Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami, Fla.
Publisher:
Haiti en marche
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v.24, 16p. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text






*ien
is


H a t*esar h d t o n u 4 a u 2 0 Ji ll et 2 0 1l ol X V eO 5


INSOLITE
Mondial: la pieuvre a tout
pronostiqu, jusqu'
la victoire de l'Espagne
Aple I c liiiiiii iioii dle I A llni. ,eiii c e l 1.
coiiilliiiion dle iioiiibiLeni\ A.lleniinil_ ouli ic liuii e iine
li ii l ii2iqLi poiil Paill le Ipoulpl I ouicle le pIll e e, leib
d A llenl, ne qiin c l ,i i pI ediit a \c c. \,iciiiiile. ionI, lie
lei'uili. il a 1. N I M iiin elll .llh i ln Moiidl l \ icoIilli II
d lllic eiiil deiii-liiile conl eI I E l|pailne


C ic 'cu iauni Pa .i a Piciti itLhi coip Poiii coip
( p, "Rall Pjll, J p,,d, Jt,1 Coup poUI Cop
Li \ lioine le I nll laii 1ii SU I Litiiiltii poi i LI e plice
cii.1 qIui qle c ti I E-paiile qilui lelcpoiillu lI coiupe
dliii i cil hi
Lc cplhilopodl d. I atiiiinuiinl cd O)b i hliii.
jiiiicipe ilonI l e i l ,iliti dl I qulipe alleniiiii dilpuii
le dblit di Nu Monclul qutje \ lctOlie' ci d'lei\ dljlfaii'_
coiiini Ij Scibic puiis I E-spa.'iin
A\ l a hitc llh i, :. ini hl Pjlil o0 JII p|h1:'N:'%u:ili
li iiiimi iiotiiiniic ilii idl\ boii cii en plliislqii oiiiccn s
dil diijpci dc cliql i p,'s Son lioi\ j tonionil
Coi-i ._lc)onli a I liucl dul iailJ I i h i \ 1 ii il phli_< iiJidl
dli.i iioi cc.ttc f1ois ild tllppoil| .i illciiii.i kln
Riunii ik \jiil lc I pouilpl i'llc ciiillc1 DoloicS
Lulllh quliih ia\' Jillc uln. 1ic l | 0oioiiiii.l- di Bcillli
C oii|lu/-lIn u ii c hi L flics ci il,'ll c/-lc uii ioLiic lic
lic._ j\c 11 iii /ti dci cltiio di I I uiill d ohli\ ei id
I .l Delicien'\
Peu _iipet iiiiiiie'\ cn '-iinciul le_. Allenindiiil oui
li i p ol lioie .In\ poul\olii dle pliecliciion dl I .iiii-, e
pi'enl\ ' Le' _iiuppoeil_ onui nci le coei bii ns lolqli il j
elioi1i I E-.i aLine cii iicli i \ illie Ll c uleiiii-liii le
Le o lotiiii lti\, it 1 l iiite itIelillleiiiild o li lee
il iiiiioiii bliel nlmei.c le2. suii le oion I leeii ei dil eoiilli.i
a. Paul le poulpe
J.ite/-le il.i I Ij fliiiine ieni le Be ilhinei Kiniei
Cn clio j dl lioliiinb \ b niit i tl iouLiinii\
Le chloi\ dli Pjail onti fii le kboiiliei dcl Ij pie..e
iiiile iiiiioi lci Les c, liiie e ic tele\ l iioin lleiii iiilndc le .
oui uienlie lcii aniiii cu di ec'
\ nidlieili l poulpe ,i d.ii_'iie .\ce e\,eiiitled
I Alle.Il aii 'ne oiuiiue ll d \ iii ei l lcl i \ aiiiq di iln iiuhi
Lpoie l iioiiNipe plice eitiie I .Alleaiiiin ei I I iiiil'li.\
iiiiI qil I E-sp.iiie eoiiiuic \ iiiiiqii'Lii dle ii li ile einle
I E-spaiie ei le. P.l ns-Ba.i
liiie poie-pliole diu ciiiic ajiijiliqiie
d c)bi hiluii-.ii r ieci-l leie iie iiiln le hlieu\ 11n i cilii
j.iu pl eleblcie ciphlilopoidle. iiioiiil ioiii lel Ipoui\ oii
(Il piecliciioii poiiiiienlc i eiie iiii ai piolii iljii l imiie


Les ONG peuvent-elles

influence le vote

de la population?
PO)RT-ALi -PR IN( E I Jiiillli Coiiiiii'eli dle.
()NCiG i.tl\ .iini-lle. iiinliienc e le I ioclihiiiie electiioiin '
EleC i iiili i Elle L i oiii Ja uiIellei ieiii
iiiiliSpe Sii.bles.i i i S lli i le i popliljiioni II nc li'ii esi'
iloiice p.is iiiiluoSiIble d iiiieie$ei cclle-cl j \aoi i l (iii
iiii iiliii lii Sc iii pIli .J\ oIable j leiticS iinieei N IMalie
leiL 1iuni iiii 'le .cii bull Ii lui il"
C e'Si ili iiioi iii I iiSc'en c'l _,ilie qti i a cie Liaiiee
laI seiiiinie dileiiiiei lois id Liil 1 oiiiulii de I C(aincoli
i C oiiiliiiiii e' Jibic e si ie i leii iii a i I J liii 'e i'L c iiqi el'l
le pie'iile'iii Reiie Pi I\.il I Ipaiieie' pol iii iue looiiiie
SclonI l Pie iine iiiiiiii e ii l I Doiiiiiiiqiie il
|ONG ( i


Sisme: 6 MOIS APRES

Lente et difficile reconstruction
N lcicicdl.i iiillci.l 21111 I Pic.$ dc. $i\ iiiohi .
ipl Ie le tlliiiibli i eiii bl eii iiel dci leci qllin i l p
dcl\.I l1c H.iii ls bc oiin s C l ini ic Iccil l iC ...
Eiicoic ,Iiot iil hiiu le Moi\ c iiie iii I _
1. C(ioi\-Roii-2c ei dil (I loi.iii-Roiie i doit~i '
lotiiinii 2 I iiiillioiil dci Illiei dl 'cai po ible pail .I
(Ce il e. |pi' l l iole I le L i ioi\-Roii'-
dIC doli111 i doi I c 1 pooi jbl 1 p2oi ..1 I) i 'lpc olll'
io le I liOLii I I (O ) ii l II i c i blcell l 1 ii .1i
.iicic l lcl IC i ol aii. L .ll ,i ii i i iioll i ic Ipiobl iiile --c-. .
Iliiiii llii lle l IC' ',ilie pixlblqtiile i'1l hI' bi dilonc .1'
oI0 Ice p ali pIj. II C p' I j. I'i le illC'.. C\plilliie Jl.l11-
Pici le T:icheli.lcati di elec-iiC ild C ioi\-RoiuCe' '
cilljldil lI c
Lois, d iin blln i ei si ol lpc iiio c ii '
HJai iii ici i ei li iiiiiii I ol'j.iiiiii hL iIiiii iii ,iiii i
Illi lqI le .1\Oll .IdN N,01 ilCC l $OIlll. d .ItilI l'1" I .. .
iiiili Iiie j'\ o i jiiil S -R'1111 ,' p , ,, / ', .. .... '^,, /, ,/4 ,. //.,,+ .... ,,, ;/,*"', ,
aiu ic deleiiici ,RE(ONSTRliC(TION:p. ."" -i''' -'' ..i i' '. *



Prval et la socit civil


devraient pouvoir s'entendre


NIAlNI 11I Juilleii _in dililo0iite le di oullc iie,'iie
cl ii ccmoiimielll eCllll Rclen P ,ic\l ci le.i OI-'Jill_.JIoii_ dilie._
(Id Ij 1oc icli le \ ilec
C oiiiiJiieie iiii JLi\ pIjiii. Ipoliiiqiiie dile I oIppl|oiiioii


"4


i% coiiilpi F.iiiiii L.\.ili dl I c'\-pieidiii ii n e\il Jleiai-
Bciiiiild .Ai-n idci qi e\ieiii le diplii du clih l dc I EiL.
qli ilis oiidiileecliii coiiiiel iiijiiqliiiii dle eidibilhie pouii
iSOC'IETE C'IILE: ,. 4


Six mois v 1 i Pi al

honore personnalits et institutions


; ,,~i -, j. ,,ll, i ,I / , .,,, , ~* l ..ll, 1 l ,,,, /, .i I,, . I,, , / r '/"" " -i" .."/". ,i 'i 1' ' , '
,l ., .. I ,, ,,, ,,,, //i I'


Pour sauver le patrimoine national
H iii _II 111 _Sc ene i II eloui led i e.llJn iii.. u1
dle Kl .niol ol ii olffcl iiiie belle ioiie eiiliiii lle lIe
iiiikIi li JiiilkI i ILi\ iii\ iie+ dcl li Piliiiiii ilii ll
Eli/jib. i Debio__< Pie\, l il, ii_ led i.ii lidii,_ c I
le iilicei pie iileiiiielle LabouleI
'Suii ui ii a le oiucdii e iii ule le k pelii le
a ia' i 1 I a.iiait ce liei imipie ioiiee le o o
I ic.I Ii e iiL c\ a I cqiie ll I e iinii 1 'd ci i cc Kpoi iii
iiiiiiiiid aile iiii public jui I ii. i ,eI II ii iIn 1 iiiI
aiii le L iiiic dei lle 'iioii ic Li Siiiiili oiiiaii iiiiiiLdiiceI
pa!i lc picidl i n iii Biu i. ici i ii )Ba i al i ( aiu
l\ii lepieiiiileio. iiiieiHie11 1)i i ( iii m ^ H *H IH ilii`ili
iii ciiene le iii ii il ioiiiiLeii le l pieiieOI e d iliii
Ipiiii pale uneiLIl dIele. ioI de I S uII lioi io II. '/.. t /, .... i \. / I.o.. i .., 111 //
iiiiiiiiioii ii\ o ii ee H. ii i p i le pieX iilei ()lii ii b u./I. .i I. /i, 'i I /. ./t, ii ',I.I i /
iPATRIMOINEI: .Ni ,l..I.. >i.B"' I/, (i)






S EN PLUS ...


EN BREF ...


Mercredi 14 Juillet 2010
Tnati pn Mnrrhp Vn l YXXV N ?5


La microfinance hatienne


au bord du gouffre


Contrbuteur Arnaud Poissonnier
S09/07/2010 Fragilis la suite du
tremblement de terre, le microcrdit
constitute pourtant un outil indispensable
la reconstruction de l'le.
Le microcrdit en pril Hati. Cet
outil de dveloppement, bas sur l'octroi
de petits prts des populations
dfavorises, tait trs dvelopp sur l'le
avant le sisme du 12 janvier dernier.
Les 70 principles institutions de
microfinance (IMF) du pays accompagnent
environ 400.000 bnficiaires, apportant leur
soutien directement ou indirectement prs
de 2.000.000 de personnel (25% de la
population).
Cependant, et au regard du niveau
de pauvret en Hati, le potential de
dveloppement de la microfinance reste rel,
notamment dans certaines zones rurales
ignores des IMF, qui pour l'essentiel se
sont concentres sur les zones urbaines et
priurbaines.
Le potential est moins vident en
zone urbaine o apparaissent des
phnomnes de saturation, notamment
Port-au-Prince. C'est dans ce context que
les IMF ont du faire face aux consequences
du sisme.
Nombre d'entre elles ont subi des
pertes humaines et oprationnelles
importantes. Les pertes techniques de ces
IMF sont estimes une quinzaine de
millions de dollars, ce qui fragilise les moins
capitalises d'entre elles.

Logement dtruits, stocks
abandonns, pillages...
Dans certaines zones, on assisted
un arrt quasi total des recouvrements et
des dblocages de microcrdits. Le PAR 30
(portefeuille des impays de plus de 30
jours) des IMF en zones sinistres n'a pas
tard s'envoler. Les IMF sont entres en
cruise de liquidit. Faute de recapitalisation,
certaines d'entre elles seront obliges de
rduire la voilure de manire drastique.
L'envole des PAR s'explique
aisment: les victims du sisme ont
abandonn leurs activits, leurs logements
dtruits, leurs stocks. La panique gnrale
les a pouss tout laisser sur place, le
pillage a fait le reste.
Les petits commerce, souvent
financs par le microcrdit, ont t victims
de la mise sous perfusion du pays et
l'effondrement du pouvoir d'achat.
Cependant, la reprise progressive de
l'activit depuis l'interdiction officielle des
distributions alimentaires fin mars est plutt
bon signe et le taux des impays semble se
rduire un peu depuis quelques semaines.

La crainte des retraits massifs
Autre sujet d'inquitude, le sort de
l'pargne. Les resources des plus grosses
IMF du pays sont constitutes de l'pargne
de leurs dposants. Si les premires craintes
de retraits massifs ne se sont pas
matrialiss du fait de la peur des vols, elles
semblent rapparatre au fur et measure de la
reprise de l'activit. Ce phnomne pourrait
poser de graves problmes de resources
pour une parties du secteur.
Au final, les IMF que nous avons
pu rencontrer Hati anticipent un taux de
radiation dfinitif probable de 20 40% de
leurs dossiers. Si cela se confirm au niveau
du portefeuille hatien global, estim 100
millions de dollars US, cela reprsenterait
une perte potentielle 20 40 millions de
dollars.
Quelle stratgie les IMF peuvent-
elles adopter? Elles doivent garder le contact
avec les clients tout en leur proposant un
plan de restructuration par injection de
liquidits pour permettre une reliance
d'activit.
Faute de trsorerie disponible, les


IMF hatiennes ne pourront engager cette
restructuration de leur portefeuille. Aterme,
c'est toute l'conomie informelle du pays
qui risque de ne plus tre finance.

Le paradoxe de la reliance et de la
reconstruction
Et pourtant, la reliance rapide de
l'activit conomique dpend notamment de
la capacity de la microfinance y injecter
des sommes significatives.
A l'heure de la reconstruction, les
programmes et financements en course de
discussion se concentrent en priority sur
l'urgence et sur la remise en ordre des
infrastructures. L'conomie informelle
semble curieusement condamne devoir
s'en sortir par elle-mme. C'est, en effet, le
paradoxe de cette crise: le pays vit
essentiellement de son conomie informelle
mais l'aide se concentre sur les
infrastructures.
Le microcrdit est videmment
l'une des solutions pour relancer
rapidement l'activit. Recapitaliser ses
bnficiaires par une politique de
rechelonnement des microcrdits sinistrs
et par l'injection de nouveaux crdits
permettrait une large population de micro
entrepreneurs de se relancer.

Financer une activity
d'autosubsistance
Certaines personnel, qui ont tout
perdu, se sont installes en zones rurales
chez des proches ou des parents.
L'opportunit est grande pour ces families
de s'intgrer dfininitivement dans les
communauts locales si l'on pouvait leur
permettre de finance une activity
d'autosubsistance.
Depuis les premiers jours de la
crise, les pouvoirs publics et les
organizations internationales appellent de
leurs voeux la dcentralisation, et rien n'a
pu tre fait par le microcrdit pour saisir
cette opportunity". Faute de moyens,
nombre de ces personnel frustres ont du
se rsoudre regagner la capital et la misre
des camps...
De leur ct, les IMF doivent
trouver de toute urgence les resources
ncessaires leur reliance, mais elles sont
confrontes l'inaction ou la lenteur des
bailleurs internationaux.

De bien sombres perspectives
Il est donc urgent que l'Etat
hatien, la conference des donateurs et les
bailleurs institutionnels prennent
conscience du problme.C'est une question
vitale pour la reliance du tissu conomique
informel du pays, notamment par le
microcrdit.
Si l'on additionne les besoins
ncessaires des IMF en terms de
restructuration (siges effondrs, systmes
informatiques endommags, etc.) et des
besoins de reconstitution des portefeuilles
de microcrdits, on parle sans doute d'une
some global de l'ordre de 40 60 millions
de dollars, compare aux 10 milliards
promise par les Etats donateurs. Drisoire,
au regard de l'impact d'une telle aide.
L'espoir est n il y a quelques
semaines aprs l'annonce de la creation par
la BID (Banque interamricaine de
dveloppement) du fonds "help". Ce fonds,
dot de 12 millions de dollars US, a vocation
racheter certaines IMF hatiennes une
parties de leurs crances douteuses afin de
reconstituer leur fond de portefeuille.
Si le montant de ce fonds demeure
insuffisant, l'annonce de son lancement est
un premier pas qui doit entrer dans sa phase
oprationnelle immdiatement. Sous-
estimer la capacity de la microfinance
relancer l'conomie d'Hati serait, n'enpas
douter, une terrible erreur.


12 Janvier 12 Juillet 2010 : 6 mois aprs, Prval honore
personnalits et institutions
Six mois aprs le terrible sisme du 12 Janvier, 1 E \c Ii if hatien a dcid d'honorer tous
ceux quelque secteur qu'ils appartiennent qui se sont distingus en portant secours
la population sinistre aprs le sisme du 12 janvier.
De nombreux invits sont attendus au Palais National et des decorations seront
remises.
Il y aura des reprsentant du Corps diplomatique, de diverse associations de
professionnels, des artistes, des jeunes, des journalists etc.
Mais la rencontre du 12 Juillet se veut aussi un signal aux grands bailleurs pour que
soit lance la reconstruction vritable du pays.
Dans cette optique, le ministre de l'Agriculture dit avoir lanc un programme
favorisant l'achat de lgumes et de denres locales telles que riz, mas, pois et autres
denres cultives par les agriculteurs hatiens, au lieu de continue recevoir la
nourriture venant de l'tranger.
Le gouvernement hatien veut clairement indiquer qu'il nous faut passer une autre
tape et que nous ne pouvons pas rester stationnaires. Mme si l'aide est ncessaire
mais elle doit adopter une forme qui corresponde aux besoins de la population mais
aussi du pays dans lequel elle vit.

Visite de l'Administrateur de la USAID en Hati
Le Dr Rajiv Shah, Administrateur de l'Agence amricaine pour le dveloppement
international (USAID), s'est rendu en Hati vendredi dernier pour examiner les progrs
ralis par l'USAID, rencontrer les reprsentants de l'ONU et des dirigeants d'ONG.
Dans le cadre de sa visit, le Dr Shah a galement rencontr le Premier ministry hatien
Jean-Max Bellerive, qui co-prside avec l'ex-prsident amricain Clinton la Commission
intrimaire pour la reconstruction d'Hati (CIRH).
Depuis les premiersjours aprs le sisme, I'USAID travaille en troite collaboration
avec d'autres agencies du gouvernement amricain, avec le gouvernement d'Hati, la
communaut international, et directement avec le people hatien pour sauver des vies
et commencer prendre des dispositions importantes afin de reconstruire en mieux ,
dclar le Dr Rajiv Shah [...]. Les dfis qui restent sont normes, mais le gouvernement
amricain est profondment attach et confiant dans le succs long terme et la
prosprit d'Hati .

Le chef d'Etat major des troupes de l'ONU relev de ses functions
Le chef d'Etat major de la force militaire de la Mission de stabilisation de l'ONU en
Hati (Minustah), le Canadien Bernard Ouellette, a t relev de ses functions par
Ottawa, a indiqu vendredi le porte-parole du ministry canadien de la Dfense.
Jay Paxton, le porte-parole du ministry Peter MacKay, a fait remarquer que la decision a
t prise par la hirarchie" militaire canadienne, "en raison de l'incapacit du Colonel
Ouellette rpondre ces derniers mois la baisse de moral (des troupes) et
(maintenir) la cohsion des equips."
Selon le porte-parole, une enqute est ouverte dans le cadre de ce dossier.

Visite du Coordonnateur des secours d'urgence en Hati
John Holmes, le Coordonnateur des secours d'urgence et Secrtaire gnral aux
affaires humanitaires adjoint des Nations Unies, sera en Hati le 12 Juillet, visitant le
quarter de Fort National o des maisons sont actuellement en construction pour
hberger les sinistrs du Champs de Mars originaires pour la plupart de ce quarter.
Puis il donnera une conference de press au Ministre de la culture.
Le but de cette visit est de faire le point sur les secours humanitaires la population.

Fanmi Lavalas appelle manifester l'occasion des 57 ans d'Aristide
8 juillet 2010- (AHP) La commission permanent de mobilisation de l'organisation
politique Fanmi Lavalas announce une manifestation pour lejeudi 15 juillet l'occasion
du 57me anniversaire de l'ancien-prsident Jean Bertrand Aristide qui vit en exil en
Afrique du Sud depuis son dpart forc le 29 fvrier 2004.
Selon Ansyto Flix, un membre de la commission permanent de mobilisation, cette
manifestation sera organise en vue non seulement de raffirmer la solidarity des
partisans et sympathisants de Fanmi Lavalas leur leader Jean Bertrand Aristide mais
galement pour rclamer son retour au pays, la Constitution hatienne ne reconaissant
pas l'exil.
Ansyto Flix a aussi indiqu que Fanmi Lavalas ne reconnait plus en Ren Prval, le
president de la rpublique, ni son autorit ni la lgitimit du Conseil Electoral
Provisoire (CEP) appel organiser les prochaines lections.
Appelant les citoyens prendre part en grand nombre la manifestation du 15 juillet, il
a raffirm la volont de Fanmi Lavalas de continue lutter pour obtenir le dpart du
president Prval et de l'quipe gouvernementale.

Un atelier pour structure et coordonner la question des services
sociaux
P-au-P, 8 juillet 2010 [AlterPresse] Un atelier sur le enforcement des capacits de
l'Etat assurer les services sociaux s'est ouvert ce 8 juillet au Club Indigo, l'initiative
du gouvernement hatien.
Cet atelier, qui doit durer deux jours, devrait aboutir un pacte entire le gouvernement,
les principaux bailleurs, et les fournisseurs non tatiques des services sociaux de base
(SSB).
Le gouvernement de concert avec ces principles institutions compete examiner les
mcanismes de coordination possibles dans le domaine des SSB pour ensuite
dterminer une structure de regulation adequate garante du pacte attend.
Les autorits hatiennes esprent que cette structure aidera garantir l'accs de la
population des services en education, sant, eau et assainissement. En mme temps,
cette structure pourra permettre la cohrence territorial des acteurs non tatiques, la
responsabilit, la transparence et l'efficacit des sommes investies.
L'activit est soutenue techniquement par l'Organisation pour la cooperation et le
dveloppement conomique (Ocde) et le Programme des nations unies pour le
dveloppement (Pnud).

Leve de fonds pour les sinistrs d'Hati
La BBC announce que le DEC, Disasters Emergenc Committee, vient de ramasser la
some la plus important dans son histoire pour aider un people en dtresse, avec son
appel lanc au lendemain du tremblement de terre en Hati.
(EN BREF / p. 14)


Page 2


1- t.1


- -, --- .- m iauuliiauiu VU ,%",I N --






L'ACTUALITE EN MARCH


Reconstruction : Les problmes


fonciers entravent la reconstruction


Les diffrends au sujet de la proprit foncire, qui
pourraient prendre des annes tre rsolus, entravent la re-
construction d'Hati et dcouragent les indispensables
investissements trangers, disent les experts.
Le Gouvernement d'Hati et les organismes d'aide
international s'organisent pour construire de nouveaux
logements pour 1.5 millions de personnel qui vivent dans des
camps de fortune. Mais avant mme de pouvoir commencer
reconstruire, ils ont besoin de dterminer qui appartiennent
les terrains un dfi majeur, aprs le tremblement de terre qui a
tu quelque 16.000 fonctionnaires civils et dtruit un nombre
incalculable de titres de proprit et des dossiers du registre
foncier.
La catastrophe a exacerb les revendications
foncires et cette situation va empire. Avec prs de 250.000
morts, l'hritage et la vente des terrains soulvent de
nombreuses questions. Le propritaire est-il vivant ou mort?
S'il est mort, y a-t-il des enfants ayant des droit la terre? , a


dclar Erik Vittrup, officer suprieur de l'Organisation des
Nations Unies pour les habitations (ONU-HABITAT), bas
Rio de Janeiro.
Les survivants qui squattent des maisons ou des
terres prives, les besoins pour la construction d'coles, de
centres de sant, les projects de constructions de logements
devraient augmenter, tout comme les conflicts entire propritaires
et les expulsions des squatters.
Un autre problme est l'accaparement des terres qui
tait endmique dans les bidonvilles avant le sisme et qui se
gnralise aujourd'hui par manque de clart dans les titres de
proprit. Certaines personnel retournant dans leur foyer
constatent que celui-ci est occup par quelqu'un d'autre
dclare Erik Vittrup
Le tremblement de terre n'a fait que mettre en lumire
unproblme de longue date, celui des droits fonciers mal dfinis
en Hati, consequence d'un systme judiciaire inefficace, de
PROBLEMSS FONCIERS /p. 10)


Les Haitiens ont pris en main leur destin


Didier Le Bret, ambassadeur de France en Hati, dresse
un premier bilan de la reconstruction en Hati six mois aprs le
sisme.
En six mois, est-ce que les choses ont avanc ?(On
avait annonc des catastrophes humanitaires et des pidmies


.4Izw
Ambassadeur de France en Hati, Didier Lebret
(photo Robenson Eugne)


qui n'ont pas eu lieu, on a prdit le pire en terms de
dlinquance, mais cela ne s'est pas produit non plus. Mon
premier constat donc serait que le pire n'est jamais certain
dans ce pays. Les Hatiens n'ont pas attend l'aide
international pour prendre en main leur destin: ils ont t les
premiers porter secours aux blesss et ils sont en train de
reconstruire le pays.
On n'a pourtant pas l'impression que les choses se
soient franchement amliores...(Il faut partir des choses
objectives. La demolition a normment avanc. Si vous
regardez le nombre de maisons mises plat, compete tenu des
petits moyens mis en uvre, c'est assez impressionnant. Le
gouvernement hatien a eu l'intelligence de privilgier la main
d'uvre locale pour ces travaux. C'est un choix qui donne
effectivement l'impression que les choses n'avancent pas,
mais, en donnant du travail la population de Port-au-Prince,
cela contribute la paix social.
L'autre question, c'est le relogement... (C'est
effectivement un grave problme. Et personnel ne sait
construire des milliers de maisons en dur avant que la saison
cyclonique ne batte son plein. Les besoins sont en effet
immense : si l'on se base sur des maisons en dur 10.000
dollars, il faudrait 2 milliards de dollars pour reloger les families
qui sont aujourd'hui sous les tentes. Pour l'heure, je pense


Page 3


L'ENENEMIENT SOMMAIRE
L'E\EnE!\lEn7
N londuia La pil-ii\ ic a tout pronostiqu, jusqu' la
1\ iCionIc di I E-p.igni p.l
( MOIS APRES!
L cnic c diffile i i econstructionp.l
L es camps du luiiip dle Mars sont l pour longtemps

La i iiilS.iiioii ligmiiiiile ... p.8

POLITIQUE
Pi~\ il ci l i oc iiI civil devraient pouvoir s'entendre
p 1
L'ETAT CEST OLI ?
L cs ON G ii i\ .i ni-elles influence le vote de la
popiuljaon '1) 1
CULTURE& IDENTITY
Poui i.ln\ ci le patrimoine national p.1

ECONOMIC
La iimici o-fi iinaiic' hliic iiii ia IIi boid du gouffre p.2
L es problI iim. ii i 'IcIIII\ cii' ii la reconstruction p.3
A.ii'lCliii i' "i m IilllioIIS I|0omIIlS p.6

MIEDLAS
Aiici'niioin ni\ pirates des ondes p.7
SANTE
Sida iiincl dLcoii\ ccl' reliance l'espoirp.11
LIBRE PENSER
( i\ iiiS C ) Ip 12

ENVIRONNENIENT
Le >ON ID (3) p.13

que l'urgence serait, en plus des abris "transitionnels" (bois
et tle, ndlr), de rhabiliter au plus vite les maisons qui tiennent
encore debout.
Les bailleurs de fonds ont promise des milliards de
dollars. Mais on a du mal envoir l'utilisation sur le terrain...(Je
vais prendre l'exemple de l'aroport international Toussaint
Louverture de Port-au-Prince. On est encore aujourd'hui dans
une structure trs rduite, alors qu'il s'agit d'une vritable
vitrine pour le pays. Mais il faut se rendre compete que mme
en allant vite, il faut au minimum un an et demi pour sortir un
aroport de terre.
Les lections vont-elles changer quelque chose ?
(Elles peuvent tout changer. Il faut que les Hatiens restent au
cur du processus de reconstruction. Les prochaines lections
sont l'occasion de donner une governance forte au pays,
qui pourra mener bien les projects de reconstruction


C'est vous i dcidez de m horaie.. PMLart ou vous
accdez IBANKOniune ,une wOie succursale en inel

> Payez n'importe qui ayant un compete 6 la UNIBANK
en adean vus--mme son om ps.

> Faits vas tansferts sur !iranger
> Achetez des chques de direclon et sur r'manger
> Commndez voe attestailon bencire

Coinut la longues ( auli re Iransacaons posibles
en clkuant sur le www.untanknhat.com


UNIBANK
,ii Ili ****

"faisons ute ensemble"

www unibarkhaul cornm


Mercredi 14 Juillet 2010
HTnti pn Marnhp Vnl YYIXXV N ?


rialu uli viau tu- vui%-,,-IV IN --)


Und


1





UNE ANALYSE


Mercredi 14 Juillet 2010
Tnti en Mlnrcrhp Vl XXYV N ?


Prval et la socit civil devraient pouvoir s'entendre


(SOCIETE CIVILE... suite de la lre page)
l'organisation des prochaines prsidentielles et lgislatives,
la socit civil ne demand le renvoi que du Conseil lectoral
provisoire (CEP) et son replacement par une nouvelle quipe
compose de personnalits plus indpendantes et non affilies
politiquement (voir Hati en Marche, Mercredi 30 Juin, Vol.
XXIV No# 23, p. 12).
Le President Prval n'a pas rpondu directement
cette proposition. Cependant, dans un arrt, il reconduit
d'office l'actuel CEP pour la tenue des prochains scrutins.
Pour l'instant tout semble nouveau bloqu. La lune
de miel de la Coupe du monde de football tant termine.
Les parties politiques, don't Fanmi Lavalas qui


B GRHH


Qande c


Revenus la case dpart ...
Au fond nous sommes revenues la case dpart, c'est-
-dire une situation semblable celle qui rgnait au moment
des dernires prsidentielles il y a 5 ans (fvrier 2006).
Et o il y avait d'un ct les mmes parties
d'opposition et les mmes organizations de la socit civil,
et de l'autre un candidate nomm Ren Prval qui a russi
remobiliser la grande masse en sa faveur celle-ci de son ct
en profitant pour se librer des griffes de ceux qui avaient
renvers le president Aristide par la force le 29 fvrier 2004 et
qui dominaient le gouvernement provisoire charge d'organiser
les lections.


heureuses).
Cependant le president Prval est aussi l'initiateur
des Commissions prsidentielles impliquant tous les domaines
vitaux de la vie national : scurit, education, justice,
nouvelles technologies, comptitivit, rforme
constitutionnelle etc.

Une sorte de 'shadow cabinet' ...
Ces commissions ont pour la plupart fait une euvre
de rflexion qui peut se rvler d'autant plus utile aujourd'hui
qu'il s'agit de reconstruction du pays.
Or la plupart de leurs membres appartiennent la
mme socit civil.


I,


? Prva L


san Kondis>
S- -- e


Des manifestants anti-gouvernementaux promettent de redescendre dans les rues tout de suite
aprs la coupe du monde de football (photo Robenson Eugne)


En fvrier 2006, l'vque sud-africain Desmond Tutu, depuis le balcon de l'htel Montana,
parole aux milliers de manifestants defendant leur vote enfaveur de Ren Prval


occupera le bton le 15 juillet pour marquer le 57e anniversaire
de naissance d'Aristide (rien que a), appellent relancer la
mobilisation anti-gouvernementale.
D'autre part les milliards promise par la communaut
international pour la reconstruction du pays dvast par le
tremblement de terre du 12 janvier dernier, ne se sont pas
matrialiss, alors que seule une creation massive d'emplois
pourrait dsamorcer la querelle politique inevitable l'approche
des lections fixes au 28 novembre 2010.

Possibility de 'moyenner' ...
Cependant il aurait d exister une possibility de
ngocier (de 'moyenner', comme disent les Qubcois) les
positions du president Prval avec celles de la socit civil
puisque celle-ci ne s'en pregnant pas directement au chef de
l'Etat.
Mais les deux continent de se regarder en chiens de
faence, et la cruise politique de rebondir, l'preuve de force
entire l'Excutif et les parties de l'opposition menaant
d'empoisonner totalement une atmosphere qui aurait d tre
domine de prfrence par les efforts pour sortir le pays des
dcombres, autrement dit des dsastres causs par le sisme
qui en plus d'avoir enlev plus de 250.000 vies a dtruit 120%
du PIB et jet prs de 1,5 million de compatriotes la rue.
Cependant ni Prval ni la socit civil ne semble
pour le moment prt faire le premier pas. Et le temps press.

a


Stratgie concerte ou nouveau rapport de
forces ? ...
Aujourd'hui c'est nouveau Prval contre les mmes
qu'en2006.
En mme temps, ce n'est pas tout fait la mme
situation. Sauf si l'apparence est trompeuse. Marronnage
hatien oblige !
En tout cas, les positions de la socit civil, comme
on vient de voir, n'pousent pas totalement aujourd'hui celles
des parties de l'opposition.
Stratgie concerte ou nouveau rapport de forces ?
Il est trop tt pour se prononcer. D'un ct, la conjoncture est
encore plus fragile qu'en fvrier 2006 avec d'une part les
squelles du sisme qui nous maintiennent constamment sur
le fil du rasoir et d'autre part une influence encore plus marque
quoique trs adroite de l'international sur le jeu (et les enjeux)
politiques : personnel ne peut ignorer que Washington aura
son mot dire dans l'lection du future chef de l'Etat, plus que
jamais depuis la chute du rgime Duvalier en 1986 et que les
Etats-Unis tentent vainement depuis de placer leur homme, ce
qu'on appelle en Hati le candidatet amricain' de Marc Bazin
(prsidentielles de 1990), rcemment disparu, X ou Y. Mais
difficile cette fois-ci d'y chapper ... sans mettre en pril les
milliards de la Reconstruction !

