Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
















Sweet Mickv touiours en tOte !



I Sweet Mickv toulours en tate!


PORT-.Al_-PRINCE 2. Dc-
cciiibic - Mhichll.I N LiUllll ini( OIc
(u>ll 1 i lllSc llli. 'p i l l ll ( ndi I Clll l ic
ld lIII hiiis Uillssl p uopiLillic SOIil qIC
iljouldl lIu C[cIColc 1u0ll lue Soii LI
fiii dc I Ilisoiic Ic l CiididiI cllel I
N1111il lli I 'lli| de Io ll( nlll I titl l de
MNIOIslic'lll CO lllOIs'C II c cist l ffcl l
pcIlIll ( di c I' Cildlldllitsi dlli 1 to l
Ic IlloliI( ll iidc El on I I ll Ii iliss
CII l MlLi' CLIIlll
'll I11.I ll1 l l cII
i liiic ll ii ci [ cillI pCCii Idll

SIll 111cs ii .lls ClI [lllls illl llIll(llls
Cioii-il 0111 loll'il lc qLICiIl 2 l i: ii
b lli.cillln i liaidllI ll\ 1 il 01I iio ii
i cll lldC I d l l l ic cOIlllill
( li Oil ,i HICllh c ll .sI lfilCll l Ccl I I
_'5 0'_|ll|ll11 . \L I N I 1nH ,Inll N lijill tillS
ScIt MI ' Hhl'll
N! Iis II' o Ich Oil llclI-cilindl-
(ll Collf Oills sii(s cIdl ilcsll _ I pol'ci
C IlCst Iolss II (ll (' Ii i 'clI OL ' cl loIc llei
m inu ll I '\ ('\ lisi ( . II NomIlI i sll. i l ue
s II csti chiniii - bicin q II il11 edomtle
pIIcc qllue ccll ll lII plc nll( cOcllllc
soil pllclip'll lidl% cs II'c Ic CJilldid i
dul poll oll Jiud C .cIc tiiii 11 i i pis
pop|illlic 1ps pilsC qlue Ic poll on
qu II il icpl'c ci'l - cll bii Il I1i p| II
ICIllili c ich/ ILII iiLqukllkllclc Bilcn
111 i le1 I llsc '- il illl qlls s. pilll-
_siiIs fc li.cI it dc IIinc1 iiiji_ iI dl iiiiildc
i c (' dil 'iicls dc iI c\ 'lccil cllctl
' Iolcncc


FRANCE-AFRIQUE


L'argent n'a ni


couleur ni odeur
P()RT-AIi-PRINCE 2 J.I'II CI - Di. loIl'.S Is nI-
ciiilllc inli opoi.c LI Fi ic 1 i:c l L ii Cc l(I ll cilii t icicl dilidc
lcLiiloll il'l_ s dc' IHandcsi Fli cc (5 I illcl llllIU coIoliU .

Ic dlllit pic 1idcnt dul Giab n ll di iotii hlc pl Icl$1c ll li. i n. lll
dci IIOllions dI cI O du ni i lcsoi puIblic dcl( so I .i di Ion ll lIc
Itllic pOll l lic lli'l I a mll ' hollollllli lllcl. Il llllc f . lI-c l
tl 11011n d iol lllll l . l do llllIl p lcidcnllti ll( llli Si lko/ cI .
\_i n ii ( lo i li.i .n F IJlK . 2(.i(. nil i � ._,5 i),l_ llll l l~ll
nI dcic Imoidic FwllIco Nliiliilend i
ii llc i ' l Liilon dc cc 'cic 11 Cic ci |'. poll niidci il
dIlillo Iillc inlll d Li c Iln. ll ciL lIc l l e( Co i il0 olin oLi l I11 lC
pioic"_'-c dc L Filllcc' .ALi illc ( )Ouiii du Cihi cIlp idclnl dcl Li
icpuiblique ci iccolili |n Li comilliniihn iili c I Ilniilno1nlc IIn mi-
nii pc. jIm ki Ic dcic -i c picridc oi roiniit Liiicmli CL\m-.bo
pOllu p ldic l I llccllldl. l O ll l p l lll
CG i.bibo ci '.cSS pI.I P ,llil II cclii.iu , ii t l.llluli d ci Ic
I lioni dl l c IlU i lt s cIiI tiii ic 'l li. Ei _Ipcc ii cll in li II FUi ic '
I llcicl nll llI "llIIJl 'c coloIllil(C
II s.ilIblI petl piobiblc tlc cc( d niilocl( icllcL-
iiolns dc \\ ikiLalck_ Ijlis.nl dilicci iliiin dl iou ll l Ii. p sidcnit
-'iikon

L'equikalent de nos chequess zombies'

A I P2IclIt l ct li plicll l Ic1foicc I i llI collII1lc l c(cl c
ItllO lllcit du IcI pl o (.cc_ Ci dc _oil d plc.dcc L._I( l J a Clu( i C 111 llcl lI
di ol l O il o | illic n c111.1_i5 ploclihan dani L in cl. iilliic d cnlploln -
ifcllf_ p(. ldill qu I il c(t Ill l llm d Pd IS P .i s m. lllpo 1 c1| Illi-
IllcIpi \ I Ill i ic l ll pIliotl di k illic_< pollilqol nll 1 illal(Ill
(lcl c'c Lic tiL ll 11,1\I Ill
L cqLilln kili de no11 chliquc /olllblc dLillS I Ilnlltcl
polilqUl cn Hillim
C cpci nil ill 11un \VlciN ji�cId dI E iiiwn,' n IL pu
llO l l .i .1 lc cIclll olll n c liIc 11lll .$ | C111FI (I d till lndllc Ic dc
d(uninlt�iI \ qUlh (l IIII Ici ic dIonn(cIi pu Ic( picidclntl c.l( l Bc-
dcl Bokiss� dc : C.nit . A liiiqui loi id1 c li II. il\ lhcplinut
don li I p i-i-lid n di Li \cV iC pubhliqu(c fIlicnlIc c illli IIc
i Frani .l'riqui e ' i). "'i


AIols_ qu(c Li IllIc pollilqU(Ic c11
H.II iis doll d c.lic illi' c I tll.bll Illl 'l

.idll ionI chli l sll' l ( I I c s i c Illls I
SO ls de Ill l I _s p< l| ll 'lSI
II .1 Oil IcIIppol' Lc NO \tI (l-
lisc' quiii II II JIlctiin piobcl(mic pi.son-
nIl.I\' acc soinliiciin ll .I i Ci(cli.i11
i a l ec leC picl.lllsdc Ro.i Plcll.i
"* Jdlc CIlc 111n I 1i11 lii on ii i1
di llsl JI' I11111cc.(' I *I

cI tl I l ile d l lllll lll i dllll. 111l illll
|I\, O, il sc 1,1it piccipJ lic %c 1 15 Is I
Clll0111tl(j di $ . o c 11(c111[1115s d $ C I11111cc
1I'1 I poill %oilIicI .cl 011 IC iJlloll
C\ll .lcllll i0clic. i 1 iic cc ll ( dEcll I ll ll -
lis cIIlilli in . i llli '-li idlcki E ist-ccnIl
siinple rippoil iliclnijlilonn.l illl(.ll
ai 4-' ;ans Cclestin 4- 1
Coiccinani n a MicllI cc
11 cst III S1 cic 1 | pflOlp scOIlilc l(1 cscs
picicf l Ic Ic jillici.nl ill\ 11 llm iill 1 ll
ilc linllill Ic coup di cilii dc (pi imllI
1l''l conillic I picsidckin A.isliidc ci I
i20o11 c Inc Iniii Lih sli% i\ cc i Ic nilcLI
pOlllNenlllr l o'll _ 11 s ,11( S.S1 $1 I((lll
crIllin p nllllci Illlnl$ ii nOllllin Rcili
Plc'jl
N Ijl Pi'jil Ill ,itl$ IhI ' i .c 'ildl
llclicllc lall S I llc dui II OlliS dC c illlnps-
LI plls (l Ic l i I I lonl-'lc Ill i l 1%,ll1
I icictillc clllpillc plcsidcllitcllc
Oltl licil d Eii ql II _d II clill m ionic
plusllslli los Sill lcs planmllces l cc I

AS EEl T ICK1 i I p. 51


2010, annee horrible;


2011, debut tragique !

i Jamn 1 i CnnccII [[IcoIll-


I- 'Nc' no sl Ii hotions

c� ii1'ii ic OtilS di-
io 111 iLl COllll, lilc ql(1lc l op-
po llll c cl i II , llld.l 111 l
(IL 11 d illl llci iplll�Cllc
IOLIIs I 110 Ic ilI plII, s I lc-
CoIISItilll(Itin III budi_..t phl s
de 1,, m llllalds IplOllUs pal

SLIi_ , 11015 pOtll-
q i ll ditll-on [ i1111(. inn .

._ntIIIIIII('I Iments et'_ls IlUlleIloIs
cic ii bc lll�, C ib2 I11c llIll I 0
qui com lllll.
Stlllol l i i i pi lll
0lC l 110 1c l 'Iu ctult I ol
i r I" ,, * ,,i , ,, , ,, , I , j ,,, , ,u , ,,, , , , ,,,, , ,,,,, ,,, i,,, ,,,h ,h,, l I O ld ' I I CO I 11 O
, . " ,.,, . . . . ........... . , ,..../. ,, ., 1211111-21111 i 1 p. 4



OEA-Haiti: de tout c6te,


le mal est infini !


NIIA NI 1 D cminibc - L OEA n i pI"s Li UclIlc
fIic lI Lc inloudli lfll\ pi, ci1 linl no1n 10.1il c ll ni Ii cipoic(
iillis to[i ILII cipolc si Li lclic
Uncln mission dc I )I,_,UilmsIon d(s Elits alii(-
incinisi i iest jm cc( poll icflliiic I caicIl di(s oics dcs
l.cctions du-'x no liibl c_ opoiuponiicc dc inIili(nii dCId
imc mLlLmil nisc ies
Lc pioblnic i st qui l i 11 cioiic Ic cindidaii


N1llll Nll .ll ll I inI des nli onii de i i cOill 1 . itcll
cilip ln ci il_ l L niii c i t ii comni pi I swli (. )n lO iim il
IlOLt c qu(cIu(c 2 'u" bull(inisn fiaiLdul(uIl\ cl SoIl nol
il oul Ic( didil dinii Ln InteC mlic Il\ mcc llsi LI i LI10lni
Li Noul icllisli
Rcc.ipilllon_ Po o ll ii. llo ici sc.1 . ini-
diliiin.cs in Ii Lin lf iiniitlic des( bilmciLt\ dc oic Ic lN
MOE.A ' I. 1






I EN PLUS...


EN BREF...


1 Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


LEMONDE.FR 31.12.10
Il y a pres d'un an, le tremblement
de terre du mardi 12 janvier d6truisait la
capital haitienne et plusieurs centaines de
milliers de vies. Micha Gaillard, militant
des droits de l'homme, intellectual, homme
politique haitien et fils du plus grand his-
torien de l'ile, 6tait de ceux-lA. Sa mort
6claire les maux ant6rieurs et post6rieurs
au s6isme. Pendant deux jours, coinc6 au
niveau des cuisses, il parvint, avec came et
courage, A parler avec ses amis venus l'aider
mais qui ne trouv&rentjamais l'6quipement
minimum qui aurait permis de le tirer du
minist&re de la justice qui s'6tait effondr6.
Un Etat fonctionnel, cause pour laquelle
il s'est battu toute sa vie, l'aurait peut-6tre
sauv6. Surtout il n'aurait pas du se trouver lA.
Quelques minutes avant le tremblement, il
se pr6cipitait A l'int6rieur d'un minist&re en-
ti&rement vide, poury d6poser d'urgence des
demands de liberation d'individus injuste-
ment arr6t6s. Personne ne put l'accueillir,
il se dirigea vers le bureau du ministry,
au fond. Il y fut le seul mort. On ne peut
que se r6jouir que l'effondrement de treize
minist&res et du palais pr6sidentiel ait fait
moins d'une dizaine de morts. II faut aussi
avoir le courage de constater que dans un
pays qui 6tait d6ej en crise, l'Etat n'6tait pas
au travail.
Les soldats des Nations unies non
plus. Ceux qui purent observer, don't l'auteur
de ces lignes, la capital dans les jours im-
m6diatement apras le s6isme, furent frapp6s
par l'absence des casques bleus. Ce fait, A
ma connaissance, n'a pas &te report par les
m6dias europ6ens et nord-am6ricains. Sept
mille soldats des Nations unies se trouvaient
en Haiti avant le s6isme, quatorze mille
bras qui sont rests crois6s dans leurs bases
dans les deux jours cruciaux qui suivirent
le s6isme, y compris un bataillon de g6nie.
Dans une interview encore disponible sur
YouTube et qui semble tout droit sorti du
XIXe si&cle, Nelson Jobim, le ministry
brdsilien de la defense affirmait aux jour-
nalistes que "les Haitiens" n'accepteraient
jamais que des strangers touchent des morts
haitiens, justifiant ainsi l'ordre surr6aliste de
rester passif.
Le fiasco le plus recent, l'6pid6mie
de cholera, est aussi le fruit de cette alliance
entire un Etat qui n'existe plus, si ce n'est
par des t6tes parlantes, et des institutions
internationales qui n'assument pas leur
mainmise, aboutissant A un pays de onze
millions d'Ames sans veritable structure
executive. D'autres d6sastres suivront, faute
d'avoir su analyser les raisons de l'extr6me
vulndrabilit6 d'Haiti, de la mort clinique de
l'Etat et le bilan deplorable de la commu-
naut6 international.
L'ONU souffre en Haiti d'un dis-
cr6dit don't les opinions occidentales ont peu
l'id6e. Quiconque ouvre unjournal dans la
capital haitienne se rend compete du foss6
qui spare la communaut6 international de
cette population. (Qui sait d'ailleurs que Bill
Clinton, qui occupe un poste central dans
le dispositif international de "reconstruc-
tion", est, pour dire le moins, une figure
controvers6e dans ce pays ?). Les colkres ne
d6passent malheureusement pas les rivages


de l'ile, car aujourd'hui, Haiti est un pays
sans voix. Ses intellectuals ne parviennent
pas A faire entendre leurs r6cits, si ce n'est
au travers d'interm6diaires, reporters, exilds
ou "experts". Les m6dias francophones se
rabattent sur de vieux 6crivains exiles, qu'un
sociologue haitien appelle ironiquement
"les intellectuals d'aeroports" et don't les
r6cits trahissent la d6connection d'avec leurs
compatriotes. Moins de quatre jours apres
le s6isme, trois des plus grands intellectuals
haitiens en Haiti signaient untexte alarmant,
noir de pessimisme, pr6disant que, faut
d'avoir dress un vrai bilan, il n'y aurait
pas de reconstruction et que les milliards
de l'aide international A venir n'allaient,
avec certitude, servir A rien. Aucunjournal
aux Etats-Unis n'accepta de publier un ar-
ticle aussi pessimiste ; en France, un seul.
A-t-on le droit d'ailleurs de critiquer 1'ONU
en France ?

LE DROIT D'AVOIR UN
ETAT
Cassandre avait raison : un an
apres le s6isme, la reconstruction n'a pas
eu lieu. Mais le fiasco des organizations
internationales est aussi celui des m6dias
internationaux qui, dans l'apres-s&isme, ont
oscillk entire sensationnalisme et optimism,
maisjamais dress le bilan deja d6sastreux
de l'aide en Haiti. Cela fait ainsi plus de
dix-sept ans que les Nations unies ont une
presence massive et presque ininterrompue
en Haiti. Cela fait sept anndes maintenant
que la presence des casques bleus et de la
communaut6 international (plus de mille
ONG !) en Haiti ne s'assume pas, tout en
imposant ses choix 6conomiques et poli-
tiques (y compris de premiers ministres). En
autant d'anndes, ce pays a gagn6 sa place en
enfer, aucune infrastructure sdrieuse n'a &te
reconstruite et les espoirs d'un future meilleur
n'dmergent que dans les discours des leveurs
de fonds. Les Nations unies ressemblent a
ces trous noirs des astrophysiciens. Rien
ne semble ressortir du milliard de dollars
consomme chaque annde par sa mission
de la paix en Haiti, si ce n'est un discours
d'autol6gitimation et d'autosatisfaction.
Croire enfin que des expatrids, don't le
salaire de base commence A pres de onze
mille dollars par mois net d'imp6t, peuvent
entretenir des relations autres que coloniales
avec une population cass6e et pas seulement
paupdrisde, relive du phantasme.
Les Nations unies ne sont pas,
et de loin, les seuls responsables ; mais, A
l'heure du bilan, force est de conclure que
la solution est ailleurs. Qui croit done qu'il
peut y avoir une quelconque sortie de la
pauvret6 extreme, du naufrage, sans Etat,
sans institutions, sans infrastructures ? II
manque la plus important des infrastruc-
tures, un Etat. Depuis cinquante ans, celui-ci
a constamment et consciemment &td d6truit
par les gouvernants haitiens eux-memes
comme par une aide international soumise
aux ideologies dujour et A sa propre incom-
p6tence. Le premier des droits de l'homme
ne serait-il pas le droit d'avoir un Etat ?
Jean-Philippe Belleau,
professeur a l'universite
du Massachusetts a Boston


L'imposture de I'ONU


en Haiti


Page 2


Gona'ives: commemoration du 207 me anniversaire de 1'ind6-
pendance d'Hai'ti
Le president Rend Prdval ajug6 samedi, A l'occasion de l'anniversaire de l'ind6pen-
dance d'Haiti, que son pays se trouve A un carrefourr dangereux" en raison de la crise
politique nde des elections du 28 novembre dernier.
"Aujourd'hui, nous sommes A un carrefour dangereux. A c6t6 des calamit6s
naturelles, nous sommes dans une cruise politique issue des elections du 28
novembre 2010", a d6clard M. Prdval A la Tl66vision national d'Haiti depuis
la ville des Gonaives (Nord) ou se d6roulaient les festivit6s du 207e
anniversaire de l'ind6pendance d'Haiti.

Des citoyens gagnent les rues pour protester centre les r6sul-
tats des elections
Et ceci s'est pass le lerjanvier, jour de l'Ind6pendance.

Les souhaits de la Premiere Dame
Madame Elizabeth Prdval, Premi&re dame de la R6publique, a souhait6 une annde de
paix aux Haitiens pour 2011 oti tous les Haitiens devraient se mettre ensemble pour
reconstruire le pays afin de laisser une nation moderne, avec un autre systeme, aux
futures g6ndrations.
"Je souhaite que les Haitiens de toutes les couleurs et de toutes les tendances politiques
puissent travailler ensemble dans la refondation du pays", dit Madame Prdval.

REFERANS relieve tous les d6fis !
Sur le theme de < se former pour mieux reconstruire >>, 60 enseignants membres du
syndicate des enseignants du fundamental, REFERANS (regroupement des enseignants
du fundamental pour une education r6novde par des actions nouvelles et solidaires)
sont retournms sur les bancs de l'6cole pendant les f6tes de d6cembre, un premier
group du 20 au 24 d6cembre 2010 et un deuxieme du 27 au 31 d6cembre 2010. En ef-
fet, il y a plus d'un an, les coordinateurs de REFERANS ont sollicit6 DEFI dans le but
de renforcer les capacit6s de leurs membres dans l'enseignement des sciences. DEFI,
ONG franqaise, est pr6sente en Haiti depuis 10 ans et travaille avec le Minist&re de
l'6ducation afin de former les enseignants A une approche d'enseignement des sciences
A travers l'exp6rience, inspire de la < Main A la pite >>. C'est ainsi que 60 enseignants
formateurs, du secteur priv6 comme public, du pays tout entier, ont pu d6couvrir cette
approche alternative de l'apprentissage des sciences par l'exp6rience. La premiere ses-
sion de formation a durd une semaine, lors de laquelle les participants ont pu non seu-
lement assimiler les diff6rentes tapes de la mise en place d'une leqon mais 6galement
renforcer leurs comp6tences p6dagogiques et notionnelles pour une meilleure trans-
mission de savoirs, savoir-faire et savoirs-6tre. Les participants sont rentrds chez eux
enchants, rassurds et pr6ts A travailler pour amdliorer la quality de l'enseignement des
sciences exp6rimentales au niveau du fundamental d&s 2011. Un suivi sera organism en
fdvrier 2011 et une deuxieme session de formation en mars 2011.

