Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

















L'EFFONDREMENT


DE LA PROMESSE >>
Une ecole s'ecroule tuant une centaine d'enfants ou plus


L 'immeuble s 'est effondre comme un chateau
de cartes (photo JJAugustin)
;- mmmllwvt A


PORT-AU-PRINCE, 8 Novembre -
L'effondrement d'une cole a Nan N6rette, un
quartier populaire a Petionville, en banlieue de la
capitale haitienne, vient reposerune fois de plus tous
les problkmes actuels du pays.
Constructions anarchiques, ndgligences


administratives, d6nuement aussi bien au niveau de
la population que des services publics.
L'6cole << La Promesse College
Evang6lique > s'61&ve au haut d'une route 6troite
qui descend en pente raide a travers un d6dale de
(EFFONDREMENT / p. 4)


Une mere hurlant de douleur (photo JJAugustin)


Une survivante extradite avec le plus grand soin
(Marco Dormino /Minustah)


W "Copyrighted Material
il Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Lesjeunes volontaires qui ontpu sauver de nombreuses vies
(photo JJAugustin)


LE PAYS DES CATASTROPHES EN SERIE

Apres Gonaives, Cabaret, le drame de 1'ecole de Nerette !


PORT-AU-PRINCE, 10 Novembre Le
drame de l'6cole qui s'est effondrde se poursuivait
encore le lundi 10 novembre.
Jusque-l, on avait retire des d6combres
94 cadavres d'enfants, 35 rescapds, et 150 blesses
dont certains, h6las, resteront mutil6s pour la vie.


Dimanche matin une rumeur a couru qu'une
enseignante rest6e 6galement prisonnibre comme
environ 350 &l1ves qui se trouvaient vendredi dans << La
Promesse College Evang6lique >> dans le quartier
populaire de Nan N6rette, a Petionville (banlieue de
la capitale), aurait communique avec l'ext6rieur pour


dire qu'elle et plusieurs enfants attendent qu'on
vienne les ddlivrer.
Aussit6t la foule a voulu reprendre la
question en main et foncer sur les lieux memes du
drame. Alors que le travail avait &t6 confi6 a des
(NAN NERETTE /u. 5)


I si Appelez sans frais:
USA/Canada:
do&rnferou le~sin 1-i800-l3i4,.,0.440,


Hatli: 800-256-8687


www.c amtranstevi.com
-, pw. 1if :.9A V4l. rtw


n+ m=.,=IMO
K4 11 k LtcAAD S-, ,vi "Bl^Si^?I^


rmmww so gm l mwmmI mw q |mso soWmw









Page 2


I EN PLUS...


Haiti : les elections

les plus chores du monde !


PORT-AU-PRINCE, 6
Octobre Ce mardi 4 novembre 2008
les Am6ricains ont &te aux umes pour
l6ire un president de la rdpublique,
ainsi qu'un tiers du S6nat de 100
membres et toute la Chambre des
repr6sentants.
Quant a nous, en Haiti, on a
fix6 au 19 avril 2009 l'dlection d'un
tiers du Senat. Or en novembre de la
meme annde 2009 devraient avoir lieu
les elections pour un second tiers du
s6nat, celui-ci arrivant a 6ch6ance en
janvier 2010.
Les Amdricains organisent
toutes leurs consultations 6lectorales
en meme temps. Outre l'dlection du
chef de l'Etat, d'un tiers du Senat et
de l'int6gralit6 de la Chambre des
repr6sentants, sont aussi l6us le meme
jour une partie des Gouvemeurs, ainsi
que d'autres officiels qui sont des
fonctionnaires l6us et non nomm6s
comme les juges, les d6l1gu6s, les
grands 6lecteurs etc ...
De plus, la meme journde
6lectorale, sont aussi organisms toutes
sortes de r6f6rendums et autres
consultations atous les niveaux, aussi
bien f6d6ral que du gouvemement des
50 Etats, des comt6s et des villes. Tout
ce qui a besoin du vote pour sa
16gitimit6. Etc.
En Haiti, la moindre election
c'est toute une affaire et qui n6cessite
une fortune. Le budget des prochaines
s6natoriales partielles h elles seules est
de l'ordre de 11 a 16 millions de
dollars amdricains. Et budget qui a
chaque fois se rdvble toujours
insuffisant.
Les Etats-Unis restent, crise
financibre ou pas, la premiere
puissance financibre du monde.
Haiti doit a chaque fois faire
la quete pour organiser la moindre de
ses elections.
C'est une veritable farce !
De plus au moins la moiti6
de ces l6us ne sont pas a la hauteur de
leur tAche.
Ridicule !
Aprbs l'annonce par le
Conseil electoral provisoire (toujours
<< provisoire > alors que premiere
anomalie du systeme depuis 1987 on
attend l'dlection d'un conseil electoral
permanent) fixant au 19 avril prochain
l'dlection du premier tiers du Senat,
election qui aurait di avoir lieu en
novembre de l'annde dernire ... cette
fois cependant des voix se sont 6lev6es
dans le milieu politique une fois
n'est pas coutume pour relever que
le second tiers du S6nat arrive a
6ch6ance enjanvier 2010 et qu'il va
done falloir organiser d'autres
s6natoriales partielles en novembre
2009, c'est-a-dire 8 mois plus tard
seulement ... Et toujours pour la
bagatelle de 11 a 16 millions de dollars
amdricains.
Les memes font remarquer
que les d6put6s 6tant l6us pour 4 ans
(2006-2010), il faudra renouveler
6galement toute la Chambre lors
d'l6ections fin 2009 ... Si du moins


l'onveut tre ajour. Ce n'est pas sir.
Et pour cause !
Done un troisibme budget de
quelque 11 a 16 millions de dollars
amdricains en perspective.
Et tout cela aux frais de la
reine c'est-a-dire de nos (trop) << bons
amis > de la communaut6
international !
Les memes cependant qui se
grattent la tate quand il s'agit de l'aide
pour les victimes des derniers
ouragans.
Et qa continue ainsi. Et
depuis le vote de la Constitution de
1987.
Des elections toujours en
retard, ce qui provoque un gigantesque
tdlescopage, un immense goulot
d'6tranglement, un embouteillage
monstre.
Mais en meme temps une
bonne affaire pour les professionnels
du dilemme electoral a l'haitienne a
vie. Comme qui dirait, c'est le retard
qui crde l'empressement et ce dernier
qui fait d6bourser plus facilement les
millions.
Le President Rend Prdval a
etd le premier a mettre le doigt sur la
plaie. Faisant campagne pour
convaincre le pays de la n6cessit6
d'apporter des amendements a la
Constitution, il a beaucoup insist sur
cette anomalie des elections qui
d'abord content plus qu'une fortune
et ensuite du gaspillage que cela
repr6sente a cause de l'6parpillement
des elections alors qu'on pourrait,
comme on l'a vu aux Etats-Unis ce
mardi 4 novembre, les regrouper de
telle facon que le meme jour onpuisse
tenir le plus de consultations
6lectorales que possible.
Mais pour cela il faudrait
rdviser la Constitution de 1987 pour
accommoder le nombre d'l6ections
n6cessaires et les rdpartir d'une facon
qui soit plus a la hauteur de nos
moyens.
Est-ce qu'un pays qui se dit
souverain alors que la souverainet6
est la chose la moins n6gociable qui
soit peut se condamner a se faire
6ternellement subventionner ses
elections par la communaut6
international ... Et a coup de dizaines
de millions de dollars amdricains.
Et alors que dans ledit pays
tout est a faire.
Mais les d6marches de Mr.
Prdval n'ont pas &td suivies d'effet.
Dans la classe politique certains et non
des moindres redoutent que
d'amendement en amendement on
aboutisse a amender aussi les
dispositions constitutionnelles
empechant au president de la
rdpublique d'exercer plus de deux
mandats.
Et voilW. Epi, epi anyen !
Tant que les millions
6lectoraux continueront de couler ...
La d6mocratie la plus chbre
du monde. N'est-ce pas.

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


D~ces de Alex Saint Surin Junior
La famille Saint-Surin annonce le d6ces de Jean Alex Saint- Surin
Junior survenu a Miramar, Floride le 5 Novembre 2008.
Respectueuses condol6ances a sa femme Amelia Saint-Surin nde
Lazarre.
Son pare et sa mere notre confrere Alex Saint-Surin et son spouse
Marie Carmel. Son frere Christian Jeff Saint-Surin, ses soeurs Maite,
Amourelie et Stephanie.
Ses beaux parents Yvon et Connie Lazarre. Son beau frere Albin
Carraza.
Ses grands-parents: Adrienne Saint-Surin, Marie Leonie Marcelin,
Olga Renee, Alberte Defay, Zette Frederic, Louis Frederic, Mme Cloraine
Tiphaine, Mme Edith Besson, Mme Frankel Roland, Mme Anthonine Alexis,
Antoine Jean.
Les fundrailles de Alex Saint-Surin Junior ont &te chant6es le samedi
8 novembre 2008 a l'6glise Notre Dame D' Haiti de Miami.


Mercredi 12 Novembre 2008
SHaiti en Marche Vnl XXYTT N 49


Installation d'un nouveau Ministre de la Justice
Dans un arrWt6 en date du 10 Novembre 2008, on apprend que le citoyen
Jean Joseph EXUME est nomm6 Ministre de la Justice et de la security
Publique.
L'installation du nouveau ministre a eu lieu le matin du 10 Novembre et
aussit6t install, le nouveau ministre de la Justice s'est rendu sur les lieux de
la catastrophe de Nan N6rettes.
Jean Joseph EXUME a &te ministre de la justice au retour d'exil de Jean-
Bertrand Aristide en 1994.

Autres nominations
Trois autres arret6s, 6galement en date du 10 Novembre 2008, annoncent
que le citoyen
Frantz JOSEPH est nomm6 Secr6taire d'6tat au Ministbre des Travaux
Publics, le citoyen Louis Pierre JOSEPH devient Directeur G6ndral du
Ministbre des Affaires Sociales et Jean Alix BOYER devient Directeur
g6ndral de l'Office National d'Assurance Vieillesse (ONA), en
remplacement de Sandro JOSEPH.

Fin des operations de recherche de survivants au college La
Promesse Evangelique ...
Deux jours de deuil d6cr6t6s par la mairie de P6tion Ville. Interdiction pour
toutes les boites de nuit de fonctionner, et aussi de jouer de la musique trop
fort sur toute l'6tendue de la commune. Ceci pour ne pas d6ranger le deuil
des familles victimes de la trag6die du vendredi 7 Novembre quand une
cole La Promesse College Evang6lique s'est effondrde, emprisonnant
environ 350 enfants, professeurs et autres personnes qui s'y trouvaient.
C'est le drame comme la capitale elle-meme n'en avait pas v6cu depuis
longtemps.
Combien sont-ils d'enfants a avoir p6ri dans l'effondrement du college
Promesse Evang6lique, Impasse Narcisse, a Nerrettes (P6tion Ville).
Le dernier bilan communique lundi faisait 6tat de 94 morts et de plus de 150
bless6s.
Selon la directrice de la Protection civile, Mme Alta Jean-Baptiste, environ
350 61eves de la matemelle a la philo se trouvaient le vendredi 7 Novembre
dans l'enceinte du college lorsque le bitiment de plusieurs stages s'est
effondrd peu apres la r6cr6ation.
Les operations de recherche de survivants se sont arretees dimanche soir,
apres 72 heures, et lundi on ne parlait plus que de demolition des
d6combres aprbs avoir d6gag6 les corps.
Lundi les habitants du quartier se plaignaient de l'odeur naus6abonde qui se
d6gageaient des d6combres, craignant pour leur sant6.

Hommages aux victimes
L'Ambassadeur des Etats-Unis, Janet A. Sanderson ...
J'ai &t6 choqude et triste d'apprendre l'effondrement aujourd'hui du
bitiment abritant le College < La Promesse Evang6lique >, qui a bless et
caus6 la mort de beaucoup d'6coliers et de jeunes elves. Au nom des Etats-
Unis d'Amdrique, je voudrais presenter mes sinceres condol6ances aux
familles qui ont perdu leurs enfants aujourd'hui. On ne peut imaginer une
plus grande douleur, et nous pleurons avec vous.
Nous exprimons 6galement nos plus profondes sympathies aux 6coliers et
61eves bless6s, a leurs families, et a tous les enfants qui ont perdu de chers
amis et camarades de classe aujourd'hui. Nos pensdes et pribres sont avec
ces enfants, leurs parents, les professeurs du College < La Promesse
Evang6lique >, ainsi qu'au peuple haitien, alors qu'ils font face a cette
trag6die.
Des experts amdricains en ce genre de catastrophe sont arrives d&s samedi
matin avec des appareils pour permettre la detection de souffles de vie dans
les d6combres. Ils avaient aussi avec eux, comme d'ailleurs les pompiers
martiniquais, des chiens renifleurs.

Communique de Bernard Kouchner, Ministre des Affaires
etrangeres francaises et europeennes
J'ai appris qu'une dalle s'est effondrde aujourd'hui dans une cole de Port
au Prince alors que de nombreux 61eves y suivaient des cours. Beaucoup ont
p6ri dans cet effondrement, d'autres sont encore sous les d6combres.
Je voudrais exprimer ma profonde motion et mes plus sinceres
condol6ances aux autorit6s haitiennes et aux familles des victimes.
A la demande des autorit6s haitiennes, la France prepare l'envoi d&s que
possible d'une 6quipe de la Securite civile pour aider les autorit6s haitiennes
dans le secours aux victimes encore ensevelies.
J'ai demand au Centre de Crise du Ministere des Affaires 6trangeres et
europ6ennes de coordonner cette operation avec le Ministbre de l'Int6rieur
et le Ministbre de la D6fense./. Un contingent de Pompier martiniquais 6tait
arrive d&s samedi matin pour preter main forte aux sp6cialistes haitiens,
des pompiers venus du Cap Haitiens et aux nombreux volontaires qui
s'attelaient a cette terrible tiche de d6gager les victimes des d6combres.

La France d6bloque 20.000 euros pour reconstruire 1'ecole
effondr6e en Haiti
Une aide d'urgence de 20.000 euros pour contribuer a reconstruire une
cole en Haiti dans le quartier oi1 l'cole La Promesse de P6tion-ville s'est
effondrde, a &td d6bloqu6e par le ministre de l'Education Xavier Darcos, a
annonc6 lundi a Paris son ministbre dans un communique.
"Soucieux de permettre aux 6coliers de Petion-ville de poursuivre leur
parcours d'apprentissage, le ministre a d6cid6 de d6bloquer une aide
d'urgence de 20.000 euros. Cette aide pourra (...) contribuer a la
reconstruction d'une cole dans ce quartier", est-il pr6cis6.
M. Darcos a en outre adress6 "ses condol6ances les plus sinceres aux
familles des victimes" et exprim6 "la solidarity de l'Education nationale a
l'6gard du peuple haitien, durement 6prouv6 par ce drame".
Lundi, deuxjours aprbs l'effondrement de cette cole qui a fait au mois 93
morts et 150 blesses, en majority des enfants, l'espoir de retrouver des
survivants dans les d6combres 6tait de plus en plus mince.
L'6tablissement priv6, situ6 dans un quartier populaire de Petion-ville, dans
la banlieue de Port-au-Prince, accueillait des 61eves Ag6s de trois a 20 ans.

Le Canada rend hommage aux victimes de la catastrophe
L'ambassadeur canadien en Haiti, Gilles Rivard, s'est rendu sur les lieux de
l'effondrement du college (...) pour "rendre hommage a ceux qui sont
(EN BREF / p. 18)


EN BREF ...


li .. . .A...... .... ... . ... ...- I








Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXIT N 42


I L'ACTUALITE EN MARCHE


aa i*e. sma0e 1 |%%aM. *.418 46oeof
a~~~~I mdlI r,,.m eeS .- .Le


an f b -a**. t m p~a sLl a L t fr % u.


mo It


Page 3


h DROITS DE L'HOMME
"Copyrighted M material La haute commissaire de 1'ONU 6mue par le
d6nuement de la population haitienne p.7
LIBRE PENSEE
,, Syndicated Content Wi noukapabp.12
L'indice de perception de corruption! p.12
Available from Commercial News Providers" M'i UEnde e pee
0 Mort de Miriam Makeba p.20
INTERNATIONAL
La victoire d'Obama illustre les progres d'un
pays marqu6 par le racisme p.14
ECONOMIE
La route ouverte vers un nouveau Bretton
Woods p.16
ENVIRONNEMENT
I1 est interdit d'interdire p.17


I-- --^ p n ,


I |1 11UNIBANK


"Frmri ro ute esmeme"

www.uniban khaiti.com


L'EVENEMENT SOMMAIRE-
Une cole s'6croule tuant plus d'une centaine
d'enfants et des dizaine de mutil6s p.1
DERNIERE HEURE
Bilan : 94 morts, 150 bless6s et 35 rescap6s
p.8
Plus d'espoir de retrouver des survivants p.9
Fin des recherches dans l'angoisse et la
douleur p.9
ANALYSE
Apres Gonaives, Cabaret, le drame de Nan
N6rette p.1
PARLEMENTAIRES
Les elections les plus chores du monde p.2
ACTUALITE
Un nouveau ministre de lajustice p.2
Un militaire dominicain blesse mortellement
un ressortissant haitien p.3
Nouvelle baisse modique des prix du carburant
i la pompe p.3
EDITORIAL
Haiti : le jouet des presidents amdricains p.6


...... ... ......... ... . ... .. .. I I I


I


'T".M 7:"-


*^-..KiSS~ j-.U ';.,!-^!'^". jy .- *^ . . j' -*.... **




. .. "r, " ..r " W
H: '


o Q ,,,,


\C\;5;


fm IH









UNE ANALYSE


Mercredi 12 Novembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 42


L'EFFONDREMENT DE < LA PROMESSE >>

Une ecole s'ecroule tuant une centaine d'enfants


(EFFONDREMENT... suite de la lere page)
constructions poussant comme des champignons et de
plus en plus vers le ciel ; vu l'espace restreint (la
population de la capitale est passe en a peine 20 ans
de 1 million et demi au double), on essaie de plus en
plus de gagner en hauteur.
S'y ajoutent l'incomp6tence des responsables
en construction et enfin la naivet6 ou l'inconscience
des gens.
Tous ces '. .
nouveaux quartiers qui
poussent comme des
herbes folles autour de la
capitale et de ses
faubourgs ne b6ndficient
d'aucune infrastructure,
service public ou
administratif.
M a i s
contrairement aux
bidonvilles traditionnels
(Cit6 Soleil, La Saline ...)
aux cases faites de torchis
et de t6le ondul6,
aujourd'hui ce sont des
masses difformes en
bMton et fer forg6 qui se
dressent menaqantes sans
aucun ordre ou
alignement ...
Les pouvoirs
publics n'interviennent
que pour ddlivrer le
permis de construction,
mais que des inspecteurs "
malhonnetes permettent
decontournerfacilement. f
C'est ainsique la
maison abritant < La
Promesse College Evang6lique > avait requ
probablement le permis pour une construction moins
gigantesque.
La mairesse de Petionville, Claire Lydie
Parent, affirme avoir bloqu6 le projet d&s que s'6tait
manifested l'intention d'en faire unbitiment a plusieurs
stages. L'6cole qui s'est effondrde vendredi (7
novembre) vers 10 heures 30 du matin en compte trois
et apparemment cela ne devait pas s'arreter 1a.
Mais un autre conseil municipal fut lu entre-
temps qui laissa faire.
La mairesse Parent fut r66lue lors des
elections de 2006.


Patatras ...
Mais qui pis est, beaucoup de ces nouveaux
quartiers (et non des moindres, tel celui tres r6sidentiel
de Vivy Mitchell, un autre faubourg de PNtionville) ne
sont pas construits sur de la terre ferme (au sens propre)
ou un sol 6prouv6 par le temps mais sur ce qu'on
appelle en Haiti une < terre rapport6e c'est-a-dire un
sol constitu6 de remblais plus ou moins r6cents.
Sous une forte pression, sous l'effet des


In survivant mais si grievement blessed (photo JJAugustir

inondations de plus en plus fr6quentes, ou tout
simplement a l'usage du temps, le sol glisse, et
patatras ...
Il y a d6ji eu de nombreux glissements de
terrain oni de belles residences se sont effondrdes ou
enfonc6es en terre comme par magie.
On n'a pas encore 6tabli quel phenombne a
pu provoquer l'6croulement vendredi du toit du college
<< La Promesse Evang6lique > emprisonnant 61&ves et
professeurs. L'6tablissement compte environ 700
elves, de la maternelle a la philo (Ag6s de 3 a 20 ans).

Beaucoup d'amputations ...


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki L' F sm wr rawr, r vNr4f
pemet klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezNvasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
Imw Cargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo e unt enfomasin an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vl-ofri li
plizye so o cla- a vyon, bato oswa trend ockamyoii quit se machandiz
pon .kspotas.on. "-c ....-.
n mwaapiintroduilot avanaj sotAebsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "K . yo- nterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pbmbt klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sevis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak at.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te
a ak destinasyon nan North, South ak CentralAmerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


Jusqu'a samedi,
on avait retire des
d6combres 84 cadavres,
mais aussi plus de 150
rescap6s dont de
nombreux blesses,
plusieurs dans un 6tat
grave, certains ont dfi ttre
amput6s.
Les efforts des
secouristes (d'abord de
courageux volontaires
haitiens dont certains
portant l'insigne de la
Croix Rouge Haitienne)
puis de plus en plus des
services gouvernementaux


(le Pr6sident de la R6publique Rend Prdval a 6tabli
pratiquement son QG sur les lieux vendredi et samedi)
ainsi que des experts strangers d6pech6s de la
Martinique (France) et de Fairfax Country, en Virginie
(Etats-Unis), ont vis6 essentiellement a s'assurer que
toutes les personnes qui pouvaient 6tre encore en vie
soient sorties des d6combres.
Mais cela se rdv6la extr6mement compliqu6
du fait de la difficult d'acces a l'int6rieur de l'6difice.
Il n'y a que la porte
principale pour toute
entrde et pas d'espace
entre le bitiment et ceux
qui l'entourent, tous serr6s
les uns contre les autres
comme une boite de
sardines.
Ces bitiments
sont construits comme de
v6ritables prisons. Mcme
la cour de r6cr6ation se
trouve I l'int6rieur. Pas de
fenetre non plus, sinon
quelques claustras ou
judas trbs haut places, cela
T cause de l'ins6curit6 et
des voleurs qui constitue
une autre plaie de notre
epoque.
On vient
d'entendre le commissaire
du gouvernement d6clarer
h la radio (Mdlodie FM)
que c'est le propri6taire
(le pasteur Augustin
Fortain, qui est aussi le
directeur du college) qui
"n) a construit lui-mime son
local.
Rien d'6tonnant car le r6sultat a plut6t l'air
d'un empilage de boites de chaussures (ou autres)
places les unes au-dessus des autres sans trop de souci
de solidity voire d'esth6tisme.
Aucune pibce n'est achev6e, pas mime celles
du rez-de-chauss6e.

Etablissement pas mal cotW ...
Cependant le pasteur Fortain s'est livr6 de lui-
mime h la police.
Tout comme son 6tablissement ne semblerait
pas jouir d'une mauvaise reputation. Il ne serait pas
mal cot6 aux r6sultats des examens officiels.




IQ1J


Un des 94 morts sortis des decombres
(photo Eugene Robenson)


D'autre part, < La Promesse College
Evang6lique > accorde des conditions avantageuses
aux parents d'&l1ves. Des bourses d'6tudes aux familles
nombreuses et un 6colage annuel qui serait meme plus
bas que ce qu'exigent aujourd'hui certaines 6coles
publiques.
Outre l'aide que le pasteur obtient de
l'ext6rieur pour ses fiddles et elves.
On comprend que l'effectif de < La
Promesse > n'a cess6 d'augmenter d'annde en annde.
Le drame qui s'est joud vendredi a Nan
N6rette (Impasse Narcisse) ne doit done pas 6tre
interpr&t6 de manibre trop unilat6rale. Comme quoi
un complot des pasteurs et des fonctionnaires
corrompus pour exploiter le bon peuple.
Mais plut6t il repose le problkme du sous-
(EFFONDREMENT / p. 5)


Page 4








Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42


Page 5


LE PAYS DES CATASTROPHES EN SERIE

Apres Gonaives, Cabaret, le drame de 1'ecole de Nerette !


(NAN NERETTE... suite de la l1re page) Evang6lique >, plus de la moiti6 des enfants d'Haiti
ne pourraient plus aller en classe.


sapeurs-pompiers et autres techniciens venus de la
Martinique et des Etats-Unis.
Ceux-ci ont utilis6 des appareils de detection
6lectronique ainsi que des chiens-chercheurs pour
determiner s'il y a encore des gens en vie sous les
d6combres.
Maisjusqu'A lundi, ils n'avaient encore atteint
aucun r6sultat. Les derniers
survivants sortis du btiment
remontaient A samedi.

Les premiers
volontaires locaux ...
Tandis que
l'impatience de la foule
continuait de grandir
s'appuyant sur le fait que
c'est l'intervention des
premiers volontaires locaux
qui avait permis de d6livrer
de nombreux 61eves qui
6taient bloqu6s dans les
stages sup6rieurs.
Maintenant
s'agissant des enfants de la
maternelle qui se trouve
jusqu'au bas de l'6difice, la
situation s'est r6v6l6e
beaucoup plus hasardeuse.
Secouristes ha'tiens et
experts strangers, tout le i
monde n'a fait que toumer en
rond pendant deux jours. ;
Le President Rend
Pr6val a pay6 de sa personne
durant tout le week-end.
Accompagn6 tant6t du
Premier ministre Michble Les construct
Pierre-Louis, tant6t du
ministre de l'Education et de celui de la Jeunesse et de
l'action civique, ainsi que de la mairesse de la
commune de P6tionville, Claire Lydie Parent, tantot
de parlementaires (dont les d6put6s Steven Benoit et
Pierre Eric Jean-Jacques, ou le s6nateur Yvon
Buissereth), ils sont arrives probablement A certaines
resolutions.
Selon Mr. Pr6val, il ne faut pas c6der A la
panique, si l'on devait fermer tous les 6tablissements
scolaires qui pr6sentent les memes faiblesses que celui
du pasteur Augustin Fortain, << La Promesse Collkge


Une application sans complaisance
des normes ...
Par contre, les responsables communauxvont
redoubler de vigilance pour une application sans
complaisance des reglements de l'urbanisme et des
normes de construction.


ions voisines de colee qui s'est effondrte (photo Eugin

L'6cole qui s'est effondrde n'avait
probablement pas de permis pour une construction
aussi gigantesque.
Le bAtiment aurait &t6 construit par le
propri6taire lui-meme, done sans les indications
techniques n6cessaires.
Les mat6riaux utilis6s ne sont pas appropri6s
non plus. On dirait du tuf en lieu et place de ciment.
Au premier coup de marteau, c'est de la poussibre qui
coule, beaucoup des personnes mortes l'auraient &t6
par asphyxie, probablement par cette meme poussibre.


Trois stages ajout6s successivement sans
consideration des premieres fondations qui n'6taient
probablement pas destinies A recevoir tout ce poids.
Aucun plan de la maison n'6tait disponible,
qui aurait permis aux secouristes d'avancer A coup stir.
Et chaque jour plus de 700 61&ves grands et
petits grimpant dans cette construction bancale et de
toute apparence inachevde, les murs ne sont m6me pas
recouverts d'enduis.

La population
croit en progression
geometrique ...
Voici done l'Etat
haitien en devoir de prendre
imm6diatement des mesures
pour prevenir la r6pdtition
sous peu de pareille
catastrophe 6tant donn6 que
nous ne sommes pas en
presence d'un cas isold mais
plut6t d'une rbgle devenue
g6ndrale au fur et A mesure
que la population de la
capitale enfle en progression
g6om6trique (plus d'un demi
million d'habitants de plus au
moins tous les dix ans) et que
continuent de pousser comme
des champignons ces
U.. nouveaux quartiers qui se
retrouvent totalement
abandonnes A eux-memes.
Le President Pr6val
a raison de recommander de
ne pas ceder A l'6motion car
le mal est d6ej si avanc6
qu'en voulant aller trop vite
on risque, comme on dit, de
ee Robenson) jeter l'enfant avec l'eau du
bain.
Cependant il faut tout de suite mettre en place
une politique qui soit vritablement credible aux yeux
de la population si on veut obtenir son ob6issance et


Une ecole s'6croule

tuant une centaine d'enfants


(EEFONDREMENT... suite de la page 4)
d6veloppement de manibre encore plus crfie. Une
d6mographie explosive, des infrastructures et une
administration d6pass6es en nombre et en
comp6tences, un Etat presque r6duit A n6ant faute de
moyens mais A cause aussi des mesures draconiennes
qui lui sont d6sormais imposes comme conditions sine
qua non pour l'obtention des credits et prets
internationaux. Touty est. Un Etat A l'air aussi d6muni
que ses administrds.

Pas de miracle ...
Aussi une ceuvre comme celle du Pasteur
Fortain ne peut qu'6tre la bienvenue. Mais c'est tout
le pays qui est aussi branlant que le bitiment logeant
<< La Promesse Collkge Evang6lique. > Il n'y a pas de
miracle. La foi ne renversera pas les montagnes de
notre sous-d6veloppement chronique si chaque secteur,
public et priv6, 1'Etat et le citoyen, n'y met du sien.


L'aide verse aux 6glises 6vang6liques et autres
institutions du meme genre, les ONG etc. ont aussi
leurs limites. Plus l'Etat haitien n'existe pas, pris entre
son d6nuement d'un c6t6 et de l'autre la < petite
corruption >> qui ronge encore plus stirement ses bases,
plus on demande A ces secteurs qui A l'origine devaient
jouer un r6le secondaire de remplacer cet Etat
d6faillant.
C'est cette creation plus ou moins artificielle
qui A son tour est en train de s'6crouler. A l'image de
<< LaPromesse >>.
L'aide d6tournde vers ce qu'on appelle la
socidte civile (mais on devrait ici plut6t dire la < petite
society civile >) ne peut remplacer un pays organism !
Done qu'il faut rdorganiser toutes affaires
cessantes.
Voici la vraie lecon du drame de Nan Nrette.

Haiti en Marche, 8 Novembre 2008


Arracht douloureusement a une mort certaine
(photo Marco Dormino /Minustah)
sa participation.
Credible, 16gale et equitable. Et par-dessus
tout, l'int&ret collectif.
(NAN NERETTE / p. 6)


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 280-00
_US S 40-00
_US $42-00
_ US 70.00
US $ 70.00


Gdes 520,00
US 5 78.00
_ US $ 0.00
US$ 135.00
us S 135.00


OBn se Ias d'un abo~nmnnut
avec IIwson, 1t coot est dIaoublt
Prlrm da spdcfiw I vous Ats
un nouvril bonn6
ou u'iI 'aglt d'un rnouvnllUmnt


Nouveau
- -


Renouvlllrmnen


Adrese


HaL -
Et tsUnis
Canada _


Europe
AmAiqua Latner


(ofst potir Si


1, CPmjt pou









LE MOT DE LA SEMAINE


Mercredi 12 Novembre 2008
SHaiti en Marche Vnl IT N 42


Haiti le jouet des presidents americains


PORT-AU-PRINCE, 5 Novembre -
Comment Haiti ne serait-elle pas int6ress6e a l'dlection
du President des Etats-Unis? Nous sommes au
contraire le premier pays du continent a devoir le plus
nous y int6resser ...
Vous ne devinez pas pourquoi ?
El1mentaire. Haiti est le seul pays du
continent amdricain (et peut-6tre le seul aussi dans le
monde entier, a l'exception peut-6tre de l'Irak) dont
au cours des 25 dermires anndes chaque president
amdricain successif a renvers6 le chef de l'Etat au
pouvoir.
Incroyable mais vrai. C'est Ronald Reagan
qui a mis fin aux trente ans de regime dynastique des
Duvalier en f6vrier 1986 ...
Tandis que George Bush pare appuiera par
sa passivity le coup d'6tat militaire du 30 septembre
1991 renversant le president Jean Bertrand Aristide.
Le president suivant, le d6mocrate Bill
Clinton, ramena Aristide au pouvoir en le faisant
accompagner d'une force d'invasion militaire
americaine.
Et c'est son successeur, l'actuel president
sortant, George W. Bush, qui fit enlever Aristide dans
la nuit du 28 au 29 f6vrier 2004 pour le parachuter en
terre africaine.
Done pas un seul president am6ricain durant
ce dernier quart de siecle qui n'ait viold la souverainet6
d'Haiti.
Oui, tous sans exception. D'une maniere ou
d'une autre.
Comment peut-on par consequent nous
Haitiens ne pas nous int6resser d'une maniere sp6ciale
a qui devient president de la puissante nation voisine !
De 1986 a ce jour, quatre presidents et tous
les quatre sont intervenus dans notre pays. Pour une
raison ou une autre. Bien entendu sous le meme
commun d6nominateur : nous apporter la d6mocratie.
Reagan embarqua Baby Doc au lever dujour
le 7 f6vrier 1986, nous ddlivrant de trente ans de
dictature.
Mais au fond, ce n'6tait pas tant pour nos
beaux yeux que pour ouvrir la voie au nouveau syst6me
que l'on va connaitre sous l'appellation de ndo-
lib6ralisme qui se caract6rise entre autres par un
affaiblissement de l'Etat au profit des secteurs priv6s
et sociaux, plus pr6cis6ment du big business dont la
puissance ne va cesser de grandir.
Et d6s lors (oui, a partir de 1986) ceci va
constituer une constante de la politique am6ricaine
d'une part. Et d'autre part, de la politique globale. En
effet, onverra Paris et Ottawa sejoindre a Washington
lors du second renversement d'Aristide le 29 f6vrier


2004.
Nous disons une constante, un commun
d6nominateur : Avoir en Haiti un Etat faible, sans base,
sans veritable racine. Voilh mine de rien l'un des traits
principaux de nos relations politiques avec le
gouvernement amdricain pendant ce dernier quart de
siecle.
Et cela quelle que soit la couleur politique du
gouvernement haitien en place. Dictature ou president
l6u, issu d'un coup d'Etat ou des umes. De droite ou
de gauche, liberal ou conservateur.
Sinon comment expliquer le renversement de
Baby Doc sous le president am6ricain dont les Duvalier
avaient le plus applaudi a son election, Ronald Reagan.
Au point qu'ils en profiterent pour envoyer en exil tous
lesjournalistes ind6pendants de l'6poque.
Or sans que les Haitiens ne le sachent encore,
Washington mettait en place le nouveau systeme en
vertu duquel les pouvoirs satellites doivent 6tre aussi
faibles que possible. Or la dictature Duvalier, sans 6tre
populaire, 6tait bien enracinde apres trois d6cennies
au pouvoir.
De plus, le meme principe n'admet aucune
exception tant que le but recherche n'aura pas Wte
atteint, sinon pourquoi ne pas avoir institutionnalis6
le regime militaire du g6ndral Cedras (1991-1994),
comme celui du G6ndral Paul Magloire en 1950 !
Dictature trentenaire ou militaire ou
gouvernement constitutionnel populiste, est-ce que ce
n'est pas meme combat: ne laisser aucun pouvoir
prendre racine au point qu'il puisse faire obstacle au
nouvel ordre.
A ce compte-lh, on pourrait dire que le
meilleur pouvoir haitien aura &te pour Washington (et
pour l'6conomie globale) le regime int6rimaire
Boniface Alexandre G6rard Latortue. Une fois la
tiche accomplie, se retirer sans demander son reste.
Contrairement aux g6ndraux-pr6sidents Henry


Namphy, Prosper Avril, Raoul C6dras et consorts.
7 F6vrier 1986, 30 septembre 1991, 29 f6vrier
2004, y compris le renversement du president
6ph6mbre Leslie Manigat (en 1988), et si c'6tait une
constante, un meme commun d6nominateur. Et si
n6cessaire en utilisant l'un contre l'autre : Avril pour
renverser Namphy, C6dras pour jeter Aristide et qui
sait Aristide pour embarquer C6dras a son tour.
Sans pr6tendre a la verit6 absolue, c'est 1i
une explication comme une autre.
Et nous voici a la veille de faire connaissance
avec un nouveau president et une nouvelle
administration americaine ...
Et vous vous 6tonnez qu'on soit int6ress6. On
devrait meme 6tre fort prdoccupd.
De plus, comme on l'a not6 aussi, ce sont tous
les 4 derniers presidents am6ricains, d6mocrate ou
r6publicain, qui ont viold la souverainet6 d'Haiti. Pour
une raison ou une autre. C'est une invasion militaire
que Clinton d6pecha pour ramener Aristide, c'est par
une autre invasion militaire que Bush fils le renvoya
en exil.
Et aujourd'hui, quel est le bilan. Haiti est en
regime de d6mocratie sous haute surveillance.
Et avec un Etat plus faible quejamais. Et dont
notre quasi impuissance a faire face aux consequences
des r6cents ouragans en est, par exemple, la preuve.
Faut-il penser que la boucle est enfin
boucle ? Ou y a-t-il encore d'autres surprises, de
coups de thditre h venir ?
Affaire a suivre ...
Le candidat Barack Obama a parlk d'un
nouveau partenariat avec Haiti.
Mais pour un partenariat, il faut 6tre deux.
Or si on n'a pas un Etat digne de ce nom, quel sera
done ce vis-a-vis qui nous repr6senterait ?

