Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Miami, Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

















12 Janvier 12 avril 2010



Courage & Dtermination


BILAN
Le sisme trois
mois plus tard !
PI-)RT-AUi-PRIN(CE 12 A Ii
- TIOIs 1oiille l NotIi oi0111'i le
12. \ nl l Uili1i Le 12 JiLin i lc dleniii
Poll-,ii-Piiiin c l Iuiies \ illie_
\oisIIies 0111 e01ie lilppl ee IXii L
ieicuble ieiini dle liie dle iaiil1iiiii, l
S iui a i i I pini lc i 22 111111 iiioii
1.;111 I bls_' doni il d i., 11 lll _sc
isii Olll IP lndlicap .s pIlus il
iinllioiis dile aiinI b-s c. Coiiiml iii
aj. i l l~ i i qiin lls qlin o01 i in dl
Juiiii i 5 1 ii llioni \ \111ian il
I c,1 _i_ I ct aI hi c Ii Ii a i Int i
L .1 _scn 'l l JII I, S d lt ill
liin".. ldu PIB l cn los pIlL dc la
111Oll' dc I c' c O1IO111' illIO ll'lc



Ioni d i ln iiesl qli il oilt liiol \c
Jiiinice ila e cl' l'enui eile'_ )liei
Le,' ili//i iin e _oii ei iitiiiel le inilliei l
eiiiiie-s. 1I II hic ili nI leus loss
Coiiiiiniu nes en ileliois dle lai alpil lec
El e niC Iosli pi.is uniquieliien'li i Cei\
lii on .Ia oiiUiii d alppelel les
iiiilicenti
C'a roule !
Il e.si dle bon i n o le dl ss i l



S 1 I ,I 11. c I Ci%_-I' 'l IC 1' II
IOln bilnII a l iiio iiina te is Ieii N1bl
loi-. O)\ nilu jn jle'riidei jiii nte le
Si 1 jnaii ise lii icin
lonioiii .I \ ille nuiia.e Io le i
Le piole I l 1 n iaiiiiqu
,LIeLIII IIIoi Ieni 11 1 a Ix I Ia _eniim, e ll iln
_seiSI1e De\ ineI / Ce qiie c.li _uIiil
ildna le c.ia coiii ii e 1i c
PeIilo jnhce o111111 \ie 1.
Pcoio b' \i i ([ BILANia .4/ i
I BIL.XN : I,. 41


dans le Malheur

/ -. "


h


-A


*1


uI~u, ~ h ~ ~.b. 1,, ~'/j.q..


/11 1 1 I / ,. i, 1 : ,. 1


LE CIMETIERE
EGALEMENT
DEVASTE
Goudougoudou
versus Baron
Samedi!
Pf)RT-.Ai-PRIN(E 12 A\ii
- En H.II cii tI'll n ii I moIls nIIo
0i pi III ini iI I \ lo ill l ji [1. 11_
ci \ cic \ c l_.j
L iai.ndc llucilc' de'l Poii-
LIu-PI iC, a c clatlsl inallnc.nc xplc.
_sc.l-_ i '\ Jdlc Jii.Ull dil 12 ai,' \ Ici qti
IL cI'_ d. la cap elcln
1n i.i > ilae Ic c nci xl coliic
PM JiIS. I: llllIIIK'IIl |1OIIlIk
Il J C OIc Ic 'I.I JUilC. lll iiCllllO
Lc \ i\nuiils pin ii ni il boiil ai n\-
in ciii Simplc i nIIIICi c l fl ii I
PoI ila liil CCn ilw o IIi qlil
Loi iinb i. \ i \I cii ll c oI iloI i lc
COlll||l tI tl\ ll \lll.l .I O.l C.cIOll Ic

cblik clii i nici l n 'i 'i ic cOIc jil ili. \ ,il
Dci\ i 1oci IlO ilCl|IL t'1I\ la
pc'lll chap'llc du a l l c 'Ilc cc' cst
lOlll .nill.ln dllUlllld
En liLlliC iC liC/e-1 OLh bcn ia
En tllllk ik-ll'/-\0oIi bl'll. I,
Cioi\ dlc BaIon SE. c cii i chl l c5 i c'
ci cCiii qn on .1llpp llc lI iniailC ilnu
c mlelll'l l' IelO Ip il l l' 0'll
111% IOII l. 11101 C '% l CII)l' 1t ,IIc
B IioII et le ilc ii q ilc ns
lc' % \ i\ ji ii l ,ii 1, 1 I' ii dI c c I')O i
l 1' l i i ll Ippci l cc
L _s _Ii IIi ,I liiippl) j\11
LIli Il-c 1 0IIOLII t[O t le qtl, lll I l
ji|ppc.lc.. Bas Pc.li dii C lios .
Toiikls lcs i[ il's d .i /OIia ion i i
bloqi tii Oi|loi hicl Ii I li| l cbl. i s
i llll: II niin l \ J ill iiiisoiis qtlii so
C t. JHi i t lc i uili on
iGOUDOUGOUDOLi p. .5


RELOGEMENT

Discrimination au niveau des camps ?


P()RT-.ALi-PRIN(CE 11ii A\l La paieinlic.hcs
poliliiqiie Ci li plesqtil leiniiie .\ 'e I lc \ oi leiili dle d l loi
_sul la Rccoiinsii iiioii p i la C haluiibiib le dc lep iiie lce loiI
dil Sen iti \ ieiiili lc iin.iil I I\ li lii ne Ji lil
piioccupllion IelIioIne JUSSOI n pClelieie Il Iie leh_
cami1ps le d _sIIsII _s
Dcui\ foint pIilei paIiiecliCeielelni d Cet\ 1 1 1 lI
Cajmp qi I ii s ci i InsuIlle sll l. I pelouiisc illu Il I'i diiil
istaiciliin e dla Capia ile le Siade S\ 1 io (110 C iti ei i le plus
uniiid Ii.uissimblc niieni e _ndc _,i abrs, _inite l in si ai n iC dul 12
IanI1\ I'I le le 1 p I i i s eC t dili s .a I a1 c' IICen I aI oisi dle
-oll dilC lLib dic Piioni\ Ill C(Iapla e 45 111111 pcisoiiiinn
Nlahien Ii caii plup dle i>l iii iiin basim 11o
\nciliedci la i le sioii Ci iiioin1111 i Stiia e .It[IC anI
Ciintii -\ ili de la Capliaile Sa iliieCioii iiiiiil nd lIe eCupei l


p0Li la cpc idl C ulciauioiii[ dc fooibaill
Lcs d,c si dc uC LIIliC uCoiiiIiC .iCCi a Icil IC
p1,cssioii .Allc, / oLhdC
)Lhc nue hoL"
Lcs sci,c iic cbilc Jklis iilCf im pa dc
pa ii Ni lah p ouill ai oii nE c lc dccpo i I al oss
La d iioii diul Aid I lc ussi a la s a c I lc-
ncfacc Mldlcuuchuit paldcqgc LIIIcsKCC
aiiucc I n iiLCiC inw ic c dcPo 1Liii-Pi %ii CC onI Il dc CC idLlu

IlU s0ii s Mlnlt dcs 1 ilLll doic. ii dcpql lon u lc
Cal:c! Sc idu II 2.iii' ic i su i L I lpA CiI s ii iCilslLlC
~il icplcli dl f`ooibaill liaic
L cdoi id ioit cillcuci m lc pL Ip C', on1 a
iRELOGENIENJe.Ni


Le nationalism doit faire le bonheur

du people et pas le contraire


M 1 0 0 0 0 10 0 1 - 1 -0 0 1 0 -


-- II *I~ I ~p
,ii I'i``~- ;~-'' ~- ~- 1. ~-, ~ iii iiii, ii \ i ,iii ii. i .;.;, Ii,'l'i''l,


1.oi" / 1.






S EN PLUS ...


EN BREF ...


Mercredi 14 Avril 2010
HTnti pn Mnrrhpe Vnl XXI\TV N 1


Le thme mme de la Confrence
des Donateurs qui s'est tenue New York
le 31 mars dernier Vers un nouveau future
pour Haiti mrite qu'on s'y arrte un peu
afin de dterminer les enjeux et les
processus sous-jacents qui spcifient et
justifient l'usage du vocable nouveau
qualifiant le but de cette rencontre. Le thme
en soi constitute la reconnaissance claire
qu'une nouvelle approche s'avre
imperative dans le cadre de cette nouvelle
dynamique sociopolitique. En ce sens que
le nouveau future implique une nouvelle
approche la transformation structurelle de
l'conomie en vue d'impulser le
dveloppement durable et un avenir digne
pour le people hatien. Bref, il est venu le
temps de maintenir un processus continue
de rflexion, sur notre comprehension
quant la manire d'aborder la question
du changement et du dveloppement en
Hati.
Le sisme du 12 janvier 2010,
comme dsastre natural et comme
consequence des inconsquences du genre
human dans sa gestion de l'environnement,
a mis a nu l'extrme vulnrabilit structurelle
du pays. Le tremblement de terre a dcim
l'Etat central don't la lgitimit commenait
tre srieusement rode vu que ses
principaux organes se montraient
absolument incapables de fournir les
services sociaux de base et de protger et
servir les intrts de la population. Une
population don't la moiti, soit plus de 4
millions d'individus, vivait dj, bien avant
le 12janvier 2010, en dessous du seuil de la
pauvret.
Aux lendemains de cette
conference, l'vidence pointe vers un
approfondissement de l'engagement
international et vers une volont de
construire mieux cette fois-ci puisque
l'emphase est mise sur la planification
stratgique et la mise en uvre effective.
Les acteurs nationaux et internationaux sont
conscients que l'chec de cette mise en
uvre les fera trainer le boulet de galre de
ce verdict implacable de l'Histoire. Mais,
comme nous le savons tous, c'est le people
hatien qui, en premier lieu, connatra les
morsures de cet chec cuisant.
Serons-nous capable d'y arriver
cette fois ? Le sisme servira-t-il comme
moteur pour penser l'tat d'une manire tout
fait nouvelle et promouvoir le
dveloppement durable?
La situation sociopolitique
hatienne combine une suite de crises
politiques qui ont mis bas tour tour
tyrannie et anarchie. Le pays a us de vingt
neuf (29) constitutions, quarante deux (42)
Chefs d'Etats, parmi lesquels sept (7) sont
rests au pouvoir plus de dix (10) ans, neuf
(9) se sont proclam president vie et vingt
six (26) ont t ou bien assassins ou
contraints l'exil. La gestion du pays a
toujours cd la place aux manuvres
politiciennes. Depuis plus de deux
dcennies, nous nous dbattons pour le
transformer. Cependant, jusqu' date, il
nous semble que trs peu de choses aient
change.
En Hati, l'exercice du pouvoir
vraiment corrompt et les beaux discours sur
les changements effectuer se percent dans
des entreprises trompeuses et malhonntes
pour s'accrocher au pouvoir. Bref, le pays
est fatigu d'tre abm et le people de vivre
dans des conditions infrahumaines.
De plus, pour plus d'un, Il y a un
besoin important de fluidit et de savoir-
faire en matire de planification dans
l'administration publique hatienne. Le


temps n'est plus l'hsitation : il faut enfin
changer les acteurs sur le thtre des
operations.
En lieu et place de cette politique
strile qui se profile l'horizon, les
dirigeants devraient canaliser leurs efforts
vers la croissance, la creation de richesses,
l'infrastructure, l'environnement,
l'administration, la modernisation et la
systmatisation des services publics.
Le secteur priv hatien a fait part
de sa vision d'augmenter la croissance et
la communaut international la mise en
uvre d'une meilleure coordination de
l'aide. Il revient maintenant aux
gouvernants d'tablir des politiques
sectoriels et des plans d'action consensuels
rpondant aux besoins du pays.
Le combat efficace pour faire
reculer continuellement et durablement les
frontires de la pauvret suppose,
fondamentalement, l'existence d'un Etat de
droit fort et respect (lgitime?), d'une
administration bien outille et performance
et d'une participation effective de
l'ensemble des composantes sociales
l'euvre de construction national.
La rforme de l'administration
publique hatienne se fait plus que sentir,
c'est un impratif. C'est plutt par
l'administration que le citoyen ordinaire
peut valuer un gouvernement. Nous
concentrer sur l'administration nous
permettra de rationaliser les services,
d'augmenter nos resources financires.
Combien parmi nos citoyens ne disposent
pas d'une carte d'identit, d'un passport
et mme d'acte de naissance?
Combien de nos citoyens n'ont pas
d'adresse et ne sont pas rpertoris par
l'Etat? Pourquoi nos institutions publiques
ne peuvent pas vendre leurs services ?
Comment un hatien peut-il disposer de
plusieurs cartes d'identit ? Le cas
d'Amaral Duclona reflte une nouvelle fois
de plus le caractre dysfonctionnel de l'tat
hatien. Aentendre certain ministres parler,
on a l'impression qu'on improvise chaque
jour.
Au sud comme au nord, la
governance est la condition
incontournable pour assurer le
fonctionnement de tout systme
dmocratique ainsi que le dveloppement
durable et quitable de toute socit.
Si on devait qualifier de manire
simple ce qu'est la governance, on dirait
qu'elle est continue dans l'ide de just
Etat , un Etat la fois garant de la
dmocratie et des droits des citoyens. L'Etat
just est celui qui assure la fois ses
functions rgaliennes telles que: assurer
l'accs la justice et l'administration,
promouvoir et protger les droits de la
personnel et les liberts fondamentales, mais
cela ne suffit pas. L'Etat doit aussi assurer
la cohsion social d'un people, en tant
arbitre et acteur qui assure l'accs la sant,
l'ducation, et qui gre les richesses de
manire responsible et impartiale, afin
d'assurer leur redistribution quitable.
On ne dira pas Non la politique ;
mais nous rclamons d'abord une autre
forme de governance pour mieux
reconstruire ou finalement construire Hati.
Sinon on sera condamn voir la ralit de
la Reconstruction faire les frais des
manuvres politiciennes des uns et des
autres.
Pierre-Richard Cajuste
Coordonateur du Conseil
d'Analyses et de Recherches sur Haiti
(CARH)
Cajuste2000@yahoo. com


Chaque matin, captez

Mlodie Matin

sur 103.3FM

www.radiom elodiehaiti.com


Le retard politique


come obstacle


la Reconstruction


Page 2


Jeudi c'tait le forum conomique mondial pour l'Amrique latine
2010
Organis en Colombie, ce forum a vu dfiler des leaders de l'Amrique latine, avec en
tte le Prsident de la Rpublique dominicaine Leonel Fernandez qui a propos
d'aider l'investissement travers l'limination de l'impt sur le revenue. Ce serait
une measure incitative qui pourrait apporter des resources aux entreprises en
difficult.
"Il ne doit pas s'agir seulement d'une reconstruction en terme d'infrastructures
physiques, mais aussi et surtout de la governance, de la creation d'un Etat de droit,
d'un systme transparent qui inspire confiance", a martel Fernandez qui croit
qu'Hati a besoin "d'un plan et d'une vision du future en terms de dveloppement
conomique et social".
Pour cela, dit-il, il faut un "leadership credible" et des "institutions fortes" qui
garantiront des "investissements rentables".
Le president de la Banque interamricaine de dveloppement (BID), Luis Alberto
Moreno, tait galement parmi les intervenants ce forum.

Post-sisme : Voil remet un chque d'environ 1,6 millions de
gourdes Save the children
7 avril 2010 Dans l'objectif de venir en aide aux enfants victims du sisme du 12
janvier dernier, la compagnie Voil a procd, mercredi (6 avril), la remise d'un
chque d'environ 1,6 millions de gourdes long Save the children, a constat HPN.
Lors d'une conference de press, mercredi, le Directeur gnral de Voil, Robin
Padberg, a remis ce chque symbolique d'environ 40 600 dollars US au Reprsentant
intrimaire de Save the children en Hati, Patrick Crump, chque qui devra servir
finance des projects clefs visant prserver les enfants et l'ducation.
Ce montant compete aussi toucher 250 coles Port-au-Prince, Logne et Jacmel
dans la mise en place de tentes et de bches dans des spaces d'enseignement
temporaires. Ces efforts ont permis la reprise scolaire dans 41 coles dans la capital,
a soutenu M. Patrick Crump, ajoutant que des professeurs ont t forms pour
l'appui psychosocial aux enfants.
Apporter un soutien matriel et psychosocial aux enfants, les duquer et les
sensibiliser sur les valeurs morales et citoyennes, leur apprendre des mtiers, tels
sont les objectifs spcifiques de la Fondation Voil , a soulign M. Robin Padberg.
Rappelons que Voil a reu en dcembre dernier le Prix du Secrtaire d'Etat amricain
pour l'excellence.

L'Universit du Qubec Rimouski accueillera des tudiants
L'Universit du Qubec Rimouski (UQAR) va accueillir, l'automne prochain, dix
tudiants hatiens touchs par le sisme. Les tudiants seront accueillis aux campus
de Rimouski et de Lvis.
Pendant leurs tudes de baccalaurat, ces tudiants n'auront pas payer les frais de
scolarit, ni leur logement ou leur nourriture. Huit programmes non contingents tels
l'administration, le gnie et l'informatique peuvent les intgrer sans cots
supplmentaires pour l'Universit.
L'aide financire aux tudes et aux frais de sjour reprsente une valeur de 28 000 $
par tudiant, par anne. L'UQAR dsire accueillir des jeunes qui ont achev une
anne d'tude dans leur programme et qui s'engagent retourner dans leur pays
pour participer sa reconstruction.
Le vice-recteur aux Ressources humaines, Daniel Bnteau, precise que la selection
se fait en collaboration avec l'Universit d'Etat d'Hati.
Un appel est par ailleurs lanc pour amasser des fonds pour ces tudiants.

Les dputs votent en faveur de la prolongation de la Loi d'urgence
C'est un important vote qui s'est droul le Jeudi ler avril, ouvrant la voie vers la
reconstruction d'Hati.
Les dputs ont approuv le jeudi 8 avril par 43 voix pour, six contre et trois
abstentions le project de loi sur la prolongation de 18 mois de l'tat d'urgence post-
sisme et la creation d'une Commission intrimaire pour la reconstruction d'Hati
(CIRH).
Cette priode de 18 mois concidera avec l'exercice du mandate de la CIRH
(Commission Intrimaire pour la Reconstruction d'Hati) qui, sous la co-prsidence de
l'envoy special de l'ONU et ex-prsident des Etats-Unis, Bill Clinton, et du Premier
ministry hatien, Jean-Max Bellerive, aura grer la premiere tranche estime 5,3
milliards de dollars promise par les partenaires internationaux titre d'aide court
terme la reconstruction du pays.
Ce montant reprsente une parties de l'enveloppe global de 9,9 milliards de dollars
sur plus de trois ans annonc la semaine dernire la conference de New York. Ce
vote permettra au gouvernement et la communaut international de faire face la
situation de cruise exceptionnelle que vit le pays depuis le tremblement de terre.
Il reste maintenant au Snat se prononcer sur cette loi.
La sance devait avoir lieu le mardi 13 Avril.

Le dplacement des premiers sinistrs des camps
Il a commenc le samedi 10 avril avec l'aide des Nations Unies don't les casques bleus
ont supervis ce dplacement vers le premier camp amnag avec l'aide de l'arme
amricaine. Ce nouveau site pourra accueillir 8.000 personnel dans l'immdiat.
Le President Ren Prval avait tenu tre sur place Camp Corail pour accueillir les
nouveaux habitants et il leur a donn l'assurance que Camp Corail va devenir une
vritable communaut.
Rfugie depuis la catastrophe au Club de golf de Ption-Ville, sur les hauteurs de
Port-au-Prince, les sinistrs s'y trouvaient en danger avec les prochaines pluies qui
allaient transformer le terrain en patinoire avec tous les risques d'boulement de sols.
Camp Corail se trouve 20 km au nord de la capital et est mme d'accueillir dans
l'immdiat 8.000 personnel.
Cependant les nouveaux habitants sont inquiets. Comment vont-il pouvoir aller
travailler?
Pour le moment, seules quelques douches, des latrines et une vingtaine de longues
tentes blanches ont t installes. L'cole est en construction, l'amnagement du
camp n'en est qu' ses dbut.
Dans la journe de dimanche, plusieurs centaines de sinistrs du Club de golf,
volontaires au dpart, rejoindront le site, et ainsi de suite pendant dixjours, prcise le
major brsilien Yvon Werneck, qui travaille sur ce project depuis un mois.

La Fdration des Croix rouge et du Croissant rouge se mobilise
Elle prvoit de construire jusqu' 50.000 units de logement pour les sinistrs.
Une cinquantaine de socits nationals de la Fdration ont recueilli plus de 700
millions de dollars en soutien aux efforts d'assistance, de relvement et de
reconstruction d'Hati. L'objectif de la FISCR est de fournir d'ici au ler mai une aide
en matire d'abris la totalit des rescaps privs de toit par la tragdie du 12 janvier.
(EN BREF / p. 14)


- -- .m iauulivaiil -VU ,%-, V I I





L'ACTUALITE EN MARCH


La Premire Dame

des Etats-Unis,

Michelle Obama,

en visit en Hati
Selon haitipressnetwork.com Michle Obama
passera moins d'une journe dans le pays, mais visitera
plusieurs sites d'hbergement des sinistrs. Elle s'entretiendra
par ailleurs avec les autorits hatiennes ainsi qu'avec l'pouse
du president, Elisabeth Prval.



La Chambre des dputs approve

la prolongation de l'tat d'urgence


PORT-AU-PRINCE, 8 avr2010 (AFP) La Chambre
des dputs a approuv jeudi la prolongation pour 18 mois de
l'tat d'urgence dcrt en Hati aprs le sisme du 12 janvier
afin de donner davantage de comptences au pouvoir excutif.
"Les dputs ont vot 43 voix pour, six contre et
trois absentions", a dclar l'AFP le responsible de la sance,
Louis Oltim, prcisant que le texte serait prsent vendredi
au Snat, qui doit son tour l'approuver pour qu'il devienne
loi. Ce project de loi augmente les prrogatives de la prsidence
hatienne, notamment en matire budgtaire. Il prvoit
galement la creation de la Commission pour la reconstruction
d'Hati, annonce lors de la conference de New York, la semaine


dernire. Plusieurs voix hostiles au texte se sont rcemment
leves dans la socit hatienne, certain accusant le
president Ren Prval de profiterr" de la catastrophe pour
s'arroger plus de pouvoir, d'autres estimant que ce project
mettait en danger la souverainet de l'Etat le plus pauvre des
Amriques. Une cinquantaine de manifestants s'taient
d'ailleurs runis jeudi l'entre de l'Acadmie militaire de Port-
au-Prince, o sigent les dputs en raison de la destruction
du Parlement, scandant "A bas la loi des 18" (mois) ou "Prval
dmission". Le sisme du 12 janvier a fait au moins 220.000
morts etjet la rue quelque 1,3 million d'Hatiens.


Politique : L'opposition s'oppose


la prolongation de l'tat d'urgence


P-au-P., 08 avr. 2010 [AlterPresse] La situation
politique semble se corser au moment o la chambre des
dputs doit se pencher sur un nouveau project de loi propos
de l'Etat d'urgence, la veille des 3 mois depuis le terrible
sisme du 12 janvier enHaiti.Une coalition d'une quarantine
d'organisations socio-politiques rejette le document soumis
au parlement par le president Ren Prval en vue d'une
prolongation de l'tat d'urgence pour une priode de 18 mois.
Les signataires, don't la plateforme politique
Alternative, qualifient le nouveau project de loi d' immoral
et illegal .
Nous lanons une grande concertation au niveau
national pour combattre la politique illgale et immorale que
conduit Monsieur presidentt Ren) Prval, aprs la catastrophe
du 12janvier , dclare AlterPresse Evans Paul, dirigeant de
l'Alternative.Il souligne que la constitution hatienne ne
prvoit pas d'tat d'urgence, mme si une prcdente loi a t
vote en 2008 au lendemain du dsastre caus par le passage


de plusieurs cyclones.Evans Paul fait remarquer que le nouveau
project de loi d'urgence a t soumis l'assemble national,
tandis que cette dernire n'a pas la prrogative de voter des
lois, si ce n'est qu'en chambres spares.
Nous ne reconnaitrons pas cette loi et nous n'allons
reconnatre aucune action (politique ou conomique) qui en
dcoulerait , prvient-il.Selon lui, la loi d'urgence de 2008 a
permis de dpenser 197 millions de dollars sans explication
claire jusqu' present , tandis que, depuis le 12 janvier, 163
millions de dollars ont t dbourss par le gouvernement,
sans aucune trace , soutient-il.Il y aurait peu de chance
que les dputs se prononcent ce 8 avril sur le nouveau project
de loi, cause de la difficult d'assurer le quorum ncessaire,
indique AlterPresse une source parlementaire.
D'autre part, Evans Paul critique le fait que la loi
d'urgence mentionne la Commission Intrimaire pour la
Reconstruction de Hati (CIRH), une structure ponctuelle
(RECONSTRUCTION/p. 6)


Sisme : Don de 10.000 tentes du Mexique
P-au-P 6 avril 2010 [AlterPresse]- Le Mexique a fait ont t promises Haiti par le president Felipe Calderon. Le


don ce 6 avril de 10.000 tentes Haiti pour pouvoir hberger
des personnel qui demeurent sans-abris suite au sisme de
janvier dernier.
L'annonce officielle a t faite par la premiere dame
du Mexique, Margarita Calderon, en presence du president
Ren Prval, lors d'une crmonie qui a eu lieu sur le site en
ruine du palais prsidentiel.
Le Mexique a compris que les dsastres naturels
n'apportent pas seulement la destruction et la dsolation mais
sont galement des moments o les peuples dcouvrent la
plus grande sensibility humaine, la gnrosit et la solidarity ,
dclare Margarita Calderon.
Ces 10.000 tentes font parties d'un lot de 50.000 qui


reste doit arriver Port-au-Prince dans les prochains jours,
promet la premiere dame mexicaine.
Prval salue l'engagement personnel du president
mexicain et remercie le Mexique qui octroie galement 5 millions
de dollars d'appui budgtaire Haiti.
Il souligne aussi que les citoyens et citoyennes du
Mexique ont fait directement don de 1 million de dollars
Haiti.
Les gouvernements mexicain et hatien ont galement
sign un accord humanitaire migratoire pour permettre aux
victims du sisme en Haiti de rejoindre leurs parents rsidant
au Mexique.


Page 3


IV M SOMMAIRE^
L'EVENENIENT SOMMAIRE
Lc SClincL tiois mois aprs p.1

INSOLITE
Goudou2oudou versus Baron Samedi p. 1

RELOGERIENT
Discilmination au niveau des camps ( ?) p.l

POLITIQUE
Le naiionalisminc doit faire le bonheur du people
ct 11011 piolongci son malheur p.6

RECONSTRUCTION
Le ictaid politique comme obstacle p.2
La Clhanbic des dputs approve la
prolongation de l'tat d'urgence p.3
Ren Prval satisfait des rsultats du sommet
dc Nc\\ York p.5

ACTUALITES
Dcs Hait'icnS demandent au PM Stephen
Hairp i dc prolonger le mandate de Michalle
Jean p.3
Don de l ii i i tentes du Mexique p.3
Im poitants ricpliques toujours en perspective
Ip 3

LIBRE PENSER
Reconstruction : Confrences d'hier et
d alJouid Iluip.7
RcsLqullcIui p.12

POESIE
Les fissures de l'Etre p.12

REPORTAGE
Firancc La panicipation du secteur priv p.13


Hati reoit la moiti

des tentes

commandes en Chine
Le President Prval announce que la moiti de la
command de 50.000 tentes faite par le Gouvernement hatien
en Chine est arrive, soit 25.000 tentes.
L'autre moiti de la command aurait t annule parce
que on a change de programme depuis. Le project maintenant
est de construire en dur pour les sinistrs du sisme.
Declaration communique notre reporter qui se
trouvait ce mardi au palais national lors de la crmonie en
l'honneur de la Premire dame du Mexique.


Importantes rpliques

en perspective...
Hati est toujours sous la menace de rpliques, a
annonc la direction gnrale du bureau des Mines et de
l'Energie dans un communique de press rendu pubic le lundi
5 avril.
L'United Geological Survey et plusieurs universits
canadiennes et franaises ont men plusieurs missions
scientifiques en Hati et sont arrivs la conclusion aprs
avoir prlev des chantillons de sol Logne et dans
plusieurs autres villes du pays, que d'importantes rpliques
susceptibles d'endommager des btiments dj affects
pourraient se produire dans les prochains jours. Ils ont
galement indiqu que la menace sismique en Hati est et
restera significative.


Mercredi 14 Avril 2010
Hnti pn MMarchp Vnl XXITV N 19


rialu ul vial tu -vui %,,,-V I IL


1






UNE ANALYSE


Mercredi 14 Avril 2010
HTati n M/arrhp Vl YYXXV N 1


BILAN: Le sisme trois mois aprs!


(... suite de la lre page)
L'lectricit a t rtablie dans plusieurs quarters
trois semaines seulement aprs le 12 janvier, alors que devant
l'tendue des dgts survenus au circuit on prenait des
dispositions pour s'en passer pendant six mois, toute une
anne.
A Miami, aprs le passage du cyclone Andrews, on
avait mis presque la mme chance pour assurer une
distribution normal.
Quant aux distributions gratuites de products
alimentaires, elles se font dsormais sans brouhaha dans
diffrents coins de la capital et de la zone mtropolitaine.


htel de la capital qui lui servait de quarter gnral.

L'cole sous la tente ...
Aprs trois mois de suspension, l'cole a repris le 5
avril dans la plus grande confusion et un vritable forcing
('l'cole sous la tente') et ce n'est pas demain la solution
definitive puisque ce sont 4.000 tablissements scolaires qui
ont t dtruits.
38.000 lves et 1.300 enseignants ne sont plus.
Les tablissements universitaires ont disparu plus
de 80%.
C'est le cas de dire : il faut faire avec !


Il n'empche que l'atmosphre gnrale n'est pas au
dcouragement.
En effet, ce sont partout ouvriers et engines lourds
qui s'activent dmolir, dblayer, embarquer.
Les rues du centre ville sont infranchissables cause
de montagnes de dblais qui les obstruent totalement.
Il faut remonter au haut de la ville pour pouvoir
emprunter les rares voies reliant dans les deux sens.
Mais les gens ne s'en plaignent pas tellement.
On a su crer un sentiment d'espoir. Le mot
Reconstruction sonne jusqu' present comme une formule
magique.


L'cole a repris sous une tente chez les Seurs du Sacr CSur (photo Thony Blizaire)


Avec les maisons fissures qui sont galement abattues,
la catastrophe parat encore plus dramatique (photo Haiti en Marche)


Scurit assure.
Les marchs publics et les
supermarchs regorgent aussi de products. On
n'a entendu jusqu' present parler d'aucune
raret. Mme si les prix ont augment au moins
de 20% par rapport l'avant-12 Janvier.

Militaires trangers ...
Oui, scurit assure, mais de plus en
plus par des militaires trangers, amricains,
franais, brsiliens.
Le quarter commercial est nouveau
frquentable pendant la journe. Et les
kidnappers semblent se replier vers d'autres
villes. Un suspect a t lynch jeudi au Cap-
Hatien. Il serait un des milliers qui se sont
vads du Pnitencier national de Port-au-
Prince le jour du sisme.
La police national d'Hati est
presque invisible, le temps peut-tre de regarnir
ses rangs. La PNH a aussi pay un lourd tribute.
Mme constatation pour la Minustah
(mission onusienne de maintien de la paix) don't
l'tat-major a disparu dans l'effondrement d'un


Jacmel : la Rue du Commerce, quarter


r- *

historique de la ville, dvaste par

Si se dplacer est
devenu un cauchemar vivant,
la dimension des
consequences du sisme
clatant davantage parce qu'on
est aussi en train d'abattre les
btiments qui taient encore
debout mais si endommags
qu'ils reprsentaient un grave
danger ; si le quarter
commercial est compltement
ras et disparait sous une
poussire acre et presque
morbide, comme devaient
ressembler les villes soumises
aux bombardements de la
Second guerre mondiale
(rappelons que le sisme du 12
janvier a une puissance qui
reprsente 25 fois la bombe
d'Hiroshima) ...

