Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















P.M. RATIFIE

Entre l'impatience de la population


ic e D. Pierre Louis (www jjaugustin.co)
Michkle D. Pierre Louis (wwwj/'augustin.com)


Et les exigences des partis
PORT-AU-PRINCE, 2 Aoft Qu'est-ce qui
a fait r6ussir Michele Duvivier Pierre-Louis 1h oo ses
deux pr6d6cesseurs ont 6chou6 ?
Le premier choix du Pr6sident Ren6 Pr6val,
Mr. Ericq Pierre (repr6sentant d'Haiti depuis plusieurs
ann6es auprbs de la Banque interam6ricaine de
d6veloppement), a pu paraitre trop sir de son affaire,
surtout aprbs avoir obtenu imm6diatement la ratifica-
tion du S6nat. Son comportement envers la Chambre
des d6put6s (du moins tel qu'il est apparu lors de la
conference de presse qui a suivi son rejet) laissa percer
une certaine arrogance.
Le second premier ministre d6sign6, Robert
Manuel, ex-secr6taire d'Etat A la s6curit6 publique de
Mr. Pr6val et son directeur de campagne lors des
dernires pr6sidentielles, laissa une impression d'6tre
totalement perdu une fois hors du petit cercle des
hommes du Pr6sident. Un apparatchik.
La campagne de Mme Michble Pierre-Louis
a tir6 des lemons de tout cela. D'autant qu'elle s'est
trouv6e devant des embfches peu ordinaires. Et d&s le
depart.
(PM RATIFIE / p. 4)


L 'opposition la plus virulente au choix de Michele
D. Pierre-Louis vient de la stnateure Edmonde
Bauzile Supplice qui afait abstention au vote
de ratification et dont 1 'absence avait emppcht la
stance de se tenir la veille (photo Georges Dupt)


Une alliance etudiants

- secteur populaire

est-elle possible ?


PORT-AU-PRINCE, 3 Aoftt
- Alliance 6tudiants-secteur
populaire. On en parle. A coups
d'interviews a la radio. Sous forme

'~ i ..."* ^ A .^.^


peuple sinon sous la plume de
quelques intellectuels exalts Ou de
populistes combinards ...
En tout cas, on n'en connait


w -I 9 n


ai-iti W^g.^iiwe^g^^f .^fi""O Oejii~i~? _ ^^^^^^^^^^


r Syr
from


jhted MaterialI
ated Content
nmercial News Provic


de compte rendus de d6bats publics
organisms entre les deux secteurs.
Il se dit que le projet est
encourage par le pouvoir en place.
Cela lui procurerait une base
populaire propre (oui, bien A lui) qu'il
n'a pas pour l'instant.
Mais cela a-t-iljamais exist
une quelconque alliance 6tudiants-


aucun exemple de m6moire d'haitien.
En Haiti, on devient 6tudiant
dans l'espoir d'6chapper A son destin
de damnn de la terre, selon l'expression
de Frantz Fanon.
C'est du moins l'espoir des
parents qui triment pour envoyer leurs
gosses 1l'6cole avec l'espoir qu'ils
(voirALLIANCE / 10)


La pauvret6,

notre seconde nature


PORT-AU-PRINCE, ler
Aoft Autrefois (nous voulons dire
dans les ann6es 40-50) pour d6couvrir
des pauvres, on devait aller loin de
chez soi, A l'6glise St Antoine, sur la
butte du Poste Marchand, ou avec sa
maman on allait distribuer du pain et
du caf6 aux pauvres-aveugles.
Ou le 2 novembre au
Cimetibre ou le vendredi saint A
Calvaire-Miracle.


Les temps ont bien change.
Aujourd'hui nous ne sommes pas
seulement le pays le plus pauvre du
continent. Mais nous le sommes tous
pauvres, tous et chacun de nous. Car
cette 6pithdte de pauvret6 nous colle
A la peau partout ou nous allons.
Que vous preniez l'avion A
Miami et que dans un coin se trouve
un petit groupe de compatriotes
(PAUVRETE / o. 6)


S- I -


Livraison d'argent a domicile Appelez sons frois:
en moins de deux heures USA/Canada:
CAM Pickup, le plus grand r4seau de la R4publique. 1-800-934-0440


* Dep6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande varit6 de products alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Hadii: 800-256-8687
www.comtransfer.com
Apwtk. po In ua cct bMhdekn de
New Tok. New Jeitey, Conc"Hut. IRhode Isbnd
Massactndmis, Wshlnghwn C GcDGIe et Flode.


Manifestants anti (a gauche) et pro-Aristide pendant les &venements
de 2003 2004 (photos Thony BNlizaire)









Page 2


I EN PLUS...


Mort de Dadou Berrouet,

temoin d'une epoque ...


PORT-AU-PRINCE, 30
Juillet Samedi s'est 6teint l'un des
rares survivants d'une 6poque encore
importante de notre histoire : 1946-
1957. De ce qu'on a appel6 la
<< rvolution de 1946 >> l'arriv6e au
pouvoir en 1957 de Francois Duvalier,
ouvrant une dynastie de prbs de trois
d6cennies.
Edouard Berrouet,
surnomm6 Dadou, est mort a prbs de
95 ans. II avait &t6 un jeune
compagnon de Francois Duvalier dans
les anndes 40-50. II a port l'uniforme
VSN, commundment appel << tonton
macoute. >> I a 1 t
assistant
commandant a Fort
Dimanche qui a td la
prison secrete (la
Bastille) du regime
oi des milliers
d'opposants ont
perdu la vie. I1 sera
plus tard ministre de
l'int6rieur et de la
defense nationale, et
ministre de
l'agriculture sous le
gouvernement de
Jean-Claude < Doc >> Duvalier.
Pourtant la
chute du regime
Duvalier en f6vrier
1986 n'a entraind
aucun empechement
particulier pour
Edouard Berrouet, L'agronome
dit Dadou. I1 n'a pas
gagn6 l'exil. I1 circule tout seul dans
les rues. II a continue vaquer
normalement a ses occupations au vu
et au su de tous. Les gens lui
t6moignent le meme respect et meme
au fur et a mesure presque de
l'affection. Au fur et a mesure que le
pays s'est mis a replonger dans les
memes travers qu'autrefois.
Cela est dfi au fait que Dadou
a toujours laiss6 le sentiment d'etre un
homme de conviction. Pas un homme
de pouvoir. Voire unpoliticien. I1 s'est
toujours voulu (nous a-t-il dit l'annde
demiere dans une interview) un simple
militant duvali6riste. I1 n'a jamais
sollicit6 de haute fonction sous Papa
Doc (il est agronome de profession)
et ce dernier savait aussi que ce n'6tait
pas son ambition.
Sa carribre de haut
fonctionnaire, ce sera sous le fils. Et
on ne pense pas qu'il ait fait fortune
alors que c'est l'6poque oi se sont
constituds les comptes en banque
suisses les plus lourds que l'on sait.
Comment un Edouard
Berrouet peut-il 6tre duvali6riste ?
La question l'6tonne. Que
pouvait-il 6tre d'autre en 1957, vous
r6pond-il ? Ni un d6joiste (de Louis
D6joie). Mulatre lui-meme, il savait
trop ce qui divisait ce milieu de la
grande majority, pour en 6pouser la
cause.
Jumelliste ? Clement
Jumelle avait &te le puissant ministre
des finances du gouvernement du
G6ndral Paul Eugene Magloire, ce
meme g6ndral qui avait renvers6 en
1950 le president Dumarsais Estim6,
or avant d'etre duvali6riste on avait
&t6 estimiste en ce temps-l.
Fignoliste ? I1 ne croit pas
dans le populisme sans une solide
intelligentsia a sa tete.
Dadou Berrouet a donc et6
duvali6riste, affirme-t-il, presque par
la force des choses.
Mais 6tait-il oblige de le
rester au vu des exactions et des
crimes du regime ?
La il sourit comme pour vous
dire : patience mon bonhomme, vous
ne connaissez pas encore
suffisamment ce pays !
Depuis samedi, Dadou
Berrouet a rejoint dans l'au-dela son
ami et mentor Papa Doc.


Que doit-il se passer entre
eux ? Sont-ils en train de rigoler dans
leur tombe en nous voyant aux prises
avec les memes demons contre
lesquels ils s'6taientbattus en 1957 ?
Ou au contraire de pleurer de rage
devant notre impuissance, ou pis
encore notre inconscience.
PrMs de 30.000 morts ; un
pays totalement d6truit et on n'a
toujours rien appris.
Mais cela ce n'est qu'un
aspect de la question. Un aspect
cependant a ne pas ndgliger puisqu'il
existe aujourd'hui, en effet, une


e Edouard Berrouet dciddi a 94 ans
certaine nostalgie de l'Yre de Papa
Doc, que les nouvelles g6ndrations
s'imaginent un chef d'Etat et un vrai,
capable de r6tablir l'ordre quel que
soit le prix a payer mais la finjustifie
les moyens. Meme si la fin c'est la
paix des cimetibres. Capable
d'affamer la population sans aucun
6tat d'Ame, mais aussi d'imposer sa
volont6 envers et contre tout, a travers
le maillon d6licat du rapport
international des forces beaucoup plus
puissantes que sont tant6t le dictateur
dominicain Trujillo, tant6t le Vatican
ou meme Washington sous le president
Kennedy, tant6t Fidel Castro etc ...
Le milicien Dadou Berrouet
a &te le t6moin de tout cela. Mais ce
qui l'a sans doute le plus marqu6 c'est
la violence de la campagne 6lectorale
de 1957 et la p6riode succ6dant a la
victoire de Duvalier quand celui-ci va
d6clencher de son c6t6 le maximum
de violence pour mAter le pays et
installer sa dictature a vie.
Mais le militant duvali6riste
Dadou Berrouet le voit tout a fait
differemment de nous. A son avis,
Duvalier a sauv6 Haiti en la sortant
de sa manibre sauvage de concevoir
et de faire la politique. Sauvage,
tribale, 6goiste.
Disons, tout a fait ce que
nous vivons encore en ce moment.
H6las.
Avant sa mort survenue
samedi (25 juillet), Dadou a dfi plus
d'une fois penser que seul Duvalier
avait raison.
Comme beaucoup d'entre
nous aujourd'hui. M6me pour certains
a leur cceur defendant.
Mais le hic, c'est que cela ce
n'est qu'un aspect de la question.
Le second aspect c'est que
c'est le duvali6risme qui est aussi
responsable de ce que nous vivons en
ce moment. Et un Dadou Berrouet, en
particulier.
Oh, loin de nous l'intention
de reprocher au duvali6risme tous les
malheurs actuels du pays. Nous avons
eu deux d6cennies pour r6parer les
erreurs de ce regime. Nous n'avons
fait au contraire qu'en rajouter.
La question n'est plus 1a. Ca
suffit.
Non, le moment capital s'est
jou6 pendant la deuxibme moiti6 des
(DADOU/ p. 6)


EN BREF ...


Mercredi 6 Aofit 2008
1 Haiti en Marche Vol YXIT N 28


Problmes dans la distribution des engrais aux agriculteurs
Le sac d'engrais a &t6 fix6 a 500 gourdes, ce qui repr6sente une
aubaine pour les cultivateurs qui le payaient trois fois plus cher.
Malheureusement les sp6culateurs se sont rapidement empar6s de cet
engrais. Par exemple les paysans de Furcy doivent descendre a Kenscoff
et ils payent le sac 600 gourdes, soit 100 gourdes plus cher que le prix fix6.
Mais ce n'est pas tout. Ce qui est encore plus r6voltant c'est que
certains de ces sp6culateurs achetent le sac a 500 gourdes et vont le
revendre en R6publique dominicaine voisine. Ils
arrivent a traverser la frontibre avec leur chargement d'engrais peut-etre
en arrosant ceux
pr6pos6s a la surveillance du trafic frontalier.
Le President Hugo Chavez a offfert 8.500 tonnes d'engrais a Haiti.
Mais les besoins des agriculteurs haitiens sont de l'ordre de 30.000
tonnes par an. Aussi le secr6taire d'Etat a l'agriculture, Joanas
Gud, indique que l'importation de 40 000 tonnes d'engrais s'inscrit
dans le cadre des efforts du gouvemement pour relancer la production
agricole nationale. "
Joanas Gud a annonc6 sur une radio de la
capitale que 4.500 tonnes d'engrais seront disponibles a partir du
lundi 4 aofit sur le march.

Des inondations meurtrieres laissent une poussiere rouge A
Saint-Marc
Une semaine apres des inondations ayant fait 7 morts a Saint-Marc, le
samedi 26 juillet, la boue laiss6e par les eaux en furie s'est
transformed en une poussibre d6sagr6able de couleur rouge. Environ 15
quartiers de la cit6 de Nissage Saget ont et& touches par ces
inondations, transformant le centre
ville en un veritable chantier, notamment au niveau de la nationale num6ro
un, pour d6blayer la boue
qui rev6t la chauss6e. Le centre ville de Saint-Marc est traverse
par deux rivibres baptis6es respectivement de Petite et Grande
riviere. Elles 6taient toutes deux en crue pendant que les eaux emportaient
tout sur leur passage. Les sinistr6s de la
rue P6tion, tout prbs de la Grande riviere, lavaient et nettoyaient
des objets r6cup6rds. Cit6 K6brau (quartier situ6 au sud), oi se
trouve un complexe faisant office de cind et qui accueille le
championnat estival local de basket-ball, est l'une des zones les plus
touches. En septembre 1994 et aofit 2003, des inondations avaient d6ji
fait un nombre incalculable de sinistr6s a Saint-Marc. La saison cyclonique
d6bute habituellement le ler
juin pour s'achever le 30 novembre.

Valdo Jean condamne A perp6tuit6 au terme d'un proces
domino par 1'6motion
Valdo Jean, auteur du meurtre de Ginou Mond6sir en 2005 a 6cop6 de la
peine maximale, la prison A vie, le vendredi ler aofit aux assises
criminelles lors d'un procds domind par l'6motion. Les avocats de Valdo
Jean, represented par le cabinet F6vry, annoncent qu'ils vont
aller en cassation. Valdo Jean a &te condamnd aux
travaux forces a perp6tuit6 pour le meurtre horrible de l'animatrice
de T616max Ginou Mond6sir, sa petite amie, fin d6cembre 2005 sur la
route de l'Arcahaie (nord de Port-au-Prince). Le jury a d6clard Valdo
Jean coupable d'un crime commis sans premeditation, tout en refusant de
reconnaitre au condamnd, qui avait avou6 son crime, des circonstances
att6nuantes. Certains estiment dure la sentence prononc6e au terme de
ce proces qui s'est d6roul6 dans une ambiance surchauff6e avec la presence
des associations f6ministes. Valo Jean est 6galement condamnd a verser 200
000 000 de gourdes a la famille de sa victime.

Commentaires apres la Ratification de Madame Pierre
Louis
L'ambassade des Etats-Unis salue la ratification de Michele
Duvivier Pierre-Louis au poste de Premier ministre et envisage de travailler
en 6troite collaboration avec elle.
< actif pret a satisfaire les besoins pressants du peuple haitien et
serons heureux de l'opportunit6 de travailler avec le nouveau Premier
ministre et son prochain gouvemement vers cette finalit>>, conclut le
communique mis par l'Ambassade.

Le Canada et I'OEA saluent la ratification du choix de
Michele Pierre-Louis par le s6nat
Le ministre canadien des Affaires 6trangeres, David Emerson, a indiqu6
que "la stability politique est n6cessaire a la poursuite des
progrbs r6alis6s dans la consolidation et la reconstruction du pays".
II promet que le Canada est pret a collaborer avec le nouveau premier
ministre haitien. Le chef de la diplomatie canadienne encourage "la
poursuite des efforts d6ployds pour instaurer un gouvemementjuste et
efficace qui permettra d'ameliorer les conditions de vie de la
population haitienne."
De son c6t6, le secr6taire g6ndral de L'Organisation des Etats
Amdricains (OEA), Jose Miguel Insulza, a d6clard: "Nous esp6rons que
cette ratification soit le point de depart d'une p6riode de
renforcement de la stability, du progrbs et de la cooperation avec
Haiti et son peuple", ajoute-t-il.
D'autre part, Albert R. Ramdin, assistant du secr6taire g6ndral de
1'OEA et responsable du Task force pour Haiti, dit esp6rer que la
confirmation du s6nat permettra a Haiti de b6ndficier d'un appui plus
efficace de 1'OEA et de la communaut6 internationale.

La MINUSTAH et la ratification de Michele Pierre-Louis
La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH)
exprime elle aussi sa satisfaction: La Mission onusienne espere que
le processus de mise en place du nouveau gouvemement et d'approbation
de sa declaration de politique g6ndrale aboutira d&s que possible. La
(EN BREF / p. 18)


li ..... A............ .... ... .. I


o








Mercredi 6 Aoft 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 28 L VENEMENT
W **ir /


"Copyrighted Material

Syndicated Contenti

vailable from Commercial News Pro


U


7;4
^BB ^' **.


*- *-


I


Page 3

C"1% 4% AA TTFI


% A tto to A a tA of it f *"#

*iB^-a 1 lliH *B B- NHHH I 8 i lH A I F H aH HHHB--1
^p ^P ^IMPIP-'fly *mA~g


ans p.3
ARTS & SPECTACLES
Tifane : la coherence dans la diversity p.11
Le film < Toussaint >> manquerait de h6ros
blancs p.11
SLIBRE PENSEE
Vainqueuse p.12
SANTE
Conference de Mexico sur le Sida pp.16 & 17
INTERNATIONAL
Mort de Alexandre Soljenitsyne p.14
.e - *^ 0



UUM
ASSURANCES
















La UniAssurances S.A. desire recruter
un Directeur G4n ral
RESPONSABILITES PRINCIPALES
* Formuler, pour le Consell d'Administratlion,
la strat8gle g6norale de I'entreprise:
* Assurer la gestion quotid[enne de to compaQNe :
* Superviser le travail des Responsables de Divisions;
* Veiller 6 ia dfinitiorn ad6cuate el la comp iitivit6
des products offerts :
- Assurer la promotion efficiente des produits :
* Apprecier les risques des operations, garantir la acturolion
et le recouvrement ~6 c heance des polices ;
* Superviser I'6valuafion des sinistres et le pavement des r6clamations;
* G~rer les relations avec les r~assureurs:
i Superviser Ia gestion du portefeulle de placements. la comptablllt
et les finances de I'entreprise:
* Veiler au respect des procCdures opbrationnelles et s'asurer
que tous les systlmes fonctionnent porfaitement.
EXIGENCES DU POSTE
* Etre d61enteur d'un dipl6me du niveou de ticence.
avec une sp6collsation en Finance el/ou Assurance:
. Avoir une bonne connaissance du m4tier d'assureur


* Jouir ou minimum de cinq (5 aons d'exp6rience dans des
positions de responsibility au sein de compagnies
d'assurance reconnues ;
* Bonne copaclt6 de communication orale et ecrite
en franoris et en anglais.
REMUNERATION ET BENEFICES SOCIAUX
* Solaire competitif qui tient compte de I'experience
* B6n6fices socioux avantageux : assurance maladie / vie,
plan d'6porgne en dollars americoins, pr4ts s des
taux pr6f6rentlels, primes diverses...
VEUILLEZ FAIRE PARVENIR LES PIECES SUIVANTES:
Curriculum vitae el lettre de motivation 6 I'adresse ci-dessous:
Mal : UniAssurances@unibankhaj.qiom
Objet Recruement DIRECTEUR GENERAL
At : UniAssurances
Adresse UNIBANK, 157 rue Og et Faubet,
Pafon-VIle, HAIn


~n


N


p


e


L'EVENEMENT SOIV1IVRAE11 I
Valdo Jean condamne a la prison a vie p.1
ANALYSE
PM ratifi&: Entre l'impatience de la population
Et les exigences des partis p.1
EDITORIAL
Une alliance 6tudiants-secteur populaire est-
clle possible ? pl
POLITIOUE
Concilier l'inconciliable p.5
ECONOMIE
Les immigr6s aux Etats-Unis envoient de moins
en mois d'argent p.7
Projets d'approvisionnement en eau potable p.7
Problmes dans la distribution des engrais p.2
Les deput6s r6fl6chissent sur la crise
alimentaire p.8
SOCIETE
La pauvret6, notre seconde nature p. 1
Rendre Haiti plus visible sur le Web p. 12
TEMOIGNAGE
Mort de Dadou Berrouet p.2
ACTUALITE
En souvenir de PN Ti-Jan assassin il y a dix









UNE ANALYSE


Mercredi 6 Aofit 2008
1 Haiti en Marche Vol XXII No 28


Entre Pimpatience de la population


(PM RATIFIE... E
suite de la lere page)
Sa devise : rien ne sert de
courir, il faut partir a point. Tout en
jouant un parfait d6tachement
(combien laisseraient en effet le poste de
PDG d'une des plus importantes ONGs
de la place, en l'occurrence la FOKAL,
pour passer au service de l'Etat d'un
pays aussi mal en point) ... Et pourtant
le travail d'approche est si bien mend
que c'est la redoutable CPP
(Concertation des parlementaires


t les exigences des partis


Mais ce n'est pas seulement
pour les beaux yeux de Mme Pierre-
Louis, il y allait aussi de l'autorit6 ainsi
que du sens de vision d'un chef de l'Etat
qui ne peut se permettre de laisser
perdurer une telle crise.
Malgr6 tout, cela n'a pas suffi,
la bataille la plus apre est celle qui a &te
mende sur la place publique (on
l'Internet joue de plus en plus la
premiere place): la seconde femme pre-


Le vote de ratification au Sinat le mercredi 30juillet 2008 (photos G. Dupe)


progressistes) qui lui arrache, a une
confortable majority, la ratification de
la Chambre des d6put6s (17 juillet).

M. Preval semble avoir
fait le maximum de concessions

Notons aussi que le soutien du
President Pr6val a sembl6 plus effectif
et soigneusement calculd que dans les
deux cas pr6c6dents. Ces derniersjours,
M. Pr6val semble avoir fait le maximum
de concessions aux s6nateurs (et aux
partis politiques) pour garantir la ratifi-
cation s6natoriale qui s'est enfin
concr6tis6e le mercredi 30juillet could.


mier ministre d6signde d'Haiti (apres
Mme Claudette Werleigh qui a occupy
ce poste en 1995-1996) a d'abord fait
face un barrage de critiques ayant rap-
port a sa vie sexuelle (elle a df faire
plusieurs declarations pour d6mentir les
<< calomnies) )...
Mais 1i aussi la contre-attaque
a &t6 rondement men.e.
D'abord on envoie la cavalerie
l6gere (ce sont les petitions
d'intellectuels et d'artistes qui voyagent
loin grice au NET mais n'atteignent pas
la base).
Le journal du peuple !


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE

CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL- Amerijet International will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2. 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mo ugh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Ameiije sport cargo
between this stat Ii- v transfer. For rates
and specific contact Amerijet's sales
departsat9ret.co
Ar nal, rin full-service multi-modal
transportati Hogistics provider offerig international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijetcom.


Mais pour repousser le blocage
au S6nat, il a fallu la grosse artillerie. Et
la chance de Michele Pierre-Louis est
d'etre arrive a un moment oi le grand
public en a marre de tout ce temps
pr6cieux que le pays a perdu depuis le
vote du 12 avril des s6nateurs renvoyant
le Premier ministre Jacques Edouard
Alexis et son gouvemement.
Les murs de la capitale (qui
sont le journal du peuple) sont couverts
de graffitis traduisant ce ras-le-bol a
l'encontre des s6nateurs et des partis
politiques (ces derniers nous allons voir
pourquoi).
Les m6dias, quelle que soit leur
tendance, se jettent d&s lors dans la
m6lde.
Michele Pierre-Louis a done
b6ndficid (peut-6tre malgrd elle) d'une
quasi-unanimit6 dans l'opinion
publique.
II faudra s'en souvenir.
Oui, la derniere poche de
resistance et la plus redoutable est venue
des partis politiques, particulierement
ceux dits de l'ex-opposition.

Un faiseur de rois ...
Une rumeur a couru que le
President Pr6val n'a plus l'intention de
former le gouvernement avec les partis
politiques comme la fois pr6c6dente.
Or d'autre part, Michele
Pierre-Louis vient de la sphere ONG et
non des moindres. La Fondation
Connaissance et Libert6 (FOKAL),
qu'elle dirige depuis sa creation,
b6ndficie des financements (environ 45
millions de dollars americains en 10 ans)
non seulement de 1'Union Europ6enne,
des Etats-Unis et du Canada (selon les
agences de presse locales), mais aussi
du financier multi-milliardaire am6ricain
(juifd'origine hongroise) George Soros
considered dans certains cercles
europ6ens et sud-amdricains comme un
faiseur de rois.
Michele Pierre-Louis a-t-elle
pour mission de remplacer les partis
politiques par la < soci6t6 civile >,
entendez par les organisations non
gouvernementales (ONG) d6ji si
puissantes ?
L'Etat haitien risque-t-il de
devenir une sorte de super-ONG ?

Le vote abstentionniste

La reaction ne s'est pas fait
attendre. Les partis politiques, en tte la
Fusion des sociaux-d6mocrates et
l'Organisation du Peuple en Lutte
(OPL), deux adeptes de l'Internationale
socialiste, donnirent comme consigne
formelle a leurs repr6sentants au
Parlement de ne pas voter en faveur de
Michele Pierre-Louis.
rM I--


Lors du vote de ratifi-
cation a la chambre basse, les
d6put6s Fusion et OPL votent


abstention.
Puis la rumeur continuant a
enfler, c'est le blocage au Snnat. Pas de
seance de ratification si le chef de l'Etat
et le Premier ministre d6sign6 ne
s'engagent formellement a inclure les
partis politiques dans le nouveau
gouvemement.
Mais l'opinion, elle aussi,
s'impatiente la crise des prix a la
consommation l'emportant sur toutes


Le president du Senat Kelly Bastien
ces considerations plut6t d'ordre
politique.
Finalement on annonce qu'un
accord est trouv6. La ratification
s6natoriale a pu enfin avoir lieu le
mercredi 30 juillet a 12 voix pour, z6ro
contre et 5 abstentions.

Quel programme, dites-
vous ? ...
Pr6val et Michele Pierre-Louis
vont s'atteler maintenant a la tiche de
la formation du gouvemement.
Mais d'abord : autour de quel
programme ?
Ensuite, sous la surveillance
crois6e et vigilante d'une opinion
publique au bord de l'explosion sociale
d'un c6te et de l'autre des partis
politiques soucieux de leurs
prerogatives, rappelant que ce sont les
partis politiques qui sont reconnus dans
la Constitution comme garants de la
d6mocratie.
Quel programme, dites-vous ?
Le DSNCRP (Document de strat6gie
nationale pour la croissance et la
reduction de la pauvretd).
Si un tel instrument est
n6cessaire pour accorder les violons
internationaux avec aussi bien nos
besoins qui sont infinis que nos
(PM RATIFIE / p. 5)


Page 4









Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vnl XXIIT N 28


DE L'ACTUALITE


f- Io10 600 a.lso
-__ d & IPuw4 I


4 0. W


. -


-- -


-.N om
40maw to 4


-- '
c- c r- 0


-u a S


42 S e
am 4m -


o'C opyrighted Materia


0- 2 -


l q-u - -


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


_ e-


q -- 0 .
0 -
-


0 0 -


-
__ -C -r .


- .- 0


-~ -
-c 0
~r~.-r


.w -
re --


S4- d


" -T
- 0 I


- - - -- 0- o


0 1
-~r~ -
. -


oh- -


Premier Ministre : Concilier l'inconciliable ?


Jeudi 31juillet 2008
Par Franck Laraque [1]


Concilier l'inconciliable semble
impossible Si la synthese (these
Santithese) peut se r6aliser lorsque les
S o 616lments d'un domaine particulier ne
sont que contraires, elle semble illusoire
lorsque ces 616ments sont antagoniques.
a Or, il est evident que le
Sndocolonialisme 6conomique enfonc6
w *a *rI* dans la gorge dupeuplehaitien ds 1915
et renforc6 sans relAche avec ses
monstrueuses tentacules, la privatisation
et la globalisation, par les
gouvemements haitiens et l'6tranger a
partir surtout de 1971, a finalement
caus6 les fameuses r6centes 6meutes de
la faim. Ainsi que le depart du
gouvernement Alexis en collusion avec
Prdval pour le maintien de cette politique
responsable en premier lieu de la
destruction de la production nationale,
de l'invasion des produits strangers
imports et d'une 6cologie qui voit le
tarissement des rivibres et cours d'eau,
le d6boisement affolant de nos mornes.
Les masses haitiennes, <<
genoux et la corde (du lynchage) au
cou > crient << assez ou nous cassons


tout. > Une telle politique et une
politique de renaissance nationale a
partir de la renaissance des regions
rurales sont 6videmment antagoniques.
Des organisations populaires
comprennent parfaitement cet
antagonisme et offrent une solution
radicale : o f6k nouvo gouvenman
prezante yon plan dijans ki pral konbat
plan neyoliberal la k ap fini ak pep
ayisyen an > (COASHI Yves Pierre-
Louis In Haiti Libert6, 16-22 juillet
2008).
En fait, Michele Duvivier
Pierres-Louis, si elle est reconnue
eligible 6galement par le S6nat, devra
confronter le dilemme de la conciliation
de l'inconciliable qu'elle s'est cr66.
En effet, en deux occasions
diffirentes elle a annonc6 d'une part son
intention de poursuivre le projet de
recouvrement 6conomique d'Alexis,
dict6 par les Institutions internationals,
c'est-a-dire le ndolib6ralisme
6conomique en cours, et d'autre part
1'adoption d'une revitalisation
6conomique en faveur de l'int6ret
national. En somme, un vritable mit de
cocagne appel << mat suif >> en Haiti.
Il est vrai qu'un escaladeur habile et
Itenace


Entre l'impatience de la population...
(PM RATIFIE... suite de la page 4) Nous parlons de la n6cessaire derniere arme qui
)ossibilit6s qui sont minces, on sait que transparence qui doit guider les dispo- reste a l'ex6cutif
e qui manque le plus c'est la conscience sitions d'un gouvemement qui face aun haitien pour ne pas
le la gravity de la situation qui ne doit Parlement trop puissant et meme tout- perdre son
)as nous laisser une seconde (pas puissant (ce par la grice d'une Consti- 6quilibre.
seulement tant qu'on n'a pas encore tutioninad6quate malgrd sesbonnes in- Mais une
icc6dd aux hautes fonctions de l'Etat) tentions) n'a aucunautre recours que son arme que pour des
:t une utilisation adequate des credit auprbs de l'opinion. raisons que la raison
ressources disponibles, mat6rielles et Or celle-ci est refoul6e dans un ignore, il refuse
humaines. r6le de vulgaire spectateur laiss6 dans obstindment de
Et par-dessus tout la transpar- l'ignorance la plus totale. saisir. En un mot,
-nce. Rien voir avec une Transparency Que ce soit a cause des pr6f6rant lui aussi la
nternational toujours aussi selective difficulties de la tiche a accomplir qui politique politi-
lans le choixde ses cibles (toutaumoins ne sauraient 6tre solutionndes dans trois cienne. En effet,
;on chapitre local) .. mois, ni dans trois ans ; que ce soit pour faut pas oublier que
voir plus clair entre lesjeux politiciens c'est tout un
La transparence est la (rassembl6s sous le terme g6ndrique de systbme !
derniere arme qui reste A <>) et le vrai proces- Haiti en Marche,
' ex6cutif ha'itien sus d6mocratique, la transparence est la 2 Aoft 2008


Ss'aidant de
terre et de


cendre arrive parfois a cueillir le prix
attach au sommet.
Nous croyons cependant que le
dilemme du Premier ministre d6sign6 est
plus compliqu6 et plus s6rieux. C'est ici
que se pose sans ambages la n6cessit6
de l'inversion de la vapeur dconomique
et du r6le historique que peut jouer
l'Assembl6e Nationale en forcant tout
Premier ministre eligible a la mise a
mort, sans tambour ni trompette, de tout
vestige du ndolib6ralisme, sous quelle
que forme qu'il se pr6sente.
Dans le cas de Michble Duvivier
Pierre-Louis exiger qu'elle 6tende sur
une grande 6chelle, 1l'6chelle nationale,
le programme que FOKAL ne cesse de
promouvoir depuis sa fondation. Une
telle unit de vision et de construction
collective du nouveau gouvemement et
du parlement, appuyde par les
organisations populaires qui la
prdconisent, par les syndicats, les
institutions progressistes et toux ceux
qui d6sirent un vrai changement de la
politique 6conomique du pays, ferait
luire l'espoir d'une veritable volont6
nationale prete a tous les sacrifices pour
ensemble sauver Haiti.

Boulder, 28juillet, 2008
Professeur emerite,
City College, New York


MIAMI-DADE

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
zeldyeri5 Excellxce Every y9


SFICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


[I efit pour 0 i


IC CO ir nI i


Gdes 260.00
US $ 40.00
SUS $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


Gdes 520.00
US $ 78,00
_ US $ 80.00
US $135,00
SUS $ 13.00


Dans Ie cam dun abonremnt
avec Ihvrnaton, l coOt est le double.
PrIbr de spicMlesr sl vous Ate
un nouvel abonn6
ou s'll s'agit dun renouvellement


Nouveau


Renouvellmnt

D


4 mUU 0 f t4


Page 5


- -


- r- =OS


- w -


c
c
d

S
s
a
e
r
h
11

e
I
d
S
s


d
I


Nam
Adresse


HaTlTi
Etats Unis
Canada _


Europe
Ame6oue Lath


I


- 4


-1

~
r


w f 1


,-r
rx,


S r- I r \6


r-^ r
-C


dm











SOCIETE


Mercredi 6 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 28


La pauvrete, notre seconde nature


(PAUVRETE... suite de la lere page)
menottds, si c'6tait des Colombiens on
aurait crfi que ce sont des trafiquants de
drogue. Des Haitiens, done de pauvres
hbres qui ont essays de fuir leur pays, le
plus pauvre du continent.
Que vous d6barquiez a
l'aeroport Charles de Gaule venant de
Pointe-a-Pitre, les Haitiens sont dirig6s
immanquablement vers le centre de
retention pour y subir un interrogatoire
en regle. Qui que vous soyez,
professionnel ou simple citoyen, vous
6tes un Haitien, done soupqonn6 de
chercher a fuir votre pays, parce que le
plus pauvre elatrye ...
Il n'y a pas moyen d'y
6chapper. Qui dit Haiti et Haitien, dit le
plus pauvre des pauvres.
Les pays de la Caricom sont
heureux de recevoir Haiti dans leurs
rangs. Ah Haiti, son histoire si grandiose
et dont la race est si fibre. Mais pas les
Haitiens. En un mot, Haiti serait un si
beau pays s'il n'y avait les Haitiens.
Au fil du temps, la pauvret6 est
devenue pour nous un 6tat d'ame, une
seconde nature. Et pour finir notre nature
tout court.
Je ne parle plus des pauvres
proprement dits, que d'ailleurs on
reconnait de moins en moins, perdus
dans la foule. Et qui pourraient nous faire
un proces pour usurpation tellement des
gens bien apparemment sous tous
rapports, n'ont trouv6 pour vivre (plus
sfrement survivre) que d'adopter des
manibres de pauvres.
Combien de nos jeunes
confrbres, nous dit-on, qui sont
employes par des m6dias tout a fait
imaginaires. Mais cela leur donne aces
a toutes ces conferences de presse qui
ont le bonheur de finir toujours au bord
d'une bonne table bien garnie. Et
nourauoi as !


