Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text














IHltenMrh,6 itin u 2 aia 2Jin20'-Vl XII-N'1


La nomination de Clinton


* *


inquietude
MIAMI, 20 Mai La nomination de Bill
Clinton est d6finitivement un plus pour notre image
internationale.
L'image d'Haiti est a z6ro.
Ce sont ses propres fils qui s'amusent a la
d6truire. Par exemple, sur les sites Internet locaux.
Politique politicienne au plus bas.
Or ce sont les m6mes qui s'enprennent d6jh
aussi au nouvel envoyod special de l'ONU enHaiti. >>
Tellement sfirs d'eux-m6mes, c'est-a-dire que
leurs compatriotes sont tous des imbeciles.
L'ex-pr6sident Bill Clinton a &t nomm6 mardi
dernier (19 mai)<< envoy special de l'ONU enHaiti. >
Un vrai coup de thdetre !
MWme si Clinton visitait en mars dernier Haiti
en compagnie du Secr6taire general Ban Ki-moon, on
6tait loin de penser a un tel denouement.
Aussi la premiere question: qu'est-ce qu'un


ou espoir ?
envoy special de l'ONU ?
Selon la porte-parole de Ban Ki-moon,
Michble Montas, l'ex-pr6sident des Etats-Unis avait
d6jh rempli ce r6le en faveur des pays touches par le
Tsunami en d6cembre 2004. Et avec succ&s.
Ainsi, Mr. Clinton doit pr6ter son concours
au relbvement 6conomique d'Haiti.

En voie de remplacement du
d6veloppement par 1'humanitaire ...
Cette nomination est done le r6sultat de sa
r6cente visite en compagnie de Mr. Ban Ki-moon.
Lors le futur envoy special disait : << Les
Haitiens travaillent dur. Ils travaillent bien. Dites au
monde entier que c'est unbon endroit ou investir. >
Les investissements ne se bousculent pas
en ces temps de crise dconomique internationale
aigue. (CLINTON/p.4)


)yrighted Material F
ndicated Content
I Commercial News Providers"


rOW20"


ECONOMIE


USA stoique sous le poids de la crise


Arrestation de P1avocat

et homme politique Osner Fevry


I Le chef du parquet vient d'ordonner de conduire l'avocat Osner Fevry au Penitencier (photo alertehaiti.ht)


MIAMI, 21 Mai- La crise tape dur aux Etats-Unis.
Miami s'est vid6e. Le quartier de Little-Haiti est l'un des
plus morts. Selon le principe amdricain, << last hired, first
fired > ou dernier embauch6, premier a partir.
Le restaurant Bel Fouchbt, l'un des carrefours de
la communaut6, n'a pas un seul v6hicule dans son parking
en cet aprbs-midi de mai 2009.
Des pans entiers du Biscayne Boulevard sont
bord6s de longues ranges de bdtiments ferm6s a double
tour.
Le commerce est touch en plein cceur. Mime le
v6n6rable restaurant Olive Garden qui se vide d&s 10 heures
pm.
La crise se lit partout d&s votre d6barquement a
l'a6roport international de Miami.
On attend longtemps pour l'arriv6e du bus de la
compagnie de location de voitures. Et le conducteur a failli
ne pas nous voir, ayant de toute evidence l'esprit trop
ailleurs. C'est le cas de dire : on ne se bouscule pas au
portillon.
Finies les files interminables sur l'autoroute, notre
Chrysler file a vive allure.
Pour combien de temps En effet, le m6mejour la
c6lbre firme de Detroit s'est inscrite au Chapitre onze, en
langage amdricain s'est d6clar6e en faillite.
Ce sont plusieurs milliers de < dealers > ou
repr6sentants de cette marque automobile aux Etats-Unis
et au Canada qui vont fermer ou renvoyer du personnel.
En France et ailleurs en Europe, les citoyens
descendent constamment dans la rue pour protester depuis
le d6but de la phase aigue de la crise il y a quelque six mois.
Mais pas aux Etats-Unis.
(USA CRISE /p. 5)


PORT-AU-PRINCE, 24 Mai La
crise dconomique fait rage dans la
communaut6 haitienne a l'ext6rieur.
Les transferts d'argent au pays
natal ont diminu6 de manibre radicale.
Beaucoup ont perdu leur emploi.
Un bon nombre aussi leur toit.
Ce n'est pas le moment pour Haiti
de seulement se plaindre. Mais celui de
d6montrer notre gratitude envers des fils
et filles qui pendant les anndes 6coul6es
ont trim pour envoyer plus d' 1 milliard et
demi de dollars annuellement a leurs
proches rests au pays.
Aujourd'hui qu'ils se retrouvent
eux-m6mes dans le besoin, allons-nous
nous contenter de hausser les 6paules puis


aller voir ailleurs ? Selon le dicton: La
reconnaissance est une lhchet6.
Cependant il se peut que vous
aimeriez faire quelque chose mais ne voyez
pas comment!
Alors place a l'Etat. L'Etat c'est
nous.
Qu'est-ce que la diaspora attend
depuis longtemps ?
Tout le monde le sait. Mais il faut
cesser de palabrer. Des actes et non de
belles promesses. Bien entendu, la loi sur
la double nationality. La diaspora a d6jh
pay6 fort cher. Quand on y pense. Un vrai
<< filalang > (en franqais, chantage).
(DIASPORA/p. 6)


0 1


Chez les Haitiens de Miami

Dansons sous la pluie !


MIAMI, 22 Mai- Comme en Haiti,
les petits bals de salon c'est fini.
Aujourd'hui on loue ce qu'on appelle aussi
bien a Miami qu'a Port-au-Prince un
<< place >>.
On peut tout y c6l1brer, les 90 ans
de Grand'ma tout comme le dernier n6 de la
famille.
Dimanche (17 mai) aMiami onfetait
a la fois la premiere communion d'Alexandia
et le bapt6me de sa petite sceur Alyssa.
Un coup double, une bonne
combinaison pour lutter contre la crise
6conomique.
La location vous cofte 100 dollars
par heure. Le <> (autre mot
intraduisible en franqais) pouvant contenir


quelque 500 personnes, avec << stage >
(traduisez estrade) pour le DJ et pour les
petits discours dont les Haitiens raffolent
tant.
Ce qui differe avec Haiti c'est
d'abord la tenue vestimentaire. Autrefois
chez les Haitiens aux Etats-Unis on se
mettait tout ce qu'on poss6dait sur le dos
pour le moindre Mvenement social.
Aujourd'hui c'est en Haiti qu'ont
atterri les robes en mousseline renforc6e
et le complet veston avec gilet et nceud
papillon Gabelus.
Les nouveaux riches ne sont plus
ou ils 6taient. Ni ce qu'ils 6taient, la crise a
tout boulevers6.
(HAITIENS MIAMI/p. 6)


* 0 .


La Diaspora merite

notre reconnaissance





Page 2


Guantanamo ou l'heritage


monstrueux de Bush!


PORT-AU-PRINCE, 23 mai Le
premier vritable choc entre l'administration
Obama et ses pr6d6cesseurs a lieu
actuellement autour de la question de
Guantanamo.
La premiere decision du president
Barack Obama a son entr6e en fonction, en
f6vrier dernier, a &t d'ordonner la fermeture
enjanvier 2010 de la prison militaire de la
base amdricaine de Guantanamo en terre
cubaine.
Mais c'est en ce moment que le
nouveau maitre de la Maison blanche est
en train de d6couvrir quel cancer lui a laiss6
le tandem Bush-Cheney (ex vice-pr6sident
Dick Cheney).
Environ 240 d6tenus,
suppos6ment li6s a Al Qaida, le r6seau
terroriste qui a revendiqu6 les attentats du
11 septembre 2001 aux Etats-Unis, sont
encore enferm6s dans la prison de
Guantanamo.
Que faire d'eux ?
Les juger est la rdponse la plus
naturelle. Et retenir les coupables en prison.
Mais oi ?
Personne ne veut les voir. Ni leurs
pays d'origine. Presque tous sont arabes.
Les y d6porter risque de les envoyer a une
mort certaine, m6me ceux qui n'auraient pas
ete reconnus coupables.
Ni les Etats-Unis. Pas question,
crient de nombreux parlementaires relayant
la crainte bien comprehensible de leurs l6us
d'avoir des suspects de terrorisme dans leur
voisinage.
Or la nouvelle administration a d6ji
annonc6 sa decision de fermer la base. C'est
un engagement sur lequel il lui est impossible
de revenir au risque de se d6juger.
Le president Obama s'emploie a
d6montrer que la meilleure facon d'6tre sfir
que ces gens ne repr6sentent aucun danger
est de les garder en detention aux Etats-
Unis dans des prisons haute s6curit6 et
pratiquement a perpetuity puisque meme
dans le cas ou ils n'auraient pas &t6
condamnds certains peuvent continuer de
repr6senter une menace.

Comme le Dr Hannibal
Lecter ...
Reste a prouver que c'est
compatible avec la constitution amdricaine
et les conventions internationals signdes
par ce pays.
Mais la detention preventive a
perp6tuit6 n'en est pas moins pratiqude
comme dans le cas de fous dangereux,
comme le Dr Hannibal Lecter du film << Le
Silence des agneaux. >
Or depuis que Guantanamo est
utilis6 comme centre de detention dans la
lutte anti-terroriste, seulement trois proces
ont pu avoir lieu.
Le groupe de 240 d6tenus se
r6partit comme suit:
Ceux pour lesquels existe un acte
d'accusation en bonne et due forme.
Ceux pour lesquels on ne d6tient
aucune preuve s6rieuse. Ils ont et6 arret6s
par les forces militaires amdricaines, pour
s'6tre trouv6s, comme on dit, au mauvais
endroit et au mauvais moment.

La torture, vous avez bien
entendu ...
Ceux-lh peuvent finir par trouver
un lieu d'exil, si d'autres pays acceptent de
suivre l'exemple du gouvernement francais
qui a accept de recevoir unjeune d'origine
alg6rienne.
Mais jusqu'h present il y a peu de
pays candidats.
Cependant il existe un troisibme
groupe et c'est l1 que le vrai scandale 6clate.
Y compris ces jours-ci aux Etats-Unis
memes.
Ce sont ceux pour lesquels des


preuves de culpability existent, saufque ces
soi-disant preuves ont etW obtenues de
manibre peu conventionnelle. Et dans
certains cas, dit-on, par la torture.
Primo, voici les Etats-Unis pris en
flagrant d6lit de violation des conventions
de Genbve les plus 616mentaires.
Secundo, comment protester
contre les atrocit6s commises par les
terroristes quand on est capable soi-m6me
d'actes similaires.
N'en d6plaise a l'ex-vice president
Dick Cheney qui se glorifie que son
administration ait pu assurer ainsi la
s6curit6 int6rieure des Etats-Unis depuis les
attentats de 2001.

Difference ideologique
profonde ...
Ensuite, que valent des preuves
arrach6es sous la torture.
Parmi les plus radicaux des
prisonniers de Guantanamo, certains ont
meme revendiqu6 le droit d'etre jug6s et
6ventuellement condamnds sur leurs
propres declarations meme faites dans de
pareilles conditions.
De plus, selon le president Barack
Obama qui a prononc6 la semaine dernibre
a ce sujet ce que certains commentateurs
considerent comme son premier grand
discours de politique 6trangere (et dans
lequel a perc6 ce qu'on peut qualifier de
difference iddologique profonde avec
l'administrationpr6c6dente), les moyens en
question n'ont pas donn6 de grands
r6sultats. Alors qu'ils peuvent porter
profond6ment atteinte a l'image des Etats-
Unis au sein du monde dit civilis6.
Et c'est l1 que se trouve le veritable
nceud gordien. Les Etats-Unis ne peuvent
se permettre de presenter devant un tribunal
qui se respecte des actes d'accusationbitis
sur des informations arrach6es avec de
telles m6thodes.
Voila done pourquoi
l'administration Bush-Cheney a tant lutt6
pour garder ces gens en detention en
dehors du territoire am6ricain ...
Et pour qu'ils comparaissent aussi
devant des tribunaux militaires d'exception.
Et non particulibrement parce que
c'est la meilleure facon de prot6ger la
s6curit6 int6rieure des Etats-Unis.
C'est actuellement le d6bat qui fait
rage chez le grand voisin ... mais que, a ce
compte-lh, d'aucuns pourraient h6siter a
continuer a appeler le << grand frbre > !

L' extreme-droite
Macarthiste ...
Cela montre surtout que, aux Etats-
Unis aussi, il existe une sorte d'ultra-droite.
Dans un pays qui se situe ordinairement au
centre, y compris la majority politique (ety
compris l'actuelle administration Obama qui
dans ce ddbat pr6cis6ment semble parler au
centre-gauche mais agir au centre-droit).
Disons que l'hdritage de l'extreme-
droite Macarthiste est encore vivace (du
nom du s6nateur Joseph McCarthy qui
avait conduit une terrible chasse aux
sorcibres communiste dans les anndes
1940-1950).
Cependant jamais les nuances
n'avaient &te aussi tranch6es qu'h travers
l'hdritage de l'administration qui a fait la
chasse aux boat people haitiens entre autres
parce que pouvant abriter des terroristes

Multipliant les deportations et leur
refusant cat6goriquement le TPS (statut de
residence temporaire) m6me apres le
passage de 4 ouragans sur notre pays.
Cette ultra-droite amdricaine ne
nous aime done pas.
Allez savoir pourquoi!

Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 18

Un Haitien impliqu6 dans une tentative de double attentat A New York
Un citoyen amdricain d'origine haitienne, Laguerre Payen, a conspire avec trois autres
am6ricains de confession musulmane pour perp6trer un double attentant dans l'Etat de
New York. Ils ont t 6 6pingl6s par la police f6d6rale amdricaine. Lajustice amdricaine a
annonc6 le jeudi 21 mai l'arrestation et l'inculpation de quatre Am6ricains, accuses de
planifier des attaques terroristes contre des objectifs militaires et une synagogue a
New York. Les quatre hommes ont et& arret6s sous l'accusation de "complot visant a
provoquer des explosions prbs d'une synagogue dans le quartier de Riverdale, dans le
Bronx, a New York, et a tirer sur des avions militaires stationn6s sur la base de la Garde
nationale, a l'adroport de Stewart, a Newburgh, New York, avec des missiles sol-air
Stinger", selon un communique du procureur. Pour obtenir ces armes, les personnes
appr6hend6es, n6es aux Etats-Unis et r6sidant a New York, 6taient en contact avec un
indicateur du FBI sous couverture, qui a fourni au groupe "un missile inactif et des
explosifs inertes", explique le communique. Les suspects 6taient sous surveillance
depuis l'an dernier. Laguerre Payen, alias Amin ou Almondo, am6ricain d'origine
haitienne, a &t6 contact alors qu'il 6tait en prison par un certain James Cromitie, le
chef du groupe de quatre qui 6tait lui aussi un prisonnier. Un contact avait &te 6tabli
enjuin 2008 entre un agent du FBI et James Cromitie, lequel s'6tait plaint auprbs de lui
de la guerre mende par les Etats-Unis en Afghanistan et avait manifesto son "int6ret
pour entreprendre quelque chose contre l'Amdrique", selon la plainte d6pos6e. A
partir d'octobre 2008, le contact avec les quatre hommes s'est poursuivi sur une base
r6gulibre dans un immeuble new-yorkais, dans lequel le FBI avait install un
equipment de surveillance audio et video. En avril dernier, le groupe a choisi la
synagogue qu'il voulait attaquer, dans le Bronx, et a commence prendre des photos
d'avions militaires sur la base de Stewart, a Newburgh. "Comme indiqu6 dans l'acte,
les accuses voulaient s'engager dans des attaques terroristes, a d6clard le procureur
Lev Dassin. Par chance, ils ont sollicit6 l'aide d'un t6moin coop6rant avec le
gouvemement. Ils 6taient convaincus que les armes fournies 6taient en parfait 6tat de
marche." Arret6s par le FBI le mercredi 20 mai a New York, ils ont comparu lejour
suivant devant un tribunal. Ils risquent entre 25 ans de prison et la r6clusion a
perp6tuit6.

La Police et la MINUSTAH interviennent pour calmer des 6tudiants
en medecine qui brfilaient des pneus devant le local du D6canat
Protestant contre des changements survenus dans le curriculum, les 6dudiants en
m6decine sont entr6s dans une bataille range avec les forces de la Police et de la
MINUSTAH qui tentaient de les dissuader de continuer leur mouvement de
protestation.
Environ 130 6tudiants des facult6s de m6decine et de pharmacie ont bloqu6 les rues
dans le voisinage de l'Ecole de M6decine brflant des caoutchoucs pendant toute la
journe du samedi 23 mai, lancant des pierres et des bouteilles contre les voitures qui
passaient et meme contre les forces de police.
Les agents de la MINUSTAH ont de leur c6t6 lanc6 des gaz lacrymogenes contre les
manifestants pour les forcer a se calmer.

Le CEP publie les r6sultats d6finitifs du ler tour des s6natoriales
partielles
Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) a officiellement public vendredi soir la liste des
candidats autoris6s a prendre part au second tour des s6natoriales partielles pr6vu le
21juin.
Dans le Nord, la candidate de la Fusion des sociaux democrats haitiens, Mme Marie
Ghislaine Monpremier, accede a la deuxibme place, aprbs le candidat de LESPWA,
Moise Jean Charles, qui devra se presenter au second tour, contrairement a ce qui
avait &t6 6tabli au lendemain du premier tour.
Dans l'Artibonite, deux candidats de Ayiti An Aksyon (AAA) sont actuellement en
lice, au lieu d'un seul, dans les premiers r6sultats. Le candidat de l'Organisation du
Peuple en Lutte (OPL) qui 6tait en l1re position dans ces r6sultats, est maintenant
rel6gu6 en 3eme position.
Les candidats en lice pour le second tour dans l'Artibonite sont les suivants :
Francois Fouchard Bergrome (AAA) ; Joseph Francois Annick (OPL) ; Garconnet Paul
Andre (LESPWA) ; Jean Baptiste Jean Willy (AAA).
Situation inchang6e dans les Nippes : Jean William Jeanty (KONBA) conserve la l1re
place. I1 est suivi de Vilson Louberson de LESPWA.
Pas de changement non plus dans la Grande-Anse concemant les r6sultats d6jh
publiCs par le CEP : Roumer J. Maxime (LESPWA) est suivi de Bellefleur Marie Andre
Aurore Laind de la Fusion.
Dans le Nord-Ouest, c'est aussi le statu quo avec Ml6ius Hyppolite (OPL) et le d6put6
Saint-Vil Francois Lucas (LESPWA).
Dans l'Ouest, John Joel Joseph (LESPWA) et Mario Viau (UNION) sont autoris6s a se
presenter au second tour Marie
Denise Claude du parti Fusion est 6liminde, sa contestation n'ayant pas &te retenue.
Joseph Benoit Laguerre de 1'UCADDE et Exius P. Franky de LESPWA se pr6sentent a
nouveau dans le Sud.
Dans le Nord-Est ou deux s6nateurs seront 6lus, la situation se pr6sente comme suit:
Pierre Louis LucienDelinx (LESPWA) ; Joazile Jean Rodolphe (Fusion) ; Charles-Pierre
A. Karl, (OPL) et JoachimArmand (OPL).
Dans le Sud-Est : Lambert Wencesclass (LESPWA) et Pierre Ricard (OPL) sont retenus
pour le second tour.
Le ler tour des s6natoriales partielles, le 19 avril dernier, a &te marqu6 par un trbs fort
taux d'abstention et des actes de violence dans les d6partements du Centre et de
l'Artibonite.

Des remarques de Madame Pierre-Louis provoquent un certain
remous en R6publique Dominicaine
La chancellerie de la RD a distribu6 vendredi (22 mai) une note tres critique en reaction
aux declarations du PM Michble Pierre Louis sur les 6v6nements r6cents enregistrds
aprbs la decapitation d'un ressortissant haitien a Santo Domingo. L'agence en ligne
Espaceinsular estime que la chancellerie dominicaine a commis une erreur 616mentaire
dans la diplomatie, celle de r6agir a partir d'extraits cit6s par les m6dias, sans analyser
le texte complet du discours du Chef du gouvemement haitien.

RD/Nouvelle chasse aux Haitiens
Un nouveau cas d'agression contre des Haitiens a ete enregistr6 dans la zone de San
Isidoro, au quartier La Esperanza, suite apparemment a une accusation de viol declard
par unejeune dominicaine. Elle aurait incrimind un Haitien du forfait.
Des citoyens dominicains, pris de rage, ont mis le feu aux maisons habitues par des
Haitiens dans le quartier. La police dominicaine est accourue pour stopper les
incendiaires et proteger les Haitiens.

Atelier de travail de la branche ha'itienne de la commission mixte
ha'itiano-dominicaine sou la presidence du Premier ministre Michele
Pierre-Louis
(EN BREF / p. 14)


Chaque matin, captez


Melodie Matin

sur103.3FM





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 18


L'avocat Osner Fevry


6croue au P6nitencier National


Port-au-Prince, le 22 mai.-L'avocat Osner F6vry a td
6croud au P6nitencier National le 22 mai apres avoir &t6
auditionn6 pendant plus de six heures au Parquet de Port-au-
Prince.
Le commissaire du gouvemement, Me Joseph Manes
Louis, a confirm que le parquet avait ouvert une enqu6te
suite a des plaintes d6pos6es contre Me Osner Fevry. I1 est
accuse d'escroquerie, faux et usage de faux, association de
malfaiteurs. Me F6vry avait &t6 appr6hend6 par des policiers
de la Direction Centrale de la Police Judiciaire le 21 mai, suite a
deux mandats d'amener auxquels il n'aurait pas rdpondu, selon
une source proche du Parquet.
De nombreux hommes de loi, responsables politiques
et d'organisations des droits humains, sympathisants de Me


F6vry d'un c6t6 et des plaignants de l'autre, avaient pris place
trbs t6t au Parquet de Port-au-Prince, pour suivre ce dossier.
Me Reynold Georges, l'un des avocats de Me Fevry,
s'est dit rdvoltd de la decision du Parquet. Osner F6vry aurait
&te arr&t6 dans le cadre d'un conflit terrien l'opposant a M. et
Mme Dessalines. I1 s'agit selonMe Georges d'une affaire civile
qui ne m6ritait pas pareil traitement.
A la fin de l'audition qui a durd plus de six heures, le
juge Gabriel Ambroise a ordonn6 que Me Osner F6vry soit
6croud au P6nitencier National.
Me Gervais Charles, bitonnier de l'ordre des avocats,
a annonc6 que les membres du barreau se r6uniront le 23 mai
et une conference de presse sera tenue pour fixer la position
du barreau sur cette arrestation.


!, *N t 004 kr & t< V ta, # ,ft e W
Sal :




"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


RD/Haiti: des maisons habitues par des Haitiens incendiees


Une foule furieuse a incendid deux locaux habits par
une dizaine d'Haitiens, et tent6 de lyncher l'un d'entre eux.
Une foule de voisins de la R6sidence Marlin, dans le
quartier de La Esperenza, a incendid deux locaux occup6s par
des dizaines d'Haitiens, suite a l'accusation port6e par une
jeune fille de 15 ans, selon laquelle un jeune Haitien aurait
suppos6ment voulu la violer.
L'incident s'est produit a la mi-joumbe du vendredi


22 mai, dans la rue Respaldo Antonio Guzman. L'ensemble des
Haitiens qui se trouvaient dans les bitiments qui ont Wte
incendids, dont quelques femmes enceintes, ont fui pour
prot6ger leur vie. Au moins trois camions citemes et une
ambulance de Santo Domingo Est ont &te utilis6s pour recueillir
les sinistres. La violence et la persecution contre les Haitiens
ont d6but6 quand la jeune fille, qui sortait d'un college
avoisinant, s'est mise a crier, pr6textant qu'elle a &te attaqude


par un ouvrier haitien. Aussit6t les voisins se sont mis a
poursuivre ce dernier jusqu'h un immeuble en construction
ou il logeait avec une dizaine de ses compatriotes. De lh, le
jeune homme a traverse dans la cour d'un immeuble voisin oni
il s'est cach6 jusqu'h ce que la police venue du quartier de
Villa Faro, soit venue le chercher. Au moins 4 policiers sont
rests sur les lieux pendant quelques minutes. Pendant ce
(INCENDIES/p.6)


> Payez r nqui' W ayant 1n co Aple lIBANK






>b WCIongml kle meatwume n benceire
on cMkWpBan uw lwww.unibanh ait.o
l>naaDM'tff~~lp^
M'> tfl) IMfMRG


I UNIBAN K



"Fals us route cormn"

www unibntrkhoili com


Page 3


- ANALSE SOMMAIRE
La nomination de Clinton: inquietude ou espoir ? p.1
L'EVENEMENT
18 Mai: Vux du Pr6sident Obama aux Haitiens p.5
ACTUALITESDERNIERES
Arrestation de l'avocat et homme politique Osner
Fevry p.3
Santo-Domingo : des maisons habitues par des
Haitiens incendiees p.3
Le PM Michlle Pierre-Louis lance les travaux de la
partie haitienne de la commission mixte p.10
REPORTAGE
USA stoique sous le poids de la crise p.1
Chez les Haitiens de Miami : Chantons sous la pluie !
p.1
PRISE DE CONSCIENCE
La Diaspora m6rite notre reconnaissance p.1
LEFAITDUJOUR
Guantanamo ou l'h6ritage monstrueux de Bush p.2
ELECTIONS
Listed des candidats retenus pour le second tour p.3
TALENTSET CULTURE
Foires gogo p. 8
CINEMA
Les Amours d'un zombi p.9
DIPLOMATIE
Le drapeau haitien c6l6br6 h Paris p.9
ECONOMIE
L'annulation de la dette, une bonne et une mauvaise
chose p.12
L'UEH en proie a de s6rieuses difficulties
economiques p. 12
.y





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 18


La nomination de Clinton:



inquietude ou espoir ?


(CLINTON... suite de la lere page)
Cependant ils sont encore moins imaginables pour
un pays dont l'image a d6gringolk a ce point.
Au point que Haiti a pu devenir le symbole de pays
envoie de remplacement du d6veloppement par l'humanitaire.
Le concept humanitaire l'emportant au fur et a mesure sur
celui du d6veloppement. Puis de plus en plus d6finitivement.
Au point que de grandes ONG's
internationales ont pris la liberty de changer
les armoiries de notre republique ou presque.
Chacune nous inventant une image a sa propre
convenance. Envue d'attirerune plus grande
commiseration universelle.

Les meilleures cordes A son
arc...
Onpeut souhaiter que l'additiond'un
ancien president des Etats-Unis (et non des
moindres) a notre carte de visite (si ce n'est
plut6t nous qui nous ajoutons a la sienne) ne A ailI
sera pas sans effet sur cette plong6e dans le
vide, cette espece de 'public relations' ou
campagne de relations publiques a l'envers
qu'on nous inflige et en toute impunity.
Ou plut6t sans aucun 6tat d'ame. Y
compris chez la plupart de nos propres
d6cideurs. En creole on dit : << si moun nan
kay pa vann ou, deyb pap achte ou >>.
Intraduisible enfrancais, sorry !
Le salaire de Mr. Clinton sera de 1
dollar par an.
Le nouvel < ambassadeur de bonne
volont >> a les meilleures cordes a son arc.
Son spouse n'est autre que la diplomate la plus
puissante de la terre, la Secr6taire d'Etat Hillary Clinton.
Qui peut le plus, peut le moins !
Le parti dont il est membre, les D6mocrates, domine
aujourd'hui dans les deux chambres du Congrbs am6ricain.
La ou la loi Hope 2 a connu tant de difficulties lors de
son passage.
Hope 2 autorise Haiti a exporter aux Etats-Unis des
articles en textile sans payer de droits d'entree.


Et le nouvel h6te de la Maison blanche, Barack Obama,
vient de manifester encore sa sympathie en souhaitant
officiellement au peuple haitien et a la diaspora haitienne ses
vceux les meilleurs et les plus prometteurs a l'occasion de la
fete du drapeau national le 18 mai dernier.
L'envoyd special de l'ONU devrait au moins
accomplir 4 voyages en Haiti par an, selon le Miami Herald.


<< Clinton Global Initiative >>...
On n'est pas repr6sentant d'Haiti pour rien quand on
est un ancien president des Etats-Unis dont la reputation
s'6tend a toute la terre.
Et quand cette reputation est votre actif le plus
important. Qui ne connait la << Clinton Global Initiative >>,
fondation a laquelle adherent les plus grandes fortunes de
notre temps, ainsi que des cerveaux parmi les meilleurs.
On n'entre done pas dans une telle aventure sans


avoir pris toutes ses precautions. Suivez mon regard ...
Sachant aussi que traditionnellement l'aventure
haitienne a pu se transformer en m6saventure pour plus d'un.
Tombeau des ambassadeurs !
Aussi en m6me temps que Clinton devient du coup la
meilleure plateforme de lancement pour diff6rents projets en
Haiti, il veillera probablement aussi qu'on ne se permette pas
n'importe quoi a l'endroit de son petit prot6g&.
Ce qui porterait automatiquement atteinte
aussi a son image.

Clinton risque de faire de
l'ombre A plus d'un ...
Un avertissement qui 6ventuellement
peutvaloir aussi pour des Haitiens eux-m6mes.
Pour commencer l'image de Bill
Clinton risque de faire de l'ombre m6me aux
plus 6minents de nos aspirants. A un an et
demi des futures pr6sidentielles haitiennes !
Side rs" De li a parler de gouverneur ou de
vice-roi, il n'y a qu'un pas Et les trompettes
de la renomm6e nationaliste sont vite
embouch6es.
Mais notre commentaire s'arr6tera li
pour le moment.
C'est forc6ment chanceux pour un
pays de se voir attribuer un parrain aussi
c6l6bre et aussi dou6 a un moment aussi
difficile.
Maintenant jusqu'oiu ira l'influence
(pour ne pas dire le pouvoir) de Bill Clinton ?
C'est la question que tous
naturellement se posent. Au risque de nous
faire accuser de paranoia.
Or la r6ponse n'est pas si difficile. Oui, commenons
par le commencement: Existe-t-il quelque chose nomm6
pouvoir aujourd'hui en Haiti ?
C'estjustement ce qui doit tellement inqui6ter l'ONU.
Pardon, la Maisonblanche et le D6partement d'Etat !

