Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
















Michel Martelly vainqueur des presidentielles


RESULTATS-ELECTIONS

Guerre des nerfs

impose

a la population
P()RT-.Alii-PRINC E 1 \ I l - DC I ,i\ Cll ill dIIcCiiil
din Coitic IC ubi h lion dICs \ot l.s i(CT\ IC IhIlli 'i ni id s
liocLidi \ Cl.lC\IC Ii.iili. p l' .ld C ll C IllllllC. f liC dIllC II li ldCl ;1 I
Aull'ic 1nt1' ill lcdu i .lc Ol$i ble. coi1in , 1 _'cnt lk'

- w

Ilk












iSLISPENSE 1). -4
., I " .. , . ,11




I n'll l n

SUSPENSE , |>. 41


Vodou-politique !
PC)RT-.AI-i-PRIN(CE I NM! I, - SI I I .ll nll_ c'IIcIIC C |I,
dcl cClibilllli OI OIIli iconIin . lll Ib I Iil .lln.p iii ' 1 c I Ion phlliqli'
I, C' l l.n LIC dlC I lllflOl1lll llI
( d st1 1: dille11111ni0 1 iltl l tlOneIll ele oiu l plo\ isoIIn
OCl C EP l Cll siibli 1 ii1col l ll u I lllli.iOl II Cllllt ll Oi o lon 0l lic
iVODOUi ,p.5 5

Florence Elie reooit
le prix "Femme
de courage d'HaYti"
...... -- - n


IV

Mi
POR T-
Ali-PRINCE 4

p l i idl III \ l

il i. l1 il. i " . I I.
I11diC111 il c 11 CC
pItl.. dc ,,'.. dc..
N1o\ $.0loI1 lc'


C1 II 1 II11110I 1 1 I
| I 0 CI J 1 I I 0 i1
lll c ,i n ,illI ll
pl OCJII,1 illlC , ll n
ld , l L 'I-I Ilid
0111 CC \ Ikl..| phll.
1o1 qiu d i libittii l


C .I I LI in lici l





piclllcc(i lic ct
C11 cl III .1 I ,11 i11
C IlljI l CUIcl1kL







c pcItch[itlnlli� Ic
5II Inl. J|.I|nlp C



p I I I C Ic I Ilil IlI
P o p LI I c i i CI n
11i n |, i p i. dOili:C.




I ,illlb I In \-
pOISlil bCllO llljI l '






con�ulb1lcnien
C h i I 1i 1 1 1 d11 l
1I-''' dc "I ,111.





1 pCl III .I 0 11 .I
m. iC ii b I i i I
l\ Oll 1 b hc i ll\l

Idio1111111C ql( Jc


Ci IOLII I>, lI\ dC'

I llill I C
Mujlnn Hc.lld qui
PRESIDENT
p. 3)


lichel Martelly 67,5%;

irlande Manigat: 31,3%
- h -q


16 JAY
I II ls


Souverainete & dependance:

le dilemme haitien !
P()RT- Al_-PRIN( E 1 .I s - PCen-oln elI D IDbold s.l nos ,mciCeei I .I ,Ieilni onICen ,ill
loIleI ieiClt d pI le deii lUiii ti .o hl in eCn 1 'e1 e I e'li |S . ' ilhp. II\I . 12 .in I. i Iell.li. COIOIIle e .scli\. -'ii e .ll. e d il
C ce t IC dille niie C 1 I, iL .lild lluie dln e CiCl ll1ii-DolIllii'-nU InIOdl. Ie .ii.io llO I In . lP .IlIOtliil II[II Lli
,Iiiluel 1.111 iL.c I H.Illi oi d lomi l hIL Dil ILENIN E /, .


MENACES CONTRE 'RADIO CARAIBES'

Pitie pour nos medias !


. I. I I. I
I I 1 i I l II1 0 ,


PO)RT-.AIUi-PRINC E 2 A ll - La C,11ipI_2n1C
CICCokie 1C dCI ICdiliclkC
ELini dol iC. I Ab_,.lcncc iC. Cillibl d ,i InitlIc.
_IllCl ttllC . IC. IC d'll l_. l Ild Os I'l letIe. I OIll t m.ll|l|OIiC 1Otl
IC pold.. d .li s. C2C ll'111(1is.


lls s< _'50111 Ieillltl\ e$ JItlll0I 11 lllqtlie le ll pIeI(_' i
Is11s1csoI 1 m in _ Clt S .1111I1011_1S d tc lo l [ [I tpC, s
p r II fC e II 1 C I CI iClidi Ieen.I I lC l eIOI ed l ToIC Ie I Co ile
VMEDIAS >. IL


" -I





Page 2


I EN PLUS...


. ..I.- x... .. .. . .. . . . . . . .


Presse/Jean Dominique :

Devoir de memoire et justice


Dimanche 3 avril 2011
Note de press de l'Office de
Protection du Citoyen
Document soumis aAlterPresse le
2 avril 2011
Commemoration de l'assassinat
de Jean Ldopold Dominique et Jean Claude
Louissaint 3 avril 2000 - 3 avril 2011
3 avril 2011. Onze ans d6ji !
Depuis qu'un 3 avril 2000 le Parquet de
Port-au-Prince ouvrait des poursuites
judiciaires centre les assassins de Jean
Ldopold Dominique tomb6 dans la cour de
sa radio A 6:00 du matin avec son garden
Jean Claude Louissaint.
Aujourd'hui le cas embl6matique
de Jean attend que justice soit faite pendant
que l'enquete se pursuit.
Aujourd'hui de nombreux t6moins
et accuses potentiels sont morts ou ont
disparu d&s le d6but de l'enquete tandis que
tous les inculp6s se sont 6vad6s de prison.
Aujourd'hui le dossier se trouve
devant le cabinet d'instruction de la Cour
d'Appel aprbs un passage de 11 mois A la
Cour de Cassation qui a ordonn6 que les


auteurs intellectuals de ces meurtres soient
recherch6s.
Aujourd'hui neuf juges
d'instructions en premiere instance se sont
succ6d6s sur le dossier suite A une champagne
d'intimidation centre ces derniers, contre
les t6moins et contre la parties civil qui
a subi une tentative d'assassinat au course
de laquelle le jeune agent de s6curit6 de la
veuve Jean Dominique, monsieur Maxime
Seide a trouv6 la mort le 25 d6cembre 2002.
Quand on se souvient que Jean
Do a pass sa vie A d6fendre les opprim6s
contre l'injustice. Quand on sait que Jean
Do a combattu l'exclusion au profit des
<< moun en dehors �.
Nous avons tous un devoir de
m6moire envers Jean Ldopold Dominique.
Consid6rant que tout citoyen a
droit A un proces equitable, la Protectrice
du Citoyen et de la Citoyenne exhorte les
acteursjudiciaires et de la police A redoubler
d'effort pour qu'enfin les auteurs de ce
crime soient punis conform6ment A la loi
dans les d6lais requis.


Shakira donne 400 000

dollars a une cole en Haiti


La chanteuse colombienne a donn6
400 000 dollars pour la reconstruction d'une
cole a Port-au-Prince
En visit en Haiti, Shakira a fait un


La chanteuse Shakira entouree par des eleves a
Elie Dubois (photo HPN)


don de 400 000 dollars pour la reconstruction
d'une cole de Port-au-Prince endommag6e
par le s6isme dejanvier 2010. Elle a sign
un accord avec la Banque interamdricaine
de d6veloppement (BID) qui
doit apporter la some pour la
reconstruction de l'6cole Elie
Dubois qui est l'une des 6coles
les plus anciennes de l'ile.
"Je suis tris heureuse
d'avoir l'opportunit6 de
contribuer A la r6alisation
de votre rive. Je voudrais
dire aux filles de l'dcole Elie
I Dubois qu'il faut saisir la
chance de l'6ducation >> a
d6clard la star en franqais,
S devant les 6tudiantes et les
de l'cole religieuses de l'6cole Elie
Dubois.


Journee Nationale de la Diaspora


Le Ministbre des Haitiens Vivant A
1'Etranger (MHAVE), s'estime heureux de
vous annoncer que, par arrnt pr6sidentiel
sign en Conseil des Ministres le 16 mars
2011, la date du 20 avril est d6crt6e : <<
Journe Nationale de la Diaspora �.
La < Journde Nationale de la
Diaspora > (JND), est l'aboutissement de
diverse d6marches du MHAVE aupres
de l'ex6cutif, suite A de large rencontres
effectudes par son titulaire M. Edwin
Paraison, aux Etats-Unis, au Canada, en
Espagne, en Suisse, en France, au Mexique,
A Cuba, en R6publique Dominicaine, entire
autres, dans le cadre de la promotion de
nouveaux rapports entire Haiti et sa diaspora,
en vue de rdpondre, aux attentes des deux
parties.
Pour ce faire, le MHAVE a choisi
d'utiliser un outil tire d'une manifestation
organisde en et par la diaspora le 20 avril
1990. Ayant r6uni plus de 120,000 personnel
par delA les divisions sociales, religieuses et
politiques, cette manifestation consid6rde
comme la plus important A caractbre non
politique, a donn6 lieu, pour certain A
une experience vivante de notre devise : <<
L'Unionfait la force >, laquelle, aujourd'hui
doit etre r6cup6rde et mise A profit dans le
cadre du double processus de refondation
et reconstruction.
Tenue A New York le 20 avril
1990, cette journde historique a &t6
capital pour la defense de la bonne
renomm6e international du pays, des
int6rets de la communaut6 haitienne des
Etats-Unis et en provision de measures
inad6quates qui pourraient frapper le reste
de la diaspora haitienne global, face A
la stigmatisation lide au VIH-SIDA. Une
preuve d'engagement et d'unit6 qui m6rite
d'etre renforc6e, canalis6e, appr6cide voire
meme imit6e par les g6ndrations pr6sentes


et futures.
21 ans aprbs, 1'Etat haitien s'en
souvient. Institute officiellement, cette
journme de la diaspora qui sera comm6morde
annuellement, A commencer le 20 avril
2011, aura la vertu d'exprimer la gratitude
de l'Etat, envers ses filles et ses fils qu'il
n'a pas pu retenir en son sein, mais qui font
montre d'un attachment patriotique digne
d'etre reconnu par tous.
Le lancement des activities
d'organisation de cette journde a 6td
effectu6e au local du MHAVE ce le avril,
avec la participation de repr6sentants des
autres ministbres concerns, notamment,
la Ministre des Affaires Etrang&res,
Marie Michble Rey, la Ministre de la
Culture et de la Communication, Marie
Laurence Jocelyn-Lassegue, des cadres des
Ministbres de l'Int6rieur et des collectivit6s
territoriales et du Tourisme. De meme
que des repr6sentants de la diaspora, des
communaut6s des Etats-Unis de la France
et de Cuba.
Pour Mme Lassegue, un grand
pas a &te franchi avec l'institutionnalisation
d'une Journe national pour la diaspora.
De son c6td, madame Rey a insist sur la
n6cessite d'une appropriation effective par
la diaspora de cette journey. Le titulaire
du MHAVE pour sa part, a exprime sa
satisfaction d'avoir pu mener A bien cette
initiative et fait un appel aux communaut6s
haitiennes de l'ext6rieur A c616brer
pleinement cette date.
Le MHAVE invite les m6dias
en Haiti et dans les communaut6s de
l'ext6rieur A s'impliquer activement dans
cette c6l1bration en prdvoyant dans leur
programmation dujour, le 20 avril prochain,
des programmes sp6ciaux portant sur des
themes d'int6ret pour la diaspora.


EN BREF...


Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 11


Michel Martelly vainqueur des pr6sidentielles avec un score
comfortable
T6t lundi on apprenait que c'est le chanteur Michel Martelly, dit Sweet Micky, qui a
remport6 les pr6sidentielles haitiennes. Dans un article en date du 4 avril paru dans le
Miami Herald, le journal a donn6 Michel Martelly, 50 ans, gagnant dans une marge
de 3 - 1 sur la constitutionnaliste et ex-premibre dame Mirlande Manigat, 70 ans. Le
vote en faveur de Martelly, provenant majoritairement des classes populaires, est aussi
interpreted comme un rejet de la politique du gouvernement actuel et d'une manibre
g6ndrale de la classes politique qui a dirig6 le pays pendant ces dernires d6cennies.
Les r6sultats devaient etre annonc6s officiellement lundi apres-midi par l'institution
6lectorale. La champagne 6lectorale a &t6 surtout une competition d'image, avec aucun
des candidates ne prouvant qu'il (ou elle) a les moyens de r6aliser les espoirs soulev6s.

Des soldats am6ricains d6barquent A Port-au-Prince pour une
mission humanitaire
Un group de soldats amdricain est arrive en Haiti ce dimanche en provenance des
Etats-Unis d'Amdrique, a appris Le Nouvelliste. C'est A bord d'un vol nolis6 de la
compagnie Delta Airlines que les soldats ont atterri vers six heures dimanche matin A
l'adroport Toussaint Louverture.
Ils font parties des premiers soldats du Task Force Bon Vwazen qui seront d6ployds
dans le pays dans le cadre de la mission humanitaire, New Horizon 2011
L'Ambassade des Etats-Unis d'Amdrique en Haiti a confirm l'arriv6e r6cente des
premiers soldats du Task Force Bon Vwazen. Cette mission, qui pursuit les efforts
entam6s depuis l'annde 6coul6e non loin de la ville des Gonalves, dispensera des soins
et des traitements m6dicaux en faveur de la population locale et construira une cole et
des cliniques.
La mission travaillera entire la fin du mois d'Avril et celle de juin; A ce moment-li,
l'effectif en Haiti sera d'environ 500 soldats.
Durant les prochaines semaines, des effectifs arriveront a l'adroport de Port-au-
Prince et seront affects dans la zone de Cit6 Soleil et Saint Marc pour faire les
pr6paratifs logistiques avant de se rendre A leur base A Mandrin dans le D6partement de
l'Artibonite, indique la declaration 6crite fournie au Nouvelliste par les responsables de
l'ambassade americaine A Port-au-Prince.
Le gouvernement amdricain a coordonn cette mission avec le gouvernement haitien,
en collaboration avec les Ministbres de l'Education, de la Sante Publique, et de
l'Interieur.

D6menti...
Le porte-parole de l'Ambassade amdricaine a d6menti que les soldats amdricains soient
arrives dans le cadre des dispositions pour faire face aux troubles civils qui pourraient
r6sulter de la proclamation des risultats des elections g6ndrales qui devait avoir lieu ce
lundi 4 avril.

Florence Elie nommie 'Femme de Courage' par le
D6partement d'Etat am6ricain
La c6r6monie de remise de cette distinction a eu lieu le jeudi 31 mars A la residence
officielle de l'ambassadeur amdricain.
La directrice de 1'OPC, Office de protection du citoyen, a d6clard recevoir ce prix au
nom de toute l'6quipe qui la soutient et qui travaille A l'heure actuelle, ce qui explique
qu'aucune des quatre femmes mentionndes par la directrice n'a pu etre pr6sente avec
elle.
Florence Elie a aussi eu un mot special pour les nombreuses femmes qui ont perdu la
vie a course du s6isme du 12 janvier 2010 et qui nous laissent de nombreux orphelins
don't nous devons prendre bien soin.
Ce prix se trouve d6cernm au course du Mois des Femmes (Mars) et couronne le travail
d'une femme qui a fait montre d'une grande 6nergie pour mener A bien la tiche A elle
confide.
L'Office de Protection du Citoyen (OPC) a pris un autre cap, multipliant ses
interventions pour venir en aide aux citoyens en ayant le plus besoin. Dernier combat
en date de 1'OPC, les femmes emprisonn6es depuis des anndes et qui sont victims de
detention preventive prolong6e.

La BID announce des initiatives pour renforcer le secteur priv6
en Haiti
par Roosevelt Jean-Francois
La Banque Interamricaine de D6veloppement va favoriser des prets au secteur priv6
des affaires en Haiti pour favoriser la creation d'emplois et la croissance economique
A long terme, a d6clard Steven Puig, vice-pr6sident de la BID du secteur Priv6 au course
d'un point de press auquel a particip6 le R6seau de l'Information Economique.
La BID compete accroitre son financement annuel aux entreprises d'Haiti au course des
quatre prochaines anndes dans les secteurs aussi divers comme le textile, la finance,
l'agriculture, le tourism et les infrastructures.
Mr. Puig announce la construction d'un parc industrial dans le Nord du pays pour
supporter le d6veloppement du textile dans la zone et qui pourrait crder prbs de 10,000
emplois.
Ces investissement pourraient s'dleverjusqu'A 50 millions de dollars avec des
investissements suppl6mentaires pour amdliorer l'acces au port, A l'adroport du Cap-
Haitien.
Dans le secteur financier, la BID pr6voit des investissements avec les principles
institutions financibres du pays don't les banques commercials pour pouvoir consentir
des prets aux entreprises A un cout moindre que les taux pratiqu6s pr6sentement sur le
march.
<< Ce sera une opportunitW de travailler avec des entreprises locales qui veulent
augmenter leurs affaires dans les secteurs porteurs de croissance et cr6ateurs de valeur
ajout6e >, a d6clard Steven Puig.
II precise d'autre part qu'une grande priority va etre accord6e A l'agriculture A un
moment oi les course des commodit6s de base sont A la hausse sur le march global.

Forte repercussion de la hausse de 1'essence sur les prix des
products de premiere n6cessit6
Les prix des products alimentaires ont subi une nette hausse suite A l'augmentation des
prix de l'essence, t6moignent des vendeurs et vendeuses A un des marches de P6tion
Ville (p6riph6rie est).
Le prix du sac de sucre est pass de 2 500 A 2 600 gourdes (soit 40 gdes = 1 $ us),
alors que celui du riz se vend aujourd'hui A 1 000 gourdes centre 800 gourdes avant la
hausse des prix du carburant.
Une caisse d'huile de cuisine cofite 1 680 gourdes, soit 200 gourdes de plus que la
semaine dernibre.
Certains marchands estiment que l'actuel gouvernement devrait reduire le prix de
l'essence pour que la situation revienne A la normal.
D'autres s'en remettent au prochain gouvernement qui sera mis en place aprbs la
proclamation des resultats du deuxibme tour des presidentielles et 1kgislatives du 20
mars.
(EN BREF / p. 14)














(PRESIDENT... suite de la lere page)
dans son num6ro du lundi 4 avril, a annonc6 qu'on s'attend a
une victoire de Martelly, selon diff6rentes sources qui avaient


Le president elu dans son natural (photo Haiti en Marche)


Les partisans du vainqueur (,i toute la soiree du lundi 4 avri


L'ACTUALITE EN MARCH


pu se procurer les r6sultats devant 6tre rendus publics ce lundi.
Selon les informations du Herald, Michel 'Sweet
Micky' Martelly l'emporterait dans une marge de 3 - 1.
Ce qui devrait rendre inutile la prochaine
tape des r6sultats dits d6finitifs (ceux de ce lundi
sont les r6sultats preliminaires), 6tant donn6 qu'une
telle marge laisse en principle presque aucune chance
a un candidate rival de pouvoir combler la difference.
Selon les informations qui circulaient a Port-
au-Prince, Martelly se serait adjug6 jusqu'a 67,5 %
des voix.
SCependant la pol6mique autour des votes
6cart6s pour fraudes ou irr6gularit6s n'est pas
terminee et a meme connu ces dernires heures de
nouveaux rebondissements.
Dimanche, le president du Conseil electoral
provisoire (CEP), Gaillot Dorsainvil, s'est rendu
au Centre de tabulation des votes (CTV), oi avait
lieu une derniere analyse des proces verbaux
en provenance des bureaux de vote dans les 10
d6partements gdographiques du pays.
L'arriv6e des membres du CEP fut mal
accueillie etant donn6 que le travail au CTV doit 6tre
neutre et ind6pendant.
Selon le Miami Herald, les r6sultats
prdliminaires ont &tl finalement requs lundi matin a 8
heures par le directeur ex6cutif du Conseil electoral.
On a aussit6t appris qu'ils seront
communiques le meme lundi en fin de journme a la
population.
Cependant le camp de Mirlande Manigat
sortait une note de press pour accuser le president
du CEP d'avoir a nouveau rendu visit pendant la nuit
de dimanche a lundi au Centre de tabulation des votes
pour forcer a remettre dans le comptage des proces
verbaux qui avaient &te pr6alablement 6cart6s pour
fraudes ou irr6gularit6s.
La note de press est signed de Andre
Michel et porte l'en-tete du parti de Mirlande
Manigat (Rassemblement des d6mocrates nationaux
progressistes - RDNP).
Le second tour des
elections s'est d6rould le 20
mars could. Depuis les deux
camps n'ont cess6 de proclamer
victoire l'un comme l'autre.
Ces pr6sidentielles
ont &tC surtout un personalityy
contest', une guerre d'images
oni on a pu apprendre peu sinon
rien des moyens avec lesquels
les candidates espbrent pouvoir
accomplir les nombreuses
promesses qu'ils ont faites.
Haiti a un taux de
ch6mage avoisinant les 80%
et la capital a 6t6 presque
totalement d6truite par un
s6isme le 12 janvier 2010 don't
les d6combres quinze mois plus
tardjonchent encore les rues.

Haiti en Marche, 4Avril 2011
il (photo Haiti en Marche)


Page 3


Michel Martelly vainqueur


des presidentielles


Florence Elie recoit le prix

"Femme de courage d'Haiti"
Jeudi, 31 Mars 2011 HPN
Dans le cadre de1 B I -
la commemoration du mois . -
de l'Histoire des femmes, le .
Bureau des affaires publiques de
l'Ambassade am6ricaine a remis " '
jeudi la distinction "Femme de
courage d'Haiti" a Mme Florence
Elie, la directrice de 1'OPC (Office .
de la Protection du Citoyen).. .r
La c6r6monie a eu lieu enla .
residence priv6e de l'ambassadeur.
Cette activity vise a mettre en relief
le courage et le travail accompli
par des femmes. Florence Elie,
directrice de l'Office pour la
protection du citoyen (OPC), a
requ ce prix pour son engagement
a assurer la s6curit6 et la protection
des mineurs dans des dizaines de
camps de personnel d6plac6es a
travers le pays. Elle a mend des
enquetes sur les niveaux actuels
de s6curit6 dans les camps, et'
organism des s6ances de formation i a ..n...
en vue d'ameliorer les m6thodes Florence Elie, I'ambassadeurMerten, la ministry a la Condition feminine Maric
de s6curit6. et une collaboratrice (photo Haiti en Marche)


Est-ce la premiere fois que ce concours est organism
dans le monde ?
Ce concours est bien ancr6 dans la tradition des pays
anglophones. Aux Etats-Unis, le < National Spelling Bee >
s'organise tous les ans depuis plus de ... quatre vingts ans.
Apres plusieurs tests au niveau regional (2006-2008), Tamarin
a lance en 2008-2009, avec l'autorisation et le support du
Ministere de l'Education Nationale, le < !er Concours National
Epelle-moi Haiti > ayant pour objectifs principaux de reliever
le niveau de l'6ducation haitienne et d'offrir des loisirs sains
et des activities parascolaires aux enfants d'Haiti.
<< Epelle-moi Haiti > n'a pas pu avoir lieu l'annme
demiere a cause de la situation qui a pr6valu dans le pays apres
Sle s6isme meurtrier du 12 janvier 2010. Certaines institutions
comme la Minustha et des stations de radio et t616 ont suivi
notre movement en organisant des concours d'6pellation a
un niveau r6duit.
Dans untout autre registre, plusieurs pays de l'Afrique
francophone, don't le Congo, le Benin et le Sen6gal, se sont
inspires de notre experience et ont commence a l'organiser
chez eux avec l'espoir d'un concours international dans un
proche avenir.
TAMA4RIN


o die
103.3 fm


nie Michel


Mercredi06Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 11


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Michel Martelly vainqueur des presidentielles avec
67,5 % des voix p.1
SUSPENSE
Guerre des nerfs impose i la population p.1
ANALYSE
Souverainet6 et d6pendance : le dilemme haitien p.1
MEDIAS
Menaces contre Radio Caraibes p.1
La press baillonnde p.6
EDITORIAL
Vodou-Politique p.1
R6sultats : tension et speculations p.4
Violence, fraude et colkre p.7
HOMMAGE
'Femme de courage' attribu6d Florence Elie p.1
Jean Dominique : devoir de m6moire et justice p.2
20 Avril : Journme de la diaspora p.2
ARTS & LETTRES
Cet homme fut une nation ! p.8
El1gie de Port-au-Prince p.12
POST-DESASTRE
Shakira done 400.000 dollars pour une cole p.2
Sensibilisation aux dangers des tsunamis p.10
LIBRE PENSER
Prudence ! p.12
2e tour: Haiti d'abord ! p.15
RESOURCES NATURELLES
Le tournant p.13


La nouvelle edition

du Concours

national

"Epelle-moi Haiti"

est desormais

sur les rails!

Epelle-moi Haiti, c'est quoi ?
C'est un concours oral, se portant sur l'orthographe
des mots et r6alis6 dans les dix (10) d6partements du pays. Plus
spectaculaire et plus attractif qu'un concours de dictee, il est
ainsi accessible a un plus grand nombre d'&lves.

A qui ce concours est-il destine ?
Le postulant a ce concours doit 6tre Ag6 de moins de
15 ans et 6tre en deuxieme ou troisieme cycle fundamental.
< Epelle-moi Haiti > est un concours a vocation
national. N'importe quel &l1ve, de n'importe quel point du
territoire peut y participer.

Pourquoi organise-t-on ce concours ? Le concours
national < Epelle-moi Haiti > cherche a aiguiser l'int&r&t des
&lves pour les 6tudes, a enrichir leur vocabulaire et a les aider
dans la maitrise de l'orthographe des mots. Outre la maitrise
de la langue et l'incitation a l'apprentissage, l'Ylve qui monte
sur un podium apprend a maitriser sa timidity et d6veloppe une
certain capacity au niveau des arts de la scene.


.x~xx I . - l - 1 - 1v - xx - - - - - - - - - - - . - - - - - -


I -






UNE ANALYSE


Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 11


Guerre des nerfs imposee a la population


(SUSPENSE... suite de la lere page)
Un d6lai de plus de 4 jours. Selon le calendrier
electoral, les r6sultats preliminaires du second tour devaient
6tre connus le 31 mars. Le Conseil electoral a sollicit6 une
prolongation pour cause d'examen plus approfondi d'une plus
grande quantity de proces verbaux.
Or le meme 31 mars, les examinateurs du vote ont
annonc6 qu'ils avaient terming avec les pr6sidentielles.
Pourquoi avoir alors d6cid6 de renvoyer la
proclamation des r6sultats jusqu'au lundi 4 avril ?


dit l'autre.

Qui doit payer les pots cass6s ? ...
Quel droit a un petit group de gens, haitiens ou/
et strangers, de maintenir toute une nation sous une aussi
insoutenable tension ?
A quelle experience encore se livre-t-on ?
Et en cas de d6rapage, qui doit payer les pots cass6s ?
Entre-temps, le candidate Michel Martelly announce
sur Twitter qu'il a remport6 les pr6sidentielles a plus de 69%


Mais rien de cela n'est official, pr6cisons tout de
suite. Ce ne sont que des 'on dit', de la manipulation. On ne
sait par qui. Par n'importe qui. L'un de ces intervenants (sur
l'Intemet) poussant son audacejusqu'a ajouter 'Chiffres CNN'.
L'irresponsabilit6 de l'haitien n'a aucune limited des lors qu'il
trouve un moyen de l'exercer en toute impunity. On peut meme
parler d'un manque de patriotism, car personnel n'ignore les
d6gits qu'il peut en r6sulter.

Un scenario a la Gbagbo-Ouattara ...


Aussi serree qu 'elle ait t, la lutte entire Mirlande Manigat et Michel artelly a connu
des moments de grande courtoisie (photo Haiti en Marche)


Partisans de A lrrellh dit Sweet Micky, apres la proclamation des resultats (photo Harti en Marche)


Entre-temps, les 6quipes des deux pr6tendants au des suffrages.
second tour ne restent pas inactives. On les comprend ... Tandis que circle sur l'Intemet une autre version
Elles aussi n'arretent pas de s'interroger sur les v6ritables donnant la victoire a sa rival Mirlande Manigat avec 51%
motivations des autorit6s 6lectorales. centre 47%, en comptant les 1.518 procs verbaux qui ont &t
Ou des autorit6s tout court. 6cart6s pour irr6gularit6s.
Nationales et internationales ! Selon ce second palmares, la candidate du RDNP
Pourquoi garder aussi longtemps secrets des rdsultats aurait remport6 7 d6partements sur 10. Michel Martelly
si anxieusement attendus ? Est-ce un secret d'Etat, comme s'adjugeant le vote de l'Ouest, du Nord et du Sud.


Resultats des elections: tension


De Clarens RENOIS (AFP) - PORT-AU-PRINCE
- Rumeurs, speculations et tension: les Haitiens attendaient
anxieusement dimanche de connaitre les r6sultats du deuxibme
tour de l'dlection pr6sidentielle, redoutant des violence
similaires a cells qui avaient accueilli en d6cembre les r6sultats
du premier tour.
Le Conseil electoral provisoire (CEP) est cens6
annoncer lundi les r6sultats prdliminaires de la consultation
qui a oppose le 20 mars le chanteur populaire Michel Martelly,
favori des sondages, a l'universitaire Mirlande Manigat. Les
r6sultats d6finitifs sont attendus le 16 avril.
"Le doute, le suspens et le stress gagnent les coeurs, la
population se prepare au pire", 6crit le quotidien le Nouvelliste
dans son edition du week-end.


Depuis samedi, des centaines de personnel se ruent
dans les supermarch6s et les banques de la capital pour
s'approvisionner dans la perspective de troubles qui pourraient
6clater des la proclamation des r6sultats.
"On ne sait pas ce qui va se passer dans les prochains
jours, alors on s'empresse de faire quelques achats", explique
Lilianne, une jeune fonctionnaire qui a fait la queue plusieurs
heures devant une banquet, 6voquant les troubles du premier
tour.
La publication d6but d6cembre des r6sultats
prdliminaires du premier tour classant Michel Martelly en
troisibme position --et l'excluant done du second tour-- avait
jet6 des milliers de manifestants dans les rues pendant plusieurs
jours.
Face a un
d6chainement de violence
qui avait fait plusieurs morts,
les autorit6s avaient dfi revoir
les r6sultats et r6int6gr6 dans
la course le chanteur au
Sdtriment du candidate du
Spouvoir Jude C lestin.
- L'id6e aujourd'hui
S que leur candidate pourrait
avoir perdu la pr6sidentielle,
semble mobiliser les partisans
de M. Martelly qui menacent
de manifester violemment
dans les rues du pays.
Face aux rumeurs
selon lesquelles des quantit6s
de machetes ont &tC retires
des magasins ces derniers
IU I I m "jours, la police a &t6 force
d'adopter des measures
I. prdventives.


