Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text










men


IUne semaine charge pour Ile pouvoir de Port-au-Prince


[I Une semaine chargee pour le pouvoir de Port-au-Prince 1


PORT-AU-PRINCE, 11 Avril -
Jamais semaine n'aura eu un calendrier
aussi charge.
Trois 6v6nements importants
pour Haiti se d6roulent coup sur coup les
14, 17 et 19 avril.
Ce mardi 14 avril a lieu la
conference des donateurs d'Haiti a
Washington, la capitale f6d6rale
amdricaine.
Deux jours plus tard, d6marre le
5e sommet des Am6riques avec la
participation de 34 chefs d'Etat et de
gouvernement du continent (moins Cuba).
Les dirigeants des pays de
l'Amdrique viennent y exposer leurs points
de vue respectifs face a la crise economique
mondiale.
Enfin, c'est au dimanche 19 avril
que sont fixes les elections s6natoriales
partielles.
Nos gouvernants semblent se
partager la tAche.
C'est le Premier ministre Mme
Mich&le Duvivier Pierre-Louis qui conduira
la d6l1gation haitienne i la conference des


bailleurs a Washington ce 14 avril.
Tandis que le Pr6sident Rend Prdval
nous repr6sentera au 5e sommet des Am6riques
les 16 et 17 avril a Port of Spain, capitale de
Trinidad et Tobago.

Une inconnue de taille ...
Par contre une inconnue de taille
les 6lecteurs seront-ils au rendez-vous des
s6natoriales de dimanche prochain 19 avril ?
Mais commencons par le
commencement.
14 avril, la conference des bailleurs
risque d'etre plus une question de forme que
de contenu.
Les donateurs ont d6ji annonc6 qu'il
ne faut pas s'attendre a la poule aux ceufs d'or.
Ou comme titrait le dernier Haiti en Marche,
<< Comment faire plus avec moins >.
L'Etat haitien a pass un grand coup
de rabot a ses pr6tentions. Seuls les projets
essentiels qui auraient &te retenus.
Car l'international ne peut contester
la n6cessit6 de commencer a corriger les
degits causes a l'environnement a la fois par
les siecles passes, par l'homme haitien


(insatiable destructeur, quel que soit son statut
social) et de plus en plus par les catastrophes


naturelles.


(CALENDRIER/p.4)


Fanmi Lavalas absent


des elections de dimanche

L'ONU PERSISTE DANS

SA PROTESTATION MAIS NE SIGNE PAS


Les dlecteurs Lavalas qui avaient envahi la psicine
de 1 'Htel Montana pour faire respecter l 'lection
de Rend Prival en fvrier 2006 vont-ils boycotter
les senatoriales de ce dimanche? (HENM)


Port-au-Prince, 12 Avril Comment expliquer
que l'international conteste l'exclusion dans les
elections s6natoriales devant avoir lieu ce dimanche
19 avril, cela en meme temps qu'il les finance (US$11,5
millions surunbudget de US$16 millions de dollars) ?
Et que c'est la force onusienne (Minustah)
qui en assure la s6curit6.
Et de quelle < exclusion > peut-il s'agir
sinon celle de tous les candidats indistinctement du
parti de l'ex-pr6sident Aristide, Fanmi Lavalas,
suppose disposer toujours d'une bonne emprise sur
le terrain.
Comment expliquer ce dilemme ?
La semaine dernire, le Conseil de s6curit6
des Nations Unies est revenu a la charge pour appeler
a des elections < libres et ouvertes >> tous les
secteurs sans distinction.
L'ONU enfonce-t-elle son gros orteil dans
le sol lorsqu'elle tient pareil propos ? Selon le
proverbe haitien pour designer une personne qui ne
croit pas un mot de ce qu'elle avance.
Plusieurs hypotheses : Le pouvoir a pris
avantage du fait que 1'ONU tient fortement a
l'organisation de ces elections (qui auraient dfi avoir
lieu depuis fin 2007) pour lui glisser cette peau de


banane.
Ne pas tenir les elections a la date fix6e serait un
d6menti aux affirmations des responsables onusiens selon
lesquelles la << stabilisation > qu'ils sont charges de r6tablir
est en bonne marche.
Le pouvoir, et le president Rend Prdval en tate,
pensent ceux-l1, en a profit pour accomplir cette operation
surprise.

L'ONU persiste mais ne signe pas ...
L'international ne peut plus revenir en arribre, tout
en continuant a d6noncer la manceuvre. Si l'on peut dire,
l'ONU persiste mais ne signe pas ...
Les premieres protestations eurent l'effet d'un
coup de tonnerre. Venant surtout de l'Ambassade du
Canada, puis des Etats-Unis ...
Aussit6t 1'ONU et 1'OEA emboitent le pas.
Mais l'Union europ6enne sans se d6rober, semble
mettre une sourdine.
Les diplomates europ6ens sont-ils mieux
informs ?

Fin de non-recevoir d'Aristide ...
Surprise de Fanmi Lavalas recevant un appui a la
(FANMI LAVALAS /p. 5)


CRISE ECONOMIQUE

A quoi sert la banque centrale en Haiti ?


FURCY, 9 Avril Dans le monde
entier ce sont les banques centrales qui
servent de fer de lance dans la lutte contre
la crise 6conomique et pour stimuler la
relance.
Partout. Sauf enHaiti.
D'ailleurs, nous sommes
paradoxalement le seul pays du monde oni
les autorit6s mon6taires ont d6clard que
tout va bien et que, en ce qui les concerne,
Haiti n'est pas concerned par la crise
financibre, les banques haitiennes n'ont
pas de problkmes de liquidit6s ni de credit.
Amen!
Autrement dit, si un Bernard
Maddof avait choisi la place financibre


haitienne pour investir ses 50 milliards (ou
plut6t ceux de ses malheureux clients), il
n'aurait pas a se morfondre aujourd'hui
derriere les barreaux dans l'Etat de New York.
Et pourtant le gouverneur de la BRH
(banque centrale en Haiti) a dit la v6rit&. Oui,
pour la simple raison que la Banque de la
R6publique d'Haiti (BRH) nejoue aucun r6le
strat6gique dans le d6veloppement
dconomique du pays.
Le r6le de la BRH consiste
uniquement aujourd'hui a satisfaire les
exigences des institutions appel6es les
gendarmes 6conomiques de la plan te. Taux
d'inflation, taux de change, et surtout tenir les
depenses publiques sous un 6troit contr6le


afin d'assurer le service de la dette.
La banque centrale en Haiti est un
simple appendice local du FMI (Fonds
mon6taire international) ... et par la meme
occasion, de l'Organisation mondiale du
commerce (OMC) charge d'imposer le
respect des lois du libre change, et autres
pbres fouettards comme Transparency
International, etc.
Meme combat, quoi.

Bousculer certaines idees
revues ...
Tandis que partout aujourd'hui
(BANQUE CENTRALE/p.2)


I


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
Prite gbySothastOfse
L_ (35)62-78


Le PM Michle Pierre-Louis inaugurant 1'lnstitut de la Francophonie
pour la Gestion dans la Caraibe (HENM)


I





Page 2


CRISE ECONOMIQUE

A quoi sert la banque


centrale en Haiti ?


(... suite de la lere page)
c'est la banque centrale qui ouvre la marche.
Quitte a bousculer certaines idWes reques.
C'est l'Angleterre de l'ex-Premier
ministre, la dame de fer du ndo-liberalisme,
Margaret Thatcher, qui nationalise des
banques priv6es afin de prot6ger les interets
du citoyen et les empecher d'entrainer
l'6conomie nationale dans leur chute.
C'est le president des Etats-Unis
Barack Obama fixant un plafond aux
b6ndfices des grands patrons. Du moins
ceux dont les entreprises ont requ des fonds
publics.
En meme temps que les
multimillionnaires se retrouvent gends aux
entoumures par la decision de mettre fin
aux paradis fiscaux.
Jusqu'au president francais
Nicolas Sarkozy qui constate a son retour
du G-20 (sommet des 20 pays les plus
d6velopp6s de la planete) que le capitalisme
ne sera plus tout a fait ce qu'il 6tait.

Plus de 8% de la main
d'oeuvre americaine sur le carreau

Toutes ces mesures ont le meme
commun d6nominateur. C'est pourjustifier
les centaines et centaines de milliards
injects par les banques centrales pour
essayer de contenir autant que possible la
catastrophe mondiale et son principal
corollaire : les millions de ch6meurs. Plus
de 8% de la main d'ceuvre aux Etats-Unis
est actuellement sur le pav6. C'est un chiffre
sans pr6c6dent depuis 1980. Et cela ne fait
que commencer.
C'est done la banque centrale qui
sert de fer de lance dans la lutte contre la
crise et ses consequences : le ch6mage, la
misere, etc.
Les matelas de capitaux qui
dorment dans les coffres-forts de la banque
centrale (aux Etats-Unis, Fort Knox) sont
c6d6s en premier lieu aux institutions
financibres priv6es (banque commerciales
et autres). Ces dernibres peuvent
recommencer a faire du credit.
Vous me direz, la crise 6conomique
n'est pas arrive toute seule. C'est la crise
du secteur de l'immobilier, elle-meme due a
l'insatiabilit6 des agents sp6culateurs, qui
a engendre la crise bancaire, et de fil en
aiguille conduisant le monde a la
catastrophe.
Et puis, voici qu'on revient dans la
m~me voie.
Eh bien, le contraire ce serait la
nationalisation totale, c'est-a-dire une totale
inconnue.
Alors on a choisi de conserver le
systeme, mais dans un certain cadre de
regulation.

Le credit Ala consommation

Cependant la banque centrale ne
reserve pas la totality des capitaux aux
banques commerciales. Contrairement a la
banque centrale d'Haiti, dont le gouvemeur,
en nous assurant que les banques


haitiennes n'ont aucun problkme, pense
avoir tout dit.
Il y ale credit a la production. Mais
quid du credit a la consommation ? Ce sont
les deux plateaux d'une m6me balance.
La crise de 1930, rest6e dans toutes
les m6moires sous le nom de la Grande
depression, avait &t6 provoqude entre autres
pour absence d'6quilibre de cette balance.
Les usines de Mr. Ford 6taient remplies de
voitures. Mais personne pour les acheter.
En cette p6riode de crise, l'Etat doit
jouer le double r6le de stimuler aussi bien la
production que la consommation.
Et c'est par le credit. Et c'est a
partir des capitaux d6tenus par la banque
centrale.
Vous me direz, tous les pays ne
disposent pas des moyens financiers des
Etats-Unis, de l'Angleterre, de la France et
de l'Allemagne.
Cependant il n'y a aucun pays
affichant la suffisance de la banque centrale
d'Haiti.
Parce que tous les Etats ne
connaissent qu'une facon de progresser et
se d6velopper : la production et la
consommation.
Et quand ils n'ont pas des reserves
aussi confortables que nos G-20, alors ils
inventent les moyens d'en trouver autant
que possible.

Dont Haiti est un associe comme
un autre...
Ainsi a la r6cente reunion de la BID
(Banque interam6ricaine de
d6veloppement), dont Haiti est un associd
comme un autre, eh bien on a d6cid6
d'attribuer des pr6ts de l'ordre de 400
millions de dollars a la R6publique
dominicaine ...
Par contre, rien pour Haiti. La BID
a d6cid6 de faire des dons a Haiti, mais que
celle-ci n'est pas apte a recevoir des pr6ts.
C'est aussi la position de la
Banque mondiale.
Bien entendu, on vous fait des
dons quand c'est possible. Aujourd'hui ce
n'est pas tellement evident.
Mais ce n'est pas pour les beaux
yeux non plus de nos voisins dominicains.
Aux dernires nouvelles, la banque centrale
dominicaine vient d'inaugurer un
programme special en direction de la
diaspora de ce pays en proposant des bons
du tr6sor a un taux d'int6ret imbattable. Des
bons de 100 a 200 millions de pesos, a un
taux d'int6ret de 17% et n6gociables dans
trois ans.
Objectif vis6 : les fonds investis
ainsi par la diaspora servent a maintenir la
croissance nationale. Tandis que les int6rets
rapport6s par les bons peuvent 6tre pays
directement aux parents rests au pays (pour
supplier aux transferts actuellement en
diminution), ceci pour soutenir la
consommation int6rieure.
Tandis que la banque centrale
haitienne est ce qu'on appelait autrefois a
l'6cole : un gros plein de soupe. Oh pardon,
plein de sous !
Marcus, 9 Avril 2009


"Copyrighted Material

i ii Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 12

14Avril: La conference de Washington
Le Secretariat g6ndral de la Primature informe que le Premier Ministre, Michble
Duvivier Pierre-Louis, s mjoure depuis le dimanche 12 avril aux Etats-Unis oi elle doit
participer a diverses activities.
Au cours de son s6jour, le chef du gouvernement participera a la conference des
bailleurs de fonds sur Haiti, rencontrera des personnalit6s politiques et fera la
promotion des opportunities offertes par la loi HOPE II a l'occasion de rencontres
avec des investisseurs amdricains.
Mme Michble Pierre-Louis est accompag6e du president du S6nat, Mr Kelly C.
Bastien, du Pr6sident de la Chambre des D6ptuds, Mr Levaillant Louis-Jeune, du
Ministre de l'Economie et des finances, Mr Daniel Dorsainvil, du Ministre de la
Planification et de la Coop6ration Exteme, Mr Jean Max Bellerive, du Ministre des
Affaires Etrangeres, Mr Alrich Nicolas et de quelques repr6sentants du secteur priv6
des affaires.
Le Premiier Ministre Pierre-Louis sera de retour au pays le vendredi 17 avril 2009.
?Durant son absence, l'int6rim est assure par le Ministre de l'Int6rieur et des
Collectivit6s territoriales, Mr PaulAntoine Bien Aim.

19 Avril 2009 : Haiti va voter pour un renouvellement du tiers du
S6nat de la Republique et I'ONU deployer des forces dans les zones
a risques
La Mission des Nations unies en Haiti s'apprete a d6ployer des forces dans les zones
sensibles du pays a l'occasion d'une election partielle prdvue dimanche, a annonc6
jeudi le Repr6sentant du Secr6taire g6ndral de l'ONU, M. Hedi Annabi. "Une analyse
des risques a &te faite en 6troite consultation avec les autorit6s haitiennes. Il y a des
zones qui sont consid6rdes comme plus sensibles que d'autres oi le d6ploiement sera
plus visible et plus important de manibre a crder un environnement propice a la tenue
de ces elections dans le calme", a d6clard M. Annabi lors d'un point de presse. 44.000
gardes 6lectoraux forms par l'ONU seront 6galement d6ployds dans les bureaux de
vote le jour du scrutin, a-t-on appris. Environ 4,5 millions d'Haitiens sont appeals
dimanche aux umes pour l6ire 13 s6nateurs sur 78 candidats afin de renouveler le
tiers du S6nat haitien. Cependant, en l'absence du parti Fanmi Lavalas de l'ex-
pr6sident Jean-Bertrand Aristide en exil en Afrique du Sud, parti 6cart6 de la course,
on pr6voit une faible participation a ce scrutin. D'autre part, Fanmi Lavalas a lanc6
une operation "porte ferm6e" appelant ses partisans a bouder les urnes. "Je regrette
qu'il n'ait pas &te possible aux membres du parti de s'entendre entre eux et avec le
conseil electoral pour parvenir a une liste de candidats au scrutin", a d6plord M.
Annabi. Le conseil electoral haitien a annonc6 mercredi que tout 6tait pret pour la
tenue dimanche de cette election. "Nous avons soutenu le conseil electoral
provisoire (CEP) et les autorit6s haitiennes dans le transport et la distribution dans
toutes les regions du pays du materiel electoral sensible, c'est une operation
logistique de grande envergure", a encore dit le diplomate onusien.

La tension monte A 10 jours d'un scrutin
Alors qu'Haiti se prepare a la tenue d'une election s6natoriale partielle le 19 avril, un
des partis majeurs 6cart6 de la course a appeal au boycott du scrutin, dernier
rebondissement d'une campagne marque par quelques incidents violents.
"Nous demandons au peuple haitien de rester chez lui le 19 avril, jour du scrutin,
pour ne pas participer a ce qui est visiblement (...) une mascarade 6lectorale ", a
d6clard le s6nateur Rudy HWrivaux du parti Fanmi Lavalas. La formation de l'ex-
president Aristide, en exil en Afrique du Sud, a ete ecartee du scrutin par le Conseil
electoral, en d6pit d'une decision de justice en sa faveur.
"On a l'impression que tout estjou6 d'avance dans cette election", a lanc6 le
parlementaire.
Des incidents ont &te recens6s dans au moins deux regions: des bureaux 6lectoraux
ont &te attaqu6s par des inconnus dans le sud et la maison d'un responsable electoral
a &te partiellement incendide dans le nord.
"Ce sont des tentatives pour faire obstacle a la bonne marche du processus electoral.
Nous travaillons de trbs pres avec la police haitienne, la force de I'ONU et le
gouvernement sur des mesures de s6curit6 ", a r6agi le secr6taire g6ndral du conseil
electoral, Raphael Pierre.
Mais un ancien candidat a la pr6sidence, Evans Paul (Alyans), a 6galement invite ses
partisans a ne pas se rendre aux umes, rappelant que de nouvelles elections auraient
lieu en novembre pour le renouvellement de la chambre des d6put6s et estimant qu'il
n'est "pas r6aliste" d'organiser des elections tous les six mois dans un pays aussi
pauvre.
L'organisation du scrutin pour le renouvellement du tiers du S6nat haitien coftera 16
millions de dollars amdricains. Les deux tiers de cette somme, soit 11 millions, sont
fournis par la communaut6 international, dont les Etats-Unis, le Canada, I'UE ou
encore le Japon et le Br6sil.
Pourtant certains partis se sont plaints de n'avoir requ aucun financement public et
que seuls certains candidats proches du pouvoir ont pu faire v6ritablement
campagne, en utilisant parfois, dissent ces critiques, des v6hicules publics.
Un ancien s6nateur, destitu6 pour raison de double nationality et dont le poste est
mis enjeu, a lanc6 une campagne publicitaire demandant de voter blanc. Il s'agit de
Rudolph Boulos (Nord est).
Au total, 78 candidats se pr6sentent a cette election pour 12 postes de s6nateurs
vacants. Environ 4,5 millions d'l6ecteurs sont attendus aux umes.
La campagne, qui prendra fin le 17 avril, est plut6t timide, selon des radios de la
capitale citant des correspondants locaux.
Des candidats ont pr6f6rd faire campagne a travers des annonces payantes a la radio
ou par affichage, car les rassemblements 6lectoraux n'attirent pas les foules, laissant
pr6sager un faible taux de participation.
"Nous visons 20% de 1'l6ectorat. Dans un scrutin partiel, le taux n'ajamais d6pass6
les 8-10% en Haiti ", declare le president du Conseil electoral provisoire (CEP),
Frantz-G6rard Verret, qui encourage les Haftiens a voter pour "stabiliser les institu-
tions du pays".
"Tout est pret pour la tenue de l'l6ection", a indiqu6 Le Conseil, garantissant que le
scrutin serait honnete et d6mocratique.

Hillary Clinton en Haiti et R6publique dominicaine j eudi et vendredi
La secr6taire d'Etat americaine Hillary Clinton va se rendre en Haiti et en R6publique
dominicaine jeudi et vendredi, a annonc6 le D6partement d'Etat amdricain. Le chef de
la diplomatie amdricaine visitera les deux Etats qui se partagent File avant de gagner
vendredi Trinit6-et-Tobago ou elle participera au sommet des Amdriques aux c6tes du
president Barack Obama, a precise devant la presse un porte-parole, Robert Wood. La
visite de Mme Clinton intervient alors qu'une conference international des
donateurs pour Haiti est prdvue ce mardi a Washington.

Un navire-h6pital americain en Ha'iti pour soigner 8.000 Ha'itiens
Un navire-h6pital amdricain le "USNS Comfort" est arrive jeudi en Haiti pour une
mission humanitaire de 10 jours au cours de laquelle 8.000 Haitiens pourront
bendficier de soins de sante gratuits, a annonce l'ambassade des Etats-unis a Port-
(EN BREF / p. 14)





Mercredi 15 Avril2009
T-ni'ti pn Mnrcrh VAl XXIII N 1


L'ACTUALITE EN MARCHE


Hl, -. .eM e


- -.. .. a .
. -. 0m Ab m 05


- -
-mob-. 0 -
- e __.. 0 *
1. .

- .. - -** -


~- - -,
.-
..


1 -
r .


-- - 0
I'Wow
* -. 0


. 00. 0 0



4m am0 40 ._ -
* -. -

.. .. . . -
r .. -

-.....* .r e 0e

-r. -. -
0 I -.r *


0
- 0
..."'


S- Copyrighted Material ---



--- Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


b - -
4=W-0


** * *
w ... . .

0 a -0 .0 %,0
- - .. --...- 0 ..
* - *-

4w -..Me 0 -

--Imp aw -0-



410- v---d~

O -b
m.Ww - 4m
rI. r, cr


--N -.- -4
*- *- *~ S - ~

* -o 4w0 -a
* -
49A.- W.-

S . ..-* 0
* er - eII -

-- -,


-W 0
AD*



- a -e -

~~- r- 0 -

e a -

-
=, -.

-1 -
IC -a- a


.d -

., .


C karf


OT QrsPqi~tdurbfnf~u~m NO 0-"


SII UNIBANK




"lWmssu route ensemble"


www., unibankhaiti.comR


Page 3


FlalCI VIIIIalkVllV VIX1- I I


I


SOMMAIRE
L'EVENEMENT SOMM R
Une semaine charge pour le pouvoir de Port-au-Prince
p.1

POLTIOUE
Fanmi Lavalas absent des elections de dimanche p.1

ECONOMIE
A quoi sert la banque centrale en Haiti? p.1

PRESSE
La police et lajustice ferment une radio p.2

DIPLOMATIE
Visite de Hillary Clintonp.3

PROCESSUS DE STABILISATION
Des progrbs mais aussi des d6fis a relever p.4
Rapport du Secr6taire g6n6ral de 1'ONU p.8

SENATORIALES
L'ONU dit souhaiter des elections <
p.5
Des Lavalas appellent au boycott p.7

CULTURE
Kreyl Faktorip.9

ETUDESSUPERIEURES
Inauguration de l'Institut de la Francophonie pour la
Gestionp. 12

HOMMAGE
Toussaint Louverture honor par l'Ambassade d'Haiti
en France p.9

LIBREPENSER
Des-Espoirs p.10

INTERNATIONAL
Fidel Castro recoit des Olus nord-americains p.12

















r aWwLrz en Marcher
-




-n-

- -1a -p ii mm





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 12


Une semaine chargee pour le pouvoir de Port-au-Prince


(CALENDRIER... suite de la lere page)

La problematique ha'itienne

Ni la n6cessitW de prdvenir une
r6p6tition des 6meutes de la faim d'avril 2008.


De plus, le meme international est
aujourd'hui partie prenante dans la
probl6matique haitienne.
Le branle-bas orchestra par les
instances de 1'ONU (Conseil de s6curit6,
Secr6taire g6ndral) autour de cette rencontre
du 14 avril en est la preuve la plus manifeste.
Une large publicity en a t& faite dans
les grands journaux am6ricains (New York
Times, Washington Post, Miami Herald,
Orlando Sun Sentinel). A coups d'6ditoriaux
et de lettres 1l'6diteur signs des plus grands :
Ban Ki-moon, Bill Clinton elatrye.
Alors qu'il ne se passe rien en Haiti
de particulibrement reluisant, et qu'on nous
annonce plut6t une conference de bailleurs
< raseurs > (en creole, d6sargent6s eux-
memes), Haiti fait la une ...
Notons-le (car c'est peut-6tre
significatif) dans la presse nord-americaine.
M6me le quotidien francais Le Monde qui
garde une certaine froideur.
Est-ce la manifestation d'un certain
<< mood >> europ6en (mauvaise humeur) a
l'heure oni la crise d6commande toute
largesse ?

Baton de pelerin ...


Ou mieux, la difference entre le
nouveau president am6ricain et son
pr6d6cesseur, le trbs conservateur George W.
Bush...
Mr. Barack Obama aurait pris lui-
meme son baton de pblerin pour que Haiti ne


retourne pas les mains vides de la conference
de Washington.
Soit lors de sa rencontre avec
l'actuelle Gouverneure g6ndrale du Canada,
Michaelle Jean, une native d'Haiti.
Soit en recevant le Secr6taire g6ndral
de 1'ONU au lendemain meme du retour de
celui-ci d'une visite le mois dernier en Haiti.
Et en diverses autres occasions.
Haiti a done deux 6minents
<< parrains > ce 14 avril : le president des Etats-
Unis et les Nations Unies.

Un accueil mitig6 ...
Cependant un redoutable cahier de
dol6ances attend probablement aussi nos
dirigeants.
L'actuel pouvoir haitien recoit un
accueil mitig6 dans les milieux intemationaux.
Le President Prdval a apport6 une
collaboration qui ne s'estjamais d6mentie dans
la restauration de la paix civile et dans la lutte
contre la drogue et avec moins d'efficacit6
contre la corruption.
Par contre, son administration se
rdvble l'une des plus erratiques et
d6concertantes qui soient.
Et dans le cas des s6natoriales du 19


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la h'C i
founi yon baz kominikasyon ki
pbmbt klyan an jwenn tout O -", P. t W- I FTr TPi
enf6masyon li bezwen sou transp6b -
pa avyon, sou lanmb ak ate, fe
rezbvasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
syon anpi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p c Oe-Stop-Sh ., sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui lo avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins UN y1o I\ enters nan oloC a cnbei i plis
ekspansyonce e t. p Inilnto a..a ans
Amerijet International, I uni sevis entenasyonal konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


avril, carr6ment d6routantes.
Malgr6 les mises en garde rdp6t6es
et au plus haut niveau de nos protecteurs
internationaux, le Conseil electoral provisoire
(CEP) a maintenu son < veto > contre les

candidats du parti de l'ex-
Pr6sident Aristide, Fanmi
Lavalas.
Du coup Prdval (qui
semble avoir pris fait et cause
pour le CEP) commence a tre
perqu comme un president qui
confond trop souvent la
gouvernance politique avec une
partie de poker. Et menace de
nous faire jouer sans le vouloir
h la roulette russe.

Plus de forme que
de contenu ...
Mais 1i aussi, n'est-ce
pas une question plus de forme
que de contenu En effet,
l'international a maintenu son
financement des elections de
dimanche a hauteur de 80%, et
ce sont les blinds de la mission
onusienne (Minustah) qui en
assureront la s6curit6.
Prdval a-t-il tromp6 la
vigilance de ses illustres
protecteurs pour la premiere fois
depuis son retour au Palais
national en mai 2006 ?
Ou bien a-t-il voulu leur montrer que
lui aussi sait comment faire plus avec moins !
Les responsables Lavalas appellent
au boycott des urnes du 19 avril.

Un passage oblige ...
Toutefois quelle importance ont
v6ritablement ces elections partielles aux yeux
de la population ?
Alors qu'elles semblent un passage
oblige, aussi bien pour le chef de l'Etat
(s'assurer que la prochaine r6forme
constitutionnelle en preparation puisse 6tre


introduite au Senat a cause des regles de
quorum et de majority. L'actuel Senat compte
seulement 18 membres sur 30) que pour
international comme preuve de la
< normalisation. >
Cependant le style de gouvernance
trop cavalier (et trop cavalier seul) de Mr. Prval
fait craindre que le pays ne capote dans une
nouvelle crise politique (dixit le Conseil de
s6curit6 de 1'ONU) dont personne n'a
actuellement besoin.
Toujours est-il que ce sont autant de
casseroles qui vont l'accompagner lors du
sommet des Amdriques jeudi et vendredi a
Trinidad et Tobago.
Outre les exigences dont il faut
s'attendre de la part des bailleurs en change
de leurs moindres contributions, face a un Etat
haitien dont le mal aujourd'hui ce n'est pas la
violence ni tellement la corruption que
l'apathie. A la fois conceptuelle et
organisationnelle.

Une hirondelle ne fait pas le
printemps ...
Nous parlons de l'Etat comme entity,
pas de ses diffirents membres pris isol6ment
et dont plusieurs font probablement de leur
mieux. Mais une hirondelle ne fait pas le
printemps.
Apathie relationnelle aussi. Comme
d'habitude on ne sait rien du message que
pr6sentera le Pr6sident Prdval a la tribune du
5e sommet desAm6riques cejeudi ouvendredi,
mais ce dont on est presque sfir, c'est qu'il
aura besoin de toute sa force de conviction
pour ce qui l'attend dans les coulisses de la
rencontre.
Puis une fois rentrd, il devra
imm6diatement faire face aux s6natoriales
partielles de dimanche prochain. Voilh des
elections somme toute ordinaires mais qui
auront pour lui valeur d'un veritable
referendum.
Selon que le mot d'ordre de boycott
des dirigeants Lavalas sera suivi ou non. Car
1l aussi c'est un challenge !
Haiti en Marche, 11 Avril 2009


IK4i 4g ia .v









"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Pa6 Plus Bakery, Inc."
NATURAL JUICmE


11638 NE 2nd Ave.
Miami. FL 33160
Tel. 305-756-3695


Catering Specialist
Cakes, Pastiles Hors d'Oeuvres
for all occaions


Page 4


Un navire h6pital americain en Haiti pret a soigner 8.000 personnes


Chaque matin, captez


Melodie Matin

sur 103.3FM





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 12


Fanmi Lavalas absent des elections de dimanche

L'ONU PERSISTE DANS SA PROTESTATION MAIS NE SIGNE PAS


(... suite de la lere page)
fois inattendu et curieux. Ne sont-ce pas ces
memes secteurs intemationaux qui avaient
souhait6 la chute d'Aristide le 29 f6vrier 2004 !
Mais Aristide, depuis son exil en
Afrique du Sud, laissa peu de chance a son
parti pour en tirer profit puisqu'il intervint pour
declarer que < ce sont les memes forces du
coup d'6tat de 2004 > qui gouvement en Haiti.
Declaration interpr6t6e a Port-au-
Prince comme une fin de non-recevoir ( ?).
L'incident est clos.
Depuis pas un mot de la part des
missions diplomatiques mentionndes plus
haut.

