Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















Salaire minimum : le debate n'est pas fini

MIAMI, 14 Mai L'Association des Industries augmentation du salaire minimum rest6e 70 gourdes depuis quel, ou il peut la retourner au Parlement avec des
d'Haiti (ADIH) se prononce contre l'augmentation du 2001. modifications s'ily a lieu.
salaire minimum a 200 gourdes. La nouvelle loi a &te envoyde au gouvemement pour La balle est done actuellement dans le camp du
Le SRnat a d6cid6 r6cemment d'emboiter le pas a promulgation. gouvemement.
la chambre des d6put6s et d'adopter aussi cette Dans un premier temps, celui-ci peut la publier tel (SALAIREMINIMUM/p.7)


cl
la
ui
sin
Fa


Haiti ses noyds et ses decapites



It's the economy, stupid !

MIAMI, 17 Mai Environ 10 migrants En revanche, le president Barack Obama ne peut se permettre C'est pourquoi les naufrag6s du 13 mai ont pu
andestins haitiens trouvent la mort en face des c6tes de une erreur, quelle que puisse 6tre sa sympathie pour les 6chapper aux Gardes C6tes am6ricains pour arriver aussi
Floride. Haitiens. Ce serait grave si sa decision devait provoquer un prbs des plages floridiennes.
L'6v6nement n'est pas seulement v6cu comme afflux majeur de r6fugids haitiens. Aun moment oi les Etats- Mais vu de Miami, cela revient au mn me.
ne trag6die, mais aussi une menace. Risquant de retarder Unis traversent une crise 6conomique sans pr6c6dent en prbs
non de faire dchouer les d6marches pour obtenir de d'un siecle. Les adversaires rdpublicains se frotteraient les Haiti ne peut plus etre < patch6e > ...
administration Obama la disposition TPS (un statut de mains. L'ex-pr6sident Bush avait refuse le TPS pour les C'est le dilemme haitien. On ne sait plus par quel


residence temporaire) pour 30.000 ressortissants haitiens
sous menace de deportation.
La principale crainte est que cette perspective ne
provoque une nouvelle vague de r6fugi6s dans l'espoir de
b6ndficier de cette disposition exceptionnelle. Le TPS n'a
pas besoin de la ratification du Congrbs, mais est une
decision de l'ex6cutif. Autrement dit, de la Maison blanche.


ressortissants d'Haiti.
Signalons cependant que le vaisseau qui a fait
naufrage le 13 mai dernier en face de Riviera Beach (Floride) ne
venait pas directement d'Haiti, mais des Bahamas, semble-t-il.
Les Bahamas ont une politique d'immigration encore
plus severe que les Etats-Unis. Aussi de nombreux Haitiens
cherchent aussi a laisser ce pays pour p6n6trer en Floride.


bout prendre aujourd'hui ce pays. On bloque les
clandestins par le canal du vent, ils surgissent par le canal
de Floride.
On ne peut arreter le trafic de la drogue ni les
brutalit6s policibres, malgr6 tous les efforts investis.
On injecte 16 millions de dollars am6ricains dans
(ECONOMIE/p.6)


POLITIQUE

Que veulent dire

les declarations de Preval ?


PORT-AU-PRINCE, 13 Mai-Les
demibres declarations du Pr6sident Rend
Preval continuent de faire des vagues.
Lors d'une tournde dans
l'Artibonite mardi dernier (12 mai), le chef
de l'Etat a fait, contrairement a ses
habitudes, plusieurs declarations.
L'une d'elles a port sur ce que la
presse qualifie de mouvement de
defections au sein de la plateforme politique
L'Espoir.
C'est sous la bannibre de L'Espoir
que Prdval s'6tait pr6sent6 aux
pr6sidentielles de 2006.


D'ofi le titre de parti pr6sidentiel
donnd a cette formation.
Jusqu'a la denmire declaration de
Rend Prdval, mettant les points sur les i. << Je
ne suis membre d'aucune formation
politique > declare le president, ajoutant
qu'il n'ajamais appartenu a aucun parti. Ni
aujourd'hui, ni hier.
En 1996, rappelle-t-il, sa
candidature a &t6 pr6sent6e sous les
couleurs d'une premiere plateforme
politique d6nomm6e < B6 tab-la >> (la table)
qui embrassait le grand courant Lavalas
(PREVAL/p. 4)


Mais les temps
MIAMI, 16 Mai Prdval passera
dans l'histoire pour ses jeux de mots dont le
plus fameux : Naje pou soti (c'est un sauve-
qui-peut !).
Il a accord le mardi 12 mai quelques
declarations oi perce ce mcme humour
grinqant, mais de l'eau a could sous les
ponts et ces denmires declarations risquent
de ne faire rire personne et meme de se
retoumer contre leur auteur.
C'est que trois anndes se sont d6ji
6couldes. On est aujourd'hui a l'heure du
bilan. Dans 1 an et demi, fin 2010, auront lieu
de nouvelles pr6sidentielles, les seules
elections qui vaillent vraiment en Haiti. Le
pouvoir dans notre pays a trois anndes pour


ont change ...
se prouver. Apres quoi, comme le g6nie de
Victor Hugo, il faut qu'il d6genbre.
Lors de la campagne en 2006,
Rend Prdval pouvait retoumer ses poches
a l'envers et dire : voyez, comme vous je
n'ai pas un rond !
Tout le monde applaudissait. On
appelle qa le parler vrai. Un president qui
ne nous cache rien des problkmes du pays,
qui ne raconte pas des somettes.
Premier janvier 2007, discours
pr6sidentiel, il s'6crie : < certains
pr6tendent pouvoir faire des miracles
(suivez mon regard !), moi ce n'est pas mon
metier! >>
(HUMOUR/p.5)


dcopirtiopourfirrnments defondsaefiie[g'3'Ens
I 1 4 1 1 S 'l' 1 6 i


Humour presidential !


I
































"Copyrighted Material

SSyndicated Content ,*

Available from Commercial News Providers"




























Lagrippe A( H1N1) va continuer

a se propager, previent OMS
C pr .............. ..... .... ..................
.. grip ASyndicated Content ++

Available from Commercial News Providers"






++++ ++II +,+ ++++++ ^ ^ +P ++^y B B ^ ^ p .....^ ++++ ... ++++++++ + ++++++ I












L a!+ ++ ++ ++++++++ g rip p e++++!+ .......... +++ +on in u er

.... .... ...... ,+ .......r p r e v ie n t ............M S .. ... +


La grippe A(H1N1) devrait
continuer a se propager rapidement a
travers le monde, a pr6venu l'Organisation
mondiale de la Sante a l'ouverture de son
assemble annuelle.
L'6pid6mie doit 6tre suivie avec la
plus grande attention car beaucoup
d'incertitudes prevalent encore sur
l'dvolution de ce nouveau virus qui combine
grippe porcine, grippe aviaire et grippe
humaine, a d6clard la directrice de 1'OMS,
Margaret Chan.
Le nombre de personnes
contamindes par la souche apparue au
Mexique il y a un mois environ s'61&ve a
8.829 dans 40 pays, dont 74 d6ces, selon le
dernier pointage de 1'OMS.
"Nous sommes tous contraints de
prendre des mesures urgentes et lourdes de
consequences dans une atmosphere de
grande incertitude scientifique", a averti
Margaret Chan a l'ouverture de l'assembl6e,
qui durejusqu'au 24 mai.
Richard Besser, le directeur des
Centres am6ricains de contr6le et prevention
des maladies (CDC), a observe que le virus
mutant continuait de s'6tendre aux Etats-
Unis, ou un premier d6ces a &t6 annonc6 a
New York.
"Notre meilleure analyse suggere
que ce nouveau virus H1N1 devrait circuler
dans le monde entier, comme les autres virus
saisonniers de grippe", a-t-il dit lors d'une
reunion de hauts responsables organisde
dans le cadre de l'assembl6e annuelle.
Les d6l1gu6s doivent d6battre de
la meilleure rdponse a apporter au risque de
pand6mie grippale, imminent selon le niveau
d'alerte de 1'OMS.
L'OMS est au niveau cinq de son
systeme d'alerte, sur une 6chelle qui en
compte six. L'OMS passe au niveau six celui


d'une pand6mie d6clarde lorsque le virus
se transmet de faqon soutenue dans plus
d'une region d6finie par ses soins (Afrique,
Am6riques, Asie du Sud-Est, Europe,
MWditerrande orientale, Pacifique
occidental).
SYSTEME D'ALERTE TROP
RIGIDE?
Plusieurs pays repr6sentes a
Geneve ont toutefois appeal 1'OMS a se
montrer plus souple dans son syst6me
d'alerte, en particulier quand il s'agit de
passer au niveau 6. Ils ont fait valoir que le
niveau 6 devait refl6ter la gravity d'un
nouveau virus, pas seulement son extension
gdographique.
"Je souhaiterais proposer que
vous disposiez d'une plus grande souplesse
plut6t que de suivre un processus
mdcanique", a declare le ministre britannique
de la Sante, Alan Johnson.
Pour l'heure, 95% des prls de 9.000
infections restent confines a la region
Amdriques, enAm6rique du Nord.
Les laboratoires de 1'OMS ont
toutefois confirm 125 cas au Japon, pays
hors Amdriques d6tenant d6sormais le plus
grand nombre de cas. I1 est suivi par
1'Espagne (103 cas) et la Grande-Bretagne
(101), apr6cis6 a Geneve le directeur g6ndral
adjoint de 1'OMS, Keiji Fukuda.
La plupart des patients ont des
sympt6mes relativement mod6rds fievre,
toux, maux de tate, courbatures. Les femmes
enceintes ou les patients de sant6 fragile
comme les diab6tiques ont &te exposes a
des effets plus graves, comme la
pneumonie.
Keiji Fukuda a rappelk que les
jeunes adultes 6taient plus exposes. Les
patients ayant souffert de graves probl6mes
(GRIPPE A/p. 13)


Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17

Attaque contre une patrouille de la PNH: bilan un mort et deux blesses
Le responsable du sous-commissariat de Martissant a &te tu6 et deux autres agents ont
6td bless6s par balle jeudi soir au cours d'une attaque mende par des gangs contre les
forces de l'ordre.
Grievement atteint, l'inspecteur Axeles Laind qui a requ trois balles au thorax, a &t6
conduit d'urgence dans un h6pital de la capitale, oi il a succomb6 a ces blessures.
Depuis plusieurs semaines, des t6moignages de riverains font 6tat d'un retour en force
des bandes armies dans le quartier de Martissant.
Des sources proches de la police nationale ont redv&1 que l'un des auteurs pr6sum6s du
crime serait un repris de justice, rdpondant au nom de Pap Padap.

L'enquete avance vers l'arrestation du coupable de 1'assassinat du
policierAtanaze Guerrier
La police nationale est sur les traces d'un des pr6sum6s assassins d'Atanaze Guerrier,
kidnapp6 et retrouv6 mort le 6 Mai dernier.
Le commissaire de police de Delmas, Carl Henry Boucher, a lanc6 un avis de recherche
contre Gr6gory Lub6risse, principal suspect dans l'assassinat d'Altanase Guerrier et
auteur pr6sum6 de plusieurs actes de kidnapping. .
Le 7 mai dernier, la police a proc6d6 a l'arrestation de Marjorie Paul, chez qui le cadavre
d'Altanase a 6td d6couvert. Cette dernire est identifiee comme la compagne et complice
de Gr6gory Lub6risse..

Le responsable de la police de Port-au-Prince confirme l'arrestation de
l'assassin d'Anthony Lalane
Deux individus ont &t6 arret6s pour leur implication pr6sumbe dans l'assassinat
d'Anthony Lalane survenu le 13 mai, a la rue de l'Enterrement, alors que l'homme
d'affaires sortait de son entreprise pour regagner son v6hicule. Anthony Lalane a 6td
atteint d'une balle a la tate, tire a bout portant par un individu qui, selon des t6moins,
l'attendait prbs de son v6hicule. II a succomb6 a ses blessures alors qu'on le conduisait
Sl'h6pital.
Grice a la vigilance de quelques t6moins, le pr6sum6 tueur, Saint Ange Elys6e, ag6 de 37
ans, a 6td appr6hend6 imm6diatement apres son forfait. Son arrestation a conduit a
l'interpellation d'un pr6sum6 complice, Mackenson Z6phir, 28 ans, qui 6tait a moto et
avait rdussi a prendre la fuite.
Il s'agirait d'un crime commandit6 selon les premiers 616ments de l'enquete.
L'arrestation du tireur devrait permettre a la police d'identifier l'auteur intellectuel et le
traduire enjustice.
Anthony Lalane, 43 ans, qui dirigeait un bureau de change a la rue de l'Enterrement,
6tait le jeune frere du Docteur Jimmy Lalane, 6galement assassin en 1999.

18 Mai: Fete du drapeau et de l'Universit6
Le President de la rdpublique, Rend Prdval, s'est rendu t6t dans la matinde du 18 MAI a
l'Arcahaie pour la commemoration du 206eme anniversaire de la creation du bicolore
haitien.
Dans son adresse h la nation,
Monsieur Prdval a tenu souligner le
manque d'ind6pendance vis i vis de
l'6tranger qui nous caract6rise, ce qui
nous force H accepter certains dictats.
Nous d6pendons trop de l'assistance
6trang6re.
Aussi recommande-t-il la solidaritC
entre toutes les forces, tous les
secteurs.
Le President signale la creation de la
Commission de travail sur la
comp6titivit6 comme module de Le PrdsidentPrival et le PM IPierre-Louis
dialogue et num sre les efforts que 2 la commemoration du drapeau le 18 mai 2009
nous devons faire pour arriver r (photoRobenson)
l'ind6pendance 6conomique:
La restauration de la stability politique et de la s6curit6, f6licitant les acteurs qui y ont
travaill6 (PNH et MINUSTAH).
La creation d'emplois qui devrait permettre d'atteindre une certaine ind6pendance
6conomique. Mais nous n'en sommes pas encore 1I. Selon le chef de l'Etat, le premier
secteur qui peut cr6er de l'emploi c'est le secteur agricole.
L'augmentation du salaire minimum pour que les ouvriers aient de quoi vivre (cependant
le President n'a pas dit un mot du montant de ce salaire qui vient d'qtre port 200
gourdes par les deux chambres du Parlement.
En mime temps, Prdval signale la n6cessit6 de ne pas augmenter le ch6mage (des
patrons menacent de proc6der h des revocations massives sijamais l'Ex6cutif fait
promulguer la Loi du salaire minimum h 200 gourdes...
Le Tourisme. Avec le r6tablissement de la s6curit6, beaucoup d'Haitiens de la diaspora
viendront aux fates champ6tres en Haiti. D'oi n6cessit6 pour la rEparation ou la
construction de routes. Route du sud, celle du Plateau Central qui arrive maintenant
jusqu'h Mirebalais, tandis que Mirebalais-Hinche est en voice de construction. La
Nationale # 1 va 6tre refaite. Mais il reste encore h trouver un financement pour Gros-
Morne Port-de-Paix et pour Miragoine-Petit Trou de Nippes.
Augmentation de 60 M6gawatts d'electricit. L'Ed'H b6ndficie d'une subvention de 100
Millions de dollars de l'Etat. << I faut pouvoir r6cup6rer cette somme qui pourrait servir h
la construction d'6coles. Peut-ctre que la suppression enjuillet prochain de 100 milliards
de dollars de la Dette d'Haiti permettra I l'Etat haitien de r6cup6rer un equivalent de 50
milliards de dollars. >
Ce sont quelques points soulev6s dans le discours pr6sidentiel du 18 Mai 2009.

Deux ex-fonctionaires de la Tel6co ont touch des pots de vin ...
Cet argent leur a &t vers6 par deux hommes d'affaires amdricains. En contrepartie ces
hauts fonctionnaires de la T616co auraient accord des contrats avantageuxa trois
compagnies de t61communications de Floride.
Les 2 hommes d'affaires am6ricains ont, le 27 avril etle 15 mai derniers, plaid coupables
par devant un tribunal du Sud de la Floride (Etats-Unis) de blanchiment d'argent et de
violation des lois amdricaines sur la corruption de fonctionnaires d'un gouvernement
stranger.
Par-devant lejuge Jose E. Martinez du District du Sud de la Floride, Antonio Perez (51
ans) et Juan Diaz (51 ans) ont successivement reconnu avoir vers6, entre 2001 et 2003,
environ un million sept cent trois mille quarante quatre dollars (USD 1.703.044) au
Directeur g6ndral et au Responsable d'alors des relations internationales de la T616co
pour qu'ils octroient des avantages v 3 compagnies de telecommunications du Comtd de
Dade (Miami).
Les noms des fonctionnaires haitiens concerns ne figurent pas dans le communique
relatif a ce dossier publi le 15 mai par Alexander Acosta et Lamy A. Breuer,
respectivement Attorney (Avocat g6ndral) et assistant Attorney des Etats-Unis pour le
District du Sud de la Floride. L'investigation se poursuit, precise le communique.
Juan Diaz a admis avoir peru soixante treize mille huit cent vingt quatre dollars (USD
73.824) de commissions pour les pots-de-vinversds aux officiels haitiens.
Les deux hommes d'affaires de Floride encourent une peine maximale de 5 ans assortie
d'une amende de plus de deux cent cinquante mille dollars (USD 250.000).
Le gouvernement Aristide (2001-2004) a t maintes fois accus d'avoirconcludes
contrats douteux au detriment de la Th1lco.

Un pas important vers la decentralisation
C'est ce qui ressort de ce colloque: Formation et gestion des personnels territoriaux qui
s'est ddrould les 15 et 16 mai au Karibe convention Center. L'assistance 6tait compose
d'experts venus de France, du Sdndgal, d'Espagne de Martinique et de Guadeloupe,
(EN BREF / p. 14)





Mercredi 20 Mai 2009
naiti pn Mnrcrhp Vnl XXTTTII N 17


Bi C

envoy special d
D'apres une source Internet intitul6e "The new
ForeignPolicy.com >, l'ex-pr6sident am6ricain Bill Clinton sera
nomm6 cette semaine < Envoyd special de l'ONU en Haiti. >
L'information est confirmed de source onusienne, mais
officieusement. Le bureau du Secr6taire
G6ndral n'a pas r6pondu A ce sujet. Ni la
Maison blanche.
Bill Clinton a voyage en mars
dernier en Haiti accompagnant le Secr6taire
G6ndral de l'ONU Ban Ki-moon.
Apres cette visite, il a d6clard au
Miami Herald : < Je suis tomb6 en amour pour
ce pays depuis plus de trois d6cennies (...).
Je pense que le principal problkme d'Haiti ailable
c'est la mauvaise gouvemance. Les Haitiens
travaillent dur et ils travaillent bien. Dites
au monde entier que c'est un bon endroit
ott investir. >>
D'autre part, la Secr6taire d'Etat
amdricaine Hillary Clinton visitait Haiti le
mois dernier, oit elle a plaid pour une aide


L'ACTUALITE EN MARCHE


linton

e 1'ONU en Haiti
amdricaine additionnelle de $57 millions sur un total de $324
millions vot6s pour Haiti lors d'une conference des bailleurs
qui s'est tenue A Washington, le 14 avril dernier, et A laquelle
assistait 6galement la Secr6taire d'Etat Clinton.


Copyri tBd Materia
Syndic te Content
from Comm rcial News Providers"


Deux hommes d'affaires Floridiens plaident

coupables de conspiration pour d6tournements

de fonds avec des officiels haitiens


D'aprbs des documents 6manant de la Justice
Fd6rale dans l'Etat de Floride, sous le titre << Officiels et Lavage
de fonds >, le president et l'ancien administrateur d'une firme
de telecommunications base dans le comtd de Miami-Dade
(Floride), ont plaid coupables d'avoir conspired pour payer et
camoufler le paiement de plus d'1 million de dollars A des
officiels gouvernementaux haitiens.
Juan Diaz et Antonio Perez, Ag6s tous les deux de 51
ans, ont plaid coupables de conspiration pour corrompre un
officiel d'un gouvernement stranger en vue de se procurer
des avantages pour trois diff6rentes compagnies de
telecommunications priv6es A Miami aupras de la compagnie
d'Etat, T616communications d'Haiti (ou Teleco).
Cela en violation des lois punissant les pratiques
corrompues en affaires et le blanchiment d'argent.
Selon les documents judiciaires, Diaz a pay6 sous forme de
pots-de-vin 1 million 028 mille 851 dollars am6ricains A des
officiels d'un ancien gouvernement haitien pendant qu'il
servait d'interm6diaire pour les trois compagnies priv6es


amdricaines.
Quant A Antonio Perez, qui a &t6 l'administrateur de
ces trois compagnies, il est responsable du versement dans
les m6mes conditions de 674 mille 193 dollars amdricains aux
officiels haitiens en question.
Les trois compagnies amdricaines ont ex6cut6 une
sdrie de contrats avec la Teleco pour des appels t6l1phoniques
sur cartes pour Haiti.
Diaz et Perez ont admis avoir conspired pour effectuer
des < paiements de c6t 6 au Directeur g6ndral de la Teleco A
l'6poque via une compagnie fantoche appartenant A Diaz.
En change de ces paiements, les compagnies
amdricaines ont pu b6ndficier de toutes sortes d'avantages :
tarifs pr6f6rentiels, mais aussi reduction du nombre de minutes
facturdes et autres.
Juan Diaz a admis que de Novembre 2001 A Octobre
2003, lui et ses co-conspirateurs ont utilis6 la compagnie
fantoche dans le seul but d'accepter des paiements effectuds
en pots-de-vin et de les blanchir pour leurs b6ndficiaires, les


Page 3


L'EVN SOMMAIRE
Haiti ses noy6s et ses d6capit6s p.1

ACTUALITE
Deux hommes d'affaires amdricains plaident coupables
de d6toumements avec des ex-officiels de la Teleco p.2
Bill Clinton serait nomm6 << envoy special de l'ONU
en Haiti > p.2
Le president dominicain veut int6grer Haiti dans la
communaut6 ib6ro-am6ricaine p.2

ECONOMIE
Salaire minimum: le d6bat n'est pas fini p.1
Les Moulins d'Haiti remettent 120 millions de gourdes
A l'Etat p.6

ANALYSE
Humour pr6sidentiel mais les temps ont change p.1

SANTE
Grippe A: New York enregistre son premier d6ces p.2
La grippe va continuer a se propager p.2

DOSSIERDECAPITATION
Amnesty International : prot6ger les Haitiens contre
les violences xenophobes p.8
Comme des complices silencieux p.9

LECONS D'HISTOIRE
18 Mai: 1920 n'est pas 1803 p.12
Yon fit drapo tulututu p.15

LIBREPENSER
Fragilit6 p. 12

ENVIRONNEMENT
Au Parc La Visite p.13

officiels gouvernementaux haitiens en question.
Diaz admet qu'il a aussi gard6 73 mille 824 dollars
comme commissions pour lui-m6me.
De son c6te, Perez reconnait que, sur demande de son
sup6rieur, de Novembre 2001 A Janvier 2002, il a particip6 au
processus de paiement de ces dessous-de-table 6galement au
Directeur des relations internationales de la Teleco d'alors.
Des sommes qui s'61&vent, durant cette p6riode, A 36
mille 375 dollars.
Perez admet avoir cach6 ces paiements en les
enregistrant sous forme de consultations, toujours A travers
la compagnie fantoche de Diaz.
(FRAUDE/p.6)


.- a .....


aT^^..-^^^fr


I 1UNIBANK


"Fwwwuni rautk eeitn .co

www unibmnkhniti.com


FlalCI Vit IVIalk,11V VIV I1 I I/


I


C1S i;


*fc|~m~I~L~tjnk~H~~


_~i"J


Qqzf





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17


POLITIQUE


Que veulent dire les declarations de Preval ?


(... suite de la lere page)
(PLB, Corega et autres secteurs membres de la mouvance
Lavalas, dont ceux sous l'ob6dience de son pr6d6cesseur et
lors 6galement mentor, l'ex-pr6sident Jean-Bertrand Aristide).
En 2006, Aristide ayant &td brutalement renvers6 en
plein milieu de mandat en f6vrier 2004, Prdval fait endosser sa
candidature par une autre plateforme. C'est L'Espoir, oiY l'on
retrouve certains des membres de l'ex-<< table >> (PLB, Eskanp-
Corega) ainsi que des formations plus r6centes.
Seul Fanmi Lavalas manque a l'appel, son chefvivant
d6sormais en exil en Afrique du Sud se garde de prendre
directement position dans la campagne. Une minority essaie
de se presenter directement sous l'6tiquette Lavalas, mais la
majority decide spontandment de porter son vote sur l'ex-
premier ministre d'Aristide, Rend Prdval, qui fut Olu dans un
raz-de-marde.

<...
Le mardi 12 mai dernier, aux Gonaives, le president
Prdval declare en substance qu'il n'appartient pas a L'Espoir,
soulignant en partant que celui-ci n'est pas un parti politique,
mais, aurait-il pu ajouter: un simple << chapeau l6gal >>. Un terme
propre a la classe politique haitienne pour designer des
candidats a la recherche d'une formation politique pour
endosser leur candidature, tout comme on trouve aussi des
partis a la recherche de candidats capables de financement
pour les aider a faire campagne.
Le r6sultat a td jusqu'a present d6sastreux, comme
on le sait. Mais c'est une autre histoire.
Selon Mr. Prdval, tel fut aussi le cas lors de sa premiere
candidature a la pr6sidence en 1996. Enplacant celle-ci sous le
signe de << la table >>, dont la base principale 6tait constitute
par le mouvement Lavalas, cela ne faisait pas de lui un Lavalas
pour autant.
Bien entendu, cette declaration peut 6tonner, venant
de celui qui avait &t6 surnomm6 nationalement et
internationalement le << marasa >>(oujumeau) de Jean-Bertrand
Aristide.
Mais en Haiti, il n'est pas rare que le candidat vienne
souvent, en effet, avant le parti. Avant tout programme. Avant
la conception meme de programme. C'est le pays des leaders
pr6destinds. Des sauveurs de la patrie. N'est-ce pas !

Des propos probablement r6flechis ...
La question, c'est pourquoi Rend Prdval choisit-il le
moment present pour tenir ce genre de declarations ?
Est-ce a cause de l'insistance des reporters le
conduisant trop loin des preoccupations qui l'avaient amend
dans l'Artibonite, le d6partement qui avait &td le plus malmend
par les ouragans en 2008 ?
La nouvelle saison cyclonique commence le mois
prochain.
Mais Mr. Prdval n'est pas le genre a se laisser mener
en bateau et a toujours &t6 avare en declarations.
Ce sont done lc des propos probablement r6fl6chis.
Mais a quelles fins ? Ca il est le seul a le savoir.
Pour l'instant on en est a toutes sortes de conjectures.
Pauvre performance de la plateforme L'Espoir aux
s6natoriales partielles du 19 Avril 2009 ?
Alors que le 7 f6vrier 2006, L'Espoir a pu se f6liciter
de la participation massive qui a port Rend Prdval au pouvoir


AMERIJET INTERNATIOI

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki
pem&t klyan an jwenn tout ,bO a.* atR
enf6masyon li bezwen sou transpb 6_
pa avyon, sou lanme ak ate, fR
rezevasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fo
kontabilite.


"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
ysyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p ` cOnie-Stop-Sh ", sa vle di nou vle ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os tou quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enpassyon.
a kapini yo, Ameriet pral introdcit lotavantaj sou website li a. Pamela
Robbins "o o ki enter an olC e1 bai plis
ekspansyon e peim......l I. oonlaaans.
Amerijet International, I unisi vis entenasyonal konple sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit enten&t la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


pour un second mandat, par contre le 19 avril dernier la
fr6quentation des urnes a &t6 r6duite au strict minimum. Le
taux de participation reste encore un mystere.
Entre-temps, ily a eu l'dvictiontotale du parti de l'ex-
pr6sident Aristide, Fanmi Lavalas, du processus par l'actuel
Conseil electoral provisoire (CEP) dont le president Prdval n'a
paru a aucun moment regretter la decision.
Mais alors que les partis dits de l'ancienne opposition
(Fusion, OPL, Alyans et consorts) accusent aujourd'hui le
CEP de vouloir faire place nette pour les candidats proches du
palais national, tombe la petite phrase de Mr. Prdval : < suis pas membre de L'Espoir, je n'ai jamais eu de parti
politique. >>

C'est la un beau sujet de guerre ...
Le president largue L'Espoir ?
Est-ce au profit de 1'UCADE, un autre parti se
r6clamant de la Pr6sidence, et constitu6 de jeunes loups
proches du palais national ?
Dans un tel cas, ce serait abandonner la proie pour
l'ombre. L'UCADE est une petite formation dont personne ne
peut encore traduire le sigle (UCADE ou Union des Citoyens
Haitiens pour le Ddveloppement, la D6mocratie et l'Education).
Meme si cela sonne comme tout un programme, c'est un
nouveau << chapeau l1gal >> qui n'a pas encore fait ses preuves.
Alors que L'Espoir a d6ja pignon sur rue.
Orjustement a qui appartient L'Espoir si ce n'est au
president Prdval ?
Comme dit le fabuliste, c'est (deja) la un beau sujet
de guerre. Qui sait ?
En tout cas, un chef de l'Etat qui decide de reprendre
ses billes a un moment aussi crucial (< d'aucun parti politique >), cela annonce toujours quelque
grande decision.
Prdval se met en disponibilit6 la plus totale. Comme
le petit Larousse ; je seme a tout vent !

L'abstention massive du 19 avril ...
Cela alors qu'on entre dans la plus longue p6riode
6lectorale de l'Histoire d'Haiti.
Un second tour totalement 6nigmatique fix6 au 21
juinprochain ...
Puis en fin d'annde, des l1gislatives et municipales
touchant plusieurs centaines de sieges.
Et le pompon, les elections pr6sidentielles en
novembre-d6cembre de l'ann6e prochaine.
Mais jusqu'a date, le jeu reste totalement ouvert
(pr6sidentielles y compris !).
Personne n'ose le moindre pronostic aussi longtemps
que l'dlectorat decide de rester << portes fermees > comme le
19 avril dernier.
Le pays boude, c'est le moins qu'on puisse dire. Et
les raisons sont multiples. Et pas difficiles a deviner.
Vous me direz : c'est L'Espoir qui devrait avoir le plus


a perdre dans les dernimres declarations pr6sidentielles, pris
entre les accusations des partis adverses et cette espece de
reniement du chef de l'Etat !
Mais Mr. Prdvaljoue peut-6tre plus gros aujourd'hui.
Sa decision de se mettre en reserve de la rdpublique
6lectoraliste, en posant ainsi en arbitre supreme, il se peut
qu'il annonce un nouveau tournant de l'actualit6 politique.
L'abstention massive du 19 avril force peut-6tre a
reposer le probleme sous d'autres angles, selon d'autres
perspectives.
MWme si les officiels (y compris internationaux)
essaient de banaliser cette gifle retentissante de la part de
1'dlectorat, mais il y a la menace du second tour. Nous disons
< menace > parce que ce sont tous les partis politiques
g6ndralement parlant qui menacent d6sormais de boycotter le
processus, tellement la situation n'a cess6 de se d6t6riorer au
lendemain du premier tour. Y compris L'Espoir lui-meme. Par
exemple dans le d6partement du Centre oni des candidats de
L'Espoir et de 1'UCADE se trouvent face a face.
Done simple tactique de la part du chef de l'Etat ? En
se mettant au-dessus de tous les partis indistinctement, il
esp6rerait calmer les soupcons concernant ses liens avec les
candidats et partis donnas comme proches du pouvoir.
Reprendre de la hauteur.

Politique de l'autruche...
Mais il y a un hic. Ce ne sont pas les candidats ni les
partis, du moins tel qu'ils existent aujourd'hui en Haiti, qui
remplissent les urnes.
Ce sont les 6lecteurs. Or les propos du president
Prdval sont probablement passes par-dessus leur tate s'ils ne
risquent pas de produire l'effet contraire.
Quand un chef de l'Etat declare n'etre d'aucun parti
politique alors que le peuple est appeal a se rendre au vote ...
Et si le peuple d6cidait de le prendre au mot. Et de
n'etre lui aussi d'aucun parti.
Des elections avec rien que des votes blancs !
Quand Obama, Sarkozy, Lula, Chavez, Angela Merkel
doivent stimuler l'dlectorat, ce n'est pas en se d6sengageant,
mais en s'engageant davantage.
De plus, curieusement, Monsieur Prdval est le seul
chef d'Etat aujourd'hui sur la terre b6nie qui peut pr6tendre
n'etre pas (et n'avoir jamais 6td) membre d'une formation
politique !
Le probleme est que traditionnellement lejeu politique
en Haiti se circonscrit au niveau des partis et meme des
particules et qu'on en oublie l'dlecteur.
Or c'est ce que l'abstention massive du 19 avril est
justement venu nous rappeler.
Le president devrait rectifier le tir et mieux s'expliquer.
Il est encore temps d'arrnter la politique de l'autruche.

Haiti en Marche, 13 mai 2009


s I *::NO.no a*:# -#* 41&A Im: $"*
|-






NAL,INC. "Copyrighted Material

1. A a.. Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


nrr "tw


nksyon


Page 4


M Sh





Mercredi 20 Mai 2009
T-Haiti pn Mncrrhp Vnl XXTTTI N 17


DE L'ACTUALITE


Humour presidential!


Mais les

(... suite de la lere page)
On continue de lui accorder le b6ndfice du doute.
Mais en avril 2008, juste retour des choses. Aux
6meutiers de la faim qui tentent de prendre d'assaut le palais
national, il rdpond: moi aussi, tout mon corps est pass au
klorox.
C'6tait le mot d'ordre des manifestants. < Grangou
Klorox >. Le ventre vide. Blanchijusqu'aux os.
A tort ou A raison ...
DMs lors la plaisanterie pr6sidentielle
ne passe plus. Enun mot, le peuple l'interprlte,
a tort ou a raison, comme de la provocation.
On se rappelle la communication
prononc6e solennellement depuis les bureaux
du chef de l'Etat au palais national et qui n'eut
pour tout r6sultat que d'enhardir les
manifestants qui cassbrent sur leur chemin
toutes les vitres de magasins.
DMs lors le nouveau pouvoir entrait
dans son purgatoire.
Aujourd'hui le voici aux portes de
l'enfer. Availal
Le 12 mai dernier, Rend Prdval declare
n'avoir jamais eu de parti politique et qu'il
n'est pas plus lih a la plateforme politique
l'Espoir qu'il l'6tait h Lavalas lorsqu'il a accdd
au pouvoir en 1996.
Un langage qui si6rait mieux a un
G6ndral de Gaule ou a un George Washington,
quand la l1gitimit6 nait d'un grand cataclysme
et fait corps avec le destin meme de la nation -
mais dans lequel aucun chef d'Etat a notre 6poque n'oserait
s'aventurer.
Tous ont un parti politique comme leur base, tous se
r6clament d'un engagement politique direct. D'ailleurs la
d6mocratie, ne cessent de nous r6p6ter nos tuteurs
internationaux, ne se d6finit pas sans le jeu des partis
politiques. Des millions ont &te engloutis dans le pays a cette
fin. N'a-t-on pas accuse Aristide de < dictature > entre autres
pour avoir toujours voulu se mettre au-dessus ? La preuve,
une fois qu'il a dtd dcartd, sa formation Fanmi Lavalas n'arrive
plus a se relever toute seule.

Des partis qui se sont tous discreditss ...
Par consequent, que va chercher Rend Prdval par ces


mots?


temps ont change...

Se d6tacher du marasme politique actuel et prendre Alors qu'il aurait pu en profiter pour se mettre au
ses distances avec des partis qui se sont tous discr6dit6s ? Y diapason du sentiment (ou du ressentiment) national par une
compris ceux qui lui sont les plus proches, L'Espoir, et le petit juste evaluation de la situation qui lui permettrait de dire : je
dernier : UCADE, sur lesquels tombe le gros des accusations vous ai compris, et par la meme occasion prdvenir les
d'irr6gularit6s qui seraient survenues lors du premier tour des d6bordements du fait meme de laisser comprendre que la
s6natoriales partielles le 19 avril dernier. situation est prise en main, il a choisi (chose incroyable) de


Dans un tel cas, a moins que le nouveau langage
pr6sidentiel ne soit i consommation exteme, Mr. Prdval semble


"Copyrighted Material

kSyndicated Content
ble from Commercial Nws Pro
_____


6tre passed nouveau par-dessus la tate du pays qu'il a pret6
le serment constitutionnel de d6fendre, prot6ger et servir.
Ce n'est pas exactement ce qui va sauver la situation
et attirer plus d' lecteurs au second tour le 21 juin prochain :
une veritable gageure.
Ou le peuple qui n'est pas au parfum (le message en
question 6tant trop en d6calage par rapport a ses v6ritables
preoccupations), ou le president qui est totalement a c6t6 de
ses godasses. Ce qui est le plus probable.

