7rr it. SfWAY
PEPW4 KAHYQON Ap4HIH Ew-
6SErhRA


eole ( 561 ) 845-70 or ( 56 ) 845-8330


Fax ( 5d1 ) 845-7502 or ( e1 ) 6424 98

Toll fre 1-47-6444 330 ao 1-877T45-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

il otloM 1-- to Exit e,. 741 4 94t utrt) Eas to Congres Ave - eto . on Cogrees Avv to amrinm Lu~r
Kiag r Blvd go eatan al m Bsvd ( Im U rllngt hM d lRunI ) Rt d tika you * t *a to itht rt of PWIm
As soon a you go vwer OlI DSal wv twy, bforo d ona Shw k Mite Ist Left handIw turn yPO wMl s our Sigm


Under New Management


Noas pa yea navo Bats MV MONARCH EXPRESS


En Bref...
(... suite de la page 14)
int6ress6es de faire I
connaissance avec le project.
Le project vise la construction
de 14.500 appartements et
a faciliter ainsi a 72.000
families l'obtention d'un
logement de 45 metres
carrfs.
Le project se situe dans un
plan d'amenagement de la .., mm,, nm .- ,
commune de Port-au-Prince
qui concern aussi le Bel ._ _. i _m
Air et le quarter de Saint
Martin. �

Les archives ouvrent
un nouveau service
Celui-ci a &te inaugur6 le
lundi 18 Avril. Ce service
se d6roulera a travers la
Sogexpress et permettra aux
personnel sollicitant des
pieces d'etre services dans
l'intervalle de quelques
jours, que d'avoir a attendre
des semaines avant de __ _
trouver les documents qui
leur sont n6cessaires. 4 /


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94h Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

LPrIntdbySu tesO fe:


~L)& AI.uvpCFmkirv~�tpkYYa


r - - Y~B asC AAWiiB




1'1



sp~u.* drrua. -T~




Notre no~u vea u
Pam v MMMUTOO CcCAAMm, ALm servie de
iww^ wy inw~ L" CAPICK UP
?040& m est disponible
WPmmd 314 F L Fmt N.
mmok " mftid* riL&M"Ma ILu~L
ws~lwm~ m~Rmm 9McT"Tas pp


I


Page 16


a




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID ED0HFN7VN_UQZPKS INGEST_TIME 2011-07-19T19:57:33Z PACKAGE UF00098809_00452
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES



PAGE 1

(RESULTATS / p. 7) (voir / p. 2) (POLITIQUE / p. 4)Le prsident lu lors d’une sance de maquillage avant son dernier face face tlvis avec son ex-rivale Mme Mirlande Manigat (photo courtoisie GIAP) Tlcommunications: Merci la France ! POLITIQUE : lavalas, duvaliristes, Une petite Mirlande ! RESULTATS REPOUSSES Le sacre annonc de Martelly nouveau repouss

PAGE 2

Amendement constitutionnel avant le 9 Mai (?) prsident lu Michel Martelly La diaspora hatienne montralaise invite porter plainte Merci la France ! e Des les troupes du Laurent Gbagbo ( droite) et Alassane Ouattara savent faire assaut aussi de courtoisie

PAGE 3

SOMMAIRESOMMAIRE Les prix des produits alimentaires ont Tlcommunications Le virus de la grve se propage PORTRAIT ARTS & LETTRES Lisez

PAGE 4

(... suite de la 1re page)POLITIQUE : Querelles intestines La menace de crise alimentaire ...nous sommes trs content [...]. Aujourd’hui c’est une grande premire qu’un Prsident sortant invite le Prsident et ceci tous les niveaux. Le Prsident Prval m’a fait part Parlement et le nouveau Prsident puissent dvelopper le rencontre qui a dur plus de deux heures a t trs fructueuse. Il

PAGE 5

(RESULTATS... suite de la 1re page) La question de couleur Le sacre annonc de Martelly nouveau repouss Professeure Mirlande Manigat

PAGE 6

les autres, les Little Haiti, Miami Les annes 80 et 90 ont t celles des marches de protestation contre l’immigration amricaine

PAGE 7

La chute de la dictature ne ralentit pas il se trouve doit tre le levier

PAGE 8

ARTS & LETTRES Inaugur dans cette le en forme pendant cinq jours e

PAGE 10

ETAT DE DROIT Avec notre correspondante Port-auestime Human Rights Watch atrocits du nouveau pouvoirLe Monde | laisser la capitale d’ordre du tribunal

PAGE 11

Have your Federal & StateIncome Tax Licence en : Sminaire en \ \ poursuites judiciaires concernant les graves violations des e les “l’absence de volont politique d’une nouvelle administration potentiellement moins engage au Monde ne serait

PAGE 12

hommes rsolus sur cette minuscule partie de la scne du monde qu’est notre Oscar Germain (Quelques extraits)

PAGE 13

et Le la diaspora peut

PAGE 14

(... suite de la page 2) second tour

PAGE 15

*** *** Pierre *** ***

PAGE 16

Hati en Marche Miami th (... suite de la page 14) Les archives ouvrent un nouveau service