Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text



















Derniere heure: Demission de Claudy Gassant

Un spectacle qui n'amuse plus personne!


ILe Commissaire du Gouvernement
Claudy Gassant


PORT-AU-PRINCE, 8 Aott -
Le tout Port-au-Prince ne parle que de
la nouvelle querelle entre le chef du
parquet de la capitale et les hauts grades
de la police nationale d'Haiti (PNH).
Avec la difference que cela
n'amuse plus personne que ces
messieurs eux-memes.
On se demande plut6t comment
ils font pour ne pas se sentir eux-memes
ennuyds a mourir vu que cela fait deux
anndes qu'ils travaillent sur le meme
registre. Le commissaire du
gouvernement Claudy Gassantjamais a
court d'un mandat d'amener contre un
commissaire ou un inspecteur de la force
de police nationale. Ceux-ci r6pondant


du tac au tac. Ou essayant de jouer un
mauvais tour soit au commissaire du
gouvernement lui-meme, soit a l'un de
ses proches (avec tout le raffinement
d'un humour bien policier !) comme de
placer une << alerte > sur unv6hicule, ce
qui autorise toute patrouille a l'arreter
pour suspicion d'implication dans le
d6lit actuellement le plus detestable : le
kidnapping d'enfant.
Du moins, c'est ainsi que le
juge Gassant interprete la poursuite
engage la semaine dernibre par une
patrouille policibre contre le v6hicule du
responsable de communication du Palais
national, Assad Volcy.
(voir COW-BOY / 10)


S"Copyrighted Material
. fSyndicated Content
Available from Commercial News Providers'

V


Valdo Jean : process bacle ou lynchage legal ?
PORT-AU-PRINCE, 7 Aofit- Valdo Jean aussi d6licieusejeune fille, et si pleine d'avenir. Ginoue Mond6sir 6tait la vedette montante sur la chaine de
condamnm h la prison h perp6tuit6. Mond6sir a WtC assassinde par son compagnon de t61lvision Telemax, Port-au-Prince, dont le
Cela vous semble naturel. Avoir tu6 une manibre atroce, coups de cric (oui, en utilisant le (voir PROCES / 9)
<> de la
voiture) sur la
tate, alors
qu'elle se
trouvait seule
avec lui sur la
route nationale,
du c6t6 de
Montrouis, au
nord de la
capitale.


C'6tait le 24
d6cembre 2005
(la veille de
Noel). Ginoue


Le meurtrier Valdo Jean condamnd a la prison
a vie (www.jjaugustin. corn)


Tunoue Iionaesir assassmee le l 4 aecenmre 2uu.
r counts de harre de fer sur In tote (nhoto Tmae Nouvelle)


Haiti en retard sur

tous les pays en crise
PORT-
AU-PRINCE, 9
Aoft Malgr6
l'objection de
Washington, les
autorites
irakiennes ont
fix6 une date
pour le retrait
des troupes
am6ricaines de
l'Irak, soit
octobre 2010.
L e s
Les
autorites
haitiennes
peuvent-elles
faire de meme ? La vice-Presidente de 'Espagne en visite
(HAITI... / p. 4) samedi a Cite Soleil (www.iiaugustin.com)


* Livraison d'argent a domicile Appelez sons frois:
en moins de deux heures USA/Canada:
* CAM Pickup, le plus grand riseau de la Ripublique, 1 -800-934-0440


* Dep6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande varlitt de products alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.comtransfer.com
New Tak. New k ne, CwcweHIut, Rhode Isond
Msdctamish, W'shingln 0C Gec4DIe et FM de.


.en........ .......









Page 2


I EN PLUS...


Peut-on encore


empecher 'orage ?

PORT-AU-PRINCE, 6 Aoft Le pouvoir doit pouvoir faire
Vox populi. Dans le bruit et la fureur un effort pour changer l'atmosphere
autour de la distribution des postes psychologique dans le pays. C'est son
dans le nouveau gouvernement, une devoir. C'est << sa >>job, comme dit le
evidence s'impose et elle sort de la qu6b6cois. Et non de d6sesp6rer le
bouche de l'homme et la femme de la citoyen sansjamais de fin. Cela a trop
rue :le pays n'enpeut plus, on ne peut durd ce suspense qui n'amuse plus
pas attendre jusque-l, quelque bonnes personne. II faut requinquer le moral
que soient les intentions, il faut faire des gens alors qu'ils viennent de passer
quelque chose de toute urgence, hic et les vacances les plus morbides qui se
nunc, ici et maintenant, right now. puissent imaginer et au moment oi ils
Le pouvoir (et nous faisons doivent se remettre a p6daler pour
exprbs de dire le pouvoir et non le remonterlapente d'une nouvelle annde
gouvernement), oui, le pouvoir doit qui elle aussi ne sera probablement pas
prendre des dispositions rapides pour de la tarte.
anticiper sur la grogne qui ne manquera Voilh pour le prdambule.
pas de passer a une vitesse superieure A present, action !
avec la rentr6e des classes dans moins On reqoit actuellement
d'un mois. plusieurs centaines d'autobus pour le
Nous pr6cisons le pouvoir car transport en commun.
de toute evidence le nouveau Ils sont en train de
gouvernement n'aura pas le temps s'accumuler en douane.
d'etre sur pied pour faire face a cette Nous comprenons qu'il y ait
crise pratiquement d6ji annonc6e, 6tant des verifications a faire, le president
donn6 que rien n'est encore joud. de l'Association des transporteurs
Apparemment au contraire les considere qu'il faut bien contr6ler si
couteaux sont e n train d'etre afffits l'on n'essaie pas de nous refiler
pour le prochain round qui se jouera quelques < pp >> (seconde main).
sous peu et a nouveau au Snnat lors de Tres bien mais on n'entend
l'6nonc6 de politique g6ndrale du PM parler que de cela. A quand la mise en
ratifi6 Michele Pierre-Louis, un bien marche du projet lui-meme. Lejour oni
grand mot pour dire lors de la finale des dizaines d'autobus flambant neufs
du grand marchandage qui s'est ouvert prendront la rue transportant les gens
pour la distribution des places dans le d'un bout a l'autre de la capitale et de
nouveau gouvernement. la zone m6tropolitaine, cela aura un
Mais on a tout le temps de effet certain.
voir venir. L'important c'est comment Tout comme les 6quipements
pr6venir une explosion g6ndrale que lourds commands pour plus de 30
tout le monde voit venir aussi et si ce millions de dollars US. Ce n'est pas
n'est pas encore le cas c'est grice a la pour faire de la confiture, ni pour
grande sagesse du peuple haitien qui a attendre qu'un ouragan nous frappe.
appris que certains n'attendent que qa Nous recommanderions
pour nous pr6cipiter de quelques pieds qu'on lance imm6diatement un projet
de plus au fond de l'abime. de nettoyage de toute la capitale,
Mais est-ce que la mission charrier les montagnes de boue qui
d'un pouvoir qui se respecte est de bouchent la voie et meme la vue en
rester les bras crois6s a attendre que maints endroits et surtout qui
l'orage soitpass6, sans rienfaire de lui- recouvrent presque totalement les
meme que de regarder souffler les vents quartiers populaires.
contraires et pestilentiels Untel effort n'est pas hors de
Nous pensons que le pouvoir port6e des responsables et ils
haitien lui aussi a des moyens qu'il peut produiraient un effet choc.
et doit savoir utiliser lorsqu'il y va du Maintenant il y a d'autres
salut de la nation. possibilities mais que seules les
Comme un Arnold autorit6s financibres sont en mesure
Schwarzenegger, gouverneur de d'6valuer. Mais, svp, pas de machin
Californie. Face a un blocage au neo-lib6ral, autrement dit d'6conomie
parlement de cet Etat amdricain entre < bouts de chandelle >, faites un effort
rdpublicains et d6mocrates et qui messieurs.
empeche le vote du budget, Arnold De toutes faqons, ce a quoi on
< Terminator > a d6cid6 de terminer, assiste en ce moment c'est une chute
pardon de limoger tous les vertigineuse de la demande.
fonctionnaires non essentiels et une Les marches publics sont a
diminution g6ndrale des salaires, a moiti6 vid6s, et les 6tageres des
commencer par le sien. supermarch6s meme les plus hupp6s a
Le pouvoir c'est dialoguer, moiti6 vides.
mais c'est aussi savoir prendre des Par consequent l'Etat est en
decisions 6nergiques quand le moment train d'enregistrer une perte sache au
est venu. niveau de la TCA, l'imp6t a l'acheteur.
On ne demande meme pas a Or en bon administrateur,
1'Etat haitien un tel sacrifice, mais de l'Etat ne devrait pas rester a regarder
prendre des dispositions afin de lib6rer mais investir en vue de rdcolter plus
le pays de cette psychose de ratification tard.
s6natoriale qui n'en finit pas et de ces Faute de quoi, il verrait
jeux politiciens d6moniaques. fondre ses recettes au fur et a mesure
On ne peut forcer les gens a que la crise progresse et sans avoir rien
commencer la nouvelle annde fiscale fait pour tenter d'endiguer tout au
(qui d6bute pratiquement avec la moins cette dernibre, d'en contr6ler les
rentrde scolaire) dans cette meme effets, serait-ce les effets pervers.
atmosphere calamiteuse. En un mot diminuer la taxe,
Le pouvoir a d'autres moyens desserrer un peu la vis afin de relancer
a sa disposition. Il ne lui reste qu'a tant soit peu la demande.
passer l'action. II doit suspendre un Mais plus qu'une mesure
instant de passer le plus clair de son 6conomique, cela aussi contribuerait a
temps a ce jeu de poker menteur avec all6ger cette atmosphere de morosit6
les parlementaires et les leaders de qui ne fait qu'empirer et qui nous
partis. Quelque fond6es que soient les conduit tout droit vers l'explosion, et
exigences de ces derniers, il y a plus cette fois pour de vrai.
urgent que le respect tatillon des Pourtant onpeut encore faire
dispositions d'une Constitution qui quelque chose (qu'a jouer ind6finiment
semble bitie sur mesure pour ce genre au < lago kache > entre le palais et le
d'exercices qui peuvent faire avancer parlement).
les int6rets des acteurs mais pas La population nous en aura
l'intret g6ndral, personne ne nous dira laiss6 suffisamment le temps.
le contraire.
Ily a p6ril en la demeure. Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


EN BREF ...


Mercredi 13 Aoft 2008
SHait'i en Marche Vol XXI N 99


Admission du Commissaire du Gouvernement Claudy Gassant
La nouvelle est tombee lundi: le chef du Parquet de Port-au-Prince, le juge
Claudy Gassant, a remis sa demission.
Cette d6mission trouve probablement son origine dans une querelle tres
mediatisee qui a oppose ces derniers jours le commissaire du gouvemement de
Port-au-Prince au responsable de la police de Petionville, Frantz Georges (voir
article en couverture).

Deux policiers haitiens passes a tabac par des casques bleus
Cela s'est passe a Cite Soleil. Tres peu de details ont filtre plusieurs jours plus
tard. On se contente de declarer que des investigations sont en cours, de la part
de la Minustah ainsi que des responsables bresiliens (ce sont des membres du
bataillon bresilien en Haiti qui ont maltraite les deux policiers haitiens). Les
deux policiers 6taient en civil et portaient leurs
armes. Les agents de la MINUSTAH leur ont demanded de s'identifier, ce
qu'ils affirment avoir fait. Mais les casques bleus se seraientjetes
a bras raccourci sur eux.
Les policiers regoivent des soins dans un centre hospitalier de la capitale.
De leur c6te, les militaires bresiliens disent que leur poste 6tait entoure par une
foule menagante et qu'ils ont dfi prendre des dispositions a cet 6gard.
Les deux policiers Bien Aime Donson, agent 2, et Ronald Celly, agent 3, sont
affects au
commissariat de Cite Soleil pratiquement dans le meme immeuble occupy par
les casques
bleus. Unjuge de paix et des agents de la DDO (Police de l'Ouest) ont dressed le
process
verbal des services subis par les policiers.
Les habitants de Cite Soleil ont manifesto pour protester contre
l'humiliation impos6e,disent-ils, a leurs deux compatriotes.

Kidnappings en serie pendant le week-end
Delmas 75, Vivy Michel, Bois Moquette (Petion Ville), Delmas 19, telles
ont ete les zones frappees par les r6seaux de kidnappeurs.
Au moins 6 personnes ont ete enlevees en moins de 24 heures.
Plus que jamais la prudence est de rigueur. En attendant que les
autorites entendent la voix de la raison, Met k6 veye k6 !
Au cours de la soiree de vendredi demier, un homme d'affaires a ete
kidnapped dans le quartier de Delmas 19 (nord). Apres avoir ete conduit
a Cite Soleil (banlieue nord), il est parvenu a tromper la vigilance
de ses ravisseurs pour s'en sortir sain et sauf.
Le v6hicule de l'ex-otage, un 4x4 de couleur rouge, aurait ete utilise
par les malfaiteurs pour commettre deux autres enlevements avant
d'etre abandoned a la ruelle Cameau (centre de la capitale).
La police indique avoir requ des informations sur d'autres cas
d'enlevement enregistres a Vivy Mitchell, sur la route de Freres et a
Delmas 75 (est).
Il y a une semaine, une religieuse de la Congregation des petites
sceurs de Sainte-Therese avait ete liberee au terme de dix jours de
sequestration. Elle avait ete enlevee a Port-au-Prince en prenant un
autobus public.
Malgre l'action des forces de security et une certaine mobilisation de
la society civile, les enlevements crapuleux continuent a provoquer
une importante hemorragie 6conomique et sociale ainsi qu'une profonde
psychose en Haiti.

Un visiteur important a Port-au-Prince et une aide
supplementaire de 100 millions de dollars
La vice-presidente du gouverement espagnol, Maria Teresa Fernndez de
la Vega, a effectue le 8 aofit demier, un bref passage a
Port-au-Prince dans le cadre d'une visite officielle en Amerique
Latine et dans la Caraibe.
Maria Teresa Femandez de la Vega est arrivee du Mexique ou elle a
assisted a la XVIIe conference internationale sur le Sida.
A Port-au-Prince, l'officielle espagnole a rencontre
le president Rene Preval et s'est rendue a Cite Soleil ou elle
a ete reque par des religieuses espagnoles travaillant avec des jeunes
filles.
Maria Teresa Fernandez de la Vega a laisse Haiti le 9 aofit pour la
Republique Dominicaine puis le Salvador.
La vice-presidente du gouverement espagnol a annonce, au cours de son
sejour, une aide
supplementaire de 100 millions de dollars de Madrid a Haiti.
L'Espagne a decide de renforcer sa
cooperation avec Haiti et dans cette perspective, une enveloppe de 100
millions de dollars sera accordee pour la p6riode 2009-2012 apres les 40
millions d'euros (pres de 60 millions de dollars) debloques entre 2004
et 2008.
L'Espagne est impliquee dans le processus de stabilisation d'Haiti a
travers la Minustah. Enjuillet 2008, une conference international
s'est d6roulee a Madrid autour de la crise alimentaire en Haiti

Un beb6 tombe du ciel
Le service du dimanche 10 aofit l'Eglise de Dieu de Delmas 17 a ete
perturbed par la presence d'une ravissante petite fille de quelques
mois, abandonnie par une mysterieuse femme qui disait en &tre la mere.
Une inconnue s'est presentee a l'Fglise pretendant n'&tre pas en tenue pour la
ceremonie. La robe
qu'elle portait ne recouvre pas ses 6paules, d6clare-t-elle. Elle prie
une jeune femme assise pres de la porte de l'Fglise, de tenir pour elle
son bebe, le temps pour elle de retourner chez elle qu'elle dit &tre
tout pres, pour porter d'autres v&tements. Elle ne reviendra jamais.
La jeune femme qui serre d6ej le b6eb dans ses bras depuis plusieurs
heures, crie "Miracle". Elle n'a pas d'enfant, c'est un cadeau de
Dieu. Une ravissante petite fille de quelques mois.
Les fiddless" presents lui conseillent d'appeler la police. Pas
Question, lance la jeune femme, c'est mon bebe,
personne ne me l'enlevera....
Finalement les responsables de l'Fglise auront le dessus. Le pasteur
decide d'assurer la garde du bebe. Selon le pasteur, le b6eb sera donned
a une mere capable de s'en occuper. Ce sera a elle de remplir les
formalities legales d'adoption.
Cet incident souleve a nouveau le d6bat autour des enfants abandonn6s.

(EN BREF / p. 18)


li ..... A............ .... ... .. I


j








Mercredi 13 Aoft 2008 A
Haiti en Marche t Vol XXII N' 29LA TUAE N M













opyri ghted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


K040 pgbq pe 6 0 w 0 P00ge -,Aw 0* Ko0ke


Page 3

SOMMAIRE
L'EVENEMENT SOMMAIRE
De mire heure: D6mission de Claudy
Gassant
Un spectacle qui n'amuse plus personne p.1
ASSISES CRIMINELLES
Valdo Jean : proces bAcld ou lynchage 16gal

ANALYSE
Haiti en retard sur tous les pays en crise p.1
SOCIAL
Peut-on encore emp6cher 'orage ? p.2
COOPERATION
4 millions de dollars de la Banque de
de6vloppement de la Caraibe p.8
Haiti prioritaire pour la cooperation
espagnole p. 3
URBANISME
Une refection des trottoirs qui nous cofite
cher p.6
POLITIQUE
Le PM ratifi6 affirme vouloir diriger un
gouverement non partisan p.7
ECONOMIE
Assurer le contr6le et la detection de la
mouche des fruits p.8
LIBRE PENSEE
Minusthlineries p.12
DROITS HUMAINS
Thierry Fagart porte un regard ... p.14
SANTE
Conference de Mexico sur le Sida p.16
ARTS & SPECTACLES
Am ricaine d'origine haitienne couronnde
Miss Florida p.20


PRIX ALIMENTAIRES:
La FAO au secours d'Haiti
La hausse mondiale des prix alimentaires a
particulibrement touch Haiti, l'un des pays les plus
pauvres de la planete
La FAO lance un plan d'urgence pour aider
la population haitienne qui subit de plein fouet la hausse
mondiale des prix alimentaires.
L'organisation des Nations unies pour
l'Alimentation et l'Agriculture a commence distribuer
600 tonnes de semences de haricots, de mais et de
sorgho ainsi que des outils agricoles pour venir en aide
a environ 70 000 familles de paysans dans les regions
les plus pauvres d'Haiti. L'op6ration lance dans le
cadre de l'Initiative internationale de la FAO (Food
and Agriculture Organization) contre la flambe des
prix alimentaires (ISFP) est finance par le
gouvernement espagnol, le fonds d'intervention
d'urgence des Nations unies et la FAO. D'autres
distributions, pr6vues en octobre-novembre 2008 et
en f6vrier-mars 2009 si les fonds suffisants sont
ddbloquds, devraient secourir 400 000 autres families.
La crise alimentaire mondiale a s6verement
touch Haiti, l'un des pays les plus pauvres de la
planete. Un enfant sur cinq y souffre de sous-
alimentation chronique. Selon la FAO, plus de la moiti6
de la population vit avec moins d'un dollar par jour,
soit un demi-repas aux prix en vigueur.


4


ASSURANCES















La UniAssurances S.A. desire recruter
un Directeur G"n6ral

RESPONSABILITES PRINCIPLES
- Formuler, pour le Consell d'Administratlon,
la slratdg*e g* erale doe rentreprise;
* Assurer la gestion quotid*enne de la comparne:
SSuperviser le lrvail des Responsables de Divisions ;
* Veiller 6 ko definition od6quate el la s omp1iivit6
des products offerts :
* Assure la promotion efficiente des produis :
* Apprecier les risques des operations, garantir la ractuIrolion
et le recouvrement 6 echeance des polices ;
* Superviser I'6valuation des sinistres et le pavement des r6clamations;
* Gerer les relations avec les reassureus :
i Superviser Ia gestion du porefeuile de placements. la comptabllil6
et les finances de I'entreprise:
* Veiler au respect des procedures op6rationnelles et s'asurer
que tous les systlmes fonctionnent parfaitement.
EXIGENCES DU POSTE
* Etre d61enteur d'un dipl6me du niveou de ticence,
avec une sp4clollsation en Finance el/ou Assurance:
* Avoir une bonne connaissance du m4tier d'assureur


* Jouir au minimum de cinq (5J ans d'exp6rience dans des
positions de responsibility au sein de compagnies
d'assurance reconnues;
* Bonne copaclt6 de communication orale et ecrite
en franrois et en anglais.
REMUNERATION ET BENEFICES SOCIAUX
* Salaire competitif qui tient compte de I'experience
* Ben6fices socioux avantageux : assurance maladie / vie,
plan d'6porgne en dollars americoins, pr4ts 6 des
taux pr6f6rentlels. primes diverses...
VEUILLEZ FAIRE PARVENIR LES PIECES SUIVANTES:
Curriculum vitae el lettre de motivation a I'adresse ci-dessous:
Mal : UniAssurances@unibankhaj.qiom
Objet Recruement DIRECTEUR GENERAL
At : UniAssurances
Adresse UNIBANK, 157rue Og et Faubert,
Paion-VIle. HATI


*n *


td


I









UNE ANALYSE


Mercredi 13 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 29


Haiti en retard sur tous les pays en crise
(HAITI... suite de la lere page) duvalidriste Roger Lafontant ne trouva en arriere. Haiti seule dans son cas. eux-memes, grands adeptes de l'au
On s'6tonne ensuite que Haiti rien de mieux a dire qu'h inviter les L'ONU s'interroge. Les derision, qui aiment a rdp6ter la blag
soit pr6sent6e comm e l'un des Russes a prendre exemple sur les nations latino-amdricaines membres de de ce haut fonctionnaire rdpublicain
pays les plus dangereux de la terre,juste Haitiens la mission onusienne de stabilisation ou Washington qui estimait que l'Hait
aprls l'Irak et l'Afghanistan. Avec toutes Minustah ne savent oi donner de la t6te. doit avoir un chromosome en plus ou
les consequences d6sastreuses qu'il en Au coeur de la C'est qu'elles ont des comptes a rendre moins) ...
d6coule pour notre existence tourmente ... a leur parlement et a leur opinion Par contre, il nous suffit
quotidienne et pour notre avenir de On a vu tant de pays dont les publique. Ce ne sont pas des pays qui regarder autour de nous pour en avoii
second peuple libre du continent problkmes se sont d6clards en m6me ont de l'argent ajeter par les fen6tres. rdponse.
am6ricain. temps que les n6tres (dans notre cas c'est Pendant l'occupati
Autreexemple.Aujourd'huila plus pr6cis6ment a partir des elections J'en ai soup des am6ricaine de 1915-1934, on ve
Russie a repris sa place parmi les rates de 1987 qui devaient 6tre les Ha'tiens ... finalement les fils de 1'elite se r6sigf
premieres puissances mondiales avec premieres vraies elections Il n'y a qu'en Haiti que les a prendre leurs responsabilit6s quoic
Vladimir Poutine. Or c'est en 1991, il y d6mocratiques de notre Histoire). Citons autorit6s n'ont jamais de comptes a longtemps aprbs les paysans qui s'6tai
a un peu plus de dix ans, quel'ancienne les Philippines de feu Ferdinand Marcos, rendre: e xcutif ou 16gislatif, les premiers soulev6s contre les Mari


to-
gue
de
ien
en

de
r la

on
rra
ner
lue
ent
nes


Manifestation contre les prix trop Oleves des materials scolaires
(photo Robenson Eugene)


Manifestation contre la vie chdre a peu dejours de la rentrde scolaire
(photo www.jjaugustin. corn)


Union sovi6tique se voyait victime d'un
coup d'6tat, suivi d'un d6sastre
6conomique sans commune mesure sous
la pr6sidence d'un Boris Eltsine
appliquant un ndo-lib6ralisme primaire.
Vous me direz que la Russie a
des ressources naturelles immenses, y
compris le p6trole.
Mais ses dimensions 6galement
gigantesques font que sa gestion doit 6tre
autrement plus difficile qu'un petit pays
de 27.000 kilombtres carries et sous l'un
des climats les plus agr6ables de la terre.
A l'6poque, un president
Aristide fraichement Olu qui venait
d'6craser le coup d'6tat manqu6 du


le Nicaragua sandiniste qui fut le
principal bouc missaire des faucons de
l'administration Reagan, le Panama de
Antonio Noriega etc ...).
Y compris ceux arrives plus
tard au coeur de la tourmente, dont la
Russie post-sovi6tique, mais qui se sont
tous depuis presque totalement re-
stabilis6s.
Y compris le Rwanda du
massacre ethnique de 1994 et d6ji
aujourd'hui un exemple de
r6tablissement.
Y compris le Kosovo (1999).
Haiti seule qui n'a pas fait un
pas en avant, mais sfrement plusieurs


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE

CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL- Amerijet International will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2. 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mo ugh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Ameiije sport cargo
between this statt 1gitransfer. For rates
and pecifictactAmerijet's sales
departlat9ored l
Anral, In full-service multi-modal
transportation logistics provider offerig international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com.


responsables municipaux ou autres, du
haut au bas de l'6chelle.
Seul Washington qui ne s'en
6meut pas tellement. Comme disait
Reagan le soir du massacre electoral du
29 novembre 1987 : << I'm fed up with
Haitians > (j'en ai soup des Haitiens).
Quitte a encourager leurs
incons6quences voire leurs
d6bordements sauvages en sous-main...
A Paris, on continue a
consid6rer Haiti comme le pays oi il ne
s'est rien pass depuis que Rochambeau
a la tate de la force francaise
d'intervention a &t6 contraint de lever
l'ancre en vitesse le 18 novembre 1803
pour fuir la rebellion victorieuse des
anciens esclaves. La premiere de
l'Histoire.
Mais le Br6sil, le Chili,
l'Argentine entre autres doivent 6tre
renvers6s devant tant de capacity
d'inaction de notre part.
Pourquoi ? Qu'est-ce qui
empiche Haiti elle aussi de bouger ?

Un chromosome en plus
ou en moins ...
Pourquoi sommes-nous a ce


a l'instigation des h6ros Charlemagne
P6ralte et Benoit Batraville. Et ce sont
les intellectuels (surnomm6s < cacos de
plume > par les Amdricains) qui ont pris
la relive.
Puis en finale la classe
politique. Aucun homme politique
haitien, que l'on sache, n'a jamais
regrett6 la fin de l'occupation militaire
amdricaine en 1934.
Meme ceux qui embrasseront
la doctrine fasciste durant la seconde
guerre mondiale (et dont on serait 6tonn6
aujourd'hui d'entendre le nom. Mais
passons !).
Et quand Papa Doc une fois lu
en 1957 fit appel aux Marines arguant
du besoin de reformer l'arm6e d'Haiti,
son plan veritable 6tait de prendre lui-
meme le contr6le de cette dernibre. Et
ce sont les instructeurs de la Mission
navale amdricaine (1959-1963), sous les
ordres du colonel du corps des Marines,
Robert D. Heinl qui, sans le savoir, ont
&te les premiers entraineurs des << tontons
macoutes >.

Une grande coalition
par-dela les divisions classiques


point diff6rents des autres ?
Une question que nous Or aujourd'hui peu d'entre
laisserons aux experts en sciences nous qui ne le regretteraient si les
humaines. Si ce n'est en biologie troupes 6trangeres qui, sous le drapeau
cellulaire (d'ailleurs ce sont les Haitiens (HAITI / p. 5)
rM ~mNNM


Page 4


III.I .U.. t............ .... ... .. ..IN








Mercredi 13 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXllT N 29


DE L'ACTUALITE


Tant que nos elites ne seront pas assez responsables


(HAITI... suite de la page 5)
de 1'ONU ont d6barqu6 a nouveau
dans notre pays en juin 2004,
d6cidaient de s'en aller du jour au
lendemain.
On sait que le pays se
retrouverait du mime coups au mime
point qu'a leur arrive il y a 4 ans.
Car rien entre-temps n'a change. Si
ce n'estenpis ...
Pour mettre fin a
l'occupation am6ricaine, apres la
resistance arm6e qui a cofit6 la vie a
des milliers de paysans (ex. le
massacre de Marchaterre, non loin des
Cayes, le 6 d6cembre 1929), il a fallu
une grande coalition par-dela les
divisions classiques de fortune et de
couleur et de plus sur fond d'un
ressourcement de l'identit6 nationale
(oni s'inscrit < Ainsi parla l'oncle >>,
l'ouvrage embl6matique du Dr. Jean
Price-Mars, dont nous c6elbrons le
80e anniversaire de sa publication).
La force de fascination
culturelle d'Haiti n'a pas change.
< Loko basiye tbt anplas > (ou en
francais :je plie mais ne rompt pas).

Atomis6e A sa plus


simple expression ...
Mais pour le reste, c'est tout le
contraire. Loin de l'esprit rassembleur
veritable qui est indispensable pour
reprendre possession de sa souverainet6
(comme ces mots 6chang6s entre le
president Vladimir Poutine et le prix
Nobel de litt6rature, son compatriote
Alexandre Soljenitsyne : < Notre
experience amere aidera, en cas de
nouvelles conditions sociales instables,
a nous prevenir d'6checs funestes >).
Les Haitiens sont les seuls a ne
sembler pouvoir tirer aucune lecon de
leurs experiences quelque funestes
qu'elles puissent avoir &t6.
Contrairement aux autorit6s
irakiennes (quand bien meme celles-ci
devraient leur pouvoir a l'invasion
americaine de leur pays), non seulement
le depart des troupes 6trangeres qui
occupent notre pays depuis plus de
quatre annies est le dernier de nos soucis
... mais nos divisions qui sont la cause
de l'occupation (du moins la cause
interne, car il peut y avoir aussi des
causes externes et ind6pendantes de
notre volont6). Aussi disons mieux : nos
divisions, qui sont le pr6texte a cette
nouvelle occupation, non seulement


persistent (sous le couvert d'une fausse
politique de coalition qui est elle aussi
dict6e par l'6tranger) mais ont
consid6rablement empire.
Prenons la classe politique
(qu'on nous donne pour exemple, et
aujourd'hui, remarquez-le, pour seul
exemple), elle n'est pas seulement
divis6e mais aujourd'hui atomisee a sa
plus simple expression.

< Le march est trop
petit! >>...
Apres que des millions ont &t6
d6pens6s (par les grands < pays amis >>)
pour f6d6rer la myriade de partis
politiques, une fois le but atteint qui 6tait
le renversement du trop populaire (et
populiste) et done encombrant Jean-
Bertrand Aristide, c'est la tendance
inverse qui domine. Machine arriere
toute. C'est l'6clatement des memes
partis politiques qui n'ont plus aucun
contr6le de leurs Olus (mais plut6t le
contraire).
C'est d6sormais le regne des
groupes et des blocs (totalement
heterogenes au niveau du label) au Snnat
comme a la Chambre des d6put6s.
Et pour finir, les deux


chambres elles-memes qui se tournent
le dos. Comme il apparait dans cette
controverse (apparemment insoluble)
autour de la participation des partis
politiques au prochain gouvernement.
L'6clatement ne saurait 6tre
plus achev6.
Et comme le march est trop
petit, selon une expression haitienne
consacrde (bien r6sumbe par le
premier ministre ratifi6 Mme Michble
Pierre-Louis quand elle souligne a sa
premiere conference de presse le
mardi 5 aofit qu'il y a 19 partis
politiques aspirant a singer au
gouvernement alors que celui-ci
compte 18 ministbres), alors voici nos
acteurs condamnes a passer le plus
clair de leur temps a se battre pour des
miettes qu'a penser au recouvrement
de la souverainet6 nationale.
L'Afghanistan et l'Irak
seront depuis longtemps a nouveau
souverains que Haiti continuera a se
complaire en son 6tat.
Apparemment tant que nos
elites politiques seront les memes.

Haiti en Marche,
9Aofit 2008


1AN 10m I 9 % s um PW


m ma-W- m


r -er -mb


41- 1- -


Sow-- -
.


pCopyrighted Material


- 0
- r


1 6 ..M.-W MOW-
Syndicated Content -


Availablefrom Commercial News Providers"


C-*

~ -
~ __ ~
- r

~~-


I-- -- r
~ C --
rr- rr --L


.. - =


49W




o 0-Now 0
*




c- -r,

*

- - -- *
* - -
aw4w 4m


- -I

- l-
II 0


- r
-~I


. k- w
...


r- r .