Explore your options. Hassle free shipping
for Ihe holidays.
Morm then 62 AI-Cego Flighia Dw we@&. conneting thu U SU..
Hid CaulbbAin. 9. o, So&th A Central Ammi
" Personal A Commr orcW NY Bfookly W Los
" Pickup service available anywi`ore In T1&8F35 6 Y1,6%484 21I-1
North Anerlca Wo16P h Deae fl- WW* FL FCtt.OKW
" Quole. Book. Pay & Track Online 561-687-M3 3&Q7f -%W 954�32G-'


9 Air Cargo S*Nv.o wtit No Rottrklkn
0 SetUp Yoii ACCOUnt At wufamt ItW�CGom


Entre-temps aussi on apprend qu'un nombre
important de Marines am6ricains se tient pret a etre d6barqu6.
Ou l'aurait ddji td.
Mais aussi que les machetes se sont vendues comme
des petits pit6s ...
Tout cela comme si on assistant a la mise en place de

(SUSPENSE / p. 5)


et speculations
"Des dispositions sont prises en vue d'dviter tous les
cas de trouble a l'ordre public. Les reunions publiques et les
manifestations doivent se faire dans le respect des normes", a
averti dans un communique la police du Cap-haitien (nord),
la deuxibme ville d'Haiti.
L'ambassade des Etats-Unis s'est meme vue
contrainte de d6mentir des speculations sur le d6ploiement
imminent de soldats amdricains en Haiti, oi des milliers de
Casques bleus sont stationn6s depuis 2004.
Sans rdveler le nom du vainqueur de la pr6sidentielle,
une organisation national d'observation 6lectorale a indique
que le gagnant disposait d'une belle advance sur son concurrent.
"Nous nous gardens de publier les r6sultats, meme
si nous disposons de donndes claires, et nous souhaitons que
la vdrit6 des umes soit respected", a d6clard Noel Laguerre,
responsible du Centre national d'observation 6lectorale (CNO).
Annonc6s pour jeudi dernier, les r6sultats ont &t6
reports a lundi en raison de fraudes d6tect6es dans les votes,
ce qui a oblige le Conseil electoral a carter plusieurs centaines
de proces-verbaux adress6s par les diff6rents centres de vote
du pays.
Qu'a cela ne tienne, les deux camps n'h6sitent
pas a crier victoire et publient des chiffres au m6pris des
recommendations de l'Organisation des Etats am6ricains
(OEA).
"Les annonces prematurees de victoire sont nuisibles
Sl'ordre public et au bon d6roulement du processus electoral",
a d6clare le chef de la mission international d'observation
mise en place par l'OEA, Colin Granderson.
Le deuxieme tour a &te marqud, quelques jours avant
la consultation, par le retour en Haiti de l'ancien president
Jean Bertrand Aristide, qui rest tris populaire aupres des
d6favoris6s sept ans apres avoir &te chass6 du pouvoir par
une insurrection armee, avec la b6n6diction de la France et
des Etats-Unis.


Poe Plus Bakery, Inc. 7
NATURAL JUICE


I v


11638 NE 2nd Ave
S Miami. FL 33160
Tel. 305394-6118


Catunrig Specialists
Cakes, Pastiles, Hor d'Oeuvmes
for Al ocdcains


Page 4


ecl~A]

1ddJ. F
h5S33O


44635 2 81-670 11D 631 477,1043
lW�IBI�3ll Il*� IX I l 8"�Ia. LW


~ur l p~d� �.IC ~u II I~p; Mokr ,*w~ wi-iArw*- " N-- A-=&*., "Oe~ b
r~rrm �r~nr~ r i~r~r �m ��h** -do-m~ bW*, h. u-hw *wr-*, por--* A-1 -VIP"CI





Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 11


(... suite de la lere page) V
propaganda et information.
Quand le porte-parole du CEP invite la press c'est
pour la propaganda de l'institution, pas pour informer, pas
pour information.
Et meme on se fiche quand les journalists
commencent A poser des questions. Des questions aussi
normales que : s'il y a autant de process verbaux susceptibles de
fraudes, comme vous le dites messieurs, ne craignez-vous pas
que cela remette en cause la cr6dibilit6 du vote. Et partant la
1kgitimitW du prochain dlu. Pour toute r6ponse, un No comment.
Un haussement d'6paules. Pour ne pas dire, un cuip !
Pas 6tonnant que dans le public la cr6dibilit6 autour
des r6sultats du second tour soit d6ji s6rieusement atteinte.


Todou-politique

Tout le monde n'est jamais d'accord. En Haiti plus encore
qu'ailleurs. Il suffit que la majority des citoyens soit d'avis que
les choses ont ete faites aussi bien que possible.
Mais lorsqu'on decide des le depart de faire le black-
out, de fair l'impasse, alors il convient d'etre soi-meme parfait.
Plus que parfait.
Plus qu'un dilemme, c'est l'ambiguite dans laquelle
le Conseil electoral s'est lui-meme fourre.
Puisque au moment ou il doit communiquer, 'delivrer'
comme on dit aujourd'hui, ou il avait jure 24 heures plus t6t
qu'il serait pret A communiquer les r6sultats (pas un jour de
plus ni unjour de moins), le voici qui soudain fait volte-face.
Et c'est l'escalade en sens contraire, la fuite en avant.


brusquement que les fraudes et irr6gularites concement pres
de 60% du vote alors que la veille encore l'on se gargarisait
que les quelques problems enregistr6s ici et 1i ne remettaient
pas en cause l'integralit6 ni l'int6grit6 du processus, non
seulement on ne s'y retrouve plus entire proces verbaux mis de
c6t6 pour reexamen (d'autres disent 'reexamination'), process
verbaux deja elimines, et proces verbaux n'6tant toujours pas
arrives au Centre de tabulation (pres de 2 semaines apres le
vote), non seulement nous voici emprisonn6s dans ce 'catch
22', cet universe kafkaien, bref cette pagaille, cette confusion
soigneusement orchestree qui sait, maisjustement les officials
trouvent le moyen d'ajouter, avec une certain malice sinon
une malice certain, qu'ils se doivent aussi d'appliquer les


Le chef civil de la mission onusienne, Edmond Mulet, visit le prochain siege provisoire du Parlement
(photo Logan Abassi /Minustah)


Des prdfabriques devant recevoir la nouvelle legislature qui doit entrer enfonction a lafin du mois
en attendant la construction d 'un nouveau Parlement (photo Logan Abassi /Minustah)


Quels que soient les r6sultats que peut annoncer le
CEP, ils sont susceptibles d'etre sujets A caution parce que
l'organisme a p6ch6 par manque de transparence.
Oyez plut6t. Le soir meme du second tour, le
dimanche 20 mars (ce qui fait done pres de 2 semaines), avant
meme la fermeture des bureaux de vote, la direction general
du Conseil electoral declare qu'il est interdit de donner des
resultats parties, ni les tendances du vote.
Comme cela se fait par example aux Etats-Unis, au
fur et A measure que le decompte finit dans tel Etat ou tel autre,
on peut connaitre lequel des deux candidates l'a emport6 dans
cet Etat-lA.
Idem en Haiti. Pourquoi pas. Nous avons 10
departements geographiques. On pourrait connaitre les rdsultats
department par d6partement.
Ne venez pas nous dire que le vote en Haiti n'est
pas electronique. Il ne l'6tait pas toujours aux Etats-Unis, ni
au Canada, ni en France, ni au Br6sil, ni A la Jamaique. Cela
prendrait 3 jours ou meme 4, mais personnel ne pourrait y
trouver A redire. A partir du moment qu'il y ait transparence.


No. 1) la proclamation des r6sultats n'aura plus lieu
le jeudi 31 mars mais le lundi 4 avril.
No. 2) Cela A cause de la grande masse de process
verbaux qui meritent un reexamen.
Plus de 15.000 de ces proces verbaux doivent etre
reexamines, don't 1.518 deja elimines pour fraudes.
Selon des experts ind6pendants, cela ferait environ 60
pour cent des proces verbaux qui sont ainsi remis sur le gril.
Sur un taux de participation electorale de moins de
30 % (le CEP a refuse 1i aussi de fournir la moindre precision,
se contentant de repeter avec les acteurs intemationaux que
la participation des electeurs a ete meilleure au second tour
que lors du premier, mais sans apporter la moindre preuve
palpable), jusqu'ofi pourra-t-on dire du gagnant de ces
elections-la qu'il (ou elle) est bien l'elu-e de la Nation! (avec
un grand N).
Mais non seulement la proclamation des r6sultats
'preliminaires' est renvoyee, ce qui entraine automatiquement
le renvoi aussi des r6sultats 'definitifs' (on n'est sfirement
pas A un dilatoire pres !), non seulement le CEP decouvre


recommendations des experts de l'OEA ( ? ).
Eureka ! C'est la fameuse mission de l'Organisation
des Etats am6ricains qui avait ete appelee pour une revision
des r6sultats deja controversies du premier tour et qui avait
conclu en ordonnant, en tout et pour tout - et sans discussion
s.v.p., le replacement du candidate du pouvoir Jude Celestin
par Mr Michel Martelly don't les partisans 6taient descendus
dans les rues pour protester centre son absence du second tour.
Or A ce jour le CEP n'a jamais apport6 aucune
indication sur lesdites methodes de l'OEA, celles qu'il se
propose d'utiliser encore aujourd'hui.
Et qu'on announce comme une sorte de dernier
recours !
Tout comme on n'a jamais rien su des r6sultats
'definitifs' du premier tour, en terms de scores attributes A
l'un et l'autre des deux candidates qui s'affronteront au second
tour le 20 mars dernier.
Bref on est condamne A tout croire sur parole, on est
suppose meme etre intimid6s des qu'on nous dit que ce sont
(VODOU/ p. 7)


Guerre des nerfs impose a la population


(SUSPENSE... suite de la page 4)
sang froid d'un scenario genre Laurent Gbagbo - Alassane
Ouattara de C6te d'Ivoire.
Car dans n'importe quel pays, les r6sultats des
elections sont communiques A la minute pres, des la second
qu'ils sortent des ordinateurs du centre de comptage. Aussit6t
repercut6s par la press aussi bien national que international.
Et avant 5 minutes, la terre entire sait comment se sont
terminees les elections dans ce pays-li.
En Haiti plus on organise des elections, d6mocratiques
s.v.p., plus les r6sultats sont annonc6s A chaque fois encore
plus tard.
Cette annee c'est le pompon.

De qui de droit ...
Mais pendant ce temps, d6trompez-vous, les r6sultats
ne restent pas prisonniers des ordinateurs du centre de
tabulation. Non, ils sont dans toutes les mains. Sauf que, dans
les mains de qui de droit. Un tout petit group de d6cideurs
qui b6ndficient du monopole, du privilege exclusif de les
examiner, les toumer et retoumer dans tous les sens. Avec
pouvoir de decider pour tout un pays ! De l'avenir de dix
millions d'hommes et de femmes.
Avec aussi comme signe particulier qu'aujourd'hui ils
sont autant des haftiens que des strangers, si ce n'est davantage


d'6trangers car nos bailleurs ne se competent plus. Un Etat porter
A bouts de bras par la communaut6 international. Et qui se
pique de vouloir exercer une total souverainet6 sur l'election
de ses futurs dirigeants ! On est 1i en total contradiction avec
soi-meme.

De 1'angoisse A la colere ...
Un tel 6tat de tension volontairement entretenu,
comment s'6tonner que les pr6tendants tentent d'avoir recours
A toutes sortes de subterfuges (et l'Intemet est leur dernier
refuge), ne pouvant se resigner A etre r6duits A une telle
impuissance au moment de toucher au but final.
Et que la population soit traverse par des courants
aussi divergents. De l'enthousiasme A la resignation. De
l'angoisse A la colere.
Et pourquoi fait-on appel A tout un bataillon de
Marines si on n'avait pas deja pr6vu qu'il y aurait du grabuge ?
Information d6mentie, il est vrai, par l'Ambassade
des Etats-Unis en Haiti (selon HPN).
Pourquoi les officials electoraux se font proteger par
des ranges de blinds onusiens.
Et qui nous protegera quant A nous, le pays reel ...
En cas de defaut de timing ?

Haiti en Marche, "' Avril 2011


rx


CCNT%.CT LT
TOLL FREE. 1 -8 3-38 3-285
OR. 305-620-8300
FAX .305-6 20-8332
CELL. 3 5 -9 8 -38 1 1


Page 5


FICHE IDABONNEMENT A HAITI EN MARCH
Nomrn Dans le ca d'un abonnemrnnt
Adrease aveo Ilvralson, le coat est Ie double.
Prl6re de spbcifler si vouas te
un nouvel abonn6
SPelllr.li u su il s'agit d'un renouvellernment
HaTtl Gdea 260.00 Gdes 520.00
Etats Unis US $ 40.00 US $ 78.00 Nouveau Renouvllement
Canada US $ 42.00 US $ 80.00
Europe US $ 70.00 US $ 135.00 I I
Arnrique Latine US $ 70.00 US $ 135.00


.x~xx I . - - - - 1-1 - x - - - - - - - - - -


DE U'ACTUALITE






I LIBERTE & DEVOIRS DE LA PRESS


Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 11


MENACES CONTRE 'RADIO CARAIBES'


Pitie pour nos medias !


(MEDIAS... suite de la lere page)
telle antenne pour s'6tre trop acharne contre tel candidate ou
tel autre.
La menace est rdelle dans le cas de notre confrere et
proche voisin au centre-ville Radio-T616-Caraibes pour qu'il ait
senti la n6cessit6 de s'adresser aux autorit6s afin de demander
leur protection.
Mais le mieux plac6 pour prot6ger un m6dia ce n'est
ni le gouverement, ni la police, ni la Minustah |-Iy.s,=i
(mission onusienne de maintien de la paix), ce ..
sont les auditeurs et t6l1spectateurs.
Lors du terrible s6isme de janvier
2010, quand tout avait disparu (gouvemement,
police et Minustah), ne restait que les m6dias. 1
Et Radio-Tl16-Caraibes a eu un
comportement h6roique, on ne peut l'avoir
oublie.

Les menaces qui sont la rdponse...
Puis vient la champagne 6lectorale.
On reproche a notre confrere de la ruelle
C l.\ .innli d'avoir mend une champagne trop
a sens unique.
Vrai ou faux, ce ne sont pas les
menaces qui sont la rdponse, voire toute
intention ou tentative qui existerait de les
mettre h execution.
Onn'estpasen 957,quanddesradios
ont t& incendides pour leur appartenance a tel
camp ou tel autre.
Onvoit d'ailleurs ce que ce genre de ..
comportement nous a rapport : 30 ans d'une
dictature la plus sanguinaire que le pays ait ill I
jamais connu. Le bdtiment d

Devoirs et obligations des medias ...
Par contre les m6dias ont aussi des devoirs et
obligations envers leur audience qu'ils ne peuvent et ne doivent
pas oublier ou ndgliger.
D'autant plus les m6dias 6lectroniques (radios et
t6l6s). Nous vivons de nos auditoires, dans tous les sens. Nous
d6pendons de l'admiration qu'ils nous portent. Mais nous
ne pouvons non plus prendre cette admiration pour argent
comptant. Et faire comme si le public ne repr6sente pas plus
que les 6quipements que nous utilisons.


En quelque sorte, nos medias ne nous appartiennent
pas seulement a nous, mais aussi a ceux qui nous font vivre.
Et avant la publicity, y compris la publicity 6lectorale,
c'est d'abord l'auditeur et le t6l1spectateur qui est la source et
la raison de notre existence.
Nous devons le preserver pour notre survive en tant
que m6dia et pour continue a �tre considered comme un acteur
important au sein de la cit6.


e Radio-ThlM-Caraibes, a la ruelle Chavannes, Port-au-Prince (photo Ha.


Le service public ...
Mais tout cela a un prix.
Nous devons nous garder de blesser les sentiments.
C'est la notion meme de service public qui est ici
en question.
Or en meme temps (et cela fait toute la difference)
nous parlons aujourd'hui d'l6ections. Et non de parti unique. Le
propre des elections c'est d'opposer. Faut-il cdder aux pressions
des uns pour ne pas exprimer les opinions des autres. Ce serait
alors pactiser avec la terreur.


Et vice versa. Je n ai pas le droit de tourmenter aucune
parties de mon auditoire au bendfice d'une autre parties.
Mais la solution existe. C'est une information
6quilibr6e. C'est la separation nette de l'information d'avec la
publicity ou la propaganda 6lectorale d'un c6t6. 'Ceci est une
insertion demanded', 'ceci est une announce payde' ...
C'est 6viter soigneusement l'amalgame entire
information qui est un service public et qui est la garantie
-essentielle de notre cr6dibilit6 ...
Et le fait que tout m6dia est libre
d'avoir ou non sa position dans le context
electoral.
Les m6dias ne sont pas moins libres
que vous d'avoir aussi leur appreciation de tel
candidate ou de tel programme politique. Ils ne
sont pas diff6rents de vous, ils ont aussi leurs
convictions, ils ont droit aussi a leurs opinions
et ne sont pas obliges d'avoir les memes que
les v6tres.

Pas de lavage de cerveau ...
Par centre, c'est a eux, aux m6dias,
qu'il convient de montrer avec la plus grande
clart6 qu'ils n'ont pas l'intention de vous
imposer de toutes forces leurs points de vue,
que ce qu'ils font ce n'est pas une entreprise
commandit6e de lavage de cerveau, mais une
exposition aussi large que possible d'id6es
qu'ils estiment favorables au relkvement de
notre pays.
Pour cela ils mettront d'abord le plus
Grand soin a s6parer ce qui est l'information
comme service public, done neutre et
iti en Marche) dquilibrde, sans manipulation, de ce qui est
la ligne 6ditoriale du m6dia (meme quand
le m6dia ne diffuse pas d'6ditoriaux qu'il n'en a pas moins
une ligne, sa ligne) car la neutrality total n'existe pas, tout
le monde a connu des experiences dans la vie, certain ont
meme souffert, et en garden des traces, done, comme on dit,
personnel n'est innocent !
Transparence et droit de r6ponse ...
'Kidonk, la solution c'est la transparence. Comme dit
le creole : 'lougawou si se ou di se ou'.
L'autre devoir primordial des m6dias, et qui peut
(MEDIAS / p. 10)


Resulta
PORT-AU-PRINCE, 29 Mars - La press haitienne
a fini par trouver son maitre, comme dit le creole. Le Conseil
electoral a interdit de donner aucun r6sultat du second tour des
elections. Et tout le monde se plie. Le second tour a eu lieu le 20
mars. Plus d'une semaine plus tard, 'plume ne gouille', comme
dit encore le creole. No comment. Le secret est total. Selon les
officials 6lectoraux, seconds par la communaut6 international
(a moins que qa ne soit au contraire les officials 6lectoraux
secondant la communaut6 international), communiquer des
r6sultats parties provoquerait des troubles de la part d'l6ecteurs
insatisfaits.
Alors que tous se souviennent que c'6tait le contraire
apres les r6sultats du premier tour, lorsque les troubles ontjou6
le r6le de barometre pour disqualifier le candidate Jude CWlestin
candidatet du pouvoir) pour que le candidate arrive num6ro 3,
Michel Martelly, puisse aller au second tour.
Il y a done troubles et troubles. Certains troubles
ne seraient pas aussi troublants ! C'est aussi une question de
moments. Ou mieux, de timing.
Mais ce n'est pas le seul paradoxe.


la press baillonnee


C'est le meme conseil electoral qui a affich6 un
candidate au tableau d'honneur puis a accept de le remplacer
par un autre sans la moindre explication (sans jamais avoir
communique les chiffres justifiant un tel changement) et qui
vient nous faire cette leqon de haut civisme.
Or 6tonnamment qa march. Tout le monde accepted
sans broncher de se taire. Mais que voulez-vous ? Si les
informations sont tenues
secretes ...
Qui d6tient les
informations ? Qui a le
monopole de l'information
sur les r6sultats du second
tour de la pr6sidentielle ?
Ce ne sont sfirement
pas les observateurs nationaux
qui se plaignent de ne pouvoir
acc6der a certain bureaux
au Centre de tabulation des
votes (CTV), des bureaux


le discours copie conforme du porte-parole de l'institution
qui a done os6 d6placer la press dite ind6pendante pour une
demonstration de pure propaganda.
Mais le plus 6tonnant c'est la soumission de cette
press, notre press, par ailleurs toujours si v6h6mente, si
virulente pour ne pas dire insolente.
La press est-elle done complice dans cette operation,


Joie des partisans du vainqueur de la presidentielle qui se recrutent en majority
dans les classes pauvres (photo Robenson Eugene/HENM)


secrets, 'deuxiemes bureaux'

Ni les repr6sentants
des deux parties politiques
concerns qui disent n'y voir
eux aussi que du bleu ...
Ni les journalists
qui, invites vendredi dernier
au CTV, se sont vus conduire a
travers celui-ci a toute vitesse
sans le temps de demander
la moindre explication sinon


si operation il y a ?
Mais pour commencer, de quel droit l'institution
6lectorale peut-elle dissimuler, cacher, kidnapperl'information,
une information publique, ce en violation d'un article de la
Constitution haitienne qui fait obligation aux pouvoirs publics
de communiquer toute information d'interet public. Sauf s'ily
va de la security national. Serait-ce done que le second tour du
20 mars ait soulev6 un problkme de s6curit6 national ? Tant
que qa. 'Ban mwen' (comme dit encore le creole).
Autre paradoxe, c'est bien du second tour qu'on
parle. Alors qu'est-ce que c'est que cette histoire de 'rdsultats
prdliminaires' ? (PRESSE/ p. 15)


Page 6


MIAMI-DCD


POS VID NAN

KONSEY ADMINISTRATIVE

FONDASYON SANTE PIBLIK
Akryelran,. yap asepte apllkasyon pou KonsAy Administrativ Fondasyon Sante Piblik Konte
Miami-Dade la, ki se otorite gouvlnan Sist m Sante Jackson la. Man in yo sgvi san touche pou
d6 learn an dekalaj de twazan. Genyen sis pbsivid pou pwosesis nominasyon 2011 la. Konsey
Nomriasyon 'HT a pral kontakte aplikan chwazi yo pou fe entIvyou epi tcheke bakgrawonn
yo. Asanble Kornisyone Konte tiamrn-Dade sou reimnandasyrin Konsey Nominasyon an, va
nonmen yo nan konsey Adrninisrra rv la.
F6an apiik)syon yo ldispon'in nar. biwo Coainty Erecutive Offce, 111 NW 1st Street, Suite 2910,
oswa sou ent6n6t la nan www.miamildadL.ov. Tcut aplikasyon fLt pou soumet ak yon rezime
ajou oswa yon kirik iorn vile bay Diane Coilins, Chef Divizyc'n, GreFye Asanble. nan 111 NW
1st Strr*r, Suite 17-202, Miami Florida, 33128 pa pita ke 4:00pm disi 18 avril 2011. Yap
asepte aplikasyon pa imel nan clerkbcc(g miamidade.gqo oswa pa laks nan 305-375-24-4.
Se responsabilite ap'isan an p:.u II asire yo re svwa aplikasyon ii .oye pa vwa elektwonik la, se
pou li Grefye Asanble a nan 305-375-1652. Pou plis enfimasyon sou pw'ose aplikasyon
an, lanpri rele 305-375-5311.





Mercredi06Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 11


LNE NATION EN QUESTION


Souverainete & dependance


(DILEMME... suite de la lere page)
r6publique. La premiere nation noire ind6pendante du monde.
Dessalines et Petion n'avaient pas le choix. Apres
avoir pactis6 avec la force exp6ditionnaire d6pech6e par
Napoldon, au lendemain de l'embarquement de Toussaint
Louverture vers une mort certain dans les montagnes du Jura
francais, la nouvelle parvint que le but secret 6tait de d6sarmer
tous les noirs pour les remettre en esclavage et de noyer tous les
g6ndraux mulatres qui se prennent pour les h6ritiers 6ventuel
des maitres francais.

7 avril anniversaire de la mort de Toussaint
Louverture ...
Ainsi est n6e l'alliance entire nouveaux et anciens
libres qui a renvers6 par les armes la colonisation francaise
le 18 Novembre 1803. II faudra encore prbs de quarante ans
pour que la France consent h abolir l'esclavage dans ses autres
colonies des Antilles.
Toussaint Louverture don'tt le 7 avril rambne le 208e
anniversaire de la mort au Fort de Joux, en France) a tout fait
pour trouver avec la m6tropole colonial une formule qui
aurait donn6 un statut d'autonomie a la colonies et la liberty aux
esclaves, tout en restant dans la nation franqaise.
Toussaint, dans ce domaine comme en beaucoup
d'autres, 6tait largement en advance sur son temps.
Puisque c'est quasiment le meme arrangement que
la France de De Gaule va rechercher en vain un si6cle et demi
plus tard avec les ind6pendantistes alg6riens.

Un non sens absolu ...
Or aujourd'hui, c'est comme si nous Haitiens
continuions a nous r6clamer du meme constat de Dessalines
et de Petion et a revendiquer le meme ideal vivree libres ou
mourir !), mais en meme temps que l'on s'enfonce presqu'avec
indifference dans la d6pendance la plus inconceivable.
Comme si nous ne nous rendions pas compete du
paradoxe, du non sens absolu de cette attitude.



(VODOU... suite de la page 5)
les m6thodes des experts de 1'OEA.
Et vous parlez de transparence !
Le soir meme du second tour, d&s qu'il avait annonc6
l'interdiction pour la press de communiquer la moindre
indication sur les r6sultats et d'attendre sagement qu'on
l'appelle pour lui dire quel est le gagnant, que le Conseil
electoral s'6tait enferm6 (enferrd) de lui-m6me dans ce casse-
tete pour un chinois judoka !
On se souvient comment les r6sultats du premier
tour ont &te finalement d6terminds. A coups de proclamations
anticip6es par voie de manipulation m6diatique (surtout les
grands m6dias intemationaux), a coups aussi de publication
de tendances du vote mais orient6es, et pour finir de menaces
et de sanctions, bref une sorte de terrorism en haut lieu. En
circuit ferm6.
I1 reste encore troisjours avant la nouvelle date fix6e
pour la communication des premiers r6sultats. Lundi 4 avril.
On a encore le temps de voir venir.


Cyberpresse, 31 Mars
(Sherbrooke) Les elections pr6sidentielles en Haiti
ont beaucoup attire l'attention m6diatique depuis la fin de
l'automne. Si la violence et la fraude qui ont marqu6 le premier
tour du scrutiny semblent beaucoup moins pr6sentes pour
l'instant, beaucoup d'observateurs attendent nerveusement
l'annonce des r6sultats officials et craignent de nouvelles
manifestations.

COLLABORATION SPECIAL
C'est le 31 mars, soit ce jeudi, que le Conseil
electoral provisoire (CEP) haitien doit d6clarer le vainqueur
entire Mirlande Manigat, ex-premibre dame du pays, et Michel
Martelly, un chanteur populaire. Si les r6sultats sont serr6s, ils
pourraient 6tre contests, menant a un retour de la violence.
Selon Hugo Loiseau, professeur de sciences politiques
a l'Universit6 de Sherbrooke et sp6cialiste de l'Am6rique latine
et des relations internationales, les partisans de Martelly sont
particulibrement a surveiller.
Le deuxibme tour devait initialement opposer Mme
Manigat a Jude Celestin, le candidate du parti au pouvoir, mais
les allegations de fraude massive et les manifestations violentes
organisdes par les partisans de Martelly avaient forc6 la CEP
a reconnaitre que le chanteur avait requ plus de votes que M.
C6lestin.
"Si Martelly ne gagne pas, ses partisans vont
descendre dans la rue", pr6dit le professeur Loiseau.
S6isme et pauvret6
Selon M. Loiseau, laviolence qui entache le processus
electoral en Haiti serait cause en grande parties par la d6tresse
et la pauvret6 des habitants. Une situation qui s'est encore
empire lors du s6isme du 12 janvier 2010.
"Les gens sont encore plus d6munis qu'avant, ils
vivent dans des camps oi il y a des conditions malsaines et
des cas de cholera."


Ces elections
sont done marques par la
colkre envers le president
sortant Rend Prdval et son
parti, Inite, d'ofi est issu
Jude Celestin. Sa reaction
au s6isme a 6td jug6e tres
lente et ses programmes,
inad6quats. Entre autres, il
a pr6f6rd payer des citoyens
pour d6gager les debris a la
main plut6t que d'acheter
des grues.
"Mille personnel
ne peuvent pas faire en une
semaine ce qu'une grue
peut faire en une journde,
explique le professeur. II
y a des blocs qui present
des tonnes." Resultat: plus
d'un an plus tard, les camps
de r6fugi6s "temporaires"
abritent encore des milliers
de personnel.
Beaucoup d'ordre,
peu de confiance
Le 20 mars, jour
de vote pour le second tour,
tout s'est d&roul6 dans un
came relatif: on a recens6
"seulement" deux morts, ce
qui est tris faible pour une
election en Haiti. Le taux de
(RESULTATS / p. 10)


: le di


Dans notre enfance, on chantait en merchant au pas
militaire : 'Desalin pa vie we blan'. C'6tait une facon de nous
pr6sumer sup6rieur ou du moins l'6gal de tout autre people ou
race du haut de la geste de 1804, de notre victoire sur les troupes
napoldoniennes, a l'6poque la plus grande arm6e du monde.
Les traditions ont la vie dure. I1 est difficile, certes,
de faire rentrer le people haitien dans le moule des peuples qui
n'ont pas eu a lutter aussi cruellement pour acqu6rir la liberty,
mais nous semblons esp6rer que la Terre cesserait de toumer
uniquement pour notre convenance.

Le fardeau de l'homme blanc ...
Une deuxieme page d'histoire commence avec la
grande decolonisation qui a suivi la Seconde guerre mondiale
(1945) et vu l'ind6pendance de la majority des peuples des
continents africain et asiatique et du Moyen Orient.
C'est l'apparition de theories magnifiant entire autres
l'homme noir (la N6gritude). Et Haiti est l'exemple tout
indiqu6.
Ce sont aussi des leaders de stature global tels Nehru,
Nkrumah, Nasser, Mao qui firent reculer les theories raciales
qui circulaient dans les rapports entire le Nord et le Sud sous
des 6tiquettes farfelus du genre 'le fardeau de l'homme blanc'.
Un peu comme les noirs du roman < Autant en
emporte le vent' qui se retrouvent bien embarrasses d'une
liberty qu'ils n'avaient pas souhait6e et don't ils ne savent
quoi faire !
Mais aujourd'hui le vent a tournm a nouveau. Disons
pour faire plus court depuis la chute dubloc communist (1990)
et que le monde d6velopp6 n'est plus coup en deux. Et que
celui-ci peut affirmer ses ambitions plus ouvertement, sans
s'embarrasser de trop d'hypocrisie.