< Operation chauve-souris >>...
Ne parlons pas de ses (trop) brefs commentaires
concemant la decapitation du ressortissant haitien par un
Dominicain en pleine rue de Santo Domingo, la capitale de la
rdpublique voisine.


traiter la question par-dessus la jambe.


viders"
p ----d


< Je m'en remets a la justice
dominicaine > aurait-il conclu.
Or aussi bien au niveau de lajustice
envers les ressortissants haitiens que de la
migration, jamais le sort de nos expatrids en
r6publique voisine n'avait autant empire que
ces dernibres anndes.
Le President Rend Prdval semble done
un peu perdu, c'est le moins qu'on puisse
dire.
Mais quoi d'6tonnant ? Nous voici
seulement a 1 an et demi des prochaines
pr6sidentielles. Le temps du bilan est meme
d6ji pass. Et cela explique tout.
Et d'ailleurs Mr. Prdval devrait s'y
connaitre. Qu'il se souvienne que d&s les
l1gislatives de mai 2000, il ne contr6lait deji
plus rien. Des elections bien sous tout rapport
pendant la journde 6lectorale. Mais
transformees d&s la tombre de la nuit en
< operation chauve-souris. >
Et qu'il n'avait rien pu faire pour
6viter l'escalade de la crise ... jusqu'au brutal
renversement de son successeur, Jean-
Bertrand Aristide, le 29 fvrier 2004.


Toujours plus de confusion et moins
d'engagement ...
Qui doit b6ndficier aujourd'hui de cette meme sorte
de transition de fin de mandat avant l'heure, des fois que le
president Prdval accepterait de faire la meme courtoisie a de
nouveaux allies ( ???).
En tout cas, si cela se confirmait, le r6sultat ce serait
toujours plus de confusion a l'int6rieur.
Et a l'extdrieur moins d'engagement (et
d'empressement) de la part de ceux qui sont (encore !)
int6ress6s a ce pays. Y compris les bailleurs du 14 avril dernier.

Haiti en Marche, 16 Mai 2009


Gabriel Bien-Aime repond au president Preval qui a taxes


son action au minister de l'Education de "vagabondage politique"


(... suite de la page 4)
attention pour ne pas entrer dans le projet de
son assassinat politique concoct, a-t-il dit,
par des gens tapis dans l'ombre.
"Des informations dignes de foi
laissent croire que ces memes gens planifient
mon assassinat physique si la premiere phase
n'aboutit pas aux r6sultats escompt6s", 6crit
M. Bien-Aim6 dont on affirme qu'il aurait des
ambitions pr6sidentielles.
Concemant les accusations portees
contre lui par le chef de l'Etat, Gabriel Bien-
aim6 soutient qu'en arrivant au Ministbre de
l'Education, le 9juin 2006, il a inventories deux
problkmes: 163 millions de gourdes d'arri6rds
de salaires et 765 6coles a maitre unique.
"J'ai trouv6 des enseignants avec
des arri6rds datant de 1993. J'ai pu 6ponger 80
millions de gourdes. Le reste n'a pu 1'tre, du
fait que ces enseignants n'avaient pas de
pieces pour justifier leur presence dans les
salles de classe", a-t-il expliqud, soulignant
que le problkme d'arridr6s n'est pas une
invention.
L'ancien ministre qui avait 6td a
maintes reprises accuse d'avoir multiplied les


revocations au profit de membres de son parti
(OPL), a fait savoir en outre que les syndicats
d'enseignants ont inventoria avec le ministbre
765 6coles n'ayant qu'un enseignant servant
a la fois de directeur et d'enseignant pour 6
classes. II declare avoir pris deux decisions
qui s'imposaient: pourvoir ces 6coles en
maitres et donner a ceux et celles qui sont en
salle de classe une lettre d'autorisation, en
attendant la r6gularisation de leur cas.
Gabriel Bien-Aim6 accuse par des
membres du gouvemementAlexis dont il faisait
partie, d'avoir toujours trait en matibre
d'6ducation directement avec les bailleurs,
sans impliquer ses sup6rieurs hi6rarchiques,
explique aussi l'augmentation du montant des
arri6rds par ce qu'il appelle des tergiversations
qui l'auraient emphch6 d'utiliser 205 millions
des 235 millions affects au budget de son
ministbre pour l'exercice 2006/2007.
II affirme toutefois qu'aprbs son
depart, 17 millions de gourdes ont &te engages,
une flotte de v6hicules neufs distribuds, des
firmes coopt6es pour une "enquete."
M. Bien-Aim6 souvent accuse aussi
par ses adversaires de manipulation dans les


mouvements de greve, se demande pourquoi
un tel gaspillage, car cette enquete aurait pu
6tre mende, selon lui, par les ressources
humaines d6ji au service du ministbre au
niveau des d6partements et ces fonds
pourraient commencer a satisfaire les
enseignants en grbve r6clamant leurs dus
rests impayds.
L'ancien ministre affirme encore avoir
requ des t6moignages autour de manceuvres
visant a introduire plusieurs milliers de
nouveaux enseignants avec des lettres
d'autorisation antidat6es.
C'est ce qui expliquerait, selon lui,
qu'au d6but on parlait de 4.000 enseignants
(irr6guliers) et qu'aujourd'hui le president
Prdval avance le chiffre de 17.000.
Dans diffirents milieux politiques, on
affirme ne pas comprendre ces hostilit6s entre
Rend Prdval et Gabriel Bien-Aim6, un haut
cadre du parti OPL, alors que le president
collabore 6troitement avec d'autres
personnalit6s de cette formation politique.

IItHalefsnr d I


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Nomrn
Adremss


I [COCl.il i lmiAI


HaMi
Etats Unis
Canada
Europe
Am6ique Latine


Gdes 260.00
US $ 40.00
SUS $42.00
_US $ 70.00
_ US $ 7000


Gdes 520.00
US $ 78.00
_ US $ 80.00
US $ 136.00
US $ 135.00


Damn e cam d'un abonnreMnt
avec IIvraison. l coat est le double.
Prilr de speciller si vouw s a
un novel abonn6
ou 'll 'agit d'un renouvellement


Nouv Bu


Renouvlleknnt

0II


Page 5


I -I








CONTACT US
TOLL FREE. 1-a8B-3B3-2a85
OR. 305-5208300
FAX :30 5-620-8332
CELL. 3 D 5-98 16 8


I


I Copi-t PourSixH mflojl





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17


It's the economy, stupid !


(... suite de la lere page)
des elections, mais c'est pour voir la participation tomber
pratiquement a z6ro.
Alors qu'elle fait ainsi eau de toute part, Haiti ne
peut plus 6tre < patch6e (en francais colmat6e).
C'est tout ou rien. A prendre ou a laisser.
L'administration Obama est invite a
accorder le TPS parce que les sans papiers haitiens
sont un support irremplacable par les fonds qu'ils
envoient a leurs proches au pays. D6ji les transferts
ont diminu6 de moitid, selon les chiffres de la banque
centrale en Haiti. Celle-ci indique aussi que c'est
eux qui couvrent la presque totality des importations
de produits alimentaires. Que des cadavres de
victimes de famine commencent a tre ramasses
dans les rues de la capitale, quoi d'6tonnant.
Mais comment dviter un rush vers la Floride
quand ce sont les Haitiens vivant aux Etats-Unis
eux-memes qui payent les passeurs.

La misere qui ne se negocie plus

La solution c'est de prendre le taureau par
les comes, la solution c'est que les Haitiens
puissent vivre dans leur pays meme.
Tous ces malheureux 6v6nements ont le Des ma.
meme commun d6nominateur.
Les clandestins qui se noient au pied de l'une des
plus belles stations balndaires du monde, tout comme l'Haitien

Deux hommes d'affaires

Floridiens plaident

coupables de conspiration
(... suite de la page 3)
Comme sentence, Diaz et Perez risquent chacun un
maximum de 5 ans d'emprisonnement et une amende de
US$250.000.
L'investigation se poursuit.
Le D6partement am6ricain de la Justice a exprim6 sa
gratitude au gouvernement actuel d'Haiti pour avoir fourni
son assistance dans le rassemblement des preuves durant
cette investigation. Particulibrement l'Unit6 centrale de
renseignements financiers (UCREF), le Bureau des affaires
financibres et 6conomiques (BAFE), la Police nationale d'Haiti,
le Ministbre de la Justice et de la S6curit6 publique.


d6capitW en pleine rue a Santo Domingo ...
Les s6natoriales impossibles malgr6 le d6caissement
de 16 millions.
Bref, c'est toute l'actualit6 ... et pas seulement les


victimes de famine d6couvertes a l'aube dans les rues de Port-
au-Prince, qui a pour seule origine : la misere.


Mais la misbre qui ne se n6gocie plus.
La question doit 6tre tranchee une fois pour toutes.
Le systeme a failli, il faut en changer.
La politique de la misbre a enfantd la misbre politique.
Commenons done par s6parer la misbre
de la politique et la politique sortira aussi de sa
misbre.

La micro-entreprise ...
L'Haitien ne m6rite pas un tel sort. C'est un
rude travailleur. C'est connu.
Donnons lui seulement les moyens.
Travailleur infatigable mais pas trbs
organisateur. Comme on le voit h Miami oi 1'chec
du quartier de Little-Haiti ne signifie pas que la
majority n'a pu tirer son 6pingle dujeu.
Comme partout, alors que les grandes
boites s'effondrent (Chrysler vient de d6clarer
banqueroute), ce sont les petites entreprises qui
tiennent le coup.
Les PME et meme les PE. Bref, la micro-
entreprise, ffit-ce un point de vente de plantes et de
fleurs dans un coin de rue a Petion-Ville.
La primaut6 de 1'6conomie. Mais une
economic de proximity. VoilW a quoi l'Haitien estbon.
haiti.ht) Donnez-lui sa chance.
Melodie, 17 Mai 2009


11a1I& I cl MdIIA 41 lat l r i orq ne14

!1 ml 4r t r III1




"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


S4 wa #qr ws
4w,% cal Awp Iy^ 1 is140


Page 6


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Konf6meman ak Odonans Nim. 09-13 Vilaj Palmetto Bay adopte jou 16 avril 2009 la, pa
Majistra a ak Konsey Vilaj Palmetto Bay, Florid, yap avize isiba ke pral genyen yon eleksyon
espesyal jou jedi 25 jen 2009 la, pa bilten vbt laps, pou kapab soum6t a elekte kalifye yo de Vilaj
Palmetto Bay la, pou apwobasyon yo oswa dezapwobasyon yo de pwopozisyon sa yo ki ekri la a:
Kestyon 1: Modifikasyon Konstitisyon an rap6 ak alejman peman.
Eliminasyon alejman peman apre ane fiskal 2008-2009
Lske se pou amannman fet nan Konstitisyon Vilaj Palmetto Bay an pou elimine alejman peman ke
yo dwe Konte an pou ane fiskal 2008-2009 la, olyeke yo egzije alejman peman pbpetyIl, epi retire
"Klasifikasyon Nasyon Favorize" a sou koze alejman ak seten lot kl6z ki gen rapo ak alejman?
tske se pou yo adopte amannman ki dekri pi wo la a?
WI 60
NON 61
Kestyon 2: Modifikasyon nan kl6z Konstitisyon an ki gen rap6 ak eliminasyon egzijans ki
mande pou Vilaj la peye sevis polis espesyalize yo.
Eliminasyon obligasyon kontra Vilaj la ki di pou li peye Konte Miami-Dade pou sevis polls
espesyalize yo
tske se pou amannman f6t nan Konstitisyon Vilaj Palmetto Bay an pou elimine obligasyon Vil la
pou li kontrakte ak peye sevis polis espesyalize yo de Konte Miami-Dade epitou elimine
klasifikasyon nasyon favorize pou sevis polis espesyalize yo?
Iske se pou yo adopte amannman ki dekri pi wo la a?
WI 62
NON 63
Kestyon 3: Pou ekspansyon anwolman etidyan nan lek61 prive f6t, li egzijib pou li apwouve
pa kat-senky6m (4/5) de Kone6y Vilaj la, epi se pou 75 pousan elekte yo ki abite nan lespas
de 2,000 pye toutotou apwouve li tou.
Ekspansyon lekbl prive ki oblije jwenn 4/5 v6t Konsey la ak 75 pousan apwobasyon moun
ki nan lespas de 2,000 pye toutotou
Eske se pou amannman fet nan Konstitisyon Vilaj Palmetto Bay an pou pBmet yon ogmantasyon
nan anwolman lek6l prive selman apre ke 75 pousan nan elekt6 yo ki abite nan lespas de 2000
pye toutotou lekBl la apwouve Ii ak yon v6t de 4/5 de Konsey Vilaj la, epi se lek6l prive kap mande
ekspansyon an ki va responsab pou tout fr6 eleksyon an?
Iske se pou yo adopte amannman ki dekri pi wo la a?
WI 64
NON 65
Kestyon 4: Pemet yo retire tout dat fiti, dat aktyel eleksyon dezy6m tou nan konstitisyon
an epi otorize yon 6donans ki va etabli orb dat fiti eleksyon dezy6m tou yo.
Retire dat eleksyon dezy6m tou yo nan Konstitisyon an epi kreye 6donans ak dat yo dapre
Lwa Eta a
Eske se pou amannman f6t nan Konstitisyon Vilaj la pou elimine referans akty6l ki fet a posibilite
yon dat eleksyon dezy6m tou, epi ensere nan Konstitisyon an ke tout dat fiti eleksyon dezy&m tou
yo va etabli pa Kons6y Vilaj la dapre 6donans, konf6meman ak Iwa Eta?
Eske se pou yo adopte amannman ki dekri pi wo la a?
WI 66
NON 67
Tout elekte kalifye ki abite andedan lizy& Vilaj Palmetto Bay va elijib pou vote WI ou NON sou
pwopozisyon sa yo
Eleksyon espesyal sa a va fet konf6meman ak tout dispozisyon aplikab ki nan Iwa jeneral ki
jere eleksyon espesyal yo epitou dapre dispozisyon yo ki nan Konstitisyon Vilaj Palmetto Bay la.
Meighan J. Rader, CMC
Grefye Vil la
Palmetto Bay, Florid


REYINYON PIBLIK
Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Konte (MPO) pou Znn Iben Miami an pral fe yon
reyinyon piblik jou jedi, 25 jen 2009, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte an nan Stephen
R Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid.
1. Amannman Pwogram Travo Plan Inifye (sig Angle UPWP) Ane Fiskal 2009 ak 2010
Amannman ke yap pwopoze nan UPWP Ane Fiskal 2009 ak 2010 la se pou mande nouvo etid fet nan
travo ki rele Task 3.06 "Call for Ideas" ak Task 4.13 "Municipal Grant Program".
2. Amannman Plan Transpotasyon Alontem 2030
Amannman sa a se pou enkli pwoje US-1 Express la kbm yon Priority III nan Plan Posibilite Fre LRTP
2030 a. Yo pral enkbpore andedan pwoje US-1 Express la ranje liy peyaj yo an itilizan kapasite ki an
ekse a nan wout bis South Dade Busway an de Florida City rive a estasyon tren Dadeland South
Metrorail Station la.
Tout moun ki enterese envite vin patisipe. Pou jwenn kopi LRTP a, TIP a, UPWP a, ak/oswa plis
enfbmasyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO an nan, Stephen R Clark Center, 111 NW First
Street, Suite 920, Miami, Florida 33128, telefbn: (305) 375-4507; imbl: mpo@miamidade.gov
; sit web: www.miamidade.gov/mpo Se regleman Konte Miami Dade pou li konfbme li a tout
egzijans etabli pa Lwa pou Ameriken ak Enfimite yo (ADA). Lokal la aksesib. Pou jwenn sevis
entepret nan langaj siy pou soud, aparey ede tande yo oswa materyel nan yon fbma ki pi aksesib,
tanpri rele omwens senk jou ouvrab davans.


nifestants en Hafti mettent le feu


au drapeau dominicain alertedl





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 17


Salaire minimum


(SALAIRE MINIMUM... suite de la lere page)
Les patrons de l'industrie de la sous-traitance font
valoir qu'un salaire minimum a 200 gourdes ferait perdre a
Haiti sa comp6titivit6 sur le march tres volatile des
investissements. Et que beaucoup d'autres pays attendent
pour en profiter.
En d'autres temps, on pourrait dire : reaction normale
d'un patronat pour prot6ger son chiffre d'affaires.
Cependant Haiti dispose a peine de quelque 25.000
emplois. La competition est dure. Et une crise economique
internationale bat son plein.
C'est la meme semaine qu'on entend que des ouvriers
de l'industrie automobile en Belgique proposent une
diminution de leurs salaires afin d'6viter des suppressions
d'emplois.
Le d6bat parlementaire a durd quelques mois. Le coup
de semonce a retenti apres le vote des d6put6s. Sur proposition
de leur collkgue Steven Benoit (circonscription de PNtionville),
ils votbrent unanimement de porter le salaire joumalier a 200
gourdes.

Un choc...
Jusque-lM, personne n'avait accord beaucoup
d'attention a la question. Encore moins le patronat. De son
c6td, le gouvemement avait propose 150 gourdes. Les d6put6s
ont pass outre et vot6 200 gourdes.
Ce fut un choc et c'est alors seulement que le monde
patronal se mit en branle.
Le dossier se retrouva d&s lors devant la commission
des Affaires sociales et du travail du SRnat.
Le president de la Chambre de commerce et
d'industrie d'Haiti, Reginald Boulos, prit sonbaton de pelerin.
Devant cette commission, et assist de ses colleagues
des secteurs du tourisme et de l'industrie d'assemblage, il fit
la proposition suivante : une augmentation a 200 gourdes pour
les secteurs du commerce et des services. Par contre, dans le
secteur vital de l'assemblage, le plus susceptible de cr6er de


le debat n'est pas fini


nombreux emplois mais aussi le plus vulnerable vu la forte
competition mondiale et la n6cessit6 de ne pas d6sint6resser
les investissements, Boulos proposa ici une augmentation
immediate a 150 gourdes qui serait port6e au fur et a mesure a
200 gourdes pendant une dur6e de trois ans.
La commission s6natoriale pr6sid6e par Mme
SRm6phise Gilles (Nord) trancha en faveur de la proposition
de Boulos et envoya le dossier devant l'assembl6e du Senat
pour le vote.

Hope 2 ...
Les s6nateurs d6cident de ne pas en tenir compte. Le
Senat adopte un salaire minimum a 200 gourdes pour tous les
secteurs indistinctement.
Seule exception : dans le reste du pays, il sera de 150
gourdes.
Pendant que les syndicats ouvriers pressent le
gouvemement de promulguer la loi, voici 1'ADIH (les patrons
de l'assemblage et les plus concerns) sortant enfin de son
silence pour protester que les 200 gourdes vont
immanquablement mettre en fuite les investissements.
Alors meme que se dessine l'entrie en application de
la loi Hope 2 ouvrant hors taxes le march amdricain aux articles
haitiens en textile, dont on espbre la creation de plus de 100.000
emplois dans les premieres anndes.
Voici le gouvemement haitien bien embarrass, lui
qui d'un autre c6t6 mise aussi a fond sur le projet Hope.
D'autre part, il y a le plan conqu lors de la conference
des bailleurs, le 14 avril dernier a Washington, pour une creation
d'emplois combine avec des projets de rehabilitation de
l'environnement et des infrastructures.

Une concertation entre toutes les parties

Mais le veritable objectif est de distribuer un certain
pouvoir d'achat a la population et d'en faire b6ndficier le plus
de families possible.


Signature du protocole de financement du plan

de developpement de Sanyago, section communale


de Saint Raphael
Port-au-Prince, le 12 mai 2009.- Une
centrale hydro-6lectrique, un parc agro-
industriel, rehabilitation et extension de
p6rimetres irrigu6s, construction et
rehabilitation de routes agricoles, intensification
agricole (maraichers et riz), am6nagement de
bassins versants, commercialisation,
aquaculture, constituent les principales
activities du plan de d6veloppement de
Sanyago, section communale de Saint Raphael.
La signature du protocole de
financement de ce plan de d6veloppement, a
eu lieu la Primature ce mardi 12 mai 2009, par le
Secr6taire d'Etat a la Production Animale,
Michel Chancy, le Directeur du CHF
International en Haiti Alberto Wilde et le
Directeur de l'Agro ActionAllemande, Michael
Kuehn. L'6conomiste en chef pr6s du Cabinet
de la Premibre Ministre, Jean Palbme Mathurin
a 6galement pris part a la c6r6monie.
La Primature a assure la coordination
entre les principaux bailleurs impliqu6s dans la
r6alisation de ce plan de d6veloppement de
Sanyago dont le budget s'&lve a environ 4.5
millions de dollars amdricains.
Le projet de d6veloppement de
Sanyago, section communale de Saint Raphael,
favorisera la creation de 5 200 emplois
permanents. Pendant toute la dur6e de vie du
projet, 515 000 emploisjournaliers seront cres.
Dans le court terme, ce plan de
d6veloppement augmentera le pouvoir d'achat
des habitants de Sanyago ; dans le moyen
terme, il participera a l'amdlioration des
conditions de production agricole dans la zone.
Ce projet de d6veloppement Sanyago
est le fruit d'un processus approfondi de
consultations participatives a tous les niveaux
des acteurs de Sanyago: structures
d6centrlis6es du MARNDR, autorit6s locales,
organisations paysannes, associations
d'irrigants, groupes de femmes et dejeunes.
Le plan de d6veloppement de Sanyago
est finance parl'USAID, l'Etat Haitien travers
le MARNDR et l'Agro Action Allemande.
Unite de Communication, de Relations
Publiques et de Presse de la Primature

Chaque matin, captez

Melodie Matin

sur 103.3FM


Comment accommoder cela avec le nouveau salaire
minimum adopt par les deux chambres ?
Ce sont autant de questions sur lesquelles les
d6cideurs doivent se pencher.
L'ADIH n'a pas avanc6 de chiffres. En principe, elle
avait agr66 h la suggestion de Mr. Boulos mentionnde plus
haut.
Aujourd'hui les patrons de l'assemblage proposent
une concertation entre toutes les parties int6ress6es pour sortir
une proposition plus en harmonie avec les esp6rances
actuelles du pays.
De leur c6td, les syndicats ouvriers vont
naturellement continuer a se battre pour le salaire minimum a
200 gourdes, estimant que c'est un minimum vu la degradation
des conditions de vie g6ndrales.
Et vu que les gouvernements haitiens prennent
rarement leurs responsabilit6s pour rappeler au patronat
l'obligation de tenir ses engagements.
Le gouvernement va devoir prendre la question
davantage a coeur qu'il ne l'a faitjusqu'h present.
Les parlementaires vont devoir s'informer davantage
sur les questions 6conomiques et accepter de ne pas laisser la
conjoncture 6lectoraliste trop influencer leur vote sur une
question aussi vitale.

L'ouvrier est le seul qu'on n'a pas entendu

Le salaire minimum, a tout prendre, c'est un pouvoir
d'achat. Du moins, sa composante essentielle. Le pouvoir de
se payer le n6cessaire : nourriture, services, transport, sante
etc. Mais ce n'est pas tant l'argent, le num6raire en lui-meme
qui compte.
On va devoir tous faire oeuvre d'imagination, de
courage et d'honnetet6.
Mais le seul qu'on n'a pas entendu jusqu'a present,
c'est le principal int6ress6, l'ouvrier, le ch6meur.
I1 veut un meilleur salaire, mais il ne veut pas perdre
son emploi. Au contraire il veut aussi un emploi pour sa
compagne (et vice-versa), pour son fils ou son frbre.
Comme l'ouvrierbelge ou amdricain.
Car n'oublions pas que tout ce ddbat se d6roule sur
fond de la pire crise 6conomique depuis 100 ans.
Marcus, 14 Mai 2009


V1- i

NDRTH'IMAMI

CITY OF NORTH MIAMI PROPOSED SUBSTANTIAL AMENDMENT
TO THE CONSOLIDATED PLAN AND 2008 ACTION PLAN TO PROVIDE NOTICE
OF FUNDING AVAILABILITY FOR ACTIVITIES UNDER
THE COMMUNITY DEVELOPMENT BLOCK GRANT-RECOVERY PROGRAM
(CDBG-R)

The City of North Miami has been awarded an allocation of Community Development Block Grant-Recovery
Funds from US Department of Housing and Urban Development (HUD) under the American Recovery and Reinvestment
Act of 2009 (Recovery Act). To comply with the intent of the Recovery Act to stimulate economic recovery, the City will use
CDBG-R funds to provide summer and after-school employment and training opportunities for local high school students
from low and moderate income families. In addition, funds are allocated to housing rehabilitation projects to promote energy
efficiency that will create temporary jobs. Funds are also provided for program administration to ensure that CDBG-R funds
are expended in a timely manner and in compliance with the Recovery Act.

The CDBG-R funded activities and allocation amounts are as follows


CDBG-R ACTIVITIES
Youth Employment Program
Housing Rehabilitation Energy Efficiency Program
Program Administration
TOTAL ALLOCATION


ALLOCATION
$49,800.00
$249,001.00
$ 33,200.00
$332,001.00


The Plan is available for public review and comment beginning on Monday, May 18, 2009, and ending
Monday, May 25, 2009, for a 8-day comment period at the City of North Miami Community Planning and
Development Department, located at 12400 N. E. 8th Avenue, North Miami, Fl 33161.
The Plan will be available on the City's website, at the following address: http://www.northmiamifl.gov.
Written comments must be received no later than May 25, 2009 and sent to the attention of Maxine Calloway,
Director, Community Planning and Development, 776 N.E. 125 Street, North Miami, Fl 33161.
The North Miami City Council will discuss this Substantial Amendment at a Public Hearing to be held on Tuesday,
May 26,2009 at 7:00 PM, City Hall Council Chamber, 2nd Floor, 776 N.E. 125 Street, North Miami, Fl 33161. Residents
are invited to attend the meeting

ANY PERSON WISHING TO APPEAL THE RECOMMENDATION OF THE CITY COUNCIL WILL
NEED A VERBATIM RECORD OF THE MEETING'S PROCEEDINGS, WHICH RECORD INCLUDES THE
TESTIMONY AND EVIDENCE UPON WHICH THE APPEAL IS TO BE BASED (CHAPTER 286.0105 F.S.)
IN ACCORDANCE WITH THE AMERICANS WITH DISABILITIES ACT OF 1990, PERSONS
NEEDING SPECIAL ACCOMMODATION TO PARTICIPATE IN THIS PROCEEDING SHOULD CONTACT
THE COMMUNITY PLANNING AND DEVELOPMENT DEPARTMENT NO LATER THAN FOUR (4) DAYS
PRIOR TO THE PROCEEDING. TELEPHONE (305) 893-6511, EXT. 12171, FOR ASSISTANCE; IF HEARING
IMPAIRED, TELEPHONE OUR TDD LINE AT (305) 893-7936 FOR ASSISTANCE.


Page 7





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17


AMNESTY


Les autorites dominicaines doivent prot6ger les Haitiens


contre les violences xenophobes et enqueter sur les faits


Communiqu d 'Amnesty International
Document repris par AlterPresse le 12 mai 2009

Les autorit6s dominicaines doivent prot6ger les
immigr6s haitiens et les Dominicains d'origine haitienne contre
les agressions A caract&re raciste ou x6nophobe,et faire en
sorte qu'aucun d'eux ne soit renvoyd du pays de mani&re
injustifide, a d6clar6 Amnesty International cejeudi 7 mai.
L'organisation appelle 6galement les autorit6s A
enqueter sans d6lai sur les meurtres survenus, au debut du
mois de mai, d'un Haitien et d'un Dominicain.
Le ler mai, selon des t6moins, un homme du nom de
Pascual Lara a &t6 d6capit6 par un Haitien dans le quartier de
Buenos Aires, A Santo-Domingo. Le lendemain, des habitants
du secteur se sont mis A la recherche de l'auteur pr6sum6 de
l'assassinat, Carlos Nerilus, et lui ont tranch6 la tete devant la


maison ot l'on veillait le corps de la premiere victime.
o Nous craignons que ces actes dtclenchent une
spirale de violence entre les communautts ha'tienne et
dominicaine du pays, a d6clard Chiara Liguori, chercheuse
sur les pays des Caraibes A Amnesty International.
o II est certes positif que les autorites aient
condamnd le lynchage, mais cette condamnation dolt
s'accompagner de mesures concretes en vue d'atttnuer le
climat de racisme et de xenophobie en Rtpublique
dominicaine, en particulier contre les Haitiens et les
Dominicains d'origine ha'tienne. >
Amnesty International soutient l'appel des
associations dominicaines en direction des autorit6s de leur
pays et de celles d'Haiti afin que soient mis en place des
programmes 6ducatifs sur la resolution pacifique des conflits
- en particulier dans les regions du territoire comptant une


forte presence d'immigrs haitiens. L'organisation se prononce
6galement en faveur du lancement en Haiti et en R6publique
dominicaine d'une campagne visant A renforcer l'amiti6 et les
bonnes relations entre les deux pays.
Les cas de lynchage de migrants haitiens ou de
Dominicains d'origine haitienne perp6tr6s apparemment en
reprdsailles A des homicides de ressortissants dominicains
attribuds A des Haitiens se produisent r6gulierement, rappelle
Amnesty International. Au moins deux personnes sont mortes
et plusieurs autres ont &t6 blesses en novembre 2008 dans
les municipalities de Neiba et de Guayubin, lors d'attaques
aveugles mendes par des personnes en colere contre des
citoyens haitiens. De nombreuses maisons ont en outre 6td
ddtruites dans ces incidents d6clench6s en reprdsailles au
meurtre d'un Dominicain, perpdtr6 semble-t-il par un Haitien.
8 mai 2009


BATAY OUVRIYE



SUR LA PLACE PUBLIQUE


Transport6e 1l, filmde, la scene applaudie rend la
situation alors troublante, la relation coinc6e. Un travailleur
haitien a eu la tete tranch6e A la hache sur une place publique
de Santo Domingo, capitale de la R6publique Dominicaine.
Sorti de 1a oo il avait &t6 capture, il fut transport l1, devant
une multitude r6jouie, la scene film6e... Il semblerait qu'il aurait
6galement coup la tete d'un patron dominicain qui refusait
de lui payer son du. Il semblerait que ce ne serait pas lui le
premier meurtrier mais son free. De toute faqon, il s'agirait
d'un conflit de travail, entre un ouvrier et un patron. Pourquoi
alors les travailleurs dominicains se sont-t-ils ranges aux c6t6s
du patron, ffit-il Dominicain? Dans le conflit opposant les
ouvriers haitiens au patron Grupo M de la zone franche de
Ouanaminthe, ceux dominicains de Santiago qui eux aussi
travaillent pour le Grupo M dans une autre de leurs multiples
zones franches de cette region, avaient automatiquement et
naturellement sympathis6 avec les ouvriers haitiens, allant
mime jusqu'A pousser leur solidarity agissante A faire grave
chez eux en appui militant. Dans le cas qui nous occupe
aujourd'hui, il semblerait que la propagande anti-haitienne des
classes dominantes dominicaines ait mieux fonctionnd, le
nationalisme l'ait emport6.
Durant la longue r6cente p6riode des horribles m6faits
contre les travailleurs ressortissants haitiens, 2005 plus
particulierement, nous avions sorti une r6flexion qui cherchait
A analyser les relations entre nos deux peuples, leur evolution
surtout, essayant de trouver, d6montrer le pourquoi des
diffirents moments de crimes, dans le cadre d'une domination
/ repression permanente (< Sur les affres... >). La complexity
des rapports entre ces deux formations sociales qui se
partagent 'ile de Kiskeya donne lieu A de diffrrents moments,
tres contradictoires, pouvant aller du massacre de 1937 au
vote massif envers Pefia Gomez, Noir descendant assume de
coupeur de cannes haitien, quand les int6rets de classe sont
d'abord clairement ressentis, organisms, exprim6s. Lesquels
int6rets de classe ont, de meme cependant en camp contraire,
pouss6 les grands bourgeois de l'Association des Industriels
Haitiens (ADIH) A prendre partie A l'occasion de la lutte sur la
zone franche, pour leurs (v6ritables) fires du Grupo M, quand
bien meme ces derniers avaient entrain6 leurs forces armies A
matraquer violemment, sur le sol haitien, les ouvriers en
protestation, ou administr6 sans permis vaccins douteux et
ddvastateurs. Le gouvernement d'alors, par l'interm6diaire de
son ministre de la justice, avait meme &te jusqu'A interdire
l'application du verdict du tribunal de Fort-Libert6 qui, saisi
de l'affaire, avait donn6 raison aux travailleurs et sanctionnait
le Grupo M, sous pr6texte que cela pourrait << effrayer les
investisseurs > Le cas d'aujourd'hui a pench6 pour une autre
combinaison : les moments se diffdrencient selon le jeu prcis
de l'enchevetrement des contradictions et des besoins ou


n6cessit6s circonstancielles des multiples parties. L'article sus-
mentionn6 thchait aussi d'l6ucider certain mdcanismes en
fonctionnement. Il serait utile d'y retourner. Nous l'incluons A
ce dossier.
Mais, ind6pendamment de la comprehension meme,
c'est l'extreme qui secoue : aujourd'hui l'6motion est A son
comble, l'indignation gronde. Spontan6e et 6motionnelle ou
plus r6fl6chie et demandant de l'etre, elle n'est pas moins
g6ndralis6e. C'est que la barbarie de l'acte ext6rioris6 n'a de
pendant que dans le fonctionnement int6rieur de la terrible
schizophr6nie, meurtriere, qui entretient la laideur et nourrit
les convulsifs soubresauts de ce peuple free : par le racisme
dominant subjugud, banni pour 6tant noir mais moins que
l'autre, il oscille entre deux p6les aussi ternes que m6prisants,
cependant 6galement explosifs.
L'ambassadeur dominicain essaie d'apaiser les esprits
en avanqant que les deux peuples n'dprouvent pas de haine
l'un envers l'autre et que les relations sont en g6ndral cordiales.
C'est le r6le d'un ambassadeur, et M. Silid s'y rattache peut-
6tre trop. Mais il a raison, d'une certaine faqon. Meme que,
ensemble, ils ont &t6 massacres, brfils vifs au Napalm par
Balaguer et les conseill6s militaires am6ricains. Unis,
travailleurs haitiens et dominicains, dans la province de San
Juan r6clamaient la terre A celui qui la travaille. Cela se passait
en 1962, APalma Sola (Voir<< Surles affres... >). Mais M. Silid
n'a raison que << ...d'une certaine facon >. Car il omet l'autre
versant qui, justement, appelle aussi A la haine entre travailleurs
d'un meme camp populaire mais traverse de contradictions
attis6es par les dominants, pour mieux r6gner. Ces conflits,
construits par l'dvolution meme de l'histoire du capitalisme,
les rapports Haiti R6publique Dominicaine n'y 6chappent
pas et meme, au contraire, en sont une expression extr6mement
claire. Cette haine incite A l'horreur, A l'aberration supreme
qu'un peuple puisse arriver A trancher, sur la place publique,
la tete d'un de ses freres de classe qui luttait pr6cis6ment
contre l'ennemi commun rdel. C'est le r6le d'un ambassadeur
riactionnaire que d'essayer de masquer cet autre versant. Mais
est-ce celui de Ruben Silid ?
L'indignation est ici g6ndrale. Mais, A l'instar de la
situation meme du pays, elle est confuse. Et, souvent,
mystificatrice. La plupart du temps, elle en appelle A l'Etat, au
gouvernement, au pr6sident... Mais n'est-ce pas A partir de la


complicity de ces dirigeants qu'ont toujours eu lieu les
transactions les plus sordides des travailleurs, de ces memes
travailleurs que l'on a toujours pers6cut6, torture, viold ?
Certains vont jusqu'A regretter la presence des FAdH, qui
auraient su <. Ils font rire,
cherchant A d6douaner ce corps armed, r6actionnaire s'il en est,
et qui lui-meme organisait en tout temps, de la Croix des
Bouquets particulierement, la juteuse traite des braceros.
Aurait-on recours A l'actuel ambassadeur haitien A Santo
Domingo ? II faudrait ne pas se rappeler qu'il 6tait lui-meme
ministre des affaires 6trangeres sous Duvalier, complice parfait
des b6ndfices sur les ill6gaux < anba fil >. De grands bourgeois
haitiens ne vont-ils pas eux-aussi lA-bas exploiter cette main
d'ceuvre migrante, maintenue dans la plus volontaire ill6galit6
jouant ainsi sur les salaires alors de misere et contribuant
pleinement A leur tour A compl6ter le contexte g6ndral de
domination orchestrde ? Le president Prdval lui-meme ne se
rendait-il pas en terres voisines, au plus fort des tueries, vols
et autres deportations massives de l'annde 2007 comm6morer
allegrement le centenaire de la naissance de ...Jacques
Roumain !? Il faut le faire !
Les travailleurs migrants d'aucun pays n'ont rien A
esp6rer ni des classes dominantes, ni de leur Etat, encore moins
de leur arm6e. Quant aux politiciens qui se renvoient ici laballe
de faqon fort 1kgere, auront-ils le courage d'aller jusqu'au
bout ? Ou s'agirait-il, A nouveau, d'un cirque passager, qui
s'6teindra de lui-meme une fois 1' << image > de la dignity
retrouv6e (pas la dignity elle-meme, 1' << image > ; pas un pays
A rectifier et remettre sur d'autres rails, 1' << image > du pays),
ou cdderont-ils, comme souvent, pour quelques dollars A mime
le sol lhch6s ?
Seuls les travailleurs eux-memes, d6passant les
conflits on, dominds, ils ne font quejouer lejeu des exploiteurs,
pourront rectifier la situation, leur situation, dans leurs int6rets,
contre tous ceux qui s'opposeront alors naturellement A une
telle remont6e. Seuls les int6rets des travailleurs correspondent
aujourd'hui A ceux d'une Nation d'Ayiti. Les progressistes
auront, quant A eux, et de maniere croissante, A se d6finir dans
la foulde, ou, par A coups, s'enfoncer 6galement dans les
oubliettes de l'histoire.
Batay Ouvriye
Port-au-Prince, lundi 11 mai 2009


