Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text













.g~f g I IMa ch , i i o d * I 2 I I


L'ouragan Tomas

se enforce
L'OI.i'-'.nI ToIII. 's i' l lnfoiccl i'l i l iini chli ilins. Ll
nIIc ide s C( iA)ii 's p.. in ds I.d CiIc, "O i.,o c I L i, s ILine' .1h.clKlc .
de. 5
Le Ccielic inIloinl incinCiin dles ouii'.iis iNHC i
S nllllc-Llic cl I' in poli nPl ii | i s.i li i 0'-'..icssioIn cil I'ol'cstl
sc iwppiocldnhIII dci l I d .Ij in Iiic j\ cl dl ii \ c ll il l iii. k In li A
dcdpin nii Liin Icpllc i IIopiclIc R TOII s s'csti Ic nfiloiccc s.iii'cdi en
oiij'2d11n in tloiuchlill Ic+ C( ilbc_ ci inI' ,i ntl ii HdIII


,' , .* ., I '
"()Onc '(ll .nd C1 qtl I'[c s lnlfolcC CnIICo iun pL .l
juIliot0l 'htlluln a iil q iui lt _ Ill lll .lllm lll_ nl i in, 1llh Sonil
cI llIll(l In1, .III" . pI ci�. diclllllIlllc I NH( D'kci Icl milIcI dIc
Il S.cnwimnci si.lon cci.l 1 in dc i l.l TomIIn. Ipotnll l S. C diliiil
\ iIli H.III dc ilic . dCl tll l Ic o ic Ii.llllci dc iciic. dLu - Iiljn il.i
LOURAGAN TOIMAS ii. Iin

('HRONIQUE ELE('TORALE

Les secrets

du debate televise !
(nuinnro 2)
P()RT-.AI_ -PRIN ( E 1 No\ illlbl - Lc. dib.Lits tlc-
cIf($ d ll J llli I I ll O111 . lli i OICLII I K'llllli : llllll
klju. dct I miiniltl\ o nC1111 1111 IcnUl I)1OLn_'1iini1
C i lu\ diu iilcliccl c.Coulc i '2" ociobic I nlo n, on11t cincoic
ppll t. (1 1c Ic. I lll CI l J CC II 1 l llll c C i i 1 P CLi I 1 I don ll Il i.coll-I
InkI_ nI )CI p CLl COIlpIlcicnim lt clind 1Lcl I Ih kI d . unLI d bd l i
\oiicI d un ~cilin 111. coniiii n c I''li Ic picn l dcb.it
tIl Ic% c dic I Clc IC IIOkd IlKI I ffioiii111 111init cn tl I n L in IcII iC lkiidcllI
noninl1 Iolihn K iJinndi c lct Ic -pld, RInt R iclu.d Ni\on01c tIul
ou\ [it Ij \l0 to Jl 1pc1111i l . Im Mi l.On bLInmi hlc
N IIlC I mitlli de de. co tI IIC Ip,,iblcnicnl l bicl ii
i DEBBAT , 1. 8i


CHOLERA: La Minustah

de plus en plus suspected

NECESSITY D'UNE COMMISSION INVESTIGATION
TOTALENIENT INDEPENDANTE
P()RT-A.li-PRIN( E '1 1 )clobi - LI MlinI - dul C( liin 1 lllm pI) l 1n u nOl I kii q 1i lc l lcoin IcLillon 1~~C
ulI dI litii h.llc d c cllct IlOunidil p1,.o'ni cil l dC.1 I lpl cii m ic dcil cholcdt c l i iil fi " moi lS n i H.iiti n�i
b.im iIlllii.l i pIl dc ii i Muc hllliLin(ln. l idipili. nitl iMINLSTAH :' 1). 4
v, 4 :i .'^ ,.- .A" ' A-



CHOLERA: Haiti sous haute

surveillance dans le continent
L.A PART DE RES-
PONS.A\BILITE DES -. m


AliTORITES N.ATIO-
NALES ET INTERN.A-
TIONALES
P()RT-A.I -PRIN-
( E 1 ctoblo - (C nlllllln nl
c cloning l qit lc I HjnI iln
_ f lill ~_lIO ll0 1 lll l II I Oill'i 'ic
dl. I cpidcinllic d< cilolc i qii
_d _l c.i lo .lc oi n ic l kitll
IIl c n It . Ic Il clll _ dllpo�,IIoini-
(11i1C cii Oli n cl plcldic
ilppoil d I Il .pp'lIition Idu
t.mb lnIc i., nt p.Il li..,o i n,
|1 conllllllcl 0t
ICllk ' u I IO >n: | ln l
UpRO� l 1,I1 morn1|1 1111011 ll l
S VLillil1o-dincE ic'iip 1
ISUR'EILLANCE |l. 51


HAITI-RD : Qui a le plus a perdre

d'une fermeture de la frontier ?


P()RT-.Ali-PRINC E 2' OctoblC - Li Rlpnu-
bliclu� dilonlcIIIllcll . i clll Illill 11.Il1111 i, l lOlllli.cl
d cC HK III C LI I I intl'-' ll I Iop.Ii'.-lo iO l I c lmpidcllic dc
c holCl
Lc 'lnd'l l Inuldl I cION I-, il,11g , OI moln-
(1 c1 Ic 11 I cin di n inli I ( )N( S i (1'C c.cini L I0i 111011-
(lc ilnci Ic fiiii c ic1
.ill 'olllic cpI d llO ic cCllllo 'lc 1 Illpolic I
" C _gl II IeconinOiInLilllIon tiltl o lon- ljil.ons
Iponl Iolui' >lld'llenu de clhole.u L 1in n o miI le cinu l


pis --. piccis Li poitL-piIolc dc I O)IMS Fimid
C hbilb
Pli n e li n el i l c l I I lf i cllll lll i fi. I llO ll'lic
n c millpeClllJ p|L I L bKClIl dlllu w cholciJ dc pollwi t 101 Oil
Iuid dilii 1>c p si \ oilsilm Del I II li i A imiboiii (illi j
ec Ic piennci usoupconn cle co mnminii n pm p Icm gciic
i n.l. I i llc l l _iOill ss01Illld COIl.l ll lll .llIOlli |111 i 1C llllI

IFRONTIERE . 1 >.


,!I~./,,., ii/


i ,,, ,,,,, ,, , , ,i I 1,, I , ,, ,1, i , I I,. , , i, I, , 1 \,, ,i \ i.,, , i .i. .,1 1,. . , I/ , -. ,






I EN PLUS ...


EN BREF ...


Mercredi 03 Novembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 41


Le cholera risque


de "s'implanter" en Haiti


Joseph Guyler Delva

PORT-AU-PRINCE (Reuters)
- L'6pid6mie de cholera semble moins meur-
tribre jour aprls jour en Haiti mais la maladie
risque d6sormais de s'implanter durablement
dans le pays.
En une semaine, le cholera a fait
295 morts et contamind 3.612 personnel,
selon la nouvelle estimation fournie mardi
par les autorit6s sanitaires.
Les 6quipes m6dicales internatio-
nales coordonndes par les Nations unies
s'emploient a empecher la maladie d'arriver
jusqu'a Port-au-Prince, la capital, oni 1,3
million de rescap6s du s6isme du 12 janvier


AINE EN ALERTE
Des cas suspects ont &te signals
dans les provinces du Nord et du Sud mais
ils n'ont pas encore &td confirms en labo-
ratoire.
RWappar en Haiti pour la premiere
en un siecle, le cholera risque d6sormais de
devenir end6mique dans ce pays pauvre, aux
c6t6s d'autres maladies comme le paludisme,
la tuberculose ou le sida, a ajout6 Michel
Thieren.
"Nous devons nous attendre nor-
malement a une implantation du cholera
au niveau national au course des prochains
mois", a-t-il dit.
Le cholera provoque des diarrh6es
et une forte d6shydratation et il peut tuer
en quelques heures. II peut toutefois 6tre
combattu facilement avec des sels de r6hy-


Un grand ombre de vicmes constitu d infantss de 5 ans environ (photo Robenson/HEM)
Un grand nombre de victinmes constitute d enfants de 5 ans environ (photo Robenson HEN4)


soulign6 Roc Magloire, directeur des ser-
vices 6pid6miologistes au sein du ministbre
haitien de la Sante.
MWme si le nombre de morts re-
cens6s quotidiennement a nettement baiss6,
l'Onu, le gouvernement et les organizations
humanitaires internationales s'attendent
a une propagation de la maladie, qui s'est
d6velopp6e dans les regions de l'Artibonite et
de Plateau central au nord de la capital.
"La prochaine tape pour nous
comme pour vous, c'est de savoir quand,
gdographiquement, de nouvelles poches
de l'epidemie (...) se formeront, a Port-au-
Prince ou ailleurs", a d6clard a Reuters le
docteur Michel Thieren, repr6sentant de
l'Organisation panamdricaine de la Sante
(PAHO) en Haiti.

LA REPUBLIQUE DOMINIC-


dratation ou des mdlanges d'eau, de sucre
et de sel.
Pour l'Onu, une 6pid6mie national
avec des dizaines de milliers de cas demeure
"une rdelle possibility".
D'apres la PAHO, antenne r6gio-
nale de l'Organisation mondiale de la Sante,
il existe un "risque Olev6" que le cholera
traverse la frontibre vers la R6publique
dominicaine, qui partage lile d'Hispaniola
avec Haiti.
La frontibre n'a pas &te officielle-
ment ferm6e mais les autorit6s dominicaines
ont annual lundi le march qui se tient habi-
tuellement a Dajabon, une ville frontalibre
dans le nord de l'ile. Elles ont aussi empech6
des centaines d'Haitiens de traverser la fron-
tibre pour venir y participer.
Bertrand Boucey pour le service
francais


Port-au-Prince, le 25 octobre 2010-
(AHP) - L'ambassadeur dominicain en
Haiti Ruben Silid Valdez a d6menti mardi
les informations selon lesquelles la frontibre
haitiano-dominiaine ait 6td ferm6e du c6te
dominicain.
Selon le diplomat, les autorit6s
dominicaines ont seulement pour le moment
interdit l'acces sur leur territoire de products
v6g6taux susceptibles de transmettre le virus
du cholera qui a fait officiellement 284 morts
en Haiti.
Cette measure bien que provisoire est
de nature a affected l'Nconomie des deux pays,
notamment le secteur touristique, les hotels
utilisant de nombreux products en provenance
d'Haiti.
Le diplomat estime prdoccupante
la situation en Haiti, les deux pays se part-
ageant la meme ile (1'Ile d'Haiti) et les
maladies n'ayant pas de frontibres.
Opinant dans le meme sens, le chef
de la 4eme brigade de l'Arm6e dominicaine, le
g6ndral Florentino P6rez, a fait sa voir que la
frontibre n'a pas &te ferm6e mais que la s6curit6
y a t& plut6t renforc6e pour 6viter l'entrde de
sans papers haitiens.
" Seuls les Haitiens munis de docu-


ments 16gaux de voyage sont habilit6s a
franchir la frontibre", a d6clard pour sa part
Rafael Salas, directeur provincial dominicain
de la sante.
Des centaines de personnel s'6taient
regroup6es lundi prbs de la rivibre Massacre
s6parant les deux pays. Certaines d'entre elles
ont meme lanc6 des pierres de l'autre c6te de
la frontibre (nord) pour exiger qu'elles puis-
sent aller mener leurs activities commercials
aprbs la fermeture pour cause de cholera du
march binational de Dajabon qui se tient les
lundis et vendredis.
Cette measure a provoqu6 le m6con-
tentement des commercants haitiens. Des
agents de la police national d'Haiti et de la
Minustah ont di intervenir avec des gaz lacry-
mogene pour disperser les manifestants.
L'OMS a estime pour sa part mardi
qu'il 6tait inutile pour la R6publique dominic-
aine de former les frontibres ou de restreindre
les voyages et le commerce avec Haiti.
C'est la recommendation que nous
faisons pour toute 6pid6mie de cholera dans
n'importe quel pays, a d6clard le porte-parole
de l'organisation mondiale de la sante Fadela
Chaibe.


L'Ouragan Tomas menace Haiti
L'alerte jaune a &td d6crite et toutes les measures d'urgence sont prises pour avertir la
population et si n6cessaire pour commencer l'dvacuation volontaire des gens h6berg6s
dans les camps de d6plac6s.
I1 est prdvu que l'ouragan passera a 200 kilometres au sud de la r6publique d'Haiti.
Toutes les villes du Sud, du Sud Est, de la Grand Anse, des Nippes sont particuliere-
ment a risque. On pr6voit aussi de fortes vagues et toutes les embarcations sont prides
de rester a quai.
La Protection civil est mobilis6e a tous les niveaux. Sa directrice Alta Jean Baptiste
garantit que tous les agents de l'institution sont en 6tat de veille face a l'arriv6e de
l'ouragan Tomas.
"Nous avons lanc6 un appel a l'dvacuation volontaire, en particulier dans les camps, a
d6clard Mme Alta Jean-Baptiste. Nous avons des plans pour dvacuer les camps mais
nous ne pourrons pas 6vacuer tout le monde", pour commencer les enfants, les femmes
et les personnel ages. I1 a &et demand aux gens vivant sous les tentes d'aller, s'ils le
peuvent, chez des parents en province et d'y rester jusqu'a la fin de la temp6te.
Done toute une mobilisation est en voie. Le service maritime est aussi sur pied, et il est
demanded a toutes les embarcations de rester a quai.
De son c6te, la direction g6ndrale de la PNH (police national) a lanc6 des directives a
toutes les directions d6partementales, demandant que tous les effectifs soient mis a la
disposition de la population.
La Croix Rouge Haitienne est aussi mobilis6e.
L'ouragan Tomas est pass de la cat6gorie 1 la cat6gorie 2. Les vents atteignent main-
tenant 160 km/heure.
La Martinique a &t6 priv6e d'l6ectricita au passage de l'ouragan qui a fait aussi beau-
coup de d6gits a la Barbade, autre ile de la Caraibe.

Le CIO approve les plans pour la construction d'un centre
sportif en Haiti
The Associated Press (CP) - ACAPULCO, Mexique - Le Comit6 international olym-
pique a accept de construire un centre de d6veloppement multi-sports en Haiti.
Le porte-parole du CIO Mark Adams a dit lundi que le centre repr6sentera un heritagege
durable>>, alors que la nation insulaire tente de se remettre du tremblement de terre
survenu enjanvier qui a tu6 plus de 300 000 personnel.
Le centre de Haiti sera le deuxibme du < du CIO, apres
un complex de 10 millions $ en Zambie, qui a ouvert ses portes en mai et qui ac-
cueille environ 1000 athletes par mois, qui pratiquent 21 diff6rents sports.
M. Adams a pr6cis6 que le centre de Haiti suivra le module de celui de la Zambie,
meme s'il reste encore a determiner l'emplacement exact, la grandeur et les cofits.

Haiti: peu d'abstention prevue
La participation aux elections pr6sidentielle et l1gislatives auxquelles sont convoqu6s
les Haitiens le 28 novembre devrait 6tre "satisfaisante" malgr6 la crise nde de l'6pid6-
mie de cholera, a jug6 hier le chef de la mission d'observateurs internationaux.
"Je n'ai pas de boule de cristal, mais je pense qu'il existe un certain nombre de facteurs
qui vont permettre une participation bonne et satisfaisante" au scrutiny pr6vu dans un
mois, a d6clard Colin Granderson, le chef de la mission mise en place conjointement
par l'Organisation des Etats amdricains (OEA) et les pays du March6 commun de la
Caraibe (Caricom).
Pour qu'elle soit satisfaisante, cette participation devra se situer "bien au-dessus" des
11% enregistrds lors d'dlections partielles l'an dernier, a relevd M. Granderson lors
d'une conference de press a Washington.
L'OEA et le Caricom doivent d6ployer quelque 200 observateurs en Haiti afin de
surveiller le d6roulement du scrutiny auquel sont appeals a participer les 4,6 millions
d'Haitiens inscrits sur les listes.
"Malgr6 tous les problkmes, il y a une dynamique dans le pays qui tend vers l'organisa-
tion d'l6ections", a ajout6 M. Granderson.
Un peu plus de neuf mois aprbs le s6isme qui a tu6 250.000 personnel, Haiti fait face
depuis plusieurs jours a une crise sanitaire engendrde par une 6pid6mie de cholera qui a
fait prbs de 300 morts.
Les elections "peuvent avoir lieu sans qu'augmente" la transmission de la maladie, a
soulign6 de son c6t6 Jon Andrus, directeur adjoint de l'Organisation panam6ricaine de
la Sant. Pour cela, il est imp6ratif d'observer les regles 1eementaires d'hygibne, et en
premier lieu de se laver les mains r6gulibrement, a-t-il insist.

Grande Riviere du Nord : Le Lyc6e Jean-Jacques Dessalines
rnov
HPN - Le Lyc6e Jean-Jacques Dessalines de la Grande Rivibre du Nord a &te r6nov6 et
agrandi, a pu constater HPN lors de la c6r6monie d'inauguration des nouveaux locaux
de cet 6tablissement scolaire le 22 octobre could en presence du ministry de l'Educa-
tion national, Joel Desrosiers Jean-Pierre.
Le Lyc1e Jean-Jacques Dessalines a et fond& le 10 novembre 1987. I1 comportait
alors 5 sales de classes et la direction se trouvait sous un manguier. L'installation
sanitaire y faisait d6faut ainsi que l'eau potable. 16 ans plus tard, en 2003, cinq autres
sales ont &te ajout6es.
Le lycce a dfi attendre 7 ans de plus, soit en 2010, avant de disposer de 17 sales,
d'un bloc administratif, d'un bloc sanitaire, d'une caf6t6ria, d'un terrain dejeu, d'une
salle informatique branches sur internet ainsi que d'une bibliothbque de plus de 500
ouvrages, tout ceci grice a un project finance par le ministbre de l'Education national
et coordonn6 par le Fonds d'assistance 6conomique et social (FAES).
Les &lves et responsables du Lyc6e Jean-Jacques Dessalines ont chaudement salu6 la
concrdtisation du project.
<< Cela fait un bail que la communaut6 rivanordaise attendait la concrdtisation d'un
tel rave >>, se r6jouit Firmin Moise, le directeur de l'6cole. Ce dernier a qualified de mo-
nument le lyc6e et a remis une plaque d'honneur et m6rite au ministry Joel Desrosiers
Jean-Pierre.

Nouveaux chiffres concernant l'6pid6mie de Cholera
Au point de press quotidien de la Cellule de crise samedi, un nouveau bilan a &t6 com-
muniqu6 au public 6tablissant a 330 le nombre de morts faits par l'6pid6mie de cholera
et 4714 personnel hospitalis6es
Les responsables sanitaires du pays entendent d6velopper une triple strat6gie pour faire
face au cholera : renforcer les measures deja adoptdes, continue a sensibiliser la po-
pulation et 6tablir un systeme de surveillance efficace. Selon l'Organisation mondiale
de la sante (OMS), les Haitiens doivent apprendre a vivre avec cette nouvelle r6alit6
quest le cholera, qui sera dor6navant end6mique en Haiti.
II y aura des periods de flambee de cholera (aux periods chaudes de l'annde). Et
d'autres periodes avec trbs peu de cas (pendant les mois plus frais).
Mais le cholera devient comme la typhoide et la malaria, une maladie endemique chez
nous.

Une enquete sur l'origine du cholera en Hai'ti
On sait que les premieres constatations de la presence du bacille ont ete faites dans les

(EN BREF / p. 14)


Page 2


L'ambassadeur dominicain en Haiti

dement que la frontier

haitiano-dominicaine ait ete fermee


- - , - - -I x. . . .. x... ... . . ... . . . .. .. . . . .