Comme si de rien n'etait ...
Cependant dans son dernier rapport
la semaine dernire au Conseil de s6curit6, le
Secr6taire g6ndral de 1'ONU revient sur la
n6cessit6 d'int6grer tout le monde dans le
processus electoral. Et avoue craindre que
l'exclusion de tous les candidats du parti
Fanmi Lavalas ne d6bouche sur une nouvelle
crise politique dont personne n'a besoin.
NManmoins les preparatifs pour le
scrutin du 19 avril continuent comme si de
rien n'6tait, dans un parfait accord entre le
Conseil electoral provisoire et la Minustah.
Dans un pr6c6dent communique de
presse, le Conseil de s6curit6 annoncait avoir
requ lors de sa r6cente visite en Haiti,
l'assurance du CEP que les elections ne


laisseraient de c6t6
population.


aucun secteur de la


Du mal A avaler cette


couleuvre ... Se r6servant de d6clarer a la fin,
Puis a nouveau, silence radio. comme Ponce Pilate, qu'il est innocent du sang
Comme si les Nations Unies avaient de ce juste ...
du mal a avaler cette couleuvre. Mais pour d'autres, international a
Beaucoup commencent a dire que d6cid6 de laisser passer cette fois parce qu'il
c'est du cinema, et que l'intemational n'a s'est fait prendre de vitesse mais qu'il ne


Le Secrdtaire general de 1 'ONU regu en Haiti par son Representant special Hedi Annabi
aucunproblkme dans l'l6imination de Fanmi saurait appuyer d'dlections qui ne soient
Lavalas de la scene. << inclusives. >


En effet, quelle 16gitimit6 peuvent
avoir des elections qui sont boud6es par la
majority de la population.

Une arme A double tranchant

Si tant est que Fanmi Lavalas reste le
parti des masses, comme il le pretend. Et
comme il devra le d6montrer ce dimanche ayant
appelk au boycott de la joumre 6lectorale.
Car le boycott est aussi une arme a double
tranchant.
D'autres elections plus importantes
doivent intervenir a la fin de l'annde pour
renouveler la totality de la chambre des
d6put6s, tous les l6us municipaux et des
collectivit6s territoriales.
On attend le Conseil de s6curit6 au
tournant, pour voir dans quelle mesure il
entend respecter ses propres resolutions.
Ou s'il nous parle en enfoncant
toujours plus profond6ment son gros orteil
dans le sol !
Elections plus importantes en fin
d'annde, mais pas pour Mr. Prdval (c'est une
autre version de la meme histoire) qui, quant a
lui, ne peut pas attendre parce qu'il a besoin
tout de suite de disposer d'autant de sieges
que possible au Snnat pour pouvoir introduire
le processus de r6forme constitutionnelle qui
lui tient tant a coeur.
Or Fanmi Lavalas est trop divis6 et
son chef, l'ex-pr6sident en exil, trop radical
pour pouvoir rechercher avec lui le moindre
compromis.
Haiti en Marche, 12 Avril 2009


llAis SSiss


N Alln #1 d1d"#


* .a % .v


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"

n- *k *m*0 "a -49f *rue


-Ia IKWI: som -lNU w 1 a,


GTAHEAD INA


Tri owFrA RearingCa-e







II
*Auom live Srvie Tehniiai








*111


:II
Callfor comletelis









-I.E,


866.926.9661 Succe
S. .. ....... .. .. ..... .... .. .. .. .. .. ww w.ATITrainingFL.com
SAlCaeerTlaningCenter-Miai, RHondaisabranchlocahonoflheOrldandiPakFIondacaipus

FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


CoaU tpi* eixMis


Ha ti
Etats Unis
Canada
Europe
Am6ique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
_ US $ 70.~00
_ US 70.00


I Cloatp io nI


Gdes 520.00
_ US $ 78,00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans Ie cas d'un ambonnment
avec livrason, Is cout est le double.
PrfIt do spcHiler st vous Ates
un nouvel abonn6
ou sll s'aglt d'un renouvellennt


Nouveau


Renouvellement

ELI


Page 5


Nom
Adresse





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 12


4


Mesaj Premye Minis Michile Duvivier Pierre-Louis

pou nasyon an nan dat 9 avril 2009


Seul le prononce faitfoi


P6toprens,jou ki 9 avril 2009

Medam, Mesye,

Jodi an m pran lapaw61 devan nou paske m panse li enp6tan pou m bay kek
esplikasyon sou kote nou ye nan travay Gouvenman an.
Depi anvan m rive nan Primati an k6m Premye Minis, Gouvenman an te k6manse
yon travay ak ansanm enstitisyon kap bay peyi an Wd teknik ak finansye, kote yo te prepare
ansanm yon konferans entenasyonal ki te gen pou f&t nan mwa davril 2008 la. Konferans la
te gen pou f&t nan kad DSNCRP an, ki, tankou nou konnen 1 deja, se yon kad global
gouvenman an tabli ak anpil patne nasyonal tankou entenasyonal, pou rive konbat lamize
ak povrete. Boulves ki te gen nan peyi a nan menm mwa davril sa a pat pemet konferans lan
f&t. Pandan premye mwa m pase nan tet gouvenman an, ijans apre sikl6n yo, mete sou
preparasyon fey de wout, preparasyon bidj preparasyon bilan aksyon gouvenmantal la te
bay priyorite sou 16t pwogram ki te an soufrans depi anvan yo. Se konsa, kesyon konferans
entdnasyonal la patko part nan lis travay gouvdnman an.
Se s6lman nan mwa fevriye 2009 la, lide pou nou ta tanmen konferans sa a koumanse
ft chimen li. Li vin pran plis enp6tans 1k nou konstate difikilte Gouvenman an vin genyen
pou li balanse bidje li nan wot li te swete 1 lan. Sa vle di, pout&t ogmantasyon depans Leta
yo, pou peye aryere sale pwofese ak 16t aryere sale ank6, pou peye polisye, paske chak ane
gen plis pase mil polisye tou n&f ki antre an fonksyon; ak pil 16t depans Leta gen pou 1 fe,
lajan ki rete pou ft envestisman, espesyalman pou rekonstwi tout enfrastrikti sikl6n yo te
kraze yo, lajan sa a pat sifi. Li te tw6 piti pou kouvri tout envestisman Leta vle ft yo. Na
sonje, se pout&t sa, nou te vle mete yon redevans sou apd1 telef6n entenasyonal ki sot 16t
b6 dlo yo, men sa pat rive f&t pout&t fason nou te prezante 1 lan bidje a. Menm 1I a tou bidje
a vin gen yon twou 3 milya goud, sa vle di nou manke 3 milya goud oswa 75 milyon dola
meriken.
Devan sitiyasyon sa a, Prezidan Rend Preval te pati, nan mwa fevriye a, pou li t al
rankontre nan peyi Etazini diferan gwo enstitisyon ki bay peyi a Wd finansye pou pwoje ak
pwogram li yo. Se te yon fason pou li mete yo okouran sou sitiyasyon difisil peyi a, epi tou
prepare teren pou konferans entenasyonal sou Ayiti an. Sa te byen pase, nan sans tout
enstitisyon yo te byen akeyi Prezidan an, te dak6 tou ak lide pou konferans lan f&t, 1I fini
pou yo konsidere fason yo kapab ft pi plis pou peyi a, sa vle di ogmante valy lajanyo ka bay
peyi a touswit nan ane 2009 la.
Depi 1I sa a, Ministe planifikasyon ak koperasyon Eksten tanmen yon travay
regilye ak ansanm baye ki nan peyi a pou prepare konferans lan. Konferans lan te pral f&t an
de tan. Yon premye atelye teknik ki fdt deja Otawa nan peyi Kanada nan dat 10-11 mas ki s6t
pase an, e se otorite Kanada ki te 6ganize 1 anfave Ayiti. Apre reyinyon teknik sa a kote 2
Minis yo te patisipe ak tout baye yo, desizyon te pran pou konferans entenasyonal la f&t
nan dat 14 avril nan Vil Washington.
Ki sa ki pral prezante nan Konferans sila ?
Toudab6, nan esplikasyon m s6t bay la a sou twou ki gen nan bidje a, nou ensiste
pou baye yo konprann nan ki sitiyasyon peyi an ye jounenjodi a apre tout ch6k li sibi nan
ane 2008 la. Kidonk, premye sa peyi anbezwenjounenjodi a, sejwenn 75 milyon dola, mete
sou 50 milyon li gen dwa ft k6m d&t nan Bank Santral, men f6 li ranbouse li, ototal 125
milyon dola vet. Se valy lajan sa a nou bezwen pou nou kapab mennen politik envestisman
piblik nan peyi a. Sinon, devan digdal pwoblkm ki devan nou la, sitiyasyon an ap pi frajil
ank6. Nou fn baye yo, tout enstitisyon ki di yo se zanmi Ayiti yo, konprann nesesite pou
noujwenn k6b sa a touswit, pou ane 2009 la.
Kounye an, pou pwoje ki riske pran plis tan yo, Prezidan Preval, ansanm ak
Gouvenman an, Minis yo, idantifye pwoje ki pi enp6tan pou noujounenjodi a. LU fini nou
prezante yo bay kominote baye yo pou yo fR chwa kilks ladan yo, yo pral finanse.
Depi nan diskou premye janvye li te ft Gonayiv la, Prezidan an te anonse sa ki pi
enp6tan pou li nan konjonkti nou ye nan peyi a, se wout. Wout pou deklwazonnen peyi a,
wout pou peyizan kapab rive nan mache yo san kU sote pou yo vann pwodwi yo nan pi bon
kondisyon, wout pou transp6 piblik ak prive f&t san machin yo pa dekonstonbre apre de
traje, wout pou sit touristik, kiltir1 ak istorik peyi a. Se konsa nan dokiman ki pral prezante
nan Konferans Washington lan, genyen 2 wout nasyonal: wout Sen Mak-Okap ak wout
Gonayiv Gwo M6n; ak yon wout depatmantal, wout Miragwan Barad& an pasan pa Ti Rivye
Nip.
Dezyem kategori pwoje an se nan agrikilti nou vle deplwaye yo. Se konsa nou
chwazi ansanm ak minister agrikilti, ki kote envestisman yo kapab bay bonjan reziltan san
pedi tan. Nan z6n N6, Sen Rafay1 kote nou kapab mete an valk 6 mil ekta te irige. Nan vale
Latibonit la kote se 12 mil ekta ki kapab pwodwi manje pi byen si genbonjan ankadreman
ak envestisman. Epi, nan Plenn Okay Tobek la kote 5000 ekta te kapab jwenn menm kalite
atansyon.
Envestisman nan agrikilti ak elvaj se yon devwa pou Gouvenman an ansanm ak
tout 16t sekte prive nasyonal oubyen entenasyonal ki kapab ede nou mete te yo an valy,
ogmante pwodiktivite, ogmante revni peyizan-agrikiltU yo pou yo fR lajan yon fason pou
kondisyon lavi yo amelyore.
Tankou pou wout yo, sa pa vle di 16t kote yo pa enp6tan, sa pa vle di Gouvenman
an pap ft jan 1 konnen pou li mennen aktivite nan 16t kote sa yo, men nou oblije priyorize
pou konferans lan, se wl6 Leta.
Apre wout ak agrikilti, twazyem sekte ki merite envestisman se elektrisite. Li nesese
pou transf6me pwodui agrik6l, li nesese pou izin ak endistri enstale epi devlope, li nesese
pou gen limye pou timoun yo etidye leswa. Elektrisite se yon byen tout moun ta dwe kapab
jwi. Se pa yon privilkj. Kidonk se pou nou goumen pou plis moun nan popilasyon an nan
P6toprens tankou nan 16t pwovens yo kapab jwi kouran menm kant nou pa ta kapab bay li
24 sou 24. Rezo EDH yo bezwen ref&t, ekipmanyo depresye. Envestisman nan domen sa a
ap pemet reyabilitasyon ak ekstansyon rezo an.

Gen 4 16t sekte ki reprezante nan dokiman konferans lan:
1. Yon pwogram pou ft fas kare ak dezas ki kapab frape vil ki pi vilnerab yo tankou
Gonayiv, Kabare, Kazal, Leyogan, Jakm1l ak kek katye nan P6toprens. Nan
pwogram sa a, nap gen pou ranf6se kapasite Direksyon Pwotesksyon Sivil, sistem
alkt 1I move tan anonse, anplis angaje tout travay kiraj kannal, repwofilaj rivye,
pwoteksyon bej, redimansyon pon, asenisman vil yo, pwoteksyon basen vesan


;.4



yo, elatriye.
2. Yon pwogram nan dom~n edikasyon ki pou pbm&t konstwi plis lek61 espesyalman
kote ki pa gen lek61 piblik ditou, epi repare lek61 ki te kraze nan sikl6nyo e ki pat
rive repare nan pwogram dijans la.
3. Menman parbyman, nan sante piblik, gen pwoj envesti nan rekonstriksyon ak
reyabilitasyon lopital referans yo, espesyalman nan Gonayiv ak nan Jakml.
4. An dtnye lye li te enp6tan pou nou te mete nan pwogram konferans lan yon
seksyon ki pran ankonsiderasyon envestisman prive. Gouv~nman meriken adopte
yon lwa yo rele lwa HOPE, ki pbm&t tout travay kouti ki f&t ak tout kalite twal nan
peyi an kapab antre san taks nan peyi Etazini. Se yon gwo avantaj li ye e se sd1
Ayiti yo bay avantaj sa a. Si nou reyisi envesti nan kreye espas endistriyd1 kote
izin sa a yo kapab vin tabli, nap kapab kreye anpil anplwa nan peyi a. L gen
endistri ki kreye nan yon sekt li louvri p6t pou anpil sektW jwenn okazyon pou
devlope pi plis : sekt manje, sektW transp6, sekt ki mak6nen ak 16t endistri yo. Sa
pbm&t gen mwens chomaj. Plis lajan sikile nan peyi a. Leta antre plis taks tou ki
pJmt li shvi pi plis e pi byen popilasyon an kap tann s-vis de baz yo nan men 1.

Vwala, se plan sa a ki pral prezante nan konferans wachintong lan. Li pa kouvri tout
bezwen peyi a, men li louvri p6t pou pi devan.
Nou konnen tou, gen yon sityasyon kriz ekonomik ak finansye nan peyi rich yo ki
kite nou kwv nou ka pa jwenn lajan pou tout pwojl ak pwogram nou prezante la a. K6m
konferans la te vin yon nesesite, nou wI 1 non pa tankou aboutisman yon pwosesis
kolaborasyon ak divss patn, men pito tankou yon k6mansmankote k lkilanswa nivo lajan
bay4 yo rive bay nou espere nivo a ap konsekan kanmenm f6 fason nou travay avnk yo
tout, k6manse chanje. Kote se pa yo kap deside poukont yo kisa yo pral fu nan peyi a men
pito kote se GouvHnman an ki pou prezante plan li pou yo menm yo ak6de d la sou plan sa
a. nou vle pran yon 16t direksyon nan fason pou noujere peyi an, pou nou jere ed la.
M te panse li te enpbtan pou m te bay popilasyon an esplikasyon sa a yo.
Se mwen menm kap dirije delegasyon kap pati a. Nou pral ft yon pledwaye pou
peyi a. Kidonk m pa vle pati ak yon gwo delegasyon. Men, f6 nou genyon figi tou. M envite
prezidan de chanm palman an pou yo akonpaye m. M envite asosyasyon nan sekto prive an
vini tou e yo mobilize pw6p fon yo pou yo patisipe tou.
Medam, mesye, peyi a nan yon kalfou. Gen op6tinite ki louvri devan1 jounen Jodi
an. Se nou menm ki pou konnen si nap pran yo ak de men, ak kouraj ak volonte pou nou
k6manse louvri kok gwo chantye tout bonvre, osnon si nap kite yo pase devan je nou
tankou sa f&t tw6 souvan nan istwa nou. Nan Gouvtnman an, gen gwo ef6 kap f&t pou bay
peyi a yon 16t direksyon kote nap konbat koripsyon, nap jere lajan peyi an yon 16t fason,
pou bay popilasyon an sdvis lap tannyo. Li pa fasil pou korije anpil ane gag6t ak endisiplin.
Li pi difisil toujou 1k katastw6f toupatou mete tout pwoblkm yo dey6 yon grenn kou :
pwoblkm anviwonman, pwoblkm chomaj, pwoblkm wout, pwoblm agrikilti, pwoblsm kay,
pwoblkm edikasyon, pwoblkm sante.
Nou konnen pwoblm yo, nou konnen yo anpil. Men nou angaje ak detbminasyon
pou noujwenn solisyon yo youn apre 16t. Nou angaje tou pou nou pran bonjan desizyon ki
pou ft pwojm yo ateri nan benefis popilasyon an. Sa vle di menm kant nou poko rive nan
pwen pou Letajwenn tout mwayen li bezwen pou satisfy bezwen popilasyon an nou poko
rive la men genjef6 kap f&t pou elaji asy&t fiskal la, ft kontribyab peye taks yo dwe peye
pou Letajwenn plis lajan pou bay plis svis. Se taks ak enpo Leta kolekte nan DGI ak nan
ladwann ki pi gwo sous lajanLeta antre nan ks liyo. Gen travay kap ft deja pou plis moun
peye, pou gen mwens paspouki, pou gen mwens gag6t. Menm si pou anpil moun Leta se
chwal papa, v616 Leta se v616 e sa jwenn repons li nan k6d penal la.
Nou deside reprann pazapa espas otorite Leta yo. Nou pa kapab kontinye ap viv
nan yon peyi dez6d kote moun ft sa yo vle, 1 yo vle, kote yo vle. Peyi a pa ka sip6te
sityasyon dwateg6ch sa a.
Se pou nou METE LOD, Se pou LALWA APLIKE, Se pou SANKSYON YO TONBE.
Sa mande KOURAJ, sa mande KONVIKSYON, sa mande VIZYON.
Kouraj, pou n pa pran nan kraponaj ak fanfaronad kote yap ft nou p
Konviksyon, pou n konnen se pa abi nap ft men nap aji selon lalwa, selon rgleman
pou n retire peyi a nan dezbd ak gaspiyaj.
Vizyon, paske f6 nou kapab reve yon peyi kote nou kapab viv san kU sote, san
kidnapin, san vyolans, san fatra, kote nap konbat lamiz, nan ofri travay, kote timoun kap
grandijodi an rive kws nan avni yo nan peyi a, kote nou revizite istwa nou, nou valorize kilti
nou, nou aprann respekte patrimwhn nou.
Men pou avni an bol, f6 nou k6mansejodi a nan moman prezan an, nou tout ki
kwe nan Ayiti.
MlsiL
Mich Hle Duvivier Pierre-Louis
Premye Minis


Page 6





Mercredi 15 Avril2009
T-ni'ti pn Mnrrhp Vnol XXTTT N 1 ?


POPULATION


I m a fap Sem ra~aam@) m.*.i
Ie d*meuW de Ib -fm I-IL- pr --I
a as sp4 16" rume av antmc


-- -

- -r 0 .cm l


- "-- _-
t~ -11 -i -


- W


-~e ae -e -- -
*l -C
ar eI er I a S


- OW .
1C


-- .-


do-- --w


0 -~I -
* --r 0 -
r


- ~ ,~
-


-I -r mr t
a C


-o y -& -rm g-- n "0. 4O.-

I -" --.,tbm -W -41



"Copyri hted Material




--- Syndicated Content -. -




Available from Commercial News Providers"


- M w -
4m__ -m 0q-


o w-a m rrNo--glo
- .0- 4- -


- 0 -


* -- w -


- ec,. a


- 0 --


0 00 .m --


4 d, o Udfm % a mO -N


-r -I -


- -




-b4 -0-
w -rr C


- .


-low, e-
e -r -e e S



Am -
I= m

c- 0'I --Lr



S--~ -t Q _


- ~. S


- r
-


* e -, -t - c-

- -- l- ~- -
.~L -0
0 I _


0 *


- _- 0


Pws 4w ram .


~bh mo- & o


*N -


.


Al-- C -
9

4


-

- C- -


w 41b a
r r-


-i 1
r 0 0


- -
- - _-



NN .I w-
4 0 -



- 0 AM


.- 1 ..
a -8 n-


emo -mm a-*

* * ..w
M m .m. m m.

0 w dip S -e -






mm w -- - -
-. emm-- e *

am-** em * e.Gag 40

m* 41 W*40 m *
44001- o m l a


. I) -
-m..0 0

04 S W M -.01
--mqbw 0



___ * -
=- -__
C* m

_


-._ -- .- o











*- ,







Sa . -11. -



0






0I C
- dM- .


L HaIen Marche J


Fe Chak Jou




Jounen Late!



Ane sa a se 22 avril lap tonbe, men Konte Miami-Dade kapab
ede w vin ekolojik pou Jounen Late a ak pou lavni.

Ekonomize dlo,jis chanje ansyen tet douch w an ak

yon nouvo vesyon tet douch ekolijik, gratis.

Ale cheche yon pye bwa gratis nan youn nan

pwogram << Adopt-a-Tree >> kap fet b6 lakay Wap

ede re-ranpli late an ak bon jan oksijen epi renove

espas vet pye bwa yo.

Pa pedi tan epi ekonomize papyejis peye bbdwo

Konte w yo sou entenet la.

Pou plis enfomasyon sou Jounen Late an ak konsey sou kouman pou
w viv, travay akjwe ekolojikman, ale sou green.miamidade.gov
oswa rele 3-1-1.


Page 7


*


I


L... - -


I


-- i p
41mlm -


-- re


C -r
r ~ r


r ql rql O A mD


- 4aw ,


-~ rC


111 --
Now ~r r

AW,


olow 4b .


Q 0


rCI

__ -
CI


Mb# m 4b an a m





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 12


Rapport du Secretaire general sur la Mission


des Nations Unies pour la stabilisation en Haiti


Le Secr6taire g6n6ral, dans son
rapport, rend compte des principaux
6v6nements survenus en Haiti ainsi que des
progrbs r6alis6s dans la mise en ceuvre du
mandat de la Mission des Nations Unies pour
la stabilisation en Haiti (MINUSTAH) entre le
27 aofit 2008 et le 27 f6vrier 2009. La p6riode a
6t6 marque par une crise humanitaire suite
aux ouragans de la fin aofit et mi-septembre
2008 d'une part, et, d'autre part par une
amelioration initiale de la situation politique,
laquelle s'est n6anmoins tendue de nouveau
parla suite. Le pays n'a pas connu d'incident
notable de s6curit6 mais le calme actuel est
jug6 pr6caire du fait tant de la situation
politique que de la misbre.
M. Ban Ki-moon indique que, du
fait des ouragans, < les progrbs dans certains
domaines essentiels n'ont pas &6t A la mesure
des attentes >. II fait 6tat de < quelques
avanc6es > dans quatre des cinq domaines
jug6s indispensables pour la consolidation de
la stability en Haiti: le dialogue politique et les
elections; l'extension de l'autorit6 de 'Etat, y
compris la gestion des frontibres; le
renforcement de la s6curit6; et l'Etat de droit
et les droits de l'homme. En revanche, en
matibre de d6veloppement 6conomique et
social, il deplore une < forte d6t6rioration des
conditions de vie quotidiennes de la grande
majority > de la population haitienne.
La MINUSTAH et la communaut6
internationale, qui avaient encourage
l'adoption d'une < approche collaborative >
pour sortir de l'impasse politique, ont applaudi
l'investiture le 5 septembre de Mme Michble
DuvivierPierre-Louis comme PremierMinistre
apres cinq mois de crise gouvemementale.
Toutefois, d&s novembre, la situation politique
s'est de nouveau tendue entre les pouvoirs
ex6cutifet 1gislatif. Unprogramme 6gislatif
commun a bien &6t adopt mais il a peu
progress, note M. Ban.
Fix6es aux 19 avril et 7 juin, les
elections s6natoriales partielles, repouss6es
plusieurs fois depuis 2007, devraient permettre
d'assurer un meilleur fonctionnement des
institutions. Toutefois, le Secr6taire g6n6ral
rappelle que, pour contribuer A la stabilisation
politique du pays, ces elections doivent 6tre
perques comme libres, justes et ouvertes A
tous. Or, le Conseil lectoral provisoire a 6cart6
tous les candidats pr6sent6s par Fanmi
Lavalas, le parti de l'ancien Pr6sident Jean-
Bertrand Aristide. M. Ban, qui n'exclut pas
un regain de tension A court terme A l'occasion
du scrutin, juge, de manibre plus g6n6rale,
indispensable que les dirigeants haitiens
< continuent d'opter pour la collaboration et
qu'ils soient disposes A prendre les decisions
et A les appliquer en temps voulu .
Le Secr6taire g6n6ral rappelle que
l'extension de l'autorit6 de l'Etat est
subordonn6e au renforcement des principales
institutions, ceuvre de longue haleine, alors
que la MINUSTAH continuera de se
concentrer sur le renforcement des capacit6s
administratives des institutions de

1 .1 q i


gouvemance A tous les niveaux, la gestion
int6gr6e des frontibres et la s6curit6 des
frontibres, conformnment A son mandat. Iljuge
essentiel de trouver des moyens pour


renforcer l'ensemble des capacit6s du pays
en matibre d'administration et de gouvemance
et pour am6liorer l'aptitude du Gouvemement
A fournir les services de base A sa population,
< facteur indispensable A la stability >.
Le Secr6taire g6n6ral estime en
effet que < les niveaux actuels de pauvret6,
de d6nuement et de souffrance dans le pays
sont clairement incompatibles avec la stability
A long terme . A ses yeux, la crise financi&re
mondiale ajoute encore au risque de voir la
situation se d6t6riorer davantage << moins
qu'un effort soutenu ne soit fait maintenant
pour r6pondre aux menaces
socio6conomiques >. M. Ban juge donc
< indispensable qu'un effort suppl6mentaire >
soit fait maintenant et affirme que les
ressources n6cessaires seraient relativement
modiques en valeur absolue. II ajoute qu'un
appui bien cibl6 apport6 en temps voulu
<< pourrait valablement changer la donne ,


permettre de maintenir les acquis et 6viter un
revers qui couterait davantage a long terme.
Malgr6 les graves difficulties, la
situation actuelle < offre toujours l'occasion


de progresser vers la consolidation de la
stability si l'on fait preuve de la patience et de
la pers6v6rance n6cessaires >, affirme le
Secr6taire g6n6ral. Ilajoute toutefois que l'aide
de la communaut6 international ne portera
des fruits que < si les Haitiens eux-m6mes font
preuve, face A leurs problkmes A long terme,
de la m6me determination et du m6me esprit
de consensus qu'ils ont affich6s au lendemain
du passage des temp6tes .

Expose
M. HEDIANNABI, Repr6sentant
special du Secr6taire g6n6ral et chef de la
Mission d'assistance des Nations Unies en
Haiti (MINUSTAH), a affirm que le riglement
des divergences politiques grace au dialogue
restait la pierre angulaire dont d6pendaient
les progrbs dans d'autres domaines. Il s'est
f6licit6 du nouvel 61an que la soci6t6 et le
Gouvernement haitiens avaient impulse au
lendemain des ouragans. Pour la premire fois,
en d6cembre dernier, le Gouvemement et le
Parlement haitiens ont adopt conjointement
une 16gislation, tandis que le Pr6sident Pr6val
a d6cid6, d6but 2009, d'6tablir un ensemble


CON ACT US
TOLL FREE: 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX 3 05-6 2 0-8 3 3 2
CELL. 305-986-8811


de commissions multipartites charges de se
pencher sur des questions clefs. Les progrbs
demeurent toutefois fragiles, a pr6venu
M. Annabi, qui a tout notamment attire
l'attention sur le processus electoral en cours
pour renouveler un tiers du S6nat, l'origine
de tensions consid6rables. Ces elections, a-
t-il insist, sont indispensables pour
consolider le Parlement, et il est done essentiel
qu'elles se d6roulent sans violences ou
perturbations.
Pour sa part, la MINUSTAH
continue de pr6ter assistance au
Gouvemement pour lui permettre d'6tendre
son autorit6 A l'ensemble de son territoire et
d'y d6velopper ses capacit6s administratives,
a poursuivi le Repr6sentant special. En d6pit
des progrbs accomplis dans le cadre de cette
cooperation, < il est clair que la Mission peut
A peine faire la difference pour aider le
Gouvemement A r6pondre aux besoins de la
population , a-t-il reconnu. C'est pourquoi
M. Annabi a salu6 les programmes bilat6raux
et multilat6raux qui ont 6t6 lanc6s pour
contribuer A l'6tablissement de minist&res. I1
a expliqu6 que le renforcement de la s6curit6
repr6sentait un autre domaine dans lequel des
progrbs avaient 6t6 accomplis, mais ol il restait
encore beaucoup A faire. S'appuyant sur les
succes remport6s entre 2004 et 2007 contre les
groupes arms et les gangs, la MINUSTAH a
entrepris plusieurs actions, en cooperation
avec les autorit6s haitiennes, en particulier en
d6ployant des troupes pour s6curiser la
frontibre avec la R6publique dominicaine et le
long des c6tes. Par ailleurs, la formation des
forces de s6curit6 haitiennes se poursuit de
manibre encourageante, a ajout6 le
Repr6sentant special, qui a rappel6 que la
persistance des 6meutes, des violences et des
trafics, ainsi que les d6gats provoqu6s par les
ouragans, rendaient la presence des
personnels militaires et de police toujours
n6cessaire.
Dans le domaine de la r6forme
judiciaire, des avanc6es ont 6galement 6t6
r6alis6es vers l'6tablissement d'un conseil
sup6rieur du pouvoir judiciaire, cens6
superviser le fonctionnement de l'appareil de
justice. La riouverture, le 12 mars, de l'Ecole
de la magistrature repr6sente 6galement un
d6veloppement positif, a fait valoir
M. Annabi. I1 s'est toutefois 6mu des
conditions de detention dans les prisons
haitiennes, en d6pit des progrbs faits dans la
formation des gardiens de prison. Le
Repr6sentant special a salum, en revanche, le
niveau du d6bat public dans 'ile et le respect
de la liberty de la presse et des libert6s
individuelles en g6n6ral. S'agissant du
d6veloppement socio6conomique, qui depend
6troitement de la s6curit6, il a jug6 que les
seuils actuels de pauvret6 dans le pays 6taient
incompatibles avec une stability durable. Le
Repr6sentant special s'est dit pr6occup6 par
la d6t6rioration de la situation
socio6conomique en 2008, aprbs le passage
des ouragans qui ont caus6 des d6gats estim6s
a 1 milliard de dollars, soit 1'6quivalent de
15% du produit int6rieur brut (PIB) d'Haiti.
La crise financibre mondiale a aggrav6 cette
situation, qui a provoqu6 une baisse de
14% des transferts de fonds, vitaux pour de
nombreuses familles de l'ile.
A la lumibre de ce constat, le
Repr6sentant special s'est dit convaincu que
l'assistance devait rev6tir en priority trois
aspects. Tout d'abord, l'aide humanitaire doit
6tre maintenue A tout prix, a-t-il pr6cis6.
Ensuite, il est crucial d'appuyer le relbvement
rapide en l'axant sur la creation d'emplois, tout
en menant A bien les thches de rehabilitation
et de reconstruction A l'appui du
d6veloppement. Enfin, du d6veloppement A
plus long terme, que M. Annabi a appeal de
ses vceux, depend la revitalisation du secteur
priv6. La r6alisation complete des objectifs
fix6s dans le Document de strat6gie pour la
reduction de la pauvret6 (DSRP) exigera un
partenariat renouvel6 entre les autorit6s
nationales et les acteurs intemationaux. Le
Repr6sentant special a souhait6, en
conclusion, que la Conf6rence des donateurs
de Washington, qui se tiendra les 13 et 14 avril
prochains, permettra de combler les attentes
du Gouvernement, qui abesoin de 125 millions
de dollars pour l'ann6e fiscale en cours.


