Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text











I.g g eSar h e I i n u 0 M a s a u 5 A v r l 2 0 1 - o* I- ' 1 0-


Ha'tien condamne pour viol
a repetition d'une fillette
de 9 ans qui 5 ans plus tard
tombe enceinte (,oi


















I . I'!!i/I ",


L'interregne !
iI .. I ,. \1 I 1,. h ,. 11,- ,. 1 1,'I t1 1 ,. ,. 11_, ' , 0II ,. , 0 I l,. lll lll,. I
P(O)RT-AUlIi-PRINC( E 2N lmlIi - PcMiodc icdotiblc til=c
I IIiiIII|-c1n ( qiI lid L ili poul\ on o i 11 \ Ci |I c ill!q L Iu l C 11 \ INlin
C c i Cl I 1 \ nI 11coillnn I I c \C'ic cllicc C ili IIuin Idiic colllplc
I.s ldo l I d!.lllpIIiJI. It lllllli p11 Iil -'ll I
FICTION . S.5i

JUSTICE : La corde semble se
refermer au cou de Baby Doc
PO(RT-Ali-PRIN(C E hI, li - Pask ik do Bib\ Doc
Ollll Ic d lnlic lll idlcU diplol IIIJlll2 1
IDLi\ALIER >. 21


ELECTIONS :

Le choc du 20 mars !
PO(RT-Ali-PRINC(E 22 NLI - Scul Inol qt lIcls ik( c Ic , lppollll dcls '-Ic'1 locilcs , n11 q
Inl'll CJIIc,1,1 1'11 '1 l ,ll I lllO . C c l Ic cl choc Tout Ic mIonidc llln .lcl.n c i, . noJIIm i11lln l Ijn R. pllbliqlic doimllllin.c n
ctl 1ou OL1I clioc o Bouchi c bcc BouIchi linb \ Onilic
Om S~'\\cc Nlickl p IOtllll I Oil nIcpillOiPoilu PO iq OIcccI oc 'II ll .c'I c ill ldnlll' Ii. llktlli.i
pic|'_d lUll llclll Dul IoIIns � cololn lcs Ipl mllllcl ,c hllCndjnIcc; Idc, l olo'liq(il ' Sl N p.l M lc I d ll i cNII ,11 I , . 1 i l
qIll (c' dcl _ i'tccllnl l c hll. ,ifflc l llhc. ,li tduli\ bllltci\ dc nll ticun Lc' I lll I l illl OpiiOn c di ol plo-
\ oic (ilnS L, I jioiilc dc.l clcl Ii c t l d jiiondiidlc..ii l_ I ELECTIONS / . 4i


,/ ,, , ..,,, . i.,/, f I ^, ll , l I, I l, l ,l . \ l I \ll l , I II ,-,, 1 \I, , I .... , I,, , . 1.1111111111 . . .. . ! > , l h ... , ,, ., ^ 1 ,,1.. '


Que vaut la politique dans

une society sans reperes !


PORT-Al i-PRIN(CE ' NLji, - lin Itili
liuldicap dc Li pollitiick cn HaIi ili cu el . so dcliotiI
c n i 'i_ c los
)On1 ppcllc poliluiciin iofc�l.iolnnl;.I .iIli iunii
( uIii _pil. _i I\ . i i ll i tl\ cl cc 'l oll_
II In c .\ Ic. pis1 Lin ClIl llnCl llll tll li.111 ll .II


polI Ippicldndic li dc.nciiiI poliiicicii
Rcsulti Ii poliiinc Lc c ti I uni dc�, doloniniiii
iiiT. liiTclu lInciii lc pInsl p|l % lc pIi |ln� i I I. ci
SlOLITIIQ iinU'5ii1
iPOLITIQUE p. 5l


Mgr Guire Poulard,

novel Archeveque de Port-au-Prince
.I.i.iiiiiiiiiiiiiiii....iiiillly


A . 'i


aL LR
,/, 111 / 1 > , lf .. /, h t ,Ii ll 1 , h ,1 1,>,1 , 1 , l ' . , . , ,I ,, "l ' ,\


! l . ,.�,, . 11 .. . ' . 1,,1hl , l',.l. i ,.m,.m., . I, I , l -l, I, I ml1'


�,
T
~1


won
"M


,ZE


ft






I EN PLUS...


EN BREF...


1 Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 10


PORT-AU-PRINCE, 25 Mars
- Des policies tombent chaque semaine
abattus par des inconnus arms.
Les cas sont si nombreux et rdp6t6s
qu'ils ne font d6sormais l'objet que d'un
entrefilet dans la press quotidienne.
D'ofi viennent les assassinats
d'agents de la Police national d'Haiti
(PNH) ?
Aucune investigation n'est venue
apporter la moindre lumiere a ce jour. Ces
meurtres inexpliqu6s durent depuis d6ji
plusieurs mois. De l'assassinat de l'6pouse
d'un commissaire dans le quarter select
de Vivi Mitchell, au garde du corps du
directeur de l'Acad6mie de police tu6 la
semaine dernire en tentant de repousser
des individus qui voulaient enlever son
sup6rieur hi6rarchique.
La police se content d'indiquer
que les malfrats en voulaient plut6t a la
voiture de service, qu'ils ont d'ailleurs
emport6e.

Assassinats en s6rie ! ...
Tout comme aucune explication
n'a jamais &t6 fournie a propos du
meurtre, en meme temps, de deux agents
attaches au service du directeur g6ndral de
l'Administrationportuaire national (APN).
A chaque fois, la police signal que
des dizaines de criminals qui se sont 6vad6s
de la prison central de Port-au-Prince lors
du s6isme de janvier 2010, sont toujours
en liberty .
Or les examples sont trop nombreux
pour les classer tous dans les rubriques
habituelles, soit hold ups ou affaires
personnelles, soit reglements de compete.
N'est-ce pas plut6t une demonstration de ce
qu'il fautbien appeler: assassinats en s6rie !
Si nombreux qu'on ne peut
s'empecher de penser a une veritable
entreprise de d6stabilisation de la police
national.
Or qui peut y avoir int6rtt ?
Deux considerations possibles
soit criminelles, soit politiques.

La drogue ...
La nouvelle police est mieux
form6e. Des experts internationaux y


participent. Son comportement dans les rues
fait plus professionnel qu'autrefois.
La drogue avait rdussi a p6n6trer
profond6ment les rangs de la police
national jusque dans des anndes r6centes.
Tel commissaire ou inspecteur
s'enfuyant spectaculairement du v6hicule
dans lequel il est conduit au Parquet.
Tel autre accuse d'avoir fait
disparaitre un fonctionnaire de banque.
Le commissaire de police des
Gonaives accuse d'implication dans
l'assassinat de sa compagne ...
Ne parlons pas du scandal de
Port-de-Paix en 2009, avec suicides a
l'appui.
Tout cela c'6tait seulement hier.
Mais depuis un certain temps, ces
scandals sont devenus plus rares.
La pegre tente-t-elle actuellement
d'intimider la police national afin d'en
prendre a nouveau le contr6le ?

M ilitaires ou
paramilitaires ? ...
La piste politique elle aussi ne peut
6tre n6glig6e. Selon un article de l'agence
Associated Press paru r6cemment, photos
a l'appui, des camps priv6s d'entrainement
militaire existeraient actuellement dans le
pays.
S'agit-il des m6mes 'militaires
d6mobilises' apr~s la suppression des Forces
armies d'Haiti en 1995 par le president
Jean-Bertrand Aristide, et qui continent a
r6clamer tant6t leur fonds de pension, tant6t
la reconstitution de l'ancienne armne ...
Ou de nouveaux corps militaires ou
paramilitaires forms dans la clandestinit6 ?
Or seule la Police national d'Haiti
(PNH) a le droit de porter des armes. En
dehors de la force onusienne de maintien
de la paix (MINUSTAH).
Qui veut done la disparition de la
PNH ? Et dans quel but ?
Mais le plus curieux c'est la
16geret6 avec laquelle les responsables, y
compris ceux de la PNH, semblent prendre
cette escalade meurtriere dans les rangs de
l'institution.

Haiti en Marche, 25 Mars 2011


La corde semble se reformer


au cou de
(DUVALIER... suite de la lere page)
En effet c'est a chaque fois que
la justice vient frapper a sa porte que l'ex-
dictateur a vie tombe soudain malade.
Une rumeur courait meme ce
week-end qu'il 6tait mort.
Jean Claude Duvalier, 59 ans, dit
B6bD Doc, est retourn inopindment en Haiti
le 16 janvier dernier.
II a &t6 prestement inculp6 pour
d6tournement de plusieurs centaines de
millions entiree 500 et 900 millions) de
dollars de la caisse publique pendant son
rlgne sans partage de 15 ans (1971-1986,
ayant succ6d6 a son pere, Francois 'Papa
Doc'Duvalier) tandis que des plaintes pour
plusieurs cas de crimes centre l'humanite
ont &td d6pos6es au Parquet de la capital,
Port-au-Prince.
Une premiere fois, le mercredi
9 fevrier dernier, l'ex-dictateur pr6textait
d6ji la maladie pour ne pas rdpondre a une
convocation du juge d'instruction.
La semaine demiere, alors qu'une
assignation a residence lui parvenait, B6b6
Doc se trouvait d6ji a l'H6pital du Canap6
vert.
Le proc6d6 est si classique que les
avocats de l'ex-pr6sident ahvie ne se donnent
pas la peine de s'assurer que leur histoire ait
un brin de cr6dibilitW.
Oyez plut6t. Le mercredi 9 fevrier,
Jean-Claude Duvalier - qui seulement
la veille caracolait a Ldogane (sud de la
capital) au milieu d'une foule de partisans


Baby Doc
- 6tait transported l'H6pital St-Landry,
pres de l'6glise Sainte Th6rese, 'frapp6
d'une arthrose cervicale pendant qu'il se
rendait' au cabinet d'instruction ; 'une
maladie extr6mement douloureuse', selon
ses avocats qui poursuivaient: 'Jean-Claude
Duvalier se trouve actuellement dans sa
residence priv6e oui il doit prendre 15 jours
de repos et rester sous medication.'
La semaine derniere, meme
scenario. Baby Doc a &te hospitalis6 pour
'plusieurs problkmes', a annonc6 son
avocat, Reynold Georges, 'il souffre de
l'estomac et a des douleurs au thorax.'
Selon l'ex-colonel Christophe
Dardomprd, un ami de l'ex-dictateur, ce
dernier 'reste hospitalis6 car cela lui permet
de se reposer et de se remettre sur pied.'
Done des explications qui sont
toujours les m6mes. Sans la moindre
variante.

Persecuteurs et persecut !

Le meme jour, un huissier
remettait a l'h6pital meme une assignation
a residence, stipulant que le 'malade' n'a pas
le droit de laisser la capital et aussi qu'il
ne peut recevoir la visit de ses partisans en
dehors d'heures strictement fixes.
Me Reynold Georges dructe.
L'avocat qui ne craint apparemment pas
de commettre un outrage a magistrate, traite
l'assignation de 'fatras'.
(DUVALIER/ p. 13)


Meurtres inexpliques


de policies


Page 2


Hai'tien condamne pour viol a r6p6tition d'une fillette de 9 ans
qui 5 ans plus tard tombe enceinte
Un Haitien condamnd a la prison a perp6tuit6 a Palm Beach (Floride).
Pendant cinq ans, il a eu des relations sexuelles avec une fillette Ag6e au debut de 9 ans
jusqu'a ce que celle-ci tombit enceinte.
Le pere de la petite fille a d6couvert que celle-ci 6tait enceinte, lors d'une visit
m6dicale. N'en croyant pas ses oreilles, il a faith venir la justice et apres un long
interrogatoire, la petite fille finalement avoua qui 6tait le pere de l'enfant. L'homme,
r6pondant au nom de Fede DATILUS, la battait pour la forcer a coucher avec lui.
L'enfant n'osait rien dire a son pere, craignant qu'il ne la renvoie en Haiti.
Le b6b6 est nd sans problkme. Quant a Fede DATILUS, il est en train de purger sa
peine de detention a vie.
Cela s'est passed Lantana, dans l'6tat de Floride.

Intronisation du nouvel Archeveque de Port-au-Prince,
Monseigneur Guire Poulard
La c6r6monie s'est d6roulde le samedi 26 Mars sur les rines de la Cath6drale de
Port-au-Prince d6truite par le s6isme du 12 janvier 2010. Le nouvel archev6que
m6tropolitain de Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard, a appelk les Haitiens a contribuer
a la reconstruction de l'Eglise d'Haiti et ne pas laisser cette tiche uniquement aux
strangers. En m6me temps que l'intronisation de l'archev6que a eu lieu l'ordination
de l'Ev6que auxiliaire, Mgr Glandas Marie Eric Toussaint devant plusieurs milliers
de fiddles, des religieux et des personnalit6s r6unis dans une atmosphere de f6te et de
recueillement sur les rines de l'ancienne cath6drale.
< notre pays, nous devons d'abord miser sur nos propres forces>>, a martelk sous des
acclamations le pr6lat apres avoir salu F'action humanitaire de la communaut6
international au lendemain du s6isme ddvastateur de janvier 2010 qui a faith environ
300.000 morts et andanti l'essentiel des infrastructures de l'6glise catholique dans la
capital.

Violence : Un policies assassin
P-au-P, 23 mars 2011 [AlterPresse]--- Le policies Gervais Jean Wilgens, agent 4,
allonge la liste des agents tuds par des bandits arms ces deniers temps, notamment a
la capital.
Accompagnant le directeur g6ndral de l'Ecole de police, Jean Migu6lite Maxim6, qui
rentrait chez lui, le policies Wilgens a &te abattu par des bandits a Santo (p6riph6rie
nord), dans la soiree du 22 mars aux environs de 7 :45 (heure locale), a appris
AlterPresse.
Le porte-parole adjoint de l'institution policiere, Garry Desrosiers, a indiqu6 a la press
que << les bandits voulaient s'emparer du v6hicule dans lequel se trouvaient l'inspecteur
de police et l'agent 4 qui l'accompagnait >>.
Garry Desrosiers informe que, pour le moment, l'inspecteur g6ndral, Jean Migu6lite
Maxim6, qui a &te 6pargn6 de justesse, se porte bien, quoiqu'il soit moralement affect.
Son garde du corps, le policies Gervais Jean Wilgens, a &t tu6 par les malfaiteurs.
Le porte-parole de la police announce qu'une enqu6te est ouverte.

Elections : 7 jours apres le scrutiny du 20 Mars, on attend
encore les r6sultats
Une semaine apres le deuxieme tour des elections pr6sidentielle et 16gislatives, on
en attend toujours les r6sultats. Le Conseil electoral les a promise pour au plus tard le
31 mars. Mais ce ne seront que des r6sultats prdliminaires, devant permettre a ceux
voulant lever des contestations de le faire.
Jusqu'a dimanche 300 proces verbaux pour la pr6sidentielle, 140 pour les s6nateurs
et 195 pour les d6put6s n'avaient toujours pas &td recus au Centre de tabulation. On
ignore tout de ces documents.
Les operations de comptabilisation ne sont pas encore lances. Les op6rateurs et les
technicians continent la saisine des procds verbaux.
Jusqu'a samedi, moins de 4.000 PV avaient &te analysis. 7.000 6taient toujours en
traitement tandis qu'un nombre ind6termind 6tait mis en quarantine pour des analyses
plus fouill6es par des juristes.

Nouveau Commandant de la force de la MINUSTAH
Le Secr6taire g6ndral de 1'ONU a nommd le G6ndral Luiz Edouard Ramos Pereira.
I1 replace a ce poste le G6ndral Luiz Guilhermo Paul Cruz. Tous deux sont de
nationality brdsilienne.
Le g6ndral Luiz Eduardo Ramos Pereira est entree dans l'arm6e brdsilienne en Janvier
1976. Officer d'infanterie ds janvier 1979, il a occupy de nombreux postes de
responsabilit6, dit une note de la MINUSTAH. II a une experience du commandement
et de l'encadrement de troupes au sein de l'armde brdsilienne, ainsi que come
instructeur a l'Acad6mie militaire du Bresil.

Jean Claude Duvalier toujours a l'h6pital
Hospitalis6 mercredi dernier 23 mars, l'ancien dictateur souffrait de 'douleurs
cardiaques.' Le m6decin soignant, Docteur G6rard Pierre, n'a pas voulu donner des
pr6cisions sur le cas mais a d6cid6 de garder le patient en observation.
Le jour m6me de son hospitalisation, Baby Doc avait requ une attestation le
contraignant a ne pas laisser la capital et restreignant le nombre de parents et d'amis a
pouvoir le visiter, fixant ses visits a des heures bien d6termindes.
Conduit a l'h6pital, Jean Claude Duvalier a vu s'installer devant sa porte des policies
pour garder la chambre.

Menace de crise social apres l'augmentation des prix des
products p6troliers ...
La hausse des prix des products p6troliers va certainement entrainer une augmentation
des prix des products de premiere n6cessit6. D6jh vendredi a l'annonce de
1 augmentation des
prix de l'essence,
les chauffeurs de
transport en common . g . � r ,
avaient commence( -
protester, annonqant
une grave pour
le lundi 28 mars.
I1 faut dire que -
les passagers . "
refusent de payer
l'augmentation du
prix de la course.
Des responsables ,
de deux syndicats ..
de transporteurs Le centre ville de Port-au-Prince vidd totalement ce lundi 28 mars
condamnent par une grave des transports en commun (photo Harti en Marche)
la decision (EN BREF / p. 14)


- - . - - - - - - - - - - x xx Ix - - - - - 1 -





Mercredi 30 Mars 2011 Page 3
Haiti en Marche .VolXXV * N� 10 L'ACTUALITE EN MARCH Page3


Michele Montas ne porte pas plainte LEVE EMENSOMMAIRE
Le choc du 20 Mars ! p.1
centre Aristide ANALYSE
ontre A ristide AQue vaut la politique dans une soci&te sans rep&res ?
p.1
Mercredi, 23 Aars 2011, HPN JUSTICE
La joumaliste Michble d6ment avoir port plainte La corde se resserre au cou de Baby Doc p.1
centre l'ex-pr6sident Jean-Bertrand Aristide, de retour en Interdiction pour l'ancien dictateur de sortir de la
Haiti depuis vendredi dernier, comme le fait croire une rumeur capital p. 14
circulant sur l'Intemet. Unasur: P6tition pourjuger Duvalier pp.6&7
<< C'est faux,je n'ai pas port plainte contre Aristide, 1Michble Montas n'a pas port plainte contre Aristide
je ne sais pas d'oi provient cette information si c'en est une>, p.3
a d6clard A la radio la veuve de Jean Dominique don't le mari " iiiii POUVOIR
a &td assassin le 3 avril 2000 dans des circonstances jamais : 'interr:gne ! p.1
6lucid6esjusqu'ici. ..* RELIGION
< pas &td v6rifi6e etje ne sais pas l'intention qui est derrire i >, i1&2
ACTUALITES
a ajout6 Michele Montasa. - g Menace de crise social aprds la hausse des prix du
Michele Montas a depose une plainte contre l'ex- fuel p.2
president Jean-Claude Duvalier apres le retour de l'ancien Les rsultats du second tour attends mercredi 30 mars
dictateur en Haiti le 16 janvier dernier. pp.2&4
Lajoumaliste indique cependant qu'elle va continue SECURITE
A se battre pour obtenir justice pour son mari tomb6 sous des .i Meurtres inexpliqu6s de policies ( ?) p.2
balles assassines, il y a 11 ans, le 3 avril. La joumaliste Michele Montas (HPN) ECONOMIE
Rapport de la BID sur Haiti : pauvret6 et stagnation
p.3
Baby D " hos ialis ARTS & LETTRES
Une quinzaine de la Francophonie commemoree en
Haiti p.8
Reuters, 24/03/2011 de corruption, torture et crimes contre l'humanit6 commis D6ces de Liz Taylor p.8
L'ex-pr6sident haitien Jean-Claude Duvalier, alias lorsqu'il 6tait au pouvoir, de 1971 A 1986. Lavi ak lanm6 k6tak6t nan F6-Dimanch p.15
"Baby Doc", a &te hospitalis6 mercredi A Port-au-Prince, a Duvalier est en outre accuse d'avoir accumuld une LIBRE PENSER
annonc6 son avocat. II a plusieurs problkmes. Il souffre de fortune value entire 200 et 600 millions d'euros en d6toumant << Num6rophobie >> p.12
l'estomac et a des douleurs au thorax. Cela fait plusieurs les fonds publics pendant sa pr6sidence. D6but f6vrier, les FRANCE-POLITIOUE
jours qu'il a mal comme qa", a d6clard A Reuters son avocat autorit6s suisses avaient fait part de leur intention d'ourvir Les difficulties du parti majoritaire A droite comme A
Renaud Georges. une procedure de confiscation de ses avoirs. Haiti attend la gauche p.12
"I1 reste hospitalis6 car cela lui permet de se reposer semaine prochaine les r6sultats du second tour de l'dlection HAITI-ECOLOGIE
et de se remettre sur pied. Ca devrait aller", a confi6 l'un de prdsidentielle qui a oppose dimanche dernier Michel Martelly Le toumant p.13
ses proches, l'ancien colonel Christophe Dardompr6. A Mirlande Manigat.
Jean-Claude Duvalier, 59 ans, est rentr6 A Haiti le 16



Rapport de la BID

sur Haiti : pauvrete

et stagnation t

(Haiti-Libre) Dans un rapport (2010 Development
Effectiveness Overview) qui explique comment la Banque
Interam6ricaine de D6veloppement (BID) conqoit ses projects,
measure leurs r6sultats, et value leur << alignment >> avec les
besoins des pays, un chapitre complete est consacr6 A la r6ponse
de la BID face au tremblement de terre dejanvier 2010 en Haiti.
Le rapport note qu'Haiti aura besoin d'un << saut
quantique > pour surmonter sa pauvret6 et la stagnation. Aprbs
une croissance plus lente que le rest des pays d'Amdrique
latine et des Caraibes, surtout pendant les dix dernires
anndes, Haiti a &tC frapp6e par des ouragans majeurs en 2008
et le tremblement de terre de 2010 qui a tu6 environ 250,000
personnel et qui a laiss6 sa capital, Port-au -Prince, en mines.
<< Sans un changement majeur dans les tendances de
croissance, Haiti sera A la traine tandis que le rest de la region
deviendrait plus prospre >> ajoute le rapport. << La Banque
consacre des resources substantielles pour aider A reconstruire
une meilleure Haiti et 6viter la stagnation >>
Dans son rapport la BID d6crit l'ampleur du d6fi pose
par le s6isme, qui a exacerb6 les conditions d6ji d6sastreuse
du pays, causant plus de 8 milliards de dollars en dommages |
et pertes, soit l'6quivalent de 120 pour cent de son product '
int6rieur brut (PIB).
Aprds avoir r6sum6 la r6ponse international au sort
d'Haiti, le rapport examine plus en profondeur la r6ponse
immediate de la BID et les engagements A long terme pour aider
le pays A se reliever de l'une des pires catastrophes naturelles
de l'histoire.
En Mars 2010, le Conseil des gouverneurs de la BID
a accept d'annuler la dette en course en Haiti (484 millions de
dollars) et de convertir les soldes non d6caiss6s du prt (144
millions de dollars) en subventions. En outre, les gouverneurs
ont d6cid6 de finance l'octroi de dons pour Haiti avec un
transfer de 200 millions de dollars qui doit 6tre approuv6
chaque annde, jusqu'en 2020, fournissant A la Banque une
occasion de planifier des actions A long terme en faveur de la
reconstruction d'Haiti.
La BID se concentre sur les six domaines prioritaires
du Plan d'Action Gouvernemental pour le R6tablissement
National et le Ddveloppement d'Haiti : l'6ducation, l'eau
et assainissement, le transports, l'6nergie, l'agriculture et le En cerle mison e ete.. $ penSes se tourneni
d6veloppement du secteur priv6. La Banque pr6voit d'investir special de men verS croliMc ie vs d ie vo disons IMeli
des centaines de millions de dollars dans chacun de ces secteurs Merde vre i de e utien I
au course des cinq prochaines anndes, avec une attention
particulikre au enforcement de la capacity institutionnelle des C'esl de loi1 cce quJe nous vOn souhailo.ns
organisms du secteur public hantien. un JOy-ux 1Nci 2010 ei urIe Meileug e Anide 201 1,
Par example, la BID apporte son soutien A une riforme
visant g 61argir l'accbs A une education gratuite et de quality en
Haiti. La Banque s'est engage A fournir 250 millions de dollars I
en subventions et de recueillir une some supplkmentaire UNIBANK
de 250 millions de dollars en co-financement pour ce plan "J r
ambitieux. En plus de fournir des resources pour construire des
&coles publiques rdsistantes aux ouragans et aux tremblements tsiins r tr rnentr
de terre, la BID aidera le Ministre de l'Education A acqudrir
les compdtences ndcessaires pour supervisor le systbme scolaire
finance publiquement.






UNE ANALYSE


SMercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 10


(ELECTIONS... suite de la lre page)
duvali6ristes. Et qualifies par une certain press 6trang&re
de 'populisme de droite'.
Mais l'id6ologie ne semble plus jouer un rble
determinant dans la vie politique haitienne. Du moins depuis
la chute du regime Duvalier qui voyait en chaque adversaire
un communiste marxiste l16niste maoiste terroriste'
Et on ose esp6rer que, quelle que soient les relations
duvali6ristes d'un nouvel l6u, ce ne sera plus jamais comme
avant. Mais enfin, restons les yeux grand ouverts.
Non l'iddologie ne fait plus autant
recette qu'autrefois, surtout depuis la chute du
bloc sovi6tique qui a mis un term A la lutte
iddologique sous sa forme traditionnelle.
La lutte des classes dans le sens
marxiste n'est aujourd'hui plus qu'un �
discours iddologique pour faire mousser les
manifestations estudiantines mais sans rapport
concrete avec la r6alit6 sur le terrain.
Ce qui ne signifie pas que la lutte des
classes n'existe plus. Il y a nuance. Oui c'est
plus nuance. Comme dans le ph6nombne don't
on parle.
Mais en dehors de quelques rares
categories de citoyens (non les intellectuals
et les artistes comme autrefois mais plut6t
aujourd'hui des petits groups de travailleurs
sociaux en contact direct avec la dure ralit6 des
plus d6munis), peu se soucient v6ritablement
de fid&lit6 iddologique dans leurs choix ou
calculs politiques ou 6conomiques.
Qu'est-ce qui fait alors tellement peur
dans un 6ventuel president 'tbt kale' ?
Le personnage ?
Ne venez pas nous parler de morality.
En Haiti plus que partout ailleurs, le scandal
depuis longtemps ne tue personnel. Comme on Atmosphere
dit, qui oserait jeter la premiere pierre ? pour
Le comportement anti-intellectuel
affich6 par Michel Martelly, surtout au d6but de sa champagne ?
Ou plut6t : son c6t6je sais tout sans avoir rien appris ?
Etjet6 avec une arrogance d6sarmante au visage du fin (ou de
la fine) lettr6-e ?
Mais rappelez-vous le dicton : 'pale franse pa di
lespri' !
Or c'est l1 tout le secret de la popularity qu'il rencontre
chez une nouvelle g6ndration (vingt A vingt-cinq ans, qui
sont presque la moiti6 de la population, notamment dans les
quarters pauvres) et une g6ndration qui n'apprend presque plus
rien sur les bancs de nos 6coles-borlette mais tout sur les sites
Internet fr6quent6s 24 heures sur 24 dans un pays qui n'offre
aucune autre alternative que cela : le virtual, littralement le
non-rdel ou la non-rdalitW, mais d6ji pour nous une autre forme
de r6alit6, une r6alit6 autre !
Pour &tre plus precis, une generation qui tourne le dos
par la force des choses a la rnalitd. Aune rualite faite de ce que
vous savez. En quelque sorte le s6isme et ses consequences
sont aussi responsables dudit ph6nombne.
Ainsi peut-on commencer petit A petit A mieux cerner
ce dernier.
Qu'est-ce done qui nous fait tellement peur ? Ce
n'est pas tant le fait qu'une certain droite, qui plus est pro-
duvali6riste, y occupe les premieres ranges, ou que le future
Olu 6ventuel refuse de trahir ses origins sulfureuses, son image
de travell' de carnival qui revient ces jours-ci sur tous les


Le choc du 20 mars !


sites Internet mais pas forc6ment A son d6savantage car cela
fait parties aussi du c6t6 non conformiste qui fait le succes
de sa champagne aupris de cet 6lectorat-cible (oui, c'est plus
compliqu6 que l'on ne pense), non, le choc c'estjustement cette
image anti-establishment qui est projet6e. C'est la menace que
cela fait peser aussi bien sur la classes politique que sur tout
le systeme biti autour de cette politique. Ce qu'on appelle le
statu quo.
Or cette peur n'est pas fondue. Au contraire c'est 1A
que la contradiction 6clate. Le candidate ayant dfi d6ji faire


lourde de suspense 6 la veille du 31 mars qui est la date fixee par le conseil electoral
oommuniquer les rdsultats dits prdliminaires du second tour de la prdsidentielle
entire Mirlande Manigat etMichel Martelly (photo Haiti en Marche)

appel A cette meme classes politique et au meme systbme minoritW de


dans les coulisses.
Or, tenez-vous bien, le people qui a vot6 't&t kale' le
dimanche 20 mars could ne le voit peut-6tre pas de la meme
facon.
Peut-6tre que l'dlecteur de Michel 'Sweet Micky'
Martelly considbre le 'changement' (qui est le theme de
ralliement de sa champagne) comme quelque chose devant aller
plus profond6ment.
D'ailleurs le terme populisme pro-duvali6riste est un
non sens puisque le duvali6risme c'est l'exploitation du people
qui l'a principalement caract6ris6.
Il y a done 1 un nouveau champ
d'analyse politique (socio-politique) A
explorer. Hl6as, l'imagination n'est pas tout A
fait au rendez-vous. Ni la s6r6nit6 n6cessaire.
Il y a l aussi un certain d6marquage
du Lavalas. Le Lavalas du d6but s'inspirait
d'un ideal : dignity. Dignity meme dans la
pauvret6.
Tandis que le phenombne 'tbt kale',
du moins il nous semble, s'articule autour d'un
autre ideal ou pr6sum6 tel : le succ&s.
Le candidate doit pouvoir (ou savoir)
projeterune image de r6ussite. Qui mieux alors
qu'un Wyclef Jean ! Oui, il existe une issue,
une voie de sortie A la misbre sordide d'un pays
sans d6bouch6, sans alternative, sans devenir!
Une telle champagne s'alimente done
aussi directement dans la vie des stars qui
s'6tale sur les sites Internet et sur nos (trop)
nombreuses chaines de t6ldvision dans la
capital haitienne. Bref nous avons cree le
monstre qui nous fait actuellement tellement
peur.


VoilA done qui est autrement plus
complex que nos bonnes vieilles campagnes
dlectorales A coups de tafia et de bouillons
populaires.
Pour finir, en mmme temps qu'une
nantis s'attend A en profiter pour arriver ou


d6nonc6s dans sa champagne. Haiti ne possede pas de campus pour retourner 6ventuellement au pouvoir, mais la rue qui le
universitaires ni de groups de r6flexion ('think tanks') concede ce pouvoir, est-ce qu'on lui a demand son avis ?
capable de nourrir une alternative au statu quo, m6me si tous Un tel movement surgissant litt6ralement du
par ailleurs en reconnaissent les limits, pour ne pas dire l'6chec macadam, come unejeune pousse au milieu du desert, comme
total. 'la grenade dans la main d'un enfant' (Dany Laferribre) mais
Done ce qui fait peur ce n'est pas tant un changement sans un leadership organism A sa t6te et pour le traduire au
de systbme en soi que lacrainte d'un chambardement. Unvaste plan institutionnel, c'est d'autant plus dangereux parce que
changement de personnel. Mais du genre plus qa change, plus au-delA aussi de tout ce que notre imagination peut aujourd'hui
c'est la m6me chose. concevoir.
Par example, quand Duvalier est arrive au pouvoir en Plus loin certainement que les preoccupations some


1957.


