Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text













.g g Sn a ch ,'dt o n d 1 u 9 A v r l 2 1 1 - V l X N 0 2-


PRESIDENT ELU

Martelly a-t-il

le support

de international ?
M IAM I A\ IIIl - (l,>e pen1 1 e I il illllllonll e1
I le.~Ocli le MllchelIc Nllell\ 'o
Pesoniine nie.1 11c ii l c il
li h ele l Mn ell\ jele.edhl |u |l ipsile '"5"..ile I ele.,oll.
lois tiln d sCco tiil ti c le i |pCi e itiCle tlli ille liniie IIc 211 nall
dlnlel Ii - "-.4"..i
Le piesidcli ent l iflici c i les options le tlioiei TO l
le iionicle Cn ico t\ Iein El piob iblelnient Iml tiLI 1 C(e11ii 11
iL'INTERNATIONAL,' p. "i


Un Premier ministrable

nomm6 Bellerive
NIAMl \ I AiIl - \ DiIl Li. ..
coUlllI e iu\ Penlc.llllc Ii n llll l leb l e. Ic
li' l1 Oi I l ,mlie ti . I icilii Plclmi i . .:.
Nll Bclliicllic sc ilOi i. l
h c/ pltol
)I n l c (Ill un plloc.il sllln Lin
pill Elt (li IpO_ t ilun C Clos l tiLC llh l
Mllclll l Eli t ll ,1S (Lnin Lh bonn.i
tICI(lIfon tIl_2O l IIIC, llh illinni on i lCiOl 11i
IntIilf Ilc liC SOl pl nic lOt llbi tl,
E i iSl uitc oI ill S en\ I n11 lI l .i,
N lh \ B .llncl \ . �t. l I . clic , lI, au posit.
(1cC Ch fdi (hi !.Oil\ o (111n111 11 ,1\ I1Oi e I;lllfIc
$n1115 dilclltcuh _ p'il _leux clanbles du
PR Ill .int.nl


COi I plochull P11kllin1 �.11
lllllli l l Io'-'I 0s i Iec li.iclilIs 1fo icci
Eli IiC Il pLiLlclfoi1 INITE ldCltinllic
tl Ij 11i11 lic Ib ohl i llCi Ll Scll l Ci tiII
lIlmal10lli IC lli C _lon C ioi _ ic~ i.lict ionci i
Li ( hlI b ic cI.s t Ic tilcp iC
O l I Pllcliill I nlll lllC sl ppOCl I
qtl II no. soil I -nIIIIIICi nI nilt ii' diC tlc
INITE piliclomic p|icliIcntlillc soilwlnt
i t I Oil pn ill (ill'1c I I c 11ilia lll 'l l I 11 111in
(ilJi Li n11 in11 .I\ icc II nilblbic.
IBELLERI\ E ' . 4i


S. -~


Apres la victoire,


Rene Preval demand

a l'Onu de revoir

sa strategic en Haiti
Le p|ie�liletiIll oitll (I H IIII Relie Pie\ l ,i eI\liO le
Iieli eic l I OIn l c I l ili ll l I Iltu e Cle i.c LisLii i Illlinll _ le pi .
ii i iLi\ illii,'Ce be ollln ~C elonll l II i i e'llliel ei ile bullio/Ie i
(iiCe (Cle _okitLii el (le chlii'
Lo is le sonI itlllic i ii (I coli ,Ill\ NiiOil i niicSu e iii c ll
iliie cel iFd ELII liliien Pie\ jI iil litilie iliie pli, itle (li\ jill
C.I e ieio lel lC ticpllle til II .i 1i illppilele j L Ieiiele loc f
I (ni I leI on e' . p n l lonlc ILiC l i lei ic pI
Le C linkl les \ i elic enle . il ilie. 1 le.s _.olli i. iieLllIi lil
(iL ctile L pLice. ji\ ibullilo/e., i\ iliL2elien.l , le. e\lspell
en .olillie ii di l ll\ _ l incl lici iie Ci pellinlli e i -1i -II 1il l11ie
lo\ int le.s ic tili/C i s nlielniblcs h ilu onseill le se ic llllic l I Oni
J espele iql ipil I i. Ims lnoul s lOins c.ii blcs le.i ine
lics conluC ionl i Lnile pO l le leifOlCoi iiielin i t le Ij i ,iib le cli
H iI -i--I iljoute
i liiln Oli dce Njiioni inllles pontl IL sibilhillonl e
HKiI l iNhiil 1li 1 I |i . eL I I, iCil el icile I ic nee ei lecc i I
(, iijlle-\ In l' /e c le IC ses soli, n.itle t iclli 'iC I le Li pil\
Oll ee C ieC loC io n ti C el1ine t iiln I CI i' 11 i t%11 (I tli iii ILl o0111
pinll, le I II II 11 1 S1101
Lois le lIc i cili i'ne pieilei eltle i le c ccs letniiei$
lmiiol_ II llii__lOl tii ( coIllipie I -' 2 "" oliljis ile lii ICiin le c e Ij
pIl\ cLiili c le p is . I e ie i ifiiccliee Cle lo ie oc upc ui ll nil
ceelliii H itiioein De' iinllillef 11intl Oli e-C iicieICil let oClCe iI
I Oli l I%\ol n iUIOlhllu le ichole.l
Le conoell eIle Ot l pio\ i ione I liiionlCe InnIih Ii
\ Ilctio e (iln cli iLenil popL)lile l chel Ni ,illell\ i I I le i ioll
ple.sllenllelle (in 2c 11 _ i ,5


A quand une ONU

en faveur des pays

du Sud ? i9io . " i.


un inventaire des
P (O)R T-lA i -
PRINCE '. A\iiil
- L i IO lC tili I 'ilt'iC
- i 1o ic i I icioiic
( Lin_ les I llce' plle_,
I flItE ' (lE' I i Itic

,i I IC ic Ln I l ticle
entol l io' c ""c, ilin lollh
|\1i i � ip i ll Oll Ic Ll lU. le



Niclllc M i c| c tc'11i011c
. l. .iiiic K ii ih li
1 pelle le (i il l (tiC l lo tiC C
HIIIl II-$ , prl$ p ll ,11 ll\ Ii
lc CCiolii ic L o lbl C
Iloll N I ,c h 1Il Li loRE l





Mirlande Manigat faith

en concedant la victoire La

PORT-.\I'i-PRIN(JCE 5 \i i A II cq- (- l
Splie llc il i'le' lO (Itilb iil hi C tOll c' Ic lccci sOI
,i tllicEii El IIOLtic'1d OIb Ic N, itll
clicul t.i j I o le. In i R i C. ctiBkqUilbic tLuc
ic \oc l i cic i oblci( ti\ II cillblc hold ti Lp
i Oil pClOcNloll id RCDt Il cciC I VICtCO e
Ci |l emiee lo b ijnsi i I lliflici ne I im lel i eic icnsl u hi
ile. Sle il clll iel oi1 lll ilCLI lil\ l i e.Clkll\
S DLkiIe ELip noI u cl eCs o le. l ionLs O lliu fi
MI iLiL hlC IIoiicici ic onLl cill ll R ic l C1 1Iim ilc




Cl tIiLC ,c \N n i p0. 1 i e i Cil1 Ci. I ........ ,
Hion pii o ?ljion In RDNP initc cLllC C iiic 2lll tiiC






l M A NIG AT .'p.G ( l i�,, /.,,,./, ti.,� ,, ,, ,1, i


forces !
9


... I ,, .. . i//I LI'


l'histoire

son rival...


i . 1II l "I d' /.' /111 1,./, I lh,1 //, /-ll , , 11 0- �11"I'll,






I EN PLUS...


EN BREF...


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 12


RENCONTRE CIRH


Pour accelerer les progrbs


dans la Reconstruction


Intdgrer les functions de
coordination de la reconstruction dans
les plans de developpement a long terme
du gouvernement haitien, amdliorer les
capacities institutionnelles, decaissements
plus rapids et sans restriction des fonds
vers les priorities stratigiques et des
reformes cruciales

8 avril 2011 - Tara's, La Boule,
route de Kenscoff- Pendant la VIP reunion
du Conseil de la Commission int6rimaire
pour la reconstruction d'Haiti (CIRH), les
copresidents Jean Max Bellerive, Premier
Ministre d'Haiti et le Pr6sident Bill Clinton,
les membres du Conseil et les principaux
intervenants ont identifi6 quatre measures
cl6s visant a acc6l1rer les progrbs dans les
efforts de reconstruction : 1) les functions
de coordination de la reconstruction
doivent 6tre int6gr6es avec les plans de
d6veloppement a plus long terme du
gouvernement d'Haiti, 2) les capacit6s
institutionnelles doivent 6tre renforc6es,
3) le financement doit tre vers6 plus
rapidement et devraient 6tre mieux align6
avec les priorit6s sectorielles identifies par
la CIRH en collaboration avec les autorit6s
haitiennes, et 4) les importantes r6formes
doivent 6tre acc6lrdees par le gouvemement
d'Haiti.
Quinze mois aprls le terrible s6isme
de magnitude 7,2 qui a frapp6 le cceur de la
capital politique et 6conomique d'Haiti,
le Premier Ministre Bellerive affirme que
le gouvemement d'Haiti est pret a assume
une plus grande responsabilit6 dans la
coordination des projects de reconstruction.
Pour ce faire, la CIRH continuera a soutenir
le gouvernement d'Haiti en renforcant
sa capacity institutionnelle alors qu'il se
prepare A assumer la pleine responsabilit6
des efforts de reconstruction en octobre,
lorsque le mandate de la CIRH sera rdvolu.
Le transfer des responsabilit6s de
la CIRH vers le gouvemement est en ligne
avec le plan strat6gique de la Commission.
< Maintenant que le processus
electoral est terming, nous avons un nouveau
President qui assumera la responsabilit6 de
la reconstruction de notre pays, a d6clard
le Premier Ministre d'Haiti, Jean Max
Bellerive. A la CIRH, nous avons pour
mission de mettre au service du pays un
mdcanisme efficace de coordination et
d'orientation des efforts de reconstruction
au sein du gouvemement haitien. En tant
que tel, l'int6gration des functions de
coordination de la reconstruction au sein
du gouvernement est une tape important
dans le enforcement des capacit6s
institutionnelles, a d6clard le Premier
Ministre d'Haiti, Jean Max Bellerive.
Lorsque le nouveau president d'Haiti
prendra ses functions, la CIRH ne fera pas
que lui presenter un plan d'action global,
mais aussi les moyens de la mise en ceuvre
de ce plan >.
Les deux copr6sidents de la CIRH
ont rencontr6 plus t6t aujourd'hui le
president dlu Michel Martelly et des
membres de son 6quipe pour les assurer
de leur engagement a travailler 6troitement
avec eux pour atteindre les objectifs
nationaux qui ont &t6 6voqu6s pendant la
champagne.
Une measure cl6 qui a &te mise en
place pour acc6l1rer les efforts de relvement
est un r6le de leadership du ministbre de la
Planification qui va examiner les projects
avant de les envoyer a la CIRH, prendre
l'initiative sur les tables sectorielles et
fusionner ses bases de donndes de projects et
ses lignes directrices avec celles de la CIRH.
La Commission continuera ajouer un r6le
important dans la reconstruction d'Haiti, en
mettant l'accent sur deux domaines: donner
plus de pouvoir au gouvemement d'Haiti a
travers le enforcement des capacit6s et la
coordination avec les intervenants cl6s de la
reconstruction, en particulier les bailleurs de
fonds de la communaut6 international de
manibre h atteindre ses objectifs.
A cette fin, des experts sectoriels de
la CIRH commenceront a assume un r6le de


conseil, en offrant une expertise technique
et un soutien a leurs homologues du
gouvemement, tandis que les copr6sidents
et les membres du Conseil poursuivront
leurs efforts pour obtenir un soutien pour
la reconstruction aupres des communaut6s
haitienne et international.
< La Commission a joud un
r6le essential dans la coordination de la
r6ponse post-catastrophe. Etant donn6 que
ces efforts se poursuivent et s'6tendent,
au-dela de la banlieue de Port-au-Prince,
dans l'ensemble d'Haiti, le gouvemement
et le people haitien auront une solide
connaissance de leur destin partag6 avec le
soutien continue de la Commission. >
< Meme si nous allons dans la
bonne direction, il reste encore beaucoup
a faire, a ajout6 le Pr6sident Clinton.
Aujourd'hui nous avons discut6 des measures
sp6cifiques pour acc6l1rer les progrbs dans
les efforts de reconstruction et veiller a ce
que nous construisions un avenir meilleur
pour le people haitien. >
D6caissements de fonds plus
rapides et sans restriction
Selon les deniers chiffres publi6s
parl'Office de l'envoyd special du Secr6taire
g6ndral pour les Nations en Haiti, dirig6 par
le president Clinton, le taux de d6caissement
des fonds pour la reconstruction engages, tel
que rapport par les bailleurs, a augment de
30% a 37% dans le course des six dernires
semaines. Bien que cette augmentation
soit un pas dans la bonne direction, elle
ne suffit pas pour r6pondre efficacement
aux besoins de la reconstruction d'Haiti
en temps opportun. En consequence, les
copr6sidents present les bailleurs de fonds
a poursuivre leur engagement envers la
reconstruction par le versement imm6diat et
entier des fonds promise ni en les r6servant
pas a des projects sp6cifiques, mais plut6t en
les orientant vers des programmes sectoriels
prioritaires.
* Par example, un montant
suppl6mentaire de 100 millions pour
l'enlkvement des debris et la creation de
d6charges suppl6mentaires sont n6cessaires,
en plus d'assurer que toute la capacity
national soit utilis6e correctement.
* Dans le domaine de la s6curit6
agricole et alimentaire, 56 millions de dollars
sont n6cessaires dans les 12 prochains mois
afin d'6viter le d6veloppement d'une crise
alimentaire au pays et plus de 175 millions
de dollars sont encore n6cessaires pour
soutenir l'investissement du gouvemement
dans le secteur de l'agriculture.
* Dans le secteur de l'6ducation, de
nombreux projects approuv6s sont toujours
sous-financ6s, y compris le Programme
national d'alimentation scolaire que le
president Clinton a visit aujourd'hui.
* En aces et approvisionnement
a l'eau, oni seulement environ 50 pour cent
de la population a aces a l'eau potable, en
particulier dans les zones rurales, le deficit
de financement atteint 100 millions de
dollars pour l'entretien et l'extension des
r6seaux d'aqueduc a l'6chelle national, et
110 millions de dollars pour les systemes
d'assainissement.
< Nous avons un plan complete et
une s6rie de programmes cl6s qui sont prets
a 6tre mis en ceuvre, mais nous ne pouvons
reconstruire qu'a lavitesse oi les fonds sont
d6bours&s>, a d6clard le Premier Ministre
Bellerive. >
Reformes
Un certain nombre de decisions
strat6giques doivent 6tre prises par le
gouvemement d'Haiti afin d'acc6l1rer les
efforts de reconstruction, y compris :
F Identifier des sites de d6charge
additionnels/des sites de d6charge
transitoires et le d6veloppement d'une
strat6gie national de gestion des debris
[ Mise a jour du Plan national de gestion
des risques et des d6sastres et faire
approuver par le Parlement le cadre
juridique labor par le Systeme national
de gestion des risques et des d6sastres.
[ Renforcer et appuyer les politiques de
(CIRH / p. 3)


Clinton, Bellerive et Martelly s'entretiennent sur la CIRH
08 Avril 2011 HPN - Les deux co-pr6sidents de la CIRH ont rencontr6 vendredi le
president Olu Michel Martelly sur les activities de la Commission int6rimaire pour la
reconstruction d'Haiti a l'h6tel Karibe.
II s'agit de la premiere rencontre entire M. Martelly et le Premier Ministre Bellerive,
qui souhaitait obtenir le point de vue du president Olu sur le travail de la commission.
< On a parlk de la transition et on a vu comment la CIRH et le nouveau gouvemement
peuvent apporter des solutions aux problkmes de la population >>, a d6clard a la press
le nouveau president.
Les co-pr6sidents de la CIRH ont 6galement apport6 des informations sur le
fonctionnement de la commission au course de la rencontre qui a durd une heure
environ.
De son c6t6, l'ancien president amdricain Bill Clinton s'est dit satisfait de la
rencontre. (HPN)

Maintenir la CIRH au-delA des prochains changements
politiques
Le premier ministry Jean-Max Bellerive appelle au maintien de la Commission
Int6rimaire pour la Reconstruction d'Haiti (CIRH) au-dela des changements qui se
produiront prochainement dans l'administration haitienne, tandis que l'ancien president
des Etats-Unis et envoy special de 1'ONU, William Clinton, encourage les donateurs a
respecter leurs promesses d'aide envers le pays.
Bellerive et Clinton qui co-pr6sident la CIRH sont intervenus au dernierjour d'une
reunion de deux jours de cette entity a Tara's, La Boule autour du theme : < Acc6l1rer
le progrls a travers l'atteinte des objectifs de la reconstruction >.
Pour le PM Bellerive, il est urgent que le nouvel ex6cutif qui sera install au mois de
mai et le nouveau parlement travaillent au < enforcement de la CIRH > au lieu de
chercher a la bloquer.
Le premier ministry souligne que la CIRH intervient dans des secteurs cl6s et
repr6sente done un advantage pour la nouvelle 6quipe que conduira le president Olu
Michel Martelly. Selon lui, cette commission repr6sente < un outil qui peut aider a la
stability >>.
Avant de prendre part a la deuxibme journe de la rencontre de la CIRH, Messieurs
Bellerive et Clinton ont eu des reunions s6pardes d'une part avec Michel Martelly et
d'autre part avec quelques parlementaires nouvellement 6lus.
Le contenu de la reunion avec Martelly n'a pas &te rendu public. Cependant, le Premier
ministry indique que la demarche auprbs des parlementaires visit a les << sensibiliser >
sur la n6cessit6 de renforcer la CIRH et non de s'opposer a ses travaux.
Pour sa part, Clinton salue le travail de la CIRH et souligne < la determination
des partenaires intemationaux > qui se sont engages a soutenir le processus de
reconstruction d'Haiti. Il announce que les bailleurs de fonds devraient bient6t
d6bloquer 37% des fonds promise et espbre que les engagements seront tenus.
Par ailleurs, Clinton promet l'accompagnement des Etats-Unis a la nouvelle 6quipe qui
sera au pouvoir a partir de mai prochain et assure qu'il est pret a travailler avec elle
< pour l'avancement d'Haiti >. Alterpresse

"Je suis indign6e mais pas abattue", lance Manigat
Mardi, 05 Avril 2011 13:22 HPN
La candidate du RDNP, Mirlande Manigat, arrive en 2eme position au deuxibme tour
de l'dlection pr6sidentielle, s'est d6clar6 indignde au lendemain de la proclamation des
r6sultats, d6nonqant un 'hold-up' sur le pouvoir.
"Je sais que le pays s'attendait a autre chose, jusqu'au matin de dimanche je gagnais
les elections", a d6clard Mme Manigat, critiquant une visit nocturne ('( I.ilnp) el')
effectude dimanche soir par le president du CEP au centre de tabulation. D'autre part,
Mme Manigat s'est dite inquiete pour l'avenir d'Haiti et pour l'avenir desjeunes.
Cependant, a-t-elle dit, "j'aime Haiti mais ce pays qu'on est entrain de nous fabriquer
je ne crois pas que je l'aime, c'est pourquoi je vais continue a me battre".

Reconstruction : Le FRH tient sa sixieme reunion
Le Fonds pour la reconstruction d'Haiti a tenu samedi sa sixieme rencontre a P6tion-
ville. Les membres ont fait le bilan des activities r6alis6es jusqu'a date et ont discut6
des propositions.
"Cette reunion est l'occasion pour le secretariat du fonds de presenter un rapport sur
les r6alisations", a d6clard le ministry de l'6conomie et des finances Ronald Bodin qui
preside cette entity. Les repr6sentants des entit6s partenaires, telles 1'ONU, la BID et la
Banque mondiale ont fait le point sur l'avancement de projects qu'elles pilotent. (HPN)

Neptune 6crit a Aristide
<< Durant tout le temps de notre collaboration politique, mon unique motivation a et6
sans cesse de contribuer a jeter les bases d'une Soci&td plus just et fratemelle, et
d'un Etat plus human et responsible. Dans toute l'histoire de l'humanit6, progrls
et d6veloppement ont &te toujours et sont encore products d'organisation de pens6es
et d'actions. Mon choix de signer mon engagement a participer a la creation et la
construction de l'Organisation Fanmi Lavalas a &t6 en 6troite relation avec ma
volont6 citoyenne de m'investir dans un project politique qui se voudrait 6tre en rupture
avec les conceptions et pratiques traditionnelles. Pourtant, mes quatorze(14) anndes
de promotion de cette rupture ont &te exploit6es a d'autres fins par ceux qui ne sont
mfis que par leurs bas et manipulateurs instincts de pouvoir et d'argent, tout en se
(EN BREF / p. 14)


DECES DE MINIE VVE GUY BARJON,

NEE THERESE PARISOT BARJON

L lenlipnise Celcs .iiinonc a\ ec piier le dk ces deX Mline Their-es Plinsol Barloi
surxein le .5 a nl ?nI1 1
En celle penlble ciicoins;tiice I Entrepnse Celcis eI piesenient lelrs sinceres
conidole:inlces ,
cs'eenllllllS N el Mine Ale\ Zjnor. lmine nee Daniel BIJOllIn Mine Doiniiique
B:arloin e l Uinbello Cedeno M el llinc P.iiiclk Baijon. Nlinc nee Reinie Sinmon. Line
Fiji.oil-s B::jonI ei NIl Gilbert Coicou. NM el line Plulippe Bjrion. lin ie le Y'iiiile
AI-Suilliniu. lineic Rachel Baoion
Ses ptcits CiiflIs lI C li e JeIan rlichel Sjdai. NlIne Soplui Zainoi NI .Alc\
Zainoi Ji . hN Da id Sada. M Thuicen Zaimor. Didicr BIIlon. \',llICC JCan-Loulis A.nlle
IJan-Louis Sanmr Baijo. oiBeaC.nice Bdal oii. Scba.siuCn BjIoni .
Scs. rncics pCils cllnfiils Salina e KalCl Sida .
Ses bdlles scours lineI Ltuciennlc Dre\ fus Pansoi. hinei Li~ss Larco Brion .
Sc nce\ eIu. lniecC e lillculIs I Hlnn Panso Mine icllichlcll Bujon. MN
Ro'cer Pnrioi. NIM Nla\lIc \ aid .
Scs IIonibleic \ I1%'\ eil\ ell lIcc.'e ses ioilllbretl\ COllSIliS el coullSlieS
Son misep|rble ,niec Mile ladeleme CG:udiner .
A \VicolO Sida cl DIIuinii Je.Ic-LouIs .
Ses de\ ones se~ ieiiS ( Clinsiijn Del\ i el Rosemcien Je:Ii Chl(iles.>
An\ fminilies Pansao. BJI(on Zamioi. Sadl. Simon. All Stulliran. Cedeno. Coicon.
Jean Loius. Dc.lan. DIC fiius. LIco. \-laid ci a 1lol les ,Ic tlics pani CIs aIllics el ,nmis
jlffecic' pai ce dull
Les Ifue illles dCe line Thc icse Painsol Barlion scront dchanUcs le samcdii 'I .\ nl
21 il a 1 i luies 3a mi n Ciil'Elise St Picrre de Pelion illC L e\poslion se IfeC des' lues
3? a in a la salle lei Nlioi


Page 2


- - . - - - - - - - - - - x xx Ix - - - - - 1 -






L'ACTUALITE EN MARCH


Rene Preval critique severement I'ONU
AP, New-York, 6 Avril - Le president haitien sortant d'Espagne, M. Pirval a affirm qu'il 6tait tristete>> de souligner
a critique, mercredi, le Conseil de s6curit6 des Nations unies qu'en un quart de sibcle, il a &tC le seul president haitien h
pour avoir &tC trop lent h transformer sa mission militaire de terminer deux mandates constitutionnels, et le seul < maintien de la paix en Haiti en mission de d6veloppement. avoir &tC emprisonne ou contraint h l'exil>>.
Dans son dernier discours devant le Conseil, Rend Rend Pr6val a demand au nouveau president l61u,
Pr6val a exhort l'organe le plus puissant de l'ONU le chanteur populaire Michel Martelly, aux responsables
w 16gislatifs et h l'opposition de travailler dans un
esprit de paix et de cooperation.
Mais il a surtout mis l'accent sur
l'instabilit6 en Haiti, attribuable, selon lui, aux
effects du <> et h une culture
de l'impunit6 qui remote h l'6poque de la
.... ... .... .. dictature des Duvalier.
M. Pr6val a estim6 que l'instabilit6 avait
6tC aggrav6e par des ouragans meurtriers et par le
s6isme d6vastateur de janvier 2010 qui, selon le
gouvemement, a fait 316 000 morts et paralys6
une bonne parties de l'6conomie.
M. Pr6val a souligne que depuis 1993,
l'ONU a mend une s6rie d'op6rations de
maintien de la paix en Haiti, rendues chaque
fois n6cessaires par citoyens eux-mimes>>. Cela a &t particulibrement
vrai en 2004, quand il y avait des possibilities
d'affrontements entire des groups lourdement
arm6s, a-t-il dit.
-Mais M. Pr6val a estim6 que quand le
n danger de violentes confrontations est pass,
Le prdsidentRenW Prival a la tribune du Conseil de skcuritM (photo Reuters) pas adapt6es assez rapidement i la nouvelle


reconsid6rer l'efficacit6 de ses interventions en Haiti, < pratiquement mend a onze ans de presence militaire dans un
pays qui n'a pas v6cu de guerre>>.
Lors de la reunion, a laquelle assistaient le president
de la Colombie, l'ancien president americain Bill Clinton et
neuf ministres des Affaires 6trangeres d'Amdrique latine et


< auraient dfi cdder la place aux bouteurs, aux ing6nieurs, a plus
d'instructeurs de police et a des experts de la r6formejudiciaire
et p6nitentiaire>>, a dit M. Pr6val.
Le president sortant a dit souhaiter que la mission de


Page 3


ELECTIONS-ANALYSE SOMMAIRE
Apres la victoire, un inventaire des forces p.1
EDITORIAL
Un Premier ministrable nomm6 Bellerive p.1
Est-ce la fin de la classes politique traditionnelle p.5
UNE PREMIERE
Mirlande Manigat fait l'histoire en conc6dant la
victoire p.1
DOCUMENT
Pourquoi Mirlande Manigat n'ira pas au bureau du
contentieux ? p.6
REACTIONS
Martelly a-t-il le support de l'intemational ? p.1
RECONSTRUCTION
Pr6val critique 1'ONU p.1
CIRH : Pour acc6l1rer les progress ... p.2
Cuba plaide contre une force d'occupation p.3
POLITIOUE
Yvon Neptune 6crit a Aristide p.3
CCIH salue le president Olu p.3
Martelly promet une nouvelle &re p.4
INTERNATIONAL
A quand une ONU en faveur des pays du Sud ? p.8
Laurent Gbagbo arr&t6 avec l'aide des forces francaises
p.13
COMMEMORATION
En m6moire de Toussaint Louverture p.8
CONSTITUTION
Double nationality : c'est le moment p.10
LIBRE PENSER
Lecons ! p.12
ACTUALITES
Robert Paret d6missionne comme directeur du
Mupanah p.12
REFORM AGRAIRE
Le toumant p.13

maintien de la paix en Haiti soit rdorientde, un point de vue
soutenu par le president colombien Juan Manuel Santos, don't
le pays assure la pr6sidence toumante du Conseil.


Cuba plaide contre une force d'occupation

ou un protectorat de I'ONU en Haiti


(HPN) Intervenant mercredi lors de la reunion
sp6ciale du Conseil de s6curite des Nations-Unies sur Haiti a
New-York, le ministry cubain des affairs 6trangeres, M. Bruno
Rodriguez Parrilla, a d6clard que "la situation humanitaire en
Haiti n'est pas de la competence du Conseil de s6curite des
nations-Unis"
"Le droit inalienable dupeuple haitien l'ind6pendance
et l'autod6termination doit etre enfin respect6, a indiqu6 le
ministry cubain. "La MINUSTAH n'a pas le pouvoir de
s'ing6rer dans les affaires politiques, ce qui est seulement de
la responsabilit6 du people haitien. I1 est unacceptable que la
mission participe dans les choix 6lectoraux ou fait pression
sur les autorit6s souveraines d'une manibre ou d'une autre.
Elle ne dispose d'aucune autorit6 non plus pour parler au nom
d'Haiti", a d6clard M. Parrilla.
Parlant de la reconstruction du pays d6truit par le
s6isme du 12 janvier 2010, le chancelier cubain a affirm
que "les grands donateurs qui ont promise des milliards pour
la reconstruction d'Haiti n'ont pas respect leur promesse
et ont finalement consacr des resources i la guerre et i


Rencontre

CIRH...
(CIRH... suite de la page 2)
decentralisation et de r6formes du secteur de l'eau
[ Amdliorer la clart6 des politiques concemant l'acces aux
titres fonciers et la s6curit6 du regime foncier, ainsi que la
definition d'une politique de subvention pour guider les
fonds de reconstruction en faveur des propri6taires et des
locataires
[ Laborer une politique 6nergetique officielle
< Le Premier Ministre Bellerive a conclu en dclarant: < a la CIRH, faisons notre travail jusqu'h la fin de notre mandate,
l'Etat haitien que nous avons connu aprbs le tremblement de
terre sortira beaucoup plus fort, plus transparent, plus efficace
et plus coherent que celui qui existait avant le tremblement de
terre. La r6alit6 est que le veritable relkvement commence ici. >>
###

Au suiet de la Commission interimaire pourla reconstruction
d'Haiti.
La Commission int6rimaire pour la reconstruction d'Haiti
(CIRH) a &te cr66e par arrWt6 pr6sidentiel le 21 avril 2010
dans le sillage du tremblement de terre d6vastateur qui a
frapp6 Haiti le 12 janvier 2010. La CIRH a pour mandate de
proc6der rapidement a la planification, la coordination et la
facilitation des projects et des priorit6s du pays dans le domaine
du d6veloppement, notamment l'examen et l'approbation
des projects et programmes finances par les bailleurs de fonds
bilat6raux et multilat6raux, les ONG et le secteur priv6. La
CIRH est copr6sid6e par le Premier Ministre haitien Jean-Max
Bellerive et l'ex-Pr6sident Bill Clinton. Elle est place sous
la direction d'un Conseil d'administration, qui regroupe les
parties prenantes haitiennes et non-haitiennes dans les efforts
de reconstruction.


l'intervention militaire de prdf6rence".
S'agissant de l'aide cubaine a Haiti relative a
l'6pid6mie de cholera qui frappe le pays, M. Parrilla soutient
que "Cuba a concentr6 ses efforts dans le domaine qui peut
atteindre le plus grand impact, la sant6 publique, un 616ment


P6tion Ville, le 29 mars 2011
Monsieur Jean-Bertrand Aristide,
Repr6sentant National
Organisation Fanmi Lavalas
En ses bureaux

Monsieur le Repr6sentant National

Votre retour en Haiti est pour moi une des occasions
d'oser esp6rer que la Nation, l'Etat et les puissants << amis >
se r6soudront finalement a se conformer aux exigences
qu'imposent les normes d6mocratiques de construction et
d'administration d'un Etat de droit. S'astreindre a cette
discipline et responsabilit6 est un lent et long processus oi
s'altement sacrifices et satisfactions. J'en ai pris conscience
a un trbs jeune Age, et je me suis en consequence toujours
efforc6 d'agir en coherence avec mes convictions et mon sens
du devoir.
Durant tout le temps de notre collaboration politique,
mon unique motivation a &te sans cesse de contribuer ajeter les
bases d'une Soci&te plus just et fratemelle, et d'un Etat plus


clk de la durability et de la stability social en Haiti".
"Les m6decins cubains ont mis sur pied 67 units,
qui ont trit6 plus de 73 000 patients, un tiers de tous les cas
de cholera considered dans le pays".
Fidrick Jean Pierre


human et responsible. Dans toute l'histoire de l'humanit6,
progrbs et d6veloppement ont &te toujours et sont encore
products d'organisation de pens6es et d'actions. Mon choix
de signer mon engagement a participer a la creation et la
construction del'Organisation Fanmi Lavalas a &t en 6troite
relation avec mavolont6 citoyenne de m'investir dans un project
politique qui se voudrait 6tre en rupture avec les conceptions
et pratiques traditionnelles. Pourtant, mes quatorze(14) anndes
de promotion de cette rupture ont &te exploit6es a d'autres fins
par ceux qui ne sont mfis que par leurs bas et manipulateurs
instincts de pouvoir et d'argent, tout en se faisant passer, dans
leur discours, pour des ap6tres du changement et de l'inclusion
de la Majorit6 pauvre.
Maintenant que vous 6tes rentr6 chez vous en Haiti,
vous comprenez, je voudrais croire, la raison qui me determine
a vous confirmer formellement aujourd'hui ma decision de ne
plus faire parties de l'Organisation Fanmi Lavalas.
Veuillez agrder , Monsieur le Repr6sentant National,
mes salutations distingu6es.

Yvon Neptune


CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE

Lettre ouverte au President elu


Port-au-Prince le 7 avril 2011

Monsieur le Pr6sident Elu,
La proclamation des r6sultats prdliminaires des
elections du 20 mars vous ayant consacrd Pr6sident Elu de la
R6publique, j'ai l'honneur de transmettre a votre Excellence
les felicitations de la Chambre de commerce et d'industrie
d'Haiti, auxquelles, bien stir, je joins les miennes propres a
titre de president de l'institution et celles des autres presidents
des autres chambres d6partementales.
La tiche qui vous income est immense et complex,
Monsieur le president. D6ji, tout au long de la tumultueuse
champagne 6lectorale, vous avez pu certainement en mesurer
lucidement l'6tendue et la complexity, ainsi que l'urgence
d'agir aux diff6rents niveaux de la vie national. Dans tous les
m6dias, dans tous les compartments de la soci&te haitienne,
on s'en est fait l'6cho. I1 nous semble done superflu d'en faire
mention ici.
Toutefois, des priorit6s fondamentales s'inscrivant
dans le cadre de vos engagements 6lectoraux, nous avons
particulibrement retenu celle-ci: la n6cessit6 imp6rieuse pour
vous de sonner au depart le ralliement autour de vous afin


de r6tablir la confiance envers les dirigeants - a l'int6rieur
comme a l'ext6rieur. Dans cette perspective rassurante, de
concert avec les femmes et les hommes talentueux de bonne
volont6 et, moyennant le soutien solidaire des >,
nous convenons qu'il est alors possible d'entreprendre dans
l'harmonie le grand ceuvre de la reconstruction, de meme que
l'6dification riv6e d'un Etat de droit en Haiti : Une Haiti d&s
lors r6concilide avec elle-meme ; une Haiti aux institutions
assainies et restructurees ; une Haiti just, prospbre, acc6dant
finalement a la modernity et au ddveloppement durable a ce
tournant determinant de notre histoire...
Notre devoir moral et patriotique a la CCIH nous
command, dans notre sphere d'action, d'apporter notre
contribution sereine et 6clair6e a la construction de ce pays
nouveau renaissant de ses cendres...
C'est dans ces nobles sentiments que nous vous
prions, Monsieur le Pr6sident Elu, de bien vouloir agreer
les vceux sinceres que nous formons pour le succes de votre
mandate pr6sidentiel et le bonheur de ce vaillant people haitien
qui attend tant de vous.
Hervd Denis
President de la CCIH et de la CCIO


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 12


Lettre ouverte de Yvon Neptune

a Jean Bertrand Aristide


.x~x x I . - l - 1 - v - - - - - - - - - - - - - - . - - - - -






UNE ANALYSE


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 12


Un Premier ministrable nomm6 Bellerive


(BELLERIVE... suite de la lre page)
Donc Jean Max Bellerive est ce qu'on peut appeler
une quantity connue.
Mais c'est surtout pour l'international que Mr.
Bellerive devrait repr6senter une garantie que l'on ne cassera
pas la baraque !
L'actuel Premier ministry co-pr6side avec l'ex-
pr6sident amdricain Bill Clinton la Commission int6rimaire
pour la Reconstruction d'Haiti (CIRH), avec les 30 membres


d'une confrontation decisive avec les officials internationaux,
don't les grandes ambassades, Jean Max Bellerive se range du
c6t6 du president Pr6val.
Celui-ci semble depuis plus rassur6 vis A vis de son
Premier ministry et avoir d6cid6 de lui licher les brides.
Le president Pr6val pourrait done se rdvdler le
meilleur 'public relations' pour la reconduction de son Premier
ministry A la tete du prochain gouvemement.