Oui, pourquoi pas parce que ce
n'est pas seulement eux que ca arrange.
La pauvret6 fait aussi l'affaire de
beaucoup de monde. Car que faites-vous
de ces organisations non
gouvernementales (ou pseudo-
gouvernementales ou pseudo-non
gouvernementales) qui n'existent que
par la grice de ces conferences de presse


.. .-I


La pauvrete chez nous
aujourd'hui mbne a tout. A dfaut d'etre
un argument pour obtenir un visa au
consulat des Etats-Unis ou du Canada,
par contre les sectes protestantes font
salle comble. C'est le seul pays oi les
temples sont remplis matin, midi et soir.
Devinez. Parce que le seul endroit oni


Les pelerins a Calvaire-Miracle le vendredi saint chaque annee encore plus
nombreux, tout comme leurs souhaits, y compris celui d'obtenir un visa pour
laisser le pays (photo Thony Belizaire)


et des jeunes confrbres qui s'y
bousculent pour la bonne chere.
Nous aurions mauvaise grice
de critiquer ni les uns ni les autres.
Comme chante Leo Ferr6 ((les temps
sont difficiles, faut bouffer et faut ce qui
faut! >
Vous souvenez-vous de
Ragueneau, le pAtissier-poete dans
< Cyrano de Bergerac > qui rassemble
chaque matin tous les pauvres de laville.
C'est le seul public qui prend le temps
d'6couter ses poemes.


plusieurs milliers sont sfrs de ne pas
rentrer chez soi le ventre creux.
On comprend que le
catholicisme a des problkmes d&s lors
que l'6glise St Antoine autrefois
rendez-vous des pauvres doit tout
comme la basilique Notre Dame se
barricader a cause de l'ins6curit6. Mais
plus sfrement a cause de la multitude
des pauvres qui viennent y chercher le
pain, du ciel ou de la terre qu'importe.
Quelle est l'arme secrete de
1'Education nationale pour faire
progresser la scolarisation universelle ?


A chaque ecolier, un plat chaud parj our.
C'est tout a fait bien. Mais quand on y
pense. Qu'est-ce qu'on ne fait porter a
la pauvret6 ?
Le plus dur sans doute c'est
d'etre le repr6sentant diplomatique d'un
tel pays a l'6tranger. Ou quand chef de
l'Etat vous participez aux sommets
r6unissant les plus riches de la planted.
L'heure n'est plus aux Che ou aux
Malcom X et tout le monde n'a pas les
moyens d'etre un Hugo Chavez.
Il est vrai que la crise
alimentaire est arrive juste a temps pour
mettre davantage l'accent sur les
responsabilit6s des pays riches.
Et forcer done ces derniers,
ainsi que les grandes institutions
financibres, a desserrer quelque peu leur
poigne.
Mais faut-il encore que nous
sachions riadapter notre strat6gie si nous
ne voulons pas nous complaire dans ce
r6le de pauvre pour l'6ternit6.
Car la pauvret6 ce n'est pas
seulement la pauvret6, ce serait trop
facile. C'est tout un systeme qui finit par
se construire dessus et meme dessous,
au-dessous du seuil de pauvrete. Faut
bouffer et faut faire avec.
La pauvret6 est tellement
enracinde en nous que la grande
difference (croit-on) entre nos riches et
ceux d'ailleurs, et pourquoi les n6tres
peuvent paraitre plus durs sur la detente,
eh bien, c'est tout simplement parce
qu'ils ont peur de devenir pauvres.
Pour paraphraser un
humoriste : la richesse nous aide a
supporter la pauvret6.
Notre pauvret6. A tous et a
chacun. Peut-onjamais en sortir quand
nous avons tous la meme mentality.
Pauvres de nous !

Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


Temoin d'une epoque ...


(DADOU... suite de la page 2)
annees 70 pendant que la communaut6
internationale faisait pression sur le
gouvernement de Baby Doc pour
organiser des elections. Quitte a ce que
le dictateur les remporte lui-meme. Une
premiere fois, une seconde fois. Mais
d&s lors nous n'aurions pas rat6 ce qui
s'est pass au meme moment dans la
R6publique dominicaine voisine.
Balaguer 6tait sous les memes
pressions. Le jour qu'un adversaire, le
social-d6mocrate Antonio Guzman, a
gagn6 l'arm6e dominicaine 6tait sur le
point d'6craser les elections pour
maintenir Balaguer au pouvoir.
Mais Jimmy Carter qui 6tait a
la Maison blanche, les fit reculer.
Guzman devint president.
Plus tard Balaguer revint au
pouvoir. Puis il eut maille a partir avec
le candidat du PRD, le noir Jose
Francisco Pefia Gomez.
Petit a petit Balaguer finira par
se retirer de la scene (il est mort depuis)
et la R6publique dominicaine par
devenir un pays oi les elections se
d6roulent d6sormais presque sans aucun
incident.
Et par devenir aussi (et
surtout), le pays trbs d6velopp6 et
prospbre que l'on sait.
Pendant que Haiti a continue et
continue de s'enfoncer dans des
profondeurs que Papa Doc lui-meme
n'auraitjamais os6 imaginer. Meme pour
punir ses pires adversaires.
Nous avons rat6 le coche
lorsque Jean-Claude Duvalier a
prononc6 ces mots inoubliables au
Parlement de Port-au-Prince : < Pitit tig
se tig. Nou kanpe red kou ke makak. >
(Traduisez : c'est notre dernier mot. Pas
d'l1ections !)
On dit que lors Dadou Berrouet
6tait l'un des penseurs ideologiques du
regime.


Dadou Berrouet pensait
6videmment a garder au pouvoir son
propre gouvernement, mais il avait
probablement aussi en tate la campagne
dlectorale de 1957 qui a inaugur6 le
regne du chaos, ainsi que le coup d'6tat
militaire de Paul Magloire en 1950
contre le gouvernement progressiste de
Estime.
Mais ce fut 1i un calcul a trbs
courte vue car nous avons d&s lors rat6
la chance d'avoir une transition plus
ordonnee, comme on l'a vu en
R6publique dominicaine.
Ainsi que tout le package qui
l'accompagne : plus de stability, plus
d'opportunit6s d'investissements et de
d6veloppement. En un mot, plus
d'avenir.
Nous avons ecope au contraire
du brutal renversement du 7 f6vrier 1986
avec Baby Doc et sa famille s'enfuyant
dans la nuit noire avec dans leurs
bagages une bonne partie de la fortune
nationale.
Et ainsi de suite. De
renversement brutal en brutal
renversement. D6ji plus de vingt ans que
cela dure. Et n'6tait la presence d'un
force internationale, aujourd'hui de
toute evidence nous ferions pire.
Edouard Berrouet a pu se sentir
soulag6 en partant samedi pour, comme
on dit, son dernier voyage.
Mais c'est l1 un sentiment
plut6t superficiel. Le duvali6risme avait
une chance de se racheter comme le
balagu6risme, et avant lui le trujillisme.
II l'a rat6. Condamnant encore plus
d6finitivement ce pays.

Mlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


J j


Page 6








Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 28


ECONOMIE


melikftM Ime %tbl


eamekes die moi e maim drpe p.m
- -. -_- ....... 0 _
--- S -- "ovi -h 0t- -M -- -
-c -II 0 du. -
SNO- W- 0 *




-+ -Co 6vriahted Material 7


-- Syndicated Con


Available from Commercial N


- -


ews Providers"
ews Providers"


_I___n -u 0 u b ,
S - ql .


______C r- I
r-~ 0 ~~ -


-,m b i
Ah


- e


___ 0


N o
p InN*


Pumpsd~sui ----u :i...-'
P4*,-- so,
Ip 'V'v, &dtoh 4w 0a M00


-01M. -. -
o mP ow 0--0-
- - O, -



__ I -- -
u I 0 -


e- ~u -


*i *


- -

--- II - -



-

*r --

- u0

L


-i -) -,
- S1


i- -


* c -


I


*r .


- :-L0


zon W Anvan Jou Eleksyon.


- 0


- ---mu

* -- 0

r- 0 -- I
-r

C - I

-~r -
-r a- S
-rr --


0 -


-.



*

S lo


mnlnlow


Sa Wap Tann? Ale Vote Pi bonb!

W kapab ale nan nenpot anplasman pou Vote Pi

Bone ki pre lakay w oswa biwo w. Ale Vote Pi Bone

apati de 11 dawout rive 24 dawout.


1. North Dade Regional Library
2455 NW 183rd Street
2. Model City Library (Caleb Center)
2211 NW 54th Street
3. Miami Lakes Public Library
6699 Windmill Gate Road
4. John F Kennedy Library
190 West 49th Street
5. Elections Department
2700 NW 87th Avenue
6. West Miami City Hall
901 SW 62nd Avenue
7. West Kendall Regional Library
10201 Hammocks Blvd.


8. Kendall Branch Library
9101 SW 97th Avenue
9. West Dade Regional Library
9445 SW 24th Street
10. Florida City, City Hall
404 West Palm Drive
11. Aventura Government Center
19200 West Country Club Drive
12. North Miami Public Library
835 NE 132nd Street
13. Lemon City Library
430 NE 61st Street
14. North Shore Branch Library
7501 Collins Avenue


15. Coral Reef Library
9211 SW 152nd Street
16. Elections Department
(Stephen P Clark Center)
111 NW 1st Street
17. Miami City Hall
3500 Pan American Drive
18. Coral Gables Library
3443 Segovia Street
19. Miami Beach City Hall
1700 Convention Center Drive
20. South Dade Regional Library
10750 SW 211th Street


- .4 0


-




- 0i


- -I in.
.

* as - 1 -Cr
) -


* & OwsmS o9 0 S


Page 7


-i


~ ~ .,eR Q ,li
-





Bay Di;


-- ww d- *


LENDI MADI MEKREDI JEDI VANDREDI SAMDI DIMANCH
11 DAWOUT 12 DAWOUT 13 DAWOUT 14 DAWOUT 15 DAWOUT 16 DAWOUT 17 DAWOUT
7:00AM -3:00PM 7:00AM -3:00PM 7:00AM -3:00PM 7:00AM 3:00PM 7:00AM -3:00PM 9:00AM-1:00PM 1:00PM-5:00PM
18DAWOUT 19DAWOUT 20 DAWOUT 21 DAWOUT 22DAWOUT 23DAWOUT 24DAWOUT
11:00AM-7:00PM 11:00AM-7:00PM 11:00AM-7:00PM 11:00AM-7:00PM 11:00AM-7:00PM 9:00AM-1:00PM 1:00PM-5:00PM


...... ............ ... . ... .. . I IN -


Mfunkgr"^^^^fv^^^


I


In


-,na, -0,0
l,,CuC


enH1imi,


v
o


rcrr I
i
I


Ln


teInt


I











I LUTTE CONTRE LA VIE CHERE


Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXIIT N 28


S(t %At s ..... h ... . .... ..
I As d e m a ll tora d godHow


- m


40 -.-


~- .
S e


4w 0






a -am


.. --


-
t -e 0r *
S -
-a- -
*1 w 0 -
*


S C
4 -- Now
a~ S- -


- p
qlbrr


4 -4w 4w -No w M



-- "Copyrighted Material




1n Syndicated Content




Available from Commercial News Providers"


-- IL b ,, r
& 60 S-


-


- 1

~-u
awa


do- w


*w q. 4b


- 0 0
d o


- .q

4


-
46 -
l o

0 -ow


___- .-
a *


. -


W* u 0 ft


-N -
9~ -r
S-I I


- 0 0


I- .


m -r


li p


0


- -






.la


O -,
-


-- -,-


-No

m


-A-A,


. Mb
* w


= ..


- - .

-


low-- -M-
- - -
-. _.


- -



-* - * -
-" S -


.- ~
-mp



- a *


.-d 4w W- -


-


Ecoutez

Milodie Matin

avec Marcus sur


elodie
103.3 fm


www. melodiefmhaiti. cor


Page 8


* r



,


. -,,w a -


0


REYINYON PIBLIK

Asanble Gouv6nan Oganizasyon Planifikasyon (MPO) pou Z6n Iben Miami
an pral f6 yon reyinyon piblik jou jedi, 4 septanm 2008 la, a 2:00 p.m. nan

Sal Konferans Komisyon Konte a nan Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st
Street, Miami, Florid.

Asanble Gouv6nan an pral konsidere Amannman yo nan Pwogram

Amelyorasyon Transpdtasyon (TIP) Ane Fiskal 2008/09 ki ekri pi ba la-a:

1. Repriyorize Pwojb Aviyasyon yo
Amannman sa-a va enkli sispansyon ak rediksyon fon finansman ki te

deja rez6ve ant Ane Fiskal 2010-2013 pou pwoj6 swivan yo:

Modifikasyon Amelyorasyon Teren Aviyasyon A380- Redwi pa

$34,264,000
Siyalizasyon nan Ayewop6 EntBnasyonal Miami- Redwi pa

$12,000,000
Depatman Aviyasyon "Park Six Garage"- Redwi pa $21,739,000

2. Pwojb Konekte Transit MIC-MIA

Rediksyon pi wo yo an total $68,003,000 dola va ale sou pwoje Konekte
Transit MIC-MIA. Amannman sa-a va enkli tou pwoje sila nan TIP Ane
Fiskal 2009 la.

Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou plis enfdmasyon, tanpri

kontakte Sekretarya MPO, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street,
Suite 910, Miami, Florid 33128, telefin: (305) 375-4507; imrl:
mpo@miamidade.gov; siweb: www.miamidade.gov/mpo

Se regleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout egzijans nesese etabli pa Iwa

pou enfim ki rele "Americans with Disability Act" la. Lokal la aksesib. Pou
jwenn sevis yon entepret langaj siy pou moun soud, aparey pou ede moun ki

pa tande byen, oswa dokiman nan f6ma aksesib, tanpri rele 305-375-4507
omwens senkjou davans. MIA

MIAMI-DADE


I


-- -- --- ~-


r


r r


*


*0


mmm,,


- II


.W 4dow


-111
~


* *


o


r r
rri~


. -










Mercredi 6 Aofit 2008 Page 9
Haiti enMarche Vol8XXII N 28 MIAMI-DADE COUNTY Page


MIAMI-3DE


ADVERTISEMENT FOR BIDS

PROJECT NAME : Miami International Airport Front Terminal D-H Fire Sprinkler and Life Safety Upgade
PROJECT NO. A155B1
Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Clerk, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202, 111 N.W. 1st
Street, Miami, Florida, 33128 until 1:00 P.M. Tuesday. September 16, 2008 or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the Board in
said Stephen P. Clark Center. Bids are to be submitted in two envelopes. Bids received after the time and date specified will not be considered. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of
Intent Affidavit(s) will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Small Business Development, bidders may correct defects on the Schedule
of Intent Affidavit(s) within forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remaining bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not
responsive will be opened publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening.
The County reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids.
IN GENERAL THE WORK COMPRISES: Installation of fire protection (sprinkler) system in those areas of the Front Terminal D through H presently lacking fir alarm and/or fire
protection systems as indicated in the Plans. Work also includes demolition and replacement of wood ceilings in several stairway areas and installation of smoke screens as indicated in the project limit
plans.
BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on Wednesday, August 6, 2008 for inspection by individuals by appointment only,
on business days during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at 4200 NW 36 Street, Bldg. 5A, 4th Floor. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents through William
C. Murphy (305) 876-0922_ The duration of each appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule additional time slots (not to run consecutively with the original
appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be required to present current, government issued, picture identification (e.g.,
Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perform work on, or related to, the Project, and sign and notarize a
Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Statutes 119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes,
281.301 and 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provision of Florida Statute 119.07(1) and 24(a), Article I of the State Constitution. In
addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or copying of the
documents will be allowed.
The Bid Documents can be purchased at the offices of Rodriguez and Quiroga Architects Chartered, 2100 Ponce de Leon Boulevard, Mezzanine Level, Coral Gables, Florida 33134 between
the hours of 9AM and 4PM, Monday through Friday, Contact:
Amy Garcia (305) 448-7417 ext. 14

as follows:
1. Non-refundable Payment of$ 150.00 for each set of Bid Documents
2. Refundable Deposit of $500.00 for each set of Bid Documents
The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. The refundable deposit must be by Cashier's or
Certified check only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of
contact during the bidding process. A business card with all of this information will suffice.
To purchase a set of the Bid Documents, each purchaser must present to Rodriguez and Quiroga a current
A. copy of government issued, picture identification (e.g., Driver's License)
B. copy of the architect, engineer, or contractor qualifier's license issued by the Florida Department of Business and Professional Regulation for the Bidder making the purchase
C. an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor.
D. Upon payment, presentation of the notarized Confidentiality Affidavit and verification of the required identification documents, numbered sets of documents will be issued to the bidders.
Bidders may purchase as many sets as they wish. However 24 hour notice to Rodriguez and Quiroga is required if more than 5 sets are to be purchased.

Only full sets of the bid documents will be issued.
Confidentiality Affidavits may be obtained in advance by downloading from www.miami-airport.com/html/bids.html.
All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to MDAD All Bidders that timely return the Bid Document will have their deposit returned. Those Bidders that purchase
Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to MDAD. Failure to return the Bid Documents and copies made to
MDAD within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid
Documents shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of
the Bid Documents shall be required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies.
All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise the Project.
The County, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the County by any and all bidders.
PRE-BID CONFERENCE: The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on Tuesday, August 19, 2008 from 9:00 AM to 11:00 AM at 4200
NW 36 Street, Bldg. 5A, 4th Floor, Conference Room F of the Miami-Dade Aviation Department, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site
Inspections will be provided by the Miami-Dade Aviation Department. It is the policy of Miami-Dade County to comply with all the requirements of the Americans with Disabilities Act (ADA). For
sign language, interpreter services, material in accessible format, other special accommodations, or airport-related ADA concerns, please contact the MDAD Office of ADA Coordination at (305) 876-
7024.
COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM
Contract Measures for this Project is (are): 19.00%
COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM
The Community Workforce Goal for this Project is: 10.00%
BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by the Instructions to Bidders. No Bid may be
withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and
irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids.
BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS:
1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance.
2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, for the Contractor's aggregate work force in each trade on all construction
work in the covered area, as follows:

Timetables Goal for minority Goals for female
Participation for each Participation for
From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade
Until further notice 39.5 % 6.9 %

As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work
(whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area.
3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents.
The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementation of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative
action obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is
to be performed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a
good faith effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for
the sole purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4. Compliance with the goals will be measured against
the total work hours performed.
The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcon-
tract in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor;
employer identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated starting and completion dates of the subcontract; and the geographical area in which the
Contract is to be performed.
4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Subcontractors. Requirements for compliance with this ordinance are
contained in the Contract Documents.
5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a "Cone of Silence" is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertisement and terminates at the time the County Manager issues a
written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first. The Cone of Silence prohibits communications regarding
RFPs, RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County's professional staff, including but not limited to the County Manager and the County
Manager's staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the County's professional staff including, but not limited to,
the County Manager and the County Manager's staff.
The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral presentations before selection committees, oral
communications with the Contracting Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the
procurement process, provided the communication is limited strictly to matters of process or procedures, Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the
Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing at any time unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders
or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy
with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request.
In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or proposer shall render any RFP award, RFQ award, or bid award
voidable. Any person having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorney and/or may file a complaint with the Ethics Commission. Bidders or
Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification.
6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documents other than those made by Addendum, Change Order, or Work
Order.
7) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2.8-1 (d), a Bidder shall have on file, prior to contract award a duly executed Uniform County Affidavit with the Miami-Dade County Department of
Procurement Management (DPM), to be maintained with the bidders vendors registration file. The Bidder is responsible for obtaining the Vendor Registration Package, including all affidavits by
downloading from the DPM website at www.miamidade.gov or from the Vendor Assistance Unit at 111 N.W. 1st Street, 13rl Floor, Miami, Florida 33128, (305) 375-5773.









L'ACTUALITE


Mercredi 6 Aofit 2008
H-ai'ti en Marche Vol YXT N 28


Une alliance etudiants secteur


populaire est-elle possible
(ALLIANCE ... suite de la lere page) (ci-devant Organisation Politique Lavalas) : attirer les Tout intellectuel perd
connaitront un meilleur sort. intellectuels (cadres et universitaires) dans une un danger.
C'est a ce point un fait socio-culturel que formation s6parde quijouerait le r6le d'intelligentsia Bien entendu, si on 1
meme a l'int6rieur d'un mouvement politique aussi au sein du grand Lavalas. Mao : l'intellectuel doit 6tre da
vaste que le Lavalas, les intellectuels ont vite choisi On sait ce qu'il en advint. Les dissensions au poisson dans l'eau.
de faire bande a part. C'6tait du moins l'ambition de niveau des chefs (plus pr6cis6ment entre Aristide et Comme le pensait un
ceux qui ont cree l'Organisation du Peuple en Lutte G6rard Pierre-Charles) firent 6clater tout l'ensemble. D6barqu6 en 1961 au Ml6e Sa
On en revint au point de un front de resistance en Ha
depart. Lors desjourndes chaudes qui (< Compbre g6ndral soleil >>, <<
ont marqu6 le second depart forc6 du fut arrat6 et ex6cut6 sur ordre
pouvoir de Jean-Bertrand Aristide en Duvalier.
f6vrier 2004, les jeunes issus des Et plus tard aussi le
masses populaires surnomm6s PUCH (Parti unifi6 des com:
<< Chimres >> et les tudiants sous la avaient infiltr6 le pays pour
bannirre de l'opposition anti-Lavalas r6volutionnaire aupr- s des ma.
(< GNB >>) se sont ouvertement Les << tontons mac
affronts dans les rues. lichement sur les habitants dc
SC'est la preuve qu'il n'y rurale au nord de la capitale) .
Savait eu aucune alliance vritable
Sentre les deux. Idles reVues mais sa
L'alliance 6tudiants-
F Chacun regagne son petit jamais exist que nos plu
quant B soi idCologique ... intellectuelles et littraires -
SSOn peut marcher ensemble Rdvolution de 46 >> sont pres
comme ce fut le cas contre la origine bourgeoise (ce qui
Sdictature militaire qui succ6da au convictions, ni d leur engagem
regime Duvalier. Mais aplrs la manif, Jacques Stephen-Alexis, Re
chacun regagne son petit quant i soi Charlier (tous les quatre ayd
Siddologique. d6clards, quoi qu'en dise aujou
Le romancier et militant communiste ha'tien Jacques Stephen Alexis Cependant la raison nest l'Dcrivain franais RenudDep
re5u par le president chinos M ao Zedong pas seulement culturelle et Magloire Saint-Aude ainsi que
re(u par le president chinois Mao Zedbongat
economique
comme nous
l'avons vu plus
haut. Elle est aussi
politique. Depuis
les graves qui
agitrent le monde
TOP HIT PARADIE tudiant haitien au
SPmaim du 4 Aout d6but des anndes
60 (au lendemain
1. Stfins: Island Follies de la victoire de la
2. Zin: Pi Red Sierra Maestra et
3. Harmonik: Jere'm l'entr6e de Fidel
4 aurice S ixto: Pa Nan Betiz! Castro La
5. Gracia Delva: Graciamania Havane, 1959),
6 Z ~igln: Seme Vitesse Papa Doc faisait
7. Sweet Micky: Bandi Legal bonne garde. Y
8. Mushy Widmaimr: My World compris en
9. Belo: Reference facilitant le depart
10. Hailiaindo: Volume I des nouveau
mdes nouveaux
dipl6mds vers les
emplois offerts

Nations Unies
dans les nouveaux
n4 pays indpendants
d'Afrique. Tout
Hot Summer Packages!!! tle faith pour harder

facultds d'Etat
Welcome to Paradise in Haiti... loin des masses.
At Km 77, C6te des Arcadins. Y
A Beautiful Beach selling, compris bien Le romancier et militant comn
Just one 1 hour drive from the entendu par la Roumain (a droite) et son m
Port-au-Prince International Airport disparition Nicolas Gu,
SSe" hoa physique. Du Les autres de cette
3, 4 4M 5 W ratiboisage au sein plupart, et ce n'est point un
de la plus (comme un Roger Dorsinville
RATES PER PERSON PER NIGHT p u i s s a n t e d&s les premieres exactions du
From Je 15' Sep 1 2008 Rdd d oy f 6 d 6 r a t i o n rappeler.
PK O Double 3RD54 t 5 tali M ouvribre de (Mais nous nous ris(
s u s Saturday Night Mouli-Club Disco 1' p o q u e terrain mind, n'est-ce pas, a
I Nt 87Ipp So ipp 30 Ipp -Tropical Drinks l'Intersyndicale quelques id6es reques mais sac
Light aribbean J on the beach avec satte un Et dans le reste du mc
3 Li pp 6 pp 2b Dp J Aqua gym, Tennis, Racquetball, Guy Lominy On pense aussit6t M
S 78. p 53 9 p 27pp PinAqg gym, Tenis-golf, Rbeacquetbll, disparu avec ses affaire d'6tudiants r6volt6s co:
4 p 75 I 5 pp 277pP Ping Png ini-got, beach volley p r i n c i p a u x Dans ces cas-lh, on peut m~me
Exquisite cuisine from our chef. lieutenants dans une p
5 Nas 74 lIpp sD pp 26 P Plasma and giant screen with Direct les ge6es de Fort position plut6t rdactionna
Kids (0 to 4) Stay Free TV and video projection. D i m a n c h e, Nous avons rat not
(Add Kid meals) -Snack Bar and open air barbecue j u s q u a I1 faudrait plut6t
S10%Taxes -Troubadours l' assassinat de populaire. Selon Le Petit Larou.
S Air-conditioned roomsVISIT OFTHEOGIER-FOMBRUN notre confrere franqais de gauche (parti con
SAiMUSEUMGasner Raymond socialiste, parti radical) qui, r
All meals included en 1976, c'est de mai 1936, arriva au pouvo
(Breakfast, Lunch, Dinner)1 mme combat. Front populaire r6alisa d'impor
INFORMATION & RESERVATION: (semaine de travail de quarante
011](509)22-22-7652 / 22-22-1918 /37-01-1918 Comme salaires, congd s pays, con
salcs-~moulinsurmr.com / info-moiulinurmrc.com un poisson dans d16lgu6s ouvriers). Le Front po
I'eau ...
(


9
0


u au sein des masses est

e comprend au sens de
ins le peuple comme un

lacques StephenAlexis.
int Nicolas pour ouvrir
liti, le grand 6crivain
Les arbres musiciens >>)
personnel de Francois

:s jeunes membres du
munistes haitiens) qui
un travail d'6ducation
sses paysannes (1969).
routes > se vengerent
e Cazale (communaut6


crises ...
peuple n'a a tel point
s grandes c6lbrit6s
quoique issues de < ;que toutes de la meme
n'enlkve rien a leurs
ent): Jacques Roumain,
nd Depestre, Etienne
ant Wte des socialistes
rd'hui le seul survivant,
estre !), Carl Brouard,
S'aine Jean Price-Mars


nuniste ha'tien Jacques
inent college cubain
illkn
6poque seront pour la
hasard, avec Duvalier
). Quitte a s'en s6parer
regime, il est bon de le

quons a present sur un
au risque de d6ranger
crdes !).
onde ?
/ai 68 mais qui fut une
ntre la France de papa.
voir les masses adopter
ire sur les bords.

re Front populaire ...
mentionner le Front
sse, << coalition de partis
nmuniste, ancien parti
important les elections
ir avec Ldon Blum. Le
tantes r6formes sociales
heures, relbvement des
ventions collectives,
pulaire se disloqua sous
voir ALLIANCE / 11)


Page 10








Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 28


Historique Etudiants secteur populaire


(ALLIANCE ... suite de la page 10)
la pression des 6v6nements ext6rieurs (guerre
d'Espagne, monte du fascisme en Europe). >>
On aurait pu r6aliser nous aussi notre front
populaire, qui sait, si les elections d6mocratiques de
novembre 1987 n'avaient pas t& 6cras6es dans le sang
par les forces armies d'Haiti de connivence avec
l'administration Reagan.
Le Front populaire francais fut un mouvement
majoritairement ouvrier.
Mais un mouvement majoritairement
intellectuel peut tout aussi bien marquer profond6ment.
Ex. les Sixties aux Etats-Unis, A l'origine d'essence
culturelle et artistique, autour de chanteurs et musiciens
(Woodstock, le g6nie de la guitare Jimi Hendrix, mort
A 28 ans), fumeurs de haschich, mais pour d6boucher
sur le mouvement anti-guerre du Vietnam, puis l'affaire
du Watergate.
Mais mine de rien, sans tout le tam-tam qui
accompagne la simple vocation du Mai 68 francais
(dont on comm6more le 40e anniversaire), c'est une
veritable revolution des mceurs qui marque les anndes


60 (commundment appel6es < Sixties >) aux Etats-
Unis.


L 'ex-romancier communiste haftien Rend Depestre
C'est le triomphe des droits civiques, c'est le
f6minisme etc.


Et aujourd'hui aussi bien Barak Obama que
Hillary Clinton sont des produits des Sixties.

L'alliance doit &tre idoologique ...
Existe-t-il quelque chose comme une alliance
6tudiants-secteur populaire ?
Chez nous, les podtes et 6crivains de La
Ruche, petite publication autour de laquelle est parti
ce que nous appelons la Revolution de 46 (1946), ont
pu en rever un instant ...
Par contre le syndicaliste Lenine et
l'intellectuel Trotski ont fait la Rdvolution d'Octobre.
LA encore qa ne dure qu'un temps. LMnine
mort, Staline expulsa Trotski et passa un trait de plume.
Tout comme lorsque Mao a voulu refaire la
Revolution culturelle, ce fut le chaos.
Conclusion: l'alliance 6tudiants-secteur
populaire, si tant est qu'elle puisse exister, est toujours
d'essence iddologique.
Non politique. Voire politicienne.

Marcus,
3Ao t 2008


CHANSONS

Tifane: la coherence dans la diversity


YVES BERNARD
(Edition du samedi 26 et du dimanche 27 juillet
2008)
Le message commence A passer. Apres cinq
d&cennies de cohabitation avec la chanson qu6b&coise,
la musique haitienne apparait comme l'une des


ii
r^%^
/ u


caravalesque, ,mringue et twoubadou aux accents
plus rustiques. A cela s'ajoutent un reggae creole avec
Belo, un soukous A la manikre haftianisde et une ballade
adrienne qui rappelle une pri&re. < chanson de l'album se d6marque par un style qui lui
soit propre, tout en conservant une
coherence par ma voix plus grave que
la moyenne et l'esprit de mes textes,
qui ponctuent les couleurs musicales.>>
Sociologue de formation,
ITifane cause d'amour et de soci6td,
loue la beauty int6rieure de son peuple,
parle de la femme, offre une chanson A
'7 une amie dd6c6de, pr6ne le
S d6sarmement des enfants de la rue A
L qui l'on donne des armes, s'engage
meme socialement dans le projet
KALM, un programme de
sensibilisation contre la violence A
l'endroit des jeunes. < positif et refuse la resignation, dit-elle.
Je ne veux pas seulement faire
r6fl6chir. I1 faut savoir donner de lajoie
Set de l'espoir.>>
Retenez bien le nom de Tifane.
On risque d'en entendre parler
longtemps.


YVES BERNARD
Collaborateur du Devoir


principales rdv6lations de l'Yt6 montr6alais des
musiques du monde. Une musique plurielle qui, de plus
en plus, fait d6couvrir son caract&re pluriel. Apres le
Festival de musique haitienne qui en a pr6sente toutes
ses d6clinaisons, apres Belo que nous apprenons A
reconnaitre comme la force montante de la chanson
creole, voici Tifane, l'artiste feminine qui semble la
plus prete A se lancer sur les traces d'Emeline Michel.
La piste me fut donnde l'an dernier par Ralph
Boncy, l'estim6 collkgue qui est toujours A l'afffit. II
avait vujuste puisque, cette ann&e, les Francos invitent
Tifane A se produire trois fois plut6t qu'une,
gratuitement en ext6rieur. Elle n'est pas Emeline
Michel, mais elle partage avec la grande soeur cette
volont6 d'affirmer la personnalit6 creole dans toutes
ses chansons. Et elle cherche constamment. < suis lance professionnellement il y a trois ans, A mon
retour A Petionville, apres avoir v6cu cinq ans A
Chicago.
Depuis ce temps, j'ai voulu savoir ce qui se
cache dans la culture de mon pays. J'ai done fait le
tour des maisons et des concerts pour chanter des
rythmes queje n'avaisjamais entendus. Et maintenant,
la musique ha'tienne m'inspire beaucoup plus
qu'auparavant.>
Elle chante depuis l'Age de sept ans, a
commence A l'6glise, int6gr6 dans son chant une bonne
partie du legs de sa famille mdlomane: les auteurs-
compositeurs haitiens, le reggae, le R&B et le soul.
Mais son influence am6ricaine, actuellement plus
pr6sente que chez Emeline, est celle de la vieille cole
d'Aretha, d'Earth Wind and Fire ou de Marvin Gaye:
< alors que tout va doucement et que j'ai tout mon temps
pour dire ce que j'ai A dire>>, explique-t-elle.
Mais son premier disque, Anprent, marque
malgr6 tout la vivacity de plusieurs genres de la Perle
des Antilles: yanvalou plus lancinant, rara


CINEMA
Toussaint Louverture
manquant de < heros blancs >
Le film de Danny Glover sur Toussaint
Louverture en panne defonds parce que manquant de
"-- '---1


La superstar amdricaine Danny Glover
< hdros blancs n, selon
des producteurs amd-
ricains et europdens...
Miami, 29 juillet
2008- (AHP)-L'acteur
afro-am6ricain Danny
Glover 6prouve actuel-
lement des difficulties A
rassembler les fonds
n6cessaires en vue de
sortir un film sur l'un des
h6ros de l'ind6pendance ..
ha'tienne, Toussaint
(rn7;trfANNV/1 1 T, TnDANNYn/ ,ntn,ntr


Toutes dimensions de mat6riels

POUR VOS ReSERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou moye nowus n e-mail: slsiaDfetc -


Page 11









LIBRE PENSEE


Mercredi 6 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vnl XXII N0 28


< Nous avons pay6 l'arbitre pour qu'il
te declare vainqueur; Nous avons pay6 ton
adversaire pour qu'il te laisse gagner.
Le reste depend de toi. >
Groucho Marx
Je crois l'avoir souvent dit durant ces
dernires anndes. Je n'aime pas trop le cinema. Je ne
suis pas un grand connaisseur non plus. Je crois que
les scenes de la vie courante nous offrent tout ce dont
nous avons besoin : drame, trag6die, com6die.
L'univers virtuel du cinema ne fait qu'imiter, parfois
anticiper et trop souvent banaliser, ce que la vie
courante nous offre, ce que 1'6tre humain est capable
de produire. De Bon ou de Mauvais. Cependant, chores
amies lectrices et chers amis lecteurs, je dois
reconnaitre que certaines fois je me sens impact par
un bon film, surtout par une bonne com6die. (C'est
peut-6tre ma < simplicity d'esprit > ou ma < naivet6
d'homme qui me pousse vers ce choix.) En ce sens,
les < Frbres Marx , Harold Lloyd , Buster
Keaton , < Charlie Chaplin > ont toujours pu me
procurer ce que je recherche dans un film. Plus prbs
de nous, je ne peux m'empecher de penser A Woody
Allen. En < noir et blanc > ou en < couleur . LA, je
m'arrete. Mes connaissances se limitent quasiment A
cela. Sij'ose fouiller un peu plus dans ma m6moire,je
devrais parler de < Joselito > le rossignol, de Marisol,
de Louis de Funds, de Bourvil, de Jean Marais, de
Femandel, de Sarita Montiel, de Belafonte, de Annie
Girardot. Sije continue un peu plus avec cet effort de
retrospection, j'associerais aux < Tribunes du Champ-
de-Mars > (qu'un malheureux a su s'arranger pour
vendre comme ferraille et gagner une fortune sur le
dos du peuple), les noms d'artistes tels : Christopher
Lee, Franco Nero, Giulano Gemma, Yul Brynner etc.
Aux cinds Paramount et au Rex-Thditre, je devrais
alors associer les noms de grands acteurs tels: Jean-
Paul Belmondo, Yves Montand, AlainDelon, Catherine


Vainqueuse

Deneuve, Jean Gabin, Michel Piccoli. Enfin, le Cind
Capitol me fit d6couvrir le Festival de Cannes ainsi
que tous les grands noms du cinema des anndes 70.
Malgrd cet 6talage, ne croyez surtout pas que je suis
docte en la matitre. Ce n'est pas le moment de se
livrer A des < fouilles archdologiques >. Passons A autre
chose.
Chers amis, les anndes passent vite. Et, le
monde change, A un rythme vertigineux, plus vite que
nos modes de pens6es, transformant alors nos coutumes
en lest genant, en bagage inad6quat parfois. De
nouvelles representations du monde et de la soci6td,
ou des relations interpersonnelles emergent avec force
nous obligeant A renouveler nos modalit6s
relationnelles. Les nouvelles perceptions de la vie
priv6e ou de la vie publique qui sont en train de s'6riger
en tant que modes de conduite, en modules de
fonctionnement collectif, en paradigme, nous cr6ent
des conflits internes difficiles A r6soudre. De nouveaux
modules se consolident, provoquant une certaine
angoisse et causant parfois meme des d6chirures
sociales, traumatisantes. L'individu, disent les
specialistes, < est au cceur de la dynamique sociale,
puisqu'il est a la fois porteur et d6clencheur de
changements. Selon cette perspective de depart, les
groupes, les soci6t6s et les cultures se transforment
par la mediation des individus qui les composent.
L'individu est comme A l'interface de deux series de
forces qui s'affrontent dont l'une est investie d'une
propridte stabilisatrice et l'autre, d'une puissance de
d6stabilisation (dynamismes de changements et
contenus des transformations sociales). > (Tremblay).
Un calvaire.
Vous voyez donc, chers amis, un individu est


capable de bouleverser la structure sociale,
provoquant des oscillations dans le system
social et facilitant la creation d'un nouvel 6tat
d'6quilibre. Ainsi avance le monde. Point
n'est besoin de dire que notre chbre Haiti a aussi
change. On ne peut plus le nier. On ne le pourra plus.
I1 faudra qu'on s'y habitue. Premier Ministre. Premiere
Ministre. Vainqueuse. Vainqueur. Et, celui qui avait
tant parlk des < Vainqueurs > 6choua, et fut vaincu. Lui,
Homme. Le second, un autre homme, lui aussi 6choua.
Et vint la femme. Le vainqueur, parmi les trois, une
vainqueuse. Le premier doit sfrement se dire, comme
avait dit Clemenceau, qu'il valait mieux << tre vaincu
que d'etre vainqueur du c6t6 des sc6l1rats > et qu'il
n'aurait jamais pu s'allier avec les < forces de la
corruption >. Que doit-il se dire maintenant le second ?
A chacun son lot !
Outre le mot vainqueuse, le mot qui s'est le
plus promend sur les lvres ces demiers jours, a &t6
celui de < Conciliabule >. Un conciliabule peut etre
un entretien, un colloque, un tete-A-t&te, une
conversation secrete, un pourparler. II peut aussi etre,
par extension, une reunion secrete de gens a qui l'on
suppose de mauvais desseins, car il s'agirait d'une
conference secrete dans laquelle president des
sentiments de malveillance ou d'hostilit6. Enfin, chores
amies lectrices, chers amis lecteurs, l'arbitre a &te pay6
et l'adversaire s'est laisse vaincre. Le gros travail reste
A faire maintenant. La lutte vient de commencer.
Pensez-y chers amis et luttons ensemble pour
que nous tous, < Vainqueurs de Pierre ou de Carton ,
< Vaincus d'hier ou d'aujourd'hui >, Dgofits de
toujours >, fassions de ce pays un pays A part entire
et non un pays A part.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Aoft 2008


COMMUNICATIONS

Rendre Haiti plus visible sur le Web : Transparence, image, competitivit !