La gnration
'goudougoudou'...
Si tout ce spectacle fait
physiquement mal et entretient
une angoisse que nous
porterons, nous qui vivons a,
probablement en nous jusqu'
notre dernire heure (cette ville
est habite au sens propre du
mot par des hros et des
hrones, encore plus les moins
de 14 ans qui constitueraient
40% de la population, la
gnration 'goudougoudou')


La solidarity global ...
'On' c'est la communaut
ji)r- international et le gouvernement Prval-
Bellerive.
Mais c'est surtout la communaut
international. Aprs le sisme, un vaste
movement de solidarity s'est lev en faveur
d'Hati aux quatre coins de la plante. Pourquoi
le pays dj le plus pauvre de l'hmisphre ?
Et movement qui se pursuit trois mois plus
tard. Et sa tte ceux qu'on disait les plus
i indiffrents : les 'rich and famous', autrement
dit les superstars de la plante, la
S peoplemania C'est aussi un signe des
temps.
La rencontre des donateurs le 31 mars
dernier au sige de l'ONU New York a t
une conclusion normal de ce nouveau
concept de solidarity global don't Hati
aura t la premiere experience. Grce Dieu !
Que ce Dieu soit Jehova ou Richnou, celui des
musulmans, des bouddhistes, des cultes
r -E rforms ou du Vatican.
le sisme Ce n'est pas tant la valse des milliards
qui fait la difference que le sentiment qu'on
n'est pas seul ...
Le support moral reste encore le plus important tant
donn que tous sont frapps et que personnel n'a les moyens
de s'en reliever tout seul. Notre sort pour la premiere fois est
totalement li. Mme ceux qui essaieraient de tromper leur
anxit (comme on lit dans des magazines trangers) dans
l'alcool ou le jackpot et dans des boites de nuit finalement
frquentes surtout par des trangers qui ne sont pas moins
sous le choc.
Beaucoup de ces derniers qui se trouvaient dans le
pays le 12janvier sont rentrs se faire soigner de leurs traumas.
D'o le terme de 'rsilience' dcern aux Hatiens dans
tous les milieux internationaux.

En catimini...
Il reste un dernier acteur. C'est la politique. Disparue
depuis le 12 janvier, elle semble vouloir revenir en catimini
l'occasion du vote du project de loi gouvernemental appelant
poursuivre l'tat d'urgence afin de faciliter les prises de
decision durant les 18 prochains mois qui devraient voir le
lancement de la Reconstruction.
La chambre des dputs a vot le projetjeudi (8 avril)
par 43 voix pour, 6 contre et 3 abstentions.
Si le Snat donne galement sa ratification, la politique
retournera en veilleuse.
Or des lections prsidentielles doivent avoir lieu
dans quelques 10 mois.
Mais si rien de concrete et de convaincant n'est
accompli d'ici l, la classes politique et l'international devront
se rsigner des lections participation zro.
Car les lections n'entrent pas encore dans le bilan
du sisme. On a d'autres chats fouetter.
Haiti en Marche, 12 Avril 2010


Page 4


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entnt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki M a~le.'t itL -:
pmt klyan an jwenn tout ti4D S- d i ',,- .-. i;C I u
enfmasyon li bezwen sou transp __
pa avyon, sou lanm ak at, f
rezvasyon pou transp machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon aduiniiiisil f 1,k
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enfmasyon e sitou pi rapid sou iimac lndiii/, ak
souaccount li nankonpayi an. Sit la kalkile ak devlope pouf toutbagay pi i fI Ipou kI, n
an kit se machandiz lap voye, kit se ef psonl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Bizns
Devlopman.
MvCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfmasyon yo e pou
Iol 01I ion anpi il pou cdc ki an an ckonoiiii/,c n aIk Liaan Nouvle ofri klyan an
Son p "Oc-Slop-Si sa l, : di non '\ 1 ol r Ii h li/ c sol' syon o chwa avyon,
bano os.li.nii oIu l.iiam onr-Ii quii iS iachidl/pou :kli i poul oni kit se pou enp&tasyon.
Nain \iii a kap, i n) i o A. iK II.j! puil iintodui lot.i\ a ,iiiil So \\l bsil lia. Pamela
Robbins aio, l .j \ o uii kii intLsiii iSioloii p) cdc l not b.i ..Iu.)Ji1 i an plis
ck Lpjn.i on 01 p iiic kl\iTmt .ii olonaln a Lj\ na. a
Am\1rilt i Iniiiirnaoniil Ii oiiintti i \ is :'iil:'iui oinal konple e sou tout fm
- pa avyon, pa bato ak at.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout t a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Lerp, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enfmasyon, vizite Amerijet sou sit entnt la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.





Mercredi 14 Avril 2010
HTnti pn Marnhpe Vnl XXITV N 1


DE L'ACTUALITE


1


(GOUDOUGOUDOU... suite de la lre page)
se trouve notre ncropole historique national.

Des cadavres tous les carrefours ...
Revenons au 12 janvier 2010.
La premiere ide qui vous traverse l'esprit si vous
avez perdu un tre cher c'est un lieu
pour 1'inhumation.
On apprend alors que le
cimetire de Port-au-Prince est
inapprochable. Devant l'afflux de
cadavres, outre les dommages faits
par le tremblement de terre,
l'administration dcide de le former
au public.
C'est le moment o des
cadavres commencent s'empiler
aux carrefours en diffrents endroits
de la ville. D'abord envelopps
pudiquement dans un drap. Puis le
nombre de corps sortis des
dcombres dpassant l'imagination,
ils sont jets ple-mle et tout nus.
Et n'importe o.
On march littralement sur
des cadavres car autre choc :
presque toutes les morgues de la
capital sont galement dtruites.
La plus grande maison
funraire actuelle, Pax Villa, a perdu
d'un seul coup tous ses
tablissements.
Non, se dit-on, il me reste
une alternative : c'est l'incinration.
Je vais incinrer et garder les cendres
pour nos petits enfants. -
Dtrompez-vous. Pax Villa -'' S
possde la seule entreprise .e
d'incinration. Et elle aussi a disparu La chaelle
dans le cataclysme.


-


De la croix symbolisant Baron Samedi, il ne rest
qu 'un moignon (photo Hati en Marche)
C'est ce moment que, de guerre lasse, beaucoup
ont dcid de procder l'inhumation chez eux, sur leur
proprit, dans leur propre cour.


Titanyen ...
Et ceux qui n'ont ni feu ni lieu, il ne reste que la
fosse commune.
Les gros camions blancs du CNE (centre national
des quipements), organisme semi-public, ont transport plus
de 10.000 cadavres parjour, et pendant plusieurs jours, dans


du cimetire municipal de Port-au-Prince totalement dcime pt
(photo Marcus/HENM)
les fosses communes Titanyen, une dcharge publique au
nord de la capital.
Mais comme le ramassage s'est fait dans tous les
quarters, des compatriotes moins indigents ont t par hasard
emports galement dans le lot. On cite l'ex-candidat la
prsidence et plusieurs fois ministry, le Professeur Hubert
Deronceray.
Pendant ce temps, la second grande ncropole de la
capital est assige. C'est le Parc du Souvenir, au haut de
Tabarre.
La queue est si longue qu'il faut plusieurs heures
pour s'inscrire. D'ailleurs les places habituellement sont
vendues l'avance. Son directeur, le Professeur Max Pnette,
homme affable, se met en quatre, et la hauteur de la situation.
On est avis qu'on peut passer toute une journe
avant d'tre servi.
Ce 12 avril nous sommes retourns au Parc o repose
notre pouse.
C'est effarant le nombre de tombeaux portant la mme
date : 2010. Et parfois plusieurs membres d'une mme famille.
Dire qu'avec ma femme j'avais l'habitude de
plaisanter. L-haut c'est un salon funraire, moi je voudrais


Assistance financire : Ren Prval satisfait

des rsultats du sommet de New York

Il reconfirme son intention de quitter le pouvoir le 7fvrier 2011


"Le plus grand malheur qui puisse arriver au pays
c 'est un nouveau gouvernement de transition. Il faut que
nous ayons un president, un premier ministry lgitimes,
autrement il ne pourra y avoir aucun suivi de la conference
de New York, car il n 'y aura pas la confiance dit Prval.

P-au-P, 6 avril 2010 [AlterPresse] Le president
hatien Ren Prval a exprim ce 6 avril sa satisfaction des
rsultats du sommet international qui s'est tenu New York le
31 mars dernier sur la reconstruction d'Hati.
Au course de ce sommet qui a runi les Etats membres
de l'Organisation des Nations Unies (Onu) et des bailleurs de


fonds internationaux, Hati a obtenu une envelope de prs
de 10 milliards de dollars et un appui budgtaire pour 2010 de
350 millions de dollars.
Lors d'une rencontre avec la press sur le site en
ruine du palais prsidentiel, le president Prval a indiqu que
cet argent servira reliever le pays des pertes subies durant le
tremblement de terre mais ne saurait permettre le
dveloppement proprement dit du pays.
Selon M. Prval, il s'agit de crer des conditions
favorisant les investissements des secteurs priv, informel et
paysan pour favoriser le dveloppement.
(SOMMET/p.6)


reposer au grand cimetire, l o sont les restes de tous les
fondateurs de notre pays, depuis les temps de la colonisation.
Au cimetire de Baron Samedi !
Dans la confrontation avec Goudoudoudou, Baron a
perdu la bataille.

Un cimetire pas
comme les autres ...
Mais ce n'est qu'une
bataille, ce n'est pas la guerre. Les
sectes protestantes auraient tort de
se rjouir prmaturment. La lgende
de Baron remote bien entendu la
premiere cargaison de noirs
embarqus d'Afrique pour la colonie
Squi devait devenir Saint Domingue,
la plus prospre de toutes.
D'autre part le cimetire de
S Port-au-Prince n'en est pas un
comme les autres. Tous les rgimes
politiques lui ont accord un intrt
particulier. Et pas seulement cause
I de la dignit de ceux et celles qui y
Sreposent depuis plusieurs sicles.
Il semble que le pouvoir
mystique attribu Baron Samedi et
Grande Brigitte (sa compagne) ont
une quelconque influence ou impact
sur le destin politique du pays.
Aussi les 1" et 2 novembre
prochains, fte de la Toussaint et des
Morts, on en reparlera. Des fois que
le cimetire ne figurerait pas dans le
plan de Reconstruction.
D'autant que des lections
majeures devraient se drouler le
mme mois, sinon peu aprs en
r le sisme dcembre 2010 oujanvier 2011.
r le ssme Mlodie 103.3 FM, 12
Avril 2010


L 'historique Maison Llio au coin du cimetire
et de la rue Mgr Guilloux (photo Hati en Marche)


. AM


C ONTAC iL". -
TC, LL FREE.i8- a-3 8 -3--G1

CELL;. 3 5 -~ a cs-a a ~il
FAXN .3 C, 5 -G ~
C E L L. 3 5 -9 5G -8 8


FICHE D'ABONNEMENT HAITI EN MARCH


1 o.uSix.Miois


Hati ___
Etats Unis
Canada
Europe
Amrique Latne


Gdes 260.00
SUS $ 40.00
SUS $ 42.00
SUS $ 70.00
_US $ 70.00


1 o ou inAn


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans l cas d'un abonnement
avec livraison, le coat est le double.
Prire de spcifier si vous 4tes
un novel abonn
ou s'il s'agit d'un renouvellement


Nouveau

w


Renouvallkmnt

LZJ


Page 5


Nom
Adresse


LE CIMETIERE EGALEMENT DEVASTE


Goudougoudou versus Baron Samedi !





Page 6


PORT-AU-PRINCE, 9 Avril Les votes du Parlement
en Hati se suivent et se ressemblent puisque nos
parlementaires mettent toujours ct de la plaque.
C'est comme un taureau de corrida devant lequel il
suffit d'agiter le drapeau rouge pour qu'il se mette envoyer
des coups de corne dans toutes les directions.
Le drapeau rouge c'est la menace la souverainet
national. Que cette menace soit relle ou non.
On peut donc facilement manipuler un tel vote
puisque le taureau devient aveugle ds qu'on agite le drapeau
rouge.
Il ne voit rien d'autre. Il n'a aucune ide de ce qui se
passe rellement. Le point vritablement important lui glisse
aisment sous le nez
On a pu le voir lors, par example, du vote autorisant
dporter des citoyens du pays pour traffic de drogue.
Branle bas de combat, tous sont arrivs avec leur
cocarde bleu et rouge la boutonnire !
Finalement la loi fut vote mais ne sont pas seulement
concerns les suspects de traffic de drogue mais tout citoyen
hatien intressant la justice amricaine pour un sujet ou un
autre : traffic de drogue, kidnapping, blanchiment. Pour le
moment. Mais la liste n'est probablement pas limitative.
Avait-on pris suffisamment le temps de lire entire les
lignes de ce project au lieu de se mettre tempter en tout et
pour tout ?
Livrer les citoyens du pays pieds et poings lis pour
des crimes, soit, mais commis l'intrieur de leur propre pays
donc qui relvent de la justice hatienne.
Et alors Les dportations se poursuivent de plus
belle. Pour diffrentes raisons. Au nez et la barbe de tous
nos dfenseurs si sourcilleux de la souverainet national. Et
pourquoi pas unjour pour raisons politiques ? Il ne reste que
d'attendre.
Aujourd'hui nos parlementaires sont en train de
tomber encore une fois dans le mme pige. Qu'on agite le
drapeau rouge, ils voient rouge, ils voient rien. Il suffit de
dresser le pige. Il suffit de connatre leur point faible. Tous
s'y prcipitent la tte la premiere.


Et comme pour lors du vote lgalisant la deportation,
les voici lancs dans le mme verbiage prtentions
nationalists.
Et comme c'est du pur blabla pour la simple raison
que nous n'avons pas les moyens de notre politique, en
conclusion, on met toujours ct. En franais : cela se dit
aussi abandonner la proie pour l'ombre.
Vous savez que les deux chambres sont appeles en
ce moment voter sur un project de reconstruction du pays qui
t dvast le 12 janvier par un sisme qui a fait plus de 220.000
morts, 300.000 blesss, mais aussi dtruit prs de 80% la
capital et d'autres villes importantes o plus de 2,5 millions
dorment dans la rue, outre que 100% du produit intrieur brut
s'est volatilis en 35 seconds. Etc.
Nous n'avons rien, pratiquement rien pour remettre
tout seuls le pays mme en l'tat o il tait avant le sisme,
loin de l, c'est--dire le pays le plus pauvre du monde
occidental.
Or voici qui n'effleure jamais le vote parlementaire en
Hati : la pauvret qui est la pire des condamnations.
Qu'on demand n'importe qui de par le monde de
dfinir Hati, pensez-vous qu'il rpondra souverainet
national. Non, mais pays le plus pauvre. Et d'grener toute la
litanie qui revient chaque anne dans les bulletins des
diffrentes agencies de l'ONU.
La souverainet national existe, oui, mais elle n'est
plus ce qu'elle tait. C'est toute la difference.
Hier defense de la race noire du temps de notre grand
Antnor Firmin, aujourd'hui, au sicle de la globalisation, la
souverainet national c'est se mettre la table de
ngociations pour dfendre pied pied les intrts
conomiques de son pays, de votre pays.
La communaut international nous offre un 'deal' :
5,3 milliards pour les deux prochaines annes ; 9,9 milliards
pour les trois ans venir et au-del.
Mais videmment il n'y a rien sans rien.
On demand aux parlementaires hatiens non pas de
casser ce 'deal', puisque ni eux ni personnel d'autre n'ont rien
de mieux nous offrir, mais de l'amnager au meilleur bnfice
de l'intrt national.


L'intrt national c'est--dire celui du plus grand
nombre.
Cependant est-ce trop leur demander ? C'est
possible. Dans un tel cas, que le Parlement avoue son
incompetence, ce serait plus honnte.
On n'est pas parlementaire pour satisfaire son petit
ego coups de formules empruntes au petit 'Dorsinville' (la
'bataille de Vertires' comme si vous y tiez !) quand la seule
version crite de notre Acte d'indpendance a t 'dporte'
depuis deux sicles dans les Archives Londres dans notre
ignorance la plus total (elle vient d'y tre dcouverte par une
tudiante amricaine) ...
Ni pour derrire cet habillage (ou plutt ce babillage)
nationalist faire le jeu de puissances qui n'osent pas dire leur
nom.
Restons nationalists si cela signifie defense de
l'intrt hatien.
Tout comme il y a l'intrt amricain, l'intrt franais
... l'intrt dominicain. Et ce n'est pas parce qu'ils ne font pas
talage de leur nationalism grandiloquent chaque minute
(mais savent utiliser des arguments plus adapts notre
poque) que nos intrts sont mieux dfendus que les leurs,
loin de l.
Dans ce project de reconstruction actuellement sur
les pupitres de nos dputs et snateurs, l'intrt hatien c'est
d'abord de reconnatre que tout seuls nous ne pouvons rien,
mais absolument rien, ensuite s'assurer que nous en tirons le
maximum pour donner notre pays sa chance de sortir du
trou.
Sinon c'est une fois de plus abandonner la proie pour
l'ombre. Or, dtrompez-vous, Hati ne sera pas abandonne
pour autant. On nous laissera continue pourrir dans les
dcombres. Puis on reviendra. A ce moment-l nous serons
encore plus faibles qu'aujourd'hui.
Le nationalism existe, mais un nationalism qui doit
faire le bonheur de son people, pas prolonger ternellement
son malheur.
Voil qui dit bien ce que cela veut dire.

Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Assistance financire : Ren Prval satisfait


des rsultats du sommet de New York


(SOMMET... suite de la page 5)
Au course des 18 prochains mois, la gestion et la
validation des projects de reconstruction seront assurs par
une commission mixte compose d'hatiens et de reprsentants
internationaux. Cette commission sera co-prside par le
premier ministry Jean Max Bellerive et l'ex-prsident amricain
Bill Clinton.
Le president Prval qui s'est flicit de la creation de
cette commission a soulign qu'en dpit de son pouvoir
d'excution, le dernier mot restera toujours au chef de l'Etat.
M. Prval a par ailleurs longuement parl des lections
lgislatives retardes et des prsidentielles prvues la fin de
l'anne. Il a fait savoir que le 7 fvrier prochain est maintenu
comme date de son dpart.
A present que l'argent est l, le plus grand malheur
qui puisse arriver au pays c'est un nouveau gouvernement de
transition. Il faut que nous ayons un president, un premier
ministry lgitimes, autrement il ne pourra y avoir aucun suivi
de la conference de New York, car il n'y aura pas de
confiance , souligne-t-il.
Le chef de l'Etat a indiqu qu'il a dj sollicit auprs
du secrtaire gnral de l'Onu, Ban Ki-moon, l'envoi d'une
commission d'valuation des conditions techniques de
ralisation des lections.
Ily a des gens qui se demandent si c'est le moment
de parler d'lections, moi je dis que c'est tout fait le moment.
Ce sont ces gens qui vous disent gouverner c'est prvoir,


mais s'tonnent quand vous le faites. Il faut des lections
c'est important pour la stability, pour la reconstruction ,
insisted le Prsident de la rpublique.
Il reconnait cependant que des obstacles doivent tre
surmonts pour parvenir la ralisation des lections. Outre
les problmes administratifs, la destruction de bureaux de vote
et le dplacement d'un certain nombre de votants, il faudra
s'attendre des lections en cascade durant les prochaines
annes , relve-t-il.


Sur ce point, Ren Prval pointe du doigt la
Constitution de 1987 et rappelle sa position en faveur de
l'amendement de la loi-mre.
J'ai depuis longtemps signal que cette
Constitution est un facteur de dstabilisation. J'avais ainsi
propos la ralisation d'lections gnrales tous les 5 ans,
parce nous ralisons tout le temps des tas d'lections et qui
sont chaque fois marques par la violence .


Politique: L'opposition s'oppose

la prolongation de l'tat d'urgence


(RECONSTRUCTION... suite de la page 3)
compose d'Haitiens et d'trangers, qui serait coprside par
le premier ministry Jean Max Bellerive et l'envoy special de
l'ONU, l'ex-prsident amricain William Clinton.I1 plaide en
faveur de la creation de deux structures spares, soit une
commission hatienne responsible par-devant la population
et une autre commission trangre d'appui la premiere.
Dans certain milieux diplomatiques contacts par
AlterPresse, on estime que sans la CIRH, la communaut
international n'aurait pas accept de promettre prs de 10
milliards d'aide Haiti lors de la conference de New York du 31


mars demier.Des secteurs politiques consults par AlterPresse
se demandent comment cette nouvelle formule mise en place
va-t-elle vritablement se concrtiser et fonctionner.


P.f Plus Bmk.ry, 1nL4
NATURAL. LJIuIag


J 311638 NE 2nd AM.
Miami, FL 33160
Tel 305-394-6118


Ctmrfrig 9p.caMgu
Cukes. Pagiles. Hours dOeuvru
kg il 0ccMns


POU_ UN_ PO ITIUEOSIIVEMercredi 14 Avril 2010
Hati en Marche Vol XXIV NO 12


Le nationalism doit faire le bonheur


du people et pas le contraire


1do3 di
103.3 ffa


www.radiomelodiehaiti.com


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979
e-mail : adomipurchasing@aol.com
Pour tous vos achats :
Equipements pour construction / Pices de voiture / Camion /
Equipment medical
Par avion ou par bateau.


SOLICITATION INFORMATION

FOR RFQ/RFP
Announcement: Graphic Design Services required for the new Miami
Art Museum. Construction Documents are in progress. MAM is conducting a
search for a firm to assist the design team with comprehensive Graphic Design
Services (public way finding within & around the new museum).
Ifyou feel your firm is qualified to build the next generation art museum,
for additional information contact Tina Comely at

305-375-2276
or via e-mail at

tcornely@miamiartmuseum.org
Please note that CBE & Miami based firms are strongly encouraged to
participate.


_ !





Mercredi 14 Avril 2010
HTati pn Mlarnhep Vnl XXITV N 1


MISE EN PERSPECTIVE


RECONSTRUCTION: Confrences d'hier et d'aujourd'hui


Par Jean-Robert JEAN-NOEL
(...SUITE)
Le Gouvernement
Quant au GOH, malgr une grande hbtitude durant
les premires heures aprs le sisme, il a su ragir en apportant
des secours, en procdant aux enlvements des cadavres qui
jonchaient les rues, en dgageant les spaces de circulation,
en assurant une certain coordination par l'utilisation de ce
qui reste de l'appareil gouvernemental et par la mise en place
de certaines commissions, en assurant une certain gestion
de l'aide international avec l'appui de la CI, les USA entte,
en dclarant un peu tardivement l'tat d'urgence. Le Ministre
de l'agriculture a sorti un programme post-sismique et le GOH
a lanc quelques jours plus tard le processus PDNA tout en
continuant grer les urgences humanitaires. Le Premier
ministry, le Prsident et les ministres ont reu de nombreuses
dlgations et personnalits trangres et ont effectu des
voyages l'tranger pour plaider la cause de la reconstruction.
Il faut noter que le GOH a pos, mon avis, quatre actions
importantes : (i) la gestion des urgences humanitaires avec
l'appui de la CI,(ii) la preparation de la phase de relvement
immdiat avec la ralisation d'un manuel d'opration pour
harmoniser les travaux de creation d'emplois ouHIMO en vue
de faire face la prochaine saison pluvieuse et/ou cyclonique
et de favoriser l'autonomisation des victim du sisme et des
families en inscurit alimentaire, (iii) l'laboration du PDNA
et du PARDN, l'laboration par le CIAT[3] du plan
d'amnagement du territoire public sous le titre Hati Demain,
et (iv) l'organisation avec ses amis de la CI de cette conference
du 31 mars NY.
La socit civil
Quant la SC organise, elle a mis du temps ragir.
La Fondation Hatienne pour le dveloppement intgrale latino-
amricain et cariben (FONHDILAC) a sorti son plan de
refondation[4] le dimanche 7 fvrier 2010, le plan stratgique
de sauvetage national est sorti la mme poque. D'autres
propositions allaient suivre don't celles du secteur priv trs
rcemment. C'est cette poque que va tre lanc le processus
d'laboration du PDNA avec l'appui de la communaut
international et de certain cadres de la SC. Prs de deux
cents cadres hatiens allaient participer cet exercise qui, selon
les TDR, devaient dboucher sur 3 extrants don't un plan
stratgique de dveloppement national. Ce plan stratgique
est actuellement connu sous le vocable PARDN et est l'objet
de cette conference de reconstruction d'Hati du 31 mars. Le


secteur priv hatien, qui a prsent tardivement son plan[5],
participe cette conference, assurment sur la promesse du
GOH de prendre en compete ses recommendations et de les
intgrer dans le PARDN. En tout cas, avant son dpart pour
cette conference, le Prsident a fait savoir la nation que le
plan qui va tre prsent est celui de tous les hatiens.

La communaut international
Ds le lendemain du sisme, elle commenait se
manifester par l'intermdiaire de ses reprsentants sur place
en dpit des pertes normes subies. Le Prsident Fernandez
de la Rpublique Dominicaine s'est invit lui-mme. Il tait
accompagn de toute l'armada humanitaire dominicaine. Ces
dominicains ont mis la main la pate la manire des cubains
qui taient dj sur place. Avec l'arrive massive des autres,
on a eu tendance oublier ces actions de nos voisins immdiats.
Cette solidarity international s'est manifeste et se manifeste
encore dans toutes les actions entreprises par Hati. La CI
tait hatienne durant les premiers jours de la catastrophe. Ella
n'a jamais cess son appui depuis les urgences humanitaires,
l'laboration des dossiers, la preparation de la phase de
relvement jusqu' la phase de reconstruction. Elle s'est
investie sans relche dans le PDNA, le PARDN, est
omniprsente dans cette conference, et sera parties prenante
de la mise en uvre de ce PARDN.

Plan d'action pour le relvement et le dveloppement
national (PARDN)
C'est un des rsultats de l'valuation conjointe des
besoins post-dsastre qui, la demand et sous la direction
du Gouvernement de la Rpublique d'Hati, a t conduite du
18 fvrier au 24 mars en Hati, avec le soutien technique de
l'ONU, la BID, la CEPAL, la Banque Mondiale et la Commission
Europenne.
Voici lavisiontelle qu'exprime parle PremierMinistre
lors de lancement du processus d'laboration du PDNA : voir
Hati comme un pays mergeant d'ici 2030, socit de la
simplicity, quitable, just et solidaire, vivant en harmonie
avec son environnement, sa culture et une modernit
matrise o l'Etat de droit, la libert d'association et
d'expression et l'amnagement du territoire sont tablis,
dote d'une conomie moderne, forte, dynamique,
competitive, ouverte et large base territorial, o
l'ensemble des besoins de base de lapopulation sont satisfaits
et grpar un Etat unitaire,fort, garant de l'intrt gnral,


fortement dconcentr et dcentralis.
Les priorits du Plan d'Action Post Sisme, qui
s'articulera autour de vingt (20) chantiers et qui ncessitent
34,481, 000,000.00 USD, sont de faire face l'urgence dans
l'immdiat, redmarrer les activits conomiques
gouvernementales et sociales, rduire la vulnrabilit du pays
face aux catastrophes naturelles et relancer Hati sur la voie du
dveloppement.
Plus spcifiquement : (i) Assurer la preparation de la
saison cyclonique et des pluies 2010, particulirement pour
les populations dplaces ; (ii) Inscrire systmatiquement les
aspects environnementaux dans toutes les decisions lies au
processus de redressement et de dveloppement ; (iii) Assurer
l'intgration de la gestion des risques et des dsastres dans
toutes les activits de reconstruction pour tous les secteurs ;
(iv) Mettre en place une politique active de l'emploi en appuyant
les micro-entreprises, en renforant la formation
professionnelle, en intgrant les principles de haute intensity
de main d'uvre (HIMO) et en associant l'entreprenariat
hatien, la main d'uvre locale ainsi que les communauts ;
(v) Placer de faon accrue l'Etat comme prestataire de services
de base dconcentrs et dcentraliss, tout en assurant un
enforcement substantial de son autorit auprs des entits
non tatiques. A cet gard, amorcer la creation d'un filet de
protection social pour les plus dmunis ; (vi)
Dcongestionner la zone mtropolitaine de Port-au-Prince par
une politique de dconcentration et de dcentralisation en
mettant en place des incitations pour la sdentarisation de la
population autour de ples de croissance ; (vii) Continuer
d'apporter assistance et soutien 1.3 million d'hatiens qui
ont tout perdu et 3 millions de personnel affectes par le
dsastre, tout en acclrant le processus de relvement pour
viter une dpendance vis--vis de l'aide extrieure.
Ce plan se decline en deux temps. Soit l'immdiat qui
porte sur une priode d'une anne et qui constitute la priode
de transition avant que tout le mcanisme de la refondation de
l'Etat ne soit oprationnel. Le second temps s'ouvre sur une
perspective temporelle de dix ans, permettant ainsi de tenir
compete de trois cycles de programmation des Stratgies
Nationales de Croissance et de Rduction de la Pauvret.
C'est pourquoi le Plan propose la mise en place d'une
Commission intrimaire pour la Reconstruction d'Hati (CIRH)
et d'une Agence pour le Dveloppement d'Hati (ADH) ainsi
qu'un Fonds Fiduciaire Multi-Bailleurs (FFMB) qui
(CONFERENCES /p. 15)


Page 7


1






I LE RELOGEMENT DOIT ETRE DEMOCRATIQUE I


Mercredi 14 Avril 2010
HTati pn Mnrrhpe Vnl XXITV N 1


Discrimination au niveau des camps ?
(RELOGEMENT... suite de la lre page) Baptis du doux nom de Corail ... camp du Stade Sylvio Cator par contre doit tre dmont
ie 400 ou 500 personnel au grand maximum. La press s'est prcipite l-haut ce samedi aprs tambour battant et sans aucun management.
qu'un bulletin de l'ONU eut annonc que plusieurs milliers Pourtant des deux cts c'est le mme people


Une vacuation en bon ordre...
Cependant l'autre bout de la capital, un group
d'experts internationaux prpare une vacuation en bon ordre
pour un autre camp de sans abris. Ceux-l aussi sont sur place
depuis le soir du 12 janvier. Au mme titre que ceux du Stade


d'entre eux seraient transports dans un nouveau camp
organis, avec tout le ncessaire, mis en place au nord de la
capital et baptis du doux nom de Corail.
Et que ce serait la premiere grande vacuation depuis
le sismeEt depuis que 1,5 million d'habitants de la capital

qo*
v -
1t.


ragissant aux mmes circonstances.
Le problme, ce n'est pas le mme plan d'vacuation.
Malgr toutes les promesses de tous les cts, on n'est
toujours pas arriv une vritable coordination des
interventions pour le bnfice de la population sinistre en


Au camp install au Club de golf des adolescents s'entrainent aux arts martiaux
(photo Hati en Marche)


Le Club de golf est suppos abriterjusqu' 60. 000 personnel
(photo Marcus/Haiti en Marche)


Sylvio Cator.
Ici on est au Club de golf de Ptionville. Un parcours
soigneusement slectionn pour faire de ce sport la fois un
passe-temps et un moyen de garder sa ligne. Cela comprend
un plateau d'o parent les golfers (et golfeuses) pour
descendre par un large sentier jusqu'au fond d'un ravin
amnag, puis en remonter. Mieux que les mornes planes
arpentes par les Tiger Woods trop enrouls de Floride.
Est-ce l une premiere explication de la priority qui
est accorde au camp en question. Qui sait !
Toujours est-il que les sans abris du club de golf
sont quant eux aux petits soins.


fuient tout space ferm cause des rpliques qui menacent
de jeter bas les difices qui ont survcu.
Cependant, contrairement leurs compatriotes du
Stade Sylvio Cator, ceux du Club de golf de Ptionville ne
manifestent aucune anxit.
D'abord l'vacuation n'est pas aussi imminent que
le dit le communique.
Ensuite une quipe mdicale (Mdecins sans
Frontires) s'est installe sur le plateau pour administer des
soins prventifs avant tout dplacement.
Il faudra aussi procder l'identification de toutes
les families et individus devant tre relogs.


gnral.
Pour une raison ou une autre, outre le fait que la
situation gographique trs incline du club de golf fait qu'il
est une priority cause de l'approche de la saison des pluies
(mai) et des ouragans (juin-novembre), celui-ci a t choisi
comme une sorte de chasse garde par le secteur international.
Outre aussi que le club est attenant la residence de
l'Ambassadeur des Etats-Unis en Hati, donc zone sous haute
surveillance. Ce sont des militaires de la '82 e division
aroporte' de l'arme amricaine qui y font office de scurit.


Premiers sans abris laissant le Club de golf pour un nouveau camp
plus comfortable au nord de la capital (photo AP)


Nous
parlons de 65.000
personnel,
estimation du
ministry des
Affaires sociales,
Yves Cristallin, qui
a aussi rendu
visit vendredi aux
sinistrs,
apportant des
matelas et autres
products de
premi re
ncessit.
E t
promettant une
politiqu e
d'insertion social
et des programmes


de crd
reconstr


mme
dans
m
circon


mme t


Le rle des ONG...
Tandis que les units du Cimo (ou Swat hatien)
envoyes vendredi pour contenir un dbut de manifestation
au Stade taient bien emmerdes. Le dsespoir de ces gens
est si vident ...
Mais ce n'est pas fini. Dans le mme temps, le
gouvernement a install un nouveau camp, plusieurs centaines
de tentes bien amnages, galement au nord de la capital,
sur l'ancienne piste d'aviation.
Le nouvel emplacement serait destin recevoir les
sans abris du Champ de Mars, en priority ceux qui ont lu
domicile sur l'esplanade du Palais national, just en face du
palais prsidentiel.
Or le camp en question est apparemment prt. Mais
les tentes restent vides. Tandis que les sinistrs du Champ de
Mars ne laissent pas l'impression de vouloir bouger ... De
fait, ils reoivent quotidiennement de l'eau et autres ncessits.
Les ONG y veillent.

