Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text




















Berne prete a remettre les fonds Duvalier a Haiti


Les quelque 7 millions de
francs de l'ancien dictateur Jean-
Claude Duvalier bloqu6s en Suisse
depuis des anndes pourraient revenir
a l'Etat d'Haiti d&s cet automne.
Berne a pos6 un ultimatum jusqu'a
la fin septembre aux d6tenteurs des
comptes litigieux.
Ceux-ci ont done trois mois
pour prouver que cette fortune a 6td
r6unie de manibre non d6lictueuse.
S'ils ne se manifestent pas ou s'ils
ne peuvent pas apporter la preuve
requise dans ce ddlai, l'Office
f6d6ral de lajustice (OFJ) ordonnera
la remise des fonds a la R6publique
d'Haiti. Dans ce cas, les personnes
concernmes pourront s'opposer a ce
transfert devant le Tribunal admin-
istratif f6d6ral.
En attendant, 1'OFJ a
confisqu6 les montants enjeu. Cette
mesure s'inscrit dans le cadre d'une
nouvelle procedure d'entraide
judiciaire.
Vu la demarche d6sormais
adoptde, le Conseil f6d6ral a d6cid6
mercredi de lever le blocage qu'il
avait d6cr&td. En aofit 2007, il avait
accept de prolonger celui-ci d'un
an, suite aux engagements pris par


le gouvernement actuel de Port-au-
Prince de lutter contre l'impunit6.
Depuis 2002
Les fonds Duva-
lier d6pos6s dans les
banques helv6tiques sont
gel6s depuis 2002. "B6b6
Doc" et son entourage sont
accuses d'avoir d6tourn6
plus de 100 millions de dol-
lars sous le couvert
d'ceuvres sociales avant la
chute du dictateur en 1986.
Cette annde-l1, les
autorit6s haitiennes ont
d6pos6 une demande
d'entraide judiciaire de-
mandant a Berne de bloquer
les avoirs de l'ex-dictateur
et de leur remettre les avoirs
saisis. La Suisse est entrde
en matiere sur le blocage.
Elle voulait notamment
6viter par ce biais que sa
place financiere serve de
refuge a des valeurs
acquises illicitement.
Pas d'accord
En meme temps,
le Conseil f6d6ral chargeait
le D6partement f6d6ral des


affaires 6trangeres (DFAE) de soutenir
l'Etat haitien et la famille Duvalier dans
la recherche d'une solution satisfaisante.


L'accord propose en 2005
ne s'est toutefois pas concr6tis6.
(FONDS DUVALIER / p. 3)


RATIFICATION


Michele Pierre-Louis dpose ses pieces le vendredi 4juillet
a la Chambre (photo Georges Dupe)


Bataille entre deux clans

de 1'ex-opposition
MIAMI, 3 Juillet Une LESPWA ne s'est pas encore officiellement
premiere caract6ristique de cette prononc6.
querelle autour de la ratification du Pendant ce temps, la bataille fait rage dans
Premier ministre d6sign6 Michble ce que l'on convient d'appeler aujourd'hui la soci&te
Pierre-Louis est qu'elle se d6roule en civile. Mais qui dans le cas present se resume a
dehors des milieux politiques quelques petits groupes d'haitiens mobilisant
proprement dits. l'Intemet ou blogs.
Les premieres tapes Les uns faisant fleche de tout bois contre
viennent de d6buter devant les deux le choix de la directrice de FOKAL (Fondation
chambres du Parlement dont la Connaissance et Libertd), une ONG consacrde a
majority des membres promettent de l'6ducation et la culture, et l'une des plus puissantes
r6agir selon les regles. du pays.
Les partis politiques de l'ex- Mme Pierre-Louis est d6fendue par un au-
opposition se d6clarent en faveur de tre groupe se pr6sentant sous l'6tiquette
la ratification. d"intellectuels', mais les premiers ne semblent pas
Le parti pro-gouvememental (voir EX-OPPOSITION / 4)


Les ONG arrivent au pouvoir en Haiti


MIAMI, 4 Juillet Le Premier ministre
d6sign6 Michble Duvivier Pierre-Louis dirige l'une
des plus puissantes ONG locales, la Fondation
Connaissance et Libert6 (FOCAL).
Si elle obtient la ratification parlementaire,
cela marquera un toumant dans les relations entre
les organisations non gouvemementales (ONG) et
la politique en Haiti.
Alors que jusqu'ici le mouvement
s'effectuait dans un sens, a present il s'effectuerait
dans l'autre.


L'explosion des ONG dites d6mocratiques a
eu lieu dans les anndes 1990. Un nombre considerable
de cadres ont d6laiss6 les fonctions gouvemementales
en faveur de ce nouveau d6bouch6.
Est-ce que l'installation a la t6te du
gouvemement haitien d'un important dirigeant d'ONG
peut amorcer le mouvement contraire et redonner a
l'Etat haitien des comp6tences qui lui ont fait d6faut
toutes ces dernires anndes ?
Mais la question peut se poser diff6remment:
les ONG seraient-elles devenues suffisamment


puissantes pour prendre 6galement possession de
l'Etat ?
Les ONG ne sont pas ndes en 1990. Mais
c'est dans ces anndes-l que s'est produit un grand
changement en leur faveur. La communaut6
internationale (institutions de financement et grands
<< pays amis >) d6cidaient qu'une faqon de lutter
contre la corruption gouvemementale, sans priver
les peuples des services n6cessaires, c'est d'utiliser
le couloir des organisations non gouvemementales.
(ONG/ p. 5)


1 I


Livraison d'argent a domicile Appelez sons frois:
en moins de deux heures USA/Canada:
CAM Pickup, le plus grand riseau de la Ripublique, 1 -800-934-0440


* Dep6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande varlitt de products alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.comtransfer.com
New Tak. New kniey, CocwHcIut, Rhode Ilbnd
M&aftssact W'Ishngtn C0 Gec4Dle t FM de.









I EN PLUS...


Une question de leadership!
MIAMI, ler Juillet la seconde. Mais celle-ci fut tube dans
L'absence de leadership, voilh en quoi l'ceuf. Litteralement. Assassinat (a
se resume l'actuelle crise politique en gauche) de Antoine Izm6ry et de pbre
Haiti. Jean-Marie Vincent, (a droite) de Guy
II 6tait une fois un pays oni Malary ...
chaque politicien qui rentrait d'exil Et de quantity d'autres moins
6tait un leader. connus, leaders a la base, ex6cut6s ou
C'6tait au lendemain de la forces a l'exil.
chute de la dictature Duvalier en Le regime qui a commis le
fevrier 1986. coup d'6tat de septembre 1991 n'est
Tous ceux qui avaient pas rest troisann6esaupouvoir pour


combattu le regime trentenaire 6tait en
droit de se proclamer leader.


rien.