Par Jean-Marie Raymond NOEL, Ing., MSc
Soumis aAlterPresse le ler aout 2008
Vingt et un ans apres le vote de la Constitution
de 1987, des principes aussi fondamentaux que la
ddcentralisation, la participation, la transparence
attendent de rentrer dans les pratiques quotidiennes.
La grande machine administrative ne les a pas
v6ritablement int6gr6es dans son fonctionnement. Les
pouvoirs publics subissent les m6faits directs de cette
situation, autant que les citoyens ou les entreprises.
Car le r6sultat est non seulement le dysfonctionnement
de l'appareil 6tatique mais aussi le deficit d'efficacit6
et de comp6titivit6 du secteur des affaires local oblige
de < naviguer A vue > en l'absence d'informations et
de regles dujeu d6finies et connues de tous. Et c'est,
en bout de piste, un sentiment d'exclusion grandissant
chez les citoyens et par ricochet des difficulties
6normes de l'Etat A les mobiliser.
Cette tendance se poursuivra tant et aussi

Le film Toussaint Louverture
manquant de < heros blancs >
(DANNY... suite de la page 11)
Louverture.
Ces difficulties viennent du fait que ce film ne mettrait
pas suffisamment en valeur des h6ros de couleur
blanche.
Danny Glover qui se trouve a Paris, a fait savoir
que les producteurs lui ont dit que son projet est grand
et agr6able mais lui demandent tous oni sont les h6ros
blancs.
"Je ne reqois pas d'argent ici, commeje n'ai pu
en recevoir en Grande-Bretagne", a d6clard la star du
cinema, affirmant avoir rencontr6 sans succes un grand
nombre de producteurs bass en Europe et aux Etats-
Unis
Ils lui ont dit que ce film "noir" n'aura pas assez
d'audience en Europe et au Japon.
"Quelqu'un doit prouver que c'est faux", a dit
Danny Glover ajoutant qu'il pourrait bien 6tre celui-
li.
"Toussaint," le premier projet de Dany Glover
comme r6alisateur, va retracer la vie de Toussaint
Louverture (1743-1803), un ancien esclave et l'un des
pbres fondateurs de l'ind6pendance d'Haiti proclamde
le lerjanvier 2004.
ArrWt6 puis d6port6 en France, il est mort de
faim et de maladie dans la prison du Fort de Joux, dans
le Jura.
L'acteur am6ricain avait jou6 le r6le de
Toussaint dans une pi&cejoude au palais national dans
la soirde du ler janvier 2004 dans le cadre du
Bicentenaire de l'ind6pendance haitienne, qu'un
secteur avait tent6 de saboter par des violences de rues
pour des motifs politiques.


longtemps que, dans les pratiques, on persiste A ignore
cette demande sociale d'information. Il y va <
l'articulation des int6rets individuels et de l'int&i
collectif, laquelle passe forc6ment par la mise en pla
de processus participatifs A la prise de decision. Il e
aujourd'hui facile de concevoir et de r6aliser I
systeme national de decision int6grant de faqc
coh6rente le d6veloppement local et l'actic
gouvemementale. I1 est tout aussi facile d'envisag
et de mettre en place des sous-systemes locaux d
decision, d6centralis6s, participatifs et communautair
mettant l'accent sur les initiatives de la population
des acteurs locaux au b6ndfice du rapprochement ent
l'action de l'Etat et les besoins de la population.
Cela suppose en particulier le partage et
dissemination de l'information. Au-delA d
mdcanismes traditionnels de concertation, d'6chang
le d6veloppement des nouvelles technologies <
l'information et de la communication met A
disposition des d6cideurs de nombreux outils, tel 1
Portail Pays, pouvant contribuer A la concrdtisation
ces objectifs.
Comme son nom l'indique, le Portail sera
porte d'entr6e du pays en g6ndral et
de l'administration publique
haitienne en particulier sur le Web.
Dans le cas particulier d'Haiti, il
pourra avoir comme fonctions
globales celles d'&tre une vitrine
permanente du pays, un espace pluriel
d'information, de concertation et
d'6ducation, et un espace de
promotion.
Le rapport 2005 du
D6partement des Affaires
Economiques et Sociales du
Secretariat des Nations Unies
(UNDESA) attribua A Haiti la note
z6ro pour l'indice de presence en
ligne, signifiant que le pays n'avait
pas un site national officiel, ou un site
national officiel A jour. La valeur de
0,0635 calculke pour Haiti en 2008
d6note une certaine amelioration mais
elle reste encore trbs faible par
rapport A la moyenne de 0,2513 des
pays du Cariforum. Haiti doit
poursuivre les efforts pour plus
grande visibility sur Internet. Sans
aucun doute, en plus d'etre la
r6f6rence idWale pour les recherches
sur Haiti, le Portail officiel de la
R6publique d'Haiti va contribuer A
amdliorer le score du pays, compte TO L
tenu de la m thodologie utilis6e pour
calculer cet indice.
Les citoyens se perdent
souvent dans les m6andres de
l'Administration publique, ne sachant
A quelle institution s'adresser pour


remplir certaines formalit6s et confondant le r6le des
institutions. Une approche de conception d'un Portail
tournd vers le Citoyen permettra de r6duire cette
confusion. La possibility pour les citoyens et les
hommes d'affaires d'avoir en ligne des informations,
des services et des interactions avec les ministbres, va
r6duire les d6placements physiques vers ces institutions
et diminuer consid6rablement les encombrements
couramment constat6s dans leurs couloirs non sans
consequences sur la quality du travail des
fonctionnaires.
Le Portail sera conqu de telle faqon que la
population puisse l'utiliser pour suivre 1' volution des
politiques publiques en matibre de d6veloppement,
alimentant ainsi le d6bat public, la transparence et la
bonne gouvemance. I1 sera aussi mis A profit pour le
suivi des grandes rencontres internationales qui
concernent le pays, notamment les dossiers de son
adhesion la CARICOM et autres accords r6gionaux,
les accords pr6f6rentiels avec l'Amdrique du Nord et
l'Europe, les n6gociations commerciales bilat6rales et
multilaterales en general.
(voir WEB / 14)


CONTACT US
L FREE: 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX :305-620-8332
CELL: 305-986-881 1


Page 12


I ..... %A............ ... . ... .. ..N







Mercredi 6 Aoft 2008 8TITES ANN NS Page 13
Haiti en Marche Vol XXII N' 28 PETITES ANNOUNCES
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444 L e
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556 L o
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T61 954 781 2500 Eclipse Communication Rue Panamericaine #14,
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue Ption-Ville Haiti
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954 380 1616 TO1.: 257-8374
Stin, aChoix incroyable de montues:
Chaque matin, captez o, cIer," C i Brmo a, V"oVe
Melodie Matin Consultation chaque jou
sur 103.3FM parunmdecin-occuiiste.


BEL FOUCHET

Take Out
8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC
Phrt-Purwic/PortI" oPalxW/ICaq I/ Cap41alIiefi/Jr~milf '
Sinmfllk EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Le Manolo Inn Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384
DANS LES NIPPES Depi nou bezwen ka
Des kilometres de plage D nou ezw en ay
Chambres tout confort avec air
conditionne et Salle de bain rele
attenante
Cuisine du terroir preparee par
un ((Grand Chef Bernard Metayer

La Petite Eglise de Petit Trou O 087708 74.62
datant de du 17em6e siecle... 404.405.6584
fax: 770.439.7857
e-mail: bernard@metayer-realtygroup.com
Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes Web: Metayer-RealtyGroup.com
T616phones :566-5361 /401-7108/ 514-0304
E-mail: lemanoloinn@mac.com
Internet disponible KEMll. WiAM
pour les clients I 'i 5 I E
313,30 I f ai Road -* 1iirie xi i (, '


Graphics Web Design Printing PC CIHeaTiTS


Vote en rdez-v
us sommes en PICurde


l ville, m s sur la plage.
nilng&m eDe, ud cnez nous, le bruiUtdes vague
vous ber cnuit etjour
Manager st aussi un lieu ideal pour
tables ro es, seminaires, ateliers de
I ofeessional travail... i ais aussi pour rcceptions tcl
festivals dtoutes sortes
rinting & Design h 1N s nt bLouts >i r
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Ha'ti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500 Noc n


nLA JAC MELIENN
Ai lRUablefroComm rTi.... 288-3451-52
hteljacmelicneahotmai.com *hotelacmelienneayahoo.fr




"Copyrighted Material

Syndicated Content ..

Available from Commercial News Providers"


rr!










INTERNATIONAL


Mercredi 6 Aofit 2008
1Haiti en Marche Vol YXIT N 28


-%... ....... .... .... ... .. ..


4 "_------= - -
& -lm O t0 I
0 M 0 b A
0 I


0
It 0 -


- -

-- 0 CC -r


- 0 E-


r s- c- I -


.: -*
(C0


0 -


- -Q


- 40 0 0


f .w- .- a i
domm o era,


C -


- .-w


W w-


-m -


- 0 4b-.


L o f .1 w-


NNW. fi m -


righted Material :




indicated Content --



mmercial News Providers"
[C~mercial News Providers"


- w -


r rr -




4w 41
- am





- __
-P 0n --, 0 -


*~ - r .-ru
__ -
S S -. -- C- -
L) ~- -I -


- e- ow a -U & .0 -


- ~ L -~


.,
dbe mb.'


- -


-.0- -


- -


*r __ I -


G- -


4 & -.-


- -ww


- W 0 -


aI e~ a-- -


n4 -
a,0NW


- 0 d o w-


0~ ~ *r~ O 0
~I -


4w- .4m &.
-4-49 -
dl. -4 Ow 0 0 -


- .M.-


0


(WEB suite de la page 12)
L'un des grands d6fis pour le
pays est aujourd'hui de cr6er des
emplois. La presentation d'une autre
image d'Haiti, des potentialit6s et des
curiosit6s du pays constituera une bonne
incitation a l'investissement. Apartir de
son adresse Web, le Portail offrira un
ensemble d'hyperliens vers des sites
th6matiques ou institutionnels,
constituant autant de sous-espaces de
promotion des services et des biens, ou
de fenetres sur les attraits touristiques
du pays et ses ressources naturelles, sur
les informations pertinentes pour les
investisseurs priv6s, sur les offres de
formation disponibles dans le pays, les
facilities, etc.
Corriger la presence en ligne
irr6gulibre va 6tre l'une des toutes
premieres tiches du Portail. Elle ne sera
pas facile car elle est appelke s'attaquer
a certains conforts n6s du laisser-aller
institutionnel, a remettre en question des
pratiques en recherchant notamment


l'harmonisation dans la gestion de
l'information publique. Un survol de
l'6tat de la presence en ligne des entit6s
minist6rielles d6montre non seulement
l'ampleur et la d6licatesse de
l'op6ration, mais aussi le niveau
d'engagement n6cessaire pour rendre
possible et fonctionnel le Portail Haiti.
Actuellement 16 des 18
ministbres (incluant la Primature), soit
89 %, ont enregistrd un nom de domaine,
dont 15 .gouv.ht et un seul, le MSPP,
directement sous la racine .ht. Les deux
seuls ministbres, qui n'ont pas encore
enregistr6 un nom de domaine, sont celui
des Affaires Sociales et celui de la
Jeunesse, des Sports et du Service
Civique. De ces seize ministbres, huit (8)
ont des sites Web op6rationnels. I1 s'agit
par ordre d'anciennet6 d6croissante : le
ministbre de l'Economie et des Finances
http://www.mefhaiti.gouv.ht, le
ministbre de la Planification et de la
Cooperation Externe http://
mpce.gouv.ht, le minister a la Condition


MIAMI-DAD

Li4vre'Oo klitS6Vi CdAkjlo
ENPO COMMERCIAL LOCAL AVI POU ANE AN
(Ke yo te konnen sou non PRmi ProfesyonBl)
Yo avize piblik lan ke, tout biznis ki ap opere nan Miami-Dade County bezwen pou yo
kapab renouvle oubyen achte Resi de Enpo Commercial yo pou ane Fiscal 2008-2009
pandan period 1 Jiy6, 2008 jiska 30 Septanm, 2008.
Tout Resi ki pa renouvle 30 Septanm, ap konsidere delenkan epi yo va gen dwa mete yon amann de dis (10) p
pou delenkans pou mwa Okt6b lan, yon amann anplis de senk (5) pousan pou chak mwa jiskaske renouvelmar
peye, tout amann pou delenkans yo pa dwe depase vennsenk (25) pousan taks de Resi de Enpo yo.
Kidiplis, nenp6t moun ki pa peye taks Enpo Commercial yo nan sansenkant (150) jou apre ke yo avize ke yo, e
moun ki pa debwoye yo pou pran yon Resi de Empo Commercial, va jwenn aksyon legal sivil ak penalite pran
anplis fre tribunal, fre avoka, ak tout 16t fre administrative adisyonel ki fet nan ef6 pou touch lajan sa a, epi tou
penalite de desan senkant (250) dola.
Ou kapab peye via Internet, visite sitweb sa-a: www.miamidade.aovltaxcollector
Oubyen ou kapab peye nan de (2) local sa yo:


Downtown Miami
140 West Flagler Street, Room 101
Miami, Florida 33130


South Dade Government Center
10710 SW 211th Street, Room 104
Cutler Bay, Florida 33189


Biw6 an ouvri: Lendi -Vandredi 8:00 5:00 pm, eksepte fet legal yo. Tel (305) 270 4949


Transparence, image, competitivit !
Feminine et aux Droits de la Femme diraient que c'est pas mal, mais
http://mcfdf.gouv.ht, le ministere de attention De la fin du mois de fevrier
l'Agriculture, des Ressources Naturelles 2008 (date de l'avant-derniere
et du Ddveloppement Rural observation) a aujourd'hui (mi-juillet
www.agriculture.gouv.ht, le ministere 2008), cinq (5) sites ne s'ouvrent pas :
des Affaires Etrangeres ceux de la Primature et des ministries
www.mae.gouv.ht, le ministbre des de la Sante Publique, de la Culture, du
Travaux Publics, Transports et Commerce et des Haitiens Vivant a
Communications www.mtptc.gouv.ht, et l'Etranger [1]. Consequences de la crise
les tout derniers nds, le ministbre de la politique, problkmes de budget pour
Justice et de la S6curit6 Publique payerl'h6bergementdu site Web ou pour
www.mjsp.gouv.ht, et le ministbre de renouveler le nom de domaine, deficit
l'EducationNationale et de la Formation de personnel qualifi6 pour le suivi, ou
Professionnelle www.eduhaiti.gouv.ht. I1 manque d'int6ret accord par les entit6s
faut y ajouter le site de la Secr6tairerie a leur visibility en ligne ?
d'Etat a 1'Int6gration des Personnes II faut savoir que, dans le
Handicapees www.seiph.gouv.ht, contexte actuel tant national
dernibre entity gouvernementale cr66e qu'international, il sera difficile a Haiti
par arrete pr6sidentiel du 17 mai 2007. de faire l'6conomie de structures
Un rapide clic sur les huit (8) d'informations performantes. Celles-ci
sites minist6riels ddvoile bien qu'il n'y permettront non seulement de
a pas une gestion int6gr6e de ces sites rapprocher l'Etat des Citoyens et
gouvernementaux, encore moins de d'apaiser, ce faisant, certaines tensions
lignes directrices. Chacuny va de son sociales, mais aussi d'accroitre
feeling, de ses gofits. Ni l'attractivit dupaysauprssdepotentiels
l'organisation de l'infor- investisseurs.
mation, ni les couleurs, ni les Il est anormal que le site
fonctionnalites disponibles www.haiti.org, qui s'affiche depuis au
d'un site l'autre n'indiquent moins trois (3) ans comme le site officiel
qu'ils appartiennent a une de la R6publique d'Haiti, continue a
msme famile. Les diffuser des informations totalement
mime famille. Les
caract6ristiques les plus errondes, sans une quelconque
communes sont i) la intervention corrective de la part des
denomination des sites web instances gouvernementales. A titre
avec une tendance trbs d'exemple, le Conseil Electoral
marque vers le << sigle du Provisoire pr6sent6 sur ce site est celui
ministre.gouv.ht ; ii) et le du 16 mars 1999 de Me Lon Manus, et
ousan retard dans la mise hajour. Sauf le pays y est encore divise en neuf (9)
San sur le site du ministbre de departements.
l'Economie et des Finances, L'Information est unfacteur trop
pi les rubriques Actualites, A la critique sur les plans social, 6conomique
ont yo, Une, ou Evcnements et politique, pour ne pas en faire une
on Marquantse, o ne snemnt s gestion correcte. I1 est imp6ratif de
uyon M lrement aimesnts. Pas corriger les d6faillances, et urgent de
example, les carts relevPs realiser le Portail Haiti, dont la mise en
entre le dernier et l'avant- ceuvre servira d'ailleurs de pr6texte pour
dernier article d'actualit6 sur revoir les systemes d'information en
les sites du MCFDF et du cours dans l'administration publique.
MTPTC sont de deux a trois Contact: raymond.noel@fds.edu.ht
mois.
molHuit sites fonctionnels [1] Le site du ministbre des Haitiens

sur 18 ministbres, soit44% des Vivant a l'Etranger s'ouvre a l'adresse
entit6s gouvernementales www.createch.ht/mhave et non plus a
visibles sur le Web : d'aucuns l'adresse www.mhave.gouv.ht


Page 14


-4


- -


aw- .1o-do 4. -40 0


Rendre Haiti plus visible sur le Web :


rC-
i


.ON-D


aw -4b ,N- A - rr


--U


0


C


em,,I p Q elrl em


.1w ow 4


-- q 0


- o


- 4m. Am .400 4P.-


- -- 0







Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 28


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"

*Wom %w- OA *O" 4 owt m g 04#


Chaque jour, le journal des transferts revble
les dernires indiscretions. Aujourd'hui, Robinho veut
partir du Real pour Chelsea. La piste Jimmy Briand
abandonnde, Paris veut d6sormais Mateja Kezman.
Mais le dossier est compliqud... Didier Drogba devrait
prolonger a Chelsea.
ROBINHO SUR LE DEPART
Selon le quotidien Marca, Robinho aurait
6mis le souhait de quitter le Real Madrid pour rejoindre
Chelsea, qui convoite l'attaquant brdsilien. "Je veux


partir pour Chelsea comme Cristiano Ronaldo souhaite
rejoindre le Real. C'est la m6me chose" aurait dit
l'ancien prodige de Santos. Arrive a Madrid en 2005,
Robinho a inscrit 25 buts en 101 matches de Liga sous
le maillot du Real. Recemment, Chelsea avait fait une
offre de 35 millions d'euros pour s'attacher les services
de l'attaquant international brdsilien. De son c6td,
Schuster ne souhaite pas se s6parer de sonjoueur, qu'il
juge "indispensable" au Real Madrid. Mais les
dirigeants merengue ne seront peut-6tre pas aussi


lliI %100f 1 411% Athk-Ir %e %-(


S"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


insensibles aux offres anglaises si elles atteignent les
40 millions d'euros.
CHELSEA: DROGBA VA RESTER
Selon Sky Sports, Didier Drogba ne devrait
pas quitter Chelsea. L'Ivoirien serait sur le point de
signer pour quatre anndes suppl6mentaires avec les
Blues. Le MilanAC, l'Inter Milan et Barcelone 6taient
sur les rangs pour accueillir l'ancien Marseillais cet
&td. Ce dernier n'avait pas cach6 son envie d'aller voir
ailleurs. Mais il semble que la formation d6sormais
dirig6e par Luiz Felipe Scolari ait trouv6 les arguments
pour convaincre le buteur.

Amical Double d'Eto'o
contre Chivas
Le FC Barcelone a 6cras6, dimanche soir en
match amical a Chicago, le club mexicain Chivas de
Guadalajara (5-2). L'intemational camerounais Samuel
Eto'o a inscrit un double en seconde p6riode.
BUTS
FC Barcelone : Xavi (25e), Hleb (44e), Eto'o
(49e, 72e), Caceres (90e)
Chivas : Padilla (59e), J. Hernandez (89e)
I 86~e nss r il


8772 NyIE 2 dmre Avienurjae
T41: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR ROUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemens pour Bell South, FPL GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection tdidphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am

730 pm

SI'urfums
* (diulare & BIkcper
souteirs et Surndlcie
p dluits pour ia ncutsin
*('altullI
STabilaux
* Moncy


Zuk. fraunii. Ane nrcai i
* VIdL'sH (IIiticns. Aizrairins, IXtcuintaWakrs, Drams'
* Pruluils lie beaur


Page 15


Transferts Robinho, un pas vers Chelsea


Ecoutez Melodie Matin
avec Marcus sur


SI o d i e
1 0 3. 3 fsm









SANTE


Mercredi 6 Aofit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 28


Haiti-ONUSIDA: Vers l'acces


universel aux traitements


0*6d0B *Wbowi .

s A M 101
0 1 to 0 f


o L 'acces universel des personnes infectees
du VIH/SIDA aux traitements est encore insatisfaisant
>, a declard, mercredi, Kate Spring, Coordonnatrice
a.i. de 'ONUSIDA, lors du lancement du rapport sur
l'epidemie mondiale du Sida 2008.
Dans son intervention a ce lancement le
mercredi 30juillet a l'H6tel Montana a Port-au-Prince,
Mme Kate Spring a surtout mis l'accent sur l'acces
aux traitements des personnes infect6es par le VIH/
SIDA qui estjusqu'en 2008 insatisfaisant. << Seulement
un tiers de la population mondiale infected du Sida a
aces aux traitements anti-r6troviraux. Nous sommes
encore loin de nos objectifs malgr6 les amdliorations
enregistr6es >, a-t-elle mentionnd.
Dans le cas d'Haiti, le Docteur Brunel
Delaunay a estim6 qu'il y a eu progrbs meme s'il reste
encore beaucoup a faire. Selon l'assistant-directeur
ex6cutif de l'Unit6 des programmes prioritaires de la
MSPP, Haiti n'est pas rest6e les bras crois6s devant le
fl6au du Sida.
< Nous avons lutt6 pour identifier ce mal qui
n'avait pas de nom, pour sortir de la case de
stigmatisation quand certains parlaient de 4H. Nous
nous sommes battus pour installer chez nous des
moyens de diagnostic s6rologique, arriver a la prise
en charge des malades et a l'installation d'un
programme national de lutte contre le Sida >, a 6num6rd
Dr. Delaunay, ajoutant que des pays de la Caraibe
cherchent a partager ce succes en consid6rant Haiti
comme leader.
En Haiti, le nombre de personnes mises sous
ARV est aujourd'hui de 42%. Le taux de
s6ropr6valence est de 2,2. Les jeunes qui d6tiennent
une connaissance complete sur le Sida sont de 32%.
Mais le mal est encore la, car il y a 81% des femmes et
89% des hommes qui n'ontjamais &t tests; seulement
10% des jeunes de 15 a 24 ans ont &t6 tests au cours
des 12 derniers mois.
Comme perspective, a signal Brunel
Delaunay, il faut toujours maintenir la prevention a un
niveau efficient et offrir un aces universel a tous, en


s I m )t e I*r qI-- --







"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 16


ce qui concerne la prevention, le support et le traitement
du VIH/SIDA.
Selon le Docteur Emile Herald Charles,
Directeur ex6cutif de la Fondation Sogebank, le Fonds
mondial en Haiti a vers6 jusqu'ici $131 millions 999.
958 US d'engagement. 100 millions de cette somme
vont aux deux projets : 'One-one' et 'One-five'. Le
montant d6jh d6caiss6 est de $101 millions 754 892
US.
Haiti est passe de deux centres avec capacity
de diagnostic pour le Sida a pres de 162 centres en
2008, et de 2 centres avec capacity de prise en charge
des patients PVVIH a 33 centres. De plus en plus de
jeunes sont sensibilis6s sur le sujet.
o La grande nouvelle est que le Fonds
mondial, apres n6gociation, d6marrera le 'Round
seven' qui est un troisieme projet du Sida, soit le
cinquieme en execution en Haiti >, a pr6cis6 le Dr
Charles, ajoutant que ce projet de 15 millions de dol-
lars sera lanc6 au cours de la deuxibme moiti6 du mois
d'aoft pour d6marrer effectivement le ler septembre.
Le vise a la correction des retards en
ce qui concerne l'acces aux soins des mbres
seropositives.
Selon le rapport sur l'6pid6mie mondiale du
Sida 2008, on estime a 33 millions le nombre de
personnes vivant avec le VIH/SIDA. 2,7 millions sont
nouvellement infect6es en 2007, dont 370.000 enfants,
et 2 millions de d6ces attribuables au Sida ont &t6
enregistrds la meme annde.
Le nouveau rapport est lanc6 juste avant
l'ouverture, en aoft prochain, de la XVIIe Conf6rence
internationale sur le Sida a Mexico, a laquelle prendra
part Haiti. Elle r6unira des autorit6s et des d6cideurs
politiques, des universitaires, des activistes, des
groupes communautaires et autres parties prenantes
essentielles afin d'6tudier les lemons apprises et
renouveler l'l6an vers l'atteinte des objectifs d'acces
universel d'ici a l'an 2010 et des objectifs du
mill6naires pour le d6veloppement d'ici 2015.
leopoldcine@yahoo.fr


ESTATE GARAGE SALE,
Saturday, July 12TH 9:00 am
To 3:00 pm
2481 NW 152ND Terrace


Ecoutez Melodie Matin
avec Marcus sur

Adlodie
103.3 fm


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Dapre Rezolisyon Konte Miami-Dade R-715-08 adopte jou 17 jen 2008 ak R-534-08 adopte jou
6 me 2008 pa Asanble Komisyone Konte Miami-Dade, Florid, yo avize nou ke yon eleksyon
espesyal ap fet le 26 dawout 2008, pou soumet devan vote kalifye Konte Miami-Dade yo, pou yo
ka apwouve oswa dezapwouve pwopozisyon sila yo:
Referandom ki Va Pemet Konstriksyon yon Sant Deza Kominote nan Tropical Park
Eske se pou yo pemet Konte a konstwi yon bilding pemanan, yon Sant Deza Kominote, nan
Tropical Park pou ogmante patisipasyon kominote nan, ak apresiyasyon, deza kiltirel dives ak
pwogram Iwazi pou timoun yo ak granmoun yo, epitou nan kreyasyon yon espas pwogramasyon
deza kiltirel, espas pou egzibisyon, ak espas pou cho ak prezantasyon?
WI 382
NON 383
Fon Monete pou Timoun yo ("The Children's Trust", an angle)
Eske se pou Fon Monete pou Timoun yo ("The Children's Trust"), distrik endepandan espesyal
pou sevis timoun yo, renouvle pou kapab finanse amelyorasyon nan sante, devlopman ak sekirite
timoun yo epitou enkli:
* pwogram yo ki va redwi vyolans epi kenbe timoun yo an sekirite,
* pwogram apre lekol yo ak pwogram mwad ete yo,
* pwogram yo ki va amelyore estanda edikatif nan gadri timoun yo, epi
* ekip medikal yo pou lekol piblik yo; epi
ankouraje paran yo ak kominote a pran responsabilite yo anve timoun yo; epi kontinye enpoze
enpo lokatif anyel ki baze sou vale pwopriyete yo, ki pa dwe depase mwatye (1/2) mil la?
Wl 385
NON 386
Tout vote kalifye ki abite nan Konte Miami-Dade lan va elijib pou vote WI oswa NON sou
kestyon sila yo.
Tout biwo vot ap ouve de 7:00 dimaten jiska 7:00 diswa jou eleksyon espesyal sa-a. Eleksyon
espesyal sa-a va fet dapre Iwa jeneral sou eleksyon ki etabli pou eleksyon espesyal yo ak tout lot
regleman ki gouvene Konstitisyon Otondm Konte Miami-Dade.
Lester Sola
iMIAM Sipevise Eleksyon
SKonte Miami-Dade, Florid


licuut %At IVICMAlk, VVI Yll IN o











Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 28


SANTE


....... x muhIa'%rumm


- -.-- -


- rr -r I
- r -C -r-
~- -

- --- -
-c -


- r - S
r 0* I rr r
1

- .t -r __


~r-


01
0~


- a.

-r -C -i -

S-- -" 4 b




.. N
r4D

.0 --
0 -
C ~~~ -rl -s~ - -
__
* I~C rcl


-.. -0 0 -




-OEM Ask-
-o 0 d-o,









40 0 0 -
* r q .-



- .l .r
-- 0 -



- .
-


1 0 w i y.. ..k rr


- -


_l l-_ -


-r -r -1L rr -r


-_-__ --C
_.--_Copyrighted Material




-.i. Syndicated Content- -




Available from Commercial News Providers"


- 0


0 aII a I a -

-l -r -~
-0 -
-


C-
- 0 -


r a


CI


0


0 I O


-r -= *r 0

--C Q, - 0 - -

* I - rL


aC a C -I -L a

c- r
~ ~ r 0 .- -- 0


-
* -p -


I As prh an a t owb m' *



wI mo DOM 4 g


ow 4w-
- -lpo~ W -

-. g d.
do Qm W
-Ab d.I
-I -I -l -
L -
__ I -


0r
0

r ~I


0

rl


-- ~ 1


0 -
4w-w 1mo ...
-.
0r -
*~ L -


4I
w -C





0


- r -r -e -


,b u- a


*t --' -
0r


oo







qw 0 0
- -







- -~


p -iII 0
O -


0

r ~
a- S a

~ -.~


ow 0MW.404w 4w ANN- lo
d O A- W









qw .w.





o so I so -
-~ =










--dM

4m --90




U, I r - p







~40.
~-' _


arI~
.r 0) -I
--1 -






edft40-4 df-qdn- 4
-C -



~ r ~C a e


Page 17


- II -

-r ~


.r 0

'I


O w


....4b



- 0 0















*-- -
. I) .

* r 0-


MAM3&.



Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update

Department of Transportation 49 CFR Part 26

ESTABLISHMENT OF OVERALL DBE GOAL FOR

MDAD FOR FISCAL YEAR 2009

The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by
Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1, 2008 through September
30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups,
community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the
availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for
DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A "level
playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no
discrimination against them.

MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD
projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting
information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority
Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through
Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M.

MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the
date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the
address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221.


I


r


- w


r


4


r


c Ir,~
4
r









LES JEUX


Mercredi 6 Aofit 2008
H-ai'ti en Marche Vol YXT N 28


Allez de FROLAI a POETES, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solutions de la
semaine passe:
BANDER
BARD ER
BITAR R E R
BARR IR
BARR RIT

GARROT


SPOE T E
Z L M(NN A T A TIO NG N
S S C R I M EXB O E E
T B\A S K E T B A L T 'S
CT\A\E K W O N D H E
H L E T I S M EM N T M F
TTZ (L\UEXJXVXA I G A S T
R )YX\L DVTANG E I I B
A L EXDXAIS E T 0 R L A


L T E RO PHIXLI ECA 0O
I 0 W A T E F/P 0 \L\ ,)
N h P E N T A T H L LJE L
EF] M(H A N D B A L E]


Athletisme Aviron BMX Badminton Baseball Basketball
Boxe Canoe Cyclisme Equitation Escrime Football
Gymnastique Halterophilie Handball Hockey Judo Lutte
Natation Pentathlon Plongeon Softball Taekwondo Tennis
Tennis de table Tir Trampoline Triathlon VTT Voile -
Volleyball Water polo


HORIZONTAL
1. Mollusques 2. Fagonniere -
3. Se rend Jeu de strategie Metal -
4. Chronique 5. Usine a metaux -
6. Partie centrale d/un temple grec -
7. Abbreviation d'un etat americain -
Instrument de musique -
8. Enzyme.
VERTICAL
1. Desolante 2. Peuple du Chili -
3. Cle Ecrit racontant I'histoire d'une vie -
4. Fauve 5. Grand organiste frangais Irridium -
6. Article Quotient Intellectuel Pronom -
7. Epince Champion 8. Cote gauche.


?lliki' F R1 1 1 10


] l I l lq I li l l I lq i A l l | i | i l l l L l ili I



1elIo die E n B ref... (... suite delapage2)
1 0 3. 3 fm Mission de 1'ONU exprime sa determination de continuer a ceuvrer dans
la stabilisation d'Haiti.