'Bon Dieu bon'...
En Haiti, come depuis deux si6cles, la vie suit son
course bon an mal an. 'Bon Dieu bon.'
Plus on r6gresse, ce qui a toujours Wte le cas de
m6moire d'Haitien, y compris pour des raisons ind6pendantes



/odou-politique
Beaucoup d'eau peut encore couler sous les points.
N'est-ce pas.
Comment nos officials 6lectoraux (nationaux et
intemationaux !) vont-ils se d6mener pour sortir de toutes
les difficulties qu'ils paraissent rencontrer en ce moment, de
qui viennent ruiner encore
une fois notre (cher petit)
processus d6mocratique, eh AVI I
bien on a fait tant et si bien que
ce ne sont pas des examens PI
et rdexamens a n'en plus
finir, m6thodes de 1'OEA REPREZ
ou pas, qu'il nous faut en ce
moment, non, on a voulu le ALOSKE, Gouven& Eta Florid I
black out, ehbien le public est Seksyon 15(d) Atik 3 nan Kons
persuad6justement que ce qui Eleksyon Espesyal fet pou ranp
se d6roule en ce moment n'a pou Eleksyon Espesyal fet po.
qu'un nom, comment dire, ce


ALOSKE, dat yo pou Eleksyon
Gouvwk6 a jan sa ekri pi ba la a


ilemme haitien !
de notre volont6 don'tt la dette de l'ind6pendance verse a la
France), plus on s'enfonce dans la d6pendance la plus total.
Aujourd'hui jusqu'a la construction des latrines,
comme tout ce qui concern la grande masse don't les conditions
ont peu 6volu6 pendant ces deux siecles.
D'un autre c6t6, cet humanitaire don't nous devrions
nous consid6rer, parait-il, comme un privil6gid (compared
la lenteur de l'aide collected apres le s6isme du Japon) cache
de plus en plus mal une guerre ouverte pour la conqu6te des
resources naturelles et des marches. (La seule R6publique
dominicaine voisine a export pour prls d' 1 milliard de dollars
en Haiti l'annde 2010)'.

Au diable les bonne manibres ! ...
Mais voici que enfin nous commencerions a nous
sentir concerns par cette extraordinaire ambiguity. De fait
celle-ci ne pouvait 6tre plus frappante qu'a la faveur de ces
elections g6ndrales. Entre nos discours 'dessaliniens': les
elections comme expression par excellence de la souverainet6
national, et le constant rappel que c'est l'intemational qui en
assure le financement. Et qui doit s'activer aussi a installer
des 'pr6fabriqu6s' pour permettre a la prochaine legislature
de singer. En rappelant a celle-ci que sa premiere tiche c'est
la r6forme constitutionnelle ... autre puissant symbol de
souverainet6, non !
Ce qui a change c'est que c'est fini le temps on
l'intemational acceptait de jouer un r6le de souffleur, de
consultant discret. Aujourd'hui il s'impose sur la scene.
Poussez vous ! Au diable les bonne manibres. Vulgairement
parlant, il en veut pour son argent.
Or justement les mauvaises langues disent qu'Haiti
est devenue aujourd'hui si d6pendante qu'elle n'a plus rien a
offrir comme garantie que son territoire.
Ou son histoire. Probablement aussi sa fiert6 !
Mais qa les Haitiens ne vont pas pouvoir l'avaler.
Alors, le mystbre reste entier.

Haiti en Marche, 31 Mars 2011



toutes ces montagnes de fraudes et d'irr6gularit6s
sont des messes noires.
Vous vous souvenez de ce mot qui a fait succes aux
Etats-Unis il y a quelques annees : Vodou-politics !

MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince



ELEKSYON ESPESYAL
OU P0S LACHANM

ANTAN ETA, DISTRIK 110
a, konftmeman ak Se-syan 100,101 ak 100,141, Lwa Florid, ak
titisyon Florid la dapre pouvwa ki envesii nan li, mrnde pou yon
li pos vid Lachanm Reprezantan Eta, Disink 110, rei:o.j li made
deziyel' kandoda pali politik rekoni yo epi
Prim6 Espesyal ak Eleksyon Jeneral Espesyal sil3 a te elabli pa
I:


Jeneral Espesyal: 28 jen 2011


AiOSKE SO4 syiO 100.141, Lwa Floid yo, mete an plas pou ke Sekret6 Deta a ellabiU dat yo pou
kandld13 yo I alitye pcou ElekSyon Prime EspesyaI ak Eleksyon JeneraI sila 3 epp )L, el3bli; da31 yO rY)L
kwnd.d3 )o depcze rapo kanpay yo, epi
AtoSKE kakdida yo I ki e kalifye pa mer d Upersyior d.ee cbtpni syai ova~d jan sa a:
14y Siy.* valid
ALOSKE petisyon pou 1,ardida ki k.3life pa rnetrd petisyo - an I~t pou soum~t bay sipbiz6
eleksyon nan konle kote syati yo te rasanble an pa pilia . 5qg p n- . 6 avnl 2011 la, konsa sip~viz6
eleksyon an va kapab eritye siyati yo ak s~lifye -ezllha yo ep sourm~t yo bay Diwizyon Eleksyorn
pap piw 'e 5e p r j 3vri1 201 i Fr kalifikasyon yo pou kandila �i pap kaiifye pa rnet6d petisyorn
an se:
Palizan yon Pali PolilRk: $1.781.82 San Pati Politik: $1,187.88
ENSIDONK, mweln, KURT S. BROWNING Sekret Deta Fbri", isiba likse ak deklare ke dat pou
�aridida yo .apat 4aifye pou Eleksyon Espye I an 4eStyc n a- i% eaf~ de 8e a m rj u 11 avnil 2011,
rive Midi, 12 avril 2011, epi dat pou karidiJa yo depose rap6 kanpay yo we


Bina Dal Limitf
SF1 9 avril 2011
SF2 20 me 2011
SG1 10 jen 2011
SG2 24 jen 2011


Pat RaPo an Kouvwi
Oat deziyasyon an te soumer - 22 avil 2011
23 avril 011 -19 rme2011
20 me 2011 - 3 jen 2011
4 en 2011 - 23 jen 2011


Yon rap6i final f~t pou depoze �(' jou apre ke yon kandida te rete san oWisyori, e CrninC oswa I


ENSKRI pa men nrwen ak Gran So Eta Florid, nar
Tallahassee, Kapi;.i la 256m jou mwad mas 2011.


SERE Tr -DETA
SEKRE TE DETA


Page 7


Elections en Haiti: violence,

fraude et colere


Prime Espesyal: 24 me 2011


.x~xx Ix -- - - -1 - x I


I I I





208eme ANNIVERSAIRE


1Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 11


Cet Homme fut une N
Par Azad Belfort quelle arm6e du monde de l'6poque. I1 ne lui manquait qu'une
marine de guerre pour 6tre capable de projeter cette force A
Parlant de Toussaint Louverture, l'immortel Auteur l'dchelle r6gionale ou continental.
du < Lac � Alphonse de Lamartine n'h6sita pas A d6clarer : I1 faut se rappeler aussi que Georges Washington
< cet homme fut une Nation >>.Plus de deux cents ans apris au plus fort des batailles de l'Indcpendance des Etats-Unis
sa mort survenu le 7 avril 1803 au Fort de Joux,
cet homme extraordinaire n'en finit pas de fasciner
les plus sagaces des historians. En moins de treize
anndes, de 1790 A 1802 cet homme a su d6montrer
par son g6nie politique et militaire que la race noire , I
6tait capable de produire dans le monde modeme des
giants de la pensde strat6gique capable de rivaliser et
mime de d6passer ce que l'Europe faisait de mieux en
strat6gie. Pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler
que Toussaint A la suite de son fameux retirement a .
r6ussi non seulement A repousser l'arm6e espagnole
sur les frontires del'Est mais aussi battre quasiment '
en meme temps et A mettre en d6route les troupes 1 .
britanniques du G6ndral Maitland. .J -
Un historien militaire a pu calculer combien
les finances britanniques ont &te mises A rude 6preuve
lors des tentatives anglaises de prise de contr6le de
la Colonie Franqaise. Et malgr6 le d6ploiement de .
plus de 15.000 soldats don'tt de nombreux recrut6s
sur place) l'arm6e britannique a dfi finalement se
r6soudre en octobre 1798 A capituler face A Toussaint
Louverture nomm6 entretemps g6ndral de division par
la France r6volutionnaire. C'est A partir de ce moment
que l'onpeut consider que Toussaint Louverture est
entr6 dans le grandjeu gdopolitique mondial.
En effet, le 23 mai 1799, Monsieur Edward . - .
Stevens, Consul G6ndral des Etats-Unis en Haiti,
6crivait A Thomas Maitland retoum6 A la Jamaique . -
que le g6ndral Toussaint Louverture avait requ du ..
Directoire franqais des ordres l'intimant d'envahir la -
Jamaique et le sud des Etats-Unis. Ce que Toussaint
s'6tait bien gard6 de faire et qui t6moigne peut 6tre de Illustration de la rencontre de Toussaint Louverture avec I'amiral anglais Ma
sa premiere vell6it6 d'autonomie politique par rapport oh ce denier accepted sa capitulation
A la m6tropole franqaise. n'ajamais eu A sa disposition une force de combat de plus de
En fait, cet ordre du Directoire francais au general 20.000 soldats alors que Toussaint Louverture 6tait capable
de division Toussaint Louverture t6moigne d'un fait essential: de d6ployer ais6ment 40.000 soldats bien 6quip6s et bien
l'extraordinaire puissance militaire don't disposait l'homme entrainds. On comprend, dans cette perspective, pourquoi dans
de Breda A l'6poque. Si l'on fait le d6compte de la balance le trait sign entire Toussaint et la Grande-Bretagne, il y avait
militaire des forces au course de cette p6riode, onpeut consider une clause secrete limitant le d6veloppement de la marine
sans craindre de se tromper que le future Gouverneur de Saint national A une simple marine de cabotage.
Domingue disposait peut 6tre de la cinquibme ou sixieme Une fois les soldats d'Albion boutes hors de 1'Ile, il
arm6e de l'6poque apres celle de la France r6volutionnaire, de ne restait plus a Toussaint qu'A se tournervers son grand project
la Russie, de l'Espagne, de la Prusse, et de l'Empire Ottoman. d'unification de 1'Ile sous une seule autorit6, ce d'autant plus
Hormis ces armies susmentionndes la force militaire ddployde qu'il 6tait facility dans cette tfche par la signature du trait de
par Toussaint Louverture pouvait surclasser ais6ment n'importe Bale entire l'Espagne et la France. Par ce traits, Madrid c6dait


ation !
la parties orientale de 'ile A Paris. Virtuellement toute 1'ile 6tait
devenue Franqaise il ne restait plus au vainqueur de Maitland
qu'A concrdtiser cette cession territorial.
En fait le sort du premier Empire Colonial Franqais
s'est jou6 A partir de la decision de Toussaint d'unifier l'ile
conform6ment au trait de Bile puisque les relations
de confiance entire le Gouvemeur et la m6tropole vont
commencer A se dd6triorer en ce moment. C'est cette
S mprise qui entire autres parametres va sans aucun
doute determiner l'exp6dition de Saint Domingue.
D'apres certain historians, Napoldon
Bonaparte se penchait depuis quelques temps sur un
project d'empire des Am6riques don't l'Ile de Saint
Domingue serait la base de depart des operations et
la clef de voute strat6gique. C'est dans cette optique
qu'a l'insu de Toussaint lui-m6me, que le vainqueur
de Marengo nomma par un arr&t6, le 6 f6vrier 1801,
Toussaint capitaine-g6ndral de Saint Domingue. Dans
S une lettre accompagnant ledit arr&te, il 6crivit : << I n'y
aura dor6navant plus d'agent dans la parties francaise
don't le commandement en chef vous est conserve
sous un titre plus important que celui de Gouvemeur-
G6ndral avec des attributions plus 6tendues >>. L'entrde
des Troupes de Toussaint Louverture A Santo-Domingo
remit en cause la strat6gie de la France napoldonienne
et fut l'edvnement d6tonateur de l'exp6dition de Saint
Domingue commander par Leclerc.
Cependant l'entrde des Troupes de Toussaint
A Saint-Domingue permit A l'homme de Breda de
d6montrer aussi toute l'6tendue de son g6nie et son
caractbre prot6iforme. I1 avait auparavant d6montr6
ses capacit6s de manceuvrier politique en 6tant, selon
certain historians, le veritable deus ex machine derriere
la reunion du Bois-Caiman. On le soupqonne d'avoir
&t l'6minence grise cache derribre Jean-Franqois,
Biassou et Boukman sous l'influence peut 6tre de
aitland certain secteurs royalistes don't il 6tait relativement
proche; mais il sut comprendre rapidement la
port6e global et r6volutionnaire de ces 6v6nements. II a su
d6montrer son g6nie militaire d'abord au service du Royaume
d'Espagne et ensuite aprbs son retirement du c6t6 de la France
rdpublicaine et r6volutionnaire, centre les Troupes espagnoles
et ses anciens allies Jean-Franqois et Biassou. Mais c'est
surtout centre le G6ndral Britannique Thomas Maitland qu'il
a su montrer son g6nie militaire extraordinaire et sa grandeur
d'Ame digne d'un stoicien remain.
A saint Domingue, il montrera vraiment des capacit6s
d'homme d'Etat hors pair, en pregnant tres rapidement un
ddcret d'abolition de 1'esclavage d6s la remise des cl6s de la
(2086me ANNIVERSAIRE / p. 12)


GHAO7ZPES


Page 8


Genyen asirans pou tretman




dan a bon mache... pou




mwens ke 1 dola pa jou.






Telefone reprezantan Humana

w lan jodiya menm!


Mike Bully

561-389-0813

8 a.m. - 5 p.m.
,, ,__-H UMIIANA_.


- - - . - . - . - - - - - - . - Ix. - l - - 1 1 v - x


PB 3/I'1




Mercredi 06Avril2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 11


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


r --��
r;;* *'�-.'


F;IIC


12 janvier 20t6,-a Banque Nationale de Credit BNC sa.i

d e to u te s le s v ic tim e s d u tre m b le m e n t d e te rre , e n g e n ri~~ta ? t celle
" " �' --'". .. . . ." " " '.. -... . 1... 11 11
ses employes, clients, partenaires et amis, en particulier.. ...



La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au

pays et aux families si durement eprouves par cette catastrophe.

Les soubresauts de l'annee 2010 n'affectent nullement I'ardeur de votre

banque a vous accompagner dans le financement de vos projects et A par-

ticiper aux efforts de regeneration de la richesse national. Sa mission, apres .

cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble A. :
.. :~ - _.,, '
la reconstruction de notre pays. .-

BC -. l Iosr o d Hay.ti
-.^" ... �BNC: Votre partenaire pour la reconstruction d 'Haiti. . 'l
... . ' -
~*~:7LS


. �--...~.. ......
. -. - ....
-S
.~�- S.- "
~ C~F~~ IC" ~-c1


*m


. . .. . . . .
I' - ".C "% . i:,,,,*i~r
'- .jdar L �L~l
~..- 4~;; r -
C. L'.I...'... ..fi;;...............*L*
od� c ' - I:'*IC* I"~-----I


Page 9


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - xx - - -- , - - - , - - - - - - , - --- - - - - -- - - I






PREVENTION DES DESASTRES


1 Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 11


Sensibiliser les
28 mars 2011
A l'instar des autres pays de la Caralbe, Haiti n'est
pas A I'abri de tsunamis. Dans l'objectif de sensibiliser
la population sur les dangers de ce type de catastrophes
naturelles, le Bureau de I'Organisation des Nations Unies
pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) a
organism un seminaire de 2 jours A Port-au-Prince. Une
occasion pour I'agence de rappeler que ce phenomene
n'est pas nouveau dans le pays, que les risques continent
d'exister et de presenter des measures susceptibles d'aider
A s'en protmger.
Dans le pass, des pays du Bassin de la Caraibe ont
d6ji fait l'exp6rience de tsunamis. En effet, selon l'un des



i - _: ..
II?[::::


Haitiens aux dangers des tsunamis
Aliaga, sp6cialiste de Programme a l'Unit6 de Tsunafi de du system de Hawaii, dans la minute 9 et la minute 10[...]
la Commission Oc6anographique Intergouvemementale de >, a fait observer M. Aliaga.
1'UNESCO. En outre, Haiti a 1700 kilometres de c6tes, et L'atelierune fois termind, le Bureau de 'UNESCO a
plusieurs grandes villes haitiennes sont c6tieres, don't certaines Port-au-Prince travaille dans le but de preparer la population a
avec une important concentration de bidonvilles tels Cit6 faire face a ces menaces d'ordre natural. Et cette preparation
Soleil et Cit6 l'Etemel, dans la region m6tropolitaine de Port- passe par la mise a disposition de manuels a l'intention des
au-Prince. Et< tsunamis >, a averti l'ing6nieur Priptit. des posters pour l'ensemble de la population. Les brochures
Preparer la population A faire face aux tsunamis en creole sont en preparation. << Dja disponibles dans une
En vue de sensibiliser les Haitiens sur les dangers des quinzaine de langues don't le crdole martiniquais, le corden,
tsunamis, le Bureau de 1'UNESCO enHaiti a organism un atelier 1'arabe, 1'espagnol, 1'anglais, [...] ellespeuvent etrefacilement
deux jours autour du theme <>, a assure M. Aliaga.
opdrationnelles dans la chain d'alerte aux tsunamis en Haiti >>, Cet atelier a Wte organism en partenariat avec la


Plusieurs villes d 'Haiti sont situdes pratiquement au-dessous du niveau de la mer done exposees aux dangers d 'ventuels tsunamis (photo Logan Abassi/Minustah)


intervenants a ce s6minaire, professeur Narcisse Zahibo de
l'Universit6 des Antilles et de la Guyane, citant les donndes
recueillies par le << United States Geological Survey/ (USGS)
> et la < National Oceanic and Atmospheric Administration/
(NOAA) >, quelque 91 << v6nements > aboutissant a des
tsunamis, pour la plupart de faible ampleur, ont frapp6 la zone
de 1692 a 1946.
Et le professeur Zahibo de signaler que, durant cette
p6riode, sept d'entre eux, de plus ou moins grande envergure,
ont frpp6 la Jamaique, Haiti, le Venezuela, les Iles Vierges,
Panama, Porto-Rico et la R6publique Dominicaine, causant la
mort de 5503 personnel. Dans le cas d'Haiti, < a suivi le sdisme du 7 mai 1842 a frappe tout le Grand Nord,
causant la mort de 300 personnel. Des villes comme Port-
de-Paix, M6le Saint Nicolas, Cap-Haitien et Fort Liberte ont
dtv sdvdrement touchees avec des vagues de 3 a 5 metres de
haut >>, a fait valoir l'ing6nieur Claude Pr6ptit, du Bureau des
Mines et de l'Energie.
Pour Haiti, un pays situ6 sur deux plaques tectoniques,
la probability de tremblements de terre suivis de tsunamis
existe et doit 8tre < prise au s6rieux >, selon Bernardo


lesjeudi 10 et vendredi 11 mars, a Port-au-Prince. << Cet atelier
pour Haiti est conqu dans le but d'informer et de preparer la
population en cas de tsunami >, a inform Bernardo Aliaga.
Les habitants doivent notamment 8tre informs de la n6cessit6
de < suivre les informations officielles, de se r6fugier a temps
dans les hauteurs, de s'accrocher aux objets flottants et de
grimper sur des arbres >, en cas de tsunamis, conseille entire
autres M. Aliaga.
Celui-ci a pr6sentW des modules pour l'l6aboration de
procedures op6rationnelles normalisdes (SOP) pour les alertes
aux tsunamis. L'alerte est 6mise d6s qu'il y a une activity
sismique d'une magnitude sup6rieure a 6.5 sur l'6chelle de
Richter et a une profondeur de moins de 100 kilometres. < Un
centre d'alerte aux tsunamis travaille les 5 premieres minutes
avec des donnees sismiques >>, a-t-il precis&.
Bemardo Aliaga a pris en example le systeme install
dans le Pacifique qui a 6mis des alertes aux tsunamis 3 minutes
apres le tremblement de terre qui a frapp6 le Japon, le vendredi
11 mars. < Le system d'alertejaponais a dte capable d 'avertir
toute la population des zones concerndes. Les autres alertes
dans le Pacifique ont ensuite continue afonctionner, don't celle


Direction de la Protection Civile, le Ministere haitien de
l'Int6rieur, le Bureau des Mines et de l'Energie (BME), le
Centre National de M6tdorologie (CNM) et le Service Maritime
et de Navigation d'Haiti (SEMANAH). Le project est finance
pour moiti6 par la Coop6ration Suisse et le D6partement d'Etat
des Etats-Unis d'Amdrique, a inform M. Aliaga.
Depuis 1965 un systeme d'alerte aux tsunamis est mis
en place dans le Pacifique par 1'UNESCO via sa Commission
Oc6anographique Intergouvemementale, suite au tremblement
de terre qui a frapp6 le Chili en 1960, don't la magnitude 9.5
est la plus 6lev6ejamais enregistr6e. Ce s6isme avait provoqu6
un tsunami qui a caus6 la mort de nombreuses personnel au
Japon et a Hawaii. Les pays de l'Oc6an pacifique se sont alors
mis d'accord pour crder un systeme regional d'alerte et de
protection centre les tsunamis. Suite au tremblement de terre
et au tsunami qui a frapp6 l'Indondsie, en d6cembre 2004,
1'UNESCO a d6cid6 d'6tendre ce system a la Caraibe don't
une 6bauche a &te mise en place d&s 2006.

Redaction : Jonas Laurince
Edition : Faustin Caille


Elections en Haiti: violence, fraude et colere
(RESULTATS... suite de la page 5) les capacit6s des policies: "Il y a une limited a utiliser la force malgr6 la violence et la fraude 6lectorale 6vidente.
participation 6tait 6galement plus Olev6 que lors du premier pour garder le calme", explique M. Loiseau. Pour cette raison et pour plusieurs autres, M. Loiseau
tour. Selon lui, le meilleur garant de la paix serait la craint que les manifestations violentes ne reprennent de plus
Selon Hugo Loiseau, ce came est surtout dfi aux confiance des 6lecteurs envers la CEP, qui s'occupe du belle:"Silesdeuxcandidatsfontpreuvederetenueetacceptent
forces de l'ordre: "La police national s'est beaucoup mieux d6pouillement des votes. Mais cette confiance a volk en 6clats les r6sultats, qa pourraitbien se passer. Mais ils se sont d6clards
d6ploy6e cette fois-ci et la MINUSTAH [NDLR: la mission des au premier tour: la commission avait d'abord 6cart6 Michel vainqueurs tous les deux."
Nations unies envoyde dans la region] 6tait aussi plus pr6sente." Martelly pour le deuxibme tour en faveur de Jude CUlestin,


Par centre, la situation demeure volatile, surtout si les
risultats sont serr6s. En plus des procedures judiciaires entire les
deux candidates, la fougue de leurs partisans pourrait d6passer


Pitie pour nos medias !


(... suite de la page 6)
6viter des situations comme
celles que nous craignons
aujourd'hui, c'est respecter
en toute circonstance le
droit de rdponse.
A quel titre peut-
on exercer des menaces
si l'on a la possibility
d'exprimer en toute liberty
sur le meme m6dia oiY l'on
estime avoir &t6 bless, la
cause de ses frustrations.
Nous disons sur le
meme m6dia, cela 6vitera
de diviser ces derniers entire
pro X et anti Y.
N'avons-nous pas
assez de divisions comme
qa dans notre pays !
Les m6dias 6tant
l'institution la plus sollicit6e
aujourd'hui enHaiti, il suffit
de les diviser entire eux pour
atteindre des objectifs les
plus diaboliques. Vous ne
pensez pas ! Ensuite il est
trop tard pour chercher a


qui profit le crime.
Le droit de rdponse, c'est la principal marque de
respect envers le public. Et qu'il a constitutionnellement le
droit d'exiger de notre part.

Pour un Code des medias ...
Enfin au course d'une table ronde samedi dans les
studios memes de Caraibes FM, et a l'initiative de notre
confrere Herold Jean-Franqois, PDG de Radio Ibo, la
joumaliste Liliane Pierre-Paul (Radio Quisqueya) a 6voqu6 la
possibility d'adopter une institution bien connue au Canada,
l'ombudsman, une personnalit6 ind6pendante charge
d'examiner les plaintes des particuliers centre un organisme
quelconque, par example un m6dia.
C'est une proposition certes int6ressante mais qui
demand a la press haitienne de parcourir d'autres tapes
pr6alables comme l'adoption d'un Code des m6dias.
Toujours est-il que nous avons d6ji accompli un grand
pas. Rappelons-nous qu'il y a seulement quelques anndes
(i i14 - 2006), la division entire les m6dias de Port-au-Prince
6tait l'arme principal entire les mains des acteurs politiques
des deux c6t6s de la barricade.
Nous demandons par consequent au public (et
aujourd'hui aux partisans des candidates) de nous aider a ne
pas revenir en arribre.
Voire aux comportements incendiaires de 1957. Et
des nostalgiques de cette 6poque a jamais rdvolue.
Marcus, Milodie 103.3, FM, Port-au-Prince


Page 10


LIBERTE EGALITE FRATERNITY
R6publique d'Haiti


AVIS de Divorce

I1 est porter a la connaissance des int6ress6s qu'h la date du vingt quatre Septembre
deux mille dix (24 septembre 2010), le Tribunal de Primiire instance de Port-au-Prince a
rendu une decision entire les 6poux Samson joseph Homidas, la femme n6e Marie fadette
dessaint, don't le dispositif est ainsi libellk :

Par ces motifs, le Tribunal, apres examen et sur les conclusions du Ministbre Public,
maintient le d6faut octroyd contre le d6fendeur a la susdite audience, pour le profit du d6faut,
declare fondue la dite action, admet en consequence le divorce de la dame Samson Joseph
Homidas n6e Marie Fadette Dessaint, d'avec son 6poux Samson Joseph Homidas pour
injures graves et Publiques, pronoce la dissolution des liens matrimoniaux existant entire
les dits 6poux, ordonne a l'officier de l'Etat Civil de la Section Est de Port-au-Prince de
transcrire dans ses registres a ce destin6s le dispositif du present jugement don't un extrait
sera ins6rd dans l'un des quotidiens s'6ditant a la capital sous peine de dommages int6rets
envers les tiers s'il y 6chet, comment l'huissier Jean Claude Bauvais de ce tribunal pour la
signification de ce jugement, compense les d6pens.

Pour ordre de publication :
Me Jean C. Mars
Pour le Cabinet.


I - I.- l - 1 1v - x


E-





Mercredi06Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 11


LES PETITES ANNONCES


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouverance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, HaTti, WI.

Par courriel: c.fdd.e. delmas@gmail. com
Par tOlephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 3444-2001


Le Manolo Inn F


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)


Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


Cholera : Les employes du CTC de Jacmel en arret de travail


Les employs du Centre de Traitement de Chol6ra
(CTC) de l'h6pital Saint Michel de Jacmel [le plus grand
centre hospitalier du d6partement du Sud-Est] sont en arret
de travail depuis lundi 28 mars 2011. Les employs exigent
des autorit6s sanitaires le paiement de leurs arri6rds de salaire.
Selonles employds-gr6vistes, depuis le depart, en fvrier 2011,
de 1'ONG MWdecins Sans Frontibre (MSF) de l'h6pital Saint
Michel, aucun des membres du personnel du CTC n'a requ de
salaire jusqu'a present et aucune explication n'a pas ete fournie
par les responsables sanitaires a ce sujet.
Interrog6s sur les consequences de cet arret de travail


a l'unique centre de traitement de Jacmel, pouvant accueillir
les malades du cholera, les employs se disent conscient de
l'impact qu'un tel movement peut avoir sur la sante des gens,
mais ils expliquent < Nous sommes obliges d'observer cette
suspension de travail en vue de forcer les instances concerns
a nous prendre en consideration, car nous avons nos families
a nourrir. >Le Docteur Yves Gaston Ddlouche Junior, le
Directeur D6partemental sanitaire du Sud-Est, demand aux
employes d'etre patients et indique qu'ils recevront sous peu
leurs salaires. Le responsible precise avoir mend une demarche
auprbs de 1'UNICEF, l'un des partenaires de son institution,


qui aurait rdpondu favorablement au financement du CTC afin
de d6bloquer la situation. En fait, depuis le depart de MSF, la
direction d6partementale sanitaire serait a la recherche de fonds
pour assurer le paiement du personnel du CTC...
Par ailleurs le Directeur d6partemental sanitaire du
Sud-Est a exprim6 son inqui6tude face a une augmentation
possible des cas de cholera dans la region, enraisonde la saison
pluvieuse qui vient d'etre annonc6e. Le Dr Ddlouche Junior
demand a la population d'etre tres vigilante et de respecter
les principles d'hygibne.
HL/ Claudy B lizaire


Les agriculteurs ha'tiens ont besoin d'une UPA


"La reconstruction de mon pays passe par
1 'agriculture. C'est le secteur le plus important parce que 9a
fait travailler et 9a nourrit les gens ", dit Jean Roland, unjeune
cultivateur de 29 ans.
31 mars 2011
par Nicolas Mesly - Vie Rurale

Port-au-Prince (Haiti) - Haiti n'a ni souverainet6 ni
s6curit6 alimentaires. Le petit pays de dix millions d'habitants
imported 60 % de ses aliments et ce pourcentage est de 80
% pour le riz. Surexpos6 aux prix des denrdes du march
international, d'autres 6meutes de la faim comme celles de
2008 sont a craindre. Regroup6e sous l'Alliance agricole
international (AAI), l'expertise agricole qu6b6coise tente de
sauver un patient qui survit entire catastrophes naturelles et
crises politiques. Pourtant Haiti peut s'en sortir, a condition
que ses dirigeants misent sur sa paysannerie. Le correspondent
de la Terre vous livre ici le premier de deux reportages in6dits.
"Les paysans haitiens ont besoin d'une UPA. Et, avec
le concours de l'Eglise catholique, nous allons changer la face
de ce pays!" dit en entrevue Yvan Girardin, repr6sentant de
D6veloppement et Paix en Haiti. Consacrant un budget de 3
M$ a l'agriculture, 1'ONG tente de remettre le pays sur ses
rails en appuyant les projects de deux associations paysannes,
l'une a Croix-des-Bouquets prbs de Port-au-Prince, et l'autre,
le Mouvement Paysan Papaye (MPP), a Hinche, dans le plateau
central, a environ quatre heures de route de la capital d6vast6e.
Rencontr6 a Port-au-Prince, M. Girardin s'indigne
des conditions des camps dans lesquelles vivent 1,5 million
de sinistrds, la plupart des paysans, un an aprbs le terrible
tremblement de terre du 12 janvier 2010. Et de l'absence
apparent de l'octroi de 10 G$ US promise par la communaut6

Le citron (citrus) est un produit miraculeux pour tuer
les cellules cancereuses. Il est 10.000 fois plus puissant que
la chimioth6rapie. Pourquoi ne sommes-nous pas au courant
de cela? Parce qu'il existe des laboratoires int6ress6s par
la fabrication d'une version synth6tique qui leur rapportera
d'6normes b6ndfices. Vous pouvez d6sormais aiderunami qui en
a besoin en lui faisant savoir que le jus de citron lui est b6ndfique
pour pr6venir la maladie. Son goft est agr6able et il ne produit
pas les horribles effects de la chimioth6rapie. Si vous en avez la
possibility, plantez un citronnier dans votre patio ouvotrejardin.
Combien de personnel meurent pendant que ce secret
est jalousement gard6 pour ne pas porter atteinte aux
b6ndfices multimilionnaires de grandes corporations ?
Commevous le savez, le citronnierestbas, n'occupepasbeaucoup
d'espace et est connu pour ses vari6t6s de citrons et de limes.