-


MIAMI-DADE

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
zdelAyri5 Edxcdllexc Erve/y y


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


I 'efitpour ,T-


HaTti
Etats Unis
Canada
Europe
Amrriue Lath


I [OlCA'iin lr


Gdes 260.00
US $ 40.00
SUS $42.00
_US $ 70.00
US $ 70.00


Gdes 520.00
US $ 78,00
US $ 80.00
US $136,00
US $ 135.00


Dans le cam dun abonnement
avec IIvraion, Ie coat est le double.
Prmreh de spMcfler si vous Atea
un nouvel abonn6
ou s'll s'agit dun renouvellement


Nouveau

D


Renouvelement

D


Page 5


I F-


Nomrn
Adresse


I -.; --A, - - A


I


_l_


0 4w O


r


40 4


41W ldl


,~I
r


-









I URBANISME A SENS UNIQUE


Mercredi 13 Aoft 2008
SHaiti en Marche Vol XIT N 29


Une refection des trottoirs qui nous couite cher


PORT-AU-PRINCE, 8 Aoft -
C'est ennuyeux de devoir critiquer une
initiative avec laquelle on n'est pas
forc6ment en d6saccord, mais les


Travaux Publics sont en train de prendre
de telles libert6s avec les gens dans le
programme de renovation des trottoirs
qu'on ne peut laisser cela passer sans


o iii0i565 .
a^^


On se reveille pour voir sa propridtd marquee du signe fatidique
par une main inconnue (photo Robenson Eugene)


dire Autant!
Quelle loi permet a un
organisme de l'Etat (ou a l'Etat lui-
meme) pour tout avertissement et pour
toute communication avec les gens de
couvrir leurs cl6tures d'un simple
slogan : << TPTC A d6placer 2 m >.
Du coup, c'est la panique. On
a 15 jours (selon la rumeur car oi se
renseigner a bon escient) pour se
d6pecher d'abattre les murs, et tout
reconstruire en respectant les 2 metres
requis.
Faute de quoi, les TPTC
interviendront eux-memes avec leurs
bulldozers pour faire respecter la loi.
Voici toute la capitale et
aujourd'hui 6galement PNtionville, sa
principale banlieue r6sidentielle, sous le
coup du signe menacant: << TPTC A
d6placer 2 m. >
Dans beaucoup de cas, ce ne
sont pas seulement les murs mais c'est
la maison elle-meme qui doit etre
d6molie.
Et pourtant, surprise !, les gens
semblent se conformer sans trop de
difficulties.
Aussi l'Etat ou plut6t les
Travaux Publics s'enhardissent. Et ne
mettent d6sormais plus de gants.

Ce sont les residents qui
font tous les sacrifices ...
Quelle loi permet en effet a une
quelconque autorit6 (a moins d'etre une
dictature) de se contenter de graffiter sur
les cl6tures des administrds < A
d6molir > et de s'attendre qu'ils
s'ex6cutent dans les deux semaines qui
suivent. Sinon gare a vous ...
Nous ne sommes pas le seul
pays, la seule capitale oi sont entrepris
des travaux de renovation urbaine. Et on
l'on demande aux residents de preter
leur concours.
I1 nous semble que ceux de
Port-au-Prince aient accept jusqu'h
MO.- I


place tous les jours avant meme que le
quartier ne soit r6veill.
Car il n'y a pas que les murs, il
y a les jardins, les plates-bandes, les
rivibres de bougainvillkes qui courent le
long de la cloture, le jasmin de nuit. I1 y
a les arbres dont certains centenaires.
Que va-t-on en faire ? C'est vraiment la
panique.
Mais pour toute rdponse des
pouvoirs publics :<< TPTC -A d6placer
-2 m>> !
Puisque tout le monde se
soumet sans aucune difficult, pourquoi
l'Etat se d6rangerait-il ?
Car le programme n'est pas
nouveau. Mais quand Rend Pr6val l'a
lanc6 sous son premier mandat (1996-
2001), cela ne se passait pas comme ca.
Des inspecteurs venaient sur place
s'entretenir avec les gens, 6couter leurs
doldances (car il y a toujours des cas
particuliers), les aider a r6soudre les
problkmes en plus des murs a d6placer,
on avait vraiment l'impression que
l'urbanisme, le souci de l'environnement
avait quelque chose a voir. Aujourd'hui
on ne sait que penser.
Qui dit mieux : les Travaux
Publics prenaient le soin d'6crire aux
residents pour leur expliquer le bien
fond& de l'op6ration.
Certains pouvaient meme 6tre
d6dommag6s dans des cas pr6cis.

Mais quelle loi ? ...
Aujourd'hui, fini tout ca.
Execution immediate. C'est la loi!
Justement quelle loi ?
Pour commencer des
ing6nieurs nous certifient qu'il existe en
effet une loi sp6cifiant qu'il faut laisser
deux metres entre votre propri&te et la
chaussde. Une loi trls ancienne. Mais qui
de toute evidence n'a jamais &t6
applique.
Ainsi des propri6t6s bAties
depuis plus de 100 ans, comme le sont


Sous le m&me signe "A deplacer", des commerces ambulants sont remorques
des trottoirs (www.jjaugustin.com)


present de le faire volontiers.
Mais oi est l'apport de l'Etat ?
La reparation des trottoirs, le
r6-asphaltage de la chauss6e, ce sont 1i
des obligations normales de l'Etat. Il n'y
a aucune gloire a cela.
Par contre ce sont les residents
qui font tous les sacrifices. Par les temps
difficiles que nous traversons (et l'Etat
n'y est pas pour rien !), oi voulez-vous
que l'on trouve des dizaines de milliers
de gourdes pour d6placer et reconstruire
imm6diatement une cloture ?

C'est vraiment la
panique ...
Dans tout autre pays, l'Etat
envoie ses architectes et urbanistes, les
environnementalistes qui investissent la


les anciennes maisons des blocs Rue
Roy, Ruelle Waag, La Fleur du Chine
et plus haut tout Pacot, tout comme le
vieux quartier de Turgeau, se retrouvent
aujourd'hui devant l'obligation de
respecter cette loi.
Une loi qui n'a pas &t6
applique depuis plus de cent ans, est-
ce normal que pour tout avertissement
l'on se contente de gribouiller sur les
murs : < TPTC A d6placer 2 m >.
N'y a-t-il pas l1 un certain
m6pris de la part des pouvoirs publics ?
C'est la loi D'accord, mais
qui va nous renseigner sur cette loi ?
Puisque l'Etat est absent. Si tant est que
ce sont les TPTC qui le repr6sentent.
(voir "A DEPLACER" / 7)


Page 6


---







Mercredi 13 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 29


"Copyrighted Material


-S^rr Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Une refection des trottoirs


qui nous cofite cl
("A DEPLACER"... suite de la page 6)
N'a-t-onpas l'habitude d'entendre qu'une loi c'e
qui reste trop longtemps sans jamais 6tre applique de
tombe en << dsh6rence >>, autrement dit a l'abandon ou
Et que pour la remettre en activity, il importe civ
de la remettre au vote. est
Secundo, les TPTC c'est quoi ? Le ministbre
des Travaux Publics n'est pas un pouvoir, c'est une
simple branche administrative de l'Etat. Les Travaux
Publics ne peuvent pas faire la loi, ni d6cider de son
interpretation.
La tAche que les TPTC se donnent en
l'occurrence, n'est-ce pas plut6t celle de la commission
communale de Port-au-Prince, ou de PNtionville ou de
Carrefour, de Delmas, Tabarre etc.
Est-ce que la decision d'abattre les cl6tures
des particuliers n'est pas une decision qui devrait 6tre
d6battue en reunion publique du conseil municipal de
la ville, discut6e en public, puis passe au vote ?

Les bonnes manieres ne sont plus ce
qu'elles 6taient...
On nous dit : c'est la loi C'est d'accord. Qui
dit mieux : personne ne s'y oppose, comme on le voit,
et tout le monde ne rave que d'une ville plus agr6able.
Bien qu'il n'y ait aucune garantie qu'elle le sera un
jour!
Mais inutile d'essayer d'en savoir plus sur
cette loi.
De guerre lasse, nous sommes all6s surle site
du ministbre des travaux publics dont la promotion est
faite avec grand fracas (www.mtptc.gouv.ht). Trbs beau
site peut-6tre. Mais rien concernant une telle loi qui
nous cause cependant tant de soucis. Et pourtant elle
existe, nous affirment des ing6nieurs blanchis sous le
harnois.
Faut done croire que les TPTC ne voient pas
l'importance de nous communiquer la moindre
information sur son projet.
Mais seulement, chut :Ex6cutez. C'est la loi!


her
Al
:st un. M
manibre
tout sin
ilit6, app
un autre

Melc
M'I


ppliquer la loi,
ais l'appliquer
Sdmocratique
nplement avec
aremment c'en
e.

odie 103.3 FM,
Port-au-Prince


Page 7


PREMYE FOWOM


NASYONAL


TRAVAYE LAKILTI


20 23 DAOU 2008


MACHAN DESALIN




An nou konstwi linyon


MIAMIDAD

LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities,
which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge,
from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all branches of the Miami-
Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted
solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to change.
Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773
There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge
for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal
Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance
No. 98-106.
Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring
vendor affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each
time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors
complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain
the Vendor Registration Package on-line from the DPM website.










ECONOMIE


Mercredi 13 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 29


* ** *elm 0 4 -- f_ -m


phldo em "rem& m to mame


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


















La Commission Europeenne fournit

3 millions d'aide humanitaire

pour ameliorer la sante et la nutrition


Bruxelles, le 5 aofit 2008 -
ECHO La Commission Europ6enne a
allou6 3 millions pour venir en aide aux
victimes de la crise socio-6conomique
en Haiti. Cette aide humanitaire
bendficiera avant tout aux femmes et aux
enfants vivant dans les zones rurales. Les
fonds sont destin6s a assurer des besoins
urgents en matibre de sante, de services
d'approvisionnement en eau et
d'assainissement, de s6curit6 alimentaire
et de lutte contre la malnutrition, pour
prbs de 1,5 million de personnes.
Les fonds d'urgence de la
Commission Europ6enne sont g6rds par
le service de l'aide humanitaire de la
Commission europ6enne (ECHO), sous
la responsabilit6 du Commissaire Louis
Michel. "Ces fonds ne vont pas
seulement permettre de venir en aide aux

AVI PIBLIK
Yo avize piblik lan de chanjman sa yo ki fet nan
adres biwo vot sa yo ki ekri pi ba la a. Sipevize
Eleksyon an fe chanjman sa yo dapre Seksyon
101.71 Lwa Florid.
Chanjman an Pemanans Nan Biwo Vot Sa Yo
Biwo Vot Nouvo Lokal
No.
Sunny Isles Beach
001 Government Center
18070 Collins Avenue
Indian Creek Fire Station #4
6880 Indian Creek Drive
VFW POST #3559
650 West Avenue
South Shore Community
046 Center
833- 6th Street
Rebecca Towers
047/048 200 Alton Road
227 A.J. King Park
4230 NW 178th Terrace
New Fellowship Christian
235 Center
240 Bahman Avenue
Herbert Saffir MDC-Permit
441 Center
11805 SW 26h Street
Ig. Cristiana Ref Buen
557/993 Samaritano
4585 West Flagler Street
Kinloch Park Community
558/974 Center
455 NW 47th Avenue
South Miami American
606 Legion #31
7710 SW 59th Avenue
Tropical Estates Recreation
713 Center
10201 SW 48h Street
Naranja Park Recreation
908/944 Center
14150 SW 264th Street
| Lester Sola
MI AMI Sipevise Eleksyon
Konte Miami-Dade


Haitiens qui en ont le plus besoin,"
souligne M. Michel. "Ils vont 6galement
soutenir le pays dans sa quete de stability
sociale et politique."
L'instabilit6 du pays a
d'importantes consequences sur la
s6curit6 alimentaire et la nutrition des
Haitiens, surtout dans les zones rurales.
L'aide humanitaire de la Commission a
pour but d'ameliorer l'acces a la
nourriture, aux soins de sante, a l'eau
potable et a des conditions d'hygiene
acceptables. Cette aide vise les
populations vulndrables dans la plupart
des D6partements du pays, en tout, prbs
de 1,5 million de personnes. Une
attention particulibre sera port6e a la
sante materno-infantile, les femmes et
les enfants 6tant les premieres victimes
de la crise actuelle.
Les petits exploitants agricoles
auront, eux aussi, aces a l'aide
humanitaire, ayant &t6 trbs affects par
les catastrophes naturelles a rdp6tition
et par le manque d'acces aux marches
locaux et nationaux.
Dans le cadre d'une decision
globale d'aide alimentaire, un montant
de 2 millions a td d6j engage en Haiti
en 2007, pour r6pondre en partie aux
besoins identifies dans les d6partements
du Sud, Sud-Est et Grande Anse.
Haiti est le pays le plus pauvre
de l'h6misphere occidental. Plus de 78%
de la populationvit avec moins de 2US$
par jour. La situation s'est aggrav6e
r6cemment suite a l'augmentation des
prix de l'essence et des biens
alimentaires.


4 -G OD -o -m I m e"
(L1 ~rr~- I


lI a I I % oascob m ew 4slda


Page 8


I ..... %A............ ... . ... .. ..N









Mercredi 13 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 29


Page 9


Valdo Jean : process bacl ou lynchage legal ?


(PROCES ... suite de la lere page)
propri6taire est la star internationale du
Hip hop, l'am6ricano-haitien Wyclef
Jean.
Quel crime abominable !
Valdo Jean avait d'ailleurs failli
6tre lynch par les premieres personnes
qui ont d6couvert son acte, avec
pratiquement a la main l'arme du crime.
Le coupable a avoud.
Jug6 par le tribunal criminel de
Port-au-Prince avec assistance
dujury, il a cri6 son amour pour
la victime, en cherchant
difficilement des explications.
Le vendredi ler Aofit
dernier, le jury a condamnd
Valdo Jean, 39 ans, aux travaux
forces a perp6tuit6.
Justice a 6td rendue.

La meme peine
que pour le kidnappeur
qui assassine son otage ...
Cependant il y a
quelque chose qui cloche. Et
meme plusieurs.
Comment peut-on
condamner a la meme peine le
kidnappeur qui assassine son
otage meme apres avoir touch
la ranqon, a plus forte raison
quand l'otage est un enfant sans
defense et l'6poux ou l'amant
qui tue sa compagne dans un
accds de jalousie ?
La peine de mort est abolie par
la Constitution haitienne en vigueur et
la peine maximum est la prison a vie ...
Celle dont a 6cop6 Valdo Jean.
Secundo, a la question : y a-t-
il eu pr6m6ditation, lesjur6s ont rdpondu
NON.
Que veut dire pr6m6ditation ?
Il y a pr6m6ditation lorsqu'on
a r6fllchi longuement a l'acte avant de
le mettre a execution.
Le jury admet done que Valdo
n'avait pas m6dit6 son geste et qu'il a
agi sur un coup de tate, dans un aces
(ou exces) de rage, ou qui sait un coup
de folie.
Cependant le meme jury, a la
question : reconnaissez-vous des
circonstances att6nuantes, a rdpondu
NON.
Or l'absence de pr6m6ditation
est d6ji une circonstance att6nuante.
C'est un premier facteur de difference
entre le meurtre au premier degr6 et le
meurtre au second degrd. A moins que
le droit en Haiti parle une autre langue
qui ne soit ni le franqais, ni le creole. Ni
aucune langue connue.

Le <> tait d'une
jalousie A faire peur ...
Mais plus encore, le proces a
aucun moment n'a pos6 la question du
mobile du crime.


Agressions a
Le GARR exhorte les autorites
haitiennes a se responsabiliser pour le
respect du droit a la vie des citoyens-
citoyennes
Au moins six Haitiens-
Haitiennes ont &te tums par des militaires
et civils dominicains entre janvier et
debut aoft 2008. Ces attaques
criminelles se sont produites dans le
silence du Pouvoir central haitien et le
laxisme de l'appareil judiciaire
dominicain. Le 2 aoft, vers 7 heures
du soir, Frantzy Grand-Pierre, 23 ans,
originaire de Belladere, a &t6 abattu a
bout portant, par des policiers
dominicains en uniforme, dans une
station d'essence de la province
frontaliere d'Elias Pina, oui il venait de
s'approvisionner. Le sergent Enrique
Perez Castillo et le lieutenant Franklin


Pourquoi Valdo a-t-il
tu6 Ginoue ?
On admet g6ndralement que
c'est par jalousie.
Selon la presse locale, le
couple aurait eu une violente dispute, qui
a culmind dans le geste fatal. Fatidique.
Mais quelle 6tait l'histoire du
couple ? Le proces n'a pas relate grand


Lejury au process de Valdo Jean


chose.
L'un des t6moins cit6s a la
barre est l'ex-directeur g6ndral de
Telemax, notre confrere Pradel
Henriquez.
II a rapport que une fois
Ginoue Mond6sir avait df prendre un
cong6 de l'antenne. Motif: elle portait
au visage des traces de coups qui lui
auraient &t6 inflig6s par son compagnon
Valdo Jean.
Donc Valdo n'h6sitait pas a
frapper celle pour qui il nourrissait un
amour exclusif et possessif. Aveugle,
selon leurs camarades de travail.
Alors pourquoi Ginoue ne
l'avait-elle pas laiss6 ? Elle racontait aux
memes camarades de travail que < type >> tait d'une jalousie a faire peur.
Mais voilh, le meme type la
couvrait de cadeaux.
Valdo Jean, fils d'un pasteur,
disposait de moyens qui ne d6pendaient
pas de Telemax. II a avou6 lors du
jugement que c'est pour 6tre toujours
plus pres de l'6tre aim6 qu'il est venu a
la t6lvision et que l'6mission
6vang6lique qu'il pr6sentait tous les
dimanches 6tait une pure courtoisie.
C'est Valdo qui payait les
soir6es dans les clubs les plus fr6quentds,
c'est lui qui la couvrait de bijoux. C'est
Valdo qui a pay6 la voiture flambant
neuve ... Au fur et a mesure que Ginoue


la frontier


Terrero sont cit6s comme les pr6sum6s
auteurs de ce meurtre.
Le 25 Juin, un ressortissant
haitien a rendu l'Ame apres qu'un
chauffeur dominicain l'eut bless A
l'arme blanche, au portail frontalier de
Carrizal (Belladdre). Ce facteur
originaire de Saint-Marc r6clamait des
explications au chauffeur au sujet d'une
somme d'argent qu'il lui avait confide
pour des Haitiens r6sidant a Santo
Domingo, et qui ne serait pas arrive a
destination. Les pieces d'identit6 de la
victime auraient 6td subtilis6es avec le
sac qu'il transportait. Le cadavre est
rest entre les mains des autorit6s
dominicaines.
Le 14 mai, une commerqante
haitienne, Nerlande Franqois, t6moignait
(GARR/ p. 17)


Mond6sir grimpait les marches du
vedettariat. Bient6t elle jouait dans les
productions cindmatographiques
locales.
Elle 6tait couverte aussi, bien
entendu, d'admirateurs.


Fou
litt6ralement...


d'amour,


(photo www.jjaugustin.com)


Pendant ce temps, Valdo 6tait
ddvord par lajalousie. Comme toujours
dans ces cas-l, en meme temps il se
d6pensait davantage encore. Mais dans
le meme temps aussi, il avait le sentiment
d'etre victime d'une injustice. Qu'on lui
enlevait ce qui lui appartient. Et que
Ginoue c'6tait a lui, c'6tait son bien ...
Relations sado-maso(chistes) par
excellence.
L'amour rend fou, n'est-ce pas,
et ce n'est pas toujours un vain mot. Fou
d'amour, litt6ralement.
Tandis que Ginoue s'en rendait
bien compte, puisqu'elle le confiait a des
camarades de travail ...
Mais comme les filles de son
age, et comme les filles d'aujourd'hui,
elle pensait qu'elle 6tait capable de
<< grer le type. >
Les bastonnades cependant se
multipliaient.
Or personne n'a rien fait pour
6viter le pire. Dans un autre pays, le
meurtre de Ginoue Mond6sir ne serait
peut-6tre pas arrive. La police aurait &te
avertie. Soit par ses patrons, soit par ses
camarades, soit par ses parents.
Valdo aurait &t6 convoqu6 en
justice. On lui aurait intim6 l'ordre de
ne pas s'approcher de Ginoue dans un
rayon de tant de kilometres.
Done la soci&te haitienne n'a
pas joud son r6le. Le tribunal ne l'a pas


Franck Cine

renvoye aux assises

criminelles pour

usage de faux
5 aoft 2008 La Cour d'appel
a finalement rendu sa decision dans
l'affaire du scandale de la Socabank. Le
directeur g6ndral de la compagnie de
t6l6phonie mobile Haitel, Franck Cind,
a &te envoy aux assises criminelles sans
assistance de jury pour usage de faux.
Le PDG de la Haitel croupit depuis
plusieurs mois en d6tenton malgr6 une
d6t6rioration accrue de son 6tat de santd.
Les avocats de Franck Cind entendent
saisir la Cour de cassation.


soulign6.
Mais encore plus significatif,
alors que le jury admet qu'il n'y a pas
eu pr6m6ditation et done que Valdo a
agi sous le coup de l'6motion donc
crime passionnel s'il enest, le meme jury
ne lui reconnait aucune circonstance
att6nuante. C'est presque un non-sens.
Pour finir, on admet qu'une
personne a agi dans de telles
dispositions d'esprit, mais
aucune evaluation psychiatrique
n'a et6 pr6sent6e devant le
tribunal.
Or c'est une
information plus qu'importante
pour des jurds qui ne sont pas
obliges de connaitre toutes les
m6andres de la procedure.
Alors que le cas de
Valdo relive de toute evidence
de la psychiatrie ... Entre autres.

La belle et la bete

Mais voilW, il relieve
aussi de la chronique mondaine,
de la peopolisation, du roman
photos ... Le procds a &te suivi
<< en direct >> la t6l1vision.
Comme < Marina >, la
t6l6novela a la mode.
Et c'est a ce niveau
que lejury s'est prononc6. C'est
l'histoire de la belle et la bete.
Et la bete, Valdo, le vilain de la
fable, a eu ce qu'il m6rite. Le maximum.
Travaux forces a perp6tuit6.
Le public qui sort de la salle
de cinema, se sent rassur6. Le m6chant
est toujours puni.
Valdo Jean a tu6 Ginoue
Mond6sir. II l'a avoud. A-t-il exprim6
des remords ? II a plut6t cri6 encore une
fois son amour pour celle qui sera sa
victime.
Travaux forces a perp6tuit6 ?
Le mot a &te prononc6 comme si lesjur6s
ne se rendaient pas rdellement compte
de ce qu'ils venaient de d6cider.
La meme sentence que pour le
kidnappeur qui tue avec pr6m6ditation
et pour l'appit du gain.
Sans meme aucune possibility
pr6vue de remise de peine apres
quelques anndes.
C'est tout le proces d'ailleurs
qui s'est d6roul6 dans cette atmosphere
presque factice. Pour ne pas dire
exp6ditive.
En outre, et surtout, Valdo Jean
a pay6 pour les vilains des vilains, oui
tous les machos et phallocrates d'Haiti.
La salle d'audience 6tait pleine
a craquer d'associations f6ministes.
A un doigt du lynchage 16gal.

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince

AVI PIBLIK
Yo avize piblik lan de chanjman tanpore sa yo ki
f6t nan adr6s biwo v6t sa yo ki ekri pi ba la a.
Sip6vizB Eleksyon an f6 chanjman sa yo dapre
Seksyon 101.71 Lwa Florid.
Chanjman Tanpore Nan Biwo Vbt Sa yo
Biwo Vat
Biwov 6Nouvo Lokal
No.
016 Harambam Congregation, Inc.
7800 Hispanola Avenue
044 The Savoy Hotel
425 Ocean Drive
First Church of North Miami
141/175 1200 NE 135hStreet
Miami Lakes Congregational
308 Church
6701 Miami Lakeway South
Hialeah Opa-Locka Masonic
336/386 Lodge#391
150 W 20th Street
Chinese Baptist Church of
415 Miami
595 SW 124thAvenue
Centro Cristiano de Amor y Fe
425 5859 SW 16h Street
(Chanjman non)
Mall of the Americas
7827 W Flagler Street
Riverside Baptist Church
745/783 10775 SW 104h Street
aL Lester Sola
MIAMI SE z Sipeviz6 Eleksyon
S W Konte Miami-Dade









GUERRE DES CHEFS


Mercredi 13 Aofit 2008
SHati en Marche Vol XIT N 29


GASSANT VERSUS PNH


Un spectacle
(COW-BOY... suite de la lere page)

Accusation mensongere ...
Arrive sur les lieux, le juge Gassant prend
ouvertement parti pour Mr. Assad Volcy (qui est son
ami), accuse les policiers de
< montage >, autrement dit
d'accusation menson-gere,
et ordonne le remorquage du
v6hicule au parquet et non au
commissariat de police de la
commune de Petionville,
banlieue de la capitale, ou le
pr6sum6 kidnapping est
suppose avoir eu lieu.
D'ailleurs aucun
detail sur ce dernier n'a &te
apport6 par la police de
Petionville. Ni par un proche
de la suppose victime, un
enfant de 4 ans.
Le commissaire
Gassant va plus loin et
insinue que 'action de la
police se voulait une
revanche aprbs l'arrestation
d'un responsable d'une
compagnie de s6curit6 priv6e
pour possession ill6gale
d'armes lourdes.
Or la meme agence L
de s6curit6 prete ses services Responsables de
a de hauts responsables de la (Secrdtaire
police.

Association de malfaiteurs ...
Sur ce, Claudy Gassant d6ceme un mandat
d'amener contre le commissaire de police de
Petionville, Frantz Georges, (entre autres motifs cites
: < association de malfaiteurs >>), assorti d'une
interdiction de depart.
Depuis, le commissaire Georges ne se d6place


qui n'amuse plus personne
pas sans une lourde s6curit6 choisie au sein des units Lors d'une rencontre a Indigo, un club estival
d'l6ite de la PNH. sur la C6te des Arcadins, Gassant et Frantz Georges
Ce bras de fer occupe quotidiennement les se font face.
colonnes de la presse locale, rejetant meme en seconde Le commissaire de police de PNtionville aurait
position d'autres d6me-16s supposes plus importants : voulu tendre la main au commissaire du gouvemement.
Mais celui-ci s'y refusa ...
L'instant d'apris,
Gassant pretend que Frantz
Georges a voulu se moquer
ouvertement de lui par ce
geste.


Sl 'ordre public dont (2e de la gauche) Mario Andresol, Lu
d'Etat a la Scuritt ) et le Juge Claudy Gassant (photo I
comme ceux de l'ex6cutif avec les s6nateurs et partis
politiques autour de la formation du prochain
gouvemement dont le processus s'est enlist, c'est le
moins qu'onpuisse dire.
Mais malgr6 les critiques de l'opinion
manifestant son peu de gout en ce moment pour ce
genre de distractions/diversions, ces messieurs
persistent et signent.


Toutes dimensions de mat6riels -

POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059 A ....
ou envoy nous un e-mail: s ami l--


De son c6t6, le
commissaire de police
raconte a qui veut l'entendre
que le commissaire du
gouvernement a voulu le
< gaganner > (le prendre a la
gorge).
A quoi Claudy
Gassant de rench6rir que le
policier a sorti son arme et
l'a point dans sa direction.

Convocation
pour convocation ...
Bien entendu, les
deux camps ont leurs
t6moins toujours prets a
jurer que les choses se sont
passes respectivement
ainsi.


ic Eucher Joseph Dernier rebondis-
Wddy Pierre) sement: le commissaire de
police de P6tionville
annonce par l'interm6diaire de son avocat qui n'est
autre que Samuel Madistin (l'avocat tout d6sign6 pour
ce genre de causes atypiques), une convocation du chef
du parquet Claudy Gassant devant le tribunal
correctionnel de Saint Marc (nord de la capitale) dont
le club Indigo se trouve dans la juridiction. Bien
entendu pour avoir attent6 physiquement a sa personne
lors de cette rencontre.
Done kif-kif : convocation pour convocation !
On en est 1i pour l'instant pendant que cette
s6rie a suspense se poursuit dans les m6dias de la
capitale comme le nouveau soap opera pour un &t6
des plus tristes qu'on n'aitjamais v6cu.
Qui sait, a la grandejoie des acteurs politiques
qui pendant ce temps peuvent 6tre tout a leur partage
du gateau gouvememental.
Mais a leur place on se mdfierait. Car ce duel
d'un autre Age entre deux institutions directement
responsables de la loi et l'ordre et sans que personne
ne puisse y mettre un holh depuis tant de mois que
cela dure, est avant tout une d6nonciation des dirigeants
politiques eux-memes.
C'est la preuve la plus 6vidente du vide total
qui nous tient lieu d'autorit6 de l'Etat, d'Etat de droit
et d'un leadership responsable.
Plus exactement, une autorit6 qui toume a
vide.

Un Don Quichotte 6gare ...
Le commissaire Claudy Gassant est stir de la
justesse de sa cause. Il y a trop de laisser aller, trop de
corruption et de complaisance. Et la police de par le
monopole de la force arm6e qu'elle d6tient est tout
naturellement au cceur de toutes ces combines.
Mais les initiatives du chef du parquet
semblent autant de coups d'6pde dans l'eau. Parce
qu'elles ne s'inscrivent pas dans un cadre politique
g6ndral. Le president Rend Prdval n'a d6ji plus le temps
a sa grande entreprise contre la corruption. Mais que
Claudy Gassant semble vouloir poursuivre a tout prix.
Le dernier des Mohicans.
Mais Eliot Ness n'a plus personne derriere
lui. I1 fait de plus en plus figure d'un Don Quichotte
6gard sur un plateau de com6die a l'italienne.
(voir COW-BOY / 12)





ourl


Ou mil konte sou nou


Page 10


~I





Mercredi 13 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 29


kolarite


Ou met konte sou nou


WESTERN
IM4HIOI I


Nou pale Krey6l


1-877-984-1726


2008 WESTERN UNION HOLDINGS, Inc,, Tou Drots Reserves.


Page 11









LIBRE PENSEE


Mercredi 13 Aoft 2008
SHaiti en Marche Vonl Y T N 29


MINUSTHANERIE S !


<< Depuis plus de deux siecles, Haiti souffre
d6dain et punition > Eduardo Galeano
<< Desde hace mhs de dos siglos, Haiti sufre desprecio
y castigo >
Eduardo Galeano

La premiere fois que je sentis le poids de la
presence trangere en Haiti fut lors d'une petite reunion
a laquelle je fus invite. C'6tait a l'6tranger etje devais
aider a convaincre un groupe investisseur pour qu'il
visite et investisse en Haiti. A un moment donn6,
j'imagine qu'il s'agissait d'une strat6gie pour nous
d6sorienter, l'un d'eux, d'une voix grave, mesuree,
nous dit < Vous voulez que l'on fasse confiance a un
pays qui est incapable de s'administrer seul ? Vous
pr6tendez nous faire comprendre que votre pays,
contr616 par des troupes 6trangeres, peut nous garantir,
nos droits, nos capitaux, nos vies ? > Ce n'6tait que 9
mois aprbs le 1-01-2004, le temps d'une gestation, le
temps de comprendre l'6normit6 de notre stupidity.
Enfin, depuis lors, je commencai a percevoir
la presence < minusthienne > en Haiti non seulement
en tant que symbole insultant de la perte de
souverainet6 nationale mais encore entant qu'obstacle
a la transformation sociale, 6conomique, politique du
pays. J'ai essays, a plusieurs reprises, de lui trouver
des avantages a la presence des troupes 6trangeres en
Haiti (sauf pour ceux qui ont pu louer leurs 6normes
bitiments. Mais, ceux-l, ils sont en trbs faible
minority). Je n'ai pas pu. Je n'ai pas su. Si, en plus, je
tiens en consideration le coft de leur maintien, je me
sens r6volt6 car, avec ces memes fonds, la s6curit6 du
pays aurait pu 6tre assure par des < Forces
d'Intervention Strat6gique, de Maintien de l'Ordre et
de Securit&> de plus de 80.000 hommes et femmes. Et
les fonds seraient rests en Haiti. Vous vous imaginez,
au lieu de ONU, des FISMOSH (Forces d'Intervention
Strat6gique, de Maintien de l'Ordre et de Securite
d'Haiti). AMEN !!!
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, je me suis rendu compte que certains
intellectuels de l'Amerique latine se sont opposes, de
facon farouche, a la presence des troupes onusiennes
en Haiti. De facon beaucoup plus v6h6mente que nous-
memes, les premiers int6ress6s. L'un des exemples


flagrants, Eduardo Galeano. J'ai eu le privilege de le
rencontrer, une fois. Rien qu'une fois. Il me semble
l'6crivain am6ricain le plus engage. Ou du moins en
ce qui concede Haiti. Je vous conseille la lecture de
ses ceuvres. Cet 6crivain uruguayen, semble parfois
mieux connaitre la perception de la r6alit6 haitienne
que moi. Quandje l'ai rencontre, il me parlait de sa
lutte pour obtenir le retrait des troupes onusiennes
d'Haiti, en commencant par celles de l'Uruguay. Je
savais qu'il adorait Haiti, qu'il voyait en nous le
symbole de la liberty, mais je ne le connaissais pas
sous cet angle. Je n'ai pu m'empecher de relire certains
de ses textes : < Haiti est redevenu un pays invisible,
jusqu'a la boucherie suivante. Pendant qu'il 6tait sur
les 6crans et dans les pages des joumaux, au debut de
cette annie, les m6dias n'ont transmis que confusion
et violence et ont confirm que les Haitiens sont n6s
ou pour faire le mal ou pour mal faire le bien. Depuis
la Revolution, Haiti a seulement &t6 capable d'offrir
des tragedies. Ce fut une colonie prospbre et heureuse
et maintenant c'est la nation la plus pauvre de
l'h6misphere occidental. Les revolutions, ont conclu
quelques sp6cialistes, conduisent a l'abime. Et certains
ont dit, et d'autres ont sugg6r6, que la tendance
haitienne au fratricide provient de l'heritage sauvage
qui vient de l'Afrique. Le mandat des anc6tres. La
malediction noire, qui pousse au crime et au chaos.
De la malediction blanche, personne ne parle. >
Outre Eduardo Galeano, d'autresjoumalistes
se sont impliqu6s dans la defense d'Haiti. Tel est le
cas de Guillermo Chifflet: << Le peuple haitien a besoin
d'aide 6conomique, reelle et non pas de troupes
d'occupation. Et, l'une des voies les plus int6ressantes
pour que des actions concrltes aient lieu afin d'orienter
l'aide internationale est la diffusion de la r6alit6 d'Haiti
a travers le monde, pour que Haiti ne disparaisse pas
des 6crans. Le plus grand tort qui pourrait 6tre fait a
Haiti serait le manque d'int6ret. >
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, vous devez sirement vous demander pourquoi
cette attaque soudaine de ma part contre la
MINUSTAH. Je vous explique. Je me suis reveill le
matin du jeudi 7 aoft, les oreilles dressees, le dos
h6riss6, attendant les reactions des hommes politiques
du pays. Pas un mot. Pas une reaction. Pas une


d6nonciation. Je commencai a faire du Zapping
radiophonique, parcourant le cadran et essayant de
trouver un peu de < verve nationaliste >, un peu de
< reaction Anti MINUSTAH>. Rien. Je voulais savoir
jusqu'a quel point on acceptait la presence des troupes
6trangeres parmi nous. Je d6cidai alors de me r6fugier
sur Internet. Laje rencontrai des informations. Je vous
retransmets l'information de radio MNtropole sur
Internet et vous comprendrez alors ma reaction:
Deux policiers haitiens ont &t6 s6vrement
battus par des casques bleus bresiliens de la
MINUSTAH, hier mercredi (6 aoft) non loin du
commissariat de Cit6 Soleil. Le responsable du
commissariat, informe que les deux policiers ont &t6
transports dans un centre hospitalier en raison de la
gravity des coups et blessures qui leur ont &te inflig6s
par les soldats onusiens.