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


e "eatd Ae&64 it eo&C&adce /


Une Haitienne condamnee a 15 ans de prison en Floride
Une institutrice haitienne, Maud Paulin, a &te condamnde a 15 ans
d'incarc6ration en Floride pour avoir trait comme une esclave (restavek >) une
jeune haitienne qu'elle avait fait entrer aux Etats-Unis a l'Age de
14 ans pour servir chez elle.
"Je l'avais fait entrer aux Etats-Unis pour servir de compagne a ma
fille", a d6clard Maud Paulin. Mais le traitement requ par Simone
C6lestin, qui a port plainte, ressemble plut6t a celui d'une
esclave. Simone Celestin a dit qu'elle avait m6me envisage de se
tuer pour n'avoir plus a subir tous les abus dont elle a &t6
victime pendant les nombreuses ann6es passes chez Maud Paulin.
En Haiti, sa mbre et sa grand mere l'avaient confide a un orphelinat dont Evelyn Theodore,
la mbre de Maud Paulin, avait la gestion, du c6t6 de Ranquite.
Simone c6l1stin a &t6 introduite ill6galement aux Etats-Unis et
r6duite a un 6tat de servitude, violant ainsi ses droits civils. Elle
dormait a m6me le sol, dans un sac de couchage, et portait des
v6tements usagers. Elle n'6tait pas autorisde non plus a
quitter la maison sinon pour promener le chien ou bien pour aller
au supermarket. Simone Cl6estin, trait6e en restavek, s'est done d6cid6e a
porter plainte.
Le jour ou la sentence a 6td prononc6e, la mbre de Maud Paulin a subi
une crise cardiaque. Aussi aucune sanction n'a (encore) &t6 prise contre elle.

Dkces de Edouard Berrouet, ex-ministre de l'Int6rieur et de
l'Agriculture sous Jean Claude Duvalier
Edouard Berrouet, Dadou, est mort a l'Age de 94 ans, le week-end du 26 Juillet.
Agronome de formation, Edouard Berrouet a 6td tour a tour Ministre de l'Agriculture,
organisant les premieres foires agricoles au Champ de Mars et aussi Ministre de l'Int6rieur
et de la defense nationale.
Sous Papa Doc, il n'ajamais eu de poste eminent, quoique en principe un proche du
dictateur. Dadou Berrouet n'avait m6me pas h6sit6 a rev6tir l'uniforme des tontons
macoutes, circulant en gros bleu dans les rues de Port-au-Prince.
Edouard Berrouet n'ajamais utilis6, croit-on, ses relations avec Franqois Duvalier pour
faire de l'argent.
Les fundrailles d'Edouard Berrouet ont et6 chant6es le Vendredi
Premier aofit 2008. (EN BREF / p. 20)





| -- l .^ @ ..... ...
ft d w m .4& 40% ^ Af tE OW*:A AVe





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 18


IL


F SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

D T

EAA

N N

Solutions de la semaine passe
SCOTOME i


li .. . .A...... .... ... . ... .. .. I


F OI RI 01 L| AJ


I'~--''~---''----' --- -"-------I-- --- -- -" ~---- ---~ ---- --


A


ldilhH a l l i l l l


-' 'C








Mercredi 6 Aofit 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 28


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


Sou afe zonbi-a ...

twou manti pa fon
ak : Dokte Dyeri Jil ak Ivwoz Jil*

Twou manti pa fon. Istwa k'ap sikile sou zonbi
Okap lan radyo, lan teledy6l, sou entenet, lanjounal,
istwa sa-a pa gen yon may verite ladan. Istwa-a chita
sou lejann peyi-a ki soti lan esklavaj Franse te met sou
pye. Lafrans te enpbte apepre youn milyonAfriken an
Ayiti pandan 100 ane. Li touye 700,000. Youn
kokennchenn krim konsa pa ta ka fet pou sa pa ta kite
mak sou desandan viktim yo. Se sa nou konnen fanmi
nou te pase ki rakonte lan kont mounn tire sou zonbi.
Bay koubliye, pote mak sonje. Istwa zonbi-a se istwa
pote mak ki fidd1 a istwa peyi-a. Se sa k'fR se sou
bitasyon zonbi travay. Yo travay la paske se la menm
gran grann nou te redi anba makak.
Chaje fay lan istwa k'ap sikile sou afe zonbi
pran lari Okap. Remake yo prezante SilyAn k6m mounn
tdt-pa-byen. Kwak sa, yo ranmase pawbl anba bouch
li pou bon pawbl. Yo di SilyAn di se zonbi li ye. Poutnt
sa f6 n'kwe, se vre, zonbi l'ye. Yo di-n Ti B6s ki te
kenbe SilyAn lan esklavaj, mouri, e nou tout konnen
m6 pa ka defann t&t yo. Tout defamasyon gen dwa tonbe
sou do Ti B6s. Yo akize di gen mounn ki te touye
Silyni, men SilyAn vivan ap koze akjounalis.
Vre viktim koze sa-a, se SilyAn ak Ti B6s.
Sou foto yo sikile-a, sanble SilyAn se yonn mounn ki
ta bezwen swen medikal. Angiz sosyete-a cheche ba
I'sa, mounn pito chita ap detounen atansyon sou
maladi-1 pou yo akize li se zonbi. Se sa menm pou yo
ta di, paske si n'ta vie mennen SilyAn lan doktW, se
apepre 5 sikolbg ki genyen lan peyi a epi yo tout
P6toprens. Depi youn mounn gen maladi mantal, ou
m&t tann, paske kanmem f6 w'jwenn malkonprann ki
pou di se zonbi mounn nan ye.
Sou pant manti-a, yo di gen 1000 zonbi ki te
lage lan lakou Ti B6s. Mezanmi, an nou pase men lan
je-n, pou n'we kote nouye. Se an Ayiti wi. AnAyiti se
lanjaden mounn travay, se pa sou gran bitasyon. Se ki
kote s- a ki gen mil mounn k'ap pwodui danre men
tout z6n nan lan grangou? Mezanmi, an nou pase men
lanje-n.
Istwa-a gen gou manti. SilyAn pa gen siyati.
Pou n'ka kwe san traka, Ti B6s pote non youn hougan
ki part lan anpil chante tradisyon1lAyisyen. SilyAn fR
3-an lan esklavaj. Yo di sa paske mounn toujou rantre
chif 3 lan istwa pou fR l'par&t relijye oubyen mistik
konsa n'a vale-1 san reflechi.

F6mil pou Ayiti?
Lan menm istwa k'ap sikile sou entenet la,
yo menm arive ofri youn f6mil senp pou devlope Ayiti.
Nanpwen okenn bank sou late, okenn gouvenman sou
late, okenn ekonomis sou late, okenn konese sou late
ki okouran f6mil sa-a. F6mil lan di, pou Ayiti devlope
nou bezwen mwens Vodou, mwens Kreybl. Ki ta vie
di se 1I nou sispann pale Kreybl antre nou, se 1I sa-a
peyi-a va fR pwogri; se 1I n'a sispann jete dlo pou
ansyen yo, se 1I sa peyi-a ap ka tire avantaj sou mache
entenasyonal la. Kbmkwa, 1I sa-a n'apjwenn don, n'ap
jwenn prete san enter.
Devlopman se pa travay relijyon. Japone ak
Chinwa sevi Dantanyo menmjanAyisyen sevi ansyen
Ginenyo. Sa pa anpeche Japon ak Lachin rich. Se pa
manke Kretyen peyi lan Lamerik Santral yo manke
Kretyen ki fR yo p6v. Se mounn ki fR. Se pa relijyon ki
fR. Se pa relijyon Kretyen ki devlope Ewbp. Se lajan
ki f&t lan esklavaj ki te vin pem&t yo envesti lan lasyans
ak lan bati izin. Okontre, Kretyen an Ewbp te fR tout
sa yo kapab pou yo te anpeche lasyans devlope.
Kretyen Franse, Angle, Pany6l fR 300 ane ap
dirije Ayiti. Pandan tout tan sa-a, yo pa bati youn lek6l,
yo pran tout sa peyi-a pwodui epi yo voye-1 an Ewbp.
Annapre, sou 450,000 Ayisyenyo touye 150,000 pout&t
yo te vie viv lib. Pi mal toujou, apre nou mmt fen lan
esklavaj, Lafrans mande Ayiti goumen oubyen ranmase
dtnye kras kbb lan peyi-a epi pimp- 1 ba yo an Frans.
Ayiti te setoblije voye lajan ba yo. Epi kounye-a, pou
mounn eskive tout sa, pou yo vin di se Vodou ak Krey6l
ki sous mize peyi-a. Di se Vodou, se pa Kretyen Vivan
ki malmennen Ayiti, se filozofi nou dwe rele fi-m
toujou. Di se Kreybl ki malmennen Ayiti se youn 16t
filozofi nou ta dwe rele fi-m ankb.

Tripotay la rive lan rejdt:
Pou fay ki genyen lan istwa zonbi yo di yo
wk Okap la, nou ka we se pa okenn rapb serye. Avredi,


se pawbl k'ap vante, oubyen k'ap monte pou atake
Vodou. Se lan epbk fet Sodo menm tripotay la lage.
Remake, sa pi fasil pou mounn atake Vodou pase pou
yo atake bonjan pwoblkm peyi-a. Atake Vodou fasil
devan bati inivesite, prepare enjenye, kreye travay.
Bonjan devlopman se travay men ak t&t, se pa travay
lej Se travay toutbon. Se touse pony&t met brenn ate.
Kou mounn fin fi sa, yo gen dwa pratike relijyon yo
vie.

* Dokte Dyeri Jil ak Ivwoz Jil se ote : Bicentennial :
Haiti's Gift to the World avk : Bisantn: ZetrennAyiti
Pou Limanite.
www.bookmanlit.com

Ago nou edite kUk mo nan 6tograf otb-a (JM)


*k * *

Nbt Etimolojik: Penda,

Pennda
ak Max Manigat*

Penda, pennda [N]**, se pa mo ki kouran. Yo
tande-1 pi souvan nan bouch abitan. Se kolonn: delak&r
[N], denochan [N], kaprina, ratrd1 [N].
Mo pou maler&z sa-yo pa manke nanvokabil&
ayisyen-an. Jules Faine (DFC***), paj 220, aliyen 11
mo ki ta kapab tradui franse personne [fille] de
mauvaise conduite : fille /fiy; jeinesse /jennes; zaile
vett / z1lvdt; aria / arya; ahona ou arona / awona,
ouaille-ouaille / way-way; caco / kako; brigande / brig-
and; azizwle / azizwl1; zonzongnin / zonzonyen;
bousin / bouzen (o respe!). Sa kite nou we ki
jan sosyete 1930-1940-la te konsidere maler&z sa-yo.
OtD DCF-a sijere plizye etimoloji :
awona, ki ta soti nan mo panybl "ajo" = youn
mounn endesan, gwosye;
kako, youn mo pany6l ki vie di brigan;
azizw61, mo panybl "azir mwenpajwenn
nan diksyone pany6l franse-m-nan ki pou JF (Jules
Faine) ta ka vie di : kenbe bra youn mounn brip!
K6stiye k6-w sou youn mounn ak "suelta mwen pa
jwenn avek sans sa-a nan diksyone pany6l franse-m-
nan ki pou JF ta ka vie di : youn mounn ki pwon, ki
rapid ;
zonzonyen, ki ta kapab soti nan pany6l
"zozona mwen pa jwenn nan diksyone pany6l -
franse-m-nan youn "augmentatif (franse) mo
panybl" zonza ki pou JF ta vie di : b&t, nye, s6t.
Mwen pa konprann kote misye vie rive.
Anpil nan etimoloji sa-yo se sipozisyon. Men
tou nou kapab remake kouman preske tout orijin mo
sa-yo asosye avek medam jennes panybl-yo ki vin
degaje yo an Ayiti.
Pou zonzonyen, JF panse li ta kapab soti nan
yon gwo mo ki younn nan non Ayisyen rele sa Bondye
bay gason-an..
Bouzen, se t'ava youn mo nan ansyen dyalk
anjven (Anjou) ki vie di: kafe jennes.
Penda, pennda pa nan lis JF-nan. Noujwenn-
ni nan BCF**** paj 716 avek siyifikasyon angle "
loose woman : fanm ki nan libdtinaj, lenkonduit.
Pierre Anglade : Inventaire 6tymologique... (1998)
avek Jeannot Hilaire : Lexicroole (2001) pa liste-1.
%
Kote penda, pennda ta soti? Carlos Esteban
Deive nan Diccionario de dominicanismos (2002)-li-
a, paj 160, vini avek yo mo pany6l dominiken
"pendanga ki ve di : mujer pusilinime" = youn fi
ki timid. Li ajoute Academia de la Lenga, Espay-la,
otorize mo-a. Konsa, nan paj 711, Dictionnaire
francais- espagnol, Ram6n Garcia-Pelayo y Gross-la,
koleksyonLarousse (1967) mo ramera "-a ki sinonim
"pendanga = prostitute an franse kidonk jennes an
kreybl. Pi devan, nan paj 712, ot-a vini avk : "pend6n
" = gourgandine, grue an franse ki toujou gan sans
jennes-la ; li splike-1 an pany6l :" mujer de malavida
"kidonk : fi k'ap mennen youn vi dez6donnen.
Nan edisyon 1998 menm diksyone sa-a, p.
619, nou kontre avek : pendejo = pervers an franse
avek esplikasyon pany6 : "de vida licenciosa ki bay
lide : mounn k'ap viv nan lisans.
Tout mo sa-yo : pendanga, pend6n, pendejo
"egal menm kout baton-an: jouman.
Mwen poko twouve plis.


* Max Manigat se otW : Mots crooles du Nord'Haiti.
Origines Histoire Souvenirs. 2006, 373p. Li fik
pibliye : Patamouch. Etimoloji Literati Rep6taj.
Educa Vision, Inc. 2007, 266p.
**[N] = mo nanN6
*** Dictionnaire franqais-croole (1974)
**** Bryan C. Freeman: Haitian-English Dictionary
(2004)




Donnezon 2007: powet

Klote Sen-Natis
(Clotaire Saint-Natus)

Powet Klote Sen-Natis / Clotaire Saint-Natus,
anpil mounn deja konnen, otW powem Natif Natal-la
an twa lanng : krey6l, angle, franse, choute ntf fwa
pou lanne 2007 epi li bay ntf gl6 tou. Men sa li mete
nan men-nou :
1. Jacques Roumain : M&t lawouze douvanjou
(woman). Tradiksyon an krey6l ayisyen, Clotaire
Saint-Natus. P6toprens, Edit. Henri Deschamps,
2007, 212 p.

2. Gouvenman sous dlo-a. Granchimen lawouze
douvanjou. Ayibobo pou Jacques Roumain
(pwezi) : bwochi an kat lanng : kreybl, pany6l,
franse, angle. P6toprens, 2007, 47p.
Tradiksyon an panyl : Gashton Saint-Fleur.
Tradiksyon an angle : Michaelle A. Saint-Natus.

3. Dis konpak : Gouvenman sous dlo-a. Granchimen
lawouze douvanjou. Ayibobo pou Jacques
Roumain. 2007. (Se powet-la menm k'ap di
pwezi-li)

4. Po6matoire. En hommage A Jean-Jacques
Dessalines le Grand, Pere Fondateur de la Patrie
(po6sie). Port-au-Prince, Presses Nationales
d'Haiti, 2007, 57p., ill.

5. Po6matoire. En hommage A Jean-Jacques
Dessalines le Grand, Pere Fondateur de la Patrie
(disque compact / CD). 2007. (Se powet-la menm
k'ap di pwezi-li)

6. Po6mature. En hommage A Ralph L. Auguste, le
Capitaine.(po6sie). Port-au-Prince, Presses
Nationales d'Haiti, 2007, 47p.

7. Po6mature. En hommage A Ralph L. Auguste, le
Capitaine. (disque compact / CD). 2007. (Se
powdt-la menm k'ap di pwezi-li)

8. Po6matique. Ah, ces enfants, rave utopique des
poetes. (po6sie). Port-au-Prince, Presses
Nationales d'Haiti, 2007.

9. Po6matique. Ah, ces enfants, rave utopique des
poetes. (disque compact / CD). 2007. (Se pow&t-
la menm k'ap di pwezi-li)0

Kouzen antiye nou-yo t'a di: Se paje!"
M'a tounen sou : Jacques Roumain: M&t
lawouze douvanjou (woman) avek : Gouvenman sous
dlo-a. Granchimen lawouze douvanjou. Ayibobo pou
Jacques Roumain (pwezi).
Sa pa anpeche-m ba nou goute nan dezyem-
nan:
"Yon bann nyaj soufrisken nan syO1 la
Kouvri plenn nan,
Yo t6lman meg,
Yo blese tout k6 yo
Sou yon seri vye kay nan bouk la
Menm douvanjou sezi we sa -

Laplenn fin wm mb,
Bouk la san souf,
Kretyen vivan pr&t pou mouri swaf
Pa gen dlo
Menm kalbas yo desespere -
(p. 4)

N'ap jwenn liv pow&t Klote Sen-Natis /
Clotaire Saint-Natus-yo ak tout dis konpak-yo nan
Libreri Mapou.


M.M.


Page 19


...... ............ ... . ... .. . I I- INI OI


I









BACK PAGE


Mercredi 6 Aouit 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 28


Ejn B ref.E .. (... suite de la page 18)
L'Eglise paie pour liberer une religieuse en Haiti
Lundi 4 aofit
Une religieuse, enlev6e il y a dix jours a Haiti, a &t6 relAch6e contre le paiement
d'une rancon, indique un porte-parole de l'organisation catholique Adveniat.
L'Eglise catholique aurait pay6 moins de 5.000 dollars (3.200 euros) aux
ravisseurs, selon le porte-parole. La religieuse de 35 ans est saine et sauve.(Elle
avait 6td enlev6e en montant a bord d'un bus, alors qu'elle se rendait dans un
camp d'&t6 pourjeunes catholiques. Les ravisseurs exigeaient 100.000 dollars
(64.000 euros). Les tentatives d'enlkvement sont de plus en plus nombreuses ces
derniers temps a Haiti.


NOTE DE PRESSE
Le Ministere des Affaires Etrangeres et des Cultes informe que le Ministre Jean
R6nald CLERISME a pr6sid6 la d6l1gation haitienne qui a particip6 a la 15e
Conference Minist6rielle du Mouvement des Non Align6s (MNA) qui s'est tenu
a Teh6ran (Iran) du 28 au 30 Juillet 2008 sur le theme << Solidarit6 pour la Paix,
la Justice et l'Amiti >>. A l'approche de la 63e Session de l'Assembl6e G6ndrale
de 1'ONU, les pays membres du MNA ont tenu a changer pr6alablement leurs
vues sur les principales questions qui y seront d6battues.
Le Ministre Cldrismd, lors de son intervention a cette Assembl6e, a salu6 le
choix du dialogue et de la cooperation que le MNA a toujours choisi pour
trouver les rdponses aux grands sujets relatifs a notre planete. II a profit de cett
rencontre pour remercier tous les Etats membres ayant envoy leurs citoyens
pour participer a la MINUSTAH et a pr6sentW les condol6ances du
Gouvernement haitien a tous ceux dont les citoyens ont pay6 de leur vie la
r6alisation de cette mission de paix.
Le Ministre Cldrismd a aussi exprim6 les preoccupations du Gouvernement
haitien face au retard qu'accusent beaucoup de pays, dont Haiti, a r6aliser les
Objectifs du Mill6naire pour le Ddveloppement, dans un contexte d'explosion
mondiale des prix des produits de premiere n6cessit6, accompagnant ceux du
p6trole sur le march international. II a saisi l'occasion pour presenter les
remerciements les plus profonds du Peuple et du Gouvernement haitiens aux
Etats et institutions internationales qui leur avaient promptement manifesto leur
solidarity suite aux 6v6nements d'avril 2008 et a rappelle a leur attention
qu'Haiti compte toujours sur eux pour consolider les acquis et projets en cours
visant a combattre la vie chbre et a renforcer la production nationale
en vue de la s6curit6 alimentaire et nutritionnelle du pays.
Profitant de cette occasion particulibre, le Ministre Cldrismd a
6galement plaid pour un support de 1'AEC, dont Haiti assume
actuellement la Pr6sidence du Conseil des Ministres, dans son
combat en vue d'une meilleure protection de la Mer des Caraibes. II
a expliqu6 qu'il s'agissait de la d6fendre de la degradation, la
pollution, la contamination et toutes sortes d'agression, d'ofi qu'elles
viennent.
De plus amples informations seront transmises ulterieurement au
sujet de la participation de la Republique d'Haiti a la 15 eme
conference ministerielle des pays non alignes.
Cabinet du Ministre des Affaires Etrangeres
4 Aout 20


CEREMONIE DE REMISE DE CERTIFICATS
AUX AGENTS DE LA BRIGADE DE PROTECTION
DES MINEURS (BPM/PNH)
Le mercredi 30 Juillet 2008, La Fondation Panamdricaine pour le
Ddveloppement International (PADF) a proc6d6 officiellement a une
remise de certificats a l'intention de 30 agents de la Brigade de
Protection des Mineurs de la Police Nationale d'Haiti ayant suivi une
formation en gestion. Cette activity qui s'est d6roulde au local de
l'Acad6mie de Formation et de Perfectionnement des Cadres
(AFPEC) s'inscrit dans le cadre d'un projet d6nomm6 < MOUN> finance par l'Agence Amdricaine pour le Ddveloppement
International (USAID/HAITI).
Cette formation qui fait partie des strategies d'interventions du projet
<< KORE DWA MOUN > a &te organisde du 12 mai au 13 juin 2008,
dans le cadre d'un partenariat entre la Brigade de Protection des
Mineurs et la PADF par le biais de l'Agence Amdricaine pour le
Ddveloppement International (USAID/HAITI). Ces s6ances
d'orientation ont permis aux agents de la Brigade de Protection des


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net

URL www.haitienmarche.com
\ Library of Congress # ISSN 1064 3896


e


e


ADOM1 PURCHASING AGENCY
Tel.: 786457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalaaoco


Mineurs de maitriser les principes de base dans le domaine de la gestion et
d'avoir une meilleure connaissance des systemes, outils et mdcanismes pouvant
faciliter leur mission de protection des droits de l'enfance.
Le projet < KORE DWA MOUN >> met l'emphase sur le renforcement des
capacit6s des op6rateurs locaux (Soci&te Civile, le Gouvernement haitien,
ONGs), la mise en r6seau, la mobilisation sociale pour atteindre son objectif
d'augmentation et d'amelioration d'acces aux services de quality ddlivrds aux
victimes de la traite, du trafic et de la violence organisde. Ces m6mes approches
sont privil6gi6es 6galement quant a l'atteinte de r6sultats significatifs, en ce qui
concerne la prevention des violations des droits humains et le plaidoyer pour des
r6formes 16gislatives en vue de la promotion de la protection des droits de la
personne.
Cette remise de certificats est l'occasion pour le projet << KORE DWA MOUN >
de favoriser une meilleure implication des diff6rents organes de l'Etat et d'autres
secteurs de la vie nationale dans la lutte en faveur du respect et de la promotion
des droits humains en Haiti.









"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


POUR TOUW VOS UMATfC Equipements pour construction
f6ocos d voiturc / Camion / Equipmcnt m6dlcal
Pmr avioe oa par btea


Page 20


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
Incontestd sur le march#
des transferts en Haiti,
renfore son service







PICKUP




Le plus grand rseau PICKUPen Haiti
Mies tarifs n provinces qu'A Port-au-Princ
Le meilleur rhseau A temps reel
Transfert disponible la seconde

Livrason domicile
CAM, pionnire et seulecompagnie garantissant
la livraison en moins de eux heures.
CAM D pot Rapide
Votre argent peut etre d4pose dans nimporte
quelle banque en Haiti.
Produits Alimentaires
Grande varit~de produits
Meilleure quality sur le march
Une fois de plus, plonnire
introduire ce service. 'se




Appelez sons frals:
USA/Canoda: 1-800-934-0440 0 oud'Ha u 56-
www.camtransfer.corM
Approuve par tes aulolr bancoires de
New York. New Jerey, Connecicut, Rhode island, Massachusetts Washingtone


Iut -
Ik(
'Mortal
!fiair.
dhJ
U re


I ..... %A............ ... . ... .. ..N


Ii li ; i


a 0.


............ I




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 6 au 12 Août 2008 • Vol XXII • Nº 28 Une alliance étudiants secteur populaire est-elle possible ?PORT-AU-PRINCE, 3 Août – Alliance étudiants-secteur populaire. On en parle. A coups d’interviews à la radio. Sous forme de compte rendus de débats publics organisés entre les deux secteurs. Il se dit que le projet est encouragé par le pouvoir en place. Cela lui procurerait une base populaire propre (oui, bien à lui) qu’il n’a pas pour l’instant. Mais cela a-t-il jamais existé une quelconque alliance étudiantspeuple sinon sous la plume de quelques intellectuels exaltés ! Ou de populistes combinards … aucun exemple de mémoire d’haïtien. En Haïti, on devient étudiant dans l’espoir d’échapper à son destin de damné de la terre, selon l’expression de Frantz Fanon. C’est du moins l’espoir des parents qui triment pour envoyer leurs (voir ALLIANCE / 10) PORT-AU-PRINCE, 1er Août – Autrefois (nous voulons dire dans les années 40-50) pour découvrir des pauvres, on devait aller loin de chez soi, à l’église St Antoine, sur la butte du Poste Marchand, où avec sa maman on allait distribuer du pain et du café aux pauvres-aveugles. Ou le 2 novembre au Cimetière ou le vendredi saint à Calvaire-Miracle.La pauvreté, notre seconde natureLes temps ont bien changé. Aujourd’hui nous ne sommes pas seulement le pays le plus pauvre du continent. Mais nous le sommes tous pauvres, tous et chacun de nous. Car cette épithète de pauvreté nous colle à la peau partout où nous allons. Que vous preniez l’avion à Miami et que dans un coin se trouve un petit groupe de compatriotes (PAUVRETE / p. 6) Premier Ministre ratifié, Michèle D. Pierre Louis (www.jjaugustin.com) L’opposition la plus virulente au choix de Michèle D. Pierre-Louis vient de la sénateure Edmonde Bauzile Supplice qui a fait abstention au vote de ratification et dont l’absence avait empêché la séance de se tenir la veille (photo Georges Dupé) PORT-AU-PRINCE, 2 Août – Qu’est-ce qui a fait réussir Michèle Duvivier Pierre-Louis là où ses deux prédécesseurs ont échoué ? Le premier choix du Président René Préval, Mr. Ericq Pierre (représentant d’Haïti depuis plusieurs années auprès de la Banque interaméricaine de développement), a pu paraître trop sûr de son affaire, surtout après avoir obtenu immédiatement la ratification du Sénat. Son comportement envers la Chambre des députés (du moins tel qu’il est apparu lors de la conférence de presse qui a suivi son rejet) laissa percer une certaine arrogance. Le second premier ministre désigné, Robert Manuel, ex-secrétaire d’Etat à la sécurité publique de Mr. Préval et son directeur de campagne lors des dernières présidentielles, laissa une impression d’être totalement perdu une fois hors du petit cercle des hommes du Président. Un apparatchik. La campagne de Mme Michèle Pierre-Louis a tiré des leçons de tout cela. D’autant qu’elle s’est trouvée devant des embûches peu ordinaires. Et dès le départ.P.M. RATIFIEEntre l’impatience de la populationEt les exigences des partis(PM RATIFIE / p. 4) En tout cas, on n’en connaît Manifestants anti (à gauche) et pro-Aristide pendant les événements de 2003 2004 (photos Thony Bélizaire) gosses à l’école avec l’espoir qu’ils La défunte Ginoue Mondésir (photo ImageNouvelle) Le condamné Valdo Jean (photo www.jjaugustin.com)JUGEMENT POUR MEURTREValdo Jean: Prison à vie au terme d’un procès dominé par l’émotionP-au-P, 1er août 2008 [AlterPresse] — Valdo Jean a été condamné aux travaux forcés à perpétuité le 1er aout par la justice haïtienne pour le meurtre en 2005 de sa(voir PERPETUITE / 3)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ... PORT-AU-PRINCE, 30 Juillet – Samedi s’est éteint l’un des rares survivants d’une époque encore importante de notre histoire : 19461957. De ce qu’on a appelé la « révolution de 1946 » à l’arrivée au pouvoir en 1957 de François Duvalier, ouvrant une dynastie de près de trois décennies. Edouard Berrouet, surnommé Dadou, est mort à près de 95 ans. Il avait été un jeune compagnon de François Duvalier dans les années 40-50. Il a porté l’uniforme VSN, communément appelé « tontonMort de Dadou Berrouet, témoin d’une époque …macoute. » Il a été assistant commandant à Fort Dimanche qui a été la prison secrète (la Bastille) du régime où des milliers d’opposants ont perdu la vie. Il sera plus tard ministre de l’intérieur et de la défense nationale, et ministre de l’agriculture sous le gouvernement de Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier. Pourtant la chute du régime Duvalier en février 1986 n’a entraîné aucun empêchement particulier pour Edouard Berrouet, dit Dadou. Il n’a pas gagné l’exil. Il circule tout seul dans les rues. Il a continué à vaquer normalement à ses occupations au vu et au su de tous. Les gens lui témoignent le même respect et même au fur et à mesure presque de l’affection. Au fur et à mesure que le pays s’est mis à replonger dans les mêmes travers qu’autrefois. Cela est dû au fait que Dadou a toujours laissé le sentiment d’être un homme de conviction. Pas un homme de pouvoir. Voire un politicien. Il s’est toujours voulu (nous a-t-il dit l’année dernière dans une interview) un simple militant duvaliériste. Il n’a jamais sollicité de haute fonction sous Papa Doc (il est agronome de profession) et ce dernier savait aussi que ce n’était pas son ambition. Sa carrière de haut fonctionnaire, ce sera sous le fils. Et on ne pense pas qu’il ait fait fortune alors que c’est l’époque où se sont constitués les comptes en banque suisses les plus lourds que l’on sait. Comment un Edouard Berrouet peut-il être duvaliériste ? La question l’étonne. Que pouvait-il être d’autre en 1957, vous répond-il ? Ni un déjoiste (de Louis Déjoie). Mulâtre lui-même, il savait trop ce qui divisait ce milieu de la grande majorité, pour en épouser la cause. Jumelliste ? Clément Jumelle avait été le puissant ministre des finances du gouvernement du Général Paul Eugène Magloire, ce même général qui avait renversé en 1950 le président Dumarsais Estimé, or avant d’être duvaliériste on avait été estimiste en ce temps-là. Fignoliste ? Il ne croit pas dans le populisme sans une solide intelligentsia à sa tête. Dadou Berrouet a donc été duvaliériste, affirme-t-il, presque par la force des choses. Mais était-il obligé de le rester au vu des exactions et des crimes du régime ? Là il sourit comme pour vous dire : patience mon bonhomme, vous ne connaissez pas encore suffisamment ce pays ! Depuis samedi, Dadou Berrouet a rejoint dans l’au-delà son ami et mentor Papa Doc. Que doit-il se passer entre eux ? Sont-ils en train de rigoler dans leur tombe en nous voyant aux prises avec les mêmes démons contre lesquels ils s’étaient battus en 1957 ? Ou au contraire de pleurer de rage devant notre impuissance, ou pis encore notre inconscience. Près de 30.000 morts ; un pays totalement détruit et on n’a toujours rien appris. Mais cela ce n’est qu’un aspect de la question. Un aspect cependant à ne pas négliger puisqu’il existe aujourd’hui, en effet, une certaine nostalgie de l’ère de Papa Doc, que les nouvelles générations s’imaginent un chef d’Etat et un vrai, capable de rétablir l’ordre quel que soit le prix à payer mais la fin justifie les moyens. Même si la fin c’est la paix des cimetières. Capable d’affamer la population sans aucun état d’âme, mais aussi d’imposer sa volonté envers et contre tout, à travers le maillon délicat du rapport international des forces beaucoup plus puissantes que sont tantôt le dictateur dominicain Trujillo, tantôt le Vatican ou même Washington sous le président Kennedy, tantôt Fidel Castro etc … Le milicien Dadou Berrouet a été le témoin de tout cela. Mais ce qui l’a sans doute le plus marqué c’est la violence de la campagne électorale de 1957 et la période succédant à la victoire de Duvalier quand celui-ci va déclencher de son côté le maximum de violence pour mâter le pays et installer sa dictature à vie. Mais le militant duvaliériste Dadou Berrouet le voit tout à fait différemment de nous. A son avis, Duvalier a sauvé Haïti en la sortant de sa manière sauvage de concevoir et de faire la politique. Sauvage, tribale, égoïste. Disons, tout à fait ce que nous vivons encore en ce moment. Hélas. Avant sa mort survenue samedi (25 juillet), Dadou a dû plus d’une fois penser que seul Duvalier avait raison. Comme beaucoup d’entre nous aujourd’hui. Même pour certains à leur cœur défendant. Mais le hic, c’est que cela ce n’est qu’un aspect de la question. Le second aspect c’est que c’est le duvaliérisme qui est aussi responsable de ce que nous vivons en ce moment. Et un Dadou Berrouet, en particulier. Oh, loin de nous l’intention de reprocher au duvaliérisme tous les malheurs actuels du pays. Nous avons eu deux décennies pour réparer les erreurs de ce régime. Nous n’avons fait au contraire qu’en rajouter. La question n’est plus là. Ça suffit. Non, le moment capital s’est joué pendant la deuxième moitié des (DADOU / p. 6)Problèmes dans la distribution des engrais aux agriculteursLe sac d’engrais a été fixé à 500 gourdes, ce qui représente une aubaine pour les cultivateurs qui le payaient trois fois plus cher. Malheureusement les spéculateurs se sont rapidement emparés de cet engrais. Par exemple les paysans de Furcy doivent descendre à Kenscoff et ils payent le sac 600 gourdes, soit 100 gourdes plus cher que le prix fixé. Mais ce n’est pas tout. Ce qui est encore plus révoltant c’est que certains de ces spéculateurs achètent le sac à 500 gourdes et vont le revendre en République dominicaine voisine. Ils arrivent à traverser la frontière avec leur chargement d’engrais – peut-être en arrosant ceux préposés à la surveillance du trafic frontalier. Le Président Hugo Chavez a offfert 8.500 tonnes d’engrais à Haïti. Mais les besoins des agriculteurs haïtiens sont de l’ordre de 30.000 tonnes par an. Aussi le secrétaire d’Etat à l’agriculture, Joanas Gué, indique que l’importation de 40 000 tonnes d’engrais s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement pour relancer la production agricole nationale. “ Joanas Gué a annoncé sur une radio de la capitale que 4.500 tonnes d’engrais seront disponibles à partir du lundi 4 août sur le marché.Des inondations meurtrières laissent une poussière rouge à Saint-MarcUne semaine après des inondations ayant fait 7 morts à Saint-Marc, le samedi 26 juillet, la boue laissée par les eaux en furie s’est transformée en une poussière désagréable de couleur rouge. Environ 15 quartiers de la cité de Nissage Saget ont été touchés par ces inondations, transformant le centre ville en un véritable chantier, notamment au niveau de la nationale numéro un, pour déblayer la boue qui revêt la chaussée. Le centre ville de Saint-Marc est traversé par deux rivières baptisées respectivement de Petite et Grande rivière. Elles étaient toutes deux en crue pendant que les eaux emportaient tout sur leur passage. Les sinistrés de la rue Pétion, tout près de la Grande rivière, lavaient et nettoyaient des objets récupérés. Cité Kébrau (quartier situé au sud), où se trouve un complexe faisant office de ciné et qui accueille le championnat estival local de basket-ball, est l’une des zones les plus touchées. En septembre 1994 et août 2003, des inondations avaient déjà fait un nombre incalculable de sinistrés à Saint-Marc. La saison cyclonique débute habituellement le 1er juin pour s’achever le 30 novembre.Valdo Jean condamné à perpétuité au terme d’un procès dominé par l’émotionValdo Jean, auteur du meurtre de Ginou Mondésir en 2005 a écopé de la peine maximale, la prison à vie, le vendredi 1er août aux assises criminelles lors d’un procès dominé par l’émotion. Les avocats de Valdo Jean, représenté par le cabinet Févry, annoncent qu’ils vont aller en cassation. Valdo Jean a été condamné aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre horrible de l’animatrice de Télémax Ginou Mondésir, sa petite amie, fin décembre 2005 sur la route de l’Arcahaie (nord de Port-au-Prince). Le jury a déclaré Valdo Jean coupable d’un crime commis sans premeditation, tout en refusant de reconnaitre au condamné, qui avait avoué son crime, des circonstances atténuantes. Certains estiment dure la sentence prononcée au terme de ce procès qui s’est déroulé dans une ambiance surchauffée avec la présence des associations féministes. Valo Jean est également condamné à verser 200 000 000 de gourdes à la famille de sa victime.Commentaires après la Ratification de Madame Pierre LouisL’ambassade des Etats-Unis salue la ratification de Michèle Duvivier Pierre-Louis au poste de Premier ministre et envisage de travailler en étroite collaboration avec elle. «Nous attendons le choix et la ratification sous peu d’un gouvernement actif prêt à satisfaire les besoins pressants du peuple haïtien et serons heureux de l’opportunité de travailler avec le nouveau Premier ministre et son prochain gouvernement vers cette finalité», conclut le communiqué émis par l’Ambassade.Le Canada et l’OEA saluent la ratification du choix de Michèle Pierre-Louis par le sénatLe ministre canadien des Affaires étrangères, David Emerson, a indiqué que “la stabilité politique est nécessaire à la poursuite des progrès réalisés dans la consolidation et la reconstruction du pays”. Il promet que le Canada est prêt à collaborer avec le nouveau premier ministre haïtien. Le chef de la diplomatie canadienne encourage “la poursuite des efforts déployés pour instaurer un gouvernement juste et efficace qui permettra d’améliorer les conditions de vie de la population haïtienne.” De son côté, le secrétaire général de L’Organisation des Etats Américains (OEA), Jose Miguel Insulza, a déclaré: “Nous espérons que cette ratification soit le point de départ d’une période de renforcement de la stabilité, du progrès et de la coopération avec Haïti et son peuple”, ajoute-t-il. D’autre part, Albert R. Ramdin, assistant du secrétaire général de l’OEA et responsable du Task force pour Haïti, dit espérer que la confirmation du sénat permettra à Haïti de bénéficier d’un appui plus efficace de l’OEA et de la communauté internationale.La MINUSTAH et la ratification de Michèle Pierre-LouisLa Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) exprime elle aussi sa satisfaction: “ La Mission onusienne espère que le processus de mise en place du nouveau gouvernement et d’approbation de sa déclaration de politique générale aboutira dès que possible. La L’agronome Edouard Ber rouet décédé à 94 ans