D6sormais les diff6rents


Le 3eme Congres national de 1'OPL pendant le week-end
a Port-au-Prince dans les locaux du parti (Georges Dupe)


A droite les Lesly Manigat,
Cl6mard Joseph Charles, Thomas
D6sulm6, Ti Loulou D6joie ...
A gauche, Rend Theodore,
Gerard Pierre Charles, Serge Gilles
etc.
Mais le pays retrouva
rapidement sa tradition de tumultes
incessantes (a laquelle seule une
dictature aussi sanguinaire que celle
de Papa Doc avait pu mettre une halte
et sur des montagnes de cadavres).
Le jeu a la roulette russe ne
tarda pas a commencer a niveler le ter-
rain. Et la grande cohorte de l'apres-
Duvalier a s'6claircir.
Lors des premiers massacres
perp6tr6s par l'arm6e pour empecher
la tenue d'l6ections d6mocratiques, le
leadership trouva son expression dans
la voix de Mgr Willy Rom6lus. Son
< rache many6k est une page
d'anthologie qui figure jusque dans le
dictionnaire Larousse.
Apres beaucoup de
p6rip6ties, le premier CEP (conseil
electoral provisoire) fut mis en place.
I1 n'aurait pas dur6 longtemps, n'6tait
le leadership du Dr Louis Roy et de
Emmanuel Ambroise.
29 novembre 1987. Les
premieres elections d6mocratiques
furent 6cras6es dans le sang par les
militaires haitiens avec l'appui de
l'extreme droite reaganienne a Wash-
ington.
Mais la reserve de leadership
n'6tait pas encore 6puis6e. Ce fut le
tour du pare Antoine Adrien de
pouvoir r6unir des compatriotes de
diff6rents partis et de divers milieux
autour d'une table.
C'est ainsi que fut choisie la
premiere femme president provisoire,
lajuriste Ertha Pascal Trouillot. Meme
quand elle l'oubliera par la suite pour
se laisser embobiner par le baron
duvalidriste Dr Roger Lafontant.
Puis survint le coup d'6tat
militaire de septembre 1991. Et
patatras.
Ce fut l'occasion de la plus
grande saignde dans le leadership de
l'aprbs-Duvalier.
Car la premiere g6ndration
avaitjou6 son r6le et c'6tait le tour de


secteurs ont &t6 suffisamment
d6capit6s pour qu'on n'ait presque
plus rien a craindre. On peut les laisser
faire le sale job eux-memes et tout
seuls. En s'entred6chirant a belles
dents.
C'est dans ce cafouillage
que s'inscrit l'assassinat de Jean Do-
minique. Ou plut6t qu'un acte aussi
audacieux ait pu se commettre.
Aristide et 1'OPL de G6rard
Pierre-Charles se s6parent d&s 1995
et cette querelle des freres ennemis
va se poursuivre jusqu'au deuxieme
renversement par la force du leader
de Fanmi lavalas le 29 f6vrier 2004.
Nous avons bien dit
< leader > car c'est le seul titre qu'on
ne saurait enlever a Aristide. Leader
des masses. Pour le meilleur et pour
le pire.
Aujourd'hui voici Rend
Pr6val a la pr6sidence de la
R6publique et une crise interminable
et 6puisante avec le Parlement autour
de la ratification impossible d'un Pre-
mier ministre.
Mr Pr6val est certainement
inattaquable en ce qui concerne ses
lettres de cr6ance en d6mocratie. II a
form un gouvernement de coalition
et il ne prend pas une decision sans
avoir recherche un consensus avec
tous les secteurs.
Cependant premiere
6tranget6, il a &te lu avec le support
des masses, mais il dirige avec
l'opposition. Autrement dit avec ceux
qui ont abattu le gouvernement qui
avait &t6 mis en place par les memes
masses : le gouvernement Aristide.
Mais la deuxieme
caract6ristique de ce nouveau
syst6me, et le plus grave, est son ab-
sence totale et pr6m6dit&e de leader-
ship. Ce qui inviterait a croire que
l'l6imination progressive de ce
dernier sur la scene politique
haitienne n'est pas totalement un effet
du hasard.
Le president Pr6val offre la
garantie du consensus et de la
reconciliation. Mais de leadership,
aucun. Et voilh la vraie cause de la
crise actuelle.


(LEADERSHIP/ p. 6)


EN BREF ...


Mercredi 09 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vol XXT N 94


Jean Marie Guehenno appelle A la formation d'un
gouvernement en Haiti
Le secr6taire g6ndral adjoint de l'ONU, Jean Marie Guehenno, a boucl6 une
visite de 48 heures a Port-au-Prince au cours de laquelle il a eu des
entretiens avec le chef de l'6tat, Rend Pr6val, le premier ministre d6signe,
Michle Pierre Louis, les dirigeants du parlement et les repr6sentants de la
soci6t6 civile, ainsi qu'avec des membres de la presse.
Lors d'une conference donnde a l'adroport international de Port-au-Prince,
avant son depart, M. Guehenno a appeal les acteurs politiques haitiens a
trouver une entente afin de former un gouvernement dans le meilleur d6lai.
"Un moyen rapide est n6cessaire pour r6gler la crise politique. II est
essentiel qu' Haiti forme un nouveau gouvernement", a d6clard le
responsable de l'ONU, qui soutient qu'Haiti a besoin d'un gouvernement
qui b6ndficie du support du parlement et de l'appui des different secteurs
de la soci6t6 civile.
Selon M. Guehenno, un gouvernement est n6cessaire pour favoriser le
deblocage des fonds promis par la communaut6 internationale. Nous
sommes 1l en appui et en solidarity avec les autorit6s haitiennes ", lance t-il
soulignant que le r6le de la Mission de l'ONU est d'aider Haiti.
Jean Marie Guehenno a mis l'accent sur l'amdlioration du climat s6curitaire
resultant, selon lui, des efforts conjugu6s de la Minustah et de la PNH. Au
cours de son s6jour, M. Guehenno a pu visiter des quartiers autrefois
contr6l6s par des gangs.
Le patron des Casques bleus, le franqais Jean-Marie Gu6henno, qui a pass
huit ans a la t6te du d6partement de maintien de la paix des Nations unies,
ach6ve son mandat, et sera remplac6 par un autre franqais, le diplomate
Alain Le Roy.