Ou Lavalas, en 1991 !
Aujourd'hui encore, beaucoup attendentprobablement


toute banales qui semblent tant nous agiter depuis le dimanche
20 mars !
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Le processus de tabulation progress

P-au-P, 23 Mars 2011 [AlterPresse] --- Le processus de M6dias.
tabulationdes procesverbaux(PV) progress et aufur et measure L'observateur note que certain proces verbaux
des irr6gularit6s sont relev6es dans certain d'entre eux, indique pr6sentent des irr6gularit6s. Par example ils sont arrives au
Papillon Jean Marie, un observateur du Comit6 d'Initiative CTV < avec des ratures >>. Il croit que ces derniers seront mis
pour la defense des droits de l'homme (CODDHIOG) accr6dit6 A l'dcart.
au Centre de Tabulation des "
Votes (CTV).
<< Tout march A


Le Centre de tabulation oi se font la saisie des proc s verbaux et la comptabilisation des votes
(photo Robenson Eugene/HENM)


Explore your oplioni, Hassle free shipping
for the holidays.
hu Ihr. ,i A-Cgo Ftiu a cm ,nn. n.cr E. U S. .. ' "
ih a1'rdlb -n . Mmlc, .h A cnlrjl I rur
mru K NxNn Y I ll -g"
P icup Imckl *vwi wlb anywhere wN : Vn' rK;-ani . 1-1.
S:ar - Bc e E Jr FL l rMl FL I lia.
a Ouc4o, B60C , Pv I Tira nin lriw (. i'J ' i L5& '1, 'N')I


* AGr CJor ~ wvie F w o Rn uKao
S.a44up your AcIaurId www urlri.com


*rtrl I.


!L re ,t.tw A I hL I- trTrD-


.........l. .. * I - J . ..t .-a F.Js L ... - a I..W C- *-. %,A *' -
'-M.-

*UCWHI~P~ 3)iEhp) Sa]~~ C~


grand pas et je souhaiterais
que les r6sultats soient prets
avant le 31 mars >>, affirme
Papillon Jean Marie, qui a
&td interrog6 par une 6quipe
d'AlterPresse et d'Acces-


Le CTV a d6ji requ 97% des proces verbaux don't
35% ont d6ji subi un traitement, informed le Conseil Electoral
Provisoire (CEP)
Plus de la moiti6 des proces verbaux, soit 16 mille
159, sont en course de traitement. 695 sont encore attendus au


(TABULATION / p. 5)


Pt Plus Bakery, Inc.4
NATURAL a.. JuIe S


I -


163 NE; Zrd A
Mirt. FL 33160
Tel. 305-394-6118


Caing Spedawi
Cak ,c Pasrlt, Hom dOn.wr
for el accaRior


Page 4





Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 10


DE L'ACTUALITE


Que vaut la politique dans une society sans reperes !


(ELECTIONS... suite de la lere page)
Et quand un nouveau venu tombe du ciel, un outsider,
un franc tireur, aussit6t haro sur le baudet : on s'empresse de
l'enfermer dans une case a part et toujours la meme : populisme.
Bref, de le mettre a l'index.
Or ce n'est pas le cas partout. A l'universit6 Harvard
(Massachusetts, USA) il existe des classes de formation de
politician. 'The making of a politician.'
Mais plus important, les soci6t6s avanc6es ont su
se doter des moyens d'6tudier constamment la r6alit6 socio-
politique de leur pays.
Ce sont des course universitaires au
stade master ou doctorate. " I
Ce sont des groups de r6flexion, les
fameux 'think tanks' ou machines a penser, qui
sont finances soit par de grandes institutions
nationals, soit par le big business. C'est a eux
que Wall Street s'adresse d'abord lorsqu'il
veut concocter une strat6gie destinde a faire
barrage aux politiques du president Obama ,
pour rogner sur les dividends monstrueux
des CEO grandss patrons).
Mais sur un plan plus large, ce sont
les multiples travaux de recherches mends
a longueur d'annde sous le patronage aussi
bien d'institutions publiques ou priv6es que
d'organisations dans toutes les branches de
la soci6t6 : social, commerce, production,
administration, religion etc. Pas un domaine,
pas un investissement n'est r6alis6 sans des
recherches pr6alables. Sans des 6tudes de
terrain.
Voire la politique proprement dite qui
est suppose r6gler, sinon organiser l'avenir
du pays entier. Al
entire les
L'incommunicabilite ...en compagni
Ces memes grands pays menent aussi
des recherches chez nous en Haiti. Mais pour
leur propre compete.
Et en Haiti meme ?
Eh bien, la situation actuelle, cette espece de blocage
ou plut6t d'incommunicabilitd ou l'on se retrouve au lendemain
du second tour des presidentielles du 20 mars, est la preuve


(FICTION... suite de la lere page)
Un autre policies a &te abattu par des bandits cette
semaine alors qu'il tentait de d6fendre son sup6rieur, le directeur
de l'Acad6mie de police, d'une tentative d'enlkvement.
Pas une semaine sans que un ou plusieurs agents de
la police national ne soient occis par des inconnus organisms
en gangs. Crime organism ( ?).
Pas un indice, pas une piste, pas un r6sultat d'enquete
communique aux points de press hebdomadaires de la police.
Ni de la Minustah.
C'est le temps ou tout disparait au fond des tiroirs.
Des oubliettes. Les oubliettes de l'histoire. Sans histoires, que
les grands titres au journal du matin.
L'interregne autrefois c'6tait les valises d'or ou de
devises 6trangeres qui prenaient hdtivement la direction soit
des banques helv6tiques, soit de la frontibre avec la rdpublique
voisine.
C'est Septimus Rameau, le neveu du president
Domingue, laissant tomber des Carolus gros comme qa en
sautant dans un bateau en direction de Kingston (Jamaique)
qui 6tait en ce temps-la la plateforme international des exilds
haitiens. Un Casablanca de la Caraibe.
C'est plus prbs de nous un ancien fonctionnaire des
Affaires 6trangeres se baladant sans adresse fixe a l'adroport
de Miami avec une valise contenant 1 million de dollars en
cash.
Ou deux ans plus t6t un ministry des finances


entire mille que nous ne disposons d'aucune donnde scientifique
capable de nous 6clairer sur l'dvolution de la r6alit6 haitienne.
Nous voici r6duits a juger a vue de nez, selon les
m6mes vieux cliches 'mathusal6ens', ant6diluviens. Bref la
rue d'un c6td. Les elites de l'autre. Toujours au bord du clash.
De la catastrophe. Du 'big one'.
Nous venons a peine de d6couvrir la technologies
des sondages qui est la forme la plus courante de ces 6tudes
de terrain.
Du fait que leur usage ne soit pas encore suffisamment







A.


.4













atnriels de lecture offers par Cuba a Haiti dans le cadre de la cooperation
deux pays reprisentOs par leurs ambassadeurs Ricardo Napoles etJean
e de la ministry haitienne Marie Laurence Lassegue et la Directrice nation
Emmelie Prophete (photo Haiti en Marche)

vulgaris6 (cantonn6 pour le moment aux campagnes 6lectorales
et au marketing commercial), leur cr6dibilit6 reste encore
assez relative.
Oui, des recherches sont mendes en Haiti, mais
rarement par des chercheurs haitiens. Et quand c'est le cas,


L'interregne !
s'enfuyant par la frontiere, la bride sur le cou, en laissant
derribre lui, comme Le Petit Poucet, des liasses de billets de
100 dollars amdricains.
Ah l'interregne, c'est done la p6riode la plus
redoutable pour les finances publiques.
Et la plus juteuse pour les promoters immobiliers -
de Miami Beach (Floride) a Neuilly, le quarter le plus chic de
Paris - ayant leurs antennes bien places en Haiti.
Bizarrement c'est au moment des gouvernements
sortants que l'administration se met a embaucher a tours de
bras car il y a les derniers partisans a classer du fait que le future
gouverement a aussi les siens qui ruent dans les brancards.
On aboutit d&s les premier mois de la nouvelle
administration a des montagnes d'arri6rds de salaires qui
viennent s'ajouter a ceux d'avant. Ceux de toujours. Pour
toujours.
L'interrlgne le plus grand d6fi a labonne governance.
Mais plus regrettablement encore, c'est aussi le temps
des reglements de compete en sdrie. Pas le temps d'une enquete.
Gare seulement a ne pas vous retrouver au plus mauvais
moment au plus mauvais endroit.
Comme le gang a motos (3 motos, 6 tireurs) qui a fait
un carnage vendredi apres-midi en face de la Fac de m6decine
de Port-au-Prince : 2 morts et plus d'une dizaine de bless6s.
De plus les enquites sont assures de ne pas aller plus


Le processus de tabulation progress

(TABULATION... suite de la page 4) de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d'Haiti
(Minustah).


Centre de Tabulation. La totality des proces verbaux est estimbe
a 25 935, selon l'institution 6lectorale.
La tabulation consiste essentiellement en 3 tapes, le
d6pouillement qui est un contr6le de la quality des PV, ensuite
l'enregistrement des donndes et la saisie g6ndrale.
Au centre, on remarque desjeunes femmes et hommes
qui assurent les diff6rentes tapes. Ils portent des gilets rouges
ou bleus. Ils sont assists des accompagnateurs qui leur
apportent les documents sur lesquels ils doivent travailler.
On constate 6galement la presence de plusieurs agents


Les operations de tabulation ont d6but6 le lundi
21 mars sous haute surveillance de la mission conjointe
d'observation OEA/CARICOM (MOEC) et des repr6sentants
des deux candidates a la pr6sidence, aprls le scrutiny prsidentiel
et 16gislatif du 20 mars.
Le CEP devrait publier des r6sultats prdliminaires le
31 mars au plus tard. En attendant, chaque candidate se proclame
vainqueur. Les r6sultats sont attendus dans le came, mais avec
impatience.


elles sont pour le compete de gouvernements strangers ou
d'institutions ext6rieures.
Cependant de plus en plus de chercheurs (et
chercheuses) d'autres pays choisissent Haiti comme sujet de
theses. Que devient tout ce travail ? Allez savoir.
Nos seules r6f6rences remontent a plus d'un demi-
siecle. Qui ne connait Le Paysan Haitien du professeur Paul
Moral (un franqais) ...

Comme nos arrieres grands parents ...
Ce n'est pas que nos intellectuals
ne soient pas sensibles aux problkmes de
leur pays. L'oeuvre d'un Frank6tienne en dit
long sur l'dvolution non seulement de notre
langue maternelle mais aussi un brassage de
population comme par la force des choses, qui
met face a face dans un appartement miteux
New York l'intellectuel raffind mais paup6ris6
et le parfait paysan 6gard dans la plus grande
ville du monde.
. Mais le monde aujourd'hui va trop
vite pour que nous puissions en maitriser les
rouages par la simple lecture, comme nos
arrieres grands parents, des romans de Justin
Lhdrisson (1873-1907). Comme ceux de Zola
(L'Assommoir, Germinal) ouvrirent les yeux a
la France de la m6me 6poque (fin 19e siecle).
Ou de Marie Chauvet (1916-1973). Ou m6me
'Vers le Sud' de Dany Laferribre port6 au
cinema), la jeunesse prostituant sajeunesse,
:. une premiere tape de cette descent aux
enfers jusqu'au ph6nombne 'tbt kal' !
Ce n'est pas tout de d6sirer le
'changement.' II faut en avoir les moyens.
Mais ce n'est pas tout non plus de vouloir y
Gendus, fire obstacle, pour une raison ou une autre
nale du livre, ... quand on n'a plus rien a mettre a la place !
Quand on est soi-m6me dans le noir
le plus total. Quand on est dans une ignorance
encore plus definitive du terrain (autrement dit, du pays reel)
que ceux qu'on se charge de mener.
Faute d'utiliser les moyens pourtant a notre port6e.

M\lodie 103.3 FM, Port-au-Prince


loin qu'un simple proces verbal. Les fonctionnaires ont autre
chose a faire. Courir les rencontres avec les futurs dirigeants.
Et une liste cette fois deux fois plus longue, puisque les deux
camps sont en train de crier victoire.
L'interregne ou quand l'Etat est totalement aux
abonn6s absents.
Et si le chef de l'Etat d6cidait lui aussi de rester
chez lui, comme un Achille boudeur se retirant sous sa tente
(sa tente, tiens, vous avez pens6 a en garder une de c6t6 vous
aussi), alors ?
Alors c'est un signe aussi que l'interregne sera chaud.
Attachez vos ceintures. Le temps est l'orage.
Vous avez remarqu6 !
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince











" ' ii











TOLL FREE, 1 -88a-383-2856
OR. 3 5- 20 - 300
FAX . 3 5 -6 2 0 -5332
CELL. 305- 583-88a 1


Page 5


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH
Noa Dana le ca d'un abonnsment
ALdru as avec livrmaon, I coODtr eo I*e uble,
Priare de ip&ciMfr sI vous 6t1
un nouvel abonn6
ou m'I 'uglt d'un renouvelement
mIt _lGdM 200.00 Gde_ 520.00
Etels In -- U S 40- - US 4000 U 78.00 Nouvisu Rouvnll__nt
Crim_ _ US $ 42.00 US $ 8 0.00
Europe US 70.00 US$ $135.00 [
AmArtque Latlne US $ 70.00 US $ 135.00





SOUR JUGER DUVALIER Mercredi 30 Mars 2011
Page6 POUR JUGER DUVALIER Haiti en Marche � VolXXV � N' 10

UNION DES NATIONS SUDAMERICAINES

SECRETARIAT TECHNIQUE UNASUR HAITI

Cette nouvelle publication de la declaration d'appui ti lajustice haitienne
par rapport au proces Duvalier comporte 500 signatures de personnel individuelles ou des representantes d'organisations
diverse provenant de nombreux secteurs professionnels et sociaux habitant dans des different regions du monde

PRO('ES DLUVALIER : DECLARATION D'APPII P\\ OSE DLUVALIER: DEKLARASYON SIPO
. LA JliSTIC'E HAITIENNE POl L.AJISTIS PE-I D.A\ITI

N~OLI. O SII.'l.'I -. Il OI I c .' it IIItltcltl O did d%: l ifcllt I[Il'[\dil 1 OiIc. '\lii'll OII' NOlI tout k i l.\'n iilnba dokiman .a a . �c no iin ak c'n~ltitis onll ki I ll oti na ldit.'ian k\\' c'ii
Rnot oic pMitt rclnlc apUNiiil al\ c RffOrlt d rcp e l\ us parl I nneltl tiC haticnntc e i k l Cl. nr10111 Li lll n IalnsOIia. ienl Ioii L a i l b L\ tout Zarallgot Ilexl 0 fl IcOt Ieu ii Glaltl ' al Dan it ap fc I.ril
d IsI. lo _ln \ cs \i ol rltliO d sitk dlc Otd i tl. ill imal'n cO'lllhllIc' e onil Ia d ict ti'i dc J.' cnni cn clkc l nto t \ \oIt\ io dh\1a Ioin ki t:c J t panlai diktati J l C lati
Clanik DNLi\ Nalici. c iI tl' i ac.' nctliollll. 't iIani O.'StO iinolt 't'ii., a soi d rt i Da n\ al i a. to ntl liia ak pia sanks\ oii ko t \ O. n a p i niap i. ' t oult solldidanrt
a\l'c l \ I ctllll%.' d%: citt ' dc tac tllc q tLl ~l L ta'lO t ilr I 'll%.iiti' ':Icriclct llll\is l LLc. oiic k \ a ikiinii dikati a a ki t' to lu i n.'r ll.' Ic lc iI\ll ccI \l \olIa\ n ki ,I.' 't pandaii
h\ Iolti' ciOi ll lI~.o' i 1i l Cc.' i .'-2l�c i .' CO I' ltitilc'llt di' cr Ill . lll.c' o C I .' Ih ic lllllmni'. d:c I c'i n a a s.' kiim ko It imanit'. akoz Inati .'iipwi'kliti \o R '|: i 'cnpmnitci nIn ka
palr kIcm lr tilla lll'pc l'lClptiblc Lc i'''i dc l ImipIlti. ' dlan c ca s t . ' n ' 'lC Sa \o 0 0 \o in ckzilaii' kc dh\ a c ntll lia \oni l ak kon\ an, ipibi lik S' | ioll u a ii ap fc
Clam i i dli dr i-lit lt iIl'n'lltiola l '%t i la i COIIa Cl.'lIC%.' i pLbiiililC c ("c%. I)(11 lI ( 111 1 | OOIIU.' ii L.'ln \\c l. \ .'atl. '.IStiS nk ial:paiai u\oii s.' koildi \oii l cliidilpaliLab ipolu ko iit\\ i
iappkx'loll� q It la I i.lloi c aIoa.'. l c \ .'I'c.'. Ia I taiSICc ci Ia i'.'l)latl I s t I ilL d cs coIdii liia \ o 1L'ta anliba i:\la.cabii.'\ lh\ .i dh\o ii kiaokr ala\ anls ak ri\ c solu cl i ilLmc dc'\ lopinaii
diiliplc'lsab'pls u1).0111 cOIStltiil' I Etat dc drioi t. ctabilii ll' dcllnloclaticl a' alnc ,cc ct I moiin ak dc'\ lopiliina ki diiab c ki sc oblcktif' p p a\ .i\ .'ii all. ki tcliian pasoL tia\
anrl\ c'l% I di '\ c'lo|ll|'lllc'c ll IiLiiiiaii %' il iablc. r oblcctIfs all\qiLc'l | a l.c' Ic : itill lIcl'c it
Ic IX'llpc I l tlIll cn i llIcmcIt c l)[O l\ c'

PremJires signatures:

Rodolfo Mattarollo, UNASUR/Haiti - Ruth Dreifuss, ancienne Presidente de la Confeddration Suisse Federico Mayor Zaragoza, ex Directeur General de la UNESCO.Philippe
Texier, Conseiller honoraire i la Cour de Cassation, membre du Comite des Droits Economiques Sociaux et Culturels de 1'ONU, France - Michel Forst, Expert Independant
des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Haiti -
Juan E Mendez, UN Special Rapporteur for Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment, Visiting Professor, Washington College of Law,
Etats-Unis. -
Olivier de Frouville, Professeur a l'Universit6 Montpellier 1, Membre du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forces ou involontaires Membre de la
Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme. France - Mario Luis Coriolano, Expert du Sub-comit6 International contre la Torture des Nations Unies, et
D6fenseur de cassation de la Province de Buenos Aires, Argentine - Rafael Valle Garagorri, Ambassadeur Affaires Sociales et Humanitaires, Espagne.-F6lix Hemindez
Gamundi, Comite 68 Prolibertades Democrdticas, Mexique. - Asociacidn de Thcnicos y Profesionales por la Nacidn, Mexique. - Raul Alvarez Garin. Mexique - Alejandro
Alvarez B6jar, Universit6 Nationale Autonome du Mexique - Carolina Verduzco Rios, Professeur de l'Institut Polytechnique National, Mexique -Humberto Campos.
Professeur de l'Institut Polytechnique National, Mexique - Hebe de Bonafini - Asociacidn Madres de Plaza de Mayo, Argentine - Adolfo P6rez Esquivel, Prix Nobel de la
Paix. - GRUPO TORTURA NUNCA MAIS/RJ - Br6sil - Hector Casanueva Ojeda, Pr6sident de la Commission Intemationale Politico-Technique du Parti D6mocratique
Chr6tien du Chili - Gonzalo Arenas Valverde, Secr6taire International du Parti D6mocratique Chr6tien du Chili - Eduardo Galeano, 6crivain, Uruguay Miguel Angel Estrella,
President fondateur de 1'ONG intemationale Musica Esperanza; cr6ateur de l'Orchestre pour la Paix; Ambassadeur << Bonne Volont6 >> de 1'UNESCO depuis 1988-Madres
de Plaza de Mayo- Linea Fundadora -Marta Vazquez de Ocampo, Pr6sidente Madres de Plaza de Mayo- Linea Fundadora, Argentine- Inanna Kucuradi, Division Human
Rights Centre, Maltepe University, Istanbul, Turkey- Jorge Auat, Fiscal G6n6ral, Unidadde Coordinacidn y Seguimiento de las causaspor violaciones a los derechos humans
cometidas durante el terrorism de Estado en Argentina -
Marcelo Garcia Berro, Fiscal G6n6ral, Argentine - Vanessa Ramos, Pr6sident AAJ Continental, Association Amnricaine de Juristes (AAJ) - Javier Augusto De Luca, Docteur
en Droit, Fiscal G6n6ral, Tribunales Orales en lo Criminal de la Repitblica Argentina, Titular Asociado de Derecho Penal y Procesal Penal de la Facult6 de Droit de l'Universit6
de Buenos Aires, Pr6sident de la Association Argentine de Professeurs de Droit P6nal, Argentine - Christine Pintat - ex Secr6taire G6ndrale de l'Union-Interparlementaire,
ONU.-Gabriella Citroni, Professeur Droit International des Droits Humains, Universit6 de Milano-Bicocca, Conseiller Juridique International de FEDEFAM (Feddration
Latino-Amnricaine d'Associations de Families de Detenus-Disparus). Italie -Federico Lenzerini, Professor of International Law and EU Law University of Siena, Italie -
Asamblea Permanente por los Derechos Humanos (APDH), Argentine - Brian Concannon Jr., Directeur, Institute for Justice & Democracy in Haiti, Etats Unis - Asociacidn
Pro Derechos Humanos de Espaha (APDHE), Espagne - Nora Cortifias -Madres de Playa de Mayo, Linea Fundadora. Argentine - Beverly Keene - International Coordinator,
JUBILEO SUR - JUBILEE SOUTH.Service de Paix et Justice enAm6rique Latine (SERPAJ), Argentine - Asociacidn de Familiares de Detenidos Desaparecidos y Victimas de
Vil,, , i, it n a los Derechos Humanos en MIxico (AFADEM-FEDEFAM), Mexique -La Central de Travailleurs d'Argtntin' (CTA) - Luciano Fouillioux Chile - < Argcntino por la memorial > Association franco-argentine de Droits de l'Homme, France -Sophie Thonon-Wesfreid, avocat au Barreau de Paris, France -
Dra Paz Rojas, Corporaci6n de Defensa y Promocion de Derechos de los Pueblos (Codepu), Chili - Carlos Gabetta Director de Le Monde diplomatique edition C6ne Sur
(Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, P6rou. Venezuela, Uruguay) - Marcel Young Debeuf, ancien ambassadeur du Chili en Haiti - Dr. Roberto Garret6n, avocat Droits
Humains, Chili - Horacio Verbitsky, Joumaliste, Argentine - Dr. Eduardo Tavani - Pr6sident Association d'Avocats de Buenos Aires. Argentine - Gabriela Cauduro, Catedra
Cultura para la Paz y Derechos Humanos, Facultad de Ciencias \I'. ,,, i U1BA, Argentine -
Dr. Hugo Cafi6n. President de la Commissionpour laMomoire de laprovince de Buenos Aires, Argentine - Eduardo Alberto Hidalgo, Secr6taire G6n6ral, Asamblea Permanente
por los Derechos Humanos de Bahia Blanca. Argentine - Eduardo Kozanlian, Secr6taire, Consejo NacionalArmenio de Sudamnrica (CNA) - Dr. Alfonso Tabakian, Directeur,
Consejo Nacional Armenio de Sudamnrica (CNA) - Marta Rondoletto, president; Raquel Zurita, secretaria; Marta Ceridono de G6mez, tesorera; Marta Leticia P6rez,
suplentes; Maria Beatriz Palomino, suplentes, Fundacidn Memorias e Identidades del Tucuman, Argentina - Association Herman@s de Desaparecidos por la Verdady La
Justicia, Argentine - Dr. Fortunato Mallimaci - Professeur, Pr6sident Asociacidn de Cientistas sociales du Mercosur - Judith Said, Coordinatrice Ex6cutive de 'Archive
National de la MImoire, Argentine -Carlos Alberto Lopez De Belva, Avocat, Directeur de la Commission des Droit de 'Homme de la Feddration A~gentine des colleges
d 'Avocats, Argentine - Manuel Justo Gaggero, avocat, membre de la Commission de Droits Humains de 'Association d 'avocats de Buenos Aires. Argentine - Marta Felperin.
Avocate. Faculty de Droit, Universit6 Nationale de Rosario, Argentine -Tilsa Albani, advocate de Droits Humains, Argentine -
Mario Goloboff. 6crivain. Professeur Extraordinaire Consultant. University Nationale de La Plata. Argentine - Dr Claudio V Pandolfi, Secr6taire Droits Humains, College des
Avocats de Lomas de Zamora, Argentine - Sergio Simpson, Director del Centro de comunicaci6n y studios sociales (CESOS) Managua y Matagalpa, Nicaragua - Emerto
Martin Lopez, membre H.I.J.O.S (enfants des disparus) Cordoba, Argentine - Solana Grabriela Lopez, membre H.I.J.O.S (enfants des disparus) Cordoba, Argentine - Ricardo
Lida Nirenberg, math6maticien, Etats-Unis -Alejandra Korstanje, Argentine -
Hugo Montanaro, architect, France - Osvaldo Ballina, 6crivain. Argentine - Pedro Brieguer, Joumaliste, Argentine - M6nica Marisa Cordoba, membre de Familles des
Disparus et Detenus pour des Raisons Politiques (FADERAP), Argentine -Maria del Socorro Alonso, membre FADERAP, Argentine - Marcelo Villar, FADERAP Santa Fe,
Argentine - Elsa Elvira Ramos , FADERAP Santa Fe, Argentine -
Dr. Pablo Gabriel Salinas, Professeur Universit6 Nationale de Cuyo, Argentine - Alfredo Esteban Vera. Argentine - Mario Barrios, Comunidad Coya Calchaqui, membre des
Droits Humains des Peuples Indigenes, Argentine - Ana Capdevielle - UNASUR/Haiti - Miguel Schclarek, architect, Argentine -
Guillermo Lopez, Secr6taire de la Cdtedra de Cultura Indigena, Argentine - Heriberto Macedo, Argentine - Licenciada Alicia Susana Muzio, Argentine - Dr Roberto Pedro
Lopresti, Argentine - Maria Rosa Capdevielle, Argentina -Ang6lica Amanda Calcagno, Argentine - Viviana Campos, Argentine -
Adela Delfina Ifigo Carrera, Professeur, Argentine - Analia Clara Orbe, Argentine -Silvia Loustau, 6crivain. Argentina - Ana De Maio, Sociologue. Argentine - Gustavo
Torres Gonzalez, Science de la communication. Argentine - Agustin Carestia, Argentine - Daniel Tononi, Argentine - Dr. Marcelo Isidori, Avocat, Argentine - Lic. Rosalia
Schneider, Argentine - Pedro Galindez, Argentine - Hugo Cimino, Argentine - Ciro Annicchiarico, avocat, Argentine - Lic. Eduardo Codianni, Argentine -
Marga Pinto, Argentine - Graciela Bertolotto, joumaliste, Argentine - Rub6n Sacchi Director Revista Lilith, Argentine - Carolina Ocar, Sociologa. Argentine - Graciela
Merani, UNASUR/Haiti -Roberto Piez Gonzalez, Argentine - Ana Mattarollo, UNASUR/Haiti - Lic. Cecilia Corvaldn. Argentine -
Lic. Pablo Marin. Argentine - Ana Penette, Argentine - Macarena Gagliardi, Argentine - Liliana Lucia Bernard, Argentine - Delia Barrera y Ferrando, Argentine - Lorenzo
Jos6 Rodriguez, Argentine - Soledad Francesio, Argentine - Monica Scandizzo, Argentine - Odonel Pierre-Louis, psychologue, France - Juan Carlos Alarcon, 6crivain,
France Maria Alicia Milia, Argentine - Isabel Fernandez Blanco, Argentine - Maria Belen Orbe , Argentine - Jos6 Miguel Armaleo, Argentine -Catalina Manno, Argentine -
Mariana Arruti, cineaste, Argentine - Nestor Gabetta, Argentine - Maria Martha Accinelli, Argentine - Laura Mattarollo, cineaste, Argentine - Irma Antognazzi, Directrice
du Groupe de Travail Faire 1 'Histoire. Argentine - Anabella Zabala, Argentine - Rodrigo Gobato, Argentine - Elian Gallese, commercant, Argentine - Alejandro Raskovan,
Argentine -Cecilia Cortes, Argentine - Carlos Patricio Gonzalez, Argentine - Jose Maria Cuesta, Argentine - Cristian Sucksdorf (CONICET/ Universite de Buenos Aires),
Argentine - Virginia Ver6nica Virus, Argentine - Le6n Rozitchner, Ecrivain, Professeur Universite de Buenos Aires, Argentine - Hugo Alberto Ojeda, ecrivain, Argentine -
Enrique Meler, Argentine - Roberto Calle, Argentine - Susana Lafon, Argentine -Viviana Vicente, Argentine - Laura Capella, Argentine - Gustavo Caro, Tucuman, Argentine
- Marcelo Villalba, Argentine - Susana Aguad, advocate, Argentine - Luis Bassani, Argentine -Manuel B Ortega, Argentine - Andrea Montenegro, Argentine - Diana Garcia
Read, France - Dr. Sergio Ricardo Perelstein. Medecin, Argentine - Pablo Llonto, avocat, Argentine -Jean Waddimir Gustinvil, France - Liliana Gonzalez, France - Gisele
Huygevelde, France - Amalia Garcia Bosque, Espagne - Liliana Montanaro, Espagne - Giacomo Sferlazzo, Associazione cultural ASKAVUSA, Italie - Valentina Ripa,
Italie - Marcia Ferreira Mathias, Bresil - Juan Gasparini, joumaliste, Suisse - Cristian Delicia, Argentine - Nadine Dominique, Canada -
Victor Rodriguez, Argentina - Laura Capacete, Argentine - Natalia D'Agnese, Argentine - Ana Maria Suppa, Argentine - Raquel Leal, assistant social, Argentine - Marta