international pour la reconstruction du pays. Cette aide, selon
lui, ne ferait qu'enrichir "la m6me minority" au detriment d'une
population a 65 % rurale et a 80 % catholique. "On parle de
reconstruction, mais il faut 6galement parler de refondation de
la soci&te haitienne, sinon, dans cinq ans, on ne sera pas plus
avanc6", ajoute-t-il.
La sortie de M. Girardin survenait quelques jours
avant le d6bat public sur un project de loi d'une nouvelle
politique agricole promue par le ministry de l'Agriculture, des
Ressources naturelles et du D6veloppement durable, Joanas
Gud, le ler f6vrier dernier. Ce plan (2010-2025), finance
sur cinq ans a raison de prbs de 800 M$ US, vise a faire de
l'agriculture un vibrant secteur economique. Et a assurer un
peu plus de s6curit6 alimentaire a un pays qui imported 60 %
de ses besoins nourriciers.
"Nous visons a crderun milieu propice pour attirer des
investissements afin de d6velopper des filibres de production,
tels le riz, la patate et l'igname, et de moins d6pendre des
importations", a indiqu6 en substance le ministry Gud, lors
d'une conference de press a l'h6tel Kariko. La chic station
balndaire r6unissait les principaux bailleurs de fonds de ce
plan (ACDI, BID, PAM, USAID) et certaines associations
paysannes.
"Le gouvernement a manqu6 son coup. C'est trop peu
trop tard! " a comment pour sa part Me Francisque Mayas,
avocat et repr6sentant de la chambre agricole de Grand'Anse,
lors d'une solide prise de bec avec le ministry Gud sur la
centralisation du pouvoir a Port-au-Prince. "Aprbs le s6isme,
environ 200000 personnel se sont d6plac6es vers Grand'Anse
poury rester. Mais malgr6 les conditions infemales, elles sont
reparties vers la capital parce qu'il n'y avait aucun moyen
de prise en charge. Toute politique agricole passe par la


Bienfaits du citron
Vous pouvez consommer le fruit de manieres diff6rentes:
vous pouvez manger la pulpe, la presser enjus, laborer des
boissons, sorbets, patisseries, ...
On lui attribue plusieurs vertus mais la plus
int6ressante est l'effet qu'elle produit sur les kystes et
les tumeurs. Cette plante est un rembde prouv6 centre
les cancers de tous types. Certains affirment qu'elle est
de grande utility dans toutes les variantes de cancer.
On la considbre aussi comme un agent anti microbien a large
spectre centre les infections bact6riennes et les champignons,
efficace centre les parasites internes et les vers, elle r6gule la
tension art6rielle trop haute et est antid6pressive, combat la
tension et les d6sordres nerveux.


decentralisation!" a expliqu6 M. Mayas a la Terre.
Evacuee de ce plan est aussi la question crucial de la
r6forme agraire,jalonnde de conflicts sanglants, et nouvellement
baptis6e "s6curisation foncibre". "Pas un paysan ni un homme
d'affaires ne va investor sur sa terre ou dans une entreprise
agroalimentaire tant que la question de la propriety foncibre ne
sera pas r6gl6e. On devrait profiter de la situation cr66e par le
tremblement de terre pour mettre fin a l'anarchie qui regne",
declare Bernard Eth6art, directeur de l'Institut national de la
r6forme agraire (INARA).
"Il faut non seulement parler de credit agricole,
mais aussi d'assurance rdcolte. Comment voulez-vous d6finir
une politique agricole en l'absence des principaux acteurs",
reproche de son c6t6 Jean-Baptiste Chavannes, president et
fondateur du Mouvement Paysan Papaye (MPP), qui n'6tait
pas sur la liste des invites du ministry Gud a l'h6tel Kariko.
Ax6 sur l'agriculture biologique, le MPP, qui regroupe
60000 producteurs, travaille avec trois autres associations
paysannes pour se doter d'une seule voix (MPNKP, Tte
Coll6e, Cross). "Nous avons nos divergences. Mais nous allons
y arriver. C'est dans notre int6ret et celui d'Haiti. L'UPA ne
s'est pas form6e en un seul jour", dit le leader paysan qui a
d6ji visit le Qu6bec.
ACDI : Agence canadienne de d6veloppement
international
BID : Banque interam6ricaine de d6veloppement
FAO : Organisation des Nations Unies pour
l'alimentation et l'agriculture
PAM : Programme alimentaire mondial de 1'ONU
USAID : United States Agency for International
Development


La source de cette information est fascinante: elle
provient d'un des plus grands fabricants de m6dicaments au
monde, qui affirme qu'apres plus de 20 essais effectuds en
laboratoire depuis 1970, les extraits ont r6v616 que:
Il d6truit les cellules malignes dans 12 types de cancer, y comprise
celui du c6lon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancr6as...
Les composes de cet arbre ont d6montr6 agir 10.000
fois mieux que le produit Adriamycin, une drogue
chimioth6rapeutte normalement utilis6e dans le monde,
en ralentissant la croissance des cellules du cancer.
Et ce qui est encore plus 6tonnant: ce type de th6rapie avec
l'extrait de citron d6truit non seulement les cellules malignes
du cancer et n'affecte pas les cellules saines.
Institute de Sciences de la SantO, L.L. C.
819 N. Causez Street, Baltimore, MD 1201


Page 11


DANS LES NIPPES
SDn skiomIres de plage
* Chambres Notl coarort avet
air condilloan cl Sgle de
ban ottamoe -'7
d; dittse d alq*"v~rrlp*cPfji c
parnurd a Grand CChefi
" IL Saul du Song
" Le Pebh de Sure
Dardguenave * AAwe A
Veau
" La Petlte Eglise de PtM
Trao dalmou' de do 100
siklde...


TiMphonem: 566-5361
401-7108 / 514-0304
lemanaloinniu mc.com

I nternet dbponihbl
pour les client


ADOMI PURCHASING AGENCY


Tel. :786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour tons vos achats:

Equipements pour construction / Pieces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


.x~xx Ix --l - 1 1 v xx






LIBRE PENSER


Mercredi 06 Avril2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 11


o La prudence, de toutes les vertus requires pour le
gouvernement, voila sans contredit la plus important. > L.
Bourdaloue

Chers amis lecteurs, je m'appretais a utiliser cette
chronique pour parler du nouveau choix souverain du people
haitien. Je voulais parler de la personnel choisie par ceux qui
ont voulu exercer leur droit de vote, pour contr6ler, orienter
et planifier les besoins d'Haiti et des Haitiens de tout type,
durant ces cinq et longues prochaines anndes. Je voulais le
faire etje me disais que, ce week-end, j'allais pouvoir enfin
satisfaire ma curiosity, plus malsaine que citoyenne, de
savoir ce que le people avait d6cid6. Le < Conseil >, suivant
je ne sais plus quels conseils, avait choisi de reporter la date
de publication des r6sultats prdliminaires. Trop peu de temps
pour, computer, v6rifier, reporter, publier, les r6sultats de 11.800
proces-verbaux, ramenes a moins de 5.500. Faire tout cela en
11 jours n'est pas a la hauteur d'Haiti ? I1 leur en faudrait au
moins 15. Du 20 mars au 4 avril. Et, vu le personnel travaillant
au << Centre de Tabulation >, j'imagine qu'il a du correspondre
un maximum de 100 proces-verbaux en tout par personnel.
Environ 7 PV par jour. Un maximum de 1 PV par heure de
travail ! Je me demand ce que doivent faire les autres pays
qui arrivent a publier le meme jour des r6sultats de < joutes
6lectorales > plus encombrantes que les n6tres. Peut-6tre est-il
temps de penser a rendre << Permanent >> un << Conseil Electoralb>
trop << Provisoire >, dans lequel certain de ses << Conseillers >
n'arrivent a se mettre qu'h la hauteur du premier tiers du mot ?
La prudence 6tant bonne conseillbre, il vaudra mieux que,
faisant la guerre a mon impertinence, je me taise etje passe a
parler d'autre chose.
Chores amies lectrices et chers amis lecteurs, voila
bient6t 6 ans d'existence de ces chroniques hebdomadaires.


Prudence!
PrMs de 300 semaines de < cohabitation litt6raire >, qui a pris
corps autour d'environ 300 chroniques hebdomadaires. Done
300 < notions > utilis6es pour synth6tiser les maux d'une soci&te
qui peine a sortir de la misbre, morale, 6conomique, iddologique
dans laquelle elle se trouve plong6e a cause de l'ind6cence de
la majority de ses membres. Parmi tous ces mots utilis6s pour
construire nos structures de r6flexion, je me suis rendu compete
queje n'aijamais parl6 de la prudence. Vu ce qui se passe au
Japon a cause de < l'imprudence nucl6aire >, de soi-disant
sp6cialistes de l'6nergie nucl6aire, regroups au sein d'une
compagnie ddnomm6e < TEPCO > (Tokyo Electric Power
Company), il s'avere important de parler de ce << principle de
prudence >, qui devrait guider les pas de la personnel qui aura
a occuper le fauteuil pr6sidentiel, en Haiti, les cinq prochaines
anndes. Jusqu'au 7 f6vrier 2016, ou toute autre date entire le 7
f6vrier et le 14 mai 2016. Mieux vaut ne pas anticiper sur les
prochains d6bats. A nouveau, par prudence.
Dans le language courant, chores amies lectrices
et chers amis lecteurs, on parle de prudence pour d6crire
l'attitude de celui qui agit en veillant a 6viter les dangers.
L'individu qui fait montre de prudence dans ses actions, qui
agit avec prudence, dans ses actions, fait de son mieux pour
ne pas nuire autrui. Il r6fl6chit aux consequences de ses actes,
sur son comportement, en vue d'6viter les fautes, les dangers,
les malheurs 6ventuels. Parler de prudence veut aussi dire
parler de prevention, de precaution, de r6flexion. J'imagine
que si vous r6fl6chissez un peu sur ces derniers details, vous
vous rendrez compete rapidement que chez nous, en Haiti, ni
la prudence ni la prevention et encore moins la precaution
sont des traits communs de comportement. Puisque notre
responsabilit6 citoyenne nous incite a le faire, parlons de ces


notions a usage trop restreint afin de pousser les nouveaux
responsables a y penser.
Le concept de prudence, dans le cas de responsabilit6
collective du preneur de decision, oblige a ce qu'il prenne
en compete les risques d&s que leur existence est d6montr6e,
ind6pendamment de leur fr6quence d'occurrence. Une gestion
des risques s'impose alors obligeant a consid6rer l'adoption
de < measures int6gr6es, effective, scientifiquement valables
qui diminuent les risques tout en tenant compete des facteurs
sociaux, culturels, 6thiques, politiques, religieux. > Le
< principle de prudence > oblige a consid6rer deux autres
principles : celui de precaution et celui de prevention.
1-La prevention vise les risques av&drs, ceux don't
l'existence est demontrde ou connue empiriquement sans
toutefois qu 'on puisse en estimer la frquence d'occurrence.
Exemples : le risque nucldaire. L incertitudee ne porte pas sur
le risque, mais sur sa rdalisation.
2-La precaution vise les risquesprobables, non encore
confirms scientifiquement, mais don't la possibilitW peut &tre
identified apartir de connaissances empiriques et scientifiques.
Exemples : le developpement des organismes gendtiquement
modifies, les emissions des telephones portables.
Voilh chers amis lecteurs des notions a inclure dans
nos modes de fonctionnement et, je m'en voudrais de ne pas
en parler, justement a quelques heures de la publication des
r6sultats du deuxieme tour de ces elections qui ont tellement
fait parler d'Haiti a travers le monde. Finira-t-on par trouver
la bonne voie conduisant vers la transformation ? Enfin, la
prudence, aussi bien au niveau individual qu'au niveau collectif
peut nous servir de guide sur cette voie.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2011


Cet Homme fut une Nation !


(208Kme ANNIVERSAIRE. ... suite de la page 8)
ville de Saint Domingue par Don Diego Garcia. Les vieilles
Lois r6trogrades hispaniques ont 6t6 remplac6es par des lois
modernes inspires de celles issues de la revolution francaise
tandis que des measures administrative et economiques ont
&te prises pour r6organiser un systeme dconomique archaique
fond6 principalement sur les << Hattes > et l'l6evage extensif
de bovins. Des villes nouvelles comme celles de Baharona
ont &t6 fond6es par Toussaint Louverture. Certains historians
dominicains n'h6sitent pas a faire ressortir que les bases
infrastructurelles et 16gislatives modemes de la R6publique
Dominicaine ont &t6 poses par Toussaint Louverture.
Mais au-delk de tout cela l'ceuvre la plus caract6ristique
de Toussaint Louverture a &t6 la Constitution de 1801 qui avait
non seulement pose les bases 16gales de l'unification de
l'ile sous une seule autorit6 politique mais aussi reform6e en
profondeur une soci&t6 colonial espagnole moribonde.
Si l'on se r6fere a Francois Roc, auteur du
< Dictionnaire de la R6volution Haitienne >, la r6daction
de cette Constitution, sous l'autorit6 technique de Bernard
Borgella, planteur a la Plaine du Cul de Sac, relive d'un certain
6tat d'esprit < qui n'a cess6 de r6clamer des lois conformes
a la locality, aux mceurs et au climate afin de soustraire Saint
Domingue aux effects ind6sirables de la D6claration Universelle
des Droits de 'Homme >>.
Si l'on se r6fere au pr6ambule de cette Constitution
l'une des causes fondamentales de sa conception est de
combiner les int6rets fondamentaux de la colonies avec ceux
de la m6tropole. Elle a aussi &te r6dig6e suite au constat de
< l'impossibilit6 pour la M6tropole de secourir et d'alimenter


cette immense Colonie pendant la guerre avec les puissances
maritimes >. Concemant cette dernire remarque il imported de
rappeler que, n'6tait-ce le retirement de Toussaint survenu le
5 mai 1794, la France aurait perdu d6finitivement sa Colonie
au profit de la Grande-Bretagne et de l'Espagne.
A un certain moment la m6tropole ne contr6lait
plus que la ville du Cap-Francais et celle de Port de Paix. Ce
retirement suite aux offres faites a Toussaint par Laveaux
et Sonthonax de gagner les rangs de la R6publique avec son
616vation au rang de g6ndral de brigade a permits a la France de
regagner non seulement la parties francaise de l'ile d'Hispaniola
mais aussi d'y adjoindre un peu plus tard la parties oriental
suite au trait de Bile. Tout le genie et la strat6gie de l'homme
de Breda sont condenses dans le << discours prdliminaire > de la
Constitution du 3 juillet 1801.C'est un texte a retire et a m6diter
si on veut comprendre ce grand homme que fut le pr6curseur
de notre Ind6pendance.
L'erreur fondamentale de notre h6ros a &t6 peut
etre d'introduire dans l'article 28 de ce texte sa nomination
comme Gouvemeur g6ndral a vie de Saint Domingue. C'est
sans aucun doute ce passage, en dehors d'autres parametres,
qui a d6clench6 l'ire de Napoldon Bonaparte et d6clench6
l'exp6dition de Saint Domingue qui devait se rdvdler
d6sastreuse sur les plans politiques, militaire et gdopolitiques
pour la France. Napoldon au course de sa carribre a commis trois
grandes erreurs strat6giques :l'exp6dition de Saint Domingue,
l'invasion de la Russie et un emploi a contretemps de la garde
imp6riale a la Bataille de Waterloo. Mais c'est la d6sastreuse
expedition de Saint Domingue qui aura le plus d'impact car
elle avait d6montr6e aux stratbges des autres grandes nations


de l'6poque que la Grande Arm6e n'6tait pas invincible.
Avec cette expedition le moment de Toussaint 6tait
pass mais il avait pos6 les bases d6finitives pour la creation
d'une nouvelle Nation. Le G6neral Toussaint Louverture bien
que royaliste a ses debuts en politique peut-6tre paradoxalement
consid6r6 comme l'un des derniers desjacobins et le veritable
h6ritier de l'esprit des lumibres dans la Grande Caraibe. C'est
a ce titre sans aucun doute que le G6neral de Gaulle devait
declarer dans l'un de ces discours que < Haiti est la fille
ainde de la France >>.Non pas celle de Napoldon ayant pris un
d6cret honteux et avilissant pour la France des lumibres de
r6tablissement de l'esclavage a Saint Domingue mais celle
de la D6claration Universelle des Droits de l'Homme et du
Citoyen, de l'AbbW Henri Gr6goire, de Nicolas de Condorcet,
de Robespierre, de Rousseau, de Voltaire, de Jacques Pierre
Brissot, de Sonthonax, d'Alphonse de Lamartine, de Victor
Hugo et de Victor Schcelcher.
Plus de 200 ans aprbs sa mort Toussaint Louverture
est r6clame a la fois par la France et Haiti. Le grand homme
n'en d6plaise a certain appartient aux deux nations. Mais il
appartient a nous autres haitiens de rendre vivace sa m6moire
sur cette terre pour laquelle il a combattu afin que fleurisse la
Liberty, l'Egalite et la Fraternit6. De nos jours on ne fete plus
grandiosement la m6moire de Toussaint comme par le pass, il
est plus quejamais urgent de revenir auxvieilles traditions afin
qu'Haiti vive et retrouve sa grandeur. Un people sans m6moire
est condamnd a mourir.
Azad Belfort
Azad59 2009@ yahoofr
DESS de Diplomatie-UniversitM de Paris 11-Fac Jean Monnet


Jimmy Jean-Louis et Sonia Rolland soutiennent Haiti...


Le project de Toussaint Louverture pour France 2
(2x90 mn) subit quelques modifications de casting,
Cette mini-s6rie sur le rdvolutionnaire haitien
Toussaint Louverture (figure embl6matique de l'6mancipation
des Noirs au XVIIIbme sicle a Haiti) comptera au casting


Jimmy Jean-Louis qui incamera le r6le principal.
Realise par Philippe Niang, cette fiction toumne entire
la region parisienne et la Martinique aura comme pr6vu dans
son casting : Aissa Maiga, Thierry Desroses, Philippe Caroit
et Sonia Rolland.
Samuel Le Bihan,


I Edouard Montoute et Michele


Bemier, un temps annonc6, ne font finalement plus parties du
project. En revanche, le g6ndrique s'6toffe avec avec Arthur
Jugnot (bientot dans L'Assassin, de la collection Maupassant),
Magloire (quijouera le valet de Toussaint Louverture), Pierre
Cassignard (actuellement dans Empreintes criminelles, s6rie
policibre de France 2) et Valdrie Mairesse .
Le tournage aura lieu d'avriljusqu'au d6but de l'6td.


Journal du reel #5:


Elegie de Port-au-Prince


Par Aida Maigre-
Touchet
Quel est le point de
depart de ce film ?
Haiti m'interpelle
depuis longtemps pour sa
production artistique et pour
son histoire. A Paris, j'avais
vu l'exposition d'un membre
du collectifAfricAmericA qui
promeut et diffuse les ceuvres
de la Caraibe, entire autres. Ce
collectif est base Port-au-
Prince. Mon project de depart
6tait done d'aller filmer le
sixibme Forum transculturel
d'art contemporain de Port-


au-Prince. A travers cet 6venement, je voulais raconter une
Haiti m6connue. En d6cembre, j'6tais en train de terminer la
preparation de mon project et enjanvier, il y a eu le s6isme...
J'ai d6pos6 une demand de subvention le 13 janvier, c'est
a dire le lendemain. J'6tais en contact avec des personnel l1
bas et subitement plus rien... Finalement, je suis parties enjuin
2010. Le toumage a durd cinq semaines.
Comment avez-vous rencontr6 le poete Dominique
Batraville qui est au cceur du film? De quelle facon en est-il
devenu le protagoniste ?
Je l'ai rencontr6 par le biais d'un ami. C'est un
provocateur, un extraordinaire ambassadeur de la culture
haitienne... I1 nous a invites a participer a son mission
quotidienne sur Mdlodie FM. Puis nous avons fait notre
route :je rencontrais beaucoup d'artistes et nous nous sommes
recrois6s. On habitat assez prbs l'un de l'autre et on devait
(ELEGIE / p. 13)


Page 12


AVIS


La Banque Nationale de Credit (BNC) s'excuse aupr&s
de son aimable clientele du fait que ses succursales de � Banque
du Dimanche � n'ont pas pu fonctionner ce dimanche 3 avril
2011, en raison d'un problem technique.
La BNC informed que les guichets de toutes ses
succursales seront rouverts a la clientele le lundi 4 avril 2011,
a partir de 8h 30 a.m.
La Banque Nationale de Credit (BNC) remercie sa
fiddle clientele de sa comprehension et lui renouvelle son
engagement a lui offrir des products et services bancaires de
quality.
BNC : Le meme nom, une autre Banque !


La Direction Ge6nrale.


I - I.- l - 1 1v - x





Mercredi06Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 11


REHABILITATION


La semaine dernire (voir HEM, Vol 25, # 10 du
30/03-05/04/2011)j'ai tent6 de mettre en evidence l'influence
du Sommet Mondial sur le Ddveloppement Durable (Johannes-
burg 2002) sur le tournant pris par la FAO en terms de choix
de politique agricole lors de la Conf6rence Internationale sur
la RWforme Agraire et le Ddveloppement Rural (Porto Alegre,
2006).
Mais A Porto Alegre, on n'a pas seulement parl6
d'agriculture ou de r6forme agraire, mais aussi (comme je
l'ai dit dans mon tout premier article sur le sujet - voir HEM,
Vol. 23, # 36, du 30/09-06/10/2009) de toute une sdrie d'autres
sujets come l'environnement, la sdcuritW alimentaire, les
femmes, les peuples indigknes, les nomades ...
Ici encore on retrouve l'influence de travaux de la
conference de Johannesburg, en particulier dans les passages
oin il est question des populations autochtones. Ainsi, dans la
Declaration de Johannesburg on trouve le passage suivant:
< Nous ruftirm,,n . le caractkre essential du rdle des popula-
tions autochtones dans le cadre du dtveloppement durable. >
Plus loin, dans le Plan d'application, on trouve :
Adopter le cas tchdant, des measures qui
protkgent les systkmes autochtones de .,. ,t,.,,
des resources ...
Promouvoir la conservation ainsi que
l'utilisation et la s,. it,. i durables des systkmes
agricoles traditionnels et autochtones et
renforcer les modes autochtones de production
agricole.


Le tournant (2)
A Porto Alegre, j'avais 6td frapp6 par l'attention
accord6e aux revendications des peuples indigenes et je me
souviens encore de cet intervention d'un Mexicain, au course du
d6bat gouvemements-soci&te civil, qui parlait du droit a Ctre
reconnu come population indigkne, autochtone, de garder et
cultiver selon la tradition ... II faisait, bien entendu r6f6rence
A la D6claration de Johannesburg, mais rappelait que d6ji en
1986, soit 7 ans aprbs la l"re conference sur la r6forme agraire
et le d6veloppement rural, les besoins des indigenes avaient
&td transmis A la FAO. On parlait alors de r6tablir le concept
de territoire avec tout ce qu'il y a dessus.
En revoyant mes notes de Porto Alegre, j'ai un peu
mieux compris pourquoi, lors de la consultation de la FAO
A Panama, en septembre de l'annde dernire, parmi les six
groups travail, l'un avait pour theme : Les peuples indi-
genes (voir: La specificit6 d'Haiti HEM, Vol. 24, # 41, du
03-09/11/2010).
Parmi les nombreux cas qui ont &t6 pr6sent6s A Porto
Alegre, celui qui m'a paru le plus int6ressant est celui d'une
tribu nomade en Iran. Durant les anndes 50 et dans le cadre
d'une < white revolution �, on decide de nationalise les terres
des chefs de tribu pour s6dentariser les pasteurs. Un demi-sibcle
plus tard, on est oblige de reconnaitre les effects ndfastes de cette
politique, et, lajeune femme qui pr6sentait le cas participe a un
project, qui a commence il y a quelques anndes et qui travaille
a aider une tribu A reprendre son mode de vie.
A l'occasion de cette presentation, on est revenue au
concept de territoire cette terre, sur laquelle vivent ces popula-


tions nomades, n'est pas seulement facteur de production pour
l'agriculture, elle fait parties du patrimoine de la population
qui l'occupe.
Il y a une autre cat6gorie social don't on a d'autant
plus parl6 que le 8 mars, jour de la femme, est tomb6 au debut
de la conference. Ce jour-l, la pr6sidence de la stance fut
assure par une femme, ministry de l'agriculture enAfrique du
Sud, et nous avons eu droit A plusieurs presentations faites par
des femmes. Au dehors, il y avait une manifestation de femmes
de la socid6t civil qui voulaient presenter une petition, ce que
la pr6sidente, 6videmment accept.
Durant les jours suivants, il y eu d'autres pr6senta-
tions, par des femmes, sur les femmes, mais sans vouloirjouer
A Wicki Leaks, j'aimerais relater un petit fait. J'ai fait parties
d'une commission qui devait approuver la declaration finale
avant qu'elle ne soit pr6sent6e A l'assembl6e plkniere. Or dans
cette declaration il 6tait question, parmi beaucoup d'autres
recommendations, du droit des femmes A h6riter au m6me
titre que les homes.
Quelqu'un a fait remarquer que ce point allait rencon-
trer la resistance de certaines d6l1gations, entire autres celle du
Maroc, don't le chef de d6l1gation 6tait trbs articuld. Il fut done
d6cid6 de lire la declaration A l'assembl6e et de demander, pour
gagner du temps, de l'adopter en bloc. Ce qui fut fait. Aprbs
l'adoption, le d6l1gu6 du Maroc signal que cette recomman-
dation allait A l'encontre de la legislation en vigueur dans son
pays, mais c'6tait trop tard ...
Bernard Ethdart


Journal du reel #5: Elegie de Port-au-Prince


(ELEGIE.... suite de la page 12)
tous les deux se rendre t6t le matin dans le centre ville. En
faisant la route ensemble, on a appris A se connaitre. Il est un
point de r6f6rence pour moi, puisqu'il est aussi p
joumaliste cultural : il connait tous les artistes /
du moment./I
Je m'int6ressais de plus en plus a
lui. Il me parlait de sa petite chambre oui il
vivait, qui avait Wtd envahie par les livres
lors du tremblement de terre, si bien qu'il
ne pouvait plus y entrer. Il me parlait surtout
de cette situation d'apres s.isme, qu'il
considdrait presque comme humiliante. J'ai
voulu aller filmer cette chambre, mais au L
debut je n'6tais pour lui qu'une cindaste qui
faisait un reportage sur la catastrophe. C'est
en passant du temps avec lui, en explorant des
lieux comme le port, que nous nous sommes
compris. Il y a eu une vraie rencontre entire
deux 6critures, deux languages.
Une des phrases de Dominique
Batraville me semble particulibrement
important, il dit : Dans la tradition, les
hartiens ont un pied dans la vie, un pied dans
la mort >...D in
Dans cette sequence, il est dans une
sorte de transe orale, parce que nous sommes
fatigues, nous avons sillonn6 la ville toute lajourne. Il laisse
alors de c6t6 son tonjoumalistique pour exprimer vraiment
ses sentiments sur la ville. En Haiti, les morts sont tris presents
au quotidien, on les a dans le jardin, on les c6l1bre, ils sont
toujours 1A. Dominique dit aussi qa parce qu'il estjoumaliste.
DMs le lendemain du tremblement de terre, il a interview des
sp6cialistes : urbanistes, architects, qui sont venus parler de la
situation et surtout de tout ceux qui avaient pr6dit la catastrophe
et don't certain ne sont plus li... Quand il dit : < Les morts
et les vivants vont reconstruire la ville ensemble �, il pense A


tous ces Haitiens qui par le pass ont voulu qu'Haiti s'organise,
qu'elle ne soit pas livrde aux mains des dictateurs.


we Batraville ou commentfairejaillir la vie sous les decombres d une vill
par le ssisme (photo Haiti en Marche)
Pouvez-vous me parler plus en detail de sa po6sie ?
Dominique est avant tout un grand orateur, il arrive
A cr6er un rythme, une mdlop6e envofitante qui nous emm�ne
dans un imaginaire presque enfantin. Il s'inspire 6norm6ment
de r6f6rences bouddhistes, bibliques, il est tris int6ress6 par
les religions. Je l'admire surtout pour son sens de la po6sie au
quotidien. II done 6norm6ment d'importance A l'inspiration,
A ce qu'il faut pour nourrir le poete. Sa po6sie est tras inspire
de l'oralit6, ses podmes se comprennent avoix haute. C'est un
orateur de la tradition creole !


II dit que < les gens sont heureux meme dans la
poussi&re �. Pouvez-vous me parler de l'atmosph&re qu'il y
avait en Haiti lors du tournage ?
Il est philosophy et a toujours dans
sa poche ou pirs de lui Propos sur le bonheur
d'Alain. Je comprends comment il a pu puiser
1A-dedans sa force et son courage. Je trouve
que c'est extraordinaire d'avoir la vie qu'il a
dans le Port-au-Prince d'aujourd'hui. Dans
les images que j'ai rapporties et dans ce que
j'ai pu voir, il y a des moments de bonheur,
de tendresse... En meme temps, on voit des
Senfants 6puis6s par la fatigue, la faim et le
stress, mais on percoit cette capacity A avancer,
ce courage, ce ddveloppement des resources
int6rieures.
J'ai ressenti la nostalgia de Port-au-
Prince. Dominique 6voque une ville don't on
ne parle jamais : celle d'un haut lieu de la
Caraibe. Il n'y a pas toujours eu la misbre en
Haiti. Ce s6isme est arrive comme un coup
de massue, car cela faisait deux ans que la
situation s' tait stabilis6e et que des nouveaux
projects avaient &te lancds...
e dftruite Pourquoi avoir choisi la forme
breve, aviez-vous un project de long m6trage
au depart ?
Comme je vous le disais, mon project de depart a
beaucoup change. Apris ce film je voulais retoumer en Haiti
pour toumer un long m6trage avec Dominique, mais j'ai senti
cette urgence de montrer une autre Haiti que celle qui est
m6diatis6e. C'est important de voir quelqu'un qui est un grand
podte et qui advance. C'est important de voir des moments de
douceur, meme au milieu des d6combres.

Propos recueillis par LaetitiaAntonietti.


8772 NE 2 a rrie Ae verG rnueLJ
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES �ES OCCASIONS.
SRdcepton de pavement poar Bell South. FP'L. GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY ec...lC..
* Connection tdiphuonquer heIkeZ ou...

Ouvert
6 JourS

par
semaine:
8h3O am


7h3O pma


* Pfrilwnt
'hellKncI .&i Siok-n
*Pihui p Iew cuksac
- CXairnt l
* Iteaxr


*i(it(cumtps., kaincu ItLanbqi.c.
* Viko' rlLailivrns. Ann-r.ulnl Ihomunirlirr th D-M
* 'll.Juu lk tcamnd


Page 13


LIBERTE EGALITE FRATERNITE
RWpublique d'Haiti



AVIS de Divorce

Il est port6e la connaissance des int6ress6s quA la date du vingt quatre septembre
deux mille dix (24 septembre 2010), le Tribunal de Premiere Instance de Port-au-Prince a
rendu une decision entire les 6poux Marc robert Dumas, la femme nde Suzie Dessaint,
don't le dispositif est ainsi libell6 :

Par ces motifs, le Tribunal, apres examen et sur les conclusions du Ministere
Public, maintient le d6faut octroyd centre le d6fendeur A la susdite audience, pour le profit
du d6faut, declare fondue la dite action, admet en consequence le divorce de la dame Marc
Robert Dumas n&e Suzie Dessaint, d'avec son 6poux Marc robert Dumas pour injures
graves et Publiques, prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entire les dits
6poux ordonne A l'officier de l'Etat Civil de la Section Est de Port-au-Prince de transcrire
dans ses registres A ce destin6s le dispositif du present jugement don't un extrait sera ins6r6
dans l'un des quotidiens s'6ditant A la capital sous peine de dommages int6rets envers les
tiers s'ily 6chet, comment l'huissier Jean Claude Bauvais de ce Tribunal pour la signification
de ce jugement, compense les d6pens.