L'ACTUALITE EN MARCH


Un autobus de journalists attaque


AP, 26 Octobre 2010 - PORT-AU-PRINCE, Haiti
- En Haiti, des homes arms ont attaqu6 et cambriold un
autobus transportant des joumalistes affect a la couverture
de la champagne d'un candidate pr6sidentiel.
Le chauffeur de lautobus a &te tu6 et unjoumaliste
bless, selon la police.
L'attaque est survenue lundi soir sur une route entire
Gonaives et Cap-Haitien.


istre qui est consid6r6 come le favor en vue du vote du 28
novembre.
Le chauffeur - un policies qui n'6tait pas en service
- a tent6 de foncer sur les homes arms avec son v6hicule,
mais il a &t abattu d'une balle a la tate. Le v6hicule s'est ensuite
renvers6, blessant unjoumaliste. Les assailants se sont alors
empar6s d'argent et d'un ordinateur portable.
Les suspects ont &te retraces lundi soir. Un d'entre


Sept joumalistes se rendaient couvrir la champagne eux a &te tu6 lors d'6changes de tirs avec la police, mais trois
du candidate Jacques Edouard Alexis, un ancien premier min- autres ont ete arrnts.


La Minustah condamne I'attaque

contre le bus des journalists


La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en
Haiti (MINUSTAH) a d6plord mercredi une attaque centre un
bus transportant huit joumalistes qui couvraient la champagne
6lectorale.
L'incident a eu lieu dans la nuit du 25 au 26 octobre
dans la locality de Passereine, a environ 12 km de la ville de
Gonaives. Cesjoumalistes se rendaient a Cap-Haitien envue de
couvrir le lancement de la deuxieme phase de la champagne 6lec-
torale du candidate a la pr6sidence, Jacques Edouard Alexis.
<< La Police national d'Haiti a d6ji commence une
investigation autourde l'incident avec le support de la MINUS-
TAH. La Mission exprime son indignation par rapport a cet
incident qui survient dans un context de champagne 6lectorale
>>, a dit la MINUSTAH dans un communique.
La Mission des Nations Unies < demand aux can-
didats a la pr6sidentielle et aux l1gislatives de preparer


Confusion en Haiti:

un centre de traite-

ment du cholera de

MSF attaque
27 octobre 2010 - Ce centre de M6decins sans
Frontibres a &6t attaqu6 mercredi, alors que des rumeurs
circulent dans le pays sur l'origine de l'6pid6mie, faisant
un lien avec l'aide 6trangere et incriminant particu-
librement des soldats ndpalais de 1'ONU. La Minusta
a d6menti.
Un centre de traitement du cholera de M6de-
cins sans Frontibres dans la ville haitienne de Saint-
Marc, dans le centre, a &te attaqu6 par des manifestants
qui redoutaient une propagation de l'6pid6mie, a con-
stat6 mercredi 1'AFP. Des habitants de la ville, situde
au coeur de l'6pid6mie a environ 100 km au nord de
la capital, ontjet6 des pierres mardi soir en direction
du personnel medical de l'association humanitaire, qui
tentait d'installer ce centre de traitement en dehors de
l'h6pital St-Nicolas, d6bord6 par les malades. "La con-
struction d'un centre d'une capacity de 400 lits allait 6tre
achev6e quand un group de personnel ont manifesto
violemment centre louverture de l'6tablissement. Plu-
sieurs tentes ont t6 brfiles. Aucunbless6 grave n'est a
d6plorer", a indiqu6 MSF dans un communique.
Des casques bleus argentins de la Mission des
Nations unies en Haiti (Minustah) sont intervenus pour
mettre fin aux 6chauffour6es, ont indiqu6 des respon-
sables sur place. Mercredi, ces soldats montaient la
garde pendant que ce qui restait du centre medical 6tait
d6mont&. A l'h6pital, le Dr Yfto Maquette a expliqu6
que le centre de MSF devait 6tre install a proximity de
deux 6coles et que les habitants ont craint que l'afflux
de patients ne propage l'6pid6mie, qui a fait prls de
300 morts et plus de 4.000 malades. "L'id6e 6tait de
d6sengorger l'h6pital en installant des patients dans le
centre mais nous aurions dfi commencer par parler a la
population pour qu'elle comprenne ce que nous 6tions en
train de faire", a d6clard a 1'AFP le Dr Maquette, dans la
cour de l'h6pital St-Nicolas oni des centaines de patients
attendaient sur des lits de camp d'6tre pris en charge. Le
Dr Maquette a pr6cis6 que 800 malades 6taient en course
de traitement a l'h6pital, oni 300 nouveaux cas arrivent
chaque jour depuis le d6but de l'6pid6mie provoqude
par l'eau contaminde de l'Artibonite, fleuve qui arrose
le d6partement du m6me nom.
Des rumeurs circulent dans le pays surl'origine
de l'6pid6mie, qui reste un mystbre, et font un lien avec
l'aide 6trangere, incriminant particulibrement des sol-
dats n6palais de 1'ONU. La Minustah a d6menti: certain
croient "que des matibres organiques humaines jet6es
dans une rivibre (...) par la Minustah sont a l'origine
de l'6pid6mie (...), mais (la mission) utilise en fait
sept fosses septiques". A Genbve, une responsible de
l'Organisation mondiale de la sante (OMS) a affirm
qu'il 6tait "absolument impossible" que la maladie ait
&te apport6e par des humanitaires venant d'autres pays.
Selon elle, ce n'est pas la premiere fois que le cholera
apparait dans un pays sans qu'aucune explication soit
trouv6e. En attendant, l'incident de mardi soir retarde
les efforts de MSF pour letter centre l'6pid6mie.


bien a l'avance, en coordination avec la PNH, leurs plans
de s6curit6 pour r6duire les risques de d6rapage durant leurs
activities de champagne.
Al'occasion du lancement de la champagne 6lectorale
debut octobre, le Repr6sentant special du Secr6taire g6ndral de
1'ONU, Edmond Mulet, avait appeal les Haitiens a mener cette
champagne dans une ambiance sereine pour que les elections
du 28 novembre soient une r6ussite.
<< Les elections du 28 novembre offrent l'opportunit6
unique de d6finir le chemin a suivre durant les cinq prochaines
anndes. En ces temps difficiles, alors que les acquis politiques
6conomiques et sociaux des dernires anndes semblent mena-
c6s, il imported que les Haitiens se mobilisent pour l6ire des
femmes et des hommes d'Etat a la hauteur de la situation >,
avait dit M. Mulet dans un message.


~iP%~L


A o1 UNIBANK, ce que nous considerons
come note plus grande reussite.
c'est lo Confiance que vous nous
accordez depuis le 19 julliel 1993.

A occasion de son 17eme Annivefsoare,
la UNIBANK adresse ses plus sinceres
remerciements 6 ses 850.000 clients
et 'enouvelle son engagement
6 touours leur loumir le service
5 6toles qu'ils m6riteni I


I I UNIBANK
I lIII, !i1""' ""

"F.alsons roua.ensembl

wwwf.unibank h a i il r em


wS


Page 3


Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 41


F VENEENT SOMMAIRE
C Iiolc LI hInuistah de plus en plus suspected p.l
EPIDEMNIE
HIIIl SiolN Ilu:i suLrveillance dans le continent p.1
ECONOMIC
()ii Ic pInls cI lidicl d'une fermeture de la frontie-
IC IlillllJino-do nlllCllJIKC ? p.1
ELECTIONS
LcS sccickl di ddkbail k16vis6 p.1
DERNIERE HELiRE
L'ouragan Tomas dans la region p.1
SPECIAL
Lc cliolc i iiuqq de s'implanter en Haiti p.2
liii CCIIIi dc iluitement du cholera attaqu6 par des
IllJllllk.UlHllll p "l
L. Mi ui lliliI dciiniit 6tre a l'origine de l'6pid6mie p.4
JicinchI :l Sbmicjdi p.5
B.NDITISMIE POLITIOUE OU CRIMINAL ?
Ui iI lobts de joumalistes attaqu6 et le chauffeur tu6
P l
LUTTE CONTRE LE CHOLERA
' es \\ c , IIn | p -
\'lli liounilIn It outil technologique novateurp.6
M sal I|iic\ p Ill . on pou pwoteje tbt noup.ll
LIBRE PENSER
(omixteLnccs p 12
Mobiliici pl I
POPLiLATION
La Spdfcificilk d'Haiti p.13
LETTRES
Ko iit nI k, o n youn Ayiti tou nef p.15


.x~x x I . - l - I - I v - - - - - - - - - - - - . - - - - - -


...... ... . ...






UNE ANALYSE


Mercredi 03 Novembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 41


La Minustah de plus en plus suspected


(MINUSTAH... suite de la lere page)
l'espace de quinze jours.
Des analyses effectu6es sur des 6chantillons prdlev6s
dans les fosses d'aisance a la base en question, celle du bataillon
N6palais, se sont rdv616es negatives, soutient le porte-parole de
la Minustah ou Mission des Nations Unies pour la stabilisation
en Haiti 6tablie dans ce pays depuis juin 2004.
Le porte-parole, Vincenzo Pugliese, confirm 6ga-
lement que tous les membres du bataillon, arrive en Haiti
debut Octobre sur une base de rotation, ont test n6gatif pour
S%, I1


D6charge A ciel ouvert...
Cependant un reportage de l'agence am6ricaine As-
sociated Press r6alis6 sur les lieux memes (a l'intersection de
la base militaire avec la riviere Meille, qui est un confluent du
fleuve Artibonite) content de nombreuses differences avec les
affirmations de Pugliese.
Associated Press dit 6tre arrive sans invitation, just
au moment ou les enqueteurs de la Minustah, qui se trouvent
6tre eux aussi des militaires, r6alisaient leurs prel6vements.
Contrairement aux affirmations du porte-parole de la
tiP**


Indifference ou mauvaise gestion ? ...
Les habitants du village disent que aussi bien la fosse
a l'int6rieur de la base que la d6charge coulent constamment
vers la riviere oi ils se baignent, boivent de l'eau et lavent
leur linge.
Le maire de Mirebalais, Lochard Noel (actuellement
candidate aux s6natoriales du 28 novembre 2010), dit avoir
demand aux officials du bataillon ndpalais de ne pas placer la
d6charge a cet endroit, mais qu'il n'ajamais requ de rdponse
a ce sujet.


..'- . '^, - -'" ' '.,. *'-" -. .

j% -' , . ; �

n homme suspect davorora le long de la route national Nord (P)
Un homme suspect d 'avoir succombe du cholera le long de la route national Nord (AFP)


A Mirebalais (Centre) une bruyante ;.....1, i.,i... , rassemblantsurtoutdesjeunes demandant
lafermeture de la base des casques bleus venus du NApal (AP)


le cholera.
L'6pid6mie a d6jh fait un total (chiffres communiques
samedi par le ministere haitien de la Sant6) de 337 morts et
4764 personnel hospitalis6es qui dans leur grande majority
ont retrouv6 la sant.
Dans un communique de press, la Minustah dit
aussi avoir respect tous les riglements internationaux dans
la construction de ces installations sanitaires (ceux du EPA,
en frangais APE/Agence de Protection de l'Environnement)
et pour finir qu'elle emploie les services d'une compagnie
priv6e, Sanco Enterprises S.A., pour nettoyer les tanks et
6vacuer leur contenu.


mission concernant le respect des dispositions internationales,
une fosse sceptique enterr6e a l'int6rieur de la base d6borde
et laisse planer non seulement l'odeur f6tide dans l'air mais
des tuyaux bris6s laissent 6chapper un liquid noiritre, don't
un (tuyau) en plastic qui descend la pente en direction de la
riviere oi des gens sont en train de se baigner.
Le site de d6charge, oi l'on se d6barrasse des ex-
cr6ments, se trouve just en face, de l'autre c6t6 de la rue, et
consiste en une s6rie de trous a ciel ouvert oi pataugent des
pores et nagent des canards.
Ces trous, de la hauteur d'un baton, se d6versent
constamment vers la riviere en p6riode de fortes averses.


Cependant la mission maintient dans ses declarations
avoir requ l'autorisation de la mairie. Quoique comment ne
pas interroger la decision de placer une d6charge destine a
cette fin aussi pres d'une riviere qui joue un r6le aussi vital
pour une communaut6 ? Indifference ou mauvaise gestion ? Et
inexistence aussi, bien entendu, de l'Etat haitien.
Le porte-parole de la Minustah nie que le liquid noi-
ritre s'6chappant de la base soit des excrements humans, et dit
qu'il vient plut6t de la cuisine et des toilettes. II dit aussi que les
tuyaux avaient 6td d6terr6s pour les besoins de l'investigation,
mais il n'a pas pu expliquer, souligne Associated Press, pour-
quoi on laisse le liquid des tuyaux couler vers la riviere.


(MINUSTAH / p. 12)

La MINUSTAH dement les informations selon lesquelles des dechets

humans de la mission seraient a l'origine de l'6pidemie de cholera


Port-au-Prince, le 25 octobre 2010- (AHP) - La
Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haiti (MI-
NUSTAH) a rejet6 mardi les informations selon lesquelles
des d6chets humans d6vers6s dans une riviere a Mirebalais
par la mission seraient a l'origine de l'6pid6mie de cholera
en Haiti.
Des informations relay6es par des m6dias de Port-
au-Prince laissaient en effet croire que des matieres f6cales
contamin6es d6vers6es dans le Fleuve Artibonite seraient res-
ponsables de l'6pid6mie de cholera qui a fait selon un dernier
bilan official 284 morts don't 273 pour le Bas Artiboniote, 11


pour le Bas Plateau central, alors que 3769 personnel sont
hospitalis6es don't 3612 dans l'Artibonite
La MINUSTAH a fait savoir qu'un contingent mi-
litaire n6palais est effectivement bas6 a Mirebalais, dans la
locality de Meille, aubord de la riviere portant le meme nom. "7
fosses sceptiques, construites
en circuit ferm6, desservent
la base militaire et ripondent ' ..
aux normes de construction "
de l'Agence de Protection
de l'Environnement (EPA)",


Mirebalais. Il se trouve a 250 metres de la riviere Meille, "ce
qui repr6sente plus de 20 fois la distance requise au niveau
international".
Par ailleurs, la MINUSTAH affirme disposer d'une
Unit6 charge de la conformity environnementale qui s'assure


Le numnro 2 de la M/inustah. Nigel Fisher: visitant un centre de distribution de products
pour les victims de 1 'epidnmie (photo L. Abassy)


a-t-elle ajout6, expliquant que
ces fosses sceptiques sont vi-
d6es chaque semaine par qua-
tre camions d'une compagnie
priv6e contractuelle.
Le site de d6charge
utilis6 par la compagnie, a
dit la MINUSTAH, a obtenu
l'autorisation de la mairie de


r6gulierement que la gestion de tous les d6chets de la Mission
concorde avec les normes international 6tablies.
Elle affirmed 6galement poursuivre ses investigations
en vue de s'assurer du respect scrupuleux de ces normes par
toutes ses entit6s.
Pour l'instant aucune information n'a encore &6t com-
muniqu6e au niveau official sur l'origine de l'6pid6mie. Les
autorit6s affirment poursuivre des recherches en ce sens, bien
que la these de "'importation" ne soit pas 6cart6e.


Pcti Plus Bakery, Ium.4
NATURAL JuIcE


11638 NE 2nd Ave.
Miamr. FL 33160
Tel. 305-394-6118


Catering Speciallts
Cakes. Pariest, Hora dOeuvre
for al occasions


Page 4


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL,
5 Novanm 2008 - Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan www.
amerijet.com. Nouvo sit la founi
yon baz kominikasyon ki pem&t Ilt' ltM 0 :
klyan anjwenn tout enf6masyon li .1 D , .- ,, t I
bezwen sou transp6 pa avyon, sou
ijliiic k ,l ic fc IR /c\ J Oil pOl
tiiIspo Inallilidi/ ak bK n iicl . \ oin Liit lll I onks%\ on ii dmuin iSituiiif k konlabillei
Not\o Sit Li bIl kl\ Iin a pls cuiifonims on >c SilOi pi Iupid sou mIllchlidi/ l
ak son jaCCO Iii i iin ko iinp ii ni Sit lj kLilkilc k dc: lope pou fe tout bolt.J pl fail pou
kIh in n L kii st i Iilandi / lap o'\c I kit c cf. pcsonci dapic Paiin Rollins. N is-prec/idiin
Bi/,nc D,\ lopnmn
\l\, 1 .�*.*.of i \ on i)pio (cdc, .ip ipc .liki |OLl p iin h/Ic Ilo c imlfko il on oc poll
fotini 'imfotliiij on in i i \ 11 pOLl cdc khl imn i ckonIoini/i i, n i k Iliin Non ll Ic ofn khl\ n
aln ion )losId' l)nic-Slop-Shio I i Io l di liIon \ Il ofl Ii phI/\ c sol\ s.\ oin i ch\ - ,l\ oi
balo O�S\\ i kai on - i q- LIII n c' I liiColdil/ on Lckspou.i on kil ki , pou )llllipoul. oni
NJI .J kap \ 11 v nim'M pul Iilnodii loi ti hnul lon E l'bii Ii PEilliId
Robbins joLiiC ~ il\ain c kI CICikCSC Ikiin ICkiiloti Ip cdc non Lb\ koip\il ani plhs
0ks|ldnIs1 on Il Wii' Pi'11111l'c lupI.iil6 oni'i J l
A IlC I I'.I[II kI- mliii & nl'iT' m oil koiio, c cSo, loL, foni
- I|,i I1\ \ O I |i bNjo ,ik 1 1ik I
Koii|pi I nII b./c inin Foit-liidcl idhc (Flondi II ,CIn olii sol loIutN IL a lk
dcstliision nIiin Noith Souith k Ccntiil Alilk I k lc\Ico Kaii. ib Lciop L,/I dk

Mlli II-E l l lli/: .lifjl\\,i BocIIng in '' "-'i Ik BocIn, "', '-21 ilI dcpi i IiiisIpdl Lbi/ II
li o! M Iiiu In rntlllionil .A rpoIl
Pol pll CIliOIIi $\ oh \ i /ile iici AOLI S 1 'II l IiiCc Ii \\"\\\\ , J'i' iOici coin
Konmik Mcdui (C clinic Ricluid Aiiicnici Iniitnitilionil '5-2-554





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * No 41


DE LACTUALITE


Haiti sous haute surveillance dans le continent


(SURVEILLANCE... suite de la lere page)
pris des measures de prevention destinies i 6viter que l'6pid6mie
de cholera dtect6e en Haiti ne s'6tende sur le continent, oni
cette maladie a fait plus de 10.000 morts aprbs son apparition
en 1991 au P6rou.
I1 n'y a pas que chez nos voisins dominicains, mais au
P6rou, en Colombie, au Venezuela ou en Equateur, des alertes
6pid6miologiques ont 6t6 lances, en particulier a destination
des postes frontaliers, des ports et des a6roports afin de renfor-
cer la surveillance des voyageurs et les measures sanitaires.


En R6publique dominicaine, qui par-
tage l'ile avec Haiti, les voyageurs souhaitant
traverser la frontibre doivent se d6sinfecter les
mains et remplir un questionnaire medical.
En Colombie, des measures ont &te
prises dans les ports et les a6roports oi les
bateaux ou avions pouvant v6hiculer de l'eau
ou des products contaminds en provenance
d'Haiti sont particulibrement surveill6s.
Au Venezuela et au PNrou, la sur-
veillance est de mise pour 6viter que l'6pid6-
mie 'traverse la frontibre (haitienne) et arrive'
chez eux.

10.000 personnel avaient
perdu la vie ...
En 1991, une 6pid6mie de cholera
parties du P6rou s'6tait rapidement 6tendue a de
nombreux pays du continent. Quelque 10.000
personnel avaient perdu la vie et plus d'un mil-
lion avaient 6t6 touches, selon l'Organisation
mondiale de la sante (OMS).
Que font tous ces pays voisins ? Ils
prennent des dispositions pour que le flNau
apparu r6cemment en Haiti ne traverse aussi
chez eux.


serait mals6ant de la part des Haitiens de chercher a connaitre
l'origine de l'6pid6mie don't nous sommes actuellement les
victims innocentes.
Comme quoi il nous faudrait accepter que Haiti (de par
son statut de pays le plus pauvre du continent) fait exception
a toute regle et consid6rer le cholera auquel nous faisons face
pour la premiere fois depuis plus de cent ans au moins, comme
une 'g6ndration spontande', unproduit sui generis, c'est-a-dire
propre au pays lui-m6me, 6tant donn6 notre degr6 de pauvret6
et d'insalubrit6.