Mercredi 30 Mars 2011 _
Haitien Marche VolXXV * N 10 UNION DES NATIONS SUD-IANIERICAINES Page 7
Dobry, docteur, Argentine - Mois6s Ram6n Correjidor, Argentine - Prof Nora Schvartz, danseuse, professeur et chor6graphe de tango, Argentine - Mariana Fontenla, Argentine
- Claudia Perugino, advocate, Argentine - Alicia Sala, Argentina - Pedro Ruz Castillo, Chili - Nelida Maria Vinitsky, Argentine - Alej andro Szarazgat, Argentine - Maria Elena
Ugalde Castillo, Chili - Stella Cueto, Argentine - Cristina Riggio, psychologue, Argentine - Elsa Jofr6, Argentine - Raquel Kessler, Argentine - Silvia Montesano, docteur,
Argentine - Roberto Diaz, Argentine - Fanny Edelman, Argentine - Beatriz Mufioz, Argentine - Zavan Claudio, Argentine.-Graciela Pleimling, Argentine - Jorge Eduardo
Brioso De Armas, Liga Argentina por los Derechos delHombre, Filial San Martin, Argentine -Ana Maria Pamrns, psychologue, Uruguay - Delia Pardo, Argentine - Omaldo
Collazo, Suecia-Ruben Gomez, France-Marie-Th6rese Gomez, France -Ana Esther Cecefia - Observatorio Latinoamericano de Geopolitica Instituto de I, go' ,\,I, ,ri
Econdmicas, Universit6 Nationale Autonome du Mexique- Dr. Gilberto Lopez y Rivas Instituto Nacional de Antropologia e Historia Centro RegionalMorelos, Mexique-Jorge
Lora Cam, chercheur de l'Universit6 Autonome de Puebla, Mexique- Cristina Barros, Mexique- Nora Szarazgat, Argentine- Daniel Gatti. Uruguay- Enrique Leff, Mexique-
Gennaro Carotenuto, historien, Italie- Ilda Teresa Lucchini, Secr6taire Adjointe, Association d'Enseignants de l'Universit6 La Plata, Argentine- Alberto Celentano, Carta
Abierta-La Plata, Argentine- Catalina Eibenschutz, Mexique- Mirta Clara, Mujeres por la Paz, Suisse- Iliana Camacho Cuapio. Mexique- Angel Guerra Cabrera, Mexique-
Gregorio Hairabedidn, Argentine-Mario Mazzitelli, Argentine- Carlos Ferreira, Argentine-Silvia Tamez Gonzalez. University Autonome M6tropolitaine-X M6xique- Maria de
la Paz Ramallo, Argentine- Jorge Burgos - Musica Esperanza de Buenos Aires, Argentine- Nayar Lopez Castellanos, politologue, Universit6 Autonome du Mexique. Sarahi
Angeles, Mexique-Hayde6 Gastelu, Argentine-Cecilia Rovitto, Uruguay-MartaVassallo, joumaliste, Argentine=Fdo.Alejandro Civilotti, compositeur et Pr6sident de Musica
Esperanza, Barcelone, Espagne-Maria Amalia Laguyas, Argentine-Dra, Maria Elba Martinez, Coordinadora del Nobel de la Paz Adolfo Perez Esquivel - Serpaj, Regi6n
Centro, Argentina.- Centro de Militares para la Democracia Argentina (CEMIDA): Cnl (R) Horacio P. Ballester, Presidente; Cnl (R) Jos6 Luis Garcia, Secretario
General; Prof. Elsa M. Bruzzone, Secretaria- Gloria Raquel Caminotti, Argentina
Norma Pollet, Argentina- Leopoldo Gonzalez. Gestor Cultural. Argentina- Marion RAOUL, Fonctionnaire / ancienne consultant de 1'UNESCO, Paris, FRANCE - Efrain
Schubert, Argentina- Gonzalo Basile, especialista salud public. Coordinador Foro Social de Salud/Argentina y Comit6 Ejecutivo Intemacional-Foro Social Mundial de la
Salud y Seguridad Social. - Asociaci6n Latinoamericana de Medicina Social (ALAMES): Nila Heredia Miranda, Coordinadora General; Mario Rovere, Coordinador Adjunto;
Ana Lucia Cassallas, Secretaria general.- Laura Veronica Najera Nava. M6xico- Amalia Beatriz Molinari- Argentina- Jorge Sor, Argentina- Pablo Micheli, Secretario General
de Central de Trabajadores de la Argentina (CTA) y Secretario General de la Asociaci6n de Trabajadores del Estado (ATE)- Ricardo Peidro, Secretario General Adjunto
de CTA Nacional y Secretario General de la Asociaci6n Agentes de Propaganda M6dica de la Republica Argentina (AAPM). - Alejandra Angriman, Secretaria de Igualdad
de G6nero y Oportunidades CTA Nacional y Secretaria de Capacitaci6n y Cultura de la Asociacion Agentes de Propaganda M6dica de la Republica Argentina (AAPM).
-Bemardo Sebastiin Vaca, Argentina -Juan Pablo Angelone. Escritor. Trabajador de la Educaci6n. Rosario, Argentina- Beinusz Szmukler, Asociaci6n Americana de Juristas
(AAJ), Presidente del Observatorio de la Justicia Argentina- Rosalia Schneider, Argentina- Jorge L. Albertoni- Ingeniero Industrial- Miembro de la Comisi6n de Memoria de
la Facultad de Ingenieria de la Universidad de Buenos Aires
La Confederaci6n General del Trabajo Colombia: Julio Roberto Gomez Esguerra, Secretario General; William Milldn Monsalve, Secretario General Adjunto; Cervulo Bautista
Matoma, Revisor Fiscal; Diana del Pilar Herrera Parra, Coordinadora Departamento Juridico- Conf6d6ration Syndicale des Travailleurs des Am6riques (CSA), Secr6taire
G6n6ral, Victor Baez Mosqueira- Maria Renata Luisa LOZUPONE, professeur, Argentine- Maria Fabiola Arauz lusef, Argentine- Micaela Bemal, Argentine Instituto de
Investigaci6n Acci6n Participativa Dr. Juan Jos6 Castelli, Argentine- Carlos Alfredo Ferreyra, Historien, Directeur du Mus6e Historique Municipal de La Para, Cordoba,
Argentine.- William O'Neill, Program Director, Conflict Prevention and Peace Forum - Social Science Research Council, Etat Unis.- Gilou Garcia Reinoso, Secretaria de
Cultura, APDH Argentina- Central Unica dos Trabalhadores - CUT Brasil, Joao Antonio Felicio, Secretario de Relac5es Intemacionais, CUT BRASIL- Louis Joinet, ancient
expert ind6pendant ONU sur Haiti- Marina Crespo, Argentina- Sandra Mabel Malla, Lic. en Filosofia, Tucuman Argentina- Obispo (E) Aldo M. Etchegoyen, Iglesia Metodista
Argentina, Co-Presidente Asamblea Permanente por los Derechos Humanos - Mesa Directiva A. P. D. H. Asamblea Permanente por los Derechos Humanos, Argentina-
Daniel N. Diaz, Ingeniero Agr6nomo, Argentina -Reynold Icart, Montreal, Canada- Jan J. Dominique , Montreal, Canada- Emile Martel, Pr6sident centre qu6b6cois du
P.E.N. international, Montreal, Canada - Pierre Bonin, Laval, Qu6bec, Canada- Roland Paret, Montr6al, Canada- Jean Lherisson, Canada- Carlos Andr6s Idrovo Zambrano,
(Secretaria Nacional de Planificaci6n y Desarrollo del Ecuador) y delegado del Ecuador ante la Secretaria T6cnica UNASUR en Haiti- Claudio Capuano Medico Anestesiologo
Coordinador de la Catedra de Salud y DDHH en Medicina UBA Argentina- Luciana Giani, joumaliste Italie- Vincenzo Cuartola president Centro Benny Nato Onlus, Italie-
M. ELISABETTA TECLI MEDICO VETERINARIO ITALIA- Lise Munro, Qu6bec, Canada- Fiona Cook, Trocaire (Caritas Ireland), Port au Prince, Haiti- Marie-Chantal
Bouchard 321 Cr6mazie Berthierville (Qc) JOk 1AO Canada- Silvia Tamez Gonzalez. M6xico- Nicole O'Bomsawin R6serve mondiale de la biosphere du Lac Saint-Pierre,
Qu6bec, Canada- HELENE LECOURS 5051, Rang 13 Kinnears's Mills (Qu6bec)-Amir M. Maasoumi Sociologue, sp6cialistes des relations interculturelles, interreligieuses,
d'Islam et du monde musulman, Ambassadeur pour la paix dans le monde, Candidat de recevoir << l'Ordre National de Qu6bec >>,Pr6sident : Un seul Etat d6mocratique en
Palestine historique, Ex-pr6sident: Centre de Ressources sur la non-violence- Jean Bellefeuille JPIC National Conf6rence religieuse canadienne- Louise Dumontier - Vanda
Salvador Beaubien EstMontr6al QC Canada- Angele Lehoux Canada- Francoise Hohmann-Vitale , psychologue, Paris .France- Dominique Vitale , Paris .France- Fran
Wilhelm- Nestor Algecira Enciso- Richard Jocelyne, Jussy, Geneve- Claudette Bastien France- Anne-Marie Drainville, Qu6bec, Canada- Jean Michel SZUCS- Francoise
LAURENT- Marilyn Larocque ,R.H.S.J., Ontario- Pierrette Pelletier 5655 rue Salaberry Montreal H4J 1J5 Canada pour les Soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique
region Montr6al (ex-Mali)-Yves B6dard, Victoriaville- Merville Gagnon- Madeleine Francoeur, St-Hyacinthe, Qu6bec, Canada- Beatrice Muller CH - ONEX- Landry Ghislaine
Fr- Christiane Zaugg Suisse- Richard Jocelyne, Jussy, Suisse- Isabelle Samson Canada
Denis Gravel- Genoud Francoise, Suisse-Ghislaine Clavet, Canada-Denise Loiselle Canada
Jer6me Strobel, Geneve, Suisse- Lucie Gravel, Montr6al Canada-Anne Foulon - Sutton, Qc, Canada-Annie France Perrigault France- Th6rese Houle France- Suzanne Loiselle,
directrice - L'Entraide missionnaire Canada- Micheline Malboeuf L'Entraide missionnaire Montr6al Canada- Maxime Dehoux, ing6nieur, Montr6al, Canada- Sister Maureen
Foltz, ccvCarmelite Sisters, Vedruna Intercontinental Justice/Peace Commission Washington, D.C- Pierrette Boiss6, Justice social Canada- Claire Thibouto Qu6bec, Canada-
Jeannine Jean, Canada- Carlo Santarelli Secr6taire g6ndral Enfants du Monde Grand-Saconnex/Suisse- Monique Bourgeault, Canada- Marie Marsolais du CISO- Rachel
Jett6, Montr6al, Qu6bec, Canada- Andr6 Jufer ch. de Planchamp-Dessous Suisse- Christiane Escher Mouvement pour la Coop6ration Intenationale , Geneve- P. Georges
Conus, Fribourg, Suisse-Yanik Marguerat, Geneve, Suisse-Frere Ambroise D6sir6- Christiane Sibillotte, Montr6al- Marie-Paule Cartuyvels, Saint-Nicolas, Belgique- Serge
Baguidy-Gilbert, m.a.ThThdologien San Rafael del Sur, Nicaragua- Jean-Louis Lalonde, Canada- Mary-Lise Murisier, Canada- M.-Paule Lebel, Qu6bec Canada- Gr6goire
Ruel Canada- Ren6 Gaillard Canada- Nicole Jett6 Montr6al Qu6bec, Canada- Jean-Guy Marcotte, St-Norbert Canada
Jocelyne Latreille St-Lambert,Canada- Sarah Lachat, suisse- Marlene Rateau, Qu6bec/Canada- Jean-Claude Rodet Canada- Francine Fleury-Rodet Canada- Colette Laflamme
M6nard Canada- Yves M6nard Canada-Mariette Milot et Les Soeurs de l'Assomption de la S.V Canada-Lise Baroni Qu6bec, Canada- Gregory Baum, thdologien, Montr6al,
Qu6bec, Canada- Michel Last, Montr6al, Canada- Rachel Vinet, sbc Montr6al (Qu6bec) Canada- Elisabeth Garant Longueil, Qu6bec, Canada- Mauro Castagnaro - Italia-
Lorette Langlais Institut Notre-Dame du Bon-Conseil Montr6al (Qu6bec) Canada- France Croussette, Saguenay, Qu6bec Canada- Sophie Margot- Francois Margot- Normand
Breault Montr6al Canada- Lisa Clark, Beati I Costruttori di Pace, Italy.- Jeannine RISLER, Psychiatre France - Claire-Lise Zaugg, secr6taire de la Plate-Forme Haiti de
Suisse (PFHS), Membre de la Coalition des ONG Suisses pour la Restitution des fonds Duvalier a Haiti, Geneve Suisse - Ren6 Zaugg, Association Kombit et Plate-Forme
Haiti de Suisse, Geneve, Suisse - Lucien Heitz Directeur de publication - Paris Fmce- Dominique Nadine- Graciela Gomez Argentina- Marina Crespo Argentina- Citedra
de Salud y Derechos Humanos de la Facultad de Medicina UBA Argentina- Judith de Babot Argentina- Marie Yolene Gilles Assistante Responsable de ProgrammesR6seau
National de D6fense des Droits Humains(RNDDH) , Port au Prince, Haiti- Robert Duval President l'Athletique d'Haiti- Maria Luisa Pizzi Ing Agr. Misi6n Nueva Pompeya
Chaco- Gustavo Coan Chaco Argentina- Juan Duarte Chaco Argentina- Orlando Zampar Chaco Argentina- Mariano Saenz Argentina- Nicolas Falco Argentina- Ana Nicora
Argentina- Jorge Frias Argentina- Ana Benedetto Argentina- Hector Cordoba Argentina- Marcos Barreto Argentina- Silvia Vargas Argentina- Luis Passamano Argentina-
Mariela Marcon Argentina- Luis Goviela Argentina-TatianaArzamendia Argentina-Sandra Ramirez Argentina- Marcelo Ruesta Argentina- Javier Muchint Argentina- Martin
Casado Argentina- Rodolfo Acosta Argentina- Jose Luis Shidon Argentina- Gustavo Gesel Argentina- Maria Luisa Pizzi Argentina- Andrea de los Santos Argentina- Veronica
Selva Argentina- Marcelo Pamies Argentina- Elbia Alfaro Argentina- Patricia Barrientos Argentina- Mario Bustamante Argentina- Rosalba Langer Argentina- Juan Manuel
Karijilloo Argentina- Gonzalo Garcia Argentina- Maria Elena Chaparro- Jose Alberto Lopez Argentina- Bienvenida Pinotti Argentina- Julio Cesar Zanutti Argentina- Marcelo
Ledesma Argentina- Pedro Ruz-Castillo Argentina- Maria Elena Ugalde Argentina- Stella Bibi Cueto Argentina- Maria Cristina Riggio Argentina- ELSA NELIDA JOFRE
Argentina- Raquel KesslerArgentina- Silvia Montesano Argentina- Violaine Dory Argentina- Roberto Diaz Argentina- Delia Pardo Argentina- Graciela Guilis Argentina- Fran
Wilhelm- Francoise Hohmann-Vitale France- Angele Lehoux- Vanda Salvador Canada- Louise Dumontier - Jean Bellefeuille Canada- Suzanne Loiselle Canada- Micheline
Malboeuf Canada-Munro Lise Canada- Marie-Chantale Bouchard- Nicole O'Bomsawin Canada- Manuel Romulus, 6tudiant, France- Michele Dorbes Romulus, 6conomiste,
France- Francois Couadau - France- Gilles.Bory France- Danielle Julien, fmic Coordinatrice adjointe, SIAF- Yves Carrier, Carrefour d'Animation et de Participation a un
Monde Ouvert, Qu6bec, Canada- Denis Gravel- Francoise Boudon France- Irene Garand- Yanick Jeanniton Canada-Th6rese Martin - Mali - Melinda Quadir Assistante de
programmes Enfants du Monde Suisse- Barbara Lutz Programme AMANEH Suisse- Maja Loncarevic Charg6e de programme AMANEH Suisse- Marilu Couadau France-
Alvaro Hemadez Espafia- Jean-Guy Lacoursiere Francia- Genivieve Bat France- Michelle Simon France- Laura Zerbinatti Italie- H61ene Lecours Canada- Ana M Pamas
DDHH Argentina/Uruguay- Ren6 Richard - Jocelyne Richard (Geneve)- Christiane Zaugg- Beatrice MULLER
Vincisei Tiscali Italie- Nicole Bemier Canada- Claire Th6riault (Qu6bec)- Claudette Prdvost (Qu6bec)
Ginette Faubert, Canada- Ventarelli Sandra Italy- Luca Genovesi Italy- Eddy Romulus, Human Resources Administration, New York USA- Michel Frenette, Laval, Qu6bec,
Canada- Maria Veronica Femindez Argentina- Alexandra L'Heureux Bilodeau, Qu6bec, Canada- Carl Bouchard, Qu6bec, Canada- Ghislaine Lussier Canada Melle Silva
Rose enseignante. France-Edith Mora, Toulouse, France-Christiane Chanson Suisse- Roger Labb6 Canada-Rachel Homer, coordinatrice projects dans une ONG, Suisse-
Christine Tappolet, Professeure titulaire Chaire de Recherche du Canada en 6thique et m6ta-6thique D6partement de philosophies Universit6 de Montr6al Canada- Olivier
Chanson, Confignon, Suisse-Hans KAESER Suisse- Arlette KAESER Suisse-Maria Renata Luisa LOZUPONE Argentina-Jean-Francois Monn, Suisse- Pierre et Margrit
Forestier Suisse Plate-Forme Haiti de Suisse (PFHS), Secretariat- Marie-Josee Spenard, artiste, Quebec, Canada-Josette Guenot Suisse- Pierre DesRochers Canada-Ghislaine
Lussier, Canada- Nelly Gerbeau Directrice de production. France- Frederic Tremblay Canada-Robert Barklie .Ireland- Lisette Barklie. Ireland- Paul-Yvon Blanchette Suisse
Mouvement Mondial des Travailleurs Chretiens- Sr. Eva Boone Canada- Paul Yvon Blanchette Canada- Philippe Novarina, Suisse- Jeanne Gregoire, Quebec- Denis Drolet,
Quebec- Claudine Forissier. Gagny. France-Freddrique Duplaix. Beauvais. France- Florence Trossat. Paris . France- Camille Vivet. Paris. France- Bertrand Etienne.Paris
France- Patrizia Sterpetti WILPF-Italie, Chantal Guerin, France, responsible associatif.- M.Wilma SAINT LOUIS Politologue, specialiste en Commerce intemational.President
of Haitians Expats in China-Jean Andre Constant, 6crivain, Washington DC, USA- Francklin Benjamin, Enseignant, Philosophe (haitien)


Et les signatures suivent... pour ajouter la votre ecrire a : p i ." . 1,/n. ,Iol, ,i,,,I ,L I





ARTS & LETTRES


1 Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 10


Quinzaine de la Francophonie


Par Azad Belfort
La Quinzaine de la Francophonie
a 6td lance officiellement le 4 mars 2011
par le Ministre des Affaires Etrang&res
Madame Marie Michble REY, lors d'une
c6r6monie ayant eu lieu au Ministbre de


collectivit6s territoriales comme la Mairie de
Port-au-Prince y ont particip6 6galement de
faqon trbs active. Ce foisonnement a dtonn6
beaucoup d'observateurs qui estiment qu'il y a
1i sans aucun doute des signes d'une demand
latente mais trbs forte de francophonie en
Haiti. Nombre de personnel n'ont pas fait
-


Nouvelle convention signed entire Haiti et 'OIF pour un enseignement plus efficace dufrangais
dans les kcoles haitiennes (photo de courtoisie)


Elizabeth Taylor, l'actrice don't les
yeux violets se sont close jamais mercredi,
6tait la dernire grande 6toile de Hollywood.


Monstre sacr6 du
cinema, celle qui d6buta
sa carri&re A dix ans a
donn6 la r6plique aux
plus grands -Rock
Hudson, Marlon Brando,
Paul Newman ou encore
James Dean.
Sa carribre
exceptionnelle, jalonnde
par une cinquantaine de
films et deux Oscars,
lui valut la richesse et
la gloire. Sa vie priv6e
fut moins brillante: ses
caprices de star, ses
manages en serie et ses
exces en tout genre firent
souvent les gros titres
de la press A scandal.
Tourment6e par ses
6checs sentimentaux,
l'actrice sut n6anmoins
garder la beauty radieuse
et la grace qui fit d'elle
l'interprdte inoubliable
de "Soudain 1'6t6


Au d6but de la Seconde Guerre
mondiale, elle part s'installer avec ses parents
A Beverly Hills, en Californie, non loin de


*r
**3


Elizabeth Taylor du temps de ses films 'Soudain I 'tO dernier'
et La Nuit de I 'iguane


la Culture en presence des Ambassadeurs
de France, de Suisse, du Canada et de la
Repr6sentante en Haiti de l'Organisation
International de la Francophonie, Madame
Chantal MORENO. Pour la premiere fois
depuis 15 ans qu'on c6l1bre la Francophonie
en Haiti. Le programme de cette Quinzaine
a affich6 plus de 130 activities A caract&re
cultural, scientifique et intellectual.
De nombreuses organizations de
la Soci6t6 Civile (Fondations culturelles,
Universit6s, M6dias etc.) et certaines


mystbre de leur souhait que la c6l6bration de
la francophonie s'6tende 6galement de faqon
soutenue aux autres villes d'Haiti et ne se
concentre pas seulement A Port-au Prince et
A ses environs.
I1 imported de noter que cette annde,
entire autres innovations, le secteur protestant
a &te associd pour la premiere fois de faqon
officielle A la C616bration de cette Quinzaine
A travers l'Universit6 Adventiste d'Haiti sise
A Diquini. Dans ce temple du savoir situ6 A
(FRANCOPHONIE / p. 11)


dernier" ou de "Cldopitre".
"Je n'approuve pas entibrement
certaines des choses que j'ai faites, ou ce je
suis suis ou ai pu 6tre", confiait-elle lors de son
50e anniversaire. "Maisje suis moi! Dieu sait
que je le suis".
Elizabeth Rosemond Taylor nait A
Londres le 27 f6vrier 1932 d'unpbre antiquaire
et d'une mbre actrice. Artiste prdcoce, elle
danse A l'age de trois ans devant les princesses
britanniques Elizabeth et Margaret Rose A
l'hippodrome de Londres. Deja le d6but d'une
carribre prometteuse...


Hollywood, et d6croche un petit r6le dans
une com6die sans pr6tentionen 1942. Elle n'a
alors que 10 ans.
L'annde suivante, elle obtient un r6le
de premier plan dans "La fiddle Lassie" de
Fred Wilcox. Le film, qui est un grand succes,
marque v6ritablement le d6but de sa longue
carribre. A 16 ans, elle partage sa vie entire les
sales de classes et les plateaux de tournage.
Deji cdlbre, elle s'affiche bient6t en public
avec ses premiers courtisans, notamment un
joueur de base-ball et un champion de football
americain.


GHGIOZPES


Page 8


Liz Taylor, une 16gende

d'Hollywood s'eteint


Genyen asirans pou tretman




dan a bon mache... pou




mwens ke 1 dola pa jou.






Telefone reprezantan Humana

w lan jodiya menm!


Mike Bully

\ 561-389-0813

8 a.m. - 5 p.m.


!| HIUMANA.


- - - - - - - - - - - - x xx Ix - - - - -1 -


PB 3,'l




Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 10


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


12 janvier 20101 la Banqiue Nationale de Crditf (BNC) s
de toutes les victims du tremblement de terre, en gnralret ce :de . '
ses employs, clients, partenaires et amis, en particulier.


La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au
pays et aux families si durement eprouv6s par cette catastrophe.

Les soubresauts de ]'ann&e 2010 n'affectent nullement l'ardeur de votre
banquet a vous accompagner dans le financement de vos projects et A par-
ticiper aux efforts de reg&niration de la richesse national. Sa mission, apres - :- _
cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble a' -
La reconstruction de notre pays. : _
-C Vp n p r e t iH'a*t''* i'

- .- BNC: Votre partenaire pour la reconstruction d 'HaTti. - .
. ...............

.... - ; . . .. . .. ....... . ..
-. . ........ S
.0: . ..
" � ",i de" l - i * �n " ..." ' ".." ' ... ,BI


Page 9


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - - - - -- , - - - , - - - - - - , - --- - - - - -- - - I





MIAMI-DADE COUNTY


1Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 10


MIAMI*DAD


AVI LEGAL
Dopre Iwa Florid F.S.98.0(7] , yop yapvize voti yo ki sou Iis pi a lo-o. Nap avize w ke baze sou eImcyom nou tresevwa oor rnen i El Florid, nou doule si w elijib pou vole. Yap rnrnde
nou kontakle Sipavize Eleksyon KaIne Miami, , Florid, pa pilot ke irant jou opre rmpiyon Avi soBa pou nou kopzb reeww oenf;mmyon m u kise yo �m k tq Ike w pe elitib lo
epi poiu nou we' kwmumn pou niu reamud pwaWE'ni Ia. Si w pc rquijt i w pa repon a It k -a, w pn &aiw rrnert Sipeuiz6i EleksyDr an ded ke w pa oIi jib qpi yo va retire nonn w
nai sistim eusiripsw I voi Efa-c- Si w genyen inkinni kestron miu koz9e s u lanpri kontaokie Sip~ziz Elekpoo nyDn is 271 KW Bth Amenue, Miami, F irid uswe rele 305o39GB3m 6


Alnmindeo Luia


30 NW 32Nd Si Miami FL 33127


Luno, Crlo


'a O BOX 655 M5Ac mi FL 33265


Augisti le, Bermilo 776 11I NB151 SI Miami FL 3313P MOarJOWittS 1799SW I HSimeuteod ft 03(0
"ki., spoi W6210 Nw 194th St Hio-eai FL 33015 Muley, Monique S I 7101NW 1St 0 Miami FL 33136
hker, $hwn 726 NE 1 tAye Miami FL 333i2 ModawzwJR, Jo* E 11216 SW 1-MRd 4 Miami FE33189
U10l, Joel A 3420 SW 15Th Ave Miami FL 33165 Marlirbz, Eddie 1431 SW T7b SI Miami FL 33135
kniriuezSkrio 1010 Fdid A"e #4 Miomi m ai t R33139 Maendez, Rolberto P 253 NE 1 4h S1I I # Miami FL 33132
�ermwdez, Jcw D 48 NWX5Th St iMri Uaotm FL 33169 Milian, FIgd 13210 gfnwuiuI P #115 miami FL 33161
BrowJR, R. Thrns 21075 NW 229d Av, apr 241 miami FL 3X56 Moanlpio -. Dovnirtque 654 NW Si Cr Florida City FL 33134
Brown, IAnrqm 1 1481 KW 1ORd S Miami FL 33147 ~ M Anthoij I L951 ME l Th Ph Aye 1A t1iSrui FL 33138
Br't, Gereoa M 7 9 592 51 #1 I Ml af L 33142 MasJaiiesL L?26 NE 1StAye Miami FL 33132
Bukley Hevlut L I8B 11 15hThAve #2 Mioni FL 33147 Relo, Kaiiti R ?26 NE 151 Aye Miami FL 33132
Wce. Kendr*D 0 28205 M SW 125Th Nve Hgorriteod F L330n3 MolI, . dokiis P43 E 4sa 51 Hialeo'i FL 33013
(Iorle Pirke S 1015 NW 121S51 St SNoi Mceril FL 33168 -0i, Eliezer 1645 RK 126Th St Northiamin FL 331h7
COain'sn, BomIt A 1891 9 W 152Nd Si Micuii Grrdut FL 3305I4 m a JR, AtuLCu IrtI Dr pi a ik Fpa Lgn FL 33054
Morios JMrel Mvin 726 E 1 StAw Miami FL 33132 D iva JR, Aberio 1 1931 SW "75Th St Warrmi Ft 33177
Conq, Micol A 21340SIN 112Th # A208 Mami FL 33189 ibeWilliaimD 529 SW 4Th St Hautsind FL 33030
(WPdere, MkhpIA 251 IW ATh ST # 2 Miami FLt33127 Poper, DanielS S1I7 VokmiAe #6 CoraEl Gnblev FL 33134
Ud Dew, DvoxE 4727 W6111TAye Mia"iFL 33127 perez, Julia 21751 SW '02N A"eMiomi FLZ3190
Dd~gdo, Miguel L 386 NW IM3Th 51 SIoead FL 33030 Puipill, Eldifd I1763D SW ;04Th A"e Miami FL 33157
Digi, Jcrg L 2055 SW 122Nd Ave #313 Miami FL 33175 Pindr, Slarleite 334 CWirlien Aw #A Miami FL 33133
Dinuez, Jos21211 )SW 12BTh I U iami 1133177 Farn, Lionel 3341 MW W34Th 5 Miani FL 142
Dou1, Riciird A 478 N E561h SIMimni FL 33137 Regisre, Flopiw 31 M84Th 5S #W4 Miami BEh FL 33141
Dwr JiirmMD 153 NW 26iSI #1 Miami FL 33121 ReimciIiod C 1101 SW 122Nd Ave 211 Mini FL a3184
ErnmcrnAl, Marin G 790 NE 139Th SI MorlhMiami FL 33161 RhvwJose 17031 NE 23Rd #ve 8 N MN )iami Beach FL 33160
Ernndd, Nol 510 F4W58hTbCtOarn I'i FL.3126 odriguez, Yuri 6 82 NW2 Si #3 Aianui FLt33127
Eyawl Chorle 1235 NWb 103Rd Lfl Miami FL 33147 opus, ierri126 N NE 151 AyeK Miami FL 33132
Fernraride, Joel J 2771 HE 37Th Rd am-s51ead fL3X3 FL 3 Ro zo, Maykel l 36M SW 133Rd rdA d *#322 Miomi FL 33183
Flvo, Samuel 0 25]1 NW 155Th Tewr Mii nCarde FL 33054 Ross, Fro 1k I 1 MNW 11 TI Sth ai ALi [13160
Frardis, Rdouph A 250SW 124Th PI lroniesod FL 33032 ROY . sti 300 SW 26Th 51 Miami FL 33155
Frazier, Cvion L 915 NWl F4WB T3ier iA0mi FL 33150 Russ, o0bby 13730 nW6Th (IrK h Miogni FL 3316S
Gersan, IzeI A 15959SW 95Th1 dve Mia9mi FL 331SI"5~~d So ido i6I1 NE 17TIa 4i hl~ami FL33162
Goinoq ~ ~ ~T~Ia Anwi I 26 N 41S St: GOa Lok FL 33(154 Solazor. Federi~O �0 S01 9065 Miam~i FL 33296
G&'_________ _ 3X37 hW92KdS1t #3 Miom FL 33147 5torrFobicin A 136 NW 19n 5A I#436 AipmFL 33136
Goozolez, Jar 1 1655 W 44Th PI #518 Hi0EQob FL�312 Serpuani JRAois L 6665 MW 15ThAve Apt 5 Miami FL 33147
Gonzlez, , (hy 9s98 94lAS1651Avu Miainmi FL 3319% SailItJR AnihanyA 74 NW 74Th 51 MiNni FL 33150
Godrfdn,i W0li W) 1I465 Jor4dAp Q i imni- OlaricnFLM? Smith ,)ohn A 0 6920M177Th St #0102 1igleh Ft 33015
Hordc, teaiy 3145 W 75Th PI Hialeah FL Wi I�3548 Samithi, S1wntey T -027219 SW IMh P 1 Hoomae d FL 333
I Hwor, CuwlI A PO8OI310051 Mioni FL33131 solk JR..fiIrEd) 13860 SW1 Th 5t 1 M Hsmnead F L33032
Henry, Melcihiedek T 10371 SW 173Rrd Si 1MiMi F F3315l Solo, Dayler 1550 ti-ti H11aaoa Miami FL 33128
Hdlon, Dmwe 112 NW 51St51 cmiwi FL K 127 Ttolun, Makoim L 10361 SW WOtli StMiami FL 33157
InagIre, Heidi 433 MNW 1.Th Ave -# Miami fL 33121 1Te.min, Kpin) 1447 Nf 125Ti 51 S #23 Noath MVrnii FL 33161
Inirg JRR, Luii 125 NW 1915 St Macmi GMriEiii FL 33169 Nnimes, Anlhmr~ 15731 NW 29Th Ave Miami GdvsIF R L33O54
lit-el, Jam miej C 29205 W 12Th 4"A 1on- J 133Ft 3 = trd, forre 2G 200 M12ThAve # 614 Miami FL 33127
JarimIerMewsJ 29 NW I'79Th Ter Mifini FL 33169 ffileiorscrraen D 190M Yw38Th Si Mior'i FL 33142
Jimaeriez. ene 99M Brilkell Bp D r #l2OlMimii FL 33131 WIidni. Eugme 10 BOX 924449 9Komeisad FL 3W92
Kingtde, (ulvin ApI 303 1256 NW 79Th SA Miami FL 33147 Wiliarnm, Trrali -241 MW 3r Th C Mi ami FL 33142
Krit, Moiorer L 15840 NE 14Th C N iifni M Di i R h FL33162 WYilO$ o ow P ?19 NE 86Th St #3 Miami FL 33138
L.,a, Ridaiod 3$00 Irm Ave #215 Hioeoh Ft 3A3012 Wllkoo, Teani 0 284011 $Th SK IO L l.ko 3F054
Leo, Elac E 20900 NWV 14Th P1 #107 Mcmni Ft133169 Yo; 'Anliwa i I5 N:E 131t51 So Mrth Miami FL3 3161
Lgpszw igwel A 24407 W 10aTh AHe Ka seaod FLM '32 7nde Kevin A 23 NW 41St $1 Miami FL 33127


Lester Sola
Sipevize Eleksyon, Konte Miami-Dade


Page 10


F- For legal ads online, go to hftp:/'/IegaladsIYIIIIY~miamidadeillgov I





Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 10


LES PETITES ANNONCES


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de 1'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouverance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse H rard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.fdd.e. delmas@gmail. com
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 3444-2001


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)


Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


Le 'M1&urio Inn
DANS LES NIPPES
U Di. Idmlikrn ie phae
h.Comm tool iqmufl m'.rc
air *aliilkoot cl SAW r dc

par -m aCrGnd Cbtib
U LSn ail Os Brril
LAe PMob de SirV
Durftligainsw 6 Amw 1
* Lm Prt E iN. m tWA
S dauEl dr dw M 17
sidgic..