De temporaire en dfinitif...


it pour la Outre que aprs trois mois, le temporaire se change
auction. en dfinitif.
Des petits commerce se sont organiss, desservant
L e un march de dizaines de milliers et porte de main.
people Et fonctionnant jour et nuit (!!!).
les Que dit l'Etat hatien ?
m e s Des trois acteurs qui se partagent le march, si l'on
stances peut dire, c'est lui le moins privilgi face cette situation.
L'international s'occupe de ce qui d'abord dessert
Dans le ses intrts immdiats. Dgager un camp surpeupl et trop
emps, le (RELOGEMENT/p. 12)


Page 8


pein


iiuuii iiuil UI,%",-V N I




Mercredi 14 Avril 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 12


004
iT!1
* -g
'2 *.


l 4


'<'Oc,


^i

*aSS
^N


I
<4


u'?i I t
'v


Page 9


Si


e.
n
00r
w4a


~IIL~


li


Cp~i~


je







MIAMI DADE COUNTY


Mercredi 14 Avril 2010
Hatien Marche Vol XXIV N 12


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfomasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte
Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfomasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou
rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lt sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an decide ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen ankenn
kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Eeksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.

Aguilar, Leonardo R 2079 NE 170Th St N Miami Beach FL 33162 Harmon, Janice R 13111 NW 26Th Ct Miami FL 33167
AI-Badri SR, Tareq Z 1843 N 27Th Ct Hollywood FL 33020 Harrell, Terrance C 5700 NW 8Th Ave Miami FL 33127
Aldalla, Christopher 1800 Collins Ave #5E Miami Beach FL 33139 Harris, David A 14832 SW 148Th St Cir Miami FL 33196
Allen, Al A 733 NW 78Th St Miami FL 33150 Harris, Franklin C 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Allen, Laudell 6950 NW 41 St Miami FL 33166 Harris, Keith D 411 NW 6Th St Miami FL 33136
Ails, Putrell 311 NW 59Th St Miami FL 33127 Hernandez, Daniel A 1441 NE 116Th St Miami FL 33161
Alvarado SR, Anthony 111 Prospect St South River NJ 08882 Hernandez, Gustavo A 3610 NW 1St St Miami FL 33125
Anderson, Joseph D 8940 NW 20Th Ave Miami FL 33147 Hernandez, Jorge 2735 NW 10Th Ave Miami FL 33127
Anderson, Velma 22213 SW 117Th Ave Miami FL 33170 Hernandez, Marisol 78 NW 17th Ct #12 Miami FL 33125
Andrews, Fred 721 NW 45Th St Miami FL 33127 Hill, William H 800 NW 28th St Miami FL 33127
Arsis, Roise 939 SW 9Th St Miami FL 33130 Holmes, Sarah L 16100 NE 19Th Ct Miami FL 33162
Ashley, Marcel M 13850 Nw 41st St Miami FL 33178 Horenstein, Wedlyne 565 NW 120Th St Miami FL 33168
Baldwin JR, Lester B 935 NW 53Rd St Miami FL 33127 Home, Felicia M 1175 NW 61St St Miami FL 33127
Baty, Donald 2001 Biscayne Blvd #2221 Miami FL 33137 Horton, Michael D 17882 SW 107Th Ave #21 Miami FL 33157
Beard, Willie 8255 NW Miami Ct Miami FL 33150 Hoskins, Elizabeth 11835 SW 221St St Miami FL 33170-4636
Beaton, Roberto C 5850 Biscayne Blvd #S18 Miami FL 33137 Huff, Calvin C 1907 NW 38th St Miami FL 33142
Bell, Carolyn J 650 NW 122Nd St apt # 302 Miami FL 33168 Hunter, Lesa 728 NW 56th St #1 Miami FL 33127
Benitez, Nelson 15800 SW 102Nd Ave Miami FL 33157 Jackson, Brenda L 2920 NW 71st St #2920 Miami FL 33147
Benn, Eric 11841 SW 214Th St Miami FL 33177 Jackson, Monique KE 318 NE 51St St#2 Miami FL 33137
Bermudez, Ernie J 9546 SW 3Rd Ln Miami FL 33174 James, Juanita L 721 NW 56Th St #8 Miami FL 33127
Bethel, Joseph 920 Dunad Ave Opa Locka FL 33054 Jean Baptiste, Erlis 729 NE 85Th St Miami FL 33138
Binger, Corey D 2270 NE 171St St N Miami Beach FL 33160 Jimenez, Henry R 2831 SW 101St Ct Miami FL 33165
Black, Dentone 13851 NE 3Rd Ct#107 North Miami FL 33161 Jimenez, Michael I 167 NW 38Th St #1 Miami FL 33127
Biaise, Alain 1848 NW 107Th St Miami FL 33167 Johnson, Dequan A 6950 NW 41 St Miami FL 33166
Bohler, Jerome 13730 Harrison St Miami FL 33176 Johnson, James J 112 NW 40Th St Miami FL 33127
Borjes, Adrian 19800 SW 180Th Ave #587 Miami FL 33187 Johnson, Sidney N 2443 NW 93Rd St Miami FL 33147
Bowman, Robert A 2355 NW 166Th St Miami Gardens FL 33054 Johnson, Todd E 3443 Margaret St Miami FL 33133
Briggs, Tuwanda I 220 NW 11Th Ter Apt 8 Miami FL 33136 Jones, Jerome 18863 NE 1st Ct Miami FL 33179
Brooks, Norman 1182 NW 41st St Miami FL 33127 Jones, Tom 12750 NW 27Th Ave Opa Locka FL 33054
Brown, Anthony 250-NE NE 151St St Miami FL 33162 King, Florence L 1907 NW 38Th St Miami FL 33142
Brown, Jack P 11335 SW 154Th Ter Miami FL 33157 La Van, Raymond L 10204 SW 169Th Ter Miami FL 33157
Brown, Melvin 430 NW 7Th St #2 Miami FL 33136 Lawrence, Michael PO BOX 01423 Miami FL 33131
Brown, Ted 7736 NW 77th Ter Miami FL 33147 Lewis, Tarrod 829 NW 46th St Miami FL 33127
Bryant, Mitch W 132 SW 8th St Miami FL 33130 Lollar SR, Edward 2001 NW 62Nd St #103 Miami FL 33147
Bryant, Shenika 529 NW 56th St Miami FL 33127 Louis, Juanita F 4527 NW 23Rd Ave #B Miami FL 33142
Burrell, Katrina T 344 NW 53Rd St #4 Miami FL 33127 Ludgood, Andrew 101 NW 2Nd Ave Miami FL 33136
Bynum, Roger D 6950 NW 41 St Miami FL 33166 Mackey, Qanthony C 1630 NW 4Th Ave #C9 Miami FL 33136
Byrd, Jasmine 1210 NW 2nd Ave #1 Miami FL 33136 Mackey, Rhondy N 4308 NW 18th Ave #A2 Miami FL 33142
Calloway, Angela Y 805 NW 50th St Miami FL 33127 Maloy, Daniel C 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Caraballosa, Enrique 6950 Nw41 St #A8 Miami FL 33166 Marston, Angela 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Carey, Charles P 4830 NW 1lth Ave Miami FL 33127 Mason, Cedcikia L 61 NE 59Th Ter#H Miami FL 33137
Carlos JR, Brian B 13380 Port Said Rd #21 Opa Locka FL 33054 Mc Carroll, Melissa J 1188 NW 61St St Miami FL 33127
Carvajal, Patrice 600 NE 36Th St Apt 714 Miami FL 33137 Mc Clain, Eric D 771 NW 42Nd St Miami FL 33127
Carver, Terrance D 7035 NW 186Th St #403 Hialeah FL 33015 Mc Cray, Lasonya P 2150 NE 169Th St#101 Miami FL 33162
Cassell, Roberto A 2411 NW 10Th Ave Apt 308 Miami FL 33127 Mc Knight, Darrel 3161 Hibiscus St Miami FL 33133
Castellano, Jason A 21338 SW 97Th PI Cutler Bay FL 33189 McCloud, Alfred L 629 Lenox Ave Miami Beach FL 33139
Causey, Joanne 5197 NW 27th Ave Apt B Miami FL 33142 McGhee, Travis 10875 SW 216th St Miami FL 33170
Cavanaugh, Graham M PO BOX 612131 Miami FL 33261 McGriff, Sherry A 1907 NW 38th St Miami FL 33142
Chadwick, Lisa D 7610 Byron Ave #17 Miami Beach FL 33141 McKenzie, Kalwone 2120 NW 83rd Ter Miami FL 33147
Chambers, Patrick L 3140 NW 76TH St Miami FL 33147 McNeill, Daniel 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Chapman, Michael 7440 SW 36Th St Miami FL 33155 McRoy, Terry E 638 NW 62nd St Miami FL 33150
Chodrow, David A 1602 Alton Rd Miami Beach FL 33139 Medina, John 1971 SW4Th St #212 Miami FL 33135
Cobbs, Bobby 1130 NW 47th Ter Miami FL 33127 Miller, Jarmal R 1250 NW 61St St #2 Miami FL 33142
Coffee, Adrian M 15147 NE 6Th Ave Miami FL 33162 Mirville, Mc C 127 NW 43Rd St Miami FL 33150
Colassaint, Wienfrid 435 NE 171St St N Miami Beach FL 33162 Mitchell, Carl 800 NW 5Th Ave Miami FL 33136
Compton, David 1065 NW 29Th St #15 Miami FL 33127 Mitchell, Jeanette 950 NE 142Nd St North Miami FL 33161
Cotto, Abdel L 11236 NW 3Rd Ter Miami FL 33172 Mitchell, Jermaine 22020 SW 115Th Ave Miami FL 33170
Council, Terry 3462 Day Ave Miami FL 33133 Molina, Dagoberto 559 NW 33Rd St Miami FL 33127
Crawford, John W 12342 NE 11Th PI North Miami FL 33161 Montanez, David 1037 NW 28th St Miami FL 33127
Cromwell, Timothy 424 NE 64th St #2 Miami FL 33138 Montoya, Bibiana M 1445 SW 131St PI Miami FL 33184
Cure, Rodney L 11965 SW 213th St Miami FL 33177 Moore, Arthur D 6235 NW 2Nd Ave Apt A Miami FL 33150
Daniels, Anitra L 1000 NW 129Th St North Miami FL 33168 Morales, Esteban 126 NW 33rd St #E Miami FL 33127
Dassori, Armando E 8086 NW 10Th St #7 Miami FL 33126 Morgan, Jason 11722 SW 221St St Miami FL 33170
De La Hoz, John W 927 NE 149Th St Miami FL 33161 Moss, Edgar A 14100 NW 6Th Ct #110 Miami FL 33168
Dean, William A 21201 SW 122nd Ave Miami FL 33177 Munera, Javier M 1303 NW 32nd Ct Miami FL 33125
Demus, Roberta J 1970 NW 38Th St Miami FL 33142 Munoz, Clementino J 22612 SW 89Th PI Cutler Bay FL 33190
Deshazior, Donald L PO BOX 1217 Miami FL 33242 Myles, Jerrard D 3892 NW 159Th St Miami FL 33054
Deshommes, Carlande 12890 NE Miami Ct North Miami FL 33161 Noda, Carlos M 909 SW 3rd St #4 Miami FL 33130
Dinkins, Hubert 1345 NW 69Th St Miami FL 33147 Norman JR, Anthony T 19830 SW 118th PI Miami FL 33177
Dusza, Mary H 11820 SW 213Th St Miami FL 33177 O'Connell, Elena M 2655 Collins Ave Miami Beach FL 33140
Dye, David E 21615 SW 109Th Ave Miami FL 33170 Ortiz, Manuel 2735 NW 10Th Ave Miami FL 33127
Earl, Jared T 19300 Franjo Rd Cutler Bay FL 33157 Ortiz, Mirta 721 NW 56Th St #14 Miami FL 33127
Eberton, Timothy 7632 NW 5th St #1A Ft Lauderdale FL 33324 Outten, Omar E 9175 SW 147Th Ave Miami FL 33196
Enriquez, Ismael 335 S Biscayne Blvd Miami FL 33131 Peat, Irma J 10460 SW 163Rd St Miami FL 33157
Esdaille, Noel 2001 NW 134Th St Miami FL 33167 Pedrera, Jose A 2771 SW 82Nd Ct Miami FL 33155
Evans, Jerry L 800 NW 28Th St Miami FL 33127 Perez, Natalie 695 NE 151St St #1C Miami FL 33162
Everett, Carl L 1473 NE 148Th St Miami FL 33161 Peters, Cedric A 2000 NW 91St St #G Miami FL 33147
Farinas, Christopher C 1321 NW 13Th St #8C3 Miami FL 33125 Philippe, Chris 1445 NE 142nd St North Miami FL 33161
Felton, Jerome 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Pierre-Louis, Shultz 1240 NE 136Th Ter North Miami FL 33161
Fisher, Octavius W 22105 SW 108th Ave Miami FL 33170 Pineda, Raul 2020 NW 1St Ave Miami FL 33127
Flowers SR, Darryl A 6820 NW 17th Ave #20 Miami FL 33147 Pinkard, Janvier D PO BOX 011836 Miami FL 33101
Fortune, Mario 1070 NE 152Nd Ter N Miami Beach FL 33162 Porter, Steve H 801 Curtiss Dr Opa Locka FL 33054
Foster, Erika D 13613 NE 20Th Ave N Miami Beach FL 33181 Pruitt JR, Nathaniel 5225 NW 30Th Ct Miami FL 33142
Frazier, Deborah A 12035 NW 2nd Ave North Miami FL 33168 Pryor, Vernard L 19700 NE 10Th Ct Miami FL 33179
Freeman, Gerald E 416 NW 50Th St Miami FL 33127 Pupo, Angela 5755 W 20Th Ave #112 Hialeah FL 33012
Frere, Angel 1550 N Miami Ave Miami FL 33136 Redding, Latasha E 920 NW 55Th Ter Miami FL 33127
Frye, Curtis A 17256 SW 112Th PI Miami FL 33157 Reyes, Jorge L 3135 SW 80Th Ave Miami FL 33155
Garcia, Desery 825 SW 44th Ave Miami FL 33134 Richardson, Jashey C 10481 SW 173Rd St Miami FL 33157
Garcia, Lino 401 Ocean Dr #324 Miami Beach FL 33139 Rivera, Luis E 722 NW 111Th PI #12 Miami FL 33172
Gatlin, Gus R 12511 SW 204th Ter Miami FL 33177 Robbins, Nakoa R 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Geith, Jessica T 10445 SW 133Rd Ct Miami FL 33186 Roberts, James A 1331 NE 144Th St #PH Miami FL 33161
Glass JR, Wayne B 14591 NE 14Th Ave Miami FL 33161 Robinson, David O 1939 NW 93Rd Ter Miami FL 33147
Goggins, Wesley B 133-1/2 NW 18Th St Miami FL 33136 Robinson, Latronda D 4720 NW 23Rd Ct Miami FL 33142
Golub, Cynthia D 1900 Sunset Harbor Dr #1209 Miami FL 33139 Rodriguez, Roberto 936 NW 6Th St #4 Miami FL 33136
Gonzalez, Clark 11105 SW 165Th Ter Miami FL 33157 Romelus SR, Jean C 5810 N Miami Ave #A Miami FL 33127
Gonzalez, Fausto 9591 Fontainebleau Blvd #101 Miami FL 33172 Ross, Theodore 19817 NW 64Th PI Hialeah FL 33015
Goshay, Terance D 2226 NW 82nd St #A Miami FL 33147 Ruth, Nicole 6090 NE Miami Ct Miami FL 33137
Grace, Bernard 2006 NW 19Th Ter Miami FL 33125 Sampson III, Sylvester 10551 SW 161St St Miami FL 33157
Grant, Nicole Y 12200 NW 21St Ct Miami FL 33167 Santiesteban JR, Jaime P 944 Jefferson Ave #3 Miami Beach FL 33139
Gray SR, Billy L 1301 NE 179Th St N Miami Beach FL 33162 Santos, Nelson 1019 NW 26th Ave Miami FL 33125
Green, Antonio T 4590 SW 102Nd PI Miami FL 33165 Saunders JR, Andy D 734 NW 80Th St #17 Miami FL 33150
Green, Charles N 5600 NW 7Th Ct 12 Miami FL 33127 Scott, Richard 1040 NW 151 St Miami, FL 33169
Gregory, Kyle 532 N Miami Ave #10 Miami FL 33136 Seay, Clark W 5218 NW 24Th Ct Miami FL 33142
Griffin, Jomo K 18681 Lenaire Dr Cutler Bay FL 33157 Serrano, Luis F 865 NW 29Th Ter Miami FL 33127
Griffin, Tracy D 6321 NW 12th Ave #4 Miami FL 33150 Session JR, Reginald E 1243 NW 29th Ter Miami FL 33142
Guillama, Regla M 5505 SW 164Th PI Miami FL 33185 Sheard, James A 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Gutierrez, Joel J 1168 NW 47Th St Miami FL 33127 Simmons, David J 2017 NW 18Th Ter Miami FL 33125
Hanna, Elijah 5557 NW 7th Ave Miami FL 33127 Singh, Hesseinally 10400 SW 153Rd Ct #1 Miami FL 33196
Kontinye nan Iot paj la
Lester Sola (suite page 11)
Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade


Page 10





Mercredi 14 Avril 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 12

1 Le Manolo Inn m'


DANS LES NIPPES
* I) Ilill, mric le dt pl.''.'
* ( ,II.llli t I I Il il 111111l 1 .1'I
.111 i&ull dlli llll tr i i .ll h'
hbain arreml l re : .*
* ( l'in' lln dt^frlrI.r prep. ''e
p. tii 1 (i .ii, l ( Ihl' ,
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave Anse
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17"m ]
sicle...


Tlphones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
lemanoloinn@mac.com
Internet disl)poiible
pou r les clients


Page 11


CLNR LjSIg1REII DE ,VGL ETDP. I



Parents, vous qui rvez d'un avenir meilleur pour vos enfants,
confiez les au CMP

ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

LICENCE EN:
Marketing :4ans
Sciences Comptables :4 ans
GestbndesAffaires :4ans
Scienceslnfomialques :4 ans
Maiketng Management :2ans
Secrtaria bureautique :2 ans
GestlonFnance -Maketing :1 an ou 2 ans
Comptabil infomatise :1 an
Asstac Admlnistralve :1 an
Infomatique cye coud :60 heures2 ans
ITEssentials(CISCO) :70heures

Pour routes infomnations supplmentaires:
CMP, Delmas 30
Tel,:2 513.361,3 7302485,2 246-2299
Email ,v, j" i',' eaPd r o



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicits: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 dpartements d'tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Excution de Proj et
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Diplme en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Hrard # 3,
Port-au-Prince, Hati, WI.

www. cfdehaiti. com
Par courriel: Administration(@CDFEHaiti.com
GBrunet@CFDEHaiti. com

Par tlphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax\i 5s ')1-2559
Cell (786) 285-0384


wjgmez a


ADT!OMI PURCHASING AGENCY ,POUR TOW VOI L MIAT Equipements pour construction
lcMI PUR HABIN As de voNitur I Camion I Equlpement mdioal
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail: adomipurchaslng@aol.com Pmr vio I par butea

Kontinyasyon paj presedan an
AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfmasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte
Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou
rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a It sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen
ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Elekson yo nan 2700 NW 87 Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.
Smith JR, Hector M 100 Lincoln Rd #308 Miami Beach FL 33139 Washington, Jacqueline R 10525 SW 216Th St # C Miami FL 33190
Smith SR, Cedric D 8920 NW 8th Ave Miami FL 33150 Watkins, Quincy K 1130 NW 47Th Ter Miami FL 33127
Smith, Henry G 776 NW 57Th St Miami FL 33127 Wigfall, Carlten A 20310 NE 3rd Ct #12 Miami FL 33179
Smith, Lisa 1936 NW Flagler Ter 16 Miami FL 33125 Williams, Albert 800 NW 28th St Miami FL 33127
Soto, Paul D 218 NW 12Th Ave #610 Miami FL 33128 Williams, Anthony 1026 NW 47Th Ter Miami FL 33142
Spann JR, Robert 2844 NW 10Th Ave Miami FL 33127 Williams, Sharina I 1611 NW 125Th St North Miami FL 33167
Sterlin, Salomon 44 NE 60Th Ter Miami FL 33137 Williams, Sharonica T 11107 SW 200Th St #7107 Miami FL 33157
Stevens, Bryan C 2000 N Bayshore Dr #1410 Miami FL 33137 Williams, Warren L 7000 NW 41St St Miami FL 33166
Thomas, Charles 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Wimberly, Terry L 1620 NW 77Th Ter Miami FL 33147
Thomas, Lawrence C 7848 N Bayshore Dr#6 Miami FL 33138 Woodard, Princess E 1915 NW 60Th St Miami FL 33142
Thronton, Timothy 726 NE 1st Ave Miami FL 33132 Woodruff, Alison J 1971 NW 2Nd Ct #9 Miami FL 33136
Toombs, Andrew 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Woodward, Joseph 9041 SW 122Nd Ave #201 Miami FL 33186
Torres SR, Luis A 1560 SW 1St St Miami FL 33135 Wright, Anthony J 13111 NW 26th Ct Miami FL 33167
Valdivia, Mario 529 Michigan Ave Miami Beach FL 33139 Wright, Calvin T 175 NE 60Th St Miami FL 33137
Vina, Sergio D 20003 SW 134Th Ave Miami FL 33177 Young, Allen J 390 NE 125th St North Miami FL 33161
Walker, Tyrone 6950 Nw 41 St Miami FL 33166 Zaldivar, Pedro A 15808 SW 102Nd St Miami FL 33196
Waller, Dexter L 11801 SW 180Th St Miami FL 33177 Zamora, Michael M 12045 SW 10Th Ter Miami FL 33184


Lester Sola
Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade


Fadwoyootwa sasa2l!wwcnu.o


m MIAM
a






LIBRE PENSER


Mercredi 14 Avril 2010
HTati pn Mnrrhp Vol XXITV N 1


Les grands groups peuvent rester inorganiss et
ne jamais passer l'action mme si un consensus sur les
objectifs et les moyens existe. Hypothse de Olson

Chers amis lecteurs, je dois avouer, sans fausse
pudeur, que ces chroniques me servent de thrapie. Aprs
plus de 5 ans de complicit lecto-scripto-virtuelle , vous
devriez le savoir. Sije ne vous avais pas,je vous aurais invent.
Comme Alice, au pays des merveilles, avec ses folles histoires
et ses folies historiques. Enfin chers amis lecteurs, puisons
aujourd'hui dans mon adolescence. cette poque, cette belle
poque o l'insouciance, parfois naturelle et d'autres fois
force, marquait mes agissements sociaux. l'poque o
mes ides politiques, j'imagine que j'en avais parce que
certain souvenirs me font terriblement souffrir maintenant.
l'poque o mes ides politiques taient enterres je ne
sais o, je me souviens d'une catgorie d'individus qui
transitaient d'une fte l'autre, d'une reception une autre,
d'un petit bal domestique un autre, sans invitation aucune.
Ce genre d'individus, on pouvait mme les retrouver dans un
baptme en tant qu'invit du fianc , on les appelait
gratteurs . On les appelait aussi resquilleurs . Ils taient
toujours l o il y avait manger, boire, danser. Ils taient
toujours l, profiter des efforts d'autrui.
Chers amis lecteurs, un peu plus tard, assez tard, je
me rendis compete que ce genre de comportement tait loin
d'tre un fait social isol. Il dfinit une catgorie d'hommes et
de femmes. Le resquilleur, sans se soucier de l'effort fait par
l'autre pour obtenir un certain bien, veut lui aussi en tirer
profit. Le resquilleur, chers amis, est un opportuniste. Et si
l'on gratte suffisamment, on arrive retrouver un comportement
goste, de figu di qui se manifeste par un irrespect profound


Les fissures de l'Etre
Par Henry GILBERT
12 Janvier 2010, la Rpublique vaque ses dsordres
habituels,
Traquant un present qui tente de lui chapper.
Dans son regard, le voile pesant de sa lassitude. Et pour
cause :
Toute la journe, la tribu s'est battue contre le Nant. Le
vide. Le rien.
Le tout-ou-Rien. Le Rien-du-Tout ...
Au pied du crpuscule, Port-au-Prince regagne ses
pnates,
Son 'lakou' de tendresse. D'abstinence. De pnitence.
Aussi ...
La Rue sent la vie. Celle-ci porte et dporte rves et
blessures.
Le Mouvement collectif a l'air d'excuter une danse rituelle,
primitive,
En plein mitan d'un cercle. Lieu ferm. Espace
d'enfermement suicidaire ...
12 janvier. Les aiguilles du Destin marquent 4h 30'.
Au bas des ciels, la Sous-vie se bat et se dbat. A coups
de gueule ou coups de tendresse, le peuple-Soleil amorce
le dernier virage de sajourne.
Le jour reint fait signe la Nuit. Celle-ci claudique. Se
tait ...
4h 53'. La Terre cesse de turner. En rond. Cette fois-ci
elle enfle. Et repue.
Elle implose. La 'Bte' souterraine fait voler en clats
l'envers et l'endroit des choses.
Et violent l'Homme et ses symbols de pouvoir et de
savoir.
Erigs pour ne pas voir, pour ne pas tre vus et ne pas se
voir, les murs tutoyant les nuages se fendent. 'Fondent'.
Esseules dans leur dsesprance, des voix implorent le
Trs-Haut. Impassible, le ciel vire au Kaki-poussire. Les
spaces se cognent pour ensuite s'accoupler dans
l'ivresse vertical du sang, d'Etres effacs et broys.
Chutent Palais et Bordels, residences, lieux de culte ...
Le pouvoir du chaos gorge sous le bton cannibale des
centaines de milliers de corps.
Rays des archives, exclus de leur propre Temps ; cet
instant sans dure, incarcr dans les fissures de l'Etre.
Il ne reste a et l que leur mmoire disperse aux 4 coins
de la ville. De la vie.
Quelquefois, quand la nuit fait semblant de mourir, le vent
Karayib ressuscite leur voix,
Pour que la tribu se souvienne que : Tout fut. Et fuya.
En 35 seconds. Seulement.


Resquilleur !

de l'autre. On retrouve chez le resquilleur, la figure de
l'opportuniste, voulant tirer le meilleur parti des circonstances,
allant l'encontre des principles moraux parfois. Chez nous
actuellement, on retrouve le resquilleur-opportuniste dans
les circuits de commercialization de l'aide aux sinistrs, dans
les circuits de corruption et de corrupteurs traditionnels du
pays. Et, quant la manifestation de l'gosme du resquilleur,
cette attitude de l'individu qui ne pense qu' ses propres
intrts sans prendre en compete les ncessits d'autrui, on la
retrouve dans certain secteurs de la vie port-au-princienne
actuelle. Homme d'affaires. Membres des diffrents pouvoirs
de l'tat hatien. Magouilleurs professionnels. Magouilleurs
amateurs. Tivicieux . Tivol . Gwo vol . Resquilleurs
de tout poil.
Chres amies lectrices, chers amis lecteurs, en
rflchissant sur la condition de resquilleur, je n'ai pu
m'empcher de penser certaines conduites anti-citoyennes
qui, sans en avoir l'air, sont les plus appauvrissantes pour le
pays. Je parle de l'abattage d'arbres pour la fabrication du
carbon de bois et de l'levage sauvage, de bceufs, de poules,
de cochons, de cabris, de cabris surtout. Eny pensant, je suis
tomb par hasard sur le paradoxe d'Olson. Le paradoxe d'Olson
est bas sur les modalits relationnelles de l'individu, vivant
dans une communaut, par rapport aux biens collectifs, c'est-
-dire, aux biens accessible tous sans condition : l'air, l'eau,
la fort, unbon systme de transport et de mobilit, par example.
D'aprs le paradoxe de Mancur OLSON, mme si les
individus ont tout gagner agir de faon collective, il
arrive fort souvent qu 'ils ne le fassent pas. Cela veut dire


que l'individu rationnel (dans ce cas : celui qui ne
considre que ses intrts individuals et qui cherche
maximiser ses revenues) n 'a pas intrt s'associer la
production d'un bien collectif La raison est simple, la
production de ce bien a un cot, il demand des efforts ou
des dpenses. Puisque le bien cr est collectif c 'est--dire
accessible sans condition, le comportement rationnel est
de laisser les autres le crer et de ne pas assumer sa
responsabilit citoyenne de participer sa creation.
Chers amis lecteurs, en rflchissant sur le paradoxe
de Olson, je pensais au srieux problme de la dforestation
en Hati. Non pas seulement que nous aurions tous gagner
si on arrivait trouver une solution au problme mais en plus
on pourrait s'attaquer au problme de l'abattage sauvage
d'arbres qui sont utiliss pour faire du carbon de bois. Le
fauteur tire un profit maximum de son dlit alors que le
pays n'en tire aucun. La collectivit prend soin d'un arbre, de
sa naissance sa maturity et un individu et un seul avec sa
famille en tire le profit maximum. Sans mme payer un sou
l'Etat hatien. De la mme faon, un individu achte un cabri
qui est nourri par la communaut et vit de la collectivit, des
biens collectifs. Ce mme cabri produit son propritaire de
grands bnfices qui ne sont exploits que par lui. A nouveau,
l'Etat n'en tire aucun profit.
J'imagine, chers amis, que si nous voulons rellement
changer les choses, il faudrait commencer par ces grands
petits dtails qui permettront de limiter les dgts causs
par les resquilleurs, les vampires sociaux, les sangsues de
notre socit.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2010


Rflexions sur le transport et la mobilit


Octobre 2006 La mobilit des personnel reprsente
un enjeu de premiere importance. Le niveau de libert et la
quality des dplacements sont directement proportionnels au
niveau de dveloppement d'une socit.
... A Port-au-Prince, la misre et le chaos font de
l'ombre au soleil. On ne visit pas Port-au-Prince, on franchit
des obstacles. La ville est une jungle o les 4x4 des nouveaux
riches foncent sans mme prendre garde la populace
... disait Charles Najman dans son livre Hati, Dieu seul me
voit . Ce fragment frappant, du livre de Najman, choisi
dessein pour commencer cet article, nous permet d'apprcier
comment s'entrelacent, Port-au-Prince, en Hati, la pauvret,


Discrimination

au niveau

des camps
(RELOGEMENT... suite de la page 8)
porte d'une installation amricaine majeure, la residence de
l'ambassadeur des Etats Unis.
D'un autre ct, les ONG vous disent que leur mission
n'est pas de dplacer des rfugis mais de leur venir en aide
o qu'ils se trouvent.
Et que c'est le job de l'Etat. Mais celui-ci se trouve
bien en peine de se faire entendre ... Parce qu'il est le moins
avantag des trois.
Et quoi qu'il fasse, celui aussi par qui le scandal
arrive parce que c'est son laxisme qui aura laiss le pays aussi
totalement dpendant. Le sisme n'a pas tous les torts.

La population n'est pas divisible...
Or on ne peut (on ne doit) pas traiter la population
comme si elle tait divisible.
Elle ne l'acceptera pas.
On n'acceptera pas d'tre traits comme si nous
tions un pays divis selon des critres ethniques ou religieux.
Voire communautaristes. Voire mme famliques !
Hati ne sortira de cette cruise que si elle reste une et
indivisible. Comme on a t depuis toujours. Malgr nos
querelles ... de famille Marchons unis !
Mais ce danger, c'est l'Etat hatien et personnel
d'autre d'y remdier.
Hati en Marche, 10 Avril 2010


les entraves la mobilit, le gaspillage nergtique, l'absence
de planification dans le domaine du transport et la governance
nergtique, dficitaire, dans un pays qui semble fonctionner
la grce du Bon Dieu . On apprcie quand mme
l'anciennet de cette publication car la situation actuelle est
encore plus dcevante. Les lots d'immondices, taille et
composition fortement diversifie, occupent une bonne parties
des rues. L'appropriation de l'espace public, aussi bien le
trottoir que le pav (dans un trs fort pourcentage) par les
trteaux des marchands de rue, par les locaux des banques
de borlette , par le matriel des travaux de construction (blocs,
sable, autres) et par les encombrants varis (carcasses de
voitures, lectromnagers, objets de volume et de formats
divers), rend fort difficile la circulation automobile ou pitonne
dans les rues de la ville de Port-au-Prince.
Si tel est le problme dans la capital, dans le cas du
reste du pays, les entraves la mobility, la faiblesse des
infrastructures de transport, sont fortement dficitaires et
provoquent au pays des pertes conomiques considrables,
difficilement quantifiables.
Dans un tel context, il pourrait sembler que la
solution passe par la construction de routes pour rsoudre le
problme chronique de la mobilit du pays. Cependant, partons
d'un principle de base : la construction de routes ne veut
aucunement dire la resolution du problme de la mobilit, car,
rsoudre la mobilit, c'est faciliter les dplacements :
De personnel
De marchandises, de biens et de services
o Dans des laps de temps optimaliss ou appropris
la conjoncture.
o De faon ce que les diffrents impacts (social,
conomique, psychologique) soient positifs et les nuisances
produites contrles.
o Dans le respect des normes environnementales.
o Aun meilleur cot :
En tenant compete que tout dplacement engendre
des cots, imputables au contribuable (utilisateur ou non des
services), de faon directed et/ou indirecte et qui sont des cots :
D'Infrastructures
De Congestion
De Scurit (ou d'inscurit)
De Protection des normes environnementales.