Page 8


Le Secretaire General de I 'ONU, Ban Ki-moon


Nous sommes -
pciatlih dana... -
Cargo 06ri Bartil, '- ---
Produltk p6risubls, Efb 4e
persimot, Produits
ewplolft, Toutes dirmnenons M U
domaRit NEW
Door to Door Service
PoUR vos RlmERVATIN DE CARo, APEEZ is available.

1-800-927-6059
on nwyez nous mn c-maile





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 12


KREYOL FACTORY:


LUMIERE SUR L'ART CONTEMPORAIN CREOLE


Exposition a la Villette jusqu'au 5 juillet 2009


C'est toute la Villette qui prend
l'accent crdole, le temps d'une exposition.
Kreyol Factory demarre mardi 7 avril et rend
(entre autres) un bien bel hommage a Aimd
Cesaire, le chantre de la negritude.
Tout part d'une simple phrase,
6mise par le penseur de la n6gritude Aim6
Cesaire. < constitu6 de noir, de marron et de beige>>.
L'exposition Kreyol Factory, qui se d6roule
jusqu'au 5 juillet 2009 rend hommage a
l'identit6 creole. Pour Yolande Bacot,
commissaire d'exposition, Kreyol Factory vise
a faire comprendre l'identit6 des mondes
creoles, qui ont en commun une experience de
l'esclavage, de la colonisation et des
plantations.>>
Ainsi c'est l'ensemble du monde
carib6en que les organisateurs ont souhait6
faire d6couvrir au monde occidental. En effet,
les organisateurs ont reuni sur 2800 m2 85
peintures, sculptures et installations, 250
photos et deux heures et demi de
documentaires. Parmi ces ceuvres, la r6alisation
de Lyle AshtonAnis rend hommage a la femme


noire avec Sa Venus Hottentot, jadis expose
dans les foires universelles.
Haiti est galement mis a l'honneur


avec notamment des photographies de Jane
Evelyn Atwood qui r6fl6chit sur le parallble
entre Haiti premieree R6publique noire au
a


monde) et la R6publique Dominicaine. Haiti
fond& par Toussaint Louverture assume sa
n6gritude, quand la R6publique Dominicaine
revendique une suppose indianit. Pourtant
les photos d6montrent les similitudes entre
les deux univers, finalement s6par6s par une
(mince) frontibre purement ideologique.
Limber Vilorio, artiste dominicain a
r6alise une voiture compose de 210 000
douilles, r6flexion sur la mondialisation et ses
incidences sur la culture creole et symbole
d'une soci6t6 o~ la voiture constitue un
symbole de r6ussite, alors que les douilles
semblent 6tre un moyen pour r6ussir a une
r6ussite mat6rielle, venue d'un Occident qui
fait touj ours raver.
Comment l'Afrique, oi plut6t les
Afrique(s) sont devenues une communaut6
imagine (selon l'expression de Benedict
Anderson), r6ussissant a se r6inventer alors
que son histoire est fortement marquee par la
colonisation et l'esclavage? Une belle lecon
d'histoire et d'art en mime temps.
Grande Halle de la Villette, 211
avenue Jean Jaures, 75019 Paris


Toussaint Louverture 7Avril 1803- 7Avril 2009


L'Ambassade d'Haiti en France
informe que le Charg6 d'affaires a.i, M. Fritzner
Gaspard, accompagn6 de Madame Denise
Jean, Charg6 d'affaires a.i. aupres de l'Unesco,
de M. Vilbert B6lizaire, ministre conseiller
charge du consulat, ont d6pos6 comme a
l'accoutumre en presence de la communaut6
haitienne ce 7 Avril 2009 au Pantheon une
gerbe de fleurs sur la stale de Toussaint
Louverture a l'occasion du 206eme
anniversaire de sa disparition au Fort de Joux
dans le Jura (France).
En outre l'Ambassade d'Haiti a
organism une soiree en la m6moire du
Pr6curseur de notre Ind6pendance au Palais
du Luxembourg oi siege le Senat francais.
Madame Ambroise, conseiller a
l'Ambassade d'Haiti et maitre de c6r6monie, a
prononc6 quelques mots de bienvenue. Elle a
donn6 la parole a M. Bernard Piras, s6nateur
de la Dr6me et president du groupe d'Amiti6
France Caraibes qui a retrace en quelques
phrases le parcours de Toussaint Louverture.
Cette soiree a eu lieu dans la salle
Gaston Monnerville, au Snnat, en presence
de nombreuses personnalit6s dont M. Evans
Lescouflair, ministre des Sports et de la


jeunesse de la R6publique d'Haiti, des
s6nateurs, des diplomates de nombreux pays,
des membres de la communaut6 haitienne et
des amis francais.
Un documentaire < libert >> retracant la vie et l'ceuvre du martyr
de la revolution haitienne, a &te projet6 devant
un auditoire nombreux. Dans son allocution,
M. Fritzner Gaspard, apres avoir mis en
exergue des traits du temperament et de
l'ceuvre de Toussaint, a invite l'assistance a
regarder le message que l'ceuvre de Toussaint
nous inspire aujourd'hui: selon lui, un
message de paix, de fraternity et de solidarity.
II a conclu pour dire que << C'est ce
message que nous voulons vous envoyer, au
nom du Gouvernement, du President de la
R6publique Son Excellence Monsieur Rend
Preval, et du Premier Ministre, Madame
Michele Pierre-Louis, en organisant cette
commemoration ici au Senat francais : dire
d'abord a tous les Haitiens que c'est par la
paix que doivent se r6soudre les problkmes
auxquels nous faisons face, et ceci dans la
fraternity, au-dela de nos clivages politiques,
sociaux
et id6ologiques. Et pour y arriver


nous ne pouvons pas le faire seul, il faut
compter sur la solidarity de la communaut6
internationale, en
particulier celle de
nos Amis, comme
la France. >>
Avant
la projection du
film, le public avait
pu d6couvrir
pendant 6 minutes
une autre Haiti par
l'intermndiaire des
photos ou l'on
voit les plus belles
plages et les
monuments
historiques du
pays. Une partie
de l'introduction
de ce film est
consacr6 aux Le Panthdon, momun
premiers habitants
d'Haiti, les Indiens, les Arawaks qui ont 6t6
d6cim6s par les diff6rentes conquetes
coloniales, et dont des historiens haitiens et
strangers ont 6voqu6 les souvenirs avec


motion.
S'ouvre ainsi done la p6riode de la

A


lent situe a Fars, et ou reposent les cendres
de Toussaint Louverture
deportation des noirs aux Antilles, d'ofi
merge un homme au pr6nom destine,
Toussaint Louverture.


I am Uimr ifeIrom a SdeMIJamal


'Copyrighted Material




I Syndicated Content


Availa le.from Commercial News Providers"


Page 9


Les Raras samedi ii Liogane en Haiti (photo Robenson)





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 12


Le hasardn 'ajamais encore satisfait
les espoirs d'un peuple qui souffre.
Marcus Garvey

Chers amis,je ne sais pas sij'aifait le
bon choix de la citation d'aujourd'hui. Je
voulais parler d'espoir, de d6sespoir,
d'illusions, de disillusion, de ...
d6couragement. J'aurais done pu utiliser
Camus qui croit que < L'habitude du
d6sespoir est plus terrible que le d6sespoir
lui-meme > ou alors S&neque, selon lequel
nous < Tirons notre courage de notre
d6sespoir >>. C'est certain que l'habitude du
d6sespoir nous empeche meme de nager pour
nous en sortir. Elle tue en nous l'envie mime
de lutter. Elle alimente la resignation. Celle du
< Pito nou ld nou la >, celle du < Bon Did
Bon >. Elle efface en nous lavolontW de vouloir
avancer. De vouloir changer. L'habitude du
d6sespoir est done certainement pire que le
d6sespoir lui-meme. Cela veut done dire que
cette citation aurait pu nous servir. Cependant,
tirer notre courage du d6sespoir voudrait dire
que nous n'avons pas l'habitude du
d6sespoir. Cela voudrait dire que nous avons
un projet. Un projet personnel, ancr6 dans un
projet collectif. Ce serait le cas de quelqu'un
qui passe un mauvais moment. J'imagine que
c'est ce courage, tire du d6sespoir, que
certains utilisent pour se lancer a la mer, vers
d'autres c6tes, vers d'autres horizons, vers
d'autres espoirs. Malheureusement, ils sont
nombreux a y laisser, dans cette < Mer des
Caraibes >, leurs raves, leurs illusions, leurs
espoirs. Le d6sespoir est si grand en Haiti,
disent certains, qu'ils poussent les gens a
l'exil, leur offrant ainsi le pr6texte ideal pour
aller grossir le nombre d'Haitiens,
<< dportables > aux Etats-Unis et < ddport6s >
vers Haiti (des Etats-Unis, de la R6publique
Dominicaine, de ces petits Etats de la Caraibe,
des DOM-TOM, etc.). Tant qu'il y a de la vie,
ily a de l'espoir, disent les optimistes. De ceux-


l1, on en a de moins en moins chez nous.
Vous voyez donc, chers amis, que je
me suis retrouv6 dans l'embarras du choix.
J'ai done eu recours d'autres artifices. L'effet
de proximity a jou6 6norm6ment. Pas
simplement ethnique. Bien que les critiques
vont pleuvoir, j'ose dire que Marcus Garvey
forme partie de mon univers historique,
beaucoup plus que S6neque. Ayant a faire le
choix entre Camus et Garvey, le < tr6fonds
culturel > a incline la balance. J'ai done choisi
Garvey car effectivement, le hasard n'a encore
jamais satisfait les espoirs d'un peuple qui
souffre. Les exploits des HWros de notre
Ind6pendance ne furent aucunement le fruit
du hasard. Et, maintenant, en plein 21 me
siecle, souffrant comme nous souffrons, en
silence, profond6ment, le hasard ne va pas
nous aider a sortir du puits aussi profond
qu'est celui de la misere dans laquelle se trouve
plong6e la population haitienne, dans un large
pourcentage. Veuves. Orphelins. Familles
monoparentales livrdes a la d6tresse et au seul
soin de jeunes meres, parfois adolescentes.
Familles entieres soumises a la dictature de la
pauvret6. D6sespoir. Desolation.
Cependant, chers amis lecteurs, loin
de sombrer dans le d6sespoir,je me suis arm6
de valeur pour faire le bon choix. Enfin chores
amies lectrices et chers amis lecteurs,j'aurais
du d'abord m'excuser de l'utilisation force
de ce titre. Essayons de l'expliquer pour ne
pas induire a erreur, pour ne pas inciter a des
speculations sans sens ou simplement pour
6viter que l'on me prete d'autres intentions
malveillantes. Il y a des fois, dans notre cher
petit pays, que l'utilisation de certains mots
ou de certaines tournures peuvent 8tre
consid6rdes comme un < lancement de
pointes >, comme une provocation. I1 en fut
ainsi pour la < convergence > qui symbolisait


la divergence de points de vue entre deux pans
de la soci6t6 haitienne. Un peu plus tard, la
confrontation prenait forme autour de deux
nombres, l'un impair et premier, le < 5 > et
l'autre, <184 >, pair mais non carr6 parfait ni
n'admettant le 5 en tant que diviseur. Le < 5 >
n'avait, selon le < 184 >, qu'une volont6
< d'unipersonnalit 6 La dictature du
< premier >. L'incompr6hension des < pairs >.
Le < 184 > ayant pr6tendument une structure
de groupe, voulait se porter garant des libert6s
individuelles et collectives. Trop de diviseurs
j'imagine : 1, 2, 4, 8, 23, 46, 92. Trop d'int6rets
occultes. Trop de pragmatisme pour un pays
que seul l'explosion de l'affectif peut aider a
se transformer. 5 ans voulait-il, parce qu'il
croyait que la constitutionnalit6 pouvait
prot6ger contre le d6chainement de la passion
pour le pouvoir. Un < contrat social >,
recherche comme s'il s'agissait du tr6sor des
navires espagnols enfouis dans les eaux des
Caraibes et duquel plus personne ne parle,
mit fin a trois ans de gouvemement et ne mit
jamais fin au ddsespoir du peuple haitien.
Dans ce pays, il y a des fois que l'on a la
sensation que tout le monde se fout de la
gueule de tout le monde. Malheureusement,
ce n'est pas une impression simplement.
Enfin, chers amis, un peu plus tard,
< l'avalanche > devenait un mot a ne pas
utiliser de faqon bruyante a la fois que
< l'espoir > prenait forme autour de
propositions diffirentes tandis que le vent
favorisait autrement les choses. < Van anVird
disaient certains. < L'int6rimaire > prenait alors
fin et ses diff6rents acteurs, quoique mauvais
interpretes la grande majority, purent se
recaser. Le < Premier > d'entre eux, quoique
n'6tant pas le < Pr6sident >, obtint beaucoup
plus d'avantages post6rieurs. Voitures
luxueuses. Salaire merveilleux. SRcurit&. Autres


Des-Espoirs


Obama: "les Etats-Unis ne sont pas en guerre avec 1'Islam"


"Les Etats-Unis ne sont pas et ne Obamal'a assure lundi a Ankara, appelant a un
seront jamais en guerre avec l'Islam": Barack partenariat plus important avec le monde



eye Enpo Lokati

Youn nan byen ki pi presye w yo se pwopriyete w la epi Biwo Pesept6 Konte Miami-
Dade la vie ede w konprann konsekans yo si w pa peye enpo lokatif w yo.
Tanpri konprann byen si w pa peye enpo lokatif w yo sa va f6 ke yo poze yon lod
restriksyon lavant sou pwopriyete w la epi ajoute plis fr6 ak enter sou b6dwo enpo
lokatif w an.
Enpo Lokatif yo konsidere delenkan jou 1 avril la.
Si enpo lokatif w yo rete san peye jiska 1 jen, yo pral vann enpo lokatif (tax) w yo
nan yon vant ozanch6 k6m d6 s6tifika taks epi yo va poze yon lod restriksyon
lavant sou pwopriyete w la.
L6 yo vann yon s6tifika sou pwopriyete w la, acht6 s6tifika a va peye taks w dwe
yo epi li va akimile enter yo, ke w pral oblije peye anplis de taks ke w dwe yo.
Si w pa peye taks w yo pou yon pery6d dezan apre yo fin em6t yon s6tifika sou
pwopriyete a, w kapab p6di pwopriyete w la.
Tanpri sonje, si w se aktyl6 m6t pwopriyete a, se responsabilite pa w pou asire ke enpo
lokatif w yo peye.
Pou evite fr6 ak enter adisyon6l, epi risk potansyl6 de p6di pwopriyete w la, Biwo
Pesept6 Konte Miami-Dade la vie raple w ke se pou peman w la nan biwo nou yo v6 jou
31 me 2009. Yo pap onore dat laps yo pou tax ki delenkan yo. Se pou taks yo peye ak
yon ch6k labank, money order or certified funds"
W kapab tou peye anpsi6n nan lokal sa yo:
Anba Lavil Miami South Dade Government Center
140 West Flagler Street Room 101 oswa 10710 SW 211th Street Room 104
Miami, Florida 33130 Miami, Florida 33189

Pou fasilite w, biwo nou yo ni anba lavil la ak nan South Dade la va ouv6 jou samdi 30 me 2009 la
ak dimanch 31 me 2009 apati de 9 am jiska 2 pm. E-checking disponib tou sou
www.miamidade.gov jiska 31 me 2009 oswa pou plis enf6masyon, tanpri rele 305-270-4916.


islamique a l'occasion d'une visite en Turquie,
la premiere dans un pays musulman depuis
son accession a la Maison Blanche.
Le president americain a profit de la
derniere tape de sa tourne outre-Atlantique
pour r6affirmer son soutien a l'entr6e de la
Turquie au sein de l'Union europ6enne.
Lors d'un discours de prls d'une demi
heure devant le Parlement turc, il a pr6sentW
Ankara comme un allied important des Etats-
Unis dans de nombreux domaines, dont la lutte
contre le terrorisme. II a consacr6 l'essentiel de
son allocution a souhaiter des liens plus forts
entre Amdricains et musulmans, soulignant que
des groupes terroristes comme Al-Qaida ne
repr6sentaient pas les opinions de la majority
des musulmans.
"Les Etats-Unis ne sont pas et ne
serontjamais en guerre avec l'Islam", a d6clar6
Barack Obama. En fait, notre partenariat avec
le monde musulman est crucial" pour faire
reculer "une iddologie marginale que les gens
rejettent, quelle que soit leur foi", a-t-il ajout6
a l'heure oi Washington a besoin de son vieil
allied turc, membre de 1'OTAN, pour contribuer
au maintien de la stability en Irak aprls le retrait
des forces am6ricaines, et lutter contre le
terrorisme. La participation d'Ankara revet une
6norme importance symbolique dans le monde
musulman, et la Turquie dispose d'un levier
diplomatique au Pakistan et en Afghanistan.
Le chef de la Maison Blanche a ainsi
tent6 de raccommoder des relations avec le
monde musulman mises a mal sous la
pr6sidence de son pr6d6cesseur George W
Bush aprls les attentats du 11 septembre 2001
aux Etats-Unis.
Lors d'une conference de presse avec
son homologue turc Abdullah Gil qui a prced6
son allocution, Barack Obama a ainsi trait
avec d6licatesse la question du genocide
armnien durant la Premiere Guerre mondiale,
exhortant Turcs et Armnniens a poursuivre un
processus qui "a fonctionn6 par le pass d'une
faqon honnete, ouverte et constructive" et
soulignant -ensuite devant le Parlement- que
les Etats-Unis soutenaient une normalisation
des relations entre les deux pays. S'il a r6affirm6
comme en 2008 que les Turcs avaient tu6 des
Armnniens en grand nombre au debut du sicle
passe, il n'a pas prononc6 le terme de
"genocide".
Devant le Parlement, Barack Obama a
aussi press la Turquie d'aider Isradliens et


Palestiniens "a vivre c6te a c6te dans la paix et
la s6curit6".
Al-Jazira et Al-Arabiyia, deux des
grandes chaines arabes par satellite, ont
retransmis en direct son discours. "La relation
de l'Am6rique avec le monde musulman ne peut
pas et ne sera pas fondue sur une opposition a
Al-Qaida", a lanc6 le president am6ricain.
"Nous recherchons un engagement plus large,
qui se fonde sur des int6rets et un respect
mutuels". "Nous exprimerons notre
appreciation profonde de la foi islamique qui a
tant fait au long des siecles pour amdliorer le
monde, y compris mon propre pays", a-t-il
promis.
A l'exception d'applaudissements
polis en quelques occasions, la salle a Wte
silencieuse pendant son discours. Une ova-
tion plus chaleureuse a eu lieu quand Barack
Obama a soulignd que Washington soutenait
le gouvemement turc dans sa lutte contre le
Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK),
considered comme une organisation terroriste
par les deux pays.
II a 6galement &te applaudi quand il a
r6affirm6 que les Etats-Unis soutenaient
l'adh6sion de la Turquie a 1'Union europ6enne.
Une position qu'il avait deja exprimee dimanche
a Prague et a laquelle le president franqais
Nicolas Sarkozy avait rappel6 son hostility,
ajoutant que c'6tait aux pays membres de 1'UE
"de d6cider".
Lors d'entretiens avec M. Gil et le
Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan,
Barack Obama a aussi cherch6 a vendre sa
strat6gie combinant accroissement des
effectifs militaires et efforts civils pour
amdliorer la vie des populations en Afghani-
stan et au Pakistan.
Apres avoir rencontr6 M. Erdogan,
le president amdricain a reconnu les tensions
passes dans les relations entre Washington
et Ankara -oppos6e en 2003 a la guerre en Irak-
et estim6 que la situation 6tait aujourd'hui sur
de bons rails, les deux pays partageant des
int6rets communs et ayant des "principes
similaires". A


Ecoutez

Melodie Matin

avec [Marcus


Page 10


avantages ... 6ternels. Quel beau pays I1 me
semble que l'accommodation, dans cette
soci6td, se base sur une strat6gie d'oubli
rapide des faits r6cents alors que ceux qui
devraient se perdre dans la nuit des temps
sont utilis6s pour ancrer le pays dans la
nostalgie et le sous-d6veloppement. II
semblerait maintenant que certains verraient
d'un bon ceil une < avalanche d'espoir >,
pouvant entrainer le pays vers de nouvelles
destinations. Serait-ce la meilleure solution
contre le d6sespoir ?
Chers amis lecteurs, le 19 avril
prochain (ou le 26 Chi lo sa !) semble vouloir
marquer un point d'inflexion, bien que certains
< Administrateurs malintentionnis >veuillent
actualiser le slogan < makout pa ladan > avec,
pour victimes, les acteurs qui promotionnirent
l'exclusion. < Seme le vent et tu rdcolteras la
tempete avait dit un sage. En Haiti nous en
faisons l'exp6rience a longueur de journe, de
1804 a nos jours, et, malgr6 l'exp6rience
accumulde, nous commettons les memes
erreurs. Entre l'espoir et le d6sespoir, chers
lecteurs, il n'y a g6ndralement qu'une fine
ligne, qui, a n'importe quel moment peut nous
faire basculer de la perturbation a l'6quilibre
et de 1'6quilibre a l'angoisse de la souffrance.
Enfin, puisque le hasard n'a jamais encore
satisfait les espoirs d'un peuple qui souffre et
puisque personne n'oserait me contredire si
j'affirme que notre peuple souffre, mettons-
nous au travail, forqons la main a ceux qui
nous empechent de le faire et posons la main
a la pite. < Ne laissons nulle place oi la main
ne passe et repasse. > Ne laissons rien au
hasard, meme si certains disent et croient que
le hasard fait bien les choses.
Sauf si pour certains, et cela me
semblerait cruel, maintenir un peuple dans la
misere serait bien faire les choses.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2009





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 12


Chef[i
* Le[Sautdlu Barril Telephones L[566-5361
* LePalaisle[iSudre 401-7108 l514-0304
DartiguenavelalAnsel lemanoloinn@mac.com
Veau
* LaEPetitelEgliseae[Petit Internetdisponible
Trou Ilatantde Au [~ 7 me
siecle:.. pour les clients
p


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul r6vez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMIES
UCENCE EN:
Maoteng :4 am
Scences ComptBe :4n ar
Ges4lon de falh :4anr
Sciences Infmnique :4 ans
Maetaing ManaMBment :2ans
Scrtrilbunwuq : 2 n
Gerelninancei-Martekng :anou 2 ne
Comptabi infmsiWe : 1an
Ass Aek ktWinralV :l an
Inlrmnnique cci court :60 hujrour 2na
ITr Esnlls(CISCO) :70hurn
Pour t nlt loine~ lo wppimentaires;
CMP, Dewa 30
Tes.:2 513-61, 3 730-2485, 2 24-229i
Emritarr i aest Eadinl


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Proj et
* Economie et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvenance

Dipl6me en:
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Contactez Lous E
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. com
Par courriel: Administrationa@CDFEHaiti.com
GBrunetaCFDEHaiti. corn


Par telephones : (509) 2246-1425
2513-3726


3555-1575
3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan [Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


SANTE


Bien se nourrir pour vieillir en forme


Avec l'Age, l'alimentation perd souvent de son
attrait. Mauvaise dentition, brflures d'estomac, lenteur
digestive... Les raisons de la baisse d'app6tit sont diverses.

0


Or pourbienvieillir, il est important d'avoirune bonne hygiene
alimentaire.


Con
doit manger d


trairement aux idWes reques, une personne Ag6e
e tout, et en quantity. Sauf avis medical, tout
Srgime est done a proscrire. Car c'est le
d6s6quilibre alimentaire qui se revble
dangereux pour la sante.
Une alimentation 6quilibr6e
justement, passe par trois a quatre repas
quotidiens. Avec, une fois parjour, des
f6culents. Mais 6galement de la viande,
des ceufs ou du poisson. Pas trop gras
tout de mime !
N'h6sitez pas non plus a


manger des fruits et 16gumes a tous les repas, aussi bien crus
que cuits, et des produits laitiers. La aussi a chaque repas,
c'est un minimum. Idem pour le pain, car contrairement a une
id6e tenace, il ne fait pas grossir. Et pour 6tre tout a fait complet,
pensez a varier les corps gras en assaisonnant vos salades
avec de l'huile d'olive ou de colza par exemple. Enfin, buvez 1
litre a 1 litre et demi d'eau parjour. Mame si vous n'avez pas
soif.
Et puis, soyez cr6atifs I1 ne faut surtout pas que
votre alimentation soit terne, r6p6titive. Manger doit en effet
rester une occupation attendue et agr6able. C'est le seul moyen
pour continuer de se nourrir convenablement. Et c'est connu,
un petit tour au restaurant vaut toujours mieux qu'un
antid6presseur.


8-7572 Pr--IE 2 rbn AverAtnue
T I: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- REception de paiement pour Bel South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection difMphonique chez vous...

Ouvert
6 Jours

par
senaine:
8h30 am
a
7h30 pm


* Iartums
* Cdlultr & Beepers
* SourirS ct SandlesI
* I'nxlumi posur In cuisine
* CalEau4
* Taiaux
* Mnmcygran


* Cr os (tmipas. Racine. Ianigelqu.
Zouk. Iranis. Anierwi n)
* Vkidk's (i ticns. Amincainr, t[Xumolairs. Drams:
* t.luCls dEc ehiulf


Page 11


Natif-Natal

Radyo Santibon an
1580 AM nan sid Florid la
www.wsrf.com tou patou sou la Te
Telefo-n: 305-945-1580 & 954-792-1580

Kapte Radyo Santibon an, Natif-Natal, chak Samdi maten
De 7:00 a 8:00, Le Miyami
De 6:00 a 7:00, Le Ayiti
Sou
1580 AM ou www.wsrf.com
Animasyon: Jean-Claude Prima Cantave

Lorraine Mangones, se envite nou demen Samdi 18 Avril 2009 la.
Direkte Ekzekitif Fokal-la ap vi-n brase lide sou
Fondation Connaissance et Liberte
Bon ekout!









Ede-m peye radyo ya

Download (achte) yon mizikAyisyen pou $1.00 selman
sou
www.haititradecenter.com

Si ou ta renmen brase lide sou zo-n lakay ou,
Rele 305-623-0708 ou byen Email mwen nan

j ccantave@haititradecenter.com





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 12


Fikd C'atrsuro rTCod 4a4. M oin am.rka-ais


-


-~ l -


0 S m
~ __ -
-lm D.Bm


-r .
- ..


d ~w".. 4 *


* - -
Q o Q
0 'lk 0


- w 0 oN - 110 -


-I -I nn - -
0.


- .


- -

-d


-1 -


-, -1
.Ir S r S


am-- 0 m-




GyIgted Material> -
rl -_ -


SSndcated Content: -a --



ailaomommercial News Providers"


Ival mo mme im










Id@ie h IFwmpbnp @pe r h (ed d h (' r e
A~~~~~~~Ir A re t ^* A~ Af A


^^L^&~rcl ^^&^ ^^^^^^^^^^^.^r~^^ ~-^^r Haiti dr r^^^^^^^^l ^^^kk^^&^B^^Ai^^^^

c)C (I F rC* *^**B--- D--^ ~ iB (II-- <-B- `*ara


-- I S -
r* -r~ a


- -8b-


- - W


-. 0r -r


- r a




*r -


NN- -

b) I


aI


* r -- -*) 0


r. a r - -~ 0 -N
ar *I - 0 -
ar -
~ I aI y -4 -
a -l r S


-r a- - ~ r -
a- *


- u


- -- -~-


S a S *C
-- 6 ___ a ) a -
-C- 0 P 0 a


- o- &


Une presence assuree en Haiti


par Benoit LeBlanc

Le 27 mars dernier, la ministre
Beverley J. Oda a annonc6 le volet haitien
de l'initiative Des comp6tences pour
l'emploi. (Photo: Martin Alarie)
Montmorency International
pourra poursuivre de facon plus appuyde
ses projets en Haiti, a la suite du lancement
du quatribme volet de l'initiative Des
compdtences pour l'emploi.


La ministre de la Coop6ration
internationale, Beverley J. Oda, en a fait
l'annonce lors de son passage au college
Montmorency, le 27 mars dernier. Aprbs
l'Afrique, les Caraibes et la region des
Andes, 1'initiative permettra d'appuyer
financibrement des projets de formation
professionnelle en Haiti.
On espbre am6liorer les
programmes et installations, afin de
s'assurer qu'ils r6pondent aux besoins du


march di
confirme c
le Canada.
sont 6nor
Benoit, c
Internatio


notammer
projet am
du d6pa


MIAMI-DA


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.

Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs


For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference


1 travail. < lu'Haiti est un pays prioritaire pour
,ce qui est heureux, car les besoins
mes l-bas>, d'affirmer Sylvain
oordonnateur de Montmorency
nal.
Documentaires
L'aide annonc6e devrait
It servir a la deuxibme phase d'un
orc6 cette annie. Un enseignant
rtement de cinema et des
communications a travaillI
avec des jeunes el6ves
appartenant a des 6coles de
diffirentes classes sociales,
dans Port-au-Prince, capitale
de la perle des Antilles. Le
projet est r6alis6 en
partenariat avec la
Fondation Action pour le
changement.
une s6rie de documentaires
sur des problemes sociaux
que connait la capitale
(surpeuplement,
environnement). Aprbs avoir
montre l'impact de nos
actions a l'Agence
canadienne de
d6veloppement international
(ACDI), nous esp6rons
former des Haitiens pour
qu'ils continuent de tourner
des documentaires qui
t6moignent du v6cu de leur
communaut&>, de raconter


M. Benoit.
Rappelons qu'en 2002-2003,
Montmorency International avait form des
cadres de la Banque centrale d'Haiti pour
cr6er un mus6e de numismatique. Par le
pass, on avait 6galement tent6 de cr6er un
centre de formation a distance, avant que la
chute du regime Aristide ne fasse 6chouer
le projet.
Documentaires
L'an dernier, 250 6tudiants et
membres de cooperation internationale se
sont impliqu6s dans plus de 20 projets
internationaux, au Vietnam, S6n6gal,
Madagascar, en Bolivie, Tunisie ou en
France.
poursuivre nos actions dans les pays oni
nous sommes presents et possiblement d'en
entreprendre d'autres dans de nouveaux
pays (Congo, Liban)>, souligne Sylvain
Benoit.
Le bureau Montmorency
International permet aux 6tudiantes et
6tudiants et aux membres du personnel du
college, ainsi qu'h ses partenaires de
participer activement au dnveloppement
d'une nouvelle soci6t6 mondiale, par le
biais, entre autres, de stages internationaux,
d'6changes professionnels, transferts
d'expertise et projets de cooperation
internationale.