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Le PM Michele Pierre-Louis


s'absente pour raisons de sante


4 novembre 2008 Le Premier ministre
Michble Duvivier Pierre-Louis est en voyage de sante,
selon une note de la Primature. En son absence,
l'int6rim est assure par le ministre de l'6conomie et
des finances, Daniel Dorsainvil.
Le Premier ministre Michble Duvivier Pierre-
Louis est envoyage de sante, selonune note de l'Unite
de Communication, de Relations Publiques et de Presse


de la Primature.
Madame Michele Duvivier Pierre-Louis a
laiss6 le pays le 2 novembre, et doit revenir le 6
novembre prochain, indique le communique qui n'a
pas apport6 davantage de pr6cisions.
En l'absence du Premier ministre, le ministre
de l'Economie et des finances, Daniel Dorsainvil,
assure l'intdrim.


Apres Gonaives, Cabaret, le drame de l'ecole de Nerette !


(NAN NERETTE... suite de la page 5)
Un autre partenariat public-priv6

De notre c6te, nous avons un peu r6fl6chi
aussi sur ces 6v6nements douloureux.
Nous recommanderions (comme c'est une
politique que pratique d6ji l'Etat dans d'autres
domaines) un partenariat a ce niveau aussi entre les
secteurs public et priv6.


En un mot, 1'Etat proc6derit imm6diatement
Sune inspection de tous les bitiments logeant les 6coles
priv6es (mais aussi publiques) a Port-au-Prince et dans
la region m6tropolitaine, que ces bitiments soient trbs
anciens ou qu'ils soient neufs, les deux comme on le
voit peuvent presenter autant de risques.
Ensuite, selon les r6sultats de l'inspection,
l'Etat proc6derait de la manibre la plus ordonnde a
l'accomplissement des reparations n6cessaires, cela
conform6ment aux reglements de l'urbanisme et des


MIAMI-DADE.
M HAMI*


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.

Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

The Miami-Dade County Employee Customer Service Center,
140 West Flagler Street, will be closed permanently as of
Friday, November 7, 2008.
Search online at any Miami-Dade County library or
South Florida Workforce Career Center.

EOE/M/F/D/Veterans' Preference
2d;i7-riK Fcdice- EY-ry 2 gy


normes de construction, de plus s'agissant de lieux ou
est expose la vie de tant de personnes. Pareil de
certains h6pitaux priv6s qui poussent 6galement sans
trop de contr6le, et surtout de ces 6glises 6vang6liques
aux mille et une denominations qui pullulent partout.

Un reamenagement du territoire ...
Certaines de ces 6coles m6riteront peut-6tre
meme d'etre d6plac6es pour arriver a satisfaire les
rlglements.
Ce qui suppose une nouvelle politique
d'amenagement du territoire (ou en anglais, de
<< zoning >) afin de delimiter dans chaque commune et
chaque section communale des espaces r6serv6s pour
ces lieux hautement indispensables que sont les 6coles
(education publique ou priv6e) dans un pays oni un
enfant sur quatre seulement arrive a compl6ter le cycle
secondaire et qui compte parmi ceux dont le nombre
de m6decins par habitant est le plus bas de toute la
terre.
Ensuite les d6penses engages par l'Etat
seraient recoup6es avec les propri6taires de ces
entreprises somme toutes commerciales (mais sans
devoir 6tre pour autant bassement mercantiles) et sur
une base de partenariat. Lequel engagement de sa part
permettra d&s lors a l'Etat haitien d'appliquer les lois
et reglements dans toute leur rigueur et sans tol6rer
aucune exception.
Et aussi de retrouver la place d'un Etat
veritable.
Car un Etat digne de ce nom ne peut
abandonner ainsi ses enfants jusqu'aux tout petits !
Ou alors qu'il s'efface. Haiti n'existe pas !
Officiellement.


Haiti en Marche, 10 Novembre 2008


Page 6







Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42


Page 7


Haiti : La Haute Commissaire aux droits

de l'homme emue par le denuement de la population
La Haute commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme, Navi Pillay, avec le Prdsident haitien Rend Prival.


5 novembre 2008 La Haute Commissaire des
Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, s'est
d6clarde vivement prdoccupde et 6mue par le
d6nuement dans lequel vit la majority de la population
haitienne, a l'issue d'une visite de trois jours en Haiti.
Aujourd'hui, Haiti, ses populations et ses
autorit6s doivent faire face a une multitude d'enjeux en
matiire des droits de l'homme. Le manque d'acces a
l'alimentation et a l'eau potable, les detentions
prolong6es sans jugement, les conditions carcerales
d6sastreuses n'en sont que des exemples. Il y a 60 ans,
l'Assembl6e g6ndrale des Nations Unies adoptait la
Declaration universelle des droits de l'homme par
laquelle toute personne se voyait reconnaitre des droits
civils, culturels, 6conomiques, politiques et sociaux.
Pour que cet id6al devienne r6alit6 en Haiti, un
authentique partenariat entre les autoritds, les membres
de la soci&td doit tre 6tabli, avec l'assistance de la
communaute international
", a dit Mme Pillay au mo-
ment de son depart
mercredi.


Au cours de son
sdjour, la Haute
Commissaire a rencontri le
president haitien Rend
Pr6val, plusieurs ministres
et secr6taires d'Etat, des
hauts cadres de la magistra-
ture et de la police ainsi que
des membres de la
c o m m u n a u t 6
internationale. Elle a
6galement rencontre des
membres des organisations
des droits de l'homme et a
visited le quartier de Cite
Soleil, l'une des quartiers
les plus pauvres de la
capitale Port-au-Prince, oi
elle s'est entretenue avec
des victimes de violations
des droits de l'homme. "
Les droits 6conomiques et
sociaux sont des droits
fondamentaux de la
personne humaine. Ils sont
indivisibles et
interd6pendants des droits
civils et politiques ", a-t-
elle declare.
Mme Pillay a
salu6 les efforts entrepris
par les autorit6s haitiennes
et les membres de la
communaut6 internationale
pour assister les victimes
des ouragans qui ont
r6cemment frapp6s Haiti.
Des efforts qui, selon elle,
doivent absolument 6tre
renforc6s car de
nombreuses populations
n'ont pas encore recu
l'assistance n6cessaire.
La Haute
commissaire a not6 les
progrbs significatifs
r6alis6s en matibre de
s6curit6. Elle a toutefois
rappelk que la s6curit6 et le
maintien de l'ordre public
ne pouvaient s'effectuer au
detriment du respect des
droits de l'homme et de
1'Etat de droit.
Elle a soulign6
qu'en Haiti, l'un des
objectifs prioritaire de son
bureau, comme de la Mis-
sion des Nations Unies
pour la stabilisation en
Haiti (MINUSTAH) 6tait
de contribuer avec les
autorit6s haitiennes a
l'6tablissement d'un
systbme judiciaire et p6nal
ind6pendant et credible
respectant les droits de
l'homme.
Mme Pillay a


relev6 que trois r6formes majeures ont &te entreprises
a cet effet dans les secteurs de la police, de lajustice et
du systbme carc6ral. Selon elle, la r6ussite de ces
r6formes passent a la fois par un engagement
ind6fectible et 6nergique des autorit6s haitiennes dans
la mise en ceuvre de celles-ci, en consultation avec la
soci&te civile, mais aussi par un appui coordonn6 des
organisations des Nations Unies pr6sentes en Haiti. "


Les autorit6s haitiennes manquent toujours des
capacit6s essentielles pour d6tenir, juger et punir les
auteurs de crimes graves, mais aussi pour r6tablir les
victimes dans leurs droits. La corruption au sein de la
chaine p6nale, ainsi que l'impunit6 dont jouissent
r6gulibrement les personnes influentes impliquees dans
des trafics illicites constituent des obstacles a
l'instauration d'un Etat de droit et a la lutte contre
l'impunit6 ", a-t-elle dit.


Ecoutez Melodie Matin

avec Marcus sur o i e
103 3 for
www. melodiefmhaiti. com

.1


MIAMI'DADE


EDE RANGE



TRANSPOTASYON NAN



MIAMI-DADE POU DEMIN


Vi-n Jwen avek ofisyel Konte a nan

Some Plan Transpotasyon Pep la


Some sa-a ap f6-w konpran-n pi byin ki sa plan transp6 pep la (PTP) gentan akonpli
pandan plizy6 ane ki soti pase yo, e ki problem finansye e chwa ke nou fM fas k6m yon
kominote kap avanse. Pa pedi okazyon sa-a vi-n fM nou konnen ki sa-w panse.

Samdi 15 Novanm 2008
8:30 a.m. a 2 p.m.
Convention Center at the Miami Mart Airport Hotel
711 NW 72 Ave., Miami, FL 33126

Ap genyen transp6tasyon gratis nan lokasyon sa yo apati de 8 a.m.:
Golden Glades Park & Ride lot
Palmetto Metrorail Station
Florida International University SW 107th Ave. and 16th St.
Dadeland North Metrorail Station
SWashington Ave. and Lincoln Rd. in Miami Beach
Pou pran avantaj sevis gratis sa-a, w dwe rele 786-469-5550
w voye yon email nan mdtoutreach@miamidade.gov.
Pou plis enfbmasyon, rele 311.
Nap bay dejene avek dine.









L'EVENEMENT


Mercredi 12 Novembre 2008
SHaiti en Marche Vnl IIT N 42


Le dernier bilan

est de 94 morts, 150 blesses et 35 rescap6s


De nouvelles victimes ont etd decouvertes
samedi dans les decombres du bdtiment scolaire qui
s 'est effondrd la veille a la periphdrie de Port-au-
Prince, ce qui porte le dernier bilan provisoire i 92
morts selon la protection civile haftienne.
Le chef des services de la protection
civile Alta Jean-Baptiste a d6clar6 que la mort
de 84 personnes, dont une majority d'enfants,
avait &6t confirmed a midi. Un autre
responsable de ces services, Michael Joseph
Jr, a dit avoir vu huit corps suppl6mentaires.
"Nous ne sommes pas encore en
mesure de les atteindre", a dit Joseph, tandis
que des 6quipes de sauveteurs arrivaient des
Etats-Unis et de la Martinique pour aider les
secours haitiens mal 6quip6s et toujours a la
recherche de survivants.
Cent cinquante personnes ont en outre
6t blesses.
Selon les autorit6s, quelque 700 enfants
sont inscrits a l'6cole La Promesse, mais on
ne savait pas combien d'entre eux se
trouvaient dans le bitiment de trois stages
lorsqu'il s'est effondr6 vendredi a l'heure des cours.
Les secours, qui ont travaill6 toute la nuit de
vendredi a samedi pour retrouver des survivants, ont
fait venir une grue sur le site afin de d6gager les
d6combres.
Les operations devaient se poursuivre pour la


seconde nuit consecutive, avec le concours de pompiers
am6ricains venus de Virginie et d'une 6quipe francaise
aide de chiens.


Une ecoliere entre la vie et la mort (photo JJAugustin)

Le president haitien Rend Preval a d6clare que
l'6cole religieuse avait &t construite de faconpricaire,
en n'utilisant que peu de structures en acier ou en
ciment pour solidariser les blocs de b6ton.
Le propridtaire du bitiment Fortin Augustin, un


pasteur protestant, a &t6 arrt&.
"I1 m'a dit qu'il avait construit le bitiment lui-
meme. II a expliqu6 ne pas avoir eu besoin d'un maitre
d'oeuvre parce qu'il connaissait bien la construction",

a dit le procureur Joseph Manes Louis.
Arrive sur place d&s les premieres
heures samedi, Pr6val a d6clar6 que les
sauveteurs avaient rep6r6 sept enfants dans les
decombres et leur avaient fait passer de l'eau
et des biscuits.
"La nuit dernimre, nous 6tions sfirs qu'il
y avait encore sept enfants survivants. Nous
avons (sauv6) un d'entre eux mais nous avons
perdu tout signe des autres", a-t-il d6clar6.
"Certains pensent qu'ils devaient dormir. Les
autres croient qu'ils sont morts."
Alors que Pr6val s'exprimait, un
sauveteur l'a pr6venu de la d6couverte d'une
salle dans laquelle se trouvaient 21 morts, pour
la plupart des enfants.
Au moins 35 61eves, 13 filles et 22
garcons, ont 6t6 extraits vivants des ruines du
bitiment pendant la nuit de vendredi a samedi.
Parmi eux figurait une jeune fille qui a
demand la permission de sortir de sa classe pour aller
aux toilettes juste avant la catastrophe. L'ensemble de
ses camarades et son professeur sont morts.


Quatre enfants sauves dans 1'ecole effondree


PETIONVILLE, Haiti Les sauveteurs ont
retire quatre enfants sains et saufs des rines de l'6cole
effondrde de Petionville a Haiti samedi, alors que le
bilan s'aggravait.
Les secouristes ont sortis les enfants
hagards en les bercant dans leurs bras et se
sont pr6cipit6 vers une ambulance, samedi
matin, a pu constater sur place un porte-pa-
role de la police des Nations Unies, Andre
Leclerc. On ignore de quoi souffraient les
deux petites filles de 3 et 5 ans, le garcon de
7 ans et l'adolescent sauv6. La petite de 3
ans avait une coupure a la tate mais semblait
neanmoins en bonne sante, selon le porte-
parole.
"Elle buvait dujus de fruit et parlait",
a-t-il ajout6.
Le bilan de l'effondrement vendredi
de l'6cole pres de Port-au-Prince s'est
alourdi et s'6tablit d6sormais a 84 morts, a illette
indiqu6 Nadia Lochar, charge de la coordi-
nation des secours dans l'ouest d'Haiti.
Les sauveteurs qui continuent de fouiller dans
les d6combres du bitiment ont retrouv6 samedi 17
corps, a pr&cise a l'Associated Press le maire de
Petionville, Claire Lydie Parent. Quinze sauveteurs
francais avec des chiens et d'autres, am6ricains, sont


arrives sur place et participent aux operations, avec
l'appui de la population. Le commandant Patrick Vailli
de la SRcurit6 civile, a pr&cise que son 6quipe avait


oignde avant m&me d'etre sortie des blocs de beton (JJA
localism cinq personnes qui pourraient 6tre encore en
vie dans les caves de l'6cole, ainsi que deux corps.
On ne sait pas encore combien d'el6ves
exactement se trouvaient dans le bitiment de trois
stages en beton au moment du drame vendredi matin.
Mais selon les autorites, au moins 500 enfants et ado-


lescents, de la maternelle au lyc6e, fr6quentent le
College La Promesse, un 6tablissement surpeupl6,
comme nombre d'6coles a Haiti.
Les voisins 6voquaient une recon-
struction a la hAte aprbs un premier
effondrement partiel il y a huit ans, expliquait
Jimmy Germain, enseignant francais a La
Promesse, dont le troisibme 6tage 6tait en-
core en cours de construction. Selon lui, les
personnes habitant juste en contrebas de
1'6cole avaient d6menag6 de peur de voir le
bitiment s'effondrer sur leurs maisons. Et
l'6cole tentait de racheter ces terrains
abandonn6s.
Pour la maire de la ville, Claire Lydie
Parent, un d6faut structurel de l'6difice serait
H mettre en cause, et non les r6centes
temp6tes tropicales qui ont frapp6 l'ile,
faisant quelque 800 morts et aggravant en-
core le drame perp6tuel de pauvret6 que vit
ugustin) Haiti.
Haiti.
Selon le president haitienRen6 Preval, le pays
compte de nombreux edifices courant le meme risque
d'effondrement en raison de d6fauts de construction
et de mauvaise surveillance.



Le proprietaire

interroge par la police

Le pasteur Augustin Fortain propri6taire de
l'6cole, qui s'est effondrde vendredi en Haiti faisant
au moins 84 morts, 6tait interrog6 dimanche par la
police, mais sans "6tre formellement accuse de rien",
a indiqu6d 1'AFP le secr6taire d'Etat a la Justice
Joseph-Luc Euchere.
"La justice haitienne est saisie de l'affaire", a
indiqu6 le secr6taire d'Etat, en pr6cisant que le pasteur
6tait "interrog6", mais qu'il "n'(6tait) formellement
accuse de rien". "Nous n'allons pas agir dans
l'6motion", a-t-il indiqu6 joint au t6l1phone par 1'AFP
"I1 est d6tenu h la direction centrale de la police
judiciaire haitienne (DCPJ)", a precise de son c6t6 a
l'AFP le commissaire Renel Costum6, pr6cisant qu'il
s'6tait rendu de lui-meme samedi a la police.
L'6tablissement priv6 "La Promesse", situde
dans un quartier pauvre de PNtion-ville dans la banlieue
de Port-au-Prince, accueillait des &lves ag6s de 3 a
20 ans, sous la direction du pasteur dvangdlique
Augustin Fortain.
Selon des t6moignages d'habitants du quartier
recueillis par 1'AFP, le pasteur, ag6 d'une cinquantaine
d'anndes, aurait lui-meme construit l'6cole sans faire
appel a des ing6nieurs.
Situde entre les maisons du quartier, la
construction en dur s'dlevait sur deux stages, tandis
qu'un troisieme 6tait en construction.


Page 8


Request for Applications
City of Miami
Civilian Investigative Panel

The City of Miami Civilian Investigative Panel (CIP) seeks to fill vacancies on its volunteer Panel.

The CIP is a citizens' oversight panel comprised of thirteen (13) diverse members, with the
responsibility to oversee the City of Miami Police Department. Applicants must be willing to commit a
significant number of hours annually to the CIP; be either permanent residents of the City of Miami, own
real property, or work or maintain a business in the City of Miami and have a reputation for integrity and
community service. Applicants cannot have a record of a felony conviction; nor can applicants be a current
or former City of Miami police officer.

Interested individuals must submit a membership application and include a short biography or
resume. Applications may be downloaded from the CIP website, www.miamigov.com/cip, obtained from
the CIP office at 155 S. Miami Avenue, PH 1B, Miami, FL or by calling 305-579-2444. Completed
applications must be received or postmarked no later than 5:00 PM, Monday, December 1, 2008,
addressed to: Shirley E. Richardson, Executive Director, Civilian Investigative Panel, 155 South Miami
Ave. PH-1B, Miami, Florida 33130.

Adv. # 16125







Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42


d'espoir de
Deux jours apres l'effondrement d'une cole
en Haiti qui afait au moins 90 morts et 150 blesses,
en majoritW des enfants, 1'espoir de retrouver des
survivants dans les d combres de cet etablissement
de trois tages etait dimanche de plus en plus mince.
Le pasteur Augustin Fortain propri6taire de
1'6tablissement, situ6 dans un quartier pauvre de
PNtion-ville dans la banlieue de Port-au-Prince, 6tait
"interrogC" dimanche par la police, mais sans "6tre
formellement accuse de rien", a indiqu6 a 1'AFP le
secr6taire d'Etat a la Justice Joseph-Luc Euchere.
"Lajustice haitienne est saisie de l'affaire", mais
"nous n'allons pas agir dans l'6motion", a-t-il indiqu6
joint au t6l1phone par 1'AFP.
L'6tablissement priv6 "La Promesse" accueillait
habituellement 700 &lves ag6s de 3 a 20 ans sous la
direction du pasteur 6vang6lique Augustin Fortain, qui
se trouvait dans les locaux de la direction centrale de
la police judiciaire haitienne (DCPJ), aprbs s'6tre rendu
de lui-meme samedi a la police.


DE LA S MAINE Page 9


II n'y a plus

retrouver des survivants


Le dernier bilan, diffuse dimanche, faisait 6tat
de 92 morts et 150 bless6s. "I1 ne s'est rien pass au
cours de la nuit", a indiqu6 dimanche matin a 1'AFP
un responsable haitien de la Croix rouge. "Nous
n'avons pas pu d6gager de corps cette nuit", a dit de
son c6t6 un sauveteur canadien.
"Pour l'instant, les cameras infrarouges n'ont
pas d6tect6 de signes de vie a l'int6rieur", a dit a 1'AFP
le capitaine francais Eric Brunstein qui oeuvre dans le
cadre de la force de 1'ONU en Haiti (Minustah).
"Les 6quipes de secours vont quand meme
poursuivre les recherches ce matin"(dimanche), a-t-il
ajout6.
Une 6quipe de pompiers francais, arrive
samedi matin de l'ile francaise de la Martinique, et
des secouristes am6ricains de l'Agence am6ricaine
pour le d6veloppement international (USAID), tenaient
de retrouver des 6coliers coinc6s sous les dalles de
l'6tablissement, aids par une 6quipe de secouristes
canadiens.


Des 6quipes de secours de 1'ONU, de la Croix
rouge, de M6decins sans Frontibre et de la police
haitienne se trouvaient 6galement sur place.
Quatre enfants ont pu 6tre retires vivants dans
la nuit de vendredi a samedi et dans la journde de
samedi des d6combres de l'6cole.
Des centaines de personnes se trouvaient
toujours dimanche matin sur les lieux du drame, oi
l'on commencait a sentir une forte odeur de corps.
Dans la foule des voix s' levaient pour contester
le travail des sauveteurs. "Je regrette de voir des enfants
mourir dans ces conditions, mais nous sommes l1 pour
maintenirl'ordre. Nous ne sommes pas sp6cialis6s dans
le sauvetage de personnes", s'est justifi6 a 1'AFP un
agent chinois de la police internationale anti-6meutes
de 1'ONU en Haiti (UNPOL), He Yin Jie.
Un cordon de s6curit6 compose de policiers
de cette force, munis de matraques et de boucliers,
ceinturait le site de l'6cole.


"Copyrighted Material
1"^ -....... ^*^^ ................................. p y n g n Ma t ei a l ..H ....... "1 .........





.S yndicated Content .. .


Available from Commercial News Providers"









L'EVENEMENT


Mercredi 12 Novembre 2008
1 Haiti en Marche Vol XXII N0 42


Minustah: L'effondrement d'une cole fait de nombreuses victimes


Plus de 24 heures aprbs l'dcroulement de
l'etablissement o La Promesse, college Evangelique
o prbs de la capitale, plusieurs acteurs s'activent
encore pour extraire des ddcombres d'dventuels
survivants. Mais leplus grand difi consiste i enlever
les ddcombres sans aggraver la situation.
oTant qu'ily a la chance de retrouver des
survivants, on nepeutpas utiliser les moyens lourds
o, pr6vient le Repr6sentant special du Secr6taire
g6ndral des Nations Unies, H6di Annabi, present le 8
novembre sur les lieux de la trag6die.


Commissaire de police des Nations Unies, Mamadou
MountagaDiallo. D6ji, les survivants ont sdjoume plus
de 24 heures sous les mines des quatre (4) niveaux de
ce que fut leur 6tablissement.
Crainte de nouveaux drames, le m6decin
commandant des sapeurs-pompiers de la Martinique,
Daniel Vig6e, l'a exprim6. oSelon certaines
informations, ily aurait une vingtaine depersonnes
coincies entre deux dalles. Pour les extraire, il
faudrait casser les dalles mais celles-ci sont en
dquilibre instable o, a-t-il fait remarquer.


je suis pessimiste. Les personnes qu'on a deja
extraites des decombres sont ecrasees. Nos chiens
sont en train de renifler mais il ne semblepas qu'ily
ait ames qui vivent li oih ils sont alliso.
Certains survivants existent. A en croire
Wilson Pateaud, un riverain, o une enseignante,
Andrena, aurait appele sesproches dans la matinde
pour les informer qu'elle est toujours vivante mais
coincie sous les ddcombres avec trois enfantso. Des
efforts sont en cours pour essayer de la localiser.
Par ailleurs, des centaines de bless6s sont


Le President Prival et le PMMichele Pierre-Louis ont visitW chaque Un bless tres grave (Marco Dormino /Minustah)
jour le lieu du drame (photo JJAugustin)


A l'instar du president de la R6publique, Rend
Pr6val, du Premier Ministre, Michele Duvivier Pierre-
Louis, ainsi que d'autres personnalit6s du pays, le chef
de la MINUSTAH y est all6 appr6cier le d6roulement
des operations de sauvetage des victimes.
Present sur les lieux d&s les premieres heures
de la trag6die, aux cot6s de la PNH et de la Croix Rouge
et d'une 6quipe de M6decin sans Frontiere, les casques
bleus de la MINUSTAH ont, la nuit durant, install
un dispositif d'6clairage pour favoriser la poursuite
des operations de sauvetages de victimes.
o Le tempsjoue contre nous ), de l'avis du


Parallelement, 7 experts am6ricains -sur un
total de 40 attendus- sont presents sur les lieux, avec
pour mission d'6valuer les besoins en 6quipements
pour mener a bien les operations d'extraction des
victimes.
A mesure que le temps passe, le pessimisme
gagne les sauveteurs. II y a peu de chances qu'on
retrouve encore beaucoup de survivants car il n'y a
pas de poches d'air. Ceux qui sont la risquent de
mourir asphyxids o, a encore signal Daniel Vig6e.
Le m6decin commandant des sapeurs-
pompiers de la Martinique a poursuivi : en tout cas,


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


admis dans les h6pitaux de Port-au-Prince. Certains,
en fin de matinee. Selon un nouveau bilan communique
par la Protection civile, le nombre des victimes
s'61&verait a 75 morts. D'autres corps ont &t6 par la
suite extraits par les sauveteurs.
Dans un communique, la MINUSTAH
exprime osaprofonde tristesseface aux souffrances
et aux pertes en vie humaine qui ont suivi
l'effondrement de l'dcole etprdsente ses trbs sinceres
condoldances aux victimes et a leur famille o. Elle
exprime sa profonde sympathie et sa solidarity avec le
gouvernement et le peuple haitien dans ce moment
difficile.


Les h6pitaux regorgent de blesses
(photo Eugene Robenson)


POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
omi mwyT naous -mail:-a-llpga


Page 10


k l #"141* 1 #0 O 4 140





Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42


Ou nan


Medicare


epi ou ger


Dyab t?


K6m moun ki gen dyabet, ou gen bezwen espesyal pou sante w, epi Humana
tabli yon plan espeyal ki rele Medicare Advantage ki fet dapre bezwen pou
sante w. W ap jwenn menm kouveti asirans total la, ak menm avantaj ki
genyen nan 16t plan Humana yo, plis 16t sevis ank6 ki fet pou kenbe w nan
chimen pwogr6 pou sante w.


* Konsiltasyon san limit kay dokt6
pou pye
* Kopeman $0 pou founiti
pou mezire nivo sik nan san w
(sa ki vie di tou, ti baget pou
f6 tes dyabet)


* Peman pou diferans nan pri
medikaman pou dyabet
* kouveti asirans pou kek medikaman
ak founiti ki vann san preskripsyon
* pwogram egzesis SilverSneakers
* Kopeman $0 pou terapi nitrisyonel


Rele Humana depi jodi a, pou konnen si w kalifye pou plan espesyal sa a.
Ou pa gen anyen pou w pedi, se avantaj selman w ap jwenn.

MIKE BULLY 561-540-9754
TTY pou moun ki pa tande byen 1-877-833-4486
8 b dimaten pou 8 b diswa, 7 jou pa semenn


HUMANA.
Guidance when you need it most


-Medicare
-Group Health
-Individual Health
-Dental, Life, Vision


Page 11


0 0


Tout moun ki satisf6 kondisyon Plan pou Bezwen Espesyal Ia (SNP) epi ki enskri nan Pati A ak Pati B nan Medicare pout6t laj
yo oubyen anclikap yo genyen, kapab patisipe nan plan SNP ki apwouve pou Medicare Ia. Anvan yo asepte yon moun nan
plan Maladi Kwonik SNP a, yo pral verifye clyagnostik dokt6 moun Ian. Prim, kopeman, ak dediktib yo kapab varye dapre
kantite lajan yon moun touche. Ou m6t kontakte Humana pou plis enf6masyon.
H1036-GHA-CR-004K PB 09/08









LIBRE PENSEE


Mercredi 12 Novembre 2008
SHaiti en Marche Vnl Y1T N ?4


<< Wi Mwen Kap

< Le hasard n 'a jamais encore satisfait les q'aurait &te une victoire, VICE-PRESIDENT. Je ne
espoirs d'un peuple qui souffre. > voyais pas encore la maturity, ni de l'homme, ni du
Marcus Garvey peuple. Je voyais done impossible que lui, << homme
Le hasard fait bienles choses ditunproverbe. de couleur > (au fond, j'ai horreur de ce mot), puisse
Je l'ai entendu dire assez souvent par des amis. Surtout avoir l'audace et la chance d'aspirer a diriger la Nation
quand le sort leur 6tait favorable. Quand nous ne la plus puissante au monde. Un peu plus tard, je
sommes pas favoris6s par le destin, on nous dit que commencai a croire qu'il avait autre chose a offrir. Je
nous avons de la << dveine >. << Cord6e >, parfois. Le commencai, moi aussi a rever. Haiti m'empeche de le
hasard peut etre malchance. D6sordre. Chaos. II vous faire a ma guise. Les hommes du pays se rapetissent et
est toujours insaisissable, incontr6lable, sauf si vous l'orgueil (de Negre) et la taille (d'homme, de << Grand
6tes < Infiniment Grand > ou bien < Infiniment homme >). Si ceux de << lakay > n'arrivent pas a me
Puissant >>. Pour continuerunpeu sur le meme registre, faire sentir la << fiert6 negre >, il faut chercher ailleurs.
dans les milieux universitaires, on dit parfois que Je devais done projeter mes 6checs et mes r6ussites
<< Dieu ne joue pas aux d6s >. Le premier a l'avoir dit, sur quelqu'un qui puisse me secouer les entrailles. Je
Einstein. Dans la nature, donc, rien n'est fruit du voulais moi aussi rever. On 6tait capable de le faire.
hasard. Avant lui cependant, Voltaire s'exclamait qu'il Obama l'a dit. Nous avons tous cru. Lui d'abord, avait
6tait impossible que cette horloge puisse exister et cr que c'6tait possible. Changer la couleur du succes
qu'il n'ait point l'horloger. Le hasard, avais-je dit une politique aux Etats-Unis. Changer la << couleur
fois, a des &lves qui m'6coutaient, est la mesure de naturelle > du locataire de la Maison Blanche. Du
notre incomprehension, il nous montre les limites de Bureau Ovale. Ce Quarante Quatribme Pr6sident des
notre intelligence. Contr6ler le hasard serait alors se Etats-Unis, nd un Quatre Aoft, sous le signe du lion,
rapprocher de l'Etre Supreme. Ce ne peut etre que le Olu un Quatre novembre, pour un premier mandat de
hasard (les < Esprits Tutdlaires >, aurait dit Quatre ans, nous a fait croire, a tous, que tout 6tait
<< l'Innombrable >, un << Bon Wanga > disent certains possible. Simplement << bronz >> au debut, un peu trop
Haitiens) qui ait voulu que ce jeune politicien soit << noir > pour certains, il est devenu par la suite < pas
choisi par Kerry pour prononcer un discours lors de trop noir > pour d'autres, puis << tropjeune >, et enfin,
la Convention D6mocrate, pour les elections de 2004. maintenant, aprbs ce << beau 4 novembre >>, il est
Le hasard aurait done voulu qu'il soit aujourd'hui, lui, >, done oblige d'avoir du
un << COLORED MAN >, Pr6sident des Etats-Unis. succes dans sa nouvelle mission. Je ne crois pas que
Dffinitivement, une Grande Nation. Berlusconi ait<< draill >> ou << drap >>, comme disent
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, certains. J'ai meme ri a le lui entendre dire. Sainement.
il faut done savoir tirer profit du hasard. Ca c'est de Chez nous, en Haiti, bien avant lui, << Don
l'intelligence. II faut savoir saisir sa chance. II faut Kato >, ce jeune artiste d'Haiti, 6tait la voix choisie
savoir que si le hasard existe, et il existe, il faut savoir par les promoteurs de la Campagne d'alphab6tisation
l'exploiter. Ily a de cela un an, je pensais a un tandem lance par la Secr6tairerie d'Etat a l'Alphab6tisation.
Clinton-Obama. Lui, dans le meilleur des cas, et << Wi MwenKapab >>, disait-il. C'6tait avant Obama.
Wi mwen kapab ekri


>>!