Bien que le nombre de malades hospitalises pour le cholera parjour ait dimi
ainsi que la gravitO des cas, I 'h6pital de Saint Marc est toujours assiege (Al


Bref, sauf dans des pays oi il est end6mique (et Haiti Oui, cela nous done certes notre taux le plus Olev6
n'en faisait pas parties jusqu'h tout r6cemment) le cholera vient de d6ces dus au paludisme ou autres maladies diarrh6iques
toujours de quelque part. qui emportent massivement nos nouveaux nds alors que ces
Il n'y a aucune honte a cela. Le P6rou d'ofi il 6tait parti maladies sont facilement 6vitables en amdliorant la quality de
en 1991, pour provoquer la mort de quelque 10.000 personnel l'eau et l'assainissement de l'environnement.
dans le continent, n'est pas un pays tenu pour cela a l'index.
Un carrefour international de toutes les


Victims innocentes ...
De la m6me faqon, nous ne voyons pas pourquoi il


pour souhaiter avoir ceux aussi des autres, et vice versa.
Et on a le droit (et m6me le devoir) de critiquer le
manque de provision et de vision de la part de nos autorit6s
politiques (ainsi que de 1'ONU dans toutes ses instances g6-
n6ralement quelconques) pour n'avoir pas fait suffisamment
cas du fait qu'une 6pid6mie de cholera venait d'avoir lieu l'Ft&
dernier a Katmandou, capital du Nepal, avant d'embarquer
pour notre pays l'actuel bataillon ndpalais arrive au debut de
ce mois d'octobre.
Contrairement aux troupes nord-amdricaines et euro-
S pennes d6ploy6es enAfghanistan, les soldats
onusiens en Haiti, au nombre de quelque
10.000, viennent des quatre coins de la terre,
don't plusieurs pays qui ne sont pas mieux lotis
que nous sur le plan 6conomique.
, Haiti est-elle de ce fait menace de
devenir un carrefour international de toutes les
maladies fleurissant principalement dans les
pays les plus pauvres sous tous les tropiques,
une sorte de laboratoire 6pid6miologique in
vivo et d6mentiel ?

Mettre en place un meilleur
system ...
La question n'est pas de trop si les
autorit6s haitiennes doivent rester toujours
S aussi aveugles ... face h une gestion onusienne
plus laxiste qu'on n'auraitjamais crf !
Par centre, nous pouvons nous servir
S de cette experience malheureuse pour obtenir
* la cooperation des pays voisins non seulement
L 1 pour combattre l'actuelle 6pid6mie (comme
- I le font en ce moment nos responsables) mais
aussi pour mettre en place un meilleur system
FU de gestion de l'eau potable et des d6chets
organiques et autres.
Une aide probablement toute acquise 6tant donn6
qu'il y va aussi de leur protection. L'6pid6mie parties du P6rou
en 1991 n'avait pas fait moins de 10.000 morts dans le conti-


nent.

sema


maladies ...
Mais voilW, nous avons suffisamment de nos microbes


En Haiti, on a relev6 337 en un peu plus de deux
lines.


Haiti en Marche, 31 Octobre 2010


Cholera


AFP - Le Venezuela a mis en place un plan de "vi-
gilance 6pid6miologique" pour 6viter la propagation sur son
territoire de l'Npidemie de cholera qui s6vit en Haiti, a un miller
de kilombtres de ses c6tes, a annonc6 mardi la ministry de la
Sante, Eugenia Sader.
Le dispositif pr6voit notamment "le suivi des voya-
geurs en provenance de Haiti et le prdlevement d'6chantillons
pour carter la presence du virus" chez les personnel revenant
de vols humanitaires dans lile, a-t-elle precise sur la chaine
officielle VTV Le pays sud-am6ricain devait envoyer ce mardi
une cargaison d'aide humanitaire d'urgence a Haiti.
"I1 n'y a aucun cas de cholera au Venezuela", a 6ga-
lement assure la ministry.


Cholera


le Venezuela en "vigilance"
Lundi, la R6publique dominicaine (est), qui se partage L'Organisation mondiale de la Sante (OMS) a cepen-
l'ile carib6enne d'Hispaniola avec Haiti (ouest), avait pour sa dantjug6 aujourd'hui qu'il n'6tait "pas n6cessaire de former les
part annonc6 la fermeture partielle de leur frontiere commune frontieres ou de restreindre les voyages dans l'ile et le com-
de 376 km pour emp6cher la propagation de l'6pid6mie sur merce avec Haiti". Pour l'instant, 1'6pid6mie a fait "259 morts"
son sol. et conduit a "3.342 hospitalisations" a Haiti, mais les Nations
Seuls les Haitiens munis d'un visa et ayant observe un unies redoutent une crise sanitaire d'ampleur national faisant
protocole sanitaire dMfini par les autorit6s dominicaines seront des dizaines de milliers de malades.
ainsi autoris6s a enter dans le pays, selon la press locale.
En outre, le gouvernement dominicain a interdit
jusqu'h "nouvel ordre" la tenue d'un march organism tous
les lundi et vendredi plrs de la frontibre, au grand dam des
nombreux commerqants haitiens qui avaient l'habitude de s'y
approvisionner.


Jacmel se barricade


HPN - Ala cit6 touristique, les autorit6s municipales
annoncent diverse measures pour barrer la route au cholera.
Plusieurs postes de contr6le seront notamment places sur la
route de Jacmel, au sud-est d'Haiti.
La d6l1gation du Sud-est en accord avec les autori-
t6s municipales et les responsables sanitaires jacmdliens ont
annonc6 diverse measures pour emp6cher que l'6pid6mie de
cholera ne gagne la principal ville touristique du pays.
Comme premiere measure, la ville s'interdit pour une


p6riode de 15 jours d'accueillir des products et des v6hicules
en provenance des villes frapp6es par le cholera, come l'Ar-
tibonite et le bas Plateau Central.
Plusieurs postes de contr6le seront 6galement installs
sur la route de Jacmel avec un m6decin, un agent environne-
mental. Les autorit6s projettent de distribuer du s6rum oral et
des antibiotiques pour purifier l'eau au niveau des postes de
contr6le.


L'Oms predit une lutte de plusieurs annees

pour 1'eradication de la maladie
P-au-P., 28 oct. 2010 [AlterPresse] --- << La progres- labact6rie s'est installke dans notre environnement >>, consider
sion rapide du nombre de cas de cholera se r6duira, mais il y JonAndrus, directeur adjoint de l'Organisationpanamdricaine
aura probablement de nouveaux cas a l'avenir, maintenant que(OMSp. 12)
(OMS/ p. 12)


O, - .


c IN T. i C T. L; -S
TOLL FREE. i-888-38 -2 85
. r. 3 1 -3 2 C - 3'
F.A. .% X 5 -2G 2 8 -8332
CELL. 3C 5-: G-88 i i


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


Nom
Adre


sses


Ha ____
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
US $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


Gdes 520.00
SUS $ 78.00
u_ $ 80.00
US 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec Iivraison, le coOt est ke double.
Prifre de specifier li vous 4tes
un novel abonn6
ou s'll saglt d'un renouvellement


Nouveau
v--]


Renouvellement

a-q


Page 5


I


Cobt pour Six.Mois


I Co^ plou^Vr =






I RELATIONS HAITIAN O-DOMINICAINES I


Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 41


Qui a le plus a perdre


d'une fermeture de la frontiere ?


(FRONTIERE... suite de la lre page)
Secundo, les malades du cholera se caract6risent par
leur 6tat de total affaiblissement et ne peuvent se tenir debout,
done facilement rep6rables. Sauf a aller chercher du traitement
dans le pays voisin, comme les Haitiens r6sidant dans la zone
frontalibre le font tout le temps, il est vrai, ce ne sont pas des
gens don't la premiere preoccupation est de voyager A l'6tran-
ger.
Ce mardi les autorit6s dominicaines ont apporte un
premier moderato. Les voyageurs interdits sont les personnels
qui voyagent sans passportt'
En pr6cisant aussi qu'il faut passer par un check-up


medical pour voir si vous n'avez pas le cholera.
Or, encore une fois, le cholera, ou on l'a ou on ne
l'a pas. Ce n'est pas come le Sida don't la maladie peut tre
camoufl6e.
Puis le meme mardi, l'ambassadeur dominicain en
Haiti, Ruben Silie, confie A l'agence AHP que la frontibre n'est
pas ferm6e. Les seules measures concerent certain products
alimentaires qui sont interdits d'acces au pays voisinparce que
1'6pid6mie continue A faire des d6ces en Haiti.
Conclusion : cette volte-face pourrait signifier que les
autorit6s dominicaines recherchent autre chose qu'A interdire
des Haitiens malades du cholera.


Domingo a pris toutes les precautions pour emp6cher que le
cholera qui sdvit en Haiti n'arrive sur son sol.
De fait, la R6publique dominicaine est un pays qui
vit d'investissements ext6rieurs et du tourism.
Or le cholera est une sorte de maladie honteuse (lide
A la misbre et aux conditions de vie les plus d6plorables) ; ne
la surnomme-t-on pas 'maladie des mains sales'. DMs lors un
pays qui vit de son image de marque international, comme la
r6publique voisine, estime devoir faire tout son possible pour
se d6marquer d'un mal qui en une semaine a fait en Haiti pas
moins de 284 morts (chiffres du mardi 26 octobre) ...
Mais cette approche a aussi ses limits. Haiti est le


Voila fournit un outil technologique novateur

pour aider la Croix-Rouge a lutter centre le cholera en Haiti
line iion 1 elle iliilisalion de li inessaigerie palr lexle (SMIS) eniitriine i1111 ni x (de Irepoinse sains pI)rece(dinl


I ,1 -,I I - 1 1 L L I I I- !!:, ! l'.,, -

!,d ,,! 'I'` . L ! ,,!',! ,,Ii.,i ,.I I cI I ',h, !. I h ,I..I',| ! c ". II, , i L ,.IL | , .I | |
lA ' k !''! , I !! ! !.I !! I.Id| ,l l ! ,. I l I I ' hl l ! .!l. - 'IL ,.II l 1 .. ! 1 I h l l l l
MI L ,-L ' 1 ! I I l l Il L llo' !,, l-
I ' !l iR .' .,!', ' h. .,I , . ' !.,!!* 1 l. ' .M -L'!i. ' L.! L l' i'! , ',! ',>' ' !'. ! .i . ' 'ii !.,

Id ! L 'II', !! 'I ,.L.!! L. ' , -!! '- "-! ll :'.l I 1 1 . '! ' ,!!l!,!! !!!! ll .IL
| l '! ! '| .I�I I!. .l!l ,!!! " ! .!" l ..I!! .. I '!! l ! ' !!!L' ,II.-I . I I . 1 ! '
! I' ! I l! ^L ..!! ! i l . h1 1 !!'!! ! | ! . 1 .l L l ' t ,!! L.1 0 IL l. l , L:"'1 L _ . l ! . l ,:IL
.'-! lII !l I l . ! ,,!i! !!,,111.l!. llh! ' . I '!!! !! ! '. II ' .l' ' d I- ' , !. !! . I
,L I I! lll '.-ll ' ll ! !.l ,I , !L l . I , !! ',! lll' . !L L: U"-,l, . 11 , 1 .l !' L

1l |,.!!'! I .. l l' Icl'.l l~. ' !!,,! l .!! l .!1 '' L . I, "l |' i ',. l.ol'!h !' 1 .1.. |h ,'' !,L |1 I
L . I ! ',I ' l I .I lr l Il . I. I, - !_! ,, '.- i.,,,v_ ' l ',,l ! !! ! !-' . .ll . L '!!. l ,, . ' !l

I, ,- I h ' ,i .' ! ,. I -! ! ,I * .l !. . ! . 1 l l',,,!" �ll




h. -0 1.II .1 . III .. L
IR ! . - L: , IL: !A,:,I L. _|'I ,!!.I I 0. .LL ,L"ll ! . R ll Il'l - . ll i !
,.I . IL .Ic' .I , !| L.'L l I-.- . :I " ''l " . l-. I l!| ..' ! . ! h. .1 . h. i '.i. ,1 .I:l 1.'! ' . i h'l

i ,, ll-.l l-i !!!!. I L :. ' I - ' !.I |ll. il.l.. ll,,! .uI l ,ii .I .l l I I I . I ' I .!! 1 ! . II L '
".!!. ! I .L ,.I il- l -!. I l.' ! .l 1 - i Ii !!! .RII 11. I p - l !l h.l.L L I . I..lc ' 1. 1. ' II I. '
1,'! R" I' L . -.I LII * |II I ''I..'I'_ .I ' .1- i I.' 1.'1,.! | | ' i .dL 1 L ,II .-iR ._ ' ll - .1
,.h. L ,,!h. ',,, l . '!. - ',,,H ! | . ' . ,,iLlll.l i l l.'!!! ."L _ 1 I! l .'!v .'!L . ' L l . I IL.' R. .I ' .
i -.i 1 !. -L L! l. il, ! , i t. L : , I h. 'I L ' I I .' !, , . . ,L:!" -' ! . ! h L L: ' ll l.' ,

I ., I 1 1 1 P h I,,, . ... 11 ,l , I , L, . .I ' 1 1 L' L: 1111 1 IA-, ,
I L:,,, '_ 1' * 'h lI ,, .. lk: ,,,, 1.. .


SLave men nou
ak savon ak dko p


Pwoteje ttt nou

pou n pa trape kolera





SLave
yo

*Byon kwilt
nap



Jeta poupo
ak vwnism
nat latrin






I
Nm unikel* ACF


S.I 111 . 1 I, 1 . . l I , I 1 .i lllll lll , , I . , ' I i. i l . lll ll

.. , , ,/, ,/ , ,I ,,. ,,, ,K i .l /,l,..,,i 1 ,/ , 1 , . ,,H. ,,,,/. .h i^ 1 .^.II ,^ ./







i.. t, , / ,. ,, L,11 ,t , 1, I 1 I ^ [. , , I , I I- L I



i1-. L ' . I I..L , L .,: I. , , I L Ll , i I l, f , .. '1 l , , , . 1 .I l


ILI 0'" '11 " " ,111. ' ll A r 1i .. I , ..k . I 1 I Ip ., i 1. ... I , 1.,,, ,1 . , q ,,i l I ,I
ic L 'I.l c I


* ! !i I . I I I I!" ! ' ! . .l ' R .L: L l . , l L . l , !, l.I - I l I I l I
I ' ILI I I I I.I1 .II.I *.I I .L % l I ' I % 1 .1 ' .l I I I 1 d
!"|'' " I .I.L '. I!.II II ,, .v_ ', .I I.I' . . l |' ' ! " lll ' I' I II L' ' |II,.!. '!. h. l' 1
,.ILn IL.'l.iil,, I ul h 1 il l , l ,.I' I .L,',!',h l ,J ,lI I lR . 1 '. 5 ,ll.i .1 !', n'l h






/D'ailleurs le chokra
*i |1 l.'tll, l Ice .h,! , !! n'est pas la . '!!1 e. N
.|Il 1,! .IL " ll.l;. ! ',! , savons maintenance que c'est. ..h !. i !I .! l








facilement. Le principal re-


mede: de l'eau potable, un
peu de sucre et de sel et une
SItablette d'Aquatab. Et le tour
L' h L' |', ! , , h "i' '














, estjoun
C'ailleurs donune choler




Gram meture de la fronti&e non pas
demagogique, mais certaine-
ment destiny pas la consomma-
tisavon maintenant que cest
une maladies qui se guonrit
faentier est averti que incal re-nto
peu de sucre et de sel et une
tablette d'Aquatab. Et le tour
iwp estjoue.
C'est done une fer-

demagogique, mais certaine-
ment destinde a la consomma-
tion mediatique.
entier est averti que Santo


Okt6b 2010


IL: !- !!. I . i!!!!!!. !.il . i.I ,.I II !! - . 'i !!! 'li!! . .l . I I L.!! .i!!! i L'




IIII nc
i- !!l %, 1h-'- I "IIId-! ,,!!!! . .. .I l -!IM, i

SI I L . Hl Il .I II - 1. lL . I. I I II
x _ , I I I.-i L ' . I I . . . , l I11 1 ' . 1 1 . i llJ . ll i '.l!.l' .I l .. . lll Il i A. I
d i^me partenaire co.ImmercIall deI lallll..ll R .ique din



Pais/ i , . .t l o .IIt !!.i ! ' que a f en ..nlt! d!e a f rot!! e ail
I ! . '!" II h .! hl' " h. ,IL .l!!.I !! ! I . ',.l I . !H i !! ! . ' ,.I,,.'






I 11 I',,. I ! . Il', ! l .I l I ll. ll.l. lllI" P.r'_ILI I . L LC. _.




l . I I . - . d . l l ii l l . i. I l






'de uxi me part"i.en aire comercl ial de la R' pbliqe domini-






caine. Outre son fournisseur primordial en main,, doeuvre et

Pas tonnant done que la fermeture de la frontire a t


de citoens htiens (munis d e passe port et visa) font le va et
nos voisins. i . Outre les capitaux haitiens qui .si.'nt investis soit.











sous former d'Iconomies, soit sous former d'investissements
me parenaire commre plus important. La fermeture de










la frontibre a entrains automatiquement aussi l'arret lundi
surtout la moins chre.










des travaux de la finrme Estrel la companies dominicaine
qui a le contract de reconstruction de la Nationale 1 (ou route
FRONTIERE p. 10)it
qui a Ie contract de reconstruction de la Nationale I (ou route


Page 6


.4
Mtf


A*P I b I


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Dapre Recclilsyn 4conle Mami-Dade adopts &a Asanble KonisyonA Konie nan Konte Miam~-Darf,
Flcr;J. yapavize tou elekiA 5 lit,1e ki ablte nan distri p&po:ze yo. ke ap gnyeri Eleksyon Esposyal
kap f6 jou 7 desanm 2010 la, pou iwenn aprwb.xbayn oswa iC;-z.ap otbairn yo sou :.*-pozizso'l
sa yc
Rezolisyon Nim. R-930-10, adople 21 seplanm 2010, Id pwopoze kreyasyon ak elablisman
Distrik Taks Espesyal Amelyorasyon Dolokalizasyon Kab Ayeryen Palm Island jan soa te eabli
nan Odonans Konle Nim 10-50.
Rezolisyon Nim. R-932-10, adople 21 septanm 2010, kL pwopoze kreyasyon ak elablisman
Disirik Taks Espesyal Amelyorasyon Delokaliasyon Kab Ayeryle Hibiscus Island jan sa It
etabi nan Odonans Konte Nim. 10-51.
Yo 4,a p3cre i:l;en .o bay toul licie enskin abie nan z6n pv*coz;e yo k' a cl jib pcu .i.re W1 ij NON
pou pwopozsyon ya. Depatamarn Eleksyon Konle Mi&mi.Daji l pou resea a tout telen ranpll yo pa
;;ia kip 7 0U p rn nan jwu .lelynn an
Eleksyon espesyal sa yo ap 'et an kbnfan;i ak dwpozisyon Kod Lalwa Konte Miarnm-Da�e ak .1
ii,.js:i. s'n .api Iabl ki nan k6d Iwa general y ki rila'i- a cekson cs. svSa o
Lesler Sola, Siptvizt Eleksyon
Kante Miaml-Dade, Florid
'IPaupil sit o n Iyo l o tp,//Ieglas4 m*iam idaeIo





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * NO 41


LUTTE CONTRE LE CHOLERA


PORT-AU-PRINCE, 28 Octobre - La gestion de
l'6pid6mie de cholera montre que le pays poss6de encore la
capacity de se reprendre en main. Alors meme que tous les
secteurs ayant assez de moyens et de comp6tences ne se sont
point encore engages.
La difference cette fois est que le gouvemement a su
crder le sentiment que c'est nous les Haitiens qui prenons notre
destin en main. Nous d'abord. Puis grace A l'aide intematio-