Marcus, 20 Aai 2009


S...'Copyrighted Material ?.



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki II W L
pbmbt klyan an jwenn tout If i:*. ta r.&r
enf6masyon li bezwen sou transpb 6_
pa avyon, sou lanmb ak ate, fR
rezbvasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon
kontabilite.


nrr "tw


"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
ysyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p ` cOie-Stop-Sh ", sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os to quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enpassyon.
a kap ini yo, Amerijet pral introdcit lotavantaj sou website li a. Pamela
Robbins "jo 1 o pki enter an t ol ci lis e
ekspansyon e peim......l I. oonlaaans.
Amerijet International, I unii svis entenasyonal konple sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit enten&t la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Pae Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUICE

11638 NE 2nd Ave. Catering Specialits
Miam,. FL 33160 Cakes, Pastries, Hors d'Oeuvres
Tel. 305-756-3695 for all occasions


Page 4


M 9m





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 18


ECONOMIE

USA stoique sous le poids de la crise ...


Page 5


(USA CRISE... suite de la lere page)
Cela eut &t6 probablement different si c'est le
candidat republicain qui avait &t6 lu aux pr6sidentielles de
novembre 2008. Bien que jusque-lh personne n'avait
v6ritablement id6e de l'ampleur de la catastrophe laiss6e
par George W. Bush et compagnie.
Little-Haiti sous haute surveillance...
La presence de Barack Obama joue
6videmment comme une espece de calmant
auprbs des categories les plus d6favoris6es.
On n'a rapport aucun
bouleversement particulier du c6te des
ghettos qui ont &t6 les plus remuants dans le
temps (Watts a Chicago, South Central LA, a
Los Angeles, Liberty City a Miami, etc).
Cependant la nuit, le quartier de
Little-Haiti est sous haute surveillance. Les
vols avec effraction ont considerablement
augment dans le comt6 de Miami-Dade. Et
les gangs haitiens-am6ricains y sont pour
quelque chose, ou plus pr6cis6ment, haitiens-
bahameens-americains ...
Le pays est on dirait chloroform. Le
temps s'est arrt&. Les premiers suicides
collectifs en famille, avec note stipulant pour
cause d'emploi perdu, sont devenus plus
rares.
L'Americain commence a r6aliser la
gravity de la situation, et il est naturellement
sous le choc.
Mais il r6agit en Am6ricain. G6mir,
pleurer, prier est 6galement lhche. Alors,
<< buckle up >, attachez vos ceintures L 'Ambc
On rapporte que des << executives > La S
qui touchaient 20 a 30 mille dollars par mois,


acceptent sans rechigner unjob qui ne paie meme pas 2
mille par mois.
Le don des diversions intelligentes ...
Mais en gros le pays garde son aspect habituel.
Propre comme un sou neuf. Le budget des infrastructures
a &t6 quelque peu revu a la hausse pour crier quelques
emplois suppl6mentaires.


assadeur des Etats-Unis, Janet A. Sanderson, lors de l'inauguration d
aline dont la construction a beneficid d'un financement du gouverne
americain/USAID (photo JJAugustin)


Comme quoi ce n'est pas la pr6carit6, ni meme la
misbre, qui crde la salet6 des villes. C'est nous les Haitiens
qui sommes ... malpropres !
La gazoline a la pompe connait une certaine hausse.
De 1 dollar et demi le gallon il y a trois mois, aujourd'hui il
faut casquer 2 dollars 50 pour l'essence ordinaire. C'est le
prix a payer du fait qu'en &t6 l'Am6ricain parcourt
traditionnellement des distances plus longues. Toujours le
mythe de la conquete de l'Ouest.
Le president Obama semble avoir le
don des diversions intelligentes pour
empecher le pays de sombrer totalement dans
la morosit6. Et ses consequences fatales.
Aprbs son plan d'assurance-sante
universelle (qui pi6tine aux portes du
Congrbs), cette semaine c'est l'industrie
automobile qui est dans son collimateur. Le
nouveau d6fi est de fabriquer des voitures
plus performantes en consommation
d'essence et moins polluantes. General
Motors et Chrysler ont l1 une chance de tirer
de la crise quelque chose de positif (et de
comp6titif) pour l'avenir.
Les << talk shows > ne tarissent pas.
Curieusement la crise semble rendre
l'Amerique plus intelligente qu'elle ne l'a te
depuis longtemps, voire pendant les huit
annees plomb6es Bush-Cheney.
A propos d'intelligence, vous
connaissez la dernibre : les parlementaires
r6publicains ont finalement decide de ne pas
presenter un projet recommandant de changer
le nom du parti D6mocrate en parti
lu Lycde << socialiste. >
?ment Decidement onvient de loin !
Haiti en Marche, 21 mai 2009


hms u luekjwu IrupkW h lw


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Statement of President

Barack Obama on Haitian Flag Day
The United States and Haiti share a deeply intertwined the United States and by my administration's steadfast
history and a long standing friendship. In 1779, freemen from commitment to come to the aid of those in Haiti working to
the French colony of Saint Domingue, now the Republic of ensure that Haiti's future is stable, sustainable and prosperous.
Haiti, came to the aid of American patriots fighting for freedom On this Haitian Flag Day, I am proud to send my warm wishes
at the Siege of Savannah. Today, we remain connected by a and those of the American people to the people of Haiti and
Haitian-American community that contributes greatly to the the Haitian Diaspora as they celebrate during Haitian Heritage
economic, social, cultural, scientific and academic fabric of Month.






%, # Copyrighted Materiala j

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


18 Mai: Voeux

de Barack Obama

aux Ha'itiens
Le Prdt. Barack Obama salue la commemoration du
Drapeau Haitien, le 18 Mai, rappelant l'6troite connexion
historique entre Haiti et les Etats-Unis, et que des troupes
venues de Saint Domingue (future Haiti) ont combattu a
Savannah (Georgia) pour l'ind6pendance des Etats-Unis.
En ce jour anniversaire de la creation du Drapeau
Haitien, le 18 Mai 2009, le Prdt. des Etats-unis a adress6 ses
sentiments chaleureux au peuple haitien et a la Diaspora
haftienne, renouvelant l'engagement des Etats-Unis pour aider
Haiti a d6velopper un avenir prospbre.


CON CT US
TOL LFREEE 1 -a8-3B 3-2a56
OR. 305~-2-300
FAX .305 -20--332
CELL. 305-9 86,-8a 1


FICHE D'ABONNEMENT A HAIJI EN MARCHE


CoaU tpi* eixMis


HaTti
Etats Unis
Canada
Europe
Am6ique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
_ US $ 70.~00
_ US 70.00


I C lat i.o r ..l I


Gdes 520.00
_ US $ 78,00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un ambonnment
avec livrason, tI cout est le double.
Prftre do specifer st vous Ates
un nouvel abonn6
ou sll s'aglt d'un renouvellennt


Nouveau


Renouvellement

ELI


Nom
Adresse


____j





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 18


La Diaspora merite notre reconnaissance


(DIASPORA... suite de la lere page)
L'ex6cutif a cree une commission pour 6tudier
l'opportunit6 d'un amendement de la Constitution.
Si la volont6 nationale y est (ex6cutif, 16gislatif,
soci6t6 civile largement large), cela peut etre chose faite dans
un temps pas trop lointain.

Les fetes champetres ...
Ensuite, le plus beau moment de l'annde pour
beaucoup de nos expatrids, ce sont les fetes champetres en
Haiti. C'est l qu'ils viennent faire trempette et se retremper au
milieu de leurs souvenirs et leurs reves les plus secrets.
Faisons done en sorte que ces sites estivaux et
festivaliers soient un peu plus accueillants cette annde.
Qu'ils soient plus propices a susciter ou ressusciter
les reves et a laisser un souvenir encore plus fort.
Par ailleurs, beaucoup aimeraient profiter de la
cassure survenant actuellement dans le pays h6te, pour tenter
leur chance au pays d'origine.
Nos gouvernants se d6pensent sans compter pour


attirer les grands investissements capables de crder plusieurs
dizaines de milliers d'emplois.
Mais ce n'est pas facile.
Tandis que plein de compatriotes a l'ext6rieur
n'attendent que l'occasion d'investir une partie de leurs
6pargnes dans l'6conomie locale.
Ceci devrait atre plus facilement r6alisable, mais si on
leur accordait a eux aussi un minimum d'attention. Ce qui n'est
pas le cas.

La vache A lait electoral ...
Crise dconomique ou pas, la diaspora est done
condamnde a rester la vache a lait dlectorale de tous ceux et
toutes celles qui prendront bient6t a nouveau le chemin de
Miami, New York, Chicago, Montr6al, Santo Domingo, Paris et
Cayenne (La Guyane) pour l'annde 6lectorale la plus longue
de l'histoire d'Haiti (21juin 2009, novembre-d6cembre 2009,
novembre-d6cembre 2010, plus les reprises ici et 1i et de plus
en plus chaotiques pour irr6gularit6s et autres forfaitures).
Esp6rons que tous ces candidats qui font leur


campagne sur le dos des autres trouveront cette fois 1-haut a
qui parler.
Mais le gouvemement actuel a d6ji requ quant a lui
suffisamment de signaux (agr6ment6s de suffisamment aussi
de promesses non suivies de r6alisation) pour commencer a
accorder toute l'importance qu'il faut a cet 6norme potentiel
que repr6sente la diaspora dans le domaine de la micro-
entreprise, pour couvrir tout le pays de petites entreprises
agricoles, artisanales, agro-industrielles, p6pini6ristes,
paysagistes, environnementalistes etc.
Certes cela ne fera pas les grands titres intemationaux
comme les rapports du professeur Collier, mais ce n'est pas
par hasard si l'un des proverbes franqais les plus aims en
Haiti c'est<< se piti piti zwazo fb nichli. >
A d6faut de credits et de fonds de garantie sur
investissements, 1'Etat a plein de terres qui se gaspillent et
toute une administration publique qui passe son temps a se
tourner les pouces.

Milodie, 103.3 FM, Port-au-Prince


Chez les Haitiens de Miami : Dansons sous la pluie !


(HAITIENS MIAMI.. suite de la lre page)
Par contre, chez nos expatrids les discours n'en
finissent pas. Plus pr6sente aussi la religion. Discours et
cantiques ne font plus qu'un. Jusqu'h fr6ler ce qui en Haiti
pourrait provoquer un fou rire. La nouvelle mode est de mimer
le chant par un gestuel emprunt6 au thditre japonais. Sorte de
Bruce Lee de la chaire. Justement trop emprunt6 !

< M pa vi n isi pou m betize >> ...
Par contre, en Haiti lesjeunes sont plus distants des
parents et des adultes. Et vice-versa.
On ne peut plus danser les memes musiques et les
memes danses.
La piste est monopolis6e ou par les uns ou par les
autres.
Ou les moins de 18 ans et leur dirty dancing.
Ou les adultes et leur dancing dirty.
Par contre 1-haut on vient pour s'amuser (< m pa vi
n isi pou m betize >), pas pour s'exhiber.
Aussi bien que sans la diaspora, la fete du drapeau
haitien (18 mai) passerait inapercue, c'est aussi le dernier
endroit oiY l'on peut encore s'6clater sur un bon Compas.
Nu Look, Ti-Vice et Djakout sont les favoris dujour.


Mais les plus petits ont aussi leur heure. C'est quand
la table est servie. Le DJ change alors de registre pour les Top
Ten : Beyonce, Rihanna, Acon etc.
Ils ont &t6 servis avant. Les voici servis a leur tour.

Rien ne monte, rien ne descend ...
La communaut6 n'a certes pas le coeur h la fete. Miami
est l'un des endroits aux Etats-Unis les plus frapp6s par la
crise. La Floride s'est convertie au fil des anndes d'un immense
champ de citrus en comptoir international import-export.
Or actuellement rien ne monte, rien ne descend comme


dit le creole. On importe moins, la machine am6ricaine
fonctionnant au ralenti; on exporte moins 6galement parce
que le pouvoir d'achat a chut6 dans les pays du sud.
Y compris les transferts qui ont diminu6 non du quart,
comme on l'esp6rait, mais plus de moiti6.
Aussi on profite d'une telle soiree plus que
d'habitude.
Se rappelant que le film embl6matique des anndes de
crise aux Etats-Unis s'intitule < Dansons sous la pluie >.

Marcus, 22 mai 2009


"* Copyrighted Material

SSyndicated Content

Available from Commercial News Providers"


RD/Ha'ti: des maisons habitues

par des Haitiens incendiees


(INCENDIES... suite de la page 3)
temps, les voisins sont all6s a l'int6rieur des
locaux pour fouiller sous les lits a la recherche
soi-disant d'armes. Ils ont trouv6 quelques
poinqons (outils pour d6couper) dans une des
habitations. Apres cette d6couverte, la colere
s'est empar6e du groupe qui a commence par
incendier un des locaux, puis s'est dirig6 vers
l'autre en criant "I1 faut les tuer tous!"
Diffirentes unites de la police sont arrives
sur les lieux.
Un ing6nieur du nom de Varga serait
le propri6taire des locaux. D'aprls les voisins,
plusieurs ing nieurs, y compris le propri6taire,
"amenent (les Haitiens) dans des camions
pour aller travailler sur les chantiers en
construction." Le propri6taire des locaux a nid
ces accusations.
Dans ce secteur, habit par des
personnes de classe moyenne, se trouvent


un grand nombre d'6difices en
construction.
Les voisins en colre ont annonc6
leur intention de "chasser tous les Haitiens
de 1a."
Aussit6t connue la nouvelle de ce
qui s'6tait pass dans la rue Respaldo
Antonio Guzman, les Haitiens,
habituellement nombreux dans cette zone,
ont disparu de la circulation.
La tension semble augmenter et
s'approcher d'une confrontation violente
entre Dominicains et Haitiens.
Par ailleurs, les voisins accusent
les ingenieurs qui construisent les
immeubles de trafiquer avec les ouvriers
Haitiens qu'ils pr6ferent parce qu'ils leur
versent des salaires plus bas et ne
respectent pas la 16gislation du travail.


Page 6


MIAMI-DADE


PLAS VID SOU KONSEY

ADMINISTRATIF FONDASYON

SANTE PIBLIK LA [PUBLIC

HEALTH TRUST (sig Angle PHT)]

Aktyelman yap asepte aplikasyon pou Konsby Administratif
Fondasyon Sante Piblik Konte Miami-Dade, otorite gouvenan
Sistim Sante Jackson la. Manm yo sou Konsey la pa touche
epi yo sevi de tem pou twazan men ki an dekalaj. Genyen senk
plas vid pou nominasyon pou ane 2009 la. Konsby Responsab
Nominasyon pou PHT an va kontakte aplikan ke yo chwazi pou
entivyou yo. Aplikan sa yo ki fin chwazi pou entivyou pral sibi
yon envestigasyon bakgrawonn. Asanble Komisyone Konte
Miami-Dade la, yon fwa ke li resevwa rekbmandasyon Konsey
Responsab Nominasyon an, va nonmen Konsby Administratif
la.

Fbm aplikasyon yo disponib nan biwo egzekitif konte an < Executive Office,, 111 NW 1st Street, Suite 2910, oswa sou
entenet la nan www.miamidade.gov. Se pou Diane Collins,
(Chef Divizyon Enterime, Grefye Asanble), Acting Division
Chief, Clerk of the Board, 111 NW 1st Street, Suite 17-202,
Miami, Florida, 33128 resevwa aplikasyon yo pa pita ke 3
jenn 2009 anvan 4:00 pm. Yap asepte aplikasyon pa imel sou
clerkbcc(amiamidade.aov oswa fakse li nan 305-375-2484.
Se pou aplikan an rele biwo grefye an << Clerk of the Board nan
305-375-1652 pou konfime ke yo resevwa aplikasyon elektwonik
li an paske se responsabilite pa li. Pou plis enfbmasyon sou
pwosedi aplikasyon sa yo, tanpri rele 305-375-5311.


Top Hit Parade
Semaine du 25 Nlai
1. Septentrional: Boleros
2. Septentrional: 5eme Comm.
3. Septentrional: Gold
4. Gabel: Se Wel Fel
5. DP Express: Volume 4
6. Sweet Micky: GNB
7. Coupe Cloue: Gold III
8. Zenglen: 5 Etwal
9. Shleu Shleu: Haiti terre soleil
10. Coupe Cloue: Gold II





Mercredi 27 Mai 2009 H A I A iI Page 7
Hati enMarche VolXXIII N 18MIAMI-DADE


ADVERTISEMENT FOR BID

PROJECT NAME: Miami International Airport Fuel Storage Facility
Secondary Containment and Roof Modifications
for Dike Area No. 4 Jet Fuel Storage Tanks

PROJECT NO.: 0155A ("Project")

Sealed Bids for the Project designed above will be received for and in behalf of the Owner, AlliedAviation Fueling of Miami. Inc. by the Architect/Engineer, H. J. RossAssociates. at the Office
of the Clerk of the Board in the Stephen P Clark Center. 17h Floor. Suite 202. Miami. Florida. 33128, until 1:00 PM. on July 15. 2009. or as modified by addendum at which time all Bids will be opened
and read aloud. The Owner reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids. Bidders are invited to be present. Bids received after the time and
date specified will not be considered, and will be returned unopened. Bids are to be submitted in two envelopes. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be publicly
opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Small Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within forty-
eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remaining bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened publicly and read
aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening. Bids received after the time and date specified
will not be considered, and will be returned unopened.

IN GENERAL THE WORK COMPRISES: The Work of this Contract consists of providing secondary containment under jet fuel storage Tanks No. 13, 14, 15, 16, 17 and 18, replacing the
roofs on Tanks No. 15, 17, and 18, and performing all other work specified in the Bid Documents at the Miami International Airport (MIA) Fuel Storage Facility. In order to provide secondary
containment, the tanks will be lifted from their concrete ringwall foundation and high density polyethylene liners, leak detection and cathodic protection will be provided under the tanks. The tanks will
be repositioned on their foundation after completion of the work. Structural and piping modifications will also be made to the tanks, internal floating roof seals will be replaced and the tanks will be
partially re-coated. The work also includes demolition of three existing metal tank roofs and miscellaneous existing utilities.

BID DOCUMENTS: The Owner will make the Bid Documents available, on June 4. 2009 for inspection by individuals by appointment only, on business days during the hours of 9:00 a.m.
to 4:00 p.m. at Allied Aviation Fueling of Miami. Inc.. 4450 NW 20th Street. Suite 201. Miami. Florida 33122. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents through
Thomas E. Doherty. General Manager, telephone number 305-871-7001. The duration of each appointment will no exceed two (2) hours. However, the Owner may schedule additional time slots (not
to run consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be required to present current, government
issued, picture identification (e.g., Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perform work on, or related to, the Project,
and sign and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Statutes 119.071(3)(b) and one or more of the
following Florida Statutes, 281.301 and 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provisions of Florida Statute 119.07(1) and 24(a), Article
I of the State Constitution. In addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs
and/or copying of the documents will be allowed.

The Bid Documents can be purchased at Allied Aviation Fueling of Miami. Inc.. 4450 NW 20th Street. Suite 201. Miami. Florida 33122, as follows:
1. Non-Refundable Payment of $200 for each set of Bid Documents
2. Refundable Deposit of $1,000 for each set of Bid Documents
The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami-Dade Aviation Department. The refundable deposit must be by Cashier's
or Certified check only, and made payable to AlliedAviation. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of contact during the bidding
process. A business card with all of this information will suffice.

Bid Documents may be purchased in person or by mail. To purchase a set of the Bid Documents in person, each purchaser must present a current:
A. copy of government issued, picture identification (e.g., Driver's License)
B. copy of the architect, engineer, or contractor qualifier's license issued by the Florida Department of Business and Professional Regulation for the Bidder making the purchase
C. an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor.
Confidentiality Affidavits may be obtained in advance by downloading from www.miami-airport.com/html/bids.html. Bid Documents may also be purchased by mail by sending a copy of the
requisite identification, license, original notarized Confidentiality Affidavit, contact information, and checks along with a FedEx or UPS billing account number to the place of purchase indicated above.
All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders that timely return the Bid Document will have their deposit
returned. Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to the location of purchase. Failure
to return the Bid Documents and copies made to the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will
forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions
that are satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not
retained any copies.
All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The Owner reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The
Owner, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the Owner by any and all bidders.

PRE-BID CONFERENCE: The Owner will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on June 18. 2009. from 9:00 AM to 12:00 Noon at Allied Aviation Fueling of Miami, Inc.. 4450
NW 20th Street. Suite 201. Miami. Florida 33122, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections will be provided by the Owner.

COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM
Contact Measures for this Project is (are): 16%

COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM
The Community Workforce Goal for this Project is: 10%

BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by the Instructions to Bidders. No Bid may be
withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The Owner reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and
irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids.

BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS:
1) The Miami-Dade County Responsible Wages of Ordinance.
2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participations, expressed as a percentage, for the Contractor's aggregate work force in each trade on all construction
work in the covered area, as follows:


TimetablesFrom Goal for minorityParticipation Goals for femaleParticipation
4/01/81 for eachTrade in Miami-Dade County forEach trade
Until further notice 39.5 % 6.9%

As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work
(whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area.

3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Department.
The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementation of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action
obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be
preformed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith
effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole
purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4. Compli-ance with the goals will be measured against the total
work hours performed.
The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract
in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor;
employer identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontractor;estimated starting and completion dates of the subcontractor; and the geographical area in which the
Contractor is to be performed.

4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprises (CSBE) Subcontractors. Requirements for compliance with this ordinance are
contained in the Contract Documents.

5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a "Cone of Silence" is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertisement and terminates at the time the County Manager issues a written
recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of ContractAward Recommendation, whichever comes first. The Cone of Silence prohibits communications regarding RFPs, RFQs
or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County's professional staff, including but not limited to the County Manager and the County Manager's
staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the County's professional staff including, but not limited to, the County
Manger and the County Manger's staff.
The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1 (t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral presentations before selection committees, oral communications
with the Contracting Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the procurement process.
Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing
at any time unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall
be made available to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request.
In addition to any other penalties provide by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or proposer shall render any RFP award, RFQ award, or bid award
voidable. Any person having personal knowledge or a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorney and/or may file a compliant with the Ethic Commission. Bidders or
Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification.

6) The Owner shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documents other than those made by Addendum, Change Order, or Work Order.
Any purchase of partial sets of documents shall be at the purchaser's risk.





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 18


Foires a Gogo !


Elles s'appellent Gwoup Fanm Lazil, AFLIDEPA
(Asosiyasyon Fanm Limonad pou Devlopman Agrik6l ak
Atizana), FHAF (Fonds Haitien d'Aide a la Femme), ROPAGA
(Rezo Oganizasyon PwodiktW ak Pwodiktris Fwi), ANACAPH
(Associations Nationale des Caisses Populaires Haitiennes),
Let a Gogo, comment les citer toutes Ce sont 1i quelques-
unes des organisations rassembl6es du 20 au 22 Mai au Karibe
Konvention Center pour changer leurs experiences, faire le


ont-ils dit. << Mais meme le peu que nous avons apport6 avec
nous, nous ne l'avons pas vendu >.
Mais ceux qui ont eu la chance de voir cette mini foire
agricole ont pu se rendre compte de l'excellence des produits.
Ily a 1i tout un potentiel pret, attendant un financement pour
l6argir la production. La majority des femmes rencontr6es nous
ont dit pouvoir vivre, lever leurs enfants avec les produits
qu'elles fabriquent. < Ce n'est peut-6tre pas beaucoup. Mais


de recueillir les mille et un objets que l'on peut trouver dans le
sac. Et son talent a fait le reste.
F6licia Dell a reported le Premier Prix au DVF (Diane
von Furstenberg), une competition de valises et de sacs de
mode. La grande dame de la mode lui a pass une commande
de 200 sacs. Plusieurs autres artisanes ont pret6 leur concours
pour ex6cuter la commande sous la supervision de Felicia et
de Femmes en D6mocratie et les d6lais de livraison pu 6tre


Les Foires agricoles et artisanales tenues la semaine derniere au Karibe Convention Center et a 1 'Htel Montana (photos HENM)


point sur leurs activities et dans le cadre de la commemoration
des dix ans d'existence du Conseil National de Financement
Populaire.
Il y avait aussi la partie foire, chacune de ces
associations ayant apport6 des 6chantillons de leur production
pour les presenter et 6ventuellement les vendre au public.
Ce dernier aspect, malheureusement, n'a pas Wtd
rempli. En effet, les artisans et artisanes, producteurs de
confitures, mamba, cassaves, sirop miel, cr6mas au lait ou au
chocolat, lait, yoghourt, les douces de Ltt-a-Gogo ont &te
obliges pour la plupart de retoumer avec les 6chantillons
qu'ils avaient apport6.
La vente a 6td mauvaise, trbs mauvaise.
La situation 6conomique d6sastreuse, me direz-
vous ? Nous pensons plut6t au manque de promotion autour
de l'Mvenement. Le public tout simplement ne savait pas qu'il
y avait cette foire exposant les divers produits du terroir et
surtout qu'il avait la possibility d'acheter la marmite de citrons
verts h un prix bien inf6rieur que dans les marches de Port-au-
Prince, idem pour les grenadines, les lames v6ritables, le sac
de riz de l'Artibonite, jaune oublanc, les cassaves, les mambas,
les liqueurs, autant de produits venus tout sp6cialement de
diffirentes localit6s pour 6tre pr6sent6s au public.
Le public ? Tout simplement il n'6tait pas au rendez-
vous. II faut aussi dire qu'une foire de ce genre se tenant dans
les hauteurs (Karibe Convention Center) ne peut en aucun
cas attirer la grande foule.
Mais quelle autre possibility, avons-nous ? Le Champ
de mars, me direz vous ? Non. Le Champ de mars se transforme
rapidement en un parc a bestiaux a la moindre exposition, serait-
ce par manque de suffisamment de poubelles.
Aussi les marchands et marchandes, les artisans sont
repartis bredouille avec leurs 6chantillons.
< On nous avait dit de ne pas trop apporter > nous


*A -


iBoopnitueubl. E--.
vklo 0* ,pmr- iw t "


PoUm V ts AsnsunMOs DE CAPIO REEL

1-800-927-6059
oH S awiu. c-n Mf


j'ai pu envoyer mes enfants a Port-au-Prince pour terminer
leurs 6tudes et apprendre une profession. >
Mais est-ce que cela ne pourrait pas aller plus loin ?
C'est la question que nous nous posons et que se posent
toutes ces femmes qui brflent d'envie de voir se d6velopper
leur production qui reste encore aprbs toutes ces annies au
stade artisanal.

Foire de Femmes en Democratie ...
C'est le meme rive que caresse Fl6icia Dell, rencontr6e
a une autre foire qui, elle, s'est tenue a l'h6tel Montana, du 22
au 24 Mai. Foire organisde par Femmes en D6mocratie, en
prelude a la Fete des mbres. Fl6icia Dell 6taitjustement l'une
des femmes exposant leurs creations. Si pour d'autres c'6tait
des plantes, surtout des plantes m6dicinales a partir desquelles
elles fabriquent des liqueurs, des << tremp6s ,> pour Fl6icia
Dell ce sont des sacs a main qui sont confectionnis avec de
magnifiques tissus d'ameublement.
De toutes les couleurs et de toutes les formes.
Certains omrs de Veve, mais attention il y a dans notre milieu
des femmes qui ne porteront pas de sac avec un Veve, fut-il
d6did aErzulie, d6esse de l'Amour !
La cr6atrice de Collection-Vbvb nous a racont6 son
histoire. Tout a commence aprbs l'assassinat de son
compagnon. Elle s'est retrouv6e seule, perdue au milieu de
tous ces tissus d'ameublement. Que faire ? Surtout ne pas
sombrer dans le d6sespoir. C'est ainsi done qu'elle s'est mise,
comme par hasard, a manier ces tissus, petit a petit a les
transformer en ces magnifiques objets qui ont pour fonction


respects.
Aujourd'hui, si vous montez sur le site de Diane von
Furstenberg, vous verrez tous ces sacs a main made in Haiti,
accessoires indispensables des modules de Diane dont
raffolent les femmes.
Haiti est donc a l'honneur et comment!

Prix trop l1ev6s ...
Foires a gogo, avons-nous choisi comme titre. Oui,
mais sur une trop petite 6chelle et cela chaque annee, plusieurs
fois meme par an. La production est 1I. Mais elle attend encore
des investissements pour mettre Haiti tout au haut de
l'Artisanat carib6en. M6me si nous savons que beaucoup de
ces iles empruntent notre artisanat et le font passer comme le
leur, tandis que nous-memes restons 6temellement a l'6chelon
artisanal. Les bijoux, les chemises de nuit, les robes produites,
les articles en c6ramique, les lampes exposes au Montana
sont de v6ritables ceuvres d'art. On admire, on achete un peu,
trop peu. Ce n'est toujours pas le grand d6collage esp6r6 a
chaque nouvelle foire.
Mettre l'accent sur la production nationale, la
d6velopper, c'est aussi s'int6resser au quotidien de ces
femmes qui aimeraient bien faire de leur art un moyen de
subsistance et en vivre a plein temps.
Finalement, pourquoi ces prix tellement 6lev6s ?
Partout ailleurs une foire est l'occasion de trouver des produits
a meilleur march. On a l'impression que chez nous, c'est le
contraire, les prix sont plut6t majors. Cela aussi d6courage
les acheteurs E.E


HAITI HEBERGE LACEREMONIE D'OUVERTURE

DU MEMORIAL INTERNATIONAL SIDAALA CHANDELLE 2009:

SI Les evenements mondiaux debutent


avec l'annonce d'une campagne nationale

de depistage au VIH en Ha'iti
PORT-AU-PRINCE, HAITI La mobilisationcommunautaire sur le VIH,
c6r6monie d'ouverture du Memorial SIDA a la Haiti a &t6 choisie comme le pays h6t
Chandelle a t6 tenue ce soir en Haiti, lanqant c6r6monie d'ouverture a cause des
ainsi plus d'unmillierd'activit6s du memorial signes de progrbs qu'elle a r6alis6s d
a travers plus de 100 pays faisant partie de ce rdponse au VIH/SIDA. L'6evneme
plus grand et plus ancien 6venement de (MEMORIAL


/SIDA.
e de la
r6cents
plans sa
ent est
/ll. 11)


Lancement cette annee a Milot (en Haiti) du Memorial Sida (photo JJAugustin)


Page 8





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 18


h !.. o.ur%... d'.u-n, Em .
datnc lebr a inanI dor

















k *.w r t#0 t to tI. ...
....... I


............,,,.aa~* .i i



..... p. Syndicated Content








Available from Commercial News Providers"a









haitien -oP 1b Tah Parisun L ) T
i i1ii ii i i9i i8
7152,85 %ii05,937.18-

718.575.574,9i.05.935.