Verrouill du haut en bas ...


plut6t A lui-m6me. II a travaillk dans le temps pour certaines
grandes entreprises de la place. Et doit par consequent se
prot6ger de l'accusation de favoritisme dans l'attribution des
grands marches publics.

Trop de temps en RWpublique voisine ...
Ensuite pendant longtemps, il a sembl6 ne pouvoir
prendre aucune decision par lui-meme et devoir toujours s'en
remettre A son chef, le Pr6sident Pr6val.
Or constitutionnellement c'est le Premier ministry qui


Le PAMI Bellerive a c6tO de la Premidre dame Elizabeth DJbrosse Preval (photo Haiti en Marche)


moiti6 haitiens, moiti6 des rangers repr6sentant les pays qui
se sont engages A appuyer la reconstruction et aussi y investor
par l'interm6diaire de leurs companies multinationales.

'Shadow cabinet'...
La CIRH apparait A beaucoup comme une sorte de
'shadow cabinet', un pouvoir derriere le pouvoir. Bien que
des problkmes internes pourraient handicaper dans les faits le
fonctionnement pr6vu.
Le prochain chef de l'Etat a le pouvoir d'y op6rer des
am6nagements pour le plus grand bien de la Nation ... qui n'y
voit pas encore tout A fait clair.
Cela avec le support bien entendu du prochain
Parlement.
Au debut l'affectation du PM A cette function de
co-pr6sident de l'organisme responsible de la Reconstruction
avait pu paraitre une voie de garage pour le d6toumer de ses
functions v6ritables et laisser pleine latitude au chef de l'Etat,
Mr Rend Pr6val, lors conduisant son operation pour assurer la
succession de son pouvoir A la faveur des elections.

Le meilleur 'public relations'...
Puis survinrent les d6boires du premier tour du scrutiny
le 28 novembre 2010. Le dauphin du president, Jude Cdlestin,
se retrouve en difficult lors de la proclamation des r6sultats
prdliminaires. Monsieur Pr6val aussi. C'est alors que au course


Sophia Martelly et d'autres proches et conseillers du president elu : (de la gauche) Michele Oriol,
Daniel Supplice, 'U . , f/ Jean, Gregory Mayard Paul, Richard Morse (photo Robenson Eugene/HEAM)


D'ailleurs, selon les meilleurs sp6cialistes de la chose dirige l'action gouverementale.
politique haitienne, le gouvemement, ou plut6t le pouvoir Enfin Mr. Bellerive a 6pous6 une citoyenne
administratif haitien est verrouille du haut en bas avec sous dominicaine. On dit qu'il passe trop de temps dans la
constant surveillance trois 616ments cl6s qui s'appellent la R6publique voisine.
Primature, le minist&re des Finances et la Banque central. Et VoilA.
un contr6le op6rd effectivement par les grandes institutions Toujours est-il que avec un tel 6tat de service, l'actuel
financiires (BID, Banque mondiale, FMI etc). Premier ministry reste le mieux plac6 dans la course A sa
Done n'y entire pas qui veut ! succession. Pour ne pas dire A sa propre succession !
Si Mr. Bellerive a des faiblesses A son CV, il le doit Haiti en Marche, 1OAvril 2011


Martelly promet "une nouvelle ere"


AFP, 05/04/2011 - Michel Martelly, qui a remport6
l'dlection pr6sidentielle en Haiti, a promise mardi l'avenement
d'une "'re nouvelle" et s'est engage ttre "le president de tous
les Haitiens", au lendemain de l'annonce de sa victoire sur sa
rivale Mirlande Manigat. "Peuple haitien, une
&re nouvelle s'en vient (...) Je m'engage A en
faire la plus belle page de ma vie", a lanc6 le
future president lors d'une conference de press
A Port-au-Prince, sa premiere intervention
publique depuis l'annonce de sa victoire. "Que
cells et ceux qui souffrent dans leur chair et
dans leur Ame reprennent courage. Les choses
vont changer", a promise l'ancien chanteur


Explore your oplioni, Hassle free mhpping
for the holidays,
hw Ihr 6i Al-Ccgo Fzhtiu pm m a conracq E U S.. aU'
ih lbi r un. Mmlc, ,..lh A cnlrJ Il rur
mru K Nfml, *NY I cm k-gl
Sic up ck Ie d wi c w l, l anywtherI N7 :rf. i ,';-" r' " -, ' 1 .- "
:ar - Bce E Jr FL l rMl FL I ilia.
a Ouc4 o, B Pay, Nv Tirma c nin lriw (. i'J ' i L5& '1, 'N')I


* Ar Cargo IwvI wurn Ho FRwcuKo
* .Saup your Acaur*I .l w un r.lr.com


*rtrl I.


!reL, I .tw IA I r-trTD


.... l S y * I - J .~ a F..Js- L ... .ra a I.... .. - .. %,A *' -
'-M.-

*UCWHI~P~ 3)iEhp) Sa]~~ C~


populaire,
qui doit
succ6der le
14 mai au
president
Rend Pr6val
A la tete du
pays le plus
pauvre des
Am6riques,
frapp6 en
janvier 2010
parun sisme
qui a tu6 plus
de 220.000
personnel.
Evoquant les


"Qu'ils lvent les yeux vers l'arc-en-ciel du changement
promise, du changement vot6 et done du changement
df". S'adressant Ala communaut6 international qui a soutenu
un processus electoral d6mocratique en Haiti, le vainqueur de


Un des premiers 'meetings'ddja prometteurs (octobre 2010) de Michel Martelly
(photo Haiti en Marche)


nombreux


jeunes qui forment la
majority de la population
du pays et ont largement
soutenu sa candidature, M.
Martelly, 50 ans, a lanc6:


l'dlection a lanc6 "un merci solennel".
Selon les r6sultats prdliminaires diffuses lundi
par le Conseil electoral, M. Martelly a remport6 l'dlection
pr6sidentielle avec 67,57% des suffrages exprim6s face A
l'universitaire et ex-Premi&re dame Mirlande Manigat.


Pat6 Plus Bakery, Inc.4"
NATURAL JUICE


1 -


11638 NE 2nd Aw.
M*i, M FL 33100
W.-306-394-6118


Catering Speciafts
Cawu. Pasmts, Hors d'owas
for al Occaions


Page 4





Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 12


DE L'ACTUALITE


Apres la victoire, un inventaire des forces !


(INVENTAIRE... suite de la lere page)
la population.
Secundo, le president Olu ne dispose d'aucune force
parlementaire propre. Le parti Repons Peyizan comptera trois
d6put6s dans la prochaine chambre et aucun s6nateur.
Le president Martelly devra done n6gocier chaque
membre de son prochain gouvemement, a commencer par
le Premier ministry, puisque le gouvemement doit recevoir
la ratification parlementaire pour pouvoir entrer en function.


come cela se doit en d6mocratie.
Et c'est 1i que va apparaitre la principal faiblesse du
president l6u. II a fait champagne (et il a gagnd) sur le theme
du rejet de la classes politique, pouvoir et opposition, toutes
6tiquettes confondues.
Or au Parlement rien n'a change. C'est la meme classes
politique qui continuera de dominer.
Ce qui risque de rendre les n6gociations encore plus difficiles
que si Michel Martelly 6tait, comme on dit, quelqu'un du s6rail.
Certes il n'est pas impossible de s'entendre, il faudra
s'entendre (car le pays attend
en effet des r6sultats, et
aussi bien du pouvoir que du
Parlement, le people veille),
mais le president Olu devra
se montrer d6finitivement
adroit 6tant donn6 qu'il
parait plus fable au niveau
du rapport des forces.
D'un c6t6
il doit choisir ses futurs
collaborateurs parmi ceux
qui sont les plus h mime
de recevoir la ratification
parlementaire, de l'autre c6t6
il doit rester fiddle autant que
faire se peut aux promesses
de 'changement' qui ont
constitu6 le fondement de sa
victoire.
Ce n'est pas tout


partisans, quel qu'en soit le nombre, meme si c'6tait la moiti6
du pays, l'exp6rience a montr6 que c'est une arme a double
tranchant, le rouleau n'est plus une arme aussi facile a utiliser.
Surtout lorsqu'on a &te catalogue come populiste !
Le Secr6taire g6ndral de 1'ONU ne se trompe pas
quand il dit que le nouveau president d'Haiti n'aura pas un
mandate facile.
Cependant Michel Martelly a un atout majeur. S'il se
rdvble capable, et tout de suite, de sortir le pays du laissez aller


*TII Id'affronter touted la classes
L, U 0 politique jusqu'h battre le
syst~me aux urnes, jusqu'h
I la confondre, mais ce nest
A AMT I v A ".:i ..a pas de l'art pour l'art, il est
tout aussi important d'avoir
Je veux Otre le president de tous les Haitiens'dclare le president Ilu Michel Alartelly tot assi portat
les moyens de sa politique.
a sa premiere conference de press (photo Haiti en larche) os ne doto
La plateforme psidentielle INITE est sousre d'avoir pas que le president u Michel Marte e doutons
La plateforme presidentielle INITE est sure d'avoir pas que le president Olu Michel Martelly dispose d'une


la majority au Senat (16 s6nateurs d6ji assures).
Et peut-6tre la majority aussi a la Chambre des
d6put6s. On ne saura qu'apres la proclamation des r6sultats
d6finitifs.
La question a &t6 pose au president Olu lundi lors
de sa premiere conference de press. 'Sans une important
representation au Parlement, vous risquez de ne pouvoir faire
adopter vos projects ?'
R6ponse : 'L'ex6cutif et le parlement doivent
travailler ensemble pour le bien du pays, non se battre.'
Mais ce n'est pas encore une r6ponse politique. Il ne
s'agit pas de bons sentiments, mais de n6gocier pied a pied,


equipe. La question c'est que lorsqu'on dit changement c'est
le replacement de quelqu'un par quelqu'un d'autre.
Bien sfr ce n'est pas seulement qa le changement.
C'est avant tout de nouvelles politiques, une nouvelle approche,
une vision.
Mais il faut au moins quelques visages symbols.
Le president Martelly devra prendre le soin de bien
choisir ses plus proches collaborateurs pour ne pas preter le
flanc aux attaques faciles. Sur ce plan 1l, on ne lui fera aucun
cadeau. C'est meme de ce c6t&-l que probablement onl'attend.
On n'aime jamais les parachutess'.
Enfin, une fois les elections termindes, la foule des


W/
Avocat etporte-parole du president ilu,
Me Gervais Charles, bdtonnier de I 'ordre des avocats
de Port-au-Prince (photo Robenson Eugene/HENM)
qui depuis tant d'anndes le conduit directement dans l'abime,
alors le reste comme on dit viendra comme par magie. Car le
facteur personnel a aussi son importance et constitute aussi,
meme s'il n'est pas le seul, la marque du changement. Alors,
si l'on peut dire, Maestro !

Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Victoire de Martelly : est-ce la fin de la classes


Aercredi, 06Avril 2011 18:28 HPN politique traditionnelle ?
La d6faite de Mirlande Manigat traduit l'impuissance la communaut6 haitienne aux Etats-Unis qui se sont exprim6s
de la classes politique, qui serait menace de mort par la victoire apres la proclamation des r6sultats.
de Martelly, selon des membres de la communaut6 haitienne << Le verdict des umes a &te un signal clair lanc6 aux
aux Etats-Unis. dirigeants des parties politiques classiques par la grande maj orit
Pour de nombreux haitiens a l'6tranger, 1'6chec de des votants. Ceux-ci jugent les projects de ces politicians en
Mirlande Manigat au second tour des pr6sidentielles pourrait d6phasage avec les vraies aspirations de la population> a
sonner le glas de la classes politique traditionnelle. comment Martin en s'embarquant dans un train pour Forest
Les politicians qui ont 6merg6e aprbs la chute Hill (Massachussets).
du dictateur Jean-Claude Duvalier en 1986 n'auraient plus < En effet, les jeunes 6lecteurs qui repr6sentent
d'avenir en Haiti car la candidate du RDNP, un 616ment les trois quarts de la population ont adress6 un message aux
repr6sentatif de cette classes politique, n'a pas r6ussi a se faire responsables des parties politiques traditionnels. La d6bacle du
l6ire a la magistrature supreme, croient plusieurs membres de RDNP explique clairement qu'ils ont rejet6 leurs politiques
I. ''qui n'ont pas aide le pays a progresser, a retrouver la voie du
s P. d6veloppement durable au course des 25 dernires anndes > ont
Sdclare d'autres compatriotes.


Une Classe fragmented
Depuis le depart de Baby Doc, les parties politiques
n'ont jamais retrouv6 un consensus pour d6finir un plan
national pour sortir la population du bourbier. Au lieu de
se fusionner pour l'avancement du pays, ils se sont plut6t
fractionnis pour encourager la naissance de plusieurs autres
petits regroupements qui n'ontjamais pr6sentW un project a long
terme pour le pays.
Le Ph6nombne Martelly
Le chanteur populaire, Michel Martelly, en d6pit
de son pass de musicien iconoclaste, a su conqudrir le cceur
d'une bonne frange de la population haitienne a travers sa
champagne 6lectorale.
Beaucoup d'l6ecteurs, qui ne font plus confiance aux
politicians d'hier, ont voulu prendre leur chance avec la star
de la chanson haitienne. Reste a celui-ci, selon des membres
de la diaspora, de presenter un programme plus ou moins
consistent pour apaiser la misbre de la population durant son


quinquennat. Frantz Alc6ma


A TP


C,---,N7C1i :

TOLL FREE. 1 -Baa-383-2 a5
OR. 3 C 5 - 52 0 -6j 3 Co
FAX .. 3-5 -6 2 0 -a3 3 2,
CELL. 305-a35-84311


Page 5


Un troubadour chantant les processes du vainqueur du 20 mars,
Luxamar Michel, au micro de Melodie FM (photo Haiti en Marche)


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH
Noa DanI le ca d'un abonnrment
Adrase avec livrmaon, I& coDt eIt I*e uble,
Priare de ip&ciMfr *I vous 6t
un nouval abonn6
ou m'IS l'glt d'un renouveliement
ml __ _Gdes 200.00 Gdea 520.00
Etels Int USS- US $ 40.00 Us 7800 Nouv__u RaouvnllWint
Crm ___US $ 42.00 US $ 80.00
Europe US $ 70.00 _US$ 135.00
AmJArtque Lan e US $ 70.00 US $ 135.00






UNE PREMIERE ELECTORAL


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 12


Mirlande Manigat fait I'histoire en concedant


la victoire a son rival ...


(MANIGAT... suite de la l1re page)

premiere. L'l6ection du president de la rdpublique a toujours
ete remise en question par les adversaires.
On a done fait coup double, rialise deux premieres a la
fois. En effet, c'est aussi la premiere fois qu'il a fallu organiser
un second tour pour determiner le gagnant. La pr6sidentielle
a toujours &te gagnde jusqu'ici a la majority absolue des voix
au premier tour.
Le geste de Mirlande Manigat doit donc etre salu6.
-p~~CY,... .. lp~,~


a
Jusqu 'au moment de la proclamation des rdsultats i
les deux candidates continent de crier victoire (photo


Les r6sultats communiques lundi par le Conseil electoral
provisoire (CEP) donnent Michel Martelly vainqueur avec
67,57% des voix.
Son adversaire, Mirlande Manigat, r6alise 31,3%.
Mais on a vu des candidates qui n'avaient meme pas
r6alis6 10% demanderl'annulation des elections. C'est comme
si en Haiti on est incapable d'accepter une d6faite en politique.
Et du plus loin que notre m6moire remote, cela a
toujours &te le cas.
Depuis les elections qui ont suivi en 1806 l'assassinat
de l'Empereur Jean Jacques Dessalines et qui conduisirent a
la guerre civil et a la partition de la nouvelle rdpublique avec
le roi Henry Christophe au Nord et le president Alexandre
P6tion dans l'Ouest.
A de rares exceptions prbs, l'histoire de nos 200 ans
de rdpublique ind6pendante est rest6e invariable a ce sujet.
Pour arriver a la competition de 1957 qui nous donna
l'entrde en scene de Francois Duvalier. La victoire du future
Papa Doc a &te attribute a des magouilles des Forces armies
d'Haiti don't le chef d'6tat-major, le g6ndral Antonio K6breau,
lui 6tait favorable.
Le regime Duvalier durera trente ans. Une dictature
de fer.
Jean-Claude Duvalier dut s'envoler pour l'exil en
f6vrier 1986.
Les premieres elections d6mocratiques, le 29
novembre 1987, furent noydes dans le sang par les Forces
armies afin de pouvoir garder le pouvoir qu'elles assuraient
provisoirement.
Un mois plus tard (1988), de nouvelles elections
furent organisdes. Boycott6es par la majority des parties
politiques, de droite comme de gauche (ca aussi c'6tait une
premiere), un president fut l6u. C'est le professeur Leslie
Manigat, qui avait pass plus de 25 ans en exil.
Celui-ci ne passa que quelques mois au palais.


Renvers6 par un coup d'6tat militaire. D6sormais l'arm6e non
seulement refusait de laisser un pouvoir civil a la tate du pays,
mais les diff6rents clans en son sein se battaient ouvertement
aussi pour le pouvoir.
Et on s'6tonne que le president Aristide ait pu aussi
facilement prononcer sa disparition en 1995 !
De nouvelles elections d6mocratiques purent enfin
avoir lieu en d6cembre 1990.
Elles sont gagndes par un jeune pretre, sumomm6
lors le cur6 des bidonvilles, Jean-Bertrand Aristide. Et en un























du second tour, Mirlande Manigc
Haiti en Marche) saluant I'ami

raz de marde evident.
Mais les autres candidates n'acceptbrent pas la d6faite.
A commencer par le camp de feu Marc Bazin, don't
la candidature 6tait appuyde par l'administration americaine
de George Bush pbre.
Au point que l'on retrouvera beaucoup de ces
personnalit6s politiques aux c6t6s des militaires qui renverseront
Aristide apres seulement 7 mois au pouvoir.
Aprls trois anndes d'exil a Washington, Aristide est
ramend au palais national par decision de l'administration
Clinton.
I1 en profit pour mettre fin aux activities des Forces
armies d'Haiti, qui avaient r6alis6 pas moins d'une demi-
douzaine de coups d'6tat en l'espace de 5 ans.
Les prochaines pr6sidentielles (1995) furent
remport6es par le dauphin lors d'Aristide, Rend Pr6val.
Victoire aussit6t contest6e, dans la bonne tradition
des elections en Haiti.
Pr6val commenca par trouver une entente avec son
principal adversaire, 1'OPL (Organisation du Peuple en Lutte)
de feu G6rard Pierre-Charles, qui disposait d'une majority
relative au Parlement.
On nomma un membre du parti OPL comme chef du
gouvemement.
Puis on se brouilla a nouveau. Ce qui entraina des
difficulties interminables dans la gestion du pays, car c'est
toujours le pays, comme vous comprenez, qui paie les pots
cass6s. Coups d'6tats successifs, embargos commerciaux
ou/et 6conomiques, blocages administratifs, absence
d'investissements, perte des emplois, fuite du tourism, image
calamiteuse dans le monde etc. Done toujours la descent aux
enfers sans jamais de limits.
Aristide, malgr6 de multiples avertissements, retoume


MIAM "I


POS VID NAN

KONSEY ADMINISTRATIVE

FONDASYON SANTE PIDLIK
A-L lyelmanl yap idst: �' e dII.kdSY pou Kcvisey k -I- rnslrdl'v F~;vidajiyo? Swite Pb'k KOnLCe
VIaT:'-rJ~e jtl ILI 5e! Blditegr Slart Sj) S�..Twso 'a Man~ i p ski q.-ir*i jce Pou
dJ trm an dekatal c ltwazagi Gen n ss p p6sid i ou posc, nc'n�I 'a Konse-y
NomifasI P*IT a ipral ke a~ 4.in chwazi p cu k rn:e.-, epi ba
yq Asdn-ate Kcmig~r; :'r.b9te !Mmi-in 2ade ~ j reu6T.iani-n Koni5y NDrr iasocn an, a
pc-ciryn a) f. LK KOrse .Tr;mllj1S�V Ia1
Fbm jD k ]5)cn yo dispi'n ijr b oCiur:y Exk-:ulivo OlffcC. e.q .'ov 1St S'.e Suite 2-1'.
Ib~wa so.; crlr.ct a n ww DLa mIi.ftiijr .f�1 DLUU s Jnijet d1 y1 arii S
aowa y5sn W irmi.i. orr 'e bay D 'ne C�-lirs Ch5' D h?1Dyr efye As. e nan 111 NW
lst Sire'ez Swile '7-2'2, M1iaT Ficria 32126 pa pi 2i e 4-00pm disi 18 avril 2011. 0ap
aSevlcE zi.- paas n pa iriel n-fi cleitbccirniamidadet.ov oswa pa faks nan 3Jo-.3'?5-.X4.
S1- r'S~Cxrls.b -e ar4.an a- pOuL as(re �c resey-�a a~ikasOr .Cey e,.l a m ekuvlik la, we
pju ii -et CreleAw arre n353 nan351 G!2 P-3.i piG e1.:n1. P fcr% % ; .ir. j-
art, tarpei rokc 35 75311


aux urnes apres le premier mandate de Pr6val. Cette fois la
contestation va plus loin que jamais auparavant. L'opposition
unie (la aussi c'6tait une premiere !) d6signa un president
parallble et l'installa symboliquement le meme jour qu'Aristide
pretait serment.
Dans ces conditions, ce qui devait arriver arriva.
Le pays capota dans l'une des pires crises de ces demibres
d6cennies, d6ji passablement tumultueuses.
Oh sacrilege, le 200e anniversaire de notre
ind6pendance national n'est pas comm6mor6. Ou du moins,


at accompagnde de son advocate, Wilmine Saint Pierre,
bassadeur de France Didier Lebret (photo HENM)


seulement dans le p6rimetre du palais national.
Aristide est embarqu6 de force pour l'exil le 29
f6vrier 2004.
Les Marines am6ricains d6barquent ... ainsi que
les forces francaises (ce qui ne s'6tait pas vu depuis 1802
et l'arriv6e en Haiti de la force exp6ditionnaire envoyde
par Napoldon Bonaparte pour essayer de mater en vain la
revolution de Saint Domingue).
Nous sommes finalement places sous haute
surveillance d'une force de maintien de la paix de 1'ONU ou
Minustah.
Et pourtant, malgr6 un tel choc pour la patrie de
Dessalines et de PNtion, les querelles de nos politicians n'en
continent pas moins.
Aux elections d6mocratiques de 2006, la victoire de
Rend Pr6val ne fut pas revue en de meilleurs terms par les
autres candidates.
A commencer par l'ex-pr6sident Leslie Manigat qui
contraignit meme son spouse, Mirlande Manigat, a renoncer a
son mandate de s6nateur qu'elle avait d6ji pratiquement gagn6.
Enfin, nous voici ce lundi 4 avril 2011. La victoire de
Michel Martelly est proclamde. La lutte a &t trls dure entire
lui et son principal adversaire, Mirlande Manigat.
Si Martelly a fait l'6v6nement lundi en l'emportant
avec 67,5 % des suffrages ...
Eh bien c'est Mirlande Manigat qui le fera le
lendemain mardi (5 avril) en acceptant la victoire de son rival.
Meme bon gr6 mal gr6 !
Cela ne s'6tait pas vu en plus de 50 ans d'histoire
en Haiti.
Et nous estimons qu'il faut le souligner.


Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Pourquoi Madame Mirlande Manigat

n'ira pas au Bureau de Contestation


Les avocats
expliquent :
I1 est 1 gitimement
parvenu a Madame Mirlande
Manigat des cris d'indignation
de nombre de ses partisans et
de citoyens honnetes d6sireux
de voir la politique se faire
difffremment en Haiti.
De nombreux
compatriotes tant de
l'6tranger que du Pays
s'insurgent centre ce coup
fourrd, et dans une demarche
16galiste connue et conform
aux id6aux incarnds par le
RDNP, s'attendent a nous
voir prendre et r6clament
meme de nous, la voie de la
contestation.
Effectivement, les
faits, tels que connus, la
porteraient a se presenter
par devant le BCEN avec
l'argumentaire suivant:
Les violations :
1. L'article 122-2


de la loi 6lectorale interdit toute manifestation publique en
faveur d'un ou plusieurs candidates, d'un ou plusieurs parties,
groupements ou regroupements politiques le jour du scrutiny
et jusqu'h la proclamation des r6sultats. La loi 6lectorale
pr6voit une peine d'emprisonnement et une amende de cinq
mille (5000) a vingt cinq mille (25000) gourdes pour ce fait
qui constitute un d6lit electoral. Pourtant, a P6tion ville, le
jour des elections, une veritable manifestation 6lectorale a &te
organisde par le candidate a la pr6sidence de Repons Peyizan,
Joseph Michel Martelly, au moment de se rendre aux urnes.
Cette manifestation publique au course de laquelle une pluie
de confettis a l'effigie de Martelly a &td d6ferlke sur la foule
des 6lecteurs par l'6quipe qui accompagnait le candidate aura
ddloyalement influence le vote dans la commune de P6tion
ville et meme dans toute la zone m6tropolitaine. Surtout que
la population la suivait en direct a travers certain medias
(DVD disponible).
Des observateurs 6lectoraux et des lecteurs inquiets
ont d6nonc6 ce comportement illegal et aucun membre du CEP
n'a r6agi a ce ddlit electoral.
2.- Dans certain centres de vote des gens ont pu voter
alors que leurs noms ne figuraient pas sur les listes 6lectorales
partielles correspondent a leurs bureaux de vote et sur les listes
d'6margement approprides.
Ce qui repr6sente une violation flagrante de l'article
161 de la loi 6lectorale.
(CONTESTATION / p. 7)


Page 6





Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 12


HAITI & SES TUTEURS


Martelly a-t-il le support de international ?


(L'INTERNATIONAL... suite de la l1re page)
disent meme de droite extreme. Mais il est possible que lui-
meme n'y voie aucune difference et se fiche de l'iddologie
comme de son premier succes musical (nom de scene 'Sweet
Micky'). Car la grande nouveaut6 est que le rapport entire le
vainqueur de la pr6sidentielle haitienne et son electorat est
tout saufideologique. Iln'existe pas un movement d6nomm6
le 'Mickisme', comme par example Lavalas (qualifi6 de
populiste) ou 1'OPL (anciennement socialo-communiste) ou
le RDNP (d6mocratie chretienne).
Nous y reviendrons.
En tout cas, s'il existe une constant ces derniers
temps, c'est que l'international n'est pas emballe par les
dirigeants trop populaires.

La politique a ses raisons ...
Aristide a &td renvers6 deux fois avec la complicity de
Washington. Quelles que soient les raisons evoquees, il n'en
demeure pas moins qu'il est populaire dans son pays.
Un Rend Preval semble par centre avoir prefer
sacrifier (voire renier) le vote massif qu'il avait recueilli en
2006, cela pour 6tre dans les bonnes grAces de l'international,
qui sait. La politique a ses raisons que la raison ne connait pas.
L'election de Michel Martelly a ete saluee de maniere
chaleureuse par les grandes chancelleries. Mais ce n'estjusque
1l que pure courtoisie. D'abord que repr6sente le nouvel elu ?
Un ami des Etats-Unis. Ses premieres interviews sont pour
les m6dias nord-americains ot il s'active depuis son election
A defendre sa prochaine administration. Un ami aussi et
surtout pour les milieux d'affaires. Et A l'heure on Haiti est A
reconstruire suite au seisme de janvier 2010, ce n'est pas une
mauvaise nouvelle.

Le facteur boat people ...
Cependant le business et la politique ne se confondent


pas autant qu'on pourrait le croire. Nos dirigeants n'auraient
alors pas trop A se casser la tete, du moment ou l'on peut
'acheter' Washington, ou Ottawa, ou Paris. Erreur, ce qui
compete le plus c'est la garantie de durability. Bien plus que
nos classes dirigeantes et nos elites, les decideurs americains
ont comme une obsession: prevenir trop de bouleversements
en Haiti car cela repr6sente immanquablement pour eux
de nouvelles vagues massive de boat people. Et autres
desagr6ments. Mais en tete de liste les milliers de passagers
clandestins d6barquant au petit matin sur les plages immaculees
de Palm Beach.
La France n'est pas loin sur ce plan d'emboiter le pas
aux Etats-Unis. Regardez son traitement des r6fugies chassis
par les bouleversements politiques dans le monde arabe.
Michel Martelly peut-il amener les Haitiens A rester
chez eux ? C'est le principal critere pour juger du poids d'un
nouvel lu haitien aux yeux du D6partement d'Etat americain.
Pas la peine de chercher midi A quatorze heures.
Lorsque l'administration Clinton decida de ramener
au pouvoir le president Jean-Bertrand Aristide apres 3 annees
d'exil A Washington suite au coup d'etat militaire de septembre
1991, c' tait sur la base que Aristide pourrait utiliser la grande
devotion que lui vouent les masses haitiennes pour encourager
le people A attendre des jours meilleurs.

'Pauvret6 et stagnation'...
Michel Martelly sera-t-il 6valu6 selon les memes
criteres ?
Les conditions en Haiti ne se sont guere ameliorees
depuis. Bien au contraire. 'Pauvret6 et stagnation', signal le
dernier rapport de la Banque interamericaine de developpement
(BID).
Cependant quelque chose a change, A notre humble
avis.
Cela meme qui a fait la victoire exceptionnellement
du chanteur populaire parmi 19 candidates aux dernieres


pr6sidentielles.
L'electeur Lavalas et l'electeur de Sweet Micky n'ont
pas la meme finality.
C'est cette nuance qui a echapp6 aux 18 autres
pretendants.
L'electorat haitien traditionnel est comme le chretien
qui accepted son sort sur terre, quel qu'il soit, parce que le
royaume des Cieux lui est reserve.

Reussir, dit-il ! ...
Tandis que le jeune qui a vote Martelly le 20 mars
dernier a une autre motivation : R6ussir !
Son module ce sont les jeunes stars qui visitent Haiti,
sur un plan quotidien depuis le s6isme. C'est le Hollywood de
l'humanitaire. C'est Wyclef Jean, que le bonpeuple done dej
comme devant succ6der A Sweet Micky.
Une nouvelle generation qui a pris naissance, mine
de rien ('sans bruit sans compete ) entire d'un c6te l'electorat
d'Aristide (avec comme theme majeur: faire passer le people
de sa misere atroce A une 'pauvret6 digne', ce qui pourrait
paraitre r6aliste et rationnel) et de l'autre c6te une autre
categorie, ceux plus instruits qui se considerent comme la
generation perdue, pessimiste, negative par rapport A l'avenir
du pays ...

Par tous les moyens ! ...
Eh bien, entire les deux s'est soudain lev6 ce vent
nouveau qui a fait la difference le 20 mars.
Et ce nouvel electorat quant A lui ne veut plus attendre,
son evangile c'est R6ussir !
Les mauvaises langues ajouteraient: cofite que cofite,
par tous les moyens !
En tout cas, voilA probablement l'aune A laquelle sera
jaug6 l'evenement du 20 mars dernier.
L'avenir dira le reste.
Haiti en Marche, 9 Avril 2011


Pourquoi Madame Mirlande Manigat n'ira pas au Bureau de Contestation


(CONTESTATION... suite de la page 6)
3- Les umes ont &te syst6matiquement bourrees par
la machine frauduleuse mise en place par le camp adverse. Les
proces-verbaux de la grande majority des bureaux de vote
t6moignent d'un nombre de bulletins d6passant largement le
taux de participation de l'dlectorat. L'6cart falaise constat6
dans plusieurs arrondissements entire le taux de participation
et les voix indiquees dans les proces-verbaux avaient porter
les technicians du Centre de Tabulation A mettre le seuil de
validation des PV A 100 voix. Pourtant, le president du CEP
avec une complicity tentaculaire A d6cid6 le jeudi 24 mars
d'augmenter A 250 voix le seuil etabli pour la validation de
ces derniers et finalement A 300 (memo signed de M. Gaillod
Dorsainvil annexed)
Le nombre de votants d6passe celui des inscrits dans
la plupart des bureaux de vote et n'est pas en ad6quation
avec le taux de participation enregistr6 par example dans les
departements du Nord, du Sud et de l'Ouest. (PV disponibles)
Ceci a ete signaled dans un m6moire au CEP qui n'a
pris aucune decision en ce sens.
4- Les recommendations de 1'OEA, appliques au
premier tour, permettaient la mise de cot6 des PV suspects
ou atypiques. Ces recommendations pour lesquelles le camp
adverse s'est battu au premier tour par devant le BCEN pour
en obtenir l'application, ont ete syst6matiquement mises de
cot6 A la derniere minute pour faciliter le forfait des membres
du CEP. Ainsi au premier tour, tous les proces-verbaux
temoignant d'unbourrage d'urnes ou presentant des ee1ments
frauduleux n'avaient-ils pas ete ecartes? C'est d'ailleurs la
seule explication A la presence de M. Michel Martelly au
second tour en lieu et place de M. Jude Celestin.
Ceci est un indicateur sans 6quivoque de la machination
du CEP et de la partiality de 1'OEA qui a choisi delib&erment
de ne pas r6agir A la violation des reglements mis en place.
5. Une d6elgation du CEP pr6sidee par M. Gaillod
Dorsainvil accompagn6 d'autres conseillers, s'est rendue le
dimanche 3 avril a deux reprises, et la dernire, en pleine
nuit, pour faire comptabiliser les proces verbaux annules par
le Centre de Tabulation, en faisant fi des recommendations de
1'OEA appliques au premier tour. Nous disposons de la liste
de ces proces-verbaux.
Or, l'article 174 de la loi electorale etablit, sans
6quivoque, que seul le Directeur General du CEP joue le
r6le d'intermndiaire entire le Centre de Tabulation et les
membres du CEP Plus loin, l'article precise : << Au besoin,
apres le traitement des donnees et avant la proclamation des
resultats, les parties politiques et les candidates ind6pendants
participant aux elections ont aces au Centre de Tabulation
pour verification >>.
I1 est clair que c'est une 6num6ration limitative qui
ne permet pas aux membres du CEP de participer au processus
de traitement des donnees, ce qui rend leur presence dans
l'enceinte du Centre de Tabulation la nuit du 3 avril pour le
moins insolite (reportage radio Scoop FM et interview du
lendemain sur Radio Vision 2000).
Qu'ont fait M. Dorsainvil et ses acolytes au Centre
de Tabulation pendant ces deux heures qu'ils y ont passe,
alors que les informations reques dans l'apres midi, avant leur
intrusion, annoncait dejA la victoire de Mirlande H. Manigat?