PAGE 3

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’EVENEMENTJUGEMENT POUR MEURTREValdo Jean: Prison à vie au terme d’un procès dominé par l’émotion(PERPETUITE ... suite de la 1ère page)conjointe Ginoue Mondésir, animatrice vedette de la chaine privée Telemax. Au terme d’un procès mené tambour battant en 24 heures, la partie civile a exigé du meurtrier de Ginoue Mondésir le paiement de 200 millions de gourdes (38,50 gourdes pour un dollar américain) de dommages-intérêts en faveur de Volel Mondésir, au nom du mineur Jameson Giovanni Phedé, fils unique de la victime. Le condamné Valdo Jean a contesté le verdict de travaux forcés à perpétuité ou prison à vie. Il s’est dit aussi opposé à payer les 200 millions de gourdes de dommages et intérêts. Ses avocats ont annoncé leur intention d’exercer un pourvoi en cassation. Le crime sur la personne de Ginoue Mondésir n’a pas été commis avec préméditation, selon les membres du jury. Cependant, ils n’ont pas admis de circonstances atténuantes en faveur de l’accusé. Animatrice de Vidéomax (une émission de variétés musicales sur la Télémax, chaîne 5), Ginoue Mondésir aurait été atrocement battue par Valdo Jean à coups sur la tête à l’aide d’un instrument métallique suite à une dispute survenue entre eux sur la route de l’Arcahaie (nord de Port-au-Prince). Abandonnée sur la route avec un œil crevé et le visage ensanglanté, la victime a été secourue par des passants avant de succomber au centre de santé de l’Arcahaie. HPN Valdo Jean, auteur du meurtre de Ginou Mondésir en 2005 a écopé de la peine maximale, la prison à vie, le vendredi 1er août aux assises criminelles lors d’un procès dominé par l’émotion. Les avocats de Valdo Jean, représenté par le cabinet Févry, annoncent déjà qu’ils vont aller en cassation et Yolène Gilles du RNDDH n’a pas voulu (voir PERPETUITE / 5) Une marche le lundi 4 Août pour demander justice pour “Pè Ti Jan” (photo Robenson)Justice : Diverses activités en souvenir du prêtre Jean Pierre-Louis, assassiné il y a dix ansP-au-P, 02 août 2008 [AlterPresse] — Pour demander justice et réclamer des dispositions institutionnelles en vue de mettre fin à l’impunité, diverses activités de mobilisation sont organisées fin juillet début août en hommage au prêtre catholique romain Jean Pierre-Louis, assassiné le 3 août 1998 à Port-au-Prince. Ce dimanche 3 août 2008, à l’occasion du dixième anniversaire de l’assassinat, six organisations haïtiennes de la diaspora tenaient aussi, à Brooklyn (New York), un rassemblement culturel pour évoquer la vie et l’oeuvre du prêtre défunt. “Des textes poétiques, des chants musicaux, des témoignages marqueront notamment le rassemblement”, ont fait savoir les organisations Flanbwayan Haitian Literacy Project, Lakou New York, Gwoup Kiltirèl Granchimen, Gwoup Zanmi Kamarad Weber, Fanm Ayisyen pou Refijye Ayisyen et Kongo, initiatrices du rassemblement. L’initiative des organisations haïtiennes en diaspora entend faire écho à la mobilisation menée à l’intérieur du pays, pour exiger la publication des résultats de l’enquête sur l’assassinat du prêtre. A Savanette, le dimanche 3 août, ont eu lieu une messe et une marche pacifique en souvenir de JeanPierre-Louis. Parallèlement, une messe a été chantée à l’église catholique Mont Carmel de Bizoton (banlieue sud de Port-au-Prince), où Jean Pierre-Louis a marqué son passage comme prêtre. Dans la soirée du 2 août à Port-au-Prince, une célébration culturelle s’est déroulée à la Fondation (voir JUSTICE / 5) L’émotion se lit sur le visage des parents (à gauche) de la victime Ginoue Mondésir au d’un procès qui s’est déroulé devant une large audience (photos www.jjaugustin.com) L ’EVENEMENT Valdo Jean condamné à la prison à vie p.1 ANAL YSE PM ratifié: Entre l’impatience de la population Et les exigences des partis p.1 EDIT ORIAL Une alliance étudiants-secteur populaire estelle possible ? p1 POLITIQUE Concilier l’inconciliable ! p.5 ECONOMIE Les immigrés aux Etats-Unis envoient de moins en moins d’argent p.7 Projets d’approvisionnement en eau potable p.7 Problèmes dans la distribution des engrais p.2 Les députés réfléchissent sur la crise alimentaire p.8 SOCIETE La pauvreté, notre seconde nature p.1 Rendre Haïti plus visible sur le Web p.12 TEMOIGNAGE Mort de Dadou Berrouet p.2 ACTUALITE En souvenir de Pè Ti-Jan assassiné il y a dix ans p.3 AR TS & SPECT ACLES Tifane : la cohérence dans la diversité p.11 Le film « Toussaint » manquerait de héros blancs ! p.11 LIBRE PENSEE Vainqueuse ! p.12 SANTE Conférence de Mexico sur le Sida pp.16 & 17 INTERNA TIONAL Mort de Alexandre Soljenitsyne p.14

PAGE 4

Page 4 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 UNE ANALYSE Sa devise : rien ne sert de courir, il faut partir à point. Tout en jouant un parfait détachement (combien laisseraient en effet le poste de PDG d’une des plus importantes ONGs de la place, en l’occurrence la FOKAL, pour passer au service de l’Etat d’un pays aussi mal en point) … Et pourtant le travail d’approche est si bien mené que c’est la redoutable CPP (Concertation des parlementairesEntre l’impatience de la populationEt les exigences des partis(PM RATIFIE... suite de la 1ère page) Le vote de ratification au Sénat le mercredi 30 juillet 2008 (photos G.. Dupé) Le président du Senat Kelly Bastien progressistes) qui lui arrache, à une confortable majorité, la ratification de la Chambre des députés (17 juillet).M. Préval semble avoir fait le maximum de concessions …Notons aussi que le soutien du Président Préval a semblé plus effectif et soigneusement calculé que dans les deux cas précédents. Ces derniers jours, M. Préval semble avoir fait le maximum de concessions aux sénateurs (et aux partis politiques) pour garantir la ratifiMais ce n’est pas seulement pour les beaux yeux de Mme PierreLouis, il y allait aussi de l’autorité ainsi que du sens de vision d’un chef de l’Etat qui ne peut se permettre de laisser perdurer une telle crise. Malgré tout, cela n’a pas suffi, la bataille la plus âpre est celle qui a été menée sur la place publique (où l’Internet joue de plus en plus la première place) : la seconde femme premier ministre désignée d’Haïti (après Mme Claudette Werleigh qui a occupé ce poste en 1995-1996) a d’abord fait face à un barrage de critiques ayant rapport à sa vie sexuelle (elle a dû faire plusieurs déclarations pour démentir les « calomnies ») … Mais là aussi la contre-attaque a été rondement menée. D’abord on envoie la cavalerie légère (ce sont les pétitions d’intellectuels et d’artistes qui voyagent loin grâce au NET mais n’atteignent pas la base).…Mais pour repousser le blocage au Sénat, il a fallu la grosse artillerie. Et la chance de Michèle Pierre-Louis est d’être arrivée à un moment où le grand public en a marre de tout ce temps précieux que le pays a perdu depuis le vote du 12 avril des sénateurs renvoyant le Premier ministre Jacques Edouard Alexis et son gouvernement. Les murs de la capitale (qui sont le journal du peuple) sont couverts de graffitis traduisant ce ras-le-bol à l’encontre des sénateurs et des partis politiques (ces derniers nous allons voir pourquoi). Les médias, quelle que soit leur tendance, se jettent dès lors dans la mêlée. Michèle Pierre-Louis a donc bénéficié (peut-être malgré elle) d’une quasi-unanimité dans l’opinion publique. Il faudra s’en souvenir. Oui, la dernière poche de résistance et la plus redoutable est venue des partis politiques, particulièrement ceux dits de l’ex-opposition.Un faiseur de rois …Une rumeur a couru que le Président Préval n’a plus l’intention de former le gouvernement avec les partis politiques comme la fois précédente. Or d’autre part, Michèle Pierre-Louis vient de la sphère ONG et non des moindres. La Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), qu’elle dirige depuis sa création, bénéficie des financements (environ 45 millions de dollars américains en 10 ans) non seulement de l’Union Européenne, des Etats-Unis et du Canada (selon les agences de presse locales), mais aussi du financier multi-milliardaire américain (juif d’origine hongroise) George Soros considéré dans certains cercles européens et sud-américains comme un faiseur de rois. Michèle Pierre-Louis a-t-elle pour mission de remplacer les partis politiques par la « société civile », entendez par les organisations non gouvernementales (ONG) déjà si puissantes ? L’Etat haïtien risque-t-il de devenir une sorte de super-ONG ?Le vote abstentionniste …La réaction ne s’est pas fait attendre. Les partis politiques, en tête la Fusion des sociaux-démocrates et l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL), deux adeptes de l’Internationale socialiste, donnèrent comme consigne formelle à leurs représentants au Parlement de ne pas voter en faveur de Michèle Pierre-Louis. abstention. Puis la rumeur continuant à enfler, c’est le blocage au Sénat. Pas de séance de ratification si le chef de l’Etat et le Premier ministre désigné ne s’engagent formellement à inclure les partis politiques dans le nouveau gouvernement. Mais l’opinion, elle aussi, s’impatiente la crise des prix à la consommation l’emportant sur toutes ces considérations plutôt d’ordre politique. Finalement on annonce qu’un accord est trouvé. La ratification sénatoriale a pu enfin avoir lieu le mercredi 30 juillet à 12 voix pour, zéro contre et 5 abstentions.Quel programme, ditesvous ? …Préval et Michèle Pierre-Louis vont s’atteler maintenant à la tâche de la formation du gouvernement. Mais d’abord : autour de quel programme ? Ensuite, sous la surveillance croisée et vigilante d’une opinion publique au bord de l’explosion sociale d’un côté et de l’autre des partis politiques soucieux de leurs prérogatives, rappelant que ce sont les partis politiques qui sont reconnus dans la Constitution comme garants de la démocratie. Quel programme, dites-vous ? Le DSNCRP (Document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté). Si un tel instrument est nécessaire pour accorder les violons internationaux avec aussi bien nos besoins qui sont infinis que nos Lors du vote de ratification à la chambre basse, les cation sénatoriale qui s’est enfin concrétisée le mercredi 30 juillet écoulé. députés Fusion et OPL votentLe journal du peuple !(PM RATIFIE / p. 5)

PAGE 5

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 5 DE L’ACTUALITE Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsor visit ourEmployment Customer Care Center140 West Flagler Street, Suite 105 € Miami, FloridaSearch o nline at any Miami-Dade County library, South Florida W orkforce Career Center or T eam Metro location.EOE/M/F/D/V eterans´ PreferenceD e l i v e r i n g E x c e l l e n c e E v e r y D a y Time to Shine! possibilités qui sont minces, on sait que ce qui manque le plus c’est la conscience de la gravité de la situation qui ne doit pas nous laisser une seconde (pas seulement tant qu’on n’a pas encore accédé aux hautes fonctions de l’Etat) et une utilisation adéquate des ressources disponibles, matérielles et humaines. Et par-dessus tout la transparence. Rien à voir avec une Transparency International toujours aussi sélective dans le choix de ses cibles (tout au moins son chapitre local) …La transparence est la dernière arme qui reste à l’exécutif haïtien …Entre l’impatience de la population...Nous parlons de la nécessaire transparence qui doit guider les dispositions d’un gouvernement qui face à un Parlement trop puissant et même toutpuissant (ce par la grâce d’une Constitution inadéquate malgré ses bonnes intentions) n’a aucun autre recours que son crédit auprès de l’opinion. Or celle-ci est refoulée dans un rôle de vulgaire spectateur laissé dans l’ignorance la plus totale. Que ce soit à cause des difficultés de la tâche à accomplir qui ne sauraient être solutionnées dans trois mois, ni dans trois ans ; que ce soit pour voir plus clair entre les jeux politiciens (rassemblés sous le terme générique de « partage du gâteau ») et le vrai processus démocratique, la transparence est la (PM RATIFIE... suite de la page 4) dernière arme qui reste à l’exécutif haïtien pour ne pas perdre son équilibre. Mais une arme que pour des raisons que la raison ignore, il refuse obstinément de saisir. En un mot, préférant lui aussi la politique politicienne. En effet, faut pas oublier que c’est tout un système ! Haïti en Marche, 2 Août 2008 commenter le verdict à la sortie du tribunal. Le jury a déclaré Valdo Jean coupable d’un crime commis sans préméditation tout en refusant de reconnaitre au condamné, qui avait avoué son crime, des circonstances atténuantes. Certains estiment trop dure la sentence prononcée au terme de ce procès qui s’est déroulé dans une ambiance surchauffée en la présence de nombreuses associations féministes. Valdo Jean est également condamné à verser 200 millions de gourdes à la famille de sa victime. Issu d’une famille protestante, Valdo Jean travaillait lui aussi à Télémax où il présentait une émission évangélique tous les dimanches matins.(PERPETUITE ... suite de la page 3)Prison à vie Connaissance et Liberté (Fokal) à Portau-Prince. Lundi 4 août, une marche est partie du local du Service oecuménique pour le développement et l’éducation populaire (Sedep), sur la cour duquel Jean Pierre-Louis a été assassiné au matin du 3 août 1998. Cette marche devait prendre fin devant les bureaux du ministère de la Justice dans la capitale haïtienne. La famille Pierre-Louis a déposé une nouvelle plainte pour réclamer de la justice la réactivation du dossier de l’assassinat du père Jean Pierre-Louis, commis il y a dix ans à Port-au-Prince par des inconnus armés, alors qu’il descendait de son véhicule pour se rendre à son bureau au Sedep. Avec la famille Pierre-Louis, s’associent à la demande de justice le Sedep, Chandèl, le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), Tet kole ti peyizan ayisyen, SAJ/Veye yo, la Jeunesse étudiante chrétienne (Jec) et plusieurs autres organisations. Né à Port-au-Prince le 11 février 1944, Jean Pierre-Louis fut ordonné prêtre au Canada en 1969. Il fut membre fondateur de plusieurs organisations haïtiennes, dont le Groupe d’appui aux réfugiés et rapatriés (GARR), le Groupe œcuménique de recherche (GOR) et Sedep.Justice : Diverses activités en souvenir du prêtre Jean PierreLouis, assassiné en 1998(JUSTICE ... suite de la page 3) Premier Ministre : Concilier l’inconciliable ?P-au-P., 2 août 08 [AlterPresse] — L’Organisation des Etats Américains salue la ratification du choix de Michèle Pierre-Louis comme premier ministre. Le secrétaire général de l’OEA, Jose Miguel Insulza, exprime sa satisfaction après le vote du sénat en faveur de la ratification de Michèle Pierre-Louis le 31 juillet dernier. “Nous continuerons a travailler avec le gouvernement du président René Préval et son nouveau premier ministre”, déclare Insulza dans un communiqué transmis a AlterPresse. “Nous espérons que (cette ratification) ouvre une période de renforcement de la stabilité, du progrès et de la coopération avec Haiti et son peuple”, ajoute-t-il. Michèle Duvivier Pierre-Louis a été ratifiée par le sénat, deux semaines après sa ratification par la chambre des députés [17 juillet] et plus d’un mois après sa désignation officielle [23 juin] par le président René Préval. La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et l’ambassade des EtatsUnis à Port-au-Prince se sont également félicitées de la ratification par le sénat du choix de Michèle Pierre-Louis pour diriger le prochain gouvernement.L’OEA salue la ratification du choix de Michèle Pierre-Louis comme Premier Ministre L’Ambassade des Etats-Unis recommande la formation rapide d’un nouveau gouvernementHPN, 1 août 2008 L’Ambassade des Etats-Unis salue la ratification par le parlement haïtien de Mme Michèle Pierre-Louis au poste de Premier ministre et envisage de travailler en étroite collaboration avec elle. Dans un communiqué de presse, l’ambassade américaine salue la ratification de la nomination de Michèle Pierre-Louis et anticipe «de travailler en étroite collaboration avec cette Haïtienne distinguée dans l’exercice de son importante fonction». La principale parmi toutes ces responsabilités, poursuit la note, demeure actuellement la formation rapide d’un nouveau gouvernement qui se chargera de relever les nombreux défis auxquels Haïti fait face et de rattraper les occasions perdues pendant les quatre derniers mois de l’impasse politique. «Nous attendons le choix et la ratification sous peu d’un gouvernement actif prêt à satisfaire les besoins pressants du peuple haïtien et serons heureux de l’opportunité de travailler avec le nouveau Premier ministre et son prochain gouvernement vers cette finalité», termine le communiqué. JJ/HPN Jeudi 31 juillet 2008 Par Franck Laraque [1] Concilier l’inconciliable semble impossible . Si la synthèse (thèse antithèse) peut se réaliser lorsque les éléments d’un domaine particulier ne sont que contraires , elle semble illusoire lorsque ces éléments sont antagoniques. Or, il est évident que le néocolonialisme économique enfoncé dans la gorge du peuple haïtien dès 1915 et renforcé sans relâche avec ses monstrueuses tentacules, la privatisation et la globalisation, par les gouvernements haïtiens et l’étranger à partir surtout de 1971, a finalement causé les fameuses récentes émeutes de la faim. Ainsi que le départ du gouvernement Alexis en collusion avec Préval pour le maintien de cette politique responsable en premier lieu de la destruction de la production nationale, de l’invasion des produits étrangers importés et d’une écologie qui voit le tarissement des rivières et cours d’eau , le déboisement affolant de nos mornes. Les masses haïtiennes, « à genoux et la corde (du lynchage) au cou » crient « assez ou nous cassons tout. » Une telle politique et une politique de renaissance nationale à partir de la renaissance des régions rurales sont évidemment antagoniques. Des organisations populaires comprennent parfaitement cet antagonisme et offrent une solution radicale : « fòk nouvo gouvènman prezante yon plan dijans ki pral konbat plan neyoliberal la k ap fini ak pèp ayisyen an » (COASHI Yves PierreLouis In Haïti Liberté, 16-22 juillet 2008). En fait, Michèle Duvivier Pierres-Louis, si elle est reconnue éligible également par le Sénat, devra confronter le dilemme de la conciliation de l’inconciliable qu’elle s’est créé. En effet, en deux occasions différentes elle a annoncé d’une part son intention de poursuivre le projet de recouvrement économique d’Alexis, dicté par les Institutions internationales, c’est-à-dire le néolibéralisme économique en cours, et d’autre part l’adoption d’une revitalisation économique en faveur de l’intérêt national. En somme, un véritable mât de cocagne appelé « mat suifé » en Haïti. Il est vrai qu’un escaladeur habile et cendre arrive parfois à cueillir le prix attaché au sommet. Nous croyons cependant que le dilemme du Premier ministre désigné est plus compliqué et plus sérieux. C’est ici que se pose sans ambages la nécessité de l’inversion de la vapeur économique et du rôle historique que peut jouer l’Assemblée Nationale en forçant tout Premier ministre éligible à la mise à mort, sans tambour ni trompette, de tout vestige du néolibéralisme, sous quelle que forme qu’il se présente. Dans le cas de Michèle Duvivier Pierre-Louis exiger qu’elle étende sur une grande échelle, à l’échelle nationale, le programme que FOKAL ne cesse de promouvoir depuis sa fondation. Une telle unité de vision et de construction collective du nouveau gouvernement et du parlement, appuyée par les organisations populaires qui la préconisent, par les syndicats, les institutions progressistes et toux ceux qui désirent un vrai changement de la politique économique du pays, ferait luire l’espoir d’une véritable volonté nationale prête à tous les sacrifices pour ensemble sauver Haïti. Boulder, 28 juillet, 2008 Professeur émérite, City College, New York tenace s’aidant de terre et de

PAGE 6

Page 6 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 menottés, si c’était des Colombiens on aurait crû que ce sont des trafiquants de drogue. Des Haïtiens, donc de pauvres hères qui ont essayé de fuir leur pays, le plus pauvre du continent. Que vous débarquiez à l’aéroport Charles de Gaule venant de Pointe-à-Pitre, les Haïtiens sont dirigés immanquablement vers le centre de rétention pour y subir un interrogatoire en règle. Qui que vous soyez, professionnel ou simple citoyen, vous êtes un Haïtien, donc soupçonné de chercher à fuir votre pays, parce que le plus pauvre elatrye … Il n’y a pas moyen d’y échapper. Qui dit Haïti et Haïtien, dit le plus pauvre des pauvres. Les pays de la Caricom sont heureux de recevoir Haïti dans leurs rangs. Ah Haïti, son histoire si grandiose et dont la race est si fière. Mais pas les Haïtiens. En un mot, Haïti serait un si beau pays s’il n’y avait les Haïtiens. Au fil du temps, la pauvreté est devenue pour nous un état d’âme, une seconde nature. Et pour finir notre nature tout court. Je ne parle plus des pauvres proprement dits, que d’ailleurs on reconnaît de moins en moins, perdus dans la foule. Et qui pourraient nous faire un procès pour usurpation tellement des gens bien apparemment sous tous rapports, n’ont trouvé pour vivre (plus sûrement survivre) que d’adopter des manières de pauvres. Combien de nos jeunes confrères, nous dit-on, qui sont employés par des médias tout à fait imaginaires. Mais cela leur donne accès à toutes ces conférences de presse qui ont le bonheur de finir toujours au bord d’une bonne table bien garnie. Et pourquoi pas ! Oui, pourquoi pas parce que ce n’est pas seulement eux que ça arrange. La pauvreté fait aussi l’affaire de beaucoup de monde. Car que faites-vous de ces organisations non gouvernementales (ou pseudogouvernementales ou pseudo-non gouvernementales) qui n’existent que par la grâce de ces conférences de presse La pauvreté chez nous aujourd’hui mène à tout. A défaut d’être un argument pour obtenir un visa au consulat des Etats-Unis ou du Canada, par contre les sectes protestantes font salle comble. C’est le seul pays où les temples sont remplis matin, midi et soir. Devinez. Parce que le seul endroit où A chaque écolier, un plat chaud par jour. C’est tout à fait bien. Mais quand on y pense. Qu’est-ce qu’on ne fait porter à la pauvreté ? Le plus dur sans doute c’est d’être le représentant diplomatique d’un tel pays à l’étranger. Ou quand chef de l’Etat vous participez aux sommets réunissant les plus riches de la planète. L’heure n’est plus aux Che ou aux Malcom X et tout le monde n’a pas les moyens d’être un Hugo Chavez. Il est vrai que la crise alimentaire est arrivée juste à temps pour mettre davantage l’accent sur les responsabilités des pays riches. Et forcer donc ces derniers, ainsi que les grandes institutions financières, à desserrer quelque peu leur poigne. Mais faut-il encore que nous sachions réadapter notre stratégie si nous ne voulons pas nous complaire dans ce rôle de pauvre pour l’éternité. Car la pauvreté ce n’est pas seulement la pauvreté, ce serait trop facile. C’est tout un système qui finit par se construire dessus et même dessous, au-dessous du seuil de pauvreté. Faut bouffer et faut faire avec. La pauvreté est tellement enracinée en nous que la grande différence (croit-on) entre nos riches et ceux d’ailleurs, et pourquoi les nôtres peuvent paraître plus durs sur la détente, eh bien, c’est tout simplement parce qu’ils ont peur de devenir pauvres. Pour paraphraser un humoriste : la richesse nous aide à supporter la pauvreté. Notre pauvreté. A tous et à chacun. Peut-on jamais en sortir quand nous avons tous la même mentalité. Pauvres de nous ! Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceLa pauvreté, notre seconde nature(PAUVRETE... suite de la 1ère page) SOCIETEplusieurs milliers sont sûrs de ne pas rentrer chez soi le ventre creux. On comprend que le catholicisme a des problèmes dès lors que l’église St Antoine – autrefois rendez-vous des pauvres doit tout comme la basilique Notre Dame se barricader à cause de l’insécurité. Mais plus sûrement à cause de la multitude des pauvres qui viennent y chercher le pain, du ciel ou de la terre qu’importe. Quelle est l’arme secrète de l’Education nationale pour faire progresser la scolarisation universelle ? et des jeunes confrères qui s’y bousculent pour la bonne chère. Nous aurions mauvaise grâce de critiquer ni les uns ni les autres. Comme chante Léo Ferré « les temps sont difficiles, faut bouffer et faut ce qui faut ! » Vous souvenez-vous de Ragueneau, le pâtissier-poète dans « Cyrano de Bergerac » qui rassemble chaque matin tous les pauvres de la ville. C’est le seul public qui prend le temps d’écouter ses poèmes. Les pèlerins à Calvaire-Miracle le vendredi saint chaque année encore plus nombreux, tout comme leurs souhaits, y compris celui d’obtenir un visa pour laisser le pays (photo Thony Bélizaire) années 70 pendant que la communauté internationale faisait pression sur le gouvernement de Baby Doc pour organiser des élections. Quitte à ce que le dictateur les remporte lui-même. Une première fois, une seconde fois. Mais dès lors nous n’aurions pas raté ce qui s’est passé au même moment dans la République dominicaine voisine. Balaguer était sous les mêmes pressions. Le jour qu’un adversaire, le social-démocrate Antonio Guzman, a gagné l’armée dominicaine était sur le point d’écraser les élections pour maintenir Balaguer au pouvoir. Mais Jimmy Carter qui était à la Maison blanche, les fit reculer. Guzman devint président. Plus tard Balaguer revint au pouvoir. Puis il eut maille à partir avec le candidat du PRD, le noir Jose Francisco Peña Gomez. Petit à petit Balaguer finira par se retirer de la scène (il est mort depuis) et la République dominicaine par devenir un pays où les élections se déroulent désormais presque sans aucun incident. Et par devenir aussi (et surtout), le pays très développé et prospère que l’on sait. Pendant que Haïti a continué et continue de s’enfoncer dans des profondeurs que Papa Doc lui-même n’aurait jamais osé imaginer. Même pour punir ses pires adversaires. Nous avons raté le coche lorsque Jean-Claude Duvalier a prononcé ces mots inoubliables au Parlement de Port-au-Prince : « Pitit tig se tig. Nou kanpe rèd kou ke makak. » (Traduisez : c’est notre dernier mot. Pas d’élections !) On dit que lors Dadou Berrouet était l’un des penseurs idéologiques du régime. Dadou Berrouet pensait évidemment à garder au pouvoir son propre gouvernement, mais il avait probablement aussi en tête la campagne électorale de 1957 qui a inauguré le règne du chaos, ainsi que le coup d’état militaire de Paul Magloire en 1950 contre le gouvernement progressiste de Estimé. Mais ce fut là un calcul à très courte vue car nous avons dès lors raté la chance d’avoir une transition plus ordonnée, comme on l’a vu en République dominicaine. Ainsi que tout le package qui l’accompagne : plus de stabilité, plus d’opportunités d’investissements et de développement. En un mot, plus d’avenir. Nous avons écopé au contraire du brutal renversement du 7 février 1986 avec Baby Doc et sa famille s’enfuyant dans la nuit noire avec dans leurs bagages une bonne partie de la fortune nationale. Et ainsi de suite. De renversement brutal en brutal renversement. Déjà plus de vingt ans que cela dure. Et n’était la présence d’un force internationale, aujourd’hui de toute évidence nous ferions pire. Edouard Berrouet a pu se sentir soulagé en partant samedi pour, comme on dit, son dernier voyage. Mais c’est là un sentiment plutôt superficiel. Le duvaliérisme avait une chance de se racheter comme le balaguérisme, et avant lui le trujillisme. Il l’a raté. Condamnant encore plus définitivement ce pays. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceTémoin d’une époque …(DADOU... suite de la page 2)

PAGE 7

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 7 Sa Wap Tann? Ale Vote Pi bonè!W kapab ale nan nenpòt anplasman pou Vote Pi Bonè ki pre lakay w oswa biwo w. Ale Vote Pi Bonè apati de 11 dawout rive 24 dawout.Bay Dizon W Anvan Jou Eleksyon.Rele 3-1-1 oswa klike miamidade.gov pou plis enfòmasyon sou kouman pou w Tou pare pou Eleksyon. 1. North Dade Regional Library 2455 NW 183rd Street 2. Model City Library (Caleb Center) 2211 NW 54th Street 3. Miami Lakes Public Library 6699 Windmill Gate Road 4. John F Kennedy Library 190 West 49th Street 5. Elections Department 2700 NW 87th Avenue 6. West Miami City Hall 901 SW 62nd Avenue 7. West Kendall Regional Library 10201 Hammocks Blvd. 8. Kendall Branch Library 9101 SW 97th Avenue 9. West Dade Regional Library 9445 SW 24th Street 10. Florida City, City Hall 404 West Palm Drive 11. Aventura Government Center 19200 West Country Club Drive 12. North Miami Public Library 835 NE 132nd Street 13. Lemon City Library 430 NE 61st Street 14. North Shore Branch Library 7501 Collins Avenue 15. Coral Reef Library 9211 SW 152nd Street 16. Elections Department (Stephen P. Clark Center) 111 NW 1st Street 17. Miami City Hall 3500 Pan American Drive 18. Coral Gables Library 3443 Segovia Street 19. Miami Beach City Hall 1700 Convention Center Drive 20. South Dade Regional Library 10750 SW 211th StreetLENDI 11 DAWOUT7:00AM 3:00PM18 DAWOUT11:00AM 7:00PMMADI 12 DAWOUT7:00AM 3:00PM19 DAWOUT11:00AM 7:00PMMÈKREDI 13 DAWOUT7:00AM 3:00PM20 DAWOUT11:00AM 7:00PMJEDI 14 DAWOUT7:00AM 3:00PM21 DAWOUT11:00AM 7:00PMVANDREDI 15 DAWOUT7:00AM 3:00PM22 DAWOUT11:00AM 7:00PMSAMDI 16 DAWOUT9:00AM 1:00PM23 DAWOUT9:00AM 1:00PMDIMANCH 17 DAWOUT1:00PM 5:00PM24 DAWOUT1:00PM 5:00PM Vote Early Locations_5 x 8_CREOLE.ai 7/25/2008 11:58:39 AM Les immigrés mexicains aux Etats-Unis envoient de moins en moins d’argent au paysATOTONILCO, Mexique AP Les immigrés mexicains envoient de moins en moins d’argent chez eux, ce qui entraîne le ralentissement de tout un pan de l’activité économique du Mexique, voire menace la survie de villages entiers, dont la moitié de la population vit et travaille aux Etats-Unis. Ces transferts d’argent ont chuté de 2% cette année à 11,6 milliards de dollars, baisse la plus importante depuis dix ans, a annoncé la banque centrale du Mexique. Sur l’année complète, les transferts des immigrés devraient en tout perdre 2 à 3%, soit la première chute constante annuelle depuis 1995, lorsque l’institution financière a commencé à tenir des statistiques sur le sujet. En outre, le pouvoir d’achat de cet argent est mis à mal par l’affaiblissement du billet vert, qui a perdu environ 8% de sa valeur face au peso mexicain depuis le début de l’année. Ces transferts (“remesas” en espagnol) sont devenues aujourd’hui la deuxième source de revenu extérieur du Mexique, derrière les exportations de pétrole. Ils représentent environ 3% du PIB du Mexique. Le ralentissement économique américain a donc des conséquences sur son grand voisin du sud, auquel il faut rajouter la multiplication des raids contre les immigrés clandestins, précisent les analystes. Au Mexique, des secteurs autrefrois florissants, qui vendaient de tout, des briques pour la construction de maisons neuves au matelas pour les équiper, se retrouvent à licencier faute de clients, et les familles des migrants restées au pays reviennent vers l’agriculture. Selon le président de la Banque centrale Guillermo Ortiz, environ 22% des Mexicains travaillant aux Etats-Unis sont employés dans la construction, un secteur en fort ralentissement. Environ 152.000 migrants ont perdu leur emploi dans le bâtiment en 2007, le chômage général des immigrés mexicains aux Etats-Unis ayant bondi de 5,5% à 8,4% au cours de l’année, selon les chiffres de juin du Pew Research Center. L’époque est donc bien finie où les migrants rentraient au Mexique pour y dépenser force dollars avant de retourner les gagner aux Etats-Unis, comme pendant le boom des années 2002 à 2006. Aujourd’hui, de plus en plus de clandestins sont arrêtés par la police américaine de l’immigration et renvoyés au Mexique sans un sou. D’autres ont décidé de rentrer au pays d’eux-mêmes. Selon les estimations gouvernementales, dans les petites villes, une famille sur huit environ reçoit aujourd’hui de l’argent de ses proches travaillant à l’étranger. Dans les premières années de la décennie, les transferts avaient augmenté considérablement, de neuf milliards de dollars en 2001 à près de 24 milliards en 2007. Entre 2000 et 2004, le nombre de Mexicains passant la frontière atteignait une moyenne annuelle de 400.000, soit dix fois plus qu’à la génération précédente. Et environ les trois-quarts étaient clandestins, selon les chiffres du Conseil pour la population mexicain. L’argent envoyé par ces migrants a ainsi fait doubler, entre 1992 et 2002, le nombre de foyers bénéficiant de la manne venue du nord. Et la tendance au ralentissement des transferts se fait lourdement sentir dans des endroits comme Cheran: dans le Michoacan, cette petite ville de 22.000 habitants a vu 41% des siens partir pour les Etats-Unis. Jusqu’à il y a quelques mois, les “remesas” étaient la principale ressource de la ville, mais désormais, les “Américains” commencent à revenir. Toujours dans le Michoacan, la petite ville de Coalcoman essaie quant à elle de faire contre mauvaise fortune bon coeur, et essaie de trouver du travail aux immigrés de retour au pays en se lançant dans les cultures maraîchères biologiques. “C’est un phénomène migratoire à l’envers”, dit Ramiro Godinez, conseiller municipal. “Nous cherchons des alternatives”. AP Projets d’approvisionnement en eau potable pour 70% de la population d’ici à 2010P-au-P, 29 juillet 08 [AlterPresse] Les autorités haïtiennes envisagent d’étendre la couverture d’approvisionnement en eau potable à 70% de la population d’ici à 2010, en ciblant cinq villes de province, du Nord au Sud, apprend l’agence en ligne AlterPresse. Avec le soutien financier de la Banque interaméricaine de développement (Bid), des projets visant l’amélioration des services d’approvisionnement en eau seront exécutés à Jacmel (Sud-Est), Cayes (Sud), Ouanaminthe (Nord-Est), Saint-Marc (Artibonite, Nord) et Port-de-Paix (Nord-Ouest). Un prêt de 54 millions de dollars de la Bid sera consacré à la réalisation de ces projets. La Banque interaméricaine de développement finance également des études sur les services d’approvisionnement en eau dans la région métropolitaine de la capitale haïtienne, selon le site de la Bid consulté par AlterPresse. Sarah Matthiessent Romain, chargée d’opérations à la Bid, évoque la difficulté pour les autorités haïtiennes et la communauté internationale de poursuivre les efforts en vue de créer des conditions propices au développement de services accessibles au peuple haïtien. La Bid considère comme un “signe favorable” la participation actuelle de firmes étrangères aux appels d’offres. « Jusqu’à récemment,l’absence d’entreprises étrangères constituait une entrave dans la mise en oeuvre des projets d’infrastructure en raison de la perception de risques de sécurité en Haïti”, signale la banque régionale. Dans ce contexte, une firme dominicaine et une firme haïtienne doivent conduire le projet de 7.4 millions de dollars à Port-de-Paix, lequel devrait prendre fin au bout de 10 mois (mai 2009), suivant les estimations faites par le ministre sortant des Travaux publics Frantz Verella. La Bid mentionne également l’exécution à Saint-Marc de travaux de génie civil, évalués à 10 millions de dollars ainsi que l’adduction d’eau potable à travers des fontaines publiques et des milliers de branchements individuels. Un appel d’offres est déjà lancé par le gouvernement haïtien en vue de la fourniture de conseils techniques au Service national d’eau potable (SNEP) sur la gestion du réseau d’approvisionnement en eau de SaintMarc. Globalement, les travaux dans les quatre autres villes susmentionnés devraient s’achever au cours des deux prochaines années, selon la Banque interaméricaine de développement. Santo-Domingo, 29 juillet 2008(AHP)L’ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine, Fritz Cinéas, a indiqué lundi que les autorités haïtiennes donneront bientôt une carte d’identité nationale aux ressortissants haïtiens vivant dans ce pays dans le cadre d’un projet appuyé par l’Organisation des Etats Américains (OEA).Haïti entend donner une carte d’identité à ses ressortissants vivant en République dominicaineFritz Cinéas a fait ces déclarations à l’occasion d’une rencontre avec le président de la Junte Centrale électorale dominicaine (JCE), Julio Cesar Castanos Guzman, le directeur du bureau des registres civils, Servio Tulio Almanzar et le directeur adjoint des Elections, Mario Nunez. Il a précisé que la majorité (CARTE D’IDENTITE / p. 8)ECONOMIE

