Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text





















Qu'est-ce que les Etats-Unis ont contre nous?


Michaelle Jean entretient Obama d'Haiti


OTTAWA, 22 f6vrier La Gouvemeure
g6ndrale du Canada, Michaelle Jean, d'origine
haitienne, a plaid la cause de son pays natal avec
le president des Etats-Unis, Barack Obama, qui l'a


Le president Barack Obama regu par la Gouverne
Michaelle Jean a son arrivee a Ottawa lejeudi 19


invite a venir poursuivre la conversation a
Washington.
C'est du moins ce que rapporte la presse
canadienne, The Canadian Press.
<< Le president Obama a
precise que c'est un sujet qui lui tient
a cceur et qu'il est int6ress6 a en
discuter et avoir les points de vue
d'autres sur comment on peut tre le
plus utile pour aider au ddveloppement
economique et social en Haiti >>, a
rapport aux joumalistes assistant
Secr6taire d'Etat James Steinberg.
Ce dernier dit que les deux
dignitaires ont discut 6 galement du
Sommet des Amdriques qui se tiendra
en avril au Trinidad et de l'importance
de prater attention a la situation dans
tout l'h6misphbre.
Le president Barack Obama
accomplissait jeudi (19 f6vrier) au
Canada son premier voyage officiel a
ure general l'6tranger depuis son investiture le 28
f,ior ,1 /, janvier dernier.


MIAMI, 21 F6vrier Les messages qui
nous viennent de Washington sont tous n6gatifs ?
Est-ce pure coincidence ou non ?
Les autorit6s de l'immigration americaine
viennent d'annoncer leur intention de d6porter
30.000 sans-papiers haitiens et que seul le refus du
gouvemement haitien de leur ddlivrer les documents
n6cessaires (sauf-conduit) empeche cette operation
de se r6aliser. En attendant, ces immigrants
clandestins croupiront en prison, menacent les
responsables amdricains.
Lesjoumaux de Floride, Miami Herald et
Orlando Sun Sentinel, rappellent que le president
haitien Rend Prdval avait demand l'automne
dernier aux officiels am6ricains de suspendre les
deportations, le temps de permettre a Haiti de
reprendre son souffle apres le passage de 4
ouragans coup sur coup.
L'administration Bush marqua une courte
pause. Puis en d6cembre dernier, sans pr6avis, les
deportations ont repris. Ainsi que la chasse aux
sans-papiers a travers tout le territoire des Etats-
Unis.
Mais le fait que le Service d'immigration
ait besoin d'en faire une annonce solennelle,
ddvoilant en meme temps un durcissement des
mesures (ou la detention pour un temps ind6termind
ou la residence surveill6e avec port de bracelet
6lectronique), c'est cela qui surprend.
(USA HAITI/ p. 4)


Une cole de danse exdcutant une choregraphie en mdmoire
des ancetres indiens et africains (photo Thony Bdlizaire)


Le chef de 1'Etat et la Reine des reines ouvrant le bal au Palais national lors
de la reception traditionnelle en l'honneur du comitA du carnaval de Port-au-Prince
et des majestes qui defileront sur les chars allkgoriques (photo Georges Dupe)


HAITI & ARISTIDE

L'Histoire peut-elle etre un perpetuel recommencement ?


'Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"

SM6,


MIAMI, 22 F6vrier Dans une
r6cente note de presse communique par Dr
Maryse Narcisse, sa repr6sentante attitrde en
Haiti, Jean-Bertrand Aristide annonce qu'une
investigation a &t6 ouverte sur le < coup
d'6tat > du 29 f6vrier 2004 a la Chambre des
Repr6sentants a Washington et qu'il ne
pense pas que le president amdricain Barack
Obama, contrairement a son pr6d6cesseur
George W. Bush, soit pret a cautionner ce
que l'ex-pr6sident haitien appelle < le
prolongement du coup d'6tat de 2004 > qui,
selon lui, caract6rise la situation actuelle en
Haiti.
Aristide r6agissait ainsi a une
decision unilat6rale du Conseil electoral
provisoire (CEP) de disqualifier son parti,


Fanmi Lavalas, de la course aux s6natoriales
partielles fixes au 19 avril prochain.
La declaration de l'ex-pr6sident exilk en
Afrique du Sud est venue jeter de l'huile sur le feu.
Sur ce, le CEP publia une dernire liste de candidats
agr66s, 6cartant d6finitivement ceux du parti
d'Aristide.

Decision des conseillers
electoraux avec approbation du Palais
national...
Cela alors que la communaut6
international (Etats-Unis, Canada, OEA et ONU)
entreprenait des d6marches pour porter l'organisme
electoral a remettre Fanmi Lavalas dans la course.
La declaration de Jean-Bertrand Aristide
(ARISTIDE/p. 5)


I


jevrier cuume









Page 2



Haiti doit apprendre a


mieux defendre sa part


du marche global ...


PORT-AU-PRINCE, 4
F6vrier- < Manba lakaypi bonpase
manba laba > On peut le dire sans
risque de se tromper apres l'annonce
de rappel ordonn6 par la FDA
am6ricaine a l'endroit de la pate
d'Arachides (appel6e chez nous
Manba) et des produits d6riv6s de
toutes sortes (gateaux, confiserie,
c6rdales, creme a la glace etc).
Le rappel concerne plus
sp6cifiquement les produits fabriquds
par l'entreprise Peanut Corporation
ofAmerica (PCA).
Plus de 500 personnes dans
43 Etats am6ricains ont &t6 malades
apres avoir consomme de la pate
d'Arachides, dont 8 sont morts. La
moiti6 des malades 6tant des enfants.
Les produits en question
ont test positifs aux salmonelles. La
salmonellose se caract6rise par des
diarrh6es et de la fievre. Elle se soigne
souvent en quelquesjours, mais peut
6tre dangereuse pour les jeunes et
les personnes Ag6es. Or on sait
combien les enfants aiment le
<< manba > oubeurre d'Arachide (en
anglais peanut butter).
Le <> d'Haiti, l'un
des rares survivants de notre agro-
industrie locale, lutte difficilement
contre toutes ces marques
am6ricaines qui sont actuellement
dans le collimateur, des parlementaires
am6ricains ayant demand qu'une
action au penal soit introduite contre
le fabricant.
Au supermarch6 a Port-au-
Prince et dans les environs, les
marques haitiennes et les labels
amdricains se c6toient sur les memes
6tageres.
Aussi est-ce l'occasion ou
jamais de souligner la valeur de notre
<< manba > national qui n'ajamais fait
de mal a personne, joignant non
seulement 'utile a l'agr6able mais
aussi l'un des rares secteurs dans
notre pays qui soient encore
cr6ateurs d'emplois puisque
beaucoup de families pr6ferent
acheter leur beurre de cacahultes
(chez nous pistaches) a des meres de
famille qui le fabriquent a la maison.
Directement du producteur au
consommateur. Et du commerce
equitable avant la lettre.
Aussi nous nous 6tonnons
que les pouvoirs publics haitiens
n'aient pas saisi l'occasion (comme
ils l'avaient fait enjanvier 2008 dans
l'affaire des poulets et ceufs
dominicains menac6s de
contamination par la grippe aviaire).
Nous vivons en 6conomie
globalis6e et en regime de
comp6titivit6 et toutes les occasions
sont a saisir pour souligner la valeur
de l'industrie nationale et de la
production locale par rapport a la
concurrence 6trangere. Et dans le cas
actuel du < manba >, on ne risque pas
d'etre d6menti. D'autant qu'il n'est
un secret pour personne que les
Etats-Unis subventionnent leur
production agricole.
Aussi une vaste campagne
< mangez du manba haitien natif-
natal > devrait 6tre en cours en ce
moment chez nous.
C'est la difference entre
nous et nos voisins par exemple. On
y reviendra dans un instant.
Oui, on a vu la lev6e de
boucliers apres l'6clatement de
l'affaire du lait contamind a la
mdlamine fabriqu6 dans des usines
chinoises. MWme si la quasi-totalit6
des enfants victimes 'ont &t6 en
Chine, ce pays s'estvu matraquerpar


une presse occidentale bien imbue que
nous vivons une guerre commerciale
qui ne dit pas son nom et que la
moindre erreur sera port6e en 6pingle
et r6sultera en millions de dollars de
pertes.
Souvenons-nous des efforts
et meme des menaces de la R6publique
dominicaine pour essayer de forcer
1'Etat haitien a annuler sa mesure
d'interdiction d'importation des ceufs
et poulets apres la d6couverte de
foyers de grippe aviaire dans le pays
voisin.
Les producteurs
dominicains ont probablement essuy6
eux aussi des pertes importantes.
C'est pour plusieurs millions de
dollars par an que Haiti importe des
ceufs et poulets de la rdpublique
voisine.
D'un autre c6t6 (et c'est de
bonne guerre), le gouvernement
haitien voulait en profiter pour
relancer la production aviaire
nationale.
H6las, 4 ouragans sont
passes par 1I. Aujourd'hui on ne sait
plus ce qu'il reste de toutes ces
bonnes resolutions. Aujourd'hui c'est
le budget national qui n'arrive pas a
6tre vot6 pour insuffisance de fonds.
C'est l'austerite. C'est le
cirage presque total !
On s'explique done pourquoi
chez nous la crise du < manba >
amdricain est en train de passer comme
une lettre a la poste. Mais peut-6tre
aussi tout simplement parce que c'est
des Etats-Unis qu'il s'agit ...
Personne alors ne bouge.
Tel n'est pas le cas pour nos
voisins dominicains (pour en revenir
done a eux). Ceux-l ne se contentent
pas seulement de jouer a fond la
comp6titivit6, mais ils veulent meme
l6iminer toute concurrence, quitte a
recourir a des m6thodes peu
catholiques (du moins concernant
leurs voisins haitiens).
Vous avez entendu parler de
la note de presse de la Tortug-Air, une
compagnie adrienne locale, indiquant
que les autorit6s dominicaines de
l'aviation civile ont suspendu les vols
de toutes les lignes haitiennes sur leur
territoire, exigeant que les autorit6s
haitiennes accordent imm6diatement
l'autorisation de vol en Haiti a toutes
les compagnies dominicaines
indistinctement meme sans avoir
pass les tests n6cessaires.
R6cemment ce sont les
autobus de l'unique compagnie
haitienne assurant le transport Port-
au-Prince Santo-Domingo (alors
qu'il y a au moins deux grands
groupes dominicains sur le meme
r6seau), qui 6taient attaqu6s a coups
de pierres par des individus
probablement employs a cette fin,
alors que les autobus traversaient le
territoire voisin.
Le gouvemement haitien a
dit se mettre de la partie pour arriver a
une sorte d'entente.
La note de presse de Tortug-
Air dit s'en remettre aussi aux
autorit6s haitiennes en vue de
rechercher une solution au b6ndfice
des clients haitiens.
(Aux dernires nouvelles, les
vols de Tortug-Air vers la rdpublique
voisine devaient reprendre le
dimanche 8 f6vrier).
Cependant en meme temps
que les voisins dominicains semblent
avoir des problkmes a respecter les
rlgles dujeu avec les Haitiens d&s que
ceux-ci se portent en concurrents et
non en simples acheteurs ou
(MARCHE/p.3)


Mercredi 25 FHvrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05

Rene Preval lance officiellement les festivities
carnavalesques
Le chef de l'Etat haitien, Rend Prdval, a donnd vendredi soir le coup d'envoi
du carnival 2009 autour du theme Men nan men la vi ka b6l" (Avec la
fraternity, la vie serait meilleure). Au cours d'une c6r6monie tres color6e au
Palais national, le Pr6sident a salu6 le travail des diffirentes personnalit6s
membres du comit6 organisateur, dont le maire de la capitale, JeanYves
Jason Muscadin, et une experte Mme Michaelle Craan.
Dans son allocution, Mr. Prdval a not6 : Les temps sont difficiles mais
dans la solidarity nous pouvons ceuvrer pour une vie meilleure", soulignant
le devoir des adultes de preparer un avenir meilleur pour lesjeunes.
Le President croit que le carnival 2009 peut redonner espoir a la population
et confirmer le climat de stability. Majest6s, je vous remets les cl6s de la
ville pendant 3 jours a lanc6 le chef de l'Etat a l'endroit des reines et roi.
De son c6t6, le maire de Port-au-Prince, Jean Yves Jason Muscadin, a donn6
l'assurance que tout est fin pret pour les trois jours gras. Le comit6 de
coordination g6ndrale du carnival a fait preuve de r6activit6 et de
cr6ativit'", a-t-il dit, rappelant que l'organisation du carnival correspond
aux activities marquant le 260 eme anniversaire de la fondation de Port-au-
Prince.
"Nous voulons que le carnaval soit une motivation suppl6mentaire pour
r6unir tous les citoyens autour du projet : << Une autre Port-au-Prince est
possible, construisons la ensemble", a-t-il conclu.

Le Premier jour du Carnaval 2009
Cependant beaucoup de gens soulignent que malgr6 les nombreux efforts
consentis, les r6sultats n'ont pas &td fameux.
D'abord ont-ils soulignd, il faut que cesse cette guerre de decibels entre les
DJ installs sur les divers stands. Chacun a sa range de hauts parleurs et
c'est a quijouera plus fort sa meringue au profit de l'institution qui l'a
engage sur son stand. Pourquoi tant de musique sur les stands qui
boycotte les groupes carnavalesques eux-memes. Beaucoup de bandes a
pied ne peuvent pas faire le poids avec leurs petits instruments traditionnels
quand elles arrivent devant ces stands mammouth et leur musique
assourdissante.
Cependant des efforts incroyables ont &t6 faits pour les robes des Reines.
C'est a qui en porterait la plus belle. Plusieurs modistes se sont attel6es a la
tiche et le r6sultat 6tait vraiment beau a voir. Maquillages parfaits aussi. Par
contre, il a sembl6 que les membres des groupes a pied 6taient moins
nombreux. Les indiens, les boeufs, les hindous, ... Et puis, difficile de se
faire une juste idde, de bien appr6cier les masques et d6guisements parce
que l'espace r6serv6 au ddfil6 n'6tant pas bien s6curis6 avec des tr6teaux,
les gens non d6guis6s ont envahi le d6fil6.


La centrale electrique de Carrefour en activity
A l'occasion des festivit6s camavalesques, la capitale haitienne connait
une nette amelioration de la distribution du courant 6lectrique. En effet, la
centrale 6lectrique de Carrefour, don du gouvemement v6nuzudlien, a &te
mise en marche chaque jour de 4 heures de l'apres-midi a 5 heures du matin.
(EN BREF / p. 14)



La Parade des Stars


Le vendredi 20 FHvrier, c'6tait
la deuxieme edition de l'Fv6nement
culturel "Stars Parade", inaugur1 en 2008
par le Caribbean Group.
Cette ann6e, Stars Parade s'est
d6rould sous le theme < Ann Batay


somptueuses robes creees en fonction
du theme retenu par le comit6
organisateur de l'Mvenement. Plus d'une
cinquantaine d'artistes, d'6crivains et
d'autres personnalit6s du monde
culturel haitien d'ici et de la diaspora


Participants a la Stars Parade 2009 (photo Georges Dupe)


Youn pou Lt >et s'est dlargi d'autres
participants. En effet on y a vu des
6tudiants, des enseignants, des hommes
d'affaires, des politiciens, des laur6ats
d'examens du bac de l'annde
acad6mique 2007/2008, des
repr6sentants de la diaspora d6filer aux
c6t6s de vedettes de la chanson de chez
nous. Tout le monde v6tu de blanc,
symbole de la paix et de la fraternity.
Ces "stars" ont &t6
accompagndes tout au long du trajet de
motocyclistes, de "jambes de bois" et
de mannequins exhibant de


ont rdpondu present.
L'objectif principal de Stars
Parade, une activity riche en couleurs,
consiste a r6unir dans une meme
ambiance festive tous ceux qui ont du
m6rite mais qui restent m6connus pour
la plupart de nos communaut6s
6parpill6es a travers le monde. La
motivation premiere est la mise envaleur
de ces personnalit6s qui ont acquis au
cours de leur vie une certaine renomm6e
et qui par consequent font honneur a
notre pays.


-...j








Mercredi 25 Fvrier 2009 A T
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05 A 1 U aEN MA iI

*1 1-


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Haiti doit apprendre a mieux

defendre sa part du marche global ...


(... suite de la page 2)
fournisseurs de main d'ceuvre bonmarch6, ehbientout
a fait au m6me moment on apprend l'arriv6e sur le
march local de Excel Gas, distributeur dominicain de
gaz propane, qui vient officiellement nous aider a lutter
contre le d6boisement intensif de nos mornes. Selon
les informations en provenance de Santo-Domingo, la
compagnie Excel-Gas b6ndficierait d'un contrat
<< d'exclusivit 6 de la part du gouvernement haitien


(mais dont personne n'avait entendu parler de ce c6te-
ci de la frontibre jusqu'a ce que l'information ait paru
dans la presse dominicaine).
Tout comme des compagnies dominicaines de
construction de routes et autres infrastructures opbrent
dans notre pays depuis longtemps, sans qu'on sache
jamais trop sur les conditions des contrats signs avec
l'Etat haitien, et si tout cela respecte toujours les
exigences d'appels d'offres et autres fixes dans le
cadre du libre-6changisme.


SI| Page 3

rFE.. SOMMAIRE
L'EVENEMENT
Le carnaal en photos p.1
La Parade des Stars p.2

ANALYSE
Qu'est-ce que les Etats-Unis ont contre
nous? p.1
POLITIQUE
Haiti-Aristide : L'Histoirepeut-elle etre un
etemel reconummnencement ? p. 1

COOPERATION
Michaelle Jean entretient Obama d'Haiti p.1
ECONOMY IEGLOBALE
Haiti doit apprendre h mieux d6fendre sa part
de marched ? p.2
ACTUALITE
Qui veut des elections ? p.3
LITTERATURE & POLITIOUE
Obama versus Machiavel p.8
UBREPENSER
Iniquitc p 9

SANTE
Sida un gel prometteur pour la protection
des femmesp. 11
SOCIETE
VIH-Violences faites aux femmes p. 12

URBANISME
A Pdtionville, onabat les murs 16

Que fait le Parlement ? On n'entendjamais sa
voix alors que toutes ces dispositions qui reglent le
commerce global et les rapports de r6ciprocit6 que nos
voisins semblent avoir des difficulties a respecter a
notre 6gard, que ce sont-l1 des dispositions
16gislatives, done int6ressant au premier chef les
parlementaires.
Ainsi que notre soci6t6 civile mais celle-ci
n'a pas encore d6pass6 le stade de la lutte politique
pour celle de la veritable defense du citoyen comme
son nom de << society civile > pourtant l'indique ...


MAlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


C'et vous qui dlcid dp wvqs hrai're Past ou vouts ele
acoez OUNIBANKWOin I*m mftt v N= o Ouccurpte l MgRom

> Pae r, a u AWilB Olnt Li amW lahi UMM C
an am6.ts voiis.re soni omp b.
>Fabts vas lbans~fei&rsu rittsm~
> Achoue des chbquesde direabon et ourF6faWe
> ComenmKkM voe n stin balre

Cwar1edla lonpe i&sts labvsUrmadk poawlbMi
on ciquwt wr twww,uibunkhaitsofm


I lUNIBANK


"Fwison route ensemble

www. uniban khail.comrn








Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


Qu'est-ce que les Etats-Unis ont contre nous?


(USA-HAITL.. suite de la lre page)

En effet, dans l'oc6an des residents ill6gaux
aux Etats-Unis, les Haitiens ne repr6sentent meme pas
une goutte d'eau. Les clandestins s'&lvent A plus d'un
million au moins alors qu'on parle de 30.000 Haitiens
au maximum.
Quoique la crise 6conomique ne permet pas
au grand voisin d'etre aussi tolerant A ce niveau qu'il
a pu l'6tre dans le temps, mais pourquoi cet
acharnement vis A vis des Haitiens ?

Un comble dans la s6v6ritC ...
Or peu auparavant nous arrivait une autre
mauvaise nouvelle. Le site du D6partement d'Etat, dans
le renouvellement de ses mises
en garde aux voyageurs,
affichait Haiti comme pays A
6viter en priority. Voici qu'aux
crit&res pr6c6dents viennent .
aussi s'ajouter les
consequences des derniers
ouragans, ce qui est un comble
dans la s6v6rit6. Haiti classes
avec l'Irak et l'Afghanistan alors
que le chef de la mission
onusienne de maintien de la paix
(Minustah), Hedi Annabi,
indiquait peu auparavant que
Haiti est beaucoup plus
s6curitaire que la plupart des
pays de la region.
Qu'est-ce done que les
Etats-Unis ont contre nous ?
Pourtant ily a quelques
jours le president Rend Prdval
6tait requ au D6partement d'Etat "
par la nouvelle Secr6taire d'Etat
Hillary Clinton, elle-m6me une
amie de longue date. Mme
Clinton a visit Haiti apres le Le Prdsidnei
r6tablissement d6mocratique et les president
suite au renversement du Chambres des
gouvernement militaire
putschiste en 1994 grace a une
orce militaire d6p6ch6e par le president Bill Clinton.
Cependant on apprend que le president Preval
avait voyage Washington dans l'espoir de rencontrer
le nouveau president am6ricain Barack Obama.
Apres toute une semaine passee dans la
capitale f6d6rale, cette rencontre n'a pu avoir lieu.
Les conseillers du chef de l'6tat haitien en la
mati&re avaient peut-6tre pari6 sur le symbolisme d'une
rencontre du president de la premiere nation noire du
monde et du premier president noir de la plus puissante
nation du monde.

Haiti < se trouve a un tournant > ...
Mais par ailleurs le Miami Herald a r6vl1 que


Rend Preval 6tait venu solliciter une aide sp6ciale de
75 A 100 millions de dollars pour < crier des emplois >,
expliquant que Haiti < se trouve A un tournant (...).
Nous pouvons tout gagner ou tout perdre. >
Mais Hillary Clinton a repondu sans faire de
promesse precise : < Nous voulons travailler avec (les
Haitiens) pour construire une d6mocratie viable et une
6conomie florissante. >
D'autre part, le president haitien en avait
profit pour rendre visite aux grandes institutions
internationales de financement (Fonds Mon6taire
International, Banque mondiale, Banque
interamricaine de d6veloppement/BID).
La semaine dernire (vendredi 13 f6vrier), le
FMI a accord un pret de 36,6 millions de dollars


tRendPrtval, le Premier Ministre Mme Michele Duvivier Pierre-Louis
s des deux chambres, Dr Kelly Bastien (S'nat) et Levaillant Louis-Jeune
dtputes lors de 1 'installation des deux commissions sur la Constitution


et sur la Justice (photo Georges Dup4)
suppl6mentaires A Haiti pour l'aider A faire face A la
crise mondiale et aux d6gits des derniers ouragans qui
ont fait 800 morts et au moins 1 milliard de dollars de
pertes.
Selon les conditions accompagnant ce pret,
Haiti pourra pr6tendre a un all6gement de sa dette d'ici
la fin du premier semestre 2009, A condition de remplir
les objectifs 6conomiques fix6s.
On a toujours consid6r6 jusqu'ici que l'un
des points forts du gouvernement Preval est son
respect rigoureux des dits objectifs 6conomiques,
communement appel6s politique macro-6conomique
(contr6le de l'inflation, des d6penses publiques, du
taux de change etc).