La politique de la reconciliation ...
Mais la position plus modre aujourd'hui de la
Ssocit civil tient peut-tre


aussi que des passerelles
aient pu avoir t tablies
pendant le second mandate de
Prval.
En arrivant la
prsidence en 2006, celui-ci
lana la politique de la
reconciliation.
On met toujours
l'accent sur l'exprience avec
les parties politiques dans le
partage des portefeuilles
gouvernementaux (qui ne fut
apparemment pas des plus


L tw
-kge


Le president Prval a-t-il insuffisamment exploit cette
filire Commissions prsidentielles ?
Aurait-il d profiter, par example, des problmes
causs par le sisme pour les refondre au sein d'une sorte de
'shadow cabinet' (gouvernement parallle) en vue de mettre
justement en execution leurs rapports, du moins ce qui
mriterait de l'tre, et passer ainsi des mots aux actes ?
Et donner vritablement une reconnaissance la
socit civil aux yeux de la Nation. C'tait l'occasion ou
jamais.

Esprit de clan...
Mais de son ct aussi, ladite socit civil n'a pas
fait suffisamment d'effort d'ouverture.
Par example ce sont les mmes organizations qui la
prsidaient pendant les annes tumultueuses 2004-2006 qui
continent signer aujourd'hui ses communications et notes
de press.
D'o cette mme impression de distance avec la
majority qui a fait pencher celle-ci aussi massivement dans
l'autre sens il y a 5 ans. Une sorte de nomenklatura. D'autres
diraient de clan ou mme de mafia ?

Un jeu sans aucun enjeu ...
Aujourd'hui beaucoup d'eau a coul et sous tous
les points. Prval peut difficilement remobiliser les masses,
mme sur le thme de la reconstruction puisque n'en dtenant
pas lui-mme la cl ; la socit civil continue de se comporter
en un clan toujours aussi ferm comme pour mieux protger
on ne sait quels privileges tandis que les parties politiques de
l'opposition ne savent pas trop s'il convient de s'opposer
Prval ou au CEP ou aux casques bleus onusiens !
La difference c'est surtout, contrairement aux
prsidentielles de 2006, la population totalement absente du
jeu politique qui ses yeux n'est qu'un jeu ne reprsentant
aucun enjeu. Les acteurs locaux brassent du vent, n'ayant
aucune prise sur la ralit laisse par le sisme.
Alors comment mobiliser pour des lections qui
doivent avoir lieu dans moins de 5 mois ? A moins que cela ne
soit pas vraiment ncessaire et que finalement tout a ne soit
aussi qu'unjeu ...
Hati en Marche, 10 Juillet 2010


Pat Plus Bakery, IncL.
NAITURAIIL JuInl


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33160
Te. 305-394-6118


Catering SpciaisIu
Cake. Pagries Hors d'Oeuvres
fur ail occasions


Page 4


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entnt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki Mr nal't. i L -:
pmt klyan an jwenn tout t4 D S-, R 'W ',~: i Im. I,'
enfmasyon li bezwen sou transp __
pa avyon, sou lanm ak at, f
rezvasyon pou transp machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon adiniiiiiiSIiii .k1
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enfmasyon e sitou pi rapid sou iiimc liidli/h ,k
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f tout bagay pi fi. il pou kl i in
an kit se machandiz lap voye, kit se ef psonl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Bizns
Devlopman.
MvCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfmasyon yo e pou
ol~~la'inisI on an Ii \ i poU di kl\ in in i ionoiiic i/ain ak il, Ian Nouvle ofri klyan an
o0n p "Onc-Slop-Sl i s, \ lc d iino i \ I of i II lpli/ i c sol' syon o chwa- avyon,
bli os.\' lin ii oI kiiii onr- qiiii S ii cliii li/ Oii lo klpo i i o kit se pou enptasyon.
Nan iii%\ L,,ip liii o A. II IIij pi u l iiiiodul lot a \ iiiil Soi \\ i'b il[ lia. Pamela
Robblins i, Slj, Ia. l o u ki i iik s iiiin ld iioloii p cdc l inoib.i ..JLnUp1 an plis
LksIpinsi on II pci. iiim kln\ iii h \o lo~nin a n \ Li an
A m il I[ Iiiiin[ iinlioniil Ili Oiii)ni S\ i i'iil' c iuc.i onail konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak at.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout t a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Lerp, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enfmasyon, vizite Amerijet sou sit entnt la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel. : 786-457-8830 Fax: 305-756-0979
e-mail : adomipurchasing@aol.com
Pour tous Mvs achas :
Equipements pour construction / Pices de voiture / Camion /
Equipment medical
Par avion ou par bateau.


l





Mercredi 14 Juillet 2010
HTnti pn Marnhpe Vn l XXITV No ?5


DE L'ACTUALITE


Les camps du Champ de Mars sont l pour longtemps


PORT-AU-PRINCE, 23 Juin- Les camps des sinistrs
du sisme du 12 janvier ne sont dj plus les mmes. Nous
parlons spcialement de ceux situs en plein Champ de Mars,
la principal place publique de la capital. Six mois aprs le
cataclysme, les camps du Champ de Mars ne sont plus des
structures aussi provisoires qu'avant mais semblent prsenter
tous les aspects pour s'installer dans la dure. Deux ans, trois,
quatre ans ou plus.
Surtout si on les compare avec les quarters o
habitaient ces dplacs avant le sisme et qui n'avaient rien
de meilleur. Au contraire ils bnficient
aujourd'hui de services qu'ils n'ont jamais
connu.
Le changement s'est effectu
diffrents niveaux.
D'abord aprs le sisme on se battait
pour trouver une place et cela avait cr une
terrible anarchie.
Aujourd'hui c'est comme des
quarters bien tablis o chacun vit dans sa
tente comme dans sa maison don't il serait
propritaire attitr. Comme dit le crole : 'ch
mt, ch mtrs.'
Et l'on vit en bon voisinage. A tel
point que vous pouvez traverser le camp d'un
bout l'autre, les voies de passage sont bien
dlimites. Et dans tous les sens.
Et l'on ne sent aucune menace
d'inscurit.
Deuxime observation, puisqu'il y a '
un peu plus d'ordre, cela rejaillit sur la
assainissement.
Avant on ne pouvait pas s'approcher
du Champ de Mars car cela puait mille lieues
la ronde.
Aujourd'hui mme la section des chiottes qui ne vous
met pas en fuite.
Mine de rien il y a d'importants investissements qui
ont srement t faits pour arriver avoir ce contrle mme
minimum de la situation.
D'abord l'eau. Si le camp ne pue pas, c'est qu'il y a
beaucoup d'eau qui est un lment essential de la
assainissement.
En comparison, allez voir comment cela se passe
dans les quarters don't la plupart des sinistrs sont originaires !
Aussi vous ne manquerez pas de vous poser la
question : tait-il ncessaire d'avoir une telle hcatombe (prs
de 300.000 morts) pour reconnatre que l'eau est indispensable
la vie.
Nous ne pouvons vous dire s'il y a un service de
voirie qui s'occupe de maintenir ce minimum de propret. Ou


si ce sont les dplacs eux-mmes. Ou un programme cash for
work qui emploierait les residents du camp eux-mmes pour
cette tche !
Nous ne savons pas si c'est special Hati mais s'il
n'y avait les tentes, on aurait cr plutt que c'est un norme
'flea market' tellement ce n'est partout que tals de vendeuses
trs achalands, petits restaurants servant les trois repas du
jour l'odeur de fricot vous accueille depuis la rue tant, et les
principaux clients viennent de partout et ne sont pas des
residents du camp.


Un camp de deplaces sous les averses (tnati en Marche)
S'il est un signe qu'on est dj loin de ce qu'on
appelle la phase d'urgence, ce sont les boutiques de manucure
et pdicure qui fleurissent galement partout, longues tresses
de cheveux implantes ...
On comprend qu'il y ait tant d'hommes attabls le
long des alles jouant aux dominos et n'arrtant pas de faire
des rflexions haute voix sur les passantes.
C'est le nouveau passe-temps de nos cohortes de
chmeurs.
Mais pas tous. Il y a aussi des choppes de cordonnier
et de tailleur et autres et qui fonctionnent plein.
Une vraie petite ville.
Tout doucement c'est donc toute une vie qui s'est
reconstitue. Et nous ne voyons pas encore comment cela
pourrait prendre fin.
Parce que quant nous, au dehors, nous sommes


Adolescentes dtenues sans jugement


01 Juillet 2010 Des adolescents emprisonnes sans
justice
Vingt-six adolescents hatiennes sont dtenues dans
des conditions "inhumaines" dans une prison Ption-ville
dans les hauteurs de Port-au-Prince, la capital d'Hati, o
certaines ont dj pass plusieurs annes dans les geles
sans tre juges.
"Les conditions d'incarcration dans deux des
principles prisons d'Hati sont cruelles, inhumaines et
dgradantes", a rcemment relev un expert de l'ONU devant
le Conseil des droits de l'homme Genve.
Dix-sept adolescents, de 11 17 ans, cohabitent dans
une salle de 10 mtres carrs. Elles se partagent quatre vielles
couchettes. Les autres plus ges sont places dans des
cellules d'adultes.
"Les mineures arrivent souvent pour des petites
infractions punissables de 3 6 mois, mais souvent purgent,
sans jugement, entire 5 6 annes de prison", constate Madame
Marie-Yolaine Mathieu, directrice de la prison des femmes en
Hati.
Chaquejour, de nouvelles prvenues, sont conduites
la prison, un endroit infected situ l'arrire-cour d'un
commissariat de police, mais trs peu en ressortent. Cela
cause d'un systme judiciaire dysfonctionnel.
"La prison ne peut hberger que 36 femmes, nous en
avons 306. Prs de dix fois plus", calcule Madame Mathieu,
montrant des cellules remplies de femmes, couches les unes
contre les autres dans une promiscuit vidente.
"Difficile d'imaginer que 9 personnel peuvent vivre
dans ce rduit sans fentre", admet la directrice de la prison.
Ce matin la cellule des filles est vide. Ses occupants sont en
salle de classes, qui fonctionnent sous deux tentes dresses


par l'ONU dans la cour de la prison.
"Je suis l'cole ici c'est une bonne chose, mais j'ai
la tte ailleurs. J'ai envie de voir la rue, de retrouver le got de
la libert que j'ai perdue depuis si longtemps", murmure
Sherline.
Arrive la prison 16 ans, elle a aujourd'hui 21 ans.
"Cinq ans derrire les barreaux pour rien", se lamente-t-elle.
"En 2005, j'avais des problmes avec mon frre qui jugeait
que j'entrais trop tard la maison. Il m'a conduit un poste de
police pour me punir un moment, selon lui. Depuis je suis
enferme ici", dit-elle rsigne.
Magdalina, 19 ans, est arrive la prison, elle avait
14 ans. Cette belle jeune hatienne, fan de Angelina Jolie qui
rve de devenir actrice, est aujourd'hui dsespre.
"A measure que les jours passent, je me demand si
j'aurais la chance un jour de vivre mon rve, de revoir mes
amis et de retrouver mes parents", dit-elle songeuse.
"Mes proches, mes copines et le cinma me
manquent", rpte-t-elle esprant que le jour viendra o elle
retournera la vie normal. "Mais c'est quand la justice
dcidera, carje n'ai rien fait pour rester six ans en prison", se
defend-elle.
Les autres cas sont semblables, Myrline 19 ans tait
arrive pour vol il y a 5 ans. Elle n'a jamais t prsente
devant un juge. La toute dernire dtenue, 11 ans, est accuse
de voies de fait ayant provoqu la mort. Elle s'tait bagarre
avec une petite de son ge.
"Ca me fend le ceur de voir ces enfants passes les
plus belles annes de leur vie en prison, exposes tout...",
confie demi-mot la directrice de la prison.
"Tout. Parce qu' la prison les plus anciennes
contraignent les nouvelles d'autres activits criminelles".


rests au mme point, pensant que bientt les camps du Champ
de Mars seront vids avec la 'dlocalisation' des gens vers
les camps mieux ordonns mis en place en dehors de la capital,
les Camps Corail, Tabar Issa et autres.
Nous, nous sommes rests prisonniers de la
propaganda.
Eh bien nous nous trompons lourdement.
Apparemment les camps au Champ de Mars sont l pour durer.
Ne serait-ce que parce qu'il est difficile de reconstituer tout
l'ensemble de bon voisinage et de familiarity (et surtout de
scurit que l'on se procure les uns aux autres)
surtout aprs avoir subi ensemble un tel choc.
C'est l'aspect human, que l'on ne saurait
ngliger.
En tout cas, les compatriotes qui se
sont installs au Champ de Mars n'ont aucune
raison de se dplacer. Aucune.
Mieux encore, c'est la premiere fois
de leur vie qu'il savent ce que c'est que de
voir un mdecin les visiter.
De nombreuses ONG se sont
galement tablies l'intrieur mme du camp
sous leur grande tente blanche qui s'occupent
non seulement des malades mais font aussi
de la prevention.
On continue de rapporter que aucun
signe de maladie contagieuse n'est apparu,
malgr la surpopulation et la promiscuit.
C'est qu'on y met tout le paquet.
Oui, mine de rien, ce sont l des
investissements important.
On en profit aussi pour instruire les
filles et les femmes sur les mthodes de
prevention des naissances ainsi que les
maladies sexuellement transmissibles.
On voit ces dernires assises bien habilles en train
d'couter.
La vie dans le camp n'est donc pas totalement oisive,
ni forcment ennuyeuse.
Maintenant nous vous disions : pourquoi les gens
accepteraient-il d'tre dplacs, pardon 'dlocaliss' ?
Sauf obtenir un toit bien eux, mais c'est pour
quand ( ?), rien d'autre ne pourrait les convaincre.
Ou alors, et c'est notre conclusion, la seule chose
qui soit capable de leur procurer la fois un toit, la sant, et le
reste. C'est un emploi.
Oui, la seule alternative qui soit capable de restituer
le Champ de Mars sa destination premiere de plus grande
place publique de la capital et de Place des Hros de
l'Indpendance ce sont des emplois.
Il ne reste plus que la creation massive d'emplois
pour pouvoir dplacer cette nouvelle arme qui campe au pied
de Toussaint, Dessalines, Ption et Christophe.
Tout le reste n'est que propaganda.


Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


k_#w
_U. ---i k-i.-


COuNT.\T AC U
TCLLrF-REE. i -8 8 8a -3 8 3 --,8 i Si
OR. 305-G20-830O
F.X -.305-620-8332
GELL. 3O5-9a6-8a8i


FICHE D'ABONNEMENT HAITI EN MARCH


1 o.uSix.Miois


Hati ___
Etats Unis
Canada
Europe
Amrique Latne


Gdes 260.00
US $ 406000
US S 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


1 o ou inAn


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans l cas d'un abonnement
avec livraison, le coat est le double.
Prire de spcifier si vous 4tes
un novel abonn
ou s'il s'agit d'un renouvellement


Nouveau

w


Renouvallkmnt

LZJ


Page 5


Nom
Adresse


1





_____ Mercredi 14 Juillet 2010
Hati en Marche Vol XXIV N' 25


Les ONG peuvent-elles influence le vote


(... suite de la lre page)

existe aujourd'hui en Hati plusieurs centaines d'ONG
organizationss non gouvernementales), don't un grand nombre
arriv aprs le sisme du 12janvier, et qui chappent, a poursuivi
l'intervenant, tout contrle de l'Etat hatien.
Le Premier ministry de la Dominique
demand au Secrtaire gnral de l'ONU, Ban
Ki-moon, qui participait aussi au sommet,
d'aider corriger cette situation car si on
laissait faire, adieu tous les efforts pour
instaurer une vraie dmocratie en Hati.


Ily a ONG et ONG ...
Interrog par la chain TV5 lors
d'une mission dressant un bilan des six
premiers mois aprs le sisme, le Commissaire
europen la cooperation, Louis Michel, a
fait le point ce sujet. Selon lui, il y a les ONG
qui apportent une rponse d'urgence la
catastrophe. Celles-ci sont indispensables,
comme on l'a vu en Hati mme.
Il y a d'autres ONG qui voudraient
s'impliquer aussi dans le processus de
reconstruction et sont donc dans la chasse
aux contracts. Et parmi celles-l, pursuit Louis
Michel, certaines peuvent ne pas avoir des
intentions totalement louables.

Obliges de rendre des
comptes ...
Mais le plus significatif, c'est surtout


de la population?

elles ne s'taient jamais senti obliges de rendre des comptes.
Aujourd'hui c'est de partout qu'elles sont sous pression pour
ouvrir leurs livres de comptes et aussi se plier plus
rigoureusement aux orientations gnrales.
S~s,., +C


Bill Clinton, co-prsident avec le PMJean Max Bellerive de la Commission pour la rei
met aussi la pression sur les ONG (photo Hati en Marche)


la premiere fois que le gouvernement hatien (ainsi que Le ministry de la Sant vient encore de faire une sortie
l'international travers l'Envoy special de l'ONU pour Hati, rappelant que le gouvernement n'acceptera aucune drogation
l'ex-prsident amricain Bill Clinton) exerce autant de pressions ce principle.
pour amener les ONG changer leur comportement en Hati o


Des ONG (pour paraphraser Louis Michel, aux
intentions pas totalement louables) peuvent profiter de
leur ascendance actuelle dans les camps de rfugis, puisque
tant la seule resource de ces derniers, pour les pousser
voter dans telle direction ou telle autre.

Les catastrophes constituent
du pain bni...
Le Premier ministry de la Dominique
demand au Secrtaire gnral de l'ONU
d'intervenir auprs des pays membres pour
couper tous les fonds des ONG qui
refuseraient de se plier aux nouvelles
conditions.
Cela implique que lesdits pays
membres ignoreraient tout du comportement
de ces ONG rcalcitrantes.
Difficile croire.
SEnsuite, la grande majority des
'centaines d'ONG' qui se bousculent
actuellement en Hati sont finances par des
Sfonds privs et non publics.
Des catastrophes comme celles
M 1I d'Hati constituent du pain bni pour cette
iE dernire catgorie d'organisations dans leur
collect de fonds.
CTIOeM Comment donc amener celles-ci la
raison ?
Une seule solution: que l'Etat hatien
onstrtion, reprenne possession de ses attributions car
construction,
ce n'est pas aux ONG de construire nos
latrines comme cela se passe en ce moment.
Quand on accepted de se dculotter ce point-l, comment
arriver s'imposer ?

Haiti en Marche, 9 Juillet 2010


Agriculture : 300 millions de dollars promise

sur 790 millions recherchs


P-au-P, 7 juil. 2010 [AlterPresse] Le ministry de
l'agriculture, des resources naturelles et du dveloppement
rural, Joanas Gu a annonc ce 7juillet des engagements d'un
peu plus de 300 millions de dollars de partenaires internationaux
pour le relvement de l'agriculture sur les 790 millions
ncessaires selon le plan du gouvernement.La banque
interamricaine de dveloppement (Bid) s'est engage verser
200 millions sur les 5 prochaines annes. Le gouvernement
amricain a lui promise 110 millions pour la priode 2010-
2011.Les autres bailleurs intresss apporter leur appui ont
pour dlai le 1" septembre, indique le ministry.
C'est une tape fondamentale [qui est franchise]
parce que quand il s'agit d'un secteur aussi structurant que le
secteur agricole qui un rle jouer dans la reliance de
l'conomie du pays et possdant des potentialits relles qui
peuvent tre mises en valeur, il est indispensable d'avoir un
document d'orientation d'investissement , dclare Joanas
Gu.Le document d'orientation labor par le ministre de
l'agriculture prvoit un investissement de 790 millions de


dollars sur 5 6 ans pour rhabiliter le secteur. Le texte s'appuie
sur trois axes d'intervention qui concernent le dveloppement
des infrastructures rurales, la production et le dveloppement
des filires, le enforcement des services agricoles, et l'appui
institutionnel.
Le secteur n'a pas besoin uniquement de 790
millions de dollars. Ce sont les investissements publics et l'aide
international qui doivent crer des conditions pour attirer les
investissements du secteur priv... de faon valoriser les
potentialits du secteur agricole , souligne-t-il.Par ailleurs,
Hati est sur le point d'tre ligible au Fonds de scurit global
pour la scurit alimentaire. 35 millions de dollars de ce fonds
ont dj t agrs par la Bid, selon le ministry de l'agriculture.
La dette hatienne au sein du Fonds international de
dveloppement de l'agriculture (Fidha) a galement t
annule.Un programme national d'achats de products locaux
est en course de finalisation afin d'utiliser au maximum les
products locaux dans les operations d'aide alimentaire, selon
le secrtaire d'Etat la production animal, Michel Chancy.


54 56% de la consommation national de nourriture
est assure par la production national, suivant les estimations
fournies par le ministry de l'agriculture qui souhaite augmenter
ce chiffre.Le tremblement de terre a peu affect les spaces
cultivs, sauf Leogane (Ouest). Toutefois la catastrophe a
provoqu un movement de populations qui a caus des
pressions sur les resources existant en milieu rural et affect
les investissements agricoles dans la capital, selon Joanas
Gu.Depuis, diverse activits ont t effectues en soutien
au secteur. Dans le cadre de ces activits 18.000 hectares de
terres ont t laboures et des kits d'outils, des tracteurs et
des motoculteurs ont t distribus par le ministre qui entend
renforcer l'accs aux intrants chimiques.Le ministry Gu affirme
que le gouvernement a reu rcemment les premiers stocks de
semences hybrides. Sans prciser s'il s'agit de dons de la
compagnie Monsanto, Joanas Gu a une fois de plus
fermement dmenti la presence d'Organismes Gntiquement
Modifis (OGM) dans le pays.


Hati Rpublique Dominicaine

Commission Mixte Bilatrale, thmes de la prochaine runion


Carlos Morales Troncoso, Ministre des Affaires
trangres de la Rpublique Dominicaine, s'est flicit de la
decision des Prsidents Fernandez et Prval de relancer la
Commission Mixte Bilatrale don't la premiere sance s'est tenue
Santo Domingo le 29juin dernier.
Lors de la prochaine runion de la commission qui
devrait se tenirle 30 ou le 31 juillet Port-au-Prince de nombreux
sujets seront l'ordre dujour, comme le dbordements du lac
Azuei, le commerce transfrontalier et en particulier l'entre
des poulets dominicain sur le march hatien ou l'extension du
Plan Vert Quisqueya
Troncoso a dit que d'autres questions pourraient tre
includes dans l'ordre du jour, la sant, l'ducation, la culture
des deux pays, le traffic la frontire, la violation des droits de


l'homme, le commerce bilatral parmi beaucoup d'autres sujets
d'intrt pour les deux pays qui devraient tre analyses avec
d'autres acteurs spcialiss, possdant une vaste experience
dans la question de la scurit la frontire ou de l'immigration.
La migration risque d'tre un sujet dlicat, comme le
rappelle Edwin Paraison, ministry de la diaspora hatienne, la
migration hatienne en Rpublique Dominicaine est le rsultat
de facteurs socio-conomiques, il ne s'agit ni d'une invasion
ni d'un plan de fusion transnational pacifique qui serait
souhait par certain reprsentants de la communaut
international. L'immigration sera l'un des principaux sujets
l'ordre du jour de la Commission dans le cadre du processus
de reconstruction. il s'agit de questions complexes dans
leur gestion prcisant qu'il y avait environ quatre millions


d'Hatiens vivant l'tranger, et que la Rpublique Dominicaine
est le deuxime pays abritant le plus d'Hatiens aprs les tats-
Unis.
S'il est vrai que la cooperation et la solidarity lances
par les autorits dominicaines dans les premires heures du
tremblement de terre en Hati, sont reconnues par les autorits
hatiennes et la communaut international qui participent au
processus de mise en euvre de la reconstruction d'Hati, les
deux pays devraient reprendre d'autres priorits dans les
relations bilatrales qui ont t dlaisses pendant des annes
et c'est prcisment le temps de les mettre l'ordre dujour de
la prochaine Commission Mixte Bilatrale qui se tiendra la fin
du mois Port-au-Prince.


Social: Le GARR dit craindre une situation explosive


Colette Lespinasse directrice du GARR, Groupe
d'appui aux rfugis et aux rapatris en Hati, dit craindre une
situation explosive en Hati en raison de divers facteurs internes
et externes, don't l'absence de leadership de la part du
gouvernement, la presence au niveau dcisionnel de la
communaut international et l'absence de consensus entire
les acteurs politiques et organizations de la socit civil sur
des questions l'ordre du jour national.
Participant une analyse conjointe parraine par le
Centre de Bono, avec un panel compos de plusieurs
personnel, don't M. Edwin Paraison, ministry des Hatiens
vivant l'tranger (MHAVE), la DIrectrice du GAAR a critiqu
le fait que six mois plus tard, environ 1,3 millions de victims


du sisme du 12janvier dernier, vivent toujours dans des camps
improviss. Critiquant les effects d'annonces de la communaut
international, qui ne fait que dplacer des milliers de personnel
d'une tente vers une autre tente.
Politiquement, elle note aussi que l'absence de
consensus au niveau des difrentes manifestations politiques,
peut influer sur la governance du pays et provoquer des
drives aux consequences graves. C'est ainsi que des secteurs
et des groups appellent la dmission du president, au renvoi
du CEP, la mise en place d'un gouvernement de transition;
d'autres rclament le retour de l'ex-prsident Jean Bertrand
Aristide, exil en Afrique du Sud; d'autres au retour aussi de
l'ex-dictateur Jean-Claude Duvalier qui vit en France.


Selon la responsible du GARR, seuls le soutien et la
confiance de la communaut international au gouvernement
actuel, ont fait que la situation n'ait pas encore chapp tout
contrle.
Pour sa part, M. Edwin Paraison, le ministry des
Hatiens vivant l'tranger, a dclar qu'Hati n'a pas les
capacits pour finance seule la reconstruction du pays et a
appel les gouvernements et les pays qui ont promise plus de
10 milliards de dollars pour la reconstruction d'Hati, le 31
Mars New York, d'honorer leur parole. Il a reconnu que le
gouvernement avait eu des faiblesses pour communiquer ses
initiatives mais que les actions allaient dans la bonne direction.
S/HaitiLibre


Page 6





Mercredi 14 Juillet 2010
Tnti n nhMarhp nl XXIVT N 25


NOUVELLES TECHNOLOGIES


Attention aux pirates des ondes !


PORT-AU-PRINCE, 8 Juillet Averser au dossier de
la dsorganisation proche de l'anarchie qui menace le pays :
les ondes radio perturbes longueur de journe par des
oprateurs clandestins.
La premiere station en avoir t victim a cr qu'il
s'agissait d'une operation de brouillage pour faire taire
certaines voix.
Puis le dsordre commence se gnraliser. A
n'importe quel moment un autre metteur peut s'allumer sur
votre frquence don't vous dtenez lgalement l'autorisation
- et vous jeter au dehors.
Autrement dit, des pirates.
Et le nombre semble en augmentation constant
depuis le sisme du 12janvier.
Vous devez d'abord savoir comment fonctionnent la
radio et la tlvision.
Aujourd'hui les studios sont habituellement en ville,
les metteurs principaux et les antennes Boutiliers ou
Oblon dans la montagne dominant la capital.
Un premier systme (nomm STL) conduit le signal
depuis le studio au transmetteur l-haut.
C'est au niveau du STL qu'interviennent ces trouble-
ftes.
Le STL est un petit metteur moins puissant donc
plus facile pousser hors des ondes.
Or il se passe que les radios sont en train
d'exprimenter presque toutes le mme problme.
A un moment de la journe, les frquences STL
lgalement autorises par l'organisme de regulation, le Conatel,
sont soumises un bombardment qui les arrache des ondes
pendant quelques minutes ou pendant plus longtemps. D'o
les hachures rptes pendant les retransmissions.
Alert, le Conatel (Conseil national des
tlcommunications) qui assigned et supervise l'usage des
frquences, est intervenu.
Une radio clandestine a t rcemment ferme.
Depuis plusieurs annes, il existe dans le pays des
radios (disons) pirates, c'est--dire fonctionnant sans
autorisation. Une majority des petites stations existant dans
les villes de province seraient dans cette situation.
Mais comme en gnral elles ne drangent personnel,
on ne les a pas poursuivies.
Une telle pratique existe aussi dans un pays comme
les Etats-Unis.
On ne les considre pas comme des radios pirates
tant qu'elles respectent les conditions fixes. Pour commencer
mettre sur une puissance faible. Ensuite elles ne doivent pas
faire de la publicity commercial. Ce sont des organes de service
public, en un mot des radios de quarter. Leur puissance doit
tre assez rduite pour ne pas dranger non seulement les
autres mdias lgalement autorises, mais aussi tous les autres


appareils metteurs.
Jusqu' la tour de contrle de l'aroport international
de Miami qui peut tre perturbe lorsque les conditions fixes
ne sont pas respectes.
Aussi les autorits font-elles bonne garde, car les
metteurs clandestins ne sont pas seulement une nuisance
aux communications commercials, mais elles peuvent devenir
aussi un problme de scurit national.
Or c'est ce qui nous menace en ce moment en Hati.
Les communications peuvent finir par chapper tout contrle
si les violations continent de se rpandre.
Dans un tel cas, il ne peut s'agir uniquement de radios
pirates mais de toutes sortes d'autres oprateurs clandestins.
On parle de centaines d'organisations qui sous le
couvert de l'humanitaire se sont tablies dans le pays depuis
le 12janvier2010.
De plus, l'Etat n'exercerait sur elles aucun contrle,
comme on l'entend dplorer lors d'assises internationales,
comme au recent sommet de la Caricom.
Or ces organizations utilisent souvent leur propre
canal de communications.
Mais que les auteurs du problme soient hatiens ou
trangers, toujours est-il que c'est l un nouveau dfi qui se
pose aux pouvoirs publics.
Orjusqu'ici ces derniers n'ont jamais eu faire face
ce genre de situation. Le problme de piratage des ondes ne
s'taitjamais pos en Hati avec une relle importance.
Les gouvernants hatiens considrent les
communications comme quelque chose d'aussi simple et
natural que l'air qu'on respire.


Le Conatel est-il arm pour y faire face ?
Aux Etats-Unis c'est la police qui vient se saisir des
metteurs clandestins.
En Hati, la police se sent-elle concerne ?
Sans un bras arm, comme lorsque l'Electricit d'Hati
vient dbrancher des prises clandestines, le Conatel n'a
aucune chance de faire entendre raison aux violateurs.
Ensuite, le Conatel a besoin de l'quipement
sophistiqu indispensable pour dtecter ces derniers avec
precision.
Jusqu' la legislation dans ce domaine qui doit tre
revue et augmente.
Fixer les peines mais surtout de trs fortes amendes,
seules capable de dcourager les pirates, faute de quoi ceux-
ci peuvent le considrer comme unjeu, comme du sport. Du
sabotage joyeux !
L'Etat hatien peut ne pas voir l'importance de la
question parce qu'elle ne le touche pas encore directement ...
Or rappelons-nous le choc du 12 janvier lorsque
toutes les communications aussi bien dans le pays que avec
l'extrieur ont t ananties par le sisme de magnitude 7.
Or qui ne contrle les communications ne contrle
pas la scurit ...
Mme si le concept de scurit national nous est
totalement tranger en Hati (hlas !), mais l'un des secteurs
conomiques les plus solides et viables aujourd'hui, est-ce
que ce ne sont pas les tl-communications ?
Alors pourquoi le laisser dtruire ?
Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Sisme en Hati : Lente et difficile reconstruction


(RECONSTRUCTION... suite de la lre page)
Du 13 janvier au 14 juin, 122 dlgus de la Croix-
Rouge canadienne ont t dploys en Hati.
Plus de 135 000 personnel ont reu des soins
mdicaux dans un tablissement de la Croix-Rouge, qui a
galement fourni plus de 11 000 tonnes d'articles de secours.
Avec un budget total de 196 millions de dollars don't
100 millions ont dj t engags l'opration de la Croix-
Rouge en Hati est la plus important de l'organisme
humanitaire dans un seul pays.
La Croix-Rouge espre construire 7500 abris en bois
au course des prochains mois, mais l'organisation se heurte
des problmes d'espace et de proprit, notamment en raison
de la difficult savoir qui appartient la terre en Hati.
En plus de la saison des pluies et des ouragans, des
routes endommages par le sisme et de la pnurie d'essence,


les operations humanitaires sont entraves par le movement
constant de la population et la difficult de choisir les families
qui recevront de l'aide. Le fait que le gouvernement hatien
soit gravement affaibli complique aussi les operations.
Jean-Pierre Taschereau a indiqu ne pas avoir de
problme de corruption au sein de la Croix-Rouge et ne pas
avoir le temps ni la capacity de voir ce qui se passe du ct des
autres organizations humanitaires.
La semaine dernire, le secrtaire gnral des Nations
unies, Ban Ki-moon, a dplor que le versement de l'aide
promise par la communaut international n'arrive pas aussi
vite que prvu.
Des plus de 10 milliards de dollars promise sur cinq
ans lors de la conference des bailleurs de fonds de New York,
le 31 mars, seulement une petite parties de l'aide a t attribue.


ContinucareM



Ta renmen akeyi

Dominique Doktc Saliba


Nou envite w rankontre Dokt Saliba e pataje yon ti manje
avk psonl medical nou an nan yonn nan aktivite
ouvti nou yo:

Ou va genyen yon chans pou rankontre ok dokt nou yo, w sant
medical nou yo ki renove e apronn konsnan swen premye klas
nou yo!

13,14ak 15Jiy
12pm midii) pou 2pm (apr midi)


16800 NW2ndAvenue
N Miami Beach, FL


Suite 103
33162


Pou plis enfomasyon tanpri rele:


305-716-5846
Disponib lendi vandredi 8:30 moten 5:00 apr midi


Page 7


i


1









CULTURE & IDENTITY


Mercredi 14 Juillet 2010
Hati pn Mnharrhp Vl XXYV N ?