Pour ordre de publication :
Me Jean C. Mars
Pour le Cabinet.


.x~xx Ix --l - 1 1 v xx





Page 14


L)
Z2E
D 5
H T
A 0
u H
L L
T Z



:T K


22 2222,,


ISE
B I I 1FI �


z P k
OC N
* I
'A *
F N B


. L



Tr J
Itj


L VY kU 0 . ' ' ','Y',
J U Q K ( A AIM
W N F Zi . ' G
Q M . * /5o V IN
/. CiR vN
- F IR C B A
k R- L N H H P



P L 1 - A '

J S L G A H


Annapuna - Broad Peak - Cho Oyu - Dhaulagir,
Everest - Gasherbrum I - Gasherbrum II - K2
Kangchenjunga - Lhotse - Makalu - Manaslu
Nanga Parbat - Shishapangma


LES JEUX





Allez de SAPONE E BALESE. en utilisant des mots du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne


HORIZONTAL
1, Premier Ministre de La Republique
Centraficaine - 2. Vedettes -
3. Ttane - Sodium -
4, Grosses bttes d'amarrage -
5. Opre - Pronom - 6. Pronom - Mers -
7, Vide -8. Regues,

VERTICAL
1. Pronom - Ovation -
2. Figure plane -
3. Employer - 4. Argon - PossAde -
5. Soupaient - 6. Rouge vif -
7, Note - 8, Champion - Organes g6nitaux.


i Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 11


Solutions de la
semaine passed

SE PARE
R E P A R E
RE PARE

RE PA T
RI PAIT
RIDAIT
AIDAIT


SCRABBLE
Arrange Ies sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

NR

AG I

EE


Solutions de la semaine pass&�
AMUREE S


__________________________ j p


Slodie


f M


S 0 3 .


h30 Bon R&veil en musique

00 Au Plpirit chantant
journal crtole avec Johnson Derosin
el Robenson Eugine
00 MEdodIe Matin avec Marcus
Information, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nor ChronIquen:
L Editorial de Marcus
Au Quotidicn avce Elsie
La Chronique Lirttraire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Azor Frenel
Les Invites du Jour
M6lodic Matin chaque samedi est anim
par Ftquiere Raphael

ii Le disque de IAuditeur
animation James Pr6dvil

2h30 Le Midi
informations avec Anise Pierre-Louis
et Muselne Carilus

hOo Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blue%, Swing, Ragtime

00 C'est sl Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

S Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
et Milka Jean Baptiste Desir

m MdlodIe & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

AmorySabor con Luciani

oo Soir Informations

0h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim.: Jaz at Ten
Judy Carmichael rceoit ses invites
lu del Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50ans de succts popul ires hatiens


E n B ref... (...suite de la page 2)
Les r6sultats prdliminaires sont attendus le 4 avril et le nom du prochain president sera
ddfinitivement connu le 16 avril.
Le gouvernement haitien a d6cid6 d'<< ajuster >> le 23 mars dernier les prix des products
pdtroliers sur le march local apres les hausses enregistries sur le march international.
Aujourd'hui la gasoline 95 est vendue A 200 gourdes et la 91 A 195 gourdes. Le gasoil
est d6bit6 A 162 gourdes et le k6rosene A 161 gourdes. Alterpresse

Onze ans depuis 1'assassinat de Jean Dominique
<< Les autorit6s ont pratiquement refuse jusqu'ici de mettre A la disposition du
Juge d'instruction en charge du dossier de l'assassinat du journalist Jean Ldopold
Dominique et de Jean Claude Louissaint de Radio Haiti Inter, les moyens n6cessaires
A la r6alisation de sa mission >>, a d6clard Guyler C. Delva, responsible de < SOS
Journalistes > et de la Commission d'enquete sur les journalists assassins former par
le president Rend Prdval.
Intervenant samedi sur les ondes de Radio Kiskeya A l'occasion du 1 lme anniversaire
de l'assassinat du directeur de Radio Haiti Inter et d'un garden de la station, le 3 avril
2000. M. Delva a d6plord que des lettres adressdes au Ministre de lajustice Paul Denis
par le Juge d'instruction Yvekel Dabrdzil et la veuve de Jean Dominique, Michble
Montas, soient rest6es sans r6ponse. La demarche du Magistrat concernait la mise A sa
disposition de moyen de locomotion et des frais indispensables A son d6placement A
l'6tranger pour y auditionner des t6moins. < Aujourd'hui, le cas embl6matique de Jean
Dominique attend que justice soit faite pendant que l'enquete se pursuit >>, a pour sa
part d6clard la Protectrice du citoyen, Florence Elie, dans un communique rendu public
A l'occasion du l lme anniversaire du double assassinate.
< De nombreux t6moins et accuses potentiels sont morts ou ont disparu d&s le d6but de
l'enquete tandis que tous les inculp6s se sont 6vad6s de prison. Aujourd'hui le dossier
se trouve devant le cabinet d'instruction de la Cour d'Appel aprbs un passage de 11
mois A la Cour de Cassation qui a ordonn6 que les auteurs intellectuals de ces meurtres
soient recherch6s ,> precise le communique de l'Office de Protection du Citoyen (OPC).
La Protectrice du Citoyen relive que neufjuges d'instructions en premiere instance
se sont succ6d6s sur le dossier suite A une champagne d'intimidation centre eux, centre
les t6moins et centre la parties civil qui a subi une tentative d'assassinat au course de
laquelle le jeune agent de s6curit6 de la veuve de Jean Dominique, Maxime Seide, a
trouv6 la mort le 25 d6cembre 2002.

L'6cole Elie Dubois va tre reconstruite grace a la chanteuse
colombienne Shakira et A la BID
La chanteuse Shakira a voyage en Haiti pour faire un don de 400.000 dollars pour la
reconstruction d'une cole de Port-au-Prince endommag6e par le s6isme de janvier
2010.
Elle a sign un accord avec la Banque interamdricaine de (EN BREF / p. 16)


LIBERTE EGALITE FRATERNITE
R6publique d'Haiti


AVIS de Divorce

Il est port6e la connaissance des int6ress6s qu'A la date du vingt quatre septenbre
deux mille dix (24 septembre 2010), le Tribunal de Premiere Instance de Port-au-Prince
a rendu une decision entire le 6poux Ernso Auguste, la femme n6e Wilna remain, don't le
dispositif est ainse libell6 :

Par ces motifs, le Tribuna, apres examen et sur les conclusion du Ministere Public,
maintient le d6faut octroyd contre le d6fendeur A la susdite audience, pour le profit du
d6faut, declare fondue la dite action, admet en consequence le divorce de la dame Ernso
Auguste, n6e Wilna Romain, d'avec son 6poux Ernso Auguste, pour injuresgraves et
Publiques, prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entire les dits 6poux,
ordonne A l'officier de l'Etat Civil de la Section Sud de Port-au-Prince de transcrire dans
ses registres A ce destin6s le dispositif du present jugement don't un extrait sera ins6rd dans
l'un des quotidiens s'6ditant A la capital sous peine de dommages int6rets envers les tiers
s'il y 6chet, comment l'huissier Jean Claude Beauvais de ce Tribunal pour la signification
de ce jugement, compense les d6pens

Pour ordre de publication :
Me Jean C. Mars
Pour le Cabinet.


5h00 6

6h30-7h


7h00-9h











10h-Mid


12:00-1


12h30-2


2h00- 3h


3h-Sh pn



5h00



5h 30 pa



7h-8h30

8h30-9h

9hO - 1



9h00 et a


11




































- 0


c "eaC ,tCa4e dct en t7;Kacciel /


im


74 bN Ruo ( '.qmi-- Por I -au -P rimcc. I I ut I i
1 22 2 1 -S-10) (I , 2 2 2 1 � 2 22 1 1 2 2 2 1 - [ � I X ; ( �4 I I%11
Inuill4fit'l III e; 1140411,61ximl " k R1 .1. N� %% %�� 11;IiIiU1111141 rchcxult)
I Jbf.llil N Ilf L-1011'-'IVS �r I IMP4-3396


'1





Mercredi06Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 11


LES DEFIS DE L'HEURE


HAITI-ELECTIONS


2e tour, Haiti d'abord !


Jean Robert JEAN-NOEL
27 Mars 2011

Le 7 d6cembre 2010, le Conseil Electoral Provisoire
(CEP) proclama les r6sultats des elections du 1"r tour des
pr6sidentielle et l1gislatives du 28 novembre 2010. Ces
elections et leurs r6sultats provoquerent pres d'une dizaines
de morts et des d6gits mat6riels estim6s a 100 M d'USD par
nos 6conomistes et une crise 6lectorale qui a mis a nue la
d6pendance du pays vis-a-vis de la Communaut6 Internationale
(CI). Face a la desolation ressentie durant ces deux jours
d'6meute, je me suis permis, le 10 d6cembre 2010, en tant
que citoyen haitien vivant en Haiti, de ramasser les cinq (5)
propositions citoyennes sur cette crise et d'y ajouter deux
(2) propositions apres une analyse tresjudicieuse d6gageant la
responsabilit6 du pouvoir en place dans cette crise 6lectorale,
don't une, la 6e sera reprise par 1'OEA proposant de remplacer
le candidate du pouvoir par Mr Martelly au 2e tour [1] (www.
jrjean-noel.blogspot.com).

En effet, face a l'aggravation de la situation global du
pays en ce mois de d6cembre 2010, malgr6 l'implication directed
de la CI dans cette crise, en particulier 1'OEA, le Pr6sident de
la RWpublique, Mr Prdval, a fait appel a des experts de cette
institution pour aider Haiti a trouver une solution a la crise
6lectorale. Par des artifices de calculs qui s'apparentaient
beaucoup plus h une solution politique, les < experts de 1'OEA >
ont propose de remplacer Mr CUlestin par Mr Martelly au 2e
tour des elections pr6sidentielles, solution avalisde par la CI
dans son ensemble et applique par le CEP. Ce qui nous a valu
deux mois de retard sur le calendrier electoral et l'organisation
de ce 2e tour, ce 20 mars 2011, entire Mme Manigat et Mr
Martelly. La proclamation des r6sultats de ces elections est
prdvue pour ce 31 mars 2011. Qu'en sera-t-il ? Le pays aura-il
a payer a nouveau les pots cass6 de notre inconscience ?

La position des deux camps
Selon les premieres estimations des m6dias bass sur
les d6pouillements le soir meme des elections, et sur certain
proces verbaux affich6s aux centres de vote, les tendances
seraient plut6t favorables a Mr Martelly don't la photo est
publi6e en premiere page de l'Hebdomadaire Haiti en Marche
(Haiti en Marche # 09[2]), Premiers chiffres : Michel Martelly
pourrait l'emporterjusqu'a 60%, selon HEM. Sur cette base
et d'autres, disent-ils en leur possession, les partisans de
Mr Martelly ont crid victoire. Sur les m6dias en ligne, c'est
l'empoignade. Chacun se dit en possession d'informations les
plus fiables. Sur ces entrefaites, le camp Manigat a fait sortir
un communique sign de Mr Patrice Dumont disant d6tenir
d'informations laissant croire que Mme Manigat est dans une
position comfortable pour gagner les elections. Les allies de
Mme Manigat, en l'occurrence MM Latortue et Beauplan,
invitent d'aller d6battre au centre de tabulation. Un group


Resultats :


la press baillonnee

(PRESSE.... suite de la page 6)
Au second tour, on est deux candidates. L'un gagne,
l'autre perd. C'est simple. Pourquoi alors des r6sultats
'prdliminaires', puis les r6sultats 'd6finitifs'. Se pourrait-il qu'il
y ait un 3e tour ? II faudrait pour cela que les deux candidates
aient obtenu le meme score, c'est-a-dire 50%. Fifthy-fifthy.
Cinquante pour cent de chaque c6t6. Cela ne s'est jamais vu.
Ou alors de toute l'histoire de l'humanit6, on peut computer
sur le bout des doigts d'une seule main les rares fois que deux
candidates au second tour auraient obtenu le meme nombre de
voix. Ex equo. M6me si l'un des deux a r6alis6 50, 00001, que
c'est lui (ou elle) qui a gagnd.
Par consequent le Conseil electoral se moque de
son monde avec ces renvois des r6sultats de prdliminaires
en d6finitifs. Et aux dernires nouvelles, les prdliminaires ne
seront plus communiques le jeudi 31 mars. Mais peut-6tre
lundi, 4 avril.
Toujours est-il que ce qui nous prdoccupe ici, c'est la
facility avec laquelle les officials nationaux et intemationaux
ont pu se jouer ainsi de la press, nous toumer en bourriques,
r6duite au silence total. Et cela sans le moindre communique,
sans aucune menace. Silence radio !
Ou parce que la press est partisan. Ou parce qu'elle
est paresseuse. 'Dan pouri gen f6s sou bannann mi', comme
dit encore le crdole. Ou qu'elle est devenue elle aussi trop
'd6pendante', comme tout en Haiti.
Pourtant apres les pr6sidentielles de 2006, alors que
l'atmosphere n'6tait pas moins tendue, l'information circulait
librement. M6me que c'est le CEP qui renseignait aujour le
jour sur son site Internet.
Que faut-il done en conclure ? Que le CEP
d'aujourd'hui est moins qualified ? Ou la press qui s'est
affaiblie, affadie ? Ou tout simplement la d6mocratie qu'on
nous promet (y compris a travers ces elections) qui a ses
limits ! En tout cas c'en est l1 une demonstration tout a fait
6loquente.
On voit difficilement CNN se laisser raconter apres
la nuit 6lectorale qu'il y a plus de bulletins de vote qu'on avait
prdvu et que sur ce la proclamation des resultats est renvoyde
aux calendes grecques.
C'est ce qui se passe en ce moment. Soyons francs.
Au nom de la liberty d'expression !
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


appartenant a < Repons Peyizan > a tenu aussi sa conference
en clamant la victoire de Mr Martelly. Toutes ces interventions
ont eu pour effet de r6tablir < l'6quilibre > et de forcer les
observateurs et le commun des mortels a un certain attentisme
et a sp6culer aussi sur < d'dventuelles magouilles > du CEP
qui a interdit de publier les tendances.
D'un autre cot6, en 6coutant les declaration des uns
et des autres, en lisant les empoignades sur le net, on a cette
d6sagriable impression que les deux camps sont prets a en
d6coudre et sont prets a licher leurs sbires dans la rue pour
< faire respecter le vote du people >. On a comme l'impression,
que notre pays, notre chere Haiti, n'est pas l'enjeu principal
de ces elections, que chaque camp se bat pour sa chapelle et
non pour cette Haiti meurtrie par un tremblement de terre qui a
fait officiellement 316,000 morts, malade du cholera, ddvastde
par des cyclones, gangrene de corruption, fragilis6e par sa
vulndrabilit6 environnementale et son positionnement sur la
route des ouragans , et ses risques de tremblement et/ou de
tsunami . L'observateur averti queje suis est inquiet, d'autant
que hier samedi 26 mars 2011, j'ai v6cu, a Miragoane, a la
locality de Chalon un incident qui pourrait se rdveler le signe
avant coureur de ce qui va se passer aprls le 31 mars 2011.

L'incident de Miragoane
En effet, ce 26 mars, j'ai &t6 dans la zone de
Miragoane pour une consultation sur l'irrigation. Vers midi,
j'ai vu des barricades sur la Nationale no 2. J'ai demand
a mon chauffeur d'avancer prudemment. On a &te accueilli
par des jets de pierres et des tirs d'armes a feu au niveau de
Chalon. La raison de cet incident est simple. Le PAM qui a
ouvert des chantiers < cash for work > au niveau de la zone, a
eu un retard de paiement. Voilh la raison pour laquelle, on a du
perdre deux heures de temps a n6gocier avec des m6contents et
certain ont vu la vitre de leur v6hicule briser. Qu'est-ce qu'un
usager de la route a a voir avec un retard de paiement d'une
organisation international qui a ouvert des chantiers pour
essayer de recapitaliser la population de la zone ?

L'6tat d'esprit avant la proclamation des r6sultats le
31 mars 2011.
Cet incident t6moigne de l'6tat d'esprit qui prdvaut
actuellement dans le pays ou la moindre 6tincelle peut
provoquer une explosion incontr6lable favorable aux 6ternels
fauteurs de trouble . Les nerfs sont donc a fleur de peau.


Quand on sort travailler ou vaquer a ses occupations, on ne
sait pas si on va rentrer sain et sauf a la maison. On est tout
le temps sur le qui vive. On n'a pas la tranquillity d'esprit
n6cessaire pour r6fl6chir aux grands d6fis qui attendent le
pays. Et nos intellectuals sur le net, surtout ceux-l qui vivent
a l'ext6rieur au lieu d'y pencher car en principle plus ma me
de le faire en lieu et place de nous autres qui confrontons
la r6alit6 quotidienne de terrain, s'entred6chirent pour des
questions sans grandeur de partisannerie politique. Que l'6lu
soit Manigat ou Martelly, les d6fis d'Haiti ne changeront pas.
Alors, s'il vous plait, 6vitez d'alimenter les antagonismes au
sein de la population, noir-mulatre, riche-pauvre, partisan
Manigat-partisan Martelly, Haitien de l'int6rieur-Haitien de
l'ext6rieur, intellectuel-simple d'esprit, etc. Haiti a besoin de
tous ses fils et filles pour affronter ses d6fis et se refonder. Ce
ne sont pas les r6sultats des elections qui vont changer quoi que
ce soit en Haiti ! Les deux protagonistes auront a confronter
les memes problkmes et les memes d6fis surtout ceux lies la
refondation d'Haiti. Qu'ils convient leurs partisans a ne pas
empire la situation du pays en brisant et en cassant quelle que
soit l'issue de ce 2e tour. Rappelez-vous que ce 2e tour n'est
autre qu'un compromise politique suite a la gargote 6lectorale
du 1"r tour ! Rien d'autre !

Haiti d'abord !
Tacitement, nous avons accept ce compromise d'aller
a ce 2e tour car nous sommes fatigues. Nous avons accept de
laisser Mr Prdval allerjusqu'au 14 mai 2011 car nous sommes
fatigues. Nous avons accept le retour de MM Aristide et
Duvalier car nous sommes fatigues. Nous avons accept la
hausse du prix du carburant qui va avoir des repercussions sur
le course de notre vie car nous sommes fatigues. Nous acceptons
de vivre dans cette pr6carit6 car nous sommes fatigues. Alors,
acceptons les r6sultats de ce soit disant 2e tour comme une
premiere tape vers cette grande concertation national pour
jeter les bases d'un grand sauvetage national de l'Haiti de
demain, moderne, 6mergeante, d6centralis6e et souveraine.
Hati d 'abord, c 'est notre cri de ralliement dorenavant ! Vous
vous retrouvez dans ce cri, alors < faisons la route ensemble >
et laissons les autres se battre pour leur chapelle, tout en les
suppliant de ne pas briser et casser le petit reste qui reste. Ils
nous doivent bien cela, n'est-ce pas ? Apres tout, c'est leur
pays aussi ! Donc Haiti d'abord s'il vous plait !!!


I \L


La Banque do In Rdpubiqu. dl- Al (BRH)
est un wrgaftmn puLbic j2suanl do In
personnoad urirdlque el de rru.noomi
'inswibre e ~I sifte pr~nci*l est 68 Pori-au-
Prince. elle peul aior des agence .ou
sucursales a : lewoc d*gnb par le
Consei d"Admiwmstration,


Le C�,eons d Administration de la Banque de
la Repultquue dH.i' i 6 ccmpsce
d�J Gouverneur, qui rernpl;l I a riction de
Pros'igeq du Cuntiai
dul Gouvernewu - Adjolnt qui remplit la
fitiodr de Vice-P~sident du Conseit
do trols memr bras dont l'un oxerce la forxdiao
de Directeur GFnraI


Le Consed dAdministration ale pouvoit
d~floncer, do dirigef at de supervisor la
poltique rmnn;Aaire. 1 II autorisie impressions
de, billets at la fiappe do monaie at
dttermiine galement les volumes des
6iissions en accord avec; la M. II fixe les
condli~tions gt~ntlrales el tes plalronds des
OpkraLioriS de cididil de la BRH el dolermine
les conditions g~ndraaes et [as modalmts
diex~cution ds operations sur dvises.

II recorm ande les Ijmites quantitatives au
rontant du portefeuille des prdts et des
investissements effectuls par les
#tabtssemrent5s ncaires. 1 00ermina, Ies
types et 8tgories tde prBts el
d'investissemenls que les institutions
fimaiFl2,e5 peuvenl effectuer,


r T

La 1RH aquatra r~tessanlamoflLaux
Odiendre La valeur inlemo el
extOme de la ranale nalonale.
Asisurer relfcacril. le
duevooppement etl'intftrftt du
syst~fie do pimernents;
Assurer la slab; its du s~ysrerme
finanier:
Agir vomme ba rquir caisksie et
agent Ufscal de I'ktat.

Au plan de la rdlagwme,,Is1j et de la
supervision banaires, la BRH a to pouvoir
d'inspecter celles-c iet de bes soumettre 6 un
rftme de normes prudenteiles.


La Banque Centrale &assurm ainsi quo es
institutions financi.res respe~tent des
rormeos minimales rertietat i loUr capital, 6 [a
concentration des tisques. de crdL[ a Iea
qualiI6 de leurs actifs, A leur position do
change et A Ier mode doe giion La 8RH
proo~de a6ement ib Iwripectioi rfguliefe
des banqies tant stw ptace, --- y doptcharkt
des missions d inse exigeant la communication d'infon'natons
finanwcilres aux friquences quere 1ug0
apprcpr.nes


En sa u.ilie de b arquier de rttat, La ORH
Vent le compete courant Je toutls les
institutions et oollecUvits pu bliques. E se
charge de la ollecte des recettes de Ietat et
enc'55b e diretement pokI IP cmlaoei de roe'l' -
o! las taxes intemes et las drofts de doiane.
Elie fail auss' fvnd cion de oardienne des hires
appartenanti3 ces entites pubikques,


Page 15


.x~xx Ix --l - 1 1 v xx





BACK PAGE


Mercredi 06 Avril 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 11


1 2M/Mf AIA DRHQ .
- -S


MEN YON
Gwo IATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
Ou TOUPATOU


15 Joou Pou iWOTr
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYrTI SOU WAF ST
MARC , OONAIVES &
CAPE HAm
LS BWOTE KONNTENE, UWAT
PEPI, KAMYON MACHINE EK-
> SETERA


CAPE HAITIEN

HAITI
n ~e n~l e


Role ( 501 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330


MIRAGOANE
HAITI
r3,


Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Direction 1-95 to Exit No. 74 ( 4th Street ) East to Congress Av, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blva go East on MILK Blvd ( making right hand turn ) ths Rd takes you straight to the Port of Paaln B3
As soon as you go over Old Dixie Hwy , before Ouard Shack Make 1st Left hand turn you will sm our Sign


Under New Management


Nou pa you aeuvo Bate MV MONARCH EXPRESS


En


Bref...
(... suite de la page 14)
d6veloppement (BID) qui
apportera la mime some
pour la reconstruction de
1'6cole Elie Dubois, l'une
des plus anciennes 6coles
de jeunes filles en Haiti
construite au debut du XXe
siecle.
< d'avoir l'opportunit6 de
contribuer a la r6alisation
de votre reve>>, s'est-elle
adressde, en francais, a une
centaine d'6tudiantes et de
religieuses de 1'6cole Elie
Dubois.
< de l'6cole Elie Dubois qu'il
faut saisir la chance de
l'6ducation , a dit la star
colombienne qui s'est dit
touch6e par la chaleureuse
reception avant d'esquisser
quelques pas de danse.
La reconstruction des
deux bitiments de
l'6cole sera assure par
l'ONG Architecture pour


- .d~ a.we ow as amLl "WrR
* l~ m rm r.. .L~.., �h~; �-�
7 -~ c~


I'Humanit6 qui s'est engage
a finir les travaux d'ici 12 a__ L-
14 mois. -


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896


*ga g I *' 6 I


~ EA~c~-Allerp~pvs W et plusS
We avmcAmenjet







NaNous $=orme$
caw G&AM, MAN
sp0c1ui1sh dmnis,...
Pmduld ft Wt~bcm, Efk" I
W ptzflztaerb nhiorn
Notre nouveau
POUR VOS R SERVAflONS De CAO, APPELEZ service de 4
jamk:%w 9m0IJ4A NY Lgs Afme CAPJiQCKUP
wavrl PI~n B~FwA I Mllnmk I rot Uadavals.est disponible
Aiftia6A Havabn TX Eeniaemd, IL
4 O 4 - 7 t-M3 2 81 - ~ 0 0 SO M 4 77T-104A


Page 16


1




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID E5TX0N0X7_A0GGIH INGEST_TIME 2011-07-19T16:32:51Z PACKAGE UF00098809_00450
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES



PAGE 1

PORT-AU-PRINCE, 1er Avril – De l’aveu du directeur du Centre de tabulation des votes (CTV), le traitement des procs verbaux prsidentiels est termin depuis le jeudi 31 mars coul. Autrement dit, les responsables connaissent les Guerre des nerfs de courage d’Hati”le dilemme hatien !PORT-AU-PRINCE, 31 Mars – Peut-on tre totalement dpendant et souverain en mme temps ? C’est le dilemme, la quadrature du cercle auquel fait face l’Hatien d’aujourd’hui. D’abord si nos anctres l’avaient conu ainsi, il y a 200 ans, dans la pire colonie esclavagiste, celle de Saint-Domingue, nous ne serions pas aujourd’hui une PORT-AU-PRINCE, 2 Avril – La campagne lectorale a t chaude. Etant donn l’absence regrettable d’autres structures, les mdias (radios et tls) ont support tout le poids des vnements. PORT-AU-PRINCE, 31 Mars – Sans transparence, pas de crdibilit. Or comment tablir la transparence si l’on pratique la censure de l’information. C’est le dilemme actuel du Conseil lectoral provisoire ou CEP, qui semble (comme autrefois la dictature) confondre jeudi. Mais ils ont dcid de les rendre publics seulement le lundi 4 avril. PORTAU-PRINCE, 4 Avril – Michel Martelly a remport les prsidentielles hatienne avec plus de 60% des voix, selon les informations qui circulaient lundi dans la capitale hatienne avant mme leur proclamation officielle en fin d’aprs-midi. Les rues ont t vides plus tt que d’habitude, beaucoup craignant des troubles si le chanteur candidat, 50 ans, appuy principalement par les classes populaires, n’tait pas donn vainqueur face sa rivale, l’expremire dame et constitutionnaliste Mirlande Manigat, ge de 70 ans. Cependant dans le peuple, le niveau d’adrnaline semblait avoir baiss considrablement partir du moment que les radios se sont mises relayer les informations attribues aux agences de presse et journaux de l’extrieur. Ainsi le Miami Herald qui Ils se sont retrouvs automatiquement pigs entre les motions et sentiments divers. Certains ont reu des menaces. Tout le monde peut en effet entendre la rue gronder contre telle ou