Quinzaine de la Francophonie


(FRANCOPHONIE... suite de la page 8)
Carrefour plusieurs conferences ont &t6 organisdes lesquelles
ont Wte pr6c6d6es le dimanche 13 mars 2011 par un trbs
grandiose d6file des nations de la francophonie en presence
de Madame Chantal Moreno, Repr6sentante de l'Organisation
International de la Francophonie en Haiti et de l'Ambassadeur
de Suisse, Monsieur Urs Bemer.
Le th6me retenu cette annde pour la Quinzaine
est : < Solidarite Francophone pour la Reconstruction
d'Haiti �. II fait sans aucun doute r6f6rence aux propositions
d'action de la Francophonie pour la Reconstruction d'Haiti
adopt6es en mars 2010 par l'Organisation Internationale de
la francophonie (OIF). Lors du Sommet des Chefs
d'Etat et de Gouvemement de la Francophonie qui
avait eu lieu en octobre 2010 une resolution similaire
avait &t6 adopt6e aussi en ce sens.
Dans le cadre de cette Quinzaine de
nombreuses conferences, les unes aussi int6ressantes
que les autres, ont &t6 prononc6es par des
conf6renciers de l'envergure d'un Georges MICHEL,
d'unLyonel TROUILLOT, d'une Yanick LAHENS,
d'un Guy LAMOTHE, d'un Jean Marie THEODAT
ou d'un Pierre BUTEAU. Ces conf6renciers a
l'unanimit6 ont mis l'accent sur la n6cessit6 de la
mise en ceuvre d'une veritable politique linguistique
en Haiti en vue de mettre fin a ce bilinguisme
indgal qui est un handicap majeur au processus de
d6veloppement d'Haiti.
Ces conf6renciers ont tous mis 6galement
l'accent sur l'interrelation fondamentale existant
entire le creole et le francais et l'imp6rieuse n6cessit6
de permettre un acc6s universal a l'6ducation et
d'impulser une veritable politique linguistique
en Haiti. La romanciere Yanick LAHENS, auteur
de < la couleur de I'aube � au course d'une tres L
belle conference a l'Universit6 Notre Dane d'Haiti
organisde le 15 mars dernier sous l'6gide du
Ministbre des Affaires ttrang6res et de l'Universit6 Notre
Dame d'Haiti eut meme a d6clarer que les 6crivains haitiens
seront une espece en voie de disparition si rien n'est fait pour
l'am6nagement de cette politique susmentionnde. Car la lecture
de leurs ceuvres depend fortement du nombre de personnel
maitrisant effectivement le francais et le creole.
Il imported de noter que le 3 mars, en avant premiere a
cette Quinzaine de la Francophonie, Franketienne avait donn6
une representation magnifique et inoubliable de sa pibce de
thditre intitul6e < Melovivi �. Il a d6clard ndanmoins a la fin du
spectacle que c'6tait la dernire fois qu'iljouait cette pibce en
Haiti car il se faisait vieux et n'avait plus l'6nergie n6cessaire
que requ6rait cette pibce. Le lendemain aprbs midi l'auteur
de < Dezafi � devait une fois de plus d6montrer son immense
talent sur la scene de l'Institut Francais d'Haiti avec une < mise
en space poetique et musical de la francophonie . ...un
spectacle intense durant lequel il a subjugu6 une assistance
s6duite par son verbe et sa virtuosity. Il a une fois de plus
d6montr6 qu'il 6tait un artiste total capable de mettre en exergue
a la fois les valeurs apolliniennes et dionysiaques.
L'Institut francais d'Haiti a aussi organism le 14 mars
2011, dans la soiree, un trbs beau spectacle intitule : < Entrie
en relation poetique avec Edouard Glissant � avec le poete
James Noel, la Chanteuse francaise nouvelle vague Barbara


CARLOTTI et le chanteur-poete haitien Wolly SAINT
LOUIS. L'ceuvre po6tique du chantre du a &te
magnifide a travers la voix et les instruments de ces artistes.
La Francophonie 6tait ce soir dans tous ses 6tats et affichait sa
profonde diversity culturelle.
Ce m6me 14 mars, dans la matinde, la Francophonie
a &t6 6galement a l'honneur a l'Ecole Nationale Colbert
Lochard, sise a l'avenue Lamartinibre et dirig6e par Madame
Hyacinthe MONVAL. En effet le professeur Mirtyl PIERRE,
fonctionnaire du Ministbre des Affaires Etrang6res, y a donn6
une causerie d'initiation a la francophonie institutionnelle a
destination des 616ves de cette cole. Cette causerie a permits




. 4


quinzaine de la Francophonie a etd egalement commemorde dans les sail
de classes dans dittrevnr coins du pays (photo de courtoisie)

de d6couvrir combien ces &lves d'une moyenne d'Age situde
entire 9 et 13 ans sont int6ress6s par la question francophone.
Des questions trbs pertinentes et trbs profondes ont &te poses
pendant plus d'une heure au conf6rencier sur les objectifs et
le mode de fonctionnement de la francophonie. A la fin de la
causerie ils ont r6clame a l'unanimit6 une bibliothbque pour
leur cole afin de devenir de parfaits francophones. Le moindre
qu'on peut dire c'est qu'avec ces enfants, la Francophonie a
un trbs grand avenir en Haiti.
La Francophonie c'est aussi l'6conomie et cette
dimension a &te 6galement mise en exergue a travers plusieurs
conferences don't celles prononc6es par l'Ambassadeur Guy
LAMOTHE, Directeur G6ndral du Centre Pour la Facilitation
des Investissements (CFI) a l'Universit6 Notre Dame d'Haiti et
a l'Universit6 Adventiste d'Haiti qui a surtout mis l'accent sur
la n6cessit6 de renforcer l'espace 6conomique francophone a
travers une dynamisation du Forum Francophone des Affaires.
D'aprls 1'Ambassadeur LAMOTHE un eventuel enforcement
des liens entire le CFI et le Forum Francophone des Affaires ne
peut que b6ndficier a Haiti.
De son c6t6 le Groupe Croissance de l'6conomiste
Kesner PHAREL a organism dans le cadre de cette Quinzaine
conjointement avec l'Institut de la Francophonie de
l'Entrepreneuriat une visioconf6rence intitulke : une Culture


de l'Entreprenariat, Ensemble pour Haiti �. Lors de cette
conference Monsieur Hans GAROUTE de L'INDEPCO a
lanc6 un appel a la Francophonie Institutionnelle afin d'aider
le secteur priv6 haitien a crder en Haiti une chambre de m6tiers.
On espbre que cet appel de l'entrepreneur haitien n'est pas
tomb6 dans l'oreille des sourds.
Madame Barbara PREZEAU, actuel Responsable du
Programme de l'Union Europ6enne < ARCADES > a proc6d6
6galement vendredi dernier a la librairie La Plkiade dans le
cadre de cette Quinzaine a la vente-signature de son livre << la
richesse culturelle d'Haiti, mythe ou rnalite >.
Les activities de la Quinzaine ont pris fin officiellement
le 27 mars 2011 avec une c6drmonie de cloture a
I'H6tel Karibe. Cependant d'aprls les informations
obtenues certain secteurs (Ambassade de Suisse
en Haiti, Fondation Africam6rica) continueront
a avoir des activities ad hoc...une sorte de post-
quinzaine si l'on peut dire. L'exposition < Une
Suisse plurielle > sera a l'Universit6 Adventiste
d'Haiti a Diquini jusqu'au mois d'avril tandis que
la Fondation Africam6rica dirig6e par Christine
Prezeau STEPHENSON continuera ses activities
avec l'exposition de Falaise Perolte au mus6e
Georges LIAUTAUD a la Croix des Bouquets. Pour
plus d'informations pribre consulter le programme
au site suivant : www.jaghfar.com/20mars
Rappelons que Mdlodie FM a &te 6galement
un partenaire official de cette Quinzaine de la
Francophonie et a ce titre a organism plusieurs
. missions de vulgarisations et de rencontres autour
S de la francophonie don't les plus remarquables ont
S et celles organisdes avec le Dr Georges MICHEL
sur la gdopolitique des parlers crdoles, le professeur
Gerry L'ETANG de l'Universit6 Antilles-Guyane et
es avec Madame Chantal MORENO de OIF
En definitive la c6ldbration de cette
Quinzaine a montr6 combien, en dpit des apparences,
la francophonie est vivante en Haiti. II appartient maintenant
aux secteurs concerns d'6tendre cette flamme a la soci&te
civil dans toutes ses dimensions ; car la Francophonie ce
n'est pas seulement l'art et la diversity culturelle, c'est aussi la
concrdtisation d'une veritable politique linguistique en Haiti, le
enforcement du system 6ducatif, l'insertion veritable d'Haiti
dans l'espace 6conomique francophone compose de plus de
60 pays don't la Suisse, la Belgique, le Canada, la France, le
Vietnam etc.
Pour plus d'information sur la Francophonie, pribre
consulter le site suivant: www.oif.org

Azad BELFORT: azad59_2009@yahoo.fr




SI o die


w. radomel1ehaiti corn
www. radiomelodiehaiti. cor


Page 11


Td~pbomesi566-5361
441-7308 1 144

Intuanid dbnffiiLdL
Im mr ks c&ub


ADOMI PURCHA NG AGENCY


Tel. : 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour tous vos achats:

Equipements pour construction I Pieces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


.x~xx Ix --l - 1 1 v -


tq*YWAMr


:' :






LIBRE PENSER


1 Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 10


� La numbration comme 1 'dcriture, est un formidable
moyen pour accider au monde des idees, pour apprdhender
la pensde et lui permettre de traverser spacee et le temps.
En l'isolant et en la ressuscitant a tout instant, les nombres
disciplinent et organisent cette pensde par la transcription. >
B. Gimonet

Chers amis lecteurs, d'aprbs certain sp6cialistes
les soci6t6s humaines 6voluent, et d'aprbs certain autres il
s'agit simplement d'adaptation au milieu. Un fait est certain,
qu'il s'agisse < d'6volution > ou < d'adaptation >, les 8tres
humans, vivant en society, transforment leur cadre de vie a
travers les diff6rentes interactions qui se produisent, entire eux
et avec leur environnement. Ils transforment et a la fois ils sont
transforms. La transformation de cet environnement ne serait
pas possible si l'6tre human n'6tait pas dou6 d'intelligence,
par consequent ayant la capacity d'apprendre de ses erreurs et
de s'adapter a sa r6alit6. Le < tempo > est cependant different
d'une soci6t6 a l'autre. Voilh pourquoi l'Allemand ne sera
jamais un Haitien ni l'Haitien un Francais ou un Espagnol.
Les peuples vont de leur pas, disait CUsaire dans la trag6die
du Roi Christophe, et il en est ainsi. I1 nous faudra done nous
armer de patience et attendre. L'Haitien, vu les 6preuves
auxquelles il a &te confront au long de ses plus de 200 ans
d'existence, aurait du laborer un code de conduite citoyenne
permettant a tout un chacun d'6voluer de facon comfortable.
Les 6v6nements du mois de d6cembre 2010, suite aux drives
manipulatrices des uns, des autres et surtout de ceux-l qui ont
les moyens de le faire, auraient du nous montrer que la meil-
leure facon de faire les choses, est de les faire correctement.
Malheureusement nous ne l'avons pas vu ainsi. Entre le 20 et
le 31 mars (ce long trajet entire deux points qui peut se faire
6temellement long), diff6rents groups d'individus, les uns
< plus intelligent que les autres > front de l'interpr6tation du
< nombre >, la clk de la strat6gie manipulatrice permettant a
celui-l d'obtenir une maison, a tel autre un compete en banque
mieux garni, a tel autre, tel autre advantage et a nous autres, la
grande majority, l'6vidence que, dans ce pays, la seule issue
possible est d'l6aborer une strat6gie collective permettant
d'isoler complktement les << Ti-Malice corrupteurs >, qui ne
voient les autres que comme des << Gwo Bouki >>.



Enfin chers amis lecteurs, puisque d'aprbs
l'interpr6tation int6ress6e de la < Loi Electorale > nul ne
peut faire de declarations concemant les r6sultats du second
tour (jusqu'au 31 mars), et bien que partout a travers le pays
les < chiffres et les nombres > manipulateurs, tendancieux,
volubiles, circulent a tort et a travers, respectons les < lois >
et parlons d'autres choses. Parlons done de num6rophilie, de
num6rophobie et d'anumerisme.
La num6rophobie, chers amis lecteurs, 6tant la peur
des nombres, je d6finirais alors non pas l'amour des nombres
sinon la reconnaissance de leur importance dans la vie aussi
bien courante que savante, comme la num6rophilie. Quant a
l'anumdrisme, le math6maticien John A. Paulos fut le premier
a l'utiliser, pour designer l'incapacit6 manifesto de certain
individus a manier le concept de nombre. Ce qui me fait
peur ce sont les consequences sociales de l'anumdrisme car,
l'incompr6hension des statistiques ou l'utilisation inadequate
des pourcentages, de la rlgle de trois, des comparisons par
example, peut porter unjoumaliste a induire en erreur a toute
une communaut6. La mauvaise utilisation de pourcentages,
les lois de la probability mal comprises peuvent provoquer
que de moins en moins de personnel visitent notre pays. Nous
avons mauvaise press, c'est certain, mais nous avons aussi
a lutter centre l'anumdrisme de la society global. Analysons
quelques examples.
Voyons par example le cas du < cholera >. Je parlais
l'autre jour avec un ami qui voulait venir visiter le pays. Vu
les nouvelles que les diff6rents joumaux publient a travers le
monde et vu les images offertes dans le < Journal Telvis >>,
tout le monde croit que le seul fait d'etre sur le territoire haitien
veut dire que l'on a &t6 touch par le cholera. Pensons que
s'il y a eu 4.300 personnel d6c6d6es a la suite du cholera sur
un total de quasiment 10.000.000 d'Haitiens, cela repr6sente
4300/10.000.000, soit 0,043%. Le nombre d'infections ali-
mentaires durant l'Ft& en Espagne ou au Portugal doit sfre-
ment d6passer cette proportion (ce n'est qu'un example). De la
meme facon, a l'6poque oi le syndrome de l'immunod6ficience
acquise faisait rage a travers le monde, dans les anndes 80, on
faisait de tout Haitien un < porteur >. Le monde entier ignorait
que si nous l'6tions tous, au moins la moiti6 d'entre eux le
serait aussi.


Maintenant, chers amis, r6fl6chissons ensemble sur
le danger de se lancer dans la proclamation de r6sultats sans
avoir complete la totality du d6pouillement. Supposons par
example un cas de figure comme celui indiqu6 :

ZONE1 ZONE2 ZONE3 ZONE4 ZONE5
Votes
ens par 400 600 500 150 100
le Candldat
A
Votes
obtenus par
le Canda 25 100 250 600 900
B
Total de
Votedeis 500 800 1000 1000 1000
Votes emls
Pourcent-
age de 80% 75% 50% 15% 10%
votes deA
Pourcent-
age de 5% 12,5% 25% 60% 90%
votes de B

Zone 1 Zones 1,2 I,II,III I,II,III,IV I aV
Pour-
cents 80% 76,92% 65,22% 50% 40,7%
deA
Pour-
centaes 5% 9,7% 16,30% 29,54% 43,6%
de B

Vous vous imagine alors ce que cela peut donner dans
le cas oi les r6sultats sont filtr6s de facon int6ress6e et partielle
(j'imagine qu'un nombre ind6termind d'individus est sfirement
en train de profiter de ce genre de situations pour se faire une
fortune). Encore une fois, seule la transparence et la volontW
de bien faire les choses peuvent conduire a la transformation
dans ce pays.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Mars 2011


ELECTIONS-FRANCE

Les difficulties du parti majoritaire


La droite fran-
qaise est-elle la plus bete
du monde ? Atroisjours du
premier tour des cantonales,
le tout nouveau ministry de
l'int6rieur, Claude Gudant,
en service command, a
une fois de plus effectu6
une sortie que l'on peut
qualifier de lourde, de trbs
lourde meme : < les Fran-
qais ne se sentent plus chez
eux. > En d'autres terms,
il y a trop d'immigrds en
France. Ce slogan qui est
un veritable fonds de com-
merce du Front National
(FN, droite extreme) depuis
sa foundation dans les an-


ndes 1980, repris en fanfare par certain tenors de la droite
rdpublicaine a chaque election, sert-il vraiment la cause du
parti majoritaire (UMP) ou celle du Front national ? Les saillies
anti-immigr6s de Messieurs Nicolas Sarkozy, Claude Gudant,
de l'ex ministry de l'int6rieur Brice Hortefeux ont toujours
profit au parti de Jean Marie Le Pen, jamais l'inverse. C'est
une constant dans l'histoire de la droite francaise, elections
apres elections, les 6lecteurs du Front pr6ferent toujours
< l'original a la copie >.
Dans tous les cas, la nouvelle pr6sidente du Front, la
fille de Jean Marie Le Pen, Marine Le Pen, est en train de se
frotter les mains, le parti majoritaire ayant eu la g6niale idWe
de lancer le d6bat sur la laicit6 a quelques jours des elections
cantonales.
RWsultat, les 6lecteurs du Front se sentent 16gitimer
en allant voter massivement pour ce dernier. Le r6sultat du
premier tour des cantonales de dimanche 20 Mars 2011 r6sonne
comme un avertissement pour la pr6sidentielle de 2012, le ris-
(FRANCE / p. 13)


BurxOp.G90a IR*pUblIp..ju d~kufd
Lp*qmvso



APM A MAIWTEBTATION D'rwrEaT pIo LA StLE.Cfl Dl'UWa FMWU pIU LA
VtIRCANN DE MVATS POVI4C3(N

In R 8riquA c IA LiR&jix d1'4h$ (BTIf. L pt&AL - r*
#@CtIW. tw o r -r Mpour I M eb *M d o qtCwAn s (bi, 6 WO
wt Iw.41ufle rdo M tN* td o Ii dk do M, tC IRI deoE e
9dvfN, - orDnI - d 400 4IurIMa s rmi c db'l 4 W p d I p CIF jr
.4nrmw. vri ^A d*a&.oWr WW p ' s o im*- mrtkqn lre imr-cMtb alt . o r~ug ,* o
I. 6n prko sr jbw nruk1u ra t a weq I" romiw

A i4 � fbi IL Brb3 L i e 1* Cdiuikm d11, rw r Au Im igs AW A m
O dmnit*r4 rflwc iionhrm fl a r a1 40 1) pi 2 Uco 35) imi% N
p *wiqrznU ~ * S wk lwrho ueubi k at a� af dx Cdo ncelaon idcniwage d
vfft- Pc&Sc. 104 F-w m frabofud~ at mwitofndCCfI I *zw I UWinu I
prv t*Wis, rulmou mi
" Lour prdmrmuItk
" La :oui m b � m I 0f tr a GO* cxlMw
- La. r*4&gcrw ' ri r d i , ~J L(m ) mchI7 ur4m .) t
* L uit nf6rg 4 mmru
L* A* rdjWe a me I mdLA rml* t im*v dununl be ckq (S)
SAu mom= d 2l urw 4 00 mr b cf~ iwi rl mimms fn jju~t frafxuiw
QAT*X& VMW *G jpr~r~w"Wrvvwrtwqt (%WN dd fffi ML~
pr- ;i p mm 04 : 1W Nfvf4. " ) v* rui qxiu..lr *a.nr, W rron f, h
- st.furvu dai 1*~ ~r ~ea -
* Cwlemm on man. I U-I wj W urw rNIuCMP&


1. u rIL* IrWuW rwu IK Ln u 4uWpIdiauorwm 41ton

L- doisELw %cW k MW (M CIUI f om do Ttw Q pur, twu- s nln
vfmft6i~ %ft. t lm ormnaycmurlrcn Iff:Mp C~kcmI" pmsoft


DGa W RA Irc (3 I-Ofchr m fnjtrrq--MQ%&Oux 010-20T 1. 2M 1 ; FL1D12, 2017720130.


r- r**11 w fa dM4 nwi.-M t k* w1 OkhS w P�MrW h. m dMaIN L
fj~rw tqp- imLdimoclot n &WAS limenow . oitp Ckm UFd, io 31 2011, a lofth
1h r S -Cwme Wmrt :
Erns hnn I to g ~ vri I l.rf q Fmi i
O Lwdb*h m mffpcRN dao Mwrr wb wbmo
Aia a dos -nal vima I J cw
L" 4smng(*. nw s o ri 9. jiww I9 a2or . . f, raw I idii 99 io"
E-rtimli, crffponh n*C
'*Alf I **ym *W M ur 9 jtlw wiata g iw6 d6 1mk inkq ,r*- ,Ua&r I,4o
CMq4 M r'WE.M"dMe, rzr rud 4 " ".1 LOR CMSlrlM vrrwi * .ql
rl"Di", a f cAe 1 CIt * A IFkU% Rwf ma Q i ivw IUIM do a
am Wn vr~ Ee 1 b A b 4E f
VO 17 nIdkp-wI,�, 03 j 21311D,.a ~f


Page 12


Me Arismon St Clair / Grefier en chef


AVIS DE DIVORCE

PAR CES MOTIFS, le tribunal, apres en avoir delib6re au vceu de la loi et apres avoir
entendu le Ministere Public dans ses conclusions 6crites en forme et au fond, favorable a l'action
du requerant, accueille l'action intentee en divorce par le sieur Dyode DELISME centre son
spouse Widnie LEXIN, en la forme et maintient le d6faut deja octroy6 centre la d6fenderesse
a l'audience du jeudi 10 Fevrier 2011 a 12 heures ; ce, pour n'avoir pas rabattu . Aux terms de
article 287 du code de procedure civil Luc D'HECTOR. Admet le divorce des 6poux Dyode
DELISME et de Widnie LEXIN pour abandon du toit marital envers son maria au vceu de article
217 de code civil haitien.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entire les dits 6poux tout
en ordonnant a l'Officier de l'Etat Civil de la Commune de Petite Riviere de Nippes, Mr. Lionel
PRUCIEN de transcrire sur les registres a ce destine le dispositif du present jugement don't un
extrait sera insedr dans l'un des quotidiens s'6ditant a la capital sous peine de dommages et
int6rets envers les riers et de r6diger l'acte de divorce des 6poux pr6cit6s. Commet l'huissier Letoy
BLANFORT pour la signification du present jugement aux fins de Droit tout en compensant les
depens en raison de la quality des parties.
Donne de nous, Me Nerva VILMONT, Droyen du tribunal de premiere instance de
Miragoane, en audience civiles de divorce en date du jeudi 10 Fevrier 2011 a 2 heures 12 minutes
de l'pres midi; en 208eme de l'ind6pendance, en presence de Me Mesner ELISME, Av, Substitut
Commissaire du Gouvernement pres le parquet tribunal de premiere instance de Miragoane, avec
l'assistance de Me Arismon SAINT-CLAIR, Greffier en chef de siege.
IL est ordonn6e tous huissiers sur ce requis de mettre ce present jugement a execution,
aux Officiers du Ministere Public pres les tribunaux civils d'y tenir la main, a tous commandants
et autres Officiers de la force publique d'y preter main forte lorsqu'ils en seront legalement requis.
En foi de quoi la minute du present jugement est sign6e dujuge, le Substitut Commissaire
du gouvernement et du Greffier susdit.

Pour expedition conform a la minute collationnee.

Pour Info : Me Arismon St Claire :
3729-6859 /31172235


I xxI.- l -





Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV � N' 10


REHABILITATION


DMs le premier article que j'avais consacr6 a la conf6-
rence de Porto Alegre (voir HEM, Vol. 23, # 36, du 30/09- 0610/
2009), je voulais faire sentir que cette conference semblait
marquer un tournant : < Cette conference est celle du refus
d'une certain modernisation qui kcrase l'homme ... > Ily a
deux semaines (voir HEM, Vol 25 # 8, du 16-22/03/2011), j'ai
formula cette idWe de maniere plus explicit : < On pourrait
done dire que cette CIRADR (Confirence Internationale sur la
ReformeAgraire et le Developpement Rural) devrait marquer
un tournant au niveau de la politique agricole pr6nde par la
FAO, un tournant que l'un des confirenciers, le professeur
MiguelAltieri, a dkcrit avec ces mots : o on est en train de vivre
un retour I 'agriculture o agricole >, durable, familiale >>.
Pour comprendre ce tournant, il faut replacer la
CIRADR dans le cadre des grandes conferences qui se sont
tenues durant cette p6riode. J'ai d6ji signal
x 1992 Sommet de la Planete, a Rio de Janeiro,
x 1995 Sommet mondial sur le d6veloppement social,
a Copenhague,
x 1996 Sommet mondial sur l'alimentation, a Rome,
x 2002 Sommet mondial sur le d6veloppement
durable, a Johannesburg,
et dans mon dernier article, qui traitait de la protection de
l'environnement, j'avais beaucoup insist sur le programme
d'action adopt a Rio, le fameux Agenda 21.
Mais, si nous voulons mettre le focus sur l'agriculture,
nous ne pouvons pas passer a c6t6 du Sommet mondial pour le
d6veloppement durable, qui s'est tenu a Johannesburg (Afrique
du Sud), du 26 aofit au 4 septembre 2002. Je dois reconnaitre
que ce n'est r6cemment quej'ai pris connaissance du Rapport
du Sommet mondial pour le developpement durable, mais


Le tournant
ce que j'en ai tird ne manque pas d'int6irt.
Pour commencer, une confirmation de ceje disais il y
a deux semaines a propos de l'agriculture grande destructrice de
l'environnement : << Par ses activities, l'homme compromet de
plus en plus 1 integrityd des dcosystemes don't il tire 1 essentiall
des resources et services ndcessaires a son bien-etre et a ses
activities dconomiques >. Evidemment, il n'est pas question
ici seulement de l'agriculture, mais de toutes les activities
humaines ; n6anmoins, celle-ci reste la premiere des activities
par lesquelles l'homme tire des 6cosystemes l'essentiel des
resources et services n6cessaires a son bien-6tre et a ses
activities 6conomiques.
Puis, 1'importance de l'agriculture pour la satisfaction
des besoins de la population : << L 'agriculture apporte une
contribution essentielle a la satisfaction des besoins d'une
population mondiale croissante et elle est indispensable a
I'dlimination de la pauvrete, en particulier dans les pays en
developpement >, et dans le d6veloppement durable : << L 'agri-
culture joue un r6le determinant dans le developpement
durable. Pres de 70 % despauvres des pays en developpement
vivent dans les zones rurales et dpedednt d'une maniere ou
d'une autre de 'agriculture pour leur survive. En consequence,
lesprogres rdalises dans 1 'agriculture constituent la meilleure
protection contre lapauvrete et lafaim dans de nombreuxpays
du monde. >>
En consequence, il est de la plus haute importance
de dMfinir une politique agricole qui permet la satisfaction des
besoins de la population sans prejudice pour l'environnement:
< II imported de promouvoir le developpement agricole et
rural durable en adoptant une approche integrde permettant
d'accroitre laproduction alimentaire et d'amdliorer la sdcurite


alimentaire, tout en assurant 'innocuitW des aliments, dans des
conditions qui soient dcologiquement rationnelles >>.
Le module propose est tout a fait a l'oppos6 de celui
que nous ont impose les institutions de Bretton Woods (Banque
Mondiale et Fonds Mon6taire International). Tout d'abord, les
avantages respectifs de l'agriculture commercial et de l'agri-
culture familiale sont expos : << L 'agriculture commercial a
grande echelle contribute sans contest a nourrir lapopulation
mondiale, mais lespetits exploitants et leur mode de viejouent
un r6le essential dans le developpement rural et sont unfacteur
fondamentalpour riduire le nombre de ceux qui ',. n,,. a1 de la
faim et de la malnutrition >. Puis, aprbs une remarque sur cette
<< revolution verte > don't on nous a rabach6 les oreilles, il y a
quelques anndes : << La Revolution Verte d'antan dtaitpoussde
par les techniques etprdsentait une forte intensity d 'intrants >>,
nous avons droit a la politique prdconise : << La revolution
agricole dufutur devrait &tre une agriculture durable fondle
sur lespetits exploitants et nkcessitantpeu d'intrants. De nom-
breux enseignements ont etd tirds de la Rdvolution Verte, qui a
permits a la productivitW agricole defaire des pas de geant. Mais
il n 'en reste pas moins qu 'elle a t a I 'origine d'agressions
contre 1 'environnement, que les nouvelles pratiques agricoles
durables pourraientpermettre d'dviter >>.
Voilh qui devrait mettre fin aux 6lucubrations de tous
ceux qui, chez nous, rlvent encore de reconstituer les grandes
exploitations coloniales produisant pour l'exportation, et si
possible, avec une main-d'ceuvre servile ; malheureusement
on sait comment certain < pr6jug6s ont la vie dure !