Wi mwen kapab kalkile
Wi mwen kapab kompran enfomasyon ekri
Wi mwen kapab li
Wi mwen kapab konbat liyorans
Wi mwen kapab konbat soudevlopman peyi m
Wi mwen kapab
Je ne sais plus si de la parole au fait on a eu
des avancements, mais je crois, qu'h partir de
maintenant, et sous la pouss6e d'Obama, il faudra,
outre le dire, le faire. Comme lui.
Enfin, la soiree du 4 novembre, cet homme,
nd un 4 aoft, devenait le 44eme Pr6sident des Etats-
Unis. Cette configuration de quatre quatre, pour un
mandat de 4 ans, doit sfrement augurer deux mandats
cons6cutifs de 4 ans. Il finalisait cette soiree en conviant
les Amdricains (et pourquoi pas a nous aussi Haitiens)
<< de remettre notre peuple au travail, d'ouvrir les
portes de l'avenir a nos enfants ; de r6tablir la
prosp&rit6 et de promouvoir la cause de la paix >. Et <<
l1 oi nous rencontrerons le cynisme et le doute, ces
gens qui nous disent que nous ne pouvons pas, nous
leur r6pondrons par cette conviction 6temelle qui
resume l'esprit d'un peuple : si, nous le pouvons. >
Chers amis, le choix r6alise par le Peuple
Amdricain vient de nous montrer que, les facteurs
limitatifs, un environnement n6gatif, ne constituent
nullement une barribre infranchissable pour la
r6alisation de nos raves. Individuels. Collectifs. Et, bien
que le hasard n'aitjamais pu satisfaire les espoirs d'un
peuple qui souffre, il a toutefois la capacity de
provoquer le changement, dans les << ttes > et dans
les << ccurs >, pour que les << mains et les bras > se
mettent, ensemble, au travail. < Wi, Nou Kapab >>.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Novembre 2008


L'INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION


Jean Robert JEAN-NOEL

Haiti est un pays corrompu. Quand on pense
Haiti, on pense corruption. Depuis la naissance de ce
pays dans la douleur, la corruption est la seule constante
qui a traverse toute son histoire. Le pbre fondateur
d'Haiti fut victime de la corruption car il voulut une
certaine 6quit6 pour ce pays, r6partir mieux la richesse
de ce pays exsangue aprbs la terrible guerre de
l'ind6pendance. Aprbs sa mort, la corruption s'est
installed en maitre. Malgrd certaines 6claircies tout le
long de notre histoire de peuple, le systeme mis en
place en 1806 se perp6tue en se renouvelant. Certes,
on a eu de presidents honnetes, mais ils ont du tol6rer
la corruption autour d'eux et pactiser avec le system
pour gouvemer. Ce qui se traduit aujourd'hui par une
forme de culture de la corruption et explique en grande
partie notre sous d6veloppement actuel. Et ce n'est pas
6tonnant que, lorsque le monde s'est donn6 cet outil, <<
l'indice de perceptions de la corruption >>, pour mesurer
ce ph6nombne, notre pays se soit class le plus
corrompu ou parmi les plus corrompus de la terre.
Alors, qu'en est-il exactement ? Et pourquoi Haiti se
retrouve-t-elle parmi les demiers.
Depuis 1995, 1'ONG Transparency
International publie chaque annde un indice de
perceptions de la corruption[l] (CPI) classant les pays
selon le degr6 de corruption percu dans un pays.
L'indice est l6abori a l'aide d'enquetes r6alis6es aupres
d'hommes d'affaires, d'analystes de risques et
d'universitaires r6sidant dans le pays ou a l'6tranger.
Sur la base des enquetes mendes depuis 2002
jusqu'en 2007 par cette ONG, Haiti s'est retrouv6e a
la 89e place sur 102 pays enquet6s en 2002, a la 13 le
place sur 133 pays en 2003, a la 155e place sur 159
pays en 2005, a la 163e sur 163 pays en 2006 et a la
177e sur 179 pays enquet6s en 2007. Les places
occupies par notre pays sont 6tablies sur la base de
perceptions et rien d'autre.
Le lecteur doit souligner le mot perceptions.
Cet indice est donc etabli a partir des perceptions de
la corruption de diverses categories enquetdes. Ces
perceptions sont fonction d'une certaine r6alit6. La
perception n'est pas forcement la rialit6 vraie sije peux
me permettre ce pldonasme. Le Pr6sident Pr6val parlant
de la corruption en septembre 2008, a essay de
l'expliquer ainsi. Certaines personnes 6taient d'accord
avec lui et d'autres non. Ce qui est sur, c'est que nous
tous nous sommes responsables de la perception
g6ndrale que les autres se font de notre pays, en
particulier de l'insecurit6, du kidnapping et de la
corruption. Certes, il est 6tabli que notre pays est


corrompu; on en prend pour preuves, << le proces de la
consolidation >> sous le gouvemement de Nord Alexis
au d6but du 20e siecle, < le proces des timbres >> sous
le gouvernement de Jean Claude Duvalier dans les
annees 1970, les enquetes menses sous le
gouvernement d'Alexandre/Latortue (2004/2006).
Mais la place occup6e par Haiti aujourd'hui est
beaucoup plus li6e a l'image projet6e par nous autres,
haitiens, a notre facon d'op6rer et a nos pratiques
quotidiennes de gestion.
Haiti s'est donnee de bons outils de gestion;
elle dispose d'un arsenal 16gislatif assez int6ressant
dans tous les domaines mais les gouvernements
successifs ne l'appliquent. La Constitution de 1987 est
venue avec des innovations, pourtant on ne se donne
pas la peine de prendre des lois d'application. Et quand
on s'est donn6 la peine d'en r6diger quelques unes, on
les met au rencart. Oi est-ce qu'on peut aller avec de
pareilles pratiques. De plus, nous avons une perception
tres negative de nous-memes. Nous d6nigrons tout le
temps nos frbres et scours. Nous les cartons parce
qu'ils sont s6rieux et comp6tents. Nous les critiquons
n6gativement aussi pour les memes raisons. Nous
sommes en admiration pour les gens qui ont acquis
leur fortune de manibre douteuse. Mais nous inventons
des histoires vraisemblables pour faire passer nos frres
et sceurs honnetes, s6rieux, comp6tents pour des
vagabonds, des corrompus, des dilapideurs. Qui pis
est, les vrais corrompus et les corrupteurs sont heureux
de voir leurs frbres et sceurs honnetes et comp6tents
pris pour cibles a leur place et se moquent d'eux en
sourdine. Voilh notre r6alit6.
Cette r6alit6 l1 est encore plus triste quand
nous nous faisons complices de l'6tranger, en inventant
des histoires abracadabrantes sur nos frbres et sceurs
sans preuves s6rieuses juste en faisant travailler notre
imagination et en amalgamant. Nous agissons par
jalousie, par m6chancet6 et surtout par souci de
destruction. Prenons l'exemple des dernires mesures
annonc6es par le nouveau gouvernement Prival/Pierre-
Louis. Aprbs le passage sur Haiti des cyclones FAY,
Gustav, Hanna et Ike, qui ont achev6 de mettre a plat
notre 6conomie, le gouvemement, face a l'h6sitation
et a la lenteur de la communaut6 international et face
a l'ampleur de la catastrophe, a d6cid6 de d6clarer l'6tat
d'urgence pour une quinzaine de jours et a d6caiss6
dans la foul6e environ 200 M USD.
Pour engager cette somme durant une
quinzaine de jours, il a fallu utiliser des procedures
c6leres comme les contrats de gr6 a gr6. Nous
commencons par douter de notre capacity a l'engager,
puisque nos chers amis de la communaut6


internationale parlent tout le temps de notre manque
de capacity d'absorption, sans jamais 6voquer les
multiples conditionnalit6s et les procedures de plus en
plus contraignantes et non harmonisees d'unbailleurs
a un autre (JEAN-NOEL, 2004, 2006, in Le
Nouvelliste). La somme une fois engage, au lieu
d'attendre les r6sultats dans les prochains mois, nous
critiquons le processus au lieu de f6liciter le
gouvernement pour avoir engage a temps l'argent. En
outre, nous sp6culons sur les noms des personnes qui
vont s'enrichir, nous parlons de magouilles. Comme il
est de mise en de pareils cas, nous faisons des
amalgames. Si un tel est l'ami d'un tel et que ce dernier
a eu un contrat de gre a gre, l'autre va faire son beurre,
car c'est un prete-nom. Naturellement, nous profitons
de la circonstance pour salir la reputation d'honnetes
gens. Et qui pis est, nous augmentons par le fait meme
l'indice de perceptions de la corruption par rapport a
notre pays et ne nous 6tonnons pas si, en 2008 et en
2009, il se retrouvera a la dernire place.
Cet article, je l'ai 6crit pour toi, mon frbre
haitien, ma sceur haitienne. Ne d6truis pas l'image de
ton pays, n'accuse pas tonfrbre ou ta sceur sans preuve.
Si tu veux participer a la lutte contre la corruption,
commence par 6viter d'opiner sur ce phenombne sans
bien le connaitre. Sais-tu que, par exemple, quand tu
ne paies pas tes imp6ts, quand tu profites de ta position
dans l'appareil 6tatique ou dans le secteur priv6, la
soci6t6 civile ou meme au niveau de la communaut6
international, pour obtenir des contrats incompatibles
a ta fonction surtout quand tu es a la fois juge et partie,
tu es un corrompu ? Toi aussi, ma sceur ? Que tu sois
fonctionnaire, employee, cadre, parlementaire, ministre,
president, la corruption, d6pendant de son ampleur et
ses consequences, est un d6lit et/ou un crime. Lutter
contre elle est d'abord une question d'6tique et aussi
un devoir de citoyen. Ah Tu ne savais pas. Eh bien,
commencons la lutte maintenant, en remettant en
question notre facon d'agir par rapport a nous-memes
et par rapport a notre pays. Et Haiti en b6nficiera trbs
largement : la corruption va reculer, l'indice de
perceptions va baisser drastiquement, 1'investissement
va augmenter et le d6veloppement va se mettre en
route.
Ne te sens pas vis6 personnellement, mon
cher, meme si tu es frapp6 en pleine poitrine. Tu dois
noter et retenir que quandje parle de toi, je parle aussi
de moi, n'est-ce pas? Pour paraphraser a l'envers
l'autre, ce grand auteur du siecle de la lumibre, celui
de Louis XIV Sans rancune, mon ami (e)!

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/
Indice_de_perceptions_de la corruption


Page 12


I ..... %A............ ... . ... .. ..N







Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42 T 111 JTIT S AI1
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
S Melodie Matin
.% I sur 103.3FM


Afmrt wibunc I P iort kI Plx Cay. I Cqap4lai I& Jrmim
Q-i-DHg im


2 Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
Telephones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients

Graphics Web De~~~~sin-Pitn -PC le ic


James SOantvaud
Manager


f rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


SC-lWffnrE GEW1TfDEPRODUtWTIE

Parents, vou qul rAiva dun avenir meilour pour vos enfants,
confie ls au CMP


PROGRAMMES
LICENCE EN:
Maorkting



Gieeon-Fikmnen-MarPkeki
nomptaIlh monommeee
Asalence Admilnrstra
InfSnrtiu cyd oun
IT EaWiBle (CuCO)


ANNEE ACADEMIOLJE 2~M2009



s :4 Bem
B :2e4Bne
2em
2BM
S; lenou2 ar
I1an
:1 an
; 60 hwurTe 2 an
;70hourie


POUr toutes infonmtfinut upppufnlsk"i:
CMP. D&*i 30
Trls2 519 831. 3 730245, 2 4829a
Emiail rif dop : *rmra ji i Ig, i


Page 13






Le Look
Rue Panamrricainc #14,
Pition-Ville, Haiti
Til. 257-8374
Choix incroyable de montures:
DIor, Cartne,a bno Magi Vogu.
Consultation chaque jour
pat un decin-occulist,


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR'


office:
fax:
emai:
web:


770.874.6200
404.405,6584
770.439.7857
bernaardmetayer-realty~roup com
Metayer-RetaltyG roup.com


E I T t
CI T I I I L
I -iJ.li'Jimjt RuHif Mmfhtrf, GA 3


ACMELIENN
71 Tel.... 288-3451-52
o hoteljacmelienne@yahoo.fr


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
Hopital Ste Justine pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tl1.: (509) 3685-8432 13404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com
HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H
SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H









I PRESIDENT ELU BARACK OBAMA


Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXllT N 42


La victoire d'Obama illustr4

d'un pays marque par le
La victoire a I'dlection prdsidentielle civiques.
americaine mardi de Barack Obama, nd ily a 47 ans "C'est difficile a croire qu'on ait r6ussi a faire
d'un pere kinyan, illustre le chemin parcouru par les autant de progrbs en si peu de temps, que l'on puisse
Noirs dans un pays toujours agitW par le demon du voir un jeune Afro-Am6ricain devenir president des
racisme. Etats-Unis", a ajout6 a la t6l1vision M. Lewis, qui fut


En devenant le 44e president des
Etats-Unis, le s6nateur de l'Illinois entre dans
l'Histoire et fait mentir les pessimistes qui
avaient estim6 pendant toute sa campagne que
l'Am6rique n'6tait pas prete l61ire un Noir.
Son election va non seulement
rapprocher les Afro-Am6ricains des autres
communaut6s mais aussi les Etats-Unis du
rave de Martin Luther King, 6bauch6 il y a
45 ans, de l'6galit6 entre les races.
Barack Obama, grand admirateur
d'Abraham Lincoln, consid6r6 aux Etats-Unis
comme un artisan de l'abolition de
l'esclavage, deviendra le 20 janvier 2009 le
president d'un pays oi le souvenir de la
s6gr6gation et de la lutte des Noirs pour leur
emancipation dans les ann6es 1960, reste vif.
Son mandat de quatre ans,
renouvelable une fois, sera scrut avec grande
attention pour voir s'il en fera b6n6ficier la
communaut6 noire, notamment les plus pauvres, et s'il
saura refermer des plaies raciales encore grande
ouvertes. "Je suis vraiment reconnaissant d'6tre encore
1i pour vivre ce moment incroyablement historique
pour notre pays", a comment le parlementaire John
Lewis, ancien dirigeant de la lutte pour les droits


Le President dlu etMichelle Obama
regus lundi par Mr etMme Bush a la Maison Blanche
rou6 de coups par un groupe de Blancs dans l'Alabama
en 1961. Selon lui, les Etats-Unis sont "prets a cr6er
une soci6t6 d6mocratique vraiment multi-raciale".
L'ancien candidat a la pr6sidentielle Jesse
Jackson se trouvait au milieu de la foule de partisans
d'Obama rassembl6s a Chicago pour la fete de la


e les progress

racisme
victoire. Cet ancien dirigeant de la lutte pour
l'6mancipation des Noirs a 6cout6 le discours
d'Obama, les yeux pleins de larmes. "Je ne savais pas
quand, mais j'ai toujours pens6 que c'6tait possible",
a d6clard a 1'AFP celui qui se trouvait aux c6t6s de
Martin Luther King quand il fut assassin&.
MWme l'adversaire d'Obama, le
r6publicain John McCain a 6voqu6
l'importance de la race du futur president
en reconnaissant sa d6faite. "C'est une
election historique. Je reconnais qu'elle a
une signification particulibre pour les Afro-
Am6ricains", a indiqu6 l'ancien combattant
du Vietnam.
"M6me si nous avons surmont6 une
bonne partie des vieilles injustices qui ont
terni l'image de notre pays en refusant aune
partie des Am6ricains la pleine jouissance
de la citoyennet6 am6ricaine, le souvenir
de ces moments avait encore le pouvoir de
blesser", a admis M. McCain.
"Aujourd'hui, il faut qu'il n'y ait plus
aucune raison pour qu'un Am6ricain ne
puisse pas ch6rir son appartenance a ce
pays, la plus grande nation du monde", a
ajout6 M. McCain.
Bon nombre d'analystes avaient pronostiqu6
des difficulties a Obama en raison de l'ostracisme
touchant encore les Noirs am6ricains. Barack Obama
l'a cependant emport6 dans des Etats ouvriers et
(voir RACISME / 16)


Obama promet une riposte rapide
'u -N


Le president dlu americain
Barack Obama a promis vendredi de la
s 'attaquer defront a la crise des qu 'il
prendra sesfonctions a la Maison Blanche, lors de sa
premiere conference de presse depuis son election a
la tote des Etats-Unis, qui semblaient s'avancer un
peu plus vers la recession.
"Nous sommes confronts au plus grand d6fi
de notre temps en matibre 6conomique. Nous allons
devoir agir rapidement pour r6soudre" la crise, a
d6clar6 le president 61u, lors de cette conference de
presse organis6e dans son fief de Chicago (Illinois,
nord).
"Imm6diatement aprbs avoir pris mes fonctions
de president, je m'attaquerai de front a cette crise
6conomique en prenant toutes les mesures n6cessaires
pour diminuer la crise du credit, aider les familles de
travailleurs et r6tablir la croissance et la prosp6rite",
a-t-il ajout6, alors que le march de l'emploi am6ricain
s'est de nouveau d6grad6 en octobre: le ch6mage a
bondi a 6,5%, son plus haut niveau depuis plus de 14
ans.
M. Obama, qui prendra ses fonctions le 20
janvier, a 6mis l'espoir que le Congrbs adopte au plus
vite un plan de relance. Si cela ne devait pas 6tre le
cas, il a annonc6 que "la premiere mesure" qu'il
prendrait en tant que president serait de mettre en place
un tel plan.
La pr6sidente d6mocrate de la Chambre des
repr6sentants, Nancy Pelosi, s'est prononc6e vendredi
dans la presse pour un vote rapide d'un plan de relance
en deux volets: 60 a 100 milliards de dollars d&s
novembre, puis une mesure compl6mentaire d6but


crise economic

2009 qui pourrait comprendre une "baisse d'imp6ts
permanente".
M. Obama a aussi promis d'aider l'industrie
automobile americaine, alors que le numdro un
am6ricain du secteur, General Motors, a annonc6 dans
la journ6e qu'il risquait de se retrouver a cours de
liquidit6s l'an prochain.
L'industrie automobile "est l'6pine dorsale de
l'industrie am6ricaine" et elle joue un r6le "crucial"
dans les efforts de reduction de la d6pendance du pays
envers les importations de p6trole, a ajout6 le president
61u.M. Obama, qui venait de se r6unir avec ses
principaux conseillers 6conomiques, a dit les avoir
charges de preparer des propositions d'aide au secteur.
"J'aimerais que l'administration fasse tout son
possible pour acc616rer l'aide a la modernisation que
le Congres a d6ji approuv6e", a-t-il d6clar6.
Le parlement am6ricain a d6bloqu6 r6cemment
25 milliards de dollars de garanties de pret pour aider
les constructeurs a mettre au point des v6hicules moins
gourmands.
Debout derribre M. Obama se tenaient ses
principaux conseillers 6conomiques, dont les anciens
secr6taires au Tr6sor de Bill Clinton Lawrence
Summers et Robert Rubin, ainsi que l'ancien patron
de la R6serve f6d6rale Paul Volcker.
Ces trois personnalit6s sont sur les rangs pour
occuper le poste d6cisif de secr6taire au Tr6sor, dont
le titulaire devra superviser la mise en oeuvre du plan
de sauvetage financier de 700 milliards de dollars


Su e m adopt en octobre par le Congrbs. Le
S nom de Timothy Geithner, president
de la R6serve f6d6rale de New York,
est 6galement cit6.
Le futur 44e president a dit vouloir agir "de
facon r6fl6chie et rapide" pour designer son
administration. "Mais je veux insister sur la reflexion
autant que sur la rapidity", notamment en ce qui
concerne l'6conomie et la s6curit6 nationale, pour
6viter de faire "des erreurs", a-t-il expliqu6.
Depuis son election, le president l6u s'est
entretenu par t616phone des projets de r6forme du
systbme financier avec les dirigeants de plusieurs pays:
Allemagne, France, Grande-Bretagne, Israel, Japon,
Mexique, Cor6e du Sud, Canada et Australie.
Beaucoup de ces responsables sont attendus le
15 novembre a Washington pour un sommet consacr6
a la crise financibre. La Maison Blanche a fait savoir
qu'elle ne s'attendait pas a ce que M. Obama participe
a ce sommet.
M. Obama doit tre requ lundi par le president
sortant George W. Bush, pour leur premier entretien
depuis le scrutin de mardi.
M. Obama a confirm qu'il avait requ une lettre
du president iranien Mahmoud Ahmadinejad apres sa
victoire. "Je vais 6tudier la lettre du president
Ahmadinejad et je vais y r6pondre de facon
appropriate a-t-il d6clar6.
Le futur num6ro un am6ricain a estim6 que
l'Iran devait "cesser" de soutenir des organisations
terroristes, ajoutant que la fabrication d'armes
nucl6aires par T6h6ran 6tait "inacceptable".


Venus et Serena Williams

n'ont pas vote pour Obama
Media Mosaique, 11/7/ education, et du fait queje suis Thmoin de
008 Montreal Jehovah, mais c'est excitant de voir que
N'est-il pas curieux
'apprendre que les deuxjoueuses de
;nnis afro-am6ricaines les plus '


connues au monde n'aient pas vote
pour celui qui est devenu le premier
president noir des USA? Et pourtant
c'estvrai!
Pr6cisons tout de meme
qu'elles ne 'ont pas fait, non pas
parce qu'elles 6taient favorables au
rival d'Obama, John McCain. Une
question de foi religieuse est a la
base. Elles sont tout simplement des
<.
"Je ne me m6le pas des
affaires politiques a cause de mon


Serena Williams
quelqu'un comme Barack Obama a une
chance de diriger l'une des plus grandes
(voir WILLIAMS / 16)


Page 14


2(

d
te


III.I .U.. t............ .... ... .. ..IN








Mercredi 12 Novembre 2008 !3
Haiti en Marche Vol XXII N' 42 S POR

Serie A L'Inter aux commandes


Profitant du nul conc6d6 par le Milan AC a
Lecce (1-1) lors de la dernire rencontre de la lie
journe, l'Inter Milan prend la tete de la Serie A. Dans
l'aprbs-midi, les Interistes se sont imposes sur le fil
face a l'Udinese (1-0). Naples et le Milan AC se
partagent la deuxibme place.
SERIEA liE JOURNEE
.DIMANCHE
INTER MILAN UDINESE : 1-0
But: Cruz (90e)
L'Inter Milan a saisi l'occasion. Grice a une
victoire arrach6e dans les derniers instants de la
rencontre face a l'Udinese (1-0), les Nerazzurri mettent
la pression sur 1'AC Milan. Ils possedent d6sormais
deux points d'avance sur leurs rivaux, qui jouent ce
soir face a Lecce. Pourtant, les hommes de Jos6
Mourinho, qui restaient sur un match nul en Ligue des
Champions face aFamagouste (3-3) et une victoire en
Serie A face a la Reggina (aprbs deux 0-0), n'6taient
pas dans un grand jour.
Incapables d'acc6l1rer le rythme, les Interistes
ont 16grement domind sans se montrer dangereux. En
premiere p6riode, ils n'ont cadre que deux frappes
signdes Ricardo Quaresma (24e) et Mario Balotelli
(41e). L'Udinese, 6quipe surprise de ce debut de saison
en Serie A, 6tait la seule a ne pas avoir perdu face aux
Lombards lors des deux dernires saisons. En premiere
p6riode, les "Zebrette", trbs rigoureux derribre, font -
au moins jeu 6gal avec l'Inter et auraient meme pu
mener sur une superbe demi-vol6e de G6khan Inler
repouss6e par Julio Cesar (39e).
Le second acte n'est pas plus spectaculaire
que le premier et, comme face a la Reggina, les
Milanais finissent par marquer dans les arrets de jeu.
Sur un corner venu de la gauche, Julio Ricardo Cruz
offre la victoire aux siens d'une tete imparable (91e).
La meilleure attaque du championnat est rest6e muette


et s'incline pour la deuxibme fois de la saison. Dauphin
de 1'AC Milan avant le coup d'envoi, 1'Udinese r6alise
une trbs mauvaise operation et retrograde a la 5e place.
LECCE MILAN AC : 1-1
Buts : Esposito (90e) pour Lecce -
Ronaldinho (80e) pour Milan
Aprbs la victoire de l'Inter, 1'AC Milan devait
s'imposer face a Lecce pour conserver sa place de
leader qu'il retrouvait pour la premiere fois depuis
mai 2004 grice a son succes face a Naples (1-0) lors
de la 10e journe. Dans un match sans rythme, les
Lombards croyaient avoir fait le plus dur en ouvrant
le score mais ont finalement craqu6 dans les arrets de
jeu. Jeudi, Cn coupe de 1'UEFA face a Braga, Carlo
Ancelotti avait laiss6 au repos de nombreux titulaires
(Abbiati, Ambrosini, Borriello et Kaka). Dimanche,
Boriello et Kaka 6taient bien presents mais terriblement
transparents.
En premiere p6riode, les Rossoneri dominent
mais manquent syst6matiquement le dernier geste.
Borriello, qui n'a marqu6 qu'un but en Serie A cette
saison, rate tout ce qu'il entreprend. L'ancien attaquant
du Genoa est devant le but mais ne ddvie pas assez la
frappe de Kaka (lie). Sur un centre millim6tr6 de
Ronaldinho au second poteau, l'Italien manque encore
le cadre (34e).
L'AC Milan montre le m6me visage en
seconde p6riode. Carlo Ancelotti finit par effectuer des
changements. Pato et Inzaghi font leur entree sur la
pelouse. Sur son premier ballon, Pato prend de vitesse
son vis a vis et centre parfaitement pour Ronaldinho
qui ouvre le score (79e, 0-1). Milan semble se satisfaire
du r6sultat et encaisse un but d'Esposito en toute fin
de match (90+3e, 1-1)... L'AC Milan perd la t6te du
championnat.
NAPLES SAMPDORIA: 2-0
Buts: Mannini (22e), Zalayeta (75e)


Page 15

LAZIO SIENNE: 3-0
Buts: Zarate (58e), Rocchi (86e, 90e)
CHIEVO JUVENTUS TURIN : 0-2
Buts: Del Piero (41e), laquinta (53e)
Aprbs son retentissant double face au Real
Madrid mercredi, le capitaine Alessandro Del Piero a
fetd son 34e anniversaire en inscrivant le premier but
sur coup franc (40) avant que Vincenzo laquinta ne
double la mise en d6but de seconde p6riode (54). La
Juve precede la Fiorentina, qui a battu l'Atalanta (2-
1), ainsi que le Genoa qui, a domicile, n'a pas fait de
details face a la Reggina, balayde 4 a 0 grace
notamment a un triple de l'attaquant argentin Diego
Milito, qui s'empare du coup de la tate du classement
des buteurs (9 buts).
FIORENTINA- ATALANTA: 2-1
Buts: Melo (20e), Gilardino (23e) pour la
Fiorentina Floccari (77e s.p.) pour 1'Atalanta
CATANE CAGLIARI: 2-1
Buts: Mascara (37e), Sabato (87e) pour
Catane Jeda (6e) pour Cagliari
GENOA REGGINA: 4-0
Buts: Milito (54e s.p.), 74e, 89e), Sculli (80e)
LECCE MILAN AC (20h30)
L'AC Milan, qui s'est empard de la premiere
place une premiere depuis mai 2004 grace a sa
victoire sur Naples (1-0) lors de la dernibre journe,
va chercher a consolider sa position sur le terrain de
Lecce (13e), un promu. Signe que le championnat est
la priority, l'entraineur avait laiss6 plusieurs titulaires
(le gardienAbbiati, le milieu Ambrosini, les attaquants
Kaka et Marco Borriello) au repos jeudi contre Braga
(1-0) en Coupe de 1'UEFA.
SAMEDI
TORINO PALERME : 1-0
But: Samuel (89e)
BOLOGNE -AS ROME : 1-1
Buts: Cicinho (90e c.s.c.) pour Bologne Totti
(68e) pour 1'AS Rome


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


8E772 INIE 2 Smre Avenrmuea
T6t; 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- R eepdton de pairemen pour Be South, FPL, GAZ, CABLE TV.
BELL MOBILITY ec...c...
- Connection idpheaSque hez Ilrs...


Ouvert
6 Jours

par
senmaine:
8h30 ani


730 pm



VIM Dllkl % S hl
Pr'ouin I p r b M ukl nK
Vade a,
*M'Inhyvw


ouk. Urawnim.K Amittrilni
%WC'* ViIo' iAHaUeM. AmurI1sa uiare DRnn
* P'dil*l; dfie Fww









ECONOMIE


Mercredi 12 Novembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 42


SOMMET DU 15 NOVEMBRE 2008 :

La route ouverte vers un nouveau Bretton Woods


PAR AZAD BELFORT
Ca y est, le prochain sommet du G20 se
tiendra le samedi 15 novembre 2008 a Washington
D.C., 11 jours aprbs la victoire historique de Barack
Obama aux pr6sidentielles amdricaines.


Venus et Serena

n'ont pas vote pour

Obama
(WILLIAMS ... suite de la page 14)
nations du monde.
"C'est une bonne chose. Ca fait sourire mon
cceur" a d6clar6 Serena Williams avant de connaitre le
r6sultat de l'61ection, dans des declarations rapport6es
par <> dont des extraits sont diffuses par
l'agence de presse <>.
"Je me sentais fibre d'etre sur le court ce soir.
C'est un grand moment pour les Noirs aux Etats-Unis...
Voir Obama avec sa femme et ses enfants devenir la
premiere famille afro-am6ricaine a la Maison Blanche,
je suis sans voix>, a poursuivi Serena.
Sa sceur ain6e Venus William a abond6 dans
le meme sens et a saisi l'occasion pour exprimer sa
fiert6 d'etre am6ricaine : "L'Am6rique est un
merveilleux endroit. J'aime mon pays, j'aime y vivre
etj'adore mon passeport".
Les TUmoins de Jehovah pr6nent une stricte
neutrality a propos de la politique des nations et de
leurs institutions gouvemementales et militaires. C'est
ce qu'ils appellent la neutrality chr6tienne.
Cette religion s'oppose 6galement a toute
transfusion sanguine, peu importe la gravity du cas d'un
patient ou de la prescription formelle du m6decin.


Dans un pays

marque par

le racisme
(RACISME ... suite de la page 14)
majoritairement blancs comme la Pennsylvanie et
l'Ohio oni il avait &t6 battu pendant les primaires
d6mocrates par la s6natrice de New York, Hillary
Clinton. Tout au long de sa campagne, Barack Obama
s'est gard6 de se presenter comme le "candidat noir"
et a toujours estim6 que s'il devait perdre ce ne serait
pas a cause de sa race.
Ce fils d'une Am6ricaine originaire du Kansas
qui a grandi a Hawaii et en Indon6sie, a su adopter un
discours d6complex6, insistant syst6matiquement sur
l'unit6 n6cessaire du peuple am6ricain. C'est sans doute
le secret de sa victoire.


CONTACT US
TOLL FREE 1 -888-3 3-285
OR. 305-62 0-83 O
FAX :305-6 20-8332
CELL. 305-986-88 i I


Le president franqais Nicolas Sarkozy doit
sfrement ttre aux anges puisqu'il abienjou6 la mouche
de coche pour arriver a ce r6sultat. Bien des espoirs
semblent se rdveiller a l'id6e d'un tel sommet.
Cependant le directeur g6ndral du Fonds
mon6taire international, Dominique Strauss Kahn, a
voulu jouer aux troubles fetes en d6clarant que ce
sommet ne d6bouchera pas sur un nouveau Bretton
Woods. Quelle mouche a done pique DSK quand on
sait que presque tout le monde convient de la n6cessit6
d'une nouvelle donne sur la scene 6conomique et
financibre internationale. Veut-il d6sesp6rer les classes
moyennes am6ricaines et avec elles l'6conomie
mondiale ? On convient qu'on ne va pas aboutir du
jour au lendemain a un changement radical dans
architecture financibre internationale mais cette
reunion represente un pas important dans la mise en
place d'une nouvelle gouvemance financibre mondiale
apres la faillite 6clatante du consensus de Washington
et de la < corporate governance >. Le directeur g6ndral
du FMI espbre peut-etre un effondrement total du
systeme financier mondial avant de se prononcer
ouvertement sur la necessity d'un Bretton Woods 2.
De toutes faqons l'id6e a d6ji fait son chemin
et les principaux leaders de la planete, y compris ceux
du G8, l'ont d6ji int6gr6e dans leur agenda. Le ministre
italien de l'6conomie, M. Tremonti, a annonc6, depuis
le mois d'octobre dernier, qu'il en fera le theme
principal du G8 quand l'Italie pr6sidera cette instance
a partir dejanvier 2009. Les problkmes sont immenses
et personne ne voitjusqu'h maintenant comment g6rer
ces questions presqu'insolubles que sont le deficit
commercial et budg6taire am6ricain, la crise des
subprimes et son corollaire qu'est la crise bancaire
mondiale ; d'ici quelques semaines c'est la crise des
fonds de couverture (hedge funds) qui va infliger un
nouveau < knock down > au systeme financier
international avec peut-etre des pertes de l'ordre de
plus de 2.000 milliards de dollars menaqant
directement le systeme bancaire international.
Pendant ce temps ce cher DSK se croit


toujours du cBt6 de la rue de Solferino ou au caf6 de
Flore sur le boulevard Saint germain.L'heure est grave
M. le directeur et il se fait tard : il est temps pour vous
de vous rdveiller. Le systeme mondial ressemble de
plus en plus au Titanic et un gigantesque iceberg fait
d'instruments financiers toxiques file droit devant lui
avec ces milliers de milliards de produits financiers
avari6s.
Pour un Felix Rohatyn, un des grands de la
finance mondiale, il faudra remettre tout le system a
plat avant que ce m6ga choc ne se produise. Ce dernier
qui est un orfevre en la matibre sait de quoi il parle
puisqu'il a d6ji sauv6 de la faillite totale la ville de
New York au milieu des anndes 70. Se pourrait-il que
M. Obama fasse prochainement appel a lui pour sauver
le monde de la banqueroute totale. Mais ce genie de la
finance se fait vieux et peut-etre a-t-il perdu
d6finitivement le goft de ce genre d'exercices.
La question maintenant n'est plus de savoir
s'il y aura un nouveau Bretton Woods mais plut6t de
connaitre la nature de ce nouveau system ; sera-t-il
essentiellement financier ou r6am6nagera-t-il
fondamentalement le systeme international avec la mise
en place d'un systeme de credit global destined
financer des travaux d'infrastructures a l'6chelle
mondiale (routes,ponts,barrages, 6lectricit6, eau
potable ). C'est un point trbs important quand on sait
que rien qu'aux Etats-Unis, 30% de ces infrastructures
sont d6faillantes.
On comprend vu sous cet angle que le
prochain locataire de la Maisonblanche ait inclus dans
son programme la creation d'une banque de
d6veloppement destiny au financement des travaux
d'infrastructures aux Etats-Unis. De ce point de vue
l'absence des repr6sentants des pays les moins avanc6s
(PMA) a la reunion du 15 novembre, sera d'une ironie
cruelle. Ils auraient pu y proposer, sur le module
d'Obama, la future creation d'une banque de
d6veloppement destine essentiellement financer les
travaux d'infrastructures dans cette cat6gorie sp6ciale
(voir BRETTON WOODS / 17)


LE COIN DE MIAMI

R jouissance populaire et espoir aux USA

apres la victoire de Barack Obama

La communaute haitienne de Miami dit esp6rer

des changements au niveau de 1'Immigration


Le s6nateur D6mocrate de l'Illinois
Barack Obama est devenu, depuis le 4
Novembre could, le 44eme president des
Etats-Unis, aprbs sa victoire aux d6pens du
candidat R6publicain John Mc Cain, qui a
reconnu sa d6faite en appelant Barack Obama
pour le f6liciter.
Tout le monde 6tait 6mu en 6coutant
le premier discours du premier president afro
am6ricain de l'histoire des Etats-Unis,
prononc6 aprbs sa victoire dans
la soiree du mardi 4 Novembre,
au Grant Park (Chicago), devant
une foule immense. C'6tait la
gait6 dans le coeur de presque
tous les Am6ricains qui
semblaient respirer un air
nouveau.


L'6lu a remercid tous ceux qui
ont contribu6 a son triomphe, en
sollicitant l'aide de tout un chacun pour
redresser le pays. Avec un taux de
ch6mage Olev6, une crise 6conomique
sans pr6c6dent, le nouveau locataire de
la Maison Blanche a de lourdes
responsabilit6s. Le candidat Barack
Obama 6tait d6ji au courant des d6fis
qui l'attendent. Apresent, le president lu
doit prouver qu'il a la capacity de mener
le pays a bon port.