'Yes we can !'
meme heure, r6gularit6 n6cessaire pour contr6ler l'exactitude
de l'information don't l'Etat haitien d6couvre A l'occasion
qu'elle est l'arme secrete pour la r6ussite de toute important
operation dans le monde actuel. Si tant est qu'on sait l'utiliser
pour la bonne cause ... et que cette cause soit comprise comme
tel par tous et pour tous.
D'autre part, le president de la r6publique qui com-
prend que c'est A lui de donner l'exemple A son gouvemement,


sastres naturels, Police national (et son corollaire la Minustah)
etc.
La machine est en march. L'Etat haitien semble se
rdveiller. Enfin!
Le reste du pays regarded qa et comprend qu'il se passe
quelque chose et que c'est A son tour d'entrer en action.
Les deux premiers A preter leur concours sont les
companies priv6es de t6ldphone (mais il faut dire de t6l1com-


Le point de press quotidien de la cellule de crise reunissant
officials et experts haitiens et intemationaux (photo HenM)
nale. Mais la situation actuelle nous offre enfin l'occasion de
prouver (et prouver d'abord A nous memes) que nous ne som-
mes d6pourvus ni de la volontW, ni d'une parties des resources
n6cessaires. Y compris resources humaines.
Cela commenga parune sorte de conseil du gouveme-
ment A l'extraordinaire et en meme temps improvise en pleine
nuit entire le chef de l'Etat, le chef du gouverement et les
principaux ministres et d6partements concem6s : Sante, Int6-
rieur, Police ... Mais l6argi A d'autres organismes sp6cialis6s, y
compris quelques acteurs intemationaux (et intemationalement
neutres) comme 1'OMS (Organisation mondiale de la sante).
Une place aussi est faite au secteur priv6 haftien, A
commencer par l'Association m6dicale haitienne et les asso-
ciations des m6dias locaux.
L'objectif est de mettre en place un task force (dd-
nomm6 A l'occasion 'cellule de crise'), un group A la fois
de r6flexion et d'action, combinant les connaissances et l'ex-
p6rience, experience du terrain, pour une attaque frontale et
coordonnde contre l'6pid6mie.
En meme temps que toutes les bones volont6s sont
sollicit6es - sans discrimination.
Mais le group de base, le group choc, ne doit pas
ch6mer et rester sur la brMche 24 heures par jour. C'est une
gageure. Mais qu'il faut gagner. La guerre est ouverte. Et cette
guerre 1l n'a d'autre alternative que d'allerjusqu'au bout. C'est
la victoire ... ou la mort ! Dans tous les sens.
Se d6plaqant constamment d'un point A l'autre du
territoire, et d'abord de la zone la plus affected (le Bas Artibo-
nite et le Plateau central), un point de press chaque matin A la


r- - r-
Tant que les demarches pour crier un Centre special Lapresse fidle quotidiennement au rendez-vous, la communication
de traitement du cholera dans la ville n 'aurontpas about (une est I 'arme principal pour combattre I 'epidemie par la sensibilisa-
partie des habitants s ' oppose), I'h6pital de Saint Marc restera tion de la population aux conditions d i ..... (photo HenM)
dans un etatproche du chaos (photo Haiti en Marche)


et par-delA au pays r6el. Mr Prdval passer le week-end dernier
dans la zone affected par l'6pid6mie de cholera, ou il r6unit un
conseil encore plus large, avec cette fois d'autres agencies du
meme type : telles les CDC (Centre am6ricain de contr6le des
maladies), 1'OPS ou Organisation Panamdricaine de la sante,
1'UNICEF, la mission m6dicale cubaine etc.
Et du c6t6 haitien la Dinepa (organisme de contr6le
de l'eau potable), la SNCRS (ramassage des d6chets) etc.
Puis les municipalities qui recoivent les felicitations
publiques des responsables de la Sante pour leur rapidity A
mettre en place les measures devant assurer la protection de
leurs administers.
Et les sections communales d'ofi parent les premieres
victims de l'6pid6mie et qui sont dans le feu de Faction.
Voici (peut-6tre pour la premiere fois) un dialogue
direct 6tabli avec la population. Les populations.
Le movement est donnd, il est donn6 A la tete, le
reste s'en suit et suit. L'administration haitienne de la sante
publique (avec le support de tout 1 E\Ectiuif est soudain mo-
bilis6e comme un seul home. Et A travers tout le pays. Di-
recteurs d6partementaux ainsi que le personnel des centres de
sante, tous d6bord6s, m6ritent
respect et encouragement.
Chapeau bas ! comme dit la
repr6sentante de 1'OMS.
Avec tous les servi-
ces transversaux, comme on
dit: Education, Ressources
naturelles, Prdventions et dd-
*'l I� -


munications) Voila et Digicel.
Elles offrent quasi spontandment de placer des lignes
au centre de communication ouvert au ministbre de la Culture
(mais davantage cette semaine de la Communication) pour
permettre A la population de se renseigner directement A la
source.
Puis par SMS en utilisant les r6seaux de ces deux
companies, avec appeals entrants gratuits. En moins de temps
qu'il n'en faut, c'est tout le pays qui, grace A Digicel et Voila,
est submerge de messages d'6ducation et de sensibilisation sur
quoi fair, comment faire pour ne pas 6tre victim du cholera
ou pour aider ceux qui en sont victims A ne pas y laisser leur
peau.
Une veritable revolution au niveau de la communi-
cation en Haiti. Et dialogue interactif, les auditeurs pouvant
formuler leurs propres demands et questions.
La compagnie Haitel rejoint aussi le movement.
Mais pas un mot de la Natcom, ou nouveau TELECO,
qui ou elle n'est pas encore prete, ou elle ne connait encore
rien du pays.
(CHOLERA/ p. 10)




COLLEGEE


ES OLIVIERS


SMen sa pou nou f6 16 yon moun

gen dyare ak vomisman


Ba li smw6m oral pou ka anplase dlo lap p6d Mennen I nan sant santo
san pidltan









*i St

TaW- b" naf Totw V- SW 'p. -

KUJin pou prpare smw m oral
L" - 0 m P" baoy &t M yrN.ft
s, 3 D-amr 1M an m I pou" 'Wl m, Inmil
Ym a . db fui fl ~e r-a p Dr
bY I tpr.*hiW





bm. -. ED&imf lb ncu sol mnwmn moun ki malad

demior4s + 6 sik
Iasir -r u ~.
rrrWM~


11.- uno. c.ACF


II "


jea
"fl


OdIa 2010


)all% , I'llififl I Illil (f1ill ill ( %tLilll i iln ( 1111( t ii dJr qu ldhl
irit ritL'l rrMi r UIrif an(i m pull i ' >rL aJl ifdlli" ,di di r J a | i,,i, r.
.ca'(i Cllidct' N''pliriin i jzkaiu'ndij \%eplon LifaIEls
4i1tf Ic 1laiiii J 'dai llf llp I'(li,(llll t l.c J llc I'tcIhIII'HII'IIf s(fIcI li i.
Ir Cr'.ilg, ?I. Oliu irs.
rimrit9flfis p la uii la TEnIIrCC iictidriiiiqiir
lll- 1 r . ( if bin riifr 11 i 2_1 il lll l -111 iPg .nr 1 , * t' J 'l .
I{I" hil l'l' il', p'I I-( melf 111"%t t flfi'i' rl p ,' a .N.
di unri ' 2jr i r . nr ri, ein ii f ( lr miniiri fuifieml cniflc� r~f�J .
li '4Jh i a lt i n nul Ir lifal
%ia lit lii ai1i. u I)tlnnll\ 7 i.f u-.i, nu/Ii dit

*^^^^^^^^^f^^^^^g . j. I I. I I


Page 7


.x. ....Ix... ... . .... . . . . . .. . . . . .- 1-


,


I





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 41


Les secrets du debat teldvise !


(DEBAT... suite de la lere page)
dossiers et de pouvoir s'attaquer au bilan (plut6t fragile) du
pouvoir en place et don't le dauphin plac6 devant lui se declare
pr6t a assurer la continuity, le candidate Jean Henry Ceant (Ren-
men Ayiti/Aimer Haiti), fonqant come un taureau furieux, a
paru donner plus d'une fois dans le d6cor.

Une parties de ping-pong ...
Reprochant a son adversaire, candidate de la plate-
forme pr6sidentielle (INITE) et ex-directeur g6ndral du CNE
(compagnie national de construction de routes), Jude CUlestin,
d'avoir entrepris des travaux qui ont saccag6 l'environnement,
ce dernier lui r6pondit que les citoyens de l'arriire-pays
ont aussi besoin de sortir de leur isolement gdographique
mill6naire. En mentionnant la route Cayes - Camp Perrin
construite par le CNE ainsi que la derivation qui a permis de
r6soudre le problkme du d6bordement des eaux de l'6tang de
Miragoane.
Finalement le d6bat s'acheva autour de deux notions
balances de l'un a l'autre comme une parties de ping-pong :


Jude CUlestin maintenant que c'est la stability politique qui est
l'essentiel, et qu'il entend poursuivre l'exp6rience entreprise a
ce sujet par le president Rend Prdval, tandis que pour Ceant la
plus grande faiblesse du gouvernement sortant est de n'avoir
pas un plan directeur.
On finit sur l'impression
que les deux homes ont raison
tous les deux mais pas sur un match
nul parce que Jean Henry Ceant
a fait trop jusqu'au-boutiste. La
colkre passe mal dans les d6bats
t6lkvis6s ou elle peut laisser l'im-
pression que le candidate manque
de contr6le de soi-meme.


Nous parlons de Charles Henry Baker (Respe), G6rard Blot
(Plateforme 16 D6cembre) et Dr Josette Bijou, candidate in-
d6pendante et une ex-ministre de la Sante publique.
Pourtant des trois d6bats organisms jusqu'ici c'est


Le candidate n'est
pas 'bWb' ...
Tandis que Jude CUlestin
semble avoir pass son premier
test d'apparition publique sans trop


CONCOURS ORGANISE PAR LA BANQUE DE LA REPUBLIQUE
D'HAITI AUTOUR DE LA RECONSTRUCTION
DU CENTRE COMMERCIAL DE PORT-AU-PRINCE


CONCOURS NAONAL DE MUSIQUE



Fc 2020



. i^Fiche d'inscription


dIre de ia mu,'i.

Auteur Pratei
Auleur Mrunqui
Genre


Le candidate Jean Henry Ceants 'adresse a ses partisans
(photo courtoisie du parti Renmen Ayiti)


de casse. Contrairement
a son mentor, le pr6si-
dent Prdval, qui avait &td
Olu en f6vrier 2006 sans
avoir pris part a aucun
d6bat public, Jude C6les-
tin n'est pas un candidate
muet ou 'bbbb'. En par-
ticipant d6ji a ce d6bat,
il peut avoir boulevers6
certain calculs de ses


le seul ou l'aspect iddologique est passablement remont6 a
la surface. En effet, l'un des themes a l'ordre du jour 6tait la
d6mographie haitienne galopante. Ce qui amena a 6voquer la
question de l'avortement. Etes-vous pour on centre ?

Un candidate 'pro-choice'...
Dr G6rard Blot ne cache pas ses options de gauche.
Sa rdponse n'a done pas cree de surprise.
Par centre, sur un sujet aussi 'f6ministe' c'est la can-
didate, en l'occurrence Dr Josette Bijou (elles sont seulement
deux femmes, avec Myrlande Manigat, parmi les 19 candidates


SCc.rrps

a


ff i(c*r i a
@ Auu.lK 0
([l Iroutiodou r rl
, 1:-! 13r
AtilM 13i


Group 0
Airtste Soo a
Mn F 0


Tirre de a musie _
Dutr _______
Auteur Paro~s
Auteur Musue


Le premier meeting 6 P-au-P du candidate de la plateforme presidentielle Jude Celestin
a rduni plusieurs milliers de spectateurs (photo Haiti en A/larche)


adversaires.
Le troisieme
homme, Eric Smarky
Charles, n'a pas provo-
qu6 de surprise particu-
liUre.
La rencontre
pr6c6dente (mercredi 20
octobre) alignait trois
candidates don't le common
d6nominateur est qu'ils
ont paru du meme niveau,
come s'ils s'6taient mis
d'accord pour observer
la plus grande prudence.


aux pr6sidentielles du 28 novembre prochain), qui exprima
la position la plus conservatrice (elle poursuivra d'abord les
auteurs de viol avec plus d'achamement pour 6viter aux filles
violdes d'avoir a faire un tel choix !) tandis que le pr6sum6
candidate de la haute, Charlito Baker, se montra le plus 'mo-
derne': il est pour laisser la femme faire son propre choix
('pro-choice') sans aucune intervention de l'Etat ou de la loi
parce que c'est de son corps a elle qu'il choisit.

'Des bonds de kangourou'...
Les d6bats ont jusqu'ici un grand succes auprls du
public. On ne peut en dire autant des sondages (BRIDES) don't
tout le monde ou presque continue de se mdfier. A tort ou a
raison. Selon les derniers rendus publics, Myrlande Manigat
(DEBAT/ p. 10)


CONCOURS NATIONAL DE MUSIQUE


Dur6e de la musique
Trols minutes maximum
Thames B border :
1. Civisme/Sivism
2. Education/Edikasyon
3. Propretd/Pwbpte
4. Raves de demaln/Riv pou demen
D61ais de livraison
Les textes ainsi que la musique devront etre
livrds du 15 octobre au 15 novembre 201
Supports
Enregistrements professionnels sur CD
Texte dactylographl6 en police de caractere
(times new roman ou arlal de taille 12.
Sur Ie CD:
* Nom du group,
- de I'artiste ou du manager,
* Numdros de t,6lphone
I* Adresses 6lectroniques des personnel contact.


pa l%
-PO


S - * a *
S. , I
L-Bivrisn et~i t~InfomaionstB




-9,0
29-98-20-16
www^^ potoprens202O^^^ht


'rimes
Premier Prix
* USD $5.000.00
* Rialisation du video-clip de la composition
musical prime
* Enregistrement d'un cd des compositions
originals et inddites de I'artiste
Second Prix
* USD$2,500.00
* Rialisation du video-clip de la composition
musical prime
Troisieme Prix
* USDS1,250,00
* Realisation du video-clip de la composition
musical prime
Les finalists :
- Participeront au concert tous au concert de
la remise de prix


Page 8


Code
Ptenom
Norn
Adres Mail
TUlphoine
Fobnctlf
0i4tlifion


Nom
Adresse Mil
[(;phrnne
Type


Code
Prtnom
Nom
AdreSe Mail
etlIphoeu
Wnlaiaocn


Pfonom
Nom
Adres Mail
Tiephone
Type


R.f(D Viie 13
AT Rap a

TIroubadour
vd ou:'eS
( Au'es 13


Group 0
mAirSoto a
Ma 0


~I


INim cfw groupo(,�


iflers mne 'INSfivatille 91"P


I Pyom au qrotj� ow de farmric


t: ii




Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 41


& n .


Fei


Oe0


. . I


I~~*C- .r


'i


/i ( e
.0. P


.j~0iV �q


)'0


Page 9


- V II I


�E7-


^p


. A,
10 �.&


E


ql


Polo.






DANS LES COULISSES DES ELECTIONS I


Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 41


Les
(DEBAT.. suite de la pahe 8)
est toujours en tate (23.1) mais serree de pros
par le candidate proche du pouvoir, Jude Cd-
lestin (21.3) tandis que a la 3e place, Michel
Martelly, tombe a 9.7, Charles Henry Baker
(8.7), l'ex-premier ministry Jacques Edouard
Alexis fait du surplace avec 8.1, avec une
remont6e du candidate CUant (7.3) passant par
devant (IC lu.iiins Jeune (3.3).
Commentaires de Mme Manigat:
<< je suis toujours sereine >>, mais en disant
constater que 'le candidate du pouvoir fait des
bonds de kangourou.'
Quant a Charlito Baker considered ,
du moins nominalement, comme le candidate
de la bourgeoisie traditionnelle), il renvoie les
sondages comme 'une affaire de bourgeois de
Port-au-Prince' a laquelle le paysande l'arribre
pays, qu'il considbre comme son principal
6lecteur a lui, n'a rien a voir.
Par consequent les candidates eux-






(CHOLERA... suite de la page 7)
Un effort gigantesque. Pourtant nous
pouvons le faire. Mais nous aurions pu ne rien
faire et laisser l'6pid6mie nous d6cimer l'un
apres l'autre jusqu'au dernier. Parole d'Hai-
tien !
Ou rester a attendre le salut du ciel!
Au propre comme au figure .
Or en un rien de temps voici tout le
pays qui bouge. Le secteur priv6 des affaires
qui achemine de l'eau traitde, des d6sinfec-
tants, du chlore, de l'Aquatab et autres n6ces-
saires.
Ailleurs ce sont des consignes de
professionnels avis6s qui tombent spontan6-
ment.
Puis en un clin d'oeil tout le bas de
la ville qui ne r6sonne que de sound-trucks
diffusant des messages 6ducatifs sanitaires a
la place des merengues 6lectoraux.
Les candidates la presidence accep-
tent de leur c6t6 tout aussi spontandment de


secrets du debat televi:

i' i E;iE r lI111111 III r
*| 1 mnul u


Technique de disposition des photos de candidates a travers la capital,
ici celles du candidate Yves Cristallin i; , i Lavni)

LUTTE CONTRE LE CHOLERA


'Yes we can !'


Comme volontaires le ministare de la Sant faitplut6t appel a des infirnieres et des gardes-malades


mettre une sourdine h leurs querelles fratrici-
des, le temps que l'assaut centre 1'6pidemie se
concretise. Du moins une bonne parties d'entre
eux (ils sont quand meme 19)
Un effort gigantesque, oui.
Le president Prdval n'a pas h6sit6 a


s6 !
memes semblent accorder aux sondages
(quoique pas forc6ment a leurs r6sultats quand
ils sont a leur advantage) une importance tres
secondaire.
Voire la population. Selon la 1gende,
l'Haitien est 'Saint Thomas', il ne croit que a
ce qu'il voit. 'What you see is what you get.'
Il est vrai que ces elections mine de
rien bousculent quelque peu (si ce n'est en-
core profond6ment) le panorama politique du
simple fait que la plupart des barons qui ont
monopolist celui-ci ces vingt cinq dernires
anndes ne se sont pas ports candidates.
Leur explication : le president Prdval
a d6ji pi6g6 le jeu. Par centre si celui-ci est
6cart6 (le chef de l'Etat en Haiti n'a pas droit
a plus de deux mandates constitutionnels), ils
se repr6senteraient a nouveau, qui sait !

Haiti en Marche,
"' Novembre 2010






le demander au pays. En sejetant le premier a
l'eau. Quitte a s'exposer aux taquineries pour
sa performance t6l6vis6e dans la fabrication
du s6rum oral !
Mais la difference, et qui fait toute la
difference, cette fois il n'a pas eu pour premier
geste, comme il devait l'avouer lui-meme
quelque temps aprbs le s6isme, d'appeler
l'ambassadeur d'aucun pays ami, ni de rester
a guetter l'avion de l'ancien president Clinton,
non, devant l'avanc6e du cholera, un mal qui
r6pand la terreur presqu'autant que le trem-
blement de terre du 12janvier, il a appeal les
Haftiens eux-memes a prendre leur destin en
main.
Et le pays a r6pondu present. Et tous,
a la fois tous et chacun, ont su r6aliser imm&-
diatement le sens et la gravity du moment.
Et voilh pourquoi et comment nous
arriverons a faire reculer le cholera.
Tous ensemble comme un seul
homme et avec la foi que nous venons de
red6couvrir.
Il y a dans l'air comme une atmos-
phbre de 'Yes we can !'
Et nous reussirons grice aussi a l'aide
toujours aussi vitale de nos amis internatio-
naux.
MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Qui a le plus a perdre...