LE COIN DE MIAMI

Naufrage d'un petit voilier en provenance des Bahamas


Bilan : 10 morts et plusieurs blesses


D'autres personnes seraient toujours
porties disparues

Encore une fois la communaut6
haitienne de Miami a t6 plong6e dans la
tristesse et la desolation suite au naufrage
d'unpetit voilier enprovenance de Bimini
(Bahamas), avec A bord plus d'une
vingtaine de nos compatriotes, parmi
lesquels une femme enceinte et des
enfants. La nouvelle du naufrage a fait la
Une dans les m6dias americains
(t6l1vision, radio et journaux) qui
continuaient A presenter jusqu'au
vendredi could des images horribles des
cadavres repech6s par les garde-c6tes
am6ricains.
Le voilier a &te retrouv6 dans les
premieres heures du mercredi 13 mai sur
une plage de Boyton Beach. Les
survivants ont &t6 vite emmends dans


l'un des bureaux de la garde-c6ti&re
americaine A Riviera Beach.
Ces demiers ont confirm le
d6ces de dix < boat people > haitiens
en provenance des Iles Bahamas.
Selon une porte-parole, Marilyn
Fayardo, plus d'un quinzaine
d'autres ont &te repech6s apres etre
rests plus de dix heures dans l'eau.
Plusieurs des survivants ont &t6
conduits A l'h6pital pour recevoir des
soins approprids, tandis que les
autres ont &t6 retenus pour
interrogatoire.
Cependant on n'6tait pas
encore en mesure de communiquer le
nombre de personnes noydes.
Le voilier venait des Bahamas et
tentait d'arriver ill6galement aux
Etats-Unis. Les membres des gardes-
(COINDEMIAMI/p. 10)


Page 8


TIo Hit Para^delt
Semaine du 18 MIai
1. Tabou Combo: Sans Limites
2. Gerard Dupervil: Dodof Legros
3. Coupe Cloue: En Bolero
4. Accolade: International
5. Maurice Sixto: Les Dictateurs
6. Freres Dejean: Tonton Relax
7. Gerard Dupervil: Succesd'hier
8. Septentrional: Boleros
9. Strings: New Era
10. Haitiando: Konparengue





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 17


Haiti-R. Dominicaine: Comme des complices silencieux


Lettre ouverte aux presidents Rene Preval et Leonel Fernandez


Par Raoul Peck


LE MONSTRE (A la fin, nous nous souviendrons
(non des mots de nos ennemis, (mais des silences de nos
amis. (Martin Luther King Jr.
Carlos Nerilus, un ressortissant haitien, vivant en
R6publique a &td d6capit6 a la hache le 2 mai dernier en pleine
rue dans le quartier populaire de Herrera par un individu du
nom de Rusbert de Leon Lara, en presence d'une foule,
comprenant enfants et adolescents, venue assister au crime
prim6dit6.
Cet acte qui se situe bien 6videmment dans la
continuity de tous les autres crimes rests sans sanctions
16gales et encore moins de sanction morale, d6montre une fois
de plus la d6t6rioration des rapports humains en R6publique
Dominicaine, ainsi qu'entre les deux Etats.
Non, Monsieur le President Rend Pr6val, ce crime n'est
pas un << rglement de compte entre particuliers >, ni une simple
<< affaire civile >>.
Non, Monsieur Fernandez, ce crime n'est pas un
<< incident entre individus >.
Vous ne pouvez ignorer tous les deux la port6e
symbolique de cet acte public, << chaleureusement applaudi >.
Si l'un et l'autre vous refusez de reconnaitre le
monstre qui montre ses crocs, vous niez vous-memes aux deux
pays que vous repr6sentez au plus haut niveau, leur place et
leur dignity.
L'un comme l'autre n'avez le droit de vous taire.
L'un comme l'autre vous ne pouvez passer aux affaires
courantes, sans sanctionner cet 6v6nement d'unAUTRE acte
symbolique fort. Des deux c6t6s de cette frontibre douloureuse,


les gens ne se sont pas tromp6s. Le silence des uns et la colere
des autres en disent long. RIEN ne sera comme avant. Une
tape mentale a &t6 franchie. Cet acte n'est pas un
aboutissement, c'est un ballon d'essai. Marquez cette date
messieurs les Pr6sidents.
Ni l'un ni l'autre n'avez le droit de trouver de
circonstance att6nuante a ce geste dont nous sommes tous
collectivement responsables. C'est cette responsabilit6
collective que vous ne voulez pas endosser. Cette
responsabilit6 d'homme tout court.
Les strategies de consolidation de pouvoir, le
clientdlisme, la langue de bois 6lectoraliste, l'insensibilit6, voire
le cynisme 16galiste, sont inacceptables dans un tel contexte.
Dans 5 ans, 10 ans 50 ans, comme Trujillo, Balaguer,
Duvalier, Cedras, Namphy et les autres avant vous, l'histoire
se rappellera que vous vous etes tus.
Comme les complices silencieux, les t6moins
aveugles, les opportunistes politiques quijalonnent l'histoire
de nos deux peuples, on se rappellera votre silence retentissant.
On se rappellera surtout que ces gestes de barbarie sont rests
SANS consequences.
Ayons le courage politique d'aller au-dela des
positions diplomatiques de circonstance !
Lajustice dominicaine devrabien stir faire son travail,
c'est la condition sine qua non meme de toute discussion
future.
La communaut6 haitienne en Rpublique Dominicaine
n'est pas seule Non seulement elle n'est pas seule, mais elle
est nombreuse. Unjour, elle aussi demandera des comptes.
Les petits Rusbert de Leon Lara n'y changeront rien. Je suis
fier de mes compatriotes qui r6sistent a la bete immonde,


travaillent, 6tudient, construisent en Rpublique Dominicaine,
pour s'offrir une vie que leur propre pays ne pouvait leur
offrir. Meme si de manibre perverse, ils sont parfois obliges de
nier leur heritage encombrant.
Je suis avec vous tous de tout coeur. Nous avons une
grande nation, une nation malade, mais une nation qui a pay6
trbs cher le prix de sa liberty, de sa culture, de son autonomie
politique. Et cette nation c'est la n6tre, on n'en a pas de
rechange. De meme nous sommes des voisins condamnds a
vivre ENSEMBLE et non l'un contre l'autre.
En Rpublique Dominicaine, pour un Haitien, crimes
a r6p6tition, arrestations et rapatriements forces sont monnaie
courante. De janvier a avril 2009, au moins 17 cas de
ressortissants haitiens assassins ont &te rdpertorids. Les pires
derives sont possibles. Labarbarie, une fois tol6ree, ne connait
pas de limite. C'est aussi parce que la Republique Dominicaine
n'ajamais &t6 mise au banc des nations pour les massacres de
Trujillo, qu'aujourd'hui, certains exalts se sentent l1gitim6s
pour commettre les pires exc&s.
Ceci est d6finitivement le signe de plus grandes
derives a venir.
Monsieur Fernandez, Monsieur Pr6val, agissez.
Montrez de la grandeur. Trouvez, au moins sur ce point, votre
place -votre bonne place dans l'histoire de cette ile Donnez
l'exemple, soyez des hommes debout. Ne soyez pas avec les
monstres.

Raoul Peck
Ancien Ministre de la Culture
de la Republique d'Haiti
Port-au-Prince, 15 Mai 2009


Sepa dan k ap griyen


Anverite
nou bezwen yon peyi nouvo
kote nan chak seksyon
sou chak bitasyon
gen lek6l, gen travay
gen manje, jistis ak sekirite


20 lane
Kalo Merilus te gen 20 lane

Se pa dan k ap griyen
se tbt k ap koupe
ak rach
se pa tbt kochon
se tbt Ayisyen
ti moun ap fe foto
granmoun ap aplodi
tout sa, gwo lajounen
nan yon kapital lougawou
nan Santo Domingo
Tout sa deske lakay
tounen yon lanfe
pou malere
lakay tounen yon savann san dirijan
sou bitasyon an
pa gen lek6l
pa gen travay
grangou a red

Nan banb6ch dezespwa
noujanbe anba fil
pou n al bouske lavi

Kay vwazen nou se m6 an vakans
men ki lanmb pou n chwazi?
lanmb grangou klow6ks dezespwa lakay
oswa lanmb tbt koupe, tbt rache an Dominikani?

Toudejan nou pran
ret zonbi lakay etan gwo zotobre
ap gagote riches peyi nou
egal asid batri dezespwa garanti
janbe fwontye Dominikani
pou al bouske lavi
se al pote fal nou bay yon kolonn lougawou
ki mande bwe san Ayisyen gwo lajounen


peyizan bezwen te pou 1 travay

Anverite Ayiti an danje
Li tw6 ta pou n pran kaka poul pou be
Sitiyasyon an tw6 grav pou n pran nan b6l paw6l
Gade m nanje ma gade w nanje, wayan !
nou pa bezwen yon leta delala tbt anba
nou pa bezwen yon lelit tilolit
ki se k6k6t ak figawo ak rasis Dominiken
k ap rache masakre frb n ak sb n nanbatey
k ap souse san yo nan z6n franch
Nou bouke ak politisyen popetw6l malpouwont
k ap gagote kbs pansyon6 ONA
k ap gagote bidj6 peyi a an ijans
nou pa deside kontinye vire won
sou chimen dezespwa

Men eske pa gen 16t chimen nou ka pran?
Eske 16 a pa rive pou n mache kontre pou n rebati Ayiti ?

Nou bezwen yon Leta k ap bay sbvis
Yon Leta ki ka defann tout sitwayen Ayisyen

Nou pa bezwen anbasad6
ki konn ap fR koutay nan anbochay

Nou bouke pran imilyasyon kay vwazen
Nou bezwen yon peyi kote
tout Ayisyen, tout Ayisyen
ka viv nan Diyite

Atansyon pa kapon
Dezy6m Masak la deja k6manse
sou Pep Ayisyen an
Grangou klowoks dezespwa andedan
tbt rache an Dominikani
se yon sist6m mafya lougawou
nasyonal ent6nasyonal ki ap opere
yon pb zo byen monte


Aba tout kriminel ki ap bwe san Pep Ayisyen lakay
Aba tout politik rasis ki ap ankouraje kriminl dominiken
fe san frb nou ak sb nou koule

Sitwayen Ayisyen, fanm kou gason
An nou pran Responsabilite nou
Nanpwen fe bak ank6
Se pa dan k ap griyen
Se tbt k ap rache
Eske nou tande ?
Se tbt Ayisyen parby nou
k ap koupe ak rach gwo midi
nan Santo Domingo

LaPatri andanje, nou dwe pote Lamenf6t
men nan mitan n
nou pa bezwen ni tr&t, ni patrip6ch
An nou repran Chimen Batay
An nou marande f6s nou
pou n fe Ayiti repran Dwa Granmoun li

Viv yon Ayiti kote gen travay nan Diyite, manje ak Libete
pou tout pitit peyi a

Lb a rive pou Ayisyen sispann nan nesesite
al pran imilyasyon kay Dominiken
sa fe 205 lane mezanmi, 205 lane

Tw6p se tw6p at6
Sonje se pa dan k ap griyen
Se tbt k ap koupe

Aba esklavaj lakay
Aba esklavaj an Dominikani
Libete ou lanmb


8 me 2009, Stephen William PHELPS
Thks sa a te li devan palk nasyonal b6 2 ze
nan apremidi nan finisman mach pwotestasyon GARR
ak POHDH te 6ganize pou pwoteste kont egzekisyon
o barbare > konpatriyot nou, frd nou Carlo Merilus
(20 lane) yon seri Dominiken te f jou ki te 2 me 2009
la nan Santo Domingo


Eske'm ka f6 manman'm

konnen li so pi bon

manman ki egziste ?


Jou sa spesyal
pou manianawlI
F6'I konnen
kijan I konte pou u.




Voye kado kash la
rapid. ser. tou pre lakay ou.


Page 9


Nan peyi Dominikani
yon jen Ayisyen
k al chache lavi
k al fe 2 kout tiw6l
pou 2 peso
mouri kou yon poul





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17


11isa thnmrn tattom- luMftahilm:


I 'oancers tic la; reo uc N;lamal .ogpic









"Copyrighted Material



I fT ASyndicated Contentpiw.


Available from Commercial News Providers"

















Une delegation de deputes americains etablit


un partenariat
Une d6l1gation de d6put6s amdricains, membres de
la Commission d'Aide a la D6mocratie de la Chambre (HDAC),
a visit Haiti du 8 au 11 mai 2009. HDAC est un groupe
permanent de leaders congressistes amdricains qui travaillent
pour le renforcement des institutions d6mocratiques a travers
le monde par le dialogue et l'6change avec les parlements
d'autres nations sur les sujets relatifs a la transparence,
l'ind6pendance legislative et la responsabilit6. Le groupe, qui
6tait dirig6 par le Repr6sentant Mazie Hirono (D6mocrate -
Hawai), a rencontre le President Rend Pr6val, le Premier ministre
Michelle Pierre-Louis et un certain nombre de responsables
parlementaires haitiens y compris le Pr6sident de la chambre
des d6put6s, M. Levaillant Louis-Jeune et le President du Senat,
M. Kelly Bastien. Ils se sont 6galement r6unis s6par6ment
avec les femmes parlementaires.
Le 11 mai, la d6l1gation a tenu une conference avec


avec les parlementaires haitiens


les repr6sentants parlementaires haitiens en vue de partager
des experiences sur la recherche legislative et l'impact des
informations objectives et de l'analyse sur la 16gislation. Ils
ont 6galement discut6 d'un projet futur qui sera finance par
les Etats-Unis en vue d'6tablir un centre de recherches
l1gislatives en Haiti qui devrait soutenir le travail des
parlementaires. o Nous avons eu une excellente sdrie de
conversations qui ont vraiment renforce notre partenariat
avec leparlementha'tien, a d6clard le Repr6sentant Hirono.
La bonne recherche et la bonne infrastructure sont
importantes pour aider les parlementaires a accomplir leurs
tdches envers leur dlectorat. Nous voulons que nos colleagues
haitiens aient les outils dont ils ont besoin pour servir le
peuple ha'tien. >
La d6l1gation a 6galement visit une usine de textile
qui crie de nouveaux emplois grace aux exportations exemptes


de taxes aux Etats-Unis accord6es sous la legislation HOPE II,
ainsi que trois diffirents centres de sant6 supports par long
de renomm6e internationale < et par le
gouvernement am6ricain. L'assistance du gouvernement
amdricain a Haiti en d6veloppement 6conomique, en sant6, en
education et en projets de reconstruction suite au passage
des cyclones au delay des contributions substantielles reques
des citoyens am6ricains et des organismes priv6s 6tait
lkgerement au dessus de 400 millions de dollars en 2008.
Les membres de la d6l1gation incluaient 6galement le
Repr6sentant David Dreier (R6publicain Californie), le
Repr6sentant Jim McDermott (D6mocrate Washington), le
Repr6sentant Gwen Moore (D6mocrate Wisconsin) et le
d6l1gu6 Kilili Sablan (D6mocrate Les Iles Mariannes du
Nord).


LE COIN DE MIAMI

Naufrage d'un petit voilier
(... suite de la page 8)
c6tes am6ricains ont poursuivi leurs recherchesjusqu'a samedi
apres midi dans l'espoir de retrouver d'autres cadavres ou
des survivants.
De leur c6te, des activistes de la communaut6
haitienne de Miami se sont rendus sur les lieux pour recueillir
des informations de premiere main. Ils en ont profit pour
renouveler leur demande au president Barack Obama pour
accorder le Statut Temporaire Prot6g6 (TPS) aux immigrants
ill6gaux haitiens.
EVENSHILAIRE, evenshilaire@hotmail.com
I.


Rapatriement au Cap-Haitien

d'un groupe de 18 immigrants illegaux

haitiens par les garde-c6tes americains


des]
gard
grou
vend
L
grou


Le Bureau des Affaires Publiques de l'Ambassade
Etats-Unis d'Am6rique tient a informer la presse que les
.e-c6tes am6ricains ont proc6d6 au rapatriement d'un
pe de 18 immigrants ill6gaux haitiens dans l'aprls-midi du
Iredi 8 mai 2009 au wharf du Cap-Haitien.
es garde-c6tes am6ricains ont intercept le navire du
pe, qui transportait 6galement quatre citoyens bahamiens,
le 5 mai. Le groupe d'immigr6s clandestins est
compose de 4 hommes et 10 femmes, un adolescent,
deuxfillettesetunbb6 de sexe fminin. Ces Hatiens
ont &t6 rapatrids a bord du vaisseau des
garde-c6tes amdricains le vendredi 8 mai 2009.
Les gouvernements am6ricain et haitien
continueront de travailler conjointement afin de
garantir la s6curit6 de la vie en haute mer, et en vue


de renforcer l'accord bilateral en ce qui a trait aux operations
maritimes de lutte contre la drogue. Cette collaboration donne
lieu a des patrouilles conjointes et le partage d'informations
entre les garde-c6tes haitiens et amdricains.
La Garde-c6te amdricaine, en cooperation avec les autorit6s
haitiennes, met tout en ceuvre pour preserver la vie et rapatrier
les migrants ill6gaux, a leur pays d'origine. Le personnel de la
garde-c6te a assist de nombreuses victimes qui ont &t6
abandonndes en mer, d6pouill6es de toute leur 6conomie, et
battues ou sexuellement assaillies par les trafiquants de
migrants ou par d'autres passagers. Le gouvernement
am6ricain recommande a quiconque aurait l'intention
d'immigrer ill6galement aux Etats-Unis de ne pas prendre ce
risque, de demeurer en s6curit6 en restant dans son pays.


Page 10


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Konfdmeman ak Rezolisyon Nim. 09-735 Vil Miami Lakes adopte jou 14 avil 2009 Ia, pa
Kons6y Vil Miami Lakes, Florid, yap avize isiba ke pral genyen yon eleksyon espesyal jou jedi 25
jen 2009 la. pa bilten vbt laps. pou kapab soumt a elekt6 kalifye yo de Vil Miami Lakes, pou
apwobasyon yo oswa dezapwobasyon yo de pwopozisyon sa yo ki ekri la a:
Eliminasyon Egzijans ki Mande pou Vil la F6 Peman Alejman Any6l Ppety6l a Konte a
Konstitisyon Vil a ak Rap6 Komite Konsiltatif Miami Lakes la ki enkopore nan li pa referans
akty"lman etabli pou Vii la f6 peman alejman anybl pepetyel a Konte a pou bay sevis z6n ki pa
enk6pore yo. Eske se pou yo amande Konstilsyon an ak Rap6 a pou elimine peman alejman yo
f a Konte a nan la vi apre peman 2006-2007 Ia epi retire tout 16t pwovizyon alejman, ki enkli pou
retire "KI6z Nasyon Pi Favorize" a sou koze alejman?
WI 50
NON 51
Eliminasyon Egzijans ki Mande pou VII la Peye Konte a Separeman pou Sevis Polia
Espesyalize
Konsttisyon Vil la ak Rap6 Komite Konsiltatif Miami Lakes kenkpore nan li pa referans
akty"lman etabli pou Vil La kontrakte epi peye Konle Miami-Dade separeman pou sevis polls
espesyalize yo. iske se pou yo amande Konstitisyon an ak Rap6 a pou elimine tout egzijans pou
kontrakte ak peye separeman pou s&vis polis espesyalize yo, ki enkli pou retire "K6z Nasyon Pi
Favorize" a sou koze kontrakte ak peye separeman pou s6vis polis espesyalize yo?
WI 52
NON 53
Pwolongasyon Espas Tan pou Eleksyon Oezy6m Tou Vii yo Fit Anka V6t Egal
Konstitisyon Vil la aktyelman etabli ke eleksyon dezy6m tou yo ant kandida ki gen v6t egal yo nan
yon eleksyon Vil va let 14 jou kalandriye apre eleksyon general la. Eske se pou yo amande
Konstitisyon an pou p6mrt Vil la. an ka v6t egal, f6 eleksyon dezyem tou yo 21 jou kalandriye
apre eleksyon jeneral la?
WI 54
NON 55
Tout elekt6 kalifye ki abite andedan lizy6 Vil Miami Lakes va elijib pou vote WI ou NON sou
pwopozisyon sa yo.
Eleksyon espesyal sa a va fet konf6meman ak tout dispozisyon aplikab ki nan Iwa jeneral ki
jere eleksyon espesyal yo epitou dapre dispozisyon yo ki nan Konstitisyon Vil Miami Lakes la.
Marjorie M. Tejeda
Grefye Enterim Vii la
Miami Lakes, Florid


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Konf6meman ak Rezolisyon Nim. 2009-81-1026 Vil Miami Gardens adopte jou 8 avril 2009
la, pa Kons6y Vil Miami Gardens Florid, yap avize isiba ke pral genyen yon eleksyon espesyal jou
jedi 25 jen 2009 la, pa bilten v6t lap6s, pou kapab soumrt a elekte kalifye yo de Vil Miami
Gardens la, pou apwobasyon yo oswa dezapwobasyon yo de pwopozisyon sa yo ki ekri la a:
Eliminasyon Egzijans ki Mande pou Vil la Kontrakte opi Peye Separeman pou Savis Polis
Espesyalize yo
Aktyalman, Konstitisyon Vil la mete anplas ke li oblije pran kontra ak epi peye Konte Miami-Dade
pou sevis polis espesyalize yo. Yo pwopoze amande Konstitisyon an pou elimine egzijans sa a
epi elimine klasifikasyon "nasyon favorize" a pou s6vis polis espesyalize yo.
tske se pou yo adopte Amannman Konstitisyon6l ki dekri pi wo la a?
Wl 40
NON 41
Tout elekte kalifye ki abite andedan lizy6 Vil Miami Gardens va elijib pou vote WI ou NON sou
pwopozisyon sa yo.
Eleksyon espesyal sa a va f6t konf6meman ak tout dispozisyon aplikab ki nan Iwa jeneral ki
jere eleksyon espesyal yo epitou dapre dispozisyon yo ki nan Konstitisyon Vil Miami Gardens la.
Ronetta Taylor, CMC
Grafy e Vil la
Miami Gardens, Florid


Ecoutez

Melodie Matin

sur l internet



Ilodie
1903.3 fm



www.meloliefihaiti com





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 17


pr6eparepfaeearlnn[rand
Chef4
* Le[Sautdu Barril Telephones [[566-5361
* LePalaisilefudre 401-7108 l514-0304
SDartiguenavelalAnsel lemanoloinn@mac.com
Veau
* LaPetiteLEgliselie[Petit Internetdisponible
Trou [iatan tp e la u [u 7mele
siecle... pour les cents


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


Rig uomSM & F( 0 %* *)u 1, \A I 4 t








"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408




Parents, ous qul dtvez dun avenr melleur pour vos enfants,
conw leau CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2ZOO2009
PROGWPIMES
LICENCE EN:
U arlinIV 4B..
&dencCsCopleatis :4ene
Geatl onis m :4.me
&SdencslnM nlque 4 Ane
Markeng Maineme :2lne
Secr rseiaulneal :2 .n
G Meo-Fknene-MBe ;1 leno 2ea
CampmAbh inki e 1 an
Aselnce AdmhllrBs : 1 an
Infma~tucyswl ;60whur 2an
IT En laleS(CCO) ;tr7to s
Paur inuteLinm irnfatrBllaisplirW:
MP.uD*w 30
Tels4 1513 A1, 3 7*2, t 2 282M



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Page 11


10 d6partements d'Wtudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance
Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.
www. cfdehaiti. com
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


"KofiAnnan pour la jeunesse d'Ha'ti"
This book is dedicated to young Haitians ...
here and abroad ... those of my children's generation,
who share their talents with the world and who cry for a
better Haiti, whose hearts bleed for the people of Haiti,
for their brothers and sisters lost in a world that spins on
an axel of poverty and desperation. Know that you are
the solution to a better "future" for Haiti, you are the
"keepers of the flame," the "custodians of tomorrow."
To those who in the darkness of the night,
despite the difficulties of the moment, will be able to find
the faith, the courage and the commitment necessary to
build a better dawn.
To those whose conscience begs them to do a
better job than those of my generation and previous
generations. Know that indeed it is possible to reach the
destination you desire, as long as you understand that
each step is a process, a succession of steps to be taken,
a climb to the mountaintop, and that each generation can
do what the previous has failed to do. A passing of the
baton, a process of completion ... from generation to
generation.
One cannot live in two different worlds; there is
only one world. One cannot live in a society where extreme
wealth goes hand in hand with extreme poverty, do
nothing and believe that this situation will last forever.
Kofi Annan (Ghana, Africa)
General Secretary / (1997-2006)
United Nations Organization (ONU)


LIVRE

A paraitre prochainement:


Poemes des Iles

et de la Mer
Par Lochart Noel
Editions EducaVision


MUSIQUE

Mizik Factory a Paris
3 weekends de musique creole
Dans le cadre de sa saison creole, le Parc
de la Villette propose avec Mizik Factory
trois grands weekends pour d6couvrir les
rythmes, les styles et les couleurs des
musiques carib6ennes et de la R6union.
Avec : Val6rie Louri, Soft, Malavo





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17


K Nous sommes tous trop fragiles et 'on
n 'explique pas une fragilit.
On la vit, on 1 'assume. >
Jacques Brel
Chers amis lecteurs, je n'ai jamais 6t6 un grand
cin6phile. C'est peut-6tre du << cr6tinisme > de ma part, mais
j'ai souvent peur de trouver dans les films des messages
moralisants, des conseils, des modules de vie offerts par des
sc6naristes ou par des directeurs aussi traumatis6s que moi
par les incl6mences de la vie, par les ind6cences de la socitd6,
par les hypocrisies iddologiques. Vu mon age, je crois que je
ne le seraijamais non plus. Un peu mdlomane. Oui, j'aime la
musique. J'aime jouir de la musique, j'aime sentir comment
l'un de mes sens les moins d6velopp6s, l'ouie, me transporte
et me facilite l'acces a des sensations privil6gi6es. Pour vous
donner un exemple et vous inciter a me suivre sur ce sentier
non apte a tout le monde, la musique de Jacques Brel, a toujours
eu sur moi un effet r6ellement merveilleux. Ce n'6tait pas
simplement la < chansonnette francaise >> laquelle on 6tait
habitu6 en Haiti dans la fin des ann6es 60. Ce n'6tait pas la
<< chanson-combat >> ou la << chanson-pleurs-et-larmes >>
c'6tait quelque chose de beau, d'616gant, de different. Dans la
facon de dire les textes, de chanter, de moduler. C'6tait la voix
et aussi le d6cor. La premiere fois que je vis une interpretation
de Brel au cinema, ce fut dans un film de Claude Lelouch :
<< L'aventure c'est l'aventure >. C'6tait le rire a chaque seconde.
Tout 6tait fou dans ce film. Rien n'6tait pr6visible. M6me l'id6e
de faire payer << un Franc >> chaque < Catholique > afin de
lib6rer le < Pape >>, enlev6 par cinq truands aussi nuls que les
policiers qui les poursuivaient. Ce n'est pas politiquement
correct d'en parler maintenant On peut t'accuser d'apologie
de << courants malsains >. Bref, c'6tait le fou-rire, le pleurer-
rire. Je n'ai pu me resister apres a ses chansons. << Ne me
quitte pas >. << La valse aux mille temps >>, et tous ses autres
succ&s. Cependant, j'ai toujours vu chez lui une certaine
mdlancolie menant m6me vers un pessimisme calcul6. On
n'explique pas une fragility. On sait que l'on est fragile. On
assume sa fragility. On la vit. Mais malgr6 tout, on fait de son
mieux pour que cela ne t'emp6che de mener une vie d6cente.
VoilW done pourquoi, ayant retrouv6 cette citation de Brel, par
hasard,je n'ai pu me resister a 6crire sur cette notion de fragility
qui me semble s'adapter a ce qui se passe chez nous, en Haiti
actuellement.
La fragility, d'aprss le Petit Larousse, d6crit l'6tat de
ce qui se d6t6riore facilement, de ce qui se casse. C'est ce qui


Fragilite!

est de faible constitution, peu stable, SUJET ADISPARAITRE.
Dans un sens sociologique ou m6me medical, la fragility
indique l'impossibilit6 de coordonner des r6ponses ad6quates
face a des agressions extemes. Elle cr6e de la d6pendance,
conduit a la vulndrabilit6 et mbne vers la disparition. La
fragility, chez nous, est institutionnelle, environnementale,
6conomique, sociale. La fragility en Haiti fait peur. D'aprbs les
sp6cialistes << Les situations de fragility repr6sentent un
important obstacle au ddveloppement durable, a la stability
r6gionale et a la s6curit6 international. Leur origine est liWe a
plusieurs facteurs, comme la fragility structurelle de l'6conomie,
certaines carences de la gouvernance d6mocratique, la
degradation de l'environnement ou l'acces aux ressources
naturelles. Dans ces situations, l'Etat ne veut ou ne peut pas
assumer ses obligations en termes de furniture des services
de base, de gestion des ressources, d'Etat de droit, de s6curit6
et sfret6 de la population ainsi que de protection et promotion
des droits et libert6s des citoyens.>>
J'ai pass un moment a r6fl6chir sur certains aspects
de cette fragility. Cauchemardesque. Pensez par exemple, chers
amis, a la possibility de la << dgringolade du Canap6-Vert >
vers le << Bord-de-Mer >. Ou a l'engloutissement de certaines
<< vall6es m6tropolitaines >> mal prot6g6es. A la mauvaise
quality de l'air a Port-au-Prince a cause de l'incindration
sauvage des ordures m6nageres dans quasiment tous les
quartiers de Delmas ou d'ailleurs. Aux fosses d'aisance comme
des lagunes en plein air, aux d6charges sauvages, aux produits
provenant de la R6publique Dominicaine, du Brisil par exemple
et vendus sans contr6le sanitaire, a date d'expiration d6pass6e
de longue date, etc. Aux routes mal entretenues ou inexistantes
sur lesquelles circulent des chauffeurs a la conduite ind6cente
au volant d'ind6centes voitures non contr6lkes causant encore
plus de morts que les pires 6pid6mies. Pensez-y De quoi non
seulement s'alarmer mais prendre la fuite, a la nage, en avion,
en bateau, a pied, malgr6 les coupeurs de t6te << ki pa nan
grinyen dan, men si dan yo griyen >>.
Crder des mdcanismes d'alerte prdcoce, mettre en
place des instruments d'analyse de suivi et d'dvaluation, est
la meilleure strat6gie de lutte contre la fragility. II faut donc
6tre capable de cr6er des instruments de prevention de la
fragility, trouver et adopter des solutions, imaginatives,


novatrices surtout quand les ressources financibres
font d6faut et que le < vagabondage foncier de l'Haitien
quant a ses relations aux deniers publics >, trait tres
marqu6 chez nous, est un facteur limitatif a 61iminer.
Nous l'avons dans le sang. Avant, c'6tait la R6gie du Tabac et
des Allumettes ou la gestion des Magasins de l'Etat,
maintenant c'est l'Administration des Douanes, le
D6partement des Contributions, la gestion de l'A6roport,
1'ONA, les Ministbres < Vaches-a-lait >> qui nous offrent les
616ments de vagabondage. Trop d'options de
<< vagabondage > pour un trop petit pays, trop fragile, trop
d6favoris6, avec trop de << vagabonds >>.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, la saison
cyclonique 2009-2010, vient de nous offrir une liste avec les
noms des 21 premiers cyclones possibles. A chacun de ces
noms, au fil des jours et tout au long de la saison cyclonique,
nous aurons a leur associer un degr6 de gravity, en fonction
des dommages qu'il aura caus6 en mettant a nu notre fragility.
Ana, Bill, Claudette, Danny, Erika, Fred, Grace, Henri, Ida,
Joaquin, Kate, Larry, Mindy, Nicholas, Odette, Peter, Rose,
Sam, Teresa, Victor, Wanda, voilh les noms qui peuvent
aggraver encore plus notre fragility, durant cette nouvelle
saison cyclonique. On verra !
Peut-6tre correspondrait-il a la society haitienne dans
son ensemble, de se dire, puisque l'on vient de passer les 205
dermires anndes de << dodo meya >>, faudrait-il que nous
passions tous a une vitesse sup6rieure, a une vision diffirente
et a une autre facon de concevoir nos rdalitds, de travailler, de
planifier. Et puisque personne ni aucun pays n'ajamais pu se
transformer sans un travail acharn, passons a l'ere du << jamais
dodo >, du<< Bali Bwa la Jounen Kou lan Nwit >>. Cette semaine
durant laquelle nous allons f6ter notre 18 Mai, autour d'un
< Bicolore > qui symbolisa l'union d'int6r6ts divers et
divergents pour la cons6cution d'un objectif sup6rieur
commun, la LIBERTE, c'est peut-6tre l'occasion de lancer la
lutte contre la fragility de notre pays, de lutter pour trouver
une solution a cette fragility qui nous pousse vers la
destruction. N'oublions surtout pas qu'en ces moments de
fragility sociale aussi intense, il faudra pr6ter attention aux
moindres details car << partout oi l'homme fait preuve de
fragility, il trouve toujours un sauveur pour le tromper. >

Oscar Germain
germanor20055yahoo.fr
Mai 2009


18 mai:


Les couleurs du drapeau sont mentionndes dans la
constitution imp6riale de 1805: c'est le bicolore noir et rouge;
les deux couleurs sont places verticalement, le noir du c6t6
de la hampe; et leur disposition est verticale (art.20).
Cependant, elle ne convie pas a la c6l1bration de la f6te du
drapeau et les autres constitutions ne font pas mention de
l'emblme national. Quelle signification pouvons-nous donner
a cette absence? Toutefois dans celle de 1843, appel6e < petit monstre>>, r6apparait le drapeau.
"Les couleurs nationales sont le bleu et le rouge
places horizontalement. Les Armes de la R6publique sont le
palmiste, surmont6 du bonnet de la liberty et omr d'untroph6e
d'armes avec la 1 gende: L'unionfait la force"(art. 192)". Elle
n'6tablit pas non plus la f6te calendaire du drapeau.
Claude B. Auguste et Marcel B. Auguste posent le
problkme ainsi: l'objectif du congrbs de l'Arcahaie 6tait-ce
une rencontre entre le g6ndral en chef Jean-Jacques Dessalines
et les officiers de l'Ouest en vue de r6gler des questions de
commandement et d'arr6ter des plans de campagne?
Dans ce contexte, quelle place 6tait accord6e a la
question du drapeau? D'ailleurs le choix du drapeau indigene
n'avait-il pas &td d6ji fait par le G6ndral en Chef Jean-Jacques
Dessalines, a la Petite-Rivibre de Artibonite, en f6vrier 1803?
Le premier fait concern les vraies couleurs du drapeau
indigene, qui fut adopt a l'Arcahaie, le 18 mai 1803.
Le document de r6f6rence porte sur la capture d'une
barge par des forces navales francaises dans laquelle se
trouvait un pavillon de couleur rouge et noir, tandis que l'autre


1920 n'est pas

document est la lettre de Henri Christophe, G6ndral de Brigade, contexte et a
au G6ndral en chef de l'arm6e indigene l'informant de la 1935 prescrit
reception du nouveau drapeau que "vous venez, de concert avait comme
avec PNtion, d'adopter au quartier g6ndral de l'Arcahaie... Le scolaires, f6t
drapeau bleu et rouge ne manque pas de sens." Duvalier ne fi
Mais un autre fait tout aussi fondamental serait le I1 cr6a en octo
revirement de l'Empereur Jacques ler et du Roi Henri du drapeau (
Christophe qui adoptbrent le drapeau noir et rouge au titre de nouveau dra
chef d'Etat. Comment alors sortir de cet imbroglio? Cependant le
I1 s'avere le fait suivant: a partir de l'occupation bonnet de la 1
amdricaine va 6tre adopt6e une s6rie de mesures ayant pour Les
finality la commemoration calendaire du drapeau qui repose interpellent f
sur la mobilisation des elves. Pour les histo
La proclamation du 18 mai, jour de l'Universitd; le Cela
lendemain, le 19 mai, un arrte du president Sudre Dartiguenave 1'Artibonite.
fixe de manibre precise les couleurs et les Armes de la Dessalinesan
R6publique; et le 31 aofit 1921, un arrete pr6sidentiel institue cr6ant ainsi 1
une composition d'Histoire d'Haiti aux 6preuves 6crites du Ardouin, cett
certificat d'6tudes primaires, du brevet 616mentaire, du brevet qui soutient p
sup6rieur et du certificat de fin d'6tudes secondaires, et une Dessalines a 1
6preuve pratique aux examens de fin d'6tudes normales et des &td reprise pa
cours normaux: "consid6rant que l'6ducation civique d'une J.C. Dorsain,
nation depend pour une large part de la connaissance Dessalines su
raisonn6e de son histoire, consid6rant que l'exp6rience de "Le
nos examens a d6montr6 que par l'absence d'une sanction porte non set
s6rieuse, les elves tendent a preparer d'une facon sommaire
l'histoire et la geographies nationales."
Dans le cadre de ce nouveau I -..._._