I1 est evident que tous ces faits prouv6s sont d'une
telle gravity qu'ils vicient les r6sultats des elections et que
conform6ment aux prescrits de l'art. 179 de la loi Electorale
nous serions en droit de produire une contestation l1gale qui
serait recevable tant en la forme qu'au fond.
Qu'il soit clair et sans 6quivoque pour tous que ce
n'est ni par d6faitisme, ni par manque d'arguments que le
RDNP et allies choisissent de ne pas emprunter la voie de la


contestationformelle. Ce n'est pas nonplus par dcouragement,
l'6quipe constitute est de la race des lutteurs infatigables. La
vie du RDNP pendant plus de trente ans estjalonnee de combats
livres debout, les armes A la main, les bonnes, c'est-A-dire les
lois, les id6aux d6mocratiques et les valeurs republicaines.
Mais qu'on le comprenne bien, ce combat mend par les
membres du CEP et certain acteurs nationaux et internationaux
n'est pas celui du droit et de la d6mocratie. Il n'a pas echapp6
a la sagacity de tous que
ce qui se jouait apres que
les decomptes aient donn V
gagnante Madame Mirlande AVI
Hyppolite Manigat, 6tait le
jeu immonde et immoral de
la surench&re. D D
Nous sommes REPRE
conscients et convaincus que,
comme l'ont souligne les AL.S�E GJuv'-e Eta Fbin
plaideurs de Racine : << ... Se.spiyI 15(d)Abk 3 tan Ko'
apres maints compulsoires, De rky ~s C a t pioIU '-
proces-verbaux et pour o E- Ers.sya i*1 r
quelques [dollars] de plus on
obtiendrait ais6ment quelque AL3S jugement sur requete >>. Ne GuVi a jan sa c~ ip ba i
parle-t-on pas de la rancon
de l'infamie: trois millions Prime Espesyal:
de dollars americains et la
promesse d'un portefeuille ALOSKE. Seksyon 100.141,:
minist6riel ( ?...). -ard:ia ,u Pour toutes ces kaZa yo epoerai kanp
raisons et A cause de :
a) la composition ALOSKE kaddaa y3o ki * ka
du BCEN form de ceux-
l1 meme qui ont enfreint
la loi electorale, qu'ils
avaient pourtant jur de fire ALSE pel:sy: n pou kan
respecter; IkSSol "a koe kalte siva
b) la passivity de ek an va kaah '.eriye
l'OEA qui, contrairement a:;ia.w 5 rn 8avE 201
au premier tour, n'a pas an :
reagi aux violations des
recommendations qu'elle Palizaln y P
avait elle-meme proposes ;
c) l'intoxication ENS3ICNK. ren,, KURT S
d'une certain Communaut6e ar. a :A hkapa; k a:'e o I
National et Internationale *ivu I 1.d 12 -', 2'11, epic.
pr6voyant un eventuel bain de
sang selon les r6sultats, ce qui i Dal Lia it
offre une prime a la violence, SF1 29 a-1 2211
monnaie d'echange don't on F 20 1'
veut faire une constant dans SF2 20 ne 21 '
la politique haitienne. SG1 10 ji 11
Et surtout par SG2 24 jeni11
pragmatisme et realisme, car Yor -ap final "., d.cpoze
par devant cesjuges, ce ne sont
point les arguments de fait et -
de droit qui triomphent mais ..r
encore la valse effrenee des ." . '
dollars et de la surenchere. Or .
nous n'avons ni les moyens
pecuniaires, ni la culture , a
de cette pratique immorale
contre laquelle nous n'avons
jamais tergiverse.
Madame Mirlande
Manigat ne se presentera
pas par-devant le Bureau du


Contentieux Electoral ; elle choisit plut6t de d6noncer A la
nation les turpitudes et les vilenies de ces conseillers 6lectoraux
noctambules. Elle esp&re, mais sans trop d'illusion, que
chacun assumera ses responsabilit6s devant l'Histoire, tout en
souhaitant le meilleur pour Haiti.
Andre Michel, av.
Wilmine Raymond Saint-Pierre, av.
Carol Chalmers, av.



ELEKSYON ESPESYAL

POU POS LACHANM

ZANTAN ETA, DISTRIK 110
i la, wbnlItr.-rli.3 a- Selksycit 1,9.11 ak 100.141, Lwa Ford. ak
r S:iisyor F" ad la, dpre pouwaJi 'I.-rtsu n han li, mar pou or
rlih ps And Lacham Rrezan Eil., Distk 110. e!oL nmarde
- Miij.": .arida xLal 1 poi;lk rekore o. ep
r Prirn E ak E sJe ersyIl sila a aAle eaIbl p


24 me 2011 JmernaIEs esyal; 28 Cae 2011
..Ya Roid yo, mete an plans pou T Sekree Dela a e at'i dal yo pov
r Pine Espes al a. Eleksy:Ln Jereral s la a ei Foi. etabi lal y pw
ay yD, ep
i,- Fpa mrni d r :es,' dw etL ni s ,at Wah jan sa a:
149 syati valid
Ida ki kalrly, pa l isd P 's' an fl. I pou SMO bbai sipeL'if;
i ,' ie le-aSib afl pa pta ke n5B )I.m 6 aMOi 201: ki is sipevize
sryav )yo ak s tl rzillha jD eC. s.e- yo tbay D own E e ksyor
1. Fr kairfi.as9cn p pui karnd n.3 ki pap .a'llfz pa3 metde:i syor


al Polilik; $1.781.82


Sarn Pali Politik; S1,187.~8


BRO'.NING SekMrete e:a Fori is %a fikse a~ dekaree ke ia pW
Eeksy;n Espevsyag r 'estyol ' a-a fet de Se arr " avMl 2 1'
I pzU 'ianria y depod e racc ka ia; pse:
WalRatian Koiri
Dal e dzisyoyn a te so i r - 22aril 11
23 a 2C11 - 19 -re20'
20 me 201 - 3 |en 2111
4 jer 20' '~- 2:. jn 2?
9C,.ca apre ke yo kardida te rTpi san opczis,:i"-.le e4!r re, oswa


-NS TallahIsIh e. Kap:!il la 2e-r jCouirm-aar T i2011.



SEKRETI DETA


Page 7


1





LA LOI DU PLUS FORT


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV N' 12


A quand une Onu en faveur des pays du Sud !


MIAMI, 11 Avril- Est-ce qu'unj our onverra l'ONU
se ranger aux c6t6s de dirigeants d'un pays du Sud contre une
grande puissance ?
En Afghanistan, elle est dans le camp des puissances
occidentales.


Tout comme 1'ONU en son organe supreme (Conseil
de s6curitd) n'aborde jamais le problkme de l'embargo
am6ricain contre Cuba alors que l'Assembl6e g6ndrale se
prononce chaque annde pour son abolition.
Mais aujourd'hui surtout on a l'impression que


Jesse Helms ...
Mais il n'y a pas si longtemps ce n'6tait pas aussi
evident.
Quand un s6nateur am6ricaintres conservateur, Jesse


En Libye, elle a autoris6 les frappes
a6riennes des Etats-Unis et des pays de
l'Alliance occidentale.
En C6te d'Ivoire, elle a mend l'assaut
aux c6t6 des troupes francaises contre les i
forces fiddles au president sortant Laurent
Gbagbo. ....
En Haiti, elle est l'interprete fiddle n
des quatre volont6s de nos grands bailleurs. H
C'est done l'harmonie total au point
qu'on pourrait croire que les Nations Unies
sont au service uniquement des plus puissants
de la planted.
Assassinat de Lumumba ...
Comme d6ji au temps de
l'ind6pendance du Congo et qu'on accusait
le secr6taire g6ndral Dag Hammarskjold
de connivence dans l'assassinat de Patrice
Lumumba pour avoir refuse de condamner la -
secession du Katanga, la province minimre la
plus riche du pays. Une rencontre de la Commission intOrimaire pour la reconstruction d'Haiti (CIRH)
Et quand elle (I'ONU) serait tent6e avec ses deux co-presidents Bill Clinton et Jean Max Bellerive (photo Haiti en Marche)
de prendre une position en d6saccord avec la voie traditionnelle l'accord n'avait jamais &te aussi parfait entire 1'ONU et les d'Ivoire !
comme lorsque Israel est accuse d'avoir commis des atrocit6s plus puissants de la planted.
en territoire palestinien que le veto amdricain met fin a toute Une autre consequence de la disparition du bloc
vell6it6. communist (1990) et qui met les rapports plus a nu.


Helms, ridiculisaitjusqu'au nom du secr6taire
g6ndral Boutros Boutros Ghali.
Les Etats-Unis se sont r6jouis a
l'arriv6e de son successeur, Kofi Annan,
mais celui-ci ne facility pas assez la tiche
au president George W. Bush pour entrer en
guerre contre l'Iraq de Saddam Hussein.
Mais aujourd'hui on sent que
l'atmosphere est tout a fait au beau fixe avec
le secr6taire g6ndral actuel, le sud corden Ban
Ki-moon.
Un Clinton ou un Chirac !...
Et m6me que 1'ONU a pour seule
mission d'assurer l'ordre imperial sur toute
la planete
Au point que, 1 oui autrefois on
pouvait craindre ce qu'on appelle un confit
d'int6rets, aujourd'hui on peut nommer sans
h6siter un ex-pr6sident am6ricain comme
envoy special de 1'ONU en Haiti ...
Et pourquoi pas un Jacques Chirac
comme envoy special de 1'ONU en C6te

Haiti en Marche, 11 Avril 2011


Paris : une ceremonie a la memoire de Toussaint Louverture


TOUSSAINT LOUVERTURE
L'Ambassade d'Haiti en France
comm6more le 7 Avril
Les Missions diplomatiques Haitiennes en France et
le Comit6 Urgence et Soutien pour Haiti, ont organism, sous
le haut patronage du Groupe d'Amitid France-Caraibes du
SRnat de la R6publique francaise, une soirde en m6moire de
Toussaint Louverture, le jeudi 7 Avril 2011, a l'occasion du
208ieme anniversaire de sa mort, au Palais du Luxembourg a
Paris, oni siegent les s6nateurs Francais. La soiree a eu lieu
dans la grande salle Clemenceau devant plus de deux cents
invites, qui ont pu voir un film intituld < Toussaint Louverture :
Haiti et la France >.


De nombreuses personnalit6s de la communaut6
haitienne don't le ministry conseiller, charge du consulate M.
Vilbert BWlizaire, des SRnateurs, des diplomats de nombreux
pays comme (les Etats-Unis D'Amdrique, le Sen6gal, Taiwan,
Le Chili, la R6publique Dominicaine, pour ne citer que ceux-
1l), le D616gu6 G6ndral du Qu6bec, la D6put6-PrMsidente du
Groupe d'Amitid France-Haiti, a l'Assembl6e Nationale, etc.
6taient presents.
Dans son intervention, la S6natrice du Bas-Rhin
madame, Fabienne Keller a 6voqu6 l'amiti6 entire les deux pays
et de souligner que Haiti est un grand pays de la Francophonie
: < Je salue les nombreuses associations d'amiti6s entire la
France et Haiti qui sont ici repr6sent6es, elles sont nombreuses


dans le territoire gdographique de la France. Et je salue les
amis d'Haiti que nous sommes tous. C'est le group d'amiti6
France-Caraibes au Snnat qui co-organise avec les missions
diplomatiques haitiennes en France cette soiree. Le group
d'amiti 6 tait trls actif ces quatorze dernires anndes, d'ailleurs
le group sera de retour en Haiti pour deuxj ours le 19 -20 Avril
prochain six s6nateurs front parties de la d6l1gation. >
Dans son allocution, M. Fritzner Gaspard Charg6
d'Affaire a.i pres l'Ambassade d'Haiti en France, apres avoir
rappelk le context de cette commemoration, a soulign6 que la
projection du film sur Toussaint Louverture n'a pas seulement
pour but d'aider a comprendre l'ceuvre et le parcours de ce
(DEVOIR DE MEMOIRE / p. 12)


GH,'-GT7PES


Page 8


Genyen asirans pou tretman




dan a bon mache... pou




mwens ke 1 dola pa jou.






Telefone reprezantan Humana

w lan jodiya menm!

Mike Bully

561-389-0813


8 a.m. 5 p.m.HU AN
S,-- HUMANA.


PB 3V11




Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 12


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


r 12 janvier 2010, la Banque Nationale de CrEdift(BNC) sali ;
de toutes les victims du tremblement de terre, en generalet ceile dE-t -:�
ses employes, clients, partenaires et amis, en particulier. :.


La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au
pays et aux families si durement 6prouv&s par cette catastrophe.

Les soubresauts de l'annne 2010 n'affectent nullement l'ardeur de votre
banque a vous accompagner dans le financement de vos projects et A par-
ticiper aux efforts de regeneration de la richesse national. Sa mission, apres - .
cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble . ---
Bla reconstruction de notre pays.
B :oefarenaire... .pou lrcos t..,H-,
,ir, , 1- -- ..'...... ...' ^: .
BNC: Votre partenaire pour la reconstruction d latti. .-�..
.. . . ... .......... .....-


- ~,- w -; .r:_ -��
-�� F; r_*.. ~ �,~.c ~e
0=~~~ --
f lic~~ ai~.~**


Page 9


r
.2:.
S .-;


--
sC-;..L* 2,..
~-Z c~* .......


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - - - - -- , - - - , - - - - - - , - --- - - - - -- - - I


IiLTI�





ACTUALITES EN MARCH


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 12


Double nationality : c'est le moment !


Miami, le 5 avril 2011 - (AHP) - Prenant part comme
pandliste A la conference annuelle sur la reconstruction d'Haiti
A Miami, le ministry des Haitiens vivant A l'Etranger a affirm
lundi que les grands dossiers politiques de la diaspora devraient
6tre prioritaires pour la 49%me 16gislature, exhortant du coup les
parlementaires A approuver les amendments constitutionnels
relatifs A ce secteur.
Selon Edwin Paraison, l'ex6cutif a faith son travail
en soumettant un project de r6forme constitutionnel int6grant
la question de la double nationality r6clamde par les Haitiens
ayant acquis une autre nationality ou des citoyens d'origine
haitienne ndes A l'6tranger jouissant du < sans
pouvoir en meme temps conserver la nationality haitienne qui
leur est chbre A travers le <>.
< A partir de la decision qui sera prise par la 49e
16gislature, ce problkme sera r6solu >, soutient le ministry qui
se montre confiant dans les prises de position et promesses de
diffirents parlementaires, toutes tendances confondues, lors
d'activit6s effectudes en diaspora.


< totalement favorable A la diaspora, particulibrement apres le
tremblement de terre >, a faith observer Edwin Paraison qui a
6galement mis en evidence les promesses sur ce dossier faites
par les deux finalists du 2e tour de l'l6ection pr6sidentielle,
Mirlande Manigat et Michel Martelly, avant que soit connue
la victoire de ce dernier.
A ce propos, le ministry a rappelk que l'apport
financier de la diaspora a &te important pour les candidates
A tous les niveaux lors des elections. < Evidemment si les
candidates A la pr6sidence ont &t6 plus fortement appuyds,
cependant des membres de la diaspora ont aussi collabor6
financibrement avec des candidates au s6nat et A la d6putation,
particulibrement ceux de l'int6rieur du pays >, a-t-il ajout6.
Pour sa part, l'homme d'affaires Fritz Clairvil, de la
fire < Path to Haiti > et Directeur ex6cutif de la Fondation
d'ceuvres sociales de l'entreprise SIMACT, a plaid pour une
plus large integration de la classes entrepreneurial haitienne
se retrouvant aujourd'hui en diaspora.


II faith 6tat d'investissements par millions en Haiti du
group 6conomique auquel il appartient, notamment dans le
tourism, avec l'H6tel<< Cap Lamandou > a Jacmel (Sud-est),
et aussi dans les mines et l'6nergie, se montrant ouvert aux
alliances strat6giques pouvant garantir la croissance des affaires
en g6ndral et la participation d'actionnaires de la diaspora.
Organisde pour la deuxibme fois cette annde au
Centre de conventions de Miami, cette conference annuelle
sur la reconstruction d'Haiti se tient durant troisjours avec la
participation de plus de 130 exposants dans 45 panels, selon
Kathleen FMlix, responsible de liaison de << Fonkoze >, une
entreprise de finances populaires et coordonnatrice du panel sur
l'implication de la diaspora dans les projects de reconstruction
en Haiti.
L'installation de la 49e legislature est fix6e apres la
publication des r6sultats d6finitifs des elections le 16 avril
prochain. I1 est pr6vu, a dit le ministry Paraison, que les
amendments constitutionnels soient ratifies avant l'entrde
en function du nouveau chef d'Etat le 14 mai.


Reconstruction d'Haiti: Bill Clinton s'entretient avec Martelly
AFP (8 Avril 2011) L'ancienpr6sident amdricain Bill Max Bellerive. les infrastructures du pays.
Clinton, qui co-pr6side la commission pour la reconstruction Pour sa part, Bill Clinton, qui a visit des projects en < d'Haiti (CIRH), s'est entretenu vendredi A Port-au-Prince course dans le cadre de la reconstruction, a appelk les bailleurs honorent leur promesse, oui il est important que tout le mond
avec le president dlu Michel Martelly sur les progrbs de la A honorer leur promesse A Haiti. aide. Mais enfin de compete, l'avenir dupeuple hatienest entr
reconstruction du pays, ravag6 en 2010 par un s6isme. II a indiqu6 que 87 projects de reconstruction 6taient ses mains>>, a d6clard M. Clinton, qui s'est 6galement prononc
< regardais avant et maintenantje peux dire A la CIRH: "voici la apres le s6isme qui a tu6 prbs de 250 000 personnel et d6truit
direction qu'il faut prendre, voici ce que veut le people haitien
etj'attends des r6sultats. S'il n'y a pas de r6sultats, on verra E lecti s B ill C linton sa
quelle decision prendre"�, a d6clard M. Martelly A l'issue de Elections en Haiti: Bill Clinton sale
la rencontre avec les deux co-pr6sidents de la commission,
Bill Clinton et Jean-Max Bellerive, l'actuel premier ministrehi n. 1u "petit m miracle" devant I'O N U
hatien. petit


Michel Martelly, don't la victoire au deuxibme tour
de la pr6sidentielle n'a pas 6t6 contested par sa concurrente
Mirlande Manigat, a aussi discut6 de la transition avec Jean-


L BoapM Ctentre uti &iMS tersirns wns ba mle
in uwin do I petiqu inkniir do l rijif w doa.
mni dednnwk r wlin*ie& dekabiiWt k prix. Sm
pinipal stumer & pati maiire mI deppis 199
hb ntB nu banqu s& h pl d ins qi; I'mlA km.
O6le aD 9oIbmTl rM5a dM inflrvmimaS isaso 6
m"chech s des C poudr ot*wirverde dIes iis" ,
Wi I'oCaletiF & wot wein pwrit. Ound k
rwOesan reisig, k BHIM pewl *oflmt re!wrir
k h otim darns l tjrx d Sriwrw oLgsoioe.

Pear a miwu oimed noaisdtie di pqus monlirnft
d fA La taRH mene do .6gtiw ui m%
Minise u I'sl sMie t fines a oui W a lt
a* uW st u &Mi n fnemil dTi
m i, t(es . laesw mktItre p, engrn6t pr
de Br, opplh (A Ma isUmt *, ' c trst
k GouwmbM &rs M Bin ad MB milft& M uo


Au pl & 6 la i0M r N1 d o upiMiot
bomiS Ih ladm rmrimwri n ar tids 29 & 32 L
m 6i wHpiqur a i I'rtid 43 l dirAt iIi 14i nom-
Ir 1980 rbia rafnhgn f ohdicmmsnl Imqus, a
kI panDi IfipedHfr [B-Hi d In Semettre I m
rigirw doe nmm prudufal.

UI Bonqw (Mltr A Is'Osim aid qu. Is inliBa6
finumiur repLtmnl de am mR ms dalStw&
hir Adii n laBnltrbon &s riqlsf de ai. &6 b
q a Kiti i a l puur i poti de chang id la kr
mAde gefian. La GtI podt Flml i
rimptiow riguire dr bu nqtaw 5wU pla, t oy
Ap6MkI d rMbmissn dispnvrs q w pSk on
-pii h amiunrik d'lnformai n Fi ancit
n Irque ess qu' up oppopriihn.

En w qudi&e u bauir de rM( I fti 37 ia b te
giqa ), la ItH lir bh ainpl corar db tmUrt5 I
ibseluns blcikthiispuI.aLI Btsdrmgede b
k al de rik lt i ewi wm &Bawnt pwr
it kops Odk a muI l3l0. nlerW r s ud n I

...iB'MIMMMRtltH~o llU lrdid 3u ^


x
e
e
e


NEW YORK (Nations unies) - L'6missaire particulier miracle", et a appelk le nouveau pouvoir issu des elections du
de 1'ONU enHaiti, l'ex-pr6sident amdricainBill Clinton, a salu6 20 mars A pratiquer la transparence.
mercredi la transition politique haitienne en la qualifiant de "petit M. Clinton doit se rendre en Haiti jeudi et rencontrer
A Port-au-Prince le pr6sident-dlu Michel Martelly, qui prendra


U Ianqw C( fuoMle md que IW hisOfhiMw
flnaWm rpndt HK ar m nmimik nM I
Iwr cpi 6 Omtrais ds risp d rdA, 6 b
q" dH r J* 6 i kr pzitwo de oi&Vmi 6 Ior
umbde bsoAn. Lo B pred s6dbmasl &
imqe dim Um &s, kique ini Sr pl6r, n y
d6p detr des minsion rif-pedeur, que n W pbi, on
-eW h umMun cin d'hinfrmati finwrm
men riqqu 'le juA pg oppoprim.

Sa qslbat do honqur ik roe I a"i 37 do h lo
agponit h Sll mil t t ap Coumm d wleorin ls
istlg-ns i (codivius pubpu. B om dispe de la
Waf des rwtcls k I'tot el wtais dsaemnwt pwr
t omp; de IWd I Mes nW dIs oils d &
d"n. e iil assj fonae de tdmine de tite
Msewnr 6 c en( lifts p uqui [oCwic 38]).

In UM I orie wMe a emigaasoia ift

m&*e6aatiw. I e d lk plirt d4e rsmfu
turin., hisqus nrlrmt -1 slmadl r mdmrnisr
b aike 6i rig misn d speia du &KWNarW
finlmNir, llis aMr I mire kile b fnt de
-Iinrt a rclfiuWiKH na glatiaiMle p.r dI
pqroriammg do g io n 0bnr':

* klfifak pri.acanioitrtf
* aurn ueM milre w iihgrni de uamuwn
I1bWdoisr & EordI dnS opMniWos rl
tr#d~nen de rdronifon;
* pfwrnmuoir fmirtiscm e ratiei

no-nt, i d rqogmmws Finorim of t
. rwrlrdofi it mr wpi s i h'$tMr;
4 airlirtr rferixonnwtl physique * ioa'Il
* IB uIan K hWWsfN Si) hmi l


La *nOle 1 10 Ium



m LA . . i'-.-


ses functions mi-mai.
"Parfois nous nous concentrons tellement
sur les problkmes que nous oublions de voir les
petits miracles", a d6clard M. Clinton devant le
Conseil de s6curit6, A propos de l'l6ection de M.
Martelly A la pr6sidence haitienne.
M. Clinton, qui co-pr6side 6galement une
commission consacree A la reconstruction d'Haiti,
a d6clard que des progrbs avaient &te accomplish
dans ce domaine.
Mais, tout come le secretaire general de
l'ONU, Ban Ki-moon, a i insist sur le faith que le
gouvemement devait faire preuve de transparence
dans la gestion des milliards de dollars de fonds
consacr6s A la reconstruction.
"I1 est important que nous fassions cela de
manibre A renforcer les capacit6s du gouvemement
haitien et la confiance des gens au course du
processus", a dit. M. Clinton.
La transparence, a-t-il dit, est crucial
"pour que les donateurs aient vraiment confiance
et que les Haitiens voient les maisons sortir de
terre, que des Haitiens soient embauch6s et que des
partenariats soient mis en place avec des entreprises
haitiennes".
M. Ban a insist de son c6t6 pour que
le gouvernement de Michel Martelly change
le systeme judiciaire haitien, qui present de
"profonds dysfonctionnements".
"Les Haitiens attendent du nouveau
gouvemement et du nouveau parlement qu'ils
soient a la hauteur", a dit M. Ban, appelant le
parlement haitien A montrer qu'il est "ddtermind
A apporter le changement" en modifiant la
constitution d&s maintenant, sans attendre que M.
Martelly entire en functions.
M. Clinton a 6galement appeal aux dons
de la communaut6 international pour aider le pays
--le plus pauvre du continent am6ricain-- victim


(MIRACLE / p. 13)


Page 10





Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 12


LES PETITES ANNONCES


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de 1'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouverance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse H rard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.fdd.e. delmas@gmail. com
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 3444-2001


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)

Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


Le Manolo Inn
DANS LES NIPPES
1kDk IdouuFIre id phap
* Rmhm tol amEn1rl my"
air candilioofi -alle de
bob aftona . ,,
C (simoo d&iwgIrdplirl,
par "-w Graid CbeIp
1A sel do Burrl
L ot Ponb d eiore
Dutrfaumv e &Am I
E& Pet Eglu do Ptit
'ea damusl de d 174-


Journee mondiale de la sante

En Haiti, la sante est un luxe, selon Medecins du Monde


Jeudi 7 avril 2011


Communique de MdM
Soumis a AlterPresse le 6 avril 2011
La sante n'a pas de prix mais elle a un coft. Et un cofit
de plus en plus difficile a surmonter pour les plus vulndrables
que ce soit dans les pays dits riches, ou dans les pays les
moins d6velopp6s. Pour des millions d'individus a travers le
monde, l'obligation de payer pour acc6der aux soins repr6sente
une barribre financibre infranchissable et une des principles
causes d'appauvrissement. Chaque annde, plus de 100 millions
d'individus basculent dans la pauvret6 suite a des d6penses de
sante trop lourdes (chiffres OMS). Cette rialit6 s'exprime avant
tout dans les pays hfaibles revenues, comme c'est le cas en Haiti
Selon le rapport sur le D6veloppement Humain
du PNUD (Rapport sur le D6veloppement humaine 2010),
Haiti est un pays a d6veloppement human faible et avec une
distribution du revenue fortement in6gale. 72% de la population
vit avec moins de 2USD par jour et la population n'a que
difficilement aces aux soins
Le taux de mortality infanto-juv6nile, c'est-a-dire le
risque de d6ces avant l'Age de cinq ans, est de 86/1000. En

La puberty a 8 ans,

c'est possible?
A tout just 8 ans, le corps de votre enfant se
transform, comme si sa puberty debutait deja... Au secours,
docteur, mon enfant grandit trop vite !
Chez la fille, les premiers indices (pilosit6,
d6veloppement des seins) apparaissentvers 10 ou 11 ans. Chez
le garcon, les caractbres sexuels secondaires (augmentation du
volume des testicules et de la taille de la verge) s'observent
un peu plus tard, vers 11 ou 12 ans. On parle de puberty
prdcoce quand ils surviennent avant 8 ans chez la fille et
avant 10 ans chez le garcon. Six mois aprbs, ils sont suivis
d'une acc6l1ration de la croissance. I1 est done trbs important
de surveiller r6gulibrement (deux fois par an) la taille de
l'enfant d&s 8 ou 9 ans, chez un p6diatre ou un g6ndraliste,
et de consulter d&s l'apparition de tout signe pubertaire.
Parfois, la pilosit6 se d6veloppe relativement t6t, vers 8 a
10 ans, sans qu'elle soit accompagnde d'autres signes. Dans
ce cas, la puberty se fera a un age normal, la taille definitive
n'en sera pas perturb6e et aucun traitement n'est n6cessaire.
I1 n'y a done pas a s'inqui6ter. Chez les filles, une poitrine
naissante a 9 ans peut etre simplement le signe d'une puberty
en advance, qui ne n6cessite pas de traitement particulier.Elle
a d6ji ses regles...Les jeunes filles trbs rondes ont souvent
leurs premieres regles plus t6t que celles qui sont minces. En
cause ? La suralimentation, et done un apport plus consequent
en nutriments, ainsi que les s6cr6tions hormonales du tissu
adipeux, fonctionnant comme une glande endocrine. Mais,
dans ce cas, il ne s'agit pas d'une puberty pr6coce et l'enfant
n'a pasbesoind'etre m6dicalement trait6.AuXIXe siecle, l'age
moyen des premieres regles chez les filles tournait autour de
15 ans et, au debut des anndes 90, de 13 ans. Une amelioration
due essentiellement a l'aimentation : les enfants n'ont jamais
v6cu de p6riodes de restriction, comme en connaissaient leurs
ancetres.


d'autres terms, en Haiti, environ un enfant sur douze meurt
avant d'atteindre l'Age de cinq ans. Mais pour les enfants les
plus pauvres, ce taux atteint 125/1000 naissances vivantes.
La mortality matemelle reste parmi les plus 6lev6es
au monde avec 630 d6cds pour 100 000 naissances vivantes.
Seules 26% des femmes b6ndficient d'un accouchement assist
par du personnel qualified mais ce n'est le cas que pour 6,4%
des femmes les plus pauvres.
Avec en moyenne 5,9 m6decins ou infirmiires pour
10 000 habitants et 6,5 professionnels de sante pour 10 000
habitants, Haiti est loin de la norme minimal de 1'OMS de 25
professionnels pour 10 000 habitants.
En Haiti, la sant6 est done un luxe. Face a cette
situation le Ministere de la Sante Publique et de la Population
et le Gouvernement d'Haiti soutiennent la mise en place de
plusieurs projects visant au ddveloppement et a la consolidation
des dispositifs de protection social en sant6.
Ces initiatives mobilisent des resources financieres
qui couvrent les cofts de services de sante en les rendant
gratuits pour l'usager, principalement, pour le moment, pour
les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans.
Ces initiatives doivent ttre soutenues par les bailleurs

Cancer de la prostate :

un depistage trop

systematique ?
Une nouvelle 6tude publiee sur le site internet du
British Medical Journal indique que le d6pistage syst6matique
du cancer de la prostate chez les hommes n'aurait finalement
qu'un faible impact sur la mortality lide a ce cancer. Ainsi,
certain chercheurs suggerent que le d6pistage ne soit pas
pratiqu6 de maniere syst6matique.
Le d6bat sur le d6pistage du cancer de la prostate
est relanc6. Une nouvelle 6tude publi6e en ligne sur le site du
British Medical Journal suggbre en effet que celui-ci n'aurait
aucun impact significatif sur la mortality dans la maladie. Des
r6sultats qui ne font que confirmer ceux d'une pr6c6dent etude
qui indiquait que pour pr6venir un seul d6ces, il fallait d6pister
1.410 hommes et en traiter 48.
Selon Santelog, des chercheurs de l'Institut
Karolinska, en Subde, se sont pench6s sur les donndes de
9.026 hommes Ag6s de 50 a 59 ans conserves dans le registre
national suddois du cancer. Entre 1966 et 1987, 1.494 hommes
ont &te sdlectionnes au hasard pour subir un d6pistage biannuel
par toucher rectal les premieres fois puis par toucher rectal et
par test PSA (test sp6cifique a la prostate). Les hommes n'ayant
pas &te tests constituaient le group t6moin.
Des 1996, pour le 4e d6pistage, seuls les hommes
ag6s de 69 ans et moins ont &te invites a effectuer les tests, leur
taux de survive 6tant alors observe jusqu'h 2008. Finalement,
les chercheurs ont constat6 que 5,7% du group des hommes
surveill6s ont &te diagnostiqu6s pour un cancer de la prostate
centre 3,9% des hommes dans le group t6moin. Si dans le
group d6pist6 les tumeurs sont souvent plus petites et plus
localisdes, le taux de survive global n'est pas different entire
les deux groups.


de fonds et appuydes sur le terrain par les ONG et la soci&te
civil. Elles doivent aussi progressivement se d6velopper vers
un aces universal aux services de sant6. La protection social
en sante doit devenir la base de la reform du system de sante
et de la reform de son financement
M6decins du monde porte un message simple a
l'attention des membres du G20 qui se d6roulera A Cannes en
2011 : "La sante n'est pas un luxe". Alors que la promotion
d'un socle universal de protection social est a l'agenda de ce
G20 pr6sid6 par la France, il est crucial que l'acces pour tous
a une couverture du risque maladie prenne toute sa place dans
le d6bat et qu'il en ressorte des engagements.
En amount du G20 et a l'occasion de la Journde
Mondiale de la Sante, le 7 avril, M6decins du Monde
lance sa champagne : < La sante n'est pas un luxe > - www.
lasantenestpasunluxe.org
M6decins du Monde mbne plusieurs programmes en
Haiti depuis 1989. Depuis le s6isme du 12 janvier 2010, ces
programmes sont mends par des 6quipes de MdM Argentine,
MdM Belgique, MdM Canada, MdM Espagne, MdM France,
MdM Suisse.


Hypertension arterielle :

trop de patients

s'ignorent encore
Mots cl6s : Hypertension Art6rielle, Pr6vention,
Ob6sit6
Favorisde par l'6pid6mie d'obesit6, elle reste
encore trop souvent le des accidents
cardiovasculaires.
Selon une 6tude publi6e en f6vrier, l'hypertension
art6rielle fait 7 millions de morts par an dans le monde,
et le nombre d'hypertendus devrait atteindre d'ici a
2025 1,5 milliard ! En France, 31% des 18-74 ans sont
hypertendus, indique l'enquete ENNS de 2007. < 15 millions d'hypertendus connus, 12 sont traits par des
m6dicaments, mais la pression art6rielle n'est contrl6ke que
chez la moitid. Et un hypertendu sur deux ne connait pas son
6tat>, indique le Pr Xavier Girerd, cardiologue (CHU Pitid-
Salpetribre, Paris). La marge de progrbs est done forte.
Maux de tate, bourdonnements d'oreilles, <
dans les yeux... L'hypertension ou HTAse manifeste seulement
lorsqu'elle est d6ji s6vere, que la pression art6rielle d6passe
largement la normal, soit 140/90 mmHg. Ces deux chiffres
experiment la pression exerc6e par le sang sur les parois des
artbres: le plus l6ev6 quand le cceur se contract et 6jecte le
sang (PA systolique), le plus faible quand il se relAche et se
remplit (PA diastolique). L'hypertension m6connue ou n6glig6e
s'aggrave inexorablement. Elle provoque un vieillissement
acc616rd et irreversible des artbres, endommage aussi certain
organes cibles -cerveau, coeur, reins et yeux- et expose a des
complications: accident vasculaire c6r6bral, infarctus du
myocarde, insuffisance cardiaque ou r6nale, art6rite.