Pour sauver le patrimoine national


(PATRIMOINE... de la lre page)
pour aider rcuprer, sauvegarder et restaurer des oeuvres
d'art hatiennes, des artefacts, des documents, et des lments
architecturaux endommags ou menacs par le sisme et ses
consequences.
Le Dr Richard Kurin, sous secrtaire d'tat pour
l'Histoire, les Arts et la Culture de la Smithsonian, a remerci
Mme Elizabeth Prval et son poux, le president Ren Prval.
En l'absence de la ministry hatienne de la Culture,
Marie Laurence JosselinLassgue (qui assistant le mme jour


Certains de ces experts vont participer la rcupration des
objets culturels encore sous les dcombre, tandis que d'autres
aideront la formation de jeunes hatiens intresss aux mtiers
de la conservation des objets culturels.
Le manager du project est l'ancien ministry de la culture
hatien, Olsen Jean Julien, tandis que Cori Wegener en est le
coordonnateur international et Stphanie Hornbeck le
conservateur en chef.
Au course d'une conference de press donne au local
hbergeant le nouveau Centre, les journalists ont pu se rendre


d'euvres qui sont encore sous les dcombres. Beaucoup
d'autres sont dans des containers ou d'autres spaces
impropres la conservation , indique-t-il.
Il faut signaler que les travaux sur les sites et les
biens culturels s'effectuent avec la permission des
propritaires. Les objets seront traits, documents et
enregistrs sous la supervision de professionnels comptents
provenant de la Smithsonian Institution, de l'Institut amricain
de conservation et autres organizations qualifies collaborant
au project.


Le PrsidentPrval rejoignant la dlgation de la Smithsonian lors d'une reception
offerte par son pouse


Jeunes acteurs hatiens de Hati sur Scne et de la Chorale des enfants de Kenscoff
(photos Hati en Marche)


Paris une rencontre de l'UNESCO destine aussi la
sauvegarde du patrimoine national d'Hati), c'est la ministry
a.i. de la Culture et titulaire du Commerce, Josseline Colimon
Fthire, qui a dgag la ncessit de prserver envers et contre
tout le Patrimoine Culturel Hatien.
Beaucoup de personnalits hatiennes font aussi
parties de ce project don't le principal responsible du ct hatien
est l'ancien ministry de la Culture, Olsen Jean Julien.
Ce sont plusieurs organizations amricaines,
hatiennes et internationales qui sont associes ce project
don't l'objectif est de sauver, protger, prserver les collections
importantes d'art, d'artefacts, d'objets de muse, d'lments
architecturaux, de documents, films, photographies, des
enregistrements vido et sonores.
Un Centre a t cr, il est quip de laboratoires
dans lesquels travaille dj tout un rseau d'experts capable
d'aider stabiliser et restaurer les diffrents biens concerns.


compete du travail qui est en train d'tre accompli.
Le Centre est localis l'ancien local du PNUD, au
numro 387 de la route du Bourdon. Il s'agit d'un btiment
trois tages qui a t dclar sr et conforme aux normes par
les ingnieurs de la marine amricaine et de la Smithsonian.
Des experts trangers ont dj effectu des
interventions sur plusieurs objets, don't le curriculum vitae
militaire du president Alexandre Ption (qui a excerc le pouvoir
de 1806 1818) sign par le commissaire franais Sonthonax et
aussi sur des toiles de la Galerie Nader qui a t dtruite par le
sisme. Des fresques de l'glise Ste Trinit, dtruite galement,
sont galement envoie d'tre rhabilites.
En dpit de ces travaux, le Centre est engage dans
une vritable course contre la montre pour sauver le plus
d'objets que possible, souligne Olsen Jean Julien.
Le plus grand dfi maintenant c'est de vaincre le
temps. On est arriv la saison des cyclones et il y a beaucoup


De nombreux btiments historiques, des muses, des
bibliothques, des archives, des galleries, des glises, des sales
de spectacle, des ateliers d'art et autres tablissements ont
t soit endommags, soit rduits en ruines. Grce de
nombreux Hatiens courageux et concerns, plusieurs
collections ont t sauves. Mais la plupart de ces collections
restent mal entreposes ou sont toujours sous les dcombres.
Source d'identit et de dignit, le patrimoine cultural
hatien est un heritage de fiert et le fruit de la crativit d'un
people dou de 'rsilience' pour survive et toujours en qute
d'une vie meilleure.
Le patrimoine cultural hatien est en grand danger.
Des Hatiens et des trangers sont dtermins le sauver.
E.E.
Institution avait tenu tre present cette soire,
alors qu 'une autre toute aussi grandiose se tenait le jour,
mme Paris, au sige de l'UNESCO.


La frustration augmente en
La Presse La frustration augmente Hati, rapporte some devrait tre
Mdecins sans frontires (MSF) dans un nouveau bilan de de l'anne.
son intervention depuis le sisme. Depuis le
Il y a un terrible foss entire l'enthousiasme et les tentes et 35 000 tro
promesses d'aide faites aux victims dans les premires restent colossaux.
semaines qui ont suivi le tremblement de terre et la dsastreuse 1 million de sans-
ralit sur le terrain six mois aprs, dit le chef de mission lentement, selon le
Stefano Zannini dans un communique. menace de plus po
MSF est present Hati depuis 19 ans. Ses activits semaines, installant
s'y sont intensifies depuis le sisme. L'ONG a reu environ sans-abri dans un(
120,5 millions de dollars en dons depuis la catastrophe. La dangereuse saison d




I Reach FurtherAnd Faster with AmenjeL


,r i .E.....' 4


Nous oimmea
spcialise dans...
Cargo Obinra, larlls
Produits prtssables, E
personnel, Produits
uXpltofs, Toutes dlmn
de matriels


~~.
i., -
4 t1 I


lons


POUR VOS RSERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou cnauwz nous une -mail:


NEW.
Door to Door Dr SEe


15 available


Haiti, dit Mdecins sans frontires


presque compltement dpense la fin

12 janvier, l'organisme a distribu 2700
usses d'aide matrielle. Mais les besoins
Port-au-Prince compete encore prs de
abri. La reconstruction progress trs
rapport. La pluie, qui reprsentait une
ur les rescaps, est tombe pendant des
dfinitivement les centaines de milliers de
e prcarit critique. Et tandis qu'une
es ouragans pointe l'horizon, la situation
n'est pas prte de
s'amliorer, y lit-on.
Craignant de
nouvelles rpliques
sismiques, plusieurs Hatiens
choisissent aussi de dormir
dehors dans des abris de
fortune.
Le sisme a dtruit
60% des infrastructures de


sant. De plus, 10% des travailleurs de la sant sont morts ou
ont quitt le pays. Le rapport indique nanmoins que l'accs
aux soins mdicaux en Hati s'est amlior, il est sans aucun
doute plus important qu'avant le tremblement de terre. (...)
Certaines populations pauvres, exclues du systme de sant
public et priv, peuvent maintenant bnficier de soins.
En date du 31 mai, 173 000 patients avaient t traits
dans les 19 centres de sant de long, qui fait de plus en plus
appel du personnel local. Plus de 90% de son personnel est
aujourd'hui hatien.
Mais malgr cette amlioration de l'offre de soins, la
population hatienne reste vulnerable. Et les plus pauvres sont
totalement tributaires de l'aide international. Le problme
principal est que le maintien d'un tel systme dpend d'un
engagement international dans la dure, et de relles questions
se posent sur sa viabilit, dit MSF.
La violence reste aussi une proccupation pour
long Elle a trait 2147 patients victims d'actes de violence,
et 264 de blessures par balles. Malgr tout, le nombre de
victims d'actes de violence n'a pas augment, estime MSF.


Six mois aprs : Handicap

International livre son bilan d'tape


Lyon, le 7juillet 2010.
Six mois aprs le sisme qui a
dvast Hati le 12 janvier
2010, Handicap International
dresse aujourd'hui un bilan
provisoire et expose ses
perspectives d'actions.
L'association compete
dsormais sur place une
quipe de 500 personnel,
don't 80 expatris. C'est le plus
important dploiement de
l'association depuis sa
creation. L'action de
Handicap International


repose sur trois piliers principaux : la sant, une rponse aux
besoins de base et la gestion d'une plateforme logistique.
La coordination, indispensable facteur d'efficacit de
l'aide humanitaire
Dans le cadre de la gestion d'une plateforme
logistique de 70 camions, sous l'gide du Programme
alimentaire mondial (PAM), Handicap International a assur
l'acheminement d'aide humanitaire pour le compete d'une
centaine d'organisations, don't une quinzaine de structures
hatiennes.
Le 26janvier 2010, les Nations unies et l'Organisation
mondiale de la Sant (OMS) ont confi Handicap International
et l'organisation allemande Christoffel-Blindenmission
(CBM) la mission de coordonner conjointement, pour
(6 MOIS APRES / p. 10)


Page 8




Mercredi 14 Juillet 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 25


004
iT!1
* -g
'2 *.


l 4


'<'Oc,


^i

*aSS
^N


I
<4


u'?i I t
'v


Page 9


Si


e.
n
00r
w4a


~IIL~


li


Cp~i~


je






REFONDATION


Mercredi 14 Juillet 2010
HTati pn M/iarrhp Vnl XXITV N 9?


Reconstruction


Les problmes fonciers


entravent la reconstruction


nombreuses annes d'instabilit politique et un Etat faible in-
capable de faire respecter et de protger les titres de proprit.
Le manque de governance rend l'application des
droits fonciers trs difficile, et la protectionjuridique est proche
de zro dclare le fonctionnaire de l'ONU, ajoutant que les
tribunaux d'Hati sont surchargs et prennent en moyenne cinq
ans pour rgler une affaire.
Moins de 5% des terres en Hati sont officiellement
comptabilises dans les registres publics, selon l'Organisation
des Nations Unies, ce qui aggrave la difficult d'tablir qui
appartient une proprit. Mme avant le sisme la proprit
foncire tait un problme pineux en Hati, contribuant la
violence et consquemment la pauvret dans un pays o les
terres sont concentres entire les mains de quelques grands
propritaires terriens.
Il existe peu de titres fonciers en Hati et il n'y a
pratiquement pas de systme de registre immobilier. La plupart
des proprits sont transmises oralement d'une gnration
l'autre Avec la prvalence de la proprit foncire informelle,
ainsi que les lois contradictoires et la faiblesse des institutions
d'excution, la scurit foncire n'est pas tablie, selon un rap-
port d'ONU-Habitat public peu de temps aprs le sisme de
janvier dernier.
Avant la catastrophe, l'Organisation des tats
Amricains (OEA) avait engag 70 millions de dollars sur sept


ans pour mettre en place un systme numris d'enregistrement
des titres fonciers en Hati. Considrant qu'il s'agit d'une con-
dition pralable pour le dveloppement du pays. Mais le
tremblement de terre a fait de la proprit foncire un dfi
beaucoup plus urgent. La question des droits fonciers est
essentielle pour toute organisation qui travaille la reconstruc-
tion en Hati. Notre travail devient difficile lorsque les families
n'ont pas de garantie sur leur droit de proprit, ce qui est la
majority des cas. Cela nous empche de construire des
logements, qu'ils soient transitoires ou permanents , dclare
Claude Jeudy, le directeur pour Hati de l'organisation de
bienfaisance, Habitat pour l'humanit.
Les agencies humanitaires et le gouvernement doivent
redoubler d'efforts pour rsoudre le problme des droits
fonciers alors que la saison des ouragans advance, menaant de
dtruire de nombreux abris de fortune. Les organizations ont
besoin de directives claires, appuyes par les autorits locales,
pour permettre la construction dans les rgles des abris
provisoires alors que la proprit des terre demeure incertaine.
Ce processus est susceptible de crer un goulot d'tranglement
dans la mise en euvre d'abris provisoires s'il n'est pas trait
rapidement. Une politique national en la matire est non
seulement ncessaire mais urgente, affirme un rapport public
rcemment par l'Office des Nations Unies pour la coordination
des affaires humanitaires.


REPIUBLIOUE D'HMATI


Reconstruire en mieux les cormmunauts !


Le Gouvernement d'Hati invite les professionnels de la construction, crateurs, architects,
entrepreneurs, conseillers et fournisseurs un concourse de logement type qui sera utilis
dans le projetde reconstruction future du pays.

Une exposition de maisons modles aura lieu Port-au-Prince au dbut du mois d'octobre et
le dveloppement d'un project domiciliaire modle sera ensuite entrepris

Cliquez sur www.malcomreading.co.uk/BBBC pour des informations supplmentaires sur
le oncours et les formulaires de participation,

Reconstruire en mieux les communauts !
Une initiative du Gouvernement Hatien mise sur pied afin d'explorer les forces alternatives
l'habitation permanent pour personnel dplaces.

La date limited pour soumettre sa candidature est le 19 juillet 2010

Ce project est support par la Fondation Clinton, Architecture pour l'HLmanit. Buildchange et
d'autres organizations.



Rebati pi byen pou kominoteyo !


Gouvenman Ayisyen envite tout pwofesyonel konstriksyon, achitek, kreate, enjenye,
entreprene, founise...patisipe nan yon konkou model kay ki pral itilize nan pwoje
rekonstriksyon peyi d'Ayiti.

Ekspozisyon nouvo model kay yo ap fet Potoprens nan mwa Oktob epitou nan apre yap
demare yon model pwoje devlopman kay.

Wap jwen tout enfomasyon akfomile patisipasyon sou www.malcomreading.co.uk/BBBC

Rebati pi byen pou kominole yo !
Se yon inisyativ Gouvenman Ayisyen mete sou pye pou li ka jwen nouvo model abitasyon poLi
Ayisyen san abri yo pral deplase yo

Dat limit pou remet kandidati w se 19 jiye 2010

Pwoje sa a jwen sipo Fondasyon Clinton, Achitekti pou Limanite, Buildchange, akyon seri lot
oganizasyon.


De nombreux organismes
humanitaires, nationaux et


internationaux, travaillent dans quelques 1,200 camps recenss
dans et autour de la capital. Mais tout cela se dbrouille sur
une base ad hoc, des accords informels avec les propritaires
fonciers et les autorits locales qui leur donnent des droits
temporaires d'occupation des terres, droits qui doivent ensuite
tre rengocis tous les trois six mois. Jusqu' present, cela
se passe sur le terrain de la bonne volont mais personnel ne
sait combien de temps cela durera. Labonne volont atteindra
ses limits un moment donn dclare Katie Chalk, directeur
de la communication de Secours Hati Port-au-Prince. La
pression sur les terres augmentera au fur et measure que
davantage de personnel qui ont fui la capital aprs le sisme
vont vouloir rentrer chez elles , a-t-elle ajout.
L'incertitude sur la proprit foncire fait aussi que
les organismes d'aide sont incapables de faire des plans long
terme. Chaque jour, nous entrons dans un camp sans savoir
s'il sera encore l dans 3 semaines dit Katie Chalk.
Ce problme d'incertitude des droits fonciers pse
galement sur les entreprises locales. De nombreux chefs
d'entreprises hatiens ont du mal obtenir des prts bancaires
parce qu'ils sont incapables de prouver qu'ils sont propritaire
des terrains qu'occupe leur entreprise. Cette incertitude loigne
aussi les investisseurs trangers potentiels, indispensable pour
la reconstruction d'Hati.
S'il n'y a pas de registres fonciers, et un cadre
juridique garantissant les droits, les investisseurs ne
dpenseront pas 1 dollar en Hati, affirme Erik Vittrup, officer
suprieur de l'Organisation des Nations Unies pour les habita-
tions (ONU-HABITAT).
PI/HaitiLibre

Six mois aprs :

Handicap International

livre son bilan d'tape
(... suite de la page 8)
l'ensemble du pays, toutes les actions de radaptation des
blesss, d'appareillage et d'assistance aux personnel
handicapes. Les deux associations collaborent cette fin
avec le ministre hatien de la Sant publique et de la Population
(MSPP) et la secrtairerie d'Etat l'Intgration des personnel
handicapes (SEIPH) et tous les autres acteurs intervenant
dans ces domaines.
10 000 personnel dj soignes par Handicap
International
A l'heure actuelle, plus de 10 000 personnel ont
bnfici des actions de sant de Handicap International ;
plus de 55 000 sances de rducation ont t prodigues ; 4
000 aides techniques ont t distributes (aides la mobilit ou
matriel orthopdique) ; prs de 300 personnel ont t
appareilles d'une prothse ou sont en voie de l'tre et prs
de 200 personnel d'une orthse. Handicap International a
aussi mis en place des actions de soutien psychosocial,
concernant 13 000 personnel.
13 000 tonnes d'aide humanitaire achemine depuis
le 14janvier
Sur l'ensemble de l'acheminement, 9 000 tonnes
concernaient la nourriture. Plus de 4 600 tentes ont t
distributes pour abriter prs de 25 000 personnel. Enfin, plus
de 2 000 personnel ont particip aux projects de travail contre
rmunration ( cash for work ) mis en euvre par Handicap
International.
Trois cinq ans d'actions pour rpondre au dfi
humanitaire en Hati
L'association va faire voluer son action par paliers
successifs vers des activits de plus long terme. La mise en
place d'un habitat temporaire digne, anticyclonique et
parasismique pour les populations sinistres isoles ou
vulnrables va devenir un axe important. L'accompagnement
et la rducation des blesss continueront, en se concentrant
progressivement sur les cas les plus graves et les personnel
handicapes. Ensuite, l'association souhaiterait dvelopper
des projects de rehabilitation des infrastructures et de
dsenclavement, des activits de preparation aux dsastres et
de prevention, ainsi que des formations diplmantes pour le
personnel hatien de rducation et d'appareillage. L'objectif
sous-tendant ces actions est de renforcer les capacits des
Hatiens et de leur transfrer terme la gestion de ces projects.
Le bilan financier 6 mois
En faveur de ces actions en Hati, Handicap
International a recueilli 4,78 millions d'euros de fonds privs
(provenant essentiellement de la gnrosit publique), don't
3,32 millions d'euros en France. Par ailleurs, elle a reu 2,15
millions de la Fondation de France et 6,58 millions d'euros de
financements institutionnels, soit un total de fonds reus de
13,51 millions d'euros. Les dpenses programmes d'ici la
fin de l'anne 2010 s'lvent pour l'instant un minimum 12
millions d'euros. L'association devra ds lors pouvoir computer
sur des soutiens financiers supplmentaires afin de mener les
actions qui lui paraissent ncessaires sur place partir de
2011.


Page 10


(... suite de la page 3)


m iiuuli aiuiu -VUI%-",IV IN /--





Mercredi 14 Juillet 2010
HTati pn Marnhe h V Nl XXITV N ?'


PETITES ANNONCES


Le Manolo iinn
DANS LES NIPPES


* I),De iliiinric- Il pi.ml'e
* ( II.llllhi ,I ll ott11 llilt l .1 'c
.111 l ltl lli l lllv c i (.Illc ei
* ( 'i',ii,' diti rft -iiir pi, 'p.irce
p.Il iii ( i .ii ( hIc'
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave Anse
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17eme
sicle...


Tlphones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
lemanoloinn@mac.com

Internet dislponible
pour les clients


Parents, vous qui rvez dun avenir meilleur pour vos enfants,
confiez les au CMP

ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

LICENCE EN:
Marketing :4ans
Sciences Comptables :4 ans
Gestn des Afaires :4ans
Sciencs Infa 1 antiques :4ans
Marketng Management :2ans
Secrtariat bureautique :2 ans
GestlonFlnance-Malketng :1 an ou 2 ans
ComptabilB mformatie :1 an
istanoe Admlnistative :1an
Informatque cycle court :60 heure2 ans
IT Essenals (CISCO) :70heures

Pour routes infomnations supplmentaires:
CMP, Delmas 30
Tel,:2 513.361,3 7302485,2 246-2299
Email ,, : I .



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicits: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.
Evens Hilaire
Info (954) 559-7729 Consultant


et e vloIpm en 'on I Im



10 dpartements d'tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Excution de Projet
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Diplme en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Hrard # 3,
Port-au-Prince, Hati, WI.

www. cfdehaiti. com
Par courriel: Administration(@CDFEHaiti.com
GBrunet@CFDEHaiti. com

Par tlphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fa\ i i5,1 s')1-2559
Cell (786) 285-0384


ADOMI PURCH A5ING AGENCY POUR TOUI VS UI lMA Equipements pour construction
AD MmI PURCHPloesA deG voiturt/Camion Equlpemnt m6dilal
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-079 e-mail: adomipurchaslng@aol.com Pm viPl un par blate


Un test pour prdire

l'ge de la mnopause?
Unjour peut-tre, la mdecine saura trs tt pointer
l'heure de la mnopause sur le cadran de l'horloge biologique
fminine.
Les mdecins pourraient disposer d'un simple test
sanguin permettant de prdire des dcennies l'avance l'ge
d'entre en mnopause, selon une tude qui doit tre prsente
lundi Rome lors du 26e congrs annuel de la Socit
europenne de reproduction humaine et d'embryologie
(ESHRE).
Les spcialistes iraniens l'origine de l'tude
affirment que leurs recherches prliminaires pourraient
constituer une premiere tape vers le dveloppement d'un
outil pouvant aider les femmes dcider de l'ge auquel elles
souhaitent avoir un enfant.
Le test ne prdit pas le moment o la fertilit des
femmes dgringole, mais si les mdecins connaissaient l'ge
d'entre en mnopause, ils pourraient calculer en gros la
priode d'arrt de l'ovulation.
D'aprs des scientifiques, l'examen pourrait
particulirement tre utile pour identifier les femmes entrant
tt en mnopause, la fin de la quarantine, voire avant, au
lieu du milieu de la cinquantaine. Al'heure actuelle, les mdecins
(MENOPAUSE/p. 13)


Sida : une dcouverte reliance


l'espoir de trouver un vaccin


LEMONDE.FR avec AFP 108.07.10 L'an dernier, une
tude mene en Thalande avait donn des espoirs quant un
ventuel vaccin. Ces espoirs ont t douchs quelques
semaines plus tard.
Selon une tude amricaine publiejeudi 8juillet dans
la revue Science, la recherche sur le vaccin pourrait avoir
franchi un pas important. Les chercheurs disent avoir identifi
deux anticorps appels VRCO1 et VRCO2 capable de
bloquer, in vitro, la majority des souches connues du virus.
Grce de complexes manipulations, ces deux anticorps ont
"neutralis plus de 90 % des souches de HIV-1 en
circulation", crivent les auteurs dans le compte-rendu de
leurs travaux. Les chercheurs ont galement expliqu le
mcanisme biologique par lequel ces anticorps bloquent le
virus.
"La dcouverte de ces anticorps aux pouvoirs
tendus de neutralisation du VIH et l'analyse qui explique
comment ils oprent reprsentent des avances exaltantes
qui vont acclrer nos efforts pour dcouvrir un vaccin
capable de protger de faon tendue contre le virus
responsible du sida", se flicite le docteur Anthony Fauci,


directeur de l'Institut national amricain des allergies et des
maladies infectieuses (Niaid).

UNE NOUVELLE APPROCHE POUR D'AUTRES
MALADIES INFECTIEUSES
"De plus, la technique laquelle l'quipe de
recherche a recouru pour trouver ces anticorps reprsente
une nouvelle approche qui pourrait tre applique la
conception et au dveloppement d'un vaccin contre de
nombreuses autres maladies infectieuses", ajoute-t-il dans
un communique. Ces virologues ont dcouvert ces deux
anticorps products naturellement par l'organisme dans le sang
d'un sropositif.
Ils ont pu isoler ces antignes avec un nouveau
vhicule molculaire, en fait une des protines formant le VIH
que les chercheurs ont modifie, qui se fixe sur des cellules
spcifiques. Celles-ci produisent alors des anticorps
neutralisant le VIH. Cette protine a t programme pour
qu'elle ragisse exclusivement aux anticorps spcifiques
l'endroit o le virus s'attache aux cellules de l'organisme
human qu'il infected.


Page 11


rialu ul vial tu -vui %,,,-V I /--


1






LIBRE PENSER


Mercredi 14 Juillet 2010
HTati pn Marrhp Vnl X TV N' 9


Le pire n 'estjamais certain dans ce pays...
Declaration attribue l'Ambassadeur de France
en Hati (Metro dans son dition du 7juillet)

Chers amis lecteurs, le mois de juillet est gnralement
un mois riche en dclarations et en manifestations politiques
en Hati. On en a pour tous les gots. Dclarations
diplomatiques, cause de ces ftes nationals qui offrent aux
Ambassadeurs la possibility de s'exprimer ouvertement sur la
situation politique du pays. Le 1, le 4, le 5, le 14, le 20 et le 21,
reprsentent lesjournes les plus importantes. Manifestations
politiques, cause de la clbration de l'anniversaire de certain
hommes politiques auxquels l'histoire de ce pays a voulu leur
river du privilege d'lire domicile et de rsider dans leur
propre pays. Le 3 et le 15 sont les dates fondamentales. Je me
demand pourquoi, dans ce pays qui nous appartient tous,
nous prenons tant de plaisir exiler nos Prsidents. Boyer,
Rivire Hrard, Geffrard, Domingue, Salomon, Nord Alexis,
Lescot, etc. D'autres ont eu abandonner cette vie, n'ayant
pas eu le temps de choisir l'exil. N'y aurait-il pas moyen de
fixer d'autres rgles de fonctionnement qui permettraient de
rgler autrement nos diffrends?
Enfin chers amis lecteurs, avec les multiples
manifestations faveur du retour de notre DPV (Dernier
President Vie) ou de clbration de son anniversaire, je me
sens revivre toute une poque de ma vie. Ni meilleure que les
autres. Ni pire que les autres. Mon enfance, les premires
annes de mon adolescence, la priode finale de mon
adolescence, les premires annes de mon ge adulte, ont t
marques par la Prsidence Vie . Les diffrents vnements
qui ont eu lieu durant ces annes ont servi marquer
profondment mon profile citoyen . Ils ont donc configur
mon profile citoyen et ont fait de moi un individu incapable


Civisme
de crier VIV ou bien ABA ou de courtiser le pouvoir
quel qu'il soit celui qui le dtient. J'imagine que je ne suis pas
le seul en avoir souffert, en ce sens. Cependant, malgr la
situation, l'poque, puisque je n'tais pas de nature me
chercher des ennuis avec le rgime,je n'ai jamais eu rellement,
proprement parler, de vrais soubresauts. Sauf mon venture
avec les tracts. A peine 9 ans. Ou peut-tre mes accrochages
avec des petits macoutes , durant le carnaval. 17, 18 19 ans.
A part cela, pas grand chose . En plus, les adults faisaient
de leur mieux pour nous viter des dsagrments. F resp
ou ti gason tait le conseil le plus salutaire que l'on recevait.
Aucun exercise rel de citoyennet Je me demand souvent
pourquoi cette tendance, dans notre socit, se prodiguer
en beaux conseils et en belles paroles pour former les plus
jeunes mais sans jamais essayer de les offrir de meilleurs
modles .
Enfin chers amis lecteurs, dans notre petite socit
qui refuse avec acharnement de s'adapter la modernit, le
civisme reprsente toujours une notion encore trop loigne
de nos modes de fonctionnement. Le respect et le dvouement
l'gard du Bien Public , le respect de la loi et la conscience
de l'existence de devoirs envers nos concitoyens, par souci
de l'intrt gnral, semble ne pas s'adapter pas notre faon
de percevoir la socit. Le civisme tant l'exercice raisonn
de la citoyennet, si nous voulons changer le pays,
commenons par la creation de vrais citoyens.
Il nous faut donc, etje le crois sincrement, de bons
examples de civisme, une pdagogie aggressive, visible. part
le geste symbolique politico-pdagogique du Prsident du
Chili (montre et casque aux Ministres), l'exemple du Prsident


du Gabon est impressionnant. En effet chers amis, voir des
ministres balayeurs ou boueurs, crer une journe
citoyenne mensuelle durant laquelle, les dirigeants sont les
premiers faire montre de bonne volont, est une russite
social : Balayage des rues et des spaces publics Enlvement
des paves de vhicules abandonns Nettoyage des bassins
versants et des plages Curage des caniveaux Elimination
des animaux domestiques errants Dsinsectisation -
Dratisation.
Vous voyez chers amis qu'il y a du travail faire, car,
nier sa collaboration la collectivit dans les moments de
dtresse social est un manque de civisme. C'est aussi
tre tratre la Patrie . Il nous faut donc tablir de nouvelles
modalits de fonctionnement, bases sur le civisme afin
d'liminer les tratres de nos rangs . Dans toutes les villes
du pays. Dans tous les coins du pays. A Ganthier, face ceux
qui s'approprient le bien public. Au CEP, face ceux qui font
usage de faux. Dans les parties politiques, face ceux qui ne
pensent qu' leurs poches. Dmasquons-les afin de montrer
nos gnrations futures que nous gardons toujours cette
dcence collective qui est la seule qui peut faire de nous une
grande nation. Commenons donc cette lutte contre notre
propre crasse , contre notre salet social comme un
premier pas pour la promotion du civisme. Entre nous. Entre
tous.
Pour le pays. Pour les Anctres.
Voil comment commencer une bonne reconstruction
du pays.
Voil comment aller dans la bonne direction.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Juillet 2010


Elections: Le CEP invite les parties politiques


Port-au-Prince, le 7juillet 2010 (AHP)- Le president
du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Gaillot Dorsinvil, a
indiqu mercredi qu'une srie de rencontres entire le CEP, les
parties politiques et d'autres acteurs locaux et internationaux
du processus lectoral, sera initie partir de la semaine
prochaine.
Ces rencontres, don't la toute premiere est fixe au 12
juillet, seront organises dans la perspective d'un dialogue
franc entire le conseil et les autres acteurs du processus, pour
la russite des lections prsidentielle et legislative partielles
fixes au 28 novembre 2010, a dit M. Dorsainvil.
Elles permettront galement de crer un space de
transparence dans le processus en vue d'obtenir de meilleurs
rsultats, a dit Gaillot Dorsainvil, raffirmant sa volont
d'organiser des lections honntes, libres, crdibles et


transparentes.
S'adressant une nouvelle fois aux leaders politiques
qui rclament le dpart des 9 membres du CEP pour deficit de
crdibilit, il a fait savoir qu'il ne faut pas qu'ils mettent la
charrue avant les boeufs.
Gaillot Dorsinvil a par ailleurs inform que les lecteurs
auront la possibility de voter o ils se sentent le plus l'aise.
Pour cela, ils auront se faire inscrire au centre de
vote le plus proche de leur domicile. Aussi, les lecteurs
relogs aprs le drame du 12 janvier ne seront pas obligs de
parcourir des kilomtres pour aller voter o ils avaient t
enregistrs avant le 12 janvier, a encore voulu rassurer M.
Dorsinvil.
Une bonne parties de la classes politique reste
toutefois rticente ou accroche sa position de refus de


l'actuel CEP.
"La priority pour nous est la mobilisation anti-
gouvernementale et anti-CEP, a indiqu mardi un responsible
de la plateforme Alternative.
Le professeur Victor Benoit a fait savoir que quand
et si nous allons aux lections, ce ne sera pas avec le president
Prval et son CEP.
Concernant les dclarations faites par le responsible
du MOCHENA, le pasteur Luc Msadieu, selon lesquelles
des plateformes et parties politiques prpareraient un grand
front pour contrecarrer la plateforme prsidentielle Inite
(UNITE), M Benoit a admis l'existence de contact entire les
parties politiques, mais il n'y a aucun front en preparation dans
la perspective des lections annonces pour le 28 novembre,
a-t-il soulign.


Un bilan du sommet de la Caricom


Les chefs d'Etat et de gouvernement de la
Communaut des Carabes (CARICOM), don't Ren Prval,
president d'Hati, ont tenu un dbat approfondi sur la situation
post-sisme en Hati et ses consequences lors de leur 31 me
runion ordinaire, qui s'est tenue Montego Bay, en Jamaque.
Les Secrtaires gnraux des Nations Unies (ONU) et de
l'Organisation des Etats amricains (OEA), ainsi que le
Reprsentant special des chefs de Gouvernement de la
CARICOM ont particip ces changes de vues.
Au terme de ce sommet, les chefs de gouvernement
de la CARICOM ont exprim leurs inquitudes en ce qui
concern, entire autres : l'impact dvastateur du sisme le 12
Janvier dernier sur la vie conomique du pays don't les flux de


revenues du gouvernement se sont effondrs d'une manire
dramatique et ont rduit par consquent la capacity de l'tat
subvenir aux besoins fondamentaux de ses citoyens ainsi qu'
l'augmentation des demands d'aides sociales rsultant du
sisme.
L'appui budgtaire de 150 millions de dollars en aide
directed aux recettes de l'tat hatien, promise par la communaut
international, n'a pas encore t entirement dcaisss.
Seulement 50 % de cette aide promise et formelle a t reue
ce jour. Les membres de la CARICOM craignent que
l'incapacit du gouvernement rpondre aux besoins
fondamentaux de sa population pourrait contribuer renforcer


la menace d'instabilit social quelques mois des lections
et compromettre la continuity dmocratique de cette Nation.
Les proccupations ont t exacerbes par la rticence
des Organisation Non Gouvernementales (ONG) actives sur
le terrain, harmoniser et coordonner leurs activits avec les
priorits du gouvernement hatien. Ils ont appel les Nations
Unies et la communaut international des donateurs, qui
financent un certain nombre de ces ONG exercer leur influence
sur ces organizations afin qu'elles respectent leurs promesses
faites lors de la Confrence international des donateurs,
New York le 31 Mars 2010, de coordonner leurs activits en
function des priorits fixes par le gouvernement d'Hati.