M IAMI-DADE


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.
Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
dciYcriU Ecc11tccc Every cyg


1803


l'issue de la d6soccupation, la constitution de
le 18 mai comme f6te nationale. La solennit6 qui
;nc6 d&s les anndes 1920, Te Deum, parades
es populaires vont se poursuivre. Et Franqois
it que conserver cette tradition commemorative.
obre 1965, la loi du serment obligatoire au salut
dans les 6tablissements scolaires oi flotte le
apeau noir et rouge aux bandes verticals.
:s Armes de la R6publique 6taient priv6es du
ibert6.
discussions sur l'authenticit6 du drapeau
ondamentalement l'enseignement de l'histoire.
iriens, le problkme se pr6sente ainsi:
se passa en f6vrier 1803 a la Petite-Rivibre de
,selon Madiou qui pretend 6galement que
racha alors la bande blanche du tricolore franqais,
e drapeau bleu et rouge. Reprise par Beaubrun
e version n'a pas &6t adopt6e par Saint-Remy
plut6t que le drapeau bleu et rouge fut cr66 par
'Arcahaie. La version adopt6e par Saint-R6my a
r la plupart de nos historiens et particulibrement
vil qui 6crit que d'un geste vif "en mai 1803
pprima la couleur blanche du drapeau franqais."
litige qui oppose, a ce propos, nos historiens
element sur la date et le lieu de la creation du
(18 mai/ p. 13)
*


Page 12


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Konf6meman ak Odonans Nim. 2009-12 Vil Doral adopte jou 22 avril 2009 la, pa Majistra a
ak Konsey Vil Doral, Florid, yap avize isiba ke pral genyen yon eleksyon espesyal jou jedi 25 jen
2009 la, pa bilten vbt laps, pou kapab soumnt a elekt6 kalifye yo de Vil Doral la. pou
apwobasyon yo oswa dezapwobasyon yo de pwopozisyon sa yo ki ekri la a:
Kestyon 1: Modlfikasyon nan kl6z Konstitsyon an ki gen rap6 ak alejman peman.
Elminasyon Alejman Peman yo Apre Ane Fiskal 2009-2010
tske se pou amannman f6t nan Konstitisyon Vil Doral la pou chanje f6mil pou alejman peman ke
yo dwe Konte an pou Ane Fiskal 2006-2007 rive 2009-2010 ki va bay k6m rezilta yon rediksyon
nan peman etabli yo epi elimine alejman peman yo ke yo dwe Konte an apre peman pou Ane
Fiskal 2009-2010, olyeke yo egzije alejman peman pypety l, epi retire "Klasifikasyon Nasyon
Favorize" a sou koze alejman ak s6ten I6t kl6z ki gen rap6 ak alejman?
Iske se pou yo adopte amannman ki dekri pi wo la a?
WI 30
NON 31
Kestyon 2: Modifikasyon nan kl6z Konsttitisyon an ki gen rap6 ak eliminasyon egzijans ki
mande pou Vil la peye sevis polls espesyalize yo.
Eliminasyon obligasyon kontra Vil la ki di pou li peye Konte Miami-Dade pou savis polls
espesyalize yo
tske se pou amannman ft nan Konstitisyon Vil Doral la pou elimine obligasyon Vil la pou li
kontrakte ak peye sivis polis espesyalize yo de Konte Miami-Dade epitou elimine
Klasifikasyon Nasyon Favorize pou sevis polis espesyalize yo?
tske se pou yo adopte amannman ki dekri pi wo la a?
WI 32
NON 33
Tout elekt6 kalifye ki abite andedan lizyA Vil Doral va elijib pou vote WI ou NON sou
pwopozisyon sa yo.
Eleksyon espesyal sa a va fet konf6meman ak tout dispozisyon aplikab ki nan Iwa jeneral ki
jere eleksyon espesyal yo epitou dapre dispozisyon yo ki nan Konstftisyon Vil Doral la.
Grefye Vil la
Doral, Florid





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 17


Parc La Visite (3)


Dans mes deux derniers articles, ofije parlais du Parc
la Visite (voir Haiti enMarche Vol. XXIII, N 15 et 16),j'aitenu
a attirer attention du lecteur sur l'imminence de la catastrophe,
pour reprendre le titre de l'article de Patrice-Manuel Lerebours
(La catastrophe n 'est-elle pas imminente ? in : le Nouvelliste
du 23-25 septembre 2005), mais il serait malhonnite de ma
part de ne pas signaler les efforts d'un groupe de citoyens qui
se sont donn6 pour mission de travailler a la sauvegarde de ce


avec eux. J'espbre avoir la chance de faire une mission avec
un des membres dans les prochains jours et satisfaire ma
curiosity. Cependant durant notre sejour nous avons eu
l'occasion de rencontrer quelques membres qui 6taient venus
participer a une rencontre de concertation entre diverses
institutions impliqudes dans la sauvegarde de l'environnement
dans la region du Massif de la Selle.
Nous n'avons pas pu participer a cette rencontre,


6tablissements scolaires en vue de les sensibiliser a la
probl6matique de l'environnement.
Et, puisque nous parlons de sejour 1a-haut, je dois
vous parler de l'auberge oi nous avons r6sid6 pendant ces
trois jours. Je n'ai pas besoin de dire grand'chose, la photo
est assez 6loquente, et puis, je ne suis pas sens6 faire de la
publicity. Mais sachez que meme a 1.700 metres d'altitude (en
Haiti) vous pourrez toujours << surfer sur le web >> ; choisissez


Dans le Massif de la Selle: travaux de protection, auberge et route bien trace (HenM)


site qui est encore magnifique. Je veux parler de la Fondation
Seguin.
Puisque nous parlons d'une fondation nous parlons
de personnes qui s'investissent dans une ceuvre de manibre
d6sint6ress6e, si ce n'est l'interet qu'ils portent a la nature ou,
tout b6tement, a leur pays. J'utilise cette formule
intentionnellement parce que, dans cet environnement
d'indiff6rence et de cupidity dans lequel nous vivons
actuellement, un tel engagement paraitra a la majority au moins
comme de la naivete mais moije tiens a rendre hommage a ces
naffs.
Cela fait d6ji quelque temps que j'entends parler de
cette fondation, mais, a part la presentation de leur film a
laquelle j'avais assist, je n'avais pas encore eu de contact


bien entendu, nous devions parcourir les pentes pour proc
a nos relev6s cartographiques ; je sais seulement qu'un
points de discussion 6tait une proposition de zonage v
de Helvetas, une ONG suisse qui travaille sur ce qu'on ap
l'Unit6 2 de la Foret-des-Pins, done un peu plus a l'es
rapport au Parc la Visite, mais je ne d6sespbre pas d'a
davantage d'informations avant longtemps.
Nous avons pu quand meme voir des t6moin
travail de la Fondation, comme cet am6nagement de ra
que l'on peut voir sur la photo, ou une importante p6pil
d'arbres fruitiers, car un de leurs projets est de redonn
Plateau de Seguin sa vocation fruitibre. Mais une des
activities les plus int6ressantes seraient ces sdjours
qu'ils organisent pour les el6ves de diff6rents


La grippe A(H1N1)...


(GRIPPE A... suite de la page 2)
respiratoires voire ceux qui sont d6c6d6s 6taient
majoritairement des adultes ag6s de 20 a 40 ans, a-t-il dit.
Le d6l1gu 6 gyptien a de son c6t6 mis en garde contre
la virus H5N1 de la grippe aviaire, rappelant que trois
personnes en 6taient mortes en Egypte au cours de la semaine
6coulde.
Margaret Chan a reconnu que le nouveau virus H1N1
pourrait presenter un risque particulier en se combinant au
H5N1. Elle a soulign6 qu'il menaqait plus particulibrement les
personnes infect6es par le virus du sida ou la tuberculose, et
les bidonvilles pauvres et surpeupl6s.
Le passage au niveau six d'alerte pand6mique aurait
pour consequence d'accroitre les mesures de prevention et
d'acc6l1rer les efforts des laboratoires pour crder un vaccin.
L'un des enjeux de l'assembl6e est de trouver un
accord sur le partage et la gestion des 6chantillons viraux
entre les groupes pharmaceutiques qui travaillent a
l'l6aboration d'un vaccin. Les pays riches et pauvres restent
en ddsaccord sur la n6cessit6 de breveter ou non le materiel
biologique.



18 mai...
(... suite de la page 12)
drapeau, mais sur les objectifs memes du congres de l'Arcahaie
auquel Saint-R6my subordonne la creation du drapeau tandis
que Madiou et Ardouin n'y voient qu'une simple reunion
d'Etat-major ou, plus pr6cis6ment, une rencontre entre le
g6ndral en chef et les officiers de l'Ouest en vue de r6gler des
questions de commandement et d'arreter des plans de
campagne."(1)
Un point fondamental renvoie a la signification de
l'Fv6nement qui se situe souvent dans des p6riodes de
transition, de crise identitaire. Pour la constitution de 1843, un
d6bat eut lieu sur les vraies couleurs du drapeau lors de sa
redaction. Du temps de l'occupation am6ricaine qui remettait
en cause la conquete de l'ind6pendance, la mobilisation
autour du drapeau et des valeurs culturelles et patriotiques
repr6sentait une protestation contre cette occupation.
Et, c'est a partir des anndes 1920 que le symbole du
drapeau va se manifester comme un &v6nement historique au
niveau national. Du regime de la famille Duvalier, qui l1gitime
sa pr6sidence a vie avec le bicolore noir et rouge, a la
manifestation populaire qui symbolise la chute de ce regime
par le retour du bicolore bleu et rouge.
Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr)


La reunion devrait aussi permettre de faire le
point sur les besoins des pays pauvres en traitements
antiviraux Tamiflu et Relenza, fabriqu6s respectivement
par le suisse Roche et le britannique GlaxoSmithKline,
qui se sont revelds efficaces contre le nouveau virus.
Margaret Chan et Ban Ki-moon, le secr6taire
general de l'Onu, doivent rencontrer mardi les patrons
des grands groupes pharmaceutiques.
Basculer dans la production d'un vaccin
contre la pand6mie n6cessiterait que les laboratoires
r6duisent leur production de vaccins contre la grippe
saisonniere mais la decision est loin d'etre anodine, la
grippe classique tuant chaque annde entre 250.000 et
500.000 personnes.


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm


* Parlums
S('Cellulars & ecpe
* Souiers ct S-analcs
* Pridits peur la cuusiinc


* Monieygpwan


;6der
Sides
enue
pelle
t par
avoir

is du
Divine
ibere
er au


cependant bien votre compagnie de t6l1phone, la mienne n'a
pas de < signal > l1 haut et les grands personnages qui
essayaient de me joindre durant ces trois jours ont eu de
grandes difficulties a le faire.
En tout cas, j'invite tout un chacun a passer quelques
jours dans le pare ; cela permettra avos poumons de recevoir
autre chose que cet air pollu6 que nous inhalons a longueur
d'annde, et puis, qui sait, cette nature qui est encore si belle
saura peut 6tre vous convaincre de faire, vous aussi, quelque
chose pour la prot6ger.
Bernard Ethdart
*


* ('s (cmtps., Racine. livanIKqpuc.
Zouk. riaaris. Animricain)
* Vido's (I liticn. Annsnrawins., LrummDtairas m)rns-
* PrLdui ti e thiaut


Page 13


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Konfhmeman ak Rezolisyon Nim. 09-26 Vil Cutler Bay adopted jou 30 mas 2009 la, pa
Majistra a ak KonsAy Vii Cutler Bay. Flor a yap avize sba ke pral genyen yon eleksyon espesyal
jou jedi 25 jen 2009 la, pa bitten v6t laps, pou kapab soumbt a elekt6 kalifye yo de Vil Cutler
Bay a, pou apwobasyon yo oswa dezapwobasyon yo de pwopozisyon sa yo ki ekri la a:
Konf6mite ak Lwa ept RFgleman Eleksyon Fill yo
Akty6lman, Konstitisyon Vil la mete anplas ke se atrav6 yon amannman konstitisyonrl sdiman pou
chanjman f6t nan pery6d kalifikasyon kandida pou Eleksyon Vil la. Yo pwopoze ke yo amande
Konsttisyon an pou p6m6t Vil la chanje perybd kalifikasyon yo pa 6donans si neses6 pou
konf6me ak chanjman nan Lwa Eta oswa federal yo oubyen nan rglemnan yo nan biwo Sip6vizb
Eleksyon Konte Miami-Dade la.
Eske se pou yo adopte Amannman KonstitisyoneI ki dekri pi wo la a?
Vw 20
NON 21
Eliminasyon Egzijans ki Mande pou Vil la Kontrakte epl Peye Separeman Konto Miami-Dade
pou Sivis Polis Espesyalize yo
Konstitisyon Vil lt mete anplas ke Vil la oble kontrakte epi peye Konte Miami-Dade pou savis
polls espesyaize yo. Yo pwopoze ke yo amande Konstitisyonan pou elimine egzjans ki mande
pou peye frb adisyonlI pou sbvis yo epi elimine klasifikasyon "nasyon favorize" a pou sevis polls
espesyalize yo.
Pske se pou yo adopte Amannman Konstitisyone ki dekri pi wo la a?
W1 22
NON 23
Tout elekt6 kalifye ki abite andedan lizy6 Vil Cutler Bay va elijib pou vote WI ou NON sou
pwopozisyon sa yo.
Eleksyon espesyal sa a va f6t konfbmeman ak tout dspozisyon aplikab ki nan Iwa jeneral ki
jere eleksyon espesyal yo epitou dapre dispozsyon yo ki nan Konstitisyon Vil Cutler Bay a.
S fErika Gonzalez-Santamaria, CMC
Gre"fy Villa
M-" Cutler Bay, Florid


TT1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
- Rdception de paienen pour Belt Soulh, 'FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY evc..,ec..
- Connection tdldphoni~que chez vous...





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 17

GENAU SIISolutions de la

Allez de GENAUS a TIRONS, en utilisant des mots du du T E R R E E
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. T E RR E S
T GERCE S

GARCE S


TIR YON YKLZQVZNQNBBRWMP GATES
WTDUIODMP JUOVB JR
UWIQHIAHHEREATI S
VT P C JNJUN S JD E E PM SCRABBLE
SH O S AN T D O M IN G O B Arrangez les sept lettres ci-dessous
MC Y G Y LSMP JS VAUCP
Solutions de la semaine passee V Y U T T A A F B N A E V C H P pour former un mot frangais
MADRIDNMAANTAISL
V LAD IM IR FBLRCCSOESJNHGVG R
NH E COAAA IT U O AAAO
XSYZCPLMNCAMLLQO A C T
SULA I U BFSAIEVIATNUIPUX
IF GENES VRRPXCALONIUGAML E N
GOBLETS JAVAENDGVHAASUXG
0!UE L AETSCIRLMZOTTQCPGAKH
SE A O I V LOS I BRGMA LAB ONK I IaIs II n
T AU S AU L E Solutions de la semaine passee
HEH S ES RECONNU
Trouvez 21 capitales hispanophones dans le carre ci-dessus




En Bref... ...suitedelapage2)





5h00-6h30 Bon Reveil enmusique Carlo N6rilus est enterr6 dans sa ville natale des Verrettes
Carlo Nerilus est cejeune Haitien de 20 ans qui a t d6capit6 le 2 mai dernier par un
6h30-7ho00 A Pipirit chantant Dominicain, alors qu'une foule chauffee a blanc applaudissait et filmait la scene sur des
journal cr ole avec Louini Fontal telephones portables.
Le cnme reproch e Carlo N6rilus lui-mme n est pas prouv6. On rapporte qu'il aurait
tranche la tete a son patron dominicain sans sp6cifier pourquoi. Selon certaines rumeurs ce
7h00-9h00 oM lodie Matin avec Marcus serait son frre et non lui qui aurait tu6le citoyen dominicain.
Informations, Interview, Anecdotes, Humour, Les funprailles de Carlo N6rilus se sont d6roules dans une atmosphere plut6t houleuse en
Analyses presence des membres de sa famille, d'amis trs 6mus, de deux hauts cadres du ministere
Nos Chroniques: des Affaires 6trang res, de repr6sentants du GARR (Groupe d'appui aux r6fugi6s et
L'Editorial de Marcus rapatries) et d'organisations de defense des droits humains. On remarquait aussi la presence
Au Quotidien avec Elsie de l'ex-consul haitien en RGpublique dominicaine, Edwin Paraison, de la fondation Zile.
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville Un parent de la victime, Saint-Als N6rilus, a r6clam6 justice en souhaitant aussi que l'Etat
Les Sports avec Mario Bareau haitien vienne en aide a la famille du d6funt qui n'aurait requ qu'un cheque de Gdes
Les Invites du Jour 50.000,00 pour organiser les funerailles.
M61odie Matin chaquesamedi est anim6 Trois hatiens mutil6s par un group de dominicains
par F6quimre Raphael Trois ressortissants Haitiens r6pondant aux noms d'Eligene Exavier, D6sir R6nold et Charles
Nerost ne ont a e tblesses ae 'arme blanche prvs d'une ferme agricole a Karata, non loin de
10h-Midi Le disque de IAuditeur Guayahuco (R6publique Dominicaine) et i quelques kilom tres de Ti Lori, section
animation James Pr6dvil communale frontalire de Cerca La Source (Plateau Central).
Selon les informations obtenues aupres du Groupe d'appui aux rapatries et r6fugies (GARR),
12 :00- 12h30 Le Midi les victimes, mutilkes, avec notamment une oreille tranch6e chacune, ont &te attaquees a
coups de couteau et de piques, au moment od les trois jeunes hommes rentraient chez eux a
informations avec Laury austin Ti Lori. Les bless6s ont t6 soign6s a 1'Hpital de Ti lori oi ils ont t6 transports
d'urgence, rapporte le GARR.
12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie En reaction, des habitants de Ti Lori ont retenu en otage un ressortissant dominicain
Jazz, Blues, Swing, Ragtime pendant une heure, ce qui a provoqu6 une vive tension dans la zone.
Des agents sp6cialis6s de la Police Nationale d'Haiti et des militaires de la Mission des
2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons... Nations Unies pour la stabilisation en Haiti (Minustah) sont accourus sur les lieux (sur
Emission de chansons francisesdemande de la mumcipalit6 de Cerca La Source) pour retablir au calme.
Depuis le mois de janvier, une trentaine de cas de violence, perp6tr6s par des Dominicains
contre des ressortissants haitiens, ont te enregistres, informent les organismes de defense
3h-5h pm Le Bon Vieux Temps des droits humains
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill Salaire Minimum: Le Deput6 Steven Benoit revient A la charge...
Le d6put6 de P6tion-ville Steven Benoit, linitiateur de la proposition d'augmentation du
5hoO Le Journal de 5 heures salaire minimum, a invite le president Rend Pr6val a publier le plus rapidement possible la loi
sur l'augmentation du salaire minimum dans le journal officiel Le Moniteur, envue de son
avec Villette Hertelou adoption.
Le parlementaire s'est d6clare inquiet de l'impact que pourrait avoir le secteur priv6 sur le
5h 30 pm Melodie & Company president de la republique.
Developpement durable L'on sait que le secteur patronal voudrait obtenir une revision a la baisse du salaire minimum
Mardi avec Bernard Etheart fix6 a 200 gourdes, selon le projet de loi adopt par le Parlement.

7h-8h30 Amory Sabor con Luciani Haiti: Le patronat demande au parlement de revoir la loi sur le salaire
minimum
L'Association des industriels haitiens (ADIH) s'est prononc6e le 13 mai sur la loi vote par
8h30- 9hoo Soir Informations les deux chambres du parlement haitien, loi qui fixe le salaire minimum a 200 gourdes. Le
patronat se dit plut6t en faveur d'une augmentation graduelle du salaire minimum,
9h00 10h30 Notre Grand Concert pr6voyant des consequences n6fastes sur l'emploi, comme des licenciements massifs, si le
Lun. & Mer. : L'heure classique parlement et l'ex6cutif ne reconsiderent pas cette loi.
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Jeu. & D im. : Ja at Ten Tragique accident du c6te de Cavaillon : 20 morts
Judy Carmichael recoit ses invites Un accident est survenu aux environs de 1 heure du matin le 13 mai dernier sur la Nationale
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames num6ro 2, du c6t6 de Cavaillon (Sud).
Un camion de transport qui avait a son bord une quarantaine de passagers, est tombe du
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens haut d'une falaise dans un ravin. Le camion revenait de Port-a-Piment et l'accident s'est
produit au Mome Zoranje.
Le bilan est trbs lourd : vingt morts et seize blesses, dont certains dans un 6tat grave.
Les victimes sont pour la plupart des petites marchandes.
S'e' i e f 21 juin est la date du deuxieme tour des senatoriales partielles
Le deuxibme tour aura lieu le 21 Juin prochain.

department du Centre oui elles avaient et6 annuldes pour cause de l'insecuritt qui a regne
dans certains bureaux de ce ddpartement.
ILes autoritts ont indique qu'aucune date ne pourrait etre fixee tant que des mesures
S. S S ^ n'auront ete prises pour mettre hors d'etat de nuire ceux qui avaient cause cette insecurity.





Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 17


PREKOSYON PA KAPON

Sou koze maladi <>-a, radyo, televizyon,
jounal, enten&t... ap mete popilasyon lemonn antye sou pinga-
yo. Anpil mounn koumanse panike, yo pe, y'ap poze tout kalite
kesyon, y'ap rele dokte yo, yo sisp&k... Depi yo touse osnon
yo gen youn ti g6j grate, yo panse yo gen maladi kochon-an.
Nou kab konprann sa. Maladi sa-a, se pa jwdt timounn.
Sitiyasyon-an serye. Si leta ak gwo enstitisyon lasante nan
peyi kab kontwole evolisyon mikwbb-la mande pou n' pran
prekosyon... Nou dwe prepare nou pou tout kou.
Anpil nan frA ak se nou yo ap mande sa ki swineflu-
a ? Pouki rezon tout brui sa yo albske chak ane nan chanjman
tanperati mounn toujou konn gripe, plant yo k'ap boujonnen,
ft fl toujou lakbz mounn ap etenyen. Ti bebe nan gadri
osnon timounn lek6l toujou genyoun konhonk-konhonk, youn
touse eksplozyon osnon youn lagounm sou kbf lestonmak
yo.
Mwen sonje 1 mwen te timounn Okay, grip se te
maladi-m. Granm mwen di le m'ap touse se tankou se las mwen
genyen. Enben renmnd GrannMoyiz ban mwen toujou bloke
las sa-a s&k. Li pranyoun ze. Li kase-1, lijete blan-an, li ranpli
ze-a ak luil palmakristi, metejiw6f, mete miskad... epi Tonton-
m kenbe-m, peze kou-m sou youn ch&z, louvri machw&-m ak de
dwdt li, kase kou-m deye epi... Granm lage 16k- la nan gagann
mwen. M'pa bezwen di nou... kijan mwen santi-m 1k yo lage-
m. Malgre m'ap kriye, mwen pa ka ni krache, ni vomi... Si
mande Bondye padon, mwen ta vomi, matinet ap leve-m,
matinet ap jete-m. S'oun sitiyasyon komik e sinik nan peyi
lakay men anverite kwx-m si n'vle; depi ou fin pran youn 16k
nan men Grann Moyiz ou bon poujouk ane pwochenn.
Men, an nou kase t&t tounen. Jounenjodi-a, se
youn epidemi grip makawonki rele "flou" ki dey6-a. Li derape
nan z6n Meksik epi li gaye toupatou nan lemonn. Yo rele-
1 swine Flu. Youn maladiflou se kochon ki bay li. Se youn
mikw6b yo jwenn nan kochon. Kochon dy6l lonng osnon
kochon grimdl. LU kochon sa yo malad, yo part deprime,
yo kanyan-kanyan, je yo ak nen yo ap koule larim, y'ap
etenye, yo respire mal,jeyo wouj osnon jeyo anfle, epiyo
pa gen apeti pou yo manje. Flou kochon sa-a mache de
kochon an kochon osnon de kochon rive jwenn mounn epi
de mounn a mounn. Pa ko gen vaksen pouflou sa-a. Gen
medikaman men pa gen vaksen.
Dapre enf6masyon ki tonbe, maladi kochon sa-a
derape nan youn vilaj nan peyi Meksik ki rele La Gloria nan
eta Veracruz. Yo di premye ka-a se te youn timounn 5-an ki
rele Edgar Hernandez ki te pranflou-a nan fen mwa mas-
komansmanavril.. Apre sa, sou 3.000 mounnk'apviv nanvilaj
la, 450 nanyo tonbe malad ap touse ap etenyen. Ti mounn sa-
a ap viv toupre youn ftm kote yo fR elvaj kochon. Sa otorite
yo poko ka esplike sake Ti Edga d6mi nan menm kabann ak
youn ti fr&-1 ki gen 3-an plis ank6 manman-1 ak papa-1. Se
limenm ssl ki pozitif; tout lot mounnyo ki nan kay la negatif. Ki
vle di yo pa malad. F6k mwen di nou tou anpasan, fem sa-a, se
youn konpayi meksiken agro-industrias unidas de mexico
SA ak Smithfield Foods Inc, youn konpayi ameriken ki baze
Vijini.
Mezanmi. Sitiyasyon-an kritik men se pou tout mounn
kenbe san fwa yo. Se pa paske nou gripe pou nou konprann
nou gen maladi kochon-an. Men si n'ap touse, younvye tous
s&k, si n'ap etenye chak minit, nou gen pituit, nou gen lafyev,
n'ap vomi, dyare, tout zo nan k6 nou ap fe nou mal... Enben
pa ret gade sou sa. Apre 2-3 jou, ou pa gen amelyorasyon, pa
fe t&t di, al kay dokte pou li mete-ou sou medikaman. Prekosyon
pa kapon. Maladiflou sa-a kontajye. Sa vle di youn sd1 grenn
mounn gendwa kontaminen tout youn kay, tout youn
kominote, tout youn peyi, lemonn antye. Daye gen youn
bann ka konsa yo jwenn an Ewop, Azi, nan Lamerik la...
Toupatou. Se sa k'fe yo di se youn maladi pandemik. L'ap fe
ravaj. L'ap fese mounn at&. Yo poko ka kontwole-1. Nan Florid
yo depiste 69 ka. Nan Miyami deja gen youn douzenn. Eske
depatman lasante an Ayiti ap kontwole pou we si nou poko
anvayi?
Younn nan kesyon noumenm Ayisyen n'ap poze:
Eske nou ka pran swineflu-a kidonk maladi kochon-an; eske
nou ka kontaminen nan manje vyann kochon? Mwen kab
konprann enkyetid nou. Griyo se younn nan pla nasyonal nou.
Ayisyen manje griyo tankou blan manje janbon.. Eske nou ka
malad si nou manje griyo? repons lan se Non. DaprC C.D.C ki
se Sant pou kontwole maladi nan peyi Etazini, mikw6b maladi
kochon-an pa kontaminen mounn nan manje. Ou pa ka pran
maladi-a nan manje vyann kochon kit se te griyo,janbon osnon
vyann kochon sou nenp6t ki 16t f6m. Depi vyann nan byen
kuit nan youn tanperati 160 degre Farennayt, nanpwen danje.
Tout mikw6b kaba.

Men prekosyon pou nou pran pou maladi-a pa rantre sou nou:
- Kouvri bouch nou ak youn napkin 16 w-ap touse osnon
etenye. Epijete napkin nan. Pa krache ni etenye 2-3-5-10
fwa nan menm napkin-lan.
- L w'ap etenyen osnon touse, kouvri bouch ou ak revb bra-
w. Si ou touse nan men-w 1 ou rankontre youn zanmi epi ou
ba-1 lanmen, zanmi-an ap tou pran maladi-a.
- Pa krache ate kote mounn ap mache.
- Lave men nou. Lave men nou. Lave men nou tout tan ak
savon epi suiye-1 nan papye pw6p.
- Si nou pa kab lave men nou paske pa gen dlo ak savon
toupre, achte ti napkin esterilize yo ki gen alk6l ladann nan,
osnon achte youn ti flakon alk6l yo, detanzantan dezenfekte
men nou ak li.
- Si n'ap travay nan lajan, pran prekosyon nou. Mete youn ti
gan nan men nou. Lajan se sous mikwbb, n'ap bay lanmen,


n'ap louvri pbt epi n'ap grate zye nou, nen nou, foure tidwdt
nan zorby nou... Savle di, men nou se li ki pral lage mikwbb-
la nan sistem nou. Kidonk, lave, lave men-an san rete. LU
n'ap konte lanjan, pa tranpe dwdt nou nan saliv nou. Mikwbb
ki soti nan lajan-anva rantre nan kb nou... Se konsa maladi-
a ap sikile.
- Si nou gripe ak tout sent6m mwen bay la yo; tanpri chita
lakay nou. Pito nou pndi younjounen travay pase pou n'al
kontaminen tout 16t konfrt ki nan travay la.
- Si timounn yo ap touse, ap etenyen, g6j ftmal, yo pa ka
manje, y'ap vomi, yo gen lafy&v.... Kenbeyo nankay-la.
Pa voye yo lekbl.
- Si youn zanmi-w malad ak sentbm sa yo... Vole wo. Rete
Iwen. Kesyon kouri al bobo 2 fwa-a...Bay akolad... Kanpe
sou sa. Yo met pale-w mal. Pito sa pase malgre sa.
- Epi pou n' fini se ou pa santi ou byen... Ale ka dokt&-w. FR
li preskri-w youn medikaman pou kouri akflou-avit- e-prese.
Tank li dire, li pi danjre.
- Si ou gen pou ou vwayaje, fe atansyon paske si ou gen
flou, w'a etenyen, w'ap touse, konpayi avyon-an gendwa
derefize aksepte-w. Se pa diskriminasyon non, se senpman
pou pwoteje 16t vwayaje yo.
Pou pwoteje pep ejipsyen-an, anpeche-1 kontaminen,
nou aprann gouvennman peyi Lejip, pase 16d touye 300.000
kochon ki nan peyi-a. Mezanmi, tankou nou we, se pa jwdt
timounn non. Veye e priye! Prekosyon pa kapon.
Jan Mapou
mapoujan @bellsouth.net

Youn 16t pawbl nou pa tande souvan:
"Mwen, m paAgasou Yemen[l] "
AK MAKS MANIGA*

Mikdlsonn P61 Ipolit / Michelson Paul Hyppolite
(MPH) nan liv[2] li a pote 114 pwoveb. Plis nanyo nou konnen,
men de twa grenn nou pa tande souvan. Men yofin :
Mwen, m pa Agasou Yemen."
Li esplike li : Yo di sa nan politik tou, 1 chef yon
gouvenman neglije patizan li. Ha, nou se moun kay. Enpi l'ap
sevi moun der6 e souvan pr6p lenmi li." p. 23 (Mwen respekte
6tograf ote a.)
Nan lanne 1879 1 Prezidan Bwawon Kanal
demisyonnen, 17 jiye, yon gouvenman pwovizwa te monte ; li
rete 26jiye pou 3 oktbb 1879. Nan lannuit 2 pou leve 3 oktbb
yo pouse do 1 epi Liziyis Felisite Salomonvin Prezidan provizwa.
MenjanMPH rakonte kouman Salomon vin prezidan:
A16, peyi a te touve nan tchouboum [nan koze
demisyon Prezidan Bwawon Kanal la] Richelye Dipeval /
Richelieu Duperval yon vye zanmi Lycius Salomon ak tout
fanmi li, te tanmen ap travay pou mete li o pouvwa. Kbm
prezidan.
Lycius Salomon te an egzil a la Jamayik, li pat rete
endiferan nan sitiyasyon an Haiti, se kon sa ke li debake a
Port-au-Prince kote Richelieu Duperval t'ap tann li.
Nan lannuit de ou twa okt6b, Duperval ki te sl Bor6m
[bowbm] chase gouvenman [pwovizwa] an enpi li ranplase 1'
pa yon 16t gouvenman [pwovizwa] ki gen kbm chdf zanmi li,
Lycius Salomon. ... 13 [23] okt6b 1879, Lasanble bali pouvwa
a konvenableman. [...] Jenral Duperval te toujou rete
komandan Arondisman. Bon li te vle Minis Enterye, Prezidan
Lycius Salomon pat' vle ba 1 djbb sa a. Li te te fache; se konsa
li te lanse pawl6 sa a nan mitan zanmi li: Mwen, m pa Agasou
Yemen".
Prezidan Salomon chache konnen sa sa vle di. A16
apre rech&ch li, pesonn pajanm konnen si Richelieu Duperval
monte si li desann." p. 23-24 (Mwen respekte 6tograf otW a.)
Moso istwaAPH la pa fin k6dy6m nt. Nou pa konnen
si se Prezidan Salomon ki kouri av&k Jenral Dipeval, men misye
mouri P6toprens 8 okt6b 1880. Konsa, li pate dispart. Anplis,
dat Lasanble eli Salomon prezidan an se 23 oktbb 1879, se pa
13.
Liv MPH lapibliye apre pa Fayo [3] a. Konsa, mwen
pajwenn : "Mwen, m pa Agasou Yemen" nan Fayo.
Mwenmenm tou, mwen pajanm tande pwoveb sa-a.
Mwen pa te kontre li nan liv J. J. Oden / J. J. Audain (1872)
mwen fk reyedite[4] a.
Eske pwoveb sa disparet?

* Max Manigat ap prepape yon dezyem liv an krey6l
Patamouch 2...
[1] Agasou Yemen : se yon lwa vodou. P4p la di : Li konn
mete men li pa konn wete. Sa vle di, li konn fe prezidan, men li
pa konn wete prezidan." MPH p. 23
[2] Pwoveb Aysyen Aplike Proverbes Aytiens Appliques -
AppliedHaytian Proverbs. 1988, 144p.
[3] 3333 Proverbs in Haitian Creole... Port-au-Prince,
EditionsFardin, 1980, 432p., il.
[4] Max Manigat : Proverbes crdoles ha'tiens du dix-neuvidme
sidcle... Educa Vision, Inc. 2009, 323p.