5 jeunes Haitiens intoxiqu6s au monoxyde de carbon
Miami, le 29 d6cembre 2010 - (AHP) - 5 haitiens ag6s de 16 A 19 ans sont d6c6d6s au
lendemain de la Noel, probablement intoxiqu6s par du monoxide de carbon, dans un
motel de Little Haiti.
Mardi, un m6decin-16giste de Miami-Dade a confirm que les jeunes gens ont bien ete
intoxiqu6s par du monoxide de carbon.
I1 s'agit de Jean Pierre Ferdinand (16 ans), Peterson Nazon (17 ans), Jonas Ant6nor (18
ans), Charles Evans (19 ans) et Juchen Martial qui f6tait son 19e anniversaire.
Ces jeunes haltiens sont d6c6d6s dans une chambre du Motel Hialeah qu'ils avaient
loude pour c6l6brer cet anniversaire. L'6manation de monoxide de carbon d'un v6hi-
cule est probablement la cause des d6c&s.
Ils venaient de terminer un project de film qui raconte le mode de vie A Little Haiti.
La communaut6 haitienne est en deuil. Des bouquets sombres ont &te d6pos6s dans les
rues et sur les trottoirs de Little Haiti en signe de tristesse.

La crise n6e de la proclamation des r6sultats des elections se
pursuit
La proclamation, d6but d6cembre, des r6sultats priliminaires des scrutins
pr6sidentiel et l1gislatif a provoqu6 de violentes manifestations en Haiti, de nombreux
secteurs d6nonqant des fraudes en faveur du candidate
Jude Cl6estin, soutenu par le pouvoir.
Le chanteur populaire Michel Martelly, arrive en troisieme position de la
pr6sidentielle avec 21% des voix, derriere Jude Cdlestin (22%) et l'ex-premiire
dame Mirlande Manigat (31%), contest les r6sultats qui font actuellement
l'objet d'une evaluation par des experts d6pech6s par l'Organisation des Etats
amdricains (OEA).

Le President announce qu'il pourrait rester au pouvoir jus-
qu'au 14 mai 2011
M. Prdval, don't le mandate constitutionnel arrive a terme le 7 f6vrier, a laiss6 entendre
qu'il pourrait rester au pouvoir jusqu'au 14 mai 2011 pour
permettre de compl6ter le processus electoral.
Un group de 12 candidates A la pr6sidence, qui exigent l'annulation pure et simple des
elections, demand A Mr. Prdval de respecter la fin de son mandate constitutionnel (7
f6vrier) et l'installation d'un gouvernement provisoire.

Le President Pr6val centre l'id6e de l'installation d'un gouver-
nement provisoire
"C'est un president 16gitime et des parlementaires 16gitimes qui doivent
remplacer le president, les s6nateurs et les d6put6s", recommande Rend Prdval
appelant au respect de loi 6lectorale et de la Constitution du pays "pour
6viter de tomber dans une crise bien plus grave".
"La reconstruction du pays ravag6 par un violent s6isme en 2010, la lutte
centre le cholera qui a d6ej fait plus de 3.000 morts, r6clament la stability dans
la vie politique du pays", indique Prdval.

Le President Ren6 Pr6val a-t-il failli &tre embarqu6?
C'est ce qui resort de confidences faites par Ricardo Seitenfus, ex-repr6sentant special
de 1'OEA, dans une interview accord6e A unjournal brdsilien Folha do Brazil, en date
du 29 D6cembre.
Le diplomat brdsilien, qui repr6sentait 1'OEA en Haiti avant son limogeage brutal fin
d6cembre pour ses declarations peu flatteuses concernant la MINUSTAH et la commu-
naute international en general, fait 6tat dans cette interview d'une rencontre de repr&-
sentants de la communaute international au course de laquelle le depart du president
Prdval aurait ete 6voqud. Sans identifier quels membres de ladite communaute interna-
tionale ont fait pareille proposition, Ricardo Seitenfus ajoute que la question de trouver
un avion pour transporter le president a meme etd 6voqu&e.
Le Premier ministry haitien Jean Max Bellerive invite A cette reunion, toujours selon
Seitenfus, s'est tout de suite oppose A cette solution si peu constitutionnelle. Mais
(EN BREF / p. 14)


REGRETTE
D&cs du professeur Parnell MARC
A tous ceux et A toutes celles qui furent son ami et/ou ses &l1ves,
Nous annoncons avec infiniment de peine la triste nouvelle du d6ces de 1'6minent
professeur de math6matiques pour certain, de Physique pour d'autres, ou de Statistiques,
ou de francais, anglais, latin etc.
II faut aussi mentionner que l'ing6nieur professeur Parnell Marc a &te membre
fondateur de plusieurs 6coles secondaires, don't le Collkge Classique d'Haiti.
II a contribu6d la formation de plusieurs promotions d'ing6nieurs, de m6decins,
d'avocats, de professeurs et autres professionnels.

Le Professeur Parnell Marc est d&c6d& le Mardi 21 d6cembre 2010 A Longueuil,
dans la province de Qu6bec au Canada.

Outre son spouse, madame Simone Pasquier Marc et ses deux fils Jean Philippe
et Parnell Herman Junior, Maitre Parnel Marc laisse dans le deuil plusieurs proches
parents don't sa sceur ainde Lucy et sa sceur cadette Emmanuelle.
Maitre Marc est maintenant assis entire ses deux autres sceurs qui l'aimaient
beaucoup Marie-Laure Marc et la RWv6rende Sceur Ludovicque Marc, ancienne sup6rieure
de la Congr6gation des Filles de la Sagesse.

Les fundrailles ont 3t6 chantees le jeudi 30 decembre.


- - . - - - - - - - - - -I x xx I . - - - - I-Ixv �I I





L'ACTUALITE EN MARCH


Le group des 12 reaffirm


ses exigences


Port-au-Prince, le 29 d6cembre 2010 - (AHP) - Le
group des 12 (sur 18) candidates a la pr6sidence qui r6clament
l'annulation des elections du 28 novembre a r6it6rd mercredi
son rejet du processus electoral dans sa globalit6, pr6sidentielle
et l1gislatives comprises.
Les 12 candidates qui maintiennent cette position de-
puis lejour du scrutiny controversy ont r6affirm6 leur position,
alors qu'un group d'experts de l'OEA sollicit6s par le president
Rend Prdval devait arriver ce mercredi a Port-au-Prince pour
6valuer les r6sultats prdliminaires proclam6s le 7 d6cembre
par le Conseil electoral provisoire et qui ont provoqu6 des
violence dans plusieurs villes du pays, particulierement aux
Cayes (sud) et dans la capital (Port-au-Prince).
Les 12 accusent le president Rend Prdval d'etre le
principal sinon l'unique responsible de ce qu'ils appellent la
< mascarade > du 28 novembre.
Ils contestent 6galement toute vell6it6 du president
de rester au pouvoir au-dela du 7 f6vrier, tel qu'il l'a sugg6rd
le 23 d6cembre dernier, en s'appuyant sur la loi vote par le
parlement lui permettant de rester au pouvoirjusqu'au 14 mai
(2011), date a laquelle il avait prltd serment en 2006. Le pr6-
sident exploit aussi un flou de la constitution, d6noncent-ils,
qui pr6voit la date du 7 f6vrier pour l'entr6e en function du
nouveau president pendant qu'elle stipule que le mandate du
president est de 5 ans.
Les 12 exhortent les Nations Unies (ONU), l'Organi-
sation des Etats Amdricains (OEA) et les pays amis d'Haiti a
ne pas enter dans le jeu du chef de l'Etat et du Conseil Elec-
toral Provisoire (CEP, sachant tous que le processus
electoral a &te vicid d6s le depart. << Ce processus ne
pouvait que culminer avec lajoumee de la honte du 28
novembre >>, a dit Dr Josette Bijou qui donnait lecture
d'une declaration au nom du group.
La candidate ind6pendante a fait savoir que
le president Prdval a prouv6 une fois de plus son inca-
pacit6 a organiser de bones elections dans le pays.
Les candidates contestataires demandent 6gale-
ment a la population de rester mobilis6e pour d6fendre
ses droits, se disant certain que "la parodie du 28
novembre ne passera pas et sera annulde".
De son c6te, le candidate de Renmen Ayiti
(Aimer Haiti), Jean-Henry CUant, a rappel6 au chef de
l'Etat qu'en organisant les elections le 28 novembre
dernier, il s'6tait engage partir le 7 f6vrier, voila
pourquoi, a-t-il dit-il, M. Preval ne peut pr6tendre
pouvoir rester au pouvoir au delay de cette date cons-
titutionnelle.
II a indiqu6 que le gouvemement provisoire
don't le group r6clame l'installation le 7 f6vrier est


Festivities

marquees par

des manifestations
AP - 01 janvier 2011 , PORT-A U-PRINCE,
Haiti - Plus d'une centaine de manifestants frustrds par
un processus electoral dysfonctionnel ont marqu6 le
jour de l'ind6pendance haitienne, samedi, en brflant
des pneus et en exigeant l'arrestation du president Rend
Prdval.
Dans la capital Port-au-Prince, des citoyens
m6contents ont bloqu6 des routes et ont encombr6 des
rues de d6chets avant d'dtre disperses par la police.
Prenant la parole devant la foule, Simeyon
Wisly a appeal a l'organisation de nouvelles elections
sous la supervision d'un conseil electoral remanid. Les
citoyens ont obtenu leur ind6pendance et sont done
libres de s'exprimer et d'exiger un scrutiny vraiment
d6mocratique, a-t-il clam6.
Aux Gonaives, dans le nord d'Haiti, M. Prd-
val a appeal son people a rester uni et patient, dans un
discours interrompu par des manifestants r6clamant sa
admission.
L'Organisation des Etats am6ricains a de-
mand6 au pouvoir haitien de retarder l'annonce des
r6sultats Olectorauxjusqu'a ce qu'un comit6 international
d'experts puisse se pencher sur le scrutiny marqu6 par la
violence, la fraude et une faible participation.
Des r6voltes ont 6clat6es apres que le chan-
teur populaire Michel Martelly eut t6 61limind par
Jude Cl6estin, le candidate du parti au pouvoir, dans
le premier tour de l'l6ection, le 28 novembre dernier.
L'ancienne premiere dame Mirlande Manigat 6tait
arrivee premiere.
A l'ext6rieur du centre-ville de Port-au-Prince,
les Haitiens ont soulign6 le jour de l'ind6pendance en
pr6parnt une soupe a la citrouille traditionnelle et en
profitant d'une journme de cong6.
Haiti a obtenu son ind6pendance de la France
le ler janvier 1804, devenant du meme coup le seul
pays a 6tre nd d'une r6volte d'esclaves couronnde de
success.


pr6vu par les lois haitiennes et est de ce fait constitutionnel, ce
qui n'est pas le cas, selon lui, pour la loi 6lectorale amend6e,
qui done provision au chef de l'Etat de garder le pouvoir
jusqu'au 14 mai.
Pour sa part, le candidate de Respe (Respect), Char-
les-Henry Baker, estime que toute enquete s6rieuse devrait
conduire a l'annulation de 90% des proces-verbaux et donc
de tout le processus electoral.
Si on veut vraiment savoir s'il y avait effectivement
des fraudes massive le 28 novembre, on n'a qu'a compare
les listes d'emargement et les procds-verbaux, a-t-il soutenu,
faisant savoir que l'article 161.1 de la loi 6lectorale permet en
effet de s'assurer << Une voix pour une personnel> .
Le candidate du MPH (Mobilisation pour le Progres
d'Haiti), Jacques Edouard Alexis, a lui affirm que le group
don't il fait parties ne reconnait pas, tout comme la constitution
d'ailleurs, la mission d'experts de 1'OEA devant participer a
la verification des procds-verbaux.
II affirme que 1'OEA fait parties du problkme et ne
peut, en aucun cas, pr6tendre participer aux recherches de
solutions.
Nous ne reconnaissons pas cette mission ni le 2e tour
qu'on veut nous imposer. II faut un gouvemement provisoire
pour organiser de nouvelles elections, a-t-il dit, tout en exigeant
come ses autres colleagues, l'annulation du processes electoral,
la revocation du CEP et l'arrestation des conseillers 6lectoraux
que le group accuse d'etre les coupables des fraudes et autres
irr6gularites enregistrees le mois dernier.

- &


k


Meilleurs





vceux

So; ciaic ZMy-Trl vc,- noi z icr CI' FlC 11-1 Mefti
sPccilc m~:r~ uC' rj~~ , Irir a~ q LI fl('-L f�;Ofl~ MrCI~ I
rL 's'I:Jll u CL-'Iu P : i Mr , zkI - ..t ' l ijLv lier I

C'q--51' do CLPL-.-It qu~l "L; i�
jn Jiyotu A, 1D 0 E� viit, ML" t .'-IILuu uA'r ec .u-DI I,



I, 1UNIBANK
.'FldI. ***m**


Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


Page 3


00 SOMMAIRE l
PE OPLO-POLITTOUFE
S'\\::1 Nlmlcki 10o11i ii tte p.l
NOLiVEL AN
-I'i lc hjoilir0 , 2_ 111, debut tragique ! p.l1
N k-c..X pridc Inl d ll Jour de 1'IndCpendance p. 10
RISE ELE(TORALE
O(E. dc toun coic Ic1 l est infini p.1
Lc Gloupci dies 2I -' ic.,inne ses exigences p.3
Les experts de 1'OEA sont arrives p.6
\%iS iull soluloin constitutionnelle ! p.10
TRANSPARENCY
Franicc-Afiiqluc I'argent n'a ni couleur ni odeur p.1
L'INTERN.ATIONALEN QUESTION
L' inpollotii dcs Nations unies en Haiti p.2
ACTiUA.LITES
Boniifrici .Alc\ndli craint la guerre civil en Haiti p.4
Fcs-m l it ci inmunifestations p.3
IMMIGRATION
"' dci 5 H.iilens arrives illegalement en France remis
.n ib'ic p "
RECONSTRLiCTION
Ils S ionl( iinco ii'i.,blcs ! p.8
SOCIETY
Lc i i' 1'-'1ii envahissent ... p.8
PRESS
AFP coid.iliidnc dans son procds contre le photograph
DuIiel NMloil p 11
LIBRE PENSER
D\ 4lonionlIkhtl" ! p.12
SjA . ii s\i C pou 2011 !p.12
AMIERIOUE DU SUD
Dilma Roussef prete serment p.13
^ ^.^


.x~xx I . - l - - I - I v I-- - - - - - - - - - . - -- - - - -


. .i. >, ...lnt. |


267






UNE ANALYSE


Mercredi 05 Janvier 2011
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * No 50


2010, annee horrible ; 2011, debut tragique !


(2010-2011... suite de la lere page)
doit s'appuyer sur une volontW partag6e et un vrai d6sir de
changement.
Or aussi bien les uns que les autres sont absents.
Responsabilit6, amour de son pays, patriotism:
zero.


La r6ponse n'est naturellement pas en faveur du
candidate du pouvoir.
Mais quid des autres ? La classes politique est un pa-
nier de crabes don't aucun n'arrive a submerger. Pour la bonne
et simple raison que aucun d'eux ne semble croire a quelque
chose. Toute propaganda mise a part.


What's next ?
Quand le leadership civil national a capitul6 (c'est
l'image qu'il donee, what's next ?
Voilh une question a laquelle l'annde 2011 peut-6tre
r6pondra ? Et on ne peut de toute evidence pas s'en r6jouir.
Haiti politiquement resemble en ce moment a l'Am6-


I. .i
4.� -
iA4~I -


Le president Preval arrive aux ceremonies du Jour de I 'independance sous une etroite protection
(photo Robenson Eugene/HenM)


En effet, si les leaders politiques mettaient seulement
le quart de 1'6nergie et de la determination qu'ils d6ploient
actuellement a d6fendre leurs propres int6rets 6lectoraux a
la protection et au progrls de la nation, Haiti serait un pays
riche.

'Are you better
off today ?' ...
A commencer par i
le president Rend Prdval
qui n'avait jamais &te aussi
affirmatifet sir de lui-m6me. C ra
Jusqu'a 6pater bon nombre
pour qui un chef de l'Etat AFP-L',c iii |1 il1
c'est d'abord l'affirmation Alc\i\jdlli itl poi\ oil d 2'"I
d'un certain leadership. C1illdl c Ile l Licis2c polIqUCI
Or ici pour quoi dcs ICstilijLs I'Cclciioin pIrC
faire ? Rend Prdval partira -c11.11C. 1C ic" .ci HiKi
bient6t du pouvoir laissant Lcs pIclli l)il\ ciidi
le pays dans un 6tat plus mal ct Iclisljii\ cS oil dcnoiicc dic,
qu'ill'avaittrouv6.Pluspau- Ciildid du poun\ol Jilde C(l
vre et miserable. Et surtout dic Ilou\i llcis l iiconsi
plus divis6. "C(- pIoisscis cictIic
On connait l'ex- picitl dcbouichi Sill u ini ..*il
pression am6ricaine : 'are fo lOsc poiilnsblcs i \ 1i.iciii.s
you better off today ?', al- Alckindld dicu\ Cl plcsIdcli I
lez-vous mieux aujourd'hui d'Ani idc* n cii\ I i 2'"'4
qu'il y a 5 ans ? "J'l til,` ic sll


d6fini.

seisme q


Manifestants anti-Preval venus chahuter son message dMlivrd dans la Cite de I 'Inddpendance,
Gonaives (photo Haiti en Marche)


rique des chercheurs d'or (toutes ces lectures de notre enfance
Un comptage et recomptage infini et in- qu'on ne croyait pas r6alisables) ofi des villes se construisent
d'unjour sur l'autre dans le seul but de ramasser rapidement
Plus d'1. 3 million de compatriotesjet6s a la rue parun un gros magot (soit de l'or, soit du p6trole) puis disparaissent
ui a d6truit trois quarts des residences de la capital ; aussi rapidement sans laisser la moindre trace.


le pays ddvord par une 6pid6mie de cholera qui a d6ji fait plus


Aucune responsabilit6


politique: ex-president


Saint la guerre civil


icoi Io il s oi I kic lmi Boil"Ifcc
14 12'Imi i llkclmlCLIoLi~dIlim
c JCItLdIc lICcc (dc LCI'l clusto10l
ido~indIcc nc "dcboudlc lcs LIic

(I'Lls,1\ c cc iloli fllCSldCicICIIAC
fsIIljlic iksii' SINcs cii i'CLIN I ldu
Icstil oc dc lki'ldc Ii .l [J oill

0,1I i plusic oLii 1 c nomLl c
ic CIN ilc NJou scion tols Li h i
t" (c ccLic S1111,111011 I I% i NI
I~io% isoiic dHmi ii ipics Li c ILIc

1tl0ls Ics ~ImIlls Ic pfl~ol il C I


Irppolluio 01 oLI uII floinit coIIIIIILI u i iiKim lo dc'on

,iccoidcc i R~icio Vision 2" Poi -IaL-PlI 1cc
Li piochnLii oll des plcnci c sIIItIlt~Llaikdu plc iIic I
tolmI des eIctIoI cs lccldc ICdu -lic ol 2 Il0~ c mbic phitill
NIIII,1ilCdC NI'l.iil'.1igI.icjuldc (CIC. l22"..li II iCic JJlLt
immo' ow dc% Mi tes im~ linlac~iL ons dLins toutleI I Ri
Line mission I XIC i lllldlells c \flI cl 'illlEi L lil dc. E ilk
JIIIC I lld lllli I ( )E \~ i ci ~lilic u IUILIC ICI lcd~il ciiHi HIIII fl~LI C. IliJl~liC I
LII iwl IIdc ilc~onipii.i'2c des flo~c~~Cs-cLmu\ des Clectionsl
.i'.% III I i l lClllk111 i lii ilC Ilc lls i d Illllilk (0 1111 lcdllIcInc LII
Lc dcLImclllc tom Ides elctCionsl fc% LIIc I'' kill' ici
poulLII'ut l llsl cic lcpoulsc I lc~ccillllicIll tklills Ic lplcldcIllt
s niiu RcnecPwlc dolliIcIlilidlincc i mceIc - fc Iic
2"11


sinon une defense acharne
de ses propres int6rets,
aucun amour vrai de la
patrie puisque reduit a une
simple lutte de personnel
ou de clans. Qui pis est,
de personnalitds, ou 'ego
trip', volont6 de s'imposer
a tous, quelles qu'en soient
les consequences pour la
nation.
N'est-ce pas, oui
et non, l'image renvoyde
au pays par ses leaders en
ce premierjour d'une annee
nouvelle mais qui n'a en soi
rien de nouveau, c'est a dire
de prometteur.