USAID : Dr Rajiv Shah en visit


Le Dr Rajiv Shah, Administrateur de l'Agence
amricaine pour le dveloppement international (USAID), s'est
rendu en Hati vendredi pour parler avec les membres de la
socit civil, examiner les progrs ralis par l'USAID,
rencontrer les reprsentants de l'ONU et des dirigeants d'ONG.
Dans le cadre de sa visit, le Dr Shah a galement rencontr le
Premier ministry hatien Jean-Max Bellerive, qui co-prside avec
l'ex-prsident amricain Clinton la Commission intrimaire pour
la reconstruction d'Hati (CIRH).
Depuis les premiers jours d'aprs sisme, I'USAID
a travaill en troite collaboration avec d'autres agencies du
gouvernement amricain, le gouvernement d'Hati, la
communaut international, et directement avec le people


MAISON A LOUER
Maison louer situe Vertires,
au Cap Hatien
3 chambres, 2 toilettes, cour spacieuse.
Endroit idal

Un grand bureau, Maison bien quipe,
Tlphone et Internet 24 h par jour


Appelez le 305 305-4779


hatien pour sauver des vies et commencer prendre des
measures importantes pour reconstruire en mieux dclar le
Dr Shah [...] Les dfis qui restent sont normes, mais le
gouvernement amricain est profondment attach et confiant
dans le succs long terme et la prosprit d'Hati .
Dans le cadre de la visit, le Premier ministry Bellerive
et M. Shah ont visit l'ancienne ambassade amricaine, qui a
t rhabilite aprs le tremblement de terre. Le Dr Shah a
galement parl avec Gabriel Verret, directeur excutif par
intrim de la CIRH.


Kenneth Merten, l'ambassadeur amricain auprs de
la Rpublique d'Hati et Directeur de la MissionUSAID, s'est
galement entretenu avec le Dr Shah, ainsi que des
reprsentants de l'ONU, l'Organisation international pour
les migrations (OIM), la Fdration international de la Croix-
Rouge (FIC) et du Croissant-Rouge (CR) et d'autres partenaires.
Le Dr Shah a galement rencontr des hommes et des femmes
qui travaillent pour l'USAID en Hati et les a remercis au nom
du people amricain pour leurs efforts.


Scurit : Le RNDDH interpelle le pouvoir

sur l'augmentation de l'inscurit dans le pays


P-au-P, 06 juin 2010[AlterPresse] Le Rseau
National de Dfense des Droits Humains (RNDDH) dnonce
une persistence de l'inscurit dans le pays en dpit des
measures maintes fois annonces par la Police Nationale d'Hati
(PNH) et du enforcement de la Mission des Nations Unies
pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH).
Assassinats, viols, vols main arme, vols de
vhicules, enlvements et squestration sont des actes de
violence que ne cesse de subir la population, souligne le
RNDDH dans une note de press.
L'organisation de defense des droits humans rappelle
diffrents crimes survenus au course du mois de juin, tels
l'assassinat du couple Jumelle devant leur domicile


Thomassin le 26 juin, l'enlvement et la squestration le 27
juin de Hugues Clestin, ancien dput de la 49e legislature,
candidate sa succession pour la circonscription de Limonade
- Quarter Morin, dans le Nord.
Mr Hugues Clestin est connu pour ses
engagements en faveur d'une meilleure distribution des
richesses du pays et pour son opposition vis--vis des choix
politiques troublants du pouvoir en place , crit le RNDDH.
Celui-ci invite le gouvernement ragir face ces
actes en poursuivant leurs auteurs et complices et en mettant
tout en euvre en vue de permettre aux citoyens de vaquer
librement leurs activits.
(INSECURITE/p.13)


Page 12


m iiuuli aiuiu -VUI%-",IV IN /--





Mercredi 14 Juillet 2010
HTti pn Marnhe h Vnl XXITV- N ?


ENVIRONNEMENT


Cette semaine je voudrais m'arrter au second sur la
liste des Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (voir
HEM, Vol. 24, # 23 et 24) don't je rappelle la formulation :
Objectif 2 : assurer l'ducation primaire pour tous.
Cible : D'ici 2015, donner tous les enfants, garons et filles,
partout dans le monde, les moyens d'achever un cycle
complete d'tudes primaires.
Au risque de passer pour un grand naf, je ne peux
m'empcher de penser que cet objectif est vraiment trop
modest . En effet, le rapport 2010 nous apprend que
L'espoirpour une education universelle d'ici 2015 diminue,
malgr le fait que beaucoup de pays pauvres font des progrs
normes. La scolarisation est toujours en hausse dans
l'enseignement primaire, au point d'atteindre 89 % dans le
monde en dveloppement. Mais elle ne progress pas un
rythme suffisant pour garantir que tous les enfants, garons
etfilles, termineront un cycle primaire complete d'ici 2015 .
Et pourtant qu'est-ce que l'ducation primaire ?
L'ducation fondamentale, me rpondra-t-on, utilisant la
formule consacre officiellement depuis quelques annes.
Justement l'ducation de base qui doit permettre d'acqurir
d'autres connaissances, d'autres savoir faire, indispensables
dans la vie quotidienne.
Restons dans la logique des OMD. Je reprends
quelques passages du Rapport 2010 que j'ai cit il y a deux
semaines : La pauvret et le manque d'ducation perptuent
les taux levs de naissance chez les adolescents , ou Le
recourse la contraception est particulirement bas chez les
femmes les plus pauvres et celles qui n'ont pas reu
d'ducation , ou encore Beaucoup de jeunes n'ont pas
toujours les connaissances ncessaires pour se protger du
VIH . Autrement dit, l'ducation, mais pas seulement
l'ducation primaire, est un lment important pour atteindre
les objectifs 4, 5 et 6, centrs sur la mortality infantile, la sant
maternelle, la lutte contre le VIH/sida, le paludisme est d'autres
maladies.
Je n'oublieraijamais montonnement quandj'ai, pour
la premiere fois, entendu unejeune femme me dire qu'elle prenait
une glule d'antibiotique aprs chaque menstruation, pour
nettoyer son sang Voil une femme qui a termin le cycle
secondaire, qui a pass par une cole de secrtariat, qui tait


Les OMD (3)
apprcie par son employer, mais n'avait aucune ide de sa
propre anatomie, du cycle menstruel et encore moins du mode
d'action des antibiotiques.
Mais le domaine sur lequel je voudrais insisted c'est
l'ducation professionnelle et l encore je me place dans la
perspective post sisme. Je crois l'avoir dj dit ; tout le monde
est d'accord pur admettre que si le sisme a t si meurtrier
c'est cause de la trop grande concentration d'une population
miserable dans la zone mtropolitaine. Par consquent une
measure urgente prendre c'est la creation d'emplois en dehors
de la zone mtropolitaine, en particulier dans le secteur agricole.
La semaine dernire j'ai signal que le Ministre de
l'Agriculture, dans son PLAN D'INVESTISSEMENT POUR LA
CROISSANCE SU SECTEUR AGRICOLE, envisage des measures de
creation d'emplois dans les infrastructures agricoles, dans les
bassins versants, sans parler d'une intensification de la
production agricole, mais tout cela suppose que les personnel
appeles occuper ces emplois reoivent la formation
indispensable l'excution correct des tches prvues.
Bien sur, les auteurs du PLAN D'INVESTISSEMENT y ont
pens : A la suite du sisme de 12 Janvier 2010, plus de 1.3
million de personnel des zones urbaines sont restes sans
abris, don't 600,000 se sont dplaces vers d'autres
Dpartements. Il est souhait par le gouvernement qu 'une
parties de ces personnel puisse s'installer de manire
definitive en zone rurale afin de limiter l'engorgement de
Port au Prince. Cette installation ncessitera de pouvoir
transfrer ces populations urbaines les comptences
agricoles ncessaires une mise en valeur optimale des terres
agricoles et enforce encore la ncessit de mettre en place
des programmes deformation agricole ,. ........ .
Ce transfer des comptences doit se faire travers
la mise en place de l'approche Champs Ecole Paysan (CEP)
et des coles pratiques d'agriculture et de vie pour les jeunes
(JFFLS) .
Etant donn qu'il s'agit de concepts nouveaux, au
moins pour moi, je pense ncessaire de reproduire le paragraphe
suivant : L 'approche CEP utilise au niveau de l'agriculteur
et du formateur, les techniques non-formelles ou
d'apprentissage par la dcouverte ; elle implique des


groups d'environ 25-30 agriculteurs qui se runissent
rgulirement (gnralement % journe par semaine) sur le
champ tout au long d'une saison entire de culture. Les
sances se focalisent sur le dveloppement des comptences
des agriculteurs afin d'amliorer la gestion agricole,
particulirement les connaissances des pratiques intensive
durables tells que l'agriculture de conservation, la ,. ,,. 1,i
de la fertilit des sols, le contrle non toxique des ravageurs,
la collecte/conservation de l'eau. L 'approche prend en
compete le systme entier , notamment des sujets lis la
,. ,t. ,i conomique don't la comptabilit, l'accs au credit
rural et l'analyse du march local regionall, et la ,'i,.
des resources naturelles lis celle des eaux et des sols .
Autant pour l'approche CEP, mais, en ce qui concern
les coles pratiques d'agriculture et de vie pour les jeunes
(JFFLS), le PLAN D'INVESTISSEMENT est trs avare de dtails ;je
me demand s'il ne s'agit pas d'un remaniement des anciennes
coles moyennes don't j'avais entendu dire qu'on allait les
redynamiser.
Pour terminer, ily a un aspect important queje voudrais
signaler propos de cette formation professionnelle pour les
agriculteurs. En dehors des considerations purement
conomiques, il y a le ct, disons, psychologique qu'il ne
faut pas ngliger. On sait que l'une des causes de l'exode rural
est la dsaffection des jeunes pour l'agriculture, et souvent ce
sont les parents mmes qui poussent les jeunes partir. Un
paysan m'a dit qu'il ne voulait pas que son fils vive dans mes
mmes conditions que lui. Mais attention, cette dsaffection
n'a pas que des raisons conomiques, car en plus de fait que
l'agriculture ne nourrit pas son homme, elle est aussi
dvalorise.
Etj'en viens cette interview informelle que j'ai faite
avec unpaysan. Ala question : quel mtier exercez-vous ? ,
il rpond : je n'ai pas de mtier . Ala question : que faites-
vous pour vivre ? , il rpond : l'agriculture, mais ce n'est
pas un mtier, carje ne l'ai pas apprise . Tout ceci pour dire
qu'une formation professionnelle formelle des agriculteurs
peut contribuer revaloriser la profession et contribuer
l'apparition de cette nouvelle classes d'entrepreneurs agricoles
que tous rclament.
Bernard Ethart


Six mois en Hati pour le Programme Alimentaire Mondial:

Des secours la reconstruction


07-07-2010 16:40 1 PAM Programme Alimentaire
Mondial Six mois aprs le sisme dvastateur du 12 janvier, le
PAM a nourri environ 4 millions de personnel en Hati. Les
operations de l'agence ont beaucoup volues, transitionnant
de l'aide alimentaire d'urgence une stratgie centre sur le
long terme, s'appuyant sur l'assistance alimentaire pour
encourager la reconstruction.
Au course des six derniers mois, la rponse du PAM
la cruise humanitaire en Hati est pass par les quatre tapes
notamment : de sauver des vies dans la phase d'urgence
immdiatement aprs la catastrophe, des efforts de
reconstruction aujourd'hui.

1. Rponse immediate
Malgr des pertes au sein de sa propre quipe et de
graves dgts infrastructurels, le PAM a commenc les
distributions de biscuits haute teneur nergtique et d'autres
aliments prts la consommation moins de 24 heures aprs les
premires secousses. Regarder les photos
Nonobstant les dfis logistiques majeurs, l'agence
a pu distribuer 1 million de rations alimentaires 200 000
personnel une semaine aprs le sisme.
Le rseau tlphonique hatien tait ananti. L'quipe


logistique du PAM a mis en place un rseau de
tlcommunications pour l'ensemble de la communaut
humanitaire en sept jours.

2. Livraisons organises
La capital, Port-au-Prince, dtruite, le PAM a mis
en place 16 centres de distribution de rations de 15 jours pour
atteindre plus de 1,3 million de personnel au course des six
semaines aprs le sisme. Regarder les photos
Les distributions ont t organises avec l'aide d'un
systme de coupons alimentaires qui accordait la priority aux
femmes afin d'assurer qu'elles et leurs enfants recevaient les
vivres don't ils avaient besoin.
Le PAM a galement distribu des repas prts la
consommation environ 370 orphelinats, hbergeant 37 000
enfants don't beaucoup ont perdu leurs parents dans le sisme.

3. Protger les plus vulnrables
Une champagne nutritionnelle a t lance en fvrier
pour distribuer des aliments adapts, comme une pte base
d'arachide, aux femmes allaitantes et aux enfants pour lutter
contre la malnutrition infantile. Regarder la vido


Les cantines scolaires ont repris en mars. Plus de
655 000 enfants ont reu des repas quotidiens. Lire article
Ds le mois de mars, quelques 300 000 families
vulnrables ont commenc recevoir des rations sches
compltes, composs de riz, de haricots, d'un mlange de mas
et de soja, d'huile et de sel. 1,3 million de personnel,
principalement les femmes et les enfants, ont reu ces rations.

4. Travailler la reconstruction
Plus de 30 000 personnel participent aux activits
de reconstruction dans le cadre du project Vivres et argent
contre travail du PAM. Le nombre de participants augmente
chaque jour. Plus de 150 000 personnel reoivent des rations
par le biais de ce project.
Les participants sont rmunrs 5 dollars chaque
jour et reoivent des rations familiales en change de leur
participation au nettoyage des rues, la construction des
canaux d'irrigation et d'autres activits pour faire face la
saison cyclonique. Lire article
Jusqu' la fin de l'anne, plus de 140 000 hatiens
recevront un revenue rgulier grce aux activits vivres et
argent contre travail qui permettront galement de nourrir
700 000 personnel.


Scurit : Le RNDDH interpelle

le pouvoir sur l'augmentation

de l'inscurit dans le pays
(... suite de la page 12) ralises au centre-ville, 4 prsums
Lapoliceannoncequ'elle a multipli bandits ont t tus dans des
ces derniers jours des operations en vue de changes de tirs avec la police et
mettre les bandits hors d'tat de nuire. 11 autres interpelles.
Lors de plusieurs interventions


Un test pour prdire l'ge

de la mnopause?


(... suite de la page 11)
ont peu d'lments pour le savoir. Des tests
sanguins et des scanners des ovaires ne
donnent une indication aux femmes que
quelques annes l'avance.
Selon l'tude qui doit tre dvoile
cette semaine, les scientifiques iraniens ont
prlev depuis 1998 des chantillons sanguins
chez 266 femmes ges de 20 49 ans et mesur
leur AMH (hormone anti-millrienne).
L'analyse de l'AMH chez les femmes apporte
aux mdecins des renseignements sur leur
reserve d'ovules. Deux autres chantillons
sanguins ont t raliss durant les six annes


suivantes en plus d'examens
physiques.
Sur la base de la quantit
d'AMH don't disposait chacune des
femmes, les scientifiques ont utilis
un modle mathmatique pour
estimer l'ge auquel elles entreraient
en mnopause. Et sur les 63 femmes
de l'tude touches par la cessation
de l'activit ovarienne,
accompagne de l'arrt de
l'ovulation et des rgles, la
prediction des chercheurs s'est
rvle exacte, en moyenne, quatre
mois prs.


Page 13


ES-7-,F *Z "f 2 drrbe -vri4mu
Tl: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTS LES OCCASIONS.
Rceptioni de paemeni pour Bell South. k"PL. GA Z. CA OLE T
BELLL MQRIIJTY ft...eldC...
Conuiection tllphniLque chez Vous...


Ouvert i
6 Jours
par
semaine:
8h30 amn
a
7h30 pm




* ISotiliri ct Sa~ndales
* Pn its ptur la cuisnc *U 1 i -unt[p&i RimC I% ngIpKqO1.
eit dICLI qi iu Anj% *nl!ti2!ii i
I iI'k-aiitiV 1ji1, ii .ii1CnN. AITICii.n Lt JD E fr C JrC
*MILtIcayI'ffUI de fWe4to


rilu ui vi utu ui%-,,IV N --


1


*H,


*


am:





LES JEUX


Mercredi 14 Juillet 2010
HTnti pn Mnarrh Vnl XXTV No 9


RODAIS


Allez de RODAIS CEMENT, en utilisant des mots du du vocabu-
laire franais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solutions de la
semaine passe:

FE RLE S
FERLES
F E R I E E
SERIES
STRIEE
STRIKE


C E IME N T

a C A SN V Y H T RM J Y A D M S B
S EI J J\L F S B O U R G)T E B Y Q
G U Y X K C F, M F W F E'K B 0 Q D
J V H F QCL AE P(C AN A L-/)M) N
S (B E N F 1C\U L 1 S B 0 N/N /) G/
SW N D B L P MNU O V LT N ~J AL
S J T ** F CS E V\\L L E H V LCP A
SS U T e Ri T M N VM `i- I L' M
R S 0 K G X U A A AO
S M D T E PFEU~DI 0 1 l L A E R
w L E T J H 1\ZLVW ie : F IPp L Rrs'
J M T E A R N/ M l\A/CS O LY i R A
E A U N S NZ 0 T A N
A R H A L Z J/AT C C Q J X P L T
( sI, A N N 0 (/L E U Q I P M Y L OW
AINIMV Q J KGEO Q HMN L IS
L O F G B Y X R M F N Z Z O UV VB
AS Roma Benfica Lisbonne Cruzeiro FC Barcelone
FC Seville Flamengo Galatasaray Inter Milan
Juventus de Turin Milan AC Olympique Lyonnais
Panathinaikos Real Madrid Santos Tottenham
Villarreal Wolfsbourg


HORIZONTAL
1. Colora toute la coupe du monde -
2. Enlever-
3. Star du foot, devenu entraineur -
4. Sucions 5. Article -
6. Peuple du Npal Nobelium -
7. Niches funraires 8. Mauvais garnement.


VU VU U Z E L A
A O OT ER
MARAD ONA
P 0 M S I N
I L A O
RAI Q NO


VERTICAL E N F E U S
1. Personnages des films Twilight S EILIEIRA"'
2. Peuple du nord-est de l'Inde -
Parti anti-apartheid 3. Gardien des Pays Bas Institut des Femmes
Entrepreneures 4. Langue de programmation Mtro de Chicago -
5. Zone du ciel autour de I'cliptique -
6. Attaquant du Cameroun Strontium -


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot franais

D A



BU

Solutions de la semaine passe
MERRAIN
n^


eCdi
I o d i


5h00-6h30

6h30-7h00


7h00-9h


10h-Midi


Bon Rveil en musique

Au Pipirit chantant
journal crole avec Louini Fontal


00 Mlodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques :
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Littraire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invits du Jour
Mlodie Matin chaque samedi est anim
par Fquire Raphal


Le disque de l'Auditeur
animation James Prdvil

Le Midi
informations avec Laury Faustin

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
Mlodie & Company
Dveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart
Amory Sabor con Luciani

Soir Informations

Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael reoit ses invits
Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succs populaires hatiens


12:00-12h30


12h30-2h00


2h00-3h00


3h-5hpm



5h00

5h 30 pm


7h-8h30

8h30-9hoo

9h00 10h30



9h00 etaudel


e4 fte4 4frit ~L ea 7/tacQi~ae


7 bis u pisPrta-ric, at
T.*(0)221896/22186 /22-86 /22-00 FxI50)22112
E-al eo iefg omI.I sL w.aiiena:heco
Lirir f ogre #* N 06-39


En Rrpf


(... suite de la page 2)


Seulement aprs le tsunami en dcembre 2004 que le DEC avait ramass plus d'argent
Au total 101 millions de livres sterling, ce qui quivaut 152 millions de dollars, ont pu
tre collects pour Hati.
Cet argent sera dpens pendant trois ans par des agencies humanitaires pour fournir
de l'eau, de la nourriture aux populations sinistres et installer des sanitaires.
L'appel du DEC, relay par la BBC, sera ferm fin Juillet.
Nous sommes fiers, dit le Disasters Emergency Committee, qu'il n'y a eu aucune
pidmie aprs le sisme et c'est grce notre travail de 'sanitation' accompli dans les
camps et ailleurs.
Mais il y a plein d'autres choses encore faire. "Les gens ont besoin d'un emploi
pour payer leur loyer, pour rparer ou reconstruire leur logement. Il faut commencer
par le dblayage des dbris et cela cote cher".
Le DEC (Disasters Emergency Committee) est l'organisation coiffant plusieurs
agencies d'aide incluant ActionAid, La Croix Rouge britannique, Care International
UK, Christian Aid et Islamic Relief etc.

Bill Clinton confie au magazine ESQUIRE ses intentions concernant
Hati
Ces citations sont tires du journal Esquire.
D'abord Clinton prend l'engagement de consacrer trios ans de sa vie Hati :
" Je ne veux pas tre naf, dit-il. Cela va tre difficile. Mais cela n'exclut pas que aprs
plusieurs incidents cardiaques et mes 63 ans, je me prpare passer mes trois
prochaines annes travaillant sur le dossier HAITI. Ils veulent exactement ce qu'il
faut, vous savez, the right thing pour leur pays".
Concernant les operations de nettoyage :
"Vous avez certainement entendu dire qu'il va nous falloir deux ans et demi pour
nettoyer les dbris encombrant Port-au-Prince. Mme si nous avions notre
disposition des milliers de camions travaillant 24 heures sur 24 ... il faudrait ce temps-
l, cause du volume que nous avons dblayer. Il faut prendre en consideration le
fait que les routes sont mauvaises et qu'il faut transporter les dbris hors de la ville
pour ne pas aller encombrer un autre quarter et tout a. Aussi je suis arriv obtenir
d'eux qu'ils travaillent bloc parbloc. Prenons un bloc de 2 mtres carrs, par example.
Et disons qu'il y a 20 blocs analogues dans le quarter. On ramasse les dbris bloc par
bloc et on les emmagasine sur un bloc du quarter. Vous dblayez donc les autres
blocs et encourage les gens reconstruire leur maison sur le terrain dblay. Vous
pouvez utiliser une loterie pour dpartager les terrains dblays. Si nous arrivons
mettre des gens au travail, je pense que cela fera une immense difference".

Sur les Hatiens :
"Ce qui frappe c'est qu'ils coutent quand vous dites que vous allez faire des choses
et je tche de ne pas trop promettre et de respecter ma parole. Je suis persuade que si
jamais je ne tenais pas mes promesses, les gens me tourneraient le dos. C'est pourquoi
je me rveille chaque matin avec des battements de coeur l'ide de ce que je devais
faire et que je ne puis pas encore faire.
Les Hatiens ne sont pas organiss. Ils ont besoin de structures organisationnelles
pour pouvoir raliser davantage. C'est ce que j'essaye de faire. Je voudrais que
chacun puisse prendre conscience des diverse alternatives.
Je voudrais qu'ils ralisent que Hati peut devenir un pays auto suffisant concernant
l'nergie. Je voudrais que les Hatiens apprennent tout recycler et utiliser le reste
pour servir d'nergie. Est-ce que ce ne serait pas magnifique que Hati puisse devenir
le premier pays de la terre tre 'wireless' ? Et cela, ils le peuvent, moije vous le dis".

Mais par o commencer?
" Le systme de sant. J'avais l'habitude de dire qu'il devrait tre reconstruit. Mais je
me suis aperu qu'il n'y en ajamais eu dans le pays. Donc il faut le construire."
Et puis, il va nous falloir refaire les infrastructures, il va nous falloir rebtir le systme
agricole."
" I va vous falloir commencer l o vivent les gens maintenant, c'est dire dans les
camps. Nous avons besoin de plus de propret. Nous avons besoin de crer
davantage d'emplois. Il nous faut maintenant commencer avec la reconstruction. Puis
faire aussi quelque chose concernant l'ducation, mettre de l'argent entire les mains
des pres et mres de famille. Propos tirs du magazine amricain Esquire.
(EN BREF / p. 16)


Page 14


l.
I!


D
.

R-
T


m iiuuli aiuiu -VUI%-",IV IN /--


T





Mercredi 14 Juillet 2010
Hati pn Marnhe Vnl XYY T No


Ti Gout pa Ti Gout Lik.lt .n\liMu/I


VAKANS NAN PEYI LAKAY

VAKANS NAN PEYI

ETRANJE

Mwajen, mwajiye poujens-la nan peyi lakay, se 2
pi bl mwa nan kalandriye-a. Liv jete nan youn kwen, tenis
boyo tounen tralalap, se l pou timon yo bay k yo ekzeyat.
Yo pwomennen monte desann tout lasentjounen. Yo monte
svolan, yo jwe toupi mennen nan pk, yo teke mab...F
kous bisiklt; yo swe kou pitit bouki nan soly midi; yon ak
kouri dy lt ... Men pa p non, granmon yo ap veye, papa
, manman, grann ak vwazinay ap obsve tou sa k'ap pase. Se
epk timon al nan sinema ak ti zanmi yo osnon al nan bal
salon Monkonp-Makom. Se la y'al ploge, koze ak ti medam
yo, f ti bo nan fnwa; batay kon pete tou nan kozman f
jalouzi...
Anfen malgre nayklib gaye toupatou, mizik tout
kadans pou piyay se pa tout fanmiy ki kite pitit yo kit se fi, kit
se gason al nanbal ap rantre a 3- dimaten. Si pa gen granmon
ki ap akonpaye-w, enben se chache youn kote pou mete k-
w. Nan epk vakans se l timon rantre nan eskout. Y'al nan
kan kote yo gen youn CP (chef patwouy) f jwt ak yo, f
fedkan, aprannyo kuit manje, aprannyo naje, pale an semaf
aprann yo f ne nan kd opwen si ou kite youn eskout mare-w
se pa nenpt ki mon ki ka demare-w. Eskout ak Gid nan peyi
lakay an epk lontan se te ekip sekouris ki pare pou reponn
prezan pou ede popilasyon-an. Day se deviz yo. Scout
toujours? yo reponn Prt... Lakay se te blbagay wi, timon
kou granmon al laplaj osnon al benyen larivy. Y'al f piknik,
manje kann, manje mango, f lago-lago pike nan gwo basen,
al larivy lobe voye dlo yon sou lot. Alabl bagay se l
timon an vakans lakay !
Sa se lakay. Se konsa sa te konnye lakay l lakay te
lakay men kijan vakans ye pa b risit nan peyi etranje, an nou
di nan sosyete meriken nan Miyamijounen Jodi-a ...Adyeeee !
pawl anpil machw gonfle... Pab risitjounen Jodi-a, timon
yo lage kon kabrit nan savann. Manman ak papa al travay,
timon pa chita nan kay la, lekl lage, chat pa la rat ak bay
kalinda. Timounyo mete kay la tt anba. Chanm yo si yo gen
chanm outadi depo book: soulye, grenn chost, pantaloon
sal, wb sal tout lage at, dra sou kabann yo tounen kt
kabann outadi kabann prizonye... dra pati kwichi, anpandyos,
zrye youn b, pijama youn lot b... L yo rantre sot
pwonmennen, yo fatige, yo monte kabann yo dmi ak tout rad
sou yo. Pil rad sal f piramid. Kanta pou asyt, ajantri ak gode
se pil sou pil pou manman lave pou yo. Yo envite zanmi vin
gade televizyon osnon vin pase wikenn ak yo.. .Yo manje nan
chanm nan, tenis yo, gwo tennis gwo non ki koute tt ng,
paske yo pote non atis Maya Annjelo te dekri nan powm li-a,
lage toupatou, sant mayas anvayi tout kay la. Ekondisyone
ap ponpe frech 24/24 plis 2-3 vantilat ap woule, limy limen
toutjounen. Kay latounenyounfannal gwo soly midi. Kanta
pou Frijid menm menm se louvri-fmen alaminit. Lt akji pa f
de jou. Vire tounen bouch yo ap mache, e si gen des nan
friz-a menm tankou krm alaglas osnon pitza, se nan young
bat je, tout bagay sefwe. Timon yo pa bay maykwowev-la
youn chans pou l'respire...
Timon nan peyi isit nan epk vakans adyeeee! tt
chaje, s'oun bann ti mangouyan anndan kay la. Epitou, yo
nan lari y'ap mache monte desann sa y'ap regle pesonn pa
konnen. Gen menm nan yo, kanson yo anba tivant yo, san
sentiwon, kalson ekspoze ovan tankou rad prizonye, Yo kenbe
komisyon yo kon grap rezen outadi se Michael Jackson k'ap
danse Pop. Kanta pou ti medam yo menm nou vle di kk nan
yo_ se youn zaf de kilt tikd tankou chwal sangle, fouk
pantalon byen kout, y'ap sikile ak tatou sou dey yo... Osnon
tete manml gonfle prt pou eklate nan lestonmak yo.
Kanta pou jenn gengenn yo menm, y'al nan South
Beach, y'al nanbal, y'al nan sinema ak mennaj yo, yo rantre
2-3 dimaten. Yo pa p ni dyab, ni lougawou, ni vol, ni
asasen. Yo rantre l lide yo di yo. Yo gen kle kay. Yo gen kle
vwati. Epi alew ki sinema? S'oun GPSpouyo ta mete souyo
pou paranyo ta ka konnen ki mouvman k'ap regle... Plis ank,
nan epk vakans, mesyedam yo pale nan telef6njouk yo sou.
Telefn nan kole nan zory yo kon karapat; yo pale, yo ri, depi
yo levejouky'al kouche epi kisay'ap di ? Ki koze k'ap pale, se
chuichuichui, ou mt kole zory ou pa p' tande. Epitou si se pa
konvsasyon nan selila, se tks mel k'ap pouse ale-vini tankou
yo di y'ap ;i. ',,i sksing, tuit,fesbouk... Ansm se gwo
koze e l yo chita devan konpit-a, wa pa kouzen yo. Dwt yo
si tlman rapid, ou mt chita sou kote yo, ou pa sa ni w, ni li
sa k'ap ft nan konpit... Malgre paran yo ka mete kontwol
sou konpit yo pou timon yo pa gade nenpt ki program
men adye pv paran yo kisa yo konnen nan konpit? se la laj
yo. Se pa epk yo... Day depi youn paran kole nan kozman
telefn selila ak konpit se lajens yo, se timon yo rele pou
vin ede yo... Timonyo ka demonte konpit-a pys-pa-pys.
Yo konn tou sa ki anndan vant li... Als m'pa bezwen di nou.
Olye se paran k'ap Mennen; se timon yo ki sou volan
kamyont la... Kidonk Lekl lage ttkale!
Men kijanjens nou-an ap boule nan kilti meriken-
an. L yo fenk vini, se tankou sent Nitouch yo; pa ka kase
youn ze. Yo pa menm ka pale. Enben, ba yo 3 mwa, w'a w
long yo... Yo gentan pale Angle kon rat. Yo konn tout wout.


Tout magazen. Tout nayklib. Tout program nan
konpit.. .Alske Granmonyo ki isit depi dikdantan sl wout
yo konnen se wout travay yo ak al nan makt.
Kidonk, malgre tou sa nou sot dekri la-a nan epk
vakans lan, fk paran yo veyatif. Louvri je nou. Chache
konprann sa k'ap ft nan kay la, chita pale ak mesye-dam yo.
Kontinye ba yo bon prensip. F yo konprann san nou pajoure
depi yo anba tonl kay ou, se pou yo konfme yo ak prensip
fanmiy lan. Fk timon yo konprann menmsi yo fet isit gen
yon seri prensip, youn seri val familyal ki nan kilti nou nou
pa kab lage. Menmsi yo pote bon nt nan kan yo... Pa kite
yo kase kod. Mete kontwl. Kenbe tout bl val edikatif ak
bonjan levasyon nou resevwa nan men manman nou ak papa
nou osnon grann nou. Se youn obligasyon pou n' pase vale
moral sa yo bay timon yo... Ya babye; Y'a plenyen; Y'ap
rayi-w... Men demen l yo gen pitit pa yo y'ava remsye-w.
Jan Mapou (Jen 2010)
mapoujan bellsouth.net



KORESPONDANS
(Michel-Ange Hyppolite-Otawa)

Tks mwen ekri la-a se repons mwen bay Jean-Marie
Mondsir, youn kreyolis dyanm nan rejyon Otawa-a, sou
kesyon maskilen akfeminen nan lanng kreyl Ayiti-a

Se mwen ank ki retounen sou labal granm maten-an.
Mwen vle retounen sou asp feminen nan mo kreyl nou-yo.
Eske prensip feminen epi maskilen-an vrman ekziste nan
fondas kreyl6Ayiti-a? Nan reflechi mwen yswa, mwen remake
atik ki genyen nan lanng kreyl Ayiti-a pa endike le genre.
Kit mo-a kmanse ak le oubyen la an franse nou toujou
di la oubyen lan nan lanng krey1 Ayiti-a. Sa vle di af
genre des mots nou jwenn nan panyl, franse elatriye pa
ekziste nan kreylAyiti-a. Nan lanng kreyl6-la se silab final-la
ki pral endike si pou nou di la oubyenlan. Se pa maskilen
oubyen feminen-an menmjan ak franse, panyol eksetera.
Kounye-a, ou pral made tt-ou kil pou ou di la,
ki l pou ou di lan.? Poutan, ou f li chak fwa ou ap pale. Se
sa ki f lenguis ki rele Chomski-a di: pou youn mounn natifnatal,
gram lanng-lan nan tt-li. Nou aplike rg-yo san nou pa
konnen.
Men rg-la: L youn mo fini ak youn son nazal nou
mete lan, nan oubyen an dy li. L mo-a fini ak youn
son ki soti nan gj ou mete la, a. Ekzanp kreyl Ayiti-a.
Ou pa di kreylAyiti-la. Se sl youn etranje ki ap aprann kreyl
ki kab di sa. Konsa, chanjman nou genyen nan atik defini-yo,
se pa le genre du mot ki ban nou yo.
Nou kab made kouman mwen f konn sa, se paske
mwen ta pe anseye youn maty ki rele kreyl nan kad kou
kreyl pou youn kredi Minist Edikasyon Ontaryo-a kreye.
Mwen dwe di nou, sa te pran mwen youn ti tan pou mwen te
sonje rg gram sa-a, poutan se tout lajounen mwen ap svi ak
li.
Mounn ki responsab fakilte lenguistik Ayiti-a genyen
pou devwa pou yo ekri gram kreyl-la. Se youn pwoj konsa
Jafrikayti, Jude, Hogu, Kaptenn, Vedrin, elatriye te bay tt-
yo pou youn rankont anndan Ayiti ak etidyan fakilte lenguistik-
yo nan ane 2004, men pwoj gram sa-a ( nou pa kab di gram
sa) te mouri depi nan planifikayon-li, paske kanmarad REKA-
yo te make nan serye-yo. Mwen pa konnen rg ki anpeche
mwen di: gram sa. Si mwente konnen li, mwen ta pataje li ak
nou. Pett Pimich, Yvon Lamour oubyen Plasid ki etidye
lenguistik va ede nou ak sa.
Men youn lot kote ank koze le genre pa ekziste
pou nou nan kreyl Ayiti-a, kant li ekziste nan angle, franse,
panyl elatriye. Mwen vle pale sou koze pwononpsonl kou:
il, elle nan franse, oubyen he, she nan angle ak el
epi ella nan panyol. Nou pa gen varyasyon sa-yo nan kreyl.
Nou senpman di li epi sa rete la. Kit se mounn ( fi kou
gason), kit se bt, se menm kout bwa-a. Mwen di bt, paske
nan angle, pou bt ak les objets yo di it.
Se tout remak sa-yo ki f, menmjan ak Pimich, mwen
kab ap poze tt mwen kesyon sou prezans konsp feminen-an
nan lang kreyl Ayiti-a. Nou konnen gason se houngan fanm
se manbo, pett, kondi Pimich, se pa lide feminen-an ki motive
chwa de mo sa-yo nan kreyl6-la. Mwen di li byen: pett, paske
mwen poko konnen.
Doktors epi dokt, vwazen epi vwazin eksetera, se
pett paske franse-a detenn sou kreyl-la.
Kounye-a, se estandadizasyon lanng-lan ki pral di
nou sa pou nou f: ske nou dwe rete nanbaz lanng afriken-yo
pou gram nou, l sa posib, oubyen akokiye nou ak franse-a?
Mwen di li byen wi: akokiye! Paske, gen anpil preposizyon
franse ki pa vrman kreyl epi nou tande yo souvan l mounn
ap pale kreyl. Genyen tou youn que (ke) nou jwenn nan
pale ak nan ekri kreylAyisyen-an, men ki pa neses nan lanng
krey61 Ayiti-a.
Mwen di akokiye, paske mounn ki ap f radyo nan
milye Ayisyen-an gen tandans touye nou ki se pwonon
psonl dezym psn pliryl-la an kreyl. Rezon-an, se paske
nou sa-a voye yo nan Nous franse-a. Sa lakz yo svi ak
ou, menm l yo ta dwe di nou l1 yo ap pale. Sepandan, si
yo ap pale enksyamman, se nou yo ap di.