PAGE 2

Page 2 Mercredi 06 Avril 2011 EN BREF ... EN PLUS ... confortableTt lundi on apprenait que c’est le chanteur Michel Martelly, dit Sweet Micky, qui a remport les prsidentielles hatiennes. Dans un article en date du 4 avril paru dans le Miami Herald, le journal a donn Michel Martelly, 50 ans, gagnant dans une marge de 3 1 sur la constitutionnaliste et ex-premire dame Mirlande Manigat, 70 ans. Le vote en faveur de Martelly, provenant majoritairement des classes populaires, est aussi interprt comme un rejet de la politique du gouvernement actuel et d’une manire gnrale de la classe politique qui a dirig le pays pendant ces dernires dcennies. lectorale. La campagne lectorale a t surtout une comptition d’image, avec aucun des candidats ne prouvant qu’il (ou elle) a les moyens de raliser les espoirs soulevs. mission humanitaireUn groupe de soldats amricain est arriv en Hati ce dimanche en provenance des Etats-Unis d’Amrique, a appris Le Nouvelliste. C’est bord d’un vol nolis de la compagnie Delta Airlines que les soldats ont atterri vers six heures dimanche matin l’aroport Toussaint Louverture. Ils font partie des premiers soldats du Task Force Bon Vwazen qui seront dploys dans le pays dans le cadre de la mission humanitaire, New Horizon 2011 premiers soldats du Task Force Bon Vwazen. Cette mission, qui poursuit les efforts entams depuis l’anne coule non loin de la ville des Gonaves, dispensera des soins et des traitements mdicaux en faveur de la population locale et construira une cole et des cliniques. l’effectif en Hati sera d’environ 500 soldats. Durant les prochaines semaines, des effectifs arriveront l’aroport de Port-auPrince et seront affects dans la zone de Cit Soleil et Saint Marc pour faire les prparatifs logistiques avant de se rendre leur base Mandrin dans le Dpartement de l’Artibonite, indique la dclaration crite fournie au Nouvelliste par les responsables de l’ambassade amricaine Port-au-Prince. Le gouvernement amricain a coordonn cette mission avec le gouvernement hatien, en collaboration avec les Ministres de l’Education, de la Sant Publique, et de l’Intrieur.Le porte-parole de l’Ambassade amricaine a dmenti que les soldats amricains soient arrivs dans le cadre des dispositions pour faire face aux troubles civils qui pourraient rsulter de la proclamation des rsultats des lections gnrales qui devait avoir lieu ce lundi 4 avril. La crmonie de remise de cette distinction a eu lieu le jeudi 31 mars la rsidence nom de toute l’quipe qui la soutient et qui travaille l‘heure actuelle, ce qui explique qu’aucune des quatre femmes mentionnes par la directrice n’a pu tre prsente avec elle. Florence Elie a aussi eu un mot spcial pour les nombreuses femmes qui ont perdu la vie a cours du sisme du 12 janvier 2010 et qui nous laissent de nombreux orphelins dont nous devons prendre bien soin. Ce prix se trouve dcern au cours du Mois des Femmes (Mars) et couronne le travail d’une femme qui a fait montre d’une grande nergie pour mener bien la tche elle interventions pour venir en aide aux citoyens en ayant le plus besoin. Dernier combat en date de l’OPC, les femmes emprisonnes depuis des annes et qui sont victimes de dtention prventive prolonge. en Hatipar Roosevelt Jean-Franois La Banque Interamricaine de Dveloppement va favoriser des prts au secteur priv des affaires en Hati pour favoriser la cration d’emplois et la croissance conomique long terme, a dclar Steven Puig, vice-prsident de la BID du secteur Priv au cours d’un point de presse auquel a particip le Rseau de l’Information Economique. l’agriculture, le tourisme et les infrastructures. Mr. Puig annonce la construction d’un parc industriel dans le Nord du pays pour supporter le dveloppement du textile dans la zone et qui pourrait crer prs de 10,000 emplois. Ces investissement pourraient s’lever jusqu’ 50 millions de dollars avec des investissements supplmentaires pour amliorer l’accs au port, l’aroport du CapHatien. des prts aux entreprises un cout moindre que les taux pratiqus prsentement sur le march. Ce sera une opportunit de travailler avec des entreprises locales qui veulent augmenter leurs affaires dans les secteurs porteurs de croissance et crateurs de valeur ajoute , a dclar Steven Puig. Il prcise d’autre part qu’une grande priorit va tre accorde l’agriculture un moment o les cours des commodits de base sont la hausse sur le march global. Les prix des produits alimentaires ont subi une nette hausse suite l’augmentation des prix de l’essence, tmoignent des vendeurs et vendeuses un des marchs de Ption Ville (priphrie est). Le prix du sac de sucre est pass de 2 500 2 600 gourdes (soit 40 gdes = 1 $ us ), alors que celui du riz se vend aujourd’hui 1 000 gourdes contre 800 gourdes avant la hausse des prix du carburant. Une caisse d’huile de cuisine cote 1 680 gourdes, soit 200 gourdes de plus que la semaine dernire. Certains marchands estiment que l’actuel gouvernement devrait rduire le prix de l’essence pour que la situation revienne la normale. D’autres s’en remettent au prochain gouvernement qui sera mis en place aprs la proclamation des rsultats du deuxime tour des prsidentielles et lgislatives du 20 mars. Commmoration de l’assassinat de Jean Lopold Dominique et Jean Claude Louissaint 3 avril 2000 – 3 avril 2011 3 avril 2011. Onze ans dj ! Depuis qu’un 3 avril 2000 le Parquet de Port-au-Prince ouvrait des poursuites judiciaires contre les assassins de Jean Lopold Dominique tomb dans la cour de sa radio 6:00 du matin avec son gardien Jean Claude Louissaint. Aujourd’hui le cas emblmatique de Jean attend que justice soit faite pendant que l’enqute se poursuit. Aujourd’hui de nombreux tmoins et accuss potentiels sont morts ou ont disparu ds le dbut de l’enqute tandis que tous les inculps se sont vads de prison. Aujourd’hui le dossier se trouve devant le cabinet d’instruction de la Cour d’Appel aprs un passage de 11 mois la Cour de Cassation qui a ordonn que les auteurs intellectuels de ces meurtres soient recherchs. Aujourd’hui neuf juges d’instructions en premire instance se sont succds sur le dossier suite une campagne d’intimidation contre ces derniers, contre les tmoins et contre la partie civile qui a subi une tentative d’assassinat au cours de laquelle le jeune agent de scurit de la veuve Jean Dominique, monsieur Maxime Seide a trouv la mort le 25 dcembre 2002. Quand on se souvient que Jean Do a pass sa vie dfendre les opprims contre l’injustice. Quand on sait que Jean moun en dehors . Nous avons tous un devoir de mmoire envers Jean Lopold Dominique. Considrant que tout citoyen a droit un procs quitable, la Protectrice du Citoyen et de la Citoyenne exhorte les acteurs judiciaires et de la police redoubler crime soient punis conformment la loi dans les dlais requis. Le Ministre des Hatiens Vivant l’tranger (MHAVE), s’estime heureux de vous annoncer que, par arrt prsidentiel sign en Conseil des Ministres le 16 mars 2011, la date du 20 avril est dcrte : Journe Nationale de la Diaspora . La Journe Nationale de la Diaspora (JND), est l’aboutissement de diverses dmarches du MHAVE auprs de l’excutif, suite de larges rencontres effectues par son titulaire M. Edwin Paraison, aux tats-Unis, au Canada, en Espagne, en Suisse, en France, au Mexique, Cuba, en Rpublique Dominicaine, entre autres, dans le cadre de la promotion de nouveaux rapports entre Hati et sa diaspora, en vue de rpondre, aux attentes des deux parties. Pour ce faire, le MHAVE a choisi d’utiliser un outil tir d’une manifestation organise en et par la diaspora le 20 avril 1990. Ayant runi plus de 120,000 personnes par del les divisions sociales, religieuses et politiques, cette manifestation considre comme la plus importante caractre non politique, a donn lieu, pour certains une exprience vivante de notre devise : L’Union fait la force , laquelle, aujourd’hui cadre du double processus de refondation et reconstruction. Tenue New York le 20 avril 1990, cette journe historique a t capitale pour la dfense de la bonne renomme internationale du pays, des intrts de la communaut hatienne des Etats-Unis et en prvision de mesures inadquates qui pourraient frapper le reste de la diaspora hatienne globale, face la stigmatisation lie au VIH-SIDA. Une preuve d’engagement et d’unit qui mrite d’tre renforce, canalise, apprcie voire mme imite par les gnrations prsentes et futures. 21 ans aprs, l’tat hatien s’en souvient. Institue officiellement, cette journe de la diaspora qui sera commmore annuellement, commencer le 20 avril 2011, aura la vertu d’exprimer la gratitude n’a pas pu retenir en son sein, mais qui font montre d’un attachement patriotique digne d’tre reconnu par tous. Le lancement des activits d’organisation de cette journe a t effectue au local du MHAVE ce 1e avril, avec la participation de reprsentants des autres ministres concernes, notamment, la Ministre des Affaires trangres, Marie Michle Rey, la Ministre de la Culture et de la Communication, Marie Laurence Jocelyn-Lassgue, des cadres des Ministres de l’Intrieur et des collectivits territoriales et du Tourisme. De mme que des reprsentants de la diaspora, des communauts des Etats-Unis de la France et de Cuba. Pour Mme Lassgue, un grand pas a t franchi avec l’institutionnalisation d’une Journe nationale pour la diaspora. De son ct, madame Rey a insist sur la ncessite d’une appropriation effective par la diaspora de cette journe. Le titulaire du MHAVE pour sa part, a exprim sa satisfaction d’avoir pu mener bien cette initiative et fait un appel aux communauts hatiennes de l’extrieur clbrer pleinement cette date. Le MHAVE invite les mdias en Hati et dans les communauts de l’extrieur s’impliquer activement dans cette clbration en prvoyant dans leur programmation du jour, le 20 avril prochain, des programmes spciaux portant sur des thmes d’intrt pour la diaspora. La chanteuse colombienne a donn 400 000 dollars pour la reconstruction d’une cole Port-au-Prince En visite en Hati, Shakira a fait un dollars une cole en Hati !de dveloppement (BID) qui doit apporter la somme pour la reconstruction de l’cole Elie Dubois qui est l’une des coles les plus anciennes de l’le. “Je suis trs heureuse d’avoir l’opportunit de contribuer la ralisation de votre rve. Je voudrais Dubois qu’il faut saisir la chance de l’ducation a dclar la star en franais, devant les tudiantes et les religieuses de l’cole Elie Dubois. don de 400 000 dollars pour la reconstruction d’une cole de Port-au-Prince endommage par le sisme de janvier 2010. Elle a sign un accord avec la Banque interamricaine

PAGE 3

Mercredi 06 Avril 2011 Page 3 L’ACTUALITE EN MARCHE Dans le cadre de la commmoration du mois de l’Histoire des femmes, le Bureau des affaires publiques de l’Ambassade amricaine a remis jeudi la distinction “Femme de courage d’Hati” Mme Florence de la Protection du Citoyen). La crmonie a eu lieu en la rsidence prive de l’ambassadeur. Cette activit vise mettre en relief le courage et le travail accompli par des femmes. Florence Elie, directrice de l’Office pour la protection du citoyen (OPC), a reu ce prix pour son engagement assurer la scurit et la protection des mineurs dans des dizaines de camps de personnes dplaces travers le pays. Elle a men des enqutes sur les niveaux actuels de scurit dans les camps, et organis des sances de formation en vue d’amliorer les mthodes de scurit. Michel Martelly vainqueur dans son numro du lundi 4 avril, a annonc qu’on s’attend une victoire de Martelly, selon diffrentes sources qui avaient pu se procurer les rsultats devant tre rendus publics ce lundi. Selon les informations du Herald, Michel ‘Sweet Micky’ Martelly l’emporterait dans une marge de 3 – 1. Ce qui devrait rendre inutile la prochaine sont les rsultats prliminaires), tant donn qu’une telle marge laisse en principe presque aucune chance un candidat rival de pouvoir combler la diffrence. Selon les informations qui circulaient Portau-Prince, Martelly se serait adjug jusqu’ 67,5 % des voix. Cependant la polmique autour des votes carts pour fraudes ou irrgularits n’est pas termine et a mme connu ces dernires heures de nouveaux rebondissements. Dimanche, le prsident du Conseil lectoral provisoire (CEP), Gaillot Dorsainvil, s’est rendu au Centre de tabulation des votes (CTV), o avait lieu une dernire analyse des procs verbaux en provenance des bureaux de vote dans les 10 dpartements gographiques du pays. L’arrive des membres du CEP fut mal accueillie tant donn que le travail au CTV doit tre neutre et indpendant. Selon le Miami Herald, les rsultats heures par le directeur excutif du Conseil lectoral. On a aussitt appris qu’ils seront population. Cependant le camp de Mirlande Manigat sortait une note de presse pour accuser le prsident du CEP d’avoir nouveau rendu visite pendant la nuit de dimanche lundi au Centre de tabulation des votes pour forcer remettre dans le comptage des procs verbaux qui avaient t pralablement carts pour fraudes ou irrgularits. La note de presse est signe de Andr Michel et porte l’en-tte du parti de Mirlande Manigat (Rassemblement des dmocrates nationaux progressistes – RDNP). Le second tour des lections s’est droul le 20 mars coul. Depuis les deux camps n’ont cess de proclamer victoire l’un comme l’autre. Ces prsidentielles ont t surtout un ‘personnality contest’, une guerre d’images o on a pu apprendre peu sinon rien des moyens avec lesquels les candidats esprent pouvoir accomplir les nombreuses promesses qu’ils ont faites. Hati a un taux de chmage avoisinant les 80% et la capitale a t presque totalement dtruite par un sisme le 12 janvier 2010 dont les dcombres quinze mois plus tard jonchent encore les rues. national est dsormais sur les rails!Epelle-moi Hati, c’est quoi ? C’est un concours oral, se portant sur l’orthographe des mots et ralis dans les dix (10) dpartements du pays. Plus spectaculaire et plus attractif qu’un concours de dicte, il est ainsi accessible un plus grand nombre d’lves. A qui ce concours est-il destin ? Le postulant ce concours doit tre g de moins de 15 ans et tre en deuxime ou troisime cycle fondamental. Epelle-moi Hati est un concours vocation nationale. N’importe quel lve, de n’importe quel point du territoire peut y participer. Pourquoi organise-t-on ce concours ? Le concours national Epelle-moi Hati cherche aiguiser l’intrt des lves pour les tudes, enrichir leur vocabulaire et les aider dans la maitrise de l’orthographe des mots. Outre la matrise de la langue et l’incitation l’apprentissage, l’lve qui monte sur un podium apprend matriser sa timidit et dveloppe une certaine capacit au niveau des arts de la scne. Est-ce la premire fois que ce concours est organis dans le monde ? Ce concours est bien ancr dans la tradition des pays anglophones. Aux Etats-Unis, le National Spelling Bee s’organise tous les ans depuis plus de quatre vingts ans. Aprs plusieurs tests au niveau rgional (2006-2008), Tamarin a lanc en 2008-2009, avec l’autorisation et le support du Ministre de l’Education Nationale, le !er Concours National Epelle-moi Hati ayant pour objectifs principaux de relever le niveau de l’ducation hatienne et d’offrir des loisirs sains et des activits parascolaires aux enfants d’Hati. Epelle-moi Hati n’a pas pu avoir lieu l’anne dernire cause de la situation qui a prvalu dans le pays aprs le sisme meurtrier du 12 janvier 2010. Certaines institutions comme la Minustha et des stations de radio et tl ont suivi notre mouvement en organisant des concours d’pellation a un niveau rduit. Dans un tout autre registre, plusieurs pays de l’Afrique francophone, dont le Congo, le Benin et le Sngal, se sont inspirs de notre exprience et ont commenc l’organiser chez eux avec l’espoir d’un concours international dans un proche avenir. Michel Martelly vainqueur des prsidentielles avec 67,5 % des voix p.1 Guerre des nerfs impose la population p.1 Souverainet et dpendance : le dilemme hatien p.1 Menaces contre Radio Carabes p.1 La presse billonne p.6 Vodou-Politique p.1 Rsultats : tension et spculations p.4 Violence, fraude et colre p.7 ‘Femme de courage’ attribu Florence Elie p.1 Jean Dominique : devoir de mmoire et justice p.2 20 Avril : Journe de la diaspora p.2 Cet homme fut une nation ! p.8 Elgie de Port-au-Prince p.12 Shakira donne 400.000 dollars pour une cole p.2 Sensibilisation aux dangers des tsunamis p.10 Prudence ! p.12 2e tour : Hati d’abord ! p.15 Le tournant p.13

PAGE 4

Page 4 Mercredi 06 Avril 2011 UNE ANALYSE Un dlai de plus de 4 jours. Selon le calendrier lectoral, les rsultats prliminaires du second tour devaient tre connus le 31 mars. Le Conseil lectoral a sollicit une prolongation pour cause d’examen plus approfondi d’une plus grande quantit de procs verbaux. Or le mme 31 mars, les examinateurs du vote ont annonc qu’ils avaient termin avec les prsidentielles. Pourquoi avoir alors dcid de renvoyer la proclamation des rsultats jusqu’au lundi 4 avril ? dit l’autre.Quel droit a un petit groupe de gens, hatiens ou/ et trangers, de maintenir toute une nation sous une aussi insoutenable tension ? A quelle exprience encore se livre-t-on ? Et en cas de drapage, qui doit payer les pots casss ? Entre-temps, le candidat Michel Martelly annonce sur Twitter qu’il a remport les prsidentielles plus de 69% suite. Ce ne sont que des ‘on dit’, de la manipulation. On ne sait par qui. Par n’importe qui. L’un de ces intervenants (sur l’Internet) poussant son audace jusqu’ ajouter ‘Chiffres CNN’. L’irresponsabilit de l’hatien n’a aucune limite ds lors qu’il trouve un moyen de l’exercer en toute impunit. On peut mme parler d’un manque de patriotisme, car personne n’ignore les dgts qu’il peut en rsulter.Entre-temps, les quipes des deux prtendants au second tour ne restent pas inactives. On les comprend Elles aussi n’arrtent pas de s’interroger sur les vritables motivations des autorits lectorales. Ou des autorits tout court. Nationales et internationales ! Pourquoi garder aussi longtemps secrets des rsultats si anxieusement attendus ? Est-ce un secret d’Etat, comme des suffrages. Tandis que circule sur l’Internet une autre version donnant la victoire sa rivale Mirlande Manigat avec 51% contre 47%, en comptant les 1.518 procs verbaux qui ont t carts pour irrgularits. Selon ce second palmars, la candidate du RDNP aurait remport 7 dpartements sur 10. Michel Martelly s’adjugeant le vote de l’Ouest, du Nord et du Sud. Entre-temps aussi on apprend qu’un nombre important de Marines amricains se tient prt tre dbarqu. Ou l’aurait dj t. Mais aussi que les machettes se sont vendues comme des petits pts Tout cela comme si on assistait la mise en place de De Clarens RENOIS (AFP) – PORT-AU-PRINCE — Rumeurs, spculations et tension: les Hatiens attendaient anxieusement dimanche de connatre les rsultats du deuxime tour de l’lection prsidentielle, redoutant des violences similaires celles qui avaient accueilli en dcembre les rsultats du premier tour. Le Conseil lectoral provisoire (CEP) est cens annoncer lundi les rsultats prliminaires de la consultation qui a oppos le 20 mars le chanteur populaire Michel Martelly, favori des sondages, l’universitaire Mirlande Manigat. Les “Le doute, le suspens et le stress gagnent les coeurs, la population se prpare au pire”, crit le quotidien le Nouvelliste dans son dition du week-end. Depuis samedi, des centaines de personnes se ruent dans les supermarchs et les banques de la capitale pour s’approvisionner dans la perspective de troubles qui pourraient clater ds la proclamation des rsultats. “On ne sait pas ce qui va se passer dans les prochains jours, alors on s’empresse de faire quelques achats”, explique Lilianne, une jeune fonctionnaire qui a fait la queue plusieurs heures devant une banque, voquant les troubles du premier tour. La publication dbut dcembre des rsultats prliminaires du premier tour classant Michel Martelly en troisime position --et l’excluant donc du second tour-avait jet des milliers de manifestants dans les rues pendant plusieurs jours. “Des dispositions sont prises en vue d’viter tous les cas de trouble l’ordre public. Les runions publiques et les manifestations doivent se faire dans le respect des normes”, a averti dans un communiqu la police du Cap-hatien (nord), la deuxime ville d’Hati. L’ambassade des Etats-Unis s’est mme vue contrainte de dmentir des spculations sur le dploiement imminent de soldats amricains en Hati, o des milliers de Casques bleus sont stationns depuis 2004. Sans rvler le nom du vainqueur de la prsidentielle, une organisation nationale d’observation lectorale a indiqu que le gagnant disposait d’une belle avance sur son concurrent. “Nous nous gardons de publier les rsultats, mme si nous disposons de donnes claires, et nous souhaitons que la vrit des urnes soit respecte”, a dclar Nol Laguerre, responsable du Centre national d’observation lectorale (CNO). Annoncs pour jeudi dernier, les rsultats ont t reports lundi en raison de fraudes dtectes dans les votes, ce qui a oblig le Conseil lectoral carter plusieurs centaines de procs-verbaux adresss par les diffrents centres de vote du pays. Qu’ cela ne tienne, les deux camps n’hsitent pas crier victoire et publient des chiffres au mpris des recommandations de l’Organisation des Etats amricains (OEA). “Les annonces prmatures de victoire sont nuisibles l’ordre public et au bon droulement du processus lectoral”, a dclar le chef de la mission internationale d’observation mise en place par l’OEA, Colin Granderson. Le deuxime tour a t marqu, quelques jours avant la consultation, par le retour en Hati de l’ancien prsident Jean Bertrand Aristide, qui reste trs populaire auprs des dfavoriss sept ans aprs avoir t chass du pouvoir par une insurrection arme, avec la bndiction de la France et des Etats-Unis.Face un dchanement de violence qui avait fait plusieurs morts, les autorits avaient d revoir les rsultats et rintgr dans la course le chanteur au dtriment du candidat du pouvoir Jude Clestin. L’ide aujourd’hui que leur candidat pourrait avoir perdu la prsidentielle, semble mobiliser les partisans de M. Martelly qui menacent de manifester violemment dans les rues du pays. Face aux rumeurs selon lesquelles des quantits de machettes ont t retires des magasins ces derniers jours, la police a t force d’adopter des mesures prventives.

PAGE 5

Mercredi 06 Avril 2011 Page 5 DE L’ACTUALITE propagande et information. Quand le porte-parole du CEP invite la presse c’est pour la propagande de l’institution, pas pour informer, pas pour l’information. Et mme on se fche quand les journalistes commencent poser des questions. Des questions aussi normales que : s’il y a autant de procs verbaux susceptibles de fraudes, comme vous le dites messieurs, ne craignez-vous pas que cela remette en cause la crdibilit du vote. Et partant la lgitimit du prochain lu. Pour toute rponse, un No comment. Un haussement d’paules. Pour ne pas dire, un cuip ! Pas tonnant que dans le public la crdibilit autour des rsultats du second tour soit dj srieusement atteinte. Tout le monde n’est jamais d’accord. En Hati plus encore les choses ont t faites aussi bien que possible. Mais lorsqu’on dcide ds le dpart de faire le blackout, de faire l’impasse, alors il convient d’tre soi-mme parfait. Plus que parfait. Plus qu’un dilemme, c’est l’ambigut dans laquelle le Conseil lectoral s’est lui-mme fourr. Puisque au moment o il doit communiquer, ‘dlivrer’ comme on dit aujourd’hui, o il avait jur 24 heures plus tt qu’il serait prt communiquer les rsultats (pas un jour de plus ni un jour de moins), le voici qui soudain fait volte-face. Et c’est l’escalade en sens contraire, la fuite en avant. brusquement que les fraudes et irrgularits concernent prs de 60% du vote alors que la veille encore l’on se gargarisait que les quelques problmes enregistrs ici et l ne remettaient pas en cause l’intgralit ni l’intgrit du processus, non seulement on ne s’y retrouve plus entre procs verbaux mis de ct pour rexamen (d’autres disent ‘rexamination’), procs verbaux dj limins, et procs verbaux n’tant toujours pas arrivs au Centre de tabulation (prs de 2 semaines aprs le vote), non seulement nous voici emprisonns dans ce ‘catch 22’, cet univers kafkaen, bref cette pagaille, cette confusion trouvent le moyen d’ajouter, avec une certaine malice sinon une malice certaine, qu’ils se doivent aussi d’appliquer les recommandations des experts de l’OEA ( ? ). Eurka ! C’est la fameuse mission de l’Organisation des Etats amricains qui avait t appele pour une rvision des rsultats dj controverss du premier tour et qui avait conclu en ordonnant, en tout et pour tout – et sans discussion s.v.p., le remplacement du candidat du pouvoir Jude Clestin par Mr Michel Martelly dont les partisans taient descendus dans les rues pour protester contre son absence du second tour. Or ce jour le CEP n’a jamais apport aucune indication sur lesdites mthodes de l’OEA, celles qu’il se propose d’utiliser encore aujourd’hui. Et qu’on annonce comme une sorte de dernier recours ! Tout comme on n’a jamais rien su des rsultats l’un et l’autre des deux candidats qui s’affronteront au second tour le 20 mars dernier. Bref on est condamn tout croire sur parole, on est suppos mme tre intimids ds qu’on nous dit que ce sont No. 1) la proclamation des rsultats n’aura plus lieu le jeudi 31 mars mais le lundi 4 avril. No. 2) Cela cause de la grande masse de procs verbaux qui mritent un rexamen. Plus de 15.000 de ces procs verbaux doivent tre rexamins, dont 1.518 dj limins pour fraudes. Selon des experts indpendants, cela ferait environ 60 pour cent des procs verbaux qui sont ainsi remis sur le gril. Sur un taux de participation lectorale de moins de 30 % (le CEP a refus l aussi de fournir la moindre prcision, se contentant de rpter avec les acteurs internationaux que la participation des lecteurs a t meilleure au second tour que lors du premier, mais sans apporter la moindre preuve palpable), jusqu’o pourra-t-on dire du gagnant de ces lections-l qu’il (ou elle) est bien l’lu-e de la Nation ! (avec un grand N). Mais non seulement la proclamation des rsultats ‘prliminaires’ est renvoye, ce qui entraine automatiquement pas un dilatoire prs !), non seulement le CEP dcouvre Quels que soient les rsultats que peut annoncer le CEP, ils sont susceptibles d’tre sujets caution parce que l’organisme a pch par manque de transparence. Oyez plutt. Le soir mme du second tour, le dimanche 20 mars (ce qui fait donc prs de 2 semaines), avant mme la fermeture des bureaux de vote, la direction gnrale du Conseil lectoral dclare qu’il est interdit de donner des rsultats partiels, ni les tendances du vote. Comme cela se fait par exemple aux Etats-Unis, au on peut connatre lequel des deux candidats l’a emport dans cet Etat-l. Idem en Hati. Pourquoi pas. Nous avons 10 dpartements gographiques. On pourrait connatre les rsultats dpartement par dpartement. Ne venez pas nous dire que le vote en Hati n’est pas lectronique. Il ne l’tait pas toujours aux Etats-Unis, ni au Canada, ni en France, ni au Brsil, ni la Jamaque. Cela prendrait 3 jours ou mme 4, mais personne ne pourrait y trouver redire. A partir du moment qu’il y ait transparence. sang froid d’un scnario genre Laurent Gbagbo – Alassane Ouattara de Cte d’Ivoire. Car dans n’importe quel pays, les rsultats des lections sont communiqus la minute prs, ds la seconde qu’ils sortent des ordinateurs du centre de comptage. Aussitt rpercuts par la presse aussi bien nationale que internationale. Et avant 5 minutes, la terre entire sait comment se sont termines les lections dans ce pays-l. En Hati plus on organise des lections, dmocratiques s.v.p., plus les rsultats sont annoncs chaque fois encore plus tard. Cette anne c’est le pompon.Mais pendant ce temps, dtrompez-vous, les rsultats ne restent pas prisonniers des ordinateurs du centre de tabulation. Non, ils sont dans toutes les mains. Sauf que, dans les mains de qui de droit. Un tout petit groupe de dcideurs examiner, les tourner et retourner dans tous les sens. Avec pouvoir de dcider pour tout un pays ! De l’avenir de dix millions d’hommes et de femmes. Avec aussi comme signe particulier qu’aujourd’hui ils sont autant des hatiens que des trangers, si ce n’est davantage d’trangers car nos bailleurs ne se comptent plus. Un Etat port bouts de bras par la communaut internationale. Et qui se pique de vouloir exercer une totale souverainet sur l’lection de ses futurs dirigeants ! On est l en totale contradiction avec soi-mme. Un tel tat de tension volontairement entretenu, comment s’tonner que les prtendants tentent d’avoir recours toutes sortes de subterfuges (et l’Internet est leur dernier refuge), ne pouvant se rsigner tre rduits une telle Et que la population soit traverse par des courants aussi divergents. De l’enthousiasme la rsignation. De l’angoisse la colre. Et pourquoi fait-on appel tout un bataillon de Marines si on n’avait pas dj prvu qu’il y aurait du grabuge ? Information dmentie, il est vrai, par l’Ambassade des Etats-Unis en Hati (selon HPN). des ranges de blinds onusiens. Et qui nous protgera quant nous, le pays rel En cas de dfaut de timing ? er

PAGE 6

Page 6 Mercredi 06 Avril 2011 LIBERTE & DEVOIRS DE LA PRESSEtelle antenne pour s’tre trop acharne contre tel candidat ou tel autre. La menace est relle dans le cas de notre confrre et proche voisin au centre-ville Radio-Tl-Carabes pour qu’il ait leur protection. Mais le mieux plac pour protger un mdia ce n’est En quelque sorte, nos mdias ne nous appartiennent pas seulement nous, mais aussi ceux qui nous font vivre. Et avant la publicit, y compris la publicit lectorale, c’est d’abord l’auditeur et le tlspectateur qui est la source et la raison de notre existence. Nous devons le prserver pour notre survie en tant que mdia et pour continuer tre considr comme un acteur important au sein de la cit. Et vice versa. Je n’ai pas le droit de tourmenter aucune Mais la solution existe. C’est une information quilibre. C’est la sparation nette de l’information d’avec la publicit ou la propagande lectorale d’un ct. ‘Ceci est une insertion demande’, ‘ceci est une annonce paye’ C’est viter soigneusement l’amalgame entre l’information qui est un service public et qui est la garantie PORT-AU-PRINCE, 29 Mars – La presse hatienne lectoral a interdit de donner aucun rsultat du second tour des lections. Et tout le monde se plie. Le second tour a eu lieu le 20 mars. Plus d’une semaine plus tard, ‘plume ne gouille’, comme dit encore le crole. No comment. Le secret est total. Selon les secondant la communaut internationale), communiquer des rsultats partiels provoquerait des troubles de la part d’lecteurs insatisfaits. Alors que tous se souviennent que c’tait le contraire aprs les rsultats du premier tour, lorsque les troubles ont jou (candidat du pouvoir) pour que le candidat arriv numro 3, Michel Martelly, puisse aller au second tour. Il y a donc troubles et troubles. Certains troubles ne seraient pas aussi troublants ! C’est aussi une question de moments. Ou mieux, de timing. Mais ce n’est pas le seul paradoxe. candidat au tableau d’honneur puis a accept de le remplacer par un autre sans la moindre explication (sans jamais avoir vient nous faire cette leon de haut civisme. Or tonnamment a marche. Tout le monde accepte sans broncher de se taire. Mais que voulez-vous ? Si les le discours copie conforme du porte-parole de l’institution qui a donc os dplacer la presse dite indpendante pour une dmonstration de pure propagande. Mais le plus tonnant c’est la soumission de cette presse, notre presse, par ailleurs toujours si vhmente, si virulente pour ne pas dire insolente. La presse est-elle donc complice dans cette opration, secrets, ‘deuximes bureaux’ Ni les reprsentants des deux partis politiques concerns qui disent n’y voir eux aussi que du bleu Ni les journalistes qui, invits vendredi dernier au CTV, se sont vus conduire travers celui-ci toute vitesse sans le temps de demander la moindre explication sinon essentielle de notre crdibilit Et le fait que tout mdia est libre d’avoir ou non sa position dans le contexte lectoral. Les mdias ne sont pas moins libres que vous d’avoir aussi leur apprciation de tel candidat ou de tel programme politique. Ils ne sont pas diffrents de vous, ils ont aussi leurs convictions, ils ont droit aussi leurs opinions et ne sont pas obligs d’avoir les mmes que les vtres.Par contre, c’est eux, aux mdias, qu’il convient de montrer avec la plus grande clart qu’ils n’ont pas l’intention de vous imposer de toutes forces leurs points de vue, que ce qu’ils font ce n’est pas une entreprise commandite de lavage de cerveau, mais une exposition aussi large que possible d’ides qu’ils estiment favorables au relvement de notre pays. Pour cela ils mettront d’abord le plus grand soin sparer ce qui est l’information comme service public, donc neutre et quilibre, sans manipulation, de ce qui est la ligne ditoriale du mdia (mme quand ni le gouvernement, ni la police, ni la Minustah (mission onusienne de maintien de la paix), ce sont les auditeurs et tlspectateurs. Lors du terrible sisme de janvier 2010, quand tout avait disparu (gouvernement, police et Minustah), ne restait que les mdias. Et Radio-Tl-Carabes a eu un comportement hroque, on ne peut l’avoir oubli. Puis vient la campagne lectorale. On reproche notre confrre de la ruelle Chavannes d’avoir men une campagne trop sens unique. Vrai ou faux, ce ne sont pas les menaces qui sont la rponse, voire toute intention ou tentative qui existerait de les mettre excution. On n’est pas en 1957, quand des radios ont t incendies pour leur appartenance tel camp ou tel autre. On voit d’ailleurs ce que ce genre de comportement nous a rapport : 30 ans d’une dictature la plus sanguinaire que le pays ait jamais connu. informations sont tenues secrtes Qui dtient les informations ? Qui a le monopole de l’information sur les rsultats du second tour de la prsidentielle ? Ce ne sont srement pas les observateurs nationaux qui se plaignent de ne pouvoir accder certains bureaux au Centre de tabulation des votes (CTV), des bureaux Par contre les mdias ont aussi des devoirs et obligations envers leur audience qu’ils ne peuvent et ne doivent pas oublier ou ngliger. D’autant plus les mdias lectroniques (radios et tls). Nous vivons de nos auditoires, dans tous les sens. Nous dpendons de l’admiration qu’ils nous portent. Mais nous ne pouvons non plus prendre cette admiration pour argent comptant. Et faire comme si le public ne reprsente pas plus que les quipements que nous utilisons.Mais tout cela a un prix. Nous devons nous garder de blesser les sentiments. C’est la notion mme de service public qui est ici en question. Or en mme temps (et cela fait toute la diffrence) nous parlons aujourd’hui d’lections. Et non de parti unique. Le propre des lections c’est d’opposer. Faut-il cder aux pressions des uns pour ne pas exprimer les opinions des autres. Ce serait alors pactiser avec la terreur. le mdia ne diffuse pas d’ditoriaux qu’il n’en a pas moins une ligne, sa ligne) car la neutralit totale n’existe pas, tout le monde a connu des expriences dans la vie, certains ont mme souffert, et en gardent des traces, donc, comme on dit, personne n’est innocent !‘Kidonk, la solution c’est la transparence. Comme dit le crole : ‘lougawou si se ou di se ou’. L’autre devoir primordial des mdias, et qui peut si opration il y a ? Mais pour commencer, de quel droit l’institution lectorale peut-elle dissimuler, cacher, kidnapper l’information, une information publique, ce en violation d’un article de la Constitution hatienne qui fait obligation aux pouvoirs publics de communiquer toute information d’intrt public. Sauf s’il y va de la scurit nationale. Serait-ce donc que le second tour du 20 mars ait soulev un problme de scurit nationale ? Tant que a. ‘Ban mwen’ (comme dit encore le crole). Autre paradoxe, c’est bien du second tour qu’on parle. Alors qu’est-ce que c’est que cette histoire de ‘rsultats prliminaires’ ?