Bernard Ethdart


ELECTIONS-FRANCE : Les difficulties du parti majoritaire


(FRANCE ... suite de la page 12)
que de voir aucun des candidates de l'alliance gouvernementale
present au second tour de l'dlection pr6sidentielle de 2012
est reel. L'histoire se rdpete a l'infini, comme disait Braudel.
D'un autre c6t6, le Parti socialist (PS) et l'Union
pour une Majorit6 Populaire (UMP) sont en crise de leadership,
meme si la crise ne se manifeste pas de la meme manibre pour
les deux. S'agissant de Nicolas Sarkozy, changer de paradigmes
de communication don't les parametres lui avaient permis de
reporter la pr6sidentielle de 2006, est sans doute un crbve-
cceur a une annde de l'6ch6ance. En siphonnant l'dlectorat du
Front National en 2006, il avait fait le bon calcul, l'essentiel
c'6tait de le convaincre. Cependant la politique, c'est aussi
la conjoncture, or celle-ci lui est aujourd'hui pr6judiciable,
d6favorable tant les indicateurs dconomiques, soci6taux sont
en berne. Les leviers de la sociologie politique francaise sont
retournms leur place. Pour la droite et M. Sarkozy en par-
ticulier, ils reviennent comme unboomerang. C'est la division
qui s'installe au sein du parti majoritaire, jusqu'ici ce dernier
6tait uni comme les cinq doigts de la main derriere son chef,
ce qui faisait sa force. C'est cette unanimity qui vient de voler
en 6clats avec les r6sultats du premier tour de la cantonale.
Les vieilles lignes de demarcation iddologiques d6partageant
les droites francaises sont encore vivaces. A chaque fois que


le Front National fait un score a deux chiffres, les diff6rentes
tendances au sein de l'UMP se mettent en 6bullition. Devant
la cacophonie de son 6tat major, les militants de base sont
d6mobilis6s, ne sachant pas quelle consigne appliquer sur le
terrain. La droite est tiraillke et n'arrive toujours pas a accorder
ses violons au second tour lorsqu'il y a un candidate de gauche et
un du Front face a face. L'aile mod6rde de l'UMP, en tate Jean
Louis Borloo, a appeal a former un 'front rdpublicain' arguant
que < le parti socialist est un parti rdpublicain, ce n'est pas
le cas du Front National > assene-t-il. Ce qui n'a pas emphch6
pour autant des cascades de declarations plus contradictoires
les unes que les autres venant des tenors de la droite, don't le
Secr6taire g6ndral du parti, Jean Francois Copp6, qui a appelk
les 6lecteurs de son parti a ne choisir ni le Parti socialist ni
le Front National. De telles ambigiiit6s vont une fois de plus
profiter au Front National qui pourrait augmenter son score
au second tour.
Quant a la gauche, elle aurait pu b6ndficier de la
situation mais elle est confronted a un problkme de leader tant
elle recele d'innombrables chefs qui passent leur temps a se
combattre au lieu de s'unir, done elle n'a aucune chance de
pouvoir reporter la pr6sidentielle de 2012.
Enfin quant au president Sarkozy, il est confront a
trois 6cueils. Pour retrouver son niveau de performance de


2006, il lui fautjuguler la monte de ses frbres ennemis au sein
de l'appareil du parti qui ne lui front aucun cadeau ; en tate
Michble Alliot Marie qui pourrait essayer de profiter de ces
difficulties car l'UMP reste et demeure un rassemblement des
parties de droite. Ensuite les vieilles querelles entire chiraquiens
et sarkozystes ne sont pas tout a fait apais6es, elles pourront
remonter a la surface a la moindre disaffection de l'opinion
publique francaise. Deuxibme 6cueil, le candidate Sarkozy qui
avait fait le plein des voix au sein de la communaut6 musul-
mane en 2006 risque cette fois-ci d'obtenir l'effet inverse
tant leur deception est grande. Nos concitoyens de confession
musulmane n'ont gubre gofit6 les stigmatisations don't ils sont
l'objet a chaque d6bat organism par l'UMP, que ce soit sur
l'immigration et r6cemment encore sur la laicit6. Or ces d6bats
ne sont pas sans objectif politique pour l'UMP car cela permit
au parti majoritaire de ne pas 6tre d6bord6 sur sa droite avec des
composantes remuantes telles que << droite libre >, < la droite
populaire > qui recyclent les vieilles idWes du Front National
au sein du parti majoritaire. Jamais ces dernires n'accepteront
les consignes rdpublicaines d'un Borloo ou encore du Premier
ministry Francois Fillon car elles pr6nentjustement un ancrage
a droite, voire a l'extreme droite.

Magloire Demesmin (pour Hafti en Marche)


La corde semble se refermer au cou de Baby Doc


(DUVALIER... suite de la page 2)

Cependant pour ces avocats-li, il s'agit uniquement
de faire passer le temps. En attendant des jours meilleurs.
D'ailleurs Me Reynold Georges n'a-t-il pas vendu la mache en
sugg6rant que c'est le president Rend Prdval qui persecute son
client, avertissant solennellement que les pers6cuteurs peuvent
se retrouver a la meme place que le pers6cut6 !
Allusion directed aux r6sultats attendus (voire
inattendus !) aprls le second tour de la pr6sidentielle le 20
mars 6coul6.
Bref, le prochain pouvoir pourrait se montrer moins
attentif a la presence de l'ex-dictateur au pays. Ou avoir
d'autres urgences pendant les premiers temps.

Un instrument de propaganda ...
Or c'est ne pas computer avec la communaut6
international qui pourrait vouloir faire de ce proces un
instrument de propaganda pour elle-meme.
Dans un long article paru dans le quotidien Le
Nouvelliste sous la signature de Reed Brody, un expert de
l'organisation des droits humans. Human Rights Watch,
base aux Etats-Unis, nous lisons : 'ceci reviendrait a ignorer
l'obligation de l'Etat haitien de poursuivre Jean-Claude
Duvalier pour les crimes qui lui sont reproch6s. En effet, selon
l'article 276 (2) de la Constitution haitienne, << les Trait6s ou
Accords Internationaux, une fois sanctions et ratifies dans les
forces prdvues par la Constitution, font parties de la L6gislation
du Pays et abrogent toutes les Lois qui leur sont contraires. >
Haiti est notamment parties a la Convention americaine relative
aux droits de l'Homme et au Pacte international relatif aux
droits civils et politiques, qui imposent aux Etats parties
d'enqueter et de punir les auteurs des graves violations des
droits de l'Homme.' Etc.


La prescription
Dans le meme artic
soutiennent que les crimes qui
prescrits d&s lors qu'ils ont 6i
Or 'la Cour Interam
don't l'interpr6tation souvera
a Haiti, a estim6
que << toutes
les dispositions
concernant les graces,
la prescription et
l'6tablissement de
measures qui excluent
la responsabilit6 sont
irrecevables au regard
de la convention, car
elles sont destinies
a emp6cher les
enquetes et la sanction
des responsables de
violations de droits
de l'homme telles que
la torture, l'ex6cution
extra-judiciaire,
sommaire ou
arbitraire et la
disparition forcee'
Etc.
Si l'on
considbre que Haiti
est souvent percue
come un laboratoire
pour des experiences
politiques ou autres
entreprises par la


irrecevable (!)...
le : 'Les avocats de Baby Doc
lui sont reproch6s sont d6sormais
t6 commis il y a plus de 25 ans.
dricaine des droits de l'Homme,
ine de la convention s'applique


communaut6 international, outre que les 6v6nements
actuels dans le monde arabe ont remis a l'honneur le tribunal
international pour juger les crimes centre l'humanit6, il y a
de quoi pour l'ex-dictateur haitien de ne pas se sentir tout a
fait a son aise.
Hafti en Marche, 27Mars 2011


Page 13


AB-'72 "r=- Z 4 �prrbeb Xk%*,4mmrjln
T46: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOLTESZ LES OCCASIONS.
- Rrpdwt c depairwrr pour Biel South. FPL. GAZ , CA LE 7V.
BPEl . MHOIJIIT7 ew.-sc
- Connection idlphani.qw chz vous..


Ouvert
16 Jours

par
semaine:
8k30 am


7h30 pm



4 F I I K T I n
0 ht'ihRliLn I- ua mAOC C D's (p~rn ~ Egwrqr I--%m &T4kpc
* Vmik'pk I IJlkfj, Z IUI' i r I -wIct1-Lr ie t~f
% "Ot )a 4 PLlMI ' I k% tV-Wrld~rl


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - - I





LES JEUX


Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 10


LES * I1 111E' U1I3


Allez de SEPARE 4 AAIT, en ulilisant des moss Idu du
vocabulaire Iran�ais. et ne changeant qu'une lettre pr ligne.


.jm� 0


Solutions de la semairne passe


INS TAURE
NEE IN B
U RS U L LINNE
SE L IL

AS O0N I E
HE PAT I T E


2. L 2. [~ELVY
Z CSrZiP E L VFY2D B N G A

H T S C s ~-1 C H R. V N
A Q K X iF l -E I4 R B A
Lr L E S H Ar CI A 2l �~ C A
TJHF-AY',,.FFI. HFF
LLES!I!'-ACA2EC
A : R Nd S1E"I " ~ N A 1I~
G C7- N !D V E A C J D S
0 M A 0 U S WvJM G U JP I


- J U JJ 3 S 7 CA K N A N

T~wu~a Ie� 14 g~e da p4ut dca ~O4 ,nee duo rr danie ur k &B~�C;llr


fr SCRABBLE
Arrange les sept leltres ci-dessous
pour former un rnot frranifis

A U

RMS
R M S

E E

Solutions de la semaine passed
INGENIE


a od ie
- 3 ~fism


Dan Reil cn mu.-ique

AuP ~Plphft chantant
jourp1 cvdnle uol .Tvde nkn Deop mqln
et PRObtaon Eu.ltnL
Mdfodle Matin avc Marcus


Tnfcirniuiio Intcr6-icw. Anecidvb), lurrw.,ur.
Anaysse
Nqs Chrgnlg&%Us
L'Editorial de Mzic
Au Quolidken nvec Elie
LIAChraniquc Liiibuir ucvec Dominiquc BHatville
Les Spurns avei Azor F1r7nci
Les Invilla du )our~
Mklodic Maiti ihaque xawmedi ct animin
par F6qui6v FRaph.bI


12400-12h3co


I 2h30-2h00




1h.5h pm





5h 30 pm


7h-Sh30


9hM - IOM3



9hOOtm au dlel


LeEiSquede I'AUdfteu
animation Jamcs PrddviI

Le Mid
information avec Aniiu� PicrrmLoauIs
Ct MUiid-M Cm-luiw
Lady BMuCu avec Elsic
Jm.r. Blum Swing. Raliime
Coszt zi Ban on chansons...
Emission dc chansons rrun-3is*
L e o,. Vi-uox Temps
Rctro-Comnpas
svec Doc Danici el C'upiwn Oill
Le Journaldo 5 hurts
ovoc Viltvicl Hcriclou
et M ilkaJean k 31i3ile Desir
MIo'de & Company
D~wkeppiment durate
Mardi avec errnani Ehcan
AmorySah cn Luciani
Soir informations

Notre Grand Concert
Lun- & Mr.: L'hewirv i q'iq
Jcu. & Dim. : Jazzat Tcn
Jud cwrmichwl revok M%~P( invhk
CAvallers. prenez vos dames
(SAreIi) 50 an& de succ9 popul 3ircs haftiens


E n B ref. (... suite de la page 2)
gouvemementale qu'ils qualifient de <>. Ils ont done annonc6 une grave
g6ndrale pour le lundi 28 mars.
La premiere consequence de la hausse des prix des products p6troliers est
l'augmentation du tarif dans le transport en commun. Une hausse de prbs de 50% sur
les diff6rents axes de la region m6tropolitaine. Les circuits Port-au-Prince vers les
autres communes ou quarters de la region m6tropolitaine tels, Carrefour, P6tion ville,
Delmas, Clercine, Croix-des-Bouquets etc passent de 10 a 16 gourdes. Une course de
taxi se paiera d6sormais 28 gourdes (et non 20 comme avant).
Dans d'autres quarters plus 6loignss, les tarifs atteignent des sommets. Arcahaie passe
a 31 gourdes, Cabaret a 27 gourdes et Kenskof a 46 gourdes. Cette hausse important
occasionnera certainement des heurts entire chauffeurs et passagers.
Les citoyens de la region m6tropolitaine qui devront augmenter de 50 % les
d6penses pour le transport verront s'amoindrir leur pouvoir d'achat. Cette hausse des
hydrocarbures devrait avoir des repercussions sur les prix des products de premiere
n6cessit6 ainsi que le fonctionnement des entreprises. Absences et retards vont
s'accumuler.

Le nombre de sinistr6s dans les camps a chut6 a 680 mille
P-au-P, 24 mars 2011 [AlterPresse] --- Le nombre de sinistr6s dans les camps continue
de diminuer et atteint a present le chiffre de 680 mille personnel, selon les dernires
estimations de l'Organisation Internationale de la Migration (OIM).
Enjuillet 2010, soit six mois aprls le s6isme, 1,5 millions de personnel logeaient dans 1
555 camps. Le nombre de camps est aujourd'hui r6duit a 1 061.
Des constats preliminaires, effects a partir d'un suivi de 1 033 chefs de famille ayant
quitt6 les centres d'h6bergement, indiquent que 50% des sinistr6s vivent dans des
logements pr6caires. La plupart ont opt6 pour une tente dans leurs quarters d'origine.
Quelques-uns ont trouv6 a se loger chez un parent ou un ami. Et d'autres sont retourn6s
dans leur maison endommag6e en d6pit des risques que cela repr6sente.
Selon un rapport conjoint de l'OIM et des Nations Unies, de multiples raisons poussent
les sinistr6s a abandonner volontairement les camps. Certains ont pris cette decision
aprbs avoir r6ussi a obtenir des abris de transition. Mais beaucoup sont parties a cause
des expulsions forces, de la d6t6rioration des conditions sanitaires, de l'ins6curit6 ou
encore de la reduction des services dans les camps.
Par ailleurs, la majority des organizations responsables de la gestion des camps
entendent se retire entire avril etjuin prochains pour absence de financement.
Cependant des services de base sont toujours inexistants dans les quarters d'origine des
sans abris.
L'urgence d'offrir des solutions de logement aux sinistr6s augmente en meme temps
que les facteurs poussant les families a laisser les camps, souligne l'OIM. Pour
l'organisation, l'urgence c'est aussi de trouver des resources pour faciliter aux sinistres
une transition harmonieuse entire les camps et les communaut6s.

Duvalier : La justice interdit a l'ex-dictateur de quitter Port-
au-Prince
L'ex-dictateur Jean Claude Duvalier a requ une assignation a residence limitant ses
d6placements a la capital, Port-au-Prince, apprend AlterPresse.
Suivant cette assignation, l'ancien president auto-proclam6 a vie ne pourra recevoir
chez lui qu'a des heures pr6cises.
La decision a ete prise jeudi par le juge Carves Jean en charge de l'instruction en course,
24 heures apres que Duvalier a ete hospitalise.
Selon ses proches, Duvalier souffrait de maux d'estomac et du thorax et avait dfi ttre
emmen6 dans un h6pital de la zone m6tropolitaine.
Dans des interventions sur plusieurs m6dias de la capital, Me Reynold Georges, avocat
de l'ancien tyran, a critique la decision des autorit6s judiciaires et annonc6 qu'il allait
faire appel.
Jean Claude Duvalier fait l'objet de poursuites notamment pour d6toumements de fonds
publics ainsi que de multiples plaintes pour crimes centre l'humanit.
I1 6tait d6jh theoriquement en residence surveill6e depuis le d6but de la procedure
lance centre lui, aprbs son retour enjanvier dernier en Haiti. Cette measure limitait les
d6placements de Duvalier au dnpartement de l'Ouest. (Alterpresse)
Fin de la visit de la d6l6gation du Congres americain
Au terme d'une visit de deuxjours d'une d6Clgation du congrbs americain, le president
de la dClCgation, Patrick Leahy, S6nateur d6mocrate du Vermont, a d6clare, apres
avoir visit en compagnie de Peter Welch, membre de la Chambre des repr6sentants,
des zones devastde autour de la capital de Port-au-Prince : < Je suis beaucoup plus
optimiste apres ce voyage queje ne l'6tais avant mon arrive. >
Leahy et Welch ont pass lajourne du mardi a visiter un centre medical pourjeunes
handicapss, un site d'enlkvement de d6combres et rencontr6 des travailleurs de l'aide
americaine ainsi que les autorit6s haitiennes, don't le Premier ministry Jean-Max
Bellerive. < C'est une immense quantity de souffrance que vous voyez, mais ce que
vous voyez 6galement c'est une 6norme quantity d'espoir > a d6clare Peter Welch. <
(EN BREF / p. 16)


Page 14


510- 61ih3O

6hW4-ThOOJ


7hOD-9h00


I Oh-Midi


S



!B


- - - - - Ix xl Ix - -l - -1 -


StDfr.n5 d? ia
rceaine psse

T R A IME S
C R A N E S
CrR U M E S
C R U T E S
CleRUITES
C Fl U]TlE Z


-11~1


,4 11k H ill ( .,I .1-iii. I'll[ 1`1 1111-ti. I ].III
III I'll I - 1 .1-4: 1.::A-QI 222 1 13 3
III if I I -I I w ! it I a It I III I I I I �I 1 11 1 IH I 1Nl%% 11.111�rm iiiri. it- riiIi
I I h I'.., I I � I I k I.- I I" l'i*, ;� ",�- 'k 11,114 , %V I 1,
NVV NN' 0V_ I_.dr I (I i ( III e Im I i c I I a


:


e, *car Idd ca dovr ew 7/tictsae /





Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 10


Ti Gout pa Ti Gout aik.Ill ai.\/,h


LAVI AK LANMO KOTAKOT NAN FO-DIMANCH
Ak: Jan Mapou


4 Mwa 6 jou nan lanfk Fb-Dimanch
Twazvem pati
Pou premye ak dezyem pati yo, chache Haiti en Marche
nimewo 08 ak 09

Younjou Elois M&t di l'ap vin fe enspeksyon. Sanble
gen kUk oganizasyon dwa mofn ki t'a fe presyon pou yo vin
vizite prizonye politik nan peyi-a. Jou sa-a, gade non, yo
lave koulwa-a. Yo entire. Yo jete tout Dyab yo; kidonk Kin
yo, epi yo louvri selil yo youn apre 16t pou Eloyis M&t tyeke
prizonye yo. FR enspeksyon. Mezanmi! neg la part sinik f6k
pa plis, youn bout koton nan nen li, youn jandam ak youn
boutey alk6l ap mache sou kote-1. Yo louvri, li gade. Chak
mofn idantifye yo. Yo bay non yo epi yo di ki kote yo te arete
yo. Ou pa gendwa ni pale ni plenyen. Depi ofisye-a di otan,
se frmenbouch ou. L. yo rive sou selil pa nou an, te genyoun
prizonye ki pa t'kapab ank6 ki tonbe chante "Duvalier papa
w 'a four pye-w pi byen fon "... Epi li louvri tout gagann ni
pou l'rele "Viv Duvalier" Msye te gaye net. Li tonbe ap fe
el6j Duvalier... Jandam yo pouse msye epi yo di-1 ase! "S'
oun teknik sikolojik prizonye sa-a ki pate nenp6tki t'ap itilize
pou atire atansyon Eloyis Met. Apre vizit la 16t prizonye yo
make ensandye prizonye sa-a ki te pran p6z fou l'la, ki t'ap
chante, chante Divalye-a. Gwo diskisyon pete nan selil yo.
Moun sa yo gen kU asye, anyen pa ebranle yo... Moun sa yo
pa moun. Se satan degize an mofn. Nou tout ap poze t&t nou
kesyon: Eske Eloyis M&t ka d6mi apre li fin we tablo eskelkt
makab sa-a, simitye lanm6 sa-a kote lavi ko-abite k6tak6t
ak lanm6; kote youn bann Ayisyen ki te ka frI li, fanmiy li
tounen zo ak po, defigire, demachwele, dekonstonbre, delala,
depafini... sal, k6touni, plen gal, santi di, santi chwan, santi
r&k, santi tata... adye-e!...Anfen! Pandan senk minit vizit sa-a
m'ap mande-m kisa Eloyis M&t t'ap panse. Kijan li te santi
li. Li pa te di youn mo. Figi-1 senpman t'ap fr grimas 16 vape
movz od&-a ba-1 youn souflkt.
Nou kenbe ti branch bwa lavi-a epi nou bay lanm6 youn
bwa long kenbe?
Nou lapriye, 3-4 fwa pa jou. Neg yo akize ki se
kominis yo, se yo ki lapriye pi red... Nou made Granmat la
delivrans. Prizonye ki katolik, rele tout sen ki gen nan sy61
pou vin ede yo soti nan miz&rere sa-a. SRvite vodou yo lapriy
tou. Yo rele lwa yo. Gen ki konn transf6me. Lwa pale ak nou.
Ban nou f6s ak kouray pou nou kenbe. Kanta pou pwotestan
yo, yo lapriye, yo chante chan desperans maten midi asw.
Pou n'a ka kenbe, Nou pale. Nou pale tout kalite koze.
Esperyans pesonl nou. Esperyans zanmi nou. Esperyans fanmi
nou. Nou bay blag, tout kalite blag. vye blag ansyen, vye blag
san sans. Blag sou fanm. Blag sou gason. Blag sou madoda.
Nou repete menm blag yo chak jou. Gen ki ri chak fwa. Gen
ki f6se ri detanzantan. Gen ki eneve 1 y'ap tande menm koze
yo toutan men ki ap gade nou k'ap ri e ki finalman tonbe ri tou.
Yo ri nou k'ap ri. Gen de blag ki sit6lman devegonde prizonye
pesonaj yo konn fache. Men blag sa-a yo kenbe nou vivan. LU
se blag sou medam yo menmmenm, gade non, nou santi nou
gason. Sa penmet fr bon r&v 1 n'al dbmi.
Prizonye ki save yo tankou youn jenn ti pwofese
istwa ki te nan selil la fr kou istwa Ayiti ak nou depi nan
lakoloni rivejouk souPrezidanMaglwa. Nou diskite, nou poze
kesyon. Anpil diskisyon sou konpbtman, aksyon ak reyaksyon
gouvennman yo. Se te sa ti branch bwa lavi nan selil la. Gen
de diskisyon ki konn sitelman chofe, si se pa te "B10" majb
selil la ki mete ola, batay ta gendwa pete. Chalk nan kb-n;
pikotman ak satouy&t nou, fredi ap manje gawo-n, grangou nan
w&-1 nou, pin&z ak karanng ak fr nou danse, move sant nan
twou nen-n, maladi ak ravajejizye nou : tifoyid, grip, pituit,
lagounm, bwonchit, lafyev, tdt fd mal, vant fd mal, kolik, vant
mennen, kb fr mal, opresyon... Ansbm youn mofn ki pase
nan f6 Dimanch e ki soti vivan, mofn sa-a se youn ewo; youn
pwotektW bon zany yo, youn mirak Granmdt-la. Nan pwen
okenn etid lamedsin ki ka esplike kouman youn mofn fr pa
mouri nan mitan milyon mikwbb sa yo k'ap sikile anndan kou
deyb f6 dimanch. Epi kijan sistem youn mofn ka reziste epi
siviv menm pou youn ti bout tan kondisyon b&t sovaj sa yo.
Haaa! Pou mechan, gen mofn ki mechan vre sou late!

Youn Prizonye mouri ak maladi youn lbt antere tou vivan
Nan selil pa-m nan ki te selil nimewo 3, gen youn
jenn bway 25 ane konsa. K6 li te plen ak gwo bous6l. Youn
bann gwo gl6b plen maty. Li te alkjik ak rejim mayi moulen
san gras yo sevi prizonye yo. Younjou li gen youn sd1 grenn
lafyev cho. Pandan n'ap lave t&t li ak pipi youn 16t prizonye, li
trepase nan men nou. Nou rele. Maj6-a frape 3 kou nan p6t-la
ki se siyal l nou bezwen pale akjandam k'ap siveye koulwa-a.
Anyen. Nou rele Plop-plop. Anyen. Yo pa okipe nou kou chen.
Nou mete jennonm nan kouche sou do. Nou frmenje li. Nou
kouvri-1 ak nat li-a. Nou la, n'ap gade-1, n'ap soupire. Enpe
nan nou met ajenou. Nou lapriye pou li. Yo vin ranmase kadav
la 5-e dt'an apre. Li devan nou deye.
PN Ipolit limenm se te youn mason, yo te arete li nan
Regie du tabac. Yo akize li ak young bann 16 anplwaye yo t'ap
pase fo lajan nan Reji-a. Se te pesonaj ki te pi aje nan selil
la. Eske li te nan move konbinezon ak 16t anplwaye? Eske se
vre yo te gen pr&v li t'ap pran bon lajan, mete fo lajan? Se
limenm ss1 ak konsyans li ki konnene. SO bagay, li toujou di
nou si nou soti anvan li, tanpri di fanmiy li, pitit li yo, li pa
vole. Li pa trayi yo. Li se youn viktim politik. Li toujou di nou
pajanm mete konfyans nou sou zanmi paske depi men youn
zanmi pran nan moulen, li pa zanmi ank6.
PN Ipolit te konn priye ak nou. Li te konn chante ak
nou. Youn jou li gen young s61 grenn doulk anba tivant. Se 1l
sa-a li di nou depi 3 jou li pa ka pipi. L'ap rele, l'ap plenn tout
lajounen, tout lannuit. Li made youn ti grenn remUd. Plop-
Plop ba li youn grenn kafen6l. Pa gen pesonn ki te ka d6mi
jou sa y oak doulk PN Ipolit la. Sou twazyem jou, doulk-a
sit6lman f6, li pa t'ka reziste. li evanui... Nou lave figi-1 ak pipi.
Nou frape p6t la ak raj. Finalman Plop-Plop part byen move,
li menase nou si nou kontinye ap frape pt la, l'ap we-n anba
makak. Maj6-a leve men-l, li made lapawbl. Li di Granmofun
nan malad, li endispoze. Li pa ka pipi, anba tivant li eklate.
Ode asid la ap touye nou. Nou pa kapab ank6, se rezon sa-a ki
fr n'ap frape-a. Maj6-a konkli pou di: "K6mandan ou konnen


mwen, mwen pa tolere dezbd"...
Apre 2-e detan yo vin chache Pe Ipolit ki endispoze
men kU li te toujou ap bat. K6 li t'ap tranble. Yo mete-1 sou
youn sivye, y'ale ak li. Youn ti moman apre, nou tout tande
y'ap fouye twou deye miray ki bay sou lakou-a. Yo antere Pe
Ipolit tou vivan. Ipolit sa-a te gen pitit gason li ki t'ap travay ak
mwen Bank Nasyonal. Sate f--m byen lapenn pou m'we kijan
papa-1 pase. Sen nan te trajik. Nou pase tout res apremidi-a
an silans ap lapriye nan kU noun an memwa Pe Ipolit. Moun
sa yo pa mofn. S'oun bann ansasen. Youn bann krimin61 pi
red pase ItlJ.
Nan selil F6 Dimanch, se chakjou prizonye ap rantre,
prizonye ap soti. Yo vin chache yo leswa; si yo retounen yo
pa mete yo nan menm selil la; youn fason pou n'pa konnen
konbyen kout baton yo sot pran, osnonki kesyonyo te poze yo.

Liberasyon mwen nan Fb-Dimanch : Youn Mirak.
Anvan arestasyon mwen, mwen t'ap viv nan Riy1l
St. Cyr ak fanmiy mwen Lina, ki te marye ak youn neg
otijine Marchand Dessalines. Manman adoptif mwen Rose te
rete Okay ap fr levasyon ak edikasyon res ti lanj yo. Anpil
demach t'ap f&t Okay an nan P6toprens. Naan P6toprens
Kouzin mwen Lin ate konte sou youn vwazen nan Riy61 Wa
ki rele Lamartiniere ... pou ede-1 mete dey6. Apre plizye visit,
Lamatinye sa-a di li : Bliye sa tande! "Se devan-m yo fiziye
ti grimo ou la". Depi 1 sa-a tout demach kanpe. Se te youn
mannye pou kouzin mwen-a te ba-1 lapel despri-1. Depi mwen
mouri, tout bagay fini. L'a sispann vin anmekde-1. Kouzin
menm fr chante mrs pou mwen nan Legliz pou nanm mwen
repoze nan lap&.
Chak ane, nan ep6k vakans tout lafanmi toujou ak
pase vakans Machand-Desalin. Sen Patron vil sa-a se St.
Claire. Kidonk an bon katolik, chak fwa mwen al lames
ledimanch s'oun plezi pou mwen pou m'tande Monpe ap pale
de St. Claire, vi li, e nan ki kondisyon Pap la te kanonize li
epi Monpe toujou bay youn lis mirak St Claire fi.
Se konsa, 11 dawou, lavey fft St Claire, pandan
m'ap degrennen chaplk soufrans mwen nanf6 dimanch, m'ap
rakonte kanmarad yo jan Marchand Dessalines s'oun b01 ti
kote, kijan mwen te rankontre youn ti boubout... Epi m'ap
bay lodyans sou Avanti-m ak ti boubout sa-a. Epi pandan tout
moin kouche ap d6mi, mwen mete ajenou, m'ap di woze, m'ap
made St. Claire pou ede mwen soti nan lanfk sila-a. Mwen
pase tout nuit lan soujenou mwen. Mwen priye. Mwen kriye.
Mwen made sekou.
Nan demen 12 dawou, yo pa svi ni kafe ni pen. Plop-
Plop louvri gagannnibyenf6 nankoulwa-a pou l'di: Nan pwen
dejne, yo pa delivre pen Jodi-a. Se te lakonstenasyon. Men,
nou reziyen nou. Se pa premye fwa. Epi kisa nou ka di, kisa nou
ka fr? Nou se youn bann zonmi san pouvwa sou lavi. VW midi
mwen ka, konsa, nou tande youn bann mouvman, nan lakou-a
ak younbann pye k'ap mache nan direksyon koulwa-a. Zorey
nou fen. Nou detekte tout son. Nou mete youn siyifikasyon
sou chak son. Nou tande gwo chenn nan k'ap depl6tonnen
nan p6t dantre-a. Ke nou kase. Tout mofn sispek. Youn ap
gade 16t. Nou chita. Silans total. Nou pa tande bri asy&t yo,
kidonk se poko 1 mayi moulen-an. Nou tande youn bann pye.
Youn bann s6lda k'ap salwe. Nou sispek. K&-n ap bat. L'ap
bat f6. Nan ka sa yo se de bagay: se oswa y'ap vin lage youn
prizonye osnon gen youn nan nou yo pral fiziye. Shitttt, pe
bouch Maj6-a di. Li mache sou pwent pye, li gade nan fant p6t
la epi... Voup! li fr bak. Li chita. Tout mofn men nan fouk.
Grennje nou tout brake sou pbt la. Souf nou ap koupe. Yo
kanpe anfas selil 3-a. Y'ap pale. Nou tande yo manyen chenn
nan. Ke nou tou pr&t pou eklate. K&-n sou bisket. Nou cho.
Nou frdt. N'ap swe. N'ap tranble. Gwo p6t anfd-a louvri ak
youn bri feray k'ap fwote sou siman-an. Lyetnan Delva ak
youn 16t Sejan plis Plop-Plop kanpe ap gade nou. San di youn
mo. Youn silans lanm6. Silans ki dire youn minit ki sanble
youn etenite.
Lyetnan Delva koumanse ap fikse nou de goch adwat. Mwen
te premye prizonye ki chita nan kwen agoch, li koumanse
sou mwen, li gade-m fiks, li pa di anyen epi je li kontinye
ap pwomennen nan selil la, soti agoch ale adwat, retounen
agoch.... Epi li din an youn vwa grave ak otorite:
-Kiyes ki Jan Mapou-a?
Mwen kanpe voup mwen di:
- Se mwen wi K6mandan.
Li gade mwen. Li defigire-m de lat&t opye. Li gade nan youn
lis ki te nan men-1. Epi li made:
-Ki kote yo te arete-w?
-Nan radyo Karayib wi mon K6mandan