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki


LI .. & -' A it I HT 1 '
--


pbmet klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezvasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efr pesonl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
I=m tCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo ou enf6omas an an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vl-ofri li
plizy solsno o cl a vyon, bato oswa tren ofknamyon quit se machandiz
p o u ...... ...... .. ... ". .
Nan mwa apiil ntroduilot avanaj soebsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "KfB yo rnterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pemet klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sevis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak at&.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te
a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit enten&t la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


Comme s'il
&tait un fils du pays...
Alors qu'est-ce
qui n'irait pas dans les
relations avec
Washington? Pourquoi
celui-ci semble s'obstiner
A nous envoyer des
signaux n6gatifs depuis
quelque temps ?
Alors qu'on se
serait meme attendu a tout
le contraire avec l'arriv&e
d'un president am6ricain
qui a 6td salu en Haiti
comme s'il 6tait un fils du
pays.
Tout cela se
passant avant l'actuel
problkme du rejet par le


Conseil electoral provisoire (CEP) de tous les candidats
aux prochaines s6natoriales du parti de l'ex-pr6sident
en exil Jean-Bertrand Aristide, une regrettable affaire
ou beaucoup s'obstinent A voir la main du Palais
national. Et ce n'est pas la presence du chef du clan
Lavalas s6cessionniste, l'ex-d6put6 Yves Cristallin,
parmi les membres de la commission de r6flexion sur la
Constitution qui a &t6 installed jeudi par le president
Preval qui va les en dissuader.
On connait aussi les protestations des
Ambassades des Etats-Unis et du Canada, de
l'Organisation des Etats-Am6ricains/OEA et de l'ONU
(via la Minustah) d6nonqant l'61imination des candidats
de Fanmi Lavalas, le parti le plus implants dans les
masses urbaines et rurales, comme une menace A la


cr6dibilit6 des prochaines
elections, et par voie de
consequence A la cr6dibilit6 des
institutions haitiennes.
Et ainsi de suite, A la
cr6dibilit6 de l'ceuvre accomplie
par la communaut6 international
en Haiti.
Et c'est 1l le hic.

D6truire des
emplois au lieu d'en crier

D'autre part, de sources
combines, les grands pays
impliqu6s dans l'entreprise de
stabilisation en Haiti reprochent
A Rend Preval de faire, si l'on
peut dire, beaucoup de politique
mais pas assez autre chose.
Essentiellement pas de
creation d'emplois.
Le president ha'tien
vient solliciter une aide sp6ciale
de 75 A 100 millions de dollars
(en temps normal une bagatelle),
mais qu'offre-t-il en &change ?
La TELECO


(compagnie


nationale de


telecommunications) est pratiquement ferm6e. Ni
modernisde (l'Etat haitien n'a pas un sou A investir).
Ni privatisation. Aforce d'y avoir r6sist6, la TELECO
ne trouve plus preneur.
Cependant 90 pour cent de son personnel a
ett renvoy6 depuis deux ans.
Done le gouvernement a d6truit des emplois
au lieu d'en cr6er car le processus s'est arrft6 la.
Le port de la capitale, A force d'etre sous-
6quip6 et g6rt dans l'ind6cision, reste le plus cher de
toute la Caraibe, d6toumant une forte partie du tonnage
vers ceux de la R6publique dominicaine voisine. Mais
le gouvernement Preval, apres quelques vell6it6s ici
6galement, ne fait rien pour y rem6dier.

Apres nombre de promesses ...
Au plan d6veloppement, aprds nombre de
promesses rien absolument n'a &t6 accompli alors
meme qu'un minimum de mieux 6tre est le complement
indispensable A la stability des rues retrouv6e bon gr6
mal gr6 grace A la presence militaire internationale.
Grace aussi A la sagesse d'un peuple dont les
observateurs strangers n'arrivent pas A comprendre
qu'il soit aussi patient. Compare A d'autres au sort
beaucoup moins ingrat, comme nos voisins
Guadeloup6ens.
En tout cas, les visites de missions haitiennes
S1l'6tranger et de missions 6trang&res en Haiti qui se
multipliaient ces deux derni&res anndes, n'ont
d6bouch6 sur rien.
On raconte dans les milieux diplomatiques que
Mr. Prdval s'est meme oppose des projets
d'investissements d6ej structures. Comme la

(USA-HAITI/p.5)


Page 4








Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


HAITI & ARISTIDE

L'Histoire peut-elle etre un perp6tuel recommencement ?


(ARISTIDE... suite de la lre page)
6voque 6videmment les temps tumultueux du coup
d'6tat militaire (1991-1994) quandl'6ludu 16 d6cembre
1990, renvers6 par les forces armies haitiennes sept
(7) mois seulement apres son investiture, passera trois
anndes en exil A Washington, DC, pendant que le
peuple (masses urbaines et rurales et d'autres forces
progressistes) luttait d6sesp6r6ment pour son retour.
Finalement le president d6mocrate Bill Clinton envoya
une force militaire le remettre en selle A peine une annde
avant la fin de son mandat.
Est-ce que le meme scenario
est possible aujourd'hui ?
Des elections
d6mocratiques ont eu lieu en fevrier
2006, sous supervision international,
qui port&rent Rend Prdval au pouvoir
pour la seconde fois.
Cependant dlu grace A
l'apport massif du vote populaire
rest fiddle au leader de Fanmi
Lavalas, Prdval applique une politique
de < reconciliation nationale >> qui fait
la part belle A son ancienne opposition
mais dont curieusement Fanmi
Lavalas est presque exclu.
Cela pour d6boucher sur la
decision des conseillers 6lectoraux
d'exclure totalement le parti
d'Aristide des elections du 19 avril
prochain devant l6ire le tiers du Smnat.
De l'avis g6n6ral, avec
probablement l'assentiment du Palais
national.
national.Les membres
Bras de fer de moins Claude A1
en moins camoufl entre et Serge Hem
Preval et Aristide ... Bouzy Bonh/
Nul doute que l'avenir du Edouard, Fr
pays se trouve pour le moment
hypoth6qu6 par ce bras de fer entre le president en
exercice Rend Prdval et son pr6d6cesseur et ancien
mentor Jean-Bertrand Aristide. Et un conflit qui n'ose
pas avouer ses vraies causes. Et qui semble renvoyer
aux calendes grecques les espoirs des partisans de ce
dernier pour son retour sous l'actuel mandat
pr6sidentiel.


Qu'est-ce que...?
(USA-HAITI... suite de la page 4)
production d'6thanol ou bio-diesel A base de jatropha
(plante sauvage poussant dans les zones arides)
promue par les Etats-Unis et le Br6sil. Notons que ce
projet est 6galement combattu en Haiti par des
associations paysannes et des groupes
altermondialistes.
Mais on parle aussi d'une proposition de
l'Espagne pour implanter une relance de l'industrie
touristique (visite r6cente dans le Sud-est d'Haiti de la
reine Sophia d'Espagne). Le president Prdval aurait
r6pondu 1l aussi par un Niet !
Le gouvernement tient toutes ces
informations secretes. Outre qu'il n'offre aucune
alternative pour supplier au manque A gagner, en meme
temps que le pays s'enfonce toujours plus dans le
ch6mage et la misbre.
En un mot, on reproche au president Prdval
qu'il ne semble penser qu'A la r6forme qu'il souhaite
apporter A la Constitution et que tout y est aujourd'hui
subordonn6.
Tandis qu'aux Etats-Unis, victimes de la plus
grande crise 6conomique de leur Histoire depuis pres
d'un siecle, le mot d'ordre du nouveau president c'est
se resserrer la ceinture.
Les officiels haitiens ne renvoient peut-6tre
pas assez cette image A Washington !

Haiti en Marche, 21 Fevrier 2009


Par contre, Aristide se trompe s'il croit que le
denouement peut avoir lieu selon un sch6ma semblable
Aceluide 1994.
Une resolution a en effet &t6 introduite au
Congrbs amdricain par la Repr6sentante Barbara Lee
(membre du Black Caucus) d6nonqant les 6v6nements
qui ont conduit au brutal renversement du president
Aristide le 29 f6vrier 2004 et appelant A une
investigation du r6le qui futjou6 par le gouvemement
amdricain dans ces 6v6nements.


de la Commission de reflexion sur la Constitution (photo (
noise, Cary Hector Micha Gaillard, Edith Lataillade, Jer
i Vieux (membres du comity exdcutij) ; Jean-Claude Baje
omme, Charles Cadet, Yves Cristallin, Gtrard Dorcely, Ct
tddrick Lavaud, Yanick MAzile, Marie-Marthe Paul, Cha
Daniel Supplice, Sybille Thdard Mews (membres)
Enlev6 chez lui enpleine nuit, le chef de l'Etat
fut embarqu6 pour l'inconnue dans un avion militaire
am6ricain sans matricule. II atterrit enAfrique.
Si la resolution arrive au vote, celui-ci peut
d6boucher sur unjugement moral, et de fil en aiguille A
diffrrentes recommandations, dont peut-6tre celle
souhait6e particulibrement par l'ancien president et ses
fans les plus ardents : la fin officielle de son exil sud-
africain et 6ventuellement son retour au pays.

La donne politique a change ...
Cependant 1i s'arrnte toute comparaison avec
l'historique op6ration-retour de 1994.
Ce n'est pas que dans cette 6ventualit6 Mr.
Aristide ne serait pas requ par une multitude aussi
passionnde qu'autrefois les conditions 6conomiques
de ses centaines de milliers de partisans ont empire
depuis son 6loignement du pays.
Mais la donne politique n'est plus la meme.
Une force internationale campe dans le pays
depuis 2004. La seule faqon pour les Haitiens d'esp6rer
reprendre le contr6le total de leur souverainet6 n'est
pas dans la poursuite des luttes intestines qui nous
affaiblissent toujours plus au plan int6ret national, pas
plus que dans l'exclusion maintenue depuis toujours
par les anciennes l6ites, motif de toujours plus de
frustrations alimentant toujours plus les dissensions.
Chacun revient au pouvoir avec la promesse
de faire la reconciliation nationale. Mais aussi bien pour
Aristide hier que Prdval aujourd'hui, c'est
immanquablement la majority qui fait les frais. Son sort
continue de passer constamment de mal en pis.

L'immense majority toujours gros
Jean comme devant...
Et aujourd'hui jusqu'A son droit de vote qui
lui est confisqud. Car c'est A quoi revient objectivement
la decision des autorit6s actuelles d'annuler


l'inscription pure et simple du parti Fanmi Lavalas du
processus electoral. Nous disons bien : objectivement.
Car au-delA des opinions qu'onpeut se faire de l'ancien
president et d'autres caciques du mouvement, il reste
les espoirs engrang6s par tout un peuple dans ce label
fourre-tout il est vrai, mais dont tous ont fait A un
moment leurs choux gras, y compris Mr. Prdval ... ainsi
que beaucoup de leaders de l'ancienne opposition,
dont ceux de l'OPL. Seule l'immense majority qui
aujourd'hui comme hier reste gros Jean comme devant.
A cause entre autres que nos politiciens ne peuvent
jamais d6passer leur petite personne.
Ils sont les seuls au monde A pouvoir
rivaliser avec l'humour de Staline qui
disait A un contradicteur : << et si le
secretaire g6ndral n'est pas content
du peuple, alors qu'il change de
peuple. >>
Eux repeignent le peuple
chaque matin, aux couleurs de leurs
propres passions ou int6rets.

A fleur de peau ...
Malgr6 qu'il ne soit pas le
seul responsable de l'actuelle
situation comme nous l'avons fait
ressortir (et aussi que la Constitution
en vigueur bannisse l'exil), toute
vocation de la question Aristide
(serait-ce au Congrbs amdricain ou
ailleurs) qui ne prendrait pas
pleinement en consideration cette
atmosphre de ying yang (et presque
de haine continuant A r6gner dans la
classe politique comme il ressort de
Georges Dupe) la decision d'l6imination pure et
ry Tardieu simple du principal parti auquel
'ux, Franqoise adhere le peuple), voire la n6cessit6
amille Junior de commencer A colmater la grande
rles Suffrard, fracture sociale demeur6e intacte
avant comme apris le 29 f6vrier 2004
(car finalement la dissension n'est pas vraiment
politique, elle est historique), toute autre conclusion
ne serait gudre une avanc6e.
Les demiers 6v6nements d6montrent que les
emotions de part et d'autre sont encore trop A fleur de
peau pour qu'on puisse faire confiance aux dirigeants
de cette g6ndration (si le mot n'est pas trop fort) pour
r6aliser serait-ce une premiere esquisse du grand
dessein que m6rite enfin cette nation.

Haiti en Marche,
22 Ftvrier 2009


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2 5
OR. 305-6 20 -8300
FAX .305-520-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 280-00
_US S 40-00
US $ 42-00
SuS 70.00
US $ 70.00


Gdes 520,00
US 5 78.00
_ US $ 0.00
US$ 135.00
us $ 135.00


OBn se Ias d'un abo~nmnnut
avc Iiwison, 1t coot eat dIaoublt
PrAlrm da spcifirw l vous Atts
un nouvril bonn6
ou *iI a'.glt d'un rnouvllumnt


Nouveau
r --


Fenouvlllmnent


Page 5


Nodre
Adnus


Ham -
Etst Unis .


Europe
AmnAqua Latir


I


(ofst potir Si


1 C tt pourF~ml







Mercredi 25 F6vrier 2009
Page 6 Haiti en Marche Vol XXIII N0 05


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
UTILITIES MASTER PLAN (DRAINAGE)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code and
Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be required for Utilities Master Plan (DRAINAGE), for the
Miami-Dade Aviation Department (MDAD):

PLEASE BE ADVISED THAT THE FOLLOWING OCI PROJECTS WILL BE E-SOLICITED CONCURRENTLY, AS SEPARATE
PROJECTS:

OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A (DRAINAGE)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B (WATER)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C (SANITARY SEWER)

AS A RESULT, FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A PRIME FOR ONE (1) OF THE THREE (3) PROJECTS LISTED ABOVE
WILL BE PRECLUDED FROM PARTICIPATING IN THE REMAINING TWO (2) PROJECTS, AND MAY NOT PARTICIPATE ON
ANY TEAM AS A SUB-CONSULTANT.

FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A SUB-CONSULTANT MAY ONLY PARTICIPATE ON THREE (3) TEAMS TOTAL FOR ALL
THREE (3) PROJECTS.

The project consists of updating and maintaining the drainage master plans for Miami-Dade Aviation Department (MDAD) facilities. The
services include collecting and reviewing as-built data, field verifying as-built conditions, updating the utility atlas, updating the existing modeling
scenario, re-establish the future modeling scenarios, update the master plan document, review and update the MDAD design guidelines, review
and update the technical specifications, and assist the Department with environmental permitting issues.

The selected consultant will receive a Professional Services Agreement (PSA) with an estimated contract term of three (3) years with two (2) one
(1) year extensions.

EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS:

The prime must demonstrate experience in the below listed areas.

The prime must demonstrate a minimum of five (5) years cumulative experience, from the submittal date, in developing and maintaining drainage
master plans and associated computer modeling (SWMM and XP SWMM preferred) in airport and municipal stormwater management systems of
equal size and complexity as Miami International Airport (MIA).

The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrated by direct or
substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of
the individual's qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

10.01 Environmental Engineering -
Stormwater Drainage Design Engineering Services (PRIME)

6.01 Water and Sanitary Sewer Systems -
Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems

A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the
Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number
and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all
consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be
e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-
dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac(,miamidade.gov, via fax
at (305) 350-6265, or via telephone at (305) 375-2036.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement 5% Community Business Enterprise (CBE) Measure

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on February 25, 2009, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the
Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is March 20, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received
at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-
1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE
ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended.
Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.







Mercredi 25 F6vrier 2009 P _
Haiti en Marche Vol XXIII No 05 M IAM I-DADE Page 7

MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
UTILITIES MASTER PLAN (WATER)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code and
Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be required for Utilities Master Plan (WATER), for the Miami-
Dade Aviation Department (MDAD):

PLEASE BE ADVISED THAT THE FOLLOWING OCI PROJECTS WILL BE E-SOLICITED CONCURRENTLY, AS SEPARATE
PROJECTS:

OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A (DRAINAGE)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B (WATER)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C (SANITARY SEWER)

AS A RESULT, FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A PRIME FOR ONE (1) OF THE THREE (3) PROJECTS LISTED ABOVE
WILL BE PRECLUDED FROM PARTICIPATING IN THE REMAINING TWO (2) PROJECTS, AND MAY NOT PARTICIPATE ON
ANY TEAM AS A SUB-CONSULTANT.

FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A SUB-CONSULTANT MAY ONLY PARTICIPATE ON THREE (3) TEAMS TOTAL FOR ALL
THREE (3) PROJECTS.

The project consists of updating and maintaining the water master plans for Miami-Dade Aviation Department (MDAD) facilities. The services
include collecting and reviewing as-built data, field verifying as-built conditions, updating the utility atlas, updating the existing modeling
scenario, re-establish the future modeling scenarios, update the master plan document, review and update the MDAD design guidelines, review
and update the technical specifications and assist the Department with environmental permitting issues.

The selected consultant will receive a Professional Services Agreement (PSA) with an estimated contract term of three (3) years with two (2) one
(1) year extensions.

EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS:

The prime must demonstrate experience in the below listed areas.

The prime must demonstrate a minimum of five (5) years cumulative experience, from the submittal date, in developing and maintaining water
master plans and associated computer modeling (WaterCAD preferred) in airport and municipal water distribution systems of equal size and
complexity as Miami International Airport (MIA).

The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrated by direct or
substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of
the individual's qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

6.01 Water and Sanitary Sewer Systems -
Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems (PRIME)

10.01 Environmental Engineering -
Stormwater Drainage Design Engineering Services

A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the
Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number
and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all
consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be
e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-
dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.gov, via fax
at (305) 350-6265, or via telephone at (305) 375-2036.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement 5% Community Business Enterprise (CBE) Measure

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on February 25, 2009, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the
Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is March 20, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received
at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-
1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE
ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended.
Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.








Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


OBAMA CONTRE MACHIAVEL


Par Gary Klang

Quand je regarde Barack Obama, je vois
devant moi un << flneur >> de Jacmel, de Port-au-Prince
ou de Saint-Marc. Je me sens en phase avec lui comme
s'il allait se mettre A me parler creole. Quand un mec
d'Haiti, du Mexique, du Kenya ou du Caire regarde
Barack Obama, il voit quelqu'un qui aurait pu &tre de
chez lui. D6gaine, gestes, demarche, attention A l'autre,
attention au monde, refus des guerres stupides, tout
cela fait d'Obama l'un des n6tres et un des leurs. II
nous ressemble tous. Ni noir ni blanc, mais blanc et
noir.
A l'inverse, quand un Am6ricain blanc, un
Africain-Am6ricain typique ou un fondamentaliste


Le President Barack Obama


chr6tien de l'Oklahoma regarde Obama, il voit
quelqu'un qui ne lui ressemble pas ou qui n'a pas les
memes blessures dans l'Ame. Son pbre 6tait africain et
musulman, il porte en heritage un pr6nom arabe, a
grandi en Indondsie. Meme ses gestes ne lui sont pas
familiers, au point que les partisans de McCain l'ont
trait de musulman, comme si c'6tait 1i une insulte.
Mais qu'est-ce done qui explique que Barack Obama
ait gagn6 ? En plus de ses qualit6s, je crois que c'est
pr6cis6ment sa difference qui a fait toute la difference.
Bush avait mis en confiance l'Amdricain moyen. Or,
que lui a donn6 Bush ? La peur, la torture, le non-
respect des valeurs, le mensonge, la calomnie, une
guerre injuste que l'Am6rique est en train de perdre,
sans compter la faillite d'un systdme financier
totalement absurde.
Meme moi qui suis nul en 6conomie, moi qui
ddteste les chiffres, j'ai toujours pens6 que les Chi-
cago Boys 6taient naffs. Comment croire en effet qu'un
march, qui n'a aucune intelligence, peut se r6guler
seul et sans l'aide du gouvemement ? Ce systeme 6tait
inepte et n'avantageait que quelques-uns qui


l'imposirent au monde entier. Tout comme ils ontvoulu
imposer la non moins stupide iddologie des ndocons
qui pensaient d6mocratiser le Moyen-Orient d'un coup
de guerre magique en se d6barrassant de Saddam
Hussein. Aveugl6s par leur suffisance ou simplement
guides par la cupidity, ils ont sombr6 dans la folie que
Bush pre avait 6vit6e en gardant le meme Saddam au
pouvoirparce qu'il 6tait p6rilleux de vouloir gendarmer
le monde et, pire, pr6tendre se substituer aux peuples.
Ainsi, l'Am6ricain typique, Bush fils, n'a
apport6 que la tristesse, la mort et la desolation,
donnant une image terrifiante du pays d'Henry Miller,
de Hemingway, de Mohammad Ali (tiens, un autre nom
arabe !), de Faulkner, de Philip Roth, de Robert Ludlum,
de Duke Ellington, de Ray Charles, de Marlon Brando,
d'Abraham Lincoln, de
Rosa Parks, de Martin
Luther King. R6sultat :
Bush fils a fait hair cette
grande nation avec un
entatement et une arro-
gance sans pareils, un gofit
de la violence et de la ven-
geance indigne d'un
homme qui prend conseil
auprbs de J6sus et non de
son p&re naturel. Mais lui
et moi ne parlons pas du
mmme J6sus, car le mien a
toujours condamnd la vio-
lence, comme Gandhi,
Mandela ou Martin Luther
King. De quel J6sus parlent
donc W et ses preachers
qui voulaient faire tuer
Hugo Chavez pour p6ch6
de socialisme ? Aprbs 8
anndes de mensonges, de
violence, de ddlation, de
torture, de coups bas, de
coups tordus, de peur,
d'6coutes t6l1phoniques et de menaces,
les Amdricains et le monde entier en avaient
assez. R6pulsion, d6gofit, colkre. Nouveau
maccarthysme. Le Texan retrograde, parti-
san de la peine de mort et la pratiquant A
tour de bras, a 6chou6 moralement, politiquement,
m6taphysiquement, 6thiquement, humainement, A tous
les points de vue. Bush ou la faillite absolue !
Et c'est alors qu'arrive Barack Obama. Il ne
ressemble pas aux modules auxquels s'identifie
I'Amdricain moyen. Il ressemble A un stranger, un
homme venu d'ailleurs. Et pourtant, d&s le d6but, d&s
son premier discours, tout le monde sent que quelque
chose se passe. Et plus la campagne se poursuit, plus
la sauce prend. Le monde entier est obamiste. Enfin, le
4 novembre au soir, la baraque est cass6e pour de bon.
Les faits le confirmeront-ils, ou verrons-nous
une fois de plus se briser le reve 6ternel d'une humanity
meilleure ? Ce que nous savons du h6ros actuel, c'est
qu'il a plu par ses qualit6s intellectuelles et morales, sa
lucidity et son sang-froid, car durant la campagne
6lectorale, il s'est gard6 de calomnier ses adversaires,


a-A-
ous comm ..e.."