(FRONTIERE... suite de la page 6)
du Nord). Et ce n'est pas pour le cholera que
la compagnie a suspend ses travaux, mais a
cause de la fermeture de la frontibre.
Ensuite Estrella n'est pas la seule
compagnie en position pour chapter une parties
des millions de la Reconstruction suite au
s6isme du 12janvier.
Par consequent, les petits commer-
qants haitiens peuvent se faire 'gazer' (pardon
'gaz-lacrymog6ner') par les caques bleus en
essayant d'entrde de toute force en territoire
voisin, mais ce sont les Dominicains qui ont le
plus a perdre a une fermeture de la frontibre.
De plus le cholera se gu6rit facilement
et ne leur fait pas peur comme maladie. Leur


pays est bien organism au niveau sant6. C'est
la mauvaise reputation du cholera, 'maladie
des mains sales', qu'ils redoutent 6tant une
dconomie totalement ouverte sur le monde.
Et ils ont raison de vouloir prot6ger
leurs int6rets. Nous devrions en faire autant.
Or justement, Estrella a sign un (ou des)
contracts avec l'Etat haitien et qu'elle risquerait
de rompre, de manibre unilat6rale, en fermant
le chantier.
D'oi l'ambiguitA de la situation. Tou-
te R6publique dominicaine qu'on s'appelle, on
ne peut gagner sur tous les tableaux !

MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


L'ouragan Tomas se reinforce


(OURAGAN TOMAS
... suite de la lere page)
Tomas pourrait frapper le sud de la Republique
dominicaine et Haiti en milieu de semaine pro-
chaine avec des vents soufflant en rafale a prls
de 180 km/h. A Port-au-Prince, les autorit6s
haitiennes et les organizations internationales,
mobilis6es par l'6pid6mie de cholera qui a fait
au moins 330 morts, sont d'ores et d6jh en
discussions pour preparer le pays a l'arriv&e
de l'ouragan. Tomas est le 12e ouragan d'une
saison cyclonique trbs active.
Maisons endommag6es, 6lectricit6
couple, routes bloqudes: les miles de Sainte-
Lucie et Saint-Vincent, dans l'archipel des
iles du Vent, au sud de la Martinique, ont &t6
particulibrement affect6es par la temp6te.
50.000 clients ont &te priv6s d'l6ectricitW en
Martinique au passage de l'ouragan. A La
Barbade, des habitants ont trouv6 refuge dans


des 6coles et des 6glises. Tomas a provoqu6 des
d6gits mat6riels et des coupures d'OlectricitW
aux Barbades, a indiqu6 le Centre national
am6ricain des ouragans (NHC). La saison
des ouragans se termine officiellement le 30
novembre. Jusqu'a maintenant, les Caraibes
et l'Amdrique central ont connu une saison
2010 particulibrement active. Dans certaines
regions, les sols sont gorg6s d'eau et des
pr6cipitations suppl6mentaires pourraient
provoquer des glissements de terrain. Plus au
nord, la temp6te tropical Shary s'est renforc6e
samedi elle aussi en ouragan de cat6gorie 1
mais s'dloignait rapidement de la c6te amdri-
caine en se dirigeant vers le nord-est, dans
l'oc6anAtlantique, selon centre am6ricain des
ouragans. M6teo France avait n6anmoins 6mis
deux bulletins de vigilance pour la Guadeloupe
et la Martinique.


Page 10


MfA I AMIAMI


ADVERTISEMENT FOR BIDS FOR LEASE OF
FARMLAND IN REDLANDS FLORIDA
MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
1 28.9 ares of land are being offered for farming in itr Vicinity otf the dannd and Homestead area.
Minimum bid is 350 per acre per year , nnuja reni i pavable in advance The ease is to fve years with
five o0Weyear extensors.
2 Bids ha be surbnineda n wr!n.1 with the envelope labeled Redhand's Farmland Bid" lo Mr. John B8
O'Nal C M, GAA Business ev elopnl Coordinator, Mni.n Dale Avabon DOpartmenf. PO Bo
jJ.'j4 Miard, FlA-da 3.10' 5504 or deliver Eo the Prc�-rtjie' :nw..: Offices Concorse E, 6h Floar,
Miami Intmatonal Airprt, Miari, FIona 33102
3 Blds Imusa! i,::,LI.pdrr,'dL [E'i, n-r rl fjrid-ibl. I.~i ! $10i0.00 t ca h,eq . (h eck cir mione , o'der pa)a;le
lo the Mtam0�ade Aabon Department CileLalv slate the name of 1te ..:.,rpora ini r psly i.hbmnrtiwg
bid In dalldilln, Ite bid must be signed b an offcal of the .nvi'y of corporatiri authoin 1 to b Ihe
.,-Forat.n'eat:. t to conracs. Include the address, emna address, telephone and facsimile contact
number.
4 Bid wiI be accepted unlll 2 pm, November 19 2010 tr 2 rr,a tr,! w rli r� t n ir a Ces]ratle.
pilac aid pub':iy uptr'ed reai) and doumented.
5 , icpes ol the lease to be awarded are available and may be picked up from the ~ami-Dade Aviaton
Depamen Properties Oivision Offices, Concourse E, .im Ficor. M,!Im InternaIoal -rpCn. Miami,
F'oida 32102 blrwven the , r,..Vus J 9 am j 4 3 pin. Monday to Thursal beginning Noiember 1. 2010
IirC.u.h Thursday N.vember 11,2010 otceIt Fdera! .' Iays.
6 Ques5'rn5 rnsus be t.uit.n-iejd In wninig l t the M1amn'D.ide AvLI.' DeprnmenrI by Noermber 12. 2010.
m one of h. llk',ioA 'imifinwr
By Mail to: Mr John B. ONeal C M, C.AA Business Developent Coorlirnaici MiramT-Dade Avaton
'ep3"1iTn-n PPO &:., C2-5t4 .l MiaT F!nr1a :ji3102.55.'
By FacdIle to Attenton Mrk John B. ? eal C M, Aviation G.- Bu~,nss Development Coodinator
r.'iarrn.Da ti Avallon Departlmnt, Fax Number(3B5) 86-76T15
iDehCer to Mr, John B O'Neal CM, GAA Susiness Developrent Coodinator, i.adrlI-JLJe Aiaton
Dprllirrnl Propedies otvision rN..Trilse E. 6th Floor Miami Inrerrairltud Anjrpirn Miami Florda
33102
Email to. .-j'nealiq T ami jKl. ilC.Gnm
7 Awarded respondent must execue the lease with the Cou .l and reltumed to the Mami-Dade Aviaton
LDeparirent alon11A iith L ope or i.ulrted insu-rainc, L i1ifia!,i appil'aLr.n a'd QLuestonr.aire Ic-m Ir ami-
Dade IContr Businers Alflo id ls tw (2) months ier uil dqirs t and r.rsti I is years rental paye t. In
In- MeLlit IthI? viardedt.pd d,'.p.S r I ' e. nil qubin iiqull.1 dOiauir.r-nts an i p anents [r r I- tami-Daie
,i.ji:.II Departmenl, . hrd ni. bi'e IIi i. Ie 10 li'e r hghl bidder or re-bid, at rie County s discreion
8 4.Iance aym hearrr first year rer.I ari 5eCunlt de.pc .l must be made by cashiers check
9 Mami-Dade ,iju.l ansd :'t MIad'r.Dad Avia~iot DepartDenl essmes no resoristihiirr or ':;bltv for
cos( incurred by any respondent or a.ard.e In suDril.1tng a bid c i c-Cutr.n Inh r,.ull' n. lease

IFor lgal aI son IIneg tohpIegalds imdad.g


- - 1 . . .... ... ... . . . . . . . . .. .. . . . . .





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 41


LES PETITES ANNONCES


Le Manolo Inn [I ,


DANS LES NIPPES
* De kllomnlres dc plage
* Chambres tol caonrrt a*ec
air coadlluan* et Salle de
l ..i A r'otpifride
par un Gr.nu Chef
* Le Smat du Barril
* Le Pilb de Sudre
DurriuemveA 1 Aune 1
Yeau
* La PCele Eglise de Pelil
Troa di l dmal deu 17"
sitele...


Tiphunem : 566-5361
401-7108 I 514-0304
klmaneolan@mac.com

Interrnt dponibe
pour les clients


Ecoutez

Melodie Matin
Avec Marcus









www. radiomelodiehaiti. corn


SANTE

MESAJ PREVANSYON POU PWOTEJE NOU KONT KOLERA


<< Pou difize touswit nan popilasyon an: Kominote yo,
Kan yo, Fanmi yo, Lek6l yo, Legliz yo ak tout 16t kote anpil
moun frekante >

KOLERA se yon maladi moun pran nan manje ak dlo ki kon-
tamine, sa vie di ki gen mikw6b kolera a. LU yon moun gen
maladi sa a li dezidrate, sa vie di li pedi anpil dlo nan k6 1 nan
vomisman ak dyare. Moun ki gen KOLERA a ka mouri si li
pa jwenn swen. KOLERA fasil pou trete. Se pousa, mennen
san peditan moun ki gen KOLERA a nan sant sante ki pi pre
depi premye dyare a.

Men kUk konsey Ministe sante Piblik ak patne li yo ap bay
popilasyon an:

Mesaj #1 : Lave men nou ak dlo trete ak savon, sitou:
- Anvan nou manje,
- Anvan nou prepare manje,
- Anvan ak april nou fin touche ak okipe tibebe yo,
- LU nou sot fe bezwen nou,
- LU nou sot touche moun ki malad,
- LU nou tounen lakay nou nou sot nan lari
- LU nou fin manyen yon bagay mou te deja manyen: tankou
telef6n, lajan, 1 nou fin bay lanmen elatriye ,
- LU nou sot manyen yon moun ki gen dyare ak vomisman.
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj #2 : Kouman pou nou lave men nou
- Lave men nou ak savon anba tiyo, oswa made yon moun
vide dlo trete sou men nou
- Byen mouye men nou anvan nou savonnen yo
- Fwote zong, pwent dw&t, pla men ak do men yo
- Rense yo byen rense
- Souke yo pou yo seche
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj #3 : Trete dlo nou ap sevi. Yon dlo trete se yon dlo ki
bouyi, oswa yon dlo ki gen klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa
tankou akwatab. Nou dwe byen trete tout dlo nap sevi, sitou
dlo nap bwe. Men kouman pou nou trete dlo :
- Mete 5 gout jif oswa dlo klow6ks nan yon galon dlo,
- Oswa bouyi dlo a,
- Oswa mete grenn ki fet pou sa tankou akwatab nan dlo a,
- kite dlo a poze pandan 30 minit anvan nou bwe 1 oswa sevi
ave 1.
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.


Mesaj #4 : Jere matye ak fatra yo
- Evite fe bezwen nou ate, b6 sous dlo, nan sache, nan mamit,
nan bokit, elatriye,
- Toujou fe bezwen nou nan latrin, apresa kouvri bouche latrin
yo,
- Jete poupou timoun yo nan latrin, oswa fouye yon twou byen


fon pou mete yo, apresa bouche twou a,
- Pa manyen vomisman, jete yo nan latrin,
- Pa kite fatra b6 kote nap viv pou much pa poze sou yo epi
al poze sou sa nap sevi,
- Sanble fatra yo, epi boule yo lwen kote nou rete,


Mesaj #5 : Pa manje okenn legim kri
- Byenkwit tout manje nou ap manje, sitou bt ki sot nan lanmn
ak dlo dous tankou pwason, krab, kribich, elatriye,
- Lave fwi yo ak dlo trete anvan nou manje yo,
- Evite bwe tout sa kap vann nan lari, tankou dlo nan sachi,
ji, krtm, fresko, elatriye

Mesaj #6 : Ijyen pou manje
- Prepare ak kwit manje yo nan veso ki lave ak dlo trete,
- Manje manje yo cho, sa vie di pa kite yo fret n&t,
- Chofe manje yo anvan nou manje yo si yo fret,
- Mete fwi yo apa, mete legim yo apa,
- Mete manje kwit apa, mete manje kri apa,
- Mete manje cho apa, mete manje frdt apa,
- Kouvri tout manje yo ak tout sa nap bwe ak kouvdti ki lave ak
dlo trete si nou poko ap itilize yo pou much pa poze sou yo.
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klowbks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj # 7 : Siy kolera
Mikwbb kolera a bay dyare ak vomisman. Tout dyare
pa kolera. Dyare kolera a gen koulb blanch tankou dlo diri, li
pa santi, epi moun ki genyen 1 an poupou souvan. Depi nou we
premye dyare sa a, komanse bwe sewbm oral, ale san peditan
nan sant sante ki pi pre nou an. Kolera fr moun pedi tout dlo
nan k6 1. Sonje, bwe anpil likid tankou dlo trete, sew6m oral
akji ki prepare nan bon kondisyon lijyAn ak dlo trete.
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj #8 : Moun ki gen kolera
- Mennen san peditan tout moun ki gen dyare ak vomisman
nan sant sante
- Bwe souvan anpil likid tankou dlo trete, sw6m oral, ji ki
byen prepare
- Toujou bay tibebe yo tete mensi yo gen kolera pandan nap
swiv reg ijynn yo
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj# 9 : Kouman pou nou prepare sew6m pou yon galon
dlo (3, 75 lit)
- Byen lave yon galon avek dlo trete
- Mete dlo trete nan galon an
- Mete 4 tikiye s1l
-Mete 12 tikiye sik
-Kouvri galon an ak bouchon ki lave ak dlo trete
- Souke li avan nou bwe


- Byen lave yon gallon avek dlo trete
- Mete dlo trete nan galon an
- Vide 4 tisache sew6m oral ladan 1
- Kouvri galon an ak bouchon ki lave ak dlo trete
- Souke li avan nou bwe
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj #9 : Kouman pou nou prepare sew6m pou yon lit dlo
- Byen lave yonboutey kola oswa yonboutey gramnanj avek
dlo trete
- Vide 3 boutey kola dlo trete oswa 2 boutey granmnanje dlo
trete nan yon veso ki lave ak klow6ks
- Vide yon ti sachs sew6m oral nan dlo a
- Bwase li ak yon kiye oswa yon louch ki lave ak klow6ks
- Si ou pa gen ti sachs sew6m oral la :
- Mete 3 tikiye sik
- Mete 1 tikiye ss1
- Bwase li ak yon louch ki lave ak klow6ks
- Itilize yon veso ki lave ak klowbks pou bwd dlo a
- Kouvri dlo a ak kouvdti ki lave ak klow6ks chak fwa nou
fin sevi

Mesaj #10 : Pou moun ki ap viv ak malad
- Pa bliye, reg ijyen ap ede noujere kolera
- Byen lave men nou ak dlo trete chak fwa nou sot ankontak
ak yon moun ki malad
- Lave ak klow6ks dra, sak z6rye, rad, sevy&t, asy&t, kouve ak
tout sa ki sal ak twalkt oswa vomisman moun ki malad
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj # 11 : Pou fanmi ki gen moun kolera tiye
Nou ka pran kolera nan manyen moun ki genyen mikw6b la
sitou nan moman nou ap prepare k6 a anvan nou antere 1. Se pou
sa, si nou gen yon moun ki te gen kolera ki mouri, nou dwe:
- dezenfekte k6 a, sa vie di lave 1 ak dlo klow6ks oswa 16t
likid ki f&t pou sa
- bouche bouch, twou d&y , twou nen ak twou z6rey m6 a
avek koton ki gen dlo klow6ks
- antere san pedi tan m6 a
- byen lave men nou ak savon ak dlo trete oswa dlo klow6ks
1e nou fin manyen k6 a
- dezenfekte, sa vie di lave ak klow6ks : dra, z6rye ak tout sa
moun lan te itilize pandan li te malad la, oswa bouyi yo.
NB. Yon dlo trete se yon dlo ki bouyi, oswa yon dlo ki gen
klow6ks oswa grenn ki f&t pou sa tankou akwatab.

Mesaj #12 : Pou konbat stigmatizasyon
Moun ki gen maladi kolera bezwen anpil sip6 fanmi,
zamni ak moun nan antouraj li. Sonje, depi nou respekte reg
lijyen yo bay yon moun ki gen kolera lanmen, anbrase li oswa
ba li akolad paka fr nou trape kolera. Konsa tou, bay lanmen,
anbrase oswa bay akolad ak yon moun ki te ankontak ak yon
moun ki gen kolera paka fr nou trape kolera. Sonje, pou nou
pa trape kolera se respekte reg lijyen yo.


Oswa:


Page 11


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contacted nous:
Angle Delmas 75 et Impasse Htrard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.fdd.e. delmas@gmail.com
Par telphones: (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001


ADOMI PURCLHAJING AGENCY


TeL: 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aol.com

Pour tous vos achats :

Equipements pour construction / Pieces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.


.x. ....Ix... ... . .... . . . . . .. . . . . . 1






LIBRE PENSER


Mercredi 03 Novembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 41


Il nousfaut, en Haiti, pour survive a nos tragedies,
a nos trahisons mutuelles, rdaliser une o insurrection des
consciences, des identities, des mnmoires ancestrales >.

Chers amis lecteurs, cela fait quelques anndes, et
de fait, jusqu'a r6cemment, le mot << competence > avait une
game d'acceptions assez restreinte. Assez plate. RWellement,
on utilisait beaucoup plus la notion << d'incomp6tence > pour
classer toute une << cat6gorie d'hommes > qui utilisaient le pays
a leur gre, construisant alors la degradation de la soci6t6 que
nous vivons aujourd'hui. Cette << cat6gorie d'hommes > et non
de femmes (car la presence feminine brillait par son absence),
a fait de notre trbs cher petit pays ce qu'il est aujourd'hui, un
pays construit sur les debris de la competence.
Enfin, chers amis lecteurs, les temps changent et,
les soci6t6s humaines s'y adaptent et se transforment si elles
veulent survive. Le temps perdu ne se rattrapejamais, dit-on.
Que sera-t-il done de notre pays qui a perdu ces 30 dernires
anndes ? << Po diab Ayiti ! > Aura-t-on toujours a trainer les
chaines de ce sous-d6veloppement chronique ? Pourra-t-on,
unjour, satisfaire les besoins de base de tout Haitien ? Saura-
t-on unjour faire de tout homme un homme dans ce pays ?
Pourra-t-on, un jour, faire de ce pays un pays ? Aura-t-on le
temps de nous d6faire de tous les debris qui nous entravent la
vie ? La trag6die du 12janvier devrait nous obliger a changer
de comportement, de mentality. Certains << rflexes > devraient
6tre incorpor6s a notre bagage cultural, a travers l'6ducation.
Je vous en suggbre quelques-uns :
1- Tout Haitien doit savoir que son pays, Haiti, est un terri-
toire dcologiquement fragile.
2- Nul ne peut ignorer que la population haitienne est d'une


Competences

grande vuln6rabilit6
Les g6n6rations futures doivent 6tre mises au courant
de ces deux r6alit6s sus mentionnmes : la fragility du territoire
et la vuln6rabilit6 de la population.
3- I1 income a tout Haitien de participer a 1'l6aboration de
nouveaux critbres de gestion de la collectivit6.
4- L'Haitien doit pouvoir int6rioriser le fait que l'absence de
gestion de la vuln6rabilit6 peut transformer tout ph6no-
mbne natural en d6sastre natural.
L'6pid6mie de cholera en est un example. Encore une
preuve que l'absence de normes dans la gestion de nos matibres
r6siduelles peut provoquer de s6rieux d6gdts dans notre society.
Qui contr6le les d6charges sauvages ? Que d6verse-t-on dans
nos rivibres, dans nos mers ? Qui assume la responsabilit6 des
<< irresponsabilit6s > ?
Nous ne nous rendons pas compete que nous sommes
a la fois << victims et coupables > et que cela a pour effet d'en-
traver les processus de transformation de la society haitienne
et de maintenir la situation de pauvret6 chronique du pays.
Nous enpayons d6jhles consequences : Inondations, pertes
de vies humaines, Regression de nos richesses naturelles,
Pertes 6conomiques, etc. Et, le cofit social support ayant d6jh
largement d6pass6 les possibilities locales de rehabilitation, les
m6canismes de reaction semblent vouloir s'inhiber.
Ces reflexes a d6velopper, dans le sens de faire de
1'Haitien du future, un individu ayant la capacity de s'adapter
aux r6alit6s changeantes, de connaitre son territoire et de vou-
loir le transformer, sont, a proprement parler, dans le language
moderne, des << comp6tences >. Et, ce qu'il nous faut, dans
le cas d'Haiti, ce sont de < nouvelles comp6tences pour une
nouvelle soci6t6 haitienne >. Et, parmi ces comp6tences a


d6velopper, je me permets d'en sugg6rer quelques-unes qui
pourraient former parties d'un << socle de comp6tences-cl6s >
pour notre cher Haiti:
- L'Individu vivant en Haiti doit savoir appr6cier la r6alit6
environnementale du pays dans ses moindres details.
- L'Haitien du future doit pouvoir s'adapter au territoire et
par consequent:
o Connaitre la r6alite gdologique du territoire haitien
o Savoir mesurer la fragility du territoire
- L'Haitien des nouvelles g6ndrations doit absolument:
o Savoir travailler en 6quipe
o Ddvelopper le sens de la responsabilit6, personnelle
et collective.
o Ddvelopper le sens de la recherche du consensus
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, les seuls
chemins possibles pour aboutir a cette nouvelle configuration
est l'6ducation, aussi bien formelle (dans nos 6coles) qu'in-
formelle (dans nos autres structures sociales). Une education
nouvelle. De nouveaux modules. Des dirigeants responsables,
a tous les niveaux.
Et cela n'est peut-6tre possible qu'a travers une
<< insurrection des consciences, des identitds, des m6moires
ancestrales >>.
Et cela nous est n6cessaire pour survive a nos trag6-
dies, a nos trahisons mutuelles.
Et cette insurrection n'est possible qu'en cr6ant un
nouvel Haitien avec de nouvelles comp6tences, celles lui per-
mettant de crder un nouveau pays.
Oscar Germain
germanor20055yahoo.fr
Novembre 2010


La Minustah de plus en plus suspected


(MINUSTAH... suite de la page 4)
Ces 6chantillons 6taient prdlev6s vendredi (29 octo-
bre) a la mi-joumre par des militaires onusiens en uniform qui
ont plac6 le tout dans des bocaux avec l'insigne de 1'ONU.
Peu aprbs arrivait sur les lieux le contracteur, Sanco
Enterprises S.A., pour nettoyer la fosse sceptique puis enjeter
le contenu dans la d6charge de l'autre c6t6 de la rue.
La responsible de la compagnie, Marguerie Jean-
Louis, a d6clind tout commentaire.
Tout come le commandant de la base qui a refuse
aussi de faire le moindre commentaire, s'en tenant aux d6cla-
rations du porte-parole de la mission onusienne selon lequel
aussi bien les 6chantillons pr6lev6s les jours pr6c6dents que
les tests conduits sur les membres du bataillon ndpalais se sont


rdv6l6s n6gatifs.