L'officier affirme avoir &te le t6moin oculaire
de cette scene survenue dans la matinee du mercredi 6
aoft 2008. << Je suis intervenu pour soustraire les agents
des mains d'une dizaine de casques bleus >, explique
le commissaire Aristide qui n'arrive pas a comprendre
le comportement des casques bleus.

Une manifestation a &te enregistr6e dans le
quartier quelques minutes apris l'incident. Des citoyens
qui protestaient contre l'humiliation des policiers
haitiens ont lanc6 des pierres sur des patrouilles de
casques bleus. < Nous r6clamons le depart des casques
bleus qui humilient nos policiers >, a expliqu6 un
manifestant.
Le peuple a pris la defense de << sa police >,
le peuple a voulu r6parer le tort fait a sa police, a ses
policiers. Belle lecon B6ni soit ce Peuple Je suis
toujours a la recherche des reactions de nos elites !
En r6alit6, suite a la lecture de ces nouvelles,
je n'ai pu m'empecher de faire quelques appels a
certains amis de notre < Clan de R6flexion > (en
veilleuse) pour leur en parler. D'apres ce que j'ai
entendu dire, ce n'est pas la premiere fois qu'une
situation semblable se produisait. Je crois que la soci&te
haitienne devrait exiger transparence dans les relations
avec la MINUSTAH. Je me demande si la Justice
(voir MINUSTAH / 14)


Un spectacle qui n'amuse plus personne


(COW-BOY... suite de la page 10)
Quant a la police nationale, elle est en
premiere ligne dans la lutte contre le kidnapping. Les
divers commissariats (y compris celui de PNtionville)
ont raalise de bons coups ces derniers mois contre les
kidnappeurs.
Mais les hauts grades de la PNH arrivent
difficilement a se d6gager des mauvaises habitudes
h6ritas des officiers fringants des ex-forces armies
d'Haiti. Brutalit, arrogance, et pire que tout : la
corruption.


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX .305 -620-8332
CELL: 305-986-881 1


Alors que ce n'est plus du jeu ...
Mais nul n'est parfait et il en est des
institutions comme des individus.
D'autant plus dans un pays oi tout est a
refaire.


les deux se complktent dans leur tiche r6ciproque.
Mais deux p6les de mime nom se repoussent.
II faut unbalancier pour les garder en 6quilibre. Celui-
ci aujourd'hui ou il n'existe pas, ou il n'en a cure. Ou


D 'u n La S6curit6 du DG de la PNH assure avec des armes ill6gales
c6t6 Claudy
Gassant, un rare ^ rYHA]Ti
commissaire du UN AT
gouvernement



7] A1


Armes lourdes saisiespour detention illkgale par le Commissaire du gouvernement Claudy
Gassant a une compagnie de sdcurite privie, Metro Securite, appartenant a Esper Fahed
(carte de consultant expiree, et assurant entre autres la protection du Directeur Gendral
de la Police Nationale, Mario Andresol (photo Eugene Robenson)

qui prend sa mission au snrieux ; de c'est croire a tort que la situation se prete au petitjeu
l'autre la PNH tant qu'elle s'engage du divisez pour r6gner alors que ce n'est plus dujeu.
pour de bon dans la lutte contre le Faute de cet 616ment d'6quilibre (le sommet
kidnapping avec en toile de fond une de la pyramide de Hegel selon qui, si la pyramide est
soci&te civile mobilis6e a cette fin -
(COW-BOY/ p. 13)


Page 12







Mercredi 13 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 29 PETITES AN 111 O
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
SMlodie Matin
I sur 103.3FM


VVilvt. IIL1ik LIi0u011fL
PrSku.dmceI PrtdPdx&i Cays 1C~pHIUm I /Jurv


Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
T616phones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients

Graphics Web De~~~~sin-Pitn -PC le ic


Jlames SOatV aud
Manager


f rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


ESTATE GARAGE SALE

Saturday, July 12TH 9:00 am to 3:00 pm
2481 NW 152ND Terrace


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
Hopital Ste Justine pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tel.: (509) 3685-8432 13404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com

HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H
SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H


Page 13






Le Look
Rue Panamricaine #14,
Ption-Ville, Haiti
T1.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
DIo, Cart r, moru, B Vogue
Consultation chaque jour
par un midedn-occuiste.


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR"


office:
cell:
fax:
email:
web:


KELIZR WilAMS.
R II A I I
C I r Y I I E


Vote rendez-vows a Jac iit 0
LA J CMI ( IENNE

us sommes en.lieuiur de 1a
ville, mns sur la plage.
Chez nous, le bn it'(Mes values.
vous berc cnuit etjour p
C st aussi un lieu ideal pour
tables rondes, seminaires, ateliers de
travail... dais aussi pour receptions et
festivals detoutes sortes.
BolII- jh1 : !!,II- hi1conn An ilt SLI


Derniere heure: Demission
de Claudy Gassant


(COW BOY... suite de la page 12)
bien en place, le sommet peut 6tre
incarnm par une fourmi que l'ensemble
tient parfaitement), eh bien nous autres
on n'en est pas 1a. Tout ce qu'on a, ce
sont comme des versions pirates de ces
vieux cow-boys jaunis avec leurs duels
pour un oui ou un non et a longueur de
journde. Dieu mercijusqu'a present, ce
n'est pas a balles rdelles. C'est du
spectacle. De carton-pite.
Deux pions fous mais dont les
culbutes en affectant l'atmosphbre
psychologique, font plus de mal que de


770.874.6200
404.405.6584
770.439.7857
bernard@metayer-realtygroup.com
Metayer-RealtyCroup.com


bien r l'entreprise de stabilisation
generale.
A moins que personne ne soit
vraiment int6ress6 a cette dernibre. Des
lors ce qui explique tout.
Haiti en Marche, 8 Aoit 2008
N.B..- Derniere heure: On apprend
ce lundi que Me Claudy Gassant a
decide de remettre sa admission
comme Commissaire du
Gouvernement de Port-au-Prince.










I MINUSTAH & DROITS HUMAINS


Mercredi 13 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXIIT N 29


MINUSTHANERIES!
(... suite de la page 12)
Haitienne ne peut pas intervenir.
D'abord, INTERDICTION DE
DEPART contre ces MALTRAITEURS
(< Maltraiteurs Pr6sum6s pour
respecter la pr6somption d'innocence et
ne pas faire montre de sauvagisme),
malgr6 leur condition de
FONCTIONNAIRE INTERNA-
TIONAL ou de TORTIONNAIRE
INTERNATIONAL devrais-je dire,
dans ce cas.
Enfin, chores amies lectrices,
chers amis lecteurs, trop d'insultes pour
ce petit pays. Et au vu des r6sultats,
plutBt d6cevants, obtenus par les
diff6rentes < occupations technico-
militaires > r6centes : Mission des
Nations Unies en Haiti MINUHA;
Mission d'Appui des Nations Unies en
Haiti MANUH ; Mission de Transition
des Nations Unies en Haiti- MITNUH ;
Mission de Police Civile des Nations
Unies en Haiti MIPONUH ; Mission
civile international d'appui en Haiti -
MICAH ; Mission Civile en Haiti -
MICIVIH; Mission des Nations Unies
pour la Stabilisation en Haiti-
MINUSTAH; je propose la creation de
la Plateforme Citoyenne < Plus Jamais
de Troupes Etrangeres sur le Sol
d'Haiti >.
Nos objectifs seraient:
1- D6part Imm6diat des Troupes
Armies 6tablies sur le territoire
haitien
2- Cr6ation d'un Fonds de
Ressources Strat6giques
(Ressources Humaines,
Technologiques, Financieres)
pour le Ddveloppement
d'Haiti.
3- Lutter pour une Haiti libre de
troupes 6trangeres sur son
territoire et pleine d'amis dans
les troupes a l'6tranger.
J'attends done vos reactions,
face aux wineries en tout genre,
de tout type.

LI LE, LI TAN.
ANN FINI TOUT BON AK MISYON
MINISTAA.
Oscar Germain
germanor20055@yahoo.fr
Aoat 2008


AVI PIBLIK
Yo avize piblik lan de nouvo biwo v6t pemanan
sa yo. Biwo v6t sa yo te etabli pa Sipevize
Eleksyon an dapre Seksyon 101.71 Lwa Florid.
Nouvo Biwo Vot Pemanan
Biwo Vat
Bwo Nouvo Biwo Vot
No.
295 North Dade Regional Library
2455 NW 183d Street
Dr. Robert B. Ingram
296 Elementary School
600 Ahmad Ave
38 Ruth Tinsman
6545 West 24h Ave
West Hialeah Gardens
388 Elementary School
11990 NW 92" Ave
Palm Springs North
389 Elementary School
17615 NW 82" Ave
Bob Graham Education
390 Center
15901 NW 79th Ave
461 John A. Ferguson Sr. High
15900 SW 56th Street
Ronald W. Reagan Sr. High
462 School
8600 NW 107 Ave
Good Shepherd Catholic
782 Church
14187 SW 72"d Street
Kendall Village Center
784 8625 SW 124th Ave
Our Lady of Lourdes Catholic
792 Church
11291 SW 142 Ave
S Miami-Dade Fire Station #56
16250 SW 72nd Street
Eureka Villas Park
798 14301 SW 180"h Street
854 St. Timothy Lutheran Church
8601 SW 199th Street
93 Waterstone Grand
4002 N. Waterstone Way
Lester Sola
MIAMI, t E Sipevize Eleksyon
Konte Miami-Dade


Thierry I



(Source MINUSTAH Apres
avoir cumuld plus de six annres en Haiti
dans la promotion et la protection des
droits humains, Thierry Fagart arrive au
terme de sa mission dans le pays. Chef
de la Section des droits de l'homme de
la MINUSTAH et Repr6sentant de la
Haut Commissaire aux droits de
l'homme, M. Fagart porte un regard <<
mitig >> sur l'avenir d'Haiti. En effet,
M. Fagart relive des avanc6es < au
niveau des droits civils et politiques >>,
mais reconnait, en revanche, qu' < pas du tout progress sur la question des
droits 6conomiques, sociaux et culturels
>. Ce 31 juillet, Thierry Fagart a lev6 le
voile sur ses << satisfactions >>, mais aussi
ses << frustrations > en laissant Haiti.
Question: M. Fagart vous venez
de passer plus de six ans en Haiti. Vous
6tiez la, on se le rappelle avec la Mission
conjointe des droits de l'homme ONU/
OEA(MICIVIH) de 1998 et 2000. Vous
6tes revenu en 2001 pour le compte de
la Haut Commissaire des Nations Unies
aux droits de l'homme pendant plus d'un
an et vous venez juste de passer trois
ans et demi a la tate de la Section des
droits de l'Homme de la MINUSTAH :
quel bilanvous faites de votre travail en
Haiti ?
Thierry Fagart : Ben, tout
d'abord, il y a des choses qui sont
extr6mement positives, ily en a d'autres
qui le sont beaucoup moins. Or, en
mati&re des droits de l'homme onest trs
exigeant, on trouve que les choses ne
vont jamais assez vite,
malheureusement. La construction
institutionnelle qui est fondamentale
pour le respect des droits de l'homme,
en Haiti comme ailleurs, c'est
n6cessairement un processus long.
On ressent certaines frustrations, dans
la mesure oi on aurait souhait6 que les
choses aillent plus vite. Je pense quand
meme qu'il y a eu des progres, entre le
moment onije suis arrive et au moment
oi je m'en vais maintenant. Je ne nous
attribue pas cette r6ussite parce que, la
r6ussite, elle est avant tout celle du
peuple haitien, c'est la r6ussite du
gouvemement constitutionnel et elle est
aussi la r6ussite des ONG de defense des
droits de l'homme haitiennes qui ont
travaill6 sur toutes ces questions-la.
Tous ensemble, on a progress.
On a progress en tout cas tres
clairement au niveau des droits civils et
politiques. On sent au niveau de la police
qu'il y a moins de violations graves des
droits de l'homme qu'on en a eues a une
certaine 6poque. En matibre de justice,
les progrbs sont plus lents mais les
r6formes en cours sont fondamentales.
Je crois que l'on va dans la bonne
direction. Ca, c'est le cot6 positif des
choses.
En meme temps, il y a des choses
qui sont extr6mement prdoccupantes.
Par exemple, la question de lynchage.
On constate qu'il y a encore beaucoup
de cas de justice exp6ditive. J'ai appris
l'autre jour qu'un pr6tre a failli 6tre
lynch pour avoir refuse de baptiser des
enfants. Ce n'est qu'un exemple qui
illustre le c6t6 moins positif.
Q : Mais qu'en est-il des droits
dconomiques et sociaux, faisant
6galement partie des droits de l'homme
?
T.F : Ily a une chose sur laquelle
on n'a pas du tout progress -quand je
dis on, c'est dans le sens global du terme-
c'estjustement sur la question des droits
economiques, sociaux.et culturels :
question fondamentale. Auj ourd'hui, on
a le sentiment que la majority du peuple
haitien, non seulement ne vit pas mieux
qu'elle ne vivait il y a quelques annies,
mais, pour le moment, vit plus mal
encore.
Ona le sentiment que l'acces aux
services sociaux de base est de plus en
plus difficile, que l'acces a
l'alimentation, l'eau potable, au
minimum de soins de sante -je ne parle
meme pas de l'acces a l'6ducation ou
des choses de ce genre- s'est, pour le
moment, encore plus d6grad6 que qa ne
l'6tait a une certaine p6riode. Et l1, sije
puis me permettre de faire une
recommandation -sinon d'exprimer un
point de vue- c'est qu'il faudrait tous


'agart porte un regard


> sur l'avenir d'Haiti


ensemble (communaut6 internationale et
avant tout le peuple haitien et ses
repr6sentants) qu'on travaille plus sur
ces questions des droits 6conomiques,
sociaux et culturels.
Il n'est pas acceptable,
aujourd'hui, au XXIe siecle, alors que
vous avez 6norm6ment de richesses
6tal6es de la part d'une infime minority
de la population, vous ayez des gens qui
ne soient pas en 6tat de se nourrir : ce
n'est pas acceptable On ne peut pas
admettre que, parce que vous n'avez pas
les 100 gourdes n6cessaires pour acheter
le petit m6dicament qui pourrait vous
sauver, vous puissiez mourir d'une
septic6mie.
Q : Quels sont a votre avis les
grands d6fis qui restent a relever ?
T.F : Une restauration de
l'appareil d'Etat en matiere de justice
et de police pour mener a bien la lutte
contre l'impunitd ; la construction
institutionnelle : avant tout, la mise en
place des systemes qui garantissent a un
maximum de citoyens, le minimum de
droits 6conomiques sociaux et culturels
auxquels ils sont en droit de pr6tendre.
On ne peut admettre qu'en Haiti,
des gens puissent mourir de faim ou
mourir de manque de soins, ou que tant
de femmes meurent en mettant au monde
les b6bs : cela n'est pas normal! Ce sont
pour moi les grands d6fis.
Q : Que retenez-vous de vos
anndes d'exp6riences en Haiti ?
T.F : C'6tait passionnant. Je ne
suis pas venu par hasard en Haiti. Je suis
revenu parce que c'est un pays que
j'aime, unpays en lequelje crois. C'6tait
important pour moi de revenir a un
moment oije pensais comme beaucoup
d'autres que peut 6tre les choses allaient
6voluer plus vite qu'elles 'ont &t6 en
r6alit6.
Donc, beaucoup de satisfaction
dans les relations que j'ai pu avoir avec
nos amis et partenaires haitiens ;
beaucoup de frustrations aussi parce que
je crois que les choses ne sontjamais ni
blanches ni noires, elles sont toujours
un peu grise : c'est la vie, c'est comme
ca. Il y eu des moments de frustration.
Par exemple, je ne suis pas tout a fait
convaincu que le gouvernement de
transition ait ddlivrd ce qu'on attendait
de lui. Ily a eu beaucoup de difficult a
l'dpoque. Grande politisation, dans le
mauvais sens du terme, en matibre de
justice. Notamment l'utilisation, peu
acceptable, de l'appareil de justice pour
des reglements de compte politique
cela fait partie des choses negatives.
En meme temps, j'ai retrouv6 ce
queje connaissais d6ji d'Haiti: des gens
qui ont envie de se battre. Des gens qui,
chacun de leur c6t6, chacun a leur
niveau, essaient d'apporter leur pierre a
la construction de l'6difice. C'est
quelque chose qui est extr6mement
positif. Le gouvernement constitutionnel
a 6norm6ment fait de choses. II a montr6
une volont6 de construire, une volont6
qui ne s'est pas d6mentie dans la durde :
ca, c'est vraiment essentiel.
Q : Estimez-vous que les Nations
Unies peuvent contribuer davantage a la
promotion et a la protection des droits
humains en Haiti ?
T. F : Moi, je crois que les
Nations Unies font ce qu'elles doivent,
ce qui correspond a leur mandat. Le
progres en matibre des droits de
l'homme, c'est, avant tout, l'affaire des
Haitiens. Il ne faut pas oublier que nous
sommes ici, quand meme dans un Etat
souverain. On n'est pas l1, comme le
pr6tendent certains a tort, pour d6cider
a la place des Haitiens.
Nous sommes l1 en appui. On est
l1 pour, effectivement, aider Haiti a s'en
sortir. Je pense que l1 oi on peut
continuer a aider, ce n'est pas tellement
sur le terrain pr6cis des droits de
l'homme, c'est beaucoup plus large : la
construction institutionnelle.
II faut que se constituent en Haiti des
entit6s : justice, police, qui soient en
mesure de faire respecter la regle de
droit. Parce que, quand il n'y pas le
respect de la regle de droit, il y a
violation des droits de l'homme. Donc,
la construction institutionnelle est
absolument fondamentale. L'ONU


participe beaucoup a cela. On sait que
la MINUSTAH appuie la r6forme de la
police, la MINUSTAH appuie la
r6forme de la justice aussi bien que la
reforme des prisons.
Si deja, dans quelques anndes, on
peut arriver a un d6veloppement
suffisant de ces institutions, il est evident
que, corr6lativement, on aura une baisse
significative des violations des droits de
l'homme.
C'est sfr, on n'aura pas tout
r6gl6. On ne regle jamais tout. Meme
dans mon pays, on a aussi des violations
des droits de l'homme. Il ne faut pas
penser, parce qu'un pays est d6velopp6
et qu'il est connu pour sa tradition
d6mocratique, il n'y existe plus de
violations des droits de l'homme. Il y
en a. La seule chose, il y a des
mdcanismes de contre pouvoir qui
existe, des mdcanismes de sauvegarde
qui font qu'on ne peut pas draper trop
loin. En Haiti, on n'a pas encore ca. On
n'a pas encore d'ONG qui soient
suffisamment puissantes, on n'a pas
encore une justice qui soit suffisamment
puissante, on n'a pas encore une police
qui soit suffisamment puissante, on n'a
pas de syndicat ou une presse
suffisamment professionnelles.
Q : Quel regard portez-vous sur
l'avenir d'Haiti ?
T.F : Mitig6...Mitig6. Moi,j'ai de
l'espoir. Depuis queje connais ce pays,
c'est la premiere fois vraiment que je
crois qu'il y a une vision a long terme.
Et de la part des Haitiens, et de la part
de la communaut6 internationale, et
surtout une bonne coordination d'Haiti
et de la communaut6 internationale pour
mettre en ceuvre cette vision a long
terme. Maintenant, ceci dit, cela reste
fragile.
On a vu ce qui s'est produit, il y
a quelque mois, ce qui s'est produit au
mois d'avril [les 6meutes de la faim.
ndlr] et malheureusement, les causes ne
sont pas disparues et ca, c'est quand
meme assez inqui6tant. On en revient a
ce que je disais tout a l'heure, si on ne
s'attaque pas aux vrais problemes, aux
problemes, qui sont vraiment
prioritaires, de respect des droits
6conomiques sociaux et culturels, les
causes de l'instabilit6 vont persister,
avec le risque de voir ce qu'on a connu
dans d'autres p6riodes.
Souvenez-vous, on avait
6galement de l'espoir lors du retour
d'Aristide aprbs la dictature de CUdras.
A l'6poque, on 6tait sur la bonne voie :
on avu une nouvelle force de police qui
se constituait, on a vu la mise en place
de l'Office de la Protection du Citoyen,
on a vu la mise en place de l'6cole de la
magistrature, bref toute une s6rie de
choses qui allaient dans le bon sens. Et
on a vu aussi, comment, aprbs avoir fait
trois pas en avant, on en a fait dix en
arriere, en tres peu de temps.
On est oblige de tenir compte des
lemons de l'histoire, meme si l'histoire
ne se rdpete jamais de la meme facon.
En tout cas, a date, il y a des 616ments
de crises qui existent. On a une crise
institutionnelle qui me prdoccupe
6norm6ment a l'heure actuelle : cette
histoire de Premier ministre. Je trouve
qu'il est assez irresponsable quand
meme qu'un parlement ne se rende pas
compte qu'il y ait urgence a mettre en
place un nouveau gouvernement. Il y le
feu dans la maison II est temps de
l'6teindre pour 6viter que toute la maison
ne se consume.
Q : Pensez-vous avoir perdu du
temps en Haiti ?
T.F : De mon point de vue : je
n'ai pas perdu de temps en Haiti. Mais
je crois que c'est aux Haitiens qu'il faut
poser cette question. Parce que ce sont
eux qui peuvent dire si ce que j'ai pu
faire ici a pu constituer une petite pierre
dans la construction de l'6difice. Ca peut
n'6tre qu'une toute petite pierre, mais
est-ce que, au moins, je l'ai pose ...? Je
ne me permettrais pas de rdpondre.
Je suis revenu, sans ma famille,
parce que j'avais envie de pouvoir
contribuer, a mon tres modeste niveau,
a un progrbs en Haiti. J'espbre que j'ai
r ussi.


Page 14


IF.................. ........ .. ..







Mercredi 13 Aofit 2008 __ _
Haiti en Marche Vol XXII N' 29 L iS I

Community Shield Deja un titre pour MU


Manchester United a remport6 son 17e
Community Shield enbattant Portsmouth lors des tirs
au but (0-0, 3-1 tab). Les Francais de Portsmouth,
Lassana Diarra et Arnold Mvuemba, ont tous deux rat6
leur tentative. Les Red Devils d6butent ainsi leur saison
avec un premier titre.
MANCHESTER UNITED
PORTSMOUTH : 0-0, 3-1 t.a.b.
Le Community Shield n'est plus vraiment ce
qu'il 6tait. Des anndes durant, cette rencontre, entre le
champion en titre et le d6tenteur de la Coupe
d'Angleterre, ouvrait avec passion la saison et lib6rait
les mordus de football que sont les Anglais. M6me sans
jamais vraiment d6chainer les foules, il offrait toujours
du spectacle, des buts et annoncait souvent la forme


des favoris au titre. Dimanche a Wembley entre
Manchester United et Portsmouth, on 6tait loin de tout
cela. Un stade pas tout a fait plein, une confrontation
fade, surtout en premiere mi-temps, des stars (Giggs,
Scholes, Defoe, Crouch) pas a leur meilleur niveau
malgr6 de la bonne volont6, mais surtout des absents
(Rooney, Ronaldo, Carrick) qui ont beaucoup manqu6.
Sans relief
MU, grice a Tevez et Nani, abien par moment
rappel6 ce qui fait de lui un double champion
d'Angleterre et d'Europe, avec quelques beaux
mouvements fluides, mais malheureusement mal
conclus. Tevez (17e), Nani (40e et 41e) mais surtout
Fletcher (35e), seul dans les six metres apres un centre
de Nani, auraient d trouver l'ouverture pour United.


Page 15

Leur maladresse n'6tait cependant rien en comparaison
de la m6diocritW de Portsmouth, incapable de se crier
une seule occasion. Hormis Lassana Diarra, encore le
meilleur homme sur le terrain et dont le nom a &t6
plusieurs fois chant par les supporteurs de Pompey,
1'6quipe d'Harry Redknapp a 6td d'un bien faible
niveau pendant toute la rencontre.
Crouch a &t6 inexistant, comme Defoe et
Kranjcar. Et il a fallu que David James soit 6tincelant
devant Fletcher, dont il a ddvid la frappe sur la barre
(49e), puis sur un tir de Tevez (70e). Le petit attaquant
argentin, trbs actif, aurait merit6 un penalty pour une
faute grossibre de Hreidarsson (74e) mais l'arbitre en
d6cida autrement et le troph6e se joua aux tirs au but.
Un exercice dans lequel United excelle et dans lequel
Lassani Diarra, Arnold Mvuemba et Glen Johnson ont
failli.


@I. .... S @l .... iB B-iili lll @i ifi@ @iiiiiiifllM fti = @i... ... ..i.Bf'."... @ii@ u iii ii^i c :i i llll^^^hi@ B! ..














S"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


8772 NyIE 2 dmer AvlenuLae
T41: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR ROUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemens pour Bell South, PL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection tdidphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am


730 pm

* IPurfurns
* (diulare & BIkcper
SSoulirs et Sundalci
p PRxits pour la cutisln
* ('a1dIll
* Tabiaux
SMocygra


Ziuuk. franiis, Aner cai n
* VId'sH (I iticni. AArmicairns, IXtvuntakmrs, Dratms
* Pruluils lie bcauIt


%wool 0.l. "t

ha~m as a











CONFERENCE MEXICO


Mercredi 13 Aofit 2008
Hnati en Mnrche Vol XXIT N 29


%Sda: d r mmowmw qurmeiis rsre,


owNrrr e spr Is co rmflrVc der reko


.. .w-w .


-a -_S n





A a Ilabl y4b


















-
.Ml, 0 4f





















Len -w~m, IlII


-l -)


-r e
-r a r
a
-l r Sc
~~ -c 0
0 I-


-
)- 0 )
\ in. 0I


a -r


41 0 f- -)





---go

-e - w- 0 -
4b Qb


hte Material:




Intent --



Commercial News Providers"

- w di

-r 1 -


%WH: In Cal--.t C-- f dem v Elf Sh


w W A ci -g 5 a m -i -
""" -- dir %W wec C IFN~lW


~ ~ - --I 0




~ --I -





I- -ll I-C

- 0 =
-r I -
I I --r- 1- -
-C1 - r .


-d b
- -


WMEM - 0 *
-Nw.- ~- owm


0w opl


-- --1- 4 --p-

0. 0..
~~Clb 41b
-I -r C *r -







-- w 0WN
r rrl r -r
.00.


oplmwlr


- -w - 0
A m b


* a a



0I -I





0 -~





- - a *

-C 0
-

- r e


-r


-e .

-


0 - e -


-

-C 0 l


- ii
- r


- 0
o Ol

r


* -

*- .~


Hafl en Marche]


Page 16


- r -


- F


CI --


* 0 -a
Il-II
o r


MIAMIM AD AIM


Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update
Department of Transportation 49 CFR Part 26
ESTABLISHMENT OF OVERALL DBE GOAL FOR
MDAD FOR FISCAL YEAR 2009

The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by
Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1,2008 through September
30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups,
community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the
availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for
DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A "level
playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no
discrimination against them.
MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD
projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting
information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority
Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through
Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M.
MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the
date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the
address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221.


l 4 &(wi-


*


rr e
rr r r


.90 -


-.IwIM -


rrr

--C""









Mercredi 13 Aout 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 29


VIH-SIDA


S4d": k I A accu,*, de nflI&grncr


Srr clamin- -- -


- " --__ .. . -


0~ I ~ -~ *~ -C~ -) .) 1 - I -~
- -I


*

-


- "'.Copyrighted Material


-


- t - __
-
~.
a- -~
rr-


*


. -


- &


Available from Commercial News Providers"


*,,.-- _

- 040W


- )
0 c
a -I 0 -)


-r 0
C -,


-- S -- -
e e
S -
~ . *
r ru r--r
- ~ r -


Agressions a

(GARR... suite de la page 9)
au micro de plusieurs joumalistes a Port-au-Prince,
sur le crime perp6tre contre son mari, Oblien M6sadieu,
passager a bord d'un autobus qui faisait route vers
Santo Domingo. Le chauffeur, avec insistance, lui
r6clamait son passeport muni d'un visa r6gulier, qui
avait 6td d6ji rdvis a un poste de contr6le militaire.
Face au refus du ressortissant haitien, le chauffeur s'est
emport6, l'a frapp6 et l'a abattu de plusieurs balles,
devant t6moins.
Le ler avril 2008, a la frontibre d'Anse-a-
Pitres/PNdemales, Lionel Momplaisir, 28 ans, a &t6 la
cible de Julio CUsar, un agent du Corps dominicain
Sp6cialis6 (CESFRONT). Quelques instants
auparavant, le ressortissant haitien avait refuse une
fouille irr6gulibre de la part du militaire dominicain
qui, depuis Pedemales, a tire en sa direction et une
balle l'a atteint au cou.
Au mois de mars, enl'espace de 4jours, deux
Haitiens ont &t6 abattus par des membres de la force
publique dominicaine a Dajabon, ville frontalibre
limitrophe de Ouanaminthe. Il s'agit d'Anite Joazard,
tude le 24 mars et d'Antoine Jean, abattu le 28 mars.
Le 22 janvier 2008, vers 9 heures du matin,
un agent de la Police dominicaine, en poste a Elias
Pina, a tire dans le dos, un cultivateur haitien. Ce
dernier, Iloxbne Antoine, 50 ans, a rendu l'Ame, laissant
une prog6niture de 4 enfants. Le policier, Franklin
Terrero, est le meme qui est point du doigt dans le
meurtre perp6tre le 2 aoft 2008, sur le jeune haitien
Frantzy Grand-Pierre.
Soulignons que ces cas correspondent aux
crimes constat6s et perp6tr6s devant t6moins, en divers
points frontaliers et sont loin de la r6alit6 de la violence
subie par des ressortissants-es haitiens, loin des
regards. La non-publication des rapports d' enquetes
par lajustice dominicaine voire l'absence de poursuites
v6ritables ne font que conforter les auteurs de ces actes.
Le GARR s'indigne du silence prolong des
plus hauts responsables de l'Etat face a cette
multiplicity d'actes criminels commis contre des
citoyens-citoyennes qui ne font qu'exercer leur droit a
la libre circulation d'un pays a l'autre, consacr6 par la
Declaration Universelle des Droits de l'homme inscrite
dans la Constitution haitienne.
Le GARR encourage les Commissions


Ila SI C

*r -- J


0 -
-~ ~~~~ C --
S- I C l ~ , -


- -. -~
lo w 4- -

-w --w


la frontiere
parlementaires sp6cifiques comme celles de la
frontiere, des Affaires Etrangeres, des Droits humains,
de la Justice et de la S6curit6 publique a se prononcer
sur ce dossier brilant des relations haitiano-
dominicaines et engager un suivi ad6quat, en vue de


d6fendre le
droit a la vie de
chaque Haitien-
Haitienne.
L a
frontibre reste,
sans nul doute,
le premier
barometre des
rapports entre
nos deux
peuples et cette
region ne
saurait tre
livree aux
violations
constantes des
droits de la
personne, a
l'impunitd, a
l'indiff6rence
institutionnalisde,
mais au regne
de la loi et de la
justice, selon
les prescrits
conjugu6s des
legislations
nationales et
des conventions
internationales
ratifies par
Haiti et la
R6publique
Dominicaine.