La modification des infrastructures sous forme de
construction de routes ne rsout en aucun cas, elle seule, le
problme de la mobilit. Cette rflexion a pour but de contrer
l'envie de croire que la solution notre universe circulatoire
chaotique, notre monde du transport labyrinthique, est la
construction de routes et seulement la construction de routes.
Le transport tant le plus gros consommateur
d'nergie d'une socit, la matrise de ses diffrents paramtres
permet de contrler la consommation nergtique, d'augmenter
l'efficacit nergtique du pays ainsi que sa
comptitivit conomique en permettant de
mieux produire avec une dpense
nergtique infrieure. Si en plus nous
tenons en consideration que le transport
routier est le moins efficient au niveau
nergtique et celui qui produit le plus
d'impacts sur l'environnement, nous allons
ATION nous rendre compete que mieux vaudra, avant
de considrer la modification de la taille
nseling d'un rseau ou simplement la construction
buyers de nouvelles routes dans des rseaux
pauvres (comme c'est le cas en Hati), de:
interest -Privilgier d'autres modalits de transport.
closure Minimiser les besoins de dplacement.
Rationaliser le transport de passagers
rmation Urbain
Interurbain
or stop Se R-approprier l'espace public (urbain)
C is an Utiliser de faon adequate l'espace
disponible et les infrastructures existantes.
(A SUIVRE)


Page 12


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT

CORPORATION


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORI
(OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers Housing Cou
Services for low to moderate income families. Services include; 1st Time Home
Purchasing Assistance includes Down payment and closing cost subsidies, Low
Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit Repair & Budget Counseling, and Fore
Prevention Assistance. HOMEBUYER EDUCATION CLASS For more infoi
you may contact us at (305) 687-3545 ext. 236, visit our website www.olcdc.org
by our office at 490 Opa-locka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OLCD(
Equal Housing Lender and a HUD Approved Housing Counseling Agency


m iiuuii iiuil UI,%",-V N I





Mercredi 14 Avril 2010
HTati pn Manrhe h Vnl XX TV N 1


REPORTAGE


La participation du secteur priv


Quand on nous a annonc que nous allions visiter
une entreprise prive intresse la reconstruction en Hati,
nous avons tous un peu tiqu. Bien sur, nous avions en tte le
scandal de ces juteux contracts que le vice-prsident Dick
Cheney avait pu obtenir pour ses diffrentes companies dans
le cadre de la reconstruction de l'Irak aprs le dpart de Sadam
Hussein. C'est du reste un rflexe assez courrant ; il n'est un
secret pour personnel que, quand on an annonc que la France
avait offert de reconstruire la Palais National, beaucoup ont
ragi en disant : Cela va faire un beau contract pour
Bouygues Mais notre visit Techni Group nous a quelque

flu


Une grande salle pour caftria ralise
en groupant plusieurs conteneurs
peu rassurs.
Au cinquime jour de notre visit (voir HEM Vol. xxiv
Nos. 9 et 10), nous nous avons donc repris le Tgv pour nous
rendre au Creusot, en Bourgogne. La Bourgogne, bien sr,
c'est le vin ; mais le Creusot fut une zone industrielle ; l'norme
marteau pilon des usines Schneider expos sur une des places
est l pour le rappeler ; et avant l're de la mtallurgie il y avait
une cristallerie, qui fut par la suite habite par la famille
Schneider et qui abrite aujourd'hui l'Ecomuse Creusot-
Montceau que nous avons du malheureusement visiter au
pas de course.
C'est donc l que nous avons t reus par le PDG de
Techni Group, Philippe Marras et son pouse Nadge. 39 ans,
le dossier de press de son entreprise le prsente comme tant
de nature inventive et ractive, trs attach la protection
de l'environnement et trs soucieux de dveloppement
durable . En 2003, il a cr Techni Group ; sept ans aprs,
l'entreprise compete 130 salaries et accuse un chiffre d'affaires
consolid de 11,0 millions d'euros avec une production de 100


Des Hatiens

demandent Harper

de ne pas remplacer

Michalle Jean
OTTAWA Des voix hatiennes s'lvent pour
demander au premier ministry Stephen Harper de prolonger le
mandate de Michalle Jean titre de gouverneure gnrale.
Mais elles arrivent au moment o M. Harper songe
plutt la remplacer.
Ces derniers jours, des articles de journaux rvlaient
que le premier ministry a entrepris une recherche active pour
trouver un remplaant Mme Jean, don't le mandate se termine
cet t.
Si la principal intresse ne dit rien, pour l'instant,
au sujet de son avenir, des Hatiens de passage Ottawa pour
la tenue d'un symposium sur leur pays, auquel Mme Jean a
particip mardi matin, ont enjoint le premier ministry canadien
de la laisser l o elle est.
Le maire de Port-Au-Prince, Jean-Yves Jason, ainsi
que la ministry hatienne du Commerce et de l'Industrie,
Josseline Fthire, ont soulign le rle crucial jou par la
gouverneure depuis le sisme du 12 janvier dernier. Ils voient
en elle une allie indispensable pour le people hatien au
moment o il amorce la reconstruction de son pays.
Michalle Jean a t assermente gouverneure
gnrale du Canada en septembre 2005. Ses prdcesseurs
ont souvent servi plus de
cinq ans. Adrienne Clarkson.
est reste son poste six ans. The Miami-Dad
En 1967, Georges Vanier est Barbara J. Jorda
mort en function alors qu'il
en tait sa huitime anne. in Opa-locka th
The Canadian Press qualify for up


. .



l fodie3
103.3 fr


containers par mois.
Le concept de dpart tait la reconversion, la
transformation et l'amnagement de containers maritimes. En
effet, Les containers sont idalement adapts une
utilisation en architecture. Ils sont conomiques, rsistants
aux intempries, empilables, modulaires recyclables et
facilement transportables. Ils permettent aisment une
construction volutive .
Ds que fut connu le nombre de personnel prives
de logement suite au tremblement de terre du 12 janvier,
TECHNI group s'est mobilis pour prsenter une proposition


individuelles et immeubles collectifs. Au dpart l'usine
emploierait une cinquantaine de personnel encadres par des
technicians franais, mais il y a un objectif de 300 500
personnel dans trois ans.
Dans le cadre d'une logique de dveloppement
durable la decision a t prise de mettre en place un centre de
formation professionnelle, car les mtiers de TECHNI GROUP,
lis la production de btiments sur la base de structures
mtalliques sont trs points et regroupent les mtiers de la
mtallurgie (soudeurs), de l'lectricit, de la plomberie, de la
menuiserie...


i
1^


Le Chteau de verrerie


chiffre au Ministre Franais de l'cologie, de l'nergie, du
dveloppement durable et de la mer. Mais une proposition, si
l'on croit Philippe Marras, qui sort de l'ordinaire. J'ai dj
mentionn le dossier de press qui nous a t distribu notre
arrive l'usine ; mais le texte qu'il prsente comme
l'intervention de Philippe Marras ne content pas la petite
phrase cl.
Je cite de mmoire. En gnral, aprs une
catastrophe de ce genre, les grandes entreprises se prsentent
et disent : je peux vous vendre ceci, ceci et cela, pour remplacer
les quipements que vous avez perdus. Nous voulons procder
autrement, nous voulons construire avec vous les logements
don't vous avez besoin, et, avec vous, nous voulons partir la
conqute de nouveaux marchs.
Concrtement TECHNI GROUP se propose de crer,
avec un investissement de 2 millions d'euros, une usine de
production qui rcuprerait des containers maritimes sur place
ou dans les ports des Etats Unis pour les transformer en
logements d'urgence, btiments administratifs, maisons


Le marteau pilon gant des anciennes usines Schneider
est devenu un symbol regional (photos Bernard Ethart)
Sur le plan juridique, diffrentes structures seront
mises en place pour accompagner ce dveloppement, don't
des hatiens dtiendront une parties du capital :
TECHNI GROUP International, socit anonyme don't
la vocation premiere est d'assurer la production sur place;
TECHNI GROUP Carabes, socit anonyme
galement qui aura la charge d'assurer la distribution des
products sur place.
Le ct social n'a pas t nglig ; une foundation
visant promouvoir l'ducation et la condition des femmes et
des enfants est l'tude.
On a envie dire que c'est trop beau pour tre vrai, et
on se dit qu'il n'est que d'attendre pour voir comment volue
le dossier. On nous a donn des repairs ; les dirigeants de
TECHNI GROUP devaient revenir en Hati la semaine qui a
suivi notre visit pour rgler les questions juridiques. Nous
savons qu'ils taient l; c'est donc vraiment une affaire
suivre.
Bernard Ethart


Smay visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054. 1


Page 13


lIF7=72 NE 2 4bryme Aver&uAe
T1l: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUH TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Beif South. FPLr GAZ. CABLE. TV,
RBELL MOHILYTY etc...etc...
- Connection slphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
se maine:
8h30 amn


7h30 pm,


P aIrfum'
( PIvdm ai- la & liIi
Pndu*ts "r lit cus-nm


windows, doors


For more infon
Locka Commur


le Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner
an, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home
rough the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may
to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace
,air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures.


nation on how to take advantage of this opportunity, contact the Opa-
iity Development Corporation at (305) 687- 3545 extension 236 or you


1


( l Li(iiiipwir. R.Kubr. E-- driglkpic..
I'ik-LI,% q 1 Iiiticn%. Dratmi'.~ E ~
l 1i.liltiil% Rie bcmure






LES JEUX


Mercredi 14 Avril 2010
Hati pn Mnarche Vl YXXYT No 1


|B IROME S |


Solutions de la semaine passe

CARDINAL
OXYUROSE
LEE ESSO
O IN K UN
RICHE MU

NQ U I P IO RE

T E R M I N A S


Allez de BROMES GOUTTE, en utilisant des mots du du
vocabulaire franais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


K DRAD
KATOW
VBTIA
NRNOL
AOIWO
NWCRD
ZAEEZ


O M
I C
T Z
K E
Z S
K T
E O
O C
WH
S O
BW
O A
O V
T Y
RW


BYRF
ILGZ
ULEK
RBMC
IYKO
I Y K 0
SKSL
IRNP
ZAAF
ZSDV
DTGA
QUYI
AYRN


Trouvez les 30 plus grandes villes de la Pologne dans le carr ci-dessus


Solutions de la
semaine passe:
SURVI S
SUIVIS
SU IVE S
SUITES
DSU I TE S
DEU I TE S
DETTES


lo die
103.3 f m


Bon Rveil en musique


Au Pipirit chantant
journal crole avec Louini Fontal


00 Mlodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques :
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Littraire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invits du Jour
Mlodie Matin chaque samedi est anim
par Fquire Raphal

li Le disque de l'Auditeur
animation James Prdvil

2h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

hOO Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

0oo C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

m Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

n Mlodie & Company
Dveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

Amory Sabor con Luciani

Loo Soir Informations

)h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael reoit ses invits
u del Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succs populaires hatiens


e4 fte4 4frit ~L ea 7/tacQi~ae


7 bis u pisPrta-ric, at
T.*(0)221896/22186 /22-86 /22-00 FxI50)22112
E-mil mlo ief g omI.I U Isw.aiiena:',co
Lirir f ogre #* N 06-39


En Bref...


(... suite de la page 2)


A ce jour 90% d'entre eux, soit environ 1.2 million de personnel, ont bnfici d'une
forme ou une autre d'assistance dans ce domaine.
Deux measures faisant l'objet de discussions assidues entire les autorits hatiennes, les
bailleurs de fonds et les agencies humanitaires pourraient amliorer sensiblement la
situation. La premiere et la plus efficace consisterait faire en sorte qu'un maximum de
families se rinstallent dans les maisons juges sres par les ingnieurs et autres
services comptents. Cela diminuerait la congestion des campements improviss,
note Logan, et renforcerait en consequence l'efficacit de nos programmes
d'approvisionnement en eau, d'assainissement et de sant.
La second measure serait d'amnager de nouveaux sites offrant des possibilits
d'accs satisfaisantes l'ducation, l'emploi et aux transports. A ce stade, les
organizations humanitaires prvoient de construire 122.000 abris robustes et durables,
la contribution de la FISCR pouvant atteindre elle seule jusqu' 50.000 units. Ces
logements pourraient rsister pendant trois cinq ans au moins aux phnomnes
mtorologiques de forte intensity qui frappent priodiquement Hati.

Des bulldozers ont commenc la demolition du Palais National
Deux bulldozers ont entam la demolition du Palais national hatien, le sige de la
prsidence, qui s'est effondr lors du sisme du 12 janvier, ont constat vendredi des
journalists de l'AFP.
Les engines jaunes, arrivs jeudi soir, ont commenc s'attaquer la couple central
du btiment blanc qui s'est croul sous la force de la secousse de magnitude 7.
L'chancier des travaux "n'est pas encore dfini", a dclar l'AFP le chef de la garde
prsidentielle, Bernard Elie, expliquant que les bulldozers taient "en train de stabiliser
les parties dangereuses". "Le reste, on ne sait pas encore", a-t-il ajout.
Groups derrire les grilles vertes du btiment, des dizaines de sinistrs du Champ-de-
Mars, l'esplanade situe en face de la prsidence, assistaient la scne.
Fiert des Hatiens et symbol de l'indpendance du premier Etat noir, le palais
construit entire 1914 et 1921 par l'architecte hatien Georges Baussan avait "rsist un
bombardment, des assauts arms et un important incendie", rappelle vendredi le
quotidien Le Nouvelliste.
Le president hatien Ren Prval avait indiqu finjanvier que la France avait propos
de reconstruire l'identique le Palais prsidentiel, des travaux don't le cot est valu
120 millions d'euros minimum.
"On est toujours dans l'tat d'esprit de contribuer la reconstruction, sous reserve
d'tudes pralables", a dclar vendredi l'AFP l'ambassadeur de France en Hati,
Didier Le Bret, notant toutefois qu'il "faut tenir compete des nouvelles conditions du
pays sans pour autant s'engager dans des investissements qui seraient mal comprise
par les populations" hatienne et franaise.
La superficie du Palais national est estime 20.000 m2, contre 4.000 m2 pour le palais
de l'Elyse Paris.

Une Mission de l'OEA en Hati pour la planification des prochaines
lections
Une dlgation de l'Organisation des tats Amricains (OEA) vient de conclure une
mission officielle de deux jours en Hati pour valuer la situation en perspective
d'ventuelles lections lgislatives et prsidentielles dans le pays, svrement affect
par le sisme de janvier dernier.
La ralisation des prochaines lections doit prendre en consideration des questions
techniques et politiques , dclare le secrtaire gnral adjoint de l'OEA, Albert
Ramdin, lors d'une conference de press le 9 avril.
Ramdin, qui a dirig la mission en Hati, explique que les questions politiques
concernent les Hatiens et ce sont eux qui peuvent les rsoudre . Ils auront dcider
s'ils veulent organiser des lections gnrales et quelle date, poursuit-il.
Une fois que ces sujets seront clarifis nous pourrons prparer une feuille de route
pour la ralisation de ces lections , promet le responsible de l'organisation
hmisphrique.
Durant sa visit en Hati, la dlgation de l'OEA a eu des rencontres avec le president
Ren Prval, le premier ministry Jean Max Bellerive, les ministres du gouvernement et
membres du Conseil Electoral Provisoire (CEP), des responsables de parties politiques
et d'organisations diverse.
Ramdin confie que tous ses interlocuteurs ont plaid en faveur de la ralisation des
lections dans le dlai constitutionnel prvu la fin de cette anne.

Une initiative pour la promotion et la protection des droits humans
dans les abris provisoires au Parc Ste Thrse de Ption ville
(EN BREF / p. 16)


Page 14


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot franais

S A

CAS

R D


Solutions de la semaine passe
k SESSILE A


5h00-6h30

6h30-7h00


7h00-9h


lOh-Mid


12:00-1


12h30-2


2h00-3h


3h-5h p



5h00


5h 30 pi



7h-8h30

8h30-9h

9h00- 10



9h00 eta


T8i


m iiuuii iiuil UI,%",-V N I


-


1 G OIUITI.ILE





Mercredi 14 Avril 2010
Hati on Miarnhe Vnl XXTVI N 1


12 JANVYE : YOUN PT CAPITAL
POU SEKT ENTELEKTYL
AYISYEN-AN
(EmmanuelW. VEDRINE), 10 avril 2010

Nan atik sa-a, sejis kk ti konsy pou mon k' ap ekri,
e sa k' ap f rechch tou apre 12janvye 2010. Pett lot mon
kapab jwenn kichy enptan ladan pou nouri lespri yo.
Ekri ak f rechch se youn pasyon pou anpil mon,
e yon ki enptan nou dwe ankouraje tou, e sipte alafwa.
Konsa, dotyen nan mon sa yo vin tounen ekriven (ki kapab
pwodui zv fiktiftlkm istwa kout, pyest, pys teyat, pwezi,
roman) ki kapab ekri sou kk sitiyasyon, evennman (kote yo
montre youn nivo de kreyativite). Yo kapab ekri tou dirkteman
sou youn sgman reyalite (kote yo f rechch sou sa toudab,
epi yo ganize sa yo deside ekri-a suivan youn nom e youn
d-dide). Men, se pa tout ekriven ki ganize travay yo menm
jan (annd), se pa tout ki ta part pwofesyonl (nan fason yo
kapab ap fonksone). Kijan nou menm, obsvat, kritik kapab
ede nan sans sa-a?
Jodiya, ak avantay bab-e-moustach entnt la ban
nou, patikilyman nou menm ki nan dyaspora, ki kapab gen
plis aks a li pou pwonmennen sou granchemen savwa
entnasyonal sa-a, se ta youn bl ide pou n'pwofite itilize-1,
navige nan oseyan syantifik sa-a dekwa pou n' ganize nou pi
byen (nan tout sans), pou n' eseye ede yon lot longg
distans), e pataje savwa nou pou ede limanite. Donk, li enptan
pou ot ayisyen (Ayiti kou nan dyaspora) rete konekte yon
ak o1t (atrav entnt la, pataje yo, e pett moso rechch kote
yon kapab di sa 1' panse de zv youn o1t (ap) pwodui avan
menm zv sa-a ta pibliye). Epitou, avk fowm piblik yo
(kote n ap jwenn anpil Ayisyen), enfmasyon sikile trapde
kote plis mon kapab okouran de aktive liter yon 16t,
piblikasyon liv, atik, rechch klkonk ki ka enterese plizy mon
oubyen pote limy sou plizy koze. L youn ot, chch rete
nanti kwen-1 poukont li, se pa younbagay ki reylman avantaje
pou li, ni pou zv-1 ap pwodui. Echanj kominikasyo>n jwe
youn wl capital nan siks youn ot kapab genyen nan lavni.
Nan enfmasyon nou pran sou tranblemannt 12
janvye-a, nou menm ki nan mouvman ekri ou nan mouvman
rechch, f n' pa rete inaktif. Nou dwe patisipe nan
rekonstriksyon Ayiti sou tout ang; pa egzanp, si gen youn
konferans k' ap ft nan kad rechch, ekri, ou dokimantasyon,
nou dwe f younjan pou n' patisipe ladan oubyen sipte sa.
Si youn gwoup entelektyl ta vle desann Ayiti pou al f atelye
pou ede mon, nou dwe ankouraje sa. Nou pa ka rete kanpe de
bra kwaze apre 12janvye. Se vre, kou a frape nou f, li f nou
mal paske nou tout se Ayisyen; se vre anpil nan nou estrese
apre dezas la, men sa k pase deja pase. F n' sige pou pi devan.
Nou tankou chof k 'ap kondi sou otowout (haywe), nou pa
ka f bak; se avan slman nou ka f. Pa konsekan, f nou tout
mete men nan pat-la pou bay patisipasyon nou nan
rekonstriksyon peyi-a. F nou tout jwe youn wl aktif pase
gen anpil travay ki pou ft e bagay ki potko janm ft menm
avan 12janvye 2010 l Ayiti te deja an degraba.
Genyoun pt capital nan koze dokiman ki antere anba
grava (dekonm). Nou pa kw monk' ap patisipe nan debleyay
pral pdi tan ranmase tout dokiman sa yo. Donk bouldoz ap
ranmase prske tout bagay pou al jete san triye yo. Nou ka
gen youn ide ki val bagay ki pdi nan tout sekt, e sitou l
vsyon elektwonik dokiman sayo pa tjanm egziste oparavan
(pou ta kenbe yo nanyoun sistm achiv elektwonik an sekirite).
Ou menm k' ap ekri, k' ap f rechch, panse e repanse
a ki konsy ou ka bay sou entnt-la, mesaj ou ka pataje ak
youn gwoup mon oubyen difize sou entnt la, papye ou ka
prezante nan konferans sou sij-a. Tout sa pral f pati de
koutmen ou ka bay nan rekonstriksyon Ayiti (nan tout
domn). Si ou se youn espesyalis nan youn domn patikilye,
montre sa ou ka f pou ede oubyen mete esptiz ou osvis
ijans Ayiti bezwen. Se youn moman espesyal tou pou n' montre
solidarite antre nou menm Ayisyen. Se vre, li enposib pou
n' ta dak sou tout bagay (patikilyman l n' antre nan domn
politik). Men nan moman patikilye sa-a, an n' dak pou tout
Ayisyen patisipe nan 'rekonstriksyon Ayiti'. Se tou youn
optinite pou montre talan nou (pou ede Ayiti), kapasite
entelektyl nou (pou pwodui si n' potko janm f sa oubyen si
n pa t' pwodui sifizamman, men toujou nan menm espri-a: ede
Ayiti), e bon k nou (pou lonje men bay youn mon ki bezwen
sekou).
L ou pwodui youn dokiman (ki poko pibliye, youn
dokiman inedi), toujou panse nan ki fason ou kapab pataje li
ak kk mon (ou alz akyo, ak youn gwoup mon ou travay ak
yo, nan youn atelye ekriven (si ou manm yon), epi toujou


panse a 'vsyon elektwonik' dokiman sa-a (konsve li sou
disk elektwonik, voye kopi-1 tou bay imel ou, enprime kopi-1
mete sou biwo ou avidy epi li enptan pou date sa ou ekri. Ou
ka voye 1 bay lot mon kenbe pou ou (kopi di-a oswa vsyon
elektwonik lan) sizanka ou ta pdi original la. Date tou nouvo
edisyon ou travay sou li-a dekwa pou konnen ki edisyon ki pi
resan (apre kk chanjman ou f nan dokiman-an), epi toujou
ekri non ou km ot youn dokiman ou pwodui. Si pou youn
rezon klkonk ou vle gade anonima, se chwa pa ou tou.
Gen chch, ekriven, ot ki peri nan katastwf 12
janvye-a. Pa gen dout sten nan yo t' ap travay sou rechch,
dokiman, maniskri ki potko pran lari. Dokiman sa yo pdi, e
domaj si ot yo pa t' gen tan pataje yo ak lot mon (difize yo
youn fason pou n' tajwenn kopi yojodiya). Pwovb-la di Ou
w jodi, ou pa konn demen. Se vre wi; nou pa konnen sa
demen ap pote oubyen sa k' ap rive demen. Men si nou gen
sajs, nou ka antisipe plizy bagay demen; konsa, nou ka
prepare nou sou tout ang pou demen. Nan refleksyon sa-a,
nou ka f younkanpe pou n' panse sou 11 janvye ak 12janvye:
de epk diferan nan istwa Ayiti (kk d tan slman sparee, ki
f nou reflechi anpil, e kijan nou kapab aprann kiltive sajs.
Pou konkli, an n' pa rete de bra kwaze.
'Rekonstriksyon Ayiti' se youn konbit manch long kote tout
mon dwe mete nan kokenn kve (konbit) sa-a pou bati youn
Ayiti tounf, youn kote espwa ka boujonnen tout bon pou
tout mon. Klkeswa nan kwen kote n' ap viv sou plant lat,
avk entnt la jounen jodiya, nou tout rapwoche nou yon
lot, nou tout Ayisyen pa santi distans ki elwaye-n ak Ayiti.
Donk se youn moman refleksyon sou tout sa nou ka f pou
youn pi bon Ayiti, e pou byennt tout Ayisyen. An n' panse e
repanse avni Ayiti; an n' change move fason nou te konn
panse ki soudevlope mantalite nou, e ki te kontribye slman
nan soudevlopman Ayiti. Jodiya, nou (tout Ayisyen) gen youn
defi anfas nou pou n' leve apre lanati fin leve wb s Ayiti
byen wo pou l'dekilote-1. Ansanm ansanm, e san pdi tan, nou
ka rekilote-1 epi desann wb li.
NOT: atik sa-a edite pou respekte inifmite nan
,..-.ii ,gout pa Tigout JM


ANBA BOUCH A GRANNY MARI :
ATOUTOU LANBI MAYMOULEN
ak Jak J. Gason (jacques J. Garon)

Gan kkj ou Jak J. Gason pa te vin kase moso ban nou
nan koze anba bouch a grann Mari. Li te okipe anpil nan
travay kreyasyon atistik li. Men sa pa vle di li bliye lekt yo
k'ap plede made kote "Anba bouch a Grann Mari" pase.
Enben, Jodi-a misye rele : "Mwen prse!"
Menbarak la!
M.M.

Als, kon pwofesr a di nou an; pa pou di m te bliye
nou non; m te trzokipe, katz anbarase. I menm, i ta di: Pikan
nan men, pa bay tan pou wete pikan nan pye".
Figirevou, se man w ki pou ride tout rs k a w; si i
menm i an kkonm zonbi; anyen pa ka ft.
wm
23 mas 2010
Tata Makchi
Nan youn gran rale ou f ak youn kouzen ng Lagrantans
nan "Ti Gout pa Ti Gout" (Haiti en Marche Vol. XXIV-No.
06 : (3.03.10) p. 15) nou vini sou youn koze atoutou. Sanble
nan zn sa a, se kon sa yo ta rele maymoulen[l] ake pwa.
Piske wen se timon ki pa plison, wen p ape demanti
granmon non; men wen te toujou konpwann maymoulen[l]
kwit (yo di tchwit tou wi) ake pwa wouj o[2] pwa nwa pa te rele
ltjan. At palan de sa menm; genounbl maymoulenjn, gwo
grenn; yo konn kwit sa kole, grennen kon bon kayite[3] diri
reksowo, ake pwa wouj. Se koupe dwt!
Men chak kote konnen konnen kin a yo. Nan wout Kafou,
konm si w apway Lyogn, te gen "Che Pedwo", oun nonm
ki te konn vann manje lobrj leswa: griyo, bannann, patat,
pwason fwi, ragou, konsonmen, lanbi, labega; kidonjanjl wi;
se kon sa nou rele y nan N. La tou, yo te konn kwit oun
maymoulen ake pwa wouj, manyr kin a yo. Sa te rale pwatik
soti Ptopwens, menm Petyonvil. Wen pa te janm tande yo
rele y atoutou.
Bon! Pou nou rete nan koze atoutou a; yo rele y mousa
tou wi. Adje! Se pa ti kichy genyen pou di o[2] sa.
Pwenmyeman, annou wete farin manyk nan ss a atoutou;
paske lr farin nan fen fen kon poud, se pou f labouyi. Se
pou lot la gwostri kon sa yo f kasab la, anpi f6 y byen chch.
Yo wete y apa espwe pou sa menm.
Lry apway f mousa a, yo fwi nan mantg osnon Iwil
dou: siv, lay ake jechalt, seselon sa yo genyen, anpi arans


obyen aranbarik, piman. Y ajoute dlo pou mezi farin nan. Lry
bouyi, firanmezir y ape mete farin, y ape bwase y, A! F w pa
gen dmi nanje paske y ka vin rd kon latche a makak; kidon
w ap f twpjef6 pouvale y. Lr monkonnpa genyen ni lwil
ni mantg, yo f y ake lwil maskriti. Wouch! Jan sa santi move,
jany genvye gou! Pa pr! Mere segre a! Lry byen cho o dife
a, yo sezi y ake oun kout dlo fwt. I f chw, 6dr ake move
gou ale kite oun grs pare pou kwit sa w vle; db osnon woti.
A! F w konn la pou ay la! Menm farin sa a konn f donby
tou wi nan ss pwa wouj osinon pwa kongo.
xm
Mere lot rst ank! Menm maymoulen siya kwit ake
bon lanbi chch ki soti Ziltik. Se maren komrsan moun
T6ksayilannyo ki te konn pote sa anpil nan mache Klini Okap.
Yo te konn achte bouty kola vid lr y ape tounen lakay a yo.
Apwe oun tan se oun lot. M sir kon sitwon, se mwen sl ki rete
nanjenerasyon monki ka f manje sila alrkile.
Lanbi chch yo kwuit ake maymoulen an eske se kole?
Wi wi! Lanbi bon nan bouch : boukannen, nan ss, ake nwa
vrt, nanbouyon, tranpe nan klren, anfen, anfen; meny wkl
tou wi; sitou lr y chch la. Konsa nou bije pwan pokosyon
ake y. Timon wobis; yo kenbe sa nan lans. Kidon f6 w mete
y tranpe nan dlo denpi lasware. Pa bilye tou, f w kouvwi veso
a byen, anpi mete oun gwo wch ravt anwo y. Si w pa f sa;
rat san lr f w lafilalang.
Denmmaten, lr w part anwo y, i blanch kon figir a
papagede. Kras yo gonfle anwo y. I vin ka lave pi fasil. yo
grate y, etire[4] bagay ki pa itil. San zepis, ni disl, yo mete y
bouyi jouk i byen lage. Konnyr a, yo szonnen y. Yo di:
koumande tou wi; kidon, mete bon ji sitwon, disl, lay, sib,
jiwf, piman, diten, prsi. Yo tounen mete y o youn ti dife. Iape
kwit nan gou a y. Pa neglije y grs ake pat tonmat a y. Nan ss
i vinf a, yo mete plis dlo, selon mezir maymoulen anyo. Als,
f6 dlo a pa depase non; piske yo vle y soti grennen kon diri.
Sila li, i pa nan bat plp-plp nonpli.
Adje! lr oun mon pa konnen osinon i ape f foli pou
gwo file miyon, brenjn fasi, svlobrnwa; gen bon kou
rest nan koutim kiltir lakay ki rete flen.
Kenbe la!
Jaken

[1] maymoulen[N] : mayi moulen
[2] o[N] : osnon, oswa, oubyen
[3] kayte[N] : kalite
[4] etire[N] :wete
Nt : AtikJaklen-anpibliye do pou do pou respekte
pale kreyl mon nan N yo-JM


29 AVRIL:
JOUNEN ENTNASYONAL DANS
Nan 2 senmenm kidonk 29 Avril se pral Jounen
Entnasyonal dans. Youn jou espesyal UNESCO apwouve
pou otorite responsab lakilti nan peyi yo chita ak atis dans
yo pou reflechi sou enptans ladans nan edikasyon youn
kominote, youn peyi. ITI ki se International Theater Institute
deja voye youn mesaj espesyal bay tout atis dans nan lemonn
antye. Mesaj-la di:
"Dans se disiplin, travay, edikasyon ak kominikasyon.
Ak dans ou esprime-w younjan ki pa mo anpil mon ka pa
konprann men ki youn fm lapawl chak mon entprete nan
jan pa yo. Dans se youn langaj inivsl family ak tout mon.
Li f nouviv. Li f nou lib. Li konsole nou l nou gade, noumenm
mon, nou pa ka vole kou zwazo yo. Dans rapwoche nou plis
de syl-la, de bagay ki sakre yo ak lenfini".
"Se youn branch wololoy nan atizay-la. Li diferan
chak fwa gen youn reprezantasyon dans. Nan fen youn
reprezantasyon, k nou tonbe bat byen f malgre sa, li pa ka
tann pou 1' asiste youn o1t seyans".
Se mesaj 2 gran atis entnasyonal: Bintou Koita ak
Emmanuella Marchal.
Pou Jounen Entnasyonal dans lan, nou envite paran
yo pou enterese jens-la ti gason tankou tifi pran leson dans.
Rex Nettleford direk fondat National Dance Theater nan
peyi Jamayik ki fenk mouri (2 fevriye). Rex di: dans dwe nan
kourikoul6m timon yo. Depi nan klas prim, pase segond
rive jouk nan inivsite. Se konsa, senpman, n'ap ka dekouvri
talan dans lakay yo epi piblik la va respekte yo. Noumenm
Ayisyen, flkl6 nou rich ak tout kalite rit. Nan youn epk nan
istwa peyi nou Twoup Nasyonal la te nan tt tout konpetisyon
entnasyonal e ki te youn eleman ki te ankouraje tours vizite
peyi-a. Dans nan mizik, nan teyat, nan chante....Mey fason
pou nou kominike ak piblik-la; se pi bon ekzsis pou kenbe
nou ansante. N'ap tou pwofite salwe tout dans ak koregraf
lakay tankou nan dyaspora-a pou Jounen Entnasyonal Dans
lan.
(J. Mapou)


RECONSTRUCTION: Confrences d'hier et d'aujourd'hui


(CONFERENCES... suite de la page 7)
permettront l'instruction des dossiers, la formulation des
programmes et projects, leurs financements et leurs excutions,
tout cela dans une approche coordonne et cohrente.
Le Plan cible prioritairement les activits finances
par l'aide publique au dveloppement (APD) puisqu'il s'agit
d'une conference de donateurs. Il laisse cependant une large
place aux autres intervenants du secteur des affaires, du
secteur priv et des ONG qui sont des oprateurs
incontournables du renouveau d'Hati. Il propose un cadre
macro-conomique ax sur la croissance et un train de measures
qui faciliteront la creation de richesses par le secteur priv.