D6nonciations de plus en plus v6h6mentes

Ces nouveaux prelvements ont &te faits vendredi sur
demand du commandant militaire de la mission.
En effet les d6nonciations mettant en question la
force multinational se font de plus en plus v6dhmentes (jus-
qu'au SRnat de la rdpublique) en meme temps qu'augmente
le nombre de victims de l'6pid6mie. Toutefois les officials
rapportent une tendance a la baisse aussi bien du nombre de
d6ces enregistrds par jour (7 ou 8 aujourd'hui alors qu'il y a
deux semaine on en comptaitjusqu'a prls de 70) que du nombre
de cas hospitalis6s.


Ensuite l'6pid6mie
est circonscrite en gros dans
un p6rimetre d6limitW par le
Bas Artibonite et le Bas Pla-
teau central.
Or les officials hai-
tiens de la Sante maintiennent
(et encore dans leurs dernibres
declarations samedi) que le
premier cas de cholera enre-
gistr6 l'a &te dans la locality
de Grand Boucan, Plateau
central, ou se trouve la base
de la Minustah, et ou coule
la rivibre Meille qui vient en-
suite se fondre dans le fleuve
Artibonite.
Dans le reportage
de la chaine Al Jazeera, on
apprend de la bouche des
habitants interrog6s que les
deux premiers morts ont ete
des enfants du village.
Puis par un lien qui
n'est pas 6tabli, 1'6pid6mie
va 6clater a l'int6rieur de la
prison de Mirebalais (toujours
dans le meme giron) oi une
soixantaine de cas se sont
d6clar6s, don't 4 d6c&s.

Des coYnciden-
ces encore plus frap-


L'Oms
(... suite de la page 5)
de la sant6 (Ops), branch
r6gionale de l'Organisation
mondiale de la sante (Oms).
L'6pid6mie, qui s'est
d6clench6e le 19 octobre dans
le Nord et 1'Est d'Haiti, a d6ji
fait 292 morts et 4147 person-
nes ont &te hospitalis6es, selon
le dernier bilan official.
L'Ops-Oms recom-
mande aux autorit6s sanitaires
et aux associations d'aide de
< s'organiser, de mobiliser
des moyens et developper


pantes ...
Cependant c'est a plusieurs kilombtres de la, a l'autre
bout du fleuve Artibonite, dans le d6partement voisin (plus
pr6cis6ment le Bas Artibonite) et les localit6s de Grande Saline
et Drouin, situdes dans l'embouchure meme du fleuve, que le
cholera se d6chaine et oi on enregistre la majority des morts
et des cas les plus graves.
Cependant on n'avait pas fini d'en apprendre sur les
coincidences entire la base des N6palais et l'6pid6mie.
Ainsi, selon Associated Press, la dernire flambe de
cholera au N6pal a eu lieu seulement l'6td dernier tandis que
c'est aprbs, d6but octobre, qu'est arrive ici l'actuel bataillon
de soldats n6palais.
Secundo, c'est le meme type d'agent infectieux qu'on
trouve dans l'6pid6mie au Nepal et dans celle apparue il y a
au plus trois semaines en Haiti. Un journal japonais l'avait
identifi6 comme 6tant le 'Vibrio cholerae 01 Ogawa biotype
El Tor'.
C'est le meme qui a &te identifi6 aussi en Haiti par
l'6pid6miologiste Eric Mintz des CDC am6ricains (Centre de
contr6le des maladies). Cependant selon ce dernier, c'est une
souche assez commune qui n'6tablit pas automatiquement des
relations entire les deux 6pid6mies. Le CDC n'est pas impliqu6
dans l'investigation au sujet de la base des N6palais.

Une commission technique totalement
ind6pendante ...
Les officials haitiens ont annonc6 vendredi qu'ils
ont form une commission d'investigation pour apporter une
r6ponse 'scientifique' aux justes interrogations de l'opinion
publique et de la population.
Selon nous, la vraie solution serait une commission
technique totalement ind6pendante. D'un c6t6 la Minustah ne
peut trejuge et parties. Ce sont en effet des militaires onusiens
qui collectaient vendredi les specimens pour les besoins de
l'enquete mende sur les propres agissements de la mission.
D'un autre c6t6, la meme observation pourrait 6tre
soulev6e a propos de la commission form6e par le gouverne-
ment haitien.
Cependant, qu'on se le tienne pour dit, le pays a le
droit de savoir.
Notre pays qui a &td si brutalement stigmatis6 lors
du d6clenchement de 1'6pid6mie du Sida au debut des anndes
1980.

Haiti en Marche, 30 Octobre 2010



predict une lutte ...
leurs capacit6s de reaction en vue d'aider les Haitiens sur la
dure >>.
Les autorit6s sanitaires annoncent quotidiennement
des measures pour chercher a contenir 1'6pid6mie et une cam-
pagne de sensibilisation est en course.
On craint le pire si la maladie se propage a la capital
oi des centaines de milliers de sinistr6s du s6isme du 12janvier
sont entass6s dans des camps insalubres.
L'Oms tient a pr6ciser qu'il n'est pas n6cessaire de
restreindre les voyages en direction d'Haiti.



I HaYten Maie. |


Page 12


M �.yMIAMI

Advertisement for Bids for Lease of
Farmland Near Kendall-Tamiami General Aviation
Airport Miami-Dade County, Florida
t 90 acres of aI.n are b'r;n j nff.ir.-I i- I r1;rin in the '.ir r.'. '" KPr.ndll- Tar.ami, GCnLral AraTirn Airp l
Minimum hid is 5350 per aa~ per year Annual rent s payable in advance The lease is tor he years with
five one-year exlensons.
2 B-:. hall be submitted in writing, wii the e tneloe abele "Keda-Tamiami General Aviation Aportl
F irnmllad FBd' "o Mr Jonn E O'Neal C M . GAAU Bunss Development Coordin M i eAviaor Mam DadeAv1ton
Deparment P.O. Box 025504, MIami. Florida 33102-5504 or deliver to Ihe iorieries Oision Offices,
Concourse E, 6th Floor, .u'in Inlren il)n A.r-rrl r1 Fm:rm Flaonda 3J3102
3 Bds must be accompaed by a no-refundable fee o 5100.00 by cashier's check or money oder payabte
to the Miam-Dads Aviaion Department Clearly state the name of the c.rpc at'on enhi1 v Sbmrinrq Ihe
bid In addition, 1te bid must be signed by an offical ofh the nlify or _.Yr:.nrai.tn aulhozed to bnd the
',rpr.ajL number.
4 Bids will be accepled unll 2 pm, November 19. 2010 PAr 2 .Ti mu bids wil be taken to a signaled
pic'. 3'V iput!,y opercr . rFeai andi docuienlted
5 -Coi:i"-i ~he tese to be awarded are d.~le8i i a bd *'rip be picked up fom the MamiDad e Aviatwo
Depaqmeri P-opaiees 2D!rsc"n Offices, 2rnou E, 6Bi FIcor, MiatRI !ivnemaDnli Airport. Miami
Florida 33102, brtw~e4- .t.he Ihg rs oP i am l 4 .fl mn, ~.onday i Thi.jr.1jj, beginning November 1,2010
Itiroug~f Thur-id November 11 2010. ec.ep: Federal 'Jolidaf
6 Questions mst be iubivrnj~i'.1i wi;rlin to L(riMe D Mian Da&.- A. %i-r D e.-primeir by November 12, 2010
m one of the following manners:
By Mail to: Mr John B ONeal C ' . GAA Business eelop-meni iCoordinatr. Miarii-Dade Aviation
Depaartent , C' . 025i l Miam, Fslorrla idj31i'-551D
By F rn-r.iii to AHent'ion' Mr m B O'Neal C M, Aviation GAA Business Dle.bpi.nr Coordinator,
Mlami-Da e Avialion -'.rinent. Fax Number i 035 , -76 i15
Deliver to Mr. John B. O'Nea C .P GAA Business DE-CLii:prit ;.verffii r)l r mir'.i-l Av Iaton
Depa.Irneni Piope.rl.s DfOs.on Concourse E. 6th Floor. Miami Inerrmariinai Arpal,. Miami Floda
33102
Email to- ,o 'eal. 'rm'.i, i p.,t cicm
7 Awarded respondents usl execuIe the ease with the County and resumed o the Miamn-Dade Aviaton
Depiarlmni allon. wiih i r pesf FieQuired inturaneL: c n 1it ,l� appIl.1.ii ' I UiJ;;rnru~rLoi l,''i. '.A mini
Dade C -jnrit BuiSne.- Affida.iil5 two (2) mon~ rts Leu'i' dipo' 3and first 1 iIl years rental payment. In
1e , ei. rhe 3.ruaridd re :po'Nder d'i nc.I *ut.ln;li requiriJrm1 *Xumenrs and pairrents .i the hami-Dade
Au.i:l:. Departmenl, award may be made o i'- rf .il h;rirhe: tb.d- or re-bid, at the County's discre1icel
8 j ance -amr". of the irsI years rer ard secunr! deplil must be mar by cashier's check.
9 Miami-ade County and !rq Miati-Dade Aviation Deparmenil assumes no resns5,bIIr o '~btiy for
costs incurred by any respondent or a ard.i-d n subrifitrng a bid or execurlng 'ne reiun ng lease,

IFrlglaso.l ,. .1t htp//egIalas-mamiadego


II x x.x.. .... ... . ... . . . . . .. . . . .





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 41


VIVE LA DIFFERENCE !


La specificity d'Haiti


La semaine dernire, je me suis attard6 a montrer
comment ce monde caraib6en auquel nous appartenons se
distinguait par une grande h6t6rog6ndit6 (voir HEM, Vol. 24, #
40, du 27/10-02/11/2010). Ce n'6tait pas pour le plaisir de faire
un course de gdographie a mes lecteurs, quoique bien souvent
on puisse constater que les connaissances gdographiques des
<< Haitiens, mes frbres >>, pour reprendre une formule chbre a
Francois Duvalier, laissent beaucoup a d6sirer. En faitje vou-
lais arriver a Haiti et sa sp6cificit6, qui s'est une fois de plus
rdv6l6e au course de la consultation de Panama.
Comme je l'ai signal dans le premier article de
cette s6rie (voir HEM, Vol. 24, # 36, du 29/09-05/10/2010),
les participants avaient &te r6partis en un certain nombre de
groups de travail -je ne sais pas comment j'ai pu parler de
quatre groups alors que j'en citais six, a savoir :
S Gestion de la tenure,
* Gestion des zones forestibres,
* Gestion des zones c6tibres,
* Planification de l'utilisation du sol,
* Les aspects 6conomiques,
S Les peuples indigenes.
C'est sur ce dernier group queje voudrais m'arreter,
encore que je n'aie pas particip6 a ses travaux, non seule-
ment parce que les < talent largement
repr6sent6s - n'oublions pas que nous 6tions en Amdrique
Central, une region oi le pourcentage de la population indi-
enne est assez l6ev6, mais aussi parce que la probl6matique
des << peuples indigenes > 6largit le cadre de la discussion de
manibre significative.
Des le premier jour, d6ji, un participant venant du
Surinam signalait que, dans le cas des peuples indigenes, il n'y
a pas que le probleme de leur aces a la terre, il y a le problem
de leurs droits en g6ndral. Je dois signaler que cette perc6e des
<< peuples indigenes > sur la scene international n'est pas un
ph6nombne nouveau.
J'avais commence la remarquer lors du Sommet
Mondial pour le Ddveloppement Social, qui s'est tenu a
Copenhague, en mars 1995, et auquel j'avais eu la chance de
participer grice h une invitation de OXFAM ; mais c'est surtout
lors de la Conf6rence Internationale sur la RWforme Agraire
et le Ddveloppement Rural (CIRADR) organisde par la FAO
en 2006, a Porto Alegre, oi je faisais parties de la d6l1gation
envoyde par le Gouvemement Haitien, que j'ai vraiment pris

L'6pid6mie de cholera qui sdvit actuellement en Haiti
a fortement agit6 la diaspora de New-York. Les radios et les
t6l6visions communautaires ne parent que de cela. On en parle
aussi sur les t6ldvisions amdricaines : hier samedi 30 octobre,
CNN a annonc6 que le cholera avait atteint Port-au-Prince, oni
plusieurs cas auraient &te enregistr6s, Toujours selon CNN, il
y a de fortes chances pour que l'6pid6mie s'aggrave encore
dans les prochains jours.
Pourquoi ?
Le cholera se propage par l'eau, les matibres f6cales
et le contact avec une personnel infected. L'approvisionnement
en eau de la population haitienne est totalement deficient. Ce
qui veut dire que les gens boivent n'importe quelle eau. L'eau
qu'ils peuvent trouver, dans les rivibres, les ruisseaux, les
rares fontaines publiques, et les vendeurs qui la vendent trbs
cher. Cette eau est le plus souvent pollute, et les gens n'ont
pas les moyens de s'acheter de quoi la purifier. Ils boivent
done de l'eau sale, pleine de microbes, meme si elle parait a
peu pres propre, De plus, les conditions de vie du people sont
tellement dures, surtout apres le terrible s6isme du 12 janvier
- une date qui restera grave dans ma m6moire - que les gens
font leurs besoins n'importe oi, l1 oi ils peuvent, l1 oi l'envie
leur prend. Ces matibres f6cales 6parpill6es souillent l'eau
des rivibres, des ruisseaux et des puits, d'autant plus que les
pluies se chargent de les transporter. D'autre part, les pluies
transportent aussi les immondices, le fatras, ce qui vient encore
aggraver la pollution de l'eau.
Les gens trouvent difficilement l'eau de boisson. Cela
veut dire qu'il ne font pas leur toilette r6gulibrement, s'ils la
font. Le people haitien est un people propre, qui prend unbain
tous les jours, ou meme plusieurs... s'il en a les moyens. Le


conscience de l'importance qu'avaient prise les reven
des peuples indigenes.
Il y a tout just un an, j'avais entrepris d'
cette conference (voir HEM, Vol. 23, # 36 et 38),
problemes quotidiens m'avaient d6toumr de cette e
II faudra que j'y revienne, ne serait-ce que parcel
consultations sur la governance foncibre sont p
comme un suivi de la CIRADR (voir HEM, Vo. 24
20-26/20/3020).
Pour revenir a nos indios, quand ils affin
au-dela de l'acces a la terre, c'est de leurs droits e
qu'il faut parler, en fait c'est du respect de leurs
qu'ils veulent parler. Dans le cas sp6cifique du fc
participant venant de Oaxaca, cette region du Me
le gouvemement du r6cemment faire face a une
<< zapatiste >, a fait comprendre qu'ils ne veulent I
de terre, mais de << territoire >, ce qui implique un
de notre faqon de voir.
Le systeme capitalist nous a habitues a ne c
la terre que comme un facteur de production, ou co
<< commodity >, un bien que l'on peut acqudrir pour
un besoin - le logement, qui a une valeur marchan
faire l'objet de transactions, d'oi l'importance que
attachent au << march foncier >. Or c'est l1 une v
6triqu&e. La terre n'a pas qu'une function 6conomi
peut aussi avoir une valeur socio-culturelle, qui parai
quand on pense au < patrimoine >, don't Henri Men
a appris qu'il est intimement li6 a l'existence du
domestique large >.
Si nous passons a une plus grande 6che
famille au peoplele indigene ,> nous ne parleron
patrimoine, mais de territoire. Le territoire est cetl
de terre intimement li6 a l'existence de ce people,
quelque sorte le substrat physique de sa culture et de
de vie. On comprend alors que ces << peuples indigrn
nent f6rocement a prot6ger ou a reconstituer leur
et la fiert6 de ce jeune Panamden qui nous a pr6senl
experience indigene rendue possible par une nouvel
tution qui reconnait des territoires particuliers avec
collective de la terre.
Qu'en est-il maintenant d'Haiti ? La form
vient a l'esprit est que nous sommes un pays du Sud
vraiment un pays du Sud. Le premier facteur con