Page 11


T4Mpbues: 566-5361
411-7108 1 514-SMg


In tprthe i clputm
pour )ma lemL


ADOMI PURCHASING AGENCY

Tel. : 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour tous vos achats:

Equipements pour construction I Pieces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


.x~xx Ix --l - 1 1 v -






LIBRE PENSER


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 12


o On ne paiejamais trop cher une bonne legon >
Anonyme

Chers amis lecteurs, je voulais laisser passer cette
semaine. Ne rien dire. Fuir. Oublier mes propres r6alit6s
pour m'enfermer dans le virtuel. Je voulais meme me gu6rir
de cette obsession fantaisiste qui veut me faire croire que la
redemption d'Haiti est possible. Je pensais meme me d6rober
a cette merveilleuse obligation de r6pondre a l'attente de ces
amis/es lecteurs et lectrices qui ont fait de cette chronique
hebdomadaire un point d'ancrage a la r6alit6 social de
notre pays. Je pensais n'avoir rien compris a la dynamique
social qui a impose un candidate centre tout pronostic, defiant
toute logique de coherence politique. Cependant, au fil des
conversations avec des vieux amis, avec des connaissances, je
me suis rendu compete que l'inertie des soci6t6s humaines les
rend vuln6rables aux changements brusques. En moins d'un
quart de siecle la complexity de la soci6t6 haitienne est devenue
si grande et un si grand nombre d'individus,jeunes, trbsjeunes,
et meme des moins jeunes, se sentent si tellement ignores
que leur seul espoir est de s'accrocher a celui auquel ils se
sentent identifies. Si en plus << l'individu > auquel ils se sentent
identifies leur permet d'assouvir leur soif de < vengeance
social >, tout est alors dit. Et, celui-lh, ils sont capable de le
d6fendre a coups de coude, a coups de machette, a coups de
poing. Gare a ceux qui se mettent de travers.
Enfin chers amis lecteurs, cette semaine, je voulais
parler de notre grand stratbge, le premier qui osa croire que
ce pays pouvait faire quelque chose de grandiose. Conqu6rir
la liberty. Se la faire sienne. I1 nous dota de notre premiere
Constitution. I1 nous fit savoir qu'il 6tait le < Premier des
Noirs > et qu'il pouvait s'adresser, a tout autre repr6sentant de
tout autre people, sur le meme pied d'6galit6. I1 voulait faire


Climat: Previsions

annuelles des ouragans

pour la saison 2011
Les provisions annuelles pour la saison 2011 des
ouragans viennent d'etre publi6es par la Colorado State
University. Dans son dernier rapport, les chercheurs de
l'universit6 font savoir que les informations obtenuesjusqu'en
mars 2011, indiquent que la saison 2011 des ouragans pour
l'Atlantique va avoir nettement plus d'activit6 que le moyenne
des saisons entire 1950 et 2000.
<< Nous estimons que 2011 aura environ 9 ouragans
(moyenne 5,9), don't 5 ouragans majeurs de cat6gorie 3-4-5
(moyenne 2,3) et 10jours d'ouragans majeurs (moyenne 5,0),
16 tempetes nomm6es (moyenne 9,6), 80 jours de tempete
nomm6e (moyenne 49,1) et 35 jours d'ouragans (moyenne
24,5) >>.
Le rapport precise que < ouragan majeur (cat6gorie 3-4-5) suive la route des Caraibes
(10-200N, 60-880W) est de 61%, comparativement a une
moyenne de 42% le siecle dernier >>.
La probability d'avoir : une tempete tropical est de
95% comparativement a 82% (1), un ouragan de cat6gorie
1-2 77% comparativement a 57% (1), un ouragan cat6gorie
3-4-5 91% comparativement a 42% (1). Tous type d'ouragan
confondus la probability est de 91%, comparativement h 75%
(1).
(1) sur les 100 dermires ann6es

HL/HaitiLibre



Une cerelmonie

a la memoire de

Toussaint Louverture
(DEVOIR DE MEMOIRE... suite de la page 8)
grand humaniste que fut Toussaint Louverture, elle est aussi
une invitation a la r6flexion sur certaines valeurs qui ont pu
constituer les grands id6aux de la pens6e louverturienne.
Dans cet ordre d'id6es, le charge d'Affaires a.i en
a profit pour 6num6rer quelques unes de ces valeurs : sa
grande capacity d'organisation, sa capacity de rassembleur,
son respect de la dignity humaine, son sens pragmatique, son
esprit de sacrifice, son humanisme, son sens pouss6 de l'oquit6
et de la justice social, sa recherche constant d'une grande
cohesion social.
Autant de valeurs qui sont, pour le Charg6 d'Affaires
ai, toujours d'actualit6 et qui pourraient inspire les futurs
dirigeants du pays en vue de conduire Haiti vers le chemin
irreversible du d6veloppement.
Le Charge d'Affaires conclut en formant le vceu que :
<< L'accession a la Premibre Magistrature de l'Etat,
de son Excellence, M. Joseph Michel Martelly, Pr6sident 61u,
puisse contribuer a rendre effectifs les id6aux de ce grand
home que fut Toussaint Louverture.

La soiree a 6t6 suivie d'un cocktail.

Maguet DELVA Attache de press, Responsable de la
communication et des relations publiques Ambassade d'Haiti
en France 10 Rue Theodule Ribot 75017 Paris


Le ons !
de ce pays un pays modeme, sans complete, face a ceux qui
ont toujours symbolism le pouvoir : le blanc, la technologies,
l'argent. II fut trahi. Renvers6. Cependant, les racines etaient
profondes et nombreuses. Le 4 avril m'obligea a laisser le
7 de c6t6. J'ai 6t6 done oblige de changer mon texte car les
r6sultats 6taient complktement difffrents de ceux auxquels je
m'attendais. Trop d'6cart. Une leqon trop difficile a dig6rer.
Il y a trop de lemons a tirer de ce r6sultat. Il ne s'agit pas
simplement du choix d'un Pr6sident et il ne s'agit pas non
plus d'un < cheque en blanc >> un < Individu > pour qu'il
fasse et d6fasse grice a la majority comfortable qui l'a choisi.
Non. Ce serait trop simple. Il y a une lecture plus profonde a
r6aliser, et il faut le faire sinon nous risquons tous de < p6rir >.
II faut toujours tirer une leqon de tout processus de selection
surtout s'il s'agit d'61ections. Et celles-lh, il faut le dire et il
faut l'admettre nous permettent d'en tirer. Des lemons. Des
conclusions.
Nous avons tous 6chou6 chers amis lecteurs et chores
amies lectrices. La symptomatologie des changements, qu'ils
soient financiers, sociaux, politiques ou m6me naturels, est
toujours d'une clart6 m6ridienne mais nous, handicaps
sensoriels, jouissant de tous les privileges possibles, nous
faisons de notre mieux pour 6viter d'y pr6ter attention. Le
monde arabe a explos6 en moins de 3 mois. Les signes avant-
coureurs 6taient 1l mais nous ne les avons m6me pas remarqu6.
La crise financibre a englouti les avoirs, les r6ves et m6me
le v6cu de milliers d'individus qui croyaient que le system
fonctionnait, a la fois que des malhonn6tes du genre Maddoff
ou Georges Th6odule (plus prbs de nous Haitiens), connaissant
parfaitement les points obscurs du systeme, s'enrichissaient aux
d6pens d'honn6tes gens trop cr6dules. La loi n'a pas poursuivi


P-au-P, 6 avril 2011 [AlterPresse] --- Un quart des
sinistr6s vivant actuellement dans les camps sont menac6s
d'expulsion, selon les dernires informations foumies par
l'Organisation Internationale de la Migration (OIM).
PrMs de la moiti6 des personnel qui s'6taient refugi6es
dans des centres d'h6bergement apres le s6isme du 12 janvier
sont parties. Au mois de mars, 680 mille sinistres sont recens6s
par l'OIM, contre 1,5 millions au lendemain de la catastrophe.
L'organisation a indiqu6 le 5 avril dernier que 166
mille parmi les sinistr6s qui vivent encore dans les camps
ont 6t6 invites a partir par les propri6taires des terrains qu'ils
occupent, au risque d'etre expuls6s.
<< I est manifeste que beaucoup de personnel quittent
les camps sous la contrainte et que les expulsions forc6esjouent
un r6le de plus en plus important dans le retrait des populations
des camps >, souligne l'OIM, ajoutant que l'accroissement
des expulsions surpasse la capacity du gouvemement et des
organizations humanitaires h offrir des solutions de logement.


Jeudi, 07Avril 2011 HPN
La revocation mardi de trois employs de la TNH fait
des vagues dans la press. Ces derniers disent avoir 6t6 mis
a pied pour des raisons politiques alors que le directeur de la
t616vision d'Etat 6voque des << insuffisances professionnelles
>. Mercredi, Eddy Jackson Alexis, Josias Pierre et Jacques
Innocent, trois employs de la T616vision national d'Haiti, ont
rapport dans les medias avoir ont 6t6 r6voqu6s de la chaine
publique. Une nouvelle qui a fait grand bruit dans les medias,
d'autant plus que les deux premiers 6voquent des motifs
politiques a la base de leur licenciement.
Le journalist Eddy Jackson Alexis accuse le
directeur de la TNH d'6tre un supporter actif du president
Martelly et l'aurait r6voqu6 pour son appartenance politique.
Ce qui est faux, r6pond Pradel Henriquez qui 6voque
plut6t une faute professionnelle du journalist. Le directeur

Robert Parei

comme directed
Port-au-Prince, le 7 avril 2011

Monsieur le Directeur,
Monsieur Robert Paret, Directeur G6ndral du
MUPANAH, vous saurait gr6 de faire parvenir, pour
information, aux organes de press: 6crits, parlds et t6l1vis6s
relevant de votre association, la note de press qui suit.

NOTE DE PRESS.
Monsieur Robert Paret, Directeur G6ndral du Mus6e
du Pantheon National Haitien (MUPANAH), a l'avantage
d'informer la population haitienne, le monde cultural et
artistique en particulier qu'il a, en date du 5 avril 2011, remis
sa d6mission au Pr6sident de la R6publique, son excellence
Monsieur Rend Pr6val.
Cette decision tient compete des dispositions
constitutionnelles qui attribuent au nouveau chef de l'Etat le
privilege de nommer les directeurs g6ndraux de l'administration


t

U


ceux qui leur ont facility la tiche cependant. Et, chez nous, la
crise politique qui dure d6ja 25 ans nous a explos6 au visage.
Enfin, voila une vraie fin de cycle ! Tout peut recommencer
maintenant.
Enfin chers amis lecteurs, je pensais que nous allions
changer. Je voyais d6ja Haiti changer dans la s6r6nit6. Je dois
l'admettre, je me sentais beaucoup plus comfortable dans un
changement qui, avec la complicity de la < Communaut6
International >, allait se faire tranquillement, a l'abri de
soubresauts populistes. Non. Nous avons rendu impossible
le changement pacifique dans ce pays. Depuis 1804. Nous ne
voulons permettre que des changements violent. Nous sommes
prisonniers de nos r6alit6s asym6triques. Nous sommes un cas
atypique. Se rendra-t-on compete que l'on finit toujours par
r6colter ce que l'on a sem6 ? Ce qui pis est, personnel n'a vu
venir ce dernier cas. Sauf nos < Antoine Langommier > de
toujours car ni le < Bwa pi W6 qui dit voir loin ni la < graine
promeneuse > qui dit voir encore plus loin, n'ont rien pu
pr6dire. Voila done pourquoi, un ami d'enfance me disait l'autre
jour que nous 6tions victims de nos propres contradictions.
Nous nous renfermons dans nos erreurs quotidiennes et nous
persistons a croire que nous sommes sur le bon chemin sans
nous rendre compete du risque l6ev6 d'implosion social.
Et, ce sont ces contradictions, ces erreurs quotidiennes qui
provoquent ces changements bouleversants.
Nous sommes toujours temps d'6viterle pire. Donc,
pour le bien de notre cher petit pays, pour une fois, < ramons
tous a la m6me cadence >.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2011


Entre juin et d6cembre 2010, 179 camps 6taient
concerns par des expulsions forces. Mais depuis janvier
2011, dans 68 camps les sinistr6s sont devenus ind6sirables.
Selon l'OIM, 67% des 166 mille personnel sous le
coup de la menace d'expulsionvivent sur des terrains priv6s et
8% sur des terrains appartenant a l'Etat. Les autres, soit 25%,
occupent des terrains don't la propri6t6 reste ind6termin6e.
La commune la plus affected par les expulsions c'est
Delmas (secteur nord), suivie de P6tion Ville (p6riph6rie est),
Carrefour (p6riph6rie sud) et Cit6 Soleil (p6riph6rie nord).
Par ailleurs, sur 450 families qui ont trouv6 un abri
depuis le12 janvier dans l'enceinte du Stade Sylvio Cator, a
Port-au-Prince, et aujourd'hui menaces d'expulsion, 50 ont pu
obtenir un abri transitionnel, les autres risquent de se retrouver
totalement a la rue, informed l'OIM.
Depuis que les premieres expulsions ont 6t6 signalkes
dans les camps, enjuin 2010,234 mille sinistr6s dans 247 sites
delO communes, ont 6t6 touches.


de la station dit avoir demand6C M. Alexis de recueillir les
premieres reactions des candidates Martelly et Manigat apres
la proclamation des r6sultats des elections. Le r6dacteur aurait
r6pondu qu'il ne prendra pas contact avec Martelly.
Pradel Henriquez reproche auxjoumalistes r6voqu6s
de n'avoir pas su dissocier leur appartenance politique de leur
devoir professionnel. II parle d'< pour
expliquer le renvoi du r6dacteur en chef, Eddy JacksonAlexis et
du chef de rubrique culturelle, Josias Pierre, ind6pendamment
de leur opinion politique plut6t favorable a Mirlande Manigat.
Eddy Jackson Alexis a pour sa part d6clar6 qu'il
a essay en vain de contacter les deux candidates a la
pr6sidentielle, mais qu'il n'a pas pu. Plus loin, le joumaliste
d6nonce un d6s6quilibre flagrant entire les temps d'antenne
r6serv6s a Manigat et Martelly durant la champagne l6ectorale.
Une accusation rejet6e par M. Henriquez.

d6missionne

ir du Mupanah
publique (art. 142).
Le Directeur G6ndral du MUPANAH tient a remercier
tous ceux qui, durant son passage a cette noble institution,
lui ont apport6 leur concours et une franche collaboration,
particulierement les membres de l'administration et le
personnel du mus6e.
Robert Paret
Directeur general du MUPANAH



die d i e
I03.3 f am


www. radiomelodiehaiti. com


Page 12


S6isme : Un quart des sinistres

menaces d'expulsion


Media-Elections: La revocation de trois

employes de la TNH fait des vagues


I xxI.- l -





Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 12


REHABILITATION


Dans les deux deniers articles consacr6s a la Confe-
rence Intemationale sur la Reforme Agraire et le D6veloppe-
ment Rural (CIRADR), organisde par la FAO a Porto Alegre du
7 au 10 mars 2006, j'ai insist sur le fait que cette conference
marquait un toumant, tant en ce qui concemait la politique
agricole preconisde (voir Le tournant, HEM, Vol 25, # 10 du
30/03-05/04/2011), que l'attentionaccord6e certaines cat6go-
ries sociales : les femmes, les peuples indigenes, les nomades,
ou a certain themes : l'environnement, la s6curit6 alimentaire
(voir Le tournant 2, HEM, Vol. 25, # 11 du 06-12/04/2011).
Ce virage ne pouvait pas manquer d'avoir une
influence sur la conception mame de la r6forme agraire et
ceci devient evident lorsqu'on compare les documents issues
de la Conference mondiale sur la r6forme agraire et le d6ve-
loppement rural (CMRADR) organisde par la FAO a Rome
en 1979, et ceux de la CIRADR. Dans un document intituld
Contribution de la FAO aux bonnespolitiques etpratiques en
matidre de reforme agraire et de developpement rural : une
vue d'ensemble, Parviz Koohafkan, Directeur de la Division
du D6veloppement Rural a la FAO, et quej 'ai bien connu alors
qu'il 6tait responsible du centre de la FAO au Limb6, done
le ton : Pour reliever les defis poses par le nouveau context
mondial, tout en respectant les principles de la CIRADR ..., un
nouveau paradigme emerge en matidre de reforme agraire et
de developpement rural dans de nombreux pays.
Et d'6numerer les domaines ou la difference est la
plus 6vidente :
* On part d'une conception ou le d6veloppement rural
est principalement une question de production a une
conception ou le d6veloppement rural est principalement
une question sociopolitique.
* On passe d'une perspective sectorielle a une perspective
base sur les moyens d'existence et/ou le territoire.
* La comprehension de la participation passe d'une
approche consensuelle pour recueillir l'information et


Le tournant (3)
identifier les besoins des populations (ce qui constitute
une approche dinstrumentaliste>> de la participation) a un
engagement de tous les acteurs concerns, notamment la
n6gociation du r6le des acteurs et des <
dans les principaux processus de prises de decision.
* On 6volue d'une strategie d'intervention base sur
les besoins vers une strategie d'intervention base sur
le droit (ce qui suppose de prendre en compete a la fois
les droits de la population et leurs responsabilit6s pour
s'acquitter de ces droits, ainsi que des questions de
gouvemance).
* Les capacit6s de d6veloppement autrefois bases sur les
besoins et les compdtences sont maintenant bases sur
les droits, responsabilites et incitations, faisant l'objet de
n6gociations sur le r6le des acteurs et la <,
pour appuyer un partenariat efficace.
Tout cela est bel et bien, mais il y a un problkme.
Je me souvient de m'6tre demand, en entendant certaines
declarations, comment la FAO allait se d6brouiller avec les
autres grades organizations internationales ; j'avais aussi
relev6 la remarque d'un des participants qui disait que ce
n'6tait pas avec la FAO seule qu'il faudrait discuter, mais aussi
avec les < institutions de Bretton Woods >(Fonds Mon6taire
International, Banque Mondiale). Quand on voit le sort fait
aux resolutions de la CMRADR, on ne peut s'empecher d'etre
quelque peu pessimiste.
Revenons au document de Koohafkan deja mentionnd.
Vingt etun ans avant la Confirence du millknaire, la FAO avait
alerted le monde concernant le dofi de la pauvrete et de son
caractere rural, au course de la conference mondiale sur la
reforme agraire et le developpement rural (CMRADR) Cent
quarante-cinq pays y talentt represents - notamment par
quatre chefs d>Etats et 89 ministres - ainsi que des agencies

INTERNATIONAL


des Nations unies, des ',,,, .,. , i intergouvernementales
et des ONG. La conference avait adopt par acclamations la
Declaration de principles et le programme d>action qui ontpar
la suite dtd designs comme la <.
Cette charte pour la pauvrete rurale soulignait que
le developpement rural constitute un probldme global compor-
tant de multiples aspects interrelids, qui doivent &tre abordes
simultandment, par la mise en place d'institutions autonomes
au niveau villageois; la reorientation despolitiques nationals
de developpement au niveau national et; la construction d'un
Nouvel Ordre Economique International au niveau mondial.
La charte souligne les principles suivants :
S L 'objectifpremier de la reforme agraire et du dove-
loppement rural vise a amdliorer la qualitW de la
vie de toutes les populations, notamment les ruraux
pauvres. La croissance est ncessaire, mais ellen 'est
pas .\iftfi.\are ; elle doit etre renforcee a travers
l'dquitW et la participation de la population.

La CMRADR s'est tenue en 1979; vingt sept ans plus
tard, en 2006, meme les plus indulgents doivaient reconnaitre
que ces fameuses << institutions de Bretton Woods > (Fonds
Mon6taire International, Banque Mondiale), qui ont les moyens
de nous imposer leurs vues sur la politique 6conomique et
social que nous devons mener, n'ont pas tenu grand compete
de toutes ces belles paroles. Et deux ans aprbs la CIRADR, les
<< 6meutes de la faim > ont mis en evidence les consequences
ndfastes de cette politique.
Suite a ces Mvenements, la FAO a organism plusieurs
conferences en vue de discuter des measures de redressements
a prendre, cependant les r6sultats sont rests loin en deqh des
esp6rances. Mais ceci est une autre histoire, sur laquelle nous
aurons a revenir.
Bernard Ehdart


Laurent Gbagbo arrete avec I'aide des forces franpaises


Le president ivoirien sortant Laurent Gbagbo a &te
arrete lundi dans sa residence d'Abidjan, mais ses proches et
Paris donnent des versions divergentes du r6le pr6cis joud par
les forces francaises dans l'op6ration.
Cette action s'est d6roulde alors qu'une trentaine de
v6hicules blinds du d6tachement francais "Licome", appuyds
par un h6licoptbre, s'approchaient de la residence oi Laurent
Gbagbo s'6tait retranch6 depuis des jours dans le quarter de
Cocody.
Laurent Gbagbo et son spouse Simone ont et& conduits
a l'h6tel du Golf, siege du gouvemement d'Alassane Ouattara,
le president reconnu par la communaut6 international, depuis
l'l6ection pr6sidentielle contested du 28 novembre dernier.
Selon les Nations unies, a New York, le president
sortant s'est rendu aux forces du president Olu et se trouve
sous la garde des forces republicaines d'Alassane Ouattara.
"Aprbs les mois horribles qu'a connus la C6te
d'Ivoire, le pouvoir 16gitime, reconnu par la communaut6
international, va pouvoir s'installer", a d6clare le ministry
francais de l'Int6rieur, Claude Gudant. "Enfin, aprbs les
malheurs qui ont frapp6, ce pays va connaitre la paix."
Pour le camp pro-Gbagbo, ce sont des forces sp6ciales
francaises qui ont permis de mettre la main sur le president
sortant, qui refusait de c6der le pouvoir a Alassane Ouattara,
don't lavictoire 6lectorale avait &t reconnue par la communaut6
international.
Selon Toussaint Alain, repr6sentant pour l'Europe
du president sortant et qui a le premier annonc6 a Reuters
l'arrestation, Laurent Gbagbo "a &t6 arrete par les forces
sp6ciales francaises et remis a des chefs de la rebellion".


Bill Clinton sale

devant
(MIRACLE... suite de la page 10)
d'un s6isme d6vastateur en janvier 2010 qui a fait quelque
220.000 morts, d'une tourmente politique et d'une 6pid6mie
de cholera.
La communaut6 international avait promise 5,3
milliards de dollars de dons sur deux ans lors d'une conference
des donateurs de l'ONU en mars 2010, et sur cette some, 3,2
milliards ont d6jh t& attribuds, a dit M. Clinton.
"Maintenant que cette election a eu lieu et que la
communaut6 international l'a supervise et a accept et vrifi6
ses r6sultats, je pense qu'il est important que les donateurs
augmentent leurs contributions", a-t-il dit.


"Des chefs de la rebellion ont &td convoys sur place
par les forces francaises qui ont p6n&tr6 dans la residence avec
des chars", a-t-il dit. "Le president 6tait dans son bureau."

VERS UNE REDDITION DES PRO-GBAGBO ?


Laurent Gbagbofaitprisonnierpar les forces de son rival
Alassane Ouattara appuydes par les troupesfrangaises (Reuters)
Un porte-parole du camp Ouattara, Herv6 Cohx,
base Paris, a lui aussi confirm dans un premier temps que
Laurent Gbagbo avait &te "arret& par les forces frangaises qui


un "petit mi

I'ONU
M. Clinton
a 6galement apport6 son
soutien a la demand du
president sortant Rend Pr6val
pour que la mission de
l'ONU en Haiti, a caractere
essentiellement militaire,
bascule vers une mission de
police et de lutte centre le
narcotrafic.


racle"





FAD


l'ont remis aux forces rdpublicaines".
Une version aussit6t d6mentie par les autorit6s
francaises et par l'ambassadeur de C6te d'Ivoire a Paris, Ali
Coulibaly, selon qui ce sont les forces d'Alassane Ouattara qui
ont mend l'op6ration.
Thierry Burkhard, porte-parole de l'6tat-major
francais a Paris, a affirm que Laurent Gbagbo s'6tait rendu.
"Aujourd'hui peu aprbs 15 heures, l'ex-pr6sident
Laurent Gbagbo s'est rendu aux forces rdpublicaines de C6te
d'Ivoire d'Alassane Ouattara", a-t-il dit.
"A aucun moment les soldats de la force francaise
Licome, qui 6taient d6ployds le long des grands axes depuis
ce matin, ne sont entr6s ni dans la residence, ni dans le jardin
de la residence", a-t-il ajout6.
Le ministry francais des Affaires 6trangeres Alain
Jupp6 a confirm que "ce sont les forces (d'Alassane Ouattara)
qui sont entries dans la residence pr6sidentielle et qui ont
proc6d6 a l'arrestation de M. Gbagbo. Les choses sont d'une
trbs grande clartC", a-t-il d6clard a Paris.
Thierry Burkhard a ajout6 que l'ex-pr6sident Laurent
Gbagbo avait &te emmend avec ses proches, don't son spouse
Simone, a l'h6tel du Golf "par les forces rdpublicaines de
C6te d'Ivoire."
Selon une source militaire francaise, le gouvernement
Ouattara a estim6 que l'h6tel du Golf, oi la t6l1vision
ivoirienne a film le president d6chu enbonne sante apparent
et sans menottes dans une chambre, 6tait le lieu oi "il serait
le mieux en measure d'assurer la s6curit6 de Laurent Gbagbo".
"Cela devrait entrainer rapidement la reddition des
forces pro-Gbagbo. A Treichville, un quarter de la capital
6conomique, 200 membres de la garde rdpublicaine se sont
rendus a la mi-journe.
Ali Coulibaly a ajout6 que le president d6chu serait
juge.


83772 NE 2 me Avenue
T61: 305 757 4915

KIKJ VARIETY STORE


LE MA GASIN FOUR TOUTA L 46 8(WCASAGIO i.
N Rpfikiro dv A paluiuu, pur r 8, SUmth. l-PL. A Z. (A FULk, V
BELL MOIIIJ7TY etc....sw...
- Cwuiuecti a IImphmqxivC chZ vnS...

Ouvert
6 Jours
par
sentaine:


8hiOam


7hWOpm


& (L4a1& Bl-
* ku ?Ukld~ IA LIi3W
Ti k-.1 u -q
* Tatqw~


�1~U IL~WTIrM. mA-we. I rqeyr
* . 'JIikml. . I tltCtt. Iau,
4viic1 lkf ~ ~ ~ I


Page 13


ERRATA
Dans le dernier num6ro d'Haiti en Marche, en page 8,
la 16gende de la gravure laisse entendre que celle-ci repr6sente
Maitland recevant la capitulation de Toussaint Louverture. Bien
stir, elle repr6sente au contraire Toussaint recevant la capitulation
de Maitland.
D'autre part, Maitland 6tait g6n6ral de l'arm6e de terre
anglaise, pas amiral.


.x~xx Ix --l - 1 1 v -





LES JEUX


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 12


Allez de CABANE & MLIT , en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais. el ne changeant qu'une lettre par Igne-


U- .....:


E A




E vi
'P Ii

11.1 T.
1 y;
1 Pt


Tro*er z s n c d 3d Per ;es u o c" i t oid e s lW ci a desSu5


221


SCRABBLE
Arrofrgcz los sepi Ictres -cdosSu&9 0
poi.i former un mot fran.ais

AT

OMA

KW

Solutions de la semaine passee
^ REAGINFE_


a od ie
- 3 ~fism


Dan Reil cn mu.-ique

AuP ~Plphft chantant
jourp1 cvdnle uol .Tvde nkn Deop mqln
et PRObtaon Eu.ltnL
Mdfodle Matin avc Marcus


Tnfcirniuiio Intcr6-icw. Anecidvb), lurrw.,ur.
Anaysse
Nqs Chrgnlg&%Us
L'Editorial de Mzic
Au Quolidken nvec Elie
LIAChraniquc Liiibuir ucvec Dominiquc BHatville
Les Spurns avei Azor F1r7nci
Les Invilla du )our~
Mklodic Maiti ihaque xawmedi ct animin
par F6qui6v FRaph.bI


12400-12h3co


I 2h30-2h00




1h.5h pm






5h 30 pm


7h-Sh30


9hM - IOM3



9hOOtm au dlel


LeEiSquede I'AUdfteu
animation Jamcs PrddviI

Le Mid
information avec Aniiu� PicrrmLoauIs
Ct MUiid-M Cm-luiw
Lady BMuCu avec Elsic
Jm.r. Blum Swing. Raliime
Coszt zi Ban on chansons...
Emission dc chansons rrun-3is*

L e o,. Vi-uax Temps
Rctro-Comnpas
svec Doc Danici el C'upiwn Oill
Le Journaldo 5 hurts
ovoc Viltvicl Hcriclou
et M ilkaJean k 31i3ile Desir
MIo'de & Company
D~wkeppiment durate
Mardi avec errnani Ehcan
AmorySah cn Luciani
Soir informations

Notre Grand Concert
Lun- & Mr.: L'hewirv i q'iq
Jcu. & Dim. : Jazzat Tcn
Jud cwrmichwl revok M%~P( invhk
CAvallers. prenez vos dames
(SAreIi) 50 an& de succ9 popul 3ircs haftiens


1a m


En Bref...


(... suite de la page 2)


-11~1


Page 14


LES JUK BEBERNA


T x N
R R L
A A T.
A I


F S



z E
L L


Solutions de la semarne passe

TOUADERA
ACT R IC ES
TI NA
DOLLARS
AGI IL E
NOS E AUI X
N E A N T E
N E T ES


510- 61ih3O

6hW4-ThOOJ


7hOD-9h00


I Oh-Midi


0
Sl


- - - - - Ix xl Ix - -l - -1 -


S A ..t -n% df la

S A P 0N E

S A L I iN E
V A L I S E
BAILIVISE
BIAILIEJ5 E


faisant passer, dans leur discours, pour des ap6tres du changement et de l'inclusion de
la Majority pauvre. >

L'historien Georges Michel victim d'une attaque arm6e
Le docteur et historien Georges Michel a &te attaqu6 mardi (5 avril) par des bandits
alors qu'il allait payer une facture a une compagnie d'assurance dans le quarter de
Canapd-vert.
Georges Michel a requ une balle au post6rieur tire par un voyou qui lui a volk sa
valise. II a pu quand m6me se rendre a l'h6pital du Canap6-Vert au volant de sa voiture.
Notre confrbre a lanc6 un appel aux bandits afin de lui remettre sa serviette qui content
des documents important et son laptop, mais ils peuvent garder l'argent retrouv6
dedans.

Un policies abattu au Champs-de-mars
Un policies a &t6 abattu mardi (5 avril) en d6but d'apres midi par des individus arms
dans l'aire du Champ de mars, au centre ville de Port-au-Prince.
L'agent affect a l'Unit6 de s6curit6 de la pr6sidence (UDMO) a &te tu6 alors qu'il
s'appretait a r6clamer son gain dans une banque de borlette. Peu avant, l'historien
joumaliste Georges Michel 6tait lui aussi victim d'un hold up. (HPN)

Liste des d6putes elus
Lundi, 04 Avril 2011 HPN
La liste des d6put6 6lus lors des elections du 20 mars: Port-a-Piment : Lend Gener
53% Parti INITE Torbeck : Georges Guy Gerard 54 % Parti INITE Camp Perrin: Pierre
Augline 51% Parti Mochrena Port Salut : Sinal Bertrand 56% Parti INITE Tiburon
: Saintima Louinord 51 % Parti INITE Chardonnibre : Lisma Omeus 53% Parti
Liberasyon Coteaux : Dolme Atrel 54% Parti Liberasyon St Jean du Sud : Laguerre
J. Benoit 73% Parti AAA Cavaillon : Dorfeuille Gandy 59% Parti Ansanm nou
fo Aquin : Gerald Bourjolly 51% Parti INITE Les Cayes : Tamis jean Fenel 59%
Parti Reons peyizan Roche a Bateau : Richard Olivar 50% Parti INITE Pestel :
Polite Dieunal 51% Parti INITE Dame Marie : Louis jeune Acluche 52% Parti
Alternative Anse D'Hainault : Joachim Dorelien 52% Parti INITE Jir6mie : Laforest
Rupert 58% Parti INITE Corail: Victor Ronald 53% Parti Respe Bombardopolis
Dorgil Gisler 50% Parti Alternative Latortue : Casius Gros Negre 51% Parti
PONT Port de Paix : Francois Louis Amiot 53% Parti INITE Mole Saint Nicolas :
Dorius Eloune 53% Parti Alternative Saint louis du Nord : Delhomme Louis Marie
54 % Pati PONT Thomonde : Bernado Marie Denise 58% Parti Lavni Las Cahobas
: Siguee Marckens 54% Parti Alternative Mirebalais : Descollines Abel 53%
Lavni Marchand Dessalines : Garcia Delva

Justice : Vers un meilleur traitement des d6tenus ?
L'Office de la Protection du Citoyen et de la Citoyenne (OPC) announce une
amelioration de la situation des d6tenus en Haiti, dans son bulletin trimestriel (janvier-
mars 2011).
Les audiences criminelles sont organisdes r6gulibrement au course de ce trimestre
(janvier -mars) et les audiences correctionnelles sont tenues quotidiennement, indique
le document transmis a AlterPresse.
Cela a permis de traiter et de r6soudre 132 cas et occasionn6 la liberation de 120
d6tenus, relive le bulletin.
Le taux de detention preventive prolong6e pr6sente une baisse, passant de 84% a 70 %,
selon l'OPC.
La collaboration entire l'OPC, la police et la justice est << redynamis6e > et les liens de
l'office avec les ONG de defense de Droits Humains < resserrs >>.
L'OPC announce 6galement une augmentation du nombre de plaintes d6pos6es devant
les instances judiciaires.
Les facteurs qui ont facility ces ameliorations ne sont toutefois pas mentionn6s dans le
bulletin.
Florence Elie a requ du gouvernement americain, le 31 mars dernier, le prix < Femme
de courage d'Haiti >>, pour son travail auprbs des enfants dans les centres d'h6bergement
de sinistr6s du s6isme du 12 janvier 2010. AlterPresse

Michel Martelly, 'une lemon politique'
Michel Martelly est done le nouveau Pr6sident de la R6publique d'Haiti. On connait
ce pays par les catastrophes naturelles qui viennent de loin en loin occuper nos 6crans
de t6l6vision. On connait beaucoup moins l'histoire des interventions ext6rieures,
France et Etats-Unis en tate, qui depuis sa creation, on empech6 ce pays de devenir
une veritable rdpublique. Depuis la "dette" exig6e par Charles X pour indemniser
les pertes de la France causes par l'ind6pendance de l'ile, jusqu'a l'enlkvement
rocambolesque d'Aristide en 2004, organism par la France et les Etats-Unis, et qui
a plong6 le pays dans un chaos social et politique, mettant le pays sous une quasi-
occupation de la MINUSTAH, don't le cofit fonctionnement aspire plus de 80% de
l'aide international. Michel Martelly a beaucoup de travail. Ce pays, autrefois appel6
"la perle des Antilles" est devenu un des plus pauvres du monde aprbs des anndes de
corruption et de pillages de ses richesses par sa bourgeoisie internationalisee, sans que
(EN BREF / p. 16)


,4 11k H ill ( .,I .1-iii. I'll[ 1`1 1111-ti. I ].III
III I'll I - 1 .1-4: 1.::A-QI 222 1 13 3
III if I I -I I w ! it I a It I III I I I I �I 1 11 1 IH I 1Nl%% 11.111�rm iiiri. it- riiIi
I I h I'.., I I � I I k I.- I I" l'i*, ;� ",�- 'k 11,114 , %V I 1,
NVV NN' 0V_ I_.dr I (I i ( III e Im I i c I I a


e, *car Idd ca dovr ew 7/tictsae /





Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 12


Ti Gout pa Ti Gout aik. .\h/mA,/r,


LAVI PIERRE VERNET :
YOUN MANIFES POU LISTWA

Atik sa-a fenk part anba plim Jan Mapou
nan Pawbl Kreybl #2
revi liter Sosyete Koukouy.