Little Haiti a salu6 cette
victoire et souhaite des
changements profonds au
niveau de l'Immigration
Les Haitiens vivant dans le Sud
de la Floride ont manifesto leur joie, a
travers les rues des comt6s de Dade,
Broward, et Palm Beach pour saluer le
triomphe de Barack Obama aux elections


Little Haiti (Miami) Jetant la victoire d Ubama
pr6sidentielles du 4 Novembre dernier.
Ils 6taient nombreux dans les rues de la 54eme
(Little Haiti), chantant et brandissant des pancartes a
l'effigie du prochain num6ro 1 amdricain. Certains
d'entre eux ont d6clard que le president sortant George
W Bush, qui bouclera le 20 janvier 2009 ses deux
mandats pr6sidentiels, n'a rien fait pour les immigrants
ill6gaux, notamment ceux qui viennent d'Haiti. "Avec
nos bulletins de vote nous avons dit non a John Mc
Cain qui est un fervent supporteur de Bush", a d6clard
un haitien-amdricain qui 6tait en liesse a Little Haiti,
quelques minutes apres la proclamation des r6sultats.
Les Haitiens du Sud de la Floride misent sur
le prochain chef de l'6tat, Barack Obama, pour
accorder le Statut Temporaire de Protection (TPS) aux
sans papiers haitiens.
En meme temps, ils plaident en faveur d'un changement
profound au sein de l'Immigration amdricaine.
Pour leur part, la majority des leaders de la
communaut6 haitienne de Miami ont applaudi
chaudement la victoire du s6nateur de l'Illinois.

EVENS HILAIRE
evenshilaire@hotmail. cor


Page 16








Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42

Les moins jeunes se
souviennent de ce principe nd dans la
vague qui a pris naissance a la fin de la
d6cennie 60 ; cela s'est concr6tis6 dans
cette fameuse education anti-autoritaire
que les jeunes parents que nous 6tions
avons tent6 de mettre en pratique. Mais,
pour notre propos d'aujourd'hui, je
voudrais modifier quelque peu la
formule et l'6noncer ainsi : < il est in-
utile d'interdire >, sous-entendu,
< quand on n'a pas les moyens de faire
respecter l'interdiction >.
Je pense a ce spot de la
Chambre de Commerce et d'Industrie
d'Haiti (CCIH) que l'on peut entendre
sur plusieurs radios depuis les catastro-
phes naturelles qui ont frapp6 le pays en
aoft-septembre. < I1 faut que l'Etat
interdise la coupe du bois etc ... > J'aime
bien Jorbit, maisje dois lui rappeler que
cette interdiction, ou tout au moins
r6glementation, de la coupe du bois
existe depuis longtemps; elle n'a rien
donnd, parce que les moyens de la faire
appliquer n'existent pas, ou ne
fonctionnent pas.
Je me souviens, dans les anndes
70, chaque fois que je me rendais aux
Cayes, pour le suivi du projet de
d6veloppement communautaire chr6tien
(DCC) de Robert Ryo, cur6 de Laborde,
je m'amusais a lire une pancarte
accroch6e a la barriere d'une petite
propri6td, juste avant la descente du
Mome Coma qui vous mane a Vieux
Bourg d'Aquin. Elle disait: < Ici on
vend le papier du charbon >. Vous avez
compris ; cette maison 6tait celle d'un


I1 est interdit d'interdire


agent du Ministbre de l'Agriculture qui
avait pour r6le de contr6ler la coupe du
bois. Quand un paysan voulait abattre
un arbre, il fallait qu'il obtienne
l'autorisation de cet agent. Eh bien,
l'agent en question, il vendait
l'autorisation. Comment voulez-vous
qu'une interdiction soit respected quand
celui qui a la charge de la faire respecter
la d6toume a son propre b6ndfice ?


Mais ce n'est pas tout. On a
deja signal que la production du char-
bon peut repr6senter une part non
n6gligeable des revenus du paysan.
Toutes les bonnes paroles autour de la
lutte contre le d6boisement ne font pas
le poids devant le primumvivere. Je me
souviens, c'6tait au d6but des anndes 70,
j'6tais r6cemment revenu d'Allemagne,
j'ai &te invite accompagner des agents


Constructions anarchiques flanc de montagne (photo HEM)


La route ouverte vers

un nouveau Bretton Woods


(BRETTON WOODS...
suite de la page 16)
des pays envoie de d6veloppement que
sont les PMA dont Haiti fait partie. Peut-
etre que les pays du G20 estiment que
les PMA ne font pas suffisamment le
poids pour etre invite leur table. Mais
comment en est-on arrive l1 ?

PETITE ET BREVE HISTOIRE DE
BRETTON WOODS ET DE SON
ECHEC
Parlant de cette crise financibre
qui affecte actuellement la planted,
Georges Soros eut a dire que ce n'est
pas une crise normale mais qu'il s'agit
de lafin d'une 6poque. Peut-6tre que trbs
certainement il voulait dire par l1 que
cette crise ne saurait en aucune faqon
etre compare a la fin d'un cycle
Kondratieff et qu'il s'agit trbs
certainement d'autre chose. Pour
comprendre la nature de cette << chose >,
remontons un petit peu dans le
temps.Aprbs la Seconde guerre
mondiale, la plupart des pays sous la
conduite principale des Etats-Unis et de
la Grande Bretagne d6ciderent de
r6guler les changes 6conomiques et
financiers intemationaux en cr6ant un
nouveau systeme mondial,lequel prit
naissance en juillet 1944 avec les
accords de Bretton Woods.
A l'origine de la conference de
Bretton Woods, il y avait deux plans :
celui de John Maynard Keynes pour les
britanniques qui prdvoyait plut6t la
creation d'une monnaie internationale
dont 1'6mission serait regie par une
banque centrale mondiale, laquelle
devrait servir de socle pour un
gouvemement 6conomique du monde.
Cette banque centrale globale devait etre
dot6e de v6ritables pouvoirs
supranationaux lui permettant de d6tenir
des d6p6ts,d'octroyer des credits et de
cr6er les liquidit6s necessaires aux
changes commerciaux intemationaux.
Cependant les Etats-Unis forts
de leur h6g6monie refusbrent le plan
Keynes et firent adopter de pr6f6rence
le plan de Harry Dexter White,
6conomiste du trdsor amdricain.C'est ce
dernier plan qui a donn6 naissance au
systeme de Bretton Woods tel que nous
le connaissons avec l'or comme talon
de r6f6rence et le dollar comme monnaie
de reserve et la creation du Fonds
mon6taire international comme
institution charge de veiller au bon


fonctionnement du systeme. Mais le
systbme bas6 sur la proposition de White
a pris fin virtuellement en a6ut 1971
avec la decision du gouvemement Nixon
de mettre fin a la convertibility du dollar
en or. En fait la decision de Nixon n'6tait
nullement arbitraire et rdpondait surtout
au souci d'6viter que dans le cadre d'un
systeme de convertibility or/dollar, tout
le stock d'or amdricain ne soit export
al'6tranger.
A la suite de la decision du
president am6ricain, le dollar a &t6
d6valu6 de 80% et apres les accords de
la Jamaique en 1976, le regime de
change fixe est abandonn6
d6finitivement. Le systeme de Bretton
Woods 6tait bel etbien mort. Dor6navant
les monnaies deviennent flottantes. Elles
seront de plus en plus consid6rdes
comme de simples marchandises r6gies
par la loi de l'offre et de la demande.
C'est cette transformation qui permettra
a la speculation financibre de se
d6velopper avec une telle ampleur avec
les r6sultats que l'on constate
aujourd'hui : une hypertrophie du
systeme financier. Rien que pour les
Etats-Unis la part du secteur financier
dans la capitalisation boursibre est
passe de 5,2% en 1980 a
23,5% en 2007 tandis que la
valeur des produits d6riv6s
6tait de cinq fois plus grande
que celle des marches
boursiers et obligataires et de
10 fois celle du produit Asanb
int rieur brut mondial, soit jouje
1'6quivalent de 600.000 mille Cente
milliards de dollars. De quoi en
donner le vertige. Avec la crise Asanb
financibre actuelle dont les Transl
subprimes ont &t6 le
d6tonateur, le temps n'est plus
oi le FMI pouvait jouer aux
sapeurs pompiers. D'ailleurs B
avec quels moyens ? $
D6cid6ment l'heure du An
nouveau Bretton Woods a bel Anplis
et bien sonn6 quoiqu'en pense apw
M. Domininique Strauss Kahn. po
Yo en'
Pour Haiti en Marche Stephe
Azad Belfort/Specialiste de mpo@
relations internationales
DESS de Diplomatie et Se re
d'Administration Disabi
Internationale ki pa
Paris 1-Pantheon Sorbonne senk j
Azad59 2009@0yaho.fr


du Ministbre de l'Agriculture lors d'une
visite au Mome l'H6pital. Etj'entendais
cet animateur faire tout un discours sur
la n6cessit6 de ne pas couper les arbres,
et, parmi les arguments qu'il utilisait, il
y avait les d6gits causes par les demiires
grosses averses. Effectivement toute la
zone du cimetibre avait &te r6cemment
inond6e et encombrde de sediments. Je
me disais en moi-meme, qu'est-ce que
le paysan du Morne l'H6pital en a A
foutre des inondations a Port-au-
Prince ?
Evidemment, a la CCIH, on sait
bien qu'une simple interdiction ne suffit
pas et qu'il faut l'accompagner de
mesures de substitution qui feraient
perdre au charbon et au bois de chauffe
leur valeur. Et de sugg6rer une baisse
des tarifs des produits p6troliers, de
maniire a les rendre plus comp6titifs par
rapport aux combustibles traditionnels.
J'ai longtemps &t6 partisan d'une telle
politique, mais les informations quej'ai
pu recueillir pour preparer mes
missions surle d6veloppement durable
m'incitent a reviser ma position, comme
on dit bien, seul Dieu et les imbeciles
ne changent pas.
I1 s'agit de ce qu'on appelle le
cycle du carbone. On sait que le gaz
carbonique est un des grands
responsables de l'effet de serre qui est
cause du rechauffement de la planted.


Page 17


Ce gaz carbonique est rejet6 dans
l'atmosphere, d'une part par tous les
etres vivants, v6g6taux ou animaux, au
cours de le respiration, mais aussi par
toute combustion ; chaque fois que nous
brilons quelque chose, nous produisons
du gaz carbonique. Le gaz carbonique
de l'atmosphbre est absorb par les
v6g6taux au cours de cette operation trls
compliquee qu'on appelle la
photosynthese.
On parle done du cycle du
carbone pour d6crire ce passage du
carbone de l'atmosphbre dans les
organes des v6g6taux, par la
photosynthese, et des autres etres vivants
qui consomment ces v6g6taux, puis son
retour dans l'atmosphbre par la respira-
tion des etres vivants ou la combustion
du bois. Pendant des mill6naires, il y a
eu un certain 6quilibre entre le carbone
absorb et le carbone rejet6. Jusqu'au
moment oi l'homme s'est mis a utiliser
des combustibles fossiles : charbon
mineral, p6trole, gaz naturel. L'6quilibre
s'est trouv6 rompu parce ces combus-
tibles sont composes de carbone, mais
d'un carbone emprisonn6 depuis des
mill6naires dans les profondeurs du sol,
d'ofi leur nom de combustibles fossiles.
En les faisant brfiler, on libbre
done un carbone qui n'6tait pas dans le
cycle que nous venons de d6crire; la
quantity de gaz carbonique produit
augmente done consid6rablement et ce
gaz va s'accumuler dans les hautes
couches de l'atmosphere, contribuant a
cet effet de serre cause de tant de
problkmes.
Ayant compris cela,je me suis
demand si nous devions contribuer a
augmenter la quantity de carbone fossile
lib6rd et si nous ne pourrions pas trouver
le moyen de continuer a utiliser nos com-
bustibles traditionnels sans provoquer
les d6gits que l'on sait. On me dira que
notre production de gaz carbonique ne
pese pas bien lourd devant celle d'un
pays comme la France, pour ne pas
parler des Etats Unis. Sans doute, mais
pourquoi ne donnerions-nous pas
l'exemple ? Cette m6thode existe, et
nous y reviendrons certainement, car
c'est un de mes dadas.
Mais avant cela, je voudrais
citer un autre cas d'interdiction inutile,
et pour cela je reviens a notre cher
Mome l'H6pital. Je ne sais de quand
date la creation de l'Organisme de Sur-
veillance du Mome l'H6pital (OSAM)
plac6 sous la tutelle du Ministbre de
l'Int6rieur; mais, chaque fois qu'un
port-au-princien jette un regard vers le
sud, il ne peut s'empecher de penser que
cet organisme n'a pas &t6 tres efficace.
Je me souviens d'avoir dit a
Anthony Dessources, a un moment oi il
n'6tait plus directeur de 1'OSAM, qu'h
mon avis, la mission de 1'OSAM avait
&t mal d6finie. Dans unpays caract6ris6
par un exode rural incontr616 et par une
centralisation qui r6siste a toutes les
(INTERDIT/ p. 18)


REYINYON PIBLIK
le Gouv6nan Oganizasyon Planifikasyon (MPO) pou Z6n Iben Miami an pral f6 yon reyinyon piblik
di, 18 dessanm 2008, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte a nan Stephen P. Clark
r, 111 NW 1st Street, Miami, Florid.
le Gouv6nan an pral konsidere Amannman ki ekri pi ba la a nan Pwogram Amelyorasyon
i6tasyon an:
. AF 2009: SR 5/US 1/Biscayne Boulevard
Amannman sa a va ajoute $5,000,000 pou Rekonstriksyon Pave Fleksib sou Biscayne
Boulevard s6ti NE 15th Street rive NE 35th Terrace. Anplis, amannman sa a va transfere
2,604,000 dola ale sou AF 2010 la pou menm pwoj6 a.
de reyinyon piblik ki site pi wo an, Depatman Transp6tasyon Florid (FDOT) Distrik 6 Pwogram
iv Senk An pou Ane Fiskal 20009/10 2013/14 la va prezante bay Asanble Gouv6nan MPO pou
basyon Ii.
vite tout moun ki enterese yo vini patisipe. Pou plis enf6masyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO,
en P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Miami, Florid 33128, telef6n: (305) 375-4507; imel:
)miamidade.gov; siweb: www.miamidade.aov/mpo.
gleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout egzijans etabli pa Iwa pou enfim ki rele "Americans with
lityAct" la. Lokal la aksesib. Pou jwenn sevis yon entepret siy pou moun soud, aparey pou ede moun
tande byen, oswa dokiman nan f6ma aksesib, tanpri rele 305-375-4507 omwens
ou davans. M O









LES JEUX


Mercredi 12 Novembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 42


.I p| rj i s


T.A[N G U F


Allez de PUNIES a TANhGE, n utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solut ons di I;
tBrnaine passed

I 0l I I l Ei
M 1RIC 'E]
T 0 RRDI.RE
TORDE

TTIO DE
TENU.BRE


n y M .i\ I' Z n
S 1 .V N1 E I
S I
a v *: n w'* c o I
K c. ,'..a \
t 1u r
U E G .. .u' Fr IR
v U H B .RU.. i

A 0 N X M A P a


r z
A : p
M K T


<> .
Sw


SW iM


So a J xr I r V

Beilr u gera EitngJulu
Gcna Kar-i5rti Kirwei
Muliekera liusa Ruaenzri
Vulambe


HORIZONTAL
1. Trouble 2. Cernes
3. Bouclers du Moyen Age -
4. Bigarr6 Monnaie romaine -
5. Measure d'inlernsil luminsuse -
F6e arabe 6. Entouree d'eau
7. Oppressani Scandinave.


IL


VERTICAL
1. De I'hivefr
2. F6lins sauvages de IHimalaya Cuivre -
3. De la luette 4 Frustre Jeune gargn
5. En maire de Monnaie d'Annrque Latine -
6. Profitable Paresseux 7 Note Erbium Nova Scotia -
B. Ereinte.


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


e "eat Ae&46 Pit 4eoC ace /I


E n B ref...(... suite de la page 2)
d6c6d6s dans ce terrible accident et pour appuyer le travail du contingent canadien affect
a la Mission de stabilisation de 1'ONU (MINUSTAH)", a annonc6 la mission diplomatique
canadienne dans un communique.
Parlant au nom du gouvernement et du peuple canadiens, M. Rivard a pr6sentW "ses
sympathies les plus profondes aux familles des victimes et a leurs proches".
D6plorant la "perte dejeunes vies", l'ambassadeur a renouveld la volont6 d'Ottawa de
poursuivre son aide a Haiti dans le cadre des operations de secours lances sur le site de la
trag6die afin de retrouver d'dventuels survivants.
Samedi soir, des policiers canadiens continuaient de soutenir les efforts de recherche et de
secours aux c6t6s d'autres contingents de la MINUSTAH et des membres de diff6rentes
units de la Police Nationale d'Haiti.

Le proprietaire du college La Promesse confie avoir tout construit lui-
mmee
Le propri6taire de l'6cole qui s'est effondrde sur des elves et leurs professeurs, Augustin
Fontain, s'est rendu de lui-meme a la police au cours du week-end. II a confi6 avoir
construit le bitiment lui-meme.
Augustin Fontain s'est lui-meme mis a la disposition de la justice. Selon le secr6taire
d'Etat a la Justice Joseph-Luc Euchere, il est toujours interrog6 par la police mais sans
<. Selon les voisins, le bitiment qui s'est 6croul6
vendredi sur ses el1ves, avait &t6 reconstruit rapidement aprbs un premier effondrement
partiel il y a quelques temps. La mairesse de la ville, Claire Lydie Parent, a indiqu6 que la
mairie avait interdit il y a 8 ans l'ajout d'6tages suppl6mentaires a cet edifice construit au
bord d'un ravin. Selon le president haitien Rend Prdval, qui s'est rendu trois fois prbs des
mines de l'6cole depuis son effondrement, c'est une construction de mauvaise quality et le
manque de renforts en acier qui est responsable du drame. Et de nombreux edifices sont
construits de la meme faqon, a-t-il ajout6.

Les parlementaires divises quant A la formule pour realiser les
prochaines elections
Les avis sont partag6s au Parlement quant i la tenue d'une election g6ndrale pour
renouveler les deux chambres ou la r6alisation d'l6ections d'abord en avril 2009 pour le
renouvellement du premier tiers du S6nat, puis en novembre de la meme annde pour le 2e
tiers avant la tenue en 2010 d'l6ections g6ndrales a travers tout le pays. Plusieurs
parlementaires se disent favorables a la premiere option arguant que l'organisation
d'l6ections multiples pese trop lourdement sur l'6conomie nationale.

Retour A la Chambre du Depute Jeremie ISIDOR MERCIER
Apres environs sept mois d'absence a la chambre des d6put6s, le d6put6 de Jer6mie Isidor
Mercier a repris son siege ce jeudi 6 novembre 2008. Le 20 avril dernier, le parlementaire
avait sorti son arme en pleine stance alors qu'il discutait ardemment avec un collkgue,
Anthony Dumont. Isidor Mercier avait bless par balle un employed de la chambre basse
r6pondant au nom d'Antonio Cl6estin. Aucune sanction n'a &t6 applique contre le
parlementaire.


Il est interdit d'interdire


(... suite de la page 17)
tentatives de redressement de la situation, il
est evident que la capitale doit faire face a
une tres forte demande d'espace habitable.
Tant qu'on n'aura rien fait de serieux pour
relancer l'agriculture et revitaliser les villes
de province, Port-au-Prince devra faire face
a une demande croissante d'espace, et il est
illusoire de penser qu'on puisse bloquer ces
constructions sur le Mome l'H6pital.
Je dirais meme que, puisqu'entre
deux maux il faut choisir le moindre, plut6t
que de voir la ville continuer a s'6taler sur
les terres agricoles,je pr6fere encore qu'elle
escalade la montagne. Bien stir, pas dans
n'importe quelles conditions. C'est le sens
de ce que je disais a Tony Dessources ; on
ne peut pas empecher les gens de construire,
mais on peut leur donner certaines directives.


Je pense a des normes d'urbanisme qui
6viteraient cette density de l'espace biti qui
ne laisse aucun espace pour la circulation,
voire des espaces verts, comme le montre cette
photo prise sur un versant de la source
Cerisier ; je pense a des normes au niveau de
la construction qui prdviendraient de catastro-
phes comme celle que nous venons de vivre a
N6rette.
Dans un film sur Port-au-Prince,
r6alise par son frbre Frantz, Leslie Voltaire
avait expos son reve de voir le Morne
l'H6pital se presenter comme un tableau de
Pr6phete Dufaut, avec des maisons partout,
mais joliment peintes et s6pardes par des
espaces de verdure, des voies d'acces, etc. Je
peux trbs bien partager ce rcve avec lui, mais
il faut prendre les mesures ad6quates.
Bernard Etheart


Page 18


SCRABBLE
Arrangez Wes sep lellres ci-dessus
pour former un nwl frangais

AT

KAV

IA

Solutions de la semaine passe
PLTUMEAU

1


I ..... %A............ ... . ... .. ..N


41h


r


:1,13111


I








Mercredi 12 Novembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 42


OREVWA TONTON

MEME!

GOUDBAY PIRAM!

Eta finansye-1 ak eta sante-1 pa t'fin
kody6m, si nou ale nan deklarasyon pitit li yo bay
lapres senmenm pase yo. Nou konprann anvan
l'mouri RolandDorfeuille te vin aveg: youn glokom
ki rive nan youn faz avanse te anpeche-1 we malgre
tretman li t'al pran Kiba.

Dorfeuille se te youn selebrite, youn vedet,
youn zetwal. Atis yo eksploze, limye jayi, tout je
brake, tout bouch pandye, t6lman mounn vegle...
Anfen bravo lakontantman di atis-la nou rekonet li
gen anpil zouti nan dyakout li epitou nou satisfy.
Eksplozyon atistik sa yo reveye konsyans nou, yo
ankre nan memwa nou. E tankou tout lot eksplozyon
yo cho, yo tyed, yo fret.

Avek Dorfeuille, nou temwen fenomen sa
yo: apre youn karye akte chaje kouleba, kit se nan
radyo, kit te sou sen oubyen nan sinema Dorfeuille
retire k6-1 lakay li Kafou kote li t'ap viv trankil jis
jou lanm6-1.

Mwen sonje, premye fwa m'te we
Dorfeuille se te nan lekol Sainte Trinitt. Nan antre
lek6l-la, yo te enpwovize youn teyat, jou sa-a se te
youn pwodiksyon "Lambi Club ". "Lambi Club"
se kontanporen Mouvman Krey6l Ayisyen-an nan
ane swasant yo. Se te nan lane 1965 Mouvman
Krey6l te tanmen tout bon. "Lambi Club "jou sa-a,
te mete sou sen youn kont Bouki ak Malis "Ze
Kalanderik", se istwa Malis ki dekouvri youn min
ze kalanderik. Istwa di nou chak swa, Malis mache
sou pwent pye, dyakout- li do-li, li glise anba vant
kalanderik yo, al ranmase ze, men anvan bajou kase,
Malis jete-1 ak pwovizyon yo. Youn jou Bouki
mande pou l'ale ak Malis. Lan douvanjou Malisjete-
1, men Bouki nan safte-1 bliye konsiy Malis-la, li
kite jou bare-1, kalanderik yo fe Bouki peye ni pou
li ni pou Malis. Kont Bouki ak Malis sa-a te pran vi
nan ti istwa "Lambi Club"-la. Apre sa, se te Tonton
Meme. Si nou ale nan sosvetekoukouv.org. sit
entenet Sosyete Koukouy-la, nan seksyon "Ki Nou",
Sosyete Koukouy rap6te patisipasyon Roland
Dorfeuille nan youn manifestasyon kiltirel
mouvman krey6l te 6ganize nan youn gage nan
Potoprens. Nan ep6k sa-a, nou sevi anpil ak gage
pou nou te fe eksperyans teyat anwon-an.

Sen Tonton Meme-a prezante nou youn
abitan ki gen youn pitit fi, pitit fi-a renmen Sine,
Twoup-la fe youn koregrafi sou chante:
"Sine voye rele-m, "
"Sine voye chache-m... "
"Manman-m pa vle, "
"Papa-m pa vle....

Tonton Meme antanm li ak Sine pou
maryaj-la fet. Sa w-tande-a, se babako kay Tonton
Meme. Dorfeuille te youn revelasyon nan youn
Tonton Meme k'ap fete san gade deye, youn Tonton
Meme k'ap delire nan kontantman. Sen Tonton
Meme-a te t6lman vivan,jenes ep6k-la pral idantifye
Dorfeuille ak Tonton Meme.

Nou an 1969, youn sikl6n represyon politik
dekapite mouvman kiltirel yo. Mouvman Krey6l
peye gwo pri. Anpil kanmarad ateri nan prizon,
genyen ki menm pedi lavi yo. Sa yo ki pa t'nan
prizon rantre nan twou silans osnon vwayaje al nan
lot peyi..

Chak sezon pote fle pa-1. Nou pral tann
dizan anvan pou yo rebatize Roland Dorfeuille. Se
ep6k "Theatre National d'Haiti" (TNH) anba baget
defen Frangois Latour Nan TNH nou te rankontre
Fritz Velasco alyas Pitit Fey, Victor Pttion, Jean-
Claude Exulien, Denise Pttrus, Micheline Soukar
ak defen Richard Brisson. Te gen plis akte toujou
men se non sila yo ki monte nan memwa-m.


TNH te k6manse timidman avek pyes
klasik "Iphigenie" youn pyesteyat Jean Racine.
Degre angajman nan prezantasyon te ogmante tikal
pa tikal avek pyes tankou Adrien 7, Montserrat,
Caligula pou l'tonbe nan youn repetwa Krey6l avek
pyes tankou Twoufoban, Bouki nan Paradi pou fini
sou Pelen Tet. Roland Dorfeuille retounen sou sen
nan Bouki nan Paradi nan mitan pitit Fey ak Jean-
Claude Exulien. Dorfeuille nan wol Bouki te
wololoy, youn wol li pral pefeksyone nan sinema,
youn adaptasyon Bouki nan Paradi Raphael Stines
mete nan fim sinema. Nan Bouki nan Paradi Piblik
ayisyen-an pral dekouvri talan youn lot jenn akte
nan ep6k-la, se Fritz Velasco ki pral kontinye nan
radyo sou non "Pitit Fey".

Dorfeuille pral jwenn konsekrasyon-1 nan
"Pelen Tet" youn pyes Frank Etienne. Pelen Tet
mete sou sen 2 ayisyen ki emigre nan Nouy6k. Yo
oblije pataje youn chanm nan youn besment. Nan
relasyon difisil k'ap degaje nan pawol anpil nan
mitan youn entelektyel ak youn analfabet
deb6nvolonte, espektate-a dekouvri 2 gwoup
mounn avek aspirasyon diferan. Prezans sou sen
Roland Dorfeuille, entepretasyon wol Piram lan
avek youn baget majik ki fwole lapefeksyon pral
idantifye-1 ak pesonaj Piram sa-a epi tout peyi-a pral
vin mouri nan pye Piram. Nan radyo, nan televizyon
Piram ak tout Roland Dorfeuille youn lot fwa ank6
vin youn selebrite. Samdi 9 Okt6b se te vwayaj
Roland Dorfeuille, Tonton Meme, Piram pou
letenite.

Degoutan (koukouy Miyami)
Petadro 7@aol.com




KOMITE AYISYEN POU
OBAMA BAT BRAVO
POU AYISYEN NAN MIYAMI

BARAK OBAMA PREZIDAN !
Alabel bagay se 16 youn sitwayen lib pou
li ekzese dwa sivik ak politik li! Depi 2
senmenn, Ayisyen-Ameriken nan Miyami soti al
vote nan lape ak latrankilite epi se te youn devwa
yo pa te vle rate. Menm Ayisyen ki pa "sitizenn"
chofe, y'ap mande kijan yo ka ede. Yo pote
patisipasyon yo nan ede mounn ki gen pwoblem
konprann bilten v6t yo. Yo pote pankat. Yo pote
dlo pou mounn ki nan liy yo. Yo itilize machin yo,
gaz yo pou y'al chache mounn ki lwen osnon mounn
ki pa gen okazyon.

Daye, se younn nan rezon ki fe komite
Ayisyen pou Obama te monte. Le Jean-Claude
Exulien ak Jan Mapou te koumanse fe editoryal nan
emisyon radyo (Tet Griday ak Anten Koukouy) se
pou yo te gide fre ak se nou yo. Miyami te fret-fret.
Pou nou te bay yo bonjan enf6masyon sou nesesite
istorik sa-a; youn chans nou pa dwe rate avek ou
san lajan.

Komite Ayisyen pou Obama monte nan
Libreri Mapou. Mounn ki te lajou dimanch sa-a se
te: Jean-Claude Exulien, Jan Mapou, Ginette
Etienne, Jacques Cassagnol, Marie Yolaine
Ferdilus(Mayol) Ganine Avin, Ernst
Julmeus(Degoutan). Mounn ki pa te la e ki te bay
otorizasyon ajoute non yo se JepsieMetellus, Nancy
St. Leger, Edeline Clermont, Pita nou gen: Marcel
Alexis ak Violette Durand. Ak devouman volonte
yo, KomiteAyisyen pou Obama anrejistre plis pase
175 nouvo vote ki potko gen kat vot yo. Nou tyeke
katvot pou plis pase 200 mounn nan Libreri Mapou
pou asire validite kat yo. Depatman Elekesyon voye
machinvot nan jounen 17 okt6b pou fe
demonstrasyon epi aprann mounn ki pral vote
premye fwa yo, kijan pou yo kondi bak yo. Plis ank6
nou fe 2 konferans ak Jan Mapou-Met JC Exulien
pou nou montre koneksyon nou genyen ak Barak
Obama epi trajektwa istorik ki mennen nou nan
kandidati Barak Obama.


3U | Page 19

Madi 4 Novanm jou eleksyon-an, younjou
tout mounn t'ap tann ak anpil anksyete... Se te bel
anbyans nan Little Haiti. Ayisyen toupatou eksite.
Gen ki gen Ti mayo sou yo, gen k'ak drapo Obama
yo anbandezon. Ayisyen pou Obama te gen 4 ti
kamyonet koutwazi Al Houston nan Teamsters
Union pou te al chache Ayisyen lakay yo, mennen
yo al voye.. "Pol" yo chaje kouleba. Depi 4-6 di
maten Ayisyen nan liy, y'ap tann.

Jou madi sa-a, preske tout emisyon radyo
yo t'ap chofe popilasyon-an. Malgre kanpayn
Obama-a pa te envesti lajan nan kominote ayisyen-
an, (Si yo envesti nou pa konnen, se tout pesonalite
radyo yo ki t'ap plenyen) Majorite nan yo
espesyalman Komite pou Obama te motive tou
natirel. Obama se fre nou. Se san nou. Se koule
nou. Obama soti nan rasin pyebwa Tousen Louveti-
a. Obama s'oun loray kale ki derape karye politik
li nan vil Chikago vil you ayisyen Jean-Baptiste
Pointe de Sable te derape nan 18-em syek-la. Obama
se rezilta travay Martin Luther King, Malkom-X ak
tand6t ank6. Devwa-n se kore-1. E nou pa t'ezite
pote sip6 nou nan Florid-la. V6t Ayisiyen yo fe youn
gwo diferans 16 nou konstate ak konbyen pwen
Obama genyen eta Florid-la.

Madi swa 4 novanm, Komite Ayisyen pou
Obama ak kek zanmi te reyini nan Sant Kiltirel
Mapou devan youn gran ekran pou suiv rezilta yo.
Nou tout te sou gwo tansyon. Malgre tab-la te chaje
ak manje, griyo, diri, bannann peze; nan pwen
mounn kite ka manje. N'ap jofre, soufkoupe, chak
eta ki tonbe pou Obama se rel, se eskandal... Nou
ponpe, nou danse. Men depi McCain fe youn bek
se houn, se babye, se plenyen, se pwent k'ap voye.
De CNN nou travese sou televizyon ABC, chankre
sou CBS, anfen n'ap chaje bon nouvel, bon k6mante
ki pou fe ke nou kontan. Li te 11-e I1 Pennsilvani
ak Nouy6k tonbe nan de pla men Barak. Epi ABC
pwojte Barak Obama 66-em prezidan peyi Etazini.
Vire sou CNN, baton! McCain te deja k6manse ap
fe konsesyon.

Obama prezidan. Obama prezidan! Obama
Prezidan! Nou tounen youn ekip foutbol meriken.
Tout mounn... younn ap vole sou lot, younn ap
grenpe sou lot, Nou rele, nou kriye, dlo dlo ap
ponpe nan je nou... Nou kouri soti nan lakou al
nan lari-a sou 2-em avni kote tout mounn pran lari
ap rele anmwe... Machin ap klaksonnen, Polis blije
desann machin polls yo pou fe trafik. Lari-a bloke.
Machin pa monte. Machin pa desann. Youn bann
rara pran lari... mizik cho... kout tanbou fe
mikalaw, vaksin ap monte vin jwenn nou fanm kou
gason ak voye yaya, tank yo kontan... Rive devan
Libreri Mapou baget woule pou salwe venerab
Mapou pou salwe Komite Ayisyen pou
Obama..Anbyans lan dire tout nan nuit. Youn veritab
veye patriyotik. Little Haiti, Vil North Miami, Vil
North Miami Beach, Ayisyen, kou Meriken, blan
kou neg... tout nan lari ap rele viv OBAMA. Ala
youn bel nuit manman! Ala youn bel viktwa papa.
Komatiboulout! Se lemon antye ki t'ap fete viktwa
sila-a menmjan 16 Ayiti te kase chenn lesklav-;la,
menmjan 16 Nelson Rolilala Mandela te soti nan
prizon!

Nou di VIV Barak Obama!

Jan Mapou
mapoujan@abellsouth.net


Ecoutez

Melodie Matin

avec Marcus sur


1 3 die
103.3 fm








MUSIOUE


Mercredi 12 Novembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 42


La chanteuse Miriam Makeba est decade


La chanteuse sud-africaine Miriam Makeba,
grande figure de la lutte contre l'apartheid, est morte
dimanche en Italie a l'ge de 76 ans.
Celle qu'on surnommait "Mama Africa" fut
la premiere musicienne noire sud-africaine a obtenir
une reconnaissance internationale, d&s la fin des anndes
1950 aux Etats-Unis. Ses plus grands succes, dont
"Pata Pata", firent le tour du monde.
Elle passa 31 ans de savie en exil, entre 1959
et 1990, pour ses prises de position publiques contre
le regime s6gr6gationniste blanc.
L'une de ses chansons r6clamait la liberation
de Nelson Mandela, emprisonn6 pendant 27 ans pour
son combat contre l'apartheid avant de devenir le
premier president de la nation "arc en ciel".
Miriam Makeba est morte d'une crise
cardiaque dans une clinique de Castel Volturno peu
aprbs s'6tre produite en concert a Baia Verde, prbs de
Caserte dans la region de Naples.
Ce concert avait &t6 organism en soutien a
l'6crivain Roberto Saviano, l'auteur de "Gomorra",
livre sur le crime organism dans le sud de l'Italie, qui a
6td port6e l'6cran et a valu des menaces a l'6crivain.
"C'est une crise cardiaque, mais elle n'6tait
pas bien depuis longtemps", a d6clard son agent, Mark
Lechat, a Reuters, pr6cisant qu'elle souffrait d'arthrite.
Les radios sud-africaines ont multiplied les
hommages a l'annonce de son d6c&s. De nombreux
messages d'auditeurs ont &t6 lus a l'antenne,
t6moignant de l'attachement du pays a l'une de ses
plus grandes stars.
JAZZ ET TRADITION
Miriam Makeba 6tait nde le 4 mars 1932 dans
un bidonville des environs de Johannesburg.
Fille d'une femme de manage, elle avait
d6but6 dans la chorale de 1'ecole et appris son art en
6coutant des enregistrements de chanteuses
americaines comme Ella Fitzgerald.



Ecoutez

Melodie Matin

sur

l'internet




l 0o die
103.3 fm



www. melodiefmhaiti. corn


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559
Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


Son style mdlangeait le
jazz avec des sons traditionnels
africains. Sa manibre d'inclure les
"clics", des claquements de langue
propres a la langue Xhosa, lui valut
notamment la notori6td.
Elle commenca a attirer
attention d'un large public en
devenant chanteuse d'un groupe
c6lebre dans son pays, les
Manhattan Brothers, puis perca sur
la scene internationale quand Harry
Belafonte la fit venir a New York
en 1959.
Elle ne regagna plus son
pays avant 1990, ses prises de
position contre le regime
d'apartheid la condamnant a l'exil,
de l'Europe aux Etats-Unis.
En 1969, elle se maria
avec le militant
am6ricain des
Black Panthers
Stokely
Carmichael et le
couple s'installa
dans la Guinde TOP H
de S6kou Tour6 Semaine d
avant de se A ...i.. .~.


Miriam Makeba a /0 ans poursuivant sa carrier


s6parer cinq ans 2 Zenglen: Do it right
plus tard. 3. Compilations: Konpagold I
Miriam 4. Mass Konpa: Devan Devan Net
Makeba, qui 5. Shieu Shleu: Tet Chov
racontait que 6. Compiations: Konpagold II
son premier 7. Gerard Dupervil: Succes d'Hier
maria la frappait 8. Emma Achille: Nuit de Noel
souvent, avait 9. Compilations: Konpagold II
divorce a quatre 1 Zin: Pi Red
reprises.


1984-2009


L Haiti -
25wmeeeserpgote



kk iarmmea


Iuve pwr Ihe s taular ba neket i de
ole if kim tld, Massachuseta, Washinglon DC, Getele, Flaide el sh k


ADOMI PURCHASING AgUENCY 3"" T W I AT Certrte I EpM cosr"caio

Tel. 7B-457-S3 Farc 305-75-0S79 ma a PpaesaeLdoe Pm aui.n oI pEW bulS


Page 20


Amba/Curago


* Uwalsol i


*CAM PIck-MO


* M DDl0t Rai0ne


* ProlDtsMlhHnilal


CAM, le seu leader avec une tradition
toujours imitie, mais jamais 5gatle.


Bahamas


Canadae l


Etats-Unis_


les Turques


Jamaisque


Rip. Dominicalne l
-m


Apptez sons frats:
USA/Canada
-800-934-0440
ou d'Hit Cau:
PO 800-256-8687
www.camtransfer.com


S .-^'w




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 12 au 18 Novembre 2008 • Vol XXII • Nº 42 Un des heureux rescapés (photo AP) Les jeunes volontaires qui ont pu sauver de nombreuses vies (photo JJ Augustin) L’immeuble s’est effondré comme un château de cartes (photo JJ Augustin) Une mère hurlant de douleur (photo JJ Augustin) Une survivante extraite avec le plus grand soin (Marco Dormino / Minustah)L’EFFONDREMENT DE « LA PROMESSE »Une école s’écroule tuant une centaine d’enfants ou plusPORT-AU-PRINCE, 8 Novembre – L’effondrement d’une école à Nan Nérette, un quartier populaire à Pétionville, en banlieue de la capitale haïtienne, vient reposer une fois de plus tous les problèmes actuels du pays. administratives, dénuement aussi bien au niveau de la population que des services publics. L’école « La Promesse Collège Evangélique » s’élève au haut d’une route étroite qui descend en pente raide à travers un dédale de (EFFONDREMENT / p. 4) Constructions anarchiques, négligencesLE PAYS DES CATASTROPHES EN SERIEAprès Gonaïves, Cabaret, le drame de l’école de Nérette !(NAN NERETTE / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 10 Novembre – Le drame de l’école qui s’est effondrée se poursuivait encore le lundi 10 novembre. Jusque-là, on avait retiré des décombres 94 cadavres d’enfants, 35 rescapés, et 150 blessés dont certains, hélas, resteront mutilés pour la vie. Dimanche matin une rumeur a couru qu’une enseignante restée également prisonnière comme environ 350 élèves qui se trouvaient vendredi dans « La Promesse Collège Evangélique » dans le quartier populaire de Nan Nérette, à Pétionville (banlieue de la capitale), aurait communiqué avec l’extérieur pour dire qu’elle et plusieurs enfants attendent qu’on vienne les délivrer. Aussitôt la foule a voulu reprendre la question en main et foncer sur les lieux mêmes du drame. Alors que le travail avait été confié à des

PAGE 2

Page 2 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ...PORT-AU-PRINCE, 6 Octobre – Ce mardi 4 novembre 2008 les Américains ont été aux urnes pour élire un président de la république, ainsi qu’un tiers du Sénat de 100 membres et toute la Chambre des représentants. Quant à nous, en Haïti, on a fixé au 19 avril 2009 l’élection d’un tiers du Sénat. Or en novembre de la même année 2009 devraient avoir lieu les élections pour un second tiers du sénat, celui-ci arrivant à échéance en janvier 2010. Les Américains organisent toutes leurs consultations électorales en même temps. Outre l’élection du chef de l’Etat, d’un tiers du Sénat et de l’intégralité de la Chambre des représentants, sont aussi élus le même jour une partie des Gouverneurs, ainsi que d’autres officiels qui sont des fonctionnaires élus et non nommés comme les juges, les délégués, les grands électeurs etc … De plus, la même journée électorale, sont aussi organisés toutes sortes de référendums et autres consultations à tous les niveaux, aussi bien fédéral que du gouvernement des 50 Etats, des comtés et des villes. Tout ce qui a besoin du vote pour sa légitimité. Etc. En Haïti, la moindre élection c’est toute une affaire et qui nécessite une fortune. Le budget des prochaines sénatoriales partielles à elles seules est de l’ordre de 11 à 16 millions de dollars américains. Et budget qui à chaque fois se révèle toujours insuffisant. Les Etats-Unis restent, crise financière ou pas, la première puissance financière du monde. Haïti doit à chaque fois faire la quête pour organiser la moindre de ses élections. C’est une véritable farce ! De plus au moins la moitié de ces élus ne sont pas à la hauteur de leur tâche. Ridicule ! Après l’annonce par le Conseil électoral provisoire (toujours « provisoire » alors que – première anomalie du système depuis 1987 on attend l’élection d’un conseil électoral permanent) fixant au 19 avril prochain l’élection du premier tiers du Sénat, élection qui aurait dû avoir lieu en novembre de l’année dernière … cette fois cependant des voix se sont élevées dans le milieu politique – une fois n’est pas coutume – pour relever que le second tiers du Sénat arrive à échéance en janvier 2010 et qu’il va donc falloir organiser d’autres sénatoriales partielles en novembre 2009, c’est-à-dire 8 mois plus tard seulement … Et toujours pour la bagatelle de 11 à 16 millions de dollars américains. Les mêmes font remarquer que les députés étant élus pour 4 ans (2006-2010), il faudra renouveler également toute la Chambre lors d’élections fin 2009 … Si du moins l’on veut être à jour. Ce n’est pas sûr. Et pour cause ! Donc un troisième budget de quelque 11 à 16 millions de dollars américains en perspective. Et tout cela aux frais de la reine c’est-à-dire de nos (trop) « bons amis » de la communauté internationale ! Les mêmes cependant qui se grattent la tête quand il s’agit de l’aide pour les victimes des derniers ouragans. Et ça continue ainsi. Et depuis le vote de la Constitution de 1987. Des élections toujours en retard, ce qui provoque un gigantesque télescopage, un immense goulot d’étranglement, un embouteillage monstre. Mais en même temps une bonne affaire pour les professionnels du dilemme électoral à l’haïtienne à vie. Comme qui dirait, c’est le retard qui crée l’empressement et ce dernier qui fait débourser plus facilement les millions. Le Président René Préval a été le premier à mettre le doigt sur la plaie. Faisant campagne pour convaincre le pays de la nécessité d’apporter des amendements à la Constitution, il a beaucoup insisté sur cette anomalie des élections qui d’abord coûtent plus qu’une fortune et ensuite du gaspillage que cela représente à cause de l’éparpillement des élections alors qu’on pourrait, comme on l’a vu aux Etats-Unis ce mardi 4 novembre, les regrouper de telle façon que le même jour on puisse tenir le plus de consultations électorales que possible. Mais pour cela il faudrait réviser la Constitution de 1987 pour accommoder le nombre d’élections nécessaires et les répartir d’une façon qui soit plus à la hauteur de nos moyens. Est-ce qu’un pays qui se dit souverain – alors que la souveraineté est la chose la moins négociable qui soit – peut se condamner à se faire éternellement subventionner ses élections par la communauté internationale … Et à coup de dizaines de millions de dollars américains. Et alors que dans ledit pays tout est à faire. Mais les démarches de Mr. Préval n’ont pas été suivies d’effet. Dans la classe politique certains et non des moindres redoutent que d’amendement en amendement on aboutisse à amender aussi les dispositions constitutionnelles empêchant au président de la république d’exercer plus de deux mandats. Et voilà. Epi, epi anyen ! Tant que les millions électoraux continueront de couler … La démocratie la plus chère du monde. N’est-ce pas. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceHaïti : les élections les plus chères du monde ! Décès de Alex Saint Surin JuniorLa famille Saint-Surin annonce le décès de Jean Alex SaintSurin Junior survenu à Miramar, Floride le 5 Novembre 2008. Respectueuses condoléances à sa femme Amélia Saint-Surin née Lazarre. Son père et sa mère notre confrère Alex Saint-Surin et son épouse Marie Carmel. Son frère Christian Jeff Saint-Surin, ses soeurs Maite, Amourelie et Stephanie. Ses beaux parents Yvon et Connie Lazarre. Son beau frère Albin Carraza. Ses grands-parents: Adrienne Saint-Surin, Marie Leonie Marcelin, Olga Renee, Alberte Defay, Zette Frederic, Louis Frederic, Mme Cloraine Tiphaine, Mme Edith Besson, Mme Frankel Roland, Mme Anthonine Alexis, Antoine Jean. Les funérailles de Alex Saint-Surin Junior ont été chantées le samedi 8 novembre 2008 à l’église Notre Dame D’ Haiti de Miami.Installation d’un nouveau Ministre de la JusticeDans un arrêté en date du 10 Novembre 2008, on apprend que le citoyen Jean Joseph EXUME est nommé Ministre de la Justice et de la sécurité Publique. L’installation du nouveau ministre a eu lieu le matin du 10 Novembre et aussitôt installé, le nouveau ministre de la Justice s’est rendu sur les lieux de la catastrophe de Nan Nérettes. Jean Joseph EXUME a été ministre de la justice au retour d’exil de JeanBertrand Aristide en 1994.Autres nominationsTrois autres arrêtés, également en date du 10 Novembre 2008, annoncent que le citoyen Frantz JOSEPH est nommé Secrétaire d’état au Ministère des Travaux Publics, le citoyen Louis Pierre JOSEPH devient Directeur Général du Ministère des Affaires Sociales et Jean Alix BOYER devient Directeur général de l’Office National d’Assurance Vieillesse (ONA), en remplacement de Sandro JOSEPH.Fin des opérations de recherche de survivants au collège La Promesse Evangélique …Deux jours de deuil décrétés par la mairie de Pétion Ville. Interdiction pour toutes les boîtes de nuit de fonctionner, et aussi de jouer de la musique trop fort sur toute l’étendue de la commune. Ceci pour ne pas déranger le deuil des familles victimes de la tragédie du vendredi 7 Novembre quand une école La Promesse Collège Evangélique s’est effondrée, emprisonnant environ 350 enfants, professeurs et autres personnes qui s’y trouvaient. C’est le drame comme la capitale elle-même n’en avait pas vécu depuis longtemps. Combien sont-ils d’enfants à avoir péri dans l’effondrement du collège Promesse Evangélique, Impasse Narcisse, à Nerrettes (Pétion Ville). Le dernier bilan communiqué lundi faisait état de 94 morts et de plus de 150 blessés. Selon la directrice de la Protection civile, Mme Alta Jean-Baptiste, environ 350 élèves de la maternelle à la philo se trouvaient le vendredi 7 Novembre dans l’enceinte du collège lorsque le bâtiment de plusieurs étages s’est effondré peu après la récréation. Les opérations de recherche de survivants se sont arrêtées dimanche soir, après 72 heures, et lundi on ne parlait plus que de démolition des décombres après avoir dégagé les corps. Lundi les habitants du quartier se plaignaient de l’odeur nauséabonde qui se dégageaient des décombres, craignant pour leur santé.Hommages aux victimes L’Ambassadeur des Etats-Unis, Janet A. Sanderson …J’ai été choquée et triste d’apprendre l’effondrement aujourd’hui du bâtiment abritant le Collège « La Promesse Evangélique », qui a blessé et causé la mort de beaucoup d’écoliers et de jeunes élèves. Au nom des EtatsUnis d’Amérique, je voudrais présenter mes sincères condoléances aux familles qui ont perdu leurs enfants aujourd’hui. On ne peut imaginer une plus grande douleur, et nous pleurons avec vous. Nous exprimons également nos plus profondes sympathies aux écoliers et élèves blessés, à leurs familles, et à tous les enfants qui ont perdu de chers amis et camarades de classe aujourd’hui. Nos pensées et prières sont avec ces enfants, leurs parents, les professeurs du Collège « La Promesse Evangélique », ainsi qu’au peuple haïtien, alors qu’ils font face à cette tragédie. Des experts américains en ce genre de catastrophe sont arrivés dès samedi matin avec des appareils pour permettre la détection de souffles de vie dans les décombres. Ils avaient aussi avec eux, comme d’ailleurs les pompiers martiniquais, des chiens renifleurs.Communiqué de Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères françaises et européennesJ’ai appris qu’une dalle s’est effondrée aujourd’hui dans une école de Port au Prince alors que de nombreux élèves y suivaient des cours. Beaucoup ont péri dans cet effondrement, d’autres sont encore sous les décombres. Je voudrais exprimer ma profonde émotion et mes plus sincères condoléances aux autorités haïtiennes et aux familles des victimes. A la demande des autorités haïtiennes, la France prépare l’envoi dès que possible d’une équipe de la Sécurité civile pour aider les autorités haïtiennes dans le secours aux victimes encore ensevelies. J’ai demandé au Centre de Crise du Ministère des Affaires étrangères et européennes de coordonner cette opération avec le Ministère de l’Intérieur et le Ministère de la Défense./. Un contingent de Pompier martiniquais était arrivée dès samedi matin pour prêter main forte aux spécialistes haïtiens, des pompiers venus du Cap Haïtiens et aux nombreux volontaires qui s’attelaient à cette terrible tâche de dégager les victimes des décombres.La France débloque 20.000 euros pour reconstruire l’école effondrée en HaïtiUne aide d’urgence de 20.000 euros pour contribuer à reconstruire une école en Haïti dans le quartier où l’école La Promesse de Pétion-ville s’est effondrée, a été débloquée par le ministre de l’Education Xavier Darcos, a annoncé lundi à Paris son ministère dans un communiqué. “Soucieux de permettre aux écoliers de Pétion-ville de poursuivre leur parcours d’apprentissage, le ministre a décidé de débloquer une aide d’urgence de 20.000 euros. Cette aide pourra (...) contribuer à la reconstruction d’une école dans ce quartier”, est-il précisé. M. Darcos a en outre adressé “ses condoléances les plus sincères aux familles des victimes” et exprimé “la solidarité de l’Education nationale à l’égard du peuple haïtien, durement éprouvé par ce drame”. Lundi, deux jours après l’effondrement de cette école qui a fait au mois 93 morts et 150 blessés, en majorité des enfants, l’espoir de retrouver des survivants dans les décombres était de plus en plus mince. L’établissement privé, situé dans un quartier populaire de Pétion-ville, dans la banlieue de Port-au-Prince, accueillait des élèves âgés de trois à 20 ans.Le Canada rend hommage aux victimes de la catastropheL’ambassadeur canadien en Haïti, Gilles Rivard, s’est rendu sur les lieux de l’effondrement du collège (…) pour “rendre hommage à ceux qui sont

PAGE 3

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE Haïti-R. Dominicaine : Un militaire dominicain blesse mortellement un ressortissant haïtien à la frontière nordP-au-P., 6 nov. 08 [AlterPresse] — Un ressortissant haïtien, Jeune Judelin Jean, 18 ans, a succombé à des blessures par balle, le 5 novembre, dans la localité “Los Platanitos” proche de la rivière Massacre, sur la frontière haitiano-dominicaine. L’information a été transmise par l’organisation Solidarité Frontalière, basée à Dajabon, au Nord-ouest de la République Dominicaine. Le présumé meurtrier, Martin Pérez Rosso, membre du Corps dominicain Spécialisé de Surveillance Frontalière (CESFRONT) est détenu au quartier général dudit corps, à Dajabon, limitrophe de la ville haïtienne de Ouanaminthe, dans le Nord-Est, apprend-on. Solidarité Frontalière « dénonce énergiquement ces pratiques violentes des militaires dominicains et demande que l’Etat haïtien, de concert avec les autorités dominicaines, dépêche une commission pour enquêter sur cette dernière affaire ». La victime était chargée de réclamer de l’argent aux Haïtiens qui traversent avec sacs, bagages et marchandises dans le lit de la rivière Massacre hors du portail officiel, indique le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR). La recette du jour est ensuite partagée avec des militaires dominicains en poste à la frontière. Le 5 novembre, une discussion a éclaté entre Jeune Judelin Jean et le militaire Martin Pèrez Rosso autour de l’argent collecté pour le passage des Haïtiens dans la rivière. Peu de temps après, le jeune homme s’écroulait atteint d’une balle à la poitrine. Il a succombé le même jour à ses blessures au centre hospitalier Ramòn Mella de Dajabon, ajoute le GARR. Le 2 novembre dernier, l’ouvrier agricole haïtien Luc Jean, 40 ans, a été abattu d’une balle à la poitrine par des hommes en cagoule qui avaient fait irruption dans sa résidence à San Cristobal, toujours au Nord de la République Dominicaine. Son frère, Spilin Jean, tabassé, a dû être hospitalisé. Baisse du prix de certains produits pétroliers, les tarifs du transport public sont conservés5 novembre 2008 – (AHP) – Les produits pétroliers ont subi une nouvelle baisse sur le marché local. Le gallon de gazoline 91 qui se vendait à 209 gourdes est passé à 174 gourdes, le diesel passe de 160 à 150 gourdes et le kérosène de 150 à 131 gourdes. Le prix de la gazoline 95 reste inchangé, soit 247 gourdes le gallon. (1US$= 40 gourdes) Le président de l’Association Nationale de Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), Maurice Lafortune, a appelé le ministre de l’économie et des finances à adopte de nouvelles mesures pour faire baisser également le prix de la gasoline 95. Le baril de pétrole se situe autour des 60-62 dollars après avoir atteint un pic de 147 dollars en été dernier. (Alterpresse) Des passagers, pour leur part, commencent à réduire d’autorité le tarif des trajets en payant quelques gourdes de moins, sur la base que le prix des produits pétroliers a chuté. Ce qui alimente une situation de tension entre chauffeurs et passagers. Le syndicat des chauffeur estime qu’il y a moyen de réduire encore plus le prix du carburant sur le marché local. En attendant, le syndicat espère que le ministère des Affaires sociales fixe le tarif des trajets au plus vite. Il y a deux semaines, le gouvernement avait déjà procédé à une réduction des prix à la pompe, que plusieurs secteurs de la société avaient jugé insuffisante. Port-au-Prince, le 5 novembre 2008 – (AHP) – Les gouvernements haïtien et taïwanais ont signé mercredi un accord de 2 millions de dollars US en vue de l’aménagement de la plage Pointe Sable à PortSalut, (Sud d’Haïti). C’est le ministre haïtien du tourisme Patrick Delatour et son homologue de la planification et de la coopération externe Jean Max Bellerive qui ontAccord Taiwan Haïti pour l’aménagement de la plage de PortSalut représenté le gouvernement haïtien à la cérémonie de signature de ce mémorandum au ministère du tourisme. Pour Patrick Delatour, la signature de cet accord constitue une preuve de la volonté du gouvernement haïtien à planifier le futur du pays. L’idée de mettre en valeur l’une des plus belles plages du pays a commencé à faire son chemin (ACCORD / p. 10) L ’EVENEMENT Une école s’écroule tuant plus d’une centaine d’enfants et des dizaine de mutilés p.1 DERNIERE HEURE Bilan : 94 morts, 150 blessés et 35 rescapés p.8 Plus d’espoir de retrouver des survivants p.9 Fin des recherches dans l’angoisse et la douleur p.9 ANAL YSE Après Gonaïves, Cabaret, le drame de Nan Nérette p.1 P ARLEMENT AIRES Les élections les plus chères du monde ! p.2 ACTUALITE Un nouveau ministre de la justice p.2 Un militaire dominicain blesse mortellement un ressortissant haïtien p.3 Nouvelle baisse modique des prix du carburant à la pompe p.3 EDIT ORIAL Haïti : le jouet des présidents américains p.6 DROITS DE L ’HOMME La haute commissaire de l’ONU émue par le dénuement de la population haïtienne p.7 LIBRE PENSEE Wi nou kapab p.12 L’indice de perception de corruption ! p.12 MUSIQUE Mort de Miriam Makeba p.20 INTERNA TIONAL La victoire d’Obama illustre les progrès d’un pays marqué par le racisme p.14 ECONOMIE La route ouverte vers un nouveau Bretton Woods p.16 ENVIRONNEMENT Il est interdit d’interdire ! p.17

PAGE 4

Page 4 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 UNE ANALYSEconstructions poussant comme des champignons et de plus en plus vers le ciel ; vu l’espace restreint (la population de la capitale est passée en à peine 20 ans de 1 million et demi au double), on essaie de plus en plus de gagner en hauteur. S’y ajoutent l’incompétence des responsables en construction et enfin la naïveté ou l’inconscience des gens.L’EFFONDREMENT DE « LA PROMESSE »Une école s’écroule tuant une centaine d’enfants(EFFONDREMENT... suite de la 1ère page) Tous ces nouveaux quartiers qui poussent comme des herbes folles autour de la capitale et de ses faubourgs ne bénéficient d’aucune infrastructure, service public ou administratif. Mais contrairement aux bidonvilles traditionnels (Cité Soleil, La Saline …) aux cases faites de torchis et de tôle ondulé, aujourd’hui ce sont des masses difformes en béton et fer forgé qui se dressent menaçantes sans aucun ordre ou alignement … Les pouvoirs publics n’interviennent que pour délivrer le permis de construction, mais que des inspecteurs malhonnêtes permettent de contourner facilement. C’est ainsi que la maison abritant « La Promesse Collège Evangélique » avait reçu probablement le permis pour une construction moins gigantesque. La mairesse de Pétionville, Claire Lydie Parent, affirme avoir bloqué le projet dès que s’était manifestée l’intention d’en faire un bâtiment à plusieurs étages. L’école qui s’est effondrée vendredi (7 novembre) vers 10 heures 30 du matin en compte trois et apparemment cela ne devait pas s’arrêter là. Mais un autre conseil municipal fut élu entretemps qui laissa faire. La mairesse Parent fut réélue lors des élections de 2006.Patatras ! …Mais qui pis est, beaucoup de ces nouveaux quartiers (et non des moindres, tel celui très résidentiel de Vivy Mitchell, un autre faubourg de Pétionville) ne sont pas construits sur de la terre ferme (au sens propre) ou un sol éprouvé par le temps mais sur ce qu’on appelle en Haïti une « terre rapportée » c’est-à-dire un sol constitué de remblais plus ou moins récents. inondations de plus en plus fréquentes, ou tout simplement à l’usage du temps, le sol glisse, et patatras ! … Il y a déjà eu de nombreux glissements de terrain où de belles résidences se sont effondrées ou enfoncées en terre comme par magie. On n’a pas encore établi quel phénomène a pu provoquer l’écroulement vendredi du toit du collège « La Promesse Evangélique » emprisonnant élèves et professeurs. L’établissement compte environ 700 élèves, de la maternelle à la philo (âgés de 3 à 20 ans).Beaucoup d’amputations …(le Président de la République René Préval a établi pratiquement son QG sur les lieux vendredi et samedi) ainsi que des experts étrangers dépêchés de la Martinique (France) et de Fairfax Country, en Virginie (Etats-Unis), ont visé essentiellement à s’assurer que toutes les personnes qui pouvaient être encore en vie soient sorties des décombres. Mais cela se révéla extrêmement compliqué du fait de la difficulté d’accès à l’intérieur de l’édifice. Rien d’étonnant car le résultat a plutôt l’air d’un empilage de boîtes de chaussures (ou autres) placées les unes au-dessus des autres sans trop de souci de solidité voire d’esthétisme. Aucune pièce n’est achevée, pas même celles du rez-de-chaussée.Etablissement pas mal coté …Cependant le pasteur Fortain s’est livré de luimême à la police. Tout comme son établissement ne semblerait pas jouir d’une mauvaise réputation. Il ne serait pas mal coté aux résultats des examens officiels. Il n’y a que la porte principale pour toute entrée et pas d’espace entre le bâtiment et ceux qui l’entourent, tous serrés les uns contre les autres comme une boîte de sardines. Ces bâtiments sont construits comme de véritables prisons. Même la cour de récréation se trouve à l’intérieur. Pas de fenêtre non plus, sinon quelques claustras ou judas très haut placés, cela à cause de l’insécurité et des voleurs qui constitue une autre plaie de notre époque. On vient d’entendre le commissaire du gouvernement déclarer à la radio (Mélodie FM) que c’est le propriétaire (le pasteur Augustin Fortain, qui est aussi le directeur du collège) qui a construit lui-même son local. Jusqu’à samedi, on avait retiré des décombres 84 cadavres, mais aussi plus de 150 rescapés dont de nombreux blessés, plusieurs dans un état grave, certains ont dû être amputés. Les efforts des secouristes (d’abord de courageux volontaires haïtiens dont certains portant l’insigne de la Croix Rouge Haïtienne) puis de plus en plus des services gouvernementaux D’autre part, « La Promesse Collège Evangélique » accorde des conditions avantageuses aux parents d’élèves. Des bourses d’études aux familles nombreuses et un écolage annuel qui serait même plus bas que ce qu’exigent aujourd’hui certaines écoles publiques. Outre l’aide que le pasteur obtient de l’extérieur pour ses fidèles et élèves. On comprend que l’effectif de « La Promesse » n’a cessé d’augmenter d’année en année. Le drame qui s’est joué vendredi à Nan Nérette (Impasse Narcisse) ne doit donc pas être interprété de manière trop unilatérale. Comme quoi un complot des pasteurs et des fonctionnaires corrompus pour exploiter le bon peuple. Sous une forte pression, sous l’effet des Un des 94 morts sortis des décombres (photo Eugène Robenson) Un survivant mais si grièvement blessé (photo JJ Augustin) (EFFONDREMENT / p. 5) Mais plutôt il repose le problème du sousFort Lauderdale, FL, 5 Novanm 2008 – Amerijet International, Inc. anonse lansman yon sit entènèt pi enteresan www.amerijet.com. Nouvo sit la founi yon baz kominikasyon ki pèmèt klyan an jwenn tout enfòmasyon li bezwen sou transpò pa avyon, sou lanmè ak atè, fè rezèvasyon pou transpò machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontabilite. “Nouvo sit la bay klyan an plis enfòmasyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fè tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efè pèsonèl” dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznès Devlopman. MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfòmasyon yo e pou founi enfòmasyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an yon prosede “One-Stop-Shop”, sa vle di nou vle ofri li plizyè solysyon o chwa – avyon, bato oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspòtasyon, kit se pou enpòtasyon. Nan mwa kap vini yo, Amerijet pral introdui lòt avantaj sou website li a. Pamela Robbins ajoute : “Klyan yo ki enterese nan teknoloji ap ede nou bay konpayi an plis ekspansyon et pèmèt klyan yo planifye shipment yo lontan a lavans.” Amerijet International, Inc. founi yon sèvis entènasyonal konplè e sou tout fòm – pa avyon, pa bato ak atè. Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tè a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Leròp, Lazi ak Middle-East. Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se Miami International Airport. Pou plis enfòmasyon, vizite Amerijet sou sit entènèt la www.amerijet.com Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-3205354.AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

PAGE 5

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 5 DE L’ACTUALITE développement de manière encore plus crûe. Une démographie explosive, des infrastructures et une administration dépassées en nombre et en compétences, un Etat presque réduit à néant faute de moyens mais à cause aussi des mesures draconiennes qui lui sont désormais imposées comme conditions sine qua non pour l’obtention des crédits et prêts internationaux. Tout y est. Un Etat à l’air aussi démuni que ses administrés.Pas de miracle ! …Aussi une œuvre comme celle du Pasteur Fortain ne peut qu’être la bienvenue. Mais c’est tout le pays qui est aussi branlant que le bâtiment logeant « La Promesse Collège Evangélique. » Il n’y a pas de miracle. La foi ne renversera pas les montagnes de notre sous-développement chronique si chaque secteur, public et privé, l’Etat et le citoyen, n’y met du sien. L’aide versée aux églises évangéliques et autres institutions du même genre, les ONG etc. ont aussi leurs limites. Plus l’Etat haïtien n’existe pas, pris entre son dénuement d’un côté et de l’autre la « petite corruption » qui ronge encore plus sûrement ses bases, plus on demande à ces secteurs qui à l’origine devaient jouer un rôle secondaire de remplacer cet Etat défaillant. C’est cette création plus ou moins artificielle qui à son tour est en train de s’écrouler. A l’image de « La Promesse ». L’aide détournée vers ce qu’on appelle la société civile (mais on devrait ici plutôt dire la « petite société civile ») ne peut remplacer un pays organisé ! Donc qu’il faut réorganiser toutes affaires cessantes. Voici la vraie leçon du drame de Nan Nérette. Haïti en Marche, 8 Novembre 2008Une école s’écroule tuant une centaine d’enfants(EEFONDREMENT... suite de la page 4) LE PAYS DES CATASTROPHES EN SERIEAprès Gonaïves, Cabaret, le drame de l’école de Nérette !(NAN NERETTE... suite de la 1ère page) (NAN NERETTE / p. 6) Les constructions voisines de l’école qui s’est effondrée (photo Eugène Robenson) Arraché douloureusement à une mort certaine (photo Marco Dormino / Minustah) sapeurs-pompiers et autres techniciens venus de la Martinique et des Etats-Unis. Ceux-ci ont utilisé des appareils de détection électronique ainsi que des chiens-chercheurs pour déterminer s’il y a encore des gens en vie sous les décombres. aucun résultat. Les derniers survivants sortis du bâtiment remontaient à samedi.Les premiers volontaires locaux …Tandis que l’impatience de la foule continuait de grandir s’appuyant sur le fait que c’est l’intervention des premiers volontaires locaux qui avait permis de délivrer de nombreux élèves qui étaient bloqués dans les étages supérieurs. Maintenant s’agissant des enfants de la maternelle qui se trouve jusqu’au bas de l’édifice, la situation s’est révélée beaucoup plus hasardeuse. Secouristes haïtiens et experts étrangers, tout le monde n’a fait que tourner en rond pendant deux jours. Le Président René Préval a payé de sa personne durant tout le week-end. Accompagné tantôt du Premier ministre Michèle Pierre-Louis, tantôt du Evangélique », plus de la moitié des enfants d’Haïti ne pourraient plus aller en classe.Une application sans complaisance des normes …Par contre, les responsables communaux vont redoubler de vigilance pour une application sans complaisance des règlements de l’urbanisme et des normes de construction. Trois étages ajoutés successivement sans considération des premières fondations qui n’étaient probablement pas destinées à recevoir tout ce poids. Aucun plan de la maison n’était disponible, qui aurait permis aux secouristes d’avancer à coup sûr. Et chaque jour plus de 700 élèves grands et petits grimpant dans cette construction bancale et de toute apparence inachevée, les murs ne sont même pas recouverts d’enduis.La population croit en progression géométrique …Voici donc l’Etat haïtien en devoir de prendre immédiatement des mesures pour prévenir la répétition sous peu de pareille catastrophe étant donné que nous ne sommes pas en présence d’un cas isolé mais plutôt d’une règle devenue générale au fur et à mesure que la population de la capitale enfle en progression géométrique (plus d’un demi million d’habitants de plus au moins tous les dix ans) et que continuent de pousser comme des champignons ces nouveaux quartiers qui se retrouvent totalement abandonnés à eux-mêmes. Le Président Préval a raison de recommander de ne pas céder à l’émotion car le mal est déjà si avancé qu’en voulant aller trop vite on risque, comme on dit, de jeter l’enfant avec l’eau du bain. Cependant il faut tout de suite mettre en place une politique qui soit véritablement crédible aux yeux sa participation. Crédible, légale et équitable. Et par-dessus tout, l’intérêt collectif. ministre de l’Education et de celui de la Jeunesse et de l’action civique, ainsi que de la mairesse de la commune de Pétionville, Claire Lydie Parent, tantôt de parlementaires (dont les députés Steven Benoît et Pierre Eric Jean-Jacques, ou le sénateur Yvon Buissereth), ils sont arrivés probablement à certaines résolutions. Selon Mr. Préval, il ne faut pas céder à la panique, si l’on devait fermer tous les établissements scolaires qui présentent les mêmes faiblesses que celui du pasteur Augustin Fortain, « La Promesse Collège L’école qui s’est effondrée n’avait probablement pas de permis pour une construction aussi gigantesque. Le bâtiment aurait été construit par le propriétaire lui-même, donc sans les indications techniques nécessaires. Les matériaux utilisés ne sont pas appropriés non plus. On dirait du tuf en lieu et place de ciment. Au premier coup de marteau, c’est de la poussière qui coule, beaucoup des personnes mortes l’auraient été par asphyxie, probablement par cette même poussière. Mais jusqu’à lundi, ils n’avaient encore atteint de la population si on veut obtenir son obéissance et

PAGE 6

Page 6 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsThe Miami-Dade County Employee Customer Service Center, 140 West Flagler Street, will be closed permanently as of Friday, November 7, 2008.Search online at any Miami-Dade County library or South Florida Workforce Career Center.EOE/M/F/D/Veterans PreferenceDelivering Excellence Every Day Time to Shine! Après Gonaïves, Cabaret, le drame de l’école de Nérette !(NAN NERETTE... suite de la page 5) Haïti le jouet des présidents américainsPORT-AU-PRINCE, 5 Novembre – Comment Haïti ne serait-elle pas intéressée à l’élection du Président des Etats-Unis? Nous sommes au contraire le premier pays du continent à devoir le plus nous y intéresser … Vous ne devinez pas pourquoi ? Elémentaire. Haïti est le seul pays du continent américain (et peut-être le seul aussi dans le monde entier, à l’exception peut-être de l’Irak) dont au cours des 25 dernières années chaque président américain successif a renversé le chef de l’Etat au pouvoir. Incroyable mais vrai. C’est Ronald Reagan qui a mis fin aux trente ans de régime dynastique des Duvalier en février 1986 … Tandis que George Bush père appuiera par sa passivité le coup d’état militaire du 30 septembre 1991 renversant le président Jean Bertrand Aristide. Le président suivant, le démocrate Bill Clinton, ramena Aristide au pouvoir en le faisant accompagner d’une force d’invasion militaire américaine. Et c’est son successeur, l’actuel président sortant, George W. Bush, qui fit enlever Aristide dans la nuit du 28 au 29 février 2004 pour le parachuter en terre africaine. Donc pas un seul président américain durant ce dernier quart de siècle qui n’ait violé la souveraineté d’Haïti. Oui, tous sans exception. D’une manière ou d’une autre. Comment peut-on par conséquent nous Haïtiens ne pas nous intéresser d’une manière spéciale à qui devient président de la puissante nation voisine ! De 1986 à ce jour, quatre présidents et tous les quatre sont intervenus dans notre pays. Pour une raison ou une autre. Bien entendu sous le même commun dénominateur : nous apporter la démocratie. Reagan embarqua Baby Doc au lever du jour le 7 février 1986, nous délivrant de trente ans de dictature. Mais au fond, ce n’était pas tant pour nos beaux yeux que pour ouvrir la voie au nouveau système que l’on va connaître sous l’appellation de néolibéralisme qui se caractérise entre autres par un affaiblissement de l’Etat au profit des secteurs privés et sociaux, plus précisément du big business dont la puissance ne va cesser de grandir. Et dès lors (oui, à partir de 1986) ceci va constituer une constante de la politique américaine d’une part. Et d’autre part, de la politique globale. En effet, on verra Paris et Ottawa se joindre à Washington 2004. Nous disons une constante, un commun dénominateur : Avoir en Haïti un Etat faible, sans base, sans véritable racine. Voilà mine de rien l’un des traits principaux de nos relations politiques avec le gouvernement américain pendant ce dernier quart de siècle. Et cela quelle que soit la couleur politique du gouvernement haïtien en place. Dictature ou président élu, issu d’un coup d’Etat ou des urnes. De droite ou de gauche, libéral ou conservateur. Sinon comment expliquer le renversement de Baby Doc sous le président américain dont les Duvalier avaient le plus applaudi à son élection, Ronald Reagan. Au point qu’ils en profitèrent pour envoyer en exil tous les journalistes indépendants de l’époque. Or sans que les Haïtiens ne le sachent encore, Washington mettait en place le nouveau système en vertu duquel les pouvoirs satellites doivent être aussi faibles que possible. Or la dictature Duvalier, sans être populaire, était bien enracinée après trois décennies au pouvoir. De plus, le même principe n’admet aucune exception tant que le but recherché n’aura pas été atteint, sinon pourquoi ne pas avoir institutionnalisé le régime militaire du général Cédras (1991-1994), comme celui du Général Paul Magloire en 1950 ! Dictature trentenaire ou militaire ou gouvernement constitutionnel populiste, est-ce que ce n’est pas même combat : ne laisser aucun pouvoir prendre racine au point qu’il puisse faire obstacle au nouvel ordre. A ce compte-là, on pourrait dire que le meilleur pouvoir haïtien aura été pour Washington (et pour l’économie globale) le régime intérimaire Boniface Alexandre – Gérard Latortue. Une fois la tâche accomplie, se retirer sans demander son reste. Namphy, Prosper Avril, Raoul Cédras et consorts. 7 Février 1986, 30 septembre 1991, 29 février 2004, y compris le renversement du président éphémère Leslie Manigat (en 1988), et si c’était une constante, un même commun dénominateur. Et si nécessaire en utilisant l’un contre l’autre : Avril pour renverser Namphy, Cédras pour jeter Aristide et qui sait Aristide pour embarquer Cédras à son tour. Sans prétendre à la vérité absolue, c’est là une explication comme une autre. Et nous voici à la veille de faire connaissance avec un nouveau président et une nouvelle administration américaine … Et vous vous étonnez qu’on soit intéressé. On devrait même être fort préoccupé. De plus, comme on l’a noté aussi, ce sont tous les 4 derniers présidents américains, démocrate ou républicain, qui ont violé la souveraineté d’Haïti. Pour une raison ou une autre. C’est une invasion militaire que Clinton dépêcha pour ramener Aristide, c’est par une autre invasion militaire que Bush fils le renvoya en exil. Et aujourd’hui, quel est le bilan. Haïti est en régime de démocratie sous haute surveillance. Et avec un Etat plus faible que jamais. Et dont notre quasi impuissance à faire face aux conséquences des récents ouragans en est, par exemple, la preuve. Faut-il penser que la boucle est enfin bouclée ? Ou y a-t-il encore d’autres surprises, de coups de théâtre à venir ? Affaire à suivre … Le candidat Barack Obama a parlé d’un nouveau partenariat avec Haïti. Mais pour un partenariat, il faut être deux. Or si on n’a pas un Etat digne de ce nom, quel sera donc ce vis-à-vis qui nous représenterait ? Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince Le PM Michèle Pierre-Louis s’absente pour raisons de santé4 novembre 2008 Le Premier ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis est en voyage de santé, selon une note de la Primature. En son absence, l’intérim est assuré par le ministre de l’économie et des finances, Daniel Dorsainvil. Le Premier ministre Michèle Duvivier PierreLouis est en voyage de santé, selon une note de l’Unité de Communication, de Relations Publiques et de Presse de la Primature. Madame Michèle Duvivier Pierre-Louis a laissé le pays le 2 novembre, et doit revenir le 6 novembre prochain, indique le communiqué qui n’a pas apporté davantage de précisions. En l’absence du Premier ministre, le ministre de l’Économie et des finances, Daniel Dorsainvil, assure l’intérim. lors du second renversement d’Aristide le 29 février Contrairement aux généraux-présidents HenryUn autre partenariat public-privé …De notre côté, nous avons un peu réfléchi aussi sur ces événements douloureux. Nous recommanderions (comme c’est une politique que pratique déjà l’Etat dans d’autres domaines) un partenariat à ce niveau aussi entre les secteurs public et privé. En un mot, l’Etat procéderait immédiatement à une inspection de tous les bâtiments logeant les écoles privées (mais aussi publiques) à Port-au-Prince et dans la région métropolitaine, que ces bâtiments soient très anciens ou qu’ils soient neufs, les deux comme on le voit peuvent présenter autant de risques. Ensuite, selon les résultats de l’inspection, l’Etat procéderait de la manière la plus ordonnée à l’accomplissement des réparations nécessaires, cela conformément aux règlements de l’urbanisme et des normes de construction, de plus s’agissant de lieux où est exposée la vie de tant de personnes. Pareil de certains hôpitaux privés qui poussent également sans trop de contrôle, et surtout de ces églises évangéliques aux mille et une dénominations qui pullulent partout.Un réaménagement du territoire …Certaines de ces écoles mériteront peut-être même d’être déplacées pour arriver à satisfaire les règlements. Ce qui suppose une nouvelle politique d’aménagement du territoire (ou en anglais, de « zoning ») afin de délimiter dans chaque commune et chaque section communale des espaces réservés pour ces lieux hautement indispensables que sont les écoles (éducation publique ou privée) dans un pays où un enfant sur quatre seulement arrive à compléter le cycle secondaire et qui compte parmi ceux dont le nombre de médecins par habitant est le plus bas de toute la terre. Ensuite les dépenses engagées par l’Etat seraient recoupées avec les propriétaires de ces entreprises somme toutes commerciales (mais sans devoir être pour autant bassement mercantiles) et sur une base de partenariat. Lequel engagement de sa part permettra dès lors à l’Etat haïtien d’appliquer les lois et règlements dans toute leur rigueur et sans tolérer aucune exception. Et aussi de retrouver la place d’un Etat véritable. Car un Etat digne de ce nom ne peut abandonner ainsi ses enfants jusqu’aux tout petits ! Ou alors qu’il s’efface. Haïti n’existe pas ! Officiellement. Haïti en Marche, 10 Novembre 2008LE MOT DE LA SEMAINE

PAGE 7

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 7 Haïti : La Haute Commissaire aux droits de l'homme émue par le dénuement de la populationLa Haute commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme, Navi Pillay, avec le Président haïtien René Préval.5 novembre 2008 La Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, s'est déclarée vivement préoccupée et émue par le dénuement dans lequel vit la majorité de la population haïtienne, à l'issue d'une visite de trois jours en Haïti. " Aujourd'hui, Haïti, ses populations et ses autorités doivent faire face à une multitude d'enjeux en matière des droits de l'homme. Le manque d'accès a l'alimentation et à l'eau potable, les détentions prolongées sans jugement, les conditions carcérales désastreuses n'en sont que des exemples. Il y a 60 ans, l'Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Déclaration universelle des droits de l'homme par laquelle toute personne se voyait reconnaître des droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux. Pour que cet idéal devienne réalité en Haïti, un authentique partenariat entre les autorités, les membres de la société doit être établi, avec l'assistance de la relevé que trois réformes majeures ont été entreprises à cet effet dans les secteurs de la police, de la justice et du système carcéral. Selon elle, la réussite de ces réformes passent à la fois par un engagement indéfectible et énergique des autorités haïtiennes dans la mise en œuvre de celles-ci, en consultation avec la société civile, mais aussi par un appui coordonné des organisations des Nations Unies présentes en Haïti. " communauté internationale ", a dit Mme Pillay au moment de son départ mercredi. Au cours de son séjour, la Haute Commissaire a rencontré le président haïtien René Préval, plusieurs ministres et secrétaires d'Etat, des hauts cadres de la magistrature et de la police ainsi que des membres de la communauté internationale. Elle a également rencontré des membres des organisations des droits de l'homme et a visité le quartier de Cité Soleil, l'une des quartiers les plus pauvres de la capitale Port-au-Prince, où elle s'est entretenue avec des victimes de violations des droits de l'homme. " Les droits économiques et sociaux sont des droits fondamentaux de la personne humaine. Ils sont indivisibles et interdépendants des droits civils et politiques ", a-telle déclaré. Mme Pillay a salué les efforts entrepris par les autorités haïtiennes et les membres de la communauté internationale pour assister les victimes des ouragans qui ont récemment frappés Haïti. Des efforts qui, selon elle, doivent absolument être renforcés car de nombreuses populations n'ont pas encore reçu l'assistance nécessaire. La Haute commissaire a noté les progrès significatifs réalisés en matière de sécurité. Elle a toutefois rappelé que la sécurité et le maintien de l'ordre public ne pouvaient s'effectuer au détriment du respect des droits de l'homme et de l'Etat de droit. Elle a souligné qu'en Haïti, l'un des objectifs prioritaire de son bureau, comme de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) était de contribuer avec les autorités haïtiennes à l'établissement d'un système judiciaire et pénal indépendant et crédible respectant les droits de l'homme. Mme Pillay a Les autorités haïtiennes manquent toujours des capacités essentielles pour détenir, juger et punir les auteurs de crimes graves, mais aussi pour rétablir les victimes dans leurs droits. La corruption au sein de la chaine pénale, ainsi que l'impunité dont jouissent régulièrement les personnes influentes impliquées dans des trafics illicites constituent des obstacles à l'instauration d'un Etat de droit et à la lutte contre l'impunité ", a-t-elle dit. Ecoutez Mélodie Matin avec Marcus surwww.melodiefmhaiti.comDROITS DE L’HOMME

PAGE 8

Page 8 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Request for Applications City of Miami Civilian Investigative Panel The City of Miami Civilian Investigative Panel (CIP) seeks to fill vacancies on its volunteer Panel. The CIP is a citizens oversight panel comprised of thirteen (13) diverse members, with the responsibility to oversee the City of Miami Police Department. Applicants must be willing to commit a significant number of hours annually to the CIP; be e ither permanent residents of the City of Miami, own real property, or work or maintain a business in the City of Miami and have a reputation for integrity and community service. Applicants cannot have a record of a felony conviction; nor can applicants be a current or former City of Miami police officer. Interested individuals must submit a membership application and include a short biography or resume. Applications may be downloaded from the CIP website, www.miamigov.com/cip , obtained from the CIP office at 155 S. Miami Avenue, PH 1B, Miami, FL or by calling 305-579-2444. Completed applications must be received or postmarked no later than 5:00 PM, Monday, December 1, 2008, addressed to: Shirley E. Richardson, Executive Director, Civilian Investigative Panel, 155 South Miami Ave. PH-1B, Miami, Florida 33130. Adv. # 16125 Le dernier bilan est de 94 morts, 150 blessés et 35 rescapésDe nouvelles victimes ont été découvertes samedi dans les décombres du bâtiment scolaire qui s’est effondré la veille à la périphérie de Port-auPrince, ce qui porte le dernier bilan provisoire à 92 morts selon la protection civile haïtienne. Le chef des services de la protection civile Alta Jean-Baptiste a déclaré que la mort de 84 personnes, dont une majorité d’enfants, avait été confirmée à midi. Un autre responsable de ces services, Michael Joseph Jr, a dit avoir vu huit corps supplémentaires. “Nous ne sommes pas encore en mesure de les atteindre”, a dit Joseph, tandis que des équipes de sauveteurs arrivaient des Etats-Unis et de la Martinique pour aider les secours haïtiens mal équipés et toujours à la recherche de survivants. Cent cinquante personnes ont en outre été blessées. Selon les autorités, quelque 700 enfants sont inscrits à l’école La Promesse, mais on ne savait pas combien d’entre eux se trouvaient dans le bâtiment de trois étages lorsqu’il s’est effondré vendredi à l’heure des cours. Les secours, qui ont travaillé toute la nuit de vendredi à samedi pour retrouver des survivants, ont fait venir une grue sur le site afin de dégager les décombres. Les opérations devaient se poursuivre pour la seconde nuit consécutive, avec le concours de pompiers américains venus de Virginie et d’une équipe française aidée de chiens. pasteur protestant, a été arrêté. “Il m’a dit qu’il avait construit le bâtiment luimême. Il a expliqué ne pas avoir eu besoin d’un maître d’oeuvre parce qu’il connaissait bien la construction”, Le président haïtien René Préval a déclaré que l’école religieuse avait été construite de façon précaire, en n’utilisant que peu de structures en acier ou en ciment pour solidariser les blocs de béton. Le propriétaire du bâtiment Fortin Augustin, un a dit le procureur Joseph Manes Louis. Arrivé sur place dès les premières heures samedi, Préval a déclaré que les sauveteurs avaient repéré sept enfants dans les décombres et leur avaient fait passer de l’eau et des biscuits. “La nuit dernière, nous étions sûrs qu’il y avait encore sept enfants survivants. Nous avons (sauvé) un d’entre eux mais nous avons perdu tout signe des autres”, a-t-il déclaré. “Certains pensent qu’ils devaient dormir. Les autres croient qu’ils sont morts.” Alors que Préval s’exprimait, un sauveteur l’a prévenu de la découverte d’une salle dans laquelle se trouvaient 21 morts, pour la plupart des enfants. Au moins 35 élèves, 13 filles et 22 garçons, ont été extraits vivants des ruines du bâtiment pendant la nuit de vendredi à samedi. Parmi eux figurait une jeune fille qui a demandé la permission de sortir de sa classe pour aller aux toilettes juste avant la catastrophe. L’ensemble de ses camarades et son professeur sont morts. LE CONSTRUCTEUR ARRÊTÉ Quatre enfants sauvés dans l’école effondréePETIONVILLE, Haïti Les sauveteurs ont retiré quatre enfants sains et saufs des ruines de l’école effondrée de Petionville à Haïti samedi, alors que le bilan s’aggravait. Les secouristes ont sortis les enfants hagards en les berçant dans leurs bras et se sont précipité vers une ambulance, samedi matin, a pu constater sur place un porte-parole de la police des Nations Unies, André Leclerc. On ignore de quoi souffraient les deux petites filles de 3 et 5 ans, le garçon de 7 ans et l’adolescent sauvé. La petite de 3 ans avait une coupure à la tête mais semblait néanmoins en bonne santé, selon le porteparole. “Elle buvait du jus de fruit et parlait”, a-t-il ajouté. Le bilan de l’effondrement vendredi de l’école près de Port-au-Prince s’est alourdi et s’établit désormais à 84 morts, a indiqué Nadia Lochar, chargée de la coordination des secours dans l’ouest d’Haïti. Les sauveteurs qui continuent de fouiller dans les décombres du bâtiment ont retrouvé samedi 17 corps, a précisé à l’Associated Press le maire de Pétionville, Claire Lydie Parent. Quinze sauveteurs français avec des chiens et d’autres, américains, sont arrivés sur place et participent aux opérations, avec l’appui de la population. Le commandant Patrick Vailli de la Sécurité civile, a précisé que son équipe avait localisé cinq personnes qui pourraient être encore en vie dans les caves de l’école, ainsi que deux corps. On ne sait pas encore combien d’élèves exactement se trouvaient dans le bâtiment de trois étages en béton au moment du drame vendredi matin. Mais selon les autorités, au moins 500 enfants et adolescents, de la maternelle au lycée, fréquentent le Collège La Promesse, un établissement surpeuplé, comme nombre d’écoles à Haïti. Les voisins évoquaient une reconstruction à la hâte après un premier effondrement partiel il y a huit ans, expliquait Jimmy Germain, enseignant français à La Promesse, dont le troisième étage était encore en cours de construction. Selon lui, les personnes habitant juste en contrebas de l’école avaient déménagé de peur de voir le bâtiment s’effondrer sur leurs maisons. Et l’école tentait de racheter ces terrains abandonnés. Pour la maire de la ville, Claire Lydie Parent, un défaut structurel de l’édifice serait à mettre en cause, et non les récentes tempêtes tropicales qui ont frappé l’île, faisant quelque 800 morts et aggravant encore le drame perpétuel de pauvreté que vit Haïti. Selon le président haïtien René Préval, le pays compte de nombreux édifices courant le même risque d’effondrement en raison de défauts de construction et de mauvaise surveillance. Le propriétaire interrogé par la policeLe pasteur Augustin Fortain propriétaire de l’école, qui s’est effondrée vendredi en Haïti faisant au moins 84 morts, était interrogé dimanche par la police, mais sans “être formellement accusé de rien”, a indiqué à l’AFP le secrétaire d’Etat à la Justice Joseph-Luc Euchère. “La justice haïtienne est saisie de l’affaire”, a indiqué le secrétaire d’Etat, en précisant que le pasteur était “interrogé”, mais qu’il “n’(était) formellement accusé de rien”. “Nous n’allons pas agir dans l’émotion”, a-t-il indiqué joint au téléphone par l’AFP. “Il est détenu à la direction centrale de la police judiciaire haïtienne (DCPJ)”, a précisé de son côté à l’AFP le commissaire Renel Costumé, précisant qu’il s’était rendu de lui-même samedi à la police. L’établissement privé “La Promesse”, située dans un quartier pauvre de Pétion-ville dans la banlieue de Port-au-Prince, accueillait des élèves âgés de 3 à 20 ans, sous la direction du pasteur évangélique Augustin Fortain. Selon des témoignages d’habitants du quartier recueillis par l’AFP, le pasteur, âgé d’une cinquantaine d’années, aurait lui-même construit l’école sans faire appel à des ingénieurs. Située entre les maisons du quartier, la construction en dur s’élevait sur deux étages, tandis qu’un troisième était en construction. Fillette soignée avant même d’être sortie des blocs de béton (JJ Augustin) Une écolière entre la vie et la mort (photo JJ Augustin)L’EVENEMENT

PAGE 9

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 9 Il n’y a plus d’espoir de retrouver des survivantsDeux jours après l’effondrement d’une école en Haïti qui a fait au moins 90 morts et 150 blessés, en majorité des enfants, l’espoir de retrouver des survivants dans les décombres de cet établissement de trois étages était dimanche de plus en plus mince. Le pasteur Augustin Fortain propriétaire de l’établissement, situé dans un quartier pauvre de Pétion-ville dans la banlieue de Port-au-Prince, était “interrogé” dimanche par la police, mais sans “être formellement accusé de rien”, a indiqué à l’AFP le secrétaire d’Etat à la Justice Joseph-Luc Euchère. “La justice haïtienne est saisie de l’affaire”, mais “nous n’allons pas agir dans l’émotion”, a-t-il indiqué joint au téléphone par l’AFP. L’établissement privé “La Promesse” accueillait habituellement 700 élèves âgés de 3 à 20 ans sous la direction du pasteur évangélique Augustin Fortain, qui se trouvait dans les locaux de la direction centrale de la police judiciaire haïtienne (DCPJ), après s’être rendu de lui-même samedi à la police. Le dernier bilan, diffusé dimanche, faisait état de 92 morts et 150 blessés. “Il ne s’est rien passé au cours de la nuit”, a indiqué dimanche matin à l’AFP un responsable haïtien de la Croix rouge. “Nous n’avons pas pu dégager de corps cette nuit”, a dit de son côté un sauveteur canadien. “Pour l’instant, les caméras infrarouges n’ont pas détecté de signes de vie à l’intérieur”, a dit à l’AFP le capitaine français Eric Brunstein qui oeuvre dans le cadre de la force de l’ONU en Haïti (Minustah). “Les équipes de secours vont quand même poursuivre les recherches ce matin”(dimanche), a-t-il ajouté. Une équipe de pompiers français, arrivée samedi matin de l’île française de la Martinique, et des secouristes américains de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), tenaient de retrouver des écoliers coincés sous les dalles de l’établissement, aidés par une équipe de secouristes canadiens. Des équipes de secours de l’ONU, de la Croix rouge, de Médecins sans Frontière et de la police haïtienne se trouvaient également sur place. Quatre enfants ont pu être retirés vivants dans la nuit de vendredi à samedi et dans la journée de samedi des décombres de l’école. Des centaines de personnes se trouvaient toujours dimanche matin sur les lieux du drame, où l’on commençait à sentir une forte odeur de corps. Dans la foule des voix s’élevaient pour contester le travail des sauveteurs. “Je regrette de voir des enfants mourir dans ces conditions, mais nous sommes là pour maintenir l’ordre. Nous ne sommes pas spécialisés dans le sauvetage de personnes”, s’est justifié à l’AFP un agent chinois de la police internationale anti-émeutes de l’ONU en Haïti (UNPOL), He Yin Jie. Un cordon de sécurité composé de policiers de cette force, munis de matraques et de boucliers, ceinturait le site de l’école. Port-au-Prince, 9 novembre 2008— (AHP)Le bilan de l’effondrement du Collège la Promesse de Nérette (est de la capitale) s’est alourdi dimanche à 93 morts, alors que les opérations visaient davantage à limiter les dégats qu’à retrouver des survivants. Des experts ont expliqué que dans de telles conditions, contrairement aux adultes, il est extrêmement dfficile pour des enfants de rester en vie au-delà de 48 heures. Ils finissent plus vite par perdre espoir. Et comme signe que les espoirs de retrouver des survivants sont pratiquement nuls, des odeurs de corps entrés en putréfaction commencent à se dégager. Des secouristes ont expliqué que le plus important pour eux n’est pas la découverte de cadavres, mais d’empêcher que d’autres parties de l’Ecole encore debout ne tombent sur des maisons du voisinage et fassent de nouvelles victimes. Des opérations de demolition ont comencé en ce sens. Plusieurs des cadavres dénombrés sont ceux de voisins dont les maisons ont été détruites au cours de l’effondrement de l’Ecole Les sauveteurs ont fait savoir qu’ils doivent travailler avec la plus grande précautions pour éviter eux aussi d’être victimes, étant donné les faiblesses de la construction. Quelque 35 élèves ont été extraits vivants des décombres, 150 sont blessés et soignés dans différents centres hospitaliers de la capitale. Ce qui laisse croire qu’avec les 92 ou 93 corps déjà recensés, près d’une centaine d’élèves, professeurs et autres personnels adminisratifs seraient encore sous les décombres. 350 des 700 élèves qu’accueillait le collège étaient présents ce vendredi noir du 7 novembre, puisqu’il s’agissait d’une de ces journées couleur, au cours desquelles les elèves ne sont pas tenus de venir en uniforme, moyennant une contributon remise généralement à la classe de philo qui l’utilise pour organiser des activités à la fin du cycle secondaire. Parmi les témoignages les plus poignants recueillis, on note le cas d’elèves qui en détresse ont appelé les secouristes à leur couper un ou des membres du corps emprisonnés pour pouvoir les tirer de là, le cas de secouristes qui ont entendu les cris d’enfants qu’ils ont vus dans certains cas, sans pouvoir leur porter secours. On rapporte aussi la découverte terrible de la totalité des elèves d’une salle de classe et de leur professeur tous morts. Après une première visite vendredi pour encourager les opérations, le president René Preval et son premier ministre Michèle Pierre-Louis se trouvaient samedi encore sur les lieux du drame. En attendant, le propriétaire du Collège, un pasteur protestant Fortin Augustin, a été arrêté pour homicide involontaire. Il a fait savoir que c’est lui qui s’était chargé personnellement de la consruction. Pour beaucoup, le propriétaire n’est pas le seul responsable du drame. Il y a aussi ceux qui ont permis la poursuite de cette construction, sans assises, de 3 étages et le fonctionnement de l’Ecole. La mairesse de Petion-Ville, Claire Lydie Parent, affirme qu’elle avait interdit la construction lors de son premier mandat en l’an 2000. En Haïti, il y a aussi cette pratique, même au niveau des medias, de supporter ceux qui protestent contre les interdits, notamment dans les cas des marchés de rue et des constructions anarchiques dans dans zones dangereuses. En Haïti, il y a un grave déficit de politiques dans tout un ensemble de domaines. Et mêmes quand ces politiques existent sur papier, chacun en fait à sa guise, absence de l’autorité de l’Etat aidant. AHPFin des recherches dans l’angoisse et la douleur DE LA SEMAINEUne fillette miraculée à côté d’un petit camarade ayant eu moins de chance Les jeunes volontaires haïtiens risquant leur propre vie pour sauver plusieurs de leurs petits compatriotes

PAGE 10

Page 10 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Accord entre Taiwan et Haïtidepuis le mois d’avril 2007, a rappelé Patrick Delatour soulignant que le tourisme constitue un vecteur clé dans le développement économique de tout pays de la région. Il a remercié le gouvernement taïwanais qui, ditil, a toujours soutenu des projets d’envergure en Haïti. Taiwan s’est impliqué à fond dans l’aboutissement de ce projet, poursuit-il, tout en exprimant le souhait que les deux gouvernements continuent de travailler ensemble en vue de sa pleine réalisation. De son côté, le ministre de la planification Jean Max Bellerive a fait savoir que le tourisme est l’un des secteurs prioritaires du Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP). La signature de cet accord est une preuve, dit-il, de sa mise en œuvre. Il salue l’exemple de coopération entre Haïti et Taiwan pour la réhabilitation de la plage Pointe Sable, de Port Salut. Il a également indiqué que d’autres projets répondant aux revendications des citoyens haïtiens doivent être mis en œuvre. Le député de Port Salut, Pierre Louis Joseph Nelson, a remercié les deux gouvernements au nom de tous les habitants de sa circonscription. Selon lui, les travaux d’aménagement qui vont être effectués au niveau de la plage Pointe Sable de Port Salut feront de cette ville une véritable destination touristique. L’ambassadeur taïwanais en Haïti, Mien Sheng Shu, a pour sa part indiqué que son pays est heureux de participer au développement de l’industrie touristique en Haïti. Il appelle tous les secteurs concernés à s’investir ensemble en ce sens. C’est la firme taïwanaise Overseas Engineering & Construction (LTDA SA) qui devra exécuter ce projet. Les travaux qui dureront moins d’une année devraient démarrer sous peu, selon le ministre Delatour. (ACCORD... suite de la page 3) Le vrai bilan ne sera peut-être jamais connuAP, le 10 novembre 2008 Le dernier bilan fait état d’au moins 94 morts et 150 blessés après l’effondrement d’une école à Haïti, alors que les secouristes américains, français et haïtiens poursuivaient lundi la fouille des décombres, l’espoir de retrouver des victimes vivantes diminuant avec le temps. “Nous n’avons pas abandonné les recherches. Nous les poursuivons et nous prenons beaucoup de précautions”, a déclaré lundi la coordinatrice de la protection civile, Nadia Lochard, à l’Associated Press. Plusieurs corps ont été sortis des ruines lundi. Aucune indication ne laisse supposer qu’il y ait des survivants, depuis les quatre enfants qui ont été sortis vivants des décombres samedi, d’après Daniel Vigee, le responsable de l’équipe française de sauveteurs. Le nombre précis de personnes qui se trouvaient dans l’établissement au moment de son effondrement vendredi n’est pas déterminé, mais environ 500 écoliers et professeurs étaient susceptibles d’être sur les lieux. D’après les autorités haïtiennes, certains d’entre eux ont réussi à quitter le collège “La Promesse” avant qu’il ne s’écroule, et le nombre de personnes qui ont pu sortir des décombres par leurs propres moyens n’est pas connu. AP Minustah: L’effondrement d’une école fait de nombreuses victimesPlus de 24 heures après l’écroulement de l’établissement « La Promesse, collège Evangélique » près de la capitale, plusieurs acteurs s’activent encore pour extraire des décombres d’éventuels survivants. Mais le plus grand défi consiste à enlever les décombres sans aggraver la situation. «Tant qu’il y a la chance de retrouver des survivants, on ne peut pas utiliser les moyens lourds », prévient le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Hédi Annabi, présent le 8 novembre sur les lieux de la tragédie. Commissaire de police des Nations Unies, Mamadou Mountaga Diallo. Déjà, les survivants ont séjourné plus de 24 heures sous les ruines des quatre (4) niveaux de ce que fut leur établissement. Crainte de nouveaux drames, le médecin commandant des sapeurs-pompiers de la Martinique, Daniel Vigée, l’a exprimé. «Selon certaines informations, il y aurait une vingtaine de personnes coincées entre deux dalles. Pour les extraire, il faudrait casser les dalles mais celles-ci sont en équilibre instable » , a-t-il fait remarquer. je suis pessimiste. Les personnes qu’on a déjà extraites des décombres sont écrasées. Nos chiens sont en train de renifler mais il ne semble pas qu’il y ait âmes qui vivent là où ils sont allés» . Certains survivants existent. A en croire Wilson Pateaud, un riverain, « une enseignante, Andrena, aurait appelé ses proches dans la matinée pour les informer qu’elle est toujours vivante mais coincée sous les décombres avec trois enfants». Des efforts sont en cours pour essayer de la localiser. admis dans les hôpitaux de Port-au-Prince. Certains, en fin de matinée. Selon un nouveau bilan communiqué par la Protection civile, le nombre des victimes s’élèverait à 75 morts. D’autres corps ont été par la suite extraits par les sauveteurs. Dans un communiqué, la MINUSTAH exprime «sa profonde tristesse face aux souffrances et aux pertes en vie humaine qui ont suivi l’effondrement de l’école et présente ses très sincères condoléances aux victimes et à leur famille » . Elle exprime sa profonde sympathie et sa solidarité avec le gouvernement et le peuple haïtien dans ce moment difficile. A l’instar du président de la République, René Préval, du Premier Ministre, Michèle Duvivier PierreLouis, ainsi que d’autres personnalités du pays, le chef de la MINUSTAH y est allé apprécier le déroulement des opérations de sauvetage des victimes. Présent sur les lieux dès les premières heures de la tragédie, aux cotés de la PNH et de la Croix Rouge et d’une équipe de Médecin sans Frontière, les casques bleus de la MINUSTAH ont, la nuit durant, installé un dispositif d’éclairage pour favoriser la poursuite des opérations de sauvetages de victimes. Parallèlement, 7 experts américains -sur un total de 40 attendussont présents sur les lieux, avec pour mission d’évaluer les besoins en équipements pour mener a bien les opérations d’extraction des victimes. A mesure que le temps passe, le pessimisme gagne les sauveteurs. « Il y a peu de chances qu’on retrouve encore beaucoup de survivants car il n’y a pas de poches d’air. Ceux qui sont là risquent de mourir asphyxiés », a encore signalé Daniel Vigée. Le médecin commandant des sapeurspompiers de la Martinique a poursuivi : «en tout cas, Un blessé très grave (Marco Dormino / Minustah) Le Président Préval et le PM Michèle Pierre-Louis ont visité chaque jour le lieu du drame (photo JJ Augustin) Les hôpitaux regorgent de blessés (photo Eugène Robenson)L’EVENEMENT« Le temps joue contre nous » , de l’avis du Par ailleurs, des centaines de blessés sont

PAGE 11

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 11ASSURANCES Ou byen kapab kalifye pou yon plan espesyal. Kontakte Humana depi jodi a.Ou nan Medicare epi ou gen Dyabèt?Kòm moun ki gen dyabèt, ou gen bezwen espesyal pou sante w, epi Humana tabli yon plan espeyal ki rele Medicare Advantage ki fèt dapre bezwen pou sante w. W ap jwenn menm kouvèti asirans total la, ak menm avantaj ki genyen nan lòt plan Humana yo, plis lòt sèvis ankò ki fèt pou kenbe w nan chimen pwogrè pou sante w. pou pye pou mezire nivo sik nan san w (sa ki vle di tou, ti bagèt pou fè tès dyabèt) medikaman pou dyabèt ak founiti ki vann san preskripsyon kantite lajan yon moun touche. Ou mèt kontakte Humana pou plis enfòmasyon. …Medicare …Group Health …Individual Health …Dental, Life, Vision Ou pa gen anyen pou w pèdi, se avantaj sèlman w ap jwenn. 8 è dimaten pou 8 è diswa, 7 jou pa semenn

PAGE 12

Page 12 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42« Wi Mwen Kapab » !« Le hasard n’a jamais encore satisfait les espoirs d’un peuple qui souffre. » Marcus Garvey Le hasard fait bien les choses dit un proverbe. Je l’ai entendu dire assez souvent par des amis. Surtout quand le sort leur était favorable. Quand nous ne sommes pas favorisés par le destin, on nous dit que nous avons de la « déveine ». « Cordée », parfois. Le hasard peut être malchance. Désordre. Chaos. Il vous est toujours insaisissable, incontrôlable, sauf si vous êtes « Infiniment Grand » ou bien « Infiniment Puissant ». Pour continuer un peu sur le même registre, dans les milieux universitaires, on dit parfois que « Dieu ne joue pas aux dés ». Le premier à l’avoir dit, Einstein. Dans la nature, donc, rien n’est fruit du hasard. Avant lui cependant, Voltaire s’exclamait qu’il était impossible que cette horloge puisse exister et qu’il n’ait point l’horloger. Le hasard, avais-je dit une fois, à des élèves qui m’écoutaient, est la mesure de notre incompréhension, il nous montre les limites de notre intelligence. Contrôler le hasard serait alors se rapprocher de l’Être Suprême. Ce ne peut être que le hasard (les « Esprits Tutélaires », aurait dit « l’Innombrable », un « Bon Wanga » disent certains Haïtiens) qui ait voulu que ce jeune politicien soit choisi par Kerry pour prononcer un discours lors de la Convention Démocrate, pour les élections de 2004. Le hasard aurait donc voulu qu’il soit aujourd’hui, lui, un « COLORED MAN », Président des Etats-Unis. Définitivement, une Grande Nation. Chères amies lectrices, chers amis lecteurs, il faut donc savoir tirer profit du hasard. Ça c’est de l’intelligence. Il faut savoir saisir sa chance. Il faut savoir que si le hasard existe, et il existe, il faut savoir l’exploiter. Il y a de cela un an, je pensais à un tandem Clinton-Obama. Lui, dans le meilleur des cas, et ç’aurait été une victoire, VICE-PRÉSIDENT. Je ne voyais pas encore la maturité, ni de l’homme, ni du peuple. Je voyais donc impossible que lui, « homme de couleur » (au fond, j’ai horreur de ce mot), puisse avoir l’audace et la chance d’aspirer à diriger la Nation la plus puissante au monde. Un peu plus tard, je commençai à croire qu’il avait autre chose à offrir. Je commençai, moi aussi à rêver. Haïti m’empêche de le faire à ma guise. Les hommes du pays se rapetissent et l’orgueil (de Nègre) et la taille (d’homme, de « Grand homme »). Si ceux de « lakay » n’arrivent pas à me faire sentir la « fierté nègre », il faut chercher ailleurs. Je devais donc projeter mes échecs et mes réussites sur quelqu’un qui puisse me secouer les entrailles. Je voulais moi aussi rêver. On était capable de le faire. Obama l’a dit. Nous avons tous cru. Lui d’abord, avait cru que c’était possible. Changer la couleur du succès politique aux Etats-Unis. Changer la « couleur naturelle » du locataire de la Maison Blanche. Du Bureau Ovale. Ce Quarante Quatrième Président des Etats-Unis, né un Quatre Août, sous le signe du lion, élu un Quatre novembre, pour un premier mandat de Quatre ans, nous a fait croire, à tous, que tout était possible. Simplement « bronzé » au début, un peu trop « noir » pour certains, il est devenu par la suite « pas trop noir » pour d’autres, puis « trop jeune », et enfin, maintenant, après ce « beau 4 novembre », il est « jeune, beau et bronzé », donc obligé d’avoir du succès dans sa nouvelle mission. Je ne crois pas que Berlusconi ait « déraillé » ou « dérapé », comme disent certains. J’ai même ri à le lui entendre dire. Sainement. Chez nous, en Haïti, bien avant lui, « Don Kato », ce jeune artiste d’Haïti, était la voix choisie par les promoteurs de la Campagne d’alphabétisation lancée par la Secrétairerie d’Etat à l’Alphabétisation. « Wi Mwen Kapab », disait-il. C’était avant Obama. Wi mwen kapab ekri Wi mwen kapab kalkile Wi mwen kapab kompran enfomasyon ekri Wi mwen kapab li Wi mwen kapab konbat liyorans Wi mwen kapab konbat soudevlopman peyi m Wi mwen kapab Je ne sais plus si de la parole au fait on a eu des avancements, mais je crois, qu’à partir de maintenant, et sous la poussée d’Obama, il faudra, outre le dire, le faire. Comme lui. Enfin, la soirée du 4 novembre, cet homme, né un 4 août, devenait le 44ème Président des ÉtatsUnis. Cette configuration de quatre quatre, pour un mandat de 4 ans, doit sûrement augurer deux mandats consécutifs de 4 ans. Il finalisait cette soirée en conviant les Américains (et pourquoi pas à nous aussi Haïtiens) « de remettre notre peuple au travail, d’ouvrir les portes de l’avenir à nos enfants ; de rétablir la prospérité et de promouvoir la cause de la paix ». Et « là où nous rencontrerons le cynisme et le doute, ces gens qui nous disent que nous ne pouvons pas, nous leur répondrons par cette conviction éternelle qui résume l’esprit d’un peuple : si, nous le pouvons. » Chers amis, le choix réalisé par le Peuple Américain vient de nous montrer que, les facteurs limitatifs, un environnement négatif, ne constituent nullement une barrière infranchissable pour la réalisation de nos rêves. Individuels. Collectifs. Et, bien que le hasard n’ait jamais pu satisfaire les espoirs d’un peuple qui souffre, il a toutefois la capacité de provoquer le changement, dans les « têtes » et dans les « cœurs », pour que les « mains et les bras » se mettent, ensemble, au travail. « Wi, Nou Kapab ». Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Novembre 2008 L’INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTIONJean Robert JEAN-NOEL Haïti est un pays corrompu. Quand on pense Haïti, on pense corruption. Depuis la naissance de ce pays dans la douleur, la corruption est la seule constante qui a traversé toute son histoire. Le père fondateur d’Haïti fut victime de la corruption car il voulut une certaine équité pour ce pays, répartir mieux la richesse de ce pays exsangue après la terrible guerre de l’indépendance. Après sa mort, la corruption s’est installée en maitre. Malgré certaines éclaircies tout le long de notre histoire de peuple, le système mis en place en 1806 se perpétue en se renouvelant. Certes, on a eu de présidents honnêtes, mais ils ont du tolérer la corruption autour d’eux et pactiser avec le système pour gouverner. Ce qui se traduit aujourd’hui par une forme de culture de la corruption et explique en grande partie notre sous développement actuel. Et ce n’est pas étonnant que, lorsque le monde s’est donné cet outil, « l’indice de perceptions de la corruption », pour mesurer ce phénomène, notre pays se soit classé le plus corrompu ou parmi les plus corrompus de la terre. Alors, qu’en est-il exactement ? Et pourquoi Haïti se retrouve-t-elle parmi les derniers. Depuis 1995, l’ONG Transparency International publie chaque année un indice de perceptions de la corruption[1] (CPI) classant les pays selon le degré de corruption perçu dans un pays. L’indice est élaboré à l’aide d’enquêtes réalisées auprès d’hommes d’affaires, d’analystes de risques et d’universitaires résidant dans le pays ou à l’étranger. Sur la base des enquêtes menées depuis 2002 jusqu’en 2007 par cette ONG, Haïti s’est retrouvée à la 89e place sur 102 pays enquêtés en 2002, à la 131e place sur 133 pays en 2003, à la 155e place sur 159 pays en 2005, à la 163e sur 163 pays en 2006 et à la 177e sur 179 pays enquêtés en 2007. Les places occupées par notre pays sont établies sur la base de perceptions et rien d’autre. Le lecteur doit souligner le mot perceptions . Cet indice est donc établi à partir des perceptions de la corruption de diverses catégories enquêtées. Ces perceptions sont fonction d’une certaine réalité. La perception n’est pas forcement la réalité vraie si je peux me permettre ce pléonasme. Le Président Préval parlant de la corruption en septembre 2008, a essayé de l’expliquer ainsi. Certaines personnes étaient d’accord avec lui et d’autres non. Ce qui est sur, c’est que nous tous nous sommes responsables de la perception générale que les autres se font de notre pays, en particulier de l’insécurité, du kidnapping et de la corruption. Certes, il est établi que notre pays est corrompu ; on en prend pour preuves, « le procès de la consolidation » sous le gouvernement de Nord Alexis au début du 20e siècle, « le procès des timbres » sous le gouvernement de Jean Claude Duvalier dans les années 1970, les enquêtes menées sous le gouvernement d’Alexandre/Latortue (2004/2006). Mais la place occupée par Haïti aujourd’hui est beaucoup plus liée à l’image projetée par nous autres, haïtiens, à notre façon d’opérer et à nos pratiques quotidiennes de gestion. Haïti s’est donnée de bons outils de gestion ; elle dispose d’un arsenal législatif assez intéressant dans tous les domaines mais les gouvernements successifs ne l’appliquent. La Constitution de 1987 est venue avec des innovations, pourtant on ne se donne pas la peine de prendre des lois d’application. Et quand on s’est donné la peine d’en rédiger quelques unes, on les met au rencart. Où est-ce qu’on peut aller avec de pareilles pratiques. De plus, nous avons une perception très négative de nous-mêmes. Nous dénigrons tout le temps nos frères et sœurs. Nous les écartons parce qu’ils sont sérieux et compétents. Nous les critiquons négativement aussi pour les mêmes raisons. Nous sommes en admiration pour les gens qui ont acquis leur fortune de manière douteuse. Mais nous inventons des histoires vraisemblables pour faire passer nos frères et sœurs honnêtes, sérieux, compétents pour des vagabonds, des corrompus, des dilapideurs. Qui pis est, les vrais corrompus et les corrupteurs sont heureux de voir leurs frères et sœurs honnêtes et compétents pris pour cibles à leur place et se moquent d’eux en sourdine. Voilà notre réalité. Cette réalité là est encore plus triste quand nous nous faisons complices de l’étranger, en inventant des histoires abracadabrantes sur nos frères et sœurs sans preuves sérieuses juste en faisant travailler notre imagination et en amalgamant. Nous agissons par jalousie, par méchanceté et surtout par souci de destruction. Prenons l’exemple des dernières mesures annoncées par le nouveau gouvernement Préval/PierreLouis. Après le passage sur Haïti des cyclones FAY, Gustav, Hanna et Ike, qui ont achevé de mettre à plat notre économie, le gouvernement, face à l’hésitation et à la lenteur de la communauté internationale et face à l’ampleur de la catastrophe, a décidé de déclarer l’état d’urgence pour une quinzaine de jours et a décaissé dans la foulée environ 200 M USD. Pour engager cette somme durant une quinzaine de jours, il a fallu utiliser des procédures célères comme les contrats de gré à gré. Nous commençons par douter de notre capacité à l’engager, puisque nos chers amis de la communauté internationale parlent tout le temps de notre manque de capacité d’absorption, sans jamais évoquer les multiples conditionnalités et les procédures de plus en plus contraignantes et non harmonisées d’un bailleurs à un autre (JEAN-NOEL, 2004, 2006, in Le Nouvelliste). La somme une fois engagée, au lieu d’attendre les résultats dans les prochains mois, nous critiquons le processus au lieu de féliciter le gouvernement pour avoir engagé à temps l’argent. En outre, nous spéculons sur les noms des personnes qui vont s’enrichir, nous parlons de magouilles. Comme il est de mise en de pareils cas, nous faisons des amalgames. Si un tel est l’ami d’un tel et que ce dernier a eu un contrat de gré à gré, l’autre va faire son beurre, car c’est un prête-nom. Naturellement, nous profitons de la circonstance pour salir la réputation d’honnêtes gens. Et qui pis est, nous augmentons par le fait même l’indice de perceptions de la corruption par rapport à notre pays et ne nous étonnons pas si, en 2008 et en 2009, il se retrouvera à la dernière place. Cet article, je l’ai écrit pour toi, mon frère haïtien, ma sœur haïtienne. Ne détruis pas l’image de ton pays, n’accuse pas ton frère ou ta sœur sans preuve. Si tu veux participer à la lutte contre la corruption, commence par éviter d’opiner sur ce phénomène sans bien le connaitre. Sais-tu que, par exemple, quand tu ne paies pas tes impôts, quand tu profites de ta position dans l’appareil étatique ou dans le secteur privé, la société civile ou même au niveau de la communauté internationale, pour obtenir des contrats incompatibles à ta fonction surtout quand tu es à la fois juge et partie, tu es un corrompu ? Toi aussi, ma sœur ? Que tu sois fonctionnaire, employé, cadre, parlementaire, ministre, président, la corruption, dépendant de son ampleur et ses conséquences, est un délit et/ou un crime. Lutter contre elle est d’abord une question d’étique et aussi un devoir de citoyen. Ah ! Tu ne savais pas. Eh bien, commençons la lutte maintenant, en remettant en question notre façon d’agir par rapport à nous-mêmes et par rapport à notre pays. Et Haïti en bénéficiera très largement : la corruption va reculer, l’indice de perceptions va baisser drastiquement, l’investissement va augmenter et le développement va se mettre en route. Ne te sens pas visé personnellement, mon cher, même si tu es frappé en pleine poitrine. Tu dois noter et retenir que quand je parle de toi, je parle aussi de moi, n’est-ce pas? Pour paraphraser à l’envers l’autre, ce grand auteur du siècle de la lumière, celui de Louis XIV. Sans rancune, mon ami (e)! [1] http://fr.wikipedia.org/wiki/ Indice_de_perceptions_de_la_corruptionLIBRE PENSEE

PAGE 13

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES• • • • • Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage • • • • • Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain attenante attenante attenante attenante attenante • • • • • Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép arée p arée p arée p arée p arée p ar ar ar ar ar un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » • • • • • Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril • • • • • Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave à à à à à Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V eau eau eau eau eau • • • • • La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit T T T T T rou rou rou rou rou dat dat dat dat dat ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17ème ème ème ème ème siècle… siècle… siècle… siècle… siècle… Dr Raymond GaySpécialiste pour enfants certifié du CanadaHôpital Ste Justine pour les enfants Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, P. Q.35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haïti, W.I. B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haïti Tél.: (509) 3685-8432 | 3404-4905 • E-mail: raymondgay8@hotmail.com HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H

PAGE 14

Page 14 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Obama promet une riposte rapide à la crise économiqueLe président élu américain Barack Obama a promis vendredi de s’attaquer de front à la crise dès qu’il prendra ses fonctions à la Maison Blanche, lors de sa première conférence de presse depuis son élection à la tête des Etats-Unis, qui semblaient s’avancer un peu plus vers la récession. “Nous sommes confrontés au plus grand défi de notre temps en matière économique. Nous allons devoir agir rapidement pour résoudre” la crise, a déclaré le président élu, lors de cette conférence de presse organisée dans son fief de Chicago (Illinois, nord). “Immédiatement après avoir pris mes fonctions de président, je m’attaquerai de front à cette crise économique en prenant toutes les mesures nécessaires pour diminuer la crise du crédit, aider les familles de travailleurs et rétablir la croissance et la prospérité”, a-t-il ajouté, alors que le marché de l’emploi américain s’est de nouveau dégradé en octobre: le chômage a bondi à 6,5%, son plus haut niveau depuis plus de 14 ans. M. Obama, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a émis l’espoir que le Congrès adopte au plus vite un plan de relance. Si cela ne devait pas être le cas, il a annoncé que “la première mesure” qu’il prendrait en tant que président serait de mettre en place un tel plan. La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’est prononcée vendredi dans la presse pour un vote rapide d’un plan de relance en deux volets: 60 à 100 milliards de dollars dès novembre, puis une mesure complémentaire début 2009 qui pourrait comprendre une “baisse d’impôts permanente”. M. Obama a aussi promis d’aider l’industrie automobile américaine, alors que le numéro un américain du secteur, General Motors, a annoncé dans la journée qu’il risquait de se retrouver à cours de liquidités l’an prochain. L’industrie automobile “est l’épine dorsale de l’industrie américaine” et elle joue un rôle “crucial” dans les efforts de réduction de la dépendance du pays envers les importations de pétrole, a ajouté le président élu.M. Obama, qui venait de se réunir avec ses principaux conseillers économiques, a dit les avoir chargés de préparer des propositions d’aide au secteur. “J’aimerais que l’administration fasse tout son possible pour accélérer l’aide à la modernisation que le Congrès a déjà approuvée”, a-t-il déclaré. Le parlement américain a débloqué récemment 25 milliards de dollars de garanties de prêt pour aider les constructeurs à mettre au point des véhicules moins gourmands. Debout derrière M. Obama se tenaient ses principaux conseillers économiques, dont les anciens secrétaires au Trésor de Bill Clinton Lawrence Summers et Robert Rubin, ainsi que l’ancien patron de la Réserve fédérale Paul Volcker. Ces trois personnalités sont sur les rangs pour occuper le poste décisif de secrétaire au Trésor, dont le titulaire devra superviser la mise en oeuvre du plan de sauvetage financier de 700 milliards de dollars adopté en octobre par le Congrès. Le nom de Timothy Geithner, président de la Réserve fédérale de New York, est également cité. Le futur 44e président a dit vouloir agir “de façon réfléchie et rapide” pour désigner son administration. “Mais je veux insister sur la réflexion autant que sur la rapidité”, notamment en ce qui concerne l’économie et la sécurité nationale, pour éviter de faire “des erreurs”, a-t-il expliqué. Depuis son élection, le président élu s’est entretenu par téléphone des projets de réforme du système financier avec les dirigeants de plusieurs pays: Allemagne, France, Grande-Bretagne, Israël, Japon, Mexique, Corée du Sud, Canada et Australie. Beaucoup de ces responsables sont attendus le 15 novembre à Washington pour un sommet consacré à la crise financière. La Maison Blanche a fait savoir qu’elle ne s’attendait pas à ce que M. Obama participe à ce sommet. M. Obama doit être reçu lundi par le président sortant George W. Bush, pour leur premier entretien depuis le scrutin de mardi. M. Obama a confirmé qu’il avait reçu une lettre du président iranien Mahmoud Ahmadinejad après sa victoire. “Je vais étudier la lettre du président Ahmadinejad et je vais y répondre de façon appropriée”, a-t-il déclaré. Le futur numéro un américain a estimé que l’Iran devait “cesser” de soutenir des organisations terroristes, ajoutant que la fabrication d’armes nucléaires par Téhéran était “inacceptable”. La victoire d’Obama illustre les progrès d’un pays marqué par le racismeLa victoire à l’élection présidentielle américaine mardi de Barack Obama, né il y a 47 ans d’un père kényan, illustre le chemin parcouru par les Noirs dans un pays toujours agité par le démon du racisme. En devenant le 44e président des Etats-Unis, le sénateur de l’Illinois entre dans l’Histoire et fait mentir les pessimistes qui avaient estimé pendant toute sa campagne que l’Amérique n’était pas prête à élire un Noir. Son élection va non seulement rapprocher les Afro-Américains des autres communautés mais aussi les Etats-Unis du rêve de Martin Luther King, ébauché il y a 45 ans, de l’égalité entre les races. Barack Obama, grand admirateur d’Abraham Lincoln, considéré aux Etats-Unis comme un artisan de l’abolition de l’esclavage, deviendra le 20 janvier 2009 le président d’un pays où le souvenir de la ségrégation et de la lutte des Noirs pour leur émancipation dans les années 1960, reste vif. Son mandat de quatre ans, renouvelable une fois, sera scruté avec grande attention pour voir s’il en fera bénéficier la communauté noire, notamment les plus pauvres, et s’il saura refermer des plaies raciales encore grande ouvertes. “Je suis vraiment reconnaissant d’être encore là pour vivre ce moment incroyablement historique pour notre pays”, a commenté le parlementaire John Lewis, ancien dirigeant de la lutte pour les droits civiques. “C’est difficile à croire qu’on ait réussi à faire autant de progrès en si peu de temps, que l’on puisse voir un jeune Afro-Américain devenir président des Etats-Unis”, a ajouté à la télévision M. Lewis, qui fut victoire. Cet ancien dirigeant de la lutte pour l’émancipation des Noirs a écouté le discours d’Obama, les yeux pleins de larmes. “Je ne savais pas quand, mais j’ai toujours pensé que c’était possible”, a déclaré à l’AFP celui qui se trouvait aux côtés de Martin Luther King quand il fut assassiné. Même l’adversaire d’Obama, le républicain John McCain a évoqué l’importance de la race du futur président en reconnaissant sa défaite. “C’est une élection historique. Je reconnais qu’elle a une signification particulière pour les AfroAméricains”, a indiqué l’ancien combattant du Vietnam. “Même si nous avons surmonté une bonne partie des vieilles injustices qui ont terni l’image de notre pays en refusant à une partie des Américains la pleine jouissance de la citoyenneté américaine, le souvenir de ces moments avait encore le pouvoir de blesser”, a admis M. McCain. “Aujourd’hui, il faut qu’il n’y ait plus aucune raison pour qu’un Américain ne puisse pas chérir son appartenance à ce pays, la plus grande nation du monde”, a roué de coups par un groupe de Blancs dans l’Alabama en 1961. Selon lui, les Etats-Unis sont “prêts à créer une société démocratique vraiment multi-raciale”. L’ancien candidat à la présidentielle Jesse Jackson se trouvait au milieu de la foule de partisans d’Obama rassemblés à Chicago pour la fête de la ajouté M. McCain. Bon nombre d’analystes avaient pronostiqué des difficultés à Obama en raison de l’ostracisme touchant encore les Noirs américains. Barack Obama l’a cependant emporté dans des Etats ouvriers et (voir RACISME / 16)Venus et Serena Williams n’ont pas voté pour Obama Média Mosaïque, 11/7/ 2008 Montréal N’est-il pas curieux d’apprendre que les deux joueuses de tennis afro-américaines les plus connues au monde n’aient pas voté pour celui qui est devenu le premier président noir des USA? Et pourtant c’est vrai! Précisons tout de même qu’elles ne l’ont pas fait, non pas parce qu’elles étaient favorables au rival d’Obama, John McCain. Une question de foi religieuse est à la base. Elles sont tout simplement des «Témoins de Jéhovah». “Je ne me mêle pas des affaires politiques à cause de mon éducation, et du fait que je suis Témoin de Jéhovah, mais c’est excitant de voir que (voir WILLIAMS / 16) quelqu’un comme Barack Obama a une chance de diriger l’une des plus grandes Serena Williams Le Président élu et Michelle Obama reçus lundi par Mr et Mme Bush à la Maison BlanchePRESIDENT ELU BARACK OBAMA

PAGE 15

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 15 SPORTSProfitant du nul concédé par le Milan AC à Lecce (1-1) lors de la dernière rencontre de la 11e journée, l’Inter Milan prend la tête de la Serie A. Dans l’après-midi, les Interistes se sont imposés sur le fil face à l’Udinese (1-0). Naples et le Milan AC se partagent la deuxième place. SERIE A 11E JOURNEE . DIMANCHE INTER MILAN UDINESE : 1-0 But: Cruz (90e) L’Inter Milan a saisi l’occasion. Grâce à une victoire arrachée dans les derniers instants de la rencontre face à l’Udinese (1-0), les Nerazzurri mettent la pression sur l’AC Milan. Ils possèdent désormais deux points d’avance sur leurs rivaux, qui jouent ce soir face à Lecce. Pourtant, les hommes de José Mourinho, qui restaient sur un match nul en Ligue des Champions face à Famagouste (3-3) et une victoire en Serie A face à la Reggina (après deux 0-0), n’étaient pas dans un grand jour. Incapables d’accélérer le rythme, les Interistes ont légèrement dominé sans se montrer dangereux. En première période, ils n’ont cadré que deux frappes signées Ricardo Quaresma (24e) et Mario Balotelli (41e). L’Udinese, équipe surprise de ce début de saison en Serie A, était la seule à ne pas avoir perdu face aux Lombards lors des deux dernières saisons. En première période, les “Zebrette”, très rigoureux derrière, font au moins jeu égal avec l’Inter et auraient même pu mener sur une superbe demi-volée de Gökhan Inler repoussée par Julio Cesar (39e). Le second acte n’est pas plus spectaculaire que le premier et, comme face à la Reggina, les Milanais finissent par marquer dans les arrêts de jeu. Sur un corner venu de la gauche, Julio Ricardo Cruz offre la victoire aux siens d’une tête imparable (91e). La meilleure attaque du championnat est restée muetteSerie A L’Inter aux commandeset s’incline pour la deuxième fois de la saison. Dauphin de l’AC Milan avant le coup d’envoi, l’Udinese réalise une très mauvaise opération et rétrograde à la 5e place. LECCE MILAN AC : 1-1 Buts : Esposito (90e) pour Lecce Ronaldinho (80e) pour Milan Après la victoire de l’Inter, l’AC Milan devait s’imposer face à Lecce pour conserver sa place de leader qu’il retrouvait pour la première fois depuis mai 2004 grâce à son succès face à Naples (1-0) lors de la 10e journée. Dans un match sans rythme, les Lombards croyaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score mais ont finalement craqué dans les arrêts de jeu. Jeudi, Cn coupe de l’UEFA face à Braga, Carlo Ancelotti avait laissé au repos de nombreux titulaires (Abbiati, Ambrosini, Borriello et Kaka). Dimanche, Boriello et Kaka étaient bien présents mais terriblement transparents. En première période, les Rossoneri dominent mais manquent systématiquement le dernier geste. Borriello, qui n’a marqué qu’un but en Serie A cette saison, rate tout ce qu’il entreprend. L’ancien attaquant du Genoa est devant le but mais ne dévie pas assez la frappe de Kaka (11e). Sur un centre millimétré de Ronaldinho au second poteau, l’Italien manque encore le cadre (34e). L’AC Milan montre le même visage en seconde période. Carlo Ancelotti finit par effectuer des changements. Pato et Inzaghi font leur entrée sur la pelouse. Sur son premier ballon, Pato prend de vitesse son vis à vis et centre parfaitement pour Ronaldinho qui ouvre le score (79e, 0-1). Milan semble se satisfaire du résultat et encaisse un but d’Esposito en toute fin de match (90+3e, 1-1)... L’AC Milan perd la tête du championnat. NAPLES SAMPDORIA : 2-0 Buts: Mannini (22e), Zalayeta (75e) LAZIO SIENNE : 3-0 Buts: Zarate (58e), Rocchi (86e, 90e) CHIEVO JUVENTUS TURIN : 0-2 Buts: Del Piero (41e), Iaquinta (53e) Après son retentissant doublé face au Real Madrid mercredi, le capitaine Alessandro Del Piero a fêté son 34e anniversaire en inscrivant le premier but sur coup franc (40) avant que Vincenzo Iaquinta ne double la mise en début de seconde période (54). La Juve précède la Fiorentina, qui a battu l’Atalanta (21), ainsi que le Genoa qui, à domicile, n’a pas fait de détails face à la Reggina, balayée 4 à 0 grâce notamment à un triplé de l’attaquant argentin Diego Milito, qui s’empare du coup de la tête du classement des buteurs (9 buts). FIORENTINA ATALANTA : 2-1 Buts: Melo (20e), Gilardino (23e) pour la Fiorentina Floccari (77e s.p.) pour l’Atalanta CATANE CAGLIARI : 2-1 Buts: Mascara (37e), Sabato (87e) pour Catane Jeda (6e) pour Cagliari GENOA REGGINA : 4-0 Buts: Milito (54e s.p.), 74e, 89e), Sculli (80e) LECCE MILAN AC (20h30) L’AC Milan, qui s’est emparé de la première place une première depuis mai 2004 grâce à sa victoire sur Naples (1-0) lors de la dernière journée, va chercher à consolider sa position sur le terrain de Lecce (13e), un promu. Signe que le championnat est la priorité, l’entraîneur avait laissé plusieurs titulaires (le gardien Abbiati, le milieu Ambrosini, les attaquants Kaka et Marco Borriello) au repos jeudi contre Braga (1-0) en Coupe de l’UEFA. . SAMEDI TORINO PALERME : 1-0 But: Samuel (89e) BOLOGNE AS ROME : 1-1 Buts: Cicinho (90e c.s.c.) pour Bologne Totti (68e) pour l’AS Rome L1: le PSG s’impose à domicile, le trio Lyon-Marseille-Bordeaux creuse l’écartPARIS (AFP) Le PSG a battu Lille (1-0) dimanche au Parc des Princes lors du dernier match de la 13e journée de L1, alors que Lyon et Marseille, vainqueurs à Monaco (1-0) et Grenoble (3-0), ainsi que Bordeaux qui a dominé Auxerre (2-0), ont conforté leur avance aux trois premières places de la Ligue 1, samedi.De son côté, Saint-Etienne a coulé après sa défaite contre Rennes dimanche (3-0).Lyon reste leader 4 points devant l’OM et 6 devant les Girondins, et 20 devant Saint-Etienne, relégable (18e) après sa cinquième défaite d’affilée en championnat. Paul Le Guen, soutenu par son actionnaire principal Sébastien Bazin dans la semaine, a vu son PSG gagner après deux défaites d’affilée. Ludovic Giuly a marqué son premier but sous les couleurs du Paris SG, celui de la victoire contre Lille (1-0) qui permet au club parisien de mettre fin à la bonne série du Losc (qui était invaincu depuis neuf rencontres) et de se placer dans le haut du tableau (8e place). Toulouse est distancé de 2 points par Bordeaux après son petit match nul à Nantes (1-1) et se voit même doublé par Nice, qui s’est imposé à Lorient (1-0), et Rennes. Le Paris SG, vainqueur de Lille dimanche soir (1-0), remonte à la 8e place. Après un léger passage à vide (2 points en trois matches), l’OL a signé d’un but de Fred sa troisième victoire consécutive en Ligue 1, sans Juninho -resté à Lyonet avec un demi-Benzema -il a joué la seconde période. Ces victoires s’ajoutent aux deux décrochées contre le Steaua Bucarest (5-3/2-0). L’OL a retrouvé son allant offensif et une relative sécurité défensive: il n’a plus encaissé de but depuis quatre matches de L1. Pour Monaco, il s’agit en revanche d’un coup d’arrêt après deux victoires consécutives. Si le Lyonnais Fred, sifflé par son public contre Lille le 18 octobre, est sur la voie de la rédemption, les Marseillais Hatem Ben Arfa et +Baky+ Koné sont sur le chemin de la canonisation! Critiqués pour leur manque de rendement, les internationaux français et ivoirien ont marqué un but chacun comme la semaine dernière contre Saint-Etienne (3-1). Mardi, ils avaient aussi été décisifs contre le PSV Eindhoven (3-0): un but pour Koné, deux passes décisives pour Ben Arfa. Après la mini-crise de l’enchaînement Eindhoven (0-2)/PSG (2-4), l’OM vient de gagner trois fois. Grenoble, en revanche, va moins bien: le GF38 reste sur quatre défaites en cinq matches au Stade des Alpes (Coupe de la Ligue comprise). Mais le promu conserve sa place dans la première moitié de tableau (9e). Bordeaux est resté dans le sillage de l’OL et de l’OM, mais a encore perdu un gardien, le N.2 Matthieu Valverde, victime d’un traumatisme crânien et hospitalisé après un choc avec Dennis Oliech. Il est forfait sans doute jusqu’à dimanche prochain et le choc Lyon-Bordeaux, comme le titulaire -et capitaineUlrich Ramé, indisponible encore trois ou quatre semaines (adducteurs). Heureusement pour les Girondins, Kevin Olimpa, 20 ans, qui a suppléé Valverde samedi, a été à la hauteur. A Saint-Etienne, l’entraîneur Laurent Roussey aura perdu deux des trois matches fixés comme ultimatum par ses dirigeants et s’est vu adjoindre un directeur sportif, Damien Comolli, en attendant d’être fixé sur son sort lundi -comme l’actuel directeur sportif, Omar Da Fonseca. Les Verts ne brillent décidément qu’en Coupe de l’UEFA (quatrième victoire en quatre matches jeudi, 3-0 contre Rosenborg) mais coulent en championnat. Si les trois premiers ont gagné, les deux derniers avant cette journée, Sochaux et Le Havre, se sont aussi imposés. Il s’agit de la première victoire de la saison en L1 pour le FCSM, qui a dominé Le Mans (2-1), et de la première victoire à l’extérieur pour le HAC, qui s’est en outre offert le plaisir de gagner à Caen le derby normand (1-0). Valenciennes, battu dimanche par Nancy (01), est désormais dernier. matches en huit jours en marquant trois buts à chaque

PAGE 16

Page 16 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 majoritairement blancs comme la Pennsylvanie et l’Ohio où il avait été battu pendant les primaires démocrates par la sénatrice de New York, Hillary Clinton. Tout au long de sa campagne, Barack Obama s’est gardé de se présenter comme le “candidat noir” et a toujours estimé que s’il devait perdre ce ne serait pas à cause de sa race. Ce fils d’une Américaine originaire du Kansas qui a grandi à Hawaii et en Indonésie, a su adopter un discours décomplexé, insistant systématiquement sur l’unité nécessaire du peuple américain. C’est sans doute le secret de sa victoire.Dans un pays marqué par le racisme(RACISME ... suite de la page 14) nations du monde. “C’est une bonne chose. Ça fait sourire mon cœur” a déclaré Serena Williams avant de connaître le résultat de l’élection, dans des déclarations rapportées par «News de stars» dont des extraits sont diffusés par l’agence de presse «Média Mosaïque». “Je me sentais fière d’être sur le court ce soir. C’est un grand moment pour les Noirs aux États-Unis... Voir Obama avec sa femme et ses enfants devenir la première famille afro-américaine à la Maison Blanche, je suis sans voix», a poursuivi Serena. Sa sœur aînée Venus William a abondé dans le même sens et a saisi l’occasion pour exprimer sa fierté d’être américaine : “L’Amérique est un merveilleux endroit. J’aime mon pays, j’aime y vivre et j’adore mon passeport”. Les Témoins de Jéhovah prônent une stricte neutralité à propos de la politique des nations et de leurs institutions gouvernementales et militaires. C’est ce qu’ils appellent la neutralité chrétienne. Cette religion s’oppose également à toute transfusion sanguine, peu importe la gravité du cas d’un patient ou de la prescription formelle du médecin.Venus et Serena n’ont pas voté pour Obama(WILLIAMS ... suite de la page 14) Réjouissance populaire et espoir aux USA après la victoire de Barack ObamaLa communauté haïtienne de Miami dit espérer des changements au niveau de l’Immigration Le sénateur Démocrate de l’Illinois Barack Obama est devenu, depuis le 4 Novembre écoulé, le 44ème président des Etats-Unis, après sa victoire aux dépens du candidat Républicain John Mc Cain, qui a reconnu sa défaite en appelant Barack Obama pour le féliciter. Tout le monde était ému en écoutant le premier discours du premier président afro américain de l’histoire des Etats-Unis, prononcé après sa victoire dans la soirée du mardi 4 Novembre, au Grant Park (Chicago), devant une foule immense. C’était la gaité dans le coeur de presque tous les Américains qui semblaient respirer un air responsabilités. Le candidat Barack Obama était déjà au courant des défis qui l’attendent. A present, le président élu doit prouver qu’il a la capacité de mener le pays à bon port.Little Haïti a salué cette victoire et souhaite des changements profonds au niveau de l’ImmigrationLes Haïtiens vivant dans le Sud de la Floride ont manifesté leur joie, à travers les rues des comtés de Dade, Broward, et Palm Beach pour saluer le triomphe de Barack Obama aux élections présidentielles du 4 Novembre dernier. Ils étaient nombreux dans les rues de la 54ème (Little Haïti), chantant et brandissant des pancartes à l’effigie du prochain numéro 1 américain. Certains d’entre eux ont déclaré que le président sortant George W. Bush, qui bouclera le 20 janvier 2009 ses deux mandats présidentiels, n’a rien fait pour les immigrants illégaux, notamment ceux qui viennent d’Haïti. “Avec nos bulletins de vote nous avons dit non à John Mc Cain qui est un fervent supporteur de Bush”, a déclaré un haïtien-américain qui était en liesse à Little Haïti, quelques minutes après la proclamation des résultats. Les Haïtiens du Sud de la Floride misent sur le prochain chef de l’état, Barack Obama, pour accorder le Statut Temporaire de Protection (TPS) aux sans papiers haïtiens. En meme temps, ils plaident en faveur d’un changement profound au sein de l’Immigration américaine. Pour leur part, la majorité des leaders de la communauté haïtienne de Miami ont applaudi chaudement la victoire du sénateur de l’Illinois. EVENS HILAIRE evenshilaire@hotmail.com nouveau. L’élu a remercié tous ceux qui ont contribué à son triomphe, en sollicitant l’aide de tout un chacun pour redresser le pays. Avec un taux de chômage élevé, une crise économique sans précédent, le nouveau locataire de la Maison Blanche a de lourdes LE COIN DE MIAMI SOMMET DU 15 N0VEMBRE 2008 :La route ouverte vers un nouveau Bretton WoodsPAR AZAD BELFORT Ça y est, le prochain sommet du G20 se tiendra le samedi 15 novembre 2008 à Washington D.C., 11 jours après la victoire historique de Barack Obama aux présidentielles américaines. Le président français Nicolas Sarkozy doit sûrement être aux anges puisqu’il a bien joué la mouche de coche pour arriver à ce résultat. Bien des espoirs semblent se réveiller à l’idée d’un tel sommet. Cependant le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss Kahn, a voulu jouer aux troubles fêtes en déclarant que ce sommet ne débouchera pas sur un nouveau Bretton Woods. Quelle mouche a donc piqué DSK quand on sait que presque tout le monde convient de la nécessité d’une nouvelle donne sur la scène économique et financière internationale. Veut-il désespérer les classes moyennes américaines et avec elles l’économie mondiale ? On convient qu’on ne va pas aboutir du jour au lendemain à un changement radical dans l’architecture financière internationale mais cette réunion représente un pas important dans la mise en place d’une nouvelle gouvernance financière mondiale après la faillite éclatante du consensus de Washington et de la « corporate governance ». Le directeur général du FMI espère peut-être un effondrement total du système financier mondial avant de se prononcer ouvertement sur la nécessité d’un Bretton Woods 2. De toutes façons l’idée a déjà fait son chemin et les principaux leaders de la planète, y compris ceux du G8, l’ont déjà intégrée dans leur agenda. Le ministre italien de l’économie, M. Tremonti, a annoncé, depuis le mois d’octobre dernier, qu’il en fera le thème principal du G8 quand l’Italie présidera cette instance à partir de janvier 2009. Les problèmes sont immenses et personne ne voit jusqu’à maintenant comment gérer ces questions presqu’insolubles que sont le déficit commercial et budgétaire américain, la crise des subprimes et son corollaire qu’est la crise bancaire mondiale ; d’ici quelques semaines c’est la crise des fonds de couverture (hedge funds) qui va infliger un nouveau « knock down » au système financier international avec peut-être des pertes de l’ordre de plus de 2.000 milliards de dollars menaçant directement le système bancaire international. Pendant ce temps ce cher DSK se croit toujours du côté de la rue de Solferino ou au café de Flore sur le boulevard Saint germain.L’heure est grave M. le directeur et il se fait tard : il est temps pour vous de vous réveiller. Le système mondial ressemble de plus en plus au Titanic et un gigantesque iceberg fait d’instruments financiers toxiques file droit devant lui avec ces milliers de milliards de produits financiers avariés. Pour un Felix Rohatyn, un des grands de la finance mondiale, il faudra remettre tout le système à plat avant que ce méga choc ne se produise. Ce dernier qui est un orfèvre en la matière sait de quoi il parle puisqu’il a déjà sauvé de la faillite totale la ville de New York au milieu des années 70. Se pourrait-il que M. Obama fasse prochainement appel à lui pour sauver le monde de la banqueroute totale. Mais ce génie de la finance se fait vieux et peut-être a-t-il perdu définitivement le goût de ce genre d’exercices. La question maintenant n’est plus de savoir s’il y aura un nouveau Bretton Woods mais plutôt de connaître la nature de ce nouveau système ; sera-t-il essentiellement financier ou réaménagera-t-il fondamentalement le système international avec la mise en place d’un système de crédit global destiné à financer des travaux d’infrastructures à l’échelle mondiale (routes,ponts,barrages, électricité, eau potable ). C’est un point très important quand on sait que rien qu’aux Etats-Unis, 30% de ces infrastructures sont défaillantes. On comprend vu sous cet angle que le prochain locataire de la Maison blanche ait inclus dans son programme la création d’une banque de développement destiné au financement des travaux d’infrastructures aux Etats-Unis. De ce point de vue l’absence des représentants des pays les moins avancés (PMA) à la réunion du 15 novembre, sera d’une ironie cruelle. Ils auraient pu y proposer, sur le modèle d’Obama, la future création d’une banque de développement destiné essentiellement à financer les travaux d’infrastructures dans cette catégorie spéciale (voir BRETTON WOODS / 17)ECONOMIELittle Haiti (Miami) fêtant la victoire d’Obama

PAGE 17

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 17 REYINYON PIBLIKAsanble Gouvènan "ganizasyon Planifikasyon (MPO) pou Zòn Iben Miami an pral fè yon reyinyon piblik jou jedi , 18 dessanm 2008 , a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte a nan Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid. Asanble Gouvènan an pral konsidere Amannman ki ekri pi ba la a nan Pwogram Amelyorasyon Transpòtasyon an: 1. AF 2009: SR 5/US 1/Biscayne Boulevard Amannman sa a va ajoute $5,000,000 pou Rekonstriksyon Pave Fleksib sou Biscayne Boulevard sòti NE 15th Street rive NE 35th Terrace. Anplis, amannman sa a va transfere $2,604,000 dola ale sou AF 2010 la pou menm pwojè a. Anplis de reyinyon piblik ki site pi wo an, Depatman Transpòtasyon Florid (FDOT) Distrik 6 Pwogram Tantativ Senk An pou Ane Fiskal 20009/10 2013/14 la va prezante bay Asanble Gouvènan MPO pou apwobasyon li. Yo envite tout moun ki enterese yo vini patisipe. Pou plis enfòmasyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Miami, Florid 33128, telefòn: (305) 375-4507; imèl: mpo@miamidade.gov; siwèb: www .miamidade.gov/mpo. Se règleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout egzijans etabli pa lwa pou enfim ki rele "Americans with Disability Act" la. Lokal la aksesib. Pou jwenn sèvis yon entèprèt siy pou moun soud, aparèy pou ede moun ki pa tande byen, oswa dokiman nan fòma aksesib, tanpri rele 305-375-4507 omwens senk jou davans. des pays en voie de développement que sont les PMA dont Haïti fait partie. Peutêtre que les pays du G20 estiment que les PMA ne font pas suffisamment le poids pour être invité à leur table. Mais comment en est-on arrivé là ? PETITE ET BREVE HISTOIRE DE BRETTON WOODS ET DE SON ECHEC Parlant de cette crise financière qui affecte actuellement la planète, Georges Soros eut à dire que ce n’est pas une crise normale mais qu’il s’agit de la fin d’une époque. Peut-être que très certainement il voulait dire par là que cette crise ne saurait en aucune façon être comparée à la fin d’un cycle Kondratieff et qu’il s’agit très certainement d’autre chose. Pour comprendre la nature de cette « chose », remontons un petit peu dans le temps.Après la Seconde guerre mondiale, la plupart des pays sous la conduite principale des Etats-Unis et de la Grande Bretagne décidèrent de réguler les échanges économiques et financiers internationaux en créant un nouveau système mondial,lequel prit naissance en juillet 1944 avec les accords de Bretton Woods. A l’origine de la conférence de Bretton Woods, il y avait deux plans : celui de John Maynard Keynes pour les britanniques qui prévoyait plutôt la création d’une monnaie internationale dont l’émission serait régie par une banque centrale mondiale, laquelle devrait servir de socle pour un gouvernement économique du monde. Cette banque centrale globale devait être dotée de véritables pouvoirs supranationaux lui permettant de détenir des dépôts,d’octroyer des crédits et de créer les liquidités nécessaires aux échanges commerciaux internationaux. Cependant les Etats-Unis forts de leur hégémonie refusèrent le plan Keynes et firent adopter de préférence le plan de Harry Dexter White, économiste du trésor américain.C’est ce dernier plan qui a donné naissance au système de Bretton Woods tel que nous le connaissons avec l’or comme étalon de référence et le dollar comme monnaie de réserve et la création du Fonds monétaire international comme institution chargée de veiller au bon fonctionnement du système. Mais le système basé sur la proposition de White a pris fin virtuellement en aôut 1971 avec la décision du gouvernement Nixon de mettre fin à la convertibilité du dollar en or. En fait la décision de Nixon n’était nullement arbitraire et répondait surtout au souci d’éviter que dans le cadre d’un système de convertibilité or/dollar, tout le stock d’or américain ne soit exporté à l’étranger. A la suite de la décision du président américain, le dollar a été dévalué de 80% et après les accords de la Jamaïque en 1976, le régime de change fixe est abandonné définitivement. Le système de Bretton Woods était bel et bien mort. Dorénavant les monnaies deviennent flottantes. Elles seront de plus en plus considérées comme de simples marchandises régies par la loi de l’offre et de la demande. C’est cette transformation qui permettra à la spéculation financière de se développer avec une telle ampleur avec les résultats que l’on constate aujourd’hui : une hypertrophie du système financier. Rien que pour les Etats-Unis la part du secteur financier dans la capitalisation boursière est passée de 5,2% en 1980 å 23,5% en 2007 tandis que la valeur des produits dérivés était de cinq fois plus grande que celle des marchés boursiers et obligataires et de 10 fois celle du produit intérieur brut mondial, soit l’équivalent de 600.000 mille milliards de dollars. De quoi donner le vertige. Avec la crise financière actuelle dont les subprimes ont été le détonateur, le temps n’est plus où le FMI pouvait jouer aux sapeurs pompiers. D’ailleurs avec quels moyens ? Décidément l’heure du nouveau Bretton Woods a bel et bien sonné quoiqu’en pense M. Domininique Strauss Kahn. Pour Haïti en Marche Azad Belfort/Spécialiste de relations internationales DESS de Diplomatie et d’Administration Internationale Paris 1-Pantheon Sorbonne Azad59_2009@yaho.frLa route ouverte vers un nouveau Bretton Woods(BRETTON WOODS... suite de la page 16) Constructions anarchiques à flanc de montagne (photo HEM) Les moins jeunes se souviennent de ce principe né dans la vague qui a pris naissance à la fin de la décennie 60 ; cela s’est concrétisé dans cette fameuse éducation anti-autoritaire que les jeunes parents que nous étions avons tenté de mettre en pratique. Mais, pour notre propos d’aujourd’hui, je voudrais modifier quelque peu la formule et l’énoncer ainsi : « il est inutile d’interdire », sous-entendu, « quand on n’a pas les moyens de faire respecter l’interdiction ». Je pense à ce spot de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH) que l’on peut entendre sur plusieurs radios depuis les catastrophes naturelles qui ont frappé le pays en août-septembre. « Il faut que l’Etat interdise la coupe du bois etc … » J’aime bien Jorbit, mais je dois lui rappeler que cette interdiction, ou tout au moins réglementation, de la coupe du bois existe depuis longtemps ; elle n’a rien donné, parce que les moyens de la faire appliquer n’existent pas, ou ne fonctionnent pas. Je me souviens, dans les années 70, chaque fois que je me rendais aux Cayes, pour le suivi du projet de développement communautaire chrétien (DCC) de Robert Ryo, curé de Laborde, je m’amusais à lire une pancarte accrochée à la barrière d’une petite propriété, juste avant la descente du Morne Coma qui vous mène à Vieux Bourg d’Aquin. Elle disait : « Ici on vend le papier du charbon ». Vous avez compris ; cette maison était celle d’un agent du Ministère de l’Agriculture qui avait pour rôle de contrôler la coupe du bois. Quand un paysan voulait abattre un arbre, il fallait qu’il obtienne l’autorisation de cet agent. Eh bien, l’agent en question, il vendait l’autorisation. Comment voulez-vous qu’une interdiction soit respectée quand celui qui a la charge de la faire respecter la détourne à son propre bénéfice ? Mais ce n’est pas tout. On a déjà signalé que la production du charbon peut représenter une part non négligeable des revenus du paysan. Toutes les bonnes paroles autour de la lutte contre le déboisement ne font pas le poids devant le primum vivere. Je me souviens, c’était au début des années 70, j’étais récemment revenu d’Allemagne, j’ai été invité à accompagner des agents du Ministère de l’Agriculture lors d’une visite au Morne l’Hôpital. Et j’entendais cet animateur faire tout un discours sur la nécessité de ne pas couper les arbres, et, parmi les arguments qu’il utilisait, il y avait les dégâts causés par les dernières grosses averses. Effectivement toute la zone du cimetière avait été récemment inondée et encombrée de sédiments. Je me disais en moi-même, qu’est-ce que le paysan du Morne l’Hôpital en a à foutre des inondations à Port-auPrince ? Evidemment, à la CCIH, on sait bien qu’une simple interdiction ne suffit pas et qu’il faut l’accompagner de mesures de substitution qui feraient perdre au charbon et au bois de chauffe leur valeur. Et de suggérer une baisse des tarifs des produits pétroliers, de manière à les rendre plus compétitifs par rapport aux combustibles traditionnels. J’ai longtemps été partisan d’une telle politique, mais les informations que j’ai pu recueillir pour préparer mes émissions sur le développement durable m’incitent à réviser ma position, comme on dit bien, seul Dieu et les imbéciles ne changent pas. Il s’agit de ce qu’on appelle le cycle du carbone. On sait que le gaz carbonique est un des grands responsables de l’effet de serre qui est cause du réchauffement de la planète. Ce gaz carbonique est rejeté dans l’atmosphère, d’une part par tous les êtres vivants, végétaux ou animaux, au cours de le respiration, mais aussi par toute combustion ; chaque fois que nous brûlons quelque chose, nous produisons du gaz carbonique. Le gaz carbonique de l’atmosphère est absorbé par les végétaux au cours de cette opération très compliquée qu’on appelle la photosynthèse. On parle donc du cycle du carbone pour décrire ce passage du carbone de l’atmosphère dans les organes des végétaux, par la photosynthèse, et des autres êtres vivants qui consomment ces végétaux, puis son retour dans l’atmosphère par la respiration des êtres vivants ou la combustion du bois. Pendant des millénaires, il y a eu un certain équilibre entre le carbone absorbé et le carbone rejeté. Jusqu’au moment où l’homme s’est mis à utiliser des combustibles fossiles : charbon minéral, pétrole, gaz naturel. L’équilibre s’est trouvé rompu parce ces combustibles sont composés de carbone, mais d’un carbone emprisonné depuis des millénaires dans les profondeurs du sol, d’où leur nom de combustibles fossiles. En les faisant brûler, on libère donc un carbone qui n’était pas dans le cycle que nous venons de décrire ; la quantité de gaz carbonique produit augmente donc considérablement et ce gaz va s’accumuler dans les hautes couches de l’atmosphère, contribuant à cet effet de serre cause de tant de problèmes. Ayant compris cela, je me suis demandé si nous devions contribuer à augmenter la quantité de carbone fossile libéré et si nous ne pourrions pas trouver le moyen de continuer à utiliser nos combustibles traditionnels sans provoquer les dégâts que l’on sait. On me dira que notre production de gaz carbonique ne pèse pas bien lourd devant celle d’un pays comme la France, pour ne pas parler des Etats Unis. Sans doute, mais pourquoi ne donnerions-nous pas l’exemple ? Cette méthode existe, et nous y reviendrons certainement, car c’est un de mes dadas. Mais avant cela, je voudrais citer un autre cas d’interdiction inutile, et pour cela je reviens à notre cher Morne l’Hôpital. Je ne sais de quand date la création de l’Organisme de Surveillance du Morne l’Hôpital (OSAM) placé sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur ; mais, chaque fois qu’un port-au-princien jette un regard vers le sud, il ne peut s’empêcher de penser que cet organisme n’a pas été très efficace. Je me souviens d’avoir dit à Anthony Dessources, à un moment où il n’était plus directeur de l’OSAM, qu’à mon avis, la mission de l’OSAM avait été mal définie. Dans un pays caractérisé par un exode rural incontrôlé et par une centralisation qui résiste à toutes lesIl est interdit d’interdire(INTERDIT / p. 18)QUEL ENVIRONNEMENT !

PAGE 18

Page 18 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable LES JEUX En Bref...(... suite de la page 2) tentatives de redressement de la situation, il est évident que la capitale doit faire face à une très forte demande d’espace habitable. Tant qu’on n’aura rien fait de sérieux pour relancer l’agriculture et revitaliser les villes de province, Port-au-Prince devra faire face à une demande croissante d’espace, et il est illusoire de penser qu’on puisse bloquer ces constructions sur le Morne l’Hôpital. Je dirais même que, puisqu’entre deux maux il faut choisir le moindre, plutôt que de voir la ville continuer à s’étaler sur les terres agricoles, je préfère encore qu’elle escalade la montagne. Bien sûr, pas dans n’importe quelles conditions. C’est le sens de ce que je disais à Tony Dessources ; on ne peut pas empêcher les gens de construire, mais on peut leur donner certaines directives. Je pense à des normes d’urbanisme qui éviteraient cette densité de l’espace bâti qui ne laisse aucun espace pour la circulation, voire des espaces verts, comme le montre cette photo prise sur un versant de la source Cerisier ; je pense à des normes au niveau de la construction qui préviendraient de catastrophes comme celle que nous venons de vivre à Nérette. Dans un film sur Port-au-Prince, réalisé par son frère Frantz, Leslie Voltaire avait exposé son rêve de voir le Morne l’Hôpital se présenter comme un tableau de Préphète Dufaut, avec des maisons partout, mais joliment peintes et séparées par des espaces de verdure, des voies d’accès, etc. Je peux très bien partager ce rêve avec lui, mais il faut prendre les mesures adéquates. Bernard Ethéart (... suite de la page 17)Il est interdit d’interdire décédés dans ce terrible accident et pour appuyer le travail du contingent canadien affecté à la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH)”, a annoncé la mission diplomatique canadienne dans un communiqué. Parlant au nom du gouvernement et du peuple canadiens, M. Rivard a présenté “ses sympathies les plus profondes aux familles des victimes et à leurs proches”. Déplorant la “perte de jeunes vies”, l’ambassadeur a renouvelé la volonté d’Ottawa de poursuivre son aide à Haïti dans le cadre des opérations de secours lancées sur le site de la tragédie afin de retrouver d’éventuels survivants. Samedi soir, des policiers canadiens continuaient de soutenir les efforts de recherche et de secours aux côtés d’autres contingents de la MINUSTAH et des membres de différentes unités de la Police Nationale d’Haïti.Le propriétaire du collège La Promesse confie avoir tout construit luimêmeLe propriétaire de l’école qui s’est effondrée sur des élèves et leurs professeurs, Augustin Fontain, s’est rendu de lui-même à la police au cours du week-end. Il a confié avoir construit le bâtiment lui-même. Augustin Fontain s’est lui-même mis à la disposition de la justice. Selon le secrétaire d’Etat à la Justice Joseph-Luc Euchère, il est toujours interrogé par la police mais sans «être formellement accusé de rien». Selon les voisins, le bâtiment qui s’est écroulé vendredi sur ses élèves, avait été reconstruit rapidement après un premier effondrement partiel il y a quelques temps. La mairesse de la ville, Claire Lydie Parent, a indiqué que la mairie avait interdit il y a 8 ans l’ajout d’étages supplémentaires à cet édifice construit au bord d’un ravin. Selon le président haïtien René Préval, qui s’est rendu trois fois près des ruines de l’école depuis son effondrement, c’est une construction de mauvaise qualité et le manque de renforts en acier qui est responsable du drame. Et de nombreux édifices sont construits de la même façon, a-t-il ajouté.Les parlementaires divisés quant à la formule pour réaliser les prochaines électionsLes avis sont partagés au Parlement quant à la tenue d’une élection générale pour renouveler les deux chambres ou la réalisation d’élections d’abord en avril 2009 pour le renouvellement du premier tiers du Sénat, puis en novembre de la même année pour le 2e tiers avant la tenue en 2010 d’élections générales à travers tout le pays. Plusieurs parlementaires se disent favorables à la première option arguant que l’organisation d’élections multiples pèse trop lourdement sur l’économie nationale.Retour à la Chambre du Député Jérémie ISIDOR MERCIERAprès environs sept mois d’absence à la chambre des députés, le député de Jérémie Isidor Mercier a repris son siège ce jeudi 6 novembre 2008. Le 20 avril dernier, le parlementaire avait sorti son arme en pleine séance alors qu’il discutait ardemment avec un collègue, Anthony Dumont. Isidor Mercier avait blessé par balle un employé de la chambre basse répondant au nom d’Antonio Célestin. Aucune sanction n’a été appliquée contre le parlementaire.

PAGE 19

Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou OREVWA TONTON MEME! GOUDBAY PIRAM!Eta finansye-l ak eta sante-l pa t’fin kòdyòm, si nou ale nan deklarasyon pitit li yo bay laprès senmenm pase yo. Nou konprann anvan l’mouri Roland Dorfeuille te vin avèg: youn glokòm ki rive nan youn faz avanse te anpeche-l wè malgre tretman li t’al pran Kiba. Dorfeuille se te youn selebrite, youn vedèt, youn zetwal. Atis yo eksploze, limyè jayi, tout je brake, tout bouch pandye, tèlman mounn vegle… Anfen bravo lakontantman di atis-la nou rekonèt li gen anpil zouti nan dyakout li epitou nou satisfè. Eksplozyon atistik sa yo reveye konsyans nou, yo ankre nan memwa nou. E tankou tout lòt eksplozyon yo cho, yo tyèd, yo frèt. Avèk Dorfeuille, nou temwen fenomèn sa yo: apre youn karyè aktè chaje kouleba, kit se nan radyo, kit te sou sèn oubyen nan sinema Dorfeuille retire kò-l lakay li Kafou kote li t’ap viv trankil jis jou lanmò-l. Mwen sonje, premye fwa m’te wè Dorfeuille se te nan lekòl Sainte Trinité. Nan antre lekòl-la, yo te enpwovize youn teyat, jou sa-a se te youn pwodiksyon “Lambi Club”. “Lambi Club” se kontanporen Mouvman Kreyòl Ayisyen-an nan ane swasant yo. Se te nan lane 1965 Mouvman Kreyòl te tanmen tout bon. “Lambi Club” jou sa-a, te mete sou sèn youn kont Bouki ak Malis “Ze Kalanderik”, se istwa Malis ki dekouvri youn min ze kalanderik. Istwa di nou chak swa, Malis mache sou pwent pye, dyakoutli do-li, li glise anba vant kalanderik yo, al ranmase ze, men anvan bajou kase, Malis jete-l ak pwovizyon yo. Youn jou Bouki mande pou l’ale ak Malis. Lan douvanjou Malis jetel, men Bouki nan safte-l bliye konsiy Malis-la, li kite jou bare-l, kalanderik yo fè Bouki peye ni pou li ni pou Malis. Kont Bouki ak Malis sa-a te pran vi nan ti istwa “Lambi Club”-la. Apre sa, se te Tonton Meme. Si nou ale nan sosyetekoukouy .or g, sit entènèt Sosyete Koukouy-la, nan seksyon “Ki Nou”, Sosyete Koukouy rapòte patisipasyon Roland Dorfeuille nan youn manifestasyon kiltirèl mouvman kreyòl te òganize nan youn gagè nan Pòtoprens. Nan epòk sa-a, nou sèvi anpil ak gagè pou nou te fè eksperyans teyat anwon-an. Sèn Tonton Meme-a prezante nou youn abitan ki gen youn pitit fi, pitit fi-a renmen Sine, Twoup-la fè youn koregrafi sou chante: “Sine voye rele-m,” “Sine voye chache-m…” “Manman-m pa vle,” “Papa-m pa vle…. “ Tonton Meme antanm li ak Sine pou maryaj-la fèt. Sa w-tande-a, se babako kay Tonton Meme. Dorfeuille te youn revelasyon nan youn Tonton Meme k’ap fete san gade dèyè, youn Tonton Meme k’ap delire nan kontantman. Sèn Tonton Meme-a te tèlman vivan, jenès epòk-la pral idantifye Dorfeuille ak Tonton Meme. Nou an 1969, youn siklòn represyon politik dekapite mouvman kiltirèl yo. Mouvman Kreyòl peye gwo pri. Anpil kanmarad ateri nan prizon, genyen ki menm pèdi lavi yo. Sa yo ki pa t’nan prizon rantre nan twou silans osnon vwayaje al nan lòt peyi.. Chak sezon pote flè pa-l. Nou pral tann dizan anvan pou yo rebatize Roland Dorfeuille. Se epòk “Theatre National d’Haiti” (TNH) anba bagèt defen François Latour. Nan TNH nou te rankontre Fritz Velasco alyas Pitit Fèy, Victor Pétion, JeanClaude Exulien, Denise Pétrus, Micheline Soukar, ak defen Richard Brisson. Te gen plis aktè toujou men se non sila yo ki monte nan memwa-m. TNH te kòmanse timidman avèk pyès klasik “Iphigénie” youn pyèsteyat Jean Racine . Degre angajman nan prezantasyon te ogmante tikal pa tikal avèk pyès tankou Adrien 7, Montserrat, Caligula pou l’tonbe nan youn repètwa Kreyòl avèk pyès tankou Twoufoban, Bouki nan Paradi pou fini sou Pèlen Tèt . Roland Dorfeuille retounen sou sèn nan Bouki nan Paradi nan mitan pitit Fèy ak JeanClaude Exulien. Dorfeuille nan wòl Bouki te wololoy, youn wòl li pral pèfeksyone nan sinema, youn adaptasyon Bouki nan Paradi Raphael Stines mete nan fim sinema. Nan Bouki nan Paradi Piblik ayisyen-an pral dekouvri talan youn lòt jenn aktè nan epòk-la, se Fritz Velasco ki pral kontinye nan radyo sou non “Pitit Fèy”. Dorfeuille pral jwenn konsekrasyon-l nan “Pèlen Tèt” youn pyès Frank Etienne . Pèlen Tèt mete sou sèn 2 ayisyen ki émigre nan Nouyòk. Yo oblije pataje youn chanm nan youn besment. Nan relasyon difisil k’ap degaje nan pawòl anpil nan mitan youn entèlektyèl ak youn analfabèt debònvolonte, espektatè-a dekouvri 2 gwoup mounn avèk aspirasyon diferan. Prezans sou sèn Roland Dorfeuille , entèpretasyon wòl Piram lan avèk youn bagèt majik ki fwole lapèfeksyon pral idantifye-l ak pèsonaj Piram sa-a epi tout peyi-a pral vin mouri nan pye Piram. Nan radyo, nan televizyon Piram ak tout Roland Dorfeuille youn lòt fwa ankò vin youn selebrite. Samdi 9 Oktòb se te vwayaj Roland Dorfeuille,Tonton Meme, Piram pou letènite . Degoutan (koukouy Miyami) Petadro7@aol.com ============================KOMITE AYISYEN POU OBAMA BAT BRAVO POU AYISYEN NAN MIYAMIBARAK OBAMA PREZIDAN ! Alabèl bagay se lè youn sitwayen lib pou li ekzèse dwa sivik ak politik li! Depi 2 senmenn, Ayisyen-Ameriken nan Miyami soti al vote nan lapè ak latrankilite epi se te youn devwa yo pa te vle rate. Menm Ayisyen ki pa “sitizenn” chofe, y’ap mande kijan yo ka ede. Yo pote patisipasyon yo nan ede mounn ki gen pwoblèm konprann bilten vòt yo. Yo pote pankat. Yo pote dlo pou mounn ki nan liy yo. Yo itilize machin yo, gaz yo pou y’al chache mounn ki lwen osnon mounn ki pa gen okazyon. Dayè, se younn nan rezon ki fè komite Ayisyen pou Obama te monte. Lè Jean-Claude Exulien ak Jan Mapou te koumanse fè editoryal nan emisyon radyo (Tèt Griday ak Antèn Koukouy) se pou yo te gide frè ak sè nou yo. Miyami te fret-frèt. Pou nou te bay yo bonjan enfòmasyon sou nesesite istorik sa-a; youn chans nou pa dwe rate avèk ou san lajan. Komite Ayisyen pou Obama monte nan Libreri Mapou. Mounn ki te la jou dimanch sa-a se te: Jean-Claude Exulien, Jan Mapou, Ginette Etienne, Jacques Cassagnol, Marie Yolaine Ferdilus(Mayol) Ganine Avin, Ernst Julmeus(Degoutan). Mounn ki pa te la e ki te bay otorizasyon ajoute non yo se Jepsie Metellus, Nancy St. Leger, Edeline Clermont , Pita nou gen: Marcel Alexis ak Violette Durand. Ak devouman volontè yo, Komite Ayisyen pou Obama anrejistre plis pase 175 nouvo votè ki potko gen kat vot yo. Nou tyeke katvot pou plis pase 200 mounn nan Libreri Mapou pou asire validite kat yo. Depatman Elekesyon voye machinvot nan jounen 17 oktòb pou fè demonstrasyon epi aprann mounn ki pral vote premye fwa yo, kijan pou yo kondi bak yo. Plis ankò nou fè 2 konferans ak Jan Mapou-Mèt JC Exulien pou nou montre koneksyon nou genyen ak Barak Obama epi trajektwa istorik ki mennen nou nan kandidati Barak Obama. Madi 4 Novanm jou eleksyon-an, youn jou tout mounn t’ap tann ak anpil anksyete… Se te bèl anbyans nan Little Haiti . Ayisyen toupatou eksite. Gen ki gen Ti mayo sou yo, gen k’ak drapo Obama yo anbandezon. Ayisyen pou Obama te gen 4 ti kamyonèt koutwazi Al Houston nan Teamsters Union pou te al chache Ayisyen lakay yo, mennen yo al voye.. “Pol” yo chaje kouleba. Depi 4-è di maten Ayisyen nan liy, y’ap tann. Jou madi sa-a, prèske tout emisyon radyo yo t’ap chofe popilasyon-an. Malgre kanpayn Obama-a pa te envesti lajan nan kominote ayisyenan, (Si yo envesti nou pa konnen, se tout pèsonalite radyo yo ki t’ap plenyen) Majorite nan yo espesyalman Komite pou Obama te motive tou natirèl. Obama se frè nou. Se san nou. Se koulè nou. Obama soti nan rasin pyebwa Tousen Louvètia. Obama s’oun loray kale ki derape karyè politik li nan vil Chikago vil you ayisyen Jean-Baptiste Pointe de Sable te derape nan 18-èm syèk-la. Obama se rezilta travay Martin Luther King, Malkom-X ak tandòt ankò. Devwa-n se kore-l. E nou pa t’ezite pote sipò nou nan Florid-la. Vòt Ayisiyen yo fè youn gwo diferans lè nou konstate ak konbyen pwen Obama genyen eta Florid-la. Madi swa 4 novanm, Komite Ayisyen pou Obama ak kèk zanmi te reyini nan Sant Kiltirèl Mapou devan youn gran ekran pou suiv rezilta yo. Nou tout te sou gwo tansyon. Malgre tab-la te chaje ak manje, griyo, diri, bannann peze; nan pwen mounn ki te ka manje. N’ap jofre, souf koupe, chak eta ki tonbe pou Obama se rèl, se eskandal... Nou ponpe, nou danse. Men depi McCain fè youn bèk se houn, se babye, se plenyen, se pwent k’ap voye. De CNN nou travèse sou televizyon ABC, chankre sou CBS, anfen n’ap chaje bon nouvèl, bon kòmantè ki pou fè kè nou kontan. Li te 11-è lè Pennsilvani ak Nouyòk tonbe nan de pla men Barak. Epi ABC pwojte Barak Obama 66-èm prezidan peyi Etazini. Vire sou CNN, baton! McCain te deja kòmanse ap fè konsesyon. Obama prezidan. Obama prezidan! Obama Prezidan! Nou tounen youn ekip foutbòl meriken. Tout mounn… younn ap vole sou lòt, younn ap grenpe sou lòt, Nou rele, nou kriye, dlo dlo ap ponpe nan je nou… Nou kouri soti nan lakou al nan lari-a sou 2-èm avni kote tout mounn pran lari ap rele anmwe… Machin ap klaksonnen, Polis blije desann machin polis yo pou fè trafik. Lari-a bloke. Machin pa monte. Machin pa desann. Youn bann rara pran lari… mizik cho… kout tanbou fè mikalaw, vaksin ap monte vin jwenn nou fanm kou gason ak voye yaya, tank yo kontan… Rive devan Libreri Mapou bagèt woule pou salwe venerab Mapou pou salwe Komite Ayisyen pou Obama..Anbyans lan dire tout nan nuit. Youn veritab veye patriyotik. Little Haiti, Vil North Miami, Vil North Miami Beach, Ayisyen, kou Meriken, blan kou nèg… tout nan lari ap rele viv OBAMA. Ala youn bèl nuit manman! Ala youn bèl viktwa papa. Komatiboulout! Se lemon antye ki t’ap fete viktwa sila-a menmjan lè Ayiti te kase chenn lesklav-;la, menmjan lè Nelson Rolilala Mandela te soti nan prizon! Nou di VIV Barak Obama! Jan Mapou mapoujan@bellsouth.net EcoutezMélodie Matinavec Marcus sur

PAGE 20

Page 20 Mercredi 12 Novembre 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 42MUSIQUE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL : www.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 La chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, grande figure de la lutte contre l’apartheid, est morte dimanche en Italie à l’âge de 76 ans. Celle qu’on surnommait “Mama Africa” fut la première musicienne noire sud-africaine à obtenir une reconnaissance internationale, dès la fin des années 1950 aux Etats-Unis. Ses plus grands succès, dont “Pata Pata”, firent le tour du monde. Elle passa 31 ans de sa vie en exil, entre 1959 et 1990, pour ses prises de position publiques contre le régime ségrégationniste blanc. L’une de ses chansons réclamait la libération de Nelson Mandela, emprisonné pendant 27 ans pour son combat contre l’apartheid avant de devenir le premier président de la nation “arc en ciel”. Miriam Makeba est morte d’une crise cardiaque dans une clinique de Castel Volturno peu après s’être produite en concert à Baia Verde, près de Caserte dans la région de Naples. Ce concert avait été organisé en soutien à l’écrivain Roberto Saviano, l’auteur de “Gomorra”, livre sur le crime organisé dans le sud de l’Italie, qui a été porté à l’écran et a valu des menaces à l’écrivain. “C’est une crise cardiaque, mais elle n’était pas bien depuis longtemps”, a déclaré son agent, Mark Lechat, à Reuters, précisant qu’elle souffrait d’arthrite. Les radios sud-africaines ont multiplié les hommages à l’annonce de son décès. De nombreux messages d’auditeurs ont été lus à l’antenne, témoignant de l’attachement du pays à l’une de ses plus grandes stars. JAZZ ET TRADITION Miriam Makeba était née le 4 mars 1932 dans un bidonville des environs de Johannesburg. Fille d’une femme de ménage, elle avait débuté dans la chorale de l’école et appris son art en écoutant des enregistrements de chanteuses américaines comme Ella Fitzgerald.La chanteuse Miriam Makeba est décédéeSon style mélangeait le jazz avec des sons traditionnels africains. Sa manière d’inclure les “clics”, des claquements de langue propres à la langue Xhosa, lui valut notamment la notoriété. Elle commença à attirer l’attention d’un large public en devenant chanteuse d’un groupe célèbre dans son pays, les Manhattan Brothers, puis perça sur la scène internationale quand Harry Belafonte la fit venir à New York en 1959. Elle ne regagna plus son pays avant 1990, ses prises de position contre le régime d’apartheid la condamnant à l’exil, de l’Europe aux Etats-Unis. En 1969, elle se maria avec le militant américain des Black Panthers Stokely Carmichael et le couple s’installa dans la Guinée de Sékou Touré avant de se séparer cinq ans plus tard. Miriam Makeba, qui racontait que son premier mari la frappait souvent, avait divorcé à quatre reprises. Miriam Makeba à 76 ans poursuivant sa carrière www.melodiefmhaiti.comEcoutez Mélodie Matin sur l’internet