ENVITASYONVant siyati d&nye livMax Manigat/ Maks
Maniga-a :PROVERBES CREOLES HAJTIENSDUDIX-NEUVIEME
SIECLE. TRANSCRIPTION MODERNE TRADUCTION FRANCHISE -
ANNOTATIONS. (BILENG KREYOL FRANSE)ap fet nan Libreri
Mapou5919 NE 2nd Avenue Miami FL 33137 Telefbn 305-
757-9922DIMANCH 24 ME 2009depi 5e diswa rive pou 7e *


NAN OTAWA-KANADA:

YOUN FET DRAPO TULUTUTU

On&!
Samdi 17 me 2009 la mwen resevwa youn mesaj
enten&t ki pote tit "Le francais de Shabba sur RFI faitjaser en
Haiti" osije mizisyen gwoup konpa ki rele DiakoutMizik la.
Ensidan Chaba-a se youn sent6m pami tand6t! Maladi-a grav
tout bon vre. M&zal, remed-la efikas, li disponib e li gratis!
Parekzanp, yeswa, se an pati pou youn kesyon "lanng" youn
selebrasyon "ofisyel" f&t drapo Ayisyen te pase nan tenten,
nanvil Otawa. Responsab LETAki t' ap 6ganize selebrasyon
sa-a te refize respekte ni reyalite, ni lojik, ni konstitisyon peyi-
a, ki rekon&t 2 lanng ofisyel e ki presize Krey6l, < LANGKI SIMANTE TOUT AYISYENANSANM>. Kidonk,
youn ekip Ayisyen te reyini, yo pale kont Franse mawon yo,
anpil nan yo bat bravo younn pou 16t epi se sa ki te ftt drapo-
a. K6mal6dine, paw6l yo te rete onivo sip6fisy1 paske lanng
mounn yo mare. Yo di se selebrasyon ki t' ap f&t sou tem
"Drapeau, Souverainnet6 et Unite". Konferansye envite, diven
elatriye... Noumenm sa nou te konstate, se youn ekip mounn
ki te gene ki te ka di bonbagay antre yo vre. Men, yo te gaspiye
okazyon-an, paske yo te deside LIMITE TET YO. Chenn nan
t&t bay baboukdt. Chenn nan t&t pi di pase chenn nan pye.
Rezilta: youn 16t fwa ank6, youn bann mounn entdlijan, pase
pou rizib, vivi dan griyen, tet vid ki pa ka fe analiz lojik, alevwa
pou yo ta travay ansanm, ft plan pou yo aji epi transf6me lavi
nasyon-anjan zansdt yo ta renmen we nou fY 1' la. Pou rezon
Frantz Fanon esplike nan "Peau noire, masques blancs",
preyokipasyon prensipal tw6p Ayisyen se "imaj yo devan
etranje" youn obsesyon mal plase dapre mwenmenm.
Chak fwa nou abandone lanng Krey6l-lan, nan
kad youn selebrasyon ofisyel, tankou sa Anbasad Ayiti nan
Otawa te 6ganize ye swa vandredi 15 me-a, preyokipasyon
"bay bon imaj devan etranje-a" pa reyisi konble ditou.
Okontre, nou part tankou youn bann mounn sipefisyel, jako
rept k'ap rablabla sitasyon ansyen kolon rasis tankou Voltaire
- sanyo pa rannyo kontjanyo ridikil nan mitan ane 2009 sa-a.
E sa ki pi red la, se pa devan etranje s6lman nou part rizib. Sa
ki pi grav la se imaj medyokrite epi denannantizasyon nou
pwojte devanAyisyen parey nou. Pami yo, youn latriye tilezanj
ki bezwen we ekzanp bonjan fanm ak gason solid ki trase
chemen pou yo. Se sa ki ta dwe preyokipasyon prensipal nou.
Ki tras n'ap kite pou tchovi yo?
Chak eksperyans konsa (ensidan Chaba-a
osnon selebrasyon medy6k Anbasad-la ft Ottawa-a) ki rive
dwe ede nou reveye epi konprann kijan nou limite lanng nou
1 nou pa ft ef6 pou nou metrize tout bon vre (kit se nan pale,
kit se nan ekri) sl lanng ki simante tout Ayisyen ansanm nan
- LANNG KREYOL. Se limenm ki lanng manman nou, se limenm
nou metrize.
Chaba pa beb&. Li gen entdlijans poutan li mal part.
Chaba te dwe e li te ka mande sevis tradiksyon. Laverite kri
seke ni Chaba, ni Ayiti pa Frankof6n. LM nou sispann alimante
manti s6t sa-a, epi trete lanng Franse-a, menmjan ak lanng
angle, lanng espany6l, lanng kiswahili...tankou lanng etranje
nou ka aprann pou nou kominike, 1 sa-a nou va sispann
benyen nan medyokrite pou granmesi.
Se pa Chaba sdlman ki ant6tye. Yeswa, nan Otawa,
apre mwen te fin pran lapaw6l pou egzije responsab Leta
Ayisyen yo mete yo opa. Madanm ki pi gwo chdf nan anbasad
la, rale mikro li pou li anonse, li pral di 2 mo an Krey6l, pou li f&-
m plezi. Kbmsi, madanm nan sete k&k "Gauloise" osnon k&k
Alman ki deside di 2 mo Krey6l (pou ft-m plezi). Li pa rann li
kont, se youn mank respe pou t&t li, pou nasyon li reprezante-
a, li te jwennyoun op6tinite korije.
Isit nan Kanada, Franse se lanng youn minorite nan
popilasyon-an. Kanadyen frankof6n pa neglije leve kanpe pou
defann dwa minorite frankof6n nan pou li jwenn sevis nan
men Leta Kanadyen nan lanng pa yo tou menmsi se Angle ki
domine sosyete-a. Noumenm Ayisyen se youn sitiyasyon
animal n'ap viv kote se lanng TOUT AYISYEN metrize-a, se
limenm ki ap sibi diskriminasyon s6t, nan men LETA peyi-a.
Wi, tout sa se sekd1, edikasyon pachiman, sistem
neyokolonyal-la (alewe teks DoktW Yves Dejean-an "Yon lekol
t&t anba pou yon peyi t&t anba"). M&zal6, sd1 mounn ki gen
nesesite epi mwayen kase chenn mantal yo se noumenm.
Chaba fr&-m, pale Krey6l pou ou ka eksprime tout
lide abstre, tout b6lte, tout konesans, tout sajes, tout
konpleksite atistik ou genyen lakay ou. Si ou vle, aprann pale
Franse, Angle, Pany6l, Kiswahili, Zulu, Xhosa,
Japon&....Aprann lanng ki nan lide ou. Men, tanpri, pa kite
mounn pase ou nan rizib ank6. Pa kite mounn kwo ou se enbesil
osnon bebb, tandiske Granmnt la ak Zansdt yo te gen tan beni
ou depi syekdtsy&k ak tout sa ou bezwen pou ou kominike ak
mounn parey ou.
Nou tout gen chenn pa nou pou nou kase. Ed- m lage
2 kout mato sou chenn pa m' yo, m 'a va ede ou lage 2 kout
mato sou chenn pa ou yo. Pa gen anyen ki n&f nan sa, paske
se "depi nan Ginen, bon N4g ap ede N4g!" Libdte, pran pou
nou pran-1

Respe,


Michel-Ange Hyppolite M.Ed
Kaptenn Koukourouj
Enseignant/ Pwofesd
Manm Sosyete Koukouy Kanada
Ekriven, Kritik Literd
htt://www. michelangehyvpolite. cor
Tel: 613-738-9202


Page 15


Alni amaumas POUt TOW VOS MKIT tEqulpements pour constjctoi on
ADOMI PURCHASING AGENCY """""" ur /E I, oo r on
T l. P4*URCHAS7*PiNpA oes do votutLre /Camion I Equipcmcnt m6dil
Tel.: 786-457-8830 Faxo 305-756-0979 ,-il pasacalla@aot.com paP amioM e par bafta.




Mercredi 20 Mai 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 17


MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


KI VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYITI SOU WAF ST
MARC, GONAIVES &
CAPE HArIT
Li BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA


CAPE HAITIEN ST MARC
RQle ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 HAITI
HAIT _
Fax ( 561) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign

0e 4o .8m # lV a #40so twvwaU *a:keo p d tn r ns



rIYI*I *1 *S Il^^^** **j







"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers" i


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


Prodt V t R 7ItSR4A m DE W AROO, SUU ai
p1w4m0 2 Pr ..405t
expnlf, T uto dnmbokmnsA
do matiddel NEW
OaM r V06 rtSMwno Dil CM APPM is available,

I 800092796069
CTM w..- j. -nM a fM


Page 16


m-9




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 20 au 26 Mai 2009 • Vol XXIII • Nº 17 MIAMI, 17 Mai – Environ 10 migrants clandestins haïtiens trouvent la mort en face des côtes de la Floride. L’événement n’est pas seulement vécu comme une tragédie, mais aussi une menace. Risquant de retarder sinon de faire échouer les démarches pour obtenir de l’administration Obama la disposition TPS (un statut deHaïti ses noyés et ses décapitésIt’s the economy, stupid !En revanche, le président Barack Obama ne peut se permettre une erreur, quelle que puisse être sa sympathie pour les Haïtiens. Ce serait grave si sa décision devait provoquer un afflux majeur de réfugiés haïtiens. A un moment où les EtatsUnis traversent une crise économique sans précédent en près d’un siècle. Les adversaires républicains se frotteraient les C’est pourquoi les naufragés du 13 mai ont pu échapper aux Gardes Côtes américains pour arriver aussi près des plages floridiennes. Mais vu de Miami, cela revient au même.Haïti ne peut plus être « patchée » …(ECONOMIE / p. 6) MIAMI, 14 Mai – L’Association des Industries d’Haïti (ADIH) se prononce contre l’augmentation du salaire minimum à 200 gourdes. Le Sénat a décidé récemment d’emboîter le pas à la chambre des députés et d’adopter aussi cetteSalaire minimum : le débat n’est pas finiaugmentation du salaire minimum resté à 70 gourdes depuis 2001. La nouvelle loi a été envoyée au gouvernement pour promulgation. quel, ou il peut la retourner au Parlement avec des modifications s’il y a lieu. La balle est donc actuellement dans le camp du gouvernement. (SALAIRE MINIMUM / p. 7)POLITIQUEQue veulent dire les déclarations de Préval ?PORT-AU-PRINCE, 13 Mai – Les dernières déclarations du Président René Préval continuent de faire des vagues. Lors d’une tournée dans l’Artibonite mardi dernier (12 mai), le chef de l’Etat a fait, contrairement à ses habitudes, plusieurs déclarations. L’une d’elles a porté sur ce que la presse qualifie de mouvement de défections au sein de la plateforme politique L’Espoir. C’est sous la bannière de L’Espoir que Préval s’était présenté aux présidentielles de 2006. D’où le titre de parti présidentiel donné à cette formation. Jusqu’à la dernière déclaration de René Préval, mettant les points sur les i. « Je ne suis membre d’aucune formation politique » déclare le président, ajoutant qu’il n’a jamais appartenu à aucun parti. Ni aujourd’hui, ni hier. En 1996, rappelle-t-il, sa candidature a été présentée sous les couleurs d’une première plateforme politique dénommée « Bò tab-la » (la table) qui embrassait le grand courant Lavalas (PREVAL / p. 4) MIAMI, 16 Mai – Préval passera dans l’histoire pour ses jeux de mots dont le plus fameux : Naje pou sòti (c’est un sauvequi-peut !). Il a accordé le mardi 12 mai quelques déclarations où perce ce même humour grinçant, mais de l’eau a coulé sous les ponts et ces dernières déclarations risquent de ne faire rire personne et même de se retourner contre leur auteur. C’est que trois années se sont déjà écoulées. On est aujourd’hui à l’heure du bilan. Dans 1 an et demi, fin 2010, auront lieu de nouvelles présidentielles, les seules élections qui vaillent vraiment en Haïti. Le pouvoir dans notre pays a trois années pourHumour présidentiel ! Mais les temps ont changé …se prouver. Après quoi, comme le génie de Victor Hugo, il faut qu’il dégénère. Lors de la campagne en 2006, René Préval pouvait retourner ses poches à l’envers et dire : voyez, comme vous je n’ai pas un rond ! Tout le monde applaudissait. On appelle ça le parler vrai. Un président qui ne nous cache rien des problèmes du pays, qui ne raconte pas des sornettes. Premier janvier 2007, discours présidentiel, il s’écrie : « certains prétendent pouvoir faire des miracles (suivez mon regard !), moi ce n’est pas mon métier ! » (HUMOUR / p. 5)Deux hommes d’affaires Floridiens plaident coupables de conspiration pour détournements de fonds avec des officiels haïtiensDans un premier temps, celui-ci peut la publier tel (Voir p. 3) résidence temporaire) pour 30.000 ressortissants haïtiens sous menace de déportation. La principale crainte est que cette perspective ne provoque une nouvelle vague de réfugiés dans l’espoir de bénéficier de cette disposition exceptionnelle. Le TPS n’a pas besoin de la ratification du Congrès, mais est une décision de l’exécutif. Autrement dit, de la Maison blanche. ressortissants d’Haïti. Signalons cependant que le vaisseau qui a fait naufrage le 13 mai dernier en face de Riviera Beach (Floride) ne venait pas directement d’Haïti, mais des Bahamas, semble-t-il. Les Bahamas ont une politique d’immigration encore plus sévère que les Etats-Unis. Aussi de nombreux Haïtiens cherchent aussi à laisser ce pays pour pénétrer en Floride. bout prendre aujourd’hui ce pays. On bloque les clandestins par le canal du vent, ils surgissent par le canal de Floride. On ne peut arrêter le trafic de la drogue ni les brutalités policières, malgré tous les efforts investis. mains. L’ex-président Bush avait refusé le TPS pour les C’est le dilemme haïtien. On ne sait plus par quel On injecte 16 millions de dollars américains dans Les gardes-côtes américains recueillent les 9 morts ainsi que les survivants du vaisseau naufragé au large de la Floride et ven ant des îles Bahamas (Reuters)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 EN BREF ... EN PLUS ... (EN BREF / p. 14)Le président dominicain veut intègrer Haïti à la Communauté ibéro-américaineMADRID, 18 mai 2009 (AFP) Le président de la République dominicaine, Leonel Fernandez, a réclamé lundi l’intégration d’Haïti comme “membre à part entière” de la Communauté ibéroaméricaine, l’association des pays de langues espagnole et portugaise. ”Je veux faire acte de réparation historique et de solidarité avec Haïti, en demandant que ce pays soit admis comme membre de la Communauté ibéroaméricaine” a déclaré le président dominicain à Madrid, en voyage officiel en Espagne. Haïti est certes un pays membre de l’Organisation internationale de la Francophonie, mais partage avec la République dominicaine la même île des Caraïbes, et n’est passé sous domination française qu’à la fin du XVIIIe siècle, a argumenté le chef de l’Etat dominicain lors d’une rencontre avec la presse. En outre, Haïti, dont les langues officielles sont le français et le créole, a été précurseur en matière d’émancipation du pays colonisateur, devenant le premier pays indépendant des Caraïbes au début du 19e siècle, a rappelé M. Fernandez dont le pays hispanophone est l’un des 22 pays membres de la Communauté ibéroaméricaine. La Communauté ibéro-américaine qui regroupe les principaux pays d’Amérique latine ainsi que l’Espagne et le Portugal, est le cadre de sommets multilatéraux réguliers.La grippe A(H1N1) va continuer à se propager, prévient l’OMSLa grippe A(H1N1) devrait continuer à se propager rapidement à travers le monde, a prévenu l’Organisation mondiale de la Santé à l’ouverture de son assemblée annuelle. L’épidémie doit être suivie avec la plus grande attention car beaucoup d’incertitudes prévalent encore sur l’évolution de ce nouveau virus qui combine grippe porcine, grippe aviaire et grippe humaine, a déclaré la directrice de l’OMS, Margaret Chan. Le nombre de personnes contaminées par la souche apparue au Mexique il y a un mois environ s’élève à 8.829 dans 40 pays, dont 74 décès, selon le dernier pointage de l’OMS. “Nous sommes tous contraints de prendre des mesures urgentes et lourdes de conséquences dans une atmosphère de grande incertitude scientifique”, a averti Margaret Chan à l’ouverture de l’assemblée, qui dure jusqu’au 24 mai. Richard Besser, le directeur des Centres américains de contrôle et prévention des maladies (CDC), a observé que le virus mutant continuait de s’étendre aux EtatsUnis, où un premier décès a été annoncé à New York. “Notre meilleure analyse suggère que ce nouveau virus H1N1 devrait circuler dans le monde entier, comme les autres virus saisonniers de grippe”, a-t-il dit lors d’une réunion de hauts responsables organisée dans le cadre de l’assemblée annuelle. Les délégués doivent débattre de la meilleure réponse à apporter au risque de pandémie grippale, imminent selon le niveau d’alerte de l’OMS. L’OMS est au niveau cinq de son système d’alerte, sur une échelle qui en compte six. L’OMS passe au niveau six celui d’une pandémie déclarée lorsque le virus se transmet de façon soutenue dans plus d’une région définie par ses soins (Afrique, Amériques, Asie du Sud-Est, Europe, Méditerranée orientale, Pacifique occidental). SYSTÈME D’ALERTE TROP RIGIDE? Plusieurs pays représentés à Genève ont toutefois appelé l’OMS à se montrer plus souple dans son système d’alerte, en particulier quand il s’agit de passer au niveau 6. Ils ont fait valoir que le niveau 6 devait refléter la gravité d’un nouveau virus, pas seulement son extension géographique. “Je souhaiterais proposer que vous disposiez d’une plus grande souplesse plutôt que de suivre un processus mécanique”, a déclaré le ministre britannique de la Santé, Alan Johnson. Pour l’heure, 95% des près de 9.000 infections restent confinées à la région Amériques, en Amérique du Nord. Les laboratoires de l’OMS ont toutefois confirmé 125 cas au Japon, pays hors Amériques détenant désormais le plus grand nombre de cas. Il est suivi par l’Espagne (103 cas) et la Grande-Bretagne (101), a précisé à Genève le directeur général adjoint de l’OMS, Keiji Fukuda. La plupart des patients ont des symptômes relativement modérés fièvre, toux, maux de tête, courbatures. Les femmes enceintes ou les patients de santé fragile comme les diabétiques ont été exposés à des effets plus graves, comme la pneumonie. Keiji Fukuda a rappelé que les jeunes adultes étaient plus exposés. Les patients ayant souffert de graves problèmes Grippe A/H1N1: un décès à New York, deux premiers cas au Chili, un deuxième au PérouL’assistant du principal d’un établissement scolaire du Queens, à New York, est mort dimanche soir de la grippe A/ H1N1. Plus au sud, en Amérique latine, le Chili a déclaré ses deux premiers cas confirmés et le Pérou, son deuxième malade. A New York, il s’agit du premier décès à New York, a expliqué le porte-parole du centre médical Flushing, Andrew Rubin. La ville est touchée par l’épidémie depuis trois semaines, lorsque 700 étudiants et 300 autres personnes d’une école secondaire catholique du Queens sont tombés malades, après le retour de plusieurs lycéens du Mexique. En tout, 11 écoles sont fermées dans la ville. Au Chili, les malades sont deux femmes, 25 et 32 ans, revenues samedi matin de Punta Cana, en République dominicaine, avec escale au Panama, hospitalisées mais en bonne santé, a déclaré le ministre chilien de la Santé Alvaro Erazo. Le pays compte 171 autres cas probables de grippe A/H1N1; la République dominicaine, aucun. Au Pérou, le deuxième cas que le pays ait confirmé est un homme de 37 ans, vivant dans la ville d’Arequipa, dans le sud du pays, revenu des Etats-Unis le 12 mai, a dit le ministre péruvien de la Santé Oscar Ugarte, à la radio péruvienne d’informations RPP, ajoutant que son état était “sous contrôle”. L’homme a effectué un vol LimaHouston et commencé à se sentir malade le 14 mai, a précisé le chef des services régionaux de santé d’Arequipa, le Dr. Miguel Alayza. Selon les chiffres communiqués par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dimanche, sans compter les nouveaux cas signalés au Chili et au Pérou, 8.480 cas ont été confirmés dans 40 pays, dont 75 morts, sans tenir compte du décès survenu à New York. AP (GRIPPE A / p. 13)Attaque contre une patrouille de la PNH : bilan un mort et deux blessés Le responsable du sous-commissariat de Martissant a été tué et deux autres agents ont été blessés par balle jeudi soir au cours d’une attaque menée par des gangs contre les forces de l’ordre. Grièvement atteint, l’inspecteur Axeles Lainé qui a reçu trois balles au thorax, a été conduit d’urgence dans un hôpital de la capitale, où il a succombé à ces blessures. Depuis plusieurs semaines, des témoignages de riverains font état d’un retour en force des bandes armées dans le quartier de Martissant. Des sources proches de la police nationale ont révélé que l’un des auteurs présumés du crime serait un repris de justice, répondant au nom de Pap Padap.L’enquête avance vers l’arrestation du coupable de l’assassinat du policier Atanaze Guerrier La police nationale est sur les traces d’un des présumés assassins d’Atanaze Guerrier, kidnappé et retrouvé mort le 6 Mai dernier. Le commissaire de police de Delmas, Carl Henry Boucher, a lancé un avis de recherche contre Grégory Lubérisse, principal suspect dans l’assassinat d’Altanase Guerrier et auteur présumé de plusieurs actes de kidnapping. . Le 7 mai dernier, la police a procédé à l’arrestation de Marjorie Paul, chez qui le cadavre d’Altanase a été découvert. Cette dernière est identifiée comme la compagne et complice de Grégory Lubérisse. .Le responsable de la police de Port-au-Prince confirme l’arrestation de l’assassin d’Anthony LalaneDeux individus ont été arrêtés pour leur implication présumée dans l’assassinat d’Anthony Lalane survenu le 13 mai, à la rue de l’Enterrement, alors que l’homme d’affaires sortait de son entreprise pour regagner son véhicule. Anthony Lalane a été atteint d’une balle à la tête, tirée à bout portant par un individu qui, selon des témoins, l’attendait près de son véhicule. Il a succombé à ses blessures alors qu’on le conduisait à l’hôpital. Grâce à la vigilance de quelques témoins, le présumé tueur, Saint Ange Elysée, âgé de 37 ans, a été appréhendé immédiatement après son forfait. Son arrestation a conduit à l’interpellation d’un présumé complice, Mackenson Zéphir, 28 ans, qui était à moto et avait réussi à prendre la fuite. Il s’agirait d’un crime commandité selon les premiers éléments de l’enquête. L’arrestation du tireur devrait permettre à la police d’identifier l’auteur intellectuel et le traduire en justice. Anthony Lalane, 43 ans, qui dirigeait un bureau de change à la rue de l’Enterrement, était le jeune frère du Docteur Jimmy Lalane, également assassiné en 1999.18 Mai: Fête du drapeau et de l’UniversitéLe Président de la république, René Préval, s’est rendu tôt dans la matinée du 18 MAI à l’Arcahaie pour la commémoration du 206ème anniversaire de la création du bicolore haïtien. Dans son adresse à la nation, Monsieur Préval a tenu à souligner le manque d’indépendance vis à vis de l’étranger qui nous caractérise, ce qui nous force à accepter certains dictats. Nous dépendons trop de l’assistance étrangère. Aussi recommande-t-il la solidarité entre toutes les forces, tous les secteurs. Le Président signale la création de la Commission de travail sur la compétitivité comme modèle de dialogue et énumère les efforts que nous devons faire pour arriver à l’indépendance économique: La restauration de la stabilité politique et de la sécurité, félicitant les acteurs qui y ont travaillé ( PNH et MINUSTAH). La création d’emplois qui devrait permettre d’atteindre une certaine indépendance économique. Mais nous n’en sommes pas encore là. Selon le chef de l’Etat, le premier secteur qui peut créer de l’emploi c’est le secteur agricole. L’augmentation du salaire minimum pour que les ouvriers aient de quoi vivre (cependant le Président n’a pas dit un mot du montant de ce salaire qui vient d’être porté à 200 gourdes par les deux chambres du Parlement. En même temps, Préval signale la nécessité de ne pas augmenter le chômage (des patrons menacent de procéder à des révocations massives si jamais l’Exécutif fait promulguer la Loi du salaire minimum à 200 gourdes… Le Tourisme. Avec le rétablissement de la sécurité, beaucoup d’Haïtiens de la diaspora viendront aux fêtes champêtres en Haïti. D’où nécessité pour la réparation ou la construction de routes. Route du sud, celle du Plateau Central qui arrive maintenant jusqu’à Mirebalais, tandis que Mirebalais-Hinche est en voie de construction. La Nationale # 1 va être refaite. Mais il reste encore à trouver un financement pour GrosMorne – Port-de-Paix et pour Miragoâne-Petit Trou de Nippes. Augmentation de 60 Mégawatts d’électricité. L’Ed’H bénéficie d’une subvention de 100 Millions de dollars de l’Etat. « Il faut pouvoir récupérer cette somme qui pourrait servir à la construction d’écoles. Peut-être que la suppression en juillet prochain de 100 milliards de dollars de la Dette d’Haïti permettra à l’Etat haïtien de récupérer un équivalent de 50 milliards de dollars. » Ce sont quelques points soulevés dans le discours présidentiel du 18 Mai 2009. Deux ex-fonctionaires de la Téléco ont touché des pots de vin …Cet argent leur a été versé par deux hommes d’affaires américains. En contrepartie ces hauts fonctionnaires de la Téléco auraient accordé des contrats avantageux à trois compagnies de télécommunications de Floride. Les 2 hommes d’affaires américains ont, le 27 avril et le 15 mai derniers, plaidé coupables par devant un tribunal du Sud de la Floride (Etats-Unis) de blanchiment d’argent et de violation des lois américaines sur la corruption de fonctionnaires d’un gouvernement étranger. Par-devant le juge Jose E. Martinez du District du Sud de la Floride, Antonio Perez (51 ans) et Juan Diaz (51 ans) ont successivement reconnu avoir versé, entre 2001 et 2003, environ un million sept cent trois mille quarante quatre dollars (USD 1.703.044) au Directeur général et au Responsable d’alors des relations internationales de la Téléco pour qu’ils octroient des avantages à 3 compagnies de télécommunications du Comté de Dade (Miami). Les noms des fonctionnaires haïtiens concernés ne figurent pas dans le communiqué relatif à ce dossier publié le 15 mai par Alexander Acosta et Lamy A. Breuer, respectivement Attorney (Avocat général) et assistant Attorney des Etats-Unis pour le District du Sud de la Floride. L’investigation se poursuit, précise le communiqué. Juan Diaz a admis avoir perçu soixante treize mille huit cent vingt quatre dollars (USD 73.824) de commissions pour les pots-de-vin versés aux officiels haïtiens. Les deux hommes d’affaires de Floride encourent une peine maximale de 5 ans assortie d’une amende de plus de deux cent cinquante mille dollars (USD 250.000). Le gouvernement Aristide (2001-2004) a été maintes fois accusé d’avoir conclu des contrats douteux au détriment de la Téléco. Un pas important vers la décentralisationC’est ce qui ressort de ce colloque: Formation et gestion des personnels territoriaux qui s’est déroulé les 15 et 16 mai au Karibe convention Center. L’assistance était composée d’experts venus de France, du Sénégal, d’Espagne de Martinique et de Guadeloupe, Le Président Préval et le PM Pierre-Louis à la commémoration du drapeau le 18 mai 2009 (photo Robenson)

PAGE 3

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE Deux hommes d’affaires Floridiens plaident coupables de conspiration pour détournements de fonds avec des officiels haïtiensD’après des documents émanant de la Justice Fédérale dans l’Etat de Floride, sous le titre « Officiels et Lavage de fonds », le président et l’ancien administrateur d’une firme de télécommunications basée dans le comté de Miami-Dade (Floride), ont plaidé coupables d’avoir conspiré pour payer et camoufler le paiement de plus d’1 million de dollars à des officiels gouvernementaux haïtiens. Juan Diaz et Antonio Perez, âgés tous les deux de 51 ans, ont plaidé coupables de conspiration pour corrompre un officiel d’un gouvernement étranger en vue de se procurer des avantages pour trois différentes compagnies de télécommunications privées à Miami auprès de la compagnie d’Etat, Télécommunications d’Haïti (ou Teleco). Cela en violation des lois punissant les pratiques corrompues en affaires et le blanchiment d’argent. Selon les documents judiciaires, Diaz a payé sous forme de pots-de-vin 1 million 028 mille 851 dollars américains à des officiels d’un ancien gouvernement haïtien pendant qu’il américaines. Quant à Antonio Perez, qui a été l’administrateur de ces trois compagnies, il est responsable du versement dans les mêmes conditions de 674 mille 193 dollars américains aux officiels haïtiens en question. Les trois compagnies américaines ont exécuté une série de contrats avec la Teleco pour des appels téléphoniques sur cartes pour Haïti. Diaz et Perez ont admis avoir conspiré pour effectuer des « paiements de côté » au Directeur général de la Teleco à l’époque via une compagnie fantoche appartenant à Diaz. En échange de ces paiements, les compagnies américaines ont pu bénéficier de toutes sortes d’avantages : tarifs préférentiels, mais aussi réduction du nombre de minutes facturées et autres. Juan Diaz a admis que de Novembre 2001 à Octobre 2003, lui et ses co-conspirateurs ont utilisé la compagnie fantoche dans le seul but d’accepter des paiements effectués Bill Clinton envoyé spécial de l’ONU en HaïtiD’après une source Internet intitulée “The new ForeignPolicy.com », l’ex-président américain Bill Clinton sera nommé cette semaine « Envoyé spécial de l’ONU en Haïti. » américaine additionnelle de $57 millions sur un total de $324 millions votés pour Haïti lors d’une conférence des bailleurs qui s’est tenue à Washington, le 14 avril dernier, et à laquelle assistait également la Secrétaire d’Etat Clinton. officieusement. Le bureau du Secrétaire Général n’a pas répondu à ce sujet. Ni la Maison blanche. Bill Clinton a voyagé en mars dernier en Haïti accompagnant le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon. Après cette visite, il a déclaré au Miami Herald : « Je suis tombé en amour pour ce pays depuis plus de trois décennies (…). Je pense que le principal problème d’Haïti c’est la mauvaise gouvernance. Les Haïtiens travaillent dur et ils travaillent bien. Dites au monde entier que c’est un bon endroit où investir. » D’autre part, la Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton visitait Haïti le mois dernier, où elle a plaidé pour une aide L’information est confirmée de source onusienne, mais officiels gouvernementaux haïtiens en question. Diaz admet qu’il a aussi gardé 73 mille 824 dollars comme commissions pour lui-même. De son côté, Perez reconnaît que, sur demande de son supérieur, de Novembre 2001 à Janvier 2002, il a participé au processus de paiement de ces dessous-de-table également au Directeur des relations internationales de la Teleco d’alors. Des sommes qui s’élèvent, durant cette période, à 36 mille 375 dollars. Perez admet avoir caché ces paiements en les enregistrant sous forme de consultations, toujours à travers la compagnie fantoche de Diaz. servait d’intermédiaire pour les trois compagnies privées en pots-de-vin et de les blanchir pour leurs bénéficiaires, les (FRAUDE / p. 6) L ’EVENEMENT Haïti ses noyés et ses décapités p.1 ACTUALITE Deux hommes d’affaires américains plaident coupables de détournements avec des ex-officiels de la Teleco p.2 Bill Clinton serait nommé « envoyé spécial de l’ONU en Haïti » p.2 Le président dominicain veut intégrer Haïti dans la communauté ibéro-américaine p.2 ECONOMIE Salaire minimum : le débat n’est pas fini p.1 Les Moulins d’Haïti remettent 120 millions de gourdes à l’Etat p.6 ANAL YSE Humour présidentiel ! mais les temps ont changé p.1 SANTE Grippe A : New York enregistre son premier décès p.2 La grippe va continuer à se propager p.2 DOSSIER DECAPIT A TION Amnesty International : protéger les Haïtiens contre les violences xénophobes p.8 Comme des complices silencieux p.9 LECONS D’HISTOIRE 18 Mai : 1920 n’est pas 1803 p.12 Yon fèt drapo tulututu p.15 LIBRE PENSER Fragilité ! p.12 ENVIRONNEMENT Au Parc La Visite p.13 L’ex-président Clinton en visite en Haïti avec le Sec. gén. de l’ONU en mars dernier (AFP)

PAGE 4

Page 4 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17UNE ANALYSE Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak MiddleEast. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. (PLB, Corega et autres secteurs membres de la mouvance Lavalas, dont ceux sous l’obédience de son prédécesseur et lors également mentor, l’ex-président Jean-Bertrand Aristide). En 2006, Aristide ayant été brutalement renversé en plein milieu de mandat en février 2004, Préval fait endosser sa candidature par une autre plateforme. C’est L’Espoir, où l’on retrouve certains des membres de l’ex-« table » (PLB, EskanpCorega) ainsi que des formations plus récentes. Seul Fanmi Lavalas manque à l’appel, son chef vivant désormais en exil en Afrique du Sud se garde de prendre directement position dans la campagne. Une minorité essaie de se présenter directement sous l’étiquette Lavalas, mais la majorité décide spontanément de porter son vote sur l’expremier ministre d’Aristide, René Préval, qui fut élu dans un raz-de-marée.« Chapeau légal » …Le mardi 12 mai dernier, aux Gonaïves, le président Préval déclare en substance qu’il n’appartient pas à L’Espoir, soulignant en partant que celui-ci n’est pas un parti politique, mais, aurait-il pu ajouter : un simple « chapeau légal ». Un terme propre à la classe politique haïtienne pour désigner des candidats à la recherche d’une formation politique pour endosser leur candidature, tout comme on trouve aussi des partis à la recherche de candidats capables de financement pour les aider à faire campagne. Le résultat a été jusqu’à présent désastreux, comme on le sait. Mais c’est une autre histoire. Selon Mr. Préval, tel fut aussi le cas lors de sa première candidature à la présidence en 1996. En plaçant celle-ci sous le signe de « la table », dont la base principale était constituée par le mouvement Lavalas, cela ne faisait pas de lui un Lavalas pour autant. Bien entendu, cette déclaration peut étonner, venant de celui qui avait été surnommé nationalement et internationalement le « marasa » (ou jumeau) de Jean-Bertrand Aristide. Mais en Haïti, il n’est pas rare que le candidat vienne souvent, en effet, avant le parti. Avant tout programme. Avant la conception même de programme. C’est le pays des leaders prédestinés. Des sauveurs de la patrie. N’est-ce pas !Des propos probablement réfléchis …La question, c’est pourquoi René Préval choisit-il le moment présent pour tenir ce genre de déclarations ? Est-ce à cause de l’insistance des reporters le conduisant trop loin des préoccupations qui l’avaient amené dans l’Artibonite, le département qui avait été le plus malmené par les ouragans en 2008 ? La nouvelle saison cyclonique commence le mois prochain. Mais Mr. Préval n’est pas le genre à se laisser mener en bateau et a toujours été avare en déclarations. Ce sont donc là des propos probablement réfléchis. Mais à quelles fins ? Ça il est le seul à le savoir. Pour l’instant on en est à toutes sortes de conjectures. Pauvre performance de la plateforme L’Espoir aux sénatoriales partielles du 19 Avril 2009 ? Alors que le 7 février 2006, L’Espoir a pu se féliciter de la participation massive qui a porté René Préval au pouvoirPOLITIQUEQue veulent dire les déclarations de Préval ?(... suite de la 1ère page) pour un second mandat, par contre le 19 avril dernier la fréquentation des urnes a été réduite au strict minimum. Le taux de participation reste encore un mystère. Entre-temps, il y a eu l’éviction totale du parti de l’exprésident Aristide, Fanmi Lavalas, du processus par l’actuel Conseil électoral provisoire (CEP) dont le président Préval n’a paru à aucun moment regretter la décision. Mais alors que les partis dits de l’ancienne opposition (Fusion, OPL, Alyans et consorts) accusent aujourd’hui le CEP de vouloir faire place nette pour les candidats proches du palais national, tombe la petite phrase de Mr. Préval : « je ne suis pas membre de L’Espoir, je n’ai jamais eu de parti politique. »C’est là un beau sujet de guerre …Le président largue L’Espoir ? Est-ce au profit de l’UCADE, un autre parti se réclamant de la Présidence, et constitué de jeunes loups proches du palais national ? Dans un tel cas, ce serait abandonner la proie pour l’ombre. L’UCADE est une petite formation dont personne ne peut encore traduire le sigle (UCADE ou Union des Citoyens Haïtiens pour le Développement, la Démocratie et l’Education). Même si cela sonne comme tout un programme, c’est un nouveau « chapeau légal » qui n’a pas encore fait ses preuves. Alors que L’Espoir a déjà pignon sur rue. Or justement à qui appartient L’Espoir si ce n’est au président Préval ? Comme dit le fabuliste, c’est (déjà) là un beau sujet de guerre. Qui sait ? En tout cas, un chef de l’Etat qui décide de reprendre ses billes à un moment aussi crucial (« je ne suis membre d’aucun parti politique »), cela annonce toujours quelque grande décision. Préval se met en disponibilité la plus totale. Comme le petit Larousse ; je sème à tout vent !L’abstention massive du 19 avril …Cela alors qu’on entre dans la plus longue période électorale de l’Histoire d’Haïti. Un second tour totalement énigmatique fixé au 21 juin prochain … Puis en fin d’année, des législatives et municipales touchant plusieurs centaines de sièges. Et le pompon, les élections présidentielles en novembre-décembre de l’année prochaine. Mais jusqu’à date, le jeu reste totalement ouvert (présidentielles y compris !). Personne n’ose le moindre pronostic aussi longtemps que l’électorat décide de rester « portes fermées » comme le 19 avril dernier. Le pays boude, c’est le moins qu’on puisse dire. Et les raisons sont multiples. Et pas difficiles à deviner. à perdre dans les dernières déclarations présidentielles, pris entre les accusations des partis adverses et cette espèce de reniement du chef de l’Etat ! Mais Mr. Préval joue peut-être plus gros aujourd’hui. Sa décision de se mettre en réserve de la république électoraliste, en posant ainsi en arbitre suprême, il se peut qu’il annonce un nouveau tournant de l’actualité politique. L’abstention massive du 19 avril force peut-être à reposer le problème sous d’autres angles, selon d’autres perspectives. Même si les officiels (y compris internationaux) essaient de banaliser cette gifle retentissante de la part de l’électorat, mais il y a la menace du second tour. Nous disons « menace » parce que ce sont tous les partis politiques généralement parlant qui menacent désormais de boycotter le processus, tellement la situation n’a cessé de se détériorer au lendemain du premier tour. Y compris L’Espoir lui-même. Par exemple dans le département du Centre où des candidats de L’Espoir et de l’UCADE se trouvent face à face. Donc simple tactique de la part du chef de l’Etat ? En se mettant au-dessus de tous les partis indistinctement, il espérerait calmer les soupçons concernant ses liens avec les candidats et partis donnés comme proches du pouvoir. Reprendre de la hauteur.Politique de l’autruche …Mais il y a un hic. Ce ne sont pas les candidats ni les partis, du moins tel qu’ils existent aujourd’hui en Haïti, qui remplissent les urnes. Ce sont les électeurs. Or les propos du président Préval sont probablement passés par-dessus leur tête s’ils ne risquent pas de produire l’effet contraire. Quand un chef de l’Etat déclare n’être d’aucun parti politique alors que le peuple est appelé à se rendre au vote … Et si le peuple décidait de le prendre au mot. Et de n’être lui aussi d’aucun parti. Des élections avec rien que des votes blancs ! Quand Obama, Sarkozy, Lula, Chavez, Angela Merkel doivent stimuler l’électorat, ce n’est pas en se désengageant, mais en s’engageant davantage. De plus, curieusement, Monsieur Préval est le seul chef d’Etat aujourd’hui sur la terre bénie qui peut prétendre n’être pas (et n’avoir jamais été) membre d’une formation politique ! Le problème est que traditionnellement le jeu politique en Haïti se circonscrit au niveau des partis et même des particules et qu’on en oublie l’électeur. Or c’est ce que l’abstention massive du 19 avril est justement venu nous rappeler. Le président devrait rectifier le tir et mieux s’expliquer. Il est encore temps d’arrêter la politique de l’autruche. Haïti en Marche, 13 mai 2009 Vous me direz : c’est L’Espoir qui devrait avoir le plus Gabriel Bien-Aimé répond au président Préval qui a taxé son action au ministère de l’Education de “vagabondage politique”Port-au-Prince, le 13 mai 2009 – (AHP)L’ancien ministre haïtien de l’Education, Gabriel Bien-Aimé, a appelé mercredi le président René Préval à “prendre garde de ne pas faire perdre à la fonction de président toute sa dignité, en tombant dans l’accusation gratuite d’anciens hauts fonctionnaires qui ont fait des sacrifices énormes pour servir leur pays”. Lors d’une visite mardi aux Gonaïves (171 km au nord de Port-au-Prince) pour superviser des travaux à l’approche de la saison cyclonique, le chef de l’Etat a taxé de “vagabondage politique” l’action de son ancien ministre qu’il a accusé d’avoir embauché sans lettre de nomination ni disponibilité budgétaire entre 11.000 et 17.000 enseignants du secteur public. Il a affirmé à l’occasion soutenir la grève des enseignants et promis que l’Etat assumerait ses responsabilités. Dans une lettre ouverte au chef de l’Etat, Gabriel Bien-Aimé lui a demandé de faire