Nous mangerons = nou pral manje
Vous mangerez = nou pral manje.
Abitid lanng franse-a anpeche sten Ayisyen ki pase
lekl, espesyalman mounn ki nan radyo, svi ak nou
pwonon psonl dezym psn pliryl-la nan lanng kreyl
Ayiti-a, paske dapr yomenm se pa sa yo ta dwe di.
Kidonk Jean-Marie, travay refleksyon-nou, analiz-nou
ak rechch-nou fenk tanmen gason.
M'ale
Kaptenn
Michel-Ange Hyppolite M.Ed
Kaptenn Koukourouj
Enseignant / Pwofes
Manm Sosyete Koukouy Kanada


From: Jean-Marie Mondsir pwgsc.gc.ca>
To: Kapten Koukourouj
Cc: jafrikayiti@gmail.com; Manz Choublak
fabiloz@hotmail.com>; jude jean-franois
judegardy@msn.com>; pimich@yahoo.com
Subject: Reyaksyon sou dokiman an
Kaptnn,

Mwen pran konesans dokiman an ki te atache nan
dny lt elektwonik ou voye bay o1t konpatryt yo pou
komant. Mwenjete koudy vit ft sou dokiman an e mwen f
yon kopi pou lakay. Reyaksyon pa m : prensip ou tabli pou f
o1t klg yo konprann ke lang kreyl la pran rasin li nan o6t
lang ke latin pa gen pwoblm. Tout moun rete kw yon lang ki
jnn tankou kreyl ayisyen an dwe svi ak o1t mo/tm/nosyon
ki tabli pou pmet mesaj la oubyen kominikasyon an byen
pase. Youn nan pwen pou n koze sou li, eske dokiman an vize
yon ekip pwofesyonl kap feraye nan domn kap etidye a.
Mwen ta renmen konnen : eske dokiman an vize tout moun
alawonnbad
(piblik la). Si se piblik la, mas pp la dokiman an vize
f6k nou chache rete pipr reyalite lokit yo pou mesaj la kapab
pi efikas.
Tou depann andyans/piblik dokiman an vize, sa a
pmt tradikt f chwa mo/tm/nosyon ki tradwi lespri tks li a.
Mwen konprann demach ou l w pa fin kl sou sans yon mo/
tm/nosyon franse, ou chche nan lang angle pou sezi sans
mo/tm/nosyon lan selon dokiman referans ou genyen. Mwen
dak ak remak ou f sou kesyon dinat ak konpit ki se 2
tm itilize nan reyalite peyi dayiti. Nou ka f menm demach sa
a pou telefnn selil, telefnn ptab, telefnn mobil elatrye.
Si nou vle f yon nmalizasyon tm teknik nan youn domnn
byen espesifik, fk nou ta rive f rechchbaze sou refleksyon
moun espesyalize ak dokiman referans nan domnn nan. Pou
koulye a pako genyen dokiman ki kapab svi referans sou
chwa mo/tm/nosyon nan yon domnn teknik. An reyalite se
ta sou otorite yon ganism leta pou travay sa ta rive ft yon
manny pou sa genyen plis val ak fs. Sinon se lave men siye
at, paske pap genyen okenn entitisyon kap fse moun respekte
tm ou nosyon teknik ki nmalize yo.
Genyen yon kote mwen pa fin dak avek ou se l ou
di feminen tradwi pa feml ou fanm e maskilen pa mal ou gason.
Se pa nan tout ka noujwenn reyalite sa w di yo, ann pran km
ekzanp : Anmore f anmorz, chant f chantz, dokt f
doktors divine f divinz, tripotye f tripotyz, vwazen f
vwazin, kouzen fe kouzin elatrye.
Apa remak sa yo mwen pa gen pwoblm ak ansanm
dokiman. Fk nou sonje, edikasyon nou ft nan lang franse
se tou dnyman dirijan tabli yon program kreyl la tou
bon vre nan anseyman prim peyi dayiti. Tout demach kap
fet dwe apspte km prensip reyalite sa-a. Se sa kif mwen
ap travay b kote pa n pou krete bon jan zouti kap svi
referans ak tout moun kap travay nan koze lang (tradikt,
entprt, tminolog, lengwis leksikolog elatrye).

Jean-Marie Mondsir



ENVITASYON
SOSYETE KOUKOUY Miami Inc. ap prezante MET
LAWOUZE, pysteyat 8-tablo ki youn adaptasyon woman
Jacques Roumain. Ot: Jan Mapou & Paula Pean-Clermont
Akt prensipal yo : Nadge Etienne, nan wl Anayiz,
Yolande Thomas nan wl Delira, Kiki Wainwright nan wl
Byenneme, Jacques Medard nan wl Mannwl. Gary Erneus
nan wl Larivwa, Anthony Bayas nan wl Jvilyen. Edeline
Clermont nan wl Matant. Mt Lawouze ap sou fm teyat
total ak chante konpozisyon montaj sou direksyon Kiki
Wainwright ak Dans sou direksyon Manno Merisier/ Nancy
St Leger
Mt Lawouze nan Gusman Performing Arts Theater
Dimanch 15 Out 2010. 7:00PM. Moso nan pwofi-a prale pou
konstriksyon Legliz Notre-Dame d'Haiti nan Little Haiti.
Achte biy nou bon nan Libreri Mapou.
Enfmasyon: 305-757-9922
Sponsored by: Miami-Dade Dept of Cultural Affairs;
H.A.L.O ( HaitianAmerican Leadership Organization) ; Libreri
Mapou, Notre-Dame D'Haiti Church, Komite 12-Janvye.


Page 15


rialui ulii ialuitu vu %-,,-IV N /-)


1





BACK PAGE


Mercredi 14 Juillet 2010
Haiti en Marche Vol XXIV No 25


./6/i/MfAI DA O Hru \L
~o~roe. L > ii~ i F% LL


MEN YON
GWO sATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
Ou TOUPATOU


CAPE lHAlIEN

SHArn


Ki VWA4YAJE CHAK
15 Jou POU awOctE
IlMAc=ANDIz ouDIREK
^AN AYnT cOU WAP ST
MARC ',oNrAIVES 9
CAPE HAM

~*!LBwoTKoCNNA"YEO WATr
I~ nnrr I;ObllCarrEIRIWCL


Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330


Fax ( G84 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398
Toll fire 1-877-845-8330 or 1-877-845-750

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
DirectIon: 14. to Exit No. 74 < 4th Stret ) Emt to Congramu Ave, to North on Congrmmu Ave to Martin Luth
Khrig Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making riglt hand urnm ) 1iM Rd takes you straight to the Port of Palm Bch
As soon you go over Old DIxie Hwy blefOb Guard Shack Make let Laft hand tumn you wlll Me ouer Sgn

Under New Management

Non Ia yoa iaove Bato MV MONARCH EXPRESS


En Bref...
(... suite de la page 14)
Hati Rpublique Dominicaine : Commission
Mixte Bilatrale et thmes de la prochaine
runion
Cette rencontre aura lieu la fin du mois de Juillet (30 ou 31
Juillet) et Port-au-Prince.
Carlos Morales Troncoso, Ministre des Affaires trangres
de la Rpublique Dominicaine, s'est flicit de la decision
des Prsidents Leonel Fernandez et Ren Prval de relancer
la Commission Mixte Bilatrale don't la premiere sance s'est
tenue Santo Domingo le 29 juin dernier.
Lors de la prochaine runion de la commission qui devrait se
tenir le 30 ou le 31 juillet Port-au-Prince, de nombreux
sujets seront l'ordre du jour, comme le dbordement du lac
Azuei, le commerce transfrontalier et en particulier l'entre
Ecoutez
Mlodie Matin
avec Marcus


Swww.radiomelodiehaiti.com j

Hati en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinire (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94't Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montral (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


des poulets dominicain sur le march hatien ou l'extension
du Plan Vert Quisqueya.
Morales Troncoso a dit que d'autres questions pourraient
tre includes dans l'ordre du jour, telles la sant, l'ducation,
la culture des deux pays, le traffic la frontire, les violations
des droits de l'homme, le commerce bilatral parmi beaucoup
d'autres sujets d'intrt pour les deux pays qui devraient


tre analysts avec d'autres acteurs spcialiss possdant
une vaste experience dans la question de la scurit la
frontire ou de l'immigration.


Page 16


lodie
103.3 f m


-INE




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 14 au 20 Juillet 2010 • Vol XXIV • N° 25 INSOLITEMondial: la pieuvre a tout pronostiqué, jusqu’à la victoire de l’Espagne Après l’élimination de l’Allemagne de la compétition, de nombreux Allemands ont réclamé une fin tragique pour Paul le poulpe, l’oracle le plus célèbre d’Allemagne, qui a prédit avec exactitude tous les résultats de la Mannschaft au Mondial, y compris la défaite en demi-finale contre l’Espagne. Cependant Paul a prédit aussi coup pour coup la victoire de l’Allemagne sur l’Uruguay pour la 3e place et aussi que c’est l’Espagne qui remporterait la coupe dimanche. Le céphalopode de l’aquarium d’Oberhausen a anticipé tous les résultats de l’équipe allemande depuis le début du Mondial quatre victoires et deux défaites, contre la Serbie puis l’Espagne. Avant chaque match, Paul se voyait présenter la même nourriture dans deux boîtes en plastique ornées du drapeau de chaque pays. Son choix a toujours correspondu à l’issue du match à suivre, au plus grand désarroi cette fois des supporters allemands. “Rien ne vaut le poulpe grillé”, estime Dolores Lusch, qui travaille dans une poissonnerie de Berlin. “Coupez-le en tranches fines et grillez-le sur toutes les faces avec un zeste de citron, de l’huile d’olive et de l’ail. Délicieux !” Peu superstitieux en général, les Allemands ont fini par croire aux pouvoirs de prédiction de l’étrange pieuvre. Les supporters ont eu le coeur brisé lorsqu’il a choisi l’Espagne, mardi, à la veille de la demi-finale. Les journaux et sites internet allemands ont reçu d’innombrables messages sur le sort à réserver désormais à Paul le poulpe. “Jetez-le dans la friture”, écrit le Berliner Kurier en écho à de nombreux autres journaux. Les choix de Paul ont fait le bonheur de la presse internationale. Les chaînes de télévision allemandes les ont même retransmis en direct. Vendredi, le poulpe a désigné avec exactitude l’Allemagne comme devant être le vainqueur du match pour la troisième place entre l’Allemagne et l’Uruguay ainsi que l’Espagne comme vainqueur de la finale entre l’Espagne et les Pays-Bas. Une porte-parole du centre aquatique d’Oberhausen a précisé que “rien de fâcheux” n’arriverait au plus célèbre céphalopode au monde, dont les pouvoirs de prédiction pourraient être mis à profit dans d’autres disciplines. Séisme: 6 MOIS APRESMercredi 7 juillet 2010 Près de six mois après le terrible tremblement de terre qui a dévasté Haïti, les besoins des sinistrés restent immenses. Encore aujourd’hui, le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge doit fournir 2,4 millions de litres d’eau potable par jour. « Ce n’est pas le rôle de la Croix-Rouge de donner de l’eau potable à 280 000 personnes tous les jours [...] On sait très bien que si on arrête de le faire, on aura un énorme problème humanitaire de santé publique sur les bras, donc on ne peut pas ne pas le faire », explique JeanPierre Taschereau, délégué de la Croix-Rouge canadienne. Lors d’un bilan de ses opérations en Haïti, mercredi matin, l’organisme humanitaire a indiqué avoir aidé 896 000 personnes depuis janvier dernier. (RECONSTRUCTION / p. 7)Préval et la société civile devraient pouvoir s’entendreMIAMI, 10 Juillet – Un dialogue de sourds règne en ce moment entre René Préval et les organisations dites de la société civile. Contrairement aux partis politiques de l’opposition (y compris Fanmi Lavalas de l’ex-président en exil JeanBertrand Aristide) qui exigent le départ du chef de l’Etat qu’ils considèrent comme manquant de crédibilité pour (SOCIETE CIVILE / p. 4)Les ONG peuvent-elles influencer le vote de la population?PORT-AU-PRINCE, 9 Juillet – Comment des ONG peuvent-elles influencer les prochaines élections ? Elémentaire. Elles sont actuellement indispensables à la survie de la population. Il ne leur est donc pas impossible d’intéresser celle-ci à voter dans un sens qui serait plus favorable à leurs intérêts. Malgré leur statut de sans but lucratif. C’est du moins la mise en garde qui a été lancée la semaine dernière lors d’un sommet de la Caricom (Communauté caraïbe) se tenant à la Jamaïque et auquel le président René Préval a participé pour une journée. Selon le Premier ministre de la Dominique, il (ONG / p. 6)Pour sauver le patrimoine national“Haïti sur Scène” et la chorale des enfants de Kenscoff ont offert une belle soirée culturelle, le mercredi 7 Juillet, aux invités de la Première dame, Elizabeth Débrosse Préval, dans les jardins de la résidence présidentielle, à Laboule. Sur un air de comédie musicale, le spectacle a ravi l’assistance très impressionnée de voir l’aisance avec laquelle évoluent sur scène ces jeunes danseurs, chanteurs, acteurs, actrices point intimidés par un public aussi averti et qui n’était autre qu’une délégation de la Smithsonian mandatée par le président américain Barak Obama. La seconde partie de la soirée a vu défiler sur scène les invités d’honneur de la première dame, principalement la délégation de la Smithsonian Institution envoyée en Haïti par le président Obama (PATRIMOINE / p. 8) RUINES DE L'HOTEL MONTANA Lente et difficile reconstructionLa pieuvre choisissant toujours entre deux boîtes remplies de nourriture celle de l’équipe qui va gagner Ce qui reste de l’Hôtel Montana, le plus célèbre en Haïti jusqu’au séisme du 12 janvier 2010 (photo Haïti en Marche) 12 janvier 12 juillet 2010, des personnalités et institutions sont honorées pour leurs actions en faveur des victimes du séis me par le Président Préval et l'ex-Président Clinton. Parmi les lauréats, l'ex-Général Hérard Abraham et l'ex-Colonel Himmler Rébu (photo J. J. Augustin / HEM) Recevant la délégation de la Smithsonian dans la résidence présidentielle à Laboule, la Première dame Elizabeth Débrosse Préval (photo Marcus/HENM) Six mois après le séisme, Préval honore personnalités et institutions

PAGE 2

Page 2 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 EN BREF ... EN PLUS ... (EN BREF / p. 14) La microfinance haïtienne au bord du gouffreContributeur | Arnaud Poissonnier | 09/07/2010 Fragilisé à la suite du tremblement de terre, le microcrédit constitue pourtant un outil indispensable à la reconstruction de l’île. Le microcrédit en péril à Haïti. Cet outil de développement, basé sur l’octroi de petits prêts à des populations défavorisées, était très développé sur l’île avant le séisme du 12 janvier dernier. Les 70 principales institutions de microfinance (IMF) du pays accompagnent environ 400.000 bénéficiaires, apportant leur soutien directement ou indirectement à près de 2.000.000 de personnes (25% de la population). Cependant, et au regard du niveau de pauvreté en Haïti, le potentiel de développement de la microfinance reste réel, notamment dans certaines zones rurales ignorées des IMF, qui pour l’essentiel se sont concentrées sur les zones urbaines et périurbaines. Le potentiel est moins évident en zone urbaine où apparaissent des phénomènes de saturation, notamment à Port-au-Prince. C’est dans ce contexte que les IMF ont du faire face aux conséquences du séisme. Nombre d’entre elles ont subi des pertes humaines et opérationnelles importantes. Les pertes techniques de ces IMF sont estimées à une quinzaine de millions de dollars, ce qui fragilise les moins capitalisées d’entre elles. Logement détruits, stocks abandonnés, pillages... Dans certaines zones, on assiste à un arrêt quasi total des recouvrements et des déblocages de microcrédits. Le PAR 30 (portefeuille des impayés de plus de 30 jours) des IMF en zones sinistrées n’a pas tardé à s’envoler. Les IMF sont entrées en crise de liquidité. Faute de recapitalisation, certaines d’entre elles seront obligées de réduire la voilure de manière drastique. L’envolée des PAR s’explique aisément: les victimes du séisme ont abandonné leurs activités, leurs logements détruits, leurs stocks. La panique générale les a poussé à tout laisser sur place, le pillage a fait le reste. Les petits commerces, souvent financés par le microcrédit, ont été victimes de la mise sous perfusion du pays et l’effondrement du pouvoir d’achat. Cependant, la reprise progressive de l’activité depuis l’interdiction officielle des distributions alimentaires fin mars est plutôt bon signe et le taux des impayés semble se réduire un peu depuis quelques semaines. La crainte des retraits massifs Autre sujet d’inquiétude, le sort de l’épargne. Les ressources des plus grosses IMF du pays sont constituées de l’épargne de leurs déposants. Si les premières craintes de retraits massifs ne se sont pas matérialisés du fait de la peur des vols, elles semblent réapparaître au fur et mesure de la reprise de l’activité. Ce phénomène pourrait poser de graves problèmes de ressources pour une partie du secteur. Au final, les IMF que nous avons pu rencontrer à Haïti anticipent un taux de radiation définitif probable de 20 à 40% de leurs dossiers. Si cela se confirme au niveau du portefeuille haïtien global, estimé à 100 millions de dollars US, cela représenterait une perte potentielle 20 à 40 millions de dollars. Quelle stratégie les IMF peuventelles adopter? Elles doivent garder le contact avec les clients tout en leur proposant un plan de restructuration par injection de liquidités pour permettre une relance d’activité. Faute de trésorerie disponible, les IMF haïtiennes ne pourront engager cette restructuration de leur portefeuille. A terme, c’est toute l’économie informelle du pays qui risque de ne plus être financée. Le paradoxe de la relance et de la reconstruction Et pourtant, la relance rapide de l’activité économique dépend notamment de la capacité de la microfinance à y injecter des sommes significatives. A l’heure de la reconstruction, les programmes et financements en cours de discussion se concentrent en priorité sur l’urgence et sur la remise en ordre des infrastructures. L’économie informelle semble curieusement condamnée à devoir s’en sortir par elle-même. C’est, en effet, le paradoxe de cette crise: le pays vit essentiellement de son économie informelle mais l’aide se concentre sur les infrastructures. Le microcrédit est évidemment l’une des solutions pour relancer rapidement l’activité. Recapitaliser ses bénéficiaires par une politique de réechelonnement des microcrédits sinistrés et par l’injection de nouveaux crédits permettrait à une large population de micro entrepreneurs de se relancer. Financer une activité d’autosubsistance Certaines personnes, qui ont tout perdu, se sont installées en zones rurales chez des proches ou des parents. L’opportunité est grande pour ces familles de s’intégrer défininitivement dans les communautés locales si l’on pouvait leur permettre de financer une activité d’autosubsistance. Depuis les premiers jours de la crise, les pouvoirs publics et les organisations internationales appellent de leurs voeux la décentralisation, et rien n’a pu être fait par le microcrédit pour saisir cette “opportunité”. Faute de moyens, nombre de ces personnes frustrées ont du se résoudre regagner la capitale et la misère des camps… De leur côté, les IMF doivent trouver de toute urgence les ressources nécessaires à leur relance, mais elles sont confrontées à l’inaction ou à la lenteur des bailleurs internationaux. De bien sombres perspectives Il est donc urgent que l’Etat haïtien, la conférence des donateurs et les bailleurs institutionnels prennent conscience du problème.C’est une question vitale pour la relance du tissu économique informel du pays, notamment par le microcrédit. Si l’on additionne les besoins nécessaires des IMF en termes de restructuration (sièges effondrés, systèmes informatiques endommagés, etc.) et des besoins de reconstitution des portefeuilles de microcrédits, on parle sans doute d’une somme globale de l’ordre de 40 à 60 millions de dollars, à comparer aux 10 milliards promis par les Etats donateurs. Dérisoire, au regard de l’impact d’une telle aide. L’espoir est né il y a quelques semaines après l’annonce de la création par la BID (Banque interaméricaine de développement) du fonds “help”. Ce fonds, doté de 12 millions de dollars US, a vocation racheter à certaines IMF haïtiennes une partie de leurs créances douteuses afin de reconstituer leur fond de portefeuille. Si le montant de ce fonds demeure insuffisant, l’annonce de son lancement est un premier pas qui doit entrer dans sa phase opérationnelle immédiatement. Sousestimer la capacité de la microfinance à relancer l’économie d’Haïti serait, à n’en pas douter, une terrible erreur.12 Janvier – 12 Juillet 2010 : 6 mois après, Préval honore personnalités et institutionsSix mois après le terrible séisme du 12 Janvier, l’Exécutif haïtien a décidé d’honorer tous ceux à quelque secteur qu’ils appartiennent qui se sont distingués en portant secours à la population sinistrée après le séisme du 12 janvier. De nombreux invités sont attendus au Palais National et des décorations seront remises. Il y aura des représentant du Corps diplomatique, de diverses associations de professionnels, des artistes, des jeunes, des journalistes etc. Mais la rencontre du 12 Juillet se veut aussi un signal aux grands bailleurs pour que soit lancée la reconstruction véritable du pays. Dans cette optique, le ministère de l’Agriculture dit avoir lancé un programme favorisant l’achat de légumes et de denrées locales telles que riz, maïs, pois et autres denrées cultivées par les agriculteurs haïtiens, au lieu de continuer à recevoir la nourriture venant de l’étranger. Le gouvernement haïtien veut clairement indiquer qu’il nous faut passer à une autre étape et que nous ne pouvons pas rester stationnaires. Même si l’aide est nécessaire mais elle doit adopter une forme qui corresponde aux besoins de la population mais aussi du pays dans lequel elle vit.Visite de l’Administrateur de la USAID en HaïtiLe Dr Rajiv Shah, Administrateur de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), s’est rendu en Haïti vendredi dernier pour examiner les progrès réalisé par l’USAID, rencontrer les représentants de l’ONU et des dirigeants d’ONG. Dans le cadre de sa visite, le Dr Shah a également rencontré le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive, qui co-préside avec l’ex-président américain Clinton la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH). « Depuis les premiers jours après le séisme, l’USAID travaille en étroite collaboration avec d’autres agences du gouvernement américain, avec le gouvernement d’Haïti, la communauté internationale, et directement avec le peuple haïtien pour sauver des vies et commencer à prendre des dispositions importantes afin de reconstruire en mieux », à déclaré le Dr Rajiv Shah [...]. Les défis qui restent sont énormes, mais le gouvernement américain est profondément attaché et confiant dans le succès à long terme et la prospérité d’Haïti ».Le chef d’Etat major des troupes de l’ONU relevé de ses fonctions Le chef d’Etat major de la force militaire de la Mission de stabilisation de l’ONU en Haïti (Minustah), le Canadien Bernard Ouellette, a été relevé de ses fonctions par Ottawa, a indiqué vendredi le porte-parole du ministre canadien de la Défense. Jay Paxton, le porte-parole du ministre Peter MacKay, a fait remarquer que la décision a été prise par la hiérarchie” militaire canadienne, “en raison de l’incapacité du Colonel Ouellette à répondre ces derniers mois à la baisse de moral (des troupes) et à (maintenir) la cohésion des equips.” Selon le porte-parole, une enquête est ouverte dans le cadre de ce dossier.Visite du Coordonnateur des secours d’urgence en HaïtiJohn Holmes, le Coordonnateur des secours d’urgence et Secrétaire général aux affaires humanitaires adjoint des Nations Unies, sera en Haïti le 12 Juillet, visitant le quartier de Fort National où des maisons sont actuellement en construction pour héberger les sinistrés du Champs de Mars originaires pour la plupart de ce quartier. Puis il donnera une conférence de presse au Ministère de la culture. Le but de cette visite est de faire le point sur les secours humanitaires à la population.Fanmi Lavalas appelle à manifester à l’occasion des 57 ans d’Aristide8 juillet 2010(AHP) – La commission permanente de mobilisation de l’organisation politique Fanmi Lavalas annonce une manifestation pour le jeudi 15 juillet à l’occasion du 57ème anniversaire de l’ancien-président Jean Bertrand Aristide qui vit en exil en Afrique du Sud depuis son départ forcé le 29 février 2004. Selon Ansyto Félix, un membre de la commission permanente de mobilisation, cette manifestation sera organisée en vue non seulement de réaffirmer la solidarité des partisans et sympathisants de Fanmi Lavalas à leur leader Jean Bertrand Aristide mais également pour réclamer son retour au pays, la Constitution haïtienne ne reconaissant pas l’exil. Ansyto Félix a aussi indiqué que Fanmi Lavalas ne reconnait plus en René Préval, le président de la république, ni son autorité ni la légitimité du Conseil Electoral Provisoire (CEP) appelé à organiser les prochaines élections. Appelant les citoyens à prendre part en grand nombre à la manifestation du 15 juillet, il a réaffirmé la volonté de Fanmi Lavalas de continuer à lutter pour obtenir le départ du président Préval et de l’équipe gouvernementale.Un atelier pour structurer et coordonner la question des services sociauxP-au-P, 8 juillet 2010 [AlterPresse] — Un atelier sur le renforcement des capacités de l’Etat à assurer les services sociaux s’est ouvert ce 8 juillet au Club Indigo, à l’initiative du gouvernement haïtien. Cet atelier, qui doit durer deux jours, devrait aboutir à un pacte entre le gouvernement, les principaux bailleurs, et les fournisseurs non étatiques des services sociaux de base (SSB). Le gouvernement de concert avec ces principales institutions compte examiner les mécanismes de coordination possibles dans le domaine des SSB pour ensuite déterminer une structure de régulation adéquate garante du pacte attendu. Les autorités haïtiennes espèrent que cette structure aidera à garantir l’accès de la population à des services en éducation, santé, eau et assainissement. En même temps, cette structure pourra permettre la cohérence territoriale des acteurs non étatiques, la responsabilité, la transparence et l’efficacité des sommes investies. L’activité est soutenue techniquement par l’Organisation pour la coopération et le développement économique (Ocde) et le Programme des nations unies pour le développement (Pnud).Levée de fonds pour les sinistrés d’HaïtiLa BBC annonce que le DEC, Disasters Emergenc Committee, vient de ramasser la somme la plus importante dans son histoire pour aider un peuple en détresse, avec son appel lancé au lendemain du tremblement de terre en Haïti.

PAGE 3

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE Reconstruction : Les problèmes fonciers entravent la reconstructionLes différends au sujet de la propriété foncière, qui pourraient prendre des années à être résolus, entravent la reconstruction d'Haïti et découragent les indispensables investissements étrangers, disent les experts. Le Gouvernement d'Haïti et les organismes d'aide internationale s’organisent pour construire de nouveaux logements pour 1.5 millions de personnes qui vivent dans des camps de fortune. Mais avant même de pouvoir commencer à reconstruire, ils ont besoin de déterminer à qui appartiennent les terrains un défi majeur, après le tremblement de terre qui a tué quelque 16.000 fonctionnaires civils et détruit un nombre incalculable de titres de propriété et des dossiers du registre foncier. « La catastrophe a exacerbé les revendications foncières et cette situation va empirer. Avec près de 250.000 morts, l'héritage et la vente des terrains soulèvent de nombreuses questions. Le propriétaire est-il vivant ou mort? S’il est mort, y a-t-il des enfants ayant des droit à la terre? » , a déclaré Erik Vittrup, officier supérieur de l'Organisation des Nations Unies pour les habitations (ONU-HABITAT), basé à Rio de Janeiro. Les survivants qui squattent des maisons ou des terres privées, les besoins pour la construction d’écoles, de centres de santé, les projets de constructions de logements devraient augmenter, tout comme les conflits entre propriétaires et les expulsions des squatters. Un autre problème est l’accaparement des terres qui était endémique dans les bidonvilles avant le séisme et qui se généralise aujourd’hui par manque de clarté dans les titres de propriété. « Certaines personnes retournant dans leur foyer constatent que celui-ci est occupé par quelqu’un d’autre » déclare Erik Vittrup Le tremblement de terre n’a fait que mettre en lumière un problème de longue date, celui des droits fonciers mal définis en Haïti, conséquence d'un système judiciaire inefficace, deLes Haïtiens ont pris en main leur destinDidier Le Bret, ambassadeur de France en Haïti, dresse un premier bilan de la reconstruction en Haïti six mois après le séisme. En six mois, est-ce que les choses ont avancé ?(On avait annoncé des catastrophes humanitaires et des épidémies qui n’ont pas eu lieu, on a prédit le pire en termes de délinquance, mais cela ne s’est pas produit non plus. Mon premier constat donc serait que le pire n’est jamais certain dans ce pays. Les Haïtiens n’ont pas attendu l’aide internationale pour prendre en main leur destin : ils ont été les premiers à porter secours aux blessés et ils sont en train de reconstruire le pays. On n’a pourtant pas l’impression que les choses se soient franchement améliorées…(Il faut partir des choses objectives. La démolition a énormément avancé. Si vous regardez le nombre de maisons mises à plat, compte tenu des petits moyens mis en œuvre, c’est assez impressionnant. Le gouvernement haïtien a eu l’intelligence de privilégier la main d’œuvre locale pour ces travaux. C’est un choix qui donne effectivement l’impression que les choses n’avancent pas, mais, en donnant du travail à la population de Port-au-Prince, cela contribue à la paix sociale. L’autre question, c’est le relogement…(C’est effectivement un grave problème. Et personne ne sait construire des milliers de maisons en dur avant que la saison cyclonique ne batte son plein. Les besoins sont en effet immenses : si l’on se base sur des maisons en dur à 10.000 dollars, il faudrait 2 milliards de dollars pour reloger les familles qui sont aujourd’hui sous les tentes. Pour l’heure, je pense que l’urgence serait, en plus des abris “transitionnels” ( bois et tôle, ndlr ), de réhabiliter au plus vite les maisons qui tiennent encore debout. Les bailleurs de fonds ont promis des milliards de dollars. Mais on a du mal à en voir l’utilisation sur le terrain…(Je vais prendre l’exemple de l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince. On est encore aujourd’hui dans une structure très réduite, alors qu’il s’agit d’une véritable vitrine pour le pays. Mais il faut se rendre compte que même en allant vite, il faut au minimum un an et demi pour sortir un aéroport de terre. Les élections vont-elles changer quelque chose ? (Elles peuvent tout changer. Il faut que les Haïtiens restent au cœur du processus de reconstruction. Les prochaines élections sont l’occasion de donner une gouvernance forte au pays, qui pourra mener à bien les projets de reconstruction (PROBLEMES FONCIERS / p. 10)Ambassadeur de France en Haïti, Didier Lebret (photo Robenson Eugène) L ’EVENEMENT Mondial : La pieuvre a tout pronostiqué, jusqu’à la victoire de l’Espagne p.1 6 MOIS APRES ! Lente et difficile reconstruction p.1 Les camps du Champ de Mars sont là pour longtemps p.5 La frustration augmente ... p.8 POLITIQUE Préval et la société civile devraient pouvoir s’entendre p.1 L ’ET A T C’EST QUI ? Les ONG peuvent-elles influencer le vote de la population ? p.1 CUL TURE & IDENTITE Pour sauver le patrimoine national p.1 ECONOMIE La micro-finance haïtienne au bord du gouffre p.2 Les problèmes fonciers entravent la reconstruction p.3 Agriculture : 300 millions promis p.6 MEDIAS Attention aux pirates des ondes ! p.7 SANTE Sida : une découverte relance l’espoir p.11 LIBRE PENSER Civisme p.12 ENVIRONNEMENT Les OMD (3) p.13