PAGE 8

Page 8 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 REYINYON PIBLIKAsanble Gouvènan "ganizasyon Planifikasyon (MPO) pou Zòn Iben Miami an pral fè yon reyinyon piblik jou jedi, 4 septanm 2008 la, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte a nan Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid. Asanble Gouvènan an pral konsidere Amannman yo nan Pwogram Amelyorasyon Transpòtasyon (TIP) Ane Fiskal 2008/09 ki ekri pi ba la-a: 1. Repriyorize Pwojè Aviyasyon yo Amannman sa-a va enkli sispansyon ak rediksyon fon finansman ki te deja rezève ant Ane Fiskal 2010-2013 pou pwojè swivan yo: € Modifikasyon Amelyorasyon Teren Aviyasyon A380Redwi pa $34,264,000 € Siyalizasyon nan Ayewopò Entènasyonal MiamiRedwi pa $12,000,000 € Depatman Aviyasyon "Park Six Garage"Redwi pa $21,739,000 2. Pwojè Konektè Transit MIC-MIA Rediksyon pi wo yo an total $68,003,000 dola va ale sou pwojè Konektè Transit MIC-MIA. Amannman sa-a va enkli tou pwojè sila nan TIPAne Fiskal 2009 la. Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou plis enfòmasyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Miami, Florid 33128, telefòn: (305) 375-4507; imèl: mpo@miamidade.gov ; siwèb: www .miamidade.gov/mpo Se règleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout egzijans nesesè etabli pa lwa pou enfim ki rele "Americans with Disability Act" la. Lokal la aksesib. Pou jwenn sèvis yon entèprèt langaj siy pou moun soud, aparèy pou ede moun ki pa tande byen, oswa dokiman nan fòma aksesib, tanpri rele 305-375-4507 omwens senk jou davans. des Haïtiens qui vivent en République Dominicaine sont documentés à travers l’Ambassade, mais a indiqué qu’il ne dispose pas de statistiques sur le nombre d’Haïtiens sans papiers dans ce pays. Pour sa part, le président de la JCE a applaudi cette initiative, tout en faisant savoir que tout accord entre Haïti et son pays doit être ratifié par la chancellerie. Cette initiative va permettre à tous les haïtiens vivant en République Dominicaine de figurer sur la liste des électeurs haïtiens et pourront de ce fait, participer aux élections organisées en Haïti. Le président de la JCE estime que cette initiative ouvre la voie à la résolution des problèmes de documentation que connaissent les Haïtiens en République Dominicaine. Nous devons identifier les centres d’intérêts communs entre Haïti et la République Dominicaine, a-t-il dit, indiquant que la porte est également ouverte à une coopération entre le conseil électoral provisoire d’Haïti et la Junte Centrale Electorale dominicaine. AHPHaïti entend donner une carte d’identité à ses ressortissants vivant en République dominicaine(CARTE D’IDENTITE.. suite de la page 7) Les députés réfléchissent sur la crise alimentaire en HaitiHPN 30 juillet 2008 A l’initiative du bureau de la chambre des députés, le Conseil d’analyse et de recherches d’Haïti (CARH) a organisé les 29 et 30 juillet un séminaire sur la problématique de la vie chère en Haïti. Objectif : trouver des stratégies pour endiguer le phénomène. Selon le coordonnateur du Carh, Pierre Richard Cajuste, les députés ont eux-mêmes demandé cette session afin de saisir le phénomène dans ses différents aspects. Aussi, plusieurs secteurs de la vie nationale dont la société civile, le secteur privé des affaires, des étudiants, ont pris part à la journée inaugurale. « La gouvernance c’est la responsabilité de l’exécutif, mais les parlementaires et la société civile doivent produire des réflexions pour savoir comment aborder la difficulté à laquelle fait face le pays », a-t-il indiqué. « Dans toutes les sociétés modernes, il y a la gouvernance qui agit mais la société civile, l’université et les intellectuels qui produisent une pensée scientifique qui favorise une meilleure orientation de l’action gouvernementale, a ajouté M. Cajuste. » L’ancien délégué d’Haïti à l’ONU a rapporté qu’un document sera rédigé après le séminaire qui rassemblera la vision des différents secteurs qui y ont pris part. Ce document devrait servir d’instrument aux mains des parlementaires pour leur permettre de comparer ou de compléter les plans de l’exécutif. De son côté, le coordonnateur du projet d’appui au parlement haïtien de la Bid, Lionel Desgranges, soutient que le fait que des responsables commencent à réfléchir sur la question est un pas vers la résolution de la crise alimentaire en Haïti. « Quand on prend des décisions seul, celles-ci ne peuvent être que des rêves, mais quand vous mettez ensemble toutes ces personnalités : parlementaires, étudiants, intellectuels, hommes d’affaires et la communauté internationale pour réfléchir sur la misère du peuple, ça c’est déjà quelque chose », a-t-il-renchéri. Au cours de ce séminaire devaient être abordés les notions d’inflation et de coût de la vie, la construction de l’indice des prix en Haïti, la dynamique de la différenciation des prix, l’implication micro-macro, les obstacles à l’amélioration de la productivité agricole, les déficiences dans la distribution des produits, entre autres. PC/HPN Les Haïtiens de Guyane française contre le prix élevé des extraits d’archivesP-au-P., 31 juil. 08 [AlterPresse] — Des responsables d’églises, d’associations culturelles, des chefs d’entreprises et des travailleurs haïtiens de Cayenne (Guyane française) réunis en comité se mobilisent contre le prix de 7487,00 gourdes (130 euros) fixé pour un extrait d’archives, apprend l’agence AlterPresse. Depuis que l’Etat français réclame un extrait d’archive pour toute demande de séjour, cette pièce revient à 7487,00 gourdes à partir du territoire français alors qu’elles s’élèvent à 150,00 gourdes en Haïti, souligne une correspondance reçue par AlterPresse. L’Etat français refuse tout extrait d’archives daté de plus de trois mois, souligne le comité des Haitiens de Guyane. Le comité des Haitiens de Guyane appelle les autorités haitennes à prendre des dispositions pour que le prix du service soit fixé a 1726 gourdes, soit 30 euros. Le prix actuel a été annoncé lors d’une visite en Guyane en avril dernier du directeur général des Archives Nationales d’Haïti, Jean Wilfrid Bertrand. Ce dernier avait alors informé la communauté haitienne de mesures prises en vue de la résolution de problèmes de fausses pièces d’identité. Atelier de travail sur la prévention des catastrophes durant les saisons cycloniquesPort-au-Prince, le 29 juillet 2008 (AHP) Le Ministère des Affaires Sociales et du Travail a organisé mardi en collaboration avec la Croix Rouge Haïtienne et le Fonds Des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) un atelier de travail sur la prévention des catastrophes durant les saisons cycloniques. Cet atelier a été organisé à l’intention des représentants de la Croix rouge dans les différentes régions du pays et des membres de la section Risques et désastres du ministère de Elle estime nécessaire que le pays se prépare à faire face au passage d’une vingtaine de cyclones cette année au cours de la saison cyclonique. De son côté, le représentant adjoint de l’Unicef en Haïti, Njanja Fassu, estime nécessaire de prévoir ce qu’il faut pour venir en aide aux victimes de désastres en leur apportant de l’eau et leur faciliter l’accès aux soins de santé. L’Unicef est particulièrement préoccupé, a-t-il dit, par les conditions de vie des enfants et des femmes qu’il considère comme étant les plus vulnérables. Il a fait savoir que cette organisation du système des Nationsunies travaille avec tous les acteurs nationaux en vue de répondre de façon efficace aux urgences en cas de besoin. L’Unicef est heureux, a-t-il dit, d’apporter son appui à cette séance de formation en matière de préparation et de réponses aux désastres naturelles. AHP l’Intérieur et des collectivités territoriales. La présidente de la Croix Rouge Haïtienne, le docteur Michaelle Amédée Gédéon, a fait savoir qu’avec l’appui technique de l’Unicef, des cellules d’intervention rapide seront mises sur pied dans les régions les plus vulnérables du pays dont la Grande Anse, les Nippes, le Sud et le Nord Ouest. www.melodiefmhaiti.comEcoutez Mélodie Matin avec Marcus surLUTTE CONTRE LA VIE CHERE

PAGE 9

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 9 ADVERTISEMENT FOR BIDS PROJECT NAME : Miami International Airport Front Terminal D-H Fire Sprinkler and Life Safety Upgrade PROJECT NO. : A155B1 Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Cler k, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202, 111 N.W. lst Street, Miami, Florida, 33128 until 1:00 P.M. Tuesday, September 16 , 2008 or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the Board in said Stephen P. Clark Center. Bids are to be submitted in two envelopes. Bids received after the time and date specified will n ot be considered. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Sma ll Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remainin g bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening. The County reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids. IN GENERAL THE WORK COMPRISES: Installation of fire protection (sprinkler) system in those areas of the Front Terminal D through H presently lacking fir ala rm and/or fire protection systems as indicated in the Plans. Work also includes demolition and replacement of wood ceilings in several stairw ay areas and installation of smoke screens as indicated in the project limit plans. BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on _Wednesday, August 6, 2008 _ , for inspection by individuals by appointment only, on business days during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at 4200 NW 36 Street, Bldg. 5A, 4th Floor. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents through William C. Murphy (305) 876-0922. The duration of each appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule additional time slots ( not to run consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be r equired to present current, government issued, picture identification (e.g., Drivers License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perf orm work on, or related to, the Project, and sign and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Sta tutes § 119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes, § 281.301 and § 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provision of Florida Statute § 119.07(1) and § 24(a), Article I of the State Constitution. In addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested partie s may take notes, however, no photographs and/or copying of the documents will be allowed. The Bid Documents can be purchased at the offices of Rodriguez and Quiroga Architects Chartered, 2100 Ponce de Leon Boulevard, Mezzanine Level, Coral Gables, Florida 33134 between the hours of 9AM and 4PM, Monday through Friday, Contact: Amy Garcia (305) 448-7417 … ext. 14 as follows: 1. Non-refundable Payment of $ 150.00 for each set of Bid Documents 2. Refundable Deposit of $500.00 for each set of Bid Documents The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Dep artment. The refundable deposit must be by Cashiers or Certified check only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of contact during the bidding process. A business card with all of this information will suffice. To purchase a set of the Bid Documents, each purchaser must present to Rodriguez and Quiroga a current A. copy of government issued, picture identification (e.g., Drivers License) B. copy of the architect, engineer, or contractor qualifiers license issued by the Florida Department of Business and Professi onal Regulation for the Bidder making the purchase C. an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor. D. Upon payment, presentation of the notarized Confidentiality Affidavit and verification of the required identification docume nts, numbered sets of documents will be issued to the bidders. Bidders may purchase as many sets as they wish. However 24 hour notice to Rodriguez and Quiroga is required if more than 5 set s are to be purchased. Only full sets of the bid documents will be issued. Confidentiality Affidavits may be obt ained in advance by downloading fr om www.miami-airport.com/html/bids.html . All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to MDAD All Bidders that timely return the Bid Document will h ave their deposit returned. Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to MDAD. Failure to return the Bid Documents and copies made to MDAD within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corr ective actions that are satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies. All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waiv e informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The County, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the County by any and all bidders. PRE-BID CONFERENCE : The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on Tuesday, August 19, 2008 from 9:00 AM to 11:00 AM at 4200 NW 36 Street, Bldg. 5A, 4th Floor, Conference Room F of the Miami-Dade Aviation Department, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections will be provided by the Miami-Dade Aviation Department. It is the policy of Miami-Dade County to comply with all th e requirements of the Americans with Disabilities Act (ADA). For sign language, interpreter services, material in accessible format, other special accommodations, or airport-related ADA concer ns, please contact the MDAD Office of ADA Coordination at (305) 8767024. COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM Contract Measures for this Project is (are): 19.00% COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM The Community Workforce Goal for this Project is: 10.00% BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by th e Instructions to Bidders. No Bid may be withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The Coun ty reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids. BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS : 1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance. 2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, f or the Contractor's aggregate work force in each trade on all construction work in the covered area, as follows: Timetables Goal for minority Goals for female Participation for each Participation for From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade Until further notice 39.5 % 6.9 % As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work (whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area. 3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents. The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementatio n of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established f or the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be performed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulation s in 41CFR Part 60-4. Compliance with the goals will be measured against the total work hours performed. The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notifica tion shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor; employer identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated starting and complet ion dates of the subcontract; and the geographical area in which the Contract is to be performed. 4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Sub contractors. Requirements for compliance with this ordinance are contained in the Contract Documents. 5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a Cone of SilenceŽ is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertis ement and terminates at the time the County Manager issues a written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first . The Cone of Silence prohibits communications regarding RFPs, RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the Countys profession al staff, including but not limited to the County Manager and the County Managers staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any m ember of the Countys professional staff including, but not limited to, the County Manager and the County Managers staff. The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral pre sentations before selection committees, oral communications with the Contracting Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the procurement process, provided the communication is limited strictly to matters of process or procedures, Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing at any time unless specifical ly prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be made available to any pe rson upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or prop oser shall render any RFP award, RFQ award, or bid award voidable. Any person having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorn ey and/or may file a complaint with the Ethics Commission. Bidders or Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification. 6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Docume nts other than those made by Addendum, Change Order, or Work Order. 7) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2.8-1 (d), a Bidder shall have on file, prior to contract award a duly executed U niform County Affidavit with the Miami-Dade County Department of Procurement Management (DPM), to be maintained with the bidders vendors registration file. The Bidder is responsible for obtain ing the Vendor Registration Package, including all affidavits by downloading from the DPM website at www.miamidade.gov or from the Vendor Assistance Unit at 111 N.W. 1st Street, 13th Floor, Miami, Florida 33128, (305) 375-5773. MIAMI-DADE COUNTY

PAGE 10

Page 10 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Le romancier et militant communiste haïtien Jacques Stephen Alexis reçu par le président chinois Mao ZedongUne alliance étudiants secteur populaire est-elle possible ?(ALLIANCE ... suite de la 1ère page) connaîtront un meilleur sort. C’est à ce point un fait socio-culturel que même à l’intérieur d’un mouvement politique aussi vaste que le Lavalas, les intellectuels ont vite choisi de faire bande à part. C’était du moins l’ambition de ceux qui ont créé l’Organisation du Peuple en Lutte (ci-devant Organisation Politique Lavalas) : attirer les intellectuels (cadres et universitaires) dans une formation séparée qui jouerait le rôle d’intelligentsia au sein du grand Lavalas. On sait ce qu’il en advint. Les dissensions au niveau des chefs (plus précisément entre Aristide et Gérard Pierre-Charles) firent éclater tout l’ensemble. On en revint au point de départ. Lors des journées chaudes qui ont marqué le second départ forcé du pouvoir de Jean-Bertrand Aristide en février 2004, les jeunes issus des masses populaires surnommés « Chimères » et les étudiants sous la bannière de l’opposition anti-Lavalas (« GNB ») se sont ouvertement affrontés dans les rues. C’est la preuve qu’il n’y avait eu aucune alliance véritable entre les deux. Chacun regagne son petit quant à soi idéologique … On peut marcher ensemble comme ce fut le cas contre la dictature militaire qui succéda au régime Duvalier. Mais après la manif, chacun regagne son petit quant à soi idéologique. Cependant la raison n’est pas seulement culturelle et Le romancier et militant communiste haïtien Jacques Roumain (à droite) et son éminent collègue cubain Nicolas Guillén économique comme nous l’avons vu plus haut. Elle est aussi politique. Depuis les grèves qui agitèrent le monde étudiant haïtien au début des années 60 (au lendemain de la victoire de la Sierra Maestra et l’entrée de Fidel Castro à La Havane, 1959), Papa Doc faisait bonne garde. Y compris en facilitant le départ des nouveaux diplômés vers les emplois offerts (lors) par les Nations Unies dans les nouveaux pays indépendants d’Afrique. Tout fut fait pour garder le frais émoulu des facultés d’Etat loin des masses. Y compris bien entendu par la disparition physique. Du ratiboisage au sein de la plus puissante fédération ouvrière de l’époque, l’Intersyndicale avec à sa tête un Guy Lominy disparu avec ses principaux lieutenants dans les geôles de Fort Dimanche, jusqu’à l’assassinat de notre confrère Gasner Raymond en 1976, c’est même combat. Comme un poisson dans l’eau … Tout intellectuel perdu au sein des masses est un danger. Bien entendu, si on le comprend au sens de Mao : l’intellectuel doit être dans le peuple comme un poisson dans l’eau. Comme le pensait un Jacques Stephen Alexis. Débarqué en 1961 au Môle Saint Nicolas pour ouvrir un front de résistance en Haïti, le grand écrivain (« Compère général soleil », « Les arbres musiciens ») fut arrêté et exécuté sur ordre personnel de François Duvalier. Et plus tard aussi les jeunes membres du PUCH (Parti unifié des communistes haïtiens) qui avaient infiltré le pays pour un travail d’éducation révolutionnaire auprès des masses paysannes (1969). Les « tontons macoutes » se vengèrent lâchement sur les habitants de Cazale (communauté rurale au nord de la capitale) … Idées reçues mais sacrées ! … L’alliance étudiants-peuple n’a à tel point jamais existé que nos plus grandes célébrités intellectuelles et littéraires quoique issues de « la Révolution de 46 » sont presque toutes de la même origine bourgeoise (ce qui n’enlève rien à leurs convictions, ni à leur engagement): Jacques Roumain, Jacques Stephen-Alexis, René Depestre, Etienne Charlier (tous les quatre ayant été des socialistes déclarés, quoi qu’en dise aujourd’hui le seul survivant, l’écrivain français René Depestre !), Carl Brouard, Magloire Saint-Aude ainsi que l’aîné Jean Price-Mars … Les autres de cette époque seront pour la plupart, et ce n’est point un hasard, avec Duvalier (comme un Roger Dorsinville). Quitte à s’en séparer dès les premières exactions du régime, il est bon de le rappeler. (Mais nous nous risquons à présent sur un terrain miné, n’est-ce pas, au risque de déranger quelques idées reçues mais sacrées !). Et dans le reste du monde ? On pense aussitôt à Mai 68 mais qui fut une affaire d’étudiants révoltés contre la France de papa. Dans ces cas-là, on peut même voir les masses adopter une position plutôt réactionnaire sur les bords. Nous avons raté notre Front populaire … Il faudrait plutôt mentionner le Front populaire. Selon Le Petit Larousse, « coalition de partis français de gauche (parti communiste, ancien parti socialiste, parti radical) qui, remportant les élections de mai 1936, arriva au pouvoir avec Léon Blum. Le Front populaire réalisa d’importantes réformes sociales (semaine de travail de quarante heures, relèvement des salaires, congés payés, conventions collectives, délégués ouvriers). Le Front populaire se disloqua sous (voir ALLIANCE / 11) L’ACTUALITE

PAGE 11

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 11 la pression des événements extérieurs (guerre d’Espagne, montée du fascisme en Europe). » On aurait pu réaliser nous aussi notre front populaire, qui sait, si les élections démocratiques de novembre 1987 n’avaient pas été écrasées dans le sang par les forces armées d’Haïti de connivence avec l’administration Reagan. Le Front populaire français fut un mouvement majoritairement ouvrier. Mais un mouvement majoritairement intellectuel peut tout aussi bien marquer profondément. Ex. les Sixties aux Etats-Unis, à l’origine d’essence culturelle et artistique, autour de chanteurs et musiciens (Woodstock, le génie de la guitare Jimi Hendrix, mort à 28 ans), fumeurs de haschich, mais pour déboucher sur le mouvement anti-guerre du Vietnam, puis l’affaire du Watergate. Mais mine de rien, sans tout le tam-tam qui accompagne la simple évocation du Mai 68 français (dont on commémore le 40e anniversaire), c’est une véritable révolution des mœurs qui marque les années Historique Etudiants secteur populaire(ALLIANCE ... suite de la page 10) L’ex-romancier communiste haïtien René Depestre 60 (communément appelées « Sixties ») aux EtatsUnis. Et aujourd’hui aussi bien Barak Obama que Hillary Clinton sont des produits des Sixties. L’alliance doit être idéologique … Existe-t-il quelque chose comme une alliance étudiants-secteur populaire ? Chez nous, les poètes et écrivains de La Ruche, petite publication autour de laquelle est parti ce que nous appelons la Révolution de 46 (1946), ont pu en rêver un instant … Par contre le syndicaliste Lénine et l’intellectuel Trotski ont fait la Révolution d’Octobre. Là encore ça ne dure qu’un temps. Lénine mort, Staline expulsa Trotski et passa un trait de plume. Tout comme lorsque Mao a voulu refaire la Révolution culturelle, ce fut le chaos. Conclusion : l’alliance étudiants-secteur populaire, si tant est qu’elle puisse exister, est toujours d’essence idéologique. Non politique. Voire politicienne. Marcus, 3 Août 2008 C’est le triomphe des droits civiques, c’est le féminisme etc. CHANSONSTifane: la cohérence dans la diversitéYVES BERNARD (Édition du samedi 26 et du dimanche 27 juillet 2008) Le message commence à passer. Après cinq décennies de cohabitation avec la chanson québécoise, la musique haïtienne apparaît comme l’une des principales révélations de l’été montréalais des musiques du monde. Une musique plurielle qui, de plus en plus, fait découvrir son caractère pluriel. Après le Festival de musique haïtienne qui en a présenté toutes ses déclinaisons, après Belo que nous apprenons à reconnaître comme la force montante de la chanson créole, voici Tifane, l’artiste féminine qui semble la plus prête à se lancer sur les traces d’Émeline Michel. La piste me fut donnée l’an dernier par Ralph Boncy, l’estimé collègue qui est toujours à l’affût. Il avait vu juste puisque, cette année, les Francos invitent Tifane à se produire trois fois plutôt qu’une, gratuitement en extérieur. Elle n’est pas Émeline Michel, mais elle partage avec la grande soeur cette volonté d’affirmer la personnalité créole dans toutes ses chansons. Et elle cherche constamment. «Je me suis lancée professionnellement il y a trois ans, à mon retour à Pétionville, après avoir vécu cinq ans à Chicago. Depuis ce temps, j’ai voulu savoir ce qui se cache dans la culture de mon pays. J’ai donc fait le tour des maisons et des concerts pour chanter des rythmes que je n’avais jamais entendus. Et maintenant, la musique haïtienne m’inspire beaucoup plus qu’auparavant.» Elle chante depuis l’âge de sept ans, a commencé à l’église, intégré dans son chant une bonne partie du legs de sa famille mélomane: les auteurscompositeurs haïtiens, le reggae, le R&B et le soul. Mais son influence américaine, actuellement plus présente que chez Émeline, est celle de la vieille école d’Aretha, d’Earth Wind and Fire ou de Marvin Gaye: «J’ai naturellement ce confort lorsque je chante le soul, alors que tout va doucement et que j’ai tout mon temps pour dire ce que j’ai à dire», explique-t-elle. Mais son premier disque, Anprent, marque malgré tout la vivacité de plusieurs genres de la Perle des Antilles: yanvalou plus lancinant, rara carnavalesque, méringue et twoubadou aux accents plus rustiques. À cela s’ajoutent un reggae créole avec Belo, un soukous à la manière haïtianisée et une ballade aérienne qui rappelle une prière. «Je voulais que chaque chanson de l’album se démarque par un style qui lui soit propre, tout en conservant une cohérence par ma voix plus grave que la moyenne et l’esprit de mes textes, qui ponctuent les couleurs musicales.» Sociologue de formation, Tifane cause d’amour et de société, loue la beauté intérieure de son peuple, parle de la femme, offre une chanson à une amie décédée, prône le désarmement des enfants de la rue à qui l’on donne des armes, s’engage même socialement dans le projet KALM, un programme de sensibilisation contre la violence à l’endroit des jeunes. «Je cultive le positif et refuse la résignation, dit-elle. Je ne veux pas seulement faire réfléchir. Il faut savoir donner de la joie et de l’espoir.» Retenez bien le nom de Tifane. On risque d’en entendre parler longtemps. YVES BERNARD Collaborateur du Devoir CINEMA Toussaint Louverture manquant de « héros blancs »La superstar américaine Danny Glover Toussaint Louverture Le film de Danny Glover sur Toussaint Louverture en panne de fonds parce que manquant de « héros blancs », selon des producteurs américains et européens ... Miami, 29 juillet 2008(AHP)-L’acteur afro-américain Danny Glover éprouve actuellement des difficultés à rassembler les fonds nécessaires en vue de sortir un film sur l’un des héros de l’indépendance haïtienne, Toussaint (voir DANNY / 12)EN QUESTION

PAGE 12

Page 12 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Louverture. Ces difficultés viennent du fait que ce film ne mettrait pas suffisamment en valeur des héros de couleur blanche. Danny Glover qui se trouve à Paris, a fait savoir que les producteurs lui ont dit que son projet est grand et agréable mais lui demandent tous où sont les héros blancs. “Je ne reçois pas d’argent ici, comme je n’ai pu en recevoir en Grande-Bretagne”, a déclaré la star du cinéma, affirmant avoir rencontré sans succès un grand nombre de producteurs basés en Europe et aux EtatsUnis Ils lui ont dit que ce film “noir” n’aura pas assez d’audience en Europe et au Japon. “Quelqu’un doit prouver que c’est faux”, a dit Danny Glover ajoutant qu’il pourrait bien être celuilà. “Toussaint,” le premier projet de Dany Glover comme réalisateur, va retracer la vie de Toussaint Louverture (1743-1803), un ancien esclave et l’un des pères fondateurs de l’indépendance d’Haïti proclamée le 1er janvier 2004. Arrêté puis déporté en France, il est mort de faim et de maladie dans la prison du Fort de Joux, dans le Jura. L’acteur américain avait joué le rôle de Toussaint dans une pièce jouée au palais national dans la soirée du 1er janvier 2004 dans le cadre du Bicentenaire de l’indépendance haïtienne, qu’un secteur avait tenté de saboter par des violences de rues pour des motifs politiques.Le film Toussaint Louverture manquant de « héros blancs »(DANNY ... suite de la page 11) Vainqueuse !« Nous avons payé l’arbitre pour qu’il te déclare vainqueur ; Nous avons payé ton adversaire pour qu’il te laisse gagner. Le reste dépend de toi. » Groucho Marx Je crois l’avoir souvent dit durant ces dernières années. Je n’aime pas trop le cinéma. Je ne suis pas un grand connaisseur non plus. Je crois que les scènes de la vie courante nous offrent tout ce dont nous avons besoin : drame, tragédie, comédie. L’univers virtuel du cinéma ne fait qu’imiter, parfois anticiper et trop souvent banaliser, ce que la vie courante nous offre, ce que l’être humain est capable de produire. De Bon ou de Mauvais. Cependant, chères amies lectrices et chers amis lecteurs, je dois reconnaître que certaines fois je me sens impacté par un bon film, surtout par une bonne comédie. (C’est peut-être ma « simplicité d’esprit » ou ma « naïveté d’homme » qui me pousse vers ce choix.) En ce sens, les « Frères Marx », « Harold Lloyd », « Buster Keaton », « Charlie Chaplin » ont toujours pu me procurer ce que je recherche dans un film. Plus près de nous, je ne peux m’empêcher de penser à Woody Allen. En « noir et blanc » ou en « couleur ». Là, je m’arrête. Mes connaissances se limitent quasiment à cela. Si j’ose fouiller un peu plus dans ma mémoire, je devrais parler de « Joselito » le rossignol, de Marisol, de Louis de Funés, de Bourvil, de Jean Marais, de Fernandel, de Sarita Montiel, de Belafonte, de Annie Girardot. Si je continue un peu plus avec cet effort de rétrospection, j’associerais aux « Tribunes du Champde-Mars » (qu’un malheureux a su s’arranger pour vendre comme ferraille et gagner une fortune sur le dos du peuple), les noms d’artistes tels : Christopher Lee, Franco Nero, Giulano Gemma, Yul Brynner etc. Aux cinés Paramount et au Rex-Théâtre, je devrais alors associer les noms de grands acteurs tels: JeanPaul Belmondo, Yves Montand, Alain Delon, Catherine Deneuve, Jean Gabin, Michel Piccoli. Enfin, le Ciné Capitol me fit découvrir le Festival de Cannes ainsi que tous les grands noms du cinéma des années 70. Malgré cet étalage, ne croyez surtout pas que je suis docte en la matière. Ce n’est pas le moment de se livrer à des « fouilles archéologiques ». Passons à autre chose. Chers amis, les années passent vite. Et, le monde change, à un rythme vertigineux, plus vite que nos modes de pensées, transformant alors nos coutumes en lest gênant, en bagage inadéquat parfois. De nouvelles représentations du monde et de la société, ou des relations interpersonnelles émergent avec force nous obligeant à renouveler nos modalités relationnelles. Les nouvelles perceptions de la vie privée ou de la vie publique qui sont en train de s’ériger en tant que modes de conduite, en modèles de fonctionnement collectif, en paradigme, nous créent des conflits internes difficiles à résoudre. De nouveaux modèles se consolident, provoquant une certaine angoisse et causant parfois même des déchirures sociales, traumatisantes. L’individu, disent les spécialistes, « est au cœur de la dynamique sociale, puisqu’il est à la fois porteur et déclencheur de changements. Selon cette perspective de départ, les groupes, les sociétés et les cultures se transforment par la médiation des individus qui les composent. L’individu est comme à l’interface de deux séries de forces qui s’affrontent dont l’une est investie d’une propriété stabilisatrice et l’autre, d’une puissance de déstabilisation (dynamismes de changements et contenus des transformations sociales). » (Tremblay). Un calvaire. capable de bouleverser la structure sociale, provoquant des oscillations dans le système social et facilitant la création d’un nouvel état d’équilibre. Ainsi avance le monde. Point n’est besoin de dire que notre chère Haïti a aussi changé. On ne peut plus le nier. On ne le pourra plus. Il faudra qu’on s’y habitue. Premier Ministre. Première Ministre. Vainqueuse. Vainqueur. Et, celui qui avait tant parlé des « Vainqueurs » échoua, et fut vaincu. Lui, Homme. Le second, un autre homme, lui aussi échoua. Et vint la femme. Le vainqueur, parmi les trois, une vainqueuse. Le premier doit sûrement se dire, comme avait dit Clemenceau, qu’il valait mieux « être vaincu que d’être vainqueur du côté des scélérats » et qu’il n’aurait jamais pu s’allier avec les « forces de la corruption ». Que doit-il se dire maintenant le second ? À chacun son lot ! Outre le mot vainqueuse, le mot qui s’est le plus promené sur les lèvres ces derniers jours, a été celui de « Conciliabule ». Un conciliabule peut être un entretien, un colloque, un tête-à-tête, une conversation secrète, un pourparler. Il peut aussi être, par extension, une réunion secrète de gens à qui l’on suppose de mauvais desseins, car il s’agirait d’une conférence secrète dans laquelle président des sentiments de malveillance ou d’hostilité. Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, l’arbitre a été payé et l’adversaire s’est laissé vaincre. Le gros travail reste à faire maintenant. La lutte vient de commencer. Pensez-y chers amis et luttons ensemble pour que nous tous, « Vainqueurs de Pierre ou de Carton », « Vaincus d’hier ou d’aujourd’hui », « Dégoûtés de toujours », fassions de ce pays un pays à part entière et non un pays à part. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Août 2008 Rendre Haïti plus visible sur le Web : Transparence, image, compétitivité !COMMUNICATIONSPar Jean-Marie Raymond NOEL, Ing., MSc Soumis à AlterPresse le 1er aout 2008 Vingt et un ans après le vote de la Constitution de 1987, des principes aussi fondamentaux que la décentralisation, la participation, la transparence attendent de rentrer dans les pratiques quotidiennes. La grande machine administrative ne les a pas véritablement intégrées dans son fonctionnement. Les pouvoirs publics subissent les méfaits directs de cette situation, autant que les citoyens ou les entreprises. Car le résultat est non seulement le dysfonctionnement de l’appareil étatique mais aussi le déficit d’efficacité et de compétitivité du secteur des affaires local obligé de « naviguer à vue » en l’absence d’informations et de règles du jeu définies et connues de tous. Et c’est, en bout de piste, un sentiment d’exclusion grandissant chez les citoyens et par ricochet des difficultés énormes de l’Etat à les mobiliser. Cette tendance se poursuivra tant et aussi longtemps que, dans les pratiques, on persiste à ignorer cette demande sociale d’information. Il y va de l’articulation des intérêts individuels et de l’intérêt collectif, laquelle passe forcément par la mise en place de processus participatifs à la prise de décision. Il est aujourd’hui facile de concevoir et de réaliser un système national de décision intégrant de façon cohérente le développement local et l’action gouvernementale. Il est tout aussi facile d’envisager et de mettre en place des sous-systèmes locaux de décision, décentralisés, participatifs et communautaires mettant l’accent sur les initiatives de la population et des acteurs locaux au bénéfice du rapprochement entre l’action de l’Etat et les besoins de la population. Cela suppose en particulier le partage et la dissémination de l’information. Au-delà des mécanismes traditionnels de concertation, d’échange, le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication met à la disposition des décideurs de nombreux outils, tel un Portail Pays, pouvant contribuer à la concrétisation de ces objectifs. Comme son nom l’indique, le Portail sera la remplir certaines formalités et confondant le rôle des institutions. Une approche de conception d’un Portail tourné vers le Citoyen permettra de réduire cette confusion. La possibilité pour les citoyens et les hommes d’affaires d’avoir en ligne des informations, des services et des interactions avec les ministères, va réduire les déplacements physiques vers ces institutions et diminuer considérablement les encombrements couramment constatés dans leurs couloirs non sans conséquences sur la qualité du travail des fonctionnaires. Le Portail sera conçu de telle façon que la population puisse l’utiliser pour suivre l’évolution des politiques publiques en matière de développement, alimentant ainsi le débat public, la transparence et la bonne gouvernance. Il sera aussi mis à profit pour le suivi des grandes rencontres internationales qui concernent le pays, notamment les dossiers de son adhésion à la CARICOM et autres accords régionaux, les accords préférentiels avec l’Amérique du Nord et l’Europe, les négociations commerciales bilatérales et multilatérales en général. porte d’entrée du pays en général et de l’administration publique haïtienne en particulier sur le Web. Dans le cas particulier d’Haïti, il pourra avoir comme fonctions globales celles d’être une vitrine permanente du pays, un espace pluriel d’information, de concertation et d’éducation, et un espace de promotion. Le rapport 2005 du Département des Affaires Economiques et Sociales du Secrétariat des Nations Unies (UNDESA) attribua à Haïti la note zéro pour l’indice de présence en ligne, signifiant que le pays n’avait pas un site national officiel, ou un site national officiel à jour. La valeur de 0,0635 calculée pour Haïti en 2008 dénote une certaine amélioration mais elle reste encore très faible par rapport à la moyenne de 0,2513 des pays du Cariforum. Haïti doit poursuivre les efforts pour plus grande visibilité sur Internet. Sans aucun doute, en plus d’être la référence idéale pour les recherches sur Haïti, le Portail officiel de la République d’Haïti va contribuer à améliorer le score du pays, compte tenu de la méthodologie utilisée pour calculer cet indice. Les citoyens se perdent souvent dans les méandres de l’Administration publique, ne sachant à quelle institution s’adresser pour (voir WEB / 14) Vous voyez donc, chers amis, un individu estLIBRE PENSEE