Scia"is*e da.ns ..
argo 6n6ra, BBril, ~ -
'rodults p6rtasaaes, rEffts


POUR VS RSERVATO DE cARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou earnw nous un e -mai& ais inijtC


contrairement a ses rivaux rdpublicains machiav6liques,
passes maitres dans l'art de la demolition (merci, Karl
Rove). Ce que nous savons aussi, c'est qu'il a promis
une rupture totale. Mais A l'heure de l'exercice du
pouvoir, A l'heure, oni comme dirait Rimbaud, le voilh
ramend au sol avec la r6alit6 rugueuse A dtreindre,
quelques questions viennent A l'esprit: Barack Obama
pourra-t-il se tenir hors des sentiers du cynisme ? Sera-
t-il l'homme ideal pour riconcilier l'Amdrique avec les
autres nations et d'abord avec elle-meme ? Qu'il le
veuille ou non, le << president global > devra r6pondre A
des questions d'int&ret global et pas seulement d'int&ret
particulier des Amdricains, puisque pr6cis6ment le
monde ext6rieur s'identifie A lui Avec la victoire
d'Obama nous entrons dans l'bre postmodeme, pour


Nicolas Machiavel


employer le jargon actuel. Une bre postnationaliste,
postdifference, postcynisme, postarrogance.
Les Etats-Unis doivent done d6sormais se
mettre au meme niveau que les autres, ne plus vouloir
imposer leur volonte a la manibre de la Rome antique
ou des anciens empires. Les grands empires ont fait
leur temps. Voici venu le temps du Rave-Monde, de la
Fraternity et de la Solidarit6 universelles. Obama est le
president d'un monde qui se reconnait en lui. Et
l'Amdricain, qui bizarrement se reconnait moins en lui,
le choisit parce qu'il est le pont qui permet la
reconciliation si n6cessaire. Un pont, et non un mur
comme Bush aimait en driger. Avec la victoire d'Obama,
ce n'est pas le mur de Berlin, mais le mur de Washing-
ton qui s'6croule, avec pour symbole l'effrayant Dick
Cheney dans un fauteuil roulant.
On a longtemps tue, viold, tortured, pendu, brfle
l'autre parce qu'il 6tait different. Dor6navant, et pour
la premiere fois peut-6tre dans la triste histoire de
l'humanit6, Obama a &t 61lu, non pas bien que, mais
parce qu'il est different. Grand signe des temps. Barack
Obama ou la victoire de la difference L'importance de
cette victoire, c'est d'abord Obama lui-meme, en de-
hors meme de sa politique. Le simple fait qu'une famille
noire occupe la Maison Blanche est deja une revolution
en soi. Et le 20 janvier, lorsque je le regardais entrer
dans la demeure des presidents am6ricains devant des
peuples en liesse,je me suis dit que cela seul constituait
deji un des plus grands moments de l'Histoire
contemporaine. Mais peut-on s'en contenter ? La
maisonbrfile, le monde est en feu. Le pompier en chef
et non le commander in chief changera-t-il le
comportement de la superpuissance qu'il dirige et,
partant, son regard sur l'autre ? Comment s'y prendra-
t-il pour ne plus tracer un axe du mal, ne plus bitir une
politique manich6enne excluant tous ceux qu'il juge
mauvais et entrainant ceux qu'iljuge fr6quentables dans
une croisade d'un autre Age ? Parlera-t-il encore sur un
ton m6prisant de la vieille Europe ? Par temperament
autant que par culture de la n6gociation, il est possible
de croire que ce type de langage rejoindra le mus6e des
horreurs du bushisme.
Que dira done pr6cis6ment Obama aux gens
qui manquent d'eau potable ? Aux enfants qui meurent
par milliers tous les jours du fait de la malnutrition ? La
main tendue aux musulmans dans son discours
d'investiture ira-t-elle jusqu'A une grande conference
universelle visant A remplacer l'id6e d'un choc des
(OBAMA/ p. 10)


Page 8







Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


o Vous voulez combattre le populisme ?
Chassez la pauvrete !
Faites la guerre a 1 'ignorance !
Bannissez la misere !
Recherchez l'dquilibre social autour de
l'dquite. >
Marc Antoine ARCHER
Je me souviens avoir entendu une fois dire a
un ami, lors d'une conversation, cette phrase qui m'a
port6e r6fl6chir non seulement sur la situation d'Haiti
mais aussi sur celle de certains de nos voisins. Vous
voulez combattre lepopulisme ? avait-il dit a des amis
communs (ce genre d'amis qui<< sont toujours li >> et
qui ne <>), Chassez la
pauvrete Faites la guerre a l'ignorance Bannissez
la misere Recherchez l'dquilibre social autour de
S'dquite.
En pensant a cette phrase, je ne peux
m'empecher de penser a ce qui se passe actuellement
chez nous et chez certains de nos voisins. La Bolivie,
le Venezuela, et tant d'autres. Un gros lot de problkmes
d'6quit6, sociale, 6conomique, de genre. Un monde de
conflits a cause de l'in6galit6 et des d6s6quilibres
profonds qui existent. Les groupes vulndrables sont
trop nombreux. On le voyait venir. On aurait pu pr6dire
le r6sultat de dimanche dernier.<< A16 Presidente > n'est
pas le seul 616mentjustificatif. On n'a qu'h regarder ce
qui se passe, malgr6 la richesse que renferme leur sous-
sol. Malgr6 l'importance des gisements prouv6s.
Malgr6 la longueur d'avance qu'ils auraient df avoir


OBAMA

CONTRE

MACHIAVEL
(... suite de la page 8)
civilisations par celle plus constructive d'une
cooperation rdelle et pacifique ? Quelle sera sa politique
vis-a-vis du Proche-Orient, de l'Afrique, de l'Amdrique
latine ? Nous nous doutons qu'il pensera d'abord a
satisfaire son proper peuple. Mais lui dira-t-il que tout
repli sur soi risquerait de nourrir les 6goismes des autres
et renforcer la rancoeur chez ceux qui ne demandent
pas mieux que de la cultiver ? Lui dira-t-il que la
politique selon Machiavel n'a jusqu'ici rien apport6
au bonheur de l'humanit6 ? Et puisqu'il a promis de
changer le monde, nous attendons beaucoup de lui,
meme s'il n'est ni Saint-Just, ni Robespierre. Obama a
dit vouloir changer le monde. Il faut le prendre au mot.
La plupart des grands changements de l'Histoire sont
fils de la violence : 1789, LUnine, Mao ... De rares ex-
ceptions, dont Gandhi, Mandela et Martin Luther King.
Ce qui semblait utopique s'est parfois r6alis6.
L'apartheid sud-africain est tomb6 et avant cela, Haiti,
alors Saint-Domingue, a conclu la revolution de 89 qui
avait affranchi les sansculottes, en int6grant l'homme
noir dans le processus de liberty. En 1804, Dessalines,
PNtion, Christophe et Toussaint Louverture ont lib6rd
le Noir de ses chaines, r6ussissant 1i oi Spartacus
avait 6chou6. Pour la premiere fois dans l'Histoire, une
R6publique noire compose d'anciens esclaves a gagn6
sa liberty en battant le maitre arrogant qui l'avait
asservie. Ces r6volt6s en guenilles avaient vaincu rien
de moins que les h6ros de Napoldon et de son beau-
frbre, le g6ndral Leclerc. Alors, si l'impossible peut se
r6aliser, pourquoi Obama ne pourrait-il pas renverser
le cours de notre d6primante histoire ? II lui faudra
pour cela combattre le Machiavel qui veille en tout
homme politique. II lui faudra continuer a fermer
d'autres Guantanamo disperses aux quatre vents de
l'Histoire. I1 lui faudra faire plus que de geler les salaires
mirobolants dans son administration. II devra effacer
les dettes insensdes des pays pauvres, donner une
couverture sante a ses concitoyens, programmer la
lutte rdelle contre la faim dans le monde, signer le
protocole de Kyoto... et alors, on pourra croire que
Barack Obama est nd, comme aurait dit Shakespeare,
sous une 6toile qui dansait.
Et pour cette lutte plan6taire, il appartient au
monde de ne pas rester spectateur. Une vigilance cri-
tique saura interdire a Obama tout retour dans le camp
des cyniques. Barack Hussein Obama a battu Bush et
ses amis. II doit maintenant vaincre Machiavel.
Gary Klang
dcrivain originaire d'Haiti,
vivant Montreal
Dernier texte paru :
lIl est grand temps de rallumer
les dtoiles>, podsie, editions Memoire
d'encrier Montreal, 2007


Inequite!

par rapport aux autres pays de la zone, le pays 6tait
recouvert de cette patine de pauvret6 que seule la
cupidity des elites peut procurer. Lui, il a su graviter
autour de l'inequit6 pour montrer son importance.
Populisme ? Incompetence des elites ? A vous de
choisir.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs,je
suppose que vous avez pu vous rendre compte que
les r6alit6s ethniques, les complexit6s identitaires,
commencent a prendre de l'importance dans la
gdopolitique mondiale. L'indig6nisme se revalorise.
Etre noir, complktement ou partiellement, avoir un
pourcentage de traits n6groides l6ev6 ou un
pourcentage de mdlanine sup6rieur a la moyenne, ne
doit plus supposer un handicap, pour la cons6cution
de hauts faits. Meme si certains, a travers leurs
caricatures, continuent a voir le singe chez nous,
NMgres. En r6alit6, a chaque fois que < le blanc > se
sent d6sorientW face << un negre >, il a recours au
singe. << Magot coiff6 de linge > avait dit l'un d'eux a
l'un des n6tres. Sup6rieur a lui dans tous les sens. Le
<< New York Post >> semble avoir voulu ressusciter ce
genre de parallble en absence d'arguments solides.
Quel supplice Je n'aurais pas voulu etre a leur place.
Enfin, ce mois de FHvrier, les deux se sont 6mus. Qui
l'eft dit ? << On n'auraitjamais pu imaginer que nous
aurions pu, vous et moi, etre ici aujourd'hui, en raison
de nos origines africaines >, a dit Mme. Jean a M.
Obama. Souhaitons un grand succes a ces voisins du
Grand Nord.
Enfin, ils ont derriere eux, une longue tradition
de respect. Ils ont cultiv6 chez eux la culture du
consensus. Non pas comme nous. Nos elites n'ont


pas rempli leur rle d'l6ite. Echec complet. Aucunprojet
collectif. Aucune volont6 de transformation. Ils le disent
durant le carnaval 2009. R6volte contre les << lites
criminelles >. R6volte contre l'6chec, contre les
immondices, contre la corruption. En parlant de
corruption, vous avez vu ce qui s'est pass. Un ancien
employed de l'Ambassade des Etats-Unis plaide
coupable de d6tournement de plus de 800.000 dollars
des comptes de l'Ambassade en Haiti. J'imagine que
le pauvre, de la meme facon que certains fonctionnaires
haitiens se disent que << chwal leta, chwal tout moun >>,
il devait se dire, pour sejustifier, que << volk k vole vole
pa vol >>. Ah, le pauvre I a mal compris la notion
d'impunit6 contre la corruption. II pensait sfrement
qu'il s'agissait d'une condition lide a l'origine d'un
individu. La mentality est peut-etre la premiere chose a
changer chez nous.
Enfin, chers amis, parlons de ce que nous
parlions. L'inequit6 sociale. L'absence de gestion de
la vulndrabilit6 dans notre soci6td. Je crois que,
ind6pendamment de nos reperes iddologiques, nous
ne pouvons qu'6tre favorable a l'6tablissement d'un
salaire juste, pour tout travailleur, car c'est le meilleur
moyen d'empecher la p6rennisation des structures qui
ont fait tant de mal a l'humanite et dont les s6quelles
semblent encore enchainer nos potentialit6s.
Chers amis, c'est peut-etre dur a admettre,
maisje suis de plus en plus convaincu que l'esclavage
a cree chez nous une cat6gorie d'hommes et de femmes
qui, mentalement, n'abandonneront jamais leur
condition de << contremaitres d'habitation>, propres a
tuer toute tentative de changement.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Fevrier 2009


Have your


Income


Tax


(Personal & Business)



Prepared by






JECE





Cantave!



Call 305-623-0708

for Appointment




Jean-Claude P. Cantave
Tax & Immigration Consultant
Lic. Real Estate & Mortgage Broker
Phone: 305-623-0708 Fax: 305-623-3848
E-mail: jccantave@haititradecenter.com
Web : www.haititradecenter.com


Page 9







Mercredi 25 F&vrier 2009
Page 10 Haiti en Marche Vol XXIII N0 05


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
UTILITIES MASTER PLAN (SANITARY SEWER)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code and
Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be required for Utilities Master Plan (SANITARY SEWER), for
the Miami-Dade Aviation Department (MDAD):

PLEASE BE ADVISED THAT THE FOLLOWING OCI PROJECTS WILL BE E-SOLICITED CONCURRENTLY, AS SEPARATE
PROJECTS:

OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A (DRAINAGE)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B (WATER)
OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C (SANITARY SEWER)

AS A RESULT, FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A PRIME FOR ONE (1) OF THE THREE (3) PROJECTS LISTED ABOVE
WILL BE PRECLUDED FROM PARTICIPATING IN THE REMAINING TWO (2) PROJECTS, AND MAY NOT PARTICIPATE ON
ANY TEAM AS A SUB-CONSULTANT.

FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A SUB-CONSULTANT MAY ONLY PARTICIPATE ON THREE (3) TEAMS TOTAL FOR ALL
THREE (3) PROJECTS.

The project consists of updating and maintaining the sanitary sewer master plan for Miami-Dade Aviation Department (MDAD) facilities. The
services include collecting and reviewing as-built data, field verifying as-built conditions, updating the utility atlas, updating the existing modeling
scenario, re-establish the future modeling scenarios, update the master plan document, review and update the MDAD design guidelines, review
and update the technical specifications and assist the Department with environmental permitting issues.

The selected consultant will receive a Professional Services Agreement (PSA) with an estimated contract term of three (3) years with two (2) one
(1) year extensions.

EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS:

The prime must demonstrate experience in the below listed areas.

The prime must demonstrate a minimum of five (5) years cumulative experience, from the submittal date, in developing and maintaining sanitary
sewer master plans and associated computer modeling (SewerCAD preferred) in airport and municipal sanitary sewer collection and transmission
systems of equal size and complexity as Miami International Airport (MIA).

The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrated by direct or
substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of
the individual's qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County.


TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

6.01 Water and Sanitary Sewer Systems -
Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems (PRIME)

10.01 Environmental Engineering -
Stormwater Drainage Design Engineering Services

A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the
Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number
and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all
consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be
e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-
dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.gov, via fax
at (305) 350-6265, or via telephone at (305) 375-2036.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement- 5% Community Business Enterprise (CBE) Measure

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on February 25, 2009, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the
Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is March 20, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received
at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-
1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE
ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-1 1.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended.
Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.








Mercredi 25 F6vrier 2009 !
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05 I


LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa),bellsouth.net


pr6par6e par un << Grand
Chef ))
* Le Sautdu Barril
* Le Palais de Sudre Telephones : 566-5361
Dartiguenavea Ansea 401-7108 / 514-0304
Veau E-mail : lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit Internet disponible
Trou datant de du 17""me
siecie... pour les clients


Page 11


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul r vez dwun aivenl meilur pour vos aants,
onwle lez au CMP
ANEEACADMOUE 2MO-20
PROGRAMMERS
UCENE EN:
Mahfta :4 ani

M a~SwwiMrwda= :4 Irn
IMd 48flfbngwuiui :2law
MatelluiCMan-wl : tanm
SOnNp MORGAGnnBANK :1N
Arssisenkimnriaese :i n
Ifil ea cyc4 miSt : O1 houinu2

Pew iLeena muwnstt ppaImI
CHP, Ddma 3
Tae:2 15831, 3 arO445, 24 26-2
Ema


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


Le Look
Rue P nmtiI6dcai #14,
mion-vinl, Hati
TM. 257-8374
Chnix incrayable de mantures:
Dor, Br rt BCwtM, e Vogue
Conrnulitain chaque jour
par un rMdcvinocnculistce







10 d6partements d'etudes

Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Project
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse
Herard # 3,
Port-au-Prince,
Harti, W.I.

www. cfdehaiti. cor

Par courriel:
Administration(iCDFEHaiti. com
GBrunet@CFDEHaiti. corn

Par telephones
(509) 2246-1425
3555-1575
2513-3726
3767-1575


Natif-Natal
Radyo Santibon an
1580 AM nan sid Florid la
www.wsrf.com tou patou sou la Te
Telefo-n: 305-945-1580 & 954-792-1580


Kapte Radyo Santibon an, Natif-Natal, chak Samdi maten de 7:00 a 8:00
Sou
1580 AM ou www.wsrf.com

Animasyon: Jean-Claude Prima Cantave
Olicier Pieriche, se envite nou demen Samdi 28 Fevriye 2009 la.
Ansyen Consul General d'Haiti a Miami an ap vi-n brase lide sou
Urgence d'une reforme dans la diplomatie Haitienne
Bon ekout!


Ede-m peye radyo ya
Download (achte) yon mizik Ayisyen pou $1.00 selman
sou
www.haititradecenter.com
Si ou ta renmen brase lide sou zo-n lakay ou,
Rele 305-623-0708 ou byen Email mwen nan


jccantave@haititradecenter.com


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"








Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


"Copyrighted Material


SSyndicated Content


Available from Commercial News Providers"


VIH/Sida/ VIOLENCES FAITES AUX FEMMES


nelles ou sexuelles de lapart de leur conjoint, indique
l 'tude une < rdponse i la violencefaite auxfemmes
produite par 1'Etat hattien. Ces violences rendent les
femmes vulndrables aux infections sexuellement
transmissibles, notamment le VIH/Sida.
Tanial, 26 ans, est aujourd'hui en
rehabilitation dans un centre d'h6bergement de l'Etat
haitien. Sur ses bras, ses seins, son dos et son ceil
droit, elle porte les traces des coups. Ceux-ci ne sont
que la face visible de l'iceberg. Mais le ravage, il est
surtout moral : repli sur soi, manque de confiance en
soi, effarement sont les termes utilis6s par le
psychologue pour traduire l'6tat psychologique de
Tania.
<< Les violences que j'ai subies pendant
ces six ans de vie commune avec lui- sont multiples et
multiformes. Elles ont commence par les humiliations
et la d6valorisation de tout ce qui fait ma singularity.
Quand, par exemple dans une discussion, je faisais
valoir mes arguments, il les rejetait d'embl6e et me traitait
d'idiote. Mais au travail, tout le monde me trouvait
intelligente et creative. Entre les deux opinions, je
balancais >, explique Tania, d'une voix pose.
<< Le plus dur, c'6tait ces relations sexuelles
forces. Des fois, j'6tais fatigue ou en col6re contre
lui, il les imposait. J'ai beau lui tourner le dos, il me
secouait l'6paule. Il me reprochait mon manque
d'affectivit6 et s'imaginait meme que j'avais des
relations extraconjugales. Finalement, je me laissais
faire. En fait, j'ai tout accept de lui pendant ces six
ans. Ses humiliations, les insultes. Jusqu'au jour oil
j'ai voulu foutre le camp pour me retrouver et retrouver
ma dignity. Il s'en est rendu compte et m'a roude de
coups >, explique t-elle, un sanglot dans la voix.
Magalie, 24 ans, est elle aussi place dans ce
centre d'h6bergement depuis tant6t quatre mois. Violde
par des inconnus alors qu'elle revenait de l'6glise,
rejet6e par sa communaut6 religieuse et sa famille,
d6connect6e de ses amiti6s, elle a perdu ses repbres
essentiels.
<< Ils taient six jeunes hommes. Ils m'ont
violde a tour de r6le. Ils m'ont s6questr6e pendant
plusieurs jours. Ils m'ont battue avec des cables
6lectriques. Chaque fois qu'ils me battaient, ils
m'injuriaient. Je ne comprenais pas pourquoi ils me
faisaient autant de mal, je ne les connaissais pas.
Quelles raisons ont-ils de me detester i ce point ?
Qu'est ce queje leur ai fait. Au dbut dans mon sommeil,
je les voyais qui s'avancaient vers moi et qui me
d6chiraient mes vetements. Maintenant grace a mes
seances avec les psychologues du centre, ces
cauchemars se sont espac6s Mais, je ne comprends
toujours pas pourquoi ils m'ont fait ga >, confie-t-elle.
Les rapports des organisations de femmes
montrent que les violences sexuelles, et notamment
les violences a l'6gard des femmes, sont trbs
r6pandues. Pour le mois de janvier 2009 seulement,
Kay Fanm a recens6 79 cas de viol.
<< Un cas tres courant, ce sont des femmes
battues pour avoir exig6 de leur conjoint l'utilisation
de pr6servatifs. Que leur partenaire r6gulier exige
l'utilisation de pr6servatifs est consid6rde comme un
affront pour beaucoup d'hommes. Ils estiment qu'il
s'agit d'un affront, voire la preuve que la femme
entretient des relations extra conjugales. C'est un des
facteurs a la base de la s6ropr6valence chez les femmes
en Haiti >, explique Yolette Andre Jeanty,
coordonatrice du programme d'assistance aux femmes
et filles violent6es.
<< Cependant, nous autres dans nos s6ances
de sensibilisation nous mettons l'accent sur la
n6cessit6 pour les femmes de se prot6ger. C'est la raison
pour laquelle nous faisons la promotion du pr6servatif
f6minin. Bien qu'il soit incommode par sa taille et son
mode d'utilisation, jusqu'h present c'est l'outil qui
garantit leur sante sexuelle. Et nous encourageons les


femmes a se faire d6pister. Car nous savons tous et
toutes que la violence faite aux femmes est un des
facteurs a la base de la propagation du VIH/Sida.
Comme je l'ai dit, le principal problkme vient des
relations conjugales oni les hommes refusent
cat6goriquement l'utilisation de pr6servatif > poursuit
la responsable de Kay Fanm.
Le taux de s6ropr6valence est trbs lev6 chez
les femmes. Pour 110 hommes infects on retrouve 115
femmes, selon la dernibre enquete de l'Institut Haitien
de Statistique (IHSI) (Emmus VI) alors qu'au d6but de
la manifestation de la pand6mie, la tendance 6tait
diffirente.


femmes << Les facteurs
emmes la base de
IST7 l'augmentation de la
ce aux I T sroprvalence chez les
femmes sont multiples
et multiformes : on retrouve la pauvret6 et/ou le
manque d'information. Cependant les violences
sexuelles, les violences psychologiques et notamment
les violences 6conomiques sont d6terminantes dans
l'augmentation des cas de contamination chez les
femmes. Beaucoup de femmes que j'accompagne ont
&td infect6es dans le cadre d'une relation r6gulibre.
Car dans ce genre de situation, l'utilisation du
pr6servatif n'est pas toujours de mise. Elle n'est pas
exig6e par les femmes parce qu'elles sont en confiance
ou encore parce qu'elles ont peur.
< Beaucoup de femmes n'exigent pas
(VIHH-FEMMES/p. 14)


M IAM I-DADE


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
a cidi/yrixKc Etcciinecc Eve-r Sdy


8772 NFEii 2 6md e Averinue

T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR Tt/TES LES OCCASIONS.
- R ception de pauirest pour Bel South. FPL. GAZ. CABLE TV.
BELL MOBILITY e...let...
- Connection id1ipheaique Chiz vOUA...


Ouvert
6 Jours
par
se mine:
830 am
a
7h30 pm


* ('MilmLs & Bepers
* ProlduIts pow la cusn
* ('udew.fu
C oal u '
.1,i ika'
*Macirneyr


*WC's vctnp&f R.. I Evang<0ue.
A/ uk. ItiBcn. Amnicain
V s dilaaciii. mrnAits. aDImoanialrml. Dranw
* hImiikiltc bfea it


Page 12


30% des
femmes en Haiti ont
subi des violences
physiques, emotion-


Quand les violences faites aux

augmentent leur vulnerabilite fa


__







Mercredi 25 F1vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


I CONCOURS SUR EPREUVES


BOURSE D'EXCELLENCE


EN HISTOIRE


CONTEMPORAINK

Connattre notre histolre de nation est une exigence.
Cette bourse universitaire, d6dide a la memoire de Roger Gaillard, a pour objet la
promotion de la recherche dans le domaine de /Histoire Contemporaine d'Ha/li.