PAGE 4

Page 4 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25UNE ANALYSE Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak MiddleEast. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. Préval et la société civile devraient pouvoir s’entendrel’organisation des prochaines présidentielles et législatives, la société civile ne demande le renvoi que du Conseil électoral provisoire (CEP) et son remplacement par une nouvelle équipe composée de personnalités plus indépendantes et non affiliées politiquement (voir Haïti en Marche, Mercredi 30 Juin, Vol. XXIV, No# 23, p. 12). Le Président Préval n’a pas répondu directement à cette proposition. Cependant, dans un arrêté, il reconduit d’office l’actuel CEP pour la tenue des prochains scrutins. Pour l’instant tout semble à nouveau bloqué. La lune de miel de la Coupe du monde de football étant terminée. Les partis politiques, dont Fanmi Lavalas qui Revenus à la case départ …Au fond nous sommes revenus à la case départ, c’està-dire une situation semblable à celle qui régnait au moment des dernières présidentielles il y a 5 ans (février 2006). Et où il y avait d’un côté les mêmes partis d’opposition et les mêmes organisations de la société civile, et de l’autre un candidat nommé René Préval qui a réussi à remobiliser la grande masse en sa faveur celle-ci de son côté en profitant pour se libérer des griffes de ceux qui avaient renversé le président Aristide par la force le 29 février 2004 et qui dominaient le gouvernement provisoire chargé d’organiser les élections. heureuses). Cependant le président Préval est aussi l’initiateur des Commissions présidentielles impliquant tous les domaines vitaux de la vie nationale : sécurité, éducation, justice, nouvelles technologies, compétitivité, réforme constitutionnelle etc.Une sorte de ‘shadow cabinet’ …Ces commissions ont pour la plupart fait une œuvre de réflexion qui peut se révéler d’autant plus utile aujourd’hui qu’il s’agit de reconstruction du pays. Or la plupart de leurs membres appartiennent à la même société civile. Le président Préval a-t-il insuffisamment exploité cette filière Commissions présidentielles ? Aurait-il dû profiter, par exemple, des problèmes causés par le séisme pour les refondre au sein d’une sorte de ‘shadow cabinet’ (gouvernement parallèle) en vue de mettre justement en exécution leurs rapports, du moins ce qui mériterait de l’être, et passer ainsi des mots aux actes ? Et donner véritablement une reconnaissance à la société civile aux yeux de la Nation. C’était l’occasion ou jamais.Esprit de clan …Mais de son côté aussi, ladite société civile n’a pas fait suffisamment d’effort d’ouverture. Par exemple ce sont les mêmes organisations qui la présidaient pendant les années tumultueuses 2004-2006 qui continuent à signer aujourd’hui ses communications et notes de presse. D’où cette même impression de distance avec la majorité qui a fait pencher celle-ci aussi massivement dans l’autre sens il y a 5 ans. Une sorte de nomenklatura. D’autres diraient de clan ou même de mafia ?Un jeu sans aucun enjeu …Aujourd’hui beaucoup d’eau a coulé et sous tous les ponts. Préval peut difficilement remobiliser les masses, même sur le thème de la reconstruction puisque n’en détenant pas lui-même la clé ; la société civile continue de se comporter en un clan toujours aussi fermé comme pour mieux protéger on ne sait quels privilèges tandis que les partis politiques de l’opposition ne savent pas trop s’il convient de s’opposer à Préval ou au CEP ou aux casques bleus onusiens ! La différence c’est surtout, contrairement aux présidentielles de 2006, la population totalement absente du jeu politique qui à ses yeux n’est qu’un jeu ne représentant aucun enjeu. Les acteurs locaux brassent du vent, n’ayant aucune prise sur la réalité laissée par le séisme. Alors comment mobiliser pour des élections qui doivent avoir lieu dans moins de 5 mois ? A moins que cela ne soit pas vraiment nécessaire et que finalement tout ça ne soit aussi qu’un jeu … Haïti en Marche, 10 Juillet 2010Stratégie concertée ou nouveau rapport de forces ? …Aujourd’hui c’est à nouveau Préval contre les mêmes qu’en 2006. En même temps, ce n’est pas tout à fait la même situation. Sauf si l’apparence est trompeuse. Marronnage haïtien oblige ! En tout cas, les positions de la société civile, comme on vient de voir, n’épousent pas totalement aujourd’hui celles des partis de l’opposition. Stratégie concertée ou nouveau rapport de forces ? Il est trop tôt pour se prononcer. D’un côté, la conjoncture est encore plus fragile qu’en février 2006 avec d’une part les séquelles du séisme qui nous maintiennent constamment sur le fil du rasoir et d’autre part une influence encore plus marquée quoique très adroite de l’international sur le jeu (et les enjeux) politiques : personne ne peut ignorer que Washington aura son mot à dire dans l’élection du futur chef de l’Etat, plus que jamais depuis la chute du régime Duvalier en 1986 et que les Etats-Unis tentent vainement depuis de placer leur homme, ce qu’on appelle en Haïti le ‘candidat américain’ de Marc Bazin (présidentielles de 1990), récemment disparu, à X ou Y. Mais difficile cette fois-ci d’y échapper … sans mettre en péril les milliards de la Reconstruction !La politique de la réconciliation …Mais la position plus modérée aujourd’hui de la occupera le béton le 15 juillet pour marquer le 57e anniversaire de naissance d’Aristide (rien que ça), appellent à relancer la mobilisation anti-gouvernementale. D’autre part les milliards promis par la communauté internationale pour la reconstruction du pays dévasté par le tremblement de terre du 12 janvier dernier, ne se sont pas matérialisés, alors que seule une création massive d’emplois pourrait désamorcer la querelle politique inévitable à l’approche des élections fixées au 28 novembre 2010.Possibilité de ‘moyenner’ …Cependant il aurait dû exister une possibilité de négocier (de ‘moyenner’, comme disent les Québécois) les positions du président Préval avec celles de la société civile puisque celle-ci ne s’en prenant pas directement au chef de l’Etat. Mais les deux continuent de se regarder en chiens de faïence, et la crise politique de rebondir, l’épreuve de force entre l’Exécutif et les partis de l’opposition menaçant d’empoisonner totalement une atmosphère qui aurait dû être dominée de préférence par les efforts pour sortir le pays des décombres, autrement dit des désastres causés par le séisme qui en plus d’avoir enlevé plus de 250.000 vies a détruit 120% du PIB et jeté près de 1,5 million de compatriotes à la rue. Cependant ni Préval ni la société civile ne semble pour le moment prêt à faire le premier pas. Et le temps presse. (SOCIETE CIVILE... suite de la 1ère page) société civile tient peut-être aussi que des passerelles aient pu avoir été établies pendant le second mandat de Préval. En arrivant à la présidence en 2006, celui-ci lança la politique de la réconciliation. On met toujours l’accent sur l’expérience avec les partis politiques dans le partage des portefeuilles gouvernementaux (qui ne fut apparemment pas des plus Des manifestants anti-gouvernementaux promettent de redescendre dans les rues tout de suite après la coupe du monde de football (photo Robenson Eugène) En février 2006, l’évêque sud-africain Desmond Tutu, depuis le balcon de l’hôtel Montana, parle aux milliers de manifestants défendant leur vote en faveur de René Préval

PAGE 5

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 5 DE L’ACTUALITE Les camps du Champ de Mars sont là pour longtempsPORT-AU-PRINCE, 23 Juin – Les camps des sinistrés du séisme du 12 janvier ne sont déjà plus les mêmes. Nous parlons spécialement de ceux situés en plein Champ de Mars, la principale place publique de la capitale. Six mois après le cataclysme, les camps du Champ de Mars ne sont plus des structures aussi provisoires qu’avant mais semblent présenter tous les aspects pour s’installer dans la durée. Deux ans, trois, quatre ans ou plus. Surtout si on les compare avec les quartiers où habitaient ces déplacés avant le séisme et qui n’avaient rien si ce sont les déplacés eux-mêmes. Ou un programme cash for work qui emploierait les résidents du camp eux-mêmes pour cette tâche ! Nous ne savons pas si c’est spécial à Haïti mais s’il n’y avait les tentes, on aurait crû plutôt que c’est un énorme ‘flea market’ tellement ce n’est partout que étals de vendeuses très achalandés, petits restaurants servant les trois repas du jour l’odeur de fricot vous accueille depuis la rue étant, et les principaux clients viennent de partout et ne sont pas des résidents du camp. restés au même point, pensant que bientôt les camps du Champ de Mars seront vidés avec la ‘délocalisation’ des gens vers les camps mieux ordonnés mis en place en dehors de la capitale, les Camps Corail, Tabar Issa et autres. Nous, nous sommes restés prisonniers de la propagande. Eh bien nous nous trompons lourdement. Apparemment les camps au Champ de Mars sont là pour durer. Ne serait-ce que parce qu’il est difficile de reconstituer tout l’ensemble de bon voisinage et de familiarité (et surtout de On voit ces dernières assises bien habillées en train d’écouter. La vie dans le camp n’est donc pas totalement oisive, ni forcément ennuyeuse. Maintenant nous vous disions : pourquoi les gens accepteraient-il d’être déplacés, pardon ‘délocalisés’ ? Sauf à obtenir un toit bien à eux, mais c’est pour quand ( ?), rien d’autre ne pourrait les convaincre. Ou alors, et c’est notre conclusion, la seule chose qui soit capable de leur procurer à la fois un toit, la santé, et le reste. C’est un emploi. Oui, la seule alternative qui soit capable de restituer le Champ de Mars à sa destination première de plus grande place publique de la capitale et de Place des Héros de l’Indépendance ce sont des emplois. Il ne reste plus que la création massive d’emplois pour pouvoir déplacer cette nouvelle armée qui campe au pied de Toussaint, Dessalines, Pétion et Christophe. Tout le reste n’est que propagande. Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince S’il est un signe qu’on est déjà loin de ce qu’on appelle la phase d’urgence, ce sont les boutiques de manucure et pédicure qui fleurissent également partout, longues tresses de cheveux implantées … On comprend qu’il y ait tant d’hommes attablés le long des allées jouant aux dominos et n’arrêtant pas de faire des réflexions à haute voix sur les passantes. C’est le nouveau passe-temps de nos cohortes de chômeurs. Mais pas tous. Il y a aussi des échoppes de cordonnier et de tailleur et autres et qui fonctionnent à plein. Une vraie petite ville. Tout doucement c’est donc toute une vie qui s’est reconstituée. Et nous ne voyons pas encore comment cela pourrait prendre fin. Aujourd’hui même la section des chiottes qui ne vous met pas en fuite. Mine de rien il y a d’importants investissements qui ont sûrement été faits pour arriver à avoir ce contrôle même minimum de la situation. D’abord l’eau. Si le camp ne pue pas, c’est qu’il y a beaucoup d’eau qui est un élément essentiel de la assainissement. En comparaison, allez voir comment cela se passe dans les quartiers dont la plupart des sinistrés sont originaires ! Aussi vous ne manquerez pas de vous poser la question : était-il nécessaire d’avoir une telle hécatombe (près de 300.000 morts) pour reconnaître que l’eau est indispensable à la vie. Nous ne pouvons vous dire s’il y a un service de voirie qui s’occupe de maintenir ce minimum de propreté. Ou de meilleur. Au contraire ils bénéficient aujourd’hui de services qu’ils n’ont jamais connu. Le changement s’est effectué à différents niveaux. D’abord après le séisme on se battait pour trouver une place et cela avait créé une terrible anarchie. Aujourd’hui c’est comme des quartiers bien établis où chacun vit dans sa tente comme dans sa maison dont il serait propriétaire attitré. Comme dit le créole : ‘chè mèt, chè mètrès.’ Et l’on vit en bon voisinage. A tel point que vous pouvez traverser le camp d’un bout à l’autre, les voies de passage sont bien délimitées. Et dans tous les sens. Et l’on ne sent aucune menace d’insécurité. Deuxième observation, puisqu’il y a un peu plus d’ordre, cela rejaillit sur la assainissement. Avant on ne pouvait pas s’approcher du Champ de Mars car cela puait à mille lieues à la ronde. sécurité que l’on se procure les uns aux autres) surtout après avoir subi ensemble un tel choc. C’est l’aspect humain, que l’on ne saurait négliger. En tout cas, les compatriotes qui se sont installés au Champ de Mars n’ont aucune raison de se déplacer. Aucune. Mieux encore, c’est la première fois de leur vie qu’il savent ce que c’est que de voir un médecin les visiter. De nombreuses ONG se sont également établies à l’intérieur même du camp sous leur grande tente blanche qui s’occupent non seulement des malades mais font aussi de la prévention. On continue de rapporter que aucun signe de maladie contagieuse n’est apparu, malgré la surpopulation et la promiscuité. C’est qu’on y met tout le paquet. Oui, mine de rien, ce sont là des investissements importants. On en profite aussi pour instruire les filles et les femmes sur les méthodes de prévention des naissances ainsi que les maladies sexuellement transmissibles. Parce que quant à nous, au dehors, nous sommes Adolescentes détenues sans jugement01 Juillet 2010 Des adolescentes emprisonnées sans justice Vingt-six adolescentes haïtiennes sont détenues dans des conditions “inhumaines” dans une prison à Pétion-ville dans les hauteurs de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, où certaines ont déjà passé plusieurs années dans les geôles sans être jugées. “Les conditions d’incarcération dans deux des principales prisons d’Haïti sont cruelles, inhumaines et dégradantes”, a récemment relevé un expert de l’ONU devant le Conseil des droits de l’homme à Genève. Dix-sept adolescentes, de 11 à 17 ans, cohabitent dans une salle de 10 mètres carrés. Elles se partagent quatre vielles couchettes. Les autres plus âgées sont placées dans des cellules d’adultes. “Les mineures arrivent souvent pour des petites infractions punissables de 3 à 6 mois, mais souvent purgent, sans jugement, entre 5 à 6 années de prison”, constate Madame Marie-Yolaine Mathieu, directrice de la prison des femmes en Haïti. Chaque jour, de nouvelles prévenues, sont conduites à la prison, un endroit infecte situé à l’arrière-cour d’un commissariat de police, mais très peu en ressortent. Cela à cause d’un système judiciaire dysfonctionnel. “La prison ne peut héberger que 36 femmes, nous en avons 306. Près de dix fois plus”, calcule Madame Mathieu, montrant des cellules remplies de femmes, couchées les unes contre les autres dans une promiscuité évidente. “Difficile d’imaginer que 9 personnes peuvent vivre dans ce réduit sans fenêtre”, admet la directrice de la prison. Ce matin la cellule des filles est vide. Ses occupantes sont en par l’ONU dans la cour de la prison. “Je suis à l’école ici c’est une bonne chose, mais j’ai la tête ailleurs. J’ai envie de voir la rue, de retrouver le goût de la liberté que j’ai perdue depuis si longtemps”, murmure Sherline. Arrivée à la prison à 16 ans, elle a aujourd’hui 21 ans. “Cinq ans derrière les barreaux pour rien”, se lamente-t-elle. “En 2005, j’avais des problèmes avec mon frère qui jugeait que j’entrais trop tard à la maison. Il m’a conduit à un poste de police pour me punir un moment, selon lui. Depuis je suis enfermée ici”, dit-elle résignée. Magdalina, 19 ans, est arrivée à la prison, elle avait 14 ans. Cette belle jeune haïtienne, fan de Angelina Jolie qui rêve de devenir actrice, est aujourd’hui désespérée. “A mesure que les jours passent, je me demande si j’aurais la chance un jour de vivre mon rêve, de revoir mes amis et de retrouver mes parents”, dit-elle songeuse. “Mes proches, mes copines et le cinéma me manquent”, répète-t-elle espérant que le jour viendra où elle retournera à la vie normale. “Mais c’est quand la justice décidera, car je n’ai rien fait pour rester six ans en prison”, se defend-elle. Les autres cas sont semblables, Myrline 19 ans était arrivée pour vol il y a 5 ans. Elle n’a jamais été présentée devant un juge. La toute dernière détenue, 11 ans, est accusée de voies de fait ayant provoqué la mort. Elle s’était bagarrée avec une petite de son âge. “Ca me fend le cœur de voir ces enfants passées les plus belles années de leur vie en prison, exposées à tout...”, confie à demi-mot la directrice de la prison. “Tout. Parce qu’à la prison les plus anciennes contraignent les nouvelles à d’autres activités criminelles”. salle de classes, qui fonctionnent sous deux tentes dressées Un camp de déplacés sous les averses (Haïti en Marche)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25L’ETAT C’EST QUI ?Les ONG peuvent-elles influencer le vote de la population?existe aujourd’hui en Haïti plusieurs centaines d’ONG (organisations non gouvernementales), dont un grand nombre arrivé après le séisme du 12 janvier, et qui échappent, a poursuivi l’intervenant, à tout contrôle de l’Etat haïtien. elles ne s’étaient jamais senti obligées de rendre des comptes. Aujourd’hui c’est de partout qu’elles sont sous pression pour ouvrir leurs livres de comptes et aussi se plier plus rigoureusement aux orientations générales. leur ascendance actuelle dans les camps de réfugiés, puisque étant la seule ressource de ces derniers, pour les pousser à voter dans telle direction ou telle autre. (... suite de la 1ère page) Des ONG (pour paraphraser Louis Michel, aux intentions pas totalement louables) peuvent profiter de la première fois que le gouvernement haïtien (ainsi que l’international à travers l’Envoyé spécial de l’ONU pour Haïti, l’ex-président américain Bill Clinton) exerce autant de pressions pour amener les ONG à changer leur comportement en Haïti où Agriculture : 300 millions de dollars promis sur 790 millions recherchésP-au-P, 7 juil. 2010 [AlterPresse] — Le ministre de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural, Joanas Gué a annoncé ce 7 juillet des engagements d’un peu plus de 300 millions de dollars de partenaires internationaux pour le relèvement de l’agriculture sur les 790 millions nécessaires selon le plan du gouvernement.La banque interaméricaine de développement (Bid) s’est engagée à verser 200 millions sur les 5 prochaines années. Le gouvernement américain a lui promis 110 millions pour la période 20102011.Les autres bailleurs intéressés à apporter leur appui ont pour délai le 1er septembre, indique le ministre. « C’est une étape fondamentale [qui est franchie] parce que quand il s’agit d’un secteur aussi structurant que le secteur agricole qui à un rôle à jouer dans la relance de l’économie du pays et possédant des potentialités réelles qui peuvent être mises en valeur, il est indispensable d’avoir un document d’orientation d’investissement », déclare Joanas Gué.Le document d’orientation élaboré par le ministère de l’agriculture prévoit un investissement de 790 millions de dollars sur 5 à 6 ans pour réhabiliter le secteur. Le texte s’appuie sur trois axes d’intervention qui concernent le développement des infrastructures rurales, la production et le développement des filières, le renforcement des services agricoles, et l’appui institutionnel. « Le secteur n’a pas besoin uniquement de 790 millions de dollars. Ce sont les investissements publics et l’aide internationale qui doivent créer des conditions pour attirer les investissements du secteur privé… de façon à valoriser les potentialités du secteur agricole », souligne-t-il.Par ailleurs, Haïti est sur le point d’être éligible au Fonds de sécurité globale pour la sécurité alimentaire. 35 millions de dollars de ce fonds ont déjà été agréés par la Bid, selon le ministre de l’agriculture. La dette haïtienne au sein du Fonds international de développement de l’agriculture (Fidha) a également été annulée.Un programme national d’achats de produits locaux est en cours de finalisation « afin d’utiliser au maximum les produits locaux » dans les opérations d’aide alimentaire, selon le secrétaire d’Etat à la production animale, Michel Chancy. 54 à 56% de la consommation nationale de nourriture est assurée par la production nationale, suivant les estimations fournies par le ministre de l’agriculture qui souhaite augmenter ce chiffre.Le tremblement de terre a peu affecté les espaces cultivés, sauf à Leogane (Ouest). Toutefois la catastrophe a provoqué un mouvement de populations qui a causé des pressions sur les ressources existant en milieu rural et affecté les investissements agricoles dans la capitale, selon Joanas Gué.Depuis, diverses activités ont été effectuées en soutien au secteur. Dans le cadre de ces activités 18.000 hectares de terres ont été labourées et des kits d’outils, des tracteurs et des motoculteurs ont été distribués par le ministère qui entend renforcer l’accès aux intrants chimiques.Le ministre Gué affirme que le gouvernement a reçu récemment les premiers stocks de semences hybrides. Sans préciser s’il s’agit de dons de la compagnie Monsanto, Joanas Gué a une fois de plus fermement démenti la présence d’Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) dans le pays. Haïti République Dominicaine Commission Mixte Bilatérale, thèmes de la prochaine réunionl’homme, le commerce bilatéral parmi beaucoup d’autres sujets d’intérêt pour les deux pays qui devraient être analysées avec d’autres acteurs spécialisés, possédant une vaste expérience dans la question de la sécurité à la frontière ou de l’immigration. La migration risque d’être un sujet délicat, comme le rappelle Edwin Paraison, ministre de la diaspora haïtienne, la migration haïtienne en République Dominicaine est le résultat de facteurs socio-économiques, il ne s’agit ni d’une invasion ni d’un plan de fusion transnational pacifique qui serait souhaité par certains représentants de la communauté internationale. L’immigration sera l’un des principaux sujets à l’ordre du jour de la Commission dans le cadre du processus de reconstruction. « il s’agit de questions complexes dans leur gestion » précisant qu’il y avait environ quatre millions d’Haïtiens vivant à l’étranger, et que la République Dominicaine est le deuxième pays abritant le plus d’Haïtiens après les ÉtatsUnis. S’il est vrai que la coopération et la solidarité lancées par les autorités dominicaines dans les premières heures du tremblement de terre en Haïti, sont reconnues par les autorités haïtiennes et la communauté internationale qui participent au processus de mise en œuvre de la reconstruction d’Haïti, les deux pays devraient reprendre d’autres priorités dans les relations bilatérales qui ont été délaissées pendant des années et c’est précisément le temps de les mettre à l’ordre du jour de la prochaine Commission Mixte Bilatérale qui se tiendra à la fin du mois à Port-au-Prince. Le Premier ministre de la Dominique demande au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, qui participait aussi au sommet, d’aider à corriger cette situation car si on laissait faire, adieu tous les efforts pour instaurer une vraie démocratie en Haïti.Il y a ONG et ONG …Interrogé par la chaine TV5 lors d’une émission dressant un bilan des six premiers mois après le séisme, le Commissaire européen à la coopération, Louis Michel, a fait le point à ce sujet. Selon lui, il y a les ONG qui apportent une réponse d’urgence à la catastrophe. Celles-ci sont indispensables, comme on l’a vu en Haïti même. Il y a d’autres ONG qui voudraient s’impliquer aussi dans le processus de reconstruction et sont donc dans la chasse aux contrats. Et parmi celles-là, poursuit Louis Michel, certaines peuvent ne pas avoir des intentions totalement louables.Obligées de rendre des comptes … Les catastrophes constituent du pain béni …Le Premier ministre de la Dominique demande au Secrétaire général de l’ONU d’intervenir auprès des pays membres pour couper tous les fonds à des ONG qui refuseraient de se plier aux nouvelles conditions. Cela implique que lesdits pays membres ignoreraient tout du comportement de ces ONG récalcitrantes. Difficile à croire. Ensuite, la grande majorité des ‘centaines d’ONG’ qui se bousculent actuellement en Haïti sont financées par des fonds privés et non publics. Des catastrophes comme celles d’Haïti constituent du pain béni pour cette dernière catégorie d’organisations dans leur collecte de fonds. Comment donc amener celles-ci à la raison ? Une seule solution : que l’Etat haïtien reprenne possession de ses attributions car ce n’est pas aux ONG de construire nos latrines comme cela se passe en ce moment. Le ministre de la Santé vient encore de faire une sortie rappelant que le gouvernement n’acceptera aucune dérogation à ce principe. Mais le plus significatif, c’est surtout Quand on accepte de se déculotter à ce point-là, comment arriver à s’imposer ? Haïti en Marche, 9 Juillet 2010 Carlos Morales Troncoso, Ministre des Affaires étrangères de la République Dominicaine, s’est félicité de la décision des Présidents Fernandez et Préval de relancer la Commission Mixte Bilatérale dont la première séance s’est tenue à Santo Domingo le 29 juin dernier. Lors de la prochaine réunion de la commission qui devrait se tenir le 30 ou le 31 juillet à Port-au-Prince de nombreux sujets seront à l’ordre du jour, comme le débordements du lac Azuei, le commerce transfrontalier et en particulier l’entrée des poulets dominicain sur le marché haïtien ou l’extension du Plan Vert Quisqueya Troncoso a dit que d’autres questions pourraient être incluses dans l’ordre du jour, la santé, l’éducation, la culture des deux pays, le trafic à la frontière, la violation des droits de Bill Clinton, co-président avec le PM Jean Max Bellerive de la Commission pour la reconstruction, met aussi la pression sur les ONG (photo Haïti en Marche)Social : Le GARR dit craindre une situation explosiveColette Lespinasse directrice du GARR, Groupe d’appui aux réfugiés et aux rapatriés en Haïti, dit craindre une situation explosive en Haïti en raison de divers facteurs internes et externes, dont l’absence de leadership de la part du gouvernement, la présence au niveau décisionnel de la communauté internationale et l’absence de consensus entre les acteurs politiques et organisations de la société civile sur des questions à l’ordre du jour national. Participant à une analyse conjointe parrainée par le Centre de Bono, avec un panel composé de plusieurs personnes, dont M. Edwin Paraison, ministre des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE), la DIrectrice du GAAR a critiqué le fait que six mois plus tard, environ 1,3 millions de victimes du séisme du 12 janvier dernier, vivent toujours dans des camps improvisés. Critiquant les effets d’annonces de la communauté internationale, qui ne fait que déplacer des milliers de personnes « d’une tente vers une autre tente. » Politiquement, elle note aussi que l’absence de consensus au niveau des diférentes manifestations politiques, peut influer sur la gouvernance du pays et provoquer des dérives aux conséquences graves. C’est ainsi que des secteurs et des groupes appellent à la démission du président, au renvoi du CEP, à la mise en place d’un gouvernement de transition; d’autres réclament le retour de l’ex-président Jean Bertrand Aristide, exilé en Afrique du Sud; d’autres au retour aussi de l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier qui vit en France. Selon la responsable du GARR, seuls le soutien et la confiance de la communauté internationale au gouvernement actuel, ont fait que la situation n’ait pas encore échappé à tout contrôle. Pour sa part, M. Edwin Paraison, le ministre des Haïtiens vivant à l’étranger, a déclaré « qu’Haïti n’a pas les capacités pour financer seule la reconstruction du pays » et a appelé les gouvernements et les pays qui ont promis plus de 10 milliards de dollars pour la reconstruction d’Haïti, le 31 Mars à New York, d’honorer leur parole. Il a reconnu que le gouvernement avait eu des faiblesses pour communiquer ses initiatives mais que les actions allaient dans la bonne direction. S/HaïtiLibre

PAGE 7

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 7NOUVELLES TECHNOLOGIES Attention aux pirates des ondes !PORT-AU-PRINCE, 8 Juillet – A verser au dossier de la désorganisation proche de l’anarchie qui menace le pays : les ondes radio perturbées à longueur de journée par des opérateurs clandestins. La première station à en avoir été victime a crû qu’il s’agissait d’une opération de brouillage pour faire taire certaines voix. Puis le désordre commence à se généraliser. A n’importe quel moment un autre émetteur peut s’allumer sur votre fréquence dont vous détenez légalement l’autorisation et vous jeter au dehors. Autrement dit, des pirates. Et le nombre semble en augmentation constante depuis le séisme du 12 janvier. Vous devez d’abord savoir comment fonctionnent la radio et la télévision. Aujourd’hui les studios sont habituellement en ville, les émetteurs principaux et les antennes à Boutiliers ou à Obléon dans la montagne dominant la capitale. Un premier système (nommé STL) conduit le signal depuis le studio au transmetteur là-haut. C’est au niveau du STL qu’interviennent ces troublefêtes. Le STL est un petit émetteur moins puissant donc plus facile à pousser hors des ondes. Or il se passe que les radios sont en train d’expérimenter presque toutes le même problème. A un moment de la journée, les fréquences STL légalement autorisées par l’organisme de régulation, le Conatel, sont soumises à un bombardement qui les arrache des ondes pendant quelques minutes ou pendant plus longtemps. D’où les hachures répétées pendant les retransmissions. Alerté, le Conatel (Conseil national des télécommunications) qui assigne et supervise l’usage des fréquences, est intervenu. Une radio clandestine a été récemment fermée. Depuis plusieurs années, il existe dans le pays des radios (disons) pirates, c’est-à-dire fonctionnant sans autorisation. Une majorité des petites stations existant dans les villes de province seraient dans cette situation. Mais comme en général elles ne dérangent personne, on ne les a pas poursuivies. Une telle pratique existe aussi dans un pays comme les Etats-Unis. On ne les considère pas comme des radios pirates tant qu’elles respectent les conditions fixées. Pour commencer émettre sur une puissance faible. Ensuite elles ne doivent pas faire de la publicité commerciale. Ce sont des organes de service public, en un mot des radios de quartier. Leur puissance doit être assez réduite pour ne pas déranger non seulement les autres médias légalement autorisées, mais aussi tous les autres appareils émetteurs. Jusqu’à la tour de contrôle de l’aéroport international de Miami qui peut être perturbée lorsque les conditions fixées ne sont pas respectées. Aussi les autorités font-elles bonne garde, car les émetteurs clandestins ne sont pas seulement une nuisance aux communications commerciales, mais elles peuvent devenir aussi un problème de sécurité nationale. Or c’est ce qui nous menace en ce moment en Haïti. Les communications peuvent finir par échapper à tout contrôle si les violations continuent de se répandre. Dans un tel cas, il ne peut s’agir uniquement de radios pirates mais de toutes sortes d’autres opérateurs clandestins. On parle de centaines d’organisations qui sous le couvert de l’humanitaire se sont établies dans le pays depuis le 12 janvier 2010. De plus, l’Etat n’exercerait sur elles aucun contrôle, comme on l’entend déplorer lors d’assises internationales, comme au récent sommet de la Caricom. Or ces organisations utilisent souvent leur propre canal de communications. Mais que les auteurs du problème soient haïtiens ou étrangers, toujours est-il que c’est là un nouveau défi qui se pose aux pouvoirs publics. Or jusqu’ici ces derniers n’ont jamais eu à faire face à ce genre de situation. Le problème de piratage des ondes ne s’était jamais posé en Haïti avec une réelle importance. Les gouvernants haïtiens considèrent les communications comme quelque chose d’aussi simple et naturel que l’air qu’on respire. Le Conatel est-il armé pour y faire face ? Aux Etats-Unis c’est la police qui vient se saisir des émetteurs clandestins. En Haïti, la police se sent-elle concernée ? Sans un bras armé, comme lorsque l’Electricité d’Haïti vient débrancher des prises clandestines, le Conatel n’a aucune chance de faire entendre raison aux violateurs. Ensuite, le Conatel a besoin de l’équipement sophistiqué indispensable pour détecter ces derniers avec précision. Jusqu’à la législation dans ce domaine qui doit être revue et augmentée. Fixer les peines mais surtout de très fortes amendes, seules capables de décourager les pirates, faute de quoi ceuxci peuvent le considérer comme un jeu, comme du sport. Du sabotage joyeux ! L’Etat haïtien peut ne pas voir l’importance de la question parce qu’elle ne le touche pas encore directement … Or rappelons-nous le choc du 12 janvier lorsque toutes les communications aussi bien dans le pays que avec l’extérieur ont été anéanties par le séisme de magnitude 7. Or qui ne contrôle les communications ne contrôle pas la sécurité … Même si le concept de sécurité nationale nous est totalement étranger en Haïti (hélas !), mais l’un des secteurs économiques les plus solides et viables aujourd’hui, est-ce que ce ne sont pas les télé-communications ? Alors pourquoi le laisser détruire ? Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince Séisme en Haïti : Lente et difficile reconstructionDu 13 janvier au 14 juin, 122 délégués de la CroixRouge canadienne ont été déployés en Haïti. Plus de 135 000 personnes ont reçu des soins médicaux dans un établissement de la Croix-Rouge, qui a également fourni plus de 11 000 tonnes d’articles de secours. Avec un budget total de 196 millions de dollars dont 100 millions ont déjà été engagés l’opération de la CroixRouge en Haïti est la plus importante de l’organisme humanitaire dans un seul pays. La Croix-Rouge espère construire 7500 abris en bois au cours des prochains mois, mais l’organisation se heurte à des problèmes d’espace et de propriété, notamment en raison de la difficulté à savoir à qui appartient la terre en Haïti. En plus de la saison des pluies et des ouragans, des routes endommagées par le séisme et de la pénurie d’essence, les opérations humanitaires sont entravées par le mouvement constant de la population et la difficulté de choisir les familles qui recevront de l’aide. Le fait que le gouvernement haïtien soit « gravement affaibli » complique aussi les opérations. Jean-Pierre Taschereau a indiqué ne pas avoir de problème de corruption au sein de la Croix-Rouge et ne pas avoir le temps ni la capacité de voir ce qui se passe du côté des autres organisations humanitaires. La semaine dernière, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a déploré que le versement de l’aide promise par la communauté internationale n’arrive pas aussi vite que prévu. Des plus de 10 milliards de dollars promis sur cinq ans lors de la conférence des bailleurs de fonds de New York, le 31 mars, seulement une petite partie de l’aide a été attribuée. (RECONSTRUCTION... suite de la 1ère page)

PAGE 8

Page 8 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25CULTURE & IDENTITE Pour sauver le patrimoine nationalpour aider à récupérer, sauvegarder et restaurer des oeuvres d’art haïtiennes, des artefacts, des documents, et des éléments architecturaux endommagés ou menacés par le séisme et ses conséquences. Le Dr Richard Kurin, sous secrétaire d’état pour l’Histoire, les Arts et la Culture de la Smithsonian, a remercié Mme Elizabeth Préval et son époux, le président René Préval. En l’absence de la ministre haïtienne de la Culture, Marie Laurence Josselin Lassègue (qui assistait le même jour Certains de ces experts vont participer à la récupération des objets culturels encore sous les décombre, tandis que d’autres aideront à la formation de jeunes haïtiens intéressés aux métiers de la conservation des objets culturels. Le manager du projet est l’ancien ministre de la culture haïtien, Olsen Jean Julien, tandis que Cori Wegener en est le coordonnateur international et Stéphanie Hornbeck le conservateur en chef. Au cours d’une conférence de presse donnée au local hébergeant le nouveau Centre, les journalistes ont pu se rendre d’œuvres qui sont encore sous les décombres. Beaucoup d’autres sont dans des containeurs ou d’autres espaces impropres à la conservation », indique-t-il. Il faut signaler que les travaux sur les sites et les biens culturels s’effectuent avec la permission des propriétaires. Les objets seront traités, documentés et enregistrés sous la supervision de professionnels compétents provenant de la Smithsonian Institution, de l’Institut américain de conservation et autres organisations qualifiées collaborant au projet. (PATRIMOINE... de la 1ère page) à Paris à une rencontre de l’UNESCO destinée aussi à la sauvegarde du patrimoine national d’Haïti), c’est la ministre a.i. de la Culture et titulaire du Commerce, Josseline Colimon Féthière, qui a dégagé la nécessité de préserver envers et contre tout le Patrimoine Culturel Haïtien. Beaucoup de personnalités haïtiennes font aussi partie de ce projet dont le principal responsable du côté haïtien est l’ancien ministre de la Culture, Olsen Jean Julien. Ce sont plusieurs organisations américaines, haïtiennes et internationales qui sont associées à ce projet dont l’objectif est de sauver, protéger, préserver les collections importantes d’art, d’artefacts, d’objets de musée, d’éléments architecturaux, de documents, films, photographies, des enregistrements vidéo et sonores. Un Centre a été créé, il est équipé de laboratoires dans lesquels travaille déjà tout un réseau d’experts capables d’aider à stabiliser et à restaurer les différents biens concernés. compte du travail qui est en train d’être accompli. Le Centre est localisé à l’ancien local du PNUD, au numéro 387 de la route du Bourdon. Il s’agit d’un bâtiment à trois étages qui a été déclaré sûr et conforme aux normes par les ingénieurs de la marine américaine et de la Smithsonian. Des experts étrangers ont déjà effectué des interventions sur plusieurs objets, dont le curriculum vitae militaire du président Alexandre Pétion (qui a excercé le pouvoir de 1806 à 1818) signé par le commissaire français Sonthonax et aussi sur des toiles de la Galerie Nader qui a été détruite par le séisme. Des fresques de l’église Ste Trinité, détruite également, sont également en voie d’être réhabilitées. En dépit de ces travaux, le Centre est engagée dans une véritable course contre la montre pour sauver le plus d’objets que possible, souligne Olsen Jean Julien. « Le plus grand défi maintenant c’est de vaincre le temps. On est arrivé à la saison des cyclones et il y a beaucoup De nombreux bâtiments historiques, des musées, des bibliothèques, des archives, des galeries, des églises, des salles de spectacle, des ateliers d’art et autres établissements ont été soit endommagés, soit réduits en ruines. Grâce à de nombreux Haïtiens courageux et concernés, plusieurs collections ont été sauvées. Mais la plupart de ces collections restent mal entreposées ou sont toujours sous les décombres. Source d’identité et de dignité, le patrimoine culturel haïtien est un héritage de fierté et le fruit de la créativité d’un peuple doué de ‘résilience’ pour survivre et toujours en quête d’une vie meilleure. Le patrimoine culturel haïtien est en grand danger. Des Haïtiens et des étrangers sont déterminés à le sauver. E.E. Institution avait tenu à être présent à cette soirée, alors qu’une autre toute aussi grandiose se tenait le jour, même à Paris, au siège de l’UNESCO. La frustration augmente en Haïti, dit Médecins sans frontièresLa Presse La frustration augmente à Haïti, rapporte Médecins sans frontières (MSF) dans un nouveau bilan de son intervention depuis le séisme. «Il y a un terrible fossé entre l’enthousiasme et les promesses d’aide faites aux victimes dans les premières semaines qui ont suivi le tremblement de terre et la désastreuse réalité sur le terrain six mois après», dit le chef de mission Stefano Zannini dans un communiqué. MSF est présent à Haïti depuis 19 ans. Ses activités s’y sont intensifiées depuis le séisme. L’ONG a reçu environ 120,5 millions de dollars en dons depuis la catastrophe. La somme devrait être presque complètement dépensée à la fin de l’année. Depuis le 12 janvier, l’organisme a distribué 2700 tentes et 35 000 trousses d’aide matérielle. Mais les besoins restent colossaux. Port-au-Prince compte encore près de 1 million de sans-abri. La reconstruction progresse très lentement, selon le rapport. «La pluie, qui représentait une menace de plus pour les rescapés, est tombée pendant des semaines, installant définitivement les centaines de milliers de sans-abri dans une précarité critique. Et tandis qu’une dangereuse saison des ouragans pointe à l’horizon, la situation santé. De plus, 10% des travailleurs de la santé sont morts ou ont quitté le pays. Le rapport indique néanmoins que «l’accès aux soins médicaux en Haïti s’est amélioré, il est sans aucun doute plus important qu’avant le tremblement de terre. (...) Certaines populations pauvres, exclues du système de santé public et privé, peuvent maintenant bénéficier de soins.» En date du 31 mai, 173 000 patients avaient été traités dans les 19 centres de santé de l’ONG, qui fait de plus en plus appel à du personnel local. Plus de 90% de son personnel est aujourd’hui haïtien. Mais malgré cette amélioration de l’offre de soins, la population haïtienne reste vulnérable. Et les plus pauvres sont «totalement tributaires» de l’aide internationale. «Le problème principal est que le maintien d’un tel système dépend d’un engagement international dans la durée, et de réelles questions se posent sur sa viabilité», dit MSF. La violence reste aussi «une préoccupation» pour l’ONG. Elle a traité 2147 patients victimes d’actes de violence, et 264 de blessures par balles. Malgré tout, «le nombre de victimes d’actes de violence n’a pas augmenté», estime MSF. n’est pas prête de s’améliorer», y lit-on. Craignant de nouvelles répliques sismiques, plusieurs Haïtiens choisissent aussi de dormir dehors dans des abris de fortune. Le séisme a détruit 60% des infrastructures de Six mois après : Handicap International livre son bilan d’étapeLyon, le 7 juillet 2010. Six mois après le séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010, Handicap International dresse aujourd’hui un bilan provisoire et expose ses perspectives d’actions. L’association compte désormais sur place une équipe de 500 personnes, dont 80 expatriés. C’est le plus important déploiement de l’association depuis sa création. L’action de Handicap International repose sur trois piliers principaux : la santé, une réponse aux besoins de base et la gestion d’une plateforme logistique. La coordination, indispensable facteur d’efficacité de l’aide humanitaire Dans le cadre de la gestion d’une plateforme logistique de 70 camions, sous l’égide du Programme alimentaire mondial (PAM), Handicap International a assuré l’acheminement d’aide humanitaire pour le compte d’une centaine d’organisations, dont une quinzaine de structures haïtiennes. Le 26 janvier 2010, les Nations unies et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont confié à Handicap International et à l’organisation allemande Christoffel-Blindenmission (CBM) la mission de coordonner conjointement, pour (6 MOIS APRES / p. 10)Le Président Préval rejoignant la délégation de la Smithsonian lors d’une réception offerte par son épouse Jeunes acteurs haïtiens de Haïti sur Scène et de la Chorale des enfants de Kenscoff (photos Haïti en Marche)

PAGE 9

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 9BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25REFONDATION Reconstruction : Les problèmes fonciers entravent la reconstructionnombreuses années d'instabilité politique et un Etat faible incapable de faire respecter et de protéger les titres de propriété. « Le manque de gouvernance rend l'application des droits fonciers très difficile, et la protection juridique est proche de zéro » déclare le fonctionnaire de l’ONU, ajoutant que les tribunaux d'Haïti sont surchargés et prennent en moyenne cinq ans pour régler une affaire. Moins de 5% des terres en Haïti sont officiellement comptabilisées dans les registres publics, selon l'Organisation des Nations Unies, ce qui aggrave la difficulté d'établir à qui appartient une propriété. Même avant le séisme la propriété foncière était un problème épineux en Haïti, contribuant à la violence et conséquemment à la pauvreté dans un pays où les terres sont concentrées entre les mains de quelques grands propriétaires terriens. Il existe peu de titres fonciers en Haïti et il n'y a pratiquement pas de système de registre immobilier. La plupart des propriétés sont transmises oralement d'une génération à l'autre « Avec la prévalence de la propriété foncière informelle, ainsi que les lois contradictoires et la faiblesse des institutions d'exécution, la sécurité foncière n'est pas établie, selon un rapport d'ONU-Habitat publié peu de temps après le séisme de janvier dernier. Avant la catastrophe, l'Organisation des États Américains (OEA) avait engagé 70 millions de dollars sur sept ans pour mettre en place un système numérisé d'enregistrement des titres fonciers en Haïti. Considérant qu’il s’agit d’une condition préalable pour le développement du pays. Mais le tremblement de terre a fait de la propriété foncière un défi beaucoup plus urgent. « La question des droits fonciers est essentielle pour toute organisation qui travaille à la reconstruction en Haïti. Notre travail devient difficile lorsque les familles n'ont pas de garantie sur leur droit de propriété, ce qui est la majorité des cas. Cela nous empêche de construire des logements, qu’ils soient transitoires ou permanents », déclare Claude Jeudy, le directeur pour Haïti de l'organisation de bienfaisance, Habitat pour l'humanité. Les agences humanitaires et le gouvernement doivent redoubler d'efforts pour résoudre le problème des droits fonciers alors que la saison des ouragans avance, menaçant de détruire de nombreux abris de fortune. « Les organisations ont besoin de directives claires, appuyées par les autorités locales, pour permettre la construction dans les règles des abris provisoires alors que la propriété des terre demeure incertaine. Ce processus est susceptible de créer un goulot d'étranglement dans la mise en œuvre d'abris provisoires s'il n'est pas traité rapidement. Une politique nationale en la matière est non seulement nécessaire mais urgente, affirme un rapport publié récemment par l'Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires. internationaux, travaillent dans quelques 1,200 camps recensés dans et autour de la capitale. Mais tout cela se débrouille sur une base ad hoc, des accords informels avec les propriétaires fonciers et les autorités locales qui leur donnent des droits temporaires d'occupation des terres, droits qui doivent ensuite être renégociés tous les trois à six mois. Jusqu'à présent, cela se passe sur le terrain de la bonne volonté mais personne ne sait combien de temps cela durera. « La bonne volonté atteindra ses limites à un moment donné » déclare Katie Chalk, directeur de la communication de Secours Haïti à Port-au-Prince. La pression sur les terres augmentera au fur et à mesure que davantage de personnes qui ont fui la capitale après le séisme vont vouloir rentrer chez elles », a-t-elle ajouté. L'incertitude sur la propriété foncière fait aussi que les organismes d'aide sont incapables de faire des plans à long terme. « Chaque jour, nous entrons dans un camp sans savoir s’il sera encore là dans 3 semaines » dit Katie Chalk. Ce problème d’incertitude des droits fonciers pèse également sur les entreprises locales. De nombreux chefs d'entreprises haïtiens ont du mal à obtenir des prêts bancaires parce qu'ils sont incapables de prouver qu'ils sont propriétaire des terrains qu’occupe leur entreprise. Cette incertitude éloigne aussi les investisseurs étrangers potentiels, indispensable pour la reconstruction d'Haïti. « S’il n’y a pas de registres fonciers, et un cadre juridique garantissant les droits, les investisseurs ne dépenseront pas 1 dollar en Haïti», affirme Erik Vittrup, officier supérieur de l'Organisation des Nations Unies pour les habitations (ONU-HABITAT). PI/ HaïtiLibre (... suite de la page 3) De nombreux organismes humanitaires, nationaux et Six mois après : Handicap International livre son bilan d’étapel’ensemble du pays, toutes les actions de réadaptation des blessés, d’appareillage et d’assistance aux personnes handicapées. Les deux associations collaborent à cette fin avec le ministère haïtien de la Santé publique et de la Population (MSPP) et la secrétairerie d’Etat à l’Intégration des personnes handicapées (SEIPH) et tous les autres acteurs intervenant dans ces domaines. 10 000 personnes déjà soignées par Handicap International A l’heure actuelle, plus de 10 000 personnes ont bénéficié des actions de santé de Handicap International ; plus de 55 000 séances de rééducation ont été prodiguées ; 4 000 aides techniques ont été distribuées (aides à la mobilité ou matériel orthopédique) ; près de 300 personnes ont été appareillées d’une prothèse ou sont en voie de l’être et près de 200 personnes d’une orthèse. Handicap International a aussi mis en place des actions de soutien psychosocial, concernant 13 000 personnes. 13 000 tonnes d’aide humanitaire acheminée depuis le 14 janvier Sur l’ensemble de l’acheminement, 9 000 tonnes concernaient la nourriture. Plus de 4 600 tentes ont été distribuées pour abriter près de 25 000 personnes. Enfin, plus de 2 000 personnes ont participé aux projets de travail contre rémunération (« cash for work ») mis en œuvre par Handicap International. Trois à cinq ans d’actions pour répondre au défi humanitaire en Haïti L’association va faire évoluer son action par paliers successifs vers des activités de plus long terme. La mise en place d’un habitat temporaire digne, anticyclonique et parasismique pour les populations sinistrées isolées ou vulnérables va devenir un axe important. L’accompagnement et la rééducation des blessés continueront, en se concentrant progressivement sur les cas les plus graves et les personnes handicapées. Ensuite, l’association souhaiterait développer des projets de réhabilitation des infrastructures et de désenclavement, des activités de préparation aux désastres et de prévention, ainsi que des formations diplômantes pour le personnel haïtien de rééducation et d’appareillage. L’objectif sous-tendant ces actions est de renforcer les capacités des Haïtiens et de leur transférer à terme la gestion de ces projets. Le bilan financier à 6 mois En faveur de ces actions en Haïti, Handicap International a recueilli 4,78 millions d’euros de fonds privés (provenant essentiellement de la générosité publique), dont 3,32 millions d’euros en France. Par ailleurs, elle a reçu 2,15 millions de la Fondation de France et 6,58 millions d’euros de financements institutionnels, soit un total de fonds reçus de 13,51 millions d’euros. Les dépenses programmées d’ici à la fin de l’année 2010 s’élèvent pour l’instant à un minimum 12 millions d’euros. L’association devra dès lors pouvoir compter sur des soutiens financiers supplémentaires afin de mener les actions qui lui paraissent nécessaires sur place à partir de 2011. (... suite de la page 8)

PAGE 11

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 11PETITES ANNONCES 10 départements d’études Licence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 Le Manolo InnTéléphones : 566-5361 401-7108 / 514-0304 lemanoloinn@mac.comInternet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire Consultant VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 Sida : une découverte relance l’espoir de trouver un vaccinLEMONDE.FR avec AFP | 08.07.10 L’an dernier, une étude menée en Thaïlande avait donné des espoirs quant à un éventuel vaccin. Ces espoirs ont été douchés quelques semaines plus tard. Selon une étude américaine publiée jeudi 8 juillet dans la revue Science , la recherche sur le vaccin pourrait avoir franchi un pas important. Les chercheurs disent avoir identifié deux anticorps – appelés VRCO1 et VRCO2 – capables de bloquer, in vitro, la majorité des souches connues du virus. Grâce à de complexes manipulations, ces deux anticorps ont “neutralisé plus de 90 % des souches de HIV-1 en circulation” , écrivent les auteurs dans le compte-rendu de leurs travaux. Les chercheurs ont également expliqué le mécanisme biologique par lequel ces anticorps bloquent le virus. “La découverte de ces anticorps aux pouvoirs étendus de neutralisation du VIH et l’analyse qui explique comment ils opèrent représentent des avancées exaltantes qui vont accélérer nos efforts pour découvrir un vaccin capable de protéger de façon étendue contre le virus responsable du sida” , se félicite le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (Niaid). UNE NOUVELLE APPROCHE POUR D’AUTRES MALADIES INFECTIEUSES “De plus, la technique à laquelle l’équipe de recherche a recouru pour trouver ces anticorps représente une nouvelle approche qui pourrait être appliquée à la conception et au développement d’un vaccin contre de nombreuses autres maladies infectieuses” , ajoute-t-il dans un communiqué. Ces virologues ont découvert ces deux anticorps produits naturellement par l’organisme dans le sang d’un séropositif. Ils ont pu isoler ces antigènes avec un nouveau véhicule moléculaire, en fait une des protéines formant le VIH que les chercheurs ont modifiée, qui se fixe sur des cellules spécifiques. Celles-ci produisent alors des anticorps neutralisant le VIH. Cette protéine a été programmée pour qu’elle réagisse exclusivement aux anticorps spécifiques à l’endroit où le virus s’attache aux cellules de l’organisme humain qu’il infecte. Un test pour prédire l’âge de la ménopause?Un jour peut-être, la médecine saura très tôt pointer l’heure de la ménopause sur le cadran de l’horloge biologique féminine. Les médecins pourraient disposer d’un simple test sanguin permettant de prédire des décennies à l’avance l’âge d’entrée en ménopause, selon une étude qui doit être présentée lundi à Rome lors du 26e congrès annuel de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE). Les spécialistes iraniens à l’origine de l’étude affirment que leurs recherches préliminaires pourraient constituer une première étape vers le développement d’un outil pouvant aider les femmes à décider de l’âge auquel elles souhaitent avoir un enfant. Le test ne prédit pas le moment où la fertilité des femmes dégringole, mais si les médecins connaissaient l’âge d’entrée en ménopause, ils pourraient calculer en gros la période d’arrêt de l’ovulation. D’après des scientifiques, l’examen pourrait particulièrement être utile pour identifier les femmes entrant tôt en ménopause, à la fin de la quarantaine, voire avant, au lieu du milieu de la cinquantaine. A l’heure actuelle, les médecins (MENOPAUSE / p. 13)

PAGE 12

Page 12 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25LIBRE PENSER« Le pire n’est jamais certain dans ce pays... » Déclaration attribuée à l’Ambassadeur de France en Haïti ( Metro dans son édition du 7 juillet ) Chers amis lecteurs, le mois de juillet est généralement un mois riche en déclarations et en manifestations politiques en Haïti. On en a pour tous les goûts. Déclarations diplomatiques, à cause de ces fêtes nationales qui offrent aux Ambassadeurs la possibilité de s’exprimer ouvertement sur la situation politique du pays. Le 1, le 4, le 5, le 14, le 20 et le 21, représentent les journées les plus importantes. Manifestations politiques, à cause de la célébration de l’anniversaire de certains hommes politiques auxquels l’histoire de ce pays a voulu leur priver du privilège d’élire domicile et de résider dans leur propre pays. Le 3 et le 15 sont les dates fondamentales. Je me demande pourquoi, dans ce pays qui nous appartient à tous, nous prenons tant de plaisir à exiler nos Présidents. Boyer, Rivière Hérard, Geffrard, Domingue, Salomon, Nord Alexis, Lescot, etc. D’autres ont eu à abandonner cette vie, n’ayant pas eu le temps de choisir l’exil. N’y aurait-il pas moyen de fixer d’autres règles de fonctionnement qui permettraient de régler autrement nos différends? Enfin chers amis lecteurs, avec les multiples manifestations à faveur du retour de notre DPV (Dernier Président à Vie) ou de célébration de son anniversaire, je me sens revivre toute une époque de ma vie. Ni meilleure que les autres. Ni pire que les autres. Mon enfance, les premières années de mon adolescence, la période finale de mon adolescence, les premières années de mon âge adulte, ont été marquées par la «Présidence à Vie ». Les différents événements qui ont eu lieu durant ces années ont servi à marquer profondément mon « profil citoyen ». Ils ont donc configuré mon « profil citoyen » et ont fait de moi un individu incapable de crier « VIV » ou bien « ABA » ou de courtiser le pouvoir quel qu’il soit celui qui le détient. J’imagine que je ne suis pas le seul à en avoir souffert, en ce sens. Cependant, malgré la situation, à l’époque, puisque je n’étais pas de nature à me chercher des ennuis avec le régime, je n’ai jamais eu réellement, à proprement parler, de vrais soubresauts. Sauf mon aventure avec les tracts. À peine 9 ans. Ou peut-être mes accrochages avec des « petits macoutes », durant le carnaval. 17, 18 19 ans. A part cela, pas « grand chose ». En plus, les adultes faisaient de leur mieux pour nous éviter des désagréments. « Fè respè ou ti gason » était le conseil le plus salutaire que l’on recevait. Aucun exercice réel de citoyenneté ! Je me demande souvent pourquoi cette tendance, dans notre société, à se prodiguer en beaux conseils et en belles paroles pour former les plus jeunes mais sans jamais essayer de les offrir de « meilleurs modèles ». Enfin chers amis lecteurs, dans notre petite société qui refuse avec acharnement de s’adapter à la modernité, le civisme représente toujours une notion encore trop éloignée de nos modes de fonctionnement. Le respect et le dévouement à l’égard du « Bien Public », le respect de la loi et la conscience de l’existence de devoirs envers nos concitoyens, par souci de l’intérêt général, semble ne pas s’adapter pas à notre façon de percevoir la société. Le civisme étant l’exercice raisonné de la citoyenneté, si nous voulons changer le pays, commençons par la création de vrais citoyens. Il nous faut donc, et je le crois sincèrement, de bons exemples de civisme, une pédagogie agressive, visible. À part le geste symbolique politico-pédagogique du Président du Chili (montre et casque aux Ministres), l’exemple du Président du Gabon est impressionnant. En effet chers amis, voir des ministres balayeurs ou éboueurs, créer une « journée citoyenne mensuelle » durant laquelle, les dirigeants sont les premiers à faire montre de bonne volonté, est une réussite sociale : Balayage des rues et des espaces publics Enlèvement des épaves de véhicules abandonnés Nettoyage des bassins versants et des plages Curage des caniveaux Élimination des animaux domestiques errants – Désinsectisation – Dératisation. Vous voyez chers amis qu’il y a du travail à faire, car, nier sa collaboration à la collectivité dans les moments de « détresse sociale » est un manque de civisme. C’est aussi « être traître à la Patrie ». Il nous faut donc établir de nouvelles modalités de fonctionnement, basées sur le civisme afin d’éliminer les « traîtres de nos rangs ». Dans toutes les villes du pays. Dans tous les coins du pays. À Ganthier, face à ceux qui s’approprient le bien public. Au CEP, face à ceux qui font usage de faux. Dans les partis politiques, face à ceux qui ne pensent qu’à leurs poches. Démasquons-les afin de montrer à nos générations futures que nous gardons toujours cette décence collective qui est la seule qui peut faire de nous une grande nation. Commençons donc cette lutte contre notre propre « crasse », contre notre « saleté sociale » comme un premier pas pour la promotion du civisme. Entre nous. Entre tous. Pour le pays. Pour les Ancêtres. Voilà comment commencer une bonne reconstruction du pays. Voilà comment aller dans la bonne direction. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Juillet 2010Civisme Elections: Le CEP invite les partis politiquesPort-au-Prince, le 7 juillet 2010 – (AHP) – Le président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Gaillot Dorsinvil, a indiqué mercredi qu’une série de rencontres entre le CEP, les partis politiques et d’autres acteurs locaux et internationaux du processus électoral, sera initiée à partir de la semaine prochaine. Ces rencontres, dont la toute première est fixée au 12 juillet, seront organisées dans la perspective d’un dialogue franc entre le conseil et les autres acteurs du processus, pour la réussite des élections présidentielle et législative partielles fixées au 28 novembre 2010, a dit M. Dorsainvil. Elles permettront également de créer un espace de transparence dans le processus en vue d’obtenir de meilleurs résultats, a dit Gaillot Dorsainvil, réaffirmant sa volonté d’organiser des élections honnêtes, libres, crédibles et transparentes. S’adressant une nouvelle fois aux leaders politiques qui réclament le départ des 9 membres du CEP pour déficit de crédibilité, il a fait savoir qu’il ne faut pas qu’ils mettent la charrue avant les boeufs. Gaillot Dorsinvil a par ailleurs informé que les électeurs auront la possibilité de voter où ils se sentent le plus à l’aise. Pour cela, ils auront à se faire inscrire au centre de vote le plus proche de leur domicile. Aussi, les électeurs relogés après le drame du 12 janvier ne seront pas obligés de parcourir des kilomètres pour aller voter où ils avaient été enregistrés avant le 12 janvier, a encore voulu rassurer M. Dorsinvil. Une bonne partie de la classe politique reste toutefois réticente ou accrochée à sa position de refus de l’actuel CEP. “La priorité pour nous est la mobilisation antigouvernementale et anti-CEP, a indiqué mardi un responsable de la plateforme Alternative. Le professeur Victor Benoit a fait savoir que « quand et si nous allons aux élections, ce ne sera pas avec le président Préval et son CEP. » Concernant les déclarations faites par le responsable du MOCHENA, le pasteur Luc Mésadieu, selon lesquelles des plateformes et partis politiques prépareraient un grand front pour contrecarrer la plateforme présidentielle Inite (UNITE), M Benoit a admis l’existence de contact entre les partis politiques, mais il n’y a aucun front en préparation dans la perspective des élections annoncées pour le 28 novembre, a-t-il souligné. Un bilan du sommet de la CaricomLes chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), dont René Préval, président d’Haïti, ont tenu un débat approfondi sur la situation post-séisme en Haïti et ses conséquences lors de leur 31 ème réunion ordinaire, qui s’est tenue à Montego Bay, en Jamaïque. Les Secrétaires généraux des Nations Unies (ONU) et de l’Organisation des États américains (OEA), ainsi que le Représentant spécial des chefs de Gouvernement de la CARICOM ont participé à ces échanges de vues. Au terme de ce sommet, les chefs de gouvernement de la CARICOM ont exprimé leurs inquiétudes en ce qui concerne, entre autres : l’impact dévastateur du séisme le 12 Janvier dernier sur la vie économique du pays dont les flux de revenus du gouvernement se sont effondrés d’une manière dramatique et ont réduit par conséquent la capacité de l’État à subvenir aux besoins fondamentaux de ses citoyens ainsi qu’à l’augmentation des demandes d’aides sociales résultant du séisme. L’appui budgétaire de 150 millions de dollars en aide directe aux recettes de l’État haïtien, promis par la communauté internationale, n’a pas encore été entièrement décaissés. Seulement 50 % de cette aide promise et formelle a été reçue à ce jour. Les membres de la CARICOM craignent que l’incapacité du gouvernement à répondre aux besoins fondamentaux de sa population pourrait contribuer à renforcer la menace d’instabilité sociale à quelques mois des élections et compromettre la continuité démocratique de cette Nation. Les préoccupations ont été exacerbées par la réticence des Organisation Non Gouvernementales (ONG) actives sur le terrain, à harmoniser et coordonner leurs activités avec les priorités du gouvernement haïtien. Ils ont appelé les Nations Unies et la communauté internationale des donateurs, qui financent un certain nombre de ces ONG, à exercer leur influence sur ces organisations afin qu’elles respectent leurs promesses faites lors de la Conférence internationale des donateurs, à New York le 31 Mars 2010, de coordonner leurs activités en fonction des priorités fixées par le gouvernement d’Haïti. USAID : Dr Rajiv Shah en visiteLe Dr Rajiv Shah, Administrateur de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), s’est rendu en Haïti vendredi pour parler avec les membres de la société civile, examiner les progrès réalisé par l’USAID, rencontrer les représentants de l’ONU et des dirigeants d’ONG. Dans le cadre de sa visite, le Dr Shah a également rencontré le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive, qui co-préside avec l’ex-président américain Clinton la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH). « Depuis les premiers jours d’après séisme, l’USAID a travaillé en étroite collaboration avec d’autres agences du gouvernement américain, le gouvernement d’Haïti, la communauté internationale, et directement avec le peuple haïtien pour sauver des vies et commencer à prendre des mesures importantes pour reconstruire en mieux » à déclaré le Dr Shah [...] Les défis qui restent sont énormes, mais le gouvernement américain est profondément attaché et confiant dans le succès à long terme et la prospérité d’Haïti ». Dans le cadre de la visite, le Premier ministre Bellerive et M. Shah ont visité l’ancienne ambassade américaine, qui a été réhabilitée après le tremblement de terre. Le Dr Shah a également parlé avec Gabriel Verret, directeur exécutif par intérim de la CIRH. Kenneth Merten, l’ambassadeur américain auprès de la République d’Haïti et Directeur de la Mission USAID, s’est également entretenu avec le Dr Shah, ainsi que des représentants de l’ONU, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), la Fédération internationale de la CroixRouge (FIC) et du Croissant-Rouge (CR) et d’autres partenaires. Le Dr Shah a également rencontré des hommes et des femmes qui travaillent pour l’USAID en Haïti et les a remerciés au nom du peuple américain pour leurs efforts. Sécurité : Le RNDDH interpelle le pouvoir sur l’augmentation de l’insécurité dans le paysP-au-P, 06 juin 2010[AlterPresse] — Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) dénonce une persistance de l’insécurité dans le pays en dépit des mesures maintes fois annoncées par la Police Nationale d’Haïti (PNH) et du renforcement de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH). Assassinats, viols, vols à main armée, vols de véhicules, enlèvements et séquestration sont des actes de violence que ne cesse de subir la population, souligne le RNDDH dans une note de presse. L’organisation de défense des droits humains rappelle différents crimes survenus au cours du mois de juin, tels l’assassinat du couple Jumelle devant leur domicile à Thomassin le 26 juin, l’enlèvement et la séquestration le 27 juin de Hugues Célestin, ancien député de la 49e législature, candidat à sa succession pour la circonscription de Limonade Quartier Morin, dans le Nord. « Mr Hugues Célestin est connu pour ses engagements en faveur d’une meilleure distribution des richesses du pays et pour son opposition vis-à-vis des choix politiques troublants du pouvoir en place », écrit le RNDDH. Celui-ci invite le gouvernement à réagir face à ces actes en poursuivant leurs auteurs et complices et en mettant tout en œuvre en vue de permettre aux citoyens de vaquer librement à leurs activités. (INSECURITE / p. 13) MAISON A LOUERMaison à louer située à Vertières, au Cap Haïtien 3 chambres, 2 toilettes, cour spacieuse. Endroit idéal Un grand bureau, Maison bien équipée, Téléphone et Internet 24 h par jourAppelez le 305 – 305-4779