En guise de conclusion, le PARDN content une srie
de thmatiques qui feraient parties de n'importe quel plan hatien.
Le document d'amnagement du territoire intitul Hati Demain


qui indique, entire autre, le processus de mise en euvre du
PARDN pourrait plaire l'ensemble des hatiens avec quelques
nuances modifier ou adapter. En parcourant les divers plans,
les differences ne sont pas normes, questions de nuances et
de formulations. Il y a donc lieu de les fusionner aprs cette
premiere conference pour en faire un plan hatien. Les premiers
engagements obtenus (5.1 milliards de dollars) de la
communaut international tmoignent de leur approbation
par rapport ce plan dit du gouvernement. Alors, forons la
main au GOH pour son amlioration et pour une mise en euvre
non partisan de ce plan devenu enfin hatien. Ce minimum de
consensus, on le doit bien nos milliers de morts et disparus.
Un petit effort, mesdames et messieurs !!!

[1] Dans les terms de rfrence relatif
l'laboration du Post disaster needs assessment (PDNA), il
est exig entire autres un plan de long terme, et dans le


discours inaugural des travaux du PDNA, le Premier ministry,
JM Bellerive a fix sa vision d'une Haiti come pays
mergeant et moderne l'horizon 2030.
[2] H. REBU a non seulement hberg despersonnes
chez lui mais les a aides s'organiser Il a t le premier
politician ragir de manire ordonne par rapport au
sisme. Il a aussifait un peu plus tard despropositions c li, i ....
pour sortir de la situation commentes largementpar V. Numa
de Radio Vision 2000.
[3] Comit interministriel d'amnagement du
territoire. Rf Haiti Demain. Mars 2010.
[4] Plaidoyer pour la refondation de l'Etat d'Haiti
selon une vision hatienne.
[5] Vision and Roadmap for Haiti


www.jrjean-noel. blogspot. com


Page 15


riali ui iialitu- vi %,,,IV -VIYI IN IL 1-


1


Ti Gout pa Ti Giout i,-.Itiii malim,,i





BACK PAGE


Mercredi 14 Avril 201(
Haiti en Marche Vol XXIV No 15


(... suite de la page 14)


Elle mane de la Pan american development foundation (PADF) et de la Fondation Mance A
Sixto (FMAS) qui ont toutes deux procd au lancement du project sous le thme : Lespri n
tou nefpou ou rebti yon Ayiti san restavk. C'est la USAID qui finance le project don't le
president est le directeur gnral de la mairie de Ption ville, Lochard Jean Ren.

Le crapaud, nouvelle mthode de provision sismique ?
Grande-Bretagne Selon une tude parue dans le Journal of Zoology de la Zoological
Society of London, les crapauds auraient un sixime sens leur permettant de sentir l'arrive
d'une catastrophe naturelle.
Lors du tremblement de terre qui a eu lieu L'Aquila en Italie l'an dernier, 96% des crapauds
mles ont dsert une zone de reproduction situe 74 km de l'picentre, et ce cinq jours
avant la survenue du sisme. De mme selon l'tude, trois jours avant la catastrophe, plus







SePmam-e du 12 AvrlE
1. Daan Junior: Saw fm nan pa
nomal
2. Shleu Shleu: Ace Frape
3. Beken: Tribilasyon
4. Shleu Shleu: Ce la ou ye
5. Skah Shah: Message
6. Daan Junior: J'ai soif de toi
7. Shleu Shleu: A Paris
8. Beken: Canter
9. FrresDejean: Pa Gain Panne
0. Shleu Shleu: Haiti terre de soleil



Hati en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinire (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montral (514 337-1286)
email : melodiefmihotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
Pine *y So the Ofe t:(35)62-i8


aucun couple de crapauds n'tait present dans la zone du sisme.Selon les chercheurs de
l'Open University, les mles ne parent de la zone de reproduction qu'une fois la ponte des
oeufs acheve. Ils seraient parties lorsqu'ils ont dtect des changements environnementaux
- indcelables par l'Homme comme l'chappement de gaz provenant du sol. Les chercheurs
taient justement en train d'tudier le comportement des crapauds et l'influence du cycle
lunaire sur ceux-ci, lorsque le tremblement de terre s'est produit.


01r each FurtherAnd Faster with Amerijet


__ *Y._. .
". .. .r ..,eq
'9 e N -_ r


Nous sommes
spcialise dans...
Cargo GOnril Barlse,
SProduits prissbles. El
pemrsonnes, Prodults
axplosfs, Toutes dkiwn
de maSUS
POUR VOS RERVATIOS

1-800-92
ou unw e nous un -ai:


-.-*


r- --
.. 4
..... l z


nob
w1mw


NEW,
Door to Door Service


DE CARGO, APPELEZ

7-6059
lale~bap^jarmei&


is available.


Page 16


//gAfA Drp tJH\f-iru

t ~ L" JE a S t --J aCTBIA
Ki VWA'YAJE CHAK
1 5 Jou POu awO
M EN voN MAcHAnuz OU DIREK
... .... AN Ayrn sou WAP ST
Gwo SATO K
rtMARC GONArVES &
AP POE TOUT
MACHANDIZ CAFP HAM
OU TOUPATOU ... BWOTE KCwNTENE, WWAT
PES, KAMYON MACHINE CK-
GONAIVES ST MARC
*IAITI HAIMI
CAPE -HAIUTEN I Rn iMIRAGOANE

HIAITI rMel ( o51 ) 45-7i5o0 or ( 561 ) 845-8330AI

Fax ( iB ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-750

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Direction: 1.9 to Exit No. 74 ( 4th Stret ) Emt to Congre Ave, to North on Congrimu Ave to Mmrtn Luthe
Khig Jr Blvd go Eart on MLK Blvd ( maklflg rlght band trm ) tM Rd takes you straight t the Port of Palm Bch
As soeon a you go over Old Dixie Hwy before Guard Shiack Maki lst Lift hand turn you wlll mee our SIgn


Under New Management


Noa p yoa uOvo Bato MV MONARCH EXPRESS


En Bref...


1"




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 14 au 20 Avril 2010 • Vol XXIV • N° 12 Courage & Détermination dans le MalheurBILANLe séisme trois mois plus tard !PORT-AU-PRINCE, 12 Avril – Trois mois après. Nous sommes le 12 Avril 2010. Le 12 Janvier dernier, Port-au-Prince et d’autres villes voisines ont été frappées par un tremblement de terre de magnitude 7.3 qui a fait plus de 220.000 morts, 300.000 blessés, dont des milliers resteront handicapés, plus de 2 millions de sans abris (en comptant aussi les familles qui ont dû se réfugier chez des parents ou des amis), 2,5 millions vivant de l’assistance alimentaire … Le séisme a aussi détruit 100% du PIB, en gros plus de la moitié de l’économie nationale. Ce 12 Avril il y a d’abord ceux et celles qui se sont rendus sur la tombe de leurs chers disparus. Mais plus cruel est ce jour pour d’autres qui n’ont retrouvé aucune trace de leurs êtres chers. Les dizaines ou centaines de milliers enterrés à la hâte dans des fosses communes en dehors de la capitale. Et ce ne sont pas uniquement ceux qu’on a coutume d’appeler les indigents.Ça roule !Il est de bon ton de dresser un bilan à des moments semblables. Rien de plus facile pour une fois. On n’a qu’à regarder autour de soi. Si l’angoisse étreint toujours la ville, mais ça roule ! Le pétrole n’a manqué à aucun moment, à part la semaine du séisme. Devinez ce que cela serait dans le cas contraire. Vive Petrocaribe. Vive Chavez ! PORT-AU-PRINCE, 10 Avril – La parenthèse politique étant presque fermée avec le vote jeudi de la loi sur la Reconstruction par la Chambre des députés (le tour du Sénat viendra le mardi 13 avril), une autre préoccupation remonte aussitôt en première ligne : les camps de sinistrés. Deux font parler particulièrement d’eux, (1) le camp (qui s’est) installé sur la pelouse du plus grand stadium de la capitale, le Stade Sylvio Cator, et (2) le plus grand rassemblement de sans abris suite au séisme du 12 janvier, le camp qui s’est dressé à l’ancien parcours de golf du Club de Pétionville. Capacité : 45.000 personnes. Mais en réalité, plus de 60.000 au bas mot. (BILAN / p. 4) (RELOGEMENT / p. 8)LE CIMETIERE EGALEMENT DEVASTEGoudougoudou versus Baron Samedi !PORT-AU-PRINCE, 12 Avril – En Haïti actuellement les morts ne sont pas mieux lotis que les vivants, et vice versa. Le grand cimetière de Portau-Prince a été aussi malmené par le séisme dévastateur du 12 janvier que le reste de la capitale. Mais le cimetière par contre n’a encore reçu aucune attention. Les vivants pensent d’abord à euxmêmes. Simple instinct de survie. Pourtant ce ne sont que tombeaux éventrés ou dont le chapiteau supérieur s’est écroulé. Comme qui dirait la capitale en miniature. Mais aucune équipe de déblaiement n’est encore au travail. Deux chocs principaux : la petite chapelle du cimetière est totalement détruite. Ensuite, tenez-vous bien, la croix de Baron Samedi s’est cassée et celui qu’on appelle le ‘maître du cimetière’ repose par terre en plusieurs morceaux. Baron est le dieu qui dans la mythologie vodou accompagne les vivants jusqu’à leur lieu de repos éternel. Le séisme a frappé avec une rage inouïe tout le quartier appelé « Bas Peu de Chose ». Toutes les rues de la zone sont bloquées aujourd’hui par les déblais tellement il y a de maisons qui se sont effondrées. C’est aussi le quartier où (GOUDOUGOUDOU / p. 5)RELOGEMENTDiscrimination au niveau des camps ? pour la reprise du championnat de football. Les agents de sécurité commencent à mettre la pression. Allez, ouste ! Ouste, mais où ? Les réfugiés se rebiffent. Ils ne refusent pas de partir. Mais pour aller où ? Entre le désespoir et l’angoisse. La direction du stade, elle aussi laissée à ellemême face au dilemme, finit par désigner un espace attenant au cimetière de Port-au-Prince, voisin direct du stade. Ils sont plus de 6.000 qui dorment depuis le cataclysme du 12 janvier sur la pelouse en synthétique du temple du football haïtien. Vendredi la tension est montée au Stade, situé au centre-ville de la capitale. Sa direction entend le récupérer L’endroit nouvellement désigné peut recevoir àLe nationalisme doit faire le bonheur du peuple et pas le contraire(voir / p. 6)12 Janvier 12 avril 2010Inspirons-nous de l’esprit de cette enfant : Haïti se remet debout et marche (photo Thony Bélizaire) Les sinistrés installés au Club de golf de Pétionville en passe d’être relogés (en mieux) au nord de la capitale (photo Haïti en Marche)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 EN BREF ... EN PLUS ... (EN BREF / p. 14)Le retard politique comme obstacle à la ReconstructionLe thème même de la Conférence des Donateurs qui s’est tenue à New York le 31 mars dernier « Vers un nouveau futur pour Haïti » mérite qu’on s’y arrête un peu afin de déterminer les enjeux et les processus sous-jacents qui spécifient et justifient l’usage du vocable « nouveau » qualifiant le but de cette rencontre. Le thème en soi constitue la reconnaissance claire qu’une nouvelle approche s’avère impérative dans le cadre de cette nouvelle dynamique sociopolitique. En ce sens que le «nouveau futur» implique une nouvelle approche à la transformation structurelle de l’économie en vue d’impulser le développement durable et un avenir digne pour le peuple haïtien. Bref, i l est venu le temps de maintenir un processus continu de réflexion, sur notre compréhension quant à la manière d’aborder la question du changement et du développement en Haïti. Le séisme du 12 janvier 2010, comme désastre naturel et comme conséquence des inconséquences du genre humain dans sa gestion de l’environnement, a mis a nu l’extrême vulnérabilité structurelle du pays. Le tremblement de terre a décimé l’État central dont la légitimité commençait à être sérieusement érodée vu que ses principaux organes se montraient absolument incapables de fournir les services sociaux de base et de protéger et servir les intérêts de la population. Une population dont la moitié, soit plus de 4 millions d’individus, vivait déjà, bien avant le 12 janvier 2010, en dessous du seuil de la pauvreté. Aux lendemains de cette conférence, l’évidence pointe vers un approfondissement de l’engagement international et vers une volonté de «construire mieux» cette fois-ci puisque l’emphase est mise sur la planification stratégique et la mise en œuvre effective. Les acteurs nationaux et internationaux sont conscients que l’échec de cette mise en œuvre les fera traîner le boulet de galère de ce verdict implacable de l’Histoire. Mais, comme nous le savons tous, c’est le peuple haïtien qui, en premier lieu, connaîtra les morsures de cet échec cuisant. Serons-nous capable d’y arriver cette fois ? Le séisme servira-t-il comme moteur pour penser l’État d’une manière tout à fait «nouvelle» et promouvoir le développement durable? La situation sociopolitique haïtienne combine une suite de crises politiques qui ont mis bas tour à tour tyrannie et anarchie. Le pays a usé de vingt neuf (29) constitutions, quarante deux (42) Chefs d’Etats, parmi lesquels sept (7) sont restés au pouvoir plus de dix (10) ans, neuf (9) se sont proclamé président à vie et vingt six (26) ont été ou bien assassinés ou contraints à l’exil. La gestion du pays a toujours cédé la place aux manœuvres politiciennes. Depuis plus de deux décennies, nous nous débattons pour le transformer. Cependant, jusqu’ à date, il nous semble que très peu de choses aient changé. En Haïti, l’exercice du pouvoir vraiment corrompt et les beaux discours sur les changements à effectuer se perdent dans des entreprises trompeuses et malhonnêtes pour s’accrocher au pouvoir. Bref, le pays est fatigué d’être abîmé et le peuple de vivre dans des conditions infrahumaines. De plus, pour plus d’un, Il y a un besoin important de fluidité et de savoirfaire en matière de planification dans l’administration publique haïtienne. Le temps n’est plus à l’hésitation : il faut enfin changer les acteurs sur le théâtre des opérations. En lieu et place de cette politique stérile qui se profile à l’horizon, les dirigeants devraient canaliser leurs efforts vers la croissance, la création de richesses, l’infrastructure, l’environnement, l’administration, la modernisation et la systématisation des services publics. Le secteur privé haïtien a fait part de sa vision d’augmenter la croissance et la communauté internationale la mise en œuvre d’une meilleure coordination de l’aide. Il revient maintenant aux gouvernants d’établir des politiques sectoriels et des plans d’action consensuels répondant aux besoins du pays. Le combat efficace pour faire reculer continuellement et durablement les frontières de la pauvreté suppose, fondamentalement, l’existence d’un Etat de droit fort et respecté (légitime?), d’une administration bien outillée et performante et d’une participation effective de l’ensemble des composantes sociales à l’œuvre de construction nationale. La réforme de l’administration publique haïtienne se fait plus que sentir, c’est un impératif. C’est plutôt par l’administration que le citoyen ordinaire peut évaluer un gouvernement. Nous concentrer sur l’administration nous permettra de rationaliser les services, d’augmenter nos ressources financières. Combien parmi nos citoyens ne disposent pas d’une carte d’identité, d’un passeport et même d’acte de naissance? Combien de nos citoyens n’ont pas d’adresse et ne sont pas répertoriés par l’Etat? Pourquoi nos institutions publiques ne peuvent pas vendre leurs services ? Comment un haïtien peut-il disposer de plusieurs cartes d’identité ? Le cas d’Amaral Duclona reflète une nouvelle fois de plus le caractère dysfonctionnel de l’état haïtien. A entendre certains ministres parler, on a l’impression qu’on improvise chaque jour. Au sud comme au nord, la gouvernance est la condition incontournable pour assurer le fonctionnement de tout système démocratique ainsi que le développement durable et équitable de toute société. Si on devait qualifier de manière simple ce qu’est la gouvernance, on dirait qu’elle est contenue dans l’idée de « juste Etat », un Etat à la fois garant de la démocratie et des droits des citoyens. L’Etat juste est celui qui assure à la fois ses fonctions régaliennes telles que: assurer l’accès à la justice et à l’administration, promouvoir et protéger les droits de la personne et les libertés fondamentales, mais cela ne suffit pas. L’Etat doit aussi assurer la cohésion sociale d’un peuple, en étant arbitre et acteur qui assure l’accès à la santé, à l’éducation, et qui gère les richesses de manière responsable et impartiale, afin d’assurer leur redistribution équitable. On ne dira pas Non à la politique ; mais nous réclamons d’abord une autre forme de gouvernance pour mieux reconstruire ou finalement construire Haïti. Sinon on sera condamné à voir la réalité de la Reconstruction faire les frais des manœuvres politiciennes des uns et des autres. Pierre-Richard Cajuste Coordonateur du Conseil d’Analyses et de Recherches sur Haïti (CARH) Cajuste2000@yahoo.com Chaque matin, captezMélodie Matinsur 103.3FMwww.radiomelodiehaiti.comJeudi c’était le forum économique mondial pour l’Amérique latine 2010Organisé en Colombie, ce forum a vu défiler des leaders de l’Amérique latine, avec en tête le Président de la République dominicaine Leonel Fernandez qui a proposé d’aider à l’investissement à travers l’élimination de l’impôt sur le revenu. Ce serait une mesure incitative qui pourrait apporter des ressources aux entreprises en difficulté. “Il ne doit pas s’agir seulement d’une reconstruction en terme d’infrastructures physiques, mais aussi et surtout de la gouvernance, de la création d’un Etat de droit, d’un système transparent qui inspire confiance”, a martelé Fernandez qui croit qu’Haïti a besoin “d’un plan et d’une vision du futur en termes de développement économique et social”. Pour cela, dit-il, il faut un “leadership crédible” et des “institutions fortes” qui garantiront des “investissements rentables”. Le président de la Banque interaméricaine de développement (BID), Luis Alberto Moreno, était également parmi les intervenants à ce forum.Post-séisme : Voilà remet un chèque d’environ 1,6 millions de gourdes à « Save the children »7 avril 2010 Dans l’objectif de venir en aide aux enfants victimes du séisme du 12 janvier dernier, la compagnie Voilà a procédé, mercredi (6 avril), à la remise d’un chèque d’environ 1,6 millions de gourdes à l’ONG Save the children, a constaté HPN. Lors d’une conférence de presse, mercredi, le Directeur général de Voilà, Robin Padberg, a remis ce chèque symbolique d’environ 40 600 dollars US au Représentant intérimaire de Save the children en Haïti, Patrick Crump, chèque qui devra servir à financer des projets clefs visant à préserver les enfants et l’éducation. Ce montant compte aussi toucher 250 écoles à Port-au-Prince, à Léogâne et à Jacmel dans la mise en place de tentes et de bâches dans des espaces d’enseignement temporaires. Ces efforts ont permis la reprise scolaire dans 41 écoles dans la capitale, a soutenu M. Patrick Crump, ajoutant que des professeurs ont été formés pour l’appui psychosocial aux enfants. « Apporter un soutien matériel et psychosocial aux enfants, les éduquer et les sensibiliser sur les valeurs morales et citoyennes, leur apprendre des métiers, tels sont les objectifs spécifiques de la Fondation Voilà », a souligné M. Robin Padberg. Rappelons que Voilà a reçu en décembre dernier le Prix du Secrétaire d’Etat américain pour l’excellence.L’Université du Québec à Rimouski accueillera des étudiantsL’Université du Québec à Rimouski (UQAR) va accueillir, l’automne prochain, dix étudiants haïtiens touchés par le séisme. Les étudiants seront accueillis aux campus de Rimouski et de Lévis. Pendant leurs études de baccalauréat, ces étudiants n’auront pas à payer les frais de scolarité, ni leur logement ou leur nourriture. Huit programmes non contingentés tels l’administration, le génie et l’informatique peuvent les intégrer sans coûts supplémentaires pour l’Université. L’aide financière aux études et aux frais de séjour représente une valeur de 28 000 $ par étudiant, par année. L’UQAR désire accueillir des jeunes qui ont achevé une année d’étude dans leur programme et qui s’engagent à retourner dans leur pays pour participer à sa reconstruction. Le vice-recteur aux Ressources humaines, Daniel Bénéteau, précise que la sélection se fait en collaboration avec l’Université d’État d’Haïti. Un appel est par ailleurs lancé pour amasser des fonds pour ces étudiants.Les députés votent en faveur de la prolongation de la Loi d’urgenceC’est un important vote qui s’est déroulé le Jeudi 1er avril, ouvrant la voie vers la reconstruction d’Haïti. Les députés ont approuvé le jeudi 8 avril par 43 voix pour, six contre et trois abstentions le projet de loi sur la prolongation de 18 mois de l’état d’urgence postséisme et la création d’une Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH). Cette période de 18 mois coïncidera avec l’exercice du mandat de la CIRH (Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti) qui, sous la co-présidence de l’envoyé spécial de l’ONU et ex-président des Etats-Unis, Bill Clinton, et du Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, aura à gérer la première tranche estimée à 5,3 milliards de dollars promise par les partenaires internationaux à titre d’aide à court terme à la reconstruction du pays. Ce montant représente une partie de l’enveloppe globale de 9,9 milliards de dollars sur plus de trois ans annoncé la semaine dernière à la conférence de New York. Ce vote permettra au gouvernement et à la communauté internationale de faire face à la situation de crise exceptionnelle que vit le pays depuis le tremblement de terre. Il reste maintenant au Sénat à se prononcer sur cette loi. La séance devait avoir lieu le mardi 13 Avril.Le déplacement des premiers sinistrés des campsIl a commencé le samedi 10 avril avec l’aide des Nations Unies dont les casques bleus ont supervisé ce déplacement vers le premier camp aménagé avec l’aide de l’armée américaine. Ce nouveau site pourra accueillir 8.000 personnes dans l’immédiat. Le Président René Préval avait tenu à être sur place à Camp Corail pour accueillir les nouveaux habitants et il leur a donné l‘assurance que Camp Corail va devenir une véritable communauté. Réfugiée depuis la catastrophe au Club de golf de Pétion-Ville, sur les hauteurs de Port-au-Prince, les sinistrés s’y trouvaient en danger avec les prochaines pluies qui allaient transformer le terrain en patinoire avec tous les risques d’éboulement de sols. Camp Corail se trouve à 20 km au nord de la capitale et est à même d’accueillir dans l’immédiat 8.000 personnes. Cependant les nouveaux habitants sont inquiets. Comment vont-il pouvoir aller travailler? Pour le moment, seules quelques douches, des latrines et une vingtaine de longues tentes blanches ont été installées. L’école est en construction, l’aménagement du camp n’en est qu’à ses début. Dans la journée de dimanche, plusieurs centaines de sinistrés du Club de golf, volontaires au départ, rejoindront le site, et ainsi de suite pendant dix jours, précise le major brésilien Yvon Werneck, qui travaille sur ce projet depuis un mois.La Fédération des Croix rouge et du Croissant rouge se mobiliseElle prévoit de construire jusqu’à 50.000 unités de logement pour les sinistrés. Une cinquantaine de sociétés nationales de la Fédération ont recueilli plus de 700 millions de dollars en soutien aux efforts d’assistance, de relèvement et de reconstruction d’Haïti. L’objectif de la FISCR est de fournir d’ici au 1er mai une aide en matière d’abris à la totalité des rescapés privés de toit par la tragédie du 12 janvier.

PAGE 3

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE La Chambre des députés approuve la prolongation de l’état d’urgencePORT-AU-PRINCE, 8 avr 2010 (AFP) La Chambre des députés a approuvé jeudi la prolongation pour 18 mois de l’état d’urgence décrété en Haïti après le séisme du 12 janvier afin de donner davantage de compétences au pouvoir exécutif. “Les députés ont voté à 43 voix pour, six contre et trois absentions”, a déclaré à l’AFP le responsable de la séance, Louis Oltimé, précisant que le texte serait présenté vendredi au Sénat, qui doit à son tour l’approuver pour qu’il devienne loi. Ce projet de loi augmente les prérogatives de la présidence haïtienne, notamment en matière budgétaire. Il prévoit également la création de la Commission pour la reconstruction d’Haïti, annoncée lors de la conférence de New York, la semaine dernière. Plusieurs voix hostiles au texte se sont récemment élevées dans la société haïtienne, certains accusant le président René Préval de “profiter” de la catastrophe pour s’arroger plus de pouvoir, d’autres estimant que ce projet mettait en danger la souveraineté de l’Etat le plus pauvre des Amériques. Une cinquantaine de manifestants s’étaient d’ailleurs réunis jeudi à l’entrée de l’Académie militaire de Portau-Prince, où siègent les députés en raison de la destruction du Parlement, scandant “A bas la loi des 18” (mois) ou “Préval démission”. Le séisme du 12 janvier a fait au moins 220.000 morts et jeté à la rue quelque 1,3 million d’Haïtiens. P-au-P., 08 avr. 2010 [AlterPresse] — La situation politique semble se corser au moment où la chambre des députés doit se pencher sur un nouveau projet de loi à propos de l’État d’urgence, à la veille des 3 mois depuis le terrible séisme du 12 janvier en Haiti.Une coalition d’une quarantaine d’organisations socio-politiques rejette le document soumis au parlement par le président René Préval en vue d’une prolongation de l’état d’urgence pour une période de 18 mois. Les signataires, dont la plateforme politique Alternative, qualifient le nouveau projet de loi d’« immoral » et « illégal ». « Nous lançons une grande concertation au niveau national pour combattre la politique illégale et immorale que conduit Monsieur (président René) Préval, après la catastrophe du 12 janvier », déclare à AlterPresse Evans Paul, dirigeant de l’Alternative.Il souligne que la constitution haïtienne ne prévoit pas d’État d’urgence, même si une précédente loi a été votée en 2008 au lendemain du désastre causé par le passagePolitique : L’opposition s’oppose à la prolongation de l’état d’urgencede plusieurs cyclones.Evans Paul fait remarquer que le nouveau projet de loi d’urgence a été soumis à l’assemblée nationale, tandis que cette dernière n’a pas la prérogative de voter des lois, si ce n’est qu’en chambres séparées. « Nous ne reconnaitrons pas cette loi et nous n’allons reconnaître aucune action (politique ou économique) qui en découlerait », prévient-il.Selon lui, la loi d’urgence de 2008 a permis de dépenser 197 millions de dollars « sans explication claire jusqu’à présent », tandis que, depuis le 12 janvier, 163 millions de dollars ont été déboursés par le gouvernement, « sans aucune trace », soutient-il.Il y aurait peu de chance que les députés se prononcent ce 8 avril sur le nouveau projet de loi, à cause de la difficulté d’assurer le quorum nécessaire, indique à AlterPresse une source parlementaire. D’autre part, Evans Paul critique le fait que la loi d’urgence mentionne la Commission Intérimaire pour la Reconstruction de Haïti (CIRH), une structure « ponctuelle » (RECONSTRUCTION / p. 6) Séisme : Don de 10.000 tentes du MexiqueP-au-P. 6 avril 2010 [AlterPresse]— Le Mexique a fait don ce 6 avril de 10.000 tentes à Haiti pour pouvoir héberger des personnes qui demeurent sans-abris suite au séisme de janvier dernier. L’annonce officielle a été faite par la première dame du Mexique, Margarita Calderon, en présence du président René Préval, lors d’une cérémonie qui a eu lieu sur le site en ruine du palais présidentiel. « Le Mexique a compris que les désastres naturels n’apportent pas seulement la destruction et la désolation mais sont également des moments où les peuples découvrent la plus grande sensibilité humaine, la générosité et la solidarité », déclare Margarita Calderon. Ces 10.000 tentes font partie d’un lot de 50.000 qui ont été promises à Haiti par le président Felipe Calderon. Le reste doit arriver à Port-au-Prince dans les prochains jours, promet la première dame mexicaine. Préval salue « l’engagement personnel » du président mexicain et remercie le Mexique qui octroie également 5 milions de dollars d’appui budgétaire à Haiti. Il souligne aussi que les citoyens et citoyennes du Mexique ont fait directement don de 1 million de dollars à Haiti. Les gouvernements mexicain et haïtien ont également signé un accord humanitaire migratoire pour permettre aux victimes du séisme en Haiti de rejoindre leurs parents résidant au Mexique.Haïti reçoit la moitié des tentes commandées en ChineLe Président Préval annonce que la moitié de la commande de 50.000 tentes faite par le Gouvernement haïtien en Chine est arrivée, soit 25.000 tentes. L’autre moitié de la commande aurait été annulée parce que on a changé de programme depuis. Le projet maintenant est de construire en dur pour les sinistrés du séisme. Déclaration communiquée à notre reporter qui se trouvait ce mardi au palais national lors de la cérémonie en l’honneur de la Première dame du Mexique.Importantes répliques en perspective… Haïti est toujours sous la menace de répliques, a annoncé la direction générale du bureau des Mines et de l’Energie dans un communiqué de presse rendu pubic le lundi 5 avril. L’United Geological Survey et plusieurs universités canadiennes et françaises ont mené plusieurs missions scientifiques en Haïti et sont arrivés à la conclusion après avoir prélevé des échantillons de sol à Léogâne et dans plusieurs autres villes du pays, que d’importantes répliques susceptibles d’endommager des bâtiments déjà affectés pourraient se produire dans les prochains jours. Ils ont également indiqué que la menace sismique en Haïti est et restera significative. L ’EVENEMENT Le séisme trois mois après p.1 INSOLITE Goudougoudou versus Baron Samedi p.1 RELOGEMENT Discrimination au niveau des camps ( ?) p.1 POLITIQUE Le nationalisme doit faire le bonheur du peuple et non prolonger son malheur p.6 RECONSTRUCTION Le retard politique comme obstacle p.2 La Chambre des députés approuve la prolongation de l’état d’urgence p.3 René Préval satisfait des résultats du sommet de New York p.5 ACTUALITES Des Haïtiens demandent au PM Stephen Harper de prolonger le mandat de Michaëlle Jean p.3 Don de 10.000 tentes du Mexique p.3 Importantes répliques toujours en perspective p.3 LIBRE PENSER Reconstruction : Conférences d’hier et d’aujourd’hui p.7 Resquilleur ! p.12 POESIE Les fissures de l’Etre p.12 REPOR T AGE France : La participation du secteur privé p.13Selon haitipressnetwork.com , Michèle Obama passera moins d’une journée dans le pays, mais visitera plusieurs sites d’hébergement des sinistrés. Elle s’entretiendra par ailleurs avec les autorités haïtiennes ainsi qu’avec l’épouse du président, Elisabeth Préval.La Première Dame des Etats-Unis, Michelle Obama, en visite en Haïti