La Fondatlon Roger Galliard organise son hultlime concours pour I'attribuuon d'une bourse d'une dure
de trols ans en vue de I'obtentlon d'un dlplme de MASTER.
Cette bourse d6butera des la rentr6e universitalre 2009-2010 dans uneuniversitA frangalse.

MOAITIE


1) Admlsl blllt sur dossir
2) Admission


Date de d6p6 des candidatures :
Phas 1.- Epreuve icrte:
Phase 2.- Epreuve oral :


6 Avil 2009
13 Avrl 2009
21 Avrll 2009


Admisslbilit6 sur dossier
Le {la) candidat {e) devra rermtre son dossier d'inscription un responsible de la FORG le Lundi6 Avrl 2009 de 10 heures AM 12 heures au local du
Reclorat de I' Universit6 d'Elat dfHaiti (U EH) & Port-au-Prince, Tout dossier incomplet sera rejet6.
Le dossier sera compos6 de:
1- original du diplime de baccalaur4al el une potocopie de cs diplime,
2- un curriculum vitae,
3- le Dipl6me de I'ECOle Normale Superieure. departemenl de Sciences Sociales, ou pour les present finsissants de r UEH une attestation
administrative de fin de cycle, ou un certificat d6quivalence d'un dipl6me d'une autre Facult de I' UEH dOment aneste par le Rectorat, et la
photocopie du document remis a la FORG,
4- une cope du m6molre (') de fin dgrtudes do r E.N.S (d6partement de Sciences Soclalos). I' original do r attestallon administrative de la mention
obtenue ou I'alestation administrative de as prochaine soutenance at la pilotocopie du document renmis la FORFG,
6- une lettre de motivation manuscrile sur I' interet port a rhistoire contemporaine, acconpagn6e de Ielres de reference de Doyens, responsables
de d6partement de la Faculte, prolesseurs.
5- la carte d' Atudlant de I'UEH (avec photo) et une pholocople de cette carte.
7- la carte d' idenlit6 fi$cale et une photocopie de cette carte.
(') Les m6mofres t dossiers swont resbti6s A ieur propfraire & issue de Wa phase dadmi'ssilAi.
La Comlti do pr6isKction sa rdunlra l 8 Avril 2009.
Lea candidate rtenus pour 1'6preuve krile seront informns dgs Ie Jaudl 9 Avril 2009 par I'inltrm6diaire du Rectdoat.


Les candidate admis au concours participerontl une epreuve de dissertation portant sur le thkme:
,* Les rivaids des grandes puissances dans fair de ea Caraibe au tounant des 19 eme el 20 eme sijcles.
Le cas des Grandes Antilles, avec une ouverure sur la premiere rmoit du 20erne siecle, sera particutierement cib.
L'6preuve ecrite se deroulera, sous la surveillance de responsables de la FORG, le Lundl 13 Avrll 2009, de 9 hres AM a 1 heure PM, au local du
Reclorat de I'Universite oEtat d'Haiti, Les candidats devront &tre runis diune piece d'identite et d'une attestation de leur Facultf (avec phoo ),
11s devront etre presents 30 minutes avanl Ie dAbut de r 6preuve.
Le Jury so r6unIra e 16 Avril 2009,
Les candidats retenus a I'issue de cette epreuve ecrite seront informs le Vendredi 17 Avril 2009 par I'interm6diaire du Rectorat.


Les admis, A issue de I'epreuve crite, seront convl s A un entreben avec le comit6 de selection, le Mardi 21 Avril 2009.
Le comity procedera au choix du laurbat de catte bourse d'6tude.


ERTLI: IJKAl
KItI'L'ULIIJLI: I.KR.'AII.


Ccv, barnx m oebrt
trAnttmh rj* rFrm
i 14ll1


WIMSod N IHin RKeraLde
.........._. ...... ""( lbuCIr DOP u
Sig UILt I'n P Le Matin
L~L k" w1p muleUh Ilf igiPub
L 5R-u |Bnl p o*-.-.-.-..-*,.o


PBou ir *t -fo B-- a n -dfi4a n d91*a I u a a-45 -3 297
1 fo^^^^^^^^^^^^^^^^^^^*rghait~i [lmrii~cm IM^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Page 13









Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


Allez de CAVETS a REFERE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solutions de la semaine passee


RB S
T PK
SL H
U I A
AWT


T H E R
THER
T URE
S RA Z
C H E 0
P H RBL
H Y B L
RYGM
AE OL
T J L 0
REOB
S FXB
VW H I
I T N J
I B Q T
RNJB
VAT P
0 L D S
OLDS
WMDE
UXMV
AS S R


DE R
AAN
C F F
MWK
S Z E
SAR
E I E
HN D
CUN
UJU
D F H
EAT
H L C
HLC
T L I
NT P
YV 0
WDR
VCT
I Z L


Trouvez les noms de 25 films nommes aux
Oscars cette annee dans le carre ci-dessus


CAVETS
r ~I. . --


00 M6lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anime
par F6quiBre Raphael


e eatt Ac& ot tCe tCcw4ae /


E n B ref... (...suite de la page 2)
C'est l'ambassadeur du Venezuela qui a lui-meme annonc6 la nouvelle, vendredi, A
l'occasion d'une conference de presse. Le diplomate en a profit pour presenter plusieurs
autres projets de d6veloppement, dans le cadre de la cooperation entre les
gouvernements haitien et v6n6zu1lien.
Parmi ces projets, citons la construction de 10 centres de sant6, l'am6nagement
d'a6roports, 1'6tude d'un programme d'agriculture pour le Plateau central et l'Artibonite.
Trois des dix centres de sant6 qui seront implants A Aquin (Sud), Anse-A-Veau (Nippes)
et aux Gonaives (Artibonite), offriront des soins gratuitement. La date d'inauguration est
fix6e au 28 mars prochain. L'ambassadeur a ajout6 que les sept autres centres destin6s A
d'autres d6partements, devraient 6tre inaugur6s avant juillet 2009.
<< Conscients des travaux des m6decins cubains en Haiti et des difficulties en termes
d'acces aux soins de sant6, le gouvernement bolivarien ajug6 important d'apporter un
soutien en ce sens. C'est pourquoi il a finance la construction de cex dix centres de
consultation, dont un dans chaque d6partement g6ographique du pays ou les gens
b6n6ficieront gratuitement de soins de sant6 >>, a expliqu6 M. Gonzalez le vendredi 20
F6vrier, au cours d'une conference de presse.

Deux nouvelles commissions ont tW installkes le jeudi 19 Fevrier
dernier
Le President Ren6 Pr6val a proc6d6 jeudi A l'installation de deux nouveaux groupes de
travail charges respectivement de produire des recommandations relatives A la r6forme
constitutionnelle et A l'am6lioration du systemejudiciaire. Forte de 17 membres, la
commission pr6sidentielle sur la r6forme constitutionnelle qui dispose d'un mandat de
quatre mois est compose comme suit: Coordonnateur, Claude Moise, Cary Hector, Edith
Lataillade, Jerry Tardieu et Serge Henri Vieux (membres du comit6 ex6cutif) ; Jean-Claude
Bajeux, Franqoise Bouzy Bonhomme, Charles Cadet, Yves Cristallin, G6rard Dorcely,
Camille Junior Edouard, Fr6d6rick Lavaud, Yanick M6zile, Marie-Marthe Paul, Charles
Suffrard, Daniel Supplice, Sybille Th6ard Mews (membres).


VIOLENCES FAITES AUX FEMMES


(... suite de la page 12)
l'utilisation du pr6servatif pour ne pas 6tre
accuses d'infid6lit6. Elles ont peur de la
reaction du conjoint. Elles ont peur aussi de
bousculer une relation qu'elles ont pris des
anndes a construire, une relation oi elles
ont investi du temps, leur 6nergie et bien
entendu beaucoup d'6motion. I1 suffit de
crder les conditions objectives pour casser
les r6ticences des femmes. Certaines
conventions internationales comme la
Convention Bel6m do Para, la declaration
d'engagement sur le VIH/sida adopted en


2001, et depuis 1977, par les Etats membres
de l'Organisation Mondiale de la Sante se
sont engages A garantir la sante sexuelle et
reproductive des populations et des femmes
en particulier. Ces conventions peuvent
servir de boussole a l'Etat haitien pour
donnerune r6ponse effective a des questions
qui touchent les femmes haitiennes >>,
explique Millord Dexai, Coordonatrice du
Collectif des F6ministes Universitaires
(CFU).
Natacha Clerge
Panos Caraibes


Page 14


Solutions de la
semaine passe:

M 0 RDU E
M 0 ORDUS
M 0 R D E S
MERDLE S

FEULE



F SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

EO

TPG

A R


Solutions de la semaine passe
S ORIPEAU


Is


N 1 l j j!M:, II ,il 1 i[ llniil i l il ,nll, ii,' i liiM i[ 1]ii


RE FE RE









Mercredi 25 Fvrier 2009 [
Haiti en Marche Vnl XXIIITTT N 05


Ti Gout Pa Ti Gout ak Jan Mapou


TRAS YOUN SANBAKI SEVIAKDE MEN
Ak : Michel-Ange Hyppolite


Nou konnen anpil sanba krey6l ki sevi ak de
men. Youn men pou trese branch franse literati Ayiti-a,
16t la pou simen pay&t krey6l. Sepandan, gen younn
nou ta pe tann depi lontan ak pwomes renouvelman
langay pwezi krey6l-la. Se Julio Jn-Pierre, manm
fondate Sosyete Koukouy Kanada, ki kite mak travay
li sou pow&t Koukouy Monreyal yo ak sou knk 16t
zanmi powdt ki travay kole-kole ak yo. Jodi-a nou vie
pale sou premye liv pwezi krey6l Julio Jn-Pierre ki
pote non Tras (2003). Tras Julio Jn-Pierre la se younn
nan rezilta dives ane refleksyon li konn fR ak nou
anndan Koukouy Monreyal. Tras se youn pwodui
imajis ak youn kadans natifnatal, menmsi gen youn ti
grenn sab tou piti ki rantre nan premye lage mot&-a,
Tras pa pedi anyen nan eskanp li pou sa. Nou va
tounen sou koze grenn sab sa-a pi devan nan refleksyon
nou sou liv-la.

Nan Tras,Julio Jn-Pierre sizle paw6l li ak mo
senp. Mo nou kontre chak jou. Men, Julio ba yo
kapasite pou yo emeveye nou ak grenn bote ki pran
ladesant nan oryantasyon imajis li, pou li ka koze ak
nou sou lanmou pyepoudre li osnon pou li rakonte
nou eta peyi-a. Koze lanmou Julio Jn-Pierre pajanm
mens. Nan Tras tankou nan 16t liv li ekri an franse yo,
Julio Jn-Pierre senen lanmou ak dives mouvman. Chak
mouvman se youn p6z pou santiman li rekreye chedtv
pasyon k' apjwe kachkachliben ak imajinasyonli k6m
m&t sanba. An nou k6manse ak younn ladan yo:

Nan radiyes men-m pwoche b6 k6t ou
Admire batiman k'ap kwaze avanjou
E ki ta vle sere pou 1I soley leve
Lonbray soley ki nan mitan r1 do-ou
Se younkle mwen ranmase
Pou ouvri tandres
Cheche b6l od& Lagrandans
Epi pou mwen reveye nan men-ou
San mwen pa d6mi
San mwen pa reve
Tras p.14-15

Nan segman sa-a, lanm afeksyon Julio part
aklW san sepet&t. Mo ki sevi pou charye lanmou Julio
ap vante-a, se batiman ak 16t mo ki sevi li sip6 nan
liypwezi-a; se lonbray soley ki ap pase nan youn
pozisyon sansib sou chapant k6 fanm ki nan lespri
ekriven-an. Se deteminan ki vin bay Lagrandans lebra
nan liypwezi ki gen Lagrandans ladan-an. Epitou, pi
devan ot&-a chwazi pou li reveye nan youn espas vital
nan k6 fanm lan, men li, san li pa menm d6mi. LU nou
sonje w61 pati anatomik sa-a, men an, genyen nan lavi
youn fanm, nou kab deja imajine pow&t la ki tounen
bijou, atik makiyaj, obje dekorasyon ak tout 16t b1l
mrvey fanm sa a kapab fR ak men li pou li fR ekriven an
reve san li pajanm d6mi. Tout lide sa yo n' ap pataje
ansanmyo, se f6s imaj ki ap deplwaye anndan liypwezi
sa yo ki kreye yo.
Younn nan dives met6d Julio Jn-Pierre
genyen pou li benyen lanmou, abiye-1 dekore li ak tout
kalite petal flt santi bon, se rantre li anba belantre
modpas ki rele peyi-a. Fanm Julio renmen mak6non
pous pa pous nan vantres zile nou an. LU konsa, li di
"Peyi-a anvi rele ou". An n' kite Julio pale:

Li [peyi a] anvi reveye-ou anba paw6l dous
Rekonsilye ou ak tout zile ou kite
Savann ou bliye
De men-m nan plennjadendedenn ou
Pou-m pran swen malanga ou
Twou bote ou
Wouze mwa desanm ou
Tras p. 23

Nan p6syon teks sa-a, eske vremanvre se
peyi-a ki ap aji osnon se ot&-a ki mete youn rechany
peyi sou pwent plim li pou li wouze mwa desanm fanm
sa-a, pandan li ap pran swen malanga li nan
jadendedenn lan?

Fanm Julio Jn-Pierre renmen se "Liv maji",
wanga twa mister, Ekz6d kote salomon rantre nan sevis
chanO1 pou kouve lakansy61 sansyalite ki ap
depl6tonnen nan babil6n. Se konsa Julio avanse pou
lidi:
Nan liv ou ban mwen an mwen aprann
li k6 ou
fen&t ou salomon ou

Yon etwal tou ble tou nf twouble
premye kantik nan pran lz limye
sou pwent tete ou
epi mwen envite papiyon efrayik
manje nanEkzbd
Tras p. 39-40

Tras se youn liv pwezi ki chaje ak womans. Si
nou pase li nan peny fen, nou va we komisyon k6
fanm, ki gen pouvwa reveye lanj kondiktW gason, rantre
nan dives kategori leksik nou pa ta janm atann:
Jadendedenn, malanga, twou bote, karenaj (p.21), pi
(p.35), kantin(p. 35), almanak(p. 35), lakansyl(p. 101
) eksetera. Nan Tras mo yo gen pouvwa eklere nou. Yo


se kavalye p6lka nou. Men se nou ki pou abiye yo ak
"bon santiman santi bon ...... ft yo pale langay kU
nou, konnen nou, renmen nou, zanmitay, travay ak
kouray" (Tras p. 54).

Pa kouri li Tras britsoukou. Pa leve ak mo yo
grenn pa grenn. Pa deplase yo nan gwoup kote y' ap
amonize-a, san nou pa pran san nou konekte yo ak
tout 16t mo ki nan lantouray yo. Sinon, nou pral kraze
plezi womans, paradi paw6l ot&-a ki pral vapore devan
je nou san nou pa rive kite bon sans nou, bon sant mo
yo, bd1 limye nouvote sans mo sa yo penetre tout etaj
kwasans nou nan sezon lekti-a. Tras se mak lanmou,
anprent peyi-a, pasyon ot&-a k'ap deplase mo sou
echikye lapaw6l ak frajilite karim anndan krim vanite
fayans lavi.

LU nou di peyi, nou dwe ft nou remake nan
Tras, Julio plis pote youn dimansyon konsta. Li mete
nou devan eta sitiyasyon an san li pa lonje dwt jouda
sou pyesmounn,ni tou li pa pote solisyon.
"Peyi a tounen nan twa w6ch dife
nan twou krab ak mango w6w6t
Men ou pa la pou dejwe moveze
ranvwaye ranvwa"

LU bra ou te la pou triye van kontre
mwen te gen kouraj sip6te
tan lontan sa a"
Tras p. 79-80

Nan "Nofraj" p. 81-82 se menm sitiyasyon
konsta-a. Ot&-a pa deside pran pozisyon. Li senpman
ap jwe youn wl6 akonpayat. Eske se vwayaj ale san
retou Yvon King lan ki desounnen li? Nan "Moniman
pou Yvon King" nou li:
Konbyen moun tankou ou ki mouri
pou peyi sa-a ka tounen yon peyi moun
konbyen moun ki mete do yo ate
pou maji lavi mache pi lwen"
Tras p.43-44


Youn grenn sab deryen

"Mwen pap sispann mete w6ch nan
mitan kouran pou pye ou pa mouye
1 zetwal disparet
Nou pap pedi Ogou nou pap twoke
okennlwa
nan tan malouk sa-a" ( Tras p. 13)
Ak paw6l daplon sa yo, nou ta kab atann nou
Julio Jn-Pierre pral aji ak prensip pyeb6f pou pyeb6f
pou nou pran li kay pratik-la, men se pa sa ki rive. Li
kite youn dekouv6t rapid piye tou pre wonn Ogoun li
pa pe twoke-a. Nan paj 12 liv la, pou noumenm, li twoke
Ogoun pou lew6p.
Tanzantan mwen gade lanpatdt liv ekriven
Ayisyen yo av6k menm kesyon mwen pral poze Julio
Jn-Pierre la: Pouki se pa te Moriso Lewa, Pauris Jn-
Baptiste, Jacques Stephen Alexis, Jean Price-Mars,
Koralen( Jean-Claude Maritineau),Rend Philoctkte
osnon youn paw6l granmounn ki nan paj 12 la? Pouki
se tras 16t mounn ki kontinye ap kalbende sou tras
nou vle kite pou pw6p tdt nou an? Si nou ch6che nou
va jwenn. Si nou ch6che nou dwe jwenn. Ann pran
abitid sonde, teste, tate pw6p eritay pa nou jouk nou
rive monte ak ason paw6l vivan pa nou anndan chak
grenn paj liv nou. Si nou ch6che nou va jwenn pou
nou f6 chen6, oubyen model. Si nou ch6che nou va
jwenn pou nou monte lanp, f6 lanpap6t epi voye krey6l
parey nou dodomeya nan sy6l lapanse. LU nou di
krey6l nou vle di Ayisyen. Tout Ayisyen se krey6l.
Gen mounn ki kab pa dak6 ak nou, paske yo ka twouve
nou f6men. Nou ap reponn yo, nou dwe aprann louvri
sou pw6p tdt nou, pou nou kreye pw6p espas pa nou,
chita asiz nou anvan nou k6manse v6ltije. Sinon, nou
pral pedi fey, pedi branch san nou pa pe rive layite
rasin nou, pou nou ranmase tras nou epi repar6t anvan
nou disparet. Plis nou lage k6 nou nan kouran iniv6ssl,
se plis n'ap pedi plas nou. Se plis tras nou ap fonn nan
siyon 16t mounn ki gen plis rasin pase nou epi ki poko
pare pou yo ranmase tras nou, b6 kote pa yo, san yo
pa konfonn nou volonteman ak yo pou nou tounen
yomenm. Pyebwa iniv6ssl la vante nan youn s6l sans.
Se Lew6p kiba lij 6vrin. Li pa pe pedi fry. Okontri, 1' ap
pouse rasin sou tout teren. Si nou pa rasanble f6s
nou, se w6 nou va w6 nou derasinen pedi nan tout fey
Lew6p. Si nou pa fe youn efo pou nou ranmase karakt6
nou, nou ka pedi k6 nou, nanm nou, lanng nou, pandan
nou ap kreye plas pou z6t vin manje nan plas nou.

Twa fry twa rasin o! Jete bliye, ranmase sonje
... Si ou swe pou mwen, mwen va chanje chemiz pou
ou. Swe pou mwen, se bay san kondisyon. Swe pou
mwen, se ban mwen espas pou mwen aji nan pw6p
entered mwen san ou pa w6 entered pa ou ladan. Sinon,
se va toujou menm bourik yo ki ap kontinye travay
pou bay menm chwal yo galonnen.

Lomeyans ak Istwakont nan Tras

Nan li Tras nou dekouvri youn lomeyans ki
pote non Emile Clestin M6gie ak youn istwakont ki
rele Paradi. Si noubezwen detay sou mo lomeyans lan
ak istwankont lan, nou va li Istwa Pwezi Krey6l Ayiti
ak Michel-Ange Hyppolite nan paj 218. LU ou pantan
sou lomeyans ki rele Emile Cdlestin Megie-a, ou ta kab


gen tandans mete li nan kategori Pwezigram, men pa
gen dekwa pou sa, paske se pa mesaj Julio Jn-Pierre
ap voye bay Emile Ctlestin Mtgie. Ot&-a senpman
vle pataje youn ti zenng 1z toupitipiti nan lavi Emile
Ctlestin Mtgie (Togiram) ak lekt li yo. Si nou ap
chiche f6m pwezi nou rele Pwezigram anndan Tras, se
nan teks kou "Ochan pou FRnan" ak nan teks ki pote
non Yvon King yo nou ap jwenn yo.
Emile Ctlestin Mtgie se youn lomeyans ki
chaje ak mevey ladan. An n' li ansanm

"Megie monte lakay li soley cho
nan mitan divizyon tanbou-1 yo
li dezabiye-1 wete chemiz
pantalon kalson chemizdt
Megie retire po-1 li retire zo-1
li retire tout che sou k6 li
li tounen papye glase
li tounen drapo labanye bandw6l
nan mitan bann tanbou yo
Tras p. 46

Transf6masyon Mtgie ki retire po li zo-1, ki
aganmafweze an drapo bandw6l eksetera anonse nou
teks ki rele Emile Ctlestin Mtgie a se youn lwanj pou
M6gie, men se anmenm tanyoun kont ki chaje ak mevey.
Emile Ctlestin Mtgie se youn kont vivan ak tout
repozwa achiv li kenbe lakay li, pou paw6l krey6l
kontinye pouse che vitametenam. Emile Celestin
Mtgie se istwa youn potorik gason, ki gen p6tray pou
li deklete chante, ft konse ak kons6n epi louvri drapo
pou dizuime. anndan. An n' li:
"L' Mgie ap rantre lakay li
li vire Marigo lanve
pou bay t&t li apostw6f
Chak galkt li pile
voye monte yon kont chante
yon silab yon mizik
epi se bal epi se f&t
konse kons6n epi dizuime"
Tras p. 48

Emile Ctletin Mtgie se istwa youn ras mounn
ki pajanm bay gany, paske yo konnen laviktwa pa pe
janm donnen nan youn espas ki manke konviksyon
devouman ak konstans.

Aspe ki lonnen plezi nou pandan nou ap li
Tras, se f6s imajis ki mete dives kalite kokad ak ne
koulan toupatou nan liv la. Youn 16t dimansyon travay
anndan Tras ki louvri admirasyon nou se fason Julio
Jn-Pierre pran san li pou li abiye lanmou ak dives gam
lide parap6 ak zile a, peyi nou, ansanm ak youn langay
chanpdt, langay nan laviwonn lavi peyizan, kote se
tout kalite fry ak dives aw6m ki pran lapaw6l pou
ansanse lanmou. Nou renmen tou fason eritay vodoun
an lage mak li tanzantan nan lizye liv la sou f6m lwa,
marasa, vMv, ginen, ounf6 eksetera.