L'OEA 6voque la n6cessit6 pour Haiti de se doter au plus
vite d'un nouveau gouvernement
L'Organisation des Etats americains (OEA) 6voque la n6cessit6 pour Haiti
de se doter au plus vite d'un nouveau gouvernement, pour lequel un premier
ministre a &td d6sign6 le 23 juin dernier par le president Rend Pr6val.
<< Le president Rend Pr6val a pr6sentW d'excellents candidats (pour le poste
de premier ministre), mais nous ne pouvons qu'esp6rer >, a d6clar6 le
secr6taire g6n6ral de l'OEA, Jos6 Miguel Insulza, cit6 par le quotidien
am6ricain Miami Herald.
Michle Pierre-Louis, selon Insulza, est une femme brillante et 6nergique
qui << pourrait 6tre un excellent Premier ministre, mais la decision est
strictement r6serv6e a Haiti >>.
Le secr6taire g6n6ral de 1'OEA, qui dit ne pas vouloir influencer le
processus de ratification du premier ministre d6sign6, soutient que < la
Constitution haitienne est tres claire. Le president propose, le parlement
accepte >>.
De son c6t6, le secr6taire g6n6ral adjoint de l'OEA, Albert Ramdin, estime
qu'Haiti a besoin de mettre en place un nouveau gouvernement pour
continuer les efforts de stability.
Sans un gouvernement 6tabli, I'OEA ne sera pas en mesure d'aider Haiti,
pr6vient Ramdin.
Insulza et Ramdin participaient, cette semaine, a une reunion de la
Communaut6 des Caraibes (Caricom) qui se tenait a Antigua).

Rencontre des bailleurs A Madrid sur Haiti
Elle aura lieu a la mi-juillet a Madrid. Une conference des bailleurs de fonds
sur la situation en Haiti. Les consequences de la crise alimentaire sur
l'6conomie haitienne seront au centre du d6bat lors de cette conference.

Youri Latortue pr6conise de nouvelles dispositions
s6curitaires
Le president de la commission s6curit6 du s6nat, Youri Latortue, a prdpar6
un rapport dans lequel il propose le vote d'une loi sur la detention
preventive prolong6e, la construction de 200 commissariats et le vote d'une
loi contre le kidnapping.
" La prevention, la justice et la force publique sont les principaux axes de la
lutte contre le kidnapping", a soulign6 Youri Latortue notant que les
parlementaires devront voter un budget pour le syst6me d'intelligence
national et augmenter le budget pour la police et le r6tablissement des forces
armies d'Hait". La police doit ceuvrer a l'int6rieur du territoire et l'arm6e
doit prot6ger la frontiere ", a dit Youri Latortue estimant que la police seule
ne peut 6tre efficace dans la prevention.
Mettant l'accent sur les dissensions entre la police et lajustice, le s6nateur
Youri Latortue plaide pour une prise en main du parquet et un contr6le du
leadership de la police. Les deux institutions doivent ceuvrer ensemble
pour faciliter le travail", ajoute t-il.
Selon le s6nateur Latortue, l'ex6cutif devra ceuvrer en vue de cr6er une
chambre sp6cialis6e pour la lutte contre le kidnapping et faciliter la mise en
place du conseil sup6rieur du pouvoirjudiciaire. II pr6conise 6galement la
creation d'une commission sur la detention preventive prolong6e et la
refonte du code de procedure criminelle.

Michele Pierre Louis: "en cas d'6chec, je vais continuer mon
travail de militante"
"Si quelqu'un me dit que j'ai des garanties, je r6pondrai NON. Car s'ily a
eu deux 6checs avant moi, un troisieme est toujours possible. Sije passe le
cap du processus de ratification, je ne pourrai rien faire seule. R6pondre a
l'appel du chef de l'6tat a &t6 une decision difficile pour moi, parce que
j'avais envie d'oeuvrer au progres du pays dans mon champ d'action. C'est
une 6norme responsabilit6. Je m'engage parce que j'ai confiance dans ma
capacity personnelle et dans la capacity des Haitiens a relever le d6fi. En cas
d'6chec, je vais continuer mon travail de militante engage dans ce pays".

Dossier Premier ministre d6sign6
Michle Duvivier Pierre-Louis s'est pr6sent6e personnellement vendredi
matin (4 juillet) au bureau de la chambre basse, accompagn6e de quelques
proches et d'un l1ger dispositif de s6curit6.
Le Premier ministre d6sign6 a &t6 requ par le president de la chambre des
d6put6s, Pierre Eric Jean Jacques, auquel elle a remis un total de 21
documents, selon ce qu'a confirm ce dernier.
<< Je viens de faire le d6p6t de mes documents personnels et la commission
sp6ciale de la chambre va les 6tudier afin de determiner s'ils r6pondent aux
exigences constitutionnelles >, a d6clar6 Mme Pierre-Louis auxjournalistes.
Pierre Eric Jean Jacques a indiqu6 que parmi les documents d6pos6s se
trouvent l'acte de naissance de la d6signee, ceux de ses grands-parents ainsi
que 8 passeports.
La commission sp6ciale d'6tude de la documentation du premier ministre
d6sign6 va commencer a travailler << rapidement >>, a promis le president de
la chambre basse.
(EN BREF / p. 18)


Page 2


li ..... A............ .... ... .. I








Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 24

Berne prete a remettre les fonds

Duvalier a Haiti des septembre
(... suite de la lere page) d'entraide de 1986. Comme l'avait annonc6 son
Berne a n6anmoins poursuivi ses efforts pour tenter president, les autorit6s de ce pays ont confirm qu'elles
de trouver une issue favorable qui permette la restitu- avaient repris la procedure p6nale contre Jean-Claude
tion des avoirs a Haiti avant la date butoir du 31 aofit Duvalier pour d6tournement de fonds. Elles ont
2008. emgalement renouvelk les garanties concernant la
SEn mai 2008, Haiti a compl6t6 la demande conformity de la procedure aux droits de l'homme.