Page 12


0pna, 0 w 1.9


--=-goo
-m
AW I


- 41P


. - 0


ON. W w - % = W


~II I CI r-

r - IIP ~C P I II~


11 r


rrrr~-


t- -


4mwm Ir md, em o


SWver ,Y ctcel c ce Every 2ij




Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 12


S.O.S. 1'Artibonite (suite)


La semaine dernire, une partie de
l'article s'est perdue dans les m6andres de
l'l6ectronique, or c'est elle quijustifie le titre
que j'avais choisi. Je la reprend donc.
Je disais que, apres Bocozelle nous
avons &t6 conduits vers les localit6s de
Jeannin et Boudette-Savien. La nous sommes
sur la rive droite de l'Artibonite, un peu en
aval du barrage partiteur de Passe Canot. II
faut savoir que deux grands canaux primaires
partent de ce barrage partiteur : le canal maitre
rive droite et le canal maitre rive gauche.
Sur une assez grande distance, le
canal maitre rive droite longe le fleuve dont il
n'est s6pard que par une 6troite bande de terre,
qui sert de voie d'acces, et qui surplombe le
fleuve d'une hauteur d'une dizaine de metres.
Chaque fois que le fleuve est en crue, il ronge
la berge, au point que, aujourd'hui, la voie
d'acces est couple, et on peut prdvoir que


cette bande de terre est appelke a disparaitre,
et avec elle non seulement la voie d'acces,
mais aussi le canal. Ce canal est responsable
de l'arrosage de dix-mille hectares de rizieres.
Ce phenomene n'est pas nouveau;
d6ji au cours des trois dernires anndes le
PIA avait du entreprendre d'importants
travaux de protection au niveau des lieux dits
Male Pandye et Ti Mango ; aujourd'hui c'est
Savien et Jeannin ; mais d'autres zones,
exposes au mnme danger, ont d6ji et6
identifies. I1 s'agit done d'agir au niveau de
l'ensemble du systeme d'irrigation; nous
parlons de pres de trente-mille hectares de
rizieres. Le PIA a commandit6 une 6tude. Aux
premieres estimations, on aurait besoin de
cinquante millions de dollars !
Bernard Etheart


( P-I -4 ulturr w: EI deiMpotmopn pour mrtirr

rn cruu rr iA Ik cE ratioi de B'!rurikC





.REPUBLIOUE D'HAITI

KONSEY ELEKTORAL PWOVIZWA
DIREKSYON KOMINIKASYON



ELEKSYON SENATORYAL 2009


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


OU BEZWEN KON'N SANT VOT OU
PA TAN' N 19 AVRIL


1.- ALE SOU SIT ENTENET KEP LA :

www.cep-ht.or2


dike sou << Elections Senatoriales 2009 > Ou Voter ? answuit rantre nimewo KIN
ou an e f6 kontinye pou'w ka gen enf6masyon yo.

OU BYEN

2.- ALE NAN BEK NAN KOMIN NAN

OU BYEN

3.- RELE KEP LA NAN NIMEWO SA YO


8H00 AM 4H00 PM

19 AVRIL 2009, JWET POU NOU, N AP VOTE !


M- AI

5 /.


Page 13


1.- 38099514 4.- 38099565
2.- 38099436 5.- 38118019
3.- 38099538 6.- 38099540


Ecoutez

Melodie Matin

sur Iinternet


edlodie
m l13.3 fmi.


www. melodiefmhaiti. com





Mercredi 15 Avril 2009
Page 14 Haiti enMarche Vol XXIII N' 12


T AL LE R







L E C HA S
S EG Y P T (E" G E YT) U A R
i) M R\L B Y PIRN IQ F C/u E/0
U) E X I U/&CTLLN SCU/ T
a, YDPOA W Q ANEV/ S I
a) C Q R L V Q S A'N R E L I J Y
S Y/E I Y S I S L G L T N K U W
SSE DE X U A D AS D, 1 L A U SV G F







Allemagne Angleterre Australie Coree
Q) A L NG N AZI M T BY ED AM


Cote dvoire Danmark Egypte Espagne



Etats unis Gabon Ghana Grece
S P R Paraguay- Serbie- T unisie
BG (JALESNR GAPV NA
0 Y QN POFREERS VJ BC
DEDM O EH YL l LYST (E A E R K U E O WQ J A G S

Allemagnoe-Angleterre-Australie-sCoree
Etats unis Gabon Ghana Grece
Hollande Irelande Italie NouvelleZelande
Paraguay Serbie Tunisie


7h00-9h00 Melodi
Information
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcu
Au Quotidien avec E
La Chronique Litt6ra
Les Sports avec M
Les Invites du Jour
M61odie Matin chaqi
par F6quiere Raphae

10h-Midi Le disql
animation

12:00- 12h30 Le Midi
information

12h30-2h00 Lady Bl
Jazz, Blues

2h00- 3h00 C'est si
Emission d

3h-5h pm Le Bon
Retro-Com
avec Doc D

5hoo LeJour
avec Villet

5h 30 pm Melodi
Ddvelopp
Mardi avec

7h-8h30 Amory

8h30-9hoo Soir Inf

9h00 10h30 Notre G
Lun. & Mer
Jeu. & Dim
Judy Carmi
9h00 et au delA Cavalie
(Samedi) 5



c, 'eftca o'


I 11 Ii '111:11!1L ,3


Allez de TALLER A LECHAS, en utilisant des mots du du vocabulk
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Astronome grec ne en Haute-Egypte -
2. Fatigue Gallium -
3. Matin dieu du mariage -
4. Refute Eplucha 5. Code de I'slande -
Titan de la mythologie grecque -
6. D6shydrations 7. Socle Poss6d6 -
8. Einsteinium Hi6roglyphe signifiant Vie.

VERTICAL
1. Sp6cialiste de la planification -


Solutions de la
semaine passee:

aire IDIERA YA
D E RAD A
D E R A D E
DERIDE
DECIDE
DECILE
DOCILE



r ( SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

O N

TAS

RE


%h


2. Lumieres douces 3. Osmium Promom 4. Interjection I I I I I I I I
5. Batisseur de pyramides 6. Garde du corps du sultan Solutions de la semaine passe
7. Grand cerf 8. Panier de peche. AB CULE






S. E n B ref... (...suitedelapage2)
au-Prince. Le navire-h6pital americain est arrive le 9 Avril a Port-au-Prince oi il restera pour
1 0 3 3 fm prodiguer des soins a plusieurs milliers de personnes du 9 au 19 avril dans le cadre d'une
mission humanitaire, a-t-on appris aupres de !'ambassade des USA. Selon un communique
du service des relations publiques de l'ambassade: plus de 8.000 Haitiens vont b6ndficier de
soins de sant6 offerts par des m6decins, infirmiers et techniciens m6dicaux. L'6quipe
veil en musique m6dicale du navire va travailler dans deux cliniques a Port-au-Prince a la Marine haitienne
Bizoton et a Cit6 Soleil (a l'entr6e du Terminal de Varreux). Des operations chirurgicales
rit chantant seront 6galement effectudes a bord du <>. << Le mot anglais << Comfort >
lole avec Louini Fontal signifie soulager la douleur et la peine. La mission de ce navire est d'apporter le bien-6tre, la
dignity et l'espoir dans la vie des gens >>, a d6clare l'ambassadeur des Etats-Unis, Janet
e Matin avec Marcus Sanderson. L'6quipage du Comfort est de 800 personnes et compte une 6quipe polyvalente
internationale qui inclut des professionnels venant de France, du Canada, de l'Espagne et
as, Interview, Anecdotes, Humour, de la Hollande, et aussi des repr6sentants des ONGs. L'6quipage du navire, qui restera
jusqu'au 19 avril en Haiti, offrira 6galement d'autres services dont des s6ances de formation
pour des 6tudiants en MWdecine. Elle participera a la renovation de la pharmacie et d'autres
lsie composantes de 1'H6pital G6neral. Des techniciens vont reparer des 6quipements
biom6dicaux dans des h6pitaux a travers 4 zones differentes de Port-au-Prince tandis que
re avec Dominique Batraville des services v6t6rinaires seront donnas a l'Ecole d'Agronomie du Ministere de l'Agriculture
ario Bareau
et a Croix-des-Bouquets.
ue samedi est anime Dossier des narco-dollars de Port-de-Paix: Alain D6sir fait des revelations
la police et la justice ferment une station de radio pour refus de remettre
e de Auditeur les bandes sonores: les journalistes de la ville menacent de boycotter les
e de u iteur activities de ces deux institutions
James Pr6dvil Les autorit6s policieres etjudiciaires de Port-de-Paix (nord-ouest) procedent a la fermeture
d'une station de radio de la ville.
Radio IdWale a 6td ferm6e en raison du fait que ses dirigeants auraient refuse de donner une
ns avec Laury Faustin copie de la bande sonore de deux interviews r6alis6es avec le nomm6 Alain D6sir, a fait
savoir le directeur de la station.
ues avec Elsie Alain D6sir, est ce pr6sum6 trafiquant de drogue arrWt6 en Haiti puis d6port6 en Floride oi il
,Swing, Ragtime est incarcr&. II aurait accord ces interviews a partir de sa cellule
C'est au domicile de son oncle le 12 novembre 2008, dans le quartier de Lavaud (Port-de-
Bon en chansons... Paix), que des centaines de milliers de dollars auraient 6te pills lors d'une perquisition
e chansons francaises effectu6e par des membres de l'appareiljudiciaire et des agents de la police nationale.
Au cours de ces interviews, il aurait non seulemnt reconnu son implication dans le trafic des
Vieux Temps stupffiants, mais fait aussi des revelations, citant les noms de magistrats actuellement en
Lpas fonction a qui il affirme avoir donn6 de l'argent a plusieurs reprises.
)aniel et Captain Bill L'affaire ds narco-dolars a provoqu6 tout un tollk pendant des mois, des noms et pas des
moindres ont 6te cit6s ouvertement, mais les individus qui ont particip6 a la perquisition
nal de heures continuent de courir, et l'enquete traine en longueur.
Cependant le dossier a fait directement ou indirectement des victimes: un commissaire de
te Hertelou police, Raymond Jean-Philippe, serait d&c6d& par empoisonnement et l'oncle d'Alain D6sir,
ie & Company Marc Fr6d6ric, bless par des individus, est d&c6d& dans des circonstances confuses a
l'H6pital de Port-de-Paix oi il 6tait hospitalis6.
'ement durable L'association des joumalistes de Port-de-Paix menace de boycotter toutes les activities de la
c Bernard Etheart police et de la justice de cette region, tant que Radio IdWale ne sera pas a nouveau ouverte.

Sabor con Luciani Conference des donateurs/Ha'iti: MDM appelle A un "engagement fort"
Medecins du Monde a appel6 vendredi dans un communique a un "engagement fort et
ormations durable" en faveur d'Haiti lors de la conference internationale des donateurs prdvue le 14
avril a Washington. Pour MDM, "cette conference doit aboutir a des engagements finan-
irand Concert ciers forts permettant de lancer des r6formes durables dans des secteurs cl6s comme la
: L'heure classique sant6".
: Jazz at Ten Programm6e en 2008, cette conference avait &td repouss6e en raison des 6meutes de la faim
chael regoit ses invites d6but avril 2008 en Haiti qui avaient entraind le 12 avril la chute du gouvemement du Premier
ministre Jacques-Edouard Alexis. La chute libre du pays avait continue avec une s6rie de
rs, prenez vos dames cyclones d6vastateurs qui l'avaient laiss6 en lambeaux.
0 ans de succ6s populaires haitiens "La population haitienne a &td particulibrement affected par ces 6preuves et a vu son
0 niveau de vie d6gringoler" relieve 1'ONG m6dicale. "L'aide internationale d'urgence, suite aux
cyclones, a permis de soulager temporairement ces souffrances mais la vulndrabilit6 socio-
economique de la population haitienne est liee a des faiblesses structurelles qui r6clament
et a / des solutions de plus long terme".
"Des appuis financiers intemationaux sont indispensables pour soutenir les politiques
Spubliques haitiennes qui visent a r6pondre aux besoins de base des populations les plus
vulndrables", poursuit MDM.
"Quelques jours aprbs le G20, les bailleurs intemationaux doivent saisir l'occasion de cette
S i3 conference sur Haiti pour d6montrer concretement qu'ils ne sont pas indiffirents au sort des
pays les plus pauvres face a la crise internationale", affirme Emesto Bafile, coordinateur
(EN BREF / p. 16)





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 12


VEB RENMEN

Veb anme
Veb brak
Veb dous
Veb dwol
Veb egoyis
Veb enkwayab
Veb inesplikab
Veb rak
Veb sovay
Veb ki bay ke kase
Veb ki bay ke kontan
Veb ki bay tet chaje
Veb ki bay touman
Veb ki bay vant bouyi
Veb ki fe cheve tresayi
Veb ki fe moin depale
Veb ki f6 moin f6jalouzi
Veb ki f6 moin kriye
Veb ki fe mohn pantan
Veb ki fe moun ri
Veb ki fe moun suiside
Veb ki fe moin tranble
Veb ki gen manti
Veb ki gen verite
Veb ki ka fe mohn fou
Veb ki konjige a de
Veb ki konplike

(Emmanuel W. Vedrine)
Koleksyon: oKoze lanmou II,





VEB PLASE

Plase se youn veb ki pa konjige
Tankou veb renmen oubyen veb marye.
Nan veb plase, pa gen siyen kontra
Pa gen siyen papye devan leta.

Tan lontan, nan anpil ti sosyete,
Tout mohn te konn ap pale de plase.
Hot sosyete yo pale de maryaj
Menm si yo kontinye viv nan plasay.

Andeyo, peyizan di-w yo plase
W-ap jwenn kek ladan yo ki konn marye.
Yo pa fe okenn diskriminasyon
Menmjan ak moin hot sivilizasyon.


Men moin ki soti nan hot sosyete
Toujou pretansye, toujou ap blofe
Anpil ladan yo toujou nan plasay
Menmsi yo toujou pale de maryaj.


(Emmanuel W. Vedrine)
koleksyon: oKoze Lanmou IIH


*


VEB MARYE

Wi, ou met deside marye
Si ou kwe lanmou egziste
Ou met marye si ou damou
Marye si w-kwe nan vre amou

Kek mohn marye pou renome
Gen sa k' marye pou kras manje
Genyen k' marye pou relasyon
Pi devan yo konn fe tansyon

Gen moon ki marye pou lajan
Men yo pral bwaze pi devan
Kek mohn marye pou entered
Men yo pajanm ka viv an pe


Kek mohn marye pou sosyete
Men yo pa t damou tout bon vre
Kek mohn marye pou rezidans
Pou yo kajwenn youn delivrans.

(Emmanuel W. Vedrine)
Koleksyon: oKoze Lanmou II>




ANONS KOMINOTE


FINANCIAL LITERACY

& ECONOMIC

EMPOWERMENT

CONFERENCE

Fonkoze envite 4 kominote nan youn seyans
f6masyon sou kozman finans. Fonkoze ap itilize HI-tech
teknoloji, pou 6ganize sou video konferans ak enstriktW sou
plas. Y'ap konekte 4 kominote ayisyen ansanm: Nouy6k,
Boston Miyami ak P6toprens. Aktivite similtane sa-a ap ft :

Saturday, April 18th (9:00AM 3 PM)

Brooklyn :
Long Island University Brooklyn Campus
(Room LLC515)
1 University
Plaza, Brooklyn NY

Boston :
Trotter Institute Umass Boston 100
Morrissey
blvd Boston Ma 02125

Miami :
Kovens Conference Center FIU 3000 NE 151
Street (Room: 117)
North Miami, FL 33181

Port-au-Prince:
Ministry of Haitian Leaving Abroad (MHAVE)
87, Ave Jean Paul ll,Turgeau- Port-au-Prince

Nou ankoiurje tout lid6 kominote yo, tout moin k'ap
f6 rech6ch ekonomik sou kominote ayisyen-an pou yo rele
Kathleen Felix pou anrejistre non yo:


Katleen.Felix
Office: 347-838-4156
Cell USA : 917-375-6902
email: kfelix@fonkoze.org


* ? *? *? ?


FEDERATION DES ANCIENS

DU COLLEGE

REGINA CAP-HAITIEN

10-M ANNIVERSAIRE

Dans un esprit de Solidarit6 et de support a
l'Excellence, la Federation des Anciens du College Regina du
Cap-Haitien vous invite a une double c61lbration au Sunrise
Civic Center, le Samedi 25 Avril 2009 Apartir de 9:00PM

F6d6ration des Anciens de Regina 10 ans /Grand
Orchestre Septentrional 60 ans. Deux solides Fondations qui
se donnent rendez-vous Au Carrefour de L'Education, de
l'Art, de la Culture et du Bon Gofit. Dans l'enveloppe d'un
memorable Diner Dansant.

En foule et 616gance au Sunrise Civic Center Samedi
25 Avril 2009 9:00 pr6cises;


Pour plus de details, contactez les num6ros suivants
305-300-1352/954 559-7357 / 561- 632-7493 / 954-616-1343


* *


OASIS II youn lot fim sinema

siyen: Reginald Lubin
Fim nan pare poufe Grande Premiere nan Gusman
CulturalPerformingArts Center 174 E. Flagler ST Dimanch
3 Me 2009 a 5:00PM.

Mizik ak: Reginal Policard, Joel Widmaer, Ginou Oriol,
Jean Caze, Ken Watters, Richard Barbot, XTAZZ
Rele 754-273-2772 pou plis enf6masyon. N'apjwenn kat nan
LibreriMapou: $25.00 (ak resepsyon-diskisyon)



LEGLIZ NOTRE-DAME

D'HAITI

BEZWEN SIPO TOUT PITIT

LIYO

Mwen pap' janm sispann mande sekou pou manman
"Notre-Dame". Depi 2 ane fidel Legliz ki chita nan mitan
Little[laiti-a sou direksyon pe Rdginald[Jean-Marie ap fe
sa yo kapab pou sanble kek milyon dola yo bezwen pou derape
konstriksyon Legliz-la. Premye kout p&l voye depi miray
Jeriko te fin demantibile nan mwa Oktob 2008. Acheveche
Miyami-an te pwomet moso lajan akondisyon pou kominote-
a pote p6syon pa-1. Nou fe jef6. Kominote-a sanble youn bon
p6syon dapre sa nou aprann. Epi movetan, sikl6n ekonomik
frape peyi Etazini, frape tout enstitisyon yo kit se layik kit se
te relijye. Travaye pedi pansyon yo. Moun kite envesti lajan
bekeke. Nou aprann Legliz katolik se yoan nan viktim yo. Se
men nan bouch. Tout Monseye se houn! Nan pwen mo. Pawbl
anpil, mache gonfle. Anpil nan lajan legliz te envesti, pedi.
P, Monseye pedi pansyon yo. Lajan ki te nan est6k makkt
disparkt. Ans6m se pa legliz senpman se tout moan. Se nou
tout k'ap soufri anba resesyon mondyal sa-a. Depi plis pase
2-an peyi Etazini anbreye sou bak. Prezidan, kongre,
Gouvene... se tout otorite nasyonal ak entenasyonal yo k'ap
fe jef6 pou retire nou nan twou ekonomik administrasyon
anvan-a lage nou.

Kidonk. Legliz katolik nan pwoblm. Anpil pwoje
kanpe. Y'ap tann bon tan retounen pou yo rek6manse.
Konbyen tan n'ap tann? Eske Legliz nou-an ap bati vre? Kote
nou praljwenn manman lajan sa-a?

DimanchPak sa mwenwe, se rl. Plis pase 4,000 moin
gonfle nan lakou Legliz Notre-Dame nan pou asiste lanmr
rezireksyonKris-la... moun, moin mezanmi, mofinfe mikalaw!
Jenn mofin kou granmofin tout sanble pou vin pran
benediksyon. MWs-la vivan. Koral-la chante jouk yo bouke.
Katolik soti toupatou, vwayaje soti nan 16t vil pou vin pran
benediksyon Notre-Dame. RityOl-la koumanse depi 10-a
dimaten li te 2-e nan apre-midi 1I Pe Rejinal bay benediksyon
final-la. Tout mofin soti tou nef. Fre kon ze zwa. Lave. Pirifye.
Tout peche sefwe. Tout moin bliye soufrans yo ak mize yo.Youn
lavi tou ntf k6manse.

Youn souri lespwa sou vizaj chak grenn Ayisyen ki te
nan lakou-a. Men, f6k nou fe ti sakrifis la mezanmi. F6k nou
ankouraje sevite Leglizyo.. F6k nou f yountijef6, bay ladim,
pote kontribisyon nou. Fe ti kUt nan mitan gwoup zanmi nou,
kanmarad travay nou, piti kou l'ye, l'a fe youn diferans. Tankou
Kire Rejinal di se 1I ou nan bezwen pou pataje, se 1I sa-a
Bondye va ba-w. Istwa ti bourik-la ki tonbe nan twou-a e ki
sove grasa ponyen te yo t' ap lage sou li, li monte sou tn-a e se
sa ki fe-1 soti vivan nan twou-a idantifye nesesite pou nou
kole zep6l, bay sa nou kapab pou noujwenn mwayen pou nou
louvri chantye yo. Legliz nou-an nan twou... An nou kontinye
lage ti penich pou nou jwenn lajan pou nou derape
konstriksyonyo. Kon diBarack bama, prezidan Meriken-
an di: Wi nou kapab! An nou f jef6-a. Pase bay sa nou kapab
nan Legliz Notre-Dame nan osnon pase nan Libreri Mapou,
depoze-1 nan bwat la pou manman Notre-Dame. F6k Legliz la
bati mezanmi! An nou souke k6 nou! Bati Legliz Notre-Dame
nan se sove Little Haiti!. Se kreye dj6b nan Little Haiti. Se
kreye youn sanktye pou fre ak se nou vin lapriye, amelyore vi
yo, ede fanmiy yo akpitityojwenn youn bonjan lavi espirityOl
pou youn sosyete miy6. An n'mete men!

JanMapou
mapoujan ,bellsouth.net


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-830 Fax 305-756-0979 -e, al pasacallaotcom


POUR TOUW VOS M AT Equipements pour construction
P6ocs de vot cur / Camlon I Equlemcnt m6dlcal
Par avin a par batea


Page 15





Mercredi 15 Avril 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 12


Men Rara, men rara! -A








SATURDAY MAY 16, 2009
At k PERFORMING LIV E *t


TVICE ARMOIK CARIMILA 6JA ZAELN






,AZo DOWNTOWN MIAMI
1075 BISCAYNE BOULEVARD. MIAMI, FL FOR INFO: 305,945.8814

Les Raras samedi a Leogane en Haiti (photo Thony Belizaire)



En Bref...
(.. suite de la page 14)
g6ndral de MDM en Haiti.
A l'occasion de cette conference, I'ONG
appelle 6galement le gouvernement haitien
"renforcer et g6ndraliser les politiques de
gratuity des soins".

Inauguration de 1'Institut de la
Francophonie pour la Gestion dans
la Caraibe: cette initiative reflkte la
valeur de la francophonie et
exprime la solidarity, 1'entraide et
la cooperation, selon le recteur de
I'IFGCAR
L'Agence Universitaire de la Francophonie
(AUF) a proc6dd le mercredi 8 avril A
l'inauguration de l'Institut de la
Francophonie pour la Gestion dans la
Caraibe (IFGCAR), sur la Route du Canap6-
Vert, dans le cadre d'un appui international
concert.

un consortium de trois universities :
l'Universit6 d'Etat d'Haiti (UEH),
I'Universit6 Quisquesya d'Haiti et
l'Universit6 des Antilles et de la Guyane
(France).
L'IFGCAR propose une formation initiale de
haut niveau en management des entreprises
priv6es et des organisations, sanctionnde
par le grade de master en deux ans. Ce
dipl6me est ddlivrd par chacune des trois
universities membres du consortium.
Les cours sont proposes sur la base du _
systdme europ6en de credits avec comme t Osnon
base de calcul, un credit de 15 heures de
cours en presence de l'enseignant. La 2 -So SLO usi U
annde est une annde de sp6cialisation au pi o vl
cours de laquelle l'dtudiant est tenu -pso
d'effectuer un stage de 4 mois via un
syst me de parrainage par un professionnel
en activity dans le domaine de sa sp6cialit6.
La formation comporte 6galement une voie me &A
recherch6e visant A former des chercheurs et P ir
enseignants-chercheurs du sup6rieur. Elle 5
d6bouche sur la preparation du doctorat.
Les enseignants sont des professionnels de
haut niveau dots d'une experience forte --- ,
dans leur domaine de competence et ..--
proviennent des universities franqaises, -- -
canadiennes, amdricaines et carib6ennes. bo bo ien na
Le recteur de 1'IFGCAR, Bernard Cerquiglini,
s'est r6joui de cette initiative qui reflite la
valeur de la francophonie et exprime la
solidarity, l'entraide et la cooperation.
SelonM. Cerquiglini, 1'IFGCAR n'est autre
que l'intelligence au service du
d6veloppement d'Haiti. sonn
Le premier ministre haitien, Michble Pierre
Louis, qui participait A la cdrmonie
d'inauguration, a fait savoir que cette
initiative est une rdponse A une
preoccupation centrale du gouvernement
haltien.
Selon Mme Pierre Louis, la creation de
l'institut se situe dans le cadre de la volont6
manifested depuis quelques anndes par les -
universitds haltiennes de monter des
programmes de maitrise en vue de structurer
la recherche.