O Hai'ti trop
loin du ciel et trop
pres des Etats-Unis


Enfin le patrio-


Explore your opilroa Hai"le Proe sthimng
for tM halidayb-
WwP hoh 5 ACIdia -Ca a, Eonpm m, thm I. ct%
WE cambbM~r M�x. COUIP a CAk&19 rffwt
- PunlnW.L Cocwnmc 2M
- PICUJ.MP L.4A&EMOvM A~M wPAMiU An

Uk-pPA. Dmb� I'my 4% imu rhik-w -1
4. AH CAu m u% * wwW. n n -. - rm l r. -.4

r, i .. t"-tI" . ' i' " . ' . - . . . ..L'** LA- i* 4**i *** *fl dI k--.t 0* I~j.1
J 0 M


MNrlbinic in" 1031 ooze NTUMMUMf~~S~


de 3.000 morts en deux mois ;
un ch6mage d'au moins 80%
etc., mais la seule et unique
preoccupation aussi bien du
pouvoir que de toute la classes
politique c'est un comptage
et recomptage infini et in-
dMfini des votes qui n'abou-
tira jamais a rien parce que
tous ont trich6, sciemment,
come eux-memes l'admet-
tent. Parce que toute honte
bue, et tout respect human
6tant aujourd'hui enterr6 (il
faudra analyser unjour d'ofi
est venue une telle arrogance
m6l6e de cynisme qui fait que
les politicians ne cachent plus
leurjeu et n'ont aucune peine
a exposer au grand jour leurs
tricheries et leur indifference
a l'interet g6ndral), qui reste-
il pour prendre en main les
vrais problkmes du pays ?


tisme. Justement pourquoi le politician a fini par mettre ainsi
bas les masques ? R6ponse : c'est le r6sultat de l'occupation
sans l'occupation invent6e sp6cialement pour nous Haitiens par
la communaut6 international. Tenir le pays sous le joug sans
avoir a en payer le prix come en 1915, d6but d'une occupation
de 20 ans par les Etats-Unis (jusqu'en 1934).
Occupation a responsabilit6 limit6e. Ou partag6e.
Nide. En tout cas, ni l'une ni l'autre ne march. L'international
n'arrive a rien accomplir sur le terrain. Washington n'a qu'un
objectif signal a just titre par le repr6sentant de l'OEA,
Ricardo Seitenfus, dans son interview qui a fait scandal et
qui lui a valu le renvoi imm6diat) et c'est d'emp6cher l'arriv6e
aux Etats-Unis des boat people haitiens. Pour paraphraser un
homme d'Etat mexicain : O Haiti trop loin du ciel et trop prbs
des Etats-Unis ! Devant s'en remettre a l'ONU (la plus grande
bureaucratic de la planete) pourjouer le chien de garde, onvoit
a quoi cela aboutit. Le cholera venu d'Asie du sud !
Quant a la parties haitienne, elle est trop content de
se d6barrasser de ses devoirs envers la nation qu'elle n'avait
d6ji jamais su remplir.
D'ofi son comportement quasi immoral alors que le
pays voit tomber sur lui en m6me temps les pires calamit6s.
D'ofi aussi la m6me grogne n'dpargnant pas la com-
munaut6 international en lui faisant comprendre qu'elle ne


(2010-2011 / p. 5)


Paid Plus Bakery, lI'i
NATrupI JUICE '1 I �


I w


IIGM NE r3d AVG

Tol. 305-139-111


0"C~ff PMEMW HO M 0 kwarft
for 10 OPRNPO


Page 4





Mercredi 05 Jam ier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * No 50


DE LACTUALITE


Sweet Micky toujours en tete


(SWEET MICKY... suite de la lere page)
I1 est vrai que Michel Martelly est d'une presence
irresistible.
Qui n'est pas un fan de Micky ? Comment ne pas
aimer cette musique qui vous invite a vous d6charger de tous
vos problkmes, a larger les amarres, et si espibgle avec qa


en mal de paraitre mais sans grand chose dans la caboche. Mais
a l'6poque c'6tait eux aussi le principal public de Micky.
Cela dit, aujourd'hui nous ne trouvons pas progres-
siste du tout (de la part de certain qui se targuent de l'6tre)
mais au contraire tout a fait r6actionnaire de se servir de sa
parodie de 'Ti Simone' pour combattre le candidate.


Parti du Champ de mars (mais il precise dans Le Nouvelliste
qu'ils 6taient parties depuis PNtionville), le d6filk a pied est
all6 se terminer sur la place de Martissant, un autre quarter
populaire au sud de la capital. Plusieurs milliers de partisans
enthousiastes. La suite devait le prouver.
Mais (comme nous l'avions demand au candidate lors


SI SIi";






kit'A
'I
die












ic~eL......

ay;ll


Ditternst albums a succes marquant la carriAre de Sweet Micky, de son vrai nom Michel Martelly


('I don't give a dime'), veritable th6rapie dans un pays aussi
crispant, calamiteux, naus6eux, aussi impossible a vivre.
Personnellementj 'avoue queje ne l'ai pas toujours ete
ce fan. D'abord pour des raisons en dehors de notre volont6.
Nous 6tions en exil quand Sweet Micky commencait sa carribre
a l'ombre du regime decadent des Baby Doc - Bennett.
Plus tard aussi j'ai &td franchement choqu6 lors de
certaines de ses prestations pendant le camaval de Port-au-
Prince.
Non pour ses d6guisements en travel ('Sisisi', titre
un de ses albums), au contraire c'est d'un grand courage dans
un milieu aussi hypocrite que le n6tre, et Micky est un excellent
acteur comme il le rev6lera par la suite dans ses spots t6l1vis6s,
neanmoins pourquoi se lancer dans des propos aussi grossiers
car ce n'6tait plus de l'humour mais de la grossibrete, de la gou-
jaterie a l'image de cette cat6gorie de petits bourgeois haitiens


Port-au-Prince, le 29 d6cembre 2010 - (AHP) - Les
autorit6s haitiennes pourraient lever d&s la semaine prochaine,
l'interdiction de consommer du poisson pech6 dans une parties
du Lac Azuei.
Cette decision avait &td prise aprbs la d6couverte, la
semaine dernibre, d'une quantity massive de poissons morts
dans la parties du lac comprise entire Fonds-Parisien et Mal-
passe.
La situation pourrait revenir a la normal, a indiqu6
l'agronome Jean Robert Badio, directeur de la section < P&che
et aquaculture > au Ministbre de l'Agriculture des Ressources
Naturelles et du Ddveloppement Rural (MARNDR).


2011, debut tragique !
(2010-2011... suite de la page 4)
peut pr6tendre jouer l'arbitre alors qu'elle est aussi a l'origine
du mal.
D'ofi une seule solution: tout d6faire ! Mais pour
l'instant, un seul perdant: Haiti. Notre present et l'avenir de
nos enfants.
2010, annde horrible. 2011, d6but tragique !
HaTti en Marche, 1" Janvier 2011


HuM



Arm6riqua Latir"


Puis unjour, voici le train du Pr6sident-Compas qui
prend une autre direction: Cit6 Soleil, nous voici. Le plus
grand bidonville du pays figure en premiere place dans son
nouvel album. Et curieusement Cite Soleil se rdvble aussi peu
rancunier malgr6 les blessures laiss6es par le coup d'6tat de
1991. Comment en effet resister a cette musique !
Opportunisme, diront certain, mais quel homme
politique ne l'est pas.
I1 est vrai que jusqu'ici nous voyons encore diffici-
lement l'homme politique dans notre Sweet Micky national.
Malgr6 le complete veston et le sourire d6sormais calculd.
Done la fraicheur des propos confi6s au Nouvelliste
ne devrait pas tant 6tonner.
Rappelons que la champagne 6lectorale 6tait a peine
ouverte que le premier grand meeting de masse a la capital fut
celui du candidate Michel Martelly. Meeting ou Sweet-Party !


Il y a une tendance a la stabilisation et si cela continue,
la semaine prochaine l'interdiction sera probablement lev6e.
Le probleme est circonscrit entire Fonds-Parisien et
Malepasse alors que le Lac fait a peu prbs 13 mille hectares",
a-t-il soulign6.
L'agronome Jean Robert Badio a fait savoir que c'est
un probleme technique que les autorit6s gerent de maniere
technique.
II a 6galement soulign6 qu'il n'y a aucun problem
a consommer du poisson p6ch6 ailleurs.
Allant dans le meme sens, le directeur general adjoint
du ministbre, Pierre Guy Lafontant, a fait savoir que la situation
est sous contr6le.
Les ministbres de l'agriculture et de l'environnement
ont une presence permanent dans la zone et des analyses sont
effectudes toutes les 2 a 3 heures.
"Les analyses se poursuivent au laboratoire de Ta-
marinier a Port-au-Prince, en R6publique Dominicaine et au
Mexique", a-t-il pr6cis6.
Selon lui, les poissons sont probablement morts en
raison d'un manque d'oxygene provoqu6 par les remblais qui
se trouvent a proximity puisque des travaux sont effectuds dans
la zone pour lever le niveau de la route et les matibres utilis6es
contiennent g6ndralement forms du calcaire.


00" 290.00�-
us 6 40.00
- US $ 42.00
-.us s 70.oo.
- us 5sv7.00


Gdes 5210-0
US S$7MOD
us I 35-OPO
.,U5s 841500

- us $t 1~.56I6


d'une mission) : comment distinguer un fan d'un partisan ?
Ne risque-t-on pas de tomber dans un certain amalgame ? La
popularity artistique est-elle de meme nature que la popularitW
politique ? Tout comme une star peut-elle (ou doit-elle) 6tre
automatiquement un chef de l'Etat en puissance ?
La suite dir le reste. Mais apres ces declarations faites
au Nouvelliste, on est stir d'une chose : Michel Martelly n'a
pas perdu la tete. Normal. N'est-il pas le seul des 19 candidates
a avoir son tr6ne qui l'attend, Olu ou pas. Pr6sident-Compas.
Vive Micky ! Et c'est une pr6sidence a vie. Qui dit mieux !
Au contraire sur son prochain album, on va pouvoir
se payer la tete de tous ces 'avida pouvoir'. Musique ...

MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


ja"


L 'LL F E E. i -j e-3 3 ' 3c~.J


F. kX E 5�~ i 3 ~
L L Z Z?~


Da m Wcas d'ucn abommont
avoc Nvrolson. I@ oda *t I@ oubM
Pdlrw 4w up4Ifl .l vows u lu
un rmiuval abaiw
ou Wij ogh d'un renouwlsmurA


pIivwmmu


Risna*IemenI


Page 5


Lac Azuei : les measures d'interdiction de consommation
de poissons peches dans le lac devraient etre bient6t levees


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


WWMA " IF ------���� ----------------��� --------------------- ------��-------- �� --------------------


~����-� ~ --- 9


�--- �~��� -~~
- - --
-- --������~ ~
- -----�--~~


I CCA C-tjr SixP.Av;


r~ifitPk-L ir [ii r


I WA


AdreaL-






I L'INTERNATIONAL DANS LA CRISE


SMercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


OEA-Haiti: C

(OEA... suite de la lere page)
novembre, Michel Martelly qui avait &td parmi les premiers a
demander l'annulation du scrutiny avant de revenir peu aprls sur
sa decision, ne d6tient pas les proces verbaux qui permettent
au candidate de mieux d6fendre ses droits devant le contentieux
electoral, par centre il a avec lui une parties non ndgligeable
de l'opinion publique, vu les milliers de citoyens qui sont
descendus dans les rues pour protester apres
son eviction du second tour par l'institution
6lectorale.
Par centre le candidate du pouvoir,
Jude Celestin, a tous ses proces verbaux
en regle et qui, a en croire le president du
parti pr6sidentiel (INITE), le s6nateur Joseph
Lambert, lui garantiraient meme la victoire
au premier tour.
Declaration peu habile alors que
le score de Jude CWlestin est contest par la
totality des autres candidates. Y compris (dit-
on) par les grandes ambassades accr6dit6es
en Haiti.

S'immiscer dans la politique '
du pays ....
Partant, 1'OEA ne peut esp6rer se
tirer d'affaires par la simple comptabilit6 des
chiffres en presence.
Sans 6tre oblige de se livrer a des
interpretations. Done d'entrer (de s'immiscer)
dans la politique du pays.
Evidemment reste la carte Mirlande
Manigat comme voie de sortie.
I1 eut &t6 facile si Mme Manigat
avait pu l'emporter au premier tour (50% des Le vice-prds
suffrages + 1). la Constitu
Elle est en tate des r6sultats du pre-
mier tour communiquess le 7 d6cembre) avec un peu plus de
31% des suffrages.
C'est son premier atout.
Le second : si elle n'a pas accompli un parcours tout
a fait sans faute, le sien a t& le moins chaotique.
Ni les accusations de fraudes qui pleuvent sur le
candidate du pouvoir.
Ni les cases et violence op6rdes durant les manifes-
tations en faveur de Martelly.

Plus facile de sacrifier un pouvoir impo-
pulaire ...


le tout co6t, le mal est infini !


Le problkme est de lui trouver un candidate pour l'af-
fronter au second tour.
Que ce soit Michel Martelly ou Jude Cl6estin, 1'OEA
sera soupqonnde d'avoir c6d6 a la pression. Celle de la rue dans
le cas du premier (outre certaines grandes ambassades en fond
de scene) ; celle du pouvoir en place dans le second cas.
Bien entendu il est plus facile de sacrifier un pouvoir
qui ne jouit pas d'une tres bonne reputation.


ident de la Cour de Cassation, Me Georges Moise ; en cas de vacance du pouvoir
tion ddsigne le president de la plus haute Courpourprendre la direction du pays
pendant une periode de 90jours (photo Haiti en Marche)
Mais ce dernier a d'autres cartes dans sa manche. Par
example, l'dventualitd du contr6le de la majority parlementaire
par le part INITE ne semble d6mentie par personnel.
Une election de Michel Martelly a la pr6sidence
risquerait par consequent d'ouvrir une nouvelle p6riode d'ins-
tabilit6 peu propice aux projects de reconstruction que tous, a
commencer par de grandes entreprises 6trangeres (et leurs
ambassades), nourrissent dans notre pays.
Comme l'a d'ailleurs fait ressentir le president Rend
Prdval lors d'une r6cente rencontre avec 4 m6dias locaux ou
il s'est f6licit6 que la candidate Manigat ait d6clard qu'elle
n'aurait aucun problkme a gouvemer avec un autre parti ma-


POU POSLAC.AN
REREANANET, ISRK 10


0" - ,i L'. . - , i "-7 *" " - - r


LY i


* - , . 1;


r * .I~..rrt-1 I


4-; ,,r -. . . .j
ip~r rrar~ II .
�. I'k;r. ?: .,


-. " r II 1'
D at F JWUI I
14,


11L


T~ i-. ,~,.ii.L �


r�i -� -,


joritaire au Parlement.
Martelly n'a pas en-
core adress6 ce sujet.

Quid des 12 ?

Mais a partir du mo-
ment oni le calcul des votes
devient ainsi sujet a inter-
pr6tations, que la politique
s'impose aux chiffres, quid
des 12 candidates qui, quant a
eux, exigent l'annulation des
elections ? Ni plus ni moins.
Les voici trbs actifs,
r6it6rant leur demand d'an-
nulation du scrutiny et rejetant
la mission de 1'OEAa laquelle
ils reprochent qu'elle ne peut
6tre a la fois juge et parties,
celle-ci 6tant l'un des princi-
paux organisateurs des umes
contest6es.
Mais, direz-vous, les
12 ont-ils les moyens de leur
politique ?


Principal atout : ils surfent sur la mauvaise reputation
du pouvoir de Mr. Prdval auprls de la grande masse pour se
faire entendre.
C'est ainsi qu'ils refusent la prolongation du mandate
de celui-cijusqu'au 14 mai 2011, alors que Mirlande Manigat
semble l'accepter en proposant que le second tour ait lieu 45
jours apres le 7 f6vrier, date a laquelle les 12 exigent le depart
de Prdval du palais en promettant dans le cas contraire de mettre
le people dans la rue.
Sont-ils vraiment capable de d6pla-
cer autant de monde ? Cela reste a voir.
Mais faut-il aussi courir de pareils
risques apres la grande frousse jet6e par deux
joumres de manifestations les 8 et 9 d6cembre
derniers ?
Mais surtout avec un pays aussi
malade !


Demain sera trop tard ...
Et n'est-ce pas ce qui devrait d'abord
motiver 1'OEA dans sa demarche. Et non des
initiatives qui aboutissent a crder plus de di-
vision dans la maison haitienne sous pr6texte
de respect d'une d6mocratie qui au bout du
compete et objectivement parlant n'est qu'un
leurre.
Or on n'a encore entendu aucune
declaration dans ce sens.
Certes un second tour ne peut se faire
qu'entre deux candidates. Et dfit-on refaire
les elections, cela finirait toujours par un se-
cond tour. Constitution oblige. Et aucun des
candidates en lice ne paraissant en measure de
reporter la majority absolue. D'ailleurs ce
n'est pas souhaitable 6tant donn6 la pauvret6
de l'offre.
Done qu'on trouve une moyenne,


D 'autres manifestants venus remercier le president Preval
d 'avoir mieuxprdpard la ville des Gonaives afaireface
aux inondations qui ontfait en 2004 dans cette ville pas moins
de 3.000 morts (photo Haiti en Marche)
une position m6diane, que ce soit aujourd'hui ou demain, cela
revient au meme. Mais demain sera trop tard.
Bien stir, il suffirait que le pays reel se mette debout
comme un seul homme pour exiger des politicians qu'ils se
d6merdent pour trouver eux-memes une solution entire eux.
Puisque de toutes falcons la victoire de l'un ou de l'autre ne
changera rien au sort de l'immense majority.
En meme temps le fait de ne pas tous sortir dans les
rues pour hurler son ras le bol ne signifie pas que ce n'est pas
ce que veulent tous les Haitiens.
Que 1'OEA et les grandes ambassades ne se fassent
pas trop d'illusion. Amoins qu'onveuille nous pousser volon-
tairement aux pires extr6mit6s.
Mais les premiers responsables sont les politicians
haitiens qui refusent de s'assumer. Ou qui ne le peuvent
plus !
Haiti en Marche, 31 Decembre 2010


a. ....Ii � � i... i:". i . i -ii .! I)II_


Mercredi, 29 Decembre 2010 HPN
Un premier group d'experts de la
mission de l'Organisation des Etats amdricains
charges de supervisor le recomptage des votes
de la pr6sidentielle du 28 novembre en Haiti
sont arrives mercredi a Port-au-Prince, a-t-on
appris auprbs du bureau de 1'OEA.
Selonune source de l'Organisation a
Washington, quatre experts sont arrives mer-
credi (29 d6cembre); les deux autres 6taient
attendus jeudi et ils pourront commencer a
travailler au centre de Tabulation pour v6rifier
les proces verbaux des elections et recompter
les votes.
Le secr6taire g6ndral adjoint de
1'OEA, Albert Ramdin, devait 6galement ar-
river a Port-au-Prince jeudi.
Les membres de la mission sont deux
experts juridiques, deux experts 6lectoraux,
un statisticien et un informaticien. Ils doivent


remettre leurs conclusions au gouvemement
haitien et au Conseil permanent de 1'OEA a
une date non pr6cis6e.
Face aux contestations soulev6es par
la publication des r6sultats du premier tour
des elections, le president Rend Prdval avait
demand a 1'OEA de d6pecher une mission en
Haiti afin d'aider les autorit6s 6lectorales dans
la verification des proces-verbaux et la phase
de contentieux electoral.
Cette mission est contested par
des parties de l'opposition et notamment un
group de 12 candidates qui continent d'exiger
l'annulation total des elections.

En retour, l'organisation avait de-
mand6 un report de la date de publication
des r6sultats contests par la majority des
candidates.


Page 6


Elections: les experts


de I'OEA sont arrives


__ xxI.- l - xv �I I


fto pbiiissQ4 rlunclVa. ae SO htlp,',,* Jdi m idadeq" 7


:,1 0



NoL f -- 1


... 1 '17 � ; �, 17 : ',,, , " �, I . 1. F 4 k , , -


II �
""L,� :r.X I-' '�"" :i


i Ir��~.' ?' i'�`"'





Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * No 50


I FRANCE - AFRIQUE I


L'argent n'a ni couleur ni odeur


(Francafrique... suite de la lere page)
friend.
A gauche, on n'est pas forc6ment plus prudent. Il y a
le fils du president Mitterrand, Jean-Christophe, condamnd a
30 ans de prison, don't un an ferme, pour fraude fiscal.
Le meilleur ami de Franqois Mitterrand, Me Roland
Dumas, ex-chancelier et president du Conseil constitutionnel,
impliqu6 dans une affaire de d6tournement
de fonds au profit d'une ancienne maitresse,
m6me s'il sera finalement innocent.
Plus r6cemment c'est l'affaire Liliane
Bettencourt, h6ritiere d'une des plus grosses
fortunes de France et l'une des plus importan-
tes contributrices a la caisse 6lectorale du part
(UMP) du president Sarkozy. Et par la m6me
occasion l'une des principles b6ndficiaires de
la politique du bouclier fiscal si chbre a l'actuel
gouvernement franqais.