Un premier pas contre l'impunite


Communique de presse de la Coalition des
ONG suisses pour la restitution desfonds Duvalier, le
3juillet 2008
La Coalition des ONG suisses pour la resti-
tution des fonds Duvalier a Haiti* salue la decision de
l'Office f6d6ral de lajustice (OFJ) concemant les fonds
Duvalierbloqu6s en Suisse ainsi que celle des autorit6s
judiciaires haitiennes de relancer les procedures contre
la famille Duvalier. Ces decisions ouvrent la porte a
un proces de l'ancien dictateur et a une restitution des
fonds d6rob6s au peuple haitien. Les ONG suisses
s'engagent a poursuivre leurs efforts pour combattre
l'impunit6 et assurer une restitution transparente des
fonds bloqu6s en Suisse.
L'Office f6d6ral de lajustice (OFJ) a d6cid6
de maintenir le blocage des fonds Duvalier dans le
cadre d'une nouvelle procedure d'entraide judiciaire.
II appartient maintenant aux membres de la famille
Duvalier de prouver avant la fin septembre 2008 que
ces fonds ne sont pas d'origine illicite. S'ils n'y
parviennent pas, l'argent sera restitu6 a la R6publique
d'Haiti.
La decision de 1'OFJ concorde avec les in-
formations rdcoltdes par la Coalition des ONG suisses
auprbs des personnes victimes de la dictature de Jean-
Claude Duvalier en Haiti et a l'6tranger. Le clan
Duvalier doit tre considered comme une organisation
criminelle qui a pill6 et vid6 l'Etat haitien de ses
richesses et commis de graves violations des droits


humains.
Les informations a disposition de la Coali-
tion des ONG suisses ne laissent aucun doute quant a
l'origine illicite des fonds bloqu6s par la Suisse (plus
de 7 millions de francs suisses). Afin d'assurer que les
fonds soient utilis6s au b6ndfice de la population
haitienne, il sera essentiel d'impliquer la soci6t6 civile
haitienne dans le processus de restitution. Avec un taux
de pauvret6 sup6rieur a 80%, les Haitiens souffrent
toujours des consequences dramatiques du regime de
Baby Doc.
Si les autorit6s haitiennes n'avaient pas
complete leur demande d'entraide judiciaire a la
Suisse, celle-ci aurait df rendre les fonds a la famille
Duvalier aprbs le 31 aofit 2008. Le cas Duvalier
souligne une fois de plus la n6cessit6 d'une adaptation
g6ndrale du droit suisse concernant les fonds de
dictateurs et autres personnes politiquement exposes
qui sont d6pos6s sur des comptes en Suisse. Action de
Careme, Pain pour le Prochain, Action Place Financibre
Suisse, D6claration de Berne,
Plate-Forme Haiti de Suisse, Transparency
International Suisse, TRIAL. Pour plus
d'informations: Anne-Kathrin Glatz, Declaration de
Berne, +41 (0)21 620 03 09 ou +41 (0)76 542 32 62,
glatz@ladb.ch, www.ladb.ch Andrd Rothenbiihler,
Action Place Financiere Suisse, +41 (0)61 693 17 00
ou +41 (0)79 273 61 43, afp@aktionfinanzplatz.ch,
www. aktionfinanzplatz. ch


Lettre ouverte de 9 organisations de la socie6t

civile au President Rene Preval
Port au Prince 01/07/08 bloquer les fonds pour un temps limit a &t6 par leur
Monsieur Rend G. Prdval gouvemement suite aux diverses actions de plaidoyer
President de la RWpublique d'Haiti pour obtenir justice en faveur d'Haiti.
Par cette lettre nos organisations
Excellence, reconnaissent que la cause est juste et elles adherent
Nos partenaires et amis en Suisse nous ont aux d6marches de leurs partenaires en Suisse. Et en
alert au sujet des fonds de l'ancien president Jean consequence elles demandent au gouvemement haitien
Claude Duvalier bloqu6s en Suisse. La decision de d'entreprendre des actions n6cessaires pour que ces


SI| Page 3

L'EVENEMENT SOMMAIRE
La Suisse prete a remettre les fonds Duvalier a

SUSPENSE RATIFICATION
Une question de leadership p.2
Bataille entre deux clans de l'ex-opposition p.1
Les ONG arrivent au pouvoir en Haiti p.1
ACTUALITE
Le Premier ministre d6sign6 d6pose ses pieces
et rencontre la CPP p.4
L'ONU exhorte Haiti a en finir avec la crise
politique p.7
ASSISTANCE
Le PAM veut atteindre 2.3 millions de
bdenficiaires p.6
PNUD et FAO promettent ameliorations des
conditions p.6
L'ONU mobilise 55 millions de dollars p.6
MINUSTAH
Un officier guat6malteque rapatrid pour
mauvaise gestion de rations alimentaires p.8
Prolongementjusqu'en 2012 du mandat du
contingent uruguayen p.8
SPECIAL
Un ange s'est envol6 p.14
PRESSE
En mdmoire de Mike Norton p.9
TOURISM
A Paris heureux mariage de l'Euro avec la
reine Margot et Grace Kelly p.10
LIVRES
Le conflit isradlo-paletinien (de Gaby
Tabarani) p.11
LIBRE PENSEE
Nous p.14

fonds retoument au peuple haitien.
En effet, pour nous, il s'agit d'une question
de justice. Tous ceux et celles qui ont v6cu l'annde
1987 se souviennent des conditions du depart l'ex -
pr6sident dictateur Jean Claude Duvalier et des fonds
emportes par lui. Tous ceux et celles qui ont vecu les
demibres anndes de la dictature se souviennent aussi
des faits comme le contrat honteux conclu entre les
deux gouvemements haitien et dominicain pour fournir,
contre paiement, 10.000 braseros a la R6publique
voisine. Est ce que les fonds verses ont &t6
comptabilis6s dans les recettes de l'Etat haitien pour
servir au moins pour r6pondre aux besoins du peuple.
Pour nous, il s'agit d'une question de
reparation et de restitution. Justice doit 6tre rdparatrice
(FONDS DUVALIER / p. 4)


Dp6ts 6 Vue 7,848,370,672 5,933,376,900
SU7T Dep6ts dEpargne 9.97708274 8,548,480973
D~Spts 6 Temme 4.782,28Z87 4,566,471,984
Total D6pts 22607,861 833 19,048,329,857
Disponibles de 10:00 am Obigaions 458,125,100 207,813,351
6 7:00 pm aux D6eMart de: Engagements par Acceptalion 164,919,553 134,957,857
Dquini Autres Passif 471 ,34,357 181,050712
Cercine Dette Suboxdonnee 563 801.018 54457055
-Laboule Total Passifs 24,266,541,861 20,114,608.832
Capita-R6serves-Profis Accumul6s 2215343168 1,848,210.752
t M6gaMart, Delmas 30 TOTAL PASSIFS ET
[ancien local K-s AVOIR DES ACTIONNAIRES G 26AB1,85I 29 G 21,962819,584


du Lundi au Jeudi: 10-00 am a 5:00 pm
Vendredi et Samedi: 10:00 am 6 6.00 pm
Dimanche: 10:00 am 200 pm


"Fasons route ensemble"
www.unibankhaitl,com


Nous certifions que les montants ci-dessus sont sinceres et conforres a nos Livres.