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 15 au 21 Avril 2009 • Vol XXIII • Nº 12 Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.com Library of Congress # ISSN 1064 3896 Printed by Southeast Offset(305) 623-7788CRISE ECONOMIQUEA quoi sert la banque centrale en Haïti ?(BANQUE CENTRALE / p. 2) PORT-AU-PRINCE, 11 Avril – Jamais semaine n’aura eu un calendrier aussi chargé. Trois événements importants pour Haïti se déroulent coup sur coup les 14, 17 et 19 avril. Ce mardi 14 avril a lieu la conférence des donateurs d’Haïti à Washington, la capitale fédérale américaine. Deux jours plus tard, démarre le 5e sommet des Amériques avec la participation de 34 chefs d’Etat et de gouvernement du continent (moins Cuba). Les dirigeants des pays de l’Amérique viennent y exposer leurs points de vue respectifs face à la crise économique mondiale. Enfin, c’est au dimanche 19 avril que sont fixées les élections sénatoriales partielles. Nos gouvernants semblent se partager la tâche. C’est le Premier ministre Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis qui conduira bailleurs à Washington ce 14 avril. Tandis que le Président René Préval nous représentera au 5e sommet des Amériques les 16 et 17 avril à Port of Spain, capitale de Trinidad et Tobago.Une inconnue de taille …Par contre une inconnue de taille : les électeurs seront-ils au rendez-vous des sénatoriales de dimanche prochain 19 avril ? Mais commençons par le commencement. 14 avril, la conférence des bailleurs risque d’être plus une question de forme que de contenu. Les donateurs ont déjà annoncé qu’il ne faut pas s’attendre à la poule aux œufs d’or. Ou comme titrait le dernier Haïti en Marche, « Comment faire plus avec moins ! ». L’Etat haïtien a passé un grand coup de rabot à ses prétentions. Seuls les projets essentiels qui auraient été retenus. Car l’international ne peut contester la nécessité de commencer à corriger les dégâts causés à l’environnement à la fois par les siècles passés, par l’homme haïtien (insatiable destructeur, quel que soit son statut social) et de plus en plus par les catastrophes naturelles. la délégation haïtienne à la conférence des (CALENDRIER / p. 4) Port-au-Prince, 12 Avril Comment expliquer que l’international conteste l’exclusion dans les élections sénatoriales devant avoir lieu ce dimanche 19 avril, cela en même temps qu’il les finance (US$11,5 millions sur un budget de US$16 millions de dollars) ? Et que c’est la force onusienne (Minustah) qui en assure la sécurité. Et de quelle « exclusion » peut-il s’agir sinon celle de tous les candidats indistinctement du parti de l’ex-président Aristide, Fanmi Lavalas, supposé disposer toujours d’une bonne emprise sur le terrain. Comment expliquer ce dilemme ? La semaine dernière, le Conseil de sécurité des Nations Unies est revenu à la charge pour appeler à des élections « libres et ouvertes » à tous les secteurs sans distinction. L’ONU enfonce-t-elle son gros orteil dans le sol lorsqu’elle tient pareil propos ? Selon le proverbe haïtien pour désigner une personne qui ne croit pas un mot de ce qu’elle avance. Plusieurs hypothèses : Le pouvoir a pris avantage du fait que l’ONU tient fortement à l’organisation de ces élections (qui auraient dû avoirFanmi Lavalas absent des élections de dimancheL’ONU PERSISTE DANS SA PROTESTATION MAIS NE SIGNE PAS(FANMI LAVALAS / p. 5) banane. Ne pas tenir les élections à la date fixée serait un démenti aux affirmations des responsables onusiens selon lesquelles la « stabilisation » qu’ils sont chargés de rétablir est en bonne marche. Le pouvoir, et le président René Préval en tête, pensent ceux-là, en a profité pour accomplir cette opération surprise.L’ONU persiste mais ne signe pas …L’international ne peut plus revenir en arrière, tout en continuant à dénoncer la manœuvre. Si l’on peut dire, l’ONU persiste mais ne signe pas … Les premières protestations eurent l’effet d’un coup de tonnerre. Venant surtout de l’Ambassade du Canada, puis des Etats-Unis … Aussitôt l’ONU et l’OEA emboîtent le pas. Mais l’Union européenne sans se dérober, semble mettre une sourdine. Les diplomates européens sont-ils mieux informés ?Fin de non-recevoir d’Aristide …FURCY, 9 Avril – Dans le monde entier ce sont les banques centrales qui servent de fer de lance dans la lutte contre la crise économique et pour stimuler la relance. Partout. Sauf en Haïti. D’ailleurs, nous sommes paradoxalement le seul pays du monde où les autorités monétaires ont déclaré que tout va bien et que, en ce qui les concerne, Haïti n’est pas concernée par la crise financière, les banques haïtiennes n’ont pas de problèmes de liquidités ni de crédit. Amen ! Autrement dit, si un Bernard Maddof avait choisi la place financière haïtienne pour investir ses 50 milliards (ou plutôt ceux de ses malheureux clients), il n’aurait pas à se morfondre aujourd’hui derrière les barreaux dans l’Etat de New York. Et pourtant le gouverneur de la BRH (banque centrale en Haïti) a dit la vérité. Oui, pour la simple raison que la Banque de la République d’Haïti (BRH) ne joue aucun rôle stratégique dans le développement économique du pays. Le rôle de la BRH consiste uniquement aujourd’hui à satisfaire les exigences des institutions appelées les gendarmes économiques de la planète. Taux d’inflation, taux de change, et surtout tenir les afin d’assurer le service de la dette. La banque centrale en Haïti est un simple appendice local du FMI (Fonds monétaire international) … et par la même occasion, de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) chargée d’imposer le respect des lois du libre échange, et autres pères fouettards comme Transparency International, etc. Même combat, quoi.Bousculer certaines idées reçues …dépenses publiques sous un étroit contrôle Tandis que partout aujourd’hui Surprise de Fanmi Lavalas recevant un appui à la lieu depuis fin 2007) pour lui glisser cette peau deUne semaine chargée pour le pouvoir de Port-au-PrinceLe PM Michèle Pierre-Louis inaugurant l’Institut de la Francophonie pour la Gestion dans la Caraïbe (HENM) Les électeurs Lavalas qui avaient envahi la psicine de l’Hôtel Montana pour faire respecter l’élection de René Préval en février 2006 vont-ils boycotter les sénatoriales de ce dimanche? (HENM)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 (EN BREF / p. 14) EN BREF ... EN PLUS ...CRISE ECONOMIQUEA quoi sert la banque centrale en Haïti ?(... suite de la 1ère page) Narco-dollars / Port-de-Paix: La police et la justice ferment une station de radio pour refus de remettre les bandes sonoresPort-de-Paix, le 8 avril 2009 – (AHP)Les autorités policières et judiciaires de Port-de-Paix (nord-ouest) ont procédé à la fermeture d’une station de radio de la ville. Radio Idéale a été fermée en raison du fait que ses dirigeants auraient refusé de donner une copie de la bande sonore des deux interviews réalisées avec le nommé Alain Désir, a fait savoir le directeur de la station. Alain Désir est ce présumé trafiquant de drogue arrêté en Haïti puis déporté en Floide où il est incarcéré. Il aurait accordé ces interviews à partir de sa cellule. C’est au domicile de son oncle le 12 novembre 2008, dans le quartier de Lavaud (Port-de-Paix) que des centaines de milliers, voire des dizaines de millions de dollars, auraient été pillés lors d’une perquisition effectuée par des membres de l’appareil judiciaire et des agents de la police nationale. Au cours de ses interviews, il aurait non seulement reconnu son implication dans le trafic des stupéfiants, mais fait aussi des révélations, citant les (PORT-DE-PAIX / p. 7) c’est la banque centrale qui ouvre la marche. Quitte à bousculer certaines idées reçues. C’est l’Angleterre de l’ex-Premier ministre, la dame de fer du néo-libéralisme, Margaret Thatcher, qui nationalise des banques privées afin de protéger les intérêts du citoyen et les empêcher d’entraîner l’économie nationale dans leur chute. C’est le président des Etats-Unis Barack Obama fixant un plafond aux bénéfices des grands patrons. Du moins ceux dont les entreprises ont reçu des fonds publics. En même temps que les multimillionnaires se retrouvent gênés aux entournures par la décision de mettre fin aux paradis fiscaux. Jusqu’au président français Nicolas Sarkozy qui constate à son retour du G-20 (sommet des 20 pays les plus développés de la planète) que le capitalisme ne sera plus tout à fait ce qu’il était.Plus de 8% de la main d’œuvre américaine sur le carreau …Toutes ces mesures ont le même commun dénominateur. C’est pour justifier les centaines et centaines de milliards injectés par les banques centrales pour essayer de contenir autant que possible la catastrophe mondiale et son principal corollaire : les millions de chômeurs. Plus de 8% de la main d’œuvre aux Etats-Unis est actuellement sur le pavé. C’est un chiffre sans précédent depuis 1980. Et cela ne fait que commencer. C’est donc la banque centrale qui sert de fer de lance dans la lutte contre la crise et ses conséquences : le chômage, la misère, etc. Les matelas de capitaux qui dorment dans les coffres-forts de la banque centrale (aux Etats-Unis, Fort Knox) sont cédés en premier lieu aux institutions financières privées (banque commerciales et autres). Ces dernières peuvent recommencer à faire du crédit. Vous me direz, la crise économique n’est pas arrivée toute seule. C’est la crise du secteur de l’immobilier, elle-même due à l’insatiabilité des agents spéculateurs, qui a engendré la crise bancaire, et de fil en aiguille conduisant le monde à la catastrophe. Et puis, voici qu’on revient dans la même voie. Eh bien, le contraire ce serait la nationalisation totale, c’est-à-dire une totale inconnue. Alors on a choisi de conserver le système, mais dans un certain cadre de régulation.Le crédit à la consommation …Cependant la banque centrale ne réserve pas la totalité des capitaux aux banques commerciales. Contrairement à la banque centrale d’Haïti, dont le gouverneur, en nous assurant que les banques haïtiennes n’ont aucun problème, pense avoir tout dit. Il y a le crédit à la production. Mais quid du crédit à la consommation ? Ce sont les deux plateaux d’une même balance. La crise de 1930, restée dans toutes les mémoires sous le nom de la Grande dépression, avait été provoquée entre autres pour absence d’équilibre de cette balance. Les usines de Mr. Ford étaient remplies de voitures. Mais personne pour les acheter. En cette période de crise, l’Etat doit jouer le double rôle de stimuler aussi bien la production que la consommation. Et c’est par le crédit. Et c’est à partir des capitaux détenus par la banque centrale. Vous me direz, tous les pays ne disposent pas des moyens financiers des Etats-Unis, de l’Angleterre, de la France et de l’Allemagne. Cependant il n’y a aucun pays affichant la suffisance de la banque centrale d’Haïti. Parce que tous les Etats ne connaissent qu’une façon de progresser et se développer : la production et la consommation. Et quand ils n’ont pas des réserves aussi confortables que nos G-20, alors ils inventent les moyens d’en trouver autant que possible. Dont Haïti est un associé comme un autre … Ainsi à la récente réunion de la BID (Banque interaméricaine de développement), dont Haïti est un associé comme un autre, eh bien on a décidé d’attribuer des prêts de l’ordre de 400 millions de dollars à la République dominicaine … Par contre, rien pour Haïti. La BID a décidé de faire des dons à Haïti, mais que celle-ci n’est pas apte à recevoir des prêts. C’est aussi la position de la Banque mondiale. Bien entendu, on vous fait des dons quand c’est possible. Aujourd’hui ce n’est pas tellement évident. Mais ce n’est pas pour les beaux yeux non plus de nos voisins dominicains. Aux dernières nouvelles, la banque centrale dominicaine vient d’inaugurer un programme spécial en direction de la diaspora de ce pays en proposant des bons du trésor à un taux d’intérêt imbattable. Des bons de 100 à 200 millions de pesos, à un taux d’intérêt de 17% et négociables dans trois ans. Objectif visé : les fonds investis ainsi par la diaspora servent à maintenir la croissance nationale. Tandis que les intérêts rapportés par les bons peuvent être payés directement aux parents restés au pays (pour suppléer aux transferts actuellement en diminution), ceci pour soutenir la consommation intérieure. Tandis que la banque centrale haïtienne est ce qu’on appelait autrefois à l’école : un gros plein de soupe. Oh pardon, plein de sous ! Marcus, 9 Avril 200914 Avril : La conférence de Washington Le Secrétariat général de la Primature informe que le Premier Ministre, Michèle Duvivier Pierre-Louis, séjourne depuis le dimanche 12 avril aux Etats-Unis où elle doit participer à diverses activités. Au cours de son séjour, le chef du gouvernement participera à la conférence des bailleurs de fonds sur Haïti, rencontrera des personnalités politiques et fera la promotion des opportunités offertes par la loi HOPE II à l’occasion de rencontres avec des investisseurs américains. Mme Michèle Pierre-Louis est accompagée du président du Sénat, Mr Kelly C. Bastien, du Président de la Chambre des Déptués, Mr Levaillant Louis-Jeune, du Ministre de l’Economie et des finances, Mr Daniel Dorsainvil, du Ministre de la Planification et de la Coopération Externe, Mr Jean Max Bellerive, du Ministre des Affaires Etrangères, Mr Alrich Nicolas et de quelques représentants du secteur privé des affaires. Le Premiier Ministre Pierre-Louis sera de retour au pays le vendredi 17 avril 2009. ?Durant son absence, l’intérim est assuré par le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Mr Paul Antoine Bien Aimé.19 Avril 2009 : Haïti va voter pour un renouvellement du tiers du Sénat de la République et l'ONU déployer des forces dans les zones à risquesLa Mission des Nations unies en Haïti s'apprête à déployer des forces dans les zones sensibles du pays à l'occasion d'une élection partielle prévue dimanche, a annoncé jeudi le Représentant du Secrétaire général de l'ONU, M. Hedi Annabi. "Une analyse des risques a été faite en étroite consultation avec les autorités haïtiennes. Il y a des zones qui sont considérées comme plus sensibles que d'autres où le déploiement sera plus visible et plus important de manière à créer un environnement propice à la tenue de ces élections dans le calme", a déclaré M. Annabi lors d'un point de presse. 44.000 gardes électoraux formés par l'ONU seront également déployés dans les bureaux de vote le jour du scrutin, a-t-on appris. Environ 4,5 millions d'Haïtiens sont appelés dimanche aux urnes pour élire 13 sénateurs sur 78 candidats afin de renouveler le tiers du Sénat haïtien. Cependant, en l'absence du parti Fanmi Lavalas de l'exprésident Jean-Bertrand Aristide en exil en Afrique du Sud, parti écarté de la course, on prévoit une faible participation à ce scrutin. D’autre part, Fanmi Lavalas a lancé une opération "porte fermée" appelant ses partisans à bouder les urnes. "Je regrette qu'il n'ait pas été possible aux membres du parti de s'entendre entre eux et avec le conseil électoral pour parvenir à une liste de candidats au scrutin", a déploré M. Annabi. Le conseil électoral haïtien a annoncé mercredi que tout était prêt pour la tenue dimanche de cette élection. "Nous avons soutenu le conseil électoral provisoire (CEP) et les autorités haïtiennes dans le transport et la distribution dans toutes les régions du pays du matériel électoral sensible, c'est une opération logistique de grande envergure", a encore dit le diplomate onusien.La tension monte à 10 jours d'un scrutinAlors qu'Haïti se prépare à la tenue d'une élection sénatoriale partielle le 19 avril, un des partis majeurs écarté de la course a appelé au boycott du scrutin, dernier rebondissement d'une campagne marquée par quelques incidents violents. "Nous demandons au peuple haïtien de rester chez lui le 19 avril, jour du scrutin, pour ne pas participer à ce qui est visiblement (...) une mascarade électorale ", a déclaré le sénateur Rudy Hérivaux du parti Fanmi Lavalas. La formation de l'exprésident Aristide, en exil en Afrique du Sud, a été écartée du scrutin par le Conseil électoral, en dépit d'une décision de justice en sa faveur. "On a l'impression que tout est joué d'avance dans cette élection", a lancé le parlementaire. Des incidents ont été recensés dans au moins deux régions: des bureaux électoraux ont été attaqués par des inconnus dans le sud et la maison d'un responsable électoral a été partiellement incendiée dans le nord. "Ce sont des tentatives pour faire obstacle à la bonne marche du processus électoral. Nous travaillons de très près avec la police haïtienne, la force de l'ONU et le gouvernement sur des mesures de sécurité ", a réagi le secrétaire général du conseil électoral, Raphaël Pierre. Mais un ancien candidat à la présidence, Evans Paul (Alyans), a également invité ses partisans à ne pas se rendre aux urnes, rappelant que de nouvelles élections auraient lieu en novembre pour le renouvellement de la chambre des députés et estimant qu'il n'est "pas réaliste" d'organiser des élections tous les six mois dans un pays aussi pauvre. L'organisation du scrutin pour le renouvellement du tiers du Sénat haïtien coûtera 16 millions de dollars américains. Les deux tiers de cette somme, soit 11 millions, sont fournis par la communauté internationale, dont les Etats-Unis, le Canada, l'UE ou encore le Japon et le Brésil. Pourtant certains partis se sont plaints de n'avoir reçu aucun financement public et que seuls certains candidats proches du pouvoir ont pu faire véritablement campagne, en utilisant parfois, dissent ces critiques, des véhicules publics. Un ancien sénateur, destitué pour raison de double nationalité et dont le poste est mis en jeu, a lancé une campagne publicitaire demandant de voter blanc. Il s’agit de Rudolph Boulos (Nord est). Au total, 78 candidats se présentent à cette élection pour 12 postes de sénateurs vacants. Environ 4,5 millions d'électeurs sont attendus aux urnes. La campagne, qui prendra fin le 17 avril, est plutôt timide, selon des radios de la capitale citant des correspondants locaux. Des candidats ont préféré faire campagne à travers des annonces payantes à la radio ou par affichage, car les rassemblements électoraux n'attirent pas les foules, laissant présager un faible taux de participation. "Nous visons 20% de l'électorat. Dans un scrutin partiel, le taux n'a jamais dépassé les 8-10% en Haïti ", déclare le président du Conseil électoral provisoire (CEP), Frantz-Gérard Verret, qui encourage les Haïtiens à voter pour "stabiliser les institutions du pays". "Tout est prêt pour la tenue de l'élection", a indiqué Le Conseil, garantissant que le scrutin serait honnête et démocratique.Hillary Clinton en Haïti et République dominicaine jeudi et vendredi La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton va se rendre en Haïti et en République dominicaine jeudi et vendredi, a annoncé le Département d'Etat américain. Le chef de la diplomatie américaine visitera les deux Etats qui se partagent l'île avant de gagner vendredi Trinité-et-Tobago où elle participera au sommet des Amériques aux côtés du président Barack Obama, a précisé devant la presse un porte-parole, Robert Wood. La visite de Mme Clinton intervient alors qu'une conférence internationale des donateurs pour Haïti est prévue ce mardi à Washington.Un navire-hôpital américain en Haïti pour soigner 8.000 Haïtiens Un navire-hôpital américain le "USNS Comfort" est arrivé jeudi en Haïti pour une mission humanitaire de 10 jours au cours de laquelle 8.000 Haïtiens pourront bénéficier de soins de santé gratuits, a annoncé l'ambassade des Etats-unis à Port-

PAGE 3

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE Haïti: la tension monte à 10 jours d’un scrutinAFP, 9 Avril Alors qu’Haïti se prépare à la tenue d’une élection sénatoriale partielle le 19 avril, un des partis majeurs écarté de la course a appelé au boycott du scrutin, dernier rebondissement d’une campagne marquée par quelques incidents violents. «Nous demandons au peuple haïtien de rester chez lui le 19 avril, jour du scrutin, pour ne pas participer à ce qui est visiblement (...) une mascarade électorale «, a déclaré Rudy Hérivaux du parti Fanmi Lavalas. La formation de l’ex-président Jean Bertrand Aristide, en exil en Afrique du Sud, a été écartée du scrutin par le Conseil électoral, en dépit d’une décision de justice en sa faveur. «On a l’impression que tout est joué d’avance dans cette élection», a lancé le parlementaire. Des incidents ont été recensés dans au moins deux régions: des bureaux électoraux ont été attaqués par des inconnus dans le sud et la maison d’un responsable électoral a été partiellement incendiée dans le nord. «Ce sont des tentatives pour faire obstacle à la bonne marche du processus électoral. Nous travaillons de très près avec la police haïtienne, la force de l’ONU et le gouvernement sur des mesures de sécurité «, a réagi le secrétaire général du conseil électoral, Raphaël Pierre. Mais un ancien candidat à la présidence, Evans Paul, a également invité ses partisans à ne pas se rendre aux urnes, rappelant que de nouvelles élections auraient lieu en novembre pour le renouvellement de la chambre des députés et estimant qu’il n’est «pas réaliste» d’organiser des élections tous les six mois dans un pays aussi pauvre. L’organisation du scrutin pour le renouvellement du tiers du Sénat haïtien coûtera 16 millions de dollars. Les deux tiers de cette somme, soit 11 millions, sont fournis par la communauté internationale, dont les Etats-Unis, le Canada, l’UE ou encore le Japon et Brésil. Pourtant, certains partis se sont plaints de n’avoir reçu aucun financement public alors que seuls certains candidats proches du pouvoir ont pu faire véritablement campagne, en utilisant parfois des véhicules publics. Un ancien sénateur, destitué pour raison de double nationalité et dont le poste est mis en jeu, a lancé une campagne publicitaire demandant de voter blanc. Au total, 78 candidats se présentent à cette élection pour 13 postes de sénateurs vacants. Environ 4,5 millions d’électeurs sont attendus aux urnes. La campagne, qui prendra fin le 17 avril, est plutôt timide, selon des radios de la capitale haïtienne citant des correspondants locaux. Des candidats ont préféré faire campagne à travers des annonces payantes à la radio ou par affichage, car les rassemblements électoraux n’attirent pas les foules, laissantHillary Clinton en Haïti et République dominicaine jeudi et vendrediWASHINGTON La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton va se rendre en Haïti et en République dominicaine jeudi et vendredi, a annoncé lundi le département d’Etat américain. La chef de la diplomatie américaine visitera les deux Etats qui se partagent l’île d’Hispaniola avant de gagner vendredi Trinité-et-Tobago où elle participera au sommet des Amériques aux côtés du président Barack Obama, a précisé devant la presse un porte-parole du ministère, Robert Wood. Une mission de l’ONU, qui compte plus de 10.000 militaires de différents pays et près d’un millier de policiers, est déployée depuis quatre ans en Haïti. La visite de Mme Clinton est la première dans le pays d’un secrétaire d’Etat américain depuis celle de Condoleezza Rice en septembre 2005. Elle intervient alors qu’une conférence internationale des donateurs pour Haïti est prévue mardi à Washington. stabilité, la sécurité et l’aide” à Haïti, a précisé M. Wood. En République dominicaine, elle discutera avec le président Leonel Fernandez des efforts de lutte contre le trafic de drogue, a ajouté le porte-parole. Le département d’Etat a également confirmé la participation de Mme Clinton à la conférence internationale des donateurs pour Haïti, mardi à Washington, aux côtés de Michèle Pierre-Louis, Premier ministre d’Haïti et du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. Cette conférence vise à obtenir un “soutien de la communauté internationale pour des projets prioritaires du plan de relance économique du gouvernement haïtien”, selon le communiqué commun publié par Haïti et la Banque interaméricaine de développement (BID). Haïti, le plus pauvre du continent américain et l’un des plus pauvres du monde, a été dévasté par quatre ouragans en août et septembre. AFP Mme Clinton rencontrera le président René Préval “pour discuter de questions d’intérêt mutuel, notamment la présager un faible taux de participation. «Nous visons 20% de l’électorat. Dans un scrutin partiel, le taux n’a jamais dépassé les 8-10% en Haïti «, selon le président du Conseil électoral provisoire (CEP) Frantz-Gérard Verret, qui encourage les Haïtiens à voter pour «stabiliser les institutions du pays». «Tout est prêt pour la tenue de l’élection», a indiqué Le Conseil, qui a garanti que le scrutin serait honnête et démocratique. L ’EVENEMENT Une semaine chargée pour le pouvoir de Port-au-Prince p.1 POLITIQUE Fanmi Lavalas absent des élections de dimanche p.1 ECONOMIE A quoi sert la banque centrale en Haïti? p.1 PRESSE La police et la justice ferment une radio p.2 DIPLOMA TIE Visite de Hillary Clinton p.3 PROCESSUS DE ST ABILISA TION Des progrès mais aussi des défis à relever p.4 Rapport du Secrétaire général de l’ONU p.8 SENA T ORIALES L’ONU dit souhaiter des élections « libres et inclusives » p.5 Des Lavalas appellent au boycott p.7 CUL TURE Kreyòl Faktori p.9 ETUDES SUPERIEURES Inauguration de l’Institut de la Francophonie pour la Gestion p.12 HOMMAGE Toussaint Louverture honoré par l’Ambassade d’Haïti en France p.9 LIBRE PENSER Des-Espoirs p.10 INTERNA TIONAL Fidel Castro reçoit des élus nord-américains p.12

PAGE 4

Page 4 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12UNE ANALYSE Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak MiddleEast. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. La problématique haïtienne …Ni la nécessité de prévenir une répétition des émeutes de la faim d’avril 2008. (CALENDRIER... suite de la 1ère page) Ou mieux, la différence entre le nouveau président américain et son prédécesseur, le très conservateur George W. Bush … Mr. Barack Obama aurait pris luimême son bâton de pèlerin pour que Haïti ne avril, carrément déroutantes. Malgré les mises en garde répétées et au plus haut niveau de nos protecteurs internationaux, le Conseil électoral provisoire (CEP) a maintenu son « veto » contre les candidats du parti de l’exPrésident Aristide, Fanmi Lavalas. Du coup Préval (qui semble avoir pris fait et cause pour le CEP) commence à être perçu comme un président qui confond trop souvent la gouvernance politique avec une partie de poker. Et menace de nous faire jouer sans le vouloir à la roulette russe.Plus de forme que de contenu ! …Mais là aussi, n’est-ce pas une question plus de forme que de contenu ! En effet, l’international a maintenu son financement des élections de dimanche à hauteur de 80%, et ce sont les blindés de la mission onusienne (Minustah) qui en assureront la sécurité. Préval a-t-il trompé la vigilance de ses illustres protecteurs pour la première fois depuis son retour au Palais national en mai 2006 ? introduite au Sénat à cause des règles de quorum et de majorité. L’actuel Sénat compte seulement 18 membres sur 30) que pour l’international comme preuve de la « normalisation. » Cependant le style de gouvernance trop cavalier (et trop cavalier seul) de Mr. Préval fait craindre que le pays ne capote dans une nouvelle crise politique (dixit le Conseil de sécurité de l’ONU) dont personne n’a actuellement besoin. Toujours est-il que ce sont autant de casseroles qui vont l’accompagner lors du sommet des Amériques jeudi et vendredi à Trinidad et Tobago. Outre les exigences dont il faut s’attendre de la part des bailleurs en échange de leurs moindres contributions, face à un Etat haïtien dont le mal aujourd’hui ce n’est pas la violence ni tellement la corruption que l’apathie. A la fois conceptuelle et organisationnelle.Une hirondelle ne fait pas le printemps …Nous parlons de l’Etat comme entité, pas de ses différents membres pris isolément et dont plusieurs font probablement de leur mieux. Mais une hirondelle ne fait pas le printemps. Apathie relationnelle aussi. Comme d’habitude on ne sait rien du message que présentera le Président Préval à la tribune du 5e sommet des Amériques ce jeudi ou vendredi, mais ce dont on est presque sûr, c’est qu’il aura besoin de toute sa force de conviction pour ce qui l’attend dans les coulisses de la rencontre. Puis une fois rentré, il devra immédiatement faire face aux sénatoriales partielles de dimanche prochain. Voilà des élections somme toute ordinaires mais qui auront pour lui valeur d’un véritable referendum. Selon que le mot d’ordre de boycott des dirigeants Lavalas sera suivi ou non. Car là aussi c’est un challenge ! Haïti en Marche, 11 Avril 2009 De plus, le même international est aujourd’hui partie prenante dans la problématique haïtienne. Le branle-bas orchestré par les instances de l’ONU (Conseil de sécurité, Secrétaire général) autour de cette rencontre du 14 avril en est la preuve la plus manifeste. Une large publicité en a été faite dans les grands journaux américains (New York Times, Washington Post, Miami Herald, Orlando Sun Sentinel). A coups d’éditoriaux et de lettres à l’éditeur signés des plus grands : Ban Ki-moon, Bill Clinton elatrye. Alors qu’il ne se passe rien en Haïti de particulièrement reluisant, et qu’on nous annonce plutôt une conférence de bailleurs « raseurs » (en créole, désargentés euxmêmes), Haïti fait la une … Notons-le (car c’est peut-être significatif) dans la presse nord-américaine. Même le quotidien français Le Monde qui garde une certaine froideur. Est-ce la manifestation d’un certain « mood » européen (mauvaise humeur) à l’heure où la crise décommande toute largesse ?Bâton de pèlerin …retourne pas les mains vides de la conférence de Washington. Soit lors de sa rencontre avec l’actuelle Gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, une native d’Haïti. Soit en recevant le Secrétaire général de l’ONU au lendemain même du retour de celui-ci d’une visite le mois dernier en Haïti. Et en diverses autres occasions. Haïti a donc deux éminents « parrains » ce 14 avril : le président des EtatsUnis et les Nations Unies.Un accueil mitigé …Cependant un redoutable cahier de doléances attend probablement aussi nos dirigeants. L’actuel pouvoir haïtien reçoit un accueil mitigé dans les milieux internationaux. Le Président Préval a apporté une collaboration qui ne s’est jamais démentie dans la restauration de la paix civile et dans la lutte contre la drogue et avec moins d’efficacité contre la corruption. Par contre, son administration se révèle l’une des plus erratiques et déconcertantes qui soient. Ou bien a-t-il voulu leur montrer que lui aussi sait comment faire plus avec moins ! Les responsables Lavalas appellent au boycott des urnes du 19 avril.Un passage obligé …Toutefois quelle importance ont véritablement ces élections partielles aux yeux de la population ? Alors qu’elles semblent un passage obligé, aussi bien pour le chef de l’Etat (s’assurer que la prochaine réforme constitutionnelle en préparation puisse être Haïti: des progrès mais encore bien des défis à releverNEW YORK (Nations unies) Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est félicité lundi de progrès accomplis en Haïti dans les domaines de la sécurité, de la politique et des droits de l’homme, mais a aussi noté les défis restant à relever en matière de développement économique et social. Le Conseil “se félicite des progrès accomplis jusqu’à présent dans les domaines essentiels pour la consolidation de la stabilité en Haïti”, a déclaré au nom du Conseil l’ambassadeur du Mexique Claude Heller, son président en avril. La déclaration, adoptée à l’issue d’un débat d’une journée au Conseil, cite parmi ces domaines “le dialogue politique, l’extension de l’autorité de l’Etat, y compris la gestion des frontières, le renforcement de la sécurité, l’état de droit et les droits de l’homme”. Le Conseil note cependant “avec préoccupation les défis à relever en matière de développement économique et social, au vu de la détérioration sensible des conditions de vie de l’immense majorité des Haïtiens”. “Il réaffirme que la sécurité doit aller de pair avec le développement économique et social pour permettre à Haïti d’instaurer durablement la stabilité”. A cet égard, le Conseil “reconnaît l’importance cruciale de la conférence de donateurs de haut niveau consacrée à Haïti que la Banque interaméricaine de développement accueillera à Washington le 14 avril”, ajoute le texte. A la mi-mars, une délégation des 15 membres du Conseil de sécurité avait effectué une mission d’évaluation de quatre jours en Haïti, à l’issue de laquelle elle avait invité les composantes de la société et les dirigeants haïtiens à collaborer et à éviter toute nouvelle crise politique. La délégation de l’ONU avait rencontré des représentants du parlement haïtien, des membres de l’opposition et des acteurs du secteur privé. Ils avaient insisté sur l’importance d’une collaboration entre privé et public pour sortir de la crise le pays le plus pauvre du continent américain. Cette visite faisait suite à une mission de 24 heures effectuée par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, en compagnie de l’ancien président américain Bill Clinton. Les deux hommes avaient fait assaut d’optimisme concernant l’avenir d’Haïti, estimant que l’île avait enfin une chance de sortir de la pauvreté avec l’aide du reste du monde. AFPUne semaine chargée pour le pouvoir de Port-au-Prince Un navire hôpital américain en Haïti prêt à soigner 8.000 personnes Et dans le cas des sénatoriales du 19 Chaque matin, captezMélodie Matinsur 103.3FM

