Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















MANIFESTATIONS A MIAMI & EN HAITI

Haitiens: partout fuir la misere!
PORT-AU-PRINCE, 28 Fvrier- Ce samedi exiger la readmission du parti Fanmi fondateur, 1'ex-pr6sident exil6 enAfrique du sud, Jean-Bertrand
28 f6vrier, deux manifestations ont lieu. L'une a Port- Lavalas sur la liste de ceux appel6s a Aristide. (MISERE /p.4)
au-Prince etl'autre aMiami. participer aux s6natoriales du 19 avril
La manifestation de Port-au-Prince est pour prochain, ainsi que le retour d'exil de son ]


Les pluies ontfait 6 morts et au moins 200 sinistres
jeudi dernier aux abords de la capitale haitienne


Haiti :


violence et


violences !
MIAMI, 26 FHvrier Le carnaval de Port-au-Prince
avait &td annonc6 sous le signe de la violence. Le bilan officiel
ne le confirme pas tout a fait : 1 mort et environ 800 bless6s de
toutes categories. La police nationale a &td prdvenue et semble
avoir fait bonne garde.
A l'occasion des week-ends prdparatoires, on
rapportait que des bandes de voyous se postaient a des points
strat6giques sur la route des gens regagnant leur domicile
pour ddvaliser, battre et violer.
Ce sont autant de comportements criminels dont on
n'avait pas l'habitude chez nous.
Et quand les forces de l'ordre 6tablissent un p6rimetre
pour fouiller syst6matiquement tous ceux qui vont assister
ou participer au ddfil6 camavalesque, telle n'est pas leur
surprise de d6couvrir au lieu des armes classiques (couteaux,
pistolets) des objets les plus h6t6roclites comme des pierres
transformees en pics, coutelas ou des masses capables
d'abattre un bceuf.
D'ou nous vient tant de violence ?
On a coutume de d6noncer la violence des institutions
militaires et policibres, mais aussi cruelle semble celle des
citoyens ordinaires.
(VIOLENCE/p. 5)


Partisans lavalas descendus nombreux samedi dans les rues de P-au-P pour protester
contre la radiation de leur parti par le Conseil dlestoral (photo Eugene Robenson)


L& I


1HaTtiens et etrangers ont manimeste samedi a Miami enjaveur
des sans-papiers ha'tiens menaces de deportation massive (Francesca Guerrier)


Obama


,-J17


Histoire de
PORT-AU-PRINCE, 29 dans la
FHvrier On a l'impression que les depuis 1
opposants au president Barack quifaitli
Obama (car il doit y en avoir aussi chez le g
6videmment) ne peuvent pas arriver a osmose
d6couvrir son talon d'Achille ou point
faible. York Po
Mardi dernier (24 f6vrier), le pr6sidei
nouveau president am6ricain a une can
prononc6 son discours le plus fort, le chef de 1
traditionnel Message sur l'Etat de
l'Union, ou il a d6nonc6 sans mettre en argua
de gants l'avidit6 des grands patrons le plan
milliardaires et la complicity de raciste.
l'administration rdpublicaine sortante


TT ooA *


-- l r


laltl


singe!
plus grave crise 6conomique
a Grande depression de 1930
itt6ralement rage en ce moment
grand voisin et se rdpercute par
de par le monde.
Le memejour, le journal New
,st pr6sentait des excuses au
it Obama apres avoir public
icature accuse d'associer le
'Etat amdricain a un singe.
Le New York Post se defend
mt qu'il s'agit d'un dessin sur
de relance et non une attaque

(OBAMA-HAITI/p.8)


La France toujours empetr e

dans sa decolonisation


PORT-AU-PRINCE, 27
FHvrier La France n'a toujours pas
fait la paix totalement avec ses ex-
colonies. A chaque fois que des
problkmes sdrieux se posent du c6t6
de ces dernibres, on revient
immanquablement aux mauvais
souvenirs de la colonisation.
En Guadeloupe, la grbve
g6ndrale, d6j vieille de plus d'unmois,
a rallumd la question raciale. On entend
accuser la France m6tropolitaine de
privil6gier les descendants francais de
'ile commundment appel6s < b6k6s >
au detriment de la majority noire.
Mais quand 'ile sceur, la
Martinique, prend feu a son tour, c'est


I I


en France qu'on accuse la crise d'etre
d'origine raciale alors que les
syndicats martiniquais insistent de
leur c6t6 que ce sont des
revendications d'ordre purement
6conomique.
Selon un sondage du Figaro
(jeudi 26 f6vrier), 51% des Franqais
pensent qu'on devrait laisser les
Antilles faire leur chemin, c'est-a-dire
choisir l'ind6pendance si elles le
veulent. Alors que selon le meme
quotidien, 80% en Guadeloupe
veulent rester franqais.
Pour les Antilles, il s'agirait
done plus d'une question de droits a
(DECOLONISATION/p.9)
















j. t .j rHec .rig
Ii

























"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"
Available from Commercial News Providers"


Tchad: Les autorites interdisent

la coupe des arbres pour faire

du charbon


Le m6contentement monte a
N'Djamena oni les autorit6s ont interdit
sans concertation l'utilisation du
charbon et du bois vert pour lutter
contre la deforestation. Une mesure
qui touche durement les classes les
moins favorisdes et cr6e une situation
de p6nurie.
"C'est trop brutal On ne
peut pas changer d'habitudes dujour
au lendemain", affirme a 1'AFP Brigitte
Topinanty Dionadji, consultante aux
ministbres de 1'Action sociale et de
l'Agricuture. "I1 faut lutter contre la
desertification, mais il aurait fallu des


campagnes de sensibilisation, une
transition... C'est un grave problkme
social. Ce sont les gens les plus
d6munis qui sont touches".
En d6cembre, pour l'exemple,
les autorit6s ont ordonn6 de brfiler les
v6hicules transportant du charbon. A
Walia, a l'entr6e sud de N'Djamena,
les carcasses de quatre mini-bus sont
encore visibles. Des forces de s6curit6
contr6lent toujours la route d'entrde
de la capitale.
"Depuis janvier, plus
personne n'essaie de passer avec du
(CHARBON/ p. 7)


Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06

Des centaines d'Ha'itiens manifestent samedi contre l'ordre
de deportation de leurs frers et soeurs vivant en situation
illgale aux Etats-Unis
Plusieurs centaines d'haitiens ont particip6 samedi en Floride a une marche
de protestation contre la decision des autorit6s migratoires amdricaines de
doporter plus de 30.000 compatriotes vivant aux Etats-Unis en situation
irreguliere, rapporte 1'AFP. La manifestation s'est deroulke en face d'un
centre de detention temporaire des ill6gaux situ6 dans le comtd de Broward,
pros de Miami. Les protestataires ont r6clam6 de la nouvelle administration
d6mocrate l'attribution aux sans-papiers du statut de protection temporaire
(TPS), mettant l'accent sur la grave situation 6conomique et sociale a
laquelle fait face leur pays, Haiti. Selon les organisateurs de la marche,
environ 600 hatiens sont actuellement d6tenus en Floride dans des centres
des services d'immigration. Une fois qu'ils seront en possession des
documents de voyage n6cessaires, ils devront quitter les Etats-Unis.
Presente lors de ce rassemblement, une chanteuse haitiano-americaine,
Melky Jean, a entonn6 des chansons avant de s'adresser au premier
President noir amdricain. < Nous sommes ici pour demander a (Barack)
Obama de stopper les deportations >, a-t-elle martel6, ajoutant < nous, les
hatiens, nous t'aimons, nous t'avons vot6 parce que nous croyons en toi
et nous sommes avec toi >. Les manifestants brandissaient des pancartes
portant les inscriptions < mettez fin aux deportations > et < un TPS pour
Haiti >. L'administration Obama, arrive depuis un peu plus d'un mois a la
Maison Blanche, ne s'est pas encore officiellement exprimee sur cet
6pineux dossier.

Arrestation de Antonio D6samours, accuse de l'assassinat de
Guy Salvant...
La police de Port-au-Prince a proc6d6, le samedi 28 f6vrier, a l'arrestation
d'Antonio D6samours, accuse du meurtre de Guy Salvant, a Barribre Batan,
dans la locality de Milot, le 15 f6vrier 2004, a 15 heures 30. Antonio
D6samours est d6tenu a la Direction Centrale de la Police Judiciaire
(D.C.P.J.), attendant son transfert au Cap-Haitien.
La victime est le frbre de Hugues Cl6estin, D6put6 de la circonscription de
Limonade. Au mois dejanvier 2009, le parlementaire avait d6nonc6 la
candidature de Moise Jean-Charles qui serait proche de Antonio
Desamours. II avait questionn6 l'authenticit6 du "Certificat de bonne vie et
mceurs" pr6sent6 par Moise Jean-Charles au Conseil Electoral Provisoire
(CEP), vu que le parquet du Tribunal Civil de la ville du Cap-Haitien qui
l1galement 6met ce genre de certificat, est aussi l'instance de poursuite qui
a mis l'action publique en mouvement contre lui. Le "mandat d'amener"
ex6cut6 le samedi 28 f6vrier 2009, est d6cern contre Antonio D6samours,
depuis environ 2 ans, par lejuge Emania Fatal. Questionn6 par R6seau
Citadelle, le D6put6 Hugues a d6nonc6 le laxisme de la police dans le Nord.
Les autorit6s policibres de ce ressort refusent d'ex6cuter les mandats
contre Moise Jean-Charles et contre ses hommes de main. II a dfi profiter de
la presence de l'accus6 a Port-au-Prince pour alerter la police de l'Ouest et
ex6cuter le "mandat d'amener". Pourtant, Antonio D6samours r6sidait
tranquillement dans la commune de Milot. I1 se d6plaqait sans difficult
sous les yeux de la Police dans le Nord. Se disant t6moin dans l'affaire de
meurtre, Hugues Cl6estin confirme avoir d6pos6 par devant le Juge
d'instruction que Moise Jean-Charles est l'auteur intellectuel du crime.

DWces en Indiana (USA) de Maitre Josue Pierre-Louis,
ancien juge A la Cour de Cassation
Maitre Josu6 Pierre-Louis, ex-juge a la Cour de Cassation en Haiti,
commissaire du gouvemement sous le gouvemement de Jean-Bertrand
Aristide en 1991 est mort aux Etats-unis (dans l'Etat d'Indiana) d'un cancer
du colon. Commissaire du gouvemement de Port-au-Prince lors des 7
premiers mois de la pr6sidence de Jean-Bertrand Aristide en 1991, Me Josu6
Pierre avait 6nergiquement d6missionn6 au lieu d'accepter de signer des
mandats d'arrestation en blanc que pourraient utiliser a leur guise la police
et le Ministere de lajustice dirig6 alors par le fougueux ex-milicien de
Duvalier, Me Bayard Vincent. Me Josu6 Pierre-Louis laisse dans la tristesse
ses 4 enfants, son spouse, ses proches en g6ndral, la magistrature, la
corporation des avocats et, particulibrement, ses colleagues de la Cour de
Cassation. Ses fundrailles seront chant6es aux Etats-Unis oi il sera
6galement inhum6, selon decision prise par sa famille beaucoup plus
nombreuse a l'6tranger qu'en Haiti.

La disparition subite de Marc Frederic, oncle du pr6sume
trafiquant de drogue Alain D6sir, signifie-t-elle la fin de
l'enquete?
C'est du moins ce qu'affirme le d6put6 de Mole Saint-Nicolas, Eloune
Dor6us (Organisation du Peuple en Lutte, OPL), qui a exprim6 samedi ses
apprehensions quant a l'issue de l'enquete sur le dossier des narcodollars
de Port-de-Paix, suite au d6cesjeudi dernier a l'h6pital de l'un des t6moins-
cl6 de l'affaire, Marc Fr6d6ric, oncle du pr6sum6 trafiquant de drogue Alain
D6sir incarc6rd aux Etats-Unis.< Marc Fr6d6ric 6tait, apres son neveu Alain
D6sir, le personnage le plus important du dossier >, selon le d6put6. I1
rappelle que le d6funt avait &t6 bless par balle dans des conditions
(EN BREF /p. 14)


Fss





"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


...j








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 06


Rencontre Obama-Jean


sur Haiti


N


Le bureau du premier ministre canadien,
Stephen Harper, refuse de confirmer des informations
selon lesquelles le president am6ricain aurait profit
de sa rencontre avec la gouverneure g6ndrale du
Canada, Michaelle Jean, pour l'inviter a Washington,
rdvble mercredi le Globe andMail.
La nouvelle de l'invitation a &t6 rdv6l6e et
m6me confirm6e en fin de semaine par la
porte-parole du bureau de la gouverneure
g6ndrale, Marthe Blouin, lors
d'entrevues accord6es a diff6rents
m6dias. Cette dernibre se r6fugie
maintenant dans le mutisme le plus
complet.
L'histoire a d'abord &t6 rdv6le
par le Toronto Star, samedi (21 f6vrier),
au surlendemain de la visite du president
Obama au Canada. Soulignant que la
repr6sentante de la reine au pays avait
discut6 avec le president de la situation
dans son pays natal, Haiti, le quotidien a
affirm que, contrairement a Stephen
Harper, Mme Jean avait &t6 invite a
Washington.
<< Le president Obama lui a dit
qu'il aimerait poursuivre la discussion
avec elle a ce sujet>>, a d6clard Mme
Blouin. Selon la porte-parole de la
gouverneure g6ndrale, M. Obama lui a dit
< qu'il aimerait la revoir > et qu'il
<< aimerait aussi la voir a Washington >.
Interrogee par l'Agence France
Presse au sujet de l'article du Toronto
Star, Mme Blouin a r6pt que le president
<< veut la revoir a Washington >, tout en
pr cisant qu'aucune date n'avait &t6
arretee. La G6


En entrevue au r6seau CTV,
Mme Blouin a d6clard que Barack Obama


regoit le pr


avait exprim6 le d6sir < de rester en contact avec la
gouverneure g6ndrale au sujet d'Haiti >, une
formulation que la porte-parole assimilait A une
<< invitation ouverte > de la part du president am6ricain.
Selon le Globe andMail, les informations qui
circulent dans les officines gouvernementales a Ottawa
laissent entendre que Mme Blouin a exag6rd et que le
president Obama veut plut6t rester en contact avec


Fo comment !
Mme Jean. Personne ne veut toutefois 6tre cit6e ce
sujet, m6me lorsqu'on leur offre l'anonymat.
Interrogee par le quotidien, Mme Blouin s'est
emmurde dans le silence. Dans un courriel, elle affirme
<< ne rienavoir h dire au sujet de l'article [...] de samedi >.
Elle refuse m6me de r6pondre lorsqu'on lui demande si
elle a td bien cite.


ouverneure gendrale du Canada, Michaelle Jean,
resident ambricain Barack Obama le 19 fvrier dernier
a Ottawa"
Le Toronto Star rapportait en outre des
propos de James Steinberg, l'adjoint de la secr6taire
d'Etat americaine Hillary Clinton, qui confirmait que
les deux chefs d'Etat avaient discut6 des meilleurs
moyens d'aider Haiti a surmonter les d6fis
6conomiques et sociaux que le pays doit affronter. I1
n'a toutefois pas mentionn6 que le president Obama
avait invite Mme Jean a Washington.


Page 3

SOMMAIRE
UEVENEMENT
Manifestations en Haiti et h Miami
Haiftins partoutfuirlamisre p.1
ANALYSE DE LASEMAINE
Haiti: violence et violences p. 1
L'HSTOIREAUPRESENT
Obama-Haiti: Histoire de singe p.1
La Frace toujours emp6tr6e dans sa
decolonisation p.1
CRISEECONOMIOUE
Insecurit alimentaire p.2
ENVIRONNEMENT
Interdire la coupe des arbres p.2
COOPERATION
Rencontre Obama-Jean sur Haiti: no comment!
p.3
Ottawa resserre l'aide, mais Haiti privil6gi6e p.7
TOUJOURSD'ACTUALITE
5 ans apres la chute d'Aristide p.4
IMMIGRATION
Rapatriement d'un nouveau groupe
d'immigrnts p.5
Les Haitiens protestent contre la deportation de
leurs compatriotes p.6
SECURITY
700 nouviaux policiers recoivent leur parchemin
p.10
SANTE
Une mission de Mercy Hospital de Floride p.11
L'OMS s'inquiete d'une forme r6sistante de
paludisme p.13
LIBREPENSER
Toliance Zero p.12
Apres la crise financibre, la guerre civile p.12
ULIVRE
Trois ex-otages rdvblent un autre visage de
Ingrid Betancourt p. 13
LITERATURE CREOLE
Pye bcfpoupye bbf p.15

< quelque chose dont il se soucie et il voulait obtenir le
point de vue d'autres personnes pour savoir comment
on pourrait faire un meilleur travail pour appuyer le
d6veloppement 6conomique et social a Haiti >>, a
d6clard M. Steinberg.
Mme Jean a effectu6 un voyage en Haiti en
mois dejanvier. Mme Blouin a d6clard au Toronto Star
que Mme Jean a vant6 au president Obama les mWrites
de la nouvelle premiere ministre haitienne, Michble
Pierre-Louis, et lui a appris que la crise alimentaire qui
frappait d6ji durement les citoyens avait empire en
raison de la crise 6conomique actuelle et des ouragans
qui ont frapp6 le pays l'annde dernire.


C'et vous qui dkidep dp wvqs hrai're Pstojou vouts ele
acoez OUNIBANKWOin I*m mftt v N= o Ouccurpte l MgRom

> Pae r, a u AWilB Olnt Li amW lahi UMM C
an am6( tsf voiis~nr&e soni ootmplb.

>Fabts vas lbans~fei&rsu rittsm~
> Achoue des chbquesde direabon et ourF6faWe
> ComenmKkM voe tesin barae

Cwarted la lortguSst&abvs ramnadkimpoawlbMi
on ciquwt wr twww,uibunkhaitsofm


I UNIBANK


" wwiso route enhasembl

www.unibankhairtl.comn








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


MANIFESTATIONS A MIAMI & EN HAITI


Haitiens :
(MISERE... suite de la lere page)
Fanmi Lavalas a Wte exclu par le Conseil
electoral provisoire (CEP) sur la base d'une
< technicalit 6 : deux listes de candidats pr6sent6es
sous le nom du meme parti et le CEP concluant que
c'est contraire a la loi mais qu'il ne
saurait lui-meme r6soudre ce
problkme de l1gitimit6.
A Miami, c'est samedi aussi
que des organisations haitiennes,
dont Fanm Ayisyen nan Miyami ,
devaient d6filer en accord avec des
associations de defense des
immigrants pour demander l'arrlt des
mesures d'arrestation et de
deportation des sans papiers haitiens.
Plusieurs centaines de manifestants
ont r6pondu a l'appel. Selon des
informations parues dans les grands
quotidiens de Floride (Miami Herald,
Sun Sentinel) et relaydes par
Associated Press (AP), les autorit6s
amdricaines ont d6cid6 le renvoi de
30.000 immigrants ill6gauxhaitiens. En
attendant, ceux-ci sont poursuivis
partout, ceux qui sont attrapes vont
en prison jusqu'a leur depart manu
militari pour Haiti, ou relAchs
temporairement avec un bracelet
6lectronique pour pouvoir les rep6rer Environ 3
en tout temps. apres la disqua
Quel rapport entre ces deux
manifestations ? Apparemment aucun.
Pardon. Une grande partie de ces 30.000
ressortissants haitiens 6taient arrives aux Etats-Unis
lors du coup d'6tat militaire du 30 septembre 1991, alors
que le pays 6tait 6cras6 sous labotte des forces armies
haitiennes et de leurs suppl6tifs, les groupes
paramilitaires plus connus sous l'appellation de
FRAPH, et r6put6s pour leurs exactions contre la
population (meurtres, tortures et viols sans nombre).

Depuis les attentats du 11 septembre
2001 ...
Des dizaines de milliers de compatriotes des
petites classes, qui avaient vot6 en faveur du president
renvers6, Jean-BertrandAristide, le 16 d6cembre 1990,
lors d'l6ections sous supervision internationale, prirent
la mer pour dchapper aux persecutions syst6matiques
ordonndes par les g6ndraux putschistes, cela pendant
trois annees (1991-1994).
Ceux qui ont &te rattrap6s avant d'atteindre
les c6tes floridiennes ont &t6 interns a la base
amdricaine de Guantanamo (Cuba). Ils furent ensuite


partout fuir la misere !
retournms en Haiti apres le retour au pouvoir d'Aristide cessantes, en meme temps qu'il annoncait sa decision
grace a une intervention des Marines am6ricains de refuser a ces derniers le TPS ou statut de protection
d6pech6s par le president Bill Clinton. temporaire qui lui avait 6td demand par le president
Ceux qui 6taient parvenus auxEtats-Unis ont Rend Prdval face aux graves dommages provoqu6s
Stdautoris6s a introduire une demande d'asile politique, dans le pays par 4 ouragans successifs lors de la
_a1 ________ __ __ _A_ dernibre saison cyclonique.


000 manifestants Lavalas ont arpente samedi les rues de
hlification de tous les candidats de leur parti par les auto
(photo Eugene Robenson)
mais un tout petit nombre b6ndficiera de celui-ci.
Les autres vivent depuis sous une constante
menace de deportation. Pendant quelque temps leur
permis de travail 6tait cependant constamment
renouvel6. Mais depuis les attentats du 11 septembre
2001, les Etats-Unis ont entrepris un resserrement des
dispositions r6glementant l'immigration ill6gale. Et
juste avant la fin du mandat du president George W.
Bush, en d6cembre dernier, celui-ci ordonnait la reprise
de la deportation des ill6gaux haitiens toutes affaires


Canal Duvalier ...
A part le rapport politique (en
effet les plus de 3.000 manifestants de
samedi a Port-au-Prince d6noncent les
s6quelles d'un autre < coup d'6tat >,
le renversement du meme Aristide en
f6vrier 2004 lors d'&v6nements tout
aussi dramatiques et cruels), la
veritable toile de fond de ces deux
SS mouvements de part et d'autre de la
Caraibe c'est le ch6mage et la misbre
qui sont le lot de plus de 80% de la
population haitienne.
Ceux de Miami se battent
pour ne pas 6tre force de revenir en
Haiti ; de leur c6t6 ceux de Port-au-
Prince qui d6noncent les autorit6s
6lectorles ainsi que le president Rend
Prdval accuse de < traitrise >, ne
souhaitent qu'une chose : s'en aller
eux aussi.
Or les deux ne sont pas
la capitale conciliables. L'undes empechements
ritis dlectorales pour solutionner le probleme des sans
papiers haitiens c'est la peur de
d6clencher une nouvelle vague de
r6fugi6s esp6rant b6ndficier de la meme disposition.
D6ji c'est chaque semaine que les gardes-
c6tes amdricains arraisonnent prbs de 300 migrants
haitiens agglutin6s dans des voiliers minuscules faisant
route a travers le terrible d6troit situ6 entre Haiti et
Cuba, le Canal du Vent, surnomm6 Canal Duvalier par
nos boat people en souvenir de la violence de cette
dictature.
Les dents des requins ...
(MISERE/p. 6)


"Copyrighted Material

A A* Syndicated Contentri ir

Available from Commercial News Providers"


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki


, S'.. t es 1'


pemet klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezvasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
I=m Cargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo e un enf6omas an an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vl-ofri li
plizy sova avyon, bato oswa trend ockamyoii quit se machandiz
p o un ...... ..... .. ... s" eo"... ... ...
Nan mwa apiil ntroduilot avanaj so bsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "KfB yo rnterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pbmbt klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sbvis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak ate.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb
a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit enten&t la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


P.6 Plus Bakery, Inc.
NATURAL L JUICE: \'


118 NE 2nd Ave.
Miai, RF 33160
Fal. 305-7EB-3B5


Page 4


Catering spociwrists
Cakes Pastris, H"orea dOewes
for al olmonask








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 06


Haiti : violence et violences !


(... suite de la lere page)
Au contraire, ceci expliquant cela, c'est cette
violence informelle et anonyme qui 6claire peut-6tre le
mieux celle plus classique des responsables de l'ordre.
Nos militaires 6taient forms pour aller casser
du civil tout comme le civil qui entre sous l'uniforme
estime avoir automatique-
ment un droit de vie ou de
mort sur ses semblables.
Les regimes totali-
taires (du nazisme au
duvali6risme) savent
comment flatter les bas
instincts pour recruter leurs
troupes de choc.

Nos hooligans
de carnaval ...
Cependant la
violence de nos hooligans du
carnival est-elle la r6ponse a
une violence officielle,
institutionnelle, 6conomique,
violence plus soumoise ?
Nous laissons la
r6ponse aux experts. En tout
cas aujourd'hui il n'y a pas
une violence officielle,
autrement dit directement de
la part du pouvoir, aussi
6vidente qu'a d'autres
moments de notre histoire,
qu'elle efit t& exerc6e par le
pouvoir lui-m6me ou par des
secteurs ultras proches du
pouvoir ...
Ou a des moments
plus rares, proches aussi de Le centre-ville
l'opposition. Ou les deux i la
fois comme ce fut le cas pendant les Mvenements qui
ont culmind le 29 f6vrier 2004 dans le depart forc6 du
president Aristide. C'est sous les feux crois6s de ses
plus ardents partisans d6nommds les<< chimeres >> d'un
c6t6 et de l'autre de groupes paramilitaires forms par
des sp6cialistes de la lutte arm6e en R6publique
dominicaine voisine que le chef de l'Etat Olu deux fois
par les masses haitiennes fut force l'exil.
On fait g6ndralement remonter a cette date la
nouvelle vague de violence qui s'est emparde du pays.
Quoi qu'on dise, jusqu'au 29 f6vrier 2004, on pouvait
plus ou moins circuler dans tous les quartiers de la
capitale et de la zone m6tropolitaine sans craindre de
faire automatiquement de mauvaises rencontres. C'est
depuis que date la g6ndralisation du kidnapping.
Pendant toute la dur6e du regime int6rimaire
install par les vainqueurs du 29 f6vrier 2004, on
accusait les << chimbres > de tous les maux. D'ailleurs
ces derniers revendiquaient sans h6siter leurs forfaits.
Du moins dans un premier temps ...
Mais alors meme qu'ils 6taient maitris6s manu
militari au lendemain des elections d6mocratiques du 7
f6vrier 2006 qui ont port6e la pr6sidence Rend Prdval,
la criminality repartait de plus belle.

<< Combattants de la libert >> ? ...
C'est oublier en effet que les groupes arms
qui ont aide a faire tomber Aristide 6taient constituds
en majority d'ex-militaires et de policiers revoques pour
mauvaise conduite et surtout de toutes sortes de
r6cidivistes hier au service des forces armies d'Haiti
et appel6s tant6t < macoutes >, tant6t < zenglendou >,
tant6t < Fraph > (sous la direction de toxicomanes et/
ou sadiques comme un Toto Constant), tous ayant
toujours v6cu d'exp6dients et en premier lieu du trafic
de drogue.
Et c'est oublier que prbs des trois quarts de
ces < combattants de la liberty >, comme les a qualifi6
l'ex-Premier ministre int6rimaire, G6rard Latortue, ont


&td enr6l6s ensuite dans la police nationale en guise
de recompense.
Ceci expliquant cela, que cette police nationale
soit devenue par la suite la plaque toumante pour
rdorganiser le trafic de drogue et l'institutionnalisation
du kidnapping, rien de surprenant.


de Port-au-Prince, un chaos indescriptible (photo Euge

Quand on fait appel aux barbares, on doit
s'attendre qu'ils se servent d'une faqon ou d'une autre.