L'Ambassade de la R6publique
d'Haiti en France a organism dans la soiree du
lundi 18 mai 2009 a 18 heures 30 (salle des
fetes de la Mairie du 17ieme Paris) une
conf6rence-d6bat a l'occasion du 206eme
anniversaire de la creation du premier drapeau
haitien.
Plus de 200 personnes, dont le
directeur adjoint de l'Unesco, des diplomates
africains, sud americains y ont particip6.


Aprbs les mots de bienvenue de
madame Marie Guerlyne JANVIER, Conseiller
pres de l'Ambassade d'Haiti en France,
madame Brigitte Kuster, Maire du 17eme
arrondissement, a pris la parole pour retracer
en des termes 6logieux le processus historique
qui a conduit a la creation de notre drapeau
haitien : "en tant que symbole d'un nouveau
chapitre de votre histoire nationale, votre
(DRAPEAU/p. 11)


E mi:h itiroprelxin* yaho Im / II anI ntanit'r(*tl' I I


Page 9





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 18


lsI as wmelt s-* atossat** S
IU, Wirtle k~llowra


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Discours du Premier ministre

a l'ouverture des travaux

de la Commission mixte
Chancellerie, le 21 mai 2009

Mesdames, Messieurs les Ministres,
Messieurs les Directeurs G&n6raux,
Mesdames, Messieurs,

Je ne saurais proc6der ce matin h l'ouverture des travaux de la premiere reunion de la
Partie Haitienne de la Commission Mixte Haitiano-Dominicaine sans 6voquer d'entrde dejeu
les problkmes qui se posent depuis quelques semaines de part et d'autre de la frontibre et qui
m6ritent une attention particulibre.
S'il est vrai que le r6le de la Commission Mixte est de prendre en compte les questions
d'Etat entre les deux pays qui se partagent l'ile et de les porter un niveau de dialogue et de
comprehension r6ciproque, les
6v6nements r6cents demeurent
encore l'expression de
sentiments complexes et des
comportements qui en d6coulent,
qui ont marque et marquent
encore les relations entre les 2
pays.
Les agressions
r6p6t6es, les assassinats
gratuits, les harc6lements, les
rapatriements intempestifs, les
incidents frontaliers dont sont
victimes nos concitoyens et
concitoyennes interpellent notre
conscience et questionnent notre
humanity. Cela n'a que trop dur6.
C'est pourquoij'ai le ferme espoir Le PMMichdle Pierre-Louis ouvrant les travaux
qu'en abordant avec s6r&nit4 les de la Partie haftienne de la commission mixte
multiples aspects de nos en compagnie du chancelier Alrich Nicolas
relations avec nos voisins qui (photo Georges Dupd)
seront traits au sein de la partie haitienne de la Commission Mixte, et en souhaitant que la
partie dominicaine en fasse autant, nous pourrons ensemble assainir le climat et nous engager
dans un nouveau paradigme de cooperation.
Sachant queje devais proc6der au lancement des travaux de la Partie Haitienne, mon
int6rat pour l'histoire m'a port6e h revisiter le Dr. Jean Price-Mars qui dans son importante
6tude << La Republique d'Haiti et la Republique Dominicaine- Les aspects divers d'un problem
d'histoire, de geographie et d'ethnologie >>~ avait fait le constat suivant : << Dans la diffJrence
des origines dimographiques de 1 'une et 1 'autre colonie diffrence de degrds et non d'espkces
est incluse l'une des donndes essentielles du problkme dont se coloreront les relations
haitiano-dominicaines quand dans la gendse des sidcles naitront plus tard les deux entitis
nationales qui se partageront la domination des terres dont jadis s'enorgueillirent les
Couronnes d'Espagne et de France. >>
Et plus loin:
< L 'Histoire dira la cruautW des ldkments humains dans le brassage des contacts
multiskculaires malgrd les reniements de style que ddmentent le miroir brisd des amalgames
somatiques, la bigarrure indifinie des nuances et l'instabilitW dkconcertante des formes.
(DISCOURS/ p. 13)


AVIS DE RECOUVREMENT

La Direction des Operations de a Carte de Cr&dit de la
BNC invite les personnes dont les no s suivent a bien
vouloir contacter dans les meilleurs dilais son service
de recouvrement pour affaires les concernant.


* P O NWM NWIF
1 ALEXANDRE A)55N M31-O07915-I
$ 1 L11
2 RON 0E03 4944-S464
I ROGER ALTRI 003-211-979-7
4 VIGEINI AAAZAN DA3-322-35-m
5 ERIC ANTOINE 34792.5-35
5 MARCO ANTDIINE 0 0)41-3534
7 CASTRO A~E 0044D-01-1
B MARIE RdLOENCE ARNITE 34W-974
9 JACQUES CAUilU AR .N _M_-859__-7_
i MO NA 1KM APCN 003-194-193-
11 ANTONY J. C, AUGUSTE M3-056574
12 LENZ AUGUU5TE 00-8;9752-8
13 MARE LODES ALIGSTt 00 -116-576-7
14 VES AUGUST! Z34-1A5 -
15 GERARD AiUGtIN 03-497-192-9
165 J MARIE GRE(ORY BAUDIN M14-532-2
17 EMMANUEL __IME___3_-__73_-2
il -E F. bBERFLEUR 003-72-396-5
19 FRANTZ PIEW BEAER I 044159I624
20 GU V__OA______ 005485-016-3
21 GEP" IAD 0-U6-7
22 M. MISCHNA RTRAND 003-364-960-4
23 MAARGRETTE I IAMY 03-45-2M-5
24 HEGUNALD IAMUY 003-557-63"4
25 PIERRE ANDRE BIKN4ME 003D76-475-1
26 JEAN MARIE RICHARD _IE 1-i7-75Z-7
17 FRANTZ MlANC II0-316"-3-4
25 RALPH BLANCARD 0034A19-48304
29 FRANTZ BWINARE FI.S 003-451-903-6
30 LUCH bWZm. 003-713-8184
31 MARIE GENA BOUQUET -003447-6-3
32 JEAN MURA ill5 i3-N39-6-6
33 MEICEL It BmUTS 003421-477-7
34 RE*GNE BRUTU5 I03-8214794
35 EDDY IfR M003-075-13D-7
054=0491S
36 MATRA CADET
I FASS HAN 13272
37 p1A~ ur CA1JTE 003-545-144-6
35 MARIE4IELEW CALVIN 03-315-34
39 JC*ImNY CEAR am"SU-5-ZT7-6
40 JEAN HEM CETHOUTE U M :IP:AC577M

41, X0ELN CRAUT Pass:6250102


43 EVELYNE BRUTUW CHAL___ 00-298-557-0
44 MARGARETTE CHARLES 0 4-136-333-2
451 JLAN MDWAY CARLYLE CiAM.E5 _005__2_7
46 INGRID WOOLEY QC3ERIJ OQW-1-995-7
47 EMMANUEL MC GECGOR CHE M003-169-261-2
A5 fit.C

LimcowHpi viwwwbmwim.cm
r i C II5

~ ~ n -c-

Litrc N~t ;


Page 10


LA CARTE


BN


4 IS Mg V gftg as


vww bfcotinecom





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 18


pr6eparepfaeearlnn[rand
Chef4
* Le[Sautdu Barril Telephones [[566-5361
* LePalaisilefudre 401-7108 l514-0304
SDartiguenavelalAnsel lemanoloinn@mac.com
Veau
* La etiteLEgliselie[Petit Internetdisponible
Trou [iatan tp e la u [u 7mele
siecle... pour les c .ents


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, ous qul t vez dun venr melleur pour vos enfants,
conIes au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 200B209
PROGWPIMES

LICENCE EN:
U arlinIV 4B..
&dencCsCopleatis :4ene
Geatl onis m :4.me
Sdencesl Inoabelque : 4 e
Markeng Maineme :2lne
Secritrldal reulue :2 nm
Gaelo-Finene-MAbe ; 1 leno 2ea
Complbi knOne ; 1 on
AslenceM Amln*ee 1 an
Infma~tucyslwl ;60 ure2aun
IT Ee"le( CISC) ;70 twu

MP.uD*w 30
Tels4 51 A1.8, 3 7*20,f 2 282M



KJ ADVERTISING

SERVICES

P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

www. cfdeh aiti. com
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


SANTE

Les evenements mondiaux debutent avec P'annonce

d'une campagne nationale de depistage au VIH en Haiti


(MEMORIAL... suite de la page 8)
conjointement organism par le Global Health Council et les
Promoteurs Objectif Z6ro Sida (POZ), une organisation non-
gouvernementale qui offre des services de prevention et de
conseils a travers le pays.
Comme part de cette commemoration, le Pr6sident
Rend Garcia Pr6val et le Premier Ministre Michble Duvivier
Pierre-Louis ont encourage les Haitiens a connaitre leur statut
VIH et ont renouveld l'engagement du gouvernement a
combattre le VIH/SIDA au cours d'une initiative de six mois
visant a accroitre le test du d6pistage au VIH/SIDA dans le
pays. Le Abbott Fund, fondation philanthropique de la
compagnie globale de soins de sante Abbott, a support ce
programme en offrant 500,000 kits de tests de d6pistage au
VIH. L'initiative du test du d6pistage est un partenariat de
cooperation entre le gouvernement haitien, le gouvernement
am6ricain, le Abbott Fund et des organisations locales qui
travaillent chaquejour pour stopper le VIH/SIUDA en Haiti.
"Nous pouvons constater les r6sultats pour la sante
du peuple haitien quand tous les partenaires- gouvernement,
organisations non-gouvernementales, organisations
confessionnelles, et le secteur des affaires travaillent
ensemble pour une meilleure utilisation des ressources," a
d6clare le Dr. Myrna Eustache, Directeur par Interim de POZ.
"C'est un grand honneur pour POZ d'etre le co-organisateur
du lancement des programmes internationaux du Memorial
SIDA a la Chandelle en Haiti et de voir que notre pays est


reconnu a travers le monde pour le travail positif qui est entrain
d'etre fait pour stopper le VIH/SIDA."
"La priority du VIH/SIDA en Haiti demeure trbs
importante pour le Gouvernement des Etats-Unis et est un
pilier de base de l'Initiative Globale de Sante du Pr6sident
Obama," a d6clar6 l'ambassadeur amdricain en Haiti Janet A.
Sanderson. "Tout en ayant en m6moire et dans nos pribres
ceux que nous avons perdus, c6l6brons aussi nos victories et
nos partenaires haitiens et les centaines de h6ros inconnus
qui honorent la m6moire des disparus du SIDA en combattant
le VIH/SIDA sur le terrain ici en Haiti. Ils travaillent sans relche
pour enseigner la prevention, d'ameliorer la quality de vie de
ceux qui vivent avec le virus et de combattre la discrimination
contre les personnes qui vivent avec le VIH/SIDA."
Etant dans le temps le pays le plus frapp6 par le
SIDA dans l'h6misphere occidental, Haiti a montr6 des signes
de progrbs au cours des r6centes anndes, ramenant la
prevalence du VIH a la baisse comme un r6sultat de
l'accroissement du partenariat et de la prevention. PrMs de
120,000 Haitiens vivent avec le VIH/SIDA aujourd'hui, et la
prevalence est 2.2 pour cent au niveau des adultes, selon les
statistiques de 1'ONUSIDA. Tout en ayant des signes de
relAchement de la pand6mie du SIDA, la pauvret6 et les
d6sastres naturels ont ralenti les progrbs et le traitement de la
maladie en Haiti.
"Identifiant les personnes qui vivent avec le VIH est
la premiere tape pour leur procurer le traitement et les aider a


prendre des precautions pour pr6venir la transmission", a
declare Katherine F. Pickus, Vice-Pr6sident de Abbott Fund.
"Nous avons particip6, nous savons que ceci peut avoir un
impact ici. Nous sommes trbs fiers de prendre part a cet effort".
La c6r6monie d'ouverture du Memorial SIDA a la
Chandelle a Sans Souci, sur les mines du palais historique du
roi r6volutionnaire haitien Henri Christophe, prbs de la ville
du Cap-Haitien, oid des leaders et des groupes de sante ont
&t6 rejoints par des repr6sentants des organisations
internationales en souvenir des disparus du SIDA, et pour
faire le plaidoyer pour de nouveaux programmes et politiques
et aussi c6l1brer le courage des Haitiens qui vivent avec cette
maladie. Les activities ont commence a 4:00 p.m. par une marche
de milliers d'Haitiens et qui a culminer avec l'allumage officiel
de la "chandble qui illumine le monde".

Pour plus d'informations sur le Memorial
International SIDA d la Chandele, un programmed Global
Health Council, visitez le www.candlelightmemorial.org. La
Fondation Ford et le Abbott Fund sont les principaux
supporteurs du Memorial.
Le Global Health Council est la plus ancienne
alliance didide a sauver les vies en amdliorant la sant a
travers le monde. Le Council sert et represent des
organisations et des professionnels de santo travaillant dans
plus 100 pays. www.globalhealth.org


Haiti-France : Le drapeau haitien celebre a Paris


(... suite de la page 9)
drapeau est devenu un symbole de l'unit6 nationale sans
laquelle aucun peuple ne peut grandir en force et en
determination."
En f6vrier 1803, il y a 206 ans, a la Petite Rivibre de
l'Artibonite, Jean Jacques Dessalines, le chef des insurg6s
noirs et Alexandre PNtion, le leader des mulhtres, d6cident de
ne plus combattre aux c6t6s des franqais.
Monsieur Fritzner GASPARD, Charg6 d'Affaires a.i.,
a mis l'accent sur le sens que les autorit6s haitiennes ont
donn6 cette annde a la c6l6bration du 206eme anniversaire de
la creation de notre drapeau : < cette annde les autorit6s
haitiennes placent la c6dlbration du 18 Mai 2009 sous le signe
du dialogue et de la solidarity. Dialogue comme mdcanisme de
r6soudre les conflits. En mettant l'accent sur le dialogue, les
autorit6s veulent envoyer un message clair a tous les acteurs


concerns et impliqu6s dans la lutte pour le d6veloppement, a
savoir que le dialogue est l'unique voie qui permette de
r6soudre les conflits sociaux politiques et 6conomiques dans
une socit >>.
La solidarity, selonle Charg6 d'Affaires, correspond
bien a notre devise : l'union fait la force." Il ne peut y avoir de
solution globale aux problkmes globaux auxquels le pays fait
face sans cette grande chaine de solidarity." Ilaconcluen ces
termes : Pour relever les d6fis, nous sommes obliges, au-dela
de nos differences lies a notre couleur de peau, nos richesse,
nos positions politiques et iddologiques, de r6aliser cette
grande chaine de solidarity, permettant au pays de prendre de
faqon durable la voie du d6veloppement.
Docteur Daniel Talleyrand, mod6rateur de cette
conference, n'a pas manqu6 de faire une mise en contexte de
l'histoire de notre drapeau. Le professeur Marcel Bonaparte


Auguste, co-auteur d'un catalogue sur l'histoire du drapeau,
a mis en relief le processus historique qui a conduit a sa
fondation. Par ailleurs dans des rappels historiques 6tay6s
par des sources document6es, il a su expliquer la genese de
notre drapeau. II a aussi expliqu6 le contexte dans lequel
Francois Duvalier a adopt le bicolore noir et rouge. II a termind
pour dire << peu importe les couleurs du drapeau, l'essentiel,
c'est qu'un pays doit poss6der un pavillon qui est connu et
respect au niveau international >>.
En outre son collkgue de l'universit6 Paris VIII, le
professeur Marcel Dorigny, est intervenu pour mettre en
parallble la creation du drapeau a l'Archaie en 1806 et la
question de couleurs dans la lutte pour l'6mancipation des
esclaves a Saint Domingue.


Page 11





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 18


o II est evident que 1 'tre humain n 'a pas
toujours recours a l'utilisation de contre-
exemplespourjustifier ou infirmer ses conjectures,
ses convictions et cela se trouve a la base des erreurs
commises et des croyances les plus absurdes.
Gendralement, si nous avons une explication pour
un phenomene determine, nous ressentons une Mnorme
satisfaction et nous nous sentons confortis par les donnees
en accord avec notre interpretation et, chers amis, cela peut
avoir de graves consequences dans certaines situations >

Carlos Santamaria,
Introduction au raisonnement humain

Chers amis lecteurs, comme vous le savez, je suis
toujours pr6t a reconnaitre mes erreurs et a assumer mes d6fauts
tout en maintenant la t6te bien haute. Dignity a l'haitienne
oblige Je reconnais donc, haut et fort, mon sens de
l'opportunit6, bien queje ne sois pas du genre << Ote-toi queje
m'y mette >. Je me rends compte qu'enprenant de l'age, j'ai
appris a d6velopper le sens de l'ooportunit6. Je saisis
maintenant les occasions au vol. Je suis certain que si tu as un
voisin il faut absolument savoir ce qu'il pense, comment il
agit, ce qu'il a en t6te, quelles sont ses pulsions, et comment il
raisonne ou d6raisonne et m6me sa faqon de << rsonner >. Vu
ce qui se passe dans les << hautes spheres >, je me suis mis a
l'apprentissage pouss6 de la langue espagnole. Avant, c'6tait
Troncoso, le << je-suis-partout-ofi-on-parle-d'Haiti-pour-dire-
ce-que-je-pense-et-en-tirer-un-profit-personnel-politique-ou-
6conomique-a-cause-de-mes-int6r6ts-dans-l'industrie-
sucrire. >>
Cet << ami d'Haiti > (avec de pareils amis, personne
n'a besoin d'ennemis), avait r6ellement une envie folle de
<< foutre Haiti en l'air >>. Mais !!! tout en maintenant la normality
dans les relations. Protocole oblige On ne l'entend plus
maintenant. I1 ne parle plus. II a sfirement d6jh fait son travail.
Il en sera gratifi6, j'espbre. Maintenant, celui qui demande a
faire rentrer Haiti dans le grand cercle de << l'Ibroam6ricanit >>,
c'est le Pr6sident dominicain, < el licenciado Leonel
Fernmndez >. Lors de sa dernibre visite a Madrid, oi il a 6t6
bien requ, par sa Majest6 le Roi Juan Carlos et par le Pr6sident
Zapatero, il en a profit pour r6clamer la fin de l'isolement
d'Haiti. II a r6clam6 reparation pour le tort qui a 6t6 fait a ce
pays, a cause du traitement injuste dont il est victime. Haiti,


)eformation
d'aprls lui, doit 6tre membre de plein droit de la << grande famille
ib6roam6ricaine >, qui, bient6t sera le < Monde Ib6rique >>.
Je n'ai pu m'emp6cher de penser a un certain
Ambassadeur, espagnol, avec lequel j'avais eu un << change
de point de vue assez chaud >, a Port-au-Prince, cela fait
quelques ann6es. Cet Ambassadeur, dont j'ai vite fait pour
oublier et le nom et les autres traits caract6ristiques, et qui fort
heureusement n'est plus en Haiti, avait dit, en ma presence,
que les liens culturels entre son pays et les pays de l'Am6rique
Latine ne seraientjamais les m6mes que ceux qui pourraient
exister dans le cas d'Haiti. Pour l'Am6rique Latine, disait-il,
c'6tait << fleur de peau >, cela se situait au niveau intime (je
n'osai pas demander a quel degr6). II avait du mal a voir de
cette faqon les relations entre son pays et Haiti, qu'elles fussent
culturelles, polititiques ou 6conomiques. Ne voulant pas
interpreter de faqon malencontreuse la r6flexion de
l'Ambassadeur auquel je voulais r6pondre grossibrement,
j'optai pour la solution diplomatique en lui disant simplement
que sa r6flexion me permettait de mieux comprendre
l'importance des relations asiatico-espagnoles en g6n6ral et
des relations sino-espagnoles en particulier.
Un silence lourd, que l'on aurait pu trancher au
couteau, pesa sur la r6unionjusqu'h mon depart, un petit peu
forc6. Je m'en allai, avec un petit sourire malfaisant entre les
lvres.
Chers amis, ne vous m6prenez pas sur le sens de
cette anecdote. Je crois, moi aussi, que Haiti doit faire partie
de l'Am6rique Latine. Je l'ai manifesto h plusieurs reprises. En
plus, Haiti a toujours fait partie de cette Am6rique. Nous,
Haitiens, nous avons lutt6 pour cela. Nous avons contribu6 a
faire de l'Am6rique ce qu'elle est maintenant. Nous avons
lutt6 pour faire du monde ce qu'il est aujourd'hui. Maintenant
c'est a nous de le revendiquer, avec nos propres armes, mais
aucunement << grace aux autres >. Il nous faut un nouvel 61an
de << l'Am6ricanisme > d6passant les clivages anciens et
facilitant la solidarity entre les peuples habitant le continent,
d6passant les conflits identitaires, id6ologiques, 6conomiques,
sociaux. Nous avons done un travail 6norme a faire car cela
commence de notre c6t6. Chez nous d'abord. Entre nous.
De toutes faqons, moi, pour montrer ma bonne
predisposition, a faciliter les relations avec nos voisins, et, a


S nous int6grer dans cette famille latinoam6ricaine,
Sj'ai commence avec l'espagnol. J'ai commence avec
la lecture de ce livre duquelje vous offre cet extrait
qui m'a servi de citation de la semaine et queje vous reproduis
dans sa version originale : < Es evidente que los seres humanos
no siempre buscamos contraejemplos para nuestras
inferencias y convicciones, y esto estd en la base de muchos
errores y tozudas creencias. Generalmente, si tenemos una
explicaci6n para un determinado fen6meno nos
encontraremos satisfechos con los datos que concuerdan con
nuestra interpretaci6n, y esto puede tener consecuencias
graves en algunas situaciones. (Carlos Santamaria,
Introducci6n al razonamiento humano). >
Nous avons d'abord chez nous nos propres conflits
a r6soudre, en commenqant par ceux de la langue. J'ai du mal
a comprendre le d6bat soulev6 par rapport a la faqon d'utiliser
la langue franqaise par un Haitien. Les reactions a l'interview
de l'artiste Shaba m'ont permis d'appr6cier << l'tat mental
collectif >. Je n'ai pas pu comprendre pourquoi le < parler > de
Shabba, son << parler neg lakay>>, ait pu faire << rougir > de la
sorte, ou pour mieux dire << bleuir>> de la sorte autant
d'Haitiens, << natif-natal >>. Je n'ai pu m'emp6cher d'aller lire
l'interview. Ma visite sur le site de HPN (dans la section
entretiens), pour prendre connaissance du contenu de
l'interview, n'a fait que confirmer, d'apres mon point de vue,
l'infirmit6 mentale de grande partie de notre << soi-disant>>
population << alphab6tis6e >>, << lettr6e >>, << cultiv6e >>.
Chers amis, quoique l'on dise, quoiqu'on fasse, on a
du mal a d6passer la phase conflictuelle < Affranchis, Sang-
m616, Esclaves, NMg Bossale, Colon, Petit blanc ou Blanc-
Manant (j'aime ce mot.Vous vous souvenez du < blan manan
kass6 kod nanbatiman >) >. Il est dur a disparaitre le complexe
du << petit negre > VoilW la pire deformation collective. Un lest
duquel il faudra s'en d6barrasser. Nous devons done
commencer a travailler pour essayer d'enrayer ce mal qui nous
emp6che de faire changer ce pays. Peut-6tre changer de
langues, en adopter d'autres, comme l'espagnol par exemple,
pourrait nous faciliter la tiche. Agissons vite avant que le
nouvel 6missaire, choisi pour Haiti par les << instances de
tutelle >, ne decide de nous obliger a utiliser la langue
autrement.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Mai 2009


&I h140%i*m

I1| tt tag| ss tie oB 0000 a


S"Copyrighted Material



Syndicated Content



Available from Commercial News Providers"


I H l mi


M IAMI-DADE


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.
Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
dciYcriU Ecc11tccc Every cyg


Page 12


AVI ELEKSYON
Asanble Setifikasyon Vot Konte Miami-Dade lan pral reyini nan Biwo Sipevize
Eleksyon an ki nan 2700 N.W. 87 Avenue, Miami, Florid. Asanble SBtifikasyon V6t
lan ap reyini nan dat kap swiv yo pou dirije Eleksyon Espesyal Cutler Bay, Doral,
Miami Gardens, Miami Lakes ak Palmetto Bay yo ki pral fet 25 jen 2009.
DAT/LE AKTIVITE
Mekredi, 3/6/09 1. Tes Lojik ak Presizyon sistem eskane optik lan ki
10:00 a.m. pral sevi pou bilten v6t sou papye yo
Vandredi, 19/6/09 1. Tes Lojik ak Presizyon sistem eskane optik anvan
10:00 a.m. jiska kont pou bilten v6t sou papye yo
Vandredi, 26/6/09 2. Pwosesis ak ouveti bilten v6t yo (depi li nesese)
3. Diplikata bilten v6t (depi li nesese)
Madi, 23/6/09 1. Sktifikasyon bilten v6t yo ki sipozeman pa valid
Setifikasyon: (depi li nesese)
2:00 p.m.
Jedi, 25/6/09 1. Komanse etale rezilta yo sou tablo
7:00 p.m. 2. Rezilta ki pa ofisyvl yo
Vandredi, 26/6/09 1. Sktifikasyon bilten v6t yo ki sipozeman pa valid
Setifikasyon: 2. Fini etale rezilta yo sou tablo
10:00 .m. jiska 3. Setifikasyon Rezilta Ofisyvl yo pa Asanble
finisyon Setifikasyon V6t Konte an
4. Tes Lojik ak Presizyon sou sistem eskane optik
apre kont bilten v6t sou papye yo
5. Seleksyon biwo v6t ak konkou/kestyon pou odit
manyel apre eleksyon
Madi, 30/6/09 1. Pwosesis odit deklanche jiska finisyon (pwograme
10:00 a.m. jiska depi li nesese)
finisyon
Tout reyinyon sa yo ap ouve a piblik la. Pou yon entepret an siy pou moun soud
oswa ankenn 16t aranjman tanpri rele 305-499-8405 omwens senk jou davans.
Dapre Seksyon 286.0105, Lwa Florid yo, yon moun ki ale an apel pou nenp6t
desizyon Asanble SBtifikasyon an te pran sou yon sijB diskite nan yon reyinyon, pral
bezwen yon anrejistreman pwosedi an, ki vie di se pou moun sa a asire li ke
anrejistreman pwosedi yo fet mo pa mo.
Lester Sola
MIAMWDWl Sipevis6 Eleksyon
/i- Konte Miami-Dade


*00RRRHMH


I ""riiiii ons k I tk-%..^^^


.....


F





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 18


Cite Soleil : Une fusillade fait 3 morts


21 mai Cite Soleil.-Une fusillade a te enregistrde
vers 9 heures du soir le 21 mai dans un quartier de Cite Soleil,
plus pr6cis6ment a "Carrefour Vincent", non loin de "Circuit
d'Hafti". Trois hommes ont &te retrouv6s morts, atteints
chacun de plusieurs projectiles. Leur v6hicule a &t6 attaqu6
par des individus non identifies.
La police n'a pas pu fournir d'explications immn diates
sur ce qui parait 6tre un triple assassinat. Les policiers bases a
Cit6 Soleil presents sur les lieux n'ont pas cach6 leur


preoccupation face a une recrudescence des actes de
banditisme dans cette commune. Des v6hicules de victimes
d'enlevement y sont retrouv6s, des plaies par balles,
assassinates ... sont en nette augmentation.
Selon des t6moins, il s'agirait d'une tentative
d'enlevement. Le conducteur du v6hicule aurait tent6 de
prendre la fuite quand les ravisseurs ont ouvert le feu, criblant
le v6hicule de balles. Le conducteur, identifi6 au nom de Jean
Mirard, Ag6 de 47 ans, et un passager non identified, assis a


Page 13


l'arribre, ont Wte retrouv6s morts sur leur siege. Un autre
individu identifi6 au nom de Germain G6rard, 35 ans, a Wte
retrouv6 sur la chauss6e. I1 6tait, semble-t-il, assis sur le siege
a c6t6 du chauffeur. II aurait tent6 de prendre la fuite a pied
quand il a &te rattrap6 et tu6 lui aussi.
Des units de la police et de la Minustah se sont
rendus sur les lieux pour prelever les indices qui permettraient
de comprendre les circonstances de ce drame.
alertehaiti. ht


4 k ti s : %





"Copyrighted Material


,. Syn... Syndicated Content -en,



Available from Commercial News Providers"


Nouvelle rafle d'Haitiens en Rep. Dominicaine
23 mai 2009 Plusieurs compatriotes ont &te arret6s commercial de Duarte sur l'Avenido de Mexico.
ce samedi 23 mai en R6publique dominicaine pour 6tre refoul6s Parmi les Haitiens arret6s pour 6tre expuls6s du
en Haiti, a-t-on appris d'une source digne de foi. territoire dominicain se trouvent des 6tudiants et des
Plusieurs Haitiens se sont fait embarquer ce samedi Dominicains a la peau noire, indique notre source se trouvant
par la police Dominicaine lors d'une rafle dans le quartier sur place.


00W AM IJ1 40f O.'