Li vire, li gade Plop-
Plop ki akyese ak t&t li. LIBERTE
K6mandan Delva di:
-Al benyen msye, mennen-1 ban
mwen nan sal de gad la...
Tout prizonye nan
selil la, tonbe bat bravo. Yo
konnen se lage yo pral lage
mwen. Gen prizonye ki la 11 est port6e la c
depi lontan. Yo konnen kilk yo mille six ( 12 Mai 2006), l
vin chache youn prizonye pou decision entire les 6poux J<
al nan jijman ak kilk yo vin d l
lage. Podyab! Yo kontan pou don't le dispositif est asi 1
mwen, sa ki di Mapou pa bliye Par ces motifs, le
komisyon nan, al we madanm Public maintient le d6faut
mwenpou mwen. Di timounyo profit du d6faut, declare fo
mwen toujou vivan... Mapou Jean Romre Laborde, d'av
pa bliyeeee-m!
Yo frmen p6t la blow..... et Publiques, prononce la di
Mwen devan. Ploplop deye. ordonne A l'officier de l'E
M'rantre anba douch la Mwen registres A ce destin6s le di
benyen... Aaa fwa sa-a mwen l'un des quotidiens s'6ditan
benyen, byen benyen. Soti s'ily chet, commetl'hui
mwen soti, yo mete-m chita sou
youn chez pay nan koulwa-a. de ce jugement, compense
Yo fe tdt mwen ak tondez. Yo
f bab mwenakyounmosojilkt Souverain Jean Gardy
Chandra. Yo ban-m young moso Pour ordre de publication


twal, mwen fe yo tanga, bouche devan-m epi yo kondi-m
pou m'al nan sal degad la. Men, desann mwen desann sot nan
koulwa-a, rive anfas soley la, mwen tonbe fas kontret. Mwen
vin aveg...Tout bagay vin tou nwa devan-m. Ans6m mwen
pase 4 mwa 6 jou mwen pa janm we solyy, 1I mwen part
dey6-a li te 1-e nan apremidi. Soley la cho. Reyon solky-la
frape-m dirik-dirik nan de je mwen. Li aveg mwen lamenm.
Se de ofisye yo ki soutni mwen ki mennen devan komandan-an.
LU mwen rntre se vwa k6mandan mwen tande ap pale. Mwen
pa ka w li. M'ap fwote je-m . Tou sa li di mwen reponn wi.
Li pa menm made mwen sa ki pase-m. SR1 sa mwen sonje e
ki te frape atansyon mwen se 1 li di:
- Se Prezidan-an ki pase 16d lage-w
- Wi k6mandan. Mesi wi.
- Ou ka rekonet rad ki te sou ou-a?
- Non k6mandan; m'pa ka we nanje-m non. Mwen
we tou nwa.
- Ki koulk pantalon ki te sou ou?
- Youn pantalon koule ble wi ak youn chemiz manch
long ki gen ti ba plizye koulk ladann
- K6mandan-an renmt mwen rad yo. Jandam nan
toujou soutni mwen, mwen mete rad yo sou mwen.
- Ou te gen 16t bagay sou ou 1 yo arete ou la?
- Wi k6mandan. Mwen te gen $20.00 anpyss ak youn
month.
Li four men-i nanyoun tiwa, li ban-m 20.00 dola-a epi li
di men youn bwat ki gen mont pran yofn si ou pa we pa
ou la. Tout mont se mont. Epi li di Sejan-an mete msye
nan vwati #3-a al depoze-1 lakay li Riyd1 St Cyr..
Sel kons61 mwen ta ba-w, k6mandan ajoute. Ou gen
gwo chans ou soti isit la vivan. Pa pale ni repete ni
sa ou we, ni sa ou tande. Wi k6mandan. Mesi wi.
Sejan-an kenbe men mwen, li mete-m chita sou syej
arye vwati-a. Epi li derape.
Sou tout wout la m'ap renmesye Granmet la. M'ap
renmesye St. Claire. Tet mwen cho. M'santi s&vo-m vid. Mwen
pa ka panse. Mwen pa ka pale. M'ap gade lanati k'ap defile
devan-m . pyebwa yo , plant yo, vwati k'ap sikile, moP k'ap
mache... M'a reve. M'ap made eske se vre. Eske se mwen
vre k'ap admire tout bd1 bagay sa yo. Awi! Granmdt-la gran
vre! Mwen tankou Laza Jezi resisite nan tonb li. Imaj tout
16t prizonye yo ap defofile devan-m. Mwen sonje yo tout. Se
k6msi mwen we yo k' ap bat bravo k'ap mande-m tanpri pa
bliye yo. Pou m'al di fanmiy yo yo vivan. Y'ap kenbe. Nou
tout te gen adres tout moun men sonje yo s'oun 16t koze. Pa gen
plim. Pa gen papye. Se nan memwa nou pou nou te anrejistre
tout non sa yo. Tout adres sa yo. Gen ki te pase kondisyon ak
mwen pou si se yo ki soti anvan pou y'ale pote nouvl lakay
mwen. Sa ki malad ta vle fr madanm ak timofn konnen yo
la, yo poko mouri. Sa ki ta bezwen fanmiy yo fr demach pou
yo. Anfen tout konvesasyon sayo 1 nou chita n'ap pale, n'ap
pran n6t ap dewoule nan memwa mwen. Tout mofn sa yo ap
atann mwen ale jodi-a menm pou mwen al pale ak fanmi yo.
Men mwen sonje "pinga" k6mandan-an tou. Nan mitan tout
panse sa-ayo, genyoun sl bagay k'ap sonnennan tt mwenki
f--m pe, ki f--m tranble.... Se vwa k6mandan Delva ki te di...
"Pa pale ni repete ni sa ou we ak ni sa ou tande". Mwen pa we
figi-m ki ka retounen nan kacho sa-a ankb. Se sdten y'ap polis
sekrt yo pral veye mwen. Mwen gen youn s61 grenn laperez
ki pran-m ki paralizire tout manm mwen... Epi m'ap poze
t&t mwen kesyon eske se vre yo lage-m? Ki kote ofisye-a ap
mennen-m? Eske se vre li pral depoze-m lakay mwen? Kijan
mofn lakay mwen pral resevwa-m?...Nou rive Riyd1 St Cyr.
Li estope vwati-a. Epi li mande-m.
-Se la-a ou rete.
-Wi. Se la-a wi.
-Men sanble pa gen mofn nan kay la, tout p6t frmen...
-K6mandan se la-a wi mwen rete.
-A, prezidan-an bay 16d pou yo depoze-w lakay ou; nan men
fanmiy ou. Si pa gen mofn nan kay la, m'ap mennen-w nan
pale.
-LU mwentande sa, k-m f vap. Mwen mete dejenou te, leve
de men-m anlr, mwen di:
-Woy k6mandan mwen ka ti fr&-w, ti fanmiy ou... Pou mwen
jwenn chans sa-a pou ou ta retounen ak mwen... Si fanmiy
mwenpa la se paskey'al Machan Desalin. Jodi-a se 12 dawou,
Chak 12 dawou y'al nan ft St. Claire Mwen gen youn matant
mwen nan premye site k6mandan, ou ka lage-m kay matant
mwen an. Tanpri, tanpri!
K6mandan-an gade-m ak pitye li di: machine nan pa
gen gaz.
ASUIV


EGALITE FRATERNITE
R6publique d'Haiti


Avis de divorce

onnaissance des int6ress6s qu'a la date du douze Mai deux
e Tribunal de premiere Instance de Port-au-Prince a rendu une
ean Rom&re Laborde, la femme n6e Marie Yanick Peterson,
ibell6:
Tribunal, apres examen et sur les conclusions du Minist&re
octroyd centre la d6fenderesse A la susdite audience, pour le
nd6e la dite action admet en consequence le divorce du sieur
vec son spouse n&e Marie Yanick Peterson, pour injures graves
dissolution des liens matrimoniaux existant entire les dits 6poux,
tat civil de la Commune de Carrefour de transcrire dans ses
ispositif du present jugement don't un extrait sera ins6r6 dans
It a la capital sous peine de dommages int6rets envers les tiers
ssier Jean Claude Beauvais de ce tribunal pour la signification
les d1pens.


i


Page 15





BACK PAGE


Mercredi 30 Mars 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 10


_/4( /t r-fAIAD 1_ N _C(L_
j J


MEN YON
Gwo EArO K
Ap POTS TOUDT
MAC4^ANDIZ
Ou Tron^TO


15 Jou POu rVWOT
MACHANJD4 OU nEDIEM
AM AN 0 *OU WAF T
m 'ec. o ! m onr l' a
' C HiMARCl-
LAam Li sWmuTE ROmNTENEis WAY
PfEPK* KA4MYON MACHINE Ro-


Role ( 51 ) 645-7590 or ( 561 ) 8454330
Fax ( 88 ) 846-7682 or ( 561 ) 842-9398


MIRAGOANE
HAITI I
e_____


Toll free 41-77-84-8330 or 1-877-845-7500

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Diretlon; 1a-9 to Exit No. 74 t( 4tStreet ) East to Congrues Av, to Nort en Con greso Av to Martin Lumer
King kr Blvd go Est on MILK Blvd ( making rWght hond turn ) to. Rd takes you straIght o tho Prt of Pa lm te
As oon a you go ever OlM De Hwy , before Ouard Shack Make lt Left hand turn you will s or Oign


Under New Management


Noe ge yo novo Bate MV MONARCH EXPRESS


En

Bref...
(... suite de la page 14)
Les gens vaquent A leurs
occupations. Ils nettoient les
decombres, mettent en place
des installations de soins
medicaux et envoient leurs
enfants a 1'cole. >> a i hm
Le S6nateur Leahy estime f , -
que 25% du milliard ' ----w *--
de dollars engage par ,
les Etats-Unis, ont t-
dtpenses dans l'effort de
redressement du pays,
affirmant que les officials
americains garantissent que
le d6caissement du reste de
l'argent sera bien utilis6.
Leahy et Welch ont aussi dit
leur bonheur de constater
que l'dlection du week-
end dernier semble s'etre
d6roulde correctement et que
le gagnant aura la confiance
du people haitien. < I1 [le
people haitien] va avoir un
gouvernement qui se soucie
des gens [...] ; pendant des
d6cennies, cela n'a pas t _
le cas en Haiti >> a d6clard
le Senateur Leahy. (Haiti-
Libre) II_.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896


Et S e f : ) 7


I. -.- a~3wrn hi


ste^^
._____>


-7.








St


ri
I


Mgerpfus b at spk
A& aweuAu"


'P.v I W fm U

.11 tflL�j k j Ijj ij~ I


r - _-


CAw~n ral, meww, _
Pqtius pkul4sm . Efnri "i - 1
pMenuS.a Pma


POM OS SItURVAMMIS K CAI APPBE

wsn h4m PA h.R mL , F. I r LI.dna. IPL
4174NW axuPlapa I Jtfl #1U


MaAL C


N14PMW* I S*4TF


S


Page 16


Notre nouveau
service cde
PICK UP
est disponible


VIM5 L: al.UVYJ U-k'I"X




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EEA53VPFR_28VGIJ INGEST_TIME 2011-07-19T17:10:52Z PACKAGE UF00098809_00449
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES



PAGE 1

tels que le rapportent des agences locales ainsi que trangres, notamment dans la Rpublique dominicaine voisine. Pourquoi ce choc ? Il est de diffrentes natures. Idologique ? Si peu. Michel Martelly n’a jamais eu aucune gne s’aligner sur des options de droite, proAu terme de la crmonie d’intronisation, le nouvel Archevque de Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard, et le Nonce apostolique (photo Robenson Eugne/HENM) Lorsque le nouvel exil de 34 ans jetait de l’argent par les fentres dans les stations balnaires franaises (photo d’archives) PORT-AU-PRINCE, 22 Mars – Seul mot qui peut caractriser la situation, c’est le choc. Tout le monde est sous le choc. Bouche be. ‘Bouch anba’. Oui, Sweet Micky pourrait avoir remport la prsidentielle. Du moins selon les premires tendances Mgr Guire Poulard, nouvel Archevque de Port-au-Prince PORT-AU-PRINCE, 27 Mars – Un autre handicap de la politique en Hati est qu’elle se droule en vase clos. On appelle politicien professionnel quelqu’un pour apprendre devenir politicien. Rsultat : la politique est l’un des domaines intellectuellement les plus pauvres, les plus striles et les plus ringards. PORT-AU-PRINCE, 27 Mars – Priode redoutable que l’interrgne, quand un pouvoir s’en va et qu’un autre s’en vient. se rglent, argent comptant s’il vous plait, en mme temps que les dossiers disparaissent comme par magie PORT-AU-PRINCE, 27 Mars – Pas de doute, Baby Doc souffre d’une maladie diplomatique ! Les deux candidats Michel Martelly et Mirlande Manigat reoivent la communion lors de la crmonie d’intronisation du nouvel Archevque de Port-au-Prince le samedi 26 mars coul (photo Hati en Marche) Fede DATILUS (voir

PAGE 2

Page 2 Mercredi 30 Mars 2011 EN BREF ... EN PLUS ... Un Hatien condamn la prison perptuit Palm Beach (Floride). mdicale. N’en croyant pas ses oreilles, il a fait venir la justice et aprs un long rpondant au nom de Fede DATILUS, la battait pour la forcer coucher avec lui. L’enfant n’osait rien dire son pre, craignant qu’il ne la renvoie en Hati. Le bb est n sans problme. Quant Fede DATILUS, il est en train de purger sa peine de dtention vie. Cela s’est pass Lantana, dans l’tat de Floride.Intronisation du nouvel Archevque de Port-au-Prince, Monseigneur Guire Poulard La crmonie s’est droule le samedi 26 Mars sur les ruines de la Cathdrale de Port-au-Prince dtruite par le sisme du 12 janvier 2010. Le nouvel archevque mtropolitain de Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard, a appel les Hatiens contribuer trangers. En mme temps que l’intronisation de l’archevque a eu lieu l’ordination recueillement sur les ruines de l’ancienne cathdrale. notre pays, nous devons d’abord miser sur nos propres forces, a martel sous des acclamations le prlat aprs avoir salu l’action humanitaire de la communaut internationale au lendemain du sisme dvastateur de janvier 2010 qui a fait environ 300.000 morts et ananti l’essentiel des infrastructures de l’glise catholique dans la capitale.P-au-P., 23 mars 2011 [AlterPresse]--Le policier Gervais Jean Wilgens, agent 4, allonge la liste des agents tus par des bandits arms ces derniers temps, notamment la capitale. rentrait chez lui, le policier Wilgens a t abattu par des bandits Santo (priphrie AlterPresse. Le porte-parole adjoint de l’institution policire, Garry Desrosiers, a indiqu la presse que les bandits voulaient s’emparer du vhicule dans lequel se trouvaient l’inspecteur de police et l’agent 4 qui l’accompagnait . Garry Desrosiers informe que, pour le moment, l’inspecteur gnral, Jean Migulite Son garde du corps, le policier Gervais Jean Wilgens, a t tu par les malfaiteurs. Le porte-parole de la police annonce qu’une enqute est ouverte. encore les rsultats en attend toujours les rsultats. Le Conseil lectoral les a promis pour au plus tard le voulant lever des contestations de le faire. ignore tout de ces documents. Les oprations de comptabilisation ne sont pas encore lances. Les oprateurs et les traitement tandis qu’un nombre indtermin tait mis en quarantaine pour des analyses plus fouilles par des juristes.Le Secrtaire gnral de l’ONU a nomm le Gnral Luiz Edouard Ramos Pereira. nationalit brsilienne. Le gnral Luiz Eduardo Ramos Pereira est entr dans l’arme brsilienne en Janvier et de l’encadrement de troupes au sein de l’arme brsilienne, ainsi que comme instructeur l’Acadmie militaire du Brsil.Hospitalis mercredi dernier 23 mars, l’ancien dictateur souffrait de ‘douleurs cardiaques.’ Le mdecin soignant, Docteur Grard Pierre, n’a pas voulu donner des prcisions sur le cas mais a dcid de garder le patient en observation. contraignant ne pas laisser la capitale et restreignant le nombre de parents et d’amis Conduit l’hpital, Jean Claude Duvalier a vu s’installer devant sa porte des policiers pour garder la chambre. – Des policiers tombent chaque semaine abattus par des inconnus arms. qu’ils ne font dsormais l’objet que d’un D’o viennent les assassinats d’agents de la Police nationale d’Hati (PNH) ? Aucune investigation n’est venue apporter la moindre lumire ce jour. Ces plusieurs mois. De l’assassinat de l’pouse d’un commissaire dans le quartier slect directeur de l’Acadmie de police tu la semaine dernire en tentant de repousser des individus qui voulaient enlever son suprieur hirarchique. La police se contente d’indiquer que les malfrats en voulaient plutt la voiture de service, qu’ils ont d’ailleurs emporte. n’a jamais t fournie propos du attachs au service du directeur gnral de l’Administration portuaire nationale (APN). A chaque fois, la police signale que des dizaines de criminels qui se sont vads de la prison centrale de Port-au-Prince lors du sisme de janvier 2010, sont toujours en libert. pour les classer tous dans les rubriques habituelles, soit hold ups ou affaires personnelles, soit rglements de compte. N’est-ce pas plutt une dmonstration de ce qu’il faut bien appeler : assassinats en srie ! s’empcher de penser une vritable entreprise de dstabilisation de la police nationale. Or qui peut y avoir intrt ? soit criminelles, soit politiques. participent. Son comportement dans les rues fait plus professionnel qu’autrefois. La drogue avait russi pntrer profondment les rangs de la police nationale jusque dans des annes rcentes. Tel commissaire ou inspecteur s’enfuyant spectaculairement du vhicule dans lequel il est conduit au Parquet. Tel autre accus d’avoir fait disparatre un fonctionnaire de banque. Le commissaire de police des Gonaves accus d’implication dans l’assassinat de sa compagne Ne parlons pas du scandale de l’appui. Tout cela c’tait seulement hier. Mais depuis un certain temps, ces scandales sont devenus plus rares. La pgre tente-t-elle actuellement prendre nouveau le contrle ?Militaires ou La piste politique elle aussi ne peut tre nglige. Selon un article de l’agence Associated Press paru rcemment, photos l’appui, des camps privs d’entrainement pays. S’agit-il des mmes ‘militaires dmobiliss’ aprs la suppression des Forces Jean-Bertrand Aristide, et qui continuent rclamer tantt leur fonds de pension, tantt la reconstitution de l’ancienne arme paramilitaires forms dans la clandestinit ? Or seule la Police nationale d’Hati (PNH) a le droit de porter des armes. En dehors de la force onusienne de maintien Qui veut donc la disparition de la PNH ? Et dans quel but ? lgret avec laquelle les responsables, y cette escalade meurtrire dans les rangs de l’institution. Hati en Marche, 25 Mars 2011 En effet c’est chaque fois que dictateur vie tombe soudain malade. Une rumeur courait mme ce week-end qu’il tait mort. Bb Doc, est retourn inopinment en Hati le 16 janvier dernier. Il a t prestement inculp pour dtournement de plusieurs centaines de dollars de la caisse publique pendant son Doc’ Duvalier) tandis que des plaintes pour plusieurs cas de crimes contre l’humanit ont t dposes au Parquet de la capitale, Port-au-Prince. Une premire fois, le mercredi dj la maladie pour ne pas rpondre une convocation du juge d’instruction. La semaine dernire, alors qu’une assignation rsidence lui parvenait, Bb Doc se trouvait dj l’Hpital du Canap vert. Le procd est si classique que les pas la peine de s’assurer que leur histoire ait un brin de crdibilit. Jean-Claude Duvalier – qui seulement la veille caracolait Logane (sud de la capitale) au milieu d’une foule de partisans – tait transport l’Hpital St-Landry, prs de l’glise Sainte Thrse, ‘frapp d’une arthrose cervicale pendant qu’il se rendait’ au cabinet d’instruction ; ‘une ses avocats qui poursuivaient : ‘Jean-Claude Duvalier se trouve actuellement dans sa de repos et rester sous mdication.’ La semaine dernire, mme scnario. Baby Doc a t hospitalis pour ‘plusieurs problmes’, a annonc son avocat, Reynold Georges, ‘il souffre de dernier ‘reste hospitalis car cela lui permet de se reposer et de se remettre sur pied.’ toujours les mmes. Sans la moindre variante. Le mme jour, un huissier remettait l’hpital mme une assignation rsidence, stipulant que le ‘malade’ n’a pas le droit de laisser la capitale et aussi qu’il ne peut recevoir la visite de ses partisans en Me Reynold Georges ructe. L’avocat qui ne craint apparemment pas de commettre un outrage magistrat, traite l’assignation de ‘fatras’. l’augmentation des les chauffeurs de transport en commun avaient commenc une grve pour Il faut dire que les passagers refusent de payer l’augmentation du Des responsables de transporteurs condamnent la dcision Le centre ville de Port-au-Prince vid totalement ce lundi 28 mars par une grve des transports en commun (photo Hati en Marche)

PAGE 3

Mercredi 30 Mars 2011 Page 3 L’ACTUALITE EN MARCHE Mercredi, 23 Mars 2011, HPN La journaliste Michle dment avoir port plainte Hati depuis vendredi dernier, comme le fait croire une rumeur circulant sur l’Internet. a dclar la radio la veuve de Jean Dominique dont le mari a t assassin le 3 avril 2000 dans des circonstances jamais lucides jusqu’ici. Cette information est tout fait errone, elle n’a a ajout Michle Montas. prsident Jean-Claude Duvalier aprs le retour de l’ancien dictateur en Hati le 16 janvier dernier. La journaliste indique cependant qu’elle va continuer se battre pour obtenir justice pour son mari tomb sous des balles assassines, il y a 11 ans, le 3 avril. contre Aristide La journaliste Michle Montas (HPN)Reuters , 24/03/2011 “Baby Doc”, a t hospitalis mercredi Port-au-Prince, a annonc son avocat. Il a plusieurs problmes. Il souffre de Renaud Georges. “Il reste hospitalis car cela lui permet de se reposer ses proches, l’ancien colonel Christophe Dardompr. et stagnationde corruption, torture et crimes contre l’humanit commis Duvalier est en outre accus d’avoir accumul une fortune value entre 200 et 600 millions d’euros en dtournant les fonds publics pendant sa prsidence. Dbut fvrier, les autorits suisses avaient fait part de leur intention d’ourvir semaine prochaine les rsultats du second tour de l’lection prsidentielle qui a oppos dimanche dernier Michel Martelly Mirlande Manigat. (Haiti-Libre) Dans un rapport (2010 Development mesure leurs rsultats, et value leur alignement avec les besoins des pays, un chapitre complet est consacr la rponse de la BID face au tremblement de terre de janvier 2010 en Hati. Le rapport note qu’Hati aura besoin d’un saut quantique pour surmonter sa pauvret et la stagnation. Aprs une croissance plus lente que le reste des pays d’Amrique personnes et qui a laiss sa capitale, Port-au -Prince, en ruines. Sans un changement majeur dans les tendances de croissance, Hati sera la trane tandis que le reste de la rgion deviendrait plus prospre ajoute le rapport. La Banque consacre des ressources substantielles pour aider reconstruire une meilleure Hati et viter la stagnation et pertes, soit l’quivalent de 120 pour cent de son produit intrieur brut (PIB). Aprs avoir rsum la rponse internationale au sort immdiate de la BID et les engagements long terme pour aider le pays se relever de l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire. En Mars 2010, le Conseil des gouverneurs de la BID dollars) et de convertir les soldes non dcaisss du prt (144 millions de dollars) en subventions. En outre, les gouverneurs transfert de 200 millions de dollars qui doit tre approuv chaque anne, jusqu’en 2020, fournissant la Banque une reconstruction d’Hati. du Plan d’Action Gouvernemental pour le Rtablissement National et le Dveloppement d’Hati : l’ducation, l’eau et assainissement, le transports, l’nergie, l’agriculture et le dveloppement du secteur priv. La Banque prvoit d’investir des centaines de millions de dollars dans chacun de ces secteurs au cours des cinq prochaines annes, avec une attention particulire au renforcement de la capacit institutionnelle des organismes du secteur public hatien. visant largir l’accs une ducation gratuite et de qualit en en subventions et de recueillir une somme supplmentaire de terre, la BID aidera le Ministre de l’Education acqurir les comptences ncessaires pour superviser le systme scolaire Le choc du 20 Mars ! p.1 Que vaut la politique dans une socit sans repres ? p.1 La corde se resserre au cou de Baby Doc p.1 Interdiction pour l’ancien dictateur de sortir de la capitale p.14 Unasur : Ptition pour juger Duvalier pp.6&7 Michle Montas n’a pas port plainte contre Aristide p.3 L’interrgne ! p.1 Mgr Guire Poulard, Archevque de Port-au-Prince pp.1&2 fuel p.2 Les rsultats du second tour attendus mercredi 30 mars pp.2&4 Rapport de la BID sur Hati : pauvret et stagnation p.3 Une quinzaine de la Francophonie commmore en Numrophobie p.12 gauche p.12 Le tournant p.13

PAGE 4

Page 4 Mercredi 30 Mars 2011 UNE ANALYSE de ‘populisme de droite’. Mais l’idologie ne semble plus jouer un rle dterminant dans la vie politique hatienne. Du moins depuis la chute du rgime Duvalier qui voyait en chaque adversaire Et on ose esprer que, quelle que soient les relations duvaliristes d’un nouvel lu, ce ne sera plus jamais comme sites Internet mais pas forcment son dsavantage car cela fait partie aussi du ct non conformiste qui fait le succs de sa campagne auprs de cet lectorat-cible (oui, c’est plus compliqu que l’on ne pense), non, le choc c’est justement cette image anti-establishment qui est projete. C’est la menace que cela fait peser aussi bien sur la classe politique que sur tout statu quo. Or cette peur n’est pas fonde. Au contraire c’est l que la contradiction clate. Le candidat ayant d dj faire dans les coulisses. Or, tenez-vous bien, le peuple qui a vot ‘tt kale’ le dimanche 20 mars coul ne le voit peut-tre pas de la mme Peut-tre que l’lecteur de Michel ‘Sweet Micky’ Martelly considre le ‘changement’ (qui est le thme de ralliement de sa campagne) comme quelque chose devant aller plus profondment. D’ailleurs le terme populisme pro-duvaliriste est un qui l’a principalement caractris. Il y a donc l un nouveau champ d’analyse politique (socio-politique) fait au rendez-vous. Ni la srnit ncessaire. Il y a l aussi un certain dmarquage du Lavalas. Le Lavalas du dbut s’inspirait d’un idal : dignit. Dignit mme dans la pauvret. Tandis que le phnomne ‘tt kale’, du moins il nous semble, s’articule autour d’un autre idal ou prsum tel : le succs. Le candidat doit pouvoir (ou savoir) une voie de sortie la misre sordide d’un pays sans dbouch, sans alternative, sans devenir ! Une telle campagne s’alimente donc aussi directement dans la vie des stars qui s’tale sur les sites Internet et sur nos (trop) nombreuses chaines de tlvision dans la capitale hatienne. Bref nous avons cr le monstre qui nous fait actuellement tellement peur. populaires. Non l’idologie ne fait plus autant recette qu’autrefois, surtout depuis la chute du bloc sovitique qui a mis un terme la lutte idologique sous sa forme traditionnelle. La lutte des classes dans le sens discours idologique pour faire mousser les manifestations estudiantines mais sans rapport concret avec la ralit sur le terrain. plus nuanc. Comme dans le phnomne dont on parle. Mais en dehors de quelques rares catgories de citoyens (non les intellectuels et les artistes comme autrefois mais plutt aujourd’hui des petits groupes de travailleurs plus dmunis), peu se soucient vritablement calculs politiques ou conomiques. Qu’est-ce qui fait alors tellement peur dans un ventuel prsident ‘tt kale’ ? Le personnage ? Ne venez pas nous parler de moralit. En Hati plus que partout ailleurs, le scandale depuis longtemps ne tue personne. Comme on dit, qui oserait jeter la premire pierre ? Le comportement anti-intellectuel minorit de nantis s’attend en profiter pour arriver ou pour retourner ventuellement au pouvoir, mais la rue qui le concde ce pouvoir, est-ce qu’on lui a demand son avis ? Un tel mouvement surgissant littralement du macadam, comme une jeune pousse au milieu du dsert, comme ‘la grenade dans la main d’un enfant’ (Dany Laferrire) mais sans un leadership organis sa tte et pour le traduire au au-del aussi de tout ce que notre imagination peut aujourd’hui concevoir. Plus loin certainement que les proccupations somme toute banales qui semblent tant nous agiter depuis le dimanche 20 mars ! Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince appel cette mme classe politique et au mme systme dnoncs dans sa campagne. Hati ne possde pas de campus capables de nourrir une alternative au statu quo, mme si tous par ailleurs en reconnaissent les limites, pour ne pas dire l’chec total. Donc ce qui fait peur ce n’est pas tant un changement de systme en soi que la crainte d’un chambardement. Un vaste c’est la mme chose. Aujourd’hui encore, beaucoup attendent probablement Ou plutt : son ct je sais tout sans avoir rien appris ? Mais rappelez-vous le dicton : ‘pale franse pa di lespri’ ! Or c’est l tout le secret de la popularit qu’il rencontre chez une nouvelle gnration (vingt vingt-cinq ans, qui sont presque la moiti de la population, notamment dans les quartiers pauvres) et une gnration qui n’apprend presque plus rien sur les bancs de nos coles-borlette mais tout sur les sites Internet frquents 24 heures sur 24 dans un pays qui n’offre aucune autre alternative que cela : le virtuel, littralement le non-rel ou la non-ralit, mais dj pour nous une autre forme de ralit, une ralit autre ! Pour tre plus prcis, une gnration qui tourne le dos par la force des choses la ralit. A une ralit faite de ce que vous savez. En quelque sorte le sisme et ses consquences sont aussi responsables dudit phnomne. ce dernier. Qu’est-ce donc qui nous fait tellement peur ? Ce n’est pas tant le fait qu’une certaine droite, qui plus est produvaliriste, y occupe les premires ranges, ou que le futur lu ventuel refuse de trahir ses origines sulfureuses, son image de ‘travelo’ de carnaval qui revient ces jours-ci sur tous les P-au-P, 23 Mars 2011 [AlterPresse] --Le processus de Papillon Jean Marie, un observateur du Comit d’Initiative pour la dfense des droits de l’homme (CODDHIOG) accrdit grand pas et je souhaiterais que les rsultats soient prts Papillon Jean Marie, qui a t interrog par une quipe d’AlterPresse et d’AccsMdias. l’cart. Provisoire (CEP) au Centre de Tabulation des Tout marche pour communiquer les rsultats dits prliminaires du second tour de la prsidentielle entre Mirlande Manigat et Michel Martelly (photo Hati en Marche) Le Centre de tabulation o se font la saisie des procs verbaux et la comptabilisation des votes (photo Robenson Eugne/HENM)