Pou lavni, nou ap sigjere pou ot&-a pran plis
swen ak 6tograf mo yo, konsa li va evite devyasyon
ki kab f&t nan fason nou ap enteprete mesaj k' ap pase
anndan liv-la. Ot&-a genyen tou k6m devwa pou li pran
swen apostw6f yo paske anpil ladan yo mal plase
anndan liv-la. Pou enp6tans yo genyen nan ekri lanng
krey6l moddn lan, 1l yo mal plase se k6msi yo pa te la.

Tras se youn min limye ak pwomes reyon
miltip ki nan wout pou yo al dekachte 16t solky pi cho,
pi klere ak plis pisans. Tras se pwomes pou 16t zepi
krey6l vinjemen nan siyay teknik imajis la. Se ak kalite
zv sa yo pwezi krey6l Ayiti ap rive tabli younbaz pou
nou bati ansanm katedral chanj man ki dwe sevi senmaf6
pou sila yo ki nan wout konstriksyon pwezi krey6l
modn Ayiti-a.

Michel-Ange Hyppolite
(Kaptenn Koukorouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
Michelangehyppolite@rogers. com




Tanboloj i

Pim plap pim plap pim plap
Zipim plap zipim plap zipim plap
Zipitimpim
Zipitimpim
Zipitimpim plap
Zip pitip pitip panm panm
Zip pip panm
M'pa mounn m'pale
M'pa mounn m'palep petep petep
Pla-ou pla-ou
Lep petep petep
Pla-ou pla-ou
Zip pitip pitip panm panm
Zip pip panm
Zipim plap zipim zipim plap
Tap dibidi bidi bidi
Bidibidibidi
Panm pip pip pip
Panm pip pip
Pla-ou.

Kiki Wainwright


Page 15


. . ... .. ... . ... . . .... . . I - - - - - I- I


I







Mercredi 25 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 05


A Petion-ville, on abat les murs !


Les murs d'enceinte de plusieurs residences
et entreprises commerciales ont A et abattus la semaine
derniire d'ordre de l'administration communale.
Leurs propri6taires avaient requ depuis
plusieurs mois l'ordre de se conformer a une loi exigeant
que chaque propritde laisse de l'espace pour un trottoir
de 2 metres.
Alors que le meme projet qui avait commence
a Port-au-Prince a stopp6 sans explication, laissant les


rues transformees en chantiers a ciel ouvert, boueux
par temps de pluie et en un nuage de poussiere a la
saison seche, la municipality de Petionville a d6cid6
quant a elle d'aller de l'avant.
I1 ne reste d'autre choix aux propri6taires que
de se conformer. En esp6rant que les autorit6s de
Petionville ont plus de suite dans les idees que celles
de la capitale.


(photos B & E. E.)

Carnaval 2009
Defile des groupes a pied
E77w l, O_.


(photos Eugene Robenson)

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

Printed at Southeast Offset
^^^^^(305) 623-7788


SATURDAY MAY16, 2000
t PERFORMING LIVEf *

1 a u c m ...
TVWCH NHlMAK AMIMMi KONA AMMU .I 2XNALM"



I
S BICENTENNIAL PARK
DOWNTOWN MIAMI M
I 075 BISCAYNW BOULEVAlR MIAMI. FL. FOi INFO 30. 945. 8F14







1984-2009


k Hati a-


Amrba/Curapo


* Lmvralsi ii


*COM Pik-IP


* Prodlft


CAM, e s ul leader avec une tradition
frujours imitee, mais jamais egalee.

i~s^^s


Bahamas

Canada.


lles Turques


Jamaque

Rp. IDmn- m

App**. ion s*hs:
LUSA/Ccnado
O -800-934-0440
ou d'H ci a;:
PS '800-2256-8687
www.a ntra nsffer.c om


Pou'e pa les u toqi bancr d
u ih land, alcahoe k, M ll Wahig, tan DC. Geoaie. Rtdide lt ?a11.


ADOMI PURACIASIN l AGENCY 1"3 "" e VwA0 ECMfer pour nt str"ciBon"
Tel.; 78-457-880 Farc 30575-097 e -ma paReamaglaeom pd m I. turper br U i


Page 16


cAM Digice


* CAM iitelde


Etaftt-van




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 25 Février au 3 Mars 2009 • Vol XXIII • Nº 05 (USA HAITI / p. 4) (ARISTIDE / p. 5)Qu’est-ce que les Etats-Unis ont contre nous?MIAMI, 21 Février – Les messages qui nous viennent de Washington sont tous négatifs ? Est-ce pure coïncidence ou non ? Les autorités de l’immigration américaine viennent d’annoncer leur intention de déporter 30.000 sans-papiers haïtiens et que seul le refus du gouvernement haïtien de leur délivrer les documents nécessaires (sauf-conduit) empêche cette opération de se réaliser. En attendant, ces immigrants clandestins croupiront en prison, menacent les responsables américains. Les journaux de Floride, Miami Herald et Orlando Sun Sentinel, rappellent que le président haïtien René Préval avait demandé l’automne dernier aux officiels américains de suspendre les déportations, le temps de permettre à Haïti de reprendre son souffle après le passage de 4 ouragans coup sur coup. L’administration Bush marqua une courte pause. Puis en décembre dernier, sans préavis, les déportations ont repris. Ainsi que la chasse aux sans-papiers à travers tout le territoire des EtatsUnis. Mais le fait que le Service d’immigration ait besoin d’en faire une annonce solennelle, dévoilant en même temps un durcissement des mesures (ou la détention pour un temps indéterminé ou la résidence surveillée avec port de bracelet électronique), c’est cela qui surprend. MIAMI, 22 Février – Dans une récente note de presse communiquée par Dr Maryse Narcisse, sa représentante attitrée en Haïti, Jean-Bertrand Aristide annonce qu’une investigation a été ouverte sur le « coup d’état » du 29 février 2004 à la Chambre des Représentants à Washington et qu’il ne pense pas que le président américain Barack Obama, contrairement à son prédécesseur George W. Bush, soit prêt à cautionner ce que l’ex-président haïtien appelle « le prolongement du coup d’état de 2004 » qui, selon lui, caractérise la situation actuelle en Haïti. Aristide réagissait ainsi à une décision unilatérale du Conseil électoral provisoire (CEP) de disqualifier son parti,HAITI & ARISTIDEL’Histoire peut-elle être un perpétuel recommencement ?Fanmi Lavalas, de la course aux sénatoriales partielles fixées au 19 avril prochain. La déclaration de l’ex-président exilé en Afrique du Sud est venue jeter de l’huile sur le feu. Sur ce, le CEP publia une dernière liste de candidats agréés, écartant définitivement ceux du parti d’Aristide.Décision des conseillers électoraux avec approbation du Palais national …Cela alors que la communauté internationale (Etats-Unis, Canada, OEA et ONU) entreprenait des démarches pour porter l’organisme électoral à remettre Fanmi Lavalas dans la course. La déclaration de Jean-Bertrand Aristide Le chef de l’Etat et la Reine des reines ouvrant le bal au Palais national lors de la réception traditionnelle en l’honneur du comité du carnaval de Port-au-Prince et des majestés qui défileront sur les chars allégoriques (photo Georges Dupé) Le président Barack Obama reçu par la Gouverneure générale Michaëlle Jean à son arrivée à Ottawa le jeudi 19 février écoulé Préval et Aristide lors de la seconde investiture de ce dernier en 2001 (AP)Michaëlle Jean entretient Obama d’HaïtiOTTAWA, 22 février La Gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, d’origine haïtienne, a plaidé la cause de son pays natal avec le président des Etats-Unis, Barack Obama, qui l’a invitée à venir poursuivre la conversation à Washington. C’est du moins ce que rapporte la presse canadienne, The Canadian Press. « Le président Obama a précisé que c’est un sujet qui lui tient à cœur et qu’il est intéressé à en discuter et avoir les points de vue d’autres sur comment on peut être le plus utile pour aider au développement économique et social en Haïti », a rapporté aux journalistes l’assistant Secrétaire d’Etat James Steinberg. Ce dernier dit que les deux dignitaires ont discuté également du Sommet des Amériques qui se tiendra en avril au Trinidad et de l’importance de prêter attention à la situation dans tout l’hémisphère. Le président Barack Obama accomplissait jeudi (19 février) au Canada son premier voyage officiel à l’étranger depuis son investiture le 28 janvier dernier. Une école de danse exécutant une chorégraphie en mémoire des ancêtres indiens et africains (photo Thony Bélizaire)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 (EN BREF / p. 14) EN BREF ... EN PLUS ...(MARCHE / p. 3)Haïti doit apprendre à mieux défendre sa part du marché global …PORT-AU-PRINCE, 4 Février – « Manba lakay pi bon pase manba laba . » On peut le dire sans risque de se tromper après l’annonce de rappel ordonné par la FDA américaine à l’endroit de la pâte d’Arachides (appelée chez nous Manba) et des produits dérivés de toutes sortes (gâteaux, confiserie, céréales, crème à la glace etc). Le rappel concerne plus spécifiquement les produits fabriqués par l’entreprise Peanut Corporation of America (PCA). Plus de 500 personnes dans 43 Etats américains ont été malades après avoir consommé de la pâte d’Arachides, dont 8 sont morts. La moitié des malades étant des enfants. Les produits en question ont testé positifs aux salmonelles. La salmonellose se caractérise par des diarrhées et de la fièvre. Elle se soigne souvent en quelques jours, mais peut être dangereuse pour les jeunes et les personnes âgées. Or on sait combien les enfants aiment le « manba » ou beurre d’Arachide (en anglais peanut butter). Le « manba » d’Haïti, l’un des rares survivants de notre agroindustrie locale, lutte difficilement contre toutes ces marques américaines qui sont actuellement dans le collimateur, des parlementaires américains ayant demandé qu’une action au pénal soit introduite contre le fabricant. Au supermarché à Port-auPrince et dans les environs, les marques haïtiennes et les labels américains se côtoient sur les mêmes étagères. Aussi est-ce l’occasion ou jamais de souligner la valeur de notre « manba » national qui n’a jamais fait de mal à personne, joignant non seulement l’utile à l’agréable mais aussi l’un des rares secteurs dans notre pays qui soient encore créateurs d’emplois puisque beaucoup de familles préfèrent acheter leur beurre de cacahuètes (chez nous pistaches) à des mères de famille qui le fabriquent à la maison. Directement du producteur au consommateur. Et du commerce équitable avant la lettre. Aussi nous nous étonnons que les pouvoirs publics haïtiens n’aient pas saisi l’occasion (comme ils l’avaient fait en janvier 2008 dans l’affaire des poulets et œufs dominicains menacés de contamination par la grippe aviaire). Nous vivons en économie globalisée et en régime de compétitivité et toutes les occasions sont à saisir pour souligner la valeur de l’industrie nationale et de la production locale par rapport à la concurrence étrangère. Et dans le cas actuel du « manba », on ne risque pas d’être démenti. D’autant qu’il n’est un secret pour personne que les Etats-Unis subventionnent leur production agricole. Aussi une vaste campagne « mangez du manba haïtien natifnatal » devrait être en cours en ce moment chez nous. C’est la différence entre nous et nos voisins par exemple. On y reviendra dans un instant. Oui, on a vu la levée de boucliers après l’éclatement de l’affaire du lait contaminé à la mélamine fabriqué dans des usines chinoises. Même si la quasi-totalité des enfants victimes l’ont été en Chine, ce pays s’est vu matraquer par une presse occidentale bien imbue que nous vivons une guerre commerciale qui ne dit pas son nom et que la moindre erreur sera portée en épingle et résultera en millions de dollars de pertes. Souvenons-nous des efforts et même des menaces de la République dominicaine pour essayer de forcer l’Etat haïtien à annuler sa mesure d’interdiction d’importation des œufs et poulets après la découverte de foyers de grippe aviaire dans le pays voisin. Les producteurs dominicains ont probablement essuyé eux aussi des pertes importantes. C’est pour plusieurs millions de dollars par an que Haïti importe des œufs et poulets de la république voisine. D’un autre côté (et c’est de bonne guerre), le gouvernement haïtien voulait en profiter pour relancer la production aviaire nationale. Hélas, 4 ouragans sont passés par là. Aujourd’hui on ne sait plus ce qu’il reste de toutes ces bonnes résolutions. Aujourd’hui c’est le budget national qui n’arrive pas à être voté pour insuffisance de fonds. C’est l’austérité. C’est le cirage presque total ! On s’explique donc pourquoi chez nous la crise du « manba » américain est en train de passer comme une lettre à la poste. Mais peut-être aussi tout simplement parce que c’est des Etats-Unis qu’il s’agit … Personne alors ne bouge. Tel n’est pas le cas pour nos voisins dominicains (pour en revenir donc à eux). Ceux-là ne se contentent pas seulement de jouer à fond la compétitivité, mais ils veulent même éliminer toute concurrence, quitte à recourir à des méthodes peu catholiques (du moins concernant leurs voisins haïtiens). Vous avez entendu parler de la note de presse de la Tortug-Air, une compagnie aérienne locale, indiquant que les autorités dominicaines de l’aviation civile ont suspendu les vols de toutes les lignes haïtiennes sur leur territoire, exigeant que les autorités haïtiennes accordent immédiatement l’autorisation de vol en Haïti à toutes les compagnies dominicaines indistinctement même sans avoir passé les tests nécessaires. Récemment ce sont les autobus de l’unique compagnie haïtienne assurant le transport Portau-Prince – Santo-Domingo (alors qu’il y a au moins deux grands groupes dominicains sur le même réseau), qui étaient attaqués à coups de pierres par des individus probablement employés à cette fin, alors que les autobus traversaient le territoire voisin. Le gouvernement haïtien a dû se mettre de la partie pour arriver à une sorte d’entente. La note de presse de TortugAir dit s’en remettre aussi aux autorités haïtiennes en vue de rechercher une solution au bénéfice des clients haïtiens. (Aux dernières nouvelles, les vols de Tortug-Air vers la république voisine devaient reprendre le dimanche 8 février). Cependant en même temps que les voisins dominicains semblent avoir des problèmes à respecter les règles du jeu avec les Haïtiens dès que ceux-ci se portent en concurrents et non en simples acheteurs ou Le vendredi 20 Février, c’était la deuxième édition de l’événement culturel “Stars Parade”, inauguré en 2008 par le Caribbean Group. Cette année, Stars Parade s’est déroulé sous le thème « Ann BatayLa Parade des StarsYoun pou Lòt » et s’est élargi à d’autres participants. En effet on y a vu des étudiants, des enseignants, des hommes d’affaires, des politiciens, des lauréats d’examens du bac de l’année académique 2007/2008, des représentants de la diaspora défiler aux côtés de vedettes de la chanson de chez nous. Tout le monde vêtu de blanc, symbole de la paix et de la fraternité. Ces “stars” ont été accompagnées tout au long du trajet de motocyclistes, de “jambes de bois” et de mannequins exhibant de somptueuses robes créées en fonction du thème retenu par le comité organisateur de l’événement. Plus d’une cinquantaine d’artistes, d’écrivains et d’autres personnalités du monde culturel haïtien d’ici et de la diaspora ont répondu présent. L’objectif principal de Stars Parade, une activité riche en couleurs, consiste à réunir dans une même ambiance festive tous ceux qui ont du mérite mais qui restent méconnus pour la plupart de nos communautés éparpillées à travers le monde. La motivation première est la mise en valeur de ces personnalités qui ont acquis au cours de leur vie une certaine renommée et qui par conséquent font honneur à notre pays. Participants à la Stars Parade 2009 (photo Georges Dupé)René Préval lance officiellement les festivités carnavalesquesLe chef de l’Etat haïtien, René Préval, a donné vendredi soir le coup d’envoi du carnaval 2009 autour du thème “ Men nan men la vi ka bèl” (Avec la fraternité, la vie serait meilleure). Au cours d’une cérémonie très colorée au Palais national, le Président a salué le travail des différentes personnalités membres du comité organisateur, dont le maire de la capitale, Jean Yves Jason Muscadin, et une experte Mme Michaëlle Craan. Dans son allocution, Mr. Préval a noté : “ Les temps sont difficiles mais dans la solidarité nous pouvons œuvrer pour une vie meilleure”, soulignant le devoir des adultes de préparer un avenir meilleur pour les jeunes. Le Président croit que le carnaval 2009 peut redonner espoir à la population et confirmer le climat de stabilité. “ Majestés, je vous remets les clés de la ville pendant 3 jours “ a lancé le chef de l’Etat à l’endroit des reines et roi. De son côté, le maire de Port-au-Prince, Jean Yves Jason Muscadin, a donné l’assurance que tout est fin prêt pour les trois jours gras. “ Le comité de coordination générale du carnaval a fait preuve de réactivité et de créativité”, a-t-il dit, rappelant que l’organisation du carnaval correspond aux activités marquant le 260 ème anniversaire de la fondation de Port-auPrince. “Nous voulons que le carnaval soit une motivation supplémentaire pour réunir tous les citoyens autour du projet : « Une autre Port-au-Prince est possible, construisons la ensemble”, a-t-il conclu.Le Premier jour du Carnaval 2009Cependant beaucoup de gens soulignent que malgré les nombreux efforts consentis, les résultats n’ont pas été fameux. D’abord ont-ils souligné, il faut que cesse cette guerre de décibels entre les DJ installés sur les divers stands. Chacun a sa rangée de hauts parleurs et c’est à qui jouera plus fort sa meringue au profit de l’institution qui l’a engagé sur son stand. Pourquoi tant de musique sur les stands qui boycotte les groupes carnavalesques eux-mêmes. Beaucoup de bandes à pied ne peuvent pas faire le poids avec leurs petits instruments traditionnels quand elles arrivent devant ces stands mammouth et leur musique assourdissante. Cependant des efforts incroyables ont été faits pour les robes des Reines. C’est à qui en porterait la plus belle. Plusieurs modistes se sont attelées à la tâche et le résultat était vraiment beau à voir. Maquillages parfaits aussi. Par contre, il a semblé que les membres des groupes à pied étaient moins nombreux. Les indiens, les boeufs, les hindous, … Et puis, difficile de se faire une juste idée, de bien apprécier les masques et déguisements parce que l’espace réservé au défilé n’étant pas bien sécurisé avec des tréteaux, les gens non déguisés ont envahi le défilé.La centrale électrique de Carrefour en activitéA l’occasion des festivités carnavalesques, la capitale haïtienne connaît une nette amélioration de la distribution du courant électrique. En effet, la centrale électrique de Carrefour, don du gouvernement vénézuélien, a été mise en marche chaque jour de 4 heures de l’après-midi à 5 heures du matin.

PAGE 3

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE(... suite de la page 2) Réactions après le rejet de tous les candidats LavalasRenforcement du doute sur la tenue des électionsPort-au-Prince, le 17 février 2009 – (AHP)Le militant des droits de l’homme, Patrick Elie, a fait savoir mardi qu’on s’achemine tout droit vers un sénat sans légitimité populaire, après l’exclusion de l’organisation politique Fanmi Lavalas de la course électorale. “La décision du CEP de rejeter la dernière liste de candidats Lavalas présentée par un groupe de 5 parlementaires, pourrait vouloir dire que l’organisme électoral avait pour mission de mettre Fanmi Lavalas hors jeu, a-t-il dit. M. Elie a souligné que l’heure n’est plus à l’exclusion, après plus de 200 ans d’indépendance. Tous les secteurs devraient comprendre la nécessité de faire front commun pour chercher à faire avancer le pays et soulager ainsi les souffrances de la population, a estimé Patrick Elie qui s’en est pris aux chefs de faction qu’il accuse d’avoir offert un spectacle hideux en voulant prendre le contrôle de l’organisation à des fins inavouées. En dehors du comité exécutif mandaté par le représentant national, l’ancien président Jean Bertrand Aristide, est apparu un autre groupe dirigé par l’ancien député Yves Cristallin, puis un 3ème groupe de 5 parlementaires qui a affirmé avoir pris le contrôle de l’organisation jusqu’au retour d’exil de M. Aristide. Plusieurs parlementaires se sont également prononcés sur ce qu’ils nomment l’attaque du Conseil Electoral Provisoire (CEP) contre le parti de l’ancien président. Le CEP a décidé d’agréer soixante dix huit (78) candidats mais a rejeté tous ceux issus de Fanmi Lavalas. Le sénateur Jean Hector Anacacis, élu sous la bannière du parti présidentiel Lespwa (Espoir), pense «qu’en écartant Fanmi Lavalas du processus électoral, le CEP en a exclu la majorité des citoyens haïtiens ». Il a réaffirmé que la démocratie ne saurait se construire dans l’exclusion et que la légitimité d’une élection dépend en grande partie du pluralisme et du pourcentage de citoyens qui y prennent part. “Le parti Fanmi Lavalas reste très fort sur l’échiquier politique haïtien. Et ses partisans ont joué un rôle de premier plan dans les deux élections ayant conduit M. Préval à la magistrature suprême en 1996 et en 2006. Parallèlement, beaucoup de secteurs continuent de douter de la volonté du pouvoir exécutif et du CEP de réaliser les sénatoriales partielles du 19 avril. L’exclusion de Fanmi lavalas pourrait servir de prétexte au report de ces élections. Et le sénateur Jean Hector Anacacis connu pour des déclarations qui reflètent souvent la position de personnalités de l’exécutif, a une fois de plus rappelé qu’il soutenait l’organisation d’une seule élection à la fin de cette année. De son côté, le questeur du Sénat, Fritz Carlos Lebon, a appelé le chef de l’Etat à saisir la situation de confusion créée par la décison du CEP, pour lancer réellement le dialogue qu’il a prôné lors de la célébration du 205e anniversaire de l’indépendance du pays le 1er janvier 2009. Les élections, telles que le CEP veut les organiser, risquent d’enfoncer le pays davantage dans la crise, a dit M. Lebon. (CEP / p. 6) fournisseurs de main d’œuvre bon marché, eh bien tout à fait au même moment on apprend l’arrivée sur le marché local de Excel Gas, distributeur dominicain de gaz propane, qui vient officiellement nous aider à lutter contre le déboisement intensif de nos mornes. Selon les informations en provenance de Santo-Domingo, la compagnie Excel-Gas bénéficierait d’un contrat « d’exclusivité » de la part du gouvernement haïtien (mais dont personne n’avait entendu parler de ce côtéci de la frontière jusqu’à ce que l’information ait paru dans la presse dominicaine). Tout comme des compagnies dominicaines de construction de routes et autres infrastructures opèrent dans notre pays depuis longtemps, sans qu’on sache jamais trop sur les conditions des contrats signés avec l’Etat haïtien, et si tout cela respecte toujours les exigences d’appels d’offres et autres fixées dans le cadre du libre-échangisme. Que fait le Parlement ? On n’entend jamais sa voix alors que toutes ces dispositions qui règlent le commerce global et les rapports de réciprocité que nos voisins semblent avoir des difficultés à respecter à notre égard, que ce sont-là des dispositions législatives, donc intéressant au premier chef les parlementaires. Ainsi que notre société civile mais celle-ci n’a pas encore dépassé le stade de la lutte politique pour celle de la véritable défense du citoyen comme son nom de « société civile » pourtant l’indique … Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceHaïti doit apprendre à mieux défendre sa part du marché global … L ’EVENEMENT Le carnaval en photos p.1 La Parade des Stars p.2 ANAL YSE Qu’est-ce que les Etats-Unis ont contre nous ? p.1 POLITIQUE Haïti-Aristide : L’Histoire peut-elle être un éternel recommencement ? p.1 COOPERA TION Michaëlle Jean entretient Obama d’Haïti p.1 ECONOMIE GLOBALE Haïti doit apprendre à mieux défendre sa part de marché ? p.2 ACTUALITE Qui veut des élections ? p.3 LITTERA TURE & POLITIQUE Obama versus Machiavel p.8 LIBRE PENSER Iniquité ! p.9 SANTE Sida : un gel prometteur pour la protection des femmes p.11 SOCIETE VIH-Violences faites aux femmes p.12 URBANISME A Pétionville, on abat les murs ! 16