PAGE 4

Page 4 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12UNE ANALYSE Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak MiddleEast. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. BILAN : Le séisme trois mois après !L’électricité a été rétablie dans plusieurs quartiers trois semaines seulement après le 12 janvier, alors que devant l’étendue des dégâts survenus au circuit on prenait des dispositions pour s’en passer pendant six mois, toute une année. A Miami, après le passage du cyclone Andrews, on avait mis presque la même échéance pour assurer une distribution normale. Quant aux distributions gratuites de produits alimentaires, elles se font désormais sans brouhaha dans hôtel de la capitale qui lui servait de quartier général.L’école sous la tente …Après trois mois de suspension, l’école a repris le 5 avril dans la plus grande confusion et un véritable forcing (‘l’école sous la tente’) et ce n’est pas demain la solution définitive puisque ce sont 4.000 établissements scolaires qui ont été détruits. 38.000 élèves et 1.300 enseignants ne sont plus. Les établissements universitaires ont disparu à plus de 80%. C’est le cas de dire : il faut faire avec ! Il n’empêche que l’atmosphère générale n’est pas au découragement. En effet, ce sont partout ouvriers et engins lourds qui s’activent à démolir, déblayer, embarquer. Les rues du centre ville sont infranchissables à cause de montagnes de déblais qui les obstruent totalement. Il faut remonter au haut de la ville pour pouvoir emprunter les rares voies reliant dans les deux sens. Mais les gens ne s’en plaignent pas tellement. On a su créer un sentiment d’espoir. Le mot Reconstruction sonne jusqu’à présent comme une formule magique.La « solidarité globale » …‘On’ c’est la communauté internationale et le gouvernement PrévalBellerive. Mais c’est surtout la communauté internationale. Après le séisme, un vaste mouvement de solidarité s’est élevé en faveur d’Haïti aux quatre coins de la planète. Pourquoi le pays déjà le plus pauvre de l’hémisphère ? Et mouvement qui se poursuit trois mois plus tard. Et à sa tête ceux qu’on disait les plus indifférents : les ‘rich and famous’, autrement dit les superstars de la planète, la « peoplemania » ! C’est aussi un signe des temps. La rencontre des donateurs le 31 mars dernier au siège de l’ONU à New York a été une conclusion normale de ce nouveau concept de « solidarité globale » dont Haïti aura été la première expérience. Grâce à Dieu ! Que ce Dieu soit Jehova ou Richnou, celui des musulmans, des bouddhistes, des cultes réformés ou du Vatican. Sécurité assurée. Les marchés publics et les supermarchés regorgent aussi de produits. On n’a entendu jusqu’à présent parler d’aucune rareté. Même si les prix ont augmenté au moins de 20% par rapport à l’avant-12 Janvier.Militaires étrangers …Oui, sécurité assurée, mais de plus en plus par des militaires étrangers, américains, français, brésiliens. Le quartier commercial est à nouveau fréquentable pendant la journée. Et les kidnappeurs semblent se replier vers d’autres villes. Un suspect a été lynché jeudi au CapHaïtien. Il serait un des milliers qui se sont évadés du Pénitencier national de Port-auPrince le jour du séisme. La police nationale d’Haïti est presque invisible, le temps peut-être de regarnir ses rangs. La PNH a aussi payé un lourd tribut. Même constatation pour la Minustah (mission onusienne de maintien de la paix) dont l’état-major a disparu dans l’effondrement d’un n’est pas seul … Le support moral reste encore le plus important étant donné que tous sont frappés et que personne n’a les moyens de s’en relever tout seul. Notre sort pour la première fois est totalement lié. Même ceux qui essaieraient de tromper leur anxiété (comme on lit dans des magazines étrangers) dans l’alcool ou le jackpot et dans des boites de nuit finalement fréquentées surtout par des étrangers qui ne sont pas moins sous le choc. Beaucoup de ces derniers qui se trouvaient dans le pays le 12 janvier sont rentrés se faire soigner de leurs traumas. D’où le terme de ‘résilience’ décerné aux Haïtiens dans tous les milieux internationaux.En catimini …Il reste un dernier acteur. C’est la politique. Disparue depuis le 12 janvier, elle semble vouloir revenir en catimini à l’occasion du vote du projet de loi gouvernemental appelant à poursuivre l’état d’urgence afin de faciliter les prises de décision durant les 18 prochains mois qui devraient voir le lancement de la Reconstruction. La chambre des députés a voté le projet jeudi (8 avril) par 43 voix pour, 6 contre et 3 abstentions. Si le Sénat donne également sa ratification, la politique retournera en veilleuse. Or des élections présidentielles doivent avoir lieu dans quelques 10 mois. Mais si rien de concret et de convaincant n’est accompli d’ici là, la classe politique et l’international devront se résigner à des élections à participation zéro. Car les élections n’entrent pas encore dans le bilan du séisme. On a d’autres chats à fouetter. Haïti en Marche, 12 Avril 2010 Si se déplacer est devenu un cauchemar vivant, la dimension des conséquences du séisme éclatant davantage parce qu’on est aussi en train d’abattre les bâtiments qui étaient encore debout mais si endommagés qu’ils représentaient un grave danger ; si le quartier commercial est complètement rasé et disparait sous une poussière acre et presque morbide, comme devaient ressembler les villes soumises aux bombardements de la Seconde guerre mondiale (rappelons que le séisme du 12 janvier a une puissance qui représente 25 fois la bombe d’Hiroshima) …La génération ‘goudougoudou’ …Si tout ce spectacle fait physiquement mal et entretient une angoisse que nous porterons, nous qui vivons ça, probablement en nous jusqu’à notre dernière heure (cette ville est habitée au sens propre du mot par des héros et des héroïnes, encore plus les moins de 14 ans qui constitueraient 40% de la population, la génération ‘goudougoudou’) … Ce n’est pas tant la valse des milliards qui fait la différence que le sentiment qu’on (... suite de la 1ère page) différents coins de la capitale et de la zone métropolitaine. L’école a repris sous une tente chez les Sœurs du Sacré Cœur (photo Thony Bélizaire) Avec les maisons fissurées qui sont également abattues, la catastrophe paraît encore plus dramatique (photo Haïti en Marche) Jacmel : la Rue du Commerce, quartier historique de la ville, dévastée par le séisme

PAGE 5

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 5 DE L’ACTUALITE LE CIMETIERE EGALEMENT DEVASTEse trouve notre nécropole historique nationale.Des cadavres à tous les carrefours …Revenons au 12 janvier 2010.Titanyen …Et à ceux qui n’ont ni feu ni lieu, il ne reste que la fosse commune. Les gros camions blancs du CNE (centre national des équipements), organisme semi-public, ont transporté plus de 10.000 cadavres par jour, et pendant plusieurs jours, dans reposer au grand cimetière, là où sont les restes de tous les fondateurs de notre pays, depuis les temps de la colonisation. Au cimetière de Baron Samedi ! Dans la confrontation avec Goudoudoudou, Baron a perdu la bataille.Goudougoudou versus Baron Samedi !(GOUDOUGOUDOU ... suite de la 1ère page) les fosses communes à Titanyen, une décharge publique au nord de la capitale. Mais comme le ramassage s’est fait dans tous les quartiers, des compatriotes moins indigents ont été par hasard emportés également dans le lot. On cite l’ex-candidat à la présidence et plusieurs fois ministre, le Professeur Hubert Deronceray. Pendant ce temps, la seconde grande nécropole de la capitale est assiégée. C’est le Parc du Souvenir, au haut de Tabarre. La queue est si longue qu’il faut plusieurs heures pour s’inscrire. D’ailleurs les places habituellement sont vendues à l’avance. Son directeur, le Professeur Max Pénette, homme affable, se met en quatre, et à la hauteur de la situation. On est avisé qu’on peut passer toute une journée avant d’être servi. Ce 12 avril nous sommes retournés au Parc où repose notre épouse. C’est effarant le nombre de tombeaux portant la même date : 2010. Et parfois plusieurs membres d’une même famille. Dire qu’avec ma femme j’avais l’habitude de plaisanter. Là-haut c’est un salon funéraire, moi je voudrais C’est à ce moment que, de guerre lasse, beaucoup ont décidé de procéder à l’inhumation chez eux, sur leur propriété, dans leur propre cour. avez perdu un être cher c’est un lieu pour l’inhumation. On apprend alors que le cimetière de Port-au-Prince est inapprochable. Devant l’afflux de cadavres, outre les dommages faits par le tremblement de terre, l’administration décide de le fermer au public. C’est le moment où des cadavres commencent à s’empiler aux carrefours en différents endroits de la ville. D’abord enveloppés pudiquement dans un drap. Puis le nombre de corps sortis des décombres dépassant l’imagination, ils sont jetés pêle-mêle et tout nus. Et n’importe où. On marche littéralement sur des cadavres car autre choc : presque toutes les morgues de la capitale sont également détruites. La plus grande maison funéraire actuelle, Pax Villa, a perdu d’un seul coup tous ses établissements. Non, se dit-on, il me reste une alternative : c’est l’incinération. Je vais incinérer et garder les cendres pour nos petits enfants. Détrompez-vous. Pax Villa possède la seule entreprise d’incinération. Et elle aussi a disparu dans le cataclysme.Un cimetière pas comme les autres …Mais ce n’est qu’une bataille, ce n’est pas la guerre. Les sectes protestantes auraient tort de se réjouir prématurément. La légende de Baron remonte bien entendu à la première cargaison de noirs embarqués d’Afrique pour la colonie qui devait devenir Saint Domingue, la plus prospère de toutes. D’autre part le cimetière de Port-au-Prince n’en est pas un comme les autres. Tous les régimes politiques lui ont accordé un intérêt particulier. Et pas seulement à cause de la dignité de ceux et celles qui y reposent depuis plusieurs siècles. Il semble que le pouvoir mystique attribué à Baron Samedi et Grande Brigitte (sa compagne) ont une quelconque influence ou impact sur le destin politique du pays. Aussi les 1er et 2 novembre prochains, fête de la Toussaint et des Morts, on en reparlera. Des fois que le cimetière ne figurerait pas dans le plan de Reconstruction. D’autant que des élections majeures devraient se dérouler le même mois, sinon peu après en décembre 2010 ou janvier 2011. Mélodie 103.3 FM, 12 Avril 2010 La première idée qui vous traverse l’esprit si vous Assistance financière : René Préval satisfait des résultats du sommet de New YorkIl reconfirme son intention de quitter le pouvoir le 7 février 2011“ Le plus grand malheur qui puisse arriver au pays c’est un nouveau gouvernement de transition. Il faut que nous ayons un président, un premier ministre légitimes, autrement il ne pourra y avoir aucun suivi de la conférence de New York, car il n’y aura pas la confiance” dit Préval. P-au-P, 6 avril 2010 [AlterPresse] — Le président haïtien René Préval a exprimé ce 6 avril sa satisfaction des résultats du sommet international qui s’est tenu à New York le 31 mars dernier sur la reconstruction d’Haïti. Au cours de ce sommet qui a réuni les Etats membres de l’Organisation des Nations Unies (Onu) et des bailleurs de fonds internationaux, Haïti a obtenu une enveloppe de près de 10 milliards de dollars et un appui budgétaire pour 2010 de 350 millions de dollars. Lors d’une rencontre avec la presse sur le site en ruine du palais présidentiel, le président Préval a indiqué que cet argent servira à relever le pays des pertes subies durant le tremblement de terre mais ne saurait permettre le développement proprement dit du pays. Selon M. Préval, il s’agit de créer des conditions favorisant les investissements des secteurs privé, informel et paysan pour favoriser le développement. (SOMMET / p. 6) La chapelle du cimetière municipal de Port-au-Prince totalement décimée par le séisme (photo Marcus/HENM) De la croix symbolisant Baron Samedi, il ne reste qu’un moignon (photo Haïti en Marche) L’historique Maison Lélio au coin du cimetière et de la rue Mgr Guilloux (photo Haïti en Marche)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12POUR UNE POLITIQUE POSITIVE SOLICITATION INFORMATION FOR RFQ/RFPAnnouncement: Graphic Design Services required for the new Miami Art Museum. Construction Documents are in progress. MAM is conducting a search for a firm to assist the design team with comprehensive Graphic Design Services (public way finding within & around the new museum). If you feel your firm is qualified to build the next generation art museum, for additional information contact Tina Cornely at305-375-2276or via email attcornely@miamiartmuseum.orgPlease note that CBE & Miami based firms are strongly encouraged to participate.Le nationalisme doit faire le bonheur du peuple et pas le contrairePORT-AU-PRINCE, 9 Avril Les votes du Parlement en Haïti se suivent et se ressemblent puisque nos parlementaires mettent toujours à côté de la plaque. C’est comme un taureau de corrida devant lequel il suffit d’agiter le drapeau rouge pour qu’il se mette à envoyer des coups de corne dans toutes les directions. Le drapeau rouge c’est la menace à la souveraineté nationale. Que cette menace soit réelle ou non. On peut donc facilement manipuler un tel vote puisque le taureau devient aveugle dès qu’on agite le drapeau rouge. Il ne voit rien d’autre. Il n’a aucune idée de ce qui se passe réellement. Le point véritablement important lui glisse aisément sous le nez On a pu le voir lors, par exemple, du vote autorisant à déporter des citoyens du pays pour trafic de drogue. Branle bas de combat, tous sont arrivés avec leur cocarde bleu et rouge à la boutonnière ! Finalement la loi fut votée mais ne sont pas seulement concernés les suspects de trafic de drogue mais tout citoyen haïtien intéressant la justice américaine pour un sujet ou un autre : trafic de drogue, kidnapping, blanchiment. Pour le moment. Mais la liste n’est probablement pas limitative. Avait-on pris suffisamment le temps de lire entre les lignes de ce projet au lieu de se mettre à tempêter en tout et pour tout ? Livrer les citoyens du pays pieds et poings liés pour des crimes, soit, mais commis à l’intérieur de leur propre pays donc qui relèvent de la justice haïtienne. Et alors ! Les déportations se poursuivent de plus belle. Pour différentes raisons. Au nez et à la barbe de tous nos défenseurs si sourcilleux de la souveraineté nationale. Et pourquoi pas un jour pour raisons politiques ? Il ne reste que d’attendre. Aujourd’hui nos parlementaires sont en train de tomber encore une fois dans le même piège. Qu’on agite le drapeau rouge, ils voient rouge, ils voient rien. Il suffit de dresser le piège. Il suffit de connaître leur point faible. Tous s’y précipitent la tête la première. Et comme pour lors du vote légalisant la déportation, les voici lancés dans le même verbiage à prétentions nationalistes. Et comme c’est du pur blabla pour la simple raison que nous n’avons pas les moyens de notre politique, en conclusion, on met toujours à côté. En français : cela se dit aussi abandonner la proie pour l’ombre. Vous savez que les deux chambres sont appelées en ce moment à voter sur un projet de reconstruction du pays qui été dévasté le 12 janvier par un séisme qui a fait plus de 220.000 morts, 300.000 blessés, mais aussi détruit à près de 80% la capitale et d’autres villes importantes où plus de 2,5 millions dorment dans la rue, outre que 100% du produit intérieur brut s’est volatilisé en 35 secondes. Etc. Nous n’avons rien, pratiquement rien pour remettre tout seuls le pays même en l’état où il était avant le séisme, loin de là, c’est-à-dire le pays le plus pauvre du monde occidental. Or voici qui n’effleure jamais le vote parlementaire en Haïti : la pauvreté qui est la pire des condamnations. Qu’on demande à n’importe qui de par le monde de définir Haïti, pensez-vous qu’il répondra souveraineté nationale. Non, mais pays le plus pauvre. Et d’égrener toute la litanie qui revient chaque année dans les bulletins des différentes agences de l’ONU. La souveraineté nationale existe, oui, mais elle n’est plus ce qu’elle était. C’est toute la différence. Hier défense de la race noire du temps de notre grand Anténor Firmin, aujourd’hui, au siècle de la globalisation, la souveraineté nationale c’est se mettre à la table de négociations pour défendre pied à pied les intérêts économiques de son pays, de votre pays. La communauté internationale nous offre un ‘deal’ : 5,3 milliards pour les deux prochaines années ; 9,9 milliards pour les trois ans à venir et au-delà. Mais évidemment il n’y a rien sans rien. On demande aux parlementaires haïtiens non pas de casser ce ‘deal’, puisque ni eux ni personne d’autre n’ont rien de mieux à nous offrir, mais de l’aménager au meilleur bénéfice de l’intérêt national. L’intérêt national c’est-à-dire celui du plus grand nombre. Cependant est-ce trop leur demander ? C’est possible. Dans un tel cas, que le Parlement avoue son incompétence, ce serait plus honnête. On n’est pas parlementaire pour satisfaire son petit ego à coups de formules empruntées au petit ‘Dorsinville’ (la ‘bataille de Vertières’ comme si vous y étiez !) quand la seule version écrite de notre Acte d’indépendance a été ‘déportée’ depuis deux siècles dans les Archives à Londres dans notre ignorance la plus totale (elle vient d’y être découverte par une étudiante américaine) … Ni pour derrière cet habillage (ou plutôt ce babillage) nationaliste faire le jeu de puissances qui n’osent pas dire leur nom. Restons nationalistes si cela signifie défense de l’intérêt haïtien. Tout comme il y a l’intérêt américain, l’intérêt français … l’intérêt dominicain. Et ce n’est pas parce qu’ils ne font pas étalage de leur nationalisme grandiloquent à chaque minute (mais savent utiliser des arguments plus adaptés à notre époque) que nos intérêts sont mieux défendus que les leurs, loin de là. Dans ce projet de reconstruction actuellement sur les pupitres de nos députés et sénateurs, l’intérêt haïtien c’est d’abord de reconnaître que tout seuls nous ne pouvons rien, mais absolument rien, ensuite s’assurer que nous en tirons le maximum pour donner à notre pays sa chance de sortir du trou. Sinon c’est une fois de plus abandonner la proie pour l’ombre. Or, détrompez-vous, Haïti ne sera pas abandonnée pour autant. On nous laissera continuer à pourrir dans les décombres. Puis on reviendra. A ce moment-là nous serons encore plus faibles qu’aujourd’hui. Le nationalisme existe, mais un nationalisme qui doit faire le bonheur de son peuple, pas prolonger éternellement son malheur. Voilà qui dit bien ce que cela veut dire. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceAssistance financière : René Préval satisfait des résultats du sommet de New York Au cours des 18 prochains mois, la gestion et la validation des projets de reconstruction seront assurés par une commission mixte composée d’haïtiens et de représentants internationaux. Cette commission sera co-présidée par le premier ministre Jean Max Bellerive et l’ex-président américain Bill Clinton. Le président Préval qui s’est félicité de la création de cette commission a souligné qu’en dépit de son pouvoir d’exécution, le dernier mot restera toujours au chef de l’Etat. M. Préval a par ailleurs longuement parlé des élections législatives retardées et des présidentielles prévues à la fin de l’année. Il a fait savoir que le 7 février prochain est maintenu comme date de son départ. « A présent que l’argent est là, le plus grand malheur qui puisse arriver au pays c’est un nouveau gouvernement de transition. Il faut que nous ayons un président, un premier ministre légitimes, autrement il ne pourra y avoir aucun suivi de la conférence de New York, car il n’y aura pas de confiance », souligne-t-il. Le chef de l’État a indiqué qu’il a déjà sollicité auprès du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, l’envoi d’une commission d’évaluation des conditions techniques de réalisation des élections. « Il y a des gens qui se demandent si c’est le moment de parler d’élections, moi je dis que c’est tout à fait le moment. Ce sont ces gens qui vous disent gouverner c’est prévoir, (SOMMET... suite de la page 5) mais s’étonnent quand vous le faites. Il faut des élections c’est important pour la stabilité, pour la reconstruction », insiste le Président de la république. Il reconnait cependant que des obstacles doivent être surmontés pour parvenir à la réalisation des élections. Outre les problèmes administratifs, la destruction de bureaux de vote et le déplacement d’un certain nombre de votants, il faudra s’attendre à « des élections en cascade durant les prochaines années », relève-t-il. Sur ce point, René Préval pointe du doigt la Constitution de 1987 et rappelle sa position en faveur de l’amendement de la loi-mère. « J’ai depuis longtemps signalé que cette Constitution est un facteur de déstabilisation. J’avais ainsi proposé la réalisation d’élections générales tous les 5 ans, parce nous réalisons tout le temps des tas d’élections et qui sont à chaque fois marquées par la violence ». composée d’Haitiens et d’étrangers, qui serait coprésidée par le premier ministre Jean Max Bellerive et l’envoyé spécial de l’ONU, l’ex-président américain William Clinton.Il plaide en faveur de la création de deux structures séparées, soit une commission haïtienne responsable par-devant la population et une autre commission étrangère d’appui à la première. Dans certains milieux diplomatiques contactés par AlterPresse, on estime que sans la CIRH, la communauté internationale n’aurait pas accepté de promettre près de 10 milliards d’aide à Haiti lors de la conférence de New York du 31 mars dernier.Des secteurs politiques consultés par AlterPresse se demandent comment cette nouvelle formule mise en place va-t-elle véritablement se concrétiser et fonctionner. (RECONSTRUCTION... suite de la page 3)Politique : L’opposition s’oppose à la prolongation de l’état d’urgence www.radiomelodiehaiti.com

PAGE 7

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 7MISE EN PERSPECTIVERECONSTRUCTION: Conférences d’hier et d’aujourd’huiLe Gouvernement Quant au GOH, malgré une grande hébétitude durant les premières heures après le séisme, il a su réagir en apportant des secours, en procédant aux enlèvements des cadavres qui jonchaient les rues, en dégageant les espaces de circulation, en assurant une certaine coordination par l’utilisation de ce qui reste de l’appareil gouvernemental et par la mise en place de certaines commissions, en assurant une certaine gestion de l’aide internationale avec l’appui de la CI, les USA en tête, en déclarant un peu tardivement l’état d’urgence. Le Ministère de l’agriculture a sorti un programme post-sismique et le GOH a lancé quelques jours plus tard le processus PDNA tout en continuant à gérer les urgences humanitaires. Le Premier ministre, le Président et les ministres ont reçu de nombreuses délégations et personnalités étrangères et ont effectué des voyages à l’étranger pour plaider la cause de la reconstruction. Il faut noter que le GOH a posé, à mon avis, quatre actions importantes : (i) la gestion des urgences humanitaires avec l’appui de la CI,(ii) la préparation de la phase de relèvement immédiat avec la réalisation d’un manuel d’opération pour harmoniser les travaux de création d’emplois ou HIMO en vue de faire face à la prochaine saison pluvieuse et/ou cyclonique et de favoriser l’autonomisation des victime du séisme et des familles en insécurité alimentaire, (iii) l’élaboration du PDNA et du PARDN, l’élaboration par le CIAT[3] du plan d’aménagement du territoire publié sous le titre Haïti Demain, et (iv) l’organisation avec ses amis de la CI de cette conférence du 31 mars à NY. La société civile Quant à la SC organisée, elle a mis du temps à réagir. La Fondation Haïtienne pour le développement intégrale latinoaméricain et caribéen (FONHDILAC) a sorti son plan de refondation[4] le dimanche 7 février 2010, le plan stratégique de sauvetage national est sorti à la même époque. D’autres propositions allaient suivre dont celles du secteur privé très récemment. C’est à cette époque que va être lancé le processus d’élaboration du PDNA avec l’appui de la communauté internationale et de certains cadres de la SC. Près de deux cents cadres haïtiens allaient participer à cet exercice qui, selon les TDR, devaient déboucher sur 3 extrants dont un plan stratégique de développement national. Ce plan stratégique est actuellement connu sous le vocable PARDN et est l’objet de cette conférence de reconstruction d’Haïti du 31 mars. Le secteur privé haïtien, qui a présenté tardivement son plan[5], participe à cette conférence, assurément sur la promesse du GOH de prendre en compte ses recommandations et de les intégrer dans le PARDN. En tout cas, avant son départ pour cette conférence, le Président a fait savoir à la nation que le plan qui va être présenté est celui de tous les haïtiens. La communauté internationale Dès le lendemain du séisme, elle commençait à se manifester par l’intermédiaire de ses représentants sur place en dépit des pertes énormes subies. Le Président Fernandez de la République Dominicaine s’est invité lui-même. Il était accompagné de toute l’armada humanitaire dominicaine. Ces dominicains ont mis la main à la pate à la manière des cubains qui étaient déjà sur place. Avec l’arrivée massive des autres, on a eu tendance à oublier ces actions de nos voisins immédiats. Cette solidarité internationale s’est manifestée et se manifeste encore dans toutes les actions entreprises par Haïti. La CI était haïtienne durant les premiers jours de la catastrophe. Ella n’a jamais cessé son appui depuis les urgences humanitaires, l’élaboration des dossiers, la préparation de la phase de relèvement jusqu’à la phase de reconstruction. Elle s’est investie sans relâche dans le PDNA, le PARDN, est omniprésente dans cette conférence, et sera partie prenante de la mise en œuvre de ce PARDN. Plan d’action pour le relèvement et le développement national (PARDN) C’est un des résultats de l’évaluation conjointe des besoins post-désastre qui, à la demande et sous la direction du Gouvernement de la République d’Haïti, a été conduite du 18 février au 24 mars en Haïti, avec le soutien technique de l’ONU, la BID, la CEPAL, la Banque Mondiale et la Commission Européenne. Voici la vision telle qu’exprimée par le Premier Ministre lors de lancement du processus d’élaboration du PDNA : voir Haïti comme un pays émergeant d’ici 2030, société de la simplicité, équitable, juste et solidaire, vivant en harmonie avec son environnement, sa culture et une modernité maîtrisée où l’État de droit, la liberté d’association et d’expression et l’aménagement du territoire sont établis, dotée d’une économie moderne, forte, dynamique, compétitive, ouverte et à large base territoriale, où l’ensemble des besoins de base de la population sont satisfaits et géré par un État unitaire, fort, garant de l’intérêt général, fortement déconcentré et décentralisé. Les priorités du Plan d’Action Post Séisme, qui s’articulera autour de vingt (20) chantiers et qui nécessitent 34, 481, 000,000.00 USD , sont de faire face à l’urgence dans l’immédiat, redémarrer les activités économiques gouvernementales et sociales, réduire la vulnérabilité du pays face aux catastrophes naturelles et relancer Haïti sur la voie du développement. Plus spécifiquement : (i) Assurer la préparation de la saison cyclonique et des pluies 2010, particulièrement pour les populations déplacées ; (ii) Inscrire systématiquement les aspects environnementaux dans toutes les décisions liées au processus de redressement et de développement ; (iii) Assurer l’intégration de la gestion des risques et des désastres dans toutes les activités de reconstruction pour tous les secteurs ; (iv) Mettre en place une politique active de l’emploi en appuyant les micro-entreprises, en renforçant la formation professionnelle, en intégrant les principes de haute intensité de main d’œuvre (HIMO) et en associant l’entreprenariat haïtien, la main d’œuvre locale ainsi que les communautés ; (v) Placer de façon accrue l’État comme prestataire de services de base déconcentrés et décentralisés, tout en assurant un renforcement substantiel de son autorité auprès des entités non étatiques. A cet égard, amorcer la création d’un filet de protection sociale pour les plus démunis ; (vi) Décongestionner la zone métropolitaine de Port-au-Prince par une politique de déconcentration et de décentralisation en mettant en place des incitations pour la sédentarisation de la population autour de pôles de croissance ; (vii) Continuer d’apporter assistance et soutien à 1.3 million d’haïtiens qui ont tout perdu et à 3 millions de personnes affectées par le désastre, tout en accélérant le processus de relèvement pour éviter une dépendance vis-à-vis de l’aide extérieure. Ce plan se décline en deux temps. Soit l’immédiat qui porte sur une période d’une année et qui constitue la période de transition avant que tout le mécanisme de la refondation de l’État ne soit opérationnel. Le second temps s’ouvre sur une perspective temporelle de dix ans, permettant ainsi de tenir compte de trois cycles de programmation des Stratégies Nationales de Croissance et de Réduction de la Pauvreté. C’est pourquoi le Plan propose la mise en place d’une Commission intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) et d’une Agence pour le Développement d’Haïti (ADH) ainsi qu’un Fonds Fiduciaire Multi-Bailleurs (FFMB) qui Par Jean-Robert JEAN-NOEL (... SUITE ) (CONFERENCES / p. 15)

PAGE 8

Page 8 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12LE RELOGEMENT DOIT ETRE DEMOCRATIQUE Discrimination au niveau des camps ? peine 400 ou 500 personnes au grand maximum.Une évacuation en bon ordre …Cependant à l’autre bout de la capitale, un groupe d’experts internationaux prépare une évacuation en bon ordre pour un autre camp de sans abris. Ceux-là aussi sont sur place Sylvio Cator. Ici on est au Club de golf de Pétionville. Un parcours soigneusement sélectionné pour faire de ce sport à la fois un passe-temps et un moyen de garder sa ligne. Cela comprend un plateau d’où partent les golfeurs (et golfeuses) pour descendre par un large sentier jusqu’au fond d’un ravin aménagé, puis en remonter. Mieux que les mornes plaines arpentées par les Tiger Woods trop enroulés de Floride. Est-ce là une première explication de la priorité qui est accordée au camp en question. Qui sait ! Toujours est-il que les sans abris du club de golf sont quant à eux aux petits soins.Baptisé du doux nom de Corail …La presse s’est précipitée là-haut ce samedi après qu’un bulletin de l’ONU eut annoncé que plusieurs milliers d’entre eux seraient transportés dans un nouveau camp organisé, avec tout le nécessaire, mis en place au nord de la capitale et baptisé du doux nom de Corail. Et que ce serait la première grande évacuation depuis le séisme. fuient tout espace fermé à cause des répliques qui menacent de jeter à bas les édifices qui ont survécu. Cependant, contrairement à leurs compatriotes du Stade Sylvio Cator, ceux du Club de golf de Pétionville ne manifestent aucune anxiété. D’abord l’évacuation n’est pas aussi imminente que le dit le communiqué. Ensuite une équipe médicale (Médecins sans Frontières) s’est installée sur le plateau pour administrer des soins préventifs avant tout déplacement. Il faudra aussi procéder à l’identification de toutes les familles et individus devant être relogés. camp du Stade Sylvio Cator par contre doit être démonté tambour battant et sans aucun ménagement. Pourtant des deux côtés c’est le même peuple réagissant aux mêmes circonstances. Le problème, ce n’est pas le même plan d’évacuation. Malgré toutes les promesses de tous les côtés, on n’est toujours pas arrivé à une véritable coordination des général. Pour une raison ou une autre, outre le fait que la situation géographique très inclinée du club de golf fait qu’il est une priorité à cause de l’approche de la saison des pluies (mai) et des ouragans (juin-novembre), celui-ci a été choisi comme une sorte de chasse gardée par le secteur international. Outre aussi que le club est attenant à la résidence de l’Ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, donc zone sous haute surveillance. Ce sont des militaires de la ’82 e division aéroportée’ de l’armée américaine qui y font office de sécurité.Le rôle des ONG …Tandis que les unités du Cimo (ou Swat haïtien) envoyées vendredi pour contenir un début de manifestation au Stade étaient bien emmerdées. Le désespoir de ces gens est si évident … Mais ce n’est pas fini. Dans le même temps, le gouvernement a installé un nouveau camp, plusieurs centaines de tentes bien aménagées, également au nord de la capitale, sur l’ancienne piste d’aviation. Le nouvel emplacement serait destiné à recevoir les sans abris du Champ de Mars, en priorité ceux qui ont élu domicile sur l’esplanade du Palais national, juste en face du palais présidentiel. Or le camp en question est apparemment prêt. Mais les tentes restent vides. Tandis que les sinistrés du Champ de Mars ne laissent pas l’impression de vouloir bouger … De fait, ils reçoivent quotidiennement de l’eau et autres nécessités. Les ONG y veillent.De temporaire en définitif ...Outre que après trois mois, le temporaire se change en définitif. Des petits commerces se sont organisés, desservant un marché de dizaines de milliers et à portée de main. Et fonctionnant jour et nuit ( !!! ). Que dit l’Etat haïtien ? Des trois acteurs qui se partagent le marché, si l’on peut dire, c’est lui le moins privilégié face à cette situation. L’international s’occupe de ce qui d’abord dessert ses intérêts immédiats. Dégager un camp surpeuplé et trop à (RELOGEMENT... suite de la 1ère page) Nous parlons de 65.000 personnes, estimation du ministre des Affaires sociales, Yves Cristallin, qui a aussi rendu visite vendredi aux sinistrés, apportant des matelas et autres produits de première nécessité. Et promettant une politique d’insertion sociale et des programmes de crédit pour la reconstruction.Le même peuple dans les mêmes circonstances …Dans le même temps, le depuis le soir du 12 janvier. Au même titre que ceux du Stade Et depuis que 1,5 million d’habitants de la capitale (RELOGEMENT / p. 12) Au camp installé au Club de golf, des adolescents s’entrainent aux arts martiaux (photo Haïti en Marche) Le Club de golf est supposé abriter jusqu’à 60.000 personnes (photo Marcus/Haïti en Marche) Premiers sans abris laissant le Club de golf pour un nouveau camp plus confortable au nord de la capitale (photo AP) interventions pour le bénéfice de la population sinistrée en