PAGE 5

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 5 Day and Evening Classes Job Placement Assistance Flexible Schedules 866.926.9661 www.ATITrainingFL.com Train Now For A Rewarding Career! Financial Aid Available To Those Who QualifyGET AHEAD IN A TOUGH ECONOMYCAREER EDUCATIONATI Career Training Center … Miami, Florida is a branch location of the Oakland Park, Florida campus. € Automotive Service Technician € Electronic Systems Technician € Electronic Engineering Technology € AC/Refrigeration/Major Appliance Tech € Network Administration € Business Administration TechnologyCall for a complete list of program offerings.No HS diploma or GED? Inquire about how to get started without it. 4 Miami / Fort Lauderdale Locations Programs Vary by Location DE L’ACTUALITEfois inattendu et curieux. Ne sont-ce pas ces mêmes secteurs internationaux qui avaient souhaité la chute d’Aristide le 29 février 2004 ! Mais Aristide, depuis son exil en Afrique du Sud, laissa peu de chance à son parti pour en tirer profit puisqu’il intervint pour déclarer que « ce sont les mêmes forces du coup d’état de 2004 » qui gouvernent en Haïti. Déclaration interprétée à Port-auPrince comme une fin de non-recevoir ( ?). L’incident est clos. Depuis pas un mot de la part des missions diplomatiques mentionnées plus haut.Comme si de rien n’était …Cependant dans son dernier rapport la semaine dernière au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU revient sur la nécessité d’intégrer tout le monde dans le processus électoral. Et avoue craindre que l’exclusion de tous les candidats du parti Fanmi Lavalas ne débouche sur une nouvelle crise politique dont personne n’a besoin. Néanmoins les préparatifs pour le scrutin du 19 avril continuent comme si de rien n’était, dans un parfait accord entre le Conseil électoral provisoire et la Minustah. Dans un précédent communiqué de presse, le Conseil de sécurité annonçait avoir reçu lors de sa récente visite en Haïti, l’assurance du CEP que les élections ne laisseraient de côté aucun secteur de la population.Fanmi Lavalas absent des élections de dimancheL’ONU PERSISTE DANS SA PROTESTATION MAIS NE SIGNE PAS(... suite de la 1ère page)couleuvre …Puis à nouveau, silence radio. Comme si les Nations Unies avaient du mal à avaler cette couleuvre. Beaucoup commencent à dire que c’est du cinéma, et que l’international n’a Se réservant de déclarer à la fin, comme Ponce Pilate, qu’il est innocent du sang de ce juste … Mais pour d’autres, l’international a décidé de laisser passer cette fois parce qu’il s’est fait prendre de vitesse mais qu’il ne En effet, quelle légitimité peuvent avoir des élections qui sont boudées par la majorité de la population.Une arme à double tranchant …Si tant est que Fanmi Lavalas reste le parti des masses, comme il le prétend. Et comme il devra le démontrer ce dimanche ayant appelé au boycott de la journée électorale. Car le boycott est aussi une arme à double tranchant. D’autres élections plus importantes doivent intervenir à la fin de l’année pour renouveler la totalité de la chambre des députés, tous les élus municipaux et des collectivités territoriales. On attend le Conseil de sécurité au tournant, pour voir dans quelle mesure il entend respecter ses propres résolutions. Ou s’il nous parle en enfonçant toujours plus profondément son gros orteil dans le sol ! Elections plus importantes en fin d’année, mais pas pour Mr. Préval (c’est une autre version de la même histoire) qui, quant à lui, ne peut pas attendre parce qu’il a besoin tout de suite de disposer d’autant de sièges que possible au Sénat pour pouvoir introduire le processus de réforme constitutionnelle qui lui tient tant à cœur. Or Fanmi Lavalas est trop divisé et son chef, l’ex-président en exil, trop radical pour pouvoir rechercher avec lui le moindre compromis. Haïti en Marche, 12 Avril 2009 aucun problème dans l’élimination de Fanmi Lavalas de la scène. saurait appuyer d’élections qui ne soient « inclusives. » Port-au-Prince, le 7 avril 2009 – (AHP)Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a fait savoir mardi que les élections sénatoriales prévues en Haïti le 19 avril devraient permettre d’assurer un meilleur fonctionnement des institutions, mais que pour contribuer à la stabilisation politique du pays , elles devraient être perçues comme “libres, justes et ouvertes à tous.” Or, a-t-il ajouté, le conseil électoral provisoire chargée de réaliser ces joutes, a écarté tous les candidats présentés par l’organisation politique Fanmi Lavalas de l’ancien président Jean Bertrand Aristide (actuellement en exil). Ban Ki-moon qui présentait devant le Conseil de sécurité le bilan des principaux événements survenus en Haïti ainsi que des progrès réalisés dans la mise en œuvre du mandatBan Ki-moon et le Conseil de sécurité appellent de nouveau à des élections inclusives et ouvertes et redoutent un regain de tensionde la mission onusienne au cours de ces 6 derniers mois, n’exclut pas un regain de tension à court terme à l’occasion du scrutin. Il juge indispensable que les dirigeants haïtiens continuent d’opter pour la collaboration et soient disposés à prendre des décisions et à les appliquer. Le secrétaire général a admis que le pays n’a pas connu d’incident notable de sécurité, mais a souligné que le calme actuel est précaire du fait tant de la situation politique que de la misère. Il juge essentiel de trouver les moyens pour renforcer l’ensemble des capacités du pays en matière d’administration et de gouvernance et pour rendre le gouvernement plus apte à fournir les services de base à la population, facteur (BAN-KIMOON / p. 7) Haïti / Sénatoriales : Souhait international d’élections libres et « inclusives »élections libres et inclusives en Haïti, en vue de consolider les acquis démocratiques et mettre le pays sur la voie du progrès et du développement socioéconomique durable. Lors d’un débat autour du dossier d’Haïti, le 6 avril 2009 au Conseil de sécurité des Nations Unies, le secrétaire général Ban Ki-Moon a insisté sur la nécessité de réaliser des élections “libres, justes et ouvertes à tous” en vue de la stabilisation politique du pays. Le secrétaire général de l’Onu, qui n’exclut pas un regain de tension à l’occasion du scrutin, juge, de manière plus générale, indispensable que les dirigeants haïtiens « continuent d’opter pour la collaboration et qu’ils soient disposés à prendre les décisions et à les appliquer en temps voulu. » Le grand absent des prochaines compétitions électorales est le parti Fanmi Lavalas de Jean-Bertrand Aristide. Aucun des candidats de ce parti n’a été retenu sur les 78 qui mènent actuellement campagne pour les 12 sièges vacants au Sénat. Le représentant du Burkina Faso, Michel Kafando, espère encore que le parti Fanmi Lavalas pourra être partie prenante au processus des prochaines élections sénatoriales. Hédi Annabi, chef civil de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) pense, pour sa part, qu’il est essentiel que le scrutin sénatorial partiel du 19 avril prochain se déroule sans violences ou perturbations. Le représentant de l’Ouganda, Patrick S. Mugoya, considère les élections du 19 avril comme la « pierre angulaire de la démocratie à venir. » Ce scrutin, soutient-il, représente un test à l’occasion duquel Haïti devra, par le dialogue, poser les fondations de la démocratie et du développement durable. Le représentant de la République tchèque, Martin Palous, qui a pris la parole au nom de l’UE, estime que ces élections pourraient contribuer à l’amélioration durable de la situation en Haïti. contribution des Etats-Unis, du Canada, de l’Union européenne à la tenue de ces joutes, avoisine les 11 millions de dollars américains et celle de l’Etat haïtien 1.5 millions. P-au-P, 7 avril 09 [AlterPresse] — Des responsables internationaux se prononcent pour des Un budget de 16 millions de dollars est mis en œuvre pour la réalisation de ces sénatoriales. LaDu mal à avaler cetteLe Secrétaire général de l’ONU reçu en Haïti par son Représentant spécial Hedi Annabi

PAGE 6

Page 6 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12CONFERENCE DES DONATEURSSeul le prononcé fait foi Pòtoprens, jou ki 9 avril 2009 Medam, Mesye, Jodi an m pran lapawòl devan nou paske m panse li enpòtan pou m bay kèk esplikasyon sou kote nou ye nan travay Gouvènman an. Depi anvan m rive nan Primati an kòm Premye Minis, Gouvènman an te kòmanse yon travay ak ansanm enstitisyon kap bay peyi an èd teknik ak finansyè, kote yo te prepare ansanm yon konferans entènasyonal ki te gen pou fèt nan mwa davril 2008 la. Konferans la te gen pou fèt nan kad DSNCRP an, ki, tankou nou konnen l deja, se yon kad global gouvènman an tabli ak anpil patnè nasyonal tankou entènasyonal, pou rive konbat lamizè ak povrete. Boulvès ki te gen nan peyi a nan menm mwa davril sa a pat pèmèt konferans lan fèt. Pandan premye mwa m pase nan tèt gouvènman an, ijans apre siklòn yo, mete sou preparasyon fèy de wout, preparasyon bidjè, preparasyon bilan aksyon gouvènmantal la te bay priyorite sou lòt pwogram ki te an soufrans depi anvan yo. Se konsa, kesyon konferans entènasyonal la patko parèt nan lis travay gouvènman an. Se sèlman nan mwa fevriye 2009 la, lide pou nou ta tanmen konferans sa a koumanse fè chimen li. Li vin pran plis enpòtans lè nou konstate difikilte Gouvènman an vin genyen pou li balanse bidjè li nan wotè li te swete l lan. Sa vle di, poutèt ogmantasyon depans Leta yo, pou peye aryere salè pwofesè ak lòt aryere salè ankò, pou peye polisye, paske chak ane gen plis pase mil polisye tou nèf ki antre an fonksyon; ak pil lòt depans Leta gen pou l fè, lajan ki rete pou fè envestisman, espesyalman pou rekonstwi tout enfrastrikti siklòn yo te kraze yo, lajan sa a pat sifi. Li te twò piti pou kouvri tout envestisman Leta vle fè yo. Na sonje, se poutèt sa, nou te vle mete yon redevans sou apèl telefòn entènasyonal ki sot lòt bò dlo yo, men sa pat rive fèt poutèt fason nou te prezante l lan bidjè a. Menm lè a tou bidjè a vin gen yon twou 3 milya goud, sa vle di nou manke 3 milya goud oswa 75 milyon dola meriken. Devan sitiyasyon sa a, Prezidan René Préval te pati, nan mwa fevriye a, pou li t al rankontre nan peyi Etazini diferan gwo enstitisyon ki bay peyi a èd finansyè pou pwojè ak pwogram li yo. Se te yon fason pou li mete yo okouran sou sitiyasyon difisil peyi a, epi tou prepare teren pou konferans entènasyonal sou Ayiti an. Sa te byen pase, nan sans tout enstitisyon yo te byen akeyi Prezidan an, te dakò tou ak lide pou konferans lan fèt, lè fini pou yo konsidere fason yo kapab fè pi plis pou peyi a, sa vle di ogmante valè lajan yo ka bay peyi a touswit nan ane 2009 la. Depi lè sa a, Ministè planifikasyon ak koperasyon Ekstèn tanmen yon travay regilye ak ansanm bayè ki nan peyi a pou prepare konferans lan. Konferans lan te pral fèt an de tan. Yon premye atelye teknik ki fèt deja Otawa nan peyi Kanada nan dat 10-11 mas ki sòt pase an, e se otorite Kanada ki te òganize l anfavè Ayiti. Apre reyinyon teknik sa a kote 2 Minis yo te patisipe ak tout bayè yo, desizyon te pran pou konferans entènasyonal la fèt nan dat 14 avril nan Vil Washington. Ki sa ki pral prezante nan Konferans sila ? Toudabò, nan esplikasyon m sòt bay la a sou twou ki gen nan bidjè a, nou ensiste pou bayè yo konprann nan ki sitiyasyon peyi an ye jounen jodi a apre tout chòk li sibi nan ane 2008 la. Kidonk, premye sa peyi an bezwen jounen jodi a, se jwenn 75 milyon dola, mete sou 50 milyon li gen dwa fè kòm dèt nan Bank Santral, men fò li ranbouse li, ototal 125 milyon dola vèt. Se valè lajan sa a nou bezwen pou nou kapab mennen politik envestisman piblik nan peyi a. Sinon, devan digdal pwoblèm ki devan nou la, sitiyasyon an ap pi frajil ankò. Nou fè bayè yo, tout enstitisyon ki di yo se zanmi Ayiti yo, konprann nesesite pou nou jwenn kòb sa a touswit, pou ane 2009 la. Kounye an, pou pwojè ki riske pran plis tan yo, Prezidan Préval, ansanm ak Gouvènman an, Minis yo, idantifye pwojè ki pi enpòtan pou nou jounen jodi a. Lè fini nou prezante yo bay kominote bayè yo pou yo fè chwa kilès ladan yo, yo pral finanse. Depi nan diskou premye janvye li te fè Gonayiv la, Prezidan an te anonse sa ki pi enpòtan pou li nan konjonkti nou ye nan peyi a, se wout. Wout pou deklwazonnen peyi a, wout pou peyizan kapab rive nan mache yo san kè sote pou yo vann pwodwi yo nan pi bon kondisyon, wout pou transpò piblik ak prive fèt san machin yo pa dekonstonbre apre de trajè, wout pou sit touristik, kiltirèl ak istorik peyi a. Se konsa nan dokiman ki pral prezante nan Konferans Washington lan, genyen 2 wout nasyonal: wout Sen Mak-Okap ak wout Gonayiv Gwo Mòn; ak yon wout depatmantal, wout Miragwan Baradè an pasan pa Ti Rivyè Nip. Dezyèm kategori pwojè an se nan agrikilti nou vle deplwaye yo. Se konsa nou chwazi ansanm ak ministè agrikilti, ki kote envestisman yo kapab bay bon jan reziltan san pèdi tan. Nan zòn Nò, Sen Rafayèl kote nou kapab mete an valè 6 mil ekta tè irige. Nan vale Latibonit la kote se 12 mil ekta ki kapab pwodwi manje pi byen si gen bon jan ankadreman ak envestisman. Epi, nan Plenn Okay Tobèk la kote 5000 ekta tè kapab jwenn menm kalite atansyon. Envestisman nan agrikilti ak elvaj se yon devwa pou Gouvènman an ansanm ak tout lòt sektè prive nasyonal oubyen entènasyonal ki kapab ede nou mete tè yo an valè, ogmante pwodiktivite, ogmante revni peyizan-agrikiltè yo pou yo fè lajan yon fason pou kondisyon lavi yo amelyore. Tankou pou wout yo, sa pa vle di lòt kote yo pa enpòtan, sa pa vle di Gouvènman an pap fè jan l konnen pou li mennen aktivite nan lòt kote sa yo, men nou oblije priyorize pou konferans lan, se wòl Leta. Apre wout ak agrikilti, twazyèm sektè ki merite envestisman se elektrisite. Li nesesè pou transfòme pwodui agrikòl, li nesesè pou izin ak endistri enstale epi devlope, li nesesè pou gen limyè pou timoun yo etidye leswa. Elektrisite se yon byen tout moun ta dwe kapab jwi. Se pa yon privilèj. Kidonk se pou nou goumen pou plis moun nan popilasyon an nan Pòtoprens tankou nan lòt pwovens yo kapab jwi kouran menm kant nou pa ta kapab bay li 24 sou 24. Rezo EDH yo bezwen refèt, ekipman yo depresye. Envestisman nan domèn sa a ap pèmèt reyabilitasyon ak ekstansyon rezo an. Gen 4 lòt sektè ki reprezante nan dokiman konferans lan : 1.Yon pwogram pou fè fas kare ak dezas ki kapab frape vil ki pi vilnerab yo tankou Gonayiv, Kabarè, Kazal, Leyogan, Jakmèl ak kèk katye nan Pòtoprens. Nan pwogram sa a, nap gen pou ranfòse kapasite Direksyon Pwotesksyon Sivil, sistèm alèt lè move tan anonse, anplis angaje tout travay kiraj kannal, repwofilaj rivyè, pwoteksyon bèj, redimansyon pon, asenisman vil yo, pwoteksyon basen vèsan yo, elatriye. 2.Yon pwogram nan domèn edikasyon ki pou pèmèt konstwi plis lekòl espesyalman kote ki pa gen lekòl piblik ditou, epi repare lekòl ki te kraze nan siklòn yo e ki pat rive repare nan pwogram dijans la. 3.Menman parèyman, nan sante piblik, gen pwojè envesti nan rekonstriksyon ak reyabilitasyon lopital referans yo, espesyalman nan Gonayiv ak nan Jakmèl. 4.An dènye lye li te enpòtan pou nou te mete nan pwogram konferans lan yon seksyon ki pran an konsiderasyon envestisman prive. Gouvènman meriken adopte yon lwa yo rele lwa HOPE, ki pèmèt tout travay kouti ki fèt ak tout kalite twal nan peyi an kapab antre san taks nan peyi Etazini. Se yon gwo avantaj li ye e se sèl Ayiti yo bay avantaj sa a. Si nou reyisi envestí nan kreye espas endistriyèl kote izin sa a yo kapab vin tabli, nap kapab kreye anpil anplwa nan peyi a. Lè gen endistri ki kreye nan yon sektè li louvri pòt pou anpil sektè jwenn okazyon pou devlope pi plis : sektè manje, sektè transpò, sektè ki makònen ak lòt endistri yo. Sa pèmèt gen mwens chomaj. Plis lajan sikile nan peyi a. Leta antre plis taks tou ki pèmèt li sèvi pi plis e pi byen popilasyon an kap tann sèvis de baz yo nan men l. Vwala, se plan sa a ki pral prezante nan konferans wachintong lan. Li pa kouvri tout bezwen peyi a, men li louvri pòt pou pi devan. Nou konnen tou, gen yon sityasyon kriz ekonomik ak finansye nan peyi rich yo ki kite nou kwè nou ka pa jwenn lajan pou tout pwojè ak pwogram nou prezante la a. Kòm konferans la te vin yon nesesite, nou wè l non pa tankou aboutisman yon pwosesis kolaborasyon ak divès patnè, men pito tankou yon kòmansman kote kèlkilanswa nivo lajan bayè yo rive bay nou espere nivo a ap konsekan kanmenm fò fason nou travay avèk yo tout, kòmanse chanje. Kote se pa yo kap deside poukont yo kisa yo pral fè nan peyi a men pito kote se Gouvènman an ki pou prezante plan li pou yo menm yo akòde èd la sou plan sa a. nou vle pran yon lòt direksyon nan fason pou nou jere peyi an, pou nou jere èd la. M te panse li te enpòtan pou m te bay popilasyon an esplikasyon sa a yo. Se mwen menm kap dirije delegasyon kap pati a. Nou pral fè yon pledwaye pou peyi a. Kidonk m pa vle pati ak yon gwo delegasyon. Men, fò nou gen yon figi tou. M envite prezidan de chanm palman an pou yo akonpaye m. M envite asosyasyon nan sektè prive an vini tou e yo mobilize pwòp fon yo pou yo patisipe tou. Medam, mesye, peyi a nan yon kalfou. Gen opòtinite ki louvri devan l jounen Jodi an. Se nou menm ki pou konnen si nap pran yo ak de men, ak kouraj ak volonte pou nou kòmanse louvri kèk gwo chantye tout bonvre, osnon si nap kite yo pase devan je nou tankou sa fèt twò souvan nan istwa nou. Nan Gouvènman an, gen gwo efò kap fèt pou bay peyi a yon lòt direksyon kote nap konbat koripsyon, nap jere lajan peyi an yon lòt fason, pou bay popilasyon an sèvis lap tann yo. Li pa fasil pou korije anpil ane gagòt ak endisiplin. Li pi difisil toujou lè katastwòf toupatou mete tout pwoblèm yo deyò yon grenn kou : pwoblèm anviwonman, pwoblèm chomaj, pwoblèm wout, pwoblèm agrikilti, pwoblèm kay, pwoblèm edikasyon, pwoblèm sante. Nou konnen pwoblèm yo, nou konnen yo anpil. Men nou angaje ak detèminasyon pou nou jwenn solisyon yo youn apre lòt. Nou angaje tou pou nou pran bonjan desizyon ki pou fè pwojè yo ateri nan benefis popilasyon an. Sa vle di menm kant nou poko rive nan pwen pou Leta jwenn tout mwayen li bezwen pou satisfè bezwen popilasyon an nou poko rive la men gen jefò kap fèt pou elaji asyèt fiskal la, fè kontribyab peye taks yo dwe peye pou Leta jwenn plis lajan pou bay plis sèvis. Se taks ak enpo Leta kolekte nan DGI ak nan ladwann ki pi gwo sous lajan Leta antre nan kès li yo. Gen travay kap fèt deja pou plis moun peye, pou gen mwens paspouki, pou gen mwens gagòt. Menm si pou anpil moun Leta se chwal papa, vòlò Leta se vòlò e sa jwenn repons li nan kòd penal la. Nou deside reprann pazapa espas otorite Leta yo. Nou pa kapab kontinye ap viv nan yon peyi dezòd kote moun fè sa yo vle, lè yo vle, kote yo vle. Peyi a pa ka sipòte sityasyon dwategòch sa a. Se pou nou METE L"D, se pou LALWA APLIKE, se pou SANKSYON YO TONBE. Sa mande KOURAJ, sa mande KONVIKSYON, sa mande VIZYON. Kouraj , pou n pa pran nan kraponaj ak fanfaronad kote yap fè nou pè Konviksyon, pou n konnen se pa abi nap fè men nap aji selon lalwa, selon règleman pou n retire peyi a nan dezòd ak gaspiyaj. Vizyon, paske fò nou kapab reve yon peyi kote nou kapab viv san kè sote, san kidnapin, san vyolans, san fatra, kote nap konbat lamizè, nan ofri travay, kote timoun kap grandi jodi an rive kwè nan avni yo nan peyi a, kote nou revizite istwa nou, nou valorize kilti nou, nou aprann respekte patrimwàn nou. Men pou avni an bèl, fò nou kòmanse jodi a nan moman prezan an, nou tout ki kwè nan Ayiti. Mèsi ! Michèle Duvivier Pierre-Louis Premye MinisPrimati Mesaj Premye Minis Michèle Duvivier Pierre-Louis pou nasyon an nan dat 9 avril 2009

PAGE 7

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 7POPULATIONFé Chak Jou Jounen Latè!Ane sa a se 22 avril lap tonbe, men Konte Miami-Dade kapab ede w vin ekolojik pou Jounen Latè a ak pou lavni. € Ekonomize dlo, jis chanje ansyen tèt douch w an ak yon nouvo vèsyon tèt douch ekolijik, gratis. € Ale chèche yon pye bwa gratis nan youn nan pwogram « Adopt-a-Tree » kap fèt bò lakay „ Wap ede re-ranpli latè an ak bon jan oksijèn epi renove espas vèt pye bwa yo. € Pa pèdi tan epi ekonomize papye jis peye bòdwo Konte w yo sou entènèt la. Pou plis enfòmasyon sou Jounen Latè an ak konsèy sou kouman pou w viv, travay ak jwe ekolojikman, ale sou green.miamidade.gov oswa rele 3-1-1. Enskri sou miamidade.gov pou jwenn aksè dirèk a nouvèl ak sèvis yo.indispensable à la stabilité, pendant que la MINUSTAH continue, dit-il, “de se concentrer sur le renforcement des capacités administratives des institutions de gouvernance à tous les niveaux , la gestion intégrée des frontières, conformément à son mandat”. De son côté, le conseil de sécurité a exhorté les institutions haïtiennes à redoubler d’efforts pour répondre aux besoins essentiels de la population et à œuvrer de concert pour promouvoir le dialogue, l’Etat de droit et la bonne gouvernance. Il a réaffirmé lui aussi que les élections d’avril doivent être ouvertes à tous, libres, régulières et demande à tous les acteurs politiques en Haïti de veiller à ce que ces élections se déroulent dans le calme. Devant le Conseil, le représentant du secrétaire général pour Haïti, Hedi Annabi, a affirmé que le règlement des divergences politiques par le dialogue reste la pierre angulaire dont dépendent les progrès dans d’autres domaines. Il a jugé préoccupant qu’au tableau sombre qui est celui d’Haïti aujourd’hui, viendrait s’ajouter une crise politique qui trouve sa manifestation la plus aigüe dans les regains de tension autour des élections sénatoriales partielles, déjà repoussées àBan Ki-moon et le Conseil de sécurité...(BAN-KIMOON... suite de la page 5) plusieurs reprises depuis 2007. Mais beaucoup doutent que les autorités politiques et électorales acceptent de se rétracter, les élections sénatoriales étant indispensables pour la réforme constitutionnelle voulue par le président René Préval. Haïti fait face à une de ses plus graves crises économiques et sociales et les maigres acquis obtenus en matière de sécurité risquent de disparaitre, si une bouffée d’oxygène ne lui est pas apportée dans le meilleur délai. Lors d’une conférence des bailleurs qui doit se tenir le 14 avril à Washington, les donateurs chercheront à rassembler 125 millions de dollars pour permettre à Haïti de répondre à ses besoins les plus pressants pour le présent exercice fiscal. Le projet de budget de la République initialement fixé à 100 milliards de gourdes a été ramené à 80 milliards en raison d’un manque de fonds. Mais il n’est toujours pas voté par le Sénat, malgré le vote positif de la chambre des députés, il y a une semaine. Certains secteurs affirmaient récemment encore que le budget de 2008/2009 dont plus de 50% du montant a déjà été dépensé, ne serait adopté par les deux chambres qu’après la conférence des donateurs . noms de magistrats actuellement en fonction à qui il affirme avoir donné de l’argent à plusieurs reprises. Il a également fait savoir que si la justice voulait avoir toutes les informations nécessaires sur l’argent découvert au domicile de son oncle à Lavaud, elle n’aurait qu’à l’interroger. L’affaire des narco-dollars a provoqué tout un tollé pendant des mois, des noms et pas des moindres ont été cités ouvertement et en coulisse, mais les individus qui ont participé à la perquisition continuent de courir, et l’enquête traine en longueur. Cependant le dossier a fait directement ou indirectement des victimes: un commissaire de police, Raymond JeanPhilippe, serait décédé par empoisonnement et l’oncle d’Alain Désir, Marc Frédéric, blessé par des individus, est décédé dans des circonstances confuses à l’Hôpital de Portde-Paix où il était hospitalisé. L’association des journalistes de Port-de-Paix menace de boycotter les activités de la police et de la justice de cette région, tant que Radio Idéale n’aura pas recommencé à fonctionner.Narco-dollars / Port-de-Paix: La police et la justice ferment une station de radio(... suite de la page 2) Un an après, les raisons ayant motivé les émeutes de la faim sont bien présentesPort-au-Prince, le 6 avril 2009 – (AHP)Les habitants du quartier populaire de Cité Soleil ont exprimé une nouvelle fois lundi leur ras-le-bol, un an après que les habitants de différentes régions du pays eurent gagné les rues pour réclamer de meilleures conditions de vie. Selon les habitants du plus grand bidonville du pays, les raisons évoquées pour justifier les émeutes d’avril 2008 sont encore bien présentes: les citoyens continuent de vivre avec les fatras, la situation sanitaire reste précaire, les prix des marchandises de première nécessité restent encore très élevés, les masses populaires n’ont aucun pouvoir d’achat et l’environnement continue de se dégrader. Des habitants de Cite Soleil estiment que rien n’a jusqu’ici été fait pour éviter des inondations dans les différents quartiers de la Cité à chaque période pluvieuse, en dépit de fortes sommes d’argent reçues en don au profit de cette zone. Nous continuons d’évoluer dans la misère et l’indignité, si la faim nous ronge et que nos enfants se rendent difficilement à l’école, c’est que nos cris de détresse ne sont pas encore parvenus aux oreilles des autorités, a indiqué un jeune homme vendant du maïs boucané, soulignant que seuls les actes de violence ont diminué dans la cité. C’est la même situation qui prévaut aux Cayes (sud) où ont été organisées les premières manifestations avant leur extension à d’autres régions du pays, dont la capitale. Selon Me Anthony Gédéon, de l’organisation INAPESCO, la situation des gens vivant dans les quartiers populaires des Cayes a beaucoup empiré depuis les émeutes d’avril 2008. Cette situation rend la majeure partie de la population indifférente aux prochaines élections qui ne provoquent aucune chaleur dans la 3ème ville du pays, at-il fait savoir. Des habitants des Cayes ou de Port-au-Prince estiment que la décision de renverser le gouvernement de Jacques Edouard Alexis n’était pas uniquement motivée par le fait qu’il n’arrivait pas à combler les attentes de la population, puisque la situation socio-économique du pays n’est pas meilleure aujourd’hui qu’avant. Haïti L’ONU se prépare pour les élections sénatoriales du 19 avrilPort-au-Prince — La mission des Nations unies en Haïti s’apprête à déployer des forces dans les zones sensibles du pays à l’occasion d’une élection partielle prévue dimanche le 19 avril, a annoncé hier le représentant du secrétaire général de l’ONU, M. Hedi Annabi. «Une analyse des risques a été faite en étroite consultation avec les autorités haïtiennes. Il y a des zones qui sont considérées comme plus sensibles que d’autres où le déploiement sera plus visible et plus important de manière à créer un environnement propice à la tenue de ces élections dans le calme», a déclaré M. Annabi lors d’un point de presse. 44 000 gardes électoraux formés par l’ONU seront également déployés dans les bureaux de vote le jour du scrutin, a-t-on appris. Environ 4,5 millions d’Haïtiens sont appelés dans une dizaine de jours aux urnes pour élire 13 sénateurs sur 78 candidats afin de renouveler le tiers du Sénat haïtien. Cependant, en l’absence du parti Fanmi Lavalas de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide en exil en Afrique du Sud, écarté de la course, on prévoit une faible participation à ce scrutin. Le parti a lancé cette semaine une opération «porte fermée» appelant ses partisans à bouder les urnes. «Je regrette qu’il n’ait pas été possible aux membres du parti de s’entendre entre eux et avec le conseil électoral pour parvenir à une liste de candidats au scrutin», a déploré M. Annabi. Le conseil électoral haïtien a annoncé mercredi que tout était prêt pour la tenue de cette élection. «Nous avons soutenu le conseil électoral provisoire [CEP] et les autorités haïtiennes dans le transport et la distribution dans toutes les régions du pays du matériel électoral sensible, c’est une opération logistique de grande envergure», a encore dit le diplomate onusien. AFP Conférence des donateurs/Haïti: MDM appelle à un “engagement fort”PARIS L’ONG Médecins du Monde a appelé vendredi dans un communiqué à un “engagement fort et durable” en faveur d’Haïti lors de la conférence internationale des donateurs prévue le 14 avril à Washington. Pour MDM, “cette conférence doit aboutir à des engagements financiers forts permettant de lancer des réformes durables dans des secteurs clés comme la santé”. Programmée en 2008, cette conférence avait été repoussée en raison des émeutes de la faim début avril 2008 en Haïti qui avaient entraîné la chute du gouvernement du Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, puis d’une série de cyclones dévastateurs en août et septembre dans le pays le plus pauvre des Amériques. “La population haïtienne a été particulièrement affectée par ces épreuves et a vu son niveau de vie directement amputé”, relève l’ONG médicale. “L’aide internationale d’urgence, suite aux cyclones, a permis de soulager temporairement ces souffrances mais la vulnérabilité socio-économique de la population haïtienne est liée à des faiblesses structurelles qui réclament des solutions de plus long terme”. “Des appuis financiers internationaux sont indispensables pour soutenir les politiques publiques haïtiennes qui visent à répondre aux besoins de base des populations les plus vulnérables”, poursuit MDM. “Quelques jours après le G20, les bailleurs internationaux doivent saisir l’occasion de cette conférence sur Haïti pour démontrer concrètement qu’ils ne sont pas indifférents au sort des pays les plus pauvres face à la crise internationale”, affirme Ernesto Bafile, coordinateur général de MDM en Haïti. A l’occasion de cette conférence, l’ONG appelle également le gouvernement haïtien à “renforcer et généraliser les politiques de gratuité des soins”. AFP