Jean Milt
Vice-President Snior,
Audlteur en Chef


Franck Helmcke
Vice-Prsiden t Excutif Sr.
el Directeur G6naol


Ns









UNE ANALYSE


Mercredi 09 Juillet 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 24


Bataille entre deux clans de 1'


(EX-OPPOSITION ... suite de la lere page)
non plus avoir leur porte-plume dans leur poche.
Mercredi (2 juillet) l'int6ress6e a public une
note de presse dans laquelle elle deplore la campagne
de calomnies dirig6e contre sa personne et sa vie priv6e
et avise qu'elle a d6cid6 de maintenir sa candidature.
Ses adversaires ont done perdu la premiere
manche, car ils avaient d6ji fait courir le bruit, toujours
sur l'Internet, qu'elle avait renonc6 a sa nomination.
Michble Duvivier Pierre-Louis est le
troisibme choix du Pr6sident Rend Prdval. Les deux
premiers n'ont pas franchi la barre du Parlement.
La balle est done d6sormais dans le camp des
s6nateurs et d6put6s.
Mais arrivons a la seconde caract6ristique de
la bataille d6clench6e autour de cette nomination. C'est
une querelle de frbres ennemis. En effet, elle implique
- en premieres lignes et des deux c6t6s les secteurs
victorieux lors du renversement d'Aristide le 29 f6vrier
2004.
D'un c6t6, des intellectuels et artistes. De
l'autre, des activistes.
Hier ils s'6taient mis ensemble pour se
d6barrasser d'un ennemi commun, le chef de Fanmi
lavalas, le president Jean-sBertrand Aristide.
Aujourd'hui celui-ci est contraint a l'exil en
Afrique du Sud et une force internationale fait bonne
garde dans le pays.
La voie est done libre pour permettre aux
ambitions (a toutes les ambitions) de s'affirmer
davantage.
C'est par consequent a une sorte d'avant-gofit
des prochaines batailles politiques (politico-
6lectorales) que nous assistons en ce moment.
Quelles sont les premieres lemons a retenir :


1) Le pouvoir actuel, pouvoir de coalition,
c'est-a-dire combinant un Pr6sident Olu par les masses
mais qui dirige avec son ex-opposition, n'est pas un
pouvoir sans opposition pour autant.
2) L'opposition existe. C'est ce que d6montre
la querelle autour de la nomination de Mme Pierre-
Louis. Cette opposition est issue du meme
regroupement qui avait aid6e chasser Aristide. La
coalition autour du Pr6sident Prdval n'dpuise pas toute
l'opposition. Une partie se trouve aux c6t6s de Mr.
Prdval. Une autre partie est contre lui.
3) Cependant cette opposition ne peut
proc6der par la voie classique : entreprendre par la
force le renversement du president en exercice.
Par contre, on peut l'emp&cher de gouverner.
Par exemple, le pays depuis trois mois ne peut
se donner un Premier ministre pour remplacer Jacques
Edouard Alexis qui a &td destitu6 par une conspiration.
On doit dire conspiration, car peut-on renvoyer un chef
de gouvernement a un moment aussi crucial (au
lendemain meme des 6meutes de la faim) sans avoir
pens6 pr6alablement a une alternative ?
La bataille actuelle ne vise done pas
principalement le Premier ministre d6sign6 Michele
Pierre-Louis (quoi qu'on dise), mais d'abord a mettre
des batons dans les roues de toutes les manieres
possibles et imaginables a Mr. Prdval, afin de
l'empecher de marquer des points. Et surtout d'en faire
b6ndficier ceux que l'on appelle couramment ses
<< amis >. Les trois Premiers ministres qu'il a d6sign6s
depuis la vacance gouvernementale commence le 12
avril dernier, ont le meme qualificatif : < ami > du chef
de l'Etat.
Ils ont &t6 combattus syst6matiquement et
indiffiremment par les memes sur l'Internet.


ex-opposition
C'est done que l'on craint que le mot << ami >>
ne vienne h 6tre remplac6 au fur et a mesure par celui
de << poulain >>.
Mais poursuivons la lecture de l'6v6nement.
Si des secteurs qui avaient dfi hier se souder corps et
Ame contre le Lavalas peuvent aujourd'hui laisser
6clater au grand jour leurs divisions, c'est que le
Lavalas ne fait plus peur.
Le Lavalas semble sur la touche et pour
quelque temps.
I1 en r6sulte done une toute nouvelle configu-
ration :
1) Un pouvoir politique (le palais national et
la primature) et une opposition (la soci&te civile) qui
seraient tous les deux dominds par l'ancienne coali-
tion qui a vaincu le regime Aristide en f6vrier 2004.
2) Une nouvelle elite politique plus proche
de la bourgeoisie et des classes moyennes (intellectuels,
artistes, businessmen et cadres activistes, ces derniers
de pr6f6rence avec une orientation de droite).
3) Une lutte qui se circonscrit de plus en plus
en dehors du champ politique traditionnel (partis
politiques, syndicats et autres) et qui a pour point
d'appui non les masses (comme le Lavalas) mais les
nouveaux supports de communication et de propagande
plus facilement contr6lables, dont 1'Internet.
En tout cas, mine de rien c'est une toute
nouvelle experience qui vient de commencer 1I.
Normalement il y aura des actions et
reactions.
Mais l'enjeu actuel va au-dela du vote des
deux chambres.


Molodie 103.3 FM


"Copyrighted Material

. Syndicated Content
S- Available from Commercial News Providers"




Lettre ouverte de 9 organisations de la society civile au President Preval


(FONDS DUVALIER... suite de la page 3)
pour 6tre vraie et porteuse d'avenir de reconciliation
et de paix durables. Ce n'est pas correct notre pays
doit qu6mander des moyens pour r6aliser ses projets
et subvenir aux besoins de ses citoyens citoyennes,
tandis que les propres ressources du pays sont volds et


dilapid6s,et trop peu d'efforts sont d6ployds pour les
r6cup6rer. Le montant des fonds en question, 9 mil-
lion de dollars pourrait paraitre petit face aux
problkmes du pays ; mais sa valeur symbolique et
morale est d'autant plus grande,par ce qu'il s'agit de
restitution et de d6but de reparation.


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE

CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL- Amerijet International will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2. 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Monday ugh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijeti sport cargo
between this state i i _,aily transfer. For rates
and s ific ontact Amerijet's sales
depsramtreintao9.or
Arn nal, In full-service multi-modal
transportation logistics provider offer international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijetcom.