PAGE 9

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 9BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 AVI LEGAL Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize votè yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfòmasyon nou resevwa nan me n Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipèvizè Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfòmasyon sou k isa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou wè kouman pou nou rezoud pwoblèm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lèt sa-a, sa gen dwa mennen Sipèvizè Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistèm enskripsyon votè Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipèvizè Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dènye adrès nan rejis: Yap avize: Dènye adrès nan rejis: Aguilar, Leonardo R 2079 NE 170Th St N Miami Beach FL 33162 Harmon, Janice R 13111 NW 26Th Ct Miami FL 33167 Al-Badri SR, Tareq Z 1843 N 27Th Ct Hollywood FL 33020 Harrell, Terrance C 5700 NW 8Th Ave Miami FL 33127 Aldalla, Christopher 1800 Collins Ave #5E Miami Beach FL 33139 Harris, David A 14832 SW 148Th St Cir Miami FL 33196 Allen, Al A 733 NW 78Th St Miami FL 33150 Harris, Franklin C 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Allen, Laudell 6950 NW 41 St Miami FL 33166 Harris, Keith D 411 NW 6Th St Miami FL 33136 Alls, Putrell 311 NW 59Th St Miami FL 33127 Hernandez, Daniel A 1441 NE 116Th St Miami FL 33161 Alvarado SR, Anthony 111 Prospect St South River NJ 08882 Hernandez, Gustavo A 3610 NW 1St St Miami FL 33125 Anderson, Joseph D 8940 NW 20Th Ave Miami FL 33147 Hernandez, Jorge 2735 NW 10Th Ave Miami FL 33127 Anderson, Velma 22213 SW 117Th Ave Miami FL 33170 Hernandez, Marisol 78 NW 17th Ct #12 Miami FL 33125 Andrews, Fred 721 NW 45Th St Miami FL 33127 Hill, William H 800 NW 28th St Miami FL 33127 Arsis, Roise 939 SW 9Th St Miami FL 33130 Holmes, Sarah L 16100 NE 19Th Ct Miami FL 33162 Ashley, Marcel M 13850 Nw 41st St Miami FL 33178 Horenstein, Wedlyne 565 NW 120Th St Miami FL 33168 Baldwin JR, Lester B 935 NW 53Rd St Miami FL 33127 Horne, Felicia M 1175 NW 61St St Miami FL 33127 Baty, Donald 2001 Biscayne Blvd #2221 Miami FL 33137 Horton, Michael D 17882 SW 107Th Ave #21 Miami FL 33157 Beard, Willie 8255 NW Miami Ct Miami FL 33150 Hoskins, Elizabeth 11835 SW 221St St Miami FL 33170-4636 Beaton, Roberto C 5850 Biscayne Blvd #S18 Miami FL 33137 Huff, Calvin C 1907 NW 38th St Miami FL 33142 Bell, Carolyn J 650 NW 122Nd St apt # 302 Miami FL 33168 Hunter, Lesa 728 NW 56th St #1 Miami FL 33127 Benitez, Nelson 15800 SW 102Nd Ave Miami FL 33157 Jackson, Brenda L 2920 NW 71st St #2920 Miami FL 33147 Benn, Eric 11841 SW 214Th St Miami FL 33177 Jackson, Monique KE 318 NE 51St St #2 Miami FL 33137 Bermudez, Ernie J 9546 SW 3Rd Ln Miami FL 33174 James, Juanita L 721 NW 56Th St #8 Miami FL 33127 Bethel, Joseph 920 Dunad Ave Opa Locka FL 33054 Jean Baptiste, Erlis 729 NE 85Th St Miami FL 33138 Binger, Corey D 2270 NE 171St St N Miami Beach FL 33160 Jimenez, Henry R 2831 SW 101St Ct Miami FL 33165 Black, Dentone 13851 NE 3Rd Ct #107 North Miami FL 33161 Jimenez, Michael I 167 NW 38Th St #1 Miami FL 33127 Blaise, Alain 1848 NW 107Th St Miami FL 33167 Johnson, Dequan A 6950 NW 41 St Miami FL 33166 Bohler, Jerome 13730 Harrison St Miami FL 33176 Johnson, James J 112 NW 40Th St Miami FL 33127 Borjes, Adrian 19800 SW 180Th Ave #587 Miami FL 33187 Johnson, Sidney N 2443 NW 93Rd St Miami FL 33147 Bowman, Robert A 2355 NW 166Th St Miami Gardens FL 33054 Johnson, Todd E 3443 Margaret St Miami FL 33133 Briggs, Tuwanda I 220 NW 11Th Ter Apt 8 Miami FL 33136 Jones, Jerome 18863 NE 1st Ct Miami FL 33179 Brooks, Norman 1182 NW 41st St Miami FL 33127 Jones, Tom 12750 NW 27Th Ave Opa Locka FL 33054 Brown, Anthony 250-NE NE 151St St Miami FL 33162 King, Florence L 1907 NW 38Th St Miami FL 33142 Brown, Jack P 11335 SW 154Th Ter Miami FL 33157 La Van, Raymond L 10204 SW 169Th Ter Miami FL 33157 Brown, Melvin 430 NW 7Th St #2 Miami FL 33136 Lawrence, Michael PO BOX 01423 Miami FL 33131 Brown, Ted 7736 NW 77th Ter Miami FL 33147 Lewis, Tarrod 829 NW 46th St Miami FL 33127 Bryant, Mitch W 132 SW 8th St Miami FL 33130 Lollar SR, Edward 2001 NW 62Nd St #103 Miami FL 33147 Bryant, Shenika 529 NW 56th St Miami FL 33127 Louis, Juanita F 4527 NW 23Rd Ave #B Miami FL 33142 Burrell, Katrina T 344 NW 53Rd St #4 Miami FL 33127 Ludgood, Andrew 101 NW 2Nd Ave Miami FL 33136 Bynum, Roger D 6950 NW 41 St Miami FL 33166 Mackey, Qanthony C 1630 NW 4Th Ave #C9 Miami FL 33136 Byrd, Jasmine 1210 NW 2nd Ave #1 Miami FL 33136 Mackey, Rhondy N 4308 NW 18th Ave #A2 Miami FL 33142 Calloway, Angela Y 805 NW 50th St Miami FL 33127 Maloy, Daniel C 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Caraballosa, Enrique 6950 Nw 41 St #A8 Miami FL 33166 Marston, Angela 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Carey, Charles P 4830 NW 11th Ave Miami FL 33127 Mason, Cedcikia L 61 NE 59Th Ter #H Miami FL 33137 Carlos JR, Brian B 13380 Port Said Rd #21 Opa Locka FL 33054 Mc Carroll, Melissa J 1188 NW 61St St Miami FL 33127 Carvajal, Patrice 600 NE 36Th St Apt 714 Miami FL 33137 Mc Clain, Eric D 771 NW 42Nd St Miami FL 33127 Carver, Terrance D 7035 NW 186Th St #403 Hialeah FL 33015 Mc Cray, Lasonya P 2150 NE 169Th St #101 Miami FL 33162 Cassell, Roberto A 2411 NW 10Th Ave Apt 308 Miami FL 33127 Mc Knight, Darrel 3161 Hibiscus St Miami FL 33133 Castellano, Jason A 21338 SW 97Th Pl Cutler Bay FL 33189 McCloud, Alfred L 629 Lenox Ave Miami Beach FL 33139 Causey, Joanne 5197 NW 27th Ave Apt B Miami FL 33142 McGhee, Travis 10875 SW 216th St Miami FL 33170 Cavanaugh, Graham M PO BOX 612131 Miami FL 33261 McGriff, Sherry A 1907 NW 38th St Miami FL 33142 Chadwick, Lisa D 7610 Byron Ave #17 Miami Beach FL 33141 McKenzie, Kalwone 2120 NW 83rd Ter Miami FL 33147 Chambers, Patrick L 3140 NW 76TH St Miami FL 33147 McNeill, Daniel 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Chapman, Michael 7440 SW 36Th St Miami FL 33155 McRoy, Terry E 638 NW 62nd St Miami FL 33150 Chodrow, David A 1602 Alton Rd Miami Beach FL 33139 Medina, John 1971 SW 4Th St #212 Miami FL 33135 Cobbs, Bobby 1130 NW 47th Ter Miami FL 33127 Miller, Jarmal R 1250 NW 61St St #2 Miami FL 33142 Coffee, Adrian M 15147 NE 6Th Ave Miami FL 33162 Mirville, Mc C 127 NW 43Rd St Miami FL 33150 Colassaint, Wienfrid 435 NE 171St St N Miami Beach FL 33162 Mitchell, Carl 800 NW 5Th Ave Miami FL 33136 Compton, David 1065 NW 29Th St #15 Miami FL 33127 Mitchell, Jeanette 950 NE 142Nd St North Miami FL 33161 Cotto, Abdel L 11236 NW 3Rd Ter Miami FL 33172 Mitchell, Jermaine 22020 SW 115Th Ave Miami FL 33170 Council, Terry 3462 Day Ave Miami FL 33133 Molina, Dagoberto 559 NW 33Rd St Miami FL 33127 Crawford, John W 12342 NE 11Th Pl North Miami FL 33161 Montanez, David 1037 NW 28th St Miami FL 33127 Cromwell, Timothy 424 NE 64th St #2 Miami FL 33138 Montoya, Bibiana M 1445 SW 131St Pl Miami FL 33184 Cure, Rodney L 11965 SW 213th St Miami FL 33177 Moore, Arthur D 6235 NW 2Nd Ave Apt A Miami FL 33150 Daniels, Anitra L 1000 NW 129Th St North Miami FL 33168 Morales, Esteban 126 NW 33rd St #E Miami FL 33127 Dassori, Armando E 8086 NW 10Th St #7 Miami FL 33126 Morgan, Jason 11722 SW 221St St Miami FL 33170 De La Hoz, John W 927 NE 149Th St Miami FL 33161 Moss, Edgar A 14100 NW 6Th Ct #110 Miami FL 33168 Dean, William A 21201 SW 122nd Ave Miami FL 33177 Munera, Javier M 1303 NW 32nd Ct Miami FL 33125 Demus, Roberta J 1970 NW 38Th St Miami FL 33142 Munoz, Clementino J 22612 SW 89Th Pl Cutler Bay FL 33190 Deshazior, Donald L PO BOX 1217 Miami FL 33242 Myles, Jerrard D 3892 NW 159Th St Miami FL 33054 Deshommes, Carlande 12890 NE Miami Ct North Miami FL 33161 Noda, Carlos M 909 SW 3rd St #4 Miami FL 33130 Dinkins, Hubert 1345 NW 69Th St Miami FL 33147 Norman JR, Anthony T 19830 SW 118th Pl Miami FL 33177 Dusza, Mary H 11820 SW 213Th St Miami FL 33177 O'Connell, Elena M 2655 Collins Ave Miami Beach FL 33140 Dye, David E 21615 SW 109Th Ave Miami FL 33170 Ortiz, Manuel 2735 NW 10Th Ave Miami FL 33127 Earl, Jared T 19300 Franjo Rd Cutler Bay FL 33157 Ortiz, Mirta 721 NW 56Th St #14 Miami FL 33127 Eberton, Timothy 7632 NW 5th St #1A Ft Lauderdale FL 33324 Outten, Omar E 9175 SW 147Th Ave Miami FL 33196 Enriquez, Ismael 335 S Biscayne Blvd Miami FL 33131 Peat, Irma J 10460 SW 163Rd St Miami FL 33157 Esdaille, Noel 2001 NW 134Th St Miami FL 33167 Pedrera, Jose A 2771 SW 82Nd Ct Miami FL 33155 Evans, Jerry L 800 NW 28Th St Miami FL 33127 Perez, Natalie 695 NE 151St St #1C Miami FL 33162 Everett, Carl L 1473 NE 148Th St Miami FL 33161 Peters, Cedric A 2000 NW 91St St #G Miami FL 33147 Farinas, Christopher C 1321 NW 13Th St #8C3 Miami FL 33125 Philippe, Chris 1445 NE 142nd St North Miami FL 33161 Felton, Jerome 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Pierre-Louis, Shultz 1240 NE 136Th Ter North Miami FL 33161 Fisher, Octavius W 22105 SW 108th Ave Miami FL 33170 Pineda, Raul 2020 NW 1St Ave Miami FL 33127 Flowers SR, Darryl A 6820 NW 17th Ave #20 Miami FL 33147 Pinkard, Janvier D PO BOX 011836 Miami FL 33101 Fortune, Mario 1070 NE 152Nd Ter N Miami Beach FL 33162 Porter, Steve H 801 Curtiss Dr Opa Locka FL 33054 Foster, Erika D 13613 NE 20Th Ave N Miami Beach FL 33181 Pruitt JR, Nathaniel 5225 NW 30Th Ct Miami FL 33142 Frazier, Deborah A 12035 NW 2nd Ave North Miami FL 33168 Pryor, Vernard L 19700 NE 10Th Ct Miami FL 33179 Freeman, Gerald E 416 NW 50Th St Miami FL 33127 Pupo, Angela 5755 W 20Th Ave #112 Hialeah FL 33012 Frere, Angel 1550 N Miami Ave Miami FL 33136 Redding, Latasha E 920 NW 55Th Ter Miami FL 33127 Frye, Curtis A 17256 SW 112Th Pl Miami FL 33157 Reyes, Jorge L 3135 SW 80Th Ave Miami FL 33155 Garcia, Desery 825 SW 44th Ave Miami FL 33134 Richardson, Jashey C 10481 SW 173Rd St Miami FL 33157 Garcia, Lino 401 Ocean Dr #324 Miami Beach FL 33139 Rivera, Luis E 722 NW 111Th Pl #12 Miami FL 33172 Gatlin, Gus R 12511 SW 204th Ter Miami FL 33177 Robbins, Nakoa R 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Geith, Jessica T 10445 SW 133Rd Ct Miami FL 33186 Roberts, James A 1331 NE 144Th St #PH Miami FL 33161 Glass JR, Wayne B 14591 NE 14Th Ave Miami FL 33161 Robinson, David O 1939 NW 93Rd Ter Miami FL 33147 Goggins, Wesley B 133-1/2 NW 18Th St Miami FL 33136 Robinson, Latronda D 4720 NW 23Rd Ct Miami FL 33142 Golub, Cynthia D 1900 Sunset Harbor Dr #1209 Miami FL 33139 Rodriguez, Roberto 936 NW 6Th St #4 Miami FL 33136 Gonzalez, Clark 11105 SW 165Th Ter Miami FL 33157 Romelus SR, Jean C 5810 N Miami Ave #A Miami FL 33127 Gonzalez, Fausto 9591 Fontainebleau Blvd #101 Miami FL 33172 Ross, Theodore 19817 NW 64Th Pl Hialeah FL 33015 Goshay, Terance D 2226 NW 82nd St #A Miami FL 33147 Ruth, Nicole 6090 NE Miami Ct Miami FL 33137 Grace, Bernard 2006 NW 19Th Ter Miami FL 33125 Sampson III, Sylvester 10551 SW 161St St Miami FL 33157 Grant, Nicole Y 12200 NW 21St Ct Miami FL 33167 Santiesteban JR, Jaime P 944 Jefferson Ave #3 Miami Beach FL 33139 Gray SR, Billy L 1301 NE 179Th St N Miami Beach FL 33162 Santos, Nelson 1019 NW 26th Ave Miami FL 33125 Green, Antonio T 4590 SW 102Nd Pl Miami FL 33165 Saunders JR, Andy D 734 NW 80Th St #17 Miami FL 33150 Green, Charles N 5600 NW 7Th Ct 12 Miami FL 33127 Scott, Richard 1040 NW 151 St Miami, FL 33169 Gregory, Kyle 532 N Miami Ave #10 Miami FL 33136 Seay, Clark W 5218 NW 24Th Ct Miami FL 33142 Griffin, Jomo K 18681 Lenaire Dr Cutler Bay FL 33157 Serrano, Luis F 865 NW 29Th Ter Miami FL 33127 Griffin, Tracy D 6321 NW 12th Ave #4 Miami FL 33150 Session JR, Reginald E 1243 NW 29th Ter Miami FL 33142 Guillama, Regla M 5505 SW 164Th Pl Miami FL 33185 Sheard, James A 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Gutierrez, Joel J 1168 NW 47Th St Miami FL 33127 Simmons, David J 2017 NW 18Th Ter Miami FL 33125 Hanna, Elijah 5557 NW 7th Ave Miami FL 33127 Singh, Hesseinally 10400 SW 153Rd Ct #1 Miami FL 33196 Kontinye nan lòt paj la Lester Sola Sipèvizè Eleksyon, Konte Miami-Dade MIAMI DADE COUNTY (suite page 11)

PAGE 11

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 11 10 départements d’études Licence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 PETITES ANNONCES Le Manolo InnTéléphones : 566-5361 401-7108 / 514-0304 lemanoloinn@mac.comInternet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire Consultant VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 Kontinyasyon paj presedan an AVI LEGAL AVI LEGAL Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize votè yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfòmasyon nou resevwa nan me n Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipèvizè Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfòmasyon sou k isa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou wè kouman pou nou rezoud pwoblèm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lèt sa-a, sa gen dwa mennen Sipèvizè Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistèm enskripsyon votè Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipèvizè Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dènye adrès nan rejis: Yap avize: Dènye adrès nan rejis: Smith JR, Hector M 100 Lincoln Rd #308 Miami Beach FL 33139 Washington, Jacqueline R 10525 SW 216Th St # C Miami FL 33190 Smith SR, Cedric D 8920 NW 8th Ave Miami FL 33150 Watkins, Quincy K 1130 NW 47Th Ter Miami FL 33127 Smith, Henry G 776 NW 57Th St Miami FL 33127 Wigfall, Carlten A 20310 NE 3rd Ct #12 Miami FL 33179 Smith, Lisa 1936 NW Flagler Ter 16 Miami FL 33125 Williams, Albert 800 NW 28th St Miami FL 33127 Soto, Paul D 218 NW 12Th Ave #610 Miami FL 33128 Williams, Anthony 1026 NW 47Th Ter Miami FL 33142 Spann JR, Robert 2844 NW 10Th Ave Miami FL 33127 Williams, Sharina I 1611 NW 125Th St North Miami FL 33167 Sterlin, Salomon 44 NE 60Th Ter Miami FL 33137 Williams, Sharonica T 11107 SW 200Th St #7107 Miami FL 33157 Stevens, Bryan C 2000 N Bayshore Dr #1410 Miami FL 33137 Williams, Warren L 7000 NW 41St St Miami FL 33166 Thomas, Charles 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Wimberly, Terry L 1620 NW 77Th Ter Miami FL 33147 Thomas, Lawrence C 7848 N Bayshore Dr #6 Miami FL 33138 Woodard, Princess E 1915 NW 60Th St Miami FL 33142 Thronton, Timothy 726 NE 1st Ave Miami FL 33132 Woodruff, Alison J 1971 NW 2Nd Ct #9 Miami FL 33136 Toombs, Andrew 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Woodward, Joseph 9041 SW 122Nd Ave #201 Miami FL 33186 Torres SR, Luis A 1560 SW 1St St Miami FL 33135 Wright, Anthony J 13111 NW 26th Ct Miami FL 33167 Valdivia, Mario 529 Michigan Ave Miami Beach FL 33139 Wright, Calvin T 175 NE 60Th St Miami FL 33137 Vina, Sergio D 20003 SW 134Th Ave Miami FL 33177 Young, Allen J 390 NE 125th St North Miami FL 33161 Walker, Tyrone 6950 Nw 41 St Miami FL 33166 Zaldivar, Pedro A 15808 SW 102Nd St Miami FL 33196 Waller, Dexter L 11801 SW 180Th St Miami FL 33177 Zamora, Michael M 12045 SW 10Th Ter Miami FL 33184 Lester Sola Sipèvizè Eleksyon, Konte Miami-Dade Fè tande w pou yo konte w nan Resansman 2010! www.census.gov

PAGE 12

Page 12 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 LIBRE PENSEROPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION (OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers Housing Counseling Services for low to moderate income families. Services include; 1st Time Homebuyers Purchasing Assistance includes Down payment and closing cost subsidies, Low interest Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit Repair & Budget Counseling, and Foreclosure Prevention Assistance. HOMEBUYER EDUCATION CLASS For more information you may contact us at (305) 687-3545 ext. 236, visit our website www.olcdc.org or stop by our office at 490 Opa-locka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OLCDC is an Equal Housing Lender and a HUD Approved Housing Counseling Agency Resquilleur !« Les grands groupes peuvent rester inorganisés et ne jamais passer à l’action même si un consensus sur les objectifs et les moyens existe. » Hypothèse de Olson Chers amis lecteurs, je dois avouer, sans fausse pudeur, que ces chroniques me servent de thérapie. Après plus de 5 ans de « complicité lecto-scripto-virtuelle », vous devriez le savoir. Si je ne vous avais pas, je vous aurais inventé. Comme Alice, au pays des merveilles, avec ses folles histoires et ses folies historiques. Enfin chers amis lecteurs, puisons aujourd’hui dans mon adolescence. À cette époque, cette belle époque où l’insouciance, parfois naturelle et d’autres fois forcée, marquait mes agissements sociaux. À l’époque où mes idées politiques, j’imagine que j’en avais parce que certains souvenirs me font terriblement souffrir maintenant. À l’époque où mes idées politiques étaient enterrées je ne sais où, je me souviens d’une catégorie d’individus qui transitaient d’une fête à l’autre, d’une réception à une autre, d’un petit bal domestique à un autre, sans invitation aucune. Ce genre d’individus, on pouvait même les retrouver dans un « baptême » en tant qu’invité du « fiancé », on les appelait « gratteurs ». On les appelait aussi « resquilleurs ». Ils étaient toujours là où il y avait à manger, à boire, à danser. Ils étaient toujours là, à profiter des efforts d’autrui. Chers amis lecteurs, un peu plus tard, assez tard, je me rendis compte que ce genre de comportement était loin d’être un fait social isolé. Il définit une catégorie d’hommes et de femmes. Le resquilleur, sans se soucier de l’effort fait par l’autre pour obtenir un certain bien, veut lui aussi en tirer profit. Le resquilleur, chers amis, est un opportuniste. Et si l’on gratte suffisamment, on arrive à retrouver un comportement égoïste, de « figu di » qui se manifeste par un irrespect profond de l’autre. On retrouve chez le resquilleur, la figure de l’opportuniste, voulant tirer le meilleur parti des circonstances, allant à l’encontre des principes moraux parfois. Chez nous actuellement, on retrouve le « resquilleur-opportuniste » dans les circuits de commercialisation de l’aide aux sinistrés, dans les circuits de corruption et de corrupteurs traditionnels du pays. Et, quant à la manifestation de l’égoïsme du resquilleur, cette attitude de l’individu qui ne pense qu’à ses propres intérêts sans prendre en compte les nécessités d’autrui, on la retrouve dans certains secteurs de la vie port-au-princienne actuelle. Homme d’affaires. Membres des différents pouvoirs de l’État haïtien. Magouilleurs professionnels. Magouilleurs amateurs. « Ti vicieux ». « Ti volè ». « Gwo volè ». Resquilleurs de tout poil. Chères amies lectrices, chers amis lecteurs, en réfléchissant sur la condition de resquilleur, je n’ai pu m’empêcher de penser à certaines conduites anti-citoyennes qui, sans en avoir l’air, sont les plus appauvrissantes pour le pays. Je parle de l’abattage d’arbres pour la fabrication du charbon de bois et de l’élevage sauvage, de bœufs, de poules, de cochons, de cabris, de cabris surtout. En y pensant, je suis tombé par hasard sur le paradoxe d’Olson. Le paradoxe d’Olson est basé sur les modalités relationnelles de l’individu, vivant dans une communauté, par rapport aux biens collectifs, c’està-dire, aux biens accessibles à tous sans condition : l’air, l’eau, la forêt, un bon système de transport et de mobilité, par exemple. D’après le paradoxe de Mancur OLSON, même si les individus ont tout à gagner à agir de façon collective, il arrive fort souvent qu’ils ne le fassent pas. Cela veut dire que l’individu « rationnel » (dans ce cas : celui qui ne considère que ses intérêts individuels et qui cherche à maximiser ses revenus) n’a pas intérêt à s’associer à la production d’un bien collectif. La raison est simple, la production de ce bien a un coût, il demande des efforts ou des dépenses. Puisque le bien créé est collectif, c’est-à-dire accessible sans condition, le comportement « rationnel » est de laisser les autres le créer et de ne pas assumer sa responsabilité citoyenne de participer à sa création. Chers amis lecteurs, en réfléchissant sur le paradoxe de Olson, je pensais au sérieux problème de la déforestation en Haïti. Non pas seulement que nous aurions tous à gagner si on arrivait à trouver une solution au problème mais en plus on pourrait s’attaquer au problème de l’abattage sauvage d’arbres qui sont utilisés pour faire du charbon de bois. Le « fauteur » tire un profit maximum de son « délit » alors que le pays n’en tire aucun. La collectivité prend soin d’un arbre, de sa naissance à sa maturité et un individu et un seul « avec sa famille » en tire le profit maximum. Sans même payer un sou à l’Etat haïtien. De la même façon, un individu achète un cabri qui est nourri par la communauté et vit de la collectivité, des biens collectifs. Ce même cabri produit à son propriétaire de grands bénéfices qui ne sont exploités que par lui. À nouveau, l’État n’en tire aucun profit. J’imagine, chers amis, que si nous voulons réellement changer les choses, il faudrait commencer par ces « grands petits détails » qui permettront de limiter les dégâts causés par les resquilleurs, les vampires sociaux, les sangsues de notre société. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Avril 2010 Discrimination au niveau des campsportée d’une installation américaine majeure, la résidence de l’ambassadeur des Etats Unis. D’un autre côté, les ONG vous disent que leur mission n’est pas de déplacer des réfugiés mais de leur venir en aide où qu’ils se trouvent. Et que c’est le job de l’Etat. Mais celui-ci se trouve bien en peine de se faire entendre … Parce qu’il est le moins avantagé des trois. Et quoi qu’il fasse, celui aussi par qui le scandale arrive parce que c’est son laxisme qui aura laissé le pays aussi totalement dépendant. Le séisme n’a pas tous les torts.La population n’est pas divisible …Or on ne peut (on ne doit) pas traiter la population comme si elle était divisible. Elle ne l’acceptera pas. On n’acceptera pas d’être traités comme si nous étions un pays divisé selon des critères ethniques ou religieux. Voire communautaristes. Voire même faméliques ! Haïti ne sortira de cette crise que si elle reste une et indivisible. Comme on a été depuis toujours. Malgré nos querelles … de famille ! Marchons unis ! Mais ce danger, c’est à l’Etat haïtien et à personne d’autre d’y remédier. Haïti en Marche, 10 Avril 2010 (RELOGEMENT... suite de la page 8) Les fissures de l’EtrePar Henry GILBERT 12 Janvier 2010, la République vaque à ses désordres habituels, Traquant un présent qui tente de lui échapper. Dans son regard, le voile pesant de sa lassitude. Et pour cause : Toute la journée, la tribu s’est battue contre le Néant. Le vide. Le rien. Le tout-ou-Rien. Le Rien-du-Tout … Au pied du crépuscule, Port-au-Prince regagne ses pénates, Son ‘lakou’ de tendresse. D’abstinence. De pénitence. Aussi … La Rue sent la vie. Celle-ci porte et déporte rêves et blessures. Le Mouvement collectif a l’air d’exécuter une danse rituelle, primitive, En plein mitan d’un cercle. Lieu fermé. Espace d’enfermement suicidaire … 12 janvier. Les aiguilles du Destin marquent 4h 30’. Au bas des ciels, la Sous-vie se bat et se débat. A coups de gueule ou à coups de tendresse, le peuple-Soleil amorce le dernier virage de sa journée. Le jour éreinté fait signe à la Nuit. Celle-ci claudique. Se tait … 4h 53’. La Terre cesse de tourner. En rond. Cette fois-ci elle enfle. Et repue. Elle implose. La ‘Bête’ souterraine fait voler en éclats l’envers et l’endroit des choses. Et violente l’Homme et ses symboles de pouvoir et de savoir. Erigés pour ne pas voir, pour ne pas être vus et ne pas se voir, les murs tutoyant les nuages se fendent. ‘Fondent’. Esseulées dans leur désespérance, des voix implorent le Très-Haut. Impassible, le ciel vire au Kaki-poussière. Les espaces se cognent pour ensuite s’accoupler dans l’ivresse verticale du sang, d’Etres effacés et broyés. Chutent Palais et Bordels, résidences, lieux de culte … Le pouvoir du chaos égorge sous le béton cannibale des centaines de milliers de corps. Rayés des archives, exclus de leur propre Temps ; cet instant sans durée, incarcéré dans les fissures de l’Etre. Il ne reste ça et là que leur mémoire dispersée aux 4 coins de la ville. De la vie. Quelquefois, quand la nuit fait semblant de mourir, le vent Karayib ressuscite leur voix, Pour que la tribu se souvienne que : Tout fut. Et fuya. En 35 secondes. Seulement. Réflexions sur le transport et la mobilitéOctobre 2006 « La mobilité des personnes représente un enjeu de première importance. Le niveau de liberté et la qualité des déplacements sont directement proportionnels au niveau de développement d’une société. » … À Port-au-Prince, la misère et le chaos font de l’ombre au soleil. On ne visite pas Port-au-Prince, on franchit des obstacles. La ville est une jungle où les 4x4 des nouveaux riches foncent sans même prendre garde à la « populace » … disait Charles Najman dans son livre « Haïti, Dieu seul me voit ». Ce fragment frappant, du livre de Najman, choisi à dessein pour commencer cet article, nous permet d’apprécier comment s’entrelacent, à Port-au-Prince, en Haïti, la pauvreté, les entraves à la mobilité, le gaspillage énergétique, l’absence de planification dans le domaine du transport et la gouvernance énergétique, déficitaire, dans un pays qui semble fonctionner « à la grâce du Bon Dieu ». On apprécie quand même l’ancienneté de cette publication car la situation actuelle est encore plus décevante. Les lots d’immondices, à taille et à composition fortement diversifiée, occupent une bonne partie des rues. L’appropriation de l’espace public, aussi bien le trottoir que le pavé (dans un très fort pourcentage) par les tréteaux des marchands de rue, par les locaux des « banques de borlette », par le matériel des travaux de construction (blocs, sable, autres) et par les encombrants variés (carcasses de voitures, électroménagers, objets de volume et de formats divers), rend fort difficile la circulation automobile ou piétonne dans les rues de la ville de Port-au-Prince. Si tel est le problème dans la capitale, dans le cas du reste du pays, les entraves à la mobilité, la faiblesse des infrastructures de transport, sont fortement déficitaires et provoquent au pays des pertes économiques considérables, difficilement quantifiables. Dans un tel contexte, il pourrait sembler que la solution passe par la construction de routes pour résoudre le problème chronique de la mobilité du pays. Cependant, partons d’un principe de base : la construction de routes ne veut aucunement dire la résolution du problème de la mobilité, car, résoudre la mobilité, c’est faciliter les déplacements : De personnes De marchandises, de biens et de services o Dans des laps de temps optimalisés ou appropriés à la conjoncture. o De façon à ce que les différents impacts (social, économique, psychologique) soient positifs et les nuisances produites contrôlées. o Dans le respect des normes environnementales. o A un meilleur coût : En tenant compte que tout déplacement engendre des coûts, imputables au contribuable (utilisateur ou non des services), de façon directe et/ou indirecte et qui sont des coûts : § D’Infrastructures § De Congestion § De Sécurité (ou d’insécurité) § De Protection des normes environnementales. La modification des infrastructures sous forme de construction de routes ne résout en aucun cas, à elle seule, le problème de la mobilité. Cette réflexion a pour but de contrer l’envie de croire que la solution à notre univers circulatoire chaotique, à notre monde du transport labyrinthique, est la construction de routes et seulement la construction de routes. Le transport étant le plus gros consommateur d’énergie d’une société, la maîtrise de ses différents paramètres permet de contrôler la consommation énergétique, d’augmenter l’efficacité énergétique du pays ainsi que sa compétitivité économique en permettant de mieux produire avec une dépense énergétique inférieure. Si en plus nous tenons en considération que le transport routier est le moins efficient au niveau énergétique et celui qui produit le plus d’impacts sur l’environnement, nous allons nous rendre compte que mieux vaudra, avant de considérer la modification de la taille d’un réseau ou simplement la construction de nouvelles routes dans des réseaux pauvres (comme c’est le cas en Haïti), de : Privilégier d’autres modalités de transport. Minimiser les besoins de déplacement. Rationaliser le transport de passagers § Urbain § Interurbain Se Ré-approprier l’espace public (urbain) Utiliser de façon adéquate l’espace disponible et les infrastructures existantes.(A SUIVRE)