PAGE 7

Mercredi 06 Avril 2011 Page 7UNE NATION EN QUESTION le dilemme hatien !rpublique. La premire nation noire indpendante du monde. Dessalines et Ption n’avaient pas le choix. Aprs avoir pactis avec la force expditionnaire dpche par Napolon, au lendemain de l’embarquement de Toussaint Louverture vers une mort certaine dans les montagnes du Jura franais, la nouvelle parvint que le but secret tait de dsarmer tous les noirs pour les remettre en esclavage et de noyer tous les gnraux multres qui se prennent pour les hritiers ventuel des matres franais. Ainsi est ne l’alliance entre nouveaux et anciens libres qui a renvers par les armes la colonisation franaise le 18 Novembre 1803. Il faudra encore prs de quarante ans pour que la France consente abolir l’esclavage dans ses autres colonies des Antilles. Toussaint Louverture (dont le 7 avril ramne le 208eanniversaire de la mort au Fort de Joux, en France) a tout fait pour trouver avec la mtropole coloniale une formule qui aurait donn un statut d’autonomie la colonie et la libert aux esclaves, tout en restant dans la nation franaise. Toussaint, dans ce domaine comme en beaucoup d’autres, tait largement en avance sur son temps. Puisque c’est quasiment le mme arrangement que la France de De Gaule va rechercher en vain un sicle et demi plus tard avec les indpendantistes algriens.Or aujourd’hui, c’est comme si nous Hatiens continuions nous rclamer du mme constat de Dessalines et de Ption et revendiquer le mme idal (vivre libres ou mourir !), mais en mme temps que l’on s’enfonce presqu’avec indiffrence dans la dpendance la plus inconcevable. Comme si nous ne nous rendions pas compte du paradoxe, du non sens absolu de cette attitude. Dans notre enfance, on chantait en marchant au pas militaire : ‘Desalin pa vle w blan’. C’tait une faon de nous prsumer suprieur ou du moins l’gal de tout autre peuple ou race du haut de la geste de 1804, de notre victoire sur les troupes napoloniennes, l’poque la plus grande arme du monde. de faire rentrer le peuple hatien dans le moule des peuples qui n’ont pas eu lutter aussi cruellement pour acqurir la libert, mais nous semblons esprer que la Terre cesserait de tourner uniquement pour notre convenance.Une deuxime page d’histoire commence avec la grande dcolonisation qui a suivi la Seconde guerre mondiale (1945) et vu l’indpendance de la majorit des peuples des continents africain et asiatique et du Moyen Orient. l’homme noir (la Ngritude). Et Hati est l’exemple tout indiqu. Ce sont aussi des leaders de stature globale tels Nehru, qui circulaient dans les rapports entre le Nord et le Sud sous des tiquettes farfelus du genre ‘le fardeau de l’homme blanc’. Un peu comme les noirs du roman Autant en emporte le vent’ qui se retrouvent bien embarrasss d’une libert qu’ils n’avaient pas souhaite et dont ils ne savent quoi faire ! Mais aujourd’hui le vent a tourn nouveau. Disons pour faire plus court depuis la chute du bloc communiste (1990) et que le monde dvelopp n’est plus coup en deux. Et que s’embarrasser de trop d’hypocrisie. En Hati, comme depuis deux sicles, la vie suit son cours bon an mal an. ‘Bon Dieu bon.’ Plus on rgresse, ce qui a toujours t le cas de mmoire d’Hatien, y compris pour des raisons indpendantes de notre volont (dont la dette de l’indpendance verse la France), plus on s’enfonce dans la dpendance la plus totale. Aujourd’hui jusqu’ la construction des latrines, comme tout ce qui concerne la grande masse dont les conditions ont peu volu pendant ces deux sicles. D’un autre ct, cet humanitaire dont nous devrions nous considrer, parat-il, comme un privilgi (compar la lenteur de l’aide collecte aprs le sisme du Japon) cache de plus en plus mal une guerre ouverte pour la conqute des ressources naturelles et des marchs. (La seule Rpublique dominicaine voisine a export pour prs d milliard de dollars en Hati l’anne 2010)’. sentir concerns par cette extraordinaire ambigut. De fait celle-ci ne pouvait tre plus frappante qu’ la faveur de ces lections gnrales. Entre nos discours ‘dessaliniens’ : les lections comme expression par excellence de la souverainet nationale, et le constant rappel que c’est l’international qui en des ‘prfabriqus’ pour permettre la prochaine lgislature de siger. En rappelant celle-ci que sa premire tche c’est la rforme constitutionnelle autre puissant symbole de souverainet, non ! consultant discret. Aujourd’hui il s’impose sur la scne. Poussez vous ! Au diable les bonne manires. Vulgairement parlant, il en veut pour son argent. Or justement les mauvaises langues disent qu’Hati est devenue aujourd’hui si dpendante qu’elle n’a plus rien offrir comme garantie que son territoire. Mais a les Hatiens ne vont pas pouvoir l’avaler. Alors, le mystre reste entier. les mthodes des experts de l’OEA. Et vous parlez de transparence ! Le soir mme du second tour, ds qu’il avait annonc l’interdiction pour la presse de communiquer la moindre indication sur les rsultats et d’attendre sagement qu’on l’appelle pour lui dire quel est le gagnant, que le Conseil lectoral s’tait enferm (enferr) de lui-mme dans ce cassette pour un chinois judoka ! On se souvient comment les rsultats du premier anticipes par voie de manipulation mdiatique (surtout les grands mdias internationaux), coups aussi de publication et de sanctions, bref une sorte de terrorisme en haut lieu. En circuit ferm. pour la communication des premiers rsultats. Lundi 4 avril. On a encore le temps de voir venir. Beaucoup d’eau peut encore couler sous les ponts. N’est-ce pas. Comment nos officiels lectoraux (nationaux et internationaux !) vont-ils se dmener pour sortir de toutes sont des messes noires. Vous vous souvenez de ce mot qui a fait succs aux Etats-Unis il y a quelques annes : Vodou-politics ! qui viennent ruiner encore une fois notre (cher petit) processus dmocratique, eh bien on a fait tant et si bien que ce ne sont pas des examens et rexamens n’en plus finir, mthodes de l’OEA ou pas, qu’il nous faut en ce moment, non, on a voulu le black out, eh bien le public est persuad justement que ce qui se droule en ce moment n’a qu’un nom, comment dire, ce toutes ces montagnes de fraudes et d’irrgularits (Sherbrooke) Les lections prsidentielles en Hati l’automne. Si la violence et la fraude qui ont marqu le premier tour du scrutin semblent beaucoup moins prsentes pour l’instant, beaucoup d’observateurs attendent nerveusement manifestations. C’est le 31 mars, soit ce jeudi, que le Conseil lectoral provisoire (CEP) hatien doit dclarer le vainqueur entre Mirlande Manigat, ex-premire dame du pays, et Michel Martelly, un chanteur populaire. Si les rsultats sont serrs, ils pourraient tre contests, menant un retour de la violence. Selon Hugo Loiseau, professeur de sciences politiques l’Universit de Sherbrooke et spcialiste de l’Amrique latine et des relations internationales, les partisans de Martelly sont particulirement surveiller. Le deuxime tour devait initialement opposer Mme Manigat Jude Clestin, le candidat du parti au pouvoir, mais les allgations de fraude massive et les manifestations violentes organises par les partisans de Martelly avaient forc la CEP reconnatre que le chanteur avait reu plus de votes que M. Clestin. “Si Martelly ne gagne pas, ses partisans vont descendre dans la rue”, prdit le professeur Loiseau. Sisme et pauvret Selon M. Loiseau, la violence qui entache le processus lectoral en Hati serait cause en grande partie par la dtresse et la pauvret des habitants. Une situation qui s’est encore empire lors du sisme du 12 janvier 2010. “Les gens sont encore plus dmunis qu’avant, ils vivent dans des camps o il y a des conditions malsaines et des cas de cholra.” Ces lections sont donc marques par la colre envers le prsident sortant Ren Prval et son parti, Inite, d’o est issu Jude Clestin. Sa raction au sisme a t juge trs lente et ses programmes, inadquats. Entre autres, il a prfr payer des citoyens pour dgager les dbris la main plutt que d’acheter des grues. “Mille personnes ne peuvent pas faire en une semaine ce qu’une grue peut faire en une journe, explique le professeur. Il y a des blocs qui psent des tonnes.” Rsultat: plus d’un an plus tard, les camps de rfugis “temporaires” abritent encore des milliers de personnes. Beaucoup d’ordre, Le 20 mars, jour de vote pour le second tour, tout s’est droul dans un calme relatif: on a recens “seulement” deux morts, ce qui est trs faible pour une lection en Hati. Le taux de

PAGE 8

Page 8 Mercredi 06 Avril 2011 208me ANNIVERSAIRE (208 sa mort survenu le 7 avril 1803 au Fort de Joux, les plus sagaces des historiens. En moins de treize annes, de 1790 1802 cet homme a su dmontrer par son gnie politique et militaire que la race noire tait capable de produire dans le monde moderne des gants de la pense stratgique capables de rivaliser et mme de dpasser ce que l’Europe faisait de mieux en que Toussaint la suite de son fameux revirement a russi non seulement repousser l’arme espagnole sur les frontires de l’Est mais aussi battre quasiment en mme temps et mettre en droute les troupes britanniques du Gnral Maitland. Un historien militaire a pu calculer combien lors des tentatives anglaises de prise de contrle de la Colonie Franaise. Et malgr le dploiement de plus de 15.000 soldats (dont de nombreux recruts rsoudre en octobre 1798 capituler face Toussaint Louverture nomm entretemps gnral de division par la France rvolutionnaire. C’est partir de ce moment que l’on peut considrer que Toussaint Louverture est entr dans le grand jeu gopolitique mondial. En effet, le 23 mai 1799, Monsieur Edward Stevens, Consul Gnral des tats-Unis en Hati, crivait Thomas Maitland retourn la Jamaque que le gnral Toussaint Louverture avait reu du Directoire franais des ordres l’intimant d’envahir la Jamaque et le sud des Etats-Unis. Ce que Toussaint s’tait bien gard de faire et qui tmoigne peut tre de sa premire vellit d’autonomie politique par rapport Par Azad Belfort Parlant de Toussaint Louverture, l’immortel Auteur du Lac Alphonse de Lamartine n’hsita pas dclarer : cet homme fut une Nation .Plus de deux cents ans aprs la mtropole franaise. En fait, cet ordre du Directoire franais au gnral de division Toussaint Louverture tmoigne d’un fait essentiel: l’extraordinaire puissance militaire dont disposait l’homme de Breda l’poque. Si l’on fait le dcompte de la balance militaire des forces au cours de cette priode, on peut considrer sans craindre de se tromper que le futur Gouverneur de Saint Domingue disposait peut tre de la cinquime ou sixime arme de l’poque aprs celle de la France rvolutionnaire, de la Russie, de l’Espagne, de la Prusse, et de l’Empire Ottoman. Hormis ces armes susmentionnes la force militaire dploye par Toussaint Louverture pouvait surclasser aisment n’importe quelle arme du monde de l’poque. Il ne lui manquait qu’une marine de guerre pour tre capable de projeter cette force l’chelle rgionale ou continentale. Il faut se rappeler aussi que Georges Washington au plus fort des batailles de l’Indpendance des tats-Unis n’a jamais eu sa disposition une force de combat de plus de 20.000 soldats alors que Toussaint Louverture tait capable de dployer aisment 40.000 soldats bien quips et bien entrains. On comprend, dans cette perspective, pourquoi dans le trait sign entre Toussaint et la Grande-Bretagne, il y avait une clause secrte limitant le dveloppement de la marine nationale une simple marine de cabotage. Une fois les soldats d’Albion boutes hors de l’Ile, il ne restait plus Toussaint qu’ se tourner vers son grand projet qu’il tait facilit dans cette tche par la signature du trait de Ble entre l’Espagne et la France. Par ce trait, Madrid cdait la partie orientale de l’ile Paris. Virtuellement toute l’ile tait devenue Franaise il ne restait plus au vainqueur de Maitland qu’ concrtiser cette cession territoriale. En fait le sort du premier Empire Colonial Franais conformment au trait de Ble puisque les relations commencer se dtriorer en ce moment. C’est cette mprise qui entre autres paramtres va sans aucun doute dterminer l’expdition de Saint Domingue. D’aprs certains historiens, Napolon Bonaparte se penchait depuis quelques temps sur un projet d’empire des Amriques dont l’Ile de Saint Domingue serait la base de dpart des oprations et la clef de voute stratgique. C’est dans cette optique qu’ l’insu de Toussaint lui-mme, que le vainqueur de Marengo nomma par un arrt, le 6 fvrier 1801, Toussaint capitaine-gnral de Saint Domingue. Dans une lettre accompagnant ledit arrt, il crivit : Il n’y aura dornavant plus d’agent dans la partie franaise dont le commandement en chef vous est conserv sous un titre plus important que celui de GouverneurGnral avec des attributions plus tendues . L’entre des Troupes de Toussaint Louverture Santo-Domingo remit en cause la stratgie de la France napolonienne et fut l’vnement dtonateur de l’expdition de Saint Domingue commande par Leclerc. Cependant l’entre des Troupes de Toussaint Saint-Domingue permit l’homme de Breda de dmontrer aussi toute l’tendue de son gnie et son caractre protiforme. Il avait auparavant dmontr ses capacits de manuvrier politique en tant, selon certains historiens, le vritable deus ex machina derrire la runion du Bois-Caman. On le souponne d’avoir t l’minence grise cache derrire Jean-Franois, certains secteurs royalistes dont il tait relativement porte globale et rvolutionnaire de ces vnements. Il a su dmontrer son gnie militaire d’abord au service du Royaume d’Espagne et ensuite aprs son revirement du ct de la France rpublicaine et rvolutionnaire, contre les Troupes espagnoles et ses anciens allis Jean-Franois et Biassou. Mais c’est surtout contre le Gnral Britannique Thomas Maitland qu’il a su montrer son gnie militaire extraordinaire et sa grandeur d’me digne d’un stocien romain. A saint Domingue, il montrera vraiment des capacits d’homme d’Etat hors pair, en prenant trs rapidement un dcret d’abolition de l’esclavage ds la remise des cls de la

PAGE 9

Mercredi 06 Avril 2011 Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 06 Avril 2011 PREVENTION DES DESASTRES Dans le pass, des pays du Bassin de la Carabe ont dj fait l’exprience de tsunamis. En effet, selon l’un des Aliaga, spcialiste de Programme l’Unit de Tsunami de la Commission Ocanographique Intergouvernementale de l’UNESCO. En outre, Hati a 1700 kilomtres de ctes, et plusieurs grandes villes hatiennes sont ctires, dont certaines avec une importante concentration de bidonvilles tels Cit Soleil et Cit l’Eternel, dans la rgion mtropolitaine de Portau-Prince. Et , a averti l’ingnieur Prptit. En vue de sensibiliser les Hatiens sur les dangers des tsunamis, le Bureau de l’UNESCO en Hati a organis un atelier deux jours autour du thme , , a fait observer M. Aliaga. L’atelier une fois termin, le Bureau de l’UNESCO Port-au-Prince travaille dans le but de prparer la population faire face ces menaces d’ordre naturel. Et cette prparation passe par la mise disposition de manuels l’intention des coliers, du matriel pour les enseignants, des brochures et des posters pour l’ensemble de la population. Les brochures en crole sont en prparation. , a assur M. Aliaga. Cet atelier a t organis en partenariat avec la Direction de la Protection Civile, le Ministre hatien de l’Intrieur, le Bureau des Mines et de l’Energie (BME), le Centre National de Mtorologie (CNM) et le Service Maritime pour moiti par la Coopration Suisse et le Dpartement d’Etat des tats-Unis d’Amrique, a inform M. Aliaga. Depuis 1965 un systme d’alerte aux tsunamis est mis Ocanographique Intergouvernementale, suite au tremblement de terre qui a frapp le Chili en 1960, dont la magnitude 9.5 est la plus leve jamais enregistre. Ce sisme avait provoqu un tsunami qui a caus la mort de nombreuses personnes au mis d’accord pour crer un systme rgional d’alerte et de protection contre les tsunamis. Suite au tremblement de terre et au tsunami qui a frapp l’Indonsie, en dcembre 2004, l’UNESCO a dcid d’tendre ce systme la Carabe dont une bauche a t mise en place ds 2006. les jeudi 10 et vendredi 11 mars, Port-au-Prince. , a inform Bernardo Aliaga. Les habitants doivent notamment tre informs de la ncessit grimper sur des arbres , en cas de tsunamis, conseille entre autres M. Aliaga. Celui-ci a prsent des modles pour l’laboration de procdures oprationnelles normalises (SOP) pour les alertes aux tsunamis. L’alerte est mise ds qu’il y a une activit sismique d’une magnitude suprieure 6.5 sur l’chelle de Richter et une profondeur de moins de 100 kilomtres. , a-t-il prcis. Bernardo Aliaga a pris en exemple le systme install aprs le tremblement de terre qui a frapp le Japon, le vendredi 11 mars. intervenants ce sminaire, professeur Narcisse Zahibo de l’Universit des Antilles et de la Guyane, citant les donnes recueillies par le United States Geological Survey/ (USGS) et la National Oceanic and Atmospheric Administration/ (NOAA) , quelque 91 vnements aboutissant des tsunamis, pour la plupart de faible ampleur, ont frapp la zone de 1692 1946. Et le professeur Zahibo de signaler que, durant cette priode, sept d’entre eux, de plus ou moins grande envergure, ont frapp la Jamaque, Hati, le Venezuela, les Iles Vierges, Panama, Porto-Rico et la Rpublique Dominicaine, causant la mort de 5503 personnes. Dans le cas d’Hati, , a fait valoir l’ingnieur Claude Prptit, du Bureau des Mines et de l’Energie. Pour Hati, un pays situ sur deux plaques tectoniques, la probabilit de tremblements de terre suivis de tsunamis existe et doit tre prise au srieux , selon Bernardo LIBERTE EGALITE FRATERNITE Rpublique d’HaitiIl est port la connaissance des intresss qu’ la date du vingt quatre Septembre deux mille dix (24 septembre 2010), le Tribunal de Primire instance de Port-au-Prince a rendu une dcision entre les poux Samson joseph Homidas, la femme ne Marie fadette dessaint, dont le dispositif est ainsi libell : Par ces motifs, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, dclare fonde la dite action, admet en consquence le divorce de la dame Samson Joseph Homidas ne Marie Fadette Dessaint, d’avec son poux Samson Joseph Homidas pour injures graves et Publiques, pronoce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre transcrire dans ses registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet, commet l’huissier Jean Claude Bauvais de ce tribunal pour la Pour ordre de publication : Me Jean C. Mars Pour le Cabinet. participation tait galement plus lev que lors du premier tour. Selon Hugo Loiseau, ce calme est surtout d aux forces de l’ordre: “La police nationale s’est beaucoup mieux dploye cette fois-ci et la MINUSTAH [NDLR: la mission des Nations unies envoye dans la rgion] tait aussi plus prsente.” Par contre, la situation demeure volatile, surtout si les rsultats sont serrs. En plus des procdures judiciaires entre les deux candidats, la fougue de leurs partisans pourrait dpasser malgr la violence et la fraude lectorale vidente. Pour cette raison et pour plusieurs autres, M. Loiseau craint que les manifestations violentes ne reprennent de plus belle: “Si les deux candidats font preuve de retenue et acceptent les rsultats, a pourrait bien se passer. Mais ils se sont dclars vainqueurs tous les deux.” les capacits des policiers: “Il y a une limite utiliser la force pour garder le calme”, explique M. Loiseau. Selon lui, le meilleur garant de la paix serait la confiance des lecteurs envers la CEP, qui s’occupe du au premier tour: la commission avait d’abord cart Michel Martelly pour le deuxime tour en faveur de Jude Clestin, viter des situations comme celles que nous craignons aujourd’hui, c’est respecter en toute circonstance le droit de rponse. A quel titre peuton exercer des menaces si l’on a la possibilit d’exprimer en toute libert sur le mme mdia o l’on estime avoir t bless, la cause de ses frustrations. Nous disons sur le mme mdia, cela vitera de diviser ces derniers entre N’avons-nous pas assez de divisions comme a dans notre pays ! Les mdias tant l’institution la plus sollicite de les diviser entre eux pour atteindre des objectifs les plus diaboliques. Vous ne pensez pas ! Ensuite il est trop tard pour chercher Le droit de rponse, c’est la principale marque de respect envers le public. Et qu’il a constitutionnellement le droit d’exiger de notre part. studios mmes de Carabes FM, et l’initiative de notre confrre Hrold Jean-Franois, PDG de Radio Ibo, la journaliste Liliane Pierre-Paul (Radio Quisqueya) a voqu la possibilit d’adopter une institution bien connue au Canada, l’ombudsman, une personnalit indpendante charge d’examiner les plaintes des particuliers contre un organisme quelconque, par exemple un mdia. C’est une proposition certes intressante mais qui demande la presse hatienne de parcourir d’autres tapes pralables comme l’adoption d’un Code des mdias. Toujours est-il que nous avons dj accompli un grand pas. Rappelons-nous qu’il y a seulement quelques annes (2004 – 2006), la division entre les mdias de Port-au-Prince tait l’arme principale entre les mains des acteurs politiques des deux cts de la barricade. Nous demandons par consquent au public (et aujourd’hui aux partisans des candidats) de nous aider ne pas revenir en arrire. Voire aux comportements incendiaires de 1957. Et des nostalgiques de cette poque jamais rvolue.

PAGE 11

Mercredi 06 Avril 2011 Page 11LES PETITES ANNONCES Gestion d’Entreprise Conception et Excution de Projet Economie et Finance Sciences de l’Education Sciences Comptables Relations Internationales Gouvernance Informatique de Gestion Relations Publiques Sminaire en \ \ Les employs du Centre de Traitement de Cholra (CTC) de l’hpital Saint Michel de Jacmel [le plus grand centre hospitalier du dpartement du Sud-Est] sont en arrt de travail depuis lundi 28 mars 2011. Les employs exigent des autorits sanitaires le paiement de leurs arrirs de salaire. Selon les employs-grvistes, depuis le dpart, en fvrier 2011, de l’ONG Mdecins Sans Frontire (MSF) de l’hpital Saint Michel, aucun des membres du personnel du CTC n’a reu de salaire jusqu’ prsent et aucune explication n’a pas t fournie par les responsables sanitaires ce sujet. Interrogs sur les consquences de cet arrt de travail l’unique centre de traitement de Jacmel, pouvant accueillir les malades du cholra, les employs se disent conscient de l’impact qu’un tel mouvement peut avoir sur la sant des gens, mais ils expliquent Nous sommes obligs d’observer cette suspension de travail en vue de forcer les instances concernes nous prendre en considration, car nous avons nos familles nourrir. Le Docteur Yves Gaston Dlouche Junior, le Directeur Dpartemental sanitaire du Sud-Est, demande aux employs d’tre patients et indique qu’ils recevront sous peu leurs salaires. Le responsable prcise avoir men une dmarche auprs de l’UNICEF, l’un des partenaires de son institution, de dbloquer la situation. En fait, depuis le dpart de MSF, la direction dpartementale sanitaire serait la recherche de fonds pour assurer le paiement du personnel du CTC... Par ailleurs le Directeur dpartemental sanitaire du Sud-Est a exprim son inquitude face une augmentation possible des cas de cholra dans la rgion, en raison de la saison pluvieuse qui vient d’tre annonce. Le Dr Dlouche Junior demande la population d’tre trs vigilante et de respecter les principes d’hygine. Port-au-Prince (Hati) Hati n’a ni souverainet ni scurit alimentaires. Le petit pays de dix millions d’habitants importe 60 % de ses aliments et ce pourcentage est de 80 % pour le riz. Surexpos aux prix des denres du march international, d’autres meutes de la faim comme celles de 2008 sont craindre. Regroupe sous l’Alliance agricole internationale (AAI), l’expertise agricole qubcoise tente de sauver un patient qui survit entre catastrophes naturelles et crises politiques. Pourtant Hati peut s’en sortir, condition que ses dirigeants misent sur sa paysannerie. Le correspondant de la Terre vous livre ici le premier de deux reportages indits. “Les paysans hatiens ont besoin d’une UPA. Et, avec le concours de l’glise catholique, nous allons changer la face de ce pays!” dit en entrevue Yvan Girardin, reprsentant de Dveloppement et Paix en Hati. Consacrant un budget de 3 M$ l’agriculture, l’ONG tente de remettre le pays sur ses rails en appuyant les projets de deux associations paysannes, l’une Croix-des-Bouquets prs de Port-au-Prince, et l’autre, le Mouvement Paysan Papaye (MPP), Hinche, dans le plateau central, environ quatre heures de route de la capitale dvaste. Rencontr Port-au-Prince, M. Girardin s’indigne des conditions des camps dans lesquelles vivent 1,5 million de sinistrs, la plupart des paysans, un an aprs le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010. Et de l’absence apparente de l’octroi de 10 G$ US promis par la communaut internationale pour la reconstruction du pays. Cette aide, selon lui, ne ferait qu’enrichir “la mme minorit” au dtriment d’une population 65 % rurale et 80 % catholique. “On parle de reconstruction, mais il faut galement parler de refondation de la socit hatienne, sinon, dans cinq ans, on ne sera pas plus avanc”, ajoute-t-il. La sortie de M. Girardin survenait quelques jours avant le dbat public sur un projet de loi d’une nouvelle politique agricole promue par le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Dveloppement durable, Joanas sur cinq ans raison de prs de 800 M$ US, vise faire de l’agriculture un vibrant secteur conomique. Et assurer un peu plus de scurit alimentaire un pays qui importe 60 % de ses besoins nourriciers. “Nous visons crer un milieu propice pour attirer des tels le riz, la patate et l’igname, et de moins dpendre des importations”, a indiqu en substance le ministre Gu, lors d’une confrence de presse l’htel Kariko. La chic station balnaire runissait les principaux bailleurs de fonds de ce plan (ACDI, BID, PAM, USAID) et certaines associations paysannes. “Le gouvernement a manqu son coup. C’est trop peu trop tard! “ a comment pour sa part Me Francisque Mayas, avocat et reprsentant de la chambre agricole de Grand’Anse, lors d’une solide prise de bec avec le ministre Gu sur la centralisation du pouvoir Port-au-Prince. “Aprs le sisme, environ 200000 personnes se sont dplaces vers Grand’Anse pour y rester. Mais malgr les conditions infernales, elles sont reparties vers la capitale parce qu’il n’y avait aucun moyen de prise en charge. Toute politique agricole passe par la dcentralisation!” a expliqu M. Mayas la Terre. vacue de ce plan est aussi la question cruciale de la baptise “scurisation foncire”. “Pas un paysan ni un homme d’affaires ne va investir sur sa terre ou dans une entreprise agroalimentaire tant que la question de la proprit foncire ne dclare Bernard thart, directeur de l’Institut national de la rforme agraire (INARA). “Il faut non seulement parler de crdit agricole, une politique agricole en l’absence des principaux acteurs”, reproche de son ct Jean-Baptiste Chavannes, prsident et fondateur du Mouvement Paysan Papaye (MPP), qui n’tait pas sur la liste des invits du ministre Gu l’htel Kariko. Ax sur l’agriculture biologique, le MPP, qui regroupe 60000 producteurs, travaille avec trois autres associations paysannes pour se doter d’une seule voix (MPNKP, Tte Colle, Cross). “Nous avons nos divergences. Mais nous allons y arriver. C’est dans notre intrt et celui d’Hati. L’UPA ne s’est pas forme en un seul jour”, dit le leader paysan qui a dj visit le Qubec. ACDI : Agence canadienne de dveloppement international BID : Banque interamricaine de dveloppement FAO : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture PAM : Programme alimentaire mondial de l’ONU USAID : United States Agency for International DevelopmentLe citron (citrus) est un produit miraculeux pour tuer les cellules cancereuses. Il est 10.000 fois plus puissant que la chimiothrapie. Pourquoi ne sommes-nous pas au courant de cela? Parce qu’il existe des laboratoires intresss par la fabrication d’une version synthtique qui leur rapportera pour prvenir la maladie. Son got est agrable et il ne produit pas les horribles effets de la chimiothrapie. Si vous en avez la possibilit, plantez un citronnier dans votre patio ou votre jardin. Combien de personnes meurent pendant que ce secret est jalousement gard pour ne pas porter atteinte aux bnfices multimilionnaires de grandes corporations ? Comme vous le savez, le citronnier est bas, n’occupe pas beaucoup d’espace et est connu pour ses varits de citrons et de limes. Vous pouvez consommer le fruit de manires diffrentes: vous pouvez manger la pulpe, la presser en jus, laborer des boissons, sorbets, patisseries, ... On lui attribue plusieurs vertus mais la plus intressante est l’effet qu’elle produit sur les kystes et les tumeurs. Cette plante est un remde prouv contre les cancers de tous types. Certains affirment qu’elle est de grande utilit dans toutes les variantes de cancer. On la considre aussi comme un agent anti microbien large spectre contre les infections bactriennes et les champignons, tension artrielle trop haute et est antidpressive, combat la tension et les dsordres nerveux. La source de cette information est fascinante: elle provient d’un des plus grands fabricants de mdicaments au laboratoire depuis 1970, les extraits ont rvl que: Il dtruit les cellules malignes dans 12 types de cancer, y compris celui du clon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancras... Les composs de cet arbre ont dmontr agir 10.000 fois mieux que le produit Adriamycin, une drogue chimiothrapeutte normalement utilise dans le monde, en ralentissant la croissance des cellules du cancer. Et ce qui est encore plus tonnant: ce type de thrapie avec l’extrait de citron dtruit non seulement les cellules malignes du cancer et n’affecte pas les cellules saines.

PAGE 12

Page 12 Mercredi 06 Avril 2011 LIBRE PENSER Chers amis lecteurs, je m’apprtais utiliser cette chronique pour parler du nouveau choix souverain du peuple hatien. Je voulais parler de la personne choisie par ceux qui ont voulu exercer leur droit de vote, pour contrler, orienter durant ces cinq et longues prochaines annes. Je voulais le satisfaire ma curiosit, plus malsaine que citoyenne, de savoir ce que le peuple avait dcid. Le Conseil , suivant je ne sais plus quels conseils, avait choisi de reporter la date de publication des rsultats prliminaires. Trop peu de temps procs-verbaux, ramens moins de 5.500. Faire tout cela en 11 jours n’est pas la hauteur d’Hati ? Il leur en faudrait au moins 15. Du 20 mars au 4 avril. Et, vu le personnel travaillant au Centre de Tabulation , j’imagine qu’il a du correspondre un maximum de 100 procs-verbaux en tout par personne. Environ 7 PV par jour. Un maximum de 1 PV par heure de travail ! Je me demande ce que doivent faire les autres pays qui arrivent publier le mme jour des rsultats de joutes lectorales plus encombrantes que les ntres. Peut-tre est-il temps de penser rendre Permanent un Conseil lectoral trop Provisoire , dans lequel certains de ses Conseillers n’arrivent se mettre qu’ la hauteur du premier tiers du mot ? La prudence tant bonne conseillre, il vaudra mieux que, faisant la guerre mon impertinence, je me taise et je passe parler d’autre chose. Chres amies lectrices et chers amis lecteurs, voil bientt 6 ans d’existence de ces chroniques hebdomadaires. Prs de 300 semaines de cohabitation littraire , qui a pris corps autour d’environ 300 chroniques hebdomadaires. Donc 300 notions utilises pour synthtiser les maux d’une socit qui peine sortir de la misre, morale, conomique, idologique dans laquelle elle se trouve plonge cause de l’indcence de la majorit de ses membres. Parmi tous ces mots utiliss pour que je n’ai jamais parl de la prudence. Vu ce qui se passe au Japon cause de l’imprudence nuclaire , de soi-disant spcialistes de l’nergie nuclaire, regroups au sein d’une compagnie dnomme TEPCO (Tokyo Electric Power Company), il s’avre important de parler de ce principe de prudence , qui devrait guider les pas de la personne qui aura occuper le fauteuil prsidentiel, en Hati, les cinq prochaines annes. Jusqu’au 7 fvrier 2016, ou toute autre date entre le 7 fvrier et le 14 mai 2016. Mieux vaut ne pas anticiper sur les prochains dbats. nouveau, par prudence. Dans le langage courant, chres amies lectrices et chers amis lecteurs, on parle de prudence pour dcrire l’attitude de celui qui agit en veillant viter les dangers. L’individu qui fait montre de prudence dans ses actions, qui agit avec prudence, dans ses actions, fait de son mieux pour sur son comportement, en vue d’viter les fautes, les dangers, les malheurs ventuels. Parler de prudence veut aussi dire vous rendrez compte rapidement que chez nous, en Hati, ni la prudence ni la prvention et encore moins la prcaution sont des traits communs de comportement. Puisque notre responsabilit citoyenne nous incite le faire, parlons de ces responsables y penser. Le concept de prudence, dans le cas de responsabilit collective du preneur de dcision, oblige ce qu’il prenne en compte les risques ds que leur existence est dmontre, indpendamment de leur frquence d’occurrence. Une gestion des risques s’impose alors obligeant considrer l’adoption qui diminuent les risques tout en tenant compte des facteurs sociaux, culturels, thiques, politiques, religieux. Le principe de prudence oblige considrer deux autres principes : celui de prcaution et celui de prvention. Voil chers amis lecteurs des notions inclure dans nos modes de fonctionnement et, je m’en voudrais de ne pas en parler, justement quelques heures de la publication des rsultats du deuxime tour de ces lections qui ont tellement fait parler d’Hati travers le monde. Finira-t-on par trouver prudence, aussi bien au niveau individuel qu’au niveau collectif peut nous servir de guide sur cette voie. ville de Saint Domingue par Don Diego Garcia. Les vieilles Lois rtrogrades hispaniques ont t remplaces par des lois modernes inspires de celles issues de la rvolution franaise tandis que des mesures administratives et conomiques ont t prises pour rorganiser un systme conomique archaque fond principalement sur les Hattes et l’levage extensif de bovins. Des villes nouvelles comme celles de Baharona ont t fondes par Toussaint Louverture. Certains historiens dominicains n’hsitent pas faire ressortir que les bases infrastructurelles et lgislatives modernes de la Rpublique Dominicaine ont t poses par Toussaint Louverture. Mais au-del de tout cela l’uvre la plus caractristique de Toussaint Louverture a t la Constitution de 1801 qui avait l’ile sous une seule autorit politique mais aussi reforme en profondeur une socit coloniale espagnole moribonde. Si l’on se rfre Franois Roc, auteur du Dictionnaire de la Rvolution Hatienne , la rdaction de cette Constitution, sous l’autorit technique de Bernard Borgella, planteur la Plaine du Cul de Sac, relve d’un certain tat d’esprit qui n’a cess de rclamer des lois conformes Domingue aux effets indsirables de la Dclaration Universelle des Droits de l’Homme . Si l’on se rfre au prambule de cette Constitution l’une des causes fondamentales de sa conception est de combiner les intrts fondamentaux de la colonie avec ceux de la mtropole. Elle a aussi t rdige suite au constat de l’impossibilit pour la Mtropole de secourir et d’alimenter cette immense Colonie pendant la guerre avec les puissances maritimes . Concernant cette dernire remarque il importe de rappeler que, n’tait-ce le revirement de Toussaint survenu le A un certain moment la mtropole ne contrlait plus que la ville du Cap-Franais et celle de Port de Paix. Ce revirement suite aux offres faites Toussaint par Laveaux et Sonthonax de gagner les rangs de la Rpublique avec son lvation au rang de gnral de brigade a permis la France de regagner non seulement la partie franaise de l’ile d’Hispaniola mais aussi d’y adjoindre un peu plus tard la partie orientale suite au trait de Ble. Tout le gnie et la stratgie de l’homme de Breda sont condenss dans le discours prliminaire de la Constitution du 3 juillet 1801.C’est un texte relire et mditer si on veut comprendre ce grand homme que fut le prcurseur de notre Indpendance. L’erreur fondamentale de notre hros a t peut tre d’introduire dans l’article 28 de ce texte sa nomination comme Gouverneur gnral vie de Saint Domingue. C’est sans aucun doute ce passage, en dehors d’autres paramtres, qui a dclench l’ire de Napolon Bonaparte et dclench l’expdition de Saint Domingue qui devait se rvler dsastreuse sur les plans politiques, militaire et gopolitiques pour la France. Napolon au cours de sa carrire a commis trois grandes erreurs stratgiques :l’expdition de Saint Domingue, l’invasion de la Russie et un emploi contretemps de la garde impriale la Bataille de Waterloo. Mais c’est la dsastreuse expdition de Saint Domingue qui aura le plus d’impact car elle avait dmontre aux stratges des autres grandes nations de l’poque que la Grande Arme n’tait pas invincible. Avec cette expdition le moment de Toussaint tait d’une nouvelle Nation. Le Gnral Toussaint Louverture bien que royaliste ses dbuts en politique peut-tre paradoxalement considr comme l’un des derniers des jacobins et le vritable hritier de l’esprit des lumires dans la Grande Carabe. C’est ce titre sans aucun doute que le Gnral de Gaulle devait aine de la France .Non pas celle de Napolon ayant pris un dcret honteux et avilissant pour la France des lumires de rtablissement de l’esclavage Saint Domingue mais celle de la Dclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, de l’Abb Henri Grgoire, de Nicolas de Condorcet, de Robespierre, de Rousseau, de Voltaire, de Jacques Pierre Brissot, de Sonthonax, d’Alphonse de Lamartine, de Victor Hugo et de Victor Schlcher. Plus de 200 ans aprs sa mort Toussaint Louverture est rclam la fois par la France et Hati. Le grand homme n’en dplaise certains appartient aux deux nations. Mais il appartient nous autres hatiens de rendre vivace sa mmoire Libert, l’Egalite et la Fraternit. De nos jours on ne fte plus grandiosement la mmoire de Toussaint comme par le pass, il qu’Hati vive et retrouve sa grandeur. Un peuple sans mmoire est condamn mourir. Le projet de Toussaint Louverture pour France 2 Cette mini-srie sur le rvolutionnaire hatien Jimmy Jean-Louis qui incarnera le rle principal. la rgion parisienne et la Martinique aura comme prvu dans son casting : Assa Maga, Thierry Desroses, Philippe Caroit et Sonia Rolland. projet. En revanche, le gnrique s’toffe avec avec Arthur Jugnot (bientot dans L’Assassin, de la collection Maupassant), Magloire (qui jouera le valet de Toussaint Louverture), Pierre Cassignard (actuellement dans Empreintes criminelles, srie policire de France 2) et Valrie Mairesse . Le tournage aura lieu d’avril jusqu’au dbut de l’t. Samuel Le Bihan, Edouard Montoute et Michle Par Ada MaigreTouchet Quel est le point de Hati m’interpelle depuis longtemps pour sa production artistique et pour son histoire. A Paris, j’avais vu l’exposition d’un membre du collectif AfricAmericA qui promeut et diffuse les uvres de la Carabe, entre autres. Ce collectif est bas Port-auPrince. Mon projet de dpart tait donc d’aller filmer le sixime Forum transculturel d’art contemporain de Portau-Prince. A travers cet vnement, je voulais raconter une Hati mconnue. En dcembre, j’tais en train de terminer la prparation de mon projet et en janvier, il y a eu le sisme J’ai dpos une demande de subvention le 13 janvier, c’est dire le lendemain. J’tais en contact avec des personnes l bas et subitement plus rien Finalement, je suis partie en juin 2010. Le tournage a dur cinq semaines. Comment avez-vous rencontr le pote Dominique devenu le protagoniste ? Je l’ai rencontr par le biais d’un ami. C’est un provocateur, un extraordinaire ambassadeur de la culture hatienne Il nous a invits participer son mission quotidienne sur Mlodie FM. Puis nous avons fait notre route : je rencontrais beaucoup d’artistes et nous nous sommes recroiss. On habitait assez prs l’un de l’autre et on devait

PAGE 13

Mercredi 06 Avril 2011 Page 13REHABILITATIONLa semaine dernire (voir HEM, Vol 25, # 10 du du Sommet Mondial sur le Dveloppement Durable (Johannesburg 2002) sur le tournant pris par la FAO en termes de choix de politique agricole lors de la Confrence Internationale sur la Rforme Agraire et le Dveloppement Rural (Porto Alegre, 2006). Mais Porto Alegre, on n’a pas seulement parl d’agriculture ou de rforme agraire, (comme je l’ai dit dans mon tout premier article sur le sujet – voir HEM, Vol. 23, # 36, du 30/09-06/10/2009) confrence de Johannesburg, en particulier dans les passages o il est question des populations autochtones. Ainsi, dans la on trouve le passage suivant : . Plus loin, dans le , on trouve : A Porto Alegre, j’avais t frapp par l’attention accorde aux revendications des peuples indignes et je me souviens encore de cet intervention d’un Mexicain, au cours du dbat gouvernements-socit civile, qui parlait du Il faisait, bien entendu rfrence la , mais rappelait que dj en 1986, soit 7 ans aprs la 1re confrence sur la rforme agraire et le dveloppement rural, les besoins des indignes avaient t transmis la FAO. On parlait alors de rtablir le concept de territoire avec tout ce qu’il y a dessus. En revoyant mes notes de Porto Alegre, j’ai un peu mieux compris pourquoi, lors de la consultation de la FAO Panama, en septembre de l’anne dernire, parmi les six groupes travail, l’un avait pour thme : (voir : H EM, Vol. 24, # 41, du 03-09/11/2010). Parmi les nombreux cas qui ont t prsents Porto Alegre, celui qui m’a paru le plus intressant est celui d’une tribu nomade en Iran. Durant les annes 50 et dans le cadre d’une white revolution , on dcide de nationalise les terres des chefs de tribu pour sdentariser les pasteurs. Un demi-sicle plus tard, on est oblig de reconnatre les effets nfastes de cette politique, et, la jeune femme qui prsentait le cas participe un projet, qui a commenc il y a quelques annes et qui travaille aider une tribu reprendre son mode de vie. A l’occasion de cette prsentation, on est revenu au concept de territoire cette terre, sur laquelle vivent ces populations nomades, n’est pas seulement facteur de production pour l’agriculture, elle fait partie du patrimoine de la population qui l’occupe. Il y a une autre catgorie sociale dont on a d’autant plus parl que le 8 mars, jour de la femme, est tomb au dbut de la confrence. Ce jour-l, la prsidence de la sance fut assure par une femme, ministre de l’agriculture en Afrique du Sud, et nous avons eu droit plusieurs prsentations faites par des femmes. Au dehors, il y avait une manifestation de femmes de la socit civile qui voulaient prsenter une ptition, ce que la prsidente, videmment accepta. Durant les jours suivants, il y eu d’autres prsentations, par des femmes, sur les femmes, mais sans vouloir jouer Wicki Leaks, j’aimerais relater un petit fait. J’ai fait partie avant qu’elle ne soit prsente l’assemble plnire. Or dans cette dclaration il tait question, parmi beaucoup d’autres recommandations, du droit des femmes hriter au mme titre que les hommes. Quelqu’un a fait remarquer que ce point allait rencontrer la rsistance de certaines dlgations, entre autres celle du Maroc, dont le chef de dlgation tait trs articul. Il fut donc dcid de lire la dclaration l’assemble et de demander, pour gagner du temps, de l’adopter en bloc. Ce qui fut fait. Aprs l’adoption, le dlgu du Maroc signala que cette recommandation allait l’encontre de la lgislation en vigueur dans son pays, mais c’tait trop tard LIBERTE EGALITE FRATERNITE Rpublique d’HaitiIl est port la connaissance des intresss qu la date du vingt quatre septembre deux mille dix (24 septembre 2010), le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince a rendu une dcision entre les ne , dont le dispositif est ainsi libell : Par ces motifs, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre du dfaut, dclare fonde la dite action, admet en consquence le divorce de la dame Marc ne , d’avec son poux Marc robert Dumas pour injures graves et Publiques, prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits dans ses registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet, commet l’huissier de ce jugement, compense les dpens. Pour ordre de publication : Me Jean C. Mars Pour le Cabinet. point de rfrence pour moi, puisqu’il est aussi journaliste culturel : il connait tous les artistes du moment. Je m’intressais de plus en plus lui. Il me parlait de sa petite chambre o il vivait, qui avait t envahie par les livres lors du tremblement de terre, si bien qu’il ne pouvait plus y entrer. Il me parlait surtout de cette situation d’aprs sisme, qu’il considrait presque comme humiliante. J’ai voulu aller filmer cette chambre, mais au dbut je n’tais pour lui qu’une cinaste qui faisait un reportage sur la catastrophe. C’est en passant du temps avec lui, en explorant des lieux comme le port, que nous nous sommes compris. Il y a eu une vraie rencontre entre deux critures, deux langages. Une des phrases de Dominique Batraville me semble particulirement importante, il dit : Dans la tradition, les hatiens ont un pied dans la vie, un pied dans la mort Dans cette squence, il est dans une sorte de transe orale, parce que nous sommes Il est philosophe et a toujours dans sa poche ou prs de lui Propos sur le bonheur d’Alain. Je comprends comment il a pu puiser l-dedans sa force et son courage. Je trouve que c’est extraordinaire d’avoir la vie qu’il a dans le Port-au-Prince d’aujourd’hui. Dans les images que j’ai rapportes et dans ce que j’ai pu voir, il y a des moments de bonheur, de tendresse En mme temps, on voit des enfants puiss par la fatigue, la faim et le stress, mais on peroit cette capacit avancer, ce courage, ce dveloppement des ressources intrieures. J’ai ressenti la nostalgie de Port-auPrince. Dominique voque une ville dont on ne parle jamais : celle d’un haut lieu de la Carabe. Il n’y a pas toujours eu la misre en Hati. Ce sisme est arriv comme un coup de massue, car cela faisait deux ans que la situation s’tait stabilise et que des nouveaux projets avaient t lans Pourquoi avoir choisi la forme brve, aviez-vous un projet de long mtrage tous les deux se rendre tt le matin dans le centre ville. En faisant la route ensemble, on a appris se connaitre. Il est un fatigus, nous avons sillonn la ville toute la journe. Il laisse alors de ct son ton journalistique pour exprimer vraiment ses sentiments sur la ville. En Hati, les morts sont trs prsents au quotidien, on les a dans le jardin, on les clbre, ils sont toujours l. Dominique dit aussi a parce qu’il est journaliste. Ds le lendemain du tremblement de terre, il a interview des spcialistes : urbanistes, architectes, qui sont venus parler de la situation et surtout de tout ceux qui avaient prdit la catastrophe et dont certains ne sont plus l Quand il dit : Les morts et les vivants vont reconstruire la ville ensemble , il pense tous ces Hatiens qui par le pass ont voulu qu’Hati s’organise, qu’elle ne soit pas livre aux mains des dictateurs. Il dit que les gens sont heureux mme dans la poussire . Pouvez-vous me parler de l’atmosphre qu’il y avait en Hati lors du tournage ? Pouvez-vous me parler plus en dtail de sa posie ? Dominique est avant tout un grand orateur, il arrive crer un rythme, une mlope envotante qui nous emmne dans un imaginaire presque enfantin. Il s’inspire normment de rfrences bouddhistes, bibliques, il est trs intress par les religions. Je l’admire surtout pour son sens de la posie au quotidien. Il donne normment d’importance l’inspiration, ce qu’il faut pour nourrir le pote. Sa posie est trs inspire de l’oralit, ses pomes se comprennent voix haute. C’est un orateur de la tradition crole ! au dpart ? Comme je vous le disais, mon projet de dpart a pour tourner un long mtrage avec Dominique, mais j’ai senti cette urgence de montrer une autre Hati que celle qui est mdiatise. C’est important de voir quelqu’un qui est un grand pote et qui avance. C’est important de voir des moments de douceur, mme au milieu des dcombres.

PAGE 14

Page 14 Mercredi 06 Avril 2011 Les rsultats prliminaires sont attendus le 4 avril et le nom du prochain prsident sera Le gouvernement hatien a dcid d’ ajuster le 23 mars dernier les prix des produits ptroliers sur le march local aprs les hausses enregistres sur le march international. Aujourd’hui la gazoline 95 est vendue 200 gourdes et la 91 195 gourdes. Le gasoil est dbit 162 gourdes et le krosne 161 gourdes. Alterpresse Les autorits ont pratiquement refus jusqu’ici de mettre la disposition du Juge d’instruction en charge du dossier de l’assassinat du journaliste Jean Lopold Dominique et de Jean Claude Louissaint de Radio Hati Inter, les moyens ncessaires la ralisation de sa mission , a dclar Guyler C. Delva, responsable de SOS Journalistes et de la Commission d’enqute sur les journalistes assassins forme par le prsident Ren Prval. Intervenant samedi sur les ondes de Radio Kiskeya l’occasion du 11me anniversaire de l’assassinat du directeur de Radio Hati Inter et d’un gardien de la station, le 3 avril 2000. M. Delva a dplor que des lettres adresses au Ministre de la justice Paul Denis par le Juge d’instruction Yvekel Dabrzil et la veuve de Jean Dominique, Michle Montas, soient restes sans rponse. La dmarche du Magistrat concernait la mise sa disposition de moyen de locomotion et des frais indispensables son dplacement l’tranger pour y auditionner des tmoins. Aujourd’hui, le cas emblmatique de Jean Dominique attend que justice soit faite pendant que l’enqute se poursuit , a pour sa part dclar la Protectrice du citoyen, Florence Elie, dans un communiqu rendu public l’occasion du 11me anniversaire du double assassinat. De nombreux tmoins et accuss potentiels sont morts ou ont disparu ds le dbut de l’enqute tandis que tous les inculps se sont vads de prison. Aujourd’hui le dossier se trouve devant le cabinet d’instruction de la Cour d’Appel aprs un passage de 11 mois la Cour de Cassation qui a ordonn que les auteurs intellectuels de ces meurtres La Protectrice du Citoyen relve que neuf juges d’instructions en premire instance se sont succds sur le dossier suite une campagne d’intimidation contre eux, contre les tmoins et contre la partie civile qui a subi une tentative d’assassinat au cours de laquelle le jeune agent de scurit de la veuve de Jean Dominique, Maxime Seide, a trouv la mort le 25 dcembre 2002. La chanteuse Shakira a voyag en Hati pour faire un don de 400.000 dollars pour la reconstruction d’une cole de Port-au-Prince endommage par le sisme de janvier 2010. LIBERTE EGALITE FRATERNITE Rpublique d’HaitiIl est port la connaissance des intresss qu’ la date du vingt quatre septenbre deux mille dix (24 septembre 2010), le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince a rendu une dcision entre le poux , la femme ne Wilna romain, dont le dispositif est ainse libell : Par ces motifs, le Tribuna, aprs examen et sur les conclusion du Ministre Public, dfaut, dclare fonde la dite action, admet en consquence le divorce de la Auguste, ne , d’avec son poux , pour injuresgraves et Publiques, prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux, ses registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans l’un des quotidiens s’ditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers s’il y chet, commet l’huissier de ce jugement, compense les dpens Pour ordre de publication : Me Jean C. Mars Pour le Cabinet. Elle a sign un accord avec la Banque interamricaine de

PAGE 15

Mercredi 06 Avril 2011 Page 15LES DEFIS DE L’HEURE Le 7 dcembre 2010, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) proclama les rsultats des lections du 1er tour des prsidentielle et lgislatives du 28 novembre 2010. Ces lections et leurs rsultats provoqurent prs d’une dizaines de morts et des dgts matriels estims 100 M d’USD par nos conomistes et une crise lectorale qui a mis nue la dpendance du pays vis--vis de la Communaut Internationale (CI). Face la dsolation ressentie durant ces deux jours d’meute, je me suis permis, le 10 dcembre 2010, en tant que citoyen hatien vivant en Hati, de ramasser les cinq (5) propositions citoyennes sur cette crise et d’y ajouter deux (2) propositions aprs une analyse trs judicieuse dgageant la responsabilit du pouvoir en place dans cette crise lectorale, dont une, la 6e sera reprise par l’OEA proposant de remplacer le candidat du pouvoir par Mr Martelly au 2e tour [1] (www. jrjean-noel.blogspot.com ). En effet, face l’aggravation de la situation globale du pays en ce mois de dcembre 2010, malgr l’implication directe de la CI dans cette crise, en particulier l’OEA, le Prsident de la Rpublique, Mr Prval, a fait appel des experts de cette institution pour aider Hati trouver une solution la crise beaucoup plus une solution politique, les experts de l’OEA ont propos de remplacer Mr Clestin par Mr Martelly au 2etour des lections prsidentielles, solution avalise par la CI dans son ensemble et applique par le CEP. Ce qui nous a valu deux mois de retard sur le calendrier lectoral et l’organisation de ce 2e tour, ce 20 mars 2011, entre Mme Manigat et Mr Martelly. La proclamation des rsultats de ces lections est prvue pour ce 31 mars 2011. Qu’en sera-t-il ? Le pays aura-il payer nouveau les pots cass de notre inconscience ? La position des deux camps Selon les premires estimations des mdias bass sur les dpouillements le soir mme des lections, et sur certains seraient plutt favorables Mr Martelly dont la photo est publie en premire page de l’Hebdomadaire Hati en Marche (Hati en Marche # 09[2]), Premiers chiffres : Michel Martelly pourrait l’emporter jusqu’ 60%, selon HEM. Sur cette base et d’autres, disent-ils en leur possession, les partisans de Mr Martelly ont cri victoire. Sur les mdias en ligne, c’est l’empoignade. Chacun se dit en possession d’informations les un communiqu sign de Mr Patrice Dumont disant dtenir d’informations laissant croire que Mme Manigat est dans une position confortable pour gagner les lections. Les allis de Mme Manigat, en l’occurrence MM Latortue et Beauplan, invitent d’aller dbattre au centre de tabulation. Un groupe appartenant Repons Peyizan a tenu aussi sa confrence en clamant la victoire de Mr Martelly. Toutes ces interventions ont eu pour effet de rtablir l’quilibre et de forcer les observateurs et le commun des mortels un certain attentisme et spculer aussi sur d’ventuelles magouilles du CEP qui a interdit de publier les tendances. D’un autre cot, en coutant les dclaration des uns et des autres, en lisant les empoignades sur le net, on a cette dsagrable impression que les deux camps sont prts en dcoudre et sont prts lcher leurs sbires dans la rue pour faire respecter le vote du peuple . On a comme l’impression, que notre pays, notre chre Hati, n’est pas l’enjeu principal de ces lections, que chaque camp se bat pour sa chapelle et non pour cette Hati meurtrie par un tremblement de terre qui a par des cyclones, gangrene de corruption, fragilise par sa vulnrabilit environnementale et son positionnement sur la route des ouragans , et ses risques de tremblement et/ou de tsunami . L’observateur averti que je suis est inquiet, d’autant que hier samedi 26 mars 2011, j’ai vcu, Miragone, la localit de Chalon un incident qui pourrait se rvler le signe avant coureur de ce qui va se passer aprs le 31 mars 2011. L’incident de Miragone En effet, ce 26 mars, j’ai t dans la zone de Miragone pour une consultation sur l’irrigation. Vers midi, j’ai vu des barricades sur la Nationale no 2. J’ai demand mon chauffeur d’avancer prudemment. On a t accueilli par des jets de pierres et des tirs d’armes feu au niveau de Chalon. La raison de cet incident est simple. Le PAM qui a ouvert des chantiers cash for work au niveau de la zone, a eu un retard de paiement. Voil la raison pour laquelle, on a du perdre deux heures de temps ngocier avec des mcontents et certains ont vu la vitre de leur vhicule briser. Qu’est-ce qu’un usager de la route a voir avec un retard de paiement d’une organisation internationale qui a ouvert des chantiers pour essayer de recapitaliser la population de la zone ? L’tat d’esprit avant la proclamation des rsultats le 31 mars 2011. Cet incident tmoigne de l’tat d’esprit qui prvaut actuellement dans le pays o la moindre tincelle peut provoquer une explosion incontrlable favorable aux ternels Quand on sort travailler ou vaquer ses occupations, on ne sait pas si on va rentrer sain et sauf la maison. On est tout le temps sur le qui vive. On n’a pas la tranquillit d’esprit pays. Et nos intellectuels sur le net, surtout ceux-l qui vivent l’extrieur au lieu d’y pencher car en principe plus mme de le faire en lieu et place de nous autres qui confrontons la ralit quotidienne de terrain, s’entredchirent pour des questions sans grandeur de partisannerie politique. Que l’lu Alors, s’il vous plait, vitez d’alimenter les antagonismes au sein de la population, noir-multre, riche-pauvre, partisan Manigat-partisan Martelly, Hatien de l’intrieur-Hatien de l’extrieur, intellectuel-simple d’esprit, etc. Hati a besoin de ne sont pas les rsultats des lections qui vont changer quoi que ce soit en Hati ! Les deux protagonistes auront confronter refondation d’Hati. Qu’ils convient leurs partisans ne pas empirer la situation du pays en brisant et en cassant quelle que soit l’issue de ce 2e tour. Rappelez-vous que ce 2e tour n’est autre qu’un compromis politique suite la gargote lectorale du 1er tour ! Rien d’autre ! Hati d’abord ! Tacitement, nous avons accept ce compromis d’aller ce 2e tour car nous sommes fatigus. Nous avons accept de laisser Mr Prval aller jusqu’au 14 mai 2011 car nous sommes fatigus. Nous avons accept le retour de MM Aristide et Duvalier car nous sommes fatigus. Nous avons accept la hausse du prix du carburant qui va avoir des rpercussions sur le cours de notre vie car nous sommes fatigus. Nous acceptons de vivre dans cette prcarit car nous sommes fatigus. Alors, acceptons les rsultats de ce soit disant 2e tour comme une premire tape vers cette grande concertation nationale pour jeter les bases d’un grand sauvetage national de l’Hati de demain, moderne, mergeante, dcentralise et souveraine. Vous vous retrouvez dans ce cri, alors faisons la route ensemble et laissons les autres se battre pour leur chapelle, tout en les suppliant de ne pas briser et casser le petit reste qui reste. Ils nous doivent bien cela, n’est-ce pas ? Aprs tout, c’est leur pays aussi ! 2e tour, Hati d’abord ! Au second tour, on est deux candidats. L’un gagne, l’autre perd. C’est simple. Pourquoi alors des rsultats y ait un 3e tour ? Il faudrait pour cela que les deux candidats Cinquante pour cent de chaque ct. Cela ne s’est jamais vu. Ou alors de toute l’histoire de l’humanit, on peut compter sur le bout des doigts d’une seule main les rares fois que deux candidats au second tour auraient obtenu le mme nombre de voix. Ex quo. Mme si l’un des deux a ralis 50, 00001, que c’est lui (ou elle) qui a gagn. Par consquent le Conseil lectoral se moque de son monde avec ces renvois des rsultats de prliminaires seront plus communiqus le jeudi 31 mars. Mais peut-tre lundi, 4 avril. Toujours est-il que ce qui nous proccupe ici, c’est la ont pu se jouer ainsi de la presse, nous tourner en bourriques, rduite au silence total. Et cela sans le moindre communiqu, sans aucune menace. Silence radio ! Ou parce que la presse est partisane. Ou parce qu’elle est paresseuse. ‘Dan pouri gen fs sou bannann mi’, comme dit encore le crole. Ou qu’elle est devenue elle aussi trop ‘dpendante’, comme tout en Hati. Pourtant aprs les prsidentielles de 2006, alors que l’atmosphre n’tait pas moins tendue, l’information circulait librement. Mme que c’est le CEP qui renseignait au jour le jour sur son site Internet. Que faut-il donc en conclure ? Que le CEP affaiblie, affadie ? Ou tout simplement la dmocratie qu’on nous promet (y compris travers ces lections) qui a ses limites ! En tout cas c’en est l une dmonstration tout fait loquente. la nuit lectorale qu’il y a plus de bulletins de vote qu’on avait prvu et que sur ce la proclamation des rsultats est renvoye aux calendes grecques. C’est ce qui se passe en ce moment. Soyons francs. Au nom de la libert d’expression !

PAGE 16

Page 16 Mercredi 06 Avril 2011 BACK PAGE Hati en Marche Miami th dveloppement (BID) qui apportera la mme somme pour la reconstruction de l’cole Elie Dubois, l’une des plus anciennes coles sicle. Je suis trs heureuse d’avoir l’opportunit de contribuer la ralisation de votre rve, s’est-elle adresse, en franais, une centaine d’tudiantes et de religieuses de l’cole Elie Dubois. de l’cole Elie Dubois qu’il faut saisir la chance de l’ducation, a dit la star colombienne qui s’est dit touche par la chaleureuse rception avant d’esquisser quelques pas de danse. La reconstruction des deux btiments de l’cole sera assure par l’ONG Architecture pour l’Humanit qui s’est engage 14 mois.