Lisane Andre
Responsable
de la Section
Communication
et Plaidoyer


S 0 -


r -ll 0
-- r 0 -
- -~ ~
.. owI

0 O
.400117 _


*~r ~ -L -
-o -

-
a- N o
* ai -a


- - -
0 -


Page 17


Syndicated Content.


MIAMI-DAD


LOTRI PRE ANE FISKAL 2008 POU ACHTE KAY
POU PREMYE FWAYO
Biwo Devlopman Kominot6 ak Ekonomik Konte Miami-Dade (sig angle OCED) envite moun ki
genyen ti revni ekonomik ak revni modere kap achte kay pou premye fwa vini aplike pou jwenn
yon ipot6k sibvansyone atrav6 pwogram lotri pre Konte an.
Yon achte kay kalifye ki chwazi nan pwogram lotri pre an ap gen dwa resevwa yon ipot6k
sibvansyone pou yon montan total $80,000 dola maksimbm, pou itilize nan acha nenp6t lojman
abodab, mezon familyal, "townhouse" oswa kondominybm nan Konte Miami-Dade, ki a yon pri
de vant maksimbm $225,000 dola. Kay la gen dwa yon nouvo konstriksyon oswa yon kay
renove. Se pou aplikan yo rezidan Konte Miami-Dade epi pou revni yo pa depase 140 pousan
revni mway6n z6n la (Area Medium Income) dapre gwos6 fanmi yo. Yon aplikan ki kalifye pa dwe
te pwopriyet6 kay pou omwens d6nye twazan (3) ki pase yo; yo fet pou yo genyen prev ke yo
swiv klas konsey pou achte kay la epitou se pou yo deja pre-kalifye pou yon premye ipot6k nan
yon enstitisyon finansye. Aplikan yo ke yo chwazi bay lotri an fet pou yo pare pou siyen kontra
acha kay la nan 120 jou de dat yo resevwa lotri an.
Ajans sa yo finanse pa Konte Miami-Dade pou yo bay achte kay konsey:
1. Miami-Dade Neighborhood Housing Services (305) 751-5511
2. Opa-Locka CDC (305) 687-3545, ext. 236 ak 238
3. Centro Campesino Farmworker Center, Inc.- (305) 245-7738
4. Miami Beach CDC (305) 538-0090
Aplikasyon yo disponib sou entenet la sou: www.miamidade.cov/ced
Aplikasyon yo disponib tou nan lokal sa yo:
Biwo Distrik Komisyone Asanble Komisyone Konte
Team Metro Regional Office: (Tanpri rele pou mande ki biwo ki pi pre lakay w)

Northside (305) 636-2333 Kendall (305) 273-4116

Melrose (305) 638-6800 Northeast (305) 947-5376

South Dade (305)234-1499 Tamiami (305) 222- 2133

West Office (305) 480-1700 Northwest (305) 557-2172

Aplikasyon vo ranpli okonDpl fet pou soumet pa lapDs a:
Office of Community and Economic Development
701 N.W. 1st Court, 14th FL
Miami FL 33136
ATTN: Homebuyer Lottery Program
Dat limit ap[likasyon an se 30 septanm 2008. Aplikasyon yo ki gen so lapDs ki make yon dat apre
30 sentanm 2008 nan eliiib nou lotri a


Ecoutez

M lodie Matin

avec Marcus sur


lodie
03.3 fm


www. melodiefmhaiti. cor


I


I


rr~


- 4P.


rr Ir r r


400


iln*


-o -
o


C- P-IL


r


t









LES JEUX


Mercredi 13 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 29


Allez de ARCADE a AMIGNE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


RFPO
WEBA
YOGL
TECI
SPSV
XUME
GYWD
JOKP


Solutions de la semaine passee


KI
KA
WR
CM
0 H
AC
J I
NR


Trouvez les 22 joueurs de la premiere mitan de
la finale de I'Euro 2008 dans le carre ci-dessous


Solutions de la
semaine passe:
V A N T E E
VANTEE
V A N NE E

CANNES

CO0RDN E S
1c 15'R'5 S
c I I I I
c I I I I
c I I I I


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


e "eatd Ae&64 it eo&C&adce /


En Bref...


(... suite de la page 2)


Aucune investigation n'est conduite dans la plupart des cas. Et si cet
acte qualified de miracle etait plut6t un drame au sein d'un couple,
dont le bebe a ete vole? D'auant plus dans un pays on les enlevements d'enfants sont devenus
coutumiers.

Conflit Claudy Gassant-Commissaire Frantz Georges
Cette brutale remontee du kidnapping coincide avec un nouveau conflit
opposant le chef du parquet de Port-au-Prince (aujourd'hui demissionnaire),
Claudy Gassant, au commissaire de police de Petion-Ville, Frantz Georges, le premier
ayant ete traduit en justice apres avoir emis un mandat d'amener
contre le second a la suite d'accrochages et de derapages verbaux en
cascade.

Assad Volcy demande des 6claircissements a la PNH
Aucune evidence de l'implication du vehicule du responsable du Bureau
de presse de la Presidence dans une affaire de kidnapping.
Qui plus est, aucun enlevement d'enfant a Bois-Moquette, dans la soiree
du mercredi 30 juillet, n'a ete signaled dans le cadre de l'enqu&te ordonnee par le
Parquet du Tribunal civil de Port-au-Prince sur l'implication presumee
du vehicle du responsable du Bureau de presse de la Presidence.
Aucune deposition relative a un enlevement survenu ce soir-la dans ce
quartier n'a ete non plus enregistree, ni par la police, ni par la
justice, selon des sources proches de l'enqu&te.
Assad Volcy parle de prejudices moraux causes a sa famille et a sa
personne par cette affaire et souhaite voir la police apporter
publiquement des eclaircissements sur cet incident.

to f*m 0# & peAV*aw #m t 0w














"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 18


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

YE

AHR

TD

Solutions de la semaine passee
SCYTHES j


I ..... %A............ ... . ... .. ..N


SAl RI C| Al D Ell


YI.rv.1 1


c


AM I G NE


r r r D r 1i 11,, 1 1 i- T IJ m, i I IIf h tl m 1 i11, 1ii l i








Mercredi 13 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 29


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


Syto Cave / Sito Kave :

Salouve m'ape salouwe-w
ak Max Manigat*

Nan Patamouch. Etimoloji Literati -
Repbtaj (2007) mwen te salouwe :
Syto Cav6, powdt, konpbz ki renmet nou
Mwen soti P6s Machan, dramatij, otW Ki mb k tiye
lanpre, younn nan pi gwo ekriven krey6l jenerasyon
nou-an." p. 246
K&k senmenn pase (Ti Gout pa Ti Gout
25.06.08 #22) mwen te pibliye chante P6s Machan-an
epi mwen te pwomdt nou pou m' ekri de mo sou Sito.


Sito Kavel fIt Jeremi, an 1944. Apre etid-li
nan Semine Sen-Masyal (Petit S6minaire-Collkge
Saint-Martial) ak Lise PNtion, P6toprens, li enskri nan
Conservatoire d'Arts dramatiques kote li rete 4-an ap
etidye sou direksyon Gabriel Imbert.
Apre etid sa-yo, li fonde avek Charles-
Alexandre Abellard ak Franqois Latour, Soci6t6 des
Messagers de l'Art, youn gwoup ki li pwezi franse ak
kreybl nan radyo epi tou kijwe teyat sou sen.
An 1968, li pran egzil Nouybk. Se nanvil sa-
a li asosye avek kek 16t Ayisyen an egzil: Georges
Castera, Jacques Charlier, Herv6 Denis, Daniel
Huttinot, Josaphat-Robert Large, Jean-Marie Roumer
pou fonde Twoup teyat Kwid6 / Kouidor.
1982 : Sito tounen Ayiti. Trapde, an 1983, li
fonde avek Cayotte Bissainthe, Herv6 Denis, Lyonel
Trouillot, Pierre-Richard Narcisse : Atelier des Arts
et Spectacles (ADASA) nan P6toprens.
An 1989, li monte youn 16t twoup teyat:
Vigie, avek Toto Bissainthe.

%

Syto Cav6 ekri plis pase youn douzen
pyesteyat an franse ak an kreybl. Yo kontinye ap jwe
yo an Ayiti, Ozetazini, an Frans, Matinik, Gwadloup.
Se pa ekri ase l'ap ekri, li fe mizansen pyes
pa l'yo anplis pyes 16t otW kankou : Simone Schwarz-
Bart (Ton beau capitaine, 1985-86), Ina Cesaire
(Rosanie-Soleil, 1987-88) ak Claude Innocent (Ce fou
d'empereur, 2000).
L'ap viv Petyonvil kote li kontinye ekri epi
okipe teyat.
Men lis z&v Sito :

Pyes teyat an franse :
M6moires d'un balai, 1971.
La parole des grands fonds, 1973.
Le chiffre sept, 1974.
Quelle mort tua l'empereur, 1975.
Les chants de Melanie, 1977.
Theodora, 1977.
Telcide et Dur6na (Telcide ak Dur6na), li
ekri avek R6gine Charlier, 1978.
L'Amiral.
Maitre Carr6. 1989.
Songe que fait Sarah, 1990.
On m'a volt mon corps, 1994.

Teyat an kreyl :
Kavalye polka, 1984.
Brakoupe, 1987. Piece publi6e dans
Conjonction 207 (2002): 56-73.
Mt Katye. 1998.

Kast :
Lapes6n: poemes, chansons et r6cits creoles
interpr6t6s par l'auteur, 1994. (53 minit)

Endnotes)
* Max Manigat se ote : Mots crdoles du Nord 'Haiti.
Origines -Histoire- Souvenirs (2007) ak
Patamouch. Etimoloji- Literati- Repotaj (2007).
Li ganyen : Patamouch 2. Literati- Not Etimolojik
- Nt Istorik Nt Leksikografik Repotaj, nan
kouti.

1 ranseyman byografik sou Sito Kave yo soti nan
sitwdb www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile. Se Pwofesd
Thomas C. Spear ki anchaje sitwdb-la. M'ap di
pwofesd-a : gremesi!


Syto Cave : moso pawol
ak Michel-Ange Hyppolite *
Mwen dekouvri Syto Cav6 nan ane 1994 apati
seten nan teks li yo ki part sou youn kas&t ki rele
Lapes6n. Depi jou sa-a, non Syto pran van nan syOl
b&b6l, mwen kreye pou pow&t imajis, ki ap monte apik
ak bMl vonvon pou gwonde amoni epi dekore espas
apresyasyon-m.
LU ou tande, oubyen li youn powem Syto
Cav6, ou ka reveje klW, pwomnen san deplase epi rantre
nan banb6ch ak fanm ou pajanm we, ni touche. Pou
youn mounn rantre nan mister paw6l ki nan powem Syto
Cav6, li dwe rale chak lide ki prart nan dives liypwezi-
yo (tranch pawbl) rantre yo nan moul reyalite lavi-a,
jouk vape yo louvri pbtjuisans li epi rantre an chatpent
nan dives etaj pasyon-1.
An n'li youn segman pwezi Syto Cav6 ki
part nan paj 181- 182 Istwa pwezi krey6l Ayiti, 2000
ak Michel-Ange Hyppolite :

Tou pre youn r&v lanmou
Youn bMl fanm tan lontan
Youn pli papiyon ble
T'apjwe nan cheve-1
Youn pli papiyon jn
Vin antre nanje-1
Youn pli papiyon wbz
Kbmanse vole
Ant limenm ave-m
Yo trese riban
Ant limenm ave-m
Yo konstui youn pon
Ant limenm ave-m
Youn pon tout koule
Pou ede-m monte
Rive jouk nanje-1

(Syto Cave, 1994, nan <,
kaset chante akpwezi)

Nan segman teks nou sot li la-a, ki rele
<, noujwenn youn fanm, youn
fanm ki pa sanble ak tout l6t fanm, ki vin konblejuisans
Syto. Teks-la ekri sou fbm youn pwomnad, kote Syto
Cav6 rasanble dives kalite senbbl lakay, pou li rale
lekte-a, andyoze-1, pran li antay dous, epi mennen li
sou pon kote,limenm, Syto Cav6, pral kontre bab pou
bab ak lapli, kbm kontraryete epitou kbm senbbl.
Poudcham Syto simen pou nou nan teks sa-a part nan
dives koule papiyon yo (ble,jbn, wbz), nou ta di dives
faz youn fui pase anvan li pare pou li vare sou apeti
nou. LU nou te fin li teks sa-a, nou te di :

<< ... cham imajis ki nan ttks-la kreye youn
douse prentan, fon, byen fon nan lespri nou.> ( Istwa
pwezi kreyblAyiti, 2000, ak Michel-Ange Hyppolite)

Atirans Syto Cav6-a mete nan kreyasyon teks
sa-a part tou nan aksyon trese riban-an, aksyon ki
mache ak plezi deplasman byen kowbdone, chante,
danse, jouk riban tout koule sa yo rive nanyounpwen,
kote yo pral kreye pon pou fasilite deplasman Syto
rntre, tabli kadav kb-l nan kb fanm tan lontan sa-a, ki
se anmenm tan youn fanm n f. Konsa Syto di:

Yo konstui youn pon
Ant limenm ave-m
Youn pon tout koule
Pou ede-m monte
Rive jouk nanje-1

Si pami senk sans nou yo, nan < mon cceur>>, Emile Roumer te sevi ak sans nou rele
gou-a, nan <, Syto Cave te sevi
ak sans ki releje-a. Nan < Syto
t'ap ponmennen epi je-1 te ap selebre plezi-1 ak dives
kalite papiyon nan mitan youn tan lapli.

Pandan m' t'ap reve
Pandan t'ap monte
Laplui pran tonbe
Tout r&v mwen mouye
(Styo Cav6 nan kas&t Lapes6n 1994, in Istwa Pwezi
kreybl Ayiti p. 192)

<> se youn parad koul.
Youn paradi pou je. Nan konstriksyon teks-la, youn
lekte atantif ka ramake mounn ki ap ekri li-a te pran
san li pou li mache tou dousman, paske nan


k6mansman, liypweziyo (tranchpawbl-yo) te pi lonng
pase nan fen teks-la. Pi f6 liypwezi ( tranchpawbl), ki
soti nan ren teks-la rive nan finisman-1, gen senk silab,
al6ske nan k6mansman teks-la, tanto liypwezi yo te
gen sis silab, senk silab epi plis pase sis. Konsa, plis
ote-a ap mache, se plis li pran gou. Li ale pi vit. Pa li
yo vin pi dri. Se tankou pwomnad-la ap pran degre. Li
monte grad. Li pouse zMl, jouk lapli-a bare ote-a epi
r&v li mouye.
Mwen di Syto Cav6 fe nou plezire san nou pa
deplase, paske mo kou lapli, trese riban ak dives koulk
papiyon, tankou lakansyOl, b l fanm tan lontan ki
toujou kanpe nan youn kafou, pbtre youn lanp pre
lanme, elatriye tout se grap eleman ki garanti fs plezi
Syto pote pou lekte li yo. Nou vie di, lekte ki abitye
jwenn juisans nan mo, apati dives sans yo genyen
ansanm ak sansasyon yo ka kreye nan lespri lekte-a,
pandan li trase chema ak mo sa-yo nan imajinasyon-
1.

* Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppolite@rogers. com

------------------------


Lavil Nouyok

leve Kreyol anle
Lavil Nouybk mete Kreybk kbm younn nan
sis lanng tout biwo administratif li-yo dwe aksepte.
Soti depi dat dekr&-a pibliye, f6k nan chak biwo ganyen
youn anplwaye ki pale krey6l pou sevi sitwayen ki vin
regle afe ki enpbtan pou yo. Konsa, si w' pa maton an
angle se dwa-w pou pale kreybl epi pou jwenn youn
anplwaye pou ede-w.
An n' di ou ale nanbiwo klUk (clerk) Nouybk-
la pou mande youn pemi maryaj men ou pa pale angle.
Lavil-la mande pou ganyen youn anplwaye ki pale
kreybl ki pou asiste-w nan demach sa-a.
Sosyete Koukouy bat bravo pou desizyon sa-
a. Gwo peyi dak6 lanng se zouti kominikasyon ; se
pou sevi av&k yo san w-pa bezwen wont pou regle
bagay serye.

------------------------


SEYANS FOMASYON
POU MANM BIWO KILTIREL
SOSYETE KOUKOUY MIYAMI

Youn seri seyans travay f6masyon ak plis
pase 20 6ganizasyon ak atis nan kominote miyami-an,
pou manm H.A.N.D ( Haitian Artists Network
Development). Semine travay sa yo s'oun inisyativ
Sosyete Koukouy. Konpayi Sheila Austin &
Associates ki se youn ekip teknisyen nan kozman
kiltir6l montre oganizasyon sayo kijan pou yo vin legal,
kijan pou leta rekon&t yo epitou kijan pou yo fe
aplikasyon pou sibvansyon. H.A.N.D sou lobedyans
Sosyete Koukouy ki resevwa otorizasyon nan
depatman zafR kiltirel nan Miami-Dade ap ede atis sa
yo devlope. Li bay yo direksyon, konsey teknik ak
finansye. Samdi 8 Dawou se te toupa biwo kiltirel
Koukouy-la pou li t'al pran youn seyans f6masyon
pou ranfose baz-li. Nan langaj atistik la, yo di < Retreat>>. Te gen 40 koukouy ki te akonpaye direkte
yo e ki te pran gwo bato Sea Escape pou youn
reyinyon espesyal sou lanm. Apre kolasonn, yo femen
depi midi rive jouk 5-e nan apremidi ap pale, diskite
prepare pwogram sou kijan pou korije ere yo te fe e
kisa pou yo fe pou y' avanse. Yo retounen deside f6k
pa plis pou Mouvman Koukouy la ki gen 42 ane vin
pi f6, pi solid pi djanm. Konpliman pou Jan Mapou,
Kiki Wainwright, Nancy St. Leger, Yanouwi
(Weislande Cesar), Camille Derenoncourt (responsab
Koukouy Homestead envite espesyal) Rose Bleus,
Ernst Julmeus (Degoutan), Jeanette Gregoire-Registre
. 2 Vis-prezidan yo : Teacher Carline ak Ernst Registre
pa te la akoz yo pa te nan Miyami). (JM)






Al 103. 3 f m


Page 19


...... ............ ... . ... .. .. I I- INI JI


I








Page 20


Une Americaine d'origine

haitienne couronnee

Miss Florida 2009
MWdia-Mosaique, 7 Aofit 2008 Floride Il s'agit de la belle
Anastagia Pierre qui vit a Plantation, dans l'Etat de Floride. Elle a recu
sa couronne des mains de Jessica Rafalowski qui la d6tenait a titre de
Miss Florida USA 2008.
Ag6e de 19 ans, la nouvelle reine de Floride, Anastagia Pierre,
doit repr6senter son Etat natal dans le cadre de la competition Miss USA


2009. La phase finale se d6roulera en avril 2009.
Anastagia Pierre est une jeune 6tudiante. Pour l'heure, elle
fr6quente l'Universit6 de Nova Southeastern, dans la locality de Davie
(Floride) ou elle projette d'obtenir son dipl6me d'assistante-m6dicale.
Tout s'est d6rould le samedi 12juillet. Pour prononcer le verdict,
lejury s'estbas6 sur plusieurs crit&res. Lesjeunes femmes ont &t 6valudes
notamment au niveau de leur personnalit6, leur tenue en maillot de bain,
leur apparence ou demarche en robe de soiree.
Source Media-Mosa'ique

Port-au-Prince: Les candidates au concours Videomax


(photo www.jjaugustin.com)


Mercredi 13 Aofit 2008
H-aiti en Marche Vol XXIT N 29


Hot Summer Packages!!!


Welcome to Paradise in Haiti...
At Km 77, C6te des Arcodins.
A Beautiful Beach setting,
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport
Special Imscouft Packges mfw
3,4ad 5 Nits
RATES PER PERSON PER NIGHT
From June 15" to Sep. I' 2008
PKG Double 3R4 14th 5 toll
us us us
SNt 87/ pp 5O pp 30 pp
3 ts 83 pp 56 Ipp 29 1pp
4 ts 7B Ipp p 53 Ipp 27 pp
5 Nt 74 IPP SO Ipp 2 pp
Kids (0 to 4) Stay Free
CAdd Kid meals)
10% Taxes
SAir-conditioned rooms


Rdeae nd e y ..,

- Saturday Night Mouli-Club Disco
- Tropical Drinks
- Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong, mini-golf, beach volley
- Exquisite cuisine from our chef.
- Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
-Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM 1 .


* All meals included
(Breakfast, Lunch, Dinner)
INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 /37-01-1918
sales@moulintsurmt.com / infoaimoulinsurnet.com


Ni


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-830 Fax: 305-756-0979 e-mal pasacalaaoLcom


POUR TOUS VO EMNATfr Equipements pour construction
f6ocos dc voitrc / Camion / Equipmclnt m6dlcal
Pmr mi. ioa par bat a


BEAUTES DE CHEZ NOUS


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
incontestd sur le march#
des transferts en Haiti,
renforce son service






PICKUP




Le plus grand rseau PICKUPen Haliti
Mims tarfs n provinces qu' Port-au-Prince
Le meilleur rhseau A temps reel
Transfert disponible la seconde
Livraison i domicile
CAM, pionnitre et seule compagnie garantissant
la livraison en moins de deux heures.
CAM D4pot Rapide
Votre argent peut etre d4pos dans n simporte
quelle banque en Haiti.
Products Alimentairs
Grande varit de products
Meilleure quality sur le march
Une fois de plus, pionnitre A aj s j
introduire ce service. "ortab*w

Pa re


Appelez sons I
USA/Canoda~ 1-800-934-0440 ou d'Hcu:
www.camtransfer.co
Approuve par tel autoruit bncaires de
New York New Jerey, Conneclicu Rhode island, Massachusetts. Washingrge et Florde


Haiti en Marche


Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94' Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


I ...... ..At.......... ... . ... .. ..IN


a 0.


............ I




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 13 au 19 Août 2008 • Vol XXII • Nº 29 Dernière heure: Démission de Claudy GassantUn spectacle qui n’amuse plus personne!PORT-AU-PRINCE, 8 Août – Le tout Port-au-Prince ne parle que de la nouvelle querelle entre le chef du parquet de la capitale et les hauts gradés de la police nationale d’Haïti (PNH). Avec la différence que cela n’amuse plus personne que ces messieurs eux-mêmes. On se demande plutôt comment ils font pour ne pas se sentir eux-mêmes ennuyés à mourir vu que cela fait deux années qu’ils travaillent sur le même registre. Le commissaire du gouvernement Claudy Gassant jamais à court d’un mandat d’amener contre un commissaire ou un inspecteur de la force de police nationale. Ceux-ci répondant (voir COW-BOY / 10)Valdo Jean : procès bâclé ou lynchage légal ?(voir PROCES / 9) du tac au tac. Ou essayant de jouer un mauvais tour soit au commissaire du gouvernement lui-même, soit à l’un de ses proches (avec tout le raffinement d’un humour bien policier !) comme de placer une « alerte » sur un véhicule, ce qui autorise toute patrouille à l’arrêter pour suspicion d’implication dans le délit actuellement le plus détestable : le kidnapping d’enfant. Du moins, c’est ainsi que le juge Gassant interprète la poursuite engagée la semaine dernière par une patrouille policière contre le véhicule du responsable de communication du Palais national, Assad Volcy. Le Commissaire du Gouvernement Claudy Gassant Le Commissaire de Police de Pétion-Ville, Frantz Georges (HPN) PORT-AU-PRINCE, 7 Août – Valdo Jean condamné à la prison à perpétuité. aussi délicieuse jeune fille, et si pleine d’avenir. Ginoue Mondésir a été assassinée par son compagnon de manière atroce, à coups de cric (oui, en utilisant le « jack » de la voiture) sur la tête, alors qu’elle se trouvait seule avec lui sur la route nationale, du côté de Montrouis, au nord de la capitale. C’était le 24 décembre 2005 (la veille de Noël). Ginoue Mondésir était la vedette montante sur la chaîne de télévision Telemax, à Port-au-Prince, dont le Cela vous semble naturel. Avoir tué une PORTAU-PRINCE, 9 Août – Malgré l’objection de Washington, les autorités irakiennes ont fixé une date pour le retrait des troupes américaines de l’Irak, soit octobre 2010. Les autorités haïtiennes peuvent-elles faire de même ?Haïti en retard sur tous les pays en crise(HAITI... / p. 4) Ginoue Mondésir assassinée le 24 décembre 2005 à coups de barre de fer sur la tête (photo Image Nouvelle) Le meurtrier Valdo Jean condamné à la prison à vie (www.jjaugustin.com) La vice-Présidente de l’Espagne en visite samedi à Cité Soleil (www.jjaugustin.com)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ...Peut-on encore empêcher l’orage ?PORT-AU-PRINCE, 6 Août – Vox populi. Dans le bruit et la fureur autour de la distribution des postes dans le nouveau gouvernement, une évidence s’impose et elle sort de la bouche de l’homme et la femme de la rue : le pays n’en peut plus, on ne peut pas attendre jusque-là, quelque bonnes que soient les intentions, il faut faire quelque chose de toute urgence, hic et nunc, ici et maintenant, right now. Le pouvoir (et nous faisons exprès de dire le pouvoir et non le gouvernement), oui, le pouvoir doit prendre des dispositions rapides pour anticiper sur la grogne qui ne manquera pas de passer à une vitesse supérieure avec la rentrée des classes dans moins d’un mois. Nous précisons le pouvoir car de toute évidence le nouveau gouvernement n’aura pas le temps d’être sur pied pour faire face à cette crise pratiquement déjà annoncée, étant donné que rien n’est encore joué. Apparemment au contraire les couteaux sont e n train d’être affûtés pour le prochain round qui se jouera sous peu et à nouveau au Sénat lors de l’énoncé de politique générale du PM ratifié Michèle Pierre-Louis, un bien grand mot pour dire lors de la finale du grand marchandage qui s’est ouvert pour la distribution des places dans le nouveau gouvernement. Mais on a tout le temps de voir venir. L’important c’est comment prévenir une explosion générale que tout le monde voit venir aussi et si ce n’est pas encore le cas c’est grâce à la grande sagesse du peuple haïtien qui a appris que certains n’attendent que ça pour nous précipiter de quelques pieds de plus au fond de l’abîme. Mais est-ce que la mission d’un pouvoir qui se respecte est de rester les bras croisés à attendre que l’orage soit passé, sans rien faire de luimême que de regarder souffler les vents contraires et pestilentiels ! Nous pensons que le pouvoir haïtien lui aussi a des moyens qu’il peut et doit savoir utiliser lorsqu’il y va du salut de la nation. Comme un Arnold Schwarzenegger, gouverneur de Californie. Face à un blocage au parlement de cet Etat américain entre républicains et démocrates et qui empêche le vote du budget, Arnold « Terminator » a décidé de terminer, pardon de limoger tous les fonctionnaires non essentiels et une diminution générale des salaires, à commencer par le sien. Le pouvoir c’est dialoguer, mais c’est aussi savoir prendre des décisions énergiques quand le moment est venu. On ne demande même pas à l’Etat haïtien un tel sacrifice, mais de prendre des dispositions afin de libérer le pays de cette psychose de ratification sénatoriale qui n’en finit pas et de ces jeux politiciens démoniaques. On ne peut forcer les gens à commencer la nouvelle année fiscale (qui débute pratiquement avec la rentrée scolaire) dans cette même atmosphère calamiteuse. Le pouvoir a d’autres moyens à sa disposition. Il ne lui reste qu’à passer à l’action. Il doit suspendre un instant de passer le plus clair de son temps à ce jeu de poker menteur avec les parlementaires et les leaders de partis. Quelque fondées que soient les exigences de ces derniers, il y a plus urgent que le respect tatillon des dispositions d’une Constitution qui semble bâtie sur mesure pour ce genre d’exercices qui peuvent faire avancer les intérêts des acteurs mais pas l’intérêt général, personne ne nous dira le contraire. Il y a péril en la demeure. Le pouvoir doit pouvoir faire un effort pour changer l’atmosphère psychologique dans le pays. C’est son devoir. C’est « sa » job, comme dit le québécois. Et non de désespérer le citoyen sans jamais de fin. Cela a trop duré ce suspense qui n’amuse plus personne. Il faut requinquer le moral des gens alors qu’ils viennent de passer les vacances les plus morbides qui se puissent imaginer et au moment où ils doivent se remettre à pédaler pour remonter la pente d’une nouvelle année qui elle aussi ne sera probablement pas de la tarte. Voilà pour le préambule. A présent, action ! On reçoit actuellement plusieurs centaines d’autobus pour le transport en commun. Ils sont en train de s’accumuler en douane. Nous comprenons qu’il y ait des vérifications à faire, le président de l’Association des transporteurs considère qu’il faut bien contrôler si l’on n’essaie pas de nous refiler quelques « pèpè » (seconde main). Très bien mais on n’entend parler que de cela. A quand la mise en marche du projet lui-même. Le jour où des dizaines d’autobus flambant neufs prendront la rue transportant les gens d’un bout à l’autre de la capitale et de la zone métropolitaine, cela aura un effet certain. Tout comme les équipements lourds commandés pour plus de 30 millions de dollars US. Ce n’est pas pour faire de la confiture, ni pour attendre qu’un ouragan nous frappe. Nous recommanderions qu’on lance immédiatement un projet de nettoyage de toute la capitale, charrier les montagnes de boue qui bouchent la voie et même la vue en maints endroits et surtout qui recouvrent presque totalement les quartiers populaires. Un tel effort n’est pas hors de portée des responsables et ils produiraient un effet choc. Maintenant il y a d’autres possibilités mais que seules les autorités financières sont en mesure d’évaluer. Mais, svp, pas de machin néo-libéral, autrement dit d’économie « bouts de chandelle », faites un effort messieurs. De toutes façons, ce à quoi on assiste en ce moment c’est une chute vertigineuse de la demande. Les marchés publics sont à moitié vidés, et les étagères des supermarchés même les plus huppés à moitié vides. Par conséquent l’Etat est en train d’enregistrer une perte sèche au niveau de la TCA, l’impôt à l’acheteur. Or en bon administrateur, l’Etat ne devrait pas rester à regarder mais investir en vue de récolter plus tard. Faute de quoi, il verrait fondre ses recettes au fur et à mesure que la crise progresse et sans avoir rien fait pour tenter d’endiguer tout au moins cette dernière, d’en contrôler les effets, serait-ce les effets pervers. En un mot diminuer la taxe, desserrer un peu la vis afin de relancer tant soit peu la demande. Mais plus qu’une mesure économique, cela aussi contribuerait à alléger cette atmosphère de morosité qui ne fait qu’empirer et qui nous conduit tout droit vers l’explosion, et cette fois pour de vrai. Pourtant on peut encore faire quelque chose (qu’à jouer indéfiniment au « lago kache » entre le palais et le parlement). La population nous en aura laissé suffisamment le temps. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceDémission du Commissaire du Gouvernement Claudy GassantLa nouvelle est tombée lundi: le chef du Parquet de Port-au-Prince, le juge Claudy Gassant, a remis sa démission. Cette démission trouve probablement son origine dans une querelle très médiatisée qui a opposé ces derniers jours le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince au responsable de la police de Pétionville, Frantz Georges (voir article en couverture).Deux policiers haïtiens passés à tabac par des casques bleusCela s’est passé à Cité Soleil. Très peu de détails ont filtré plusieurs jours plus tard. On se contente de déclarer que des investigations sont en cours, de la part de la Minustah ainsi que des responsables brésiliens (ce sont des membres du bataillon brésilien en Haïti qui ont maltraité les deux policiers haïtiens). Les deux policiers étaient en civil et portaient leurs armes. Les agents de la MINUSTAH leur ont demandé de s’identifier, ce qu’ils affirment avoir fait. Mais les casques bleus se seraient jetés à bras raccourci sur eux. Les policiers reçoivent des soins dans un centre hospitalier de la capitale. De leur côté, les militaires brésiliens disent que leur poste était entouré par une foule menaçante et qu’ils ont dû prendre des dispositions à cet égard. Les deux policiers Bien Aimé Donson, agent 2, et Ronald Celly, agent 3, sont affectés au commissariat de Cité Soleil pratiquement dans le même immeuble occupé par les casques bleus. Un juge de paix et des agents de la DDO (Police de l’Ouest) ont dressé le procès verbal des sévices subis par les policiers. Les habitants de Cité Soleil ont manifesté pour protester contre l’humiliation imposée,disent-ils, à leurs deux compatriotes.Kidnappings en série pendant le week-endDelmas 75, Vivy Michel, Bois Moquette (Pétion Ville), Delmas 19, telles ont été les zones frappées par les réseaux de kidnappeurs. Au moins 6 personnes ont été enlevées en moins de 24 heures. Plus que jamais la prudence est de rigueur. En attendant que les autorités entendent la voix de la raison, Mèt kô veye kô ! Au cours de la soirée de vendredi dernier, un homme d’affaires a été kidnappé dans le quartier de Delmas 19 (nord). Après avoir été conduit à Cité Soleil (banlieue nord), il est parvenu à tromper la vigilance de ses ravisseurs pour s’en sortir sain et sauf. Le véhicule de l’ex-otage, un 4x4 de couleur rouge, aurait été utilisé par les malfaiteurs pour commettre deux autres enlèvements avant d’être abandonné à la ruelle Cameau (centre de la capitale). La police indique avoir reçu des informations sur d’autres cas d’enlèvement enregistrés à Vivy Mitchell, sur la route de Frères et à Delmas 75 (est). Il y a une semaine, une religieuse de la Congrégation des petites sœurs de Sainte-Thérèse avait été libérée au terme de dix jours de séquestration. Elle avait été enlevée à Port-au-Prince en prenant un autobus public. Malgré l’action des forces de sécurité et une certaine mobilisation de la société civile, les enlèvements crapuleux continuent à provoquer une importante hémorragie économique et sociale ainsi qu’une profonde psychose en Haïti.Un visiteur important à Port-au-Prince et une aide supplémentaire de 100 millions de dollarsLa vice-présidente du gouvernement espagnol, María Teresa Fernández de la Vega, a effectué le 8 août dernier, un bref passage à Port-au-Prince dans le cadre d’une visite officielle en Amérique Latine et dans la Caraïbe. María Teresa Fernández de la Vega est arrivée du Mexique où elle a assisté à la XVIIe conférence internationale sur le Sida. A Port-au-Prince, l’officielle espagnole a rencontré le président René Préval et s’est rendue à Cité Soleil où elle a été reçue par des religieuses espagnoles travaillant avec des jeunes filles. María Teresa Fernández de la Vega a laissé Haïti le 9 août pour la République Dominicaine puis le Salvador. La vice-présidente du gouvernement espagnol a annoncé, au cours de son séjour, une aide supplémentaire de 100 millions de dollars de Madrid à Haïti. L’Espagne a décidé de renforcer sa coopération avec Haïti et dans cette perspective, une enveloppe de 100 millions de dollars sera accordée pour la période 2009-2012 après les 40 millions d’euros (près de 60 millions de dollars) débloqués entre 2004 et 2008. L’Espagne est impliquée dans le processus de stabilisation d’Haïti à travers la Minustah. En juillet 2008, une conférence internationale s’est déroulée à Madrid autour de la crise alimentaire en HaïtiUn bébé tombé du cielLe service du dimanche 10 août à l’Eglise de Dieu de Delmas 17 a été perturbé par la présence d’une ravissante petite fille de quelques mois, abandonnée par une mystérieuse femme qui disait en être la mère. Une inconnue s’est présentée à l’église prétendant n’être pas en tenue pour la cérémonie. La robe qu’elle portait ne recouvre pas ses épaules, déclare-t-elle. Elle prie une jeune femme assise près de la porte de l’église, de tenir pour elle son bébé, le temps pour elle de retourner chez elle qu’elle dit être tout près, pour porter d’autres vêtements. Elle ne reviendra jamais. La jeune femme qui serre déjà le bébé dans ses bras depuis plusieurs heures, crie “Miracle”. Elle n’a pas d’enfant, c’est un cadeau de Dieu. Une ravissante petite fille de quelques mois. Les “fidèles” présents lui conseillent d’appeler la police. Pas Question, lance la jeune femme, c’est mon bébé, personne ne me l’enlèvera.... Finalement les responsables de l’église auront le dessus. Le pasteur décide d’assurer la garde du bébé. Selon le pasteur, le bébé sera donné à une mère capable de s’en occuper. Ce sera à elle de remplir les formalités légales d’adoption. Cet incident soulève à nouveau le débat autour des enfants abandonnés.