PAGE 4

Page 4 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Fort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak Middle-East. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-3205354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC. UNE ANALYSE (USA-HAITI... suite de la 1ère page) Le Présidnet RenéPréval, le Premier Ministre Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis et les présidents des deux chambres, Dr Kelly Bastien (Sénat) et Levaillant Louis-Jeune Chambres des députés lors de l’installation des deux commissions sur la Constitution et sur la Justice (photo Georges Dupé) (USA-HAITI / p. 5) En effet, dans l’océan des résidents illégaux aux Etats-Unis, les Haïtiens ne représentent même pas une goutte d’eau. Les clandestins s’élèvent à plus d’un million au moins alors qu’on parle de 30.000 Haïtiens au maximum. Quoique la crise économique ne permet pas au grand voisin d’être aussi tolérant à ce niveau qu’il a pu l’être dans le temps, mais pourquoi cet acharnement vis à vis des Haïtiens ?Un comble dans la sévérité …Or peu auparavant nous arrivait une autre mauvaise nouvelle. Le site du Département d’Etat, dansQu’est-ce que les Etats-Unis ont contre nous?le renouvellement de ses mises en garde aux voyageurs, affichait Haïti comme pays à éviter en priorité. Voici qu’aux critères précédents viennent aussi s’ajouter les conséquences des derniers ouragans, ce qui est un comble dans la sévérité. Haïti classée avec l’Irak et l’Afghanistan alors que le chef de la mission onusienne de maintien de la paix (Minustah), Hedi Annabi, indiquait peu auparavant que Haïti est beaucoup plus sécuritaire que la plupart des pays de la région. Qu’est-ce donc que les Etats-Unis ont contre nous ? Pourtant il y a quelques jours le président René Préval était reçu au Département d’Etat par la nouvelle Secrétaire d’Etat Hillary Clinton, elle-même une amie de longue date. Mme Clinton a visité Haïti après le rétablissement démocratique suite au renversement du gouvernement militaire putschiste en 1994 grâce à une René Préval était venu solliciter une aide spéciale de 75 à 100 millions de dollars pour « créer des emplois », expliquant que Haïti « se trouve à un tournant (…). Nous pouvons tout gagner ou tout perdre. » Mais Hillary Clinton a répondu sans faire de promesse précise : « Nous voulons travailler avec (les Haïtiens) pour construire une démocratie viable et une économie florissante. » D’autre part, le président haïtien en avait profité pour rendre visite aux grandes institutions internationales de financement (Fonds Monétaire International, Banque mondiale, Banque interaméricaine de développement/BID). La semaine dernière (vendredi 13 février), le FMI a accordé un prêt de 36,6 millions de dollars Conseil électoral provisoire (CEP) de tous les candidats aux prochaines sénatoriales du parti de l’ex-président en exil Jean-Bertrand Aristide, une regrettable affaire où beaucoup s’obstinent à voir la main du Palais national. Et ce n’est pas la présence du chef du clan Lavalas sécessionniste, l’ex-député Yves Cristallin, parmi les membres de la commission de réflexion sur la Constitution qui a été installée jeudi par le président Préval qui va les en dissuader. On connaît aussi les protestations des Ambassades des Etats-Unis et du Canada, de l’Organisation des Etats-Américains/OEA et de l’ONU (via la Minustah) dénonçant l’élimination des candidats de Fanmi Lavalas, le parti le plus implanté dans les masses urbaines et rurales, comme une menace à la crédibilité des prochaines élections, et par voie de conséquence à la crédibilité des institutions haïtiennes. Et ainsi de suite, à la crédibilité de l’œuvre accomplie par la communauté internationale en Haïti. Et c’est là le hic.Détruire des emplois au lieu d’en créer …D’autre part, de sources combinées, les grands pays impliqués dans l’entreprise de stabilisation en Haïti reprochent à René Préval de faire, si l’on peut dire, beaucoup de politique mais pas assez autre chose. Essentiellement pas de création d’emplois. Le président haïtien vient solliciter une aide spéciale de 75 à 100 millions de dollars (en temps normal une bagatelle), mais qu’offre-t-il en échange ? La TELECO (compagnie nationale de télécommunications) est pratiquement fermée. Ni modernisée (l’Etat haïtien n’a pas un sou à investir). Ni privatisation. A force d’y avoir résisté, la TELECO ne trouve plus preneur. Cependant 90 pour cent de son personnel a été renvoyé depuis deux ans. Donc le gouvernement a détruit des emplois au lieu d’en créer car le processus s’est arrêté là. Le port de la capitale, à force d’être souséquipé et géré dans l’indécision, reste le plus cher de toute la Caraïbe, détournant une forte partie du tonnage vers ceux de la République dominicaine voisine. Mais le gouvernement Préval, après quelques velléités ici également, ne fait rien pour y remédier.Après nombre de promesses …Au plan développement, après nombre de promesses rien absolument n’a été accompli alors même qu’un minimum de mieux être est le complément indispensable à la stabilité des rues retrouvée bon gré mal gré grâce à la présence militaire internationale. Grâce aussi à la sagesse d’un peuple dont les observateurs étrangers n’arrivent pas à comprendre qu’il soit aussi patient. Comparé à d’autres au sort beaucoup moins ingrat, comme nos voisins Guadeloupéens. En tout cas, les visites de missions haïtiennes à l’étranger et de missions étrangères en Haïti qui se multipliaient ces deux dernières années, n’ont débouché sur rien. On raconte dans les milieux diplomatiques que Mr. Préval s’est même opposé à des projets d’investissements déjà structurés. Comme la supplémentaires à Haïti pour l’aider à faire face à la crise mondiale et aux dégâts des derniers ouragans qui ont fait 800 morts et au moins 1 milliard de dollars de pertes. Selon les conditions accompagnant ce prêt, Haïti pourra prétendre à un allégement de sa dette d’ici la fin du premier semestre 2009, à condition de remplir les objectifs économiques fixés. On a toujours considéré jusqu’ici que l’un des points forts du gouvernement Préval est son respect rigoureux des dits objectifs économiques, communément appelés politique macro-économique (contrôle de l’inflation, des dépenses publiques, du taux de change etc). force militaire dépêchée par le président Bill Clinton. Cependant on apprend que le président Préval avait voyagé à Washington dans l’espoir de rencontrer le nouveau président américain Barack Obama. Après toute une semaine passée dans la capitale fédérale, cette rencontre n’a pu avoir lieu. Les conseillers du chef de l’état haïtien en la matière avaient peut-être parié sur le symbolisme d’une rencontre du président de la première nation noire du monde et du premier président noir de la plus puissante nation du monde.Haïti « se trouve à un tournant » … Comme s’il était un fils du pays ...Alors qu’est-ce qui n’irait pas dans les relations avec Washington ? Pourquoi celui-ci semble s’obstiner à nous envoyer des signaux négatifs depuis quelque temps ? Alors qu’on se serait même attendu à tout le contraire avec l’arrivée d’un président américain qui a été salué en Haïti comme s’il était un fils du pays. Tout cela se passant avant l’actuel problème du rejet par le Mais par ailleurs le Miami Herald a révélé que

PAGE 5

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 5 DE L’ACTUALITE (USA-HAITI... suite de la page 4) (ARISTIDE... suite de la 1ère page) production d’éthanol ou bio-diesel à base de jatropha (plante sauvage poussant dans les zones arides) promue par les Etats-Unis et le Brésil. Notons que ce projet est également combattu en Haïti par des associations paysannes et des groupes altermondialistes. Mais on parle aussi d’une proposition de l’Espagne pour implanter une relance de l’industrie touristique (visite récente dans le Sud-est d’Haïti de la reine Sophia d’Espagne). Le président Préval aurait répondu là aussi par un Niet ! Le gouvernement tient toutes ces informations secrètes. Outre qu’il n’offre aucune alternative pour suppléer au manque à gagner, en même temps que le pays s’enfonce toujours plus dans le chômage et la misère. En un mot, on reproche au président Préval qu’il ne semble penser qu’à la réforme qu’il souhaite apporter à la Constitution et que tout y est aujourd’hui subordonné. Tandis qu’aux Etats-Unis, victimes de la plus grande crise économique de leur Histoire depuis près d’un siècle, le mot d’ordre du nouveau président c’est se resserrer la ceinture. Les officiels haïtiens ne renvoient peut-être pas assez cette image à Washington ! Haïti en Marche, 21 Février 2009Qu’est-ce que...?HAITI & ARISTIDEL’Histoire peut-elle être un perpétuel recommencement ?évoque évidemment les temps tumultueux du coup d’état militaire (1991-1994) quand l’élu du 16 décembre 1990, renversé par les forces armées haïtiennes sept (7) mois seulement après son investiture, passera trois années en exil à Washington, DC, pendant que le peuple (masses urbaines et rurales et d’autres forces progressistes) luttait désespérément pour son retour. Finalement le président démocrate Bill Clinton envoya une force militaire le remettre en selle à peine une année avant la fin de son mandat. Par contre, Aristide se trompe s’il croit que le dénouement peut avoir lieu selon un schéma semblable à celui de 1994. Une résolution a en effet été introduite au Congrès américain par la Représentante Barbara Lee (membre du Black Caucus) dénonçant les événements qui ont conduit au brutal renversement du président Aristide le 29 février 2004 et appelant à une investigation du rôle qui fut joué par le gouvernement américain dans ces événements. Enlevé chez lui en pleine nuit, le chef de l’Etat fut embarqué pour l’inconnue dans un avion militaire américain sans matricule. Il atterrit en Afrique. Si la résolution arrive au vote, celui-ci peut déboucher sur un jugement moral, et de fil en aiguille à différentes recommandations, dont peut-être celle souhaitée particulièrement par l’ancien président et ses fans les plus ardents : la fin officielle de son exil sudafricain et éventuellement son retour au pays.La donne politique a changé …Cependant là s’arrête toute comparaison avec l’historique opération-retour de 1994. Ce n’est pas que dans cette éventualité Mr. Aristide ne serait pas reçu par une multitude aussi passionnée qu’autrefois les conditions économiques de ses centaines de milliers de partisans ont empiré depuis son éloignement du pays. Mais la donne politique n’est plus la même. Une force internationale campe dans le pays depuis 2004. La seule façon pour les Haïtiens d’espérer reprendre le contrôle total de leur souveraineté n’est pas dans la poursuite des luttes intestines qui nous affaiblissent toujours plus au plan intérêt national, pas plus que dans l’exclusion maintenue depuis toujours par les anciennes élites, motif de toujours plus de frustrations alimentant toujours plus les dissensions. Chacun revient au pouvoir avec la promesse de faire la réconciliation nationale. Mais aussi bien pour Aristide hier que Préval aujourd’hui, c’est immanquablement la majorité qui fait les frais. Son sort continue de passer constamment de mal en pis.L’immense majorité toujours gros Jean comme devant …Et aujourd’hui jusqu’à son droit de vote qui lui est confisqué. Car c’est à quoi revient objectivement la décision des autorités actuelles d’annuler l’inscription pure et simple du parti Fanmi Lavalas du processus électoral. Nous disons bien : objectivement. Car au-delà des opinions qu’on peut se faire de l’ancien président et d’autres caciques du mouvement, il reste les espoirs engrangés par tout un peuple dans ce label fourre-tout il est vrai, mais dont tous ont fait à un moment leurs choux gras, y compris Mr. Préval … ainsi que beaucoup de leaders de l’ancienne opposition, dont ceux de l’OPL. Seule l’immense majorité qui aujourd’hui comme hier reste gros Jean comme devant. A cause entre autres que nos politiciens ne peuvent (car finalement la dissension n’est pas vraiment politique, elle est historique), toute autre conclusion ne serait guère une avancée. Les derniers événements démontrent que les émotions de part et d’autre sont encore trop à fleur de peau pour qu’on puisse faire confiance aux dirigeants de cette génération (si le mot n’est pas trop fort) pour réaliser serait-ce une première esquisse du grand dessein que mérite enfin cette nation. Haïti en Marche, 22 Février 2009 hypothéqué par ce bras de fer entre le président en exercice René Préval et son prédécesseur et ancien mentor Jean-Bertrand Aristide. Et un conflit qui n’ose pas avouer ses vraies causes. Et qui semble renvoyer aux calendes grecques les espoirs des partisans de ce dernier pour son retour sous l’actuel mandat présidentiel. Les membres de la Commission de réflexion sur la Constitution (photo Georges Dupé) Claude Moïse, Cary Hector, Micha Gaillard, Edith Lataillade, Jerry Tardieu et Serge Henri Vieux (membres du comité exécutif) ; Jean-Claude Bajeux, Françoise Bouzy Bonhomme, Charles Cadet, Yves Cristallin, Gérard Dorcely, Camille Junior Edouard, Frédérick Lavaud, Yanick Mézile, Marie-Marthe Paul, Charles Suffrard, Daniel Supplice, Sybille Théard Mews (membres) Est-ce que le même scénario est possible aujourd’hui ? Des élections démocratiques ont eu lieu en février 2006, sous supervision internationale, qui portèrent René Préval au pouvoir pour la seconde fois. Cependant élu grâce à l’apport massif du vote populaire resté fidèle au leader de Fanmi Lavalas, Préval applique une politique de « réconciliation nationale » qui fait la part belle à son ancienne opposition mais dont curieusement Fanmi Lavalas est presque exclu. Cela pour déboucher sur la décision des conseillers électoraux d’exclure totalement le parti d’Aristide des élections du 19 avril prochain devant élire le tiers du Sénat. De l’avis général, avec probablement l’assentiment du Palais national.Bras de fer de moins en moins camouflé entre Préval et Aristide …Nul doute que l’avenir du pays se trouve pour le moment jamais dépasser leur petite personne. Ils sont les seuls au monde à pouvoir rivaliser avec l’humour de Staline qui disait à un contradicteur : « et si le secrétaire général n’est pas content du peuple, alors qu’il change de peuple. » Eux repeignent le peuple chaque matin, aux couleurs de leurs propres passions ou intérêts.A fleur de peau …Malgré qu’il ne soit pas le seul responsable de l’actuelle situation comme nous l’avons fait ressortir (et aussi que la Constitution en vigueur bannisse l’exil), toute évocation de la question Aristide (serait-ce au Congrès américain ou ailleurs) qui ne prendrait pas pleinement en considération cette atmosphère de ying yang (et presque de haine continuant à régner dans la classe politique comme il ressort de la décision d’élimination pure et simple du principal parti auquel adhère le peuple), voire la nécessité de commencer à colmater la grande fracture sociale demeurée intacte avant comme après le 29 février 2004

PAGE 6

Page 6 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT UTILITIES MASTER PLAN (DRAINAGE) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County C ode and Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be required for Utilities Master Plan (DRAINAG E), for the Miami-Dade Aviation Department (MDAD): PLEASE BE ADVISED THAT THE FOLLOWING OCI PROJECTS WILL BE E-SOLICITED CONCURRENTLY, AS SEPARATE PROJECTS: OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A (DRAINAGE) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B (WATER) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C (SANITARY SEWER) AS A RESULT, FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A PRIME FOR ONE (1) OF THE THREE (3) PROJECTS LISTED ABOVE WILL BE PRECLUDED FROM PARTICIPATING IN THE REMAINING TWO (2) PROJECTS, AND MAY NOT PARTICIPATE ON ANY TEAM AS A SUB-CONSULTANT. FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A SUB-CONSULTANT MAY ONLY PARTICIPATE ON THREE (3) TEAMS TOTAL FOR ALL THREE (3) PROJECTS. The project consists of updating and maintaining the drainage master plans for Miami-Dade Aviation Department (MDAD) facilities . The services include collecting and reviewing as-built data, field verifying as-built conditions, updating the utility atlas, updat ing the existing modeling scenario, re-establish the future modeling scenarios, update the master plan document, review and update the MDAD design guidel ines, review and update the technical specifications, and assist the Department with environmental permitting issues. The selected consultant will receive a Professional Services Agreement (PSA) with an estimated contract term of three (3) years with two (2) one (1) year extensions. EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS: The prime must demonstrate experience in the below listed areas. The prime must demonstrate a minimum of five (5) years cumulative experience, from the submittal date, in developing and mainta ining drainage master plans and associated computer modeling (SWMM and XP SWMM preferred) in airport and municipal stormwater management syste ms of equal size and complexity as Miami International Airport (MIA). The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrate d by direct or substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of the individuals qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County. TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS 10.01 Environmental Engineering … Stormwater Drainage Design Engineering Services (PRIME) 6.01 Water and Sanitary Sewer Systems … Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1St Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electron ically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www. co.miamidade.fl.us/dpm , at the following link Solicitations On-Line.Ž The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.gov , via fax at (305) 350-6265, or via telephone at (305) 375-2036. CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS One (1) Agreement … 5% Community Business Enterprise (CBE) Measure A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on February 25, 2009, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend. Deadline for submission of proposals is March 20, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be re ceived at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 331281983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED . This solicitation is subject to Miami-Dade Countys Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code , as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence. MIAMI-DADE

PAGE 7

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 7MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT UTILITIES MASTER PLAN (WATER) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County C ode and Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be required for Utilities Master Plan (WATER), for the MiamiDade Aviation Department (MDAD): PLEASE BE ADVISED THAT THE FOLLOWING OCI PROJEC TS WILL BE E-SOLICITED CONCURRENTLY, AS SEPARATE PROJECTS: OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A (DRAINAGE) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B (WATER) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C (SANITARY SEWER) AS A RESULT, FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A PRIME FOR ONE (1) OF THE THREE (3) PROJECTS LISTED ABOVE WILL BE PRECLUDED FROM PARTICIPATING IN THE REMAINING TWO (2) PROJECTS, AND MAY NOT PARTICIPATE ON ANY TEAM AS A SUB-CONSULTANT. FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A SUB-CONSULTANT MAY ONLY PARTICIPATE ON THREE (3) TEAMS TOTAL FOR ALL THREE (3) PROJECTS. The project consists of updating and maintaining the water master plans for Miami-Dade Aviation Department (MDAD) facilities. T he services include collecting and reviewing as-built data, field verifying as-built conditions, updating the utility atlas, updating the e xisting modeling scenario, re-establish the future modeling scenarios, update the master plan document, review and update the MDAD design guidel ines, review and update the technical specifications and assist the Department with environmental permitting issues. The selected consultant will receive a Professional Services Agreement (PSA) with an estimated contract term of three (3) years with two (2) one (1) year extensions. EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS: The prime must demonstrate experience in the below listed areas. The prime must demonstrate a minimum of five (5) years cumulative experience, from the submittal date, in developing and mainta ining water master plans and associated computer modeling (WaterCAD preferred) in airport and municipal water distribution systems of equal size and complexity as Miami International Airport (MIA). The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrate d by direct or substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of the individuals qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County. TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS 6.01 Water and Sanitary Sewer Systems … Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems (PRIME) 10.01 Environmental Engineering … Stormwater Drainage Design Engineering Services A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1St Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electron ically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www. co.miamidade.fl.us/dpm , at the following link Solicitations On-Line.Ž The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.g ov, via fax at (305) 350-6265, or via telephone at (305) 375-2036. CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS One (1) Agreement … 5% Community Business Enterprise (CBE) Measure A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on February 25, 2009, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend. Deadline for submission of proposals is March 20, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be re ceived at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 331281983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED . This solicitation is subject to Miami-Dade Countys Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code , as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence. MIAMI-DADE