Pour nos
organisations, il s'agit
d'une question de lutte
contre l'impunit6 et
contre la corruption. Avec
beaucoup d'int6ret, Mon-
sieur le president, nous
entendons vos appels
pour lutter contre la cor-
ruption et nous voulons
bieny apporter notre con-
tribution. Nous croyons
que la r6cup6ration des
fonds des Duvalier serait
une expression concrete
de cette lutte contre la cor-
ruption et l'impunit6 qui
la soutient dans le pays.


Nos organisations comptent sur vous et sur
la competence des instances 6tatiques de composer des
dossiers solides, bien arguments qui puissent faire la
verite, afin que le pays puisse r6cup6rer ce qui lui
appartient et faire un pas de plus sur le chemin de v6rit6,
de lajustice et ainsi vers la reconciliation dont il a tant
besoin.

Les organisations adh6rentes:
SKDK : Santpou la Kilti ak devlopman Karis
FIDES : Fondation Intern. de Developpement
Economique et Social
CRESFED: Centre
CATI : Coopdrative Agricole de Ti Buron
REBA : Rezo Bib Ayisyen
MPP :Mouvman Peyizan Papay
ODTPK : Oganizasyon de Devlopman Ti Plante Kawo
JILAP : Jistis Ak Lap/Justice et Paix
IPTKA4 :Inyon Peyizan Tht Kole de Mawote


Pour authentification:
Poliner AUG USTIN
ThL. 36 70 59 63
E-mail. Prenna70i@yahoo.fr


Page 4


III.I .U.. t............ .... ... .. ..IN








Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 24


elles

intern,
d'orga


Page 5


Les ONG arrivent au pouvoir en Haiti
(ONG.. suite de la lre page) Rene Pr6val profita aussi du temps qui s'est could Un Etat dans 1'Etat ...
Les ONG devenant un pouvoir A entre ses deux mandats pr6sidentiels, pour d6velopper Cependant l'Etat haitien de son c6te n'a pas
seules ... des projets dans son berceau familial Marmelade grice toujours eu que des felicitations pour les ONG
Renforcement des grandes ONG A la cooperation 6trang&re. DMs sa declaration de politique g6ndrale en
ationales, et sur le plan local une floraison Une sorte d'operation retour ... juin 2006, le Premier ministre aujourd'hui
nisations et de fondations. d6missionnaire Jacques Edouard Alexis relevait que


Du coup
une grande
migration se
produisit vidant
1'Etat haitien de la
majority de ses
meilleurs cadres.
Les ONG
paieraient de
meilleurs salaires.
Et en dollars,
disait-on.
P a r
exemple, Mme
Michele Pierre-
Louis, le PM
d6sign6, dirigeait
en 1991 le cabinet
particulier d'un
certain Premier
ministre Rend
Pr6val.
Depuis, elle est devenue la directrice g6nmrale
de la FOKAL.
Ou encore le Premier ministre Rosny Smart
(1996-1997) qui prit la tete d'une fondation d&s qu'il
avait d6missionn6 du gouvemement.
Les ONG n'ont pas seulement enlev6 au
gouvemement une importante partie de l'assistance
externe. Elles l'ont 6galement vid6 de ses cadres.
Le mouvement s'est accentu6 au cours de la
derni&re d6cennie. Au fur et A mesure, les ONG
devenant un pouvoir A elles seules. Et que les dirigeants
strangers de passage se doivent de visiter avec
pratiquement le meme int6ret que celui r6serv6 aux
tenants du pouvoir officiel.
R6cemment, lors de la visite du Secr6taire
general de 1'ONU, Ban Ki-moon, il y avait
principalement A sa table lors d'un d6jeuner pour les
leaders politiques et la soci6t6 civile : Michele Pierre-
Louis de FOKAL, Mme Suzy Castor (de CRESFED),
Rosny Desroches (Initiative Soci6t6 Civile / ISC) etc.
D'unautre c6te, notons aussi que nos demiers
Presidents ne sont pas tout A fait en dehors du courant.
Aristide cr6a la FondationAristide pour la D6mocratie.


Une bibliothdque publique patronnee par la FOKAL
Cependant une ratification de Mme Michlle
Pierre-Louis au poste de chef du gouvemement ferait
entrer les ONG dans le pouvoir par la grande porte.
On dit que l'organisation qu'elle dirige, la
Fondation Connaissance et Libert6, a de grandes
attaches internationals.
C'est le mois dernier qu'une grande fate avait
lieu A Washington pour saluer les r6alisations de la
FOKAL. Son principal (sinon son premier) foumisseur
d'assistance est le financier philanthrope George Soros,
qui a sem6 des institutions du meme genre un peu
partout sur la planate.
Que peut signifier aujourd'hui des rapports
qui seraient aussi 6troits entre les ONG et l'Etat ?
L'Etat haitien a un cruel besoin de
comp6tences. Un Premier ministre de ce genre peut
aider A r6aliser une sorte d'op6ration retour.
Mais ce n'est pas tant une question d'hommes
et de femmes que surtout de modernisation,
d'amdlioration des techniques de travail et m6thodes
de fonctionnement. En un mot, faire un pas dans la
modernity.


19 .% t4 b r a At W '% i


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


l 'Etat haitien
fr devrait pouvoir
Store mieux
Srenseign6 sur les

par les ONG en
+ | g Haiti (aussi bien les
Sorganisations
locales que
internationales),
car comment l'Etat
ShaTtien peut-il bitir
un veritable plan
de d6veloppement
s'il ignore la
totality des
ressources dont
dispose le pays ?
Dans le
priv6, les gens du
pouvoir ont parfois
parl6 des ONG
comme d'un Etat dans l'Etat.
Voire quand elles se sont miles d'un peu plus
prPs aux soubresauts politiques. Certaines d'entre elles
ont particip6 ouvertement A la lutte pour le
renversement d'Aristide. Mais ne les appelle-t-on pas
ONG d6mocratiques !
Est-ce que (puisque 6tant du s6rail) Michle
Pierre-Louis pourrait 6tablir une meilleure harmonie
entre les deux entit6s Etat et ONG et faire que leurs
efforts communs aboutissent A de meilleurs r6sultats
au b6nsfice de la nation ?

Prpvenir tout conflit d'intrrtt ...
Mais nous sommes en pleine supposition, ce
ne sont 1i que hypotheses et conjectures puisque le
processus de ratification du Premier ministre d6sign6
est A peine entam6.
Mais surtout il ne faudrait pas que cet Etat
dans l'Etat devienne l'Etat tout court. Et que ce
rapprochement ne soit le d6but d'un mouvement pour
transformer l'Etat haitien lui-mime en une espace de
super ONG
Ce serait vraiment alors le cas de dire
L'assistance gouverne, le gouvernement assiste
C'est done d&s le depart qu'il s'agit de
pr6venir tout conflit d'int6rCt.
Abon entendeur.