PAGE 5

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 5 DE L’ACTUALITEOn continue de lui accorder le bénéfice du doute. Mais en avril 2008, juste retour des choses. Aux émeutiers de la faim qui tentent de prendre d’assaut le palais national, il répond : moi aussi, tout mon corps est passé au klorox. C’était le mot d’ordre des manifestants. « Grangou Klorox ». Le ventre vide. Blanchi jusqu’aux os.Humour présidentiel ! Mais les temps ont changé …Se détacher du marasme politique actuel et prendre ses distances avec des partis qui se sont tous discrédités ? Y compris ceux qui lui sont les plus proches, L’Espoir, et le petit dernier : UCADE, sur lesquels tombe le gros des accusations d’irrégularités qui seraient survenues lors du premier tour des sénatoriales partielles le 19 avril dernier. Dans un tel cas, à moins que le nouveau langage présidentiel ne soit à consommation externe, Mr. Préval semble Alors qu’il aurait pu en profiter pour se mettre au diapason du sentiment (ou du ressentiment) national par une juste évaluation de la situation qui lui permettrait de dire : je vous ai compris, et par la même occasion prévenir les débordements du fait même de laisser comprendre que la situation est prise en main, il a choisi (chose incroyable) de traiter la question par-dessus la jambe. (... suite de la 1ère page)A tort ou à raison …Dès lors la plaisanterie présidentielle ne passe plus. En un mot, le peuple l’interprète, à tort ou à raison, comme de la provocation. On se rappelle la communication prononcée solennellement depuis les bureaux du chef de l’Etat au palais national et qui n’eut pour tout résultat que d’enhardir les manifestants qui cassèrent sur leur chemin toutes les vitres de magasins. Dès lors le nouveau pouvoir entrait dans son purgatoire. Aujourd’hui le voici aux portes de l’enfer. Le 12 mai dernier, René Préval déclare n’avoir jamais eu de parti politique et qu’il n’est pas plus lié à la plateforme politique l’Espoir qu’il l’était à Lavalas lorsqu’il a accédé au pouvoir en 1996. Un langage qui siérait mieux à un Général de Gaule ou à un George Washington, quand la légitimité naît d’un grand cataclysme et fait corps avec le destin même de la nation « Je m’en remets à la justice dominicaine » aurait-il conclu. Or aussi bien au niveau de la justice envers les ressortissants haïtiens que de la migration, jamais le sort de nos expatriés en république voisine n’avait autant empiré que ces dernières années. Le Président René Préval semble donc un peu perdu, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais quoi d’étonnant ? Nous voici seulement à 1 an et demi des prochaines présidentielles. Le temps du bilan est même déjà passé. Et cela explique tout. Et d’ailleurs Mr. Préval devrait s’y connaître. Qu’il se souvienne que dès les législatives de mai 2000, il ne contrôlait déjà plus rien. Des élections bien sous tout rapport pendant la journée électorale. Mais transformées dès la tombée de la nuit en « opération chauve-souris. » Et qu’il n’avait rien pu faire pour éviter l’escalade de la crise … jusqu’au brutal renversement de son successeur, JeanBertrand Aristide, le 29 février 2004. être passé à nouveau par-dessus la tête du pays qu’il a prêté le serment constitutionnel de défendre, protéger et servir. Ce n’est pas exactement ce qui va sauver la situation et attirer plus d’électeurs au second tour le 21 juin prochain : une véritable gageure. Ou le peuple qui n’est pas au parfum (le message en question étant trop en décalage par rapport à ses véritables préoccupations), ou le président qui est totalement à côté de ses godasses. Ce qui est le plus probable.« Opération chauve-souris » …Ne parlons pas de ses (trop) brefs commentaires concernant la décapitation du ressortissant haïtien par un Dominicain en pleine rue de Santo Domingo, la capitale de la république voisine.Toujours plus de confusion et moins d’engagement …Qui doit bénéficier aujourd’hui de cette même sorte de transition de fin de mandat avant l’heure, des fois que le président Préval accepterait de faire la même courtoisie à de nouveaux alliés ( ???). En tout cas, si cela se confirmait, le résultat ce serait toujours plus de confusion à l’intérieur. Et à l’extérieur moins d’engagement (et d’empressement) de la part de ceux qui sont (encore !) intéressés à ce pays. Y compris les bailleurs du 14 avril dernier. Haïti en Marche, 16 Mai 2009 mais dans lequel aucun chef d’Etat à notre époque n’oserait s’aventurer. Tous ont un parti politique comme leur base, tous se réclament d’un engagement politique direct. D’ailleurs la démocratie, ne cessent de nous répéter nos tuteurs internationaux, ne se définit pas sans le jeu des partis politiques. Des millions ont été engloutis dans le pays à cette fin. N’a-t-on pas accusé Aristide de « dictature » entre autres pour avoir toujours voulu se mettre au-dessus ? La preuve, une fois qu’il a été écarté, sa formation Fanmi Lavalas n’arrive plus à se relever toute seule.Des partis qui se sont tous discrédités …Par conséquent, que va chercher René Préval par ces mots ? Gabriel Bien-Aimé répond au président Préval qui a taxé son action au ministère de l’Education de “vagabondage politique”attention pour ne pas entrer dans le projet de son assassinat politique concocté, a-t-il dit, par des gens tapis dans l’ombre. “Des informations dignes de foi laissent croire que ces mêmes gens planifient mon assassinat physique si la première phase n’aboutit pas aux résultats escomptés”, écrit M. Bien-Aimé dont on affirme qu’il aurait des ambitions présidentielles. Concernant les accusations portées contre lui par le chef de l’Etat, Gabriel Bienaimé soutient qu’en arrivant au Ministère de l’Education, le 9 juin 2006, il a inventorié deux problèmes: 163 millions de gourdes d’arriérés de salaires et 765 écoles à maître unique. “J’ai trouvé des enseignants avec des arriérés datant de 1993. J’ai pu éponger 80 millions de gourdes. Le reste n’a pu l’être, du fait que ces enseignants n’avaient pas de pièces pour justifier leur présence dans les salles de classe”, a-t-il expliqué, soulignant que le problème d’arriérés n’est pas une invention. L’ancien ministre qui avait été à maintes reprises accusé d’avoir multiplié les révocations au profit de membres de son parti (OPL), a fait savoir en outre que les syndicats d’enseignants ont inventorié avec le ministère 765 écoles n’ayant qu’un enseignant servant à la fois de directeur et d’enseignant pour 6 classes. Il déclare avoir pris deux décisions qui s’imposaient: pourvoir ces écoles en maîtres et donner à ceux et celles qui sont en salle de classe une lettre d’autorisation, en attendant la régularisation de leur cas. Gabriel Bien-Aimé accusé par des membres du gouvernement Alexis dont il faisait partie, d’avoir toujours traité en matière d’éducation directement avec les bailleurs, sans impliquer ses supérieurs hiérarchiques, explique aussi l’augmentation du montant des arriérés par ce qu’il appelle des tergiversations qui l’auraient empêché d’utiliser 205 millions des 235 millions affectés au budget de son ministère pour l’exercice 2006/2007. Il affirme toutefois qu’après son départ, 17 millions de gourdes ont été engagés, une flotte de véhicules neufs distribués, des firmes cooptées pour une “enquête.” M. Bien-Aimé souvent accusé aussi par ses adversaires de manipulation dans les mouvements de grève, se demande pourquoi un tel gaspillage, car cette enquête aurait pu être menée, selon lui, par les ressources humaines déjà au service du ministère au niveau des départements et ces fonds pourraient commencer à satisfaire les enseignants en grève réclamant leurs dus restés impayés. L’ancien ministre affirme encore avoir reçu des témoignages autour de manœuvres visant à introduire plusieurs milliers de nouveaux enseignants avec des lettres d’autorisation antidatées. C’est ce qui expliquerait, selon lui, qu’au début on parlait de 4.000 enseignants (irréguliers) et qu’aujourd’hui le président Préval avance le chiffre de 17.000. Dans différents milieux politiques, on affirme ne pas comprendre ces hostilités entre René Préval et Gabriel Bien-Aimé, un haut cadre du parti OPL, alors que le président collabore étroitement avec d’autres personnalités de cette formation politique . (... suite de la page 4) Le Président René Préval lors de ses déclarations le 12 mai dernier dans l’Artibonite (HPN)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17POLITIQUE ECONOMIE REYINYON PIBLIKAsanble Gouvènan "ganizasyon Planifikasyon Konte (MPO) pou Zòn Iben Miami an pral fè yon reyinyon piblik jou jedi, 25 jen 2009 , a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte an nan Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid. 1. Amannman Pwogram Travo Plan Inifye (sig Angle UPWP) Ane Fiskal 2009 ak 2010 Amannman ke yap pwopoze nan UPWP Ane Fiskal 2009 ak 2010 la se pou mande nouvo etid fèt nan travo ki rele Task 3.06 Call for IdeasŽ ak Task 4.13 Municipal Grant ProgramŽ. 2. Amannman Plan Transpòtasyon Alontèm 2030 Amannman sa a se pou enkli pwojè US-1 Express la kòm yon Priority III nan Plan Posibilite Frè LRTP 2030 a. Yo pral enkòpore andedan pwojè US-1 Express la ranje liy peyaj yo an itilizan kapasite ki an eksè a nan wout bis South Dade Busway an de Florida City rive a estasyon tren Dadeland South Metrorail Station la. Tout moun ki enterese envite vin patisipe. Pou jwenn kopi LRTP a, TIP a, UPWP a, ak/oswa plis enfòmasyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO an nan, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 920, Miami, Florida 33128, telefòn: (305) 375-4507; imèl: mpo@miamidade.gov ; sit wèb: www.miamidade.gov/mpo . Se règleman Konte Miami Dade pou li konfòme li a tout egzijans etabli pa Lwa pou Ameriken ak Enfimite yo (ADA). Lokal la aksesib. Pou jwenn sèvis entèprèt nan langaj siy pou soud, aparèy ede tande yo oswa materyèl nan yon fòma ki pi aksesib, tanpri rele omwens senk jou ouvrab davans. des élections, mais c’est pour voir la participation tomber pratiquement à zéro.It’s the economy, stupid !décapité en pleine rue à Santo Domingo … Les sénatoriales impossibles malgré le décaissement de 16 millions. (... suite de la 1ère page) Mais la misère qui ne se négocie plus. La question doit être tranchée une fois pour toutes. Le système a failli, il faut en changer. La politique de la misère a enfanté la misère politique. Commençons donc par séparer la misère de la politique et la politique sortira aussi de sa misère.La micro-entreprise …L’Haïtien ne mérite pas un tel sort. C’est un rude travailleur. C’est connu. Donnons lui seulement les moyens. Travailleur infatigable mais pas très organisateur. Comme on le voit à Miami où l’échec du quartier de Little-Haiti ne signifie pas que la majorité n’a pu tirer son épingle du jeu. Comme partout, alors que les grandes boîtes s’effondrent (Chrysler vient de déclarer banqueroute), ce sont les petites entreprises qui tiennent le coup. Les PME et même les PE. Bref, la microentreprise, fût-ce un point de vente de plantes et de fleurs dans un coin de rue à Pétion-Ville. La primauté de l’économie. Mais une économie de proximité. Voilà à quoi l’Haïtien est bon. Donnez-lui sa chance. Mélodie, 17 Mai 2009 peut plus être « patchée » (en français colmatée). C’est tout ou rien. A prendre ou à laisser. L’administration Obama est invitée à accorder le TPS parce que les sans papiers haïtiens sont un support irremplaçable par les fonds qu’ils envoient à leurs proches au pays. Déjà les transferts ont diminué de moitié, selon les chiffres de la banque centrale en Haïti. Celle-ci indique aussi que c’est eux qui couvrent la presque totalité des importations de produits alimentaires. Que des cadavres de victimes de famine commencent à être ramassés dans les rues de la capitale, quoi d’étonnant. Mais comment éviter un rush vers la Floride quand ce sont les Haïtiens vivant aux Etats-Unis eux-mêmes qui payent les passeurs.La misère qui ne se négocie plus …La solution c’est de prendre le taureau par les cornes, la solution c’est que les Haïtiens puissent vivre dans leur pays même. Tous ces malheureux événements ont le même commun dénominateur. victimes de famine découvertes à l’aube dans les rues de Portau-Prince, qui a pour seule origine : la misère. Les clandestins qui se noient au pied de l’une des plus belles stations balnéaires du monde, tout comme l’Haïtien Bref, c’est toute l’actualité … et pas seulement lesHaïti : Les Moulins d’Haïti remettent 120 millions de gourdes à l’EtatLe directeur du conseil d’administration de « Les Moulins d’Haïti » a remis vendredi un chèque symbolique de 120 millions de gourdes au Premier ministre haïtien comme dividendes sur les 30% d’investissements de l’Etat dans cette institution mixte. Selon le président du conseil d’administration de « Les Moulins d’Haïti », le banquier Carl Braun, cette remise de dividendes témoigne de la bonne marche du partenariat entre le public et le privé, notamment dans le cas des Moulins d’Haiti. « Cette institution apporte cinq millions de gourdes au budget en termes de taxe, sans recevoir de subvention », a-t-il fait savoir. Il en a profité pour faire l’éloge de son institution en indiquant que la production de « Les Moulins d’Haïti » est évaluée à 1 500 tonnes métriques de farine par jour, ce qui fait de cette industrie le plus grand producteur de farine de la Caraïbe. rude concurrence des fois déloyale à laquelle il doit faire face. « En janvier, la farine haïtienne était dans la zone Caraïbe et en Amérique Centrale, le produit le moins cher, hormis au Mexique où la farine est subventionnée par l’Etat », a expliqué Carl Braun. Pour sa part, le chef du gouvernement a félicité les responsables de l’industrie qui, selon elle, ont montré que le public et le privé peuvent cohabiter. Mme Pierre-Louis a également souligné que ce partenariat entre l’Etat haïtien et le consortium « Haïti Agro Processus Holding Ltd » est un modèle qui peut aider à entrevoir d’autres du même genre. « Ce partenariat prouve qu’on doit cesser d’être frileux quant à la modernisation d’une entreprise publique qui ne fournit pas de résultats », a déclaré Michèle Duvivier PierreLouis. Ce partenariat entre l’Etat haïtien et le consortium Haïti Agro Processus Holding Ltd date de 1997. Depuis, les gérants de la firme ont accordé des dividendes annuels au trésor public qui contribue à hauteur de 30 % dans le budget des Moulins d’Haïti. PC/HPN Il a également mis l’emphase sur une gestion saine du conseil d’administration malgré la Alors qu’elle fait ainsi eau de toute part, Haïti ne Comme sentence, Diaz et Perez risquent chacun un maximum de 5 ans d’emprisonnement et une amende de US$250.000. L’investigation se poursuit. Le Département américain de la Justice a exprimé sa gratitude au gouvernement actuel d’Haïti pour avoir fourni son assistance dans le rassemblement des preuves durant cette investigation. Particulièrement l’Unité centrale de renseignements financiers (UCREF), le Bureau des affaires financières et économiques (BAFE), la Police nationale d’Haïti, le Ministère de la Justice et de la Sécurité publique.Deux hommes d’affaires Floridiens plaident coupables de conspiration(... suite de la page 3) Des manifestants en Haïti mettent le feu au drapeau dominicain (alertehaiti.ht)Bill Clinton va être nommé émissaire spécial de l’ONU en HaïtiL’ancien président des Etats-Unis Bill Clinton va être nommé émissaire spécial des Nations unies pour Haïti, selon son porteparole Matt McKenna. Ce dernier a précisé lundi à l’Associated Press que le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon devrait l’annoncer officiellement mardi. Bill Clinton est populaire chez nombre d’habitants d’Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère ouest, pour avoir brandi la menace d’une action militaire quand il était président en 1994 pour permettre la fin de la dictature et rétablir le président élu JeanBertrand Aristide au pouvoir. AP

PAGE 7

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 7LE SOCIALCITY OF NORTH MIAMI PROPOSED SUBSTANTIAL AMENDMENT TO THE CONSOLIDATED PLAN AND 2008 ACTION PLAN TO PROVIDE NOTICE OF FUNDING AVAILABILITY FOR ACTIVITIES UNDER THE COMMUNITY DEVELOPMENT BLOCK GRANT-RECOVERY PROGRAM (CDBG-R)The City of North Miami has been awarded an allocation of Community Development Block Grant–Recovery Funds from US Department of Housing and Urban Development (HUD) under the American Recovery and Reinvestment Act of 2009 (Recovery Act). To comply with the intent of the Recovery Act to stimulate economic recovery, the City will use CDBG-R funds to provide summer and after-school employment and training opportunities for local high school students from low and moderate income families. In addition, funds are allocated to housing rehabilitation projects to promote energy efficiency that will create temporary jobs. Funds are also provided for program administration to ensure that CDBG-R funds are expended in a timely manner and in compliance with the Recovery Act. The CDBG-R funded activities and allocation amounts are as follows CDBG-R ACTIVITIES ALLOCATION Youth Employment Program$ 49,800.00 Housing Rehabilitation Energy Efficiency Program$ 249,001.00 Program Administration$ 33,200.00 TOTAL ALLOCATION $332,001.00 The Plan is available for public review and comment beginning on Monday, May 18, 2009, and ending Monday, May 25, 2009, for a 8-day comment period at the City of North Miami Community Planning and Development Department, located at 12400 N. E. 8th Avenue, North Miami, Fl 33161. The Plan will be available on the City’s website, at the following address: http://www.northmiamifl.gov. Written comments must be received no later than May 25, 2009 and sent to the attention of Maxine Calloway, Director, Community Planning and Development, 776 N.E. 125 Street, North Miami, Fl 33161. The North Miami City Council will discuss this Substantial Amendment at a Public Hearing to be held on Tuesday, May 26,2009 at 7:00 PM, City Hall Council Chamber, 2nd Floor, 776 N.E. 125 Street, North Miami, Fl 33161. Residents are invited to attend the meeting ANY PERSON WISHING TO APPEAL THE RECOMMENDATION OF THE CITY COUNCIL WILL NEED A VERBATIM RECORD OF THE MEETING’S PROCEEDINGS, WHICH RECORD INCLUDES THE TESTIMONY AND EVIDENCE UPON WHICH THE APPEAL IS TO BE BASED (CHAPTER 286.0105 F.S.) IN ACCORDANCE WITH THE AMERICANS WITH DISABILITIES ACT OF 1990, PERSONS NEEDING SPECIAL ACCOMMODATION TO PARTICIPATE IN THIS PROCEEDING SHOULD CONTACT THE COMMUNITY PLANNING AND DEVELOPMENT DEPARTMENT NO LATER THAN FOUR (4) DAYS PRIOR TO THE PROCEEDING. TELEPHONE (305) 893-6511, EXT. 12171, FOR ASSISTANCE; IF HEARING IMPAIRED, TELEPHONE OUR TDD LINE AT (305) 893-7936 FOR ASSISTANCE. Les patrons de l’industrie de la sous-traitance font valoir qu’un salaire minimum à 200 gourdes ferait perdre à Haïti sa compétitivité sur le marché très volatile des investissements. Et que beaucoup d’autres pays attendent pour en profiter. En d’autres temps, on pourrait dire : réaction normale d’un patronat pour protéger son chiffre d’affaires. Cependant Haïti dispose à peine de quelque 25.000 emplois. La compétition est dure. Et une crise économique internationale bat son plein. C’est la même semaine qu’on entend que des ouvriers de l’industrie automobile en Belgique proposent une diminution de leurs salaires afin d’éviter des suppressions d’emplois. Le débat parlementaire a duré quelques mois. Le coup de semonce a retenti après le vote des députés. Sur proposition de leur collègue Steven Benoît (circonscription de Pétionville), ils votèrent unanimement de porter le salaire journalier à 200 gourdes.Un choc …Jusque-là, personne n’avait accordé beaucoup d’attention à la question. Encore moins le patronat. De son côté, le gouvernement avait proposé 150 gourdes. Les députés ont passé outre et voté 200 gourdes. Ce fut un choc et c’est alors seulement que le monde patronal se mit en branle. Le dossier se retrouva dès lors devant la commission des Affaires sociales et du travail du Sénat. Le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti, Réginald Boulos, prit son bâton de pèlerin. Devant cette commission, et assisté de ses collègues des secteurs du tourisme et de l’industrie d’assemblage, il fit la proposition suivante : une augmentation à 200 gourdes pour les secteurs du commerce et des services. Par contre, dans le secteur vital de l’assemblage, le plus susceptible de créer deSalaire minimum : le débat n’est pas fininombreux emplois mais aussi le plus vulnérable vu la forte compétition mondiale et la nécessité de ne pas désintéresser les investissements, Boulos proposa ici une augmentation immédiate à 150 gourdes qui serait portée au fur et à mesure à 200 gourdes pendant une durée de trois ans. La commission sénatoriale présidée par Mme Séméphise Gilles (Nord) trancha en faveur de la proposition de Boulos et envoya le dossier devant l’assemblée du Sénat pour le vote.Hope 2 …Les sénateurs décident de ne pas en tenir compte. Le Sénat adopte un salaire minimum à 200 gourdes pour tous les secteurs indistinctement. Seule exception : dans le reste du pays, il sera de 150 gourdes. Pendant que les syndicats ouvriers pressent le gouvernement de promulguer la loi, voici l’ADIH (les patrons de l’assemblage et les plus concernés) sortant enfin de son silence pour protester que les 200 gourdes vont immanquablement mettre en fuite les investissements. Alors même que se dessine l’entrée en application de la loi Hope 2 ouvrant hors taxes le marché américain aux articles haïtiens en textile, dont on espère la création de plus de 100.000 emplois dans les premières années. Voici le gouvernement haïtien bien embarrassé, lui qui d’un autre côté mise aussi à fond sur le projet Hope. D’autre part, il y a le plan conçu lors de la conférence des bailleurs, le 14 avril dernier à Washington, pour une création d’emplois combinée avec des projets de réhabilitation de l’environnement et des infrastructures.Une concertation entre toutes les parties …Mais le véritable objectif est de distribuer un certain pouvoir d’achat à la population et d’en faire bénéficier le plus de familles possible. Comment accommoder cela avec le nouveau salaire minimum adopté par les deux chambres ? Ce sont autant de questions sur lesquelles les décideurs doivent se pencher. L’ADIH n’a pas avancé de chiffres. En principe, elle avait agréé à la suggestion de Mr. Boulos mentionnée plus haut. Aujourd’hui les patrons de l’assemblage proposent une concertation entre toutes les parties intéressées pour sortir une proposition plus en harmonie avec les espérances actuelles du pays. De leur côté, les syndicats ouvriers vont naturellement continuer à se battre pour le salaire minimum à 200 gourdes, estimant que c’est un minimum vu la dégradation des conditions de vie générales. Et vu que les gouvernements haïtiens prennent rarement leurs responsabilités pour rappeler au patronat l’obligation de tenir ses engagements. Le gouvernement va devoir prendre la question davantage à coeur qu’il ne l’a fait jusqu’à présent. Les parlementaires vont devoir s’informer davantage sur les questions économiques et accepter de ne pas laisser la conjoncture électoraliste trop influencer leur vote sur une question aussi vitale.L’ouvrier est le seul qu’on n’a pas entendu …Le salaire minimum, à tout prendre, c’est un pouvoir d’achat. Du moins, sa composante essentielle. Le pouvoir de se payer le nécessaire : nourriture, services, transport, santé etc. Mais ce n’est pas tant l’argent, le numéraire en lui-même qui compte. On va devoir tous faire œuvre d’imagination, de courage et d’honnêteté. Mais le seul qu’on n’a pas entendu jusqu’à présent, c’est le principal intéressé, l’ouvrier, le chômeur. Il veut un meilleur salaire, mais il ne veut pas perdre son emploi. Au contraire il veut aussi un emploi pour sa compagne (et vice-versa), pour son fils ou son frère. Comme l’ouvrier belge ou américain. Car n’oublions pas que tout ce débat se déroule sur fond de la pire crise économique depuis 100 ans. Marcus, 14 Mai 2009 (SALAIRE MINIMUM... suite de la 1ère page) Signature du protocole de financement du plan de développement de Sanyago, section communalePort-au-Prince, le 12 mai 2009.Une centrale hydro-électrique, un parc agroindustriel, réhabilitation et extension de périmètres irrigués, construction et réhabilitation de routes agricoles, intensification agricole (maraichers et riz), aménagement de bassins versants, commercialisation, aquaculture, constituent les principales activités du plan de développement de Sanyago, section communale de Saint Raphaël. La signature du protocole de financement de ce plan de développement, a eu lieu à la Primature ce mardi 12 mai 2009, par le Secrétaire d’Etat à la Production Animale, Michel Chancy, le Directeur du CHF International en Haïti Alberto Wilde et le Directeur de l’Agro Action Allemande, Michael Kuehn. L’économiste en chef prés du Cabinet de la Première Ministre, Jean Palème Mathurin a également pris part à la cérémonie. La Primature a assuré la coordination entre les principaux bailleurs impliqués dans la réalisation de ce plan de développement de Sanyago dont le budget s’élève à environ 4.5 millions de dollars américains. Le projet de développement de Sanyago, section communale de Saint Raphaël, favorisera la création de 5 200 emplois permanents. Pendant toute la durée de vie du projet, 515 000 emplois journaliers seront créés. Dans le court terme, ce plan de développement augmentera le pouvoir d’achat des habitants de Sanyago ; dans le moyen terme, il participera à l’amélioration des conditions de production agricole dans la zone. Ce projet de développement Sanyago est le fruit d’un processus approfondi de consultations participatives à tous les niveaux des acteurs de Sanyago : structures décentralisées du MARNDR, autorités locales, organisations paysannes, associations d’irrigants, groupes de femmes et de jeunes. Le plan de développement de Sanyago est financé par l’USAID, l’Etat Haïtien à travers le MARNDR et l’Agro Action Allemande. Unité de Communication, de Relations Publiques et de Presse de la Primaturede Saint Raphaël Chaque matin, captez Mélodie Matinsur 103.3FM

PAGE 8

Page 8 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17DOSSIER DECAPITATIONAMNESTYCommuniqué d’Amnesty International Document repris par AlterPresse le 12 mai 2009 Les autorités dominicaines doivent protéger les immigrés haïtiens et les Dominicains d’origine haïtienne contre les agressions à caractère raciste ou xénophobe,et faire en sorte qu’aucun d’eux ne soit renvoyé du pays de manière injustifiée, a déclaré Amnesty International ce jeudi 7 mai. L’organisation appelle également les autorités à enquêter sans délai sur les meurtres survenus, au début du mois de mai, d’un Haïtien et d’un Dominicain. Le 1er mai, selon des témoins, un homme du nom de Pascual Lara a été décapité par un Haïtien dans le quartier de Buenos Aires, à Santo-Domingo. Le lendemain, des habitants du secteur se sont mis à la recherche de l’auteur présumé de l’assassinat, Carlos Nerilus, et lui ont tranché la tête devant la maison où l’on veillait le corps de la première victime. « Nous craignons que ces actes déclenchent une spirale de violence entre les communautés haïtienne et dominicaine du pays , a déclaré Chiara Liguori, chercheuse sur les pays des Caraïbes à Amnesty International. « Il est certes positif que les autorités aient condamné le lynchage, mais cette condamnation doit s’accompagner de mesures concrètes en vue d’atténuer le climat de racisme et de xénophobie en République dominicaine, en particulier contre les Haïtiens et les Dominicains d’origine haïtienne. » Amnesty International soutient l’appel des associations dominicaines en direction des autorités de leur pays et de celles d’Haïti afin que soient mis en place des programmes éducatifs sur la résolution pacifique des conflits – en particulier dans les régions du territoire comptant une forte présence d’immigrés haïtiens. L’organisation se prononce également en faveur du lancement en Haïti et en République dominicaine d’une campagne visant à renforcer l’amitié et les bonnes relations entre les deux pays. Les cas de lynchage de migrants haïtiens ou de Dominicains d’origine haïtienne perpétrés apparemment en représailles à des homicides de ressortissants dominicains attribués à des Haïtiens se produisent régulièrement, rappelle Amnesty International. Au moins deux personnes sont mortes et plusieurs autres ont été blessées en novembre 2008 dans les municipalités de Neiba et de Guayubín, lors d’attaques aveugles menées par des personnes en colère contre des citoyens haïtiens. De nombreuses maisons ont en outre été détruites dans ces incidents déclenchés en représailles au meurtre d’un Dominicain, perpétré semble-t-il par un Haïtien. 8 mai 2009Les autorités dominicaines doivent protéger les Haïtiens contre les violences xénophobes et enquêter sur les faits BATAY OUVRIYETransportée là, filmée, la scène applaudie rend la situation alors troublante, la relation coincée. Un travailleur haïtien a eu la tête tranchée à la hache sur une place publique de Santo Domingo, capitale de la République Dominicaine. Sorti de là où il avait été capturé, il fut transporté là, devant une multitude réjouie, la scène filmée… Il semblerait qu’il aurait également coupé la tête d’un patron dominicain qui refusait de lui payer son dû. Il semblerait que ce ne serait pas lui le premier meurtrier mais son frère. De toute façon, il s’agirait d’un conflit de travail, entre un ouvrier et un patron. Pourquoi alors les travailleurs dominicains se sont-t-ils rangés aux côtés du patron, fût-il Dominicain ? Dans le conflit opposant les ouvriers haïtiens au patron Grupo M de la zone franche de Ouanaminthe, ceux dominicains de Santiago qui eux aussi travaillent pour le Grupo M dans une autre de leurs multiples zones franches de cette région, avaient automatiquement et naturellement sympathisé avec les ouvriers haïtiens, allant même jusqu’à pousser leur solidarité agissante à faire grève chez eux en appui militant. Dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, il semblerait que la propagande anti-haïtienne des classes dominantes dominicaines ait mieux fonctionné, le nationalisme l’ait emporté. Durant la longue récente période des horribles méfaits contre les travailleurs ressortissants haïtiens, 2005 plus particulièrement, nous avions sorti une réflexion qui cherchait à analyser les relations entre nos deux peuples, leur évolution surtout, essayant de trouver, démontrer le pourquoi des différents moments de crimes, dans le cadre d’une domination / répression permanente (« Sur les affres… »). La complexité des rapports entre ces deux formations sociales qui se partagent l’île de Kiskeya donne lieu à de différents moments, très contradictoires, pouvant aller du massacre de 1937 au vote massif envers Peña Gomez, Noir descendant assumé de coupeur de cannes haïtien, quand les intérêts de classe sont d’abord clairement ressentis, organisés, exprimés. Lesquels intérêts de classe ont, de même cependant en camp contraire, poussé les grands bourgeois de l’Association des Industriels Haïtiens (ADIH) à prendre partie à l’occasion de la lutte sur la zone franche, pour leurs (véritables) frères du Grupo M, quand bien même ces derniers avaient entraîné leurs forces armées à matraquer violemment, sur le sol haïtien, les ouvriers en protestation, ou administré sans permis vaccins douteux et dévastateurs. Le gouvernement d’alors, par l’intermédiaire de son ministre de la justice, avait même été jusqu’à interdire l’application du verdict du tribunal de Fort-Liberté qui, saisi de l’affaire, avait donné raison aux travailleurs et sanctionnait le Grupo M, sous prétexte que cela pourrait « effrayer les investisseurs » ! Le cas d’aujourd’hui a penché pour une autre combinaison : les moments se différencient selon le jeu précis de l’enchevêtrement des contradictions et des besoins ou nécessités circonstancielles des multiples parties. L’article susmentionné tâchait aussi d’élucider certain mécanismes en fonctionnement. Il serait utile d’y retourner. Nous l’incluons à ce dossier. Mais, indépendamment de la compréhension même, c’est l’extrême qui secoue : aujourd’hui l’émotion est à son comble, l’indignation gronde. Spontanée et émotionnelle ou plus réfléchie et demandant de l’être, elle n’est pas moins généralisée. C’est que la barbarie de l’acte extériorisé n’a de pendant que dans le fonctionnement intérieur de la terrible schizophrénie, meurtrière, qui entretient la laideur et nourrit les convulsifs soubresauts de ce peuple frère : par le racisme dominant subjugué, banni pour étant noir mais moins que l’autre, il oscille entre deux pôles aussi ternes que méprisants, cependant également explosifs. L’ambassadeur dominicain essaie d’apaiser les esprits en avançant que les deux peuples n’éprouvent pas de haine l’un envers l’autre et que les relations sont en général cordiales. C’est le rôle d’un ambassadeur, et M. Silié s’y rattache peutêtre trop. Mais il a raison, d’une certaine façon. Même que, ensemble, ils ont été massacrés, brûlés vifs au Napalm par Balaguer et les conseillés militaires américains. Unis, travailleurs haïtiens et dominicains, dans la province de San Juan réclamaient la terre à celui qui la travaille. Cela se passait en 1962, à Palma Sola (Voir « Sur les affres… »). Mais M. Silié n’a raison que « …d’une certaine façon ». Car il omet l’autre versant qui, justement, appelle aussi à la haine entre travailleurs d’un même camp populaire mais traversé de contradictions attisées par les dominants, pour mieux régner. Ces conflits, construits par l’évolution même de l’histoire du capitalisme, les rapports Haïti – République Dominicaine n’y échappent pas et même, au contraire, en sont une expression extrêmement claire. Cette haine incite à l’horreur, à l’aberration suprême qu’un peuple puisse arriver à trancher, sur la place publique, la tête d’un de ses frères de classe qui luttait précisément contre l’ennemi commun réel. C’est le rôle d’un ambassadeur réactionnaire que d’essayer de masquer cet autre versant. Mais est-ce celui de Ruben Silié ? L’indignation est ici générale. Mais, à l’instar de la situation même du pays, elle est confuse. Et, souvent, mystificatrice. La plupart du temps, elle en appelle à l’État, au gouvernement, au président... Mais n’est-ce pas à partir de la complicité de ces dirigeants qu’ont toujours eu lieu les transactions les plus sordides des travailleurs, de ces mêmes travailleurs que l’on a toujours persécuté, torturé, violé ? Certains vont jusqu’à regretter la présence des FAdH, qui auraient su « protéger nos ‘compatriotes’ ». Ils font rire, cherchant à dédouaner ce corps armé, réactionnaire s’il en est, et qui lui-même organisait en tout temps, de la Croix des Bouquets particulièrement, la juteuse traite des braceros. Aurait-on recours à l’actuel ambassadeur haïtien à Santo Domingo ? Il faudrait ne pas se rappeler qu’il était lui-même ministre des affaires étrangères sous Duvalier, complice parfait des bénéfices sur les illégaux « anba fil ». De grands bourgeois haïtiens ne vont-ils pas eux-aussi là-bas exploiter cette main d’œuvre migrante, maintenue dans la plus volontaire illégalité jouant ainsi sur les salaires alors de misère et contribuant pleinement à leur tour à compléter le contexte général de domination orchestrée ? Le président Préval lui-même ne se rendait-il pas en terres voisines, au plus fort des tueries, vols et autres déportations massives de l’année 2007 commémorer allègrement le centenaire de la naissance de …Jacques Roumain !? Il faut le faire ! Les travailleurs migrants d’aucun pays n’ont rien à espérer ni des classes dominantes, ni de leur État, encore moins de leur armée. Quant aux politiciens qui se renvoient ici la balle de façon fort légère, auront-ils le courage d’aller jusqu’au bout ? Ou s’agirait-il, à nouveau, d’un cirque passager, qui s’éteindra de lui-même une fois l’ « image » de la dignité retrouvée (pas la dignité elle-même, l’ « image » ; pas un pays à rectifier et remettre sur d’autres rails, l’ « image » du pays), ou céderont-ils, comme souvent, pour quelques dollars à même le sol lâchés ? Seuls les travailleurs eux-mêmes, dépassant les conflits où, dominés, ils ne font que jouer le jeu des exploiteurs, pourront rectifier la situation, leur situation, dans leurs intérêts, contre tous ceux qui s’opposeront alors naturellement à une telle remontée. Seuls les intérêts des travailleurs correspondent aujourd’hui à ceux d’une Nation d’Ayiti. Les progressistes auront, quant à eux, et de manière croissante, à se définir dans la foulée, ou, par à coups, s’enfoncer également dans les oubliettes de l’histoire. Batay Ouvriye Port-au-Prince, lundi 11 mai 2009SUR LA PLACE PUBLIQUE www.Musiquedesiles.com1. Tabou Combo: Sans Limites 2. Gerard Dupervil: Dodof Legros 3. Coupe Cloue: En Bolero 4. Accolade: International 5. Maurice Sixto: Les Dictateurs 6. Freres Dejean: Tonton Relax 7. Gerard Dupervil: Succèsd’hier 8. Septentrional: Boleros 9. Strings: New Era 10. Haitiando: KonparengueTop Hit ParadeSemaine du 18 Maiwww.Musiquedesiles.comD’autres personnes seraient toujours portées disparues Encore une fois la communauté haïtienne de Miami a été plongée dans la tristesse et la désolation suite au naufrage d’un petit voilier en provenance de Bimini (Bahamas), avec à bord plus d’une vingtaine de nos compatriotes, parmi lesquels une femme enceinte et des enfants. La nouvelle du naufrage a fait la Une dans les médias américains (télévision, radio et journaux) qui continuaient à présenter jusqu’au vendredi écoulé des images horribles des cadavres repêchés par les garde-côtes américains. Le voilier a été retrouvé dans les premières heures du mercredi 13 mai sur une plage de Boyton Beach. Les survivants ont été vite emmenés dansLE COIN DE MIAMINaufrage d’un petit voilier en provenance des BahamasBilan : 10 morts et plusieurs blessésl’un des bureaux de la garde-côtière américaine à Riviera Beach. Ces derniers ont confirmé le décès de dix « boat people » haïtiens en provenance des Iles Bahamas. Selon une porte-parole, Marilyn Fayardo, plus d’un quinzaine d’autres ont été repêchés après être restés plus de dix heures dans l’eau. Plusieurs des survivants ont été conduits à l’hôpital pour recevoir des soins appropriés, tandis que les autres ont été retenus pour interrogatoire. Cependant on n’était pas encore en mesure de communiquer le nombre de personnes noyées. Le voilier venait des Bahamas et tentait d’arriver illégalement aux États-Unis. Les membres des gardes(COIN DE MIAMI / p. 10)

PAGE 9

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 9 PLAIDOYER / DIASPORA Haïti-R. Dominicaine: Comme des complices silencieuxLettre ouverte aux présidents René Préval et Leonel FernandezPar Raoul Peck LE MONSTRE (À la fin, nous nous souviendrons (non des mots de nos ennemis, (mais des silences de nos amis. (Martin Luther King Jr. Carlos Nerilus, un ressortissant haïtien, vivant en République a été décapité à la hache le 2 mai dernier en pleine rue dans le quartier populaire de Herrera par un individu du nom de Rusbert de Leon Lara, en présence d’une foule, comprenant enfants et adolescents, venue assister au crime prémédité. Cet acte qui se situe bien évidemment dans la continuité de tous les autres crimes restés sans sanctions légales et encore moins de sanction morale, démontre une fois de plus la détérioration des rapports humains en République Dominicaine, ainsi qu’entre les deux États. Non, Monsieur le Président René Préval, ce crime n’est pas un « règlement de compte entre particuliers », ni une simple « affaire civile ». Non, Monsieur Fernandez, ce crime n’est pas un « incident entre individus ». Vous ne pouvez ignorer tous les deux la portée symbolique de cet acte public, « chaleureusement applaudi ». Si l’un et l’autre vous refusez de reconnaître le monstre qui montre ses crocs, vous niez vous-mêmes aux deux pays que vous représentez au plus haut niveau, leur place et leur dignité. L’un comme l’autre n’avez le droit de vous taire. L’un comme l’autre vous ne pouvez passer aux affaires courantes, sans sanctionner cet événement d’un AUTRE acte symbolique fort. Des deux côtés de cette frontière douloureuse, les gens ne se sont pas trompés. Le silence des uns et la colère des autres en disent long. RIEN ne sera comme avant. Une étape mentale a été franchie. Cet acte n’est pas un aboutissement, c’est un ballon d’essai. Marquez cette date messieurs les Présidents. Ni l’un ni l’autre n’avez le droit de trouver de circonstance atténuante à ce geste dont nous sommes tous collectivement responsables. C’est cette responsabilité collective que vous ne voulez pas endosser. Cette responsabilité d’homme tout court. Les stratégies de consolidation de pouvoir, le clientélisme, la langue de bois électoraliste, l’insensibilité, voire le cynisme légaliste, sont inacceptables dans un tel contexte. Dans 5 ans, 10 ans 50 ans, comme Trujillo, Balaguer, Duvalier, Cedras, Namphy et les autres avant vous, l’histoire se rappellera que vous vous êtes tus. Comme les complices silencieux, les témoins aveugles, les opportunistes politiques qui jalonnent l’histoire de nos deux peuples, on se rappellera votre silence retentissant. On se rappellera surtout que ces gestes de barbarie sont restés SANS conséquences. Ayons le courage politique d’aller au-delà des positions diplomatiques de circonstance ! La justice dominicaine devra bien sûr faire son travail, c’est la condition sine qua non même de toute discussion future. La communauté haïtienne en République Dominicaine n’est pas seule ! Non seulement elle n’est pas seule, mais elle est nombreuse. Un jour, elle aussi demandera des comptes. Les petits Rusbert de Leon Lara n’y changeront rien. Je suis fier de mes compatriotes qui résistent à la bête immonde, travaillent, étudient, construisent en République Dominicaine, pour s’offrir une vie que leur propre pays ne pouvait leur offrir. Même si de manière perverse, ils sont parfois obligés de nier leur héritage encombrant. Je suis avec vous tous de tout cœur. Nous avons une grande nation, une nation malade, mais une nation qui a payé très cher le prix de sa liberté, de sa culture, de son autonomie politique. Et cette nation c’est la nôtre, on n’en a pas de rechange. De même nous sommes des voisins condamnés à vivre ENSEMBLE et non l’un contre l’autre. En République Dominicaine, pour un Haïtien, crimes à répétition, arrestations et rapatriements forcés sont monnaie courante. De janvier à avril 2009, au moins 17 cas de ressortissants haïtiens assassinés ont été répertoriés. Les pires dérives sont possibles. La barbarie, une fois tolérée, ne connaît pas de limite. C’est aussi parce que la République Dominicaine n’a jamais été mise au banc des nations pour les massacres de Trujillo, qu’aujourd’hui, certains exaltés se sentent légitimés pour commettre les pires excès. Ceci est définitivement le signe de plus grandes dérives à venir. Monsieur Fernandez, Monsieur Préval, agissez. Montrez de la grandeur. Trouvez, au moins sur ce point, votre place – votre bonne place dans l’histoire de cette île ! Donnez l’exemple, soyez des hommes debout. Ne soyez pas avec les monstres. Raoul Peck Ancien Ministre de la Culture de la République d’Haïti Port-au-Prince, 15 Mai 2009 Nan peyi Dominikani yon jèn Ayisyen k al chache lavi k al fè 2 kout tiwèl pou 2 peso mouri kou yon poul 20 lane Kalo Merilus te gen 20 lane Se pa dan k ap griyen se tèt k ap koupe ak rach se pa tèt kochon se tèt Ayisyen ti moun ap fè foto granmoun ap aplodi tout sa, gwo lajounen nan yon kapital lougawou nan Santo Domingo Tout sa deske lakay tounen yon lanfè pou malere lakay tounen yon savann san dirijan sou bitasyon an pa gen lekòl pa gen travay grangou a rèd Nan banbòch dezespwa nou janbe anba fil pou n al bouske lavi Kay vwazen nou se mò an vakans men ki lanmò pou n chwazi? lanmò grangou klowòks dezespwa lakay oswa lanmò tèt koupe , tèt rache an Dominikani? Toudejan nou pran ret zonbi lakay etan gwo zotobre ap gagote richès peyi nou egal asid batri dezespwa garanti janbe fwontyè Dominikani pou al bouske lavi se al pote fal nou bay yon kolonn lougawou ki mande bwè san Ayisyen gwo lajounen Se pa dan k ap griyenAnverite nou bezwen yon peyi nouvo kote nan chak seksyon sou chak bitasyon gen lekòl, gen travay gen manje, jistis ak sekirite peyizan bezwen tè pou l travay Anverite Ayiti an danje Li twò ta pou n pran kaka poul pou bè Sitiyasyon an twò grav pou n pran nan bèl pawòl Gade m nan je ma gade w nan je, wayan ! nou pa bezwen yon leta delala tèt anba nou pa bezwen yon lelit tilolit ki se kòkòt ak figawo ak rasis Dominiken k ap rache masakre frè n ak sè n nan batey k ap souse san yo nan zòn franch Nou bouke ak politisyen popetwèl malpouwont k ap gagote kès pansyonè ONA k ap gagote bidjè peyi a an ijans nou pa deside kontinye vire won sou chimen dezespwa Men eske pa gen lòt chimen nou ka pran? Eske lè a pa rive pou n mache kontre pou n rebati Ayiti ? Nou bezwen yon Leta k ap bay sèvis Yon Leta ki ka defann tout sitwayen Ayisyen Nou pa bezwen anbasadè ki konn ap fè koutay nan anbochay Nou bouke pran imilyasyon kay vwazen Nou bezwen yon peyi kote tout Ayisyen, tout Ayisyèn ka viv nan Diyite Atansyon pa kapon Dezyèm Masak la deja kòmanse sou Pèp Ayisyen an Grangou klowòks dezespwa andedan tèt rache an Dominikani se yon sistèm mafya lougawou nasyonal entènasyonal ki ap opere yon pè zo byen monte Aba tout kriminèl ki ap bwè san Pèp Ayisyen lakay Aba tout politik rasis ki ap ankouraje kriminèl dominiken fè san frè nou ak sè nou koule Sitwayen Ayisyen, fanm kou gason An nou pran Responsabilite nou Nanpwen fè bak ankò Se pa dan k ap griyen Se tèt k ap rache Eske nou tande ? Se tèt Ayisyen parèy nou k ap koupe ak rach gwo midi nan Santo Domingo LaPatri andanje, nou dwe pote Lamenfòt men nan mitan n nou pa bezwen ni trèt, ni patripòch An nou repran Chimen Batay An nou marande fòs nou pou n fè Ayiti repran Dwa Granmoun li Viv yon Ayiti kote gen travay nan Diyite, manje ak Libète pou tout pitit peyi a Lè a rive pou Ayisyen sispann nan nesesite al pran imilyasyon kay Dominiken sa fè 205 lane mezanmi , 205 lane Twòp se twòp atò Sonje se pa dan k ap griyen Se tèt k ap koupe Aba esklavaj lakay Aba esklavaj an Dominikani Libète ou lanmò 8 me 2009, Stephen William PHELPS Tèks sa a te li devan palè nasyonal bò 2 zè nan apremidi , nan finisman mach pwotestasyon GARR ak POHDH te òganize pou pwoteste kont egzekisyon « barbare » konpatriyòt nou, frè nou Carlo Merilus (20 lane) yon seri Dominiken te fè jou ki te 2 me 2009 la nan Santo Domingo

PAGE 10

Page 10 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17POPULATION & DIASPORA Haïti-Alimentation-Publication: L’honnêteté de la revue National GeographicAlors que la plupart des publications, que ce soit sur le net ou les médias traditionnels, parlent de famine et de galettes de boue que consommeraient les Haïtiens, la revue National Geographic s’est démarquée en faisant preuve d’honnêteté. Dans un article intitulé «Damnés de la terre», rédigé par Joel K. Bourne Jr et paru dans l’édition de septembre 2008 du magazine (Egypte, Les mystères du musée du Caire), National Geographic rétablit la vérité au sujet des fameuses «galettes de boue» d’Haïti qui semblent davantage faire les délices de la presse à sensation internationale. Présentant sur deux pages la photo d’une femme fabriquant les produits décriés, National Geographic précise, nous citons : «La nourriture étant trop coûteuses, certains Haïtiens sont obligés de se nourrir de gâteaux faits de glaise, de sel et d’un complément diététique traditionnel pour femmes enceintes. Yolen Jeunky vend les siens à Port-au-Prince». Une vérité assumée par le magazine écologique mais que tous les Haïtiens savaient depuis longtemps. Consommer ce type d’argile est une habitude bien haïtienne, elle ne s’est pas développée avec les «émeutes de la faim» de l’année dernière. Des compatriotes de la diaspora, en mal du pays, importent de ces gâteaux faits de glaise même aux Etats-Unis ou au Canada pour leurs besoins personnels. Toutefois, il faut reconnaître que depuis les deniers événements, la consommation a augmenté en Haïti. Après un sévère matraquage à la fin de 2008 au début de 2009, les médias internationaux reviennent de temps à autre à la charge. Le dernier article en date intitulé «Les galettes de boue d’Haïti» parle de «paysans affamés (…) réduits à manger des galettes de boue.» JJ/HPN France-Immigration: huit associations appellent l’Assemblée à rejeter des accords de “gestion concertée”PARIS (AFP) — Huit associations ont appelé mercredi les députés à rejeter quatre accords de “gestion concertée des flux migratoires” avec la Tunisie, le Congo-Brazzaville, le Bénin et le Sénégal, estimant que ces textes étaient “déséquilibrés” et comportaient des “risques” pour les migrants. L’Assemblée nationale doit examiner jeudi ces quatre projets de lois autorisant l’approbation des accords relatifs “à la gestion concertée des flux migratoires et au codéveloppement”. Act-Up Paris, l’Association des travailleurs maghrébins de France, la Cimade, le collectif Haïti, le Gisti, le Mrap, la Plateforme d’associations franco-haïtiennes et l’Union des associations latino-américaines en France “appellent les députés à refuser” ces accords, dans un communiqué, estimant que la gestion “concertée” des flux migratoires se fait “au détriment des droits des migrants”. “Outre que ces accords sont déséquilibrés, conclus essentiellement à l’avantage de la France pour servir ses objectifs de renforcement des contrôles migratoires, ils portent en eux des risques importants de violation des droits des migrants”, assurent-elles, mettant notamment l’accent sur le volet consacré à la réadmission des personnes en situation irrégulière qui “soulève les plus grandes inquiétudes”. Ces associations expliquent que ce volet permet “le renvoi de personnes vers des pays qu’elles ne connaissent pas, sans garantie suffisante de respect des droits fondamentaux”, mettant en avant l’exemple des accords conclus entre l’Italie et la Libye par exemple. Elles jugent par ailleurs “inacceptable de subordonner l’aide au développement à la +maîtrise des flux migratoires+”. Le premier accord de ce type, entre la France et le Gabon, est entré en vigueur en septembre 2008. D’autres accords ont été signés avec le Cap Vert, l’Ile Maurice, le Burkina Faso ou sont en cours de négociation (Mali, Cameroun, Haïti, Philippines et Egypte). “De quel droit huit associations dont on connaît la mesure dans leurs prises de positions peuvent-elles s’ingérer dans la politique des pays source d’immigration ?”, s’est indignée l’UMP par la voix de son porte-parole Frédéric Léfebvre. “Ce comportement aux accents colonisateurs de la part d’associations qui n’ont pas de dimension internationale est tout simplement inacceptable ! Ces pays sont assez grands pour juger de ce qui est bon pour eux et pour leurs ressortissants”, déclare M. Lefebvre dans un communiqué. Une délégation de députés américains établit un partenariat avec les parlementaires haïtiensUne délégation de députés américains, membres de la Commission d’Aide à la Démocratie de la Chambre (HDAC), a visité Haïti du 8 au 11 mai 2009. HDAC est un groupe permanent de leaders congressistes américains qui travaillent pour le renforcement des institutions démocratiques à travers le monde par le dialogue et l’échange avec les parlements d’autres nations sur les sujets relatifs à la transparence, l’indépendance législative et la responsabilité. Le groupe, qui était dirigé par le Représentant Mazie Hirono (Démocrate Hawaï), a rencontré le Président René Préval, le Premier ministre Michelle Pierre-Louis et un certain nombre de responsables parlementaires haïtiens y compris le Président de la chambre des députés, M. Levaillant Louis-Jeune et le Président du Sénat, M. Kelly Bastien. Ils se sont également réunis séparément avec les femmes parlementaires. Le 11 mai, la délégation a tenu une conférence avec les représentants parlementaires haïtiens en vue de partager des expériences sur la recherche législative et l’impact des informations objectives et de l’analyse sur la législation. Ils ont également discuté d’un projet futur qui sera financé par les États-Unis en vue d’établir un centre de recherches législatives en Haïti qui devrait soutenir le travail des parlementaires. « Nous avons eu une excellente série de conversations qui ont vraiment renforcé notre partenariat avec le parlement haïtien» , a déclaré le Représentant Hirono. «La bonne recherche et la bonne infrastructure sont importantes pour aider les parlementaires à accomplir leurs tâches envers leur électorat. Nous voulons que nos collègues haïtiens aient les outils dont ils ont besoin pour servir le peuple haïtien. » La délégation a également visité une usine de textile qui crée de nouveaux emplois grâce aux exportations exemptes de taxes aux États-Unis accordées sous la législation HOPE II, ainsi que trois différents centres de santé supportés par l’ONG de renommée internationale «Zanmi La Sante» et par le gouvernement américain. L’assistance du gouvernement américain à Haïti en développement économique, en santé, en éducation et en projets de reconstruction suite au passage des cyclones au delà des contributions substantielles reçues des citoyens américains et des organismes privés était légèrement au dessus de 400 millions de dollars en 2008. Les membres de la délégation incluaient également le Représentant David Dreier (Républicain – Californie), le Représentant Jim McDermott (Démocrate Washington), le Représentant Gwen Moore (Démocrate Wisconsin) et le délégué Kilili Sablan (Démocrate – Les Iles Mariannes du Nord). côtes américains ont poursuivi leurs recherches jusqu’à samedi après midi dans l’espoir de retrouver d’autres cadavres ou des survivants. De leur côté, des activistes de la communauté haïtienne de Miami se sont rendus sur les lieux pour recueillir des informations de première main. Ils en ont profité pour renouveler leur demande au président Barack Obama pour accorder le Statut Temporaire Protégé (TPS) aux immigrants illégaux haïtiens. EVENS HILAIRE, evenshilaire@hotmail.comLE COIN DE MIAMINaufrage d’un petit voilier(... suite de la page 8) Rapatriement au Cap-Haitien d’un groupe de 18 immigrants illégaux haïtiens par les garde-côtes américainsLe Bureau des Affaires Publiques de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique tient à informer la presse que les garde-côtes américains ont procédé au rapatriement d’un groupe de 18 immigrants illégaux haïtiens dans l’après-midi du vendredi 8 mai 2009 au wharf du Cap-Haïtien. Les garde-côtes américains ont intercepté le navire du groupe, qui transportait également quatre citoyens bahamiens, de renforcer l’accord bilatéral en ce qui a trait aux opérations maritimes de lutte contre la drogue. Cette collaboration donne lieu à des patrouilles conjointes et le partage d’informations entre les garde-côtes haïtiens et américains. La Garde-côte américaine, en coopération avec les autorités haïtiennes, met tout en œuvre pour préserver la vie et rapatrier les migrants illégaux, à leur pays d’origine. Le personnel de la garde-côte a assisté de nombreuses victimes qui ont été abandonnées en mer, dépouillées de toute leur économie, et battues ou sexuellement assaillies par les trafiquants de migrants ou par d’autres passagers. Le gouvernement américain recommande à quiconque aurait l’intention d’immigrer illégalement aux Etats-Unis de ne pas prendre ce risque, de demeurer en sécurité en restant dans son pays. le 5 mai. Le groupe d’immigrés clandestins est composé de 4 hommes et 10 femmes, un adolescent, deux fillettes et un bébé de sexe féminin. Ces Haïtiens ont été rapatriés à bord du vaisseau «Resolute» des garde-côtes américains le vendredi 8 mai 2009. Les gouvernements américain et haïtien continueront de travailler conjointement afin de garantir la sécurité de la vie en haute mer, et en vue www.melodiefmhaiti.comEcoutez Mélodie Matin sur l’internet

PAGE 11

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 11 10 départements d’études Licence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 PETITES ANNONCES Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnTéléphones :  566-5361 401-7108 / 514-0304 lemanoloinn@mac.comInternet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à  Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire Consultant VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 BEL FOUCHET Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408 SANTE LIVREA paraître prochainement :Poèmes des Îles et de la MerPar Lochart Noel Editions EducaVision MUSIQUEMizik Factory à Paris3 weekends de musique créole Dans le cadre de sa saison créole, le Parc de la Villette propose avec Mizik Factory trois grands weekends pour découvrir les rythmes, les styles et les couleurs des musiques caribéennes et de la Réunion. Avec : Valérie Louri, Soft, Malavo Réunion à l’OMS sur la fabrication d’un vaccin contre la grippe A(H1N1)A l’heure où plus de 6.600 cas de grippe A(H1N1) et 69 décès liés à la maladie sont confirmés dans 33 pays à travers le monde, des fabricants de vaccins et d’autres spécialistes se sont retrouvés jeudi au siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève pour s’entretenir des décisions à prendre pour lutter contre le virus. Les laboratoires pharmaceutiques sont prêts à s’atteler à la fabrication d’un vaccin contre la grippe A(H1N1), mais, dans la mesure où la mutation du virus est constante, les questions abondent: combien de vaccins doivent être produits? Comment seront-ils distribués? Qui devrait en obtenir? Les recommandations du groupe d’experts seront transmises à la directrice générale de l’OMS Margaret Chan, qui devrait émettre un avis à destination des fabricants de vaccins et de l’Assemblée mondiale de la santé la semaine prochaine. Mais certains ont le sentiment que la principale décision a déjà été prise. “C’est couru d’avance”, a estimé David Fedson, un spécialiste des vaccins, ancien professeur de médecine à l’Université de Virginie. “Si nous n’investissons pas dans un vaccin contre le H1N1, il est possible que nous observions une réapparition de ce virus dans une forme bénigne, modérée ou catastrophique et nous n’aurions alors absolument rien à disposition.” La plupart des entreprises fabriquant le virus antigrippal ne peuvent produire qu’un vaccin à la fois: un vaccin contre la grippe saisonnière ou un vaccin contre une pandémie. La production prend des mois et il est impossible d’opérer un revirement à mi-parcours si les responsables des services de santé commettent une erreur. Les laboratoires peuvent produire des vaccins contre une grippe saisonnière et une pandémie en quantités limitées -mais pas en même tempsmais ils ne peuvent pas produire des quantités massives des deux types de vaccins, dans la mesure où cela dépasse la capacité de fabrication. La grippe saisonnière tue jusqu’à 500.000 personnes chaque année dans le monde. A l’heure actuelle, les responsables des services sanitaires ne savent pas à quel point le virus de la “grippe mexicaine” peut être grave et s’ils auront besoin de vaccins contre la grippe saisonnière en plus grande quantité que de vaccins contre la grippe A(H1N1). Et si le virus de la “grippe mexicaine” opère une mutation, les scientifiques n’ont pas de certitudes sur le degré d’efficacité futur d’un vaccin mis au point aujourd’hui à partir de la souche actuelle. L’OMS estime que jusqu’à deux millions de doses de vaccin contre la grippe A(H1N1) pourraient être produites chaque année, même si les premiers lots ne seraient pas disponibles pendant quatre à six mois. Sanofi Pasteur, le plus important fabricant mondial de vaccins, a déclaré jeudi qu’il attendait le feu vert de l’OMS avant de se lancer dans la mise au point d’un vaccin contre la “grippe mexicaine”. L’OMS négocie également avec des fabricants de vaccin comme GlaxoSmithKline PLC pour mettre de côté certains de leurs vaccins contre la grippe A(H1N1) au profit des pays les plus pauvres. Nombre de pays riches comme la Grande-Bretagne, le Canada, le Danemark, la France, la Suisse et les Etats-Unis ont signé des accords avec des fabricants il y a des années pour avoir la garantir d’obtenir des vaccins contre une pandémie dès qu’ils seraient disponibles. Jeudi, au moins 33 pays ont confirmé plus de 6.600 cas de grippe A(H1N1) à travers le monde, dont 69 décès liés au virus, alors que l’OMS maintien son niveau d’alerte à 5, sur une échelle de 6. L’Amérique est le continent le plus touché, les EtatsUnis ayant confirmé 3.352 cas, dont trois décès. Le Mexique a fait état de 2.656 cas et 64 décès, tandis que le Canada a confirmé 389 cas et un décès, selon les chiffres de l’OMS. Le Costa Rica a lui fait état d’un décès et de huit cas. En Europe, l’Espagne et la Grande-Bretagne sont les pays où le plus grand nombre de cas ont été confirmés (100 et 78 respectivement). En France, 14 cas, tous “importés”, ont été confirmés jeudi par l’Institut de veille sanitaire, qui n’observé “aucune forme sévère”. AP This book is dedicated to young Haitians … here and abroad ... those of my children’s generation, who share their talents with the world and who cry for a better Haiti, whose hearts bleed for the people of Haiti, for their brothers and sisters lost in a world that spins on an axel of poverty and desperation. Know that you are the solution to a better “future” for Haiti, you are the “keepers of the flame,” the “custodians of tomorrow.” To those who in the darkness of the night, despite the difficulties of the moment, will be able to find the faith, the courage and the commitment necessary to build a better dawn. To those whose conscience begs them to do a better job than those of my generation and previous generations. Know that indeed it is possible to reach the destination you desire, as long as you understand that each step is a process, a succession of steps to be taken, a climb to the mountaintop, and that each generation can do what the previous has failed to do. A passing of the baton, a process of completion … from generation to generation. One cannot live in two different worlds; there is only one world. One cannot live in a society where extreme wealth goes hand in hand with extreme poverty, do nothing and believe that this situation will last forever. Kofi Annan (Ghana, Africa) General Secretary / (1997-2006) United Nations Organization (ONU) “Kofi Annan pour la jeunesse d’Haïti”

PAGE 12

Page 12 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17Fragilité!LIBRE PENSER Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsFor computer access visit any Miami-Dade County Library or South Florida Workforce Career Center. For locations call 311.EOE/M/F/D/Veterans PreferenceDelivering Excellence Every Day Time to Shine! « Nous sommes tous trop fragiles et l’on n’explique pas une fragilité. On la vit, on l’assume. » Jacques Brel Chers amis lecteurs, je n’ai jamais été un grand cinéphile. C’est peut-être du « crétinisme » de ma part, mais j’ai souvent peur de trouver dans les films des messages moralisants, des conseils, des modèles de vie offerts par des scénaristes ou par des directeurs aussi traumatisés que moi par les inclémences de la vie, par les indécences de la société, par les hypocrisies idéologiques. Vu mon âge, je crois que je ne le serai jamais non plus. Un peu mélomane. Oui, j’aime la musique. J’aime jouir de la musique, j’aime sentir comment l’un de mes sens les moins développés, l’ouïe, me transporte et me facilite l’accès à des sensations privilégiées. Pour vous donner un exemple et vous inciter à me suivre sur ce sentier non apte à tout le monde, la musique de Jacques Brel, a toujours eu sur moi un effet réellement merveilleux. Ce n’était pas simplement la « chansonnette française » à laquelle on était habitué en Haïti dans la fin des années 60. Ce n’était pas la « chanson-combat » ou la « chanson-pleurs-et-larmes », c’était quelque chose de beau, d’élégant, de différent. Dans la façon de dire les textes, de chanter, de moduler. C’était la voix et aussi le décor. La première fois que je vis une interprétation de Brel au cinéma, ce fut dans un film de Claude Lelouch : « L’aventure c’est l’aventure ». C’était le rire à chaque seconde. Tout était fou dans ce film. Rien n’était prévisible. Même l’idée de faire payer « un Franc » à chaque « Catholique » afin de libérer le « Pape », enlevé par cinq truands aussi nuls que les policiers qui les poursuivaient. Ce n’est pas politiquement correct d’en parler maintenant ! On peut t’accuser d’apologie de « courants malsains ». Bref, c’était le fou-rire, le pleurerrire. Je n’ai pu me résister après à ses chansons. « Ne me quitte pas ». « La valse aux mille temps », et tous ses autres succès. Cependant, j’ai toujours vu chez lui une certaine mélancolie menant même vers un pessimisme calculé. On n’explique pas une fragilité. On sait que l’on est fragile. On assume sa fragilité. On la vit. Mais malgré tout, on fait de son mieux pour que cela ne t’empêche de mener une vie décente. Voilà donc pourquoi, ayant retrouvé cette citation de Brel, par hasard, je n’ai pu me résister à écrire sur cette notion de fragilité qui me semble s’adapter à ce qui se passe chez nous, en Haïti actuellement. La fragilité, d’après le Petit Larousse, décrit l’état de ce qui se détériore facilement, de ce qui se casse. C’est ce qui est de faible constitution, peu stable, SUJET À DISPARAÎTRE. Dans un sens sociologique ou même médical, la fragilité indique l’impossibilité de coordonner des réponses adéquates face à des agressions externes. Elle crée de la dépendance, conduit à la vulnérabilité et mène vers la disparition. La fragilité, chez nous, est institutionnelle, environnementale, économique, sociale. La fragilité en Haïti fait peur. D’après les spécialistes « Les situations de fragilité représentent un important obstacle au développement durable, à la stabilité régionale et à la sécurité internationale. Leur origine est liée à plusieurs facteurs, comme la fragilité structurelle de l’économie, certaines carences de la gouvernance démocratique, la dégradation de l’environnement ou l’accès aux ressources naturelles. Dans ces situations, l’État ne veut ou ne peut pas assumer ses obligations en termes de fourniture des services de base, de gestion des ressources, d’État de droit, de sécurité et sûreté de la population ainsi que de protection et promotion des droits et libertés des citoyens.» J’ai passé un moment à réfléchir sur certains aspects de cette fragilité. Cauchemardesque. Pensez par exemple, chers amis, à la possibilité de la « dégringolade du Canapé-Vert » vers le « Bord-de-Mer ». Ou à l’engloutissement de certaines « vallées métropolitaines » mal protégées. À la mauvaise qualité de l’air à Port-au-Prince à cause de l’incinération sauvage des ordures ménagères dans quasiment tous les quartiers de Delmas ou d’ailleurs. Aux fosses d’aisance comme des lagunes en plein air, aux décharges sauvages, aux produits provenant de la République Dominicaine, du Brésil par exemple et vendus sans contrôle sanitaire, à date d’expiration dépassée de longue date, etc. Aux routes mal entretenues ou inexistantes sur lesquelles circulent des chauffeurs à la conduite indécente au volant d’indécentes voitures non contrôlées causant encore plus de morts que les pires épidémies. Pensez-y ! De quoi non seulement s’alarmer mais prendre la fuite, à la nage, en avion, en bateau, à pied, malgré les coupeurs de tête « ki pa nan grinyen dan, men si dan yo griyen ». Créer des mécanismes d’alerte précoce, mettre en place des instruments d’analyse de suivi et d’évaluation, est la meilleure stratégie de lutte contre la fragilité. Il faut donc être capable de créer des instruments de prévention de la fragilité, trouver et adopter des solutions, imaginatives, novatrices surtout quand les ressources financières font défaut et que le « vagabondage foncier de l’Haïtien quant à ses relations aux deniers publics », trait très marqué chez nous, est un facteur limitatif à éliminer. Nous l’avons dans le sang. Avant, c’était la Régie du Tabac et des Allumettes ou la gestion des Magasins de l’Etat, maintenant c’est l’Administration des Douanes, le Département des Contributions, la gestion de l’Aéroport, l’ONA, les Ministères « Vaches-à-lait » qui nous offrent les éléments de vagabondage. Trop d’options de « vagabondage » pour un trop petit pays, trop fragile, trop défavorisé, avec trop de « vagabonds ». Chères amies lectrices, chers amis lecteurs, la saison cyclonique 2009-2010, vient de nous offrir une liste avec les noms des 21 premiers cyclones possibles. À chacun de ces noms, au fil des jours et tout au long de la saison cyclonique, nous aurons à leur associer un degré de gravité, en fonction des dommages qu’il aura causé en mettant à nu notre fragilité. Ana, Bill, Claudette, Danny, Erika, Fred, Grace, Henri, Ida, Joaquin, Kate, Larry, Mindy, Nicholas, Odette, Peter, Rose, Sam, Teresa, Victor, Wanda, voilà les noms qui peuvent aggraver encore plus notre fragilité, durant cette nouvelle saison cyclonique. On verra ! Peut-être correspondrait-il à la société haïtienne dans son ensemble, de se dire, puisque l’on vient de passer les 205 dernières années de « dodo meya », faudrait-il que nous passions tous à une vitesse supérieure, à une vision différente et à une autre façon de concevoir nos réalités, de travailler, de planifier. Et puisque personne ni aucun pays n’a jamais pu se transformer sans un travail acharné, passons à l’ère du « jamais dodo », du « Bali Bwa la Jounen Kou lan Nwit ». Cette semaine durant laquelle nous allons fêter notre 18 Mai, autour d’un « Bicolore » qui symbolisa l’union d’intérêts divers et divergents pour la consécution d’un objectif supérieur commun, la LIBERTÉ, c’est peut-être l’occasion de lancer la lutte contre la fragilité de notre pays, de lutter pour trouver une solution à cette fragilité qui nous pousse vers la destruction. N’oublions surtout pas qu’en ces moments de fragilité sociale aussi intense, il faudra prêter attention aux moindres détails car « partout où l’homme fait preuve de fragilité, il trouve toujours un sauveur pour le tromper. » Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Mai 2009 18 mai : 1920 n’est pas 1803Les couleurs du drapeau sont mentionnées dans la constitution impériale de 1805: c’est le bicolore noir et rouge; les deux couleurs sont placées verticalement, le noir du côté de la hampe; et leur disposition est verticale (art.20). Cependant, elle ne convie pas à la célébration de la fête du drapeau et les autres constitutions ne font pas mention de l’emblème national. Quelle signification pouvons-nous donner à cette absence? Toutefois dans celle de 1843, appelée <>, réapparaît le drapeau. “Les couleurs nationales sont le bleu et le rouge placés horizontalement. Les Armes de la République sont le palmiste, surmonté du bonnet de la liberté et orné d’un trophée d’armes avec la légende: L’union fait la force”(art.192)”. Elle n’établit pas non plus la fête calendaire du drapeau. Claude B. Auguste et Marcel B. Auguste posent le problème ainsi: l’objectif du congrès de l’Arcahaie était-ce une rencontre entre le général en chef Jean-Jacques Dessalines et les officiers de l’Ouest en vue de régler des questions de commandement et d’arrêter des plans de campagne? Dans ce contexte, quelle place était accordée à la question du drapeau? D’ailleurs le choix du drapeau indigène n’avait-il pas été déjà fait par le Général en Chef Jean-Jacques Dessalines, à la Petite-Rivière de Artibonite, en février 1803? Le premier fait concerne les vraies couleurs du drapeau indigène, qui fut adopté à l’Arcahaie, le 18 mai 1803. Le document de référence porte sur la capture d’une barge par des forces navales françaises dans laquelle se trouvait un pavillon de couleur rouge et noir, tandis que l’autre document est la lettre de Henri Christophe, Général de Brigade, au Général en chef de l’armée indigène l’informant de la réception du nouveau drapeau que “vous venez, de concert avec Pétion, d’adopter au quartier général de l’Arcahaie... Le drapeau bleu et rouge ne manque pas de sens.” Mais un autre fait tout aussi fondamental serait le revirement de l’Empereur Jacques 1er et du Roi Henri Christophe qui adoptèrent le drapeau noir et rouge au titre de chef d’État. Comment alors sortir de cet imbroglio? Il s’avère le fait suivant: à partir de l’occupation américaine va être adoptée une série de mesures ayant pour finalité la commémoration calendaire du drapeau qui repose sur la mobilisation des élèves. La proclamation du 18 mai, jour de l’Université; le lendemain, le 19 mai, un arrêté du président Sudre Dartiguenave fixe de manière précise les couleurs et les Armes de la République; et le 31 août 1921, un arrêté présidentiel institue une composition d’Histoire d’Haïti aux épreuves écrites du certificat d’études primaires, du brevet élémentaire, du brevet supérieur et du certificat de fin d’études secondaires, et une épreuve pratique aux examens de fin d’études normales et des cours normaux: “considérant que l’éducation civique d’une nation dépend pour une large part de la connaissance raisonnée de son histoire, considérant que l’expérience de nos examens a démontré que par l’absence d’une sanction sérieuse, les élèves tendent à préparer d’une façon sommaire contexte et à l’issue de la désoccupation, la constitution de 1935 prescrit le 18 mai comme fête nationale. La solennité qui avait commencé dès les années 1920, Te Deum, parades scolaires, fêtes populaires vont se poursuivre. Et François Duvalier ne fit que conserver cette tradition commemorative. Il créa en octobre 1965, la loi du serment obligatoire au salut du drapeau dans les établissements scolaires où flotte le nouveau drapeau noir et rouge aux bandes verticals. Cependant les Armes de la République étaient privées du bonnet de la liberté. Les discussions sur l’authenticité du drapeau interpellent fondamentalement l’enseignement de l’histoire. Pour les historiens, le problème se présente ainsi: Cela se passa en février 1803 à la Petite-Rivière de l’Artibonite, selon Madiou qui prétend également que Dessalines arracha alors la bande blanche du tricolore français, créant ainsi le drapeau bleu et rouge. Reprise par Beaubrun Ardouin, cette version n’a pas été adoptée par Saint-Rémy qui soutient plutôt que le drapeau bleu et rouge fut créé par Dessalines à l’Arcahaie. La version adoptée par Saint-Rémy a été reprise par la plupart de nos historiens et particulièrement J.C. Dorsainvil qui écrit que d’un geste vif “en mai 1803 Dessalines supprima la couleur blanche du drapeau français.” “Le litige qui oppose, à ce propos, nos historiens porte non seulement sur la date et le lieu de la création du l’histoire et la géographies nationales.” Dans le cadre de ce nouveau (18 mai / p. 13)

PAGE 13

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 13ENVIRONNEMENT drapeau, mais sur les objectifs mêmes du congrès de l’Arcahaie auquel Saint-Rémy subordonne la création du drapeau tandis que Madiou et Ardouin n’y voient qu’une simple réunion d’État-major ou, plus précisément, une rencontre entre le général en chef et les officiers de l’Ouest en vue de régler des questions de commandement et d’arrêter des plans de campagne.”(1) Un point fondamental renvoie à la signification de l’événement qui se situe souvent dans des périodes de transition, de crise identitaire. Pour la constitution de 1843, un débat eut lieu sur les vraies couleurs du drapeau lors de sa redaction. Du temps de l’occupation américaine qui remettait en cause la conquête de l’indépendance, la mobilisation autour du drapeau et des valeurs culturelles et patriotiques représentait une protestation contre cette occupation. Et, c’est à partir des années 1920 que le symbole du drapeau va se manifester comme un événement historique au niveau national. Du régime de la famille Duvalier, qui légitime sa présidence à vie avec le bicolore noir et rouge, à la manifestation populaire qui symbolise la chute de ce régime par le retour du bicolore bleu et rouge. Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr)18 mai ...(... suite de la page 12) Parc La Visite (3)Dans mes deux derniers articles, où je parlais du Parc la Visite (voir Haïti en Marche Vol. XXIII, No 15 et 16), j’ai tenu à attirer l’attention du lecteur sur l’imminence de la catastrophe, pour reprendre le titre de l’article de Patrice-Manuel Lerebours ( La catastrophe n’est-elle pas imminente ? in : le Nouvelliste du 23-25 septembre 2005 ), mais il serait malhonnête de ma part de ne pas signaler les efforts d’un groupe de citoyens qui se sont donné pour mission de travailler à la sauvegarde de ce avec eux. J’espère avoir la chance de faire une émission avec un des membres dans les prochains jours et satisfaire ma curiosité. Cependant durant notre séjour nous avons eu l’occasion de rencontrer quelques membres qui étaient venus participer à une rencontre de concertation entre diverses institutions impliquées dans la sauvegarde de l’environnement dans la région du Massif de la Selle. établissements scolaires en vue de les sensibiliser à la problématique de l’environnement. Et, puisque nous parlons de séjour là-haut, je dois vous parler de l’auberge où nous avons résidé pendant ces trois jours. Je n’ai pas besoin de dire grand’chose, la photo est assez éloquente, et puis, je ne suis pas sensé faire de la publicité. Mais sachez que même à 1.700 mètres d’altitude (en Haïti) vous pourrez toujours « surfer sur le web » ; choisissez site qui est encore magnifique. Je veux parler de la Fondation Seguin. Puisque nous parlons d’une fondation nous parlons de personnes qui s’investissent dans une œuvre de manière désintéressée, si ce n’est l’intérêt qu’ils portent à la nature ou, tout bêtement, à leur pays. J’utilise cette formule intentionnellement parce que, dans cet environnement d’indifférence et de cupidité dans lequel nous vivons actuellement, un tel engagement paraîtra à la majorité au moins comme de la naïveté mais moi je tiens à rendre hommage à ces naïfs. Cela fait déjà quelque temps que j’entends parler de cette fondation, mais, à part la présentation de leur film à laquelle j’avais assisté, je n’avais pas encore eu de contact bien entendu, nous devions parcourir les pentes pour procéder à nos relevés cartographiques ; je sais seulement qu’un des points de discussion était une proposition de zonage venue de Helvetas , une ONG suisse qui travaille sur ce qu’on appelle l’Unité 2 de la Forêt-des-Pins, donc un peu plus à l’est par rapport au Parc la Visite, mais je ne désespère pas d’avoir davantage d’informations avant longtemps. Nous avons pu quand même voir des témoins du travail de la Fondation, comme cet aménagement de ravine que l’on peut voir sur la photo, ou une importante pépinière d’arbres fruitiers, car un de leurs projets est de redonner au cependant bien votre compagnie de téléphone, la mienne n’a pas de « signal » là haut et les grands personnages qui essayaient de me joindre durant ces trois jours ont eu de grandes difficultés à le faire. En tout cas, j’invite tout un chacun à passer quelques jours dans le parc ; cela permettra à vos poumons de recevoir autre chose que cet air pollué que nous inhalons à longueur d’année, et puis, qui sait, cette nature qui est encore si belle saura peut être vous convaincre de faire, vous aussi, quelque chose pour la protéger. Bernard Ethéart Plateau de Seguin sa vocation fruitière. Mais une des activités les plus intéressantes seraient ces séjours qu’ils organisent pour les élèves de différents respiratoires voire ceux qui sont décédés étaient majoritairement des adultes âgés de 20 à 40 ans, a-t-il dit. Le délégué égyptien a de son côté mis en garde contre la virus H5N1 de la grippe aviaire, rappelant que trois personnes en étaient mortes en Egypte au cours de la semaine écoulée. Margaret Chan a reconnu que le nouveau virus H1N1 pourrait présenter un risque particulier en se combinant au H5N1. Elle a souligné qu’il menaçait plus particulièrement les personnes infectées par le virus du sida ou la tuberculose, et les bidonvilles pauvres et surpeuplés. Le passage au niveau six d’alerte pandémique aurait pour conséquence d’accroître les mesures de prévention et d’accélérer les efforts des laboratoires pour créer un vaccin. L’un des enjeux de l’assemblée est de trouver un accord sur le partage et la gestion des échantillons viraux entre les groupes pharmaceutiques qui travaillent à l’élaboration d’un vaccin. Les pays riches et pauvres restent en désaccord sur la nécessité de breveter ou non le matériel biologique.La grippe A(H1N1)...(GRIPPE A... suite de la page 2) Nous n’avons pas pu participer à cette rencontre, La réunion devrait aussi permettre de faire le point sur les besoins des pays pauvres en traitements antiviraux Tamiflu et Relenza, fabriqués respectivement par le suisse Roche et le britannique GlaxoSmithKline, qui se sont révélés efficaces contre le nouveau virus. Margaret Chan et Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’Onu, doivent rencontrer mardi les patrons des grands groupes pharmaceutiques. Basculer dans la production d’un vaccin contre la pandémie nécessiterait que les laboratoires réduisent leur production de vaccins contre la grippe saisonnière mais la décision est loin d’être anodine, la grippe classique tuant chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes. Dans le Massif de la Selle: travaux de protection, auberge et route bien tracée (HenM)

PAGE 14

Page 14 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 LES JEUXLes Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2) Solutions de la semaine pass éeVLADIMIR IO#R#OSO SULA#I#U IF#GENES GOBELETS OQUE#AOI TU#SAULE HEH#S#ES Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com TERREE TERRES TERCES GERCES GARCES GAREES GATEES SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot f rançais Solutions de la semaine passéeRECONNUGENAUS TIRONS R I A C T E NSolutions de la semaine passée: LES JEUX DE BERNARDAllez de GENAUS, à TIRONS , en utilisant des mots du du vocabulaire français, et ne changeant qu’une lettre par ligne.Mots Mél és Y K L Z Q V Z N Q N B B R W M P W T D U I O D M P J U O V B J R U W I Q H I A H H E R E A T I S V T P C J N J U N S J D E E P M O H O S A N T O D O M I N G O B M C Y G Y L S M P J S V A U C P V Y U T T A A F B N A E V C H P M A D R I D N M A A N T A I S L F B L R C C S O E S J N H G V G N H E C O A A A I T U O A A A O X S Y Z C P L M N C A M L L Q O B F S A I E V I A T N U I P U X V R R P X C A L O N I U G A M L J A V A E N D G V H A A S U X G C I R L M Z O T T Q C P G A K H V L O S I B R G M A L A B O N KTrouvez 21 capitales hispanophones dans le carré ci-dessustous partageant leurs expériences avec les professionnels haïtiens en la matière, alors que l’Américain Louis Siegel, directeur du projet USAID LOKAL, dirigeait les débats. Selon lui, ce colloque constitue un pas important vers la décentralisation, en permettant de placer des jalons pour en finir avec la valse d’employés à chaque renouvellement de cartels municipaux. Carlo Nérilus est enterré dans sa ville natale des VerrettesCarlo Nérilus est ce jeune Haïtien de 20 ans qui a été décapité le 2 mai dernier par un Dominicain, alors qu’une foule chauffée à blanc applaudissait et filmait la scène sur des téléphones portables. Le crime reproché à Carlo Nérilus lui-même n’est pas prouvé. On rapporte qu’il aurait tranché la tête à son patron dominicain sans spécifier pourquoi. Selon certaines rumeurs ce serait son frère et non lui qui aurait tué le citoyen dominicain. Les funérailles de Carlo Nérilus se sont déroulées dans une atmosphère plutôt houleuse en présence des membres de sa famille, d’amis très émus, de deux hauts cadres du ministère des Affaires étrangères, de représentants du GARR (Groupe d’appui aux réfugiés et rapatriés) et d’organisations de défense des droits humains. On remarquait aussi la présence de l’ex-consul haïtien en République dominicaine, Edwin Paraison, de la fondation Zilé. Un parent de la victime, Saint-Alès Nérilus, a réclamé justice en souhaitant aussi que l’Etat haïtien vienne en aide à la famille du défunt qui n’aurait reçu qu’un chèque de Gdes 50.000,00 pour organiser les funérailles. Trois haïtiens mutilés par un groupe de dominicainsTrois ressortissants Haïtiens répondant aux noms d’Eligène Exavier, Désir Rénold et Charles Nerostène ont été blessés à l’arme blanche près d’une ferme agricole à Karata, non loin de Guayahuco (République Dominicaine) et à quelques kilomètres de Ti Lori, section communale frontalière de Cerca La Source (Plateau Central). Selon les informations obtenues auprès du Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR), les victimes, mutilées, avec notamment une oreille tranchée chacune, ont été attaquées à coups de couteau et de piques, au moment où les trois jeunes hommes rentraient chez eux à Ti Lori. Les blessés ont été soignés à l’Hôpital de Ti lori où ils ont été transportés d’urgence, rapporte le GARR. En réaction, des habitants de Ti Lori ont retenu en otage un ressortissant dominicain pendant une heure, ce qui a provoqué une vive tension dans la zone. Des agents spécialisés de la Police Nationale d’Haïti et des militaires de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) sont accourus sur les lieux (sur demande de la municipalité de Cerca La Source) pour rétablir au calme. Depuis le mois de janvier, une trentaine de cas de violence, perpétrés par des Dominicains contre des ressortissants haïtiens, ont été enregistrés, informent les organismes de défense des droits humains Salaire Minimum: Le Député Steven Benoît revient à la charge…Le député de Pétion-ville Steven Benoît, l’initiateur de la proposition d’augmentation du salaire minimum, a invité le président René Préval a publier le plus rapidement possible la loi sur l’augmentation du salaire minimum dans le journal officiel Le Moniteur, en vue de son adoption. Le parlementaire s’est déclaré inquiet de l’impact que pourrait avoir le secteur privé sur le président de la république. L’on sait que le secteur patronal voudrait obtenir une révision à la baisse du salaire minimum fixé à 200 gourdes, selon le projet de loi adopté par le Parlement. Haïti : Le patronat demande au parlement de revoir la loi sur le salaire minimumL’Association des industriels haïtiens (ADIH) s’est prononcée le 13 mai sur la loi votée par les deux chambres du parlement haïtien, loi qui fixe le salaire minimum à 200 gourdes. Le patronat se dit plutôt en faveur d’une augmentation graduelle du salaire minimum, prévoyant des conséquences néfastes sur l’emploi, comme des licenciements massifs, si le parlement et l’exécutif ne reconsidèrent pas cette loi. Tragique accident du côté de Cavaillon : 20 mortsUn accident est survenu aux environs de 1 heure du matin le 13 mai dernier sur la Nationale numéro 2, du côté de Cavaillon (Sud). Un camion de transport qui avait à son bord une quarantaine de passagers, est tombé du haut d’une falaise dans un ravin. Le camion revenait de Port-à-Piment et l’accident s’est produit au Morne Zoranje. Le bilan est très lourd : vingt morts et seize blessés, dont certains dans un état grave. Les victimes sont pour la plupart des petites marchandes. 21 juin est la date du deuxième tour des sénatoriales partiellesLe deuxième tour aura lieu le 21 Juin prochain. Mais jusqu’à présent aucune date n’a été donnée pour la reprise des élections dans le département du Centre où elles avaient été annulées pour cause de l’insécurité qui a régné dans certains bureaux de ce département. Les autorités ont indiqué qu’aucune date ne pourrait être fixée tant que des mesures n‘auront été prises pour mettre hors d’état de nuire ceux qui avaient causé cette insécurité.

PAGE 15

Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17 Page 15Ti Gout Pa Ti Gout ak Jan Mapou PREKOSYON PA KAPONSou koze maladi <>-a, radyo, televizyon, jounal, entènèt… ap mete popilasyon lemonn antye sou pingayo. Anpil mounn koumanse panike, yo pè, y’ap poze tout kalite kesyon, y’ap rele doktè yo, yo sispèk… Depi yo touse osnon yo gen youn ti gòj grate, yo panse yo gen maladi kochon-an. Nou kab konprann sa. Maladi sa-a, se pa jwèt timounn. Sitiyasyon-an serye. Si leta ak gwo enstitisyon lasante nan peyi kab kontwole evolisyon mikwòb-la mande pou n’ pran prekosyon… Nou dwe prepare nou pou tout kou. Anpil nan frè ak sè nou yo ap mande sa ki swine flua ? Pouki rezon tout brui sa yo alòske chak ane nan chanjman tanperati mounn toujou konn gripe, plant yo k’ap boujonnen, fè flè toujou lakòz mounn ap etènyen. Ti bebe nan gadri osnon timounn lekòl toujou gen youn konhonk-konhonk, youn touse eksplozyon osnon youn lagounm sou kòf lestonmak yo. Mwen sonje lè mwen te timounn Okay, grip se te maladi-m. Granm mwen di lè m’ap touse se tankou se las mwen genyen. Enben renmèd Grann Moyiz ban mwen toujou bloke las sa-a sèk. Li pran youn ze. Li kase-l, li jete blan-an, li ranpli ze-a ak luil palmakristi, mete jiwòf, mete miskad… epi Tontonm kenbe-m, peze kou-m sou youn chèz, louvri machwè-m ak de dwèt li, kase kou-m dèyè epi… Granm lage lòkla nan gagann mwen. M’pa bezwen di nou… kijan mwen santi-m lè yo lagem. Malgre m’ap kriye, mwen pa ka ni krache, ni vomi…Si mande Bondye padon, mwen ta vomi, matinèt ap leve-m, matinèt ap jete-m. S’oun sitiyasyon komik e sinik nan peyi lakay men anverite kwè-m si n’vle; depi ou fin pran youn lòk nan men Grann Moyiz , ou bon pou jouk ane pwochenn. Men, an nou kase tèt tounen. Jounen jodi-a, se youn epidemi grip makawon ki rele “flou” ki deyò-a. Li derape nan zòn Meksik epi li gaye toupatou nan lemonn. Yo relel swine Flu . Youn maladi flou se kochon ki bay li. Se youn mikwòb yo jwenn nan kochon. Kochon dyòl lonng osnon kochon grimèl. Lè kochon sa yo malad, yo parèt deprime, yo kanyan-kanyan, je yo ak nen yo ap koule larim, y’ap etènye, yo respire mal, je yo wouj osnon je yo anfle, epi yo pa gen apeti pou yo manje. Flou kochon sa-a mache de kochon an kochon osnon de kochon rive jwenn mounn epi de mounn a mounn. Pa ko gen vaksen pou flou sa-a. Gen medikaman men pa gen vaksen. Daprè enfòmasyon ki tonbe, maladi kochon sa-a derape nan youn vilaj nan peyi Meksik ki rele La Gloria nan eta Veracruz. Yo di premye ka-a se te youn timounn 5-an ki rele Edgar Hernandez ki te pran flou -a nan fen mwa maskomansman avril.. Apre sa, sou 3.000 mounn k’ap viv nan vilaj la, 450 nan yo tonbe malad ap touse ap etènyen. Ti mounn saa ap viv toupre youn fèm kote yo fè elvaj kochon. Sa otorite yo poko ka esplike sèke Ti Edga dòmi nan menm kabann ak youn ti frè-l ki gen 3-an plis ankò manman-l ak papa-l. Se limenm sèl ki pozitif; tout lòt mounn yo ki nan kay la negatif. Ki vle di yo pa malad. Fòk mwen di nou tou anpasan, fèm sa-a, se youn konpayi meksiken agro-industrias unidas de mexico SA ak Smithfield Foods Inc, youn konpayi ameriken ki baze Vijini. Mezanmi. Sitiyasyon-an kritik men se pou tout mounn kenbe san fwa yo. Se pa paske nou gripe pou nou konprann nou gen maladi kochon-an. Men si n’ap touse, youn vye tous sèk, si n’ap etènye chak minit, nou gen pituit, nou gen lafyèv, n’ap vomi, dyare, tout zo nan kò nou ap fè nou mal… Enben pa ret gade sou sa. Apre 2-3 jou, ou pa gen amelyorasyon, pa fè tèt di, al kay doktè pou li mete-ou sou medikaman. Prekosyon pa kapon. Maladi flou sa-a kontajye. Sa vle di youn sèl grenn mounn gendwa kontaminen tout youn kay, tout youn kominote, tout youn peyi, lemonn antye. Dayè gen youn bann ka konsa yo jwenn an Ewop, Azi, nan Lamerik la… Toupatou. Se sa k’fè yo di se youn maladi pandemik. L’ap fè ravaj. L’ap fese mounn atè. Yo poko ka kontwole-l. Nan Florid yo depiste 69 ka. Nan Miyami deja gen youn douzenn. Èske depatman lasante an Ayiti ap kontwole pou wè si nou poko anvayi? Younn nan kesyon noumenm Ayisyen n’ap poze: Eske nou ka pran swine flu -a kidonk maladi kochon-an; èske nou ka kontaminen nan manje vyann kochon? Mwen kab konprann enkyetid nou. Griyo se younn nan pla nasyonal nou. Ayisyen manje griyo tankou blan manje janbon.. Eske nou ka malad si nou manje griyo? repons lan se Non. Daprè C.D.C ki se Sant pou kontwole maladi nan peyi Etazini, mikwòb maladi kochon-an pa kontaminen mounn nan manje. Ou pa ka pran maladi-a nan manje vyann kochon kit se te griyo, janbon osnon vyann kochon sou nenpòt ki lòt fòm. Depi vyann nan byen kuit nan youn tanperati 160 degre Farennayt, nan pwen danje. Tout mikwòb kaba. Men prekosyon pou nou pran pou maladi-a pa rantre sou nou: -Kouvri bouch nou ak youn napkin lè w-ap touse osnon etènye. Epi jete napkin nan. Pa krache ni etènye 2-3-5-10 fwa nan menm napkin-lan. -Lè w’ap etènyen osnon touse, kouvri bouch ou ak revè braw. Si ou touse nan men-w lè ou rankontre youn zanmi epi ou ba-l lanmen, zanmi-an ap tou pran maladi-a. -Pa krache atè kote mounn ap mache. -Lave men nou. Lave men nou. Lave men nou tout tan ak savon epi suiye-l nan papye pwòp. -Si nou pa kab lave men nou paske pa gen dlo ak savon toupre, achte ti napkin esterilize yo ki gen alkòl ladann nan, osnon achte youn ti flakon alkòl yo, detanzantan dezenfekte men nou ak li. -Si n’ap travay nan lajan, pran prekosyon nou. Mete youn ti gan nan men nou. Lajan se sous mikwòb, n’ap bay lanmen, n’ap louvri pòt epi n’ap grate zye nou, nen nou, foure tidwèt nan zorèy nou… Sa vle di, men nou se li ki pral lage mikwòbla nan sistèm nou. Kidonk, lave, lave men-an san rete. Lè n’ap konte lanjan, pa tranpe dwèt nou nan saliv nou. Mikwòb ki soti nan lajan-an va rantre nan kò nou… Se konsa maladia ap sikile. -Si nou gripe ak tout sentòm mwen bay la yo; tanpri chita lakay nou. Pito nou pèdi youn jounen travay pase pou n’al kontaminen tout lòt konfrè ki nan travay la. -Si timounn yo ap touse, ap etènyen, gòj fèmal, yo pa ka manje, y’ap vomi, yo gen lafyèv…. Kenbe yo nan kay-la. Pa voye yo lekòl. -Si youn zanmi-w malad ak sentòm sa yo… Vole wo. Rete lwen. Kesyon kouri al bobo 2 fwa-a…Bay akolad… Kanpe sou sa. Yo mèt pale-w mal. Pito sa pase malgre sa. -Epi pou n’ fini se ou pa santi ou byen… Ale ka doktè-w. Fè li preskri-w youn medikaman pou kouri ak flou -a vite-prese. Tank li dire, li pi danjre. -Si ou gen pou ou vwayaje, fè atansyon paske si ou gen flou , w’a etènyen, w’ap touse, konpayi avyon-an gendwa derefize aksepte-w. Se pa diskriminasyon non, se senpman pou pwoteje lòt vwayajè yo. Pou pwoteje pèp ejipsyen-an, anpeche-l kontaminen, nou aprann gouvennman peyi Lejip, pase lòd touye 300.000 kochon ki nan peyi-a. Mezanmi, tankou nou wè, se pa jwèt timounn non. Veye e priye! Prekosyon pa kapon. Jan Mapou mapoujan@bellsouth.net ===================================Youn lòt pawòl nou pa tande souvan : “ Mwen, m pa Agasou Yemen[1] ”AK MAKS MANIGA* Mikèlsonn Pòl Ipolit / Michelson Paul Hyppolite ( MPH ) nan liv[2] li a pote 114 pwovèb. Plis nan yo nou konnen, men de twa grenn nou pa tande souvan. Men yoùn : “ Mwen, m pa Agasou Yemen.” Li esplike li : “ Yo di sa nan politik tou, lè chèf yon gouvènman neglije patizan li. Ha, nou se moun kay. Enpi l’ap sèvi moun derò e souvan pròp lenmi li.” p. 23 (Mwen respekte òtograf otè a.) Nan lanne 1879 lè Prezidan Bwawon Kanal demisyonnen, 17 jiyè, yon gouvènman pwovizwa te monte ; li rete 26 jiyè pou 3 oktòb 1879. Nan lannuit 2 pou leve 3 oktòb yo pouse do l epi Liziyis Felisite Salomon vin Prezidan provizwa. Men jan MPH rakonte kouman Salomon vin prezidan: “ Alò, peyi a te touve nan tchouboum [nan koze demisyon Prezidan Bwawon Kanal la] Richelye Dipèval / Richelieu Duperval yon vye zanmi Lycius Salomon ak tout fanmi li, te tanmen ap travay pou mete li o pouvwa. Kòm prezidan. Lycius Salomon te an egzil a la Jamayik, li pat rete endiferan nan sitiyasyon an Haiti, se kon sa ke li debake a Port-au-Prince kote Richelieu Duperval t’ap tann li. Nan lannuit de ou twa oktòb, Duperval ki te sèl Boròm [bowòm] chase gouvènman [pwovizwa] an enpi li ranplase l’ pa yon lòt gouvènman [pwovizwa] ki gen kòm chèf zanmi li, Lycius Salomon . … 13 [23] oktòb 1879, Lasanble ba li pouvwa a konvenableman. […] Jenral Duperval te toujou rete komandan Arondisman. Bon li te vle Minis Enteryè, Prezidan Lycius Salomon pat’ vle ba l djòb sa a. Li te te fache; se konsa li te lanse pawòl sa a nan mitan zanmi li : “ Mwen, m pa Agasou Yemen ”. Prezidan Salomon chache konnen sa sa vle di. Alò apre rechèch li, pèsonn pa janm konnen si Richelieu Duperval monte si li desann.” p. 23-24 (Mwen respekte òtograf otè a.) Moso istwa MPH la pa fin kòdyòm nèt. Nou pa konnen si se Prezidan Salomon ki kouri avèk Jenral Dipèval, men misye mouri Pòtoprens 8 oktòb 1880. Konsa, li pa te disparèt. Anplis, dat Lasanble eli Salomon prezidan an se 23 oktòb 1879, se pa 13. Liv MPH la pibliye apre pa Fayo[3] a. Konsa, mwen pa jwenn : “Mwen, m pa Agasou Yemen ” nan Fayo. Mwenmenm tou, mwen pa janm tande pwovèb sa-a. Mwen pa te kontre li nan liv J. J. Oden / J. J. Audain (1872) mwen fèk reyedite[4] a. Eske pwovèb sa disparèt? _________ * Max Manigat ap prepape yon dezyèm liv an kreyòl : Patamouch 2… [1] “ Agasou Yemen : se yon lwa vodou. Pèp la di : Li konn mete men li pa konn wete. Sa vle di, li konn fè prezidan, men li pa konn wete prezidan.” MPH p. 23 [2] Pwovèb Aysyen Aplike – Proverbes Aytiens Appliqués – Applied Haytian Proverbs . 1988, 144p. [3] 3333 Proverbs in Haitian Creole … Port-au-Prince, Éditions Fardin, 1980, 432p., il. [4] Max Manigat : Proverbes créoles haïtiens du dix-neuvième siècle… Educa Vision, Inc . 2009, 323p.* * * * *ENVITASYONVant siyati dènye liv Max Manigat / Maks Maniga-a : PROVERBES CRÉOLES HAÏTIENS DU DIX-NEUVIÈME SIÈCLE. TRANSCRIPTION MODERNE – TRADUCTION FRANÇAISE – ANNOTATIONS. (BILENG KREY"L – FRANSE)ap fèt nan Libreri Mapou5919 NE 2nd Avenue Miami FL 33137 Telefòn 305757-9922DIMANCH 24 ME 2009depi 5è diswa rive pou 7è *NAN OTAWA-KANADA: YOUN FÈT DRAPO TULUTUTUOnè! Samdi 17 me 2009 la mwen resevwa youn mesaj entènèt ki pote tit “Le francais de Shabba sur RFI fait jaser en Haïti” osijè mizisyen gwoup konpa ki rele Djakout Mizik la. Ensidan Chaba-a se youn sentòm pami tandòt! Maladi-a grav tout bon vre. Mèzalò, remèd-la efikas, li disponib e li gratis! Parekzanp, yèswa, se an pati pou youn kesyon “lanng” youn selebrasyon “ofisyèl” fèt drapo Ayisyen te pase nan tenten, nan vil Otawa. Responsab LETA ki t’ ap òganize selebrasyon sa-a te refize respekte ni reyalite, ni lojik, ni konstitisyon peyia, ki rekonèt 2 lanng ofisyèl e ki presize Kreyòl, <>. Kidonk, youn ekip Ayisyen te reyini, yo pale kont Franse mawon yo, anpil nan yo bat bravo younn pou lòt epi se sa ki te fèt drapoa. Kòmalòdinè, pawòl yo te rete onivo sipèfìsyèl paske lanng mounn yo mare. Yo di se selebrasyon ki t’ ap fèt sou tèm “Drapeau, Souverainneté et Unité”. Konferansye envite, diven elatriye... Noumenm sa nou te konstate, se youn ekip mounn ki te gen e ki te ka di bon bagay antre yo vre. Men, yo te gaspiye okazyon-an, paske yo te deside LIMITE TÈT YO. Chenn nan tèt bay baboukèt. Chenn nan tèt pi di pase chenn nan pye. Rezilta: youn lòt fwa ankò, youn bann mounn entèlijan, pase pou rizib, vivi dan griyen, tèt vid ki pa ka fè analiz lojik, alevwa pou yo ta travay ansanm, fè plan pou yo aji epi transfòme lavi nasyon-an jan zansèt yo ta renmen wè nou fè l’ la. Pou rezon Frantz Fanon esplike nan “Peau noire, masques blancs”, preyokipasyon prensipal twòp Ayisyen se “imaj yo devan etranje” youn obsesyon mal plase daprè mwenmenm. Chak fwa nou abandone lanng Kreyòl-lan, nan kad youn selebrasyon ofisyèl, tankou sa Anbasad Ayiti nan Otawa te òganize yè swa vandredi 15 me-a, preyokipasyon “bay bon imaj devan etranje-a” pa reyisi konble ditou. Okontrè, nou parèt tankou youn bann mounn sipèfisyèl, jako repèt k’ap rablabla sitasyon ansyen kolon rasis tankou Voltaire san yo pa rann yo kont jan yo ridikil nan mitan ane 2009 sa-a. E sa ki pi rèd la, se pa devan etranje sèlman nou parèt rizib. Sa ki pi grav la se imaj medyokrite epi denannantizasyon nou pwojte devan Ayisyen parèy nou. Pami yo, youn latriye tilezanj ki bezwen wè ekzanp bonjan fanm ak gason solid ki trase chemen pou yo. Se sa ki ta dwe preyokipasyon prensipal nou. Ki tras n’ap kite pou tchovi yo? Chak eksperyans konsa (ensidan Chaba-a osnon selebrasyon medyòk Anbasad-la fè Ottawa-a) ki rive dwe ede nou reveye epi konprann ki jan nou limite lanng nou lè nou pa fè efò pou nou metrize tout bon vre (kit se nan pale, kit se nan ekri) sèl lanng ki simante tout Ayisyen ansanm nan LANNG KREY"L. Se limenm ki lanng manman nou, se limenm nou metrize. Chaba pa bèbè. Li gen entèlijans poutan li mal parèt. Chaba te dwe e li te ka mande sèvis tradiksyon. Laverite kri sèke ni Chaba, ni Ayiti pa Frankofòn. Lè nou sispann alimante manti sòt sa-a, epi trete lanng Franse-a, menmjan ak lanng angle, lanng espanyòl, lanng kiswahili…tankou lanng etranje nou ka aprann pou nou kominike, lè sa-a nou va sispann benyen nan medyokrite pou granmesi. Se pa Chaba sèlman ki antòtye. Yèswa, nan Otawa, apre mwen te fin pran lapawòl pou egzije responsab Leta Ayisyen yo mete yo opa. Madanm ki pi gwo chèf nan anbasad la, rale mikro li pou li anonse, li pral di 2 mo an Kreyòl, pou li fèm plezi. Kòmsi, madanm nan sete kèk “Gauloise” osnon kèk Alman ki deside di 2 mo Kreyòl (pou fè-m plezi). Li pa rann li kont, se youn mank respè pou tèt li, pou nasyon li reprezantea, li te jwenn youn opòtinite korije. Isit nan Kanada, Franse se lanng youn minorite nan popilasyon-an. Kanadyen frankofòn pa neglije leve kanpe pou defann dwa minorite frankofòn nan pou li jwenn sèvis nan men Leta Kanadyen nan lanng pa yo tou menmsi se Angle ki domine sosyete-a. Noumenm Ayisyen se youn sitiyasyon anòmal n’ap viv kote se lanng TOUT AYISYEN metrize-a, se limenm ki ap sibi diskriminasyon sòt, nan men LETA peyi-a. Wi, tout sa se sekèl, edikasyon pachiman, sistèm neyokolonyal-la (alewè tèks Doktè Yves Dejean-an “Yon lekol tèt anba pou yon peyi tèt anba”). Mèzalò, sèl mounn ki gen nesesite epi mwayen kase chenn mantal yo se noumenm. Chaba frè-m, pale Kreyòl pou ou ka eksprime tout lide abstrè, tout bèlte, tout konesans, tout sajès, tout konpleksite atistik ou genyen lakay ou. Si ou vle, aprann pale Franse, Angle, Panyòl, Kiswahili, Zulu, Xhosa, Japonè....Aprann lanng ki nan lide ou. Men, tanpri, pa kite mounn pase ou nan rizib ankò. Pa kite mounn kwè ou se enbesil osnon bèbè, tandiske Granmèt la ak Zansèt yo te gen tan beni ou depi syèkdèsyèk ak tout sa ou bezwen pou ou kominike ak mounn parèy ou. Nou tout gen chenn pa nou pou nou kase. Edm lage 2 kout mato sou chenn pa m’ yo, m ‘a va ede ou lage 2 kout mato sou chenn pa ou yo. Pa gen anyen ki nèf nan sa, paske se ”depi nan Ginen, bon Nèg ap ede Nèg!” Libète, pran pou nou pran-l Respè, Michel-Ange Hyppolite M.Ed Kaptenn Koukourouj Enseignant / Pwofesè Manm Sosyete Koukouy Kanada Ekriven, Kritik Literè http://www .michelangehyppolite.com Tel: 613-738-9202

PAGE 16

Page 16 Mercredi 20 Mai 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 17BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.com Library of Congress # ISSN 1064 3896 Printed by Southeast Offset(305) 623-7788 HPN, 18 mai 2009 A l’occasion du 206ème anniversaire du bicolore national, le président René Préval a invité le peuple haïtien à engager une bataille pour son indépendance économique en vue de renforcer l’indépendance politique conquise en 1804. Intervenant lors de la cérémonie officielle du drapeau le 18 mai à l’Arcahaie, le chef de l’État a insisté sur l’urgente nécessité de lutter pour obtenir l’indépendance économique du pays. « Pour consolider notre indépendance politique, nous devons engager un autre type de combat, il est nécessaire aujourd’hui de mener une bataille pour notre indépendance économique », a précisé M. René Préval. Le pays n’est pas autonome économiquement, a poursuivi le président Préval qui explique cette situation par le fait que Haïti ne produit pas assez de richesses, ce qui aiderait le pays à faire ses proches choix de développement. Pour l’heure, René Préval reconnaît que le pays est dépendant d’autres pays et institutions étrangères qui conditionnent leur « aide ». Pour preuve, le chef de l’état a rappelé que le budget national du pays, estimé à 80 milliards de gourdes, est financé à hauteur de 60% par l’international. « Nous sommes trop dépendants de l’aide étrangère », a-t-il ajouté. « L’indépendance que nous avons gagné en 1804 était politique, pour que nous devenions un pays libre, apte à choisir sa propre constitution, son propre système politique, pouvant décider d’avoir des rapports avec tel ou tel autre état », a expliqué le chef de l’État. Il a appelé le peuple haïtien à « s’inspirer de la célébration du drapeau, pour que, dans le dialogue et la solidarité, nous combattions pour avoir plus d’indépendance économique. Le thème retenu pour la commémoration 206ème anniversaire du drapeau haïtien est : « le drapeau, symbole de dialogue et de solidarité nationale ». Des efforts sont réalisés en vue de la quête de l’indépendance économique, a indiqué René Préval qui a cité les efforts pour la stabilité politique du pays, l’amélioration dans le climat de sécurité, avec l’appui de la mission onusienne présente en Haïti. Les agents de la Minustah n’ont pas été remarqués sur le site de la célébration de la fête du drapeau. Il convient de le rappeler également que le député de l’Arcahaie, M. Féquière Jean Julien, avait appelé au départ des troupes onusiennes présentes en Haïti, dont la présence constitue un affront à l’héritage dessalinien. Parmi ce qui doit être fait pour renforcer cette indépendance économique, le président a énumérer entre autres : la création d’emplois,Fête du drapeau : le président René Préval appelle à lutter pour l’indépendance économiquesurtout dans le secteur agricole ; l’augmentation du prix de la main d’œuvre, tout en évitant d’augmenter le chômage ; il faut développer le tourisme ; améliorer les infrastructures routières, plusieurs routes sont en cours de réalisation et diverses autres sont annoncées. Le gouvernement a ajouté 60 mégawatts sur le réseau électrique, mais il faut de l’ordre dans ce secteur, a déclaré le président qui a souhaité que l’état n’ait plus à verser une subvention de 100 millions de gourdes à l’Electricité d’Haïti (EDH) qui réalise des recettes de loin inférieures au montant investi. En guise d’applaudissement, le discours du président de la république a été interrompu en deux occasions par des partisans du directeur général de la police, Mario Andrésol. René Préval a été contraint d’adresser des mots de remerciement au chef de la police qui affichait un sourire satisfait. La célébration du 206ème anniversaire de la fête du drapeau a été célébrée en présence de plusieurs membres du gouvernement, dont, le premier ministre Michèle D. Pierre-Louis, le président de la chambre des députés, Levaillant Louis Jeune, plusieurs ministres et directeurs généraux. Soulignons qu’avant la célébration de la messe de circonstance à la paroisse St-Pierre à l’Arcahaie, le président a hissé les couleurs sur la place de la cité du drapeau. CJD/ HPN