Mobiliser..
probleme, c'est que bien souvent, il ne les a pas. Il se
avec de l'eau pollute, quand il peut en trouver. On lui
ces jours-ci de se laver les mains, ce qui est une e
precaution centre la contamination par le vibrion di
Mais comment se laver les mains quand on n'a mei
l'eau pour boire, et pas d'argent pour acheter un sac
trait6e ? Toumez et retoumez le probleme, et vous re
sur la cause ultime : la misbre, cette misbre infra-hui
l'Aristide des bons jours voulait bannir de notre ten
N'y a-t-il done rien a faire ?
A mon sens, il y a, a part les soins aux ma
sont la premiere urgence (il faut aussi enterrer les m
des conditions ad6quates) trois problemes majeurs
fatras et les matibres f6cales.
Si l'on veut empecher la propagation de la
il faut assurer l'approvisionnement de la population
propre. Pour ce faire, il faut la d6sinfecter, etj'ai en
officials de la sante publique proposer d'excellentes
Mais il ne suffit pas de proposer, il faut aussi r6alis
done acheminer des products disinfectants dans les zo
p6es par l'6pid6mie, et le faire vite. Je crois que c'e
course, et c'est une bonne chose. Mais a plus longue
il va falloir amdliorer l'acces de la population a l'eai
et ce n'est pas un petit probleme. Cela veut dire, en p
r6soudre le probleme du fatras et des matibres f6cal
Le problme du fatras
ne date pas d'hier. Mais aucun
gouvemement n'a pujusqu'ici


idications cette situation est le facteur historique. Nous avons pris notre
ind6pendance au debut du XIXme siecle, a un moment oi le
6crire sur concept de << pays du Sud > n'6tait meme pas encore imagin-
mais les able. Rappelons-le ; la premiere manifestation d'une solidarity
ntreprise. Sud-Sud fut la conference de Bandoeng, en 1955. Pendant
e que ces deux cents ans, donc, notre classes dirigeante, comme celle
pr6sent6es des rdpubliques latino-amdricaines, a << jou6 dans la cour des
, # 39, du grands >, d6clarant la guerre a l'Allemagne et se flattant que
nous ayons &te un des pays fondateurs de 1'ONU et y avons
ment que, impose le franqais comme langue officielle.
n g6ndral Le second 616ment de notre sp6cificit6 est d'ordre so-
coutumes cio-culturel et touche directement a monpropos d'aujourd'hui.
)ncier, un Contrairement la situation de la majeure parties des pays
exique oi d'Amdrique Centrale et d'Amdrique du Sud, notre population
rebellion indigene a disparu. Elle a &td d6cimbe et remplacde, d6ji du
pas parler temps de la colonies, par une autre cat6gorie social, de sorte que
e revision la situation colonial, dans l'optique du sociologue, c'est-a-dire
la rencontre du colonisateur et du colonis6, est rest6e la meme,
;onsid6rer saufque le colonis6 n'est pas la population indigene d'origine,
imme une mais, ce que j'appellerais une population << no-indigene >.
satisfaire A l'ind6pendance, nous allons done avoir une situa-
de et peut tion ndo-coloniale, avec une classes de ndo-colons, h6ritiers des
e certain colons d'avant 1804, et une population de << no-indigenes >
vision trbs subissant le meme genre d'exclusion que dans la colonies.
lque ; elle Apparemment cela pourrait se compare a ce qu'on peut
t 6vidente observer dans un pays comme le Panama, sauf que nos ndo-
dras nous indigenes n'ont pas cette tradition pluri-s6culaire, des indigenes
<< group d'Amdrique Centrale.
C'est ce qui explique la remarque du notaire Lesly
lle, de la Alphonse, lors du colloque sur la tenure fonciere organs e
s plus de Furcy les 16 et 17 aoit par l'Association Haitienne des Archi-
te portion tectes et Urbanistes (ASSHAU), comme quoi quand on parle de
et est en droit coutumier en Haiti, cela ne veut pas dire la meme chose
son mode qu'en Amdrique Latine.
ies > tien- Voilh done cette sp6cificit6 que j'ai retrouv6e a
territoire, Panama et qui fait que, si nous voulons remettre de l'ordre
t6 sur une dans notre gestion du foncier, nous devons bien nous garder
lie consti- de tenter d'importer des formules a des pays, si proches de
propri&te nous qu'ils puissent 6tre. Nous devons trouver nos propres
solutions, adapt6es a notre propre situation; il y a un gros
le qui me effort de r6flexion et d'imagination a fournir, autrement nous
, sans 6tre allons a l'dchec.
Iduisant a BernardEtheart

le r6soudre. A mon sens, il faudrait, pour ce faire, mobiliser la
population et obtenir que les gens se chargent, localement, dans
1 leurs communautds, de collector les d6chets et de les acheminer
lave done dans des points ou ils seraient r6gulierement recueillis par les
iconseille services publics. Cela signifie lancer une champagne national
excellente contre les ordures. Quant aux matibres f6cales, il faudrait la-
u cholera. triniserle pays, c'est-a-dire obtenir par l'6ducation et aussi des
me pas de measures r6pressives fermes que la population fasse ses besoins
;het d'eau dans des latrines que les collectivit6s locales se chargeraient
:tomberez de vider r6gulibrement et, par example, transformer en gaz de
maine que cuisson -je crois qu'il s'agit de methane - comme cela se fait
re. d6ji dans quelques endroits.
La encore, il faudrait mobiliser la population. La
lades qui tiche n'est pas facile, mais l'on n'arrivera a rien si l'on con-
iorts dans tinue a confier la gestion des problkmes sociaux a des entitbs
: l'eau, le bureaucratiques qui, sit6t mises sur pied, deviennent autant
de mangeoires pour les professionnels du wete pye w pou m
Smaladie, mete pa m. Le gouvemement bureaucratique ne march pas
on en eau en Haiti, ou plut6t ne march que pour remplir les poches
tendu des de ses d6tenteurs, de leurs families et de leurs prot6g6s. S'il
solutions. marchait, d'ailleurs, depuis 206 ans, on aurait eu le temps de
;er. II faut s'en apercevoir.
ones frap- La tiche est immense, mais on peut l'accomplir.
st d6ji en A condition de prendre les moyens n6cessaires.
6ch6ance,
u potable, Andre Charlier
articulier, ./,.,. ,, . ,,i.... ti-
es.

8772 NIE 2 4bre Avernu*e
Te6: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- HRceplion dt paimentl pour Bell South. FPL, GAZ. CABLE TV.
BELL. MOBILITY c...w.,
- Connection ift#phulrque chr yes...


Ouvert
6 Jours
par
se.naine:
Sh30am
a
7h30 pm


* PI'luin
-( cBuli It Ilqivi
* Isiiti tc , Ij inc4
- '* .l i i,.


* VilUllRX -I alt . A . %i . I M
* IN' lJUltsIc tvJIEi


Page 13


ODYANS PIBLIK POU DISKITE ENTANSYON POU ITILIZE
METOD INIFOM POU KOLEKTE EVALYASYON KI PA BAZE
SOU VALE LOKATIF YO
Konte Miamr-Dade. Florid "Konte" a) isiba avize. ke a3ans pibl.k ki te pevwa pou 30 a.m
4 novanm 201:' nan SalAsanile Krnisyon Konte, Stephen P. Clark Center. 111 NW 1st Streel
Miami, FL 33126 la te anile. Oblekli( odyanr sa-a Se te pcu diski;e enlansyo'i Konte a pou ililize
yon mel l nfornm ou iolekle evalyasyon espesyal ki pa .aze sou vale Iljalif yo ki pou erpcozc
nan tout zon jrwograFik Distrk S.vis Ponpye ak Sekou Miami-Dade la. pou kantite lajan sa
koute pou founi s~vis sekou ponpye apali Ane Fiskal kap koumanse le oktob 2011 la. Si yon
odyans vin pianilve a �on dat pita, Konle MI'anmi.Dade va pibiye avi reyinyon pitbhk la yon fwa
pasem n pandan kal semrn ia onsekililafjn ki egz'te nan seksyon 197 36 i,3=3iaj. Lwa Flord yc
DATE 36m jou novanm 2010
Sou L6d George M Burgess, Manadj6 Konte


KONIE MIAJAI.DADE -LORID





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 41


P E L F. E S







P A-IR L-A S
E S P H E 0 Qo/C>'S E G F
I-\U R K T qaSA^A-i R Afs


K &.Ft Q
L(Y
L W<


plc w
T 0 S
B Z B
OL J $
M:X BE
'NI i
T s : * B


Q3 Q Et-. U ,LF A 0',Cl' ^, _A H
SS iS DY GVA\U 6& 0/k
c e vwA,-p N N A Q 1 . L N YA v
F F/4.wV oLNA r 0 1E Z Lt. I T
K AI 8 -E P T4 i \C e B
I WO X X I J C D P X ,t L 0 F G
Arge, ine . - Blive - C i Combie - Cta Ricao Clj
uomnicamaw- EquaeLr - il Ssaador - Espagne
Guinte equato*ie - GuiartmlIa -Hondums MviquM
Nkiaigula -Pa anar- Palaguay- PeLIoi Uluguay - Vzezuela


Allez de PELEES PARLAS. en utilisant des mots du du vocabufaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1 Code de I'Espagne - Neodyme - --
2 Disparue - 3 Grande favorite poue la
succession Lula - 4 Point du ciel vers leuel
semble se diriger le Soleil -
5, Terminologie Interztive pour I'Eurpe - -
6 Judas -7 Enives - 8. Dcore - Conifre.

VERTICAL
1 Vile ou ont protested des jeunes opposes
a la Iprsence d'une charge - --
2 Sud-Ouesi - Or - 3. Relation conditionnelle -
4 Louches - 5. Ville ou se trouve une tour chtebre - Exclamation -
6. Humilies - 7. Navire du Moyen Age -
8. M(liantl
r l[ (yt S! ,I ,t[11 (il[ l li ! i I


B114 4IjN Ii
SI I .


SCRABBLE
Arrangez Ies sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

S S

G I E

R O


Solutions de Ba semaine passed
F LOCUiEt:)


7h00-9h00 Mcllode Matn avcc Marcus
Informuntons, Interview, Ancdotes, HIumour,
Analyses
NtsChruonilqum:
L'Editrial de Marcus
AuQuotidicn avec Elmii
La Chro LimnqLitt re aavec Dominique Batravil
Lcs Sports ,avtc Mario Blrvau
Les Invit4sdu Jour
Mlodic Mat i chaque samdi e~t anim
par Fkqui re Raphael

IOh-Midi Ledlsquede Auditeur
animaion Jame Prvil

t2:00- 12h30 Lm MId
informations avoc Lary Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsi
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2hO- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Einssion de chansons franciscs

3h-5h pm Le Bon Veux Temps
Rctro-Compas
avec Doc Daniel et Captrin Bill

ShO Le Journal de 5 haures
auve: Villeue tertelou

5h 30 pm Malodle & Company
DIveioppeaent durable
MTrdi avec Bemurd Ethear
7h-8h30 Amory Sabor con Luciani

8h30- 9ho S Soir Inforrations

9w - 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & MAr. : Lheir classique
Jeu. & Dim.: Jaz al Ten
Judy Carmichal reloit ses invints
9hP00 et au del Cavaller, prenez vos dames
(Samedi) 50ans de succspopuini reshatins



e ,edt cric Autt ee 7Itw4ece /
w.


E n B ref... (...suitedelapage2)
eaux du fleuve Artibonite. Mais en remontant le fleuve, on arrive a un de ses affluents :
la rivibre Meille. Cela ouvre d'autres perspectives aux investigateurs. Tandis que le
ministbre de la Sante et ses partenaires internationaux continent a privil6gier l'hypo-
these de la contamination du fleuve de l'Artibonite, des 6pid6miologistes et sp6cialistes
de domaines connexes, ayant int6gre la commission, vont s'int6resser particulibrement
aux fosses septiques de la base du contingent ndpalais des casques bleus onusiens, pres
de Mirebalais (d6partement du Centre).
Selon le Dr Gabriel Timothde, directeur g6enral de la sante publique, ce changement
d'orientation des investigations serait di a l'afflux d'all6gations sur le lien qu'il y
aurait entire le d6versement suppose de matibres f6cales dans l'un des affluents du fleuve
Artibonite et l'explosion brutale du cholera.
La mission onusienne, qui a d6menti tout lien de ce genre, a m6me ete la cible d'une
manifestation de plusieurs centaines de jeunes qui ont exig6, vendredi, a Mirebalais, le
depart immndiat des troupes 6trangeres et justice pour les victims de l'6pid6mie entree
dans sa deuxibme semaine.

Une base militaire de I'ONU apparemment le sujet d'une en-
quete
The Associated Press - MIREBALAIS, Haiti - Des enqueteurs de l'ONU ont recolte,
mercredi, des 6chantillons de r6sidus liquides malodorants s'6coulant d'une base de
casques bleus nepalais vers le r6seau fluvial du centre d'Haiti infect par le cholera, a
la suite d'accusations persistantes voulant que les excrements de l'unit6 nouvellement
d6ploy6e dans le pays aient caus6 l1'pid6mie qui a fait plus de 4000 malades.
Des journalists de l'Associated Press qui se sont rendus a l'improviste a la base des
Nations unies a Mirebalais sont tombs sur les enqueteurs. Vincenzo Pugliese, un porte-
parole de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH), a
confirm par la suite que 1'6quipe d'enqueteurs menait des tests de cholera.
C'est la premiere fois que des responsables admettent publiquement que la force de
12 000 membres enquete sur les allegations voulant que la base aitjoud un r6le dans
1'epidemie.
L'6pidemie continuait de se repandre dans le pays mercredi, avec des cas confirms
dans deux nouveaux d6partements dans le nord et le nord-est, selon la porte-parole Bu-
reau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, Imogen Wall. Le plus recent
bilan fait 6tat d'au moins 303 d6ces et 4722 hospitalisations.
Les organizations humanitaires et les Nations unies s'efforcent de contenir l'6pid6mie,
qui a &te rapport6e pour la premiere fois le 20 octobre. Mais les Haitiens sont de plus en
plus nombreux a vouloir comprendre l'origine de l'6pid6mie et se demandent comment
une maladie qui est absente du pays depuis le d6but du XXe siecle a soudainement pu
apparaitre dans les campagnes du centre du pays.
La MINUSTAH d6ment fermement qu'une de ses bases ait caus6 l'6pid6mie. M. Pu-
gliese a indiqu6 que des ing6nieurs civils avaient r6colte des 6chantillons sur la base
vendredi et n'avaient pas trouv6 de trace de cholera.
Le commandement militaire de la mission a ordonn6 des tests suppl6mentaires pour
confirmer le r6sultat, a affirm M. Pugliese. Selon lui, aucun membre du bataillon nepa-
lais arrive en Haiti au debut du mois d'octobre n'est atteint du cholera.
Le commandant de l'unit6 a refuse de commenter l'information.
Le cholera est repandu dans plusieurs regions du monde mais est presque inconnu dans
les Ameriques. La maladie est end6mique au Nepal, qui a connu de nouvelles eruptions
l'&te dernier.
Des politicians locaux, don't un puissant s6nateur et le maire de Mirebalais, mettent
en cause la base de casques bleus ndpalais, perch6e en aval de la source de la rivibre
Meille, un affluent de la rivibre Artibonite, sur le plateau central d'Haiti. La rivibre
Artibonite a te a l'origine de la majority des infections, qui restent concentrees dans la
region rurale qui l'entoure, en aval de la rivibre Meille.
, a
affirm le maire de Mirebalais, Laguerre Lochard, a l'Associated Press.
Les r6sidants de l'endroit mettent aussi en cause la base de l'ONU. Unjournaliste de
l'Associated Press a vu unjeune home s'avancer vers les barribres de l'6tablissement
en scandant <>
Les personnel qui vivent pres de l'6tablissement affirment que tant les fosses sceptiques
de la base que les d6charges a l'air libre dans lesquelles elles sont d6vers6es d6bordent
dans le course d'eau oni les r6sidants se lavent, boivent et nettoient leurs v6tements.
<> a avis6 Jean-Paul
Chery, qui vit pres des d6charges d'eaux uses avec sa femme et leurs cinq enfants.

D'importantes measures de prevention centre le cholera prises a
Jacmel
Les responsables municipaux ont interdit la vente de products provenant du d6partement
(EN BREF / p. 16)


Page 14


P
n


Solubons de la
smaine pass:
CIRE IS
CI RRE S
CI RE S
CADR ES
LADRE S
LAURE S
LAUREES


i


I





Mercredi 03 Novembre 2010
Haiti en Marche * Vol XXIV * No 41


Ti Gout pa Ti Gout ik.lntil \lilii


KONSTRIKSYON

YOUN AYITI TOU NEF
Vizyon ak pwopozisyon GRAHN
Gwoup mounn nou vize
Nandat 12janvye 2010, tegenyoungwotranblemante, kite
kraze kapitalAyiti, ansanm ak plizy l6t vil nan peyi a Tranbleman tk
sa ate touye anpil mounn epi li te kmze anpil kay,wout elatriye. Depi
jou sa a, se tout mounn ki ap pale sou rekonstriksyon Ayiti. Liv sa a,
ki se travay youn ekip mounn, se young konribisyon tou piti Gwoup
refleksyonakaksyonpouAyititounfla, GRAHN ap pote nantravay
refleksyonkidwe sbvipoukevyeyounAyititounlf. Liv saa, seyounliv
kif6tpoutoutmounnosnon6ganizasyon pwoblkmAyitiaenterese. Liv
laf6tdapiyounapw6chglobal,kichitasoufasonpourezoudpwoblnm
Liv saa fetespesyalman poutoutkategorimounn,kouenstitisyon,nou
pralnomenmlayo. Savle di: sitwayenayisyenkiapvivanndanpeyia
kounanpeyietranje, enstitisyonayisyen, dirijanayisyensouplanpolitik
ki lajounenjodi a, kou sila yo ki nan wout, enstitisyon kowoperasyon
entnasyonal, 6ganizasyonki ap tiavay akgouvsnman, oubyenkipape
travay ak gouvsnman, menki ap fonksyone anndanAyiti, sitwayen ak
dirijanpeyi zanmiAyitiyo, ansanmak sitwayentoupatou soulat, kivle
konpramnnpwoblm peyi a pibyen

Fason pou abode sitiyasyon an
Pou nou byen analize pwoblm Ayiti yo, nou dekoupe yo an
dis seksyon ki repezante dis chan aksyon youn mounn ka konsidele
nanpwoj6 lekonstriksyonoubyennanpwoj poukieyeyounbaztounef
poupeyiAyiti. Dis chanaksyon sayo se: anviwonnmanakbganizasyon
teritwaa, devlopmanekomnmikakkieyasyontavay, enfstriktinasyonal,
lekonstriksyon leta ak gouvsnans, santepiblik ak svis poupopilasyon
an, solidarite ak devlopman sosyal, sistkm edikasyon ayisyen an, eitay
zans6tyo akkilli, entvansyonijanakentvansyonp6sijan, planifkasyon
global ak finansman. Te genyounkomite tematik kite pan chak grenn
sektk sayo sou responsablite li. Se tavay divss komite sayo ki rasanble
pou kreye dives chapit ki anndan liv sa a, ki limenm genyen dis chapit
Kolosal pwoj6 sa a pa ta fouti eyalize, si pa te gen fy6l ak
kouray epibonjanprensip ak metd travay, kipou te pemt tout mounn
ki deside mete men pou Ayiti yo bay enpresyon yo, opinion yo, lide
yo, pote analiz payo apati dives ekspeiyansyo nantout nivo posib. An
premye, genyenAyisenyo,silayo kiapvivanndanpeyia,kounanpeyi
etranje. Mentou, genyenbonjan zanmiAyiti yo, zanmi tout mounnte
konnen lontananvantranblemant6 12janvye 2010 la, ansanm ak tout
l6tkivinmanifestesolidariteyo,toutbon, pouAyitiapatidat 12janvye
a W, f6k tout mounn sa yo, nan k6lkeswa fason an, te patisipe nan
lefleksyon GRAANte6ganizek6mkontibisyonpalinanyountmavay
w6dp6te, kote younAyiti tou nffva fleri.
RefklesyonGRAANlankieye 175pwopozisyon,kimennen
175 aksyon kidwe ft souyounpeiy6dtankiap dire 20 ane. Se saki
ap pemet nou k6lte ak dives pwoblm nou dekouvie yo. Pami dives
pwopozisyonsayogen24pwoj, ki nlMenankategoripwoj konstriktif,
paske reyalizasyonyokapdmdt peyiamonte dyansouteienmoddnite
a

Orijinalte
Pandan istwa lavi nou k6m pp, gen anpil mounn kite mete
tanyo, nan divss nivo, sou pwoblmm peyi a, pouyo te kab mete yo nan
lari,analizeyo,eseyekonprannyoepiiezoudyo. Genyenplizyeekriven,
womansyeakeseyiskitefebonjanliv,koteyoteab6depwoblAmAyitiyo
nandivs fason, dapi pw6p oyantasyonpayo,vizyonlek6lpanseyota
pe suiv la,oubyenlide kitape sikilenanep6kyo tapevivla Sepandan,
noupajwennanpilz~v,ki se eziltatavay refleksyondivss sitwayenkote
youndalmounnekspeiyansakdivs nivokonpeyansyon,kipa nanklan
politik,techitaansanmpouekzaminenglobalmantoutpwoblAmpeyia
Nan sans sa a, olyantasyon GRAAN bay tyiavay li a se youn apw6ch
sanpaky, ki ekzamine, sanfk chlbe, men anpwofondt, tout pwoblkm
peyi a dapit youn apw6ch global, ki ielye tout pwoblm yo ansanm

GRAAN-Monn
Liv sa a se z&v GRAAN-Monn fe sou direksyon Samuel
Piene, younn nan manm fondatk gwoup la, avek kolaborasyon 120 l6t
ot& epi kontibitk. GRAAN-Monn se youn bganizasyon ki genyen
sitwayen ki rete vijilan toupatou sou lat. Yo plis konsantre yo sou
youn apwch,kotesetoutmounnkimeteyo ansanm pou yoprepare
rekonstriksyon Ayiti nan youn fason, ki ale pi lwen pase youn senp
kole-pyese enfrastrikti fizik peyi a GRAAN-Monn ankouraje youn
aksyon refleksyon anpemanans. Kalite refleksyon sayo dwe kreye ak-
syonkonstriktif akbonjankow6dinasyon pouyounAyititoun f,kidwe
chitasoulajistis, pataj, solidarite, ledikasyon, resp pouanviwonnmanan
epi youn lanmou pou byennt tout mounm
SamuelPiene, enj., PhD., se pwofesa atite nanl'Ecole Poly-
techniqueMontrialepilise responsab anclhfyoundepatmanrec�ch
endistriyelnanLekolPoliteknikMonm yalla SamuelPiene se Chevalier
L6d nasyonalKebk, epitou li se Fellow Enstiti kanadyen pou enjenye
ak manmAkademi canadyen nanjeni.
Tradiksyon :Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukououj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
PijisBureau Ti,. i,, i,. , i i, h,i,,ln . Gatineau, Quebec


A Chacun Son Creole
Examen de creole au baccalaureat en France !!! ...