Youn grenn zanno kay 6fkv
Nan ane 80 yo, Ayisyen ki te gen chans rantre
Ozetazini t'ap rale mounted youn masuife pa do. Youn bann
entelekty61, pwofesyon61 ayisyen debake KebAk ak Nouybk
pou kontinye karye yo. Gen ki te ale an Afrik ak kontra
Nasyonzini pou y'al anseye nan peyi afriken yo ki te fenk
mare endepandans yo.
AnAyiti nan ep6k sa-ajenes-la t'ap priye Granmt-la
pou yo kite peyi-a. Rezon-an byen senp. Yo fini pase 3-4 ane
nan inivvsite epi yo lage de bra balanse sou beton-an. Pa gen


travay. Se vagabonday. Tout mofn ap triye youn grenn espwa
nan laye lavi miy6 nan peyi etranje. Nanpwenyounfanmiy ki
pa gen youn grenn zanmo 16tb6 dlo.
Soti Okay, rantre P6toprens mwen te tounen youn t&t
pwason nan mitanyounbouyon mimi kote tout aktivite eskelkt
peyi-a ploge. San peditan, nou trase chemen nou. Se konsa an
1965 nou rankontre kek zanmi ki ankouraje nou rantre nan
batay lanng kreybl ayisyen-an. Nou monte Mouvman Kreybl
Ayisyen pou defann lanng nan ak kilti pep-la. Fanm kou gason
kole zep6l pou young konbit lenguistik nasyonal ki pral tounen
yofn nan pi gwo lek6l f6masyon poujenes-la. Apre arestasyon
manm Mouvman Kreyol Ayisyen yo 6 Avril 1969 nan radyo
Karayib, yo lage-n kon vye bal rad sal nan boko fatra f6
dimanch. Grasa dye plis chans nou soti vivan.
F6-Dimanch s'oun tonm nan mitan simityL. Rantre pa
soti. Lojman karanng. Rezidans bawon sanmdi. Si mirak ou
soti, ou tounen youn zonbi san fanmi. San zanmi. Kanmarad
de batay meprize-w. Tout mofln p, ki fr tout mofn p&-w
paske anpil mofn k'ap defann gouvennman-an kondidere-w
k6m moveje, kominis, kamoken ki pran nan ratye politik pale
gouvennman mal. "Nan chemen lonje dw&t, soufltt pa lwen"...

Youn Viza pou Nouy6k
Nan fr demach pou viza, youn despite Jeremi mande-m
$300.00 pou li f-mjwennviza. Kondisyon pase, mwen glise-1
lamwatye; LU mwenbon l'avajwenn rss la. Mwen pate gen
lechwa. An Ayiti Granmoun save yo di nan politik lakay depi
ou chode youn fwa, dezyem fwa-a, se pwenn fr pa. Kidonk,
si ou vie danse sou pikan, se met sapat.

Paspb-m anbabra-m, m' ap mache, kU kontan, mwen
w&-m nan avyon k'ap poze sou teren avyasyon nan Nouy6k
Siti. Nan epbk sa-a se te s61 rv jenes-la. Lakay pa gen lavi.
S'oun pesekisyon. Akizasyon. Prizon. Lanm6. SO1 peche
Mouvman Krey6l se te defans lanng krey6l, lanng matn61l nou
nan radyo Karayib kote nou t'ap ankouraje mofn pale, li, ekri,
itilize lanng yo ak kilti yon an tout sitiyasyon lavi-a. Lanej ak
fredi bilozewo akeyi nou jou swa nou rive nan Nouy6k. Jan
chache. Janjwenn.

Rankont ak Pye Vene nan Nouybk
Nan Nouy6k se youn 16t esperyans. Apre kek mwa
tribilasyon pou adaptasyon; youn zanmi ede noujwenn travay
nan Kennedy Airport, nan seksyon pakin kote gen youn bann
Ayisyen ap travay. La tou, nou lanse. Tizwazo koumanse fr
plim. Ayisyenyo montre nou wout, ban nou woulib, kenbe men
nou nan vil t&t chaje sa-a kote mofln dmi younje frmen,
younje louvri.
Se nan travay nan nuit mwen rankontre ak youn jenn
gason ki rele Pierre Vernet. Youn neg senp. Senpatik, entelijan.
Respektab. You "Milat cheve plim" nou te konn takinen-1.
Li toujou byen pw6p nan inif6m konpayi-an. Andetan
twamouvman, nou vin zanmi. Nou te gen youn bann bagay
ki idantifye nou yofn-16t. Nou tou de se imigran. N'ap travay
pou menm konpayi. Nou se kesye. N'ap travay nan nuit. Nou se
patizan lanng krey6l ayisyen-an. Kidonk nou gen konvesasyon.
Se nan anbyans sa-a mwen te rankontre li. Youn te konn ti koze
1bt. Noubay lodyans, diskite politik, nou ekri, pataje opinyon.
Ansanm nou t'ap prepare demen. Nou vin zanmi. Bon zanmi.
Mwen rakonte istwa mwen ak nan ki kondisyon mwen rantre
Ozetazini. Li rakonte-m kijan li tou rive bout nan Nouybk. Li


te toujou ap etidye nan gwo liv lenguistik. Ak youn lint gwo
loup paske je yo pa t'fin tw6 bon. Nou diskite sou kozman
6tograf krey6l la ki depi nan ep6k 70 yo te koumanse ap pran
f6m. Se konsa, nou te vin aprann Pye te gen gwo kontak nan
16t peyi nan travay pou defann lanng krey6l la. Li t'ap prepare
youn t&z pou youn inivesite an Frans. Inivesite Descartes
ansyen La Sorbonne.

Youn separasyon ki bay chagren
Se konsa younjou li aprann nou, i pral an Frans. Nou
bay akolad. Se ak kU rache nou te separe. E nan lakou-a mwen
te s61 anplwaye ki te konnen pou ki rezon li te demisyonen.
Bouch manje tout manje men li pa pale tout koze. Retounen
li retounen n'aprann Pierre Vernet rantre an Ayiti, kbm
reprezantanInivssite Rene Descartes an Frans. Li t'al fe young
esperyans nan z6n Kotdef. Se te an 1976. Nan 30 sant
alfabetizasyon kote mil de san mofn t'ap aprann li sou youn
alfabe yo te chwazi; mil mofn te vin konn li ak ekri. Pandan
youn ti vizit nan Nouy6k li renmdt mwen youn pwodiksyon
rezilta etid li te fe Kotdefr-a: Ti diksyonne Kreybl-Franse,
dictionnaire elementaire creole Haitian-Francais ki soti nan
edisyon Caraibes. Diksyone sa-a te genyoun ekipjennlenguis
ki te prepare-1 tankou Nougayrol, C (ii, .. , Alexandre, Pierre
Vernet, Henry Tourneux ki direksyonAlain Bentolila
" Ti Diksyonnk krey6l sa-a se rezilta travay on ekip ki sot nan
inivksite "Rene Descartes" a Pari. Travay sa-a fet paske te
vin gen yon kontra ant Inivksite Rene Descartes" la e Institut
Pedagogique National Haitien. "
"Pou ti diksyond sa-a te realize, se nan mitan Ayiti menm
n 'ale nan zon latibonit la tout alantou Senmak. Se la nou made
moun yo pale, e tou sa moun yo di, mo kreyol noujwenn yo, si
pou n 'ta tande toutyoun apre lot,fo n 'tapran swasant b d'tan. "
Nan menm prefas-la yo di "... gen lang ki rich, pa gen lang
ki pov, pa gen langpou blag ak langpou afe serye. Oun lang
se yon zouti ki bon pou tout pyks... Lang yon moun pale, sa
l'te ye, kapab di sa moun nan bezwen. Menm jan an, nou pa
janm bezwen di on bagaypou kreyol la di l'ban nou. Anpi si
vin gen bagay nkfpou di, gro envansyon osinon nenpot ki lot
bagay nou vin bezwen di, kreyol la ap toujou ka sdvi noun nan
bon ti mamit san make kras. "
Nan epbk sa-a krey6l te tankou yon kbk kalite mare
nan pye tab. Syantis Ameriken kou Franse pandan y'ap eseye
kapote bokit mayi-a nan dyakout yo, tou pase ap deplimen-1 an
katimini. Apre lanm6 papa D6k, an 1971, Pep-la koumanse
reveye. Papa D6k ki t'ap sere boulon tout 6ganizasyon kiltir1l
yo, bloke tout gwoupman ki t'ap fe pwomosyon pou lanng
nan swadizan y'ap edike lamas se kominis yo ye, te youn tijan
ramoli apre lanm6 li. Ak Janklod te gen youn 16t f6m ouveti
kiltir61 ki te penmit youn seri atis ak ekriven "angaje" pese.
Men danje-a te toujou la. Nan korespondans nou, chak fwa
youn ekri 16t mo de pas la se paw6l andaki: "Mapou nou nan
bouch lyon yo, veye isit m'ap veye 16t b6." Neg ap mache
sou douz pou yo pa pile tr&z... Lakay ti n4g ap mache S-S.....

Sosyete Koukouy envite Pierre Vernet pou Jounen Kreybl
Chak ane depi 1983, Koukouy yo toujou fete Jounen
Entenasyonal Krey6l agranlijy. You jou refleksyon pou plis
pase 18 milyon mofinki pale kreybl. Koukouy toupatou toujou
sanble pou wonmble anyl yo kote yo chita pou fe evalyasyon
evolisyon lanng krey6l-la ak literati natifnatal-la. Premye
fwa nou te envite Pierre k6m lenguis, plizye 16t fouyap6t te
vin patisipe nan chita tande-a ak Koukouy yo. Se te nan ane
1997. Te genMaximilien Laroche, Kaptenn Koukouwouj, Jean
RobertPlacide, Jean Robert Cadely, Yves Dejean, Pyk Banbou,
Togiram, Kiki Wainwright, Degoutan; Lochard Noel ak tan
d6t ank6. Pierre ak youn elokans ki pajanm febli defann tez
li devlope nan technique d'ecriture de la langue creole-la ki
dapri kek obsevate se young teknik pou Lafrans te four pye-yo
pi fon nan batay lenguistik la an Ayiti. Kbm militan 60 yo te
bloke pbt devan, yo t'ap eseye glise nan fen&t. Youn teknik
frankofoni pou bloke evolisyon lanng matenl yo nan peyi kote
yo pale Franse. Dapre polemik nan epbk-la peyi tankou Ayiti
te lanse nan lit pou youn endepandans kiltirl.

Wounmble 2009. DNnye vizit Pierre Vernet nan
Miyami
Okt6b 2009. Biwo Santral Sosyete Koukouy 6ganize
twazyem wounmble yo nan Miyami. Thm nan se te evolisyon
6tograf kreybl-la 30 ane apre Lachanm peyi Ayiti te vote li.
Ki pwogre ki f&t, nan ki direksyon Krey6l la prale. Kijan pou
nou kontinye rezoud pwoblkm yo. Biwo Santral la te sanble
nan Miyami ak Koukouy Michel-Ange hyppolite,(Kaptenn
Koukouwouj) Jean-Robert Placide, Manno Eugene, (Kanada)
Pascale Millien, (Connecticut) (Choubllak Kreyol), Camille
Derenoncourt (Homestead) Ernst Mirville (Pye Banbou)Ayiti,
Envite espesyal la se te Pierre Vemet(Ayiti)
Depi 1979, 6ganizasyon GREKA (Group Rech&ch
sou Krey6l Ayisyen) te prezante youn 6tograf fonemik
Lachanm peyi Ayiti te finalman adopted pou eseye mete 16d
nan dez6d ekriti lanng krey6l ayisyen-an. Malgre 6tograf la
te popil& nan majority sekte entelekty6l peyi-a, li pa t' tonbe
nan santiman bonkou lenguis ki pa te dak6 ak tout prensip
yo. Ans6m se te youn premye pa. Nou te panse ak letan li
ta vin poli, estandarize pou satisfy tou gran lenguis ayisyen
yo ak pep la ki ap itilize lanng nan chak jou nan aktivite li.
Anvan 1979, anpil 6ganizasyon f6me ak Ayisyen kou etranje.
Anpil esperyans f&t nan tout kwen peyi-a. Yo tout pase kon
fl dize nan lawouze dimaten. Men enstitisyon tankou Enstiti
lenguistik Aplike P6toprens, (ILAP) Centre Linguistique
Applique de Port-au-Prince, (CLAP) Mouvman Krey6l
Ayisyen, Sosyete Koukouy, ASCONA... pran rasin. Malgre
difikilte yo, malgre dechoukay kiltirel yo Pierre Vernet rive
konveti enstiti li-a CLAP an Fakilte youn Inivesite Lenguistik
nan P6toprens kote li f6me plizye anpil jenn lenguis nan peyi-a.
Pye rive menm Dwayen Inivesite Eta Ayiti. Malgre mannigdt


ak konplo pou te 6lteg&t li. Li pa t'janm falta nan misyon li.
Pale mal se lapriydjouda...
Li pase 3 jou nan Miyami. Depi li desann avyon-
an l'ap mete-n sou pinga jouk li retounen P6toprens. Li di
"Kouzen kouzin pa selebre. Jounen jodi-a gen gwo danje
k 'ap pandye sou tkt nou. Z6t ap mennen gwo konplo pou yo
antere tout ti pwogrd nou ft nan lanng kreyol-la nan 50 ane
ki sot pase la yo. "

Nan radyo Lekbl-Miyami (National Public Radio)
Pandan pasaj li nan Miyami, gen plizye radyo ak
televizyon li te bay entevyou. Tout jounalis ki apwoche-1 li
pa t'gen okenn pwoblem pou li te pale ak yo. Kbm youn
neg prensip li toujou rele-m sou kote pou li made mwen
kalandriye aktivite koukouy yo pou sdten deplasman -an pa
p' kontratye nou. Li te fr-m konprann Kreyol la te gen gwo
pesekisyon. Toupatou kote li pase nan tout repons li yo l'ap
repete se pou nou veyatif. Gen youn danje k'ap pandye sou
t&t nou. LMnnmi-an toujou la. Ti aki nou fn yo frajil. Gwo
konplo nasyonal ak entenasyonal ap fr pou yo frmen bouch
nou. Ranvese ekwasyon yo. Batay la poko fini Pierre Vernet
t'ap ensiste. Menm vi pa-1 andanje nan youn peyi t&t chaje. Li
made nou tout sip6 nou ka ba li paske gen anpil vid e lennmi
ap fofile rantre pou konble vid sa yo.
Nan radyo Lek6l, youn emisyon kominotW ki pase
chak jou nan pi gwo estasyon radyo nan Florid-la ki se
, . ,.,,I / Public Radio) NPR 91.3 FM, men sa Pierre Vernet
te di 1I yo te poze-1 kesyon sou eta sante 6tograf lanng krey6l-
la anvan 1979:

Eske moin ka koupe fache ak lanng ni?
..."Pwoblem sosyal la li ekzite se nou ki fr-1. Pa ekzanp si 1I
Ayiti te pran endepandans li, zansdt nouyo, nou oblije respekte
yo. Sa yo te fr-a nou pajanm fe-1, zam alamenyo mouri; zanz&t
yo pa te fr anyen ki pa t' bon. Non nou pa gendwa di sa... Apre
I1 nou fin pran endepandans f6 yo te kab montre, lemonn antye
yo vo youn bagay, egal yo pran mes kolon-an, e yo pran lanng
kolon-an pou yo montre yomenm yo ka youn bagay tou, sa
yo fr-a li bon, yo gen kapasite. Si ou rive youn kote neg la se
av&k youn kouto li vle goumen av&-w, se kouto-a ou pral pran
pou defann tdt-ou. Si li pran youn baton, se youn baton w' ap
pran pou defann tet-ou. Si li rale youn zam, youn mitrayet, se
youn mitrayet pou ganyen pou defann t&t ou, si se pa sa, l'ap
manje-w. Yo rele sa an Franse "determiner les rtgles du jeu"
"the rules" an Angle. Mofn ki defini kondisyon batay-la, se
limenm ki defini ak ki zam pou goumen egal 1I ou we mofn
nan ap chache zam nan se paske li we se ak zam sa-a pou 1'
goumen pou l'defann t&t li. Enben zanset nou yo te we yo te
enpoze youn kondisyon apre esklav te fin pran endepandans
f6k te gen youn zam tankou relasyon entenasyonal, f6k yo te
gen youn zam tankou Franse. Men rezon ki fr nou ganyen
Franse kbm lanng an Ayiti ; daye yo pa t' menm fr-1 lanng
ofisy1l, yo jis fr-1 konsa, paske pou yomenm se sd1 zam sa-a
yo te ganyen. Yo pa ka pran angajman pou yo te di an Ayiti
krey6l se lanng ofisy61 albske yo ekri akt endepandans-lan an
Franse. Egal pwoblkm sa-a soti la. Kidonk, Noumenm, nou pa
ka rete younjou pou n'di pa gen pwoblem sosyal ank6, pa gen
mofn ki sipoze yo siperye, pa gen mofn ki panse yo enferye;
pwoblem sa-a li la.'
"Kbm lanng nan se youn zam nou genyen pesonn pa
depanse k6b pou li, nan pwen mofn ki peye pou pale. LU ou
nan lari ou pa di monche prete-m younven goud pou m'ka pale
albske ou ka bezwen youn ven goud pou achte youn boutey
kola. Egal si w'ap bezwen montre youn mofn ou mofn w'ap
ba-1 kola, se k6b pou genyen pou achte-1 men si se pale w'ap
pale ou pa bezwen kbb pou genyen pou achte-1. Sa fr lanng
nan tounen youn nan prensipal zouti pou eseye montre mofn
yo ou mofn osnon ou plis mofn pase yo. Pwoblkm sosyal la
la. Lanng nan tounen youn zouti pou 1' goumen ak pwoblkm
sosyal la. E si mofn nan se youn abitan, youn analfab&t, mofn
ki nan biwo-a ki bezwen montre li sipery&' li pral pale Franse
av&-1. Si abitan-an pa ka pale Franse, li di-1 rale k6-l, mwen
gen bagay serye pou m'okipe. E si li ta pale Franse li ta pral
chache youn 1bt lanng pou l'jwenn youn zam pou l'kraze-1,
pou montre-1 li pa mofn, donk se pa Krey6l la ki responsab,
ni Franse ni Angle, sake Ayisyen ap toujou bezwenyoun lanng
pou l'fr chlbe paske Ayisyen pa chwazi kreybl paske se Krey6l
li gen nan t&t li, li chwazi Franse men li chwazi Angle tou. Si
demen bagay yo vire se Chinwa ki pi bO1 lanng nan lemonn,
Ayisyen ap pale Chinwa wi. Anfkt li bezwen youn zam pou
l'bay t&t li valk devan youn l6t li bezwen kraze.. Se lanng nan
lijwenn li sevi av&-1 malerezman sa bay pwoblem paske youn
16t fwa devalorize youn lanng nan youn peyi albske se lanng
sa-a ki dwe sevi pou devlope peyi-a, ou bloke peyi-a."
LU yo made Pierre Vernet ki enpbtans youn Fakilte
leguistik nan peyi Ayiti? Akisa youn dipl6m lenguis pral sevi
youn mofn an Ayiti... Li pa t' menaje repons li. Li te gen
konfyans Fakilte-a ap prepare jenes-la tankou nenpbt ki 1bt
fakilte nan peyi-a. Li di:
"An Ayiti youn mofn k'ap fr dokte osnon enjenye
pa gen okenn garanti se nan t&t mofn yo yo imajine 1o ou
fr dokto ou gen lajan lamenm, se manti y'ap bay t&t yo. Pa
gen okenn metye an Ayiti ou aprann epi ou gran neg tousuit.
Se pa vre. Kit li te dokte, enjenye agwon6m. Kounye-a sa
depann ou fin aprann metye-a ki wout ou ka fr av&-1 ki kote
ou ka jwenn travay, ki kapasite ou ganyen. Si y'ap bay chak
metye valy, chak gen valk pa yo. Nan peyi-a gen mofn ki
malad f6k gen dokte, f6k gen enjenye..." Pierre kontinye
pou l'di: " menm avantaj metye sa-a yo genyen youn lenguis
genyen-1. Sa depannde potansyl moin degre konesans li. Ak
devlopman teknoloji-a, peyi-a bezwen moin pou fr tradiksyon,
entipretarya, pwodui diksyon&... Gen pou tout moin."
ASUIV
Jan Mapou
mapoujan@bellsouth.net


Page 15


.x xx x - l - 1 1 -- - . -





BACK PAGE


Mercredi 13 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 12


2/MAIAI A Dr A _A11A

4r i~e atIf~Ja %A~wkn


MEN YON
Gwo BATO K
Ar pCrr ToUT
MACu ANDIZ
Ou TOUPATOU


SKl VWAYAJK CHEAK
15M lS PJOU uOTS
MACHAINDM OU DIRUK
AN AYmT *OU WAP ST
MARC. ONAmIfl &
BCAP41r HAI
-a LSW wOrE KomNTEKmic nWAi
PEP * KAF4YON MACHINE R�-


Role ( 561 ) 645-7590 or ( 561 ) 8454330

Fax ( 88 ) S46-7682 or ( 561 ) 842-9398


MIRAGOANE
HAITI I
e______


Toll free 14t77-84-8330 or 1-877-845-7500

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Diretlon; 1-9 to Exit No. 74 ( 4tl Street ) ast to Congrues Av, to North on Congres Ave to Martin Lmer
King Jk Blvd go East eon MI Blvd ( making rnWht cuand turn ) tf Rsd takes you straIglt to ae Prt of Pa lm E

As oon a you o over Old Dle Hwy , before Ouard Shck Make let Left hand turn you will su i r oign


Under New Management


No gee you oeavo Bate MV MONARCH EXPRESS


En Bref...
(... suite de la page 14)
jamais les haitiens ne voient
une gourdee" (la monnaie
du pays) des b6ndfices
r6alis6s. L'agriculture est
exangue, la quasi totality
des arbres de l'ile ont et&
coups par les habitants
pour faire du feu. L'l6an
de rassemblement de la
soci&td civil des anndes
2003-2004, symbolism
par l'"appel des 184", a
&t d6touff6 dans l'oeuf
par l'intervention Franco-
Amdricaine, renvoyant
chacun aux clivages et aux
divisions qui sont depuis
sa creation le plus gros
handicap de ce pays. Michel
Martelly n'6tait pas le
candidate de la "communaut6
internationale, il a meme
failli ne pas passer le premier
tour apres un scrutiny entach6
d'irr6gularit6s pour lequel il
avait demand lui-meme a
ses 6lecteurs de ne pas voter
et d'aller manifester dans la
rue pour protester centre une
election qui devait 6tre joude
d'avance et conduire Jude
Celestin nar ailleurs endre


S* .S. --�*. irs **.
*VMtl ln e
aCIII - eI a a nf
* gm el


* IV t~rei *.T3.y
* ire. 'rrdror tz.ar*
, . NM-I�t


F .I
eE~gsz~E 'a


de Rene Prdval l'actuel
president, A la Pr6sidence. t i. t



Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896


I .r- I I I *'


V LI'.WA I


IJ JJ


Agarwp(wu hootp uw
We anc AaneWieI


Naus snomes -
pcl- -.- -

-^nH P di ra .b ..
t rm kW- lm - -
dorso1nW


Pan OnSI RMYanmB E CAMrG, *sn
.aadukv ItW*%W I Lhqufeeio. cA
pM4864nsaaau1 2 1n4D03
kM raw SacJ f 1 u nM FL Fad LopLadsrda, P
5i-U7Mw 3SS1.GJswmJI flN


AlWA GA
4044541-""


Notre nouveau
service del
PICK UP
est disponible


N mon-TaN Sinew|Bis.lL
aw1>�tM1 | VH??n-W


Page 16


LW. P! if-0 W. -A&M 11 f IM t JW -W


--A


-r1 -du -

4, M.r ku'. Schw.arit: Tanbou Nan
La ko u Bro*kIlyn
2. Tantan: Parr Pam Pam
3, Zin: Manycn
4, Sweet Micky: Amba rad La
5, Zq'n: Best of Zin
6., MozPyik: Mozayik
7. Kassav: The Best of Kassav
8. Comrpilations: 300% Love
9. Richi-: 10 Arts Plus Tard
10. Jacqur' Sauveur Jean: 200 :'
Love


t


lVAMd


I




Full Text

PAGE 1

(DILEMME / p. 7) (voir / p. 8) (DILEMME / p. 7) MIAMI, 10 Avril – Dans la course aux Premiers ministrables, le favori n’est autre que l’actuel Premier ministre Jean Max Bellerive. Mr. Bellerive se trouve la croise de tous les chemins. Oyez plutt : On le dit un proche, sinon un parent du prsident lu Joseph Michel Martelly. En tout cas, dans la bonne tradition musicale hatienne, on croit mme relever son prnom dans des interprtations ‘live’ de Sweet Micky. Ensuite, on se souvient que Jean Max Bellerive est le seul candidat au poste Parlement. Or le prochain Parlement sera domin en gros par les mmes forces. En tte la plateforme INITE dtentrice de la majorit absolue au Snat et d’une majorit relative, selon les prdictions, la Chambre des dputs. Or le Premier ministre, supposer qu’il ne soit lui-mme un membre de INITE, plateforme prsidentielle sortante (si l’on peut dire), a eu travailler la main dans la main avec ses membres.Un Premier ministrable nomm BellerivePORT-AUPRINCE, 6 Avril – La joie qui a rgn dans les rues aprs l’annonce de la victoire la prsidentielle de Michel Martelly (67,5% contre 31,7%) ne doit pas faire oublier que la participation lectorale n’a pas dpass 30%. Autrement dit, peine le quart des Hatiens a pris part aux lections. L’arbre ne doit pas cacher la fort. Mme si le score de 67,5% est respectable, il invite plus de modestie pris l’chelle de toute Aprs la victoire, un inventaire des forces !PORT-AU-PRINCE, 5 Avril – C’est la premire fois dans l’histoire des lections dmocratiques en Hati que l’adversaire accepte sa dfaite. Et nous devons le saluer. Mirlande Manigat considre que le calcul de ses votes n’a pas t quitable, que le vote a t l’objet d’un vritable ‘hold up’ (voir protestation du RDNP dans cette mme dition) mais elle a dcid qu’elle n’ira pas en contestation. Son principal lieutenant, le snateur Youri Latortue, a promis que son groupe ne fera prsident lu Joseph Michel Martelly. Depuis que les lections ont lieu en Hati par la voix des urnes, c’est une grande Mirlande Manigat fait l’histoire en concdant la victoire son rival MIAMI, 9 Avril – Que pense l’international de l’lection de Michel Martelly ? Personne ne sait encore. Michel Martelly a t lu par plus de 95% de l’lectorat lors du second tour de la prsidentielle hatienne le 20 mars dernier (95.74%). le monde en convient. Et probablement lui aussi. Certains Martelly a-t-il le support de l’international ? Le prsident sortant d’Hati Ren Prval a exhort qui a davantage besoin, selon lui, d’ingnieurs et de bulldozers que de soldats et de chars. Lors de son dernier discours aux Nations unies en tant que chef d’Etat hatien, Prval a indiqu que plus de dix ans s’taient couls depuis qu’il avait appel pour la premire fois l’Onu revoir ses priorits dans le pays. “Les tanks, les vhicules arms et les soldats auraient d cd la place aux bulldozers, aux ingnieurs, des experts en soutien du systme judiciaire et pnitentiaire”, a-t-il dclar devant les quinze pays membres du Conseil de scurit de l’Onu. “J’espre qu’aprs 11 ans nous serons capables de tirer des conclusions utiles pour le renforcement de la stabilit en Hati”, a-t-il ajout. La mission des Nations unies pour la stabilisation en Hati (Minustah) n’a pas eu la tche facile l’anne dernire. Quatre-vingt seize de ses soldats de maintien de la paix ont t tus lors du sisme du 13 janvier 2010 qui a fait au total plus de 300.000 morts. Lors de la campagne prsidentielle de ces derniers mois, la mission, qui compte 12.000 soldats de maintien de la certains Hatiens. Des manifestants ont galement reproch l’Onu d’avoir introduit le cholra. Le conseil lectoral provisoire a annonc lundi la victoire du chanteur populaire Michel Martelly l’lection prsidentielle du 20 mars. sa stratgie en HatiLe vainqueur de la prsidentielle port en triomphe par des partisans (photo de courtoisie) en faveur des pays Le Premier ministre Jean Max Bellerive (photo Hati en Marche) Michel et Sophia Martelly accueillis chaleureusement lors d’une confrence de presse au restaurant Le Villate (photo Robenson Eugne/HENM) Mirlande Manigat se dit peine mais pas abattue (photo HEM)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 13 Avril 2011 EN BREF ... EN PLUS ... 08 Avril 2011 HPN Les deux co-prsidents de la CIRH ont rencontr vendredi le prsident lu Michel Martelly sur les activits de la Commission intrimaire pour la reconstruction d’Hati l’htel Karibe. Il s’agit de la premire rencontre entre M. Martelly et le Premier Ministre Bellerive, qui souhaitait obtenir le point de vue du prsident lu sur le travail de la commission. On a parl de la transition et on a vu comment la CIRH et le nouveau gouvernement peuvent apporter des solutions aux problmes de la population , a dclar la presse le nouveau prsident. Les co-prsidents de la CIRH ont galement apport des informations sur le fonctionnement de la commission au cours de la rencontre qui a dur une heure environ. De son ct, l’ancien prsident amricain Bill Clinton s’est dit satisfait de la rencontre. (HPN) politiques Le premier ministre Jean-Max Bellerive appelle au maintien de la Commission Intrimaire pour la Reconstruction d’Hati (CIRH) au-del des changements qui se produiront prochainement dans l’administration hatienne, tandis que l’ancien prsident des tats-Unis et envoy spcial de l’ONU, William Clinton, encourage les donateurs respecter leurs promesses d’aide envers le pays. Bellerive et Clinton qui co-prsident la CIRH sont intervenus au dernier jour d’une runion de deux jours de cette entit Tara’s, La Boule autour du thme : Acclrer le progrs travers l’atteinte des objectifs de la reconstruction . Pour le PM Bellerive, il est urgent que le nouvel excutif qui sera install au mois de mai et le nouveau parlement travaillent au renforcement de la CIRH au lieu de chercher la bloquer. Le premier ministre souligne que la CIRH intervient dans des secteurs cls et reprsente donc un avantage pour la nouvelle quipe que conduira le prsident lu Michel Martelly. Selon lui, cette commission reprsente un outil qui peut aider la stabilit . Avant de prendre part la deuxime journe de la rencontre de la CIRH, Messieurs Bellerive et Clinton ont eu des runions spares d’une part avec Michel Martelly et d’autre part avec quelques parlementaires nouvellement lus. Le contenu de la runion avec Martelly n’a pas t rendu public. Cependant, le Premier ministre indique que la dmarche auprs des parlementaires visait les sensibiliser sur la ncessit de renforcer la CIRH et non de s’opposer ses travaux. Pour sa part, Clinton salue le travail de la CIRH et souligne la dtermination des partenaires internationaux qui se sont engags soutenir le processus de reconstruction d’Hati. Il annonce que les bailleurs de fonds devraient bientt dbloquer 37% des fonds promis et espre que les engagements seront tenus. Par ailleurs, Clinton promet l’accompagnement des tats-Unis la nouvelle quipe qui sera au pouvoir partir de mai prochain et assure qu’il est prt travailler avec elle pour l’avancement d’Haiti . Alterpresse“Je suis indigne mais pas abattue”, lance ManigatMardi, 05 Avril 2011 13:22 HPN La candidate du RDNP, Mirlande Manigat, arrive en 2me position au deuxime tour de l’lection prsidentielle, s’est dclar indigne au lendemain de la proclamation des rsultats, dnonant un ‘hold-up’ sur le pouvoir. “Je sais que le pays s’attendait autre chose, jusqu’au matin de dimanche je gagnais les lections”, a dclar Mme Manigat, critiquant une visite nocturne (‘Chanpwl’) effectue dimanche soir par le prsident du CEP au centre de tabulation. D’autre part, Mme Manigat s’est dite inquite pour l’avenir d’Hati et pour l’avenir des jeunes. Cependant, a-t-elle dit, “j’aime Hati mais ce pays qu’on est entrain de nous fabriquer je ne crois pas que je l’aime, c’est pourquoi je vais continuer me battre”.Le Fonds pour la reconstruction d’Hati a tenu samedi sa sixime rencontre Ptionville. Les membres ont fait le bilan des activits ralises jusqu’ date et ont discut des propositions. “Cette runion est l’occasion pour le secrtariat du fonds de prsenter un rapport sur prside cette entit. Les reprsentants des entits partenaires, telles l’ONU, la BID et la Banque mondiale ont fait le point sur l’avancement de projets qu’elles pilotent. (HPN) Durant tout le temps de notre collaboration politique, mon unique motivation a t sans cesse de contribuer jeter les bases d’une Socit plus juste et fraternelle, et d’un tat plus humain et responsable. Dans toute l’histoire de l’humanit, progrs et dveloppement ont t toujours et sont encore produits d’organisation de penses et d’actions. Mon choix de signer mon engagement participer la cration et la construction de l’Organisation Fanmi Lavalas a t en troite relation avec ma volont citoyenne de m’investir dans un projet politique qui se voudrait tre en rupture avec les conceptions et pratiques traditionnelles. Pourtant, mes quatorze(14) annes ms que par leurs bas et manipulateurs instincts de pouvoir et d’argent, tout en se Intgrer les fonctions de coordination de la reconstruction dans les plans de dveloppement long terme du gouvernement hatien, amliorer les capacits institutionnelles, dcaissements plus rapides et sans restriction des fonds vers les priorits stratgiques et des rformes cruciales 8 avril route de Kenscoff – e runion du Conseil de la Commission intrimaire pour la reconstruction d’Hati (CIRH), les coprsidents Jean Max Bellerive, Premier Ministre d’Hati et le Prsident Bill Clinton, les membres du Conseil et les principaux cls visant acclrer les progrs dans les efforts de reconstruction : 1) les fonctions de coordination de la reconstruction doivent tre intgres avec les plans de dveloppement plus long terme du gouvernement d’Hati, 2) les capacits institutionnelles doivent tre renforces, 3) le financement doit tre vers plus rapidement et devraient tre mieux align la CIRH en collaboration avec les autorits hatiennes, et 4) les importantes rformes doivent tre acclres par le gouvernement d’Hati. Quinze mois aprs le terrible sisme de magnitude 7,2 qui a frapp le cur de la capitale politique et conomique d’Hati, le gouvernement d’Hati est prt assumer une plus grande responsabilit dans la coordination des projets de reconstruction. Pour ce faire, la CIRH continuera soutenir le gouvernement d’Hati en renforant sa capacit institutionnelle alors qu’il se prpare assumer la pleine responsabilit des efforts de reconstruction en octobre, lorsque le mandat de la CIRH sera rvolu. Le transfert des responsabilits de la CIRH vers le gouvernement est en ligne avec le plan stratgique de la Commission. Maintenant que le processus lectoral est termin, nous avons un nouveau Prsident qui assumera la responsabilit de la reconstruction de notre pays, a dclar le Premier Ministre d’Hati, Jean Max Bellerive. la CIRH, nous avons pour mission de mettre au service du pays un mcanisme efficace de coordination et d’orientation des efforts de reconstruction au sein du gouvernement hatien. En tant que tel, l’intgration des fonctions de coordination de la reconstruction au sein du gouvernement est une tape importante dans le renforcement des capacits institutionnelles, a dclar le Premier Ministre d’Hati, Jean Max Bellerive. Lorsque le nouveau prsident d’Hati prendra ses fonctions, la CIRH ne fera pas que lui prsenter un plan d’action global, mais aussi les moyens de la mise en uvre de ce plan . Les deux coprsidents de la CIRH ont rencontr plus tt aujourd’hui le prsident lu Michel Martelly et des membres de son quipe pour les assurer de leur engagement travailler troitement avec eux pour atteindre les objectifs nationaux qui ont t voqus pendant la campagne. Une mesure cl qui a t mise en place pour acclrer les efforts de relvement est un rle de leadership du ministre de la avant de les envoyer la CIRH, prendre l’initiative sur les tables sectorielles et fusionner ses bases de donnes de projets et ses lignes directrices avec celles de la CIRH. La Commission continuera jouer un rle important dans la reconstruction d’Hati, en mettant l’accent sur deux domaines: donner plus de pouvoir au gouvernement d’Hati travers le renforcement des capacits et la coordination avec les intervenants cls de la reconstruction, en particulier les bailleurs de fonds de la communaut internationale de manire atteindre ses objectifs. la CIRH commenceront assumer un rle de Pour acclrer les progrs conseil, en offrant une expertise technique et un soutien leurs homologues du gouvernement, tandis que les coprsidents et les membres du Conseil poursuivront leurs efforts pour obtenir un soutien pour la reconstruction auprs des communauts hatienne et internationale. La Commission a jou un rle essentiel dans la coordination de la rponse post-catastrophe. tant donn que ces efforts se poursuivent et s’tendent, au-del de la banlieue de Port-au-Prince, dans l’ensemble d’Hati, le gouvernement et le peuple hatien auront une solide connaissance de leur destin partag avec le soutien continu de la Commission. Mme si nous allons dans la bonne direction, il reste encore beaucoup faire, a ajout le Prsident Clinton. Aujourd’hui nous avons discut des mesures les efforts de reconstruction et veiller ce que nous construisions un avenir meilleur pour le peuple hatien. Dcaissements de fonds plus rapides et sans restriction Selon les derniers chiffres publis gnral pour les Nations en Hati, dirig par le prsident Clinton, le taux de dcaissement des fonds pour la reconstruction engags, tel que rapport par les bailleurs, a augment de 30% 37% dans le cours des six dernires semaines. Bien que cette augmentation soit un pas dans la bonne direction, elle aux besoins de la reconstruction d’Hati en temps opportun. En consquence, les coprsidents pressent les bailleurs de fonds poursuivre leur engagement envers la reconstruction par le versement immdiat et entier des fonds promis ni en les rservant les orientant vers des programmes sectoriels prioritaires. supplmentaire de 100 millions pour l’enlvement des dbris et la cration de dcharges supplmentaires sont ncessaires, en plus d’assurer que toute la capacit nationale soit utilise correctement. agricole et alimentaire, 56 millions de dollars sont ncessaires dans les 12 prochains mois alimentaire au pays et plus de 175 millions de dollars sont encore ncessaires pour soutenir l’investissement du gouvernement dans le secteur de l’agriculture. nombreux projets approuvs sont toujours sous-financs, y compris le Programme national d’alimentation scolaire que le prsident Clinton a visit aujourd’hui. l’eau, o seulement environ 50 pour cent de la population a accs l’eau potable, en de financement atteint 100 millions de dollars pour l’entretien et l’extension des rseaux d’aqueduc l’chelle nationale, et 110 millions de dollars pour les systmes d’assainissement. Nous avons un plan complet et une srie de programmes cls qui sont prts tre mis en uvre, mais nous ne pouvons reconstruire qu’ la vitesse o les fonds sont dbourss, a dclar le Premier Ministre Bellerive. Rformes Un certain nombre de dcisions stratgiques doivent tre prises par le efforts de reconstruction, y compris :Identifier des sites de dcharge additionnels/des sites de dcharge transitoires et le dveloppement d’une stratgie nationale de gestion des dbrisMise jour du Plan national de gestion des risques et des dsastres et faire approuver par le Parlement le cadre juridique labor par le Systme national de gestion des risques et des dsastres.Renforcer et appuyer les politiques de L’entreprise Celcis annonce avec peine le dcs de Mme Thrse Parisot Barjon survenu le 5 avril 2011 En cette pnible circonstance l’Entreprise Celcis etprsentent leurs sincres condolances : Ses enfants : M. et Mme Alex Zamor, Mme ne Danile Barjon, Mme Dominique Barjon et M. Umberto Cedeno, M. et Mme Patrick Barjon, Mme ne Rgine Simon, Mme Franoise Barjon et M. Gilbert Coicou, M. et Mme Philippe Barjon, Mme ne Yamil Al-Sullami, Mme Rachel Barjon Ses petits enfants : M. et Mme Jean Michel Sada, Mme Sophia Zamor, M. Alex Jean-Louis, Samir Barjon, Batrice Barjon, Sbastien Barjon ; Ses arrires petits enfants : Salma et Kalel Sada ; Ses belles surs : Mme Lucienne Dreyfus Parisot, Mme Lissa Larco Barjon ; Ses nombreux neveux et nices, ses nombreux cousins et cousines : Son insparable amie : Mlle Madeleine Gardiner ; Ses dvous serviteurs : Christian Delva et Rosemne Jean Charles ; Aux familles Parisot, Barjon, Zamor, Sada, Simon, All Sullami, Cedeno, Coicou, affects par ce deuil. Les funrailles de Mme Thrse Parisot Barjon seront chantes le samedi 9 avril 2011 a 10 hres 30 a.m. en l’Eglise St Pierre de Ptionville. L’exposition se fera des 9 hres 30 a.m. la salle Mgr Miot.