$0n in S S11a I'#,1 %


Discours du Premier Ministre Michele Pierre-Louis


(... suite de la page 10)
... Dans le processus des evenements apparaitra en
derniere analyse, le spectre grimagant d'une perspective de
destruction de l'une ou l'autre nationalitW par l'une ou
I'autre communautW dans la fascination des doctrines de
superioritW de races, de classes ou de culture. >
C'6tait en 1953. Le Dr. Price-Mars avait laiss6 son
poste a la Direction du Ministere des Relations Ext6rieures de
l'6poque en 1946, pour aller inaugurer la nouvelle Mission
haitienne transformed enAmbassade Extraordinaire a Ciudad
Trujillo. I1 resta deux ans a la tate de cette Mission et c'est au
cours de ce scjour qu'il commenca a amasser les documents
qui lui serviront plus tard a crire son livre. Ses constats sont
sans appel, mais ils restent li6s a un moment historique pr6cis.
Aujourd'hui, 56 plus tard oni en sommes-nous ?
Faut-il rappeler que les relations avec la Republique
Dominicaine sont parmi les plus anciennes de l'histoire
diplomatique d'Haiti ? Et malgr6 les soubresauts qui la
caract6risent et les traces douloureuses laiss6es par l'histoire
dont Price-Mars nous rappelle l'origine, un certain nombre
d'accords r6cents ont &te des tentatives de rapprochement et
de cooperation.
Rappelons en passant l'Accord de cooperation sign
entre les 2 Etats en mai 1979 et plus r6cemment encore la
decision prise par les Presidents Preval et Balaguer de crier en
1996 la Commission Mixte Haitiano-Dominicaine comme
instrument susceptible d'instituer le dialogue et le respect
mutuel dans les relations de cooperation. Cette commission a
tenu 4 reunions altemativement a Santo Domingo et a Port-
au-Prince et 10 themes d'int6ret r6ciproque ont &t6 abord6s
parmi lesquels le commerce et l'investissement, la s6curit6, le
tourisme et bien stir les questions migratoires et frontalibres.
La dernibre session s'est tenue en octobre 1999 a
Santo Domingo, et depuis les consultations
intergouvemementales ont &t6 suspendues.
Je salue done l'initiative du President Preval de
relancer les travaux de la Commission Mixte que nous
inaugurons aujourd'hui, etje me r6jouis de la composition de
la partie haitienne qui rassemble, aux c6t6s des Ministres et
hauts fonctionnaires de l'Etat, des repr6sentants du secteur
priv6, de la soci&te civile et du secteur syndical.
Je proposerais, en accord avec le Ministre des Affaires
Etrangeres et tous les membres de la Partie Haitienne, que nos
travaux commencent par faire le bilan de la cooperation
haitiano-dominicaine dans ses aspects prot6iformes, et de
d6finir par la suite un plan, un calendrier et des modalit6s de
travail pour les mois a venir que nous proposerons a la Partie
Dominicaine, en tenant compte des preoccupations de l'heure.


Je souhaite que nous parvenions a d6passer les
pronostics pessimistes du Dr. Price-Mars et que les deux Etats,
au plus haut niveau, montrent que l'entente qui existe
actuellement entre les deux chefs d'Etat se r6pande dans les
deux societes, effacant les scories qui habitent encore un
certain imaginaire impr6gn6 de barbaries coloniales.
Je cite souvent le President Mandela que j'ai 6cout6
dire unjour alors queje visitais l'Afrique du Sud en 1996, <<
nous n 'avons pas le droit d'oublier le passe, mais nous avons
le devoir de le transcender.
I1 nous faut lever le d6bat et aborder avec s6rieux,


dans le respect mutuel, les problkmes auxquels font face les
deux Etats dans leurs relations de part et d'autre de 'ile, de
manibre a relever les d6fis et a d6finir un avenir meilleur et
harmonieux pour les deux peuples.
Bon travail.
Merci.
Michble Duvivier Pierre-Louis
Premiere Ministre


t *


8 77 2 IrOiE 2 &-m Amvenr Lc "l Ue
TT1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN FOUR TOUVTS LES OCCASIONS.
- Rdception de paeent pour Belt South, Ff GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY ec.,etc.,,,
- Connection Mldphonique chez vous...

Ouvert
6 Joursu


semaine:
8h30 am
a
7b30 pm

Puafums
'U(' lul & J .. ....
SSouiermrs ct S -rNsa".
S'PrUdiltS p ur I[ auui~nc ('W (upz Rwcinr. ivikquc,

Ta aux V o's iiticnl, AunIrainai. L iarnuttair. orins
MinieygrrMn Ilridul lde tIeuht





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 18


IG IL A C E S

K L Z/o)V Z N Q N D/ B R W M P
VT 1DUE/I O0 /) IP J O V B J R
U W INQ H I Ar H R E A T I S
V/T/PC J/N J U/N S J D E E P M
<9H O SxN A TNS DO M I N G O) B
M C(YG V Y U TXTA A / F B N A E V C H P
(MIAD RID A N N T A I S L
F B LIRC C 0E S J N H G V G
N H E C O AAlA I TU 0 A A A o0
XSY lZCP LMNCAM_ LL Q o
B F S V E V P U X
V R/R P X C ALON I U, GA M L
J/V A E N D V HA\A\S U X G
C R LM Z T0 T Q C\PG\A K H
V L O S I (B R G M A L A B\O) N K
Asuncion Bogota Buenos Aires Caracas Guatemala City
La Havane La Paz Lima Madrid Malabo Managua
Mexico City Montevideo Panama City Quito San Jose
San Juan San Salvador Santiago Santo Domingo Tegucigalpa


Allez de CREMAS A GLACES, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Pays dont I'arm6e combat des tigres -
2. Type de colonnes grecques -
3. Vin produit par un terroir d6termin6 -
Lettre grecque 4. Pr6nai -Actinium -
5. Favoris6 6. Plante decorative du br6sil -
7. Puissance 6ternelle Pronom -
8. Install6es Ancien.


VERTICAL
1. Traces laiss6es sur la surface de I'eau -
2. Lettre grecque R6gle 3. Couvons -
4. Recitera 5. En becs d'aigles 6. Pur Pr6position -
7. Maladie de I'oeil 8. Marginaux.


Solutions de la
semaine passe:
GENAUS
GENOIS
GEN 0ONS
GE RON S
GARONS
TARON S
TI RON S


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

M L

CS M

H A


Solutions de la semaine passe


CRAINTE


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

1Oh-Midi Le disque de lAuditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart
7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t faaetae t ewe S#tec et0 /1


E n B ref. ..(...suitedelapage2)
La partie haitienne de la commission mixte haitiano-dominicaine a organism lejeudi 1 mai au
ministere des Affaires 6trangeres un atelier de travail, dans le but de chercher a rendre
fonctionnelle ladite commission.
La principale tiche de cette commission mixte est d'effectuer r6gulibrement des contr6les en
vue de d6celer les failles (s'il y en a) dans l'application des accords signs entre des deux
pays et faire ensuite des recommandations aux autorit6s haitiennes et dominicaines.
Le premier ministre haitien Michele Pierre Louis qui preside la branche haitienne a fait part
de la volont6 de son gouvemement d'ceuvrer a la resolution du problkme migratoire entre
Haiti et la rdpublique dominicaine.
Les r6cents actes de violence, les rapatriements intempestifs dont sont victimes les
ressortissants haitiens en R6publique dominicaine interpellent notre conscience et
questionne notre humanity, a dit Mme Pierre Louis.
Des mesures urgentes et concretes devront 6tre adoptdes, a-t-elle dit, en vue du
renforcement de la cooperation entre les deux 6tats notamment dans les domaines du
commerce, de l'agriculture, de la migration, des sports, du tourisme, des droits humains, de
la s6curit6 et de la sant6.
Une entente doit 6galement 6tre trouv6e entre les deux parties de telle sorte qu'Haiti et la
R6publique Dominicaine puissent b6ndficier des m6mes services notamment dans le
domaine du transport, a encore declare Michble Pierre-Louis, informant d'une rencontre
d6butjuin entre les presidents Rend Prdval et Ldonel Fernndez.
Les deux chanceliers devront 6galement se rencontrer a la mi-juin en vue de la preparation
de la 5e reunion de la commission mixte a la fin du m6me mois, a ajout6 le premier ministre,
qui affirme reconnaitre qu'il reste beaucoup a faire en vue d'un meilleur fonctionnement de
la diplomatie entre Haiti et la rdpublique dominicaine.

Lancement d'un programme National de D6veloppement de l'Elevage
pour la rehabilitation de 1'Environnement
Le Ministbre de l'Agriculture des Ressources naturelles et du d6veloppement rural
(MARNDR) a pr6sent6 jeudi (21 mai) a la presse son Programme National de Ddveloppement
de l'Elevage pour la Rehabilitation de l'Environnement.
Etal6 sur une p6riode de 25 ans, ce programme entend orienter vers l'dlevage les
populations des zones les plus vulndrables sur le plan environnemental afin qu'ils puissent
assurer leur survie tout en r6habilitant l'environnement.
Le secr6taire d'Etat a la production animale, le docteur Michel Chancy, a indiqu6 que pour
les cinq premieres anndes d'ex6cution du projet, un montant de 100 millions de dollars US
est n6cessaire. Ce montant devrait 6tre trouv6es grice aux contributions des principaux
bailleurs et dans l'execution de projets ayant les m6mes objectifs au niveau des bassins
versants."
De son cot6, l'agronome Frantzie Dubois, coordonnatrice de l'organisation "Konbit pou
Ranf6se Aktion Lakay" (Koral), l'une des organisations ayant particip6 a l'l6aboration de ce
programme, a fait savoir que sa priority porte sur les humains et les ressources naturelles.
Pour ces cinq premieres anndes, a-t-elle dit, ce programme sera ex6cut6 au niveau des
bassins versants de Mapou, Fonds Verettes, Jacmel (Sud-est), Gonaives (nord), Port-au-
Prince, Cabaret (ouest), Cayes (sud) et dans d'autres regions oni les degits sont
g6ndralement consid6rables lors des saisons cycloniques.
Durant cette p6riode, le programme devra permettre le reboisement de 28.000 carreaux de
terre, une augmentation des revenus des habitants des 14.000 exploitations agricoles qui
seront concernes et une augmentation de la production nationale d'l6evage.
L'abattage syst6matique et sans contr6le des arbres constitue l'une des causes majeures de
la degradation de l'environnement occasionnant des pertes 6normes de toute sortes,
notamment en vies humaines a chaque saison cyclonique.







"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 14


I |


4. a, fm m m FI ,IFm imin r mi uI I TTr riTT TTIwIIIiiTT


V





Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 18


AN N'BAY MANMAN YO

LAGLWA!
Nan sosyete Amerikdin6 papa aprann pran swen pitit
menmjan ak manman. Prensip la t6lmanbyen chita nan sistem
sosyal-la, leta nan Kanada kreye youn lwa espesyal ki bay
papa yo youn konje, yo rele konje patenite. Majorite papa nan
Kanada konn chanje kouch, benyen bebe, chofe 1t, lave bibon
eksetera. Men, nan bay swen egal-ego sa yo, gen neg ki konn
anbisyone, jouk yo rive kwe, yo egal-ego ak manman. Pou
mwenmenm, kelkeswa konpetans papa-a nan bay timounn
swen, gen youn pwelyem nan relasyon ki konekte pitit-la ak
manman-an, oubyen manman-an ak pitit-la, ki ap toujou rete
youn mister pou papa-a. Younn ladan yo, sake pitit-la pase 9
mwa ap viv ak manman li nan youn asosyasyon privilejye
okenn papa sou late pa pe janm ka rive egale ni imite. Sa se
sekre lanati! Pandan perybd ndf mwa sa- a, se pa ni younn ni
de manifestasyon natir6l ki ap simante afeksyon ant de mounn
sa yo. Tanto se youn ti boul ki gonfle nan vant lan, tanto se
youn deplasman bebe-a nan youn kou siprann, soti sou bb
dwat ale sou bb g6ch. Tanto se youn batman sibit, youn chikin
pou li fi manman-an konnen li la. LU konsa, noumenm papa,
s1l konsolasyon nou, se youn pase men sou vant tou dousman,
pou nou we si nou va rive pataje mouvman espesyal sa yo ak
manman-an. Men anpil fwa nan mize nan wout, tw6 ta gen tan
bare-n. Oubyen ank6, 1 nou rive poze men nou atan, se pou
nou di : < Mwen pa santi anyen non.>> Konsa, youn manman
se youn mounn apa. Youn mounn ki ban nou san li, ch li,
zantray li pou nou devlope epi ki ban nou espas anndan li pou
nou grandi, jouktan noumenm tou, nou vin tounen mounn.
Pou tout rezon sa yo ak anpil 16t ankb, youn manman se youn
fanm espesyal. Youn fanm ki merite lareverans eten1l. Youn
fanm ki merite respe tout tan. Youn fanm ki merite lanmou chak
jou.
Youn manman, se youn fanm nou dwe bay laglwa
san konte.
Youn manman, se youn mounn nou dwe renmen san
limit. Menm 1 li fe ere, se pou nou pase leponj, paske chak fwa
nou fe youn pa, manman nou te deja fe dis. Nan sans sa-a, pitit
pajanm granmounn devan manman. Nou ka rive pi lwen pase
yo, nou kab vin genyen plis ladres pase yo, men nou pa pe
janm rive ratrape sakrifis yo, paske manman se manman!!

Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada

=*=* = = = = =

MANMAN

Gen de le manman
Mwen gade anwo
Mwen gade anba

M'prete z61 refleksyon
Pou m' sa goute
Douse siwo flr lavi

LU konsa manman
Mwen sonje
LU m'te ti katkat
Sou kat pat
Ke w6b ou te lespwa-m
Ti kares-ou te konsolasyon-m
B61 ti chante-ou te lajwa-m

LU m'rete manman
Mwen sonje tribilasyon-ou
Sou youn bwa machin senje
Ki t'ap twaze youn ti lanp t&t gridap
Pou chat pa t'dbmi
Nan fouye dife-n

LU m'gade manman
Mwen we
Vye kb ap tyoule
Sa fe-m youn gwo lapenn
Paske youn manman se youn sous
K'ap ponpe dlo lavi
Pou l'kab f b6l flr
byen doubout
Nan kalfou lespwa.

Michel-Ange Hyppolite( Kaptenn Koukourouj)
[Teks sa-a soti nan youn
liv pwezi ki rele Anba-Lakay, P.26-27,1984]




AROSE ADY KOUKOUY MIYAMI
MOURI LOPITAL OKAY

N'ap anonse ak anpil lapenn nan k nou lanm6 Arose
Ady ki rive Okay Jedi 14 me pase v 1-e dimaten. Arose s'oun
manm Sosyete Koukouy. Li chante chanson relijye.Li grave 2
CD Younn nan pyes teyat li jwe ak anpil sikse nan Miami-
Dade Auditorium 20 Novanm 1994 se te: DPM Kannt&. (Istwa


Refijye Ayisyen yo sou rejim Ti Sblda
yo)Arose se ti se Jan Mapou ki t'ap viv
Miyami, li travese al travay filadefi. Li pran
pansyon li, rantre Ayiti pou l'al pase youn ti
vakans pou l'retounenviv Miyami ak lafanmi.
Pandan li P6sali, li fe youn konjesyon
serebral, sa yo rele stroke anAngle-a ki lage-
12 pye lonng nan lopitaljeneral Okay. Stroke
la te sit6lman f6, li pedi konesans. Li pa
rekon&t menm pitit li ki te vwayaje al w-1l
Se ak dlo nan je n'ap di siste-a
orevwa. Li f&t Posali 27 desanm 1943. Li mouri
Jedi 14 me 2009. Li gen 65 ane. Manman-n
Octavie Denis toujou ap viv Kamaguey-Kiba
kote nou t'ap fe plan pou n'al vizite-1 ane sa-
a. Nou voye kondoleyans pou manman adotif
li madanm Uranie Picard Ady. Arose Ady
kite kat pitit 2 fi ak 2 gason Patricia Joseph
k'ap viv Atlanta Georgia, Karine Ady, (Ti
Mafi) ki nan Washington DC; atis-chante
Ricardo Joseph nan Miyami, Wilkens Diteau
nan Miyami ak 4 pitit-pitit li yo: Ezra, Billy,
Delan ak Ricky Kondoleyans pou S li yo:
SeuretteAdy Rosiclair efanmiy, ,MariaAdy
e famiy Marie France Ady Cayo, Marie
Jeanine Jean Francois e fanmiy ak 2 fre li yo
Jean-Marie Willer Denis(Jan Mapou), Jean '
Aaxime Ady nan Nouyok akfanmiy yo

KadavAroseAdy toujou P6toprens. L'ap rantre Miyami
senmenn sa-a. Seremoni relijye-a k'ap fet samdi si Bondye
vie. Si gen manm lafanmi ak zanmi ki bezwen plis enf6masyon
yo gendwa rele:

Soeurette AdyRosiclair nan 786-390-2664
Patricia Joseph 267-298-8839
Ricardo Joseph nan 786-709-8292

Kondoleyans Pou Mapou

Jou ale, jou vini
Chak pote youn nouv6l
Nouv6l ki fe-n souri
Nouv6l ki fe-n chagren
Se pa sa nou ta vle
Men ki sa pou nou di
Se konsa lavi ye
Kouzen, kenbe f6 pa lage

Lizo

Mesi kouzin Lizo ak tout lbt Koukouy yo
De ti mo sayo touche kU mwen
Sa fe-m plezi ou panse ak doulk mwen
Awoz s'oun koukouy ki te gen lafwa
Tankou nou, li t'ap klere nan fenwa
Poujenes ayisyen nan Filad6lfi,
Li te mande-m lapemisyon
Pou l'te pataje pasyon ak misyon
Oganizasyon koukouy nan Miyami
Se byen dilere r&v li pa gentan reyalize
Li kite nou nan lapel ak diyite
Nou mande Granm&t-la ki nan syel-la
Pou resevwa Kouzin Awoz ak debra
Pou lavi li kontinye pou tout tan ki gen tan!

Jan Mapou
-*-* -* -* -


LET AREYITO POU FRANTZ

KIKI WAINWRIGHT

Jaksonnvil, Florid
5 Avril2009

Monche Kiki Wainwright, ak6de-m oun ti tan
Pou m'rakonte-w youn rev ki, pou mwen enp6tan.
Pandan tout nuit sila-a se ou ki te kote-m,
Se ou ki t'ap ede-m, se ou ki t'ap pote-m.

Ou te vin lakay mwen, se la ou te d6mi,
K6msi se lakay pa-w ki jouk nan Miyami.
Pandan tout nuit sila-a ou te ede-m anpil,
Paske w'te fe pou mwen bagay ki pa t'fasil.

Premye rev-la te kout men li te fe rezev,
Li te kite bon plas pou youn lot kokenn rev
Nan bibliyotek mwen tankou si ou te fre-m,
Oun fre-m ki bon zanmi-m, ou t'ap travay ave-m.

Ou te genyen nan men-w oun plim ak oun kaye,
Ou t'ape feyte liv ki dwe al nan fichye,
Konsa w'te oblije, devan reyon liv yo,
Ap fe ale vini pou te byen klase yo.

Etan ou t'ap travay mwen te di-ou konsa:
Bibliyotek sila-a pa fet konsa konsa,


Mwen fe li ak tout liv ki te sibi mepri,
Youn kouzen k'te pran yo, jete yo nan lari.


Se sa k'fe m'kapab di-w san mwen pa ezite,
Rev sila-a fe m'reviv youn gwo reyalite.
Mwen pa kapab bliye, sa te rive-m oun fwa,
Ak liv mwen te genyen nan Site Jan Venntwa.
Tevno ak kek zanmi-1 te mande-m liv-la yo
Pou youn bibliyotek ki genyen Marigo.
M'te ba-1 yo kbm kado san pedi okenn tan,
Plis youn ti pres-abra mwen te gen byen lontan.

Mwen te enprime liv granmesi ti pres-la
Ki te konnen sevi pou defans krey6l-la.
Atelye l'te ye-a, se te Togiram Pres,
Ki te la pou defans entered lajen&s.

Responsab ti pres-la se te kouzen-m Tevno,
Men, k6m laverite pa konn ret nan founo,
Mwen konnen byen chak moin te pran liv yo pito
Anvan res liv la yo te rive Marigo.

Sa k'pi grav kado-m nan te pase nan tenten,
Al nan bibliyotek pa t'oun bagay seten.
Anpil nan liv la yo te twouve sou galri,
Plizye grenn ladan yo te tonbe nan lari.

Se pa ti kras vekse moundebyen te vekse
LU yo te konstate youn parey mechanste.
Liv Togiram nanyo pa t'al nan "Cojurel",(1)
Gen moin ki fache net, gen moin ki pete rl.

Men, sa se tw6bkt-la, paket chay-la d&yL.
Mwen te konfye Tevno youn ti pres Gutenberg
Mwen te di-w sa deja, mwen konnen w'pa bliye,
Se youn istwa byen tris m'oblije kontinye.

Ti pres-abra sila-a se youn model tipik,
Youn ti pres Gutenberg toutafe istorik.
Li bOl, solid anpil, li toutafe bbz6,
Pou koleksyone yo se youn kokenn trez6.

Mwen te di kouzen-m nan: pwoteje li pou mwen!
Pa kite-1 pran pousye, tanzantan ba-1 bon swen.
Angiz se sa li fe, li mete-1 nan lakou-1,
Li te fe li tounen bagay pou mare poul.

Anvan m'tejwenn pres-la, m'te fe anpil mache
Men, Morepa fre li, te santi li fache,
Li te fache toutbon pou sa Tevno fe-m nan.
Li pot pres-la ban mwen ak tout labou ladan.

Pres mwen te renmen an pdi solidite-1,
Li pa genyen platin, li pedi tout belte-1,
Menkanmenm w pa we m'oblije aksepte-1
Paske mwen espere younjou m'a repare-1.

Monche Kiki Wainwright, sanba natif natal,
Nan vizyon somey sa-a ou s'akte prensipal,
Se sa k'fe m'oblije anvan mwen di-w babay,
Rakonte-1 andetay san fR okenn ti fay.
Togiram
(1) "COJUREL" : Comite Juvenile de Relevement

Ago!
Emile CUlestin-Megie (Togiram) toujou kay pitit li nan
Jaksonnvil-Florid kote I'ap konpoze <> sa yo ki
se youn seri lomeyans pou zanmi ak fanmi li te kwaze nan
chemen lavi-a. Togiram aveg men, sa pa anpeche-1 fe bon rv
pou literati natif-natal-la. (JM)


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-830 Fax 305-756-097 -emadl pasacallaotcom


POUR TOUi VOS MATh Equipements pour construction
P6ocs de vot cur / Camlon I Equlpemcnt m6dlal

Pwr avn u par batea


Page 15




Mercredi 27 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 18


KI VWAYAJE CHAK


MEN YON
GwO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIFZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI
G,


Role ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330

Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590


15 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYITI SOU WAF ST
MARC, GONAIVES &
CAPE HAITI
LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA

STh MARC
HAITI
J"-


Se Sel


koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la


Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch
As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make lst Left hand turn you will see our Sign


Produit par Fred Paul,
le quatrieme volume


HKitiardo


est maintenant
chez tous les disquaires.
Pour Information, appelez le
(305)496-0733

N.B. Le Trbs distingu6 Groupe
Musical HAITIANDO sera en Haiti
les 26 et 27 Juin 2009






Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche ahughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
PritegbySothastOfse


Eske'm ka fb manman'm konnen
li se pi bon manman ki egziste ?


Jou sa spesyal
pou mIanTan'wl
FA'I konnen
kijan II konte pou ou.

Ou menm tou
ou ka pataje lajwa'w.
A pati jodys rive jouk 30 Jwev 20D9,
chak fwa ou fe yon transfer lajan kl v~Wb.
* ou ka genyen 4 fwa valb tranzaksyon"w
jouk rie $6,000
* oswa resevwa rabe sou pwochen transf&
lajan'w ak 16t bf espesyal.
Annik veify resi Western Uniot ou p w si ou genyen.


Voye kado kash la
rapid. 9 tu t pre lakay ou.


WESTERN
_7 U4Nt I :I IE U


eAMr4 des rgnts dud Jeu tntannt WESrERN UNKIONVNTEWRI DAY & GIsFT VIN ". ADcu achnt rest ntceuue e pour pwarcipert gagner.
e tuctn Wm 'u1augewnst a v Ounces de guman. K Le J I cwrn le Z /K4A9 00.l 1 :01 aln (EST) et prwrId rIs 3o0i0W iJ I I;51:59pum ( EST]
Poaur partdciper sans fckaxuer de traracrian, A&rkm r am p taI p t1 % n swcarnErm urkprimr., vu umom, prdmauu, dminu at rMAb do
tAipom icrhfz, am cauhi ua ia sgaucho, a Is at Ithmur do rinc a Ii polt a p .matez r 3in 001/0 I 4bdruma ua ul tm Ws-Itirn
UnIlan tr"et D a amr PO. Box 4000, Mwrdaset. NV 11U030-U Li e is nt4tr ere u5j pius Lard e 1 0/07j9, 4 1fPrUi 1541 m 4
foi le m onarnt de Ia transtion juaqu'A un max"num de $5,DO.0. pour t~eue prix. Total maximum pour le p~rmier : $770,l]OO. Les tban de d pner te
premier p1. snt t 1: 79,766. i2m P x C3O7I Drif ~ oil t b moltit d ea m nsactio, juqu maximum ~lE $5,D.00 plhqlr dau phr.P Toal m aTmur
poutr le *euxlie iiK : i$1535,00. Les c es easCgarnerie dexIre priX Gwt de 1:40,13. Le total maximum pour Lee du p- estde 2,.$305,000. LesChance
1de per uR pflK ilt f j:.7;46 (7 qjl iW ivrt U IriquuIiIitp-4 al o 49;rtu F6ix de .5A. EP PFO RI W, Lur IIW Viar r1Ar"Hin"isr ig6 f15 wiu at pbSj
. 4 d4at cl Q2,04/O. Lis uow ployO das ponss, neWu.s gnrts Pt arn$f an ag$ncuf de crvrwnen*Ction wt rrwkatlnq t 4rq 4 uutre 'bwmtu'Rwildqtr lourr, arnW es iu
que toute personnel vrvnnt sIus le rnne etait qu'u1 mr peuvent pas pwaidper au ju. Annui pt cr1 II est itdiL s -grnents. e3 ls siont daspoiblens chez
ta u le- agertsautari6ba su ur le slite temrlmI.cmgiftIes.psor: W in I l I 1r ODWesternm LAi HadlinOIn Tou T 1droIt
ramvis. W"e&Tl Uro n 'eat pat affi 6 suK coernrIes pr partsopartem nAt les parlnne eaWI que lews pruduiBs au erv we4


Stopa5hop


Page 16


CAPE HAITIEN

HAITI


~Rns~plr




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 27 Mai au 2 Juin 2009 • Vol XXIII • Nº 18 MIAMI, 20 Mai – La nomination de Bill Clinton est définitivement un plus pour notre image internationale. L’image d’Haïti est à zéro. Ce sont ses propres fils qui s’amusent à la détruire. Par exemple, sur les sites Internet locaux. Politique politicienne au plus bas. Or ce sont les mêmes qui s’en prennent déjà aussi au nouvel « envoyé spécial de l’ONU en Haïti. » Tellement sûrs d’eux-mêmes, c’est-à-dire que leurs compatriotes sont tous des imbéciles. L’ex-président Bill Clinton a été nommé mardi dernier (19 mai) « envoyé spécial de l’ONU en Haïti. » Un vrai coup de théâtre ! Même si Clinton visitait en mars dernier Haïti en compagnie du Secrétaire général Ban Ki-moon, on était loin de penser à un tel dénouement.La nomination de Clinton : inquiétude ou espoir ?envoyé spécial de l’ONU ? Selon la porte-parole de Ban Ki-moon, Michèle Montas, l’ex-président des Etats-Unis avait déjà rempli ce rôle en faveur des pays touchés par le Tsunami en décembre 2004. Et avec succès. Ainsi, Mr. Clinton doit prêter son concours au relèvement économique d’Haïti.En voie de remplacement du développement par l’humanitaire …Cette nomination est donc le résultat de sa récente visite en compagnie de Mr. Ban Ki-moon. Lors le futur envoyé spécial disait : « Les Haïtiens travaillent dur. Ils travaillent bien. Dîtes au monde entier que c’est un bon endroit où investir. » Les investissements ne se bousculent pas en ces temps de crise économique internationale aigue. Aussi la première question : qu’est-ce qu’un (CLINTON / p. 4) Le chef du parquet vient d’ordonner de conduire l’avocat Osner Févry au Pénitencier (photo alertehaiti.ht) MIAMI, 21 Mai – La crise tape dur aux Etats-Unis. Miami s’est vidée. Le quartier de Little-Haiti est l’un des plus morts. Selon le principe américain, « last hired, first fired » ou dernier embauché, premier à partir. Le restaurant Bèl Fouchèt, l’un des carrefours de la communauté, n’a pas un seul véhicule dans son parking en cet après-midi de mai 2009. Des pans entiers du Biscayne Boulevard sont bordés de longues rangées de bâtiments fermés à double tour. Le commerce est touché en plein cœur. Même le vénérable restaurant Olive Garden qui se vide dès 10 heures pm. La crise se lit partout dès votre débarquement à l’aéroport international de Miami. On attend longtemps pour l’arrivée du bus de la compagnie de location de voitures. Et le conducteur a failli ne pas nous voir, ayant de toute évidence l’esprit trop ailleurs. C’est le cas de dire : on ne se bouscule pas au portillon. Finies les files interminables sur l’autoroute, notre Chrysler file à vive allure. Pour combien de temps ! En effet, le même jour la célèbre firme de Detroit s’est inscrite au Chapitre onze, en langage américain s’est déclarée en faillite. Ce sont plusieurs milliers de « dealers » ou représentants de cette marque automobile aux Etats-Unis et au Canada qui vont fermer ou renvoyer du personnel. En France et ailleurs en Europe, les citoyens descendent constamment dans la rue pour protester depuis le début de la phase aigue de la crise il y a quelque six mois. Mais pas aux Etats-Unis.ECONOMIEUSA stoïque sous le poids de la crise …(USA CRISE / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 24 Mai – La crise économique fait rage dans la communauté haïtienne à l’extérieur. Les transferts d’argent au pays natal ont diminué de manière radicale. Beaucoup ont perdu leur emploi. Un bon nombre aussi leur toit. Ce n’est pas le moment pour Haïti de seulement se plaindre. Mais celui de démontrer notre gratitude envers des fils et filles qui pendant les années écoulées ont trimé pour envoyer plus d’1 milliard et demi de dollars annuellement à leurs proches restés au pays. Aujourd’hui qu’ils se retrouvent eux-mêmes dans le besoin, allons-nous nous contenter de hausser les épaules puis MIAMI, 22 Mai – Comme en Haïti, les petits bals de salon c’est fini. Aujourd’hui on loue ce qu’on appelle aussi bien à Miami qu’à Port-au-Prince un « place ». On peut tout y célébrer, les 90 ans de Grand’ma tout comme le dernier né de la famille. Dimanche (17 mai) à Miami on fêtait à la fois la première communion d’Alexandia et le baptême de sa petite sœur Alyssa. Un coup double, une bonne combinaison pour lutter contre la crise économique. La location vous coûte 100 dollars par heure. Le « ball-room » (autre mot intraduisible en français) pouvant contenirLa Diaspora mérite notre reconnaissanceChez les Haïtiens de Miami : Dansons sous la pluie !aller voir ailleurs ? Selon le dicton : La reconnaissance est une lâcheté. Cependant il se peut que vous aimeriez faire quelque chose mais ne voyez pas comment ! Alors place à l’Etat. L’Etat c’est nous. Qu’est-ce que la diaspora attend depuis longtemps ? Tout le monde le sait. Mais il faut cesser de palabrer. Des actes et non de belles promesses. Bien entendu, la loi sur la double nationalité. La diaspora a déjà payé fort cher. Quand on y pense. Un vrai « filalang » (en français, chantage). quelque 500 personnes, avec « stage » (traduisez estrade) pour le DJ et pour les petits discours dont les Haïtiens raffolent tant. Ce qui diffère avec Haïti c’est d’abord la tenue vestimentaire. Autrefois chez les Haïtiens aux Etats-Unis on se mettait tout ce qu’on possédait sur le dos pour le moindre événement social. Aujourd’hui c’est en Haïti qu’ont atterri les robes en mousseline renforcée et le complet veston avec gilet et nœud papillon Gabelus. Les nouveaux riches ne sont plus où ils étaient. Ni ce qu’ils étaient, la crise a tout bouleversé. (DIASPORA / p. 6) (HAITIENS MIAMI / p. 6)Arrestation de l’avocat et homme politique Osner FévryL’ex-président américain Bill Clinton aide une marchande dans les rues de Port-au-Prince (AFP) (Lire page 3)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 EN BREF ... EN PLUS ... (EN BREF / p. 14)Guantanamo ou l’héritage monstrueux de Bush !PORT-AU-PRINCE, 23 mai – Le premier véritable choc entre l’administration Obama et ses prédécesseurs a lieu actuellement autour de la question de Guantanamo. La première décision du président Barack Obama à son entrée en fonction, en février dernier, a été d’ordonner la fermeture en janvier 2010 de la prison militaire de la base américaine de Guantanamo en terre cubaine. Mais c’est en ce moment que le nouveau maître de la Maison blanche est en train de découvrir quel cancer lui a laissé le tandem Bush-Cheney (ex vice-président Dick Cheney). Environ 240 détenus, supposément liés à Al Qaida, le réseau terroriste qui a revendiqué les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, sont encore enfermés dans la prison de Guantanamo. Que faire d’eux ? Les juger est la réponse la plus naturelle. Et retenir les coupables en prison. Mais où ? Personne ne veut les voir. Ni leurs pays d’origine. Presque tous sont arabes. Les y déporter risque de les envoyer à une mort certaine, même ceux qui n’auraient pas été reconnus coupables. Ni les Etats-Unis. Pas question, crient de nombreux parlementaires relayant la crainte bien compréhensible de leurs élus d’avoir des suspects de terrorisme dans leur voisinage. Or la nouvelle administration a déjà annoncé sa décision de fermer la base. C’est un engagement sur lequel il lui est impossible de revenir au risque de se déjuger. Le président Obama s’emploie à démontrer que la meilleure façon d’être sûr que ces gens ne représentent aucun danger est de les garder en détention aux EtatsUnis dans des prisons haute sécurité et pratiquement à perpétuité puisque même dans le cas où ils n’auraient pas été condamnés certains peuvent continuer de représenter une menace.Comme le Dr Hannibal Lecter …Reste à prouver que c’est compatible avec la constitution américaine et les conventions internationales signées par ce pays. Mais la détention préventive à perpétuité n’en est pas moins pratiquée comme dans le cas de fous dangereux, comme le Dr Hannibal Lecter du film « Le Silence des agneaux. » Or depuis que Guantanamo est utilisé comme centre de détention dans la lutte anti-terroriste, seulement trois procès ont pu avoir lieu. Le groupe de 240 détenus se répartit comme suit : . Ceux pour lesquels existe un acte d’accusation en bonne et due forme. . Ceux pour lesquels on ne détient aucune preuve sérieuse. Ils ont été arrêtés par les forces militaires américaines, pour s’être trouvés, comme on dit, au mauvais endroit et au mauvais moment.La torture, vous avez bien entendu …Ceux-là peuvent finir par trouver un lieu d’exil, si d’autres pays acceptent de suivre l’exemple du gouvernement français qui a accepté de recevoir un jeune d’origine algérienne. Mais jusqu’à présent il y a peu de pays candidats. . Cependant il existe un troisième groupe et c’est là que le vrai scandale éclate. Y compris ces jours-ci aux Etats-Unis mêmes. preuves de culpabilité existent, sauf que ces soi-disant preuves ont été obtenues de manière peu conventionnelle. Et dans certains cas, dit-on, par la torture. Primo, voici les Etats-Unis pris en flagrant délit de violation des conventions de Genève les plus élémentaires. Secundo, comment protester contre les atrocités commises par les terroristes quand on est capable soi-même d’actes similaires. N’en déplaise à l’ex-vice président Dick Cheney qui se glorifie que son administration ait pu assurer ainsi la sécurité intérieure des Etats-Unis depuis les attentats de 2001.Différence idéologique profonde …Ensuite, que valent des preuves arrachées sous la torture. Parmi les plus radicaux des prisonniers de Guantanamo, certains ont même revendiqué le droit d’être jugés et éventuellement condamnés sur leurs propres déclarations même faites dans de pareilles conditions. De plus, selon le président Barack Obama qui a prononcé la semaine dernière à ce sujet ce que certains commentateurs considèrent comme son premier grand discours de politique étrangère (et dans lequel a percé ce qu’on peut qualifier de différence idéologique profonde avec l’administration précédente), les moyens en question n’ont pas donné de grands résultats. Alors qu’ils peuvent porter profondément atteinte à l’image des EtatsUnis au sein du monde dit civilisé. Et c’est là que se trouve le véritable nœud gordien. Les Etats-Unis ne peuvent se permettre de présenter devant un tribunal qui se respecte des actes d’accusation bâtis sur des informations arrachées avec de telles méthodes. Voilà donc pourquoi l’administration Bush-Cheney a tant lutté pour garder ces gens en détention en dehors du territoire américain … Et pour qu’ils comparaissent aussi devant des tribunaux militaires d’exception. Et non particulièrement parce que c’est la meilleure façon de protéger la sécurité intérieure des Etats-Unis. C’est actuellement le débat qui fait rage chez le grand voisin … mais que, à ce compte-là, d’aucuns pourraient hésiter à continuer à appeler le « grand frère » !L’extrême-droite Macarthiste …Cela montre surtout que, aux EtatsUnis aussi, il existe une sorte d’ultra-droite. Dans un pays qui se situe ordinairement au centre, y compris la majorité politique (et y compris l’actuelle administration Obama qui dans ce débat précisément semble parler au centre-gauche mais agir au centre-droit). Disons que l’héritage de l’extrêmedroite Macarthiste est encore vivace (du nom du sénateur Joseph McCarthy qui avait conduit une terrible chasse aux sorcières communiste dans les années 1940-1950). Cependant jamais les nuances n’avaient été aussi tranchées qu’à travers l’héritage de l’administration qui a fait la chasse aux boat people haïtiens entre autres parce que pouvant abriter des terroristes … Multipliant les déportations et leur refusant catégoriquement le TPS (statut de résidence temporaire) même après le passage de 4 ouragans sur notre pays. Cette ultra-droite américaine ne nous aime donc pas. Allez savoir pourquoi ! Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince Ce sont ceux pour lesquels des Chaque matin, captezMélodie Matinsur 103.3FMUn Haïtien impliqué dans une tentative de double attentat à New YorkUn citoyen américain d’origine haïtienne, Laguerre Payen, a conspiré avec trois autres américains de confession musulmane pour perpétrer un double attentant dans l’État de New York. Ils ont été épinglés par la police fédérale américaine. La justice américaine a annoncé le jeudi 21 mai l’arrestation et l’inculpation de quatre Américains, accusés de planifier des attaques terroristes contre des objectifs militaires et une synagogue à New York. Les quatre hommes ont été arrêtés sous l’accusation de “complot visant à provoquer des explosions près d’une synagogue dans le quartier de Riverdale, dans le Bronx, à New York, et à tirer sur des avions militaires stationnés sur la base de la Garde nationale, à l’aéroport de Stewart, à Newburgh, New York, avec des missiles sol-air Stinger”, selon un communiqué du procureur. Pour obtenir ces armes, les personnes appréhendées, nées aux États-Unis et résidant à New York, étaient en contact avec un indicateur du FBI sous couverture, qui a fourni au groupe “un missile inactif et des explosifs inertes”, explique le communiqué. Les suspects étaient sous surveillance depuis l’an dernier. Laguerre Payen, alias Amin ou Almondo, américain d’origine haïtienne, a été contacté alors qu’il était en prison par un certain James Cromitie, le chef du groupe de quatre qui était lui aussi un prisonnier. Un contact avait été établi en juin 2008 entre un agent du FBI et James Cromitie, lequel s’était plaint auprès de lui de la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan et avait manifesté son “intérêt pour entreprendre quelque chose contre l’Amérique”, selon la plainte déposée. À partir d’octobre 2008, le contact avec les quatre hommes s’est poursuivi sur une base régulière dans un immeuble new-yorkais, dans lequel le FBI avait installé un équipement de surveillance audio et vidéo. En avril dernier, le groupe a choisi la synagogue qu’il voulait attaquer, dans le Bronx, et a commencé à prendre des photos d’avions militaires sur la base de Stewart, à Newburgh. “Comme indiqué dans l’acte, les accusés voulaient s’engager dans des attaques terroristes, a déclaré le procureur Lev Dassin. Par chance, ils ont sollicité l’aide d’un témoin coopérant avec le gouvernement. Ils étaient convaincus que les armes fournies étaient en parfait état de marche.” Arrêtés par le FBI le mercredi 20 mai à New York, ils ont comparu le jour suivant devant un tribunal. Ils risquent entre 25 ans de prison et la réclusion à perpétuité.La Police et la MINUSTAH interviennent pour calmer des étudiants en médecine qui brûlaient des pneus devant le local du DécanatProtestant contre des changements survenus dans le curriculum, les édudiants en médecine sont entrés dans une bataille rangée avec les forces de la Police et de la MINUSTAH qui tentaient de les dissuader de continuer leur mouvement de protestation. Environ 130 étudiants des facultés de médecine et de pharmacie ont bloqué les rues dans le voisinage de l’Ecole de Médecine brûlant des caoutchoucs pendant toute la journée du samedi 23 mai, lançant des pierres et des bouteilles contre les voitures qui passaient et même contre les forces de police. Les agents de la MINUSTAH ont de leur côté lancé des gaz lacrymogènes contre les manifestants pour les forcer à se calmer.Le CEP publie les résultats définitifs du 1er tour des sénatoriales partiellesLe Conseil Electoral Provisoire (CEP) a officiellement publié vendredi soir la liste des candidats autorisés à prendre part au second tour des sénatoriales partielles prévu le 21 juin. Dans le Nord, la candidate de la Fusion des sociaux démocrates haïtiens, Mme Marie Ghislaine Monpremier, accède à la deuxième place, après le candidat de LESPWA, Moise Jean Charles, qui devra se presenter au second tour, contrairement à ce qui avait été établi au lendemain du premier tour. Dans l’Artibonite, deux candidats de Ayiti An Aksyon (AAA) sont actuellement en lice, au lieu d’un seul, dans les premiers résultats. Le candidat de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) qui était en 1ère position dans ces résultats, est maintenant relégué en 3ème position. Les candidats en lice pour le second tour dans l’Artibonite sont les suivants : François Fouchard Bergrome (AAA) ; Joseph François Annick (OPL) ; Garçonnet Paul André (LESPWA) ; Jean Baptiste Jean Willy (AAA). Situation inchangée dans les Nippes : Jean William Jeanty (KONBA) conserve la 1ère place. Il est suivi de Vilson Louberson de LESPWA. Pas de changement non plus dans la Grande-Anse concernant les résultats déjà publiés par le CEP : Roumer J. Maxime (LESPWA) est suivi de Bellefleur Marie André Aurore Lainé de la Fusion. Dans le Nord-Ouest, c’est aussi le statu quo avec Mélius Hyppolite (OPL) et le député Saint-Vil François Lucas (LESPWA). Dans l’Ouest, John Joël Joseph (LESPWA) et Mario Viau (UNION) sont autorisés à se présenter au second tour Marie Denise Claude du parti Fusion est éliminée, sa contestation n’ayant pas été retenue. Joseph Benoît Laguerre de l’UCADDE et Exius P. Franky de LESPWA se présentent à nouveau dans le Sud. Dans le Nord-Est où deux sénateurs seront élus, la situation se présente comme suit : Pierre Louis Lucien Delinx (LESPWA) ; Joazile Jean Rodolphe (Fusion) ; Charles-Pierre A. Karl, (OPL) et Joachim Armand (OPL). Dans le Sud-Est : Lambert Wencesclass (LESPWA) et Pierre Ricard (OPL) sont retenus pour le second tour. Le 1er tour des sénatoriales partielles, le 19 avril dernier, a été marqué par un très fort taux d’abstention et des actes de violence dans les départements du Centre et de l’Artibonite.Des remarques de Madame Pierre-Louis provoquent un certain remous en République DominicaineLa chancellerie de la RD a distribué vendredi (22 mai) une note très critique en réaction aux déclarations du PM Michèle Pierre Louis sur les événements récents enregistrés après la décapitation d’un ressortissant haïtien à Santo Domingo. L´agence en ligne Espaceinsular estime que la chancellerie dominicaine a commis une erreur élémentaire dans la diplomatie, celle de réagir à partir d’extraits cités par les médias, sans analyser le texte complet du discours du Chef du gouvernement haïtien.RD/Nouvelle chasse aux HaïtiensUn nouveau cas d’agression contre des Haïtiens a été enregistré dans la zone de San Isidoro, au quartier La Esperanza, suite apparemment à une accusation de viol déclaré par une jeune dominicaine. Elle aurait incriminé un Haïtien du forfait. Des citoyens dominicains, pris de rage, ont mis le feu aux maisons habitées par des Haïtiens dans le quartier. La police dominicaine est accourue pour stopper les incendiaires et protéger les Haïtiens.Atelier de travail de la branche haïtienne de la commission mixte haïtiano-dominicaine sou la présidence du Premier ministre Michèle Pierre-Louis

PAGE 3

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE L’avocat Osner Févry écroué au Pénitencier NationalPort-au-Prince, le 22 mai.-L’avocat Osner Févry a été écroué au Pénitencier National le 22 mai après avoir été auditionné pendant plus de six heures au Parquet de Port-auPrince. Le commissaire du gouvernement, Me Joseph Manès Louis, a confirmé que le parquet avait ouvert une enquête suite à des plaintes déposées contre Me Osner Févry. Il est accusé d’escroquerie, faux et usage de faux, association de malfaiteurs. Me Févry avait été appréhendé par des policiers de la Direction Centrale de la Police Judiciaire le 21 mai, suite à deux mandats d’amener auxquels il n’aurait pas répondu, selon une source proche du Parquet. De nombreux hommes de loi, responsables politiques et d’organisations des droits humains, sympathisants de Me Févry d’un côté et des plaignants de l’autre, avaient pris place très tôt au Parquet de Port-au-Prince, pour suivre ce dossier. Me Reynold Georges, l’un des avocats de Me Févry, s’est dit révolté de la décision du Parquet. Osner Févry aurait été arrêté dans le cadre d’un conflit terrien l’opposant à M. et Mme Dessalines. Il s’agit selon Me Georges d’une affaire civile qui ne méritait pas pareil traitement. A la fin de l’audition qui a duré plus de six heures, le juge Gabriel Ambroise a ordonné que Me Osner Févry soit écroué au Pénitencier National. Me Gervais Charles, bâtonnier de l’ordre des avocats, a annoncé que les membres du barreau se réuniront le 23 mai et une conférence de presse sera tenue pour fixer la position du barreau sur cette arrestation. Le CEP a publié la liste de candidats retenus: Moïse Jean-Charles ira au second tour23 mai 2009 Avec Marie Ghislaine Monpremier de la Fusion, Moise Jean Charles, proclamé seul vainqueur des sénatoriales par le BCEN du Nord, est retenu pour participer au second tour des sénatoriales, selon la liste publiée par le CEP. Après contestations, aucun candidat n’a finalement été élu au premier tour des sénatoriales du 17 avril, selon la liste publiée par le Conseil électoral provisoire. Prévues pour le 21 juin, le second tour des sénatoriales verra concourir les candidats suivants : Dans l’Artibonite : Francois Fouchard Bergrome (AAA)/ Joseph Francois Annick (OPL)/ Garconnet Paul André (Lespwa)/ Jean Baptiste Jean Willy (AAA) Dans le Nord : Moise Jean Charles, (Lespwa)/ Marie Ghislaine Monpremier (Fusion) Dans les Nippes : Jean William Jeanty (konba)/ Vilson Louberson (Lespwa) Dans la Grand Anse : Roumer J. Maxime (Lespwa)/ Bellefleur Marie André Aurore Laine (Fusion) Dans le Nord-ouest : Melius Hyppolite ( OPL)/ St-Vil Francois Lucas (Lespwa) Dans l’Ouest : John Joel Jospeh (Leswpa)/ Mario Viau (Union) Dans le Sud : Joseph Benoît Laguerre, (UCADDE)/ Exius P. Franky (Lespwa) Dans le Nord-est : Pierre Louis Lucien Delinx (Lespwa)/ Joazile Jean Rodolph (Fusion)/ Charles-Pierre A. Karl, (OPL)/ Joachim Armand (OPL) Dans le Sud-est : Lambert Wencesclass (Lespwa)/ Pierre Ricard (OPL) HPN Une foule furieuse a incendié deux locaux habités par une dizaine d’Haïtiens, et tenté de lyncher l’un d’entre eux. Une foule de voisins de la Résidence Marlin, dans le quartier de La Esperenza, a incendié deux locaux occupés par des dizaines d’Haïtiens, suite à l’accusation portée par une jeune fille de 15 ans, selon laquelle un jeune Haïtien aurait supposément voulu la violer.RD/Haïti : des maisons habitées par des Haïtiens incendiées22 mai, dans la rue Respaldo Antonio Guzman. L’ensemble des Haïtiens qui se trouvaient dans les bâtiments qui ont été incendiés, dont quelques femmes enceintes, ont fui pour protéger leur vie. Au moins trois camions citernes et une ambulance de Santo Domingo Est ont été utilisés pour recueillir les sinistrés. La violence et la persécution contre les Haïtiens ont débuté quand la jeune fille, qui sortait d’un collège avoisinant, s’est mise à crier, prétextant qu’elle a été attaquée par un ouvrier haïtien. Aussitôt les voisins se sont mis à poursuivre ce dernier jusqu’à un immeuble en construction où il logeait avec une dizaine de ses compatriotes. De là, le jeune homme a traversé dans la cour d’un immeuble voisin où il s’est caché jusqu’à ce que la police venue du quartier de Villa Faro, soit venue le chercher. Au moins 4 policiers sont restés sur les lieux pendant quelques minutes. Pendant ce L’incident s’est produit à la mi-journée du vendredi (INCENDIES / p. 6) ANAL YSE La nomination de Clinton : inquiétude ou espoir ? p.1 L ’EVENEMENT 18 Mai : Vœux du Président Obama aux Haïtiens p.5 ACTUALITES DERNIERES Arrestation de l’avocat et homme politique Osner Févry p.3 Santo-Domingo : des maisons habitées par des Haïtiens incendiées p.3 Le PM Michèle Pierre-Louis lance les travaux de la partie haïtienne de la commission mixte p.10 REPOR T AGE USA stoïque sous le poids de la crise p.1 Chez les Haïtiens de Miami : Chantons sous la pluie ! p.1 PRISE DE CONSCIENCE La Diaspora mérite notre reconnaissance p.1 LE F AIT DU JOUR Guantanamo ou l’héritage monstrueux de Bush p.2 ELECTIONS Liste des candidats retenus pour le second tour p.3 T ALENTS ET CUL TURE Foires à gogo p. 8 CINEMA Les Amours d’un zombi p.9 DIPLOMA TIE Le drapeau haïtien célébré à Paris p.9 ECONOMIE L’annulation de la dette, une bonne et une mauvaise chose p.12 L’UEH en proie à de sérieuses difficultés économiques p. 12

PAGE 4

Page 4 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18UNE ANALYSE Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak MiddleEast. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. Cependant ils sont encore moins imaginables pour un pays dont l’image a dégringolé à ce point. Au point que Haïti a pu devenir le symbole de pays en voie de remplacement du développement par l’humanitaire. Le concept humanitaire l’emportant au fur et à mesure sur celui du développement. Puis de plus en plus définitivement.La nomination de Clinton : inquiétude ou espoir ?Au point que de grandes ONG’s internationales ont pris la liberté de changer les armoiries de notre république ou presque. Chacune nous inventant une image à sa propre convenance. En vue d’attirer une plus grande commisération universelle.Les meilleures cordes à son arc …On peut souhaiter que l’addition d’un ancien président des Etats-Unis (et non des moindres) à notre carte de visite (si ce n’est plutôt nous qui nous ajoutons à la sienne) ne sera pas sans effet sur cette plongée dans le vide, cette espèce de ‘public relations’ ou campagne de relations publiques à l’envers qu’on nous inflige et en toute impunité. Ou plutôt sans aucun état d’âme. Y compris chez la plupart de nos propres décideurs. En créole on dit : « si moun nan kay pa vann ou, deyò pap achte ou ». Intraduisible en français, sorry ! Le salaire de Mr. Clinton sera de 1 dollar par an. Le nouvel « ambassadeur de bonne volonté » a les meilleures cordes à son arc. Et le nouvel hôte de la Maison blanche, Barack Obama, vient de manifester encore sa sympathie en souhaitant officiellement au peuple haïtien et à la diaspora haïtienne ses vœux les meilleurs et les plus prometteurs à l’occasion de la fête du drapeau national le 18 mai dernier. L’envoyé spécial de l’ONU devrait au moins accomplir 4 voyages en Haïti par an, selon le Miami Herald. avoir pris toutes ses précautions. Suivez mon regard … Sachant aussi que traditionnellement l’aventure haïtienne a pu se transformer en mésaventure pour plus d’un. Tombeau des ambassadeurs ! Aussi en même temps que Clinton devient du coup la meilleure plateforme de lancement pour différents projets en Haïti, il veillera probablement aussi qu’on ne se permette pas n’importe quoi à l’endroit de son petit protégé. Ce qui porterait automatiquement atteinte aussi à son image.Clinton risque de faire de l’ombre à plus d’un …Un avertissement qui éventuellement peut valoir aussi pour des Haïtiens eux-mêmes. Pour commencer l’image de Bill Clinton risque de faire de l’ombre même aux plus éminents de nos aspirants. A un an et demi des futures présidentielles haïtiennes ! De là à parler de gouverneur ou de vice-roi, il n’y a qu’un pas ! Et les trompettes de la renommée nationaliste sont vite embouchées. Mais notre commentaire s’arrêtera là pour le moment. C’est forcément chanceux pour un pays de se voir attribuer un parrain aussi célèbre et aussi doué à un moment aussi difficile. Maintenant jusqu’où ira l’influence (pour ne pas dire le pouvoir) de Bill Clinton ? (CLINTON... suite de la 1ère page) Son épouse n’est autre que la diplomate la plus puissante de la terre, la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton. Qui peut le plus, peut le moins ! Le parti dont il est membre, les Démocrates, domine aujourd’hui dans les deux chambres du Congrès américain. Là où la loi Hope 2 a connu tant de difficultés lors de son passage. Hope 2 autorise Haïti à exporter aux Etats-Unis des articles en textile sans payer de droits d’entrée.« Clinton Global Initiative » …On n’est pas représentant d’Haïti pour rien quand on est un ancien président des Etats-Unis dont la réputation s’étend à toute la terre. Et quand cette réputation est votre actif le plus important. Qui ne connaît la « Clinton Global Initiative », fondation à laquelle adhèrent les plus grandes fortunes de notre temps, ainsi que des cerveaux parmi les meilleurs. faire accuser de paranoïa. Or la réponse n’est pas si difficile. Oui, commençons par le commencement : Existe-t-il quelque chose nommé pouvoir aujourd’hui en Haïti ? C’est justement ce qui doit tellement inquiéter l’ONU. Pardon, la Maison blanche et le Département d’Etat ! Marcus, 20 Mai 2009 Bill Clinton a pour mission de mobiliser l’appui de la Communauté Internationale pour le relèvement d’HaïtiPort-au-Prince, le 20 mai 2009 –(AHP)La Porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, Ban ki-Moon, l’haïtienne Michèle Montas, a exprimé mardi sa pleine confiance dans les chances de réussite de l’ex-président américain Bill Clinton qui vient d’être désigné envoyé spécial de l’ONU pour Haïti. La mission de M. Clinton consistera à mobiliser l’appui de la Communauté Internationale au relèvement et à la reconstruction d’Haïti. Michèle Montas a fait savoir que l’ancien président américain travaillera de manière a ce que l’aide promise à Haïti lors de la conférence des bailleurs le 14 avril dernier à Washington devienne une réalité et que le montant aille vers les communautés pour lesquelles il est destiné. M. Clinton va également utiliser, a-t-il dit, son influence et ses relations pour mobiliser des fonds additionnels de manière à permettre au pays d’asseoir son développement. « J’ai récemment accompagné le président Clinton touchés par le Tsunami et les résultats ont été tangibles et concrets, selon la porte-parole du Secrétaire général de l’ONU. Michèle Montas a rappelé par ailleurs que la situation socio-économique du pays est alarmante, en raison de la crise économique internationale, la flambée des prix des produits pétroliers et des denrées alimentaires et des quatre ouragans qui l’ont durement frappé en 2008. Elle a tenu à souligner que Bill Clinton ne viendra pas superviser le travail effectué par la Mission des Nations Unies pour Stabiliser Haïti. Et le porte-parole de la mission des Nations-Unies pour stabiliser Haïti (Minustah), Sophie Boutaud de la Combe, d’ajouter que le mandat confié à la mission onusienne est un mandat de stabilisation. Le développement économique et social a été identifie, a-t-elle dit, comme un élément essentiel à la consolidation de cette stabilisation dans le dernier rapport du secrétaire général des Nations Unies sur le dossier d’Haïti. Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Haïti, Hedi Annabi, avait indiqué au début de cette année que si les échéances politiques, économiques et sociales auxquelles Haïti est confrontée ne sont pas gérées avec succès, on pourrait s’acheminer vers de nouvelles épreuves aux conséquences difficiles à prévoir. dans son voyage en Haïti et j’ai été étonnée de l’entendre parler d’Haïti et de son engagement envers le pays et je crois que si quelqu’un peut mobiliser les donateurs sur le dossier d’Haïti c’est bien Bill Clinton », a estimé Michèle Montas. Elle a rappelé que M. Clinton a déjà servi en 2004 comme envoyé spécial des Nations Unies pour le relèvement immédiat des pays C’est la question que tous naturellement se posent. Au risque de nous On n’entre donc pas dans une telle aventure sans Visite de Bill Clinton et du Sec. Gén. de l’ONU Ban Ki-moon au Président René Préval en mars dernier (AFP)

PAGE 5

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 5 DE L’ACTUALITE Cela eut été probablement différent si c’est le candidat républicain qui avait été élu aux présidentielles de novembre 2008. Bien que jusque-là personne n’avait véritablement idée de l’ampleur de la catastrophe laissée par George W. Bush et compagnie.Little-Haiti sous haute surveillance …ECONOMIEUSA stoïque sous le poids de la crise … La présence de Barack Obama joue évidemment comme une espèce de calmant auprès des catégories les plus défavorisées. On n’a rapporté aucun bouleversement particulier du côté des ghettos qui ont été les plus remuants dans le temps (Watts à Chicago, South Central LA, à Los Angeles, Liberty City à Miami, etc). Cependant la nuit, le quartier de Little-Haiti est sous haute surveillance. Les vols avec effraction ont considérablement augmenté dans le comté de Miami-Dade. Et les gangs haïtiens-américains y sont pour quelque chose, ou plus précisément, haïtiensbahaméens-américains … Le pays est on dirait chloroformé. Le temps s’est arrêté. Les premiers suicides collectifs en famille, avec note stipulant pour cause d’emploi perdu, sont devenus plus rares. L’Américain commence à réaliser la gravité de la situation, et il est naturellement sous le choc. Mais il réagit en Américain. Gémir, pleurer, prier est également lâche. Alors, « buckle up », attachez vos ceintures ! On rapporte que des « executives » qui touchaient 20 à 30 mille dollars par mois, acceptent sans rechigner un job qui ne paie même pas 2 mille par mois.Le don des diversions intelligentes …Mais en gros le pays garde son aspect habituel. Propre comme un sou neuf. Le budget des infrastructures a été quelque peu revu à la hausse pour créer quelques emplois supplémentaires. Comme quoi ce n’est pas la précarité, ni même la misère, qui crée la saleté des villes. C’est nous les Haïtiens qui sommes … malpropres ! La gazoline à la pompe connaît une certaine hausse. De 1 dollar et demi le gallon il y a trois mois, aujourd’hui il faut casquer 2 dollars 50 pour l’essence ordinaire. C’est le prix à payer du fait qu’en été l’Américain parcourt traditionnellement des distances plus longues. Toujours le mythe de la conquête de l’Ouest. Le président Obama semble avoir le don des diversions intelligentes pour empêcher le pays de sombrer totalement dans la morosité. Et ses conséquences fatales. Après son plan d’assurance-santé universelle (qui piétine aux portes du Congrès), cette semaine c’est l’industrie automobile qui est dans son collimateur. Le nouveau défi est de fabriquer des voitures plus performantes en consommation d’essence et moins polluantes. General Motors et Chrysler ont là une chance de tirer de la crise quelque chose de positif (et de compétitif) pour l’avenir. Les « talk shows » ne tarissent pas. Curieusement la crise semble rendre l’Amérique plus intelligente qu’elle ne l’a été depuis longtemps, voire pendant les huit années plombées Bush-Cheney. A propos d’intelligence, vous connaissez la dernière : les parlementaires républicains ont finalement décidé de ne pas présenter un projet recommandant de changer le nom du parti Démocrate en parti « socialiste. » Décidément on vient de loin ! Haïti en Marche, 21 mai 2009 (USA CRISE... suite de la 1ère page) 18 Mai: Vœux de Barack Obama aux HaïtiensLe Prdt. Barack Obama salue la commémoration du Drapeau Haïtien, le 18 Mai, rappelant l’étroite connexion historique entre Haïti et les Etats-Unis, et que des troupes venues de Saint Domingue (future Haïti) ont combattu à Savannah (Georgia) pour l’indépendance des Etats-Unis. En ce jour anniversaire de la création du Drapeau Haïtien, le 18 Mai 2009, le Prdt. des Etats-unis a adressé ses sentiments chaleureux au peuple haïtien et à la Diaspora haïtienne, renouvelant l’engagement des Etats-Unis pour aider Haïti à développer un avenir prospère. Statement of President Barack Obama on Haitian Flag DayObama salue le peuple haïtienLe secrétaire général de l’OEA et une dizaine de membres du Congrès américain réunis à Washington sur le dossier de l’avenir d’HaïtiPort-au-Prince, le 20 mai 2009 –(AHP)Le secrétaire général de l’OEA, José Miguel Insulza, s’est entretenu mardi avec une dizaine de membres du Congrès américain autour de points jugés fondamentaux sur la situation en Haïti et de ce qu’il y a lieu de faire pour favoriser la relance de ce pays. Les échanges ont porté notamment sur les expériences et points de vue relatifs aux objectifs à atteindre et sur les programmes mis en place par l’OEA et la Fondation panaméricaine de développement en Haïti. P-au-P., 19 mai 09 [AlterPresse] — Le président des États-Unis, Barak Obama, salue les Haïtiens à l’occasion de la commémoration, le 18 mai, du 206e anniversaire du drapeau haïtien. « Je suis fier d’exprimer mes vœux les plus chaleureux et ceux des Américains au peuple haïtien et à la Diaspora haïtienne alors qu’ils célèbrent le Mois de l’Héritage Haïtien », déclare le chef de l’État américain dans un communiqué émis par la Maison blanche. « Les Etats-Unis et Haïti sont étroitement liés par une grande histoire et partagent une amitié de longue date », souligne le numéro un américain. Il rappelle qu’en 1779, les hommes libres de la colonie française de Saint Domingue, aujourd’hui République d’Haïti, ont apporté leur aide à des patriotes américains qui combattaient pour la liberté lors du siège de Savannah. Aujourd’hui, poursuit-il, « nous restons liés par une communauté haïtiano-américaine qui contribue considérablement au tissu économique, social, culturel, scientifique et académique des Etats-Unis ». Obama réaffirme « l’engagement immuable » des États-Unis et de son administration à « aider ceux qui, en Haïti, travaillent pour s’assurer de la stabilité, de la durabilité et de la prospérité de l’avenir de ce pays ». The United States and Haiti share a deeply intertwined history and a long standing friendship. In 1779, freemen from the French colony of Saint Domingue, now the Republic of Haiti , came to the aid of American patriots fighting for freedom at the Siege of Savannah. Today, we remain connected by a Haitian-American community that contributes greatly to the economic, social, cultural, scientific and academic fabric of the United States and by my administration’s steadfast commitment to come to the aid of those in Haiti working to ensure that Haiti’s future is stable, sustainable and prosperous. On this Haitian Flag Day, I am proud to send my warm wishes and those of the American people to the people of Haiti and the Haitian Diaspora as they celebrate during Haitian Heritage Month. Le Secrétaire général Insulza a souligné la nécessité pour que les différents secteurs intervenant dans le dossier d’Haïti travaillent de façon coordonnée sur le plan de développement national élaboré par le gouvernement haïtien qui met en avant la priorité sur le futur d’Haïti. L’accent a également été mis sur les résultats de la conférence des bailleurs le 14 avril dernier à Washington et sur les (OEA / p. 6) L’Ambassadeur des Etats-Unis, Janet A. Sanderson, lors de l’inauguration du Lycée La Saline dont la construction a bénéficié d’un financement du gouvernement américain/USAID (photo JJ Augustin)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18USA-CRISE-DIASPORALa Diaspora mérite notre reconnaissanceL’exécutif a créé une commission pour étudier l’opportunité d’un amendement de la Constitution. Si la volonté nationale y est (exécutif, législatif, société civile largement large), cela peut être chose faite dans un temps pas trop lointain.Les fêtes champêtres …Ensuite, le plus beau moment de l’année pour beaucoup de nos expatriés, ce sont les fêtes champêtres en Haïti. C’est là qu’ils viennent faire trempette et se retremper au milieu de leurs souvenirs et leurs rêves les plus secrets. Faisons donc en sorte que ces sites estivaux et festivaliers soient un peu plus accueillants cette année. Qu’ils soient plus propices à susciter ou ressusciter les rêves et à laisser un souvenir encore plus fort. Par ailleurs, beaucoup aimeraient profiter de la cassure survenant actuellement dans le pays hôte, pour tenter leur chance au pays d’origine. attirer les grands investissements capables de créer plusieurs dizaines de milliers d’emplois. Mais ce n’est pas facile. Tandis que plein de compatriotes à l’extérieur n’attendent que l’occasion d’investir une partie de leurs épargnes dans l’économie locale. Ceci devrait être plus facilement réalisable, mais si on leur accordait à eux aussi un minimum d’attention. Ce qui n’est pas le cas.La vache à lait électorale …Crise économique ou pas, la diaspora est donc condamnée à rester la vache à lait électorale de tous ceux et toutes celles qui prendront bientôt à nouveau le chemin de Miami, New York, Chicago, Montréal, Santo Domingo, Paris et Cayenne (La Guyane) pour l’année électorale la plus longue de l’histoire d’Haïti (21 juin 2009, novembre-décembre 2009, novembre-décembre 2010, plus les reprises ici et là et de plus en plus chaotiques pour irrégularités et autres forfaitures). campagne sur le dos des autres trouveront cette fois là-haut à qui parler. Mais le gouvernement actuel a déjà reçu quant à lui suffisamment de signaux (agrémentés de suffisamment aussi de promesses non suivies de réalisation) pour commencer à accorder toute l’importance qu’il faut à cet énorme potentiel que représente la diaspora dans le domaine de la microentreprise, pour couvrir tout le pays de petites entreprises agricoles, artisanales, agro-industrielles, pépiniéristes, paysagistes, environnementalistes etc. Certes cela ne fera pas les grands titres internationaux comme les rapports du professeur Collier, mais ce n’est pas par hasard si l’un des proverbes français les plus aimés en Haïti c’est « se piti piti zwazo fè nich li. » A défaut de crédits et de fonds de garantie sur investissements, l’Etat a plein de terres qui se gaspillent et toute une administration publique qui passe son temps à se tourner les pouces. Mélodie, 103.3 FM, Port-au-Prince (DIASPORA... suite de la 1ère page) Nos gouvernants se dépensent sans compter pour Espérons que tous ces candidats qui font leur Par contre, chez nos expatriés les discours n’en finissent pas. Plus présente aussi la religion. Discours et cantiques ne font plus qu’un. Jusqu’à frôler ce qui en Haïti pourrait provoquer un fou rire. La nouvelle mode est de mimer le chant par un gestuel emprunté au théâtre japonais. Sorte de Bruce Lee de la chaire. Justement trop emprunté !« M pa vi n isi pou m betize » …Par contre, en Haïti les jeunes sont plus distants des parents et des adultes. Et vice-versa. On ne peut plus danser les mêmes musiques et les mêmes danses. La piste est monopolisée ou par les uns ou par les autres. Ou les moins de 18 ans et leur dirty dancing. Ou les adultes et leur dancing dirty. Par contre là-haut on vient pour s’amuser (« m pa vi n isi pou m betize »), pas pour s’exhiber. Aussi bien que sans la diaspora, la fête du drapeau haïtien (18 mai) passerait inaperçue, c’est aussi le dernier endroit où l’on peut encore s’éclater sur un bon Compas. Nu Look, Ti-Vice et Djakout sont les favoris du jour. Mais les plus petits ont aussi leur heure. C’est quand la table est servie. Le DJ change alors de registre pour les Top Ten : Beyonce, Rihanna, Acon etc. Ils ont été servis avant. Les voici servis à leur tour.Rien ne monte, rien ne descend …La communauté n’a certes pas le cœur à la fête. Miami est l’un des endroits aux Etats-Unis les plus frappés par la crise. La Floride s’est convertie au fil des années d’un immense champ de citrus en comptoir international import-export.Chez les Haïtiens de Miami : Dansons sous la pluie !(HAITIENS MIAMI... suite de la 1ère page) dit le créole. On importe moins, la machine américaine fonctionnant au ralenti ; on exporte moins également parce que le pouvoir d’achat a chuté dans les pays du sud. Y compris les transferts qui ont diminué non du quart, comme on l’espérait, mais plus de moitié. Aussi on profite d’une telle soirée plus que d’habitude. Se rappelant que le film emblématique des années de crise aux Etats-Unis s’intitule « Dansons sous la pluie ». Marcus, 22 mai 2009 Or actuellement rien ne monte, rien ne descend comme RD/Haïti : des maisons habitées par des Haïtiens incendiéesun grand nombre d’édifices en construction. Les voisins en colère ont annoncé leur intention de “chasser tous les Haïtiens de là.” Aussitôt connue la nouvelle de ce qui s’était passé dans la rue Respaldo Antonio Guzman, les Haïtiens, habituellement nombreux dans cette zone, ont disparu de la circulation. La tension semble augmenter et s’approcher d’une confrontation violente entre Dominicains et Haïtiens. Par ailleurs, les voisins accusent les ingénieurs qui construisent les immeubles de trafiquer avec les ouvriers Haïtiens qu’ils préfèrent parce qu’ils leur versent des salaires plus bas et ne respectent pas la législation du travail. temps, les voisins sont allés à l’intérieur des locaux pour fouiller sous les lits à la recherche soi-disant d’armes. Ils ont trouvé quelques poinçons (outils pour découper) dans une des habitations. Après cette découverte, la colère s’est emparée du groupe qui a commencé par incendier un des locaux, puis s’est dirigé vers l’autre en criant “Il faut les tuer tous!” Différentes unités de la police sont arrivées sur les lieux. Un ingénieur du nom de Varga serait le propriétaire des locaux. D’après les voisins, plusieurs ingénieurs, y compris le propriétaire, “amènent (les Haïtiens) dans des camions pour aller travailler sur les chantiers en construction.” Le propriétaire des locaux a nié ces accusations. (INCENDIES... suite de la page 3) Dans ce secteur, habité par des personnes de classe moyenne, se trouvent www.Musiquedesiles.com1. Septentrional: Boléros 2. Septentrional: 5eme Comm. 3. Septentrional: Gold 4. Gabel: Se Wèl Fèl 5. DP Express: Volume 4 6. Sweet Micky: GNB 7. Coupe Cloue: Gold III 8. Zenglen: 5 Etwal 9. Shleu Shleu: Haiti terre soleil 10. Coupe Cloue: Gold IITop Hit ParadeSemaine du 25 Maiwww.Musiquedesiles.com engagements pris par les chefs d’Etat et de gouvernement réunis les 18 et 19 avril pour le sommet des Amériques à Trinidad Tobago. José Miguel Insulza a rappelé que les pays membres de l’organisation hémisphérique ont éte appelés à conjuguer de l’OEA a également salué la récente désignation de l’ancien président Bill Clinton comme envoyé spécial de l’ONU en Haïti. “ Le président Clinton plus que toute autre personne est indiquée pour se colleter aux réalités d’Haïti et pour explorer les alternatives pouvant aider à en faire une nation sûre. La congresswoman Barbara Lee s’est également félicitée de la nomination de M. Clinton: c’est une des meilleures nouvelles en termes de possibilités de trouver les ressources dont Haïti a besoin. Les représentants Eliot Engel, Gregory Meek, Caroline Kilpatrick, Mel Watt, John Conyers, Donald Payne ont également participé à la rencontre et ont pris l’engagement d’aider Haïti dans le dossier du TPS et de l’augmentation de l’aide internationale.Le secrétaire général de l’OEA et une dizaine de membres du Congrès américain...leurs efforts pour venir en aide à Haïti et ont fait des propositions dans le sens de l’appui aux efforts de la communauté internationale en faveur d’Haïti. Le secrétaire général (... suite de la page 5) PLAS VID SOU KONSÈY ADMINISTRATIF FONDASYON SANTE PIBLIK LA [PUBLIC HEALTH TRUST (sig Angle PHT)]Aktyèlman yap asepte aplikasyon pou Konsèy Administratif Fondasyon Sante Piblik Konte Miami-Dade, otorite gouvenan Sistèm Sante Jackson la. Manm yo sou Konsèy la pa touche epi yo sèvi dè tèm pou twazan men ki an dekalaj. Genyen senk plas vid pou nominasyon pou ane 2009 la. Konsèy Responsab Nominasyon pou PHT an va kontakte aplikan ke yo chwazi pou entèvyou yo. Aplikan sa yo ki fin chwazi pou entèvyou pral sibi yon envestigasyon bakgrawonn. Asanble Komisyonè Konte Miami-Dade la, yon fwa ke li resevwa rekòmandasyon Konsèy Responsab Nominasyon an, va nonmen Konsèy Administratif la. Fòm aplikasyon yo disponib nan biwo egzekitif konte an «County Executive Office», 111 NW 1st Street, Suite 2910, oswa sou entènèt la nan www.miamidade.gov . Se pou Diane Collins, (Chèf Divizyon Enterimè, Grefye Asanble), Acting Division Chief, Clerk of the Board, 111 NW 1st Street, Suite 17-202, Miami, Florida, 33128 resevwa aplikasyon yo pa pita ke 3 jenn 2009 anvan 4:00 pm . Yap asepte aplikasyon pa imel sou clerkbcc@miamidade.gov oswa fakse li nan 305-375-2484. Se pou aplikan an rele biwo grefye an « Clerk of the Board » nan 305-375-1652 pou konfime ke yo resevwa aplikasyon elektwonik li an paske se responsabilite pa li. Pou plis enfòmasyon sou pwosedi aplikasyon sa yo, tanpri rele 305-375-5311.

PAGE 7

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 7MIAMI-DADE ADVERTISEMENT FOR BIDPROJECT NAME: Miami International Airpor t Fuel S torage Facility Secondary Containment and Roof Modifications for Dike Ar ea No. 4 Jet Fuel S torage T anks PROJECT NO.: 0155A (“Project”)Sealed Bids for the Project designed above will be received for and in behalf of the Owner, Allied A viation Fueling of Miami, Inc. by the Architect/Engineer, H. J. Ross Associates, at the Of fice of the Clerk of the Board in the S tephen P . Clark Center , 17 th Floor , Suite 202, Miami, Florida, 33128, until 1:00 P.M. on July 15, 2009, or as modified by addendum at which time all Bids will be opened and read aloud. The Owner reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids. Bidders are invited to be present. Bids received after the time and date specified will not be considered, and will be returned unopened. Bids are to be submitted in two envelopes. Envelopes A o f Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Small Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within fortyeight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remaining bidding documents, from Bidders th at have not been rejected as not responsive will be opened publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening. Bids received after the time and date specified will not be considered, and will be returned unopened. IN GENERAL THE WORK COMPRISES: The Work of this Contract consists of providing secondary containment under jet fuel storage Tanks No. 13, 14, 15, 16, 17 and 1 8, replacing the roofs on Tanks No. 15, 17, and 18, and performing all other work specified in the Bid Documents at the Miami International Airp ort (MIA) Fuel Storage Facility. In order to provide secondary containment, the tanks will be lifted from their concrete ringwall foundation and high density polyethylene liners, leak detect ion and cathodic protection will be provided under the tanks. The tanks will be repositioned on their foundation after completion of the work. Structural and piping modifications will also be made to the tanks, internal floating roof seals will be replaced and the tanks will be partially re-coated. The work also includes demolition of three existing metal tank roofs and miscellaneous existing utilities . BID DOCUMENTS: The Owner will make the Bid Documents available, on June 4, 2009 for inspection by individuals by appointment only, on business days during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at Allied A viation Fueling of Miami, Inc., 4450 NW 20 th S treet, Suite 201, Miami, Florida 33122. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents through Thomas E. Doherty , General Manager , telephone number 305-871-7001. The duration of each appointment will no exceed two (2) hours. However, the Owner may schedu le additional time slots (not to run consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Docume nt review, interested parties will be required to present current, government issued, picture identification (e.g., Driver’s License, United States Passport), documentation that they are licensed architect , engineer, or contractor who may perform work on, or related to, the Project, and sign and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in acco rdance with Florida Statutes § 119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes, § 281.301 and § 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provisions of Florida Statute § 119.07(1) and §24(a), Article I of the State Constitution. In addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing th ese documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or copying of the documents will be allowed. The Bid Documents can be purchased at Allied A viation Fueling of Miami, Inc., 4450 NW 20 th S treet, Suite 201, Miami, Florida 33122, as follows: 1.Non-Refundable Payment of $200 for each set of Bid Documents 2.Refundable Deposit of $1,000 for each set of Bid Documents The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami-Dade Aviation Dep artment. The refundable deposit must be by Cashier’s or Certified check only, and made payable to Allied Aviation. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and f ax numbers, and email address for the purpose of contact during the bidding process. A business card with all of this information will suffice. Bid Documents may be purchased in person or by mail. To purchase a set of the Bid Documents in person, each purchaser must pre sent a current: A.copy of government issued, picture identification (e.g., Driver’s License) B.copy of the architect, engineer, or contractor qualifier’s license issued by the Florida Department of Business and Professi onal Regulation for the Bidder making the purchase C.an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor. Confidentiality Affidavits may be obtained in advance by downloading from www .miami-airport.com/html/bids.html. Bid Documents may also be purchased by mail by sending a copy of the requisite identification, license, original notarized Confidentiality Affidavit, contact information, and checks along with a F edEx or UPS billing account number to the place of purchase indicated above. All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders th at timely return the Bid Document will have their deposit returned. Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to the location of purchase. Failure to return the Bid Documents and copies made to the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Conf idential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be required to certify that they have ret urned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies. All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The Owner reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The Owner, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the Owner by any and all bidders. PRE-BID CONFERENCE: The Owner will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on June 18, 2009, from 9:00 AM to 12:00 Noon at Allied A viation Fueling of Miami, Inc., 4450 NW 20 th S treet, Suite 201, Miami, Florida 33122, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections will be provided by the Owner. COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM Contact Measures for this Project is (are): 16% COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM The Community Workforce Goal for this Project is: 10% BID GUARANTY : Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by t he Instructions to Bidders. No Bid may be withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The Owne r reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids. BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS: 1) The Miami-Dade County Responsible Wages of Ordinance. 2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participations, expressed as a percentage, for the Contractor’s aggregate work force in each trade on all construction work in the covered area, as follows: TimetablesFromGoal for minorityParticipationGoals for femaleParticipation 4/01/81for eachTrade in Miami-Dade CountyforEach trade Until further notice 39.5 % 6.9 % As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the “covered area” is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor’s construction work (whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area. 3) The “Equal Opportunity Clause” and the “Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications” as set forth in the Contract Department. The Contractor’s compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementatio n of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be preformed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole purpose of meeting the Contractor’s goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulations in 41CF R Part 60-4. Compli-ance with the goals will be measured against the total work hours performed. The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification s hall list the name, address and telephone number of the Subcontractor; employer identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontractor;estimated starting and comple tion dates of the subcontractor; and the geographical area in which the Contractor is to be performed. 4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprises (CSBE) Su bcontractors. Requirements for compliance with this ordinance are contained in the Contract Documents. 5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a “Cone of Silence” is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertise ment and terminates at the time the County Manager issues a written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first. The C one of Silence prohibits communications regarding RFPs, RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County’s professional staff, i ncluding but not limited to the County Manager and the County Manager’s staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the County’s professional staff including, but not limited to, the County Manger and the County Manger’s staff. The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral pre sentations before selection committees, oral communications with the Contracting Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Proj ect Information Report, for administering the procurement process. Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners d uring any duly noticed public meeting or communications in writing at any time unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. In addition to any other penalties provide by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or propo ser shall render any RFP award, RFQ award, or bid award voidable. Any person having personal knowledge or a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attor ney and/or may file a compliant with the Ethic Commission. Bidders or Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification. 6) The Owner shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documen ts other than those made by Addendum, Change Order, or Work Order. Any purchase of partial sets of documents shall be at the purchaser’s risk.

PAGE 8

Page 8 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18TALENTS & CULTURE Foires à Gogo ! Elles s’appellent Gwoup Fanm Lazil, AFLIDEPA (Asosiyasyon Fanm Limonad pou Devlopman Agrikòl ak Atizana), FHAF (Fonds Haïtien d’Aide à la Femme), ROPAGA (Rezo Oganizasyon Pwodiktè ak Pwodiktris Fwi), ANACAPH (Associations Nationale des Caisses Populaires Haïtiennes), Lèt a Gogo, comment les citer toutes ! Ce sont là quelquesunes des organisations rassemblées du 20 au 22 Mai au Karibe Konvention Center pour échanger leurs expériences, faire le point sur leurs activités et dans le cadre de la commémoration des dix ans d’existence du Conseil National de Financement Populaire. Il y avait aussi la partie foire, chacune de ces associations ayant apporté des échantillons de leur production pour les présenter et éventuellement les vendre au public. Ce dernier aspect, malheureusement, n’a pas été rempli. En effet, les artisans et artisanes, producteurs de confitures, mamba, cassaves, sirop miel, crémas au lait ou au chocolat, lait, yoghourt, les douces de Lèt–à-Gogo ont été obligés pour la plupart de retourner avec les échantillons qu’ils avaient apporté. La vente a été mauvaise, très mauvaise. La situation économique désastreuse, me direzvous ? Nous pensons plutôt au manque de promotion autour de l’événement. Le public tout simplement ne savait pas qu’il y avait cette foire exposant les divers produits du terroir et surtout qu’il avait la possibilité d’acheter la marmite de citrons verts à un prix bien inférieur que dans les marchés de Port-auPrince, idem pour les grenadines, les lames véritables, le sac de riz de l’Artibonite, jaune ou blanc, les cassaves, les mambas, les liqueurs, autant de produits venus tout spécialement de différentes localités pour être présentés au public. Le public ? Tout simplement il n’était pas au rendezvous. Il faut aussi dire qu’une foire de ce genre se tenant dans les hauteurs (Karibe Convention Center) ne peut en aucun cas attirer la grande foule. Mais quelle autre possibilité, avons-nous ? Le Champ de mars, me direz vous ? Non. Le Champ de mars se transforme rapidement en un parc à bestiaux à la moindre exposition, seraitce par manque de suffisamment de poubelles. Aussi les marchands et marchandes, les artisans sont repartis bredouille avec leurs échantillons. ont-ils dit. « Mais même le peu que nous avons apporté avec nous, nous ne l’avons pas vendu ». Mais ceux qui ont eu la chance de voir cette mini foire agricole ont pu se rendre compte de l’excellence des produits. Il y a là tout un potentiel prêt, attendant un financement pour élargir la production. La majorité des femmes rencontrées nous ont dit pouvoir vivre, élever leurs enfants avec les produits qu’elles fabriquent. « Ce n’est peut-être pas beaucoup. Mais j’ai pu envoyer mes enfants à Port-au-Prince pour terminer leurs études et apprendre une profession. » Mais est-ce que cela ne pourrait pas aller plus loin ? C’est la question que nous nous posons et que se posent toutes ces femmes qui brûlent d’envie de voir se développer leur production qui reste encore après toutes ces années au stade artisanal.Foire de Femmes en Démocratie …C’est le même rêve que caresse Félicia Dell, rencontrée à une autre foire qui, elle, s’est tenue à l’hôtel Montana, du 22 au 24 Mai. Foire organisée par Femmes en Démocratie, en prélude à la Fête des mères. Félicia Dell était justement l’une des femmes exposant leurs créations. Si pour d’autres c’était des plantes, surtout des plantes médicinales à partir desquelles elles fabriquent des liqueurs, des « trempés », pour Félicia Dell ce sont des sacs à main qui sont confectionnés avec de magnifiques tissus d’ameublement. De toutes les couleurs et de toutes les formes. Certains ornés de Vèvè, mais attention il y a dans notre milieu des femmes qui ne porteront pas de sac avec un Vèvè, fut-il dédié à Erzulie, déesse de l’Amour ! La créatrice de Collection-Vèvè nous a raconté son histoire. Tout a commencé après l’assassinat de son compagnon. Elle s’est retrouvée seule, perdue au milieu de tous ces tissus d’ameublement. Que faire ? Surtout ne pas sombrer dans le désespoir. C’est ainsi donc qu’elle s’est mise, comme par hasard, à manier ces tissus, petit à petit à les transformer en ces magnifiques objets qui ont pour fonction de recueillir les mille et un objets que l’on peut trouver dans le sac. Et son talent a fait le reste. Félicia Dell a remporté le Premier Prix au DVF (Diane von Furstenberg), une compétition de valises et de sacs de mode. La grande dame de la mode lui a passé une commande de 200 sacs. Plusieurs autres artisanes ont prêté leur concours pour exécuter la commande sous la supervision de Félicia et respectés. Aujourd’hui, si vous montez sur le site de Diane von Furstenberg, vous verrez tous ces sacs à main made in Haiti, accessoires indispensables des modèles de Diane dont raffolent les femmes. Haïti est donc à l’honneur et comment !Prix trop élevés …Foires à gogo, avons-nous choisi comme titre. Oui, mais sur une trop petite échelle et cela chaque année, plusieurs fois même par an. La production est là. Mais elle attend encore des investissements pour mettre Haïti tout au haut de l’Artisanat caribéen. Même si nous savons que beaucoup de ces îles empruntent notre artisanat et le font passer comme le leur, tandis que nous-mêmes restons éternellement à l’échelon artisanal. Les bijoux, les chemises de nuit, les robes produites, les articles en céramique, les lampes exposées au Montana sont de véritables œuvres d’art. On admire, on achète un peu, trop peu. Ce n’est toujours pas le grand décollage espéré à chaque nouvelle foire. Mettre l’accent sur la production nationale, la développer, c’est aussi s’intéresser au quotidien de ces femmes qui aimeraient bien faire de leur art un moyen de subsistance et en vivre à plein temps. Finalement, pourquoi ces prix tellement élevés ? Partout ailleurs une foire est l’occasion de trouver des produits à meilleur marché. On a l’impression que chez nous, c’est le contraire, les prix sont plutôt majorés. Cela aussi décourage les acheteurs ! E.E. « On nous avait dit de ne pas trop apporter » nous de Femmes en Démocratie et les délais de livraison pu être HAITI HEBERGE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DU MEMORIAL INTERNATIONAL SIDA A LA CHANDELLE 2009: Les événements mondiaux débutent avec l’annonce d’une campagne nationale de dépistage au VIH en HaïtiPORT-AU-PRINCE, HAITI – La cérémonie d’ouverture du Mémorial SIDA à la Chandelle a été tenue ce soir en Haïti, lançant ainsi plus d’un millier d’activités du mémorial à travers plus de 100 pays faisant partie de ce plus grand et plus ancien évènement de mobilisation communautaire sur le VIH/SIDA. Haïti a été choisie comme le pays hôte de la cérémonie d’ouverture à cause des récents signes de progrès qu’elle a réalisés dans sa réponse au VIH/SIDA. L’évènement est (MEMORIAL / p. 11) Lancement cette année à Milot (en Haïti) du Memorial Sida (photo JJ Augustin) Les Foires agricoles et artisanales tenues la semaine dernière au Karibe Convention Center et à l’Hôtel Montana (photos HENM)