Nostalgie du paradise perdu !

La classes politique en France n'entre-
tient pas des rapports toujours 'sains et saufs',
comme on dit chez nous, c'est a dire tout a
fait innocents avec la fortune et les signes
ext6rieurs de richesses (chateaux, maitresses,
safaris en Afrique etc).
Et cela a toujours &te ainsi. C'est soit
un certain trait du temperament gaulois. Dont
nous en Haiti avons done tout naturellement
herit&. Soit la nostalgia du paradise perdu !
Sous le G6ndral de Gaule, il 6tait
davantage question des morts que l'on faisait
voter dans les Dom Tom (d6partements et
territoires francais d'outre-mer). Le defunt
Le parti gaulliste (RPR) avait la ga-


rantie de faire le plein grice a ces circonscriptions lointaines
et qui n'avaient d'ailleurs aucun problkme si c'6tait au profit
du pare de la France libre.
Il y avait aussi Jacques Foccart, ancien resistant et
l'homme des r6seaux africains du G6ndral de Gaule, person-
nage central dans la creation de ce qu'on d6nomme la Franga-
frique ou ensemble de ces Etats africains rests proches de la
France apres avoir obtenu leur ind6pendance apres la Seconde


president du Gabon, Omar Bongo, et le presidentfranfais Nicolas Sarke


guerre mondiale.
Soit par la filiere litt6raire et acad6mique pour un
Ldopold Sedar Senghor du Sen6gal, soit par les affaires
(Houphouet-Boigny, Bongo), soit les loufoqueries (soulou-
queries) avec en tate un Bokassa ier.

Haiti la premiere fille de la France repu-
blicaine ...
Meme Haiti qui n'a pas 6chapp6 a la
. rgle. Lorsque le president Kennedy menaca
d'envoyer les Marines chasser Papa Doc du
S pouvoir, celui-ci se souvint que son grand
S pbre 6tait un martiniquais. Il envoya en France
son ami G6rard de Catalogne qui 6tait une
connaissance de Jacques Foccard.
Catalogne revint avec la fameuse let-
tre signde de De Gaule d6clarant que Haiti est
la premiere fille de la France rdpublicaine.
Et sous Baby Doc, un ministry nom-
. " m Robert Galley, lui aussi ancien resistant et
| compagnon de la Lib6ration (comme on dit de
ceux qui ont milit6 dans les rangs de la France
libre aux c6t6s du G6ndral de Gaule), osa nous
declarer en conference de press ici a Port-
au-Prince que nous les journalists sommes
pratiquement des inconscients et des ingrats
qui n'avons pas su reconnaitre la grandeur de
la politique de lib6ralisation conduite par le
president vie.
Le crackdown du 28 novembre 1980
sur la press n'6tait pas loin.
Cela pour apprendre aux officials
strangers a ne jamais tirer de conclusions
trop hitives sur les actes des gouvernants
haitiens.
zy (AFP)odie, 103.3 F
Milodie, 103.3 FM


73 des 75 Haitiens arrives a Paris


sans visa ont ete remis en liberty


(AFP) -BOBIGNY - Soixante-treize des soixante-
quinze Haitiens, arrives en deux vagues les 23 et 26 d6cembre
a Paris sans visa et places en zone d'attente, ont &te lib6rdsjeudi
par lesjuges et peuvent d6sormais entamer des d6marches afin
de pouvoir rester en France.
Outre ces 73 personnel remises en liberty, unejeune
mineure a &te place en foyer d'accueil tandis qu'une autre est
retoumre en zone d'attente le temps que son identity soit v6ri-
fide, a precise a 1'AFP l'associationAssistance aux strangers aux
frontieres (Anaf6). Port6e comme majeure sur son passport,
elle est soupqonnde d'etre mineure.
Un sauf-conduit valuable huitjours a &td d6livrde pour
l'ensemble des personnel lib6rdes, leur permettant de faire
des d6marches en vue d'obtenir un titre de sdjour ou l'asile
politique.
Trois demandeurs d'asile ont &td d6bout6s et ont dd-
pos6 un recours vendredi matin aupres du tribunal administratif
(TA) de Paris qui, en matiere de demand de protection aux
frontieres, a une competence sur tout le territoire, a-t-on appris
aupres de lajuridiction.
Une fois la requate enregistr6e, le TA a 72 heures pour
se prononcer. Sonjugement peut etre contest dans un d6lai de
15 jours devant la cour administrative d'appel.
Devant la Cour d'appel de Paris, le ministere pub-
lic a soulign6 que tous ces Haitiens 6taient munis de visas
d'6tudes au B6nin. II a r6clam6 leur retour en zone d'attente,
estimant qu'il s'agissait d'une "filiere organisde d'6migration
clandestine".
Lib6rd mercredi, Wilfrid A., 27 ans, avait affirm a
l'AFP fuir son pays a cause de la "crise politique" qui pr6vaut
sur lile.


"Mon pbre est un militant (de l'opposition, ndlr). A
cause de cette crise, j'ai perdu mon enfant", avait-il clam.
"La France, c'est le seul moyen de sauver ma vie",
avait assure Marie-Gerda, 24 ans, libirde cette semaine et don't
le pbre reside en banlieue parisienne.


Cette vague
d'arriv6es en provenance
de Port-au-Prince intervient
deux semaines avant le pre-
mier anniversaire du s6isme
qui a fait plus de 250.000
morts sur File.
Aprls ce drame, les
autorit6s francaises s'6taient
engages a faciliter l'accueil
des victims en all6geant les
conditions du regroupement
familial et de d6livrance des
visas.
Haiti est par ailleurs
en proie a une 6pid6mie de
cholera qui a d6jh cofit6 la vie
plus de 3.300 personnel, et a
une crise politique qui a suivi
les elections pr6sidentielle et
l1gislatives du 28 novembre.
L'annonce de pre-
miers r6sultats trbs contests
avait provoqu6 des manifes-
tations violentes qui ont fait
plusieurs morts.


Des dizaines d'Hai'tiens

commencent a fuir des regions

de la Republique dominicaine


Port-au-Prince, le 29 dkcembre 2010
-(AHP) -Des dizaines de citoyens haitiens ont
commence quitter volontairement mardi les
quarters de San Jos6, La Mina et Cristo Rey
en R6publique dominicaine. Ils sont menac6s
d'etre chassis par des dominicains qui les
accusent de commettre la plupart des crimes
enregistr6s dans ces communaut6s.
Ces Haitiens, qui vivent en situation
irr6gulibre, sont 6galement accuses de jeter
leurs excr6ments sur la cour des 6coles et dans
d'autres lieux publics, indique une d6peche
du journal dominicain Listin diario dans son
edition 6lectronique de ce mercredi.
A Cristo Rey, un quarter situ6 au
sud de Santiago, des citoyens dominicains
ont fait savoir que les Haitiens doivent 6tre
expuls6s parce qu'ils sont responsables de la


plupart des vols et agressions commis dans
cette locality.
Plus d'une centaine d'Haitiens ont
d6jh quitt6 volontairement ces quarters mais
2000 devraient les suivre sinon ils risquent
d'etre agress6s par les dominicains.
Des Haitiens qui quittaient pr6cipi-
tamment mardi le quarter de San Jos6, ont fait
6tat de menaces reques. < Ils nous menacent et
nous n'avons pas le choix sinon de fuir >, a fait
savoir mardi l'entre eux Pierre Kukusa.



I___' iP I d -
-AIWO&I 4 tow


La publication des r6sultats d6finitifs vient a nouveau
d'etre repouss6e et une mission de l'Organisation des Etats
amdricains (OEA) a &td d6pech6e sur place pour 6valuer "le
processus electoral".


AI EESYO SPSA

*I :S EA TA ISTRIK3


-~lfL~i -"piZ:i -Ilf �i.i~l


I' ''' 1� I








r� *i L -I i
- *, "0,'- I ", * :




AL z E"P I Li "z P j J -Y: : Wn :x. M -w nx
WD . �t' %tlAl An ;I j





I v% r - 37: x 1 0 ; �


0,111 1 imil


';I,
- 1


rii, i p �: n K tlj;r,


1, 7.


I' C '*r�� 15 c" �-


LA*


Ir I EIS

n
AKR~i4S


Page 7


jiblisdo �oa enlef] yo, * �ou help


r: '1 .1
I~C UI? " " 3~. �`.~ :I-~li�-"=: r�


%c






I AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


Ils sont incorrigeables


A la veille dujour de l'anj'ai requ
des 6trennes d'un genre un peu particulier.
D'abord un Special Fin d'Annte 2010 de 72
pages du journal Le Matin (No 34238 du
lundi 27 d6cembre 2010 au jeudi 7 janvier
2011), puis une photographic repr6sentant ce
que sera Port-au-Prince dans 10 ans selon un
project don't je ne connais pas les auteurs. Je
ne suis pas sur que mes exp6diteurs savaient
quel usage j'allais faire de ces 6trennes, mais,
en les combinant, je peux mettre sur le paper
quelques r6flexions qui me paraissent tout A
fait approprides en ce debut d'ann6e.
Le num6ro special du Matin est
consacr6 aux grandes figures de 2010, mais
j'ai surtout retenu un article intitul6 2010 ou
la grande opportunity rate ? en particulier un
passage sous le sous-titre La reconstruction
dans l'impasse. Je cite : S'il est vrai que la
catastrophe a dtt le coup le plus dur pour la


population haitienne, l 'vdnement du 12jan-
vier ttaitpourtantporteur d'espoir pour plus
d'un. Ceux qui rtvaient d'une Haiti solide,
prospere, verte et stable, voyaient en cette ca-
tastrophe quifrappait le pays, une opportunity
de tout repenser, tout reconstruire.
Je me flatte d'6tre de ceux qui
voyaient en cette catastrophe qui frappait le
pays, une opportunity de tout repenser, tout
reconstruire, etje n'aijamais rat6 une occasion
de rdpeter que nous devions tirer consequences
des enseignements que Goudougoudou nous a
ass6nds avec tant de conviction, A savoir que,
si le tremblement de terre a &te si meurtrier,
c'est parce que, avec notre insouciance habi-
tuelle, nous avons permis cette insupportable
(PORT-AU-PRINCE / p. 13)
Croquis d'un project de reconstruction
de la capital haitienne


1 4 Ba nque de In Ripublique d'HART
Lg ovwnrur




APPEL A MANIFESTATION D'INrTtl POUR LA SELECTION 'IUNE FIRE POUR LA
VInIFICATION DES D TATr FINANCIER


La5 BaLnSw d4 la R6pubtblqu dHalst (BRH). arganirnm p hC jourm~ I1 de Is peraanrvlid
jut lquio de au ra torrie financier. fya t son asgo principal & Poln-a-Prinew. dseir
rcwrulr une ~ fm dfaudipl pwor l verifalion do mas diat Iincrs (Ir , 6tal dea esin
1 dcMpenru. 4tal d m uvwwnts d* rofnd". 4tal do revoulion du catal] at c ds coanpl do
rsuarv, noDls um tats filnanciws) et remlasion mfune latre de gasflon our W conltrle
intrrne, an vue d'awvor une opinion ur sut alunbon fincl tre oe sur se r6 tsu llan
Colidlfo It t c te pleriipes crnmputnbs 0gniralement srecornc et aavc las nosm ws
intrlnawml les d' udIL

A ca! alot, la BEaique de l RFepubua d'Hani Invite l We Inireaias & mouman rra lm
exprasionr d'lntMrt oinfornidbwnol la Iei du 10 Juln 2009 (artica 35 Iluent le rigis
gen6tales rolaluivs aux march publies a* aux w convevtins do concession douvrageo d
worvis pubFic Les Firmrnws r'mlonk e et Inalttrnallronml doiwvl Loumnr Ioults lea
nflonmatiola qu'alnts pag utile & r6 aniskuiernl Ir w qualiricalion pour rexAcution do
ot prftllona, noiamrnmt :

* La psrftnl!lIgn ;
SLa Cple do lour tauteot do relacs conSitut ;
* Lae reidvrnsoo de luur(av refpreantantB~ s) gat (mux accWnpagrin(s) dea
docurnarrtstab4t i4wal ce ta ;
* Las rmain dgml lrs at linanc ierm :
* Leura Mrrnow Bu dea misflo ai mrrBnlalrs tallats durt lts cdIq (5)
dogmi6kes rnds
* Au morra dix (10) anines comxpionce corhtinv ean audit financier;
* D I'oxp4rence das~ la seoeur tMncrire ;
* Cuwmic un Via da pnn dpae i Irlnrvenants (Niveau doe ormnot dea
prlnapaux Inbaruenana : Onq [5) at d'exp dtrie on audit flnancir, Ioncie,
mrnlnurn d 4 anw;we- crItJde unu ltauiltlrus cowpitPes avmc Bu . Las
licenceas Scie ncs-Comrptaaws sont wu about mnajur�.

Los fi ms nationaJe deuvroni Iour ar Mu pa:

* Leau dealer fisal A Jou (quitus fica do yp C & jourI car, tcf li
pfoBeasicfnelle, eart. d'Lmrnairtulation fsecale, cervical d pablontv),


La fPm sn eoring6o pour w n man rda d'une (1) aanne. ranouvia tledux foi ,afin
couvrr rea tF~ s (3) exteracas { tes oles flcaux 2010-2011. 201 t -2012. 2012-2013)

Tou rine ayanl a! ic d s x ix (6 ta con6~ackurbfa n P'as habirleei par~lpear a cut
SPi mAlUtifslabt i cinnt6rL
LeO IIrma Interesseea sant iwA ee faim puarlrnr ou A d6poser w r doesi d
andidalure sawes envkipp lotm6e S e1;dIe portent l Wrbmrbon . Appul I matk fltuagnm
crinldrt pour M v6rti naion to ae * s t finandMerm , au plus tard, 1 31 jfo 2011, 1 tOh
an, Ai radresse saivanin :
B"nque de nl RApbqua n-la'rib
Ce Commission Spcialii4g dae Marehis Publics
APing des runo Pih.d at du Quap.
FP o-au-Pnnc. Mrili
TIephn {5039) 22 99 1210, {SO( ) 22 99 1171. Fax (5091 22 99 1045
E ail: csmp0 brhJnsl
Lw rfiiat de In prd--qluicaben =awon putARi d an An d2ut Ln depassaerm pas le vWin
(201 ]ouamss wa savanti I sance d'ouvertie del p1e. Ls dosers ir mpl s msaran
rerplds, Souleb le s irnes dont l1es candridnurIs saowrI 66 ruMus eront hrivwlw 6
soumenlre das offmr&


Pwl-au. Prince, 1 17 dd6oinbre 2010.



C^.
Ch355Sgy el


Les religions


envahissent Haiti
Express
Le pays, meurtri par le s6isme, voit affluer les pasteurs
des 6glises 6vang6liques amdricaines. Leur zble condamne les
catholiques A une utile introspection.
Fiddles en transe, bras tendus et mains ouvertes vers
le ciel, regards extatiques embuds de larmes, sanglots et cris
d'all6gresse... Quiconque a assist en Haiti, sous une basse
voftte de ciment gris ou dans la touffeur d'un temple de toile,
e un office nvangelique sait ce que ferveur vet dire. Bien sir,
les catholiques remains prient eux aussi avec leur corps. Mais
telle une m6taphore de pierre rose pile et blanc cass6 aux tours
d6capit6es, la cath6drale Notre-Dame de Port-au-Prince, d6v-
ast6e par le terrible tremblement de terre du 12janvier 2010,
trahit de 16zardes en 6boulis les doutes d'une communaut6
d6clinante que bouscule l'essor des "sectes" protestantes. Et
qui, avec les d6ces de l'archev6que Joseph-Serge Miot et d'une
centaine de pr6tres, s6minaristes ou religieux, a pay6 au cata-
clysme un tribute 6crasant.
Depuis peu, le troupeau des baptistes, pentec6tistes,
adventistes ou m6thodistes devance en nombre celui des
"cathos". Jusqu'alors, on accordait A ces derniers une majority
oscillant selon les 6tudes entire 50% et 75%. "C'est d6sormais
du 40-60, advance Jean-Claude Bajeux, directeur exdcutif
du Centre oecum6nique des droits humans. Pas un quarter
n'6chappe au ph6nombne." Le soir venu, Mgr Bernardito Auza,
le nonce apostolique venu des Philippines, entend monter les
"all6luias!" vers sa residence paisible et verdoyante, perch6e
sur les hauteurs de la capital.
Un afflux missionnaire intense et continue
L'irruption de ces Eglises ne date pas d'hier. Les
pionniers ont pris pied sur l'ile dans le sillage de l'envahisseur
am6ricain, d&s 1915. "I1 s'agissait pour l'occupant de contrer
l'influence religieuse et culturelle de la France, ancienne puis-
sance coloniale, precise un historien. Reste que le s6isme
- 250 000 morts, plus de 1 million de d6plac6s - a amplifi6
l'offensive 6vang6lique. En ces temps propices aux preches
mill6naristes, le prosdlytisme des missionnaires am6ricains,
accourus de toute la Bible Belt qui s'6tire du Texas aux deux
Carolines, a trouv6 dans les ruelles fangeuses des camps de
sinistr6s un terreau fertile. D'autant que la plupart d'entre eux,
pourvus de moyens enviables, d6barqubrent sous la bannibre
d'ONG caritatives, A la faveur d'un intense pont adrien qui, au
grand dam des agencies humanitaires internationales, eut t6t
fait de saturer l'adroport Toussaint-Louverture. Depuis, le flot
ne s'estjamais tari. "I1 nous foumit la moiti6 de nos passagers",
confiait voilA peu A un pr6lat le directeur local de la compagnie
American Airlines.
Un tel afflux ne va pas sans couacs. Haiti a ainsi
connu, avec l'Npop&e avort6e de dix baptistes arret6s pour
"rapts d'enfants", son Arche de Zoe. Et un dignitaire catholique
stigmatise la charity6 conditionnelle" et le "chantage A la con-
version" pratiqu6 q et 1 . "Parfois, d6plore-t-il, 1'Ncole n'est
gratuite que pour les enfants don't les parents ont rallied la com-
munautd." Patente dans l'univers scolaire - neuf tablissements
sur dix sont priv6s - la faillite de l'Etat a ouvert un boulevard A
l'enseignement confessionnel. Et il arrive que la cupidity s'en
mele. "R6cemment, soupire-t-on A la nonciature, un pr6dicteur
haitien a mis en vente son petit temple, fiddles compris."
Sur le registre de l'opportunisme, les zdlotes made
in USA ont trouv6 leurs maitres: les scientologues et leurs
"ministres volontaires", acheminds d&s janvier par l'acteur
John Travolta aux commander de son Boeing 707. Comme
au lendemain du tsunami indondsien ou de l'ouragan Katrina,
les adeptes de Ron Hubbard ont fait ici leur miel du d6sarroi
des corps et des Ames.
"Leur lg&ret6 facility l'implantation des confessions
6vang6liques dans le tissus urbain", souligne le sociologue
haitien Laknnec Hurbon.
La profonde religiosity du people haitien se lit, en
creole come en francais, jusque sur les enseignes des bou-
tiques et les flancs des taps-taps, taxis collectifs bariolds. Au
choix: Kris Kapab - Christ tout-puissant; Mesi Jezi - Merci
Jesus; Dieu seuljuge; Psaume 37 ou Le Secours de l'Eternel.
"Les Haitiens, insisted Mgr Auza, aiment les liturgies dans6es,
chant6es, voire crimes sur un mode tris 6motionnel. Ici, une
messe d'ordination peut durer cinq bones heures." Lors du
premier tour de l'6lection pr6sidentielle, le 28 novembre, deux
candidates, don't un pasteur, invoquaient sur leurs affiches le
soutien du Trbs-Haut. Sur une telle terre de mission, divers
(RELIGIONS / p. 13)


Page 8




Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


* I .'
^ * -, fc'*
" .. * * * * < * -


O�s


T


Page 9


U
w^ --


)


J
i


I.