PAGE 8

Page 8 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 (OBAMA / p. 10)LITTERATURE & POLITIQUEPar Gary Klang Quand je regarde Barack Obama, je vois devant moi un « flâneur » de Jacmel, de Port-au-Prince ou de Saint-Marc. Je me sens en phase avec lui comme s’il allait se mettre à me parler créole. Quand un mec d’Haïti, du Mexique, du Kenya ou du Caire regarde Barack Obama, il voit quelqu’un qui aurait pu être de chez lui. Dégaine, gestes, démarche, attention à l’autre, attention au monde, refus des guerres stupides, tout cela fait d’Obama l’un des nôtres et un des leurs. Il nous ressemble tous. Ni noir ni blanc, mais blanc et noir. A l’inverse, quand un Américain blanc, un Africain-Américain typique ou un fondamentaliste OBAMA CONTRE MACHIAVELl’imposèrent au monde entier. Tout comme ils ont voulu imposer la non moins stupide idéologie des néocons qui pensaient démocratiser le Moyen-Orient d’un coup de guerre magique en se débarrassant de Saddam Hussein. Aveuglés par leur suffisance ou simplement guidés par la cupidité, ils ont sombré dans la folie que Bush père avait évitée en gardant le même Saddam au pouvoir parce qu’il était périlleux de vouloir gendarmer le monde et, pire, prétendre se substituer aux peuples. Ainsi, l’Américain typique, Bush fils, n’a apporté que la tristesse, la mort et la désolation, donnant une image terrifiante du pays d’Henry Miller, de Hemingway, de Mohammad Ali (tiens, un autre nom arabe !), de Faulkner, de Philip Roth, de Robert Ludlum, de Duke Ellington, de Ray Charles, de Marlon Brando, d’Abraham Lincoln, de Rosa Parks, de Martin Luther King. Résultat : Bush fils a fait haïr cette grande nation avec un entêtement et une arrogance sans pareils, un goût de la violence et de la vengeance indigne d’un homme qui prend conseil auprès de Jésus et non de son père naturel. Mais lui et moi ne parlons pas du même Jésus, car le mien a toujours condamné la violence, comme Gandhi, Mandela ou Martin Luther King. De quel Jésus parlent donc W et ses preachers qui voulaient faire tuer Hugo Chavez pour péché de socialisme ? Après 8 années de mensonges, de violence, de délation, de torture, de coups bas, de coups tordus, de peur, contrairement à ses rivaux républicains machiavéliques, passés maîtres dans l’art de la demolition (merci, Karl Rove). Ce que nous savons aussi, c’est qu’il a promis une rupture totale. Mais à l’heure de l’exercice du pouvoir, à l’heure, où comme dirait Rimbaud, le voilà ramené au sol avec la réalité rugueuse à étreindre, quelques questions viennent à l’esprit : Barack Obama pourra-t-il se tenir hors des sentiers du cynisme ? Serat-il l’homme idéal pour réconcilier l’Amérique avec les autres nations et d’abord avec elle-même ? Qu’il le veuille ou non, le « président global » devra répondre à des questions d’intérêt global et pas seulement d’intérêt particulier des Américains, puisque précisément le monde extérieur s’identifie à lui ! Avec la victoire d’Obama nous entrons dans l’ère postmoderne, pour chrétien de l’Oklahoma regarde Obama, il voit quelqu’un qui ne lui ressemble pas ou qui n’a pas les mêmes blessures dans l’âme. Son père était africain et musulman, il porte en héritage un prénom arabe, a grandi en Indonésie. Même ses gestes ne lui sont pas familiers, au point que les partisans de McCain l’ont traité de musulman, comme si c’était là une insulte. Mais qu’est-ce donc qui explique que Barack Obama ait gagné ? En plus de ses qualités, je crois que c’est précisément sa différence qui a fait toute la différence. Bush avait mis en confiance l’Américain moyen. Or, que lui a donné Bush ? La peur, la torture, le nonrespect des valeurs, le mensonge, la calomnie, une guerre injuste que l’Amérique est en train de perdre, sans compter la faillite d’un système financier totalement absurde. Même moi qui suis nul en économie, moi qui déteste les chiffres, j’ai toujours pensé que les Chicago Boys étaient naïfs. Comment croire en effet qu’un marché, qui n’a aucune intelligence, peut se réguler seul et sans l’aide du gouvernement ? Ce système était inepte et n’avantageait que quelques-uns qui tour de bras, a échoué moralement, politiquement, métaphysiquement, éthiquement, humainement, à tous les points de vue. Bush ou la faillite absolue ! Et c’est alors qu’arrive Barack Obama. Il ne ressemble pas aux modèles auxquels s’identifie l’Américain moyen. Il ressemble à un étranger, un homme venu d’ailleurs. Et pourtant, dès le début, dès son premier discours, tout le monde sent que quelque chose se passe. Et plus la campagne se poursuit, plus la sauce prend. Le monde entier est obamiste. Enfin, le 4 novembre au soir, la baraque est cassée pour de bon. Les faits le confirmeront-ils, ou verrons-nous une fois de plus se briser le rêve éternel d’une humanité meilleure ? Ce que nous savons du héros actuel, c’est qu’il a plu par ses qualités intellectuelles et morales, sa lucidité et son sang-froid, car durant la campagne électorale, il s’est gardé de calomnier ses adversaires, employer le jargon actuel. Une ère postnationaliste, postdifférence, postcynisme, postarrogance. Les Etats-Unis doivent donc désormais se mettre au même niveau que les autres, ne plus vouloir imposer leur volonté à la manière de la Rome antique ou des anciens empires. Les grands empires ont fait leur temps. Voici venu le temps du Rêve-Monde, de la Fraternité et de la Solidarité universelles. Obama est le président d’un monde qui se reconnaît en lui. Et l’Américain, qui bizarrement se reconnaît moins en lui, le choisit parce qu’il est le pont qui permet la réconciliation si nécessaire. Un pont, et non un mur comme Bush aimait en ériger. Avec la victoire d’Obama, ce n’est pas le mur de Berlin, mais le mur de Washington qui s’écroule, avec pour symbole l’effrayant Dick Cheney dans un fauteuil roulant. On a longtemps tué, violé, torturé, pendu, brûlé l’autre parce qu’il était différent. Dorénavant, et pour la première fois peut-être dans la triste histoire de l’humanité, Obama a été élu, non pas bien que, mais parce qu’il est différent. Grand signe des temps. Barack Obama ou la victoire de la différence ! L’importance de cette victoire, c’est d’abord Obama lui-même, en dehors même de sa politique. Le simple fait qu’une famille noire occupe la Maison Blanche est déjà une révolution en soi. Et le 20 janvier, lorsque je le regardais entrer dans la demeure des présidents américains devant des peuples en liesse, je me suis dit que cela seul constituait déjà un des plus grands moments de l’Histoire contemporaine. Mais peut-on s’en contenter ? La maison brûle, le monde est en feu. Le pompier en chef et non le commander in chief changera-t-il le comportement de la superpuissance qu’il dirige et, partant, son regard sur l’autre ? Comment s’y prendrat-il pour ne plus tracer un axe du mal, ne plus bâtir une politique manichéenne excluant tous ceux qu’il juge mauvais et entraînant ceux qu’il juge fréquentables dans une croisade d’un autre âge ? Parlera-t-il encore sur un ton méprisant de la vieille Europe ? Par tempérament autant que par culture de la négociation, il est possible de croire que ce type de langage rejoindra le musée des horreurs du bushisme. Que dira donc précisément Obama aux gens qui manquent d’eau potable ? Aux enfants qui meurent par milliers tous les jours du fait de la malnutrition ? La main tendue aux musulmans dans son discours d’investiture ira-t-elle jusqu’à une grande conférence universelle visant à remplacer l’idée d’un choc des d’écoutes téléphoniques et de menaces, les Américains et le monde entier en avaient assez. Répulsion, dégoût, colère. Nouveau maccarthysme. Le Texan rétrograde, partisan de la peine de mort et la pratiquant à Le Président Barack Obama Nicolas Machiavel

PAGE 9

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 9Have your Income Tax ( Personal & Business ) Prepared by J.C. Cantave! Call 305-623-0708 for Appointment Jean-Claude P. Cantave Tax & Immigration Consultant Lic. Real Estate & Mortgage Broker Phone: 305-623-0708 Fax: 305-623-3848 E-mail: jccantave@haititradecenter.com Web : www.haititradecenter.com LIBRE PENSERcivilisations par celle plus constructive d’une coopération réelle et pacifique ? Quelle sera sa politique vis-à-vis du Proche-Orient, de l’Afrique, de l’Amérique latine ? Nous nous doutons qu’il pensera d’abord à satisfaire son proper peuple. Mais lui dira-t-il que tout repli sur soi risquerait de nourrir les égoïsmes des autres et renforcer la rancoeur chez ceux qui ne demandent pas mieux que de la cultiver ? Lui dira-t-il que la politique selon Machiavel n’a jusqu’ici rien apporté au bonheur de l’humanité ? Et puisqu’il a promis de changer le monde, nous attendons beaucoup de lui, même s’il n’est ni Saint-Just, ni Robespierre. Obama a dit vouloir changer le monde. Il faut le prendre au mot. La plupart des grands changements de l’Histoire sont fils de la violence : 1789, Lénine, Mao … De rares exceptions, dont Gandhi, Mandela et Martin Luther King. Ce qui semblait utopique s’est parfois réalisé. L’apartheid sud-africain est tombé et avant cela, Haïti, alors Saint-Domingue, a conclu la révolution de 89 qui avait affranchi les sansculottes, en intégrant l’homme noir dans le processus de liberté. En 1804, Dessalines, Pétion, Christophe et Toussaint Louverture ont libéré le Noir de ses chaînes, réussissant là où Spartacus avait échoué. Pour la première fois dans l’Histoire, une République noire composée d’anciens esclaves a gagné sa liberté en battant le maître arrogant qui l’avait asservie. Ces révoltés en guenilles avaient vaincu rien de moins que les héros de Napoléon et de son beaufrère, le général Leclerc. Alors, si l’impossible peut se réaliser, pourquoi Obama ne pourrait-il pas renverser le cours de notre déprimante histoire ? Il lui faudra pour cela combattre le Machiavel qui veille en tout homme politique. Il lui faudra continuer à fermer d’autres Guantanamo disperses aux quatre vents de l’Histoire. Il lui faudra faire plus que de geler les salaires mirobolants dans son administration. Il devra effacer les dettes insensées des pays pauvres, donner une couverture santé à ses concitoyens, programmer la lutte réelle contre la faim dans le monde, signer le protocole de Kyoto… et alors, on pourra croire que Barack Obama est né, comme aurait dit Shakespeare, sous une étoile qui dansait. Et pour cette lutte planétaire, il appartient au monde de ne pas rester spectateur. Une vigilance critique saura interdire à Obama tout retour dans le camp des cyniques. Barack Hussein Obama a battu Bush et ses amis. Il doit maintenant vaincre Machiavel. Gary Klang écrivain originaire d’Haïti, vivant à Montréal Dernier texte paru : «Il est grand temps de rallumer les étoiles», poésie, éditions Mémoire d’encrier, Montréal, 2007OBAMA CONTRE MACHIAVEL(... suite de la page 8) « Vous voulez combattre le populisme ? Chassez la pauvreté ! Faites la guerre à l’ignorance ! Bannissez la misère ! Recherchez l’équilibre social autour de l’équité.» Marc Antoine ARCHER Je me souviens avoir entendu une fois dire à un ami, lors d’une conversation, cette phrase qui m’a porté à réfléchir non seulement sur la situation d’Haïti mais aussi sur celle de certains de nos voisins. Vous voulez combattre le populisme ? avait-il dit à des amis communs (ce genre d’amis qui « sont toujours là » et qui ne « peuvent pas ne pas être là ») , Chassez la pauvreté ! Faites la guerre à l’ignorance ! Bannissez la misère ! Recherchez l’équilibre social autour de l’équité. En pensant à cette phrase, je ne peux m’empêcher de penser à ce qui se passe actuellement chez nous et chez certains de nos voisins. La Bolivie, le Venezuela, et tant d’autres. Un gros lot de problèmes d’équité, sociale, économique, de genre. Un monde de conflits à cause de l’inégalité et des déséquilibres profonds qui existent. Les groupes vulnérables sont trop nombreux. On le voyait venir. On aurait pu prédire le résultat de dimanche dernier. « Aló Presidente » n’est pas le seul élément justificatif. On n’a qu’à regarder ce qui se passe, malgré la richesse que renferme leur soussol. Malgré l’importance des gisements prouvés. Malgré la longueur d’avance qu’ils auraient dû avoir par rapport aux autres pays de la zone, le pays était recouvert de cette patine de pauvreté que seule la cupidité des élites peut procurer. Lui, il a su graviter autour de l’inéquité pour montrer son importance. Populisme ? Incompétence des élites ? À vous de choisir. Chères amies lectrices, chers amis lecteurs, je suppose que vous avez pu vous rendre compte que les réalités ethniques, les complexités identitaires, commencent à prendre de l’importance dans la géopolitique mondiale. L’indigénisme se revalorise. Être noir, complètement ou partiellement, avoir un pourcentage de traits négroïdes élevé ou un pourcentage de mélanine supérieur à la moyenne, ne doit plus supposer un handicap, pour la consécution de hauts faits. Même si certains, à travers leurs caricatures, continuent à voir le singe chez nous, Nègres. En réalité, à chaque fois que « le blanc » se sent désorienté face « à un nègre », il a recours au singe. « Magot coiffé de linge » avait dit l’un d’eux à l’un des nôtres. Supérieur à lui dans tous les sens. Le « New York Post » semble avoir voulu ressusciter ce genre de parallèle en absence d’arguments solides. Quel supplice ! Je n’aurais pas voulu être à leur place. Enfin, ce mois de Février, les deux se sont émus. Qui l’eût dit ? « On n’aurait jamais pu imaginer que nous aurions pu, vous et moi, être ici aujourd’hui, en raison de nos origines africaines », a dit Mme. Jean à M. Obama. Souhaitons un grand succès à ces voisins du Grand Nord. Enfin, ils ont derrière eux, une longue tradition de respect. Ils ont cultivé chez eux la culture du consensus. Non pas comme nous. Nos élites n’ont pas rempli leur rôle d’élite. Echec complet. Aucun projet collectif. Aucune volonté de transformation. Ils le disent durant le carnaval 2009. Révolte contre les « élites criminelles ». Révolte contre l’échec, contre les immondices, contre la corruption. En parlant de corruption, vous avez vu ce qui s’est passé. Un ancien employé de l’Ambassade des Etats-Unis plaide coupable de détournement de plus de 800.000 dollars des comptes de l’Ambassade en Haïti. J’imagine que le pauvre, de la même façon que certains fonctionnaires haïtiens se disent que « chwal leta, chwal tout moun », il devait se dire, pour se justifier, que « volè k volè volè pa volè ». Ah, le pauvre ! Il a mal compris la notion d’impunité contre la corruption. Il pensait sûrement qu’il s’agissait d’une condition liée à l’origine d’un individu. La mentalité est peut-être la première chose à changer chez nous. Enfin, chers amis, parlons de ce que nous parlions. L’inéquité sociale. L’absence de gestion de la vulnérabilité dans notre société. Je crois que, indépendamment de nos repères idéologiques, nous ne pouvons qu’être favorable à l’établissement d’un salaire juste, pour tout travailleur, car c’est le meilleur moyen d’empêcher la pérennisation des structures qui ont fait tant de mal à l’humanité et dont les séquelles semblent encore enchaîner nos potentialités. Chers amis, c’est peut-être dur à admettre, mais je suis de plus en plus convaincu que l’esclavage a créé chez nous une catégorie d’hommes et de femmes qui, mentalement, n’abandonneront jamais leur condition de « contremaîtres d’habitation», propres à tuer toute tentative de changement. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Février 2009Inéquité !

PAGE 10

Page 10 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05MIAMI-DADEMIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT UTILITIES MASTER PLAN (SANITARY SEWER) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County C ode and Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be required for Utilities Master Plan (SANITAR Y SEWER), for the Miami-Dade Aviation Department (MDAD): PLEASE BE ADVISED THAT THE FOLLOWING OCI PRO JECTS WILL BE E-SOLICITED CONCURRENTLY, AS SEPARATE PROJECTS: OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05A (DRAINAGE) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05B (WATER) OCI PROJECT NO. E08-MDAD-05C (SANITARY SEWER) AS A RESULT, FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A PRIME FOR ONE (1) OF THE THREE (3) PROJECTS LISTED ABOVE WILL BE PRECLUDED FROM PARTICIPATING IN THE REMAINING TWO (2) PROJECTS, AND MAY NOT PARTICIPATE ON ANY TEAM AS A SUB-CONSULTANT. FIRMS ELECTING TO SUBMIT AS A SUB-CONSULTANT MAY ONLY PARTICIPATE ON THREE (3) TEAMS TOTAL FOR ALL THREE (3) PROJECTS. The project consists of updating and maintaining the sanitary sewer master plan for Miami-Dade Aviation Department (MDAD) facil ities. The services include collecting and reviewing as-built data, field verifying as-built conditions, updating the utility atlas, updat ing the existing modeling scenario, re-establish the future modeling scenarios, update the master plan document, review and update the MDAD design guidel ines, review and update the technical specifications and assist the Department with environmental permitting issues. The selected consultant will receive a Professional Services Agreement (PSA) with an estimated contract term of three (3) years with two (2) one (1) year extensions. EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS: The prime must demonstrate experience in the below listed areas. The prime must demonstrate a minimum of five (5) years cumulative experience, from the submittal date, in developing and mainta ining sanitary sewer master plans and associated computer modeling (SewerCAD preferred) in airport and municipal sanitary sewer collection and transmission systems of equal size and complexity as Miami International Airport (MIA). The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrate d by direct or substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of the individuals qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County. TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS 6.01 Water and Sanitary Sewer Systems … Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems (PRIME) 10.01 Environmental Engineering … Stormwater Drainage Design Engineering Services A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1St Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electron ically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www. co.miamidade.fl.us/dpm , at the following link Solicitations On-Line.Ž The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.g ov, via fax at (305) 350-6265, or via telephone at (305) 375-2036. CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS One (1) Agreement … 5% Community Business Enterprise (CBE) Measure A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on February 25, 2009, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend. Deadline for submission of proposals is March 20, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be re ceived at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 331281983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED . This solicitation is subject to Miami-Dade Countys Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code , as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.

PAGE 11

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 11 PETITES ANNONCES Due to personal problems selling little farms (1 acre) in Orlando area. Transfer $500.00 $85.00 monthly. total price $6,750.00 no credit necessary. Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria. our e-mail is Investa@bellsouth.netLAND FOR SALE BEL FOUCHET Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408 Le Manolo InnTéléphones : 566-5361 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17èmesiècle… VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384 10 départements d’étudesLicence en : • Gestion d’Entreprise • Conception et Exécution de Projet • Economie et Finance • Sciences de l’Education • Sciences Comptables • Relations Internationales • Gouvernance Diplôme en : • Informatique de Gestion • Relations Publiques • Gestion de la MicrofinanceUNIVERSITE Centre de Formation et de Développement Economique (CFDE)Contactez nous :Angle Delmas 75 et Impasse Hérard # 3, Port-au-Prince, Haïti, W.I.www.cfdehaiti.comPar courriel: Administration@CDFEHaiti.com GBrunet@CFDEHaiti.com Par téléphones (509) 2246-1425 3555-1575 2513-3726 3767-1575 Sida: un gel prometteur pour la protection des femmesUn gel vaginal expérimental donne des résultats prometteurs dans la prévention de l’infection des femmes par le virus du Sida, ont annoncé des scientifiques américains lundi. D’autres produits similaires ont été testés sans succès par le passé, alors qu’un gel microbicide permettrait aux femmes de se protéger même si leur partenaire ne le fait pas. Les résultats de l’étude préliminaire menée dans plusieurs pays ne sont pas concluants mais ils laissent penser que le gel fabriqué par les laboratoires Indevus Pharmaceuticals, dans le Massachusetts, peut réduire légèrement le risque d’infection par le VIH, a expliqué le chercheur sud-africain Salim Abdool Karim, qui présentait les travaux lors d’une conférence médicale à Montréal. “C’est la première étude à ce jour qui montre que nous avons un candidat prometteur”, a-t-il souligné. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’en attendant l’éventuelle mise au point d’un vaccin, la maîtrise de leur protection par les femmes est cruciale dans la lutte contre le Sida, comme l’a montré l’expérience de la contraception. Le Sida a fait plus de 20 millions de morts en 20 ans et quelque 33 millions de personnes à travers le monde vivaient avec le VIH en 2007, selon l’ONUSIDA. Pour 2007, l’ONUSIDA a recensé 2,7 millions de nouvelles infections et 2 millions de décès liés au Sida. A l’échelle mondiale, les femmes représentent la moitié de toutes les infections à VIH, pourcentage stable depuis plusieurs années. Environ 3.100 femmes ont participé à l’étude présentée lundi, avant tout destinée à voir si le produit est sans danger. Un quart des femmes a utilisé le gel Indevus, censé empêcher le VIH de s’attacher à certains globules blancs du sang; un autre quart a utilisé un autre gel produit par les laboratoires ReProtect de Baltimore; la deuxième moitié a reçu un placebo, ou pas de gel du tout. Toutes les patientes étaient censées avoir des rapports sexuels protégés avec préservatif. L’étude, financée par les Instituts de santé nationaux américains (NIH), a été menée en Afrique du Sud, au Malawi, en Zambie, au Zimbabwe et aux Etats-Unis. Résultat: les femmes ayant utilisé le gel Indevus présentent un taux d’infection par le virus VIH inférieur de 30% à celui des autres sujets de l’expérience. La différence n’est toutefois pas statistiquement significative et pourrait donc n’être que l’effet du hasard. Des études plus vastes sont nécessaires, soulignent les autorités médicales. L’une d’elles, menée avec le gel Indevus auprès de 9.400 Africaines, doit s’achever en août. Un microbicide peut se présenter sous la forme d’un gel, d’une crème, d’un film, d’un comprimé ou d’une éponge, ou encore être incorporé dans un anneau vaginal qui libère progressivement une matière active. AP KJ ADVERTISINGSERVICESP.O. BOX 600673 Miami Florida, 33160-0673Publicités: Radio, Journaux et Tv. Aussi un service de traduction de Documents etc.Info (954) 559-7729 Evens Hilaire Consultant Natif Natal Radyo Santibon an 1580 AM nan sid Florid la www.wsrf.com tou patou sou la Te Telefo n: 305 945 1580 & 954 792 1580 Kapte Radyo Santibon an, Natif Natal , chak Samdi maten de 7:00 a 8:00 Sou 1580 AM ou www.wsrf.com Animasyon: Jean Claude Prima Cantave Olicier Pieriche, se envite nou demen Samdi 28 Fevriye 2009 la. Ansyen Consul General dHaiti a Miami an ap vi n brase lide sou Urgence d'une réforme dans la diplomatie Haïtienne Bon ekout! Ede m peye radyo ya Download ( achte ) yon mizik Ayisyen pou $1.00 selman sou www.haititradecenter.com Si ou ta renmen brase lide sou zo n lakay ou, Rele 305 623 0708 ou byen Email mwen nan jccantave@haititradecenter.com

PAGE 12

Page 12 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 ELECTIONS Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsFor computer access visit any Miami-Dade County Library or South Florida Workforce Career Center. For locations call 311.EOE/M/F/D/Veterans PreferenceDelivering Excellence Every Day Time to Shine! De leur côté, plusieurs députés Lavalas estiment que la décision du CEP est purement politicienne et répond à un ordre, allusion aux plus hauts autorités accusées d’avoir influencé l’organisme électoral. Le député de Saint Jean du Sud et Arniquet, Boisrond Jean Roland, indique qu’avec l’exclusion de Fanmi Lavalas de la course électorale, les conseillers électoraux démontrent qu’ils n’ont aucune crédibilité pour organiser des élections sérieuses et qu’ils n’ont que faire du renforcement de la démocratie. Selon Jean Roland Boisrond, la décision du CEP de mettre de côté Fanmi lavalas avait été arrêtée bien avant la soumission des candidatures.Renforcement du doute sur la tenue des élections“Nous sommes un parti qui a l’habitude de résister et nous allons continuer à résister comme on l’a fait en 1991 et en 2004. Et si le conseil électoral s’obstine à marcher sur la voie de la déraison, il aura certainement des comptes à rendre, a dit le député Boisrond. Et son collègue de Roche à Bateau, Paul Olivar, d’ajouter que la résistance se fera de manière pacifique. “Nous attendons que ceux qui ont ordonné notre exclusion viennent quémander nos voix, a-t-il indiqué. Le vice-président du Sénat, Andris Riché (OPL), a indiqué ne pas comprendre le tôlé provoqué par le rejet des candidats de Fanmi Lavalas des prochaines sénatoriales partielles. Selon le parlementaire, le chef du parti, M. (CEP... suite de la page 3) Aristide, n’est pas favorable à la participation des candidats de Fanmi Lavalas aux élections d’avril. Pour beaucoup, la décision de l’ancien président Aristide de ne pas supporter un processus vicié à la base est une preuve de prudence. Pour eux, même si les candidats avaient franchi l’étape d’agrément suite aux protestations de la communauté internationale, ils auraient été tous déclarés perdants aux résultats des élections. De plus, l’apparition de certaines factions qui voulaient soit prendre le contrôle de l’organisation politique ou la faire éclater pour en faire le satellite d’une autre secteur politique, sont des motifs de grande préoccupation pour le représentant national absent du pays.VIH/Sida/ VIOLENCES FAITES AUX FEMMESQuand les violences faites aux femmes augmentent leur vulnérabilité face aux ISTnelles ou sexuelles de la part de leur conjoint, indique l’étude une « réponse á la violence faite aux femmes » produite par l’État haïtien. Ces violences rendent les femmes vulnérables aux infections sexuellement transmissibles, notamment le VIH/Sida. Tania1, 26 ans, est aujourd’hui en réhabilitation dans un centre d’hébergement de l’État haïtien. Sur ses bras, ses seins, son dos et son œil droit, elle porte les traces des coups. Ceux-ci ne sont que la face visible de l’iceberg. Mais le ravage, il est surtout moral : repli sur soi, manque de confiance en soi, effarement sont les termes utilisés par le psychologue pour traduire l’état psychologique de Tania. « Les violences que j’ai subies – pendant ces six ans de vie commune avec lui – sont multiples et multiformes. Elles ont commencé par les humiliations et la dévalorisation de tout ce qui fait ma singularité. Quand, par exemple dans une discussion, je faisais valoir mes arguments, il les rejetait d’emblée et me traitait d’idiote. Mais au travail, tout le monde me trouvait intelligente et créative. Entre les deux opinions, je balançais », explique Tania, d’une voix posée. « Le plus dur, c’était ces relations sexuelles forcées. Des fois, j’étais fatiguée ou en colère contre lui, il les imposait. J’ai beau lui tourner le dos, il me secouait l’épaule. Il me reprochait mon manque d’affectivité et s’imaginait même que j’avais des relations extraconjugales. Finalement, je me laissais faire. En fait, j’ai tout accepté de lui pendant ces six ans. Ses humiliations, les insultes. Jusqu’au jour où j’ai voulu foutre le camp pour me retrouver et retrouver ma dignité. Il s’en est rendu compte et m’a rouée de coups », explique t-elle, un sanglot dans la voix. Magalie, 24 ans, est elle aussi placée dans ce centre d’hébergement depuis tantôt quatre mois. Violée par des inconnus alors qu’elle revenait de l’église, rejetée par sa communauté religieuse et sa famille, déconnectée de ses amitiés, elle a perdu ses repères essentiels. « Ils étaient six jeunes hommes. Ils m’ont violée à tour de rôle. Ils m’ont séquestrée pendant plusieurs jours. Ils m’ont battue avec des câbles électriques. Chaque fois qu’ils me battaient, ils m’injuriaient. Je ne comprenais pas pourquoi ils me faisaient autant de mal, je ne les connaissais pas. Quelles raisons ont-ils de me détester à ce point ? Qu’est ce que je leur ai fait. Au début dans mon sommeil, je les voyais qui s’avançaient vers moi et qui me déchiraient mes vêtements. Maintenant grâce á mes séances avec les psychologues du centre, ces cauchemars se sont espacés Mais, je ne comprends toujours pas pourquoi ils m’ont fait ça », confie-t-elle. Les rapports des organisations de femmes montrent que les violences sexuelles, et notamment les violences á l’égard des femmes, sont très répandues. Pour le mois de janvier 2009 seulement, Kay Fanm a recensé 79 cas de viol. « Un cas très courant, ce sont des femmes battues pour avoir exigé de leur conjoint l’utilisation de préservatifs. Que leur partenaire régulier exige l’utilisation de préservatifs est considérée comme un affront pour beaucoup d’hommes. Ils estiment qu’il s’agit d’un affront, voire la preuve que la femme entretient des relations extra conjugales. C’est un des facteurs à la base de la séroprévalence chez les femmes en Haïti », explique Yolette André Jeanty, coordonatrice du programme d’assistance aux femmes et filles violentées. « Cependant, nous autres dans nos séances de sensibilisation nous mettons l’accent sur la nécessité pour les femmes de se protéger. C’est la raison pour laquelle nous faisons la promotion du préservatif féminin. Bien qu’il soit incommode par sa taille et son mode d’utilisation, jusqu’à présent c’est l’outil qui garantit leur santé sexuelle. Et nous encourageons les femmes à se faire dépister. Car nous savons tous et toutes que la violence faite aux femmes est un des facteurs à la base de la propagation du VIH/Sida. Comme je l’ai dit, le principal problème vient des relations conjugales où les hommes refusent catégoriquement l’utilisation de préservatif » poursuit la responsable de Kay Fanm. Le taux de séroprévalence est très élevé chez les femmes. Pour 110 hommes infectés on retrouve 115 femmes, selon la dernière enquête de l’Institut Haïtien de Statistique (IHSI) (Emmus VI) alors qu’au début de la manifestation de la pandémie, la tendance était différente. et multiformes : on retrouve la pauvreté et/ou le manque d’information. Cependant les violences sexuelles, les violences psychologiques et notamment les violences économiques sont déterminantes dans l’augmentation des cas de contamination chez les femmes. Beaucoup de femmes que j’accompagne ont été infectées dans le cadre d’une relation régulière. Car dans ce genre de situation, l’utilisation du préservatif n’est pas toujours de mise. Elle n’est pas exigée par les femmes parce qu’elles sont en confiance ou encore parce qu’elles ont peur. 30% des femmes en Haïti ont subi des violences physiques, émotion« Les facteurs à la base de l’augmentation de la séroprévalence chez les femmes sont multiples (VIH FEMMES / p. 14) « Beaucoup de femmes n’exigent pas