PAGE 9

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 9HAITI CINEMA Les Amours d’un zombi, un film d’Arnold Antonin, scénario de Gary Victor23 mai 2009 Une satire socio-érotico-politique, ainsi peut-on résumer le dernier film d’Arnold Antonin, les Amours d’un zombi, dont l’avant-première a eu lieu le jeudi 21 mai à l’Impérial. Le scénario est signé Gary Victor. L’univers de Gary Victor, prolifique écrivain, est porté à l’écran à travers la troisième fiction d’Arnold Antonin. Les lecteurs assidus de cet auteur fantastique, qui exploite le mieux le folklore haïtien dans ses livres, y retrouveront la faune de ses personnages hauts en couleur. Ils reconnaîtront à coup sûr les politiciens véreux à l’image de Buron, les Sonson Pipirit et autres personnages sortant d’un univers qu’on voudrait fantasmagorique mais qui font partie de notre quotidien, se désole toujours le romancier. Il a fallu l’expérience d’Arnold Antonin pour transposer cet univers et donner un film qui surpasse les deux précédents films du réalisateur de «Le président a-t-il le sida ?» et «Piwouli et le zenglendo». Un film qui, espèrent les cinéphiles, va réveiller notre cinéma moribond et donner à goûter du sel aux zombis que nous sommes tous dans ce pays. «La date de sortie de Les Amours d’un zombi film n’a pas encore été retenu», a indiqué le réalisateur du film à la fin de la projection de ce long-métrage dont certaines scènes truculentes ont réjoui le public présent en grand nombre à l’Impérial. Un public qui toutefois a semblé insatisfait de la chute du film qui tient davantage de la nouvelle que du cinéma. Ce film vise à présenter une autre image du zombi, un portrait moins picaresque de ce personnage caricaturé dans la culture populaire, a indiqué le cinéaste récemment primé à la récente édition du Fespaco pour son documentaire «Jacques Roumain, la passion d’un pays». Les Amours d’un zombi («Zonbi damou» en créole) veut montrer qu’un zombi peut aussi aimer et qu’il peut en souffrir comme tous les amoureux. C’est en gros la trame de cette réalisation qui toutefois n’est pas une simple histoire d’amour mais qui brasse le social, le religieux, le politique qui sont pratiquement passés au laminoir. Ce film a un point commun avec la précédente fiction d’Antonin. C’est pratiquement la même équipe, la même famille qui y joue. Ricardo Lefèvre tient le rôle principal, celui du zombi. On retrouve, entre autres, Gessica Généus dans la peau d’une journaliste, Réginald Lubin, dans le rôle d’un politicien véreux et le comédien Riché Kenskoff sous les traits de Baron Samedi. Réalisé avec l’apport d’organismes internationaux, et ayant bénéficié du support de l’ambassade de France, dont l’ambassadeur était présent à l’Impérial, le film a coûté la somme de 175 000 dollars US, a indiqué M. Antonin. JJ/HPN Raoul Peck prépare un téléfilm sur Toussaint Louverture21 mai 2009 Après la Citadelle du roi Henry Christophe, Raoul Peck planche sur un téléfilm consacré au précurseur de l’indépendance haïtienne. «Toussaint Louverture» est le titre de cette prochaine réalisation du cinéaste haïtien. Après le tournage du long métrage Moloch Tropical, dans le magnifique décor de la Citadelle Christophe dans le nord du pays, le cinéaste Raoul Peck s’attelle à la réalisation d’un téléfilm intitulé «Toussaint Haiti-France : Le drapeau haïtien célébré à ParisLouverture». Ce film, une idée des producteurs France Zobda et Jean-Louis Monthieux, se propose de raconter le parcours de Toussaint Louverture, le “premier des Noirs”, qui appartient à l’Histoire universelle. Raoul Peck est en train d’écrire son histoire avec la complicité de Jean-René Lemoine pour les besoins de cette œuvre destinée à France 2. JJ/HPN L’Ambassade de la République d’Haïti en France a organisé dans la soirée du lundi 18 mai 2009 à 18 heures 30 (salle des fêtes de la Mairie du 17ième Paris) une conférence-débat à l’occasion du 206ème anniversaire de la création du premier drapeau haïtien. Plus de 200 personnes, dont le directeur adjoint de l’Unesco, des diplomates africains, sud américains y ont participé. Après les mots de bienvenue de madame Marie Guerlyne JANVIER, Conseiller près de l’Ambassade d’Haïti en France, madame Brigitte Kuster, Maire du 17ème arrondissement, a pris la parole pour retracer en des termes élogieux le processus historique qui a conduit à la création de notre drapeau haïtien : “en tant que symbole d’un nouveau chapitre de votre histoire nationale, votre (DRAPEAU / p. 11) GROUPE DE REFLEXIONS CITOYENNES POUR UN CHANGEMENT REEL EN HAITIDans le cadre des débats suscités par le projet d’amendement de la Constitution, nous poursuivons nos réflexions, cette fois ci sur la question de l’Armée d’Haïti. Faut-il la rétablir ? Faut-il la rayer complètement de notre panorama institutionnel ? Faut-il la remplacer par une autre force ? Avant de nous pro noncer sur cette question, nous tenons à faire les remarques suivantes : ·Notre situation sécuritaire s’est détériorée à un rythme vertigineux au cours des quinze dernières années. L’insécurité s’est installée dans notre vie quotidienne, au point de rendre certains concitoyens nostalgiques de l’époque où l’Armée d’Haïti assurait l’ordre et la paix, même-si cette paix était quelquef ois celle des cimetières. ·La présence de la Minustah dans le pays constitue en essence une négation de notre Souveraineté Nationale. Comment pouvons-n ous prétendre être un Etat souverain quand notre territoire est occupé par des forces étrangères ? Pourtant, nous pouvons nous imaginer ce qu’il adviendrait de nous sans la présence de ces forces, puisque la Police Nationale d’Haïti ne se révèle pas à même de relever les défis qui s’imposent. ·En troisième lieu, les nouvelles qui nous parviennent de l’autre côté de l’île, par exemple la récente décapitation d’un resso rtissant haïtien, indique que nous devons nous soucier de la sécurité de nos frontières avec la République Dominicaine qui constitue, qu’on le veuille ou non, une menace pour notre existence de peuple. De telles constatations nous portent à conclure qu’il est de toute nécessité d’instaurer dans le pays une force militaire pour remplacer l’Armée d’Haïti, quelle que soit son appellation, gendarmerie, ou forces armées, ou autre. La mission de cette force, qui, d’après nous, sera hautement professionnelle et compét ente, est la suivante : Assurer la formation des jeunes en vue de les habiliter à accomplir leurs devoirs civiques et à participer au grand projet de reconstruction nationale. Le service militaire sera obligatoire pour les jeunes, sans distinction de sexe. La formation qui sera donnée aux jeunes ne se limitera pas aux tactiques des armes. L’objectif du service militaire sera de former le jeune haïtien / la jeune haïtienne pour qu’il / qu’elle devienne un citoyen / une citoyenne a part entière, bien imbu/e de ses devoirs civiques. Dans cette formation, priorité sera donnée aux concepts d’intégrité, de discipline, d’entraide sociale, de respect de l’environ nement, etc. Le corps militaire que nous préconisons est un corps qui se mettra exclusivement au service de la population et qui travaillera de concert avec la société civile pour la sauvegarde de la Nation. Vos suggestions et commentaires seront appréciés. haitigroupereflexion@yahoo.com Pour le GRC: Thérèse Guilloteau/Nemours Damas 2, Rue Boisrond Canal (Route de Frères), Pétion Ville, Haïti / Tel : 3465-1058 3464-5055 Email : haitigroupereflexion@yahoo.com / Haitiansintransit.org@gmail.com

PAGE 10

Page 10 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18RELATIONS HAITIANO-DOMINICAINESChancellerie, le 21 mai 2009 Mesdames, Messieurs les Ministres, Messieurs les Directeurs Généraux, Mesdames, Messieurs, Je ne saurais procéder ce matin à l’ouverture des travaux de la première réunion de la Partie Haïtienne de la Commission Mixte Haitiano-Dominicaine sans évoquer d’entrée de jeu les problèmes qui se posent depuis quelques semaines de part et d’autre de la frontière et qui méritent une attention particulière. S’il est vrai que le rôle de la Commission Mixte est de prendre en compte les questions d’Etat entre les deux pays qui se partagent l’île et de les porter à un niveau de dialogue et de Haïti-Rép. Dominicaine : Lancement des activités de la partie haïtienne de la commission mixte bilatéraleP-au-P, 21 mai 09 [AlterPresse] — Le premier ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis a procédé, ce 21 mai 2009, au lancement des travaux de la première réunion de la partie haïtienne de la commission mixte bilatérale haïtiano-dominicaine. D’entrée de jeu, le chef du gouvernement haïtien a évoqué les divers incidents qui ont fragilisé, depuis plusieurs semaines, les relations entre Haïti et la République Dominicaine. À en croire le premier ministre, ces incidents pourraient nuire aux relations de bon voisinage qui devraient exister entre les deux Républiques. En présence de plusieurs ministres du gouvernement, Michèle Pierre-Louis a tenu à rappeler que « le rôle de la commission mixte est de prendre en compte les questions d’Etat entre les deux pays qui se partagent l’île et de les porter à un niveau de dialogue et de compréhension réciproque. » « Les agressions répétées, les assassinats gratuits, les harcèlements, les rapatriements intempestifs, les incidents frontaliers dont sont victimes nos concitoyens et concitoyennes, interpellent notre conscience et questionnent notre humanité », affirme Michèle Duvivier PierreLouis dans son propos d’introduction à l’ouverture de ces travaux à la Chancellerie haïtienne. Le premier ministre précise que l’agriculture, le commerce, l’environnement, l’éducation, la culture, la santé, le tourisme, la migration, les sports, la sécurité publique et les droits humains sont les domaines prioritaires de la commission mixte haïtiano-dominicaine. A travers cette commission, Michèle Pierre-Louis espère que « nous pourrons ensemble assainir le climat et nous engager dans un nouveau paradigme de coopération. » Pour la partie haïtienne, le ministre des affaires étrangères assure la vice-présidence de la commission mixte haïtiano-dominicaine. Les instances faisant partie de cette commission sont : les ministères du gouvernement et la Primature, le Bureau de l’ordonnateur national de l’Union européenne, la Banque de la République d’Haïti (BRH), le Centre de facilitation des investissements (CFI), la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti (CCIH), l’Association touristique d’Haïti (ATH), l’Association des industries d’Haïti (ADIH), l’Association Haïtienne des Technologies de l’Information et de la Communication (AHTIC) et un représentant du secteur syndical. Début juin, une rencontre entre les chefs d’Etat haïtien et dominicain et/ou les chanceliers haïtien et dominicain est prévue, selon le premier ministre Pierre-Louis qui ne précise pas l’endroit où cette réunion aura lieu. En avril dernier, le gouvernement dominicain a annoncé un ensemble de projets communs avec Haïti dans le cadre de cette commission mixte bilatérale haïtiano-dominicaine. Ces projets ont trait à la santé, l’éducation, l’environnement, l’agriculture, le commerce, la coopération au développement, la migration et la sécurité. Carlos Morales Troncoso, chef de la diplomatie dominicaine, avait indiqué que les deux pays disposent d’un financement de 510 millions d’euros de l’Union européenne pour la mise en œuvre d’un programme binational pour les cinq prochaines années. compréhension réciproque, les événements récents demeurent encore l’expression de sentiments complexes et des comportements qui en découlent, qui ont marqué et marquent encore les relations entre les 2 pays. Les agressions répétées, les assassinats gratuits, les harcèlements, les rapatriements intempestifs, les incidents frontaliers dont sont victimes nos concitoyens et concitoyennes interpellent notre conscience et questionnent notre humanité. Cela n’a que trop duré. C’est pourquoi j’ai le ferme espoir qu’en abordant avec sérénité les multiples aspects de nos relations avec nos voisins qui seront traités au sein de la partie haïtienne de la Commission Mixte, et en souhaitant que la partie dominicaine en fasse autant, nous pourrons ensemble assainir le climat et nous engager dans un nouveau paradigme de coopération. Sachant que je devais procéder au lancement des travaux de la Partie Haïtienne, mon intérêt pour l’histoire m’a portée à revisiter le Dr. Jean Price-Mars qui dans son importante étude « La République d’Haïti et la République Dominicaine – Les aspects divers d’un problème d’histoire, de géographie et d’ethnologie », avait fait le constat suivant : « Dans la différence des origines démographiques de l’une et l’autre colonie – différence de degrés et non d’espèces – est incluse l’une des données essentielles du problème dont se coloreront les relations haitiano-dominicaines quand dans la genèse des siècles naîtront plus tard les deux entités nationales qui se partageront la domination des terres dont jadis s’enorgueillirent les Couronnes d’Espagne et de France. » Et plus loin : « L’Histoire dira la cruauté des éléments humains dans le brassage des contacts multiséculaires – malgré les reniements de style que démentent le miroir brisé des amalgames somatiques, la bigarrure indéfinie des nuances et l’instabilité déconcertante des formes. (DISCOURS / p. 13) Le PM Michèle Pierre-Louis ouvrant les travaux de la Partie haïtienne de la commission mixte en compagnie du chancelier Alrich Nicolas (photo Georges Dupé)Discours du Premier ministre à l’ouverture des travaux de la Commission mixte

PAGE 11

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 11 10 départements d’études Licence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 PETITES ANNONCES Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnTéléphones :  566-5361 401-7108 / 514-0304 lemanoloinn@mac.comInternet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à  Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire Consultant VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 BEL FOUCHET Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408 conjointement organisé par le Global Health Council et les Promoteurs Objectif Zéro Sida (POZ), une organisation nongouvernementale qui offre des services de prévention et de conseils à travers le pays. Comme part de cette commémoration, le Président René Garcia Préval et le Premier Ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis ont encouragé les Haïtiens à connaitre leur statut VIH et ont renouvelé l’engagement du gouvernement à combattre le VIH/SIDA au cours d’une initiative de six mois visant à accroitre le test du dépistage au VIH/SIDA dans le pays. Le Abbott Fund, fondation philanthropique de la compagnie globale de soins de santé Abbott, a supporté ce programme en offrant 500,000 kits de tests de dépistage au VIH. L’initiative du test du dépistage est un partenariat de coopération entre le gouvernement haïtien, le gouvernement américain, le Abbott Fund et des organisations locales qui travaillent chaque jour pour stopper le VIH/SIUDA en Haïti. “Nous pouvons constater les résultats pour la santé du peuple haïtien quand tous les partenaires– gouvernement, organisations non-gouvernementales, organisations confessionnelles, et le secteur des affaires – travaillent ensemble pour une meilleure utilisation des ressources,” a déclaré le Dr. Myrna Eustache, Directeur par Interim de POZ. “C’est un grand honneur pour POZ d’être le co-organisateur du lancement des programmes internationaux du Mémorial SIDA à la Chandelle en Haïti et de voir que notre pays est reconnu à travers le monde pour le travail positif qui est entrain d’être fait pour stopper le VIH/SIDA.” “La priorité du VIH/SIDA en Haïti demeure très importante pour le Gouvernement des Etats-Unis et est un pilier de base de l’Initiative Globale de Santé du Président Obama,” a déclaré l’ambassadeur américain en Haïti Janet A. Sanderson. “Tout en ayant en mémoire et dans nos prières ceux que nous avons perdus, célébrons aussi nos victories et nos partenaires haïtiens et les centaines de héros inconnus qui honorent la mémoire des disparus du SIDA en combattant le VIH/SIDA sur le terrain ici en Haïti. Ils travaillent sans relâche pour enseigner la prévention, d’améliorer la qualité de vie de ceux qui vivent avec le virus et de combattre la discrimination contre les personnes qui vivent avec le VIH/SIDA.” Etant dans le temps le pays le plus frappé par le SIDA dans l’hémisphère occidental, Haïti a montré des signes de progrès au cours des récentes années, ramenant la prévalence du VIH à la baisse comme un résultat de l’accroissement du partenariat et de la prévention. Près de 120,000 Haïtiens vivent avec le VIH/SIDA aujourd’hui, et la prévalence est 2.2 pour cent au niveau des adultes, selon les statistiques de l’ONUSIDA. Tout en ayant des signes de relâchement de la pandémie du SIDA, la pauvreté et les désastres naturels ont ralenti les progrès et le traitement de la maladie en Haïti. “Identifiant les personnes qui vivent avec le VIH est la première étape pour leur procurer le traitement et les aider à (MEMORIAL... suite de la page 8)Les événements mondiaux débutent avec l’annonce d’une campagne nationale de dépistage au VIH en Haïtiprendre des précautions pour prévenir la transmission”, a declaré Katherine F. Pickus, Vice-Président de Abbott Fund. “Nous avons participé, nous savons que ceci peut avoir un impact ici. Nous sommes très fiers de prendre part à cet effort”. La cérémonie d’ouverture du Mémorial SIDA à la Chandelle à Sans Souci, sur les ruines du palais historique du roi révolutionnaire haïtien Henri Christophe, près de la ville du Cap-Haitien, où des leaders et des groupes de santé ont été rejoints par des représentants des organisations internationales en souvenir des disparus du SIDA, et pour faire le plaidoyer pour de nouveaux programmes et politiques et aussi célébrer le courage des Haïtiens qui vivent avec cette maladie. Les activités ont commence à 4:00 p.m. par une marche de milliers d’Haïtiens et qui a culminer avec l’allumage officiel de la “chandèle qui illumine le monde”. ________________________ Pour plus d’informations sur le Memorial International SIDA à la Chandèle, un programmed Global Health Council, visitez le www.candlelightmemorial.org. La Fondation Ford et le Abbott Fund sont les principaux supporteurs du Mémorial. Le Global Health Council est la plus ancienne alliance dédiée à sauver les vies en améliorant la santé à travers le monde. Le Council sert et represent des organisations et des professionnels de santé travaillant dans plus 100 pays. www.globalhealth.org SANTE drapeau est devenu un symbole de l’unité nationale sans laquelle aucun peuple ne peut grandir en force et en détermination.” En février 1803, il y a 206 ans, à la Petite Rivière de l’Artibonite, Jean Jacques Dessalines, le chef des insurgés noirs et Alexandre Pétion, le leader des mulâtres, décident de ne plus combattre aux côtés des français. Monsieur Fritzner GASPARD, Chargé d’Affaires a.i., a mis l’accent sur le sens que les autorités haïtiennes ont donné cette année à la célébration du 206ème anniversaire de la création de notre drapeau : « cette année les autorités haïtiennes placent la célébration du 18 Mai 2009 sous le signe du dialogue et de la solidarité. Dialogue comme mécanisme de résoudre les conflits. En mettant l’accent sur le dialogue, les autorités veulent envoyer un message clair à tous les acteurs concernés et impliqués dans la lutte pour le développement, à savoir que le dialogue est l’unique voie qui permette de résoudre les conflits sociaux politiques et économiques dans une société ». La solidarité, selon le Chargé d’Affaires, correspond bien à notre devise : l’union fait la force. “ Il ne peut y avoir de solution globale aux problèmes globaux auxquels le pays fait face sans cette grande chaîne de solidarité.”Il a conclu en ces termes : Pour relever les défis, nous sommes obligés, au-delà de nos différences liées à notre couleur de peau, nos richesse, nos positions politiques et idéologiques, de réaliser cette grande chaîne de solidarité, permettant au pays de prendre de façon durable la voie du développement. Docteur Daniel Talleyrand, modérateur de cette conférence, n’a pas manqué de faire une mise en contexte de l’histoire de notre drapeau. Le professeur Marcel Bonaparte Auguste, co-auteur d’un catalogue sur l’histoire du drapeau, a mis en relief le processus historique qui a conduit à sa fondation. Par ailleurs dans des rappels historiques étayés par des sources documentées, il a su expliquer la genèse de notre drapeau. Il a aussi expliqué le contexte dans lequel François Duvalier a adopté le bicolore noir et rouge. Il a terminé pour dire « peu importe les couleurs du drapeau, l’essentiel, c’est qu’un pays doit posséder un pavillon qui est connu et respecté au niveau international ». En outre son collègue de l’université Paris VIII, le professeur Marcel Dorigny, est intervenu pour mettre en parallèle la création du drapeau à l’Archaie en 1806 et la question de couleurs dans la lutte pour l’émancipation des esclaves à Saint Domingue. (…)Haiti-France : Le drapeau haïtien célébré à Paris(... suite de la page 9)

PAGE 12

Page 12 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18LIBRE PENSER Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsFor computer access visit any Miami-Dade County Library or South Florida Workforce Career Center. For locations call 311.EOE/M/F/D/Veterans PreferenceDelivering Excellence Every Day Time to Shine! AVI ELEKSYON Asanble Sètifikasyon Vòt Konte Miami-Dade lan pral reyini nan Biwo Sipèvizè Eleksyon an ki nan 2700 N.W. 87 Avenue, Miami, Florid. Asanble Sètifikasyon Vòt lan ap reyini nan dat kap swiv yo pou dirije Eleksyon Espesyal Cutler Bay, Doral, Miami Gardens, Miami Lakes ak Palmetto Bay yo ki pral fèt 25 jen 2009. DAT/LÈ AKTIVITE Mèkredi, 3/6/09 10:00 a.m. 1. Tès Lojik ak Presizyon sistèm eskanè optik lan ki pral sèvi pou bilten vòt sou papye yo Vandredi, 19/6/09 10:00 a.m. jiska Vandredi, 26/6/09 1. Tès Lojik ak Presizyon sistèm eskanè optik anvan kont pou bilten vòt sou papye yo 2. Pwosesis ak ouvèti bilten vòt yo (depi li nesesè) 3. Diplikata bilten vòt (depi li nesesè) Madi, 23/6/09 Sètifikasyon: 2:00 p.m. 1. Sètifikasyon bilten vòt yo ki sipozeman pa valid (depi li nesesè) Jedi, 25/6/09 7:00 p.m. 1. Komanse etale rezilta yo sou tablo 2. Rezilta ki pa ofisyèl yo Vandredi, 26/6/09 Sètifikasyon: 10:00 .m. jiska finisyon 1. Sètifikasyon bilten vòt yo ki sipozeman pa valid 2. Fini etale rezilta yo sou tablo 3. Sètifikasyon Rezilta Ofisyèl yo pa Asanble Sètifikasyon Vòt Konte an 4. Tès Lojik ak Presizyon sou sistèm eskanè optik apre kont bilten vòt sou papye yo 5. Seleksyon biwo vòt ak konkou/kestyon pou odit manyèl apre eleksyon Madi, 30/6/09 10:00 a.m. jiska finisyon 1. Pwosesis odit deklanche jiska finisyon (pwograme depi li nesesè) Tout reyinyon sa yo ap ouvè a piblik la. Pou yon entèprèt an siy pou moun soud oswa ankenn lòt aranjman tanpri rele 305-499-8405 omwens senk jou davans. Dapre Seksyon 286.0105, Lwa Florid yo, yon moun ki ale an apèl pou nenpòt desizyon Asanble Sètifikasyon an te pran sou yon sijè diskite nan yon reyinyon, pral bezwen yon anrejistreman pwosedi an, ki vle di se pou moun sa a asire li ke anrejistreman pwosedi yo fèt mo pa mo. Lester Sola Sipèvisè Eleksyon Konte Miami-Dade Déformationsses convictions et cela se trouve à la base des erreurs commises et des croyances les plus absurdes. Généralement, si nous avons une explication pour un phénomène déterminé, nous ressentons une énorme satisfaction et nous nous sentons confortés par les données en accord avec notre interprétation et, chers amis, cela peut avoir de graves conséquences dans certaines situations » Carlos Santamaria, Introduction au raisonnement humain Chers amis lecteurs, comme vous le savez, je suis toujours prêt à reconnaître mes erreurs et à assumer mes défauts tout en maintenant la tête bien haute. Dignité à l’haïtienne oblige ! Je reconnais donc, haut et fort, mon sens de l’opportunité, bien que je ne sois pas du genre « Ôte-toi que je m’y mette ». Je me rends compte qu’en prenant de l’âge, j’ai appris à développer le sens de l’ooportunité. Je saisis maintenant les occasions au vol. Je suis certain que si tu as un voisin il faut absolument savoir ce qu’il pense, comment il agit, ce qu’il a en tête, quelles sont ses pulsions, et comment il raisonne ou déraisonne et même sa façon de « résonner ». Vu ce qui se passe dans les « hautes sphères », je me suis mis à l’apprentissage poussé de la langue espagnole. Avant, c’était Troncoso, le « je-suis-partout-où-on-parle-d’Haïti-pour-direce-que-je-pense-et-en-tirer-un-profit-personnel-politique-ouéconomique-à-cause-de-mes-intérêts-dans-l’industriesucrière. » Cet « ami d’Haïti » (avec de pareils amis, personne n’a besoin d’ennemis), avait réellement une envie folle de « foutre Haïti en l’air ». Mais !!! tout en maintenant la normalité dans les relations. Protocole oblige ! On ne l’entend plus maintenant. Il ne parle plus. Il a sûrement déjà fait son travail. Il en sera gratifié, j’espère. Maintenant, celui qui demande à faire rentrer Haïti dans le grand cercle de « l’Ibéroaméricanité », c’est le Président dominicain, « el licenciado Leonel Fernández ». Lors de sa dernière visite à Madrid, où il a été bien reçu, par sa Majesté le Roi Juan Carlos et par le Président Zapatero, il en a profité pour réclamer la fin de l’isolement d’Haïti. Il a réclamé réparation pour le tort qui a été fait à ce pays, à cause du traitement injuste dont il est victime. Haïti, d’après lui, doit être membre de plein droit de la « grande famille ibéroaméricaine », qui, bientôt sera le « Monde Ibérique ». Je n’ai pu m’empêcher de penser à un certain Ambassadeur, espagnol, avec lequel j’avais eu un « échange de point de vue assez chaud », à Port-au-Prince, cela fait quelques années. Cet Ambassadeur, dont j’ai vite fait pour oublier et le nom et les autres traits caractéristiques, et qui fort heureusement n’est plus en Haïti, avait dit, en ma présence, que les liens culturels entre son pays et les pays de l’Amérique Latine ne seraient jamais les mêmes que ceux qui pourraient exister dans le cas d’Haïti. Pour l’Amérique Latine, disait-il, c’était « à fleur de peau », cela se situait au niveau intime (je n’osai pas demander à quel degré). Il avait du mal à voir de cette façon les relations entre son pays et Haïti, qu’elles fussent culturelles, polititiques ou économiques. Ne voulant pas interpréter de façon malencontreuse la réflexion de l’Ambassadeur auquel je voulais répondre grossièrement, j’optai pour la solution diplomatique en lui disant simplement que sa réflexion me permettait de mieux comprendre l’importance des relations asiatico-espagnoles en général et des relations sino-espagnoles en particulier. Un silence lourd, que l’on aurait pu trancher au couteau, pesa sur la réunion jusqu’à mon départ, un petit peu forcé. Je m’en allai, avec un petit sourire malfaisant entre les lèvres. Chers amis, ne vous méprenez pas sur le sens de cette anecdote. Je crois, moi aussi, que Haïti doit faire partie de l’Amérique Latine. Je l’ai manifesté à plusieurs reprises. En plus, Haïti a toujours fait partie de cette Amérique. Nous, Haïtiens, nous avons lutté pour cela. Nous avons contribué à faire de l’Amérique ce qu’elle est maintenant. Nous avons lutté pour faire du monde ce qu’il est aujourd’hui. Maintenant c’est à nous de le revendiquer, avec nos propres armes, mais aucunement « grâce aux autres ». Il nous faut un nouvel élan de « l’Américanisme » dépassant les clivages anciens et facilitant la solidarité entre les peuples habitant le continent, dépassant les conflits identitaires, idéologiques, économiques, sociaux. Nous avons donc un travail énorme à faire car cela commence de notre côté. Chez nous d’abord. Entre nous. De toutes façons, moi, pour montrer ma bonne prédisposition, à faciliter les relations avec nos voisins, et, à qui m’a servi de citation de la semaine et que je vous reproduis dans sa version originale : « Es evidente que los seres humanos no siempre buscamos contraejemplos para nuestras inferencias y convicciones, y esto está en la base de muchos errores y tozudas creencias. Generalmente, si tenemos una explicación para un determinado fenómeno nos encontraremos satisfechos con los datos que concuerdan con nuestra interpretación, y esto puede tener consecuencias graves en algunas situaciones. (Carlos Santamaría, Introducción al razonamiento humano). » Nous avons d’abord chez nous nos propres conflits à résoudre, en commençant par ceux de la langue. J’ai du mal à comprendre le débat soulevé par rapport à la façon d’utiliser la langue française par un Haïtien. Les réactions à l’interview de l’artiste Shaba m’ont permis d’apprécier « l’état mental collectif ». Je n’ai pas pu comprendre pourquoi le « parler » de Shabba, son « parler nèg lakay», ait pu faire « rougir » de la sorte, ou pour mieux dire « bleuir » de la sorte autant d’Haïtiens, « natif-natal ». Je n’ai pu m’empêcher d’aller lire l’interview. Ma visite sur le site de HPN (dans la section entretiens), pour prendre connaissance du contenu de l’interview, n’a fait que confirmer, d’après mon point de vue, l’infirmité mentale de grande partie de notre « soi-disant » population « alphabétisée », « lettrée », « cultivée ». Chers amis, quoique l’on dise, quoiqu’on fasse, on a du mal à dépasser la phase conflictuelle « Affranchis, Sangmêlé, Esclaves, Nèg Bossale, Colon, Petit blanc ou BlancManant (j’aime ce mot.Vous vous souvenez du « blan manan kassé kod nan batiman ») ». Il est dur à disparaître le complexe du « petit nègre » ! Voilà la pire déformation collective. Un lest duquel il faudra s’en débarrasser. Nous devons donc commencer à travailler pour essayer d’enrayer ce mal qui nous empêche de faire changer ce pays. Peut-être changer de langues, en adopter d’autres, comme l’espagnol par exemple, pourrait nous faciliter la tâche. Agissons vite avant que le nouvel émissaire, choisi pour Haïti par les « instances de tutelle », ne décide de nous obliger à utiliser la langue autrement. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Mai 2009 « Il est évident que l’être humain n’a pas toujours recours à l’utilisation de contreexemples pour justifier ou infirmer ses conjectures, nous intégrer dans cette famille latinoaméricaine, j’ai commencé avec l’espagnol. J’ai commencé avec la lecture de ce livre duquel je vous offre cet extrait ECONOMIEL’annulation de la dette externe, une bonne et une mauvaise chosePort-au-Prince, le 20 mai 2009 – (AHP) – Le président de l’Association des économistes haïtiens, Eddy Labossière, a indiqué mercredi que l’annulation de la dette externe d’Haïti a ses avantages et ses inconvénients. A la conférence des bailleurs de fonds d’Haïti, le 14 avril dernier à Washington, il a été annoncé l’annulation à partir du mois de juin 2009 de la dette externe d’Haïti à hauteur d’environ 1 milliard de dollars, la dette totale étant de 1milliard 800 millions. Lors de la célébration du 206ème anniversaire de la création du drapeau haïtien le 18 mai à l’Arcahaie, le Président René Préval a relancé la question faisant savoir que cette disposition permettra au pays de disposer de 54 millions de dollars additionnels pour réaliser des projets. Selon M. Labossière, avec l’annulation de la dette, Haïti pourrait trouver des fonds pour investir dans des domaines clés de développement tels l’agriculture et le tourisme. Par contre, les fonds dégagés pourraient ne servir à rien, si les autorités s’obstinaient à investir dans des ministères improductifs, a-t-il fait remarquer. Haïti verse annuellement l’équivalent de 4 et 5 milliards de gourdes comme amortissement de la dette, a souligné M. Labossière. L’annulation de la dette externe d’Haïti a aussi ses mauvais côtés, car comment le pays pourrait-il bénéficier de prêts substantiels à l’avenir si les bailleurs le considèrent comme insolvable au point de devoir annuler sa dette, s’est interrogé M. Labossière. Selon lui, le pays ne pourra bénéficier que de dons de 20 à 25 millions de dollars alors qu’il a besoin de fonds de l’ordre de 4 à 5 milliards de dollars pour se placer effectivement sur les rails du développement. Par ailleurs, l’économiste a une nouvelle fois estimé que la fixation du salaire minimum à 200 gourdes constituera un problème majeur, étant donné, a-t-il dit, que les patrons haïtiens sont très mal placés dans la chaîne des valeurs. Cette décision prise sur un plan purement politique poussera certainement le patron haïtien à utiliser d’autres stratégies pour chercher à contourner le nouveau salaire minimum fixé au Parlement, notamment en renvoyant des employés, redoute M. Labossière. Il appelle les autorités gouvernementales à organiser des rencontres dans le meilleur délai avec les différents secteurs concernés. L’UEH en proie à de sérieuses difficultés économiquesArcahaie, le 18 mai 2009 – (AHP) –Le vice-recteur aux affaires académiques de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), Wilson Laleau, a indiqué lundi que l’UEH est actuellement en proie à de sérieuses difficultés économiques qui pourraient miner les efforts consentis en vue de l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur dans le pays. M. Laleau intervenait à l’Arcahaie à l’occasion de la cérémonie marquant le 206ème anniversaire de la création du drapeau et la fête de l’Université. Durant les dix dernières années, le pourcentage du budget national alloué à l’UEH a considérablement diminué, passant de 1.3% en 1990 à 0.7% en 2009. Cette précarité de moyens a, a-t-il dit, de (UEH / p. 14)