PAGE 3

Mercredi 13 Avril 2011 Page 3 L’ACTUALITE EN MARCHE Lettre ouverte au Prsident lu Jean Bertrand Aristide dcentralisation et de rformes du secteur de l’eauAmliorer la clart des politiques concernant l’accs aux titres fonciers et la scurit du rgime foncier, ainsi que la fonds de reconstruction en faveur des propritaires et des locataires Le Premier Ministre Bellerive a conclu en dclarant: Si nous, l’tat hatien que nous avons connu aprs le tremblement de et plus cohrent que celui qui existait avant le tremblement de terre. La ralit est que le vritable relvement commence ici. ### Au sujet de la Commission intrimaire pour la reconstruction d’Hati. La Commission intrimaire pour la reconstruction d’Hati (CIRH) a t cre par arrt prsidentiel le 21 avril 2010 dans le sillage du tremblement de terre dvastateur qui a frapp Hati le 12 janvier 2010. La CIRH a pour mandat de facilitation des projets et des priorits du pays dans le domaine du dveloppement, notamment l’examen et l’approbation bilatraux et multilatraux, les ONG et le secteur priv. La CIRH est coprside par le Premier Ministre hatien Jean-Max Bellerive et l’ex-Prsident Bill Clinton. Elle est place sous la direction d’un Conseil d’administration, qui regroupe les parties prenantes hatiennes et non-hatiennes dans les efforts de reconstruction. Port-au-Prince le 7 avril 2011 Monsieur le Prsident Elu, La proclamation des rsultats prliminaires des lections du 20 mars vous ayant consacr Prsident Elu de la Rpublique, j’ai l’honneur de transmettre votre Excellence les flicitations de la Chambre de commerce et d’industrie d’Hati, auxquelles, bien sr, je joins les miennes propres titre de prsident de l’institution et celles des autres prsidents des autres chambres dpartementales. La tche qui vous incombe est immense et complexe, Monsieur le prsident. Dj, tout au long de la tumultueuse campagne lectorale, vous avez pu certainement en mesurer lucidement l’tendue et la complexit, ainsi que l’urgence d’agir aux diffrents niveaux de la vie nationale. Dans tous les mdias, dans tous les compartiments de la socit hatienne, mention ici. Toutefois, des priorits fondamentales s’inscrivant dans le cadre de vos engagements lectoraux, nous avons particulirement retenu celle-ci : la ncessit imprieuse pour comme l’extrieur. Dans cette perspective rassurante, de concert avec les femmes et les hommes talentueux de bonne volont et, moyennant le soutien solidaire des pays amis, nous convenons qu’il est alors possible d’entreprendre dans l’harmonie le grand uvre de la reconstruction, de mme que lors rconcilie avec elle-mme ; une Hati aux institutions assainies et restructures ; une Hati juste, prospre, accdant tournant dterminant de notre histoire Notre devoir moral et patriotique la CCIH nous commande, dans notre sphre d’action, d’apporter notre contribution sereine et claire la construction de ce pays nouveau renaissant de ses cendres C’est dans ces nobles sentiments que nous vous prions, Monsieur le Prsident Elu, de bien vouloir agrer les vux sincres que nous formons pour le succs de votre mandat prsidentiel et le bonheur de ce vaillant peuple hatien qui attend tant de vous. Herv Denis Prsident de la CCIH et de la CCIO pratiquement men onze ans de prsence militaire dans un pays qui n’a pas vcu de guerre. Lors de la runion, laquelle assistaient le prsident de la Colombie, l’ancien prsident amricain Bill Clinton et neuf ministres des Affaires trangres d’Amrique latine et situation. Les chars, les vhicules arms et les soldats auraient d cder la place aux bouteurs, aux ingnieurs, plus d’instructeurs de police et des experts de la rforme judiciaire et pnitentiaire, a dit M. Prval. Le prsident sortant a dit souhaiter que la mission de AP, New-York, 6 Avril Le prsident hatien sortant a critiqu, mercredi, le Conseil de scurit des Nations unies pour avoir t trop lent transformer sa mission militaire de maintien de la paix en Hati en mission de dveloppement. Dans son dernier discours devant le Conseil, Ren Prval a exhort l’organe le plus puissant de l’ONU qu’en un quart de sicle, il a t le seul prsident hatien terminer deux mandats constitutionnels, et le seul ne jamais avoir t emprisonn ou contraint l’exil. Ren Prval a demand au nouveau prsident lu, le chanteur populaire Michel Martelly, aux responsables lgislatifs et l’opposition de travailler dans un esprit de paix et de coopration. Mais il a surtout mis l’accent sur l’instabilit en Hati, attribuable, selon lui, aux effets du sous-dveloppement et une culture de l’impunit qui remonte l’poque de la dictature des Duvalier. M. Prval a estim que l’instabilit avait t aggrave par des ouragans meurtriers et par le sisme dvastateur de janvier 2010 qui, selon le gouvernement, a fait 316 000 morts et paralys une bonne partie de l’conomie. M. Prval a soulign que depuis 1993, l’ONU a men une srie d’oprations de maintien de la paix en Hati, rendues chaque fois ncessaires par l’instabilit cre par les citoyens eux-mmes. Cela a t particulirement vrai en 2004, quand il y avait des possibilits d’affrontements entre des groupes lourdement arms, a-t-il dit. Mais M. Prval a estim que quand le danger de violentes confrontations est pass, les oprations de maintien de la paix ne se sont pas adaptes assez rapidement la nouvelle maintien de la paix en Hati soit roriente, un point de vue soutenu par le prsident colombien Juan Manuel Santos, dont le pays assure la prsidence tournante du Conseil. (HPN) Intervenant mercredi lors de la runion spciale du Conseil de scurit des Nations-Unies sur Hati New-York, le ministre cubain des affaires trangres, M. Bruno Rodrguez Parrilla, a dclar que “la situation humanitaire en Hati n’est pas de la comptence du Conseil de scurit des nations-Unis” “Le droit inalinable du peuple hatien l’indpendance ministre cubain. “La MINUSTAH n’a pas le pouvoir de s’ingrer dans les affaires politiques, ce qui est seulement de la responsabilit du peuple hatien. Il est inacceptable que la mission participe dans les choix lectoraux ou fait pression sur les autorits souveraines d’une manire ou d’une autre. Elle ne dispose d’aucune autorit non plus pour parler au nom d’Hati”, a dclar M. Parrilla. Parlant de la reconstruction du pays dtruit par le que “les grands donateurs qui ont promis des milliards pour la reconstruction d’Hati n’ont pas respect leur promesse l’intervention militaire de prfrence”. S’agissant de l’aide cubaine Hati relative l’pidmie de cholra qui frappe le pays, M. Parrilla soutient que “Cuba a concentr ses efforts dans le domaine qui peut atteindre le plus grand impact, la sant publique, un lment Cuba plaide contre une force d’occupation cl de la durabilit et de la stabilit sociale en Hati”. “Les mdecins cubains ont mis sur pied 67 units, qui ont trait plus de 73 000 patients, un tiers de tous les cas de cholra considr dans le pays”. Fdrick Jean Pierre Monsieur Jean-Bertrand Aristide, Reprsentant National Organisation Fanmi Lavalas En ses bureaux Monsieur le Reprsentant National d’oser esprer que la Nation , l’tat et les puissants amis se rsoudront finalement se conformer aux exigences qu’imposent les normes dmocratiques de construction et d’administration d’un tat de droit. S’astreindre cette discipline et responsabilit est un lent et long processus o un trs jeune ge, et je me suis en consquence toujours efforc d’agir en cohrence avec mes convictions et mon sens du devoir. Durant tout le temps de notre collaboration politique, mon unique motivation a t sans cesse de contribuer jeter les bases d’une Socit plus juste et fraternelle, et d’un tat plus humain et responsable. Dans toute l’histoire de l’humanit, progrs et dveloppement ont t toujours et sont encore produits d’organisation de penses et d’actions. Mon choix de signer mon engagement participer la cration et la construction de l’Organisation Fanmi Lavalas a t en troite relation avec ma volont citoyenne de m’investir dans un projet politique qui se voudrait tre en rupture avec les conceptions et pratiques traditionnelles. Pourtant, mes quatorze(14) annes par ceux qui ne sont ms que par leurs bas et manipulateurs instincts de pouvoir et d’argent, tout en se faisant passer, dans leur discours, pour des aptres du changement et de l’inclusion de la Majorit pauvre. Maintenant que vous tes rentr chez vous en Haiti, vous comprenez , je voudrais croire, la raison qui me dtermine plus faire partie de l’Organisation Fanmi Lavalas. mes salutations distingues. Yvon NptuneLe prsident Ren Prval la tribune du Conseil de scurit (photo Reuters) Aprs la victoire, un inventaire des forces p.1 Un Premier ministrable nomm Bellerive p.1 Mirlande Manigat fait l’histoire en concdant la victoire p.1 Pourquoi Mirlande Manigat n’ira pas au bureau du contentieux ? p.6 Martelly a-t-il le support de l’international ? p.1 Prval critique l’ONU p.1 CIRH : Pour acclrer les progrs p.2 Cuba plaide contre une force d’occupation p.3 Yvon Neptune crit Aristide p.3 CCIH salue le prsident lu p.3 Martelly promet une nouvelle re p.4 A quand une ONU en faveur des pays du Sud ? p.8 Laurent Gbagbo arrt avec l’aide des forces franaises p.13 En mmoire de Toussaint Louverture p.8 Double nationalit : c’est le moment p.10 Leons ! p.12 Robert Paret dmissionne comme directeur du Mupanah p.12 Le tournant p.13

PAGE 4

Page 4 Mercredi 13 Avril 2011 UNE ANALYSE Un Premier ministrable nomm Bellerive Donc Jean Max Bellerive est ce qu’on peut appeler une quantit connue. Mais c’est surtout pour l’international que Mr. Bellerive devrait reprsenter une garantie que l’on ne cassera pas la baraque ! L’actuel Premier ministre co-prside avec l’exprsident amricain Bill Clinton la Commission intrimaire pour la Reconstruction d’Hati (CIRH), avec les 30 membres moiti hatiens, moiti des trangers reprsentant les pays qui se sont engags appuyer la reconstruction et aussi y investir par l’intermdiaire de leurs compagnies multinationales.La CIRH apparat beaucoup comme une sorte de ‘shadow cabinet’, un pouvoir derrire le pouvoir. Bien que des problmes internes pourraient handicaper dans les faits le fonctionnement prvu. Le prochain chef de l’Etat a le pouvoir d’y oprer des amnagements pour le plus grand bien de la Nation qui n’y voit pas encore tout fait clair. Cela avec le support bien entendu du prochain Parlement. Au dbut l’affectation du PM cette fonction de co-prsident de l’organisme responsable de la Reconstruction avait pu paraitre une voie de garage pour le dtourner de ses fonctions vritables et laisser pleine latitude au chef de l’Etat, Mr Ren Prval, lors conduisant son opration pour assurer la succession de son pouvoir la faveur des lections.Le meilleur ‘public relations’Puis survinrent les dboires du premier tour du scrutin le 28 novembre 2010. Le dauphin du prsident, Jude Clestin, prliminaires. Monsieur Prval aussi. C’est alors que au cours dont les grandes ambassades, Jean Max Bellerive se range du ct du prsident Prval. Celui-ci semble depuis plus rassur vis vis de son Premier ministre et avoir dcid de lui lcher les brides. Le prsident Prval pourrait donc se rvler le meilleur ‘public relations’ pour la reconduction de son Premier ministre la tte du prochain gouvernement.D’ailleurs, selon les meilleurs spcialistes de la chose politique hatienne, le gouvernement, ou plutt le pouvoir administratif hatien est verrouill du haut en bas avec sous constante surveillance trois lments cls qui s’appellent la Primature, le ministre des Finances et la Banque centrale. Et un contrle opr effectivement par les grandes institutions Donc n’y entre pas qui veut ! plutt lui-mme. Il a travaill dans le temps pour certaines grandes entreprises de la place. Et doit par consquent se protger de l’accusation de favoritisme dans l’attribution des grands marchs publics. Ensuite pendant longtemps, il a sembl ne pouvoir prendre aucune dcision par lui-mme et devoir toujours s’en remettre son chef, le Prsident Prval. Or constitutionnellement c’est le Premier ministre qui dirige l’action gouvernementale. Enfin Mr. Bellerive a pous une citoyenne dominicaine. On dit qu’il passe trop de temps dans la Rpublique voisine. Toujours est-il que avec un tel tat de service, l’actuel Premier ministre reste le mieux plac dans la course sa succession. Pour ne pas dire sa propre succession ! Hati en Marche, 10 Avril 2011 Martelly promet “une nouvelle re”AFP , 05/04/2011 Michel Martelly, qui a remport l’lection prsidentielle en Hati, a promis mardi l’avnement d’une “re nouvelle” et s’est engag tre “le prsident de tous les Hatiens”, au lendemain de l’annonce de sa victoire sur sa rivale Mirlande Manigat. “Peuple hatien, une re nouvelle s’en vient (...) Je m’engage en faire la plus belle page de ma vie”, a lanc le futur prsident lors d’une confrence de presse Port-au-Prince, sa premire intervention publique depuis l’annonce de sa victoire. “Que celles et ceux qui souffrent dans leur chair et dans leur me reprennent courage. Les choses vont changer”, a promis l’ancien chanteur “Qu’ils lvent les yeux vers l’arc-en-ciel du changement promis, du changement vot et donc du changement d”. S’adressant la communaut internationale qui a soutenu un processus lectoral dmocratique en Hati, le vainqueur de populaire, qui doit succder le 14 mai au prsident Ren Prval la tte du pays le plus pauvre des Amriques, frapp en janvier 2010 par un sisme qui a tu plus de 220.000 personnes. l’lection a lanc “un merci solennel”. Selon les rsultats prliminaires diffuss lundi par le Conseil lectoral, M. Martelly a remport l’lection prsidentielle avec 67,57% des suffrages exprims face l’universitaire et ex-Premire dame Mirlande Manigat. Evoquant les nombreux jeunes qui forment la majorit de la population du pays et ont largement soutenu sa candidature, M. Martelly, 50 ans, a lanc: Le PM Bellerive ct de la Premire dame Elizabeth Dbrosse Prval (photo Hati en Marche) Sophia Martelly et d’autres proches et conseillers du prsident lu : (de la gauche) Michle Oriol, Daniel Supplice, Wyclef Jean, Grgory Mayard Paul, Richard Morse (photo Robenson Eugne/HENM) Un des premiers ‘meetings’ dj prometteurs (octobre 2010) de Michel Martelly (photo Hati en Marche)

PAGE 5

Mercredi 13 Avril 2011 Page 5 DE L’ACTUALITE Aprs la victoire, un inventaire des forces !la population. Secundo, le prsident lu ne dispose d’aucune force parlementaire propre. Le parti Repons Peyizan comptera trois dputs dans la prochaine chambre et aucun snateur. Le prsident Martelly devra donc ngocier chaque membre de son prochain gouvernement, commencer par le Premier ministre, puisque le gouvernement doit recevoir comme cela se doit en dmocratie. Et c’est l que va apparatre la principale faiblesse du prsident lu. Il a fait campagne (et il a gagn) sur le thme du rejet de la classe politique, pouvoir et opposition, toutes tiquettes confondues. Or au Parlement rien n’a chang. C’est la mme classe politique qui continuera de dominer. que si Michel Martelly tait, comme on dit, quelqu’un du srail. Certes il n’est pas impossible de s’entendre, il faudra partisans, quel qu’en soit le nombre, mme si c’tait la moiti du pays, l’exprience a montr que c’est une arme double tranchant, le rouleau n’est plus une arme aussi facile utiliser. Surtout lorsqu’on a t catalogu comme populiste ! Le Secrtaire gnral de l’ONU ne se trompe pas quand il dit que le nouveau prsident d’Hati n’aura pas un mandat facile. Cependant Michel Martelly a un atout majeur. S’il se rvle capable, et tout de suite, de sortir le pays du laissez aller s’entendre (car le pays attend en effet des rsultats, et aussi bien du pouvoir que du Parlement, le peuple veille), mais le prsident lu devra se montrer dfinitivement adroit tant donn qu’il parat plus fable au niveau du rapport des forces. D’un ct il doit choisir ses futurs collaborateurs parmi ceux qui sont les plus mme de recevoir la ratification parlementaire, de l’autre ct faire se peut aux promesses de ‘changement’ qui ont constitu le fondement de sa victoire. Ce n’est pas tout d’affronter toute la classe politique jusqu’ battre le systme aux urnes, jusqu’ la confondre, mais ce n’est pas de l’art pour l’art, il est tout aussi important d’avoir les moyens de sa politique. Nous ne doutons La plateforme prsidentielle INITE est sre d’avoir la majorit au Snat (16 snateurs dj assurs). Et peut-tre la majorit aussi la Chambre des dputs. On ne saura qu’aprs la proclamation des rsultats La question a t pose au prsident lu lundi lors de sa premire confrence de presse. ‘Sans une importante reprsentation au Parlement, vous risquez de ne pouvoir faire adopter vos projets ?’ Rponse : ‘L’excutif et le parlement doivent travailler ensemble pour le bien du pays, non se battre.’ Mais ce n’est pas encore une rponse politique. Il ne s’agit pas de bons sentiments, mais de ngocier pied pied, qui depuis tant d’annes le conduit directement dans l’abme, alors le reste comme on dit viendra comme par magie. Car le facteur personnel a aussi son importance et constitue aussi, mme s’il n’est pas le seul, la marque du changement. Alors, si l’on peut dire, Maestro ! Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince pas que le prsident lu Michel Martelly dispose d’une quipe. La question c’est que lorsqu’on dit changement c’est le remplacement de quelqu’un par quelqu’un d’autre. Bien sr ce n’est pas seulement a le changement. C’est avant tout de nouvelles politiques, une nouvelle approche, une vision. Mais il faut au moins quelques visages symboles. Le prsident Martelly devra prendre le soin de bien choisir ses plus proches collaborateurs pour ne pas prter le cadeau. C’est mme de ce ct-l que probablement on l’attend. On n’aime jamais les ‘parachuts’. politique traditionnelle ?La dfaite de Mirlande Manigat traduit l’impuissance de la classe politique, qui serait menace de mort par la victoire de Martelly, selon des membres de la communaut hatienne aux Etats-Unis. Pour de nombreux hatiens l’tranger, l’chec de Mirlande Manigat au second tour des prsidentielles pourrait sonner le glas de la classe politique traditionnelle. Les politiciens qui ont merge aprs la chute du dictateur Jean-Claude Duvalier en 1986 n’auraient plus d’avenir en Hati car la candidate du RDNP, un lment reprsentatif de cette classe politique, n’a pas russi se faire lire la magistrature suprme, croient plusieurs membres de la communaut hatienne aux Etats-Unis qui se sont exprims aprs la proclamation des rsultats. Le verdict des urnes a t un signal clair lanc aux dirigeants des partis politiques classiques par la grande majorit des votants. Ceux-ci jugent les projets de ces politiciens en dphasage avec les vraies aspirations de la population a comment Martin en s’embarquant dans un train pour Forest Hill (Massachussets). En effet, les jeunes lecteurs qui reprsentent les trois quarts de la population ont adress un message aux responsables des partis politiques traditionnels. La dbcle du RDNP explique clairement qu’ils ont rejet leurs politiques qui n’ont pas aid le pays progresser, retrouver la voie du dveloppement durable au cours des 25 dernires annes ont dclar d’autres compatriotes. Une Classe fragmente Depuis le dpart de Baby Doc, les partis politiques n’ont jamais retrouv un consensus pour dfinir un plan national pour sortir la population du bourbier. Au lieu de se fusionner pour l’avancement du pays, ils se sont plutt fractionns pour encourager la naissance de plusieurs autres petits regroupements qui n’ont jamais prsent un projet long terme pour le pays. Le Phnomne Martelly Le chanteur populaire, Michel Martelly, en dpit de son pass de musicien iconoclaste, a su conqurir le cur d’une bonne frange de la population hatienne travers sa campagne lectorale. politiciens d’hier, ont voulu prendre leur chance avec la star de la chanson hatienne. Reste celui-ci, selon des membres de la diaspora, de prsenter un programme plus ou moins consistant pour apaiser la misre de la population durant son Mercredi, 06 Avril 2011 18:28 HPN quinquennat. Frantz Alcma Je veux tre le prsident de tous les Hatiens’ dclare le prsident lu Michel Martelly sa premire confrence de presse (photo Hati en Marche) Avocat et porte-parole du prsident lu, Me Gervais Charles, btonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince (photo Robenson Eugne/HENM) Un troubadour chantant les prouesses du vainqueur du 20 mars, Luxamar Michel, au micro de Mlodie FM (photo Hati en Marche)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 13 Avril 2011 UNE PREMIERE ELECTORALEMirlande Manigat fait l’histoire en concdant la victoire son rival premire. L’lection du prsident de la rpublique a toujours t remise en question par les adversaires. On a donc fait coup double, ralis deux premires la fois. En effet, c’est aussi la premire fois qu’il a fallu organiser un second tour pour dterminer le gagnant. La prsidentielle a toujours t gagne jusqu’ici la majorit absolue des voix au premier tour. Le geste de Mirlande Manigat doit donc tre salu. Renvers par un coup d’tat militaire. Dsormais l’arme non seulement refusait de laisser un pouvoir civil la tte du pays, mais les diffrents clans en son sein se battaient ouvertement aussi pour le pouvoir. Et on s’tonne que le prsident Aristide ait pu aussi facilement prononcer sa disparition en 1995 ! avoir lieu en dcembre 1990. Elles sont gagnes par un jeune prtre, surnomm lors le cur des bidonvilles, Jean-Bertrand Aristide. Et en un aux urnes aprs le premier mandat de Prval. Cette fois la contestation va plus loin que jamais auparavant. L’opposition unie (l aussi c’tait une premire !) dsigna un prsident parallle et l’installa symboliquement le mme jour qu’Aristide prtait serment. Dans ces conditions, ce qui devait arriver arriva. Le pays capota dans l’une des pires crises de ces dernires dcennies, dj passablement tumultueuses. Oh sacrilge, le 200e anniversaire de notre indpendance nationale n’est pas commmor. Ou du moins, seulement dans le primtre du palais national. Aristide est embarqu de force pour l’exil le 29 fvrier 2004. Les Marines amricains dbarquent ainsi que les forces franaises (ce qui ne s’tait pas vu depuis 1802 et l’arrive en Hati de la force expditionnaire envoye par Napolon Bonaparte pour essayer de mter en vain la rvolution de Saint Domingue). Nous sommes finalement placs sous haute surveillance d’une force de maintien de la paix de l’ONU ou Minustah. Et pourtant, malgr un tel choc pour la patrie de Dessalines et de Ption, les querelles de nos politiciens n’en continuent pas moins. Aux lections dmocratiques de 2006, la victoire de Ren Prval ne fut pas reue en de meilleurs termes par les autres candidats. A commencer par l’ex-prsident Leslie Manigat qui contraignit mme son pouse, Mirlande Manigat, renoncer son mandat de snateur qu’elle avait dj pratiquement gagn. Michel Martelly est proclame. La lutte a t trs dure entre lui et son principal adversaire, Mirlande Manigat. Si Martelly a fait l’vnement lundi en l’emportant avec 67,5 % des suffrages Eh bien c’est Mirlande Manigat qui le fera le lendemain mardi (5 avril) en acceptant la victoire de son rival. Mme bon gr mal gr ! Cela ne s’tait pas vu en plus de 50 ans d’histoire en Hati. Et nous estimons qu’il faut le souligner. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince raz de mare vident. Mais les autres candidats n’acceptrent pas la dfaite. A commencer par le camp de feu Marc Bazin, dont la candidature tait appuye par l’administration amricaine de George Bush pre. Au point que l’on retrouvera beaucoup de ces personnalits politiques aux cts des militaires qui renverseront Aristide aprs seulement 7 mois au pouvoir. Aprs trois annes d’exil Washington, Aristide est ramen au palais national par dcision de l’administration Clinton. armes d’Hati, qui avaient ralis pas moins d’une demidouzaine de coups d’tat en l’espace de 5 ans. Les prochaines prsidentielles (1995) furent remportes par le dauphin lors d’Aristide, Ren Prval. des lections en Hati. Prval commena par trouver une entente avec son principal adversaire, l’OPL (Organisation du Peuple en Lutte) de feu Grard Pierre-Charles, qui disposait d’une majorit relative au Parlement. On nomma un membre du parti OPL comme chef du gouvernement. Puis on se brouilla nouveau. Ce qui entraina des toujours le pays, comme vous comprenez, qui paie les pots casss. Coups d’tats successifs, embargos commerciaux ou/et conomiques, blocages administratifs, absence d’investissements, perte des emplois, fuite du tourisme, image calamiteuse dans le monde etc. Donc toujours la descente aux enfers sans jamais de limites. Aristide, malgr de multiples avertissements, retourne Les rsultats communiqus lundi par le Conseil lectoral provisoire (CEP) donnent Michel Martelly vainqueur avec 67,57% des voix. Son adversaire, Mirlande Manigat, ralise 31,3%. Mais on a vu des candidats qui n’avaient mme pas ralis 10% demander l’annulation des lections. C’est comme si en Hati on est incapable d’accepter une dfaite en politique. Et du plus loin que notre mmoire remonte, cela a toujours t le cas. Depuis les lections qui ont suivi en 1806 l’assassinat de l’Empereur Jean Jacques Dessalines et qui conduisirent la guerre civile et la partition de la nouvelle rpublique avec le roi Henry Christophe au Nord et le prsident Alexandre Ption dans l’Ouest. A de rares exceptions prs, l’histoire de nos 200 ans de rpublique indpendante est reste invariable ce sujet. Pour arriver la comptition de 1957 qui nous donna l’entre en scne de Franois Duvalier. La victoire du futur Papa Doc a t attribue des magouilles des Forces armes d’Hati dont le chef d’tat-major, le gnral Antonio Kbreau, lui tait favorable. Le rgime Duvalier durera trente ans. Une dictature de fer. Jean-Claude Duvalier dut s’envoler pour l’exil en fvrier 1986. Les premires lections dmocratiques, le 29 novembre 1987, furent noyes dans le sang par les Forces provisoirement. Un mois plus tard (1988), de nouvelles lections furent organises. Boycottes par la majorit des partis politiques, de droite comme de gauche (a aussi c’tait une premire), un prsident fut lu. C’est le professeur Leslie Manigat, qui avait pass plus de 25 ans en exil. Celui-ci ne passa que quelques mois au palais. Les avocats expliquent : Il est lgitimement parvenu Madame Mirlande Manigat des cris d’indignation de nombre de ses partisans et de citoyens honntes dsireux de voir la politique se faire diffremment en Hati. De nombreux compatriotes tant de l’tranger que du Pays s’insurgent contre ce coup fourr, et dans une dmarche lgaliste connue et conforme aux idaux incarns par le RDNP, s’attendent nous voir prendre et rclament mme de nous, la voie de la contestation. Effectivement, les faits, tels que connus, la porteraient se prsenter par devant le BCEN avec l’argumentaire suivant : Les violations : 1. L’article 122-2 de la loi lectorale interdit toute manifestation publique en faveur d’un ou plusieurs candidats, d’un ou plusieurs partis, groupements ou regroupements politiques le jour du scrutin et jusqu’ la proclamation des rsultats. La loi lectorale prvoit une peine d’emprisonnement et une amende de cinq mille (5000) vingt cinq mille (25000) gourdes pour ce fait qui constitue un dlit lectoral. Pourtant, Ption ville, le jour des lections, une vritable manifestation lectorale a t organise par le candidat la prsidence de Repons Peyizan, Joseph Michel Martelly, au moment de se rendre aux urnes. Cette manifestation publique au cours de laquelle une pluie des lecteurs par l’quipe qui accompagnait le candidat aura ville et mme dans toute la zone mtropolitaine. Surtout que la population la suivait en direct travers certains medias Des observateurs lectoraux et des lecteurs inquiets ont dnonc ce comportement illgal et aucun membre du CEP n’a ragi ce dlit lectoral. 2.Dans certains centres de vote des gens ont pu voter partielles correspondant leurs bureaux de vote et sur les listes d’margement appropries. 161 de la loi lectorale. Pourquoi Madame Mirlande Manigat n’ira pas au Bureau de ContestationJusqu’au moment de la proclamation des rsultats du second tour, les deux candidats continuent de crier victoire (photo Hati en Marche) Mirlande Manigat accompagne de son avocate, Wilmine Saint Pierre, saluant l’ambassadeur de France Didier Lebret (photo HENM)