Haiti en Marche, 4 Juillet 2008




Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
el7veriz E c'cellexcc Eyrs


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


I DiI'Ipur I S SI


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Arnuiaue Latine


I c tepuIrZ


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
us $ 70.00
US $ 70.00


Gdes 520.00
_US $ 78,00
_ US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dan Ie cas d'un abonnement
avec livhrason, e coOt eat le double.
PrIere do spcfler sl vous tes
un nouvel abonni
ou s'll s'aogt d'un renouvellm!ent


Nouveau


Renouvellernent

L-i


Nom
Adresse









I COMMUNAUTE INTERNATIONALE I


Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXIIT N 24


Le PAM accroit son assistance en Haiti

afin d'atteindre 2,3 millions de beneficiaires


PORT AU PRINCE -Le Programme
Alimentaire Mondial de 1'ONU tend ses operations
rapidement en Haiti, atteignant plus de personnes


Une question

de leadership!
(... suite de la page 2)
Or il ne s'agit pas seulement de la Pr6sidence.
Le leadership a partout disparu et n'est plus nulle part.
A la veille du renversement d'Aristide en
f6vrier 2004, c'6tait comme aprls la chute de Duvalier
en f6vrier 1986, les leaders se ramassaient a la pelle.
Mais il y a leader et leader. On ne s'improvise pas
leader. Beaucoup de leaders ne signifie pas forc6ment
leadership.
Aussi la vague est-elle rapidement retomb6e.
Des partis politiques qui ne repr6sentent pas plus de
0,5 pour cent du corps electoral (comme d6montr6 aux
dernibres pr6sidentielles) ni ne sont vraiment
repr6sent6s par leurs repr6sentants au Parlement. D'oiu
naissance des blocs aux membres issus de partis
diffirents.
Quant a ces derniers, ce sont les seuls qui
jouent franc jeu. Ils se sont mis en groupes ou clans au
gr6 de leurs int6rets, politiques ou individuels.
Pourquoi dire qu'ils sont les seuls sinceres.
Eh bien, parce que eux sont les produits du nouveau
system. Et qu'on pourrait r6sumer ainsi : au diable le
leadership, et fais ce que veux !
Quelque part on pense que le leadership ne
sied pas h un pays aussi pauvre et aussi dtpendant que
le n6tre.
Autrefois on nous aurait d6pech6 rapidement
un quelconque g6ndral putschiste.
Aujourd'hui ce n'est pas pareil. Nous vivons
en d6mocratie.
Haiti mourra done de sa belle mort ...
democratique !


Mdlodie 103.3 FM


vulndrables grice a une subvention de 23 million de
dollars am6ricains dans le cadre de l'appel de fonds
pour r6pondre a la flambe des prix des produits
alimentaires.
Le PAM assiste actuellement plus de 800,000
personnes en Haiti en plus des 40,000 familles
vulndrables dans les zones urbaines, la plupart ayant
une femme chef de manage. Pendant les vacances d'&td,
le PAM distribue des repas chauds et des rations sdches
a 200,000 enfants en age scolaire pour les occuper
sainement a des activities extrascolaires.
Dans les mois a venir, de plus en plus de
personnes vont recevoir de l'assistance alimentaire
pour atteindre 2,3 million a la fin de l'annde.
"Notre assistance alimentaire est cruciale pour
aider les populations a faire face aux consequences de
la flambe des prix- ce qui repr6sente un fardeau
suppl6mentaire pour les personnes qui 6taient d6ji
pauvres" a dit le Directeur Regional du PAM, Pedro
Medrano.
Les rations familiales du PAM apportent un
peu d'espoir au sein des familles qui, a cause des prix
qui augmentent, de plus en plus ont moins de moyens
d'acheter la nourriture dont ils ont besoin a cause des
prix qui augmentent. Les b6ndficiaires recoivent une
ration qui va nourrir leur famille pendant un mois.
Un meilleur aces des manages les plus


pauvres a l'assistance alimentaire permettra aussi de
contribuer a la stabilisation de la soci6t6 haitienne,
secoude durement par des 6meutes de la faim au
printemps. La population haitienne est trbs vulnerable
face a la flambe des prix : Haiti importe plus de 50
pour cent de ses besoins alimentaires, y compris le riz.
Les trois quarts des haitiens vivent avec moins de 2
dollars amdricains par jour.. Les manages d6pensent
plus de la moitie de leurs revenus en nourriture.
Les bailleurs de fonds aux operations du PAM
en Haiti sont: les Etats Unies (23.3 million de US$);
Canada (19.8 million de US$), France (3.7 million de
US$), UN Central Emergency Revolving Fund -CERF
(3.3 million de US$), Suisse (1.4 million de US$) et
d'autres. Dans l'ensemble, les bailleurs ont fourni plus
de 62 million de dollars amdricains, ce qui est assez
pour couvrir les besoins additionnels pour 2008.
Cependant, le PAM a encore besoin de 61 million de
dollars pour couvrir les besoins des b6ndficiaires
haitiens en 2009.
Le PAM est l'agence humanitaire la plus large
du monde: cette annde, le PAM envisage de nourrir 70
millions de personnes dans environ 80 pays.
Les journalistes peuvent trouver les derniers
communiques de presse, videos et photos publies sur
le site de PAM (http://www.wfp.org).


"Copyrighted Material

Syndicated Content :

Available from Commercial News Providers"


- 0 -


- _


Cherte de la vie en Haiti : I'ONU

mobilise 55 millions de dollars US


(A l'instar de
nombreux pays, la flambe
des prix sur la scene
internationale a eu de
s6rieuses retomb6es sur le
plan 6conomique en Haiti.
L'6quipe pays du Systeme
des Nations Unies en Haiti
entend apporter une
r6ponse adequate au
problkme de la vie chbre
qui affecte la population.
Nombre de dispositions
urgentes sont d6ji prises.
Le coordonateur
resident des Nations Unies
en Haiti, Joel Boutroue, a
annonc6 que 55 millions de
dollars am6ricains ont d6ji
&t mobilis6s dans le cadre
de la r6ponse a apporter a
la severe crise 6conomique
a laquelle fait face la


population haitienne. Une annonce faite lors d'une
conference de presse tenue le ler juillet a Port-au-
Prince, a laquelle ont 6galement pris part des
Repr6sentants d'agences des Nations Unies en Haiti.
Ces fonds proviennent des ressources propres
des Nations Unies mais surtout des contributions de
certains bailleurs, comme l'a indiqu6 Joel Boutroue.
Ils servent a financer diffirentes interventions des
Nations Unies visant a apporter court et a moyen terme aux graves difficulties des
populations vulndrables haitiennes >. Ces actions
s'articulent autour de quatre grands axes : l'aide
alimentaire, la relance de la production agricole, les
travaux a haute intensity de main d'ceuvre et la
protection sociale.
Dans le domaine de l'aide alimentaire,
l'objectif est de tripler le nombre des b6ndficiaires.
Pour la p6riode dejuin a d6cembre 2008, le Programme
Alimentaire Mondial (PAM) a ainsi conqu un ensemble
d'activit6s devant rdpondre aux besoins des
populations n6cessiteuses.
Ces activities prendront d'abord la forme de
(CHERTE / p. 7)


Page 6


- a


- .