PAGE 8

Page 8 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12ONU HAITI Rapport du Secrétaire général sur la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en HaïtiLe Secrétaire général, dans son rapport, rend compte des principaux événements survenus en Haïti ainsi que des progrès réalisés dans la mise en œuvre du mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) entre le 27 août 2008 et le 27 février 2009. La période a été marquée par une crise humanitaire suite aux ouragans de la fin août et mi-septembre 2008 d’une part, et, d’autre part par une amélioration initiale de la situation politique, laquelle s’est néanmoins tendue de nouveau par la suite. Le pays n’a pas connu d’incident notable de sécurité mais le calme actuel est jugé précaire du fait tant de la situation politique que de la misère. M. Ban Ki-moon indique que, du fait des ouragans, « les progrès dans certains domaines essentiels n’ont pas été à la mesure des attentes ». Il fait état de « quelques avancées » dans quatre des cinq domaines jugés indispensables pour la consolidation de la stabilité en Haïti: le dialogue politique et les élections; l’extension de l’autorité de l’État, y compris la gestion des frontières; le renforcement de la sécurité; et l’État de droit et les droits de l’homme. En revanche, en matière de développement économique et social, il déplore une « forte détérioration des conditions de vie quotidiennes de la grande majorité » de la population haïtienne. La MINUSTAH et la communauté internationale, qui avaient encouragé l’adoption d’une « approche collaborative » pour sortir de l’impasse politique, ont applaudi l’investiture le 5 septembre de Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis comme Premier Ministre après cinq mois de crise gouvernementale. Toutefois, dès novembre, la situation politique s’est de nouveau tendue entre les pouvoirs exécutif et législatif. Un programme législatif commun a bien été adopté mais il a peu progressé, note M. Ban. Fixées aux 19 avril et 7 juin, les élections sénatoriales partielles, repoussées plusieurs fois depuis 2007, devraient permettre d’assurer un meilleur fonctionnement des institutions. Toutefois, le Secrétaire général rappelle que, pour contribuer à la stabilisation politique du pays, ces élections doivent être perçues comme libres, justes et ouvertes à tous. Or, le Conseil électoral provisoire a écarté tous les candidats présentés par Fanmi Lavalas, le parti de l’ancien Président JeanBertrand Aristide. M. Ban, qui n’exclut pas un regain de tension à court terme à l’occasion du scrutin, juge, de manière plus générale, indispensable que les dirigeants haïtiens « continuent d’opter pour la collaboration et qu’ils soient disposés à prendre les décisions et à les appliquer en temps voulu ». Le Secrétaire général rappelle que l’extension de l’autorité de l’État est subordonnée au renforcement des principales institutions, œuvre de longue haleine, alors que la MINUSTAH continuera de se concentrer sur le renforcement des capacités administratives des institutions de de commissions multipartites chargées de se pencher sur des questions clefs. Les progrès demeurent toutefois fragiles, a prévenu M. Annabi, qui a tout notamment attiré l’attention sur le processus électoral en cours pour renouveler un tiers du Sénat, à l’origine de tensions considérables. Ces élections, at-il insisté, sont indispensables pour consolider le Parlement, et il est donc essentiel qu’elles se déroulent sans violences ou perturbations. Pour sa part, la MINUSTAH continue de prêter assistance au Gouvernement pour lui permettre d’étendre son autorité à l’ensemble de son territoire et d’y développer ses capacités administratives, a poursuivi le Représentant spécial. En dépit des progrès accomplis dans le cadre de cette coopération, « il est clair que la Mission peut à peine faire la différence pour aider le Gouvernement à répondre aux besoins de la population », a-t-il reconnu. C’est pourquoi M. Annabi a salué les programmes bilatéraux et multilatéraux qui ont été lancés pour contribuer à l’établissement de ministères. Il a expliqué que le renforcement de la sécurité représentait un autre domaine dans lequel des progrès avaient été accomplis, mais où il restait encore beaucoup à faire. S’appuyant sur les succès remportés entre 2004 et 2007 contre les groupes armés et les gangs, la MINUSTAH a entrepris plusieurs actions, en coopération avec les autorités haïtiennes, en particulier en déployant des troupes pour sécuriser la frontière avec la République dominicaine et le long des côtes. Par ailleurs, la formation des forces de sécurité haïtiennes se poursuit de manière encourageante, a ajouté le Représentant spécial, qui a rappelé que la persistance des émeutes, des violences et des trafics, ainsi que les dégâts provoqués par les ouragans, rendaient la présence des personnels militaires et de police toujours nécessaire. Dans le domaine de la réforme judiciaire, des avancées ont également été réalisées vers l’établissement d’un conseil supérieur du pouvoir judiciaire, censé superviser le fonctionnement de l’appareil de justice. La réouverture, le 12 mars, de l’École de la magistrature représente également un développement positif, a fait valoir M. Annabi. Il s’est toutefois ému des conditions de détention dans les prisons haïtiennes, en dépit des progrès faits dans la formation des gardiens de prison. Le Représentant spécial a salué, en revanche, le niveau du débat public dans l’île et le respect de la liberté de la presse et des libertés individuelles en général. S’agissant du développement socioéconomique, qui dépend étroitement de la sécurité, il a jugé que les seuils actuels de pauvreté dans le pays étaient incompatibles avec une stabilité durable. Le Représentant spécial s’est dit préoccupé par la détérioration de la situation socioéconomique en 2008, après le passage des ouragans qui ont causé des dégâts estimés à 1 milliard de dollars, soit l’équivalent de 15% du produit intérieur brut (PIB) d’Haïti. La crise financière mondiale a aggravé cette situation, qui a provoqué une baisse de 14% des transferts de fonds, vitaux pour de nombreuses familles de l’île. À la lumière de ce constat, le Représentant spécial s’est dit convaincu que l’assistance devait revêtir en priorité trois aspects. Tout d’abord, l’aide humanitaire doit être maintenue à tout prix, a-t-il précisé. Ensuite, il est crucial d’appuyer le relèvement rapide en l’axant sur la création d’emplois, tout en menant à bien les tâches de réhabilitation et de reconstruction à l’appui du développement. Enfin, du développement à plus long terme, que M. Annabi a appelé de ses vœux, dépend la revitalisation du secteur privé. La réalisation complète des objectifs fixés dans le Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) exigera un partenariat renouvelé entre les autorités nationales et les acteurs internationaux. Le Représentant spécial a souhaité, en conclusion, que la Conférence des donateurs de Washington, qui se tiendra les 13 et 14 avril prochains, permettra de combler les attentes du Gouvernement, qui a besoin de 125 millions de dollars pour l’année fiscale en cours. gouvernance à tous les niveaux, la gestion intégrée des frontières et la sécurité des frontières, conformément à son mandat. Il juge essentiel de trouver des moyens pour renforcer l’ensemble des capacités du pays en matière d’administration et de gouvernance et pour améliorer l’aptitude du Gouvernement à fournir les services de base à sa population, « facteur indispensable à la stabilité ». Le Secrétaire général estime en effet que « les niveaux actuels de pauvreté, de dénuement et de souffrance dans le pays sont clairement incompatibles avec la stabilité à long terme ». À ses yeux, la crise financière mondiale ajoute encore au risque de voir la situation se détériorer davantage « à moins qu’un effort soutenu ne soit fait maintenant pour répondre aux menaces socioéconomiques ». M. Ban juge donc « indispensable qu’un effort supplémentaire » soit fait maintenant et affirme que les ressources nécessaires seraient relativement modiques en valeur absolue. Il ajoute qu’un appui bien ciblé apporté en temps voulu « pourrait valablement changer la donne », permettre de maintenir les acquis et éviter un revers qui coûterait davantage à long terme. Malgré les graves difficultés, la situation actuelle « offre toujours l’occasion de progresser vers la consolidation de la stabilité si l’on fait preuve de la patience et de la persévérance nécessaires », affirme le Secrétaire général. Il ajoute toutefois que l’aide de la communauté internationale ne portera des fruits que « si les Haïtiens eux-mêmes font preuve, face à leurs problèmes à long terme, de la même détermination et du même esprit de consensus qu’ils ont affichés au lendemain du passage des tempêtes ». Exposé M. HÉDI ANNABI, Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH), a affirmé que le règlement des divergences politiques grâce au dialogue restait la pierre angulaire dont dépendaient les progrès dans d’autres domaines. Il s’est félicité du nouvel élan que la société et le Gouvernement haïtiens avaient impulsé au lendemain des ouragans. Pour la première fois, en décembre dernier, le Gouvernement et le Parlement haïtiens ont adopté conjointement une législation, tandis que le Président Préval a décidé, début 2009, d’établir un ensemble Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon

PAGE 9

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 9ARTS & CULTUREKREYOL FACTORY: LUMIÈRE SUR L’ART CONTEMPORAIN CRÉOLEExposition à la Villette jusqu’au 5 juillet 2009C’est toute la Villette qui prend l’accent créole, le temps d’une exposition. Kreyol Factory démarre mardi 7 avril et rend (entre autres) un bien bel hommage à Aimé Césaire, le chantre de la négritude. Tout part d’une simple phrase, émise par le penseur de la négritude Aimé Césaire. «Le monde n’est pas blanc, il est constitué de noir, de marron et de beige». L’exposition Kreyol Factory, qui se déroule jusqu’au 5 juillet 2009 rend hommage à l’identité créole. Pour Yolande Bacot, commissaire d’exposition, Kreyol Factory vise à faire comprendre l’identité des mondes créoles, qui ont en commun une expérience de l’esclavage, de la colonisation et des plantations.» Ainsi c’est l’ensemble du monde caribéen que les organisateurs ont souhaité faire découvrir au monde occidental. En effet, les organisateurs ont réuni sur 2800 m2 85 peintures, sculptures et installations, 250 photos et deux heures et demi de documentaires. Parmi ces œuvres, la réalisation de Lyle Ashton Anis rend hommage à la femme noire avec Sa Venus Hottentot, jadis exposée dans les foires universelles. Haïti est également mis à l’honneur avec notamment des photographies de Jane Evelyn Atwood qui réfléchit sur le parallèle entre Haïti (première République noire au monde) et la République Dominicaine. Haïti fondé par Toussaint Louverture assume sa négritude, quand la République Dominicaine revendique une supposée indianité. Pourtant les photos démontrent les similitudes entre les deux univers, finalement séparés par une (mince) frontière purement idéologique. Limber Vilorio, artiste dominicain a réalisé une voiture composée de 210 000 douilles, réflexion sur la mondialisation et ses incidences sur la culture créole et symbole d’une société où la voiture constitue un symbole de réussite, alors que les douilles semblent être un moyen pour réussir à une réussite matérielle, venue d’un Occident qui fait toujours rêver. Comment l’Afrique, où plutôt les Afrique(s) sont devenues une communauté imaginée (selon l’expression de Benedict Anderson), réussissant à se réinventer alors que son histoire est fortement marquée par la colonisation et l’esclavage? Une belle leçon d’histoire et d’art en même temps. Grande Halle de la Villette, 211 avenue Jean Jaurès, 75019 ParisLa Cour suprême rejette le pourvoi de Mumia Abu-Jamal Pas de nouveau procès pour Mumia Abu-Jamal. La Cour suprême des EtatsUnis a refusé lundi de se saisir d’une requête perpétuité, ont fait valoir les juges d’appel. Le ministère public a fait appel de cette dernière partie du jugement d’appel devant la Cour suprême des Etats-Unis, qui ne s’est pas encore prononcée sur cet aspect du dossier. Si la Cour suprême confirme la décision de la cour d’appel, un nouveau jury devra délibérer sur la peine à infliger à AbuJamal et pourra éventuellement décider de le condamner plutôt à la réclusion criminelle à perpétuité. En revanche, si la décision de la cour d’appel est annulée par les juges suprêmes, une date d’exécution pourra être fixée. AP du célèbre militant noir, dans le couloir de la mort depuis 27 ans, qui réclamait de pouvoir être rejugé. capitale. Toutefois, si la culpabilité d’AbuJamal est désormais définitive, la question de la validité ou non de sa condamnation à la peine de mort n’est toujours pas réglée. En effet, en mars 2008, une cour d’appel de Philadelphie (Pennsylvanie) a confirmé le verdict de culpabilité rendu en première instance, mais a jugé que la condamnation d’Abu-Jamal à la peine de mort n’était pas valide au motif que des instructions erronées avaient été données au jury durant les délibérations en vue de la sentence. Avec des consignes correctes, le jury aurait peutêtre décidé de condamner l’accusé à la Mumia Abu-JamalToussaint Louverture 7 Avril 18037 Avril 2009L’Ambassade d’Haïti en France informe que le Chargé d’affaires a.i, M. Fritzner Gaspard, accompagné de Madame Denise Jean, Chargé d’affaires a.i. auprès de l’Unesco, de M. Vilbert Bélizaire, ministre conseiller chargé du consulat, ont déposé comme à l’accoutumée en présence de la communauté haïtienne ce 7 Avril 2009 au Panthéon une gerbe de fleurs sur la stèle de Toussaint Louverture à l’occasion du 206ème anniversaire de sa disparition au Fort de Joux dans le Jura (France). En outre l’Ambassade d’Haïti a organisé une soirée en la mémoire du Précurseur de notre Indépendance au Palais du Luxembourg où siège le Sénat français. Madame Ambroise, conseiller à l’Ambassade d’Haïti et maître de cérémonie, a prononcé quelques mots de bienvenue. Elle a donné la parole à M. Bernard Piras, sénateur de la Drôme et président du groupe d’Amitié France Caraïbes qui a retracé en quelques phrases le parcours de Toussaint Louverture. Cette soirée a eu lieu dans la salle Gaston Monnerville, au Sénat, en présence de nombreuses personnalités dont M. Evans Lescouflair, ministre des Sports et de la jeunesse de la République d’Haïti, des sénateurs, des diplomates de nombreux pays, des membres de la communauté haïtienne et des amis français. Un documentaire « l’Arbre de la liberté » retraçant la vie et l’œuvre du martyr de la révolution haïtienne, a été projeté devant un auditoire nombreux. Dans son allocution, M. Fritzner Gaspard, après avoir mis en exergue des traits du tempérament et de l’œuvre de Toussaint, a invité l’assistance à regarder le message que l’œuvre de Toussaint nous inspire aujourd’hui : selon lui, un message de paix, de fraternité et de solidarité. Il a conclu pour dire que « C’est ce message que nous voulons vous envoyer, au nom du Gouvernement, du Président de la République Son Excellence Monsieur René Préval, et du Premier Ministre, Madame Michèle Pierre-Louis, en organisant cette commémoration ici au Sénat français : dire d’abord à tous les Haïtiens que c’est par la paix que doivent se résoudre les problèmes auxquels nous faisons face, et ceci dans la fraternité, au-delà de nos clivages politiques, sociaux et idéologiques. Et pour y arriver émotion. S’ouvre ainsi donc la période de la nous ne pouvons pas le faire seul, il faut compter sur la solidarité de la communauté Mumia Abu-Jamal, âgé aujourd’hui de 54 ans, ancien militant des “Black Panthers” et ancien reporter radio, a été condamné à mort en 1982 pour le meurtre d’un policier blanc de Philadelphie l’année précédente. Il n’a jamais cessé de clamer son innocence, notamment dans des livres et des émissions de radio. Son cas a pris depuis de nombreuses années une dimension internationale. Aux Etats-Unis et en Europe, les opposants à la peine de mort ont pris fait et cause en sa faveur en le disant victime d’un système judiciaire raciste. Lundi, en refusant de se saisir de la requête d’AbuJamal, la Cour suprême des EtatsUnis a, de fait, confirmé le verdict de culpabilité rendu à son encontre en 1982. Dans leur pourvoi, les avocats du militant noir réclamaient que leur client puisse bénéficier d’un nouveau procès au motif que des noirs avaient été exclus de la composition du jury l’ayant condamné à la peine internationale, en particulier celle de nos Amis, comme la France. » Avant la projection du film, le public avait pu découvrir pendant 6 minutes une autre Haïti par l’intermédiaire des photos où l’on voit les plus belles plages et les monuments historiques du pays. Une partie de l’introduction de ce film est consacré aux premiers habitants déportation des noirs aux Antilles, d’où émerge un homme au prénom destine, Toussaint Louverture. d’Haïti, les Indiens, les Arawaks qui ont été décimés par les différentes conquêtes coloniales, et dont des historiens haïtiens et étrangers ont évoqué les souvenirs avec Les Raras samedi à Léogane en Haïti (photo Robenson) Le Panthéon, momument situé à Paris, et où reposent les cendres de Toussaint Louverture

PAGE 10

Page 10 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12LIBRE PENSERDes-EspoirsLe hasard n’a jamais encore satisfait les espoirs d’un peuple qui souffre. Marcus Garvey Chers amis, je ne sais pas si j’ai fait le bon choix de la citation d’aujourd’hui. Je voulais parler d’espoir, de désespoir, d’illusions, de désillusion, de ... découragement. J’aurais donc pu utiliser Camus qui croit que « L’habitude du désespoir est plus terrible que le désespoir lui-même » ou alors Sénèque, selon lequel nous « Tirons notre courage de notre désespoir ». C’est certain que l’habitude du désespoir nous empêche même de nager pour nous en sortir. Elle tue en nous l’envie même de lutter. Elle alimente la résignation. Celle du « Pito nou lèd nou la », celle du « Bon Dié Bon ». Elle efface en nous la volonté de vouloir avancer. De vouloir changer. L’habitude du désespoir est donc certainement pire que le désespoir lui-même. Cela veut donc dire que cette citation aurait pu nous servir. Cependant, tirer notre courage du désespoir voudrait dire que nous n’avons pas l’habitude du désespoir. Cela voudrait dire que nous avons un projet. Un projet personnel, ancré dans un projet collectif. Ce serait le cas de quelqu’un qui passe un mauvais moment. J’imagine que c’est ce courage, tiré du désespoir, que certains utilisent pour se lancer à la mer, vers d’autres côtes, vers d’autres horizons, vers d’autres espoirs. Malheureusement, ils sont nombreux à y laisser, dans cette « Mer des Caraïbes », leurs rêves, leurs illusions, leurs espoirs. Le désespoir est si grand en Haïti, disent certains, qu’ils poussent les gens à l’exil, leur offrant ainsi le prétexte idéal pour aller grossir le nombre d’Haïtiens, « déportables » aux Etats-Unis et « déportés » vers Haïti (des États-Unis, de la République Dominicaine, de ces petits États de la Caraïbe, des DOM-TOM, etc.). Tant qu’il y a de la vie, là, on en a de moins en moins chez nous. Vous voyez donc, chers amis, que je me suis retrouvé dans l’embarras du choix. J’ai donc eu recours à d’autres artifices. L’effet de proximité a joué énormément. Pas simplement ethnique. Bien que les critiques vont pleuvoir, j’ose dire que Marcus Garvey forme partie de mon univers historique, beaucoup plus que Sénèque. Ayant à faire le choix entre Camus et Garvey, le « tréfonds culturel » a incliné la balance. J’ai donc choisi Garvey car effectivement, le hasard n’a encore jamais satisfait les espoirs d’un peuple qui souffre. Les exploits des Héros de notre Indépendance ne furent aucunement le fruit du hasard. Et, maintenant, en plein 21ème siècle, souffrant comme nous souffrons, en silence, profondément, le hasard ne va pas nous aider à sortir du puits aussi profond qu’est celui de la misère dans laquelle se trouve plongée la population haïtienne, dans un large pourcentage. Veuves. Orphelins. Familles monoparentales livrées à la détresse et au seul soin de jeunes mères, parfois adolescentes. Familles entières soumises à la dictature de la pauvreté. Désespoir. Désolation. Cependant, chers amis lecteurs, loin de sombrer dans le désespoir, je me suis armé de valeur pour faire le bon choix. Enfin chères amies lectrices et chers amis lecteurs, j’aurais du d’abord m’excuser de l’utilisation forcée de ce titre. Essayons de l’expliquer pour ne pas induire à erreur, pour ne pas inciter à des spéculations sans sens ou simplement pour éviter que l’on me prête d’autres intentions malveillantes. Il y a des fois, dans notre cher petit pays, que l’utilisation de certains mots ou de certaines tournures peuvent être considérées comme un « lancement de pointes », comme une provocation. Il en fut ainsi pour la « convergence » qui symbolisait la divergence de points de vue entre deux pans de la société haïtienne. Un peu plus tard, la confrontation prenait forme autour de deux nombres, l’un impair et premier, le « 5 » et l’autre, « 184 », pair mais non carré parfait ni n’admettant le 5 en tant que diviseur. Le « 5 » n’avait, selon le « 184 », qu’une volonté « d’unipersonnalité ». La dictature du « premier ». L’incompréhension des « pairs ». Le « 184 » ayant prétendument une structure de groupe, voulait se porter garant des libertés individuelles et collectives. Trop de diviseurs j’imagine : 1, 2, 4, 8, 23, 46, 92. Trop d’intérêts occultes. Trop de pragmatisme pour un pays que seul l’explosion de l’affectif peut aider à se transformer. 5 ans voulait-il, parce qu’il croyait que la constitutionnalité pouvait protéger contre le déchaînement de la passion pour le pouvoir. Un « contrat social », recherché comme s’il s’agissait du trésor des navires espagnols enfouis dans les eaux des Caraïbes et duquel plus personne ne parle, mit fin à trois ans de gouvernement et ne mit jamais fin au désespoir du peuple haïtien. Dans ce pays, il y a des fois que l’on a la sensation que tout le monde se fout de la gueule de tout le monde. Malheureusement, ce n’est pas une impression simplement. Enfin, chers amis, un peu plus tard, « l’avalanche » devenait un mot à ne pas utiliser de façon bruyante à la fois que « l’espoir » prenait forme autour de propositions différentes tandis que le vent favorisait autrement les choses. « Van an Viré » disaient certains. « L’intérimaire » prenait alors fin et ses différents acteurs, quoique mauvais interprètes la grande majorité, purent se recaser. Le « Premier » d’entre eux, quoique n’étant pas le « Président », obtint beaucoup plus d’avantages postérieurs. Voitures luxueuses. Salaire merveilleux. Sécurité. Autres avantages … éternels. Quel beau pays ! Il me semble que l’accommodation, dans cette société, se base sur une stratégie d’oubli rapide des faits récents alors que ceux qui devraient se perdre dans la nuit des temps sont utilisés pour ancrer le pays dans la nostalgie et le sous-développement. Il semblerait maintenant que certains verraient d’un bon œil une « avalanche d’espoir », pouvant entraîner le pays vers de nouvelles destinations. Serait-ce la meilleure solution contre le désespoir ? Chers amis lecteurs, le 19 avril prochain (ou le 26 Chi lo sa !) semble vouloir marquer un point d’inflexion, bien que certains « Administrateurs malintentionnés » veuillent actualiser le slogan « makout pa ladan » avec, pour victimes, les acteurs qui promotionnèrent l’exclusion. « Sème le vent et tu récolteras la tempête », avait dit un sage. En Haïti nous en faisons l’expérience à longueur de journée, de 1804 à nos jours, et, malgré l’expérience accumulée, nous commettons les mêmes erreurs. Entre l’espoir et le désespoir, chers lecteurs, il n’y a généralement qu’une fine ligne, qui, à n’importe quel moment peut nous faire basculer de la perturbation à l’équilibre et de l’équilibre à l’angoisse de la souffrance. Enfin, puisque le hasard n’a jamais encore satisfait les espoirs d’un peuple qui souffre et puisque personne n’oserait me contredire si j’affirme que notre peuple souffre, mettonsnous au travail, forçons la main à ceux qui nous empêchent de le faire et posons la main à la pâte. « Ne laissons nulle place où la main ne passe et repasse. » Ne laissons rien au hasard, même si certains disent et croient que le hasard fait bien les choses. Sauf si pour certains, et cela me semblerait cruel, maintenir un peuple dans la misère serait bien faire les choses. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Avril 2009 Youn nan byen ki pi presye w yo se pwopriyete w la epi Biwo Pèseptè Konte MiamiDade la vle ede w konprann konsekans yo si w pa peye enpo lokatif w yo. Tanpri konprann byen si w pa peye enpo lokatif w yo sa va fè ke yo poze yon lòd restriksyon lavant sou pwopriyete w la epi ajoute plis frè ak enterè sou bòdwo enpo lokatif w an. Enpo Lokatif yo konsidere delenkan jou 1 avril la. Si enpo lokatif w yo rete san peye jiska 1 jen, yo pral vann enpo lokatif (tax) w yo nan yon vant ozanchè kòm dè sètifika taks epi yo va poze yon lòd restriksyon lavant sou pwopriyete w la. Lè yo vann yon sètifika sou pwopriyete w la, achtè sètifika a va peye taks w dwe yo epi li va akimile enterè yo, ke w pral oblije peye anplis de taks ke w dwe yo. Si w pa peye taks w yo pou yon peryòd dezan apre yo fin emèt yon sètifika sou pwopriyete a, w kapab pèdi pwopriyete w la. Tanpri sonje, si w se aktyèl mèt pwopriyete a, se responsabilite pa w pou asire ke enpo lokatif w yo peye. Pou evite frè ak enterè adisyonèl, epi risk potansyèl de pèdi pwopriyete w la, Biwo Pèseptè Konte Miami-Dade la vle raple w ke se pou peman w la nan biwo nou yo vè jou 31 me 2009. Yo pap onore dat lapòs yo pou tax ki delenkan yo. Se pou taks yo peye ak yon chèk labank, " money order or certified funds ". W kapab tou peye anpèsòn nan lokal sa yo:È s k e W P e y e E n p o L o k a t i f W Y oA n b a L a v i l M i a m i S o u t h D a d e G o v e r n m e n t C e n t e r 140 West Flagler Street Room 101 o s w a a10710 SW 211th Street Room 104 Miami, Florida 33130Miami, Florida 33189Pou fasilite w, biwo nou yo ni anba lavil la ak nan South Dade la va ouvè jou samdi 30 me 2009 la ak dimanch 31 me 2009 apati de 9 am jiska 2 pm. " E-checking " disponib tou sou www .miamidade.gov jiska 31 me 2009 oswa pou plis enfòmasyon, tanpri rele 305-270-4916. EcoutezMélodie Matinavec MarcusObama: "les Etats-Unis ne sont pas en guerre avec l'Islam"islamique à l'occasion d'une visite en Turquie, la première dans un pays musulman depuis son accession à la Maison Blanche. Le président américain a profité de la dernière étape de sa tournée outre-Atlantique pour réaffirmer son soutien à l'entrée de la Turquie au sein de l'Union européenne. Lors d'un discours de près d'une demi heure devant le Parlement turc, il a présenté Ankara comme un allié important des EtatsUnis dans de nombreux domaines, dont la lutte contre le terrorisme. Il a consacré l'essentiel de son allocution à souhaiter des liens plus forts entre Américains et musulmans, soulignant que des groupes terroristes comme Al-Qaïda ne représentaient pas les opinions de la majorité des musulmans. "Les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre avec l'Islam", a déclaré Barack Obama. En fait, notre partenariat avec le monde musulman est crucial" pour faire reculer "une idéologie marginale que les gens rejettent, quelle que soit leur foi", a-t-il ajouté à l'heure où Washington a besoin de son vieil allié turc, membre de l'OTAN, pour contribuer au maintien de la stabilité en Irak après le retrait des forces américaines, et lutter contre le terrorisme. La participation d'Ankara revêt une énorme importance symbolique dans le monde musulman, et la Turquie dispose d'un levier diplomatique au Pakistan et en Afghanistan. Le chef de la Maison Blanche a ainsi tenté de raccommoder des relations avec le monde musulman mises à mal sous la présidence de son prédécesseur George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Lors d'une conférence de presse avec son homologue turc Abdullah Gül qui a précédé son allocution, Barack Obama a ainsi traité avec délicatesse la question du génocide arménien durant la Première Guerre mondiale, exhortant Turcs et Arméniens à poursuivre un processus qui "a fonctionné par le passé d'une façon honnête, ouverte et constructive" et soulignant -ensuite devant le Parlementque les Etats-Unis soutenaient une normalisation des relations entre les deux pays. S'il a réaffirmé comme en 2008 que les Turcs avaient tué des Arméniens en grand nombre au début du siècle passé, il n'a pas prononcé le terme de "génocide". Devant le Parlement, Barack Obama a aussi pressé la Turquie d'aider Israéliens et Palestiniens "à vivre côte à côte dans la paix et la sécurité". Al-Jazira et Al-Arabiyia, deux des grandes chaînes arabes par satellite, ont retransmis en direct son discours. "La relation de l'Amérique avec le monde musulman ne peut pas et ne sera pas fondée sur une opposition à Al-Qaïda", a lancé le président américain. "Nous recherchons un engagement plus large, qui se fonde sur des intérêts et un respect mutuels". "Nous exprimerons notre appréciation profonde de la foi islamique qui a tant fait au long des siècles pour améliorer le monde, y compris mon propre pays", a-t-il promis. A l'exception d'applaudissements polis en quelques occasions, la salle a été silencieuse pendant son discours. Une ovation plus chaleureuse a eu lieu quand Barack Obama a souligné que Washington soutenait le gouvernement turc dans sa lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste par les deux pays. Il a également été applaudi quand il a réaffirmé que les Etats-Unis soutenaient l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Une position qu'il avait déjà exprimée dimanche à Prague et à laquelle le président français Nicolas Sarkozy avait rappelé son hostilité, ajoutant que c'était aux pays membres de l'UE "de décider". Lors d'entretiens avec M. Gül et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, Barack Obama a aussi cherché à vendre sa stratégie combinant accroissement des effectifs militaires et efforts civils pour améliorer la vie des populations en Afghanistan et au Pakistan. Après avoir rencontré M. Erdogan, le président américain a reconnu les tensions passées dans les relations entre Washington et Ankara -opposée en 2003 à la guerre en Iraket estimé que la situation était aujourd'hui sur de bons rails, les deux pays partageant des intérêts communs et ayant des "principes similaires". A "Les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre avec l'Islam": Barack Obama l'a assuré lundi à Ankara, appelant à un partenariat plus important avec le monde il y a de l’espoir, disent les optimistes. De ceux-

PAGE 11

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 11 10 départements d’études Licence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 SANTEPETITES ANNONCES Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnTéléphones :  566-5361 401-7108 / 514-0304 lemanoloinn@mac.comInternet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à  Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire Consultant VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 BEL FOUCHET Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408Bien se nourrir pour vieillir en formeAvec l’âge, l’alimentation perd souvent de son attrait. Mauvaise dentition, brûlures d’estomac, lenteur digestive... Les raisons de la baisse d’appétit sont diverses. manger des fruits et légumes a tous les repas, aussi bien crus que cuits, et des produits laitiers. La aussi a chaque repas, c’est un minimum. Idem pour le pain, car contrairement a une idée tenace, il ne fait pas grossir. Et pour être tout a fait complet, pensez a varier les corps gras en assaisonnant vos salades avec de l’huile d’olive ou de colza par exemple. Enfin, buvez 1 litre a 1 litre et demi d’eau par jour. Même si vous n’avez pas soif. Et puis, soyez créatifs ! Il ne faut surtout pas que votre alimentation soit terne, répétitive. Manger doit en effet rester une occupation attendue et agréable. C’est le seul moyen pour continuer de se nourrir convenablement. Et c’est connu, un petit tour au restaurant vaut toujours mieux qu’un antidépresseur. Natif-NatalRadyo Santibon an 1580 AM nan sid Florid la www.wsrf.com tou patou sou la Te Telefo-n: 305-945-1580 & 954-792-1580 Kapte Radyo Santibon an, Natif-Natal, chak Samdi maten De 7:00 a 8:00, Le Miyami De 6:00 a 7:00, Le Ayiti Sou 1580 AM ou www.wsrf.com Animasyon: Jean-Claude Prima CantaveLorraine Mangones, se envite nou demen Samdi 18 Avril 2009 la. Direkte Ekzekitif Fokal-la ap vi-n brase lide sou Fondation Connaissance et Liberte Bon ekout!Ede-m peye radyo ya Download (achte) yon mizik Ayisyen pou $1.00 selman sou www.haititradecenter.com Si ou ta renmen brase lide sou zo-n lakay ou, Rele 305-623-0708 ou byen Email mwen nan jccantave@haititradecenter.com Or pour bien vieillir, il est important d’avoir une bonne hygiène alimentaire. Contrairement aux idées reçues, une personne âgée doit manger de tout, et en quantité. Sauf avis médical, tout régime est donc a proscrire. Car c’est le déséquilibre alimentaire qui se révèle dangereux pour la sante. Une alimentation équilibrée justement, passe par trois a quatre repas quotidiens. Avec, une fois par jour, des féculents. Mais également de la viande, des œufs ou du poisson. Pas trop gras tout de même ! N’hésitez pas non plus a