PAGE 13

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 13ENVIRONNEMENT Six mois en Haïti pour le Programme Alimentaire Mondial : Des secours à la reconstruction07-07-2010 16:40 | PAM Programme Alimentaire Mondial Six mois après le séisme dévastateur du 12 janvier, le PAM a nourri environ 4 millions de personnes en Haïti. Les opérations de l’agence ont beaucoup évoluées, transitionnant de l’aide alimentaire d’urgence à une stratégie centrée sur le long terme, s’appuyant sur l’assistance alimentaire pour encourager la reconstruction. Au cours des six derniers mois, la réponse du PAM à la crise humanitaire en Haïti est passé par les quatre étapes notamment : de sauver des vies dans la phase d’urgence immédiatement après la catastrophe, à des efforts de reconstruction aujourd’hui. 1. Réponse immédiate Malgré des pertes au sein de sa propre équipe et de graves dégâts infrastructurels, le PAM a commencé les distributions de biscuits à haute teneur énergétique et d’autres aliments prêts à la consommation moins de 24 heures après les premières secousses. Regarder les photos Nonobstant les défis logistiques majeurs, l’agence a pu distribuer 1 million de rations alimentaires à 200 000 personnes une semaine après le séisme. Le réseau téléphonique haïtien était anéanti. L’équipe logistique du PAM a mis en place un réseau de télécommunications pour l’ensemble de la communauté humanitaire en sept jours. 2. Livraisons organisées La capitale, Port-au-Prince, détruite, le PAM a mis en place 16 centres de distribution de rations de 15 jours pour atteindre plus de 1,3 million de personnes au cours des six semaines après le séisme. Regarder les photos Les distributions ont été organisées avec l’aide d’un système de coupons alimentaires qui accordait la priorité aux femmes afin d’assurer qu’elles et leurs enfants recevaient les vivres dont ils avaient besoin. Le PAM a également distribué des repas prêts à la consommation à environ 370 orphelinats, hébergeant 37 000 enfants dont beaucoup ont perdu leurs parents dans le séisme. 3. Protéger les plus vulnérables Une campagne nutritionnelle a été lancée en février pour distribuer des aliments adaptés, comme une pâte à base d’arachide, aux femmes allaitantes et aux enfants pour lutter contre la malnutrition infantile. Regarder la vidéo Les cantines scolaires ont repris en mars. Plus de 655 000 enfants ont reçu des repas quotidiens. Lire article Dès le mois de mars, quelques 300 000 familles vulnérables ont commencé à recevoir des rations sèches complètes, composés de riz, de haricots, d’un mélange de maïs et de soja, d’huile et de sel. 1,3 million de personnes, principalement les femmes et les enfants, ont reçu ces rations. 4. Travailler à la reconstruction Plus de 30 000 personnes participent aux activités de reconstruction dans le cadre du projet « Vivres et argent contre travail » du PAM. Le nombre de participants augmente chaque jour. Plus de 150 000 personnes reçoivent des rations par le biais de ce projet. Les participants sont rémunérés 5 dollars chaque jour et reçoivent des rations familiales en échange de leur participation au nettoyage des rues, à la construction des canaux d’irrigation et à d’autres activités pour faire face à la saison cyclonique. Lire article Jusqu’à la fin de l’année, plus de 140 000 haïtiens recevront un revenu régulier grâce aux activités « vivres et argent contre travail » qui permettront également de nourrir 700 000 personnes. Sécurité : Le RNDDH interpelle le pouvoir sur l’augmentation de l’insécurité dans le paysLa police annonce qu’elle a multiplié ces derniers jours des opérations en vue de mettre les bandits hors d’État de nuire. (... suite de la page 12) réalisées au centre-ville, 4 présumés bandits ont été tués dans des échanges de tirs avec la police et 11 autres interpellées. Lors de plusieurs interventions Cette semaine je voudrais m’arrêter au second sur la liste des Objectifs du Millénaire pour le Développement (voir HEM, Vol. 24, # 23 et 24) dont je rappelle la formulation : Objectif 2 : assurer l’éducation primaire pour tous. Cible : D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires. Au risque de passer pour un grand naïf, je ne peux m’empêcher de penser que cet objectif est vraiment trop « modeste ». En effet, le rapport 2010 nous apprend que « L’espoir pour une éducation universelle d’ici 2015 diminue, malgré le fait que beaucoup de pays pauvres font des progrès énormes. La scolarisation est toujours en hausse dans l’enseignement primaire, au point d’atteindre 89 % dans le monde en développement. Mais elle ne progresse pas à un rythme suffisant pour garantir que tous les enfants, garçons et filles, termineront un cycle primaire complet d’ici 2015 ». Et pourtant qu’est-ce que l’éducation primaire ? L’éducation fondamentale, me répondra-t-on, utilisant la formule consacrée officiellement depuis quelques années. Justement l’éducation de base qui doit permettre d’acquérir d’autres connaissances, d’autres savoir faire, indispensables dans la vie quotidienne. Restons dans la logique des OMD. Je reprends quelques passages du Rapport 2010 que j’ai cité il y a deux semaines : « La pauvreté et le manque d’éducation perpétuent les taux élevés de naissance chez les adolescentes », ou « Le recours à la contraception est particulièrement bas chez les femmes les plus pauvres et celles qui n’ont pas reçu d’éducation », ou encore « Beaucoup de jeunes n’ont pas toujours les connaissances nécessaires pour se protéger du VIH ». Autrement dit, l’éducation, mais pas seulement l’éducation primaire, est un élément important pour atteindre les objectifs 4, 5 et 6, centrés sur la mortalité infantile, la santé maternelle, la lutte contre le VIH/sida, le paludisme est d’autres maladies. Je n’oublierai jamais mon étonnement quand j’ai, pour la première fois, entendu une jeune femme me dire qu’elle prenait une gélule d’antibiotique après chaque menstruation, « pour nettoyer son sang » ! Voilà une femme qui a terminé le cycle secondaire, qui a passé par une école de secrétariat, qui était appréciée par son employeur, mais n’avait aucune idée de sa propre anatomie, du cycle menstruel et encore moins du mode d’action des antibiotiques. Mais le domaine sur lequel je voudrais insister c’est l’éducation professionnelle et là encore je me place dans la perspective post séisme. Je crois l’avoir déjà dit ; tout le monde est d’accord pur admettre que si le séisme a été si meurtrier c’est à cause de la trop grande concentration d’une population misérable dans la zone métropolitaine. Par conséquent une mesure urgente à prendre c’est la création d’emplois en dehors de la zone métropolitaine, en particulier dans le secteur agricole. La semaine dernière j’ai signalé que le Ministère de l’Agriculture, dans son PLAN D’INVESTISSEMENT POUR LACROISSANCE SU SECTEUR AGRICOLE, envisage des mesures de création d’emplois dans les infrastructures agricoles, dans les bassins versants, sans parler d’une intensification de la production agricole, mais tout cela suppose que les personnes appelées à occuper ces emplois reçoivent la formation indispensable à l’exécution correcte des tâches prévues. Bien sur, les auteurs du PLAN D’INVESTISSEMENT y ont pensé : « A la suite du séisme de 12 Janvier 2010, plus de 1.3 million de personnes des zones urbaines sont restées sans abris, dont 600,000 se sont déplacées vers d’autres Départements. Il est souhaité par le gouvernement qu’une partie de ces personnes puisse s’installer de manière définitive en zone rurale afin de limiter l’engorgement de Port au Prince. Cette installation nécessitera de pouvoir transférer à ces populations urbaines les compétences agricoles nécessaires à une mise en valeur optimale des terres agricoles et renforce encore la nécessité de mettre en place des programmes de formation agricole efficaces ». Ce transfert des compétences doit se faire « à travers la mise en place de l’approche Champs Ecole Paysan (CEP) et des écoles pratiques d’agriculture et de vie pour les jeunes (JFFLS) ». Etant donné qu’il s’agit de concepts nouveaux, au moins pour moi, je pense nécessaire de reproduire le paragraphe suivant : « L’approche CEP utilise au niveau de l’agriculteur et du formateur, les techniques non-formelles ou « d’apprentissage par la découverte »; elle implique des groupes d’environ 25-30 agriculteurs qui se réunissent régulièrement (généralement ½ journée par semaine) sur le champ tout au long d’une saison entière de culture. Les séances se focalisent sur le développement des compétences des agriculteurs afin d’améliorer la gestion agricole, particulièrement les connaissances des pratiques intensives durables telles que l’agriculture de conservation, la gestion de la fertilité des sols, le contrôle non toxique des ravageurs, la collecte/conservation de l’eau. L’approche prend en compte le système « entier », notamment des sujets liés à la gestion économique dont la comptabilité, l’accès au crédit rural et l’analyse du marché local / régional, et la gestion des ressources naturelles liés à celle des eaux et des sols ». Autant pour l’approche CEP, mais, en ce qui concerne les écoles pratiques d’agriculture et de vie pour les jeunes (JFFLS), le PLAN D’INVESTISSEMENT est très avare de détails ; je me demande s’il ne s’agit pas d’un remaniement des anciennes écoles moyennes dont j’avais entendu dire qu’on allait les redynamiser. Pour terminer, il y a un aspect important que je voudrais signaler à propos de cette formation professionnelle pour les agriculteurs. En dehors des considérations purement économiques, il y a le côté, disons, psychologique qu’il ne faut pas négliger. On sait que l’une des causes de l’exode rural est la désaffection des jeunes pour l’agriculture, et souvent ce sont les parents mêmes qui poussent les jeunes à partir. Un paysan m’a dit qu’il ne voulait pas que son fils vive dans mes mêmes conditions que lui. Mais attention, cette désaffection n’a pas que des raisons économiques, car en plus de fait que l’agriculture ne nourrit pas son homme, elle est aussi dévalorisée. Et j’en viens à cette interview informelle que j’ai faite avec un paysan. A la question : « quel métier exercez-vous ? », il répond : « je n’ai pas de métier ». A la question : « que faitesvous pour vivre ? », il répond : « l’agriculture, mais ce n’est pas un métier, car je ne l’ai pas apprise ». Tout ceci pour dire qu’une formation professionnelle formelle des agriculteurs peut contribuer à revaloriser la profession et contribuer à l’apparition de cette nouvelle classe d’entrepreneurs agricoles que tous réclament. Bernard EthéartLes OMD (3)Un test pour prédire l’âge de la ménopause?ont peu d’éléments pour le savoir. Des tests sanguins et des scanners des ovaires ne donnent une indication aux femmes que quelques années à l’avance. Selon l’étude qui doit être dévoilée cette semaine, les scientifiques iraniens ont prélevé depuis 1998 des échantillons sanguins chez 266 femmes âgées de 20 à 49 ans et mesuré leur AMH (hormone anti-müllérienne). L’analyse de l’AMH chez les femmes apporte aux médecins des renseignements sur leur réserve d’ovules. Deux autres échantillons sanguins ont été réalisés durant les six années suivantes en plus d’examens physiques. Sur la base de la quantité d’AMH dont disposait chacune des femmes, les scientifiques ont utilisé un modèle mathématique pour estimer l’âge auquel elles entreraient en ménopause. Et sur les 63 femmes de l’étude touchées par la cessation de l’activité ovarienne, accompagnée de l’arrêt de l’ovulation et des règles, la prédiction des chercheurs s’est révélée exacte, en moyenne, à quatre mois près. (... suite de la page 11)

PAGE 14

Page 14 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 LES JEUXLes Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2) (EN BREF / p. 16) Seulement après le tsunami en décembre 2004 que le DEC avait ramassé plus d’argent Au total 101 millions de livres sterling, ce qui équivaut à 152 millions de dollars, ont pu être collectés pour Haïti. Cet argent sera dépensé pendant trois ans par des agences humanitaires pour fournir de l’eau, de la nourriture aux populations sinistrées et installer des sanitaires. L’appel du DEC, relayé par la BBC, sera fermé fin Juillet. Nous sommes fiers, dit le Disasters Emergency Committee, qu’il n’y a eu aucune épidémie après le séisme et c’est grâce à notre travail de ‘sanitation’ accompli dans les camps et ailleurs. Mais il y a plein d’autres choses encore à faire. “Les gens ont besoin d’un emploi pour payer leur loyer, pour réparer ou reconstruire leur logement. Il faut commencer par le déblayage des débris et cela coûte cher”. Le DEC (Disasters Emergency Committee) est l’organisation coiffant plusieurs agences d’aide incluant ActionAid, La Croix Rouge britannique, Care International UK, Christian Aid et Islamic Relief etc.Bill Clinton confie au magazine ESQUIRE ses intentions concernant HaïtiCes citations sont tirées du journal Esquire. D’abord Clinton prend l’engagement de consacrer trios ans de sa vie à Haïti : “ Je ne veux pas être naïf, dit-il. Cela va être difficile. Mais cela n’exclut pas que après plusieurs incidents cardiaques et mes 63 ans, je me prépare à passer mes trois prochaines années travaillant sur le dossier HAITI. Ils veulent exactement ce qu’il faut, vous savez, the right thing pour leur pays”. Concernant les opérations de nettoyage : “ Vous avez certainement entendu dire qu’il va nous falloir deux ans et demi pour nettoyer les débris encombrant Port-au-Prince. Même si nous avions à notre disposition des milliers de camions travaillant 24 heures sur 24 … iI faudrait ce tempslà, à cause du volume que nous avons à déblayer. Il faut prendre en considération le fait que les routes sont mauvaises et qu’il faut transporter les débris hors de la ville pour ne pas aller encombrer un autre quartier et tout ça. Aussi je suis arrivé à obtenir d’eux qu’ils travaillent bloc par bloc. Prenons un bloc de 2 mètres carrés, par exemple. Et disons qu’il y a 20 blocs analogues dans le quartier. On ramasse les débris bloc par bloc et on les emmagasine sur un bloc du quartier. Vous déblayez donc les autres blocs et encouragez les gens à reconstruire leur maison sur le terrain déblayé. Vous pouvez utiliser une loterie pour départager les terrains déblayés. Si nous arrivons à mettre des gens au travail, je pense que cela fera une immense différence”. Sur les Haïtiens : “Ce qui frappe c’est qu’ils écoutent quand vous dites que vous allez faire des choses et je tâche de ne pas trop promettre et de respecter ma parole. Je suis persuadé que si jamais je ne tenais pas mes promesses, les gens me tourneraient le dos. C’est pourquoi je me réveille chaque matin avec des battements de coeur à l’idée de ce que je devais faire et que je ne puis pas encore faire. Les Haïtiens ne sont pas organisés. Ils ont besoin de structures organisationnelles pour pouvoir réaliser davantage. C’est ce que j’essaye de faire. Je voudrais que chacun puisse prendre conscience des diverses alternatives. Je voudrais qu’ils réalisent que Haïti peut devenir un pays auto suffisant concernant l’énergie. Je voudrais que les Haïtiens apprennent à tout recycler et à utiliser le reste pour servir d’énergie. Est-ce que ce ne serait pas magnifique que Haïti puisse devenir le premier pays de la terre à être ‘wireless’ ? Et cela, ils le peuvent, moi je vous le dis”. Mais par où commencer? “ Le système de santé. J’avais l’habitude de dire qu’il devrait être reconstruit. Mais je me suis aperçu qu’il n’y en a jamais eu dans le pays. Donc il faut le construire.” Et puis, il va nous falloir refaire les infrastructures, il va nous falloir rebâtir le système agricole.” “ Il va vous falloir commencer là où vivent les gens maintenant, c’est à dire dans les camps. Nous avons besoin de plus de propreté. Nous avons besoin de créer davantage d’emplois. Il nous faut maintenant commencer avec la reconstruction. Puis faire aussi quelque chose concernant l’éducation, mettre de l’argent entre les mains des pères et mères de famille. Propos tirés du magazine américain Esquire. HORIZONTAL 1. Colora toute la coupe du monde 2. Enlever 3. Star du foot, devenu entraineur 4. Sucions 5. Article 6. Peuple du Népal Nobelium 7. Niches funéraires 8. Mauvais garnement. VERTICAL 2. Peuple du nord-est de l’Inde Parti anti-apartheid 3. Gardien des Pays Bas Institut des Femmes Entrepreneures 4. Langue de programmation Métro de Chicago 5. Zone du ciel autour de l’écliptique 6. Attaquant du Cameroun Strontium VUVUZELA A#O#OTER MARADONA POMPIONS I##LA#O# RAI#Q#NO ENFEUS#S SCELERAT Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot f rançais Solutions de la semaine passéeMERRAIN D A E U R B U Solutions de la semaine passée:Solutions de la semaine passée: LES JEUX DE BERNARDAllez de RODAIS à CEMENT , en utilisant des mots du du vocabulaire français, et ne changeant qu’une lettre par ligne.Mots Crois ésAS Roma Benfica Lisbonne Cruzeiro FC Barcelone FC Seville Flamengo Galatasaray Inter Milan Villarreal WolfsbourgFEALES FERLES FERLEE FERIEE SERIEE STRIEE STRIGERODAIS CEMENT CASNVYH RMJYADMSB EJW LFSB URG EBYQ GUYXKCFMFWFEKB QD JVHFQILEPCANALIMN BENFICALISB NNEGG WNDBLPMNU VL NNAL J FCSEVILLEHVLPA SU R MNVMHRCUAILM RS XIKGXUM R RAA MD EPE DIRDAMLAER LE JHIZLWESBNPLRS M EARNAUMASCEAYRA AUNSMNZ RF F NPAN ARHALZJA CCQJXPL SIANN YLEUQIPMYL ANMVQJKGE QHMNLIS L FGBYXRMFNZZ UVB

PAGE 15

Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25 Page 15Ti Gout pa Ti Gout ak Jan MapouVAKANS NAN PEYI LAKAY VAKANS NAN PEYI ETRANJEMwa jen, mwa jiye pou jenès-la nan peyi lakay, se 2 pi bèl mwa nan kalandriye-a. Liv jete nan youn kwen, tenis boyo tounen tralalap, se lè pou timoùn yo bay kò yo ekzeyat. Yo pwomennen monte desann tout lasentjounen. Yo monte sèvolan, yo jwe toupi mennen nan pòk, yo teke mab…Fè kous bisiklèt; yo swe kou pitit bouki nan solèy midi; yoùn ak kouri dèyè lòt … Men pa pè non, granmoùn yo ap veye, papa , manman, grann ak vwazinay ap obsève tou sa k’ap pase. Se epòk timoùn al nan sinema ak ti zanmi yo osnon al nan bal salon Monkonpè-Makomè. Se la y’al ploge, koze ak ti medam yo, fè ti bo nan fènwa; batay kon pete tou nan kozman fè jalouzi… Anfen malgre nayklib gaye toupatou, mizik tout kadans pou piyay se pa tout fanmiy ki kite pitit yo kit se fi, kit se gason al nan bal ap rantre a 3-è dimaten. Si pa gen granmoùn ki ap akonpaye-w, enben se chache youn kote pou mete kòw. Nan epòk vakans se lè timoùn rantre nan eskout. Y’al nan kan kote yo gen youn CP (chef patwouy) fè jwèt ak yo, fè fedkan, aprann yo kuit manje, aprann yo naje, pale an semafò aprann yo fè ne nan kòd opwen si ou kite youn eskout mare-w se pa nenpòt ki moùn ki ka demare-w. Eskout ak Gid nan peyi lakay an epòk lontan se te ekip sekouris ki pare pou reponn prezan pou ede popilasyon-an. Dayè se deviz yo. Scout toujours? yo reponn Prêt… Lakay se te bèl bagay wi, timoùn kou granmoùn al laplaj osnon al benyen larivyè. Y’al fè piknik, manje kann, manje mango, fè lago-lago pike nan gwo basen, al larivyè lobe voye dlo yoùn sou lòt. Alabèl bagay se lè timoùn an vakans lakay! Sa se lakay. Se konsa sa te konn ye lakay lè lakay te lakay men kijan vakans ye pa bò risit nan peyi etranje, an nou di nan sosyete meriken nan Miyami jounen Jodi-a …Adyeeee! pawòl anpil machwè gonfle… Pa bò risit jounen Jodi-a, timoùn yo lage kon kabrit nan savann. Manman ak papa al travay, timoùn pa chita nan kay la, lekòl lage, chat pa la rat ak bay kalinda. Timoun yo mete kay la tèt anba. Chanm yo _ si yo gen chanm _ outadi depo book: soulye, grenn chosèt, pantaloon sal, wòb sal tout lage atè, dra sou kabann yo tounen kòt kabann outadi kabann prizonye…dra pati kwichi, anpandyos, zòrye youn bò, pijama youn lòt bò… Lè yo rantre sot pwonmennen, yo fatige, yo monte kabann yo dòmi ak tout rad sou yo. Pil rad sal fè piramid. Kanta pou asyèt, ajantri ak gode se pil sou pil pou manman lave pou yo. Yo envite zanmi vin gade televizyon osnon vin pase wikenn ak yo…Yo manje nan chanm nan, tenis yo, gwo tenis gwo non ki koute tèt nèg, paske yo pote non atis Maya Annjelo te dekri nan powèm li-a, lage toupatou, sant mayas anvayi tout kay la. Ekondisyone ap ponpe frechè 24/24 plis 2-3 vantilatè ap woule, limyè limen tout jounen. Kay la tounen youn fannal gwo solèy midi. Kanta pou Frijidè menm menm se louvri-fèmen alaminit. Lèt ak ji pa fè de jou. Vire tounen bouch yo ap mache, e si gen desè nan frizè-a menm tankou krèm alaglas osnon pitza, se nan youn bat je, tout bagay sefwe. Timoùn yo pa bay maykwowev-la youn chans pou l’respire… Timoùn nan peyi isit nan epòk vakans adyeeee! tèt chaje, s’oun bann ti mangouyan anndan kay la. Epitou, yo nan lari y’ap mache monte desann sa y’ap regle pesonn pa konnen. Gen menm nan yo, kanson yo anba tivant yo, san sentiwon, kalson ekspoze ovan tankou rad prizonye, Yo kenbe komisyon yo kon grap rezen outadi se Michael Jackson k’ap danse Pòp. Kanta pou ti medam yo menm _ nou vle di kèk nan yo_ se youn zafè de kilòt tikòd tankou chwal sangle, fouk pantalon byen kout, y’ap sikile ak tatou sou deyè yo… Osnon tete manmèl gonfle prèt pou eklate nan lestonmak yo. Kanta pou jenn gengenn yo menm, y’al nan South Beach, y’al nan bal, y’al nan sinema ak mennaj yo, yo rantre 2è-3è dimaten. Yo pa pè ni dyab, ni lougawou, ni volè, ni asasen. Yo rantre lè lide yo di yo. Yo gen kle kay. Yo gen kle vwati. Epi alewè ki sinema? S’oun GPS pou yo ta mete sou yo pou paran yo ta ka konnen ki mouvman k’ap regle… Plis ankò, nan epòk vakans, mesyedam yo pale nan telefòn jouk yo sou. Telefòn nan kole nan zorèy yo kon karapat; yo pale, yo ri, depi yo leve jouk y’al kouche epi kisa y’ap di ? Ki koze k’ap pale, se chuichuichui, ou mèt kole zorèy ou pa p’ tande. Epitou si se pa konvèsasyon nan selila, se tèks mel k’ap pouse ale-vini tankou yo di y’ap tèksting, sèksing, tuitè, fesbouk… Ansòm se gwo koze e lè yo chita devan konpitè-a, wa pa kouzen yo. Dwèt yo si tèlman rapid, ou mèt chita sou kote yo, ou pa sa ni wè, ni li sa k’ap fèt nan konpitè… Malgre paran yo ka mete kontwol sou konpitè yo pou timoùn yo pa gade nenpòt ki pwogram men adye pòv paran yo kisa yo konnen nan konpitè? se la laj yo. Se pa epòk yo… Dayè depi youn paran kole nan kozman telefòn selila ak konpitè se lajenès yo, se timoùn yo rele pou vin ede yo… Timoùn yo ka demonte konpitè-a pyès-pa-pyès. Yo konn tou sa ki anndan vant li… Alòs m’pa bezwen di nou. Olye se paran k’ap Mennen; se timoùn yo ki sou volan kamyonèt la… Kidonk Lekòl lage tètkale! Men kijan jenès nou-an ap boule nan kilti merikenan. Lè yo fenk vini, se tankou sent Nitouch yo; pa ka kase youn ze. Yo pa menm ka pale. Enben, ba yo 3 mwa, w’a wè longè yo… Yo gentan pale Angle kon rat. Yo konn tout wout. Tout magazen. Tout nayklib. Tout pwogram nan konpitè…Alòske Granmoùn yo ki isit depi dikdantan sèl wout yo konnen se wout travay yo ak al nan makèt. Kidonk, malgre tou sa nou sot dekri la-a nan epòk vakans lan, fòk paran yo veyatif. Louvri je nou. Chache konprann sa k’ap fèt nan kay la, chita pale ak mesye-dam yo. Kontinye ba yo bon prensip. Fè yo konprann san nou pa joure depi yo anba tonèl kay ou, se pou yo konfòme yo ak prensip fanmiy lan. Fòk timoùn yo konprann menmsi yo fet isit gen yon seri prensip, youn seri valè familyal ki nan kilti nou nou pa kab lage. Menmsi yo pote bòn nòt nan kanè yo… Pa kite yo kase kod. Mete kontwòl. Kenbe tout bèl valè edikatif ak bonjan levasyon nou resevwa nan men manman nou ak papa nou osnon grann nou. Se youn obligasyon pou n’ pase vale moral sa yo bay timoùn yo… Ya babye; Y’a plenyen ; Y’ap rayi-w… Men demen lè yo gen pitit pa yo y’ava remèsye-w. Jan Mapou (Jen 2010) mapoujan@bellsouth.net ===================================KORESPONDANS(Michel-Ange Hyppolite-Otawa) Tèks mwen ekri la-a se repons mwen bay Jean-Marie Mondèsir, youn kreyolis dyanm nan rejyon Otawa-a, sou kesyon maskilen ak feminen nan lanng kreyòl Ayiti-a ——————————————————— Se mwen ankò ki retounen sou labal granm maten-an. Mwen vle retounen sou aspè feminen nan mo kreyòl nou-yo. Eske prensip feminen epi maskilen-an vrèman ekziste nan fondas kreyòl Ayiti-a? Nan reflechi mwen yèswa, mwen remake atik ki genyen nan lanng kreyòl Ayiti-a pa endike « le genre» . Kit mo-a kòmanse ak «le » oubyen « la » an franse nou toujou di «la» oubyen « lan» nan lanng kreyòl Ayiti-a. Sa vle di afè « genre des mots » nou jwenn nan panyòl, franse elatriye pa ekziste nan kreyòl Ayiti-a. Nan lanng kreyòl-la se silab final-la ki pral endike si pou nou di «la» oubyen«lan». Se pa maskilen oubyen feminen-an menm jan ak franse, panyòl eksetera. Kounye-a, ou pral mande tèt-ou kilè pou ou di «la», ki lè pou ou di «lan».? Poutan, ou fè li chak fwa ou ap pale. Se sa ki fè lenguis ki rele Chomski-a di: pou youn mounn natifnatal, gramè lanng-lan nan tèt-li. Nou aplike règ-yo san nou pa konnen. Men règ-la: Lè youn mo fini ak youn son nazal nou mete «lan», «nan» oubyen «an» dèyè li. Lè mo-a fini ak youn son ki soti nan gòj ou mete «la», «a». Ekzanp kreyòl Ayiti-a. Ou pa di kreyòl Ayiti-la. Se sèl youn etranje ki ap aprann kreyòl ki kab di sa. Konsa, chanjman nou genyen nan atik defini-yo, se pa « le genre du mot » ki ban nou yo. Nou kab mande kouman mwen fè konn sa, se paske mwen ta pe anseye youn matyè ki rele kreyòl nan kad kou kreyòl pou youn kredi Ministè Edikasyon Ontaryo-a kreye. Mwen dwe di nou, sa te pran mwen youn ti tan pou mwen te sonje règ gramè sa-a, poutan se tout lajounen mwen ap sèvi ak li. Mounn ki responsab fakilte lenguistik Ayiti-a genyen pou devwa pou yo ekri gramè kreyòl-la. Se youn pwojè konsa Jafrikayti, Jude, Hogu, Kaptenn, Vedrin , elatriye te bay tètyo pou youn rankont anndan Ayiti ak etidyan fakilte lenguistikyo nan ane 2004, men pwojè gramè sa-a ( nou pa kab di gramè sa) te mouri depi nan planifikayon-li, paske kanmarad REKAyo te manke nan serye-yo. Mwen pa konnen règ ki anpeche mwen di: gramè sa. Si mwen te konnen li, mwen ta pataje li ak nou. Petèt Pimich, Yvon Lamour oubyen Plasid ki etidye lenguistik va ede nou ak sa. Men youn lòt kote ankò koze «le genre» pa ekziste pou nou nan kreyòl Ayiti-a, kant li ekziste nan angle, franse, panyòl elatriye. Mwen vle pale sou koze pwonon pèsonèl kou: « il », « elle » nan franse, oubyen « he », « she » nan angle ak « el » epi « ella » nan panyòl. Nou pa gen varyasyon sa-yo nan kreyòl. Nou senpman di «li» epi sa rete la. Kit se mounn ( fi kou gason), kit se bèt, se menm kout bwa-a. Mwen di bèt, paske nan angle, pou bèt ak « les objets » yo di « it ». Se tout remak sa-yo ki fè, menm jan ak Pimich, mwen kab ap poze tèt mwen kesyon sou prezans konsèp feminen-an nan lang kreyòl Ayiti-a. Nou konnen gason se houngan fanm se manbo, petèt, kondi Pimich, se pa lide feminen-an ki motive chwa de mo sa-yo nan kreyòl-la. Mwen di li byen: petèt, paske mwen poko konnen. Doktorès epi doktè, vwazen epi vwazin eksetera, se petèt paske franse-a detenn sou kreyòl-la. Kounye-a, se estandadizasyon lanng-lan ki pral di nou sa pou nou fè: èske nou dwe rete nan baz lanng afriken-yo pou gramè nou, lè sa posib, oubyen akokiye nou ak franse-a? Mwen di li byen wi: akokiye! Paske, gen anpil preposizyon franse ki pa vrèman kreyòl epi nou tande yo souvan lè mounn ap pale kreyòl. Genyen tou youn « que » (ke) nou jwenn nan pale ak nan ekri kreyòl Ayisyen-an, men ki pa nesesè nan lanng kreyòl Ayiti-a. Mwen di akokiye, paske mounn ki ap fè radyo nan milye Ayisyen-an gen tandans touye «nou» ki se pwonon pèsonèl dezyèm pèsòn pliryèl-la an kreyòl. Rezon-an, se paske «nou» sa-a voye yo nan « Nous » franse-a. Sa lakòz yo sèvi ak «ou», menm lè yo ta dwe di «nou» lè yo ap pale. Sepandan, si yo ap pale enksyamman, se nou yo ap di. Nous mangerons = nou pral manje Vous mangerez = nou pral manje. Abitid lanng franse-a anpeche sèten Ayisyen ki pase lekòl, espesyalman mounn ki nan radyo, sèvi ak « nou» pwonon pèsonèl dezyèm pèsòn pliryèl-la nan lanng kreyòl Ayiti-a, paske daprè yomenm se pa sa yo ta dwe di. Kidonk Jean-Marie, travay refleksyon-nou, analiz-nou ak rechèch-nou fenk tanmen gason. M’ale Kaptenn Michel-Ange Hyppolite M.Ed Kaptenn Koukourouj Enseignant / Pwofesè Manm Sosyete Koukouy Kanada ======================== From: Jean-Marie Mondésir To: Kapten Koukourouj Cc: jafrikayiti@gmail.com; Manzè Choublak fabiloz@hotmail.com>; jude jean-françois judegardy@msn.com>; pimich@yahoo.com Subject: Reyaksyon sou dokiman an Kaptènn, Mwen pran konesans dokiman an ki te atache nan dènyè lèt elektwonik ou voye bay lòt konpatryòt yo pou komantè. Mwen jete koudèy vit fèt sou dokiman an e mwen fè yon kopi pou lakay. Reyaksyon pa m : prensip ou tabli pou fè lòt kòlèg yo konprann ke lang kreyòl la pran rasin li nan lòt lang ke latin pa gen pwoblèm. Tout moun rete kwè yon lang ki jènn tankou kreyòl ayisyen an dwe sèvi ak lòt mo/tèm/nosyon ki tabli pou pèmet mesaj la oubyen kominikasyon an byen pase. Youn nan pwen pou n koze sou li, eske dokiman an vize yon ekip pwofesyonèl kap feraye nan domèn kap etidye a. Mwen ta renmen konnen : eske dokiman an vize tout moun alawonnbadè (piblik la). Si se piblik la, mas pèp la dokiman an vize fòk nou chache rete piprè reyalite lokitè yo pou mesaj la kapab pi efikas. Tou depann andyans/piblik dokiman an vize, sa a pèmèt tradiktè fè chwa mo/tèm/nosyon ki tradwi lespri tèks li a. Mwen konprann demach ou lè w pa fin klè sou sans yon mo/ tèm/nosyon franse, ou chèche nan lang angle pou sezi sans mo/tèm/nosyon l an selon dokiman referans ou genyen. Mwen dakò ak remak ou fè sou kesyon òdinatè ak konpitè ki se 2 tèm itilize nan reyalite peyi dayiti. Nou ka fè menm demach sa a pou telefònn selilè, telefònn pòtab, telefònn mobil elatrye. Si nou vle fè yon nòmalizasyon tèm teknik nan youn domènn byen espesifik, fòk nou ta rive fè rechèch baze sou refleksyon moun espesyalize ak dokiman referans nan domènn nan. Pou koulye a pako genyen dokiman ki kapab sèvi referans sou chwa mo/tèm/nosyon nan yon domènn teknik. An reyalite se ta sou otorite yon òganism leta pou travay sa ta rive fèt yon mannyè pou sa genyen plis valè ak fòs. Sinon se lave men siye atè, paske pap genyen okenn entitisyon kap fòse moun respekte tèm ou nosyon teknik ki nòmalize yo. Genyen yon kote mwen pa fin dakò avek ou se lè ou di feminen tradwi pa femèl ou fanm e maskilen pa mal ou gason. Se pa nan tout ka nou jwenn reyalite sa w di yo, ann pran kòm ekzanp : Anmore fè anmorèz , chantè fè chantèz , doktè fè doktorès , divinò fè divinèz, tripotye fè tripotyèz, vwazen fè vwazin, kouzen fè kouzin elatrye. Apa remak sa yo mwen pa gen pwoblèm ak ansanm dokiman. Fòk nou sonje, edikasyon nou fèt nan lang franse se tou dènyèman dirijan tabli yon pwogram kreyòl la tou bon vre nan anseyman primè peyi dayiti. Tout demach kap fèt dwe apsèpte kòm prensip reyalite sa-a. Se sa ki fè mwen ap travay bò kote pa n pou krete bon jan zouti kap sèvi referans ak tout moun kap travay nan koze lang (tradiktè, entèprèt, tèminoloòg, lengwis , leksikolog elatrye). Jean-Marie Mondésir ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ENVITASYONSOSYETE KOUKOUY Miami Inc. ap prezante MÈT LAWOUZE, pyèsteyat 8-tablo ki youn adaptasyon woman Jacques Roumain. Otè: Jan Mapou & Paula Pean-Clermont Aktè prensipal yo : Nadège Etienne, nan wòl Anayiz, Yolande Thomas nan wòl Delira, Kiki Wainwright nan wòl Byenneme, Jacques Medard nan wòl Mannwèl. Gary Erneus nan wòl Larivwa, Anthony Bayas nan wòl Jèvilyen. Edeline Clermont nan wòl Matant. Mèt Lawouze ap sou fòm teyat total ak chante konpozisyon – montaj sou direksyon Kiki Wainwright ak Dans sou direksyon Manno Merisier/ Nancy St Leger Mèt Lawouze nan Gusman Performing Arts Theater Dimanch 15 Out 2010. 7:00PM . Moso nan pwofi-a prale pou konstriksyon Legliz Notre-Dame d’Haiti nan Little Haiti. Achte biyè nou bonè . nan Libreri Mapou. Enfòmasyon: 305-757-9922 Sponsored by: Miami-Dade Dept of Cultural Affairs; H.A.L.O ( Haitian American Leadership Organization) ; Libreri Mapou, Notre-Dame D’Haiti Church, Komite 12-Janvye.

PAGE 16

Page 16 Mercredi 14 Juillet 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 25BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.com Library of Congress # ISSN 1064 3896 Printed by Southeast Offset : (305) 623-7788 En Bref...(... suite de la page 14)Haïti République Dominicaine : Commission Mixte Bilatérale et thèmes de la prochaine réunionCette rencontre aura lieu à la fin du mois de Juillet (30 ou 31 Juillet) et à Port-au-Prince. Carlos Morales Troncoso, Ministre des Affaires étrangères de la République Dominicaine, s’est félicité de la décision des Présidents Leonel Fernandez et René Préval de relancer la Commission Mixte Bilatérale dont la première séance s’est tenue à Santo Domingo le 29 juin dernier. Lors de la prochaine réunion de la commission qui devrait se tenir le 30 ou le 31 juillet à Port-au-Prince, de nombreux sujets seront à l’ordre du jour, comme le débordement du lac Azuei, le commerce transfrontalier et en particulier l’entrée être analysés avec d’autres acteurs spécialisés possédant une vaste expérience dans la question de la sécurité à la frontière ou de l’immigration. EcoutezMélodie Matinavec Marcuswww.radiomelodiehaiti.comdes poulets dominicain sur le marché haïtien ou l’extension du Plan Vert Quisqueya. Morales Troncoso a dit que d’autres questions pourraient être incluses dans l’ordre du jour, telles la santé, l’éducation, la culture des deux pays, le trafic à la frontière, les violations des droits de l’homme, le commerce bilatéral parmi beaucoup d’autres sujets d’intérêt pour les deux pays qui devraient www.Musiquedesiles.com1. Septentrional: Gold 2. Barikad Crew: Goume Pou Saw Kwè 3. M. Charlemagne: Le Visionnaire 4. Zin: Pi Red 5. Beken: Tribilasyon 6. Barikad Crew: Jiskobou 7. Beken: Canter 8. T-Vice: Kitem Viv 9. Compilation: Disque d’OrTop Hit ParadeSemaine du 12 Juilletwww.Musiquedesiles.com