PAGE 3

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE Haïti-Espagne : Visite de la VicePrésidente du gouvernement espagnolMaria Teresa Fernandez de la Vega visite une école à Cité Soleil (photo jjaugustin.com) P-au-P, 8 août 08 [AlterPresse] — La viceprésidente du gouvernement espagnol, María Teresa Fernández de la Vega, a effectué, le vendredi 8 août, un bref passage à Port-au-Prince dans le cadre d’une visite officielle en Amérique Latine et dans la Caraïbe. María Teresa Fernández de la Vega est arrivée du Mexique où elle a assisté à la XVIIe conférence internationale sur le Sida qui a pris fin vendredi. A Port-au-Prince, María Teresa Fernández de la Vega devait s’entretenir avec les autorités haïtiennes, dont le président René Préval. L’officielle espagnole devait également visiter la base logistique de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (Minustah) ainsi qu’une école de jeunes filles à Cité Soleil (Nord de la capitale). María Teresa Fernández de la Vega a laissé Haiti le samedi 9 aout pour la République Dominicaine puis le Salvador. L’Espagne est impliquée dans le processus de stabilisation d’Haïti à travers la Minustah. En juillet 2008, une conférence internationale s’est déroulée à Madrid autour de la crise alimentaire en Haïti.Haïti pays prioritaire pour la coopération espagnole HPN, 9 août 2008 La première vice-présidente du gouvernement d’Espagne, Maria Fernandez de la Vega, a annoncé, au cours d’une visite de 24 heures, qu’Haïti est un pays prioritaire pour la coopération espagnole. Maria Fernandez de la Vega a déclaré lors d’un point de presse au Palais national que l’Espagne avait décidé de multiplier par 30 l’aide allouée à Haïti pendant une période de quatre ans. Aussi, le nouveau montant s’élève à 100 millions de dollars à raison de 25 millions tous les ans. La première vice-présidente du gouvernement espagnol a rapporté que dans son entretien avec le président haïtien, René Préval s’est engagé à appliquer de façon immédiate l’accord pour la protection des investissements réciproques. « C’est une très bonne nouvelle, car cela va permettre aux investisseurs espagnols de venir en Haïti », s’est-elle réjouie. La coopération entre Haïti et l’Espagne va porter entre autre sur l’énergie, la sécurité alimentaire et la réforme de la constitution. « Nous avons abordé le thème de la réforme constitutionnelle que le président veut mettre sur pied et nous lui avons offert notre coopération. Des constitutionalistes espagnols sont prêts à apporter leur contribution dans la réforme de la constitution en Haïti », a-t-elle indiqué. Par ailleurs, la vice-présidente du pays ibérique a également évoqué la mort du journaliste espagnol survenu en Haïti le 7 mars 2004 au cours d’une manifestation violente au lendemain de la chute du président Jean-Bertrand Aristide. « Le président haïtien m’a fait savoir que le dossier était au niveau de la cour d’appel et qu’il attendait la décision de cette instance», a relaté Mme De la Vega. Elle a informé qu’une enquête était également ouverte en Espagne. Depuis le début de l’année, Haïti a reçu deux La hausse mondiale des prix alimentaires a particulièrement touché Haïti, l’un des pays les plus pauvres de la planète La FAO lance un plan d’urgence pour aider la population haïtienne qui subit de plein fouet la hausse mondiale des prix alimentaires. L’organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a commencé à distribuer 600 tonnes de semences de haricots, de maïs et de sorgho ainsi que des outils agricoles pour venir en aide à environ 70 000 familles de paysans dans les régions les plus pauvres d’Haïti. L’opération lancée dans le cadre de l’Initiative internationale de la FAO (Food and Agriculture Organization) contre la flambée des prix alimentaires (ISFP) est financée par le gouvernement espagnol, le fonds d’intervention d’urgence des Nations unies et la FAO. D’autres distributions, prévues en octobre-novembre 2008 et en février-mars 2009 si les fonds suffisants sont débloqués, devraient secourir 400 000 autres familles. La crise alimentaire mondiale a sévèrement touché Haïti, l’un des pays les plus pauvres de la planète. Un enfant sur cinq y souffre de sousalimentation chronique. Selon la FAO, plus de la moitié de la population vit avec moins d’un dollar par jour, soit un demi-repas aux prix en vigueur.PRIX ALIMENTAIRES: La FAO au secours d’Haïtihauts fonctionnaires du gouvernement espagnol. Miguel Angel Moratinos, Ministre des Affaires étrangères et Maria Fernandez de la Vega, viceprésidente du gouvernement d’Espagne depuis 2004. L ’EVENEMENT Dernière heure: Démission de Claudy Gassant Un spectacle qui n’amuse plus personne p.1 ASSISES CRIMINELLES Valdo Jean : procès bâclé ou lynchage légal p.1 ANAL YSE Haïti en retard sur tous les pays en crise p.1 SOCIAL Peut-on encore empêcher l’orage ? p.2 COOPERA TION 4 millions de dollars de la Banque de développement de la Caraïbe p.8 Haïti prioritaire pour la coopération espagnole p.3 URBANISME Une réfection des trottoirs qui nous coûte cher p.6 POLITIQUE Le PM ratifié affirme vouloir diriger un gouvernement non partisan p.7 ECONOMIE Assurer le contrôle et la détection de la mouche des fruits p.8 LIBRE PENSEE Minusthâneries ! p.12 DROITS HUMAINS Thierry Fagart porte un regard … p.14 SANTE Conférence de Mexico sur le Sida p.16 AR TS & SPECT ACLES Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida p.20

PAGE 4

Page 4 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 UNE ANALYSE On s’étonne ensuite que Haïti soit présentée comme l’un des pays les plus dangereux de la terre, juste après l’Irak et l’Afghanistan. Avec toutes les conséquences désastreuses qu’il en découle pour notre existence quotidienne et pour notre avenir de second peuple libre du continent américain. Autre exemple. Aujourd’hui la Russie a repris sa place parmi les premières puissances mondiales avec Vladimir Poutine. Or c’est en 1991, il y a un peu plus de dix ans, que l’ancienne Haïti en retard sur tous les pays en crise(HAITI... suite de la 1ère page) Union soviétique se voyait victime d’un coup d’état, suivi d’un désastre économique sans commune mesure sous la présidence d’un Boris Eltsine appliquant un néo-libéralisme primaire. Vous me direz que la Russie a des ressources naturelles immenses, y compris le pétrole. Mais ses dimensions également gigantesques font que sa gestion doit être autrement plus difficile qu’un petit pays de 27.000 kilomètres carrés et sous l’un des climats les plus agréables de la terre. A l’époque, un président Aristide fraîchement élu qui venait d’écraser le coup d’état manqué du duvaliériste Roger Lafontant ne trouva rien de mieux à dire qu’à inviter les Russes à prendre exemple sur les Haïtiens !Au coeur de la tourmente …On a vu tant de pays dont les problèmes se sont déclarés en même temps que les nôtres (dans notre cas c’est plus précisément à partir des élections ratées de 1987 qui devaient être les premières vraies élections démocratiques de notre Histoire). Citons les Philippines de feu Ferdinand Marcos, le Nicaragua sandiniste qui fut le principal bouc émissaire des faucons de l’administration Reagan, le Panama de Antonio Noriega etc …). Y compris ceux arrivés plus tard au coeur de la tourmente, dont la Russie post-soviétique, mais qui se sont tous depuis presque totalement restabilisés. Y compris le Rwanda du massacre ethnique de 1994 et déjà aujourd’hui un exemple de rétablissement. Y compris le Kosovo (1999). en arrière. Haïti seule dans son cas. L’ONU s’interroge. Les nations latino-américaines membres de la mission onusienne de stabilisation ou Minustah ne savent où donner de la tête. C’est qu’elles ont des comptes à rendre à leur parlement et à leur opinion publique. Ce ne sont pas des pays qui ont de l’argent à jeter par les fenêtres.J’en ai soupé des Haïtiens ! …Il n’y a qu’en Haïti que les autorités n’ont jamais de comptes à rendre : exécutif ou législatif, responsables municipaux ou autres, du haut au bas de l’échelle. Seul Washington qui ne s’en émeut pas tellement. Comme disait Reagan le soir du massacre électoral du 29 novembre 1987 : « I’m fed up with Haitians » (j’en ai soupé des Haïtiens). Quitte à encourager leurs inconséquences voire leurs débordements sauvages en sous-main … A Paris, on continue à considérer Haïti comme le pays où il ne s’est rien passé depuis que Rochambeau à la tête de la force française d’intervention a été contraint de lever l’ancre en vitesse le 18 novembre 1803 pour fuir la rébellion victorieuse des anciens esclaves. La première de l’Histoire. Mais le Brésil, le Chili, l’Argentine entre autres doivent être renversés devant tant de capacité d’inaction de notre part. Pourquoi ? Qu’est-ce qui empêche Haïti elle aussi de bouger ?Un chromosome en plus ou en moins …Pourquoi sommes-nous à ce point différents des autres ? Une question que nous laisserons aux experts en sciences humaines. Si ce n’est en biologie cellulaire (d’ailleurs ce sont les Haïtiens eux-mêmes, grands adeptes de l’autodérision, qui aiment à répéter la blague de ce haut fonctionnaire républicain de Washington qui estimait que l’Haïtien doit avoir un chromosome en plus ou en moins) … Par contre, il nous suffit de regarder autour de nous pour en avoir la réponse. Pendant l’occupation américaine de 1915-1934, on verra finalement les fils de l’élite se résigner à prendre leurs responsabilités quoique longtemps après les paysans qui s’étaient les premiers soulevés contre les Marines à l’instigation des héros Charlemagne Péralte et Benoît Batraville. Et ce sont les intellectuels (surnommés « cacos de plume » par les Américains) qui ont pris la relève. Puis en finale la classe politique. Aucun homme politique haïtien, que l’on sache, n’a jamais regretté la fin de l’occupation militaire américaine en 1934. Même ceux qui embrasseront la doctrine fasciste durant la seconde guerre mondiale (et dont on serait étonné aujourd’hui d’entendre le nom. Mais passons !). Et quand Papa Doc une fois élu en 1957 fit appel aux Marines arguant du besoin de réformer l’armée d’Haïti, son plan véritable était de prendre luimême le contrôle de cette dernière. Et ce sont les instructeurs de la Mission navale américaine (1959-1963), sous les ordres du colonel du corps des Marines, Robert D. Heinl qui, sans le savoir, ont été les premiers entraîneurs des « tontons macoutes ».Une grande coalition par-delà les divisions classiques …Or aujourd’hui peu d’entre nous qui ne le regretteraient si les troupes étrangères qui, sous le drapeau Haïti seule qui n’a pas fait un pas en avant, mais sûrement plusieurs (HAITI / p. 5) Manifestation contre les prix trop élevés des matériels scolaires (photo Robenson Eugène) Manifestation contre la vie chère à peu de jours de la rentrée scolaire (photo www.jjaugustin.com)

PAGE 5

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 5 DE L’ACTUALITE Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsor visit ourEmployment Customer Care Center140 West Flagler Street, Suite 105 € Miami, FloridaSearch o nline at any Miami-Dade County library, South Florida W orkforce Career Center or T eam Metro location.EOE/M/F/D/V eterans´ PreferenceD e l i v e r i n g E x c e l l e n c e E v e r y D a y Time to Shine! de l’ONU ont débarqué à nouveau dans notre pays en juin 2004, décidaient de s’en aller du jour au lendemain. On sait que le pays se retrouverait du même coups au même point qu’à leur arrivée il y a 4 ans. Car rien entre-temps n’a changé. Si ce n’est en pis … Pour mettre fin à l’occupation américaine, après la résistance armée qui a coûté la vie à des milliers de paysans (ex. le massacre de Marchaterre, non loin des Cayes, le 6 décembre 1929), il a fallu une grande coalition par-delà les divisions classiques de fortune et de couleur et de plus sur fond d’un ressourcement de l’identité nationale (où s’inscrit « Ainsi parla l’oncle », l’ouvrage emblématique du Dr. Jean Price-Mars, dont nous célébrons le 80e anniversaire de sa publication). La force de fascination culturelle d’Haïti n’a pas changé. « Loko basiye tèt anplas » (ou en français : je plie mais ne rompt pas).simple expression …Mais pour le reste, c’est tout le contraire. Loin de l’esprit rassembleur véritable qui est indispensable pour reprendre possession de sa souveraineté (comme ces mots échangés entre le président Vladimir Poutine et le prix Nobel de littérature, son compatriote Alexandre Soljenitsyne : « Notre expérience amère aidera, en cas de nouvelles conditions sociales instables, à nous prévenir d’échecs funestes »). Les Haïtiens sont les seuls à ne sembler pouvoir tirer aucune leçon de leurs expériences quelque funestes qu’elles puissent avoir été. Contrairement aux autorités irakiennes (quand bien même celles-ci devraient leur pouvoir à l’invasion américaine de leur pays), non seulement le départ des troupes étrangères qui occupent notre pays depuis plus de quatre années est le dernier de nos soucis … mais nos divisions qui sont la cause de l’occupation (du moins la cause interne, car il peut y avoir aussi des causes externes et indépendantes de notre volonté). Aussi disons mieux : nos divisions, qui sont le prétexte à cette nouvelle occupation, non seulement persistent (sous le couvert d’une fausse politique de coalition qui est elle aussi dictée par l’étranger) mais ont considérablement empiré. Prenons la classe politique (qu’on nous donne pour exemple, et aujourd’hui, remarquez-le, pour seul exemple), elle n’est pas seulement divisée mais aujourd’hui atomisée à sa plus simple expression.« Le marché est trop petit ! » …Après que des millions ont été dépensés (par les grands « pays amis ») pour fédérer la myriade de partis politiques, une fois le but atteint qui était le renversement du trop populaire (et populiste) et donc encombrant JeanBertrand Aristide, c’est la tendance inverse qui domine. Machine arrière toute. C’est l’éclatement des mêmes partis politiques qui n’ont plus aucun contrôle de leurs élus (mais plutôt le contraire). C’est désormais le règne des groupes et des blocs (totalement hétérogènes au niveau du label) au Sénat comme à la Chambre des députés.Tant que nos élites ne seront pas assez responsables(HAITI... suite de la page 5) chambres elles-mêmes qui se tournent le dos. Comme il apparaît dans cette controverse (apparemment insoluble) autour de la participation des partis politiques au prochain gouvernement. L’éclatement ne saurait être plus achevé. Et comme le marché est trop petit, selon une expression haïtienne consacrée (bien résumée par le premier ministre ratifié Mme Michèle Pierre-Louis quand elle souligne à sa première conférence de presse le mardi 5 août qu’il y a 19 partis politiques aspirant à siéger au gouvernement alors que celui-ci compte 18 ministères), alors voici nos acteurs condamnés à passer le plus clair de leur temps à se battre pour des miettes qu’à penser au recouvrement de la souveraineté nationale. L’Afghanistan et l’Irak seront depuis longtemps à nouveau souverains que Haïti continuera à se complaire en son état. Apparemment tant que nos élites politiques seront les mêmes. Haïti en Marche, 9 Août 2008Atomisée à sa plusEt pour finir, les deux P-au-P, 05 août 08 [AlterPresse] — Le premier ministre ratifié, Michèle Duvivier Pierre-Louis, souhaite un compromis politique entre les divers secteurs politiques pour pouvoir mettre en place son gouvernement et présenter sa déclarationMichèle Pierre-Louis souhaite un compromis politique... de politique générale au parlement. « Les négociations (avec les secteurs politiques) pourraient prendre encore du temps. Mais nous aimerions que les choses aillent vite » pour doter le pays d’un gouvernement, déclare le premier ministre ratifié lors de sa première conférence de presse. « Les négociations avec les partis politiques » sont difficiles, admet Pierre-Louis, qui souhaite parvenir, au plus vite, à un compromis fondé sur des principes et qui tienne compte des intérêts du pays. Mme Pierre-Louis estime « légitime » la volonté des partis ou regroupements politiques de participer au prochain gouvernement. Cependant, « il faut trouver une formule » qui favorise « la cohésion gouvernementale, la responsabilité et l’exigence de résultats », souligne-t-elle cependant. 19 partis politiques détiennent des sièges au niveau des deux chambres du corps législatif alors que seulement 18 postes ministériels sont disponibles, relève Michèle Pierre-Louis. « Probablement, gouverner ce pays va être une expérience extrêmement difficile », considère le premier ministre ratifié. Michèle Pierre-Louis informe que son énoncé de politique générale se basera sur des principes tels que : la solidarité et la mobilisation sociales, l’inclusion, l’austérité, la responsabilité et la cohésion gouvernementale. L’insécurité, la vie chère, les ordures, le chômage, l’éducation, la santé, la production nationale, l’énergie, les jeunes et les enfants, sont autant de thèmes sur lesquels Michèle PierreLouis a été amenée à se prononcer. En urgence, le premier ministre ratifié souhaite plancher sur la rentrée scolaire (septembre), l’élaboration du budget national pour l’exercice fiscal à venir (octobre), et la réalisation des élections (sénatoriales partielles et indirectes en retard). A côté des urgences, Michèle Pierre-Louis affirme que les infrastructures (routes, énergie, (COMPROMIS / p. 7) Port-au-Prince, le 5 août 2008 -(AHP)Michèle Pierre-Louis qui donnait sa première conférence de presse ce mardi, a indiqué avoir été l’objet de beaucoup de souffrances depuis qu’elle a été désignée au poste de premier ministre. “ Je savais qu’en acceptant la proposition du président René Préval, je pénétrais dans le champ du politique, c’est-à-dire dans un espace où tous les intérêts divergents sont nombreux”, a-telle reconnu, ajoutant que “parvenir à un compromis est très dificile surtout dans un pays où les institutions sont faibles et où nous sommes familiers de la logique du “chacun pour soi.” Après la ratification de son choix par les députés et les sénateurs, Michèle Pierre-Louis a fait savoir que l’énoncé de politique générale qu’elle présentera devant les deux chambres, sera un document public. De fait, lors d’une rencontreLe PM ratifié affirme vouloir diriger un gouvernement non partisanlundi soir, la promesse a eté faite de remettre aux leaders politiques une ébauche du document pour commentaires et suggestions. Concernant les pressions exercées par les partis politiques pour intégrer le prochain gouvernenemt, Michèle PierreLouis a fait savoir que des consultations sont en cours, même si elles sont difficiles. Le président René Préval et elle-même n’avaient pas de problème à accepter cette ouverture, a-t-elle dit. “Tout dépend des personnalités proposées”, a souligné le PM désigné, ajoutant que les candidats des partis doivent être compétents, honnêtes et capables de faire marcher un ministère. Elle a également relevé que 19 partis sont représentés au parlement, alors qu’il n’y a que 18 postes ministériels. Si chaque parti réclamait un ministère, cela serait passablement difficile … Michèle Pierre-Louis a fait savoir que si sa politique générale est ratifiée, son gouvernement sera basée sur l’inclusion, la cohésion, l’austérité, le sens de responsabilité. Elle a promis de diriger en toute neutralité bien que des secteurs l’accusent, a-t-elle dit, d’être duvaliériste (PM / P. 7) Michèle Duvivier Pierre-Louis (photo Thony Bélizaire)

PAGE 6

Page 6 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Sous le même signe “A déplacer”, des commerces ambulants sont remorqués des trottoirs (www.jjaugustin.com) On se réveille pour voir sa propriété marquée du signe fatidique par une main inconnue (photo Robenson Eugène)Une réfection des trottoirs qui nous coûte cherPORT-AU-PRINCE, 8 Août – C’est ennuyeux de devoir critiquer une initiative avec laquelle on n’est pas forcément en désaccord, mais les Travaux Publics sont en train de prendre de telles libertés avec les gens dans le programme de rénovation des trottoirs dire Autant ! Quelle loi permet à un organisme de l’Etat (ou à l’Etat luimême) pour tout avertissement et pour toute communication avec les gens de couvrir leurs clôtures d’un simple slogan : « TPTC A déplacer 2 m ». Du coup, c’est la panique. On a 15 jours (selon la rumeur car où se renseigner à bon escient) pour se dépêcher d’abattre les murs, et tout reconstruire en respectant les 2 mètres requis. Faute de quoi, les TPTC interviendront eux-mêmes avec leurs bulldozers pour faire respecter la loi. Voici toute la capitale et aujourd’hui également Pétionville, sa principale banlieue résidentielle, sous le coup du signe menaçant : « TPTC – A déplacer – 2 m. » Dans beaucoup de cas, ce ne sont pas seulement les murs mais c’est la maison elle-même qui doit être démolie. Et pourtant, surprise !, les gens semblent se conformer sans trop de difficultés. Aussi l’Etat ou plutôt les Travaux Publics s’enhardissent. Et ne mettent désormais plus de gants.Ce sont les résidents qui font tous les sacrifices …Quelle loi permet en effet à une quelconque autorité (à moins d’être une dictature) de se contenter de graffiter sur les clôtures des administrés « A démolir » et de s’attendre qu’ils s’exécutent dans les deux semaines qui suivent. Sinon gare à vous … Nous ne sommes pas le seul pays, la seule capitale où sont entrepris des travaux de rénovation urbaine. Et où l’on demande aux résidents de prêter leur concours. place tous les jours avant même que le quartier ne soit réveillé. Car il n’y a pas que les murs, il y a les jardins, les plates-bandes, les rivières de bougainvillées qui courent le long de la clôture, le jasmin de nuit. Il y a les arbres dont certains centenaires. Que va-t-on en faire ? C’est vraiment la panique. Mais pour toute réponse des pouvoirs publics : « TPTC – A déplacer – 2 m » ! Puisque tout le monde se soumet sans aucune difficulté, pourquoi l’Etat se dérangerait-il ? Car le programme n’est pas nouveau. Mais quand René Préval l’a lancé sous son premier mandat (19962001), cela ne se passait pas comme ça. Des inspecteurs venaient sur place s’entretenir avec les gens, écouter leurs doléances (car il y a toujours des cas particuliers), les aider à résoudre les problèmes en plus des murs à déplacer, on avait vraiment l’impression que l’urbanisme, le souci de l’environnement avait quelque chose à voir. Aujourd’hui on ne sait que penser. Qui dit mieux : les Travaux Publics prenaient le soin d’écrire aux résidents pour leur expliquer le bien fondé de l’opération. Certains pouvaient même être dédommagés dans des cas précis.Mais quelle loi ? …Aujourd’hui, fini tout ça. Exécution immédiate. C’est la loi ! Justement quelle loi ? Pour commencer des ingénieurs nous certifient qu’il existe en effet une loi spécifiant qu’il faut laisser deux mètres entre votre propriété et la chaussée. Une loi très ancienne. Mais qui de toute évidence n’a jamais été appliquée. Ainsi des propriétés bâties depuis plus de 100 ans, comme le sont présent de le faire volontiers. Mais où est l’apport de l’Etat ? La réparation des trottoirs, le ré-asphaltage de la chaussée, ce sont là des obligations normales de l’Etat. Il n’y a aucune gloire à cela. Par contre ce sont les résidents qui font tous les sacrifices. Par les temps difficiles que nous traversons (et l’Etat n’y est pas pour rien !), où voulez-vous que l’on trouve des dizaines de milliers de gourdes pour déplacer et reconstruire immédiatement une clôture ?C’est vraiment la panique …Dans tout autre pays, l’Etat envoie ses architectes et urbanistes, les environnementalistes qui investissent la les anciennes maisons des blocs Rue Roy, Ruelle Waag, La Fleur du Chêne et plus haut tout Pacot, tout comme le vieux quartier de Turgeau, se retrouvent aujourd’hui devant l’obligation de respecter cette loi. Une loi qui n’a pas été appliquée depuis plus de cent ans, estce normal que pour tout avertissement l’on se contente de gribouiller sur les murs : « TPTC – A déplacer – 2 m ». N’y a-t-il pas là un certain mépris de la part des pouvoirs publics ? C’est la loi ! D’accord, mais qui va nous renseigner sur cette loi ? Puisque l’Etat est absent. Si tant est que ce sont les TPTC qui le représentent. (voir “A DEPLACER” / 7) qu’on ne peut laisser cela passer sans Il nous semble que ceux de Port-au-Prince aient accepté jusqu’àURBANISME A SENS UNIQUE

PAGE 7

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 7 LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDA Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm . Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge , from our Website under Solicitations Online Ž. Internet access is available at all branches of the MiamiDade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to change. Interested parties may also visit or call: Miami-Dade County Department of Procureme nt Management Vendor Assistance Unit 111 NW 1st Street, 13th floor, Miami, FL 33128 Phone Number: 305-375-5773 There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service. These solicitations are subject to the Cone of SilenceŽ in accordance with County Ordinance No. 98-106. Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring vendor affidavits only once … at the time of vendor registration. Starting June 1, 2008 , vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-line from the DPM website. N’a-t-on pas l’habitude d’entendre qu’une loi qui reste trop longtemps sans jamais être appliquée tombe en « déshérence », autrement dit à l’abandon ! Et que pour la remettre en activité, il importe de la remettre au vote. Secundo, les TPTC c’est quoi ? Le ministère des Travaux Publics n’est pas un pouvoir, c’est une simple branche administrative de l’Etat. Les Travaux Publics ne peuvent pas faire la loi, ni décider de son interprétation. La tâche que les TPTC se donnent en l’occurrence, n’est-ce pas plutôt celle de la commission communale de Port-au-Prince, ou de Pétionville ou de Carrefour, de Delmas, Tabarre etc. Est-ce que la décision d’abattre les clôtures des particuliers n’est pas une décision qui devrait être débattue en réunion publique du conseil municipal de la ville, discutée en public, puis passée au vote ?Les bonnes manières ne sont plus ce qu’elles étaient …On nous dit : c’est la loi ! C’est d’accord. Qui dit mieux : personne ne s’y oppose, comme on le voit, et tout le monde ne rêve que d’une ville plus agréable. Bien qu’il n’y ait aucune garantie qu’elle le sera un jour ! Mais inutile d’essayer d’en savoir plus sur cette loi. De guerre lasse, nous sommes allés sur le site du ministère des travaux publics dont la promotion est faite avec grand fracas (www.mtptc.gouv.ht). Très beau site peut-être. Mais rien concernant une telle loi qui nous cause cependant tant de soucis. Et pourtant elle existe, nous affirment des ingénieurs blanchis sous le harnois. Faut donc croire que les TPTC ne voient pas l’importance de nous communiquer la moindre information sur son projet. Mais seulement, chut : Exécutez. C’est la loi !Une réfection des trottoirs qui nous coûte cher(“A DEPLACER” ... suite de la page 6)Michèle Pierre-Louis souhaite un compromis politique...Le PM ratifié affirme vouloir diriger un gouvernement non partisan PREMYE FOW"M NASYONAL TRAVAYÈ LAKILTI 20 – 23 DAOU 2008 MACHAN DESALIN An nou konstwi linyon tourisme), le développement humain (éducation et santé), la sécurité et la justice, seront les trois grandes priorités de son équipe gouvernementale. Le plan d’action du gouvernement, selon le premier ministre approuvé, sera défini à partir de ces priorités auxquelles s’ajouteront des axes transversaux, tels la réforme de l’administration publique, la décentralisation, la déconcentration et le développement local. Dans les échanges avec les journalistes, Michèle Pierre-Louis a démenti formellement les rumeurs autour de son orientation sexuelle. Michèle Pierre-Louis dit mettre quiconque « au défi de prouver son implication dans un quelconque scandale sexuel ». Michèle Pierre-Louis promet d’autre part de créer des passerelles solides, durables avec les différentes organisations sociales en vue d’établir des liens étroits entre la Primature et ces mouvements sociaux, desquels elle reconnait être issue. Sur le chapitre de la sécurité, et de la mise en place d’une nouvelle armée, le premier ministre ratifié pense qu’il est nécessaire d’avoir une « force publique » pour garantir la sécurité et la défense du pays. Selon elle, « Haiti a perdu deux champs de sa souveraineté : la sécurité alimentaire et le contrôle de son territoire ». A propos de la vie chère, Michèle Pierre-Louis déclare s’orienter vers des dispositions favorisant la création d’emplois de manière à augmenter le pouvoir d’achat de la population. Selon elle, la tendance à l’augmentation des prix sur le marché local va se maintenir, à cause des conditions internationales et de la dépendance d’Haiti. Michèle Pierre-Louis se déclare favorable aux négociations avec le secteur privé et les autres secteurs pour pouvoir « créer des emplois temporaires et durables ». Par ailleurs, Michèle PierreLouis se montre alarmée par la fuite des cerveaux qui constitue, selon elle, un « problème très grave » pour le pays. Il faut redonner confiance aux Haitiens, soutient-elle. (COMPROMIS... suite de la page 5) ou d’avoir participé au mouvement GNB (anti-Aristide). Michèle Pierre-Louis est en outre accusée d’avoir avalisé ou participé au mouvement de boycott de la célébration du Bicentenaire de l’indépendance d’Haïti le 1er janvier 2004. “Je vais travailler pour donner satisfactions à toutes les couches de la (PM... suite de la page 5) société, a-t-elle promis, soulignant que son objectif premier n’est pas de chercher un poste de premier ministre, mais de pouvoir s’engager en faveur de son pays confronté à toutes sortes de problèmes dont la cherte de la vie, le chômage, la santé, l’éducation, la production et l’insécurité.” Sur le dossier de la sécurité, elle a fait part d’une rencontre prochaine avec le premier ministre sortant Jacques Edouard Alexis, pour prendre connaissance du rapport préliminaire de la commission chargée d’étudier la possibilité de mettre en place une nouvelle force publique. Elle a promis la mise en place d’un programme de protection sociale, pour freiner l’hémorragie de l’émigration de cadres et de jeunes qui laissent le pays après avoir avoir fait leurs études gratuitement. Haïti, a-t-elle estimé, est un pays souverain, mais qui a perdu son champ de souveraineté dans deux domaines: la sécurité alimentaire et le contrôle du territoire. Une misssion militaire internationale est en Haiti depuis le 29 février 2004, date du départ forcé du président Aristide. Michèle Pierre-Louis qui dirige une puissante ONG financée à hauteur de dizaines de millions de dollars par le milliardaire George Soros et d’autres institutions internationales, a reconnu que le transit par des ONG de centaines de millions de dollars d’aide internationale, pose de sérieux problèmes au pays, tout comme les fonds investis pour le maintien de la MINUSTAH en Haïti. Pour passer l’étape de la ratification de son énoncé de politique générale au sénat de la Republique aujourd’hui amputé de 12 membres, le premier ministre désigné doit obtenir au moins 16 voix (majorité absolue) sur 18, un pari très difficile, après l’abstention de 5 sénateurs lors de la ratification de son choix le 31 juillet. Pour ce premier exercice, une majorité simple était suffisante (10 voix). Si Michèle Pierre-Louis devient chef de gouvernement, en plus des dossiers urgents comme la rentrée scolaire et les élections pour combler les sièges vacants au sénat, d’autres dossiers plus delicats l’attendront comme le suivi de l’arrêt de la cour interaméricaine des droits de l’Homme en faveur de l’ancien premier ministre Yvon Neptune dans le dossier du “supposé massacre de la scierie, le dossier de la création d’une nouvelle force publique et celui du retour des exilés politiques dont l’ancien président Aristide. Appliquer la loi, c’est un. Mais l’appliquer de manière démocratique ou tout simplement avec civilité, apparemment c’en est un autre. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceEXECUTIF LEGISLATIF

PAGE 8

Page 8 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29AVI PIBLIK Yo avize piblik lan de chanjman sa yo ki fèt nan adrès biwo vòt sa yo ki ekri pi ba la a. Sipèvizè Eleksyon an fè chanjman sa yo dapre Seksyon 101.71 Lwa Florid. Chanjman an Pèmanans Nan Biwo Vòt Sa Yo Lester Sola Sipèvisè Eleksyon Konte Miami-Dade Biwo Vòt No. Nouvo Lokal 001 Sunny Isles Beach Government Center 18070 Collins Avenue 015 Indian Creek Fire Station #4 6880 Indian Creek Drive 038 VFW POST #3559 650 West Avenue 046 South Shore Community Center 833 … 6th Street 047/048 Rebecca Towers 200 Alton Road 227 A.J. King Park 4230 NW 178th Terrace 235 New Fellowship Christian Center 240 Bahman Avenue 441 Herbert Saffir MDC-Permit Center 11805 SW 26th Street 557/993 Ig. Cristiana Ref Buen Samaritano 4585 West Flagler Street 558/974 Kinloch Park Community Center 455 NW 47th Avenue 606 South Miami American Legion #31 7710 SW 59th Avenue 713 Tropical Estates Recreation Center 10201 SW 48th Street 908/944 Naranja Park Recreation Center 14150 SW 264th Street Coopération : 4 millions de dollars américains de la Banque de développement des CaraïbesP-au-P, 07 août 2008 [AlterPresse] — La Banque de développement des Caraïbes (BDC) vient d’approuver l’octroi d’un don de 4 millions de dollars américains, devant encourager les organisations de base, dans les zones urbaines défavorisées en Haïti, à concevoir et développer des projets communautaires, apprend l’agence en ligne AlterPresse. « Le projet vise à améliorer la capacité des organisations à base communautaire dans le développement participatif, la gestion comptable et financière, et des systèmes de gouvernance. Ceci fait partie intégrante des efforts déployés par le gouvernement haïtien pour rétablir la sécurité, maintenir la stabilité politique et favoriser le développement durable, » soutient la BDC. Environ 2,000 emplois, pour 650,000 bénéficiaires directs et indirects dans les opérations, devraient être créés au cours de la mise en oeuvre des sousprojets, dans la perspective d’une promotion de l’accès à des services et des activités génératrices de revenus pour les résidents des zones urbaines défavorisées. En plus de fournir des ressources aux organisations à base communautaire dans ces zones urbaines, la subvention de 4 millions de dollars américains devrait aider le gouvernement d’Haïti à renforcer les infrastructures sociales de base, telles l’approvisionnement en eau potable, les routes et les marchés ainsi que des services comme la santé et l’éducation, selon la BDC. La Banque de développement des Caraïbes contribuera également, pour un montant de 398,440.00 de dollars américains, à un programme de développement de gestion visant les propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) en Haïti. En ce sens, le « Business Edge program » (entreprises de pointe) comprend une série de sessions de formation à la gestion des services et des produits qui mettent l’accent sur des techniques et l’exploitation des lacunes dans les PME. Dans le cadre de la subvention annoncée pour Haïti, la BDC agira en partenariat avec la Société financière internationale, l’institution [du Groupe] de la Banque mondiale chargée des opérations avec le secteur privé. La Commission Européenne fournit €3 millions d’aide humanitaire pour améliorer la santé et la nutritionBruxelles, le 5 août 2008 ECHO La Commission Européenne a alloué €3 millions pour venir en aide aux victimes de la crise socio-économique en Haïti. Cette aide humanitaire bénéficiera avant tout aux femmes et aux enfants vivant dans les zones rurales. Les fonds sont destinés à assurer des besoins urgents en matière de santé, de services d’approvisionnement en eau et d’assainissement, de sécurité alimentaire et de lutte contre la malnutrition, pour près de 1,5 million de personnes. Les fonds d’urgence de la Commission Européenne sont gérés par le service de l’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), sous la responsabilité du Commissaire Louis Michel. “Ces fonds ne vont pas seulement permettre de venir en aide aux Haïtiens qui en ont le plus besoin,” souligne M. Michel. “Ils vont également soutenir le pays dans sa quête de stabilité sociale et politique.” L’instabilité du pays a d’importantes conséquences sur la sécurité alimentaire et la nutrition des Haïtiens, surtout dans les zones rurales. L´aide humanitaire de la Commission a pour but d´améliorer l’accès à la nourriture, aux soins de santé, à l’eau potable et à des conditions d’hygiène acceptables. Cette aide vise les populations vulnérables dans la plupart des Départements du pays, en tout, près de 1,5 million de personnes. Une attention particulière sera portée à la santé materno-infantile, les femmes et les enfants étant les premières victimes de la crise actuelle. Les petits exploitants agricoles auront, eux aussi, accès à l’aide humanitaire, ayant été très affectés par les catastrophes naturelles à répétition et par le manque d’accès aux marchés locaux et nationaux. Dans le cadre d’une décision globale d’aide alimentaire, un montant de 2 millions € a été déjà engagé en Haïti en 2007, pour répondre en partie aux besoins identifiés dans les départements du Sud, Sud-Est et Grande Anse. Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental. Plus de 78% de la population vit avec moins de 2US$ par jour. La situation s’est aggravée récemment suite à l’augmentation des prix de l’essence et des biens alimentaires. Production agricole : Assurer la détection et le contrôle de la mouche des fruitsP-au-P, 06 août 08 [AlterPresse] Une dizaine de techniciens haïtiens bénéficient d’une formation sur la détection et le contrôle de la mouche des fruits qui affecte différentes filières de la production nationale. Organisé par le ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr) en partenariat avec d’autres institutions, un séminaire de deux jours est assuré par deux experts américains de l’Université de Floride. Un système de détection et d’information, construit à l’aide de deux microscopes et une caméra digitale, est mis à la disposition de ces cadres pour contrôler les vermines qui menacent les filières de production. « L’objectif de ce programme est de pouvoir identifier dans un très court temps les pestes qui attaquent nos cultures vivrières et de permettre aux cadres qui vont être formés d’utiliser le système qui nous permettrait d’avoir accès directement à des informations », explique l’ingénieur-agronome Joanas Gué, Secrétaire d’Etat à l’agriculture. Le système, selon Joanas Gué, va être utilisé pour détecter les différentes pestes qui ravagent les cultures sur l’ensemble du territoire haïtien. Il aidera le ministère de l’Agriculture dans la relance de la production agricole en vue d’une meilleure valorisation des investissements qui seront consentis, précise le Secrétaire d’Etat du gouvernement démissionnaire. « Le contrôle des pestes qui causent des ravages dans nos cultures est extrêmement important », affirme Joanas Gué lors d’une rencontre, le 6 août 2008, avec les experts, les bénéficiaires et les partenaires de ce programme. Avec le ministère de l’Agriculture, les autres acteurs travaillant dans le secteur de la mangue en Haïti se sont mis d’accord sur un ensemble de points visant l’amélioration de cette filière. Leurs objectifs, selon Joanas Gué, sont clairs et nets : ils veulent « arriver à un contrôle effectif de la population de la mouche des fruits, faire du commerce de la mangue une vraie industrie pour l’exportation et renforcer le volume de mangues d’Haïti exportable vers les autres pays ». « Cette coopération avec Haïti est un extraordinaire exemple de synergie », indique Mirlène Chrysostome, représentante de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Les nouveaux équipements disponibles au laboratoire de production du Marndr aideront à identifier les plantes infectées, dont des échantillons seront transférés à l’Université de Floride à des fins d’analyse. Le 2 juillet 2007, les exportations de mangues haïtiennes sur le territoire américain ont été interdites suite à la découverte de larves vivantes de mouches des fruits dans trois conteneurs de mangues Francisque exportés par trois entreprises haïtiennes. Joanas Gué rappelle que d’importantes dispositions ont depuis été prises pour faciliter la reprise de ces exportations. Haïti se trouvait, jusqu’en 2006, parmi les dix premiers pays producteurs mondiaux de mangues, selon une étude du Laboratoire des relations haïtiano-dominicaines (LAREHDO). Haïti : lancement d’un programme d’aide aux micro-entreprises à Cité soleilLe ministère des Affaires sociales a lancé, la semaine écoulée, un programme d’appui aux microentreprises de Cité soleil, le plus grand bidonville de la capitale haïtienne. Ce projet, d’une valeur de 10 millions de gourdes, vise à permettre aux habitants de cette banlieue d’avoir accès au crédit afin de mettre sur pied leur propre business ou de renforcer des initiatives déjà prises dans le même sens. Ce programme a aussi pour mission de dynamiser les gens de Cité soleil, de développer leur capacité de travailler ensemble et de se procurer de l’argent. « L’une des phases de ce projet est de faire la promotion de ce que nous appelons Epargne Solidaire, qui est la capacité d’une organisation ou d’une institution de faire preuve de solidarité à l’endroit des plus faibles », a expliqué le directeur général du Ministère des affaires socials, Jean-Alix Boyer. Selon le directeur du Conseil national des coopératives (CNC), Frantz Prévil, ce programme devrait se transformer bientôt en une coopérative d’épargne et de crédit. Il s’agit d’un modèle de développement, poursuit-il, déjà utilisé dans d’autres pays, souhaitant que d’autres régions d’Haïti puissent bénéficier de ce meme projet. Du côté de la population de Cité soleil, certains croient qu’un tel projet pourrait apporter une amélioration dans leur vie. Confrontés à toutes sortes de problèmes, ils ont exprimé leur inquiétude vis-à-vis de la somme mis à disposition d’un tel programme. « Ils ont tendance à utiliser les plus démunis de la Cité pour se faire de l’argent en annonçant de beaux projets mais sans aucun suivi », s’est inquiété un habitant de Cité soleil, ajoutant qu’un tiers de la somme de ce dernier projet est destiné à l’administration, ce qui n’aura rien à voir avec la grande population. Notons que ce programme d’aide aux micro-entreprises de Cité soleil sous forme de crédit est possible à partir de 2500 gourdes. Les personnes répondant aux conditions fixées pourront entamer les démarches auprès des responsables au Ministère des affaires sociales. LC/HPN ROME, 4 Août AP L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé lundi avoir commencé à distribuer des semences et outils à des milliers d’agriculteurs en Haïti. Ce petit pays caribbéen est l’un des plus durement touchés par la crise alimentaire mondiale et a été le théâtre d’émeutes de la faim ayant fait sept morts en avril. La FAO estime qu’un enfant haïtien sur cinq souffre de sous-nutrition chronique. L’agence basée à Rome précise qu’elle va distribuer 600 tonnes des semences de haricots, maïs et sorgho ainsi que des houes et des machettes à quelque 70.000 familles. Mais la FAO estime qu’elle aura besoin de 64 millions de dollars (41,1 millions d’euros) supplémentaires pour aider environ 500.000 familles dans le besoin à affronter les trois prochaines saisons des semailles. APLa FAO distribue semences et outils aux agriculteurs d’HaïtiECONOMIE

PAGE 9

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 9AVI PIBLIK Yo avize piblik lan de chanjman tanporè sa yo ki fèt nan adrès biwo vòt sa yo ki ekri pi ba la a. Sipèvizè Eleksyon an fè chanjman sa yo dapre Seksyon 101.71 Lwa Florid. Chanjman Tanporè Nan Biwo Vòt Sa yo Lester Sola Sipèvizè Eleksyon Konte Miami-Dade Biwo Vòt No. Nouvo Lokal 016 Harambam Congregation, Inc. 7800 Hispanola Avenue 044 The Savoy Hotel 425 Ocean Drive 141/175 First Church of North Miami 1200 NE 135th Street 308 Miami Lakes Congregational Church 6701 Miami Lakeway South 336/386 Hialeah Opa-Locka Masonic Lodge #391 150 W 20th Street 415 Chinese Baptist Church of Miami 595 SW 124th Avenue 425 Centro Cristiano de Amor y Fe 5859 SW 16th Street (Chanjman non) 553 Mall of the Americas 7827 W Flagler Street 745/783 Riverside Baptist Church 10775 SW 104th Street Valdo Jean : procès bâclé ou lynchage légal ?(PROCES ... suite de la 1ère page) propriétaire est la star internationale du Hip hop, l’américano-haïtien Wyclef Jean. Quel crime abominable ! Valdo Jean avait d’ailleurs failli être lynché par les premières personnes qui ont découvert son acte, avec pratiquement à la main l’arme du crime. Pourquoi Valdo a-t-il tué Ginoue ? On admet généralement que c’est par jalousie. Selon la presse locale, le couple aurait eu une violente dispute, qui a culminé dans le geste fatal. Fatidique. Mondésir grimpait les marches du vedettariat. Bientôt elle jouait dans les productions cinématographiques locales. Elle était couverte aussi, bien entendu, d’admirateurs.Fou d’amour, littéralement …fable, a eu ce qu’il mérite. Le maximum. Travaux forcés à perpétuité. Le public qui sort de la salle de cinéma, se sent rassuré. Le méchant est toujours puni. Valdo Jean a tué Ginoue Mondésir. Il l’a avoué. A-t-il exprimé des remords ? Il a plutôt crié encore une fois son amour pour celle qui sera sa victime. Travaux forcés à perpétuité ? Le mot a été prononcé comme si les jurés ne se rendaient pas réellement compte de ce qu’ils venaient de décider. La même sentence que pour le kidnappeur qui tue avec préméditation et pour l’appât du gain. Sans même aucune possibilité prévue de remise de peine après quelques années. C’est tout le procès d’ailleurs qui s’est déroulé dans cette atmosphère presque factice. Pour ne pas dire : expéditive. En outre, et surtout, Valdo Jean a payé pour les vilains des vilains, oui tous les machos et phallocrates d’Haïti. La salle d’audience était pleine à craquer d’associations féministes. A un doigt du lynchage légal. Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince Le coupable a avoué. Jugé par le tribunal criminel de Port-au-Prince avec assistance du jury, il a crié son amour pour la victime, en cherchant difficilement des explications. Le vendredi 1er Août dernier, le jury a condamné Valdo Jean, 39 ans, aux travaux forcés à perpétuité. Justice a été rendue.La même peine que pour le kidnappeur qui assassine son otage …Cependant il y a quelque chose qui cloche. Et même plusieurs. Comment peut-on condamner à la même peine le kidnappeur qui assassine son otage même après avoir touché la rançon, à plus forte raison quand l’otage est un enfant sans défense – et l’époux ou l’amant qui tue sa compagne dans un accès de jalousie ? chose. L’un des témoins cités à la barre est l’ex-directeur général de Telemax, notre confrère Pradel Henriquez. Il a rapporté que une fois Ginoue Mondésir avait dû prendre un congé de l’antenne. Motif : elle portait au visage des traces de coups qui lui auraient été infligés par son compagnon Valdo Jean. Donc Valdo n’hésitait pas à frapper celle pour qui il nourrissait un amour exclusif et possessif. Aveugle, selon leurs camarades de travail. Alors pourquoi Ginoue ne l’avait-elle pas laissé ? Elle racontait aux mêmes camarades de travail que « le type » était d’une jalousie à faire peur. Mais voilà, le même type la couvrait de cadeaux. Valdo Jean, fils d’un pasteur, disposait de moyens qui ne dépendaient pas de Telemax. Il a avoué lors du jugement que c’est pour être toujours plus près de l’être aimé qu’il est venu à la télévision et que l’émission évangélique qu’il présentait tous les dimanches était une pure courtoisie. C’est Valdo qui payait les soirées dans les clubs les plus fréquentés, c’est lui qui la couvrait de bijoux. C’est Valdo qui a payé la voiture flambant neuve … Au fur et à mesure que Ginoue Pendant ce temps, Valdo était dévoré par la jalousie. Comme toujours dans ces cas-là, en même temps il se dépensait davantage encore. Mais dans le même temps aussi, il avait le sentiment d’être victime d’une injustice. Qu’on lui enlevait ce qui lui appartient. Et que Ginoue c’était à lui, c’était son bien … Relations sado-maso(chistes) par excellence. L’amour rend fou, n’est-ce pas, et ce n’est pas toujours un vain mot. Fou d’amour, littéralement. Tandis que Ginoue s’en rendait bien compte, puisqu’elle le confiait à des camarades de travail … Mais comme les filles de son âge, et comme les filles d’aujourd’hui, elle pensait qu’elle était capable de « gérer le type. » Les bastonnades cependant se multipliaient. Or personne n’a rien fait pour éviter le pire. Dans un autre pays, le meurtre de Ginoue Mondésir ne serait peut-être pas arrivé. La police aurait été avertie. Soit par ses patrons, soit par ses camarades, soit par ses parents. Valdo aurait été convoqué en justice. On lui aurait intimé l’ordre de ne pas s’approcher de Ginoue dans un rayon de tant de kilomètres. souligné. Mais encore plus significatif, alors que le jury admet qu’il n’y a pas eu préméditation et donc que Valdo a agi sous le coup de l’émotion – donc crime passionnel s’il en est, le même jury ne lui reconnaît aucune circonstance atténuante. C’est presque un non-sens. personne a agi dans de telles dispositions d’esprit, mais aucune évaluation psychiatrique n’a été présentée devant le tribunal. Or c’est une information plus qu’importante pour des jurés qui ne sont pas obligés de connaître toutes les méandres de la procédure. Alors que le cas de Valdo relève de toute évidence de la psychiatrie … Entre autres.La belle et la bête …Mais voilà, il relève aussi de la chronique mondaine, de la peopolisation, du roman photos … Le procès a été suivi « en direct » à la télévision. Comme « Marina », la télénovela à la mode. Et c’est à ce niveau que le jury s’est prononcé. C’est l’histoire de la belle et la bête. Et la bête, Valdo, le vilain de la La peine de mort est abolie par la Constitution haïtienne en vigueur et la peine maximum est la prison à vie … Celle dont a écopé Valdo Jean. Secundo, à la question : y a-til eu préméditation, les jurés ont répondu NON. Que veut dire préméditation ? Il y a préméditation lorsqu’on a réfléchi longuement à l’acte avant de le mettre à exécution. Le jury admet donc que Valdo n’avait pas médité son geste et qu’il a agi sur un coup de tête, dans un accès (ou excès) de rage, ou qui sait un coup de folie. Cependant le même jury, à la question : reconnaissez-vous des circonstances atténuantes, a répondu NON. Or l’absence de préméditation est déjà une circonstance atténuante. C’est un premier facteur de différence entre le meurtre au premier degré et le meurtre au second degré. A moins que le droit en Haïti parle une autre langue qui ne soit ni le français, ni le créole. Ni aucune langue connue.Le « type » était d’une jalousie à faire peur …Mais plus encore, le procès à aucun moment n’a posé la question du mobile du crime. Mais quelle était l’histoire du couple ? Le procès n’a pas relaté grand Donc la société haïtienne n’a pas joué son rôle. Le tribunal ne l’a pas Pour finir, on admet qu’une Le jury au procès de Valdo Jean (photo www.jjaugustin.com) 5 août 2008 La Cour d’appel a finalement rendu sa décision dans l’affaire du scandale de la Socabank. Le directeur général de la compagnie de téléphonie mobile Haitel, Franck Ciné, a été envoyé aux assises criminelles sans assistance de jury pour usage de faux. Le PDG de la Haitel croupit depuis plusieurs mois en détenton malgré une détérioration accrue de son état de santé. Les avocats de Franck Ciné entendent saisir la Cour de cassation.Franck Ciné renvoyé aux assises criminelles pour usage de faux Agressions à la frontièreLe GARR exhorte les autorités haïtiennes à se responsabiliser pour le respect du droit à la vie des citoyenscitoyennes Au moins six HaïtiensHaïtiennes ont été tués par des militaires et civils dominicains entre janvier et début août 2008. Ces attaques criminelles se sont produites dans le silence du Pouvoir central haïtien et le laxisme de l’appareil judiciaire dominicain. Le 2 août, vers 7 heures du soir, Frantzy Grand-Pierre, 23 ans, originaire de Belladère, a été abattu à bout portant, par des policiers dominicains en uniforme, dans une station d’essence de la province frontalière d’Elias Pina, où il venait de s’approvisionner. Le sergent Enrique Pérez Castillo et le lieutenant Franklin Terrero sont cités comme les présumés auteurs de ce meurtre. Le 25 Juin, un ressortissant haïtien a rendu l’âme après qu’un chauffeur dominicain l’eut blessé á l’arme blanche, au portail frontalier de Carrizal (Belladère). Ce facteur originaire de Saint-Marc réclamait des explications au chauffeur au sujet d’une somme d’argent qu’il lui avait confiée pour des Haítiens résidant à Santo Domingo, et qui ne serait pas arrivée à destination. Les pièces d’identité de la victime auraient été subtilisées avec le sac qu’il transportait. Le cadavre est resté entre les mains des autorités dominicaines. Le 14 mai, une commerçante haïtienne, Nerlande François, témoignait (GARR / p. 17)ASSISES CRIMINELLES

PAGE 10

Page 10 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Accusation mensongère …Arrivé sur les lieux, le juge Gassant prend ouvertement parti pour Mr. Assad Volcy (qui est son pas sans une lourde sécurité choisie au sein des unités d’élite de la PNH. Ce bras de fer occupe quotidiennement les colonnes de la presse locale, rejetant même en seconde position d’autres démê-lés supposés plus importants : annonce par l’intermédiaire de son avocat qui n’est autre que Samuel Madistin (l’avocat tout désigné pour ce genre de causes atypiques), une convocation du chef du parquet Claudy Gassant devant le tribunal correctionnel de Saint Marc (nord de la capitale) dont le club Indigo se trouve dans la juridiction. Bien entendu pour avoir attenté physiquement à sa personne lors de cette rencontre. Donc kif-kif : convocation pour convocation ! On en est là pour l’instant pendant que cette série à suspense se poursuit dans les médias de la capitale comme le nouveau soap opera pour un été des plus tristes qu’on n’ait jamais vécu. Qui sait, à la grande joie des acteurs politiques qui pendant ce temps peuvent être tout à leur partage du gâteau gouvernemental. Mais à leur place on se méfierait. Car ce duel d’un autre âge entre deux institutions directement responsables de la loi et l’ordre et sans que personne ne puisse y mettre un holà depuis tant de mois que cela dure, est avant tout une dénonciation des dirigeants politiques eux-mêmes. C’est la preuve la plus évidente du vide total qui nous tient lieu d’autorité de l’Etat, d’Etat de droit et d’un leadership responsable. Plus exactement, une autorité qui tourne à vide.Un Don Quichotte égaré …Le commissaire Claudy Gassant est sûr de la justesse de sa cause. Il y a trop de laisser aller, trop de corruption et de complaisance. Et la police de par le monopole de la force armée qu’elle détient est tout naturellement au cœur de toutes ces combines. Mais les initiatives du chef du parquet semblent autant de coups d’épée dans l’eau. Parce qu’elles ne s’inscrivent pas dans un cadre politique général. Le président René Préval n’a déjà plus le temps à sa grande entreprise contre la corruption. Mais que Claudy Gassant semble vouloir poursuivre à tout prix. Le dernier des Mohicans. Mais Eliot Ness n’a plus personne derrière lui. Il fait de plus en plus figure d’un Don Quichotte égaré sur un plateau de comédie à l’italienne.GASSANT VERSUS PNHUn spectacle qui n’amuse plus personne(COW-BOY ... suite de la 1ère page) (voir COW-BOY / 12) Lors d’une rencontre à Indigo, un club estival sur la Côte des Arcadins, Gassant et Frantz Georges se font face. ami), accuse les policiers de « montage », autrement dit d’accusation menson-gère, et ordonne le remorquage du véhicule au parquet et non au commissariat de police de la commune de Pétionville, banlieue de la capitale, où le présumé kidnapping est supposé avoir eu lieu. D’ailleurs aucun détail sur ce dernier n’a été apporté par la police de Pétionville. Ni par un proche de la supposée victime, un enfant de 4 ans. Le commissaire Gassant va plus loin et insinue que l’action de la police se voulait une revanche après l’arrestation d’un responsable d’une compagnie de sécurité privée pour possession illégale d’armes lourdes. Or la même agence de sécurité prête ses services à de hauts responsables de la police.Association de malfaiteurs ! …Sur ce, Claudy Gassant décerne un mandat d’amener contre le commissaire de police de Pétionville, Frantz Georges, (entre autres motifs cités : « association de malfaiteurs »), assorti d’une interdiction de départ. comme ceux de l’exécutif avec les sénateurs et partis politiques autour de la formation du prochain gouvernement dont le processus s’est enlisé, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais malgré les critiques de l’opinion manifestant son peu de goût en ce moment pour ce genre de distractions/diversions, ces messieurs persistent et signent. Mais celui-ci s’y refusa … L’instant d’après, Gassant prétend que Frantz Georges a voulu se moquer ouvertement de lui par ce geste. De son côté, le commissaire de police raconte à qui veut l’entendre que le commissaire du gouvernement a voulu le « gaganner » (le prendre à la gorge). A quoi Claudy Gassant de renchérir que le policier a sorti son arme et l’a pointé dans sa direction.Convocation pour convocation ! …Bien entendu, les deux camps ont leurs témoins toujours prêts à jurer que les choses se sont passées respectivement ainsi. Dernier rebondissement : le commissaire de police de Pétionville Le commissaire de police de Pétionville aurait voulu tendre la main au commissaire du gouvernement. Depuis, le commissaire Georges ne se déplaceGUERRE DES CHEFSResponsables de l’ordre public dont (2e de la gauche) Mario Andrésol, Luc Eucher Joseph (Secrétaire d’Etat à la Sécurité) et le Juge Claudy Gassant (photo Eddy Pierre)

PAGE 11

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 11 WESTERN-UNION / SKOLARITE

PAGE 12

Page 12 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Quant à la police nationale, elle est en première ligne dans la lutte contre le kidnapping. Les divers commissariats (y compris celui de Pétionville) ont réalisé de bons coups ces derniers mois contre les kidnappeurs. Mais les hauts gradés de la PNH arrivent difficilement à se dégager des mauvaises habitudes hérités des officiers fringants des ex-forces armées d’Haïti. Brutalité, arrogance, et pire que tout : la corruption.Un spectacle qui n’amuse plus personne(COW-BOY ... suite de la page 10) MINUSTHÂNERIES !« Depuis plus de deux siècles, Haïti souffre dédain et punition » Eduardo Galeano « Desde hace más de dos siglos, Haití sufre desprecio y castigo » Eduardo Galeano La première fois que je sentis le poids de la présence étrangère en Haïti fut lors d’une petite réunion à laquelle je fus invité. C’était à l’étranger et je devais aider à convaincre un groupe investisseur pour qu’il visite et investisse en Haïti. À un moment donné, j’imagine qu’il s’agissait d’une stratégie pour nous désorienter, l’un d’eux, d’une voix grave, mesurée, nous dit « Vous voulez que l’on fasse confiance à un pays qui est incapable de s’administrer seul ? Vous prétendez nous faire comprendre que votre pays, contrôlé par des troupes étrangères, peut nous garantir, nos droits, nos capitaux, nos vies ? » Ce n’était que 9 mois après le 1-01-2004, le temps d’une gestation, le temps de comprendre l’énormité de notre stupidité. Enfin, depuis lors, je commençai à percevoir la présence « minusthienne » en Haïti non seulement en tant que symbole insultant de la perte de souveraineté nationale mais encore en tant qu’obstacle à la transformation sociale, économique, politique du pays. J’ai essayé, à plusieurs reprises, de lui trouver des avantages à la présence des troupes étrangères en Haïti (sauf pour ceux qui ont pu louer leurs énormes bâtiments. Mais, ceux-là, ils sont en très faible minorité). Je n’ai pas pu. Je n’ai pas su. Si, en plus, je tiens en considération le coût de leur maintien, je me sens révolté car, avec ces mêmes fonds, la sécurité du pays aurait pu être assuré par des « Forces d’Intervention Stratégique, de Maintien de l’Ordre et de Sécurité» de plus de 80.000 hommes et femmes. Et les fonds seraient restés en Haïti. Vous vous imaginez, au lieu de ONU, des FISMOSH (Forces d’Intervention Stratégique, de Maintien de l’Ordre et de Sécurité d’Haïti). AMÉN !!! Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, je me suis rendu compte que certains intellectuels de l’Amérique latine se sont opposés, de façon farouche, à la présence des troupes onusiennes en Haïti. De façon beaucoup plus véhémente que nousmêmes, les premiers intéressés. L’un des exemples flagrants, Eduardo Galeano. J’ai eu le privilège de le rencontrer, une fois. Rien qu’une fois. Il me semble l’écrivain américain le plus engagé. Ou du moins en ce qui concerne Haïti. Je vous conseille la lecture de ses œuvres. Cet écrivain uruguayen, semble parfois mieux connaître la perception de la réalité haïtienne que moi. Quand je l’ai rencontré, il me parlait de sa lutte pour obtenir le retrait des troupes onusiennes d’Haïti, en commençant par celles de l’Uruguay. Je savais qu’il adorait Haïti, qu’il voyait en nous le symbole de la liberté, mais je ne le connaissais pas sous cet angle. Je n’ai pu m’empêcher de relire certains de ses textes : « Haïti est redevenu un pays invisible, jusqu’à la boucherie suivante. Pendant qu’il était sur les écrans et dans les pages des journaux, au début de cette année, les médias n’ont transmis que confusion et violence et ont confirmé que les Haïtiens sont nés ou pour faire le mal ou pour mal faire le bien. Depuis la Révolution, Haïti a seulement été capable d’offrir des tragédies. Ce fut une colonie prospère et heureuse et maintenant c’est la nation la plus pauvre de l’hémisphère occidental. Les révolutions, ont conclu quelques spécialistes, conduisent à l’abîme. Et certains ont dit, et d’autres ont suggéré, que la tendance haïtienne au fratricide provient de l’héritage sauvage qui vient de l’Afrique. Le mandat des ancêtres. La malédiction noire, qui pousse au crime et au chaos. De la malédiction blanche, personne ne parle. » Outre Eduardo Galeano, d’autres journalistes se sont impliqués dans la défense d’Haïti. Tel est le cas de Guillermo Chifflet: « Le peuple haïtien a besoin d’aide économique, réelle et non pas de troupes d’occupation. Et, l’une des voies les plus intéressantes pour que des actions concrètes aient lieu afin d’orienter l’aide internationale est la diffusion de la réalité d’Haïti à travers le monde, pour que Haïti ne disparaisse pas des écrans. Le plus grand tort qui pourrait être fait à Haïti serait le manque d’intérêt. » Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, vous devez sûrement vous demander pourquoi cette attaque soudaine de ma part contre la MINUSTAH. Je vous explique. Je me suis réveillé le matin du jeudi 7 août, les oreilles dressées, le dos hérissé, attendant les réactions des hommes politiques du pays. Pas un mot. Pas une réaction. Pas une dénonciation. Je commençai à faire du Zapping radiophonique, parcourant le cadran et essayant de trouver un peu de « verve nationaliste », un peu de « réaction Anti MINUSTAH». Rien. Je voulais savoir jusqu’à quel point on acceptait la présence des troupes étrangères parmi nous. Je décidai alors de me réfugier sur Internet. Là je rencontrai des informations. Je vous retransmets l’information de radio Métropole sur Internet et vous comprendrez alors ma réaction: Deux policiers haïtiens ont été sévèrement battus par des casques bleus brésiliens de la MINUSTAH, hier mercredi (6 août) non loin du commissariat de Cité Soleil. Le responsable du commissariat, informe que les deux policiers ont été transportés dans un centre hospitalier en raison de la gravité des coups et blessures qui leur ont été infligés par les soldats onusiens. … L’officier affirme avoir été le témoin oculaire de cette scène survenue dans la matinée du mercredi 6 août 2008. « Je suis intervenu pour soustraire les agents des mains d’une dizaine de casques bleus », explique le commissaire Aristide qui n’arrive pas à comprendre le comportement des casques bleus. … Une manifestation a été enregistrée dans le quartier quelques minutes après l’incident. Des citoyens qui protestaient contre l’humiliation des policiers haïtiens ont lancé des pierres sur des patrouilles de casques bleus. « Nous réclamons le départ des casques bleus qui humilient nos policiers », a expliqué un manifestant. Le peuple a pris la défense de « sa police », le peuple a voulu réparer le tort fait à sa police, à ses policiers. Belle leçon ! Béni soit ce Peuple ! Je suis toujours à la recherche des réactions de nos élites ! En réalité, suite à la lecture de ces nouvelles, je n’ai pu m’empêcher de faire quelques appels à certains amis de notre « Clan de Réflexion » (en veilleuse) pour leur en parler. D’après ce que j’ai entendu dire, ce n’est pas la première fois qu’une situation semblable se produisait. Je crois que la société haïtienne devrait exiger transparence dans les relations avec la MINUSTAH. Je me demande si la Justice (voir MINUSTAH / 14)Alors que ce n’est plus du jeu …Mais nul n’est parfait et il en est des institutions comme des individus. les deux se complètent dans leur tâche réciproque. Mais deux pôles de même nom se repoussent. Il faut un balancier pour les garder en équilibre. Celuici aujourd’hui ou il n’existe pas, ou il n’en a cure. Ou c’est croire à tort que la situation se prête au petit jeu du divisez pour régner alors que ce n’est plus du jeu. Faute de cet élément d’équilibre (le sommet de la pyramide de Hegel selon qui, si la pyramide est refaire. D’un côté Claudy Gassant, un rare commissaire du gouvernement qui prend sa mission au sérieux ; de l’autre la PNH tant qu’elle s’engage pour de bon dans la lutte contre le kidnapping avec en toile de fond une société civile mobilisée à cette fin Armes lourdes saisies pour détention illégale par le Commissaire du gouvernement Claudy Gassant à une compagnie de sécurité privée, Metro Sécurité, appartenant à Esper Fahed (carte de consultant expirée), et assurant entre autres la protection du Directeur Général de la Police Nationale, Mario Andrésol (photo Eugène Robenson)La Sécurité du DG de la PNH assurée avec des armes illégales (COW-BOY / p. 13) D’autant plus dans un pays où tout est àLIBRE PENSEE