PAGE 13

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 13VIOLENCES Cité Soleil : Une fusillade fait 3 morts4 morts dans un nouveau conflit terrien dans le Bas Artibonite: l’appareil judiciaire sur la sellette21 mai Cité Soleil.-Une fusillade a été enregistrée vers 9 heures du soir le 21 mai dans un quartier de Cité Soleil, plus précisément à “Carrefour Vincent”, non loin de “Circuit d’Haïti”. Trois hommes ont été retrouvés morts, atteints chacun de plusieurs projectiles. Leur véhicule a été attaqué par des individus non identifiés. La police n’a pas pu fournir d’explications immédiates sur ce qui paraît être un triple assassinat. Les policiers basés à Cité Soleil présents sur les lieux n’ont pas caché leur préoccupation face à une recrudescence des actes de banditisme dans cette commune. Des véhicules de victimes d’enlèvement y sont retrouvés, des plaies par balles, assassinâtes … sont en nette augmentation. Selon des témoins, il s’agirait d’une tentative d’enlèvement. Le conducteur du véhicule aurait tenté de prendre la fuite quand les ravisseurs ont ouvert le feu, criblant le véhicule de balles. Le conducteur, identifié au nom de Jean Mirard, âgé de 47 ans, et un passager non identifié, assis à l’arrière, ont été retrouvés morts sur leur siège. Un autre individu identifié au nom de Germain Gérard, 35 ans, a été retrouvé sur la chaussée. Il était, semble-t-il, assis sur le siège à côté du chauffeur. Il aurait tenté de prendre la fuite à pied quand il a été rattrapé et tué lui aussi. Des unités de la police et de la Minustah se sont rendus sur les lieux pour prélever les indices qui permettraient de comprendre les circonstances de ce drame. alertehaiti.ht Saint-Marc, 20 mai 2009(AHP)4 personnes ont été tuées et une vingtaine d’autres blessés mardi dans un nouveau conflit terrien dans le bas Artibonite. Ce conflit a mis aux prises des habitants des localités de Guiton et de Poirier dans la 5ème section communale de Saint-Marc, accusés de travailler pour des grands propriétaires terriens Des habitants de Saint-Marc accusent l’appareil judiciaire de la ville d’être directement responsable de ces conflits sanglants, en raison de l’implication et de la complicité présumées de plusieurs de ses membres dans les conflits. Nouvelle rafle d’Haïtiens en Rép. Dominicaine23 mai 2009 Plusieurs compatriotes ont été arrêtés ce samedi 23 mai en République dominicaine pour être refoulés en Haïti, a-t-on appris d’une source digne de foi. Plusieurs Haïtiens se sont fait embarquer ce samedi par la police Dominicaine lors d’une rafle dans le quartier commercial de Duarte sur l’Avenido de Mexico. Parmi les Haïtiens arrêtés pour être expulsés du territoire dominicain se trouvent des étudiants et des Dominicains à la peau noire, indique notre source se trouvant sur place. P-au-P., 21 mai 09 [AlterPresse] — La violence contre les femmes et les mineures s’est accrue durant les 3 dernières années, selon un rapport que vient de publier la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) de l’Organisation des États Américains (OEA). « Le taux de violence exercée, sous toutes ses formes, contre les femmes et les mineures s’est accru sensiblement et progressivement au cours de ces trois dernières années », indique ce rapport. Dans ce document intitulé « Le droit des femmes de vivre libres de violence et de discrimination en Haïti », la CIDH souligne que la violence sur les femmes et les mineures a été exacerbée par une pauvreté croissante à travers le pays et les inégalités dans la répartition des richesses. La prolifération des armes, la prévalence de la délinquance violente, le manque de mesures adéquates pour la prévention du crime, et l’absence de mécanismes efficaces de responsabilisation dans le pays, sont également mentionnés comme ferment de la violence contre les femmes.Les dernières inondations font au moins 11 morts à l’échelle du paysPort-au-Prince, le 21 mai 2009 – (AHP) – 11 morts et des dégâts matériels importants ont été enregistrés dans les inondations provoquées par les averses qui s’abattent ces jours-ci sur plusieurs départements du pays. La directrice de la Protection civile, Alta JeanBaptiste, a indiqué jeudi que les départements du Sud, de la Grande-Anse et du Centre sont les plus touchés et a appelé la population à la prudence. Des inondations ont également provoqué des pertes considérables dans la région des Nippes où des plantations ont été ravagées et des animaux emportés. Pour ce qui est des préparatifs pour la saison cyclonique, Madame Jean-Baptiste a fait état de tout un train de mesures mises en place par son bureau. Une campagne de sensibilisation à l’intention de la population débutera dès le premier juin en vue de l’informer sur les précautions à prendre en cas de catastrophes naturelles. Madame Jean-Baptiste a également évoqué entre autres dispositions, la possibilité de faire appel à des experts étrangers dans le domaine des catastrophes naturelles pour venir renforcer la capacité de la protection civile. Le président René Préval se trouvait une nouvelle fois jeudi aux Gonaïves pour superviser les travaux effectués dans les bassins versants en prévention à la saison cyclonique.La violence contre les femmes et les mineures s’est accrue, selon la CIDHLa CIDH affirme que les femmes victimes de violence sont peu disposées à avoir recours à l’appareil judiciaire. Elles n’ont aucune confiance dans la capacité du système de redresser les torts commis. Il est indispensable d’adopter des mesures urgentes pour éradiquer les pratiques discriminatoires socio-culturelles fondées sur le concept que la femme est inférieure, suggère le rapport. Dans le contexte actuel, la Commission se dit encouragée par les témoignages de bonne volonté et l’engagement du Ministère à la Condition féminine pour la mise en place d’un plan d’action visant à éradiquer la discrimination et la violence à l’égard des femmes en Haïti. Des mesures additionnelles sont nécessaires afin de répondre de façon adéquate au problème, particulièrement dans les secteurs de la justice, de la police et de la santé, ajoute l’organisme. Le rapport a été produit sur la base d’information recueillie durant les visites réalisées en Haïti en 2004, 2006 et 2007. … Dans le processus des événements apparaîtra en dernière analyse, le spectre grimaçant d’une perspective de destruction de l’une ou l’autre nationalité par l’une ou l’autre communauté dans la fascination des doctrines de supériorité de races, de classes ou de culture. » C’était en 1953. Le Dr. Price-Mars avait laissé son poste à la Direction du Ministère des Relations Extérieures de l’époque en 1946, pour aller inaugurer la nouvelle Mission haïtienne transformée en Ambassade Extraordinaire à Ciudad Trujillo. Il resta deux ans à la tête de cette Mission et c’est au cours de ce séjour qu’il commença à amasser les documents qui lui serviront plus tard à écrire son livre. Ses constats sont sans appel, mais ils restent liés à un moment historique précis. Aujourd’hui, 56 plus tard où en sommes-nous ? Faut-il rappeler que les relations avec la République Dominicaine sont parmi les plus anciennes de l’histoire diplomatique d’Haïti ? Et malgré les soubresauts qui la caractérisent et les traces douloureuses laissées par l’histoire dont Price-Mars nous rappelle l’origine, un certain nombre d’accords récents ont été des tentatives de rapprochement et de coopération. Rappelons en passant l’Accord de coopération signé entre les 2 Etats en mai 1979 et plus récemment encore la décision prise par les Présidents Préval et Balaguer de créer en 1996 la Commission Mixte Haitiano-Dominicaine comme instrument susceptible d’instituer le dialogue et le respect mutuel dans les relations de coopération. Cette commission a tenu 4 réunions alternativement à Santo Domingo et à Portau-Prince et 10 thèmes d’intérêt réciproque ont été abordés parmi lesquels le commerce et l’investissement, la sécurité, le tourisme et bien sûr les questions migratoires et frontalières. La dernière session s’est tenue en octobre 1999 à Santo Domingo, et depuis les consultations intergouvernementales ont été suspendues. Je salue donc l’initiative du Président Préval de relancer les travaux de la Commission Mixte que nous inaugurons aujourd’hui, et je me réjouis de la composition de la partie haïtienne qui rassemble, aux côtés des Ministres et hauts fonctionnaires de l’Etat, des représentants du secteur privé, de la société civile et du secteur syndical. Je proposerais, en accord avec le Ministre des Affaires Etrangères et tous les membres de la Partie Haïtienne, que nos travaux commencent par faire le bilan de la coopération haitiano-dominicaine dans ses aspects protéiformes, et de définir par la suite un plan, un calendrier et des modalités de travail pour les mois à venir que nous proposerons à la Partie Dominicaine, en tenant compte des préoccupations de l’heure. Je souhaite que nous parvenions à dépasser les pronostics pessimistes du Dr. Price-Mars et que les deux Etats, au plus haut niveau, montrent que l’entente qui existe actuellement entre les deux chefs d’Etat se répande dans les deux sociétés, effaçant les scories qui habitent encore un certain imaginaire imprégné de barbaries coloniales. Je cite souvent le Président Mandela que j’ai écouté dire un jour alors que je visitais l’Afrique du Sud en 1996, « nous n’avons pas le droit d’oublier le passé, mais nous avons le devoir de le transcender. » Il nous faut élever le débat et aborder avec sérieux, dans le respect mutuel, les problèmes auxquels font face les deux Etats dans leurs relations de part et d’autre de l’île, de manière à relever les défis et à définir un avenir meilleur et harmonieux pour les deux peuples. Bon travail. Merci. Michèle Duvivier Pierre-Louis Première MinistreDiscours du Premier Ministre Michèle Pierre-Louis(... suite de la page 10)

PAGE 14

Page 14 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 LES JEUXLes Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2) graves conséquences sur le fonctionnement de l’UEH qui cumule plusieurs mois d’arriérés de salaires pour le personnel enseignant de l’Université, a fait savoir le professeur Laleau. Nous sommes une population majoritairement composée de jeunes qui devrait représenter un avantage pour le pays, et pourtant, cette jeunesse est comme un fardeau pour Haïti, a déploré M. Laleau. Il a fait savoir que plus de 500.000 jeunes en âge scolaire n’ont pas accès à l’éducation, et d’ajouter que c’est un gaspillage de ressources et une hypothèque sur l’avenir. Le ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle, Joël Derosier Jean Pierre, a fait savoir pour sa part que nous avons un devoir de mémoire envers nos ancêtres. L’esprit unitaire qui, dit-il, a permis de réaliser la geste de 1804 doit nous guider vers la réalisation d’autres évènements extraordinaires. Pour améliorer la qualité de vie des citoyens haïtiens et relever leur dignité, Joël Derosier Jean Pierre estime nécessaire un dialogue social entre tous les acteurs de la vie nationale.L’UEH en proie à de sérieuses difficultés économiques...(... suite de la page 12) La partie haïtienne de la commission mixte haïtiano-dominicaine a organisé le jeudi 1 mai au ministère des Affaires étrangères un atelier de travail, dans le but de chercher à rendre fonctionnelle ladite commission. La principale tâche de cette commission mixte est d’effectuer régulièrement des contrôles en vue de déceler les failles (s’il y en a) dans l’application des accords signés entre des deux pays et faire ensuite des recommandations aux autorités haïtiennes et dominicaines. Le premier ministre haïtien Michèle Pierre Louis qui préside la branche haïtienne a fait part de la volonté de son gouvernement d’œuvrer à la résolution du problème migratoire entre Haïti et la république dominicaine. Les récents actes de violence, les rapatriements intempestifs dont sont victimes les ressortissants haïtiens en République dominicaine interpellent notre conscience et questionne notre humanité, a dit Mme Pierre Louis. Des mesures urgentes et concrètes devront être adoptées, a-t-elle dit, en vue du renforcement de la coopération entre les deux états notamment dans les domaines du commerce, de l’agriculture, de la migration, des sports, du tourisme, des droits humains, de la sécurité et de la santé. Une entente doit également être trouvée entre les deux parties de telle sorte qu’Haïti et la République Dominicaine puissent bénéficier des mêmes services notamment dans le domaine du transport, a encore déclare Michèle Pierre-Louis, informant d’une rencontre début juin entre les présidents René Préval et Léonel Fernández. Les deux chanceliers devront également se rencontrer à la mi-juin en vue de la préparation de la 5e réunion de la commission mixte à la fin du même mois, a ajouté le premier ministre, qui affirme reconnaître qu’il reste beaucoup à faire en vue d’un meilleur fonctionnement de la diplomatie entre Haïti et la république dominicaine.Lancement d’un programme National de Développement de l’Elevage pour la réhabilitation de l’EnvironnementLe Ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) a présenté jeudi (21 mai) à la presse son Programme National de Développement de l’Elevage pour la Réhabilitation de l’Environnement. Etalé sur une période de 25 ans, ce programme entend orienter vers l’élevage les populations des zones les plus vulnérables sur le plan environnemental afin qu’ils puissent assurer leur survie tout en réhabilitant l’environnement. Le secrétaire d’Etat à la production animale, le docteur Michel Chancy, a indiqué que pour les cinq premières années d’exécution du projet, un montant de 100 millions de dollars US est nécessaire. Ce montant devrait être trouvées grâce aux contributions des principaux bailleurs et dans l’exécution de projets ayant les mêmes objectifs au niveau des bassins versants.” De son coté, l’agronome Frantzie Dubois, coordonnatrice de l’organisation “Konbit pou Ranfòse Aktion Lakay” (Koral), l’une des organisations ayant participé à l’élaboration de ce programme, a fait savoir que sa priorité porte sur les humains et les ressources naturelles. Pour ces cinq premières années, a-t-elle dit, ce programme sera exécuté au niveau des bassins versants de Mapou, Fonds Verettes, Jacmel (Sud-est), Gonaïves (nord), Port-auPrince, Cabaret (ouest), Cayes (sud) et dans d’autres régions où les dégâts sont généralement considérables lors des saisons cycloniques. Durant cette période, le programme devra permettre le reboisement de 28.000 carreaux de terre, une augmentation des revenus des habitants des 14.000 exploitations agricoles qui seront concernées et une augmentation de la production nationale d’élevage. L’abattage systématique et sans contrôle des arbres constitue l’une des causes majeures de la dégradation de l’environnement occasionnant des pertes énormes de toute sortes, notamment en vies humaines à chaque saison cyclonique. HORIZONTAL 1. Pays dont l’armée combat des tigres 2. Type de colonnes grecques 3. Vin produit par un terroir déterminé Lettre grecque 4. Prônai Actinium 5. Favorisé 6. Plante décorative du brésil 7. Puissance éternelle Pronom 8. Installées Ancien. VERTICAL 1. Traces laissées sur la surface de l’eau 2. Lettre grecque Règle 3. Couvons 4. Récitera 5. En becs d’aigles 6. Pur Préposition 7. Maladie de l’oeil 8. Marginaux. SRILANKA IONIQUES L#CRU#RO LOUAI#AC A#B#LOTI GLOXINIA EON#N#TU SISES#EX Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot f rançais Solutions de la semaine passéeCRAINTE M L C S M H A Solutions de la semaine passée:Solutions de la semaine passée: LES JEUX DE BERNARDAllez de CREMAS à GLACES , en utilisant des mots du du vocabulaire français, et ne changeant qu’une lettre par ligne.Mots Crois ésAsuncion Bogota Buenos Aires Caracas Guatemala City La Havane La Paz Lima Madrid Malabo Managua Mexico City Montevideo Panama City Quito San Jose San Juan San Salvador Santiago Santo Domingo TegucigalpaGENAUS GENOIS GENONS GERONS GARONS TARONS TIRONSCREMAS GLACES YKLZQVZNQNBBRWMP WTDUIODMPJUOVBJR UWIQHIAHHEREATIS VTPCJNJUNSJDEEPM OHOSANTODOMINGOB MCYGYLSMPJSVAUCP VYUTTAAFBNAEVCHP MADRIDNMAANTAISL FBLRCCSOESJNHGVG NHECOAAAITUOAAAO XSYZCPLMNCAMLLQO BFSAIEVIATNUIPUX VRRPXCALONIUGAML JAVAENDGVHAASUXG CIRLMZOTTQCPGAKH VLOSIBRGMALABONK

PAGE 15

Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18 Page 15Ti Gout Pa Ti Gout ak Jan Mapou AN N’BAY MANMAN YO LAGLWA!Nan sosyete Amerikdinò papa aprann pran swen pitit menm jan ak manman. Prensip la tèlman byen chita nan sistèm sosyal-la, leta nan Kanada kreye youn lwa espesyal ki bay papa yo youn konje , yo rele konje patènite. Majorite papa nan Kanada konn chanje kouch, benyen bebe, chofe lèt, lave bibon eksetera. Men, nan bay swen egal-ego sa yo, gen nèg ki konn anbisyone, jouk yo rive kwè, yo egal-ego ak manman. Pou mwenmenm, kèlkeswa konpetans papa-a nan bay timounn swen, gen youn pwèlyèm nan relasyon ki konekte pitit-la ak manman-an, oubyen manman-an ak pitit-la, ki ap toujou rete youn mistè pou papa-a. Younn ladan yo, sèke pitit-la pase 9 mwa ap viv ak manman li nan youn asosyasyon privilejye okenn papa sou latè pa pe janm ka rive egale ni imite. Sa se sekrè lanati! Pandan peryòd nèf mwa saa, se pa ni younn ni de manifestasyon natirèl ki ap simante afeksyon ant de mounn sa yo. Tanto se youn ti boul ki gonfle nan vant lan, tanto se youn deplasman bebe-a nan youn kou siprann, soti sou bò dwat ale sou bò gòch. Tanto se youn batman sibit, youn chikin pou li fè manman-an konnen li la. Lè konsa, noumenm papa, sèl konsolasyon nou, se youn pase men sou vant tou dousman, pou nou wè si nou va rive pataje mouvman espesyal sa yo ak manman-an. Men anpil fwa nan mize nan wout, twò ta gen tan bare-n. Oubyen ankò, lè nou rive poze men nou atan, se pou nou di : « Mwen pa santi anyen non.» Konsa, youn manman se youn mounn apa. Youn mounn ki ban nou san li, chè li, zantray li pou nou devlope epi ki ban nou espas anndan li pou nou grandi, jouktan noumenm tou, nou vin tounen mounn. Pou tout rezon sa yo ak anpil lòt ankò, youn manman se youn fanm espesyal. Youn fanm ki merite lareverans etènèl. Youn fanm ki merite respè tout tan. Youn fanm ki merite lanmou chak jou. Youn manman, se youn fanm nou dwe bay laglwa san konte. Youn manman, se youn mounn nou dwe renmen san limit. Menm lè li fè erè, se pou nou pase leponj, paske chak fwa nou fè youn pa, manman nou te deja fè dis. Nan sans sa-a, pitit pa janm granmounn devan manman. Nou ka rive pi lwen pase yo, nou kab vin genyen plis ladrès pase yo, men nou pa pe janm rive ratrape sakrifis yo, paske manman se manman!! Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj) Manm Sosyete Koukouy Kanada= * = * = * = * = * = * =MANMANGen de lè manman Mwen gade anwo Mwen gade anba M’prete zèl refleksyon Pou m’ sa goute Dousè siwo flè lavi Lè konsa manman Mwen sonje Lè m’te ti katkat Sou kat pat Ke wòb ou te lespwa-m Ti karès-ou te konsolasyon-m Bèl ti chante-ou te lajwa-m Lè m’rete manman Mwen sonje tribilasyon-ou Sou youn bwa machin senjè Ki t’ap twaze youn ti lanp tèt gridap Pou chat pa t’dòmi Nan fouye dife-n Lè m’gade manman Mwen wè Vye kò ap tyoule Sa fè-m youn gwo lapenn Paske youn manman se youn sous K’ap ponpe dlo lavi Pou l’kab fè bèl flè byen doubout Nan kalfou lespwa. Michel-Ange Hyppolite( Kaptenn Koukourouj) [Tèks sa-a soti nan youn liv pwezi ki rele Anba-Lakay, P.26-27,1984]= * = * = * = * = * = * = AROSE ADY KOUKOUY MIYAMI MOURI LOPITAL OKAYN’ap anonse ak anpil lapenn nan kè nou lanmò Arose Ady ki rive Okay Jedi 14 me pase vè 1-è dimaten. Arose s’oun manm Sosyete Koukouy. Li chante chanson relijye.Li grave 2 CD . Younn nan pyès teyat li jwe ak anpil siksè nan MiamiDade Auditorium 20 Novanm 1994 se te: DPM Kanntè. (Istwa Refijye Ayisyen yo sou rejim Ti Sòlda yo)Arose se ti sè Jan Mapou ki t’ap viv Miyami, li travèse al travay filadefi. Li pran pansyon li, rantre Ayiti pou l’al pase youn ti vakans pou l’retounen viv Miyami ak lafanmi. Pandan li Pòsali, li fè youn konjesyon serebral, sa yo rele stroke an Angle-a ki lagel 2 pye lonng nan lopital jeneral Okay. Stroke la te sitèlman fò, li pèdi konesans. Li pa rekonèt menm pitit li ki te vwayaje al wè-l Se ak dlo nan je n’ap di sistè -a orevwa. Li fèt Posali 27 desanm 1943. Li mouri Jedi 14 me 2009. Li gen 65 ane. Manman-n Octavie Denis toujou ap viv Kamaguey-Kiba kote nou t’ap fè plan pou n’al vizite-l ane saa. Nou voye kondoleyans pou manman adotif li madanm Uranie Picard Ady. Arose Ady kite kat pitit 2 fi ak 2 gason Patricia Joseph k’ap viv Atlanta Georgia, Karine Ady, (Ti Mafi) ki nan Washington DC ; atis-chantè Ricardo Joseph nan Miyami, Wilkens Diteau nan Miyami ak 4 pitit-pitit li yo: Ezra, Billy, Delan ak Ricky . Kondoleyans pou Sè li yo: Seurette Ady Rosiclair e fanmiy, , Maria Ady e famiy , Marie France Ady Cayo, Marie Jeanine Jean Francois e fanmiy ak 2 frè li yo Jean-Marie Willer Denis(Jan Mapou), Jean Maxime Ady nan Nouyòk ak fanmiy yoMwen fè li ak tout liv ki te sibi mepri, Youn kouzen k’te pran yo, jete yo nan lari. Se sa k’fè m’kapab di-w san mwen pa ezite, Rèv sila-a fè m’reviv youn gwo reyalite. Mwen pa kapab bliye, sa te rive-m oun fwa,Ak liv mwen te genyen nan Site Jan Venntwa. Tevno ak kèk zanmi-l te mande-m liv-la yo Pou youn bibliyotèk ki genyen Marigo. M’te ba-l yo kòm kado san pèdi okenn tan, Plis youn ti près-abra mwen te gen byen lontan. Mwen te enprime liv granmèsi ti près-la Ki te konnen sèvi pou defans kreyòl-la. Atelye l’te ye-a, se te Togiram Près, Ki te la pou defans enterè lajenès. Responsab ti près-la se te kouzen-m Tevno, Men, kòm laverite pa konn ret nan founo, Mwen konnen byen chak moùn te pran liv yo pito Anvan rès liv la yo te rive Marigo. Sa k’pi grav kado-m nan te pase nan tenten, Al nan bibliyotèk pa t’oun bagay sèten. Anpil nan liv la yo te twouve sou galri, Plizyè grenn ladan yo te tonbe nan lari. Se pa ti kras vekse moùndebyen te vekse Lè yo te konstate youn parèy mechanste. Liv Togiram nan yo pa t’al nan “ Cojurel ”,(1) Gen moùn ki fache nèt, gen moùn ki pete rèl. Men, sa se twòkèt-la, pakèt chay-la dèyè. Mwen te konfye Tevno youn ti près Gutenberg Mwen te di-w sa deja, mwen konnen w’pa bliye, Se youn istwa byen tris m’oblije kontinye. Ti près-abra sila-a se youn modèl tipik, Youn ti près Gutenberg toutafè istorik. Li bèl, solid anpil, li toutafè bòzò, Pou koleksyonè yo se youn kokenn trezò. Mwen te di kouzen-m nan: pwoteje li pou mwen! Pa kite-l pran pousyè, tanzantan ba-l bon swen. Angiz se sa li fè, li mete-l nan lakou-l, Li te fè li tounen bagay pou mare poul. Anvan m’te jwenn près-la, m’te fè anpil mache Men, Morepa frè li, te santi li fache, Li te fache toutbon pou sa Tevno fè-m nan. Li pot près-la ban mwen ak tout labou ladan. Près mwen te renmen an pèdi solidite-l, Li pa genyen platin, li pèdi tout bèlte-l, Men kanmenm wè pa wè m’oblije aksepte-l Paske mwen espere youn jou m’a repare-l. Monchè Kiki Wainwright, sanba natif natal, Nan vizyon somèy sa-a ou s’aktè prensipal, Se sa k’fè m’oblije anvan mwen di-w babay, Rakonte-l andetay san fè okenn ti fay. Togiram (1) “COJUREL” : Comité Juvénile de Relèvement Ago! Emile Célestin-Mègie (Togiram) toujou kay pitit li nan Jaksonnvil-Florid kote l’ap konpoze <> sa yo ki se youn seri lomeyans pou zanmi ak fanmi li te kwaze nan chemen lavi-a. Togiram avèg men, sa pa anpeche-l fè bon rèv pou literati natif-natal-la. (JM) Kadav Arose Ady toujou Pòtoprens. L’ap rantre Miyami senmenn sa-a. Seremoni relijye-a k’ap fèt samdi si Bondye vle. Si gen manm lafanmi ak zanmi ki bezwen plis enfòmasyon yo gendwa rele: Soeurette Ady Rosiclair nan 786-390-2664 Patricia Joseph 267-298-8839 Ricardo Joseph nan 786-709-8292 Kondoleyans Pou Mapou Jou ale, jou vini Chak pote youn nouvèl Nouvèl ki fè-n souri Nouvèl ki fè-n chagren Se pa sa nou ta vle Men ki sa pou nou di Se konsa lavi ye Kouzen, kenbe fò pa lage Lizo Mèsi kouzin Lizo ak tout lòt Koukouy yo De ti mo sa yo touche kè mwen Sa fè-m plezi ou panse ak doulè mwen Awoz s’oun koukouy ki te gen lafwa Tankou nou, li t’ap klere nan fènwa Pou jenès ayisyen nan Filadèlfi, Li te mande-m lapèmisyon Pou l’te pataje pasyon ak misyon "ganizasyon koukouy nan Miyami Se byen dilere rèv li pa gentan reyalize Li kite nou nan lapè ak diyite Nou mande Granmèt-la ki nan syèl-la Pou resevwa Kouzin Awoz ak debra Pou lavi li kontinye pou tout tan ki gen tan! Jan Mapou= * = * = * = * = * = * =LÈT AREYITO POU FRANTZ KIKI WAINWRIGHTJaksonnvil, Florid 5 Avril 2009Monchè Kiki Wainwright, akòde-m oun ti tan Pou m’rakonte-w youn rèv ki, pou mwen enpòtan. Pandan tout nuit sila-a se ou ki te kote-m, Se ou ki t’ap ede-m, se ou ki t’ap pote-m. Ou te vin lakay mwen, se la ou te dòmi, Kòmsi se lakay pa-w ki jouk nan Miyami. Pandan tout nuit sila-a ou te ede-m anpil, Paske w’te fè pou mwen bagay ki pa t’fasil. Premye rèv-la te kout men li te fè rezèv, Li te kite bon plas pou youn lòt kokenn rèv Nan bibliyotèk mwen tankou si ou te frè-m, Oun frè-m ki bon zanmi-m, ou t’ap travay avè-m. Ou te genyen nan men-w oun plim ak oun kaye, Ou t’ape feyte liv ki dwe al nan fichye, Konsa w’te oblije, devan reyon liv yo, Ap fè ale vini pou te byen klase yo. Etan ou t’ap travay mwen te di-ou konsa: Bibliyotèk sila-a pa fèt konsa konsa,

PAGE 16

Page 16 Mercredi 27 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 18BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.com Library of Congress # ISSN 1064 3896 Printed by Southeast Offset(305) 623-7788 Produit par Fred Paul, le quatrième volume deest maintenant chez tous les disquaires. Pour Information, appelez le (305)496-0733N.B. Le Très distingué Groupe Musical HAITIANDO sera en Haïti les 26 et 27 Juin 2009