PAGE 7

Mercredi 13 Avril 2011 Page 7HAITI & SES TUTEURS Martelly a-t-il le support de l’international ? disent mme de droite extrme. Mais il est possible que luicomme de son premier succs musical (nom de scne ‘Sweet Micky’). Car la grande nouveaut est que le rapport entre le vainqueur de la prsidentielle hatienne et son lectorat est tout sauf idologique. Il n’existe pas un mouvement dnomm le ‘Mickisme’, comme par exemple Lavalas (qualifi de populiste) ou l’OPL (anciennement socialo-communiste) ou le RDNP (dmocratie chrtienne). Nous y reviendrons. En tout cas, s’il existe une constante ces derniers temps, c’est que l’international n’est pas emball par les dirigeants trop populaires.La politique a ses raisons Aristide a t renvers deux fois avec la complicit de Washington. Quelles que soient les raisons voques, il n’en demeure pas moins qu’il est populaire dans son pays. Un Ren Prval semble par contre avoir prfr 2006, cela pour tre dans les bonnes grces de l’international, qui sait. La politique a ses raisons que la raison ne connat pas. L’lection de Michel Martelly a t salue de manire chaleureuse par les grandes chancelleries. Mais ce n’est jusque l que pure courtoisie. D’abord que reprsente le nouvel lu ? Un ami des Etats-Unis. Ses premires interviews sont pour les mdias nord-amricains o il s’active depuis son lection dfendre sa prochaine administration. Un ami aussi et surtout pour les milieux d’affaires. Et l’heure o Hati est reconstruire suite au sisme de janvier 2010, ce n’est pas une mauvaise nouvelle.Le facteur boat people Cependant le business et la politique ne se confondent 3Les urnes ont t systmatiquement bourres par la machine frauduleuse mise en place par le camp adverse. Les procs-verbaux de la grande majorit des bureaux de vote tmoignent d’un nombre de bulletins dpassant largement le taux de participation de l’lectorat. L’cart falaise constat dans plusieurs arrondissements entre le taux de participation et les voix indiques dans les procs-verbaux avaient port les techniciens du Centre de Tabulation mettre le seuil de avec une complicit tentaculaire dcid le jeudi 24 mars d’augmenter 250 voix le seuil tabli pour la validation de Dorsainvil annex) Le nombre de votants dpasse celui des inscrits dans la plupart des bureaux de vote et n’est pas en adquation avec le taux de participation enregistr par exemple dans les Ceci a t signal dans un mmoire au CEP qui n’a pris aucune dcision en ce sens. 4Les recommandations de l’OEA, appliques au ou atypiques. Ces recommandations pour lesquelles le camp adverse s’est battu au premier tour par devant le BCEN pour en obtenir l’application, ont t systmatiquement mises de cot la dernire minute pour faciliter le forfait des membres du CEP. Ainsi au premier tour, tous les procs-verbaux tmoignant d’un bourrage d’urnes ou prsentant des lments frauduleux n’avaient-ils pas t carts? C’est d’ailleurs la seule explication la prsence de M. Michel Martelly au second tour en lieu et place de M. Jude Clestin. Ceci est un indicateur sans quivoque de la machination du CEP et de la partialit de l’OEA qui a choisi dlibrment de ne pas ragir la violation des rglements mis en place. 5. Une dlgation du CEP prside par M. Gaillod Dorsainvil accompagn d’autres conseillers, s’est rendue le dimanche 3 avril deux reprises, et la dernire, en pleine nuit, pour faire comptabiliser les procs verbaux annuls par l’OEA appliques au premier tour. Nous disposons de la liste de ces procs-verbaux. Or, l’article 174 de la loi lectorale tablit, sans quivoque, que seul le Directeur Gnral du CEP joue le rle d’intermdiaire entre le Centre de Tabulation et les membres du CEP. Plus loin, l’article prcise : Au besoin, aprs le traitement des donnes et avant la proclamation des rsultats, les partis politiques et les candidats indpendants participant aux lections ont accs au Centre de Tabulation Il est clair que c’est une numration limitative qui ne permet pas aux membres du CEP de participer au processus de traitement des donnes, ce qui rend leur prsence dans l’enceinte du Centre de Tabulation la nuit du 3 avril pour le moins insolite (reportage radio Scoop FM et interview du Qu’ont fait M. Dorsainvil et ses acolytes au Centre de Tabulation pendant ces deux heures qu’ils y ont pass, alors que les informations reues dans l’aprs midi, avant leur intrusion, annonait dj la victoire de Mirlande H. Manigat? Il est vident que tous ces faits prouvs sont d’une telle gravit qu’ils vicient les rsultats des lections et que conformment aux prescrits de l’art. 179 de la loi Electorale nous serions en droit de produire une contestation lgale qui serait recevable tant en la forme qu’au fond. Qu’il soit clair et sans quivoque pour tous que ce n’est ni par dfaitisme, ni par manque d’arguments que le RDNP et allis choisissent de ne pas emprunter la voie de la contestation formelle. Ce n’est pas non plus par dcouragement, l’quipe constitue est de la race des lutteurs infatigables. La vie du RDNP pendant plus de trente ans est jalonne de combats livrs debout, les armes la main, les bonnes, c’est--dire les lois, les idaux dmocratiques et les valeurs rpublicaines. Mais qu’on le comprenne bien, ce combat men par les membres du CEP et certains acteurs nationaux et internationaux n’est pas celui du droit et de la dmocratie. Il n’a pas chapp pas autant qu’on pourrait le croire. Nos dirigeants n’auraient alors pas trop se casser la tte, du moment o l’on peut ‘acheter’ Washington, ou Ottawa, ou Paris. Erreur, ce qui compte le plus c’est la garantie de durabilit. Bien plus que nos classes dirigeantes et nos lites, les dcideurs amricains ont comme une obsession : prvenir trop de bouleversements en Hati car cela reprsente immanquablement pour eux de nouvelles vagues massives de boat people. Et autres dsagrments. Mais en tte de liste les milliers de passagers clandestins dbarquant au petit matin sur les plages immacules de Palm Beach. La France n’est pas loin sur ce plan d’emboiter le pas aux Etats-Unis. Regardez son traitement des rfugis chasss par les bouleversements politiques dans le monde arabe. Michel Martelly peut-il amener les Hatiens rester chez eux ? C’est le principal critre pour juger du poids d’un nouvel lu hatien aux yeux du Dpartement d’Etat amricain. Pas la peine de chercher midi quatorze heures. Lorsque l’administration Clinton dcida de ramener au pouvoir le prsident Jean-Bertrand Aristide aprs 3 annes d’exil Washington suite au coup d’tat militaire de septembre 1991, c’tait sur la base que Aristide pourrait utiliser la grande dvotion que lui vouent les masses hatiennes pour encourager le peuple attendre des jours meilleurs.‘Pauvret et stagnation’ Michel Martelly sera-t-il valu selon les mmes critres ? Les conditions en Hati ne se sont gure amliores depuis. Bien au contraire. ‘Pauvret et stagnation’, signale le dernier rapport de la Banque interamricaine de dveloppement (BID). Cependant quelque chose a chang, notre humble avis. Cela mme qui a fait la victoire exceptionnellement du chanteur populaire parmi 19 candidats aux dernires prsidentielles. L’lecteur Lavalas et l’lecteur de Sweet Micky n’ont C’est cette nuance qui a chapp aux 18 autres prtendants. L’lectorat hatien traditionnel est comme le chrtien qui accepte son sort sur terre, quel qu’il soit, parce que le royaume des Cieux lui est rserv.Tandis que le jeune qui a vot Martelly le 20 mars dernier a une autre motivation : Russir ! Son modle ce sont les jeunes stars qui visitent Hati, sur un plan quotidien depuis le sisme. C’est le Hollywood de l’humanitaire. C’est Wyclef Jean, que le bon peuple donne dj comme devant succder Sweet Micky. Une nouvelle gnration qui a pris naissance, mine de rien (‘sans bruit sans compte’) entre d’un ct l’lectorat d’Aristide (avec comme thme majeur : faire passer le peuple de sa misre atroce une ‘pauvret digne’, ce qui pourrait paratre raliste et rationnel) et de l’autre ct une autre catgorie, ceux plus instruits qui se considrent comme la gnration perdue, pessimiste, ngative par rapport l’avenir du pays Par tous les moyens ! Eh bien, entre les deux s’est soudain lev ce vent nouveau qui a fait la diffrence le 20 mars. Et ce nouvel lectorat quant lui ne veut plus attendre, son vangile c’est Russir ! Les mauvaises langues ajouteraient : cote que cote, par tous les moyens ! En tout cas, voil probablement l’aune laquelle sera jaug l’vnement du 20 mars dernier. L’avenir dira le reste. Hati en Marche, 9 Avril 2011 Contentieux Electoral ; elle choisit plutt de dnoncer la nation les turpitudes et les vilenies de ces conseillers lectoraux noctambules. Elle espre, mais sans trop d’illusion, que chacun assumera ses responsabilits devant l’Histoire, tout en souhaitant le meilleur pour Hati. Andr Michel, av. Wilmine Raymond Saint-Pierre, av. Carol Chalmers, av. Pourquoi Madame Mirlande Manigat n’ira pas au Bureau de Contestation la sagacit de tous que ce qui se jouait aprs que les dcomptes aient donn gagnante Madame Mirlande Hyppolite Manigat, tait le jeu immonde et immoral de la surenchre. Nous sommes conscients et convaincus que, comme l’ont soulign les plaideurs de Racine : aprs maints compulsoires, procs-verbaux et pour quelques [dollars] de plus on obtiendrait aisment quelque jugement sur requte . Ne parle-t-on pas de la ranon de l’infamie: trois millions de dollars amricains et la promesse d’un portefeuille ministriel ( ?...). Pour toutes ces raisons et cause de : a) la composition du BCEN form de ceuxl mme qui ont enfreint la loi lectorale, qu’ils avaient pourtant jur de faire respecter ; b) la passivit de l’OEA qui, contrairement au premier tour, n’a pas ragi aux violations des recommandations qu’elle avait elle-mme proposes ; c) l’intoxication d’une certaine Communaut Nationale et Internationale prvoyant un ventuel bain de sang selon les rsultats, ce qui offre une prime la violence, monnaie d’change dont on veut faire une constante dans la politique hatienne. Et surtout par pragmatisme et ralisme, car par devant ces juges, ce ne sont point les arguments de fait et de droit qui triomphent mais encore la valse effrne des dollars et de la surenchre. Or , nous n’avons ni les moyens pcuniaires, ni la culture de cette pratique immorale contre laquelle nous n’avons jamais tergivers. Madame Mirlande Manigat ne se prsentera pas par-devant le Bureau du

PAGE 8

Page 8 Mercredi 13 Avril 2011 LA LOI DU PLUS FORT MIAMI, 11 Avril – Est-ce qu’un jour on verra l’ONU se ranger aux cts de dirigeants d’un pays du Sud contre une grande puissance ? En Afghanistan, elle est dans le camp des puissances occidentales. Tout comme l’ONU en son organe suprme (Conseil de scurit) n’aborde jamais le problme de l’embargo amricain contre Cuba alors que l’Assemble gnrale se prononce chaque anne pour son abolition. Mais aujourd’hui surtout on a l’impression que Jesse Helms Mais il n’y a pas si longtemps ce n’tait pas aussi vident. Quand un snateur amricain trs conservateur, Jesse Helms, ridiculisait jusqu’au nom du secrtaire gnral Boutros Boutros Ghali. Les Etats-Unis se sont rjouis l’arrive de son successeur, Kofi Annan, mais celui-ci ne facilita pas assez la tche au prsident George W. Bush pour entrer en guerre contre l’Iraq de Saddam Hussein. Mais aujourd’hui on sent que le secrtaire gnral actuel, le sud coren Ban Ki-moon.Un Clinton ou un Chirac ! Et mme que l’ONU a pour seule mission d’assurer l’ordre imprial sur toute la plante Au point que, l o autrefois on d’intrts, aujourd’hui on peut nommer sans hsiter un ex-prsident amricain comme envoy spcial de l’ONU en Hati Et pourquoi pas un Jacques Chirac comme envoy spcial de l’ONU en Cte En Libye, elle a autoris les frappes ariennes des Etats-Unis et des pays de l’Alliance occidentale. En Cte d’Ivoire, elle a men l’assaut aux ct des troupes franaises contre les Gbagbo. des quatre volonts de nos grands bailleurs. C’est donc l’harmonie totale au point qu’on pourrait croire que les Nations Unies sont au service uniquement des plus puissants de la plante.Assassinat de Lumumba Comme dj au temps de l’indpendance du Congo et qu’on accusait le secrtaire gnral Dag Hammarskjld de connivence dans l’assassinat de Patrice Lumumba pour avoir refus de condamner la scession du Katanga, la province minire la plus riche du pays. Et quand elle (l’ONU) serait tente de prendre une position en dsaccord avec la voie traditionnelle vellit. l’accord n’avait jamais t aussi parfait entre l’ONU et les plus puissants de la plante. Une autre consquence de la disparition du bloc communiste (1990) et qui met les rapports plus nu. d’Ivoire ! Hati en Marche, 11 Avril 2011 L’Ambassade d’Hati en France commmore le 7 Avril Les Missions diplomatiques Hatiennes en France et le Comit Urgence et Soutien pour Hati, ont organis, sous le haut patronage du Groupe d’Amiti France-Carabes du Snat de la Rpublique franaise, une soire en mmoire de Toussaint Louverture, le jeudi 7 Avril 2011, l’occasion du 208ime anniversaire de sa mort, au Palais du Luxembourg Paris, o sigent les snateurs Franais. La soire a eu lieu dans la grande salle Clemenceau devant plus de deux cents Hati et la France . De nombreuses personnalits de la communaut hatienne dont le ministre conseiller, charg du consulat M. pays comme (les Etats-Unis D’Amrique, le Sngal, Taiwan, Le Chili, la Rpublique Dominicaine, pour ne citer que ceuxl), le Dlgu Gnral du Qubec, la Dput–Prsidente du Groupe d’Amiti France-Hati, l’Assemble Nationale, etc. taient prsents. Dans son intervention, la Snatrice du Bas-Rhin madame, Fabienne Keller a voqu l’amiti entre les deux pays et de souligner que Hati est un grand pays de la Francophonie : Je salue les nombreuses associations d’amitis entre la France et Hati qui sont ici reprsentes, elles sont nombreuses dans le territoire gographique de la France. Et je salue les amis d’Hati que nous sommes tous. C’est le groupe d’amiti France-Carabes au Snat qui co-organise avec les missions diplomatiques hatiennes en France cette soire. Le groupe d’amiti tait trs actif ces quatorze dernires annes, d’ailleurs le groupe sera de retour en Hati pour deux jours le 19 -20 Avril prochain six snateurs feront partie de la dlgation. Dans son allocution, M. Fritzner Gaspard Charg d’Affaire a.i prs l’Ambassade d’Hati en France, aprs avoir rappel le contexte de cette commmoration, a soulign que la pour but d’aider comprendre l’uvre et le parcours de ce Une rencontre de la Commission intrimaire pour la reconstruction d’Hati (CIRH) avec ses deux co-prsidents Bill Clinton et Jean Max Bellerive (photo Hati en Marche)

PAGE 9

Mercredi 13 Avril 2011 Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 13 Avril 2011 ACTUALITES EN MARCHE Miami, le 5 avril 2011 – (AHP) – Prenant part comme panliste la confrence annuelle sur la reconstruction d’Hati lundi que les grands dossiers politiques de la diaspora devraient tre prioritaires pour la 49me lgislature, exhortant du coup les parlementaires approuver les amendements constitutionnels relatifs ce secteur. Selon Edwin Paraison, l’excutif a fait son travail en soumettant un projet de rforme constitutionnel intgrant la question de la double nationalit rclame par les Hatiens ayant acquis une autre nationalit ou des citoyens d’origine hatienne nes l’tranger jouissant du jus soli sans pouvoir en mme temps conserver la nationalit hatienne qui leur est chre travers le jus sanguinis . A partir de la dcision qui sera prise par la 49e lgislature, ce problme sera rsolu , soutient le ministre qui diffrents parlementaires, toutes tendances confondues, lors d’activits effectues en diaspora. Plus que jamais, le climat politique est aujourd’hui totalement favorable la diaspora, particulirement aprs le tremblement de terre , a fait observer Edwin Paraison qui a galement mis en vidence les promesses sur ce dossier faites Mirlande Manigat et Michel Martelly, avant que soit connue la victoire de ce dernier. A ce propos, le ministre a rappel que l’apport tous les niveaux lors des lections. Evidemment si les candidats la prsidence ont t plus fortement appuys, cependant des membres de la diaspora ont aussi collabor particulirement ceux de l’intrieur du pays , a-t-il ajout. Pour sa part, l’homme d’affaires Fritz Clairvil, de la d’uvres sociales de l’entreprise SIMACT, a plaid pour une plus large intgration de la classe entrepreneuriale hatienne se retrouvant aujourd’hui en diaspora. Il fait tat d’investissements par millions en Hati du groupe conomique auquel il appartient, notamment dans le tourisme, avec l’Htel Cap Lamandou Jacmel (Sud-est), et aussi dans les mines et l’nergie, se montrant ouvert aux alliances stratgiques pouvant garantir la croissance des affaires en gnral et la participation d’actionnaires de la diaspora. Organise pour la deuxime fois cette anne au Centre de conventions de Miami, cette confrence annuelle sur la reconstruction d’Hati se tient durant trois jours avec la participation de plus de 130 exposants dans 45 panels, selon Kathleen Flix, responsable de liaison de Fonkoze , une l’implication de la diaspora dans les projets de reconstruction en Hati. prochain. Il est prvu, a dit le ministre Paraison, que les en fonction du nouveau chef d’Etat le 14 mai. AFP (8 Avril 2011) L’ancien prsident amricain Bill Clinton, qui co-prside la commission pour la reconstruction d’Hati (CIRH), s’est entretenu vendredi Port-au-Prince avec le prsident lu Michel Martelly sur les progrs de la reconstruction du pays, ravag en 2010 par un sisme. Aujourd’hui, je vois d’un autre oeil tout ce que je regardais avant et maintenant je peux dire la CIRH: “voici la direction qu’il faut prendre, voici ce que veut le peuple hatien et j’attends des rsultats. S’il n’y a pas de rsultats, on verra quelle dcision prendre”, a dclar M. Martelly l’issue de la rencontre avec les deux co-prsidents de la commission, Bill Clinton et Jean-Max Bellerive, l’actuel premier ministre hatien. Michel Martelly, dont la victoire au deuxime tour de la prsidentielle n’a pas t conteste par sa concurrente Mirlande Manigat, a aussi discut de la transition avec JeanMax Bellerive. Pour sa part, Bill Clinton, qui a visit des projets en cours dans le cadre de la reconstruction, a appel les bailleurs honorer leur promesse Hati. Il a indiqu que 87 projets de reconstruction taient en cours d’excution actuellement travers Hati, plus d’un an aprs le sisme qui a tu prs de 250 000 personnes et dtruit les infrastructures du pays. Oui, il est important que les donateurs internationaux honorent leur promesse, oui il est important que tout le monde ses mains, a dclar M. Clinton, qui s’est galement prononc pour que la reconstruction s’acclre. NEW YORK (Nations unies) L’missaire particulier de l’ONU en Hati, l’ex-prsident amricain Bill Clinton, a salu miracle”, et a appel le nouveau pouvoir issu des lections du 20 mars pratiquer la transparence. M. Clinton doit se rendre en Hati jeudi et rencontrer Port-au-Prince le prsident-lu Michel Martelly, qui prendra ses fonctions mi-mai. “Parfois nous nous concentrons tellement sur les problmes que nous oublions de voir les petits miracles”, a dclar M. Clinton devant le Conseil de scurit, propos de l’lection de M. Martelly la prsidence hatienne. M. Clinton, qui co-prside galement une commission consacre la reconstruction d’Hati, a dclar que des progrs avaient t accomplis dans ce domaine. Mais, tout comme le secrtaire gnral de l’ONU, Ban Ki-moon, il a insist sur le fait que le gouvernement devait faire preuve de transparence dans la gestion des milliards de dollars de fonds consacrs la reconstruction. “Il est important que nous fassions cela de manire renforcer les capacits du gouvernement hatien et la confiance des gens au cours du processus”, a dit. M. Clinton. La transparence, a-t-il dit, est cruciale et que les Hatiens voient les maisons sortir de terre, que des Hatiens soient embauchs et que des partenariats soient mis en place avec des entreprises hatiennes”. M. Ban a insist de son ct pour que le gouvernement de Michel Martelly change le systme judiciaire hatien, qui prsente de “profonds dysfonctionnements”. “Les Hatiens attendent du nouveau gouvernement et du nouveau parlement qu’ils soient la hauteur”, a dit M. Ban, appelant le parlement hatien montrer qu’il est “dtermin apporter le changement” en modifiant la constitution ds maintenant, sans attendre que M. Martelly entre en fonctions. M. Clinton a galement appel aux dons de la communaut internationale pour aider le pays --le plus pauvre du continent amricain-victime

PAGE 11

Mercredi 13 Avril 2011 Page 11LES PETITES ANNONCES Prepared by J.C. Cantave!for Appointment 10 dpartements d’tudes Gestion d’Entreprise Conception et Excution de Projet Economie et Finance Sciences de l’Education Sciences Comptables Relations Internationales Gouvernance Informatique de Gestion Relations Publiques et de Dveloppement Economique Sminaire en Angle Delmas 75 et Impasse Hrard # 3, Port-au-Prince, Hati, W.I. Par courriel: c.f.d.e.delmas@gmail.com Par tlphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 \ 3444-2001 Journe mondiale de la sant Jeudi 7 avril 2011 Communiqu de MdM Soumis AlterPresse le 6 avril 2011 La sant n’a pas de prix mais elle a un cot. Et un cot que ce soit dans les pays dits riches, ou dans les pays les moins dvelopps. Pour des millions d’individus travers le monde, l’obligation de payer pour accder aux soins reprsente causes d’appauvrissement. Chaque anne, plus de 100 millions d’individus basculent dans la pauvret suite des dpenses de sant trop lourdes (chiffres OMS). Cette ralit s’exprime avant tout dans les pays faibles revenus, comme c’est le cas en Hati Selon le rapport sur le Dveloppement Humain du PNUD (Rapport sur le Dveloppement humaine 2010), Hati est un pays dveloppement humain faible et avec une distribution du revenu fortement ingale. 72% de la population vit avec moins de 2USD par jour et la population n’a que Le taux de mortalit infanto-juvnile, c’est--dire le risque de dcs avant l’ge de cinq ans, est de 86/1000. En d’autres termes, en Hati, environ un enfant sur douze meurt avant d’atteindre l’ge de cinq ans. Mais pour les enfants les plus pauvres, ce taux atteint 125/1000 naissances vivantes. La mortalit maternelle reste parmi les plus leves au monde avec 630 dcs pour 100 000 naissances vivantes. des femmes les plus pauvres. 10 000 habitants et 6,5 professionnels de sant pour 10 000 habitants, Hati est loin de la norme minimale de l’OMS de 25 professionnels pour 10 000 habitants. En Hati, la sant est donc un luxe. Face cette situation le Ministre de la Sant Publique et de la Population et le Gouvernement d’Haiti soutiennent la mise en place de plusieurs projets visant au dveloppement et la consolidation des dispositifs de protection sociale en sant. qui couvrent les cots de services de sant en les rendant gratuits pour l’usager, principalement, pour le moment, pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. Ces initiatives doivent tre soutenues par les bailleurs de fonds et appuyes sur le terrain par les ONG et la socit civile. Elles doivent aussi progressivement se dvelopper vers un accs universel aux services de sant. La protection sociale en sant doit devenir la base de la reforme du systme de sant Mdecins du monde porte un message simple l’attention des membres du G20 qui se droulera Cannes en 2011 : “La sant n’est pas un luxe”. Alors que la promotion d’un socle universel de protection sociale est l’agenda de ce G20 prsid par la France, il est crucial que l’accs pour tous une couverture du risque maladie prenne toute sa place dans le dbat et qu’il en ressorte des engagements. En amont du G20 et l’occasion de la Journe Mondiale de la Sant, le 7 avril, Mdecins du Monde lance sa campagne : La sant n’est pas un luxe www. lasantenestpasunluxe.org Mdecins du Monde mne plusieurs programmes en Hati depuis 1989. Depuis le sisme du 12 janvier 2010, ces programmes sont mens par des quipes de MdM Argentine, MdM Belgique, MdM Canada, MdM Espagne, MdM France, MdM Suisse. La pubert 8 ans, c’est possible?A tout juste 8 ans, le corps de votre enfant se transforme, comme si sa pubert dbutait dj... Au secours, docteur, mon enfant grandit trop vite ! Chez la fille, les premiers indices (pilosit, dveloppement des seins) apparaissent vers 10 ou 11 ans. Chez le garon, les caractres sexuels secondaires (augmentation du volume des testicules et de la taille de la verge) s’observent un peu plus tard, vers 11 ou 12 ans. On parle de pubert avant 10 ans chez le garon. Six mois aprs, ils sont suivis d’une acclration de la croissance. Il est donc trs important de surveiller rgulirement (deux fois par an) la taille de l’enfant ds 8 ou 9 ans, chez un pdiatre ou un gnraliste, et de consulter ds l’apparition de tout signe pubertaire. Parfois, la pilosit se dveloppe relativement tt, vers 8 10 ans, sans qu’elle soit accompagne d’autres signes. Dans n’en sera pas perturbe et aucun traitement n’est ncessaire. naissante 9 ans peut tre simplement le signe d’une pubert en avance, qui ne ncessite pas de traitement particulier.Elle leurs premires rgles plus tt que celles qui sont minces. En cause ? La suralimentation, et donc un apport plus consquent en nutriments, ainsi que les scrtions hormonales du tissu adipeux, fonctionnant comme une glande endocrine. Mais, dans ce cas, il ne s’agit pas d’une pubert prcoce et l’enfant 15 ans et, au dbut des annes 90, de 13 ans. Une amlioration due essentiellement l’aimentation : les enfants n’ont jamais vcu de priodes de restriction, comme en connaissaient leurs anctres. un dpistage trop systmatique ?Une nouvelle tude publie sur le site internet du British Medical Journal indique que le dpistage systmatique qu’un faible impact sur la mortalit lie ce cancer. Ainsi, certains chercheurs suggrent que le dpistage ne soit pas pratiqu de manire systmatique. Le dbat sur le dpistage du cancer de la prostate est relanc. Une nouvelle tude publie en ligne sur le site du British Medical Journal suggre en effet que celui-ci n’aurait qui indiquait que pour prvenir un seul dcs, il fallait dpister 1.410 hommes et en traiter 48. Selon Santelog, des chercheurs de l’Institut Karolinska, en Sude, se sont penchs sur les donnes de 9.026 hommes gs de 50 59 ans conserves dans le registre national sudois du cancer. Entre 1966 et 1987, 1.494 hommes ont t slectionns au hasard pour subir un dpistage biannuel par toucher rectal les premires fois puis par toucher rectal et pas t tests constituaient le groupe tmoin. Ds 1996, pour le 4e dpistage, seuls les hommes gs de 69 ans et moins ont t invits effectuer les tests, leur taux de survie tant alors observ jusqu’ 2008. Finalement, les chercheurs ont constat que 5,7% du groupe des hommes surveills ont t diagnostiqus pour un cancer de la prostate contre 3,9% des hommes dans le groupe tmoin. Si dans le groupe dpist les tumeurs sont souvent plus petites et plus localises, le taux de survie global n’est pas diffrent entre les deux groupes.trop de patients s’ignorent encoreMots cls : Hypertension Artrielle, Prvention, Obsit Favorise par l’pidmie d’obsit, elle reste encore trop souvent le tueur silencieux des accidents cardiovasculaires. Selon une tude publie en fvrier, l’hypertension artrielle fait 7 millions de morts par an dans le monde, et le nombre d’hypertendus devrait atteindre d’ici 2025 1,5 milliard ! En France, 31% des 18-74 ans sont hypertendus, indique l’enqute ENNS de 2007. Sur 15 millions d’hypertendus connus, 12 sont traits par des mdicaments, mais la pression artrielle n’est contrle que chez la moiti. Et un hypertendu sur deux ne connat pas son Salptrire, Paris). La marge de progrs est donc forte. Maux de tte, bourdonnements d’oreilles, mouches dans les yeux L’hypertension ou HTA se manifeste seulement lorsqu’elle est dj svre, que la pression artrielle dpasse largement la normale, soit 140/90 mmHg. Ces deux chiffres expriment la pression exerce par le sang sur les parois des artres: le plus lev quand le cur se contracte et jecte le sang (PA systolique), le plus faible quand il se relche et se remplit (PA diastolique). L’hypertension mconnue ou nglige s’aggrave inexorablement. Elle provoque un vieillissement acclr et irrversible des artres, endommage aussi certains organes cibles -cerveau, cur, reins et yeuxet expose des complications: accident vasculaire crbral, infarctus du

PAGE 12

Page 12 Mercredi 13 Avril 2011 LIBRE PENSERLeons ! On ne paie jamais trop cher une bonne leon Anonyme Chers amis lecteurs, je voulais laisser passer cette semaine. Ne rien dire. Fuir. Oublier mes propres ralits pour m’enfermer dans le virtuel. Je voulais mme me gurir de cette obsession fantaisiste qui veut me faire croire que la rdemption d’Hati est possible. Je pensais mme me drober cette merveilleuse obligation de rpondre l’attente de ces amis/es lecteurs et lectrices qui ont fait de cette chronique hebdomadaire un point d’ancrage la ralit sociale de notre pays. Je pensais n’avoir rien compris la dynamique conversations avec des vieux amis, avec des connaissances, je me suis rendu compte que l’inertie des socits humaines les rend vulnrables aux changements brusques. En moins d’un quart de sicle la complexit de la socit hatienne est devenue si grande et un si grand nombre d’individus, jeunes, trs jeunes, et mme des moins jeunes, se sentent si tellement ignors que leur seul espoir est de s’accrocher celui auquel ils se sociale , tout est alors dit. Et, celui-l, ils sont capables de le dfendre coups de coude, coups de machette, coups de poing. Gare ceux qui se mettent de travers. parler de notre grand stratge, le premier qui osa croire que ce pays pouvait faire quelque chose de grandiose. Conqurir la libert. Se la faire sienne. Il nous dota de notre premire Noirs et qu’il pouvait s’adresser, tout autre reprsentant de tout autre peuple, sur le mme pied d’galit. Il voulait faire de ce pays un pays moderne, sans complexe, face ceux qui ont toujours symbolis le pouvoir : le blanc, la technologie, l’argent. Il fut trahi. Renvers. Cependant, les racines taient profondes et nombreuses. Le 4 avril m’obligea laisser le 7 de ct. J’ai t donc oblig de changer mon texte car les rsultats taient compltement diffrents de ceux auxquels je Il y a trop de leons tirer de ce rsultat. Il ne s’agit pas simplement du choix d’un Prsident et il ne s’agit pas non plus d’un chque en blanc un Individu pour qu’il fasse et dfasse grce la majorit confortable qui l’a choisi. Non. Ce serait trop simple. Il y a une lecture plus profonde raliser, et il faut le faire sinon nous risquons tous de prir . Il faut toujours tirer une leon de tout processus de slection surtout s’il s’agit d’lections. Et celles-l, il faut le dire et il faut l’admettre nous permettent d’en tirer. Des leons. Des conclusions. Nous avons tous chou chers amis lecteurs et chres amies lectrices. La symptomatologie des changements, qu’ils toujours d’une clart mridienne mais nous, handicaps sensoriels, jouissant de tous les privilges possibles, nous faisons de notre mieux pour viter d’y prter attention. Le monde arabe a explos en moins de 3 mois. Les signes avantcoureurs taient l mais nous ne les avons mme pas remarqu. le vcu de milliers d’individus qui croyaient que le systme fonctionnait, la fois que des malhonntes du genre Maddoff ou Georges Thodule (plus prs de nous Hatiens), connaissant parfaitement les points obscurs du systme, s’enrichissaient aux dpens d’honntes gens trop crdules. La loi n’a pas poursuivi ceux qui leur ont facilit la tche cependant. Et, chez nous, la crise politique qui dure dj 25 ans nous a explos au visage. maintenant. changer. Je voyais dj Hati changer dans la srnit. Je dois l’admettre, je me sentais beaucoup plus confortable dans un changement qui, avec la complicit de la Communaut Internationale , allait se faire tranquillement, l’abri de soubresauts populistes. Non. Nous avons rendu impossible voulons permettre que des changements violents. Nous sommes prisonniers de nos ralits asymtriques. Nous sommes un cas rcolter ce que l’on a sem ? Ce qui pis est, personne n’a vu venir ce dernier cas. Sauf nos Antoine Langommier de toujours car ni le Bwa pi W qui dit voir loin ni la graine promeneuse qui dit voir encore plus loin, n’ont rien pu jour que nous tions victimes de nos propres contradictions. Nous nous renfermons dans nos erreurs quotidiennes et nous persistons croire que nous sommes sur le bon chemin sans nous rendre compte du risque lev d’implosion sociale. Et, ce sont ces contradictions, ces erreurs quotidiennes qui provoquent ces changements bouleversants. Nous sommes toujours temps d’viter le pire. Donc, pour le bien de notre cher petit pays, pour une fois, ramons tous la mme cadence . Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Avril 2011 grand humaniste que fut Toussaint Louverture, elle est aussi constituer les grands idaux de la pense louverturienne. Dans cet ordre d’ides, le charg d’Affaires a.i en grande capacit d’organisation, sa capacit de rassembleur, son respect de la dignit humaine, son sens pragmatique, son et de la justice sociale, sa recherche constante d’une grande cohsion sociale. Autant de valeurs qui sont, pour le Charg d’Affaires ai, toujours d’actualit et qui pourraient inspirer les futurs dirigeants du pays en vue de conduire Hati vers le chemin irrversible du dveloppement. Le Charg d’Affaires conclut en formant le vu que : L’accession la Premire Magistrature de l’Etat, de son Excellence, M. Joseph Michel Martelly, Prsident lu, puisse contribuer rendre effectifs les idaux de ce grand homme que fut Toussaint Louverture. La soire a t suivie d’un coktail. communication et des relations publiques Ambassade d’Hati en France 10 Rue Thodule Ribot 75017 Paris Les prvisions annuelles pour la saison 2011 des ouragans viennent d’tre publies par la Colorado State University. Dans son dernier rapport, les chercheurs de l’universit font savoir que les informations obtenues jusqu’en mars 2011, indiquent que la saison 2011 des ouragans pour l’Atlantique va avoir nettement plus d’activit que le moyenne des saisons entre 1950 et 2000. Nous estimons que 2011 aura environ 9 ouragans (moyenne 5,9), dont 5 ouragans majeurs de catgorie 3-4-5 (moyenne 2,3) et 10 jours d’ouragans majeurs (moyenne 5,0), 16 temptes nommes (moyenne 9,6), 80 jours de tempte nomme (moyenne 49,1) et 35 jours d’ouragans (moyenne 24,5) . Le rapport prcise que la probabilit qu’au moins un ouragan majeur (catgorie 3-4-5) suive la route des Carabes moyenne de 42% le sicle dernier . La probabilit d’avoir : une tempte tropicale est de 95% comparativement 82% (1), un ouragan de catgorie 1-2 77% comparativement 57% (1), un ouragan catgorie 3-4-5 91% comparativement 42% (1). Tous type d’ouragan confondus la probabilit est de 91%, comparativement 75% (1). (1) sur les 100 dernires annes HL/ HatiLibre Prvisions annuelles des ouragans pour la saison 2011P-au-P, 6 avril 2011 [AlterPresse] --Un quart des sinistrs vivant actuellement dans les camps sont menacs d’expulsion, selon les dernires informations fournies par l’Organisation Internationale de la Migration (OIM). Prs de la moiti des personnes qui s’taient refugies dans des centres d’hbergement aprs le sisme du 12 janvier sont parties. Au mois de mars, 680 mille sinistrs sont recenss par l’OIM, contre 1,5 millions au lendemain de la catastrophe. L’organisation a indiqu le 5 avril dernier que 166 mille parmi les sinistrs qui vivent encore dans les camps ont t invits partir par les propritaires des terrains qu’ils occupent, au risque d’tre expulss. Il est manifeste que beaucoup de personnes quittent les camps sous la contrainte et que les expulsions forces jouent un rle de plus en plus important dans le retrait des populations des camps , souligne l’OIM, ajoutant que l’accroissement des expulsions surpasse la capacit du gouvernement et des organisations humanitaires offrir des solutions de logement. Un quart des sinistrs Entre juin et dcembre 2010, 179 camps taient concerns par des expulsions forces. Mais depuis janvier 2011, dans 68 camps les sinistrs sont devenus indsirables. Selon l’OIM, 67% des 166 mille personnes sous le coup de la menace d’expulsion vivent sur des terrains privs et 8% sur des terrains appartenant l’Etat. Les autres, soit 25%, occupent des terrains dont la proprit reste indtermine. La commune la plus affecte par les expulsions c’est Carrefour (priphrie sud) et Cit Soleil (priphrie nord). Par ailleurs, sur 450 familles qui ont trouv un abri depuis le12 janvier dans l’enceinte du Stade Sylvio Cator, Port-au-Prince, et aujourd’hui menaces d’expulsion, 50 ont pu obtenir un abri transitionnel, les autres risquent de se retrouver totalement la rue, informe l’OIM. Depuis que les premires expulsions ont t signales dans les camps, en juin 2010, 234 mille sinistrs dans 247 sites de10 communes, ont t touchs. de la station dit avoir demand M. Alexis de recueillir les premires ractions des candidats Martelly et Manigat aprs la proclamation des rsultats des lections. Le rdacteur aurait rpondu qu’il ne prendra pas contact avec Martelly. Pradel Henriquez reproche aux journalistes rvoqus de n’avoir pas su dissocier leur appartenance politique de leur devoir professionnel. Il parle d’ insubordination grave pour expliquer le renvoi du rdacteur en chef, Eddy Jackson Alexis et du chef de rubrique culturelle, Josias Pierre, indpendamment de leur opinion politique plutt favorable Mirlande Manigat. Eddy Jackson Alexis a pour sa part dclar qu’il a essay en vain de contacter les deux candidats la prsidentielle, mais qu’il n’a pas pu. Plus loin, le journaliste rservs Manigat et Martelly durant la campagne lectorale. Une accusation rejete par M. Henriquez. Jeudi, 07 Avril 2011 HPN La rvocation mardi de trois employs de la TNH fait des vagues dans la presse. Ces derniers disent avoir t mis pied pour des raisons politiques alors que le directeur de la . Mercredi, Eddy Jackson Alexis, Josias Pierre et Jacques Innocent, trois employs de la Tlvision nationale d’Hati, ont rapport dans les medias avoir ont t rvoqus de la chaine publique. Une nouvelle qui a fait grand bruit dans les medias, d’autant plus que les deux premiers voquent des motifs politiques la base de leur licenciement. Le journaliste Eddy Jackson Alexis accuse le directeur de la TNH d’tre un supporter actif du prsident Martelly et l’aurait rvoqu pour son appartenance politique. Ce qui est faux, rpond Pradel Henriquez qui voque plutt une faute professionnelle du journaliste. Le directeur Port-au-Prince, le 7 avril 2011 Monsieur le Directeur, Monsieur Robert Paret, Directeur Gnral du MUPANAH, vous saurait gr de faire parvenir, pour information, aux organes de presse: crits, parls et tlviss relevant de votre association, la note de presse qui suit. NOTE DE PRESSE. Monsieur Robert Paret, Directeur Gnral du Muse du Panthon National Hatien (MUPANAH), a l’avantage d’informer la population hatienne, le monde culturel et artistique en particulier qu’il a, en date du 5 avril 2011, remis sa dmission au Prsident de la Rpublique, son excellence Monsieur Ren Prval. Cette dcision tient compte des dispositions constitutionnelles qui attribuent au nouveau chef de l’Etat le privilge de nommer les directeurs gnraux de l’administration publique (art.142). Le Directeur Gnral du MUPANAH tient remercier tous ceux qui, durant son passage cette noble institution, lui ont apport leur concours et une franche collaboration, particulirement les membres de l’administration et le personnel du muse. Robert Paret Directeur gnral du MUPANAH comme directeur du Mupanah Une crmonie la mmoire de

