Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text











.g g eSMrc e, I. *du 1 5 a u 2 D ce i r 2 1 0 - oIX I V-I' 7i_


SWEET MICKY

Le portable comme

bulletin de vote
Al 1N II I . Dcccnibi. 2'i i -' L i picic.lllli ciiip.ll i'i
cilie iowll ilI Lii dii l clic policci Ip I i c lilelphoni i polljblc
()ili oublcl qlu Ic cclllIll lli diii dl ll ll ic I'\ olltioln
in picccdl n ii(.nli l I _ lc nicim ll 'ii i1 HJill Lc cpliIs p| i )ii n |I\ _in
CiinS lc coin Ic pils icctilc dulI p\I s coliicl)po d io \ ccI ic ioiid(
cnic ii' cci .so1 il.tcplihon iic poilbl.c Lmii iui in \ j n i\i.nt-ctic.
Illlldl11. \ d i .1Il \ II l hllllicl lc cccilliclUc
M liclheiil N iiill\ nui d in c(.iiC diii, lIc._,con inillUicdiions
cnitic Li Floirid k HJIlli , conili_ ltoul lc pjili OiIu o n pojLil
11 I11i PORTABLE I,. (,I
t96i5 4,,i ,.'I,--
ll it .


LA CRISE : Chacun pour soi

done aucune voie de sortie
P()RT-Ali-PRIN( E 11 Dic.ni.mbicN - NOLI Dc.picl. I pocliiijioiind. ICtillLI dl l icnl i
IIlCk EII lN JIiC . It i _li Ill OIl i _ J Is l I_ l qil I to- du ll I . ll lmll I dl ik 'I lllh' dl s I llllllll.ci dli I lllli.lll
,ll Ill , $1 . 1 11Jil ( 111a I. II III i lI s I_ Ol l - I ll l lll-in 'n M idlK l MlKI ll\ dIll S\\ 1 lkl LJ,211 nl
clidblc s En plincipc. LA CRISE / 4
p v i n


' .


L L 'vw ml
, , i ,,... , , , ,i u h,i, n,.,,ll l , ,, 1 1.,h ,-
,/. / ... ,,,/ i... , ,�/l, ' ,. ,, ,, 1 1, , , l, l ,


Une jeunesse ballottee
tous les 5 ans
d'un neant a un autre
PETI()ON\ILLE X D.cinibli - Lis iiillili di i.illiii(
I1ll o 1ni1 Illl.li$cIc Cc incICiC(idi 11 lN\ illI dul c i ndlidi l NMklili
N klll 10ll 1 % li I lllllcc Oi ii. Ill o I pclli Ill di C lIi\ I I
,1\ JIIc \oic A.lil idc c I.'ndccc llbl I''1i
CiLi\ J.lii l iil '\l. nl ic \l-' \ I LI \11io llc Ipoml Ricnc

llo C IIN ,I IIU Ihl_' t lc l_ I"' l C lllili C Ill llc , lllllcl l
Pic. 1iin I, 1111 c I1N 'i" niii 01. I i1i iO i c'_ Il _iibl opcliiillo l
IkIci d icni p hi c lu l ii nllii(c i lr ccIc p ICi[cd ine X l dcicc lmi
oi i lc clioiid Fiiddc illc
Icuil cdniddi Ic chilUiLiI dc iuiuqsuic popLuLilic N lichil N!Lii-

1 ik oi l l llllpodUl . ll dc no ll l H iili d aUllo i .d hill Li hlli llc Ic
chOiiiin, I ,cl iAol dc IoUiii pci lpccl ii un iii lii iun h i ./on incnl
lcinic ll cc cili iplhi Ic i Icniblcnicin dc ici dc ,i$1iltll diu 12
Ilin Ici dclii .Ei El I cpidniiiic dc cliolci.i qui l|nl iii l icllciicnit
Et il c' Ic'ill ilpoiid-oii ' Nothiiii, l In c Alli. \ c lcc ions
\loic/ Ill 1 c.nici'l Xn ickn 'locd / lis i c'tlit El E qt lid lcs iic ill-
Ili iii A \i'n IIi 1 1 In I l lc ii U iii p11 11 c Oilcs c nddij ii q'i iI
Bicl dui ' lu i
Surdile el absurdiie ...
( ci dc il iiii \ nlicni til icn' liO ll ' cI llcJiiild ll ( 'I $i1
dc i'cc ldlli Lill ci � I tlc c c c Iil'cl 'l li i 110i I n \ i( ll0 . ,clc wtci.iii oii
INEANT , >. "'i


i . . .. ., ,I , " I , - , I . .. / , I .,: % m d ,,.%/,, 1 1 I I%/ , / I./,, l - , , %,


Ha'ti-Elections: quand la diplomatic

americaine bascule dans l'informel


P()RT-.AIi-PRIN( E 11 Dc.mibli -\\d.lslnII'-
1011 biJIidill oi Jl .inI dcIn il.cc c. G(i dc I Jidck
lfcdc.'ljl AXIiLIjollIO d( \ 1[. iI dc LOllllitc dcs OfTICIcIk


Illicn ct dils i. llni.llbi.s dc ll flinjlllll Piopol�IOnl dIli
'lljitcnl Pjriickl Lcili\ iDcillocicl dui \cilnioiil
INFORNIEL , II. 51


I


i.~~,.r~ /,I.' ''`'/" ""' I.'` I..''`". ""'II, lIii


~~EI IZDDEJ ~ICT \ffP


--- " -.-- . ,,,-.,,-

i i iOZ I*v


I


I






I EN PLUS ...


EN BREF ...


Mercredi 15 Dcembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


Organisation des Nations Unies :

Quelle politique?

Quels droits humans?

Et Pour quels peuples?


Robert Lodimus

La vie a perdu centre la mort, mais
la m6moire gagne dans son combat centre
le n6ant.
Tzvetan Todorov

La MINUSTAH menace cynique-
ment de quitter Haiti et de l'abandonner a
sa kyrielle de malheurs, au cas oni le r6sul-
tat des elections truqudes du 28 novembre
2010 - qui ne rdpondra certainement pas
a l'expression du vote populaire - ferait
l'objet de contestation et de rejet... M.
Edmond Mulet ne s'attend tout de meme
pas a ce que la population haitienne pleure
abondamment le depart de ses troupes!
Depuis le genocide survenu au
Rwanda, environ 1 million de Tutsi mas-
sacres par les Hum,tu 500 000 femmes tortu-
rdes et violdes, la credibilit6 et la partiality
des Nations Unies dans les conflicts interna-
tionaux ou interraciaux sont remises s6ri-
eusement en question. Le livre du g6ndral
Romeo Dallaire < J'ai serre la main du di-
able > a rassembl6 des preuves accablan-
tes centre cet organisme international qui
n'arrive pas a remplir le mandate qui lui a
&te confi6 par les pays membres. L'article
2, alinda 7 de la Charte des Nations Unies,
en matiere de buts poursuivis et de prin-
cipes 6tablis, statue sur la n6cessit6 de <
RWaliser la cooperation international en
r6solvant les problkmes internationaux
d'ordre dconomique, social, cultural et
humanitaire et en d6veloppant le respect
et la promotion des droits de l'homme et
des libert6s fondamentales; > Sous les yeux
complices et indiff6rents de 1'ONU, des
leaders politiques sont assassins ou em-
prisonnes par des gouvemements dictato-
riaux, pour avoir voulu indiquer le chemin
de la Libert6 a leurs peuples, et nous citons:
Patrice Lumumba, Chris Hanni, Amil-
car Cabral, Yves Volel, Mahatma Karam-
chand Gandhi, Jacques Stephen Alexis,
Martin Luther King Junior, Malcolm X,
etc. Des pays sombrent dans le chaos de
la guerre civil, de la lutte fratricide ali-
ment6e sournoisement par les Etats-Unis,
le Canada, la France, la Russie, la Chine,
l'Angleterre, l'Allemagne, l'Espagne, Is-
rail et les autres... Des enjeux politiques
et 6conomiques internationaux obscurs
maintiennent allum6s les foyers des hostili-
t6s qui bouleversent et d6stabilisent la paix
mondiale. Irak, Palestine, Rwanda, Haiti,
Afghanistan, Darfour, Somalie, Colombie,
Salvador, R6publique du Congo, Tch6tch6-
nie, Iran, Pakistan, Corde du Sud, Corde du
Nord, Timor Oriental - et on pourrait in-
finiment allonger la liste - constituent des
cas d'espece. Pas longtemps de cela, le Ke-
nya, jusque 1l 6pargnd, s'est enflamm6 lui
aussi. Malgri l'existence de cette pseudo
coalition mondiale pour << la paix, lajustice
et le d6veloppement >, l'ex-dirigeant de
l'ANC, Nelson Mandela a pass le tiers de
sa vie dans une prison de l'Afrique du Sud
pour avoir d6nonc6 et combattu le system
politique de l'Apartheid.
JeanZieglera expliqu6 dans << LES
NOUVEAUX MAITRES DU MONDE et
ceux qui leur risistent > que plus de deux
milliards d'individus vivent dans ce que
le Programme des Nations Unies pour
le D6veloppement (PNUD) appelle la <
misere absolue >. Alors que l'ensemble
de la production agricole de la terre qui
compete environ 6 milliards d'habitants
pourrait facilement en nourrir les doubles,
soit 12 milliards d'6tres humans. < 100
mille personnel sur la planted meurent de
faim tous les jours. >>


Melole at.




Sur 10.3 fmI


L'Organisation des Nations Unies
Pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO)
est-elle parvenue a enrayer la disette et la
famine en Ethiopie qui se retrouve jusqu'a
present enterr6e sous le sable 6pais de
graves p6nuries alimentaires et de s6vdres
privations? L'6pid6mie du sida opere des
ravages dans les pays marginalis6s. Les
malades, humilids dans leurs conditions de
pauvret6 extreme, n'ont pas accds aux md-
dicaments qui leur permettraient de vivre
plus longtemps. Des prostitutes africaines,
en change de quelques mis6rables dollars,
ont accept de servir de cobaye aux phar-
macologistes occidentaux - uniquement
motives par l'appit du gain - qui se livrent
a une guerre de rivalit6 sans merci pour ar-
racher le brevet d'un < vaccin miracle >
centre le VIH. Les m6dicaments, au stade
experimental, n'ayant pas produit les effects
escomptds, ces malheureuses se retrouvent
aujourd'hui contamindes pour de bon, aban-
donndes cruellement, sans avoir les moyens
de poursuivre les << mafiosi en sarrau>> qui
prostituent la science dans des laboratoires
m6dicaux luxueux, finances par des chefs
d'entreprises multinationales sans 6thique.
Les Nations Unies ont-elles pens6 sdrieuse-
ment a d6f6rer ces cas a la Haye, par-devant
le Tribunal P6nal International (TPI) pour
que les torts et les dommages causes aux
pauvres victims et a leurs families soient
rdpards et compens6s 6quitablement?
Nous dirions, en nous servant des
mots d'Albert Jacquard, mais a notre facon
: l'important, ce n'est pas d'exister, c'est
de le prouver. La mission pour laquelle
l'Organisation des Nations Unies a &te fon-
d6e n'est pas remplie. Des foyers de conflicts
arms consument petit a petit la planete. Le
sang coule en Afrique, au Proche-Orient, en
Amdrique Latine, en Haiti, etc. Les virus de
la misere, r6sultat d'une politique abusive
d'accaparement des richesses mondiales
par les Etats du G8, se multiplient dans les
zones p6riph6riques. Le constat de l'6chec
est palpable. Irr6cusable.
Quelqu'un a ddji 6crit: < est la science du malheur des homess>
(Queneau, Raymond, Une histoire module,
Gallimard 1979, p. 9).
Aujourd'hui, les carts sociaux
entire les Haitiens d6crivent une course
exponentielle qui rencontre presque les nu-
ages. La presence des Nations Unies dans
les pays d6pendants sert le plus souvent
de couverture pour masquer les operations
de << vol autoris >> des resources naturel-
les locales pratiqudes par les Etats-Unis, la
France, le Canada, Le Japon, l'Angleterre,
La Russie, l'Italie, l'Espagne, la Chine... et
qui sont a la base de leur d6veloppement
6conomique et social. La soci&td Ste Gen-
evieve du Canada a requ depuis f6vrier
1997 l'aval et la b6n6diction du president
Rend Garcia Pr6val pour exploiter des gise-
ments d'or et de cuivre d6couverts a Trou
du Nord et Terrier Rouge, pr6cis6ment
aux endroits d6nomm6s Douvray, Blon-
din et Faille. Le gisement d'or de Faille,
de l'avis des experts, a lui seul, est deux
fois plus important que celui du Canada
entier. L'exploitation, qui est d6ji en course,
s'6talerait sur une p6riode minimal de
25 ans. L'indice, peut-6tre, de la dur6e de
l'occupation 6trangere nous a &te fourni!
Les Nations Unies, c'est le << che-
val de Troie > qui permet aux grandes puis-
sances imp6rialistes, d6tentrices ill6gales
de plus de 80% des richesses produites
dans le monde, de p6n6trer dans les pays
du Sud et de les ruiner...

Robert Lodimus


Les ambassadeurs pour une verification des r6sultats de la
pr6sidentielle
(AFP) - PORT-AU-PRINCE - Les ambassadeurs accr6dit6s en Haiti ont demand
dimanche aux candidates a la pr6sidentielle du 28 novembre de recourir a "tous les
moyens 16gaux" pour r6soudre la crise nde de la contestation des r6sultats et se sont
prononc6s en faveur de leur verification.
"La communaut6 international encourage le recours a tous les moyens l1gaux pour
engager une procedure 6lectorale credible afin de garantir que les r6sultats d6finitifs
refletent pleinement la volont6 des 6lecteurs haitiens", affirment les ambassadeurs dans
un communique conjoint.
Le communique est public a la veille d'une reunion portant sur la formation d'une com-
mission sp6ciale de verification des r6sultats, propose par le Conseil electoral provi-
soire (CEP), et les ambassadeurs "invitent tous les acteurs concerns a prendre part au
processus menant a l'6tablissement de la commission".
La communaut6 international "exhorte tous les candidates" a demanderr a leurs parti-
sans de s'abstenir de recourir a la violence", indique 6galement le communique signed
par les ambassadeurs du Br6sil, d'Espagne, des Etats-Unis, de France, de l'Organisation
des Etats amdricains (OEA) et de l'Union europ6enne.
Dans leur communique, les ambassadeurs demandent 6galement aux dirigeants du
pays de crder un environnement stir qui permette l'acheminement de l'aide humanitaire
aux milliers de personnel dans le besoin dans un pays exsangue apres le s6isme du 12
janvier qui a fait 250.000 morts et qui se d6bat avec une 6pid6mie de cholera qui a tu6
2.193 personnel depuis la mi-octobre.

Haiti au coeur des discussions entire Clinton, Cannon et Espi-
noza
(La Presse) La situation post-6lectorale instable a Haiti devrait dominer l'ordre dujour
d'une rencontre des ministries des Affaires 6trangeres de l'Amdrique du Nord qui se
tiendra lundi a Wakefield, au Quebec.
Le ministry Lawrence Cannon pr6sidera une tres court rencontre avec ses homologues
Hillary Clinton et Patricia Espinosa, respectivement a la tate des diplomaties amdri-
caine et mexicaine.
>, a indiqu6 une
source gouvernementale bien au fait des enjeux derriere la rencontre de lundi.
< beaucoup de preuves que les sommes ne se rendent pas a bon port parce que plusieurs
personnel vivent encore sous des tentes.>
Le ministry canadien des Affaires 6trangeres a communique avec le president haitien
Rend Pr6val et le premier ministry Jean-Max Bellerive vendredi, afin de r6it6rer les
inqui6tudes du Canada quant a l'instabilit6 et a plaid en faveur d'un d6pouillage judi-
ciaire rapide des bulletins, selon cette meme source.

Un s6nateur am6ricain veut suspendre les aides a Haiti a dB-
faut d'l6ections libres
WASHINGTON - Le patron de la puissante commissionjudiciaire du S6nat ameri-
cain a demand vendredi le gel des aides am6ricaines pour Haiti et un moratoire sur
l'attribution de visas aux responsables haitiens, a d6faut d'obtenir la garantie d'l6ections
d6mocratiques en Haiti.
"Comme si Haiti ne faisait pas face a suffisamment de problkmes, maintenant, une
fois encore, ceux qui sont au pouvoir essayent de corrompre la volont6 du people", a
d6clard dans un communique le d6mocrate Patrick Leahy, le chef de la commission
judiciaire du Senat.
"Les Etats-Unis se doivent de venir en soutien au droit des Haitiens a choisir leurs l6us
librement etjustement", a-t-il poursuivi.
"En suspendant les aides directed verses au gouvernement et les visas attribuds aux
responsables les plus important et aux membres de leur famille directed, les Etats-Unis
enverraient ce message", a-t-il dit.

Le Canada propose d'aider au recomptage des votes
(AFP) - MONTREAL - Le Canada a offert de prendre part a un recomptage des
votes du premier tour de la pr6sidentielle haitienne qui serait mend par un comit6
international mixte, a indiqu6 dimanche le chef de la diplomatic canadienne Lawrence
Cannon.
"Il y a l'opportunit6 de mettre en place un comit6 international mixte pour supervisor le
recomptage des votes", a expliqu6 Lawrence Cannon, interrog6 sur la chaine de t6l1vi-
sion canadienne CTV
"Le Canada a offert sa cooperation et nous attendons des informations suppl6mentai-
res", a-t-il poursuivi.
Le ministry des Affaires 6trangeres canadien a aussi indiqu6 avoir discut6 vendredi
avec le president Rend Pr6val et son Premier ministry Jean-Max Bellerive des prdoc-
cupations canadiennes sur des "irr6gularites" qui ont eu lieu durant le scrutiny, et M.
Cannon les a encouragess a prendre les dispositions n6cessaires pour y rem6dier".
"Etj'ai eu l'assurance que cela sera fait", a pr6cis6 le ministry.
Selon Lawrence Cannon, il ne sera pas demand au Canada d'envoyer de nouvelles
troupes pour prendre part a la force de stabilisation de 1'ONU.
"Nous contribuons a cet effort avec plus de 100 personnel et nous sommes actifs dans
ce pays. Nous continuous ce que nous devons fair en terme de capacity de reconstruc-
tion avec les institutions (...) mais je doute qu'il y aura d'autres demandss, a indiqu6 le
ministry Cannon, pr6cisant aujournaliste de CTV, "au moment oni nous nous parlons,
le came a &td restaur6 dans les rues".

Situation toujours tendue en Haiti
La situation n'est pas tout a fait revenue a la normal, mais les commerce ont ouvert,
meme si les portes d'entrees ne sont que entrouvertes et pr6tes a tre refermnes a
n'importe quelle alerte. Les stations d'essence fonctionnent et les voitures peuvent de
nouveau circuler.
Mais chacun reste sur ses gardes et pret a se mettre a covert a tout moment. En atten-
dant, les propri6taires de certaines entreprises sont ruindes, leur magasin ayant &te pill6.
D'autres ont &te plus chanceux ayant eu seulement leurs vitrines cass6es, sans que la
foule ne soit rentrde a l'int6rieur pour tout mettre a sac. Il n'y a vraiment pas moyen de
faire des affaires lorsque l'Etat est incapable de prot6ger le secteur des affaires.

Les membres du Conseil de s6curit6 de I'ONU et la situation
en Haiti
Les membres du Conseil de S6curit6 experiment leur inqui6tude face a la situation en
Haiti. Dans un communique de press, ils appellent toutes les forces politiques a faire
en sorte que les resultats de l'dlection refletent la volonte populaire. Ils tiennent ega-
lement a exprimer leurs preoccupations au sujet des allegations de fraude electorale et
ont affirm leur determination a soutenir la tenue d'elections libres, honnetes et justes.
Ils lancent un appel aux autorites haitiennes et a la MINUSTAH (mission onusienne de
maintien de la paix) pour assurer un environnement came et securitaire. Les membres
du Conseil de security ont entendu un expose du Secretaire general adjoint charge des
(EN BREF / p. 14)


Page 2


- - , - - -I x. . . .. x... ... . . ... . . . . . .. . . . .






L'ACTUALITE EN MARCH


Un economiste value a 10 milliards

de gourdes les pertes a cause des violence


Port-au-Prince, le 11 d6cembre 2010 - (AHP)
- L'6conomiste Eddy Labossiere, president de l'Association
Haitienne des Economistes, estime a plus de 10 milliards de
gourdes les pertes occasionndes cette semaine par les 6meutes
post-6lectorales (1US$= 40 gourdes).
Des milliers de manifestants affirmant 6tre des
partisans du candidate a la pr6sidence Michel Martelly de la
plateforme "Repons peyzan" ont vandalism de nombreux
magasins, d6truits des bureaux de l'Eat et cass6 des v6hicules
dans plusieurs villes du pays, notamment a Port-au-Prince et
aux Cayes (sud) pour r6clamer la victoire de leur candidate
6cart6 au premier tour.
Nous avons une 6conomie avec un chiffre d'affaires
de seulement 4 a 5 millions de gourdes par jour, a fait remar-
quer le professeur Labossiere, appelant les protagonistes de la
crise a un d6passement pour trouver une sortie de crise.
Haiti qui a &td durement frapp6e par le s6isme meur-
trier du 12 janvier dernier, gravement 6prouv6e ensuite par
une saison cyclonique trbs agit6e et une violent 6pid6mie de


cholera, est aujourd'hui a bout de souffle, a insist Eddy La-
bossiere qui attire l'attention des protagonistes sur les risques
qu'encourt le pays de faire face a une intervention 6trangere
plus prononc6e, si la crise n'est pas r6solue.
I1 rappelle que les occupations qu'a connues Haiti
ont g6ndralement fait suite a de graves crises.
L'6conomiste Eddy Labossiere a une nouvelle fois
tire a boulet rouge sur la communaute international qui, dit-
il, n'aurait aucune volont6 de contribuer a une sortie de crise
puisqu'elle ferait elle-meme parties du problem.
Ils sont mdchants de d6penser des millions de dol-
lars pour maintenir une presence 6trangere dans le pays alors
que cette presence n'a pas su apporter une amelioration dans
les conditions de vie des Haitiens, a d6plord M. Labossiere.
La MINUSTAH fait en outre face a de nombreuses
contestations. Et des manifestions sont organisdes a son en-
contre dans de nombreuses regions du pays ou on l'accuse
d'avoir apport6 le cholera en Haiti par le biais de son contin-
gent ndpalais.


Des centaines de jeunes exigent

la victoire de Martelly au ler tour


Agence France Presse, PAP, (11 D6cembre 2010)
Des centaines de jeunes supporters du chanteur populaire
Michel Martelly, candidate a l'6lection pr6sidentielle d'Haiti
arrive en troisieme position au premier tour, ont manifesto


pel au came a ses compatriotes.
< tions, chaque fois que les routes sont bloqudes, c'est le cholera
qui se propage davantage>>, a dit M. Prdval.


Les jeunes partisans de Martelly veulent que la victoire
de leur candidate soitproclamde des le premier tour
(photo Haiti en Marche)
samedi soir dans les rues de Petion-ville, banlieue est de
la capital Port-au-Prince, a constat6 1'AFP.
< dent>>, ont scand6 les manifestants qui dansaient au son
d'une musique populaire dans des rues plong6es dans
l'obscurit6 pour r6clamer la victoire du candidate non
qualifi6 pour un second tour.
Les traditionnels marchands ambulants qui
occupent les trottoirs ainsi que les marches publics se
retiraient pour laisser des rues vides alors que des auto-
mobilistes affolds se d6plaqaient dans toutes les direc-
tions dans une panique g6ndralis6e.
< velle>>, demandait un policies arme au poing en suivant
les manifestants qui allaient forcer les supermarch6s de
Petion-ville a former leurs portes.
< lui que nous avons choisi>, chantait la foule.
< Mme Manigat (Mirlande Manigat, la candidate a la
pr6sidence arrive en tate du premier tour) se retire de
la course parce que cette affaire va se terminer dans un
affrontement entire Martelly et Celestin (Jude Celestin,
le candidate du pouvoir)>>, a averti Junior Mtl6us, de-
termind a d6fendre son vote pour Martelly moyens>.
Profitant d'une rencontre avec des profession-
nels de la sante sur l'Npidemie de cholera, le chef de
l'Ntat sortant Rend Prdval a lanc6 samedi un nouvel ap-


Melodie Matin

Sur




d i odie
103.o 3 f



www. radiomelodiehaiti. corn



I HarftlenMaide 1


"i iii


A ',3 ..'v; ..-" <,. ci 4Je nrs coJns;cderor!
coi-r-e noire plus grade reLusi'e.
c' C 'o Ccri,] i coC LauC v-iU 'QOuiS
;Z::;'d e / !..i..I.,'. te '* .iuillelr 1993.

A 'OCC5ior e. SOr1. 7en-e Anniv~rsoire
IuG U -N A'.'. cdJI es- e e -I'-i S :S'iCefte
ri CrIem e 'emerIs 6 es l'_.s I.'.'.... c i: crs
e' rer', :- . so n.'C rrr ' ]: !'.::"''r'"i'
6 -, ,i-. 'I-; 5'.lrjF lo rnir ,e ServiCe
5 .'.i" '2'. . ..' " m ,1l" er! I1


Mercredi 15 Decembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


Page 3


FLACRISE SOMMAIRE-
L. I.. , !.ii' . .i .1 , .I. nlc aucune porte de sortie p.1
N.-ALN SE
i. . l..1 .lI! ..i.iii! americaine bascule dans l'informel
p.1
ELECTIONS
I L i.' ' ,i .i ,.. - limme bulletin de vote p.1
LE BLOCKAGE
I ii-. i.,,,i . L ..-. llottee d'un nant a un autre p.l
NATIONS UNIES
i,.ic.Ic p'i..lI..C..c et pour quels peuples ? p.2
ACTULALITES
D. n CiIl.;in, .., i eunes exigent la victoire de Martelly au
i ill Ci.ili. n .ini~.i cain preconise des sanctions mais le
i ,.!'.., IC.iLrCil .I i .t estime que c'est trop premature p.2
i . ..i'.-.I.k. . accredits en Haiti pour une revision
des resultats p.2
I 1.ii ,1 .1 I 1!! - contre un nouveau decompte p.10
i i.,,i, .1,.1 , - .! ..I i.,ni sommet diplomatique au Canada p.2
ECONOMIC
i i. .! ici I..le 2 jours de troubles evaluees a 10 milliards de
.. .....L p
Lc anrti-tc- de la Place Saint Pierre ont tout perdu p.8
CHOLERA
i . .- _nL.c IL..,i1 inquietent de l'introduction du variant
i.i.I-., i., ..II ...C ..I.!i, . le continent p.11
SOCIAL L
Camps : le nombre de refugies a baisse p.8
LIBRE PENSER
-i ,. . 2..,! . pii.. p.12
IL ri i! u i I nous ! p.12
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
I .L i L.11, ..lk l'Etatp.13
LETTRES
Eritaj zanset yo nan literati kreyl6 la p.15


I 1 HUNIBANK
FoyonsL riute en"'mb"
"Fkwns routee n ,b/e"


.x~x x I . - l - - I - I v � /- - - - - - - - - - - . - -- - - - -






UNE ANALYSE


Mercredi 15 D~cembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 47


LA CRISE


Chacun pour soi done aucune voie de sortie


(LA CRISE... suite de la lere page)
les rues pour protester centre l'absence de leur candidate a
l'affiche du second tour alignant Mirlande Manigat (31% des
suffrages) et le candidate du pouvoir Jude Celestin (un peu
plus de 22%).
Martelly r6alise environ 21%, s6pard de CWlestin par
a peine 6.000 votes.
Mais des chiffres communiques un peu plus t6t par


de Sarah Palin, la reine du Tea Party, movement a droite de
la droite aux Etats-Unis et qui vient de faire un malheur lors
des elections parlementaires en novembre dernier. Le popu-
lisme a la Sweet Micky pr6senterait certaines affinit6s avec
cette tendance. Et Haiti pourrait devenir la premiere conquete
en politique 6trangere du Tea Party, un nouvel appendice du
parti R6publicain.
On insisted cependant que la visit de Mme Palin a un
zm- lm*mam


A present le deuxieme acteur - qui devrait etre le
premier puisque arrivant en tate pour le second tour (31.37%)
et ayant toujours domind les sondages avec une advance de
plusieurs points, mais qu'une champagne m6diatique aggressive
est arrive a marginaliser depuis la proclamation des r6sultats
du premier tour le mardi 7 d6cembre, c'est Mirlande Manigat,
70 ans, professeure de droit constitutionnel, vice-pr6sidente a
l'Universit6 Quisqueya et licencide en Sorbonne.


.. .
Les casques bleus ontfort afaire pour repousser les manifestants
qui menacent de detruire le siege de I 'institution electorale a Delmas (Reuters)


Incendie du quarter general du parti au pouvoir INITE par les partisans de Martelly
(photo Haiti en Marche)


une organisation d'observateurs nationaux mettaient Michel
Martelly a la second place, bien que ladite organisation (le
CNO ou Conseil national d'observation) pr6cisera un peu plus
tard qu'elle avait communique des 'tendances' relev6es a un
moment du vote du 28 novembre et non des r6sultats.
N'empeche. Les milliers de partisans de Michel
Martelly occupent les rues. Ils accusent le parti au pouvoir
(INITE) de fraudes aux d6pens de leur candidate. Le lende-
main, mercredi 8 d6cembre, ils incendient le QG de INITE
a Port-au-Prince, cela en toute impunity (!), et auraient fait
autant des deux sieges du Conseil electoral provisoire (CEP),
a Delmas et a Petionville (en banlieue de la capitale, n'6tait
la determination des troupes de la Minustah (force onusienne
de maintien de la paix).

'Micky president' et tout de suite ...
Mais d6ji la participation au second tour (fix6e en
principle au 16janvier) n'est plus la principal revendication du
candidat-chanteur. Une nouvelle tape est franchise. Le nouveau
cri de guerre, c'est 'Micky president' et tout de suite. Selon ses
partisans, leur candidate doit 6tre imm6diatement proclam6 le
vainqueur des pr6sidentielles 2010.
Tout le reste pour eux c'est de la magouille pour em-
pecher 'le respect de la volont6 du people' (la nouvelle phrase
passe-partout, vous avez remarqu6). D'autant plus que, par un
bref retoumement de la situation, voici Michel Martelly qui
devient le chouchou des grands m6dias intemationaux et des
grandes chancelleries en lieu et place de Mirlande Manigat qui
b6ndficiaitjusque-la de cet insigne privilege.
Sur ce on announce aussi la visit pendant le week-end


_ "- . _ -
Eiplare your npllans. Hassle fIro shippin. g
for tha holidays.
Morm nI6 All-CargoI bghLim pw , caimnocMrm U. IL,
tIo Cpwbtmn. M'Ip. SOti A Colg Arrw ________
*, arIG. '.. i .4..L.,, nii La
Narlh A . l - : . n
v Oxid. (loo. PmO A Neckr Onllr Y. iOi.*


9 JUr C' g .14o t wic lnh I'cUm CAIi 1 , i,
- I up w i A.u t i nn r - hva .sAM-' vL C & j " C b * .IJ
-A 1� & _ t br1


�j*NW�aiM ^B i UInT@


objectif purement humanitaire.


Le candidate ne dispose d'aucune piece
justificative ...
VoilW done la carte Martelly. Avec une faiblesse : notre
chanteur candidate a &te le premier a demander l'annulation du
scrutiny en plein d6roulement le 28 novembre dernier en accu-
sant l'institution 6lectorale et le parti au pouvoir de 'fraudes
massives, et done a enlever ses mandataires des bureaux de
vote en plein fonctionnement. Les elections se sont poursui-
vies, d'ordre du Conseil electoral. Jusqu'au d6pouillement
des umes.
Consequence: Mi-
chel Martelly, contrairement
aux deux autres comp6titeurs
arrives en tate (Manigat et
C6lestin), est le seul a ne
disposer d'aucune pibce jus-
tificative (les fameux procs
verbaux) pour consolider ses
reclamations.
Aussi seulement re-
connaitre (pardon, imposer)
sa victoire au premier tour
qui viendrait compenser cette
faiblesse. Aussi simple que
cela. D'ou la demonstration
de force massive par ses par-
tisans les mercredi et jeudi 8
et 9 d6cembre.
|___ ^y - '


La champagne de Mme Manigat parait a present quel-
que peu h6sitante. Aux dernibres nouvelles, la candidate refuse
de participer a la Commission sp6ciale initide par l'institution
6lectorale en vue de recompter les r6sultats communiques le
7 d6cembre.
En effet, devant la contestation provoqude par ces
r6sultats, les conseillers 6lectoraux ont propose la formation
d'une commission sp6ciale pour une revision, cela avec la
participation des observateurs nationaux et intemationaux
et des partenaires de la communaut6 international. Et aussi
l'assistance des trois candidates arrives en tate, soit Mirlande
Manigat, Jude Celestin et Michel Martelly.


Les rues interdites a la circulation aussi bien des vWhicules que des pistons (photo Haiti en Marche)


D'ofi peut-6tre aussi
une certain mobilisation
international et diplomati-
que, allant jusqu'h la menace
de sanctions : gel des fonds
f6d6raux americains, annula-
tion de visas des responsables
politiques et des membres de
leur famille.

La champagne
Manigat un peu hesi-
tante ...


La France a annonc6 son soutien a cette demarche.
Par centre, du c6t6 des candidates, seul celui de la
plateforme pr6sidentielle, Jude Celestin, qui y serait favorable.
Michel Martelly n'est pas int6ress6. De fait, come nous avons
vu plus haut, il ne dispose pas des pr6cieux proces verbaux
remis aux mandataires des candidates a la fin du d6pouillement
des urnes le jour du vote, ses mandataires a lui 6tant parties plu-
sieurs heures plus t6t tandis que ses milliers de partisans, pour
la plupart des moins de vingt ans, r6pondant au mot d'ordre
d'annulation des elections lanc6 par leur idole, parcouraient
bon nombre de centres de vote pour les mettre a sac.
Puis vendredi on apprenait que Mirlande Manigat

(LA CRISE / p. 6)


Pat Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUiCE

S116368 NE 2rKnAv. Culting Spulbts
^ Mlami. FL 33160 CAMi PasNriN. Hors D0�uvm
Tel. 30J5-q4-611 f1 f hor am occ


Page 4


lic �:





Mercredi 15 D6cembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * No 47


DE LACTUALITE


(INFORMEL... suite de la l1re page)
Pour commencer, onvoit difficilement les Etats-Unis
d6cider d'arreterune assistance dans la lutte contre l'6pid6mie
de cholera qui fait rage en Haiti (plus de 2.000 morts en un
peu plus d'1 mois) depuis que cette maladie a &td introduite
en Haiti en octobre dernier par un bataillon de casques bleus
ndpalais - c'est a present confirm.
Quant aux officials, ils voyagent avec un passport


ambassades.
A ce qui se raconte, vu aussi la rapidity de leur r6ac-
tion, ainsi que les terms du communique de l'Ambassade
amdricaine, les partenaires strangers ne voulaient surtout pas
de la presence au second tour du candidate du pouvoir, Jude
CWlestin.
Etant donn6 que la candidate Mirlande Manigat a fait
jusqu'a present l'unanimit6 ou presque (num6ro 1 dans tous les


Les grandes ambassades s'y opposent.
A la limited, le pouvoir haitien accepted un second tour
entire Mirlande Manigat et Jude CUlestin.
Le Blancc' refuse.
C'est la crise.

Le 'rouleau compresseur'...
Aussit6t Martelly met en march son 'rouleau com-


^ , ,,

Les casques bleus restent sur leurs gardes apres deuxjours de . .."'i.... ,i ...
devant le sidge principal du conseil electoral a P6tionville (photo Haiti en Marche)


Premiers signes d'un retour a la normal apres deuxjours de violence (photo Haiti en Marche)


diplomatique et bon nombre d'entre eux ont des liens person-
nels avec l'administration americaine, comme en t6moignent
les rdv6lations de WikiLeaks.

Sur quoi se base la menace de sanctions ?

D'un autre c6te, le D6partement d'Etat relive son
niveau d'alerte concemant les voyages de citoyens amdricains
en Haiti. Or d'une part ce sont les partisans d'un candidate avec
lequel les officials amdricains semblent sympathiser (Michel
Martelly, dit Sweet Micky) qui ont jet6 la pagaille ces jours
derniers pour protester centre l'6viction de leur candidate du
second tour des pr6sidentielles par le Conseil electoral provi-
soire (CEP).
D'autre part, la s6curite des strangers est-elle plus
menace aujourd'hui en Haiti que les mois pr6c6dents quand
des enlkvements avaient encore lieu, alors que aujourd'hui il
n'en est plus question - meme si cela peut rebondir a cause
meme de l'instabilit6 actuelle ?
D'autre part les forces de l'ordre ont entrepris depuis
vendredi de normaliser la situation. Aussi bien a la capital,
don't les principles avenues, occupies pendant deuxjours par
les manifestants, ont &te nettoydes et s6curis6es que dans une
ville comme les Cayes (Sud du pays) oni les 6v6nements de la
semaine dernire ont fait 3 morts. Des 6quipes des forces sp&-
ciales de la Police national ont &te h6liportees sur les lieux.
On sent une volonte de reprendre le contr6le au niveau
s6curite publique. Ensuite on verra !
Par consequent, sur quoi se base la menace de sanc-
tions par les Etats-Unis ?

Une politique incoh6rente ...
Puisqu'il ne s'agit pas de s6curit6, alors la motiva-
tion du gouvemement amdricain est d'ordre politique. Mais
la politique en Haiti aujourd'hui est tout ce qu'il y a de plus
incoherent.
Le soir meme de la proclamation des r6sultats du 1"r
tour de la pr6sidentielle, le mardi 7 d6cembre, l'Ambassade
des Etats-Unis en Haiti 6mettait un communique les d6clarant
'incorrects' et non conformes a 'la volonte que le people haitien
a exprimee dans son vote.'
Les elections haitiennes ont b6ndficid de 22 millions
de dollars de la part des bailleurs intemationaux, don't plus de
2 millions offers par les Etats-Unis.
Selon la rumeur, les r6sultats communiques dans
la soiree du mardi 7 d6cembre par le Conseil electoral pro-
visoire (CEP) avaient donn6 lieu a d'intenses n6gociations
pendant toute lajourne entire les gouvemants haitiens, don't
le president Rend Prdval, et les chefs de mission des grandes


sondages commandit6s par le Forum 6conomique des affaires,
une organisation proche de l'USAID).

L'Upreuve de force ...
Cependant le parti au pouvoir (et son chef le president
Prdval) ne l'entend pas ainsi. I1 exige que le nom de son candi-
dat soit maintenu pour le second tour. Celui du chanteur Michel
Martelly, dit Sweet Micky, est rel6gu6 en 3e position.
Le communique de l'Ambassade amdricaine relive
que ces r6sultats 'ne correspondent pas avec ceux publiCs par
le CNO' (Conseil national d'observation 6lectorale) qui, dans
ses estimations au course de lajourne 6lectorale, avaient plac6
en tate Mirlande Manigat et Michel Martelly.
Estimations dudit CNO qui ont aussit6t t& r6percu-
tees a la une des m6dias du monde entier. Done l'6preuve de
force precdde la soiree du 7 d6cembre. Le communique de
l'Ambassade am6ricaine aussi, selon certaines sources. Certai-
nes agencies de press n'ayant pas respect l'embargo ...
Outre les menaces de sanctions qui 6taient d6ji agit6es
alors meme que se d6roulaient ces difficiles n6gociations.
Mais le pouvoir de Port-au-Prince n'a pas bronch6.

Le neud gordien ...
La difficult, le nceud gordien consiste en l'existence
d'un certain nombre de proces verbaux au b6ndfice du candidate
du pouvoir qui, si on les comptabilise, donnerait a celui-ci
jusqu'a 52% du vote, done plus que la majority pour 6tre lu
au premier tour (50% plus 1 voix).
Ces procds verbaux sont contests par les autres candi-
dats, bien stir, mais 6galement par Washington et probablement
aussi par l'Union europ6enne.
Le problkme est de fournir la preuve de leur invalidit6
car ils paraitraient tout a fait authentiques.
C'est quoi les procds verbaux ? Ce sont des docu-
ments dresses a la fin de la journe 6lectorale et sur la base
du d6pouillement des umes, dans chaque bureau de vote et
en presence des mandataires des parties politiques concerns
auxquels il est remis une copie.
Les proces verbaux don't se r6clame le candidate du
pouvoir sont accuses par les opposants d'etre des faux.
Mais on rappelle que les mandataires des autres can-
didats a la pr6sidence, en tout cas un certain nombre de ces
mandataires, avaient d6sert6 leur poste apres avoir entendu
leurs candidates - don't Mirlande Manigat et Michel Martelly
(meme si ces deniers vont changer d'avis le lendemain sur la
base de nouvelles informations obtenues) - r6clamer l'annu-
lation du scrutiny pour 'fraudes massives.
Le president Prdval entend que les proces verbaux
favorables a son dauphin soient 6galement pris en compete.


presseur'. Celui-ci occupe la capital pendant deux journes
cons6cutives fermant les 6coles, bureaux publics et priv6s,
stations service, supermarch6s et marches publics, l'adroport
international etc, pendant que les residents apeurds s'enferment
chez eux.
Et vendredi alors que les autorit6s commencent a
reprendre le contr6le, l'Ambassade amdricaine public une note
de press en trois langues (frangais, crdole et anglais) annoncant
les sanctions prdconisdes par le s6nateur Leahy.

Second tour ou pas ? ...
Cependant ou est le dossier, quel est le corps du
d6lit, mais surtout comment Washington voit-il la sortie de
cette crise ?
Le Conseil electoral provisoire (CEP) a prolong la
(INFORMEL/ p. 10)


C, NT C T L; 3
ITCLR.. FREE. i- 5-3 3-25 8
COR. 30 5 -320 C-,300a
FA.\ 30c5-&20 -332
CELL. 305-3a-8a11


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


Nomr
Adre


aSO


I C(U 4IO- b Sx oi


Etats Unis
Canada
Europe
Amrriqcue Latin.


SI( ftIpui AJ l


Gdes 280.00
US S 40.00
SUS S 42.00
US S 70.00
US S 70.00


Gdes 520.00
US $ 7B.O0
US $ ao.00
US $ 135.00
-U S 135.00


Dw I* d'un abowwamnt
avec Ilvrailon, Il coOt eat Is double.
Prike do spcifler l vous toe
un nouvd l ambnn6
ou s'II W'agit d'un renouvellnment


Nouveu


Renouvellement
[2 ]


Page 5


FII BNEET AT NMRH


Haiti-Elections: quand la diplomatic americaine


bascule dans l'informel






CRISE ELECTORAL


Mercredi 15 D cembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


SWEET MICKY: Le portable comme bulletin de vote


(PORTABLE... suite de la l1re page)
Sa champagne aux pr6sidentielles en course a &te mende
par cette voie en priority.
C'est ainsi que le plus humble citoyen de la ville
comme de la champagne a appris que Sweet Micky se pr6sente
A la premiere place afin d'apporter le progres et un peu de bien
6tre aux classes les plus d6favoris6es. Son slogan bien entendu
c'est: le changement. Et pour ceux qui s'en 6tonnent, quel
nom plus symbolique en effet pour un tel parti que 'Repons


leur candidate. En tout cas, l'impression est parfaite.

Tout le monde pris par surprise ...
Une revolution total en matitre lectorale. Aussi
bien en Haiti qu'ailleurs.
Aussi bien pour d6truire la reputation de son adver-
saire et le diaboliser. L'identification au cholera des 5 feuilles
constituent le logo du parti pr6sidentiel vient probablement de
1I. Alors que cet adversaire continue, sans rien savoir, A utiliser






I: h m f }'St',
-Y-
,. .'t' .- > *


Manigat.
R6ponse : les mots d'ordre atterrissent instantandment
sur les portables. Du moins nous le prisumons. Les chefs de
file peuvent se trouver A l'autre bout du pays ou mnme (et
probablement) A l'6tranger.
Manipulation ? Oui. Mais non pas de l'dlecteur car
chacun a le droit de choisir son candidate et le candidate de con-
vaincre son 6lecteur du bien fond& de son programme. Mais
manipulation du pays tout entier qui se trouve soumis au bon


Les millers defans du chanteur converts en paisans du candidate (photo Hai en archer)
Les milliers defans du chanteur converts en partisans du candidate (photo Haiti en Mlarche)


Une . .....i ,. a., enfaveurde Jean-BertrandAristide
quelques mois avant sa chute brutale en fvrier 2004


Peyizan'.
Pendant les d6bats 6lectoraux, le candidate ne joue
pas seulement A se distance des fonctionnaires et des elites,
consid6rds traditionnellement comme loin des masses, mais
il se declare 6galement anti-intellectuel, anti-dipl6mes. Tout
cela A dessein ...

Directement et individuellement ...
Un nouveau populisme est nd, qui n'a pas pour arme la
machette du tonton macoute de Duvalier, ni le fanatisme aveu-
gle A la Titid, mais tout simplement le t6l1phone portable.
Il suffit d'avoir un r6seau local qui se met A votre
disposition. Le centre de diffusion des messages du leader
peut se trouver A n'importe quel endroit de la terre. Et le tour
estjoud.
A present est-ce que les entreprises en question ont
une licence leur autorisant ce genre d'activit6s ?
Question insignifiante dans un pays comme Haiti on
l'autorit6 publique n'existe meme pas de nom.
Non seulement les slogans de champagne ont pu at-
teindre directement et individuellement leur destinataire, mais
grice A toute la technologies des voice over et messages oraux, le
jeune habitant des bidonvilles et le petit paysan du pays profound
ont pu s'entretenir, de personnel A personnel, en tete A tete, avec


les memes m6thodes traditionnelles. D6pensant une fortune en
affiches g6antes et en champagne audio-visuelle.
VoilA comment le movement en faveur de Michel
Martelly a pu prendre tout le monde par surprise.
C'est de bonne guerre. Il suffisait d'y penser. Que les
memes m6thodes pour faire la promotion du nouveau Black
Berry ou pour sensibiliserle pays dans la lutte centre l'6pid6mie
de cholera peuvent de la meme faqon 6tre utilis6es pour prendre
le pouvoir dans un pays on le pouvoir est facilement A prendre
parce que aucune regle n'existe, rien ne s'y oppose que l'avidit6
de ceux qui recherchent 6galement le pouvoir.

Manipulation ? Oui mais ...
Tout comme lorsque les manifestations de la semaine
dernire ont commence prendre une tournure grave, on s'est
interrog6 : mais ot sont les meneurs ?
Comment tant de petitsjeunes ont-ils pu se rassembler
en un clin d'ceil pour occuper les rues de la capital et tous les
points strat6giques (P6tionville, Delmas etc) dans les minutes
memes qui ont suivi, dans la soirde du mardi 7 d6cembre, la
proclamation des r6sultats du 1er tour rel6guant leur candidate
en troisieme position, done lui interdisant le second tour alors
que l'ennemi jurd, le candidate du president Rend Prdval,
Jude CUlestin, y trouve accds aupres de la favorite Mirlande


vouloir de forces que personnel ne maitrise sauf ceux qui les
mettent en march et les monitorent par t6l1commande. Les
manifestations ont dur6 deux jours entiers et trois nuits et laiss6
le pays dans un 6tat d'anxi&te parce que cela peut repartir A tout
moment. Les partisans de Sweet Micky sont chauff6s A bloc.
Des rumeurs 6clatent mais qui ne sont pas des rumeurs mais
plut6t des informations soigneusement distill6es pour produire
des effects bien 6tudids.
Par example, samedi soir, lorsque le bruit a couru
qu'une manifestation de plusieurs milliers de personnel ar-
rivait sur PNtionville forqant A la fermeture avant l'heure des
supermarch6s et restaurants.
Ou encore, communique6, communique : Micky a
remport6 le premier tour par 76% des voix.'

Haiti cobaye ...
Un dernier mot. Haiti encore une fois est peut-6tre
en train de servir de cobaye. Cette meme forme de 'd6sta-
bilisation', car c'en est bien une mais avec le progres et la
d6mocratie comme themes - d'oti son succds aupres des plus
humbles, peut servir unjour A plus grande 6chelle. On pense
A des pays comme la Chine, qui sont encore plus renferm6s
sur eux-memes.
Miami, 12 decembre 2010


Chacun pour soi done aucune voie de sortie


(LA CRISE... suite de la lre page)

a elle aussi d6cid6 de se distance de la proposition de Com-
mission mixte.

Ne jamais remettre en cause les acquis

La carte Manigat demeure : n'est-elle pas en tte pour
le second tour, avec une advance de pres de 10 points, et en
droite ligne avec les sondages (BRIDES) qui lui ont toujours
6te favorables !
Encore une fois la strat6gie de la candidate du RDNP
(Rassemblement des nationaux progressistes, movement de
centre droit) demeure prudence, prudence ! Nejamais remettre
en cause les acquis.
Or l'argument principal du troisieme larron, le
candidate du pouvoir, Jude CUlestin, se base justement sur les
procds verbaux.

INITE persiste et signe ...
Le coordonnateur de la plate-forme pr6sidentielle,
le s6nateur Joseph Lambert, dans une nouvelle declaration
radiophonique, persiste et signe : le candidate A la pr6sidence
de INITE totalise 52% des suffrages. Done plus que la ma-
jorit6 absolue pour 6tre d6clard 6lu au premier tour. Et que
(contrairement A Michel Martelly) les procds verbaux en leur
possession le confirment.
D'oti automatiquement la reserve de Mme Mani-
gat vis A vis de la Commission mixte. En meme temps que,
deuxieme tape, elle announce aussi avoir r6alis6 un score plus


important que les 31% que lui concedent les r6sultats du 1er
tour. Mais elle-meme n'a pas avanc6 de chiffre pr6cis.

Les 12 Ap6tres ...
VoilA done les positions des trois favors. Chacun
campe sur sa position.
Mais ils 6taient au depart 19 candidates A la pr6sidence,
don't deux au moins ont fait defection en chemin.
Ce sont les autres qui forment ce qu'on appelle
aujourd'hui le group des 12. Comme les 12 Ap6tres, disent-
ils eux-memes.
Que veulent les 12 ? Ils r6clament l'annulation des
elections du 28 novembre. La formation d'un nouveau conseil
electoral - qui ne soit pas inf6od6 au pouvoir - pour la r6alisation
de nouvelles elections.
La date constitutionnelle pour l'investiture du nou-
veau chef de l'Etat est le 7 f6vrier 2011.
On pourrait croire que toutes les difficulties d6crites
plus haut pour arriver A faire accepter les r6sultats du premier
tourjouent en faveur de la position du group des 12.
Sauf que les elections cofitent cher. Le budget de
celles du 28 novembre dernier s'&lve A 29 millions de dol-
lars am6ricains, don't 20 millions fournis par la communaut6
international.
Il est done tout A fait just que celle-ci ait aussi sa
carte. Laquelle ? Apparemment ce n'est pas le dauphin du
president Rend Prdval, Jude Cl6estin.

Mais que veulent exactement les Etats-
Unis ? ...


Jusqu'A ne pas appuyer la strat6gie d'un second tour
avec pour tetes d'affiche Mirlande Manigat et Jude Cdlestin.
Jusqu'A agiter la menace des sanctions. Le s6nateur
Patrick Leahy (D6mocrate du Vermont) demand de geler les
fonds f6d6raux et d'annuler les visas des officials haitiens et des
membres de leur famille si les measures n6cessaires ne sont pas
prises pour 'respecter la volont6 du people.' En meme temps
que le D6partement d'Etat remet en place son avis d6courageant
les 'voyages non essentiels' en Haiti.
Mais que veulent exactement les Etats-Unis ? Est-
ce un second tour Mirlande Manigat - Michel Martelly ? Et
A quelle autre surprise devrait-on s'attendre vu la rapidity
aggressive de leur reaction apris la proclamation des r6sultats
du premier tour compare A leur silence presque total devant
les tumultes qui ont ferm6 la capital pendant presque une
semaine entire et les exactions commises, don't l'incendie du
siege d'un parti politique rival. Aucun commentaire sinon des
menaces de sanctions. Est-ce que Washington est en train de
verser de l'huile sur le feu ? Dans ce cas, A quelles fins ?

Preval ne veut pas non plus lecher le
morceau ...
Evidemment le pouvoir haitien a aussi sa carte. Le
president Prdval aurait pu inviter tous les candidates pour recher-
cher ensemble une solution afin d'dviter A la nation d'autres
d6boires plus qu'dvidents. Tout cela sur fond d'6pid6mie de
cholera : plus de 2.000 morts en un mois.
Mais le president lui aussi ne liche pas sa carte.

Haiti en Marche, 11 Decembre 2010


Page 6





Mercredi 15 Dcembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


RISE ELECTORAL


Une jeunesse ballott&e tous les 5 ans d'un neant a un autre


(NEANT... suite de la lre page)
perdue et abuse. Par le fait meme que les responsables n'ont
rien A leur dire, qu'ils ne sont pas en measure d'entendre leur
appel, que ceux-ci sont complktement d6pass6s.
Comme l'6tait la dictature agonisante de Baby Doc
la veille de 1986.
Comme le sont les dirigeants haitiens tous les dix
ans face au meme problkme de l'impossibilit6 d'entendre le
meme appel venu de la base, appel auquel ils r6pondent par la
meme surdit6 et absurdity. Les gens ont faim,
ils n'ont pas de toit, ils n'ont aucun espoir, ils
n'ont rien. On leur r6pond : allez aux elections.
Ensuite rentrez chez vous ! J-
Ils se sont rdvoltds centre ce mur , -
sourd et aveugle il y a 20 ans, en 1990, sous
les couleurs port6es par unjeune cur6 des bi- ,
donvilles nomm6 Jean Bertrand Aristide.
On ne pouvait aller plus loin dans le
refus de l'ordre 6tabli bi-centenaire.
Aristide c'6tait presque la gauche
de la gauche. 'Capitalisme se peche m6tdl',
enseignait-il.
Echec!
Ils (ou leurs fils) remettent qa pour
Rend Pr6val il y a 5 ans, en f6vrier 2006.
Aujourd'hui ils se retrouvent 6galement
ddqus.
Le 'h6ros du petit people' iL

Comme ceux de 2006, les manifes-
tants de ce mercredi n'ont touch presque a
ren vu leur 6tat de d6nuement total (aucun des ..'
grands magasins de PNtionville 6ventr6 apres
le passage de cette furie), sauf l'unique objet
de leur ressentiment : les affiches du candidate
de la plateforme pr6sidentielle r6duites en Les manifesto
miettes et le siege politique de cette dernire
incendid.
Les voici done (ou peut-6tre leurs petits fils
aujourd'hui) qui refont encore le meme geste, le meme peleri-
nage, en faveur d'un nouvel h6ros (unjournal europ6en n'a-t-il
pas baptism Sweet Micky, le 'h6ros du petit people'), en faveur
d'un chanteur populaire et don't ils ne s'aperqoivent meme pas
que son discours est tout A fait A l'oppos6, aux antipodes de
celui du 'PN Titid' de 1986.
Et done voilh, nous avons fait tout le tour. Pour nous


retrouver au meme point qu'avant 1986. A crier 'vive Duva-
lier'. Par personnel interpose.

Partie de poker menteur ...
Evidemment les 'h6ros' d'aujourd'hui ne trouveront
pas plus la r6ponse que ceux d'hier.
Le petit people continue A turner en rond. Toujours
la mis&re, le ch6mage, l'horizon totalement bouch6. Avec en
sus un pays d6truit par le s6isme et don't la reconstruction est


- I- 1 I -L '


nts ne montrent aucune animositM envers la Police national (photo Hal,

renvoyde aux calendes grecques. Personne ne va croire que
elections est synonyme de reconstruction, come nos respon-
sables d'aujourd'hui et de demain, et leurs amis intemationaux,
voudraient nous faire croire.


Car le problkme n'est pas cette parties de poker men-
teur oni des personnages tout A fait identiques les uns aux autres
passent leur temps, et gaspillent le n6tre, A se jouer des sales
tours, mais pour finir tous autour de la meme table. Comme dit
la chanson, 'et que l'an fini nous soyons tous r6unis.'
Le problkme est politique mais intrinsequement.
R6volutionnairement. Chaque dix ans (et aujourd'hui avant
meme ce ddlai) une nouvelle g6ndration gagne les rues pour
r6clamer que le pays bouge un peu de ces memes bases md-
di6vales qui font obstacle au changement. A
tout changement.

La surditW remplagant le
cocomacaque ...
Mais les pouvoirs 6tablis se r6vdlent
incapables du moindre effort et finalement se
r6vdlent meme incapables d'entendre. La sur-
dit6 remplacant le cocomacaque de Duvalier
et des gouvemements militaires.
Comme disait l'autre 6voquant la
Bible, le chien retoume A son vomi. Michel
SMartelly a fait ouvertement l'apologie du rd-
Sgime Duvalier lors d'une conference de press.
Et pourtant cette jeunesse ne jure que par lui.
Elle a grand dans un pays pas seulement sans
'lavi', mais aussi sans m6moire, sans m6moire
S de Fort Dimanche-Fort La mort, sans m6moire
du massacre electoral du 29 novembre 1987,
rien que le n6ant.
Nous n'allons pas raconter d'histoi-
res. Nous pensions que Martelly est lui aussi
un pr6texte pour cettejeunesse pour exprimer
son ras-le-bol.
Mais tant va la cruche A l'eau qu'un
beaujour elle (cette jeunesse) finirapar tomber
dans les bras d'un Pol P6t ou d'un Idi Amine
i enMarche) Dada.

Nos grand amis diront alors comme aujourd'hui: que
pouvons-nous, 'il faut respecter la volont6 du people !'

MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


ADUHI FU CIHAUIRG AEINCY P'tNtamtulptiparud
TIL 70447413M - d aFanC-r-o I P -cmmoif mod
TEL:715.4414 S fK rn-Mom ' Pw^ Jd~ fnrwcihwngeM~cgin a s pw| hu p te uln


Carmel BARRAU M.D. FACP




Servint the South Florida community for over 20 years!


Our Services InICldile:



* EKG
* LiJ:. .


/


* i�Cr.': i x-iicr o; Cnam
* - Ci.. . I �


Lanig a s so en: . . - , . .. .


Come in and meet Dr Barrau today!


1190 NW 95th Street,Suite 401 * Miami


305-836-'Ofic22jldi'
305-836-6221


Page 7


__A


;fli;;f






BILAN DEGATS


Mercredi 15 D~cembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 47


Les artistes peintres de Port-au-Prince ont tout perdu


TI17' T\T'1T ' ' T XT\ 7E' CT)-T AT A T AI l. - - -J


DE NJTVhJ IhN VYJ rSP 3CIAL.
La fiUvre d'hier est retomb6e. Ce jeudi matin,
Port-au-Prince, la capital d'Haiti, a retrouv6
le calme.
Plus d'6meutiers dans les rues. La vie
revient prudemment. Pas d'6coliers, pas beau-
coup de voitures, mais des passants de plus en
plus nombreux alors que l'heure advance. Les
petits marchands des trottoirs qui avaient fui
les violence de la veille sont de retour. On
ne vit peut-tre qu'une simple tr&ve...


Les artistes maudits de Port-au- #" |
Prince
Et puisje suis arrive devant les stands
de peintres. Ou plut6t ce qui en reste.
Place Saint-Pierre, un grand bout de
trottoir leur tient lieu de galerie permanent en
plein air. C'est lB qu'ils r6alisent leurs tableaux,
peintures natives ou abstraites pour l'essentiel,
avec ce sens de la couleur si particulier aux Les artistes et artisans de la Place
artistes de la Caraibe. Et qu'ils les vendent, 6 notre reporter (p

CONCOURS ORGANISE PAR LA BANQUE DE LA REPUBLIQUE
D'HAITI AUTOUR DE LA RECONSTRUCTION
DU CENTRE COMMERCIAL DE PORT-AU-PRINCE

CONCOURSE NAlOl ML FI MUSIOUE[


A :' O
; ws~
1- &0&


Fiche d'lnscription


-Tlk.e da rm, ___
ujrt P*r ___________


Cod
Pifiuom

werr~t-Ma
rr-roe n.


f .E' 1,jj [
I W rar a
S- 'ji o

*1Iaanl&~ 0


-J
Saint Pi
,hoto Ha


I


AFP, 10/12/2010
- Le nombre de r6fugids vi-
vant dans des camps depuis
le seisme du 12janvier, qui a
ddvastd une parties d'Haiti, a
baiss6 d'untiers ces derniers
mois, a annonc6 aujourd'hui
l'Organisation internatio-
nale pour les migrations
(OIM).
"Quelque 500.000
personnel d6plac6es ont
desormais quitt6 les camps",
a expliqu6 une porte-parole
de l'OIM, Jemini Pandya, au
course d'un point de press.
De 1,5 million de
personnel pendant l'6td,
le nombre de d6plac6s est
tomb6 a un million fin no-
vembre, a-t-elle ajout6, ex-
pliquant que la tendance


6tait particulibrement marque dans les localit6s suburbaines,
comme Leogane, Petite Goave, Gressier, Grand Goave ou
encore Jacmel, oni la population des camps a &td divis6e par
deux.
Beaucoup de d6plac6s ont cherch6 des alternatives
aux tentes dans lesquelles ils vivaientjusque-l, en raison des
r6centes pluies diluviennes qui ont rendu ces abris invivables.
Les craintes ndes de la r6cente 6pid6mie de cholera ont 6gale-
ment pouss6 de nombreuses personnel hors des camps, selon
1'OIM.
Environ 100.000 personnel ont pu 6tre relog6es dans
des abris plus confortables, tandis que d'autres sont retournds
dans des maisons consid6rdes comme rdparables, a ajoute
l'organisation dans un communique.
"Nous voyons enfin une lumi&re au bout du tunnel
pour les populations touches par le s6isme", a estim6 le re-
sponsable de la mission de l'OIM en Haiti, Luca Dall'Oglio,
cit6 dans ce communique.
Le s6isme de magnitude 7, qui a frapp6 le 12 janvier
Port-au-Prince et sa region, a fait plus de 250.000 morts tandis
qu'environ 1,9 million d'Haitiens, soit 15% de la population
total du pays, ont &td d6plac6s.


Adrv)


WW ite vcAm"ew


.F~irj~ztmt -J bili 9 a1 -Ul Jf -3 his i


*l C.-< a1, g


M Ft


Nau 41amme .-
spIialb ar dtans... --
Cid oBIn"t^ - -
p ormwa-, -rdult .
~ ,me Pm Fru -
ii~ f ~el ~illegu


POUR VWE RiERVATIOWS E CArOO, APPLE


JU4M-. wI
711415u1


1TI4IHMtl I T1WTMOH
744LI9~ 17114Z*993


Notre nouveau
service de
PICK UP
est disponible


asM14e-7a?7U . DaP4NeU jMsa"Sbf


AMu~u. 01a


menoTX I ImUm~K, I
344~~101 m9a rM1AU


CONCOURS NATIONAL DE MUSIQUE


Dur6e de la musique
Trols minutes maximum
Th6mes a border :
1. Clvlsmet/SviIsm
2. EducationrEdikasyon
3. Propreti/Pw6pte
4. Rves de demaln/R6v pou demon
D6lais de livraison
Los textes ainsi quo I muslque devronvt to
livr&s du 15 octobre au 15 novembre 201
Supports
Enregistrements professionnels sur CD
Texte dactylographi en police d caractlre
(times now roman ou arial) de taIll 12.
Sur lI CD:
* Nom du group.
S de Iartiste ou du manager,
S Numrnos de telephone
* Adriress ltbroniques dae personnel contact.


Primes
Premier Prix
* USD $S5,000.0
. Rdalisation du video-clip de la composition
musical prime
- Enrogirtrament d'un cd des compositions
originaFts et in4mdts do I'artist
Second Prix
* USDS2,500.oo
* Raliisation du video-clp de ta composition
musical prhnme
Troisieme Prix
SUS)S1,250.oo
* Ralisation du video-clip de la composition
musical prim e
Les finalists :
* Participeront au concert tous au concert de
a r*misl do prix
� .. .


Page 8


0
Mlt Ffl
13aF


IIIedo M.. ____._______e

AIaruf turi


PI~4I1
PI


11' ..nt
TyrW


l x x.x.. x... ... . .... . . . . .. . . . .


F- du grBw 9% iP


IN&" d~ql&,v8au-d(- [*,-w


I il"%ann I "turow La qm�


gm


aux tourists, a leurs compatriotes.
w a-,g Le collectif compete 56 artistes pour
S' 'qui la peinture est d'abord un gagne-pain. <
Tout a brnilC. On a perdu environ 3 000
Stableaux. C'est une catastrophe >, me dit
un grand lascar qui, d'abord, veut me parler
- en anglais.
Par terre, des fragments de toiles
noircis, par centaines. Terrible gichis.
Verly, c'est son nom, raconte que le
feu a pris pendant les premieres 6meutes. Un
copain h c6t6 se d6sole : < Tout notre mat&-
riel a bri1il aussi, les pinceaux, la peinture,
les bosses. Et personnel n'a assez d'argent
- pour racheter.
Les voilW ch6meurs. Haiti la dam-
Sn6e ou le sort ne cesse de s'abattre sur les
petits !

Marc M4HUZIER
erre expliquent leurs malheurs
wti en Marche)

Le nombre de refugies a baisse


Livraison Ot InformationS
Ra n q LIP 44- Lk R4-P Libli4l Lj4- d'H.�s't i
Rue du QuAi
Tt'-IvphaFlt-%
29 9R 20 15
29,%B 20 t6
w %vw. pCktd p r 0 rl % 2 0 2 O.h t


[atW


--clc* ~�1~R


vY


nt .


l


. N -"0;ldw--


PtOW.
;0 e0
.\ M..V




Mercredi 15 D6cembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


1 ^^^ "
', f
rt
a-"*
_ -_*- * . >. . ,


Page 9


2',


Im


arr


VC
.'j3�
0O


lb
I


V-.
rearp p p,,,,,,,I


"ly~l*:


\n


"r


... ... ........ w RM . WN
CA I. . M..


g i


~ i


,C�04ep


olll�






FAUX PAS


Mercredi 15 D~cembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 47


Quand la diplomatic americaine bascule dans l'informel


(INFORMEL... suite de la page 5)
p6riode de contestation des risultatsjusqu'au 15 d6cembre (au
lieu du 10 d6cembre).
D'autre part, le CEP a pris l'initiative d'une Commis-
sion mixte pour r6viser les r6sultats communiques le 7 d6cem-
bre, comprenant les conseillers 6lectoraux, les observateurs
nationaux et internationaux et les partenaires intemationaux.
Ainsi que les trois candidates arrives en tate.
Mais Martelly n'a meme pas daign6 y r6pondre. Ses
partisans entendent maintenant qu'il soit Olu au premier tour.
Ni plus ni moins.
Apres avoir mfirement r6fl6chi, Mirlande Manigat
decide elle aussi de ne pas y figure.
Que devient d&s lors le second tour ?
Deux candidates r6clament leur victoire au premier
tour. L'un, Jude CUlestin, dit disposer de preuves. Les fameux
procds verbaux. Mais qui sont rejet6s par ses adversaires ainsi
que par les partenaires intemationaux. Va alors pour un second


tour avec Mirlande Manigat. Mais pas question non plus.
L'autre, Michel Martelly, n'a pas de procds verbaux,
mais d6tient (outre la sympathie de certain dirigeants a
Washington et ailleurs) son 'rouleau' qu'il est pret a lancer
dans les rues au moment ou on s'y attend le moins faisant
trembler les braves residents de la capital et des faubourgs
r6sidentiels.

Blocage et rumeurs ...
Pendant le week-end, la vie a repris. Stations services,
supermarch6s et marches en plein air sont bonds. Mais malgr6
tout, le blocage est total. Etant donn6 que l'avis des grades
capitals est capital !
Que deviennent d&s lors les elections haitiennes de
2010 ?
Un quelconque elu au premier tour, mais lequel ? Une
rumeur a couru samedi soir : Sweet Micky a &t elu avec 76%
des voix ! Rien de moins.


Un second tour, mais avec qui et qui ?
Ou alors on efface tout et on recommence avec un
nouveau budget de 29 millions de dollars dans un pays oi 1.3
million de personnel vivent sous la tente dans une capital
d6truite par un tremblement de terre qui a fait plus de 250.000
morts ?
Et ou sdvit une 6pid6mie de cholera 'import&' qui n'en
a pas moins fait 2.120 morts en quelque 6 semaines ?
II fut un temps oi Washington s'assurait d'avoir un
dossier avant de se lancer dans pareille histoire. Est-ce Haiti
qui aujourd'hui ne vaut pas le derangement ?
Est-ce la peur des rdvelations de WikiLeaks qui
force la diplomatic am6ricaine a se r6fugier elle aussi dans
l'informel ?
Dans ce cas, Haiti est en effet le lieu ideal.

Haiti en Marche, 11 Decembre 2010


Manigat et Martelly contre un nouveau decompte en Haiti


Joseph Guyler Delva, 11 DDcembre 2010
Mirlande Manigat et Michel Martelly, deux des
trois candidates arrives en tate du premier tour de l'6lection
pr6sidentielle en Haiti, ont rejet6 samedi la proposition des
autorit6s 6lectorales de proc6der a un nouveau comptage des
suffrages exprim6s.
La diffusion cette semaine des r6sultats du scrutiny du
28 novembre, a provoqu6 la colkre des partisans de Martelly,
6cart6 du second tour pour moins de 7.000 voix, et suscit6 des
accusations de fraudes 6lectorales en faveur du candidate du
pouvoir, Jude CWlestin.
Pour tenter de mettre fin a la contestation, le conseil
electoral provisoire a propose jeudi un nouveau comptage des
voix confiU a une commission sp6ciale, form6e notamment de
repr6sentants des trois principaux candidates et d'observateurs
strangers.
Mais Mirlande Manigat et Michel Martelly ont an-
nonc6 samedi qu'ils ne participeraient pas a cette commission,
sans pr6c6dent dans l'histoire politique du pays.
"Mme Manigat reste ouverte a toute initiative suscep-
tible de favoriser une solution a la crise, a condition que cette
solution soit transparent et 16gale", explique son 6quipe de
champagne dans un communique.
Michel Martelly a estim6 lui que cette "initiative
surprenante et ill6gale" 6tait "une farce publique" visant a
aboutir au mnme rdsultat - son elimination d&s le premier tour


Mirlande Manigat (AFP)


- sans enqueter sur les accusations de fraudes et de violence
lors de l'dlection.
Le people haitien, a-t-il poursuivi, est victim d'une
conspiration politique. Mais "cette fraude patente et inaccep-
table a &td imm6diatement d6couverte et d6masqu6e par une
population furieuse", a-t-il ajout6.
6.845 VOIX


D'apres les r6sultats provisoires, Mirlande Manigat est
arrive en tate du premier tour avec 31,37% des voix.
Jude CUlestin, don't la candidature 6tait soutenue par
le president sortant Rend Prdval, est cr6dit6 de 22,48%. Avec
21,84%, Michel Martelly, chanteur populaire connu sous le
nom de "Sweet Mickey", est l6imind par 6.845 voix seulement
sur un million de suffrages exprim6s.
Ses partisans, qui affirment que ces r6sultats ont &t6
truquds, ont violemment manifesto dans les rues de Port-au-
Prince.
Les Etats-Unis, l'Union europ6enne et les Nations
unies ont exprim6 pour leur part des doutes sur la fiabilit6 des
r6sultats diffuses par le conseil electoral provisoire, qui ne
cadrent pas avec les projections r6alis6es par les observateurs
du vote.
Les rues de Port-au-Prince 6taient calmes samedi,
et des magasins ont ouvert. Mais depuis mardi, jour de la
diffusion des r6sultats prdliminaires, des milliers de partisans
de Martelly
ont manifesto pour d6noncer l'l6imination de leur
candidate.
Le movement de contestation a fait quatre morts
et paralys6 pendant plusieurs jours Port-au-Prince et d'autres
villes du pays, toujours aux prises avec une 6pid6mie de cholera
et les consequences du tremblement de terre du 12 janvier.


COMMUNIQUE DE PRESS


CPBCMM :#015

Date 11 Dec, 2010
Pour diffusion immediate

RESPONSE AU CONSEIL ELECTORAL PROVI-
SOIRE
Monsieur Gaillot Dorsinvil
President du Conseil electoral provisoire
P6tion-Ville

Monsieur le Pr6sident,

Accusant reception de votre invitation a participer
au recomptage des procds-verbaux des r6sultats du scrutiny du
8 novembre 2010, je m'empresse de vous informer qu'en ma
quality de candidate a la Pr6sidence de mon pays, par respect
pour moi-meme et surtout pour le Peuple haitien, je me vois
contraint de d6cliner cette invitation.
La question que tout un chacun est amend a se poser
en cette circonstance bien malheureuse, est celle-ci: quel est
l'int&r&t et quelle est l'6conomie de cette demarche tout a fait
surprenante et ill6gale du CEP, demarche qui, a n'en point dou-
ter, ne vise qu'a conforter ce dernier dans sa position exprimbe


le mardi 7 d6cembre 2010, qui viole les int6rsts et les droits
de l'immense majority du Peuple haitien, victim expiatoire
d'une veritable machination politique.
La solution a cette farce publique qui a d6ji occa-
sionn6 des pertes regrettables en vies humaines, ne consiste
certainement pas en un recomptage pur et simple des proces-
verbaux en possession du CEP, mais bien en l'annulation
radical des proces-verbaux des centres et/ou bureaux de vote
saccag6s, vandalisds, objet de fraudes massive et scandaleuses
en faveur du candidate du Parti au pouvoir, M. Jude CWlestin, tel
que constat6 par la press tant national qu'intemationale, le
Peuple haitien en son entier et le Centre national d'Observation
6lectorale (CNO) ; ce que ce CEP n'est pas sans ignorer.
Vous vous rappelez, Monsieur le Pr6sident, que bien
nombreux 6taient les citoyens qui, en violation de la Consti-
tution et de la loi 6lectorale, ont &te empech6s d'exercer leurs
droits politiques en raison, d'une part, des voices de fait et autres
menaces exerc6es centre eux et d'autre part, des irr6gularit6s
flagrantes observes dans l'organisation des elections.
Le Centre national d'Observation 6lectorale (CNO),
present le jour des elections dans tous les centres et bureaux
6lectoraux, jusqu'a la fermeture des bureaux de vote, agissant
en toute ind6pendance et sous aucune pression, avait rendu
public les vrais r6sultats, les seuls et unique r6sultats cr6di-


bles des elections pr6sidentielles, a partir des procds-verbaux
non truqu6s.
Il est a se demander par quel moyen, par quel artifice
et suite a quelles pressions politiques gouvemementales ou
autres, ce CEP croupion est parvenu a r6duire a sa portion con-
grue le quantum des voix que j'ai obtenu pour, avec la meme
vitesse, augmenter celui de Jude CWlestin. Cette fraude patente
et inadmissible a &td imm6diatement 6vent6e et d6masqu6e par
une population en fureur.
Les crimes et d6lits centre la Constitution, les crimes
et d6lits relatifs a l'exercice des droits politiques, les attentats a
la liberty sont pr6vus et s6verement punis par la Loi p6nale.
Les membres du Conseil electoral provisoire (CEP)
en aucune faqon, n'auraient du ni valider, ni cautionner ces
actes arbitraires, ill6gaux et scandaleux, engageant leur res-
ponsabilit6 personnelle.
Veuillez agrder, Monsieur le Pr6sident, mes saluta-
tions tres distingu6es que vous aurez l'obligeance d'6tendre
aux autres membres du Conseil electoral provisoire.

Michel J. MARTELLY
Candidat a la Pr6sidence, Repons Peyizan.

Bureau de Presse Campagne Michel J. Martelly


CONSEIL ELECTORAL PROVISOIRE


COMMUNIQUE DE PRESS # 59

* Compte tenu de l'insatisfaction manifeste de mul-
tiples 6lecteurs, des contestations et actes de violence qui
ont suivi la publication des r6sultats prdliminaires des joutes
6lectorles du 28 novembre 2010 ;
* Vu l'obligation du CEP de rendre compete de son
fonctionnement a la population;
* Vu la n6cessite de prendre les dispositions ad6qua-
tes en vue de verifier, dans la transparence, l'authenticit6 des
r6sultats du scrutiny;
* Tenant compete de l'imp6rieux devoir du CEP de
rassurer la population haitienne quant a la cr6dibilit6 du pro-
cessus electoral et de garantir le bon d6roulement de la suite
des operations ;

Le CEP, dans les circonstances particulieres actuelles,
vu l'extr6me urgence, decide d'enclencher imm6diatement une
procedure cdlbre et exceptionnelle de verification au Centre de
Tabulation des Procds Verbaux lies aux Pr6sidentielles de 2010.
Ce mdcanisme concede les trois premiers candidates en lice.


Le processus sera ex6cut6 en presence d'une Com-
mission Mixte compose du CEP, des candidates concerns, des
observateurs nationaux
et intemationaux et des
partenaires de la Com-
munaut6 Internationale.

Dans l'attente
de l'aboutissement de
cette verification, le CEP
invite les candidates con- ."
cernds a se joindre 1, . MI!:P
l'Institution 6lectorale 2 TYa: V tf H,
pour lancer un appel au
calme a la population, L . -
toutenexhortant laPNH ,.. V : :
a s6curiser les vies et les 7 . ... . ..
biens. : .

PNtion-Ville, le . " ." ;I
9 d6cembre 2010 R� : ,r


Page 10


Gaillot Dorsinvil, Pr6sident





Mercredi 15 Dcembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


LES PETITES ANNONCES


Le Manolo Inn
DANS LES N PPES
* in kkluaM d plate
* LhaLnbm mit cmartll *K
air ncarndiuiIu el Sill de
, ei*. dP. mir pr". irit
, per as m Gcr Cbte r
* Lc SIu du Brrill
- Le Polmi de Sidrqu
DtlrAw tf1r i AIn I6
* La Petic Eflie de IPekt
TmmI dmil de d o 17T
wildcc.


ADOMI PURCHASING AGENCY

TeL: 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour tous vos achafs :

Equipements pour construction / Pi&ces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


SANTE / CHOLERA

Le cholera touche tout le
(AFP) - WASHINGTON - Le cholera se rdpand vite apparue a la mi-octobre, selon les dernires estimations.
en Haiti oi tous les d6partements de l'ile sont touches ce qui Le 3 d6cembre, un total de 91.770 cas avaient 6te
montre la n6cessit6 d'efforts urgents pour enrayer l'6pidemie, recens6s dans l'ile et 43.243 malades hospitalis6s. Et la mort
indique un rapport des Centres de contr6le des maladies (CDC) intervient dans certain cas deux heures apres l'apparition de
bas6 aux Etats-Unis. la maladie, souligne le CDC.
Les dix d6partements de l'ile et la capital Port-au- Le cholera s'est rdpandu "partout" en Haiti, a d6clar6
Prince ont fait 6tat de cas confirms de cholera, selon ce rapport lors d'une conference t6l1phonique, Jordan Tappero, directeur
publiC mercredi. de l'Office de reconstruction des syst6mes de sant6 au CDC.
Plus de 2.120 personnel sont mortes de la maladie La R6publique dominicaine voisine a 6galement fait


Ecoutez

Melodie Matin
Avec Marcus


pays
6tat de cas de cholera dans ses deux plus grandes villes, mais
ce pays serait mieux a meme de contr6ler la situation ayant un
meilleur aces a l'eau potable, a expliqu6 Jordan Tappero.
"L'6tendue et le d6veloppement de l'6pid6mie de
cholera, combines au manque d'eau potable et d'infrastruc-
ture sanitaire en Haiti, montre que des measures d'urgence
sont n6cessaires pour enrayer la transmission du cholera et la
mortality", estime le CDC dans son rapport


Les Americains s'inquietent de introduction


du variant sud-asiatique du choler


Le Monde.fr 11.12.10
Depuis plus d'un siecle, Haiti n'avait pas connu le
cholera. Ce pays, l'un des plus pauvres du monde, a &td frapp6
brutalement en octobre et 1 o~i ne l'attendait pas.
Rv616ees parLeMonde le 5 d6cembre, les conclusions
de l'enquete 6pid6miologique conduite sur place en novembre
par le professeur Renaud Piarroux, sp6cialiste du cholera (CHU
de Marseille) envoy par le gouvernement francais, ont point
une origine a l'epid6mie : le camp du bataillon ndpalais de la
Minustah, les Casques bleus en Haiti. Une 6pid6mie, import6e
du N6pal, a touch les soldats de ce contingent. Leurs excrd-
ments, auraient &td d6vers6s "en quantities phinomrnales" par
un sous-traitant haitien dans le fleuve Artibonite, contaminant
l'eau utilis6e par la population des localit6s environnantes et
repandant la maladie a une vitesse foudroyante.
Ce scenario a &te rejet6 par les responsables du ba-
taillon ndpalais et le rapport du professeur Piarroux a &te mis
sous le boisseau afin de ne pas perturber le processus electoral
en Haiti.
I1 est pourtant confortd a present par une publication
scientifique analysant l'origine de la souche en cause dans
l'6pid6mie haitienne. Une 6quipe regroupant des scientifiques
haitiens et am6ricains, notamment de la faculty de m6decine
de Harvard (Boston, Mass.), confirm en effet, dans un article
public jeudi 9 d6cembre par le New England Journal of Medi-
cine, l'origine asiatique et import6e de la souche de vibrion
choldrique, la bact6rie qui provoque la cholera, a l'origine de
l'6pid6mie touchant Haiti depuis la mi-octobre.
"L'dpidimie d'Hatti rdsulte probablement de
l'introduction par l'homme d'une souche de vibrion cholri-
que provenant d'une source gdographique bloignde", 6crivent
Chen-Shan Chin et ses colleagues amdricains.
Une pand6mie de cholera s6vit actuellement au niveau
mondial - la septibme connue dans l'histoire - est respon-
sable annuellement, selon 'Organisation mondiale de la sante
(OMS), de 3 millions a 5 millions de cas, qui provoquent de
100 000 a 300 000 d6c&s.
Cette pand6mie est due a un type de vibrion choldri-
que baptism "El Tor ol", apparu pour la premiere fois en 1961
en Indondsie. Les souches "El Tor o1" qui sdvissent de manibre
permanent enAmdrique du Sud et central n'avaientjusqu'ici
jamais entraind de cholera sur lile d'Hispaniola, que se parta-
gent Haiti et la R6publique dominicaine, rappellent les auteurs
de l'Ntude amdricaine.
De ce fait, les experts ont cherch6 a determiner


l'origine gdographique responsible de l'6pid6mie qui a d6ji
fait plus de 2 000 morts en Haiti. Pour cela, ils ont proc6d6 au
s6quenqage du genome des vibrions choldriques retrouv6s dans
les selles de deux malades haitiens, de celui d'une souche de
"El Tor 01" isolde en 1991 au P6rou lors de son apparition en
Amdrique latine et de ceux de deux autres souches identifies
en 2002 et en 2008 au Bangladesh (Asie du Sud).
Ils ont 6galement compare les sequences g6n6tiques
obtenues a celles de 23 autres souches. Leur conclusion est
claire : "I/ existe une &troite relation entire les souches isoldes en
Haiti et les souches 'El Tor ol' isolkes au Bangladesh en 2002
et 2008. Par contrast, l'analyse des variations du genome des
prklevements haitiens revele une relation plus distant avec
les souches circulant en Amnrique latine. " De meme, ils dif-
ferent de souches retrouv6es
en Afrique de 1'Est. LIBERTE
Autre point impor-
tant, les analyses montrent
que l'6pid6mie a bien &t6
provoqude par une souche
unique. Les auteurs in-
diquent que leurs donndes
ne vont pas dans le sens de I1 est port6 a la connc
l'hypothese selon laquelle la tembre deux mille dix (2
souche haitienne serait issue Port-au-Prince a rendu ui
de l'environnement aquatique. femme n6e Marie Benit
"De cefait, il estpeu vraisem-
blable que des evenements
climatiques soient a l'origine Par ces motifs, le Tri
de l'epidemie en Haiti", 6criv- Public maintient le d6fau
ent-ils, estimant que la d6ter- le profit du d6faut, d6clar
mination exacte de la manibre de la dame Robert Wilso
don't la souche sud-asiatique Robert Wilson Muzalier,
du vibrion chol6rique a &t in-
troduite en Haiti requiert une tion des liens matrimoni
enquete 6pid6miologique. l'Etat Civil de la Sectiol
Ce travail de l'6quipe a ce destin6s le dis positi
amdricano-haitienne complete l'un des quotidiens s'6dit
done et conforte l'enquete les tiers s'l y chet, com
6pid6miologique conduite
par le professeur Piarroux, la signification de ce jug.
en 6cartant la piste d'une
origine locale ou r6gionale
de l'epid6mie et en pointant
l'Asie du Sud. Dans son rap-


�a en Amerique
port, le professeur Piarroux rappelle qu'a l'6poque oi des sol-
dats du bataillon de la Minustah ont quitt6 Katmandou (Nepal),
une 6pid6mie de cholera y s6vissait.
Dans leur article du New England Journal of Medi-
cine, Chen-Shan Chin et ses colleagues s'inquietent des con-
sequences que pourrait avoir, au-dela meme des frontibres
d'Haiti, 1' "introduction accidentelle du variant sud-asiatique
du vibrion El Tor" dans la region. Plus adapt6e a se r6pandre
et plus r6sistante aux antibiotiques que d'autres, cette souche
semble donner des forces plus severes de cholera. Des carac-
t6ristiques qui pourraient, selon les chercheurs, lui faire sup-
planter le vibrion choldrique "El Tor ol " actuellement install
en Amerique latine.
Paul Benkimoun

EGALITE FRATERNITE
Republique d'Haiti


Avis de divorce

issance des int6ress6s qu'd la date du vingt quatre sep-
5 septembre 2010), le Tribunal de Premiere Instance de
ne decision entire les 6poux Robert Wilson Muzalier, la
a Magon, don't le dispositif est ainsi libell6 :

bunal, apr6s examen et sur les conclusions du Ministere
It octroy6 contre le d6fendeur a la susdite audience, pour
re fondue la dite action, admet en consequence le divorce
n Muzalier, n6e Marie B6nita Macon, d'avec son 6poux
pour injures graves et publiques, prononce la dissolu-
aux existant entire les dits 6poux, ordonne a l'officier de
n Est de Port-au-Prince de transcrire dans ses registres
if du present jugement don't un extrait sera ins6r6 dans
tant a la capital sous peine de dommages int6rets envers
met l'huissier Jean Claude Beauvais de ce Tribunal pour
ement, compense les d6pens.

Pour ordre de Publication
Me Jean M.Robert Pauloin
Pour le Cabinet


Tdliphnea : 566.361
411-71M 1 514-134
Jkabowna satse. om
I nteret dkpouIik
pour les clkts


Page 11


.Io die
103 3 f m


www. radiomelodiehaiti. corn


. .. .~xlx I ... ... . .... . . . . . .. . . . . . I


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en:
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contacted nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.f d.e. delmas@gmail.com
Par telphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001


I






LIBRE PENSER


Mercredi 15 D~cembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 47


� La violence, sous quelque forme qu 'elle se mani-
feste, est un kchec. > Jean-Paul Sartre

Chers amis lecteurs, pour les sp6cialistes de la con-
duite humaine, le houliganisme est le fait de se liver a des actes
de vandalism lors des competitions sportives. Certaines 6tudes
fixent l'apparition du houliganisme, sportif, a partir des anndes
60, dans plusieurs pays europeens mais avec une special vi-
rulence enAngleterre. Le portrait-robot du << hooligan > serait
done unjeune, d'entre 15 et 25 ans, don't les activities du club de
football local se trouvent au centre de sa vie social. Bagarres
collectives. Destruction du mobilier urbain. Provocation des
supporters des autres 6quipes de football lors des rencontres
sportives. Voilh l'univers dans lequel 6volue le houligan. G&-
n6ralement, le pr6texte est un match de football. Un retour en
arribre d'une vingtaine d'anndes nous remontre les images de
violence et d'abus d'alcool de ces milliers de supporters des
6quipes anglaises, surtout dans leurs d6placements a travers les
autres pays europ6ens. La Coupe d'Europe des Champions et la
Coupe de 1'UEFA, qui ont actuellement d'autres appellations,
6taient les grandes vitrines qui leur permettaient de canaliser
leur betise et la TV l'instrument qui leur permettait de 1'6taler
au monde entier. Le drame du stade de Heysel, en 1985, fut
l'expression supreme de leur ind6cence comportementale, et
obligea les responsables de la gestion du football mondial, a
prendre la decision d'exclure les 6quipes anglaises de toutes
les competitions sportives durant cinq ans. La violence ne
fut pas pour autant bannie du sport. Ni en Europe. Ni sur les
autres continents.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs,je ne sais


Houliganisme
pas si vous vous en rendez compete, mais nous assistons ces
derniires anndes a un ressurgissement de cette violence social
aveugle qui d6laisse le domaine sportif pour trouver refuge
dans la protestation social, dans une sorte de < terrorism de
faible intensit6e . Paris et sa p6riph6rie, cela fait un ou deux
ans. Londres actuellement. Les manifestations de ces derniers
jours en Haiti, le comportement agressif de ces hordes d6chai-
ndes, < fann fwa >, m'ont fait penser au houliganisme, a un
houliganisme cruel qui considere que la vie d'un etre human
peut etre unjuste tribute a son 6chec, personnel. Je me demand
pourquoi, face aux diff6rents choix qui nous sont offers, nous
pr6f6rons toujours basculer dans la manifestation violent que
dans la recherche du consensus. Tribalit6 g6n6tique ?
Chers amis lecteurs, nous nous sommes trop habitues
aux manifestations. < PranB6ton-an >. < Mobilization Manch
Long >>. Les incitateurs, les concepteurs, les < financeurs >> de
telles activities se rendront-ils compete, unjour, qu'ils ne faisaient
que < cracher en l'air > ? Pourront-ils unjour, pourrons-nous
unjour, nous rendre compete du mal que cette attitude fait au
pays ? Du tort que nous avons cause nos compatriotes moins
favoris6s ? Nous d6faire d'un Premier Ministre encombrant.
D6sapprouver des r6sultats 6lectoraux. R6clamer le depart d'un
Premier Ministre. < Lb gen Mov6 profess fok bon &lv pran la
rel>v > dit Barikad Crew. Peut-6tre ! Mais, faudra-t-il que ces
< bons elves > soient rdellement de < bons &lves >.
Enfin chers amis lecteurs, le houliganisme peut etre
violence. II peut etre aussi usage abusif de biens collectifs, du
bien public. Par extension, est considered , tout


individu se livrant a une manifestation de nature a alt6rer
l'ordre public ou bien a faire un usage abusif du bien public,
du patrimoine collectif. S'il est violence, il est d6t6rioration
du mobilier public. Et, chez nous, vu notre 6tat de d6nuement
infrastructure, ce comportement revet un caractbre special.
Ces dermibres anndes, le manque de respect a la chose publique
ne s'arrete plus a s'emparer des fonds publics, non, il s'agit
maintenant de brfiler tout ce qui, de prbs ou de loin, rappelle
l'intervention de l'Etat. S'il ne nous offre pas ce don't nous
avons besoin. Les bitiments publics. Le mobilier urbain. Et,
parfois meme, des tueurs, du genre de ceux capable d'abattre
froidement d'une balle au cou, un individu qui semblait ne
pas partager les memes idWes que lui. Nous semblons oublier
qu'aucun r6sultat ne peut etre valide ni valuable s'il s'appuie
sur la manipulation de l'individujusqu'au point de le pousser a
sacrifier la vie d'un autre. Vous comprendrez done chers amis,
que cet enrichissement dans l'utilisation du concept peut nous
faire comprendre que chez nous, dans notre cher Haiti, l'hou-
liganisme a un trop grand nombre d'adeptes et qu'il constitute
l'une des antivaleurs contre lesquelles nous devrons lutter afin
de l'6radiquer, si nous voulons avancer. Reellement.
La violence, chers amis, est un 6chec. Dans notre
cas, c'est l'6chec d'une soci&te qui, durant plus de 200 ans
d'histoire n'a fait que nier a un pourcentage trop 6lev6 de ses
membres l'acces a une vie digne. Nous sommes en train de
< payer les consequences de nos incons6quences >. Saurons-
nous reagir ?
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Ddcembre 2010


Haiti: L'Enfer ! C'est Nous


L'Enfer C'est Eux !


Prbs de onze mois aprls avoir mis mon fils en terre,
je me refuse toujours a accepter cette horreur, pour moi, pour
les autres, pour cette nation.
Le 12janvier 2010, nous avons chacunperdunotre in-
nocence, notre amndsie collective...
Le 12janvier 2010, nous avons garden notre profonde
capacity de dni !
Nous dansons sur le pont du Titanic !
Les premiers jours aprbs le s6isme, dans les rues de
Port-au-Prince effondrde, on assistant a une solidarity
incroyable entire les Haitiens. A mains nues, une population
s'entraidait ! Montrant a tous et surtout a elle-meme, que la
grandeur d'une nation pouvait s'exprimer dans les moments les
plus difficiles de sa vie.
Depuis lors, la vie a repris et l'on a le sentiment
que cette solidarity a disparu, que nous avons oublid tout ce
qui nous unissait.
Que le poids qui nous entrainait vers la mesentente et
la discorde a reparu et est devenu encore plus lourd.
Les petites querelles ont repris, les politiques se cha-
maillent pour des elections qui auront ou n'auront pas lieu, pour
la possession d'un fauteuil bourr6, dans un palais cass6, dans
une ville-cimetibre effondrde, pour un pouvoir inexistant, pour
des millions qui arriveront ou n'arriveront pas.
Pendant ce temps, les r6fugi6s sont dans des camps,
les disparus ne sont pas lists et les morts n'ont pas eu de
s6pulture d6cente.
Je n'arrive pas a me remettre de cette annde...
Ni de ce pays...
Ni des actions des dirigeants de ce pays.
C'est la chronique d'une catastrophe annonc6e.
Depuis plusieurs anndes, l'ing6nieur gdologue an-
nonce qu'il y aura un tremblement de terre ici et que le bilan
en sera trbs lourd.
L'Etat et le gouvernement n'ont rien fait pour le
pr6venir.


Nous n'avons rien fait!
Depuis le 12janvier, on SAIT qu'ily aura des pluies
et des cyclones.
L'Etat et le gouvernement n'ont rien fait pour en
prdvoir les consequences.
Nous n'avons rien fait ! Et les pluies sont arrives.
Et les cyclones sont arrives.
Emportant avec eux combien d'entre nous?
Depuis le 12 janvier, on dit qu'il y a un risque de ca-
tastrophe sanitaire.
L'Etat et le gouvernement n'ont rien fait pour l'em-


pecher.


toyens.


Et le cholera est arrive.
Emportant et continuant d'emporter nos conci-


Tout en ne faisant rien, on a pr6pard des elections
a Quarante Quatre Millions de dollars pour l'organisation seu-
lement, sans computer les millions d6pens6s soit par le candidate
du pouvoir soit par les autres candidates.
Je ne sais pas combien de maisons auraient pu
etre construites ni de vies sauv6es avec ces millions... mais ce
n'est pas la priority.
Ce n'est pas la priorit6...
Je me demand combien d'entre nous devrons mourir
pour que NOUS, la population, le people, soyions enfin la
priority de cet Etat, de ce gouverement ?
Nous ne sommes pas la priority ! Notre priority !
Nous ne sommes pas Notre priority !
Quel est le chiffre acceptable? De toutes les falcons,
nous savons maintenant malgr6 le lourd tribute de nos deux
dernires catastrophes que Trois Cent Mille et Mille Six Cents
respectivement, ce n'est pas encore assez cher pay&.
Chaque mort que l'on compete est un 6pieu enfon-
c6 dans les entrailles de toutes les mbres car chacun d'entre
eux est notre enfant.
Il est h nous! Il est h MOI


Etj'en ai marre de les computer !
Marre ! A bout!
Je suis fatigue de cette annde 2010 qui n'en finit
pas de nous andantir.
Mais je suis surtout fatigue de ces candidates don't
les discours sont vides et creux: faits de banalit6s et de lieux
communs. De ces candidates et de leur entourage qui n'ont qu'un
seul but: prendre le pouvoir.
Quel pouvoir? Un pouvoir de rien, dans un palais
cass6, une ville-camp et des millions de sans-abri.
Ils sont fous ces remains!
Ils n'offrent rien. Ils ne proposent rien. Ils n'ont
done d'autre ambition que de le prendre et de le garder tel
quel!
S'ils s'arretaient un moment pourvoir combien ils sont
tous minables de courir aprbs CA, ils verraient que CAindique
leur niveau de m6diocrit.... Mais aussi et surtout... leur niveau
d'inconscience et de manque d'empathie pour une population
et un pays qui se meurent.
Parce que c'est cela pour moi l'enfer: cette incapa-
cit6 qu'ils ont TOUS d'avoir de l'empathie pour nous, Peuple
qui souffrons.
Ils sont en enfer TOUS et nous avec....
ET JE LES PLAINS et nous avec.
Comment passer devant ces camps et ne pas avoir le
coeur qui saigne? Comment voir ces enfants qui pleurent et
ne pas avoir envie de les soulager de leurs maux? Comment
voir ce pays et ne pas se dire... Il ne m6rite pas cela: ces 6nor-
mes tout terrain blinds en cortege de plus de cinquante, ces
personnel politiques qui promettent sans meme savoir les
besoins et les possibilities rdelles de ce pays, ces enfants qui
deviennent de la chair a canon, ces adults que l'on paie pour
qu'ils aillent voter et qui vont voter parce que cela leur per-
mettra de nourrir leurs enfants pour un temps et par manque
d'ambition pour ce pays !
(L'ENFER/ p. 13)


Page 12


Remerciements

Tres sensible a la chaleur de votre sympathie et au r6confort de votre affection lors
du d6ces de ma mere la Veuve Barthol Lafleur nde Rosette Rend survenue le 10 novem-
bre 2010 a Boston, Massachusetts, je tiens a remercier parents et amis qui ont v6cu cette
separation avec moi et t6moign6 des marques de sympathie soit par offrandes de messes,
cartes, courriels, visits ou assistance aux fundrailles qui ont &te chant6es le 20 novembre
2010 a Boston.
Soyez assures de ma profonde gratitude et veuillez consid6rer l'expression de ma
reconnaissance en acceptant ces remerciements, vous qui avez &t presents a ses c6t6s,
qui l'avez supported, encadrde et choyde pendant sa longue maladie, et/ou qui avez fait le
d6placement pour lui rendre un dernier hommage tout particulierement: Mme Marie Lour-
des Elgirus, Dr Marie Louise Jean Baptiste, Dr Debashish Misra, M. Jean Paul Poirier, M.
Robert Berrouet-Oriol, Mme Mimose Barth6lemy Wroy, Mme Chantal Barth6lemy Renaud,
Mme Jocelyne Barth6lemy, Madame Suzy Barth6lemy Louisdhon, Mme Marie Michelle
Barth6lemy, M. Joseph Polycarpe, M. Pierrot Alexis, Mme Carmithe Rend, M. Herman
Henri, Mme Gertha Henri, Mme Gisele Henri, M. Fr6d6ric Henri, Madame Dorothy Rend
Loiseau, Madame Joyeuse Blanc Bemadotte et famille, Madame Maryse Blanc de Vastey,
Madame Marie Jude Lafleur Pyram, M. Frantz Plaisim6, M. Bemato Lafleur, Madame
Michemelle Morose, M. Robert Georges, M. Solon Georges, M. Gary Sanon, Mme Elsa
Sanon, Madame Monique Sanon, M. Mario Sansaricq, Mme Dilia Sansaricq Payant, M.
Frimance Paris et famille, Mme Olguitha Paris, M. et Mme Joseph Pardo, Madame Renette
Alexis, Madame Suzy Alexis Pampan, Madame Emeline Alexis Schultz, Mme Faranah
Pierre, M. Hugues Joseph, Mme Jacqueline Lochard, Melle Johanna Labatte, M. Fritz Jean,
Mme Carole Lapointe, Mme Nyska MWrisier, Madame Magali Olivier, Dr Jessie Brutus,
Melle Lilia FHnelon, M. Michel Fr6deric Desgraff, M. Anthony J6r6me, M. Patrick Saint-
Fort, Madame R6gine Vital, Madame Chantal Pierre-Louis, Mme B6rangere Champagne,
Mme Suze-Marie Semexant.
Edwidge Lafleur


LIBERTE EGALITE FRATERNITE
Republique d'Haiti

Avis de divorce

Il est port6e la connaissance des int6ress6s qu'd la date du vingt quatre sep-
tembre deux mille dix (24 septembre 2010), le tribunal de Premiere instance de
Port-au-Prince a rendu une decision entire les 6poux Richardson Wenschell
Joseph, la femme n6e Marie Emmanuella Merisma don't le dispositifest ainsi
libell6 :

Par ces motifs, le Tribunal, apres examen et sur les conclusions du Ministere
Public, maintient le d6faut octroy6 contre le d6fendeur a la susdite audience, pour
le profit du d6faut, declare fondue la dite action, admet en consequence le divorce
de la dame Richardson Wenschell Joseph, pour injures graves et publiques, pro-
nonce la dissolution des liens matrimoniaux existant entire les dits 6poux, ordonne
a l'officier de l'Etat Civil de la Section Est de Port-au-Prince de transcrire dans
ses registres a ce destin6s le dispositif du present jugement don't un extrait sera
ins6r6 dans l'un des quotidiens s'6ditant a la capital sous peine de dommages
int6rets envers les tiers s'il y 6chet, comment l'huissier Jean Claude Beauvais de
ce Tribunal pour la signification de ce jugement, compense les d6pens.

Pour ordre depublication
Me Jean C. Mars
Pour le Cabinet


|I x x.x.. .... ... . . ... . . . . . .. . . . .





Mercredi 15 Dcembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 47


I AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


Les terres de l'Etat


Aujourd'hui, en ce qui concede le foncier, deux ten-
dances s'opposent : d'un c6td, celle des tenants de la s6curisa-
tion foncibre, pr6nde par le gouvemement depuis le passage de
Michble Pierre Louis h la Primature, et pour qui l'6tablissement
du cadastre est la premiere tape de la s6curisation; de l'autre
c6td, celles des tenants de la r6forme agraire, qui estiment qu'on
ne peut pas p6renniser une structure foncibrement injuste (voir
HEM, Vol. 24, # 45, du 1r-07/12/10).
La semaine dernire, j'ai tent6 de montrer que les
operations cadastrales mettraient en evidence des << anoma-
lies >, pour ne pas dire plus, auxquelles l'Etat devrait logique-
ment apporter des correctifs (voir HEM, Vol 24, # 46, du 08-
14/12/2010). Cela suppose cependant que l'on s'entende sur
la structure que l'on veut mettre en place et s6curiser, ce qui
nous rambne au theme du regime foncier que nous avons d6ji
abord6 (voir HEM, Vol. 24, # 42, du 10-16/11/2010).
Si nous voulons nous entendre sur la structure que
nous voulons mettre en place nous devons commencer par con-
naitre celle qui existe. En gros on peu dire que le territoire de la
R6publique se rdpartir entire les terres aux mains de personnel
priv6es et les terres de l'Etat. Nous allons commencer par nous
int6resser aux terres de l'Etat car ce sont elles qui font l'objet
de nombreuses discussions, propositions etc.
Ces terres de l'Etat, a leur tour, se r6partissent entire
les terres du domaine public et celles du domaine priv6 de
l'Etat. Le domaine public est inalienable et imprescriptible. II
consiste dans toutes les choses qui, sans appartenir personnel,
sont par une jouissance en commun, o1/....,.... au service de
la socidtd en general (Article 2 du Decret du 22 septembre
1964). Le domaine priv6 de l'Etat, par centre, est imprescrip-
tible mais non inalienable ; il peut faire l'objet de contract de
bail a ferme, et meme, sous certaines conditions, 6tre vendu
a des particuliers.
Quand on dit que les terres de l'Etat font l'objet de
nombreuses discussions, propositions etc, c'est des terres du
domaine priv6 qu'il s'agit, et cela peut paraitre paradoxal si on
s'en tient a l'opinion de Madame Michble Oriol, selon qui, il
n'y a pratiquement plus de terres de l'Etat (entendez de terres
du domaine priv6), tout ayant &t6 distribu6 sous forme de ces
fameux dons nationaux.
Essayons de voir la chose de plus pr1s. Tout d'abord,
d'ofi viennent ces fameuses terres de l'Etat ? La reponse est
simple ; tout le monde sait que l'Empereur Jean-Jacques Des-
salines avait d6clar6 toutes les propri6t6s des colons propriet6
de l'Etat. Ce sont ces terres qui ont fait par la suite l'objet de
dons nationaux, en premier lieu, aux g6ndraux qui s' talent sig-
nal6s dans la guerre de l'ind6pendance ; par la suite la measure


fut 6tendue a des officers et meme a des soldats.
Depuis lors la gestion de ce domaine priv6 a &te une
preoccupation permanent des gouvemants. Les travaux du
Comite de Reflexion sur la Gestion du Domaine Foncier
de l'Etat, mis sur pied par le Ministre de l'Economie et des
Finances dans le courant de l'annde 2009, nous a permis de re-
lever un certain nombre de lois touchant le domaine. Citons :
- Loi sur la vente, les changes, la ferme et les
concessions temporaires des biens de l'Etat, 29
octobre 1864, Fabre Geffrard, Pr6sident d'Haiti ;
- Loi qui modifie celle sur l'Administration
domaniale, 6 Aoft 1872, Nissage Saget;
- Loi creant une administration central des
domaines, 11 octobre 1880, Salomon, Pr6sident
d'Haiti ;
- Loi qui supprime 1'Administration central des
domaines, 26 Septembre 1885, Salomon, Pr6sident
d'Haiti ;
- Loi relative A la ferme, 1'6change, la concession
temporaire et definitive, la vente des biens du
domaine national, 29 Aoft 1908, Nord Alexis,
President d'Haiti ;
- Loi creant du Departement des Finances un service
denomme et charge du recouvrement de tous imp6ts, droits,
taxes etc..., 9 Juin 1924, Bomo, Pr6sident de la
R6publique ;
- Loi laissant aux Prdfets les attributions non
confides au Bureau des Contributions, 6 Aofit
1924, Bomo, Pr6sident de la R6publique ;
- Loi reglementant le service domanial, 29 Juillet
1927, Bomo, Pr6sident de la R6publique ;
- Loi cr6ant au Departement des Finances une
section sp6ciale d6nomm6e < Service du Domaine
Priv6 de l'Etat , le 10 Octobre 1927, Bomo,
President de la R6publique ;
- Dcret du 22 septembre 1964 adoptant une base
plus equitable et plus rationnelle pour la fixation
des loyers et fermage du domaine priv6 de l'Etat,
que nous avons d6ji cit6.
Meme la Constitution de 1987 consacre deux articles
aux terres de l'Etat,
- L'article 37, qui done aux habitants des sections
communales un droit de preemption pour
l'exploitation des teres du domaine priv6 de l'Etat
situdes dans leur locality.
- L'article 74, qui fait du conseil municipal le


gestionnaire privil6gid des biens fonciers du
domaine priv6 de l'Etat situds dans les limits de sa
commune.
Le domaine priv6 de l'Etat est done quelque chose
de trbs important. Pourtant, Madame Oriol, qui a particip6 a
l'Etude des possibilities d'ci,,, ,,,r, . ,, du loyer des terres
rurales de 1 'Etat r6alis6e par le BREDA (Bureau de Recherche
et d E \CCtlu ionl pour le D6veloppement Agricole) affirme que,
quand on fait le d6compte de tous les dons, il ne reste pratique-
ment rien et estime le domaine priv6 de l'Etat a environ 10 %
de la superficie total du pays.
Personnellement je crois qu'elle se trompe et je
crois savoir d'ofi vient l'erreur. RWcemment nous en avons
discut6 bribvement. Elle part de l'hypothese que le territoire
de la colonies 6tait totalement occupy par l'administration
colonial, et elle s'appuie sur la liste des colons qui ont &te
d6dommag6s, grice a cette fameuse dette que la France nous
a impose, pour montrer que ces habitations 6taient parties
sur tout le territoire.
Je ne peux 6videmment pas aller contre cette 6vi-
dence, mais je maintiens que, a c6t6 des ces terres exploit6es
par les colons, il y avait certainement des poches non contr6l6es
par l'administration colonial. C'est sur ces terres que devaient
vivre les marrons ; et c'est sur ces terres que se sont installs
les esclaves lib6rds qui n'avaient pas b6ndficid des distribu-
tions successives.
Or toutes ces terres font aussi parties du domaine priv6
de l'Etat, car, m6me dans la 16gislation actuelle, le domaine
privd de 1 'Etat ... se compose notamment ... de tous les biens
vacant ou sans maitres ... (Article 3, alinda 2 du Dicret
du 22 septembre 1964). J'ai m6me un texte invitant les
personnel, occupant des terres du domaine, mais qui ne sont
pas enregistrds comme fermiers, a venir r6gulariser leur situ-
ation. Compte tenu de la date, il ne peut s'agir que d'anciens
esclaves, ou de leurs descendants, qui ont occupy des terres
que l'administration colonial ne contr6lait pas et que l'Etat
Haitien veut rentrer dans son patrimoine.
I1 n'y a malheureusement pas, du moins a ma con-
naissance, de recherche sur cet aspect de l'dvolution de notre
soci&td, nos historians pr6f6rant s'attarder aux hauts faits guer-
riers ou diplomatiques des fondateurs de l'Etat, et ma dispute
avec Michble risque de se prolonger ind6finiment. Quoiqu'il
en soit, il existe un domaine priv6 de l'Etat, quelle que soit son
6tendue, et il s'agira de savoir ce que nous voulons en faire.

Bernard Ethdart


Haiti: L'Enfer ! C'est Nous


(L'ENFER... suite de la page 12)
Je les regarded tous avec leurs sourires: certain triom-
phateurs d6jh, d'autres narquois, etje me dis qu'ont-ils comprise
de nous ?
Je les regarded avec leurs slogans bidons etje me dis :
allons-nous passer encore cinq ans a patauger dans les excr6tas
et la crasse?
Et... Je vois que ceux qui ont d6pens6 ces millions
dans cette
campagne-l ne sont pas capable d'avoir ni empathie,
ni sympathie, ni compassion pour eux, pour nous, sinon... Ils
auraient demand a leurs
commanditaires, leurs donateurs, de les aider a soula-
ger les vrais maux de cette population souffrante, mourante.
Mais... et c'est la quadrature du cercle... les donateurs
ne donneraient pas pour cette cause-l... Cette cause-la n'a
aucun retour sur investissement.


L'Enfer C'est Eux
Dimanche... Je n'irai pas voter.
Mesdames, Messieurs les Candidats, vous n'avez
pas su gagner ma confiance, vous avez gagn6 ma mdfiance et,
encore plus des circonstances et des catastrophes, je suis fa-
tigude de vous !
Je viens de faire dormir dans mes bras l'avenir de
ma famille et peut-6tre de cette nation.


Je pleure de n'avoir qu'un pays sans avenir, qu'un
Peuple sans ancrage et qu'une soci&te divis6e a lui offrir !

Alors encore une fois... Pauvre Petit Pays!

Fidel Roumer
26 novembre 2010


Page 13


ATTENTION
Pour tous ceux et celles
qui aiment ecouter Melodie. d o d i e
Nous avons une nouvelle adresse 10 3
vous permettant de chapter Melodie
a partir de votre ordinateur www.radiomelodiehaiti.com


LIBERTE EGALITE FRATERNITE
Republique d'Haiti


Avis de divorce

I1 est port6e la connaissance des int6ress6s qu'd la date du vingt sept
Aofit deux mille dix (27 Aofit 2010), le Tribunal de Premiere Instance de Port-
au-Prince a rendu une decision entire les 6poux Ricardo Jeanniton, la femme
n6e Jesula Pierre, don't le dispositifest ainsi libell6 :

Par ces motifs, le Tribunal, apr6s examen et sur les conclusions du
Minist6re Public, maintient le d6faut octroy6 contre la d6fenderesse a la susdite
audience, pour le profit du d6faut, declare fondue la dite action, admet en cons6-
quence le divorce du sieur Ricardo Jeanniton d'avec son spouse n6e Jesula Pierre
pour injures graves et Publiques, prononce la dissolution des liens matrimoniaux
existant entire les dits 6poux, ordonne a l'officier de l'Etat Civil de la Section Sud
de Port-au-Prince de transcrire dans ses registres a ce destin6s le dispositif du
present jugement don't un extrait sera ins6r6 dans l'un des quotidiens s'6ditant
a la capital sous peine de dommages int6rets envers les tiers s'ils y 6chet, com-
met l'huissier Jean Claude Beauvais de ce Tribunal pour la signification de ce
jugement, compense les d6pens.

Pour ordre de Publication :
Me Jean Marie Salvant
Pour le Cabinet


8772 NIE 2 m4re Avenea
Tl1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES ES OCCASIONS.
Stepf d i puiemrns pour BrfI South, FP'L, GA Z, CABLE LTV

- monncar.Mlus idophor er t ez ~ a.,


Ouvert
6 JourS
par
semaine:.
8h30 am


7h30 pm





V ANkj inh l r.r .I". .J I i iLLtt m i In
ImssaraN *\MUe' ts icsu ..imenc-91 I- imcunanrmire llrjrm
w t L ar-v rxn * ghmi tugd.1c matW






LES JEUX


Mercredi 15 D~cembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 47


1 C 10)A I ll C A ll ill l
Allez de PATRON a MORIOS en utilisani des mIos du ,:ocabulaire
Iranr.,a -,. et ne ,-harF lq'lni qu'une lettre par hlne


i.J A . I. LI ' . .* ' I P .i I .
V P ',' .I . ,| . - . , . ", . " 'i f
I-A I '" ". ' I I' . I " . I I . i i ' ', '

ILA. " - I ,. . .' IJ.L' i f ', I
Su -' ..' . I .. ' ' : . f .I .L .




St.,. , -4' , n. r %P F - , . ,, ,.
1 IJ J . . ' I P A 1 " i ' r ,
1�~- � u� j s. i " **.� (. ; / ' ' i " r * *



^__^__ _ ^__


HORIZONTAL


3 Irr:i..;T L uni de JrJ.pi:e?
4 ,trIn~i do, T Parn.
5 rT-;r4.4', - F, l'S-1 17 .. -


VERTICAL
SISCI* - 2 al:dic;du *jC Nil J Ucfrornar-i *
. IrC.,.lpaCLiC : 'CIR: ', C Crt iinr s rr i iU' .'rn#crn- -
4 0S.'a3ll. d Arr-rlqe LJ) Sud -
5 Er: mni'id/r e (C- Mo_:r n-. chinC SC -
85 Mepr e'sv
r 2:I ~ M~~l : :*'


SCRABBLE
-. l ". 1 . -.: 1 S 1 ,.'::11. '.. Ci" 3 1 IOU S
r .jri falrmie ifl n fit fran- ais


S I

DUE

OS

: i i [ i i [ 1
SolutLors d;l I sPeMaHine paLs PHc
':0, OPTI A, ....


.1 I ; III � ;I�t lI' .IIItl I; �rI r


003,,3 3 fm



BOn L Rvf ll n musique

Au Plplrlt clhantnt
journal crolec avac Lmuini Fuinal


00 MH fodle Matin .vw. Marw~n
Informations, Interview. Anaodctes, Humour.
Analyses
Noas lhronqus
L'"ditorinl dc Marnn,
AuQu tiinar pvcc IElsic
LaChronique Lin6rairearcc Damirniquc Barru-ilk
10 Sports av~ Marii BalrauiR
Les Invit~sdu Jour
M elodic Matin chaqiu sanedi est an im
par F6quirm: Raphat


I10 -M idl


12:DD- 12h3I


1 2h30-2h00


2h00- 3h00


3h-Sh pmn



5h00


ih n3 pm



7h-Bh30

hM 9hoou

9h(WM - IMlh.3



9h00 ca ou dcl&


Le dsqu de IAudlteur
animation James Prfdvil

Le MfdI
Informations nvec Laury Fnustin

Lady Blues awre Elsic
Jaz, Illues. Swing. Ragtime

C'est sj Bon en chansonL.
EmIssinm dechansnS francaiim

LA Ban Vieux Temps
Rctro-CompuB
-c tDec IDani ctl Capa mn Bill

Le Journal de 5 heures
avcc Vilkltc Hcrtchm
M6lodle & Company
DVeloppement durabeM
Mardi atvw Bemind Etfiart
AmorrySabor con Lucani

Sorl Inufornmati s

Notre Grand Concert
Lum & Mcr : L'hcurr clasriqu
Jew, & tim.: Jar at Ten
Judy Carmichael regi ses invitMs
Cavllers, prenez vas darnes
(Samedi) 50 ans dc success populairc hualicn


ee A& f4 wefem4 f e


Page 14


Shl00-6h30

6h3Du.ThO


7ho0.9h


l.
.


i - -1- - . . ..Ix x ..I ... ... . . ... . . . . . .. . . . . .


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^I ii , ^^^N I r^^^ I
^^^^I I � ' - P 'I k I � I I -I , ^ ^^^^^ 2
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^N^+.k^^^rp.
^^^^^^^^^^^^^^^^^ I ri r I I it , L Y ^^^^^^^^I^^

8'%' N t 11+." 11h c 140 tI t, -1111IIIW- i i C.) 11-


E n B ref... (...suitedelapage2)
operations de maintien de la paix, M. Alain Le Roy, sur la situation en Haiti.

L'epid6mie de cholera dans la zone m6tropolitaine de Port-au-
Prince
La Sante Publique craint une explosion de l'6pid6mie de cholera dans les prochains
jours dans la zone m6tropolitaine.
Ceci 6tant dfi, dit le Docteur Jocelyne Pierre Louis dans une interview a l'agence de
press AHP, a une augmentation de l'6tat d'insalubrit6 dans la ville lide aux tumultes
politiques.
Tout de suite apres la proclamation des r6sultats des elections pr6sidentielles et 16gis-
latives du 28 Novembre, le mardi 8 d6cembre, les manifestations de protestation ont
commence avec notamment le renversement des poubelles dans les rues pour les faire
servir de barricades. Au camp du Champs de Mars, les latrines ont meme 6te renversdes
et utilis6es comme barricades.
En outre on a trouv6 des cadavres dans les rues. Peut-6tre des cadavres de malades du
cholera abandonnis par leurs parents.
Ce sont 1l des conditions ideales pour une flambee de l'6pid6mie, a fait remarquer le
docteur Jocelyne Pierre Louis.
Jusqu'a date 97.595 personnel ont 6t6 infect6es et trait6es. 46.749 hospitalis6es, 2.193
dec6ddes.
Des experts en sante de 1'OMS estiment que ces chiffres pourraient atteindre m6me le
double de ceux publiCs.

Discrete visit de Sarah Palin en Haiti
L'ancienne gouvemeure de l'Alaska, Sarah Palin, a visit Haiti pendant le dernier week-
end, une nation appauvrie tentant de venir a bout a la fois de violence post electorales
et d'une 6pid6mie de cholera. Mme Palin est arrive sur place samedi, en compagnie
du Reverend Franklin Graham. Les deux font parties d'une mission humanitaire mise sur
pied par l'organisation Samaritan's Purse. La porte-parole du group Rosean Denery,
avait indiqu6 que les details de l'itineraire de Mme Palin ne seraient pas publiCs, par
measure de s6curite.
La candidate potentielle aux elections pr6sidentielles americaines de 2012 devait visiter
la capital haitienne et s'arreter aux centres de traitement du cholera et d'autres 6tablis-
sements du group caritatif de M. Graham.
"J'ai vraiment appr6cie de rencontrer cette communaut6, a dit Mme Palin dans une
declaration publi6e sur le site web de l'organisation. Ils sont sijoyeux. Nous sommes si
choyes en Amerique et nous avons la responsabilit6 d'aider les moins fortunes".

30 artistes haitiens au Festival Mondial des Arts Negres a Da-
kar
[AlterPresse] --- Trente artistes haitiens 6voluant dans plusieurs disciplines repr6sentent
le pays a la 3e edition du << Festival Mondial des Arts Negres > qui se d6roulera a Dakar,
au Senegal, du 10 au 31 d6cembre 2010, a annonc6 Chantal Drice, directrice du centre
cultural Creololo et repr6sentante du Festival dans la republique carib6enne.
Les artistes vont mettre en valeur la richesse culturelle haitienne a travers le cinema, la
peinture, la sculpture (sur bois, fer, pierre, et argile), la musique et la danse traditionnel-
les et modemes, la mode traditionnelle et modeme, le theatre et l'artisanat d'art, a-t-elle
indiqu6 lors d'une conference de press le 03 d6cembre au Ministbre de la culture et de
la communication (Mcc).
<< Ils laisseront le pays en function du calendrier des activities > a pr6cis6 Lubin G6raldy
Santana, directeur du Projet << Haiti au Festival Mondial des Arts Negres >. Une pre-
mibre d6elgation laissera le pays le 08 d6cembre et une autre le 18.
Les frais sont pris en charge par le gouvemement s6engalais.

L'Argentine RWitere son engagement envers le Gouvernement
et le Peuple d'Haiti
Le Gouvemement de la R6publique d'Argentine suit avec attention le processus elec-
toral en course en Haiti et salue les efforts du Peuple et du Gouvemement haitiens pour
preserver l'Etat de droit et la pleine vigueur des institutions dans le pays.
Les r6sultats du premier tour qui s'est d6roule le 28 novembre dernier 6tant connus, et
face aux nouvelles relatives aux incidents enregistres pendant lajourne du mercredi
8 d6cembre, le Gouvemement argentin desire que priment le dialogue et le consensus
entire les acteurs participant au processus electoral afin d'arriver a la consolidation de la
democratic.
L'Argentine croit en la capacity du Peuple et du Gouvemement haitiens, des parties
politiques et de leurs candidates d'avancer avec responsabilit6 et leadership pendant cette
tape crucial, en ayant pour base la stability d6mocratique du pays et rendant ainsi
(EN BREF / p. 16)


S~r;lL:rcnr, ~c la
ic-r-;llre ~.J�J~ce





Mercredi 15 D6cembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * No 47


Ti Gout pa Ti Gout itAk.li, \aMup


ERITAY ZANSET YO NAN LITERATI
KREYOL LA

Ak Michel-Ange Hyppolite

Le nou di zanset, nou vie ensiste sou lide kote nou
deside konsidere mounn nwa ki te ap viv sou zile ki rele Ay-
iti-a ansanm avek tradisyon-yo, mes-yo, abitid-yo, relijon-yo,
manje-yo, eksetera. Piti kou li ye, nan koze zanset-la, nou we tou
endyen-yo, ki genyen kontribisyon direk pa yo ansanm ak sa yo
kite ki fonn anndan tradisyon dives nanchon Lafrik-yo ki te rantre
nan mawon ansanm avek-yo. Tankou mwen te di li,10 lane pase
nan liv ki rele: Istwa Pwezi krey6l Ayiti-a, etnol6g yo gen anpil
travay pou yo fe sou teren-an pou kab rive detere eleman endyen
ki ap d6mi anndan kilti pep ayisyen-an. Se seten gen enfliyans
Lewbp nan mounn nou ye jounen jodi-a, men se apati konesans
nou pran nan liv, ak kek konp6tman ki rive jwenn nou pasi-pala,
nou ap boule, paske blan-yo pa te kite nou viv pre avek yo ase pou
nou aprann vivasyon-yo an direk. Se sa tou ki lakoz kek diferans
ant mounn lavil ki kole ak levasyon kontinan Ewop-la, ak mounn
nou rele mounn andeyo-yo, ki rete kole pi plis ak vivasyon zanset
afriken nou yo. Mwen dwe ajoute, kwake Blan-yo te konn kite nou
al nan legliz-yo, sa pa te anpeche nou devlope pwop relijon pa nou,
ni tou sa pa te anpeche Boukman di :
Bondye la zot tande
Kache dan nyaj

Li vwa tout sa blan fe
Bondye made krim
Pa nou vle byenfe
... Bondye ki si bon
Odone vanjans.

Kidonk, eritay zanset-yo nan tout aspe nan lavi-nou :
mizik, penti, relijon, epi nan kreyasyon liter sou f6m oral ki pral
tounen lekriti pi devan nan devlopman lavi nou k6m pep.
Le nou di literati kit se youn plan oral ( Oralti), kit se
literati (bebel ak pawl) sou papye , f6k gen youn mwayen pou
materyel liter oubyen <> nou ap pale-a rive jwenn lekte-yo
oubyen mounn ki ap tande-yo, nou vle di asistans-lan. Nan ka pa
nou-an mwayen ki sevi pou simaye mesaj-la, se lanng kreyl6-la.
Nou kab jwenn lanng-lan sou papye, sou dives f6m elektwonik ki
ekziste-yo, ansanm ak nan filye bouch-an-bouch-younn-di-16t.
Entansyon mwen aswe-a se pa bay katalay esplikasyon sou lanng
kreyl6-la, men mwen vle senpman demontre mak zanset-yo nan
f6masyon lanng krey61 Ayiti-a.
Depi tout tan, anpil Ayisyen ak kek blan Lewop toujou
konprann lanng krey6l Ayiti a se pitit lanng franse toupi. Plis ane yo
ap pase, fouyap6t ap cheche, se plis nou remake baz grame lanng
kreyl6 Ayiti a chita sou family lanng ewe, ki gen: fon, yowouba
eksetera. Epitou, lis mo noujwenn anndan lanng krey6l Ayiti a soti
nan lanng dives pep ki te viv sou zile a, oubyen ki te pase sou zile
a. Nou dwe sonje franse-yo rive sou zile-a 150 lane apre nanchon
afriken-yo, konsa gen young lis mo ansyen nan lanng kreyl6-la ki
soti direk-direk nan lanng afriken yo. Kom toujou gen youn lame-
pri pou tout eritay kontinan afriken ki anndan kilti Ayiti a , kom
sistem lekl6 anndnan peyi a lave sevel nou nan entered Lafrans, se
non lanng franse nou toujou tande yo nonmen pi f6 nan fomasyon
lanng kreyl6Ayiti a.
Jounenjodi a, savle di 400 lane apepre depi lanng krey1l
Ayiti a fin kreye, nou jwenn fouyap6t kou: Pwofese Max Manigat,
Pwofese Jean-Robert Placide, Pwofese Serge Fuertes, leksikolog
Jeannot Hilaire ak youn latriye lot ank6, ki deside mete sou laplas
piblik tout sa yo jwenn sou prezans lanng afriken yo nan lanng
kreyl6 Ayiti a.
Le mwen pran mo nou genyen nan lanng kreyl6-la, se
seten gen mo ki gen rasin-yo nan lanng franse, angle, pranyl6, men
genyen tou, se nan lanng fong, yowouba eksetera.. yo s6ti. Mwen
ka pran kek ekzanmp pou nou : Tyen-tyen, marasa, akra, dyondyon
ak dosou. Nou senpman chwazi ti echantiyon sa a, paske bivize
rankont-lan se eritay zanset-yo nan literati kreyl6Ayiti-a.
Tyentyen: Kontreman ak fason panse mounn nan No ki
kwe mo tyentyen an soti nan langay Blan Franse nan ep6k yo konn
ap pote mayimoulen bay esklav yo pou yo manje, Pwofese Max
Manigat demontre nou, mo tyentyen an soti nan lanng ga. Youn
lanng yo pale nan sides peyi Gana. Mo afriken an se < kenkey> ki
transf6me pou li ban nou tchentchen, paske nan No Ayiti son [k]
a kab transfome pou li tounen [tch].
Pwofese Max Manigat raple nou tou, nan ep6k lesklavaj,
kolon franse yo pa t'ap janm desann kite twon yo pou yo al nan
pote manje bay esklav. Konsa, tyentyen pa soti nan franse. Li soti
nan youn lanng afriken yo rele ga.
Marasa: Mo sa a pa gen okenn koneksyon ak koze mounn
yo ki deklare: youn blan franse te we youn p6te marasa ki se pitit li
te fe ak youn esklav epi li te di: <>, paske younn
nan marasa yo te gen po pi kle pase lot.
Dapre Pwofese Max Manigat, marasa se youn mo ki soti nan young
lanng yo rele kikongo. Mo kikongo a se <>

Akra: Se young mo ki soti nan lanng fon. Noujwenn menm mo a nan
lanng 6ew ak yorouba, kote yo di: akra, akara, oubyen akla.

Dyondyon : Se youn mo ki soti nan lanng banmbara. Mo banmbara
a se diondia.

Dosou : Se youn mo ki soti nan lanng fon. Li genyen menm sans
ak mo kreyol la.

Lis mo mwen ban nou la a, se younjwet devan chay mo
Pwofese Max Manigat, leksikol6g Jeanot Hilaire, Pwofese Jean-
Robert Placide ak Serge Fuertes genyen nan dyakout-yo.
Sou plan sentaks (nou vle grame), mwen ap senpman
konsidere twa eleman nan kominikasyon nou aswe-a, men genyen
plis pase toujou.
Mwen ap konsidere veb kreyl6-yo ki pa change menm jan ak veb
franse-yo pandan nou ap konjige yo.
Mwen ka konsidere tou tan veb-yo kote se youn mo ki sevi pou
endike tan-an ( yo rele yo markerer de temps>> nan lanng franse-a.
Touj ou nan konsiderasyon konjigezon franse-a, nou pa gen il oubyen
elle franse-a nan lis pwonon pesonel nou-yo.
Nou kab konsidere tou le genre masculin, le genre fe-
minen ki se genre gramatical, aloske lanng kreyol-la sevi avek
sa nou kab rele le genre natural (mal / femel). Nou pa gen le /
la nan kreykol1 kom atik pou endike le genre. Nou gen atik, men
atik-la pa mache avek sa nou rele <> atik nou
yo la pou endike kantite, epi yo mache pito ak son ki fini mo ki sou
bo goch atik-la. ( Le nou sevi ak mo ( kreyol-la pran li. Kesyon pozisyon atik-yo nan fraz kreyol1-yo, an-
sanm ak tout fonksyonman-yo se eritay lanng afriken-yo anndan
lanng krey61 Ayti-a. Menm le nou ta di kouzen / kouzin, oubyen
vwazen / vwazin, feminen mounn lavil-yo prete direk-direk nan


franse-a, fonksyonnman kreyl6-la pa pemet nou konsidere kouzen
kom feminen kouzin. Se senpman youn mo ki endike lyen parante
nou genyen ak mounn sa-a ki se youn fi oubyen youn gason. Nan ka
fi-a nou ap di kouzin epi nan ka gason-an nou ap di kouzen.
Mwen pa pe etale mwen plis pase sa nan koze sentaks-
la ( mwen vle di grame) paske younn, pa gen ase tan pou sa, epi
dezyemman domen lenguistik pa domen pa mwen.
Si nan travay lenguistik sou lanng krey6l Ayiti-a, ekspe-
yo klase lanng krey6l Ayiti-a nan kategori krey6l ki gen baz leksikal
franse, se paske li pi fasil pou ekspe-yo konekte ak mo franse-yo
ki pi pre reyalite-yo pase mo afriken-yo. Epitou, si nou jwenn plis
mo ki gen lanng franse anndan leksik kreyl6-la, pase mo ki genyen
orijin mo ki soti nan kek lanng afriken, se akoz izolman nou pandan
lontan epi ki ap kontinye jounenj odi-a ak zanset afriken nou yo, epi
sistem edikasyon Ayiti-a ki rete kole sou sistem Lafrans-lan.
Poudaye, pandan mwen ap pale ak nou la-a, gen anpil
ekriven Ayisyen gwo renome, ki ap goumen pou Lafrans rekonet-
yo. Depi Lafrans fin rekonet-yo, wa pa kouzen-yo. Epitou, yo bliye
younn nan fonksyon literati se nonselman bebel, men anmenm tan
youn fason ekriven-an chwazi pou li sevi glas pou pep li-a gade
figi-1, sou plan konp6tman, ak sou fason pou li amilyore lavi li.
Kom lemon antye tounen youn gwo vilaj, si pandan nou ap gade
pw6p figi pa nou, young lot gwoup mounn we figi pa yo nan zev
pa nou-yo, oubyen ank6, si yo damou pou sa yo we nan dives glas
nou-yo( zev liter nou-yo), se youn diplis pou ote-a, ak pou peyi
nou-an, men nan vizyon pa mwen, mwen di li byen, nan vizyon
pa mwen, se lakay an premye, epi si genyen diplis, dey6 va jwenn,
paske kondi pawl-la, si boutey poko plen, bouchon pa kab jwenn.
Mwen ap kontinye toujou pou mwen di, nan koze kiltirel ak litere,
mwen konsidere tet mwen nasyonal anvan mwen ta di tet mwen,
mwen inivesel.
Pou mwen pale sou eritay zanset-yo kite nan literati lanng
kreyl Ayiti-a. Mwen kab di genyen dives aspe nan lavi zanset nou
yo nou jwenn anndan zev ekriven nou yo, ak sanba nou-yo. Dives
aspe sa-yo se : kont-yo, se pwoveb, se chante, se lodyans, relijon
vodoun-an eksetera

Kont :
Le nou pran kont yo, nou kab di yo te pemet esklav yo
viv ak diyite, paske yo te konn sevi ak fom kominikasyon sa a
nonselman pou yo rete konekte ak eritay kilti peyi kote yo te soti
nan kontinan afriken-an, men tou pou yo te kite bon prensip pou
pitit-yo.

Krik!
Krak!
Piti piti plen kay.

Manman-m

Gen youn ekriven ki fe youn liv, li rele-1 Piti Piti Plen kay
(Se Serge Madhere). Ekspresyon Piti ptit plen kay-la soti nan kont
nou-yo. Gen young lot ekriven ank6 ki fe youn liv, li rele-1 Vwa Zand6
( Se Manno Ejen) non sa-a soti nan relijon vodoun-a. Maximilien
Laroche b6 kote pa li chwazi tit kou: Bizango ( 1997), Prensip
Marasa (2004), Se nan chemenjennen yo fe lage (2007). Tout chwa
tit sa-yo, se chwa ki pemet nou rete konekte ak eritay zanset-yo.
Mwen kwe ote-yo chwazi kalite tit sa-yo, pou yo demontre nou
mesaj ki nan liv sa-yo, se mesaj pa nou. Se mesaj ki pou konekte
nou ak reyalite pa nou.
Menm le Raphael Confiant kwe kont noumenm mounn
nwa ap tire nan Karayib-la soti nan Lafrik-Ginen. Dapre Jean Price-
Mars nanAinsi Parla l'oncle epi Harold Courlander nan the Drum
and the Hoe, pa vreman genyen eleman nan kont nou yo ki soti
patikilyeman nan eritay zanset-yo, paske tout eleman ki part nan
kont nou-yo ekziste nan dives rejyon Lewop oubyen nan peyi Lazi-
yo. Sepandan, depi nou di kont, nan sans tire kont, pou noumenm
ki la-a epi ki gen 50-an an montan-yo, gen youn latriye imaj ki
pase nan tet nou. Genyen menm vizyon kote nou te konn chita, ak
ki mounn nou te konn ye, kisa nou konn ap fe eksetera... eksetera.
Kont-yo gen youn aspe inivesel nan lavi dives pep, espesyalman
nan youn epok, kote televizyon pa te ko rantre nan konpetisyon
ak abitid tire kont-lan. Sa nou genyen ki patikilye nan kont nou
genyenAyiti-yo, seke yo se premye etap nan prensip rakonte-a nan
lavi-nou. Se youn baz enp6tan nan devlopman mantal-nou, ki relye
nou ak zanset nou-yo depi sou bitasyon kote yo ta pe travay kbm
esklav-la pou yo rive nan espas, kote yo vin viv tankou mounn lib.
Espas sa-yo rele lakou, vilaj, vil eksetera-a.
Kont-yo se youn eleman sikosyal esansyel nan devlopman
mounn 50-an an montan-yo, paske yo mache ak anpil prensip moral
pou pemet nou rete nan ladwati. Se poutet sa, nan travay rechech
liter nou anndan Sosyete Koukouy Kanada, nou jije li nesese
pou tabli non dives fom teks rakonte-yo apati mo fondamantal
kou kont epi istwa. Konsa, olye pou nou di le <�recit>, nou pito di
istwa. Olye pou nou di (>, nou pito istwakout. Olye
pou nou di , <> nou pito di istwakont.
Tout pwopozisyon o mo> nou fe pou kategori liter sa-yo chita sou
eritay zanset-yo kite pou nou. Kit ou se mounn lavil oubyen mounn
andey6, non nou chwazi pou dives kategori kreyasyon sa-yo pa kab
part biza pou ou, paske yo soti nan rasin-ou, ak nan fon nannann
ekzistans-ou. Si gen mounn ki deside fe lafrans nan chwazi mo pou
nonmen kategori teks litere-yo sa-a se young lot koze. Se chwa-yo
epi nou respekte sa.
Se akoz eritay zanset-yo kite pou nou tou, ki lakoz pwofese
Maximilien Laroche kwe li ta pi natirel pou nou sevi ak mo lodyans
nan plas mo woman-an, ni pou istwa nou ap ekri an franse, ni pou
istwa nou ap ekri nan lanng kreyol-la. Alaverite, kontreman ak sa
Fequie Vilsaint ekri nan Who is Who in Haitian Diaspora, premye
teyori ki part sou lodyans se Justin Lherisson ki part avek-li.
Men nan fe Lafrans nou pa kontinye ale nan menm direksyon-an.
Kidonk, George Anglade vin rapousuiv ak teyori Justin Lh6risson-
an. Le nan ane 1905 Justin Lh6risson te kreye istwa li yo, li te
bay-yo non Lodyans, paske bivize li, se te lavi Ayisyen natifnatal
nan sosyete Ayiti-a. Nan lide pa mwen, si li te aji konsa, se te pou
evite enfliyans antikite Grek oubyen antikite women, kite ap pase
nan istwa yo rele woman-yo ; Konsa, li te vin pote youn novote sou
fason ekriven nou yo te rakonte istwa anndan liv yo. La-a tou, nou
jwenn youn eritay ki soti nan men zanset-yo apre peryod kolonyal-
la, epi ki ap kontinye jounenjodi-a sou sidi Moris Siksto, Koralen,
Charlot Lucien, eksetera.
Nou konsidere lodyans tankou youn eritay ki part apre lakoloni,
paske kondisyon pou bay lodyans-yo pa te fouti posib nan young
sosyete eklavajis.
Yo tire kont lannuit epi yo bay lodyans lajounen, men
koze tire kont lannuit senpman-an, se youn reyalite peyi Lewbp
tou dapre Dr. Jean Price-Mars. Sa ki pou nou nan aspe tire kont-lan
ki ap kontinye toujou kom eritay, se le mounn ki ap tande kont-yo
made met kont-lan konbyen kou epi pou li reponn younn oubyen
twa kou depandan kantite kont li vle tire-a. Dezyem aspe kiAyisyen
anko nan tire kont, epi zanset-yo kite pou nou, se le kont-lan fini
epi tired kont lan di: Se pase mwen ta pe pase, yo ban mwen
youn ti koutpye, mwen vin tonbe la-a.


Depi le nou te konn pibliye Bilten Koukouy nan fen ane
1980-yo pou vin debouche sou komansman ane 1990-yo, nou te
konn ap ensiste pou istwa Ayisyen ekri anba kategori womon-yo, te
pote non kont, men li te deja two ta pou nou, paske mo woman-an
te deja fin enstale nan reyalite lanng kreyol-la epi nan abitid pale
ayisyen lavil-yo.
Kom nou vle rete kole ak reyalite kiltirel, ki konekte nou
ak reyalite lavi zanset-yo, Le nou ap ekri istwakont nou kole de
mo-yo, nou fe menm jan-an tou pou mo istwakout-la, nou kole li.
Rezon ki fe nou kole de mo sa-yo, se paske nou vle ba yo young lot
sans nan lanng kreyl6 Ayiti-a. Nan liv li-a, ki rele Prensip Marasa
(2004) (p.34), Pwofese Maximilien limenm di kont-istwa epi li kole
de mo yo ak youn tire. Eske gen vreman youn youn diferans ant
istwakont ak kont-istwa? Nou kontinye ap reflechi sou sa toujou,
men nou konsyan nan lide Pwofese Maximilien Laroche, kont-istwa
se kont ki pa gen ni chante, ni devinet ladan-yo. Nan lespri pa nou,
istwakont, se tout istwa ki ekri nan liv, men ki pa pejanm kab tounen
reyalite. Nan sans sa-a nou pa two wen apwoch Georges Sylvain-an
ki te deja rele > kont. Nou kwe tou, se save
Ayisyen-yo ki kreye mo kou kont chante ak kont devinet. Anfet, nan
grand mwen, depi nou di nou pral tire kont, te gen tout posiblite nou
fenk site la-yo. Pa te vreman gen youn mo pou detemine ki kalite
kont nou pral tire. Men plis ane yo ap avanse, se plis mounn ki ap
ekri sou kont-yo vin we nesesite pou diferansye kont-yo apati mo
kou devinet ( kont devinet) epi change ( kont chante) epi Maximilien
limenm pwopoze kont istwa, pou li presize, kont li mansyone-a se
pa younkont devinet oubyenyounkont chante. Konsa, depi istwa-a
kab rantre nan chan aksyon ki posib, nou chwazi rele-1 istwakout.
Epi le istwa-a rantre nan kategori aksyon ki pa pe janm vin reyel,
nou rele-li istwakont. Poudaye, Kiki Wainright deja ekri de liv li
batize ak non de nouvo kategori sa-yo.
Kont ak pwezi pa menm. Poutan, kont nou-yo gen en-
fliyans-yo sou pwezi nou-yo. Tanto noujwenn pwezi ki prete kadans
kont-yo, tanto yo prete kouple nan kont-yo, oubyen ank6 yo imite
couple ki nan kek kont ki tre popile. Ekip sanba Sosyete Koukouy-
yo anndan Oganizasyon Mouvman kreyl6 te deja komanse young
premye apwoch estetik nan travay pwezi yo ak kadans kont chante
nou yo. Nou ap jwenn model teks sa yo nan youn liv ki rele Rechech
(1979)
Nan ane 1987 Serge Madhere vin suiv menm prensip-la anndan teks
kou : Al limen zetwal-yo (p.33) epi Lanme Karayib (p.78)
Kounye-a Chante nou te konn rele ti pyezoranj lan vin
tounen L'orangerMagique anba plim Marie-C6li Agnant. Nou konn
sa sa vle di ? Sa vle di leson sajes nou-yo travese dlo, yo ap anrichi
literati ki ekri an franse nan peyi etranje, epi yo ap fe pitit mounn
lot peyi reve. Eske yo sevi ak liv Marie-Celie Agnant-an nan lekl6
Ayiti ? Mwen pa konnen si yo sevi ak liv sa-a Ayiti. Men madanm
mwen sevi ak liv sa-a nan klas-li.
Nan Rete Kote Lamesi!! youn woman ak Jozafa Large,
ote-a prezante istwa-a youn fason ki mete mounn ki ap li istwa-a
nan youn anbyans kont. Nou dwe di tou, menm jan ak Marie-Celie
Agnant nan Tipye Zoranj, istwa Jozafa rele Lamesi-a se youn kont
li transf6me epi fe li tounen youn woman.
Lot ekriven kite sevi ak apwoch kont nan literati kreyol-la
se Pauris Jean-Baptiste nan youn woman li yo ki rele Peyi Zoulout
(1979).
Nou jwenn tou Moriso-Lewa ki gen tandans fe pwezi li yo tankou
youn kont. Mwen pral fe youn Ti vwayaj nan Lalin se youn ladan-
yo. (Bay moso ladan)
Anfdt nan tout kilti gen youn relasyon ant chante ak pwezi epitou
sa pa diferan nan literati Ayisyen ki ekri an kreyol-la. Nan sans
sa-a,Manno Ejen sevi nou agranlijen nan Ekziltik. Dapre pwofese
Maximilien Laroche nan S6miologie des apparences, Manno Ejen
sevi ak repetisyon tankou sa fet nan chante-yo. Kouple pwezi li-yo
part menm jan ak kouple chante. Maximilien kontinye toujou pou
li di : anndan teks Manno Ejen-yo noujwenn repetisyon son menm
jan ak nan chante nou yo. Anfet, nou gen lontan depi nan travay
teyorik nou anndan Sosyete Koukouy Kanada nou ap ankouraje
powet-yo bati liypwezi-yo suivan kantite silab noujwenn nan change
popile nou yo.
Sou menm woulib chante-a nou jwenn anndan travay
Sosyete Koukouy youn teknik ekri pwezi Jan Mapou rele fantezi.
Nan teknik sa-a se mo ki ap fe alevini, tankou nan youn chante
DbdofLegwo te konn chante : Ki bwa Bwa gayak Ki gayak gayak
kbk Ki kok chante. Mounn ki metrize teknik fantezi-a pi byen nan
sosyete Koukouy se Kiki Wainrighe ann koute :
Bo kote pa li, Pwofese Maximilien Laroche sevi ak change
nou-yo pou li eseye analize konp6tman Ayisyen. Li te chwazi Twa
fey Twa rasin epi de lot ank6, Latibonit ak Ti Zand6, nan liv li-a
ki rele Prensip Marasa (2004). Li pa te sevi ak chante-yo pou li
cheche ritm ak kadans nan teks pwezi non, li t'ap eseye analize
konp6tman noumenm Ayisyen apati chante sa yo epi li te pwofite
voye youn mesaj rezistans bay lekte-a.
Pou nou kontinye ak chante-yo toujou, nou kab di ko-
neksyon ant pwezi ak chante-a tanmen depi dyab te kaporal, epitou
sate toujoupase menmjan-an nanmitan tout lot pep sou late. Men
nan branch kreyl literati Ayiti-a, genyen youn kalite pwezi ki rele
wongl6, kote ote-a ka konbine plizye grap pwezi ak chante ki nan
lide li. Nan ane 1965, 1966 mesye 6ganizasyonMouvmankreyol-yo,
ki te kreye Sosyete Koukouy te konn sevi ak chante ki rele wong6l-
la. Men se pwent ekriven sa yo konn ap voye pwent bay leta. Nou
va jwenn ekzanp ak definisyon pou pwezi wongol-la anndan Istwa
Pwezi krey6l Ayiti ( 2000).
Genyen pwen ak pwent. Yo part nan ekspresyon kou
chante pwen epi voye pwent. Pou mwen menm, si gen youn diferans
ant pwen ak pwent se senpman youn part sou f6m chante (chante
pwen) epi lot-la pwent, part nan langay kouran kou : Voye pwent.
Mwen di pa vreman gen diferans, paske le youn mounn voye young
went bay youn lot mounn, lot mounn ki alantou konn reponn pou
yo di: met pwen-an ranmase pwen-an. Anpil fwa mounn ki ap voye
pwent-lan, konn di ak elangans, mwen voye dlo, mwen pa mouye
mounn, men si ou sante ou mouye se avek-ou m'ap pale. Nan chante
pwen-yo tou se menmman pareyman. Sou Divalye radyo pa te fouti
jwe youn chante ki te rele Machann chabon souple fe tibourik-la
bouke ranni. Men se menm jan-an tou, gouvenman-an te genyen
chante pwen pa li : Mwen te piti, men mwen sonje, depi papa mwen
tande nan radyo : (> li di manman-m, Efemi, sa cho
wi. Mwen dwe ajoute ekip Divalye-a te f6 nan itilize chan kiltirel
natifnatal-la pou yo fe politik. Yo te soti pou yo v6le mo kou poto
mitan, fiyetlalo eksetera. ( Potomitan se f6s peristil-la epi fiyetlalo
se te youn chante pou timounn.

Nounous ba nou anndan Pawoli, young teks ki rele Pawo-
lipwent (p. 26). Men nan teks ki rele pawoliflech-la se youn pwent
Nounous voye bay youn mounn. Voye pwent, chante pwen soti
nan tradisyon pase mesaj nan youn anviwonnman kote lapawo1
pakab sikile libelibe. Le nou sonje babouket kolon konn mete
sou bouch zanset nou yo pou younn pa kominike ak lot, nou kab
konprann chante pwen ak voye pwent ta kab sevi kom youn fom
mawonaj pou soulaje soufrans epi pase mesaj rezistans.

(ASUIV)


Page 15


.x.....Ix... .. . ... . .. . .. . . .. /-Il





BACK PAGE


Mercredi 15 D~cemnbre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 47


M/s///-MAID A DM h�



J1 B ou wou swcrm
SKS i VAYAJE CIIAK


MEN YON HAN U R
-O:.-^T0 K Aw r!m wOu W~ft or

MACi4ANDIZ CAP -AlM
Ou WWOoTPATOU .E KONI'NrKS. WAY
PP mKAETON MACI-N EK-
GONAIVES ST MARC
HAITI HAITI
CAP E MAANM
HAITI
F HAmIT Rolo ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330
Fax ( 68 ) 84-7592 or ( 6184 ) 42-9398
Toll free 14-8771-45-330 or4 1-877-845-750

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
BDIlUeaeon i&8 e Rx Nt. 74 ( 48th BSIeet ) eSt t o Co g ess Ave, to PstI ln CoeaMguell ss A e Ma tti Luther
Meig J" ulvd go East on ML BlvEd ( maIdng ISt Eand tmrn ) We Rdd tak yu " strig t to toFI Port V Phlfn !e
As *I w asyou go vr ONI OIstle Hwy bo m0r4 kurd .h k M 1st Let I" tI you wtll m3e om o WIgn

Under New Management

Non gea you nouvo Bato MV MONARCH EXPRESS


En Bref...
(... suite de la page 14)
possible la planification g court, moyen et long tennem de
l'avenir d'Haiti - selon les priorit6s 6tablies par son gouver-
nement lui-m me - avec l'appui et l'engagement fermes de
la communaut6 international.
Le Gouvernement argentin est convaincu que seule une
attitude responsible empreinte de r6flexion, h la hauteur des
d6fis actuels, permettra de fire avancer un processus de
transformation dans la paix. En ce sens, I'Argentine r6itere
son engagement traditionnel envers Haiti et exprime sa E Y O
total disposition a poursuivre sa collaboration tant bilaterale
que rigionale et multilatrale pour promouvoir le bien-6tre ..: ......
du people haitien. V J 5

et du Tout Monde
Le PRIX CARBET DE LA CARAIBE ET DU TOUT
MONDE est institu6 pour r6compenser et promouvoir une .
oeuvre de r6flexion ou de fiction illustrant l'unit&-diversit .
de la Caraibe et des Amdriques. Le Prix est d6cern6 chaque
annde au mois de d6cembre selon les principles ci-aprbs 6nu-
m6rds. Site : http://prix-carbet.com/reglement . Cette annde 9
(d6cembre 2010), il y a plusieurs haitiens parmi les finalis- OW
tes. Cinq en tout: et ce sont Robert Berroudt-Oriol, Kettly
Mars, James Noel, Rodney St Eloi et Evelyn Trouillot.






Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94m Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286) _-.- . S._I
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896


PrInd bSut Oe 6I


Page 16




Full Text