Vp .
0


qS~wl~
~icliu~~194


b 1(
LU~


mr9


L t7lhk






1ERJANVIER 2011


1Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


Diskou Prezidan Repiblik la


(joiu \ i\
Ic inll c 1 'l lli

Pep A\ is\eCn
Mo! n CLII GOII,\ I

Yon lot l'\\i Il.ko InoI INSinbllc soui pLis
dinlll CGoli l\ I Ii oI IIOLI I lll O11 ll. 1 .I /.iliCI In ILI N 0
ki ,I IIh I i iiN clI\C 1xi14 dckLicn SIen Domncii I
koloin Lilf iins i i c /isic l ilko I il In n I LII I IA I .n ki
il ' lll I1m0 i t II h ki ic c I dI chc ci l chc ImlCIIC L
Aml' inll IIc pl I\\CL. Mo tIII ( Jo in IO ll fo l
I1on LI l c nicnI\'I N lis| II TO|xI kc IniLidli poic .11
Li p n id ill n NJ|Mli,.Ii ToIxI noLi OiInC% \\ Goi\ll, I
noi|C \\ Pc\ i I ilc \c \ b l)% n c bi Ol n ic on (u in ,2111

pIp \ ll CI
PC )AN isC ell
I iinNc l i I' 4 LI cnd piikncLinns p|' i nol I l
,Ill Il xiin l c konsi Li s llllc i I Linc L'O IIII
pllI in i nl \o |pi O I i, s I koloInt ijl cipok Li , LoIIuni II koI I l
LIil k i ic i fo n I ill kii onill Iinc i;i c , i Ni' IOLI Ic no '
Inc inpoic kokciin cliciinI |I\\ .1 j .11o L \ | gl
i cI I I c i . 1 Cii ci 1O1 i i c n l I i ic i\ lini so i i S Li' ,il
o'C lxiC ' ii/C IOllC ll, Ilt. I 1 O 1 1C I ' 1 C f II lll O Il kl
lic bmix L nii ncl IdlIcII Illlo I o f O pol l I 'c ,iki iil foS
potl I biIi

Pcp 1) AN.II I lu
L i onl .l So l n' \O lo, Lc i n ic I c koin
Pic/ d.l In 1 111In InIc ' LI Iic iitcIn so II c ic I, nblc .l Ic.
ltot loS pCiC I I pOn IIOLI Ic puln )ll LoiI. dlc' lopt nu.) ll I "l .' '' i / . , .Ir . . . I i
Dc' lopin n n Cil lt.ldikl \\onit cIcklinilc
dIc' lopiniin lun IIL cdllk on. ilc lopiniin uln Imic Ilc lopniiuni ckoionili
C hi ciin ,i i I on Ic oin. iincS p|lnil I Anc I iS lull oLk/i\ Ol I lill c Ill' 11 iL
LI,
lon ,o p LiI n ,idc ,IS.IIn111 tout p o0_ic pcl ii ic IkoIn n' fc I i ip i po ciCnsckiiiIc
ak Subilltlc L c nic SliniiLnpoln knic c. ll I Non ltout O0iLic inl N%\\cl inc | lxc I N\\cl
2."'n C soC l 0ic n hcl i\lCI PC p Ii IC _2Cl CSp-i I ilnlcC 2 l'I bi.,_,ix 0 Co pIxicI bhcl
Epi 1 I oln j pic 12 Ilal 'N .'l tii tInL bL I.1x clui nic
Pc% I i n Ill I i Lbi L IllII fiipc IIon lo Al% on li hLcniLiuLdlIc ki SOc Ion
Lsmi\l �,n pic�cnn %on LiUi\\ol mfnioun pj uiiini %%c on LUu�sm\ofl koic non pCidi
,i i, 11 olf i f ni cL c lioll Oi Li Il-'c ' o i 111\ I o lll Jli iiI1 lll \c IO Li I plSli \of ko c IIOi pcdl
I II i i ic' ,l , So' IIOL ki Li ,c oilIIln Oil cd mini IIOLI uII lh li I ki fI' Ip I . Ill nl npo
Epl Iko Li S.1 ,i pIt ko Inlu nnicinI nic i onU plUn SA.llon TonuLk nLi Lkolcl ,I
KolIcI % Oiln nl iid IIon pIxl Ii 1 ,ni koillIlIII onc LIon pIc i I
PCJp A\. iS.\ n c nI i lcni\\i Ion koin Pep n pJ ll \\e no n xen LI II ,konlI n il IJic
pl miii c 0 on L I l) I Ion inll iLk on PCp A\. IS Cln Iln |l c Linc 2'llic Ill
Men lol Iion pIl dckolOuic
AnIn plnii ck/iip LSonI GOIL.I i ipic 4 - Silon o Ann pl i ui c ilnp GOII, i nI Ii
hliul koiL ,kokIcI , SikloLn 0o C IC 0%n o'i \ 0 LJulim\ol poi GOII.I i DCpt iOl on JeICIIlneI
ki ic c l 11'i '11110 GLIiC I u J, c I l kJ L AlnlA I ki ic I'c n oil II c 1110 cpi ki ,c . 0iln pOL cI OLII
i. AiL idclcn Siklon .i 0 IC l'-' 2'i 1m1h Oil iL kib aihoL ildCdIou ii GoIIlj i%
Lc IIn t'idc i'-' GOInIX II 0olh i I on LJ til GOIlI i' koioninisc ic'ic
NoLIn pi tIl IOLII Li'-'\l ifc Non p i tl OLu I i-'\ ,IJ. inlon IcII Ic II n lcI. kill
S Ij ic c I lll inc 2I.''i 1 1 pic xis.i LJil silon o c c I IOLI _'nidc |iin I I c 0odli II non ll
ickonIISi i\x on I poib toi OLII bonil IC Non Li dl GOIIjI I' c il on il ki Jill n ikonln\ onil
Men ic I i pl ncliioul i Ionl pln Iclcs |?oIOn no il , ii Ic i 'lii' m c iliko SI pnil ,_en l l. ,i'
ki ic f I SonLI RIl' c Liklcni L Inc .i i Tonu Ii Li ickii /c GOI I i' E Ic Inon lill lill Poll
NIIpoL IL Ponll GIidit . i cllkcsI\,t dilo Lki dtc.IciIn 11io0nL GOII ii |Ip Li lonii k po/c
Kolci i ic fo In i L iihbonill c GOIInI i .c n o uII n II I il Li ic pi lf.ipc Men Cl on
Lihmil C


Pere:
Miai
zudli


N MimiSI, SIIlC Pihkil AL Diick"S onI P\\ oItckonil S' il L I tout KASEK ASEK
Nl IiSIIla Dclc,'cC \ il Dokic ak EInfinIIL C iC dckitclCi on ol'in\o mobli/oll/oi MohlillS on
. konIunlll c bo\ i laln ln ic/ il ulA. A\ plnic ll L i, I .II, \il GOIl i I lh I Iip taIl I kilaI
0 o koniLnic Lkoiolc iulidl i kilal Li l IcOIln ki piedoI l lpc i h o ko/ loIcl a bcsec
. p11111 11 il II l La M inllll Sl Pblihk II koI lin ic .i
. (oIn' i IUa i CsIpc', i Ck/,ilp
,- J- Sa I ol I C 0i% lotI f'' % ,111i lko s1 0 LI n OLl t I
N IImobli nlll/c Ilctil0 . InII LiS I, lcai kI
!MeIn S ki pl clnpounlun l koluk I
nihn1nlilA Ik IlullU suklon % ofoI, noU pwln lcSUon
kolcui i , so i lC Ol poOliLIC poLn IIOLI IiIloSC s ",IcIIll
IllOl' pilol i,1I p1 I~l
S.,i konnilSC fCI IKOli C oil oki/ Oil
Jpoli IlOLI o ,ibllbili l OL IdOLI C ino llo l i ,toL t illul
lot101 n i t . 1 Sikon nii, li. fc Lcli kol ninil c 11f 11.11i
cdlkis Oil ni i
GoLis Ll InIiull ickoniIiilks" Oil Ill iull
biti lontol kolc ,i ,i c' I InOLI ck/ilp


Pep A\ is eII

soulhins
Lincl 21' I Li i i Ii l h klcLI ILUI ik ,IL npil

nin ko nIon Unn ICSlm.I lon nIn IUiini no
Li ule miinC li kiue noL mJIflis i on kokcin lchcil dcfi
Dcl i c iCLkoinslliIks.onI C iCfoiltLi". Oil nIi.s on


JolinnCii loil i Pep A is -cn l Ionu bhC/\\C
Iicl IcspII /ILcSt noILo 0 l Iia un bouch ILm'IL tOUt
Ic Ion po u Io u c I I'O .. iiL I'ci I Lils. I lout bi n ic
Noun IIn %on LullIon A hnic AnplhsI Lnilc I lun
S* "" ""' OIL n i n 0l 1 in/ poll, Li SOI l Iun clclk i Os L'
... I f... . ,, ii , i/
RCLonsinksIil . on pC I i i iliu IkoiL ko lci bili pon lcdliLkis Oi bili ponL


biliu ponl iinlfose eC Nlisti onil 0o bili p Lill. IIL nundilde pon cenI' C lle siuilsllc
PIn Liill poIlitl Ip I i Sc . \ o Plic/idil in i\ I clhl itl PIil i inm c Ic itnI i Pi/po ll in InpLisl
Pic/iiLin uindi I pleske 111 in AL pjinume nun y o lok I 11 in PwLadInlimn A
P.lillnll Iclllnllli .j 0 ii'O \c sol Ili el Ick.\ on 2X lo\. inil Konsc'l ElIcklowll P'\o i/~\ i/
i Ic lic cll/c ic iIL c iOn Clc�lk onil Ionl Pic/idiln DcpIICl , A Oi l l l .I n Sci'lic i 0
Rc/ilu clCL.ksonI o hbi p"\ohblin POU nonLI LJ iC/oud pI\oblIC Iii po/c non IILI II
IKoInsuii",onln illk L.\\J EIckloloal Li Ilo ho. ool SSc o iiici11ini pon non I icckic Dcpl nonL
iu L ii clunl ' c dc o lb\i IKonsili. 1 onl .Inl o11. L1.\\ Ele loi.l l LI nI. p ai li e Ui ln I kn/ pi
led pi fon
PoL pI''\oscsis cleloI al Ij L\L ib lx |onlihX IInnL l lh\'a I\ d ildC I li c pon LIOl II IOLIIn
iioiln i ui Lon |ilsi/ n Ljin ili in eiL enII\CII |li-. klonh n iin |'ot-i- 1111 c. nllip to[ lundl
pon O(EA \ IonIc O I Koii[nI OIn c,|c ciIdCiltdIiln |on nIIC OLII IOLIIn diko
lionui onl .j .1 koiiucISc lul 1 c n jp uhIJ IC/IJ, l jl i Sc LIi n pJIcs$on
iiin kc iiC nuchi boLnIc ii'-'i/c Ii lu/C bilk Iniclui ni l iLin pic onl dcc potl nap
ic/oud p'\oblcin inil SollSionIn s.ll c inplLik oni LI\ I w\ in .| lailnpl miin

Pep \ A IS eCn

Sc wn linl Oil /iISCI ItOlI i C lospon fon ickons.l in cc I i I
N Moun GOILIJ i1
Pep An is en l A\ I111 uiikO tl lc ,ilic
Tout Pep son Lite
MNl C\\ I s\ ic ion onnI nc I in 1111 nil Lipe

NIc.l


Mort de l'ancien president venezuelien


Carlos Andres Perez
L'ancien president du Venezuela, Carlos Andres Perez, qui a dirig6 le pays entire 1974 et 1979 et entire
z, est mort samedi A l'age de 88 ans dans un h6pital de 1989 et 1993, est mort d'une crise cardiaque A l'h6pital Mercy
ni, a annonc6 sa famille A une chaine de t61lvision v6n6- de Miami, selon Globovision, une chaine de t61lvision de
enne. l'opposition.
I - "Sa mort a &te une surprise. I1 s'6tait rdveill6 ce matin
de bonne humeur", a d6clard sa fille Maria Francia.
Apris un premier mandate marqu6 par un afflux de
petrodollars qui vaut A son pays d'etre surnomm6 la "Venezuela
saoudite", Perez est lors de son deuxieme mandate vis6 par des
scandals de corruption.
I1 devient le premier president d'Am6rique latine A tre
Scondamnd pour corruption et est suspend de ses functions en
... .mai 1993, sept mois avant la fin de son mandate.
* Condamnd A 28 mois de prison pour malversation, il
. .* il .. passe plusieurs mois dans une prison de Caracas, la capital,
avant d'6tre autoris6 A purger le reste de sa peine chez lui en
I raison de son dge avanc6.
Apr�s une large victoire en 1989, Perez, qui tente de
* / fire passer des r6formes 6conomiques et un plan d'austeritt,
doit faire face successivement A des movements de protesta-
tion et A deux tentatives de coup d'Etat.
Les 6meutes de Caracazo de 1989, les plus impor-
tantes de l'histoire du pays, sont violemment r6primdes par
l'arm6e v6n6zu6lienne.
Trois ans plus tard, en 1992, un jeune paramilitaire,

onn6 pendant deux ans mais son discours telvis6 appelant A
l'insurrection le rend c1~kbre.
Depuis son election A la tite du pays en 2002, Chavez
pr6sente r6gulibrement les 6meutes de Caracazo comme
L 'ex-prsident z en CarlosAndres Perez l'origine de sa "revolution bolivarienne".
L ex-president venezuelien Carlos Andres Perez
qi reut immiatement Caracas le prsidentArfide Diego Ore, Marine Pennetier pour le service fran-
qui refut immndiatement a Caracas le president 4nstide
qu 'un coup d 'tat militaire avait renvers� le mOmejour, ais
le 30 septembre 1991


Vers une solution

constitutionnelle,

consensuelle et ha'itienne
"Si l'on voit oi les bonnes totes ont mene la France, a
6crit le come de Mirabeau, il ne seraitpas mauvais d'essayer
les mauvaises." Dans le cas d'Haiti, il sied d'inverser cette
citation et se dire de pr6f6rence, si l'on voit ou les mauvaises
tetes, incluant la Minustah, ont mend ce pays, il serait temps
d'essayer les bones. Pari fort risqu6 cependant que de croire
qu'apres une course bicentenaire vers le quai du d6sastre et de
la trag6die, il serait encore possible de recruter une bonne tete
parmi l'l6ite politique et creole haitienne. Une tete bien faite
et unificatrice, capable de forger un vivre ensemble, de f6d6rer
les energies, les talents et l'intelligence collective autour d'un
nouveau contract social.
Pour trouver une solution constitutionnelle A la
pr6sente crise, il faut une figure politique d'envergure, suscep-
tible d'instituer une opposition d'alternance et de gouvemement
face A la constellation former par le parti Unit. Autrement
dit, la solution A la crise haitienne suppose comme pr6alable
un leadership f6d6rateur d'une opposition fragmented et, de
surcroit, terrifide par l'id6e d'affronter un adversaire coriace
suppos6ment impopulaire mais, de toute evidence, mieux
organism et craint. Qui a rafl6 60 % des l6us du premier tour
A la chambre des d6put6s sans susciter, paradoxe haitien, trop
de contestation. Par-delA ce paradoxe, comment expliquer
le d6sarroi de l'opposition quant Madame Mirlande Manigat
dispose d'une advance quasi-irr6cup6rable surl'ennemi commun
qu'est le Parti Init6 ?

De l'imperatif d'un leadership fed6rateur de
l'opposition come prealable A une solution constitution-
nelle de la crise haitienne
"Tout le monde veutgouverner, personnel ne veut &tre
(SOLUTION / p. 11)


Page 10


I xxI.- l - xv �I I





Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


LES PETITES ANNONCES


Le Manolu Inn
DANSLES NIPPES
e Uh Ulafrlm dge plap
* (Imm1Ms sol lmhrt s m
mir eodllltal cl Saile de
bei slarust -
* Ckt r mddrnlr prlflrk
pr - CCnJ thd,
* I esit dmU BrrW
* Is palrr du mUdr
INrtlrCfts A a A
Vogu
* ia Pllt r Fibe dl il
T ,t dm. .t f % |" i *
1welb...


TWi)swe 5 66.61


Internrt dbpcatS
pour lscls ict


Ecoutez

Melodie Matin
Avec Marcus


COPYRIGHT

AFP: Non, les photos prises sur Twitter ne sont pas libres de droit


JUSTICE - Un juge americain a
tranch3 mercredi...

La decision 6tait particuli&rement at-
tendue. Mercredi, unjuge am6ricain a tranch6
dans l'affaire qui oppose l'Agence France
Presse A un photograph professionnel: les
conditions d'utilisation de Twitter ne per-
mettent pas d'utiliser librement d et cr6dit6es
sur le site de micro-blogging, indique The
Guardian.
Daniel Morel, un photograph in-
d6pendant haitien, avait port plainte centre
1'AFP en avril dernier. L'agence avait utilis6
en toute impunity les photos du s6isme en
Haiti qu'il avait diffuses sur Twitter, via son
compete Twitpic, sans jamais lui reverser le
moindre droit d'auteur.

< incidences
Lesdites photos -qui ont fait la une
desjournaux du monde entier- avaient d'abord
6td reprises par un certain Lisandro Suero,


a
-N-

UATrl LELt MAUDITE

p..


p &
'BI



.
i~f~l^


h


SWC DELLA SECIA






"fl
I, ~ - *


. -- - --
P1?7- ;!=

.1 ' *, "


a -


simple internaute de R6publique Dominicaine.
L'AFP s'6tait ensuite service chez cet inter-
naute, ouvert A toute proposition, cr6ditant les
photos de son nom.
Pour toute reponse A Daniel Morel,
qui a dans un premier temps tent6 de faire
valoir ses droits, 1'AFP avait r6pondu que les
photos publides Twitter 6taient libres de droit.
Le juge d'un tribunal du district sud de New
York, devant lequel l'affaire avait &t6 port6e,
vient done de lui donner tort.
t incidences pour tous ceux qui utilisent les
r6seaux sociaux et pour la pratique du jour-
nalisme sur Internet>>, avait indiqu6 Barbara
Hoffman, l'avocate de Daniel Morel, au quo-
tidien The Australian.

C.F.

La photo de Daniel Morel a dtt utilisde
par les plus grands journaux et magazines
sans lui accorder le moindre credit


Vers une solution constitutionnelle, consensuelle et haitienne


(SOLUTION... suite de la page 10)
citoyen. Oi est done la cite" comme lieu du bien commun et
du vivre ensemble, s'interrogea le Montagnard Louis Antoine
de Saint-Just ? Tel est done le paradoxe comportemental, fon-
dateur de la suite ininterrompue de crises politiques haitiennes.
Telle est 6galement l'une des causes du destin tragique impose
au people haitien depuis 206 ans de governance crdole et
depuis 6 ans de tutelle onusienne. Ily a done lieu de se poser
la question suivante : si tous les membres de l'opposition
veulent se fair l6ire president A un hypoth6tique second tour
de scrutiny, ou est done la cit6 haitienne, c'est A dire "le bien
common" et le vivree ensemble" ? Pourtant, ceux-ci devaient
l'emporter sur les divisions et ambitions pr6sidentielles des
membres de l'opposition. Ne sommes-nous pas somm6s par les
circonstances exceptionnelles qui sont celles d'Haiti de faire
preuve de civisme, d'abn6gation, de patriotism, de d6sint&-
ressement, de pragmatisme et de maturity politique ? Ou est
l'avatar haitien de Nelson Mandela ou de Charles De Gaule
ou encore de Thomas Jefferson ? L'opposition compte-t-elle
dans ses rangs des descendants de Dessalines et de Toussaint
Louverture ? Sommes-nous dignes de l'h6ritage de ces Titans
de l'6pop6e de l'ind6pendance ? On peut en douter.
Autrement, on aurait consent les sacrifices requis
pour 6riger le vivre ensemble et le bien commun en principles
directeurs des actions A envisager. Une issue constitutionnelle
A la crise est encore possible, pour peu que l'opposition s'y
investisse. N'est-ce pas vrai que le mot crise juxtapose en chi-
nois deux caract&res, qui signifient respectivement "menaces"
et opportunities" . La pr6sente crise n'offre-t-elle pas une op-
portunit6 abyssale d'instituer une opposition d'alternance et de
gouvernement; et ceci, en lieu et place des groupuscules insig-


nifiants qui polluent l'Ncosysteme politique haitien ? I1 manque
l'essentiel : une figure politique d'envergure et f6d6ratrice.