PAGE 13

Mercredi 13 Avril 2011 Page 13 REHABILITATIONLe tournant (3)Dans les deux derniers articles consacrs la Confrence Internationale sur la Rforme Agraire et le Dveloppement Rural (CIRADR), organise par la FAO Porto Alegre du 7 au 10 mars 2006, j’ai insist sur le fait que cette confrence marquait un tournant, tant en ce qui concernait la politique agricole prconise (voir Le tournant, 30/03-05/04/2011), que l’attention accorde certaines catgories sociales : les femmes, les peuples indignes, les nomades, ou certains thmes : l’environnement, la scurit alimentaire (voir Le tournant 2, Ce virage ne pouvait pas manquer d’avoir une ceci devient vident lorsqu’on compare les documents issus de la Confrence mondiale sur la rforme agraire et le dveloppement rural (CMRADR) organise par la FAO Rome en 1 979, et ceux de la CIRADR. Dans un document intitul Contribution de la FAO aux bonnes politiques et pratiques en matire de rforme agraire et de dveloppement rural : une vue d’ensemble, Parviz Koohafkan, Directeur de la Division du Dveloppement Rural la FAO, et que j’ai bien connu alors qu’il tait responsable du centre de la FAO au Limb, donne le ton : mondial, tout en respectant les principes de la CIRADR , un nouveau paradigme merge en matire de rforme agraire et de dveloppement rural dans de nombreux pays. Et d’numrer les domaines o la diffrence est la plus vidente On part d’une conception o le dveloppement rural est principalement une question de production une conception o le dveloppement rural est principalement une question sociopolitique. On passe d’une perspective sectorielle une perspective base sur les moyens d’existence et/ou le territoire. La comprhension de la participation passe d’une approche consensuelle pour recueillir l’information et une approche instrumentaliste de la participation) un engagement de tous les acteurs concerns, notamment la ngociation du rle des acteurs et des rgles du jeu dans les principaux processus de prises de dcision. On volue d’une stratgie d’intervention base sur les besoins vers une stratgie d’intervention base sur le droit (ce qui suppose de prendre en compte la fois les droits de la population et leurs responsabilits pour s’acquitter de ces droits, ainsi que des questions de gouvernance). Les capacits de dveloppement autrefois bases sur les besoins et les comptences sont maintenant bases sur les droits, responsabilits et incitations, faisant l’objet de ngociations sur le rle des acteurs et la rgle du jeu, Tout cela est bel et bien, mais il y a un problme. Je me souvient de m’tre demand, en entendant certaines dclarations, comment la FAO allait se dbrouiller avec les autres grandes organisations internationales ; j’avais aussi relev la remarque d’un des participants qui disait que ce n’tait pas avec la FAO seule qu’il faudrait discuter, mais aussi avec les institutions de Bretton Woods (Fonds Montaire International, Banque Mondiale). Quand on voit le sort fait aux rsolutions de la CMRADR, on ne peut s’empcher d’tre quelque peu pessimiste. Revenons au document de Koohafkan Vingt et un ans avant la Confrence du millnaire, la FAO avait caractre rural, au cours de la confrence mondiale sur la rforme agraire et le dveloppement rural (CMRADR) Cent quarante-cinq pays y taient reprsents – notamment par quatre chefs dtats et 89 ministres – ainsi que des agences des Nations unies, des organisations intergouvernementales et des ONG. La confrence avait adopt par acclamations la Dclaration de principes et le programme daction qui ont par la suite t dsigns comme la Charte des paysans . Cette charte pour la pauvret rurale soulignait que le dveloppement rural constitue un problme global comportant de multiples aspects interrelis, qui doivent tre abords simultanment, par la mise en place d’institutions autonomes au niveau villageois; la rorientation des politiques nationales de dveloppement au niveau national et; la construction d’un Nouvel Ordre Economique International au niveau mondial. La charte souligne les principes suivants : L’objectif premier de la rforme agraire et du dveloppement rural vise amliorer la qualit de la vie de toutes les populations, notamment les ruraux pauvres. La croissance est ncessaire, mais elle n’est l’quit et la participation de la population. La CMRADR s’est tenue en 1979 ; vingt sept ans plus tard, en 2006, mme les plus indulgents doivaient reconnatre que ces fameuses institutions de Bretton Woods (Fonds Montaire International, Banque Mondiale), qui ont les moyens de nous imposer leurs vues sur la politique conomique et sociale que nous devons mener, n’ont pas tenu grand compte de toutes ces belles paroles. Et deux ans aprs la CIRADR, les meutes de la faim ont mis en vidence les consquences nfastes de cette politique. Suite ces vnements, la FAO a organis plusieurs confrences en vue de discuter des mesures de redressements prendre, cependant les rsultats sont rests loin en de des esprances. Mais ceci est une autre histoire, sur laquelle nous aurons revenir. Bernard Ehart d’un sisme dvastateur en janvier 2010 qui a fait quelque 220.000 morts, d’une tourmente politique et d’une pidmie de cholra. La communaut internationale avait promis 5,3 milliards de dollars de dons sur deux ans lors d’une confrence des donateurs de l’ONU en mars 2010, et sur cette somme, 3,2 milliards ont dj t attribus, a dit M. Clinton. “Maintenant que cette lection a eu lieu et que la ses rsultats, je pense qu’il est important que les donateurs augmentent leurs contributions”, a-t-il dit.Bill Clinton salue un “petit miracle” Le prsident ivoirien sortant Laurent Gbagbo a t arrt lundi dans sa rsidence d’Abidjan, mais ses proches et Paris donnent des versions divergentes du rle prcis jou par les forces franaises dans l’opration. Cette action s’est droule alors qu’une trentaine de vhicules blinds du dtachement franais “Licorne”, appuys par un hlicoptre, s’approchaient de la rsidence o Laurent Gbagbo s’tait retranch depuis des jours dans le quartier de Cocody. Laurent Gbagbo et son pouse Simone ont t conduits l’htel du Golf, sige du gouvernement d’Alassane Ouattara, le prsident reconnu par la communaut internationale, depuis l’lection prsidentielle conteste du 28 novembre dernier. Selon les Nations unies, New York, le prsident sortant s’est rendu aux forces du prsident lu et se trouve sous la garde des forces rpublicaines d’Alassane Ouattara. “Aprs les mois horribles qu’a connus la Cte d’Ivoire, le pouvoir lgitime, reconnu par la communaut internationale, va pouvoir s’installer”, a dclar le ministre franais de l’Intrieur, Claude Guant. “Enfin, aprs les malheurs qui ont frapp, ce pays va connatre la paix.” Pour le camp pro-Gbagbo, ce sont des forces spciales franaises qui ont permis de mettre la main sur le prsident sortant, qui refusait de cder le pouvoir Alassane Ouattara, dont la victoire lectorale avait t reconnue par la communaut internationale. Selon Toussaint Alain, reprsentant pour l’Europe du prsident sortant et qui a le premier annonc Reuters l’arrestation, Laurent Gbagbo “a t arrt par les forces spciales franaises et remis des chefs de la rbellion”. l’ont remis aux forces rpublicaines”. Une version aussitt dmentie par les autorits franaises et par l’ambassadeur de Cte d’Ivoire Paris, Ali Coulibaly, selon qui ce sont les forces d’Alassane Ouattara qui ont men l’opration. Thierry Burkhard, porte-parole de l’tat-major “Aujourd’hui peu aprs 15 heures, l’ex-prsident Laurent Gbagbo s’est rendu aux forces rpublicaines de Cte d’Ivoire d’Alassane Ouattara”, a-t-il dit. “A aucun moment les soldats de la force franaise Licorne, qui taient dploys le long des grands axes depuis ce matin, ne sont entrs ni dans la rsidence, ni dans le jardin de la rsidence”, a-t-il ajout. Le ministre franais des Affaires trangres Alain qui sont entres dans la rsidence prsidentielle et qui ont procd l’arrestation de M. Gbagbo. Les choses sont d’une trs grande clart”, a-t-il dclar Paris. Thierry Burkhard a ajout que l’ex-prsident Laurent Gbagbo avait t emmen avec ses proches, dont son pouse Simone, l’htel du Golf “par les forces rpublicaines de Cte d’Ivoire.” Selon une source militaire franaise, le gouvernement Ouattara a estim que l’htel du Golf, o la tlvision et sans menottes dans une chambre, tait le lieu o “il serait le mieux en mesure d’assurer la scurit de Laurent Gbagbo”. “Cela devrait entraner rapidement la reddition des forces pro-Gbagbo. A Treichville, un quartier de la capitale conomique, 200 membres de la garde rpublicaine se sont rendus la mi-journe. Ali Coulibaly a ajout que le prsident dchu serait jug.“Des chefs de la rbellion ont t convoys sur place par les forces franaises qui ont pntr dans la rsidence avec des chars”, a-t-il dit. “Le prsident tait dans son bureau.” Un porte-parole du camp Ouattara, Herv Cohx, Laurent Gbagbo avait t “arrt par les forces franaises qui M. Clinton a galement apport son soutien la demande du prsident sortant Ren Prval pour que la mission de l’ONU en Hati, caractre essentiellement militaire, bascule vers une mission de police et de lutte contre le Dans le dernier numro d’Hati en Marche, en page 8, la lgende de la gravure laisse entendre que celle-ci reprsente Maitland recevant la capitulation de Toussaint Louverture. Bien sr, elle reprsente au contraire Toussaint recevant la capitulation de Maitland. D’autre part, Maitland tait gnral de l’arme de terre anglaise, pas amiral. Laurent Gbagbo fait prisonnier par les forces de son rival Alassane Ouattara appuyes par les troupes franaises (Reuters)

PAGE 14

Page 14 Mercredi 13 Avril 2011 En Bref...(... suite de la page 2) faisant passer, dans leur discours, pour des aptres du changement et de l’inclusion de la Majorit pauvre. Le docteur et historien Georges Michel a t attaqu mardi (5 avril) par des bandits alors qu’il allait payer une facture une compagnie d’assurance dans le quartier de Canap-vert. Georges Michel a reu une balle au postrieur tire par un voyou qui lui a vol sa des documents importants et son laptop, mais ils peuvent garder l’argent retrouv dedans.Un policier abattu au Champs-de-marsUn policier a t abattu mardi (5 avril) en dbut d’aprs midi par des individus arms dans l’aire du Champ de mars, au centre ville de Port-au-Prince. L’agent affect l’Unit de scurit de la prsidence (UDMO) a t tu alors qu’il s’apprtait rclamer son gain dans une banque de borlette. Peu avant, l’historien journaliste Georges Michel tait lui aussi victime d’un hold up. (HPN)Liste des dputs lusLundi, 04 Avril 2011 HPN La liste des dput lus lors des lections du 20 mars: Port--Piment : Len Gener 53% Parti INITE Torbeck : Georges Guy Gerard 54 % Parti INITE Camp Perrin: Pierre Augline 51% Parti Mochrena Port Salut : Sinal Bertrand 56% Parti INITE Tiburon : Saintima Louinord 51 % Parti INITE Chardonnire : Lisma Omeus 53% Parti Liberasyon Coteaux : Dolme Atrel 54% Parti Liberasyon St Jean du Sud : Laguerre J. Benoit 73% Parti AAA Cavaillon : Dorfeuille Gandy 59% Parti Ansanm nou fo Aquin : Gerald Bourjolly 51% Parti INITE Les Cayes : Tamis jean Fenel 59% Parti Reons peyizan Roche Bateau : Richard Olivar 50% Parti INITE Pestel : Polite Dieunal 51% Parti INITE Dame Marie : Louis jeune Acluche 52% Parti Alternative Anse D’Hainault : Joachim Dorelien 52% Parti INITE Jrmie : Laforest Dorgil Gisler 50% Parti Alternative Latortue : Casius Gros Negre 51% Parti PONT Port de Paix : Francois Louis Amiot 53% Parti INITE Mole Saint Nicolas : Dorius Eloune 53% Parti Alternative Saint louis du Nord : Delhomme Louis Marie 54 % Pati PONT Thomonde : Bernado Marie Denise 58% Parti Lavni Las Cahobas : Siguee Marckens 54% Parti Alternative Mirebalais : Descollines Abel 53% Lavni Marchand Dessalines : Garcia Delva amlioration de la situation des dtenus en Hati, dans son bulletin trimestriel (janviermars 2011). Les audiences criminelles sont organises rgulirement au cours de ce trimestre (janvier –mars) et les audiences correctionnelles sont tenues quotidiennement, indique le document transmis AlterPresse. Cela a permis de traiter et de rsoudre 132 c as et occasionn la libration de 120 dtenus, relve le bulletin. Le taux de dtention prventive prolonge prsente une baisse, passant de 84% 70 %, selon l’OPC. La collaboration entre l’OPC, la police et la justice est redynamise et les liens de L’OPC annonce galement une augmentation du nombre de plaintes dposes devant les instances judiciaires. Les facteurs qui ont facilit ces amliorations ne sont toutefois pas mentionns dans le bulletin. Florence lie a reu du gouvernement amricain, le 31 mars dernier, le prix Femme de courage d’Hati , pour son travail auprs des enfants dans les centres d’hbergement de sinistrs du sisme du 12 janvier 2010. AlterPresseMichel Martelly, ‘une leon politique’Michel Martelly est donc le nouveau Prsident de la Rpublique d’Haiti. On connait ce pays par les catastrophes naturelles qui viennent de loin en loin occuper nos crans de tlvision. On connait beaucoup moins l’histoire des interventions extrieures, France et Etats-Unis en tte, qui depuis sa cration, on empch ce pays de devenir les pertes de la France causes par l’indpendance de l’le, jusqu’ l’enlvement rocambolesque d’Aristide en 2004, organis par la France et les Etats-Unis, et qui a plong le pays dans un chaos social et politique, mettant le pays sous une quasioccupation de la MINUSTAH, dont le cot fonctionnement aspire plus de 80% de l’aide internationale. Michel Martelly a beaucoup de travail. Ce pays, autrefois appel “la perle des Antilles” est devenu un des plus pauvres du monde aprs des annes de corruption et de pillages de ses richesses par sa bourgeoisie internationalise, sans que

PAGE 15

Mercredi 13 Avril 2011 Page 15Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Atik sa-a fenk part anba plim Jan Mapou . Nan ane 80 yo, Ayisyen ki te gen chans rantre Ozetazini t’ap rale mounte youn masuife pa do. Youn bann entelektyl, pwofesyonl ayisyen debake Kebk ak Nouyk pou kontinye kary yo. Gen ki te ale an Afrik ak kontra Nasyonzini pou y’al anseye nan peyi afriken yo ki te fenk mare endepandans yo. An Ayiti nan epk sa-a jens-la t’ap priye Granmt-la nan inivsite epi yo lage de bra balanse sou beton-an. Pa gen travay. Se vagabonday. Tout mon ap triye youn grenn espwa nan laye lavi miy nan peyi etranje. Nanpwen youn fanmiy ki pa gen youn grenn zanmo ltb dlo. Soti Okay, rantre Ptoprens mwen te tounen youn tt pwason nan mitan youn bouyon mimi kote tout aktivite eskelt peyi-a ploge. San pditan, nou trase chemen nou. Se konsa an 1965 nou rankontre kk zanmi ki ankouraje nou rantre nan batay lanng kreyl ayisyen-an. Nou monte Mouvman Kreyl Ayisyen pou defann lanng nan ak kilti pp-la. Fanm kou gason kole zepl pou youn konbit lenguistik nasyonal ki pral tounen yon nan pi gwo lekl fmasyon pou jens-la. Apre arestasyon manm Mouvman Kreyol Ayisyen yo 6 Avril 1969 nan radyo Karayib, yo lage-n kon vye bal rad sal nan boko fatra f dimanch. Grasa dye plis chans nou soti vivan. F-Dimanch s’oun tonm nan mitan simity. Rantre pa soti. Lojman karanng. Rezidans bawon sanmdi. Si mirak ou soti, ou tounen youn zonbi san fanmi. San zanmi. Kanmarad de batay meprize-w. Tout mon p, ki f tout mon p-w paske anpil mon k’ap defann gouvennman-an kondidere-w km move je, kominis, kamoken ki pran nan raty politik pale Nan f demach pou viza, youn depite Jeremi mande-m $300.00 pou li f-m jwenn viza. Kondisyon pase, mwen glise-l lamwatye; L mwen bon l’a va jwenn rs la. Mwen pa te gen lechwa. An Ayiti Granmon save yo di nan politik lakay depi ou chode youn fwa, dezym fwa-a, se pwenn f pa. Kidonk, si ou vle danse sou pikan, se met sapat. . Pasp-m anba bra-m, m’ ap mache, k kontan, mwen w-m nan avyon k’ap poze sou teren avyasyon nan Nouyk Siti . Nan epk sa-a se te sl rv jens-la. Lakay pa gen lavi. S’oun psekisyon. Akizasyon. Prizon. Lanm. Sl peche Mouvman Kreyl se te defans lanng kreyl, lanng matnl nou nan radyo Karayib kote nou t’ap ankouraje mon pale, li, ekri, itilize lanng yo ak kilti yon an tout sitiyasyon lavi-a. Lanj ak fredi bilozewo akeyi nou jou swa nou rive nan Nouyk. Jan chache. Jan jwenn. Nan Nouyk se youn lt esperyans. Apre kk mwa tribilasyon pou adaptasyon; youn zanmi ede nou jwenn travay nan Kennedy Airport, nan seksyon pakin kote gen youn bann Ayisyen ap travay. La tou, nou lanse. Tizwazo koumanse f plim. Ayisyen yo montre nou wout, ban nou woulib, kenbe men nou nan vil tt chaje sa-a kote mon dmi youn je fmen, youn je louvri. Se nan travay nan nuit mwen rankontre ak youn jenn gason ki rele Pierre Vernet. Youn ng senp. Senpatik, entelijan. Respektab. You “Milat cheve plim” nou te konn takinen-l. Li toujou byen pwp nan inifm konpayi-an. Andetan twamouvman, nou vin zanmi. Nou te gen youn bann bagay ki idantifye nou yon-lt. Nou tou de se imigran. N’ap travay pou menm konpayi. Nou se kesye. N’ap travay nan nuit. Nou se patizan lanng kreyl ayisyen-an. Kidonk nou gen konvsasyon. Se nan anbyans sa-a mwen te rankontre li. Yon te konn ti koze lt. Nou bay lodyans, diskite politik, nou ekri, pataje opinyon. Ansanm nou t’ap prepare demen. Nou vin zanmi. Bon zanmi. Mwen rakonte istwa mwen ak nan ki kondisyon mwen rantre Ozetazini. Li rakonte-m kijan li tou rive bout nan Nouyk. Li te toujou ap etidye nan gwo liv lenguistik. Ak youn lint gwo tograf kreyl la ki depi nan epk 70 yo te koumanse ap pran fm. Se konsa, nou te vin aprann Py te gen gwo kontak nan lt peyi nan travay pou defann lanng kreyl la. Li t’ap prepare youn tz pou youn inivsite an Frans. Inivsite Descartes ansyen La Sorbonne. Se konsa youn jou li aprann nou, li pral an Frans. Nou bay akolad. Se ak k rache nou te separe. E nan lakou-a mwen te sl anplwaye ki te konnen pou ki rezon li te demisyonen. Bouch manje tout manje men li pa pale tout koze. Retounen li retounen n’aprann Pierre Vernet rantre an Ayiti, km reprezantan Inivsite Rene Descartes an Frans. Li t’al f youn esperyans nan zn Kotdef. Se te an 1976. Nan 30 sant alfabetizasyon kote mil de san mon t’ap aprann li sou youn alfab yo te chwazi; mil mon te vin konn li ak ekri. Pandan youn ti vizit nan Nouyk li renmt mwen youn pwodiksyon rezilta etid li te f Kotdef-a: Ti diksyonn Kreyl-Franse, dictionnaire elementaire creole Haitian-Francais ki soti nan edisyon Caraibes. Diksyon sa-a te gen youn ekip jenn lenguis ki te prepare-l tankou Nougayrol, Charles Alexandre, Pierre Vernet, Henry Tourneux ki direksyon Alain Bentolila “ Ti Diksyonn kreyl sa-a se rezilta travay on ekip ki sot nan inivsite “Rene Descartes” a Pari. Travay sa-a ft paske te vin gen yon kontra ant Inivsite Rene Descartes” la e Institut Pedagogique National Haitien. “ “Pou ti diksyon sa-a te reyalize, se nan mitan Ayiti menm n’ale nan zn latibonit la tout alantou Senmak. Se la nou mande moun yo pale, e tou sa moun yo di , mo kreyl nou jwenn yo, si pou n’ta tande tout youn apre lt, f n’ ta pran swasant d’tan.” Nan menm prefas-la yo di “ gen lang ki rich, pa gen lang ki pv, pa gen lang pou blag ak lang pou af serye. Oun lang se yon zouti ki bon pou tout pysLang yon moun pale , sa l’te ye, kapab di sa moun nan bezwen. Menm jan an, nou pa janm bezwen di on bagay pou kreyl la di l’ ban nou. Anpi si vin gen bagay nf pou di, gro envansyon osinon nenpt ki lt bagay nou vin bezwen di, kreyl la ap toujou ka svi noun nan bon ti mamit san manke kras.” Nan epk sa-a kreyl te tankou yon kk kalite mare nan pye tab. Syantis Ameriken kou Franse pandan y’ap eseye kapote bokit mayi-a nan dyakout yo, tou pase ap deplimen-l an katimini. Apre lanm papa Dk, an 1971, Pp-la koumanse reveye. Papa Dk ki t’ap sere boulon tout ganizasyon kiltirl yo, bloke tout gwoupman ki t’ap f pwomosyon pou lanng nan swadizan y’ap edike lamas se kominis yo ye, te youn tijan ramoli apre lanm li. Ak Janklod te gen youn lt fm ouvti kiltirl ki te penmt youn seri atis ak ekriven “angaje” pse. Men danje-a te toujou la. Nan korespondans nou, chak fwa yon ekri lt mo de pas la se pawl andaki : “Mapou nou nan bouch lyon yo, veye isit m’ap veye lt b.” Ng ap mache sou douz pou yo pa pile trz Lakay ti ng ap mache S-S.. Chak ane depi 1983, Koukouy yo toujou fete Jounen pase 18 milyon mon ki pale kreyl. Koukouy toupatou toujou sanble pou wonmble anyl yo kote yo chita pou f evalyasyon evolisyon lanng kreyl-la ak literati natifnatal-la. Premye fwa nou te envite Pierre km lenguis, plizy lt fouyapt te vin patisipe nan chita tande-a ak Koukouy yo. Se te nan ane 1997. Te gen Maximilien Laroche, Kaptenn Koukouwouj, Jean Robert Placide, Jean Robert Cadely, Yves Dejean, Py Banbou, Togiram, Kiki Wainwright, Degoutan; Lochard Noel ak tan dt ank . Pierre ak youn elokans ki pa janm febli defann tz li devlope nan technique d’ecriture de la langue creole -la ki dapr kk obsvat se youn teknik pou Lafrans te foure pye-yo pi fon nan batay lenguistik la an Ayiti. Km militan 60 yo te bloke pt devan, yo t’ap eseye glise nan fent. Youn teknik frankofoni pou bloke evolisyon lanng matnl yo nan peyi kote yo pale Franse. Dapr polemik nan epk-la peyi tankou Ayiti te lanse nan lit pou youn endepandans kiltirl. Miyami Oktb 2009. Biwo Santral Sosyete Koukouy ganize twazym wounmble yo nan Miyami. Tm nan se te evolisyon tograf kreyl-la 30 ane apre Lachanm peyi Ayiti te vote li. Ki pwogr ki ft, nan ki direksyon Kreyl la prale. Kijan pou nou kontinye rezoud pwoblm yo. Biwo Santral la te sanble nan Miyami ak Koukouy Michel-Ange hyppolite,(Kaptenn Koukouwouj) Jean-Robert Placide, Manno Eugne, (Kanada) Pascale Millien, (Connecticut) (Choubllak Kreyol), Camille Derenoncourt (Homestead) Ernst Mirville (Py Banbou)Ayiti, Depi 1979, ganizasyon GREKA (Group Rechch sou Kreyl Ayisyen) te prezante youn tograf fonemik nan dezd ekriti lanng kreyl ayisyen-an. Malgre tograf la te popil nan majorite sekt entelektyl peyi-a, li pa t’ tonbe nan santiman bonkou lenguis ki pa te dak ak tout prensip yo. Ansm se te youn premye pa. Nou te panse ak letan li ta vin poli, estandarize pou satisf tou gran lenguis ayisyen yo ak pp la ki ap itilize lanng nan chak jou nan aktivite li. Anvan 1979, anpil ganizasyon fme ak Ayisyen kou etranje. Anpil esperyans ft nan tout kwen peyi-a. Yo tout pase kon lenguistik Aplike Ptoprens, (ILAP) Centre Linguistique Appliqu de Port-au-Prince, (CLAP) Mouvman Kreyl Ayisyen, Sosyete Koukouy, ASCONA pran rasin. Malgre Pierre Vernet rive konvti enstiti li-a CLAP an Fakilte youn Inivsite Lenguistik nan Ptoprens kote li fme plizy anpil jenn lenguis nan peyi-a. Py rive menm Dwayen Inivsite Eta Ayiti. Malgre mannigt ak konplo pou te ltgt li. Li pa t’ janm falta nan misyon li. Pale mal se lapriy jouda Li pase 3 jou nan Miyami. Depi li desann avyonan l’ap mete-n sou pnga jouk li retounen Ptoprens. Li di “Kouzen kouzin pa selebre. Jounen jodi-a gen gwo danje k’ap pandye sou tt nou. Zt ap mennen gwo konplo pou yo antere tout ti pwogr nou f nan lanng kreyl-la nan 50 ane ki sot pase la yo.” Pandan pasaj li nan Miyami, gen plizy radyo ak televizyon li te bay entvyou. Tout jounalis ki apwoche-l li pa t’gen okenn pwoblm pou li te pale ak yo. Km youn ng prensip li toujou rele-m sou kote pou li mande mwen kalandriye aktivite koukouy yo pou sten deplasman –an pa p’ kontratye nou. Li te f-m konprann Kreyol la te gen gwo psekisyon. Toupatou kote li pase nan tout repons li yo l’ap repete se pou nou veyatif. Gen youn danje k’ap pandye sou tt nou. Lnnmi-an toujou la. Ti aki nou f yo frajil. Gwo konplo nasyonal ak entnasyonal ap f pou yo fmen bouch t’ap ensiste. Menm vi pa-l andanje nan youn peyi tt chaje. Li mande nou tout sip nou ka ba li paske gen anpil vid e lennmi Nan radyo Lekl, youn emisyon kominot ki pase chak jou nan pi gwo estasyon radyo nan Florid-la ki se (National Public Radio) NPR 91.3 FM, men sa Pierre Vernet te di l yo te poze-l kesyon sou eta sante tograf lanng kreylla anvan 1979: Eske mon ka koupe fache ak lanng ni? ”Pwoblm sosyal la li ekzite se nou ki f-l. Pa ekzanp si l Ayiti te pran endepandans li, zanst nou yo, nou oblije respekte yo. Sa yo te f-a nou pa janm f-l, zam alamen yo mouri; zanzt yo pa te f anyen ki pa t’ bon. Non nou pa gendwa di sa Apre yo vo youn bagay, egal yo pran ms kolon-an, e yo pran lanng kolon-an pou yo montre yomenm yo ka youn bagay tou, sa yo f-a li bon, yo gen kapasite. Si ou rive youn kote ng la se avk youn kouto li vle goumen av-w, se kouto-a ou pral pran pou defann tt-ou. Si li pran youn baton, se youn baton w’ ap pran pou defann tt-ou. Si li rale youn zam, youn mitrayt, se youn mitrayt pou ganyen pou defann tt ou, si se pa sa, l’ap manje-w. Yo rele sa an Franse “determiner les rgles du jeu” nan ap chache zam nan se paske li w se ak zam sa-a pou l’ goumen pou l’defann tt li. Enben zanst nou yo te w yo te fk te gen youn zam tankou relasyon entnasyonal, fk yo te gen youn zam tankou Franse. Men rezon ki f nou ganyen Franse km lanng an Ayiti ; day yo pa t’ menm f-l lanng yo te ganyen. Yo pa ka pran angajman pou yo te di an Ayiti Franse. Egal pwoblm sa-a soti la. Kidonk, Noumenm, nou pa ka rete youn jou pou n’di pa gen pwoblm sosyal ank, pa gen mon ki sipoze yo sipery, pa gen mon ki panse yo enfery; pwoblm sa-a li la.’ “Km lanng nan se youn zam nou genyen pesonn pa depanse kb pou li, nan pwen mon ki peye pou pale. L ou nan lari ou pa di monch prete-m youn ven goud pou m’ka pale alske ou ka bezwen youn ven goud pou achte youn bouty kola. Egal si w’ap bezwen montre youn mon ou mon w’ap ba-l kola, se kb pou genyen pou achte-l men si se pale w’ap pale ou pa bezwen kb pou genyen pou achte-l. Sa f lanng nan tounen yon nan prensipal zouti pou eseye montre mon yo ou mon osnon ou plis mon pase yo. Pwoblm sosyal la la. Lanng nan tounen youn zouti pou l’ goumen ak pwoblm sosyal la. E si mon nan se youn abitan, youn analfabt, mon ki nan biwo-a ki bezwen montre li sipery’ li pral pale Franse av-l. Si abitan-an pa ka pale Franse, li di-l rale k-l, mwen gen bagay serye pou m’okipe. E si li ta pale Franse li ta pral chache youn lt lanng pou l’jwenn youn zam pou l’kraze-l, pou montre-l li pa mon, donk se pa Kreyl la ki responsab, ni Franse ni Angle, ske Ayisyen ap toujou bezwen youn lanng pou l’f chlb paske Ayisyen pa chwazi kreyl paske se Kreyl li gen nan tt li, li chwazi Franse men li chwazi Angle tou. Si demen bagay yo vire se Chinwa ki pi bl lanng nan lemonn, Ayisyen ap pale Chinwa wi. Anft li bezwen youn zam pou l’bay tt li val devan youn lt li bezwen kraze.. Se lanng nan li jwenn li svi av-l malerezman sa bay pwoblm paske youn lt fwa devalorize youn lanng nan youn peyi alske se lanng sa-a ki dwe svi pou devlope peyi-a, ou bloke peyi-a.” leguistik nan peyi Ayiti? Akisa youn diplm lenguis pral svi youn mon an Ayiti Li pa t’ menaje repons li. Li te gen konfyans Fakilte-a ap prepare jens-la tankou nenpt ki lt fakilte nan peyi-a. Li di: “An Ayiti youn mon k’ap f dokt osnon enjeny pa gen okenn garanti se nan tt mon yo yo imajine l ou f dokt ou gen lajan lamenm, se manti y’ap bay tt yo. Pa gen okenn metye an Ayiti ou aprann epi ou gran ng tousuit. Se pa vre. Kit li te dokt, enjeny agwonm. Kounye-a sa ou ka jwenn travay, ki kapasite ou ganyen. Si y’ap bay chak metye val, chak gen val pa yo. Nan peyi-a gen mon ki malad fk gen dokt, fk gen enjeny” Pierre kontinye pou l’di: “ menm avantaj metye sa-a yo genyen youn lenguis genyen-l . Sa depannde potansyl mon degre konesans li. Ak devlopman teknoloji-a, peyi-a bezwen mon pou f tradiksyon, entpretarya, pwodui diksyon Gen pou tout mon.” mapoujan@bellsouth.net

PAGE 16

Page 16 Mercredi 13 Avril 2011 BACK PAGE Hati en MarchePort-au-Prince Miami th Printed by En Bref... jamais les hatiens ne voient une “gourde” (la monnaie raliss. L’agriculture est exangue, la quasi totalit des arbres de l’ile ont t coups par les habitants pour faire du feu. L’lan de rassemblement de la socit civile des annes 2003-2004, symbolis par l’”appel des 184”, a t touff dans l’oeuf par l’intervention FrancoAmricaine, renvoyant chacun aux clivages et aux divisions qui sont depuis sa cration le plus gros handicap de ce pays. Michel Martelly n’tait pas le candidat de la “communaut internationale”, il a mme failli ne pas passer le premier tour aprs un scrutin entach d’irrgularits pour lequel il avait demand lui-mme ses lecteurs de ne pas voter et d’aller manifester dans la rue pour protester contre une lection qui devait tre joue d’avance et conduire Jude Celestin, par ailleurs gendre de Ren Prval l’actuel prsident, la Prsidence.


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID ENQ8H68TH_NP28K0 INGEST_TIME 2011-07-19T20:57:45Z PACKAGE UF00098809_00451
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES