Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

















MENACE DE REPRISE DES EMEUTES



La prochaine fois, le feu !
PORT-AU-PRINCE, 24 Aoft Des tracts obsession d'un retour des 6meutes de la faim du mois semaine par des manifestations accompagndes d
dans toutes les rues de la capitale appellent a la d'avril dernier. violences et d'actes de vandalisme.
grave g6ndrale pour le lundi 25 aofit 2008. La capitale et d'autres grandes villes Bilan : 6 morts et des centaines de millier
Ily a quelque temps que l'onvit dans cette (Cayes, Gonaives etc) agit6es pendant toute une de dollars am6ricains de d6gits mat6riels commi
I i$ __ contre des maisons de commerce et d6p6ts d


.e

-s
is
de


marchandises.
Mais prbs de cinq mois plus tard, rien ne
s'est arrange. Tout au contraire, les prix des produits
de premiere n6cessit6 ont triple. Le gouvernement
du Premier ministre Jacques Edouard Alexis a &t6
destitu6 au lendemain des 6meutes et n'a pas &te
remplac6 depuis. Le d6sespoir est a son comble.
(MENACE / p. 4)

IK'H^^^^^^^^^^^^KB


Nombreux actes de vandalisme


Lors des emeutes de lafaim en avril 2008 (photo Georges Dupe)

DOSSIER BLOCAGE POLITIQUE

L'international se mobilise

mais jusqu'a quel point ?
PORT-AU-PRINCE, 23 Aofit la Stabilisation en Haiti (Minustah) et de
L'international s'est enfinjet6 dans la bataille pour l'Ambassade des Etats-Unis.
mettrefinaublocagepolitico-gouvemementalvieux Fl6icitant les partis politiques qui ont
d6sormais de plus de 4 mois. d6cid6 d'inviter leurs parlementaires a approuver la
En attestent deux communiques paraissant declaration de politique g6ndrale du Premier ministre
coup sur coup de la Mission des Nations Unies pour ratifi6 Michble Pierre-Louis << afin de crier les con-
ditions d'une sortie de
l'impasse politique >>, la
Minustah relive que le
blocage << affecte (non
seulement) le bon
fonctionnement des insti-
tutions de l'Etat >>, mais
<< constitue 6galement un
obstacle s6rieux h la mise
en ceuvre des mesures
necessaires pour r6pondre
aux besoins les plus
urgents des Haitiens et,
notamment, pour les aider
h faire face h la hausse des
prix des produits
alimentaires et p6troliers, h


I Le corps diplomatique lors d'une stance
en assemble nationale au Parlement hattien (photo Georges Dupe)


S! Livraison d'argent l domicile Appelez sons frais:
en moins de deux heures USA/Canada:
CAM Pickup, le plus grand riseau de la Ripublique, 1 -800-934-0440


* Dep6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande varlitt de products alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.comtransfer.com
New Tak. New ki3et, CwweHIut, Ilhode Isbnd
Madstcthami, 'WIshngtn C Gec4DIe et Flode.


(L'INTERNATIONAL
/P. 5)


.en........ .......









Page 2


I EN PLUS...


LE LAIT A DES PR

Oin est la c(

protegeant 1h
PORT-AU-PRINCE, 20 Aofit
- L'un des points marquis par le
gouvernement du G6ndral Henri
Namphy en succ6dant en f6vrier 1986
a la dictature de Jean Claude Duvalier
I= a x


Le Gendral Henri Namphy qui prdsid
national de gouvernement ou CNG (1
a &td de provoquer une baisse g6ndrale
des prix des produits de consommation.
Cela en diminuant toutes les
taxes a l'importation.
Les marchandes du bas de la
ville en ont gard6 un souvenir
imp6rissable.
Aujourd'hui ce n'est qu'un
lointain souvenir. On peut bien raconter
que cela a ouvert aussi l'Yre de
l'6conomie ndo-lib6rale et que c'6tait
une facon d'appiter la population pour
la conduire lB oi l'on se trouve
aujourd'hui ... Mais il se trouve aussi
qu'on n'a pas fait mieux depuis.
Par exemple, le lait.
Le prix de la boite ou de la
bouteille de lait au supermarch6 est
pass en quelques jours de 64 gourdes
a 85 ou mnme 112 gourdes cette
semaine, selon la marque.
Le lait vendu en boite est
import de France ou du Canada.
Or nous nous expliquons mal
cette hausse en cascade du prix du lait
lorsque justement le ministre de
l'6conomie de ce temps-la, Leslie
Delatour, avait eu son premier choc
avec les rescap6s de la classe capitaliste
monopoliste duvali6riste a propos du
prix du lait.
Des l'arriv6e du
gouvernement Namphy, les taxes
d'importation sur le lait sont reduites.
Or les taxes avaient &t tenues
6lev6es expres pour d6courager
l'importation du produit et faciliter une
certaine production locale.
Attention, pas une production
locale ouverte a tous, mais une qui
facilite le monopole de quelques amis
capitalistes du regime.
DMs lors qu'il n'y a aucune
concurrence, ceux-ci peuvent fixer le
prix du lait local a leur guise.
En garantissant, bien entendu,
une belle ristourne aux tenants du
pouvoir.
Et chaque annde au camaval,
en patronnant deux chars all6goriques
plut6t qu'un.
La decision du gouvernement
militaire (que cela ait &te sous la dict6e
du Fonds Mon6taire ou pas) a eu l'effet
d'un coup de pied dans une fourmiliere.
Leslie Delatour nous raconta
avoir vu d6barquer dans son bureau
certains personnages les naseaux
fumant de rage.
Le G6ndral Namphy et son


IX PROHIBITIFS

onvention

es enfants ?
ministre des finances tinrent bon. Le
lait import se rdpandit partout. Les
6tageres des supermarch6s et des
petites boutiques furent inond6es de
toutes sortes de marques canadiennes,
franqaises, mexicaines
et autres. Le prix du lait
d6gringola d'un jour h
l'autre sur le march
local.
Tout le monde,
et principalement les
enfants et les vieillards,
pouvait d6sormais en
boire.
Or deux d&-
cennies plus tard, la
boite de lait import se
vend plus de cinq fois
plus cher. De 15 W 20
gourdes lors, elle est
aujourd'hui hors de
port6e non seulement
des petites bourses mais
aussi des bourses
. moyennes, cofitant cette
- l semaine de 85 u 112
gourdes au super-
march&6.
a le Conseil De plus les
986 -1988) marques sont rDduites h
une ou deux. Ce qui diminue d'autant
le jeu de la concurrence. Si cela
continue, bient6t seuls les riches
pourront boire du lait en Haiti.
Que s'est-il pass ?
Les anti-ndo-lib6raux nous
diront : c'6tait justement 1i le pifge.
Une fois la population habitue au
produit, son prix monte en fl che.
E16mentaire, mon cher Watson.
Oui mais c'est encore de feu
Leslie Delatour que nous avons appris
qu'il avait pu casser ainsi les taxes
d'importation sur le lait en fonction
d'une convention international selon
laquelle le lait ne doit pas d6passer un
certain prix qui le rendrait prohibitif
pour les pares et msres de famille car
c'est une nourriture essentielle pour les
enfants.
Or Haiti sous Baby Doc avait
adh6rd a cette convention, histoire de
b6ndficier des avantages qu'elle
concede.
Mais une fois dans nos murs,
la convention a &t6 envoyde aux
calendes grecques, les taxes sur le lait
augment6es outrageusement de faqon
h d6courager toute importation et le lait
des usiniers locaux (nous disons bien
usiniers et non producteurs car il
s'agissait de lait en poudre import
massivement et non de lait r6colt6 sur
place) vendu en monopole, done peu
abordable pour les familles
nombreuses et d6munies.
Aussi question : oi est passe
aujourd'hui cette convention ? Puisque
tous les pays qui se respectent l'avaient
approuv6e (une convention en faveur
des enfants des pays les plus pauvres
de la planate, n'est-ce pas), les prix du
lait ne devraient pas 6tre livrds comme
aujourd'hui aux speculations du
march comme n'importe quel autre
produit? Comme le riz, le bl6 ou le
p6trole ...
Est-ce le monde entier qui est
devenu plus cynique que jamais ?
Est-ce au contraire nous
autres Haitiens qui avons d6cid6 de
taxer davantage le lait en faisant fi de
cette convention ?
Est-ce que le gouvernement
haitien serait revenu h une plus forte
taxation de manibre h encourager la
production locale ?
Cette fois non pour faciliter
des monopolistes mais pour permettre
(voir LAIT / 6)


EN BREF ...


Mercredi 27 Aoft 2008
SHaiti en Marche Vol XXIIT N 31


Un journaliste tue dans un accident de la route
Le joumaliste Frantzy Saint-Juste (Ag6 d'environ trente ans) a &td tu6 dans
un accident de la route samedi matin a proximity de "Bojeux Parc" a
Tabarre (banlieue Nord-est de Port-au-Prince).
Le reporter de T616max (station de t6l1vision priv6e de la capitale) a ete
mortellement bless lorsqu'un camion a violemment heurt6 sa voiture, selon
l'un de ses collaborateurs Eddy Leroy.
Deux autres personnes, un homme et une femme, se trouvant a bord du
vehicule, ont eu la vie sauve.
Frantzy Saint-Juste pr6sentait une chronique sportive (Top Sports) sur les
ondes de Radio Vision 2000.

Autre accident de la circulation
I1 s'est produit sur la Nationale 3, au niveau de Mome a Cabrits, le samedi
23 aoft.
Bilan : Plusieurs blesses, done certains dans un 6tat grave.

Le Premier ministre ratified Mme Michele Pierre-Louis
attendue A la Chambre basse le mardi ou mercredi de cette
semaine
La stance de ratification de la declaration de politique g6ndrale du Premier
ministre Michele Pierre-Louis se tiendra le mardi 26 ou plus probablement
le mercredi 27 aoft a la Chambre des D6put6s, a annonc6 le deuxieme
secr6taire du bureau, Steven Benoit.
Du c6t6 du Premier ministre ratified, toutes les dispositions sont prises en
vue de la presentation de son 6nonc6 de politique g6ndrale qui doit 6tre
approuve a la majority absolue.
Aucune date n'a encore 6td retenue pour la stance de ratification au S6nat.

Voici la composition du nouveau Cabinet ministeriel
1- Alrich Nicolas, Affaires 6trangeres
2- G6rald Jean-Baptiste, Travaux Publics (TPTC)
3-Mme Gabrible Baudin, Affaires Sociales
4- Michele Pierre-Louis, Ministre a.i. de la Justice.
5-Joel Jean-Pierre, Education nationale
6- Jean-Marie Germain, Environnement
7- Olsen Jean Julien, Culture
8- Charles Manigat, Haitiens a l'6tranger.
9- Dr Alex Larsen, Sant6 Publique
10- Marie-Jos6e Gamier, Commerce
11-Johanas Gay, Ministre de 1'Agriculture
12- Evens Lescouflair, Jeunesse et Sports
13- Patrick Delatour, Tourisme
14- Jean-Max Bellerive, Plan
15- Paul Antoine Bien-aim6, Int6rieur.
16- Marie Laurence Josselyn Lassegue, Condition feminine
17- Daniel Dorsainvil, Finances
18- Joseph Jasmin, Ministre charge des Relations avec le Parlement
Le Premier ministre ratifi6 Michele Duvivier Pierre-Louis pourrait se
presenter ce mardi 26 Aoft devant la Chambre des d6put6s pour la premiere
tape de la ratification de son programme de gouvemement.
La seconde tape au S6nat n'est pas encore programme.

Assassinat d'un policier A Cit6 Soleil
Cela s'est pass le samedi 23 aoft dans les premieres de lajourne.
D'abord bless, le policier Jean R6my Lataillade a &t6 conduit a l'h6pital. I1
devait mourir quelques heures plus tard.
Une importante operation de police a &te mende dans plusieurs quartiers de
Cit6 Soleil, suite a l'assassinat du policier samedi. Mais aucun r6sultat n'a
&td atteint apparemment.

Liberation apres 15 jours d'un des deux jeunes enlev6s A
Ption-ville
L'un des deuxjeunes enlev6s le vendredi 8 aoft demier, a la sortie d'un
club a P6tion-ville, a 6td relich6, apres versement d'une rancon. Son
camarade, Nicolas P6rou, joueur de la selection haitienne de football des
moins de 17 ans, est toujours aux mains des ravisseurs.

Une dizaine d'individus arretes en possession de pros de 700
mille dollars americains a Saint Marc
Neuf (9) individus ont &t6 appr6hend6s a Saint Marc (120 km au Nord de
Port-au-Prince) en possession de plus de 600.000.00 dollars amdricains et
de plusieurs armes automatiques, a annonc6 mardi la police locale.
Deux agents de la Police Nationale d'Haiti (PNH) et deux ressortissants
strangers se pr6sentant comme des citoyens dominicains, se trouvaient
parmi ces personnes gard6es a vue au Commissariat de police de Saint
Marc.
Ces individus qui revenaient de Saint Michel de l'Attalaye (175 km au Nord
de la Capitale) circulaient a bord de deux (2) v6hicules de location.

Visite officielle de l'administrateur associ6 du Pnud
Du 24 au 26 aoft 2008, le hollandais Ad Melkert, secr6taire g6ndral adjoint
et administrateur associd du Programme des Nations Unies pour le
d6veloppement (Pnud) depuis mars 2006, effectue une visite officielle en
Haiti, informe un communique de cette agence onusienne.
Pendant son sdjour, Melkert rencontrera le Pr6sident de la rdpublique, Rend
Prdval, ainsi que le Premier Ministre ratifi6, Michele Duvivier Pierre-Louis,
et le Premier Ministre sortant, Jacques-Edouard Alexis.
Le mardi 26 aoft, Melkert devait se rendre aux Gonaives (Artibonite), afin
de visiter des projets du Pnud, lies a la prevention des d6sastres naturels et
la creation de travaux a haute intensity de main d'ceuvre.

Le process d'Evens Jeune dit "Ti Kouto" ajourne ?
Le proces tant attendu d'Evens Jeune, alias Evens Tikouto, a &t6 report
(EN BREF / p. 18)


li ..... t............. ... . ... .. j


-...j


j I









Mercredi 27 Aofit 2008 'Aa
Haiti en Marche Vol XXII N' 31 I 'AC1UALITE EN MARCHE


Declaration de l'Ambassade r(


des Etats-Unis d'Amerique


22 Aofit 2008 L'Ambassade des Etats-Unis
d'Amdrique est heureuse de constater les progres qui
ont 6t6 r6alis6s au cours des derniers jours en vue de
proc6der h l'installation d'un nouveau gouvemement.
Nous saluons tous les acteurs politiques impliqu6s dans
ce processus, qui ont d6montr6 leur volont6 de placer
les int6rets du peuple haitien au-dessus de toute autre
consideration.
Compte tenu de la rentrde scolaire
prochaine, le d6lai pour l'installation d'un nouveau
gouvernement est d6ji longuement 6coulk. Nous avons
6t6 vivement prdoccupds, durant les 4 derniers mois,
par l'absence d'un gouvemement approuv6 par le
Parlement. Nous avons pris note des consequences
graves que l'absence d'un tel gouvemement a eues sur
l'important agenda national d'Haiti, ainsi que ses


impacts sur la mise en ceuvre de nos projets visant a
amdliorer les conditions de vie du peuple haitien. La
resolution de l'impasse politique actuelle est essentielle
au progres continu d'Haiti et au ddveloppement des
institutions d6mocratiques.
L'Ambassade des Etats-Unis d'Am6rique
attend avec impatience l'installation rapide d'un
gouvemement efficace et encourage tous les secteurs
impliqu6s dans ce processus a redoubler d'efforts en
vue d'atteindre ce but. De plus, elle tient 6galement a
r6it6rer son engagement a travailler 6troitement avec
le Premier Ministre et son nouveau gouvemement, une
fois entr6 en fonction, afin de l'aider a poursuivre son
objectif qui est d'assurer un meilleur futur pour le
peuple haitien.


La MINUSTAH salue l'appel des partis politiques a voter
en faveur de la declaration de politique ge6nrale du PM

Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Ha'iti
COMMUNIQUE DE PRESSE


Port-au-Prince, le 21 aozft 2008 La Mission
des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti
(MINUSTAH) salue la decision prise par certains partis
politiques de demander a leurs parlementaires de voter
en faveur de la declaration de politique g6ndrale du
Premier Ministre, afin de crder les conditions d'une
sortie de l'impasse politique actuelle.
Cette decision repr6sente un pas important
dans les efforts que tous les acteurs politiques devraient
mener pour parvenir a un accord permettant de placer
l'int&r&t sup6rieur du pays et du peuple haitien au-
dessus des int6rets particuliers.
La MINUSTAH et la communaut6
international sont en effet prdoccupdes par l'absence,
depuis plus de 4 mois, d'un gouvemement dfiment
confirm par le Parlement. Cette situation affecte le
bon fonctionnement des institutions de l'Etat. Elle
constitue une entrave a l'ex6cution de nombreux projets
de cooperation et de d6veloppement que la

Le PM Ratifie dement
avoir voulu se retirer
Je reaffirme mon engagement et ma
determination a servir mon pays
Depuis ma ratification par les deux chambres
du parlement, j'ai engage un dialogue avec diff6rents
secteurs de la vie nationale, les parlementaires, les
partis politiques et des organisations citoyennes, sur
la composition du gouvemement et les orientations de
(voir DEMENTI/ 8)


Faut-il


renvoyer la


rentree ?
PORT-AU-PRINCE, 22 Aofit Plusieurs
voix, y compris dans les milieux officiels, s'61event
pour qu'on reporte la rentrde scolaire a octobre
prochain plutBt que septembre comme pr6c6demment
fixed.
La raison en est 6videmment les difficulties
6conomiques doubles cette annde de la crise des prix
des produits alimentaires.
Mais renvoyer la rentrde des classes est une
decision plus complexe qu'on le croit.
D'abord ce n'est pas un hasard si l'annee
scolaire commence en septembre. Le programme des
cours ou curriculum est calculk en consequence.
On ne peut done enlever un mois a l'annde
scolaire sans que cela ait aussi des consequences sur
les 6tudes et sur la formation des 616ves.
Rappelons que dans le temps l'annde scolaire
commenqait en octobre. Mais en ce temps-l elle
finissait non pas enjuin mais enjuillet.
Puis on a r6alis6 que les trois mois les plus
chauds sont juin, juillet et aofit. Du rdchauffement
climatique avant la lettre.
Ensuite il y a les changements r6cents
apport6s au systeme scolaire. Tel le bacc permanent.
Les premiers examens ont lieu d&s le mois de
d6cembre. (LA RENTR p. 6)
(LA RENTREE / p. 6)


communaut6 internationale s'est engage a financer.
Elle constitue 6galement un obstacle s6rieux a la mise
en ceuvre des mesures n6cessaires pour r6pondre aux
besoins les plus urgents des Haitiens et, notamment,
pour les aider a faire face a la hausse des prix des
produits alimentaires et p6troliers, a passer le cap de
la rentrde scolaire et a r6duire les risques lies a la saison
cyclonique.


-
I ^.
I~ ~~ ^l" '" i^ ^
L^^


Page 3


'EVENEMENT SO
Nouveau cabinet minist6riel p. 1


MMAIRE-


ANALYSE
La prochaine fois, le feu! p.1

ACTUALITE
L'international se mobilise maisjusqu'a quel
point ? p.1

EDITORIAL
Embouteillage p.7

CRISE ALIMENTAIRE
Le lait aprix prohibitifs :
Oi est la convention prot6geant les enfants ?
p.2

CHERTE DE LA VIE
Faut-il renvoyer la rentrde scolaire ? p.3

BILAN DE LA TEMPETE
Le bilan est lourd, sauf a Cuba p.8
La tempete fait 13 morts en Floride p.8

NOTRE HISTOIRE
23 Aoit : Jounme international du souvenir
de la Traite p.12

LIBRE PENSEE
Confusion p.14

LETTRES
Edmond Paul : Patriotisme et conscience p.16
Grand-Gosier honore Morisseau-Leroy p.17

US PRESIDENTIELLES
Barack Obama, une ascension fulgurante p.10


ASSURANCES
















La UniAssurances S.A. d6sie recruter
un Directeur G"n ral

RESPONSABILITES PRINCIPLES
- Formuler, pour le Consell d'Administratlon,
La siratsgse gu~rane de oirentrepriset
* Assurer la gestion quoticlienne de to compaorie:
* Superviser le tlavail des Responsables de Divisions;
* Veiller 6 ta definition adequate el ~ la comp&iitivit6
des products offerts :
* Assurer la promotion efficiente des produis :
* Apprecier les risques des operations, garantir la racturotion
et le recouvrement 6 echeIance des polices ;
* Superviser I'6valuation des sinistres et le pavement des r6clamations;
- G~rer les relations avec les r~assureus :
f Supervisor Io gestion du portefeulle de placements. la comptabllt6
et les finances de I'entreprise:
* Veiler au respect des procedures opbrationnelles et s'asurer
que tous les systlmes fonctionnent parfaitement.
EXIGENCES DU POSTE
* Etre d61enteur d'un dipl6me du niveau de icence.
avec une sp4clollsation eon Finance el/ou Assurance:
. Avoir une bonne connaissance du m4tier d'assureur


* Jouir au minimum de cinq (5 ans d'exprience clans des
positions de responsibility au sein de compagnies
d'assurance reconnues;
* Bonne copaclt6 de communication orale et ecrite
en franrais et en anglais.
REMUNERATION ET BENEFICES SOCIAUX
* Salaire competitif qui tient compte de I'experience
* B6n6fices socioux avantageux : assurance maladie / vie,
plan d'6porgne en dollars americoins, pr4ts s des
taux pr6f6rentlels, primes diverses...
VEUILLEZ FAIRE PARVENIR LES PIECES SUIVANTES:
Curriculum vitae el lettre de motivation a I'adresse ci-dessous:
Mall :UniAssurancesunobankhaqjl.om
Objet Recruement DIRECTEUR GENERAL
At : UniAssurances
Adresse UNIBANK 157 rueOg et Faubert,
Paion-VlIe, HAIn


~n


td


I









UNE ANALYSE


Mercredi 27 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 31


MENACE DE REPRISE DES EMEUTES


La prochai

(MENACE... suite de la lere page) tous les malheurs qui nous poursuivent
Mais les Haitiens en ont vu depuis: << Apre dans tanbou lou > (ou
d'autres tout au long de notre carrimre en francais << rira bien qui rira le
de pays le plus pauvre du continent. dernier >), nous avertissait un certain
Par ailleurs, l'historien anglais ambassadeur am6ricain surnomm6
David Nicholls (< From Dessalines to Bourik Chaje Pa Kanpe (parce qu'il
Duvalier : Race, Colour and National allait partout dans le pays).
Independence in Haiti>>) estime que le
peuple haitien ne sort pas de ses gonds Revendiqu6 par aucun
tant qu'il n'a pas la certitude de secteur ...
remporter quelque victoire. Sous une Est-ce que des 6meutes sont
forme ou une autre. Par exemple, les susceptibles de nous faire avancer le
elections qui ont port Lavalas au moins du monde dans la lutte contre la
pouvoir le 29 d6cembre 1990. Malgr6 rhrt.6 d loi i ntr lo m;Pb ... ;


Le Ua ia vi e L conrIIIe ia mis re qui
Snous enserre toujours
plus au fur et a mesure
que le pays s'enfonce
dans le gouffre ?
Il n'y a aucune
evidence cela.
D'autant plus que,
comme les 6meutes
d'avril dernier en
avaient d6ji annonc6 la
couleur, le mouvement
pour ce lundi 25 Aoit
n'est revendiqu6 par
aucun secteur parti-
culier, ni groupe
reconnu.
Les tracts sont
signs d'organisations
totalement m6connues.
Et pourquoi pas
fantoches !
Tels << Vijilans
Mas Yo >> (VIM).
Celui-ci
d6nonce tout a la fois
<< la vie chdre, le
ch6mage, l'insecurit6,
la faim, la corruption >
Et sur la mime
lance : << un Pr6sident
irresponsable, des


e fois, le feu !


parlementaires mercenaires, des
politiciens racketteurs, une Soci6td
civile r6actionnaire, la bourgeoisie
compradore, un Pouvoir central
cynique. >>
Et pour finir, << les prix 6lev6s
de l'6colage. >>
Mais, curieusement, rien des
prix de la gazoline a la pompe et des
tarifs du transport en commun !

Les casques bleus ...
Bref, tout le monde y passe et
personne ne trouve grice aux yeux des
militants inconnus de < Vijilans Mas
Yo >.
Seule la communaut6
internationale qui n'est pas mentionnde
dans ce tract.


<< Operation Vent temp6te > ... tous les
chemins menent a Rome.
Orbien que le tract en question
fasse une allusion (mais une seule) a une
formule aristidienne (< ensekirite nan tt
ak nanvant >> ),jamais une organisation
lide a l'ancien chef de l'Etat en exil
n'aurait rat6 l'occasion de d6noncer
6galement la force 6trangire qui interdit
le retour au pays de son chef.

Capoter dans un vide
plus total encore ...
Done s'il faut prendre au
sdrieux les auteurs de cet appel a la greve
g6ndrale, et vu l'impossibilit6 de les
identifier par rapport a aucun secteur ou
groupe connu, il faudrait craindre que
l'on soit en train de capoter dans un vide


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE
CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL- Amerijet Intermational will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2. 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mondargh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Ameiije wi sport cargo
between this state 1Afgaiy transfer. For rates
and specificntacAmerijet's sales
depart fiat 9 orV tntat sals.
Ar n al, In full-service multi-modal
transportation ogristics providerofering international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com.


Or rappelons que lors des
6meutes d'avril, les casques bleus
avaient 6td parmi les premiers vis6s par
les manifestants de la ville des Cayes.
Et plus tard aussi, a la capitale.
Le tract n'appelle pas a la
violence mais demande a tous, qui que
vous soyez, de rester a la maison le lundi
25 Aoft pour une grave g6ndrale.
On peut avoir diff6rentes
attitudes.
1) Ceder h la paranoia qui nous
habite depuis que la crise
gouvemementale a franchi apparemment
un point de non retour. La bataille pour
le contr6le du pouvoir politique s'est
egarde dans unv6ritable labyrinthe dont
elle ne peut plus s'extirper toute seule.

Au temps du fameux
JPP ...
Des lors tout est possible.
Quelle que soit leur identity, il suffit
(comme autrefois au temps du fameux
JPP) de deux ou trois manants bien
d6cid6s pour que toute la capitale
s'enferme a double tour.
2) C'est pire qu'au temps du
JPP oi l'ombre de Lavalas planait
derriere toute entreprise de ce genre,
pour la simple raison que Lavalas r6gnait
en maitre sur le macadam, done toute
demonstration de cette nature remontait
directement ou indirectement h lui. Qu'il
s'appelle < Jan 1 pase 1 pase > ou


plus total encore que tout ce que nous
avons redout6 jusqu'ici.
Pour emprunter un titre du
romancier afro-am6ricain James
Baldwin :<< La prochaine fois, le feu >
Une version moderne des
Piquets de Jean-Jacques Acaau, ce chef
r6volutionnaire haitien du 19e siecle
(1844) qui avait r6solu en une seule
formule deux questions essentielles : la
lutte des classes et la question de
couleur. << Ng rich se milat, milat pbv
se ng >
Comme le reprendra plus tard
Jacques Roumain : la question de
couleur n'est qu'un d6riv6 de la lutte des
classes.
Mais il existe pire encore. Les
jacqueries des temps m6di6vaux. C'6tait
en 1358. Comme ce tract aujourd'hui qui
d6nonce tout le monde a la fois
(Pr6sident, parlementaires, partis
politiques, soci6t6 civile, bourgeoisie,
pouvoir central etc), voici comment le
chroniqueur Jean Froissard d6crit ces
paysans qui se d6versaient comme des
nudes de sauterelles et qu'il qualifie de
chiens enrags : << Ils d6clarerent que
tous les nobles du royaume de France
(...) haissaient et trahissaient le
royaume, et que ce serait grand bien de
les d6truire tous (...). Lors ils s'en
allkrent sans autre conseil, et sans nulle
armure, seulement arms de batons
ferr6s et de couteaux, en premier lieu a
(MENACE / p. 5)


Page 4


Les Jacqueries du Moyen-Age:
paysans revoltes contre les princes


e ds elavs das la c e de Sai-
Revolte des esclaves dans la colonie de Saint-Domingue








Mercredi 27 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 31


Page 5


DOSSIER BLOCAGE POLITIQUE


L'international se mobilise mais jusqu'a quel point ?
(L'INTERNATIONAL... Aprbs avoir repris les memes d'assurer un meilleur futur pour le exigences du moment d6finies par le
suite de la lere page) considerations que le communique de la peuple haitien. > chef de l'Etat qui n'est pas hostile a la
asser le cap de la rentrde scolaire et a Minustah, l'Ambassade des Etats-Unis Sauf que le nom de Michble formule de gouvernement d'ouverture
6duire les risques li6s a la saison insiste qu'elle attend avec impatience Duvivier Pierre-Louis ne figure pas (comme en atteste le gouvernement
yclonique. > l'installation rapide d'un gouvernement nomm6ment dans cette declaration. d6missionnaire) mais envoudrait un qui
Quant a la declaration de efficace et encourage tous les secteurs C'est done l'entrde en scene de soit un peu plus coherent. Touchons du
'Ambassade des Etats-Unis, publi6e engagess) dans le processus a redoubler deux poids lourds : les Etats-Unis ainsi bois!


vingt-quatre heures apres (22 Aofit
2008), elle salue, d'une manibre
g6ndrale, impliqu6s (...) qui ont d6montr6 leur
volontW de placer les int6rets du peuple
haitien au-dessus de toute autre
consideration. >>

L'entr6e en scene de
deux poids lourds ...


d'efforts envue d'atteindre ce but. >
Pour finir, l'Ambassade des
Etats-Unis apporte son appui sans
6quivoque au Premier ministre ratified,
puisque (nous citons)<< elle tient
6galement a r6it6rer son engagement a
travailler 6troitement avec le Premier
ministre et son nouveau gouvemement,
une fois entr6 enfonction, afinde l'aider
a poursuivre son objectif qui est


que la Mission de 1'ONU forte d'environ
10.000 soldats et policiers et personnel
civil de plusieurs nations du monde et
dont le mandat est issu du Conseil de
s6curit6.

Prisonniers d'un
labyrinthe qu'ils ont eux-
memes concu ...
Jusqu' apr6sent l'international


Joignant le geste a la parole, les
memes partis recommandent a leurs
parlementaires de voter la ratification du
programme de gouvernement du
nouveau Premier ministre Michble D.
Pierre-Louis.
On pense que cette dernibre,
ainsi que le Pr6sident Rend Prdval, ont
eux aussi bien requ le message. II faut
profiter au maximum de cet interlude,


Le PMratifid Mine Michele D. Pierre-Louis reque par le Prdsident
de la Chambre des deputies, Pierre Eric Jean-Jacques (photo Georges Dupe)


La prochaine fois, le feu !
(MENACE... suite de la page 4) contribution pour ne pas laisser le pays
la maison d'un chevalier, d6truisirent la sombrer (< tout mounbay kontribisyon
maison et tubrent le chevalier, la dame pa w nan batay pou sove Ayiti >).
et les enfants, petits et grands >. Etc


L'animalitW des
emeutiers ...
Ce r6cit est fait bien sfr pour
soulever le lecteur contre l'animalit6 des
6meutiers. Mais sans rappeler < le
contexte difficile de la Guerre de Cent
ans, assombri depuis 1348 par la Grande
peste. La noblesse (apres maintes
d6faites contre les troupes anglaises) est
d6consid6rde. Et lorsque les grands ne
guerroient pas, ils ranconnent le paysan.
Au-dela de la pression fiscale, due au
versement de la rancon du roi, la
mdvente des productions agricoles
placent les paysans dans une situation
intolerable. >>
Est-ce que le tract mentionn6
plus haut vise aussi a nous prdvenir de
l'animalit6 laquelle nous risquons cette
fois de faire face en cas de reprise des
6meutes d'avril dernier ...
Et a pousser tous les d6cideurs
(politiques, soci&te civile, secteur priv,
professionnels) << apporter leur


L'exploitation aussi une
des pires formes d'animalit ...
D'un autre c6t6, rappelons-
nous que c'est sachant aussi que
l'exploitation sous sa forme m6di6vale
(comme du temps des jacqueries) ou
coloniale (comme dans la colonie de
Saint Domingue) ou ndo-coloniale est
aussi une des pires formes d'animalit6,
qu'on a invent la d6mocratie.
D6mocratie que les d6cideurs
haitiens tiennent aujourd'hui encore
captive. Devons-nous ajouter d6cideurs
aussi bien politiques que economiques.
DMs lors comment oublier les
grands gendarmes 6conomiques du
monde qui nous ont pouss6s eux aussi
(pour ne pas dire eux sp6cialement) dans
cette impasse.
Quel que soit l'objectif
recherche par ces tracts (y compris leurs
maladresses), il ne faudrait pas les
prendre totalement a la l6gere.

MIlodie, 24 Aozt 2008


Dirigeants du parti OPL : Suzy Castor Edgard Leblanc et l'ex-PMRosny Smart
(photo Eugene Robenson)


avait choisi de jouer un rBle de
spectateur. Attentif certes, mais laissant
aux acteurs politiques locaux la gestion
de la crise au quotidien.
Mais aujourd'hui il est plus
qu'dvident que ces derniers ont fait tant
et si mal qu'ils se sont totalement pi6g6s
eux-memes. Prisonniers d'un labyrinthe
qu'ils ont eux-memes conqu. Sans
aucune issue d6sormais, qui ne fasse
qu'empirer le mal, passer de mal en pis.
L'international n'est pas
uniquement le seul a disposer des
moyens de faire bouger la situation.
Mais il est aussi le seul a n'avoir point
besoin d'utiliser les grands moyens que
la seule arme de la dissuasion. La per-
suasion par la dissuasion.
Pour r6p6ter le president
Theodore Roosevelt, < speak softly, but
carry a big stick > (il suffit de parler
gentiment puisqu'il n'y a pas moyen de
nier ta force !).

Profiter de cette fenktre
d'opportunite ...
De fait, les partis politiques
n'ont pas attendu la sortie des
communiques ci-dessus mentionnes
pour faire 6tat de leurs bonnes intentions,
mettant imm6diatement fin a leurs
pr6c6dentes exigences d'avoir au sein du
nouveau cabinet minist6riel leurs
propres repr6sentants, ceux-ci choisis de
leur main propre et non selon les


de cette fenetre d'opportunitd, pour
activer le processus de formation du
nouveau gouvernement qui doit
accompagner Michble Pierre-Louis lors
de la presentation de son programme
par-devant les deux chambres
16gislatives.
Car il n'y a pas que les partis
politiques qui soient en cause. Le
partage des fauteuils minist6riels ne va
pas sans parfois d'apres discussions en-
tre le chef de l'Etat et son futur chef de
gouvernement. Et il semble que Mr.
Prdval et Mme Michble Pierre-Louis
n'dchappent pas a la regle.
Toujours est-il que c'est la
dernibre chance qu'il leur reste de
franchir la ligne d'arriv6e.

Le hic demeure au S6nat

De sources g6ndralement bien
informees, tout devrait 6tre pret pour la
tenue au d6but de cette semaine de la
seance de ratification du programme de
gouvernement. D'abord par les d6put6s

Les deux blocs majoritaires a
la Chambre des d6put6s (CPP/
Concertation des parlementaires
progressistes ; UPDN ou Union des
parlementaires pour le d6veloppement
national), qui sont dominds
respectivement par les partis LESPWA
et Fanmi lavalas, l'ont promis au
(L'INTERNATIONAL / p. 6)


FICHE D'AONNEMENT A HAITI EN MARCH


IfI't*pD'or II


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Am6riaue Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
SUS $ 7000
US $ 70.00


SI cLa"I.piur


Gdes 520.00
_US $ 78,00
_ US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dan le cas d'un abonnement
avec livralson, e coOt est le double.
PrdIre do spcfler sl vous Ates
un nouvel abonni
ou s'll s'aot d'un renouvellemMt


Nouveau


Renouvellement

L-i


p
r1
cl
1'


Nom
Adresse









I UNE ACTUALITE POLITIOUE


Mercredi 27 Aofit 2008
SHaiti en Marchep Vol XII N 31


L'international se mobilise mais jusqu'a quel point ?
(L'INTERNATIONAL... d'6lections en retard et autres) ... des s6nateurs d6cident de refuser leur sans que personne ne soit lese dans ses
suite de la page 5) Primo, le quorum ou nombre vote (ou que trois d6cident de rester chez droits.


President Pr6val.
Mais l'inconnue n'est pas pour
autant lev6e au Snnat.
Quelle difference l'entrde en
scene de l'intemational repr6sente-t-elle
pour les s6nateurs qui constituent le
dernier goulot d'6tranglement dont au
moins 5 avaient vot6 abstention lors de
la ratification du choix de Michble D.
Pierre-Louis et dont au moins 2 ontjurd
de ne jamais voer en sa aveur.
Les 1Z zom ies ...


de s6nateurs dont la presence est
obligatoire pour valider une stance est
de 16. Cela malgre les efforts tout i fait
compr6hensibles des uns et des autres
pour le ramener a 10, car le cas actuel
revient a faire comme si le S6nat
comprenait 30 s6nateurs en existence, a
faire voter 12 s6nateurs qui n'existent
pas, 12 zombies.
Mais la majority des s6nateurs
se refuse a toute modification.
Secundo, la ratification de


eux) pour que tout reste bloqu6 comme
devant. Aujourd'hui comme hier.

Rabaisser le quorum semble la solution
la plus d6mocratique ...
Or les partis politiques, quelles
que soient les bonnes intentions qu'ils
affirment d6sormais, ont perdu
aujourd'hui tout contr6le sur leurs
repr6sentants au Parlement qui ont &te
les seuls a faire la loi depuis l'entrde en
fonctions des l6us de 2006.


Soit pour amener a plus de
comprehension ceux (ou celles) parmi
eux qui oublient, comme dit la
declaration de l'Ambassade des Etats-
Unis, de < placer les int6rets du peuple
haitien au-dessus de toute autre
consideration. >> Soit d'ordre subjectifou
religieux, soit simple clientdlisme, quand
ce ne sont pas carr6ment des dettes a
rembourser, au sens propre.
Mais comme tous sans excep-
tion se considerent de fiddles amis de


Le PM sortant Jacques EdouardAlexis dans un message a l'occasion
du 3e Congres du PLB "Parti Louvri Baryd (photo Georges Dupe)


Les deputies ratifiant le choix comme Premier Ministre
de Michle D. Pierre-Lousi (photo Georges Dupe)


Or l'actuelle arithm6tique au
SRnat nejoue toujours pas en faveur de
Michble D. Pierre-Louis et son
gouvemement.
Il y a seulement 18 s6nateurs
en fonction (les 12 autres postes sont
vacants pour cause de mandat achev6 et


l'6nonc6 de politique g6ndrale est
d6cid6e a la majority absolue. Ayant
choisi de maintenir la fiction d'un s6nat
de 30 membres, il faut done le vote fa-
vorable de 16 s6nateurs (sur les 18
presents et les 12 zombies).
Conclusion : il suffit que deux


En un mot, international doit
a present consacrer toute son attention
aux s6nateurs.
Soit pour les convaincre de
rabaisser le quorum de 16 a 10, par
exemple, qui est la solution la plus
d6mocratique pour terminer le conflit


Washington, une sortie definitive de la
crise ne devrait d6sormais point tarder.
C'est 1i aussi qu'on verra si
l'international a vraiment d6cid6 de
mettre tout son poids dans la balance.

Haiti en Marche, 23Aozt 2008


LE LAIT A DES PRIX PROHIBITIFS

Ou est la convention

protegeant les enfants ?


(LAIT... suite de la page 2)
a la production locale de prosp6rer dans
un sens b6n6fique pour l'6conomie du
pays car ce sont des devises qui seraient
6pargn6es.
Nous ne saurions y r6pondre vu
que les autorit6s sont moins enclines
aujourd'hui a expliquer ou expliciter leur
politique qu'avant.
De toutes faqons, on a expliqu6
toutes les hausses. La gazoline a la
pompe, c'est a cause du prix du baril sur
le march mondial. MWme si le baril a
subi une forte baisse ces demiersjours,
ce qui ne s'est pas encore refl&t6 sur les
tarifs locaux. Mais peut-6tre juge-t-on
cette baisse purement conjoncturelle,
trop passagbre !
La hausse du bl6 ou du mais,
c'est parce que ces produits servent a
fabriquer du bio-diesel.
La hausse du prix du ciment sur
le march local (passant en une semaine


de 58 dollars haitiens le sac a 62, puis
d'unjour a l'autre 64, 67 et en province
69), l'on nous dira c'est le p6trole.
Mais c'est bizarre, parce qu'en
meme temps le p6trole est retomb6.
Toujours est-il que le lait ne
sert pas a fabriquer du bio-diesel ...
Mais voilh, les vaches dans ces
pays-1i sont nourries aux c6rdales. Et les
c6rdales servent a fabriquer du carburant
vert ...
Que devient entre-temps la
convention en faveur des enfants, selon
laquelle le lait est essentiel a leur
formation physique, mentale et
intellectuelle ?
Les enfants des pays pauvres
sacrifi6s au carburant pour les grosses
cylindrdes ...
Ce ne sera pas le premier ni le
dernier scandale de notre 6poque.

MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


MIAMI-DDE

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
25diver'i ExcceLLexce Every aly2


Faut-il renvoyer


la rentree ?
(LA RENTREE... suite de la page 3)


Ensuite il faut compter avec les
parents qui ont dji pris les dispositions
pour envoyer leurs enfants a l'6cole a la
date officielle du ler septembre. Quitte


Que voulez-vous Les 6coles
publiques ne couvrent que 15% de la
demande scolaire. Les directeurs du
priv6 tirent le maximum de cette


a consentir pour cela de grands sacrifices

Ne vont-ils pas sentir leurs
droits 16s6s si la date vient a etre
d6plac6e. Et sans avertissement
pr6alable.
On a soulign6 aussi a notre
attention les directeurs d'6tablissements
priv6s qui font payer la rentr6e de
septembre a l'avance. Soit, avant la fin
de la pr6c6dente annde scolaire. Ceci
pour garantir la place de votre enfant
dans leur 6tablissement a la prochaine
rentrde.


situation.
I1 est certain qu'ils ne vont pas
rembourser le mois de septembre si la
rentr6e vient a etre reported a octobre.
Etc.
C'est done plus facile a dire
qu'a faire un renvoi de la rentr6e.
Cependant les difficulties
6conomiques sont une evidence et plus
de la moiti6 des parents ne sont pas en
mesure de couvrir tous les frais.
Done il faut prendre une


(voir LA RENTREE / 7)


Page 6


Manifestations contre les cozts trop dlevds desfournitures scolaires
(photo Robenson Eugene)








Mercredi 27 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 31


SUSPENSE RATIFICATION


PORT-AU-PRINCE,
21 Aoft Ce n'est plus de
blocage qu'il s'agit
maintenant, mais d'un
embouteillage.
Embouteillage, collision,
entre-choc, deadlock. Mais tenez-vous
bien, entre diff6rents cabinets
minist6riels en competition.
Il y a le cabinet ministeriel du
President Rend Pr6val qu'on lui
reproche de mettre sur la table; il y a
celui du Premier ministre ratified dont elle
cherche naturellement a se faire
accompagner ... Rome m'a choisi !
Il y a le cabinet des s6nateurs
que ceux-ci veulent imposer au chef de
l'Etat et au Premier ministre ratified,
sinon pas de ratification du programme
de gouvemement ...
Il y a enfin le cabinet
minist6riel des responsables de partis
politiques que ces derniers n'entendent
pas voir disparaitre dans la foule, c'est
eux qui doivent faire leur choix. De leur
main propre.
Or comme notait le PM ratified
Michele Pierre-Louis lors de sa premiere
conference de presse : il y a 18
ministries mais 19 partis politiques.
Done impossible de donner satisfaction
a tout le monde. La barrique de mais
n'est pas assez remplie !

On voit 18 mais il faut
dire 19 ...
Or en plus des 19 partis
politiques, ily a 18 s6nateurs qui veulent
imposer chacun son propre choix. Et les
98 d6put6s aussi, pourquoi pas.
Pourquoi 6tre en reste !
Encore que si le d6compte 6tait
simplement arithm6tique, ce serait un
peu moins compliqu6. Mais ici les
chiffres n'impressionnent gubre. Onvoit
18 mais il faut dire 19.
Ce n'est pas un ceuf ila coque,
c'est un ceufbrouill6 dont il s'agit. C'est
un embrouillamini.
Ailleurs on aurait considered
l'intention du chef de l'Etat comme tout
a fait louable. Il n'y a pas un parti
pr6sidentiel qui domine au Parlement et
dont le Pr6sident tirerait tous ses
ministres, comme un prestidigitateur sort
des colombes de son chapeau.
Devant l'absence d'une telle
majority (appel6e couramment majority


(suite de la page 6)
decision.
Ah oui, nous devons ajouter
qu'un renvoi de la rentrde peut aussi
avoir un impact sur l'image g6ndrale du
pays et renforcer l'impression de chaos
toujours latent. Entit6 chaotique
ingouvernable !
Du moins si la decision est
officiellement endoss6e par l'Etat
haitien.
Par contre il existe peut-6tre un
moyen terme. Supposons que rien ne
change officiellement i la date. DMs lors
les enfants dont les parents en ont les
moyens, peuvent entrer a l'6cole d&s le
ler septembre.
Et les autres un mois plus tard.
Mais les absents et retardataires ne
seraient pas sanctions.
Et les 61&ves ne seraient pas
obliges de verser le mois de septembre.
De cette faqon tout le monde
pourrait etre content: les parents, les
6ducateurs et les enfants qui tiennent a
commencer l'anne d6s septembre pour
pouvoir 6puiser tout le programme.
En meme temps, les parents qui
ont moins de moyens obtiennent un mois
de plus pour se mettre en regle. Et sans
p6nalit6.
Le Ministbre veillera a ce que
les directeurs d'6tablissements priv6s


Embouteillage !


absolue), M. Pr6val fait ses choix
consideration de parti.
Ainsi son (ou sa) ministr
affaires 6trangeres qui pourrait et
membre de 1'OPL, son titulaire
sante un proche du parti Fusion. I

Personne n'est di
Mais tout le monde s'en for
Partout ailleurs c'est ce c
appelle un gouvernement d'ouvei
c'est-a-dire dont les membres
choisis pour leur competence ou
engagement, non pour leur affili
politique qui peut etre de differ
tendances.
Un president franqais Ni
Sarkozy pousse l'exp6rience jus
s'offrir un gouvernement d'ouverti
gauche) alors meme que la droite
majority au Parlement.
Mais chez nous tout cel
bien trop fin. On se fiche qi
gouvernement soit d'ouverture ou
pourvu qu'il ME donne satisfactio
cela ne peut 6tre assure que sije pe
placer mon homme (ou une femm
moi. Car celui-ci (ou celle-ci) sa
vu et au su de tous, sans aucun
d'ame, que c'est a moi qu'il (ou
doit son poste. Personne n'est (
Mais tout le monde s'en fout.
Aussi ne vous 6tonnez p
voir des partis politiques arriverjus
d6savouer leurs propres membre
fois que ceux-ci seraient choisis i
President. Parce que ce n'est pas eu
ont fait le choix. De leur propre
Done ils ne peuvent exercer au
influence sur le b6ndficiaire.

L'inexorable
degradation de nos
moeurs politiques...
Ce que les leaders de
partis et les s6nateurs en
questionveulent, c'est done un
deal. Et qui cela peut-il
d6ranger ? Ce ne serait pas la
premiere fois. Ni
probablement la dernibre.
Mais cette fois cela va tres
loin.
C'est un degrd plus


sans

e des
re un
de la
Etc.

ipe.
ut ...
lu'on
rture,
sont
leur
ation
entes

colas
squ'h
ure (a
e a la

a est
ie le
non,
:n. Et
eux y
e !) a
it, au
i tat
elle)
dupe.

as de
squ'h
s des
par le
ix qui
nain.
icune


bas et meme tres bas dans l'6chelle de
l'inexorable degradation de nos mceurs
politiques ...
Mais qa on connait d6ji depuis
longtemps.
Cependant une nouvelle
complication se pr6sente cette semaine,
un nouveau facteur qui s'appelle le
Premier ministre ratifi6 ...
Nous faisions remarquer dans
un pr6c6dent editorial que Mme Michele
Duvivier Pierre-Louis a une difference
avec ses deux pr6d6cesseurs nomm6s
par le Pr6sident Rend Pr6val (Ericq
Pierre et Robert Manuel) qu'elle a ses
propres partisans a elle, son propre gang
(si l'on nous permet l'expression).
Ces derniers ont pris faits et
cause pour la directrice g6ndrale de
FOKAL, l'une des plus puissantes
ONGs du pays.

Cabinet minist6riel de
poche ...
Le President Pr6val devait
done normalement s'attendre que Mme
Pierre-Louis dispose de son petit cabinet
minist6riel de poche. Et qu'elle entend
emmener avec elle au pouvoir.
C'est parait-il le cas, et c'est ce
qui constituerait cette semaine le
principal 616ment de blocage.
Aprbs les s6nateurs et les
leaders de partis, c'est maintenant le
cabinet du PM ratified qui entrerait en
collision avec celui du Pr6sident.
Et tout comme onvient de voir
avec les autres, meme quand M. Pr6val


MIAMI-D
-ww^^


n'exercent pas de reprdsailles
contre ces 61eves.
Vous me direz : est-ce
que nous ne sommes pas en
train d'encourager l'exclusion
sociale ?
En tout cas, ce n'est
pas ainsi non plus qu'on en
trouvera la solution. Par des
mesures improvises selon les
circonstances et au gr6 de la
conjoncture.
La seule vraie
solution c'est que l'Etat soit
capable de garantir
l'enseignement pour tous les
enfants du pays sans exception.
Comme l'exige la
Constitution en vigueur.
Pour commencer, en
fournissant le materiel scolaire
indispensable a la rentr6e.
Aussi bien pour les
elves du public que pour ceux
du priv6, mais selon une
convention qui devrait etre
conclue avec les
6tablissements priv6s et qui
permettrait en meme temps a
l'Etat d'avoir un meilleur
contr6le de leurs activities.


Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


aurait fait des choix dans
l'entourage meme du
Premier ministre ratified.


Mais ce n'est pas la
meme chose. Tout comme les s6nateurs
et leaders de partis, Michble Pierre-
Louis a probablement son propre
agenda politique (pas forc6ment dans un
sens p6joratif). Et qui ne recoupe pas
obligatoirement celui du chef de l'Etat
Olu de la Nation.

Nul n'est totalement
innocent ...
Jusqu'aux d6put6s des deux
groupes majoritaires (CPP et UPDN)
qui disaient n'avoir aucune ambition
dans la formation du gouvernement,
mais qui maintenant protestent devant
la decision de reconduire certains
ministres du gouvernement
d6missionnaire.
Bref, nul n'est totalement
innocent.
Conclusion : nous voici devant
un immense cafouillage.
Si l'on compte le cabinet du
President, le cabinet du Premier ministre
ratified, le cabinet des s6nateurs, celui des
responsables de partis politiques, celui
des d6put6s, pourquoi pas ... Plus le
cabinet des associations 6tudiants-
secteur populaire. Sans oublier le
cabinet des organisations feministes.
Etc.
Cela fait en effet beaucoup de
monde pour 18 postes ministeriels !
Vous avez dit embouteillage.
Je dirais meme plus, c'est un sacred
bouchon.
MIlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


MIAMI-OADE AVIATION DEPARTMENT


LEGAL ANNOUNCEMENT REGARDING
EXPRESSIONS OF INTEREST-FOUR DEVELOPMENT SITES AT
MIAMI INTERNATIONAL AIRPORT
PROJECT NO. EOI-01-08
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
The Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above referenced
Expressions of Interest document (EOI), which can be obtained by visiting our Website at:
www.miami-airport.com/html/businessopportunities.html (in order to view the full EOI
document, please select "Advertisements" link at the bottom of the Business
Opportunities page and then select the respective project).
INVESTMENT SITES: Miami-Dade County's Aviation Department (MDAD) is soliciting
responses to the Expressions of Interest (EOI) from developers/investors for the
development of four investment sites at Miami International Airport (MIA).
The four investment sites are located in areas adjacent to MIA's Central Boulevard which is
the main public entranceway to the Terminal Building. These investment sites are:
1) Area "A," commonly known as "Central Base," is a 25 +/- acre site. If an
investor/developer chooses, the site may be subdivided into an 8+/- acre
parcel that currently consists of a surface parking area; if this option is chosen,
the investor/developer will not have any future development rights to the
remaining 17 acres. MDAD is not mandating what type of development should
go on this site; however, preliminary feedback from interested parties indicates
that a conference center hotel may be ideal for this site. Also, MDAD will not
consider any proposals regarding fixed-based operations (FBO) for this site.
2) Area "B" is an 8 +/- acre site adjacent to NW 20 Street and is designated for
the development of a new retail service plaza.
3) Area "C" is the designated new hotel site and is comprised of a 3 +/- acre area
that straddles the access lanes to the parking garages (the "New Hotel Site").
4) Area "D" is the existing in-terminal hotel located at Concourse "E". The hotel
has undergone several renovations; however, extensive renovations are still
required including meeting Miami-Dade County Building codes compliance.
Currently, Area D is the existing 252-room, in-terminal MIA Hotel site that may
also include three floors of adjoining office space currently occupied by MDAD.
All other applicable rules, procedures, regulations applicable to privately-funded projects on
airport properties will apply. See Exhibit D of the EOI document for the applicable lobbying rules.


Page 7


La rentree ?








I LES TEMPETES SE SUIVENT


Mercredi 27 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N 31


IIU1%A Itt V I -IN I -^






"Copyrighted Material



Syndicated Contentl


Available frotmCommercial News Providers"
'Available fro o~er


Fay balaie la Caraibe

Le bilan est lourd, sauf a Cuba


(Maria Larios et Manuel Rodriguez, Unit6
panamdricaine d'intervention en cas de catastrophe,
Panama)
20 Aoft 2008 La Croix-Rouge reste en 6tat
d'alerte apres que l'ouragan tropical Fay a noyd sous

Le PM Ratifie dement
avoir voulu se retirer
(DEMENTI... suite de la page 3)
la politique g6ndrale. Je n'ai pas voulu me prononcer
publiquement avant d'arriver au terme des
n6gociations.
En accord avec le Pr6sident Rend Prdval, je
procede aux dernieres consultations relatives a la
formation du gouvernement et je me prepare A
presenter, dans les meilleurs d6lais, au parlement
l'6nonc6 de la politique g6ndrale.
Je r6affirme mon engagement et ma
determination a servir mon pays. La population est
impatiente, elle attend l'issue de la crise
gouvernementale et des actions concretes qui
amdliorent ses conditions de vie.
Port-au-Prince, le 20 aoft 2008
Michele Duvivier Pierre-Louis
Premier Ministre Ratifie


des trombes d'eau 'ile d'Haiti, l'est et le centre de
Cuba, la Jamaique et le nord des Caymans. Sixieme
temp6te de la saison dans l'Atlantique, Fay a fait au
moins 54 morts en Haiti et en Rpublique dominicaine.
En Haiti, les crues des rivieres ont cofit la vie
a sept personnes et deux autres sont portees disparues.
Une soixantaine d'habitants de Jacmel qui avaient df
6tre dvacuds ont pu r6int6grer leurs foyers, mais deux
maisons ont &t6 d6truites et une cinquantaine ont &te
inond6es a Tiburon. En outre, plus de quarante
passagers ont p6ri dans un accident de car, le v6hicule
s'6tant retourn6 avant de tomber dans la riviere Glace
(Grande Anse). La Croix-Rouge haitienne a mobilis6
des volontaires pour assister les familles affect6es et
proc6der a des evaluations des besoins.
En R6publique dominicaine et a Haiti, plus de
2000 personnes ont ete evacuees dans des abris
d'urgence, des centaines d'habitations ont &t6
endommag6es et plus de 15 000 foyers ont &te priv6s
de courant. Le passage de l'ouragan sur le territoire
dominicain a fait quatre victimes et sem6 la desolation
parmi une trentaine de communaut6s dont dix-sept ont
&td temporairement coupes du monde ext6rieur suite
aux d6gits subis par les routes et les ponts.
A l'int6rieur des terres, des rivieres sont sorties
de leurs lits et des centaines de maisons ont &t6
endommag6es. Des abris provisoires ont &te am6nag6s
afin d'accueillir plus de 2000 sinistrds. La province


d'Azua, dans le sud, a &t6 la plus durement touchde,
mais celles de District National et de Santo Domingo
ont 6galement 6t6 s6rieusement inond6es. Ponts,
habitations, stations 6lectriques et autres 616ments
d'infrastructure ont subi de lourds dommages.
Les 6quipes de secours de la Croix-Rouge
dominicaine ont particip6 aux operations de recherche
et de sauvetage, aid6e dvacuer les familles menaces
et proc6d6 a des evaluations des dommages et des
besoins. A Azua, le coordinateur de la gestion des
(voir FAY / 9)

I xb S..


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 8


MIAMIDAD

LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract
opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from
our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the solicitation package(s),
free of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all branches
of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to
view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be
subject to change.
Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773
There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling
charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States
Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance
No. 98-106.
Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring
vendor affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each
time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors
complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain
the Vendor Registration Package on-line from the DPM website.








Mercredi 27 Aoft 2008 !
Haiti en Marche Vol XXII N' 31 HAITI-CO


i






"Copyrighted Material .

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Cap-Haitien : Des acteurs

s'engagent contre la violence


Dans un change avec la
presse, le president de la Commission
nationale de d6sarmement,
d6mobilisation et r6insertion (CNDDR),
Alix Fils-Aim6, le directeur
d6partemental Nord de la Police
Nationale d'Haiti, Joany Candus, et la
responsable adjointe de la Section de la
Reduction de la Violence
Communautaire de la MINUSTAH,
Mme Adama Ndao, ont pr6sentW, le 29
juillet, des projets relatifs h la reduction
de violence communautaire. Ces
derniers sont en cours d'ex6cution dans
des quartiers d6favoris6s du Cap-
Haitien.
La rencontre avec la presse a


eu lieu en marge du s6minaire de
formation sur l'l6aboration de
documents de projets pour des membres
des Secr6tariats de forum. Al'occasion,
le president de la CNDDR, Alix Fils-
Aim6, a fait une presentation sur les
r6alit6s 6conomiques et gdographiques
d'Haiti, tout en d6gageant la sp6cificit6
de chaque region.
II a soutenu que la mobilisation
des ressources du pays contribuerait a
changer les conditions de vie de la
population et a diminuer les actes de
violences et de banditisme. Pour lui en
effet, d'Haiti doit 6tre ax6 sur les potentialit6s
r6gionales >.


ve
Te
pr
joL
les
p6

Plh
vil
co

di;
ma
de
et


ERA UN I Page 9

Partenariat Guadeloupe-Haiti
Une convention a &t6 signde manquer de liquide vital d&s 2025.
ndredi matin entre la ville de Basse- L'Association Guadeloupe-Haiti
:rre et une d6ldgation haitienne installed dans l'archipel, s'est dite
Ssente en Guadeloupe depuis quelques satisfaite de l'engagement et des
urs. Objectif : favoriser et intensifier propositions faites par la ville de Basse-
S6changes culturels, 6conomiques et Terre. Comp6tences et qualifications
dagogiques. techniques en terme d'environnement
Abricot, Gressier, Dondon, et seront ainsi mises a la disposition des
aisance. Ce sont les noms des quatre Haitiens.
lles haitiennes concernes par cette La d6l1gation a profit de ce
nvention de partenariat. voyage pour remercier Lucette
Une d6l1gation compose d'une Michaux-Chevry pour son engagement
zaine de membres a &te revue vendredi pour Haiti, en matibre d'6ducation, lors
atin a la mairie de Basse-Terre. Deux de sa pr6sidence a la R6gion. Deux
s points abord6s ont &te le reboisement bibliothbques devraient ainsi porter le
la preservation des ressources en eau. nom du maire de Basse-Terre.


Les Haitiens craignent en effet de


Le president de la CNDDR
attend la formation du nouveau
gouvernement pour formuler des
demandes concretes auprbs du
gouvernement et de la pr6sidence, ceci
en vue d'institutionnaliser les
Secr6tariats de forum communautaire. I1
a fait savoir que bon nombre d'anciens
militaires d6mobilis6s et des individus
arms ont pu b6ndficier d'une r6insertion
sociale grice notamment l'action de
la CNDDR.
Pour sa part, la responsable
adjointe de la Section R6duction de
Violence Communautaire de la
MINUSTAH, Mme Adama Ndao, a
exprim6 sa satisfaction relative al'appui
apport6 par la Section RVC de la
MINUSTAH a la communaut6
haitienne, notamment en ce qui concerme
la reduction de violence. Elle a r6affirm6
l'engagement de la MINUSTAH a
travailler au bien-6tre de la population.
<< Plus de 14 projets de mobilisation et


de sensibilisation ont &t6 ex6cut6s dans
le d6partement du Nord, au cours de
l'annde 2008 >>, a-t-elle expliqu6.
Mme Ndao a 6galement invite
lesjoumalistes a s'int6resser aux projets
de Haute Intensit6 de Main d'ceuvre qui
sont en train d'6tre ex6cute dans
plusieurs quartiers d6favoris6s de la
commune du Cap-Haitien. Ces projets
d'assainissement et de curage des
canaux s' 61vent a 180.000 dollars
amdricains environ, pour une dur6e de
trois a six mois.
De son c6t6, le directeur
d6partemental du Nord de la Police
Nationale d'Haiti, Joany Candus a invite
la population a la collaboration, en
fournissant des informations et des
renseignements fiables a la police, en
vue d'ameliorer la s6curit6 des vies et
des biens des citoyens. < ne peut 6tre efficace dans aucun Pays
du monde sans une franche collaboration
de la population >, a-t-il soutenu.


"Copyrighted Material


Syndicated Content,


Available from Commercial News Providers"


Fay balaie la Caraibe
(suite de la page 8)
catastrophes a la Croix-Rouge travaille en 6troite
liaison avec la cellule de crise municipale.
A Cuba, quelque 10 000 personnes ont &t6
6vacu6es avec le concours de la Croix-Rouge et, le 18
aofit, la Defense civile a annonc6 le retour a la normale
dans toutes les provinces affect6es. On n'a d6plord ni
morts, ni bless6s. La Croix-Rouge cubaine a 6galement
diffuse des messages de prevention par le canal des
m6dias nationaux et r6gionaux et a entrepris d'6valuer
les besoins des communaut6s touches.
La Fed6ration internationale suit de prs
l'dvolution de la situation par l'interm6diaire de son
Unit6 panam6ricaine d'intervention en cas de
catastrophe base a Panama et en 6troite coordination
avec les Soci6t6s nationales concernes. Elle se tient
pr6te a apporter si n6cessaire un soutien a ces dernires.





Pat6 Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami. FL 33160
Tel. 305-756-3695


Catering Spealists
Cakes, Pastries, Hors d'Oeuves
for all occasions







I CONVENTION DEMOCRATE


Mercredi 27 Aofit 2008
SHaiti en Marche Vol XXII N 31


lb rack ur 1vma. unk AVmson fumLuvani






^"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
a mL I&,& il, , a a


- Cargo G6n6ral .. I.
- Barils11 i /.LLE D.E
- Produits p6rissables 1
- Effets persnnels
- Produits explosifs
- Toutes dimensions de mat6rielss
POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPEAL
1-800-927-6059 "M'-
u aics a n A cum-m AilM:SS
ou envoyez nous on e-mail: sales@amDietLcomW


COURRIER DES LECTEURS
Merci pour "Camp-
Perrin, la plus belle"
Mr Garcia,
Cher Mr "Edito",
Merci pour ce gentil 6dito sur Camp-Perrin,
la plus belle commune du pays, j'espbre que tes
suggestions seront prises en compte par les autorit6s
... pour toutes les raisons que tu as mentionndes:
promotion dutourisme, protection du Saut Mathurine
et des bassins versants.
La prochaine fois, il faut surtout pas rater la
belle grotte de Counoubois crech6e dans la montagne
verdoyante de Laroche, une grotte qui abriterait 21
chambres, mais moij'ai pu seulement en explorer 11,
une veritable merveille avec des stalactites et des
stalagmites partout.
Bravo et merci h toi et a toute 1'equipe.
Salutations distingudes


Pierre-Andre Guillaume


Page 10





Mercredi 27 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 31


Pou yon lavi miyo... komanse byen


kolarite


ou met konte sou nou


wMffllI


Nou pale krey6l 1-877-984-1726

*Pou tou transaksyon kl depase 55 dola nan nenpbt ki ajan lokal an Ayiti wap gen yon frk 9% pou peye.
2008 Western Union Holdings, Inc. Tout DOrits Riservs.


Page 11


a e*
F. P.7-p PW -1 -n1q













NOTRE HISTOIRE


Mercredi 27 Aofit 2008
1 Haiti en Marche Vnl XXIT N 31


- W - -I -mDhu- -%-- ~m q- --I


a'- a a a..

- 0 -r -- a -

a 0 r 0 ,
aI a -a


a a


-

- ar


al -


w- -

0


O' rnnD )Q o -


-nM .
a-a -


.w- 0 .
low -
-
b-
-aw
- o 1


a -
- a


a a


--r* ar -



a a -
-r a a


- -" Coghtdrial. a .







indicated Content--




Available from.Commercial News Providers"


4m - 0 -. 0
-r-- - a




An- mow




- ,~ 0 -~- 0 allw w 0 0W
a~ -.00- 4w*

-am- 0
a - 10- Gllb
W- al-ia-aGa em -
Gmb Gill




willim.ab --110



4 1, do- M,


ar a a a a


-- S


0 -


Ao


4w1




"'o
a auu a
a a

*r ~r a


- a
- a


aI -r -r 0 -

aCI a I - a
a- -- 5

-a -a


*


a *




- a.C C

*






*
*Ia a rI


c a a a a-


a- - a -

a-- a- aC -~ ~- a


*w 44W -glo
- a a 0--
a r a a - a


a 0 - -

4m- l- -











~ II C41WI
-r -, r--. 0 -


- a a


-.r *r~ - I a


* aC ar

- --a a a a





- a a


S-


a a a o


CONTACT US

TOLL FREE: 1-888-383-2856

OR: 305-620-8300

FAX :305-620-8332

CELL: 305-986-881 1


"Oft S&P mwm I crewrr~
r- *




-- -- -aa-


a I - ar


A. a 4 bk


0 - a


am -


- a

a a
a -


a-1,
aC

a-e


IIa -


a1 -


ar -
a



- a


* ap 0 d o aa
- a a -








a a -
a 40



.19 b, i


*gop a-- 4,0 - -40
a 40.- a 4a 4-a-.W.4


a-


- a O f- a -



0 a a a

*~ rrI aa-




a a -
a- a ac-a -


- dw 4



- 4
a --

-II 0 -


a a -a b



- a a


Page 12


rr


w


a


o







Mercredi 27 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 31 PETITES ANNOUNCE
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
Melodie Matin
I sur 103.3FM


VVilvt. IIL1ik LIi0u011fL
PrSku.dmceI PrtdPdx&i Cays 1C~pHIUm I /Jurv


Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
T616phones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients

Graphics Web De~~~~sin-Pitn -PC le ic


oames W Saxtvaud
Manager


f rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


ESTATE GARAGE SALE
Saturday, July 12TH 9:00 am to 3:00 pm
2481 NW 152ND Terrace


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
Hopital Ste Justine pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tel.: (509) 3685-8432 3404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com
HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H
SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H


Page 13





Le Look
Rue Panamricaine #14,
Ption-Ville, Haiti
T1.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
DIor, CartIer, Br o Mag, Vogue
Consultation chaque jour
par un midedn-occuiste.


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR"


office:
cell:
fax:
email:
web:


770.8 74.620
404.405.6584
770.439.7857
bernardl@metayer-realtygroup.com
Metayer-RealtyCroup.com


KELIZR WilAMS.
R II A I I
C I r Y I I E


Vote rendez-vows a Jac iit 0
LA J CMI ( IENNE
us sommes en.lieuiur de 1a
ville, mns sur la plage.
Chez nous, le bru(lx es values.
vous berc cnuit etjour p
C st aussi un lieu ideal pour
tables ron es, seminaires, ateliers de
travail... dais aussi pour receptions et
festivals detoutes sortes
BolII- jh1 : !!,II- hi1conn Anilt SLI


wm I 1T-t
SLA JACME1LIENN
1UEST ANNE 971E TOI.... 288-3451-52
teai ellen n e a otinai hl.con loteljacmelienne@yahoo.fr



..#.As. . ...........* ao4 p 0n e


"Copyrighted Material
S, Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"









LIBRE PENSEE


Mercredi 27 Aoft 2008
SHaiti en Marche Vol XXIIT N 31


Chacun appelle << ides claires > celles
qui sont au meme degr6 de confusion que les
siennes propres.
Marcel Proust

Nous entendons par << confusion >, 1'6tat de
ce qui est en d6sordre, mal soignd, mal pr6sentW, mal
l6abord. Quand ily a confusion, ily a absence de clart6.
Quand il y a confusion, chers amis, il y a manque
d'intelligibilit6. Mes professeurs, au secondaire, aussi
bien ceux de maths que ceux de langue francaise, se
plaisaient a faire sentir a leurs 61&ves, le poids ou
l'6normit6 de leur confusion. Ils utilisaient
< savamment > le d6sordre dans les idWes des neophytes
que nous 6tions, le peu de soin dans l'6tude des textes
ou dans les presentations, le manque de rigueur dans
nos exposes ou dans les analyses pour nous montrer
1'6tat de confusion dans lequel nous nous trouvions,
surdlevant, du coup, leur univers mental par rapport
au n6tre. On l'acceptait de bon grd. On 6tait 1i pour
qa. II fallait apprendre. On apprenait tant et si bien
que, d'apres moi, meme les rudiments de la corruption
nous ont &te transmis.
En y pensant, je me rends compte que la
mauvaise tenue de nos cahiers, l'utilisation inadequate
du < Brouillon >, les < pattes de mouche >, les


Confusion
arguments mal utilis6s, dans la resolution de problkmes
ou dans nos dissertations philosophiques, traduisaient
la situation de confusion dans laquelle se retrouvait la
grande majority des &l1ves. On savait pourtant que l'on
n'avait pas la science infuse et que l'on allait a l'6cole
pour apprendre. Les professeurs quant a eux (certains
l'6taient, d'autres non car ni les comp6tences ni les
connaissances ni les capacit6s 6taient en accord avec
leur condition de guides, de maitres, de professeurs,
d'6ducateurs), face a la moindre erreur de l'le1ve, se
montraient d'une < s6v6rit6 d'esprit>> qui
d6concerterait n'importe qui. Traumatis6s. Voilc ce que
l'on 6tait. Cela, j'imagine, devait aussi rdpondre a
quelque chose de plus profond. En minimisant l'le1ve,
ces professeurs, parfois ayant trbs peu d'6ducateurs,
cachaient sfrement leurs propres lacunes, leur propre
confusion. Malgr6 tout, je crois avoir beaucoup appris
d'eux. De leurs erreurs et de leurs r6ussites.
Retournons a notre univers confusionnel. La
confusion peut parfois 6tre une erreur, un embarras,
une m6prise. On peut confondre des personnes ou des
choses. On n'arrive pas a 6tablir les differences entre
deux sujets, entre deux choses. On les confond. On


T prend l'un pour l'autre, comme on dit chez nous.
S Le mot accepte tout un 6talage de synonymes,
les uns plus parlants que les autres. Cependant,
en y pensant, je revois devant moi toute la
spectacularit6 de la situation politique, sociale et
6conomique du pays. Chacun des synonymes trouve
sa place dans la description qu'on peut faire de la
situation. Confusion profonde. Depression. G6ne.
Embarras. Embrouillement. Imbroglio. MWli-mdlo.
Egarement. Brouillamini. Anarchie. Bouleversement.
Bordel. Anarchie. Chaos. D6sordre. D6sarroi.
D6bandade. Cafouillage. La, je m'arrete. Je laisse le
soin aux sp6cialistes de la langue d'en trouver plus.
Parler de la sensation de confusion qui regne
dans le pays, essayer de d6crire la situation de
confusion dans laquelle la soci&te semble 6tre plong6e,
nous force a penser a la situation de certains individus,
du pays, paraissant presenter des troubles de la
perception et de l'entendement et qui se croient, malgr6
tout, 6tre des < illumines De la confusion mentale,
dirait un sp6cialiste. Je crois avoir retrouv6 une
abondance de signes indiquant cette confusion mentale
chez certains de nos hommes politiques. Parlant
souvent, trop, et ne faisant pas grand chose. Trop
souvent. Montrant peu d'attention a ce qui serait
(voir CONFUSION /15)


MIAMI- '"


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY SEAPORT DEPARTMENT
ECONOMIC STIMULUS PLAN (ESP)
SEABOARD MARINE CARGO TERMINAL REDEVELOPMENT PHASE II
OCI PROJECT NO. E08-SEA-02 ESP

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code Administrative Order 3-39 and
Ordinance 08-92, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for the Seaboard Marine Cargo Terminal Redevelopment Phase II.

This solicitation is one of the projects within the economic stimulus plan as approved by the Board of County Commissioners and an expedited solicitation process
will be utilized.

The Port of Miami has agreed to capital improvements in the Seaboard Marine Cargo Terminal in an effort to meet their infrastructure requirements to support future growth.
The scope of services consists of engineering services, which includes, design, preparation of complete construction documents, permitting of storm water collection, drainage
and paving for the Seaboard Cargo Terminal, post design services and any supportive tasks ancillary to the primary scope of services.

The project entails obtaining overall master storm water permits and preparing detailed design documents to include grading, paving, drainage, lighting, utilities and related
work for approximately 50 acres of the cargo terminal at an anticipated construction cost of +/- eighteen million dollars ($18,000,000). The construction work is expected to be
completed in four separate phases over a period of five years. Each phase will include approximately 13 acres. A comprehensive design including the storm water master plan
for all four phases is to be completed for overall permitting within a schedule that supports the construction phasing. The scope includes runway rigid pavement designed to
accommodate channelized multi-wheeled rubber tire gantries (RTG's).

This project is for one non-exclusive Professional Services Agreement. The term of the contract is for a five (5) year period plus a one (1) year option to extend for all
professionals services requested during the initial term which equals six (6) years. The one-year option is based solely on the approval of the County Mayor or County Mayor's
designee. Maximum compensation is three million dollars ($3,000,000), plus contingency in accordance with Ordinance 00-65. No minimum amount of work or
compensation will be assured to the retained consultant. The County reserves the right to re-use the work products of the retained consultant and to retain other consultants to
provide the same or similar services at its sole discretion.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

16.00 General Civil Engineering (PRIME)

5.01 Port and Waterway Systems Engineering Design 5.10 Port and Waterway Systems Transportation
Systems Design
5.05 Port and Waterway Systems Cargo Terminal Design 5.11 Port and Waterway Systems Construction
Management
5.06 Port Waterway Systems Cargo Terminal Equipment 10.01 Environmental Engineering Stormwater Drainage
Design Design Engineering Services
5.09 Port and Waterway Systems Environmental Design

A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital
Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-
2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-
mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additionally, those pre-qualified firms without an e-mail
address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following
link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-5215.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement 20% Community Business Enterprise (CBE) Goal


A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on August 25, 2008, at 9:30 A.M. in the Citizen's Independent Transportation Trust (CITT) Main Conference
Room 10th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is September 03, 2008 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL
SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade
County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.


Page 14


I C.................. ........ .. ..








Page 15


Mercredi 27 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 31


* a*- Football: le Real Madrid
remporte la Supercoupe


d'Espagne
Real Madrid a battu Valence 4-2 en match
retour de la Supercoupe d'Espagne. Le Real Madrid,
champion en titre, a remport6 la Supercoupe par 6-5
sur l'ensemble des deux matches. Valence, vainqueur
de la Coupe du Roi, s'6tait impose 3-2 a l'aller. Ruud
van Nistelrooy (penalty), Sergio Ramos, Ruben de la
Red et Gonzalo Higuain ont marqu6 pour le Real. Les
deux buteurs de Valence sont David Silva et Fernando
Morientes.


"Copyrighted Material


SSyndicated Content


Available from Commercial News Providers"
...a a ...... ... . .... : ..... ** ..



..... ..... ... . . . .. s ... ..........


CONFUSION...
(... suite de la page 14)
rdellement interessant. Paraissant avoir de s6rieuses
difficulties a laborer des discours coh6rents, a
maintenir un d6bat s6rieux, a planifier. D'aprbs les
specialistes, < la confusion mentale est un 6tat
pathologique caract6ris6 par une d6sorganisation de
tous les processus psychiques. Elle repr6sente un
trouble neuropsychologique aigu trbs frequent.
La confusion mentale se traduit par :
Un trouble de l'attention;
Une disorientation temporospatiale ;
Une perturbation des operations
intellectuelles complexes.>>
Enfin, chores amies lectrices et chers amis
lecteurs, la confusion d'esprit peut passer inapercue
car chacun aura tendance a appeler << ides claires >
celles qui sont au mnme degr6 de confusion que les
siennes propres. Et, vous savez aussi bien que moi qu'il
est fort difficile de garder la lucidity dans ce pays, de
rester sain, donc, essayez, avec ces quelques bribes
d'information, d'identifier le mal chez ceux qui
pr6tendent nous sauver de la confusion des temps
modernes.
Soyez vigilants !
Oscar Germain
germanor20055@yahoo.fr
Aoit 2008


8y772 NsIE 2 dmer AvlenuLae
T1I: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR ROUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemens pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc..e...t.
- Connection tdliphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am


730 pm

* IPurfurns
* (diulare & BIkcper
* Souls et Sundales
SPonuits pour Ia cisine
* ('rcllIu
* Tabkaux
* Moncy


Ziuuk. franiis, Aner cai n
* VIdL'siI (iticns. A rmicrains, LtcuintactAlks, Drams'
* Pruduils lie btaul


** 4&: w A6,w 4b ee* 40,o &









RECHERCHES


Mercredi 27 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 31


Conjoncture politique et histoire: Patriotisme et conscience


HIrold TOUSSAINT PH.D.

Les d6bats agit6s et tumultueux autour de la
designation et de la ratification de Madame Michble
Duvivier Pierre-Louis comme Premier Ministre nous
ont stimuli a consacrer quelques heures par semaine a
l'6tude de l'histoire passionnante, path6tique et
drolatique d'Haiti. Durant le mois dejuillet, nous avons
choisi de lire attentivement < Patriotisme et con-
science > d'Edmond Paul, penseur et ideologue du XIX
e siecle haitien
Notre intention n'est pas de consacrer un long
article a ce livre que nous avons scrut6 avec d6licatesse
et motion. Notre objectif est plut6t modeste : presenter
a nos lecteurs un bref commentaire de ce texte, pour
leur offrir l'occasion de s'interroger individuellement
et collectivement sur le present et l'avenir d'Haiti.
Au depart, nous rappelons que le texte qui va
6tre comment date du 19eme siecle. Edmond Paul
est n6 a Port-au-Prince le 8 octobre 1837. Les historiens
rapportent que ce dernier 6tait 6tudiant a Paris en 1852.
Elu d6put6 de sa ville natale en 1870, il a &t 6galement
l'un des leaders du Parti Liberal se r6clamant des
valeurs de la Revolution Franqaise de 1789. II a connu
l'exil sous le gouvemement de Lysius Salomon, leader
du Parti National.
Rappelons la devise de chacun de ces deux
grands partis du XIXeme siecle haitien. Le Parti Lib6ral
clamait le slogan suivant : le pouvoir aux plus capables.
Les tenants du Parti National donnaient cette r6plique :
le pouvoir au plus grand nombre.
Dans ce livre < Patriotisme et conscience >>,
public en 1877, Edmond Paul laisse entendre que
l'amour de la patrie doit se traduire dans la recherche
du bien commun et dans l'accomplissement noble de
notre tAche. A la page 3 du livre, il affirme
energiquement :
< Ce que nous preconisons, nous, c'est le regne
de l'homme instruit, des hommes qui ont la passion du
bien public, qui se devouent a 1'6tude sp6ciale des ques-
tions de gouvemement, qui ont la force de volont6 de
tirer le peuple de son ignorance et de sa misbre, de
restaurer notre administration, des hommes qui, par
leur attitude et leur langage, peuvent r6tablir nos rap-
ports avec l'6tranger sur la base du respect et de la
dignity de la nation; des hommes, pour tout dire en
peu de mots, qui ont assez d'habilit6 pour r6soudre
nos problkmes, d6nouer nos difficulties, utiliser nos
passions et cela, par leur ascendant moral et par leur
autorit6 sur les esprits sans qu'ils aient besoin de
recourir a des moyens brutaux toujours funestes a
Haiti. >>
L'auteur reconnait la force des passions dans la
vie politique. Cependant, elles doivent 6tre mobilis6es
ou canalis6es envue de construire des ceuvres f6condes
et humanitaires. Passion et raison doivent se conjuguer
ainsi harmonieusement dans la r6alisation des actions
significatives.
La passion agite toujours la vie politique.
L'important, c'est d'avoir le discernement. Les
decisions importantes requibrent des jugements
rigoureux. La force des grands leaders ou des grands
hommes reside dans leur capacity
d'op6rer des choix rationnels.
Edmond Paul croit a la force des idWes qui
doivent l'emporter sur la force des armes. Seule la force
des idWes peut contribuer a la naissance de nouvelles
pratiques ou de nouvelles structures. Ainsi, le salut
d'Haiti doit g6ndrer une remise en question des forces
de degradation interne qui freinent la marche
dynamique du progr1s, du d6veloppement conomique,
social, culturel, spirituel et moral de la nation haitienne.
II aborde le theme du salut de la R6publique d'Haiti
en ces termes :
<

concourent par des services diff6rents, 6galement
6minents, a lui imprimer une direction sage et habile.
Si dans l'urne pr6sidentielle doit peser le m6rite de
tout genre ainsi que toutes les grandes actions, il faut
n6anmoins que la palme civique ne puisse 6tre cueillie
dans les champs de la patrie que par la main la plus
ferme portant haut les id6es les plus bienfaisantes, les
plus civilisatrices. Et cette fermet6 de l'homme, il faut
la chercher dans la fid61it6 a ses principes, dans un
6gal amour pour tous ses concitoyens, dans la
profondeur d'une conviction puis6e a la fois dans
l'exp6rience des faits et dans les m6diations de l'6tude,
enfin dans cette ardeur et dans cette volont6 qui brisent
avec assurance les obstacles qui s'opposent a la marche
du peuple. Il serait fatal de l'oublier : < C'est surtout
la faiblesse des convictions qui fait celle des conduites,
car l'homme agit plus en vertu de ce qu'il pense que
par tout autre mobile. >
Edmond Paul ne semble pas admettre le
comportement de nos hommes d'Etat qui nagent dans
le monde de la confusion et des < a peu pr>s >. Il n'y
aura ni r6forme, ni revolution, ni mutations en Haiti
sans la participation des hommes et des femmes qui
sont porteurs de convictions vitales appel6es a 6tre
traduites dans des activities qui g6nbrent la vie et
l'esp6rance.
Notre auteur croit a une r6organisation ou a une
r6g6neration de la society haitienne. Mais, elle a besoin
des hommes et des femmes pour la mettre en branle.
Ils doivent 6tre des patriotes 6prouv6s. Oni done les
trouver ? Edmond Paul les voit en grande partie dans
le monde industriel.
Industrie devient le maitre mot. II d6veloppera
ce theme dans le deuxibme tome de son livre < Ques-
tions politico-6conomiques, vol. II: Formation de la
richesse nationale>>. Il declare: < Un mot doit
d6sormais remplacer toute la politique. Ce mot, c'est
industrie (...). Planter le drapeau de l'industrie sur le
sol d'Haiti, c'est y planter le drapeau de l'ordre, de
l'ordre solide durable ; c'est d6tr6ner la politique, c'est
faire disparaitre les castes >>.
La lecture du livre < Patriotisme et conscience >
de Edmond Paul suscite chez nous les r6flexions
suivantes :

La politique que les diff6rents acteurs de la
crise doivent pratiquer aujourd'hui doit 6tre la politique
au service du prochain, au service des g6n6rations fu-
tures, au service de la communaut6. Il est important
de souligner que le principal devoir des politiciens dans
la conjoncture actuelle ne doit pas consister d'abord
a penser a leur r66lection. Leur devoir est tout autre :
c'est d'assumer leur responsabilit6 pour la survie de
notre communaut6 historique. Ils ne doivent pas avoir
peur d'etre porteurs d'une pens6e courageusement
tourn6e vers l'avenir. Devons-nous opter pour notre
disparition de la planete ? Devons-nous nous contenter
de survivre, de vivoter ou d'occuper honteusement et
passivement ce coin de terre que nous appelons
<< Haiti >> ?

La fascination du n6ant et de l'absurde
semble habiter la plupart de celles et de ceux qui nous
gouvement. Les citoyens n'ont-ils pas le droit d'etre
informs du rapport de leurs dirigeants vis-a-vis de la
vie et de la mort ? Bref, nos dirigeants sont-ils des
passionn6s de la vie ou des obs6d6s de la mort et de la
violence ?

Face a la possibility du chaos, de la catastro-
phe, d'effondrements terribles, les diff6rents acteurs
de la society -joumalistes, professeurs, 6crivains, lead-
ers religieux, universitaires, associations d'6tudiants
et de paysans- doivent assumer leur responsabilit6.
L'exigence du Bien Commun est complktement


obscurcie chez nous. Pr6cisons que le bien commun
se d6finit comme l'ensemble des biens poss6d6s par
une communaut6 : richesses en 6nergie, infrastructures
routibres, industrie, agriculture, mais aussi ensemble
des talents scientifiques, technologiques, intellectuels
accumul6s par un groupe. Nous devons avouer que
notre system 6ducatif n'apprend pas aujeune haitien
a avoir un rapport sain avec le bien commun.

Victimes de la pauvret6, de la violence et de
l'injustice structurelle, la plupart des haitiens lancent
quotidiennement des cris. Sommes-nous en train de
banaliser les cris de ces jeunes qui mettent en scene
leurs dol6ances et leurs esp6rances? En quoi leurs
souffrances affectent-elles les responsables politiques
et 6conomiques ? En quoi les souffrances sociales de
ces jeunes interpellent-elles ce que j'appellerais les
< citoyens chr6tiens d'Haiti ?>

Nous sommes incapables de d6chiffrer le
sens des conflits sociaux, le sens du sentiment
d'injustice qu'exp6rimentent quotidiennement la
plupart de nos compatriotes. Nous sommes incapables
de saisir que les conflits ne sont pas n6cessairement
destructeurs. Ils peuvent donner lieu a une veritable
integration sociale qui offrirait a chacun la possibility
de s'aider et de se valoriser graduellement. Les acteurs
politiques doivent donner un contenu a la notion
d'int6gration sociale.

S La question morale a &6t maintes fois soulev6e
dans nos d6bats politiques au cours de ces derniers
mois. Nous croyons qu'il est urgent d'introduire
aujourd'hui la notion de compassion au cceur de nos
discussions. La compassion est la commiseration vis-
a-vis de celui qui souffre et la participation a sa
souffrance, et comme telle, 616ment central de l'amour
du prochain. La compassion est une attitude de prise
de conscience, d'attention cibl6e et d'identification,
par le biais de l'imagination, avec quelqu'un dont
l'int6grit6 physique ou psychique est menace, de souci
du bien-6tre de l'autre et du r6tablissement d'une situ-
ation fondamentalement commune qui fonde une com-
munion. Dans cette logique, la compassion ne
constitue-t-elle pas une dimension sp6cifique de la
justice ?
En outre, les citoyens chr6tiens ne doivent pas
oublier que la compassion est une partie centrale de
l'identit6 morale d'une personne. La compassion inclut
a la fois la r6volte face a l'injustice et la douleur face a
la souffrance de celui ou de celle qui souffre. Dans la
conjoncture politique d'aujourd'hui, les chr6tiens ne
sont-ils pas contraints de r6pondre a cette question:
Comment 6tre chr6tien et citoyen dans la cit6 ?

Aujourd'hui, il est urgent de nous regarder
tels que nous sommes, avec notre soif de sacrifier
froidement le bien commun. Il est 6galement urgent
de r6pondre collectivement h cette question : comment
construire sans fard ni d6magogie un r6el vivre en-
semble au cceur de toutes les formes d'in6galit6s qui
affaiblissent notre nation ? Notre responsabilit6 vis-h-
vis d'Haiti est collective. Elle met en cause notre avenir.
Avons-nous aujourd'hui la totale obligation d'exister ?

Enfin, nous invitons les responsables
politiques et 6conomiques de notre pays a commenter
ce principe de responsabilit6 que nous propose le
philosophe allemand Hans Jonas (1903-1993) : < Agis
de faqon que les effets de ton action soient compatibles
avec la permanence d'une vie authentiquement
humaine sur terre >. Vivre humainement en Haiti est-
il possible ?
Professeur Herold TOUSSAINT
E-mail: herotous@yahoo.fr


IEl elm an


S_- b _
-r ,
--r *r aI -ar) *r


- -- r


a e 0- 0


- 0


-"Copyrighted Material


S- --Syndicated Content



Available from Commercial News Providers"


~ ~ ~ __ #PIS


* ~ -
- ~ . -


0 ~ ___
o p 0 = -


-I -I 0 1L ___r ~


Page 16


Is


-


0 4w 4b0


- a 49-.0 -


D r


*


- r










Mercredi 27 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 31


LETTRES


I~Il%,tIIJIl,- V I I-N J -I ~
sold" a -


.0 - -r 0 -., - a- 0r -Ia- I r. -r aC a- a-

-g ob.- 0 a- -


0 a-- -


-1b-


a- a
--quo --

~.--No 'a.


a


a-- a


a)- 0


-- a
'a


0 ~ 0 0 -


a- -0 -
0 .- -* -


- -


Avai


..- a a-















"Copyrighted Material
-0 O l









S -- cte c otent
S-- "- r o







"Copyrighted Material



yjS a di6,a t ed # C9oi so



lable from Commercial News Provide


o~~ ~ ~ aa 0
a --


-ft 40, 4bI
low - a
- a r- a
4 w- m- -


a1 a - -- a

-I 1 a - __ a 0. a



.0r a--a 0 -

-r - -


aI - - a 0
4w .20.- -




SC- a -a
-C a --


a-- C a-) -.


S- C a-






a- a-r


- - a
al a a aI~ -

-c -I 0 r)


a 0- .0 a- a 0 -







4w a-- - mo -qu-
-- a



A D,.20-





-r ar aL -r - -a


aI - LC -- -
- r 0- a-
0.a- -


I ~ ~ms ~em -


- 0-.0
WA-


-r a


ar a -




a -I -I aS a a-



Io --a --- re l
.. aa i a a


0 0 a 0 a


- a


0


- .- -:-_

-1 .0


a 0e m



-l a w 4 m -
-



.do --- 0 a
a-- -r 6 --0 a

a- a -


-


- -


ar ar -r -r a r a

a aI -r -
mapO&a a - 0 -
do-o


- 0 0a aftm 'a
-0a 0 111*
a-II a al


0 a- a-aa CS


a-a-- 0- a 6 -
a~ 0 -

00 0 -a a a a-



-. 0 a - 0 a
a o -rr


a -. a-


- - 0
--0 a- -


a


S- - 0 a


Ia -mlb a
- -- -- -* r a
a 0I a


Page 17


0e


Ecoutez Milodie Matin

avec Marcus sur J I o d i e


www. melodiefmhaiti. corn


I


r


rs








Page 18 LMercredi 27 Aofit 2008
Page 18 L S JEUX Haiti en Marche Vol XXII N 31

M E T, 0 N SISolutions de la
S l G semaine pass6e:
Allez de MELONS a PINCES, en utilisant des mots du du C U L R
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. Mo 0 U LE R
M 0 L LE S
MALLES

MUA NEC EB S
7R7 =D= SDXEEHRCJDVVBNU
AI T A L I EELEH H O A S
BNN BRXRXE T CRP S X SCRABBLE
S UXUDXU GEE VE E QN
Y E Y C S J D A N E M A R K M Arrangez les sept lettres ci-dessous
Solutions de la semaine passe A M H W L T H G G O C Y O G Y pour former un mot frangais
PUE CXAAEARHTUEB
GE TTAS L IPOTMQIYMCG U S
U Y S T SRJDE LLRAZ F
UTLUAL UOI ERVTTLNINNSR L B O
RON E A X RU I Y AB U L GAR I E A
UA NEC MBSSNILYADXREDN L N
IR D I SLBSGDCIADJVIEC
DULCO RE SRZ UDOEBELGI Q U UE I I I
I R P C H R O C G X X I J C O S K Solutions de la semaine passee
S Trouvez les 26 pays ayant particip6 a une ou deux des deux premieres \ BECOTER
Olympiades des temps modernes (1896 ou 1900) dans le carr6 ci-dessus




Sodie E n B ref... (...suite de la page 2)
1 3. 3 f m aux prochaines assises criminelles. Faute de t6moins, disent les responsables. Un prdvenu
important serait mort alors qu'il 6tait attendu au tribunal. Le juge Yves Altidor l'ignorait
jusqu'aujour dujugement.
Plusieurs s'interrogent sur ce coup de thditre. Prdvenu mort, absent? C'est la confusion.
5h00-6h30 Bon Reveil enmusique Quoi qu'il en soit, plusieurs personnes victimes de cette vague de terreur qui avait secou6
le pays de 2004 a 2006, ne comptent pas licher prise. Arrete en mars 2007 dans le sud du
6h30-7h00 Au Pipirit chantant pays, Evens Jeune 6tait considered au cours des anndes 2003 a 2006 comme le principal
journal creole avec Louini Fontal responsable des groupes arms du quartier de Boston (Cit6 Soleil). Aujourd'hui, le
redoutable chef de gang se pr6sente comme victime lui-m6me. Il se dit innocent des
7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus accusations de kidnapping et sequestration, assassinat, association de malfaiteurs et
Informations, Interview, Anecdotes, Humour, detention ill6gale d'armes qui present contre lui.
Analyses Les victimes qui ont port plainte devront attendre d6cembre prochain, souhaitant qu'un
Nos Chroniques: autre t6moin ne manquera pas a l'appel.
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphadl

10h-Midi Ledisquedel'Auditeur LIBERTY GALITE FRA TERNITE
animation James Pr6dvil

12:00-12h30 LeMidi REPUBLIQUE D'HAITI
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie ARRETE
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons... RENt PRi VAL
Emission de chansons francaises PRISIDENT

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avecDocDanieletCaptainBill Vu les articles 133, 136, 137, 155, 157, 159, 160 et 163 de la Constitution,

5h00 LeJournal de 5 heures Vu a fatrfication le 17 juillet 2008 par la Chambre des O put6s e le 31 Juillet
avec Villette Hertelou 2008 par le S~nat de la Riputlique du choix du Prbsident do la R~pubhque,
5h 30 & Madame Michele Duvivier Pierre-Louis, come Premier Ministre, selon les
5h 30 pm Melodie & Company prescrits de la Constitution
Diveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart Considerant qu'il convient de nommer le Premier Ministre,
7h-8h30 Amor y Sabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations ARRiTE

9h00 10h30 Notre Grand Concert AjtiIe .A- Mdame Michele Duvivier Pierre-Louis est noanme Premier
Lun. & Mer.: L'heure classique Ministre.
Jeu. & Dim.: Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites Article 2.- Une ampliation du present Arrdst sera transrise a I'intlress6B .
9h00 et au deli Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haltiens Artcle 3.- Le present Arr~tO s~ea impri6, public et exbcut6 aux fins de drait

Donn& au Palais National, A Port-qu-Prince, le 24 aoet 2008, An 205" de
E *"Pte( k4iC#aee / I Ind6pendance.



Pr sdnr de ia- R&pub-lique








Mercredi 27 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 31


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


Pp ayisyen pa dwe mouri

grangou (II)
ak : Maks Maniga *

Manje fry ki deja la nan peyi-a
Gan dal konbinezon pep-la ap fr pou li pa
mouri grangou. Manifestasyon te ganyen mounn ki te
pote asy&t fey pou di se sa ase ki rete yo. Fey-la
vremanvre pa sifi men li kapab peze gaz. Bisuit labou
yo fr tout san-m tresayi. Abse pa nan dty&-m [eske]
m'gan dwa di : peze?" Non! Mwen sdlman di : fry
many6k ak fry patat se manje Afriken manje tout tan.
Papay vt se bon legim. Eske gan ase kasav, bobori,
pendou nan peyi-a pou nou ta manje nan plas pen?
Youn plat fry avek youn bobori mwayenn chak jou
kapab kenbe yon mofnn k'ap grapiye 16t kote pou
jwenn pi plis pandan pwogram pwodiksyon yo ap
derape.

Koumanse plante pwa ki pa pran tan pou donnen
Nan sektW agrikilti-a, Ayisyen manje lantiy
kouny&-a ; 1 m'te piti pa te gan sa. Eske nou kab plante
lantiy? Sa agwon6m yo di nan sa? Gan youn 16t pwa
ki popilk anpil isit. Li rele : pois chiche an franse, chick
peas an angle, garbanzo an pany6l. Premye fwa mwen
te goute-1 sete an Ejip. Eske nou pa ta kapab plante-1
tou? Se pou nou fr tdt nou travay.

Pwodui bobori, pendou angrann kantite
Plante plis manny6k toujou. Fe pendou
(bobori); kasav pistach, kasav jijiri (wowoli) ; pen; ti
pen pou anbege avek fari many6k.
Farm many6k-la pou kont li pa kapab fr pen;
men si li melanje avek farinble leven kapab fe-1 monte.
Mwen sonje pandan lage 1939-1945, 1 te manke farm
frans, yo te melanje ti kantite yo te ganyen-an avek
farm many6k.
LU m'te piti, youn misye ki te rele Baker ki te
rete Anba Ravin te envante youn machin pou graje
manny6k. Li te bay youn farm fen, fen, ki te fr youn
kalite ti kasav lej. Farm sa-a ta kapab sevi pou ft ti
pen won pou anbege.
Nan tan lakoloni, youn farm ki rele mousach
te sevi pou ft gato.
PN Jean-Baptiste Labat nan liv li-a: Nouveau
voyage aux Isles de l'Am6rique (1742), t6m I, p. 195,
di : << yo sevi avek moussache / mousach [youn farm
many6k], pou fd gato ...>> (tradiksyon)
Nan diksyone franse << le Littr6 (1880)>> mo
<< moussache >> la te part :
< Farine du manioc, dite aussi cicipa ; on s'en
sert pour faire des patisseries. Nom donn6
quelquefois A l'arrow-root. / Farin many6k, yo rele
cicipa / sisipa tou ; yo sevi av&-1 pou fr gato. Yo konn
bay arawout non sa-a tou.>
Diksyon << Le Petit Larousse illustr6 de l'an
2000>> la pa vini avek mo sa yo ank6.
Lamatinik mo mouchach la egziste toujou ;
se youn kalite farm many6k.
Bonbon lanmidon gaye toupatou ganyen
Ayisyen kouny&-a. Konsatou, pen many6k, bisuit soda
many6k, chips (mo angle) many6k ta kapab vini manje
chakjou nan peyi-a.
Nou pa manje many6k fri ; epoutan, nan pi
gran restoran isit (Ozetazini) ou pa ta sezi pou we
tranch many6k, koupe byen fen an longer, fri, yo sevi
avek nenp6t b0l manje.
An nou fr tdt nou travay !
Ji many6k
Youn zanmi-m k'ap viv Okap fr-m konnenji
manybk sikre ak 1t fin pran vil la. Mwen pa te konnen-
1 1e m'te piti. Res peyi-a pou antre nan won-an tou.
Tounen nan akasan ; entedi enpbtasyon konnflsks
Sekrete jeneral pati politik RDNP-a mande
pou nou tounen nan akasan pou nou kite k6nfleks.
Mwen bat bravo pou sa. Plis mayi-a vann, plis mofn
va travay nan plante, rekblte, vann ni lan mache, fr
akasan, vann akasan.
Entedi enpbtasyon konnfleks pa vle di pou
nou sispannbay timofnyo manje-1 lematen. Se nou ki
pou fr-1. Mantalite kbmkwa nou pa ka reyalize anyen
an se li k'ap fini avek nou. Anpil nan nou chaje avek
entelijans ; se pou nou devlope-1, mete-1 nan travay.
Kapitalis gan dwa achte youn machin pou fr konnflsks
epi ban nou youn ti dj6b paske si li mete k6b li dey6 se
pou li rap6te-1 plis. Noumenm nou pa gan kapital ;
men nou brennen. Labank pa pe prete nou pou nou
koumanse pwodui if6 nou jwenn 16t mwayen : bon
kowoperativ, konkou sdten ONG ki vle we devl6pman
peyi-a, Wd sdten gwoup kankou FONKOZE, Lanbi
Fund va ban nou bourad pou nou derape.

Pistach kapab f l t Ipou ti bebe
Mwen te asiste youn palab, an Afrik, kote
youn doktW franse te bay manman yo konsey pou f lt
avek pistach kri pile yo deleye nan youn dlo bouyi. Yo
pase-1 nan youn paswa fen epi li bon pou timonf yo.
Youn 16t manje pou bebe se pitimi pile kuit
avek pistach, l&t, sik. Mande enfimye, enfimye yo


konsey pou nou itilize pwodui nou yo pou bay ti lezanj
yo.

FR luil pistach
An Afrik medam yo fr luil pistach avek 2
w6ch. Youn ki pi gwo ki chita at. Yo taye youn ti
rig6l ladan-l ; 16t la ki plat, lonng, ki pi piti yo kenbe
nan 2 pwent. Enpe pistach kri depoze sou gwo-a epi
yo ap kraze yo avek pi piti-a. De tan wa mouvman luil
ap koule nan ti rigl6 la, al tonbe nan youn veso.
Mwen pa mande nou pou nou imite sa; men
mwen vle di fr luil pistach se pa monte masuife.
Youn agwon6m nan N6, ki te ale kontinye
etid an Suis, tounen nan peyi li. Li trase plan plis pase
ven machin agrik6l fasil pou konstwi. Sa pa ta
estraw6dine pou ta ganyen youn machin pou fr lwil
pistach ladan yo.

FR manba ski luil
Manba se youn mo zansdt Afriken nou yo te
kite pou nou. Nan lanng kikongo : mwhmba vle di :
ragou kuit avek luil koko ginen, lapire, soup, s6s. Yo
mete-1 nan youn nan pi bon pla kongolk yo : mwhmba
poul. Ayisyen ta renmen manje sa-a w6d.
Se pa s6s koko ginen an ase ki mwhmba; sbs
pistach se sa tou.
S6s pistach mwimba -a kuit poul, pwason,
vyann. Le m't'ap viv nan Kongo, mwen pa te neglije
sa. An nou pran abitid la.

FR makawoni, vbmisdl avek farin lam veritab
Tan rek6t lam veritab ap rive; pye lamyo pral
donnen an kantite. An n'fr farin lam veritab. An n'gade
we si farin sa-a pa ta kab f&t makawoni, vemisdl. Menm
si pou nou ta melanje-1 av&t youn p6syon farn ble. An
nou fr tet nou travay pou noujwenn solisyon. Pa konte
sou Leta, ONG, misyonne etranje, manje sinistre pou
mete kich6y nanvant nou. Pozitif, Leta dwe mete bouch
nan afr enp6tasyon, distibrisyon, pri manje men nou
pa kapab chita ap tann pou li mete youn plat manje
devan nou chak jou.

FR makowoni, vbmisdl, bye, diven, vineg avek diri
Tanzantan, Nasyon Zini (ONI) voye ekspe
nan peyi nou pou ede nou devlope teknik nou pa
konnen. Si m'pa twonpe-m, nou te resevwa ekspe
chinwa osnonjapone deja. Eske yo te montre nou fr
vemisl, bye, diven, vineg avek diri?
Gan liv pou sa ; 6dinatr kab ede nou jwenn
ranseyman sou sa.
Pa pe 6dinat. Kankou pep Kebekwa nan
Kanada konn di : Il n'y a rien 1a! / Nanpwen anyen
la! Se aprann pou nou aprann. Youn kowoperativ
pral rasanble moln diferan f6s enstriksyon. Sa ki pi
avanse yo pral aprann sevi ak 6dinatr trapde.

Alk6l diri; alk6l monben
Nou sot pale sou diven diri. Menm diven sa-
a gandwa distile pou li tounen youn bonjan alk6l pou
bw.
Youn 16t fwi nou chaje nan peyi nou se
monben. Depi sou premye tan Tayno yo, 1 y'ap fr
mabi osnon youn 16t bweson ki te rele ouykou, yo te
konn melanje yo avek monben pou ba yo pi bon gou.
Famasyen, Timolkon C. Brutus, ekri distilate
ta kapab fr youn alk6l santi bon avek monben. Li di:
"an 1914, nou te fr alk6l sa-a kite rive jouk 96 degre".
Nou kapab mete monben tranpe nan wonm
osnon kleren nan youn bokal avek enpe sik. Vise te
bokal la byen epi kite-1 la pou sis mwa. Poukisa bon
kowoperativ-la pa ta mete wonm osnon kleren sa nan
b1l boutey avMk bel etiket. Wonm Babankou vann nan
tout peyi etranje ; wonm monben-an dwe pran poul
sou li.
N'abitye ak distilri depi lontan, lontan.
Alanbik ki sevi pou distile nou kapab fr-1 lakay. Nenp6t
bon ftblantye ap ba nou sa fen. Anplis, nou pa bezwen
gwo kapital pou nou konmanse. Youn bon kowoperativ
ap reyalize sa pap-pap.

Selebride distile
Bweson Ameriken rele triple-sec la, pa plis
pase youn selebride distile. Bon kowoperativ-la ta pou
fr eksperyans nan. Si li bay rezilta l'ava mete-1 nan
b1l boutey pou vann. An n'met men!

Maks Maniga pa ni agwon6m ni ekonomis ;
li se youn sitwayen ayisyen (ki pa janm chanje
nasyonalite-l) ki ta renmen we youn alemye nan
kondisyon pep-nou-an ap viv la.




SI N'TE KONNEN

Si n'te konnen kouman lavi frajil
Nou ta vin saj nou ta vin senp
Nou ta renmen pwochen-n plis
Pase lajan ak blenngbendenng

Si n'te konnen kouman


Tan-an mare
Ak move van k'ape soufle
Nou ta rantre zM1 nou pi fon
Oun ti kras chak jou pi plis

Si n'te konnen gwo bato
K'ap navige ak bel mizik
Twonpt voum-voum pete tande
Ka fann vit-vit plonje miydt moso
Nou ta fr oun chita reflechi pou konprann
Gwo anpoul sanmil wat
Pa p'janm ka ranplase limye soley

Si n te konnen
Gwo grandou avMk bel z1i
K'ape monte byen wo nan sy61
Pou ft konkirans ak lakansyvl
Ka tonbe byen fon nan mitan lanme
Al jwenn reken zenglen malen
Ak youn bann ak latriye move zangi
Pou tyake zantray ak pwatrin
Si n'te konnen
A si sdlman nou te konnen... !

Lochard Noel
05/31/08




POUSYE PLIM

Youn bri gita tanmen plenyen nan mize tdt mwen,
d6mi pran lannwit soujou saba,
youn van soufle sot nan boutey
chache lonbray mwen toupatou
k'al kache anba sen minwi
ak men-1 nan machwe ;
lirik mwen ap danse...
R&v mwen s'on tanbou monkalvM
ak pye-1 plen zd1
ki fou nan t&t,
kou fry dewout demen-m
nan klewon bwa kayiman;
lirik mwen ap danse...,
dans ki mele.
Koral peyi-m sou dlo Agwe
kanal divan, l'prale
pesonn pa di-1 rete;
lirik mwen ap danse...
Adje!
20 tan bare-n nan li lafdy
pou granmesi
anba poto limy ,
krebete sou galri
san demen, san vwa
ap vivjekwazandye
avan solky kouche;
lirik mwen ap danse...
Drapo-n anben depi lontan
yo blye-ljouk ma-1 fin kase
jouk kout loray chire mitan-1
jouk premye janvye
souye je ak li pou dty;
lirik mwen pran tranble...
fwa sa-a l'pa ka danse.

Lucronel, Ortega Farms, Fl.

=========================


PYE PON KASE

Toubouyon van N6de
leve w6b k&-m met nan lari
bay lepasan,
pandan m'ap f6 lanmou,
pase men nan kou,
f6 filalanng
bay lavi nan ri isit,
bay mounn isit;
men mounn isit pa menm sezi
wk ke-m nan lari, toutouni;
je yo pa menm tenyen ssssst!
bay bri sapat pye chik
vwazinay drivay6z.
Adje chimen-m!
adje demen-m!
filalanng benn pati kite-m...
Tankou foli damou
timounn Dechan
s'on blakawout met endijan;
tout sou de ran;
tout abiye anblan;
epi zonbi-m nan mitan
tout soupi, tout fo elan y'ap pran
Epi toubouyon van N6de
kontinye ap ri anba wbb ke-m,
Epi mounn lari isit
ap konte bri van
k'ap pot ale
tout foli-m,
tout pwezi-m.
Lucronel, Ortega Farms, Fl.


Page 19


...... ............ ... . ... .. . I I- INIJ II


I







Page 20


agnet" see a % SAW

















"Copyrighted Material
S. Syndicated Content .
Available from Commercial News Providers"


BACK PAGE


Mercredi 27 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 31


Hot Summer Packages!!!


Welcome to Paradise in Haiti...
At Km 77. Cote des Arcadins.
A Beautiful Beach setting.
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport
dSpecal viacat Pckqges frw
3, 4 d 5 Ni4ts
RATES PER PERSON PER NIGHT
From June 15'r to Sep. I1 2008
PKG Double 3R 1/4th 5 toll
us us us
SNt 87 pp 59 Ipp 30 Ipp
3 Nts 83 Ipp 56 pp ~a pp
4 Nt 78pp 53 Ipp 27 pp
5 Nts 74Ipp 50 pp 26 pp
Kids (0 to 4) Stay Free
tAdd Kid meals)
+10% Taxes
* Air-conditioned rooms


Reidx mtd enjoy,,

- Saturday Night Mouli-Club Disco
-Tropical Drinks
- Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong, mini-golf, beach volley
- Exquisite cuisine from our chef.
- Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
- Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM -


* All meals included
(Breakfast, Lunch, Dinner)
INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 / 37-01-1918
sale~s@outlinsumcr.com / infomamolinsurme.com


N/


H,


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-830 Fax: 305-756-0979 e-mal pasacalIa@a om


POUR TOUS VOB HMATfh Equipements pour construction
Fi6oos dc voiturc / Camion / Equipmc-nt m6dlcal
PmOr mie oui par but.


194 -2009


25? ans de geaderst IIcontestle
Sur Kl martie des Braalerlt vers HaI,
souhalue i vM ousos, parents el eolern,
me bone it lrclute s e ane swlare.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559
Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
1%.


III.I .U .. ............ .... ... .. ..IN J


a 0.


............ I




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 27 Août au 2 Septembre 2008 • Vol XXII • Nº 31 PORT-AU-PRINCE, 24 Août – Des tracts dans toutes les rues de la capitale appellent à la grève générale pour le lundi 25 août 2008. obsession d’un retour des émeutes de la faim du mois d’avril dernier. La capitale et d’autres grandes villes (Cayes, Gonaïves etc) agitées pendant toute uneMENACE DE REPRISE DES EMEUTESLa prochaine fois, le feu ! semaine par des manifestations accompagnées de violences et d’actes de vandalisme. Bilan : 6 morts et des centaines de milliers de dollars américains de dégâts matériels commis contre des maisons de commerce et dépôts de marchandises. Mais près de cinq mois plus tard, rien ne s’est arrangé. Tout au contraire, les prix des produits de première nécessité ont triplé. Le gouvernement du Premier ministre Jacques Edouard Alexis a été destitué au lendemain des émeutes et n’a pas été remplacé depuis. Le désespoir est à son comble. Il y a quelque temps que l’on vit dans cette (MENACE / p. 4) PORT-AU-PRINCE, 23 Août – L’international s’est enfin jeté dans la bataille pour mettre fin au blocage politico-gouvernemental vieux désormais de plus de 4 mois.DOSSIER BLOCAGE POLITIQUEL’international se mobilise mais jusqu’à quel point ? la Stabilisation en Haïti (Minustah) et de l’Ambassade des Etats-Unis. Félicitant les partis politiques qui ont décidé d’inviter leurs parlementaires à approuver la déclaration de politique générale du Premier ministre ratifié Michèle Pierre-Louis « afin de créer les conditions d’une sortie de l’impasse politique », la Minustah relève que le blocage « affecte (non seulement) le bon fonctionnement des institutions de l’Etat », mais « constitue également un obstacle sérieux à la mise en œuvre des mesures nécessaires pour répondre aux besoins les plus urgents des Haïtiens et, notamment, pour les aider à faire face à la hausse des prix des produits alimentaires et pétroliers, à En attestent deux communiqués paraissant coup sur coup de la Mission des Nations Unies pour (L’INTERNATIONAL / p. 5) Le corps diplomatique lors d’une séance en assemblée nationale au Parlement haïtien (photo Georges Dupé) Lors des émeutes de la faim en avril 2008 (photo Georges Dupé)Nombreux actes de vandalismeLe nouveau Cabinet ministériel1Alrich Nicolas, Affaires étrangères 2Gérald Jean-Baptiste, Travaux Publics (TPTC) 3-Mme Gabrièle Baudin, Affaires Sociales 4Michèle Pierre-Louis, Ministre a.i. de la Justice 5-Joël Jean-Pierre, Education nationale 6Olsen Jean Julien, Culture 7Charles Manigat, Haïtiens à l’étranger. 8Dr Alex Larsen, Santé Publique 9Marie-Josée Garnier, Commerce 10-Joanas Gay, Ministre de l’Agriculture 11Evens Lescouflair, Jeunesse et Sports Les ministres reconduits: 12Jean-Max Bellerive, Plan 13Paul Antoine Bien-Aimé, Intérieur. 14Marie Laurence Josselyn Lassègue, Condition féminine 15Daniel Dorsainvil, Finances 16Patrick Delatour, Tourisme 17Jean-Marie Germain, Environnement 18Joseph Jasmin, Ministre chargé des Relations avec le Parlement. Le Premier ministre ratifié Michèle Duvivier Pierre-Louis pourrait se présenter ce mardi 26 Août devant la Chambre des députés pour la première étape de la ratification de son programme de gouvernement. La seconde étape au Sénat n’est pas encore programmée.

PAGE 2

Page 2 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ... LE LAIT A DES PRIX PROHIBITIFSOù est la convention protégeant les enfants ?Le Général Henri Namphy qui présida le Conseil national de gouvernement ou CNG (1986 -1988) PORT-AU-PRINCE, 20 Août – L’un des points marqués par le gouvernement du Général Henri Namphy en succédant en février 1986 à la dictature de Jean Claude Duvalier a été de provoquer une baisse générale des prix des produits de consommation. Cela en diminuant toutes les taxes à l’importation. Les marchandes du bas de la ville en ont gardé un souvenir impérissable. Aujourd’hui ce n’est qu’un lointain souvenir. On peut bien raconter que cela a ouvert aussi l’ère de l’économie néo-libérale et que c’était une façon d’appâter la population pour la conduire là où l’on se trouve aujourd’hui … Mais il se trouve aussi qu’on n’a pas fait mieux depuis. Par exemple, le lait. Le prix de la boîte ou de la bouteille de lait au supermarché est passé en quelques jours de 64 gourdes à 85 ou même 112 gourdes cette semaine, selon la marque. Le lait vendu en boîte est importé de France ou du Canada. Or nous nous expliquons mal cette hausse en cascade du prix du lait lorsque justement le ministre de l’économie de ce temps-là, Leslie Delatour, avait eu son premier choc avec les rescapés de la classe capitaliste monopoliste duvaliériste à propos du prix du lait. Dès l’arrivée du gouvernement Namphy, les taxes d’importation sur le lait sont réduites. Or les taxes avaient été tenues élevées exprès pour décourager l’importation du produit et faciliter une certaine production locale. Attention, pas une production locale ouverte à tous, mais une qui facilite le monopole de quelques amis capitalistes du régime. Dès lors qu’il n’y a aucune concurrence, ceux-ci peuvent fixer le prix du lait local à leur guise. En garantissant, bien entendu, une belle ristourne aux tenants du pouvoir. Et chaque année au carnaval, en patronnant deux chars allégoriques plutôt qu’un. La décision du gouvernement militaire (que cela ait été sous la dictée du Fonds Monétaire ou pas) a eu l’effet d’un coup de pied dans une fourmilière. Leslie Delatour nous raconta avoir vu débarquer dans son bureau certains personnages les naseaux fumant de rage. ministre des finances tinrent bon. Le lait importé se répandit partout. Les étagères des supermarchés et des petites boutiques furent inondées de toutes sortes de marques canadiennes, françaises, mexicaines et autres. Le prix du lait dégringola d’un jour à l’autre sur le marché local. Tout le monde, et principalement les enfants et les vieillards, pouvait désormais en boire. Or deux décennies plus tard, la boîte de lait importé se vend plus de cinq fois plus cher. De 15 à 20 gourdes lors, elle est aujourd’hui hors de portée non seulement des petites bourses mais aussi des bourses moyennes, coûtant cette semaine de 85 à 112 gourdes au supermarché. De plus les marques sont réduites à une ou deux. Ce qui diminue d’autant le jeu de la concurrence. Si cela continue, bientôt seuls les riches pourront boire du lait en Haïti. Que s’est-il passé ? Les anti-néo-libéraux nous diront : c’était justement là le piège. Une fois la population habituée au produit, son prix monte en flèche. Elémentaire, mon cher Watson. Oui mais c’est encore de feu Leslie Delatour que nous avons appris qu’il avait pu casser ainsi les taxes d’importation sur le lait en fonction d’une convention internationale selon laquelle le lait ne doit pas dépasser un certain prix qui le rendrait prohibitif pour les pères et mères de famille car c’est une nourriture essentielle pour les enfants. Or Haïti sous Baby Doc avait adhéré à cette convention, histoire de bénéficier des avantages qu’elle concède. Mais une fois dans nos murs, la convention a été envoyée aux calendes grecques, les taxes sur le lait augmentées outrageusement de façon à décourager toute importation et le lait des usiniers locaux (nous disons bien usiniers et non producteurs car il s’agissait de lait en poudre importé massivement et non de lait récolté sur place) vendu en monopole, donc peu abordable pour les familles nombreuses et démunies. Aussi question : où est passée aujourd’hui cette convention ? Puisque tous les pays qui se respectent l’avaient approuvée (une convention en faveur des enfants des pays les plus pauvres de la planète, n’est-ce pas), les prix du lait ne devraient pas être livrés comme aujourd’hui aux spéculations du marché comme n’importe quel autre produit ? Comme le riz, le blé ou le pétrole … Est-ce le monde entier qui est devenu plus cynique que jamais ? Est-ce au contraire nous autres Haïtiens qui avons décidé de taxer davantage le lait en faisant fi de cette convention ? Est-ce que le gouvernement haïtien serait revenu à une plus forte taxation de manière à encourager la production locale ? Cette fois non pour faciliter des monopolistes mais pour permettre Le Général Namphy et son (voir LAIT / 6)Un journaliste tué dans un accident de la routeLe journaliste Frantzy Saint-Juste (âgé d’environ trente ans) a été tué dans un accident de la route samedi matin à proximité de “Bojeux Parc” à Tabarre (banlieue Nord-est de Port-au-Prince). Le reporter de Télémax (station de télévision privée de la capitale) a été mortellement blessé lorsqu’un camion a violemment heurté sa voiture, selon l’un de ses collaborateurs Eddy Leroy. Deux autres personnes, un homme et une femme, se trouvant à bord du véhicule, ont eu la vie sauve. Frantzy Saint-Juste présentait une chronique sportive (Top Sports) sur les ondes de Radio Vision 2000.Autre accident de la circulationIl s’est produit sur la Nationale 3, au niveau de Morne à Cabrits, le samedi 23 août. Bilan : Plusieurs blesses, donc certains dans un état grave.Le Premier ministre ratifié Mme Michèle Pierre-Louis attendue à la Chambre basse le mardi ou mercredi de cette semaineLa séance de ratification de la déclaration de politique générale du Premier ministre Michèle Pierre-Louis se tiendra le mardi 26 ou plus probablement le mercredi 27 août à la Chambre des Députés, a annoncé le deuxième secrétaire du bureau, Steven Benoît. Du côté du Premier ministre ratifié, toutes les dispositions sont prises en vue de la présentation de son énoncé de politique générale qui doit être approuvé à la majorité absolue. Aucune date n’a encore été retenue pour la séance de ratification au Sénat. Voici la composition du nouveau Cabinet ministériel 1Alrich Nicolas, Affaires étrangères 2Gérald Jean-Baptiste, Travaux Publics (TPTC) 3-Mme Gabrièle Baudin, Affaires Sociales 4Michèle Pierre-Louis, Ministre a.i. de la Justice. 5-Joël Jean-Pierre, Education nationale 6Jean-Marie Germain, Environnement 7Olsen Jean Julien, Culture 8Charles Manigat, Haïtiens à l’étranger. 9Dr Alex Larsen, Santé Publique 10Marie-Josée Garnier, Commerce 11-Johanas Gay, Ministre de l’Agriculture 12Evens Lescouflair, Jeunesse et Sports 13Patrick Delatour, Tourisme 14Jean-Max Bellerive, Plan 15Paul Antoine Bien-aimé, Intérieur. 16Marie Laurence Josselyn Lassègue, Condition féminine 17Daniel Dorsainvil, Finances 18Joseph Jasmin, Ministre chargé des Relations avec le Parlement Le Premier ministre ratifié Michèle Duvivier Pierre-Louis pourrait se présenter ce mardi 26 Août devant la Chambre des députés pour la première étape de la ratification de son programme de gouvernement. La seconde étape au Sénat n’est pas encore programmée.Assassinat d’un policier à Cité SoleilCela s’est passé le samedi 23 août dans les premières de la journée. D’abord blessé, le policier Jean Rémy Lataillade a été conduit à l’hôpital. Il devait mourir quelques heures plus tard. Une importante opération de police a été menée dans plusieurs quartiers de Cité Soleil, suite à l’assassinat du policier samedi. Mais aucun résultat n’a été atteint apparemment.Libération après 15 jours d’un des deux jeunes enlevés à Pétion-villeL’un des deux jeunes enlevés le vendredi 8 août dernier, à la sortie d’un club à Pétion-ville, a été relâché, après versement d’une rançon. Son camarade, Nicolas Pérou, joueur de la sélection haïtienne de football des moins de 17 ans, est toujours aux mains des ravisseurs.Une dizaine d’individus arrêtés en possession de près de 700 mille dollars américains à Saint MarcNeuf (9) individus ont été appréhendés à Saint Marc (120 km au Nord de Port-au-Prince) en possession de plus de 600.000.00 dollars américains et de plusieurs armes automatiques, a annoncé mardi la police locale. Deux agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et deux ressortissants étrangers se présentant comme des citoyens dominicains, se trouvaient parmi ces personnes gardées à vue au Commissariat de police de Saint Marc. Ces individus qui revenaient de Saint Michel de l’Attalaye (175 km au Nord de la Capitale) circulaient à bord de deux (2) véhicules de location.Visite officielle de l’administrateur associé du PnudDu 24 au 26 août 2008, le hollandais Ad Melkert, secrétaire général adjoint et administrateur associé du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) depuis mars 2006, effectue une visite officielle en Haïti, informe un communiqué de cette agence onusienne. Pendant son séjour, Melkert rencontrera le Président de la république, René Préval, ainsi que le Premier Ministre ratifié, Michèle Duvivier Pierre-Louis, et le Premier Ministre sortant, Jacques-Edouard Alexis. Le mardi 26 août, Melkert devait se rendre aux Gonaïves (Artibonite), afin de visiter des projets du Pnud, liés à la prévention des désastres naturels et la création de travaux à haute intensité de main d’œuvre.Le process d’Evens Jeune dit “Ti Kouto” ajourné ?Le procès tant attendu d’Evens Jeune, alias Evens Tikouto, a été reporté

PAGE 3

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHEPORT-AU-PRINCE, 22 Août – Plusieurs voix, y compris dans les milieux officiels, s’élèvent pour qu’on reporte la rentrée scolaire à octobre prochain plutôt que septembre comme précédemment fixé. La raison en est évidemment les difficultés économiques doublées cette année de la crise des prix des produits alimentaires. Mais renvoyer la rentrée des classes est une décision plus complexe qu’on le croit. D’abord ce n’est pas un hasard si l’année scolaire commence en septembre. Le programme des cours ou curriculum est calculé en conséquence. On ne peut donc enlever un mois à l’année scolaire sans que cela ait aussi des conséquences sur les études et sur la formation des élèves. Rappelons que dans le temps l’année scolaire commençait en octobre. Mais en ce temps-là elle finissait non pas en juin mais en juillet. Puis on a réalisé que les trois mois les plus chauds sont juin, juillet et août. Du réchauffement climatique avant la lettre. Ensuite il y a les changements récents apportés au système scolaire. Tel le bacc permanent. Les premiers examens ont lieu dès le mois de décembre. (LA RENTREE / p. 6)Faut-il renvoyer la rentrée ? Déclaration de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique22 Août 2008 L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique est heureuse de constater les progrès qui ont été réalisés au cours des derniers jours en vue de procéder à l’installation d’un nouveau gouvernement. Nous saluons tous les acteurs politiques impliqués dans ce processus, qui ont démontré leur volonté de placer les intérêts du peuple haïtien au-dessus de toute autre considération. Compte tenu de la rentrée scolaire prochaine, le délai pour l’installation d’un nouveau gouvernement est déjà longuement écoulé. Nous avons été vivement préoccupés, durant les 4 derniers mois, par l’absence d’un gouvernement approuvé par le Parlement. Nous avons pris note des conséquences graves que l’absence d’un tel gouvernement a eues sur l’important agenda national d’Haïti, ainsi que ses impacts sur la mise en œuvre de nos projets visant à améliorer les conditions de vie du peuple haïtien. La résolution de l’impasse politique actuelle est essentielle au progrès continu d’Haïti et au développement des institutions démocratiques. L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique attend avec impatience l’installation rapide d’un gouvernement efficace et encourage tous les secteurs impliqués dans ce processus à redoubler d’efforts en vue d’atteindre ce but. De plus, elle tient également à réitérer son engagement à travailler étroitement avec le Premier Ministre et son nouveau gouvernement, une fois entré en fonction, afin de l’aider à poursuivre son objectif qui est d’assurer un meilleur futur pour le peuple haïtien. La MINUSTAH salue l’appel des partis politiques à voter en faveur de la déclaration de politique générale du PMPort-au-Prince, le 21 août 2008 – La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) salue la décision prise par certains partis politiques de demander à leurs parlementaires de voter en faveur de la déclaration de politique générale du Premier Ministre, afin de créer les conditions d’une sortie de l’impasse politique actuelle. Cette décision représente un pas important dans les efforts que tous les acteurs politiques devraient mener pour parvenir à un accord permettant de placer l’intérêt supérieur du pays et du peuple haïtien audessus des intérêts particuliers. La MINUSTAH et la communauté internationale sont en effet préoccupées par l’absence, depuis plus de 4 mois, d’un gouvernement dûment confirmé par le Parlement. Cette situation affecte le bon fonctionnement des institutions de l’Etat. Elle constitue une entrave à l’exécution de nombreux projets de coopération et de développement que laMission des Nations Unies pour la Stabilisation en HaïtiCOMMUNIQUE DE PRESSEcommunauté internationale s’est engagée à financer. Elle constitue également un obstacle sérieux à la mise en œuvre des mesures nécessaires pour répondre aux besoins les plus urgents des Haïtiens et, notamment, pour les aider à faire face à la hausse des prix des produits alimentaires et pétroliers, à passer le cap de la rentrée scolaire et à réduire les risques liés à la saison cyclonique. Le PM Ratifié dément avoir voulu se retirerJe réaffirme mon engagement et ma détermination à servir mon pays Depuis ma ratification par les deux chambres du parlement, j’ai engagé un dialogue avec différents secteurs de la vie nationale, les parlementaires, les partis politiques et des organisations citoyennes, sur la composition du gouvernement et les orientations de (voir DEMENTI / 8) L ’EVENEMENT Nouveau cabinet ministériel p.1 ANAL YSE La prochaine fois, le feu! p.1 ACTUALITE L’international se mobilise mais jusqu’à quel point ? p.1 EDIT ORIAL Embouteillage ! p.7 CRISE ALIMENT AIRE Le lait à prix prohibitifs : Où est la convention protégeant les enfants ? p.2 CHER TE DE LA VIE Faut-il renvoyer la rentrée scolaire ? p.3 BILAN DE LA TEMPETE Le bilan est lourd, sauf à Cuba p.8 La tempête fait 13 morts en Floride p.8 NOTRE HIST OIRE 23 Août : Journée internationale du souvenir de la Traite p.12 LIBRE PENSEE Confusion ! p.14 LETTRES Edmond Paul : Patriotisme et conscience p.16 Grand-Gosier honore Morisseau-Leroy p.17 US PRESIDENTIELLES Barack Obama, une ascension fulgurante p.10

PAGE 4

Page 4 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 UNE ANALYSEMENACE DE REPRISE DES EMEUTESLa prochaine fois, le feu !Mais les Haïtiens en ont vu d’autres tout au long de notre carrière de pays le plus pauvre du continent. Par ailleurs, l’historien anglais David Nicholls (« From Dessalines to Duvalier : Race, Colour and National Independence in Haiti») estime que le peuple haïtien ne sort pas de ses gonds tant qu’il n’a pas la certitude de remporter quelque victoire. Sous une forme ou une autre. Par exemple, les élections qui ont porté Lavalas au pouvoir le 29 décembre 1990. Malgré tous les malheurs qui nous poursuivent depuis : « Apre dans tanbou lou » (ou en français « rira bien qui rira le dernier »), nous avertissait un certain ambassadeur américain surnommé Bourik Chaje Pa Kanpe (parce qu’il allait partout dans le pays).Revendiqué par aucun secteur ! …Est-ce que des émeutes sont susceptibles de nous faire avancer le moins du monde dans la lutte contre la cherté de la vie et contre la misère qui parlementaires mercenaires, des politiciens racketteurs, une Société civile réactionnaire, la bourgeoisie compradore, un Pouvoir central cynique. » Et pour finir, « les prix élevés de l’écolage. » Mais, curieusement, rien des prix de la gazoline à la pompe et des tarifs du transport en commun !Les casques bleus …Bref, tout le monde y passe et personne ne trouve grâce aux yeux des militants inconnus de « Vijilans Mas Yo ». Seule la communauté internationale qui n’est pas mentionnée dans ce tract. « Opération Vent tempête » … tous les chemins mènent à Rome. Or bien que le tract en question fasse une allusion (mais une seule) à une formule aristidienne (« ensekirite nan tèt ak nan vant » ), jamais une organisation liée à l’ancien chef de l’Etat en exil n’aurait raté l’occasion de dénoncer également la force étrangère qui interdit le retour au pays de son chef.Capoter dans un vide plus total encore …Donc s’il faut prendre au sérieux les auteurs de cet appel à la grève générale, et vu l’impossibilité de les identifier par rapport à aucun secteur ou groupe connu, il faudrait craindre que l’on soit en train de capoter dans un vide Or rappelons que lors des émeutes d’avril, les casques bleus avaient été parmi les premiers visés par les manifestants de la ville des Cayes. Et plus tard aussi, à la capitale. Le tract n’appelle pas à la violence mais demande à tous, qui que vous soyez, de rester à la maison le lundi 25 Août pour une grève générale. On peut avoir différentes attitudes. 1) Céder à la paranoïa qui nous habite depuis que la crise gouvernementale a franchi apparemment un point de non retour. La bataille pour le contrôle du pouvoir politique s’est égarée dans un véritable labyrinthe dont elle ne peut plus s’extirper toute seule.Au temps du fameux JPP …Dès lors tout est possible. Quelle que soit leur identité, il suffit (comme autrefois au temps du fameux JPP) de deux ou trois manants bien décidés pour que toute la capitale s’enferme à double tour. 2) C’est pire qu’au temps du JPP où l’ombre de Lavalas planait derrière toute entreprise de ce genre, pour la simple raison que Lavalas régnait en maître sur le macadam, donc toute démonstration de cette nature remontait directement ou indirectement à lui. Qu’il s’appelle « Jan l pase l pase » ou plus total encore que tout ce que nous avons redouté jusqu’ici. Pour emprunter un titre du romancier afro-américain James Baldwin : « La prochaine fois, le feu ! » Une version moderne des Piquets de Jean-Jacques Acaau, ce chef révolutionnaire haïtien du 19e siècle (1844) qui avait résolu en une seule formule deux questions essentielles : la lutte des classes et la question de couleur. « Nèg rich se milat, milat pòv se nèg . » Comme le reprendra plus tard Jacques Roumain : la question de couleur n’est qu’un dérivé de la lutte des classes. Mais il existe pire encore. Les jacqueries des temps médiévaux. C’était en 1358. Comme ce tract aujourd’hui qui dénonce tout le monde à la fois (Président, parlementaires, partis politiques, société civile, bourgeoisie, pouvoir central etc), voici comment le chroniqueur Jean Froissard décrit ces paysans qui se déversaient comme des nuées de sauterelles et qu’il qualifie de chiens enragés : « Ils déclarèrent que tous les nobles du royaume de France (…) haïssaient et trahissaient le royaume, et que ce serait grand bien de les détruire tous (…). Lors ils s’en allèrent sans autre conseil, et sans nulle armure, seulement armés de bâtons ferrés et de couteaux, en premier lieu à (MENACE... suite de la 1ère page) nous enserre toujours plus au fur et à mesure que le pays s’enfonce dans le gouffre ? Il n’y a aucune évidence à cela. D’autant plus que, comme les émeutes d’avril dernier en avaient déjà annoncé la couleur, le mouvement pour ce lundi 25 Août n’est revendiqué par aucun secteur particulier, ni groupe reconnu. Les tracts sont signés d’organisations totalement méconnues. Et pourquoi pas fantoches ! Tels « Vijilans Mas Yo » (VIM). Celui-ci dénonce tout à la fois « la vie chère, le chômage, l’insécurité, la faim, la corruption » … Et sur la même lancée : « un Président irresponsable, des (MENACE / p. 5) Les Jacqueries du Moyen-Age: paysans révoltés contre les princes Révolte des esclaves dans la colonie de Saint-Domingue

PAGE 5

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 5 DE L’ACTUALITEla maison d’un chevalier, détruisirent la maison et tuèrent le chevalier, la dame et les enfants, petits et grands ». EtcL’animalité des émeutiers …Ce récit est fait bien sûr pour soulever le lecteur contre l’animalité des émeutiers. Mais sans rappeler « le contexte difficile de la Guerre de Cent ans, assombri depuis 1348 par la Grande peste. La noblesse (après maintes défaites contre les troupes anglaises) est déconsidérée. Et lorsque les grands ne guerroient pas, ils rançonnent le paysan. Au-delà de la pression fiscale, due au versement de la rançon du roi, la mévente des productions agricoles placent les paysans dans une situation intolérable. » Est-ce que le tract mentionné plus haut vise aussi à nous prévenir de l’animalité à laquelle nous risquons cette fois de faire face en cas de reprise des émeutes d’avril dernier … Et à pousser tous les décideurs (politiques, société civile, secteur privé, professionnels) à « apporter leurLa prochaine fois, le feu !contribution pour ne pas laisser le pays sombrer » (« tout moun bay kontribisyon pa w nan batay pou sove Ayiti »).L’exploitation aussi une des pires formes d’animalité …D’un autre côté, rappelonsnous que c’est sachant aussi que l’exploitation sous sa forme médiévale (comme du temps des jacqueries) ou coloniale (comme dans la colonie de Saint Domingue) ou néo-coloniale est aussi une des pires formes d’animalité, qu’on a inventé la démocratie. Démocratie que les décideurs haïtiens tiennent aujourd’hui encore captive. Devons-nous ajouter décideurs aussi bien politiques que économiques. Dès lors comment oublier les grands gendarmes économiques du monde qui nous ont poussés eux aussi (pour ne pas dire eux spécialement) dans cette impasse. Quel que soit l’objectif recherché par ces tracts (y compris leurs maladresses), il ne faudrait pas les prendre totalement à la légère. Mélodie, 24 Août 2008 (MENACE... suite de la page 4) passer le cap de la rentrée scolaire et à réduire les risques liés à la saison cyclonique. » Quant à la déclaration de l’Ambassade des Etats-Unis, publiée vingt-quatre heures après (22 Août 2008), elle salue, d’une manière générale, « tous les acteurs politiques impliqués (…) qui ont démontré leur volonté de placer les intérêts du peuple haïtien au-dessus de toute autre considération. »DOSSIER BLOCAGE POLITIQUEL’international se mobilise mais jusqu’à quel point ? (L’INTERNATIONAL ... suite de la 1ère page) Après avoir repris les mêmes considérations que le communiqué de la Minustah, l’Ambassade des Etats-Unis insiste qu’elle attend « avec impatience l’installation rapide d’un gouvernement efficace et encourage tous les secteurs (engagés) dans le processus à redoubler d’efforts en vue d’atteindre ce but. » Pour finir, l’Ambassade des Etats-Unis apporte son appui sans équivoque au Premier ministre ratifié, puisque (nous citons) « elle tient également à réitérer son engagement à travailler étroitement avec le Premier ministre et son nouveau gouvernement, une fois entré en fonction, afin de l’aider à poursuivre son objectif qui est d’assurer un meilleur futur pour le peuple haïtien. » Sauf que le nom de Michèle Duvivier Pierre-Louis ne figure pas nommément dans cette déclaration. C’est donc l’entrée en scène de deux poids lourds : les Etats-Unis ainsi que la Mission de l’ONU forte d’environ 10.000 soldats et policiers et personnel civil de plusieurs nations du monde et dont le mandat est issu du Conseil de sécurité. exigences du moment définies par le chef de l’Etat qui n’est pas hostile à la formule de gouvernement d’ouverture (comme en atteste le gouvernement démissionnaire) mais en voudrait un qui soit un peu plus cohérent. Touchons du bois! Joignant le geste à la parole, les mêmes partis recommandent à leurs parlementaires de voter la ratification du programme de gouvernement du nouveau Premier ministre Michèle D. Pierre-Louis. On pense que cette dernière, ainsi que le Président René Préval, ont eux aussi bien reçu le message. Il faut profiter au maximum de cet interlude,L’entrée en scène de deux poids lourds … Prisonniers d’un labyrinthe qu’ils ont euxmêmes conçu …Jusqu’à présent l’international avait choisi de jouer un rôle de spectateur. Attentif certes, mais laissant aux acteurs politiques locaux la gestion de la crise au quotidien. Mais aujourd’hui il est plus qu’évident que ces derniers ont fait tant et si mal qu’ils se sont totalement piégés eux-mêmes. Prisonniers d’un labyrinthe qu’ils ont eux-mêmes conçu. Sans aucune issue désormais, qui ne fasse qu’empirer le mal, passer de mal en pis. L’international n’est pas uniquement le seul à disposer des moyens de faire bouger la situation. Mais il est aussi le seul à n’avoir point besoin d’utiliser les grands moyens que la seule arme de la dissuasion. La persuasion par la dissuasion. Pour répéter le président Theodore Roosevelt, « speak softly, but carry a big stick » (il suffit de parler gentiment puisqu’il n’y a pas moyen de nier ta force !).Profiter de cette fenêtre d’opportunité …De fait, les partis politiques n’ont pas attendu la sortie des communiqués ci-dessus mentionnés pour faire état de leurs bonnes intentions, mettant immédiatement fin à leurs précédentes exigences d’avoir au sein du nouveau cabinet ministériel leurs propres représentants, ceux-ci choisis de leur main propre et non selon les de cette fenêtre d’opportunité, pour activer le processus de formation du nouveau gouvernement qui doit accompagner Michèle Pierre-Louis lors de la présentation de son programme par-devant les deux chambres législatives. Car il n’y a pas que les partis politiques qui soient en cause. Le partage des fauteuils ministériels ne va pas sans parfois d’âpres discussions entre le chef de l’Etat et son futur chef de gouvernement. Et il semble que Mr. Préval et Mme Michèle Pierre-Louis n’échappent pas à la règle. Toujours est-il que c’est la dernière chance qu’il leur reste de franchir la ligne d’arrivée.Le hic demeure au Sénat …De sources généralement bien informées, tout devrait être prêt pour la tenue au début de cette semaine de la séance de ratification du programme de gouvernement. D’abord par les députés ... Les deux blocs majoritaires à la Chambre des députés (CPP/ Concertation des parlementaires progressistes ; UPDN ou Union des parlementaires pour le développement national), qui sont dominés respectivement par les partis LESPWA (L’INTERNATIONAL / p. 6) Le PM ratifié Mme Michèle D. Pierre-Louis reçue par le Président de la Chambre des députés, Pierre Eric Jean-Jacques (photo Georges Dupé) Dirigeants du parti OPL : Suzy Castor, Edgard Leblanc et l’ex-PM Rosny Smart (photo Eugène Robenson) et Fanmi lavalas, l’ont promis au

PAGE 6

Page 6 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 UNE ACTUALITE POLITIQUE Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsor visit ourEmployment Customer Care Center140 West Flagler Street, Suite 105 € Miami, FloridaSearch o nline at any Miami-Dade County library, South Florida W orkforce Career Center or T eam Metro location.EOE/M/F/D/V eterans´ PreferenceD e l i v e r i n g E x c e l l e n c e E v e r y D a y Time to Shine! Président Préval. Mais l’inconnue n’est pas pour autant levée au Sénat. Quelle différence l’entrée en scène de l’international représente-t-elle pour les sénateurs qui constituent le dernier goulot d’étranglement dont au moins 5 avaient voté abstention lors de la ratification du choix de Michèle D. Pierre-Louis et dont au moins 2 ont juré de ne jamais voter en sa faveur.L’international se mobilise mais jusqu’à quel point ?(L’INTERNATIONAL... suite de la page 5) d’élections en retard et autres) … Primo, le quorum ou nombre de sénateurs dont la présence est obligatoire pour valider une séance est de 16. Cela malgré les efforts tout à fait compréhensibles des uns et des autres pour le ramener à 10, car le cas actuel revient à faire comme si le Sénat comprenait 30 sénateurs en existence, à faire voter 12 sénateurs qui n’existent pas, 12 zombies. Mais la majorité des sénateurs se refuse à toute modification. des sénateurs décident de refuser leur vote (ou que trois décident de rester chez eux) pour que tout reste bloqué comme devant. Aujourd’hui comme hier. Rabaisser le quorum semble la solution la plus démocratique … Or les partis politiques, quelles que soient les bonnes intentions qu’ils affirment désormais, ont perdu aujourd’hui tout contrôle sur leurs représentants au Parlement qui ont été les seuls à faire la loi depuis l’entrée en fonctions des élus de 2006. sans que personne ne soit lésé dans ses droits. Soit pour amener à plus de compréhension ceux (ou celles) parmi eux qui oublient, comme dit la déclaration de l’Ambassade des EtatsUnis, de « placer les intérêts du peuple haïtien au-dessus de toute autre considération. » Soit d’ordre subjectif ou religieux, soit simple clientélisme, quand ce ne sont pas carrément des dettes à rembourser, au sens propre. Mais comme tous sans exception se considèrent de fidèles amis de Or l’actuelle arithmétique au Sénat ne joue toujours pas en faveur de Michèle D. Pierre-Louis et son gouvernement. Il y a seulement 18 sénateurs en fonction (les 12 autres postes sont l’énoncé de politique générale est décidée à la majorité absolue. Ayant choisi de maintenir la fiction d’un sénat de 30 membres, il faut donc le vote favorable de 16 sénateurs (sur les 18 présents – et les 12 zombies). En un mot, l’international doit à présent consacrer toute son attention aux sénateurs. Soit pour les convaincre de rabaisser le quorum de 16 à 10, par exemple, qui est la solution la plus démocratique pour terminer le conflit Washington, une sortie définitive de la crise ne devrait désormais point tarder. C’est là aussi qu’on verra si l’international a vraiment décidé de mettre tout son poids dans la balance. Haïti en Marche, 23 Août 2008Les 12 zombies …vacants pour cause de mandat achevé et Secundo, la ratification de Conclusion : il suffit que deux à la production locale de prospérer dans un sens bénéfique pour l’économie du pays car ce sont des devises qui seraient épargnées. Nous ne saurions y répondre vu que les autorités sont moins enclines aujourd’hui à expliquer ou expliciter leur politique qu’avant. De toutes façons, on a expliqué toutes les hausses. La gazoline à la pompe, c’est à cause du prix du baril sur le marché mondial. Même si le baril a subi une forte baisse ces derniers jours, ce qui ne s’est pas encore reflété sur les tarifs locaux. Mais peut-être juge-t-on cette baisse purement conjoncturelle, trop passagère ! La hausse du blé ou du maïs, c’est parce que ces produits servent à fabriquer du bio-diesel. La hausse du prix du ciment sur le marché local (passant en une semaine de 58 dollars haïtiens le sac à 62, puis d’un jour à l’autre 64, 67 et en province 69), l’on nous dira c’est le pétrole. Mais c’est bizarre, parce qu’en même temps le pétrole est retombé. Toujours est-il que le lait ne sert pas à fabriquer du bio-diesel … Mais voilà, les vaches dans ces pays-là sont nourries aux céréales. Et les céréales servent à fabriquer du carburant vert … Que devient entre-temps la convention en faveur des enfants, selon laquelle le lait est essentiel à leur formation physique, mentale et intellectuelle ? Les enfants des pays pauvres sacrifiés au carburant pour les grosses cylindrées … Ce ne sera pas le premier ni le dernier scandale de notre époque. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceOù est la convention protégeant les enfants ?LE LAIT A DES PRIX PROHIBITIFS(LAIT ... suite de la page 2) Faut-il renvoyer la rentrée ?(LA RENTREE... suite de la page 3) Ensuite il faut compter avec les parents qui ont déjà pris les dispositions pour envoyer leurs enfants à l’école à la date officielle du 1er septembre. Quitte Que voulez-vous ! Les écoles publiques ne couvrent que 15% de la demande scolaire. Les directeurs du à consentir pour cela de grands sacrifices ... Ne vont-ils pas sentir leurs droits lésés si la date vient à être déplacée. Et sans avertissement préalable. On a souligné aussi à notre attention les directeurs d’établissements privés qui font payer la rentrée de septembre à l’avance. Soit, avant la fin de la précédente année scolaire. Ceci pour garantir la place de votre enfant dans leur établissement à la prochaine rentrée. situation. Il est certain qu’ils ne vont pas rembourser le mois de septembre si la rentrée vient à être reportée à octobre. Etc. C’est donc plus facile à dire qu’à faire un renvoi de la rentrée. Cependant les difficultés économiques sont une évidence et plus de la moitié des parents ne sont pas en mesure de couvrir tous les frais. (voir LA RENTREE / 7) privé tirent le maximum de cette Donc il faut prendre une Manifestations contre les coûts trop élevés des fournitures scolaires (photo Robenson Eugène) Le PM sortant Jacques Edouard Alexis dans un message à l’occasion du 3e Congrès du PLB “Parti Louvri Baryè” (photo Georges Dupé) Les députés ratifiant le choix comme Premier Ministre de Michèle D. Pierre-Lousi (photo Georges Dupé)

PAGE 7

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 7 LEGALANNOUNCEMENT REGARDING EXPRESSIONS OF INTEREST-FOUR DEVELOPMENT SITES AT MIAMI INTERNATIONALAIRPORT PROJECT NO. EOI-01-08 MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDAThe Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above referenced Expressions of Interest document (EOI), which can be obtained by visiting our Website at: www.miami-airport.com/html/business_opportunities.html (in order to view the full EOI document, please select "Advertisements " link at the bottom of the Business Opportunities page and then select the respective project). INVESTMENT SITES: Miami-Dade County's Aviation Department (MDAD) is soliciting responses to the Expressions of Interest (EOI) from developers/investors for the development of four investment sites at Miami International Airport (MIA). The four investment sites are located in areas adjacent to MIA's Central Boulevard which is the main public entranceway to the Terminal Building. These investment sites are: 1) Area "A," commonly known as "Central Base," is a 25 +/acre site. If an investor/developer chooses, the site may be subdivided into an 8+/acre parcel that currently consists of a surface parking area; if this option is chosen, the investor/developer will not have any future development rights to the remaining 17 acres. MDAD is not mandating what type of development should go on this site; however, preliminary feedback from interested parties indicates that a conference center hotel may be ideal for this site. Also, MDAD will not consider any proposals regarding fixed-based operations (FBO) for this site. 2) Area "B" is an 8 +/acre site adjacent to NW 20 Street and is designated for the development of a new retail service plaza. 3) Area "C" is the designated new hotel site and is comprised of a 3 +/acre area that straddles the access lanes to the parking garages (the "New Hotel Site"). 4) Area "D" is the existing in-terminal hotel located at Concourse "E". The hotel has undergone several renovations; however, extensive renovations are still required including meeting Miami-Dade County Building codes compliance. Currently, Area D is the existing 252-room, in-terminal MIAHotel site that may also include three floors of adjoining office space currently occupied by MDAD. All other applicable rules, procedures, regulations applicable to privately-funded projects on airport properties will apply. See Exhibit D of the EOI document for the applicable lobbying rules. décision. Ah oui, nous devons ajouter qu’un renvoi de la rentrée peut aussi avoir un impact sur l’image générale du pays et renforcer l’impression de chaos toujours latent. Entité chaotique ingouvernable ! Du moins si la décision est officiellement endossée par l’Etat haïtien. Par contre il existe peut-être un moyen terme. Supposons que rien ne change officiellement à la date. Dès lors les enfants dont les parents en ont les moyens, peuvent entrer à l’école dès le 1er septembre. Et les autres un mois plus tard. Mais les absents et retardataires ne seraient pas sanctionnés. Et les élèves ne seraient pas obligés de verser le mois de septembre. De cette façon tout le monde pourrait être content : les parents, les éducateurs et les enfants qui tiennent à commencer l’année dès septembre pour pouvoir épuiser tout le programme. En même temps, les parents qui ont moins de moyens obtiennent un mois de plus pour se mettre en règle. Et sans pénalité. Le Ministère veillera à ce que les directeurs d’établissements privésLa rentrée ?(suite de la page 6) SUSPENSE RATIFICATIONEmbouteillage !PORT-AU-PRINCE, 21 Août – Ce n’est plus de blocage qu’il s’agit embouteillage. Embouteillage, collision, entre-choc, deadlock. Mais tenez-vous bien, entre différents cabinets ministériels en compétition. Il y a le cabinet ministériel du Président René Préval qu’on lui reproche de mettre sur la table; il y a celui du Premier ministre ratifié dont elle cherche naturellement à se faire accompagner … Rome m’a choisi ! Il y a le cabinet des sénateurs que ceux-ci veulent imposer au chef de l’Etat et au Premier ministre ratifié, sinon pas de ratification du programme de gouvernement … Il y a enfin le cabinet ministériel des responsables de partis politiques que ces derniers n’entendent pas voir disparaître dans la foule, c’est eux qui doivent faire leur choix. De leur main propre. Or comme notait le PM ratifié Michèle Pierre-Louis lors de sa première conférence de presse : il y a 18 ministères mais 19 partis politiques. Donc impossible de donner satisfaction à tout le monde. La barrique de maïs n’est pas assez remplie !On voit 18 mais il faut dire 19 …Or en plus des 19 partis politiques, il y a 18 sénateurs qui veulent imposer chacun son propre choix. Et les 98 députés aussi, pourquoi pas. Pourquoi être en reste ! Encore que si le décompte était simplement arithmétique, ce serait un peu moins compliqué. Mais ici les chiffres n’impressionnent guère. On voit 18 mais il faut dire 19. Ce n’est pas un œuf à la coque, c’est un œuf brouillé dont il s’agit. C’est un embrouillamini. Ailleurs on aurait considéré l’intention du chef de l’Etat comme tout à fait louable. Il n’y a pas un parti présidentiel qui domine au Parlement et dont le Président tirerait tous ses ministres, comme un prestidigitateur sort des colombes de son chapeau. Devant l’absence d’une telle majorité (appelée couramment majorité absolue), M. Préval fait ses choix sans considération de parti. Ainsi son (ou sa) ministre des affaires étrangères qui pourrait être un membre de l’OPL, son titulaire de la santé un proche du parti Fusion. Etc.Personne n’est dupe. Mais tout le monde s’en fout ...Partout ailleurs c’est ce qu’on appelle un gouvernement d’ouverture, c’est-à-dire dont les membres sont choisis pour leur compétence ou leur engagement, non pour leur affiliation politique qui peut être de différentes tendances. Un président français Nicolas Sarkozy pousse l’expérience jusqu’à s’offrir un gouvernement d’ouverture (à gauche) alors même que la droite a la majorité au Parlement. Mais chez nous tout cela est bien trop fin. On se fiche que le gouvernement soit d’ouverture ou non, pourvu qu’il ME donne satisfaction. Et cela ne peut être assuré que si je peux y placer mon homme (ou une femme !) à moi. Car celui-ci (ou celle-ci) sait, au vu et au su de tous, sans aucun état d’âme, que c’est à moi qu’il (ou elle) doit son poste. Personne n’est dupe. Mais tout le monde s’en fout. Aussi ne vous étonnez pas de voir des partis politiques arriver jusqu’à désavouer leurs propres membres des fois que ceux-ci seraient choisis par le Président. Parce que ce n’est pas eux qui ont fait le choix. De leur propre main. bas et même très bas dans l’échelle de l’inexorable dégradation de nos mœurs politiques … Mais ça on connaît déjà depuis longtemps. Cependant une nouvelle complication se présente cette semaine, un nouveau facteur qui s’appelle le Premier ministre ratifié … Nous faisions remarquer dans un précédent éditorial que Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis a une différence avec ses deux prédécesseurs nommés par le Président René Préval (Ericq Pierre et Robert Manuel) qu’elle a ses propres partisans à elle, son propre gang (si l’on nous permet l’expression). Ces derniers ont pris faits et cause pour la directrice générale de FOKAL, l’une des plus puissantes ONGs du pays.Cabinet ministériel de poche …Le Président Préval devait donc normalement s’attendre que Mme Pierre-Louis dispose de son petit cabinet ministériel de poche. Et qu’elle entend emmener avec elle au pouvoir. C’est paraît-il le cas, et c’est ce qui constituerait cette semaine le principal élément de blocage. Après les sénateurs et les leaders de partis, c’est maintenant le cabinet du PM ratifié qui entrerait en collision avec celui du Président. Et tout comme on vient de voir avec les autres, même quand M. Préval aurait fait des choix dans l’entourage même du Premier ministre ratifié. même chose. Tout comme les sénateurs et leaders de partis, Michèle PierreLouis a probablement son propre agenda politique (pas forcément dans un sens péjoratif). Et qui ne recoupe pas obligatoirement celui du chef de l’Etat élu de la Nation.Nul n’est totalement innocent …Jusqu’aux députés des deux groupes majoritaires (CPP et UPDN) qui disaient n’avoir aucune ambition dans la formation du gouvernement, mais qui maintenant protestent devant la décision de reconduire certains ministres du gouvernement démissionnaire. Bref, nul n’est totalement innocent. Conclusion : nous voici devant un immense cafouillage. Si l’on compte le cabinet du Président, le cabinet du Premier ministre ratifié, le cabinet des sénateurs, celui des responsables de partis politiques, celui des députés, pourquoi pas … Plus le cabinet des associations étudiantssecteur populaire. Sans oublier le cabinet des organisations féministes. Etc. Cela fait en effet beaucoup de monde pour 18 postes ministériels ! Vous avez dit embouteillage. Je dirais même plus, c’est un sacré bouchon. Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince influence sur le bénéficiaire.L’inexorable dégradation de nos mœurs politiques … Ce que les leaders de partis et les sénateurs en question veulent, c’est donc un deal. Et qui cela peut-il déranger ? Ce ne serait pas la première fois. Ni probablement la dernière. Mais cette fois cela va très loin. n’exercent pas de représailles contre ces élèves. Vous me direz : est-ce que nous ne sommes pas en train d’encourager l’exclusion sociale ? En tout cas, ce n’est pas ainsi non plus qu’on en trouvera la solution. Par des mesures improvisées selon les circonstances et au gré de la conjoncture. La seule vraie solution c’est que l’Etat soit capable de garantir l’enseignement pour tous les enfants du pays sans exception. Comme l’exige la Constitution en vigueur. Pour commencer, en fournissant le matériel scolaire indispensable à la rentrée. Aussi bien pour les élèves du public que pour ceux du privé, mais selon une convention qui devrait être conclue avec les établissements privés et qui permettrait en même temps à l’Etat d’avoir un meilleur contrôle de leurs activités. Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince maintenant, mais d’un Donc ils ne peuvent exercer aucune C’est un degré plus Mais ce n’est pas laAUX CENT ACTES DIVERS

PAGE 8

Page 8 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDA Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm . Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge , from our Website under Solicitations Online Ž. Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid openi ng dates and other information that may be subject to change. Interested parties may also visit or call: Miami-Dade County Department of Procurement Management Vendor Assistance Unit 111 NW 1st Street, 13th floor, Miami, FL 33128 Phone Number: 305-375-5773 There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service. These solicitations are subject to the Cone of SilenceŽ in accordance with County Ordinance No. 98-106. Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring vendor affidavits only once … at the time of vendor registration. Starting June 1, 2008 , vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete the new Vendor Registration Package before th ey can be awarded a new C ounty contract. Obtain the Vendor Registration Package on-line from the DPM website. la politique générale. Je n’ai pas voulu me prononcer publiquement avant d’arriver au terme des négociations. En accord avec le Président René Préval, je procède aux dernières consultations relatives à la formation du gouvernement et je me prépare à présenter, dans les meilleurs délais, au parlement l’énoncé de la politique générale. Je réaffirme mon engagement et ma détermination à servir mon pays. La population est impatiente, elle attend l’issue de la crise gouvernementale et des actions concrètes qui améliorent ses conditions de vie. Port-au-Prince, le 20 août 2008 Michèle Duvivier Pierre-Louis Premier Ministre RatifiéLe PM Ratifié dément avoir voulu se retirer(DEMENTI... suite de la page 3) En Floride la tempête tropicale Fay fait 13 morts24 août Associated Press MIAMI, Floride Le nouveau passage de la tempête tropicale Fay sur la Floride dimanche l’a fait entrer dans les records, alors qu’elle a déjà fait 13 morts, selon un dernier bilan. Fay a provoqué la mort de 13 personnes aux Etats-Unis, 11 en Floride et deux, respectivement en Floride et en Géorgie. En Haïti et en République dominicaine, 23 personnes avaient péri dans des inondations. Des pluies abondantes étaient prévues dimanche et lundi dans l’Alabama, dans le Mississipi et dans l’est de la Louisiane et du Tennessee. Pour la première fois et mettant les nerfs des habitants à rude épreuve, la tempête est passée à quatre reprises et avec une forte intensité sur la Floride. Et Fay, bien qu’elle ne se soit pas transformée en cyclone samedi soir, a causé d’importantes inondations, à cause de pluies abondantes: 1,22 mètres d’eau dans certaines rues de DeBary, à 25km au nord d’Orlando. Le président Bush a classé quatre comtés en zones sinistrées. Certains fleuves pourraient encore déborder de leur lit. Fay a été une tempête inhabituelle, même selon les critères de la Floride. Ayant touché terre une première fois dans les Keys lundi dernier, elle est retournée en mer, avant de frapper de nouveau près de Naples, sur la côte sud-ouest, avant de traverser lentement l’Etat, puis de retourner sur l’Atlantique. Pour mieux frapper encore, une troisième fois, près de Flagler Beach, sur la côte centrale. C’était la première fois depuis près de 50 ans qu’une tempête faisait trois passages sur la Floride, la plupart la traversant en un ou deux jours. Et le record est battu avec le quatrième passage samedi. Dégâts de la tempête Fay en Floride Fay rétrogradée menace la LouisianeMIAMI (AFP) La tempête Fay, qui a fait 13 morts en Floride et des dizaines d’autres dans les Caraïbes, a été rétrogradée en dépression tropicale dans la nuit de samedi à dimanche, mais menaçait encore d’inonder les côtes du sud des Etats-Unis, a annoncé le Centre national des ouragans (NHC). “Fay s’est affaiblie en dépression, mais d’importantes pluies et inondations pourraient continuer pendant plusieurs jours”, a averti le NHC basé à Miami (Floride, sud-est). Après avoir déversé des pluies torrentielles dans la Panhandle de Floride, la dépression tropicale a atteint le sud de l’Alabama et du Mississippi (sud) dimanche et devrait toucher l’Est de la Louisiane lundi, sur des côtes du golfe du Mexique qui se remettent à peine des dégâts catastrophiques causés par l’ouragan Katrina il y a trois ans. La dépression avançait vers l’ouest à un rythme d’environ 16 km/h mais “Fay pourrait presque s’immobiliser lundi sur l’est de la Louisiane et le sud du Mississippi”, ont prévenu les services nationaux de météo (NWS). A La Nouvelle-Orléans, qui avait subi des inondations meurtrières le 30 août 2005, au lendemain du passage de Katrina, les autorités ont pris des mesures pour éviter une répétition de la catastrophe. “Une alerte aux inondations est déclenchée jusqu’à lundi soir pour l’essentiel du sud-est de la Louisiane”, a déclaré Danielle Manning du NWS au journal local Times-Picayune. Le génie de l’armée de Terre a été placé en état d’alerte à La Nouvelle-Orléans pour surveiller le niveau des eaux dans les canaux connectés au lac Pontchartrain, dont les digues avaient lâché au lendemain de Katrina, et pour mettre en place, si nécessaire, des opérations de drainage d’urgence. “Nous avons activé nos équipes par précaution pour la sécurité de la population”, a déclaré au journal le commandant du district de La Nouvelle-Orléans, Alvin Lee. “Nous sommes prêts à fermer les écluses et à faire tourner les pompes si nécessaire”, a-t-il dit. Le gouverneur de l’Alabama a déclaré l’état d’urgence dimanche dans son Etat, où les autorités ont émis des avis d’alerte aux inondations, ont ouvert des abris et prévu des transports pour convoyer les sauveteurs. Avant d’atteindre la Floride, mardi soir, Fay avait fait des dizaines de morts la semaine dernière en Haïti et en République dominicaine. Elle a fait onze morts en Floride, principalement dans des accidents de voiture dus aux intempéries. Mais un homme est aussi mort intoxiqué au monoxyde de carbone provenant de générateurs électriques, un autre est décédé électrocuté et deux victimes sont mortes noyées. Fay aurait aussi causé la mort d’une personne en Géorgie. La tempête a été accompagnée de tornades et de pluies record en Floride, provoquant d’importantes inondations et privant des centaines d’habitants d’électricité. Le président Bush y avait déclaré l’état d’urgence, ce qui ouvre la voie à des aides fédérales.Fay balaie la CaraïbeLe bilan est lourd, sauf à Cuba(Maria Larios et Manuel Rodriguez, Unité panaméricaine d’intervention en cas de catastrophe, Panama) 20 Août 2008 La Croix-Rouge reste en état d’alerte après que l’ouragan tropical Fay a noyé sous des trombes d’eau l’île d’Haïti, l’est et le centre de Cuba, la Jamaïque et le nord des Caymans. Sixième tempête de la saison dans l’Atlantique, Fay a fait au moins 54 morts en Haïti et en République dominicaine. En Haïti, les crues des rivières ont coûté la vie à sept personnes et deux autres sont portées disparues. Une soixantaine d’habitants de Jacmel qui avaient dû être évacués ont pu réintégrer leurs foyers, mais deux maisons ont été détruites et une cinquantaine ont été inondées à Tiburon. En outre, plus de quarante passagers ont péri dans un accident de car, le véhicule s’étant retourné avant de tomber dans la rivière Glace (Grande Anse). La Croix-Rouge haïtienne a mobilisé des volontaires pour assister les familles affectées et procéder à des évaluations des besoins. En République dominicaine et à Haïti, plus de 2000 personnes ont été évacuées dans des abris d’urgence, des centaines d’habitations ont été endommagées et plus de 15 000 foyers ont été privés de courant. Le passage de l’ouragan sur le territoire dominicain a fait quatre victimes et semé la désolation parmi une trentaine de communautés dont dix-sept ont été temporairement coupées du monde extérieur suite aux dégâts subis par les routes et les ponts. A l’intérieur des terres, des rivières sont sorties de leurs lits et des centaines de maisons ont été endommagées. Des abris provisoires ont été aménagés afin d’accueillir plus de 2000 sinistrés. La province d’Azua, dans le sud, a été la plus durement touchée, mais celles de District National et de Santo Domingo ont également été sérieusement inondées. Ponts, habitations, stations électriques et autres éléments d’infrastructure ont subi de lourds dommages. Les équipes de secours de la Croix-Rouge dominicaine ont participé aux opérations de recherche et de sauvetage, aidé à évacuer les familles menacées et procédé à des évaluations des dommages et des besoins. A Azua, le coordinateur de la gestion des (voir FAY / 9)LES TEMPETES SE SUIVENT

PAGE 9

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 9 catastrophes à la Croix-Rouge travaille en étroite liaison avec la cellule de crise municipale. A Cuba, quelque 10 000 personnes ont été évacuées avec le concours de la Croix-Rouge et, le 18 août, la Défense civile a annoncé le retour à la normale dans toutes les provinces affectées. On n’a déploré ni morts, ni blessés. La Croix-Rouge cubaine a également diffusé des messages de prévention par le canal des médias nationaux et régionaux et a entrepris d’évaluer les besoins des communautés touchées. La Fédération internationale suit de près l’évolution de la situation par l’intermédiaire de son Unité panaméricaine d’intervention en cas de catastrophe basée à Panama et en étroite coordination avec les Sociétés nationales concernées. Elle se tient prête à apporter si nécessaire un soutien à ces dernières.Fay balaie la Caraïbe(suite de la page 8) HAITI-COOPERATIONVisite de l’administrateur associé du PnudP-au-P, 23 août 08 [AlterPresse] — Du 24 au 26 août 2008, le hollandais Ad Melkert, secrétaire général adjoint et administrateur associé du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) depuis mars 2006, effectuera une visite officielle en Haïti, informe un communiqué de la branche nationale de l’agence onusienne. Pendant son séjour, Ad Melkert rencontrera le Président de la république, René Préval, ainsi que le Premier Ministre ratifié, Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis, et le Premier Ministre sortant, Jacques-Edouard Alexis. Dans son agenda, l’administrateur associé du Pnud prévoit aussi des entretiens avec des parlementaires, des représentants du secteur public et du secteur privé, ainsi que différents acteurs de la communauté internationale, dont le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Hedi Annabi, et les Chefs de missions diplomatiques. Le mardi 26 août, Melkert se rend aux Gonaïves (Artibonite, Nord ) afin de visiter des projets du Pnud, liés à la prévention des désastres naturels et à la réalisation de travaux à haute intensité de main d’œuvre. En fin de visite, le jeudi 26 août, M. Ad Melkert fera part de ses observations à la presse à l’aéroport international de Port-au-Prince. Partenariat Guadeloupe-HaïtiUne convention a été signée vendredi matin entre la ville de BasseTerre et une délégation haïtienne présente en Guadeloupe depuis quelques jours. Objectif : favoriser et intensifier les échanges culturels, économiques et pédagogiques. Abricot, Gressier, Dondon, et Plaisance. Ce sont les noms des quatre villes haïtiennes concernées par cette convention de partenariat. Une délégation composée d’une dizaine de membres a été reçue vendredi matin à la mairie de Basse-Terre. Deux des points abordés ont été le reboisement et la préservation des ressources en eau. Les Haïtiens craignent en effet de manquer de liquide vital dès 2025. L’Association Guadeloupe-Haïti installée dans l’archipel, s’est dite satisfaite de l’engagement et des propositions faites par la ville de BasseTerre. Compétences et qualifications techniques en terme d’environnement seront ainsi mises à la disposition des Haïtiens. La délégation a profité de ce voyage pour remercier Lucette Michaux-Chevry pour son engagement pour Haïti, en matière d’éducation, lors de sa présidence à la Région. Deux bibliothèques devraient ainsi porter le nom du maire de Basse-Terre. HPN, le 22 août 2008 Environ 2000 enfants de Cité Soleil participent à un camp d’été organisé par le Comité olympique haïtien (COH). Cette initiative, baptisée « Camp Soleil », est à sa deuxième édition. Le camp d’été a débuté le 4 et se termine le 29 août. moniteur aux prochaines éditions du camp d’été. Pour intégrer les diverses disciplines, les enfants étaient guidés par des accompagnateurs, qui après leur avoir expliqué l’importance de chacune d’entre elles, les ont ensuite aidés à faire leur choix. Interrogé sur le choix de certaines disciplines, certains jeunes affirment qu’ils avaient déjà leur choix en tête, alors que d’autres éprouvaient beaucoup de difficultés pour y arriver. « J’avais déjà opté pour le basket et je n’ai pas attendu qu’on m’explique de quoi il s’agit, parce que je veux devenir un bon basketteur » s’enorgueillit un petit garçon de 13 ans qui se dit très content de cette initiative. Une petite fille de 10 ans s’est contentée de se joindre au handball, tout juste pour découvrir une discipline peu pratiquée dans le pays. CW/HPN2000 enfants participent à un Camp d’été à Cité SoleilAvec le soutien du Comité international olympique (CIO), cette initiative entre dans le cadre du programme « Sport pour la paix et le développement ». Elle se réalise en deux parties dont une première tranche est déjà terminée. Pour le moment, on est à la deuxième phase de ce camp qui s’achève le 29 août prochain. Le camp est aussi soutenu par plusieurs autres organismes nationaux et internationaux : Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF), OIM, CHF International, pour ne citer que ceuxlà. 44 moniteurs et aide-moniteurs, répartis sur trois sites à Cité Soleil, assurent la formation pour des enfants âgés entre 10 à 14 ans, dans les disciplines comme le handball, le football, l’athlétisme, le basket-ball, le volley-ball, les jeux de dames et le judo. Des retombées positives sont attendues de ce projet. Selon Fritz Gérald Tong, un membre du COH, ce camp d’été devrait se réaliser dans plusieurs autres endroits réputés comme des ‘’quartiers chauds” comme Martissant, Solino qui ont autant de besoins. Mais faute de moyens, cela n’a pu se concrétiser. Plus loin, il s’est dit satisfait du bon déroulement de cette activité dont l’objectif est de dénicher de nouveaux talents. « En plus de la formation sportive, ces enfants ont appris la tolérance, à protéger l’environnement et à lutter contre le VIH/Sida » souligne-til. Selon le coordonnateur du programme, Joseph Jocelyn Toyo, tout s’est bien passé. En plus de la formation des jeunes, les aide-moniteurs auront eux-mêmes l’opportunité de devenir Dans un échange avec la presse, le président de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR), Alix Fils-Aimé, le directeur départemental Nord de la Police Nationale d’Haïti, Joany Canéus, et la responsable adjointe de la Section de la Réduction de la Violence Communautaire de la MINUSTAH, Mme Adama Ndao, ont présenté, le 29 juillet, des projets relatifs à la réduction de violence communautaire. Ces derniers sont en cours d’exécution dans des quartiers défavorisés du CapHaïtien. La rencontre avec la presse aCap-Haïtien : Des acteurs s’engagent contre la violenceeu lieu en marge du séminaire de formation sur l’élaboration de documents de projets pour des membres des Secrétariats de forum. A l’occasion, le président de la CNDDR, Alix FilsAimé, a fait une présentation sur les réalités économiques et géographiques d’Haïti, tout en dégageant la spécificité de chaque région. Il a soutenu que la mobilisation des ressources du pays contribuerait à changer les conditions de vie de la population et à diminuer les actes de violences et de banditisme. Pour lui en effet, «le développement économique d’Haïti doit être axé sur les potentialités régionales ». Le président de la CNDDR attend la formation du nouveau gouvernement pour formuler des demandes concrètes auprès du gouvernement et de la présidence, ceci en vue d’institutionnaliser les Secrétariats de forum communautaire. Il a fait savoir que bon nombre d’anciens militaires démobilisés et des individus armés ont pu bénéficier d’une réinsertion sociale grâce notamment à l’action de la CNDDR. Pour sa part, la responsable adjointe de la Section Réduction de Violence Communautaire de la MINUSTAH, Mme Adama Ndao, a exprimé sa satisfaction relative à l’appui apporté par la Section RVC de la MINUSTAH à la communauté haïtienne, notamment en ce qui concerne la réduction de violence. Elle a réaffirmé l’engagement de la MINUSTAH à travailler au bien-être de la population. « Plus de 14 projets de mobilisation et de sensibilisation ont été exécutés dans le département du Nord, au cours de l’année 2008 », a-t-elle expliqué. Mme Ndao a également invité les journalistes à s’intéresser aux projets de Haute Intensité de Main d’œuvre qui sont en train d’être exécuté dans plusieurs quartiers défavorisés de la commune du Cap-Haitien. Ces projets d’assainissement et de curage des canaux s’élèvent à 180.000 dollars américains environ, pour une durée de trois à six mois. De son côté, le directeur départemental du Nord de la Police Nationale d’Haïti, Joany Canéus a invité la population à la collaboration, en fournissant des informations et des renseignements fiables à la police, en vue d’améliorer la sécurité des vies et des biens des citoyens. «Aucune police ne peut être efficace dans aucun Pays du monde sans une franche collaboration de la population », a-t-il soutenu. Dégâts importants à Vallue, 12e section communale de Petit-GoâveP-au-P, 20 août 08 [AlterPresse] — Champs dévastés, installations touristiques affectées, pertes en bétail et dégâts dans les maisons familiales : c’est un bilan partiel fourni par l’Association des paysans de Vallue (Apv) sur le passage de la tempete tropicale Fay, les 15 et 16 août 2008, à la douzième section communale de PetitGoâve, à 68 kilomètres au sud de Portau-Prince. En plus de la banane, de la canne-à-sucre et d’autres denrées alimentaires, “les pertes enregistrées dans les champs de haricots en fleur et dans les fruits vont peser très lourd, dans les prochains mois, sur la capacité des paysans à faire face aux besoins fondamentaux. Tout cela contribue à compliquer davantage la situation socioéconomique des paysans à la veille de la rentrée des classes” [annoncée pour le 1er septembre 2008], écrit l’Apv dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse. conséquences du passage de la tempete tropicale Fay, le toit métallique du marché communautaire de Vallue s’est effondré, tandis que celui de l’église de Château a été emporté par les vents. 9 tableaux de l’écomusée de la montagne sont pulvérisés et 4 endommagés, ajoute l’Apv. Selon la note, qui fait état de la préparation d’un rapport détaillé sur les

PAGE 10

Page 10 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Barack Obama, une ascension fulguranteDENVER Barack Obama, qui doit être officiellement investi lors de la Convention de Denver (25-28 août) comme candidat démocrate pour la présidentielle du 4 novembre, a de réelles chances de devenir le premier Noir à accéder à la Maison Blanche. Jeune, brillant orateur, charismatique, il a connu une ascension fulgurante et un parcours pour le moins atypique. Seul Noir à siéger au Sénat américain, Barack Hussein Obama, 47 ans, est né le 4 août 1961 à Hawaï d’une mère américaine blanche du Kansas et d’un père noir du Kenya. Il a passé une partie de son enfance en Indonésie, un pays musulman. Son père, qui s’appelait également Barack Obama, a grandi dans un petit village kényan où il gardait des chèvres avec son propre père, peut-on lire sur le site Internet du candidat. Les parents de Barack Obama se sont rencontrés à l’université d’Hawaï. Son père, qui avait obtenu une bourse pour aller étudier aux Etats-Unis, a ensuite regagné le Kenya, quittant sa famille alors que son fils était âgé de deux ans. Le jeune Barack est resté vivre à Hawaï avec sa mère, Stanley Ann Dunham, qui s’est remariée avec un étudiant indonésien. Il a ensuite passé quelques années en Indonésie où il a été scolarisé dans un établissement laïque et public, ouvert à toutes les confessions, avant de s’installer à New York où il a étudié à l’université de Columbia. En 1985, il déménage à Chicago pour travailler avec une organisation affiliée à une église cherchant à améliorer les conditions de vie dans les quartiers pauvres ravagés par la criminalité et le chômage. Reprenant ses études, il sort diplômé de droit de la prestigieuse université de Harvard en 1991 et retourne peu après à Chicago pour exercer comme avocat spécialisé dans les droits civiques et enseigner le droit constitutionnel. En 1996, il est élu au Sénat de l’Illinois, où il siégera huit ans, entamant ainsi une brillante carrière politique. Il franchit un palier supplémentaire en remportant en 2004 le siège de l’Illinois au Sénat des Etats-Unis, devenant le cinquième Afro-Américain de l’histoire à siéger à la chambre haute du Congrès. Etoile montante du Parti démocrate, il suscite bientôt une véritable “Obama-mania”. Il était pourtant quasiment inconnu hors de l’Illinois lorsqu’il a fait irruption sur la scène nationale avec un discours très applaudi lors de la Convention nationale démocrate pendant la campagne présidentielle de 2004. Il y évoqua notamment “l’audace de l’espoir”, formule qui est également le titre de son succès de librairie “The Audacity of Hope”. En février 2007, il déclare sa candidature à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2008. Il remporte le premier rendez-vous des primaires, les caucus de l’Iowa le 3 janvier et malgré la résistance d’Hillary Clinton, qui avait longtemps fait figure de favorite de la course à la nomination, finit progressivement par prendre l’avantage. Faisant campagne sur le thème du changement, et ayant pour slogan de campagne “Yes we can” (“oui, nous le pouvons”), il est soutenu par de nombreuses personnalités, dont l’influent sénateur Edward Kennedy, frère de l’ancien président assassiné John F. Kennedy, la populaire animatrice noire de télévision Oprah Winfrey ou encore le cinéaste Michael Moore. Connu pour son opposition farouche à la guerre en Irak, il propose d’ouvrir un dialogue direct avec des pays “ennemis” des Etats-Unis comme l’Iran et Cuba. Mais il n’a pas exclu de recourir à la force contre Téhéran si nécessaire sur le dossier du programme nucléaire. Il a désavoué son ancien pasteur Jeremiah Wright, qui avait créé la polémique en déclarant que les Etats-Unis avaient provoqué les attentats du 11Septembre par leur comportement sur la scène internationale. Chrétien déclaré, il est marié depuis 1992 à Michelle Robinson, une avocate avec qui il a eu deux filles, Malia et Sasha. AP COURRIER DES LECTEURSMerci pour “CampPerrin, la plus belle”Mr Garcia, Cher Mr ”Edito”, Merci pour ce gentil édito sur Camp-Perrin, la plus belle commune du pays, j’espère que tes suggestions seront prises en compte par les autorités ... pour toutes les raisons que tu as mentionnées: promotion du tourisme, protection du Saut Mathurine et des bassins versants. La prochaine fois, il faut surtout pas rater la belle grotte de Counoubois crêchée dans la montagne verdoyante de Laroche, une grotte qui abriterait 21 chambres, mais moi j’ai pu seulement en explorer 11, une véritable merveille avec des stalactites et des stalagmites partout. Bravo et merci à toi et à toute l’équipe. Salutations distinguées Pierre-André Guillaume CONVENTION DEMOCRATEBarack Obama et son co-listier, le sénateur Joseph Biden, un spécialiste de la politique étrangère Manifestations contre le camp de détention de Guantanamo

PAGE 11

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 11 WESTERN-UNION SKOLARITE

PAGE 12

Page 12 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 23 août: Journée internationale du Souvenir de la Traite négrière et de son AbolitionL’Unesco demande de redoubler d’efforts contre toutes les formes d’oppressionsamedi 23 août 2008 Message du japonais Koïchiro Matsuura, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), à l’occasion de la dixième Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, ce 23 août 2008 En proclamant que nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude, la Déclaration universelle des droits de l’homme, dont nous célébrons cette année le 60e anniversaire, consacre en son article 4 un droit fondamental de l’être humain. En cette dixième Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, célébrons donc la mémoire de ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui subirent ce déni particulièrement odieux des droits de l’homme, ainsi que de ceux qui se sont battus sans relâche pour mettre fin à cette tyrannie. Cette année, la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition coïncide avec une autre commémoration importante, celle du bicentenaire de l’abolition de l’esclavage par les États-Unis d’Amérique, en 1808. Même si ce texte historique et les autres lois abolitionnistes analogues du début du XIXe siècle n’ont pas fait disparaître l’institution de l’esclavage, elles ont grandement contribué au démantèlement du plus pérenne et du plus vaste système de domination et d’oppression qui ait existé dans l’histoire de l’humanité. Malheureusement, ces tentatives audacieuses, pour proclamer des droits fondamentaux universels, ont été suivies d’un silence, qui a empêché les générations nées après l’époque de l’esclavage de comprendre non seulement la souffrance intolérable de ses millions de victimes, mais encore les profondes transformations économiques, sociales et culturelles causées par la traite à l’échelle mondiale. En effet, ce n’est qu’en 2001 que la communauté internationale a officiellement reconnu cette tragédie sans précédent comme un crime contre l’humanité, dans la Déclaration de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, tenue à Durban, en Afrique du Sud. Depuis 1994, dans le cadre de son projet « La route de l’esclave », l’Unesco lutte sur deux fronts : contre les préjugés raciaux qui prétendent justifier l’esclavage et contres les forces socioculturelles liguées pour en cacher l’ampleur et l’impact. À travers cet ambitieux projet, l’Unesco joue un rôle crucial en aidant à faire progresser la compréhension de la traite et de ses conséquences pour outil composé de nombreuses cartes qui tiendra compte des traditions immatérielles constituées au fil des siècles, dont on trouve l’expression dans des activités culturelles aussi diverses que la musique, la danse, l’artisanat et les fêtes qui foisonnent en Afrique, dans les Caraïbes et dans les Amériques. Cet atlas permettra aussi de mettre en lumière la diversité créatrice de nos sociétés multiformes, multiculturelles et interactives, que l’Unesco cherche à protéger et à promouvoir à l’aide d’instruments juridiques, tels que la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, de 2003, et la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, de 2005. Vu l’extraordinaire dynamique créée par la célébration de l’Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition, je souhaite que cette Journée internationale offre toujours davantage d’occasions de promouvoir la recherche, de renforcer les réseaux d’acteurs et d’associer de plus en plus de personnes et d’institutions à la commémoration de la traite des esclaves. Il est certes, de notre devoir, les sociétés modernes, en vue de contribuer à l’instauration de cette culture de tolérance, de coexistence pacifique et de respect des droits de l’homme qui est au cœur du mandat de l’Organisation. Tel est pour l’Unesco le principe directeur qui guide son action dans tous ses domaines de compétence, que ce soit l’éducation, les sciences exactes et naturelles, les sciences humaines, la culture ou la communication. Le projet « La route de l’esclave » vise également à faire prendre conscience de la présence africaine aux quatre coins du monde et de la contribution, toujours passée sous silence, de la diaspora africaine à la construction de mondes nouveaux. Il tire pleinement parti des technologies modernes pour faire connaître au plus grand nombre les résultats des recherches considérables sur les questions relatives à l’esclavage menées de par le monde, et notamment l’élaboration d’un atlas des liens entre la présence africaine et le patrimoine de l’Afrique, de ne jamais oublier les atrocités commises par le passé, mais il nous faudrait également être tout aussi vigilants pour travailler à l’abolition des formes contemporaines d’esclavage qui touchent des millions d’hommes, de femmes et d’enfants à travers le monde. Malgré l’arsenal d’instruments internationaux, créés pour combattre l’exploitation des êtres humains, et la conscience grandissante de l’existence du travail forcé, ainsi que du trafic et de la prostitution d’enfants, la triste vérité est que ces violations flagrantes des droits de l’homme se poursuivent. À ce fléau qui ronge le tissu social de tant de sociétés, l’Unesco s’efforce résolument de mettre un terme. J’invite donc tous les États membres de l’Unesco à profiter de l’occasion que leur offre cette Journée internationale pour appeler ensemble à une remémoration universelle des événements tragiques du passé et de redoubler d’efforts pour mettre fin à toutes les formes d’oppression, afin de bâtir des sociétés plus tolérantes et plus justes pour les générations présentes et futures. (source Alterpresse) Haïti/Rép. Dom. : Forum binational à P-au-P sur la traite et le trafic de personnes [Alter Presse] — Un forum binational sur la traite et le trafic d’êtres humains s’est ouvert le mercredi 20 août 2008, à Port-auPrince, pour marquer la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et son abolition. Ce forum de trois jours, auquel prendront part des ressortissants dominicains et qui devait se clôturer le 22 août par une ambiance culturelle au Champ de Mars (à proximité du Palais présidentiel), est une initiative du Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) et de ses partenaires, dont la Solidarité frontalière et le Service jésuite aux réfugiés et migrants (SF/SJRM). Il est perçu comme un espace de dialogue avec les autorités haïtiennes et dominicaines pour les encourager à lutter contre le trafic et de la traite de personnes et réfléchir sur les causes de ce phénomène entre Haïti et la République dominicaine. Les différentes manifestations de ce forum sont liées au ministère haïtien de la Culture et de la communication autour du thème « la lutte pour le respect des droits économiques, sociaux et culturels, un combat concerté pour que cessent le trafic et la traite de personnes en Haïti ». A travers ce forum, les organisateurs veulent « conscientiser la population sur les causes socioéconomiques et culturelles de la traite et du trafic de personnes ». Ils espèrent également « trouver un consensus autour des revendications et des actions à entreprendre pour combattre la traite et le trafic » en vue de l’application de certaines recommandations pour contrer le phénomène. Plus de 30 mille haïtiens sont trafiqués chaque année dans leur tentative d’aller en République dominicaine, aux Iles Turks & Caicos, aux Etats-Unis d’Amérique et aux Bahamas, souligne Lisane André du service Communication du Garr. En janvier 2008, 5 mille personnes ont traversé la frontière dans des conditions irrégulières pour se rendre en République dominicaine, indique Lisane André. La militante des droits humains encourage les autorités haïtiennes et dominicaines à prendre les mesures nécessaires pour freiner ce phénomène. La situation socioéconomique désastreuse d’Haïti est à la base du phénomène de la traite et du trafic de personnes, signale Patrick Camille, responsable de la section droits humains et migration au Garr. Il presse le parlement haïtien de statuer sur le vote de la loi portant sur la traite et le trafic d’êtres humains.NOTRE HISTOIRELa Cérémonie du Bois Caïman le 23 Août 1791

PAGE 13

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES• • • • • Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage • • • • • Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain attenante attenante attenante attenante attenante • • • • • Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép arée p arée p arée p arée p arée p ar ar ar ar ar un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » • • • • • Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril • • • • • Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave à à à à à Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V eau eau eau eau eau • • • • • La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit T T T T T rou rou rou rou rou dat dat dat dat dat ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17ème ème ème ème ème siècle… siècle… siècle… siècle… siècle… ESTATE GARAGE SALESaturday, July 12TH 9:00 am to 3:00 pm 2481 NW 152ND Terrace Dr Raymond GaySpécialiste pour enfants certifié du CanadaHôpital Ste Justine pour les enfants Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, P. Q.35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haïti, W.I. B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haïti Tél.: (509) 3685-8432 | 3404-4905 • E-mail: raymondgay8@hotmail.com HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H L’arsenic présent dans l’eau potable même à de faibles doses lié au diabèteWASHINGTON (AFP) L’arsenic, un poison et un cancérigène qui se trouve naturellement dans l’eau, serait lié, même à des teneurs jugées sans risque, au diabète de l’adulte, selon une étude de chercheurs américains publiée mardi. Des millions de personnes dans le monde consomment de l’eau potable contaminée avec de l’arsenic inorganique, selon les auteurs de cette recherche parue dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) daté de mercredi. Des études ont déjà établi le lien entre de fortes concentrations d’arsenic dans l’eau potable et le diabète de l’adulte, dit de type 2, mais peu traitent des effets de ce poison à doses plus faibles sur le risque de développer ce type de diabète, ajoutent les chercheurs. Le Dr Ana Navas-Acien, de la faculté de médecine de l’université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland, (ARSENIC / p. 17)

PAGE 14

Page 14 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS MIAMI-DADE COUNTY SEAPORT DEPARTMENT ECONOMIC STIMULUS PLAN (ESP) SEABOARD MARINE CARGO TERMINAL REDEVELOPMENT PHASE II OCI PROJECT NO. E08-SEA-02 ESP The County Manager, Miami-Dade County (C ounty), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County C ode Administrative Order 3-39 and Ordinance 08-92, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for the Seaboard Mar ine Cargo Terminal Redevelopment Phase II. This solicitation is one of the projects within the economic stimulus plan as approved by the Board of County Commissioners and an expedited solicitation process will be utilized. The Port of Miami has agreed to capital improvements in the Seaboard Marine Cargo Terminal in an effort to meet their infrastru cture requirements to support future growth. The scope of services consists of engineering servi ces, which includes, design, preparation of complete construction documents, permitting of storm water collection, drainage and paving for the Seaboard Cargo Terminal, post design services and any supportive tasks ancillary to the primary scope of ser vices. The project entails obtaining overall mast er storm water permits and preparing deta iled design documents to include grading, pa ving, drainage, lighting, utilities and related work for approximately 50 acres of the cargo terminal at an anticipated construction cost of +/eighteen million dollars ($18, 000,000). The construction work is expected to be completed in four separate phases over a period of five years. Each phase will include approximately 13 acres. A comprehensive design including the storm water master plan for all four phases is to be completed for overall permitting within a schedule that supports the construction phasing. The sco pe includes runway rigid pavement designed to accommodate channelized multi-wheeled rubber tire gantries (RTGs). This project is for one non-exclusive Professional Services Agreement. The term of the contract is for a five (5) year period plus a one (1) year option to extend for all professionals services requested during the initial term which equals six (6) years. The one-year option is based solely on th e approval of the County Mayor or County Mayors designee. Maximum compensation is three million dollars ($3,000,000), plus contingency in accordance with Ordinance 00-65. No minimum amount of work or compensation will be assured to the retained consultant. The County reserves the right to re-use the work products of the retai ned consultant and to retain other consultants to provide the same or similar servi ces at its sole discretion. TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS 16.00 General Civil Engineering (PRIME) 5.01 Port and Waterway Systems … Engineering Design 5.10 Port and Wate rway Systems … Transportation Systems Design 5.05 Port and Waterway Systems … Ca rgo Terminal Design 5.11 Port and Wate rway Systems Construction Management 5.06 Port Waterway Systems … Cargo Terminal Equipment Design 10.01 Environmental Engineering … Stormwater Drainage Design Engineering Services 5.09 Port and Waterway System s … Environmental Design A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements Architectural & Engi neering Unit located at 111 NW 1St Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 3752307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an email address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additiona lly, those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.c o.miami-dade.fl.us/dpm , at the following link Solicitations On-Line.Ž The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-5215. CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS One (1) Agreement … 20% Community Business Enterprise (CBE) Goal A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on August 25, 2008, at 9:30 A.M. in the Citizens Independen t Transportation Trust (CITT) Main Conference Room 10th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend. Deadline for submission of proposals is September 03, 2008 at 3:30 P. M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must b e received at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED . This solicitation is subject to Miami-D ade Countys Cone of Silence pursuant to Secti on 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code , as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complet e and thorough description of the Cone of Silence. Confusion !Chacun appelle « idées claires » celles qui sont au même degré de confusion que les siennes propres. Marcel Proust Nous entendons par « confusion », l’état de ce qui est en désordre, mal soigné, mal présenté, mal élaboré. Quand il y a confusion, il y a absence de clarté. Quand il y a confusion, chers amis, il y a manque d’intelligibilité. Mes professeurs, au secondaire, aussi bien ceux de maths que ceux de langue française, se plaisaient à faire sentir à leurs élèves, le poids ou l’énormité de leur confusion. Ils utilisaient « savamment » le désordre dans les idées des néophytes que nous étions, le peu de soin dans l’étude des textes ou dans les présentations, le manque de rigueur dans nos exposés ou dans les analyses pour nous montrer l’état de confusion dans lequel nous nous trouvions, surélevant, du coup, leur univers mental par rapport au nôtre. On l’acceptait de bon gré. On était là pour ça. Il fallait apprendre. On apprenait tant et si bien que, d’après moi, même les rudiments de la corruption nous ont été transmis. En y pensant, je me rends compte que la mauvaise tenue de nos cahiers, l’utilisation inadéquate du « Brouillon », les « pattes de mouche », les arguments mal utilisés, dans la résolution de problèmes ou dans nos dissertations philosophiques, traduisaient la situation de confusion dans laquelle se retrouvait la grande majorité des élèves. On savait pourtant que l’on n’avait pas la science infuse et que l’on allait à l’école pour apprendre. Les professeurs quant à eux (certains l’étaient, d’autres non car ni les compétences ni les connaissances ni les capacités étaient en accord avec leur condition de guides, de maîtres, de professeurs, d’éducateurs), face à la moindre erreur de l’élève, se montraient d’une « sévérité d’esprit » qui déconcerterait n‘importe qui. Traumatisés. Voilà ce que l’on était. Cela, j’imagine, devait aussi répondre à quelque chose de plus profond. En minimisant l’élève, ces professeurs, parfois ayant très peu d’éducateurs, cachaient sûrement leurs propres lacunes, leur propre confusion. Malgré tout, je crois avoir beaucoup appris d’eux. De leurs erreurs et de leurs réussites. Retournons à notre univers confusionnel. La confusion peut parfois être une erreur, un embarras, une méprise. On peut confondre des personnes ou des choses. On n’arrive pas à établir les différences entre deux sujets, entre deux choses. On les confond. On prend l’un pour l’autre, comme on dit chez nous. Le mot accepte tout un étalage de synonymes, les uns plus parlants que les autres. Cependant, en y pensant, je revois devant moi toute la spectacularité de la situation politique, sociale et économique du pays. Chacun des synonymes trouve sa place dans la description qu’on peut faire de la situation. Confusion profonde. Dépression. Gêne. Embarras. Embrouillement. Imbroglio. Méli-mélo. Égarement. Brouillamini. Anarchie. Bouleversement. Bordel. Anarchie. Chaos. Désordre. Désarroi. Débandade. Cafouillage. Là, je m’arrête. Je laisse le soin aux spécialistes de la langue d’en trouver plus. Parler de la sensation de confusion qui règne dans le pays, essayer de décrire la situation de confusion dans laquelle la société semble être plongée, nous force à penser à la situation de certains individus, du pays, paraissant présenter des troubles de la perception et de l’entendement et qui se croient, malgré tout, être des « illuminés ». De la confusion mentale, dirait un spécialiste. Je crois avoir retrouvé une abondance de signes indiquant cette confusion mentale chez certains de nos hommes politiques. Parlant souvent, trop, et ne faisant pas grand chose. Trop souvent. Montrant peu d’attention à ce qui serait (voir CONFUSION / 15) LIBRE PENSEE

PAGE 15

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 15 SPORTSréellement intéressant. Paraissant avoir de sérieuses difficultés à élaborer des discours cohérents, à maintenir un débat sérieux, à planifier. D’après les spécialistes, « la confusion mentale est un état pathologique caractérisé par une désorganisation de tous les processus psychiques. Elle représente un trouble neuropsychologique aigu très fréquent. La confusion mentale se traduit par : Un trouble de l’attention ; Une désorientation temporospatiale ; Une perturbation des opérations intellectuelles complexes.» Enfin, chères amies lectrices et chers amis lecteurs, la confusion d’esprit peut passer inaperçue car chacun aura tendance à appeler « idées claires » celles qui sont au même degré de confusion que les siennes propres. Et, vous savez aussi bien que moi qu’il est fort difficile de garder la lucidité dans ce pays, de rester sain, donc, essayez, avec ces quelques bribes d’information, d’identifier le mal chez ceux qui prétendent nous sauver de la confusion des temps modernes. Soyez vigilants ! Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Août 2008CONFUSION ...( ... suite de la page 14) Football: l’Inter Milan bat Rome et gagne la Supercoupe d’ItalieROME (Reuters) L’Inter Milan a remporté la Supercoupe d’Italie en battant dimanche l’AS Rome 6-5 aux tirs au but, les deux équipes s’étant trouvées à égalité 2-2 à l’issue du temps réglementaire. Il s’agissait de la première rencontre officielle du Portugais José Mourinho en tant qu’entraîneur de l’Inter, champion d’Italie en titre. Sulley Muntari a donné l’avantage à l’Inter après 18 minutes de jeu, puis Daniele De Rossi égalisait à la 59e pour l’AS Rome, vainqueur de la Coupe d’Italie la saison dernière. Le remplaçant Mario Balotelli a cru donner la victoire à l’Inter à la 83e, mais Rome égalisait à nouveau par Mirko Vuninic à la dernière minute du temps réglementaire. Après des prolongations sans relief, Juan manquait un tir crucial qui donnait la victoire à l’Inter. Le club milanais entamera la défense de son titre de Serie A samedi prochain.Football: le Real Madrid remporte la Supercoupe d’EspagneReal Madrid a battu Valence 4-2 en match retour de la Supercoupe d’Espagne. Le Real Madrid, champion en titre, a remporté la Supercoupe par 6-5 sur l’ensemble des deux matches. Valence, vainqueur de la Coupe du Roi, s’était imposé 3-2 à l’aller. Ruud van Nistelrooy (penalty), Sergio Ramos, Ruben de la Red et Gonzalo Higuain ont marqué pour le Real. Les deux buteurs de Valence sont David Silva et Fernando Morientes.Ligue 1 Marseille et Lyon déjà devant, Rennes renversantPARIS (AFP) Marseille et Lyon ont déjà pris les commandes de la Ligue 1, samedi, l’OM prenant la tête grâce à sa meilleure attaque (9 buts contre 5), mais c’est Rennes qui a réussi l’exploit de la 3e journée en marquant deux buts dans le temps additionnel pour battre Lille (2-1), dimanche.Dans l’autre match de dimanche après-midi, Nice est remonté à la 5e place en gagnant à Auxerre (10).Bordeaux, le troisième favori pour le titre, reçoit dimanche soir Nantes pour le derby de l’Atlantique et pour ne pas se laisser décrocher par Lyon et Marseille (7 pts contre 3 pour les Girondins).A Rennes, menés dès la 34e minute par un but de Yohan Cabaye, les Bretons n’ont jamais baissé les bras et ont renversé le match en deux minutes, sur des buts d’Emerson, contre son camp (90), et de Moussa Sow (90+3).Les Rennais deviennent des spécialistes des fins de match après avoir déjà égalisé dans le temps additionnel contre Marseille, lors de la 1re journée (4-4). Les Lillois, en revanche, sont derniers.A Auxerre, Nice a remporté son deuxième succès de rang, grâce à un but d’Ala Eddine Yahia, et remonte à la 5e place.Marseille a gagné au Havre (1-0), dans une ambiance recueillie après la mort de deux de ses supporters dans un accident de car alors qu’ils gagnaient la Normandie pour voir le match. L’OM n’a pas marqué 4 buts comme à Rennes ou contre Auxerre (4-0), mais a pris trois points grâce au nouveaux but de Boudewijn Zenden sur coup franc -il avait marqué ainsi contre l’AJA.Lyon, septuple champion de France, a lui remis les pendules à l’heure en déboulonnant le promu Grenoble de sa place de leader (2-0), grâce au troisième but de la saison de Karim Benzema, leader du classement des buteurs, qui avait déjà marqué avec l’équipe de France en Suède, mercredi (3-2). L’OL de Claude Puel monte en puissance, et n’a toujours pas encaissé le moindre but, ce qui ravit son rigoureux nouvel entraîneur. Grenoble, leader surprise après deux succès en deux journées, rentre un peu dans le rang (5e tout de même), mais l’objectif des Isérois, le maintien, ne passait pas par une très improbable victoire à Gerland.Derrière les Olympiques, on trouve deux équipes surprises, Le Mans (3e) et Valenciennes (4e). VA, tenaillé par l’accident cardiaque de son capitaine David Sommeil, toujours hospitalisé, a battu Lorient (3-1), et Le Mans a renvoyé Saint-Etienne à ses doutes (1-0), grâce à un nouveau but du Norvégien Thorstein Helstad.Les Verts s’inquiètent de leur début de saison raté (deux défaites, une victoire) alors que l’OL vient à Geoffroy-Guichard dimanche prochain pour le derby...Le Paris SG a lui réussi son retour à Sochaux, trois mois après y avoir décroché son maintien, et a confirmé que son recrutement estival sentait la bonne pioche. Après le but de l’ex-Havrais Guillaume Hoarau contre Bordeaux (1-0) la semaine dernière, c’est le transfuge du Mans Stéphane Sessègnon qui a marqué sur une passe de l’ancien Romain Ludovic Giuly.Enfin, la surprise de la saison dernière (4e), Nancy, reste scotchée à la 17e place avec 2 petits points en trois matchesAngleterre: Liverpool seul leader, première défaite d’Arsenal à Fulham 1), a pris seul la tête du Championnat d’Angleterre en attendant les matches de Chelsea et West Ham dimanche, profitant notamment de la première défaite d’Arsenal à Fulham (0-1), samedi lors de la 2e journée.Voilà donc Liverpool en tête de la Premier League. Cela faisait huit saisons que les Reds n’avaient plus remporté leurs deux premières rencontres de championnat. Mais cela faisait aussi longtemps que Liverpool n’avait pas joué aussi mal.Le week-end dernier à Sunderland, les hommes de Rafael Benitez avaient dû s’en remettre à Fernando Torres et sa limpide frappe à la 83e minute pour s’imposer. Cette fois, ils ont dû s’en remettre à un miracle.Encore menés à la 86e minute par une entreprenante équipe de Middlesbrough, les hommes de Rafael Benitez se sont tirés d’une bien mauvaise affaire avec beaucoup de réussite: un but contre son camp de Pogatetz (86) puis une frappe magique de son sauveur habituel, Steven Gerrard (90+4). Qui d’autre que le capitaine, l’âme de l’équipe, aurait pu offrir cette victoire inespérée et imméritée ?Le succès et la première place au classement ne font cependant pas oublier les lacunes montrées par Liverpool. Dans l’animation du jeu, dans l’engagement et dans les performances individuelles, l’équipe est encore trop loin de son meilleur niveau.Mais malgré leurs problèmes, les Reds gagnent, contrairement à Arsenal. Laborieux mais vainqueurs de West Bromwich (1-0) lors de la journée inaugurale, les Gunners ont été encore plus laborieux et perdants cette fois, à Fulham (1-0). Ils ont été trop imprécis dans leurs passes et leurs mouvements, trop individualistes, trop laxistes défensivement et trop faibles au milieu de terrain. Les maux des Londoniens sont profonds et inquiétants et Arsène Wenger devra vite remobiliser tout son monde.La saison dernière, ses joueurs étaient restés invaincus jusqu’à la 16e journée et n’avaient perdu que deux rencontres. Cette fois, ils se sont arrêtés dès la 2e!Dimanche, Chelsea à Wigan et West Ham à Manchester City, peuvent rejoindre Liverpool en tête puisque aucune autre équipe n’a été capable de remporter ses deux premières rencontres. Enfin, Manchester United, tenu en échec par Newcastle (1-1) lors de la première journée, tentera de se racheter à Portsmouth lundi.Premier league: Deco propulse Chelsea en tête du classementLONDRES (Reuters) Un splendide coup franc de Deco a permis à Chelsea de poursuivre son début de saison parfait avec une victoire 1-0 sur le terrain de Wigan. Le meneur de jeu portugais, arrivé du FC Barcelone à l’intersaison, avait déjà réussi ses débuts en Premier League avec un but lors du succès 4-0 contre Portsmouth, lors de la première journée. Avec deux victoires en deux matches, Chelsea rejoint Liverpool en tête du championnat d’Angleterre. Les Reds ont difficilement battu Middlesbrough samedi (21) tandis qu’Arsenal s’est incliné 1-0 à Fulham. West Ham, vainqueur de Wigan lors de la première journée, rêvait de faire aussi bien que Chelsea et Liverpool mais a lourdement chuté 3-0 à Manchester City. Le champion en titre, Manchester United, tenu en échec la semaine dernière, se rend lundi sur le terrain de Portsmouth. LONDRES (AFP) Liverpool, grâce à sa victoire dans les arrêts de jeu sur Middlesbrough (2-

PAGE 16

Page 16 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31Conjoncture politique et histoire: Patriotisme et conscienceHérold TOUSSAINT, PH.D. Les débats agités et tumultueux autour de la désignation et de la ratification de Madame Michèle Duvivier Pierre-Louis comme Premier Ministre nous ont stimulé à consacrer quelques heures par semaine à l’étude de l’histoire passionnante, pathétique et drolatique d’Haïti. Durant le mois de juillet, nous avons choisi de lire attentivement « Patriotisme et conscience » d’Edmond Paul, penseur et idéologue du XIX e siècle haïtien Notre intention n’est pas de consacrer un long article à ce livre que nous avons scruté avec délicatesse et émotion. Notre objectif est plutôt modeste : présenter à nos lecteurs un bref commentaire de ce texte, pour leur offrir l’occasion de s’interroger individuellement et collectivement sur le présent et l’avenir d’Haïti. Au départ, nous rappelons que le texte qui va être commenté date du 19ème siècle. Edmond Paul est né à Port-au-Prince le 8 octobre 1837. Les historiens rapportent que ce dernier était étudiant à Paris en 1852. Élu député de sa ville natale en 1870, il a été également l’un des leaders du Parti Libéral se réclamant des valeurs de la Révolution Française de 1789. Il a connu l’exil sous le gouvernement de Lysius Salomon, leader du Parti National. Rappelons la devise de chacun de ces deux grands partis du XIXème siècle haïtien. Le Parti Libéral clamait le slogan suivant : le pouvoir aux plus capables. Les tenants du Parti National donnaient cette réplique : le pouvoir au plus grand nombre. Dans ce livre « Patriotisme et conscience », publié en 1877, Edmond Paul laisse entendre que l’amour de la patrie doit se traduire dans la recherche du bien commun et dans l’accomplissement noble de notre tâche. A la page 3 du livre, il affirme énergiquement : « Ce que nous préconisons, nous, c’est le règne de l’homme instruit, des hommes qui ont la passion du bien public, qui se dévouent à l’étude spéciale des questions de gouvernement, qui ont la force de volonté de tirer le peuple de son ignorance et de sa misère, de restaurer notre administration, des hommes qui, par leur attitude et leur langage, peuvent rétablir nos rapports avec l’étranger sur la base du respect et de la dignité de la nation ; des hommes, pour tout dire en peu de mots, qui ont assez d’habilité pour résoudre nos problèmes, dénouer nos difficultés, utiliser nos passions et cela, par leur ascendant moral et par leur autorité sur les esprits sans qu’ils aient besoin de recourir à des moyens brutaux toujours funestes à Haïti. » L’auteur reconnaît la force des passions dans la vie politique. Cependant, elles doivent être mobilisées ou canalisées en vue de construire des œuvres fécondes et humanitaires. Passion et raison doivent se conjuguer ainsi harmonieusement dans la réalisation des actions significatives. La passion agite toujours la vie politique. L’important, c’est d’avoir le discernement. Les décisions importantes requièrent des jugements rigoureux. La force des grands leaders ou des grands hommes réside dans leur capacité d’opérer des choix rationnels. Edmond Paul croit à la force des idées qui doivent l’emporter sur la force des armes. Seule la force des idées peut contribuer à la naissance de nouvelles pratiques ou de nouvelles structures. Ainsi, le salut d’Haïti doit générer une remise en question des forces de dégradation interne qui freinent la marche dynamique du progrès, du développement économique, social, culturel, spirituel et moral de la nation haïtienne. Il aborde le thème du salut de la République d’Haïti en ces termes : « Haïti peut être sauvée si tous ses citoyens concourent par des services différents, également éminents, à lui imprimer une direction sage et habile. Si dans l’urne présidentielle doit peser le mérite de tout genre ainsi que toutes les grandes actions, il faut néanmoins que la palme civique ne puisse être cueillie dans les champs de la patrie que par la main la plus ferme portant haut les idées les plus bienfaisantes, les plus civilisatrices. Et cette fermeté de l’homme, il faut la chercher dans la fidélité à ses principes, dans un égal amour pour tous ses concitoyens, dans la profondeur d’une conviction puisée à la fois dans l’expérience des faits et dans les médiations de l’étude, enfin dans cette ardeur et dans cette volonté qui brisent avec assurance les obstacles qui s’opposent à la marche du peuple. Il serait fatal de l’oublier : « C’est surtout la faiblesse des convictions qui fait celle des conduites, car l’homme agit plus en vertu de ce qu’il pense que par tout autre mobile. » Edmond Paul ne semble pas admettre le comportement de nos hommes d’Etat qui nagent dans le monde de la confusion et des « à peu près ». Il n’y aura ni réforme, ni révolution, ni mutations en Haïti sans la participation des hommes et des femmes qui sont porteurs de convictions vitales appelées à être traduites dans des activités qui génèrent la vie et l’espérance. Notre auteur croit à une réorganisation ou à une régénération de la société haïtienne. Mais, elle a besoin des hommes et des femmes pour la mettre en branle. Ils doivent être des patriotes éprouvés. Où donc les trouver ? Edmond Paul les voit en grande partie dans le monde industriel. Industrie devient le maître mot. Il développera ce thème dans le deuxième tome de son livre « Questions politico-économiques, vol. II : Formation de la richesse nationale». Il déclare : « Un mot doit désormais remplacer toute la politique. Ce mot, c’est industrie (…). Planter le drapeau de l’industrie sur le sol d’Haïti, c’est y planter le drapeau de l’ordre, de l’ordre solide durable ; c’est détrôner la politique, c’est faire disparaître les castes ». La lecture du livre « Patriotisme et conscience » de Edmond Paul suscite chez nous les réflexions suivantes : • La politique que les différents acteurs de la crise doivent pratiquer aujourd’hui doit être la politique au service du prochain, au service des générations futures, au service de la communauté. Il est important de souligner que le principal devoir des politiciens dans la conjoncture actuelle ne doit pas consister d’abord à penser à leur réélection. Leur devoir est tout autre : c’est d’assumer leur responsabilité pour la survie de notre communauté historique. Ils ne doivent pas avoir peur d’être porteurs d’une pensée courageusement tournée vers l’avenir. Devons-nous opter pour notre disparition de la planète ? Devons-nous nous contenter de survivre, de vivoter ou d’occuper honteusement et passivement ce coin de terre que nous appelons « Haïti » ? • La fascination du néant et de l’absurde semble habiter la plupart de celles et de ceux qui nous gouvernent. Les citoyens n’ont-ils pas le droit d’être informés du rapport de leurs dirigeants vis-à-vis de la vie et de la mort ? Bref, nos dirigeants sont-ils des passionnés de la vie ou des obsédés de la mort et de la violence ? • Face à la possibilité du chaos, de la catastrophe, d’effondrements terribles, les différents acteurs de la société – journalistes, professeurs, écrivains, leaders religieux, universitaires, associations d’étudiants et de paysansdoivent assumer leur responsabilité. L’exigence du Bien Commun est complètement obscurcie chez nous. Précisons que le bien commun se définit comme l’ensemble des biens possédés par une communauté : richesses en énergie, infrastructures routières, industrie, agriculture, mais aussi ensemble des talents scientifiques, technologiques, intellectuels accumulés par un groupe. Nous devons avouer que notre système éducatif n’apprend pas au jeune haïtien à avoir un rapport sain avec le bien commun. • Victimes de la pauvreté, de la violence et de l’injustice structurelle, la plupart des haïtiens lancent quotidiennement des cris. Sommes-nous en train de banaliser les cris de ces jeunes qui mettent en scène leurs doléances et leurs espérances? En quoi leurs souffrances affectent-elles les responsables politiques et économiques ? En quoi les souffrances sociales de ces jeunes interpellent-elles ce que j’appellerais les « citoyens chrétiens d’Haïti ?» • Nous sommes incapables de déchiffrer le sens des conflits sociaux, le sens du sentiment d’injustice qu’expérimentent quotidiennement la plupart de nos compatriotes. Nous sommes incapables de saisir que les conflits ne sont pas nécessairement destructeurs. Ils peuvent donner lieu à une véritable intégration sociale qui offrirait à chacun la possibilité de s’aider et de se valoriser graduellement. Les acteurs politiques doivent donner un contenu à la notion d’intégration sociale. • La question morale a été maintes fois soulevée dans nos débats politiques au cours de ces derniers mois. Nous croyons qu’il est urgent d’introduire aujourd’hui la notion de compassion au cœur de nos discussions. La compassion est la commisération visà-vis de celui qui souffre et la participation à sa souffrance, et comme telle, élément central de l’amour du prochain. La compassion est une attitude de prise de conscience, d’attention ciblée et d’identification, par le biais de l’imagination, avec quelqu’un dont l’intégrité physique ou psychique est menacée, de souci du bien-être de l’autre et du rétablissement d’une situation fondamentalement commune qui fonde une communion. Dans cette logique, la compassion ne constitue-t-elle pas une dimension spécifique de la justice ? En outre, les citoyens chrétiens ne doivent pas oublier que la compassion est une partie centrale de l’identité morale d’une personne. La compassion inclut à la fois la révolte face à l’injustice et la douleur face à la souffrance de celui ou de celle qui souffre. Dans la conjoncture politique d’aujourd’hui, les chrétiens ne sont-ils pas contraints de répondre à cette question : Comment être chrétien et citoyen dans la cité ? • Aujourd’hui, il est urgent de nous regarder tels que nous sommes, avec notre soif de sacrifier froidement le bien commun. Il est également urgent de répondre collectivement à cette question : comment construire sans fard ni démagogie un réel vivre ensemble au cœur de toutes les formes d’inégalités qui affaiblissent notre nation ? Notre responsabilité vis-àvis d’Haïti est collective. Elle met en cause notre avenir. Avons-nous aujourd’hui la totale obligation d’exister ? • Enfin, nous invitons les responsables politiques et économiques de notre pays à commenter ce principe de responsabilité que nous propose le philosophe allemand Hans Jonas (1903-1993) : « Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre ». Vivre humainement en Haïti estil possible ? Professeur Hérold TOUSSAINT E-mail : herotous@yahoo.fr Le procès d’Evens Jeune renvoyé aux prochaines assises criminellesHPN, 21 août 2008 Comme pour Valdo Jean, le procès d’Evens Jeune, présumé chef de gang de Cité Soleil, était l’une des grandes attractions des assises criminelles qui ont lieu à Port-au-Prince. Ouvert le 20 août, ce procès tant attendu est renvoyé faute de témoins. La présence d’Evens Jeune dit « Evens Ti Kouto » dans le box des accusés au palais de justice le 20 août dernier peut être considérée comme une victoire pour la justice haïtienne. Un système judiciaire faible, réputé corrompu et souvent fragilisé avec des conflits avec la police nationale. Arrêté le 13 mars 2007 dans le sud du pays, Evens Jeune est l’objet de plusieurs chefs d’accusation: association de malfaiteurs, kidnapping, détention illégale d’armes à feu, assassinat. Il a comparu au palais de justice en compagnie de quatre de ses «soldats». Plusieurs citoyens ont porté plainte contre Evens Jeune, mais lors du procès aucun témoin ne s’est présenté. Fameux chef de gang, Evens Jeune était considéré comme un «bienfaiteur» pour les habitants du quartier de Boston, l’un des 34 quartiers du plus vaste bidonville du pays. Il ne fait pas de doute que les témoins craignent de subir des représailles, car Evens Jeune a encore des admirateurs à Cité Soleil Le juge Yves Altidor préside le tribunal et le ministère public est représenté par le substitut commissaire du gouvernement Félix Léger qui a déjà réclamé la prison à vie comme sentence pour Evens Jeune. Après le départ de l’ancien président Jean Bertrand Aristide en 2004, une vague de violence a frappé le pays avec le déclenchement en septembre de la même année de « l’Opération Bagdad ». Au cours de cette période et même au-delà, les affrontements entre bandes rivales et entre des bandes armées et les forces de l’ordre ont été récurrents, surtout dans les bidonvilles. Cité Soleil, qui abrite plus de 300.000 habitants, était considéré comme le principal fief de chefs de gang réputés. Avec les efforts de la police nationale et de la mission onusienne présente en Haïti, des présumés chefs de gangs ont été tués au cours d’interventions des forces de l’ordre, d’autres sont arrêtés et gardés en prison, certains ont également gagné le maquis et sont l’objet d’avis de recherche de la police nationale. CJD/HPN Evens Jeune alias “Evens Ti Kouto” (R. Eugène)RECHERCHES

PAGE 17

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 17Hommage : Grand-Gosier a honoré son fils Félix Morisseau-LeroyHPN, 18 août 2008 La ville de Grand-Goâve a honoré le 14 août écoulé au Club Paradis sa gloire littéraire : l’écrivain et humaniste, Félix Morisseau-Leroy, décédé en 1998. Un riche après-midi littéraire et théâtral a permis construction du récit littéraire de Leroy. Les principales nouvelles de l’auteur, grand traducteur de Sophocle, tournent autour de la bourgade de son enfance. On citera « Ri Potchanm », « Sen Jan », « Ravinodyab »... Dans son exposé, Batraville a montré l’engagement libertaire de Morisseau Leroy, poussé à l’exil en Afrique comme Brierre,Chenet et Dorsinville avant de se consacrer au cours du dernier virage de sa vie à la communauté haïtienne de Floride. Dramaturge, nouvelliste, romancier, poète, metteur en scène et traducteur, l’auteur des « Djons d’Ayïti Tomma » a laissé une oeuvre intense et attachante. Pour certains lecteurs de Leroy,GrandGosier a valeur du village Macondo de Gabriel Garcia Marquez. L’après-midi hommage à Morisseau a rebondi avec une lecture presque magnétique du comédien Billy Elucien, parvenu à créer une vraie atmosphère de fête dans la salle avec la mise en espace de la nouvelle « Ri Potchanm » de l’illustre natif de GrandGosier. Marc-Henri Valmont ,lui, a lu quelques textes classiques de Leroy : « Testaman » « Oto a pa rete », « Touris pa pran foto m ! ».Quelques extraits du texte « Testaman » méritent d’être mentionnés : « Lè m mouri, antere mwen nan lakou a Rasanble tout zanmi m, fè bel fèt Lè m mouri se pou nou tout byen ge, ri, chante, danse,bay blag, Pinga kriye, rele nan zorey mwen » Le nom de Morisseau Leroy reste attaché aux lèvres des jeunes de Grand-Gosier, désireux de vivre l’amour inaltéré de ce célèbre disparu pour sa région natale. Les notables, tels Jean Colbert Charles, Claude Andral, Freud Desmarettes, Jules César Brudent... se sont montrés très satisfaits de l’hommage rendu à l’un des fils légitimes de cette ville connue surtout pour ses fruits et ses vols éperdus de pélicans. Grand-Gosier, ville tracée en 1838, est une aux riverains de ce coin merveilleux de réfléchir sur « la géopoétique » de Morisseau Leroy. L’écrivain et acteur Dominique Batraville a en effet cerné l’inscription de la terre de Grand-Gosier dans la commune de l’arrondissement de Belle-Anse, département du Sud-Est. Elle a une superficie de 98.36 km2 et compte 10.900 habitants. DB/HPN est) a étudié 788 adultes âgés d’au moins 20 ans dont l’urine a été analysée pour connaître sa teneur en arsenic, dans le cadre d’une enquête fédérale sur la nutrition conduite en 2003/2004. Au total, 7,7% des participants de ce groupe souffraient de diabète de l’adulte. Après avoir pris en compte d’autres facteurs de risque, ces médecins ont déterminé que le groupe de diabétiques avait une teneur en arsenic dans leur urine 26% plus élevée que ceux ne souffrant pas de diabète. Les auteurs de cette étude ont également calculé que 20% des participants qui avaient les niveaux d’arsenic les plus élevés, à savoir 16,5 microgrammes par litre d’urine, avaient 3,6 fois plus de risque de développer un diabète de type 2 que les 20% avec la teneur la plus faible (trois microgrammes par litre). Selon ces médecins, l’arsenic pourrait aussi avoir un effet sur des facteurs génétiques qui interfèrent avec la sensibilité de l’organisme humain à l’insuline et d’autres processus contribuant à l’inflammation qui endommage, voire détruit, les cellules. Ce dernier phénomène est aussi lié au développement du diabète. “Etant donné le fait qu’une grande partie de la population dans le monde consomme de l’eau contenant diverses teneurs en arsenic inorganique, élucider le rôle joué par cette substance dans l’épidémie de diabète est une priorité de santé publique”, écrivent les auteurs de cette recherche. Aux Etats-Unis, 13 millions de personnes boivent de l’eau du robinet dont la teneur en arsenic dépasse les 10 microgrammes par litre, un taux jugé comme étant le maximum acceptable par l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA), précisent les chercheurs. Inodore, incolore et sans goût, cette substance hautement toxique à doses élevées est facilement soluble dans l’eau ou d’autres liquides.L’arsenic présent dans l’eau potable même à de faibles doses lié au diabète(ARSENIC... suite de la page 13) Un journaliste tué dans un accident de la routeWSF, 23 août 2008 Le journaliste Frantzy Saint-Juste (âgé d’environ trente ans) a été tué dans un accident de la route samedi matin à proximité de “Bojeux Parc” à Tabarre (banlieue Nord-est de Portau-Prince). Le reporter de la Télémax (Télévision commerciale privée de la Capitale) a été mortellement blessé lorsqu’un camion a violemment heurté sa voiture, a indiqué l’un de ses collaborateurs Eddy Leroy. Deux autres personnes, un homme et une femme, se trouvant à bord de son véhicule ont eu la vie sauve. La première a été grièvement blessée. Frantzy Saint-Juste présentait une chronique sportive (Top Sports) sur les ondes de Radio Vision 2000. Il a également fait un bref passage à la Salle des Nouvelles de ladite station. Le cancer de la peau aurait une odeur particulière permettant de le détecterdéterminé des chimistes américains dont les travaux sont dévoilés mercredi, ce qui pourrait rapidement permettre la mise au point d’un simple test de détection. “Les chercheurs soupçonnaient depuis longtemps que des odeurs émanaient des tumeurs mais nous sommes les premiers à identifier et à mesurer les composants contenus dans ces odeurs”, affirme Michelle Gallagher, principale auteur de cette étude qui est chimiste au Monell Chemical Senses Center à Philadelphie (Pennsylvanie, est). Cette étude devait être présentée à la dernière conférence annuelle de l’American Chemical Society à Philadelphie. “Cette avancée ouvre la voie à de nouvelles approches potentielles pour diagnostiquer le cancer de la peau basé sur un profil d’odeurs de la peau qui, nous l’espérons, conduira à des diagnostics plus rapides et sans faire de prélèvements”, ajoute-t-elle dans un communiqué. Pour déterminer si les odeurs de la peau changeaient chez des personnes atteintes d’un cancer de la peau, cette scientifique et d’autres chercheurs ont utilisé des techniques avancées de chromatographie, une méthode d’analyse physicochimique. Cette méthode leur a permis d’échantillonner et analyser l’air se trouvant juste au-dessus des tumeurs de onze patients diagnostiqués avec un épithélioma basocellulaire, la forme la plus commune de cancer de la peau. Plus d’un million de nouveaux cas de ce cancer sont diagnostiqués chaque année. Ils ont ensuite comparé le profil des substances chimiques détectées au-dessus des tumeurs des onze malades afin d’obtenir un profil chromatographique. “Nous avons trouvé un profil d’odeurs audessus des tumeurs différent de celui des tissus sains”, indique Michelle Gallager. “Les mêmes composants chimiques sont présents dans les deux cas mais à proximité des tumeurs cancéreuses certaines de ces substances augmentent tandis que d’autres diminuent comparativement à la peau de personnes saines”, poursuit-elle. Les chercheurs n’ont donné aucune précision pour cette technique. Ils prévoient de pouvoir identifier un “profil d’odeurs” fiable pour les trois types de cancer de la peau, dont le carcinome malpighien et le mélanome, la forme la plus grave. Ces scientifiques espèrent pouvoir combiner leur technique avec la technologie émergente des nanodétecteurs ou “nez électroniques” qui permettent d’identifer des produits chimiques odorants. Michelle Gallagher envisage la création d’un “nez électronique” que les médecins pourront passer sur la peau et qui déclenchera une alarme quand l’instrument reniflera la présence d’un cancer. La médecine diagnostique actuellement les cancers de la peau en pratiquant des biopsies d’une masse ou de lésions suspectes, une procédure longue et douloureuse. WASHINGTON (AFP) Le cancer de la peau dégage une odeur particulière, ont quant aux composants découverts car ils ont indiqué avoir déposé une demande de brevet Ecoutez Mélodie Matin avec Marcus surwww.melodiefmhaiti.comLETTRESFélix Morisseau-Leroy Le poète et dramaturge avant son exil sous la dictature Duvalier

PAGE 18

Page 18 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2)LES JEUX aux prochaines assises criminelles. Faute de témoins, disent les responsables. Un prévenu important serait mort alors qu’il était attendu au tribunal. Le juge Yves Altidor l’ignorait jusqu’au jour du jugement. Plusieurs s’interrogent sur ce coup de théâtre. Prévenu mort, absent? C’est la confusion. Quoi qu’il en soit, plusieurs personnes victimes de cette vague de terreur qui avait secoué le pays de 2004 à 2006, ne comptent pas lâcher prise. Arrêté en mars 2007 dans le sud du pays, Evens Jeune était considéré au cours des années 2003 à 2006 comme le principal responsable des groupes armés du quartier de Boston (Cité Soleil). Aujourd’hui, le redoutable chef de gang se présente comme victime lui-même. Il se dit innocent des accusations de kidnapping et séquestration, assassinat, association de malfaiteurs et détention illégale d’armes qui pèsent contre lui. Les victimes qui ont porté plainte devront attendre décembre prochain, souhaitant qu’un autre témoin ne manquera pas à l’appel.

PAGE 19

Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Pèp ayisyen pa dwe mouri grangou (II)ak : Maks Maniga* Manje fèy ki deja la nan peyi-a Gan dal konbinezon pèp-la ap fè pou li pa mouri grangou. Manifestasyon te ganyen mounn ki te pote asyèt fèy pou di se sa ase ki rete yo. Fèy-la vremanvre pa sifi men li kapab peze gaz. Bisuit labou yo fè tout san-m tresayi. “ Abse pa nan dèyè-m [eske] m’gan dwa di : peze?” Non! Mwen sèlman di : fèy manyòk ak fèy patat se manje Afriken manje tout tan. Papay vèt se bon legim. Eske gan ase kasav, bobori, pendou nan peyi-a pou nou ta manje nan plas pen? Youn plat fèy avèk youn bobori mwayenn chak jou kapab kenbe yon moùnn k’ap grapiye lòt kote pou jwenn pi plis pandan pwogram pwodiksyon yo ap derape. Koumanse plante pwa ki pa pran tan pou donnen Nan sektè agrikilti-a, Ayisyen manje lantiy kounyè-a ; lè m’te piti pa te gan sa. Eske nou kab plante lantiy? Sa agwonòm yo di nan sa? Gan youn lòt pwa ki popilè anpil isit. Li rele : pois chiche an franse, chick peas an angle, garbanzo an panyòl. Premye fwa mwen te goute-l sete an Ejip. Eske nou pa ta kapab plante-l tou? Se pou nou fè tèt nou travay. Pwodui bobori, pendou angrann kantite Plante plis mannyòk toujou. Fè pendou (bobori); kasav pistach, kasav jijiri (wowoli) ; pen ; ti pen pou anbègè avèk farin manyòk. Farin manyòk-la pou kont li pa kapab fè pen; men si li melanje avèk farin ble leven kapab fè-l monte. Mwen sonje pandan lagè 1939-1945, lè te manke farin frans, yo te melanje ti kantite yo te ganyen-an avèk farin manyòk. Lè m’te piti, youn misye ki te rele Baker ki te rete Anba Ravin te envante youn machin pou graje mannyòk. Li te bay youn farin fen, fen, ki te fè youn kalite ti kasav lejè. Farin sa-a ta kapab sèvi pou fè ti pen won pou anbègè. Nan tan lakoloni, youn farin ki rele mousach te sèvi pou fè gato. Pè Jean-Baptiste Labat nan liv li-a : Nouveau voyage aux Isles de l’Amérique (1742), tòm I, p. 195, di : « yo sèvi avèk moussache / mousach [youn farin manyòk], pou fè gato …» (tradiksyon) Nan diksyonè franse « le Littré (1880)» mo « moussache » la te parèt : « Moussache (s. f.) Farine du manioc, dite aussi cicipa ; on s’en sert pour faire des pâtisseries. Nom donné quelquefois à l’arrow-root. / Farin manyòk, yo rele cicipa / sisipa tou ; yo sèvi avè-l pou fè gato. Yo konn bay arawout non sa-a tou.» Diksyonè « Le Petit Larousse illustré de l’an 2000» la pa vini avèk mo sa yo ankò. Lamatinik mo mouchach la egziste toujou ; se youn kalite farin manyòk. Bonbon lanmidon gaye toupatou ganyen Ayisyen kounyè-a. Konsatou, pen manyòk, bisuit soda manyòk, chips (mo angle) manyòk ta kapab vini manje chak jou nan peyi-a. Nou pa manje manyòk fri ; epoutan, nan pi gran restoran isit (Ozetazini) ou pa ta sezi pou wè tranch manyòk, koupe byen fen an longè, fri, yo sèvi avèk nenpòt bèl manje. An nou fè tèt nou travay ! Ji manyòk Youn zanmi-m k’ap viv Okap fè-m konnen ji manyòk sikre ak lèt fin pran vil la. Mwen pa te konnenl lè m’te piti. Rès peyi-a pou antre nan won-an tou. Tounen nan akasan ; entèdi enpòtasyon konnflèks Sekretè jeneral pati politik RDNP-a mande pou nou tounen nan akasan pou nou kite kònflèks. Mwen bat bravo pou sa. Plis mayi-a vann, plis moùn va travay nan plante, rekòlte, vann ni lan mache, fè akasan, vann akasan. Entèdi enpòtasyon konnflèks pa vle di pou nou sispann bay timoùn yo manje-l lematen. Se nou ki pou fè-l. Mantalite kòmkwa nou pa ka reyalize anyen an se li k’ap fini avèk nou. Anpil nan nou chaje avèk entelijans ; se pou nou devlope-l, mete-l nan travay. Kapitalis gan dwa achte youn machin pou fè konnflèks epi ban nou youn ti djòb paske si li mete kòb li deyò se pou li rapòte-l plis. Noumenm nou pa gan kapital ; men nou brennen. Labank pa pe prete nou pou nou koumanse pwodui ifò nou jwenn lòt mwayen : bon kowoperativ, konkou sèten ONG ki vle wè devlòpman peyi-a, èd sèten gwoup kankou FONKOZE, Lanbi Fund va ban nou bourad pou nou derape. Pistach kapab fè lèt pou ti bebe Mwen te asiste youn palab, an Afrik, kote youn doktè franse te bay manman yo konsèy pou fè lèt avèk pistach kri pile yo deleye nan youn dlo bouyi. Yo pase-l nan youn paswa fen epi li bon pou timoùn yo. Youn lòt manje pou bebe se pitimi pile kuit avèk pistach, lèt, sik. Mande enfimye, enfimyè yo konsèy pou nou itilize pwodui nou yo pou bay ti lezanj yo. Fè luil pistach An Afrik medam yo fè luil pistach avèk 2 wòch. Yoùn ki pi gwo ki chita atè. Yo taye youn ti rigòl ladan-l ; lòt la ki plat, lonng, ki pi piti yo kenbe nan 2 pwent. Enpe pistach kri depoze sou gwo-a epi yo ap kraze yo avèk pi piti-a. De tan wa mouvman luil ap koule nan ti rigòl la, al tonbe nan youn veso. Mwen pa mande nou pou nou imite sa ; men mwen vle di fè luil pistach se pa monte masuife. Youn agwonòm nan Nò, ki te ale kontinye etid an Suis, tounen nan peyi li. Li trase plan plis pase ven machin agrikòl fasil pou konstwi. Sa pa ta estrawòdinè pou ta ganyen youn machin pou fè lwil pistach ladan yo. Fè manba sèvi luil Manba se youn mo zansèt Afriken nou yo te kite pou nou. Nan lanng kikongo : mwámba vle di : ragou kuit avèk luil koko ginen, lapire, soup, sòs. Yo mete-l nan yoùn nan pi bon pla kongolè yo : mwámba poul. Ayisyen ta renmen manje sa-a wòd. Se pa sòs koko ginen an ase ki mwámba ; sòs pistach se sa tou. Sòs pistach mwámba -a kuit poul, pwason, vyann. Lè m’t’ap viv nan Kongo, mwen pa te neglije sa. An nou pran abitid la. Fè makawoni, vèmisèl avèk farin lam veritab Tan rekòt lam veritab ap rive; pye lam yo pral donnen an kantite. An n’fè farin lam veritab. An n’gade wè si farin sa-a pa ta kab fèt makawoni, vèmisèl. Menm si pou nou ta melanje-l avèt youn pòsyon farin ble. An nou fè tèt nou travay pou nou jwenn solisyon. Pa konte sou Leta, ONG, misyonnè etranje, manje sinistre pou mete kichòy nan vant nou. Pozitif, Leta dwe mete bouch nan afè enpòtasyon, distibrisyon, pri manje men nou pa kapab chita ap tann pou li mete youn plat manje devan nou chak jou. Fè makowoni, vèmisèl, byè, diven, vinèg avèk diri Tanzantan, Nasyon Zini (ONI) voye ekspè nan peyi nou pou ede nou devlope teknik nou pa konnen. Si m’pa twonpe-m, nou te resevwa ekspè chinwa osnon japonè deja. Eske yo te montre nou fè vèmisèl, byè, diven, vinèg avèk diri? Gan liv pou sa ; òdinatè kab ede nou jwenn ransèyman sou sa. Pa pè òdinatè. Kankou pèp Kebekwa nan Kanada konn di : “ Il n’y a rien là! / Nanpwen anyen la! ” Se aprann pou nou aprann. Youn kowoperativ pral rasanble moùn diferan fòs enstriksyon. Sa ki pi avanse yo pral aprann sèvi ak òdinatè trapde. Alkòl diri ; alkòl monben Nou sot pale sou diven diri. Menm diven saa gandwa distile pou li tounen youn bonjan alkòl pou bwè. Youn lòt fwi nou chaje nan peyi nou se monben. Depi sou premye tan Tayno yo, lè y’ap fè mabi osnon youn lòt bweson ki te rele ouykou, yo te konn melanje yo avèk monben pou ba yo pi bon gou. Famasyen, Timoléon C. Brutus, ekri distilatè ta kapab fè youn alkòl santi bon avèk monben. Li di : “an 1914, nou te fè alkòl sa-a ki te rive jouk 96 degre”. Nou kapab mete monben tranpe nan wonm osnon kleren nan youn bokal avèk enpe sik. Vise tè bokal la byen epi kite-l la pou sis mwa. Poukisa bon kowoperativ-la pa ta mete wonm osnon kleren sa nan bèl boutèy avèk bèl etikèt. Wonm Babankou vann nan tout peyi etranje ; wonm monben-an dwe pran poul sou li. N’abitye ak distilri depi lontan, lontan. Alanbik ki sèvi pou distile nou kapab fè-l lakay. Nenpòt bon fèblantye ap ba nou sa fen. Anplis, nou pa bezwen gwo kapital pou nou konmanse. Youn bon kowoperativ ap reyalize sa pap-pap. Selebride distile Bweson Ameriken rele triple-sec la, pa plis pase youn selebride distile. Bon kowoperativ-la ta pou fè eksperyans nan. Si li bay rezilta l’ava mete-l nan bèl boutèy pou vann. An n’met men! _________ ·Maks Maniga pa ni agwonòm ni ekonomis ; li se youn sitwayen ayisyen (ki pa janm chanje nasyonalite-l) ki ta renmen wè youn alemye nan kondisyon pèp-nou-an ap viv la. =========================SI N’TE KONNEN Si n’te konnen kouman lavi frajil Nou ta vin saj nou ta vin senp Nou ta renmen pwochen-n plis Pase lajan ak blenngbendenng Si n’te konnen kouman Tan-an mare Ak move van k’ape soufle Nou ta rantre zèl nou pi fon Oun ti kras chak jou pi plis Si n’te konnen gwo bato K’ap navige ak bèl mizik Twonpèt voum-voum pete tande Ka fann vit-vit plonje miyèt moso Nou ta fè oun chita reflechi pou konprann Gwo anpoul sanmil wat Pa p’janm ka ranplase limyè solèy Si n te konnen Gwo grandou avèk bèl zèl K’ape monte byen wo nan syèl Pou fè konkirans ak lakansyèl Ka tonbe byen fon nan mitan lanmè Al jwenn reken zenglen malen Ak youn bann ak latriye move zangi Pou tyake zantray ak pwatrin Si n’te konnen A ! si sèlman nou te konnen… ! Lochard Noel 05/31/08 ============================POUSYÈ PLIMYoun bri gita tanmen plenyen nan mizè tèt mwen, dòmi pran lannwit sou jou saba, youn van soufle sot nan boutèy chache lonbray mwen toupatou k’al kache anba sen minwi ak men-l nan machwè ; lirik mwen ap danse... Rèv mwen s’on tanbou monkalvè ak pye-l plen zèl ki fou nan tèt, kou fèy dewout demen-m nan klewon bwa kayiman; lirik mwen ap danse..., dans ki mele. Koral peyi-m sou dlo Agwe kanal divan, l’prale pesonn pa di-l rete; lirik mwen ap danse... Adje! 20 tan bare-n nan li lafèy pou granmèsi anba poto limyè , krebete sou galri san demen, san vwa ap viv jekwazandye avan solèy kouche; lirik mwen ap danse... Drapo-n anben depi lontan yo blye-l jouk ma-l fin kase jouk kout loray chire mitan-l jouk premye janvye souye je ak li pou dèy; lirik mwen pran tranble... fwa sa-a l’pa ka danse. Lucronel, Ortega Farms, Fl. =========================PYE PON KASEToubouyon van Nòde leve wòb kè-m met nan lari bay lepasan, pandan m’ap fè lanmou, pase men nan kou, fè filalanng bay lavi nan ri isit, bay mounn isit; men mounn isit pa menm sezi wè kè-m nan lari, toutouni; je yo pa menm tenyen ssssst! bay bri sapat pye chik vwazinay drivayèz. Adje chimen-m! adje demen-m! filalanng benn pati kite-m... Tankou foli damou timounn Dechan s’on blakawout met endijan; tout sou de ran ; tout abiye anblan; epi zonbi-m nan mitan tout soupi, tout fo elan y’ap pran Epi toubouyon van Nòde kontinye ap ri anba wòb kè-m, Epi mounn lari isit ap konte bri van k’ap pot ale tout foli-m, tout pwezi-m. Lucronel, Ortega Farms, Fl.

PAGE 20

Page 20 Mercredi 27 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 31 BACK PAGE Fortes averses et perturbations prévuesP-au-P, 22 août 08 [AlterPresse] — De fortes averses et perturbations sont annoncées et attendues d’ici au début de la semaine prochaine, les lundi 25 et mardi 26 août 2008, selon les informations transmises à l’agence en ligne AlterPresse. Ces averses et perturbations pourraient s’étendre à tous les dix départements géographiques d’Haïti, avertit le Centre national de météorologie (Cnm). “Les conditions environnementales paraissent favorables pour un développement graduel [de ce système] en dépression tropicale, d’ici un à deux jours”, précise le Cnm dans un bulletin spécial No.1 rendu public en fin d’après-midi du 22 août 2008. Les autorités de la protection civile nationale conseillent aux populations des dix départements géographiques de rester vigilantes et d’appliquer scrupuleusement les consignes de sécurité d’usage, en cas d’inondations, d’éboulements, de glissements de terrain, d’orages et de vents violents. Le système national de gestion des risques et désastres (Sngrd) demande notamment aux communautés de “mettre hors d’eau tout ce qui peut être endommagé en cas d’inondations, de se préparer à évacuer, si nécessaire, les zones exposées aux inondations et glissements de terrain, de ne pas rester sur les ponts et de ne pas traverser les rivières en crue”. Le Sngrd a décrété l’alerte orange, suite à la localisation d’ “une large zone de pluies et d’orages, due à un centre de basse pression”, dans la matinée du vendredi 22 août, à environ 600 kilomètres de l’arc antillais. Cette situation de pluies et d’orages évoluait vers l’Ouest à 24 kilomètres/heure, avec une légère tendance vers l’Ouest/Nord-Ouest. Des orages, accompagnés de rafales et de pluies, étaient déjà enregistrés dans l’après-midi du 22 août dans certains endroits du département de l’Ouest d’Haïti. Des précipitations ont commencé à frapper, presque quotidiennement, la plupart des départements géographiques du pays depuis le vendredi 15 août 2008.Fay : Dégâts importants à VallueP-au-P, 20 août 08 [AlterPresse] — Champs dévastés, installations touristiques affectées, pertes en bétail et dégâts dans les maisons familiales : c’est un bilan partiel fourni par l’Association des paysans de Vallue (Apv) sur le passage de la tempete tropicale Fay, les 15 et 16 août 2008, à la douzième section communale de Petit-Goâve, à 68 kilomètres au sud de Port-auPrince. En plus de la banane, de la canne-à-sucre et d’autres denrées alimentaires, “les pertes enregistrées dans les champs de haricots en fleur et dans les fruits vont peser très lourd, dans les prochains mois, sur la capacité des paysans à faire face aux besoins fondamentaux. Tout cela contribue à compliquer davantage la situation socioéconomique des paysans à la veille de la rentrée des classes” [annoncée pour le 1er septembre 2008], écrit l’Apv dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse. Selon la note, qui fait état de la préparation d’un rapport détaillé sur les conséquences du passage de la tempete tropicale Fay, le toit métallique du marché communautaire de Vallue s’est effondré, tandis que celui de l’église de Château a été emporté par les vents. 9 tableaux de l’écomusée de la montagne sont pulvérisés et 4 endommagés, ajoute l’Apv. Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URL:www.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896