PAGE 5

Mercredi 30 Mars 2011 DE L’ACTUALITE Et quand un nouveau venu tombe du ciel, un outsider, un franc tireur, aussitt haro sur le baudet : on s’empresse de l’enfermer dans une case part et toujours la mme : populisme. Or ce n’est pas le cas partout. A l’universit Harvard politicien. ‘The making of a politician.’ Mais plus important, les socits avances ont su se doter des moyens d’tudier constamment la ralit socioUn autre policier a t abattu par des bandits cette semaine alors qu’il tentait de dfendre son suprieur, le directeur de l’Acadmie de police, d’une tentative d’enlvement. Pas une semaine sans que un ou plusieurs agents de la police nationale ne soient occis par des inconnus organiss en gangs. Crime organis ( ?). Pas un indice, pas une piste, pas un rsultat d’enqute Ni de la Minustah. C’est le temps o tout disparat au fond des tiroirs. Des oubliettes. Les oubliettes de l’histoire. Sans histoires, que les grands titres au journal du matin. L’interrgne autrefois c’tait les valises d’or ou de des banques helvtiques, soit de la frontire avec la rpublique voisine. C’est Septimus Rameau, le neveu du prsident sautant dans un bateau en direction de Kingston (Jamaque) hatiens. Un Casablanca de la Carabe. C’est plus prs de nous un ancien fonctionnaire des de Miami avec une valise contenant 1 million de dollars en cash. capable de nous clairer sur l’volution de la ralit hatienne. Nous voici rduits juger vue de nez, selon les rue d’un ct. Les lites de l’autre. Toujours au bord du clash. De la catastrophe. Du ‘big one’. Nous venons peine de dcouvrir la technologie des sondages qui est la forme la plus courante de ces tudes de terrain. elles sont pour le compte de gouvernements trangers ou Cependant de plus en plus de chercheurs (et chercheuses) d’autres pays choisissent Hati comme sujet de thses. Que devient tout ce travail ? Allez savoir. Nos seules rfrences remontent plus d’un demisicle. Qui ne connat Le Paysan Hatien du professeur Paul politique de leur pays. Ce sont des cours universitaires au stade master ou doctorat. que Wall Street s’adresse d’abord lorsqu’il veut concocter une stratgie destine faire des CEO (grands patrons). Mais sur un plan plus large, ce sont longueur d’anne sous le patronage aussi bien d’institutions publiques ou prives que d’organisations dans toutes les branches de la socit : social, commerce, production, administration, religion etc. Pas un domaine, pas un investissement n’est ralis sans des recherches pralables. Sans des tudes de terrain. est suppose rgler, sinon organiser l’avenir du pays entier.Ces mmes grands pays mnent aussi des recherches chez nous en Hati. Mais pour Ce n’est pas que nos intellectuels leur pays. L’oeuvre d’un Franktienne en dit long sur l’volution non seulement de notre langue maternelle mais aussi un brassage de population comme par la force des choses, qui et le parfait paysan gar dans la plus grande ville du monde. Mais le monde aujourd’hui va trop vite pour que nous puissions en maitriser les rouages par la simple lecture, comme nos arrires grands parents, des romans de Justin e sicle). cinma), la jeunesse prostituant sa jeunesse, enfers jusqu’au phnomne ‘tt kal’ ! Ce n’est pas tout de dsirer le ‘changement.’ Il faut en avoir les moyens. Mais ce n’est pas tout non plus de vouloir y faire obstacle, pour une raison ou une autre quand on n’a plus rien mettre la place ! Quand on est soi-mme dans le noir le plus total. Quand on est dans une ignorance Faute d’utiliser les moyens pourtant notre porte. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince et au marketing commercial), leur crdibilit reste encore assez relative. Oui, des recherches sont menes en Hati, mais rarement par des chercheurs hatiens. Et quand c’est le cas, leur propre compte. Et en Hati mme ? Eh bien, la situation actuelle, cette espce de blocage ou plutt d’incommunicabilit o l’on se retrouve au lendemain du second tour des prsidentielles du 20 mars, est la preuve s’enfuyant par la frontire, la bride sur le cou, en laissant derrire lui, comme Le Petit Poucet, des liasses de billets de 100 dollars amricains. Ah l’interrgne, c’est donc la priode la plus Et la plus juteuse pour les promoteurs immobiliers de Miami Beach (Floride) Neuilly, le quartier le plus chic de Paris ayant leurs antennes bien places en Hati. Bizarrement c’est au moment des gouvernements sortants que l’administration se met embaucher tours de bras car il y a les derniers partisans classer du fait que le futur gouvernement a aussi les siens qui ruent dans les brancards. On aboutit ds les premier mois de la nouvelle administration des montagnes d’arrirs de salaires qui toujours. Mais plus regrettablement encore, c’est aussi le temps des rglements de compte en srie. Pas le temps d’une enqute. Gare seulement ne pas vous retrouver au plus mauvais moment au plus mauvais endroit. Comme le gang motos (3 motos, 6 tireurs) qui a fait un carnage vendredi aprs-midi en face de la Fac de mdecine de Port-au-Prince : 2 morts et plus d’une dizaine de blesss. De plus les enqutes sont assures de ne pas aller plus loin qu’un simple procs verbal. Les fonctionnaires ont autre chose faire. Courir les rencontres avec les futurs dirigeants. camps sont en train de crier victoire. abonns absents. Et si le chef de l’Etat dcidait lui aussi de rester chez lui, comme un Achille boudeur se retirant sous sa tente (sa tente, tiens, vous avez pens en garder une de ct vous aussi), alors ? Alors c’est un signe aussi que l’interrgne sera chaud. Attachez vos ceintures. Le temps est l’orage. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince La tabulation consiste essentiellement en 3 tapes, le l’enregistrement des donnes et la saisie gnrale. Au centre, on remarque des jeunes femmes et hommes qui assurent les diffrentes tapes. Ils portent des gilets rouges ou bleus. Ils sont assists des accompagnateurs qui leur apportent les documents sur lesquels ils doivent travailler. On constate galement la prsence de plusieurs agents de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (Minustah). Les oprations de tabulation ont dbut le lundi 21 mars sous haute surveillance de la mission conjointe d’observation OEA/CARICOM (MOEC) et des reprsentants et lgislatif du 20 mars. Le CEP devrait publier des rsultats prliminaires le 31 mars au plus tard. En attendant, chaque candidat se proclame vainqueur. Les rsultats sont attendus dans le calme, mais avec impatience. Matriels de lecture offerts par Cuba Hati dans le cadre de la coopration entre les deux pays reprsents par leurs ambassadeurs Ricardo Napoles et Jean Gnus, en compagnie de la ministre hatienne Marie Laurence Lassgue et la Directrice nationale du livre, Emmelie Prophte (photo Hati en Marche)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 30 Mars 2011 Premires signatures: des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Hati – Juan E Mendez, UN Special Rapporteur for Torture and Other Cruel, Inhuman or Etats-Unis. – Olivier de Frouville, Professeur l’Universit Montpellier 1, Membre du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forces ou involontaires Membre de la Gamundi, Comit 68 Prolibertades Democrticas, Asociacin de Tcnicos y Profesionales por la Nacin Asociacin Madres de Plaza de Mayo Prsident fondateur de l’ONG internationale Msica Esperanza Madres de Plaza de Mayo Madres de Plaza de Mayo – Lnea Fundadora, ArgentineInanna Kucuradi, Division Human Rights Centre, Maltepe University, Istanbul, TurkeyJorge Auat, Fiscal Gnral, Unidad de Coordinacin y Seguimiento de las causas por violaciones a los derechos humanos cometidas durante el terrorismo de Estado en Argentina – Association Amricaine de Juristes (AAJ) – Javier Augusto De Luca, Docteur en Droit, Fiscal Gnral, Tribunales Orales en lo Criminal de la Repblica Argentina, Titular Asociado de Derecho Penal y Procesal Penal de la Facult de Droit de l’Universit ONU.-Gabriella Citroni, Professeur Droit International des Droits Humains, Universit de Milano-Bicocca, Conseiller Juridique International de FEDEFAM (Fdration Latino-Amricaine d’Associations de Familles de Dtenus-Disparus). Italie –Federico Lenzerini, Professor of International Law and EU Law University of Siena, Italie – Asamblea Permanente por los Derechos Humanos (APDH), Argentine – Brian Concannon Jr., Directeur, Institute for Justice & Democracy in Haiti, Etats Unis – Asociacin Pro Derechos Humanos de Espaa (APDHE), Espagne – Nora Cortias – Madres de Playa de Mayo, Lnea Fundadora. Argentine – Beverly Keene – International Coordinator, JUBILEO SUR JUBILEE SOUTH Asociacin de Familiares de Detenidos Desaparecidos y Vctimas de Violaciones a los Derechos Humanos en Mxico La Central de Travailleurs d’Argentine Colectivo Argentino por la memoria Association franco-argentine de Droits de l’Homme, France –Sophie Thonon-Wesfreid, avocat au Barreau de Paris, France – Dra Paz Rojas, Corporacin de Defensa y Promocin de Derechos de los Pueblos (Codepu), Chili Carlos Gabetta Director de Le Monde diplomatique dition Cne Sur Association d’Avocats de Buenos Aires. Argentine – Gabriela Cauduro, Ctedra Cultura para la Paz y Derechos Humanos, Facultad de Ciencias Sociales/UBA , Argentine – Dr. Hugo Can. Prsident de la Commission pour la Mmoire de la province de Buenos Aires, Argentine – Eduardo Alberto Hidalgo, Secrtaire Gnral, Asamblea Permanente por los Derechos Humanos de Baha Blanca . Argentine – Eduardo Kozanlian, Secrtaire, Consejo Nacional Armenio de Sudamrica (CNA) – Dr. Alfonso Tabakian, Directeur, Consejo Nacional Armenio de Sudamrica Fundacin Memorias e Identidades del Tucumn, Argentina – Association Herman@s de Desaparecidos por la Verdad y La Justicia , Argentine – Dr. Fortunato Mallimaci Professeur, Prsident Asociacin de Cientistas sociales du Mercosur – Judith Said, l’Archive National de la Mmoire, Argentine -Carlos Alberto Lpez De Belva, Avocat, Directeur de la Commission des Droit de l’Homme de la Fdration Argentine des collges d’Avocats, Argentine – Manuel Justo Gaggero, avocat, membre de la Commission de Droits Humains de l’Association d’avocats de Buenos Aires Avocate. Facult de Droit, Universit Nationale de Rosario, Argentine –Tilsa Albani, avocate de Droits Humains, Argentine – Collge des Avocats Lida Nirenberg, mathmaticien, Etats-Unis – Alejandra Korstanje, Argentine – Hugo Montanaro, architecte, France – Osvaldo Ballina, crivain. Argentine – Pedro Brieguer, Journaliste, Argentine – Mnica Marisa Crdoba, membre de Familles des Disparus et Dtenus pour des Raisons Politiques Argentine – Elsa Elvira Ramos , FADERAP Santa Fe, Argentine – Droits Humains des Peuples Indignes , Argentine – Ana Capdevielle – UNASUR/Hati – Miguel Schclarek, architecte, Argentine – Guillermo Lpez, Secrtaire de la Ctedra de Cultura Indgena, Argentine – Heriberto Macedo, Argentine Licenciada Alicia Susana Muzio, Argentine – Dr Roberto Pedro Schneider, Argentine – Pedro Galindez, Argentine – Hugo Cimino, Argentine – Ciro Annicchiarico, avocat, Argentine – Lic. Eduardo Codianni, Argentine – Marga Pinto, Argentine – Graciela Bertolotto, journaliste, Argentine – Rubn Sacchi Director Revista Lilith, Argentine – Carolina Ocar, Sociloga. Argentine – Graciela Jos Rodriguez, Argentine – Soledad Francesio, Argentine – Monica Scandizzo, Argentine – Odonel Pierre-Louis, psychologue, France – Juan Carlos Alarcon, crivain, Maria Belen Orbe , Argentine – Jos Miguel Armaleo, Argentine –Catalina Manno, Argentine – Mariana Arruti, cinaste, Argentine – Nstor Gabetta, Argentine – Maria Martha Accinelli, Argentine – Laura Mattarollo, cinaste, Argentine – Irma Antognazzi , Directrice du Groupe de Travail Faire l’Histoire Read, France – Dr. Sergio Ricardo Perelstein. Mdecin, Argentine – Pablo Llonto, avocat, Argentine –Jean Waddimir Gustinvil, France – Liliana Gonzalez, France – Gisle Associazione culturale ASKAVUSA Natalia D’Agnese, Argentine – Cette nouvelle publication de la dclaration d’appui la justice hatienne par rapport au procs Duvalier comporte 500 signatures de personnes individuelles ou des reprsentantes d’organisations diverses provenant de nombreux secteurs professionnels et sociaux habitant dans des diffrents rgions du monde sur les graves violations des droits humains commises sous la dictature de Jean Claude Duvalier, les juger et les sanctionner, et manifestons notre entire solidarit avec les victimes de cette dictature qui a toujours mrit le rejet universel. Les violations commises sous ce rgime constituent des crimes contre l’humanit, de claire du droit international et de la conscience publique. C’est pourquoi nous rappelons que la mmoire, la vrit, la justice et la rparation sont des conditions indispensables pour construire l’Etat de droit, tablir une dmocratie avance et le peuple hatien tellement prouv. Nou tout ki siyen anba dokiman sa a, se moun ak enstitisyon ki sti nan diferan kwen nan lemonn, n’ap di nou bay tout sip nou pou jef lajistis nan peyi Dayiti ap f pou mennen enkt sou tout vyolasyon dwa moun ki te ft pandan diktati Jean Claude Duvalier a, pou f jijman ak pran sanksyon kont yo, n’ap manifeste tout solidarite rejim sa a se krim kont limanite, akz nati enpreskriptib yo. Rej enpinite nan ka sa yo se yon ekzijans kl dwa entnasyonal ak konsyans piblik. Se pou sa n’ ap f sonje memwa, verite, jistis ak reparasyon se kondisyon endispansab pou konstwi yon Leta anba ry lalwa, etabli yon demokrasi avanse ak rive sou chimen devlopman moun ak devlopman ki dirab e ki se objektif pp ayisyen an, ki tlman pase tray.

PAGE 7

Mercredi 30 Mars 2011 Page 7UNION DES NATIONS SUD-AMERICAINES Dobry, docteur, Argentine – Moiss Ramn Correjidor, Argentine – Prof Nora Schvartz, danseuse, professeur et chorgraphe de tango, Argentine – Mariana Fontenla, Argentine Ugalde Castillo, Chili – Stella Cueto, Argentine – Cristina Riggio, psychologue, Argentine – Elsa Jofr, Argentine – Raquel Kessler, Argentine Silvia Montesano, docteur, Argentine – Brioso De Armas, Liga Argentina por los Derechos del Hombre, Collazo, Suecia-Ruben Gomez, France-Marie-Thrse Gomez, France -Ana Esther Cecea Observatorio Latinoamericano de Geopoltica Instituto de Investigaciones Econmicas Instituto Nacional de Antropologa e Historia Centro Regional Morelos Gennaro Carotenuto, historien, ItalieIlda Teresa Lucchini, Secrtaire Adjointe, Association d’Enseignants de l’Universit La Plata, ArgentineAlberto Celentano, Carta Abierta-La Plata Mujeres por la Paz la Paz Ramallo, ArgentineJorge Burgos Msica Esperanza Hayde Gastel, ArgentineMsica Esperanza General; Prof. Elsa M. Bruzzone, SecretariaGloria Raquel Caminotti, Argentina Schubert, ArgentinaGonzalo Basile, especialista salud pblica. Coordinador Foro Social de Salud/Argentina y Comit Ejecutivo Internacional-Foro Social Mundial de la Salud y Seguridad Social. Asociacin Latinoamericana de Medicina Social (ALAMES): Nila Heredia Miranda, Coordinadora General; Mario Rovere, Coordinador Adjunto; de Central de Trabajadores de la Argentina (CTA) y Secretario General de la Asociacin de Trabajadores del Estado (ATE)Ricardo Peidro, Secretario General Adjunto de CTA Nacional y Secretario General de la Asociacin Agentes de Propaganda Mdica de la Repblica Argentina (AAPM). Alejandra Angriman, Secretaria de Igualdad de Gnero y Oportunidades CTA Nacional y Secretaria de Capacitacin y Cultura de la Asociacin Agentes de Propaganda Mdica de la Repblica Argentina (AAPM). Investigacin Accin Participativa Dr. Juan Jos Castelli, ArgentineCarlos Alfredo Ferreyra, Historien, Directeur du Muse Historique Municipal de La Para, Crdoba, Social Science Research Council Argentina, Co-Presidente Asamblea Permanente por los Derechos Humanos Mesa Directiva A. P. D. H. Asamblea Permanente por los Derechos Humanos, ArgentinaDaniel N. Diaz, Ingeniero Agrnomo, Argentina -Reynold Icart, Montreal, CanadaJan J. Dominique , Montreal, CanadaEmile Martel, Prsident centre qubcois du Jrme Strobel, Genve, SuisseLucie Gravel, Montral CanadaAnne Foulon – Sutton, Qc, Canada-Annie France Perrigault FranceThrse Houle FranceSuzanne Loiselle, Jett, Montral, Qubec, CanadaAndr Jufer ch. de Planchamp-Dessous SuisseChristiane Escher Mouvement pour la Coopration Intenationale , GenveP. Georges Conus, Fribourg, Suisse-Yanik Marguerat, Genve, Suisse-Frre Ambroise DsirChristiane Sibillotte, MontralMarie-Paule Cartuyvels, Saint-Nicolas, BelgiqueSerge Baguidy-Gilbert, m.a.ThThologien San Rafael del Sur, NicaraguaJean-Louis Lalonde, CanadaMary-Lise Murisier, CanadaM.-Paule Lebel, Qubec CanadaGrgoire Ruel CanadaRen Gaillard CanadaNicole Jett Montral Qubec, CanadaJean-Guy Marcotte, St-Norbert Canada de Salud y Derechos Humanos de la Facultad de Medicina UBA ArgentinaJudith de Babot ArgentinaMarie Yolne Gilles Assistante Responsable de ProgrammesRseau Mariela Marcon ArgentinaLuis Goviela Argentina-Tatiana Arzamendia Argentina-Sandra Ramirez ArgentinaMarcelo Ruesta ArgentinaJavier Muchint ArgentinaMartin Selva ArgentinaMarcelo Pamies ArgentinaElbia Alfaro ArgentinaPatricia Barrientos ArgentinaMario Bustamante ArgentinaRosalba Langer ArgentinaJuan Manuel Malboeuf Canada-Munro Lise CanadaMarie-Chantale BouchardNicole O’Bomsawin CanadaManuel Romulus, tudiant, FranceMichle Dorbes Romulus, conomiste, Monde Ouvert, Qubec, CanadaDenis GravelFrancoise Boudon FranceIrene GarandYanick Jeanniton Canada-Thrse Martin – Mali Melinda Quadir Assistante de programmes Enfants du Monde SuisseBarbara Lutz Programme AMANEH SuisseMaja Loncarevic Charge de programme AMANEH SuisseMarilu Couadau FranceRose enseignante. France-Edith Mora, Toulouse, France-Christiane Chanson SuisseRoger Labb Canada-Rachel Horner, coordinatrice projets dans une ONG, SuisseChristine Tappolet, Professeure titulaire Chaire de Recherche du Canada en thique et mta-thique Dpartement de philosophie Universit de Montral CanadaOlivier Forestier Suisse Plate-Forme Hati de Suisse (PFHS), SecrtariatMarie-Jose Spnard, artiste, Qubec, Canada-Josette Guenot SuissePierre DesRochers Canada-Ghislaine Lussier, CanadaNelly Gerbeau Directrice de production. FranceFrederic Tremblay Canada-Robert Barklie .IrelandLisette Barklie. IrelandPaul-Yvon Blanchette Suisse Mouvement Mondial des Travailleurs ChrtiensSr. Eva Boone CanadaPaul Yvon Blanchette CanadaPhilippe Novarina, SuisseJeanne Grgoire, QubecDenis Drolet, FrancePatrizia Sterpetti WILPF-Italie, Chantal Gurin, France, responsable associatif.M.Wilma SAINT LOUIS Politologue, spcialiste en Commerce international.President Et les signatures suivent... pour ajouter la votre crire : procesduvalier@gmail.com

PAGE 8

Mercredi 30 Mars 2011 ARTS & LETTRES Par Azad Belfort La Quinzaine de la Francophonie par le Ministre des Affaires trangres Madame Marie Michle REY, lors d’une crmonie ayant eu lieu au Ministre de collectivits territoriales comme la Mairie de Port-au-Prince y ont particip galement de beaucoup d’observateurs qui estiment qu’il y a l sans aucun doute des signes d’une demande latente mais trs forte de francophonie en Hati. Nombre de personnes n’ont pas fait Elizabeth Taylor, l’actrice dont les tait la dernire grande toile de Hollywood. Monstre sacr du cinma, celle qui dbuta plus grands -Rock Hudson, Marlon Brando, Paul Newman ou encore James Dean. Sa carrire par une cinquantaine de lui valut la richesse et la gloire. Sa vie prive fut moins brillante: ses caprices de star, ses mariages en srie et ses souvent les gros titres de la presse scandale. Tourmente par ses l’actrice sut nanmoins garder la beaut radieuse l’interprte inoubliable de “Soudain l’t “Je n’approuve pas entirement certaines des choses que j’ai faites, ou ce je que je le suis”. Elizabeth Rosemond Taylor nat et d’une mre actrice. Artiste prcoce, elle britanniques Elizabeth et Margaret Rose l’hippodrome de Londres. Dj le dbut d’une carrire prometteuse... Au dbut de la Seconde Guerre mondiale, elle part s’installer avec ses parents Beverly Hills, en Californie, non loin de Hollywood, et dcroche un petit rle dans alors que 10 ans. L’anne suivante, elle obtient un rle marque vritablement le dbut de sa longue carrire. A 16 ans, elle partage sa vie entre les avec ses premiers courtisans, notamment un joueur de base-ball et un champion de football amricain. mystre de leur souhait que la clbration de concentre pas seulement Port-au Prince et ses environs. Il importe de noter que cette anne, entre autres innovations, le secteur protestant travers l’Universit Adventiste d’Hati sise Diquini. Dans ce temple du savoir situ la Culture en prsence des Ambassadeurs de France, de Suisse, du Canada et de la Reprsentante en Hati de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Madame Chantal MORENO. Pour la premire fois en Hati. Le programme de cette Quinzaine De nombreuses organisations de la Socit Civile (Fondations culturelles, Universits, Mdias etc.) et certaines dans les coles hatiennes (photo de courtoisie) et La Nuit de l’iguane

PAGE 9

Mercredi 30 Mars 2011 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 30 Mars 2011 MIAMI-DADE COUNTY

PAGE 11

Mercredi 30 Mars 2011 Page 11LES PETITES ANNONCES Gestion d’Entreprise Economie et Finance Sciences de l’Education Sciences Comptables Relations Internationales Gouvernance Informatique de Gestion Relations Publiques Sminaire en + Microsoft Projet et SPSSContactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hrard # 3, Port-au-Prince, Hati, W.I. Par courriel: c.f.d.e.delmas@gmail.com Par tlphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 \ 3444-2001 www.radiomelodiehaiti.com Carrefour plusieurs confrences ont t organises lesquelles ont t prcdes le dimanche 13 mars 2011 par un trs de Madame Chantal Moreno, Reprsentante de l’Organisation Internationale de la Francophonie en Hati et de l’Ambassadeur de Suisse, Monsieur Urs Berner. Le thme retenu cette anne pour la Quinzaine est : d’action de la Francophonie pour la Reconstruction d’Hati adoptes en mars 2010 par l’Organisation Internationale de Des questions trs pertinentes et trs profondes ont t poses pendant plus d’une heure au confrencier sur les objectifs et causerie ils ont rclame l’unanimit une bibliothque pour qu’on peut dire c’est qu’avec ces enfants, la Francophonie a un trs grand avenir en Hati. La Francophonie c’est aussi l’conomie et cette confrences dont celles prononces par l’Ambassadeur Guy LAMOTHE, Directeur Gnral du Centre Pour la Facilitation des Investissements (CFI) l’Universit Notre Dame d’Hati et l’Universit Adventiste d’Hati qui a surtout mis l’accent sur la ncessit de renforcer l’espace conomique francophone travers une dynamisation du Forum Francophone des Affaires. D’aprs l’Ambassadeur LAMOTHE un ventuel renforcement des liens entre le CFI et le Forum Francophone des Affaires ne De son ct le Groupe Croissance de l’conomiste Kesner PHAREL a organis dans le cadre de cette Quinzaine conjointement avec l’Institut de la Francophonie de l’Entrepreneuriat une visioconfrence intitule : une Culture Lors de cette confrence Monsieur Hans GAROUTE de L’INDEPCO a le secteur priv hatien crer en Hati une chambre de mtiers. On espre que cet appel de l’entrepreneur hatien n’est pas tomb dans l’oreille des sourds. Programme de l’Union Europenne ARCADES a procd galement vendredi dernier la librairie La Pliade dans le cadre de cette Quinzaine la vente-signature de son livre la CARLOTTI et le chanteur-pote hatien Wolly SAINT LOUIS. L’uvre potique du chantre du a t profonde diversit culturelle. Ce mme 14 mars, dans la matine, la Francophonie a t galement a l’honneur l’Ecole Nationale Colbert Lochard, sise l’avenue Lamartinire et dirige par Madame fonctionnaire du Ministre des Affaires Etrangres, y a donn une causerie d’initiation la francophonie institutionnelle destination des lves de cette cole. Cette causerie a permis le 27 mars 2011 avec une crmonie de clture l’Htel Karibe. Cependant d’aprs les informations obtenues certains secteurs (Ambassade de Suisse en Hati, Fondation Africamrica) continueront avoir des activits ad hocune sorte de postUne sera l’Universit Adventiste d’Hati Diquini jusqu’au mois d’avril tandis que la Fondation Africamrica dirige par Christine Prezeau STEPHENSON continuera ses activits plus d’informations prire consulter le programme au site suivant : www.jaghfar.com/20mars Rappelons que Mlodie FM a t galement un partenaire officiel de cette Quinzaine de la Francophonie et ce titre a organis plusieurs missions de vulgarisations et de rencontres autour de la francophonie dont les plus remarquables ont t celles organises avec le Dr Georges MICHEL sur la gopolitique des parlers croles, le professeur Gerry L’ETANG de l’Universit Antilles-Guyane et avec Madame Chantal MORENO de OIF. En dfinitive la clbration de cette Quinzaine a montr combien, en dpit des apparences, la francophonie est vivante en Hati. Il appartient maintenant civile dans toutes ses dimensions ; car la Francophonie ce n’est pas seulement l’art et la diversit culturelle, c’est aussi la concrtisation d’une vritable politique linguistique en Hati, le renforcement du systme ducatif, l’insertion vritable d’Hati dans l’espace conomique francophone compos de plus de 60 pays dont la Suisse, la Belgique, le Canada, la France, le Pour plus d’information sur la Francophonie, prire consulter le site suivant : www.oif.org Azad BELFORT : azad59_2009@yahoo.fr la francophonie (OIF). Lors du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Francophonie qui avait eu lieu en octobre 2010 une rsolution similaire avait t adopte aussi en ce sens. Dans le cadre de cette Quinzaine de nombreuses confrences, les unes aussi intressantes que les autres, ont t prononces par des confrenciers de l’envergure d’un Georges MICHEL, d’un Lyonel TROUILLOT, d’une Yanick LAHENS, d’un Guy LAMOTHE, d’un Jean Marie THEODAT ou d’un Pierre BUTEAU. Ces confrenciers l’unanimit ont mis l’accent sur la ncessit de la mise en uvre d’une vritable politique linguistique en Hati en vue de mettre fin ce bilinguisme ingal qui est un handicap majeur au processus de dveloppement d’Hati. Ces confrenciers ont tous mis galement de permettre un accs universel l’ducation et d’impulser une vritable politique linguistique en Hati. La romancire Yanick LAHENS, auteur de au cours d’une trs belle confrence l’Universit Notre Dane d’Hati Ministre des Affaires trangres et de l’Universit Notre Dame d’Hati eut mme dclarer que les crivains hatiens seront une espce en voie de disparition si rien n’est fait pour l’amnagement de cette politique susmentionne. Car la lecture de leurs uvres dpend fortement du nombre de personnes Il importe de noter que le 3 mars, en avant premire cette Quinzaine de la Francophonie, Franketienne avait donn spectacle que c’tait la dernire fois qu’il jouait cette pice en que requrait cette pice. Le lendemain aprs midi l’auteur de devait une fois de plus dmontrer son immense un spectacle intense durant lequel il a subjugu une assistance sduite par son verbe et sa virtuosit. Il a une fois de plus la fois les valeurs apolliniennes et dionysiaques. 2011, dans la soire, un trs beau spectacle intitule : avec le pote La quinzaine de la Francophonie a t galement commmore dans les salles de classe dans diffrents coins du pays (photo de courtoisie)

PAGE 12

Page 12 Mercredi 30 Mars 2011 LIBRE PENSER La numration comme l’criture, est un formidable moyen pour accder au monde des ides, pour apprhender la pense et lui permettre de traverser l’espace et le temps. En l’isolant et en la ressuscitant tout instant, les nombres disciplinent et organisent cette pense par la transcription. B. Gimonet Chers amis lecteurs, d’aprs certains spcialistes les socits humaines voluent, et d’aprs certains autres il s’agit simplement d’adaptation au milieu. Un fait est certain, qu’il s’agisse d’volution ou d’adaptation , les tres humains, vivant en socit, transforment leur cadre de vie et avec leur environnement. Ils transforment et la fois ils sont transforms. La transformation de cet environnement ne serait pas possible si l’tre humain n’tait pas dou d’intelligence, par consquent ayant la capacit d’apprendre de ses erreurs et de s’adapter sa ralit. Le tempo est cependant diffrent Les peuples vont de leur pas, disait Csaire dans la tragdie du Roi Christophe, et il en est ainsi. Il nous faudra donc nous armer de patience et attendre. L’Hatien, vu les preuves les moyens de le faire, auraient du nous montrer que la meil Malheureusement nous ne l’avons pas vu ainsi. Entre le 20 et ternellement long), diffrents groupes d’individus, les uns plus intelligents que les autres feront de l’interprtation du nombre , la cl de la stratgie manipulatrice permettant celui-l d’obtenir une maison, tel autre un compte en banque grande majorit, l’vidence que, dans ce pays, la seule issue possible est d’laborer une stratgie collective permettant d’isoler compltement les Ti-Malice corrupteurs , qui ne voient les autres que comme des Gwo Bouki . Enfin chers amis lecteurs, puisque d’aprs l’interprtation intresse de la Loi lectorale nul ne peut faire de dclarations concernant les rsultats du second tour (jusqu’au 31 mars), et bien que partout travers le pays volubiles, circulent tort et travers, respectons les lois et parlons d’autres choses. Parlons donc de numrophilie, de numrophobie et d’anumrisme. La numrophobie, chers amis lecteurs, tant la peur sinon la reconnaissance de leur importance dans la vie aussi bien courante que savante, comme la numrophilie. Quant l’anumrisme, le mathmaticien John A. Paulos fut le premier l’utiliser, pour dsigner l’incapacit manifeste de certains individus manier le concept de nombre. Ce qui me fait peur ce sont les consquences sociales de l’anumrisme car, l’incomprhension des statistiques ou l’utilisation inadquate des pourcentages, de la rgle de trois, des comparaisons par une communaut. La mauvaise utilisation de pourcentages, les lois de la probabilit mal comprises peuvent provoquer que de moins en moins de personnes visitent notre pays. Nous avons mauvaise presse, c’est certain, mais nous avons aussi lutter contre l’anumrisme de la socit globale. Analysons monde et vu les images offertes dans le Journal Tlvis , tout le monde croit que le seul fait d’tre sur le territoire hatien veut dire que l’on a t touch par le cholra. Pensons que s’il y a eu 4.300 personnes dcdes la suite du cholra sur un total de quasiment 10.000.000 d’Hatiens, cela reprsente mentaires durant l’t en Espagne ou au Portugal doit srefaisait de tout Hatien un porteur . Le monde entier ignorait serait aussi. le danger de se lancer dans la proclamation de rsultats sans avoir complt la totalit du dpouillement. Supposons par obtenus par le Candidat A400 600 100 obtenus par le Candidat B 100 600 Total de 1000 1000 1000Pourcentage de votes de A Pourcentage de votes de B I,II,III Pour centages cumuls de A Pour centages cumuls de B (j’imagine qu’un nombre indtermin d’individus est srement fortune). Encore une fois, seule la transparence et la volont de bien faire les choses peuvent conduire la transformation dans ce pays. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Mars 2011 La droite frandu monde ? A trois jours du premier tour des cantonales, le tout nouveau ministre de l’intrieur, Claude Guant, en service command, a une fois de plus effectu une sortie que l’on peut lourde mme : les Franil y a trop d’immigrs en France. Ce slogan qui est un vritable fonds de commerce du Front National sa fondation dans les anrpublicaine chaque lection, sert-il vraiment la cause du parti majoritaire (UMP) ou celle du Front national ? Les saillies anti-immigrs de Messieurs Nicolas Sarkozy, Claude Guant, aprs lections, les lecteurs du Front prfrent toujours l’original la copie . Dans tous les cas, la nouvelle prsidente du Front, la frotter les mains, le parti majoritaire ayant eu la gniale ide de lancer le dbat sur la lacit quelques jours des lections cantonales. Rsultat, les lecteurs du Front se sentent lgitimer en allant voter massivement pour ce dernier. Le rsultat du premier tour des cantonales de dimanche 20 Mars 2011 rsonne comme un avertissement pour la prsidentielle de 2012, le risle tribunal, aprs en avoir dlibr au vu de la loi et aprs avoir entendu le Ministre Public dans ses conclusions crites en forme et au fond, favorable l’action du requrant, accueille l’action intente en divorce par le contre son pouse en la forme et maintient le dfaut dj octroy contre la dfenderesse et de pour abandon du toit marital envers son mari au vu de l’article 217 de code civil haitien. AU NOM DE LA REPUBLIQUE de transcrire sur les registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont un dpens en raison de la qualit des parties. En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du juge, le Substitut Commissaire

PAGE 13

Mercredi 30 Mars 2011 Page 13REHABILITATIONDs le premier article que j’avais consacr la confmarquer un tournant : Cette confrence est celle du refus d’une certaine modernisation qui crase l’homme Il y a On pourrait donc dire que cette CIRADR (Confrence Internationale sur la Rforme Agraire et le Dveloppement Rural) devrait marquer un tournant au niveau de la politique agricole prne par la FAO, un tournant que l’un des confrenciers, le professeur Miguel Altieri, a dcrit avec ces mots : on est en train de vivre un retour l’agriculture agricole , durable, familiale . Pour comprendre ce tournant, il faut replacer la CIRADR dans le cadre des grandes confrences qui se sont tenues durant cette priode. J’ai dj signal Copenhague, 2002 Sommet mondial sur le dveloppement durable, Johannesburg, et dans mon dernier article, qui traitait de la protection de l’environnement, j’avais beaucoup insist sur le programme Mais, si nous voulons mettre le focus sur l’agriculture, nous ne pouvons pas passer ct du Sommet mondial pour le dveloppement durable, qui s’est tenu Johannesburg (Afrique du Sud), du 26 aot au 4 septembre 2002. Je dois reconnatre que ce n’est rcemment que j’ai pris connaissance du , mais ce que j’en ai tir ne manque pas d’intrt. l’environnement : Par ses activits, l’homme compromet de plus en plus l’intgrit des cosystmes dont il tire l’essentiel des ressources et services ncessaires son bien-tre et ses activits conomiques . videmment, il n’est pas question ici seulement de l’agriculture, mais de toutes les activits humaines ; nanmoins, celle-ci reste la premire des activits par lesquelles l’homme tire des cosystmes l’essentiel des ressources et services ncessaires son bien-tre et ses activits conomiques. Puis, l’importance de l’agriculture pour la satisfaction des besoins de la population : L’agriculture apporte une contribution essentielle la satisfaction des besoins d’une population mondiale croissante et elle est indispensable l’limination de la pauvret, en particulier dans les pays en dveloppement , et dans le dveloppement durable : L’agriculture joue un rle dterminant dans le dveloppement durable. Prs de 70 % des pauvres des pays en dveloppement vivent dans les zones rurales et dpendent d’une manire ou d’une autre de l’agriculture pour leur survie. En consquence, les progrs raliss dans l’agriculture constituent la meilleure protection contre la pauvret et la faim dans de nombreux pays du monde. En consquence, il est de la plus haute importance besoins de la population sans prjudice pour l’environnement : Il importe de promouvoir le dveloppement agricole et rural durable en adoptant une approche intgre permettant d’accrotre la production alimentaire et d’amliorer la scurit alimentaire, tout en assurant l’innocuit des aliments, dans des conditions qui soient cologiquement rationnelles . Le modle propos est tout fait l’oppos de celui que nous ont impos les institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale et Fonds Montaire International). Tout d’abord, les avantages respectifs de l’agriculture commerciale et de l’agriL’agriculture commerciale grande chelle contribue sans conteste nourrir la population mondiale, mais les petits exploitants et leur mode de vie jouent un rle essentiel dans le dveloppement rural et sont un facteur fondamental pour rduire le nombre de ceux qui souffrent de la faim et de la malnutrition . Puis, aprs une remarque sur cette rvolution verte dont on nous a rabach les oreilles, il y a quelques annes : La Rvolution Verte d’antan tait pousse par les techniques et prsentait une forte intensit d’intrants , nous avons droit la politique prconise : La rvolution agricole du futur devrait tre une agriculture durable fonde sur les petits exploitants et ncessitant peu d’intrants. De nombreux enseignements ont t tirs de la Rvolution Verte, qui a permis la productivit agricole de faire des pas de gant. Mais il n’en reste pas moins qu’elle a t l’origine d’agressions contre l’environnement, que les nouvelles pratiques agricoles durables pourraient permettre d’viter . possible, avec une main-d’uvre servile ; malheureusement on sait comment certains prjugs ont la vie dure ! Bernard Ethart Cependant pour ces avocats-l, il s’agit uniquement de faire passer le temps. En attendant des jours meilleurs. D’ailleurs Me Reynold Georges n’a-t-il pas vendu la mche en suggrant que c’est le prsident Ren Prval qui perscute son client, avertissant solennellement que les perscuteurs peuvent se retrouver la mme place que le perscut ! inattendus !) aprs le second tour de la prsidentielle le 20 mars coul. Bref, le prochain pouvoir pourrait se montrer moins d’autres urgences pendant les premiers temps.Or c’est ne pas compter avec la communaut internationale qui pourrait vouloir faire de ce procs un instrument de propagande pour elle-mme. Dans un long article paru dans le quotidien Le l’organisation des droits humains. Human Rights Watch, l’obligation de l’Etat hatien de poursuivre Jean-Claude Duvalier pour les crimes qui lui sont reprochs. En effet, selon l’article 276 (2) de la Constitution hatienne, les Traits ou formes prvues par la Constitution, font partie de la Lgislation du Pays et abrogent toutes les Lois qui leur sont contraires. Hati est notamment partie la Convention amricaine relative d’enquter et de punir les auteurs des graves violations des droits de l’Homme.’ Etc. Dans le mme article : ‘Les avocats de Baby Doc soutiennent que les crimes qui lui sont reprochs sont dsormais Or ‘la Cour Interamricaine des droits de l’Homme, dont l’interprtation souveraine de la convention s’applique communaut internationale, outre que les vnements actuels dans le monde arabe ont remis l’honneur le tribunal international pour juger les crimes contre l’humanit, il y a fait son aise. Hati en Marche, 27 Mars 2011 Hati, a estim que toutes les dispositions la prescription et l’tablissement de la responsabilit sont irrecevables au regard de la convention, car elles sont destines empcher les enqutes et la sanction des responsables de violations de droits de l’homme telles que sommaire ou arbitraire et la disparition force.’ Etc. Si l’on considre que Hati comme un laboratoire politiques ou autres entreprises par la que de voir aucun des candidats de l’alliance gouvernementale prsent au second tour de l’lection prsidentielle de 2012 D’un autre ct, le Parti socialiste (PS) et l’Union pour une Majorit Populaire (UMP) sont en crise de leadership, mme si la crise ne se manifeste pas de la mme manire pour de communication dont les paramtres lui avaient permis de remporter la prsidentielle de 2006, est sans doute un crvecur une anne de l’chance. En siphonnant l’lectorat du Front National en 2006, il avait fait le bon calcul, l’essentiel c’tait de le convaincre. Cependant la politique, c’est aussi la conjoncture, or celle-ci lui est aujourd’hui prjudiciable, retourns leur place. Pour la droite et M. Sarkozy en particulier, ils reviennent comme un boomerang. C’est la division qui s’installe au sein du parti majoritaire, jusqu’ici ce dernier tait uni comme les cinq doigts de la main derrire son chef, ce qui faisait sa force. C’est cette unanimit qui vient de voler en clats avec les rsultats du premier tour de la cantonale. Les vieilles lignes de dmarcation idologiques dpartageant tendances au sein de l’UMP se mettent en bullition. Devant la cacophonie de son tat major, les militants de base sont dmobiliss, ne sachant pas quelle consigne appliquer sur le terrain. La droite est tiraille et n’arrive toujours pas accorder ses violons au second tour lorsqu’il y a un candidat de gauche et un du Front face face. L’aile modre de l’UMP, en tte Jean Louis Borloo, a appel former un ‘front rpublicain’ arguant que le parti socialiste est un parti rpublicain, ce n’est pas le cas du Front National assne-t-il. Ce qui n’a pas empch pour autant des cascades de dclarations plus contradictoires les unes que les autres venant des tnors de la droite, dont le les lecteurs de son parti ne choisir ni le Parti socialiste ni le Front National. De telles ambigits vont une fois de plus au second tour. situation mais elle est confronte un problme de leader tant elle recle d’innombrables chefs qui passent leur temps se combattre au lieu de s’unir, donc elle n’a aucune chance de pouvoir remporter la prsidentielle de 2012. trois cueils. Pour retrouver son niveau de performance de 2006, il lui faut juguler la monte de ses frres ennemis au sein de l’appareil du parti qui ne lui feront aucun cadeau ; en tte partis de droite. Ensuite les vieilles querelles entre chiraquiens et sarkozystes ne sont pas tout fait apaises, elles pourront remonter la surface la moindre dsaffection de l’opinion mane en 2006 risque cette fois-ci d’obtenir l’effet inverse tant leur dception est grande. Nos concitoyens de confession musulmane n’ont gure got les stigmatisations dont ils sont l’objet chaque dbat organis par l’UMP, que ce soit sur l’immigration et rcemment encore sur la lacit. Or ces dbats ne sont pas sans objectif politique pour l’UMP car cela permet au parti majoritaire de ne pas tre dbord sur sa droite avec des composantes remuantes telles que droite libre , la droite populaire qui recyclent les vieilles ides du Front National au sein du parti majoritaire. Jamais ces dernires n’accepteront les consignes rpublicaines d’un Borloo ou encore du Premier Magloire Demesmin (pour Hati en Marche)

PAGE 14

Page 14 Mercredi 30 Mars 2011 autres communes ou quartiers de la rgion mtropolitaine tels, Carrefour, Ption ville, Dans d’autres quartiers plus loigns, les tarifs atteignent des sommets. Arcahaie passe 31 gourdes, Cabaret 27 gourdes et Kenskof 46 gourdes. Cette hausse importante occasionnera certainement des heurts entre chauffeurs et passagers. dpenses pour le transport verront s’amoindrir leur pouvoir d’achat. Cette hausse des ncessit ainsi que le fonctionnement des entreprises. Absences et retards vont s’accumuler. P-au-P, 24 mars 2011 [AlterPresse] --Le nombre de sinistrs dans les camps continue estimations de l’Organisation Internationale de la Migration (OIM). Des constats prliminaires, effectus partir d’un suivi de 1 033 chefs de famille ayant logements prcaires. La plupart ont opt pour une tente dans leurs quartiers d’origine. Quelques-uns ont trouv se loger chez un parent ou un ami. Et d’autres sont retourns dans leur maison endommage en dpit des risques que cela reprsente. Selon un rapport conjoint de l’OIM et des Nations Unies, de multiples raisons poussent les sinistrs abandonner volontairement les camps. Certains ont pris cette dcision aprs avoir russi obtenir des abris de transition. Mais beaucoup sont partis cause encore de la rduction des services dans les camps. Par ailleurs, la majorit des organisations responsables de la gestion des camps sans abris. que les facteurs poussant les familles laisser les camps, souligne l’OIM. Pour une transition harmonieuse entre les camps et les communauts. au-Prince dplacements la capitale, Port-au-Prince, apprend AlterPresse. Suivant cette assignation, l’ancien prsident auto-proclam vie ne pourra recevoir chez lui qu’ des heures prcises. La dcision a t prise jeudi par le juge Carvs Jean en charge de l’instruction en cours, 24 heures aprs que Duvalier a t hospitalis. emmen dans un hpital de la zone mtropolitaine. Dans des interventions sur plusieurs mdias de la capitale, Me Reynold Georges, avocat de l’ancien tyran, a critiqu la dcision des autorits judiciaires et annonc qu’il allait faire appel. Jean Claude Duvalier fait l’objet de poursuites notamment pour dtournements de fonds publics ainsi que de multiples plaintes pour crimes contre l’humanit. Il tait dj thoriquement en rsidence surveille depuis le dbut de la procdure lance contre lui, aprs son retour en janvier dernier en Haiti. Cette mesure limitait les dplacements de Duvalier au dpartement de l’Ouest. (Alterpresse) avoir visit en compagnie de Peter Welch, membre de la Chambre des reprsentants, des zones dvaste autour de la capitale de Port-au-Prince : Je suis beaucoup plus optimiste aprs ce voyage que je ne l’tais avant mon arrive. Leahy et Welch ont pass la journe du mardi visiter un centre mdical pour jeunes handicaps, un site d’enlvement de dcombres et rencontr des travailleurs de l’aide Bellerive. C’est une immense quantit de souffrance que vous voyez, mais ce que vous voyez galement c’est une norme quantit d’espoir a dclar Peter Welch.

PAGE 15

Mercredi 30 Mars 2011 Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Youn jou Elois Mt di l’ap vin f enspeksyon. Sanble gen kk oganizasyon dwa mon ki t’a f presyon pou yo vin vizite prizonye politik nan peyi-a. Jou sa-a, gade non, yo lave koulwa-a. Yo pentire. Yo jete tout Dyab yo; kidonk Kin yo, epi yo louvri selil yo yon apre lt pou Eloyis Mt tyeke prizonye yo. F enspeksyon. Mezanmi! ng la part sinik fk pa plis, youn bout koton nan nen li, youn jandam ak youn bouty alkl ap mache sou kote-l. Yo louvri, li gade. Chak mon idantifye yo. Yo bay non yo epi yo di ki kote yo te arte se fmen bouch ou. L yo rive sou selil pa nou an, te gen youn prizonye ki pa t’kapab ank ki tonbe chante “Duvalier papa w’a foure pye-w pi byen fon” Epi li louvri tout gagann ni pou l’rele “Viv Duvalier” Msye te gaye nt. Li tonbe ap f elj Duvalier Jandam yo pouse msye epi yo di-l ase! “S’ oun teknik sikolojik prizonye sa-a ki pa te nenptki t’ap itilize pou atire atansyon Eloyis Mt. Apre vizit la lt prizonye yo manke ensandye prizonye sa-a ki te pran pz fou l’la, ki t’ap chante, chante Divalye-a. Gwo diskisyon pete nan selil yo. Mon sa yo gen k asye, anyen pa ebranle yo Mon sa yo pa mon. Se satan degize an mon. Nou tout ap poze tt nou makab sa-a, simity lanm sa-a kote lavi ko-abite ktakt ak lanm; kote youn bann Ayisyen ki te ka fr li, fanmiy li rk, santi tata adye-e!...Anfen! Pandan senk minit vizit sa-a m’ap mande-m kisa Eloyis Mt t’ap panse. Kijan li te santi li. Li pa te di youn mo. Figi-l senpman t’ap f grimas l vap Nou lapriy, 3-4 fwa pa jou. Ng yo akize ki se kominis yo, se yo ki lapriy pi rd... Nou mande Granmt la delivrans. Prizonye ki katolik, rele tout sen ki gen nan syl pou vin ede yo soti nan mizrere sa-a. Svit vodou yo lapriy tou. Yo rele lwa yo. Gen ki konn transfme. Lwa pale ak nou. Ban nou fs ak kouray pou nou kenbe. Kanta pou pwotestan yo, yo lapriy, yo chante chan desperans maten midi asw. Pou n’a ka kenbe, Nou pale. Nou pale tout kalite koze. Esperyans psonl nou. Esperyans zanmi nou. Esperyans fanmi nou. Nou bay blag, tout kalite blag. vye blag ansyen, vye blag san sans. Blag sou fanm. Blag sou gason. Blag sou madoda. Nou repete menm blag yo chak jou. Gen ki ri chak fwa. Gen ki fse ri detanzantan. Gen ki enve l y’ap tande menm koze Yo ri nou k’ap ri. Gen de blag ki sitlman devgonde prizonye psonaj yo konn fache. Men blag sa-a yo kenbe nou vivan. L se blag sou medam yo menmmenm, gade non, nou santi nou gason. Sa penmt f bon rv l n’al dmi. Prizonye ki save yo tankou youn jenn ti pwofes istwa ki te nan selil la f kou istwa Ayiti ak nou depi nan lakoloni rive jouk sou Prezidan Maglwa. Nou diskite, nou poze kesyon. Anpil diskisyon sou konptman, aksyon ak reyaksyon gouvennman yo. Se te sa ti branch bwa lavi nan selil la. Gen de diskisyon ki konn sitlman chofe, si se pa te “BlO” maj selil la ki mete ola, batay ta gendwa pete. Chal nan k-n; pikotman ak satouyt nou, fredi ap manje gawo-n, grangou nan w-l nou, pinz ak karanng ak f nou danse, move sant nan twou nen-n, maladi ak ravaje jizye nou : tifoyid, grip, pituit, lagounm, bwonchit, lafyv, tt f mal, vant f mal, kolik, vant mennen, k f mal, opresyon Ansm youn mon ki pase nan f Dimanch e ki soti vivan, mon sa-a se youn ewo; youn pwotekt bon zany yo, youn mirak Granmt-la. Nan pwen okenn etid lamedsin ki ka esplike kouman youn mon f pa mouri nan mitan milyon mikwb sa yo k’ap sikile anndan kou dey f dimanch. Epi kijan sistm youn mon ka reziste epi siviv menm pou youn ti bout tan kondisyon bt sovaj sa yo. Haaa! Pou mechan, gen mon ki mechan vre sou lat! Nan selil pa-m nan ki te selil nimewo 3, gen youn bann gwo glb plen maty. Li te aljik ak rejim mayi moulen san grs yo svi prizonye yo. Youn jou li gen youn sl grenn lafyv cho. Pandan n’ap lave tt li ak pipi youn lt prizonye, li trepase nan men nou. Nou rele. Maj-a frape 3 kou nan pt-la ki se siyal l nou bezwen pale ak jandam k’ap siveye koulwa-a. Anyen. Nou rele Plop-plop. Anyen. Yo pa okipe nou kou chen. Nou mete jennonm nan kouche sou do. Nou fmen je li. Nou kouvri-l ak nat li-a. Nou la, n’ap gade-l, n’ap soupire. Enpe nan nou met ajenou. Nou lapriy pou li. Yo vin ranmase kadav P Ipolit limenm se te youn mason, yo te arete li nan Regie du tabac. Yo akize li ak youn bann l anplwaye yo t’ap pase fo lajan nan Reji-a. Se te psonaj ki te pi aje nan selil la. Eske li te nan move konbinezon ak lt anplwaye? Eske se vre yo te gen prv li t’ap pran bon lajan, mete fo lajan? Se limenm sl ak konsyans li ki konnene. Sl bagay, li toujou di nou si nou soti anvan li, tanpri di fanmiy li, pitit li yo, li pa vole. Li pa trayi yo. Li se youn viktim politik. Li toujou di nou pa janm mete konfyans nou sou zanmi paske depi men youn zanmi pran nan moulen, li pa zanmi ank. P Ipolit te konn priye ak nou. Li te konn chante ak nou. Youn jou li gen youn sl grenn doul anba tivant. Se l sa-a li di nou depi 3 jou li pa ka pipi. L’ap rele, l’ap plenn tout lajounen, tout lannuit. Li mande youn ti grenn remd. PlopPlop ba li youn grenn kafenl. Pa gen pesonn ki te ka dmi jou sa y oak doul P Ipolit la. Sou twazym jou, doul-a Nou frape pt la ak raj. Finalman Plop-Plop part byen move, li menase nou si nou kontinye ap frape pt la, l’ap we-n anba makak. Maj-a leve men-l, li mande lapawl. Li di Granmon nan malad, li endispoze. Li pa ka pipi , anba tivant li eklate. Od asid la ap touye nou. Nou pa kapab ank, se rezon sa-a ki f n’ap frape-a. Maj-a konkli pou di: “Kmandan ou konnen mwen, mwen pa tolere dezd” Apre 2detan yo vin chache P Ipolit ki endispoze men k li te toujou ap bat. K li t’ap tranble. Yo mete-l sou youn sivy, y’ale ak li. Youn ti moman apre, nou tout tande y’ap fouye twou dy miray ki bay sou lakou-a. Yo antere P Ipolit tou vivan. Ipolit sa-a te gen pitit gason li ki t’ap travay ak mwen Bank Nasyonal. Sa te f-m byen lapenn pou m’w kijan papa-l pase. Sn nan te trajik. Nou pase tout rs apremidi-a an silans ap lapriy nan k noun an memwa P Ipolit. Mon sa yo pa mon. S’oun bann ansasen. Youn bann kriminl pi rd pase Itl. Nan selil F Dimanch, se chak jou prizonye ap rantre, prizonye ap soti. Yo vin chache yo leswa; si yo retounen yo pa mete yo nan menm selil la; youn fason pou n’pa konnen konbyen kout baton yo sot pran, osnon ki kesyon yo te poze yo. Anvan arestasyon mwen, mwen t’ap viv nan Riyl St. Cyr ak fanmiy mwen Lina, ki te marye ak youn ng otijin Marchand Dessalines. Manman adoptif mwen Rose te rete Okay ap f levasyon ak edikasyon rs ti lanj yo. Anpil demach t’ap ft Okay an nan Ptoprens. Naan Ptoprens Kouzin mwen Lin ate konte sou youn vwazen nan Riyl Wa ki rele Lamartinire pou ede-l mete dey. Apre plizy visit, ti grimo ou la”. Depi l sa-a tout demach kanpe. Se te youn manny pou kouzin mwen-a te ba-l lap despri-l. Depi mwen menm f chante ms pou mwen nan Legliz pou nanm mwen repoze nan lap. Chak ane, nan epk vakans tout lafanmi toujou ak pase vakans Machand-Desalin. Sen Patron vil sa-a se St. Claire. Kidonk an bon katolik, chak fwa mwen al lams ledimanch s’oun plezi pou mwen pou m’tande Monp ap pale de St. Claire, vi li, e nan ki kondisyon Pap la te kanonize li epi Monp toujou bay youn lis mirak St Claire f. Se konsa, 11 dawou, lavy ft St Claire, pandan m’ap degrennen chapl soufrans mwen nan f dimanch, m’ap rakonte kanmarad yo jan Marchand Dessalines s’oun bl ti kote, kijan mwen te rankontre youn ti boubout Epi m’ap bay lodyans sou Avanti-m ak ti boubout sa-a. Epi pandan tout mon kouche ap dmi, mwen mete ajenou, m’ap di woz, m’ap mande St. Claire pou ede mwen soti nan lanf sila-a. Mwen pase tout nuit lan sou jenou mwen. Mwen priye. Mwen kriye. Mwen mande sekou. Nan demen 12 dawou, yo pa svi ni kafe ni pen. PlopPlop louvri gagann ni byen f nan koulwa-a pou l’di: Nan pwen dejne, yo pa delivre pen Jodi-a. Se te lakonstnasyon. Men, nou reziyen nou. Se pa premye fwa. Epi kisa nou ka di, kisa nou mwen ka, konsa, nou tande youn bann mouvman, nan lakou-a sou chak son. Nou tande gwo chenn nan k’ap depltonnen nan pt dantre-a. K nou kase. Tout mon sispk. Yon ap gade lt. Nou chita. Silans total. Nou pa tande bri asyt yo, kidonk se poko l mayi moulen-an. Nou tande youn bann pye. Youn bann slda k’ap salwe. Nou sispk. K-n ap bat. L’ap bat f. Nan ka sa yo se de bagay: se oswa y’ap vin lage youn bouch Maj-a di. Li mache sou pwent pye, li gade nan fant pt Grenn je nou tout brake sou pt la. Souf nou ap koupe. Yo kanpe anfas selil 3-a. Y’ap pale. Nou tande yo manyen chenn nan. K nou tou prt pou eklate. K-n sou biskt. Nou cho. Nou frt. N’ap swe. N’ap tranble. Gwo pt anf-a louvri ak youn bri feray k’ap fwote sou siman-an. Lyetnan Delva ak youn lt Sjan plis Plop-Plop kanpe ap gade nou. San di youn mo. Youn silans lanm. Silans ki dire youn minit ki sanble youn etnite. Lyetnan Delva te premye prizonye ki chita nan kwen agoch, li koumanse ap pwomennen nan selil la, soti agoch ale adwat, retounen agoch. Epi li din an youn vwa grav ak otorite: -Kiys ki Jan Mapou-a? Mwen kanpe voup mwen di: Se mwen wi Kmandan. lis ki te nan men-l. Epi li mande: -Ki kote yo te arete-w? -Nan radyo Karayib wi mon Kmandan twal, mwen f yo tanga, bouche devan-m epi yo kondi-m pou m’al nan sal degad la. Men, desann mwen desann sot nan koulwa-a, rive anfas soly la, mwen tonbe fas kontret. Mwen vin avgTout bagay vin tou nwa devan-m. Ansm mwen pase 4 mwa 6 jou mwen pa janm w soly, l mwen part dey-a li te 1nan apremidi. Soly la cho. Reyon soly-la frape-m dirk-dirk nan de je mwen. Li avg mwen lamenm. L mwen rantre se vwa kmandan mwen tande ap pale. Mwen pa ka w li. M’ap fwote je-m . Tou sa li di mwen reponn wi. Li pa menm mande mwen sa ki pase-m. Sl sa mwen sonje e ki te frape atansyon mwen se l li di: Se Prezidan-an ki pase ld lage-w Wi kmandan. Msi wi. Ou ka rekont rad ki te sou ou-a? Non kmandan; m’pa ka w nan je-m non. Mwen w tou nwa. Ki koul pantalon ki te sou ou? Youn pantalon koul ble wi ak youn chemiz manch lonng ki gen ti ba plizy koul ladann Kmandan-an renmt mwen rad yo. Jandam nan toujou soutni mwen, mwen mete rad yo sou mwen. Ou te gen lt bagay sou ou l yo arete ou la? Wi kmandan. Mwen te gen $20.00 anpys ak youn mont. Li foure men-l nan youn tiwa, li ban-m 20.00 dola-a epi li di men youn bwat ki gen mont pran yon si ou pa w pa ou la. Tout mont se mont. Epi li di Sjan-an mete msye Sel konsl mwen ta ba-w, kmandan ajoute. Ou gen gwo chans ou soti isit la vivan. Pa pale ni repete ni sa ou w, ni sa ou tande. Wi kmandan. Msi wi. Sjan-an kenbe men mwen, li mete-m chita sou syj ary vwati-a. Epi li derape. Sou tout wout la m’ap renmesye Granmt la. M’ap renmsye St. Claire. Tt mwen cho. M’santi svo-m vid. Mwen devan-m . pyebwa yo , plant yo, vwati k’ap sikile, mo k’ap mache M’a reve. M’ap mande eske se vre. ske se mwen vre k’ap admire tout bl bagay sa yo. Awi! Granmt-la gran vre! Mwen tankou Laza Jezi resisite nan tonb li. Imaj tout kmsi mwen w yo k’ ap bat bravo k’ap mande-m tanpri pa bliye yo. Pou m’al di fanmiy yo yo vivan. Y’ap kenbe. Nou tout te gen adrs tout mon men sonje yo s’oun lt koze. Pa gen plim. Pa gen papye. Se nan memwa nou pou nou te anrejistre tout non sa yo. Tout adrs sa yo. Gen ki te pase kondisyon ak mwen pou si se yo ki soti anvan pou y’ale pote nouvl lakay mwen. Sa ki malad ta vle f madanm ak timon konnen yo la, yo poko mouri. Sa ki ta bezwen fanmiy yo f demach pou yo. Anfen tout konvsasyon sa yo l nou chita n’ap pale, n’ap pran nt ap dewoule nan memwa mwen. Tout mon sa yo ap atann mwen ale jodi-a menm pou mwen al pale ak fanmi yo. Men mwen sonje “pinga” kmandan-an tou. Nan mitan tout panse sa-a yo, gen youn sl bagay k’ap sonnen nan tt mwen ki f-m p, ki f-m tranble. Se vwa kmandan Delva ki te di “Pa pale ni repete ni sa ou w ak ni sa ou tande”. Mwen pa w sekr yo pral veye mwen. Mwen gen youn sl grenn laperez ki pran-m ki paralizire tout manm mwen Epi m’ap poze mennen-m? ske se vre li pral depoze-m lakay mwen? Kijan mon lakay mwen pral resevwa-m?Nou rive Riyl St Cyr. Li estope vwati-a. Epi li mande-m. -Se la-a ou rete. -Wi. Se la-a wi. -Men sanble pa gen mon nan kay la, tout pt fmen -Kmandan se la-a wi mwen rete. -A, prezidan-an bay ld pou yo depoze-w lakay ou; nan men fanmiy ou. Si pa gen mon nan kay la, m’ap mennen-w nan pale. -L mwen tande sa, k-m f vap. Mwen mete de jenou t, leve de men-m anl, mwen di: -Woy kmandan mwen ka ti fr-w, ti fanmiy ou Pou mwen jwenn chans sa-a pou ou ta retounen ak mwen Si fanmiy mwen pa la se paske y’al Machan Desalin. Jodi-a se 12 dawou, Chak 12 dawou y’al nan ft St. Claire Mwen gen youn matant mwen nan premye site kmandan, ou ka lage-m kay matant mwen an. Tanpri, tanpri! Kmandan-an gade-m ak pitye li di: machin nan pa gen gaz. LIBERTE EGALITE FRATERNITE Rpublique d’HatiAvis de divorce dont le dispositif est ainsi libell: Public maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse la susdite audience, pour le Jean Romre Laborde, d’avec son pouse ne Marie Yanick Peterson, pour injures graves l’un des quotidiens s’ditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers de ce jugement, compense les dpens. Li vire, li gade PlopPlop ki akyese ak tt li. Kmandan Delva di: -Al benyen msye, mennen-l ban mwen nan sal de gad la Tout prizonye nan selil la, tonbe bat bravo. Yo konnen se lage yo pral lage mwen. Gen prizonye ki la depi lontan. Yo konnen kil yo vin chache youn prizonye pou al nan jijman ak kil yo vin lage. Podyab! Yo kontan pou mwen , sa ki di Mapou pa bliye komisyon nan, al w madanm mwen pou mwen. Di timon yo mwen toujou vivan Mapou pa bliyeeee-m! Yo fmen pt la blow.. Mwen devan. Ploplop dy. M’rantre anba douch la Mwen benyenAaa fwa sa-a mwen benyen, byen benyen. Soti mwen soti, yo mete-m chita sou youn chz pay nan koulwa-a. Yo f tt mwen ak tondz. Yo f bab mwen ak youn moso jilt Chandra. Yo ban-m youn moso

PAGE 16

Page 16 Mercredi 30 Mars 2011 BACK PAGE Hati en MarchePort-au-Prince th Les gens vaquent leurs occupations. Ils nettoient les dcombres, mettent en place des installations de soins enfants l’cole. Le Snateur Leahy estime de dollars engag par les tats-Unis, ont t dpenss dans l’effort de redressement du pays, amricains garantissent que le dcaissement du reste de l’argent sera bien utilis. Leahy et Welch ont aussi dit leur bonheur de constater que l’lection du weekend dernier semble s’tre droule correctement et que du peuple hatien. Il [le peuple hatien] va avoir un gouvernement qui se soucie des gens [...] ; pendant des dcennies, cela n’a pas t le cas en Hati a dclar le Snateur Leahy. (HaitiLibre)