PAGE 13

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17ème siècle… Dans les pays chauds: attention à l’eau potableAP 29 juillet PARIS Bientôt les vacances et le farniente sous le soleil dont vous connaissez bien les méfaits. Mais attention, dans les pays chauds, l’eau n’est pas non plus sans risques. Régulièrement, des spécialistes rappellent les dangers de sa consommation dans les pays en développement et insistent sur l’importance de sa décontamination par différents procédés. Diarhhée bénigne (ou turista), plus rarement diarrhées chroniques ou infections sévères, fièvre typhoïde, choléra, hépatites virales (A): on estime qu’entre 30 à 50% des voyageurs sont touchés par la diarrhée, consécutive à l’ingestion de germes fécaux provenant de l’eau non contrôlée, de l’alimentation et des mains sales. L’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine sont des zones à haut risque. Car la qualité de l’eau potable n’est pas assurée dans les pays en développement, rappelle régulièrement la Société de médecine des voyages. Les voyageurs ne disposent d’aucun moyen pour apprécier la qualité d’une eau. Une eau limpide, ou qui a bon goût, n’apporte aucune garantie sur sa qualité microbiologique. Si vous partez dans les pays lointains, voici quelques conseils simples pour vous éviter les troubles digestifs et ne pas gâcher vos vacances: ne pas utiliser l’eau du robinet pour boire, pour laver les fruits ou les légumes ou encore se brosser les dents. Si vous rencontrez des difficultés pour acheter de l’eau embouteillée et capsulée, il existe des comprimés vendus en pharmacie (à dissoudre dans l’eau afin de la désinfecter). Il faut éviter aussi de consommer des crudités, des fruits déjà épluchés, des glaçons dans les jus de fruits, des glaces, des fruits de mer. Privilégiez les fruits entiers avec leur peau, que vous ôterez vous-même, et les viandes très cuites. Et mettez dans votre sac de voyage les comprimés antidiarrhéiques que vous aura conseillés votre médecin. N’hésitez pas à manger des coquillages et des crustacés si vous êtes en bord de mer. Ils vous apporteront le plein de minéraux. Si vous les pêchez vous-même, évitez les zones interdites, signalées généralement par affichage, et consommez-les rapidement. AP

PAGE 14

Page 14 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 ENPO COMMERCIAL LOCAL AVI POU ANE AN(Ke yo te konnen sou non Pèmi Profesyonèl)Yo avize piblik lan ke, tout biznis ki ap opere nan Miami-Dade County bezwen pou yo kapab renouvle oubyen achte Resi de Enpo Commercial yo pou ane Fiscal 2008-2009 pandan period 1 Jiyé, 2008 jiska 30 Septanm, 2008. Tout Resi ki pa renouvle 30 Septanm, ap konsidere delenkan epi yo va gen dwa mete yon amann de dis (10) pousan pou delenkans pou mwa Oktòb lan, yon amann anplis de senk (5) pousan pou chak mwa jiskaske renouvèlman an peye, tout amann pou delenkans yo pa dwe depase vennsenk (25) pousan taks de Resi de Enpo yo. Kidiplis, nenpòt moun ki pa peye taks Enpo Commercial yo nan sansenkant (150) jou aprè ke yo avize ke yo, epi moun ki pa debwoye yo pou pran yon Resi de Empo Commercial, va jwenn aksyon legal sivil ak penalite pran kont yo, anplis frè tribunal, frè avoka, ak tout lòt frè administrative adisyonèl ki fèt nan efò pou touché lajan sa a, epi tou yon penalite de desan senkant (250) dola. Ou kapab peye via Internet, visite sitwèb sa-a: www .miamidade.gov/taxcollector Oubyen ou kapab peye nan de (2) local sa yo: Biwò an ouvri: Lendi -Vandredi 8:00 5:00 pm, eksepte fèt legal yo. Tel (305) 270 4949 Downtown Miami 140 West Flagler Street, Room 101 Miami, Florida 33130 South Dade Government Center 10710 SW 211th Street, Room 104 Cutler Bay, Florida 33189 L’un des grands défis pour le pays est aujourd’hui de créer des emplois. La présentation d’une autre image d’Haïti, des potentialités et des curiosités du pays constituera une bonne incitation à l’investissement. A partir de son adresse Web, le Portail offrira un ensemble d’hyperliens vers des sites thématiques ou institutionnels, constituant autant de sous-espaces de promotion des services et des biens, ou de fenêtres sur les attraits touristiques du pays et ses ressources naturelles, sur les informations pertinentes pour les investisseurs privés, sur les offres de formation disponibles dans le pays, les facilités, etc. Corriger la présence en ligne irrégulière va être l’une des toutes premières tâches du Portail. Elle ne sera pas facile car elle est appelée à s’attaquer à certains conforts nés du laisser-aller institutionnel, à remettre en question des pratiques en recherchant notamment l’harmonisation dans la gestion de l’information publique. Un survol de l’état de la présence en ligne des entités ministérielles démontre non seulement l’ampleur et la délicatesse de l’opération, mais aussi le niveau d’engagement nécessaire pour rendre possible et fonctionnel le Portail Haïti. Actuellement 16 des 18 ministères (incluant la Primature), soit 89 %, ont enregistré un nom de domaine, dont 15 .gouv.ht et un seul, le MSPP, directement sous la racine .ht. Les deux seuls ministères, qui n’ont pas encore enregistré un nom de domaine, sont celui des Affaires Sociales et celui de la Jeunesse, des Sports et du Service Civique. De ces seize ministères, huit (8) ont des sites Web opérationnels. Il s’agit par ordre d’ancienneté décroissante : le ministère de l’Economie et des Finances http://www.mefhaiti.gouv.ht, le ministère de la Planification et de la Coopération Externe http:// mpce.gouv.ht, le ministère à la Condition diraient que c’est pas mal, mais attention ! De la fin du mois de février 2008 (date de l’avant-dernière observation) à aujourd’hui (mi-juillet 2008), cinq (5) sites ne s’ouvrent pas : ceux de la Primature et des ministères de la Santé Publique, de la Culture, du Commerce et des Haïtiens Vivant à l’Etranger [1]. Conséquences de la crise politique, problèmes de budget pour payer l’hébergement du site Web ou pour renouveler le nom de domaine, déficit de personnel qualifié pour le suivi, ou manque d’intérêt accordé par les entités à leur visibilité en ligne ? Il faut savoir que, dans le contexte actuel tant national qu’international, il sera difficile à Haïti de faire l’économie de structures d’informations performantes. Celles-ci permettront non seulement de rapprocher l’Etat des Citoyens et d’apaiser, ce faisant, certaines tensions sociales, mais aussi d’accroître l’attractivité du pays auprès de potentiels investisseurs. Il est anormal que le site www.haiti.org, qui s’affiche depuis au moins trois (3) ans comme le site officiel de la République d’Haïti, continue à diffuser des informations totalement erronées, sans une quelconque intervention corrective de la part des instances gouvernementales. A titre d’exemple, le Conseil Electoral Provisoire présenté sur ce site est celui du 16 mars 1999 de Me Léon Manus, et le pays y est encore divisé en neuf (9) départements. L’Information est un facteur trop critique sur les plans social, économique et politique, pour ne pas en faire une gestion correcte. Il est impératif de corriger les défaillances, et urgent de réaliser le Portail Haïti, dont la mise en œuvre servira d’ailleurs de prétexte pour revoir les systèmes d’information en cours dans l’administration publique. Contact : raymond.noel@fds.edu.ht [1] Le site du ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger s’ouvre à l’adresse www.createch.ht/mhave et non plus à l’adresse www.mhave.gouv.ht Féminine et aux Droits de la Femme http://mcfdf.gouv.ht, le ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural www.agriculture.gouv.ht, le ministère des Affaires Etrangères www.mae.gouv.ht, le ministère des Travaux Publics, Transports et Communications www.mtptc.gouv.ht, et les tout derniers nés, le ministère de la Justice et de la Sécurité Publique www.mjsp.gouv.ht, et le ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle www.eduhaiti.gouv.ht. Il faut y ajouter le site de la Secrétairerie d’Etat à l’Intégration des Personnes Handicapées www.seiph.gouv.ht, dernière entité gouvernementale créée par arrêté présidentiel du 17 mai 2007. Un rapide clic sur les huit (8) sites ministériels dévoile bien qu’il n’y a pas une gestion intégrée de ces sites gouvernementaux, encore moins de lignes directrices. Chacun y va de son feeling, de ses goûts. Ni l’organisation de l’information, ni les couleurs, ni les fonctionnalités disponibles d’un site à l’autre n’indiquent qu’ils appartiennent à une même famille. Les caractéristiques les plus communes sont i) la dénomination des sites web avec une tendance très marquée vers le « sigle du ministère.gouv.ht » ; ii) et le retard dans la mise à jour. Sauf sur le site du ministère de l’Economie et des Finances, les rubriques Actualités, A la Une, ou Evénements Marquants ne sont pas régulièrement alimentés. Par exemple, les écarts relevés entre le dernier et l’avantdernier article d’actualité sur les sites du MCFDF et du MTPTC sont de deux à trois mois. Huit sites fonctionnels sur 18 ministères, soit 44% des entités gouvernementales visibles sur le Web : d’aucuns (WEB suite de la page 12)Rendre Haïti plus visible sur le Web : Transparence, image, compétitivité ! Le prix Nobel de littératur e Alexandre Soljenitsyne décoré par l’ex-président russe Vladimir PoutineDécès du prix Nobel de littérature Alexandre SoljenitsyneMOSCOU (AFP) L’écrivain russe Alexandre Soljenitsyne, 89 ans, grande figure de la dissidence en URSS et auteur de romans monumentaux sur les camps soviétiques tels “L’Archipel du Goulag”, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à son domicile à Moscou. Le prix Nobel de littérature est décédé “à la suite d’une insuffisance cardiaque aigue” dimanche à 23H45 heure de Moscou (19H45 GMT), a déclaré son fils Stepan, cité par l’agence de presse Itar-Tass. L’écrivain, très affaibli depuis plusieurs années, n’apparaissait plus que rarement en public. Des images télévisées le montraient alors recevant des hôtes dans sa maison de Troïtse-Lykovo, au nord-ouest de Moscou, en fauteuil roulant. Le président russe Dmitri Medvedev a exprimé ses condoléances à la famille de l’écrivain, a annoncé sa porte-parole Natalia Timakova, citée par Itar-Tass. Alexandre Soljenitsyne a révélé au monde la réalité du système concentrationnaire soviétique dans ses ouvrages “Une journée d’Ivan Denissovitch”, “Le premier cercle” et “L’Archipel du Goulag”. Prix Nobel de littérature en 1970, il a été privé de sa citoyenneté soviétique en 1974 et expulsé d’URSS. Il a alors vécu en Allemagne, en Suisse puis aux Etats-Unis, avant de revenir en Russie en 1994 après la chute de l’URSS. “A la fin de ma vie, je peux espérer que le matériel historique (...) que j’ai collecté entrera dans les consciences et la mémoire de mes compatriotes”, avait-il dit en 2007 alors que le président Vladimir Poutine venait de lui remettre le prestigieux Prix d’Etat russe. “Notre expérience nationale amère aidera, en cas de nouvelles conditions sociales instables, à nous prévenir d’échecs funestes”, avait ajouté l’écrivain. Depuis son retour sur sa terre natale, il s’était montré critique envers l’Occident et aussi envers l’évolution de la Russie postsoviétique, appelant à un retour aux valeurs morales traditionnelles. Il appréciait néanmoins le rôle de Vladimir Poutine, président (2000-2008) reconverti Premier ministre et partisan du retour d’une Russie forte et fière d’elle-même, malgré son passé d’officier du KGB. “Poutine a reçu en héritage un pays pillé et à genoux, avec une majorité de la population démoralisée et tombée dans la misère. Et il a commencé sa reconstruction (...) petit à petit, lentement. Ces efforts n’ont pas été remarqués et appréciés tout de suite”, déclaraitil en avril dans un album dédié au président. En 2006, Alexandre Soljenitsyne avait accusé l’OTAN de préparer “l’encerclement total de la Russie et la perte de sa souveraineté”, en “renforçant méthodiquement et avec persistance sa machine militaire dans l’est de l’Europe”. M. Poutine, qui lui avait rendu visite le 12 juin 2007 pour lui remettre le Prix d’Etat, avait alors loué celui qui a “dédié sa vie à la patrie”. “Des millions de gens dans le monde lient le nom et les oeuvres d’Alexandre Issaevitch Soljenitsyne au sort de la Russie elle-même”, avait-il dit. “Comme il l’a dit lui-même: +La Russie, c’est nous-mêmes. Nous sommes sa chair et son sang, son peuple+”, avait ajouté le président. Barack Obama opposé à l’indemnisation des descendants d’esclavesSPRINGFIELD, Illinois Barack Obama est opposé à l’indemnisation des descendants d’esclaves, une position critiquée par certains mouvements et dirigeants de la communauté noire américaine. Pour celui qui pourrait devenir le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis, le meilleur moyen de combattre l’héritage de l’esclavage est de lutter contre la pauvreté, améliorer l’éducation et la couverture de santé de la population. Le futur candidat démocrate à la présidentielle s’est exprimé samedi à Orlando, en Floride, devant la National Urban League, un mouvement afro-américain, mais il n’a pas abordé la question des réparations. “J’ai dit par le passé, et je le répète de nouveau, que les meilleures réparations que nous puissions fournir, ce sont de bonnes écoles (...) et des emplois pour les gens au chômage”, a récemment souligné le sénateur démocrate de l’Illinois. Une vingtaine de membres du Congrès ont présenté une proposition de loi instituant la création d’une commission qui serait chargée d’étudier la mise en place d’indemnisations et programmes réparant les conséquences de l’esclavage des Noirs aux Etats-Unis. L’Association nationale pour l’avancement des gens de couleur (NAACP), le plus ancien mouvement (voir OBAMA / 16)INTERNATIONAL

PAGE 15

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 15 SPORTS LONDRES (AFP) Avec cinq joueurs français sur la pelouse dès le coup d’envoi et pendant une grande partie du match, le favori Arsenal s’est imposé 1-0 face au Real Madrid dimanche lors de l’Emirates Cup, en montrant un visage offensif très séduisant. Les 60 081 spectateurs de l’Emirates Stadium sont rentrés chez eux heureux dimanche. Ils n’ont pas seulement vu leur équipe battre le Real Madrid, ils ont aussi vu un jeu collectif déjà huilé, un duo d’attaque Adebayor-Van Persie plus qu’intéressant, un Denilson impressionnant à la place de Flamini au milieu et un Nasri de plus en plus à l’aise. L’ancien Marseillais a montré quelques touches de classe, une belle vision du jeu et a pris des initiatives. Ce n’était pas encore le grand Nasri qui a illuminé les nuits du stade Vélodrome mais, au fil des matches, il y a beaucoup de mieux dans ses performances. Il faut dire qu’il ne s’est pas senti perdu sur la pelouse londonienne. Il était accompagné de quatre autres Français (Diaby, Clichy, Sagna et Gallas), dès le coup d’envoi et jusqu’à la 75e minute (sortie de Nasri et Diaby sous les ovations). Tous ces Bleus ont apporté un french flair indéniable et le jeu des Gunners s’en est ressenti. Ils se sont créés une bonne dizaine d’occasions en première période dont une volée de Nasri contrée (2), une belle frappe de Walcott après un double une-deux superbe entre Adebayor et Van Persie (9), un tir de Denilson bloqué de justesse (25) et une tête d’Adebayor (32)! Tout ça, sans marquer! De leur côté, les Espagnols, avec un mélange de titulaires et de moins titulaires, ont été discrets. Leur championnat ne reprend que dans un mois ce qui explique leur degré de préparation bien inférieur à celui des joueurs d’Arsenal qui débutent la Premier League le 16 août. On peut signaler le un contre un perdu par Raul face à Almunia (40) et c’est bien tout. Le plus amusant dans l’histoire, c’est qu’après toutes ces occasions et tout ce beau football, c’est sur un penalty qu’Arsenal a remporté la rencontre. Adebayor s’en est chargé (49) et a ainsi fêté sa prolongation de contrat, récemment conclue. Le Togolais aurait pu marquer un second but après une belle action individuelle (69), juste avant que Van Nistelrooy ait l’opportunité d’égaliser (71). En fin de match, les supporteurs d’Arsenal ont pu apprécier celui qui sera peut-être bientôt leur nouvelle idole. Il n’a que 16 ans mais Jack Wilshere possède bien quelque chose de spécial avec ce pied gauche déjà presque magique. Après la défaite de samedi contre la Juventus (1-0), cette victoire qui aurait dû être plus large, fait du bien aux Gunners d’Arsène Wenger, qui débuteront leur saison le 12 août face à Twente (Pays-Bas) lors du 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions.Emirates Cup: Arsenal séduit et défait le Real Madrid Quatre buts d’Anelka pour Chelsea lors d’un match amical contre l’AC Milan MOSCOU (AFP) Chelsea a battu l’AC Milan 5 à 0 (mi-temps: 3-0), dimanche, lors du match pour la troisième place du tournoi amical de pré-saison de Moscou, grâce à quatre buts du Français Nicolas Anelka. Les Blues ont pris l’ascendant dès la 3e minute de jeu sur un coup-franc de la gauche tiré par Zeljko Kalac. Cinq minutes plus tard, Anelka marquait son premier but, trompant la gardien australien d’un tir précis. Le Français doublait ensuite son crédit but à la 18e minute sur un erreur du gardien milanais. Six minutes plus tard, l’international français inscrivait son troisième but de la tête, depuis les sept un centre venu de l’aile gauche. Enfin, à la 58e minute, Anelka mettait le ballon au fond des filets pour la quatrième fois dans la cage désertée par Kalac, encore servi de la gauche par Malouda. La finale du tournoi devait opposer plus tard, dimanche, le Lokomotiv Moscou au FC Séville, vainqueur de la Coupe de l’UEFA en 2006 et 2007.Amical Doublé d’Eto’o contre ChivasLe FC Barcelone a écrasé, dimanche soir en match amical à Chicago, le club mexicain Chivas de Guadalajara (5-2). L’international camerounais Samuel Eto’o a inscrit un doublé en seconde période. BUTS FC Barcelone : Xavi (25e), Hleb (44e), Eto’o (49e, 72e), Caceres (90e) Chivas : Padilla (59e), J. Hernandez (89e) Chaque jour, le journal des transferts révèle les dernières indiscrétions. Aujourd’hui, Robinho veut partir du Real pour Chelsea. La piste Jimmy Briand abandonnée, Paris veut désormais Mateja Kezman. Mais le dossier est compliqué... Didier Drogba devrait prolonger à Chelsea. ROBINHO SUR LE DEPART Selon le quotidien Marca, Robinho aurait émis le souhait de quitter le Real Madrid pour rejoindre Chelsea, qui convoite l’attaquant brésilien. “Je veux Frank Lampard qui a trompé le gardien de Milan, mètres, servi par son compatriote Florent Malouda surTransferts Robinho, un pas vers Chelseapartir pour Chelsea comme Cristiano Ronaldo souhaite rejoindre le Real. C’est la même chose” , aurait dit l’ancien prodige de Santos. Arrivé à Madrid en 2005, Robinho a inscrit 25 buts en 101 matches de Liga sous le maillot du Real. Récemment, Chelsea avait fait une offre de 35 millions d’euros pour s’attacher les services de l’attaquant international brésilien. De son côté, Schuster ne souhaite pas se séparer de son joueur, qu’il juge “indispensable” au Real Madrid. Mais les dirigeants merengue ne seront peut-être pas aussi insensibles aux offres anglaises si elles atteignent les 40 millions d’euros. CHELSEA : DROGBA VA RESTER Selon Sky Sports, Didier Drogba ne devrait pas quitter Chelsea. L’Ivoirien serait sur le point de signer pour quatre années supplémentaires avec les Blues. Le Milan AC, l’Inter Milan et Barcelone étaient sur les rangs pour accueillir l’ancien Marseillais cet été. Ce dernier n’avait pas caché son envie d’aller voir ailleurs. Mais il semble que la formation désormais dirigée par Luiz Felipe Scolari ait trouvé les arguments pour convaincre le buteur. Haiti-sport: dix athlètes vont représenter Haïti à Beijing 2008Haïti sera représentée aux 19e Jeux Olympiques, ou Pékin 2008, par dix athlètes issus de trois disciplines : le judo, l’athlétisme et la boxe. La délégation officielle haïtienne sera composée de Jean Édouard Baker et Alain Jean Pierre comme représentants du Comité olympique haïtien (COH), Guy Dumesle et Joseph Alexandre Dubois, respectivement chef et assistant-chef de la délégation, Hans Larsen, médecin, Pierre Eddy Daniel, président de la fédération haïtienne de boxe, et Ernst Laraque, président de la Fédération haïtienne de Judo. Pour l’athlétisme, deux coachs, Jean Maxime Auguste et Anthony Parker accompagnent Dudley Dorival (110 m haies), Nadine Faustin Parker (110 m haies), Moise Joseph (800 m), Barbara Pierre une jeune de 21 ans (100m), Ginou Etienne (100), Dayana Octavien (Marteau-disque) et Marvin Bien-Aimé (100 m). Joël Brutus (+100) et Ange Mercie JeanBaptiste représentent le judo avec l’assistance du coach Ulrick Louis Charles. En boxe, on n’aura qu’un athlète : Azea Augustama (81 kg) accompagné du coach Anthony Betancourt. Les responsables du Comité olympique haïtien (COH) se disent très optimistes quant à une bonne participation des athlètes haïtiens aux prochains JO de Pékin. « C’est déjà un exploit d’avoir 10 athlètes dans des Jeux olympiques. Certains en sont à leur troisième participation et d’autres à leur première» a indiqué Jean Édouard Baker, président du COH. Alain Jean Pierre de la Fédération haïtienne d’athlétisme a pour sa part souhaité la qualification d’au moins 3 ou 4 athlètes pour les phases finales. Sur la question du porte-drapeau, aucun nom n’a encore été désigné. Cela va se faire en accord avec les athlètes lors d’une réunion prochaine et en fonction de leur calendrier. CW/HPN Ecoutez Mélodie Matin avec Marcus sur

PAGE 16

Page 16 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 ESTATE GARAGE SALE ,Saturday, July 12TH 9:00 am To 3:00 pm 2481 NW 152ND TerraceAVI ELEKSYON ESPESYAL Dapre Rezolisyon Konte Miami-Dade R-715-08 adopte jou 17 jen 2008 ak R-534-08 adopte jou 6 me 2008 pa Asanble Komisyonè Konte Miami-Dade, Florid, yo avize nou ke yon eleksyon espesyal ap fèt le 26 dawout 2008, pou soumèt devan votè kalifye Konte Miami-Dade yo, pou yo ka apwouve oswa dezapwouve pwopozisyon sila yo: Referandòm ki Va Pèmèt Konstriksyon yon Sant Dèza Kominotè nan Tropical Park Èske se pou yo pèmèt Konte a konstwi yon bilding pèmanan, yon Sant Dèza Kominotè, nan Tropical Park pou ogmante patisipasyon kominotè nan, ak apresiyasyon, dèza kiltirèl divès ak pwogram lwazi pou timoun yo ak granmoun yo, epitou nan kreyasyon yon espas pwogramasyon dèza kiltirèl, espas pou egzibisyon, ak espas pou cho ak prezantasyon? WI 382 NON 383 Fon Monetè pou Timoun yo (The Childrens TrustŽ, an angle) Èske se pou Fon Monetè pou Timoun yo (The Childrens TrustŽ), distrik endepandan espesyal pou sèvis timoun yo, renouvle pou kapab finanse amelyorasyon nan sante, devlopman ak sekirite timoun yo epitou enkli: pwogram yo ki va redwi vyolans epi kenbe timoun yo an sekirite, pwogram apre lekòl yo ak pwogram mwad ete yo, pwogram yo ki va amelyore estanda edikatif nan gadri timoun yo, epi ekip medikal yo pou lekòl piblik yo; epi ank ouraje paran yo ak kominote a pran responsabilite yo anvè timoun yo; epi kontinye enpoze enpo lokatif anyèl ki baze sou valè pwopriyete yo, ki pa dwe depase m w atye (1/2) mil la? WI 385 NON 386 Tout votè kalifye ki abite nan Konte Miami-Dade lan va elijib pou vote WI oswa NON sou kestyon sila yo. Tout biwo vòt ap ouvè de 7:00 dimaten jiska 7:00 diswa jou eleksyon espesyal sa-a. Eleksyon espesyal sa-a va fèt dapre lwa jeneral sou eleksyon ki etabli pou eleksyon espesyal yo ak tout lòt règleman ki gouvène Konstitisyon Otonòm Konte Miami-Dade. Lester Sola Sipèvisè Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid de lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, est favorable à un tel texte. Plusieurs municipalités américaines et un important syndicat, la Fédération des Obama opposé à l’indemnisation des descendants d’esclaves(OBAMA ... suite de la page 14) Barack Obama employés d’Etat, de comtés et de municipalités ont également apporté leur soutien. Kibibi Tyehima, co-président de la Coalition nationale des Noirs pour des réparations en Amérique, estime que Barack Obama n’en fera rien. “Ne soyons pas naïfs. Le sénateur Obama se présente à l’élection présidentielle et il se bat constamment pour sa survie politique (...) Il n’est pas réaliste de s’attendre à le voir faire autre chose que ce qu’il a déjà fait”. Depuis le début de sa campagne, Barack Obama s’est présenté comme un candidat rassembleur, même si l’état-major de campagne du candidat républicain John McCain l’a accusé cette semaine de “jouer la carte de la couleur”. La question est ensuite revenue sur le tapis lors d’une réunion publique de M. Obama, vendredi à Saint Petersburg, en Floride. Durant ce meeting, Barack Obama a été interrompu par trois militants qui lui reprochaient de ne pas en faire assez pour la communauté noire. “La seule façon de résoudre nos problèmes dans ce pays est de le faire ensemble, noirs, blancs, hispaniques, asiatiques, indiens, jeunes, vieux, handicapés, gays, hétéros, voilà ce que doit être notre ordre du jour”, a répondu M. Obama. Sa position sur les indemnisations n’est pas non plus nouvelle. Il avait déjà exprimé ses réserves sur la question lors de sa campagne sénatoriale en 2004. “Je crains que des réparations ne soient une excuse pour certains, ‘on a payé pour notre dette’ et d’éviter ainsi la tâche la plus difficile”, expliquait-il. Pour la NAACP, ces réparations pourraient prendre la forme de programmes d’aides du gouvernement, dont bénéficieraient toutes les communautés. De meilleures écoles dans les centres villes défavorisés profitent à tous, souligne Hilary Shelton, directeur du bureau de Washington du NAACP. La National Urban League, devant laquelle M. Obama devait s’exprimer samedi, juge elle le terme de “réparations” à la fois trop vague et trop chargé politiquement. Mais Barack Obama, souligne le président de la Ligue Marc Morial, doit dire ce qu’il compte faire pour combler le fossé entre blancs et noirs, atténuer “les effets de la discrimination raciale”. Vernellia Randall, professeur de droit à l’Université de Dayton, pense que Barack Obama “se trompe lourdement”. Aider les pauvres en général ne changera rien, les noirs seront toujours plus pauvres que les blancs, fait-elle valoir. “Les gens disent qu’on ne peut pas se présenter et être élu si on dit ce genre de choses. Qu’est ce que ça signifie, qu’on n’est pas vraiment prêts pour un président noir?” AP Haïti-ONUSIDA: Vers l’accès universel aux traitements« L’accès universel des personnes infectées du VIH/SIDA aux traitements est encore insatisfaisant », a déclaré, mercredi, Kate Spring, Coordonnatrice a.i. de l’ONUSIDA, lors du lancement du rapport sur l’épidémie mondiale du Sida 2008. Dans son intervention à ce lancement le mercredi 30 juillet à l’Hôtel Montana à Port-au-Prince, Mme Kate Spring a surtout mis l’accent sur l’accès aux traitements des personnes infectées par le VIH/ SIDA qui est jusqu’en 2008 insatisfaisant. « Seulement un tiers de la population mondiale infectée du Sida a accès aux traitements anti-rétroviraux. Nous sommes encore loin de nos objectifs malgré les améliorations enregistrées », a-t-elle mentionné. Dans le cas d’Haïti, le Docteur Brunel Delaunay a estimé qu’il y a eu progrès même s’il reste encore beaucoup à faire. Selon l’assistant-directeur exécutif de l’Unité des programmes prioritaires de la MSPP, Haïti n’est pas restée les bras croisés devant le fléau du Sida. « Nous avons lutté pour identifier ce mal qui n’avait pas de nom, pour sortir de la case de stigmatisation quand certains parlaient de 4H. Nous nous sommes battus pour installer chez nous des moyens de diagnostic sérologique, arriver à la prise en charge des malades et à l’installation d’un programme national de lutte contre le Sida », a énuméré Dr. Delaunay, ajoutant que des pays de la Caraïbe cherchent à partager ce succès en considérant Haïti comme leader. En Haïti, le nombre de personnes mises sous ARV est aujourd’hui de 42%. Le taux de séroprévalence est de 2,2. Les jeunes qui détiennent une connaissance complète sur le Sida sont de 32%. Mais le mal est encore là, car il y a 81% des femmes et 89% des hommes qui n’ont jamais été testés; seulement 10% des jeunes de 15 à 24 ans ont été testés au cours des 12 derniers mois. Comme perspective, a signalé Brunel Delaunay, il faut toujours maintenir la prévention à un niveau efficient et offrir un accès universel à tous, en ce qui concerne la prévention, le support et le traitement du VIH/SIDA. Selon le Docteur Emile Hérald Charles, Directeur exécutif de la Fondation Sogebank, le Fonds mondial en Haïti a versé jusqu’ici $131 millions 999. 958 US d’engagement. 100 millions de cette somme vont aux deux projets : ‘One-one’ et ‘One-five’. Le montant déjà décaissé est de $101 millions 754 892 US. Haïti est passée de deux centres avec capacité de diagnostic pour le Sida à près de 162 centres en 2008, et de 2 centres avec capacité de prise en charge des patients PVVIH à 33 centres. De plus en plus de jeunes sont sensibilisés sur le sujet. « La grande nouvelle est que le Fonds mondial, après négociation, démarrera le ‘Round seven’ qui est un troisième projet du Sida, soit le cinquième en exécution en Haïti », a précisé le Dr Charles, ajoutant que ce projet de 15 millions de dollars sera lancé au cours de la deuxième moitié du mois d’août pour démarrer effectivement le 1er septembre. Le «Round seven» vise à la correction des retards en ce qui concerne l’accès aux soins des mères séropositives. Selon le rapport sur l’épidémie mondiale du Sida 2008, on estime à 33 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA. 2,7 millions sont nouvellement infectées en 2007, dont 370. 000 enfants, et 2 millions de décès attribuables au Sida ont été enregistrés la même année. Le nouveau rapport est lancé juste avant l’ouverture, en août prochain, de la XVIIe Conférence internationale sur le Sida à Mexico, à laquelle prendra part Haïti. Elle réunira des autorités et des décideurs politiques, des universitaires, des activistes, des groupes communautaires et autres parties prenantes essentielles afin d’étudier les leçons apprises et renouveler l’élan vers l’atteinte des objectifs d’accès universel d’ici à l’an 2010 et des objectifs du millénaires pour le développement d’ici 2015. leopoldcine@yahoo.fr Les Etats-Unis triplent leur effort contre le sida, la tuberculose et le paludismeWASHINGTON (AFP) Le président George W. Bush a signé mercredi la loi qui porte l’effort des Etat-Unis en matière de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à 48 milliards de dollars sur cinq ans, soit trois fois plus que le précédent programme, a annoncé la Maison blanche. Adoptée courant juillet par le Congrès, cette loi a été saluée par le camp démocrate. Le précédent programme, adopté en 2003, se montait à 15 milliards de dollars sur cinq ans mais dès le mois de février, lors de sa tournée africaine, M. Bush avait appelé à doubler cette aide, à 30 milliards sur cinq ans. Le texte final prévoit le triplement de l’effort américain pour lutter contre ces maladies dans le monde. En qualifiant d’”historique” l’adoption du programme par le Congrès, les 17 et 24 juillet, la présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, avait estimé que celui-ci traduisait la nécessité “d’un pas supplémentaire dans la lutte contre les maladies infectieuses dans les pays les plus pauvres du monde”. Elle s’était félicitée que le nouveau plan ne prévoit plus, comme le précédent, qu’un tiers des fonds soit consacré à des programmes controversés de promotion de l’abstinence, chers au président Bush. vivaient avec le sida en 2007 et la plupart avaient été infectés avant leur naissance. Selon Mme Pelosi, le programme initié en 2003 avait permis de fournir des antirétroviraux à 1,5 million de personnes, de prodiguer des soins à 6,7 millions, dont 3 millions d’enfants ou d’orphelins et d’éviter que 150.000 bébés soient infectés. “Cette loi va permettre à 140.000 soignants supplémentaires de travailler”, s’est réjoui Eric A. Friedman, au nom de l’association américaine Médecins pour les droits de l’Homme. Il a cependant regretté que le programme “ne lie pas les services de dépistage du sida au planning familial”, permettant au virus de rester “non prévenu et non détecté pendant des années, jusqu’à ce qu’une famille entière soit atteinte” Le paludisme demeure la première cause de décès parmi les enfants de moins de cinq ans en Afrique. Selon l’OMS, 1,2 million de personnes en meurent chaque année. Quant à la tuberculose, environ 9,2 millions de nouveaux cas ont été détectés dans le monde en 2006, contre 9,1 millions en 2005, selon le rapport annuel de l’OMS sur le sujet, publié en mars. Ce rapport estimait que, en tenant compte des cas non détectés, ce chiffre atteignait 14,4 millions. Cet argent sera affecté à des programmes d’aides aux femmes et aux jeunes filles, et à l’amélioration du système de santé dans les pays les plus durement touchés par le sida. Dans le cadre de l’examen de cette loi, le Sénat a en outre aboli les restrictions à l’entrée et au séjour aux Etats-Unis des étrangers séropositifs, qui existaient depuis une vingtaine d’années. Le ministre de la Santé a désormais le pouvoir de lever l’interdiction mais il n’est pas sûr que l’administration Bush le fasse avant son départ, en janvier. Le nombre de personnes infectées par le virus du sida (VIH) dans le monde est estimé à 33,2 millions, et 2,1 millions de décès imputables à la maladie ont été comptabilisés en 2007. Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’ONU publié début avril, plus de deux millions d’enfants Ecoutez Mélodie Matin avec Marcus surSANTE

PAGE 17

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 17 Advertisement of DBE Goal for Program Plan Annual Update Department of Transportation 49 CFR Part 26 ESTABLISHMENT OF OVERALLDBE GOALFOR MDAD FOR FISCALYEAR 2009The Miami-Dade Aviation Department (MDAD) is preparing to establish an overall goal for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for Fiscal Year 2009 (October 1, 2008 through September 30, 2009). MDAD invites comments from small, minorities and women, businesses, general contractor groups, community organizations, and other officials or organizations which may have information concerning the availability of disadvantaged and non-disadvantaged businesses, the effects of discrimination on opportunities for DBEs, and what might constitute a "level playing field" for participation of DBEs in MDAD projects. A"level playing field" is defined as the amount of participation DBE firms would have in MDAD projects if there were no discrimination against them. MDAD is proposing an overall goal of 8.0% for participation by Disadvantaged Business Enterprises in MDAD projects for fiscal year 2009, based on information currently available. The rationale for this goal and supporting information will be available for public inspection for 30 days from the publication of this notice at MDAD's Minority Affairs Office located at 4200 N.W. 36th Street, Building 5-A, 3rd Floor, Miami, Florida 33122, Monday through Friday from 8:00 A.M. until 5:00 P.M. MDAD and the U.S. Department of Transportation will accept comments on the DBE goal for 45 days from the date of this advertisement. The DBE Program Plan may be reviewed at MDAD's Minority Affairs Office at the address above and a copy of its Annual Update Report may be obtained by calling (305) 876-7221. Sida: coup d’envoi à Mexico de la 17ème conférence mondialeMEXICO (AFP) 22.OOO personnes se rassemblent dimanche à Mexico pour une grande conférence mondiale sur le sida où médecins, chercheurs, sociologues, associations, discuteront des immenses problèmes que pose toujours une maladie stabilisée, mais loin d’être vaincue. Sur le thème “agir partout maintenant”, on va discuter, au fil de dizaines de réunions quotidiennes, des traitements, des échecs rencontrés tout particulièrement pour la mise au point d’un vaccin, de la nécessité de développer encore plus les programmes de prévention... On parlera aussi des financements jamais suffisants, et des restrictions à la liberté de circulation des séropositifs, interdits en Russie ou en Chine, ou encore aux Etats-Unis pour un temps indéterminé. Et comme cette réunion se tient pour la première fois en Amérique latine, la discrimination qu’y connaissent les séropositifs occupera une large place. On y défendra aussi les droits des orphelins du sida. La conférence s’ouvre dimanche soir (19H00 heures locales, lundi 0H00 GMT) en présence du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, de la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé Margaret Chan, du président mexicain Felipe Calderon. Très peu de responsables politiques seront de la partie. Une jeune Hondurienne de 12 ans, elle-même séropositive, s’adressera de la tribune à l’assistance. Les derniers chiffres d’estimations publiés cette semaine par l’Onusida, l’organisme des Nations unies en charge de la pandémie, font état de 33 millions de personnes atteintes, dont 22 millions en Afrique sub-saharienne et 2 millions d’enfants de moins de 15 ans. En dépit des efforts de prévention, encore 2,7 millions de personnes ont été nouvellement infectées en 2007, et 2 millions en sont mortes. Un chiffre en baisse depuis deux ans du fait de l’efficacité des trithérapies, encore distribuées cependant à seulement un tiers de ceux qui en auraient besoin, particulièrement en Afrique australe. L’épidémie marque le pas mais il faut “intensifier” l’actionPARIS (AFP) L’épidémie de sida marque le pas, avec une baisse des décès et des personnes nouvellement infectées, mais son niveau reste “inacceptable” et son avenir “incertain”, selon l’Onusida. Pour cet organisme spécialisé de l’ONU, il faut encore “intensifier l’action” et augmenter les crédits, faute de quoi la pandémie, qui touche 33 millions de personnes, ne pourra être jugulée avant longtemps. Une baisse de la mortalité à 2 millions de personnes, des progrès “considérables” dans quelques pays contrebalancés par une aggravation de la situation dans d’autres, des crédits multipliés par six pour les pays pauvres depuis 2001 : l’organisme spécialisé de l’ONU a publié mardi ses statistiques bisannuelles concernant 147 des 192 pays de l’ONU, à la veille de l’ouverture, dimanche à Mexico, de la conférence internationale sur le sida. Le rapport constate une situation certes “améliorée”, avec des progrès encourageants et notamment une amélioration de la prévention, particulièrement dans la distribution des programmes évitant la transmission du virus de la femme à l’enfant à naître. En deux ans, le nombre d’infections nouvelles chez les enfants a ainsi chuté de 410.000 à 370.000. Mais l’amélioration est lente. Le nombre de personnes vivant avec le VIH augmente doucement, grâce aux trithérapies qui prolongent la vie, mais aussi parce que l’infection est loin d’être jugulée. Même si, depuis 2001, le nombre des nouveaux cas est passé de 3 à 2,7 millions, soit une baisse de 10% en six ans. L’Afrique subsaharienne, où seulement un tiers des personnes qui en auraient besoin ont accès à un traitement (45% de plus qu’il y a deux ans) reste à la traîne. Le sida est la cause majeure de mortalité et 12 millions d’enfants y sont des orphelins du sida. L’espérance de vie est inférieure à 40 ans au Zimbabwe. La prévention y gagne cependant du terrain, et l’on note dans certains pays des modifications du comportement sexuel : recours plus fréquent au préservatif chez les jeunes à partenaires multiples, augmentation de l’âge aux premiers rapports... Ainsi, au Cameroun, le pourcentage de jeunes ayant eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans est passé de 35% à 14%. En revanche, les taux de nouvelles infections au VIH sont en augmentation dans d’autres pays du monde, tels la Chine, le Kenya, la Russie et le Vietnam... En dehors de l’Afrique sub-saharienne, l’infection frappe essentiellement les consommateurs de drogues injectables, ainsi que les prostituées et les homosexuels. Le sida a entraîné une mobilisation “sans précédent”, remarque l’Onusida. “Le monde possède aujourd’hui les moyens de prévenir les nouveaux cas d’infection à VIH, de réduire la morbidité (maladie) et la mortalité associées au VIH, et d’atténuer les effets néfastes de l’épidémie sur les ménages, les communautés et les sociétés”, affirme le rapport. Mais les gains en vies humaines “ne doivent pas nous pousser à l’autosatisfaction”, souligne le directeur exécutif de l’Onusida, Peter Piot. Car on est loin du compte pour réaliser l’engagement des pays de l’ONU de fournir à tous un accès à la prévention et au traitement en 2010, voire de renverser le cours de la maladie d’ici 2015. Il faut de la “volonté politique”, dit l’Onusida, et aussi des “mécanismes innovants et durables” de financement, avec une insistance particulière sur la prévention. Pas moins de 10 milliards de dollars ont été mis à disposition des programmes sur le VIH en 2007. Continuer d’améliorer l’accès aux soins comme aujourd’hui nécessiterait 50% de plus. Quant à l’accès universel aux traitements et à la prévention, il coûterait plus de 42 milliards d’euros. Un sujet dont on devrait beaucoup discuter à Mexico. Visite annoncée de la vice-présidente du gouvernement espagnolP-au-P, 4 août 08 [AlterPresse] — La vice-présidente du gouvernement espagnol, María Teresa Fernández de la Vega, doit effectuer, le samedi 9 août 2008, un bref passage à Port-au-Prince dans le cadre d’une visite officielle en Amérique Latine et dans les Caraïbes, selon les informations parvenues à l’agence en ligne AlterPresse. María Teresa Fernández de la Vega a laissé son pays, le vendredi 1er août 2008, à destination du Mexique pour assister à la XVIIe conférence internationale sur le Sida qui se déroule du 3 au 8 août à Mexico, rapporte l’agence espagnole EFE. Elle se rendra ensuite à Portau-Prince (Haïti), en République Dominicaine et au Salvador. A Port-au-Prince, l’officielle espagnole visitera la base logistique de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (Minustah) ainsi qu’une école de jeunes filles à Cité Soleil, grande agglomération populaire au nord de la capitale. María Teresa Fernández de la Vega s’entretendra avec les autorités haïtiennes, dont le président René Préval. L’Espagne est impliquée dans le processus de stabilisation en Haïti à travers la Minustah. En juillet 2008, une conférence internationale s’est déroulée à Madrid autour de la crise alimentaire en Haïti. Les prix des cartes de recharge n’ont pas changé, informent Digicel et VoilàHPN Dans des communiqués envoyés dans la presse, les compagnies Digicel et Voilà ont fait savoir à leurs abonnés que les prix des cartes de recharge n’ont pas changé et les exhortent à acheter aux prix officiellement fixés. Dans une note de presse, la Digicel dit avoir constaté une hausse informelle du prix de ses cartes de recharge, en particulier celles de 50 gourdes et 100 gourdes. La Digicel tient à prévenir ses abonnés que le prix de ses cartes de recharge n’a pas changé; la carte de recharge de 50 gourdes se vend à 55 gourdes et celle de 100 gourdes à 110 gourdes, taxe incluse. Elle exhorte ses abonnés à n’acheter les cartes de recharge qu’aux prix fixés par la compagnie. De son côté, Voilà a sortie une note similaire où elle dit elle aussi avoir constaté depuis quelques temps une augmentation unilatérale des prix des cartes de recharge. La compagnie encourage ses clients à refuser de payer le prix élevé tout en exhortant ces derniers à utiliser le nouveau système de recharge Dirèk Dirèk. Même son de cloche du côté de la Digicel qui encourage ses clients à utiliser le nouveau service de recharge, « Rechaj Pap Padap » pour s’approvisionner en minutes. Ce service offre aux abonnés de Digicel une manière additionnelle de procéder à une recharge et aidera à décourager ces hausses de prix non autorisées et censurées par la compagnie» annonce Sophia Stransky, Directeur de Vente et Distribution de Digicel Haïti. Des anciens militaires délogés de l’ancienne prison civile du Cap-HaïtienCap-Haïtien, le 30 juillet 2008 (AHP) Les anciens militaires qui ont envahi mardi l’ancienne prison civile du Cap-Haïtien (Nord) et un ancien local militaire à Ouanaminthe (Nord-Ouest), ont été délogés mercredi après-midi par des policiers nationaux appuyés par des soldats de la force onusienne en Haïti. Ces anciens militaires issus des forces armées dissoutes de fait depuis l’année 1995 et pour la plupart très âgés, réclamaient la reconstitution de l’ancienne armée et le versement d’un fonds de pension. Selon le correspondant local de l’AHP, cette opération de déguerpissement a été menée suite à une rencontre entre les anciens militaires et le ministre (ANCIENS MILITAIRES / p. 18)SANTE

PAGE 18

Page 18 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28Les Sports avec Mario Bareau informations avec Laury Faustincon Lucianiavec Villette Hertelou Mardi avec Bernard EtheartLun. & Mer. : L’heure classique Jeu. & Dim. : Jazz at Ten Judy Carmichael reçoit ses invités9h00 10h305h 30 pm journal créole avec Louini Fontal animation James Prédvil74 bis Rue Capois, Port-au-Prince, Haïti Tél.: (509) 2221-8596 / 2221-8567 / 2221-8568 / 2221-0204 Fax: (509) 2221-1323 E-mail: melodiefm@hotmail.com / URLL www.haitienmarche.com Librairy of congres # 1SSN 1064-3896www.melodiefmhaiti.com Mélodie & CompanyDéveloppement durable En Bref...(... suite de la page 2)LES JEUX haïtien de l’intérieur, Paul Antoine BienAimé, qui conduisait une délégation gouvernementale pour chercher à rétablir l’ordre dans cette zone. Certains d’entre eux ont été arrêtés pour leur implication présumée dans des actions louches et les autres transportés dans un autobus vers une destination inconnue. L’ex-commissaire de police, Guy Philippe, avait déclaré mercredi que le mouvement des anciens militaires était prévisible. « Les militaires ont été démobilisés illégalement, a-t-il dit, après avoir été au service du pays. » Faisant savoir que tout militaire est concerné par les difficultés d’un militaire, Guy Philippe appelle les autorités gouvernementales à se plier aux exigences de la constitution de 1987 pour chercher à résoudre ce problème une fois pour toutes. Plusieurs secteurs questionnent l’action de ces anciens militaires: Qui se trouvent derrière le mouvement, quel est son véritable objectif et qui a payé les uniformes ? Si leur action a reçu le soutien de certains membres de la population capoise, de nombreux autres se sont déclarés hostiles à des négociations avec “un groupe d’individus ayant posé une action illégale”. D’autres disent avoir identifié dans le groupe des individus qui auraient été impliqués dans la noyade de militants politiques jetés à la mer dans un vieux container au lendemain du départ forcé du président Aristide le 29 février 2004 . AHP (ANCIENS MILITAIRES... suite de la page 17)Des anciens militaires délogés de l’ancienne prison civile du Cap-Haïtien(EN BREF / p. 20) Mission de l’ONU exprime sa détermination de continuer à œuvrer dans la stabilisation d’Haïti.Une Haïtienne condamnée à 15 ans de prison en FlorideUne institutrice haïtienne, Maud Paulin, a été condamnée à 15 ans d’incarcération en Floride pour avoir traité comme une esclave (restavèk ») une jeune haïtienne qu’elle avait fait entrer aux Etats-Unis à l’âge de 14 ans pour servir chez elle. “Je l’avais fait entrer aux Etats-Unis pour servir de compagne à ma fille”, a déclaré Maud Paulin. Mais le traitement reçu par Simone Célestin, qui a porté plainte, ressemble plutôt à celui d’une esclave. Simone Célestin a dit qu’elle avait même envisagé de se tuer pour n’avoir plus à subir tous les abus dont elle a été victime pendant les nombreuses années passées chez Maud Paulin. En Haïti, sa mère et sa grand mère l’avaient confié à un orphelinat dont Evelyn Théodore, la mère de Maud Paulin, avait la gestion, du côté de Ranquite. Simone céléstin a été introduite illégalement aux Etats-Unis et réduite à un état de servitude, violant ainsi ses droits civils. Elle dormait à même le sol, dans un sac de couchage, et portait des vêtements usagers. Elle n’était pas autorisée non plus à quitter la maison sinon pour promener le chien ou bien pour aller au supermarket. Simone Célestin, traitée en restavèk, s’est donc décidée à porter plainte. Le jour où la sentence a été prononcée, la mère de Maud Paulin a subi une crise cardiaque. Aussi aucune sanction n’a (encore) été prise contre elle.Décès de Edouard Berrouet, ex-ministre de l’Intérieur et de l’Agriculture sous Jean Claude DuvalierEdouard Berrouet, Dadou, est mort à l’âge de 94 ans, le week-end du 26 Juillet. Agronome de formation, Edouard Berrouet a été tour à tour Ministre de l’Agriculture, organisant les premières foires agricoles au Champ de Mars et aussi Ministre de l’Intérieur et de la défense nationale. Sous Papa Doc, il n’a jamais eu de poste éminent, quoique en principe un proche du dictateur. Dadou Berrouet n’avait même pas hésité à revêtir l’uniforme des tontons macoutes, circulant en gros bleu dans les rues de Port-au-Prince. Edouard Berrouet n’a jamais utilisé, croit-on, ses relations avec François Duvalier pour faire de l’argent. Les funérailles d’Edouard Berrouet ont été chantées le Vendredi Premier août 2008.

PAGE 19

Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Sou afè zonbi-a … twou manti pa fonak : Dokte Dyeri Jil ak Ivwoz Jil* Twou manti pa fon. Istwa k’ap sikile sou zonbi Okap lan radyo, lan teledyòl, sou entènèt, lan jounal, istwa sa-a pa gen yon may verite ladan. Istwa-a chita sou lejann peyi-a ki soti lan esklavaj Franse te met sou pye. Lafrans te enpòte apeprè youn milyon Afriken an Ayiti pandan 100 ane. Li touye 700,000. Youn kokennchenn krim konsa pa ta ka fèt pou sa pa ta kite mak sou desandan viktim yo. Se sa nou konnen fanmi nou te pase ki rakonte lan kont mounn tire sou zonbi. Bay kou bliye, pote mak sonje. Istwa zonbi-a se istwa pote mak ki fidèl a istwa peyi-a. Se sa k’fè se sou bitasyon zonbi travay. Yo travay la paske se la menm gran grann nou te redi anba makak. Chaje fay lan istwa k’ap sikile sou afè zonbi pran lari Okap. Remake yo prezante Silyàn kòm mounn tèt-pa-byen. Kwak sa, yo ranmase pawòl anba bouch li pou bon pawòl. Yo di Silyàn di se zonbi li ye. Poutèt sa fò n’kwè, se vre, zonbi l’ye. Yo di-n Ti Bòs ki te kenbe Silyàn lan esklavaj, mouri, e nou tout konnen mò pa ka defann tèt yo. Tout defamasyon gen dwa tonbe sou do Ti Bòs. Yo akize di gen mounn ki te touye Silyàn, men Silyàn vivan ap koze ak jounalis. Vrè viktim koze sa-a, se Silyàn ak Ti Bòs. Sou foto yo sikile-a, sanble Silyàn se yonn mounn ki ta bezwen swen medikal. Angiz sosyete-a chèche ba l’sa, mounn pito chita ap detounen atansyon sou maladi-l pou yo akize li se zonbi. Se sa menm pou yo ta di, paske si n’ta vle mennen Silyàn lan doktè, se apeprè 5 sikològ ki genyen lan peyi a epi yo tout Pòtoprens. Depi youn mounn gen maladi mantal, ou mèt tann, paske kanmèm fò w’jwenn malkonprann ki pou di se zonbi mounn nan ye. Sou pant manti-a, yo di gen 1000 zonbi ki te lage lan lakou Ti Bòs. Mezanmi, an nou pase men lan je-n, pou n’wè kote nou ye. Se an Ayiti wi. An Ayiti se lan jaden mounn travay, se pa sou gran bitasyon. Se ki kote sa ki gen mil mounn k’ap pwodui danre men tout zòn nan lan grangou? Mezanmi, an nou pase men lan je-n. Istwa-a gen gou manti. Silyàn pa gen siyati. Pou n’ka kwè san traka, Ti Bòs pote non youn hougan ki parèt lan anpil chante tradisyonèl Ayisyen. Silyàn fè 3-an lan esklavaj. Yo di sa paske mounn toujou rantre chif 3 lan istwa pou fè l’parèt relijye oubyen mistik konsa n’a vale-l san reflechi. Fòmil pou Ayiti? Lan menm istwa k’ap sikile sou entènèt la, yo menm arive ofri youn fòmil senp pou devlope Ayiti. Nanpwen okenn bank sou latè, okenn gouvènman sou latè, okenn ekonomis sou latè, okenn konesè sou latè ki okouran fòmil sa-a. Fòmil lan di, pou Ayiti devlope nou bezwen mwens Vodou, mwens Kreyòl. Ki ta vle di se lè nou sispann pale Kreyòl antre nou, se lè sa-a peyi-a va fè pwogrè; se lè n’a sispann jete dlo pou ansyen yo, se lè sa peyi-a ap ka tire avantaj sou mache entènasyonal la. Kòmkwa, lè sa-a n’ap jwenn don, n’ap jwenn prete san enterè. Devlopman se pa travay relijyon. Japonè ak Chinwa sèvi Dantan yo menm jan Ayisyen sèvi ansyen Ginen yo. Sa pa anpeche Japon ak Lachin rich. Se pa manke Kretyen peyi lan Lamerik Santral yo manke Kretyen ki fè yo pòv. Se mounn ki fè. Se pa relijyon ki fè. Se pa relijyon Kretyen ki devlope Ewòp. Se lajan ki fèt lan esklavaj ki te vin pèmèt yo envesti lan lasyans ak lan bati izin. Okontrè, Kretyen an Ewòp te fè tout sa yo kapab pou yo te anpeche lasyans devlope. Kretyen Franse, Angle, Panyòl fè 300 ane ap dirije Ayiti. Pandan tout tan sa-a, yo pa bati youn lekòl, yo pran tout sa peyi-a pwodui epi yo voye-l an Ewòp. Annaprè, sou 450,000 Ayisyen yo touye 150,000 poutèt yo te vle viv lib. Pi mal toujou, apre nou mèt fen lan esklavaj, Lafrans mande Ayiti goumen oubyen ranmase dènye kras kòb lan peyi-a epi pimpl ba yo an Frans. Ayiti te setoblije voye lajan ba yo. Epi kounye-a, pou mounn eskive tout sa, pou yo vin di se Vodou ak Kreyòl ki sous mizè peyi-a. Di se Vodou, se pa Kretyen Vivan ki malmennen Ayiti, se filozofi nou dwe rele fè-m toujou. Di se Kreyòl ki malmennen Ayiti se youn lòt filozofi nou ta dwe rele fè-m ankò. Tripotay la rive lan rejèt: Pou fay ki genyen lan istwa zonbi yo di yo wè Okap la, nou ka wè se pa okenn rapò serye. Avrèdi, se pawòl k’ap vante, oubyen k’ap monte pou atake Vodou. Se lan epòk fèt Sodo menm tripotay la lage. Remake, sa pi fasil pou mounn atake Vodou pase pou yo atake bonjan pwoblèm peyi-a. Atake Vodou fasil devan bati inivèsite, prepare enjenyè, kreye travay. Bonjan devlopman se travay men ak tèt, se pa travay lejè. Se travay toutbon. Se touse ponyèt met brenn atè. Kou mounn fin fè sa, yo gen dwa pratike relijyon yo vle. _________ * Doktè Dyeri Jil ak Ivwoz Jil se otè : Bicentennial : Haiti’s Gift to the World avèk : Bisantnè: Zetrenn Ayiti Pou Limanite. www.bookmanlit.com Ago ! nou edite kèk mo nan òtograf otò-a (JM)* * * * * Nòt Etimolojik : Penda, Penndaak Max Manigat* Penda, pennda [N]**, se pa mo ki kouran. Yo tande-l pi souvan nan bouch abitan. Se kolonn : delakèr [N], denochan [N], kaprina, ratrèl [N]. Mo pou malerèz sa-yo pa manke nan vokabilè ayisyen-an. Jules Faine (DFC***), paj 220, aliyen 11 mo ki ta kapab tradui franse “ personne [fille] de mauvaise conduite ” : fille / fiy; jeînesse / jennès; zaile vett / zèlvèt; aria / arya; ahona ou arona / awona, ouaille-ouaille / way-way; caco / kako; brigande / brigand; azizwèle / azizwèl; zonzongnin / zonzonyen; bousin / bouzen (o respè!). Sa kite nou wè ki jan sosyete 1930-1940-la te konsidere malerèz sa-yo. Otè DCF-a sijere plizyè etimoloji : awona, ki ta soti nan mo panyòl “ajo ” = youn mounn endesan, gwosye ; kako, youn mo panyòl ki vle di brigan ; azizwèl, mo panyòl “azir ” – mwen pa jwenn nan diksyonè panyòl – franse-m-nan – ki pou JF (Jules Faine) ta ka vle di : kenbe bra youn mounn brip! Kòstiye kò-w sou youn mounn ak “suelta ” – mwen pa jwenn avèk sans sa-a nan diksyonè panyòl – franse-mnan – ki pou JF ta ka vle di : youn mounn ki pwon, ki rapid ; zonzonyen, ki ta kapab soti nan panyòl “zozona ” – mwen pa jwenn nan diksyonè panyòl – franse-m-nan – youn “augmentatif (franse) ” mo panyòl“ zonza ” ki pou JF ta vle di : bèt, nyè, sòt. Mwen pa konprann kote misye vle rive. Anpil nan etimoloji sa-yo se sipozisyon. Men tou nou kapab remake kouman prèske tout orijin mo sa-yo asosye avèk medam jennès panyòl-yo ki vin degaje yo an Ayiti. Pou zonzonyen, JF panse li ta kapab soti nan yon gwo mo ki younn nan non Ayisyen rele sa Bondye bay gason-an.. Bouzen, se t’ava youn mo nan ansyen dyalèk anjven (Anjou) ki vle di : kafe jennès. Penda, pennda pa nan lis JF-nan. Nou jwennni nan BCF**** paj 716 avèk siyifikasyon angle “ loose woman ” : fanm ki nan libètinaj, lenkonduit. Pierre Anglade : Inventaire étymologique… (1998) avèk Jeannot Hilaire : Lexicréole (2001) pa liste–l. % Kote penda, pennda ta soti? Carlos Esteban Deive nan Diccionario de dominicanismos (2002)-lia, paj 160, vini avèk yo mo panyòl dominiken “pendanga ” ki vle di : “ mujer pusilánime ” = youn fi ki timid. Li ajoute Academia de la Lenga, Espay-la, otorize mo-a. Konsa, nan paj 711, Dictionnaire françaisespagnol, Ramón Garcia-Pelayo y Gross-la, koleksyon Larousse (1967) mo “ ramera ”-a ki sinonim “pendanga ” = prostituée an franse kidonk jennès an kreyòl. Pi devan, nan paj 712, otè-a vini avèk : “pendòn ” = gourgandine, grue an franse ki toujou gan sans jennès-la ; li èsplike-l an panyòl : “ mujer de mala vida ” kidonk : fi k’ap mennen youn vi dezòdonnen. Nan edisyon 1998 menm diksyonè sa-a, p. 619, nou kontre avèk : pendejo = pervers an franse avèk èsplikasyon panyòl : “de vida licenciosa ” ki bay lide : mounn k’ap viv nan lisans. Tout mo sa-yo : “ pendanga, pendón, pendejo ” egal menm kout baton-an : jouman. Mwen poko twouve plis. _________ * Max Manigat se otè : Mots créoles du Nord’Haïti. Origines – Histoire – Souvenirs. 2006, 373p. Li fèk pibliye : Patamouch. Etimoloji – Literati – Repòtaj. Educa Vision, Inc. 2007, 266p. ** [N] = mo nan Nò *** Dictionnaire français–créole (1974) **** Bryan C. Freeman : Haitian-English Dictionary (2004)* * * * * Donnezon 2007 : powèt Klotè Sen-Natis(Clotaire Saint-Natus) Powèt Klotè Sen-Natis / Clotaire Saint-Natus, anpil mounn deja konnen, otè powèm Natif Natal-la an twa lanng : kreyòl, angle, franse, choute nèf fwa pou lanne 2007 epi li bay nèf gòl tou. Men sa li mete nan men-nou : 1. Jacques Roumain : Mèt lawouze douvanjou (woman). Tradiksyon an kreyòl ayisyen, Clotaire Saint-Natus. Pòtoprens, Édit. Henri Deschamps, 2007, 212 p. 2. Gouvènman sous dlo-a. Granchimen lawouze douvanjou. Ayibobo pou Jacques Roumain (pwezi) : bwochi an kat lanng : kreyòl, panyòl, franse, angle. Pòtoprens, 2007, 47p. Tradiksyon an panyòl : Gashton Saint-Fleur. Tradiksyon an angle : Michaëlle A. Saint-Natus. 3. Dis konpak : Gouvènman sous dlo-a. Granchimen lawouze douvanjou. Ayibobo pou Jacques Roumain. 2007. (Se powèt-la menm k’ap di pwezi-li) 4. Poématoire. En hommage à Jean-Jacques Dessalines le Grand, Père Fondateur de la Patrie (poésie). Port-au-Prince, Presses Nationales d’Haïti, 2007, 57p., ill. 5. Poématoire. En hommage à Jean-Jacques Dessalines le Grand, Père Fondateur de la Patrie (disque compact / CD). 2007. (Se powèt-la menm k’ap di pwezi-li) 6. Poémature. En hommage à Ralph L. Auguste, le Capitaine.(poésie). Port-au-Prince, Presses Nationales d’Haïti, 2007, 47p. 7. Poémature. En hommage à Ralph L. Auguste, le Capitaine. (disque compact / CD). 2007. (Se powèt-la menm k’ap di pwezi-li) 8. Poématique. Ah, ces enfants, rève utopique des poètes. (poésie). Port-au-Prince, Presses Nationales d’Haïti, 2007. 9. Poématique. Ah, ces enfants, rève utopique des poètes. (disque compact / CD). 2007. (Se powètla menm k’ap di pwezi-li)° Kouzen antiyè nou-yo t’a di : “ Se pa je!” M’a tounen sou : Jacques Roumain : Mèt lawouze douvanjou (woman) avèk : Gouvènman sous dlo-a. Granchimen lawouze douvanjou. Ayibobo pou Jacques Roumain (pwezi). Sa pa anpeche-m ba nou goute nan dezyèmnan : “ Yon bann nyaj soufrisken nan syèl la Kouvri plenn nan, Yo tèlman mèg, Yo blese tout kò yo Sou yon seri vye kay nan bouk la Menm douvanjou sezi wè sa – Laplenn fin wè mò, Bouk la san souf, Kretyen vivan prèt pou mouri swaf Pa gen dlo Menm kalbas yo desespere – (p. 4) N’ap jwenn liv powèt Klotè Sen-Natis / Clotaire Saint-Natus-yo ak tout dis konpak-yo nan Libreri Mapou. M.M.

PAGE 20

Page 20 Mercredi 6 Août 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 28 BACK PAGEEn Bref...(... suite de la page 18) Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896L’Eglise paie pour libérer une religieuse en HaïtiLundi 4 août Une religieuse, enlevée il y a dix jours à Haïti, a été relâchée contre le paiement d’une rançon, indique un porte-parole de l’organisation catholique Adveniat. L’Eglise catholique aurait payé moins de 5.000 dollars (3.200 euros) aux ravisseurs, selon le porte-parole. La religieuse de 35 ans est saine et sauve.(Elle avait été enlevée en montant à bord d’un bus, alors qu’elle se rendait dans un camp d’été pour jeunes catholiques. Les ravisseurs exigeaient 100.000 dollars (64.000 euros). Les tentatives d’enlèvement sont de plus en plus nombreuses ces derniers temps à Haïti.NOTE DE PRESSELe Ministère des Affaires Etrangères et des Cultes informe que le Ministre Jean Rénald CLERISME a présidé la délégation haïtienne qui a participé à la 15eConférence Ministérielle du Mouvement des Non Alignés (MNA) qui s’est tenue à Téhéran (Iran) du 28 au 30 Juillet 2008 sur le thème « Solidarité pour la Paix, la Justice et l’Amitié ». A l’approche de la 63e Session de l’Assemblée Générale de l’ONU, les pays membres du MNA ont tenu à échanger préalablement leurs vues sur les principales questions qui y seront débattues. Le Ministre Clérismé, lors de son intervention a cette Assemblée, a salué le choix du dialogue et de la coopération que le MNA a toujours choisi pour trouver les réponses aux grands sujets relatifs à notre planète. Il a profité de cette rencontre pour remercier tous les Etats membres ayant envoyé leurs citoyens pour participer à la MINUSTAH et a présenté les condoléances du Gouvernement haïtien à tous ceux dont les citoyens ont payé de leur vie la réalisation de cette mission de paix. Le Ministre Clérismé a aussi exprimé les préoccupations du Gouvernement haïtien face au retard qu’accusent beaucoup de pays, dont Haïti, à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le Développement, dans un contexte d’explosion mondiale des prix des produits de première nécessité, accompagnant ceux du pétrole sur le marché international. Il a saisi l’occasion pour présenter les remerciements les plus profonds du Peuple et du Gouvernement haïtiens aux Etats et institutions internationales qui leur avaient promptement manifesté leur solidarité suite aux événements d’avril 2008 et a rappelle a leur attention qu’Haïti compte toujours sur eux pour consolider les acquis et projets en cours visant à combattre la vie chère et à renforcer la production nationale en vue de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays. Profitant de cette occasion particulière, le Ministre Clérismé a également plaidé pour un support de l’AEC, dont Haïti assume actuellement la Présidence du Conseil des Ministres, dans son combat en vue d’une meilleure protection de la Mer des Caraïbes. Il a expliqué qu’il s’agissait de la défendre de la dégradation, la pollution, la contamination et toutes sortes d’agression, d’où qu’elles viennent. De plus amples informations seront transmises ulterieurement au sujet de la participation de la Republique d’Haiti a la 15 eme conference ministerielle des pays non alignes. Cabinet du Ministre des Affaires Etrangeres 4 Aout 20CEREMONIE DE REMISE DE CERTIFICATS AUX AGENTS DE LA BRIGADE DE PROTECTION DES MINEURS (BPM/PNH)Le mercredi 30 Juillet 2008, La Fondation Panaméricaine pour le Développement International (PADF) a procédé officiellement à une remise de certificats à l’intention de 30 agents de la Brigade de Protection des Mineurs de la Police Nationale d’Haïti ayant suivi une formation en gestion. Cette activité qui s’est déroulée au local de l’Académie de Formation et de Perfectionnement des Cadres (AFPEC) s’inscrit dans le cadre d’un projet dénommé «KORE DWA MOUN» financé par l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID/HAITI). Cette formation qui fait partie des stratégies d’interventions du projet « KORE DWA MOUN » a été organisée du 12 mai au 13 juin 2008, dans le cadre d’un partenariat entre la Brigade de Protection des Mineurs et la PADF par le biais de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID/HAITI). Ces séances d’orientation ont permis aux agents de la Brigade de Protection des Mineurs de maîtriser les principes de base dans le domaine de la gestion et d’avoir une meilleure connaissance des systèmes, outils et mécanismes pouvant faciliter leur mission de protection des droits de l’enfance. Le projet « KORE DWA MOUN » met l’emphase sur le renforcement des capacités des opérateurs locaux (Société Civile, le Gouvernement haïtien, ONGs), la mise en réseau, la mobilisation sociale pour atteindre son objectif d’augmentation et d’amélioration d’accès aux services de qualité délivrés aux victimes de la traite, du trafic et de la violence organisée. Ces mêmes approches sont privilégiées également quant à l’atteinte de résultats significatifs, en ce qui concerne la prévention des violations des droits humains et le plaidoyer pour des réformes législatives en vue de la promotion de la protection des droits de la personne. Cette remise de certificats est l’occasion pour le projet « KORE DWA MOUN » de favoriser une meilleure implication des différents organes de l’Etat et d’autres secteurs de la vie nationale dans la lutte en faveur du respect et de la promotion des droits humains en Haïti.Haïti-Université : les inscriptions démarrent le 4 août prochain à l’Université d’Etat d’HaïtiHPN 1 août 2008 Les inscriptions pour le concours d’admission à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) se dérouleront du 4 au 29 août prochain, a annoncé, jeudi, le Rectorat de l’UEH dans un communiqué. Ces inscriptions, qui se feront à la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE), ainsi qu’à l’ancien local de l’Office nationale d’assurance vieillesse (ONA), seront reçues du lundi au vendredi, de 8hre AM à 4hre PM, précise-t-on dans l’annonce. Notons que les postulants dont les noms commencent par la lettre « A » jusqu’à la lettre « M » auront à s’inscrire à la FDSE située à la Rue Oswald Durand, alors que ceux dont les noms se situent entre « N » et « Z » devront le faire à l’ancien local de l’ONA sise au Champs-de-Mars à Port-au-Prince. Les pièces exigées des candidats au moment de l’inscription sont la carte d’identification nationale ou le numéro d’identification fiscale, l’originale et une copie de l’acte de naissance ou l’extrait des archives, trois photos d’identité pour chacune des fiches à remplir, le certificat de fin d’études secondaires et 500 gourdes de frais d’inscription pour chaque faculté. Soulignons que les candidats sont autorisés à s’inscrire à trois facultés en meme temps. LC/HPN