Jeter des millions litteralement par
les fenktres ...
Pas plus qu'on ne saurait accuser l'actuelle
crise 6conomique en soi de ce rebond de la violence
mais plut6t le system economique lui-meme qui rend
une petite minority toujours plus riche et force la
majority a la mendicit6 absolue ... Ou 6ventuellement
au crime. Ce dont une certaine fiertW naturelle (d'origine
a la fois ethnoculturelle et religieuse) a toujours su
6pargner au grand nombre. Mais a l'heure de la
globalisation 6galement de la criminality, oni la drogue


Page 5


et les armes circulent de main en main de Miami a
Kingston (Jamaique) et a Port-de-Paix (Haiti), on ne
peut plus jurer de rien.
Lorsque la drogue n'arrive pas a rdussir
suffisamment sa perc6e au sein de la population, comme
dans d'autres pays (Mexique, Jamaique, R6publique
dominicaine etc), on
s'arrange pour jeter
littralement des millions par
les fenetres comme dans ce
Squ'on appelle le scandale
des narco-dollars de Port-de-
Paix (une affaire qui semble
d6finitivement enterrie, avez-
vous remarqu6 ?). Justement
peut-il exister pire incitation
a la violence De la part des
cartels, mais plus encore des
autorit6s.

La violence des
coups bas ...
Enfin touj ours plus
cruelle et sournoise, il y a la
violence politique, pas celle
des coups de burton mais des
mauvais coups et des coups
bas, la pire parce que
pouvant laisser des traces
ind61lbiles.
Les derniers
6v6nements d6montrent
amplement comment on peut
faire disparaitre le parti le
plus populaire d'un pays en
utilisant les propres
faiblesses de ce dernier.
Mne Robenson) Chapeau Mais en abusant
aussi des lois et de la
Constitutionjusqu'h l'extrime limite des libertis (non)
permises. Au point que c'est h se demander pourquoi
on veut reformer une Constitution aussi complaisante.
Au fur et d mesure, la violence devient ainsi
le r6el moteur d'une soci6td. Et la vie, comme dans le
MacBeth de Shakespeare, une histoire de bruit et de
fureur racont6e par un idiot. L'idiot c'est nous qui
croyons qu'une autre faqon de faire les choses est
possible. Car mime pour faire le bien, il faut passer par
la violence. L'ennui est que c'est ce que racontaient
les regimes les plus totalitaires. Le chemin de l'enfer
est pavd de bonnes intentions.

Marcus, 26 Fevrier 2009


"Copyrighted Material

-Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 280-q0
_US S 40-00
US $ 42.00
SuS 70.00
US $ 70.00


Gdes 520A0
US $ 78.00
SUS $ 80.00
US 135.00
us $135-O


Ouns e ~as d'un abo~nmn nt
avew Iwiwson, to coOt eat I* doubic
Pruir de dspciflrw al vonus I
un nouv l abonn6
oun .11 *' gt d'un runouvllUmnt


Nouveau
N --
I I


Renouwvllmfent


Nodre
Adnmsu


HEa -
Etst Unis .


Europe
AmAriue Laite


I


(ofst potir Si


1, CPmjt pou








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


Les Haitiens manifestent contre la deportation


de leurs compatriotes vivant aux Etats-Unis


Plusieurs centaines d'Haitiens ont particip6
samedi en Floride a une marche de protestation contre

Partout fuir la misere !
(MISERE... suite de la page 4)
D6nominateur commun: la misere, la famine.
C'est la motivation premire d'un c6t6 comme de l'autre.
Tout plut6t que de revenir dans ce pays maudit. Et que
tout le monde ne pense qu'a fuir. Les dents des requins
versus celles de la misere haitienne. Mieux vaut meme


La Star internationale WyclefJean interview
pendant la manifestation de Miami par la grande
chaine Foxnews (photo Francesca Guerrier)
l'exploitation chez nos voisins dominicains, et tant pis
si ces derniers nous m6prisent, plut6t que de mourir et
de voir impuissant ses enfants mourir aussi sous vos
yeux. De plus face a un system, c'est-a-dire unEtat et
une soci6td, totalement indifferent. C'est aussi la
signification de ce m6chant reportage sur Haiti repris
plusieurs fois ces jours derniers par TV5 et qui fiche
un grand nombre de nos compatriotes en diaspora.
Jusqu'a la loyaut6 politique qui ne fait pas
exception a la rlgle. Le charisme, le populisme qui font
tellement recette chez nous, qu'y a-t-il en-dessous ?
Devant l'impossibilit6 de satisfaire les demandes
16gitimes de la population d6sh6rit6e, de rem6dier aux
problkmes de fond (le ch6mage et la misbre), les leaders
qui s'imposent sont ceux qui arrivent a se montrer le
plus sensibles a ces maux. Le faire remplac6 par le faire
semblant. MNme a son cceur defendant. Ce que Aristide
r6ussit plus que bien. Ce qui fait d6faut au president
Prdval. Et ce n'est pas de la ddmagogie. C'est plut6t
une question de p6dagogie !
Et puis quelle alternative vous reste-il si on
est un humain dans toute l'acception du terme, sinon
l'envie de s'enfuir en hurlant d'une ville aussi affreuse,
sale et m6chante. Et quand surtout c'est l'Etat lui-mrme
qui s'emploie a tout d6construire !
Haiti en Marche, 28 Fevrier 2009


la decision des autorit6s migratoires amdricaines de
d6porter plus de 30.000 compatriotes vivant aux Etats-
Unis en situation irr6gulibre, rapportent la presse
amdricaine et 1'AFP.
La manifestation s'est d6roulde en face d'un
centre de detention temporaire des ill6gaux situ6 dans
le comtd de Broward, prbs de Miami.
Les protestataires ont r6clam6
de la nouvelle administration d6mocrate
l'attribution aux sans-papiers du statut
de protection temporaire (TPS), mettant
l'accent sur la grave situation
6conomique et sociale a laquelle fait face
leur pays, Haiti.
Selon les organisateurs de la
marche, environ 600 haitiens sont
actuellement d6tenus en Floride dans y
des centres des services d'immigration.
Une fois qu'ils seront en possession des I!
documents de voyage n6cessaires, ils I
devront quitter les Etats-Unis.
Prdsente lors de ce
rassemblement, une chanteuse haitiano-
amdricaine, Melky Jean, a entonn6 des
chansons avant de s'adresser au premier La chant
President noir am6ricain. < Nous directem
sommes ici pour demander a (Barack) po
Obama de stopper les deportations >>, a-
t-elle martelk, ajoutant < nous, les haitiens, nous
t'aimons, nous t'avons vot6 parce que nous croyons
en toi et nous sommes avec toi >>.
Les manifestants brandissaient des pancartes
portant les inscriptions << mettez fin aux deportations >
et << un TPS pour Haiti >>.
Un ordre de deportation 6mis sous l'ancien
President rdpublicain George W. Bush, apres un
moratoire de plusieurs mois, pr6voit l'expulsion -sans


aucun recours judiciaire- de plus de 30.000 haitiens.
Une decision a laquelle s'oppose fermement le
gouvernement Prdval/Pierre-Louis.
L'ambassadeur d'Haiti a Washington,
Raymond Joseph, a annonc6 la semaine derniere que
les services consulaires du pays en territoire amdricain
n'6taient pas autoris6s a fournir des passeports ou


teuse haitiano-amdricaine Melky Jean s 'adressant
'ent au president Barack Obama sollicitant le TPS
ur ses compatriotes menaces de deportation

feuilles de route aux compatriotes sur le point d'etre
d6port6s. Le diplomate avait invoqu6 l'incapacit6
d'Haiti a accueillir des milliers de sans-papiers aprbs le
passage ddvastateur, en &td 2008, de quatre cyclones a
l'origine d'importantes pertes humaines, mat6rielles et
6conomiques.
L'administration Obama, arrive depuis un
peu plus d'un mois a la Maison Blanche, ne s'est pas
encore officiellement exprimee sur cet 6pineux dossier.


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 6


AVI RENYINYON PIBLIK
Yap avize ke Komite Transp6 Piblik, Enfrastrikti ak Woutye (sig
angle TIRC) de Asanble Komisyone Konte Miami-Dade la pral fe yon
reyinyon piblik nan Sal Komisyon an ki sou 2yem etaj, 111 N.W. First
Street, Miami, Florid, pandan yon reyinyon ki pral k6manse a 2:00
p.m., jou 11 mas 2009 la. Se la menm yo pral diskite sou chanjman
ak modifikasyon ke yo konsidere fe nan seten traje bis tankou sa ki
swiv anba la a :
Vi 17 ME 2009, MIAMI-DADE TRANSIT (MDT) PWOPOZE FE
DE AJISTEMAN NAN SEVIS LI YO, YON FASON POU TRAJE
BIS SA YO KA OPERE AK PLIS EFIKASITE : TRAJE BIS 21, 36,
41, 48, 91, 99, L, M, 183RD STREET MAX, 238 EAST-WEST
CONNECTION, 243 SEAPORT CONNECTION, 246 NIGHT OWL, AK
344 FLORIDA/HOMESTEAD CONNECTION. MDT PWOPOZE TOU
POU LI ENPLANTE YON NOUVO TRAJE AK ARE BIS LIMITE :79TH
STREET MAX.
Nan reyinyon an, Komite a pral bay moun oswa ajans enterese
yo op6tinite bay dizon pa yo sou aspe sosyal, ekonomik, ak
anviwonnmantal pwoje sa a. Moun ki enterese yo fet pou soumet
vebalman oswa alekri pwen yo vie etabli yo oswa rek6mandasyon
yo an rap6 ak pwoje sa a.
Yon moun ki deside mennen an apel nenp6t desizyon ke komite
a, ajans la, oswa komisyon an ta pran an rap6 ak sije ki te an
konsiderasyon nan reyinyon an oswa nan odyans la, pral bezwen
yon rejis de tout pwosedi yo. Moun sa a gen dwa oblije asire ke
rejis motamo sesyon yo te fet, enkli temwayaj ak prev ki se baz pou
apel la.
Konte Miami-Dade bay op6tinite ak akse ekitab nan anplwa, epi li pa
fe diskriminasyon sou moun enfim nan pwogram li yo oswa sevis li
yo. Depi nou avize byen bone anvan reyinyon an, nou kapab jwenn
aparey pou tande ak 16t sevis pou ede nou kominike. Sou demann,
f6m sa a disponib nan yon f6ma aksesib (kaset tep, Bray, oswa
disket konpite). Pou materyel nan yon 16t f6ma, yon entepret an
siy pou soud oswa nenp6t 16t akomodasyon, tanpri kontakte Maud
Lizano nan (786) 469-5478. Kliyan yo ki sevi ak
TDD, tanpri rele sevis Florida Relay Services nan MIAMI-DM
1 (800) 955-8771 omwen (5) senkjou davans.








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 06


-. Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Les autorites interdisent la coupe des arbres


(CHARBON... suite de la page 2)
charbon. Au debut, on a arrWt6 beaucoup de gens",
confie l'officierDjidi Toulaye.
Interdiction d'entrde pour le charbon et le
"bois vert", mais le "bois sec" est autoris6. Hassan
Toufdy, dans un pick-up charge a ras bord de bois
ramass6 a 90 km de N'Djamena, assure que sa
cargaison "achet6e a 50.000 francs CFA (76 euros)"
sera vendue trois fois plus cher.
Comment contr6ler que le bois mort n'est pas
un bois vert coup et s6ch6? Pas de r6ponse. La
situation est quelque peu ubuesque. Prbs du poste de
contr6le a Chagwa, ou se vendait jadis le charbon, la
vente de bois meme sec est totalement interdite et le
march a td brfil.
Depuis, une soixantaine de marchands
attendent "une solution", a l'instar d'Abderraman
Gassra: "Nous avons perdu environ 60 millions de
FCFA" (10.000 euros) de stocks, "nous n'avons plus
de travail, plus de quoi vivre".
Pour Mahamat Hissene, ministre de la
Communication, il fallait prendre des mesures
d'urgence.
"N'Djamena et ses environs se transforment
en desert. II faut sauver les forts. J'ai plantW des
eucalyptus A Walia dans les annees 1970, aujourd'hui
c'est nu. De N'Djamema a Massaguet (80 km), il n'y a
plus rien".


Aide trangere:

Ottawa resserre sa

liste mais Haiti reste

privilegi`e
Le gouvernement canadien restreint ses
programmes d'aide bilat6rale a une vingtaine de pays
ou regions du monde. Le gouvernement conservateur
de Stephen Harper affirme vouloir ainsi rendre l'aide
du Canada plus efficace aux pays dans le besoin.
Les programmes d'aide bilaterale repr6sentent
un peu plus de la moiti6 de l'aide canadienne aux pays
strangers, soit prbs de 1,5 milliard de dollars. Selon le
nouveau plan annonc6 lundi par Ottawa, ces 20 pays
se partageront environ 80 % de cette somme.
Parmi les pays et les regions sur lesquels
Ottawa entend d6sormais concentrer son aide, on
compte l'Afghanistan, la Colombie, Haiti, le P6rou, le
Soudan, labande de Gaza, la Cisjordanie et les Caraibes.
L'Afrique cope
L'Afrique, elle, sort grande perdante de ce
remaniement de l'aide international canadienne. Sur
la liste des pays pr6sent6e lundi par la ministre de la
Cooperation international, Bev Oda, le nombre d'Etats
africains qui recevront de l'aide canadienne passe de
14a7.
Or, l'Afrique est de loin le continent oi l'on
retrouve le plus de pays pauvres, de guerres,
d'6pid6mies et de famines. Selon la ministre Oda, son
gouvernement a d6cid6 de concentrer ses efforts, car
l'aide canadienne 6tait auparavant saupoudr6e dans
un trop grand nombre de pays pour 6tre vraiment
efficace.
Selon la ministre Oda, l'Afrique n'est pas en
reste, car elle reqoit la plus importante partie de la
contribution canadienne au Programme alimentaire
mondial (PAM).
L'ancienne liste du gouvernement liberal de
Paul Martin comprenait plus de 25 pays. La nouvelle
liste des conservateurs n'inclut d6sormais plus le
Rwanda, le Cameroun, le Burkina Faso, le Kenya, le Sri
Lanka, le Cambodge, le Nicaragua et la Guyane.
Bev Oda a dgalement ajout6 que les pays dans
(CANADA-AIDE/p. 9)


"1,5 million de personnes habitent N'Djamena.
Tous ces gens ont comme habitude de manger en
consommant beaucoup de charbon", souligne le
ministre, pr6cisant que le president tchadien Idriss
Deby Itno avait exhort
les Tchadiens a des
efforts lors de la dernibre
saison des pluies (juillet-
aoft), en vain jusqu'a
d6cembre, poussant les
autorit6s a "taper du
poing sur la table".
Pour accom-
pagner l'interdiction, le
gouvernement subven-
tionne l'utilisation "des
bouteilles de gaz de 3 et 6
kg a hauteur de 50%", dit-
il.
Le gaz revient
aujourd'hui entre 30% et
50% moins cher le bois ou
le charbon, mais les
"petits revenus n'en ont
pas les moyens",
souligne Brigitte
Topinanty Dionadji. Ils
"achetaient des petits tas La coupe des a

de 50 ou 100 FCFA de charbon pour chaque repas. Ils
vivent au jour le jour. Comment voulez-vous qu'ils
paient la caution d'une bouteille et le gaz pour
plusieurs jours?".
La penurie de bois a, en plus, provoqu6 celle
du gaz. Le march n'6tait pas pret a recevoir une telle


demande. De longues queues se forment devant les
points de vente.
"Je vends 400 bouteilles par jour mais je
pourrais en vendre 1.000 si je les avais", explique


arbres aussi repandue au Tchad qu 'en Haiti

Mahamat Malik, revendeur.
M. Hissene assure: "Nous sommes au courant
de ces problemes. Nous avons signed un contrat avec
un importateur nig6rian pour augmenter l'offre. On
rlgle les problemes petit a petit. Mais l'interdiction du
charbon est inevitable, sinon ce sera le desert".


Page 7


MIAMI3DAD


LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract
opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management
(DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the
solicitation package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet
access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that
vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised
bid opening dates and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773
There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00
handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the
United States Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.

Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by
requiring vendor affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time,
instead of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will
require that all vendors complete the new Vendor Registration Package before they can be
awarded a new County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-line from the DPM
website.








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


Obama-Haiti: Histoir


(... suite de la lre page)
La caricature suggbre que le plan de
l'administration Obama pour relancer l'6conomie
amdricaine aurait &t6 prdpard par un singe.
On y voit un policier qui vient d'abattre un
singe et qui dit A son collkgue : << Ils vont devoir trouver
quelqu'un d'autre pour r6diger le prochain plan de
relance. >>
Le dessin fait r6f6rence A un chimpanz6
6chapp6 d'un zoo et qui avait &t6 tu6 la veille dans le
Connecticut (nord-est) apres avoir gravement bless
une femme.

Pour nous Ha'itiens une histoire


L 'empereur Faustin Soulouque et la i


presque familiere ...
Barack Obama est le premier noir Olu president
des Etats-Unis.
Le r6v6rend Al Sharpton, militant des droits
de l'homme et president de l'association < R6seau
national d'action >, a protest 6 nergiquement.
I1 6crit dans un communiqu : << La caricature
publi6e dans le New York Post pose problkme parce
que dans l'histoire des attaques racistes contre les
Noirs amdricains, ils ont souvent &te compares A des
singes. >
Pour nous Haitiens c'est une histoire presque
familibre. On connait le fameux portrait de Toussaint
Louverture l'affublant d'un groin simiesque et le
surnom de < magot coiff6 de linge > qui lui fut donn6
par les jeunes officiers de la cour du g6ndral francais
Marie Theodore Joseph de Hedouville, h6ros de Valmy,
avant que Toussaint ne fit arreter et exp6dier ce dernier
en France.
Mais le clou ce fut le regne de Faustin
Soulouque, probablement le dirigeant haitien qui a &td,


si l'on peut dire, le plus populaire en France du fait
que son pouvoir a coincide avec celui de Louis
Napoldon Bonaparte commundment appeal le Second
empire (1852-1870). Et que les adversaires de ce dernier,
pour ne pas encourir son courroux, se sont amus6s A
ridiculiser son homologue haitien.

Les < soulouqueries >>...
Qui ne connait cette caricature frapp6e de la
16gende : < Du haut de ces cocotiers, cinquante
macaques vous contemplent >>, paraphrasant la cdlbre
phrase pretee A Napoldon 1" pendant la campagne
d'Egypte qui fut plut6t une promenade de tout
repos << Soldats francais, du haut de ces pyramides
cinquante siecles
vous contemplent. >>
MWme Victor
Hugo qui dans son
fameux pamphlet
<< Napoldon le Petit >>,
ne manque pas de
d6noncer les
<< soulouqueries >> de
l'empereur franqais.
Ce dernier
ndologisme est une
creation de la presse
franqaise de l'6poque
qui s'en est donnde
riellement A cceurjoie.
L'6crivain
franco-am6ricain
Ldon Francois
Hoffman a consacr6
un petit ouvrage
savoureux a ce
moment unique de
l'histoire franco-
reine Adelina haitienne.

Il1 est vrai que notre Faustin 1" ne craignait
pas le ridicule. Aprbs s'6tre couronn6 lui-mime comme
Napoldon 1", il s'entoura d'une cour de princes et
princesses, ducs, comtes, marquis et marquises en
crinoline etc. auxquels il ne manquait pas un seul
bouton de guitre.


qui?


Qui singe qui ? ...
Mais c'est A essayer de deviner qui singe

L'Internet abonde de citations et d'articles


sur cette 6poque :
<< Gustave d'Alaux (nom de plume d'un
consul de France en Haiti pendant le regne de
Soulouque) 6crivit L 'empereur Soulouque et son
empire dont une partie a &t6 publi6e sous forme
d'articles dans la Revue des deux-mondes en 1850-
1851 puis 1856. II pr6tendait vouloir introduire ses
lecteurs dans une contrde oo cohabitent<< lesjournaux
et les sorciers >.
Le couronnement de Faustin 1", c&lbrd avec


s m 1.... -
-ous somne """' s r
"cia"isie da.ns..
argo 06nra, BBril, *- ~-s
'rodults p6rtasaaes, REffts


POUR VO RSERVATO DE cARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou earnw naus un e-mail: _ainsm auri


e de singe !
une magnificence sans gale, provoqua a l'adresse de
Soulouque les plaisanteries cruelles de la presse
franqaise lib6rale mais qui s'en servait, au second degrd,
pour d6noncer < les d6penses inutiles et de mauvais
goft > que Louis Napoldon et son spouse, l'imp6ratrice
Eug6nie, faisait A Versailles.
En m6me temps que l'empereur franqais
r6agissait en interdisant l'utilisation du mot
<< soulouquerie > dans son royaume.
En Haiti, l'opposition a Soulouque ne manqua
pas d'en profiter. Utilisant les canards franqais pour
taper sur l'homme fort duj our. Comme l'habitude nous
en est rest6e. Le moindre article d'un correspondant


Napoldon le Petit, comme Victor Hugo avait
caractrriss l'empereur, neveu de Napoldon 1"
francais est considered par nos confrbres de Port-au-
Prince comme parole d'6vangile.

< Serpents A sornettes ...
Le premier historien haitien A le relever fut
Dantes Bellegarde dans La Nation haitienne (1938),
se plaignant << de ce que la reputation de Soulouque ait
souffert des actions ill6gitimes de Louis Napoldon. Le
personnage de Soulouque 6tait exag6r6ment diffam6
quand les Francais ont fait de lui le truchement de leur
m6pris pour leur propre empereur. >
L'historien haitien poursuit: << La haine de
Napoldon le Petit comme 6crit avec m6pris Victor Hugo
dans les Chitiments (par comparaison avec l'oncle du
souverain, Napoldon le Grand), contribua dans une
large mesure A faire au chef d'Etat haitien sa triste
reputation de souverain ridicule et sanguinaire. >
La caricature du New York Post a disparu sous
les applaudissements chaleureux qui ont accompagn6
le discours du president Barack Obama le mardi 24
f6vrier dernier devant les deux chambres du Congrbs
de Washington ont mme les parlementaires
rdpublicains ont particip6 plus d'une fois au < standing
ovation >> (applaudir debout).
Le journal du magnat de la presse, Rupert
Murdoch, a tant bien que mal tent6 de d6fendre son
ceuvre, expliquant qu'il ne s'agit que < d'une parodie
d'actualit6 de l'abattage d'un chimpanz6 violent dans
le Connecticut. >
Dans ce cas, qu'est-ce que le plan de relance
est venu chercher 1-dedans ?
Comme note Al Sharpton, << est-ce que la
vignette sur le plan insinue qu'il a &t6 r6dig6 par un
singe ? >>
Evidemment, le president Obama est trop
<< busy > pour avoir du temps pour de pareils < serpents
A sornettes >> !
Mais comme c'est un homme de culture, nous
lui recommandons A lui aussi la lecture de ces bonnes
pages sur l'histoire d'Haiti.
I1 n'y a pas de quoi fouetter un chat ... ni
d'ouvrir un nouveau < proces de singe. >>


Mllodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


Page 8








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 06


La France toujours empetr6e


(DECONISATION.. dans sa decolonisation
suite de la lere page)


conqu6rir ou a consolider que de lutte pour accuse de soutenir la rebellion.
l'ind6pendance. Au point que la France a dfi organiser une
rapide evacuation de ses ressortissants tandis que des
Cacao et guerre civile ... affrontements avaient lieu peu apres entre des brigades
Cela nous rappelle la situation en C6te civiles pro-gouvemementales et le contingent francais
d'Ivoire lors de la trs grave crise politique qui a secou6 bas6 en C6te d'Ivoire depuis l'ind6pendance de ce
cette ex-colonie francaise d'Afrique occidentale apres territoire en 1960, dont le premier president, Felix
un coup d'6tat en 2002 sous le signe de 1'< ivoirit >> Houphouet-Boigny, 6tait si fier de presenter son pays
(ou la C6te d'Ivoire aux Ivoiriens): guerre civile, comme lejoyau des ex-colonies francaises d'Afrique.
g ...... .. .


En effet, quoi de plus francais que la
Martinique et surtout le Martiniquais ?
Il n'y a pas d'exemple semblable chez les
autres ex-empires coloniaux (Angleterre, Espagne,
Portugal), en dehors du Zimbabwe du president Robert
Mugabe en conflit avec les anciens colons britanniques
chassis par la r6forme agraire.
Ce qui fait dire un observateurhaitien: C'est
au fond la France qui a le mieux r6ussi la decolonisation


Manifestation le 23 fvrier dernier i Pointe i Pitre


Premier producteur
mondial de cacao.
< Comment le cacao a
aliment6 le conflit en C6te
d'Ivoire >, tel est le titre
d'un rapport de
l'organisation Global
Witness (juin 2007).


Membres du Club Massiac: ce dessin montre les
furieux contre le dkcret d'abolition de 1'esclava
de Saint-Domingue en 1794
secession, evacuation des Francais.
Les jeunes partisans du president
d6mocratiquement Olu Laurent Gbagbo retoumrnent
leur colkre contre la large communaut6 francaise


colons proprietaires


ge dans la colonie Les r6sidus
de l'empire !...
Premier signe particulier, c'est 1h ou la politique
frangaise post-coloniale paraissait avoir le mieux r6ussi
qu'elle est remise aujourd'hui en question.


car elle reste pr6sente !
C'est une r6flexion que nous avons entendu
tout au long de notre histoire a nous Haitiens en
r6f6rence au systeme linguistique, religieux, societal
et culturel hMritW de l'ancien colonisateur.
Tandis que dans les Antilles francaises, ce
systeme a un visage, les < b6k6s > ou descendants
directs des anciens colons, fiers de leur absence de
toute mixit6, bref d'avoir conserve le sang pur.
Pour paraphraser un personnage du film
< Indochine ce sont les r6sidus de l'empire !
Imaginer que Dessalines n'eut pas massacre
tous les Francais.
Vous me direz : qu'y a-t-il de change ?
(DECOLONISATION/p. 10)


Aide etrangere : Ottawa resserre sa liste mais


(... suite de la page 7)
le besoin peuvent n6anmoins recevoir de l'aide
canadienne, meme s'ils ne sont pas inscrits sur la liste,
car l'aide bilat6rale ne repr6sente que la moiti6 des 3
milliards de dollars que le Canada consacre chaque
annde en aide international.
Dans les faits, 53 % de l'aide canadienne
globale est destinde aux programmes d'aide bilat6rale
tandis que les 47 % restants sont destin6s a des
organisations internationals comme le Programme
alimentaire mondial des Nations unies ou aux pays
frapp6s par des crises ou des catastrophes naturelles.

Le Canada limite A 20 le nombre des pays ou
regions qui recevront son aide
Le gouvemement liberal de Paul Martin s'6tait
engage en 2005 a restreindre l'aide 6trangere a 25 pays,
mais l'actuelle ministre de la Coop6ration internationale
dans le gouvernement de Stephen Harper, Bev Oda, a
d6clard n'avoir constat6 aucun changement effectif.
Bien que l'Afrique soit, de loin, le continent
le plus pauvre du monde, le premier ministre Harper a
d6ji dit vouloir concentrer une plus grande part de
l'aide canadienne dans des regions gdographiquement
voisines.
Quatorze pays africains figuraient sur la liste
produite par les lib6raux. Seulement sept pays africains
apparaissent sur la nouvelle liste.
Selon les conservateurs, l'aide canadienne
6tait saupoudrde entre de trop nombreux pays, ce qui
la rendait inefficace. Elle n'6tait pas suffisamment
concentr6e, a d6clard la ministre Oda.
La ministre a dit que meme s'ils ne sont pas
sur la liste, les pays peuvent recevoir de l'aide, puisque
les programmes d'aide bilat6rale ne repr6sentent qu'un
peu plus de la moiti6 de l'aide 6trangere globale verse
par le Canada, soit 53 pour cent, ou environ 1,5 milliard
$.
En vertu du plan annonc6 lundi, 20 pays ou
regions recevront 80 pour cent de cette somme. L'autre


moiti6 de l'aide canadienne va a des organisations
internationales comme le Programme alimentaire
mondial des Nations unies, et aux pays aux prises avec
des crises soudaines comme des catastrophes
naturelles. Ces contributions se poursuivront.
Mme Oda a d6clard que l'Afrique reqoit la
plus grande part des dons du Canada au Programme
alimentaire mondial, et que l'aide canadienne a ce
continent a consid6rablement augment ces dernibres
anndes.
Une douzaine de pays qui se trouvaient sur
la liste lib6rale ont disparu de la nouvelle liste, dont le


l e


Haiti reste privilegiee
Rwanda, le Cameroun, le Burkina Faso et le Kenya,
ainsi que le Sri Lanka, le Cambodge, le Nicaragua et
Guyana. Ont &te ajout6s a la liste des b6ndficiaires
privil6gi6s de l'aide canadienne l'Afghanistan, la
Colombie, Haiti, le P6rou, le Soudan, labande de Gaza/
Cisjordanie et les Caraibes.
Un porte-parole de la ministre Oda a precise
qu'aucune somme d'argent ne sera verse directement
au gouvernement du Soudan, qui est accuse de
complicity de genocide. Les fonds seront traits par
des travailleurs humanitaires canadiens ou strangers.