PAGE 13

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 13CONCOURS SUR EPREUVES

PAGE 14

Page 14 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable LES JEUX En Bref...(... suite de la page 2) l’utilisation du préservatif pour ne pas être accusées d’infidélité. Elles ont peur de la réaction du conjoint. Elles ont peur aussi de bousculer une relation qu’elles ont pris des années à construire, une relation où elles ont investi du temps, leur énergie et bien entendu beaucoup d’émotion. Il suffit de créer les conditions objectives pour casser les réticences des femmes. Certaines conventions internationales comme la Convention Belém do Para, la déclaration d’engagement sur le VIH/sida adoptée enVIOLENCES FAITES AUX FEMMES2001, et depuis 1977, par les Etats membres de l’Organisation Mondiale de la Santé se sont engagés à garantir la santé sexuelle et reproductive des populations et des femmes en particulier. Ces conventions peuvent servir de boussole à l’État haïtien pour donner une réponse effective á des questions qui touchent les femmes haïtiennes », explique Millord Dexaï, Coordonatrice du Collectif des Féministes Universitaires (CFU). Natacha Clergé Panos Caraibes (... suite de la page 12) C’est l’ambassadeur du Venezuela qui a lui-même annoncé la nouvelle, vendredi, à l’occasion d’une conférence de presse. Le diplomate en a profité pour présenter plusieurs autres projets de développement, dans le cadre de la coopération entre les gouvernements haïtien et vénézuélien. Parmi ces projets, citons la construction de 10 centres de santé, l’aménagement d’aéroports, l’étude d’un programme d’agriculture pour le Plateau central et l’Artibonite. Trois des dix centres de santé qui seront implantés à Aquin (Sud), Anse-à-Veau (Nippes) et aux Gonaïves (Artibonite), offriront des soins gratuitement. La date d’inauguration est fixée au 28 mars prochain. L’ambassadeur a ajouté que les sept autres centres destinés à d’autres départements, devraient être inaugurés avant juillet 2009. « Conscients des travaux des médecins cubains en Haïti et des difficultés en termes d’accès aux soins de santé, le gouvernement bolivarien a jugé important d’apporter un soutien en ce sens. C’est pourquoi il a financé la construction de cex dix centres de consultation, dont un dans chaque département géographique du pays où les gens bénéficieront gratuitement de soins de santé », a expliqué M. Gonzalez le vendredi 20 Février, au cours d’une conférence de presse.Deux nouvelles commissions ont été installées le jeudi 19 Février dernierLe Président René Préval a procédé jeudi à l’installation de deux nouveaux groupes de travail chargés respectivement de produire des recommandations relatives à la réforme constitutionnelle et à l’amélioration du système judiciaire. Forte de 17 membres, la commission présidentielle sur la réforme constitutionnelle qui dispose d’un mandat de quatre mois est composée comme suit : Coordonnateur, Claude Moïse, Cary Hector, Edith Lataillade, Jerry Tardieu et Serge Henri Vieux (membres du comité exécutif) ; Jean-Claude Bajeux, Françoise Bouzy Bonhomme, Charles Cadet, Yves Cristallin, Gérard Dorcely, Camille Junior Edouard, Frédérick Lavaud, Yanick Mézile, Marie-Marthe Paul, Charles Suffrard, Daniel Supplice, Sybille Théard Mews (membres).

PAGE 15

Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05 Page 15 TRAS YOUN SANBA KI SÈVI AK DE MEN Ak : Michel-Ange Hyppolite Nou konnen anpil sanba kreyòl ki sèvi ak de men. Youn men pou trese branch franse literati Ayiti-a, lòt la pou simen payèt kreyòl. Sepandan, gen younn nou ta pe tann depi lontan ak pwomès renouvèlman langay pwezi kreyòl-la. Se Julio Jn-Pierre , manm fondatè Sosyete Koukouy Kanada, ki kite mak travay li sou powèt Koukouy Monreyal yo ak sou kèk lòt zanmi powèt ki travay kole-kole ak yo. Jodi-a nou vle pale sou premye liv pwezi kreyòl Julio Jn-Pierre ki pote non Tras (2003). Tras Julio Jn-Pierre la se younn nan rezilta divès ane refleksyon li konn fè ak nou anndan Koukouy Monreyal. Tras se youn pwodui imajis ak youn kadans natifnatal, menmsi gen youn ti grenn sab tou piti ki rantre nan premye lage motè-a, Tras pa pèdi anyen nan eskanp li pou sa. Nou va tounen sou koze grenn sab sa-a pi devan nan refleksyon nou sou liv-la. Nan Tras, Julio Jn-Pierre sizle pawòl li ak mo senp. Mo nou kontre chak jou. Men, Julio ba yo kapasite pou yo emèveye nou ak grenn bote ki pran ladesant nan oryantasyon imajis li, pou li ka koze ak nou sou lanmou pyepoudre li osnon pou li rakonte nou eta peyi-a. Koze lanmou Julio Jn-Pierre pa janm mens. Nan Tras tankou nan lòt liv li ekri an franse yo, Julio Jn-Pierre sènen lanmou ak divès mouvman. Chak mouvman se youn pòz pou santiman li rekreye chedèv pasyon k’ ap jwe kachkach liben ak imajinasyon li kòm mèt sanba. An nou kòmanse ak younn ladan yo: Nan radiyès men-m pwoche bò kòt ou Admire batiman k’ap kwaze avan jou E ki ta vle sere pou lè solèy leve Lonbray solèy ki nan mitan rèl do-ou Se youn kle mwen ranmase Pou ouvri tandrès Chèche bèl odè Lagrandans Epi pou mwen reveye nan men-ou San mwen pa dòmi San mwen pa reve Tras p.14-15 Nan segman sa-a, lanm afeksyon Julio parèt aklè san sepetèt. Mo ki sèvi pou charye lanmou Julio ap vante-a, se batiman ak lòt mo ki sèvi li sipò nan liypwezi-a; se lonbray solèy ki ap pase nan youn pozisyon sansib sou chapant kò fanm ki nan lespri ekriven-an. Se detèminan ki vin bay Lagrandans lebra nan liypwezi ki gen Lagrandans ladan-an. Epitou, pi devan otè-a chwazi pou li reveye nan youn espas vital nan kò fanm lan, men li, san li pa menm dòmi. Lè nou sonje wòl pati anatomik sa-a, men an, genyen nan lavi youn fanm, nou kab deja imajine powèt la ki tounen bijou, atik makiyaj, objè dekorasyon ak tout lòt bèl mèvèy fanm sa a kapab fè ak men li pou li fè ekriven an reve san li pa janm dòmi. Tout lide sa yo n’ ap pataje ansanm yo, se fòs imaj ki ap deplwaye anndan liypwezi sa yo ki kreye yo. Younn nan divès metòd Julio Jn-Pierre genyen pou li benyen lanmou, abiye-l dekore li ak tout kalite petal flè santi bon, se rantre li anba bèlantre modpas ki rele peyi-a. Fanm Julio renmen makònon pous pa pous nan vantrès zile nou an. Lè konsa, li di “Peyi-a anvi rele ou”. An n’ kite Julio pale: Li [peyi a] anvi reveye-ou anba pawòl dous Rekonsilye ou ak tout zile ou kite Savann ou bliye De men-m nan plenn jadendedenn ou Pou-m pran swen malanga ou Twou bote ou Wouze mwa desanm ou Tras p. 23 Nan pòsyon tèks sa-a, èske vrèmanvre se peyi-a ki ap aji osnon se otè-a ki mete youn rechany peyi sou pwent plim li pou li wouze mwa desanm fanm sa-a, pandan li ap pran swen malanga li nan jadendedenn lan? Fanm Julio Jn-Pierre renmen se “Liv maji”, wanga twa mistè, Ekzòd kote salomon rantre nan sèvis chanèl pou kouve lakansyèl sansyalite ki ap deplòtonnen nan babilòn. Se konsa Julio avanse pou li di: Nan liv ou ban mwen an mwen aprann li kò ou fenèt ou salomon ou …………………… Yon etwal tou ble tou nèf twouble premye kantik nan pran lèz limyè sou pwent tete ou epi mwen envite papiyon efrayik manje nan Ekzòd Tras p. 39-40 Tras se youn liv pwezi ki chaje ak womans. Si nou pase li nan peny fen, nou va wè komisyon kò fanm, ki gen pouvwa reveye lanj kondiktè gason, rantre nan divès kategori leksik nou pa ta janm atann: Jadendedenn, malanga, twou bote, karenaj (p.21), pi (p.35), kantin (p. 35), almanak ( p. 35), lakansyèl ( p. 101 ) eksetera. Nan Tras mo yo gen pouvwa eklere nou. Yo se kavalye pòlka nou. Men se nou ki pou abiye yo ak “bon santiman santi bon …… fè yo pale langay kè nou, konnen nou, renmen nou, zanmitay, travay ak kouray” (Tras p. 54). Pa kouri li Tras britsoukou. Pa leve ak mo yo grenn pa grenn. Pa deplase yo nan gwoup kote y’ ap amonize-a, san nou pa pran san nou konekte yo ak tout lòt mo ki nan lantouray yo. Sinon, nou pral kraze plezi womans, paradi pawòl otè-a ki pral vapore devan je nou san nou pa rive kite bon sans nou, bon sant mo yo, bèl limyè nouvote sans mo sa yo penetre tout etaj kwasans nou nan sezon lekti-a. Tras se mak lanmou, anprent peyi-a, pasyon otè-a k’ap deplase mo sou echikye lapawòl ak frajilite karèm anndan krèm vanite fayans lavi. Lè nou di peyi, nou dwe fè nou remake nan Tras , Julio plis pote youn dimansyon konsta. Li mete nou devan eta sitiyasyon an san li pa lonje dwèt jouda sou pyèsmounn,ni tou li pa pote solisyon. “Peyi a tounen nan twa wòch dife nan twou krab ak mango wòwòt Men ou pa la pou dejwe movezè ranvwaye ranvwa” …………………………… Lè bra ou te la pou triye van kontrè mwen te gen kouraj sipòte tan lontan sa a” Tras p. 79-80 Nan “Nofraj” p. 81-82 se menm sitiyasyon konsta-a. Otè-a pa deside pran pozisyon. Li senpman ap jwe youn wòl akonpayatè. Eske se vwayaj ale san retou Yvon King lan ki desounnen li? Nan “Moniman pou Yvon King” nou li: “ Konbyen moun tankou ou ki mouri pou peyi sa-a ka tounen yon peyi moun konbyen moun ki mete do yo atè pou maji lavi mache pi lwen” Tras p.43-44 Youn grenn sab deryen “Mwen pap sispann mete wòch nan mitan kouran pou pye ou pa mouye lè zetwal disparèt Nou pap pèdi Ogou nou pap twoke okenn lwa nan tan malouk sa-a” ( Tras p. 13) Ak pawòl daplon sa yo, nou ta kab atann nou Julio Jn-Pierre pral aji ak prensip pyebèf pou pyebèf pou nou pran li kay pratik-la, men se pa sa ki rive. Li kite youn dekouvèt rapid piye tou pre wonn Ogoun li pa pe twoke-a. Nan paj 12 liv la, pou noumenm, li twoke Ogoun pou lewòp. Tanzantan mwen gade lanpatèt liv ekriven Ayisyen yo avèk menm kesyon mwen pral poze Julio Jn-Pierre la: Pouki se pa te Moriso Lewa, Pauris JnBaptiste, Jacques Stephen Alexis, Jean Price-Mars , Koralen( Jean-Claude Maritineau ), René Philoctète osnon youn pawòl granmounn ki nan paj 12 la? Pouki se tras lòt mounn ki kontinye ap kalbende sou tras nou vle kite pou pwòp tèt nou an? Si nou chèche nou va jwenn. Si nou chèche nou dwe jwenn. Ann pran abitid sonde, teste, tate pwòp eritay pa nou jouk nou rive monte ak ason pawòl vivan pa nou anndan chak grenn paj liv nou. Si nou chèche nou va jwenn pou nou fè chenè, oubyen modèl. Si nou chèche nou va jwenn pou nou monte lanp, fè lanpapèt epi voye kreyòl parèy nou dodomeya nan syèl lapanse. Lè nou di kreyòl nou vle di Ayisyen. Tout Ayisyen se kreyòl. Gen mounn ki kab pa dakò ak nou, paske yo ka twouve nou fèmen. Nou ap reponn yo, nou dwe aprann louvri sou pwòp tèt nou, pou nou kreye pwòp espas pa nou, chita asiz nou anvan nou kòmanse vòltije. Sinon, nou pral pèdi fèy, pèdi branch san nou pa pe rive layite rasin nou, pou nou ranmase tras nou epi reparèt anvan nou disparèt. Plis nou lage kò nou nan kouran inivèsèl, se plis n’ap pèdi plas nou. Se plis tras nou ap fonn nan siyon lòt mounn ki gen plis rasin pase nou epi ki poko pare pou yo ranmase tras nou, bò kote pa yo, san yo pa konfonn nou volontèman ak yo pou nou tounen yomenm. Pyebwa inivèsèl la vante nan youn sèl sans. Se Lewòp ki ba li jèvrin. Li pa pe pèdi fèy. Okontrè, l’ ap pouse rasin sou tout teren. Si nou pa rasanble fòs nou, se wè nou va wè nou derasinen pèdi nan tout fèy Lewòp. Si nou pa fè youn efò pou nou ranmase karaktè nou, nou ka pèdi kò nou, nanm nou, lanng nou, pandan nou ap kreye plas pou zòt vin manje nan plas nou. Twa fèy twa rasin o! Jete bliye, ranmase sonje … Si ou swe pou mwen, mwen va chanje chemiz pou ou. Swe pou mwen, se bay san kondisyon. Swe pou mwen, se ban mwen espas pou mwen aji nan pwòp enterè mwen san ou pa wè enterè pa ou ladan. Sinon, se va toujou menm bourik yo ki ap kontinye travay pou bay menm chwal yo galonnen. Lomeyans ak Istwakont nan Tras Nan li Tras nou dekouvri youn lomeyans ki pote non Emile Célestin Mégie ak youn istwakont ki rele Paradi. Si nou bezwen detay sou mo lomeyans lan ak istwankont lan, nou va li Istwa Pwezi Kreyòl Ayiti ak Michel-Ange Hyppolite nan paj 218. Lè ou pantan sou lomeyans ki rele Emile Célestin Mégie-a, ou ta kab gen tandans mete li nan kategori Pwezigram, men pa gen dekwa pou sa, paske se pa mesaj Julio Jn-Pierre ap voye bay Emile Célestin Mégie . Otè-a senpman vle pataje youn ti zenng lèz toupitipiti nan lavi Emile Célestin Mégie (Togiram) ak lektè li yo. Si nou ap chèche fòm pwezi nou rele Pwezigram anndan Tras , se nan tèks kou “Ochan pou Fènan” ak nan tèks ki pote non Yvon King yo nou ap jwenn yo. Emile Célestin Mégie se youn lomeyans ki chaje ak mèvèy ladan. An n’ li ansanm : “Mégie monte lakay li solèy cho nan mitan divizyon tanbou-l yo li dezabiye-l wete chemiz pantalon kalson chemizèt Mégie retire po-l li retire zo-l li retire tout chè sou kò li li tounen papye glase li tounen drapo labanyè bandwòl nan mitan bann tanbou yo Tras p. 46 Transfòmasyon Mégie ki retire po li zo-l, ki aganmafweze an drapo bandwòl eksetera anonse nou tèks ki rele Emile Célestin Mégie a se youn lwanj pou Mégie, men se anmenm tan youn kont ki chaje ak mèvèy. Émile Célestin Mégie se youn kont vivan ak tout repozwa achiv li kenbe lakay li, pou pawòl kreyòl kontinye pouse chè vitametènam. Emile Célestin Mégie se istwa youn potorik gason, ki gen pòtray pou li deklete chante, fè konsè ak konsòn epi louvri drapo pou dizuime. anndan. An n’ li: “Lè Mégie ap rantre lakay li li vire Marigo lanvè pou bay tèt li apostwòf Chak galèt li pile voye monte yon kont chante yon silab yon mizik epi se bal epi se fèt konsè konsòn epi dizuime” Tras p. 48 Emile Céletin Mégie se istwa youn ras mounn ki pa janm bay gany, paske yo konnen laviktwa pa pe janm donnen nan youn espas ki manke konviksyon devouman ak konstans. Aspè ki lonnen plezi nou pandan nou ap li Tras , se fòs imajis ki mete divès kalite kokad ak ne koulan toupatou nan liv la. Youn lòt dimansyon travay anndan Tras ki louvri admirasyon nou se fason Julio Jn-Pierre pran san li pou li abiye lanmou ak divès gam lide parapò ak zile a, peyi nou, ansanm ak youn langay chanpèt, langay nan laviwonn lavi peyizan, kote se tout kalite fèy ak divès awòm ki pran lapawòl pou ansanse lanmou. Nou renmen tou fason eritay vodoun an lage mak li tanzantan nan lizyè liv la sou fòm lwa, marasa, vèvè, ginen, ounfò eksetera. Pou lavni, nou ap sigjere pou otè-a pran plis swen ak òtograf mo yo, konsa li va evite devyasyon ki kab fèt nan fason nou ap entèprete mesaj k’ ap pase anndan liv-la. Otè-a genyen tou kòm devwa pou li pran swen apostwòf yo paske anpil ladan yo mal plase anndan liv-la. Pou enpòtans yo genyen nan ekri lanng kreyòl modèn lan, lè yo mal plase se kòmsi yo pa te la. Tras se youn min limyè ak pwomès reyon miltip ki nan wout pou yo al dekachte lòt solèy pi cho, pi klere ak plis pisans. Tras se pwomès pou lòt zepi kreyòl vin jèmen nan siyay teknik imajis la. Se ak kalite zèv sa yo pwezi kreyòl Ayiti ap rive tabli youn baz pou nou bati ansanm katedral chanjman ki dwe sèvi senmafò pou sila yo ki nan wout konstriksyon pwezi kreyòl modèn Ayiti-a. Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukorouj) Manm Sosyete Koukouy Kanada Michelangehyppolite@rogers.com ***************TanbolojiPim plap pim plap pim plap Zipim plap zipim plap zipim plap Zipitim pim Zipitim pim Zipitim pim plap Zip pitip pitip panm panm Zip pip panm M’pa mounn m’pale M’pa mounn m’palep petep petep Pla-ou pla-ou Lep petep petep Pla-ou pla-ou Zip pitip pitip panm panm Zip pip panm Zipim plap zipim zipim plap Tap dibidi bidi bidi Bidi bidi bidi Panm pip pip pip Panm pip pip Pla-ou. Kiki WainwrightTi Gout Pa Ti Gout ak Jan Mapou

PAGE 16

Page 16 Mercredi 25 Février 2009 Haïti en Marche • Vol XXIII • Nº 05BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York (914 358-7559) • Boston (508 941-6897) Montréal (514 337-1286) email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 Printed at Southeast Offset (305) 623-7788 A Pétion-ville, on abat les murs !Les murs d’enceinte de plusieurs résidences et entreprises commerciales ont A été abattus la semaine dernière d’ordre de l’administration communale. Leurs propriétaires avaient reçu depuis plusieurs mois l’ordre de se conformer à une loi exigeant que chaque propriété laisse de l’espace pour un trottoir de 2 mètres. Alors que le même projet qui avait commencé à Port-au-Prince a stoppé sans explication, laissant les rues transformées en chantiers à ciel ouvert, boueux par temps de pluie et en un nuage de poussière à la saison sèche, la municipalité de Pétionville a décidé quant à elle d’aller de l’avant. Il ne reste d’autre choix aux propriétaires que de se conformer. En espérant que les autorités de Pétionville ont plus de suite dans les idées que celles de la capitale. (photos B & E. E.) (photos Eugène Robenson) Carnaval 2009 Défilé des groupes à pied