PAGE 13

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo Inn Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Le Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES DANS LES NIPPES• • • • • Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage Des kilomètres de plage • • • • • Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain conditionné et Salle de bain attenante attenante attenante attenante attenante • • • • • Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép Cuisine du terroir prép arée p arée p arée p arée p arée p ar ar ar ar ar un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » un « Grand Chef » • • • • • Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril Le Saut du Barril • • • • • Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave Le Palais de Sudre Dartiguenave à à à à à Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V Anse à V eau eau eau eau eau • • • • • La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit La Petite Eglise de Petit T T T T T rou rou rou rou rou dat dat dat dat dat ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17 ant de du 17ème ème ème ème ème siècle… siècle… siècle… siècle… siècle… ESTATE GARAGE SALESaturday, July 12TH 9:00 am to 3:00 pm 2481 NW 152ND Terrace Dr Raymond GaySpécialiste pour enfants certifié du CanadaHôpital Ste Justine pour les enfants Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, P. Q.35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haïti, W.I. B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haïti Tél.: (509) 3685-8432 | 3404-4905 • E-mail: raymondgay8@hotmail.com HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H bien en place, le sommet peut être incarné par une fourmi que l’ensemble tient parfaitement), eh bien nous autres on n’en est pas là. Tout ce qu’on a, ce sont comme des versions piratées de ces vieux cow-boys jaunis avec leurs duels pour un oui ou un non et à longueur de journée. Dieu merci jusqu’à présent, ce n’est pas à balles réelles. C’est du spectacle. De carton-pâte. Deux pions fous mais dont les culbutes en affectant l’atmosphère psychologique, font plus de mal que de bien à l’entreprise de stabilisation générale. A moins que personne ne soit vraiment intéressé à cette dernière. Dès lors ce qui explique tout. Haïti en Marche, 8 Août 2008 (COW BOY... suite de la page 12) N.B..Dernière heure: On apprend ce lundi que Me Claudy Gassant a décidé de remettre sa démission comme Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince.Dernière heure: Démission de Claudy Gassant

PAGE 14

Page 14 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29AVI PIBLIK Yo avize piblik lan de nouvo biwo vòt pèmanan sa yo. Biwo vòt sa yo te etabli pa Sipèvizè Eleksyon an dapre Seksyon 101.71 Lwa Florid. Nouvo Biwo Vòt Pèmanan Lester Sola Sipèvizè Eleksyon Konte Miami-Dade Biwo Vòt No. Nouvo Biwo Vòt 295 North Dade Regional Library 2455 NW 183rd Street 296 Dr. Robert B. Ingram Elementary School 600 Ahmad Ave 387 Ruth Tinsman 6545 West 24th Ave 388 West Hialeah Gardens Elementary School 11990 NW 92nd Ave 389 Palm Springs North Elementary School 17615 NW 82nd Ave 390 Bob Graham Education Center 15901 NW 79th Ave 461 John A. Ferguson Sr. High 15900 SW 56th Street 462 Ronald W. Reagan Sr. High School 8600 NW 107 Ave 782 Good Shepherd Catholic Church 14187 SW 72nd Street 784 Kendall Village Center 8625 SW 124th Ave 792 Our Lady of Lourdes Catholic Church 11291 SW 142 Ave 797 Miami-Dade Fire Station #56 16250 SW 72nd Street 798 Eureka Villas Park 14301 SW 180th Street 854 St. Timothy Lutheran Church 8601 SW 199th Street 934 Waterstone Grand 4002 N. Waterstone Way Haïtienne ne peut pas intervenir. D’abord, INTERDICTION DE DÉPART contre ces MALTRAITEURS (« Maltraiteurs Présumés », pour respecter la présomption d’innocence et ne pas faire montre de sauvagisme), malgré leur condition de FONCTIONNAIRE INTERNATIONAL ou de TORTIONNAIRE INTERNATIONAL devrais-je dire, dans ce cas. Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, trop d’insultes pour ce petit pays. Et au vu des résultats, plutôt décevants, obtenus par les différentes « occupations technicomilitaires » récentes : Mission des Nations Unies en Haïti – MINUHA ; Mission d’Appui des Nations Unies en Haïti – MANUH ; Mission de Transition des Nations Unies en Haïti – MITNUH ; Mission de Police Civile des Nations Unies en Haïti – MIPONUH ; Mission civile internationale d’appui en Haïti – MICAH ; Mission Civile en Haïti – MICIVIH; Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en HaïtiMINUSTAH; je propose la création de la Plateforme Citoyenne « Plus Jamais de Troupes Étrangères sur le Sol d’Haïti ». Nos objectifs seraient : 1-Départ Immédiat des Troupes Armées établies sur le territoire haïtien 2-Création d’un Fonds de Ressources Stratégiques (Ressources Humaines, Technologiques, Financières) pour le Développement d’Haïti. 3-Lutter pour une Haïti libre de troupes étrangères sur son territoire et pleine d’amis dans les troupes à l’étranger. J’attends donc vos réactions, face aux âneries en tout genre, de tout type. LI LÈ, LI TAN. ANN FINI TOUT BON AK MISYON MINISTA A. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Août 2008MINUSTHÂNERIES !(... suite de la page 12) MINUSTAH & DROITS HUMAINSThierry Fagart porte un regard «mitigé » sur l’avenir d’Haïti(Source MINUSTAH Après avoir cumulé plus de six années en Haïti dans la promotion et la protection des droits humains, Thierry Fagart arrive au terme de sa mission dans le pays. Chef de la Section des droits de l’homme de la MINUSTAH et Représentant de la Haut Commissaire aux droits de l’homme, M. Fagart porte un regard « mitigé » sur l’avenir d’Haïti. En effet, M. Fagart relève des avancées « au niveau des droits civils et politiques », mais reconnaît, en revanche, qu’ «on n’a pas du tout progressé sur la question des droits économiques, sociaux et culturels ». Ce 31 juillet, Thierry Fagart a levé le voile sur ses « satisfactions », mais aussi ses « frustrations » en laissant Haïti. Question : M. Fagart vous venez de passer plus de six ans en Haïti. Vous étiez là, on se le rappelle avec la Mission conjointe des droits de l’homme ONU/ OEA (MICIVIH) de 1998 et 2000. Vous êtes revenu en 2001 pour le compte de la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme pendant plus d’un an et vous venez juste de passer trois ans et demi à la tête de la Section des droits de l’Homme de la MINUSTAH : quel bilan vous faites de votre travail en Haïti ? Thierry Fagart : Ben, tout d’abord, il y a des choses qui sont extrêmement positives, il y en a d’autres qui le sont beaucoup moins. Or, en matière des droits de l’homme on est très exigeant, on trouve que les choses ne vont jamais assez vite, malheureusement. La construction institutionnelle qui est fondamentale pour le respect des droits de l’homme, en Haïti comme ailleurs, c’est nécessairement un processus long. On ressent certaines frustrations, dans la mesure où on aurait souhaité que les choses aillent plus vite. Je pense quand même qu’il y a eu des progrès, entre le moment où je suis arrivé et au moment où je m’en vais maintenant. Je ne nous attribue pas cette réussite parce que, la réussite, elle est avant tout celle du peuple haïtien, c’est la réussite du gouvernement constitutionnel et elle est aussi la réussite des ONG de défense des droits de l’homme haïtiennes qui ont travaillé sur toutes ces questions-là. Tous ensemble, on a progressé. On a progressé en tout cas très clairement au niveau des droits civils et politiques. On sent au niveau de la police qu’il y a moins de violations graves des droits de l’homme qu’on en a eues à une certaine époque. En matière de justice, les progrès sont plus lents mais les réformes en cours sont fondamentales. Je crois que l’on va dans la bonne direction. Ca, c’est le coté positif des choses. En même temps, il y a des choses qui sont extrêmement préoccupantes. Par exemple, la question de lynchage. On constate qu’il y a encore beaucoup de cas de justice expéditive. J’ai appris l’autre jour qu’un prêtre a failli être lynché pour avoir refusé de baptiser des enfants. Ce n’est qu’un exemple qui illustre le côté moins positif. Q : Mais qu’en est-il des droits économiques et sociaux, faisant également partie des droits de l’homme ? T.F : Il y a une chose sur laquelle on n’a pas du tout progressé -quand je dis on, c’est dans le sens global du termec’est justement sur la question des droits économiques, sociaux.et culturels : question fondamentale. Aujourd’hui, on a le sentiment que la majorité du peuple haïtien, non seulement ne vit pas mieux qu’elle ne vivait il y a quelques années, mais, pour le moment, vit plus mal encore. On a le sentiment que l’accès aux services sociaux de base est de plus en plus difficile, que l’accès à l’alimentation, l’eau potable, au minimum de soins de santé -je ne parle même pas de l’accès à l’éducation ou des choses de ce genres’est, pour le moment, encore plus dégradé que ça ne l’était à une certaine période. Et là, si je puis me permettre de faire une recommandation -sinon d’exprimer un point de vuec’est qu’il faudrait tous ensemble (communauté internationale et avant tout le peuple haïtien et ses représentants) qu’on travaille plus sur ces questions des droits économiques, sociaux et culturels. Il n’est pas acceptable, aujourd’hui, au XXIe siècle, alors que vous avez énormément de richesses étalées de la part d’une infime minorité de la population, vous ayez des gens qui ne soient pas en état de se nourrir : ce n’est pas acceptable ! On ne peut pas admettre que, parce que vous n’avez pas les 100 gourdes nécessaires pour acheter le petit médicament qui pourrait vous sauver, vous puissiez mourir d’une septicémie. Q : Quels sont à votre avis les grands défis qui restent à relever ? T.F : Une restauration de l’appareil d’Etat en matière de justice et de police pour mener à bien la lutte contre l’impunité ; la construction institutionnelle : avant tout, la mise en place des systèmes qui garantissent à un maximum de citoyens, le minimum de droits économiques sociaux et culturels auxquels ils sont en droit de prétendre. On ne peut admettre qu’en Haïti, des gens puissent mourir de faim ou mourir de manque de soins, ou que tant de femmes meurent en mettant au monde les bébés : cela n’est pas normal! Ce sont pour moi les grands défis. Q : Que retenez-vous de vos années d’expériences en Haïti ? T.F : C’était passionnant. Je ne suis pas venu par hasard en Haïti. Je suis revenu parce que c’est un pays que j’aime, un pays en lequel je crois. C’était important pour moi de revenir à un moment où je pensais comme beaucoup d’autres que peut être les choses allaient évoluer plus vite qu’elles l’ont été en réalité. Donc, beaucoup de satisfaction dans les relations que j’ai pu avoir avec nos amis et partenaires haïtiens ; beaucoup de frustrations aussi parce que je crois que les choses ne sont jamais ni blanches ni noires, elles sont toujours un peu grise : c’est la vie, c’est comme ça. Il y eu des moments de frustration. Par exemple, je ne suis pas tout à fait convaincu que le gouvernement de transition ait délivré ce qu’on attendait de lui. Il y a eu beaucoup de difficulté à l’époque. Grande politisation, dans le mauvais sens du terme, en matière de justice. Notamment l’utilisation, peu acceptable, de l’appareil de justice pour des règlements de compte politique : cela fait partie des choses négatives. En même temps, j’ai retrouvé ce que je connaissais déjà d’Haïti : des gens qui ont envie de se battre. Des gens qui, chacun de leur côté, chacun à leur niveau, essaient d’apporter leur pierre à la construction de l’édifice. C’est quelque chose qui est extrêmement positif. Le gouvernement constitutionnel a énormément fait de choses. Il a montré une volonté de construire, une volonté qui ne s’est pas démentie dans la durée : ça, c’est vraiment essentiel. Q : Estimez-vous que les Nations Unies peuvent contribuer davantage à la promotion et à la protection des droits humains en Haïti ? T. F : Moi, je crois que les Nations Unies font ce qu’elles doivent, ce qui correspond à leur mandat. Le progrès en matière des droits de l’homme, c’est, avant tout, l’affaire des Haïtiens. Il ne faut pas oublier que nous sommes ici, quand même dans un Etat souverain. On n’est pas là, comme le prétendent certains à tort, pour décider à la place des Haïtiens. Nous sommes là en appui. On est là pour, effectivement, aider Haïti à s’en sortir. Je pense que là où on peut continuer à aider, ce n’est pas tellement sur le terrain précis des droits de l’homme, c’est beaucoup plus large : la construction institutionnelle. Il faut que se constituent en Haïti des entités : justice, police, qui soient en mesure de faire respecter la règle de droit. Parce que, quand il n’y pas le respect de la règle de droit, il y a violation des droits de l’homme. Donc, la construction institutionnelle est absolument fondamentale. L’ONU participe beaucoup à cela. On sait que la MINUSTAH appuie la réforme de la police, la MINUSTAH appuie la réforme de la justice aussi bien que la réforme des prisons. Si déjà, dans quelques années, on peut arriver à un développement suffisant de ces institutions, il est évident que, corrélativement, on aura une baisse significative des violations des droits de l’homme. C’est sûr, on n’aura pas tout réglé. On ne règle jamais tout. Même dans mon pays, on a aussi des violations des droits de l’homme. Il ne faut pas penser, parce qu’un pays est développé et qu’il est connu pour sa tradition démocratique, il n’y existe plus de violations des droits de l’homme. Il y en a. La seule chose, il y a des mécanismes de contre pouvoir qui existe, des mécanismes de sauvegarde qui font qu’on ne peut pas déraper trop loin. En Haïti, on n’a pas encore ça. On n’a pas encore d’ONG qui soient suffisamment puissantes, on n’a pas encore une justice qui soit suffisamment puissante, on n’a pas encore une police qui soit suffisamment puissante, on n’a pas de syndicat ou une presse suffisamment professionnelles. Q : Quel regard portez-vous sur l’avenir d’Haïti ? T.F : Mitigé...Mitigé. Moi, j’ai de l’espoir. Depuis que je connais ce pays, c’est la première fois vraiment que je crois qu’il y a une vision à long terme. Et de la part des Haïtiens, et de la part de la communauté internationale, et surtout une bonne coordination d’Haïti et de la communauté internationale pour mettre en œuvre cette vision à long terme. Maintenant, ceci dit, cela reste fragile. On a vu ce qui s’est produit, il y a quelque mois, ce qui s’est produit au mois d’avril [les émeutes de la faim. ndlr] et malheureusement, les causes ne sont pas disparues et ça, c’est quand même assez inquiétant. On en revient à ce que je disais tout à l’heure, si on ne s’attaque pas aux vrais problèmes, aux problèmes, qui sont vraiment prioritaires, de respect des droits économiques sociaux et culturels, les causes de l’instabilité vont persister, avec le risque de voir ce qu’on a connu dans d’autres périodes. Souvenez-vous, on avait également de l’espoir lors du retour d’Aristide après la dictature de Cédras. A l’époque, on était sur la bonne voie : on a vu une nouvelle force de police qui se constituait, on a vu la mise en place de l’Office de la Protection du Citoyen, on a vu la mise en place de l’école de la magistrature, bref toute une série de choses qui allaient dans le bon sens. Et on a vu aussi, comment, après avoir fait trois pas en avant, on en a fait dix en arrière, en très peu de temps. On est obligé de tenir compte des leçons de l’histoire, même si l’histoire ne se répète jamais de la même façon. En tout cas, à date, il y a des éléments de crises qui existent. On a une crise institutionnelle qui me préoccupe énormément à l’heure actuelle : cette histoire de Premier ministre. Je trouve qu’il est assez irresponsable quand même qu’un parlement ne se rende pas compte qu’il y ait urgence à mettre en place un nouveau gouvernement. Il y le feu dans la maison ! Il est temps de l’éteindre pour éviter que toute la maison ne se consume. Q : Pensez-vous avoir perdu du temps en Haïti ? T.F : De mon point de vue : je n’ai pas perdu de temps en Haïti. Mais je crois que c’est aux Haïtiens qu’il faut poser cette question. Parce que ce sont eux qui peuvent dire si ce que j’ai pu faire ici a pu constituer une petite pierre dans la construction de l’édifice. Ca peut n’être qu’une toute petite pierre, mais est-ce que, au moins, je l’ai posée ...? Je ne me permettrais pas de répondre. Je suis revenu, sans ma famille, parce que j’avais envie de pouvoir contribuer, à mon très modeste niveau, à un progrès en Haïti. J’espère que j’ai réussi.

PAGE 15

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 15 SPORTSCommunity Shield Déjà un titre pour MUManchester United a remporté son 17e Community Shield en battant Portsmouth lors des tirs au but (0-0, 3-1 tab). Les Français de Portsmouth, Lassana Diarra et Arnold Mvuemba, ont tous deux raté leur tentative. Les Red Devils débutent ainsi leur saison avec un premier titre. MANCHESTER UNITED PORTSMOUTH : 0-0, 3-1 t.a.b. Le Community Shield n’est plus vraiment ce qu’il était. Des années durant, cette rencontre, entre le champion en titre et le détenteur de la Coupe d’Angleterre, ouvrait avec passion la saison et libérait les mordus de football que sont les Anglais. Même sans jamais vraiment déchaîner les foules, il offrait toujours du spectacle, des buts et annonçait souvent la forme des favoris au titre. Dimanche à Wembley entre Manchester United et Portsmouth, on était loin de tout cela. Un stade pas tout à fait plein, une confrontation fade, surtout en première mi-temps, des stars (Giggs, Scholes, Defoe, Crouch) pas à leur meilleur niveau malgré de la bonne volonté, mais surtout des absents (Rooney, Ronaldo, Carrick) qui ont beaucoup manqué. Sans relief MU, grâce à Tevez et Nani, a bien par moment rappelé ce qui fait de lui un double champion d’Angleterre et d’Europe, avec quelques beaux mouvements fluides, mais malheureusement mal conclus. Tevez (17e), Nani (40e et 41e) mais surtout Fletcher (35e), seul dans les six mètres après un centre de Nani, auraient d trouver l’ouverture pour United. Leur maladresse n’était cependant rien en comparaison de la médiocrité de Portsmouth, incapable de se créer une seule occasion. Hormis Lassana Diarra, encore le meilleur homme sur le terrain et dont le nom a été plusieurs fois chanté par les supporteurs de Pompey, l’équipe d’Harry Redknapp a été d’un bien faible niveau pendant toute la rencontre. Crouch a été inexistant, comme Defoe et Kranjcar. Et il a fallu que David James soit étincelant devant Fletcher, dont il a dévié la frappe sur la barre (49e), puis sur un tir de Tevez (70e). Le petit attaquant argentin, très actif, aurait mérité un penalty pour une faute grossière de Hreidarsson (74e) mais l’arbitre en décida autrement et le trophée se joua aux tirs au but. Un exercice dans lequel United excelle et dans lequel Lassani Diarra, Arnold Mvuemba et Glen Johnson ont failli.JO: l’Argentine et le Brésil se qualifient pour les quarts de finale PEKIN (AFP) L’Argentine et le Brésil se sont qualifiés dimanche pour les quarts de finale du tournoi olympique de Pékin, grâce à une seconde victoire consécutive pour chacun des deux grands favoris de la compétition. Malgré une domination extrême, les Argentins, tenants du titre, n’ont pu gagner que par la (76), face à des Australiens recroquevillés en défense. Messi a encore été le grand homme du match, comme contre la Belgique (2-1), et fut à l’origine de l’unique but du match, dans une combinaison avec Riquelme et Di Maria. Sergio Batista pourra faire souffler ses joueurs contre la Serbie mercredi prochain. Le Brésil de son côté a offert du grand spectacle en écrasant la Nouvelle-Zélande 5-0. Ronaldinho, atone contre la Belgique (1-0) jeudi, s’est réveillé: le capitaine des Auriverde fut impliqué dans chacun des buts de son équipe, et en a marqué deux lui-même (55 et 61), le premier sur coup franc, le second sur penalty. Les autres buts ont été l’oeuvre d’Anderson (3), Pato (34) et Sobis (90+3). Les Brésiliens pourront se reposer mercredi contre la Chine. plus petite des marges (1-0), sur un but de LavezziLyon s’offre une entrée en lice de championPARIS (AP) Le septuple champion de France, l’Olympique Lyonnais, a entamé en fanfare la défense de son titre en battant (3-0) Toulouse, dimanche soir à domicile en match décalé de la première journée du championnat de France de L1. Les Lyonnais ont ainsi répliqué à Bordeaux, leur dauphin de la saison passée et grand rival, qui la veille avait, lui aussi, débuté son parcours par un succès en dominant Caen (2-1) après avoir été mené. Pas de chance, en revanche, pour Marseille, autre postulant au podium, qui a été aux commandes à deux reprises à Rennes mais a dû finalement se contenter d’un résultat nul au terme de la rencontre la plus spectaculaire et prolifique de cette première journée (4-4). Déception également pour le Paris SG battu à Monaco (1-0) où il alignait pourtant ses deux recrues de choc Ludovic Giuly et Claude Makelele. Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de football professionnel, appelait de ses voeux un championnat plus offensif. Il aura été entendu puisque 24 buts ont été marqués au cours de cette journée et beaucoup de matches ont été âprement disputés. Au classement, Lyon se hisse déjà en tête grâce à une meilleure différence de buts et à égalité de points avec sept autres formations victorieuses samedi. Un peu en demi-teinte lors du Trophée des champions remporté aux tirs au but par Bordeaux il y a une semaine, les Lyonnais ont totalement rassuré pour leur première sortie en L1. Dominateur en première période, l’OL a vite ouvert le score sur un but de Jean II Makoun (11e) venu de Lille à Lyon à l’intersaison en compagnie de Claude Puel le nouvel entraîneur rhodanien. commencé à soigner ses statistiques en signant son premier doublé (58e et 66e). Bordeaux s’est fait peur pour cette première journée mais a réagi avec beaucoup de caractère et de force collective. Pris sur un contre de Benjamin Nivet en première période, les hommes de Laurent Blanc ont été menés une quarantaine de minutes avant de revenir. Venu du Milan AC ces dernières semaines le talentueux Yoann Gourguff a permis à son équipe de recoller au score. C’est ensuite, “Cavigol” -Fernando Cavenaghiqui a offert la victoire aux Bordelais à dix minutes de la fin. A quatre jours de jouer son match aller de tour préliminaire de Ligue des champions contre les Norvégiens de Brann Bergen, l’Olympique de Marseille a disputé une rencontre folle dont le score a pour lui des allures de défaite. L’OM qui se présentait dans une configuration très offensive avec ses deux recrues Hatem Ben Arfa et Bakary Koné en appui de Djibril Cissé et Mamadou Niang a d’abord été mené après l’ouverture du score d’Olivier Thomert, le premier buteur de la saison 20082009 de L1. L’OM a répliqué trois fois. C’est d’abord Koné puis Ben Arfa qui ont signé leur arrivée en marquant chacun un but puis Niang a permis aux Phocéens de mener 3-1 à la pause. En seconde période, le doublé de Thomert puis un but contre son camp de Steve Mandanda ont permis aux Bretons d’égaliser. Dans le temps additionnel, Elliot Grandin a redonné l’avantage à l’OM avant une nouvelle égalisation rennaise signée de Bruno Cheyrou. Le Paris SG qui veut faire oublier son flirt prolongé avec la relégation lors du précédent exercice, n’a pas réussi son entrée en lice. Après avoir dominé la première période, les hommes de Paul Le Guen ont craqué en seconde et encaissé un but de Frédéric Nimami. Cinq autres formations se sont imposées lors de cette première journée du championnat. Auxerre, Le Havre et Valenciennes ont gagné à domicile. Auxerre a difficilement dominé le promu nantais (21). Le Havre, autre promu, a signé son retour en Ligue 1 après cinq ans d’absence en battant Nice (1-0). Même score pour Valenciennes contre Saint-Etienne qui aura dominé en vain. Deux succès à l’extérieur ont émaillé cette reprise. La grosse surprise est venue de Grenoble qui pour ses retrouvailles avec l’élite 45 ans après sa dernière apparition en Division 1 est allé gagner (2-1) à Sochaux. De son côté, Lorient a gagné (1-0) sur le terrain du Mans qui doit se reconstruire après avoir perdu de nombreux titulaires à l’intersaison. La rencontre entre Nancy et Lille a été la seule de la journée a se conclure par un score nul et vierge. Les résultats Auxerre Nantes: 2-1 Bordeaux Caen: 2-1 Le Havre Nice: 1-0 Le Mans Lorient: 0-1 Monaco Paris SG: 1-0 Nancy Lille: 0-0 Rennes Marseille: 4-4 Sochaux Grenoble: 1-2 Valenciennes Saint-Etienne: 1-0 Lyon Toulouse: 3-0 En seconde mi-temps, Karim Benzema, meilleur buteur de l’élite l’an passé (20 buts), a Nouveaux médecins haïtiens diplômés à CubaP-au-P., 08 aout 08 [AlterPresse] — Plusieurs dizaines d’Haitiens font partie des 243 jeunes de diverses nationalités qui viennent de terminer leurs études de médecine à Santiago de Cuba (Sud). Ces jeunes ont reçu leurs diplômes la semaine dernière à l’Institut supérieur des Sciences médicales de la deuxième ville cubaine, a appris AlterPresse. Avec les diplômés cubains, ce sont en tout plus de 2 600 nouveaux médecins qui ont terminé leur formation cette année dans ce centre universitaire. L’Institut supérieur des Sciences médicales de Santiago de Cuba dispose actuellement d’une Faculté réservée aux étudiants de l’Afrique et de la Caraïbe francophones qui sont formés comme médecins dans ce centre grâce au système de bourses offertes par l’Etat cubain aux jeunes des couches défavorisées de nombreux pays. L’Institut supérieur des Sciences médicales (MEDECINS / p. 16)

PAGE 16

Page 16 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Sida: de nombreuses questions restent ouvertes après la conférence de MexicoEnfant participant à la marche contre le Sida (AFP) MEXICO La lutte contre le sida, avec trois millions de personnes sous traitement et beaucoup d’argent disponible, laisse ouvertes nombre de questions sur les coûts à venir, une prévention prometteuse et un vaccin toujours espéré, au terme de la conférence de Mexico. Cette 17ème réunion internationale sur le sida, qui se tenait pour la première fois en Amérique latine, a rassemblé pendant six jours quelque 24.000 délégués de plus de 190 pays pour plus de 600 débats ou réunions, sans compter les 80 conférences de presse pour les 2.000 journalistes. En clôture des débats, Michel Kazatchkine, directeur du Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, s’est félicité qu’aujourd’hui “des vies (soient) sauvées sur une échelle sans précédent”. “Dans le combat contre le sida, nous avons créé le mouvement le plus dynamique pour la santé et la justice que le monde ait jamais vu”, a-t-il souligné. Il a insisté aussi sur la nécessité impérieuse de respecter les engagements de financement, alors que 33 millions de personnes sont atteintes par le virus et que seulement 3 des 10 millions qui en ont besoin reçoivent un traitement. Les Nations Unies se sont engagées en 2006 sur le principe d’un “traitement pour tous” pour 2010. “Nous sommes profondément troublés que à moins de deux ans de la date fixée pour un accès universel, le G8 ait fourni seulement un peu plus du tiers des ressources promises d’ici 2010", a dit M. Kazatchkine. “Les pays doivent faire plus pour que le sida et la santé soit une priorité financière”, a-t-il souligné. De plus, une augmentation des coûts est à prévoir, avec le changement progressif de médicaments devenus inefficaces pour de nouvelles molécules et de nouveaux brevets. Pour certains responsables, il apparaît d’ores et déjà “improbable” que la communauté internationale ait les moyens de traiter Selon Seth Berkley, président d’un organisme américain de recherche sur le vaccin, le traitement à vie de ceux qui en auront besoin pourrait coûter quelque chose comme 90 milliards de dollars par an d’ici 2015, si rien ne change. L’Onusida parle de 54 milliards de dollars. Plutôt que des subventions annuelles, il faudrait des “financements pérennes”, estime JeanFrançois Delfraissy, directeur de l’Agence française de recherches. Certains ruent dans les brancards, tel Stephen Lewis, ancien envoyé spécial de l’ONU pour le sida en Afrique, qui reproche aux responsables leur “manque d’énergie” et leur “passivité”. Les chercheurs quant à eux estiment qu’ils n’ont “pas le choix” et qu’il est plus urgent que jamais de poursuivre la recherche sur le vaccin et les gels microbicides, qui n’a encore rien donné. La prévention pour tenter de supprimer le problème à la source, en combinant notamment plusieurs moyens -préservatifs, circoncision, échange de seringues, changement de comportements-, a été au coeur de la Conférence de Mexico. A cet égard, l’utilisation des anti-rétroviraux à titre préventif, dont le succès est avéré contre la transmission mère-enfant, suscite de nouveaux espoirs. Le Tenofovir, utilisé en post-traitement pour les personnels de santé qui se blessent, pourrait l’être aussi par ceux qui vont entrer dans une situation à risque. Les études n’ont pas encore abouti, mais les pronostics sont favorables. De nouveaux sujets sont arrivés sur la table de la Conférence, tels que la stigmatisation des homosexuels, qui touche aussi les pays d’Afrique et fait obstacle à la prévention, et les problèmes des enfants. (AFP) pendant toute leur vie tous ceux qui ont ou auront besoin d’antirétroviraux, le virus ne lâchant jamais prise. Sida: les enfants manquent encore de tests de détection et de traitementsMEXICO Les enfants, longtemps laissés pour compte dans la lutte contre le sida, manquent aujourd’hui encore de tests de détection et de traitements adaptés, ont souligné nombre de de participants à la Conférence internationale sur le sida de Mexico, qui s’achève vendredi. Les chiffres fournis pour 2007 par l’Onusida sont sans appel : 2 millions d’enfants sont infectés par le virus (1,6 million en 2001), dont près de 90% vivent en Afrique subsaharienne. 370.000 enfants de moins de 15 ans sont nouvellement infectés (450.000 en 2002), dont 90% par transmission de la mère à l’enfant. 270.000 enfants sont décédés. Ce qui n’a pas empêché le laboratoire BristolMeyers Squibb, au grand dam des associations, d’annoncer en mars qu’il cesserait fin 2008 la commercialisation de gélules d’Efavirenz particulièrement bien adaptées à l’usage pédiatrique, du fait d’un faible volume de prescription. La grande majorité des mères n’ont pas accès aux méthodes très efficaces de prévention de la transmission mère-enfant: sur 100 mères séropositives, 30 à 40 donnent naissance à des enfants infectés, selon les experts. Et sans traitement, “la moitié des enfants nés avec le VIH mourront avant d’atteindre l’âge de deux ans”, souligne le Dr Fernando Parreno, pédiatre pour Médecins sans frontières au Zimbabwe. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient d’imposer de traiter les bébés le plus tôt possible, et donc de les dépister rapidement. Problème: les tests sont “compliqués et chers”, disent les ONG, qui demandent des “tests rapides”. Quant aux traitements, les grands laboratoires ont eu du mal à s’y intéresser. “C’est le nord qui paie les recherches, et les pays du nord n’ont pas d’enfants séropositifs”, explique Benjamin Coriat, chercheur en économie de la santé. Faute de médicaments adaptés, on coupait en 2 ou 3 les médicaments pour adultes pour les donner aux enfants, comme le rappelle l’ancien ministre français Philippe Douste-Blazy, président d’Unitaid, un groupement spécialisé dans la fourniture de traitements pédiatriques. il existe un sirop sur le marché très ameret quelques trithérapies sous forme de pilule unique -qui conviennent seulement à un certain type d’enfants. De nouvelles formules devraient bientôt être disponibles. Au plan financier, chacun reconnaît qu’Unitaid a joué un rôle non négligeable en faisant qu’en deux ans le nombre d’enfants traités passe de 75.000 à près de 200.000. M. Douste-Blazy a annoncé à Mexico son intention d’en mettre sous traitements 100.000 de plus par an d’ici 2010. En ce qui concerne l’accompagnement, essentiel pour les enfants, les stratégies divergent. Le réseau américain JLICA défend le “transfert de revenu”, autrement dit une aide financière directe aux familles, sans passer par les ONG et leurs “consultants”. Car, dit Jim Kim, même si les médicaments sont gratuits, “le prix du ticket de bus empêche les plus pauvres des pauvres d’emmener leurs enfants aux centres de santé”. “Ils ont réinventé les allocations familiales”, grommelle David Goetghebuer, conseiller au programme Enfants-Sida de MSF, qui défend quant à lui un suivi en collaboration avec les communautés locales. Il reste encore, pour les enfants comme pour les adultes, à vaincre la stigmatisation et la discrimination. Dans la revue Llavecitas, réalisée par des enfants touchés par le sida en Amérique centrale, Angelical, une petite fille de 10 ans, confie : “Je ne veux pas dire que je souffre de “ça” parce que les gens vont moins m’aimer”. AFP Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update Department of Transportation 49 CFR Part 26 ESTABLISHMENT OF OVERALLDBE GOALFOR MDAD FOR FISCALYEAR 2009The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1, 2008 through September 30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups, community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A"level playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no discrimination against them. MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M. MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221. Les militants du Fonds Clinton offraient dans les campagnes des coupepilules pour faciliter l’opération. Aujourd’hui, de Santiago de Cuba a déjà accueilli des étudiants de 51 pays – essentiellement d’Afrique, d’Amérique (MEDECINS... suite de la page 15)Nouveaux médecins haïtiens diplômés à Cuba latine et des nations de la Caraïbe – depuis la mise en place de ce programme. Ce centre spécialisé d’études supérieures apporte aussi sa coopération aux Facultés de médecine de plusieurs pays.CONFERENCE MEXICO

PAGE 17

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 17Sida: les USA accusés de négligence envers les clandestinsMEXICO Arrivée séropositive dans un camp de détention pour clandestins aux Etats-Unis, Victoria Arenallo est morte deux mois après. Pour les défenseurs des droits de l’Homme participant à la 17e Conférence internationale sur le Sida, le cas de cette jeune Mexicaine illustre le manque d’humanité des autorités américaines de l’immigration dans la prise des détenus contaminés par le VIH. Sur quelque 30.000 prisonniers, Human Rights Watch, basée à New York, a recensé 14 cas, dont celui de Victoria Arenallo, dans lesquels des immigrants n’ont pas reçu les soins nécessaires de la part des Services de l’immigration et des douanes (ICE). La régularité du traitement est cruciale: en cas d’interruption, le virus rebondit et le système immunitaire s’effondre. A l’inverse, les personnes séropositives peuvent vivre en bonne santé dès lors qu’elles prennent leurs médicaments quotidiennement et que leur bilan sanguin est surveillé. Or le suivi est difficile à mettre en place pour les étrangers en attente d’expulsion, surtout dans des centres de détention surpeuplés. L’Immigration assure cependant que la sécurité des détenus fait partie de ses priorités. L’ICE se refuse à tout commentaire sur des cas particuliers en raison de la plainte déposée par Olga Arellano, la mère de Victoria. Bien que garçon de naissance et détenu avec les hommes, Victor, de son nom de baptême, se considérait comme une femme. L’avocat de la famille, Me Steven Archer, soutient de son côté que la jeune transgenre, âgée de 23 ans, n’a pas bénéficié d’une surveillance médicale adaptée après son arrestation pour conduite en état d’ivresse et sa remise aux fonctionnaires de l’Immigration en juin 2007. “Ils ne lui ont jamais donné le traitement adapté au diagnostic de Sida. Ils l’ont certes soignée pour une infection urinaire, mais même là, ils ne lui ont pas prescrit la dose suffisante. Ils n’ont jamais diagnostiqué sa méningite, alors qu’elle se plaignait de maux de tête, de sueurs et de douleurs généralisées depuis des semaines. C’est ce qui a fini par la tuer”, accuse Me Archer. “Son état était si avancé que le cerveau, le foie, les poumons, le coeur et quelques autres organes étaient touchés. Elle est morte dans de terribles souffrances.” Chaque année, les Services de l’immigration et des douanes dépensent près de 100 millions de dollars en services médicaux pour les détenus, notamment en frais dentaires, chroniques et psychiatriques. Selon un rapport des services de contrôle interne du ministère de la Sécurité intérieure, daté du 11 juin et relatif aux morts survenues pendant les détentions, les normes générales de l’ICE sont les mêmes que dans les centres des autres agences fédérales. Depuis leur création en 2003, les Services de l’immigration et des douanes ont enregistré 71 décès pour 1,5 million de détenus, et sept l’an dernier alors même que le nombre de détenus augmentait. Mais le rapport de la Sécurité intérieure recommande d’améliorer la prise en charge médicale des détenus et l’encadrement soignant dans les centres. Human Rights Watch estime pour sa part que les centres de détention de l’Immigration ne recueillent pas certaines informations essentielles au suivi des cas traitements prophylactiques destinés à prévenir les infections et n’assurent pas la continuité des soins lors du transfert des détenus HIV/Sida. Victor Manuel Serrato, 43 ans, a été expulsé en mai après avoir vécu 24 ans en Californie. Il affirme avoir averti les fonctionnaires de l’immigration de sa séropositivité lors de sa détention. “Je leur ai dit que j’avais besoin de mon traitement, mais ils ne m’ont rien donné”, déclare-t-il dans un entretien dans un refuge à Tijuana. Il a manqué presque une semaine de traitement jusqu’à ce que sa mère lui apporte ce dont il avait besoin au refuge. Dans le cas de Victoria Arellano, sa mère Olga n’a pas pu l’aider. “Victoria m’a dit, après un mois de détention, qu’elle n’avait toujours pas vu de médecin. Je lui ai dit que je pouvais lui envoyer plus de médicaments, mais elle m’a répondu qu’ils ne les lui donneraient pas. Ils lui donnaient plutôt du paracetamol.” D’autres détenus du centre de San Pedro, en banlieue de Los Angeles, ont crié “Hôpital! Hôpital!” quand la jeune femme a commencé à vomir du sang, d’après sa mère. Des camarades de sa fille lui ont aussi raconté qu’à un moment, un garde était venu et avait tourné du pied la tête de la malade vers lui pour ne pas la toucher. Quand la malade est devenue bouillante de fièvre et qu’elle n’a plus pu aller aux toilettes seule, un de ses compagnons a téléphoné à sa mère. “Il m’a dit que Victoria ne mangeait plus et qu’elle urinait du sang, mais que les fonctionnaires s’en moquaient”. Un responsable américain de l’immigration l’a appelée peu après pour lui faire part de la gravité de l’état de Victoria, et Olga Arenallo a passé trois jours au chevet de sa fille à l’hôpital. “Elle était enchaînée au lit par un pied, ce qui lui faisait mal quand elle essayait de se retourner”, raconte la mère en sanglotant. “C’était humiliant. Aucun être humain ne devrait avoir à vivre ses derniers jours de cette manière.” AP de VIH/Sida, ne mènent pas les traitements antirétroviraux jusqu’à leur terme, ne prescrivent pas les LOTRI PRÈ ANE FISKAL2008 POU ACHTÈ KAY POU PREMYE FWAYOBiwo Devlopman Kominotè ak Ekonomik Konte Miami-Dade (sig angle OCED) envite moun ki genyen ti revni ekonomik ak revni modere kap achte kay pou premye fwa vini aplike pou jwenn yon ipotèk sibvansyone atravè pwogram lotri prè Konte an. Yon achtè kay kalifye ki chwazi nan pwogram lotri prè an ap gen dwa resevwa yon ipotèk sibvansyone pou yon montan total $80,000 dola maksimòm, pou itilize nan acha nenpòt lojman abòdab, mezon familyal, "townhouse" oswa kondominyòm nan Konte Miami-Dade, ki a yon pri de vant maksimòm $225,000 dola. Kay la gen dwa yon nouvo konstriksyon oswa yon kay renove. Se pou aplikan yo rezidan Konte Miami-Dade epi pou revni yo pa depase 140 pousan revni mwayèn zòn la (Area Medium Income) dapre gwosè fanmi yo. Yon aplikan ki kalifye pa dwe te pwopriyetè kay pou omwens dènye twazan (3) ki pase yo; yo fèt pou yo genyen prèv ke yo swiv klas konsèy pou achtè kay la epitou se pou yo deja pre-kalifye pou yon premye ipotèk nan yon enstitisyon finansye. Aplikan yo ke yo chwazi bay lotri an fèt pou yo pare pou siyen kontra acha kay la nan 120 jou de dat yo resevwa lotri an. Ajans sa yo finanse pa Konte Miami-Dade pou yo bay achtè kay konsèy: 1. Miami-Dade Neighborhood Housing Services (305) 751-5511 2. Opa-Locka CDC (305) 687-3545, ext. 236 ak 238 3. Centro Campesino Farmworker Center, Inc.(305) 245-7738 4. Miami Beach CDC (305) 538-0090 Aplikasyon yo disponib sou entènèt la sou: www .miamidade.gov/ced Aplikasyon yo disponib tou nan lokal sa yo: € Biwo Distrik Komisyonè Asanble Komisyonè Konte € Team Metro Regional Office: (Tanpri rele pou mande ki biwo ki pi pre lakay w) Aplikasyon yo ranpli okonplè fèt pou soumèt pa lapòs a: Office of Community and Economic Development 701 N.W. 1st Court, 14th FL Miami FL33136 ATTN: Homebuyer Lottery Program Dat limit ap[likasyon an se 30 septanm 2008. Aplikasyon yo ki gen so lapòs ki make yon dat apre 30 septanm 2008 pap elijib pou lotri a. Northside (305) 636-2333 Kendall (305) 273-4116 Melrose (305) 638-6800 Northeast (305) 947-5376 South Dade (305)234-1499 Tamiami (305) 2222133 West Office (305) 480-1700 Northwest (305) 557-2172 au micro de plusieurs journalistes à Port-au-Prince, sur le crime perpétré contre son mari, Oblien Mésadieu, passager à bord d’un autobus qui faisait route vers Santo Domingo. Le chauffeur, avec insistance, lui réclamait son passeport muni d’un visa régulier, qui avait été déjà révisé à un poste de contrôle militaire. Face au refus du ressortissant haïtien, le chauffeur s’est emporté, l’a frappé et l’a abattu de plusieurs balles, devant témoins. Le 1er avril 2008, à la frontière d’Anse-àPitres/Pédernales, Lionel Momplaisir, 28 ans, a été la cible de Julio César, un agent du Corps dominicain Spécialisé (CESFRONT). Quelques instants auparavant, le ressortissant haïtien avait refusé une fouille irrégulière de la part du militaire dominicain qui, depuis Pedernales, a tiré en sa direction et une balle l’a atteint au cou. Au mois de mars, en l’espace de 4 jours, deux Haïtiens ont été abattus par des membres de la force publique dominicaine à Dajabon, ville frontalière limitrophe de Ouanaminthe. Il s’agit d’Anite Joazard, tuée le 24 mars et d’Antoine Jean, abattu le 28 mars. Le 22 janvier 2008, vers 9 heures du matin, un agent de la Police dominicaine, en poste à Elias Pina, a tiré dans le dos, un cultivateur haïtien. Ce dernier, Iloxène Antoine, 50 ans, a rendu l’âme, laissant une progéniture de 4 enfants. Le policier, Franklin Terrero, est le même qui est pointé du doigt dans le meurtre perpétré le 2 août 2008, sur le jeune haïtien Frantzy Grand-Pierre. Soulignons que ces cas correspondent aux crimes constatés et perpétrés devant témoins, en divers points frontaliers et sont loin de la réalité de la violence subie par des ressortissants-es haïtiens, loin des regards. La non-publication des rapports d’ enquêtes par la justice dominicaine voire l’absence de poursuites véritables ne font que conforter les auteurs de ces actes. Le GARR s’indigne du silence prolongé des plus hauts responsables de l’Etat face à cette multiplicité d’actes criminels commis contre des citoyens-citoyennes qui ne font qu’exercer leur droit à la libre circulation d’un pays à l’autre, consacré par la Déclaration Universelle des Droits de l’homme inscrite dans la Constitution haïtienne. Le GARR encourage les CommissionsAgressions à la frontière www.melodiefmhaiti.comEcoutez Mélodie Matin avec Marcus sur parlementaires spécifiques comme celles de la frontière, des Affaires Etrangères, des Droits humains, de la Justice et de la Sécurité publique à se prononcer sur ce dossier brûlant des relations haïtianodominicaines et engager un suivi adéquat, en vue de défendre le droit à la vie de chaque HaïtienHaïtienne. La frontière reste, sans nul doute, le premier baromètre des rapports entre nos deux peuples et cette région ne saurait être livrée aux violations constantes des droits de la personne, à l’impunité, à l’indifférence institutionnalisée, mais au règne de la loi et de la justice, selon les prescrits conjugués des législations nationales et des conventions internationales ratifiées par Haïti et la République Dominicaine. Lisane André Responsable de la Section Communication et Plaidoyer (GARR... suite de la page 9)VIH-SIDA

PAGE 18

Page 18 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2)LES JEUX Port-au-Prince, le 8 août 2008 (AHP) Le président de l’Association des Economistes Haïtiens (AEH), Eddy Labossière, a fait savoir dimanche que la crise gouvernementale en Haïti a déjà entrainé un déficit d’environ 3 à 4 milliards de gourdes dans le trésor public et fait perdre d’énormes opportunités. Le vide gouvernemental a également occasionné un déficit budgétaire de plus de 700 millions de gourdes, a-t-il encore fait savoir. Le pays fait face à un vide gouvernemental depuis plus de 3 mois après qu’un groupe de 16 sénateurs eut décidé de renverser le gouvernement de Jacques Edouard Alexis sous prétexte qu’il était responsable de la crise alimentaire et de la flambée des prix ayant provoqué des manifestations de rues début avril. Selon M. Labossière, l’Administration Générale des Douanes (AGD) qui envisageait d’entrer environ 30 milliards de gourdes pour l’exercice fiscal a été obligé de procéder à une révision à la baisse, à moins de 2 mois de la fin de l’exercice. Les réserves sont passées de 350 millions de dollars à environ 200 millions et la pression fiscale de 12% à entre 8 et 10%, a-t-il indiqué. L’économiste a souligné qu’en raison des hausses continues des prix des produits de première nécessité, des produits agricoles et des produits pétroliers sur le plan international, la résolution de la crise sociopolitique ne sera pas chose facile en Haïti. Il exprime le souhait que des mesures urgentes et sérieuses soient adoptées en vue du redémarrage du pays et de l’amélioration des conditions de vie des citoyens dont le revenu journalier est inférieur à 2 dollars américains. Le président de l’AEH a d’un autre côté invité les responsables des partis politiques à comprendre l’urgence de l’heure afin de placer les intérêts du pays en première position. Selon Eddy Labossière, les partis politiques seront plus performants en dehors du pouvoir étant donné, a-t-il expliqué, que leur intégration dans le gouvernement peut créer des frustration et empêcher le bon fonctionnement de la machine. Les discussions se sont poursuivies au cours du week-end. Et les partis politiques ayant conditionné leur vote à une présence substantielle dans le prochain gouvernement, devrait réviser leurs prétention à la baisse. Selon des sources dignes de foi, les quotas pourraient être accordés proportionnellement à l’importance de la présence d’un parti au parlement. C’est la plateforme Lespwa qui est la mieux représentée au parlement. Elle est suivie de l’Organisation du peuple en Lutte (OPL) et de la Fusion des sociaux démocrates. C’est la Fusion qui compte le plus grand nombre de dissidents. AHPLa crise gouvernementale a déjà fait perdre 3 à 4 milliards de gourdes au trésor public Aucune investigation n’est conduite dans la plupart des cas. Et si cet acte qualifié de miracle était plutôt un drame au sein d’un couple, dont le bébé a été volé? D’auant plus dans un pays où les enlèvements d’enfants sont devenus coutumiers.Conflit Claudy Gassant-Commissaire Frantz GeorgesCette brutale remontée du kidnapping coïncide avec un nouveau conflit opposant le chef du parquet de Port-au-Prince (aujourd’hui démissionnaire), Claudy Gassant, au commissaire de police de Pétion-Ville, Frantz Georges, le premier ayant été traduit en justice après avoir émis un mandat d’amener contre le second à la suite d’accrochages et de dérapages verbaux en cascade.Assad Volcy demande des éclaircissements à la PNHAucune évidence de l’implication du véhicule du responsable du Bureau de presse de la Présidence dans une affaire de kidnapping. Qui plus est, aucun enlèvement d’enfant à Bois-Moquette, dans la soirée du mercredi 30 juillet, n’a été signalé dans le cadre de l’enquête ordonnée par le Parquet du Tribunal civil de Port-au-Prince sur l’implication présumée du véhicule du responsable du Bureau de presse de la Présidence. Aucune déposition relative à un enlèvement survenu ce soir-là dans ce quartier n’a été non plus enregistrée, ni par la police, ni par la justice, selon des sources proches de l’enquête. Assad Volcy parle de préjudices moraux causés à sa famille et à sa personne par cette affaire et souhaite voir la police apporter publiquement des éclaircissements sur cet incident.

PAGE 19

Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Syto Cavé / Sito Kave : Salouve m’ape salouwe-wak Max Manigat* Nan Patamouch. Etimoloji – Literati – Repòtaj (2007) mwen te salouwe : “ Syto Cavé, powèt, konpòz ki renmèt nou Mwen soti Pòs Machan, dramatij, otè Ki mò k tiye lanprè, younn nan pi gwo ekriven kreyòl jenerasyon nou-an.” p. 246 Kèk senmenn pase (Ti Gout pa Ti Gout 25.06.08 #22) mwen te pibliye chante Pòs Machan-an epi mwen te pwomèt nou pou m’ ekri de mo sou Sito. % Sito Kave1 fèt Jeremi, an 1944. Apre etid-li nan Seminè Sen-Masyal (Petit Séminaire-Collège Saint-Martial) ak Lise Pétion, Pòtoprens, li enskri nan Conservatoire d’Arts dramatiques kote li rete 4-an ap etidye sou direksyon Gabriel Imbert. Apre etid sa-yo, li fonde avèk CharlesAlexandre Abellard ak François Latour, Société des Messagers de l’Art, youn gwoup ki li pwezi franse ak kreyòl nan radyo epi tou ki jwe teyat sou sèn. An 1968, li pran egzil Nouyòk. Se nan vil saa li asosye avèk kèk lòt Ayisyen an egzil : Georges Castera, Jacques Charlier, Hervé Denis, Daniel Huttinot, Josaphat-Robert Large, Jean-Marie Roumer pou fonde Twoup teyat Kwidò / Kouidor. 1982 : Sito tounen Ayiti. Trapde, an 1983, li fonde avèk Cayotte Bissainthe, Hervé Denis, Lyonel Trouillot, Pierre-Richard Narcisse : Atelier des Arts et Spectacles (ADASA) nan Pòtoprens. An 1989, li monte youn lòt twoup teyat : Vigie, avèk Toto Bissainthe. % Syto Cavé ekri plis pase youn douzèn pyèsteyat an franse ak an kreyòl. Yo kontinye ap jwe yo an Ayiti, Ozetazini, an Frans, Matinik, Gwadloup. Se pa ekri ase l’ap ekri, li fè mizansèn pyès pa l’yo anplis pyès lòt otè kankou : Simone SchwarzBart (Ton beau capitaine, 1985-86), Ina Césaire (Rosanie-Soleil, 1987-88) ak Claude Innocent (Ce fou d’empereur, 2000). L’ap viv Petyonvil kote li kontinye ekri epi okipe teyat. Men lis zèv Sito : Pyès teyat an franse : Mémoires d’un balai, 1971. La parole des grands fonds, 1973. Le chiffre sept, 1974. Quelle mort tua l’empereur, 1975. Les chants de Mélanie, 1977. Théodora, 1977. Telcide et Duréna (Telcide ak Duréna), li ekri avèk Régine Charlier, 1978. L’Amiral. Maître Carré. 1989. Songe que fait Sarah, 1990. On m’a volé mon corps, 1994. Teyat an kreyòl : Kavalye polka, 1984. Brakoupe, 1987. Pièce publiée dans Conjonction 207 (2002): 56-73. Mèt Katye. 1998. Kasèt : Lapèsòn : poèmes, chansons et récits créoles interprétés par l’auteur, 1994. (53 minit) Endnotes) * Max Manigat se otè : Mots créoles du Nord’Haïti. Origines – Histoire – Souvenirs (2007) ak Patamouch. Etimoloji – Literati – Repòtaj (2007). Li ganyen : Patamouch 2. Literati – Nòt Etimolojik – Nòt Istorik Nòt Leksikografik – Repòtaj, nan kouti. 1 ransèyman byografik sou Sito Kave yo soti nan sitwèb www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile. Se Pwofesè Thomas C. Spear ki anchaje sitwèb-la. M’ap di pwofesè-a : gremesi!Syto Cavé : moso pawòlak Michel-Ange Hyppolite* Mwen dekouvri Syto Cavé nan ane 1994 apati sèten nan tèks li yo ki parèt sou youn kasèt ki rele Lapèsòn. Depi jou sa-a, non Syto pran van nan syèl bèbèl, mwen kreye pou powèt imajis, ki ap monte apik ak bèl vonvon pou gwonde amoni epi dekore espas apresyasyon-m. Lè ou tande, oubyen li youn powèm Syto Cavé, ou ka reve je klè, pwomnen san deplase epi rantre nan banbòch ak fanm ou pa janm wè, ni touche. Pou youn mounn rantre nan mistè pawòl ki nan powèm Syto Cavé, li dwe rale chak lide ki prarèt nan divès liypweziyo ( tranch pawòl) rantre yo nan moul reyalite lavi-a, jouk vapè yo louvri pòt juisans li epi rantre an chatpent nan divès etaj pasyon-l. An n’li youn segman pwezi Syto Cavé ki parèt nan paj 181 – 182 Istwa pwezi kreyòl Ayiti, 2000 ak Michel-Ange Hyppolite : Tou pre youn rèv lanmou Youn bèl fanm tan lontan Youn pli papiyon ble T’ap jwe nan cheve-l Youn pli papiyon jòn Vin antre nan je-l Youn pli papiyon wòz Kòmanse vole Ant limenm avè-m Yo trese riban Ant limenm avè-m Yo konstui youn pon Ant limenm avè-m Youn pon tout koulè Pou ede-m monte Rive jouk nan je-l (Syto Cavé, 1994, nan «Lapèsòn», kasèt chante ak pwezi) Nan segman tèks nou sot li la-a, ki rele «Pandan m’ t’ap mache», nou jwenn youn fanm, youn fanm ki pa sanble ak tout lòt fanm, ki vin konble juisans Syto. Tèks-la ekri sou fòm youn pwomnad, kote Syto Cavé rasanble divès kalite senbòl lakay, pou li rale lektè-a, andyoze-l, pran li antay dous, epi mennen li sou pon kote,limenm, Syto Cavé, pral kontre bab pou bab ak lapli, kòm kontraryete epitou kòm senbòl. Poudcham Syto simen pou nou nan tèks sa-a parèt nan divès koulè papiyon yo ( ble, jòn, wòz), nou ta di divès faz youn fui pase anvan li pare pou li vare sou apeti nou. Lè nou te fin li tèks sa-a, nou te di : « … cham imajis ki nan tèks-la kreye youn dousè prentan, fon, byen fon nan lespri nou.» ( Istwa pwezi kreyòl Ayiti, 2000, ak Michel-Ange Hyppolite) Atirans Syto Cavé-a mete nan kreyasyon tèks sa-a parèt tou nan aksyon trese riban-an, aksyon ki mache ak plezi deplasman byen kowòdone, chante, danse, jouk riban tout koulè sa yo rive nan youn pwen, kote yo pral kreye pon pou fasilite deplasman Syto rantre, tabli kadav kò-l nan kò fanm tan lontan sa-a, ki se anmenm tan youn fanm nèf. Konsa Syto di : Yo konstui youn pon Ant limenm avè-m Youn pon tout koulè Pou ede-m monte Rive jouk nan je-l Si pami senk sans nou yo, nan «Marabou de mon cœur», Emile Roumer te sèvi ak sans nou rele gou-a, nan «Pandan m’ t’ap mache», Syto Cavé te sèvi ak sans ki rele je-a. Nan «Pandan m’ t’ap mache» Syto t’ap ponmennen epi je-l te ap selebre plezi-l ak divès kalite papiyon nan mitan youn tan lapli. Pandan m’ t’ap reve Pandan t’ap monte Laplui pran tonbe Tout rèv mwen mouye (Styo Cavé nan kasèt Lapèsòn 1994, in Istwa Pwezi kreyòl Ayiti p. 192) «Pandan m’ t’ap mache» se youn parad koulè. Youn paradi pou je. Nan konstriksyon tèks-la, youn lektè atantif ka ramake mounn ki ap ekri li-a te pran san li pou li mache tou dousman, paske nan kòmansman, liypwezi yo ( tranch pawòl-yo) te pi lonng pase nan fen tèks-la. Pi fò liypwezi ( tranch pawòl), ki soti nan ren tèks-la rive nan finisman-l, gen senk silab, alòske nan kòmansman tèks-la, tanto liypwezi yo te gen sis silab, senk silab epi plis pase sis. Konsa, plis otè-a ap mache, se plis li pran gou. Li ale pi vit. Pa li yo vin pi dri. Se tankou pwomnad-la ap pran degre. Li monte grad. Li pouse zèl, jouk lapli-a bare otè-a epi rèv li mouye. Mwen di Syto Cavé fè nou plezire san nou pa deplase, paske mo kou lapli, trese riban ak divès koulè papiyon, tankou lakansyèl, bèl fanm tan lontan ki toujou kanpe nan youn kafou, pòtre youn lanp pre lanmè, elatriye tout se grap eleman ki garanti fòs plezi Syto pote pou lektè li yo. Nou vle di, lektè ki abitye jwenn juisans nan mo, apati divès sans yo genyen ansanm ak sansasyon yo ka kreye nan lespri lektè-a, pandan li trase chema ak mo sa-yo nan imajinasyonl. _________ * Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj) Manm Sosyete Koukouy Kanada michelangehyppolite@rogers.com ========================Lavil Nouyòk leve Kreyòl anlèLavil Nouyòk mete Kreyòk kòm younn nan sis lanng tout biwo administratif li-yo dwe aksepte. Soti depi dat dekrè-a pibliye, fòk nan chak biwo ganyen youn anplwaye ki pale kreyòl pou sèvi sitwayen ki vin regle afè ki enpòtan pou yo. Konsa, si w’ pa maton an angle se dwa-w pou pale kreyòl epi pou jwenn youn anplwaye pou ede-w. An n’ di ou ale nan biwo klèk (clerk) Nouyòkla pou mande youn pèmi maryaj men ou pa pale angle. Lavil-la mande pou ganyen youn anplwaye ki pale kreyòl ki pou asiste-w nan demach sa-a. Sosyete Koukouy bat bravo pou desizyon saa. Gwo peyi dakò lanng se zouti kominikasyon ; se pou sèvi avèk yo san w-pa bezwen wont pou regle bagay serye. ========================SEYANS F"MASYON POU MANM BIWO KILTIRÈL SOSYETE KOUKOUY MIYAMIYoun seri seyans travay fòmasyon ak plis pase 20 òganizasyon ak atis nan kominote miyami-an, pou manm H.A.N.D ( Haitian Artists Network Development). Seminè travay sa yo s’oun inisyativ Sosyete Koukouy. Konpayi Sheila Austin & Associates ki se youn ekip teknisyen nan kozman kiltirèl montre oganizasyon sa yo kijan pou yo vin legal, kijan pou leta rekonèt yo epitou kijan pou yo fè aplikasyon pou sibvansyon. H.A.N.D sou lobedyans Sosyete Koukouy ki resevwa otorizasyon nan depatman zafè kiltirèl nan Miami-Dade ap ede atis sa yo devlope. Li bay yo direksyon, konsèy teknik ak finansye. Samdi 8 Dawou se te toupa biwo kiltirèl Koukouy-la pou li t’al pran youn seyans fòmasyon pou ranfose baz-li. Nan langaj atistik la, yo di <>. Te gen 40 koukouy ki te akonpaye direktè yo e ki te pran gwo bato Sea Escape pou youn reyinyon espesyal sou lanmè. Apre kolasonn, yo fèmen depi midi rive jouk 5-è nan apremidi ap pale, diskite prepare pwogram sou kijan pou korije erè yo te fè e kisa pou yo fè pou y’ avanse. Yo retounen deside fòk pa plis pou Mouvman Koukouy la ki gen 42 ane vin pi fò, pi solid pi djanm. Konpliman pou Jan Mapou, Kiki Wainwright, Nancy St. Leger, Yanouwi (Weislande Cesar), Camille Derenoncourt (responsab Koukouy Homestead envite espesyal) Rose Bleus, Ernst Julmeus (Degoutan), Jeanette Gregoire-Registre . 2 Vis-prezidan yo : Teacher Carline ak Ernst Registre pa te la akoz yo pa te nan Miyami). (JM)

PAGE 20

Page 20 Mercredi 13 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 29 BEAUTES DE CHEZ NOUS Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 Une Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida 2009Média-Mosaïque, 7 Août 2008 Floride Il s’agit de la belle Anastagia Pierre qui vit à Plantation, dans l’État de Floride. Elle a reçu sa couronne des mains de Jessica Rafalowski qui la détenait à titre de Miss Florida USA 2008. Âgée de 19 ans, la nouvelle reine de Floride, Anastagia Pierre, doit représenter son État natal dans le cadre de la compétition Miss USA 2009. La phase finale se déroulera en avril 2009. Anastagia Pierre est une jeune étudiante. Pour l’heure, elle fréquente l’Université de Nova Southeastern, dans la localité de Davie (Floride) où elle projette d’obtenir son diplôme d’assistante-médicale. Tout s’est déroulé le samedi 12 juillet. Pour prononcer le verdict, le jury s’est basé sur plusieurs critères. Les jeunes femmes ont été évaluées notamment au niveau de leur personnalité, leur tenue en maillot de bain, leur apparence ou démarche en robe de soirée. Source Media-Mosaïque (photo www.jjaugustin.com)Port-au-Prince: Les candidates au concours Vidéomax