PAGE 12

Page 12 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsFor computer access visit any Miami-Dade County Library or South Florida Workforce Career Center. For locations call 311.EOE/M/F/D/Veterans PreferenceDelivering Excellence Every Day Time to Shine! A SUIVREFidel Castro reçoit des élus noirs américains Un Fidel Castro “très énergique, en très bonne santé” a reçu mardi trois parlementaires afro-américains, l’ancien président cubain leur demandant ce que La Havane devait faire pour améliorer les relations bilatérales. Il s’agissait de la première rencontre connue du Lider maximo, aujourd’hui à la retraite, avec des responsables américains depuis qu’il est tombé malade en juillet 2006. Barbara Lee, élue démocrate de Californie et dirigeante du Black Caucus, qui compte 42 parlementaires afro-américains, a expliqué au cours d’une conférence de presse avoir discuté avec lui deux heures, en compagnie de deux autres élus du groupe, Laura Richardson (Californie) et Bobby Rush (Illinois). “Nous pensons qu’il est temps d’ouvrir le dialogue et la discussion avec Cuba”, a-t-elle déclaré au retour à Washington de la délégation. “Les Cubains veulent le dialogue, ils veulent parler, ils veulent des relations normales”. Les élus afro-américains rendront compte de leur visite à la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ainsi qu’à la Maison Blanche et au Département d’Etat. Laura Richardson, qui a trouvé que le vieux dirigeant avait la “pensée très claire”, a ajouté de son côté: “Il veut vraiment que le président Obama réussisse”, et “il veut sincèrement, je crois, une occasion de voir de son vivant un changement avec l’Amérique”. La veille, la totalité de la délégation du Black Caucus, composée de six députés afro-américains, avait passé plus de quatre heures de discussions privées avec le cadet des Castro, Raul, qui a succédé à son frère à la tête de l’Etat cubain il y a près de 14 mois. C’était la première rencontre officielle du nouveau président cubain avec des officiels américains. Avant la réunion avec Fidel Castro, mais après celle avec Raul, Mme Lee avait expliqué que le groupe avait été “convaincu que le président Castro considère la normalisation des relations et la fin de l’embargo comme bénéfique pour les deux pays”. Ces réunions interviennent alors que Washington se penche sur l’opportunité d’entamer un réchauffement avec Cuba. Le président Barack Obama a réclamé une réévaluation de la politique menée depuis des années, en vue d’un allégement des restrictions sur les contacts avec l’île caraïbe, mais sans aller pour autant jusqu’à la levée totale du blocus en vigueur depuis 47 ans. Dans une tribune postée dans la nuit de mardi à mercredi sur un site gouvernemental cubain, l’aîné des Castro a analysé sa réunion avec les élus américains: “Cuba n’avait pas d’autre choix que de prendre l’initiative”, a noté le Lider maximo. Sans entrer dans les détails des échanges, il a salué notamment “l’intérêt et la profondeur” avec lesquelles ils ont exprimé leurs positions et la force de leur conviction. “Il est évident qu’ils connaissent Obama et ont confiance en lui (...) et de la sympathie pour lui”, a-t-il ajouté. Fidel Castro n’avait plus rencontré d’officiels américains depuis 2005. Obama a déjà pris des initiatives pour lever les limites sur les visites dans l’île des Cubano-américains et sur l’argent qu’ils peuvent envoyer à leur famille. Et nombre d’élus des deux bords ont réclamé la levée d’interdiction des voyages pour tous les Américains. Jeffrey Davidow, conseiller de la Maison Blanche pour le prochain Sommet des Amériques prévu les 17-19 avril à Trinidad et Tobago, a en outre annoncé qu’il ne “serait pas surpris” que Barack Obama annonce de nouvelles dispositions envers Cuba en prélude à cette rencontre. AP Raul Castro et Barbara Lee (black caucus) photo AFPInauguration en Haïti de l’Institut de la Francophonie pour la Gestion dans la CaraïbePort-au-Prince, le 8 avril 2009 – (AHP)L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a procédé le mercredi 8avril à l’inauguration de l’Institut de la Francophonie pour la Gestion dans la Caraïbe (IFGCAR), sur la Route du Canapé-Vert, dans le cadre d’un appui international concerté. De vocation régionale, l’IFGCAR repose sur un consortium de trois universités, l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), l’Université Quisquesya d’Haïti et l’Université des Antilles et de la Guyane (France). L’IFGCAR propose une formation initiale de haut niveau en management des entreprises privées et des organisations, sanctionnée par le grade de master en deux ans. Ce diplôme est délivré par chacune des trois universités membres du consortium. Les cours sont proposés sur la base du système Européen de crédits avec comme base de calcul, un crédit de 15 heures de cours en présence de l’enseignant. La 2è année est une année de spécialisation au cours de laquelle l’étudiant est tenu d’effectuer un stage de 4 mois via un système de parrainage par un professionnel en activité dans le domaine de sa spécialité. La formation comporte également une voie recherchée visant à former des chercheurs et enseignants-chercheurs du supérieur. Elle débouche sur la préparation du doctorat. Les enseignants sont des socioprofessionnel de haut niveau dotés d’une expérience forte dans leur domaine de compétence et proviennent des universités françaises, canadiennes, américaines et caribéennes. Le recteur de l’IFGCAR, Bernard Cerquiglini, s’est réjoui de cette initiative qui reflète la valeur de la francophonie et exprime la solidarité, l’entr’aide et la coopération. Selon M. Cerquiglini, l’IFGCAR n’est autre que l’intelligence au service du développement d’Haïti. Le Premier ministre haïtien, Michèle Pierre Louis, qui participait à la cérémonie d’inauguration, a fait savoir que cette initiative est une réponse à une préoccupation centrale du gouvernement haïtien. Selon Mme Pierre-Louis, la création de l’institut se situe dans le cadre de la volonté manifestée depuis quelques années par les universités haïtiennes de monter des programmes de maitrise en vue de structurer la recherche. Une présence assurée en Haïtipar Benoit LeBlanc Le 27 mars dernier, la ministre Beverley J. Oda a annoncé le volet haïtien de l’initiative Des compétences pour l’emploi. (Photo: Martin Alarie) Montmorency International pourra poursuivre de façon plus appuyée ses projets en Haïti, à la suite du lancement du quatrième volet de l’initiative Des compétences pour l’emploi . La ministre de la Coopération internationale, Beverley J. Oda, en a fait l’annonce lors de son passage au collège Montmorency, le 27 mars dernier. Après l’Afrique, les Caraïbes et la région des Andes, l’initiative permettra d’appuyer financièrement des projets de formation professionnelle en Haïti. On espère améliorer les programmes et installations, afin de s’assurer qu’ils répondent aux besoins du marché du travail. «C’est une nouvelle qui confirme qu’Haïti est un pays prioritaire pour le Canada, ce qui est heureux, car les besoins sont énormes là-bas», d’affirmer Sylvain Benoit, coordonnateur de Montmorency International. Documentaires L’aide annoncée devrait notamment servir à la deuxième phase d’un projet amorcé cette année. Un enseignant du département de cinéma et des M. Benoît. Rappelons qu’en 2002-2003, Montmorency International avait formé des cadres de la Banque centrale d’Haïti pour créer un musée de numismatique. Par le passé, on avait également tenté de créer un centre de formation à distance, avant que la chute du régime Aristide ne fasse échouer le projet. Documentaires L’an dernier, 250 étudiants et membres de coopération internationale se sont impliqués dans plus de 20 projets internationaux, au Vietnam, Sénégal, Madagascar, en Bolivie, Tunisie ou en France. «Cela va permettre de poursuivre nos actions dans les pays où nous sommes présents et possiblement d’en entreprendre d’autres dans de nouveaux pays (Congo, Liban)», souligne Sylvain Benoît. Le bureau Montmorency International permet aux étudiantes et étudiants et aux membres du personnel du collège, ainsi qu’à ses partenaires de participer activement au développement d’une nouvelle société mondiale, par le biais, entre autres, de stages internationaux, d’échanges professionnels, transferts d’expertise et projets de coopération internationale. communications a travaillé avec des jeunes élèves appartenant à des écoles de différentes classes sociales, dans Port-au-Prince, capitale de la perle des Antilles. Le projet est réalisé en partenariat avec la Fondation Action pour le changement . «Ils ont tourné une série de documentaires sur des problèmes sociaux que connaît la capitale (surpeuplement, environnement). Après avoir montré l’impact de nos actions à l’Agence canadienne de développement international (ACDI), nous espérons former des Haïtiens pour qu’ils continuent de tourner des documentaires qui témoignent du vécu de leur communauté», de raconter

PAGE 13

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 13ENVIRONNEMENT S.O.S. l’Artibonite (suite)La semaine dernière, une partie de l’article s’est perdue dans les méandres de l’électronique, or c’est elle qui justifie le titre que j’avais choisi. Je la reprend donc. Je disais que, après Bocozelle nous avons été conduits vers les localités de Jeannin et Boudette-Savien. Là nous sommes sur la rive droite de l’Artibonite, un peu en aval du barrage partiteur de Passe Canot. Il faut savoir que deux grands canaux primaires partent de ce barrage partiteur : le canal maître rive droite et le canal maître rive gauche. Sur une assez grande distance, le canal maître rive droite longe le fleuve dont il n’est séparé que par une étroite bande de terre, qui sert de voie d’accès, et qui surplombe le fleuve d’une hauteur d’une dizaine de mètres. Chaque fois que le fleuve est en crue, il ronge la berge, au point que, aujourd’hui, la voie d’accès est coupée, et on peut prévoir que cette bande de terre est appelée à disparaître, et avec elle non seulement la voie d’accès, mais aussi le canal. Ce canal est responsable de l’arrosage de dix-mille hectares de rizières. Ce phénomène n’est pas nouveau ; déjà au cours des trois dernières années le PIA avait du entreprendre d’importants travaux de protection au niveau des lieux dits Malè Pandye et Ti Mango ; aujourd’hui c’est Savien et Jeannin ; mais d’autres zones, exposées au même danger, ont déjà été identifiées. Il s’agit donc d’agir au niveau de l’ensemble du système d’irrigation ; nous parlons de près de trente-mille hectares de rizières. Le PIA a commandité une étude. Aux premières estimations, on aurait besoin de cinquante millions de dollars ! Bernard Ethéart KONSÈY ELEKTORAL PWOVIZWA DIREKSYON KOMINIKASYON ELEKSYON SENATORYAL 2009 OU BEZWEN KONN SANT VOT OU PA TAN N 19 AVRIL 1.ALE SOU SIT ENTENET KEP LA : www.cep-ht.org clike sou « Elections Sénatoriales 2009 » Où Voter ? answuit rantre nimewo KIN ou an e fè kontinye pouw ka gen enfòmasyon yo. OU BYEN 2.ALE NAN BEK NAN KOMIN NAN OU BYEN 3.RELE KEP LA NAN NIMEWO SA YO 1.38099514 4.38099565 2.38099436 5.38118019 3.38099538 6.38099540 8H00 AM 4H00 PM 19 AVRIL 2009, JW È T POU NOU, N AP VOTE ! ACP-UE-Culture : Des dispositions pour mettre en œuvre la Déclaration de BruxellesBRUXELLES [AlterPresse] Le commissaire européen au développement, Louis Michel, annonce des dispositions et formule des propositions de mise en œuvre des recommandations de la Déclaration de Bruxelles, émise à la clôture de la rencontre internationale « Culture et création, facteurs de développement », organisée par la Commission Européenne, du 1er au 3 avril à la capitale belge. Des démarches seront entreprises pour la création d’un fonds d’appui institutionnel en faveur des pays qui souhaitent établir des politiques culturelles, promet Louis Michel dans son discours de conclusion du colloque qui a réuni des centaines d’artistes, professionnels de la culture et dirigeants politiques d’Afrique, de la Caraïbe, du Pacifique (ACP) et de l’Europe. Cet appui sera organisé en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation la Science et la Culture (UNESCO), précise-t-il. Il annonce également que des dispositions seront prises pour augmenter le financement alloué aux programmes culturels. Le haut fonctionnaire européen émet l’idée de l’organisation en 2010 d’une grande exposition à caractère itinérant de l’art africain dans les pays d’Afrique et d’Europe et la mise en réseau de musées européens et africains. Un protocole sur la coopération culturelle qui fixe les règles d’accès au marché des biens et services culturels sur base de la reconnaissance de leurs particularités doit désormais accompagner les accords de partenariat économique encore en discussion entre l’UE et des pays ACP, selon Louis Michel. Un nouveau colloque devrait avoir lieu en 2011 et un comité de suivi devrait etre mis en place et chargé d’une évaluation de miparcours en 2010, selon ce que propose Louis Michel. Il invite les artistes d’Afrique, de la Caraïbe, du Pacifique (ACP) et de l’Europe à mettre leur scepticisme de coté et encourage les dirigeants politiques de ces régions à travailler avec les créateurs et professionnels de la culture. www.melodiefmhaiti.comEcoutez Mélodie Matin sur l’internet

PAGE 14

Page 14 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 LES JEUXEn Bref...(... suite de la page 2)Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable au-Prince. Le navire-hôpital américain est arrivé le 9 Avril à Port-au-Prince où il restera pour prodiguer des soins à plusieurs milliers de personnes du 9 au 19 avril dans le cadre d’une mission humanitaire, a-t-on appris auprès de !’ambassade des USA. Selon un communiqué du service des relations publiques de l’ambassade: plus de 8.000 Haïtiens vont bénéficier de soins de santé offerts par des médecins, infirmiers et techniciens médicaux. L’équipe médicale du navire va travailler dans deux cliniques à Port-au-Prince à la Marine haïtienne Bizoton et à Cité Soleil (à l’entrée du Terminal de Varreux). Des opérations chirurgicales seront également effectuées à bord du «USNS Comfort». « Le mot anglais « Comfort » signifie soulager la douleur et la peine. La mission de ce navire est d’apporter le bien-être, la dignité et l’espoir dans la vie des gens », a déclaré l’ambassadeur des Etats-Unis, Janet Sanderson. L’équipage du Comfort est de 800 personnes et compte une équipe polyvalente internationale qui inclut des professionnels venant de France, du Canada, de l’Espagne et de la Hollande, et aussi des représentants des ONGs. L’équipage du navire, qui restera jusqu’au 19 avril en Haïti, offrira également d’autres services dont des séances de formation pour des étudiants en Médecine. Elle participera à la rénovation de la pharmacie et d’autres composantes de l’Hôpital Général. Des techniciens vont réparer des équipements biomédicaux dans des hôpitaux à travers 4 zones différentes de Port-au-Prince tandis que des services vétérinaires seront donnés à l’Ecole d’Agronomie du Ministère de l'Agriculture et à Croix-des-Bouquets.Dossier des narco-dollars de Port-de-Paix: Alain Désir fait des revelations la police et la justice ferment une station de radio pour refus de remettre les bandes sonores: les journalistes de la ville menacent de boycotter les activités de ces deux institutionsLes autorités policières et judiciaires de Port-de-Paix (nord-ouest) procèdent à la fermeture d'une station de radio de la ville. Radio Idéale a été fermée en raison du fait que ses dirigeants auraient refusé de donner une copie de la bande sonore de deux interviews réalisées avec le nommé Alain Désir, a fait savoir le directeur de la station. Alain Désir, est ce présumé trafiquant de drogue arrêté en Haïti puis déporté en Floride où il est incarcéré. Il aurait accordé ces interviews à partir de sa cellule C'est au domicile de son oncle le 12 novembre 2008, dans le quartier de Lavaud (Port-dePaix), que des centaines de milliers de dollars auraient éte pillés lors d'une perquisition effectuée par des membres de l'appareil judiciaire et des agents de la police nationale. Au cours de ces interviews, il aurait non seulemnt reconnu son implication dans le trafic des stupéfiants, mais fait aussi des révélations, citant les noms de magistrats actuellement en fonction à qui il affirme avoir donné de l'argent à plusieurs reprises. L'affaire ds narco-dolars a provoqué tout un tollé pendant des mois, des noms et pas des moindres ont éte cités ouvertement, mais les individus qui ont participé à la perquisition continuent de courir, et l'enquête traine en longueur. Cependant le dossier a fait directement ou indirectement des victimes: un commissaire de police, Raymond Jean-Philippe, serait décédé par empoisonnement et l'oncle d'Alain Désir, Marc Frédéric, blessé par des individus, est décédé dans des circonstances confuses à l'Hôpital de Port-de-Paix où il était hospitalisé. L'association des journalistes de Port-de-Paix menace de boycotter toutes les activités de la police et de la justice de cette région, tant que Radio Idéale ne sera pas à nouveau ouverte.Conférence des donateurs/Haïti: MDM appelle à un "engagement fort"Médecins du Monde a appelé vendredi dans un communiqué à un "engagement fort et durable" en faveur d'Haïti lors de la conférence internationale des donateurs prévue le 14 avril à Washington. Pour MDM, "cette conférence doit aboutir à des engagements financiers forts permettant de lancer des réformes durables dans des secteurs clés comme la santé". Programmée en 2008, cette conférence avait été repoussée en raison des émeutes de la faim début avril 2008 en Haïti qui avaient entraîné le 12 avril la chute du gouvernement du Premier ministre Jacques-Edouard Alexis. La chute libre du pays avait continué avec une série de cyclones dévastateurs qui l’avaient laissé en lambeaux. "La population haïtienne a été particulièrement affectée par ces épreuves et a vu son niveau de vie dégringoler” relève l'ONG médicale. "L'aide internationale d'urgence, suite aux cyclones, a permis de soulager temporairement ces souffrances mais la vulnérabilité socioéconomique de la population haïtienne est liée à des faiblesses structurelles qui réclament des solutions de plus long terme". "Des appuis financiers internationaux sont indispensables pour soutenir les politiques publiques haïtiennes qui visent à répondre aux besoins de base des populations les plus vulnérables", poursuit MDM. "Quelques jours après le G20, les bailleurs internationaux doivent saisir l'occasion de cette conférence sur Haïti pour démontrer concrètement qu'ils ne sont pas indifférents au sort des pays les plus pauvres face à la crise internationale", affirme Ernesto Bafile, coordinateur (EN BREF / p. 16)

PAGE 15

Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12 Page 15Ti Gout Pa Ti Gout ak Jan Mapou VÈB RENMENVèb anmè Vèb brak Vèb dous Vèb dwòl Vèb egoyis Vèb enkwayab Vèb inesplikab Vèb rak Vèb sovay Vèb ki bay kè kase Vèb ki bay kè kontan Vèb ki bay tèt chaje Vèb ki bay touman Vèb ki bay vant bouyi Vèb ki fè cheve tresayi Vèb ki fè moùn depale Vèb ki fè moùn fè jalouzi Vèb ki fè moùn kriye Vèb ki fè moùn pantan Vèb ki fè moùn ri Vèb ki fè moùn suiside Vèb ki fè moùn tranble Vèb ki gen manti Vèb ki gen verite Vèb ki ka fè moùn fou Vèb ki konjige a de Vèb ki konplike(Emmanuel W. Védrine) Koleksyon: «Koze lanmou II»* * * * * VÈB PLASEPlase se youn vèb ki pa konjige Tankou vèb renmen oubyen vèb marye. Nan vèb plase, pa gen siyen kontra Pa gen siyen papye devan leta. Tan lontan, nan anpil ti sosyete, Tout moùn te konn ap pale de plase. Hòt sosyete yo pale de maryaj Menm si yo kontinye viv nan plasay. Andeyò, peyizan di-w yo plase W-ap jwenn kèk ladan yo ki konn marye. Yo pa fè okenn diskriminasyon Menmjan ak moùn hòt sivilizasyon. Men moùn ki soti nan hot sosyete Toujou pretansye, toujou ap blofe Anpil ladan yo toujou nan plasay Menmsi yo toujou pale de maryaj.(Emmanuel W. Védrine) koleksyon: «Koze Lanmou II»* * * * * VÈB MARYEWi, ou mèt deside marye Si ou kwè lanmou egziste Ou mèt marye si ou damou Marye si w-kwè nan vrè amou Kèk moùn marye pou renome Gen sa k’ marye pou kras manje Genyen k’ marye pou relasyon Pi devan yo konn fè tansyon Gen moùn ki marye pou lajan Men yo pral bwaze pi devan Kèk moùn marye pou enterè Men yo pa janm ka viv an pè Kèk moùn marye pou sosyete Men yo pa t damou tout bon vre Kèk moùn marye pou rezidans Pou yo ka jwenn youn delivrans. (Emmanuel W. Védrine) Koleksyon: «Koze Lanmou II» * * * * * ANONS KOMINOTE FINANCIAL LITERACY & ECONOMIC EMPOWERMENT CONFERENCEFonkoze envite 4 kominote nan youn seyans fòmasyon sou kozman finans. Fonkoze ap itilize HI-tech teknoloji, pou òganize sou video konferans ak enstriktè sou plas. Y’ap konekte 4 kominote ayisyen ansanm: Nouyòk, Boston Miyami ak Pòtoprens. Aktivite similtane sa-a ap fèt :Saturday, April 18th (9:00 AM 3 PM) Brooklyn : Long Island University Brooklyn Campus (Room LLC515) 1 University Plaza, Brooklyn NY Boston : Trotter Institute Umass Boston 100 Morrissey blvd Boston Ma 02125 Miami : Kovens Conference Center – FIU 3000 NE 151 Street (Room: 117) North Miami, FL 33181 Port-au-Prince : Ministry of Haitian Leaving Abroad (MHAVE) 87, Ave Jean Paul ll,TurgeauPort-au-PrinceNou ankoiurje tout lidè kominotè yo, tout moùn k’ap fè rechèch ekonomik sou kominote ayisyen-an pou yo rele Kathleen Felix pou anrejistre non yo: Katleen.Felix Office: 347-838-4156 Cell USA : 917-375-6902 email: kfelix@fonkoze.org* * * * * FEDERATION DES ANCIENS DU COLLEGE REGINA – CAP-HAITIEN 10-ÈM ANNIVERSAIREDans un esprit de Solidarité et de support à l’Excellence, la Federation des Anciens du Collège Regina du Cap-Haitien vous invite à une double célébration au Sunrise Civic Center, le Samedi 25 Avril 2009 A partir de 9:00PM Fédération des Anciens de Regina 10 ans /Grand Orchestre Septentrional 60 ans. Deux solides Fondations qui se donnent rendez-vous . Au Carrefour de L’Education, de l’Art, de la Culture et du Bon Goût. Dans l’enveloppe d’un mémorable Diner Dansant. En foule et élégance au Sunrise Civic Center Samedi 25 Avril 2009 9:00 précises; Pour plus de détails, contactez les numéros suivants 305-300-1352/ 954 559-7357 / 561632-7493 / 954-616-1343* * * * * OASIS II youn lòt fim sinema siyen: Reginald LubinFim nan pare pou fè Grande Première nan Gusman Cultural Performing Arts Center 174 E. Flagler ST Dimanch 3 Me 2009 a 5:00PM. Mizik ak: Reginal Policard, Joel Widmaer, Ginou Oriol, Jean Caze, Ken Watters, Richard Barbot, XTAZZ Rele 754-273-2772 pou plis enfòmasyon. N’ap jwenn kat nan Libreri Mapou: $25.00 (ak resepsyon-diskisyon) * * * * * LEGLIZ NOTRE-DAME D’HAITI BEZWEN SIP" TOUT PITIT LI YOMwen pa p’ janm sispann mande sekou pou manman “Notre-Dame” . Depi 2 ane fidèl Legliz ki chita nan mitan Little Haiti -a sou direksyon pè Réginald Jean-Marie ap fè sa yo kapab pou sanble kèk milyon dola yo bezwen pou derape konstriksyon Legliz-la. Premye kout pèl voye depi miray Jeriko te fin demantibile nan mwa Oktòb 2008. Acheveche Miyami-an te pwomèt moso lajan akondisyon pou kominotea pote pòsyon pa-l. Nou fè jefò. Kominote-a sanble youn bon pòsyon daprè sa nou aprann. Epi movetan, siklòn ekonomik frape peyi Etazini, frape tout enstitisyon yo kit se layik kit se te relijye. Travayè pèdi pansyon yo. Moùn ki te envesti lajan bèkèkè. Nou aprann Legliz katolik se yoùn nan viktim yo. Se men nan bouch. Tout Monseyè se houn! Nan pwen mo. Pawòl anpil, machè gonfle. Anpil nan lajan legliz te envesti, pèdi. Pè, Monseyè pèdi pansyon yo. Lajan ki te nan estòk makèt disparèt. Ansòm se pa legliz senpman se tout moùn. Se nou tout k’ap soufri anba resesyon mondyal sa-a. Depi plis pase 2-an peyi Etazini anbreye sou bak. Prezidan, kongrè, Gouvènè… se tout otorite nasyonal ak entènasyonal yo k’ap fè jefò pou retire nou nan twou ekonomik administrasyon anvan-a lage nou . Kidonk. Legliz katolik nan pwoblèm. Anpil pwojè kanpe. Y’ap tann bon tan retounen pou yo rekòmanse. Konbyen tan n’ap tann? Eske Legliz nou-an ap bati vre? Kote nou pral jwenn manman lajan sa-a? Dimanch Pak sa mwen wè, se rèl. Plis pase 4,000 moùn gonfle nan lakou Legliz Notre-Dame nan pou asiste lanmè rezireksyon Kris-la… moùn, moùn mezanmi, moùn fè mikalaw! Jenn moùn kou granmoùn tout sanble pou vin pran benediksyon. Mès-la vivan. Koral-la chante jouk yo bouke. Katolik soti toupatou, vwayaje soti nan lòt vil pou vin pran benediksyon Notre-Dame . Rityèl-la koumanse depi 10-è dimaten li te 2-è nan aprè-midi lè Pè Rejinal bay benediksyon final-la. Tout moùn soti tou nèf. Fre kon ze zwa. Lave. Pirifye. Tout peche sefwe. Tout moùn bliye soufrans yo ak mizè yo.Youn lavi tou nèf kòmanse. Youn souri lespwa sou vizaj chak grenn Ayisyen ki te nan lakou-a. Men, fòk nou fè ti sakrifis la mezanmi. Fòk nou ankouraje sèvitè Legliz yo.. Fòk nou fè youn ti jefò, bay ladim, pote kontribisyon nou. Fè ti kèt nan mitan gwoup zanmi nou, kanmarad travay nou, piti kou l’ye, l’a fè youn diferans. Tankou Kire Rejinal di se lè ou nan bezwen pou pataje, se lè sa-a Bondye va ba-w. Istwa ti bourik-la ki tonbe nan twou-a e ki sove grasa ponyen tè yo t’ap lage sou li, li monte sou tè-a e se sa ki fè-l soti vivan nan twou-a idantifye nesesite pou nou kole zepòl, bay sa nou kapab pou nou jwenn mwayen pou nou louvri chantye yo. Legliz nou-an nan twou… An nou kontinye lage ti penich pou nou jwenn lajan pou nou derape konstriksyon yo . Kon di Barack Obama , prezidan Merikenan di: Wi nou kapab! An nou fè jefò-a. Pase bay sa nou kapab nan Legliz Notre-Dame nan osnon pase nan Libreri Mapou, depoze-l nan bwat la pou manman Notre-Dame. Fòk Legliz la bati mezanmi! An nou souke kò nou! Bati Legliz Notre-Dame nan se sove Little Haiti!. Se kreye djòb nan Little Haiti. Se kreye youn sanktyè pou frè ak sè nou vin lapriyè, amelyore vi yo, ede fanmiy yo ak pitit yo jwenn youn bonjan lavi espirityèl pou youn sosyete miyò. An n’mete men! JanMapou mapoujan@bellsouth.net

PAGE 16

Page 16 Mercredi 15 Avril 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 12BACK PAGE général de MDM en Haïti. A l'occasion de cette conférence, l'ONG appelle également le gouvernement haïtien à "renforcer et généraliser les politiques de gratuité des soins".Inauguration de l’Institut de la Francophonie pour la Gestion dans la Caraïbe: cette initiative reflète la valeur de la francophonie et exprime la solidarité, l’entraide et la coopération, selon le recteur de l’IFGCARL’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a procédé le mercredi 8 avril à l’inauguration de l’Institut de la Francophonie pour la Gestion dans la Caraïbe (IFGCAR), sur la Route du CanapéVert, dans le cadre d’un appui international concerté. De vocation régionale, l’IFGCAR repose sur un consortium de trois universités : l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), l’Université Quisquesya d’Haïti et l’Université des Antilles et de la Guyane (France). L’IFGCAR propose une formation initiale de haut niveau en management des entreprises privées et des organisations, sanctionnée par le grade de master en deux ans. Ce diplôme est délivré par chacune des trois universités membres du consortium. Les cours sont proposés sur la base du système européen de crédits avec comme base de calcul, un crédit de 15 heures de cours en présence de l’enseignant. La 2è année est une année de spécialisation au cours de laquelle l’étudiant est tenu d’effectuer un stage de 4 mois via un système de parrainage par un professionnel en activité dans le domaine de sa spécialité. La formation comporte également une voie recherchée visant à former des chercheurs et enseignants-chercheurs du supérieur. Elle débouche sur la préparation du doctorat. Les enseignants sont des professionnels de haut niveau dotés d’une expérience forte dans leur domaine de compétence et proviennent des universités françaises, canadiennes, américaines et caribéennes. Le recteur de l’IFGCAR, Bernard Cerquiglini, s’est réjoui de cette initiative qui reflète la valeur de la francophonie et exprime la solidarité, l’entraide et la coopération. Selon M. Cerquiglini, l’IFGCAR n’est autre que l’intelligence au service du développement d’Haïti. Le premier ministre haïtien, Michèle Pierre Louis, qui participait à la cérémonie d’inauguration, a fait savoir que cette initiative est une réponse à une préoccupation centrale du gouvernement haïtien. Selon Mme Pierre Louis, la création de l’institut se situe dans le cadre de la volonté manifestée depuis quelques années par les universités haïtiennes de monter des programmes de maîtrise en vue de structurer la recherche.En Bref...(... suite de la page 14) Men Rara, men rara!Les Raras samedi à Léogane en Haïti (photo Thony Bélizaire)