ISe; A W -- .-0m a HIFA
Hallo


Page 9


~R~ILW~







Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


La France toujours empetr6e dans sa decolonisation


(... suite de la page 9)
L'Histoire nous apprend que des anciens affranchis
avaient conserve, etjusqu'au milieu du siecle dernier,
une mentality de < bk6. >> Qui sait meme si ce ne sont
pas les affranchis ou anciens libres qui avaient pouss6
la main a l'Empereur, ses principaux conseillers 6taient
en effet des hommes de couleur.

La creole Josephine ...


Josephine Bonaparte, une native des Antilles,
a fait pression sur Napolkon pour organiser
l'expedition Leclerc qui devait rdtablir 1 'esclavage
a Saint-Domingue


Tandis que le < bk6 >> (si nous continuons
cette comparaison avec des faits de notre histoire
nationale) aurait appartenu au Club Massiac,
association qui fut fondue par les grands colons
propri6taires de Saint-Domingue pour empecher
l'application du d6cret d'abolition de l'esclavage dans
cette colonie (1794) et non 1848, soit pres d'un demi-
siecle plus tard, mais cette derniire date universellement
c6l6br6e parce que se
rapportant a l'abolition
d6crit&e par les m6tropoles
europ6ennes elles-memes
et non conquise par les
armes comme dans l'ex-
Saint-Domingue devenue
notre Haiti.
Le << bk >>
descend encore si vous
voulez de la premiere
spouse de Napoldon
Bonaparte, la creole
Jos6phine, dont on salt que
son influence fut grande
pour amener son mari a
organiser l'exp6dition
Leclerc qui devait r6tablir
l'esclavage dans ces iles
du sucre et aussi du
chocolat (si appr6cid par
Louis XIV), en premier lieu
bien stir < la perle des
Antilles. >>

Une victime de La Guad
1'economie globale...
Mais beaucoup
d'eau a could sous les ponts et le << bk >> aujourd'hui
ne m6rite pas tant les accusations evoquees parce qu'il
est lui aussi une victime de l'6conomie globale. Hier si
fier de sa plantation de banane, aujourd'hui meme la
France en importe principalement d'Afrique et de
l'Am6rique latine sous le contr6le vigilant de
l'Organisation mondiale du commerce (OMC),
r6gulatrice des nouveaux accords commerciaux.
La lutte mende en Guadeloupe et Martinique


devrait done autant concerner les uns que les autres.
Un peu i l'image de la campagne <> qui a
mend un Barack Obama a la Maison blanche.
Les grands m6dias qui faute d'id6es procddent
souvent par comparaison quelque futile soit-elle,
avaient t6t fait de rapprocher la lev6e de boucliers en
Guadeloupe de l'l6ection du premier noir a la pr6sidence
des Etats-Unis. Comme quoi : qui peut le plus, peut le


eloupe, paradis touristique oui mais ...
moins !
Mais TV5 a pris la route inverse, elle a repris
un reportage sur Haiti qui d6crit ce pays comme le plus
grand cauchemar vivant.
Selon des compatriotes capt6s sur l'Interet,
c'est la rdponse de Paris aux gr6vistes de Guadeloupe.
Voilc ce qui vous attend !

Haiti en Marche,
27 fvrier 2009


Nio, "lrr:: riif1i 94c "lo 0iH #as Hh %HIfc 6 B fc


SGopynrig htedlMatenal-


Syndicated Content


Available fromrCommercial News Providers"


Page 10


l-7
(lun~~n II
J~~ait ~tds








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 06 I


LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa),bellsouth.net


preparee par un << Grand
Chef ))
* Le Sautdu Barril
* Le Palais de Sudre Telephones : 566-5361
Dartiguenavea Ansea 401-7108 / 514-0304
Veau E-mail : lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit Internet disponible
Trou datant de du 17""me
siecle... pour les clients


Page 11


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Pamcnts, Vus qul rvez dwun aiveni meiler pour vos afants,
onwle lez au CMP
ANNEEACADMOUE 2MO-20
PROGRAMMERS
LCENC EN:
Mbultiam :4afte

Sdfnm irth nma1a :4 an
woMlmdag :4IMamn 4
c.,umanr.lnhlt.. :4in

AuiON-FImwlr-WK"r :Itan 2
COntalfonUr rj6u : Ian
trnelllMAll a :1 tn

rr eMmlaw iI8 ) : rinm


Tak:2 15831,S3 3ar4485, 24 2a6-
Ema


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


Le Look
Rue Pitaun6tidcai #14,
mion-vinl, Hati
TL 257-8374
Chnix incrayable de mnntures:
Mtr, Canirt Br Maql, Vogue
ConQnulaidon cheque jour
par un mkdcvin- cculistc.








10 d6partements d'etudes

Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Project
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse
Herard # 3,
Port-au-Prince,
Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. com

Par courriel:
Administration(i@CDFEHaiti. com
GBrunet@CFDEHaiti. corn

Par telephones
(509) 2246-1425
3555-1575
2513-3726
3767-1575


Une mission de Mercy Hospital de Floride en Haiti


Une mission de Mercy Hospital de Floride
compose de Dr. Saidel Lain6, M6decin
Anesth6siologiste Haitien; Dr. Salomon Imiak, Chef
du Service d'Anesth6siologie; Sceur Edith Gonzalez,
Vice Pr6sidente d'Int6gration de Mission; Madame
Marie Komestein, Directrice des Services Chirurgicaux
est arrive en Haiti le Dimanche ler. Mars 2009 pour
proc6der le Lundi 2 Mars a la remise officielle en don
au peuple haitien de 15 Appareils d'Anesthesie d'une
valeurmarchande d'environ 280,000.00 US$.
Ce don a &te n6gocid en faveur des Hopitaux
d'Haiti par "S.O.S. HAITI DEVELOPMENT
FOUNDATION" pr6sid6e par Dr. Saidel Laind, ancien
President de l'Association Mdicale Haitienne, affilide
a Mercy Hospital depuis une dizaine d'anndes.
Cette demande initide depuis Octobre 2007 a
obtenu, d6s le depart, le support z616 et inconditionnel
du Dr. Salomon Imiak, Chef du Service
d'Anesthesiologie.
Durant les propos de circonstance du Docteur
Saidel Laind lors de l'inauguration du nouveau local
de l'Association M6dicale Haitienne en Avril 2008, il
avait annonc6 la possibility pour lui d'obtenir ces
Appareils et sa volontW de les acheminer par les canaux
de l'AMH. Spontandment, la MSH (Management
Sciences for Health), projet "Sante DJam", avait
exprim6 son d6sir de supporter ce projet et de financer
le transport des Appareils. Un partenariat entre
SOSHADEF- Dr. Laind/AMH/MSH s'est d6velopp6 et
maintenu depuis lorsjusqu'a ce stade, MSH apportant,
en plus, tout le support logistique.


Le partenariat priv6 institud, le Ministbre de
la Sante Publique y a &te integer avec un enthousiasme
encourageant.
Les Appareils, en service r6gulier a Mercy
Hospital, 6taient progressivement remplac6s par de
nouveaux Appareils 6lectroniques et r6cup6rds par Dr.
Saidel Lain.
La g6ndrosit6 de la Compagnie fournisseuse
GE Health Care Datex/Ohmeda, productrice des
Appareils, doit tre note de meme que les services
professionnels des Agences Haiti Messager et
Chatelain Cargo.
Deux series de voyages d'un biotechnicien
et d'un technicien en Anesth6sie ont &t6 effectudes
pour remplacer les pieces endommag6es durant le
transport et pour un dernier contr6le et un calibrage
des Appareils.
L'arriv6e de la Mission Mercy Hospital
constitue la phase finale de ce projet dirig6 par
l'Association M6dicale Haitienne et coordonnd avec
MSH et MSPP.
Les Hopitaux d6sign6s par le partenariat pour
b6ndficier des Appareils sont:
1- H6pital de l'Universit6 d'Etat d'Haiti- Port-
au-Prince
2- H6pital Justinien- Cap Haitien
3- H6pital St. Michel Jacmel
4- H6pital Immaculde Conception- Cayes
5- Hospital de Port Salut
6- H6pital de Fort Libert6
7- H6pital AEADMA-Dame Marie


8- H6pital de Ouanaminthe
9- H6pital Claire Heureuse Marchand
Dessalines
10- H6pital de Carrefour
11- Centre M6dical de BERACA
12- H6pital de Jir6mie
Un Protocole d'Accord est sign entre les
Instituitions partenaires (AMH, MSH, MSPP) et
paraph6 par le Dr. Saidel Laind aux noms de MERCY
HOPITAL et SOS HAITI DEVELOPMENT
FOUNDATION.
La formation d'une commission de suivi est
prdvue envue de s'assurer de l'utilisation effective et
de l'entretien periodique de ces Appareils.
La c6remonie a lieu a la salle du Conseil
d'Administration de I'HUEH ou tour a tour ont pris la
parole: le Pr6sident de l'AMH, Dr. Claude Surena; le
Repr6sentant de 1'USAID/MSH; le Docteur Saidel
Laind, introduisant la Mission; Dr. Salomon Imiak,
D616gu6 de Mercy Hospital; un Representant des
R6cipiendaires; Dr. Hans Muller Thomas, Directeur
Medical de I'HUEH; le Repr6sentant du Ministre de la
Sante Publique; le Dr. Saidel Laind, remettant des
plaques de remerciements; les Drs. Florence Guillaume
(MSH), Claude Sur6na (AMH) et Saidel Laind remettant
symboliquement les Appareils.
Le consensus d6velopp6 parmi les partenaires
priv6s de ce projet -AMH, MSH, SOSHADEF, MERCY
HOSPITAL est de poursuivre la cooperation de facon
a pourvoir Haiti de services, d'6quipments, de mat6riels
et d'6changes m6dicaux b6ndfiques a tous.








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


o Si 1 'on veut que qa change
dans le monde, il faut &tre l, jour
apres jour, a faire ce travail
assommant, direct: interesser une ou d
a un probldme, agrandir un peu une
mettre en oeuvre la prochaine initiative
frustration et finalement aboutir a qi
C'est ainsi que le monde change. C'est
se ddbarrasse de 'esclavage, c'est c
obtient le droit de vote, c 'est ainsi que
protection sociale des travailleurs. >
NO

S'il est une notion a laquelle le
n'h6sitent presque jamais a recourir dan
de difficulties c'est celle de la tolerance
pour attaquer l'adversaire politique, pou
<< taille d6mocratique >, pour mesurer
volont6 de travail d'un gouverneme
<< soci6t6 traditionnelle >> laquell
maintenant << soci6t6 civile >, quoique
Haiti elle soit compose de << si viles ge
tolerance pour montrer l'incomp6tenc
politiques. La leur, enfouie dans les tas
de la zone m6tropolitaine.
Enfin, le mot tolerancece > es
pour inciter a combattre un mal ou un n
la corruption, le kidnapping, la vie chM
valeurs, la crise financibre, etc. On i
g6ndralement suivi de la notion a ba
montrer la determination dans la cc
l'objectif, on ajoute le z6ro : < Tol6rance
kidnapping >>, << Tol6rance z6ro contre 1
<< Tolerance z6ro contre l'inequit6 sociale
dire que nous ne sommes pas les seu
<< Sarko >, au nom de la s6curit6 et con


Tolerance Zero !
euxpersonnes urbaine ou la d6linquance g6ndrale avait pr6nd et muchos, coi
organisation, promis la << Tol6rance Z6ro >. ZP (nom de campagne espagnol. Ma
?, connaitre la du Pr6sident du Gouvernement Central de l'Espagne), ou ils se proc
uelque chose. exigeait lui aussi<< Tol6rance Z6ro > contre la violence n6gatif de la
ainsi que 'on lors des graves contre la vie chere et l'essence encore pour ne citer (
linsi que 1'on plus chere. D'autres dirigeants politiques ont fait usage des structures
l'on obtient la de cette notion, dans les moments de crise. Et, je ne 36,2 millions
m'6tonnerais pas de voir a notre << Super Obama >> ont souffert
oam Chomsky l'utiliser contre la crise financibre :<< Guerre a la crise >, 12,2% des c
<< Tolerance Z6ro contre la crise >. Je dois cependant moyens finan
s responsables admettre que l'une des premieres fois quej'ai entendu suffisante pou
is les moments parler de faqon agressive, de << Tol6rance Z6ro contre Plus de 11,9
. Ils l'utilisent la criminality et la corrptionjudiciaire >>, ce fut en Haiti, souffert de la f
ir montrer leur en 2002. Les r6sultats, vous les connaissez aussi bien tel contexte, le
l'absence de que moi. AuBr6sil, le
ent. Meme la Avraidirecheresamieslectrices,chersamis mis sur pie,
e on appelle lecteurs, s'il est une guerre qui me tient a cceur, s'il ya l'radicationd
maintenant en une << intolerance > que j'aurais voulu voir assumer du programm
:ns >, utilise la par l'ensemble de la society, il s'agirait sans nulle doute la society br&d
ce des acteurs de l'intol6rance contre la misbre, de la lutte sans merci l'absence d'ii
d'immondices contre la << faim >. < Guerre a la faim >>, << Tol6rance Enfil
Z6ro contre la faim > I1 est vrai que chez nous c'est << ventre affan
;t aussi utilis6 un mal chronique. Nul ne peut pr6texter l'ignorance quelqu'un a
malaise social : dans ce cas. Chez nous, la faim nourrit le d6sespoir 6meutes de la
Ire, la crise de d'une grande majority d'Haitiens. Certains sont justifie les mo
l'utilise alors, pouss6s a l'exil. D'autres se lancent en mer, malgr6 les nous ne crevii
nnir, et, pour conseils, malgr6 les autorit6s am6ricaines, malgr6 les la faimjustific
ons6cution de dangers de la mer. Plus de 30.000 de ces aventuriers les moyens qi
zero contre le attendent d'etre refoulds vers leur point de depart,
a corruption>, qu'ils n'auraientjamais di devoirlaisser. De cette faqon.
>>. I1 faut aussi Les galettes de boue auront longue vie en Haiti si nous
ls a l'utiliser. ne prenons pas les choses en main. S6rieusement.
tre la violence


Enfin. Ce n'est pas
seulement chez nous que cela se
passe. Chez les autres aussi. < Mal de
nsuelo de tontos > dit un proverbe
is, chez les autres, ils s'entr'aident >
urent les moyens de minimiser l'impact
misbre. Ainsi, les Etats-Unis, le Br6sil,
que ceux-l, essaient de mettre en place
s d'aide. Je viens d'apprendre prbs de
d'adultes et d'enfants, aux Etats-Unis,
de sous-alimentation en 2007. Prbs de
itoyens des Etats-Unis n'ont pas les
iciers ou ne b6ndficient pas d'une aide
.r acheter la nourriture dont ils ont besoin.
millions d'entre eux ont v6ritablement
faim un moment ou a un autre. Dans un
es 100 millions, < na we yo nan cinema >.
Gouvernement de < Lula l'Hyperactif > a
d une politique publique visant a
Le la faim et de l'exclusion sociale. I1 s'agit
e < Faim Z6ro > avec lequel il a mobilis6
silienne dans son ensemble. Chez nous,
litiatives en ce sens est criante.
n, chers amis, il ne fautjamais oublier que
i6 n'a pas d'oreilles >, si, en avril dernier,
su tirer un quelconque avantage des
faim, se disant, cyniquement, que la fin
*yens, mieux vaut se preparer a dviter que
ons tous ... de faim, ou autrement car <
e les moyens > bien qu'on ait rarement
uand on a faim > (J. Sternberg).

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Mars 2009


Apres la crise financiere, la guerre civile ?


Preparez-vous a 'quitter votre region'...


La crise 6conomique et financibre va-t-elle
d6g6ndrer en violentes explosions sociales ? En
Europe, aux Etats-Unis ou au Japon, la guerre civile
est-elle pour demain ? C'est le pronostic quelque peu
affolant que dressent les experts du LEAP/Europe 2020,
un groupe de r6flexion europ6en, dans leur dernier
bulletin dat6 de mi-f6vrier.
Dans cette edition ofi il est question que la
crise entre, au quatribme trimestre 2009, dans une phase
de 'dislocation gdopolitique mondiale', les experts
prdvoient un 'sauve-qui-peut g6ndralis6' dans les pays
frapp6s par la crise. Cette d6bandade se conclurait
ensuite par des logiques d'affrontements, autrement
dit, par des semi-guerres civiles. 'Si votre pays ou
region est une zone ou circulent massivement des armes
a feu (parmi les grands pays, seuls les Etats-Unis sont
dans ce cas), indique le LEAP, alors le meilleur moyen
de faire face a la dislocation est de quitter votre region,
si cela est possible.'


Selon cette association, form6e de
contributeurs ind6pendants issus des milieux
politiques et 6conomiques et de professionnels
europ6ens de diffirents secteurs, les zones les plus
dangereuses sont celles oi le systeme de protection
sociale est le plus faible.
La crise serait ainsi a meme de susciter de
violentes rdvoltes populaires dont l'intensit6 serait
aggrav6e par une libre circulation des armes a feu.
L'Amdrique latine, mais aussi les Etats-Unis sont les
zones les plus a risques. 'Il y a 200 millions d'armes a
feu en circulation aux Etats-Unis, et la violence sociale
s'est d6ji manifested via les gangs', rappelle Franck
Biancheri, a la tate de l'association. Les experts du
LEAP d6c6lent d'ailleurs d6ja des fuites de populations
des Etats-Unis vers l'Europe, 'of la dangerosit6
physique directe restera marginale', selon eux.

FAIREDES RESERVES


Au-dela de ces conflits arms, le LEAP alerte
sur les risques de p6nuries possibles d'6nergie, de
nourriture, d'eau, dans les regions d6pendantes de
l'ext6rieur pour leur approvisionnement et conseille de
faire des reserves. Cette perspective apocalyptique
pourrait faire sourire si ce groupe de r6flexion n'avait,
d&s f6vrier 2006, pr6dit avec une exactitude troublante
le d6clenchement et l'enchainement de la crise. Il y a
trois ans, association d6crivait ainsi la venue d'une
'crise syst6mique mondiale', initide par une infection
financibre globale lide au surendettement am6ricain,
suivie de l'effondrement boursier, en particulier enAsie
et aux Etats-Unis (de 50 % a 20 % en un an), puis de
l'6clatement de l'ensemble des bulles immobilibres
mondiales au Royaume-Uni, en Espagne, en France et
dans les pays 6mergents. Tout cela provoquant une
recession en Europe et une 'trbs Grande D6pression'
aux Etats-Unis.... lire la suite de l'article sur Le
Monde.fr.


CONTACT US
TOLL FREE; 1-88-383-2855
OR. 305-620-8300
FAX .305-620-8332
CELL. 305-986-88 11


EB772 NllEii 2 rm.ie Avernue
T ;: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
- R ceptrion te pspaiusnt pour Bei South. FPL GAZ. CABLE TV.
BELL MOBILITY ec...e.y..
- Connection ld tipheaque che vOUs...


Ouvert
6 Jours

par
semaine:
h30 am


7h30 pm






* PrMdus M k
'Mo,i~yvu


*C'soltnp&f- R.Kinc. I wang<0iW.
A luk. IivB-Am. Anticain
* VBci' I 'H clii iWC. Mr&nKiritl Doa cialr QDraw.
* Ihmiiil'tf de it


Page 12








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 06


-|



"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"




AMERIQUE LATINE

Trois ex-otages racontent leur relation difficile avec Ingrid Betancourt


Trois Am6ricains otages des Farc pendant
plus de cinq ans publient, prbs de huit mois apres leur
liberation, un r6cit qui relate leurs relations souvent
tendues avec leur ancienne compagne de detention, la
Franco-Colombienne Ingrid Betancourt.
"Egoisme, orgueil et arrogance": c'est ainsi
que les compagnons de captivity d6crivent le
comportement de la femme politique colombienne,
enlev6e en f6vrier 2002 par la guerilla.
Dans ce livre intituld "Hors de captivity,
survivre 1.967 jours dans la jungle colombienne",
public vendredi par HarperCollins, Marc Gonsalves,
Tom Howes et Keith Stansell racontent leurs anndes
de survie et leur liberation par l'arm6e colombienne le
2juillet dernier.
Les trois hommes menaient une operation
anti-drogue et 6taient en train de photographier des
zones contr6l1es par les Forces armies
rdvolutionnaires de Colombie (Farc) lorsque leur avion
s'est 6cras6 en f6vrier 2003. Ils ont alors &t6 fait


prisonniers.
En 457 pages, le r6cit raconte les tensions
entre otages et ravisseurs, les heures passes dans
les campements des Farc et la spectaculaire operation
de liberation en helicoptbre dejuillet 2008.
Ingrid Betancourt y est pr6sent6e comme une
femme capable d'imposer sa volont6 non seulement a
ses compagnons d'infortune, mais aussi a ses ge6liers.
Le premier contact avec elle fut glacial,
assurent les Amdricains. "Elle n'avait pas l'air trbs
diplomate", raconte Gonsalves. Il cite Ingrid Betancourt
disant a un guerillero: "Mettez les quelque part". "Elle
ne demandait rien, elle donnait un ordre", affirme l'ex-
otage.
Les choses se sont compliqudes lorsque Mme
Betancourt "envoya des messages au (chef rebelle)
Sombra en lui disant que nous 6tions des agents de la
CIA et qu'elle voulait que nous soyions transf6rds
ailleurs pour cette raison", 6crivent les auteurs.
Mme Betancourt n'avait pas r6agi jeudi a la


publication du livre, malgr6 les nombreuses tentatives
de 1'AFP pour la contacter.
Un autre moment de tension survint lorsque
les otages durent remettre leurs radios a leurs
ravisseurs. D'apres le livre, l'ancienne candidate a la
pr6sidentielle colombienne r6ussit a garder la sienne
en cachette, mais refusa par la suite de partager les
informations qu'elle avait entendues.
"Nous esp6rions qu'elle nous raconterait ce
qu'elle avait entendu, notamment des messages de nos
families, mais elle n'en a rienfait", assure M. Gonsalves.
Dans d'autres passages du livre, les anciens
prisonniers 6voquent cependant une personne dot6e
d'une grande sensibility.
"Parfois elle n'6tait pas la personne que nous
pensions. Parfois Ingrid 6tait une personne beaucoup
plus compliqude et multi-dimensionnelle que ce dont
nous nous 6tions convaincus", admettent les
Am6ricains.


Haiti-Bahamas-Tel~phonie
La Teleco (Haiti) et la BTI (Bahamas) ont
proc6dd vendredi au lancement officiel du programme
de cAble optique << Bahamas Haiti International>> (BHI),
un systeme visant a amdliorer la t6l1communication en
Haiti.
Le lancement de BHI a eu lieu vendredi 28
f6vrier en presence du directeur g6ndral de la Teleco,
Michel Pr6sum6, et le repr6sentant de la compagnie
bahamdene BTI. Selon les deux parties contractantes,
BHI vient amdliorer le system de t6l1communication
au niveau des services fournis sur l'Internet et de la
t6l6phonie en g6nral.Il s'agit d'un contrat signed entre
ces deux compagnies de t6l1phonie oi 65% des entries
seront destinies a BTI et les autres 35% a la Teleco.
Les b6ndfices seront rdpartis en raison du financement
majoritairement fourni par la compagnie bahamdene
pour la mise en place du systeme.Pr6cisons que ce
programme, dont le coft est de 6 millions de dollars
am6ricains, a d6marr6 en 2004 et est devenu effectif en
2006.
Ce vendredi a eu lieu le lancement officiel.<<
La Teleco sera la source de distribution, c'est-a-dire
que toutes les autres compagnies de t6l1phonie, en
l'occurrence Digicel, VoilW et Haitel devront passer par
elle pour acc6der au systeme de cAble optique >, a
expliqu6 le num6ro 1 de la Teleco, ajoutant que BHI
leur offrira une meilleure quality sonore et visuelle a un
meilleurprix.

Les kidnappeurs ont

fait bonne recette

pendant les 3 jours gras
Port-au-Prince, le 25 f6vrier.-Alors que toutes
les ressources humaines et mat6rielles 6taient
mobilis6es au Champ de Mars, les kidnappeurs de leur
c6t6 en ont profit pour faire bonne recette. Plusieurs
cas d'enlkvement ont &t6 enregistrds pendant la
p6riode camavalesque du 22 au 24 f6vrier.
Un homme d'une quarantaine d'anndes a ete
enlev6 a Santo 11 le 22 f6vrier. Plusieurs cas ont &t6
signals le 23 f6vrier. Plusieurs suspects avaient 6td
interpell6s suite a un enlkvement au centre ville. La
victime qui sortait des festivit6s camavalesques, n'a
pas &t6 retrouv6e en d6pit d'une mobilisation des
policiers du sous-commissariat de Lasaline.
L'enlevement d'une mbre et de sa fille allait 6tre signal
quelques minutes plus tard, toujours au centre ville de
Port-au-Prince au cours de la meme soiree.
Le 24 f6vrier, deux hommes et une fillette de
(KIDNAPPING/p. 14)


: Lancement officiel du programme de cable optique BHI
Plus loin, Michel Pr6sum6 a indiqu6 que ce par exemple l'universit6, l'h6pital et autres >, a-t-il aussi
nouveau programme contribuera a r6duire 6galement signal, annoncant qu'Haiti aura un prix pr6f6rentiel
les taxes prdlev6es sur les consommateurs et a par rapport aux autres regions de la Caraibes voire de
augmenter les revenus du trdsor public.< Tous les l'Amerique.
secteurs pourront en tirer leur part de b6ndfice comme


L'OMS s'inquiete d'une forme resistance

aux traitements du paludisme


L'apparition d'une forme de paludisme
r6sistante aux nouveaux traitements a la frontibre entre
la Thailande et le Cambodge pourrait saper les efforts
pour contr6ler la maladie dans le monde, s'est inquietee
mercredi l'Organisation mondiale de la sante (OMS).
"Les systemes de surveillance et les 6tudes
apportent de nouvelles preuves que des souches
r6sistantes (au traitement bas6 sur) l'art6misinine sont
apparus a la frontibre entre le Cambodge et la Thailande
oi les travailleurs marchent des heures chaque jour
pour nettoyer les fortss, explique 1'OMS dans un
communique.
"Le risque que (ces personnes, ndlr) puissent
6tre atteintes d'une forme de paludisme r6sistante aux
m6dicaments pourrait porter atteinte aux succes
r6cents de contr6le de la maladie", ajoute-t-elle.
Les nouvelles therapies bases sur


l'art6misinine sont consid6rdes comme les plus
efficaces pour traiter la maladie qui tue un million de
personnes par an, selon 1'ONU.
"Si nous ne mettons pas un terme a cette
situation", cette forme de paludisme "pourrait se
propager rapidement dans les pays voisins", s'alarme
l'assistant du directeur g6ndral de 1'OMS, Hiroki
Nakatani cit6 dans le communique.
L'OMS a indiqu6 qu'elle avait requ une aide
de 22,5 millions de dollars de la Fondation Bill et
Melinda Gates pour tenter de contenir cette nouvelle
souche r6sistante du paludisme.
La maladie qui se transmet par les moustiques
menace potentiellement 3,3 milliards d'individus dans
les zones a risque, soit la moiti6 de la population
mondiale, selon 1'ONU.


MIAMI-DADE


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
2)c/i1rhR ETcdtcKC cC EyCry 2y


Page 13









Page 14 ___


Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


Allez de BREVET a PLACES, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solutions de la
semaine passe:

CIVETS
C I V E T S
RIVETS

R E V E R S
REVERE
REFERE


PLAC E S
H QC''DCRAKO X BCT H E R E A D E/R
PLZEEO'DEPARTURESDAA
Z P R BV B R G L~ S R A /T-
K P UI R NJ JN/HS C H EDIHMW K
G E N A N S RA, AK M P H RD EE SZ E
B Z Y MP IN N WW I H Y BL HI A
GA E H YGlA NE
AE H L N N UT / N u N
V G NT G A QINIC SFX BP L D F H
Q AOAKE A T
SOZVN I UZ7GDKXI T N F JF H L C
WA E T MaA lO T G VT L I
ZWROAA D T MW B G N J NT P
J MV/URBS SM I ZUVATPURYV
VE LJRTPKUTGSOLDSK) WDR
RSIOJS L H LEW L W M DE LV" C -T
GDL H NA T H ECLASSR NTFM W


Australia Bolt Changeling Departures Doubt Frost Nixon -
Frozen River In Bruges Iron Man Kung Fu Panda Milk -
Rachel Getting Married Revanche Revolutionary Road -
Slumdog Millionaire The Class The Dark Knight The Duchess -
The Reader The Visitor The Wrestler Tropic Thunder -
WALL E Waltz with Bashir Wanted


HORIZONTAL
1. Edifice polyatomique 2. Aplanir -
3. Pronom 4. Heros de I'independence -
5. Harnachement -
6. Saint Pronom Irridium -
7. Pronom Ville de I'Oklahoma -
8. President.


I


EI-


IlINI


VERTICALII
1. Pronom Retroactif 2. Burins I I
3. Pronom Petite auto d'Audi -
4. Ville Roumaine, cible importante des allies durant la 2eme guerre
mondiale 5. Tapis impermeable 6. En matiere de Sodium Article -
7. Xenon Etendus 8. Eleveras.


- FErJ 7Vi' E--UI [ i i ii, .i TFi I i / IIVrll ii i T i i T 1 IT i I i IT1 Ir1


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anime
par F6quiBre Raphael


c 'edt A&4e 4Pi#t eo (ad4e /I


En Bref...


(.. suite de la page 2)


suspectes en d6cembre 2008 et que, par la suite, des avis m6dicaux avaient laiss6 croire
qu'il 6tait hors de danger. << L'annonce aujourd'hui de son d6ces constitue pour moi une
grande surprise >>, d6clare-t-il. << Ce ddcs marque vraisemblablement la fin de l'enqu6te >>,
consider Dor6us, soulignant le fait qu'aucune information n'estjusqu'ici disponible sur la
marche de celle-ci et que, pour comble, on apprend la disparition d'un t6moin aussi
important, apres celle tout a fait suspecte du num6ro deux de la police dans le d6partement
du Nord-Ouest, le commissaire Jean Raymond Philippe. Tout en exprimant des doutes sur
la capacity et la volont6 de lajustice de faire aboutir l'enquete, le d6put6 Dordus exige que
le jour soit fait sur les circonstances exactes du d6ces de Marc Fr6d6ric, de meme que de
celui du commissaire adjoint de police. Le secr6taire ex6cutif de la Plate Forme des
Organisations de Droits Humains (POHDH), Anthonal Mortim6, exprime lui aussi des
inqui6tudes sur l'issue de l'enquete suite a la mort de Fr6d6ric. I1 souligne le fait que ce
d6ces survient alors que ce dernier 6tait sous la haute surveillance de la police, aprbs avoir
&te bless par balle. Le responsable des droits humains relive aussi le fait qu'un huissier
qui avait t6moign6 sur les circonstances de la mort du commissaire Philippe, est encore en
convalescence suite a l'absorption d'une dr6le de substance. Anthonal Mortim6 se dit
enfin trbs pessimiste sur l'issue de l'enquete.

Fanmi Lavalas comm6more le 56me anniversaire du depart forc6 de 1'ex-
president Aristide
L'objectifde la manif: r6clamer le retour d'exil de Mr. Aristide. Plusieurs centaines de
partisans de Fanmi Lavalas ont manifesto samedi a Port-au-Prince pour r6clamer le retour
imm6diat de l'ex-pr6sident, mais aussi l'admission des candidats de Fanmi Lavalas dans le
processus des elections s6natoriales du 19 Avril prochain. A la t6te de la manifestation:
Rend Civil, leader du JPP. La manifestation s'est d6roulde dans le calme et l'ordre sous la
protection des unites sp6cialis6es de la Police Nationale et de la Mission de Stabilisation
des Nations Unies (MINUSTAH) qui ont plac6 un imposant dispositif de s6curit6 devant le
siege du Conseil electoral provisoire (CEP) a Delmas. Rend Civil qui estime que, cinq ans
apres son depart pr6cipit6, Aristide demeure le < leader le plus populaire du pays >, appelle
la base Lavalas a rester mobilis6e et a se tenir prete a mettre en application les prochaines
instructions du parti. Autre orateur a 6tre intervenu, Ansyto Felix, repr6sentant de la
commission de mobilisation permanente de Fanmi Lavalas. II a aussi point du doigt le
regime du Pr6sident Prdval qui aurait d6cid6 d'6carter Lavalas de la course 6lectorale parce
que sa < popularity fait peur >. Partie des mines de l'ancienne 6glise de St-Jean Bosco, la
manifestation a sillonn6 sans incident plusieurs quartiers de Port-au-Prince avant d'aller se
rassembler devant le local du CEP Elle s'est d6roulde dans l'ordre et la discipline, sous la
protection de la PNH et de la MINUSTAH.

Un effectif de 702 policiers pour la 20e promotion
702 policiers, dont 86 femmes et 21 musiciens, composent l'effectifde la vingtibme (20e)
promotion de la Police nationale haitienne. La c6drmonie de graduation s'est d6roulde jeudi
a la direction du centre de formation. << Dans 4 mois et quelques jours, la police nationale
f6tera ses 14 ans. C'est pour la premiere fois qu'une promotion de police compte autant de
femmes. C'est un 6v6nement>, a d6clard Mario Andr6sol, directeur g6ndral de la police, a la
c6drmonie de graduation qui s'est d6roulde le 26 f6vrier.

Pres de 200 sinistr6s apres la forte averse du jeudi 26 Fevrier a Port-au-
Prince
On n'a pas fini de parler des consequences de la forte averse du jeudi 26 Fevrier dernier.
(EN BREF / p. 16)


tro1
enl
6td
De
em


Les kidnappeurs ont fait bonne recette

pendant les 3 jours gras
(... suite de la page 13) ravisseurs 6changerent des tirs pendant
is ans, tous d'une meme famille, ont 6td plusieurs secondes. Les ravisseurs prirent
ev6s vers 9 heures du soir. Les otages ont ensuite la fuite a pied abandonnant la Toyota
attaqu6s a leur sortie d'une residence a Prado dans la locality de Blanchard, non loin
lmas 41 par trois individus arms et de la Facult6 d'agronomie, sur la route
mends a bord de leur propre v6hicule, une nationale #1. Aucun otage n'a 6t6 retrouv6


Toyota Prado de couleur beige.
Environ une heure plus tard le
v6hicule allait 6tre pris en chasse par une
patrouille de police dans la zone de la rue
Barbancourt, a Delmas. La police et les


a bord. Les ravisseurs avaient eu le temps
de les conduire au lieu de sequestration et
s'appr6taient probablement a conduire le
v6hicule loin de leur zone d'op6ration avant
de l'abandonner.


IBIRI EVT


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

L I

AFE

S A


Solutions de la semaine passe
POTAGER


II r-"T..W


I I tjI V1 11 111 i It I I I i i 1 ,1 L IILI ,I I 0 11 1 ik r I I li, l a i I I i I r i tRI[ I III L i i i L ,I iL,.l'- II l


I* I k ~ ll I 0`4 1 r. I III I ad I I rI 1 tH I I HI I 911 H11 HU I I RT YII r. I I I IH II I r. I tH 114 11111 Illl








Mercredi 4 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 06


"Pye beb pou pye befn ap

pran y kay pratik."

Raymond Piquion*

(28.11.1938 15.02.2009)
ak Sanba /Frangois-Marie Michel

Pa gen ni bonm, ni bokit, ni bay, ni panyen ki
ka kenbe bouke flbr Mersi sa a moun Okap te dwe rembt
Raymond Piquion, sa gen 33 zan, 1I1 t ap kite Okap an
1975.
Raymond se yon prbv pa 9. Prbv moun f&t ak
kapasite pou devlope kado Bondje ba yo depi nan
nesans. Yes, we can Raymond se yon asirans peyi
nou an bezwen bati yon pwogram edikasyon pou fe
moun ka dekouvri sa yo f&t ak li ; yon asirans peyi a
dwe devlope yon politik k ap kenbe Ayisyen lakay li,
kon dlo fe tou sa 1 konnen pou kenbe pwason ap naje
nan mitan 1.
Raymond f&t Okap 10 jou apre 18 novanm
1938. Jennonm lan enganm, chaje ak espwa kon
Vertieres. Li part tou limen nan vil la, tou pare pou
grate bab baryb sosyal ki t ap tann ni. Tinonm lan pa te
pb lavi. Ak zouti ki nan men 1, li goumen ak lavi ajan 1
konnen.
K6m eskout, Raymond Piquion te yonn nan
gwo poto yo ki f6mejenerasyon louvto soujenerasyon
louvto. Fanmi 1, Henri Piquion (pa gen 2 fanmi Piquion
nan Okap) pibliye yon teks k ap montre konman karaktW
1 fP P&r Maurice Mignault lage pwogram Louvto yo
nan men 1, ak tout rbsponsablite sa gen ladan.
Pandanstan, Raymond ap grandi; 1 ap pran
zbl. Talk konsa ou tande 1 nan Radyo Teyat nan Eden
Cind. Se pa f6t li si se 'Joli Chapeau 'li t al chante. An
1954-1955 mizik Des Jeunes lan ak pikliz ayisyen ki
ladan, pank6 te rantre Okap. F6 nou te tann 5 an ank6,
an 1960. Epitou, Des Jeunes pa Des Jeunes, Radio
Citadelle, ak La Voix du Nord t ap bonbade tinonm
lan ak chansonbt fransbz, oswa mizik kiben, oswa
fandang dominiken. Se yon 1I konsa, nan pwogram
dedikas, ou te ka tande vwa D6d6f Legros, Lumane
Casimir, ak vwa Guy Durosier. Se sa k fe tout boujon
atis ki t ap patisipe nan < Recherche des Etoiles se
mizik etranje yo te chante : NatKing Cole, Edith Piaf,
Dalida, Augustin Lara (Roger Colas), Beny More,
elatriye. Ata mizik popile lavil yo te piye anpil sou rit
kiben yo sitou. Raymond pa ta ka yon eksepsyon. SOl
bagay nou ka di : a 16 zan, tijennonm lan te deja santi
li gen yon bagay pou 1 fe ak vwa li.
A 19 an, an 1957, li te deja nanpiblisite. Yon
opalk mare sou tet yon machin, Raymond nan lari a ap
fe reklamAntid6t Sentiv, kafen6l, reklam match, elatriye.
Se konsa kanpay Senate Louis Dejoie mete lamen sou
li an 1957. Apre sa, m pdi kontak akRaymondPiquion ;
m al lek6l P6toprens. Tounen m tounen pou gran vakans,
m rejwenn Raymond ap fe pi gwo reklam, anpatikilye
yon bal Septentrional nan Rumba Night Club. Septan
f&k dekachte 2 michan m6so mizik pou ete 1958 la :
Antwanet, ak Desepsyon (Septan vin re-6kbstre moso
sila, pou mete 1 sou plak ak vwa Carole 'Mawoule'
Dmmesmin 16 zan apre, an 1974.
Zanmi 1, Roger Gilles, di se depi an 1958 sa a,
li te konmanse ak Emisyon Pitit Kay la nan La Voix du
Nord. Kit se 1958, kit se 1959, an 1960 Pitit Kay te pran
vwl : Sa, se yon 'Boule de Feu !' Yon mo Raymond
Piquion rache nan sa lang franse a ta rele imajinbr
ayisyen an pou dramatize non yon bagay ki pa gen
party, telman li ikstrawbdiner, wete nechUl. Antrapde
mo a tounen yon m6d : Tout flanm tounen 'boule de
feu'. Kote ou pase ou tande timoun ap di : S on 'boule
defeu', sa k pale yon s6l lang lan di w : S on 'bouldefe !'
Lb granmoun repete mo a, ou ta di moun p ap janm di
dife a ankb.
Lb an 1961 Septentrional ap adapte konpa
dirbk la, li vin rele rit pa 1 la, rit boule de feu." 21 me
1962 rit la rantre P6toprens, li nan estidyo Radio Haiti,
li nan estidyo Radio Caraibes, li nan Radio Carillon,
li nan tout lari Ptoprens. An 1964, se te konsekrasyon
rit 'boule defeu' a nan tout repiblik la. Septan limenm
vin rele 'Boule de Feu '. Nan kanaval fanatik rele 1 :
'Boul' la. Sibyenlk mvinnanradyo[1] Nouy6k, map fe
reklam Septan, eslogan pa m se te < Me Boul la > Se
domaj Septan pa te f on chante pou te di kote 1 te pran
non pou bay rit 'boule de feu a'. NonRaymondPiquion
ta rete poujis tan ta gen tan... Se pa tajodi a, ase nou
t ava ap fe demach pou sa. Me yon 16t pwogram pou
Ayisyen bati ank6 Yon sistem pou rasanble tout
bagay pozitifyon sitwayen fe, olye nou konsantre sou
fot ak feblks yon konpatriy6t... Suivez mon regard !!!
Jan Henri Piquion oswa Pierrot Toussaint
ekri, jan Guy Antoine oswa Hervd Liveillk ajoute,
Raymond Piquion pa te annik yon anonsbr. Se yon
envantbr-de-estil. Vwa 1 ede sa tou. Lb Raymond ap
pale, li kage sou chbz li, li te deja pouse lwen mikwof6n
li, li kage chbz la anplis, dis dwbt li kwaze dby tbt li :


< LUr[2] vant a w balonnen, w ap wote sirbt, delye s6l
Andrews n'on vr djo. > Oswa, kina Nouri Mena / Noury MHnard a make 'Nectar'.
Kola a telman bon, lr ou fin bwe y, pou ta santi ou
byen f6 se t6de ou ta t6de boutey la nan bouch a w. >
< Lafontan peze bouton radyo a > L6t ane li koupe
esloganan : Lafontan 'peuze' (peze) 1! 'Peuze' (peze)
1, Lafontan Pye 'beuf' (bef) pou pye 'beuf' (bWf), n
ap pran y kay pratik Imajinasyon an pa gen bout ; s
on machin pou degrennen mayi : < Nan ki magazen sa
(m bliye non li) oujwenn tout kayte krrou (klou) : grro
krrou (klou), ti krrou (klou), piti-piti-krrou (klou), krrou
(klou) ake t&t, krrou (klou) grro (gwo) t&t, krrou (klou) ti
t&t, krrou (klou) gagit, seja w ki pou ba w >
Epi, las koupe dis, me elegans lan : entOl, map di: m pa we w !!! > Raymond konnen li pa
ka mande moun lajan nan radyo ; se pa lek6l medya, 1
aprann sa ; li aprann limit sa a, nan mitan moun li viv,
nan < Okap-di-N6. Pa pito m we yonjou nan peyi m
lan, ta gen yon lek6l popilk k ap aprann moun lavi a
limenm gen limit : se pa nenp6t bagay moun di, ni repete.
Onb! Respe! Se pi gwo sekre lavi !
Sa pa dwe etone pesonn si an 1971 li rive
Prezidan 'Lig Foutb6l N6' a, kote 1 te vin monte
< Mondialito del Norte > yon chanpyona koup Radyo
Sitad1l ki fe tout lokalite nan depatman an patisipe.
M pa t ap ka kite okazyon sa a pase pou m pa
te rale breve 'One e Merit' sa a renm&t Raymond
Piquion. Onon tout vil Okap sa a m swete tout moun
k6d lonbrit yo tere ladan, travay pou remete 1 sou kap.
Bon vwayaj, Raymond. M ta swete sa k ka
sonje, k ap bat bravo pou wou jodi a, kenbe ak rbs
fanmi an:
Pitit ou yo :

Frantz Piquion ak fanmi 1, Raymond Jr
Piquion ak fanmi Rose-Laure Piquion-Simeon ak
fanmi 1, Fitzgerald Piquion ak pitit li yo Jackye
Piquion, Flore Piquion Johnson ak fanmi 1, Johnny
Piquion ak fanmi 1, Anne Sherley Piquion-Curulli ak
fanmi 1, Ray Piquion ak fanmi 1, Jason Ray Piquion ak
pitit li, Raymundo Piquion, S li : Michelle Piquion-
Vertilus ak fanmi 1, Tout neve ak nybs li yo ; tout kouzen
ak kouzin li yo ; zanmi pre li yo ; tout fanmi : Piquion,
Vertilus, Pyronneau, Rggis, Simeon, Curulli, Voight,
Simon, BOlizaire, St Hilaire ak tout 16t moun vwayaj
la vide tbt-anba.
Raymond Pquion fRt Okap 28 novanm 1938. Li mouri
Nouy6k 15 fevriye 2009. Nan youn atik : "Le depart
pour 1 'au-dela d'un giant de la presse parlke Regor
siyen, ki part nan 'Ha'ti-Obserbateur '(18 25 fvrier
2009, pp. 11 & 13) li aprann nou Raymond Piquion
avek kolaborat li, Roger Gilles, te monte yon twoup
komik : Les rois du rire" ki tejwe plizye pyes kankou
: L 'affaire Pitiy Kay", Konminyon Pitit Kay", M
we jan ou renmen manman w." Tout pyes sa yo li ekri
yo avek Roger Gilles.

[2] Sanba / Franqois-Marie Michel se fondate
pwogram : 'Radyo Sanba" (Nouy6k)
(desanm 1990 -jen 2005).
[1] Tout sitasyon Raymond yo cheche kenbe
pwononsyasyon Okap la.
Not responsab kolonn Tigout: Nou pibliye 6tograf atik
franswa Michel-la do pou do.



Kek presizyon sou nasyonalite

Jean Baptiste Pointe du Sable
ak Max Manigat*

Aswb-a (10 janvye 2009), mwen tonbe sou
youn enf6masyon ki pral fe anpil Ayisyen pantan. Nan
youn pwogram : < Cite guide > nan televizyon << TV5
Monde > sou vil Chikago, mwen tande : << Se de Franse
ki fonde vil Chikago. > K6m mwente d6jh ekri sou sa
(Patamouch... p. 168-170 : Eske Jan Batis Pwent di
Sab te ayisyen ?), mwen kouri al gade ki ranseyman
nouvo ki soti sou natyonalite fondate vil Chikago-a.
Men sa m'adapte soti nan ansiklopedi Wikipidia :
<< Jean Baptiste Pointe du Sable (1745- 28
out 1818), sete premye etranje kite vin tabli nan rejyon
ki pral tounen Chikago, Ilinwa-a. Menmsi li te "fondate
Chikago", istoryen lontan yo te bay misye kenbe yonn
bwa lonng paske li te yonn metis[1] (yo di li te pitit
yonn maren franse avek yonn fi afriken ki te vin esklav.
Lite fet lib nan Sen-Mak, Sen-Dominik anAyiti[2]) [...]
Papa-1 te mennen an Frans kote li te etidye
lek6l.
Se an 1968, yo fini pa rekonnrt du Sable kbm
fondate Chikago. >
%
Nanpwen okenn kote nan n6t sa-a ki di Pointe
du Sable te Ayisyen. Men sa ki kle bagay mwen pa te
fin si 1 mwen te ekri atik la sanble tinonm nan te f&t
lib Sen-Domeng.


oI Page 15

Mwente vizejis nanatik mwen-an 1 m'te ekri
:"Kesyon nasyonalite youn moin se pa ni deklarasyon
anbasadb, ni majistra Chikago, ni ofisyOl etranje ki
detemine sa : se lalwa. Anvan 1804, nan koloni franse
Sen-Domeng nan sete K6d Nwa (Code Noir), apre
lendepandans nou an Ayiti, se konstitisyon nou yo.
Pesonn moin 16t pa kapab chanje sa.
Nou ta byen kontan pou nou ta konnen
zanset nou yo ki te goumen Savana yo te ayisyen;
pou Jan-Batis Pwent Disab te ayisyen, men donmaj se
pa sa. Pou rezon santimantal nou mbt kontinye repete
sa, men kou diskisyon an monte sou teren legal la
santiman se k6k kazwbl."
Diskisyon-an ta dwe fini la. Si dRnye
ransbyman mwen sot bay la-a k6rbk : Jean Baptiste
Pointe du Sable se franse li te ye. Atik 57 ak 59 Kbd
Nwa-a klW sou sa.
%
Se pa vole mwen vole laglwa Ayisyen santi
nankU yo 1I yo palede Chasseurs volontaires de Saint-
Domingue yo, Pointe du Sable, venerab Pierre
Toussaint, kankou yo akize-m deja. Nou we mwen pa
menm site nonJohn JamesAudubon, kite f&t Okay an
1785, paske se youn alb. Men, si n' reflechi, se mache
n'ap fe lakonvesasyon mache. Se pa paske nou mete
nou dak6 sou youn bagay li vre ; laverite se 1I sa nou
dak6 sou li-a pa t'av&k reyalite-a.
Epitou, sa sa ap pote pou nou si moin sa yo
ta Ayisyen? Eske se pa plim n'ap pran paske nou pa
jwenn poul? Listwa Revolisyon Ayisyen-an la pou li
ban nou dwa gonfle lestonmak nou. Zanset nou yo te
fe. Men prenga nou kontinye ap ranse pou nou merite
jouman sa a : Desalin ak lame Afriken yo, fanm ak
gason vanyan, te konbat pou lendepandans nou-an ;
men sanble se nou ki bouke joukjounenjodi."


MaxManigat se ot : Patamouch. Etimoloji- Literati-
Rep6taj. (2007)
[1] pitit youn papa ak yuon manman ki soti nan de ras
diferan. Nan koloni Sen-Domeng nan, yo te rele yo :
'sanmele'.
[2] Fraz sa-a se youn bouyon mimi. Piwo nan atik
ansiklopedi a, yo te di Pointe du Sable sete "pitit youn
Afriken ki te vin esklav"; pi devan yo deklare : li te fet
lib..." Sa pa gan sans paske K6d Nwa-a konmande ;"
pitit youn fanm esklav f&t esklav. Atik 9 lwa sa-a bay
kondisyon pou pitit youn fanm afriken fRt lib : se osnon
manman-an deja lib osnon youn papa blan, ki
pwopriyete manman-an, marye avek li anvan pitit la fet
paske si timoun nan gan tan soti anvan maryaj la, li f&t
esklav.
Nou tou we aft kondisyon Pointe du Sable
jou li te f&t la pa regle. Eske papa misye te marye ak
manman-1 anvan l'te f&t? Eske papa blan-an ti gason-
an yo di misye sete youn maren te pwopriyete
manman-1 ?Tou sa m'li sou sa poko bay repons nan.
Konsa, tinonm nanta kapab youn afranchi san li pa te
fet lib. Sa ki seten, misye te sitwayen franse (Kbd Nwa
:atik 57 ak 59).
Apre, fraz la kontinye :" [...] nan Sen-Mak,
Sen-Dominik anAyiti." Gag6t! Sen-Mak yo vle pale-a
te nan Sen-Domeng pa nan Sen-Dominik; pi red toujou
: ni Sen-Dominik yo pran pou Sen-Domeng nan ni koloni
franse Sen-Domeng nan (1697-1803) paAyiti.


Have your



Income Tax

(Personal & Business)


Prepared by



J.C.



Cantave!

Call 305-623-0708
for Appointment


Jean-Claude P. Cantave
Tax & Immigration Consultant
Lic. Real Estate & Mortgage Broker
Phone: 305-623-0708 Fax: 305-623-3848
E-mail: jccantave@haititradecenter.com
Web : www.haititradecenter.com







Mercredi 4 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 06


KI VWAYAJE CHAK
15 Jou PWou sworE
SAMYON MACHANOIZOU DIREK
MEN YON
S AN AYMr SOU WAF ST
GWO DATO K
ArP TMARC, GONAIVES
CAPE HAMn
MACHANDIZ
OU TOUATOU ULI IWOTE KONNTENE, WIAT
GPEP, KAMYON IACHIN IEK-
SETERA


CAPE HAITIEN ST MARC
Role ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 8458330 HAITI
HAITI ________
Fax ( 561) 845-7592 or ( 61 )842-9398

Tollfree 1-877-845S-330 or 1-87745-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Drection: 1-5 to Exit No. 74 ( 45th Str ) East to Congres Ave, to North on Cngress Ave to Martln Luther
King Jr Bvrd go East on MILK Blvd ( making right hand turn ) thi I takes you straight to the Port of Pam Bch

As soon as you go over Old Dxie Hwy before Guard Shack Make 1tt Left hand turn you will see our Sign



E n B re f... (... suite de la page 14)
La premiere pluie de la saison est tombde avec force et pendant
longtemps. Un premier bilan fixe a 200 le nombre de sinistr6s dans les
zones a risques, a declare la Protection Civile. Les d6gits se sont produits TOP HIT PARADE
particulibrement a Martissant et au Bicentenaire, dans le bidonville situd Semaine du 2 Mars
prls du wharf de Jr6mie. Le Premier ministre Michele DuvivierPierre-
Louis 6tait t6t vendredi matin sur les lieux. A Cite Soleil aussi les d6gats 1. Tabou Combo: Et Alors
ont &td de taille, surtout dans la zone d6nomm6 Cite Richard Brisson. 2 Issa E Saieh: La Bele Epoque


Augmentation du nombre de personnes agressees A la sortie 45 Al
desbanques: Au moins 8 pour la seule journ6e de vendredi 5.
A Turgeau, au Canap6-Vert et A Pktion-Ville cc
Plusieurs cas d'agression sur des citoyens revenant de la banque ont t B8. Ti
pour la seule journe duvendredi 27 f6vrier 2009, particulibrement dans les 10
quartiers du Canap6-Vert, de Turgeau et de PMtonVille.
Les bandits qui opbrent a moto, sont posts dans les parages des
institutions bancaires, attendant paisiblement
leur proie. Parfois, ils entrentjusque sur la cour des
banques qui disposent de parking int6rieur. C A A Dto
Ils sont le plus souvent aids par des complices qui -
arrivent a se faufiler dans les banques pour pier
des clients effectuant des retraits,bien qu'ils n'aient
aucune transaction a effectuer.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

Printed at Southeast Offset
L (305) 623-7788^^


SATURDAY MAY 16, 2009
t *PERFORMING LIVE **t




(Jk r f le Mue ..
ccmWe N m n 6fA MZIUK MIZIK OM I. *p n O KLG
BICENTENNIAL PARK /
Ua3 DOWNTOWN MIAMI IM4P
I 07 BISCAYNE BOULEVAfi, MIAMI, FL rO. I iNF 35.94.814


ADOMI PUR CHASING AgUENCY 3 wte CeA2 EFi Ets pcm cnrciE"lo

Tel.; 7-457-S3 *- Farc 305-75-07 *7 na i rra paesateao p atoll per blwi


Page 16


I m'.Iu gg- -- f umi uB nn g : UM--I J^ SiS M ... rm R m


~


"-




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 4 au 10 Mars 2009 • Vol XXIII • Nº 06 PORT-AU-PRINCE, 29 Février – On a l’impression que les opposants au président Barack Obama (car il doit y en avoir aussi évidemment) ne peuvent pas arriver à découvrir son talon d’Achille ou point faible. Mardi dernier (24 février), le nouveau président américain a prononcé son discours le plus fort, le traditionnel Message sur l’Etat de l’Union, où il a dénoncé sans mettre de gants l’avidité des grands patrons milliardaires et la complicité de l’administration républicaine sortanteObama-Haïti : Histoire de singe !dans la plus grave crise économique depuis la Grande dépression de 1930 qui fait littéralement rage en ce moment chez le grand voisin et se répercute par osmose de par le monde. Le même jour, le journal New York Post présentait des excuses au président Obama après avoir publié une caricature accusée d’associer le chef de l’Etat américain à un singe. Le New York Post se défend en arguant qu’il s’agit d’un dessin sur le plan de relance et non une attaque raciste. PORT-AU-PRINCE, 27 Février – La France n’a toujours pas fait la paix totalement avec ses excolonies. A chaque fois que des problèmes sérieux se posent du côté de ces dernières, on revient immanquablement aux mauvais souvenirs de la colonisation. En Guadeloupe, la grève générale, déjà vieille de plus d’un mois, a rallumé la question raciale. On entend accuser la France métropolitaine de privilégier les descendants français de l’île communément appelés « békés » au détriment de la majorité noire. Mais quand l’île sœur, la Martinique, prend feu à son tour, c’estLa France toujours empêtrée dans sa décolonisationen France qu’on accuse la crise d’être d’origine raciale alors que les syndicats martiniquais insistent de leur côté que ce sont des revendications d’ordre purement économique. Selon un sondage du Figaro (jeudi 26 février), 51% des Français pensent qu’on devrait laisser les Antilles faire leur chemin, c’est-à-dire choisir l’indépendance si elles le veulent. Alors que selon le même quotidien, 80% en Guadeloupe veulent rester français. Pour les Antilles, il s’agirait donc plus d’une question de droits à (OBAMA-HAITI / p. 8) (DECOLONISATION / p. 9)MANIFESTATIONS A MIAMI & EN HAITIHaïtiens : partout fuir la misère ! PORT-AU-PRINCE, 28 Février – Ce samedi 28 février, deux manifestations ont lieu. L’une à Portau-Prince et l’autre à Miami. exiger la réadmission du parti Fanmi Lavalas sur la liste de ceux appelés à participer aux sénatoriales du 19 avril prochain, ainsi que le retour d’exil de son (MISERE / p. 4) Partisans lavalas descendus nombreux samedi dans les rues de P-au-P pour protester contre la radiation de leur parti par le Conseil élestoral (photo Eugène Robenson) Haïti : violence et violences !MIAMI, 26 Février – Le carnaval de Port-au-Prince avait été annoncé sous le signe de la violence. Le bilan officiel ne le confirme pas tout à fait : 1 mort et environ 800 blessés de toutes catégories. La police nationale a été prévenue et semble avoir fait bonne garde. A l’occasion des week-ends préparatoires, on rapportait que des bandes de voyous se postaient à des points stratégiques sur la route des gens regagnant leur domicile pour dévaliser, battre et violer. Ce sont autant de comportements criminels dont on n’avait pas l’habitude chez nous. Et quand les forces de l’ordre établissent un périmètre pour fouiller systématiquement tous ceux qui vont assister ou participer au défilé carnavalesque, telle n’est pas leur surprise de découvrir au lieu des armes classiques (couteaux, pistolets) des objets les plus hétéroclites comme des pierres transformées en pics, coutelas ou des masses capables d’abattre un bœuf. D’où nous vient tant de violence ? On a coutume de dénoncer la violence des institutions militaires et policières, mais aussi cruelle semble celle des citoyens ordinaires. (VIOLENCE / p. 5) La manifestation de Port-au-Prince est pour Haïtiens et étrangers ont manifesté samedi à Miami en faveur des sans-papiers haïtiens menacés de déportation massive (Francesca Guerrier) fondateur, l’ex-président exilé en Afrique du sud, Jean-Bertrand Aristide. Les pluies ont fait 6 morts et au moins 200 sinistrés jeudi dernier aux abords de la capitale haïtienne

PAGE 2

Page 2 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 (EN BREF / p. 14) EN BREF ... EN PLUS ...P-au-P, 28 févr. 09 [AlterPresse] — Près d’un an après les émeutes de la faim, qui ont secoué la république d’Haïti (en avril 2008), la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (Cnsa) et Fews Net dressent des perspectives sombres concernant la sécurité alimentaire du pays pour le premier semestre 2009, selon une analyse consultée par l’agence en ligne AlterPresse. “La sécurité alimentaire devrait s’améliorer légèrement au cours du 1er trimester (janvier à mars), pour se détériorer au cours du 2e trimestre (avril à juin)”, selon le plus récent bulletin publié par la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (Cnsa) et Fews Net [1] Les deux organisations préconisent une série de recommandations à l’attention du gouvernement, de la société civile, des organisations et bailleurs internationaux, afin d’éviter un nouveau scénario catastrophe. Après un léger recul, le nombre de personnes touchées par l’insécurité alimentaire devrait à nouveau augmenter lors du second trimester 2009. Actuellement, 3 millions de personnes souffrent de l’insécurité alimentaire dans le pays, soit 10 % de moins qu’avant la dernière récolte, pourtant maigre en raison des faibles précipitations du dernier trimestre 2008. Ce chiffre de 3 millions, soit un tiers de la population haïtienne, pourrait à nouveau connaître un léger recul pour atteindre les 2,8 millions de personnes, selon la Cnsa et Fews Net. Cette prévision est, avant tout, basée sur un prolongement d’une baisse du prix des céréales, particulièrement du riz et du blé, sur le marché international et conséquemment sur une baisse du prix des aliments de base en Haïti (diminution de l’inflation de 20 à 10 % entre septembre et décembre 2008). “Les prix du riz, haricots noirs et maïs moulu ont baissé de 27 pour cent, 1 pour cent et 28 pour cent, respectivement de septembre à janvier 2009 sur le marché de la Croix des Bossales à Port au Prince”, selon le rapport. La baisse profiterait surtout aux residents des villes et aux plus pauvres du milieu rural, car ces derniers achètent plus d’aliments qu’ils n’en vendent. “Cependant, les revenus des agriculteurs risquent de diminuer si leur coût de production (leur revient) baisse moins vite que leur prix de vente”. Or, “les intrants et fertilisants, même plus disponibles au niveau national, continuent à être insuffisants et sont distribués avec retard dans les zones éloignées de la capitale”. La diminution des prix des produits alimentaires de base sur le marché international ne peut se retrouver dans les mêmes proportions sur le marché haïtien, étant donné les “rigidités existant dans la formation des prix (de l’importateur au consommateur) en Haïti”, rappelle également la Cnsa. La période de soudure d’avril-mai et le début de la saison cyclonique sont les facteurs principaux qui expliquent le changement de scénario entre les deux premiers trimestres de l’année 2009. Le second scénario, élaboré par la Cnsa, prévoit, en effet, une augmentation du nombre de personnes souffrant de l’insécurité alimentaire qui pourrait atteindre les 3,10 millions. Il se base également sur la prévision de pluies insuffisantes et de leur mauvaise répartition pour la saison de printemps. “La récolte prévue en juinjuillet (2009) sera faible, en raison des facteurs climatiques défavorables et du retard dans la distribution d’intrants. Ceci laisse présager une augmentation de l’insécurité alimentaire pour la deuxième moitié de l’année”. La Cnsa désigne les départements du Nord-Ouest, du Nord-Est, du Sud-Est et de l’Artibonite comme les régions susceptibles d’être les plus touchées par l’insécurité alimentaire. Hormis le Nord-Est, ces zones figurent déjà dans la liste des régions particulièrement touchées, avec les Nippes et la Grande Anse (Sud-Ouest). Cet état des lieux et ces prévisions n’excluent cependant pas que d’importantes poches d’insécurité alimentaire existent dans d’autres départements. La Cnsa rapporte le jugement des Nations-Unies, selon lesquelles les programmes d’intervention d’urgence, mis en place suite aux émeutes de la faim d’avril 2008 et aux cyclones d’août-septembre 2008, sont insuffisants face aux besoins, tant actuels que futurs, notamment faute de financements adéquats. Néanmoins, “avec l’exécution de ces programmes, l’état de malnutrition aigüe sévère, signalée dans certaines zones de Belle AnseSécurité alimentaire :Relance de l’agriculture et protection de l’environnementTchad: Les autorités interdisent la coupe des arbres pour faire du charbon Le mécontentement monte à N’Djamena où les autorités ont interdit sans concertation l’utilisation du charbon et du bois vert pour lutter contre la déforestation. Une mesure qui touche durement les classes les moins favorisées et crée une situation de pénurie. “C’est trop brutal ! On ne peut pas changer d’habitudes du jour au lendemain”, affirme à l’AFP Brigitte Topinanty Dionadji, consultante aux ministères de l’Action sociale et de l’Agricuture. “Il faut lutter contre la désertification, mais il aurait fallu des campagnes de sensibilisation, une transition... C’est un grave problème social. Ce sont les gens les plus démunis qui sont touchés”. En décembre, pour l’exemple, les autorités ont ordonné de brûler les véhicules transportant du charbon. A Walia, à l’entrée sud de N’Djamena, les carcasses de quatre mini-bus sont encore visibles. Des forces de sécurité contrôlent toujours la route d’entrée de la capitale. “Depuis janvier, plus personne n’essaie de passer avec du (AGRICULTURE / p. 7) (CHARBON / p. 7)Des centaines d’Haïtiens manifestent samedi contre l’ordre de déportation de leurs frèrs et soeurs vivant en situation illégale aux Etats-UnisPlusieurs centaines d’haïtiens ont participé samedi en Floride à une marche de protestation contre la décision des autorités migratoires américaines de déporter plus de 30.000 compatriotes vivant aux Etats-Unis en situation irrégulière, rapporte l’AFP. La manifestation s’est déroulée en face d’un centre de détention temporaire des illégaux situé dans le comté de Broward, près de Miami. Les protestataires ont réclamé de la nouvelle administration démocrate l’attribution aux sans-papiers du statut de protection temporaire (TPS), mettant l’accent sur la grave situation économique et sociale à laquelle fait face leur pays, Haïti. Selon les organisateurs de la marche, environ 600 haïtiens sont actuellement détenus en Floride dans des centres des services d’immigration. Une fois qu’ils seront en possession des documents de voyage nécessaires, ils devront quitter les Etats-Unis. Présente lors de ce rassemblement, une chanteuse haïtiano-américaine, Melky Jean, a entonné des chansons avant de s’adresser au premier Président noir américain. « Nous sommes ici pour demander à (Barack) Obama de stopper les déportations », a-t-elle martelé, ajoutant « nous, les haïtiens, nous t’aimons, nous t’avons voté parce que nous croyons en toi et nous sommes avec toi ». Les manifestants brandissaient des pancartes portant les inscriptions « mettez fin aux déportations » et « un TPS pour Haïti ». L’administration Obama, arrivée depuis un peu plus d’un mois à la Maison Blanche, ne s’est pas encore officiellement exprimée sur cet épineux dossier.Arrestation de Antonio Désamours, accusé de l’assassinat de Guy Salvant…La police de Port-au-Prince a procédé, le samedi 28 février, à l’arrestation d’Antonio Désamours, accusé du meurtre de Guy Salvant, à Barrière Batan, dans la localité de Milot, le 15 février 2004, à 15 heures 30. Antonio Désamours est détenu à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (D.C.P.J.), attendant son transfert au Cap-Haïtien. La victime est le frère de Hugues Célestin, Député de la circonscription de Limonade. Au mois de janvier 2009, le parlementaire avait dénoncé la candidature de Moïse Jean-Charles qui serait proche de Antonio Desamours. Il avait questionné l’authenticité du “Certificat de bonne vie et mœurs” présenté par Moïse Jean-Charles au Conseil Electoral Provisoire (CEP), vu que le parquet du Tribunal Civil de la ville du Cap-Haïtien qui légalement émet ce genre de certificat, est aussi l’instance de poursuite qui a mis l’action publique en mouvement contre lui. Le “mandat d’amener” exécuté le samedi 28 février 2009, est décerné contre Antonio Désamours, depuis environ 2 ans, par le juge Emania Fatal. Questionné par Réseau Citadelle, le Député Hugues a dénoncé le laxisme de la police dans le Nord. Les autorités policières de ce ressort refusent d’exécuter les mandats contre Moïse Jean-Charles et contre ses hommes de main. Il a dû profiter de la présence de l’accusé à Port-au-Prince pour alerter la police de l’Ouest et exécuter le “mandat d’amener”. Pourtant, Antonio Désamours résidait tranquillement dans la commune de Milot. Il se déplaçait sans difficulté sous les yeux de la Police dans le Nord. Se disant témoin dans l’affaire de meurtre, Hugues Célestin confirme avoir déposé par devant le Juge d’instruction que Moïse Jean-Charles est l’auteur intellectuel du crime.Dècès en Indiana (USA) de Maitre Josué Pierre-Louis, ancien juge à la Cour de CassationMaitre Josué Pierre-Louis, ex-juge à la Cour de Cassation en Haïti, commissaire du gouvernement sous le gouvernement de Jean-Bertrand Aristide en 1991 est mort aux Etats-unis (dans l’Etat d’Indiana) d’un cancer du colon. Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince lors des 7 premiers mois de la présidence de Jean-Bertrand Aristide en 1991, Me Josué Pierre avait énergiquement démissionné au lieu d’accepter de signer des mandats d’arrestation en blanc que pourraient utiliser à leur guise la police et le Ministère de la justice dirigé alors par le fougueux ex-milicien de Duvalier, Me Bayard Vincent. Me Josué Pierre-Louis laisse dans la tristesse ses 4 enfants, son épouse, ses proches en général, la magistrature, la corporation des avocats et, particulièrement, ses collègues de la Cour de Cassation. Ses funérailles seront chantées aux Etats-Unis où il sera également inhumé, selon décision prise par sa famille beaucoup plus nombreuse à l’étranger qu’en Haïti.La disparition subite de Marc Frédéric, oncle du présumé trafiquant de drogue Alain Désir, signifie-t-elle la fin de l’enquête?C’est du moins ce qu’affirme le député de Mole Saint-Nicolas, Eloune Doréus (Organisation du Peuple en Lutte, OPL), qui a exprimé samedi ses appréhensions quant à l’issue de l’enquête sur le dossier des narcodollars de Port-de-Paix, suite au décès jeudi dernier à l’hôpital de l’un des témoinsclé de l’affaire, Marc Frédéric, oncle du présumé trafiquant de drogue Alain Désir incarcéré aux Etats-Unis.« Marc Frédéric était, après son neveu Alain Désir, le personnage le plus important du dossier », selon le député. Il rappelle que le défunt avait été blessé par balle dans des conditionsHaïti-Culture : Des journalistes saluent la mémoire de Biencher Louis-PierrePORT AU PRINCE (HPN) Des journalistes saluent la mémoire de leur confrère Biencher louis-Pierre chroniqueur culturel, il était aussi étudiant finissant en sociologie à la Faculté des sciences humaines. Le talentueux chroniqueur culturel de Magik 100.9 est mort à l’âge de 26 ans, à Port-au-Prince, suite à une insuffisance rénale. Le directeur des nouvelles de la station, Robenson Alphonse, a salué la mémoire du défunt qu’il a qualifié de « jeune homme discipliné, compétent, timide, peu loquace, d’un support colossal quand il faut conseiller et aider ». Biencher Louis-Pierre a animé l’émission « Pluriculture » sur Vision 2000; Galerie d’Art, Métissage et Page à Page sur Magik 9, où il a dirigé la section culturelle. Il a aussi publié plusieurs articles dans le quotidien Le Nouvelliste et dans Ticket Magazine. Il préparait son deuxième recueil de poèmes intitulé « Zenglen mot » ainsi que sa mémoire de sortie.DECES

PAGE 3

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREACTUALITE DEMAIN Le bureau du premier ministre canadien, Stephen Harper, refuse de confirmer des informations selon lesquelles le président américain aurait profité de sa rencontre avec la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, pour l’inviter à Washington, révèle mercredi le Globe and Mail . La nouvelle de l’invitation a été révélée etRencontre Obama-Jean sur Haïti : No comment !Mme Jean. Personne ne veut toutefois être cité à ce sujet, même lorsqu’on leur offre l’anonymat. Interrogée par le quotidien, Mme Blouin s’est emmurée dans le silence. Dans un courriel, elle affirme « ne rien avoir à dire au sujet de l’article [...] de samedi ». Elle refuse même de répondre lorsqu’on lui demande si elle a été bien citée. Le Toronto Star rapportait en outre des propos de James Steinberg, l’adjoint de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, qui confirmait que les deux chefs d’État avaient discuté des meilleurs moyens d’aider Haïti à surmonter les défis économiques et sociaux que le pays doit affronter. Il n’a toutefois pas mentionné que le président Obama avait invité Mme Jean à Washington. même confirmée en fin de semaine par la porte-parole du bureau de la gouverneure générale, Marthe Blouin, lors d’entrevues accordées à différents médias. Cette dernière se réfugie maintenant dans le mutisme le plus complet. L’histoire a d’abord été révélée par le Toronto Star , samedi (21 février), au surlendemain de la visite du président Obama au Canada. Soulignant que la représentante de la reine au pays avait discuté avec le président de la situation dans son pays natal, Haïti, le quotidien a affirmé que, contrairement à Stephen Harper, Mme Jean avait été invitée à Washington. « Le président Obama lui a dit qu’il aimerait poursuivre la discussion avec elle à ce sujet », a déclaré Mme Blouin. Selon la porte-parole de la gouverneure générale, M. Obama lui a dit « qu’il aimerait la revoir » et qu’il « aimerait aussi la voir à Washington ». Interrogée par l’Agence France Presse au sujet de l’article du Toronto Star , Mme Blouin a répété que le président « veut la revoir à Washington », tout en précisant qu’aucune date n’avait été arrêtée. En entrevue au réseau CTV, Mme Blouin a déclaré que Barack Obama avait exprimé le désir « de rester en contact avec la gouverneure générale au sujet d’Haïti », une formulation que la porte-parole assimilait à une « invitation ouverte » de la part du président américain. Selon le Globe and Mail , les informations qui circulent dans les officines gouvernementales à Ottawa laissent entendre que Mme Blouin a exagéré et que le président Obama veut plutôt rester en contact avec « Le président a été clair qu’il s’agit de quelque chose dont il se soucie et il voulait obtenir le point de vue d’autres personnes pour savoir comment on pourrait faire un meilleur travail pour appuyer le développement économique et social à Haïti », a déclaré M. Steinberg. Mme Jean a effectué un voyage en Haïti en mois de janvier. Mme Blouin a déclaré au Toronto Star que Mme Jean a vanté au président Obama les mérites de la nouvelle première ministre haïtienne, Michèle Pierre-Louis, et lui a appris que la crise alimentaire qui frappait déjà durement les citoyens avait empiré en raison de la crise économique actuelle et des ouragans qui ont frappé le pays l’année dernière. La Gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, reçoit le président américain Barack Obama le 19 février dernier à Ottawa” L ’EVENEMENT Manifestations en Haïti et à Miami Haïtiens : partout fuir la misère ! p.1 ANAL YSE DE LA SEMAINE Haïti : violence et violences p.1 L ’HIST OIRE AU PRESENT Obama-Haïti : Histoire de singe ! p.1 La France toujours empêtrée dans sa décolonisation p.1 CRISE ECONOMIQUE Insécurité alimentaire p.2 ENVIRONNEMENT Interdire la coupe des arbres p.2 COOPERA TION Rencontre Obama-Jean sur Haïti : no comment ! p.3 Ottawa resserre l’aide, mais Haïti privilégiée p.7 TOUJOURS D’ACTUALITE 5 ans après la chute d’Aristide p.4 IMMIGRA TION Rapatriement d’un nouveau groupe d’immigrants p.5 Les Haïtiens protestent contre la déportation de leurs compatriotes p.6 SECURITE 700 nouveaux policiers reçoivent leur parchemin p.10 SANTE Une mission de Mercy Hospital de Floride p.11 L’OMS s’inquiète d’une forme résistante de paludisme p.13 LIBRE PENSER Tolérance Zéro ! p.12 Après la crise financière, la guerre civile ! p.12 LIVRE Trois ex-otages révèlent un autre visage de Ingrid Betancourt p.13 LITTERA TURE CREOLE Pye bèf pou pye bèf p.15

PAGE 4

Page 4 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak Middle-East. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-3205354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. UNE ANALYSE MANIFESTATIONS A MIAMI & EN HAITIHaïtiens : partout fuir la misère ! Fanmi Lavalas a été exclu par le Conseil électoral provisoire (CEP) sur la base d’une « technicalité » : deux listes de candidats présentées sous le nom du même parti et le CEP concluant que c’est contraire à la loi mais qu’il ne saurait lui-même résoudre ce problème de légitimité. A Miami, c’est samedi aussi que des organisations haïtiennes, dont Fanm Ayisyen nan Miyami , devaient défiler en accord avec des associations de défense des immigrants pour demander l’arrêt des mesures d’arrestation et de déportation des sans papiers haïtiens. Plusieurs centaines de manifestants ont répondu à l’appel. Selon des informations parues dans les grands quotidiens de Floride (Miami Herald, Sun Sentinel) et relayées par Associated Press (AP), les autorités américaines ont décidé le renvoi de 30.000 immigrants illégaux haïtiens. En attendant, ceux-ci sont poursuivis partout, ceux qui sont attrapés vont en prison jusqu’à leur départ manu militari pour Haïti, ou relâchés temporairement avec un bracelet électronique pour pouvoir les repérer en tout temps. manifestations ? Apparemment aucun. Pardon. Une grande partie de ces 30.000 ressortissants haïtiens étaient arrivés aux Etats-Unis lors du coup d’état militaire du 30 septembre 1991, alors que le pays était écrasé sous la botte des forces armées haïtiennes et de leurs supplétifs, les groupes paramilitaires plus connus sous l’appellation de FRAPH, et réputés pour leurs exactions contre la population (meurtres, tortures et viols sans nombre).Depuis les attentats du 11 septembre 2001 …Des dizaines de milliers de compatriotes des petites classes, qui avaient voté en faveur du président renversé, Jean-Bertrand Aristide, le 16 décembre 1990, lors d’élections sous supervision internationale, prirent la mer pour échapper aux persécutions systématiques ordonnées par les généraux putschistes, cela pendant trois années (1991-1994). Ceux qui ont été rattrapés avant d’atteindre les côtes floridiennes ont été internés à la base américaine de Guantanamo (Cuba). Ils furent ensuite retournés en Haïti après le retour au pouvoir d’Aristide grâce à une intervention des Marines américains dépêchés par le président Bill Clinton. mais un tout petit nombre bénéficiera de celui-ci. Les autres vivent depuis sous une constante menace de déportation. Pendant quelque temps leur permis de travail était cependant constamment renouvelé. Mais depuis les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont entrepris un resserrement des dispositions réglementant l’immigration illégale. Et juste avant la fin du mandat du président George W. Bush, en décembre dernier, celui-ci ordonnait la reprise de la déportation des illégaux haïtiens toutes affaires cessantes, en même temps qu’il annonçait sa décision de refuser à ces derniers le TPS ou statut de protection temporaire qui lui avait été demandé par le président René Préval face aux graves dommages provoqués dernière saison cyclonique.Canal Duvalier …A part le rapport politique (en effet les plus de 3.000 manifestants de samedi à Port-au-Prince dénoncent les séquelles d’un autre « coup d’état », le renversement du même Aristide en février 2004 lors d’événements tout aussi dramatiques et cruels), la véritable toile de fond de ces deux mouvements de part et d’autre de la Caraïbe c’est le chômage et la misère qui sont le lot de plus de 80% de la population haïtienne. Ceux de Miami se battent pour ne pas être forcé de revenir en Haïti ; de leur côté ceux de Port-auPrince qui dénoncent les autorités électorales ainsi que le président René Préval accusé de « traîtrise », ne souhaitent qu’une chose : s’en aller eux aussi. Or les deux ne sont pas conciliables. L’un des empêchements pour solutionner le problème des sans papiers haïtiens c’est la peur de déclencher une nouvelle vague de réfugiés espérant bénéficier de la même disposition. Déjà c’est chaque semaine que les gardescôtes américains arraisonnent près de 300 migrants haïtiens agglutinés dans des voiliers minuscules faisant route à travers le terrible détroit situé entre Haïti et Cuba, le Canal du Vent, surnommé Canal Duvalier par nos boat people en souvenir de la violence de cette dictature. (MISERE... suite de la 1ère page) Environ 3000 manifestants Lavalas ont arpenté samedi les rues de la capitale après la disqualification de tous les candidats de leur parti par les autorités électorales (photo Eugène Robenson) Haïti-Politique 5 ans après la chute d’Aristidecommémoré le week-end écoulé le cinquième anniversaire de la chute de son régime, alors que le pays est engagé dans un processus électoral difficile et que la division affecte profondément l’ancien parti gouvernemental Famille Lavalas. Cinq années après le départ de l’exchef d’État, le 29 février 2004, Haïti se trouve encore dans une situation de stabilité politique fragile et des soucis sécuritaires demeurent, en dépit d’une amélioration notable, fruit de l’effort conjugué de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et de la Mission de Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (MINUSTAH), estiment des analystes. La question de l’instabilité politique est revenue dans l’actualité dès l’annonce, la semaine dernière, d’une nouvelle mobilisation de la base de Famille Lavalas, qui déclare ne plus vouloir jouer le jeu de la cohabitation. Ce message s’adresse aussi bien à la plateforme Espoir, sous la bannière de laquelle René Préval a remporté les élections présidentielles de 2006, qu’au chef de l’État lui-même. Le 28 février, les partisans d’Aristide étaient des centaines à occuper les rues de la capitale pour réclamer le « retour physique » de leur leader, réfugié en Afrique du Sud, ainsi que la dissolution du Conseil Électoral Provisoire (CEP), qui a exclu le parti du processus des sénatoriales partielles du 19 avril prochain. Ces élections, si elles ont lieu, permettront de remplir 12 postes vacants au sénat, qui compte actuellement 18 membres, en raison de la fin du mandat de dix d’entre eux, le décès d’un sénateur et la destitution d’un autre. L’action des manifestants a obligé la police et la MINUSTAH à prendre des mesures spéciales durant toute la journée pour fermer plusieurs voies au niveau de la région de Delmas, où sont installés les bureaux du CEP. Un imposant dispositif de sécurité a été déployé pour empêcher les manifestants de parvenir aux abords du CEP, tel qu’ils l’avaient annoncé. Les responsables des secteurs de base lavalas, notamment René Civil, soutiennent qu’ils ne P-au-P., 2 mars 09 [AlterPresse] — Les partisans de l’ex-président Jean Bertrand Aristide ont (LAVALAS / p. 6) (MISERE / p. 6) Quel rapport entre ces deux Ceux qui étaient parvenus aux Etats-Unis ont été autorisés à introduire une demande d’asile politique, dans le pays par 4 ouragans successifs lors de laLes dents des requins …

PAGE 5

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 5 DE L’ACTUALITEHaïti : violence et violences ! Au contraire, ceci expliquant cela, c’est cette violence informelle et anonyme qui éclaire peut-être le mieux celle plus classique des responsables de l’ordre. Nos militaires étaient formés pour aller casser du civil tout comme le civil qui entre sous l’uniforme (... suite de la 1ère page) estime avoir automatiquement un droit de vie ou de mort sur ses semblables. Les régimes totalitaires (du nazisme au duvaliérisme) savent comment flatter les bas instincts pour recruter leurs troupes de choc.Nos hooligans de carnaval …Cependant la violence de nos hooligans du carnaval est-elle la réponse à une violence officielle, institutionnelle, économique, violence plus sournoise ? Nous laissons la réponse aux experts. En tout cas aujourd’hui il n’y a pas une violence officielle, autrement dit directement de la part du pouvoir, aussi évidente qu’à d’autres moments de notre histoire, qu’elle eût été exercée par le pouvoir lui-même ou par des secteurs ultras proches du pouvoir … Ou à des moments plus rares, proches aussi de l’opposition. Ou les deux à la été enrôlés ensuite dans la police nationale en guise de récompense. Ceci expliquant cela, que cette police nationale soit devenue par la suite la plaque tournante pour réorganiser le trafic de drogue et l’institutionnalisation du kidnapping, rien de surprenant. et les armes circulent de main en main de Miami à Kingston (Jamaïque) et à Port-de-Paix (Haïti), on ne peut plus jurer de rien. Lorsque la drogue n’arrive pas à réussir suffisamment sa percée au sein de la population, comme dans d’autres pays (Mexique, Jamaïque, République dominicaine etc), on s’arrange pour jeter littéralement des millions par les fenêtres comme dans ce qu’on appelle le scandale des narco-dollars de Port-dePaix (une affaire qui semble définitivement enterrée, avezvous remarqué ?). Justement peut-il exister pire incitation à la violence ! De la part des cartels, mais plus encore des autorités.La violence des coups bas …Enfin toujours plus cruelle et sournoise, il y a la violence politique, pas celle des coups de bâton mais des mauvais coups et des coups bas, la pire parce que pouvant laisser des traces indélébiles. Les derniers événements démontrent amplement comment on peut faire disparaître le parti le plus populaire d’un pays en utilisant les propres faiblesses de ce dernier. Chapeau ! Mais en abusant aussi des lois et de la Constitution jusqu’à l’extrême limite des libertés (non) permises. Au point que c’est à se demander pourquoi on veut réformer une Constitution aussi complaisante. Au fur et à mesure, la violence devient ainsi le réel moteur d’une société. Et la vie, comme dans le MacBeth de Shakespeare, une histoire de bruit et de fureur racontée par un idiot. L’idiot c’est nous qui croyons qu’une autre façon de faire les choses est possible. Car même pour faire le bien, il faut passer par la violence. L’ennui est que c’est ce que racontaient les régimes les plus totalitaires. Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions. Marcus, 26 Février 2009 Quand on fait appel aux barbares, on doit s’attendre qu’ils se servent d’une façon ou d’une autre.Jeter des millions littéralement par les fenêtres …Pas plus qu’on ne saurait accuser l’actuelle crise économique en soi de ce rebond de la violence mais plutôt le système économique lui-même qui rend une petite minorité toujours plus riche et force la majorité à la mendicité absolue … Ou éventuellement au crime. Ce dont une certaine fierté naturelle (d’origine à la fois ethnoculturelle et religieuse) a toujours su épargner au grand nombre. Mais à l’heure de la globalisation également de la criminalité, où la drogue fois comme ce fut le cas pendant les événements qui ont culminé le 29 février 2004 dans le départ forcé du président Aristide. C’est sous les feux croisés de ses plus ardents partisans dénommés les « chimères » d’un côté et de l’autre de groupes paramilitaires formés par des spécialistes de la lutte armée en République dominicaine voisine que le chef de l’Etat élu deux fois par les masses haïtiennes fut forcé à l’exil. On fait généralement remonter à cette date la nouvelle vague de violence qui s’est emparée du pays. Quoi qu’on dise, jusqu’au 29 février 2004, on pouvait plus ou moins circuler dans tous les quartiers de la capitale et de la zone métropolitaine sans craindre de faire automatiquement de mauvaises rencontres. C’est depuis que date la généralisation du kidnapping. Pendant toute la durée du régime intérimaire installé par les vainqueurs du 29 février 2004, on accusait les « chimères » de tous les maux. D’ailleurs ces derniers revendiquaient sans hésiter leurs forfaits. Du moins dans un premier temps … Mais alors même qu’ils étaient maîtrisés manu militari au lendemain des élections démocratiques du 7 février 2006 qui ont porté à la présidence René Préval, la criminalité repartait de plus belle.« Combattants de la liberté » ? …C’est oublier en effet que les groupes armés qui ont aidé à faire tomber Aristide étaient constitués en majorité d’ex-militaires et de policiers révoqués pour mauvaise conduite et surtout de toutes sortes de récidivistes hier au service des forces armées d’Haïti et appelés tantôt « macoutes », tantôt « zenglendou », tantôt « Fraph » (sous la direction de toxicomanes et/ ou sadiques comme un Toto Constant), tous ayant toujours vécu d’expédients et en premier lieu du trafic de drogue. Et c’est oublier que près des trois quarts de ces « combattants de la liberté », comme les a qualifié l’ex-Premier ministre intérimaire, Gérard Latortue, ont Le centre-ville de Port-au-Prince, un chaos indescriptible (photo Eugène Robenson) Haïti-USA : rapatriement d’un nouveau groupe de boat-peoplePORT AU PRINCE (HPN) Les garde-côtes américains ont procédé mardi au rapatriement d’un groupe de 214 immigrants illégaux haïtiens au wharf du Cap-Haïtien, a annoncé le bureau des affaires publiques de l’ambassade des Etats-Unis. Les immigrés clandestins (187 adultes et 27 enfants dont 11 âgés de moins d’un an) avaient été interceptés en mer le 20 février par les garde-côtes américains à bord d’un voilier dangereusement surchargé à 23 milles nautiques à l’est de Cuba. Le vaisseau a été détruit car il représentait un danger à la navigation, ont indiqué les garde-côtes américains. « La présence de nos patrouilleurs en dehors des côtes d’Haïti continue à empêcher les pertes potentielles en vies humaines qui se sont produites trop souvent quand les navires excessivement surchargés prennent la mer afin d’essayer d’émigrer illégalement aux Etats-Unis’, a déclaré un capitaine des garde-côtes américains. Le personnel de la garde-côtière a assisté de nombreuses victimes qui ont été abandonnées en mer, dépouillées de toute leur économie, et battues ou sexuellement assaillies par les trafiquants de migrants ou par d’autres passagers. Le 10 janvier dernier, un groupe d’immigrés qui essayaient d’entrer clandestinement aux Etats-Unis a disparu en mer. HPN

PAGE 6

Page 6 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06AVI RENYINYON PIBLIKYap avize ke Komite Transpò Piblik, Enfrastrikti ak Woutye (sig angle TIRC) de Asanble Komisyonè Konte Miami-Dade la pral fè yon reyinyon piblik nan Sal Komisyon an ki sou 2yèm etaj, 111 N.W. First Street, Miami, Florid, pandan yon reyinyon ki pral kòmanse a 2:00 p.m., jou 11 mas 2009 la. Se la menm yo pral diskite sou chanjman ak modifikasyon ke yo konsidere fè nan sèten trajè bis tankou sa ki swiv anba la a : VÈ 17 ME 2009, MIAMI-DADE TRANSIT (MDT) PWOPOZE FÈ DÈ AJISTEMAN NAN SÈVIS LI YO, YON FASON POU TRAJÈ BIS SA YO KA OPERE AK PLIS EFIKASITE : TRAJÈ BIS 21, 36, 41, 48, 91, 99, L, M, 183RD STREET MAX, 238 EAST-WEST CONNECTION, 243 SEAPORT CONNECTION, 246 NIGHT OWL, AK 344 FLORIDA/HOMESTEAD CONNECTION. MDT PWOPOZE TOU POU LI ENPLANTE YON NOUVO TRAJÈ AK ARÈ BIS LIMITE : 79TH STREET MAX. Nan reyinyon an, Komite a pral bay moun oswa ajans enterese yo opòtinite bay dizon pa yo sou aspè sosyal, ekonomik, ak anviwonnmantal pwojè sa a. Moun ki enterese yo fèt pou soumèt vèbalman oswa alekri pwen yo vle etabli yo oswa rekòmandasyon yo an rapò ak pwojè sa a. Yon moun ki deside mennen an apèl nenpòt desizyon ke komite a, ajans la, oswa komisyon an ta pran an rapò ak sijè ki te an konsiderasyon nan reyinyon an oswa nan odyans la, pral bezwen yon rejis de tout pwosedi yo. Moun sa a gen dwa oblije asire ke rejis motamo sesyon yo te fèt, enkli temwayaj ak prèv ki se baz pou apèl la. Konte Miami-Dade bay opòtinite ak aksè ekitab nan anplwa, epi li pa fè diskriminasyon sou moun enfim nan pwogram li yo oswa sèvis li yo. Depi nou avize byen bonè anvan reyinyon an, nou kapab jwenn aparèy pou tande ak lòt sèvis pou ede nou kominike. Sou demann, fòm sa a disponib nan yon fòma aksesib (kasèt tep , Bray, oswa diskèt konpitè). Pou materyèl nan yon lòt fòma, yon entèprèt an siy pou soud oswa nenpòt lòt akomodasyon, tanpri kontakte Maud Lizano nan (786) 469-5478. Kliyan yo ki sèvi ak TDD, tanpri rele sèvis Florida Relay Services nan 1 (800) 955-8771 omwen (5) senk jou davans. Partout fuir la misère !Dénominateur commun : la misère, la famine. C’est la motivation première d’un côté comme de l’autre. Tout plutôt que de revenir dans ce pays maudit. Et que tout le monde ne pense qu’à fuir. Les dents des requins versus celles de la misère haïtienne. Mieux vaut même (MISERE... suite de la page 4) l’exploitation chez nos voisins dominicains, et tant pis si ces derniers nous méprisent, plutôt que de mourir et de voir impuissant ses enfants mourir aussi sous vos yeux. De plus face à un système, c’est-à-dire un Etat et une société, totalement indifférent. C’est aussi la signification de ce méchant reportage sur Haïti repris plusieurs fois ces jours derniers par TV5 et qui fâche un grand nombre de nos compatriotes en diaspora. Jusqu’à la loyauté politique qui ne fait pas exception à la règle. Le charisme, le populisme qui font tellement recette chez nous, qu’y a-t-il en-dessous ? Devant l’impossibilité de satisfaire les demandes légitimes de la population déshéritée, de remédier aux problèmes de fond (le chômage et la misère), les leaders qui s’imposent sont ceux qui arrivent à se montrer le plus sensibles à ces maux. Le faire remplacé par le faire semblant. Même à son cœur défendant. Ce que Aristide réussit plus que bien. Ce qui fait défaut au président Préval. Et ce n’est pas de la démagogie. C’est plutôt une question de pédagogie ! Et puis quelle alternative vous reste-il si on est un humain dans toute l’acception du terme, sinon l’envie de s’enfuir en hurlant d’une ville aussi affreuse, sale et méchante. Et quand surtout c’est l’Etat lui-même qui s’emploie à tout déconstruire ! Haïti en Marche, 28 Février 2009Les Haïtiens manifestent contre la déportation de leurs compatriotes vivant aux Etats-Unis Plusieurs centaines d’Haïtiens ont participé samedi en Floride à une marche de protestation contre aucun recours judiciairede plus de 30.000 haïtiens. Une décision à laquelle s’oppose fermement le gouvernement Préval/Pierre-Louis. L’ambassadeur d’Haïti à Washington, Raymond Joseph, a annoncé la semaine dernière que les services consulaires du pays en territoire américain n’étaient pas autorisés à fournir des passeports ou feuilles de route aux compatriotes sur le point d’être déportés. Le diplomate avait invoqué l’incapacité d’Haïti à accueillir des milliers de sans-papiers après le passage dévastateur, en été 2008, de quatre cyclones à l’origine d’importantes pertes humaines, matérielles et économiques. L’administration Obama, arrivée depuis un peu plus d’un mois à la Maison Blanche, ne s’est pas encore officiellement exprimée sur cet épineux dossier. le comté de Broward, près de Miami. Les protestataires ont réclamé de la nouvelle administration démocrate l’attribution aux sans-papiers du statut de protection temporaire (TPS), mettant l’accent sur la grave situation économique et sociale à laquelle fait face leur pays, Haïti. Selon les organisateurs de la marche, environ 600 haïtiens sont actuellement détenus en Floride dans des centres des services d’immigration. Une fois qu’ils seront en possession des documents de voyage nécessaires, ils devront quitter les Etats-Unis. Présente lors de ce rassemblement, une chanteuse haïtianoaméricaine, Melky Jean, a entonné des chansons avant de s’adresser au premier Président noir américain. « Nous sommes ici pour demander à (Barack) Obama de stopper les déportations », ala décision des autorités migratoires américaines de déporter plus de 30.000 compatriotes vivant aux EtatsUnis en situation irrégulière, rapportent la presse américaine et l’AFP. La manifestation s’est déroulée en face d’un centre de détention temporaire des illégaux situé dans t-elle martelé, ajoutant « nous, les haïtiens, nous t’aimons, nous t’avons voté parce que nous croyons en toi et nous sommes avec toi ». Les manifestants brandissaient des pancartes portant les inscriptions « mettez fin aux déportations » et « un TPS pour Haïti ». Un ordre de déportation émis sous l’ancien Président républicain George W. Bush, après un moratoire de plusieurs mois, prévoit l’expulsion -sans Haïti-Politique : 5 ans après la chute d’Aristidesouhaitaient pas en arriver là, mais que l’attitude de Préval et du CEP les y ont contraint. Plus de repos, préviennent-ils, tout en pointant du doigt des têtes du secteur, comme l’ancien premier ministre d’Aristide, Yvon Neptune, qualifié de « traitre ». peut profiter à d’autres secteurs qui ont ainsi un intérêt à « alimenter la division », dans un contexte de montée de tension à cause de la conjoncture électorale. Cette évolution politique peut avoir de lourdes conséquences sur l’économie, dont on craint une baisse du taux de croissance. Il pourrait être impossible de maintenir l’objectif de 4% de croissance, selon l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI). Haïti a connu, en 2008, un taux de croissance de 1.3% très en-deçà des prévisions du début de l’exercice et en-dessous du taux d’accroissement annuel de la population. Les dégâts causés par la série des ouragans qui ont frappé le pays en août et septembre 2008 sont à la base de cette décélération de croissance, sans compter les effets de la crise financière internationale. Dans ce contexte, même si on assiste à une amélioration de la sécurité alimentaire durant ce premier trimestre de l’année, la situation risque de s’aggraver au cours du second trimestre, selon l’agronome Gary Mathieu, coordonnateur de la Coordination Nationale pour la Sécurité Alimentaire (CNSA). Actuellement, précise-t-il, 3 millions de personnes souffrent de l’insécurité alimentaire dans le pays, ce qui représente une réduction de 10 pour cent par rapport à l’année précédente. Selon l’agronome, ce chiffre pourrait augmenter à 3.1 millions prochainement, en raison non seulement de faiblesses de la production agricole, mais aussi d’une situation politique tendue. Au moment où le budget national pour cette année fiscale (octobre 2008-septembre 2009) est encore à l’étude, Mathieu estime que les programmes d’intervention urgente mis en place suite aux situations difficiles connues par le pays en 2008 sont nettement insuffisants. Gotson Pierre [AlterPresse Haïti] branche du parti Famille Lavalas, face à une autre conduite par Dr Maryse Narcisse, qui déclare avoir l’aval de Jean-Bertrand Aristide. La division au sein du parti a été mise en évidence lorsque chaque branche a inscrit sa propre liste de candidats aux prochaines sénatoriales. Neptune avait alors en substance plaidé en faveur de la responsabilisation des acteurs lavalas qui ont géré sur le terrain la difficile situation créée après la chute et le départ d’Aristide. La division au sein du secteur lavalas est motivée par « la recherche du pouvoir personnel », estime l’essayiste et militante politique Myrtha Gilbert. Selon elle, l’absence d’Aristide d’Haïti depuis cinq ans suscite la volonté de quelques membres de ce mouvement d’en prendre la direction. Myrtha Gilbert souligne en même temps que la fragmentation de Famille Lavalas (LAVALAS... suite de la page 4) Neptune est perçue comme dirigeant d’une La Star internationale Wyclef Jean interviewé pendant la manifestation de Miami par la grande chaine Foxnews (photo Francesca Guerrier) La chanteuse haïtiano-américaine Melky Jean s’adressant directement au président Barack Obama sollicitant le TPS pour ses compatriotes menacés de déportationL’EVENEMENT

PAGE 7

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 7 LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDA Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm . Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge , from our Website under Solicitations Online Ž. Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to change. Interested parties may also visit or call: Miami-Dade County Department of Procurement Management Vendor Assistance Unit 111 NW 1st Street, 13th floor, Miami, FL 33128 Phone Number: 305-375-5773 There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service. These solicitations are subject to the Cone of SilenceŽ in accordance with County Ordinance No. 98-106. Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring vendor affidavits only once … at the time of vendor registration. Starting June 1, 2008 , vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-line from the DPM website. charbon. Au début, on a arrêté beaucoup de gens”, confie l’officier Djidi Toulaye. Interdiction d’entrée pour le charbon et le “bois vert”, mais le “bois sec” est autorisé. Hassan Toufdy, dans un pick-up chargé à ras bord de bois ramassé à 90 km de N’Djamena, assure que sa cargaison “achetée à 50.000 francs CFA (76 euros)” sera vendue trois fois plus cher. Comment contrôler que le bois mort n’est pas un bois vert coupé et séché? Pas de réponse. La situation est quelque peu ubuesque. Près du poste de contrôle à Chagwa, où se vendait jadis le charbon, la vente de bois même sec est totalement interdite et le marché a été brûlé. Depuis, une soixantaine de marchands attendent “une solution”, à l’instar d’Abderraman Gassra: “Nous avons perdu environ 60 millions de FCFA” (10.000 euros) de stocks, “nous n’avons plus de travail, plus de quoi vivre”. Pour Mahamat Hissène, ministre de la Communication, il fallait prendre des mesures d’urgence. “N’Djamena et ses environs se transforment en désert. Il faut sauver les forêts. J’ai planté des eucalyptus à Walia dans les années 1970, aujourd’hui c’est nu. De N’Djamema à Massaguet (80 km), il n’y a plus rien”.Les autorités interdisent la coupe des arbres(Sud-Est) et de l’Asile (Nippes), par exemple, aurait été ramené à des niveaux comparables à ceux d’avant septembre 2008". D’autre part “la remise en état progressive des infrastructures d’irrigation, qui avaient été détruites par les inondations, et la disponibilité d’intrants et de fertilisants, ont contribué à relancer la production agricole, particulièrement dans les zones irriguées du Bas Artibonite et de la plaine des Cayes” (Sud). Afin que la situation et les prévisions actuellesSécurité alimentaire :Relance de l’agriculture et protection de l’environnement(... suite de la page 2) ne s’aggravent, la Cnsa présente une liste de recommandations à l’adresse du gouvernement, de la société civile et des agences et organisations internationales présentes en Haïti. “Ces recommandations (...) portent sur la relance de l’agriculture et la protection de l’environnement, l’infrastructure routière, l’eau et l’assainissement, la santé et la nutrition, la poursuite des programmes d’urgence en cours et le renforcement des programmes de réduction de la vulnérabilité du pays”. La Cnsa privilégie l’approche Haute intensité de main d’oeuvre (Himo) comme “stratégie de mise en oeuvre des programmes d’agriculture et d’environnement, d’infrastructure et d’eau et assainissement” afin d’éviter une nouvelle crise”. Elle “préconise “un meilleur ciblage des groupes et des zones vulnérables, une meilleure synergie entre actions des partenaires et une bonne coordination (...) pour assurer l’efficacité et l’efficience des programmes”. La Cnsa rappelle le caractère structurel de l’insécurité alimentaire en Haïti, et le fait qu’une grande majorité des communes affronte une insécurité alimentaire modérée. Deby Itno avait exhorté les Tchadiens à des efforts lors de la dernière saison des pluies (juilletaoût), en vain jusqu’à décembre, poussant les autorités à “taper du poing sur la table”. Pour accompagner l’interdiction, le gouvernement subventionne l’utilisation “des bouteilles de gaz de 3 et 6 kg à hauteur de 50%”, ditil. Le gaz revient aujourd’hui entre 30% et 50% moins cher le bois ou le charbon, mais les “petits revenus n’en ont pas les moyens”, souligne Brigitte Topinanty Dionadji. Ils “achetaient des petits tas demande. De longues queues se forment devant les points de vente. “Je vends 400 bouteilles par jour mais je pourrais en vendre 1.000 si je les avais”, explique “1,5 million de personnes habitent N’Djamena. Tous ces gens ont comme habitude de manger en consommant beaucoup de charbon”, souligne le ministre, précisant que le président tchadien Idriss (CHARBON... suite de la page 2) Mahamat Malik, revendeur. M. Hissène assure: “Nous sommes au courant de ces problèmes. Nous avons signé un contrat avec un importateur nigérian pour augmenter l’offre. On règle les problèmes petit à petit. Mais l’interdiction du charbon est inévitable, sinon ce sera le désert”. de 50 ou 100 FCFA de charbon pour chaque repas. Ils vivent au jour le jour. Comment voulez-vous qu’ils paient la caution d’une bouteille et le gaz pour plusieurs jours?”. La pénurie de bois a, en plus, provoqué celle du gaz. Le marché n’était pas prêt à recevoir une telle Aide étrangère : Ottawa resserre sa liste mais Haïti reste privilégiéeLe gouvernement canadien restreint ses programmes d’aide bilatérale à une vingtaine de pays ou régions du monde. Le gouvernement conservateur de Stephen Harper affirme vouloir ainsi rendre l’aide du Canada plus efficace aux pays dans le besoin. Les programmes d’aide bilatérale représentent un peu plus de la moitié de l’aide canadienne aux pays étrangers, soit près de 1,5 milliard de dollars. Selon le nouveau plan annoncé lundi par Ottawa, ces 20 pays se partageront environ 80 % de cette somme. Parmi les pays et les régions sur lesquels Ottawa entend désormais concentrer son aide, on compte l’Afghanistan, la Colombie, Haïti, le Pérou, le Soudan, la bande de Gaza, la Cisjordanie et les Caraïbes. L’Afrique écope L’Afrique, elle, sort grande perdante de ce remaniement de l’aide internationale canadienne. Sur la liste des pays présentée lundi par la ministre de la Coopération internationale, Bev Oda, le nombre d’États africains qui recevront de l’aide canadienne passe de 14 à 7. Or, l’Afrique est de loin le continent où l’on retrouve le plus de pays pauvres, de guerres, d’épidémies et de famines. Selon la ministre Oda, son gouvernement a décidé de concentrer ses efforts, car l’aide canadienne était auparavant saupoudrée dans un trop grand nombre de pays pour être vraiment efficace. Selon la ministre Oda, l’Afrique n’est pas en reste, car elle reçoit la plus importante partie de la contribution canadienne au Programme alimentaire mondial (PAM). L’ancienne liste du gouvernement libéral de Paul Martin comprenait plus de 25 pays. La nouvelle liste des conservateurs n’inclut désormais plus le Rwanda, le Cameroun, le Burkina Faso, le Kenya, le Sri Lanka, le Cambodge, le Nicaragua et la Guyane. Bev Oda a également ajouté que les pays dans (CANADA-AIDE / p. 9)ENVIRONNEMENTLa coupe des arbres aussi répandue au Tchad qu’en Haïti

PAGE 8

Page 8 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 L’HISTOIRE AU PRESENTLa caricature suggère que le plan de l’administration Obama pour relancer l’économie américaine aurait été préparé par un singe. On y voit un policier qui vient d’abattre un singe et qui dit à son collègue : « Ils vont devoir trouver quelqu’un d’autre pour rédiger le prochain plan de relance. » Le dessin fait référence à un chimpanzé échappé d’un zoo et qui avait été tué la veille dans le Connecticut (nord-est) après avoir gravement blessé une femme.Obama-Haïti : Histoire de singe !(... suite de la 1ère page) si l’on peut dire, le plus populaire en France du fait que son pouvoir a coïncidé avec celui de Louis Napoléon Bonaparte communément appelé le Second empire (1852-1870). Et que les adversaires de ce dernier, pour ne pas encourir son courroux, se sont amusés à ridiculiser son homologue haïtien.Les « soulouqueries » …Qui ne connaît cette caricature frappée de la légende : « Du haut de ces cocotiers, cinquante macaques vous contemplent », paraphrasant la célèbre phrase prêtée à Napoléon 1er pendant la campagne d’Egypte qui fut plutôt une promenade de tout une magnificence sans égale, provoqua à l’adresse de Soulouque les plaisanteries cruelles de la presse française libérale mais qui s’en servait, au second degré, pour dénoncer « les dépenses inutiles et de mauvais goût » que Louis Napoléon et son épouse, l’impératrice Eugénie, faisait à Versailles. En même temps que l’empereur français réagissait en interdisant l’utilisation du mot « soulouquerie » dans son royaume. En Haïti, l’opposition à Soulouque ne manqua pas d’en profiter. Utilisant les canards français pour taper sur l’homme fort du jour. Comme l’habitude nous en est restée. Le moindre article d’un correspondant français est considéré par nos confrères de Port-auPrince comme parole d’évangile.« Serpents à sornettes » ! …Le premier historien haïtien à le relever fut Dantès Bellegarde dans La Nation haïtienne (1938), se plaignant « de ce que la réputation de Soulouque ait souffert des actions illégitimes de Louis Napoléon. Le personnage de Soulouque était exagérément diffamé quand les Français ont fait de lui le truchement de leur mépris pour leur propre empereur. » L’historien haïtien poursuit : « La haine de Napoléon le Petit comme écrit avec mépris Victor Hugo dans les Châtiments (par comparaison avec l’oncle du souverain, Napoléon le Grand), contribua dans une large mesure à faire au chef d’Etat haïtien sa triste réputation de souverain ridicule et sanguinaire. » La caricature du New York Post a disparu sous les applaudissements chaleureux qui ont accompagné le discours du président Barack Obama le mardi 24 février dernier devant les deux chambres du Congrès de Washington où même les parlementaires républicains ont participé plus d’une fois au « standing ovation » (applaudir debout). Le journal du magnat de la presse, Rupert Murdoch, a tant bien que mal tenté de défendre son œuvre, expliquant qu’il ne s’agit que « d’une parodie d’actualité de l’abattage d’un chimpanzé violent dans le Connecticut. » Dans ce cas, qu’est-ce que le plan de relance est venu chercher là-dedans ? Comme note Al Sharpton, « est-ce que la vignette sur le plan insinue qu’il a été rédigé par un singe ? » Evidemment, le président Obama est trop « busy » pour avoir du temps pour de pareils « serpents à sornettes » ! Mais comme c’est un homme de culture, nous lui recommandons à lui aussi la lecture de ces bonnes pages sur l’histoire d’Haïti. Il n’y a pas de quoi fouetter un chat … ni d’ouvrir un nouveau « procès de singe. » Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince Il est vrai que notre Faustin 1er ne craignait pas le ridicule. Après s’être couronné lui-même comme Napoléon 1er, il s’entoura d’une cour de princes et princesses, ducs, comtes, marquis et marquises en crinoline etc. auxquels il ne manquait pas un seul bouton de guêtre.Qui singe qui ? …Mais c’est à essayer de deviner qui singe qui ? L’Internet abonde de citations et d’articles sur cette époque : « Gustave d’Alaux (nom de plume d’un consul de France en Haïti pendant le règne de Soulouque) écrivit L’empereur Soulouque et son empire dont une partie a été publiée sous forme d’articles dans la Revue des deux-mondes en 18501851 puis 1856. Il prétendait vouloir introduire ses lecteurs dans une contrée où cohabitent « les journaux et les sorciers ».presque familière …Barack Obama est le premier noir élu président des Etats-Unis. Le révérend Al Sharpton, militant des droits de l’homme et président de l’association « Réseau national d’action », a protesté énergiquement. Il écrit dans un communiqué : « La caricature publiée dans le New York Post pose problème parce que dans l’histoire des attaques racistes contre les Noirs américains, ils ont souvent été comparés à des singes. » Pour nous Haïtiens c’est une histoire presque familière. On connaît le fameux portrait de Toussaint Louverture l’affublant d’un groin simiesque et le surnom de « magot coiffé de linge » qui lui fut donné par les jeunes officiers de la cour du général français Marie Théodore Joseph de Hédouville, héros de Valmy, avant que Toussaint ne fit arrêter et expédier ce dernier en France. Mais le clou ce fut le règne de Faustin Soulouque, probablement le dirigeant haïtien qui a été, cinquante siècles vous contemplent. » Même Victor Hugo qui dans son fameux pamphlet « Napoléon le Petit », ne manque pas de dénoncer les « soulouqueries » de l’empereur français. Ce dernier néologisme est une création de la presse française de l’époque qui s’en est donnée réellement à cœur joie. L’écrivain franco-américain Léon François Hoffman a consacré un petit ouvrage savoureux à ce moment unique de l’histoire francohaïtienne.Pour nous Haïtiens une histoirerepos : « Soldats français, du haut de ces pyramides Le couronnement de Faustin 1er, célébré avec L’empereur Faustin Soulouque et la reine Adelina Napoléon le Petit, comme Victor Hugo avait caractérisé l’empereur, neveu de Napoléon 1er

PAGE 9

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 9L’HISTOIRE AU PRESENTLa France toujours empêtrée dans sa décolonisationconquérir ou à consolider que de lutte pour l’indépendance.Cacao et guerre civile …Cela nous rappelle la situation en Côte d’Ivoire lors de la très grave crise politique qui a secoué cette ex-colonie française d’Afrique occidentale après un coup d’état en 2002 sous le signe de l’« ivoirité » (DECOLONISATION... suite de la 1ère page) accusée de soutenir la rébellion. Au point que la France a dû organiser une rapide évacuation de ses ressortissants tandis que des affrontements avaient lieu peu après entre des brigades civiles pro-gouvernementales et le contingent français basé en Côte d’Ivoire depuis l’indépendance de ce territoire en 1960, dont le premier président, Félix Houphouet-Boigny, était si fier de présenter son pays comme le joyau des ex-colonies françaises d’Afrique. En effet, quoi de plus français que la Martinique et surtout le Martiniquais ? Il n’y a pas d’exemple semblable chez les autres ex-empires coloniaux (Angleterre, Espagne, Portugal), en dehors du Zimbabwe du président Robert Mugabe en conflit avec les anciens colons britanniques chassés par la réforme agraire. car elle reste présente ! C’est une réflexion que nous avons entendu tout au long de notre histoire à nous Haïtiens en référence au système linguistique, religieux, sociétal et culturel hérité de l’ancien colonisateur. Tandis que dans les Antilles françaises, ce système a un visage, les « békés » ou descendants directs des anciens colons, fiers de leur absence de toute mixité, bref d’avoir conservé le sang pur. Pour paraphraser un personnage du film « Indochine », ce sont les résidus de l’empire ! Imaginer que Dessalines n’eut pas massacré tous les Français. Premier signe particulier, c’est là où la politique française post-coloniale paraissait avoir le mieux réussi qu’elle est remise aujourd’hui en question. sécession, évacuation des Français. Les jeunes partisans du président démocratiquement élu Laurent Gbagbo retournèrent (ou la Côte d’Ivoire aux Ivoiriens): guerre civile, Membres du Club Massiac: ce dessin montre les colons propriétaires furieux contre le décret d’abolition de l’esclavage dans la colonie de Saint-Domingue en 1794 leur colère contre la large communauté française Premier producteur mondial de cacao. « Comment le cacao a alimenté le conflit en Côte d’Ivoire », tel est le titre d’un rapport de l’organisation Global Witness (juin 2007).Les résidus de l’empire ! …Manifestation le 23 février dernier à Pointe à Pitre (DECOLONISATION / p. 10) Ce qui fait dire à un observateur haïtien : C’est au fond la France qui a le mieux réussi la décolonisation Vous me direz : qu’y a-t-il de changé ? le besoin peuvent néanmoins recevoir de l’aide canadienne, même s’ils ne sont pas inscrits sur la liste, car l’aide bilatérale ne représente que la moitié des 3 milliards de dollars que le Canada consacre chaque année en aide internationale. Dans les faits, 53 % de l’aide canadienne globale est destinée aux programmes d’aide bilatérale tandis que les 47 % restants sont destinés à des organisations internationales comme le Programme alimentaire mondial des Nations unies ou aux pays frappés par des crises ou des catastrophes naturelles. Le Canada limite à 20 le nombre des pays ou régions qui recevront son aide Le gouvernement libéral de Paul Martin s’était engagé en 2005 à restreindre l’aide étrangère à 25 pays, mais l’actuelle ministre de la Coopération internationale dans le gouvernement de Stephen Harper, Bev Oda, a déclaré n’avoir constaté aucun changement effectif. Bien que l’Afrique soit, de loin, le continent le plus pauvre du monde, le premier ministre Harper a déjà dit vouloir concentrer une plus grande part de l’aide canadienne dans des régions géographiquement voisines. Quatorze pays africains figuraient sur la liste produite par les libéraux. Seulement sept pays africains apparaissent sur la nouvelle liste. Selon les conservateurs, l’aide canadienne était saupoudrée entre de trop nombreux pays, ce qui la rendait inefficace. Elle n’était pas suffisamment concentrée, a déclaré la ministre Oda. La ministre a dit que même s’ils ne sont pas sur la liste, les pays peuvent recevoir de l’aide, puisque les programmes d’aide bilatérale ne représentent qu’un peu plus de la moitié de l’aide étrangère globale versée par le Canada, soit 53 pour cent, ou environ 1,5 milliard $. En vertu du plan annoncé lundi, 20 pays ou régions recevront 80 pour cent de cette somme. L’autre moitié de l’aide canadienne va à des organisations internationales comme le Programme alimentaire mondial des Nations unies, et aux pays aux prises avec des crises soudaines comme des catastrophes naturelles. Ces contributions se poursuivront. Mme Oda a déclaré que l’Afrique reçoit la plus grande part des dons du Canada au Programme alimentaire mondial, et que l’aide canadienne à ce continent a considérablement augmenté ces dernières années. Une douzaine de pays qui se trouvaient sur la liste libérale ont disparu de la nouvelle liste, dont leAide étrangère : Ottawa resserre sa liste mais Haïti reste privilégiée(... suite de la page 7) Rwanda, le Cameroun, le Burkina Faso et le Kenya, ainsi que le Sri Lanka, le Cambodge, le Nicaragua et Guyana. Ont été ajoutés à la liste des bénéficiaires privilégiés de l’aide canadienne l’Afghanistan, la Colombie, Haïti, le Pérou, le Soudan, la bande de Gaza/ Cisjordanie et les Caraïbes. Un porte-parole de la ministre Oda a précisé qu’aucune somme d’argent ne sera versée directement au gouvernement du Soudan, qui est accusé de complicité de génocide. Les fonds seront traités par des travailleurs humanitaires canadiens ou étrangers.

PAGE 10

Page 10 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 La France toujours empêtrée dans sa décolonisationJoséphine Bonaparte, une native des Antilles, a fait pression sur Napoléon pour organiser l’expédition Leclerc qui devait rétablir l’esclavage à Saint-Domingue L’Histoire nous apprend que des anciens affranchis avaient conservé, et jusqu’au milieu du siècle dernier, une mentalité de « béké. » Qui sait même si ce ne sont pas les affranchis ou anciens libres qui avaient poussé la main à l’Empereur, ses principaux conseillers étaient en effet des hommes de couleur. (... suite de la page 9) Tandis que le « béké » (si nous continuons cette comparaison avec des faits de notre histoire nationale) aurait appartenu au Club Massiac, association qui fut fondée par les grands colons propriétaires de Saint-Domingue pour empêcher l’application du décret d’abolition de l’esclavage dans cette colonie (1794) et non 1848, soit près d’un demisiècle plus tard, mais cette dernière date universellement devrait donc autant concerner les uns que les autres. Un peu à l’image de la campagne « sangs mêlés » qui a mené un Barack Obama à la Maison blanche. Les grands médias qui faute d’idées procèdent souvent par comparaison quelque futile soit-elle, avaient tôt fait de rapprocher la levée de boucliers en Guadeloupe de l’élection du premier noir à la présidence moins ! Mais TV5 a pris la route inverse, elle a repris un reportage sur Haïti qui décrit ce pays comme le plus grand cauchemar vivant. Selon des compatriotes captés sur l’Internet, c’est la réponse de Paris aux grévistes de Guadeloupe. Voilà ce qui vous attend ! Haïti en Marche, 27 février 2009 célébrée parce que se rapportant à l’abolition décrétée par les métropoles européennes elles-mêmes et non conquise par les armes comme dans l’exSaint-Domingue devenue notre Haïti. Le « béké » descend encore si vous voulez de la première épouse de Napoléon Bonaparte, la créole Joséphine, dont on sait que son influence fut grande pour amener son mari à organiser l’expédition Leclerc qui devait rétablir l’esclavage dans ces îles du sucre et aussi du chocolat (si apprécié par Louis XIV), en premier lieu bien sûr « la perle des Antilles. »Une victime de l’économie globale …d’eau a coulé sous les ponts et le « béké » aujourd’hui ne mérite pas tant les accusations évoquées parce qu’il est lui aussi une victime de l’économie globale. Hier si fier de sa plantation de banane, aujourd’hui même la France en importe principalement d’Afrique et de l’Amérique latine sous le contrôle vigilant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), régulatrice des nouveaux accords commerciaux. La Guadeloupe, paradis touristique oui mais ... La créole Joséphine …Mais beaucoup La lutte menée en Guadeloupe et Martinique des Etats-Unis. Comme quoi : qui peut le plus, peut leTENSION DANS LES DOM.Sur un effectif de 702 policiers que comprend la 20e promotion , 86 policières (photo Georges Dupé) Le Directeur Général Mario Andrésol entouré du corps des instructeurs qui ont préparé la nouvelle promotion (Georges Dupé)Sécurité : 700 nouveaux policiers dans les rangs de la PNHP-au-P, 27 févr. 09 [AlterPresse] — Sept cent deux (702) nouveaux policiers sont sortis, ce 27 février 2009, de l’académie de Police nationale d’Haïti (Pnh) pour augmenter l’effectif de l’institution policière. La cérémonie de graduation de ces nouveaux de « protéger et servir » la population, le premier ministre Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis a mis l’accent sur l’aspect civique de leur mission. « Protéger c’est-à-dire défendre contre les injustices, connaître la loi pour l’appliquer, protéger C’est pour la première fois qu’une promotion de police compte autant de femmes. C’est un événement», a déclaré Mario Andrésol, directeur général de la police, à la cérémonie de graduation. organisations féministes mais la question de genre est entrée en ligne de compte dans la formation de cette promotion», a-t-il ajouté. Le chef de la PNH demande aux nouveaux policiers d’appliquer la devise « protéger et servir » en agissant avec lucidité et sang-froid. Mario Andrésol exige des policiers de garder le prestige et de faire en sorte qu’ils soient respectés comme tout autre policier de n’importe quel pays. Il affirme que sans la sécurité la liberté, la fraternité, l’égalité sont hypothétiques. Selon Mario Andrésol, la police haïtienne remplit sa mission malgré sa jeunesse et sa taille. La cérémonie a eu lieu en présence de diverses personnalités nationales et internationales. les vies, les biens, l’environnement, les femmes, les enfants, avoir de la compassion pour ceux qui souffrent, protéger les corps contre les coups de bâton, contre la torture inutile, protéger veut aussi dire respecter », explique Michèle Pierre-Louis. Servir, poursuit le premier ministre, c’est « être au service des plus vulnérables, être disponible de cœur et d’esprit, être à l’écoute, anticiper les problèmes et réagir vite pour les solutionne ». « La situation sécuritaire du pays s’est beaucoup améliorée. Mais il reste encore beaucoup à faire pour combattre le crime, le viol, le trafic de drogue, le banditisme … », a reconnu le chef du gouvernement. Michèle Duvivier Pierre-Louis assure que le gouvernement est conscient que « la lutte contre l’insécurité passe également par l’amélioration des conditions de vie de la population ». HPN, Par Witzer Cinéus « Dans 4 mois et quelques jours, la police nationale fêtera ses 14 ans. agents qui constituent la 20e promotion de la Pnh, s’est déroulée devant un parterre d’officiels du gouvernement et de diplomates étrangers. Ces 702 nouveaux membres de la Pnh, dont 86 jeunes filles, sont appelés à œuvrer avec professionnalisme à l’instauration d’un climat sécuritaire dans tout le pays. Cette promotion porte l’effectif de la Pnh à plus de 9.600 policiers et policières. Pendant sept mois, ces agents ont reçu des enseignements en sciences policières et en droit, selon le directeur de l’école de police haïtienne, Jean Miguélite Maximé, pour qui « être policier c’est plus qu’une profession, c’est un sacerdoce ». « Dans toutes nos actions, nous devons nous comporter comme de bons citoyens si nous voulons être de bons policiers », indique Jean Miguélite Maximé, exhortant les nouveaux policiers à rejeter l’arbitraire comme moyen de résolution des conflits. Rappelant aux nouveaux policiers leur mission «Ce n’est pas dans le but de plaire aux

PAGE 11

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 11 PETITES ANNONCES Due to personal problems selling little farms (1 acre) in Orlando area. Transfer $500.00 $85.00 monthly. total price $6,750.00 no credit necessary. Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria. our e-mail is Investa@bellsouth.netLAND FOR SALE BEL FOUCHET Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408 Le Manolo InnTéléphones : 566-5361 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 10 départements d’étudesLicence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones (509) 2246-1425 3555-1575 2513-3726 3767-1575 KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire ConsultantUne mission de Mercy Hospital de Floride en HaïtiUne mission de Mercy Hospital de Floride composée de Dr. Saidel Lainé, Médecin Anesthésiologiste Haïtien ; Dr. Salomon Imiak, Chef du Service d’Anesthésiologie; Sœur Edith Gonzalez, Vice Présidente d’Intégration de Mission; Madame Marie Kornestein, Directrice des Services Chirurgicaux est arrivée en Haïti le Dimanche 1er. Mars 2009 pour procéder le Lundi 2 Mars à la remise officielle en don au peuple haïtien de 15 Appareils d’Anesthesie d’une valeur marchande d’environ 280,000.00 US$. Ce don a été négocié en faveur des Hopitaux d’Haïti par ‘’S.O.S. HAITI DEVELOPMENT FOUNDATION” présidée par Dr. Saidel Lainé, ancien Président de l’Association Médicale Haïtienne, affiliée à Mercy Hospital depuis une dizaine d’années. Cette demande initiée depuis Octobre 2007 a obtenu, dès le départ, le support zélé et inconditionnel du Dr. Salomon Imiak, Chef du Service d’Anesthesiologie. Durant les propos de circonstance du Docteur Saidel Lainé lors de l’inauguration du nouveau local de l’Association Médicale Haïtienne en Avril 2008, il avait annoncé la possibilité pour lui d’obtenir ces Appareils et sa volonté de les acheminer par les canaux de l’AMH. Spontanément, la MSH (Management Sciences for Health), projet ‘’Sante DJam”, avait exprimé son désir de supporter ce projet et de financer le transport des Appareils. Un partenariat entre SOSHADEFDr. Lainé/AMH/MSH s’est développé et maintenu depuis lors jusqu’à ce stade, MSH apportant, en plus, tout le support logistique. Le partenariat privé institué, le Ministère de la Santé Publique y a été integer avec un enthousiasme encourageant. Les Appareils, en service régulier à Mercy Hospital, étaient progressivement remplacés par de nouveaux Appareils électroniques et récupérés par Dr. Saidel Lainé. La générosité de la Compagnie fournisseuse GE Health Care Datex/Ohmeda, productrice des Appareils, doit être notée de même que les services professionnels des Agences Haïti Messager et Chatelain Cargo. Deux séries de voyages d’un biotechnicien et d’un technicien en Anesthésie ont été effectuées pour remplacer les pièces endommagées durant le transport et pour un dernier contrôle et un calibrage des Appareils. L’arrivée de la Mission Mercy Hospital constitue la phase finale de ce projet dirigé par l’Association Médicale Haïtienne et coordonné avec MSH et MSPP. Les Hopitaux désignés par le partenariat pour bénéficier des Appareils sont: 1-Hôpital de l’Université d’Etat d’HaitiPortau-Prince 2-Hôpital Justinien – Cap Haïtien 3-Hôpital St. Michel Jacmel 4-Hôpital Immaculée Conception – Cayes 5-Hospital de Port Salut 6-Hôpital de Fort Liberté 7-Hôpital AEADMA – Dame Marie 8-Hôpital de Ouanaminthe 9-Hôpital Claire Heureuse – Marchand Dessalines 10-Hôpital de Carrefour 11-Centre Médical de BERACA 12-Hôpital de Jérémie Un Protocole d’Accord est signé entre les Instituitions partenaires (AMH, MSH, MSPP) et paraphé par le Dr. Saidel Lainé aux noms de MERCY HÔPITAL et SOS HAITI DEVELOPMENT FOUNDATION . La formation d’une commission de suivi est prévue en vue de s’assurer de l’utilisation effective et de l’entretien périodique de ces Appareils. La cérémonie a lieu à la salle du Conseil d’Administration de l’HUEH où tour à tour ont pris la parole: le Président de l’AMH, Dr. Claude Surena; le Représentant de l’USAID/MSH; le Docteur Saidel Lainé, introduisant la Mission; Dr. Salomon Imiak, Délégué de Mercy Hospital; un Representant des Récipiendaires; Dr. Hans Muller Thomas, Directeur Médical de l’HUEH; le Représentant du Ministre de la Santé Publique; le Dr. Saidel Lainé, remettant des plaques de remerciements; les Drs. Florence Guillaume (MSH), Claude Suréna (AMH) et Saidel Lainé remettant symboliquement les Appareils. Le consensus développé parmi les partenaires privés de ce projet AMH, MSH, SOSHADEF, MERCY HOSPITAL est de poursuivre la coopération de façon à pourvoir Haïti de services, d’équipments, de matériels et d’échanges médicaux bénéfiques à tous.

PAGE 12

Page 12 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 LIBRE PENSERassommant, direct : intéresser une ou deux personnes à un problème, agrandir un peu une organisation, mettre en oeuvre la prochaine initiative, connaître la frustration et finalement aboutir à quelque chose. C’est ainsi que le monde change. C’est ainsi que l’on se débarrasse de l’esclavage, c’est ainsi que l’on obtient le droit de vote, c’est ainsi que l’on obtient la protection sociale des travailleurs.» Noam Chomsky S’il est une notion à laquelle les responsables n’hésitent presque jamais à recourir dans les moments de difficultés c’est celle de la tolérance. Ils l’utilisent pour attaquer l’adversaire politique, pour montrer leur « taille démocratique », pour mesurer l’absence de volonté de travail d’un gouvernement. Même la « société traditionnelle » à laquelle on appelle maintenant « société civile », quoique maintenant en Haïti elle soit composée de « si viles gens », utilise la tolérance pour montrer l’incompétence des acteurs politiques. La leur, enfouie dans les tas d’immondices de la zone métropolitaine. Enfin, le mot « tolérance » est aussi utilisé pour inciter à combattre un mal ou un malaise social : la corruption, le kidnapping, la vie chère, la crise de valeurs, la crise financière, etc. On l’utilise alors, généralement suivi de la notion à bannir, et, pour montrer la détermination dans la consécution de l’objectif, on ajoute le zéro : « Tolérance zéro contre le kidnapping », « Tolérance zéro contre la corruption», « Tolérance zéro contre l’inéquité sociale ». Il faut aussi dire que nous ne sommes pas les seuls à l’utiliser. « Sarko », au nom de la sécurité et contre la violenceTolérance Zéro !urbaine ou la délinquance générale avait prôné et promis la « Tolérance Zéro ». ZP (nom de campagne du Président du Gouvernement Central de l’Espagne), exigeait lui aussi « Tolérance Zéro » contre la violence lors des grèves contre la vie chère et l’essence encore plus chère. D’autres dirigeants politiques ont fait usage de cette notion, dans les moments de crise. Et, je ne m’étonnerais pas de voir à notre « Super Obama » l’utiliser contre la crise financière : « Guerre à la crise », « Tolérance Zéro contre la crise ». Je dois cependant admettre que l’une des premières fois que j’ai entendu parler de façon agressive, de « Tolérance Zéro contre la criminalité et la corruption judiciaire », ce fut en Haïti, en 2002. Les résultats, vous les connaissez aussi bien que moi. À vrai dire chères amies lectrices, chers amis lecteurs, s’il est une guerre qui me tient à cœur, s’il y a une « intolérance » que j’aurais voulu voir assumer par l’ensemble de la société, il s’agirait sans nulle doute de l’intolérance contre la misère, de la lutte sans merci contre la « faim ». « Guerre à la faim ! », « Tolérance Zéro contre la faim ! » Il est vrai que chez nous c’est un mal chronique. Nul ne peut prétexter l’ignorance dans ce cas. Chez nous, la faim nourrit le désespoir d’une grande majorité d’Haïtiens. Certains sont poussés à l’exil. D’autres se lancent en mer, malgré les conseils, malgré les autorités américaines, malgré les dangers de la mer. Plus de 30.000 de ces aventuriers attendent d’être refoulés vers leur point de départ, qu’ils n’auraient jamais dû devoir laisser. De cette façon. Les galettes de boue auront longue vie en Haïti si nous ne prenons pas les choses en main. Sérieusement. muchos, consuelo de tontos » dit un proverbe espagnol. Mais, chez les autres, ils « s’entr’aident » ou ils se procurent les moyens de minimiser l’impact négatif de la misère. Ainsi, les Etats-Unis, le Brésil, pour ne citer que ceux-là, essaient de mettre en place des structures d’aide. Je viens d’apprendre près de 36,2 millions d’adultes et d’enfants, aux Etats-Unis, ont souffert de sous-alimentation en 2007. Près de 12,2% des citoyens des Etats-Unis n’ont pas les moyens financiers ou ne bénéficient pas d’une aide suffisante pour acheter la nourriture dont ils ont besoin. Plus de 11,9 millions d’entre eux ont véritablement souffert de la faim à un moment ou à un autre. Dans un tel contexte, les 100 millions, « na we yo nan cinema ». Au Brésil, le Gouvernement de « Lula l’Hyperactif » a mis sur pied une politique publique visant à l’éradication de la faim et de l’exclusion sociale. Il s’agit du programme « Faim Zéro » avec lequel il a mobilisé la société brésilienne dans son ensemble. Chez nous, l’absence d’initiatives en ce sens est criante. Enfin, chers amis, il ne faut jamais oublier que « ventre affamé n’a pas d’oreilles », si, en avril dernier, quelqu’un a su tirer un quelconque avantage des émeutes de la faim, se disant, cyniquement, que la fin justifie les moyens, mieux vaut se préparer à éviter que nous ne crevions tous … de faim, ou autrement car « la faim justifie les moyens » bien qu’on ait « rarement les moyens quand on a faim » (J. Sternberg). Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Mars 2009 « Si l’on veut que ça change dans le monde, il faut être là, jour après jour, à faire ce travail Enfin. Ce n’est pas seulement chez nous que cela se passe. Chez les autres aussi. « Mal de La crise économique et financière va-t-elle dégénérer en violentes explosions sociales ? En Europe, aux Etats-Unis ou au Japon, la guerre civile est-elle pour demain ? C’est le pronostic quelque peu affolant que dressent les experts du LEAP/Europe 2020, un groupe de réflexion européen, dans leur dernier bulletin daté de mi-février. Dans cette édition où il est question que la crise entre, au quatrième trimestre 2009, dans une phase de ‘dislocation géopolitique mondiale’, les experts prévoient un ‘sauve-qui-peut généralisé’ dans les pays frappés par la crise. Cette débandade se conclurait ensuite par des logiques d’affrontements, autrement dit, par des semi-guerres civiles. ‘Si votre pays ou région est une zone où circulent massivement des armes à feu (parmi les grands pays, seuls les Etats-Unis sont dans ce cas), indique le LEAP, alors le meilleur moyen de faire face à la dislocation est de quitter votre région, si cela est possible.’ Selon cette association, formée de contributeurs indépendants issus des milieux politiques et économiques et de professionnels européens de différents secteurs, les zones les plus dangereuses sont celles où le système de protection sociale est le plus faible. La crise serait ainsi à même de susciter de violentes révoltes populaires dont l’intensité serait aggravée par une libre circulation des armes à feu. L’Amérique latine, mais aussi les Etats-Unis sont les zones les plus à risques. ‘Il y a 200 millions d’armes à feu en circulation aux Etats-Unis, et la violence sociale s’est déjà manifestée via les gangs’, rappelle Franck Biancheri, à la tête de l’association. Les experts du LEAP décèlent d’ailleurs déjà des fuites de populations des Etats-Unis vers l’Europe, ‘où la dangerosité physique directe restera marginale’, selon eux. FAIRE DES RÉSERVES Au-delà de ces conflits armés, le LEAP alerte sur les risques de pénuries possibles d’énergie, de nourriture, d’eau, dans les régions dépendantes de l’extérieur pour leur approvisionnement et conseille de faire des réserves. Cette perspective apocalyptique pourrait faire sourire si ce groupe de réflexion n’avait, dès février 2006, prédit avec une exactitude troublante le déclenchement et l’enchaînement de la crise. Il y a trois ans, l’association décrivait ainsi la venue d’une ‘crise systémique mondiale’, initiée par une infection financière globale liée au surendettement américain, suivie de l’effondrement boursier, en particulier en Asie et aux Etats-Unis (de 50 % à 20 % en un an), puis de l’éclatement de l’ensemble des bulles immobilières mondiales au Royaume-Uni, en Espagne, en France et dans les pays émergents. Tout cela provoquant une récession en Europe et une ‘très Grande Dépression’ aux Etats-Unis.... lire la suite de l’article sur Le Monde.fr.Après la crise financière, la guerre civile ? Préparez-vous à ‘quitter votre région’...

PAGE 13

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 13 Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsFor computer access visit any Miami-Dade County Library or South Florida Workforce Career Center. For locations call 311.EOE/M/F/D/Veterans PreferenceDelivering Excellence Every Day Time to Shine! L’OMS s’inquiète d’une forme résistante aux traitements du paludismeL’apparition d’une forme de paludisme résistante aux nouveaux traitements à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge pourrait saper les efforts pour contrôler la maladie dans le monde, s’est inquiétée mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). “Les systèmes de surveillance et les études apportent de nouvelles preuves que des souches résistantes (au traitement basé sur) l’artémisinine sont apparus à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande où les travailleurs marchent des heures chaque jour pour nettoyer les forêts”, explique l’OMS dans un communiqué. “Le risque que (ces personnes, ndlr) puissent être atteintes d’une forme de paludisme résistante aux médicaments pourrait porter atteinte aux succès récents de contrôle de la maladie”, ajoute-t-elle. Les nouvelles thérapies basées sur P-au-P., 20 février. 09 [AlterPresse] —Une délégation composée d’élèves de l’école Boucle d’Art, âgés de 9 à 15 ans, se rendra, du 2 au 5 mars 2009, au siège des Nations Unies à New York, à un forum-débat portant sur les objectifs du millénaire. Accompagnés de leurs parents et professeurs, ces jeuns Haïtiens vont participer au projet Model United Nations (MMUN) en tant que membre de la communauté internationale des écoles Montessori. C’est pour la deuxième fois que l’école Boucle d’Art, utilisant la méthode Montessori, envoie une délégation au projet MMUN. Avec d’autres enfants provenant de pays siégeant aux Nations Unis, ces jeunes haïtiens vont se mettre dans la peau des ambassadeurs de leur pays afin de débattre sur des sujets de l’agenda international, indique la direction de Boucle d’Art. Cette expérience va leur offrir une chance de s’exprimer dans un cadre global, de faire entendre leur voix, de les conscientiser aux problèmes du monde et de les préparer ainsi à prendre un jour la relève de leurs aînés, précise la même source. Avant de s’adonner à l’exercice de simulation, les participants verront comment la Communauté Internationale traite les questions de paix et de sécurité, des droits humains, d’environnement, la question de l’alimentation et de la faim, du développement économique et de la mondialisation. Puis, ils auront à leur tour à débattre, trouver des solutions, négocier avec les alliés et adversaires afin de résoudre les conflits. De par l’enrichissement personnel qu’ils retireront de leur rencontre et échanges avec des enfants de culture différente, cette expérience leur permettra d’approfondir leur culture générale en histoire, géographie, en sciences économiques et social, précise la direction de Boucle d’Art.Jeunes haïtiens ambassadeurs au siège des Nations Unies AMERIQUE LATINETrois ex-otages racontent leur relation difficile avec Ingrid BetancourtTrois Américains otages des Farc pendant plus de cinq ans publient, près de huit mois après leur libération, un récit qui relate leurs relations souvent tendues avec leur ancienne compagne de détention, la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt. “Egoïsme, orgueil et arrogance”: c’est ainsi que les compagnons de captivité décrivent le comportement de la femme politique colombienne, enlevée en février 2002 par la guerilla. Dans ce livre intitulé “Hors de captivité, survivre 1.967 jours dans la jungle colombienne”, publié vendredi par HarperCollins, Marc Gonsalves, Tom Howes et Keith Stansell racontent leurs années de survie et leur libération par l’armée colombienne le 2 juillet dernier. Les trois hommes menaient une opération anti-drogue et étaient en train de photographier des zones contrôlées par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) lorsque leur avion s’est écrasé en février 2003. Ils ont alors été fait prisonniers. En 457 pages, le récit raconte les tensions entre otages et ravisseurs, les heures passées dans les campements des Farc et la spectaculaire opération de libération en hélicoptère de juillet 2008. Ingrid Betancourt y est présentée comme une femme capable d’imposer sa volonté non seulement à ses compagnons d’infortune, mais aussi à ses geôliers. Le premier contact avec elle fut glacial, assurent les Américains. “Elle n’avait pas l’air très diplomate”, raconte Gonsalves. Il cite Ingrid Betancourt disant à un guerillero: “Mettez les quelque part”. “Elle ne demandait rien, elle donnait un ordre”, affirme l’exotage. Les choses se sont compliquées lorsque Mme Betancourt “envoya des messages au (chef rebelle) Sombra en lui disant que nous étions des agents de la CIA et qu’elle voulait que nous soyions transférés ailleurs pour cette raison”, écrivent les auteurs. Mme Betancourt n’avait pas réagi jeudi à la publication du livre, malgré les nombreuses tentatives de l’AFP pour la contacter. Un autre moment de tension survint lorsque les otages durent remettre leurs radios à leurs ravisseurs. D’après le livre, l’ancienne candidate à la présidentielle colombienne réussit à garder la sienne en cachette, mais refusa par la suite de partager les informations qu’elle avait entendues. “Nous espérions qu’elle nous raconterait ce qu’elle avait entendu, notamment des messages de nos familles, mais elle n’en a rien fait”, assure M. Gonsalves. Dans d’autres passages du livre, les anciens prisonniers évoquent cependant une personne dotée d’une grande sensibilité. “Parfois elle n’était pas la personne que nous pensions. Parfois Ingrid était une personne beaucoup plus compliquée et multi-dimensionnelle que ce dont nous nous étions convaincus”, admettent les Américains. l’artémisinine sont considérées comme les plus efficaces pour traiter la maladie qui tue un million de personnes par an, selon l’ONU. “Si nous ne mettons pas un terme à cette situation”, cette forme de paludisme “pourrait se propager rapidement dans les pays voisins”, s’alarme l’assistant du directeur général de l’OMS, Hiroki Nakatani cité dans le communiqué. L’OMS a indiqué qu’elle avait reçu une aide de 22,5 millions de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates pour tenter de contenir cette nouvelle souche résistante du paludisme. La maladie qui se transmet par les moustiques menace potentiellement 3,3 milliards d’individus dans les zones à risque, soit la moitié de la population mondiale, selon l’ONU. Haïti-Bahamas-Téléphonie : Lancement officiel du programme de câble optique BHI La Teleco (Haïti) et la BTI (Bahamas) ont procédé vendredi au lancement officiel du programme de câble optique « Bahamas Haïti International » (BHI), un système visant à améliorer la télécommunication en Haïti. Le lancement de BHI a eu lieu vendredi 28 février en présence du directeur général de la Teleco, Michel Présumé, et le représentant de la compagnie bahaméene BTI. Selon les deux parties contractantes, BHI vient améliorer le système de télécommunication au niveau des services fournis sur l’Internet et de la téléphonie en général.Il s’agit d’un contrat signé entre ces deux compagnies de téléphonie où 65% des entrées seront destinées à BTI et les autres 35% à la Teleco. Les bénéfices seront répartis en raison du financement majoritairement fourni par la compagnie bahaméene pour la mise en place du système.Précisons que ce programme, dont le coût est de 6 millions de dollars américains, a démarré en 2004 et est devenu effectif en 2006. Ce vendredi a eu lieu le lancement officiel.« La Teleco sera la source de distribution, c’est-à-dire que toutes les autres compagnies de téléphonie, en l’occurrence Digicel, Voilà et Haitel devront passer par elle pour accéder au système de câble optique », a expliqué le numéro 1 de la Teleco, ajoutant que BHI leur offrira une meilleure qualité sonore et visuelle à un meilleur prix. Plus loin, Michel Présumé a indiqué que ce nouveau programme contribuera à réduire également les taxes prélevées sur les consommateurs et à augmenter les revenus du trésor public.« Tous les secteurs pourront en tirer leur part de bénéfice comme par exemple l’université, l’hôpital et autres », a-t-il aussi signalé, annonçant qu’Haïti aura un prix préférentiel par rapport aux autres régions de la Caraïbes voire de l’Amérique. Les kidnappeurs ont fait bonne recette pendant les 3 jours gras Port-au-Prince, le 25 février.-Alors que toutes les ressources humaines et matérielles étaient mobilisées au Champ de Mars, les kidnappeurs de leur côté en ont profité pour faire bonne recette. Plusieurs cas d’enlèvement ont été enregistrés pendant la période carnavalesque du 22 au 24 février. Un homme d’une quarantaine d’années a été enlevé à Santo 11 le 22 février. Plusieurs cas ont été signalés le 23 février. Plusieurs suspects avaient été interpellés suite à un enlèvement au centre ville. La victime qui sortait des festivités carnavalesques, n’a pas été retrouvée en dépit d’une mobilisation des policiers du sous-commissariat de Lasaline. L’enlèvement d’une mère et de sa fille allait être signalé quelques minutes plus tard, toujours au centre ville de Port-au-Prince au cours de la même soirée. Le 24 février, deux hommes et une fillette de (KIDNAPPING / p. 14)ACTUALITES DERNIERES

PAGE 14

Page 14 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable LES JEUX En Bref...(... suite de la page 2) trois ans, tous d’une même famille, ont été enlevés vers 9 heures du soir. Les otages ont été attaqués à leur sortie d’une résidence à Delmas 41 par trois individus armés et emmenés à bord de leur propre véhicule, une Toyota Prado de couleur beige. Environ une heure plus tard le véhicule allait être pris en chasse par une patrouille de police dans la zone de la rue Barbancourt, à Delmas. La police et lesLes kidnappeurs ont fait bonne recette pendant les 3 jours grasravisseurs échangèrent des tirs pendant plusieurs secondes. Les ravisseurs prirent ensuite la fuite à pied abandonnant la Toyota Prado dans la localité de Blanchard, non loin de la Faculté d’agronomie, sur la route nationale #1. Aucun otage n’a été retrouvé à bord. Les ravisseurs avaient eu le temps de les conduire au lieu de séquestration et s’apprêtaient probablement à conduire le véhicule loin de leur zone d’opération avant de l’abandonner. (... suite de la page 13) suspectes en décembre 2008 et que, par la suite, des avis médicaux avaient laissé croire qu’il était hors de danger. « L’annonce aujourd’hui de son décès constitue pour moi une grande surprise », déclare-t-il. « Ce décès marque vraisemblablement la fin de l’enquête », considère Doréus, soulignant le fait qu’aucune information n’est jusqu’ici disponible sur la marche de celle-ci et que, pour comble, on apprend la disparition d’un témoin aussi important, après celle tout à fait suspecte du numéro deux de la police dans le département du Nord-Ouest, le commissaire Jean Raymond Philippe. Tout en exprimant des doutes sur la capacité et la volonté de la justice de faire aboutir l’enquête, le député Doréus exige que le jour soit fait sur les circonstances exactes du décès de Marc Frédéric, de même que de celui du commissaire adjoint de police. Le secrétaire exécutif de la Plate Forme des Organisations de Droits Humains (POHDH), Anthonal Mortimé, exprime lui aussi des inquiétudes sur l’issue de l’enquête suite à la mort de Frédéric. Il souligne le fait que ce décès survient alors que ce dernier était sous la haute surveillance de la police, après avoir été blessé par balle. Le responsable des droits humains relève aussi le fait qu’un huissier qui avait témoigné sur les circonstances de la mort du commissaire Philippe, est encore en convalescence suite à l’absorption d’une drôle de substance. Anthonal Mortimé se dit enfin très pessimiste sur l’issue de l’enquête.Fanmi Lavalas commémore le 5ème anniversaire du départ forcé de l’exprésident AristideL’objectif de la manif: réclamer le retour d’exil de Mr. Aristide. Plusieurs centaines de partisans de Fanmi Lavalas ont manifesté samedi à Port-au-Prince pour réclamer le retour immédiat de l’ex-président, mais aussi l’admission des candidats de Fanmi Lavalas dans le processus des élections sénatoriales du 19 Avril prochain. A la tête de la manifestation: René Civil, leader du JPP. La manifestation s’est déroulée dans le calme et l’ordre sous la protection des unités spécialisées de la Police Nationale et de la Mission de Stabilisation des Nations Unies (MINUSTAH) qui ont placé un imposant dispositif de sécurité devant le siège du Conseil électoral provisoire (CEP) à Delmas. René Civil qui estime que, cinq ans après son départ précipité, Aristide demeure le « leader le plus populaire du pays », appelle la base Lavalas à rester mobilisée et à se tenir prête à mettre en application les prochaines instructions du parti. Autre orateur à être intervenu, Ansyto Félix, représentant de la commission de mobilisation permanente de Fanmi Lavalas. Il a aussi pointé du doigt le régime du Président Préval qui aurait décidé d’écarter Lavalas de la course électorale parce que sa « popularité fait peur ». Partie des ruines de l’ancienne église de St-Jean Bosco, la manifestation a sillonné sans incident plusieurs quartiers de Port-au-Prince avant d’aller se rassembler devant le local du CEP. Elle s’est déroulée dans l’ordre et la discipline, sous la protection de la PNH et de la MINUSTAH.Un effectif de 702 policiers pour la 20e promotion702 policiers, dont 86 femmes et 21 musiciens, composent l’effectif de la vingtième (20e) promotion de la Police nationale haïtienne. La cérémonie de graduation s’est déroulée jeudi à la direction du centre de formation. « Dans 4 mois et quelques jours, la police nationale fêtera ses 14 ans. C’est pour la première fois qu’une promotion de police compte autant de femmes. C’est un événement», a déclaré Mario Andrésol, directeur général de la police, à la cérémonie de graduation qui s’est déroulée le 26 février.Près de 200 sinistrés après la forte averse du jeudi 26 Février à Port-auPrinceOn n’a pas fini de parler des conséquences de la forte averse du jeudi 26 Février dernier. (EN BREF / p. 16)

PAGE 15

Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06 Page 15Ti Gout Pa Ti Gout ak Jan Mapou “Pye bèb pou pye bèf n ap pran y kay pratik.” Raymond Piquion * (28.11.1938 – 15.02.2009)ak Sanba /François-Marie Michel Pa gen ni bonm, ni bokit, ni bay, ni panyen ki ka kenbe bouke flèr Mèrsi sa a moun Okap te dwe remèt Raymond Piquion , sa gen 33 zan, lè l t ap kite Okap an 1975. Raymond se yon prèv pa 9. Prèv moun fèt ak kapasite pou devlope kado Bondje ba yo depi nan nesans. Yes, we can ! Raymond se yon asirans peyi nou an bezwen bati yon pwogram edikasyon pou fè moun ka dekouvri sa yo fèt ak li ; yon asirans peyi a dwe devlope yon politik k ap kenbe Ayisyen lakay li, kon dlo fè tou sa l konnen pou kenbe pwason ap naje nan mitan l. Raymond fèt Okap 10 jou apre 18 novanm 1938. Jennonm lan enganm, chaje ak èspwa kon Vertières . Li parèt tou limen nan vil la, tou pare pou grate bab baryè sosyal ki t ap tann ni. Tinonm lan pa te pè lavi. Ak zouti ki nan men l, li goumen ak lavi a jan l konnen. Kòm eskout, Raymond Piquion te yonn nan gwo poto yo ki fòme jenerasyon louvto sou jenerasyon louvto. Fanmi l, Henri Piquion (pa gen 2 fanmi Piquion nan Okap) pibliye yon tèks k ap montre konman karaktè l fè Pèr Maurice Mignault lage pwogram Louvto yo nan men l, ak tout rèsponsablite sa gen ladan. Pandanstan, Raymond ap grandi; l ap pran zèl. Talè konsa ou tande l nan Radyo Teyat nan Eden Ciné . Se pa fòt li si se ‘ Joli Chapeau ’ li t al chante. An 1954-1955 mizik Des Jeunes lan ak pikliz ayisyen ki ladan, pankò te rantre Okap. Fò nou te tann 5 an ankò, an 1960. Epitou, Des Jeunes pa Des Jeunes , Radio Citadelle , ak La Voix du Nord t ap bonbade tinonm lan ak chansonèt fransèz, oswa mizik kiben, oswa fandang dominiken. Se yon lè konsa, nan pwogram dedikas, ou te ka tande vwa Dòdòf Legros , Lumane Casimir , ak vwa Guy Durosier . Se sa k fè tout boujon atis ki t ap patisipe nan « Recherche des Étoiles » se mizik etranje yo te chante : Nat King Cole , Edith Piaf , Dalida , Augustin Lara ( Roger Colas ), Beny More , elatriye. Ata mizik popilè lavil yo te piye anpil sou rit kiben yo sitou. Raymond pa ta ka yon eksepsyon. Sèl bagay nou ka di : a 16 zan, ti jennonm lan te deja santi li gen yon bagay pou l fè ak vwa li. A 19 an, an 1957, li te deja nan piblisite. Yon opalè mare sou tèt yon machin, Raymond nan lari a ap fè reklam Antidòt Sentiv, kafenòl, reklam match, elatriye. Se konsa kanpay Senatè Louis Déjoie mete lamen sou li an 1957. Apre sa, m pèdi kontak ak Raymond Piquion ; m al lekòl Pòtoprens. Tounen m tounen pou gran vakans, m rejwenn Raymond ap fè pi gwo reklam, anpatikilye yon bal Septentrional nan Rumba Night Club . Sèptan fèk dekachte 2 michan mòso mizik pou ete 1958 la : Antwanèt , ak Desepsyon (Sèptan vin re-òkèstre moso sila, pou mete l sou plak ak vwa Carole ‘Mawoule’ Démesmin 16 zan apre, an 1974. Zanmi l, Roger Gilles , di se depi an 1958 sa a, li te konmanse ak Emisyon Pitit Kay la nan La Voix du Nord . Kit se 1958, kit se 1959, an 1960 Pitit Kay te pran vwèl : Sa, se yon ‘ Boule de Feu !’ Yon mo Raymond Piquion rache nan sa lang franse a ta rele imajinèr ayisyen an pou dramatize non yon bagay ki pa gen parèy, tèlman li èkstrawòdinèr, wete nechèl. Antrapde mo a tounen yon mòd : Tout flanm tounen ‘ boule de feu’ . Kote ou pase ou tande timoun ap di : S on ‘ boule de feu ’, sa k pale yon sèl lang lan di w : S on ‘bouldefe !’ Lè granmoun repete mo a, ou ta di moun p ap janm di dife a ankò. Lè an 1961 Septentrional ap adapte konpa dirèk la, li vin rele rit pa l la, “ rit boule de feu.” 21 me 1962 rit la rantre Pòtoprens, li nan èstidyo Radio Haïti , li nan estidyo Radio Caraïbes , li nan Radio Carillon , li nan tout lari Pòtoprens. An 1964, se te konsekrasyon rit ‘ boule de feu ’ a nan tout repiblik la. Sèptan limenm vin rele ‘ Boule de Feu ’ . Nan kanaval fanatik rele l : ‘Boul’ la. Sibyen lè m vin nan radyo[1] Nouyòk, m ap fè reklam Sèptan, eslogan pa m se te « Me Boul la ! » Se domaj Sèptan pa te f on chante pou te di kote l te pran non pou bay rit ‘ boule de feu a’. Non Raymond Piquion ta rete pou jis tan ta gen tan… Se pa ta jodi a, ase nou t ava ap fè demach pou sa. Me yon lòt pwogram pou Ayisyen bati ankò ! Yon sistèm pou rasanble tout bagay pozitif yon sitwayen fè, olye nou konsantre sou fot ak feblès yon konpatriyòt… Suivez mon regard !!! Jan Henri Piquion oswa Pierrot Toussaint ekri, jan Guy Antoine oswa Hervé Léveillé ajoute, Raymond Piquion pa te annik yon anonsèr. Se yon envantèr-de-estil. Vwa l ede sa tou. Lè Raymond ap pale, li kage sou chèz li, li te deja pouse lwen mikwofòn li, li kage chèz la anplis, dis dwèt li kwaze dèyè tèt li : « Lèr[2] vant a w balonnen, w ap wote sirèt, delye sèl Andrews n’on vèr djo. » Oswa, «Gen kola pase kola ; kina Nouri Mena / Noury Ménard a make ‘ Nectar’ . Kola a tèlman bon, lèr ou fin bwè y, pou ta santi ou byen fò se tòde ou ta tòde boutèy la nan bouch a w. » « Lafontan peze bouton radyo a ! » Lòt ane li koupe eslogan an : « Lafontan ‘peuze’ (peze) l ! ‘Peuze’ (peze) l, Lafontan ! » Pye ‘beuf’ (bèf) pou pye ‘beuf’ (bèf), n ap pran y kay pratik ! » Imajinasyon an pa gen bout ; s on machin pou degrennen mayi : « Nan ki magazen sa (m bliye non li) ou jwenn tout kayte krrou (klou) : grro krrou (klou), ti krrou (klou), piti-piti-krrou (klou), krrou (klou) ake tèt, krrou (klou) grro (gwo) tèt, krrou (klou) ti tèt, krrou (klou) gagit, se ja w ki pou ba w ! » Epi, las koupe dis, me elegans lan : «Entèlentèl, m ap di: m pa wè w !!! » Raymond konnen li pa ka mande moun lajan nan radyo ; se pa lekòl medya, l aprann sa ; li aprann limit sa a, nan mitan moun li viv, nan « Okap-di-Nò. » Pa pito m wè yon jou nan peyi m lan, ta gen yon lekòl popilè k ap aprann moun lavi a limenm gen limit : se pa nenpòt bagay moun di, ni repete. Onè! Respe! Se pi gwo sekre lavi ! Sa pa dwe etone pèsonn si an 1971 li rive Prezidan ‘Lig Foutbòl Nò’ a, kote l te vin monte « Mondialito del Norte » yon chanpyona koup Radyo Sitadèl ki fè tout lokalite nan depatman an patisipe. M pa t ap ka kite okazyon sa a pase pou m pa te rale brevè ‘Onè e Merit’ sa a renmèt Raymond Piquion . Onon tout vil Okap sa a m swete tout moun kòd lonbrit yo tere ladan, travay pou remete l sou kap. Bon vwayaj, Raymond . M ta swete sa k ka sonje, k ap bat bravo pou wou jodi a, kenbe ak rès fanmi an : Pitit ou yo : Frantz Piquion ak fanmi l, Raymond Jr Piquion ak fanmi , Rose-Laure Piquion-Simeon ak fanmi l, Fitzgerald Piquion ak pitit li yo Jackye Piquion , Flore Piquion Johnson ak fanmi l, Johnny Piquion ak fanmi l , Anne Sherley Piquion-Curulli ak fanmi l, Ray Piquion ak fanmi l , Jason Ray Piquion ak pitit li, Raymundo Piquion , Sè li : Michelle PiquionVertilus ak fanmi l, Tout neve ak nyès li yo ; tout kouzen ak kouzin li yo ; zanmi pre li yo ; tout fanmi : Piquion , Vertilus , Pyronneau , Régis , Siméon , Curulli , Voight , Simon , Bélizaire , St Hilaire ak tout lòt moun vwayaj la vide tèt-anba. Raymond Pquion fèt Okap 28 novanm 1938. Li mouri Nouyòk 15 fevriye 2009. Nan youn atik : “ Le départ pour l’au-delà d’un géant de la presse parlée ” Regor siyen, ki parèt nan ‘ Haïti-Obserbateur’ (18 – 25 février 2009, pp. 11 & 13) li aprann nou Raymond Piquion avèk kolaboratè li, Roger Gilles , te monte yon twoup komik : “ Les rois du rire ” ki te jwe plizyè pyès kankou : “ L’affaire Pitiy Kay”, “ Konminyon Pitit Kay”, “ M wè jan ou renmen manman w.” Tout pyès sa yo li ekri yo avèk Roger Gilles . [2] Sanba / François-Marie Michel se fondatè pwogram : ‘Radyo Sanba” (Nouyòk) (desanm 1990 – jen 2005). [1] Tout sitasyon Raymond yo chèche kenbe pwononsyasyon Okap la. Not responsab kolonn Tigout: Nou pibliye òtograf atik franswa Michel-la do pou do.* * * * * * *Kèk presizyon sou nasyonalite Jean Baptiste Pointe du Sableak Max Manigat * Aswè-a (10 janvye 2009), mwen tonbe sou youn enfòmasyon ki pral fè anpil Ayisyen pantan. Nan youn pwogram : « Cité guide » nan televizyon « TV 5 Monde » sou vil Chikago, mwen tande : « Se de Franse ki fonde vil Chikago . » Kòm mwen te déjà ekri sou sa ( Patamouch … p. 168-170 : Eske Jan Batis Pwent di Sab te ayisyen ?), mwen kouri al gade ki ransèyman nouvo ki soti sou natyonalite fondatè vil Chikago-a. Men sa m’adapte soti nan ansiklopedi Wikipédia : « Jean Baptiste Pointe du Sable (174528 out 1818), sete premye etranje ki te vin tabli nan rejyon ki pral tounen Chikago, Ilinwa-a. Menmsi li te “fondatè Chikago”, istoryen lontan yo te bay misye kenbe yonn bwa lonng paske li te yonn metis [1] ( yo di li te pitit yonn maren franse avèk yonn fi afriken ki te vin esklav. Li te fèt lib nan Sen-Mak, Sen-Dominik an Ayiti[2]) […] Papa-l te mennen an Frans kote li te etidye lekòl. Se an 1968, yo fini pa rekonnèt du Sable kòm fondatè Chikago. » % Nanpwen okenn kote nan nòt sa-a ki di Pointe du Sable te Ayisyen. Men sa ki klè – bagay mwen pa te fin si lè mwen te ekri atik la – sanble tinonm nan te fèt lib Sen-Domeng. Mwen te vize jis nan atik mwen-an lè m’te ekri : “ Kesyon nasyonalite youn moùn se pa ni deklarasyon anbasadè, ni majistra Chikago, ni ofisyèl etranje ki detèmine sa : se lalwa. Anvan 1804, nan koloni franse Sen-Domeng nan sete Kòd Nwa ( Code Noir ), apre lendepandans nou an Ayiti, se konstitisyon nou yo. Pèsonn moùn lòt pa kapab chanje sa. Nou ta byen kontan pou nou ta konnen zansèt nou yo ki te goumen Savana yo te ayisyen ; pou Jan-Batis Pwent Disab te ayisyen, men donmaj se pa sa. Pou rezon santimantal nou mèt kontinye repete sa, men kou diskisyon an monte sou teren legal la santiman se kòk kazwèl. ” Diskisyon-an ta dwe fini la. Si dènye ransèyman mwen sot bay la-a kòrèk : Jean Baptiste Pointe du Sable se franse li te ye. Atik 57 ak 59 Kòd Nwa-a klè sou sa. % Se pa vole mwen vole laglwa Ayisyen santi nan kè yo lè yo palede Chasseurs volontaires de SaintDomingue yo, Pointe du Sable , venerab Pierre Toussaint , kankou yo akize-m deja. Nou wè mwen pa menm site non John James Audubon , ki te fèt Okay an 1785, paske se youn albè. Men, si n’ reflechi, se mache n’ap fè lakonvèsasyon mache. Se pa paske nou mete nou dakò sou youn bagay li vre ; laverite se lè sa nou dakò sou li-a pa t’avèk reyalite-a. Epitou, sa sa ap pote pou nou si moùn sa yo ta Ayisyen? Eske se pa plim n’ap pran paske nou pa jwenn poul? Listwa Revolisyon Ayisyen-an la pou li ban nou dwa gonfle lestonmak nou. Zansèt nou yo te fè. Men prenga nou kontinye ap ranse pou nou merite jouman sa a : “ Desalin ak lame Afriken yo, fanm ak gason vanyan, te konbat pou lendepandans nou-an ; men sanble se nou ki bouke jouk jounen jodi.” _________ Max Manigat se otè : Patamouch. Etimoloji – Literati – Repòtaj. (2007) [1] pitit youn papa ak yuon manman ki soti nan de ras diferan. Nan koloni Sen-Domeng nan, yo te rele yo : ‘san mele’. [2] Fraz sa-a se youn bouyon mimi. Piwo nan atik ansiklopedi a, yo te di Pointe du Sable sete “pitit youn Afrikèn ki te vin esklav”; pi devan yo deklare : “ li te fèt lib …” Sa pa gan sans paske Kòd Nwa-a konmande ; “ pitit youn fanm esklav fèt esklav. ” Atik 9 lwa sa-a bay kondisyon pou pitit youn fanm afriken fèt lib : se osnon manman-an deja lib osnon youn papa blan, ki pwopriyetè manman-an, marye avèk li anvan pitit la fèt paske si timoùn nan gan tan soti anvan maryaj la, li fèt esklav. Nou tou wè afè kondisyon Pointe du Sable jou li te fèt la pa regle. Eske papa misye te marye ak manman-l anvan l’te fèt? Eske papa blan-an ti gasonan – yo di misye sete youn maren – te pwopriyetè manman-l ?Tou sa m’li sou sa poko bay repons nan. Konsa, tinonm nan ta kapab youn afranchi san li pa te fèt lib . Sa ki sèten, misye te sitwayen franse (Kòd Nwa : atik 57 ak 59). Apre, fraz la kontinye : “ […] nan Sen-Mak, Sen-Dominik an Ayiti.” Gagòt! Sen-Mak yo vle pale-a te nan Sen-Domeng pa nan Sen-Dominik ; pi rèd toujou : ni Sen-Dominik yo pran pou Sen-Domeng nan ni koloni franse Sen-Domeng nan (1697-1803) pa Ayiti.Have your Income Tax ( Personal & Business ) Prepared by J.C. Cantave! Call 305-623-0708 for Appointment Jean-Claude P. Cantave Tax & Immigration Consultant Lic. Real Estate & Mortgage Broker Phone: 305-623-0708 Fax: 305-623-3848 E-mail: jccantave@haititradecenter.com Web : www.haititradecenter.com

PAGE 16

Page 16 Mercredi 4 Mars 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 06BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) • Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 Printed at Southeast Offset (305) 623-7788 La première pluie de la saison est tombée avec force et pendant longtemps. Un premier bilan fixe à 200 le nombre de sinistrés dans les zones à risques, a déclaré la Protection Civile. Les dégâts se sont produits particulièrement à Martissant et au Bicentenaire, dans le bidonville situé près du wharf de Jérémie. Le Premier ministre Michèle Duvivier PierreLouis était tôt vendredi matin sur les lieux. A Cité Soleil aussi les dégats ont été de taille, surtout dans la zone dénommé Cité Richard Brisson.Augmentation du nombre de personnes agressées à la sortie des banques: Au moins 8 pour la seule journée de vendredi à Turgeau, au Canapé-Vert et à Pétion-VillePlusieurs cas d’agression sur des citoyens revenant de la banque ont été perpétrés au cours de ces derniers jours. Au moins 8 cas ont été signalés pour la seule journée du vendredi 27 février 2009, particulièrement dans les quartiers du Canapé-Vert, de Turgeau et de PétonVille.En Bref...(... suite de la page 14) Les bandits qui opèrent à moto, sont postés dans les parages des institutions bancaires, attendant paisiblement leur proie. Parfois, ils entrent jusque sur la cour des banques qui disposent de parking intérieur. Ils sont le plus souvent aidés par des complices qui arrivent à se faufiler dans les banques pour épier des clients effectuant des retraits,bien qu’ils n’aient aucune transaction à effectuer.