KREYOL NAN EKZAMEN BAKALOREYA AN FRANS
Le crdole est disormais accessible aux candidates
du baccalaurdat. Les lycdens intdressis on jusqu'au 15
Novembre 2010pour effectuer leur inscription sur le site
du siec : www.siec.fr
Enfin, les epreuves facultatives de crdoles au bac-


calaur6at dans les academies de Cr6teil, Paris et Versailles ! A
computer de cette rentrde scolaire 2010, 1'6preuve facultative de
crdoles guadeloup6en et martiniquais est enfin accessible aux
lyc6ens des academies de Cr6teil, Paris et Versailles. En effet,
ils pourrontvalider leur choix entire les crdoles guadeloup6en et
martiniquais d&s l'ouverture des inscriptions informatis6es aux
6preuves du baccalaur6at, jusqu'au 15 novembre2010, par le
service inter-acad6mique des examens et concours (SIEC).
Cela cr&e ind6niablement une opportunity suppl6-
mentaire de passer avec success l'examen du baccalaur6at pour
toutes celles et ceux qui choisiront cette option.
Le Collectif pour le Creole au Baccalaur6at dans
l'Hexagone (CCBH), avec le soutien d'associations, de creolo-
phones, de citoyens et de personnalit6s de tous horizons, avait
engage depuis 2005 de nombreuses initiatives et interpell6 les
services du minist&re de l'Education national, afin que les
lyc6ens r6sidant en Francehexagonale puissent soutenir au
baccalaureat les 6preuves obligatoires et facultatives de creole
comee c'est le cas de ceux vivant en Guadeloupe, Guyane,
Martinique et A la Ruunion depuis 2004.)
La mise en place des 6preuves obligatoires de creole
dans l'hexagone, l'enseignement et l'acces aux 6preuves fac-
ultatives de creole en region parisienne sont des avanc6es
importantes qui confortent le collectif et tous ceux qui le
soutiennent, dans l'engagement et le combat quotidien qu'il
mane pour continue A promouvoir les creoles en France hex-
agonale, tant au sein de l'6cole de la R6publique que dans les
ateliers associatifs, meme si pour des raisons qui nous sont
inconnues, les inscriptions aux 6preuves facultatives ne sont
pas possibles pour les crdoles guyanais et r6unionnais.

APPEL A LA MOBILISATION ET A LA VIGILANCE DE
TOUS:
Malgrd ces avanc6es, le collectif rappelle cependant
que seuls les lycdens des lycdes Paul Eluard de Saint-Denis (93)
et Ldon Blum de Cr6teil (94) peuvent, pour l'instant, suivre un
enseignement, et que seulement ceux d'Ile de France peuvent
soutenir ces 6preuves facultatives de creole.
En consequence, nous devons tous rester mobilis6s,
afin de permettre A tout lyc6en r6sidant en France hexagonale
de b6ndficier des mimes droits : L'enseignement des crdoles
guadeloup6en, martiniquais mais aussi guyanais et rdunionnais
doit 6tre 6tendu A l'ensemble du territoire hexagonal. Tous
les &l1ves des lyc6es en France hexagonale doivent pouvoir
s'inscrire aux 6preuves facultatives de crdoles guadeloup6en,
guyanais, martiniquais et r6unionnais ;
La mise en place de lycdes de regroupement A l'instar
des measures existantes pour les autres langues r6gionales doit
devenir une r6alitW ;
La formation de nouveaux enseignants et l'ouverture
de postes au CAPES de creole doivent 6tre effectifs dss la
rentrde 2011. L'dlaboration de manuels p6dagogiques doit
6tre encourage en tenant compete du caractire sp6cifique de
chacun des crdoles.....
Paris, le 13 octobre 2010
COLLECTIF POUR LE CREOLE AU BACCALAUREAT
DANS L'HEXAGONE (CCBH)
Maison des associations - BL64 - 22, rue Deparcieux 75014
Paris
kolkrevol#.hotmail.fr - www.creoleaubacdanslhexagone.org

Nbt edited tigout pa tigout-
Nou fr mesye-dam "Collectif pour le CREOLE" yo konpliman
pou reyalizasyon sa-a. S'oun viktwa pou lanng krey6l la. Nou
made tout 6ganizasyon k'ap defann lanng krey6l la pou mete
gwo presyon sou enstitisyon edikatif anFrans yo pouyo ente-
gre etidyanAyisyenyo tou si yo vle pran ekzamenbakaloreya-a
an kreybl. Krey6l Gwadloup, Krey6l Matinik, Krey6l Ayiti se
kabrit tomazo menm plim, menm plimay. (JM)


Nbt leksikografik:

Changana changana
AK MAKES MIANIGA/AA/MAXANIGAT*

Etranje ki vin travay sou flkl6 ayisyen toujou twouve
konese pou ede yo paske yo pa maton lan lang peyi a. - Gan
lan yo ki konnen, gan 16t ki blofr ki plen yo ak bouden osnon
ki f6se yo pran Nana pou Sizann. An nou di kanmenm yo mete
b6n fwa ak kouraj lan rech&ch yo menmsi anpil fwa yo bite.
Plis lanyo pa konnen krey6l epi sa lakbz yo tande youn bagay
yo transkri jan yo kapab. Anpil fwa yo eseye tradui bagay
ayisyen ki part fasil epi yo monte sou resif. Mwen te ekri lan
"Ti gout pa Ti gout" (Haiti en Marche, Vol. XXIV - #28 : 15
(4.08.10) : "Kat pwoveb ayisyen etranje tradui mal." Anvan
sa, mwen te pibliye lan liv mwen an "Patamouch..." (2007
: 33-36) youn lodyans "Krey6l pale, z6t pa konprann" kote
madan Paste, youn Amerikln, te vwayaje byen benyen byen
poudre ak diksyonnm franse-angle li pou li te vin tradui tou sa
yo te di an krey6l san pwoblkm. Adje!
Jodi a mwen tonbe sou youn pwoveb Aw6l Koulannd&/
Harold Courlander mete lanyoun lis li pibliye lan liv li a "The
Drum and the Hoe..." (1960 : 335) :
"Changana changana."
"What is mine is mine. (Perhaps what I have isn't as
good as someone else's, but it belongs o me.)"
[Sa ki pou mwen pou mwen./ Pa m se pa m./Kin an m
se kin an m.[N] (Petet sa m ganyen an pa bon tankou pa z6t,


men se pa m li ye.)/(Petdt sa wen ganyen an pa bon kon kin a
z6t, men se kin an m i ye.[N])]
Kite-m kouri di mwen travay sou pwoveb ayisyen
anpil. Mwen ekri de liv sou yo : yofn bileng krey6l-franse, 16t
la krey61 sdlman. Toude se reyedisyon "Recueil de proverbes
crdoles" (1877) J. J. Oden/J. J. Audain an. Mwen priske fin
pare youn reyedisyon "Proverbes haitiens..." (1905) Ed-
mon Chen&/Edmond Chenet yo. Mwen toujou tcheke Fayo :
"3333 Proverbs in Haitian Creole..." (1979) pou mwen we si
youn pwoveb m' pa konnen ladan li poutnt misye te liste s&z
koleksyon pwoveb ayisyen lan bibliyografi liv li-a.
Lan tout liv sa yo, se lan Fayo ase mwenjwenn "Chan-
gana changana". Kote ot&-a pran li? Lan liv Koulannd&-a.
Egal "Pase pran m, m a pase ch&che w!" Sa poko ka regle
koze nou!
Abitid mwen, bon kou 1kkte mwen yo konnen, 1 m'
ap patinen devan youn mo, se cheche li lan de gwo diksyone
krey6l-angle yo : "Haitian-English Dictionary" (l " 14) ak
"Haitian Creole-English Bilingual Dictionary" (2007). Anplis
mwen toujou gade lan de 16t liv diksyone krey6l-angle poko
konnen : "Inventaire ttymologiques des terms crdoles des
Caraibes d'origine africaine" (1998) ak "Lexicrdole (Identi-
fication des sources lexicales)" (2001). Anplis, k6m mwen te
tounen sot Kongo/Kinshasa ak youn diksyone kikongo, mwen
toujou pote kiryozite gade ladan-11 m' ap bat k6-m pou dechi-
fre youn mo ki ta ka sanble youn mo afriken. Enben, tout senk
diksyone sa yo pa konnen mo "changana" a.
Eske se t' ava : "sangala osnon sangana"? Mwenjwenn
youn mo "sangala" lan kikongo ; yofn lan tradiksyon franse 1
yo se : "chose ou attmiLr quelconque" kidonk "nenp6t ki kalite
bagay osnon af&". Nou tou wn se youn deny kout privye paske
anyen, anyen lan diksyone yo pa monte.
Se pou nou poze t&t nou kesyon sa a: "Kote Koulannde
soti ak paw61 sa-a li rele youn pwov&b?" Piske "changala" pa
youn mo krey61 kouran eske se t' ava youn mo langaj paske
misye te etidye Vodoun anpil? Kite m' gade lan gloss liv Dyeri
ak Ivwoz Jil la : SSc\ i Ginen. Rasin, Rity61, Resp lanVodou"
(2009). "Changana" pa part.
K6m "koze made ti ban" [N], mwen kouri al frape bank
Jak J. GasonlJacques J. Garqon. An n' renmnt mast&w6f[N]
la k6n nan:
"Nan P6toprens, wen te abitye tande de oungan di
"Tchangannan! Tchangannan!" 1r yo te rankontre. Yon jan
pou yofn fe 16t konnen : "se menm noumenm nan". Apa sa,
wen pa okouran okenn paw61 ki ta sonnen kon "changana,
changana."
Se sa Jak te sonje pou konmanse. Youn ti kad& apre,
misye vin voye diplis ban mwen :
"Menmwa an m reveye. M te fon f6t, m te bilye.
M' viv Kafou pandan venndezan. Pou sa ki pa konnen,
Kafou koumanse denpi w fin kite T6lann/Thorland, nan wout
sid la, pou i fini Maryani. Mbn Sen W6k separe limit ake y nan
oun bout, lanmnr menm bat lak6t a y nan 16t bout. M repante
tout kanton an net, nan valganday pyepoudre. M pa kache
di w, m ranmase koutim, labitil ake lizay anpi vakabonday
polison tou.
Anwetan mofn Jeremi, Lezanglk, Dammari, ki fe voyay
nan batiman, pif6 16t k ape soti nan bout sid la, vini nan lar-
epliblik P6t6pwens, pase osnon rete Kafou. Gen 16t tou ki kite
P6t6pwens, yo vin moute kay a yo la; pou tan an, t&r te bon
mache. M fofile ake pif6 ladan yo. Konsa, antw6t zanmi m te
kontre la, Fritz Masstna, nan lye verite a y, Harry Laventure,
k ape viv Georgia, te konn repete : " Tchangannan-Tchangan-
nan, pa m se pa m". Youn konn rele 16t k6m&rsan. Kote yo
te trape sa? Sa sa te ye sa? M' pa konnen! Men gan 1r sa pa
kich6y envalib ; piske sanble i ta fe chimen y soti Lafwik rive
Ayiti."
Nonm Jaken (Jak) sa a pa ti moso. Apre li fin pase bon
tan ap koute Grann Mari**, li twouve al pase 22 zan P6toprens
kote li te kontre ak zanmi mofn lan Sid. Konsa, bon kou bagay
mwen pa konnen mwen jwenn yo lan men li.
*
Kite kantik... Mwen respekte travay tout fourad6
etranje k' ap ride nou sere anpil lan riches ki lan lizay ak koutim
nou, men f6k yo konnen tou: "Lakay kanmarad pa lan mache!"
Anvan w antre li bon pou di : Onn !
Aw6l Koulannds/Harold Courlander mache, li ranmase,
li ekri. Gremesi li ak bon memwa Jak J. Gason nou vin gan
asirans "Changana changana" lan paw61 mofn lan Sid. Menn
rss la "What is mine is mine"! "pa m se pa m" la tou.
Nou abitye ak mo krey61 kote son "k" a tounen "tch".
"Tchangannan-Tchangannan" pou "Changana changana" pa
pi estw6dine pou nou.
Nou poko jwenn kote ekspresyon sa a soti, men
sireseten li lan krey61 la. Mouche Koulannde, chapo ba!

* Max Manigat toujou d&ye mo ak pwoveb krey61 nou pa
tande ank6.
** Jacques J. Gargon, youn banj lan koutim ak labitid mofn
Okap/lan N6, bata fini youn liv : "Anba bouch a Grann
Mari".

Nbt edit-a
"Nan Ti gout pa ti gout" (Haiti en Marche 20-26 oktob 2010
#39 p.15) nou te pibliye youn atik M.M. "Changana changa-
na" men sete bouyon atik la Maks te voye montre nou. Li pa
te ko fin ekri li. Nan kU cho, nou pibliye-1. Jodi-a n'ap bay
atik la an antye. Kidonk, sa ki te part anvan an pa konte.
Nou made ote-a pou li eskize nou." (JM)


ADOMI PURCHASING AGENCY
TeL: 786-457-8830 * Fax: 305-756.-079 * e-mail: adomipurchasing@aol.coa


POUR TOU VOu MJ Ar Equipements pour construction
Pl6ccs de voltue Camlon / Equlpcmcnt m6dlool
m Par vioe ou par battle


Page 15


.x.....Ix... .. . .. . .. . . . . ...- --I


~ ~ ~~~~~ _~~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~_





BACK PAGE


Mercredi 03 Novembre 2010
1 Haiti en Marche * Vol XXIV * N0 41


En Bref...
(... suite de la page 14)




ARea rFt he r nd Faste r w

_ _ _aN m
Iw


%4


qF-


Nouw somrn
rpe s a m do=...
mina - nknl, ool
Produlkt pfaubk% W
�nmlu Uralouf


I- -


.- -


-


I-


Its


mum T aou esemm k
do Wafldf


Door t


POUR Vo SiURVATIOo CAMRGo. APPMUZ

1-800-9276059
o aenyca naous a e-m l: m


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montr6al (514 337-1286)
email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche hughes. net
URL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896


L *PinedbySouhestOf6 e :* 30) 2377


de l'Artibonite, foyer principal de l'6pid6mie. Cette measure
a provoqu6 la colkre de certain commerqants et on a enten-
du quelqu'un protester en accusant le propri6taire d'un ddp6t
de riz dans la ville de Jacmel d'6tre derribre cette measure.
Toujours A Jacmel on proc6de A une inspection sanitaires des
autobus arrivant en ville et
don't les pneus sont asper-
rLJ! Jj,1 g6s de chlore pour d6truire
le bacille au cas oni il s'y
mf Amej.et- trouverait.
De leur c6t6, les autorit6s
sanitaires de la Grande Anse
ont d6menti les informations
selon lesquelles 7 personnel
seraient mortes et 42 hospi-
talis6es des suites du cholera
( " dans la region.
Elles annoncent par ailleurs
l'adoption de measures visant
A emp6cher la propagation
de l'6pid6mie dans la zone.

La R6publique do-
minicaine enforce
sa surveillance A la
frontiere
La R6publique domini-
NEW Acaine a renforc6 vendredi ses
VNEW contr6les militaro-sanitaires
to Door Service A la frontire avec Haiti,
is available pour tenter d'empicher la
propagation de l'epidtmie de
cholera svissant en Haiti, a
rapport la press locale.
Les soldats ont notamment
effectu6 plusieurs descentes
dans la ville de Dajabon


(nord), situde au bord de la frontibre de 376 km de long
s6parant les deux pays se partageant l'ile carib6enne, pour
ddtecter la presence d'Haitiens entr6s clandestinement.
Au moins 170 ressortissants haitiens ont 6t6 arr&ts, selon la
press locale, puis ont &tC expuls6s vers Haiti, a indiqu6 le
Corps sp6cialis6 dans la s6curit6 frontalibre ou Cesfront.
Les autorit6s ont 6galement suspend un march qui se tient
habituellement le vendredi dans la ville, pour 6viter de crder
un foyer de contagion.
Quelques Haftiens bloqu6s A la frontibre ont protest vio-
lemment contre cette measure les emp6chant d'aller travailler,
6tudier ou fair leurs courses en R6publique dominicaine,
selon la press.
La R6publique dominicaine avait d6ji mis en place des
contr6les sanitaires depuis lundi, exigent en outre la pr6-
sentation d'un passport et d'un visa pour laisser entrer les
Haitiens.
L'Organisation mondiale de la Sante (OMS) a cependant
jug6 mardi 26 octobre qu'il n'6tait "pas n6cessaire de former
les frontibres ou de restreindre les voyages dans l'ile et le
commerce avec Haiti".
Le dernier bilan de l'6pid6mie en Haiti faisait 6tat vendredi
de 330 morts, et 4.714 hospitalisations.

Arrestation d'un dangereux criminal ha'i-
tien en R6publique dominicaine
L'agence Haiti-Libre announce l'arrestation par la police
dominicaine de Julien Elie, un dangereux criminal haitien,
qui s'6tait 6vad6 lors du s6isme de janvier dernier. Julien
Elie a t& capture lors d'une operation policibre men6e en
coordination avec la direction du renseignement criminal
dominicain, 6galement le FBI (bas6 A l'Ambassade des Etats
Unis A Santo Domingo) et la police haitienne.
Julien Elie se cachait dans une residence au niveau du
kilombtre 10 de l'autoroute Las Amdricas, A l'est de Santo
Domingo, au moment de sa capture. Il1 sera rapatrid en Haiti
dans les plus brefs d6lais afin de continue A purger la peine
de prison pour laquelle il avait &tC condamnd pour des cri-
mes divers, notamment des
meurtres.

La MINUSTAH
inqui&te de la mon-
t6e de la violence A
moins d'un mois du
scrutiny
Les officers en droits
humans de la MINUSTAH
presents dans differentes
regions du pays, notamment
dans l'Artibonite (Nord) et le
Plateau Central (Est), sont en
train d'observer, de docu-
menter et de rapporter des
cas de violence, a indiqu6 le
porte-parole de la mission
lors d'un point de press le
28 octobre.


Page 16


KI VWAYAJE CHAR
15 JOU POU sWOTm
Mcnnaz' o L D!IM
MEN YON
GWO 1 K - . AN AYr SOU WAF Sr
GWO &^TO K
Aror.........rMARC, GONAIVr ft

MACIHANDIZ CAPE HAM
O AOU WOTI KONNTENE, SWAT
PZEP, KAMYON MACHNN ECK

GONAIVES ST MARC
SHAIM HAITI
CAPE HAITIEN T I MIRAGOANE
HAITI
HAIT RIle ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 J

Fax ( 581 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 14877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Directions 1-95 to Exit No. 74 ( 45Mt Street ) East to Congres Ave, to North an Congress Ave to Martin Luther
Klng Jr Blvd go East on I MIK Blvd ( makki right hand team ) this Rd takes you straight to hse Part of Pam lah

As soon as yo go over l Wdixle Hwy . before Ouard Shack Make 1et Left hand taum you will see our gn


Under New Management


No pam yea noro Bdate MV MONARCH EXPRESS


.,.
0.�� *




Full Text