PAGE 13

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 13REPORTAGE The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures. For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the OpaLocka Community Development Corporation at (305) 6873545 extension 236 or you may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054. La participation du secteur privéQuand on nous a annoncé que nous allions visiter une entreprise privée intéressée à la « reconstruction » en Haïti, nous avons tous un peu tiqué. Bien sur, nous avions en tête le scandale de ces juteux contrats que le vice-président Dick Cheney avait pu obtenir pour ses différentes compagnies dans le cadre de la reconstruction de l’Irak après le départ de Sadam Hussein. C’est du reste un réflexe assez courrant ; il n’est un secret pour personne que, quand on an annoncé que la France avait offert de reconstruire la Palais National, beaucoup ont réagi en disant : « Cela va faire un beau contrat pour Bouygues ! » Mais notre visite à Techni Group nous a quelque containers par mois. Le concept de départ était la reconversion, la transformation et l’aménagement de containers maritimes. En effet, « Les containers sont idéalement adaptés à une utilisation en architecture. Ils sont économiques, résistants aux intempéries, empilables, modulaires recyclables et facilement transportables. Ils permettent aisément une construction évolutive ». Dès que fut connu le nombre de personnes privées de logement suite au tremblement de terre du 12 janvier, TECHNI group s’est mobilisé pour présenter une proposition individuelles et immeubles collectifs. Au départ l’usine emploierait une cinquantaine de personnes encadrées par des techniciens français, mais il y a un objectif de 300 à 500 personnes dans trois ans. Dans le cadre d’une logique de développement durable la décision a été prise de mettre en place un centre de formation professionnelle, car les métiers de TECHNI GROUP, liés à la production de bâtiments sur la base de structures métalliques sont très pointus et regroupent les métiers de la métallurgie (soudeurs), de l’électricité, de la plomberie, de la menuiserie ... Sur le plan juridique, différentes structures seront mises en place pour accompagner ce développement, dont des haïtiens détiendront une partie du capital : TECHNI GROUP International, société anonyme dont la vocation première est d’assurer la production sur place; TECHNI GROUP Caraïbes, société anonyme également qui aura la charge d’assurer la distribution des produits sur place. Le côté social n’a pas été négligé ; une fondation visant à promouvoir l’éducation et la condition des femmes et des enfants est à l’étude. On a envie dire que c’est trop beau pour être vrai, et on se dit qu’il n’est que d’attendre pour voir comment évolue le dossier. On nous a donné des repaires ; les dirigeants de TECHNI GROUP devaient revenir en Haïti la semaine qui a suivi notre visite pour régler les questions juridiques. Nous savons qu’ils étaient là ; c’est donc vraiment une affaire à suivre. Bernard Ethéart chiffrée au Ministère Français de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer. Mais une proposition, si l’on croit Philippe Marras, qui sort de l’ordinaire. J’ai déjà mentionné le dossier de presse qui nous a été distribué à notre arrivée à l’usine ; mais le texte qu’il présente comme l’intervention de Philippe Marras ne contient pas la petite phrase clé. Je cite de mémoire. « En général, après une catastrophe de ce genre, les grandes entreprises se présentent et disent : je peux vous vendre ceci, ceci et cela, pour remplacer les équipements que vous avez perdus. Nous voulons procéder autrement, nous voulons construire avec vous les logements dont vous avez besoin, et, avec vous, nous voulons partir à la conquête de nouveaux marchés. » Concrètement TECHNI GROUP se propose de créer, avec un investissement de 2 millions d’euros, une usine de production qui récupérerait des containers maritimes sur place ou dans les ports des Etats Unis pour les transformer en logements d’urgence, bâtiments administratifs, maisons peu rassurés. Au cinquième jour de notre visite (voir HEM Vol. xxiv Nos. 9 et 10), nous nous avons donc repris le Tgv pour nous rendre au Creusot, en Bourgogne. La Bourgogne, bien sûr, c’est le vin ; mais le Creusot fut une zone industrielle ; l’énorme marteau pilon des usines Schneider exposé sur une des places est là pour le rappeler ; et avant l’ère de la métallurgie il y avait une cristallerie, qui fut par la suite habitée par la famille Schneider et qui abrite aujourd’hui l’Ecomusée CreusotMontceau que nous avons du malheureusement visiter au pas de course. C’est donc là que nous avons été reçus par le PDG de Techni Group, Philippe Marras et son épouse Nadège. 39 ans, le dossier de presse de son entreprise le présente comme étant « de nature inventive et réactive, très attaché à la protection de l’environnement et très soucieux de développement durable ». En 2003, il a créé Techni Group ; sept ans après, l’entreprise compte 130 salariés et accuse un chiffre d’affaires consolidé de 11,0 millions d’euros avec une production de 100 Une grande salle pour cafétéria réalisée en groupant plusieurs conteneurs Le Château de verrerieLe marteau pilon géant des anciennes usines Schneider est devenu un symbole régional (photos Bernard Ethéart) OTTAWA — Des voix haïtiennes s’élèvent pour demander au premier ministre Stephen Harper de prolonger le mandat de Michaëlle Jean à titre de gouverneure générale. Mais elles arrivent au moment où M. Harper songe à plutôt la remplacer. Ces derniers jours, des articles de journaux révélaient que le premier ministre a entrepris une recherche active pour trouver un remplaçant à Mme Jean, dont le mandat se termine cet été. Si la principale intéressée ne dit rien, pour l’instant, au sujet de son avenir, des Haïtiens de passage à Ottawa pour la tenue d’un symposium sur leur pays, auquel Mme Jean a participé mardi matin, ont enjoint le premier ministre canadien de la laisser là où elle est. Le maire de Port-Au-Prince, Jean-Yves Jason, ainsi que la ministre haïtienne du Commerce et de l’Industrie, Josseline Féthière, ont souligné le rôle crucial joué par la gouverneure depuis le séisme du 12 janvier dernier. Ils voient en elle une alliée indispensable pour le peuple haïtien au moment où il amorce la reconstruction de son pays. Michaëlle Jean a été assermentée gouverneure générale du Canada en septembre 2005. Ses prédécesseursDes Haïtiens demandent à Harper de ne pas remplacer Michaëlle Jeanont souvent servi plus de cinq ans. Adrienne Clarkson est restée à son poste six ans. En 1967, Georges Vanier est mort en fonction alors qu’il en était à sa huitième année. The Canadian Press

PAGE 14

Page 14 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 LES JEUXLes Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable (EN BREF / p. 16)En Bref...(... suite de la page 2) A ce jour 90% d’entre eux, soit environ 1.2 million de personnes, ont bénéficié d’une forme ou une autre d’assistance dans ce domaine. Deux mesures faisant l’objet de discussions assidues entre les autorités haïtiennes, les bailleurs de fonds et les agences humanitaires pourraient améliorer sensiblement la situation. La première et la plus efficace consisterait à faire en sorte qu’un maximum de familles se réinstallent dans les maisons jugées sûres par les ingénieurs et autres services compétents. «Cela diminuerait la congestion des campements improvisés», note Logan, «et renforcerait en conséquence l’efficacité de nos programmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et de santé». La seconde mesure serait d’aménager de nouveaux sites offrant des possibilités d’accès satisfaisantes à l’éducation, à l’emploi et aux transports. A ce stade, les organisations humanitaires prévoient de construire 122.000 abris robustes et durables, la contribution de la FISCR pouvant atteindre à elle seule jusqu’à 50.000 unités. Ces logements pourraient résister pendant trois à cinq ans au moins aux phénomènes météorologiques de forte intensité qui frappent périodiquement Haïti.Des bulldozers ont commencé la démolition du Palais NationalDeux bulldozers ont entamé la démolition du Palais national haïtien, le siège de la présidence, qui s’est effondré lors du séisme du 12 janvier, ont constaté vendredi des journalistes de l’AFP. Les engins jaunes, arrivés jeudi soir, ont commencé à s’attaquer à la coupole centrale du bâtiment blanc qui s’est écroulé sous la force de la secousse de magnitude 7. L’échéancier des travaux “n’est pas encore défini”, a déclaré à l’AFP le chef de la garde présidentielle, Bernard Elie, expliquant que les bulldozers étaient “en train de stabiliser les parties dangereuses”. “Le reste, on ne sait pas encore”, a-t-il ajouté. Groupés derrière les grilles vertes du bâtiment, des dizaines de sinistrés du Champ-deMars, l’esplanade située en face de la présidence, assistaient à la scène. Fierté des Haïtiens et symbole de l’indépendance du premier Etat noir, le palais construit entre 1914 et 1921 par l’architecte haïtien Georges Baussan avait “résisté à un bombardement, des assauts armés et un important incendie”, rappelle vendredi le quotidien Le Nouvelliste. Le président haïtien René Préval avait indiqué fin janvier que la France avait proposé de reconstruire à l’identique le Palais présidentiel, des travaux dont le coût est évalué à 120 millions d’euros minimum. “On est toujours dans l’état d’esprit de contribuer à la reconstruction, sous réserve d’études préalables”, a déclaré vendredi à l’AFP l’ambassadeur de France en Haïti, Didier Le Bret, notant toutefois qu’il “faut tenir compte des nouvelles conditions du pays sans pour autant s’engager dans des investissements qui seraient mal compris par les populations” haïtienne et française. La superficie du Palais national est estimée à 20.000 m2, contre 4.000 m2 pour le palais de l’Elysée à Paris.Une Mission de l’OEA en Haïti pour la planification des prochaines électionsUne délégation de l’Organisation des États Américains (OEA) vient de conclure une mission officielle de deux jours en Haïti pour évaluer la situation en perspective d’éventuelles élections législatives et présidentielles dans le pays, sévèrement affecté par le séisme de janvier dernier. La réalisation des prochaines élections doit prendre en considération « des questions techniques et politiques », déclare le secrétaire général adjoint de l’OEA, Albert Ramdin, lors d’une conférence de presse le 9 avril. Ramdin, qui a dirigé la mission en Haïti, explique que « les questions politiques concernent les Haïtiens et ce sont eux qui peuvent les résoudre ». Ils auront à décider s’ils veulent organiser des élections générales et à quelle date, poursuit-il. « Une fois que ces sujets seront clarifiés nous pourrons préparer une feuille de route pour la réalisation de ces élections », promet le responsable de l’organisation hémisphérique. Durant sa visite en Haïti, la délégation de l’OEA a eu des rencontres avec le président René Préval, le premier ministre Jean Max Bellerive, les ministres du gouvernement et membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP), des responsables de partis politiques et d’organisations diverses. Ramdin confie que tous ses interlocuteurs ont plaidé en faveur de la réalisation des élections dans le délai constitutionnel prévu à la fin de cette année.Une initiative pour la promotion et la protection des droits humains dans les abris provisoires au Parc Ste Thérèse de Pétion ville Solutions de la semaine pass éeCARDINAL OXYUROSE LEE#ESSO ON#K##UN RICHE#MU EQUIPIER NUI#O#RE TERMINAS Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SURVIS SUIVIS SUIVES SUITES DUITES DEITES DETTES SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot f rançais Solutions de la semaine passéeSESSILEBROMES GOUTTE S A C A S R DSolutions de la semaine passée: LES JEUX DE BERNARDAllez de BROMES, à GOUTTE , en utilisant des mots du du vocabulaire français, et ne changeant qu’une lettre par ligne.Mots Mél és K D R A D O M E K I N B Y R F K A T O W I C E C I W I L G Z V B T I A T Z N I L B U L E K N R N O L K E D Z V E R B M C A O I W O Z S E Z R O I Y K O N W C R D K T A O C E S K S L Z A E E Z E O U L L V I R N P O G Z Y I O C T S S S Z A A F P O C H G W H K S B A Z S D V O R Z C Z S O G D Y B D T G A L N S Y M B W N N T L Q U Y I E I B T I O A D S I O A Y R N C C R A C O V I E O B R I S Y Y Z L M O T Y B T J S L U B D W A L C O R W Z A B R Z E N GTrouvez les 30 plus grandes villes de la Pologne dans le carré ci-dessus

PAGE 15

Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12 Page 15Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou RECONSTRUCTION: Conférences d’hier et d’aujourd’huipermettront l’instruction des dossiers, la formulation des programmes et projets, leurs financements et leurs exécutions, tout cela dans une approche coordonnée et cohérente. Le Plan cible prioritairement les activités financées par l’aide publique au développement (APD) puisqu’il s’agit d’une conférence de donateurs. Il laisse cependant une large place aux autres intervenants du secteur des affaires, du secteur privé et des ONG qui sont des opérateurs incontournables du renouveau d’Haïti. Il propose un cadre macro-économique axé sur la croissance et un train de mesures qui faciliteront la création de richesses par le secteur privé. En guise de conclusion , le PARDN contient une série de thématiques qui feraient partie de n’importe quel plan haïtien. Le document d’aménagement du territoire intitulé Haïti Demain (CONFERENCES... suite de la page 7) qui indique, entre autre, le processus de mise en œuvre du PARDN pourrait plaire à l’ensemble des haïtiens avec quelques nuances à modifier ou à adapter. En parcourant les divers plans, les différences ne sont pas énormes, questions de nuances et de formulations. Il y a donc lieu de les fusionner après cette première conférence pour en faire un plan haïtien. Les premiers engagements obtenus (5.1 milliards de dollars) de la communauté internationale témoignent de leur approbation par rapport à ce plan dit du gouvernement. Alors, forçons la main au GOH pour son amélioration et pour une mise en œuvre non partisane de ce plan devenu enfin haïtien. Ce minimum de consensus, on le doit bien à nos milliers de morts et disparus. Un petit effort, mesdames et messieurs !!! [1] Dans les termes de référence relatif à l’élaboration du Post disaster needs assessment (PDNA), il est exigé entre autres un plan de long terme, et dans le discours inaugural des travaux du PDNA, le Premier ministre, JM Bellerive a fixé sa vision d’une Haïti comme pays émergeant et moderne à l’horizon 2030. [2] H. REBU a non seulement hébergé des personnes chez lui mais les a aidées à s’organiser. Il a été le premier politicien à réagir de manière ordonnée par rapport au séisme. Il a aussi fait un peu plus tard des propositions chiffrées pour sortir de la situation commentées largement par V. Numa de Radio Vision 2000. [3] Comité interministériel d’aménagement du territoire. Réf. Haïti Demain. Mars 2010. [4] Plaidoyer pour la refondation de l’Etat d’Haïti selon une vision haïtienne. [5] Vision and Roadmap for Haiti www.jrjean-noel.blogspot.com 12 JANVYE : YOUN PÈT KAPITAL POU SEKTÈ ENTELEKTYÈL AYISYEN-AN(Emmanuel W. VEDRINE), 10 avril 2010 Nan atik sa-a, se jis kèk ti konsèy pou moùn k’ ap ekri, e sa k’ ap fè rechèch tou apre 12 janvye 2010. Petèt lòt moùn kapab jwenn kichòy enpòtan ladan pou nouri lespri yo. «Ekri ak fè rechèch» se youn pasyon pou anpil moùn, e yoùn ki enpòtan nou dwe ankouraje tou, e sipòte alafwa. Konsa, dotyen nan moùn sa yo vin tounen ekriven (ki kapab pwodui zèv fiktif tèlkòm istwa kout, pyesèt, pyès teyat, pwezi, roman) ki kapab ekri sou kèk sitiyasyon, evennman (kote yo montre youn nivo de kreyativite). Yo kapab ekri tou dirèkteman sou youn sègman reyalite (kote yo fè rechèch sou sa toudabò, epi yo òganize sa yo deside ekri-a suivan youn nòm e youn òd-dide). Men, se pa tout ekriven ki òganize travay yo menm jan (annòd), se pa tout ki ta parèt pwofesyonèl (nan fason yo kapab ap fonksone). Kijan nou menm, obsèvatè, kritik kapab ede nan sans sa-a? Jodiya, ak avantay bab-e-moustach «entènèt» la ban nou, patikilyèman nou menm ki nan dyaspora, ki kapab gen plis aksè a li pou pwonmennen sou granchemen savwa entènasyonal sa-a, se ta youn bèl ide pou n’pwofite itilize-l, navige nan oseyan syantifik sa-a dekwa pou n’ òganize nou pi byen (nan tout sans), pou n’ eseye ede yoùn lòt (lonng distans), e pataje savwa nou pou ede limanite. Donk, li enpòtan pou otè ayisyen (Ayiti kou nan dyaspora) rete konekte yoùn ak lòt (atravè entènèt la, pataje yo, e petèt moso rechèch kote yoùn kapab di sa l’ panse de zèv youn lòt (ap) pwodui avan menm zèv sa-a ta pibliye). Epitou, avèk «fowòm piblik yo» (kote n ap jwenn anpil Ayisyen), enfòmasyon sikile trapde kote plis moùn kapab okouran de aktive literè yoùn lòt, piblikasyon liv, atik, rechèch kèlkonk ki ka enterese plizyè moùn oubyen pote limyè sou plizyè koze. Lè youn otè, chèchè rete nan ti kwen-l poukont li, se pa youn bagay ki reyèlman avantaje pou li, ni pou zèv-l ap pwodui. «Echanj kominikasyon» jwe youn wòl kapital nan siksè youn otè kapab genyen nan lavni. Nan enfòmasyon nou pran sou tranblemanntè 12 janvye-a, nou menm ki nan mouvman «ekri» ou nan mouvman «rechèch», fò n’ pa rete inaktif. Nou dwe patisipe nan rekonstriksyon Ayiti sou tout ang; pa egzanp, si gen youn konferans k’ ap fèt nan kad rechèch, ekri, ou dokimantasyon, nou dwe fè youn jan pou n’ patisipe ladan oubyen sipòte sa. Si youn gwoup entelektyèl ta vle desann Ayiti pou al fè atelye pou ede moùn, nou dwe ankouraje sa. Nou pa ka rete kanpe de bra kwaze apre 12 janvye. Se vre, kou a frape nou fò, li fè nou mal paske nou tout se Ayisyen; se vre anpil nan nou estrese apre dezas la, men sa k pase deja pase. Fò n’ sige pou pi devan. Nou tankou chofè k ‘ap kondi sou otowout (haywe), nou pa ka fè bak; se avan sèlman nou ka fè. Pa konsekan, fò nou tout mete men nan pat-la pou bay patisipasyon nou nan rekonstriksyon peyi-a. Fò nou tout jwe youn wòl aktif pase gen anpil travay ki pou fèt e bagay ki potko janm fèt menm avan 12 janvye 2010 lè Ayiti te deja an degraba. Gen youn pèt kapital nan koze dokiman ki antere anba grava (dekonm). Nou pa kwè moùn k’ ap patisipe nan debleyay pral pèdi tan ranmase tout dokiman sa yo. Donk bouldozè ap ranmase prèske tout bagay pou al jete san triye yo. Nou ka gen youn ide ki valè bagay ki pèdi nan tout sektè, e sitou lè «vèsyon elektwonik» dokiman sa yo pa t janm egziste oparavan (pou ta kenbe yo nan youn sistèm achiv elektwonik an sekirite). Ou menm k’ ap ekri, k’ ap fè rechèch, panse e repanse a ki konsèy ou ka bay sou entènèt-la, mesaj ou ka pataje ak youn gwoup moùn oubyen difize sou entènèt la, papye ou ka prezante nan konferans sou sijè-a. Tout sa pral fè pati de koutmen ou ka bay nan «rekonstriksyon Ayiti» (nan tout domèn). Si ou se youn espesyalis nan youn domèn patikilye, montre sa ou ka fè pou ede oubyen mete espètiz ou osèvis ijans Ayiti bezwen. Se youn moman espesyal tou pou n’ montre «solidarite» antre nou menm Ayisyen. Se vre, li enposib pou n’ ta dakò sou tout bagay (patikilyèman lè n’ antre nan domèn politik). Men nan moman patikilye sa-a, an n’ dakò pou tout Ayisyen patisipe nan ‘rekonstriksyon Ayiti’. Se tou youn opòtinite pou montre talan nou (pou ede Ayiti), kapasite entelektyèl nou (pou pwodui si n’ potko janm fè sa oubyen si n pa t’ pwodui sifizamman, men toujou nan menm espri-a: ede Ayiti), e bon kè nou (pou lonje men bay youn moùn ki bezwen sekou). Lè ou pwodui youn dokiman (ki poko pibliye, youn dokiman inedi), toujou panse nan ki fason ou kapab pataje li ak kèk moùn (ou alèz ak yo, ak youn gwoup moùn ou travay ak yo, nan youn atelye ekriven (si ou manm yoùn), epi toujou panse a ‘vèsyon elektwonik’ dokiman sa-a (konsève li sou disk elektwonik, voye kopi-l tou bay imel ou, enprime kopi-l mete sou biwo ou avidèy epi li enpòtan pou date sa ou ekri. Ou ka voye l bay lòt moùn kenbe pou ou (kopi di-a oswa vèsyon elektwonik lan) sizanka ou ta pèdi orijinal la. Date tou nouvo edisyon ou travay sou li-a dekwa pou konnen ki edisyon ki pi resan (apre kèk chanjman ou fè nan dokiman-an), epi toujou ekri non ou kòm otè youn dokiman ou pwodui. Si pou youn rezon kèlkonk ou vle gade anonima, se chwa pa ou tou. Gen chèchè, ekriven, otè ki peri nan katastwòf 12 janvye-a. Pa gen dout sèten nan yo t’ ap travay sou rechèch, dokiman, maniskri ki potko pran lari. Dokiman sa yo pèdi, e domaj si otè yo pa t’ gen tan pataje yo ak lòt moùn (difize yo youn fason pou n’ ta jwenn kopi yo jodiya). Pwovèb-la di «Ou wè jodi, ou pa konn demen». Se vre wi; nou pa konnen sa demen ap pote oubyen sa k’ ap rive demen. Men si nou gen sajès, nou ka antisipe plizyè bagay demen; konsa, nou ka prepare nou sou tout ang pou demen. Nan refleksyon sa-a, nou ka fè youn kanpe pou n’ panse sou 11 janvye ak 12 janvye: de epòk diferan nan istwa Ayiti (kèk èd tan sèlman separe), ki fè nou reflechi anpil, e kijan nou kapab aprann kiltive «sajès». Pou konkli, an n’ pa rete de bra kwaze. ‘Rekonstriksyon Ayiti’ se youn konbit manch lonng kote tout moùn dwe mete nan kokenn kòve (konbit) sa-a pou bati youn Ayiti tounèf, youn kote «espwa» ka boujonnen tout bon pou tout moùn. Kèlkeswa nan kwen kote n’ ap viv sou planèt latè, avèk entènèt la jounen jodiya, nou tout rapwoche nou yoùn lòt, nou tout Ayisyen pa santi distans ki elwaye-n ak Ayiti. Donk se youn moman refleksyon sou tout sa nou ka fè pou youn pi bon Ayiti, e pou byennèt tout Ayisyen. An n’ panse e repanse avni Ayiti; an n’ chanje move fason nou te konn panse ki soudevlope mantalite nou, e ki te kontribye sèlman nan soudevlopman Ayiti. Jodiya, nou (tout Ayisyen) gen youn defi anfas nou pou n’ leve apre lanati fin leve wòb sò Ayiti byen wo pou l’dekilote-l. Ansanm ansanm, e san pèdi tan, nou ka rekilote-l epi desann wòb li. NOT : atik sa-a edite pou respekte inifòmite nan òtograf Tigout pa Tigout –JM = = = = = = = = = = = = = =ANBA BOUCH A GRANN MARI : ATOUTOU – LANBI MAYMOULENak Jak J. Gason (jacques J. Garçon) Gan kèk jou Jak J. Gason pa te vin kase moso ban nou nan koze anba bouch a grann Mari. Li te okipe anpil nan travay kreyasyon atistik li. Men sa pa vle di li bliye lektè yo k’ap plede mande kote “Anba bouch a Grann Mari” pase. Enben, Jodi-a misye rele : “Mwen pèrse!” Men barak la! M.M. xxx Alòs, kon pwofesèr a di nou an; pa pou di m te bliye nou non; m te trèzokipe, katòz anbarase. I menm, i ta di: “ Pikan nan men, pa bay tan pou wete pikan nan pye”. Figirevou, se man w ki pou ride tout rès kò a w; si i menm i an kòkonm zonbi; anyen pa ka fèt. xxx 23 mas 2010 Tata Makchi Nan youn gran rale ou fè ak youn kouzen nèg Lagrantans nan “Ti Gout pa Ti Gout” ( Haïti en Marche Vol. XXIV-No. 06 : (3.03.10) p. 15) nou vini sou youn koze atoutou . Sanble nan zòn sa a, se kon sa yo ta rele maymoulen[1] ake pwa. Piske wen se timoùn ki pa pòlison, wen p ape demanti granmoùn non; men wen te toujou konpwann maymoulen[1] kwit (yo di tchwit tou wi) ake pwa wouj o[2] pwa nwa pa te rele lòt jan. Atò palan de sa menm; gen oun bèl maymoulen jòn, gwo grenn; yo konn kwit sa kole, grennen kon bon kayite[3] diri reksowo, ake pwa wouj. Se koupe dwèt! Men chak kote konnen konnen kin a yo. Nan wout Kafou, konm si w apway Lyogàn, te gen “Che Pedwo”, oun nonm ki te konn vann manje lobèrj leswa: griyo, bannann, patat, pwason fwi, ragou, konsonmen, lanbi, labega; kidon janjòl wi; se kon sa nou rele y nan Nò. La tou, yo te konn kwit oun maymoulen ake pwa wouj, manyèr kin a yo. Sa te rale pwatik soti Pòtopwens, menm Petyonvil. Wen pa te janm tande yo rele y atoutou . Bon! Pou nou rete nan koze atoutou a; yo rele y mousa tou wi. Adje! Se pa ti kichòy genyen pou di o[2] sa. Pwenmyeman, annou wete farin manyòk nan sòs a atoutou ; paske lèr farin nan fen fen kon poud, se pou fè labouyi. Se pou lòt la gwostri kon sa yo fè kasab la, anpi fò y byen chèch. Yo wete y apa espwe pou sa menm. Lèr y apway fè mousa a, yo fwi nan mantèg osnon lwil dou: siv, lay ake jechalòt, seselon sa yo genyen, anpi aransò obyen aranbarik, piman. Y ajoute dlo pou mezi farin nan. Lèr y bouyi, firanmezir y ape mete farin, y ape bwase y, A! Fò w pa gen dòmi nan je paske y ka vin rèd kon latche a makak; kidon w ap fè twòp jefò pou vale y. Lèr moùn konn pa genyen ni lwil ni mantèg, yo fè y ake lwil maskriti. Wouch! Jan sa santi move, jan y gen vye gou! Pa pèr! Mere segre a! Lèr y byen cho o dife a, yo sezi y ake oun kout dlo fwèt. I fè chwè, lòdèr ake move gou ale kite oun grès pare pou kwit sa w vle; dòb osnon woti. A! Fò w konn la pou ay la! Menm farin sa a konn fè donbòy tou wi nan sòs pwa wouj osinon pwa kongo. xxx Mere lòt rèsèt ankò! Menm maymoulen siya kwit ake bon lanbi chèch ki soti Ziltik. Se maren komèrsan moun Tòksayilann yo ki te konn pote sa anpil nan mache Klini Okap. Yo te konn achte boutèy kola vid lèr y ape tounen lakay a yo. Apwe oun tan se oun lòt. M sir kon sitwon, se mwen sèl ki rete nan jenerasyon moùn ki ka fè manje sila alèrkile. Lanbi chèch yo kwuit ake maymoulen an eske se kole? Wi wi! Lanbi bon nan bouch : boukannen, nan sòs, ake nwa vèrt, nan bouyon, tranpe nan klèren, anfen, anfen; men y wòklò tou wi; sitou lèr y chèch la. Konsa nou bije pwan pokosyon ake y. Timoùn wobis; yo kenbe sa nan lans. Kidon fò w mete y tranpe nan dlo denpi lasware. Pa bilye tou, fò w kouvwi veso a byen, anpi mete oun gwo wòch ravèt anwo y. Si w pa fè sa; rat san lèr fò w lafilalang. Denmmaten, lèr w parèt anwo y, i blanch kon figir a papagede. Kras yo gonfle anwo y. I vin ka lave pi fasil. yo grate y, etire[4] bagay ki pa itil. San zepis, ni disèl, yo mete y bouyi jouk i byen lage. Konnyèr a, yo sèzonnen y. Yo di: koumande tou wi; kidon, mete bon ji sitwon, disèl, lay, sib, jiwòf, piman, diten, pèrsi. Yo tounen mete y o youn ti dife. I ape kwit nan gou a y. Pa neglije y grès ake pat tonmat a y. Nan sòs i vin fè a, yo mete plis dlo, selon mezir maymoulen an yo. Alòs, fò dlo a pa depase non; piske yo vle y soti grennen kon diri. Sila li, i pa nan bat plòp-plòp nonpli. Adje! lèr oun moùn pa konnen osinon i ape fè foli pou gwo file miyon, bèrenjèn fasi, sèvèlobèrnwa; gen bon kou resèt nan koutim kiltir lakay ki rete òfèlen. Kenbe la! Jaken _________ [1] maymoulen [N] : mayi moulen [2] o [N] : osnon, oswa, oubyen [3] kayte [N] : kalite [4] etire [N] : wete Nòt : Atik Jaklen-an pibliye do pou do pou respekte pale kreyòl moùn nan Nò yo-JM = = = = = = = = = = = = = =29 AVRIL : JOUNEN ENTÈNASYONAL DANSNan 2 senmenm kidonk 29 Avril se pral Jounen Entènasyonal dans. Youn jou espesyal UNESCO apwouve pou otorite responsab lakilti nan peyi yo chita ak atis dansè yo pou reflechi sou enpòtans ladans nan edikasyon youn kominote, youn peyi. ITI ki se International Theater Institute deja voye youn mesaj espesyal bay tout atis dansè nan lemonn antye. Mesaj-la di: “Dans se disiplin, travay, edikasyon ak kominikasyon. Ak dans ou esprime-w youn jan ki pa mo anpil moùn ka pa konprann men ki youn fòm lapawòl chak moùn entèprete nan jan pa yo. Dans se youn langaj inivèsèl familye ak tout moùn. Li fè nou viv. Li fè nou lib. Li konsole nou lè nou gade, noumenm moùn, nou pa ka vole kou zwazo yo. Dans rapwoche nou plis de syèl-la, de bagay ki sakre yo ak lenfini”. “Se youn branch wololoy nan atizay-la. Li diferan chak fwa gen youn reprezantasyon dans. Nan fen youn reprezantasyon, kè nou tonbe bat byen fò malgre sa, li pa ka tann pou l’ asiste youn lòt seyans”. Se mesaj 2 gran atis entènasyonal: Bintou Koita ak Emmanuella Marchal. Pou Jounen Entènasyonal dans lan, nou envite paran yo pou enterese jenès-la ti gason tankou tifi pran leson dans. Rex Nettleford direkè fondatè National Dance Theater nan peyi Jamayik ki fenk mouri (2 fevriye). Rex di: dans dwe nan kourikoulòm timoùn yo. Depi nan klas primè, pase segondè rive jouk nan inivèsite. Se konsa, senpman, n’ap ka dekouvri talan dans lakay yo epi piblik la va respekte yo. Noumenm Ayisyen, fòlklò nou rich ak tout kalite rit . Nan youn epòk nan istwa peyi nou Twoup Nasyonal la te nan tèt tout konpetisyon entènasyonal e ki te youn eleman ki te ankouraje touris vizite peyi-a. Dans nan mizik, nan teyat, nan chante….Meyè fason pou nou kominike ak piblik-la; se pi bon ekzèsis pou kenbe nou ansante. N’ap tou pwofite salwe tout dansè ak koregraf lakay tankou nan dyaspora-a pou Jounen Entènasyonal Dans lan. (J. Mapou)

PAGE 16

Page 16 Mercredi 14 Avril 2010 Haïti en Marche • Vol XXIV • N° 12BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.com Library of Congress # ISSN 1064 3896 Printed by Southeast Offset : (305) 623-7788 En Bref...(... suite de la page 14) Elle émane de la Pan american development foundation (PADF) et de la Fondation Marice A Sixto (FMAS) qui ont toutes deux procédé au lancement du projet sous le thème : Lespri n tou nèf pou ou rebâti yon Ayiti san restavèk . C’est la USAID qui finance le projet dont le président est le directeur général de la mairie de Pétion ville, Lochard Jean René. .Le crapaud, nouvelle méthode de prévision sismique ?Grande-Bretagne Selon une étude parue dans le Journal of Zoology de la Zoological Society of London, les crapauds auraient un sixième sens leur permettant de sentir l’arrivée d’une catastrophe naturelle. Lors du tremblement de terre qui a eu lieu à L’Aquila en Italie l’an dernier, 96% des crapauds mâles ont déserté une zone de reproduction située à 74 km de l’épicentre, et ce cinq jours avant la survenue du séisme. De même selon l’étude, trois jours avant la catastrophe, plus aucun couple de crapauds n’était présent dans la zone du séisme.Selon les chercheurs de l’Open University, les mâles ne partent de la zone de reproduction qu’une fois la ponte des oeufs achevée. Ils seraient partis lorsqu’ils ont détecté des changements environnementaux indécelables par l’Homme comme l’échappement de gaz provenant du sol. Les chercheurs étaient justement en train d’étudier le comportement des crapauds et l’influence du cycle lunaire sur ceux-ci, lorsque le tremblement de terre s’est produit. www.Musiquedesiles.com1. Daan Junior: Saw fèm nan pa nòmal 2. Shleu Shleu: Ace Frape 3. Beken: Tribilasyon 4. Shleu Shleu: Ce la ou ye 5. Skah Shah: Message 6. Daan Junior: J’ai soif de toi 7. Shleu Shleu: A Paris 8. Beken: Canter 9. FrèresDejean: Pa Gain Panne 10. Shleu Shleu: Haiti terre de soleilTop Hit ParadeSemaine du 12 Avrilwww.Musiquedesiles.com