Une opposition unifi&e autour d'un leadership
ftd6rateur ferait fondre tout advantage virtuel ou r6el du
parti presidentiel au second tour
L'6mergence d'un leadership f6d6rateur de l'opposition
face au parti Init6 dans le cadre d'un second tour sous la co-
direction op6rationnelle de la communaut6 international,
l6iminerait tout advantage virtuel ou rnel don't disposerait Init6
sur le terrain. Cela aurait permis A l'opposition unifi&e de gag-
ner les l1gislatives et d'ainsi prevenir une cohabitation oblige
avec son adversaire. C'est ici que le dicton chinois selon lequel
"lorsque les homes travaillent ensemble, les montagnes se
changent en or", s'avire plus que pertinent. VoilA une occasion
en or pour l'opposition haitienne d'exp6rimenter cette citation
d'Henry Ford : "se rdunir est un dtbut; rester ensemble est un
progress ; travailler ensemble est la rdussite. "
La pr6sente crise n'offre-t-elle pas l'occasion A
l'opposition haitienne de travailler ensemble centre l'ennemi
commun qu'est l'Inite? Cela est d'autant plus indiqu6 que son
poids electoral repr6sente plus de 75 % du vote exprim6 au
premier tour. Que l'opposition paraphrase Ronald Reagan
et se dise: "si ce n'estpas nous, c'est qui ? Et si ce n'estpas
maintenant, c'est quand ?" Si ce n'est pas maintenant, ce
sera trop tard pour une opposition myope et divis6e. A trois
au second tour, ils triplent les chances de Jude CUlestin de
l'emporter ; A 18, ils la d6cuplent. Pourtant, une opposition
f6d6rde et unifi&e aurait certainement cong6did le prevalisme,
une doctrine anarcho-populiste aux rendements n6gatifs. Du
coup, une telle opposition se transformerait en une institution
pr66minente, capable de canaliser et d'optimiser les inputs


de la communaut6 international et d'en d6gager la meilleure
synergie possible.

En tant que doyenne de l'opposition et meneuse au
premier tour, Mirlande Manigat peut-elle s'av&rer la figure
ftd6ratrice de l'opposition face A Inite au Second tour ?
La solution preconisde ci-dessus est porteuse d'un
nouveau paradigme en matitre de gestion de crises et de con-
flits en Haiti. Un paradigme ax6 sur le dialogue intra-haitien,
sur la quete du compromise, du consensus, de la reconciliation,
du bien commun et d'un meilleur vivre ensemble. Ce serait 1l
l'dtincelle d'une dynamique vertueuse et transformationnelle.
A l'instinct politique et au pragmatisme du president Preval,
l'opposition doit opposer le civisme et un pragmatisme poli-
tique plus redoutable. LA encore, Saint-Just s'av&re inspirant
lorsqu'il dit, parlant de son temps, que "la tragtdie est lapoli-
tique. " Selon lui, "le people n'a qu'un ennemi dangereux, c'est
son gouvernement. " En Haiti, c'est aussi l'opposition, le CEP
et peut-6tre la Minustah. C'est ici que se pose dans toute son
acuit6 la probl6matique d'un Mandela haitien. Sans incarner
le leadership requis, Mme Manigat, gagnante du premier tour,
demeure une alternative en tant que doyenne de l'opposition.
Pour peu que cette dernire s'affranchisse de sa myopie histo-
rique et privil6gie le primat du bien commun et non de l'esprit
partisan, elle peut transformer la pr6sente crise en un pont d'or
vers un meilleur avenir collectif en Haiti.

A suivre.


Wilson Saintelmy, expert en governance
Fondateur de la revue Gouvernance,
University d'Ottawa, doctorant en droit.


Page 11


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contacted nous:
Angle Delmas 75 et Impasse Htrard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.fdd.e.delmas@tgmail.com
Par telephones: (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001


So d i e
3 . f m


www. radiomelodiehaiti. corn


ADOMI PURCHAINO AGENCY

TeL: 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour tolns vos achas:;

Equipements pour construction / Pibces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


.x~xx I . - l - I- x v - I-- - - - - - - - - - - - - - - - -






LIBRE PENSER


Mercredi 05 Janvier 2011
S Hati en Marche * Vol XXIV * N� 50


o Nous aurons le destin que nous aurons mirite.
A. Einstein

Chers amis lecteurs, nous sommes tous des endeuill6s,
de quelqu'un ou de quelque chose, disait la psychiatre Kii-
bler-Ross. Selon elle, le processus du deuil ne correspond pas
seulement A la perte physique d'un 6tre cher. II peut s'6tendre
A un large 6ventail de situations. On peut parler de < deuil >,
par example, dans les cas de < crise professionnelle > ou de
< crise 6motionnelle > oubienaussi de < crise sentimental >.
Changement de lieu de residence, rupture familiale, maladies,
ch6mage prolong, accidents, etc. Vous comprendrez done
pourquoi ce premier mois de janvier, post6rieur au s6isme, me
renvoie des signaux 6motionnels troublants. Je me suis done
rdveill6 en ce nouvel an, angoiss6 par le deuil 6motionnel port
jusqu'A present, souhaitant pouvoir le transcender A partir de
ce (premier anniversaire >. Les psychologues ont toujours
cru que le seuil du < premier anniversaire > tait fundamental,
dans la resolution des conflicts int6rieurs apparus suite A un
choc 6motionnel. Je commence A comprendre pourquoi l'6tre
human, dans la gestion de ses conflicts internes, se cr6e des
mdcanismes de contr6le parfois tres complexes. Ce serait la
folie. A coup stir. Un retour en arri&re. Des < flash-back >. Des
moments tendres pr6 traumatiques qui reviennent entrombe, se
bousculer dans la t6te. Des moments post-traumatiques, cruels,
poignants, qui tourmentent et entravent l'existence. J'imagine
que c'est ce qui m'a port6e revivre une matinee de premier
janvier r6tro, sur un fond de < Jazz des Jeunes �, avec l'une
des chansons de G6rard Dupervil qui berqait ma matinde du
premierjanvier. Justement le

Sa A
Yon peyi pa konn pale, se pitit li ki pale pou li. Se
pou sa, mwen deside jodi a, prete Ayiti vwa mwen.
Se lisaj, 16 yon lane ap fini, yon 16t ap komanse, pou
moun di sa yo ta renmen nouvo lane a, pote pou yo. Konsa
tou, se nan moman sa a, moun f6 bilan, f6 egzamen konsyans
yo, pou pran angajman konpbte yo pi byen nan lane ndf k ap
komanse a.
Men sa Ayiti swete pou aktW politik yo, ansanm ak
tout 16t moun ki gen la vwa o chapit nan la vi peyi a, pran kom
rezolisyon pou 2011.

Egzekitif la
Kididonk, Premye Minis la, Minis yo ak Sekrete dEta
yo, men espesyalman prezidan Repiblik la. Ayiti swete, nou
f6 kon nou konnen pou soulaje mize sinisitre ki nan kan yo,
kwa ke li konnen chay la lou tout bon, malgre sa n6g ka bay
manti tout jounen yo, kit se pa inyorans ki se pa malveyans,
ap plede repete. Se pou sa, Ayiti pa made regle pwobl6m
yo, men soulaje mize pitit li yo. Li made tou pou nou f6 sa
nou konnen pou bese tanperati politik la, pou pa gen yon 16t
deblozay, pou nou pa s6ti lennmi ak moun nou pwal rem&t
may&t la an 2011. Se dekwa, pou yo kontinye sa nou te f6 ki
bon, sanyo pa neglije korije sa nou te make f6.
Men sitou, sitou, li 16 li tan pou nou fini pa konprann
nan 100 goud politik gen 90 goud kominikasyon. Pale ak P6p
la, f6 li rap6 sou sa n ap f6, eksplike sa n ap f6 e pou ki rezon.
Li tre ta se vre, men li poko tw6 ta.

La polis
S ak fre nou yo ki nan PNH la, travay nou enp6tan
tout bon nan moman difisil Ayiti ap viv la. Se vre metye
nou a pa tankou tout 16t metye, pou daye se yon vokasyon.
Kidonk, nou dwe f6 1 pou nou ka peye pen kotidyen nou,
f6m kay ak lek6l pitit nou, men nou dwe f6 1 tou sou baz
konviksyonpatriyotik nou. Misyon nou se pwoteje la vi
ak byen tout sitwayen. Nou dwe f6 1 san paspouki, san
konsiderasyon pou chwa politik p6sonl6 nou. Nou gen devwa
pwoteje sitwayen k ap manifesto nan 16d, men nou gen devwa
tou mete 16d nan dez6d, k6lkilanswa moun k ap kraze brize,
boule kawoutchou. Si se pa sa, se politik n ap f6, e nou konnen
depi moun ki gen inif6m ak zam Leta nan men yo komanse
antre nan f6 politik, sa pajanm mennen yo byen, sa pote mal6
pou Ayiti.


>ysfonctionnalit(
Chers amis lecteurs, ce < Premier Janvier > me pousse
A croire que cette situation atypique que nous vivons ne peut
s'expliquer que par l'atypicit6 de nos hommes politiques. Ils
n'arrivent pas A appr6hender dans toute sa complexity l'im-
portance et la sensibility de ce que nous vivons.
Ils ne voient toujours pas que cette < soupe aux sigles A effects
d6motivants > qui gere notre vie collective, ne fera que nous
inciter A davantage le trou* dans lequel ils nous ont
foutus eux-m6mes. CEP. CNO. OEA. ONU. CIRH. GPAH
(lire Groupe des Pays Amis d'Haiti). Avec la complicity de
nos hommes politiques. Grice A l'amndsie collective et A la
complaisance citoyenne.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis lecteurs,
nous voilA A nouveau face A une nouvelle annde, avec 365 pos-
sibilit6s de transformer la r6alit6 du pays. Une annde 2011 qui
peut nous offrir 365 opportunities d'harmoniser les diff6rentes
r6alit6s du pays et de vaincre ce cycle infernal d'apparition
de < ph6nomenes perturbateurs >. L'heure est venue de letter
centre < nos dysfonctionnalit6s > qui ne font que renforcer
les in6galit6s sociales et entretenir les relations asym6triques
entire les diff6rentes couches de la soci6t6 haitienne. Les
d6s6quilibres cr66s, v6ritables structures de propagation de
ces perturbations, sont de plus en plus graves aussi bien au
niveau environnemental qu'au niveau social. Les 6meutes de
2008, la violence des r6centes manifestations post-6lectorales,
sont des signes parlants. Il est done clair qu'il nous faut de
<< nouvelles strategies sociales, politiques >> afin de g6rer les
diff6rents d6s6quilibres existants dans notre pays. Nous devons
contrbler les mdcanismes perturbateurs, si nous voulons, non
pas simplement < traverser la durde � come dirait Emile


kyiti swete pou
La pres
Jounalis yo, sitou sa k ap pale nan radyo ak televizyon
yo, nou gen yon gwo pouvwa nan men nou. Tanpri sevi ave
1, yon jan pou ane k ap vini a mwen mal pase sa ki pwale a.
Se nou ki je P6p la, se nou ki zorey li. La pres se temomdt
se vre, men se pa yon temomet senp, li ka f6 la fytv monte,
tankou li ka ede 1 bese. Kontinye f6 j6f6, pou nou pa melanje
enf6masyon ak zen. Zen f6 moun f6 tenten, enf6masyon ede
moun pran bon desizyon. Nou dwe bay chak sitwayen chans
pou yo pale, se vre; men tou nou gen devwa koule kafe paw6l
yo nan grtg konsyans ak konpetans pwofesyon61 nou, pou
odite yo, pa oblije bw6 1 ak tout ma.
Epi se vre, nan tout peyi sou late, move nouvl6 f6
plis bri pase bon nouv61, men tanpri pa kraze moral nou. Pa
kache nou sa ki mal, men chak tanzantan f6 nou we sa ki
byen, k6lkilanswa moun k ap f6 1 la: sektW prive osnon Leta,
machann manje kwit k ap leve defi la vi a, atizan k ap kreye
mevAy ak bagay 16t moun rele fatra, ti moun k ap p6siste ale
lek6l, malgre move kondisyon, peyizan ak madan sara ki se
sous ak la rivye ki ede Ayiti rete vivan.

Sosvete sivil
Pa ka gen demokrasi tout bon san yon sosyete sivil
6ganize, pa gen manti nan sa. Men 6ganizasyon dwa de
16m yo, Inisyativ Sitway1n, komite katye yo, gwoup j6n yo,
asosyasyon etidyan yo eksetera, dwe pran angajman kenbe
volan yo dwat pou yo pa antre sou teren pati politik yo. Li pa
fasil, men li dwe f6t.
Sosyete sivil la pa dwe lennmi Leta ak gouv6nman,
se patnh yo. Li gen devwa kontwole, kritike, f6 pwopozisyon,
epi pa fwa kore Leta, 16 1 ap eseye f6 bon bagay pandan f6s
f6 nwa ap bare wout li. Li dwe f6 menm travay la tou, san f6s
kote anfas pati opozisyon yo. Si se pa sa, 6ganizasyon sosyete
sivil yo, ap pedi konfyans P6p la e sa p ap bon pou demokrasi
Ayisyen la.


Entenasvonal la ak MINUSTHA


Voeux de 1'Ambassa

au people haitien a 'occ:


L'annde 2010 touche g sa fin.


Je voudrais exprimer au
people haftien
mes meilleurs
vceux pour une
meilleure an-
nee. Cette an-
nde a &td p6nible
de l'histoire
d'Haiti, avec
1'6preuve du
tremblement
de terre du 12
janvier, les
nombreuses in-
ondations, et la
brusque appari-
tion du cholera.
Vous
avez surmont6
ces difficulties
avec dignity et
courage et je
suis persuade
qu'avec votre
determination,
l'annde 2011
sera meilleure
en d6pit des im-


Olivier, mais plut6t vivre, de facon pl6ni&re, notre vie de
people. Trouver une solution A ces dysfonctions est done un
devoir, n6cessaire et urgent et pour cela, de nouveaux choix
(Politiques, Technologiques, Economiques, Psychologiques)
doivent 6tre r6alis6s.
Et enfin, chers amis lecteurs, si Einstein disait que
< nous aurons le destin que nous aurons meritt �, je pr6f6re
croire que nous aurons le destin que nous aurons choisi car,
choisir est encore possible, malgr6 la presence de ces < acteurs
internationaux > d6nonc6s par Seitenfus, qui entretiennent
notre < paresse > et notre ( indolence �, nous emp6chant
d'aborder les probl6mes de facon adequate et d'y porter re-
made. Dans l'espoir de pouvoir voir la concrdtisation de ces
souhaits durant 2011, je profit pour vous transmettre, chers
amis lecteurs, mes meilleurs vceux de < prosp6rit6 collective >>,
de < confiance g6ndralis6e �, de < croissance partag6e >, les
seules faqons rdelles de vaincre les dysfonctions sociales,
dconomiques, politiques et m6me environnementales de notre
<< Haiti Ch6rie >>.

Bonne Annde 2011 A tous.
Oscar Germain
germanor20050@yahoo.fr
Janvier 2011

*Note historique : Pour sortir du trou, avait dit un
diplomat stranger, lors d'un 14juillet, ilfaudrait arr&ter de
creuser. Maintenant que nous voulions en sortir, on nous aide
a creuser davantage. J'espere cependant que 1 'on nefinirapas
par nous remplir le trou d'eau.


S011
MINUSTHA, pran angajman pou ede Ayiti jwenn
estabilite tout bon. Apre plis pase 6 zan, li kl6 ou pa bezwen
tout valk zam sa yo pou sa. Sispann ak sist6m vakans peye sa
a, voye pi f6 zam ak solda nou yo, nan dives peyi ki pi bezwen
yo. Ak lajan n ap gaspiye a, finanse teknisyen Ayisyen lokal,
sa ki nan diaspora yo, ak kek esp6 etranje tou, pou ede nou
rebati ni kay, ni lespri nou. Ede nou mete sou pye pw6p f6s
piblik nou, ni sivil, ni militL.
Peyi ki di yo se zanmi Ayiti yo, ONG ent6nasyonal
yo, li 16 pou nou komanse respekte Leta ak P6p Ayisyen.
Nou se zanmi, nou pa patwon. P6p Ayisyen malere se vre,
pa chache f6 1 tounen p6v k ap made devan katedral oubyen
p6tay simity.

Politisven vo
La nati f6 Ayiti pase yon 2010 terib, klas politik la
sot f6 nou pase yon Nw61 anme kon fyl6, apre plizye sezon
male. Tanpri, k6m zetrtn, si nou pa ka mete ansanm pou ede
nou viv pi byen, omwen kite nou viv, bay nou lapel !
Teke fren nou, vire volan an. Paske sou wout nou
sanble nou pran an, p ap gen Lespwa, ni Lavni, Ayisyen p ap
ka f6 Inite pou yo anbake nan yon Mouvman Pwogre Haiti,
sou wout yon Alt6nativ Respe, kote peyizan ap jwenn Repons
pou valk pwoblem yo genyen yo. Mwen pa kw6 non plis J6n
ap kapab Kore J6n paske Tout Moun p ap dak6 pou yo antre
nan ti kay la pou yo komanse Aimer Ayiti. Ansanm nou F6
ap rete yon paw6l vid, san Solidarite e nou p ap ka Rasanble
pou nou Kore yon Ayiti ki an Aksyon tout bon. Si nou p6siste
sou wout sa a, Lavalas dlo pw6p la p apjanm desann e menm
Christ pa p kapab sove peyi a.
Ayiti bouke kriye, bay li yon chans pou li komanse
kreye.
Al6s, ranmase konsyans nou, nou te lage sou chimen


anbisyon p6sone
B6n A


1 nou.
ne pou tout moun !


Patrik Eli


deur des Etats-Unis

asion du nouvel an 2011
menses d6fis qui persistent. Ce beau pays est rest sous des
nuages trop longtemps. Mon souhait pour 2011, c'est que Haiti
puisse d6marrer et retrouver pleinement sa place dans la region
et dans le monde.
Je fais appel A tous les leaders haitiens, amoureux de
leur patrie, qu'ils soient dans le secteur politique, priv6, social,
ou religieux, pour leur demander de renouveler leur engage-
ment A une politique qui priorisera les int6r6ts communs.
Au lendemain du tremblement de terre, la communau-
t6 international s'est engage A investor dans un avenir meilleur
pour le people haitien, pour la creation de plus d'emplois et pour
permettre aux Haitiens de mieux r6aliser leurs r6ves. Je suis
convaincu que les leaders dconomiques et politiques haitiens
front de leur mieux pour saisir cette occasion pour favoriser
un climate d'investissement priv6 et de creation d'emplois.
Que l'annde 2011 soit rdellement une annde de croissance
dconomique et d'une meilleure reconstruction pour Haiti.
Mon pays, les Etats-Unis, souhaite 6galement qu'un
nouveau Pr6sident et un Parlement soient Olus d6mocratique-
ment conform6ment A la volont6 que le people haitien a expri-
m6e A travers son vote.
Chacun de nous doit apporter sa contribution pour une
bonne annde 2011. Moi, et tout le personnel de l'Ambassade
des Etats-Unis en Haiti, renouvelons notre engagement A tra-
vailler avec les Haitiens.
Je souhaite A tous une annde de paix et de prosp&ritW.
Que Dieu b6nisse Haiti, qu'll b6nisse les Etats-Unis et que
l'amiti6 entire nos deux pays soit dternelle.


Page 12


S ill Miyami I APUKASYON POIU
:' C'i. rr'--'.. k-':rI..I PWOGRAM ED MIKWO
'" . ;' ^....-I ANTREPRIZ LA NAN DISTRI 5


Dt: -1-1 i' *,1.1r7 r.- Di :c-ar .Lc -k:c j -: -. J-r.":-.* J.. i Madl. 4 Jarwyc 2011 .r 2
l: - Tv. .-l !rd... P- '.- I I .In F : l ' - A. k A �--- i:* . . I . ' )y I -."-1 I- 'P r - I I,- e-. *. '. Y ' . 1 . . II l li.l .
L -<; I I suef ' '. I'a 'A.r A :c F.' >:<' I :, nC ,,*'* : , .m .i'L.- l C :. PC-.' *J -. . ..! ' .- " 'f . I A I.l't . * .. i"
.A*. un yiv.com?5tv.cIYirfagasi'dir-i! c ndI t .df io n.'id j J.-.t' * rf . -/ * --- r '.*:c.:: - - *i"
. I_-_-,- . '.I - 'e -.-'- : :*-- - .. -'':. L ., *.%.:r'- :r--1 l. 1-1 '. ;L'r..: ;*,,.-. e :r.: I .:c -
* -, I,.',I . : . aL , Vt La-. .s .: -,. .-.: . .... .
I * I. -" 1 ,*L - :.- 2 *.... *,. ' *.- :* :.. : '-!; .q.', .1' 'r.J < .*-'.!2

* 1 , . - 1' * .: *" , I-ti. -, .-' ' . 1. , 1 ' . ..hti * -' - �' N : I T I *- . -1- '-
*m ,.: . "'.2.1.,- -.*-,, A-;c .. 'A,',. - *'- - ." : . :: -, ,::'/r,-..l, jv.L:-,'rLi-r :;
r'. . r..i ". ' l . . -.: .* ;. u -. ' ;... - a ..as r. .%f..- ., .r. .i,*.... *- .1 . " 11 I |I-I . .;' , I ' - i ** * -':m !
| I..,ai r � ".' " .- ..,i s > *.. . . -.. , , I.'.r - ".:': L., i , . '.. ..>- .-;.;. * " M."- i -'l i n 4. t .l . 1 ':
, i .,,t.'- ":. - ,';: :, A.," :... ,.:. F . - .* , t ,. F. :1.T "', .r. ... ..;:.::-. . .1"- I. . M edi 1&6 l n :2(11 ,::
I.-.I1: w as. i .1;: I.L.....m I ", fIi' I n" "r '1 :. l . l.1.


xxxI.- l - xv - I


I~





Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


I AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


(PORT-AU-PRINCE... suite de la page
concentration de population dans le zone m6tropo
tremblement de terre a pu causer tant de d6gits mat
parce que, avec la m6me insouciance, nous n'avc
ni les normes de construction, ni les precautions 1
mentaires en ce qui concede la vocation des sols
Les conclusions a tirer me paraissaient (
s'agissait de travailler a freiner, voire a rendre r6
exode vers la zone m6tropolitaine, par le d6velo
p6les de croissance r6partis surtoute la superficie (
avanc6 l'id6e que ces p6les de croissance devraien
s6s au niveau des chefs-lieux d'arrondissement,
dots des services 616mentaires dans les secteurs
et de l'6ducation, pendant qu'ony d6velopperait
6conomiques cr6atrices d'emploi a partir des potc
chaque zone.
Une telle option supposait des choix d


lls sont incorrigeables !

8) effet, compete tenu de nos faibles resources, il fallait 6tablir je l'ai d6jh
des priorit6s. Pour moi, la priority ne faisait aucun doute, il formation s
litaine, si le fallait au depart investor massivement, au moins autant que de quelqu'u
t6riels, c'est faire se peut, en dehors de la zone m6tropolitaine, dans mes la chaine d'
ons respect fameux arrondissements, quant a Port-au-Prince ... eh bien enthousiasr
les plus 616- on verrait plus tard. n'arrive pas
Or c'est exactement le contraire qui se passe. On M
6videntes, il n'entend parler que de Port-au-Prince, et d'une affaire de faites plus 1
:troactif, cet Prince de Galles, don't on m'a dit qu'il ne s'agit pas du Prince transformer
ppement de Charles qui n'en finit pas d'attendre que sa mere parte pour semaine. Q
du pays. J'ai le << pays sans chapeau > pour pouvoir acc6der enfin au tr6ne des module
t 6tre locali- d'Angleterre. Bien sur, il y a les projects annonc6s dans le plan ne pouvons
qui seraient d'investissement agricole 2010-2016 du MARNDR (voir sion haitien
de la sante HAITI RECONSTRUCTION L examplee du minister de FONHDILI
des activities l'agriculture, HEM, Vol. 24, # 30, du 18-24/08/2010), mais l'esprit: Ils
entialit6s de nous n'avons aucune idWe de leur 6tat d'avancement.
Et puis voilf que je reqois cette photographic
ifficiles. En repr6sentant ce que sera Port-au-Prince dans 10 ans ! Comme


dit, l'exp6diteur ne m'a encore donn6 aucune in-
ur les auteurs de ce project ; elle avait requ la photo
n qui l'avait reque de quelqu'un ... etc ; mais dans
interm6diaires il y en avait un qui a manifesto son
ne avec unPeyi'a ap vanse vre. Je regrette, maisje
s a m'enthousiasmer pour cette affaire.
6me en dehors de toutes les considerations quej'ai
haut, je trouve complktement stupid cette idWe de
SPort-au-Prince en une sorte de Dubai a la petite
)uand done arr6terons-nous de vouloir importer
es qui ne sont pas adapts au pays ? et pourquoi
nous pas imaginer une refondation selon une vi-
me, pour reprendre la formule du Plaidoyer de la
AC ? La fameuse phrase de Ti Paris me revient a
sont incorrigeables.

Bernard Etheart


Dilma Rousseff prete serment, promet une reform fiscal


Dilma Rousseff a prltd serment samedi a Brasilia
pour devenir la premiere femme a acc6der a la pr6sidence du
Br6sil, un pays qui a acc6d6 en quelques anndes au rang de
puissance mondiale incontournable.
Lors de son discours inaugural devant le Congres, elle
a promise de faire de la r6forme fiscal l'une de ses priorit6s.
Elle s'est 6galement engage a letter centre l'inflation, qui a
connu une forte hausse ces derniers mois.
La secr6taire d'Etat am6ricaine Hillary Clinton figurait
parmi la trentaine de personnalit6s 6trangeres qui assistaient
a la c6r6monie.
Auparavant, Dilma Rousseff avait gagn6 le bitiment
du Congres a bord d'une Rolls-Royce d6capotable de 1953,
sa protection assure uniquement par des gardes du corps
f6minins.
Sous la conduite de Luiz Inacio Lula da Silva, son prd-
d6cesseur, le Br6sil est pass en huit ans de l'6tat de g6ant sous-
employd et enclin aux crises a celui de puissance 6conomique
entrainant dans sa march des millions de consommateurs de
la classes moyenne.
L'essor du poids lourd sud-americain, qui s'est 6gale-
ment traduit sur la scene international, devrait se poursuivre
sous un nouveau type de direction avec Rousseff, ancienne
ministry de l'Energie et directrice de cabinet de Lula au tem-
p6rament ferme, voire dur a l'occasion.
L'un des principaux d6fis de la nouvelle pr6sidente
du Br6sil sera certainement de faire voter des lois impopu-
laires telles que la reduction du budget de l'Etat ou encore
l'encadrement de la hausse des salaires, face a des 6lecteurs qui
ont vu leur niveau de vie s'am6liorer de maniere significative


Les re

(RELIGIONS... suite de la page 8)
facteurs se conjuguent pour 6clairer la perc6e de la n6buleuse
protestante.
On peut tre catho aujourd'hui et baptiste le mois
prochain. Ou fr6quenter la m6me semaine la cath6drale et le
temple vaudou
"D'abord, l'exode rural, souligne le sociologue
Laknnec Hurbon, directeur de recherche au CNRS. Souples,
l6geres, les confessions 6vang6iques s'implantent ais6ment
dans le tissu urbain, bidonvilles compris. Bien plus que l'Eglise
catholique, aux structures paroissiales rigides." Autre donn6e,
l'extraordinaire fluidity de la pratique religieuse. "On peut
6tre catho aujourd'hui et baptiste le mois prochain, admet un
archev6que. Ou firquenter la m6me semaine la cath6drale et
le temple vaudou." Culte h6rit6 des esclaves venus jadis du
Dahomey - l'actuel B6nin - et de la Gold Coast - le future Ghana
- le vaudou, que les puristes orthographient vodou, impregne
puissamment la psyche haitienne. "Je connais des hougans
- grands pr6tres - qui vont a la messe et respectent la figure de
Jesus-Christ", raconte un historien des religions. "On dit sou-
vent, s'amuse en 6cho le nonce apostolique, que les Haitiens
sont a 100 % chr6tiens et a 110 % vaudouisants."

"L'Eglise a mis de 1'eau dans son vin de messe"
Des siecles durant, du XVIIIe aux anndes 1950,
l'Eglise catholique et romaine afficha envers ces rituels "pa-
iens", voire "sataniques", une implacable hostility. Aversion
tenace et teint6e de m6pris social - la foi de l'l6ite nantie contre
les frustes croyances des masses mis6reuses - qui inspirera
encore la violent champagnee antisuperstitieuse" d6clench6e
au lendemain de la chute, en 1986 de "B6b6 Doc", l'h6ritier de
la sinistre dynastie Duvalier. "Mais elle a mis pas mal d'eau
dans son vin de messe", nuance un croyant liberal. De fait, les
6vang6iques ont endoss6 depuis la bure des pers6cuteurs.
Fin f6vrier, une poignee de pasteurs ont ainsi caillass6
une assemble vaudoue au coeur du bidonville de Cit6-Soleil.
Quitte a puiser dans un gisement baroque de fantasmes, oni
l'effrayant zombie c6toie le sorcier ou la poup6e h6riss6e
d'aiguilles, eux et leurs ouailles accusent les disciples des loas
- les tres humaines divinit6s du pantheon vaudou - d'avoir
d6chaind le courroux c6leste, done caus6 le s6isme du 12 jan-
vier, tenu pour un chitiment de Dieu. En retour, maints vau-
douisants, infiniment attaches au respect des d6funts, imputent
le d6sastre a l'affront inflig6 a Jean-Jacques Dessalines, h6ros
de la lutte contre l'occupant franqais disparu en 1806, qui ne


La nouvelle president du Bresil, Dilma Roussef
regoit les vaeux d'une autre grande personnalitO politique fminine,
la Secretaire d'EtatHillary Clinton (Reuters)


ces dernires ann6es.

DEFENSE DES DROITS DE L'HOMME
Sous l'ere Lula, pres de 20 millions de Br6siliens
sont en effet sortis de la pauvret6, au bn6nfice d'une crois-
sance effr6nee, de salaires 6lev6s et d'un taux de ch6mage
historiquement bas.
Le second d6fi qui attend Rousseff n'est autre que la
gestion de cet heritage laiss6 par son pr6d6cesseur et ancien
mentor charismatique, qui se retire avec pres de 90% d'opinions
favorables et n'exclut pas un retour en 2014, date de la pro-
chaine election pr6sidentielle.
Esprit pragmatique, la premiere pr6sidente du Br6sil
s'est entour6e de ministres mod6rds et de technocrates respects
pour des postes comme la direction de la banque central.
En octobre, apres sa victoire 6lectorale, elle a promise
d'6radiquer ce qu'il reste de pauvret6 au Br6sil mais a aussit6t
pris soin de rassurer les investisseurs en s'engageant a r6duire
les d6penses publiques - non sans irriter Lula.
Au Congres, Dilma Rousseff devra sans doute com-
poser avec des groups influents, qui ont emp6ch6 Lula de faire
adopter des r6formes structurelles politiquement cofiteuses.
Dans une coalition qui ne compete pas moins de dix
parties difffrents, Rousseff devra f6d6rer ses troupes si elle veut
rapidement faire adopter son plan de reduction du budget.
Mere divorce, rescapde d'un cancer, lectrice de
Proust, Rousseff devrait par ailleurs mettre l'accent sur les
droits de l'homme et s'employer a rem6dier au froid qui s'est
install entire Brasilia et Washington, apres le rapprochement
de Lula avec l'Iran.


ligions envahissent Haiti
recut jamais de s6pulture d6cente... embl6matique du ritu
La 16gion missionnaire 6vang6lique tire aussi profit autant, l'institution n'
de la perte d'audience d'une Eglise catholique affaiblie par Pourunpeu,
ses compromissions politiques passes et ses d6chirements souscrirait a un tel
internes. Lesquels doivent beaucoup - singulier paradoxe - a pentec6tistes et leur z
1'Nlection a la pr6sidence, voilh vingt ans, d'un pr6tre sal6sien plus encore le manqi
indocile et d6routant, Jean-Bertrand Aristide. Certes, cet adepte leurs bergers. "I1 y a
de la th6ologie de la liberation, bient6t renvers6 par un coup elles sont souvent tro
d'Etat militaire, consentit a quitter le sacerdoce en 1994, peu la r6alit6 social. Enu
apres avoir regagn6 le Palais national dans les fourgons de De plus, il n'est pas r
l'arm6e am6ricaine. Mais le mal 6tait fait: 6gar6e par l'antipathie aux directives pastor
que lui inspirait "Titid", la hi6rarchie 6piscopale en vint a pac- fougue 6vangl6ique a
tiser avec les putschistes galonnis. A l'exception notable de communaut6 guett6e
rares Mv6ques francs-tireurs, tels Willy Rom6lus (JMr6mie) et Ilfaudrabiel
Hubert Constant (Fort-Libert6). Le Vatican sera m6me le seul de Port-au-Prince ret
Etat au monde a reconnaitre
le president potiche, install
par la junte du g6ndral Raoul 772 N F r
C6dras. I Tl; 305 757


Le tambour est en-
tre dans les 6glises
Dans un pays ou les
"Ti Kominote Legliz" - les
communaut6s eccl6siales de
base - s'efforcent d'all6ger le
fardeau des plus humbles, une
telle collusion laissera des
traces. Soyons clairs: assi6g6e
par les pros6lytes 6vang6liques,
l'Eglise d'Haiti peine a trouver
la parade. "Certes, concede
Laknnec Hurbon, l'universitaire
qui ausculte depuis des lustres
les rapports entire religion, cul-
ture et politique, des efforts ont
6td accomplish pour assouplir
la liturgie et la rapprocher du
people. Le creole est employed
massivement. Et le mouve-
ment charismatique accroit la
visibility du catholicisme par
le recours aujefine et, lors des
offices, au t6moignage public,
au chant ou a la musique.
Mieux, le tambour, instrument


el vaudou, est entr6 dans les 6glises. Pour
a pas vraiment de plan de bataille."
MgrBemardito Auza, l'envoyd de Rome,
constat. S'il deplore l'"agressivit6" des
Mle tonitruant, le pr6lat philippin regrette
ue d'ardeur des brebis catholiques et de
certes des vocations, observe-t-il, mais
op d6tach6es du monde tel qu'il est et de
n mot trop occidentales, trop c6r6brales.
*are que tel ou tel pr6tre reste r6fractaire
ales." Si elle 6branle l'6difice remain, la
ura au moins eu le m6rite de r6veiller une
par l'apathie.
n cela pour que la cath6drale Notre-Dame
rouve ses couleurs et son assise.



4916


FADKIKJ VARIETY STORE
IZF, MAGASIN PQOV TWTEUS LES OCCASA9NS,
N".rpmrion Ar pNrarnni pW IkE $af AB . PL. GA Z. CARLA' Tn
REIW MORIfl7YY 0k..et
-r e mm IE'I.winniqui. lc~ P


Ouvert
6 joursi
par
senwuined
shO am





Prl IM M h-~r
f-rillilm, 6
'r~u*Ia~ I~rft9
* Ii~h.r '
* Ij'dcnu


-all'3hII.1qn . llAr*MAI. I 'VfI
A* "hlih um%. bTvrm Ih u


Page 13


.x~xx I. - l - - I-I v I-- - - - - - - - - - - -






LES JEUX


Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


I-[- -] --

7-I


~�li-i iNC. I; A�





H II


H-:,,a d Pal E T RE- CO!L!L, L. u I du Jc., lrri jU 'U du
'~I~IL~j rC rr. ijr 5, 421rc '..14U LV IL I-1U (I:'' lul


SCRAHBBLE


p.--or "sr'-np- r-rr.l


N M

LIE

U C


S1I.-~n


e in jrg an ssCc


SPIT CULE


-~ -m P~I -Y W"Y~~ pWq w ~ . - vq !~ P~W*q !YW


I l i .4 :-A I l I i l. . IIi


eI o di e


S-i- .


I-


Bon Revell C1 MniELQLC

Au Pipirit ethant*
JOUMA cI w iwc Lowuni11M.1

M&eloe Mud,, i Niwmmus
Joromlai I nt, I . Ani~&iw' Il
Amayycs


~tlshmhiu�m.
L' EdiiiorlmI do 'mcus

La Clhruuquie LiLufitiwavvc Durntlnjmque- Bnrtasl~I
Ltw% Sprins. JiX M L u--b Jt Ju
Lc In,1 ilc duJ M Oh
1451cadic Ntalin chlnqu someds c amm&
pw FtW 16VI Ksoael


12:00 11100


I 2h30.2hgrn


ZiOO- hMO








5h 30 pm



7h-8101D

Hh3ll% Lbbo

9")D - I- ah.I



9hnOam iu dAu


Ledls que de IAadltaur
aflintwonlafi Pvrhuil

L~ftSdI
iimfrmaiia. avru Lmuy Faustin

tLady Bl8es avcc I -kw
Mpzx at=*. ~swjrunt� R.fmmg

C'mt 34 Son an chansns..
I~ILminieflan"*MoftI Uaiscs

La Ban Vleux Teunpz

*'.cc rhj. Danic et CapIJixii Bill

LeJosmial de heuures


Mdfodla & Compargy
Diw~uppeomm fAl" bi&f
.MMnni ivtvr B~mtnW EfJbc
Aunory~ubor con u LUhIii

Soirrfrfor.E mir: tpi

Nacre Grand Concert
Lzin. & Mc: Limrnc clasquc

JiMh Caurrninel rcqI* sgjim i5k

Cavallers.rp Fenevos darnes
SaRnicd i).U arm. bd o&j populaircs hauis!
7&4i �~~~U~I H


ee eo~ fa 6o'ct ew Moat


I


Page 14


5hu0- -h03

hii 3&-lhN)


7hIX-ft


I h-Midi


"U




S


- - - - - Ix xl Ix - - - - -Ixv �I I


--rll-----------


-1 r -Z~





A- A;


, , 1�!-'

N I


lqtft ---� L-*- I LL, . -1. - .


E n B ref... (...suitedelapage2)
telle n'a pas &td, toujours selon le diplomat brdsilien, la position du secr6taire g6ndral
adjoint de 1'OEA, Albert Ramdin, present lui aussi a la reunion et qui aurait observe un
silence 'rlv6lateur'.
Selon nos propres sources (a Haiti en Marche), Mr Bellerive n'avait pas &te invite au
depart. Mais c'est l'un des participants qui lui aurait fait signe in extremis.
Rappelons que c'est Mr. Albert Ramdin qui preside actuellement les activities de re-
comptage des votes mendes par des experts de 1'OEA.

L'6pid6mie de cholera en Haiti continue de tuer...
L'6pid6mie de cholera en Haiti a fait 3.333 morts depuis son apparition a la mi-octo-
bre, selon un nouveau bilan du ministbre de la Sante haitien consult jeudi par 1'AFP et
arr&ta au 26 d6cembre.
Un pr6c6dent bilan, public plus t6t,
faisait 6tat de 2.901 morts. Le nouveau bilan indique 6galement que 148.787 cas ont &te
recens6s dans le pays. Le d6partement de l'Artibonite (nord), oi s'est d6clarde l'6pid6-
mie, reste
le plus touch, avec 828 morts, tandis que la capital Port-au-Prince, oi
vivent dans des conditions trbs prdcaires de nombreux sinistr6s du s6isme du
12 janvier, deplore 281 morts.
L'Organisation de 1'ONU pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), base a
Rome, a indiqu6 mercredi qu'une parties "non ndgligeable" de la r6colte de riz
en Haiti risquait d'6tre perdue en raison "des apprehensions des paysans quant
a une possible contamination par le cholera".
L'Organisation panamdricaine de la sante (OPS), branch de l'Organisation
mondiale de la sante (OMS), avait indiqu6 fin novembre qu'il pourrait y avoir
jusqu'a 400.000 cas de cholera au course des douze prochains mois, don't la
moiti6 au course des seuls trois prochains mois.

Le cholera en Republique dominicaine ...
Selon le ministere de la Sante de la Republique dominicaine voisine, le
nombre de malades du cholera est passed 139 dans le pays, mais aucun d6ces dfi
a la maladie n'a &t6 enregistr6.

Les funerailles de Monseigneur Francois Gayot au Cap Haitien
Les fundrailles de l'ancien archev6que du Cap-Haitien, Mgr Franqois Gayot, d&c6d&
le 16 d6cembre dernier, ont &te chant6es le 30 d6cembre dans la ville du Cap, au nord
Quelques centaines de personnel se trouvaient a la cath6drale du Cap-Haitien pour
rendre un dernier hommage a Mgr Gayot, d&c6d& a 83 ans, a Rome, dans la cit6 du
Vatican, suite a un malaise.
Les Capois estiment d6cevante la maigre assistance aux obseques en raison de l'im-
portance de cet ev6que. Peu d'autorit6s ont assist aux fundrailles. Mgr Louis K6breau,
actuel 6v6que du Cap Haitien, et remplacant de Mgr Gayot, 6tait absent. I1 se trouve a
Rome.
Cependant le Nonce apostolique, Mgr Bemardito Auza, un reprisentant de la pr6siden-
ce, Jean Renald Cl6rism6, ancien ministry des affaires 6trangeres, ont suivi la c6drmo-
nie, qui a &td chant6e par 87 pr6tres de diffirentes paroisses.
Mgr Franqois Gayot est inhum6 au cimetibre de l'6glise du Sacr&-Cceur, au Cap-Hai-
tien.

Les voeux d'Hilary Clinton pour le nouvel an
La Secr6taire d'Etat amdricaine, Hillary Clinton, a renouveld vendredi le "ferme"
soutien de son pays a Haiti et a fait l'dloge de la force et de la volont6 du pays pour
surmonter les adversitds, ce dans un message de solidarity adress6 au people haitien a
l'occasion du 207e anniversaire samedi 1"' Janvier 2011 de l'ind6pendance national.
"En d6pit de tout ce que Haiti a affrontW, les Haitiens ont d6montr6 une indbranlable
force, volont6 et passion pour aller de l'avant et construire une nation plus prospbre",
dit Mme Clinton, au nom du Pr6sident Barack Obama.
"Le people et le gouvemement des Etats-Unis apportent leur ferme soutien au peu-
ple d'Haiti et nous avons pris l'engagement d'aider a assurer que ce soit sa voix qui
determine le chemin de l'avenir pour sa nation et son gouvemement", 6crit le chef de la
diplomatic am6ricaine dans un communique rendu public a Washington.

La mission de I'OEA sur place
L'accord entire le Secr6tariat g6ndral de l'Organisation des Etats amdricains (OEA), le
gouvemement de la Republique d'Haiti et le Conseil electoral provisoire (CEP) sur les
Missions d'experts pour renforcer la Mission d'observation 6lectorale conjointe OEA/
CARICOM a &te sign le 29 d6cembre 2010. Cet accord d6finit les terms de r6f6rence
des deux Missions d'experts de 1'OEA sollicit6es par le president Prdval pour v6rifier la
(EN BREF / p. 16)


____


i� - m- mI-


S I l . P-II . h I II r


A


I I I llll I IIr'l i Ill- i llll l





Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXTV * N� 50


Ti Gout pa Ti Gout ak.i' .ia\It,ll


ERITAY ZANSET YO

NAN LITERATI KREYOL LA
Ak Michel-Ange Hyppolite

2 Pati.
Pou premye pati-a, al gade nan Haiti en Marche senmenn
pase anwo-a #

Pwovb :
Lbt eleman ank6 zanset-yo kite pou nou kbm eritay
se pwoveb-yo.
Pwoveb se konbinezon obsevasyon makbnen ak refleksyon ki
vin tounen leson. Depandande ki mounn ki ap obseve epi re-
flechi a nou praljwenn dives kalite mesaj : mesaj seksis, mesaj
dyanm, mesaj tetansanm eksetera. LU nou rantre nan pwoveb
yo an pwofonde nou we se chapant sosyete kote pwoveb-yo
soti-a ki ap pase anndan-yo. Dr Jean-Price Mars gen rezon
di: Pwoveb se moul ki gen pouvwa f6me karaktW youn pep.
LU nou rantre anndan pwov&b-yo ak lide travay beb1l nan t&t
nou, nou remake yo se youn sous natir6l kote ekriven-yo ka
branch lespri-yo pou yo dekore travay-yo. Apw6ch itiliza-
syon pwoveb-yo anndan pwezi kreybl-la kbmanse depi nan
ane 1960 yo ak ekriven Sosyete Koukouy-yo toujou. LU sa-a
mouvaman-an te anndan Ayiti sdlgrenn.

Anfrt, nou remake, nou pa prlskejwenn pwoveb nan
pwezi Moriso-Lewa, men rive nan ane 1960-yo, ane 1970-
yo pou jouk jounen jodi-a nou jwenn pwoveb agogo, ni nan
pwezi, ni nan woman kreybl-yo. Gen youn epbk pwovdb-yo te
konn pase tou kri, sa vle ekriven-an pa te fe okenn travay sou
pwoveb-yo, men avek Franketienne nou vin remake anndan
Dezafi, anpil fraz kote ot&-a transf6me pwov&b-yo. Oubyen
nou remake fraz ki bati sou f6m pwoveb. Pi pre nou la-a nou
genyen Nounous ki sevi ak menm teknik-lan nan youn seksyon
nan liv li-a, Pawoli (2003). Li rele seksyon sa-a : Pawoli (2)
, soti nan paj 36 rive nan paj 39. Genyen tou Eddy Gamier
nan liv li- ki rele ( Ginen m an Chalkalis 1998) Pauris Jean-
Baptiste sevi nou pwoveb ak gran lijen nan woman kou Sogo
nan kwazman granchemen ( 1979) ansanm ak nan lonbray
inosans (1985), ki genyen pri Henri Deschamps nan ane-a. Se
menm jan-an tou, nou swete mounn ki nan branch filozofi
ka toujou sonde pwoveb-yo pou triye verite iniv6s&l ki kab
nouri travay-yo.

Gen otW Ayisyen ki gen abitid al cheche b6l fraz anba
bouch ekriven Lewbp pou yo louvri chapit nan liv-yo, nou
rete kwe si yo ch&che ak anpil antansyon, yo kab jwenn tout
pwofonde panse yo bezwen pou atire atansyon lektW yo anndan
liv-yo. Pami ekriven mwen konnen ki sevi ak pwoveb krey6l
pou louvri chapit nan liv-yo, mwen kab site Eddy Gamier, epi
Michel-Ange Hyppolite nan liv li-a ki rele Zile Nou (1995).

Relijon vodoun-an

Depi nou ap pale sou eritay zanset-yo gen youn
eleman kle nan kilti lakay-la ki sevi kbm baz. Se relijon vo-
doun-an. Dans nou-yo, tablo atis nou yo, ekriven nou yo, yo
tout four men ladan san gade d&yL. Kit ekriven ayisyen-an
ap pwodui tsks li an franse, kit li ap pwodui tsks li an krey6l
eleman ki nan voudoun touj ou rantre ladan. Nan literati krey6l
Ayiti-a, kategori ekriven ki sevi ak vodoun-an tout bon nan
travay yo se mounn ki ap ekri woman-yo. LU vodoun an pa
rantre dirak-dir&k nan istwa-a, ou jwenn aktW nan istwa-a ki
gen konesans fry epi ki sevi ak fry nan dives sikonstans nan
lavi-yo. Jeneralman mounn ki vreman konnen fason pou yo
sevi ak fry nan milye Ayiti-a se houngan ak manbo epi mounn
ki gen don pou geri mounn. Nan woman krey6l ki ekri anvan
ane 2000-yo, vodoun-a pase swa k6m eleman pou yo denigre,
koupe voye jete ( Sa se travay Carid Paultre, swa kbm youn
fos pou respekte. Men li pa sevi kbm eleman estetik. Sa vle
di eleman pou mete b&b6l nan teks-yo. Sepandan, nan pwezi,
anndan Sosyete Koukouy Kanada, nou eitilize kUk aspen nan
langay vodoun-an pou nou mete belte nan teks-nou. Epitou,
genyen 16t ekriven menm 1k yo pa koukouy ki sevi ak apw6ch
estetik sa-a tou. Thm vodoun-yo vin sevi youn teknik pou
dekore teks nou.

Ann koute Kaptenn Koukourouj :

Ou kanpe lespri nou
Ou monte lespri nou
Ou nouri lespri nou (Zile Nou 1995)

Ann koute Henri Robert Durrandisse :
Mwen anvi prepare youn beny avek fry twazbm f6. Badijon-
nen tout pap6t lavni ak fry atiyayo, fry bazilik pou pwoteje
devni nou kont tout medizans ak malfezans. (Langay lanmou
2008)

Pi devan nou kab tande Keslk Brezo ki ap di nou :
Oumenm fanm
B<e lalin kl lan dekou minui
Zekla vedilkn lakansyel soule nan t&t sous
Dpl6yman lonbray ou rale 1616y lan vin4g ( Parantz, 1988)

Toujou avdk entansyon estetik vodoun-an nou jwenn Franz
Benjamin nan Tan Lapli ki di nou :

Ann koute Manno Ejen :

Nan bitasyon bawon
Nou selebre pawoli
Pwezi nou se lwa ginen
Lalwa masyal anvige


Paw6l nou se gad pou nou pote
Koukourouj ...

Nan non lanmb
Nan non lsen
N'ap tann yo
Ayibobo (Vwa Zand6 2007)

Nan travay rech&ch nou anndan Sosyete Koukouy
Kanada, nou kwe si gen youn mizik rasin, kote mizizyen-yo
rantre anndan fon nannan vodoun-an pou y'al ch&che mizik
pou fe nou rantre nan noumem, nou dekouvri tou youn pwezi
ki koule tankou mizik rasin lan. Henri-Robert Durandisse
pwopoze pou nou ta rele kalite pwezi sa-yo Pwezi Rasin. Nan
cheche anndan teks pwezi kreybl-yo, noujwenn plizye atisplim
ki ale nan sans pase mesaj pandan yo ap sevi vodoun-an.
Younn nan ekriven sa yo se G6rard Montes.
Ann koute misye nan youn teks ki rele Dans pou as6t6 anndan
liv li-a ki rele Lasosyete Bonjou (2003) p. 53.

Konklizyon :
LU nou fin tande relasyon ki ekziste ant travay ekri-
ven nou yo ak dives branch nan oralti nou-an tankou : Kont
tout kalite, chante nou yo, pwoveb nou yo, relijon vodoun-an,
nou kab di transfr-a f&t. Eritay zans&t nou yo pa pedi. Yo rete
prezan tektegedek anndan liv ekriven nou yo. Kounye-a vre
defi-a, se renouvle eritay zanset-yo, remanbre-l youn fason
pou li rete vivan nan mitan-nou vitam-etenam. Pou nou kenbe
nivo estetik ki mache ak eritay zansdt-yo nan travay nou, nou
kab fe rankont travay, boukante z&v nou younn ak 16t, pataje
eksperyans nou akjenn ekriven-yo, oubyen mounn ki pa ekri
liv atizay-b&bl1, menki ap fe rechech ak eksperyans nan chan
kiltir6l-la. Nou vle di: mizisyen, istoryen, etnolbg elatriye.
Nou dwe fe alevini ant eksperyans ki ap f&t Ayiti epi nan
dyaspora-a. Pataje kalite rech&ch sa yo nan radyo, televizyon,
journal, sib&-espas, eksetera. Ef6 tout kalite sa-yo, se manda
ekriven Sosyete Koukouy-yo bay t&t-yo. Anpil fwa gen mounn
ki di nou yo pa tande bri Sosyete Koukouy sou teren-an, nou
toujou reponn-yo nou plis konsantre sou youn travay rechech.
Prezantasyonjodi-a se rezilta travay nou pou nou kreye youn
pwezi Ayisyen. Youn pwezi ki rete kole ak reyalite nou. Nou
site non Sosyete Koukouy, men responsablite-a se pa responsa-
blite Koukouy-yo sd1 grenn. Se responsablite ekip krey6l Sant
N A Rive-a tou, se responsablite tout 16t gwoup ki nan domen
lakilti epi ki ap fe one esans Ayisyen-nou.
Nan vizyon nou anndan Sosyete Koukouy Kanada, se pa aktW
kiltir6l senpman ki konsene. Se tout manman ak papa pitit
Ayisyen. Yo tout gen enter transmit eritay kiltir1l nou bay
pitit yo, pitit-pitit-yo nan li istwa Ayisyen ekri an krey6l pou
yo. Genyen. Si nou ch&che-yo nou vajwenn liv ki ap rakonte
istwa pou pou timounn anba plim Mod Heurtelou nan Educa
Vision. Nou vajwenn yo tou anba plim Jocelyne Trouillot nan
Edisyon Inivesite Karayib, genyen tou youn seri ki gen plis
pase 30 istwa pou timounn nan SIDIKA.

Kounye-a, depi nou rive fe youn bon tavay nan pase
eritay kiltir1l nou yo bay pitit nou, yomenm, ki f&t sou te
etranje, pral melanje tout sa nou ba yo-yo ak sa yo aprann
sou te kote yo frt-la, nou vle di Kanada, Etazini, Lafrans, peyi
Afrik-yo eksetera, pou yo ban nou youn lIt sent&z ki va toujou
rete Ayisyen, men ki va ale pi lwen toujou pasefondas nou ap
bay yo jounenjodi-a.

Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Aanm Sosyete Koukouy Kanada
Otawa Kanada
michelangehvppolite@rogers. com



KASE TI BWA NAN ZOR Y

MWEN

Kase ti bwa nan zbrey mwen
FR m'konnen mwen bd1, mwen se yon fanm
Di mwen ou renmen-m ou pa ka viv san mwen
Di mwen si mwen pa la, lavi pa gen gou pou ou
Kase ti bwa nan zbrey mwen
FR m'santi ak bd1 pawoli k'ap soti nan bouch ou
Mwen se yon fanm enpbtan
Mwen gen enfliyans nan lavi ou
Montre mwen ak b6l fl ou renmen mwen
Montre mwen sa nan emosyon ou
Nanjan ou pale ak mwen
Di mwen ou kontan mwen b6 kote-ou.

Kase ti bwa nan zbrey mwen
Karese mwen dous ak men-ou
Kbmanse depi lanjelis rive jouk douvanjou
Jouk lawouze gran maten rive mouye nou
Gade mwen tankou pa gen 16t fanm sou late ank6.
Gade mwen ak lanmou nanje-ou.

Kase ti bwa nan zbrey mwen
Manyen mwen tankou yon b1 fl& choublak
Ou pa ta renmen ki vin fennen
Tankou yon asy&t poslkn eritaj grand&t yo
Ou pa ta renmen ni kase ni fann an miyet moso
Manyen mwen tankou se dtnye fwa w'ap fr sa.

Kase ti bwa nan zbrey mwen
Fe m'we ou renmen mwen
Fe m'konnen ou renmen mwen
Ak bl pwezi lanmou w'ap chante nan zbrey mwen
Pale ak ke mwen ak emosyon mwen


Kase ti bwa nan zbrey mwen
Wi, kase ti bwa nan zbrey mwen

Victoire Legrand (2003)


SIWEL

Lanjelis fenk tonbe
1I m'we-w
devan tab reziye
ak machw&-w
byen gonfle
ap jwe jwdt

Trip k6de
anba trayizon
fin fann fwa-w

Zanmi devan-w
pa zanmi dey&-w
fin kraze k6-w

Pike kole
ak lafanmi
vire 1616y lakansyel ou

Kase douvanjou
pou chache
yon demen miy6
fin pote-w ale

Ou jwe tout jwt
nan lavi-a
pou anyen
pa ta ba-w patasw6l

Men...
tout r&v ou
rasanble
bo chemen dezespwa
fin pedi koult
anba traka sou wout ou.

paske...
lanmou kase t&t ou
ak yon grenn siwl.

Josette HerbertAugustave
(Grann Dada) 29 Avril 1099


KANAVAL MADAN KOLO

Ane sa-a
Kanaval tout koulk
pran wout channmas.
An verite pa gen dyaz
Ki ka bay Madan Kolo
Fanm P6toprens pwoblkm.
M'fr seman ane sa-a
Nan kanaval la
m'ap voye tout giyon al bwachat
giyon laper&z
giyon tipil gwopil
giyon viv s6l
giyon dlo nanje
giyon vant mare
giyon mache gonfle
giyon san manje
giyon boutey nwa
giyon pale mal
giyon p6ch kreve
giyon dezespwa
giyon m'we
giyon m'pa we
sou labanyv
yon kout tanbou
ak de bon yayad
nan mitan bann kanaval
madan Kolo-a.

Josette Herbert Augustave
"Grann Dada"
16 Janvye 1997


ZYE DOU

Nan satiy&t lavi
nan tout sans
nan mache chache
nan kouri pasi pala
mwen tonbe t&t bese nan konfizyon
ak yon bouke fl& koule lakansy6l nan men-m
mwen di: tout larezone ki te nan fon kU-m

Nan moute desann
nan mitan chalk touman-m
tout manm mwen kontre bab pou bab
ak Met "Gran Chimen"
k'ap fr-m zye dou

Josette Herbert Augustave
"Grann Dada"
26 septanm 2010


Page 15


.xxx x -l - I





BACK PAGE


Mercredi 05 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 50


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

P dby ouIIL6fe:3 )2 7


En Bref...
(... suite de la page 14)
tabulation des votes et pour accompagner la phase conten-
tieuse du processus electoral. L'accord d6finit 6galement les
objectifs des Missions ainsi que leur aces a l'information
requise.




4 Alerpkis &*
.- _ vuf ava Am

1! Ju.-3 'IJUi~ jJijA J

Si * 1J Ji



pe* oIr , - dons-
,B- "tat 'r- '' 1 .
. c -.- - o


POUr M YOUE BCaaooC MCEI..* IEZ

WMM PAM E..IrL lrNLFL . i Ptft m" K.
URuMmo -ml
AUCIl . OA "W" a t S mVwq. IL
4a4-?e1 -2358 1474-lI )I- -1Q4


Notre


es


La Mission de verification de la tabulation des votes est
compose d'une dizaine d'experts en statistique, en matibre
6lectorale et en informatique. Elle 6valuera les pratiques et
procedures appliques lors de la tabulation des votes ainsi
que d'autres facteurs affectant celle-ci et relativement aux
r6sultats prdliminaires des elections pr6sidentielles du 28 no-
vembre 2010. L'dvaluation se fera a la lumibre de la Consti-
tution d'Haiti, la loi 6lectorale, la Charte de l'OEA, la Charte
d6mocratique interamdri-
. . caine et les normes 6tablies
' i et appliques par 1'OEA pour
ses missions d'observation
6lectorale.
1 p s Suite a son evaluation, la
Ow Mission remettra un rapport
comprenant ses conclusions
t .S4I'. JIJ et recommendations au gou-
4. 'IJJJu -j5 vehement de la R6publique
fr] U r JI d'Haiti. L'accord garantit un
. *** i aces illimit6 a la Mission a
tous les documents et toute
information qu'elle jugera
* -. utile pour atteindre ses
objectifs. Tous les experts in-
temationaux qui composent
la Mission seront presents
dans le pays a partir du 30
S d6cembre et d6buteront leur
n OU Ve au travail imm6diatement dans
se rv ice dle le but de rendre leur rapport
PICK P dans les meilleurs d6lais.
La Mission d'assistance tech-
it dl 5po blo unique juridique pour la phase
contentieuse du processus
electoral foumira une assis-
tance 16gale pour cette phase
du processus electoral et as-
sistera aux auditions du Bu-
reau du contentieux electoral
national (BCEN) portant sur
l'6lection pr6sidentielle. Elle
rendra son rapport sur ses
conclusions et recomman-
dations au gouvernement de
la R publique d'Haiti. Le
d6ploiement de cette Mission
se fera suite au rapport de
la Mission de verification
et h temps pour assister h
la reprise des auditions et
des decisions du Bureau du
contentieux electoral d6par-
temental (BCED) de l'Ouest
sur les plaintes relatives aux
elections pr6sidentielles et au
commencement du BCEN.


Page 16


FMfIoflAI A D U r' __

~ J~ ~I '-'kj JQ%...

KII VWAYAr A1HAK
15 iou PIOU .WOur.
VONMAMCANDZ OU DtIKI

rcrm Tot
SKAMY4An AM 5DU WAF UT



MSTCOMARCU
CA ACHAIEN "A HA MEAGAM H
Oa1 111r WA
PM, AE4YQOWI~YL HACff





SI~m HATI IMEAGOAN
.HAM fie" 001 *45.15 W0 w 401 SA454030JH

Fax (361) 848-78S92aor( UI)84240321

Tell Fs. 1-4117-4U"330 or 1-677-B64-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach is

DhuIcuai 16 .95 to M it.. 74( 46t U Sbuu S E. to Ccu'.. .rAmokLw, 3w N m - b v i m Ato m wrd. LA,~b
W*. J~r BId go SON*a W@0 IWUv ( mwW" right k tid)We Rd11.- ke. you. trMV ftt 1 he Pt of Pv 040

As ac as ~you go verDlONI M H& wiyp bkFGumrd SimakUk* o1t LoM t hd blw* y"u WIN maour Gig
"W IV WT jft � is "P~r










Under New Mftanagemnent


Non ge you onovo Bati MV MONARCH ]EXPRESS




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID E1IMON0MS_TOT6A5 INGEST_TIME 2011-06-28T20:53:37Z PACKAGE UF00098809_00437
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES