Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















Puisque tout est negociable,

pourquoi pas aussi le retour d'Aristide !
PORT-AU-PRINCE, 16 D'abord il 6t
Aoft Tout est n6gociable en ce Pr6sident Rend Prdval
moment. Dans les grands P pas le prochain gouve
marchandages conduits entre le FE y n les partis politiques et qi
palais national d'un c6t6 et de l'autre (<< deuxieme mi-temps
un petit groupe de s6nateurs et les ... gouvernement plus coh,
partis politiques qu'ils repr6sentent, aussi de ne donner auc
on en est venu h mettre tout sur la aucun parti alors q
table. prochaines annies ser


Cela a commence par les
titulaires des postes minist6riels du
prochain gouvemement. En change
de la ratification du programme de
gouvemement du Premier ministre
ratifiM Mme Michble Duvivier Pierre-
Louis.


par d'importantes c
6lectorales.


Defil en Haiti a l'occasion du 12 aozit, Journde internationale de lajeunesse
(photo www.jjaugustin.com)


TOURISME


Cap sur Camp Perrin la belle

Le courant de Saut-Mathurine a volonte


CAMP PERRIN, 15 Aoft -
De l'l6ectricit6 vingt quatre heures
par jour, c'est Camp Perrin, petite
ville trbs accorte a une heure en


voiture (un quart d'heure quand la route
sera construite) des Cayes, le chef lieu
du D6partement du Sud.
La ville est aliment6e par la


centrale hydro-6lectrique de Saut-
Mathurine, dans les montagnes
bois6es dominant la region.
(voir NOTRE PAYS / 10)


Saut-Mathurine, dans les hauteurs de Camp Perrin (photo HEM)


ait dit que le
ne formerait
mement avec
u'a mi-mandat
>) il veut un
.rent. Histoire
un avantage a
ue les trois
ont marquees
:omp6titions


Preval ouvre les
encheres ...
Mais devant la menace de
(MARCHANDAGES / p. 4)

Faut-il faire

un trait sur

Claudy

Gassant ?
PORT-AU-PRINCE, 13
Aofit La d6mission du
commissaire du gouvernement
Claudy Gassant ne doit pas 6tre
consid6rde comme une page
tniirnm


Me Claudy Gassant nommn
Ministre-Conseiller aupres
de 1'Ambassade d'Haiti
a Santo Domingo
(Photo Eugene Robenson)
Claudy Gassant a remis
sa d6mission lundi. I1 n'a pas le
sentiment de partir parce qu'il &te
fautif. En gros, nous serions
d'accord avec lui. Claudy Gassant
a donn6 le maximum de lui-meme.
I1 est <>, comme dit
l'americain, il est rendu.
C'est le malheur d'un pays
(GASSANT/ P. 5)


1 I


Livraison d'argent a domicile Appelez sons frois:
en moins de deux heures USA/Canada:
CAM Pickup, le plus grand riseau de la Ripublique, 1 -800-934-0440


* Dep6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande varlitt de products alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.comtransfer.com
New Tak. New kitey, CwweHIut, IRhode Isond
M&aftssact W'Ishinglh C Gec:Dle et FMde.


.en........ .......










I EN PLUS...


ee b eat bd
pmw rl wo mm
- h


r rL-


. - e-- i


- 0 w -
- -


S- 0- `
-
S- Ilrrr


-r r r. -
S1 0 I
___ - -~ -


- -I Cf


li...... ............ ... . ... .. .


EN BREF ...


Mercredi 20 Aoft 2008
1 Haiti en Mnrche Vol XXIT N 30


Le commissaire Claudy Gassant nomme Ministre conseiller
en Republique dominicaine
Le commissaire Claudy Gassant qui a pr6sentW sa d6mission au president de
la rdpublique le lundi 11 aoft dernier, vient d'ttre nomm6 Ministre-
Conseiller prbs de l'Ambassade d'Haiti en R6publique dominicaine.

40 morts ou disparus dans un terrible accident de la route
Un terrible accident de la route est survenu le dimanche 17 aoft dans la
commune de Beaumont (Grande Anse). Un camion qui s'appretait a
traverser la rivibre Glace, a &te entraind par les eaux en crue. Le bilan est
trbs lourd, puisqu'il fait 6tat de pas moins de 40 morts.
Le maire de Beaumont, David Pierre, confirme que le camion qui
transportait des passagers en provenance de Port-au-Prince, s'est renvers6
avant de sortir du lit de la rivibre. Entre 70 a 85 personnes se trouvaient a
sonbord, indiquent les autorit6s pr6cisant qu'une trentaine d'entre elles ont
survecu.
" Le nombre de disparus est sup6rieur a 40 parce que nombre de passagers
6taient accompagn6s d'enfants ", a fait remarquer le maire expliquant que
les enfants 6taient assis sur des adultes.
David Pierre r6vble que des cadavres ont t6 retrouv6s lundi tout en
soulignant que l'acces a la region est difficile. I1 est trbs difficile de
retrouver des survivants parce que la zone est impraticable", poursuit le
maire.
MWdecins du Monde et la Croix Rouge Haitienne ont d6pech6 des 6quipes
de secouristes dans la region
D'apres le magistrat de Beaumont qui 6tait l'invit6 d'une radio de la
capitale haitienne, la majority des passagers seraient originaires de Moron,
de Chambelan et des Abricots. Ils avaient choisi de voyager en camion,
parce que, en raison de la tempete, les embarcations n'avaient pas quitt6 le
wharf.
Le maire soutient que plusieurs accidents ont d6ji t6 enregistrds sur cette
route dangereuse. I1 faut faire son testament avant d'utiliser cette route ",
a lanc6 encore le maire de Beaumont, critiquant le refus des autorit6s
gouvemementales de construire un pont sur la rivibre Glace. II faut aussi
dire que les chauffeurs louent leur v6hicule pour un temps limit et que la
seule facon pour eux de se tirer d'affaires est de charger le camion a
outrance en faisant voyager les passagers l'un sur l'autre (quand il s'agit de
parents et d'enfants qui payent moiti6 prix). Les camions passent devant les
commissariats de police qui ne s'en soucient pas le moins du monde.
Le camion accident avait a son bord plus de 70 personnes.
La region de Beaumont qui compte plus de 62 000 habitants est avec Fond
Jean Noel, dans le Sud Est, une zone productrice du caf6 Haitian Bleu,
vendu sur le march international.


-. "Copyrighted Material



Syndicated Content n


Available from Commercial News Providers"


eub , 9
-lttm


* 0


"Mm -



- a- a


-, w-4w --W
qb- 0 -mo-

4w -M -0


*.


S- w-


-rr 0 C

I -

I- L

* -


O 4m -- 0 40- A-m.
41-I
a ~ ~ r -
rr ~I-,


0 -- rrNm


4 M


-low


*- -


d i *


Eval Manigat, figure des musiques du monde

Eval Manigat, grand f&re des musiciens world du Qu6bec, est d&c6d&
hier a l'Age de soixante-neuf ans, a Saint-Marc, des suites d'un accident
cardiovasculaire. En avril dernier, Musique Multi-Montreal lui avait remis le
prix Boubacar-Diabat6. Eval Manigat savait tout de la musique du Sud et
semblait savoir tout m6tisser avec celle du Nord. Pour cela, on le consid6rait
comme le grand frbre des musiciens world du Qu6bec.
Aprbs un demi-sibcle de vie musicale, il avait choisi de retoumer en
Haiti pour fonder une cole de musique a Saint-Marc, oi il avait commence
son parcours musical. II avait connu l'orchestre de Weber Sicot, le concurrent
de l'inventeur du konpa Nemours Jean-Baptiste, en passant par le c6lbre
orchestre Tropicana et la vie nomade dans les iles. Homme de vision et
d'ouverture, brillant compositeur, multi-instrumentiste, il allait par la suite
fonder Vaccine, un premier groupe de konpa local. I1 intbgre d&s 1983 une
section de cuivre et des 616ments de jazz au konpa dans Buzz, puis ajoute des
couleurs de funk et dejazz a une musique latine m6tisse avec les Young Latins,
et rassemble toutes les spices dans Tchaka, avant de revenir au jazz world
latinis6 de Many Ways.
Dimanche, de 16h a 22h, on lui rendra hommage chez Memoria, au
4231 du boulevard Saint-Laurent.


Page 2


* "


0


-r r -I
- S


q- A 40
0 C 11 -


- lo -- - r -


.~- -


-


- ..e


4w 0 a 0





a a a e
I~ t-


u -


- -

-r -r .


.N -.


- -I -


I


jv


r rr I r


- -


o


LI ( ~ILIIICI


I) --


--r


rr rr r I


F I I, I


-W &o wC -







Mercredi 20 Aoft 2008 A T A
Haiti en Marche Vol XXII N 30 L'ACE N A







I ..........m .... s m a ha. s



S Ow................................ ..... .. Sd i c Cn t 1

"Copyrighted Material

Syndicated Content 1
Available from Commercial News Providers"










a*
.1~


SI Page 3

DERNIERE HEURE SOMMAIRE
Un accident de camion fait au moins 40 morts
p.3
TEMPETE TROPICALE
< Fay > fait 7 morts en Haiti p.3
ANALYSE
Puisque tout est n6gociable, pourquoi pas aussi
le retour d'Aristide! p.1
EDITORIAL
Quelle solution I la crise des s6nateurs! p.6
PATRIMOINE & DIFFERENCE
Camp Perrin, la belle p.1
JUSTICE
Faut-il fire un trait sur Claudy Gassant? p.1
Canada : Deportes pour Haiti p.7
JEUNESSE
Joumre internationale comm6morde p.2
POLITIOUE
Proposition pour une reduction du quorum au
Senat p.8
ECONOMIE
BID : Renforcer les programmes sociaux pour
rduire l'impact de la crise alimentaire p.9
LIBRE PENSEE
Ca.duc! p.16
Debout Gonalves p.16
DIPLOMATIE
Interview avec l'Ambassadeur d'Autriche en
Haiti p.17


F) aml k


goa s 0 I
m m. -g b I


UNI
ASSURANCES














La UniAssurances S.A. desire recruter
un Directeur G"n6ral
RESPONSABILITES PRINCIPALES
- Formuler, pour le Consell d'Administration,
la stratdgle g6r6rale de I'entreprise:
* Assure la gestion quotilienne de to compaone :
* Superviser le lravail des Responsables de Divisions;
* Veiller ta dfinition adequate et ~ la compitivit6
des products offerts :
* Assurer la promotion efficiente des produis :
* Apprecier les risques des operations, garantir la racturolion
et le recouvrement 6 echeance des polices ;
* Superviser I' valuation des sinistres et le pavement des r6clamations;
* Gerer les relations avec les r~assureurs:
l Superviser Ia gestion du portefeulle de placements. la comptabllil6
et les finances de I'entreprise:
* Veiler au respect des procedures opbrationnelles et s'asurer
que tous les systlmes fonctionnent parfaitement.
EXIGENCES DU POSTE
* Etre d6 enteur d'un dipl6me du niveou de ticence,
avec une sp6clollsation en Finance el/ou Assurance:
. Avoir une bonne connaissance du m4tier d'assureur


* Jouir au minimum de cinq (5] ans d'exp6rience dans des
positions de responsibility au sein de compagnies
d'assurance reconnues;
* Bonne copaclt6 de communication orale et ecrite
en franrois et en anglais.
REMUNERATION ET BENEFICES SOCIAUX
* Solaire competitif qui tient compte de I'experience ;
* B6n6fices socioux avantageux : assurance maladie / vie,
plan d'6porgne en dollars americoins, prets s des
taux pr6f6rentlels, primes diverses...
VEUILLEZ FAIRE PARVENIR LES PIECES SUIVANTES:
Curriculum vitae et lettre de motivation 6 I'adresse ci-dessous:


Mn


p


;p









UNE ANALYSE


Mercredi 20 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 30


Puisque tout est negociable,

pourquoi pas aussi le retour d'Aristide !


(MARCHANDAGES...
suite de la lere page)
blocage du processus de ratification (et
finalement du pays car le vide
gouvememental dure depuis d6ji plus
de 4 mois) par les s6nateurs en question,
Prdval accepte d'ouvrir les n6gociations.
Pardon, les encheres !
En effet ce ne sont plus des
n6gociations mais des marchandages. Et
de plus en plus de vulgaires
marchandages. Tout le monde a


Louis, 1'6lu du Nord-Est, Judnel Jean,
annonce qu'il conditionne d6sormais son
vote a la r6int6gration au s6nat de
Rudolph Boulos.
Mr. Rudolph Boulos a &t6
d6chu en mars dernier de son poste de
premier s6nateur du Nord-Est pour cause
de detention d'une nationalit 6 trangere,
amdricaine en l'occurrence.

Boulos est deja reparti
pour la r6publique voisine ...


Haiti de Jean-Bertrand Aristide, qui
demeure le chef du parti Fanmi Lavalas
et vivant en exil en Afrique du Sud.
Mme Narcisse a &td invite par
le premier s6nateur de l'Ouest, Jean
Hector Anacacis, a discuter de sa
demande de restitution de l'Universit6
de Tabarre a son propri6taire, la
Fondation Aristide pour la D6mocratie.
L'6tablissement en question a
etd pratiquement saisi au lendemain du
renversement par la force du Pr6sident


A l'heure oi tout est n6gociable
et que le dirigeant num6ro 1 d'un
important parti vit en exil, rien ne saurait
6tre plus important a n6gocier que son
retour.
Or rien n'a filtr6 a ce sujet.
Les demandes pour le retour du
chef historique de Fanmi Lavalas restent
jusqu'a present le fait de manifestations
de rues (dont la dermire avait lieu en
juillet dernier) et de communiques de
presse d'associations de militants de


- ENSEMBLE vM.S
I INrTEGR TIOI
pouR UNE EUNE

sERENAIbSAN5L1


Les pancartes traduisent les problems de lajeunesse haitienne (precarite economique, exclusion sociale) lors de la Journee Internationale de la Jeunesse
le 12 aout 2008 (photosjjaugustin.con)


quelqu'un a caser quelque part. Si l'on
arrive meme a ambitionner le ministbre
des affaires 6trangires qui est le domaine
privil6gid du chef de l'Etat, c'est pas tant
pour la fonction minist6rielle que pour
la multitude de postes d'ambassadeurs,
de repr6sentants consulaires et de
ministres conseillers.
Tout est n6gociable.
Et la semaine demiere, coup de
thditre, l'un des s6nateurs les plus
opposes a la nomination comme chef du
gouvemement de Mme Michble Pierre-


Boulos qui s'6tait r6fugid en
R6publique dominicaine apres son
eviction du s6nat sur le rapport d'une
commission d'investigation du grand
corps, est de retour au pays depuis le
mardi 12 aoft 6coul6.
Mais aprbs avoir assist aux
festivit6s de la 15 Aofit a Fort Libert6,
on apprend qu'il aurait gagn6 a nouveau
la rdpublique voisine.
Peu apres c'est une
convocation au s6nat de Dr Maryse
Narcisse, la repr6sentante officielle en


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE
CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL- Amerijet International will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2. 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mondarugh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Ameiije wi sport cargo
between this stat Af aiyg transfer. For rates
and specific qeontact Amerijet's sales
departsntiat9rVet.co
Ar nal, rin full-service multi-modal
transportati Hogistics provider offerig international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijetcom.


Jean-Bertrand Aristide le 29 f6vrier
2004 et remis par le pouvoir int6rimaire
dirig6 par G6rard Latortue a la mission
de casques bleus de 1'ONU (Minustah).
Rendue par les officiels
onusiens, l'Universit6 n'a toujours pas
&te restitude a ceux-l qui la r6clament
en tant que propri6taire (priv6) 16gitime,
la Fondation Aristide.

Plus important qu'un
poste ministeriel...
Par ailleurs, le parti Fanmi
Lavalas intervient encore dans
l'actualit6 sous la forme d'une
pol6mique entre le s6nateur (6lu sous la
bannibre Lavalas) Rudy HWriveaux et
d'autres barons du parti.
Heriveaux declare avoir
n6gocid avec le pouvoir un ministbre
pour Fanmi Lavalas. Mais selon la porte-
parole officielle Maryse Narcisse (et
d'autres), Fanmi Lavalas n'a donn6
mandat a quiconque pour n6gocier en
son nom dans le cadre de la formation
du prochain gouvemement.
En effet, Fanmi Lavalas devrait
avoir plus important a n6gocier qu'un
poste minist6riel.
rM I--


base.

Sur le dos des votants ...
Cependant s'il n'y a aucune
demarche officielle en ce sens, c'est
peut-6tre aussi du fait que le parti n'ait
pas une representation nationale assez
imposante ? Ou parce qu'il y a trop de
divisions parmi ses barons, comme en
t6moigne cette controverse entre le
s6nateur HWriveaux et ses frbres
ennemis. Et ce n'est pas la seule.
Alors qu'aux prochaines
elections comme aux pr6c6dentes en
2006, le gros du corps electoral sortira
des rangs de la multitude Lavalas.
Cela, certes, sera n6gocid. Mais
dans le plus grand secret. Si ce n'est
encore une fois sur le dos des votants !

Haiti en Marche,
16Aofot 2008


lodie
03.3 fm


Page 4








Mercredi 20 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 30


Page 5


Faut-il faire un trait sur Claudy Gassant ?


(GASSANT... suite de la lere page)
oi peu de gens prennent leur m6tier au
s6rieux. Harcelk par la force d'inertie qui
vous entoure, le laxisme, l'esprit n6gatif,
le complot des faindants, vous atteignez
plus vite votre plafond, vos limites.
Le milieu haitien recherche soi-
disant des h6ros, c'est pour mieux cacher
son < pourrianisme >. Les derniers
comportements du juge Gassant
sont ceux d'un homme seul.
N'6crit-il pas dans sa lettre de
admission envoyde au Premier
ministre Jacques Edouard Alexis
<< Les difficulties rencontr6es dans
l'exercice de ma fonction de
Commissaire du Gouvernement
(...) m'obligent, aujourd'hui, a
vous presenter ma d6mission. >
Les dUmeCls du
commissaire Claudy Gassant avec
le systeme font penser au cow-boy
tetu faisant face seul contre tous.
Qu'il soit lanc6 dans la chasse aux
commerqants contrebandiers ou
qui n'ont pas acquitt6 leurs
obligations fiscales. Qu'il fasse
front aux hauts grades d'une
police nationale habitue aux
mrmes manibres suffisantes que
les ex-forces armies d'Haiti,
Claudy Gassant d6range, d6tonne,
est hors du commun et hors du
sujet. Jusqu'h paraitre tout a fait
a c6t6 de ses pompes. Finalement
c'est lui-mrme qui devient le
scandale dans un milieu oi le scandale
ne tue personne.
Nous sommes en face d'un
autre aspect du sous-d6veloppement.
Nous en sommes encore aux cow-boys,
aux h6ros, aux hommes providentiels. La
oi il faut des institutions.
Dans un pays normal, un
Claudy Gassant n'a pas besoin de
s'exposer lui-meme. Dans un pays
normal, il n'y a pas d'homme seul, il y a
des hommes-institution.
En Haiti, pour peu qu'on
prenne sonjob au s6rieux, on est oblige
de tout faire soi-meme. De l'agent de


security a la secr6taire de bureau,
jusqu'au directeur g6ndral.
D'autre part, le milieu haitien
a une incroyable faculty pour arriver a
maitriser ce genre d"emmerdeurs',
comme on a vit fait de vous cataloguer.
Ou vous met tout sur le dos.
Vous commencez par vous croire un
superman. Vous crevez sous le poids du

PI1"J^^^B^^^^^B"11


Faut-il abandonner le
nettoyage n6cessaire au sein du corps
judiciaire ainsi que de la police nationale
pour lequel le commissaire
d6missionnaire mettait pratiquement
chaque jour sa vie en danger ?
C'est aux autorit6s d'en
decider.
Cependant le fait que Claudy


A 1 'installation du successeur de Claudy Gassant (ai droite), le nouveau Commissaire
du Gouvernement Joseph Manes Louis, et le Ministre de la Justice Rend Magloire
(Photo Eugene Robenson)


travail. Puis vous finissez par crever le
plafond.
Un commissaire du
gouvernement qui a failli en venir aux
mains dans les toilettes d'un club
mondain avec un commissaire de police
contre lequel il avait lanc6 un mandat
d'amener, comment appelez-vous ca.
Vous 6tes broyd par le meme
systeme que vous pensiez pouvoir aider
a reformer. Le systeme a la peau dure.
Cependant faut-il faire un trait
sur Claudy Gassant ?
Faut-il oublier pour autant la
lutte contre la corruption ?


Gassant n'ait pas &t6 suffisamment
appuyd (comme le laisse entendre sa
lettre de d6mission) est peut-6tre d6ji
une rdponse a la question.
Cependant si la querelle entre
lui et le commissaire de police de
PNtionville est arrive comme un cheveu
sur la soupe a l'heure oi les kidnappings
rebondissent (est-ce un rapport de cause
a effet, comme le relive la presse locale)

Il n'empeche que les derniers
dossiers r6v6l6s par lejuge Gassant sont
particulibrement inqui6tants. Et meme
explosifs.


Trop captives par le c6t6
sensationnaliste de l'6v6nement, on est
passed pieds joints par-dessus le
scandale qu'il y a h utiliser un crime
aussi abominable que le kidnapping, et
qui pis est le kidnapping d'enfant,
comme arme de chantage envers un
adversaire, comme lejuge Gassant en a
accuse les responsables de la police de
S Ption-ville. Et ceux-ci ne sont pas
arrives a se disculper sur le fond.
Dans un pays normal,
une investigation ne serait pas
mende pour d6couvrir seulement
s'il y a eu vraiment kidnapping,
mais aussi et surtout si la police a
os6, et a un moment aussi crucial,
faire usage d'un tel crime comme
stratageme.
Comme on dit en creole:
< tout jwet se jwet, men kroch&t
pa ladan > (en francais, il y a des
choses avec lesquelles on ne joue
pas.)
Secundo, l'affaire des
armes lourdes d6tenues
ill6galement par une compagnie
de s6curit6, de nombreuses armes
et qui ont &t pr6sent6es a la presse
par le commissaire Gassant. Ceci
n'est pas une invention.
Or cette compagnie de
s6curit6 (Metro Securitd) prete ses
services au directeur g6ndral de la
police nationale d'Haiti lui-meme.
Son responsable, Esper
Fahed, d6tient une carte de consultant
(par ailleurs expire) avec l'en-tete de
la PNH.
Tout cela c'est des
informations graves.
Et qui auraient pu avoir des
consequences extr6mement graves
d6passant de loin le domaine de la
s6curit6 publique pour celui de la
stability politique.
Est-ce que la d6mission de
Claudy Gassant signifie que tout cela n'a
aucune importance.
Dans ce cas, on comprend que
le commissaire du gouvernement ait pu
consid6rer que sa place n'6tait plus 1i !


y 66 iw V -I "" I I





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Milodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


MIAMI-DADE

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
zelAyerika Excellexc EveWry yb


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


I f1t pour I,


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Arniaue Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
SUS $ 7000
US $ 70.00


I oa tp'.uriLi


Gdes 520.00
_US $ 78,00
_ US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le as d'un abonnemnt
avec livralson, le cot est Ie double.
Prlre de spcifier sl vousa tes
un nouvel abonni
ou s'll s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

L-i


Nomr
Adresse


Il~noiea~ II
t~itierr~l
;~i~;85l;ai~: s~n ~1~93~8~.~C~g









I UNE ACTUALITE POLITIOUE


Mercredi 20 Aofit 2008
SHaiti en Marche Vonl YXIT N 30


RECETTES HISTORIQUES


Quelle solution a la crise des senateurs !


PORT-AU-PRINCE, 14 Aoft N'est-ce pas
une illusion de croire que nous vivons en d6mocratie !
Non, aujourd'hui nous ne vivons pas en d6mocratie.
Qu'est-ce que la d6mocratie ? LesAmdricains
disent que c'est un regime de < checks and balances >.
Cela veut dire que chaque pouvoir doit 6tre
contrebalanc6 par un autre. Il ne peuty avoir de pouvoir
total ni de super-pouvoir. Et quand un pouvoir d6passe
ses limites, il doit exister une institution pour le ramener
a l'ordre.
Le premier souci du regime d6mocratique est
d'empecher, voire de pr6venir tout blocage politique
pareil a celui que nous subissons aujourd'hui en Haiti.
__ mP


JIM;



Le premier Chefd'etat d'Haiti quifut aux prises
avec le Senatfut lefutur Roi Henri Christophe


Done vivons-nous en d6mocratie
aujourd'hui ? La r6ponse est NON. Sinon ce blocage
serait depuis longtemps r6solu.
Un auditeur-lecteur rappelle que Al Gore a
accept de se retirer devant George W. Bush lors des
pr6sidentielles amdricaines de 2000, dans un geste
patriotique et magnanime.
Mais il faut rappeler aussi que la querelle avait
d'abord &te port6e devant la Cour supreme des Etats-
Unis.
Sans oublier d'ajouter que la majority des
juges de la Cour en poste depuis ont &te nomm6s par
une administration R6publicaine.
Gore accepta le verdict des grands juges
et laissa la victoire a Bush.
Les Etats-Unis auraient pu resterbloqu6s
a l'6poque comme nous aujourd'hui avec
impossibility de d6cider qui est le Pr6sident de la
Nation. Mais la Constitution a prdvu ce genre de
S situations.
La r6ponse c'est la Cour supreme, la plus
haute juridiction du pays et la -
seule appel6e a trancher toute
question de nature
constitutionnelle.
Or tout ce qui peut
handicaper la bonne marche de
cette grande nation doit se
rapporter a la Constitution. Est
suppose avoir sa r6ponse dans
la Constitution.
Par exemple encore, il
arrive que le gouvernement
am6ricain soit menace de ne pas
pouvoir honorer ses dettes. En
effet, c'est le Congrbs qui doit
voter le budget gouvememental.
Et un congrbs a majority
R6publicaine (on l'a vu en effet
sous le premier mandat de Bill
S Clinton) peut menacer de ne pas


renflouer les
gouvernementales.


caisses


stitution ne le pr6voit pas. Le Parlement (et en
l'occurrence le SRnat) est done intouchable.
Voilh de quoi jouissent en ce moment les
s6nateurs en question. Et ils ont d6cid6 cyniquement
(presque betement, disons mieux animalement) d'en
jouir a fond, de prolonger la bamboche aussi longtemps
que possible.
Aux Etats-Unis la Cour supreme se serait tout
de suite emparde de la question pour mettre fin au
blocage.
En Haiti, 1'6quivalent de la Cour supreme
s'appelle la Cour de Cassation. Mais la Cour de cassa-
tion n'a aucun r6le dans ce genre de crise, sinon que
c'est le premierjuge de cette cour qui devient president
provisoire de la rdpublique en cas de renversement ou
de disparition du chef de l'Etat pour une raison ou une
autre.
En un mot, la Constitution est plus int6ress6e
a< jeter > le Pr6sident qu'a 6tablir des voies et moyens
pour ne pas allerjusqu'a ces extr6mit6s.
Done ce n'est pas seulement une Constitu-


Le Gdndral de Gaule revint au pouvoir en abrogeant la Constitution


Mais que l'on
sache, il n'a pas &t6
n6cessaire d'allerjusqu'a
la Cour supreme. Aprbs
d'apres d6bats, on avait
touj ours fini par trouver un
gentleman agreement.
Onvoit d'ici tout
le plaisir qu'auraient eu
nos s6nateurs a envoyer
l'actuel gouvernement
haitien sur la paille.
C'est que nous
avons grandi et nous
sommes rests dans l'id6e
que seuls les
gouvernements peuvent
6tre dictatoriaux. C'est
d'ailleurs l'illusion des
constituants de 1987.
Aussi ont-ils abouti a nous
donner aujourd'hui une
dictature de s6nateurs !
Si la d6mocratie
c'est un jeu de < checks
and balances >, de quel
contre-pouvoir disposons-
nous en Haiti pour r6tablir
l'6quilibre face aux dictats
des s6nateurs ?
Aucun. La Con-
stitution de 1987 n'a pr6vu
aucune porte de sortie.
C'est le
Parlement le contre-
pouvoir. Mais si le
Parlement profite de cette
position (comme
aujourd'hui) pour s'driger
en dictature (dictature de
fait ), il n'existe aucun
rembde. No way out. C'est
l'impasse totale.
Car le pouvoir
ex6cutif (autrement dit le
President de la rdpublique)
ne peut renvoyer le
Parlement. Ce serait
inconstitutionnel. La Con-


tion source d'instabilit6, mais elle appelle rdellement
au grand chambardement et au ddsordre.
En France, en cas de blocage similaire, la
Constitution autorise le chef de l'Etat a renvoyer le
Parlement en convoquant de nouvelles elections
16gislatives.
Si c'est l'opposition qui l'emporte, le
President doit alors diriger avec un premier ministre
et un gouvernement issus de l'opposition.
Mais le pays ne doit pas rester bloqu6
ind6finiment. Et surtout sans que rien ne puisse 6tre
tent6 pour en sortir.
A present, qu'est-ce qui reste encore comme
solution dventuelle a ce genre de situations ?
En Haiti, pas 6tonnant que notre Constitution
de 1987 (m6me conque aprbs la chute de la dictature
Duvalier mais sous le regime militaire qui a suivi)
manifeste si peu d'imagination.
Traditionnellement en Haiti, nous n'avons
toujours connu qu'une seule solution a ce genre de
crises. C'est le coup d'Etat militaire. Point. DMs que le
pouvoir civil se met a d6conner, hop, l'arm6e s'empare
des r6nes. On connait la suite.
Ehbien, l'imagination du constituant de 1987
(dans ce domaine tout au moins) n'est pas all6e plus
loin.
Ailleurs enAmdrique latine, ce fut longtemps
pareil qu'en Haiti.
Mais plus prbs de nous, pour vaincre des
dirigeants soupqonn6s d'indifffrence aux problkmes
reels du pays, ils ont invent une autre m6thode : les
marches pacifiques.
Par exemple, pendant la dernibre crise
6conomique en Argentine, des centaines de milliers
de femmes (mbres de famille et simples m6nageres)
ont defilk autour du Congrbs et du palais pr6sidentiel
de Buenos Aires en tapant sur des casseroles pour pro-
tester contre les prix 6lev6s, les emplois perdus et toutes
les misbres 6conomiques provoqudes par la faute des
dirigeants.
On serait curieux de voir quelle reaction
auraient nos s6nateurs en pareil cas alors que les prix
viennent encore de quintupler et que la rentrde scolaire
est a nos portes. Et alors que eux-memes (nos
s6nateurs) ne pensent qu'a appuyer sur l'acc6l1rateur
de leurs exigences personnelles qui n'en finissent pas


(CRISE / p. 7)


Page 6








Mercredi 20 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 30


Page 7


Quelle solution a la crise des senateurs !


(CRISE... suite de la page 6)
Mais si nous remontions encore plus loin dans
notre pass, quand en 1806, apres l'assassinat de
l'empereurDessalines, le Senat haitien sous le contr6le
du futur president Alexandre PMtion, vota une consti-
tution qui faisait le futur roi Henry Christophe
president, mais en ne lui laissant << pas plus de pouvoir
qu'a un caporal >> (dixit Christophe). Celui-ci rentra
rapidement dans le Nord et d6clara la guerre. Ce fut la
premiere guerre civile du nouvel Etat d'Haiti.
La crise fut tranch6e par les armes.
En France, on se trouvait devant une situa-
tion presque aussi insoluble avant le retour du g6ndral
De Gaule au pouvoir en 1958.
Devant le marasme, on fit appel a un
personnage capable de rdconcilier la nation avec elle-
meme.
En effet la France 6tait d6chirde par la guerre
d'Alg6rie qui 6tait encore sa colonie a l'heure oiu le
regime colonial vivait partout ses dernires heures.
Mais De Gaule avait ses exigences. II abrogea
la Constitution et renvoya le Parlement.
Aujourd'hui en Haiti, beaucoup pensent que
ce serait aussi la bonne solution : tout de suite amender
la Constitution et convoquer de nouvelles elections
parlementaires.
De Gaule profita de la guerre d'Alg6rie
comme caisse de resonance pour trancher la question.
Nous n'avons pas un tel pr6texte (si l'on peut


dire) actuellement.
Et puis, sommes-nous capables de g6rer
quelque chose d'une telle dimension quand nous ne
sommes pas en mesure de r6soudre cette petite << crise
des s6nateurs > !
Pour finir, il faudrait peut-6tre rappeler que
la crise qui a amend au brutal renversement du
president Aristide le 29 f6vrier 2004 avait commence
sous la forme d'une crise parlementaire.
Aux l1gislatives de mai 2000, Fanmi Lavalas
r6clama la presque totality des lus des deux chambres.
Rend Prdval 6tait encore president de la
rdpublique.
Les partis de l'opposition refusbrent les
r6sultats.
La communaut6 internationale se rangea
imm6diatement de leur c6td.
Boycott financier. Les grands << pays amis >
et les institutions internationales refusbrent tout credit
au gouvernement haitien.
Bien entendu les pr6sidentielles de d6cembre
2000 gagndes par Aristide, furent 6galement rejetdes.
La bataille longue et cruelle se poursuivit
jusqu'a la chute d'Aristide le 29 f6vrier 2004.
Aujourd'hui que c'est une mince frange du
Senat qui provoque le blocage du pays, la communaut6
internationale, contrairement a son attitude en 2000-
2004, n'a pris aucune position. Fait le gros dos.
Elle pourrait, par exemple, proposer sa


mediation pour r6soudre la crise. C'est meme une al-
ternative qui aurait plus de force que toutes les autres
car elle (la communaut6 internationale) a les moyens
de sa politique.
Mais rien !
Est-ce que la communaut6 internationale
considbre elle aussi que en Haiti seuls les
gouvernements peuvent constituer une menace a la
d6mocratie.
Et que le systeme des < checks and balances >
n'est pas pour Haiti. Trop fin pour nos museaux, si
l'on peut dire.
En tout cas, depuis le 12 avril 2008 que le
gouvernement a 6td d6mis pour n'avoir pu emp6cher
les 6meutes de la faim, la communaut6 internationale
nous regarde faire dans une indifference quasi totale.
Est-ce que la force 6trangere est uniquement
dans ce pays pour des raisons de s6curit6 gdo-
politique ?
Et pour 6tre un spectateur rapproch6 de nos
b6tises ...
Mais lors des dernires 6meutes, ce sont les
casques bleus qui ont fait la s6curit6 publique.
La communaut6 internationale est done plus
impliqude qu'elle ne veut l'admettre.
Alors ?
Mlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


. ..............-.-. -, A i






"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"









BANDITISME. .. ..
Canada: Prets pour etre deportes en Haiti .


MWme si le rouleau compresseur
d'Immigration Canada s'est mis en marche et semble
d6sormais press d'en finir avec les membres du gang
de la rue Pelletier, les avocats de la defense ont, a la
dernire minute, pu empecher que Charles-G6rard
Placide ne soit mis a bord, hier matin, d'un avion en
partance pour Haiti.
Placide, 46 ans, est un des individus reconnus
coupables d'avoir appartenu a une bande de trafiquants
installs sur la rue Pelletier, a Montr6al-Nord. Or, il
n'est pas citoyen canadien et fait aujourd'hui face a la
deportation.
En fait, le 24 janvier 2007, pas moins de 15
membres de ce gang, qui prenait beaucoup de place
aux abords de la polyvalente Calixa-Lavall6e, a
Montr6al-Nord, 6taient d6clards coupables.
Comme plusieurs de ses complices, Placide
a dfi purger une partie de sa peine. Aussit6t admissible
a une liberation conditionnelle, il pouvait alors 6tre
expuls6 dupays.
Pret pour l'expulsion
Pour le f6d6ral, il semble done clair qu'il est
temps maintenant de proc6der a l'expulsion.
Pourtant, les avocats de Placide, en septembre
2007, ont d6pos6 une requite demandant un sursis a
son expulsion selon la Loi sur l'immigration et la
protection des r6fugids. En novembre 2007, une
fonctionnaire a conclu que Placide, s'il est renvoyd a
Haiti, court un risque s6rieux.
Mais le 15 juillet dernier, le ministre concluait
autrement.
Selon le ministre, pour M. Placide est de beaucoup inf6rieur a la menace
qu'il repr6sente pour la population canadienne.>>


Deux semaines aprbs, l'avocate de Placide,


Marie-Hd61ne Giroux,
alors qu'elle partait en
vacances, recevait un
document dans lequel
l'Agence des services
frontaliers lui annoncait la
deportation de son client,
d&s le 9 aoft.
Une semaine plus
tard, elle obtenait un sursis
int6rimaire de la Cour
f6d6rale pour l'audition de
sa demande de sursis. Mais
cette semaine, l'Agence
des services frontaliers lui
apprenait que Placide
devait quand meme 6tre
d6port6, hier.
Vendredi,
l'avocate s'adressait au
juge Francois Lemieux et
lui expliquait la situation.
Cette fois, irrit6, le juge
ordonnait un sursis ferme
et empechait l'expulsion de
Placide, le temps que le
d6bat soit clos.


Ils risquent la
deportation
CELONIE
MERVILUS, alias <
(DEPORTES / p. 8)


.i isrreC
g t)mmulcatin


PREMYE FOWOM


NASYONAL


TRAVAYE LAKILTI


20 23 DAOU 2008


MACHAN DESALIN




An nou konstwi linyon


1-1









I UNE RATIFICATION DIFFICILE


Mercredi 20 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXIT N 30


of f ~ -on

k ialr b ____


I S w S Ima gI
.=,mLnLrC O m -- L


-) -C p
r-- r- a


S- 0- 4


* -- s -


- - O


3 ."Copyrighted Material



w.-: Syndicated Content:--


t-r 0 C -

- -


Available from Commercial News Providers"


* r- .L -


- .WD 0 -

4M. -
II ~ - C~

-C I - ~ .-


0 o-


.MN 0


~ _


-.9p
0 -
~,- -~ - __
- 9-


0,U


rn, ~r 0
-- ~r


p -_mm
w ,- -mo


0 0 f- --- 4b --.. -


Prets pour etre
(... suite de la page 7)
ou <>, 39 ans. Membre du gang de
la rue Pelletier. Coupable de trafic de
crack et de cocaine. Passible d'etre
d6port6.
CLINTON SAINTTHOMAS,
<> du gang. Reconnu coupable
de trafic de cocaine, de crack et de
gangst6risme. Risque la deportation.
BERNARD MATHIEU, alias


deportes en Haiti
<, 36 ans, chef du gang de la rue
Pelletier. Coupable de gangst6risme.
Passible d'etre d6port6.
LYONEL ROSEMBERG, 28
ans membre du gang. AplaidW coupable.
Passible d'etre d6port6.
JEAN-MARIE SAINT-
LOUIS, 44 ans. A plaid coupable.
Risque la deportation.


-r
-rr - -


- Nw


-. e r
mr -r *
r--~~-41W


- n c- 0


- . W d- 4 W


Vote Enfim yo:


Dwa vot fondal-natal vot w garanti


Eleksyon Prime jou 26 dawout la pral premye eleksyon ki sevi ak
nouvo aparey vot eskane optik done pa dekre Eta a. Si wap chaje
tet w ke sistem vot sou papye sa a se yon dezavantaj pou w, pa
trakase w Konte Miami-Dade ap pwoteje dwa vot w:

* Chak lokal biwo vot ap aksesib pou enfim dapre Iwa ADA.

* Chak lokal biwo vot ap genyen aparey vot manyen ekran ADA
ak yon bilten vot odyo (pou koute) kap sevi vote yo ki genyen
pwoblem ak zye yo oubyen pwoblem pou li.

* Pou vote yo ki genyen lIt enfimite, aparey manyen ekran ADA
ap genyen tou yon sistem odyo pou ede ak bilten vot manyen

ekran an.


Enkyete poutet chanjman an?

Nou la pou ede w!

http://www.miamidade.gov/election/voting_system_demo.asp


Haiti-Politique: des Senateurs


de plus en
Onze jours aprbs la
ratification du choix de Michble
D. Pierre-Louis, les s6nateurs
se font de plus en plus
exigeants. Rudy Heriveaux et
Judnel Jean imposent bon
nombre de conditions pour
voter la politique g6ndrale de
Mme Pierre-Louis.
<< Un ministbre pour le
parti Fanmi Lavalas, c'est ce
que je r6clame pour voter en
faveur de Mme Pierre-Louis.
J'ai d6jh soumis une liste de
trois personnalit6s au president
Pr6val. L'une d'entre elles doit
repr6senter Fanmi Lavalas au
cabinet minist6riel , a d6clare
le s6nateur Heriveaux.
Parallblement, le
mime s6nateur a invite les
autres partis politiques a
d6bloquer la situation en faisant
des concessions. << Nous avons
un pays qui souffre, un pays en
lambeaux. Il faut que nous
autres s6nateurs nous nous
efforcions d'organiser la stance
> a-t-il d6clar6.
D'un autre cot6,
Judnel Jean, le seul s6nateur en
fonction du d6partement du
Nord-Est, r6clame le retour au
Parlement de Rudolph Boulos
destitu6 par l'assembl6e des
s6nateurs. < a &t6 renvoy6 du S6nat


plus exigeants
injustement. Je dois profiter de ce
moment pour exiger la reparation des
torts causes a mon collogue. La
population du Nord-Est est avec moi >>,
a-t-il indiqu6.
Pourtant, cette decision serait
seulement une decision personnelle de
Judnel Jean puisqu'il a inform lui-
mime que les responsables du parti
Fusion des sociaux-d6mocrates lui ont
clairement demanded de faire des
sacrifices pour le pays et de ne pas
s'investir dans une telle bataille. << Ils
m'ont mime demand de sacrifier ma
foi >>, a-t-il avou.
Cependant, face a cette
complication de la situation due a la
fragilisation du quorum au parlement,
Yvon Buissereth, s6nateur Lavalas,
menace de d6missionner si ses colleagues
tiennent toujours a etre repr6sent6s dans
le prochain gouvernement.
< Je suis pret, moi et mon
6quipe, a d6missionner si le S6nat ne
facilite pas la stance devant aboutir au
vote de declaration de politique g6nerale
>>, a-t-il martel&. I a relate que d'autres
s6nateurs issus du regroupement Lespwa
auraient pris la mime decision.
Ne comptant que dix-huit
membres, alors que le president ne peut
pas voter, le Senat est devenu de plus en
plus fragile vu qu'il faut 16 s6nateurs
pour voter la declaration de politique
g6nerale. Aussi certains s6nateurs ont
propose la reduction du quorum pour
d6bloquer la crise.


Page 8


a 0


O -


0


- S -- e


0 -~


- ~ -


doma ,


Ecoutez od

Milodie Matin A-m, 3. 3 .
avec Marcus sur wd .
www. melodiefmhaiti. corn


I ..... %A............ ... . ... .. ..N j


I


,,


rr


r1


& .2m


----- r


-r ~c-


o 0


c ~


- .0aa


C O4 D









Mercredi 20 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXIIT N 30


LUTTE CONTRE LE SIDA


Les homosexuels de la Caraibe restent dans le placard


Si les avanc6es des
scientifiques arrivent a faire du sida une
maladie chronique, la double
stigmatisation homosexualit6/sida -
demeure lancinante pour la Caraibe,
apr~s l'Afrique, la region la plus touch6e
par le virus du sida. En Haiti et a la
Jamaique la vie des hommes ayant des
rapports sexuels avec d'autres hommes
demeure cache. Et pour cause.
<< Ds qu'il s'agit des hommes
ayant des rapports sexuels avec d'autres
hommes (HSH), les droits humains sont
carr6ment bafouds dans la Carabe >>,
s'6tonne Mario Kleinmoedig, journaliste
et activiste de la soci6t6 civile dans les
Antilles. Projetant des images et des
tableaux graphiques a la XVIIe
conference sur le sida, l'expert a rappel6
le cas de Brian Williamson, un gay
assassin a la Jamaique, il y a quatre ans.
Dans cette petite ile comme dans bien
d'autres de la Caraibe, l'homosexualit6
est, jusque-l, consid6rde comme un
d6lit. Cette agressivit6, ndfaste vis-a-vis


de cette minority sexuelle, selon des
experts intervenant a la conference de
Mexico, sape les efforts consentis dans
la lutte contre la pand6mie dans la
deuxibme region, aprbs l'Afrique, la plus
touch6e par la pand6mie.
En Haiti, a Guyana, a la
Barbade, un peu partout dans les
Antilles, les hommes ayant des rapports
sexuels avec d'autres hommes restent
encore dans le placard, autrement dit,
h6sitent encore a s'assumer voire
s'afficher. < Si le taux de prevalence
diminue d'une manibre g6ndrale dans la
Caraibe, les indices ont subi une nette
augmentation dans des secteurs
vulndrables, comme les travailleuses du
sexe, les hommes ayant des rapports
sexuels avec d'autres hommes, les
prisonniers et les utilisateurs d'h6roines
>, constate Peter Figueroa, responsable
de la division 6pid6miologie et de sida
au secretariat de Sante de la Jamaique.
Les causes, selon l'expert, plongent leurs
racines dans des valeurs sociales et/ou


culturelles de certains pays de la
Caraibes. << En Haiti, ce sont seulement
les pratiquants du vaudou qui tolbrent
les homosexuels >, ajoute un participant
haitien aux d6bats, parfois houleux, sur
la stigmatisation que subissent les
homosexuels.

Statistiques peu fiables
Les chiffres relatifs a cette
communaut6 qui constitue l'un des
groupes a risque les plus infects par le
Vih ne sont pas fiables selon les experts
intervenants a la premiere conference
internationale sur le sida tenue en
Am6rique latine. Quelque 10% de la
population de toute la Caraibes, selon
Mario Kleinmoedig, assument leur
homosexualit. << Est-il possible de faire
une prevention efficace du sida, si on ne
d6criminalise pas les travailleuses du
sexe et les Hsh ? >, s'interroge
Kleinmoedig. Chose certaine, selon
l'Onusida, pas moins de 5% des cas
d'infection du sida dans le monde est


imputable a la transmission sexuelle
entre hommes. De quoi pousser le
journaliste activiste de la Caraibes a
proposer une democratisation des d6bats
dans les 6coles et dans les 6glises qui se
sont montr6s trop conservatrices dans la
Caraibe. < Les politiques et les
gouvernements, a encore propose Mario
Kleinmoedig, doivent d6noncer la
discrimination faite aux travailleuses du
sexe et aux Hsh. II faut faire respecter la
dignity des gens.>
Trop peu de pays, regrettent les
conf6renciers, ont des donndes
6pid6miologiques suffisantes ou fiables
sur la transmission sexuelle du VIH
d'homme a homme pour penser a la mise
en place d'un programme de prise en
charge sp6cifique. Selon les statistiques
publides par la Soci&t6 internationale
contre le sida a l'occasion de la
conference de Mexico, les HSH courent
en moyenne dix-neuf fois plus de risque

(voir HOMOSEXUELS / 12)


ow N b% s epmw~~ir wv


-m o -
o -
-.:-


c r r -slow


a a~


- - *- e =

-1


1r 0 -


-l .I
-


--d w -


dP-- -.4

- e"

0 = -F

-~ -


.:- "Copyrighted Material--


r. --I


Syndicated Content a-


Available from Commercial News Providers"

- M ..m40jew--~


- 0


1. --


- -.4p
-b


Il. -


0 -


ICl .

- -1 - .w *



-1 -r -I 01


. r -r


-.U -


w- 0 -


- m q


* C I -- 0r


- a -- -,

S .r


0 m a


- o
U


do pd1 o o


bm-e iv


SAll,

-r -) 1 I Q -IC

=r -"1,
41- - -e -

4w -





_

.lop
40a --
S 0
r- .


-r -
* -. -


4- ad
0


0b -
-~ -r -

-


Page 9


*r -
-~ 0
~. 0 r


MIAMF MIAII


Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update
Department of Transportation 49 CFR Part 26
ESTABLISHMENT OF OVERALL DBE GOAL FOR
MDAD FOR FISCAL YEAR 2009
The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by
Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1,2008 through September
30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups,
community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the
availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for
DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A "level
playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no
discrimination against them.
MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD
projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting
information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority
Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through
Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M.
MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the
date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the
address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221.


I


*


- -.40 4


~ r~-- rr r


rr


Q o


ow d


ru 0









NOTRE PATRIMOINE


Mercredi 20 Aofit 2008
SHaiti en Marche Vonl YXIT N 30


TOURISME


Cap sur Camp Perrin la belle


(NOTRE PAYS ... suite de la lere page)
Saut-Mathurine est l'un des plus beaux
spectacles naturels du pays. I1 est heureux que la
construction de la centrale l'ait respect. Le paysage
reste idyllique.
Et l'on continue d'y
accourir de partout, y compris nos
compatriotes vivant a l'6tranger.
La centrale est en plein
fonctionnement. C'est la 15 Aofit,
l'Assomption, fete patronale de la
ville des Cayes. Malgr6 la menace
que fait peser une temp6te
tropicale, l'on arrive en foule pour
le traditionnel festival de plage a
Gel6e.
C'est la centrale de Saut-
Mathurine qui pour une bonne part
alimente aussi les Cayes en cejour
faste. Les prix 6lev6s du fuel ont
failli r6cemment forcer les Cayens
a fermer boutique.
Aussi plus que jamais la
seule solution pour un pays
comme Haiti, c'est l'hydro-
6lectrique. C'est davantage de
Saut-Mathurine !

Simple comme
bonjour ...
Qu'est-ce que l'hydro-
6lectrique ? C'est de l'electricit6 Les
produite avec de l'eau.


On l'appelle aussi la houille blanche. Comme
on d6nomme aujourd'hui < carburant vert > l'6nergie
de source v6g6tale ou bio-diesel.
A voir marcher la centrale de Saut-Mathurine,
c'est ce qui existe de plus 6conomique et propre comme


visiteurs a Saut-Mathurine viennent de partout (photo H


source d'6nergie.
Un barrage est construit un peu plus haut que
la chute. Le barrage d6tourne une partie de l'eau qui
est dirig6e via des conduits souterrains vers la centrale
en contre-bas.
La centrale se compose
d'une part de la salle des machines
ou turbines, et d'autre part de la
section 6lectronique pour le
dispatching ou distribution du
courant vers diff6rentes
destinations.
Tout cela a l'air simple
comme bonjour. L'eau actionne les
moteurs des turbines produisant
l'l1ectricit6 puis la m6me eau est
rejet6e par d'6normes gargouilles
dans la rivibre juste h c6t6
continuant sa course vers la plaine.
Rien ne se perd. Ou si
c'est le cas, si l'eau va grossir les
torrents (ou La Ravine) au lieu
d'arroser les terres, ce n'est pas la
faute la centrale.
C'est tout gagnd. Le
paysage reste aussi magnifique
qu'autrefois. Le produit est propre,
aussi bien que l'installation. Pas
de trace de graisse, ni de mazout.

Un ing6nieux
rEM) m6canicien ...
Alors pourquoi la


Le Seminaire de Masenod a Camp Perrin


Toutes dimensions de mat6riels

POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPEAL
1-800-927-6059 "uA

ou envoyez nous un e-mail: ait CO


Camp Perrin: fraicheur et nettete (photos HEM)


centrale de Saut-Mathurine avait-elle cess6 de
fonctionner pendant longtemps ?
Toujours notre incurie proverbiale.
Bitie en 1983, sous le gouvernement de Jean-Claude
Duvalier, ses premieres turbines sont venues de France.
Mais celles qui ont suivi plus tard portent une
marque americaine.
Entre les deux, il a pu y avoir certaines
interf6rences moins soucieuses de l'interet g6ndral que
de gros int6rets particuliers.
On nous explique que le maintien d'un tel
6tablissement n6cessite moins de super-cadres qu'un
ing6nieux mdcanicien et tout ce qu'il doit avoir sous
la main pour la fabrication sur place de toutes sortes
de pieces de rechange des plus ordinaires. Mais la
negligence haitienne n'a pas de limites.
Toujours est-il que la centrale a 6td remise en
6tat par des experts canadiens et qu'elle parait a
nouveau flambant neuve. Capacity : 1,6 MW. De plus
elle est passe a l'ere automatique. Auparavant les
manceuvres 6taient manuelles.

L'eau coule de source, oui mais ...
Par contre ce qui est indispensable pour
assurer la viability d'une centrale hydro, c'est le
renouvellement de sa ressource principale : l'eau.
L'eau coule de source, pense-t-on devant le
merveilleux spectacle du Saut-Mathurine.
Mais c'est une illusion. L'eau est aliment6e
par les milliers d'arbres qui protegent les sources 1I-
haut dans la montagne et dont la disparition provoque
l'6rosion, veritable catastrophe multiple.
D'un c6te, 1'6rosion envoie le sol et les fatras
vegetaux et mindraux remplir le barrage
sedimentationn) faisant baisser le niveau de l'eau
(voir NOTRE PAYS / 11)


Page 10








Mercredi 20 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 30


Et le courant de Saut-Mathurine a volonte


(NOTRE PAYS ... suite de la page 10)
convoyde dans les moteurs de la centrale ... qui finiront
par s'arrater.
D'un autre c6te, le d6boisement et l'6rosion
provoquent l'assechement des sources.
Outre quantity d'autres consequences que
nous connaissons bien puisque c'est le mal principal
de notre pays.

Les malheurs de Peligre ...
Litt6ralement ce qu'il est advenu a la centrale
hydro-electrique de Peligre, immense projet capable


La Centrale hydro-electrique de Saut-Mathurine (Photo HEM)


en son temps (inaugurde en 1971 avec une capacity
moyenne de 45 MW) de desservirla capitale haitienne
et au moins trois d6partements gdographiques (l'Ouest,
le Centre et l'Artibonite).
Mais moins de dix ans plus tard, Peligre
commenqait a battre de l'aile. Et en 1986, a la chute
du regime Duvalier, le mal 6tait consomme.
Aujourd'hui la majority du pays est aliment6e
par des centrales thermiques qui, avec le coft actuel
du carburant, met l'l6ectricit6 pratiquement au rang
des produits au-dessus de nos moyens.
Des precautions semblent avoir &t6 prises
pour prot6ger Saut-Mathurine du meme d6sastre.
D'abord l'obligation reconnue de conserver sa valeur
touristique et de patrimoine naturel national.
Le site a &t6 6rig6 au rang de pare national, d6limit6 et
plac6 sous une surveillance constante.
Ensuite la premiere impression que les
ressources forestibres sont rest6es intactes comme au
premier jour.
Actuellement la chute (ou Saut) ne d6bite que
la moiti6 de son volume, mais il suffit de fermer le
barrage pour qu'elle retrouve toute sa force.

Alerte, une petite fumee ...
Mais attention, pour peu qu'on ait l'ceil
exerc6, on aperqoit 1a-haut, tout 1a-haut, jusqu'en haut,


une petite fumee. Devinez ce que c'est : des fabricants
de charbon de bois. On coupe done des arbres. Et
exactement l1 d'ou s'6chappent les eaux du Saut-
Mathurine, ou bassin versant.
Et cela ne tarde pas a se mat6rialiser. En
rentrant a Camp Perrin, nous doublons un camion de
livraison d'eau mais avec un strange chargement
install directement au-dessus de la citerne. Devinez :
des sacs de charbon de bois. Plus loin nous voyons
aussi un grand lot de planches au bord de la route.
Malgr6 toutes les precautions prises, on pille
Saut-Mathurine non seulement de son eau, mais aussi
de ses arbres pour en faire du
S* charbon et des planches.
La surveillance n'est
done pas suffisante.


Camp Perrin la
belle ...
Cependant sur la route
du retour a Camp Perrin la belle,
on est frapp6 de ne pas
rencontrer un seul mendiant.
Les maisons paysannes
n'ont rien des masures qui sont
courantes lorsqu'on parcourt
d'autres regions du pays.
Beaucoup sont situdes
au fond de vastes jardins. Une
region apparemment riche en
productions vivribres.
Bient6t le coup d'envoi
de la construction de la route


Cayes Jkr6mie par Camp Perrin et Pestel, reliant le
Sud a la Grande Anse. Les travaux devront se terminer
en 2009.
Cette route est vitale car elle donnera aces a
l'un des greniers du pays.
D'autre part, le tourisme regional sera aussi
gagnant. Il suffit de voir toutes les possibilities et les
originalit6s existant dans la ville de Camp Perrin qui
est en train de retrouver ses fastes d'antan de coin de
vill6giature pr6f6rd des Haitiens.
Rues adoquindes paveses. Maisons style
gingerbread au fond de grandes cours trbs cossues et
croulant de verdure dont plusieurs sont transformees
en pavillons pour touristes (Family House, L'Escale,
Cap Inn, Auberge Distribution, et sur la route menant
a Camp Perrin, Le Recul). Pas besoin d'aller bien loin
pour la clientele, ce sont les natifs de Camp Perrin
eux-memes et leurs amis de tous les coins de la
diaspora.


a La Prise. Le Canal d'Avezac qui remonte a l'6poque
coloniale.
La promenade dans les jardins profonds du centre
catholique de Mazenod est aussi un must, pourvu
qu'on soit invite.


Un camion-citerne transportant sur son toit des sacs
de charbons (photo HEM)
Camp Perrin peut se flatter aussi d'etre la
commune du d6partement (Sud) d6tenant le plus fort
taux de scolarisation (76 6coles).


Visit au Pare National de Saut-Mathurine
(photo HEM)

Et une conscience civique pouss6e. Ce sont
les habitants (et habitantes) eux-memes qui assurent
une telle propret6 des rues.
La table est toujours bien mise. Et grice a
notre h6tesse, Mme Rose Ila (Man Toule) Remarais,
nous avons v6cu le passage de la temp6te tropicale
(< Fay >) comme un doux moment.
Et puis, du courant 24 heures sur 24.


La table est toujours mise ...


C o m m e
distractions, la
visite a Saut-
Mathurine, le
bain a La
Distribution ou


Loin de Port-au-Prince ...


vers le Sud : < LE RECUL>

par Jean-Junior JOSEPH
Email: jeanjunior @gmail.com

C'est l'6td. C'est le temps des vacances qui d6butent dans une
atmosphere politique ind6cise a Port-au-Prince : un premier ministre
6ject6 qui gbre les affaires courantes, et depuis plus de trois mois, deux
premiers ministres d6sign6s rejetds, une troisibme ratifide qui attend le
vote des deux chambres pour acc6der a la Primature, alors 1I... la
jouissance des vacances dans la capitale politique de notre pays n'est
pas du tout sans trouble. C'est bon pour le moral du port-au-princien de
s'dloigner un p'tit peu le week-end, et contempler les verdures du Sud a
partir des petits avions qui mettent 45 minutes pour atterrir a l'aerogare
des Cayes. Cela fait du bien de respirer l'air frais des c6tes du Sud en
franchissant la route nationale num6ro deux de moins en moins
rocailleuse, passant par Fonds-des-NMgres et ses budes naturelles, Saint-
Louis du Sud et ses plages attrayantes. A Cavaillon- la porte des Cayes-
le voyageur succombe facilement a l'entregent des vendeuses au sourire
rayonnant. C'est une forme spontande de service a la clientele tiss6 de
magie d'attraction, de sagesse et de gentillesse. II faut beaucoup resister
pour ne pas acheter. A moins de 30 minutes de course de l'entr6e des
Cayes, on aboutit a Camp-Perrin-, commune de 65, 000 habitants au
cceur du Sud.
C'est a Mersan, premiere section communale de Camp-Perrin
que se situe l'h6tel < Le Recul >> dont le propri6taire est Valdry NUMA.
Originaire de Camp-Perrin, ce jeune journaliste de 34 ans de Radio


(voir LE RECUL / 12)


Marcus, 15Aot 2008


Hot Summer Packages!!!


Welcome to Paradise in Haiti...
At Km 77, C6te des Arcadins.
A Beautiful Beach setting.
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport



RATES PER PERSON PER NIGHT
Front June 15' to Sep. 15"' 2008
PKG Double 3RD 14th 5 toll
us us us
1 m 87 Ipp s ipp 30 Ipp

3 Ms 83 pp 6 pp 29 pp

4 Nt 78/pp 53Ipp 27 Ipp
5 Nts 74/ 50 Ipp 26 pp
Kids (0 to 4) Stay Free
(Add Kid meals)
*10% Taxes
* Air-conditioned rooms
* All meals included


-Saturday Night Mouli-Club Disco
-Tropical Drinks
-Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong, mini-golf, beach volley
- Exquisite cuisine from our chef.
- Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
-Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM s a ,


Page 11


000


(Breakfast, Lunch, Dinner)
INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 / 37-01-1918
sal@mouinsu=mer.com / infomoaume.com









TOURISME


Mercredi 20 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 30


Loin de Port-au-Prince ... vers le Sud : >


(LE RECUL... suite de la page 11)
Vision 2000 qui fait rouler la langue des politiciens de
notre pays dans sa tres populaire rubrique matinale
<< Invit6 du Jour > dont on ne rate pas l'6pilogue grice
a un slogan devenu fameux: o Une autre HaTti est
possible >. Si les belles paroles n'6corchent pas la
langue cette << autre Haiti >>, dans l'esprit de Valdry,
apparait a travers la beauty architecturale de << Le
Recul>> malgr6 les maigres
ressources disponibles dans un
pays oi l'Etat ne soutient pas
vraiment les jeunes entrepreneurs
de la classe moyenne. Se lancer
dans l'h6tellerie tient de l'audace!
< L'audace... sans elle, on
n'obtient rien > (Henry De
Montherlant). L'audace qui a
port notre jeune entrepreneur a
frapper auxportes des banques a
etd payante. Chapeau En
premiere loge, le mot qui tombe
des lvres des invites d'honneur du
week-end 17-20 juillet 2008
<< Bravo Valdry >
A d6faut d'un voyage
virtuel sur le site Internet de l'h6tel
(http://www.lereculhotel.com), je
vous propose un p'tit tour
imaginaire. L'enseigne est un
heureux melange : l'6criteau < Le
Recul > se d6tache en lettres d'or
sur un fond noir. En p6n6trant la
cour, le parking et le parterre sont L 'H6tel "L
jonch6s tout autour d'ampoules
pour enrober le charme de l'aurore a son coucher. C'est
un rondpoint construit de pierres locales de ton rouge
et gris. D'un regard circulaire, les arbres qui distillent
la fraicheur quand le soleil surplombe la cour forment
un cadre reposant et agr6able. Heureusement, ils n'ont
pas 6td 6mond6s. Au besoin, on est tent6 de piquer un
arbre veritable qui s'expose, un calebassier, des arbres
fruitiers varies, un autre qu'on nomme le << palmier >,
un arbre mince << kapab > qui fixe le ciel dont les
feuilles servent aux douches th6rapeutiques, les bois
pour le petit voilier et les bAtiments
maritimes... Cocotier, palmiste, manguier, calebassier,
le menu v6g6tal est g6ndreux. L'h6tel, dans son
environnement fait oublier Port-au-Prince et sa
politique. Poursuivons notre tour imaginaire.
La facade frappe par son look qui rappelle
un style colonial. A gauche de la face principale, une
barribre blanche commande l'acces de la piste de danse
d6nomm6e < D6couverte >. Heureuse appellation pour
signifier un espace de performance desjeunes durant
le week-end et (justement) l'6closion artistique de
nouveaux talents a camp-perrin Sur la cour on peut
noter, une piscine en construction, et a l'arribre les huit
(8) chambres, convenablement climatis6es, munies de
cAble et chaines de TV internationales, pour rester en
contact avec le reste du monde. Les chambres
r6pondent aux normes modernes d'h6tellerie, et seront


bient6t dot6es de dispositifs d'acces a Internet Wireless
(Wi-fi). Une salle d'attente, au rez-de-chaussde,
expose une gall6rie de photos d'hommes et femmes
c6l6bres Muhamed Gandhi, l'ap6tre de la non-
violence ; Martin Luther King, Jr. le leader noir
am6ricain dont les luttes ont produit 40 ans aprbs le
ph6nombne < Barack Obama > ; Bill Gates, le
multimilliardaire qui a r6volutionn6 le monde
...- # --


Le Recul", a Marsan, non loin de Camp Perrin (photo Jec
informatique malgr6 l'interruption de ses 6tudes
universitaires a l'Universit6 de Harvard ; Demmy
Moore, ce monument de charme au cinema; Gessica
G6ndus dans une posture murale tire du magazine
PanoraMag qui la rdvble dans toute la force de sa
beauty A l'tage de l'immeuble principal, la salle des
VIP surprend par son modernisme technologique
inhabituel dans les pays du Sud. Le charme de cette
salle tient aux tableaux dfs au pinceau inspire d'un
jeune camp-perrinois qui a fait le portrait de notre
BelO muni de sa guitare quand il d6crocha le premier
prix au concours RFI au Cameroun.
L'h6tel, dans son environnement fait oublier
Port-au-Prince et sa politique. Une politique qui peut
se rdv6ler mortifbre quand on sait que les affaires
courantes se gerent dans une absence de vision claire
des 50 prochaines anndes. Le week-end du 17 au 20
juillet a permis aux invites presents de mettre la
politique entre parenthese pourjouir pleinement de la
tranquillity d'un cadre reposant.... Parmi les invites,
on entendra de la bouche de l'un d'entre eux : o Je me


sens bien quandje ne suis pas au sein des affres de la
politique port-au-princienne. >
En passant, un ancien ministre me colle sur un ton badin
une amende de 10 Gourdes pour lui avoir donn6 du <<
Monsieur le Ministre >. Notre homme pr6fere tre
appeal par son pr6nom car la politique est une carribre
au destin changeant. Ce serviteur de l'6tat hier, arpente
aujourd'hui l'espace du Camp des Perrin que lui a
offert ce raisonnable recul.
Dans les parages de
l'h6tel et dans les communes
avoisinantes, les vacanciers
peuvent se rendre en excursion. Le
Saut-Mathurine quijette une chute
d'eau capable d'l1ectrifier Camp-
Perrin et ses environs, mime si la
vitesse du d6bit est inconnue mais
le bruit qui sort est une musique qui
ne d6range jamais. Grace a ce saut
d'eau, << Le Recul >> ne subit pas la
crise 6nerg6tique nationale.
Toujours a Camp-Perrin, le touriste
tant national, binational (diaspora),
et international peut s'emplir les
yeux de la beauty des sites
suivants : les grottes Kounoubois
de huit portes dans la locality de
Levy, le Canal d'Avezac, l'Etang
La Chaux, le Camp-G6rard, La
Prise, Yaya Lorin...Encore
quelques efforts de l'Institut de
Sauvegarde du Patrimoine National
an Junior) (ISPAN), et les richesse naturelles
de la region pourraient offrir aux
touristes un spectacle d'une luxuriance epoustouflante.
Fin du tour imaginaire. Le tour virtuel sera
pour bient6t sur le site web de l'h6tel. Le surfeur
p6n6trera l'enceinte de l'immeuble via les gall6ries-
photos, images audio-visuelles, multimedia. Dans une
longue intervention en presence d'une foultitude de
curieux qui ont rempli h craquer l'espace lors des
festivit6s de l'inauguration, Valdry NUMA a 6pilogu6
comme suit : o J'ai choisi d'driger cet hdtel a Camp-
Perrin quandje pouvais le placer a Port-au-Prince.
Je choisis de vivre en Hafti alors quej 'ai la residence
amdricaine. C'est votre h6tel et c 'est a vous de le
protdger. >

H6tel Le Recul
Adresse : 24, Route de Mersan, Camp-Perrin,
Cayes, Haiti
Site Internet : http://www.lereculhotel.com
Email: valnuma@yahoo.fr
Telephone : 509-3-454-0027, 509-3-727-3589


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX .305-620-8332
CELL: 305-986-881 1


(... suite de la page 9)
de se faire infecter par le VIH que la
population adulte en g6n6ral. Si les
risques sont 6normes dans cette
communaut6, analyse Panoscope -
magazine conjoncturel de 1'Institut
Panos -, il ne s'agit pas d'un foyer
isold : < les HSH constituent une
passerelle par laquelle passe le virus
pour atteindre la communaut6, via
divers canaux. > En Afrique, par
exemple, nombre de HSH sont
bisexuels et vivent avec une ou
plusieurs femmes qu'ils peuvent
contaminer.

Masque bisexuel
Cette bisexuality constitue
parfois un paravent pour masquer une
homosexuality que nombre de
soci6t6s africaines rejettent avec
violence. Une pratique qui n'dchappe
pas a la r6alit6 de certains pays de la
Caraibes, dont Haiti oi la
stigmatisation r6sonne tant dans les
6glises que dans les h6pitaux. < Au
niveau du secteur medical, les
homosexuels sont fortement
stigmatis6s et discriminds. Ils ne
peuvent pas se d6clarer aux m6decins
traitants de peur qu'ils ne soient avilis
et abandonnes a leur souffrance.
Certains sont obliges d'adopter un


profil h6t6rosexuel qui leur garantit une certaine
quietude d'esprit >, se d6sole un responsable d'ONG
Au milieu d'un panel d'experts de la Caraibes,
Dr Claude PNan de l'Institut Fame Pereo, une
institution haitienne qui a particip6 a la conference de
Mexico, dit avoir retenu des lemons dans la lutte contre
le sida dans le pays. Les pratiques culturelles, le faible
pourvoir 6conomique des femmes, le sous-emploi, la
pauvret6 sont autant de facteurs, dit-elle, qui
compliquent la tdche des institutions engages dans la
prevention et la prise en charge des personnes vivant
avec le VIH (PVVIH). L'institution qu'elle dirige a
Poupelard, un quartier populaire de Port-au-Prince
entend utiliser d'avantages l'approche communautaire.
Quelque 350 000 personnes vivant dans les zones
avoisinantes de Fame Pereo sont cibl6es par les
programmes de l'institution, sans faire allusion aux
homosexuels.
< L'homosexualit6 en Haiti demeure un sujet
tabou et controversy, note une r6cente enquete de
l'Institut Panos. La soci6t6 haitienne majoritairement
homophobe en parle dans les coulisses, mais le d6bat
au niveau national, n'est pas encore ouvert.
Aujourd'hui encore on ne tient pas compte de
l'homosexualit6 dans les diff6rents Plans nationaux de
lutte contre le sida. > Les homosexuels, selon le Plan
strat6gique national multisectoriel l6abord pour une
dur6e de quatre ans (2008-2012), repr6sentent un
groupe important a haut risque dans la transmission
du Vih/sida.

Panos Caraibes
13 aoft 2008


Page 12


Les homosexuels de la Caraibe

restent dans le placard







Mercredi 20 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 30 PETITES ANNOUNCE
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
Melodie Matin
S-I sur 103.3FM


VVilvt. IIL1ik LIi0u011fL
PrSku.dmceI PrtdPdx&i Cays 1C~pHIUm I /Jurv


Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
T616phones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients

Graphics Web De~~~~sin-Pitn -PC le ic


oames SOatV aud
Manager


f rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


ESTATE GARAGE SALE
Saturday, July 12TH 9:00 am to 3:00 pm
2481 NW 152ND Terrace


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
Hopital Ste Justine pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tel.: (509) 3685-8432 13404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com
HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H
SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H


Page 13





Le Look
Rue Panamricaine #14,
Ption-Ville, Haiti
T1.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
DIo, Carter, ar, Bm ag Vogue
Consultation chaque jour
par un midecn-occuliste.


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR"


office:
cell:
fax:
email:
web:


770.8 74.620
404.405.6584
770.439.7857
bernardl@metayer-realtygroup.com
Metayer-RealtyCroup.com


KELIZR WilAMS.
R II A I I
C I r Y I I E


Vote rendez-vows a Jac iit 0
LA J CMI ( IENNE
us sommes en.lieuiur de 1a
ville, mns sur la plage.
Chez nous, le bn it'(Mes values.
vous berc cnuit etjour p
C st aussi un lieu ideal pour
tables ron es, seminaires, ateliers de
travail... dais aussi pour receptions et
festivals detoutes sortes
BolII- jh1 : !!,II- hi1conn Anilt SLI


1 EN NE TOi i i ^I1.... 288-3451-52
teai ellen n e a- onin i hl.con loteljacmelienne yahoo.fr




S"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


dlodie
103.3 fm









I CULTURE HAITIANO-CUBAINE


Mercredi 20 Aoft 2008
SHaiti en Marche Vnl f5lT N 30


La Culture haitienne a Cuba : Plus dynamique que jamais !


Pendant que les liens culturels
qui ont historiquement liW Haiti et Cuba
sont bien connus, pendant que de
nombreux 6tudiants haitiens b6ndficiant
de bourses d'6tudes pour se
perfectionner A Cuba ont l'occasion de
se rendre compte par eux-memes de la
profondeur de ces racines culturelles
entre Cuba et Haiti, il est bien dommage
cependant que trop peu d'entre nous, A
l'int6rieur du pays aussi bien qu'A
l'ext6rieur, soient au courant de la tiche
que r6alise depuis plusieurs anndes
maintenant un Cubain qui porte le nom
d'Hilario Batista Fl6ix.
Si le nom parait familier, ce
n'est pas par hasard. Hilario est l'un de
ces milliers de Cubains qui se partagent
fiirement le meme heritage : ils sont tous
de descendance haitienne. J'ai eu
l'heureuse occasion d'etre present, les
ler, 2 et 3 aoft 2008, au Sixieme Festival
Kiba Krey6l, d6did A Haiti et aux cinq
Cubains actuellement emprisonnes aux
Etats-Unis. Oui, d6ji le sixibme de cette
s6rie qui se d6roule avec le support
integral du Gouvernement cubain et
depuis quelques anndes, de 1'UNESCO.
Ce n'est pas peu dire !
C'est en effet en 1997
qu'Hilario et environ une douzaine de
ses compatriotes cubains-haitiens
prenaient la decision de lancer son
mouvement d6nomm << Banzil
Krey6l >>, un mouvement ayant pour
objectif essentiel de maintenir vivante
la culture haitienne A Cuba, de
l'approfondir et de la diffuser parmi la
population cubaine.
Suite aux diffrrentes vagues
d'immigration haitienne vers Cuba
durant le XXeme siecle, Cuba compte
maintenant beaucoup de citoyens dont
les descendants haitiens couvrent deux
A trois g6ndrations. Grice A leurs grands-
parents, ils parlent krey61, apprennent la
langue ou l'enseignent, sont trbs
familiers avec nos proverbes et
connaissent sp6cifiquement de quelle
ville ou de quelle petite bourgade leurs
grands-parents 6taient partis.
J'ai assist A Banzil Krey6l
pour la premiere fois en 2002 et c'6tait
l'exp6rience culturelle la plus
enrichissante que j'aie jamais connue.
Cet 6v6nement ne se limite pas
seulement A une rencontre de Cubains
de descendance haitienne, pas du tout.
En cr6ant Banzil Krey6l, Hilario Batista
FMlix tenait A offrir une tribune A des gens
se partageant une langue commune, afin
qu'ils puissent approfondir leur culture,
former des liens plus 6troits, discuter de
toutes sortes de problkmes qui leur sont
communs et 6tablir des liens entre ces
Haitiens de deuxibme et troisibme
g6ndrations en vue de crder une force
culturelle A Cuba, un point de ralliement
de la culture haitienne.
Cet objectif commence
d6finitivement A se concrdtiser. En
t6moignent la reconnaissance et le ferme
appui accords par le Gouvernement
cubain lui-meme A Banzil Krey6l, et le
patronage de 1'UNESCO qui 6tait
repr6sentc A ce sixibme Festival.
D'autre part, le Festival ne
r6unit pas seulement des adultes, et l'un
des aspects les plus satisfaisants de mon
sdjour 1I-bas a &te de voir des enfants
de tous ages, de 8-10 ansjusqu'A 12-13
ans, danser des rythmes haitiens et
cubains avec grice, beauty, 616gance et
professionnalisme. C'est qu'elles sont
toutes des 6tudiantes A diverses dcoles
de danse et s'adonnent cceur et Ame A
cette activity, montrnt un int6ret sincere
A connaitre la culture de leurs
ascendants, ou simplement cette culture
qui les entoure. Un aprbs-midi, alors
qu'un groupe de tambourineurs et de
percussionnistes jouait un morceau sur
un rythme effr6nd, on a vu une dizaine
d'enfants, membres d'un groupe de
danseurs qui s'6tait produit auparavant,


aller chercher une Cubaine-haitienne
sexag6naire, mais pleine de vigueur et
de dynamisme, pour l'entrainer A danser
sur les carreaux de la Maison de la
Culture ouf se d6roulait le Festival Banzil


Krey6l, l'imitant aussi dans tous ses
mouvements. Tout au long de ces trois
jours, ces jeunes ont eu une imposante
presence culturelle, A la grande
satisfaction de tous les participants.


Plusieurs exposes ont &6t faits,
portant sur divers sujets. Sans vouloir
6tre trop long, voici quelques-uns des
themes qui ont &6t couverts A cette
occasion:

a) Defendre le kreybl, c'est d6fendre
notre identity caraib6enne
(Expos6 par le Pr6sident de Banzil
Kreybl, Hilario Batista F6lix ;
b) Etude des traditions de la culture
haitienne dans la region centrale
de Cuba;
c) Presence de la langue krey6l dans
la communaut6 El Djao
Municipio Salvador
(Guantanamo); (Expos6 par Lic
Zenaida Heredia, une cubaine-
haitienne de Guantanamo)
d) Histoire de la langue kreybl en
Haiti; (Expos6 par Jean Maxius
Bernard, de l'Ambassade d'Haiti
A Cuba)
e) Sauvetage de la culture haitienne
dans la province de
Matanzas (Expos6 d'une
d6l6gation venue de la province
de Matanzas) ;
f) Le krey6l dans la diaspora
(Expos6 par Serge Bellegarde)
g) Influence de la culture kreybl dans
la municipality de Cotorro
(Expos6 de Natalie et Nadine
Batiste, les deux filles d'Hilario
Batista)
h) Perspectives du kreybl au
XXIkme siecle expos6 du Prof.
Eliseo Alfonso, un Cubain pur
sang enseignant le krey6l A Cuba)
i) Le d6veloppement social. Tout est
possible (Expos6 du Dr. Acene
Pierre Pierre d'Haiti)
j) L'impact de la revolution
haitienne sur la Caraibe en g6ndral


et Cuba en particulier (Expos6 de
Mme Isabel Martinez, une
linguiste cubaine d'une grande
erudition)


Il faut souligner que la grande
majority de ces exposes a &t6 faite en
krey6l avec traduction en espagnol et
vice-versa. Je dois tout particulibrement
souligner la tiche du Professeur Eliseo


Alfonso qui pendant deuxjours s'est
charge de la traduction dans les deux
sens kreybl espagnol. Le Professeur
Alfonso, un farouche d6fenseur du
krey6l haitien et de la culture
haitienne, prepare depuis quelques
anndes un dictionnaire espagnol-
krey6l, ce qui, A ma connaissance,
n'existe pas encore. Ce Cubain ne
connait meme pas encore Haiti. Que
dire de plus !
Ont t& 66galement presents
A cette magnifique rencontre
Raymond Precheus, un national de la
Guadeloupe ; Sari Jean-Francois, une
jeune fille de Sainte-Lucie vivant au
Canada ; Paul T Zeleza, un national
de Malawi en Afrique, menant des
recherches sur la religion et la culture
haitienne il a d6ji pass 3 semaines
en Haiti- ; Grete Tove Viddal des
Etas-Unis, faisant 6galement des
recherches sur le vaudou en Haiti -
elle a fait une excellente exposition
de photos vaudou, et naturellement
des Cubains-Haitiens de Guantanamo,
de Camaguey, de Matanzas et autre.
La composante culturelle de
Banzil Kreybljoue un r6le primordial.
Des le premier jour, le Groupe Demele
de La Havane, le Groupe Mekongo de
Santiago de Cuba et le Groupe Todo
Caribe de Camaguey ont donn6
d'excellentes performances,
accompagn6s du rythme acharn6
d'excellents tambourineurs et de
percussionnistes hors-pair.
Le Groupe Kiba krey6l
dirig6 par Natalie Batista, la fille
d'Hilario, a 6galement fait une belle
prestation. Ce groupe est compose de
quatre jeunes cubaines chantant en
krey6l et en espagnol, pendant que
l'une d'entre elles joue du tambour.


Natalie est une 6tudiante en
communication sociale qui fait des
6tudes de musique, danse,joue au piano
et a la guitare. Sa sceur Nadine, danseuse
6galement, poursuit activement ses
6tudes A l'universit6.
Je ne saurais trop rdp6ter
combien ces troisjournes m6morables
sont dues au ddvouement, A la
persdv6rance et A la determination
d'Hilario Batista F6lix et de son 6quipe
de Cubains-haitiens, tous fiers d'etre
Cubain, et pas n'importe lequel :
Cubains d'origine haitienne Ce n'est
pas une petite affaire C'est grice A eux
d'ailleurs que le krey6l haitien est
devenu la deuxibme langue parl6e A
Cuba. Le plus 6tonnant, c'est de voir
comment, en d6pit de moyens fort
limits dont il dispose, Hilario continue
d'organiser ce festival qui chaque annde
prend de plus en plus d'ampleur. Cette
dernire observation me porte A formuler
les remarques suivantes sur la seule note
negative au Sixieme Festival Banzil
Kreybl..
J'ai pu personnellement
v6rifier toutes les contorsions que se
donne Hilario pour organiser chaque
annde ce grand festival de la culture
haitienne, que ce soit sur le plan de
l'organisation, des finances, de la
logistique et autres, ce envue d'assurer
que tous les participants soient satisfaits.
Il est done d'autant plus insolite que
l'ambassade du pays dont la culture est
mise en exergue, ait brillk, d'un c6t6, par
son absence A l'ouverture du festival le
premier jour, et de l'autre, par sa trbs
faible, ou devrais-je dire, trbs maigre
participation.
Lors de ma premiere
experience A Banzil Krey6l en 2002,
l'Ambassadeur d'Haiti d'alors, Mme
Andrine Constant, avait &td exemplaire,
prenant part A toutes les activities, aidant
A l'organisation, bref manifestant un
int6ret sincere, et gardant des rapports
6troits avec Banzil Krey6l.
Beaucoup d'eau a could sous
les ponts et cette fois-ci, l'ambassade n'a
meme pas daign 6 tre pr6sente A
l'inauguration du festival, voire apporter
une contribution A son organisation,
initiative qui aurait dfi tre tout A fait
naturelle. Quelle honte nationale et
culturelle Ce n'est que le troisibme
jour, soit le 3 aoft, que Monsieur Jean
Maxius Bernard a fait son expos. Selon
de bonnes sources, il semble qu'il soit
le seul A l'ambassade qui manifeste un
int6ret A ce genre d'activit6s et A cette
communaut6. Ily a lieu de se demander
comment l'ambassade d'Haiti, dot6e
d'un personnel de six fonctionnaires, me
dit-on, puisse afficher tant d'indiffrrence
(ou devrais-je dire, tant de m6pris) A
1'6gard d'une manifestation culturelle si
importante qui la concerne directement
et qui soit fermement 6paulke par le
Gouvernement cubain. C'est A n'y ren
comprendre !
Malheureusement, on retrouve
trop souvent ce genre de comportement
dans nos ambassades A l'6tranger, et
meme dans les plus importantes
capitales des pays avec lesquels Haiti
entretient des rapports, au grand
prejudice de notre pays. Et le pire, c'est
que l'on n'entrevoit aucun changement
Al'horizon !
C'6tait l1 la seule note negative
au sujet du Sixieme Festival Banzil
Krey6l, que je ne pouvais passer sous
silence. Le prochain festival est projet6
pour 2010 et il sera d6did, entre autres,
A la diaspora de l'Amrique du Nord. Je
souhaite ardemment qu'il puisse
b6ndficier d'une plus large presence
d'Haitiens pour une parfaite communion
culturelle. Cela en vaut vraiment la
peine !

Serge Bellegarde


Page 14


4 chanteuses dirigees par Nathalie Batista (2e de droite a gauche)


Dr Acene Jean Pierre et Hilario Batista Felix








Mercredi 20 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 30


Poo, a . .....i t .-No a* Pat 0 M ... W .








"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Contrairement aux trois autres 6quipes du Big
Four (Arsenal, Liverpool et Chelsea), Manchester
United n'a pas rdussi a prendre les trois points pour
son entr6e dans le championnat 2008-09. Les Red
Devils, qui ne visent rien d'autre qu'un 18e titre de
champion cette saison, ont &te accroch6s a domicile
par une 6quipe de Newcastle s6duisante (1-1). Priv6s
de Ronaldo blesss6, Tevez (deuil familial), Anderson
(JO) ou encore Nani (suspendu), les Mancuniens se
sont montr6s dans l'ensemble beaucoup trop brouillons
offensivement pour faire la difference, m6me si lejeune
Fraizer Campbell a fait forte impression aux avant-
postes.
Dominateurs avant le repos, les Mancuniens
ont 6galement souffert en defense face a une equipe
de Newcastle aussi rapide qu'a l'aise en contre, avec
notamment un Jonas Gutierrez (ex-Majorque)
intenable. Celui-ci aurait d'ailleurs df b6ndficier d'un

ESP Valence Real
Le FC Valence a domind le Real Madrid (3-
2), lors de la manche aller de la Supercoupe d'Espagne,
dimanche. Le match retour aura lieu le 24 aoft a
Santiago-Bernabeu. Le Real, domind, s'en est remis
aux arrets d'Iker Casillas et a un double de Ruud Van
Nistelrooy (14e, 68e) pour exister dans la partie. Les

Amical AC Milan Juventus : 4-1
Le Milan AC n'a fait qu'une bouch6e de la
Juventus Turin, dimanche a l'occasion du troph6e
Berlusconi (4-1). Le club lombard n'a mis que 25 min-
utes a prendre la mesure de son adversaire. Marek
Jankulovski a d'abord ouvert la marque pour les siens
(21e), avant que Massimo Ambrosini ne double la mise
quatre minutes plus tard. Le score a meme pris des
allures de correction aprbs le repos grice a Pippo
Inzaghi, de pres (52e). Le Juve a eu beau sauver
l'honneur par le remplacant Cristian Pasquato (70e),
c'est bien le Milan AC qui a eu le dernier mot,
Ambrosini s'offrant meme un double (79e).
Les equipes :
MILAN AC : Abbiati (Dida 46e), Zambrotta
(Oddo 65e), Bonera (Darmian 86e), Favalli,
Jankulovski (Antonini 82e), Gattuso (Brocchi 65e),
Flamini, Pirlo, Ambrosini (Cardacio 84e), Seedorf
(Viudez 76e), Paloschi (Inzaghi 46e).
JUVENTUS : Chimenti (Manninger 46e),
Grygera, Mellberg, Chiellini (Legrottaglie 36e),
Molinaro, Sissoko (Esposito 62e), Poulsen, Tiago
(Pasquato 62e), Nedved (Ekdal 46e), Del Piero
(F.Rossi 62e)



Ecoutez Melodie Matin
avec Marcus sur



1 0 3.3 f


penalty d&s la 8e minute, suite a une faute assez
6vidente de Vidic dans la surface. La sanction est
finalement venue d'Obafemi Martins, d'une tete
d6crois6e parfaite consecutive a un corer (21e, 0-1).
Mais Newcastle n'a pas eu le temps de savourer son
court avantage, Fletcher, parfaitement servi par Giggs,
6galisant dans la foul6e (23e).
Le champion en titre a alors tout tent6 pour
arracher les trois points, mais Evra (35e) ou le jeune
Campbell (56e) sont tour a tour tombs sur un Given
des grands soirs, lui qui avait d6ji r6alis6 des miracles
en tout d6but de match face a ce mcme Campbell (6e)
ou face a Rooney (13e). Et quand le gardien irlandais
s'est enfin avoud battu, il a pu compter sur sa barre
transversale pour repousser la tete de Vidic (73e).
Aprbs avoir longtemps cherch6 a crder la sensation en
contre, Newcastle s'est finalement r6solu A se contenter
du nul. Une performance, d6ja.

Madrid : 3-2 (aller)
buts de Valence ont &te inscrits par lejeune Mata (56e),
Villa (59e) et enfin face a Vicente (8 le). Robinho 6tait
titulaire avec le Real, mais il a trbs peu pes6.
Les 6quipes :
FC VALENCE: Hildebrand Miguel, Albiol,
Alexis, Moretti Baraja (Manuel Fernandez, 75e),
Albelda Joaquin (Pablo Hernandez, 65e), Silva, Mata
(puis Vicente, 71e) Villa.
REAL MADRID: Casillas Salgado (Sergio
Ramos, 64e), Javi Garcia, Heinze, Torres M. Diarra,
Van der Vaart De la Red, Robinho (Robben, 64e) -
Van Nistelrooy, Raul (Guti, 70e).


ANG Ire j. Chelsea et

Anelka en trombe
Nicolas Anelka a imit6 Samir Nasri en
marquant d&s la premiere journde avec Chelsea
dimanche, comme le Frenchie d'Arsenal l'avait fait
contre West Brom', samedi. L'ancienParisiena inscrit
le deuxibme but des Blues a Stamford Bridge contre
Portsmouth dans un match a sens unique (4-0). Aprbs
de bonnes prestations lors des amicaux de preparation,
Anelka marque des points en l'absence de Didier
Drogba, la star ivoirienne, dont le retour est prdvu le
31 aoft. Gentiment critique par Scolari pour sa
discretion excessive hors du terrain, le Francais a
r6pondu a son coach brdsilien en faisant parler sonjeu
de tete dans la defense de Pompey (Photo Reuters).
Joe Cole avait ouvert la marque d&s la 12e
minute de jeu. Lampard a inscrit le troisibme but sur
penalty a la suite d'une faute de Sylvain Distin sur le
premier r6alisateur de l'aprbs-midi (45e). En fin de
partie, Deco, la recrue portugaise en provenance du
FC Barcelone, a fetd son arrive d'une frappe
victorieuse des vingt-cinq metres (89e). Des trois
principaux pr6tendants a la succession de Manchester
United, Chelsea a fait la plus forte impression. Samedi,
les Gunners, malgr6 un Nasri remuant, n'ont perc6
qu'une fois la defense de WBA (1-0). Les Reds ont
attendu la fin de match pour rapporter trois points de
Sunderland (0-1, but de Fernado Torres a la 83e).
Manchester United, le champion en titre, recoit
Newcastle a Old Trafford en cloture de la premiere
journde anglaise a partir de 17h00.


857y72 N EE 2 6mhe Aveinueja1
T41: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR ROUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemens pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection tiUphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am


730 pm


* IPurfurns
* (diulare & BIkcper
Soutirs et Sunalcii
p touitsi pour ia utisln
* ('a1dIll
* Tablaux
* Mcygra


Ziuuk. franiis, Aner cai n
* VIdL'siI (iticns. Amricairns, Ltauinurtatkrs, Drams'
* Pruluils lie beaur


Page 15


ANG Manchester United cale d'entr e









LIBRE PENSEE


Mercredi 20 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 30


< de d6crepitude, on commence tous a se ressembler. >
Pierre Magnan

Il est de ces mots qui ont une histoire
particulibre, lide parfois a celle de certains individus
et d'autres fois a celle de la society dans son ensemble.
Il est de ces mots qui < font > l'histoire ou qui la
modulent, a leur gr6. Il en est ainsi pour les mots
< Esclavage >, < Traite >>, Apartheid >,
< Antis6mitisme >, < Communisme >, ,
< Globalisation >, etj'en passe. On peut leur associer
toute une s6rie de r6f6rences, ideologiques,
intellectuelles, affectives. Cela se produit aussi bien
au niveau collectif qu'au niveau individuel. Aussi bien
au niveau local qu'au niveau global. Il est certain, par
exemple, que le mot < guerrillero > aura une
interpretation < afectivo-politique > diff6rente pour un
Cubain que pour un Haitien ou un Dominicain. De la
meme faqon, un < zombi >, un < loup-garou >, un
< SRnateur >, un < D6put 6 un < Parlement >, seront
des mots dont la < capacity d'6vocation > sera
diff6rente en fonction de l'individu et de la society dans
laquelle il 6volue. Un Franqais leur associerait des
images complktement diff6rentes a celles qu'6voquerait
un Haitien par exemple, ou un Chinois ou un
Hollandais. La culture, 1'6ducation, au-dessus de la
configuration ph6notypique, engendrent en nous des
reactions diff6rencides.
Dans mon cas, etje vous en ai parlk h maintes
reprises, mon univers personnel est rempli de ces mots
qui font irruption dans ma vie et paraissent parfois
vouloir la remplir, 6tablissant des hierarchies et
modifiant meme lesjugements queje porte. Le dernier


Caduc!
mot qui est intervenu de la sorte a &te le mot << caduc >>,
causant en moi une envie de prendre le large et de dire
<< nou bw6 pwa >. J'ai done oubli6, cette semaine, et
les conflits avec la MINUSTAH (Serait-ce un coup
mont6 pour se faire oublier?) et la d6mission de
<< l'Intransigeant> ou les problkmes de << quorum >,
pour me laisser obs6der par le mot < caduc >, par la
< caducit6 des formes et des modes de
fonctionnement > et par l'inad6quation du << fond >,
dans le pays.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, le mot caduc repr6sente l'6tat de ce qui est
p6rim6, d6pass6. Il repr6sente ce qui n'est plus valide,
ce qui n'est plus valable. La caducit6 pr&cede la
d6crepitude et l'6tat terminal indique sa finalisation.
Le mot caduc, je l'avais 6cout6, quand j'6tais petit,
lorsque l'on m'expliquait les types de feuilles. On
parlait de feuilles caduques, de ces feuilles qui
tombaient, chaque annee. Cependant, l'image ne tenait
pas. << Les feuilles mortes se ramassent a la pelle >
chantait G6rard Dupervil. Je le chantais aussi mais ce
n'6tait pas ma r6alit6, cela ne correspondait pas a ma
<< mentality d'enfant tropical >. Ma r6alit 6 tait la
<< saison des mangues >, la < saison des quenepes >.
Dans ma tate d'enfant des tropiques, je ne concevais
pas un arbre sans ses feuilles. Je voyais done nos arbres
avec toutes leurs feuilles, durant toute l'annee. Ce qui
apparaissait et disparaissait c'6tait les fruits. Ou bien
ils tombaient, mfrs, sous l'effet de la gravity, oubien
on les cueillait. L'id6e de caducit 6 tait done pour moi


quelque chose d'6tranger. Tout 6tait < p6renne >>
l'6poque, le < regime >, les < feuilles >, le < pays >.
En plus, personne ne d6missionnait. Nul ne l'aurait
ose. Le quorum s'6tablissait en fonction des besoins
du< Chef >.
Pour revenir aux feuilles caduques, je peux
dire que je comprenais l'id6e, mais j'6tais beaucoup
plus habitu6 aux fruits, aux r6coltes. La globalisation
aidant et la possibility de voyager de temps a autre
m'ont permis de d6guster les saveurs de l'automne,
de jouir du spectacle de la chute des feuilles, de la
< pileur de la lumibre durant cette 6poque de l'annie,
de vivre la < nudity de l'arbre>> et le bourgeonnement
de la vie a travers la renaissance printanibre. Je compris
alors la port6e du mot < caduc >. Pour continuer avec
le mot caduc, chers amis, je ne sais pas si vous vous
souvenez de la < malkadi >, le < mal caduc >, le < haut
mal >, 1'6pilepsie. J'ai eu du mal a associer < malkadi >
et mal caduc >.
Enfin, chores amies, chers amis, la caducit6
conduit a la d6crepitude et si << partir d'un certain
degr6 de d6crepitude, on commence tous a se
ressembler >, j'espbre que les convulsions actuelles
de notre soci6t6 et la caducit6 de nos modes de
fonctionnement, ne seront pas les signaux
annonciateurs de notre d6crepitude, car au fond, nous
commenqons tous a nous ressembler. Vous vous
imaginez ?

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Aozit 2008


APPEL


Debout Gonaives!

Gonaiviens / Gonaiviennes

Artibonitiens / Artibonitiennes


Bient6t, la ville des Gonaives, chef-lieu du
d6partement de l'Artibonite, berceau de notre
INDEPENDANCE NATIONALE, sera 6lectrifide
grice a la g6ndrosit6 du peuple v6n6zu6lien dont le
porte-parole, le president Hugo Chavez, a mis un point
d'honneur a promouvoir, dans les faits, l'id6al
bolivarien et la solidarity panamnricaine.
L'inauguration de l'usine 6lectrique est pour
bient6t. Done nous devons nous preparer en
consequence. Ily a lieu non seulement de bien planifier
cette inauguration; mais nous devons surtout refl6chir
et faire de sages provisions envue d'une fructueuse et
saine gestion de cette usine qui ne doit pas connaitre
le sort malheureux des quelques biens d'6quipements
pays par notre TRESOR PUBLIC et qui en l'espace
d'un cillement ont ou bien disparu de l'inventaire du
patrimoine national ou bien 6chou6 pr6matur6ment sur
la voie de garage.
Nous autres qui, au cours des ans, avons fait
la triste experience d'un d6primant black-out, nous
savons que, dans une communaut6 dite police,
l'l6ectricit6, qui nous a trop longtemps manque, est un
facteur de progrbs social, 6conomique et culturel. D'ofi,
en cette occurrence, envisageons la question de la
venue de cette manne miraculeuse sous deux grands
aspects :
1. --


1) les prdparatifs de 1 'ina
2) le dossier de sa ge
developpement.
I. L'inauguration de cette C
doit 8tre un ev6nement festif mar
participation de toutes les couches so
des Gonaives, surtout de celles qui,
ont trop souffert de la privation de l'6
a) les 61eves et 6tudian
modestes, qui n'ont pas pu, au
s'adonner, le soir, a leurs travaux s
lumibre 6lectrique.
D'ofi, toutes les 6coles de la ville
doivent participer aux festi-
vit6s de l'inauguration. Nous suggb
present, les ensei-gnants commence
leurs elves et leurs parents, le dia
port6e de cet 6v6nement et a
participation.
b) Les industriels, les arti
medical, qui ont grand besoin de 1'
pour survivre en exerqant a temps
r6pondre aux demandes pre
COMMUNAUTE, se doivent de
participation aux festivit6s de l'ii
determination de voir la Nouvelle C

Ii


iguration, activement a ces festivit6s pour t6moigner que dans ce
stion en vue du 21e sicle o sous tous les cieux la technologie fait
des bonds consid6rables, ils n'entendent plus rester A
'entrale Electrique l'Age du bois-pin ou de la lampe tbt-gridap comme
qu6 surtout de la sources d'6clairage. Ils entendent, eux-aussi, b6ndficier
,ciales de la region de la part de courant 6lectrique a laquelle ils ont droit...
, au cours des ans, D'oi, le Bureau du Travail et des Affaires Sociales
.nergie 6lectrique : aussi bien que la Mairie
its des families et le Bureau du D6partement de l'Agriculture de la
fil des annees, ville, se doivent de contacter les Syndicats Ouvriers et
scolaires, faute de les diverses organisations paysannes de la region des
Gonaives pour les inviter a participer activement a
e et des environs toutes les phases de cette inauguration (y compris les
preparatifs).
:rerions que, d&s a Un Comit6 compose, entre autres, de
:nt a engager, avec repr6sentants des quartiers de Raboto, Jibile Blan,
alogue relatif a la Dekawo, Pak Vensan, Ka Solby...du monde syndical
leur 6ventuelle et professionnel, du monde des Ecoles, et clerical
(catholique, protestant, vodouisant...) des
sans, lepersonnel organisations paysannes, etc, concourra avec la
6nergie electrique Commission Communale a la preparation du
plein leurs arts et programme des festivit6s (performances culturelles des
:ssantes de la 6coliers et 6tudiants de la ville et des 6coles rurales,
marquer, par leur des Clubs populaires), invitations, veill6es patriotiques,
nauguration, leur retraite au flambeau, etc.
Zentrale inaugurer II. Il n'est plus question de continuer a
une ere nouvelle ingurgiter la vieille tisane de toujours, qui, loin de
dans une gu6rir, n'apporte que de nouvelles complications. II
Gonaives qui a faut que Gonaives cesse de se complaire des chants de
&t6 syst6mati- sirbnes ou de s'abreuver de la rh6torique usuelle des
quement bernee demagogues. Il est temps que dans le contexte de la
par des clans decentralisation prevue par la Constitution de 1987,
divers peu elle pense a prendre en main sa destine. L'exp6rience
soucieux du de la vie quotidienne ayant prouv6 que la vieille
Bien-Etre des machine administrative de la Rpublique de Port-au-
habitants de la Prince a plus qu'6chou6, Gonaives, ne pourrait-elle
Terre Sal6e. pas, posant la premiere pierre d'une nouvelle politique
c) Les administrative, s'6vertuer prendre en main la gestion
Ouvriers et les de la nouvelle Centrale Electrique dont elle a grand
Paysans, depuis besoin pour instaurer une nouvelle politique
t o u j o u r s 6conomique de nature a lui permettre d'6radiquer le
abandonnes a ch6ma-ge, la vie chere, la faim, les maladies de toutes
leur miserable sortes.
sort, et plus que Or, nous avons la preuve que de nombreux
tous victimes du Gonaiviens/ Artibonitiens de la MWre-patrie et de la
s o u s Diaspora sont en mesure de faire face valablement a
d6veloppement, leur responsabilit6 s'ils sont invites a mettre leurs
du ch6mage, de comp6tences au service d'une saine et fructueuse
la s6cheresse, de gestion de la Centrale Electrique dont le Peuple Frbre
l'6rosion, de la du Venezuela vient de doter Gonaives, la Fibre.
vie chere, etc. se Gonaives n'a pas int6ret a voir la gestion de cette
doivent de centrale 6lectrique tomber entre les mains des fameux
p a r t i c i p e r (voir GONAIVES /17)


Page 16


MIAMhDAD. R

Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update
Department of Transportation 49 CFR Part 26
ESTABLISHMENT OF OVERALL DBE GOAL FOR
MDAD FOR FISCAL YEAR 2009
The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by
Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1,2008 through September
30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups,
community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the
availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for
DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A "level
playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no
discrimination against them.
MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD
projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting
information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority
Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through
Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M.
MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the
date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the
address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221.


I ..... %A............ ... . ... .. ..N j








Mercredi 20 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 30


Rencontre avec l'ambassadeur d'Autriche en Haiti Mme Marianne Feldmann
Traditionnellement la diplomatie autrichienne s'interesse surtout aux pays de 1 'Europe centrale et de 1 'Est ainsi qu 'aux pays d'Asie du sud et de 1 'Afrique.
Cependant depuis quelque temps, elle affiche un inter&t grandissant pour les pays de la Caricom en general et pour Haiti en particulier. Ilfaut noter que 1 'Autriche a
travers sa representation base a Caracas participera defagon active au 9eme forum des hommes d'affaires et des entreprises de la grande Caraibe qui se tiendra a
Aruba du 23 au 25 septembre 2009. L 'ambassadrice Marianne Feldmann represente 'Autriche en Haiti avec residence au Venezuela. C'est une diplomate de choc
et de tres haut niveau dont 1 'esprit bouillonne de projets. Elle aime beaucoup Haiti, son peuple et son art : Haiti en Marche 1 'a rencontrd pour vous.


Mme Marianne Feldmann, vous &tes
Ambassadeur de 1'Autriche en Haiti avec residence a
Caracas, comment percevez-vous les relations entre
I'Autriche et Haiti?
L'Autriche et Haiti ont des relations
excellentes. Naturellement il y a toujours la possibility
d'approfondir les relations. En 2006, l'Autriche a &te
l'h6te du IV Sommet Europe-Am6rique Latine-
Caraibes et ce sommet a eu comme r6sultat plus
d'interet du gouvemement autrichien, mais aussi du
public en g6ndral pour la region Caraibes.
Comment les Autrichiens pergoivent-ils
Haiti?
Naturellement la perception est influence par
les grands moyens de communication international
(comme partout dans le monde aujourd'hui).
L'Autrichien moyen ne sait pas beaucoup sur Haiti.
Peut-6tre les cliches seraient exuberancee tropicale,
beauty naturelle" mais aussi "danger, violence",
malheureusement.
En tant qu'Ambassadrice de l'Autriche en
Haiti avec residence a Caracas, venez-vous souvent
en Haiti?
Comme je couvre 12 pays, mes voyages ne
sont pas aussi frequents que je voudrais, mais je dois
dire que Haiti est l'un de mes pays pr6f6r6s.
Y a-t-il des projets auxquels participe
l'Autriche en Haiti actuellement?
De maniere concrete, nous avons fait un don
de 250.000 Euros en aide a travers le Programme
Alimentaire Mondial (WFP), 100.000 Euros a travers
ONU-SIDA pour des programmes en Haiti et au
Surinam, en plus des offres d'appui a des conferences
de l'Organisations des Nations Unies comme le
CTBTO et le programme SPIDER. Le CTBTO tout
comme le SPIDER offrent des donndes tris importantes
pour la prevention et le management des d6sastres
naturels et nous pensons qu'il est important pour des
pays des Caraibes comme Haiti d'avoir aces a ces
donndes. Pour cette raison, nous appuyons les cofts
de voyages des participants des Caraibes, comme Haiti.
Le bruit court qu 'au-dela de vos activists
diplomatiques vous etes aussi une artiste, une
musicienne de grande classe, est ce vrai?
Avant de devenir diplomate j'6tais professeur
de guitare classique, instrument que j'ai 6tudid pendant
plusieurs anndes 1l'Acad6mie de Musique de Vienne
en Autriche et je joue toujours un peu, surtout la
musique brdsilienne (Bossa nova).
En tant qu 'artiste, comment voyez-vous 1 'art
hattien et la culture vaudou? Je pense que Haiti est
un pays possidant un grand tresor artistique, dans
tous les domaines.
La peinture haitienne, sa musique, son
artisanat, sont vraiment extraordinaires. Quant au
vaudou, je vois des paralleles avec l'Afrique
occidentale et le Br6sil (Bahia). Je respecte beaucoup
ces anciennes traditions qui se basent sur la force de
l'esprit.
Dans le domaine culturel, percevez-vous une
possible cooperation entre Haiti et 'Autriche?
Les deux pays ont une tres grande sensibility
artistique, surtout dans le domaine musical. Je pourrais
m'imaginer plus de cooperation dans ce domaine. Il
serait plus facile pour nous de travailler en Haiti si


nous pouvions faire une alliance strat6gique avec le
mouvement des orchestres juveniles du Venezuela, oi
nous sommes d6ji trs actifs. Cette merveilleuse ceuvre
fondue il y a 30 ans par le Maestro Jose Antonio Abreu
au Venezuela, et qui compte aujourd'hui presque


Mme Marianne Feldmann


500.000 membres, donne de l'assistance technique a
plus de 20 pays. Je pourrais aider le gouvernement
haitien en ce sens. L'appui v6n6zu6lien serait
formidable aussi pour les 6coles d6ji existantes en
Haiti, et pourrait certainement faciliter la venue de
professeurs de musique autrichiens pour des "Master
Classes" en Haiti, en cooperation avec leurs colleagues
venezudliens.
Y-a-t-il beaucoup d'autrichiens qui visitent
ou qui connaissent Haiti?
Le nombre malheureusement est tres r6duit.
Les Autrichiens seraient-ils interessss faire
du tourisme en Haiti. ?
Certainement, s'il y avait des "paquets"
touristiques a prix r6duits comme en Republique
Dominicaine, le pays des Caraibes avec le plus grand
nombre de touristes autrichiens. Naturellement, le
facteur s6curit6 compte beaucoup dans ce domaine.
Vous &tes aussi Ambassadeur de l'Autriche
au Venezuela. Comment, d'apres-vous, les
Venezudliens pergoivent-ils Haiti ?
Avec le gouvernement de Hugo Chavez, et
les initiatives pour les Caraibes, comme la "Mission
Milagros", pour op6rer de la cataracte au Venezuela et
a Cuba, ou Petrocaribe, les Caraibes, Haiti incluse, on
est plus branch sur les Caraibes qu'avant.
Lors des evenements d'avril dernier qui ont


dtd induitspar la crise alimentaire en Haiti le Ministre
des Affaires Etrangeres de l'Autriche Mme Ursula
Plasssnik a annoncd un don de 250.000 Euros a Haiti,
s'agit-il la du reflet d'un accroissement de l'intir&t
pour Haiti par le Gouvernement autrichien?
Certainement! Nous allons signer un accord
de Cooperation avec la CARICOM dans les prochaines
semaines qui nous ouvrira plus de possibilities de
cooperation dans la region, y compris Haiti.
Comment voyez-vous le futur des relations
entre l'Autriche et Haiti?
L'Autriche a offert un programme
d'assistance a des pays qui veulent ouvrir des
Ambassades a Vienne. II faut tenir compte du fait que
Vienne est le siege de plusieurs organisations des
Nations Unies qui travaillent dans des secteurs qui
peuvent donner de l'assistance aux pays des Caraibes,
pour la prevention des stupffiants (UNODC),
l'industrialisation (ONUDI), les images de satellites
en cas de d6sastres naturels (nouvelle organisation
SPIDER), entre autres. L'Autriche est aussi un pays
qui a des relations mill6naires avec ses voisins de
l'ancien "Est Europ6en", et est gdographiquement situ6
tris proche de pays come la Slovaquie, la R6publique
Tcheque, la Hongrie, la Slov6nie entre autres. Nous
pensons qu'il serait tres int6ressant d'ouvrir une
Ambassade, individuellement ou collectivement (nous
avons fait cet offre p.ex. a la CARICOM comme un
bloc). Certainement, une Ambassade de votre pays en
Autriche donnerait un bon coup de main a nos relations
bilat6rales et rapprocherait davantage Haiti de l'Europe
Centrale.
Vous avez l'intention d'organiser une
exposition d'art en Haiti en collaboration avec la
FOKAL de Mme Michelle Pierre Louis. A quel point
sont les negociations avec cette institution sur ce
point?
Nous avons fait la proposition a FOKAL, mais
malheureusement, jusqu'h present, on ne nous a pas
r6pondu. L'exposition, qui sera montrde la semaine
prochaine pendant la CARIFESTA a Georgetown, est
base sur l'ceuvre de Ste. Th6rese de Lisieux, avec un
beau message qui a meme &te traduit en creole haitien.
II serait formidable que l'on puisse voir l'exposition
en Haiti, elle a &t6 montrde a Beijing pour les jeux
olympiques.
Avez-vous un message particulier pour le
President Prival et Mme Pierre-Louis?
Beaucoup de succes pour l'avenir, et
paix,bonheur et prosp6rit6 pour lui et son merveilleux
pays. A Mme Pierre-Louis, que j'admire beaucoup et
avec quij'ai eu beaucoup de contact dans le pass (on
a organism ensemble une conference sur la justice
alternative, entre autres) : Beaucoup d'6nergie positive
pour sa nouvelle fonction, etj'espere que finalement
on pourra montrer la merveilleuse exposition de
FOKAL, illustrant la D6claration Universelle des
Droits de l'Homme dans le contexte haitien, a Vienne,
oi je serai de retour, a partir de novembre de cette
annde !

Propos receuillis pour Haiti en Marche
par Azad Belfort, DESS en Diplomatie et
administration des Organisations Internationales
de Paris 1-Sorbonne


Debout Gonaives! Gonaiviens/Gonaiviennes


(... suite de la page 16)
<< gestionnaires > qui depuis deux siecles lui ont donn6
leurs mesures. Or, nous savons que seule une gestion
et une distribution rationnelles de l'l6ectricite dont
ils ne sont pas capables peut concourir a faciliter les
progres techniques de production en faveur de TOUS
. Nous sommes certains que si la gestion de la nouvelle
usine 6lectrique de 15 m6gawats est confide, par
bonheur pour Gonaives, a une 6quipe de ses enfants
capables et qui se soucient vraiment de son bien-6tre,
elle pourra s'attendre a ce que :
-Les enfants des familles d6favoris6es auront la chance
de pouvoir s'ils le veulent 6tudier leurs lemons, le
soir, a la lumiere des lampadaires des rues, en attendant
que l'l6ectricite s'installe dans leurs humbles foyers.
- La Plaine des Gonaives renaitra de ses cendres : les
30 ou 40 pompes affect6es jadis a son irrigation et
tomb6es en panne depuis des d6cennies, faute
d'6nergie, redeviendront fonctionnelles ; et lesjardins
de nos braves paysans recommenceront a fournir h la
Communaut6 les produits alimentaires et les denrdes
exportables qui lui font besoin.
- Avec la reprise, sous une grande 6chelle de la culture
du coton, 1'IDAHI pourrait reprendre son programme
de pret aux petits producteurs de coton et rouvrir
l'ancienne filature de Ka Solky. Donnant ainsi du


travail a des milliers de ch6meurs et 6conomisant une
bonne partie des devises d6pen-s6es par Haiti pour
importer de l'6tranger des tissus que nous pouvons
pro-duire au pays.
- Les propri6taires des marais salants des Gonaives
pourraient moderniser la production du sel marin
susceptible a c6t6 de la consommation locale de
trouver des d6bouch6s a l'6tranger.
- La mine de ciment de Mon Lapierre, la mine de
marbre de Gran Savann de MAn Lapierre et M6n
Peris auraient plus de chance d'etre mises en exploi-
tation.
- Nos l6eveurs auraient plus de chance a lever leurs
poules, canards, dindes, pintades, lapins...etc, selon
les normes en cours dans les grands centres d'l6evage
de l'6tranger. Ce qui nous 6pargnerait de faire venir
de l'6tranger des ailes de poulets et de dindes que nos
braves marchands d6bitent sur les marches dans de
d6plorables conditions d'hygiene.
- Nos m6decins, infirmiers, infirmieres et para-
professionnelles de la sante trouveraient un meilleur
environnement pour prodiguer des soins a leurs
malades dans les h6pitaux et cliniques. Par exemple,
nos chirurgiens cesseront de courir le risque de
confronter des coupures d'Olectricit6 au beau milieu
d'intervenions chirurgicales.


En outre, l'installation d'une Centrale Electrique fiable
dans la Terre Sale, ne pourra que rassurer une 6quipe
de m6decins, infirmiers, infirmieres et d'au-tres
sp6cialistes de la science m6dicale d'origine
gonaivienne, actuellement retrait6s a l'6tranger, qui
caressent avec beaucoup d'h6sitation en raison de
la pr6carit6 du problkme de courant 6lectrique depuis
des anndes le projet de fonder aux environs de leur
ville natale, ou une maison de retraite pour personnes
ages ou un petit h6pital semi-priv6.
A 1'ceuvre, Gonaiviens/ Gonaiviennes,
Artibonitiens/Artibonitiennes Ne permettez plus aux
Malfait / Malfou de creuser, au cceur de votre ville
plon-g6e dans les t6ndbres, de ces maudites < piscines>>
oi les v6tres se cassent souvent le cou a la faveur de la
nuit. Travaillez tous ensemble a l'avenement dans votre
PAYS d'une NOUVELLE POLITIQUE
ADMINISTRATIVE et d'une NOUVELLE
POLITIQUE ECONOMIQUE reconnaissant a notre
ARRIERE-PAYS le droit de g6rer ses propres
AFFAIRES ; ce, ind6pendamment de la < R6publique
de Port-au-Prince > qui est en faillite.

Georges Jean-Charles
Chesnel Phanord


Page 17








Pae 18 LES J X Mercredi 20 Aoft 2008
Page 18 LES JEUX Haiti en Marche Vol XXII N 30

C UL RSolutions de la
semaine pass6e:

Allez de COULER a MATTES, en utilisant des mots du du vocabu- N A G E
Z 0 ONALE
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. T 0 NA L E
TOTAL

DETALE



HORIZONTAL R SCRABBLE
C_ D JD G1LLG
N R DN 1. Coureuse olympique des EU Arrangez les sept lettres ci-dessous
SN B ]G II1STER D A .1E A 2. Cle Eventaire 3. Vrombira --
E O NAJY YL 4. Transforma Compagnie pour former un mot frangais
SE E U J E i TBTLGN de produites el6ctroniques _T
P B P Y I A 5. Irridium- 6. Sucre -
S OI A J S 7. Conjonction Pronom 8. Protegeas. D
/D LRM TN ILO O VERTICAL
B B x A S I YSN1. De la quatrieme period glaciaire -
) ZE N COION I
x I EN NEI vS U 2. Saoule 3. Sodium -
4. Instrument cousin du violon -
Amsterdam -Athenes Beijing Copenhague- Dublin 5. Joli Supporte la ttte I I I I I I I I
Geneve Helsinki Hong Kong Istanbul Lagos Londres Solutions de la semaine passe
Madrid- Milan- Moscou- New York-Osaka- Oslo- Paris 6. S6choir 7. Precieux Solutions de la semaine passee
Prague Rome Sao Paulo Seoul Shanghai -Singapour 8. Etendues de glace. BASTION
St Petersburg Sydney- Tel Aviv Tokyo -Vienne -Zurich





So die E n B ref... ... suite de la page 2)
1 0 3. 3 fm par les fortes pluies enregistrees.
En plus des dizaines de personnes port6es disparues dans le Sud-ouest, le bilan provisoire
dress par les responsables de la protection civile en Haiti fait 6tat de 7 morts (6 dans le
Sud et 1 dans l'Ouest / Ldogine) et de 2 autres personnes port6es disparues, suivant les
donnees recueillies des centres d'op6rations d'urgence rdpartis sur le territoire national.
5h00-6h30 Bon R6veil enmusique Parallblement, 55 personnes ont 6t6 h6berg6es dans des abris provisoires, tandis que 6
maisons ont 6t6 d6truites et 38 autres endommag6es.
6h30-7h00 Au Pipirit chantant Dans le Sud-est, un navire marchand d6nomm6 "La m6tropole du Sud-est" et contenant
journal creole avec Louini Fontal des merchandises, a sombre au port d'Anse-a-Pitres, tandis qu'un autre appel6 "la paix"
ainsi qu'un koralen (sorte de grande pirogue, utilis6e pour la peche) ont &te renvers6s A la
7h00-9h00 M6lodie Matin avec Marcus suite de la monte des eaux de la rivi&re Pedemales, qui spare la ville dominicaine du
Informations, Interview, Anecdotes, Humour, meme nom de Anse-a-Pitres A la frontibre entre les deux pays. Des maisons ont &te
Analyses 6galement inond6es A Anse-A-Pitres, selon les informations obtenues par Alter Presse.
Nos Chroniques: Certaines maisons dans des quartiers de Cit6 Soleil, grande agglomeration populaire au
'Editorial de Marcus nord de la capitale haitienne, ont 6t6 envahies par les eaux de la rivi&re Grise en crue.
AuQuotidienavecElsie Trbs t6t dans la matinee du 16 aoft, des vents orageux ont accompagn6 les pluies qui se
La ChroniqueLitt6raire avecDsont abattues pendant toute lajourne et meme le 17 aoft (pour certains d6partements
La roie Littaire aec oiie gographiques) sur l'ensemble des dix d6partements gdographiques d'Haiti.
Les Sports avec Mario Bareau Dans un communique diffuse le 18 aoft, la France se declare solidaire d'Haiti, durement
M6LesInites du Jour frapp6e par des 6v6nements tragiques, dont "l'accident d'un camion qui, basculant dans
M6lodieMatinchaquesamediestanim une rivie en crue, a caus la noyade de plus de cinquante personnes. Elle adresse ses
parF6quiere Raphal sinc&res condol6ances aux familles et aux proches des disparus ainsi qu'au gouvemement
et au peuple haitiens. Elle forme des vceux de prompt r6tablissement pour les rescap6s de
lOh-Midi Le disque de I'Auditeur ces terribles 6preuves".
animation James Pr6dvil
Ministres restants ( ?)
12:00-12h30 Le Midi Parmi les ministres du cabinet minist6riel sortant dont on cite les noms comme ceux qui
informations avec Laury Faustin seraient maintenus A leur poste, on cite les noms de Daniel Dorsainville, aux Finances,
Jean-Max Bellerive au Plan, Frantz Verela aux Travaux Publics et Pierre Antoine Bien-
12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie Aim6 A l'Int6rieur.
SBlus, R Les d6put6s se seraient exprim6s contre le maintien de Verella qui, disent-ils, se serait
azz, ues, g, me montr6 arrogant lors d'une pr6c6dente convocation A la chambre basse.

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons... Le Premier ministre ratifi., Mme Michdle D. Pierre Louis, devant la
Emission de chansons francaises Chambre Basse cette semaine
Madame Michble D. Pierre-Louis, premier ministre ratified, pourrait presenter sa
3h-5h pm Le Bon Vieux Temps declaration de politique g6ndrale cette semaine devant la Chambre des d6put6s.
Retro-Compas C'est Steven Benoit, d6put6 de la circonscription de P6tionville et deuxibme secr6taire du
avec Doc Daniel et Captain Bill bureau de la Chambre basse, qui a communique la nouvelle en pr6cisant que l'invitation a
Lt6 pr6sent6e a Madame Pierre-Louis le jeudi 14 aoft dernier.
5h00 Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou Quid du s6nat de la RWpublique ?
avec iee eeou Rien n'est encore r6gl6 au S6nat de on la ratification de la politique g6ndrale du Premier
5h 30 pm Melodie & Company ministre ratifi6 fait toujours l'objet de nombreuses tractations.
Le s6nateur Jean Hector Anacacis, a annonc6 le mercredi 13 aoft, qu'il va soumettre au
Diveloppement durable president du S6nat, Kl6y Bastien, une proposition de reduction A 10 du quorum du grand
Mardi avec Bernard Etheart Corps, pour contourner les exigences des colleagues qui conditionnent le vote de l'6nonc6
7h-8h30 AmorSabor con Luciani de politique g6ndrale du premier ministre ratifi6 A l'obtention de postes dans le prochain
gouvemement. 16 s6nateurs sur 18 doivent voter pour valider le programme de Mme
Pierre-Louis. Le s6nat est amput6 de 12 de ses membres avec la fin du mandat de 10
8h30-9hoo Soir Informations d'entre eux et le renvoi de deux autres pour "leur nationality 6trang&re".
Selon M. Anacacis, il faut ramener le quorum A 10 et appliquer ensuite le principe de la
9h00 10h30 Notre Grand Concert majoritW absolue (moiti6 plus 1).
Lun. & Mer.: L'heure classique Jean Hector Anacacis a fait savoir qu'au lieu de d6missionner comme le suggbre son
Jeu. & Dim.: Jazz at Ten collkgue Yvon Buissereth, il pr6fere plut6t donner une chance au s6nat, A travers cette
Judy Carmichael regoit ses invites proposition.
Soulignant qu'il y a jurisprudence en la matibre, il a rappel6 que la 45eme et la 47hme
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames legislatures avaient r6duit le quorum du S6nat.
(Samedi) 50 ans de succs populaires haltiens Le parlementaire de 1' Ouest estime que plusieurs colleagues dont Youri Latortue (LAA) et
Michel Cl6rid (Fusion) le soutiennent dans sa demarche.
^ Pour sa part, le s6nateur Rudy HWriveaux a fait savoir qu'il faut laisser les n6gociations se
poursuivre avant de penser A trouver d'autres moyens de resolution de la crise.
4',A e ffA 7f '11A 9 / I1 a affirm que les s6nateurs voteront l'6nonc6 de politique g6ndrale de Michble Pierre-
C Ct 0 Louis A partir du moment on les partis politiques sont int6gr6s dans la formation du
nouveau gouvernement.
.. .... "Copyrighted Material . .
.. a Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"
A I I p I a r I I (EN BREF / p.19)








Mercredi 20 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 30


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


CHAPOBA POU NELSON

MANDELA!
Si n'ap suiv televizyon meriken CNN
senmenn sa-a, n'ap remake yo genyoun pwogramy'ap
woule chakjou sou "Black inAmerica". Istwa sa yo
pa youn sipriz pou pesonn. Tout mounn konnen pi
gwo olokbs nan istwa Lamerik-la se lesklavaj. Tretman
zannimo blanyo te bay ntg yo t'al dechouke an Afrik
vin bourike nan Lamerik ak karayib-la. Malgre ntg yo
goumen pou finalman pran libdte yo ak f6s pony&t
yo, ntg an Amerik tankou nan Lafrik Disid pase youn
bann tan san dwa sivik ak politik. Neg yo te youn
dtnye klas mounn, youn kategori sitwayen ki pa t'ka
ni chita kote blan, ni voye pitit yo nan menm lek6l ak
blan, ni manje nan menm restoran ak blan. Yo boule
kay yo, ensandye legliz yo, pann yo pou dan ri. Men
zany Tousen Breda toujou la ap veye. Apre asasinay
Tousen nan fredi laglas f6dejou nan peyi Lafrans, youn
bann 16t Tousen pese. Toupatou nan lemond, sanbliye
manman Lafrik kote yo te soti e kote nanm yo te
retounen apre lanm6. Filozofi Tousen-an ban nou
Martin Luther King. Li ban nou tou youn gason
eksepsyon6l, youn lid, youn mastebrennki rele Nelson
Rolihlahla Mandela. Jounenjodi-a nou genyounbarak
ki pese: Barak Obama.
Tousen mouri. Martin Luther Mouri. Obama
ak Nelson Mandela toujou la. Apre youn karye politik
san party nan listwa limanite, nou klase Nelson
Mandela kbm dezyem pi gran lid politik apre Tousen
Louveti.
Kiyes ki Nelson Mandela? Kite-m prezante-
n gason vanyan sila-a. BOl gason sila-a ak youn souri
sou vizaj li ki pajanm efase malgre 27 ane prizon ak
tout youn vi soufrans nanbatay pou ranvese 16d sosyal
peyi li: Lafrik Disid.
Nelson Manndela f&t nan youn tivil an Afrid
Disid ki rele Qunu tou pre Umtata nan zbn youn zbn
ki rele Transkei. Li f&t 18 Jiye 1918. Kidonk 18 Jiye
2008 ki sot pase la-a fe msye 90 ane byen plen.
Ragagann. Papa-1 Henri Mandela se te chef youn tribi
ki rele Thembuland.. Nelson te gen chans ranmase youn
bl edikasyon segondt nan youn lek6l wesleyen, apre
sa, l'ap kontinye nan younkolkj Fort Hare kote li mare
youn bachelor of Arts Degree Pandan li nan kolkj sa-
a, yo voye-1 al chita lakay li paske li te patisipe nan
youn grev etidyan. Li kontinye etid li yo pa
korespondans nan Johanesbourg. Li fini etid li nan
inivvsite de Witwatersrand. Li diplome avoka an 1942.
an 1944, li rantre nan 6ganizasyon politik ANC ki vle
di African National Congress. Jenn avoka ki pa manje
anyen k'frdt li pa t'ka tolere jan blan sid afriken yo
t'ap trete ntg yo, li lage de gidon nan dengwenn
National Party-a ki t'ap dirije peyi-a. Ak politik
Apatheid-la ki youn f6m diskriminasyon brital ki
deklare peyi-a se pou blan, ntg pa ladann. Mandela
ak ekip aktivis ANC-yo deklare gouvennman-an lag.
Nan pwbp peyi yo pa dwe gen kote yo pa ka rantre, yo
pa ka voye pitit yo lek6l nan tout lekbl...Ak system
Apartheid-la Tout ntg dwe gen kat idantifikasyon.
Gende vil ak zbn, f6k yo gen ID pou yo rantre. Yo
fouye yo kon volk kelkilanswa mounn ou ye depi ou
se ntg. Viv anAfrik Disid pou ntg yo te priske enposib.
Mandela ft pwotestasyon, leve lavwa byen wo, byen
f6 e menm deklannche vyolans kont blan rasis yo.
Nelson Mandela dispoze bay vi-1 pou f6m
diskriminasyon sa-a fini nan Lafrik Disid.
Se pa milye jennjan al enskri nan pati ANC-
a. Otorite blan yo kraponnen. Gouvennman-an pase
16d pouyo kraze Mandela. Yo menm te mande Lakou
Siprtm pou li retire dipl6m avoka-a nan men-1. Se
grasa youn jij nan lakou Siprem-nan ki rele
Ramsbottom ki te gen kouraj refize demann
gouvennman-an. Li di dokiman sa-a Mandela travay
di pou 1' te dekwoche-1. Li etidye ak volonte pou 1'
sevi frt ak s li yo e li pa ft anyen ilegal ki montre li
pa merite-1.


Mandela jwe youn wl6 enpbtan nan kenbe
rezistans-lan pou retire kilti lwes-la nan san Sid Afriken
yo. Li mande pou yo mete kilti Bantu-a ak lanng Sid-
Afriken-yo nan kourikoul6m edikasyon timounn yo.
Li ankouraje tout manifestasyon k'ap ftt kont
gouvennman-an. Yo arete-1 an 1962 apre li te sot pran
youn antrennman milite anAljeri. Nanyoun vye similak
jijman tankou lakay, yo kondane-1 pou l'pase 5 ane
travof6se. Epi se te youn balewouze. Yo te fouke
prtske tout manm poto-mitanANC yo. Epi yo ft youn
16t similak jijman. Malgre Mandela te deja kondane
pou 5-ane prizon, fwa sa-a ak 16t kanmarad yo, yo
akize-1 dtske li t'ap konplote kont "la suret6 de l'6tat".
Youn ekspresyon ki gen gou janbon anba bouch tout
dictate, tou ansasen ki bezwen kraze opozisyon politik
yo, elimine nag, pase n4g alenfinitif, ekzile neg..... Yo
ft prizon Robben Island b6 Cape town kado Nelson
Mandela. Yo kondane-1 pou l'pran prizon avi. Se te an
1964.
Se pandan l'nan prizon-an repitasyon
Mandela koumanse ft chemen-1. Aktivis leve kon
dyondyon. Yo sAvi ak filozofi li-a k6m eslogan batay
yo. Gouvennman rasis la pwopoze pou yo libere-1 men
akondisyon pou li mete dlo nan diven-1. Li refize. Li
di li p'ap trayi pep li-a. Li pa p'konpwomdt libete frt
ak se li yo. SRl kondisyon li mande se elimine
Apartheid-la, elimine f6m diskriminasyon ki divize
peyi-a. Bay tout neg dwa pou yo sikile lib-e-libe nan
peyi yo ak tout avantaj sivik e politik blan yo genyen.
Men sa nou rele youn neg ki gen konviksyon. Li pito
mouri pase pou 1' trayi p4p-li.
Apre anpil presyon entenasyonal ak gwo
manifestasyon nasyonal gendelk menm ki tre vyolan,
gouvennman pati nasyonal-la finalman dak6 pou lage
Nelson Mandela 11 fevriye 1990 apre 27 ane prizon.
An 1991 Mandela pwononse youn kokennchenn diskou
pou premye konferans ANC ki te f&t an Afrik Disid..
Yo nonmen-1 PrezidanANC. Younbon zanmi-1 aktivis
tankou li ki rele Olivier Tambo vin chemann
6ganizasyon-an. 10 me 1994 Mandela kandida nan
eleksyon prezidansyl yo. Li vin premye prezidan n4g
eli demokratikman nan peyi Lafrik Disid. Jounenj odi-
a li gen 90 ane. Li pase maydt labay nouvojenerasyon-
an. L'ap repoze vye k6-a nan vil Qunu nan Transkei,
vil natal li. Youn repo byen merite. B6n f&t Nelson
Rolihlahla Mandela!
"Ay! Papajodi-a
Nou rele
Nou chante
Nou danse
Nou pyafe
Nou houke ak tout f6s nou
Viva... Viva Mandela!
Apated kaba
Tankou gwo bout miray BWlen
Tankou diktate bbt desanlye
Kap krabinen pitit Bondye.

Nou di: Viva...Viva
Nelsonn Rolilala Mandela!"

Jan Mapou
mapoujan@bellsouth. net



MWA D'MELapli mwa d'me alenfinitan chitatan
viniLarivye pa rete bra kwaze
Andr6 Fouad (Bri lan nwit,2000)
PARAD Tout mounn sou derantout chan tout refrenrete
s&k nan memwa grandize Lan nwit sou derantout sblda
bwebayonAt ak fizi pow&t sou macheskalyepran loryan
letenite
Andrd Fouad (Bri lan nwit, 2000) BARIKAD Lan nwit
se fanm ansent b6 barikadkilk li pral akouche je
koukouy tonbesou lannwitk'ap pise sou likil li pral
akouche


Andr6 Fouad (Bri lan nwit) PS Rekey ki rele Bri lan
Nwit te partt nan ane 2000 nan edisyon page ailee(peyi
d' Ayiti)sou lobedyans plimeyankjean euphele milce
mounn gonayiv(lokalite pasrenn).

==========================


ATIS MIZISYEN EVAL

MANIGAT KITE NOU
Eval Manigat s'oun atis mizisyen trt popilk
nan Kebek Kanada. Mayestwo, konpozite depi 30
ane li jwe youn wl6 enpbtan nan devlopman mizik
kebekwa-a. Mizik se te tout vi li. Eval s'oun
pwofesyondl ki manyen tout f6m mizikal yo tankou
rbk, djaz, mizik afro-laten, konpa... An 1993 li te pran
pri "Juno" pou pibon anrejistreman pou "Musique du
monde" ak youn disk ki rele Afrika. Li te pwofese
mizik nan akademi mizikal Sen Mak kote li t'ap pase
konesans mizikal-li bay jenes-la. Li mouri Sen Mak
Ayiti. Li te gen 69 ane. Biwo Santral Koukoy yo voye
kondoleyans bay zanmi ak fanmi Eval espesyalman
bay kouzen li Max Manigat kolaborate Tigout pa
Tigout.
-------------------


PE BENNETT FE

LAREVERANS
Pe Bennett te emeveye tout Ayisyen nan Little
Haiti. Detanzantan, depi li Miyami, se te youn plezi
pou li, ti valiz li sou do-1, pou li mache apye vizite
komesan sou dezyem avni N6dis-la. Li bay lodyans e
li pa pe ni salwe ni prezante-1 bay tout mounn k'ap
rantre-soti nan Libreri Mapou-a. Youn libreri Pe
Bennett klase nan ribrikjounal Le Nouvelliste k6m pi
gran libreri Ayisyen. Gen 15 jou de sa, youn dimanch
apremidi, li te pase vin salwe nou. Pitit fi li di nou
malgre sante li pa tw6 bon, li ensiste pou li mennen-1
nan Little Haiti. Li te ftb. Zye-1 te pal. Apen si li te
kab kanpe. Memwa-1 te koumanse ap fl- defo. Li anvi
bay blag men li pa te kapab. Li te konfye nou kU li pa
bon. Li sot fd bypass e li gen youn lot operasyon k'ap
vini men li di f6k li te vin we zanmi li yo nan Little
Haiti. Li depoze 3 Tranche de Vie ki se youn woman
li di li vie ekspoze menmsi yo pa vann. Li achte youn
soda nan ti boutik sou kote libreri-a. Li travese nan
restoran La difference epi...L'ale...L'ale net... li pa
p'retounen ank6. Pe Bennett ft lareverans! Li te pase
di Little Haiti goodbye!

-------------------

POU PEYI-A
Mwen bezwen youn kaye ak youn kreyon
Pou m'ekri youn mo enp6tan
Kite pou timounn yo demen.
Kaye sila-a, li pa p'byen prive pesonn,
L'ap pou piblik la anjeneral.
N'ap bay elevasyon nasyonal li
Pou l'distribye kopi kaye-a
Nan tout depatman peyi-a.
Tout paj kaye-a ap ranpli
San kite tras, san kite espas
Pou lanati pa ft sa 1' konn ft
L l'jwenntwouvid.
Sou po kaye-a ap make lizay,
Prefas kaye-a ap siyen :lizay,
Sije kaye-a se : lizay
Wi, f6k tout f6s peyi-a
Retounen al benyen nan sous lizay
Pou peyi-a ka gen plis mounn byennelve
Konsa pap' gen mounn malelve.

Dorctly Dtdd


Pr e"Copyrighted Material


I Syndicated ContentC

Available from Commercial News Providers"
-- - -4 Z


Page 19


...... ............ ... . ... .. . I I- INI VI


I


.Wk








Page 20


Le Centre d'6ducation Sp6ciale
remercie les m6dias, le secteur priv6 et
le public en g6ndral pour les gestes de
solidarity a son 6gard et a le regret
d'annoncer que du aux intemp6ries la
programmation t6l6vis6e du t6l1thon en
faveur du CES est remis au samedi 23
aoft 2008. Toutefois nous tenons a
aviser le public que la campagne de
lev6e de fonds est d'ores et d6ji lance
et durera toute la semaine.
Le concert d'israel Vibration a
malheureusement du 6tre 6galement
reported a une date ult6rieure, les
musiciens, arrives a Port-au-Prince le
vendredi 15 aoft, ont rencontr6 la Di-
rection du CES et ont r6it6rd leur en-
gagement a revenirjouer en Haiti dans
un court d6lai. Les billets pour le con-
cert demeurent valides.
La campagne de lev6e de fonds
prendra fin le samedi 23 aoft avec une


BACK PAGE


programmation t6l1vis6e en direct sur
TNH, T616 Caraibes et T616 Ginen
Vous pouvez faire vos dons a
partir d'aujourd'hui a travers les moyens
suivants :
En appelant les num6ros
suivants : 36-02-2353 / 36-02-3639.
OU
En faisant des d6p6ts
directement a la BNC au compte 166-
001-9307 engourdes et 166-
101-8447 en dollars.
En r6it6rant nos
remerciements le Centre
d'Education demande a tout le
monde d'etre tres prudents
durant cette periode TC
cyclonique.
Merci de votre
generosit!!! 1 H


Mercredi 20 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 30


En BIt re




"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Les musiciens d'Israel Vibration avec le Secrdtaire
a l'A4roport T Louverture


Enfants du CES d'Etat Pean

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94' Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


ADOM1 PURCHASING AGENCY
Tel.: 786457-830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalLa@a om


POUR TOUI VOS MNATfC Equipements pour construction
FI6oos dc voiturc / Camion / Equipomcnt m6dlcal
Par min oui par bat a


COMMUNIQUE DE PRESSE


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
incontest6 sur le march#
des transferts en Haiti,
renforce son service








CPICKUPi


Le plus grand rseau PICKUPen Hafti
Mims tarfs n provinces qu' Port-au-Prince
Le meilleur rhseau A temps reel
Transfert disponible la seconde

Livraison domicile
CAM, pionniere et seule compagnie garantissant
la livraison en moins dedeux heures.
CAM D4pot Rapide
Votre argent peut etre d4pos dans n'importe
quelle banque en Haiti.
Produts Alimentaires
Grande varit de produits
Meilleure quality sur le marchii
Une fois de plus, pionnitre A j
introduire ce service. dpor
-d. de pr4_



Appelez sons I
USA/Canoda 1-800-934-0440 ou dH u: 56
www.camtransfer.co
Approuvbe par tel autortl b bancaires d
New York New Jerey, Connectic u Rhode island, Massachusetts. Washngton D rge et Florde


.. ................................


a 0


............ I




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 20 au 26 Août 2008 • Vol XXII • Nº 30 Cap sur Camp Perrin la belleLe courant de Saut-Mathurine à volontéCAMP PERRIN, 15 Août – De l’électricité vingt quatre heures par jour, c’est Camp Perrin, petite ville très accorte à une heure en voiture (un quart d’heure quand la route sera construite) des Cayes, le chef lieu du Département du Sud. (voir NOTRE PAYS / 10) centrale hydro-électrique de SautMathurine, dans les montagnes boisées dominant la région.TOURISMELa ville est alimentée par la Défilé en Haïti à l’occasion du 12 août, Journée internationale de la jeunesse (photo www.jjaugustin.com) Saut-Mathurine, dans les hauteurs de Camp Perrin (photo HEM) PORT-AU-PRINCE, 16 Août – Tout est négociable en ce moment. Dans les grands marchandages conduits entre le palais national d’un côté et de l’autre un petit groupe de sénateurs et les partis politiques qu’ils représentent, on en est venu à mettre tout sur la table. Cela a commencé par les titulaires des postes ministériels du prochain gouvernement. En échange de la ratification du programme de gouvernement du Premier ministre ratifié Mme Michèle Duvivier PierreLouis.Puisque tout est négociable, pourquoi pas aussi le retour d’Aristide !D’abord il était dit que le Président René Préval ne formerait pas le prochain gouvernement avec les partis politiques et qu’à mi-mandat (« deuxième mi-temps ») il veut un gouvernement plus cohérent. Histoire aussi de ne donner aucun avantage à aucun parti alors que les trois prochaines années seront marquées par d’importantes compétitions électorales.Préval ouvre les enchères ! …(MARCHANDAGES / p. 4) Mais devant la menace de PORT-AU-PRINCE, 13 Août – La démission du commissaire du gouvernement Claudy Gassant ne doit pas être considérée comme une page tournée.Faut-il faire un trait sur Claudy Gassant ? Claudy Gassant a remis sa démission lundi. Il n’a pas le sentiment de partir parce qu’il été fautif. En gros, nous serions d’accord avec lui. Claudy Gassant a donné le maximum de lui-même. Il est « burnt out », comme dit l’américain, il est rendu. (GASSANT / P. 5) Me Claudy Gassant nommé Ministre-Conseiller auprès de l’Ambassade d’Haïti à Santo Domingo (Photo Eugène Robenson) C’est le malheur d’un pays

PAGE 2

Page 2 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ... Journée internationale de la JeunesseMarcher pour l’Environnement et la Production nationaleP-au-P, 12 août 08 [AlterPresse] — Plusieurs centaines de jeunes, filles et garçons, ont marché à Port-au-Prince, le mardi 12 août, à l’occasion de la Journée internationale de la Jeunesse. Munis d’objets symbolisant la production nationale, ces jeunes ont sillonné plusieurs rues de la capitale avant de clôturer leur marche à la Place Jérémie de Carrefour-Feuilles (sud-ouest de la capitale). « Jèn Peyi d Ayiti ! Pwoteje anviwònman n, se kore pwodiksyon nasyonal la » [Jeunes d’Haïti, protéger l’environnement c’est soutenir la production nationale] est le thème retenu en Haïti, alors que cette journée offre l’opportunité à l’Organisation des Nations Unies (Onu) d’inviter les jeunes à réfléchir sur les changements climatiques. « Les jeunes et les changements climatiques : il est temps d’agir » est le thème officiellement retenu par l’Onu. Les autorités haïtiennes, à travers le ministère de la Jeunesse, ont préféré placer cette journée sous le signe de l’implication des jeunes dans la protection de l’environnement et la relance de la production nationale. « Nous croyons que les jeunes ont leur rôle à jouer dans la relance de la production nationale. Nous voulons aussi les sensibiliser sur les problèmes de l’environnement », déclare à AlterPresse Marie Dominique Denizé. Responsable de l’Unité de Coordination d’un programme de formation professionnelle, mis en place par l’Etat haïtien, Marie Dominique Denizé a participé, avec les jeunes, ce 12 août, aux diverses activités commémorant cette journée internationale consacrée par l’Onu depuis décembre 1999. Ces activités, lancées par le regroupement dénommé Comité technique d’appui à la jeunesse (Cotaj) et ses institutions partenaires, se sont également déroulées dans les divers chefs-lieux de départements géographiques du pays. Les jeunes, selon Marie Dominique Denizé, ont une implication directe dans la protection de l’environnement et la valorisation de la production nationale. « Faute d’un changement de nos modes de vie, lorsque les jeunes de 2008 atteindront mon âge, le monde sera peut-être devenu un lieu très inhospitalier », estime le sudcoréen Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’Onu, dans un message de circonstance. Les jeunes, selon Ban KiMoon, devraient donc pouvoir participer à la prise de décisions aux niveaux local, national et mondial. Ils peuvent, par ailleurs, appuyer activement des initiatives orientées vers l’adoption de textes de loi de grande portée. Pour sa part, le japonais Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), encourage les jeunes à des actions « éthiques et sociales sur le changement climatique » dans la perspective d’une consommation et d’un mode de vie respectueux du développement durable. P-au-P, 12 août 08 [AlterPresse] — Le premier ministre ratifié Michèle Pierre-Louis encourage l’action des jeunes en faveur du changement en Haïti, dans un message à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse (12 aout). « Vous constituez plus de la moitié de la population haïtienne, et vous représentez ainsi un secteur clé avec lequel il nous faut compter pour construire l’avenir de notre pays », déclare Michèle Pierre-Louis. Dans ce message intitulé « Jeunes d’Haïti, agissons ensemble ! », le premier ministre ratifié estime qu’ « il est important d’agir » sur diverses questions liées aux réalités haïtiennes, dont l’environnement. « Les jeunes et lesMichèle Pierre-Louis encourage l’action des jeunes en faveur du changementchangements climatiques : il est temps d’agir » est le thème de la célébration de la journée internationale des jeunes pour cette année. « Il s’agit de prendre la mesure de l’urgence écologique et de s’engager à traiter autrement notre environnement qui continue de se dégrader autant par des catastrophes naturelles périodiques que par nos gestes destructeurs », souligne Michèle Pierre-Louis. Le premier ministre ratifié promet « une attention particulière » à la problématique des jeunes dans l’énoncé de politique générale qu’elle aura à prononcer devant le Parlement. La déclaration de politique générale de Michèle Pierre-Louis devrait prendre en compte « leur désir (JEUNESSE / p. 5) Éval Manigat, grand frère des musiciens world du Québec, est décédé hier à l’âge de soixante-neuf ans, à Saint-Marc, des suites d’un accident cardiovasculaire. En avril dernier, Musique Multi-Montréal lui avait remis le prix Boubacar-Diabaté. Éval Manigat savait tout de la musique du Sud et semblait savoir tout métisser avec celle du Nord. Pour cela, on le considérait comme le grand frère des musiciens world du Québec. Après un demi-siècle de vie musicale, il avait choisi de retourner en Haïti pour fonder une école de musique à Saint-Marc, où il avait commencé son parcours musical. Il avait connu l’orchestre de Weber Sicot, le concurrent de l’inventeur du konpa Nemours Jean-Baptiste, en passant par le célèbre orchestre Tropicana et la vie nomade dans les îles. Homme de vision et d’ouverture, brillant compositeur, multi-instrumentiste, il allait par la suite fonder Vaccine, un premier groupe de konpa local. Il intègre dès 1983 une section de cuivre et des éléments de jazz au konpa dans Buzz, puis ajoute des couleurs de funk et de jazz à une musique latine métisse avec les Young Latins, et rassemble toutes les épices dans Tchaka, avant de revenir au jazz world latinisé de Many Ways. Dimanche, de 16h à 22h, on lui rendra hommage chez Memoria, au 4231 du boulevard Saint-Laurent.Ernest Bennett a succombé à des complications cardiovasculairesM. Ernest Bennett, doyen de la presse haïtienne, est décédé le mardi 12 août 2008, suite à des complications cardiovasculaires, a-t-on appris. M. Bennett était l’auteur de la chronique «Dits et non dits» paraissant hebdomadairement dans Le Nouvelliste. Parti à l’Hôpital Baptiste de Miami se faire soigner pour un cancer des poumons, M. Ernest Bennett est décédé le mardi 12 août 2008, suite à des complications cardiovasculaires Ernst Bennett était le père de l’ancienne première dame, Michèle Bennett Duvalier. Homme d’affaires, journaliste et romancier, l’ancien beaupère de Jean-Claude Duvalier, qui avait notamment connu l’exil et la prison, était très diminué ces dernières semaines. HPNÉval Manigat, figure des musiques du monde DECES Le commissaire Claudy Gassant nommé Ministre conseiller en République dominicaineLe commissaire Claudy Gassant qui a présenté sa démission au président de la république le lundi 11 août dernier, vient d’être nommé MinistreConseiller près de l’Ambassade d’Haïti en République dominicaine.40 morts ou disparus dans un terrible accident de la routeUn terrible accident de la route est survenu le dimanche 17 août dans la commune de Beaumont (Grande Anse). Un camion qui s’apprêtait à traverser la rivière Glace, a été entrainé par les eaux en crue. Le bilan est très lourd, puisqu’il fait état de pas moins de 40 morts. Le maire de Beaumont, David Pierre, confirme que le camion qui transportait des passagers en provenance de Port-au-Prince, s’est renversé avant de sortir du lit de la rivière. Entre 70 à 85 personnes se trouvaient à son bord, indiquent les autorités précisant qu’une trentaine d’entre elles ont survécu. “ Le nombre de disparus est supérieur à 40 parce que nombre de passagers étaient accompagnés d’enfants “, a fait remarquer le maire expliquant que les enfants étaient assis sur des adultes. David Pierre révèle que des cadavres ont été retrouvés lundi tout en soulignant que l’accès à la région est difficile. “ Il est très difficile de retrouver des survivants parce que la zone est impraticable”, poursuit le maire. Médecins du Monde et la Croix Rouge Haïtienne ont dépêché des équipes de secouristes dans la région D’après le magistrat de Beaumont qui était l’invité d‘une radio de la capitale haïtienne, la majorité des passagers seraient originaires de Moron, de Chambelan et des Abricots. Ils avaient choisi de voyager en camion, parce que, en raison de la tempête, les embarcations n’avaient pas quitté le wharf. Le maire soutient que plusieurs accidents ont déjà été enregistrés sur cette route dangereuse. “ Il faut faire son testament avant d’utiliser cette route “, a lancé encore le maire de Beaumont, critiquant le refus des autorités gouvernementales de construire un pont sur la rivière Glace. Il faut aussi dire que les chauffeurs louent leur véhicule pour un temps limité et que la seule façon pour eux de se tirer d’affaires est de charger le camion à outrance en faisant voyager les passagers l’un sur l’autre (quand il s’agit de parents et d’enfants qui payent moitié prix). Les camions passent devant les commissariats de police qui ne s’en soucient pas le moins du monde. Le camion accidenté avait à son bord plus de 70 personnes. La région de Beaumont qui compte plus de 62 000 habitants est avec Fond Jean Noël, dans le Sud Est, une zone productrice du café Haitian Bleu, vendu sur le marché international.Tempête Fay en Haïti: Un bilan provisoire de 7 morts, fourni par les autorités 18 août 08 [Alter Presse] — Plus de 40 personnes sont portées disparues dans le Sud-ouest d’Haïti, emportées par les eaux en furie de la rivière dénommée Glace, alors qu’elles se trouvaient dans un camion traversant, vers 12:00 pm locales [17:00 gmt] le dimanche 17 août 2008, un passage à gué sur cette rivière, confirment des riverains à l’agence en ligne Alter Presse. Plus d’une vingtaine de personnes, rescapées de la noyade, étaient accueillies dimanche après-midi à la municipalité de de Beaumont, à environ 45 kilomètres de Jérémie, chef-lieu du département de la Grande Anse (Sud-ouest). Au nombre total de 23, ces personnes ont été conduites à l’hôpital par la Croix rouge haïtienne et Médecins Sans Frontières (Msf). Les prévisions météorologiques annonçaient de fortes intempéries jusque vers dimanche soir, notamment dans les départements du Sud-ouest et du Sud, après le passage de la tempête tropicale Fay qui a commencé a s’éloigner des côtes d’Haïti samedi après-midi 16 août 2008. A Beaumont, toujours dans le Sud-ouest, des têtes de bétail ont été emportées par les eaux, tandis que plusieurs plantations ont été dévastées Journée Internationale de la Jeunesse commémorée le 12 août 2008 en Haïti (photo www.jjaugustin.com

PAGE 3

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHEHaïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimesPORT-AU-PRINCE (AFP) — La chute d’un camion transportant des passagers, dimanche, dans une rivière du sud-ouest d’Haïti a provoqué la mort de dizaines de personnes et fait de nombreux blessés, a annoncé à l’AFP un responsable de la protection civile haïtienne. “Le camion transportait une soixantaine de personnes. Il a basculé au moment où il se trouvait sur un passage à gué sur la rivière Glace dans le sud-ouest d’Haïti”, a déclaré Silvera Guillaume, coordonateur du bureau de la protection civile haïtienne dans la région. Selon lui, une trentaine de personnes auraient péri noyées dans la rivivère. “Nous n’avons pas de précisions sur le nombre exact de victimes, mais les renseignements obtenus laissent penser que plus de 60 passagers se trouvaient dans le camion au moment de l’accident”, a ajouté M. Guillaume. Une quinzaine de passagers, dont des femmes et des enfants, ont pu être secourus, a-t-il précisé. Haïti : 42 enlèvements en 3 moisUne quarantaine de personnes ont été enlevées au cours des trois derniers mois en Haïti, la plupart dans la capitale Port-au-Prince, et 82 meurtres perpétrés dans le pays au cours de cette même période, a indiqué un porte-parole de l’ONU en Haïti. “24 Haïtiens ont été kidnappés en juin, 13 en juillet et 5 depuis début août”, a déclaré jeudi lors d’un point de presse, André Leclerc, porte-parole canadien de la police de l’ONU en Haïti. Il a ajouté que 82 meurtres avaient été perpétrés au cours de ces trois mois.(Parmi les victimes d’enlèvements, un jeune footballeur de 17 ans enlevé vendredi dernier était toujours aux mains de ses ravisseurs qui exigent une forte rançon pour le libérer, a-t-on appris auprès de sa famille. Selon des statistiques présentées par la Mission de stabilisation des Nations unies en Haïti (Minustah), 16 personnes ont été lynchées dans le pays, 930 Haïtiens arrêtés et une cinquantaine d’armes saisies lors des nombreuses patrouilles effectuées par les forces onusiennes parfois de concert avec la police haïtienne. AFP Un homme d’affaires enlevé vendredi soir à Delmas Hervé Lamothe, fils de l’homme d’affaires du même nom, a été enlevé au haut de Delmas vendredi soir, a appris Infohaiti.net auprès de sa famille. Hervé Lamothe Jr qui a épousé une fille de l’ingénieur Hervé Lerouge, lui-même fils du célèbre député du Caphaïtien du même nom, est propriétaire d’une agence de produits pharmaceutiques et d’une pharmacie à la plaine du Cul de Sac. Les ravisseurs exigent jusqu’à 200.000 dollars américains et seraient très exigeants, a-t-on appris de même source. Il faut dire qu’après une période d’accalmie, les bandits ont repris du poil de la bête depuis deux à trois semaines ; les autorités policières sont, parait-il, dépassées par les événements et les habitants de la capitale et des zones environnantes sont aux abois. Info Haiti.net HPN, 17 août La tempête tropicale Fay dont le passage a provoqué de fortes pluies en Haïti a fait 7 morts et deux personnes sont portées disparues, selon la protection civile. Le plus grand nombre de victimes a été enregistré dans le département du Sud où de fortes pluies ont provoqué la crue des rivières. Deux personnes sont portées disparues dans le département de l’Ouest dont une à Fond-Vérettes, a indiqué la directrice de la protection civile Alta JeanBaptiste. Selon elle, 55 personnes ont été hébergées dans des abris provisoires, 38 maisons ont été endommagées et 6 sont détruites. HPNHaïti-tempête: Fay fait 7 morts Tempête Fay: légers dégâts à Cuba et menace sur la FlorideMIAMI (AFP) Après avoir laissé sur son sillage une quarantaine de morts ce week-end en République dominicaine et Haïti, la tempête tropicale Fay n’a causé que de légers dégâts lundi sur l’île de Cuba, mais menaçait de se transformer en ouragan en atteignant la Floride. L’état d’urgence a été décrété en Floride (sudest des Etats-Unis) où Fay, qui a déversé des trombes d’eau sur les Caraïbes, est attendue d’ici mardi. Le coeur de la tempête tropicale a quitté le territoire cubain, près de Cardenas (165 km à l’est de (TEMPETE FAY / p. 8) DERNIERE HEURE Un accident de camion fait au moins 40 morts p.3 TEMPETE TROPICALE « Fay » fait 7 morts en Haïti p.3 ANAL YSE Puisque tout est négociable, pourquoi pas aussi le retour d’Aristide! p.1 EDIT ORIAL Quelle solution à la crise des sénateurs! p.6 P A TRIMOINE & DIFFERENCE Camp Perrin, la belle p.1 JUSTICE Faut-il faire un trait sur Claudy Gassant? p.1 Canada : Déportés pour Haïti p.7 JEUNESSE Journée internationale commémorée p.2 POLITIQUE Proposition pour une réduction du quorum au Sénat p.8 ECONOMIE BID : Renforcer les programmes sociaux pour réduire l’impact de la crise alimentaire p.9 LIBRE PENSEE Caduc ! p.16 Debout Gonaïves ! p.16 DIPLOMA TIE Interview avec l’Ambassadeur d’Autriche en Haïti p.17

PAGE 4

Page 4 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 UNE ANALYSE blocage du processus de ratification (et finalement du pays car le vide gouvernemental dure depuis déjà plus de 4 mois) par les sénateurs en question, Préval accepte d’ouvrir les négociations. Pardon, les enchères ! En effet ce ne sont plus des négociations mais des marchandages. Et de plus en plus de vulgaires marchandages. Tout le monde a Louis, l’élu du Nord-Est, Judnel Jean, annonce qu’il conditionne désormais son vote à la réintégration au sénat de Rudolph Boulos. Mr. Rudolph Boulos a été déchu en mars dernier de son poste de premier sénateur du Nord-Est pour cause de détention d’une nationalité étrangère, américaine en l’occurrence.Boulos est déjà reparti pour la république voisine …Haïti de Jean-Bertrand Aristide, qui demeure le chef du parti Fanmi Lavalas et vivant en exil en Afrique du Sud. Mme Narcisse a été invitée par le premier sénateur de l’Ouest, Jean Hector Anacacis, à discuter de sa demande de restitution de l’Université de Tabarre à son propriétaire, la Fondation Aristide pour la Démocratie. L’établissement en question a été pratiquement saisi au lendemain du renversement par la force du Président A l’heure où tout est négociable et que le dirigeant numéro 1 d’un important parti vit en exil, rien ne saurait être plus important à négocier que son retour. Or rien n’a filtré à ce sujet. Les demandes pour le retour du chef historique de Fanmi Lavalas restent jusqu’à présent le fait de manifestations de rues (dont la dernière avait lieu en juillet dernier) et de communiqués dePuisque tout est négociable, pourquoi pas aussi le retour d’Aristide !(MARCHANDAGES... suite de la 1ère page) quelqu’un à caser quelque part. Si l’on arrive même à ambitionner le ministère des affaires étrangères qui est le domaine privilégié du chef de l’Etat, c’est pas tant pour la fonction ministérielle que pour la multitude de postes d’ambassadeurs, de représentants consulaires et de ministres conseillers. Tout est négociable. Et la semaine dernière, coup de théâtre, l’un des sénateurs les plus opposés à la nomination comme chef du gouvernement de Mme Michèle PierreBoulos qui s’était réfugié en République dominicaine après son éviction du sénat sur le rapport d’une commission d’investigation du grand corps, est de retour au pays depuis le mardi 12 août écoulé. Mais après avoir assisté aux festivités de la 15 Août à Fort Liberté, on apprend qu’il aurait gagné à nouveau la république voisine. Peu après c’est une convocation au sénat de Dr Maryse Narcisse, la représentante officielle en Jean-Bertrand Aristide le 29 février 2004 et remis par le pouvoir intérimaire dirigé par Gérard Latortue à la mission de casques bleus de l’ONU (Minustah). Rendue par les officiels onusiens, l’Université n’a toujours pas été restituée à ceux-là qui la réclament en tant que propriétaire (privé) légitime, la Fondation Aristide.Plus important qu’un poste ministériel …Par ailleurs, le parti Fanmi Lavalas intervient encore dans l’actualité sous la forme d’une polémique entre le sénateur (élu sous la bannière Lavalas) Rudy Hériveaux et d’autres barons du parti. Hériveaux déclare avoir négocié avec le pouvoir un ministère pour Fanmi Lavalas. Mais selon la porteparole officielle Maryse Narcisse (et d’autres), Fanmi Lavalas n’a donné mandat à quiconque pour négocier en son nom dans le cadre de la formation du prochain gouvernement. En effet, Fanmi Lavalas devrait avoir plus important à négocier qu’un poste ministériel. base.Sur le dos des votants …Cependant s’il n’y a aucune démarche officielle en ce sens, c’est peut-être aussi du fait que le parti n’ait pas une représentation nationale assez imposante ? Ou parce qu’il y a trop de divisions parmi ses barons, comme en témoigne cette controverse entre le sénateur Hériveaux et ses frères ennemis. Et ce n’est pas la seule. Alors qu’aux prochaines élections comme aux précédentes en 2006, le gros du corps électoral sortira des rangs de la multitude Lavalas. Cela, certes, sera négocié. Mais dans le plus grand secret. Si ce n’est encore une fois sur le dos des votants ! Haïti en Marche, 16 Août 2008 presse d’associations de militants de Les pancartes traduisent les problèmes de la jeunesse haïtienne (précarité économique, exclusion sociale) lors de la Journée I nternationale de la Jeunesse le 12 août 2008 (photos jjaugustin.com)

PAGE 5

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 5 DE L’ACTUALITE Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsor visit ourEmployment Customer Care Center140 West Flagler Street, Suite 105 € Miami, FloridaSearch o nline at any Miami-Dade County library, South Florida W orkforce Career Center or T eam Metro location.EOE/M/F/D/V eterans´ PreferenceD e l i v e r i n g E x c e l l e n c e E v e r y D a y Time to Shine! Faut-il faire un trait sur Claudy Gassant ?où peu de gens prennent leur métier au sérieux. Harcelé par la force d’inertie qui vous entoure, le laxisme, l’esprit négatif, le complot des fainéants, vous atteignez plus vite votre plafond, vos limites. Le milieu haïtien recherche soidisant des héros, c’est pour mieux cacher son « pourrianisme ». Les derniers sécurité à la secrétaire de bureau, jusqu’au directeur général. D’autre part, le milieu haïtien a une incroyable faculté pour arriver à maîtriser ce genre d”emmerdeurs’, comme on a vit fait de vous cataloguer. Ou vous met tout sur le dos. Vous commencez par vous croire un superman. Vous crevez sous le poids du Faut-il abandonner le nettoyage nécessaire au sein du corps judiciaire ainsi que de la police nationale pour lequel le commissaire démissionnaire mettait pratiquement chaque jour sa vie en danger ? C’est aux autorités d’en décider. Trop captivés par le côté sensationnaliste de l’événement, on est passé à pieds joints par-dessus le scandale qu’il y a à utiliser un crime aussi abominable que le kidnapping, et qui pis est le kidnapping d’enfant, comme arme de chantage envers un adversaire, comme le juge Gassant en a accusé les responsables de la police de comportements du juge Gassant sont ceux d’un homme seul. N’écrit-il pas dans sa lettre de démission envoyée au Premier ministre Jacques Edouard Alexis « Les difficultés rencontrées dans l’exercice de ma fonction de Commissaire du Gouvernement (…) m’obligent, aujourd’hui, à vous présenter ma démission. » Les démêlés du commissaire Claudy Gassant avec le système font penser au cow-boy têtu faisant face seul contre tous. Qu’il soit lancé dans la chasse aux commerçants contrebandiers ou qui n’ont pas acquitté leurs obligations fiscales. Qu’il fasse front aux hauts gradés d’une police nationale habituée aux mêmes manières suffisantes que les ex-forces armées d’Haïti, Claudy Gassant dérange, détonne, est hors du commun et hors du sujet. Jusqu’à paraître tout à fait à côté de ses pompes. Finalement c’est lui-même qui devient le Pétion-ville. Et ceux-ci ne sont pas arrivés à se disculper sur le fond. Dans un pays normal, une investigation ne serait pas menée pour découvrir seulement s’il y a eu vraiment kidnapping, mais aussi et surtout si la police a osé, et à un moment aussi crucial, faire usage d’un tel crime comme stratagème. Comme on dit en créole : « tout jwèt se jwèt, men krochèt pa ladan » (en français, il y a des choses avec lesquelles on ne joue pas.) Secundo, l’affaire des armes lourdes détenues illégalement par une compagnie de sécurité, de nombreuses armes et qui ont été présentées à la presse par le commissaire Gassant. Ceci n’est pas une invention. Or cette compagnie de sécurité (Metro Sécurité) prête ses services au directeur général de la police nationale d’Haïti lui-même. (GASSANT... suite de la 1ère page) scandale dans un milieu où le scandale ne tue personne. Nous sommes en face d’un autre aspect du sous-développement. Nous en sommes encore aux cow-boys, aux héros, aux hommes providentiels. Là où il faut des institutions. Dans un pays normal, un Claudy Gassant n’a pas besoin de s’exposer lui-même. Dans un pays normal, il n’y a pas d’homme seul, il y a des hommes-institution. En Haïti, pour peu qu’on prenne son job au sérieux, on est obligé de tout faire soi-même. De l’agent de Fahed, détient une carte de consultant (par ailleurs expirée) avec l’en-tête de la PNH. Tout cela c’est des informations graves. Et qui auraient pu avoir des conséquences extrêmement graves dépassant de loin le domaine de la sécurité publique pour celui de la stabilité politique. Est-ce que la démission de Claudy Gassant signifie que tout cela n’a aucune importance. Dans ce cas, on comprend que le commissaire du gouvernement ait pu considérer que sa place n’était plus là ! Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince Gassant n’ait pas été suffisamment appuyé (comme le laisse entendre sa lettre de démission) est peut-être déjà une réponse à la question. Cependant si la querelle entre lui et le commissaire de police de Pétionville est arrivée comme un cheveu sur la soupe à l’heure où les kidnappings rebondissent (est-ce un rapport de cause à effet, comme le relève la presse locale) … Il n’empêche que les derniers dossiers révélés par le juge Gassant sont particulièrement inquiétants. Et même explosifs. travail. Puis vous finissez par crever le plafond. Un commissaire du gouvernement qui a failli en venir aux mains dans les toilettes d’un club mondain avec un commissaire de police contre lequel il avait lancé un mandat d’amener, comment appelez-vous ça. Vous êtes broyé par le même système que vous pensiez pouvoir aider à réformer. Le système a la peau dure. Cependant faut-il faire un trait sur Claudy Gassant ? Faut-il oublier pour autant la lutte contre la corruption ? Cependant le fait que Claudy A l’installation du successeur de Claudy Gassant (à droite), le nouveau Commissaire du Gouvernement Joseph Manès Louis, et le Ministre de la Justice René Magloire (Photo Eugène Robenson) d’intégration de la vie économique, sociale, politique et culturelle de notre pays, seule manière de garantir pour eux la confiance dans l’avenir ». Elle invite les jeunes, considérés comme des « forces d’engagement et de changement », à rester « solidaires pour penser et construire Haïti, et pour faire face, collectivement, aux grands défis qui nous attendent ». Plusieurs activités commémoratives sont mises en oeuvre en Haïti à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse. A l’initiative du regroupement dénommé Comité technique d’appui à la jeunesse (Cotaj), une marche a eu lieu à la capitale. Pour sa part, le Centre d’Appui à la Jeunesse (Cedaj) tient, à Port-au-Prince, une semaine de sensibilisation à l’orientation professionnelle des jeunes, allant du lundi 11 au vendredi 15 août 2008. Des actions concrètes en faveur de l’accès à l’éducation et à l’emploi dans un contexte de crise socio-économique font partie des desiderata exprimés par les jeunes à l’endroit du prochain gouvernement. La rentrée académique de septembre 2008 s’avère particulièrement difficile au moment où Haïti subit les contre-coups de la hausse des prix des produits pétroliers et alimentaires, alors qu’un vide gouvernemental persiste depuis 4 mois.Michèle Pierre-Louis encourage l’action des jeunes en faveur du changementSon responsable, Esper (JEUNESSE... suite de la page 2)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 PORT-AU-PRINCE, 14 Août – N’est-ce pas une illusion de croire que nous vivons en démocratie ! Non, aujourd’hui nous ne vivons pas en démocratie. Qu’est-ce que la démocratie ? Les Américains disent que c’est un régime de « checks and balances ». Cela veut dire que chaque pouvoir doit être contrebalancé par un autre. Il ne peut y avoir de pouvoir total ni de super-pouvoir. Et quand un pouvoir dépasse ses limites, il doit exister une institution pour le ramener à l’ordre. Le premier souci du régime démocratique est d’empêcher, voire de prévenir tout blocage politique pareil à celui que nous subissons aujourd’hui en Haïti.RECETTES HISTORIQUESQuelle solution à la crise des sénateurs !Donc vivons-nous en démocratie aujourd’hui ? La réponse est NON. Sinon ce blocage serait depuis longtemps résolu. Un auditeur-lecteur rappelle que Al Gore a accepté de se retirer devant George W. Bush lors des présidentielles américaines de 2000, dans un geste patriotique et magnanime. Mais il faut rappeler aussi que la querelle avait d’abord été portée devant la Cour suprême des EtatsUnis. Sans oublier d’ajouter que la majorité des juges de la Cour en poste depuis ont été nommés par une administration Républicaine. Gore accepta le verdict des grands juges et laissa la victoire à Bush. Les Etats-Unis auraient pu rester bloqués à l’époque comme nous aujourd’hui avec impossibilité de décider qui est le Président de la nation. Mais la Constitution a prévu ce genre de situations. haute juridiction du pays et la seule appelée à trancher toute question de nature constitutionnelle. Or tout ce qui peut handicaper la bonne marche de cette grande nation doit se rapporter à la Constitution. Est supposée avoir sa réponse dans la Constitution. Par exemple encore, il arrive que le gouvernement américain soit menacé de ne pas pouvoir honorer ses dettes. En effet, c’est le Congrès qui doit voter le budget gouvernemental. Et un congrès à majorité Républicaine (on l’a vu en effet sous le premier mandat de Bill Clinton) peut menacer de ne pas renflouer les caisses gouvernementales. Mais que l’on sache, il n’a pas été nécessaire d’aller jusqu’à la Cour suprême. Après d’âpres débats, on avait toujours fini par trouver un gentleman agreement. On voit d’ici tout le plaisir qu’auraient eu nos sénateurs à envoyer l’actuel gouvernement haïtien sur la paille. C’est que nous avons grandi et nous sommes restés dans l’idée que seuls les gouvernements peuvent être dictatoriaux. C’est d’ailleurs l’illusion des constituants de 1987. Aussi ont-ils abouti à nous donner aujourd’hui une dictature de sénateurs ! Si la démocratie c’est un jeu de « checks and balances », de quel contre-pouvoir disposonsnous en Haïti pour rétablir l’équilibre face aux dictats des sénateurs ? Aucun. La Constitution de 1987 n’a prévu aucune porte de sortie. C’est le Parlement le contrepouvoir. Mais si le Parlement profite de cette position (comme aujourd’hui) pour s’ériger en dictature (dictature de fait ), il n’existe aucun remède. No way out. C’est l’impasse totale. Car le pouvoir exécutif (autrement dit le Président de la république) ne peut renvoyer le Parlement. Ce serait inconstitutionnel. La Constitution ne le prévoit pas. Le Parlement (et en l’occurrence le Sénat) est donc intouchable. Voilà de quoi jouissent en ce moment les sénateurs en question. Et ils ont décidé cyniquement (presque bêtement, disons mieux animalement) d’en jouir à fond, de prolonger la bamboche aussi longtemps que possible. Aux Etats-Unis la Cour suprême se serait tout de suite emparée de la question pour mettre fin au blocage. En Haïti, l’équivalent de la Cour suprême s’appelle la Cour de Cassation. Mais la Cour de cassation n’a aucun rôle dans ce genre de crise, sinon que c’est le premier juge de cette cour qui devient président provisoire de la république en cas de renversement ou de disparition du chef de l’Etat pour une raison ou une autre. En un mot, la Constitution est plus intéressée à « jeter » le Président qu’à établir des voies et moyens pour ne pas aller jusqu’à ces extrémités. tion source d’instabilité, mais elle appelle réellement au grand chambardement et au désordre. En France, en cas de blocage similaire, la Constitution autorise le chef de l’Etat à renvoyer le Parlement en convoquant de nouvelles élections législatives. Si c’est l’opposition qui l’emporte, le Président doit alors diriger avec un premier ministre et un gouvernement issus de l’opposition. Mais le pays ne doit pas rester bloqué indéfiniment. Et surtout sans que rien ne puisse être tenté pour en sortir. A présent, qu’est-ce qui reste encore comme solution éventuelle à ce genre de situations ? En Haïti, pas étonnant que notre Constitution de 1987 (même conçue après la chute de la dictature Duvalier – mais sous le régime militaire qui a suivi) manifeste si peu d’imagination. Traditionnellement en Haïti, nous n’avons toujours connu qu’une seule solution à ce genre de crises. C’est le coup d’Etat militaire. Point. Dès que le pouvoir civil se met à déconner, hop, l’armée s’empare des rênes. On connaît la suite. Eh bien, l’imagination du constituant de 1987 (dans ce domaine tout au moins) n’est pas allée plus loin. Ailleurs en Amérique latine, ce fut longtemps pareil qu’en Haïti. Mais plus près de nous, pour vaincre des dirigeants soupçonnés d’indifférence aux problèmes réels du pays, ils ont inventé une autre méthode : les marches pacifiques. Par exemple, pendant la dernière crise économique en Argentine, des centaines de milliers de femmes (mères de famille et simples ménagères) ont défilé autour du Congrès et du palais présidentiel de Buenos Aires en tapant sur des casseroles pour protester contre les prix élevés, les emplois perdus et toutes les misères économiques provoquées par la faute des dirigeants. On serait curieux de voir quelle réaction auraient nos sénateurs en pareil cas alors que les prix viennent encore de quintupler et que la rentrée scolaire est à nos portes. Et alors que eux-mêmes (nos sénateurs) ne pensent qu’à appuyer sur l’accélérateur de leurs exigences personnelles qui n’en finissent pas … La réponse c’est la Cour suprême, la plus Donc ce n’est pas seulement une Constitu(CRISE / p. 7)UNE ACTUALITE POLITIQUELe premier Chef d’état d’Haïti qui fut aux prises avec le Sénat fut le futur Roi Henri Christophe Le Général de Gaule revint au pouvoir en abrogeant la Constitution

PAGE 7

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 7 PREMYE FOW"M NASYONAL TRAVAYÈ LAKILTI 20 – 23 DAOU 2008 MACHAN DESALIN An nou konstwi linyon Mais si nous remontions encore plus loin dans notre passé, quand en 1806, après l’assassinat de l’empereur Dessalines, le Sénat haïtien sous le contrôle du futur président Alexandre Pétion, vota une constitution qui faisait le futur roi Henry Christophe président, mais en ne lui laissant « pas plus de pouvoir qu’à un caporal » (dixit Christophe). Celui-ci rentra rapidement dans le Nord et déclara la guerre. Ce fut la première guerre civile du nouvel Etat d’Haïti. La crise fut tranchée par les armes. En France, on se trouvait devant une situation presque aussi insoluble avant le retour du général De Gaule au pouvoir en 1958. Devant le marasme, on fit appel à un personnage capable de réconcilier la nation avec ellemême. En effet la France était déchirée par la guerre d’Algérie qui était encore sa colonie à l’heure où le régime colonial vivait partout ses dernières heures. Mais De Gaule avait ses exigences. Il abrogea la Constitution et renvoya le Parlement. Aujourd’hui en Haïti, beaucoup pensent que ce serait aussi la bonne solution : tout de suite amender la Constitution et convoquer de nouvelles élections parlementaires. De Gaule profita de la guerre d’Algérie comme caisse de résonance pour trancher la question. dire) actuellement. Et puis, sommes-nous capables de gérer quelque chose d’une telle dimension quand nous ne sommes pas en mesure de résoudre cette petite « crise des sénateurs » ! Pour finir, il faudrait peut-être rappeler que la crise qui a amené au brutal renversement du président Aristide le 29 février 2004 avait commencé sous la forme d’une crise parlementaire. Aux législatives de mai 2000, Fanmi Lavalas réclama la presque totalité des élus des deux chambres. René Préval était encore président de la république. Les partis de l’opposition refusèrent les résultats. La communauté internationale se rangea immédiatement de leur côté. Boycott financier. Les grands « pays amis » et les institutions internationales refusèrent tout crédit au gouvernement haïtien. Bien entendu les présidentielles de décembre 2000 gagnées par Aristide, furent également rejetées. La bataille longue et cruelle se poursuivit jusqu’à la chute d’Aristide le 29 février 2004. Aujourd’hui que c’est une mince frange du Sénat qui provoque le blocage du pays, la communauté internationale, contrairement à son attitude en 20002004, n’a pris aucune position. Fait le gros dos. médiation pour résoudre la crise. C’est même une alternative qui aurait plus de force que toutes les autres car elle (la communauté internationale) a les moyens de sa politique. Mais rien ! Est-ce que la communauté internationale considère elle aussi que en Haïti seuls les gouvernements peuvent constituer une menace à la démocratie. Et que le système des « checks and balances » n’est pas pour Haïti. Trop fin pour nos museaux, si l’on peut dire. En tout cas, depuis le 12 avril 2008 que le gouvernement a été démis pour n’avoir pu empêcher les émeutes de la faim, la communauté internationale nous regarde faire dans une indifférence quasi totale. Est-ce que la force étrangère est uniquement dans ce pays pour des raisons de sécurité géopolitique ? Et pour être un spectateur rapproché de nos bêtises … Mais lors des dernières émeutes, ce sont les casques bleus qui ont fait la sécurité publique. La communauté internationale est donc plus impliquée qu’elle ne veut l’admettre. Alors ? Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceQuelle solution à la crise des sénateurs !(CRISE... suite de la page 6) Nous n’avons pas un tel prétexte (si l’on peut Elle pourrait, par exemple, proposer sa La Havane), en direction de la Floride en fin de matinée, et ses vents ont d’ores et déjà commencé à gagner en intensité (95 km/h), selon l’Institut de météorologie de Cuba (Insmet). Fay se trouvait lundi à 15H00 GMT à 115 km au sud-est de la pointe de Key West, a pour sa part indiqué le Centre national des ouragans, basé à Miami (Floride). A Cuba, le centre et l’est du pays ont été touchés par de fortes pluies et des rafales de vent atteignant en moyenne 85 km/h et qui ont, par endroits, déraciné des arbres, arraché la toiture de maisons et perturbé les réseaux de communication. La Havane et sa région ont, elles, été épargnées. Quelque 30.000 personnes qui avaient été évacuées par précaution pendant le week-end sont rentrées chez elles, a assuré la Défense civile cubaine après avoir levé toutes les mesures imposées pour le passage de Fay. Sixième tempête formée dans l’océan Atlantique cette année, Fay a d’abord frappé la République dominicaine, faisant au moins quatre morts, et surtout Haïti qui a payé jusqu’ici le plus lourd tribut avec au moins une quarantaine de morts. Dans le sud-ouest de l’île, au moins une trentaine de personnes sont notamment mortes noyées dimanche dans les eaux en crue d’une rivière où est tombé un camion bondé, selon la protection civile haïtienne. Les autorités haïtiennes ne disposaient pas lundi en début d’après-midi du bilan humain précis de cet accident. “Jusqu’à présent, on n’a pas récupéré de cadavre”, a indiqué un responsable à Port-au-Prince. Des personnes blessées dans l’accident auraient fait état de 80 personnes à bord du camion au moment de la chute, selon la même source. La tempête a par ailleurs fait sept morts et trois disparus en Haïti dans les intempéries, dans lesquelles 18 maisons ont été détruites, provoquant l’évacuation de 310 personnes, selon la protection civile. Dans la péninsule de Floride, des milliers de touristes ont fui ce week-end, à l’appel des autorités locales, la localité de Key West, première susceptible d’être touchée, selon la police, qui a souligné que l’ordre d’évacuation ne concernait pas pour le moment les résidents. Quatre refuges ont été mis à la disposition de la population locale en cas d’évacuation, selon la police. A Miami, les habitants ont déjà pris d’assaut les stations-service et les supermarchés pour faire le plein d’essence et de provisions. Les autorités jamaïcaines et des îles Caïmans (nord-ouest de la mer des Caraïbes) ont également émis une alerte à la tempête. Par ailleurs, le groupe pétrolier anglonéerlandais Shell a annoncé avoir évacué par précaution 465 de ses employés travaillant dans le Golfe du Mexique, une mesure sans impact selon lui sur sa production. Le gouvernement espagnol s’est dit prêt lundi à aider les gouvernements dominicain, haïtien et cubain à effacer les conséquences de la tempête. La saison des ouragans dans cette région de l’Atlantique a lieu du 1er juin au 30 novembre. Une saison normale compte 11 tempêtes dont six ouragans, parmi lesquels deux sont très violents, mais pour 2008 les climatologues ont prévu une activité plus importante, avec 17 tempêtes, dont neuf ouragans.Tempête Fay: légers dégâts à Cuba et menace sur la Floride(... suite de la page 3) Canada: Prêts pour être déportés en HaïtiBANDITISMEMême si le rouleau compresseur d’Immigration Canada s’est mis en marche et semble désormais pressé d’en finir avec les membres du gang de la rue Pelletier, les avocats de la défense ont, à la dernière minute, pu empêcher que Charles-Gérard Placide ne soit mis à bord, hier matin, d’un avion en partance pour Haïti. Placide, 46 ans, est un des individus reconnus coupables d’avoir appartenu à une bande de trafiquants installés sur la rue Pelletier, à Montréal-Nord. Or, il n’est pas citoyen canadien et fait aujourd’hui face à la déportation. En fait, le 24 janvier 2007, pas moins de 15 membres de ce gang, qui prenait beaucoup de place aux abords de la polyvalente Calixa-Lavallée, à Montréal-Nord, étaient déclarés coupables. Comme plusieurs de ses complices, Placide a dû purger une partie de sa peine. Aussitôt admissible à une libération conditionnelle, il pouvait alors être expulsé du pays. Prêt pour l’expulsion Pour le fédéral, il semble donc clair qu’il est temps maintenant de procéder à l’expulsion. Pourtant, les avocats de Placide, en septembre 2007, ont déposé une requête demandant un sursis à son expulsion selon la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. En novembre 2007, une fonctionnaire a conclu que Placide, s’il est renvoyé à Haïti, court un risque sérieux. Mais le 15 juillet dernier, le ministre concluait autrement. Selon le ministre, «le risque de retour en Haïti pour M. Placide est de beaucoup inférieur à la menace qu’il représente pour la population canadienne.» Marie-Hélène Giroux, alors qu’elle partait en vacances, recevait un document dans lequel l’Agence des services frontaliers lui annonçait la déportation de son client, dès le 9 août. Une semaine plus tard, elle obtenait un sursis intérimaire de la Cour fédérale pour l’audition de sa demande de sursis. Mais cette semaine, l’Agence des services frontaliers lui apprenait que Placide devait quand même être déporté, hier. Vendredi, l’avocate s’adressait au juge François Lemieux et lui expliquait la situation. Cette fois, irrité, le juge ordonnait un sursis ferme et empêchait l’expulsion de Placide, le temps que le débat soit clos. * * * Ils risquent la déportation CÉLONIE MERVILUS, alias «Joe» Deux semaines après, l’avocate de Placide, (DEPORTES / p. 8)AU FIL DE L’HISTOIRE

PAGE 8

Page 8 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30w Votè Enfim yo: Dwa vòt fondal-natal vòt w garantiEleksyon Primè jou 26 dawout la pral premye eleksyon ki sèvi ak nouvo aparèy vòt eskanè optik òdone pa dekrè Eta a. Si wap chaje tèt w ke sistèm vòt sou papye sa a se yon dezavantaj pou w, pa trakase w „ Konte Miami-Dade ap pwoteje dwa vòt w: € Chak lokal biwo vòt ap aksesib pou enfim dapre lwa ADA. € Chak lokal biwo vòt ap genyen aparèy vòt manyen ekran ADA ak yon bilten vòt odyo (pou koute) kap sèvi votè yo ki genyen pwoblèm ak zye yo oubyen pwoblèm pou li. € Pou votè yo ki genyen lòt enfimite, aparèy manyen ekran ADA ap genyen tou yon sistèm odyo pou ede ak bilten vòt manyen ekran an.Enkyete poutèt chanjman an? Nou la pou ede w!http://www.miamidade.gov/election/voting_system_demo.asp Rele 3-1-1 oswa klike sou miamidade.gov pou plis enfòmasyon kouman pou w Tou Pare pou Eleksyon. Elections ADA_5 x 8_Creole.indd 18/12/2008 1:35:17 PM ou «Papa», 39 ans. Membre du gang de la rue Pelletier. Coupable de trafic de crack et de cocaïne. Passible d’être déporté. CLINTON SAINTTHOMAS, «président» du gang. Reconnu coupable de trafic de cocaïne, de crack et de gangstérisme. Risque la déportation. BERNARD MATHIEU, aliasPrêts pour être déportés en Haïti«Ti-Pon», 36 ans, chef du gang de la rue Pelletier. Coupable de gangstérisme. Passible d’être déporté. LYONEL ROSEMBERG, 28 ans membre du gang. A plaidé coupable. Passible d’être déporté. JEAN-MARIE SAINTLOUIS, 44 ans. A plaidé coupable. Risque la déportation. (... suite de la page 7) Haïti-Premier ministre : Le pays est pris en otage par 10 zombis, 1 mort et 1 paralyséCEDH AlterPresse, 11 août C’est avec un sentiment de profonde préoccupation que le Centre Œcuménique observe les tractations interminables qui empêchent la formation d’in gouvernement capable d’affronter la crise majeure dans laquelle les institutions et le pays lui-même se trouvent englués. En effet, il est clair que le principe qui veut considérer le sénat actuel comme un corps délibératif de 30 sénateurs est absurde. Cela veut dire, en effet, que l’on veut tenir compte, dans la pratique, du vote de 12 sénateurs imaginaires. En effet, 10 ont terminé leur mandat. Un autre est décédé. Un autre, qui, lui existe, est empêché de participer aux délibérations du corps sénatorial. Et pourtant, on s’appuie sur eux pour prendre des décisions importantes pour ne pas dire vitales. Le pays est donc pris en otage par 10 zombis, 1 mort et 1 paralysé. Faire donc voter le sénat sur la base d’une participation imaginaire de 30 membres, c’est donner un poids exorbitant au vote des 18 membres encore valides. C’est créer une équivalence métaphysique entre le plein et le vide, l’être et le néant, la présence et l’absence. C’est, en fait, créer un vote sur le principe de l’unanimité. C’est donner un pouvoir exorbitant au vote individuel, étant donné que dans la pratique, l’appartenance à un parti ou à un groupe n’a aucun effet sur le vote individuel. Cette situation va durer au moins six mois encore, dans l’hypothèse (optimiste) que les élections se fassent au mois de décembre. Ce qui implique un danger permanent de dysfonctionnement d’une institution aussi vitale que le Sénat de la République. Le pays est donc pris en otage à la suite d’une décision procédurale qui est, à notre avis, erronée et dangereuse, puisqu’elle transforme la règle de la majorité absolue (la moitie +1) en une règle de quasi-unanimité. Le sénateur Jean Hector Anacacis sur le point de soumettre sa proposition de réduction du quorum du sénatPort-au-Prince, le 13 août 2008 (AHP) Le sénateur Jean Hector Anacacis a annoncé mercredi qu’il va soumettre au president du Sénat, Kély Bastien, sa proposition de réduction du quorum du grand corps à 10, pour contourner les exigences des collègues qui conditionnnent le vote de l’énoncé de politique générale du premier ministre ratifié à l’obtention de postes dans le prochain gouvernement. 16 sénateurs sur 18 doivent voter pour valider le programme de Mme Pierre Louis. Le sénat est amputé de 12 de ses membres avec la fin du mandat de 10 d’entre eux et le renvoi de deux autres pour “leur nationalité étrangère”. Selon M. Anacacis, il faut ramener le quorum à 10 et appliquer ensuite le principe de la majorité absolue (moitié plus 1). Jean Hector Anacacis a fait savoir qu’au lieu de démissionner, comme le suggère son collègue Yvon Buissereth, il préfère plutôt donner une chance au sénat, à travers cette proposition. Soulignant qu’il y a jurisprudence en la matière, il a rappelé que la 45 ème et la 47ème législatures avaient réduit le quorum du Sénat. Le parlementaire de l’Ouest estiment que plusieurs collègues, dont Youri Latortue (LAA) et Michel Clérié (Fusion), le soutiennent dans sa démarche. Pour sa part, le sénateur Rudy Hériveaux a fait savoir qu’il faut laisser les négociations se poursuivre avant de penser à trouver d’autres moyens de résolution de la crise. Il a rappelé que les sénateurs voteront l’énoncé de politique générale de Michèle Pierre-Louis à partir du moment où les partis politiques sont intégrés dans la formation du nouveau gouvvernnement. M. Hériveaux a indiqué par ailleurs que personne ne peut empêcher le fonctionnement du Sénat qui continuera d’exister, a-t-il dit, envers et contre tous, même avec 8 sénateurs. Le régime intérimaire de Gérard Latortue avait pourtant paralysé le travail des sénateurs encore en poste après le départ forcé du président Jean Bertrand Aristide le 29 février 2004. Le sénateur du Sud, Yvon Buissereth, s’était déclaré mardi prêt à démissionner et à encourager ses alliés à prendre la même décision pour permettre le déblocage de la situation et favoriser de nouvelles élections. “C’est inadmissible que des élus cherchent à satisfaire leurs intérêts personnels au détriment de la population”, s’était indigné le parlementaire des Cayes. AHP Haïti-Politique : des Sénateurs de plus en plus exigeantsOnze jours après la ratification du choix de Michèle D. Pierre-Louis, les sénateurs se font de plus en plus exigeants. Rudy Hériveaux et Judnel Jean imposent bon nombre de conditions pour voter la politique générale de Mme Pierre-Louis. « Un ministère pour le parti Fanmi Lavalas, c’est ce que je réclame pour voter en faveur de Mme Pierre-Louis. J’ai déjà soumis une liste de trois personnalités au président Préval. L’une d’entre elles doit représenter Fanmi Lavalas au cabinet ministériel », a déclaré le sénateur Hériveaux. Parallèlement, le même sénateur a invité les autres partis politiques à débloquer la situation en faisant des concessions. « Nous avons un pays qui souffre, un pays en lambeaux. Il faut que nous autres sénateurs nous nous efforcions d’organiser la séance » a-t-il déclaré. D’un autre coté, Judnel Jean, le seul sénateur en fonction du département du Nord-Est, réclame le retour au Parlement de Rudolph Boulos destitué par l’assemblée des sénateurs. « Le sénateur Boulos a été renvoyé du Sénat injustement. Je dois profiter de ce moment pour exiger la réparation des torts causés à mon collègue. La population du Nord-Est est avec moi », a-t-il indiqué. Pourtant, cette décision serait seulement une décision personnelle de Judnel Jean puisqu’il a informé luimême que les responsables du parti Fusion des sociaux-démocrates lui ont clairement demandée de faire des sacrifices pour le pays et de ne pas s’investir dans une telle bataille. « Ils m’ont même demandé de sacrifier ma foi », a-t-il avoué. Cependant, face à cette complication de la situation due à la fragilisation du quorum au parlement, Yvon Buissereth, sénateur Lavalas, menace de démissionner si ses collègues tiennent toujours à être représentés dans le prochain gouvernement. « Je suis prêt, moi et mon équipe, à démissionner si le Sénat ne facilite pas la séance devant aboutir au vote de déclaration de politique générale », a-t-il martelé. Il a relaté que d’autres sénateurs issus du regroupement Lespwa auraient pris la même décision. Ne comptant que dix-huit membres, alors que le président ne peut pas voter, le Sénat est devenu de plus en plus fragile vu qu’il faut 16 sénateurs pour voter la déclaration de politique générale. Aussi certains sénateurs ont proposé la réduction du quorum pour débloquer la crise. Ecoutez Mélodie Matin avec Marcus surwww.melodiefmhaiti.comUNE RATIFICATION DIFFICILE

PAGE 9

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 9LUTTE CONTRE LE SIDALes homosexuels de la Caraïbe restent dans le placardSi les avancées des scientifiques arrivent à faire du sida une maladie chronique, la double stigmatisation homosexualité/sida demeure lancinante pour la Caraïbe, après l’Afrique, la région la plus touchée par le virus du sida. En Haïti et à la Jamaïque la vie des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes demeure cachée. Et pour cause. « Dès qu’il s’agit des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH), les droits humains sont carrément bafoués dans la Caraïbe », s’étonne Mario Kleinmoedig, journaliste et activiste de la société civile dans les Antilles. Projetant des images et des tableaux graphiques à la XVIIe conférence sur le sida, l’expert a rappelé le cas de Brian Williamson, un gay assassiné à la Jamaïque, il y a quatre ans. Dans cette petite île comme dans bien d’autres de la Caraïbe, l’homosexualité est, jusque-là, considérée comme un délit. Cette agressivité, néfaste vis-à-vis de cette minorité sexuelle, selon des experts intervenant à la conférence de Mexico, sape les efforts consentis dans la lutte contre la pandémie dans la deuxième région, après l’Afrique, la plus touchée par la pandémie. En Haïti, à Guyana, à la Barbade, un peu partout dans les Antilles, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes restent encore dans le placard, autrement dit, hésitent encore à s’assumer voire s’afficher. « Si le taux de prévalence diminue d’une manière générale dans la Caraïbe, les indices ont subi une nette augmentation dans des secteurs vulnérables, comme les travailleuses du sexe, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, les prisonniers et les utilisateurs d’héroïnes », constate Peter Figueroa, responsable de la division épidémiologie et de sida au secrétariat de Santé de la Jamaïque. Les causes, selon l’expert, plongent leurs racines dans des valeurs sociales et/ou culturelles de certains pays de la Caraïbes. « En Haïti, ce sont seulement les pratiquants du vaudou qui tolèrent les homosexuels », ajoute un participant haïtien aux débats, parfois houleux, sur la stigmatisation que subissent les homosexuels. Statistiques peu fiables Les chiffres relatifs à cette communauté qui constitue l’un des groupes à risque les plus infectés par le Vih ne sont pas fiables selon les experts intervenants à la première conférence internationale sur le sida tenue en Amérique latine. Quelque 10% de la population de toute la Caraïbes, selon Mario Kleinmoedig, assument leur homosexualité. « Est-il possible de faire une prévention efficace du sida, si on ne décriminalise pas les travailleuses du sexe et les Hsh ? », s’interroge Kleinmoedig. Chose certaine, selon l’Onusida, pas moins de 5% des cas d’infection du sida dans le monde est imputable à la transmission sexuelle entre hommes. De quoi pousser le journaliste activiste de la Caraïbes à proposer une démocratisation des débats dans les écoles et dans les églises qui se sont montrés trop conservatrices dans la Caraïbe. « Les politiques et les gouvernements, a encore proposé Mario Kleinmoedig, doivent dénoncer la discrimination faite aux travailleuses du sexe et aux Hsh. Il faut faire respecter la dignité des gens.» Trop peu de pays, regrettent les conférenciers, ont des données épidémiologiques suffisantes ou fiables sur la transmission sexuelle du VIH d’homme à homme pour penser à la mise en place d’un programme de prise en charge spécifique. Selon les statistiques publiées par la Société internationale contre le sida à l’occasion de la conférence de Mexico, les HSH courent en moyenne dix-neuf fois plus de risque (voir HOMOSEXUELS / 12) Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update Department of Transportation 49 CFR Part 26 ESTABLISHMENT OF OVERALLDBE GOALFOR MDAD FOR FISCALYEAR 2009The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1, 2008 through September 30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups, community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A"level playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no discrimination against them. MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M. MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221. Haïti/Bid : Renforcer les programmes sociaux pour réduire l’impact de la crise alimentaireP-au-P, 13 août 08 [AlterPresse] — La Banque interaméricaine de développement (Bid) conseille aux pays de l’Amérique latine et des Caraïbes, dont Haïti, de renforcer leurs programmes sociaux, en vue d’atténuer l’impact de la hausse des prix des denrées alimentaires parmi les plus pauvres, indique la banque régionale dans un communiqué. La Bid évalue à soixante et onze (71) millions le nombre de personnes affectées par la crise alimentaire qui sévit dans la région latino-américaine et des Caraïbes, selon les résultats d’une étude présentés le 12 août 2008. Plus de 26 millions de personnes dans la région pourraient se retrouver dans une situation d’extrême pauvreté, au cas où les prix des produits alimentaires s’aggravent, avertit la Bid. Les pays de l’Amérique centrale et des Caraïbes, tels Haïti, le Pérou, le Nicaragua, qui importent de grandes quantités de denrées alimentaires, sont les plus exposés aux problèmes de pauvreté. Haïti, suggère la Bid, devrait consacrer aux plus pauvres 12% de son produit intérieur brut (PIB) pour maintenir le niveau de consommation des démunis. Le Pérou et le Nicaragua devraient respectivement transférer 4.4% et 3.7% de leur PIB. Sur les 9,5 millions d’Haïtiens (population totale du pays), 79.1% deviennent plus pauvres suite à l’augmentation des prix des produits alimentaires contre 76.7% auparavant, révèle l’étude de la Bid. Au Chili, le nombre de pauvres pourrait passer de 12.3% à 17.2% de l’ensemble de la population du pays. Les pauvres représenteraient 27.5% de la population totale contre 20.6% auparavant. Le nombre de pauvres augmenterait également, de manière significative, au Costa Rica et au Salvador. « Les récents progrès en matière de nutrition et d’éducation pourrait être compromis si les prix des produits alimentaires restent élevés », estime Suzanne Duryea, l’un des chercheurs de la Bid. Les pays devront accroître les investissements dans les programmes de protection sociale afin de diminuer l’impact de la crise, avance Duryea. Les familles à faible revenu pourraient devenir plus pauvres dans dix-neuf pays de la région, si les prix des produits de base, tels le blé, le riz et le soja, continuent de grimper, d’après les prévisions de la Banque interaméricaine de développement. Cette situation pourrait également se présenter, au cas où ces pays n’arrivent pas à accroître leur production nationale ni augmenter le pouvoir d’achat des pauvres. Baisse du prix du brut sur le marché internationalPort-au-Prince, le 13 août 2008 (AHP) Le président de l’Association Nationale des Distributeurs de produits pétroliers (ANADIPP), Maurice Lafortune, a estimé mercredi que la réduction du prix du baril du pétrole sur le marché international est une bonne chose pour les consommateurs haïtiens. Les cours du brut ont en efffet chuté de plus de 30 dollars en un mois. M. Lafortune a toutefois fait savoir que cette baisse des prix tarde à se faire sentir en Haïti. “Nous avons tenté en vain et à plusieurs reprises de rencontrer les responsables du ministère de l’Economie et des Finances, a déploré M. Lafortune qui dit toutefois espérer que les prix du brut continueront de baisser. Pour sa part, le président de la Fédération des Transporteurs et Propriétaires Haïtiens (FTPH), Rétès Réjouis, a fait savoir qu’il envisage de contacter bientôt les autorités haïtiennes pour discuter de la possibilité d’une réduction des prix à la pompe en Haïti Il a estimé important que les autorités gouvernementales rencontrent les dirigeants de l’ANADIPP et des responsables de syndicats de transport sur la question. Le gallon de gazoline 95 se vend actuellement à 247 gourdes, le 91, 235 gourdes , le diesel 171 gourdes et le kérozène168 gourdes. (1 dollar US= 40 gourdes). AHP Collaboration de l’OMS et de la Banque Mondiale dans la gestion du capital SantéP-au-P., 13 août 08 [AlterPresse] — L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale ont décidé de s’allier, le mardi 5 août 2008, pour mieux exploiter les investissements mondiaux en matière de santé, apprend l’agence en ligne AlterPresse. « Il ne faut plus se contenter d’observer les résultats intentionnels et involontaires des investissements en faveur de la santé, mais activement obtenir de meilleurs résultats à long terme », déclare Carissa Etienne, SousDirectrice générale de l’OMS, chargée des systèmes et des services de santé, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse organisée pendant la conférence internationale sur le Sida qui s’est déroulée à Mexico du 3 au 8 août. L’OMS et la Banque mondiale se sont entretenues sur des questions relatives aux systèmes de santé et aux initiatives touchant certains aspects de la santé, de la nutrition et de la population. La collaboration entre ces deux institutions se traduira, entre autres, par la collecte de données factuelles pour extraire et proposer des orientations techniques dans ce domaine et obtenir de meilleurs résultats. « Nous produirons de nouvelles connaissances, nous collaborerons avec les pays pour améliorer leurs approches et tirer des enseignements aux niveaux régional et mondial » explique, pour sa part, Julian Schweitzer, Directeur chargé de la santé, de la nutrition et de la population à la Banque mondiale. Pour concrétiser cette nouvelle démarche, l’OMS et la Banque mondiale se sont associées à une variété d’acteurs, issus de divers secteurs, comme des responsables nationaux, des établissements universitaires et de recherche, des initiatives mondiales en faveur de la santé et des organisations de la société civile. La collaboration entre l’OMS et la Banque mondiale visant à collecter, (COLLABORATION / p. 13) ECONOMIE

PAGE 10

Page 10 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Saut-Mathurine est l’un des plus beaux spectacles naturels du pays. Il est heureux que la construction de la centrale l’ait respecté. Le paysage reste idyllique.TOURISMECap sur Camp Perrin la belle(NOTRE PAYS ... suite de la 1ère page) Et l’on continue d’y accourir de partout, y compris nos compatriotes vivant à l’étranger. La centrale est en plein fonctionnement. C’est la 15 Août, l’Assomption, fête patronale de la ville des Cayes. Malgré la menace que fait peser une tempête tropicale, l’on arrive en foule pour le traditionnel festival de plage à Gelée. C’est la centrale de SautMathurine qui pour une bonne part alimente aussi les Cayes en ce jour faste. Les prix élevés du fuel ont failli récemment forcer les Cayens à fermer boutique. Aussi plus que jamais la seule solution pour un pays comme Haïti, c’est l’hydroélectrique. C’est davantage de Saut-Mathurine !Simple comme bonjour …Qu’est-ce que l’hydroélectrique ? C’est de l’électricité produite avec de l’eau. On l’appelle aussi la houille blanche. Comme on dénomme aujourd’hui « carburant vert » l’énergie de source végétale ou bio-diesel. source d’énergie. Un barrage est construit un peu plus haut que la chute. Le barrage détourne une partie de l’eau qui est dirigée via des conduits souterrains vers la centrale en contre-bas. La centrale se compose d’une part de la salle des machines ou turbines, et d’autre part de la section électronique pour le dispatching ou distribution du courant vers différentes destinations. Tout cela a l’air simple comme bonjour. L’eau actionne les moteurs des turbines produisant l’électricité puis la même eau est rejetée par d’énormes gargouilles dans la rivière juste à côté continuant sa course vers la plaine. Rien ne se perd. Ou si c’est le cas, si l’eau va grossir les torrents (ou La Ravine) au lieu d’arroser les terres, ce n’est pas la faute à la centrale. C’est tout gagné. Le paysage reste aussi magnifique qu’autrefois. Le produit est propre, aussi bien que l’installation. Pas de trace de graisse, ni de mazout.Un ingénieux mécanicien …centrale de Saut-Mathurine avait-elle cessé de fonctionner pendant longtemps ? Toujours notre incurie proverbiale. Bâtie en 1983, sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier, ses premières turbines sont venues de France. Mais celles qui ont suivi plus tard portent une marque américaine. Entre les deux, il a pu y avoir certaines interférences moins soucieuses de l’intérêt général que de gros intérêts particuliers. On nous explique que le maintien d’un tel établissement nécessite moins de super-cadres qu’un ingénieux mécanicien et tout ce qu’il doit avoir sous la main pour la fabrication sur place de toutes sortes de pièces de rechange des plus ordinaires. Mais la négligence haïtienne n’a pas de limites. Toujours est-il que la centrale a été remise en état par des experts canadiens et qu’elle paraît à nouveau flambant neuve. Capacité : 1,6 MW. De plus elle est passée à l’ère automatique. Auparavant les manœuvres étaient manuelles.L’eau coule de source, oui mais …Par contre ce qui est indispensable pour assurer la viabilité d’une centrale hydro, c’est le renouvellement de sa ressource principale : l’eau. L’eau coule de source, pense-t-on devant le merveilleux spectacle du Saut-Mathurine. Mais c’est une illusion. L’eau est alimentée par les milliers d’arbres qui protègent les sources làhaut dans la montagne et dont la disparition provoque l’érosion, véritable catastrophe multiple. D’un côté, l’érosion envoie le sol et les fatras végétaux et minéraux remplir le barrage (sédimentation) faisant baisser le niveau de l’eau (voir NOTRE PAYS / 11) A voir marcher la centrale de Saut-Mathurine, c’est ce qui existe de plus économique et propre comme Alors pourquoi laNOTRE PATRIMOINELes visiteurs à Saut-Mathurine viennent de partout (photo HEM) Le Séminaire de Masenod à Camp PerrinCamp Perrin: fraîcheur et netteté (photos HEM)

PAGE 11

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 11 Et le courant de Saut-Mathurine à volonté ...(NOTRE PAYS ... suite de la page 10) convoyée dans les moteurs de la centrale … qui finiront par s’arrêter. D’un autre côté, le déboisement et l’érosion provoquent l’assèchement des sources. Outre quantité d’autres conséquences que nous connaissons bien puisque c’est le mal principal de notre pays.Les malheurs de Péligre …Littéralement ce qu’il est advenu à la centrale hydro-électrique de Péligre, immense projet capable une petite fumée. Devinez ce que c’est : des fabricants de charbon de bois. On coupe donc des arbres. Et exactement là d’où s’échappent les eaux du SautMathurine, ou bassin versant. Et cela ne tarde pas à se matérialiser. En rentrant à Camp Perrin, nous doublons un camion de livraison d’eau mais avec un étrange chargement installé directement au-dessus de la citerne. Devinez : des sacs de charbon de bois. Plus loin nous voyons aussi un grand lot de planches au bord de la route. à La Prise. Le Canal d’Avezac qui remonte à l’époque coloniale. La promenade dans les jardins profonds du centre catholique de Mazenod est aussi un must, pourvu qu’on soit invité. Camp Perrin peut se flatter aussi d’être la commune du département (Sud) détenant le plus fort taux de scolarisation (76 écoles). Cayes Jérémie par Camp Perrin et Pestel, reliant le Sud à la Grande Anse. Les travaux devront se terminer en 2009. Cette route est vitale car elle donnera accès à l’un des greniers du pays. D’autre part, le tourisme régional sera aussi gagnant. Il suffit de voir toutes les possibilités et les originalités existant dans la ville de Camp Perrin qui est en train de retrouver ses fastes d’antan de coin de villégiature préféré des Haïtiens. Rues adoquinées (pavées). Maisons style gingerbread au fond de grandes cours très cossues et croulant de verdure dont plusieurs sont transformées en pavillons pour touristes (Family House, L’Escale, Cap Inn, Auberge Distribution, et sur la route menant à Camp Perrin, Le Recul). Pas besoin d’aller bien loin pour la clientèle, ce sont les natifs de Camp Perrin eux-mêmes et leurs amis de tous les coins de la diaspora.La table est toujours mise …Comme distractions, la visite à SautMathurine, le bain à La Distribution ou Loin de Port-au-Prince ... vers le Sud : « LE RECUL»p ar Jean-Junior JOSEPH Email : jeanjunior@gmail.com C’est l’été. C’est le temps des vacances qui débutent dans une atmosphère politique indécise à Port-au-Prince : un premier ministre éjecté qui gère les affaires courantes, et depuis plus de trois mois, deux premiers ministres désignés rejetés, une troisième ratifiée qui attend le vote des deux chambres pour accéder à la Primature, alors là… la jouissance des vacances dans la capitale politique de notre pays n’est pas du tout sans trouble. C’est bon pour le moral du port-au-princien de s’éloigner un p’tit peu le week-end, et contempler les verdures du Sud à partir des petits avions qui mettent 45 minutes pour atterrir à l’aérogare des Cayes. Cela fait du bien de respirer l’air frais des côtes du Sud en franchissant la route nationale numéro deux de moins en moins rocailleuse, passant par Fonds-des-Nègres et ses buées naturelles, SaintLouis du Sud et ses plages attrayantes. A Cavaillonla porte des Cayesle voyageur succombe facilement à l’entregent des vendeuses au sourire rayonnant. C’est une forme spontanée de service à la clientèle tissé de magie d’attraction, de sagesse et de gentillesse. Il faut beaucoup résister pour ne pas acheter. A moins de 30 minutes de course de l’entrée des Cayes, on aboutit à Camp-Perrin-, commune de 65, 000 habitants au cœur du Sud. C’est à Mersan, première section communale de Camp-Perrin que se situe l’hôtel « Le Recul » dont le propriétaire est Valéry NUMA. Originaire de Camp-Perrin, ce jeune journaliste de 34 ans de Radio (voir LE RECUL / 12) en son temps (inaugurée en 1971 avec une capacité moyenne de 45 MW) de desservir la capitale haïtienne et au moins trois départements géographiques (l’Ouest, le Centre et l’Artibonite). Mais moins de dix ans plus tard, Péligre commençait à battre de l’aile. Et en 1986, à la chute du régime Duvalier, le mal était consommé. Aujourd’hui la majorité du pays est alimentée par des centrales thermiques qui, avec le coût actuel du carburant, met l’électricité pratiquement au rang des produits au-dessus de nos moyens. Des précautions semblent avoir été prises pour protéger Saut-Mathurine du même désastre. D’abord l’obligation reconnue de conserver sa valeur touristique et de patrimoine naturel national. Le site a été érigé au rang de parc national, délimité et placé sous une surveillance constante. Ensuite la première impression que les ressources forestières sont restées intactes comme au premier jour. Actuellement la chute (ou Saut) ne débite que la moitié de son volume, mais il suffit de fermer le barrage pour qu’elle retrouve toute sa force.Alerte, une petite fumée …Mais attention, pour peu qu’on ait l’œil exercé, on aperçoit là-haut, tout là-haut, jusqu’en haut, de ses arbres pour en faire du charbon et des planches. La surveillance n’est donc pas suffisante.Camp Perrin la belle …Cependant sur la route du retour à Camp Perrin la belle, on est frappé de ne pas rencontrer un seul mendiant. Les maisons paysannes n’ont rien des masures qui sont courantes lorsqu’on parcourt d’autres régions du pays. Beaucoup sont situées au fond de vastes jardins. Une région apparemment riche en productions vivrières. Bientôt le coup d’envoi de la construction de la route Et une conscience civique poussée. Ce sont les habitants (et habitantes) eux-mêmes qui assurent une telle propreté des rues. La table est toujours bien mise. Et grâce à notre hôtesse, Mme Rose Ila (Man Toule) Remarais, nous avons vécu le passage de la tempête tropicale (« Fay ») comme un doux moment. Et puis, du courant 24 heures sur 24. Marcus, 15 Août 2008 La Centrale hydro-électrique de Saut-Mathurine (Photo HEM) Un camion-citerne transportant sur son toit des sacs de charbons (photo HEM) Visite au Parc National de Saut-Mathurine (photo HEM) Malgré toutes les précautions prises, on pille Saut-Mathurine non seulement de son eau, mais aussi NOTRE DIFFERENCE

PAGE 12

Page 12 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Vision 2000 qui fait rouler la langue des politiciens de notre pays dans sa très populaire rubrique matinale « Invité du Jour » dont on ne rate pas l’épilogue grâce à un slogan devenu fameux : « Une autre Haïti est possible ». Si les belles paroles n’écorchent pas la langue cette « autre Haïti », dans l’esprit de Valéry, apparait à travers la beauté architecturale de « Le bientôt dotées de dispositifs d’accès à Internet Wireless (Wi-fi). Une salle d’attente, au rez-de-chaussée, expose une gallérie de photos d’hommes et femmes célèbres : Muhamed Gandhi, l’apôtre de la nonviolence ; Martin Luther King, Jr. le leader noir américain dont les luttes ont produit 40 ans après le phénomène « Barack Obama » ; Bill Gates, le multimilliardaire qui a révolutionné le monde sens bien quand je ne suis pas au sein des affres de la politique port-au-princienne. » En passant, un ancien ministre me colle sur un ton badin une amende de 10 Gourdes pour lui avoir donné du « Monsieur le Ministre ». Notre homme préfère être appelé par son prénom car la politique est une carrière au destin changeant. Ce serviteur de l’état hier, arpenteLoin de Port-au-Prince ... vers le Sud : « LE RECUL »(LE RECUL ... suite de la page 11) Recul » malgré les maigres ressources disponibles dans un pays où l’Etat ne soutient pas vraiment les jeunes entrepreneurs de la classe moyenne. Se lancer dans l’hôtellerie tient de l’audace ! « L’audace… sans elle, on n’obtient rien » (Henry De Montherlant). L’audace qui a porté notre jeune entrepreneur à frapper aux portes des banques a été payante. Chapeau ! En première loge, le mot qui tombe des lèvres des invités d’honneur du week-end 17-20 juillet 2008 : « Bravo Valéry ! » A défaut d’un voyage virtuel sur le site Internet de l’hôtel (http://www.lereculhotel.com), je vous propose un p’tit tour imaginaire. L’enseigne est un heureux mélange : l’écriteau « Le Recul » se détache en lettres d’or sur un fond noir. En pénétrant la cour, le parking et le parterre sont jonchés tout autour d’ampoules pour enrober le charme de l’aurore à son coucher. C’est un rondpoint construit de pierres locales de ton rouge et gris. D’un regard circulaire, les arbres qui distillent la fraicheur quand le soleil surplombe la cour forment un cadre reposant et agréable. Heureusement, ils n’ont pas été émondés. Au besoin, on est tenté de piquer un arbre véritable qui s’expose, un calebassier , des arbres fruitiers variés, un autre qu’on nomme le « palmier », un arbre mince « kapab » qui fixe le ciel dont les feuilles servent aux douches thérapeutiques, les bois pour le petit voilier et les bâtiments maritimes…Cocotier, palmiste, manguier, calebassier, le menu végétal est généreux. L’hôtel, dans son environnement fait oublier Port-au-Prince et sa politique. Poursuivons notre tour imaginaire. La façade frappe par son look qui rappelle un style colonial. A gauche de la face principale, une barrière blanche commande l’accès de la piste de danse dénommée « Découverte ». Heureuse appellation pour signifier un espace de performance des jeunes durant le week-end et (justement) l’éclosion artistique de nouveaux talents à camp-perrin ! Sur la cour on peut noter, une piscine en construction, et à l’arrière les huit (8) chambres, convenablement climatisées, munies de câble et chaines de TV internationales, pour rester en contact avec le reste du monde. Les chambres répondent aux normes modernes d’hôtellerie, et seront informatique malgré l’interruption de ses études universitaires à l’Université de Harvard ; Demmy Moore, ce monument de charme au cinéma; Gessica Généus dans une posture murale tirée du magazine PanoraMag qui la révèle dans toute la force de sa beauté . A l’étage de l’immeuble principal, la salle des VIP surprend par son modernisme technologique inhabituel dans les pays du Sud. Le charme de cette salle tient aux tableaux dûs au pinceau inspiré d’un jeune camp-perrinois qui a fait le portrait de notre BelO muni de sa guitare quand il décrocha le premier prix au concours RFI au Cameroun. L’hôtel, dans son environnement fait oublier Port-au-Prince et sa politique. Une politique qui peut se révéler mortifère quand on sait que les affaires courantes se gèrent dans une absence de vision claire des 50 prochaines années. Le week-end du 17 au 20 juillet a permis aux invités présents de mettre la politique entre parenthèse pour jouir pleinement de la tranquillité d’un cadre reposant.… Parmi les invités, on entendra de la bouche de l’un d’entre eux : « Je me offert ce raisonnable recul. Dans les parages de l’hôtel et dans les communes avoisinantes, les vacanciers peuvent se rendre en excursion. Le Saut-Mathurine qui jette une chute d’eau capable d’électrifier CampPerrin et ses environs, même si la vitesse du débit est inconnue mais le bruit qui sort est une musique qui ne dérange jamais. Grace à ce saut d’eau, « Le Recul » ne subit pas la crise énergétique nationale. Toujours à Camp-Perrin, le touriste tant national, binational (diaspora), et international peut s’emplir les yeux de la beauté des sites suivants : les grottes Kounoubois de huit portes dans la localité de Levy, le Canal d’Avezac, l’Etang La Chaux, le Camp-Gérard, La Prise, Yaya Lorin…Encore quelques efforts de l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine National (ISPAN), et les richesse naturelles de la région pourraient offrir aux touristes un spectacle d’une luxuriance époustouflante. Fin du tour imaginaire. Le tour virtuel sera pour bientôt sur le site web de l’hôtel. Le surfeur pénétrera l’enceinte de l’immeuble via les gallériesphotos, images audio-visuelles, multimédia. Dans une longue intervention en présence d’une foultitude de curieux qui ont rempli à craquer l’espace lors des festivités de l’inauguration, Valéry NUMA a épilogué comme suit : « J’ai choisi d’ériger cet hôtel à CampPerrin quand je pouvais le placer à Port-au-Prince. Je choisis de vivre en Haïti alors que j’ai la résidence américaine. C’est votre hôtel et c’est à vous de le protéger. » Hôtel Le Recul Adresse : 24, Route de Mersan, Camp-Perrin, Cayes, Haïti Site Internet : http://www.lereculhotel.com Email: valnuma@yahoo.fr Telephone : 509-3-454-0027, 509-3-727-3589 de se faire infecter par le VIH que la population adulte en général. Si les risques sont énormes dans cette communauté, analyse Panoscope magazine conjoncturel de l’Institut Panos -, il ne s’agit pas d’un foyer isolé : « les HSH constituent une passerelle par laquelle passe le virus pour atteindre la communauté, via divers canaux. » En Afrique, par exemple, nombre de HSH sont bisexuels et vivent avec une ou plusieurs femmes qu’ils peuvent contaminer. Masque bisexuel Cette bisexualité constitue parfois un paravent pour masquer une homosexualité que nombre de sociétés africaines rejettent avec violence. Une pratique qui n’échappe pas à la réalité de certains pays de la Caraïbes, dont Haïti où la stigmatisation résonne tant dans les églises que dans les hôpitaux. « Au niveau du secteur médical, les homosexuels sont fortement stigmatisés et discriminés. Ils ne peuvent pas se déclarer aux médecins traitants de peur qu’ils ne soient avilis et abandonnés à leur souffrance. Certains sont obligés d’adopter un profil hétérosexuel qui leur garantit une certaine quiétude d’esprit », se désole un responsable d’ONG. Au milieu d’un panel d’experts de la Caraïbes, Dr Claude Péan de l’Institut Fame Pereo, une institution haïtienne qui a participé à la conférence de Mexico, dit avoir retenu des leçons dans la lutte contre le sida dans le pays. Les pratiques culturelles, le faible pourvoir économique des femmes, le sous-emploi, la pauvreté sont autant de facteurs, dit-elle, qui compliquent la tâche des institutions engagées dans la prévention et la prise en charge des personnes vivant avec le VIH (PVVIH). L’institution qu’elle dirige à Poupelard, un quartier populaire de Port-au-Prince entend utiliser d’avantages l’approche communautaire. Quelque 350 000 personnes vivant dans les zones avoisinantes de Fame Pereo sont ciblées par les programmes de l’institution, sans faire allusion aux homosexuels. « L’homosexualité en Haïti demeure un sujet tabou et controversé, note une récente enquête de l’Institut Panos. La société haïtienne majoritairement homophobe en parle dans les coulisses, mais le débat au niveau national, n’est pas encore ouvert. Aujourd’hui encore on ne tient pas compte de l’homosexualité dans les différents Plans nationaux de lutte contre le sida. » Les homosexuels, selon le Plan stratégique national multisectoriel élaboré pour une durée de quatre ans (2008-2012), représentent un groupe important à haut risque dans la transmission du Vih/sida. Panos Caraïbes 13 août 2008Les homosexuels de la Caraïbe restent dans le placard( ... suite de la page 9) aujourd’hui l’espace du Camp des Perrin que lui aTOURISMEL’Hôtel “Le Recul”, à Marsan, non loin de Camp Perrin (photo Jean Junior)

PAGE 13

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES• • • • • Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage • • • • • Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain attenante attenante attenante attenante attenante • • • • • Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép arée p arée p arée p arée p arée p ar ar ar ar ar un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » • • • • • Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril • • • • • Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave à à à à à Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V eau eau eau eau eau • • • • • La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit T T T T T rou rou rou rou rou dat dat dat dat dat ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17ème ème ème ème ème siècle… siècle… siècle… siècle… siècle… ESTATE GARAGE SALESaturday, July 12TH 9:00 am to 3:00 pm 2481 NW 152ND Terrace Dr Raymond GaySpécialiste pour enfants certifié du CanadaHôpital Ste Justine pour les enfants Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, P. Q.35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haïti, W.I. B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haïti Tél.: (509) 3685-8432 | 3404-4905 • E-mail: raymondgay8@hotmail.com HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H étudier et communiquer sur différentes approches appliquées dans le monde afin de renforcer les systèmes de santé sur le plan national et mondial, ne devrait pas modifier les avantages perçus par les programmes spécifiques mis en place pour certaines maladies. Les programmes mondiaux de lutte contre des maladies précises en faveur de la santé, tels que le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, ou le Plan d’urgence du Président des États-Unis d’Amérique contre le Sida (PEPFAR) ont un impact bénéfique dans la structure de l’aide internationale en matière de financement et d’accès aux services de santé, admettent les deux organisations internationales. (COLLABORATION... suite de la page 9)Collaboration de l’OMS et de la Banque Mondiale dans la gestion du capital Santé

PAGE 14

Page 14 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30La Culture haïtienne à Cuba : Plus dynamique que jamais !Pendant que les liens culturels qui ont historiquement lié Haïti et Cuba sont bien connus, pendant que de nombreux étudiants haïtiens bénéficiant de bourses d’études pour se perfectionner à Cuba ont l’occasion de se rendre compte par eux-mêmes de la profondeur de ces racines culturelles entre Cuba et Haïti, il est bien dommage cependant que trop peu d’entre nous, à l’intérieur du pays aussi bien qu’à l’extérieur, soient au courant de la tâche que réalise depuis plusieurs années maintenant un Cubain qui porte le nom d’Hilario Batista Félix. Si le nom paraît familier, ce n’est pas par hasard. Hilario est l’un de ces milliers de Cubains qui se partagent fièrement le même héritage : ils sont tous de descendance haïtienne. J’ai eu l’heureuse occasion d’être présent, les 1er, 2 et 3 août 2008, au Sixième Festival Kiba Kreyòl, dédié à Haïti et aux cinq Cubains actuellement emprisonnés aux États-Unis. Oui, déjà le sixième de cette série qui se déroule avec le support intégral du Gouvernement cubain et depuis quelques années, de l’UNESCO. Ce n’est pas peu dire ! C’est en effet en 1997 qu’Hilario et environ une douzaine de ses compatriotes cubains-haïtiens prenaient la décision de lancer son mouvement dénommé « Banzil Kreyòl », un mouvement ayant pour objectif essentiel de maintenir vivante la culture haïtienne à Cuba, de l’approfondir et de la diffuser parmi la population cubaine. Suite aux différentes vagues d’immigration haïtienne vers Cuba durant le XXème siècle, Cuba compte maintenant beaucoup de citoyens dont les descendants haïtiens couvrent deux à trois générations. Grâce à leurs grandsparents, ils parlent kreyòl, apprennent la langue ou l’enseignent, sont très familiers avec nos proverbes et connaissent spécifiquement de quelle ville ou de quelle petite bourgade leurs grands-parents étaient partis. J’ai assisté à Banzil Kreyòl pour la première fois en 2002 et c’était l’expérience culturelle la plus enrichissante que j’aie jamais connue. Cet événement ne se limite pas seulement à une rencontre de Cubains de descendance haïtienne, pas du tout. En créant Banzil Kreyòl, Hilario Batista Félix tenait à offrir une tribune à des gens se partageant une langue commune, afin qu’ils puissent approfondir leur culture, former des liens plus étroits, discuter de toutes sortes de problèmes qui leur sont communs et établir des liens entre ces Haïtiens de deuxième et troisième générations en vue de créer une force culturelle à Cuba, un point de ralliement de la culture haïtienne. Cet objectif commence définitivement à se concrétiser. En témoignent la reconnaissance et le ferme appui accordés par le Gouvernement cubain lui-même à Banzil Kreyòl, et le patronage de l’UNESCO qui était représenté à ce sixième Festival. D’autre part, le Festival ne réunit pas seulement des adultes, et l’un des aspects les plus satisfaisants de mon séjour là-bas a été de voir des enfants de tous âges, de 8-10 ans jusqu’à 12-13 ans, danser des rythmes haïtiens et cubains avec grâce, beauté, élégance et professionnalisme. C’est qu’elles sont toutes des étudiantes à diverses écoles de danse et s’adonnent cœur et âme à cette activité, montrant un intérêt sincère à connaître la culture de leurs ascendants, ou simplement cette culture qui les entoure. Un après-midi, alors qu’un groupe de tambourineurs et de percussionnistes jouait un morceau sur un rythme effréné, on a vu une dizaine d’enfants, membres d’un groupe de danseurs qui s’était produit auparavant, aller chercher une Cubaine-haïtienne sexagénaire, mais pleine de vigueur et de dynamisme, pour l’entrainer à danser sur les carreaux de la Maison de la Culture où se déroulait le Festival Banzil et Cuba en particulier (Exposé de Mme Isabel Martinez, une linguiste cubaine d’une grande érudition) Kreyòl, l’imitant aussi dans tous ses mouvements. Tout au long de ces trois jours, ces jeunes ont eu une imposante présence culturelle, à la grande satisfaction de tous les participants. Plusieurs exposés ont été faits, portant sur divers sujets. Sans vouloir être trop long, voici quelques-uns des thèmes qui ont été couverts à cette occasion : a)Défendre le kreyòl, c’est défendre notre identité caraïbéenne (Exposé par le Président de Banzil Kreyòl, Hilario Batista Félix ; b)Étude des traditions de la culture haïtienne dans la région centrale de Cuba ; c)Présence de la langue kreyòl dans la communauté El Djao Municipio Salvador (Guantanamo) ; (Exposé par Lic Zenaida Heredia, une cubainehaïtienne de Guantanamo) d)Histoire de la langue kreyòl en Haïti ; (Exposé par Jean Maxius Bernard, de l’Ambassade d’Haïti à Cuba) e)Sauvetage de la culture haïtienne dans la province de Matanzas (Exposé d’une délégation venue de la province de Matanzas) ; f)Le kreyòl dans la diaspora (Exposé par Serge Bellegarde) g)Influence de la culture kreyòl dans la municipalité de Cotorro (Exposé de Natalie et Nadine Batiste, les deux filles d’Hilario Batista) h)Perspectives du kreyòl au XXIème siècle (exposé du Prof. Eliseo Alfonso, un Cubain pur sang enseignant le kreyòl à Cuba) i)Le développement social. Tout est possible (Exposé du Dr. Acène Pierre Pierre d’Haïti) j)L’impact de la révolution haïtienne sur la Caraïbe en général Il faut souligner que la grande majorité de ces exposés a été faite en kreyòl avec traduction en espagnol et vice-versa. Je dois tout particulièrement souligner la tâche du Professeur Eliseo Alfonso qui pendant deux jours s’est chargé de la traduction dans les deux sens kreyòl espagnol. Le Professeur Alfonso, un farouche défenseur du kreyòl haïtien et de la culture haïtienne, prépare depuis quelques années un dictionnaire espagnolkreyòl, ce qui, à ma connaissance, n’existe pas encore. Ce Cubain ne connaît même pas encore Haïti. Que dire de plus ! Ont été également présents à cette magnifique rencontre Raymond Precheus, un national de la Guadeloupe ; Sari Jean-François, une jeune fille de Sainte-Lucie vivant au Canada ; Paul T Zeleza, un national de Malawi en Afrique, menant des recherches sur la religion et la culture haïtienne – il a déjà passé 3 semaines en Haïti; Grete Tove Viddal des Étas-Unis, faisant également des recherches sur le vaudou en Haïti – elle a fait une excellente exposition de photos vaudou, et naturellement des Cubains-Haïtiens de Guantanamo, de Camaguey, de Matanzas et autre. La composante culturelle de Banzil Kreyòl joue un rôle primordial. Dès le premier jour, le Groupe Demele de La Havane, le Groupe Mekongo de Santiago de Cuba et le Groupe Todo Caribe de Camaguey ont donné d’excellentes performances, accompagnés du rythme acharné d’excellents tambourineurs et de percussionnistes hors-pair. Le Groupe Kiba kreyòl dirigé par Natalie Batista, la fille d’Hilario, a également fait une belle prestation. Ce groupe est composé de quatre jeunes cubaines chantant en kreyòl et en espagnol, pendant que l’une d’entre elles joue du tambour. Natalie est une étudiante en communication sociale qui fait des études de musique, danse, joue au piano et à la guitare. Sa sœur Nadine, danseuse également, poursuit activement ses études à l’université. Je ne saurais trop répéter combien ces trois journées mémorables sont dues au dévouement, à la persévérance et à la détermination d’Hilario Batista Félix et de son équipe de Cubains-haïtiens, tous fiers d’être Cubain, et pas n’importe lequel : Cubains d’origine haïtienne ! Ce n’est pas une petite affaire ! C’est grâce à eux d’ailleurs que le kreyòl haïtien est devenu la deuxième langue parlée à Cuba. Le plus étonnant, c’est de voir comment, en dépit de moyens fort limités dont il dispose, Hilario continue d’organiser ce festival qui chaque année prend de plus en plus d’ampleur. Cette dernière observation me porte à formuler les remarques suivantes sur la seule note négative au Sixième Festival Banzil Kreyòl.. J’ai pu personnellement vérifier toutes les contorsions que se donne Hilario pour organiser chaque année ce grand festival de la culture haïtienne, que ce soit sur le plan de l’organisation, des finances, de la logistique et autres, ce en vue d’assurer que tous les participants soient satisfaits. Il est donc d’autant plus insolite que l’ambassade du pays dont la culture est mise en exergue, ait brillé, d’un côté, par son absence à l’ouverture du festival le premier jour, et de l’autre, par sa très faible, ou devrais-je dire, très maigre participation. Lors de ma première expérience à Banzil Kreyòl en 2002, l’Ambassadeur d’Haïti d’alors, Mme Andrine Constant, avait été exemplaire, prenant part à toutes les activités, aidant à l’organisation, bref manifestant un intérêt sincère, et gardant des rapports étroits avec Banzil Kreyòl. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et cette fois-ci, l’ambassade n’a même pas daigné être présente à l’inauguration du festival, voire apporter une contribution à son organisation, initiative qui aurait dû être tout à fait naturelle. Quelle honte nationale et culturelle ! Ce n’est que le troisième jour, soit le 3 août, que Monsieur Jean Maxius Bernard a fait son exposé. Selon de bonnes sources, il semble qu’il soit le seul à l’ambassade qui manifeste un intérêt à ce genre d’activités et à cette communauté. Il y a lieu de se demander comment l’ambassade d’Haïti, dotée d’un personnel de six fonctionnaires, me dit-on, puisse afficher tant d’indifférence (ou devrais-je dire, tant de mépris) à l’égard d’une manifestation culturelle si importante qui la concerne directement et qui soit fermement épaulée par le Gouvernement cubain. C’est à n’y rien comprendre ! Malheureusement, on retrouve trop souvent ce genre de comportement dans nos ambassades à l’étranger, et même dans les plus importantes capitales des pays avec lesquels Haïti entretient des rapports, au grand préjudice de notre pays. Et le pire, c’est que l’on n’entrevoit aucun changement à l’horizon ! C’était là la seule note négative au sujet du Sixième Festival Banzil Kreyòl, que je ne pouvais passer sous silence. Le prochain festival est projeté pour 2010 et il sera dédié, entre autres, à la diaspora de l’Amérique du Nord. Je souhaite ardemment qu’il puisse bénéficier d’une plus large présence d’Haïtiens pour une parfaite communion culturelle. Cela en vaut vraiment la peine ! Serge BellegardeCULTURE HAITIANO-CUBAINE 4 chanteuses dirigées par Nathalie Batista (2e de droite à gauche) Dr. Acene Jean Pierre et Hilario Batista Felix

PAGE 15

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 15 SPORTSLigue 1: Grenoble prend le pouvoir, Lyon en rade à Lorient PARIS (AFP) Grenoble a pris seul le commandement de la Ligue 1 dimanche après sa victoire contre Rennes (1-0), profitant de l’apathie de Lyon, tenu en échec à Lorient (0-0), lors d’une 2e journée marquée par la rentrée victorieuse du Paris SG devant son public face à Bordeaux (1-0). Tout juste promu après 45 ans de disgrâce, les Isérois ont rapidement endossé le costume de trouble-fêtes de la L1. Déjà vainqueurs de Sochaux, ils ont facilement dominé les Rennais et leur défense en porcelaine (7 buts encaissés en une semaine, toutes compétitions confondues). Douchez a retardé l’échéance en arrêtant un penalty grenoblois, mais Nassim Akrour a dans la foulée inscrit l’unique but du match sur un missile de 35 mètres en pleine lucarne, sa deuxième réalisation en championnat. Grenoble peut surtout remercier l’OL, incapable de l’emporter à Lorient. Les Merlus semblent s’être mués en bête noire du septuple champion de France, les hommes de Christian Gourcuff avaient déjà vaincu l’ogre lyonnais la saison dernière au Moustoir. revanche pas laissé traîner les choses. Alors qu’il avait attendu 20 journées pour s’imposer à domicile en 200708, le club de la capitale s’est cette fois rendu d’emblée maître du Parc des Princes, qui plus est face à l’un des grands favoris du championnat. Sans être impérial dans le jeu, le PSG a mis fin au blocage psychologique devant ses supporteurs qui l’avait paralysé l’année dernière, et avait totalement plombé sa saison. Pour le nouvel attaquant Guillaume Hoarau, venu du Havre et auteur du but de la victoire, le moral est également au beau fixe. Son but a effacé les inquiétudes sur son adaptation, nées d’une première prestation sans éclat à Monaco (défaite 1-0). Le club du Rocher n’est pas parvenu à capitaliser sur ce succès et a dû concéder un nul frustrant à Nantes (1-1). En attendant l’incorporation en défense du Croate Simic, dernière recrue de l’ASM en provenance de l’AC Milan, Ricardo a encore du travail afin de rendre son équipe compétitive pour se mêler à la lutte pour les premières places. Cette 2e journée a aussi été l’occasion pour des équipes battues la semaine dernière de se racheter. Caen a largement dominé Valenciennes 3-1 grâce notamment à un but de l’ancien attaquant nordiste, Steve Savidan. Saint-Etienne, surpris d’entrée à Valenciennes, s’est fait peur en fin de match mais a réussi à préserver son avantage (2-1) face à Sochaux. Les Lionceaux, sauvés in extremis de la relégation en Ligue 2, sont bien partis pour un nouvel exercice galère puisqu’ils occupent déjà la dernière place après cette deuxième défaite en autant de rencontres. Toulouse, autre rescapé de la saison dernière, s’est lui rassuré avec un succès face au Havre (2-1) qui efface quelque peu cette terrible impression d’impuissance laissée à Lyon (3-0). En revanche, la saison risque d’être longue pour deux formations habituées depuis plusieurs années à se mêler au peloton de tête. Lille, avantdernier, a bien du mal à tourner la page Puel et s’est incliné au Stadium de Villeneuve d’Ascq contre Le Mans (3-1). 4e en 2007-08, Nancy pointe en 18e position après avoir concédé une défaite à la 89e minute à Nice (2-1). Si Lyon a du retard à l’allumage, Paris n’a enANG 1re j. Chelsea et Anelka en trombe Nicolas Anelka a imité Samir Nasri en marquant dès la première journée avec Chelsea dimanche, comme le Frenchie d’Arsenal l’avait fait contre West Brom’, samedi. L’ancien Parisien a inscrit le deuxième but des Blues à Stamford Bridge contre Portsmouth dans un match à sens unique (4-0). Après de bonnes prestations lors des amicaux de préparation, Anelka marque des points en l’absence de Didier Drogba, la star ivoirienne, dont le retour est prévu le 31 août. Gentiment critiqué par Scolari pour sa discrétion excessive hors du terrain, le Français a répondu à son coach brésilien en faisant parler son jeu de tête dans la défense de Pompey (Photo Reuters). Joe Cole avait ouvert la marque dès la 12e minute de jeu. Lampard a inscrit le troisième but sur penalty à la suite d’une faute de Sylvain Distin sur le premier réalisateur de l’après-midi (45e). En fin de partie, Deco, la recrue portugaise en provenance du FC Barcelone, a fêté son arrivée d’une frappe victorieuse des vingt-cinq mètres (89e). Des trois principaux prétendants à la succession de Manchester United, Chelsea a fait la plus forte impression. Samedi, les Gunners, malgré un Nasri remuant, n’ont percé qu’une fois la défense de WBA (1-0). Les Reds ont attendu la fin de match pour rapporter trois points de Sunderland (0-1, but de Fernado Torres à la 83e). Manchester United, le champion en titre, reçoit Newcastle à Old Trafford en clôture de la première journée anglaise à partir de 17h00. ANG Manchester United cale d’entrée Ecoutez Mélodie Matin avec Marcus sur Contrairement aux trois autres équipes du Big Four (Arsenal, Liverpool et Chelsea), Manchester United n’a pas réussi à prendre les trois points pour son entrée dans le championnat 2008-09. Les Red Devils, qui ne visent rien d’autre qu’un 18e titre de champion cette saison, ont été accrochés à domicile par une équipe de Newcastle séduisante (1-1). Privés de Ronaldo (blessé), Tevez (deuil familial), Anderson (JO) ou encore Nani (suspendu), les Mancuniens se sont montrés dans l’ensemble beaucoup trop brouillons offensivement pour faire la différence, même si le jeune Fraizer Campbell a fait forte impression aux avantpostes. Dominateurs avant le repos, les Mancuniens ont également souffert en défense face à une équipe de Newcastle aussi rapide qu’à l’aise en contre, avec notamment un Jonas Gutierrez (ex-Majorque) intenable. Celui-ci aurait d’ailleurs dû bénéficier d’un penalty dès la 8e minute, suite à une faute assez évidente de Vidic dans la surface. La sanction est finalement venue d’Obafemi Martins, d’une tête décroisée parfaite consécutive à un corner (21e, 0-1). Mais Newcastle n’a pas eu le temps de savourer son court avantage, Fletcher, parfaitement servi par Giggs, égalisant dans la foulée (23e). Le champion en titre a alors tout tenté pour arracher les trois points, mais Evra (35e) ou le jeune Campbell (56e) sont tour à tour tombés sur un Given des grands soirs, lui qui avait déjà réalisé des miracles en tout début de match face à ce même Campbell (6e) ou face à Rooney (13e). Et quand le gardien irlandais s’est enfin avoué battu, il a pu compter sur sa barre transversale pour repousser la tête de Vidic (73e). Après avoir longtemps cherché à créer la sensation en contre, Newcastle s’est finalement résolu à se contenter du nul. Une performance, déjà.ESP Valence Real Madrid : 3-2 (aller)Le FC Valence a dominé le Real Madrid (32), lors de la manche aller de la Supercoupe d’Espagne, dimanche. Le match retour aura lieu le 24 août à Santiago-Bernabeu. Le Real, dominé, s’en est remis aux arrêts d’Iker Casillas et à un doublé de Ruud Van Nistelrooy (14e, 68e) pour exister dans la partie. Les buts de Valence ont été inscrits par le jeune Mata (56e), Villa (59e) et enfin face à Vicente (81e). Robinho était titulaire avec le Real, mais il a très peu pesé. Les équipes : FC VALENCE : Hildebrand Miguel, Albiol, Alexis, Moretti Baraja (Manuel Fernandez, 75e), Albelda Joaquin (Pablo Hernandez, 65e), Silva, Mata (puis Vicente, 71e) Villa. REAL MADRID : Casillas Salgado (Sergio Ramos, 64e), Javi Garcia, Heinze, Torres M. Diarra, Van der Vaart De la Red, Robinho (Robben, 64e) Van Nistelrooy, Raul (Guti, 70e). Amical AC Milan Juventus : 4-1Le Milan AC n’a fait qu’une bouchée de la Juventus Turin, dimanche à l’occasion du trophée Berlusconi (4-1). Le club lombard n’a mis que 25 minutes à prendre la mesure de son adversaire. Marek Jankulovski a d’abord ouvert la marque pour les siens (21e), avant que Massimo Ambrosini ne double la mise quatre minutes plus tard. Le score a même pris des allures de correction après le repos grâce à Pippo Inzaghi, de près (52e). Le Juve a eu beau sauver l’honneur par le remplaçant Cristian Pasquato (70e), c’est bien le Milan AC qui a eu le dernier mot, Ambrosini s’offrant même un doublé (79e). Les équipes : MILAN AC : Abbiati (Dida 46e), Zambrotta (Oddo 65e), Bonera (Darmian 86e), Favalli, Jankulovski (Antonini 82e), Gattuso (Brocchi 65e), Flamini, Pirlo, Ambrosini (Cardacio 84e), Seedorf (Viudez 76e), Paloschi (Inzaghi 46e). JUVENTUS : Chimenti (Manninger 46e), Grygera, Mellberg, Chiellini (Legrottaglie 36e), Molinaro, Sissoko (Esposito 62e), Poulsen, Tiago (Pasquato 62e), Nedved (Ekdal 46e), Del Piero (F.Rossi 62e)

PAGE 16

Page 16 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update Department of Transportation 49 CFR Part 26 ESTABLISHMENT OF OVERALLDBE GOALFOR MDAD FOR FISCALYEAR 2009The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1, 2008 through September 30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups, community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A"level playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no discrimination against them. MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M. MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221. « C’est curieux … À partir d’un certain degré de décrépitude, on commence tous à se ressembler. » Pierre Magnan Il est de ces mots qui ont une histoire particulière, liée parfois à celle de certains individus et d’autres fois à celle de la société dans son ensemble. Il est de ces mots qui « font » l’histoire ou qui la modulent, à leur gré. Il en est ainsi pour les mots « Esclavage », « Traite », « Apartheid », « Antisémitisme », « Communisme », « Capitalisme », « Globalisation », et j’en passe. On peut leur associer toute une série de références, idéologiques, intellectuelles, affectives. Cela se produit aussi bien au niveau collectif qu’au niveau individuel. Aussi bien au niveau local qu’au niveau global. Il est certain, par exemple, que le mot « guerrillero » aura une interprétation « afectivo-politique » différente pour un Cubain que pour un Haïtien ou un Dominicain. De la même façon, un « zombi », un « loup-garou », un « Sénateur », un « Député », un « Parlement », seront des mots dont la « capacité d’évocation » sera différente en fonction de l’individu et de la société dans laquelle il évolue. Un Français leur associerait des images complètement différentes à celles qu’évoquerait un Haïtien par exemple, ou un Chinois ou un Hollandais. La culture, l’éducation, au-dessus de la configuration phénotypique, engendrent en nous des réactions différenciées. Dans mon cas, et je vous en ai parlé à maintes reprises, mon univers personnel est rempli de ces mots qui font irruption dans ma vie et paraissent parfois vouloir la remplir, établissant des hiérarchies et modifiant même les jugements que je porte. Le dernier mot qui est intervenu de la sorte a été le mot « caduc », causant en moi une envie de prendre le large et de dire « nou bwé pwa ». J’ai donc oublié, cette semaine, et les conflits avec la MINUSTAH (Serait-ce un coup monté pour se faire oublier?) et la démission de « l’Intransigeant» ou les problèmes de « quorum », pour me laisser obséder par le mot « caduc », par la « caducité des formes et des modes de fonctionnement » et par l’inadéquation du « fond », dans le pays. Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, le mot caduc représente l’état de ce qui est périmé, dépassé. Il représente ce qui n’est plus valide, ce qui n’est plus valable. La caducité précède la décrépitude et l’état terminal indique sa finalisation. Le mot caduc, je l’avais écouté, quand j’étais petit, lorsque l’on m’expliquait les types de feuilles. On parlait de feuilles caduques, de ces feuilles qui tombaient, chaque année. Cependant, l’image ne tenait pas. « Les feuilles mortes se ramassent à la pelle » chantait Gérard Dupervil. Je le chantais aussi mais ce n’était pas ma réalité, cela ne correspondait pas à ma « mentalité d’enfant tropical ». Ma réalité était la « saison des mangues », la « saison des quenêpes ». Dans ma tête d’enfant des tropiques, je ne concevais pas un arbre sans ses feuilles. Je voyais donc nos arbres avec toutes leurs feuilles, durant toute l’année. Ce qui apparaissait et disparaissait c’était les fruits. Ou bien ils tombaient, mûrs, sous l’effet de la gravité, ou bien on les cueillait. L’idée de caducité était donc pour moiCaduc!quelque chose d’étranger. Tout était « pérenne » à l’époque, le « régime », les « feuilles », le « pays ». En plus, personne ne démissionnait. Nul ne l’aurait osé. Le quorum s’établissait en fonction des besoins du « Chef ». Pour revenir aux feuilles caduques, je peux dire que je comprenais l’idée, mais j’étais beaucoup plus habitué aux fruits, aux récoltes. La globalisation aidant et la possibilité de voyager de temps à autre m’ont permis de déguster les saveurs de l’automne, de jouir du spectacle de la chute des feuilles, de la « pâleur de la lumière » durant cette époque de l’année, de vivre la « nudité de l’arbre» et le bourgeonnement de la vie à travers la renaissance printanière. Je compris alors la portée du mot « caduc ». Pour continuer avec le mot caduc, chers amis, je ne sais pas si vous vous souvenez de la « malkadi », le « mal caduc », le « haut mal », l’épilepsie. J’ai eu du mal à associer « malkadi » et « mal caduc ». Enfin, chères amies, chers amis, la caducité conduit à la décrépitude et si « à partir d’un certain degré de décrépitude, on commence tous à se ressembler », j’espère que les convulsions actuelles de notre société et la caducité de nos modes de fonctionnement, ne seront pas les signaux annonciateurs de notre décrépitude, car au fond, nous commençons tous à nous ressembler. Vous vous imaginez ? Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Août 2008 Debout Gonaïves! Gonaïviens / Gonaïviennes Artibonitiens / Artibonitiennes1) les préparatifs de l’inauguration, 2) le dossier de sa gestion en vue du développement. I. L’inauguration de cette Centrale Électrique doit être un événement festif marqué surtout de la participation de toutes les couches sociales de la région des Gonaïves, surtout de celles qui, au cours des ans, ont trop souffert de la privation de l’énergie électrique : a) les élèves et étudiants des familles modestes , qui n’ont pas pu, au fil des années, s’adonner, le soir, à leurs travaux scolaires, faute de lumière électrique. D’où, toutes les écoles de la ville et des environs doivent participer aux festivités de l’inauguration. Nous suggèrerions que, dès à présent, les ensei-gnants commencent à engager, avec leurs élèves et leurs parents, le dialogue relatif à la portée de cet événement et à leur éventuelle participation. b) Les industriels, les artisans, le personnel médical, qui ont grand besoin de l’énergie électrique pour survivre en exerçant à temps plein leurs arts et répondre aux demandes pressantes de la COMMUNAUTÉ, se doivent de marquer, par leur participation aux festivités de l’inauguration, leur détermination de voir la Nouvelle Centrale inaugurer activement à ces festivités pour témoigner que dans ce 21e siècle où – sous tous les cieux la technologie fait des bonds considérables, ils n’entendent plus rester à l’âge du bois-pin ou de la lampe tèt-gridap comme sources d’éclairage. Ils entendent, eux-aussi, bénéficier de la part de courant électrique à laquelle ils ont droit… D’où, le Bureau du Travail et des Affaires Sociales aussi bien que la Mairie et le Bureau du Département de l’Agriculture de la ville, se doivent de contacter les Syndicats Ouvriers et les diverses organisations paysannes de la région des Gonaïves pour les inviter à participer activement à toutes les phases de cette inauguration (y compris les préparatifs). Un Comité composé, entre autres, de représentants des quartiers de Raboto, Jibile Blan, Dekawo, Pak Vensan, Ka Solèy…du monde syndical et professionnel, du monde des Écoles, et clérical (catholique, protestant, vodouisant…) des organisations paysannes, etc, concourra avec la Commission Communale à la préparation du programme des festivités (performances culturelles des écoliers et étudiants de la ville et des écoles rurales, des Clubs populaires), invitations, veillées patriotiques, retraite au flambeau, etc. II. Il n’est plus question de continuer à ingurgiter la vieille tisane de toujours, qui, loin de guérir, n’apporte que de nouvelles complications. Il faut que Gonaïves cesse de se complaire des chants de sirènes ou de s’abreuver de la rhétorique usuelle des démagogues. Il est temps que dans le contexte de la décentralisation prévue par la Constitution de 1987, elle pense à prendre en main sa destinée. L’expérience de la vie quotidienne ayant prouvé que la vieille machine administrative de la République de Port-auPrince a plus qu’échoué, Gonaïves, ne pourrait-elle pas, posant la première pierre d’une nouvelle politique administrative, s’évertuer à prendre en main la gestion de la nouvelle Centrale Électrique dont elle a grand besoin pour instaurer une nouvelle politique économique de nature à lui permettre d’éradiquer le chôma-ge, la vie chère, la faim, les maladies de toutes sortes. Or, nous avons la preuve que de nombreux Gonaïviens/ Artibonitiens de la Mère-patrie et de la Diaspora sont en mesure de faire face valablement à leur responsabilité s’ils sont invités à mettre leurs compétences au service d’une saine et fructueuse gestion de la Centrale Électrique dont le Peuple Frère du Venezuela vient de doter Gonaïves, la Fière. Gonaïves n’a pas intérêt à voir la gestion de cette centrale électrique tomber entre les mains des fameux une ère nouvelle dans une Gonaïves qui a été systématiquement bernée par des clans divers peu soucieux du Bien-Être des habitants de la Terre Salée. c) Les Ouvriers et les Paysans , depuis toujours abandonnés à leur misérable sort, et plus que tous victimes du sousdéveloppement, du chômage, de la sécheresse, de l’érosion, de la vie chère, etc. se doivent de participer (voir GONAIVES / 17)APPELLIBRE PENSEEBientôt, la ville des Gonaïves, chef-lieu du département de l’Artibonite, berceau de notre INDÉPENDANCE NATIONALE, sera électrifiée grâce à la générosité du peuple vénézuélien dont le porte-parole, le président Hugo Chavez, a mis un point d’honneur à promouvoir, dans les faits, l’idéal bolivarien et la solidarité panaméricaine. L’inauguration de l’usine électrique est pour bientôt. Donc nous devons nous préparer en conséquence. Il y a lieu non seulement de bien planifier cette inauguration ; mais nous devons surtout réfléchir et faire de sages prévisions en vue d’une fructueuse et saine gestion de cette usine qui ne doit pas connaître le sort malheureux des quelques biens d’équipements payés par notre TRÉSOR PUBLIC et qui en l’espace d’un cillement ont ou bien disparu de l’inventaire du patrimoine national ou bien échoué prématurément sur la voie de garage. Nous autres qui, au cours des ans, avons fait la triste expérience d’un déprimant black-out, nous savons que, dans une communauté dite policée, l’électricité, qui nous a trop longtemps manqué, est un facteur de progrès social, économique et culturel. D’où, en cette occurrence, envisageons la question de la venue de cette manne miraculeuse sous deux grands aspects :

PAGE 17

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 17 « gestionnaires » qui depuis deux siècles lui ont donné leurs mesures. Or, nous savons que seule une gestion et une distribution rationnelles de l’électricité – dont ils ne sont pas capables peut concourir à faciliter les progrès techniques de production en faveur de TOUS . Nous sommes certains que si la gestion de la nouvelle usine électrique de 15 mégawats est confiée, par bonheur pour Gonaïves, à une équipe de ses enfants capables et qui se soucient vraiment de son bien-être, elle pourra s’attendre à ce que : -Les enfants des familles défavorisées auront la chance de pouvoir – s’ils le veulent étudier leurs leçons, le soir, à la lumière des lampadaires des rues, en attendant que l’électricité s’installe dans leurs humbles foyers. La Plaine des Gonaïves renaîtra de ses cendres : les 30 ou 40 pompes affectées jadis à son irrigation et tombées en panne depuis des décennies, faute d’énergie, redeviendront fonctionnelles ; et les jardins de nos braves paysans recommenceront à fournir à la Communauté les produits alimentaires et les denrées exportables qui lui font besoin. Avec la reprise, sous une grande échelle de la culture du coton, l’IDAHI pourrait reprendre son programme de prêt aux petits producteurs de coton et rouvrir l’ancienne filature de Ka Solèy. Donnant ainsi du travail à des milliers de chômeurs et économisant une bonne partie des devises dépen-sées par Haïti pour importer de l’étranger des tissus que nous pouvons pro-duire au pays. Les propriétaires des marais salants des Gonaïves pourraient moderniser la production du sel marin susceptible – à côté de la consommation locale de trouver des débouchés à l’étranger. La mine de ciment de Mòn Lapierre , la mine de marbre de Gran Savann , de Mòn Lapierre et Mòn Peris auraient plus de chance d’être mises en exploitation. Nos éleveurs auraient plus de chance à élever leurs poules, canards, dindes, pintades, lapins…etc, selon les normes en cours dans les grands centres d’élevage de l’étranger. Ce qui nous épargnerait de faire venir de l’étranger des ailes de poulets et de dindes que nos braves marchands débitent sur les marchés dans de déplorables conditions d’hygiène. Nos médecins, infirmiers, infirmières et paraprofessionnelles de la santé trouveraient un meilleur environnement pour prodiguer des soins à leurs malades dans les hôpitaux et cliniques. Par exemple, nos chirurgiens cesseront de courir le risque de confronter des coupures d’électricité au beau milieu d’intervenions chirurgicales. En outre, l’installation d’une Centrale Électrique fiable dans la Terre Sale, ne pourra que rassurer une équipe de médecins, infirmiers, infirmières et d’au-tres spécialistes de la science médicale d’origine gonaïvienne, actuellement retraités à l’étranger, qui caressent – avec beaucoup d’hésitation en raison de la précarité du problème de courant électrique depuis des années le projet de fonder aux environs de leur ville natale, ou une maison de retraite pour personnes âgées ou un petit hôpital semi-privé. À l’œuvre, Gonaïviens/ Gonaïviennes, Artibonitiens/Artibonitiennes ! Ne permettez plus aux Malfait / Malfou de creuser, au cœur de votre ville plon-gée dans les ténèbres, de ces maudites « piscines» où les vôtres se cassent souvent le cou à la faveur de la nuit. Travaillez tous ensemble à l’avènement dans votre PAYS d’une NOUVELLE POLITIQUE ADMINISTRATIVE et d’une NOUVELLE POLITIQUE ÉCONOMIQUE reconnaissant à notre ARRIÈRE-PAYS le droit de gérer ses propres AFFAIRES ; ce, indépendamment de la « République de Port-au-Prince » qui est en faillite. Georges Jean-Charles Chesnel PhanordDebout Gonaïves! Gonaïviens/Gonaïviennes( ... suite de la page 16) Mme Marianne Feldmann, vous êtes Ambassadeur de l’Autriche en Haïti avec résidence à Caracas, comment percevez-vous les relations entre l’Autriche et Haïti? L’Autriche et Haïti ont des relations excellentes. Naturellement il y a toujours la possibilité d’approfondir les relations. En 2006, l’Autriche a été l’hôte du IV Sommet Europe-Amérique LatineCaraïbes et ce sommet a eu comme résultat plus d’intérêt du gouvernement autrichien, mais aussi du public en général pour la région Caraïbes. Comment les Autrichiens perçoivent-ils Haïti? Naturellement la perception est influencée par les grands moyens de communication internationale (comme partout dans le monde aujourd´hui). L’Autrichien moyen ne sait pas beaucoup sur Haïti. Peut-être les clichés seraient “exubérance tropicale, beauté naturelle” mais aussi “danger, violence”, malheureusement. En tant qu’Ambassadrice de l’Autriche en Haïti avec résidence à Caracas, venez-vous souvent en Haïti? Comme je couvre 12 pays, mes voyages ne sont pas aussi fréquents que je voudrais, mais je dois dire que Haïti est l’un de mes pays préférés. Y a-t-il des projets auxquels participe l’Autriche en Haïti actuellement? De manière concrète, nous avons fait un don de 250.000 Euros en aide à travers le Programme Alimentaire Mondial (WFP), 100.000 Euros à travers ONU-SIDA pour des programmes en Haiti et au Surinam, en plus des offres d’appui à des conférences de l’Organisations des Nations Unies comme le CTBTO et le programme SPIDER. Le CTBTO tout comme le SPIDER offrent des données très importantes pour la prévention et le management des désastres naturels et nous pensons qu’il est important pour des pays des Caraïbes comme Haiti d’avoir accès à ces données. Pour cette raison, nous appuyons les coûts de voyages des participants des Caraïbes, comme Haïti. Le bruit court qu’au-delà de vos activités diplomatiques vous êtes aussi une artiste, une musicienne de grande classe, est ce vrai? Avant de devenir diplomate j’étais professeur de guitare classique, instrument que j’ai étudié pendant plusieurs années à l’Académie de Musique de Vienne en Autriche et je joue toujours un peu, surtout la musique brésilienne (Bossa nova). En tant qu’artiste, comment voyez-vous l’art haïtien et la culture vaudou? Je pense que Haïti est un pays possédant un grand trésor artistique, dans tous les domaines. La peinture haïtienne, sa musique, son artisanat, sont vraiment extraordinaires. Quant au vaudou, je vois des parallèles avec l’Afrique occidentale et le Brésil (Bahia). Je respecte beaucoup ces anciennes traditions qui se basent sur la force de l’esprit. Dans le domaine culturel, percevez-vous une possible coopération entre Haïti et l’Autriche? Les deux pays ont une très grande sensibilité artistique, surtout dans le domaine musical. Je pourrais m’imaginer plus de coopération dans ce domaine. Il serait plus facile pour nous de travailler en Haïti si nous pouvions faire une alliance stratégique avec le mouvement des orchestres juvéniles du Venezuela, où nous sommes déjà très actifs. Cette merveilleuse œuvre fondée il y a 30 ans par le Maestro Jose Antonio Abreu au Venezuela, et qui compte aujourd’hui presque 500.000 membres, donne de l’assistance technique à plus de 20 pays. Je pourrais aider le gouvernement haïtien en ce sens. L’appui vénézuélien serait formidable aussi pour les écoles déjà existantes en Haïti, et pourrait certainement faciliter la venue de professeurs de musique autrichiens pour des “Master Classes” en Haïti, en coopération avec leurs collègues vénézuéliens. Y-a-t-il beaucoup d’autrichiens qui visitent ou qui connaissent Haïti? Le nombre malheureusement est très réduit. Les Autrichiens seraient-ils intéressés à faire du tourisme en Haïti.? Certainement, s’il y avait des “paquets” touristiques à prix réduits comme en République Dominicaine, le pays des Caraïbes avec le plus grand nombre de touristes autrichiens. Naturellement, le facteur sécurité compte beaucoup dans ce domaine. Vous êtes aussi Ambassadeur de l’Autriche au Venezuela. Comment, d’après-vous, les Vénézuéliens perçoivent-ils Haïti? Avec le gouvernement de Hugo Chavez, et les initiatives pour les Caraïbes, comme la “Mission Milagros”, pour opérer de la cataracte au Venezuela et à Cuba, ou Petrocaribe, les Caraïbes, Haïti incluse, on est plus branché sur les Caraïbes qu’avant. été induits par la crise alimentaire en Haïti le Ministre des Affaires Etrangères de l’Autriche Mme Ursula Plasssnik a annoncé un don de 250.000 Euros à Haïti, s’agit-il là du reflet d’un accroissement de l’intérêt pour Haïti par le Gouvernement autrichien? Certainement! Nous allons signer un accord de Coopération avec la CARICOM dans les prochaines semaines qui nous ouvrira plus de possibilités de coopération dans la région, y compris Haïti. Comment voyez-vous le futur des relations entre l’Autriche et Haïti? L’Autriche a offert un programme d’assistance à des pays qui veulent ouvrir des Ambassades à Vienne. Il faut tenir compte du fait que Vienne est le siège de plusieurs organisations des Nations Unies qui travaillent dans des secteurs qui peuvent donner de l’assistance aux pays des Caraïbes, pour la prévention des stupéfiants (UNODC), l’industrialisation (ONUDI), les images de satellites en cas de désastres naturels (nouvelle organisation SPIDER), entre autres. L’Autriche est aussi un pays qui a des relations millénaires avec ses voisins de l’ancien “Est Européen”, et est géographiquement situé très proche de pays come la Slovaquie, la République Tchèque, la Hongrie, la Slovénie entre autres. Nous pensons qu’il serait très intéressant d’ouvrir une Ambassade, individuellement ou collectivement (nous avons fait cet offre p.ex. à la CARICOM comme un bloc). Certainement, une Ambassade de votre pays en Autriche donnerait un bon coup de main à nos relations bilatérales et rapprocherait davantage Haiti de l’Europe Centrale. Vous avez l’intention d’organiser une exposition d’art en Haïti en collaboration avec la FOKAL de Mme Michelle Pierre Louis. A quel point sont les négociations avec cette institution sur ce point? Nous avons fait la proposition à FOKAL, mais malheureusement, jusqu’à présent, on ne nous a pas répondu. L’exposition, qui sera montrée la semaine prochaine pendant la CARIFESTA à Georgetown, est basée sur l’œuvre de Ste. Thérèse de Lisieux, avec un beau message qui a même été traduit en créole haïtien. Il serait formidable que l’on puisse voir l’exposition en Haïti, elle a été montrée à Beijing pour les jeux olympiques. Avez-vous un message particulier pour le Président Préval et Mme Pierre-Louis? Beaucoup de succès pour l’avenir, et paix,bonheur et prospérité pour lui et son merveilleux pays. À Mme Pierre-Louis, que j’admire beaucoup et avec qui j’ai eu beaucoup de contact dans le passé (on a organisé ensemble une conférence sur la justice alternative, entre autres) : Beaucoup d’énergie positive pour sa nouvelle fonction, et j’espère que finalement on pourra montrer la merveilleuse exposition de FOKAL, illustrant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dans le contexte haïtien, à Vienne, où je serai de retour, a partir de novembre de cette année ! Propos receuillis pour Haïti en Marche par Azad Belfort, DESS en Diplomatie et administration des Organisations Internationales de Paris 1-Sorbonne Traditionnellement la diplomatie autrichienne s’intéresse surtout aux pays de l’Europe centrale et de l’Est ainsi qu’aux pays d’Asie du sud et de l’Afrique. Cependant depuis quelque temps, elle affiche un intérêt grandissant pour les pays de la Caricom en général et pour Haïti en par ticulier. Il faut noter que l’Autriche à travers sa représentation basée à Caracas participera de façon active au 9ème forum des hommes d’affaires et des entreprises d e la grande Caraïbe qui se tiendra à Aruba du 23 au 25 septembre 2009. L’ambassadrice Marianne Feldmann représente l’Autriche en Haïti avec résidence au Venezuela . C’est une diplomate de choc et de très haut niveau dont l’esprit bouillonne de projets. Elle aime beaucoup Haïti, son peuple et son art : Haïti en Marche l’a rencontré pour vous.Rencontre avec l’ambassadeur d’Autriche en Haïti Mme Marianne Feldmann Lors des événements d’avril dernier qui ontDIPLOMATIEMme Marianne Feldmann

PAGE 18

Page 18 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2)LES JEUX par les fortes pluies enregistrées. En plus des dizaines de personnes portées disparues dans le Sud-ouest, le bilan provisoire dressé par les responsables de la protection civile en Haïti fait état de 7 morts (6 dans le Sud et 1 dans l’Ouest / Léogâne) et de 2 autres personnes portées disparues, suivant les données recueillies des centres d’opérations d’urgence répartis sur le territoire national. Parallèlement, 55 personnes ont été hébergées dans des abris provisoires, tandis que 6 maisons ont été détruites et 38 autres endommagées. Dans le Sud-est, un navire marchand dénommé “La métropole du Sud-est” et contenant des merchandises, a sombré au port d’Anse-à-Pitres, tandis qu’un autre appelé “la paix” ainsi qu’un koralen (sorte de grande pirogue, utilisée pour la pêche) ont été renversés à la suite de la montée des eaux de la rivière Pedernales, qui sépare la ville dominicaine du même nom de Anse-à-Pitres à la frontière entre les deux pays. Des maisons ont été également inondées à Anse-à-Pitres, selon les informations obtenues par Alter Presse. Certaines maisons dans des quartiers de Cité Soleil, grande agglomération populaire au nord de la capitale haïtienne, ont été envahies par les eaux de la rivière Grise en crue. Très tôt dans la matinée du 16 août, des vents orageux ont accompagné les pluies qui se sont abattues pendant toute la journée et même le 17 août (pour certains départements géographiques) sur l’ensemble des dix départements géographiques d’Haïti. Dans un communiqué diffusé le 18 août, la France se déclare solidaire d’Haïti, durement frappée par des événements tragiques, dont “l’accident d’un camion qui, basculant dans une rivière en crue, a causé la noyade de plus de cinquante personnes. Elle adresse ses sincères condoléances aux familles et aux proches des disparus ainsi qu’au gouvernement et au peuple haïtiens. Elle forme des vœux de prompt rétablissement pour les rescapés de ces terribles épreuves”.Ministres restants ( ?)Parmi les ministres du cabinet ministériel sortant dont on cite les noms comme ceux qui seraient maintenus à leur poste, on cite les noms de Daniel Dorsainville, aux Finances, Jean-Max Bellerive au Plan, Frantz Verela aux Travaux Publics et Pierre Antoine BienAimé à l’Intérieur. Les députés se seraient exprimés contre le maintien de Verella qui, disent-ils, se serait montré arrogant lors d’une précédente convocation à la chambre basse.Le Premier ministre ratifié, Mme Michèle D. Pierre Louis, devant la Chambre Basse cette semaineMadame Michèle D. Pierre-Louis, premier ministre ratifié, pourrait présenter sa déclaration de politique générale cette semaine devant la Chambre des députés. C’est Steven Benoît, député de la circonscription de Pétionville et deuxième secrétaire du bureau de la Chambre basse, qui a communiqué la nouvelle en précisant que l’invitation a été présentée à Madame Pierre-Louis le jeudi 14 août dernier.Quid du sénat de la République ?Rien n’est encore réglé au Sénat de où la ratification de la politique générale du Premier ministre ratifié fait toujours l’objet de nombreuses tractations. Le sénateur Jean Hector Anacacis, a annoncé le mercredi 13 août, qu’il va soumettre au président du Sénat, Kély Bastien, une proposition de réduction à 10 du quorum du grand Corps, pour contourner les exigences des collègues qui conditionnent le vote de l’énoncé de politique générale du premier ministre ratifié à l’obtention de postes dans le prochain gouvernement. 16 sénateurs sur 18 doivent voter pour valider le programme de Mme Pierre-Louis. Le sénat est amputé de 12 de ses membres avec la fin du mandat de 10 d’entre eux et le renvoi de deux autres pour “leur nationalité étrangère”. Selon M. Anacacis, il faut ramener le quorum à 10 et appliquer ensuite le principe de la majorité absolue (moitié plus 1). Jean Hector Anacacis a fait savoir qu’au lieu de démissionner comme le suggère son collègue Yvon Buissereth, il préfère plutôt donner une chance au sénat, à travers cette proposition. Soulignant qu’il y a jurisprudence en la matière, il a rappelé que la 45ème et la 47ème législatures avaient réduit le quorum du Sénat. Le parlementaire de l’Ouest estime que plusieurs collègues dont Youri Latortue (LAA) et Michel Clérié (Fusion) le soutiennent dans sa démarche. Pour sa part, le sénateur Rudy Hériveaux a fait savoir qu’il faut laisser les négociations se poursuivre avant de penser à trouver d’autres moyens de résolution de la crise. Il a affirmé que les sénateurs voteront l’énoncé de politique générale de Michèle PierreLouis à partir du moment où les partis politiques sont intégrés dans la formation du nouveau gouvernement.Haïti/Rép. Dominicaine : Forum binational à Port-au-Prince sur la traite et le trafic de personnes(EN BREF / p. 19) P-au-P, 18 août 08 [Alter Presse] — Un forum binational sur la traite et le trafic d’êtres

PAGE 19

Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou CHAPOBA POU NELSON MANDELA!Si n’ap suiv televizyon meriken CNN senmenn sa-a, n’ap remake yo gen youn pwogram y’ap woule chak jou sou “Black in America”. Istwa sa yo pa youn sipriz pou pesonn. Tout mounn konnen pi gwo olokòs nan istwa Lamerik-la se lesklavaj. Tretman zannimo blan yo te bay nèg yo t’al dechouke an Afrik vin bourike nan Lamerik ak karayib-la. Malgre nèg yo goumen pou finalman pran libète yo ak fòs ponyèt yo, nèg an Amerik tankou nan Lafrik Disid pase youn bann tan san dwa sivik ak politik. Nèg yo te youn dènye klas mounn, youn kategori sitwayen ki pa t’ka ni chita kote blan, ni voye pitit yo nan menm lekòl ak blan, ni manje nan menm restoran ak blan. Yo boule kay yo, ensandye legliz yo, pann yo pou dan ri. Men zany Tousen Breda toujou la ap veye. Apre asasinay Tousen nan fredi laglas fòdejou nan peyi Lafrans, youn bann lòt Tousen pèse. Toupatou nan lemond, san bliye manman Lafrik kote yo te soti e kote nanm yo te retounen apre lanmò. Filozofi Tousen-an ban nou Martin Luther King. Li ban nou tou youn gason eksepsyonèl, youn lidè, youn mastèbrenn ki rele Nelson Rolihlahla Mandela. Jounen jodi-a nou gen youn barak ki pèse: Barak Obama. Tousen mouri. Martin Luther Mouri. Obama ak Nelson Mandela toujou la. Apre youn karyè politik san parèy nan listwa limanite, nou klase Nelson Mandela kòm dezyèm pi gran lidè politik apre Tousen Louvèti. Kiyès ki Nelson Mandela? Kite-m prezanten gason vanyan sila-a. Bèl gason sila-a ak youn souri sou vizaj li ki pa janm efase malgre 27 ane prizon ak tout youn vi soufrans nan batay pou ranvèse lòd sosyal peyi li: Lafrik Disid. Nelson Manndela fèt nan youn tivil an Afrid Disid ki rele Qunu tou pre Umtata nan zòn youn zòn ki rele Transkei. Li fèt 18 Jiye 1918. Kidonk 18 Jiye 2008 ki sot pase la-a fè msye 90 ane byen plen. Ragagann. Papa-l Henri Mandela se te chèf youn tribi ki rele Thembuland.. Nelson te gen chans ranmase youn bèl edikasyon segondè nan youn lekòl wesleyèn, apre sa, l’ap kontinye nan youn kolèj Fort Hare kote li mare youn bachelor of Arts Degree . Pandan li nan kolèj saa, yo voye-l al chita lakay li paske li te patisipe nan youn grèv etidyan. Li kontinye etid li yo pa korespondans nan Johanesbourg. Li fini etid li nan inivèsite de Witwatersrand. Li diplome avoka an 1942. an 1944, li rantre nan òganizasyon politik ANC ki vle di African National Congress. Jenn avoka ki pa manje anyen k’frèt li pa t’ka tolere jan blan sid afriken yo t’ap trete nèg yo, li lage de gidon nan dengwenn National Party-a ki t’ap dirije peyi-a. Ak politik Apatheid-la ki youn fòm diskriminasyon brital ki deklare peyi-a se pou blan, nèg pa ladann. Mandela ak ekip aktivis ANC-yo deklare gouvennman-an lagè. Nan pwòp peyi yo pa dwe gen kote yo pa ka rantre, yo pa ka voye pitit yo lekòl nan tout lekòl…Ak system Apartheid-la Tout nèg dwe gen kat idantifikasyon. Gende vil ak zòn, fòk yo gen ID pou yo rantre. Yo fouye yo kon volè kèlkilanswa mounn ou ye depi ou se nèg. Viv an Afrik Disid pou nèg yo te prèske enposib. Mandela fè pwotestasyon, leve lavwa byen wo, byen fò e menm deklannche vyolans kont blan rasis yo. Nelson Mandela dispoze bay vi-l pou fòm diskriminasyon sa-a fini nan Lafrik Disid. Se pa milye jennjan al enskri nan pati ANCa. Otorite blan yo kraponnen. Gouvennman-an pase lòd pou yo kraze Mandela. Yo menm te mande Lakou Siprèm pou li retire diplòm avoka-a nan men-l. Se grasa youn jij nan lakou Siprèm-nan ki rele Ramsbottom ki te gen kouraj refize demann gouvennman-an. Li di dokiman sa-a Mandela travay di pou l’ te dekwoche-l. Li etidye ak volonte pou l’ sèvi frè ak sè li yo e li pa fè anyen ilegal ki montre li pa merite-l. Mandela jwe youn wòl enpòtan nan kenbe rezistans-lan pou retire kilti lwès-la nan san Sid Afriken yo. Li mande pou yo mete kilti Bantu-a ak lanng SidAfriken-yo nan kourikoulòm edikasyon timounn yo. Li ankouraje tout manifestasyon k’ap fèt kont gouvennman-an. Yo arete-l an 1962 apre li te sot pran youn antrennman militè an Aljeri. Nan youn vye similak jijman tankou lakay, yo kondane-l pou l’pase 5 ane travofòse. Epi se te youn balewouze. Yo te fouke prèske tout manm poto-mitan ANC yo. Epi yo fè youn lòt similak jijman. Malgre Mandela te deja kondane pou 5-ane prizon, fwa sa-a ak lòt kanmarad yo, yo akize-l dèske li t’ap konplote kont “la sureté de l’état”. Youn ekspresyon ki gen gou janbon anba bouch tout dictatè, tou ansasen ki bezwen kraze opozisyon politik yo, elimine nèg, pase nèg alenfinitif, ekzile nèg….. Yo fè prizon Robben Island bò Cape town kado Nelson Mandela. Yo kondane-l pou l’pran prizon avi. Se te an 1964. Se pandan l’nan prizon-an repitasyon Mandela koumanse fè chemen-l. Aktivis leve kon dyondyon. Yo sèvi ak filozofi li-a kòm eslogan batay yo. Gouvennman rasis la pwopoze pou yo libere-l men akondisyon pou li mete dlo nan diven-l. Li refize. Li di li p’ap trayi pèp li-a. Li pa p’konpwomèt libète frè ak sè li yo. Sèl kondisyon li mande se elimine Apartheid-la, elimine fòm diskriminasyon ki divize peyi-a. Bay tout nèg dwa pou yo sikile lib-e-libè nan peyi yo ak tout avantaj sivik e politik blan yo genyen. Men sa nou rele youn nèg ki gen konviksyon. Li pito mouri pase pou l’ trayi pèp-li. Apre anpil presyon entènasyonal ak gwo manifestasyon nasyonal gendelè menm ki trè vyolan, gouvennman pati nasyonal-la finalman dakò pou lage Nelson Mandela 11 fevriye 1990 apre 27 ane prizon. An 1991 Mandela pwononse youn kokennchenn diskou pou premye konferans ANC ki te fèt an Afrik Disid.. Yo nonmen–l Prezidan ANC . Youn bon zanmi-l aktivis tankou li ki rele Olivier Tambo vin chèmann òganizasyon-an. 10 me 1994 Mandela kandida nan eleksyon prezidansyèl yo. Li vin premye prezidan nèg eli demokratikman nan peyi Lafrik Disid. Jounen jodia li gen 90 ane. Li pase mayèt la bay nouvo jenerasyonan. L’ap repoze vye kò-a nan vil Qunu nan Transkei, vil natal li. Youn repo byen merite. Bòn fèt Nelson Rolihlahla Mandela! “Ay! Papa jodi-a Nou rele Nou chante Nou danse Nou pyafe Nou houke ak tout fòs nou Viva…Viva Mandela! Apated kaba Tankou gwo bout miray Bèlen Tankou diktatè bòt desanlye Kap krabinen pitit Bondye. Nou di: Viva…Viva Nelsonn Rolilala Mandela!” Jan Mapou mapoujan@bellsouth.net ======================= MWA D’MELapli mwa d’me alenfinitan chitatan viniLarivyè pa rete bra kwaze André Fouad (Bri lan nwit,2000) PARAD Tout mounn sou derantout chan tout refrenrete sèk nan memwa grandizè Lan nwit sou derantout sòlda bwèbayonèt ak fizi powèt sou macheskalyepran loryan letènite André Fouad (Bri lan nwit, 2000) BARIKAD Lan nwit se fanm ansent bò barikadkilè li pral akouche je koukouy tonbesou lannwitk’ap pise sou likilè li pral akouche André Fouad (Bri lan nwit) P.S Rekèy ki rele Bri lan Nwit te parèt nan ane 2000 nan edisyon page ailee(peyi d’ Ayiti)sou lobedyans plimeyank jean euphele milce mounn gonayiv(lokalite pasrenn). ==========================ATIS MIZISYEN EVAL MANIGAT KITE NOUEval Manigat s’oun atis mizisyen trè popilè nan Kebèk Kanada. Mayestwo, konpozitè depi 30 ane li jwe youn wòl enpòtan nan devlopman mizik kebekwa-a. Mizik se te tout vi li. Eval s’oun pwofesyonèl ki manyen tout fòm mizikal yo tankou ròk, djaz, mizik afro-laten, konpa… An 1993 li te pran pri “Juno” pou pibon anrejistreman pou “Musique du monde” ak youn disk ki rele Afrika. Li te pwofesè mizik nan akademi mizikal Sen Mak kote li t’ap pase konesans mizikal-li bay jenès-la. Li mouri Sen Mak Ayiti. Li te gen 69 ane. Biwo Santral Koukoy yo voye kondoleyans bay zanmi ak fanmi Eval espesyalman bay kouzen li Max Manigat kolaboratè Tigout pa Tigout. ===================PÈ BENNETT FÈ LAREVERANSPè Bennett te emèveye tout Ayisyen nan Little Haiti. Detanzantan, depi li Miyami, se te youn plezi pou li, ti valiz li sou do-l, pou li mache apye vizite komèsan sou dezyèm avni Nòdis-la. Li bay lodyans e li pa pè ni salwe ni prezante-l bay tout mounn k’ap rantre-soti nan Libreri Mapou-a. Youn libreri Pè Bennett klase nan ribrik jounal Le Nouvelliste kòm pi gran libreri Ayisyen. Gen 15 jou de sa, youn dimanch apremidi, li te pase vin salwe nou. Pitit fi li di nou malgre sante li pa twò bon, li ensiste pou li mennen-l nan Little Haiti. Li te fèb. Zye-l te pal. Apèn si li te kab kanpe. Memwa-l te koumanse ap fè-l defo. Li anvi bay blag men li pa te kapab. Li te konfye nou kè li pa bon. Li sot fè bypass e li gen youn lòt operasyon k’ap vini men li di fòk li te vin wè zanmi li yo nan Little Haiti. Li depoze 3 Tranche de Vie ki se youn woman li di li vle ekspoze menmsi yo pa vann. Li achte youn soda nan ti boutik sou kote libreri-a. Li travèse nan restoran La difference epi…L’ale…L’ale nèt… li pa p’retounen ankò. Pè Bennett fè lareverans! Li te pase di Little Haiti goodbye! ===================POU PEYI-AMwen bezwen youn kaye ak youn kreyon Pou m’ekri youn mo enpòtan Kite pou timounn yo demen. Kaye sila-a, li pa p’byen prive pèsonn, L’ap pou piblik la anjeneral. N’ap bay elevasyon nasyonal li Pou l’distribye kopi kaye-a Nan tout depatman peyi-a. Tout paj kaye-a ap ranpli San kite tras, san kite espas Pou lanati pa fè sa l’ konn fè Lè l’jwenn twouvid. Sou po kaye-a ap make lizay, Prefas kaye-a ap siyen :lizay, Sijè kaye-a se : lizay Wi, fòk tout fòs peyi-a Retounen al benyen nan sous lizay Pou peyi-a ka gen plis mounn byennelve Konsa pa p’ gen mounn malelve. Dorcély Dédé En Bref...(... suite de la page 18) humains doit s’ouvrir, ce mercredi 20 août 2008, à Port-au-Prince, pour marquer la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et son abolition, apprend l’agence en ligne Alter Presse. Ce forum de trois jours, auquel prendront part des ressortissants dominicains et qui sera clôturé le 22 août par une ambiance culturelle au Champ de Mars (à proximité du Palais présidentiel), est une initiative du Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) et ses partenaires, dont la Solidarité frontalière et le Service jésuite aux réfugiés et migrants (SF/SJRM). Il est perçu comme un espace de dialogue avec les autorités haïtiennes et dominicaines pour les encourager à lutter contre le trafic et de la traite de personnes et réfléchir sur les causes de ce phénomène entre Haïti et la République dominicaine. Les différentes manifestations de ce forum sont prévues au ministère haïtien de la Culture et de la communication autour du thème « la lutte pour le respect des droits économiques, sociaux et culturels, un combat concerté pour que cessent le trafic et la traite de personnes en Haïti ». A travers ce forum, les organisateurs veulent « conscientiser la population sur les causes socioéconomiques et culturelles de la traite et du trafic de personnes ». Ils espèrent également « trouver un consensus autour des revendications et des actions à entreprendre pour combattre la traite et le trafic, faire un plaidoyer » (EN BREF / p. 20)

PAGE 20

Page 20 Mercredi 20 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 30 Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 COMMUNIQUÉ DE PRESSELe Centre d’éducation Spéciale remercie les médias, le secteur privé et le public en général pour les gestes de solidarité à son égard et a le regret d’annoncer que du aux intempéries la programmation télévisée du téléthon en faveur du CES est remis au samedi 23 août 2008. Toutefois nous tenons à aviser le public que la campagne de levée de fonds est d’ores et déjà lancée et durera toute la semaine. Le concert d’israel Vibration a malheureusement du être également reportée à une date ultérieure, les musiciens, arrivés à Port-au-Prince le vendredi 15 août, ont rencontré la Direction du CES et ont réitéré leur engagement à revenir jouer en Haïti dans un court délai. Les billets pour le concert demeurent valides. La campagne de levée de fonds prendra fin le samedi 23 août avec une programmation télévisée en direct sur TNH, Télé Caraïbes et Télé Ginen Vous pouvez faire vos dons à partir d’aujourd’hui à travers les moyens suivants : En appelant les numéros suivants : 36-02-2353 / 36-02-3639 . OU En faisant des dépôts directement à la BNC au compte 166Les musiciens d’Israel Vibration avec le Secrétaire à l’Aéroport T. Louverture Enfants du CES d’État Péan 001-9307 en gourdes et 166101-8447 en dollars. En réitérant nos remerciements le Centre d’Éducation demande à tout le monde d’être très prudents durant cette période cyclonique. Merci de votre générosité!!! en vue de l’application de certaines recommandations pour contrer le phénomène. Des conférences-débats, des ateliers d’animation, d’exposition, de projection sur les droits humains et sur la migration, auront lieu, annonce Orlson Pierre, Chargé de plaidoyer au niveau du Garr. Le public aura également l’occasion de voir ou de revoir l’exposition « Esclaves au Paradis ». Orlson Pierre invite la population à participer à ces activités en vue de se souvenir de la traite négrière et de son abolition. Plus de 30 mille haïtiens sont trafiqués chaque année dans leur tentative d’aller en République dominicaine, aux Iles Turks & Caicos, aux Etats-Unis d’Amérique et aux Bahamas, souligne Lisane André du service Communication du Garr. En janvier 2008, 5 mille personnes ont traversé la frontière dans des conditions irrégulières pour se rendre en République dominicaine, rappelle Lisane André. La militante des droits humains encourage les autorités haïtiennes et dominicaines à prendre les mesures nécessaires pour freiner ce phénomène.En Bref...(... suite de la page 19)BACK PAGE