0


-.0 do-










Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XX0II N 24


I CRISE POLITIOUE & ECONOMIE


I


(CHERTE... suite de la page 6)
cantines scolaires dans des camps d'&te organisms par
le PAM. Environ 200.000 enfants devraient en
b6ndficier. De plus, pour permettre aux parents de faire
face aux d6penses lies a la rentrde scolaire, un
programme de sera mis en
place de juillet a octobre.
Ce programme prendra la forme de
distribution de produits alimentaires aux familles en
difficult et permettra ainsi a 1.1 millions de
bendficiaires d' < ameliorer leur statut nutritionnel tout
en pr6servant leurs maigres revenus >. En outre, il est
pr6vu la distribution d'aide alimentaire a 200.000
b6ndficiaires dans les 10 chefs-lieux des d6partements
du pays.
En ce qui a trait a la relance agricole, les
Nations Unies, a travers l'Organisation pour


l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), ont d6ji
mobilis6 pour la campagne agricole de juin et juillet
2008, 4. 000. 000 de dollars am6ricains pour
l'acquisition d'intrants agricoles a destination de 50.
000 familles paysannes pauvres. Ces agriculteurs
recevront des semences vivrieres et maraicheres, des
outils agricoles, entre autres.
< Les achats ont d6ji t6 faits, les familles
ont &t6 identifies ainsi que les partenaires, comme
des associations paysannes et des Organisations Non
Gouvernementales >>, a affirm Ari Toubo Ibrahim,
Repr6sentant de la FAO en Haiti.
L'intensification des travaux a haute intensity
de main d'oeuvre fait aussi partie de la strat6gie de
1'6quipe pays des Nations Unies pour repondre a la
crise haitienne. Ce type de travaux sont surtout mis en
oeuvre par le Programme des Nations Unies pour le


Ddveloppement (PNUD).
< La r6ponse que nous apportons dans ce
contexte n'est certainement pas une rdponse de
d6veloppement mais une reponse de relbvement >, a
d6clar6 Ann-Marie Cluckers directrice du PNUD.
<< Apartir d'avril 2008, nous avons essay de
doubler le nombre de travailleurs engages dans les
travaux a haute intensity de main d'oeuvre. Ces travaux,
en cours surtout dans le milieu rural des d6partements
de l'Artibonite et du Nord-Est, visent essentiellement
a la protection de l'environnement>, a poursuivi Mme
Cluckers.
L'Organisation Panamdricaine de la Santm/
Organisation Mondiale de la Sante (OPS/OMS) est
6galement sur pied de guerre. Son objectif est de
contribuer a diminuer les d6penses en sant6 de la
population.


AV AA KAPAB AFE 3DA LEAL U ANPR LlAVI A A AVIAVEKATANY

YonSriina teotoizeavisa S s p dmad6on6 vk.6


Kisa pwose sa a konsene? Yo te pwopoze de R~gleman apa nan yon pwose aksyon kolektif sou
evalyasyon ponpye ak sekou yo te fe pwopriyete byen imobilye peye nan vil Miami ak evenman ki te
pase pandan pwose a. De (2) regleman sa yo se avek 1) vil Miami, epi 2) kabine avoka Adorno & Yoss,
LLP. Pwos6 a rele Masztal v. City of Miami. Moun yo tradui lajistis yo rele "Pleyan", epi vil Miami rele
"Defande". Kabine avoka Adorno & Yoss, LLP rele "kabine avoka". Regleman yo pa vie di Minisipalite vil
la oswa kabin6 avoka a dak6 pou yo angaje nan move zafe oswa nan move konduit oswa pou yo mal aji
oswa pou yo vyole nenp6t Iwa oswa regleman nan nenpot konsiderasyon, eksepte pou sa ki konsene vil
Miami pou p6syon Evalyasyon sekou Ponpye/Sekou ki te adopte pou ane fiskal 1997-1998 ak 1998-
1999. Tribinal Sipr6m Florid deside pwose City of North Lauderdale v. SMM Properties se yon pwose
ki legal pou yon Minisipalite pou pibliye evalyasyon pou sevis ponpye, paske sevis ponpye pwokire yon
benefis espesyal pou pwopriyete a. Apati 14septanm 2000, Minisipalite vil la te deside yon Evalyasyon
li sip6te sou sevis ponpye selman epi kidonk evalyasyon an legal. Pleyan yo deklare Evalyasyon an te
rete ilegal nan fonksy6nman li. Pa tjanm genyen okenn desizyon oswa konklizyon jidisye sou konfli
rival sa yo. Menmsi Tribinal la, nan Litij sa a k ap rezoud la, deside yo Evalyasyon Ponpye/Sekou yo te
resevwa nan ane fiskal 1997-1998 ak 1998-1999 pa t konstitisyonel nan limit li te evalye pou sevis
medikal ijan, Tribinal la pa pran desizyon oswa pa fe konklizyon pou endike Evalyasyon Ponpye/Sekou
oswa Evalyasyon Ponpye te enkorek pase sa ki endike anwo a. Ni li pa t detemine limit, si genyen,
Evalyasyon Ponpye/Sekou te fet yon fason inadmisib pou sevis medikal ijan yo. Pleyan yo prezante
reklamasyon tou kont kabin6 avoka pou aksyon ak inaksyon posib ki gen pou we ak premye pwosedi
yo kont Minisipalite vil la nan pwose sa a. Kabine avoka a, san admet responsablite ak kontestasyon
toudenkou reklamasyon Pleyan yo, chwazi pou rezoud aksyon sa a. Kidonk, menmsi Pati yo dak6 pou
Regleman yo ak yon pwosesis ranbousman, pa t genyen desizyon okenn Tribinal ki endike Gwoup la
genyen dwa pou jwenn yon ranbousman, oswa kantite lajan ki endike a. Ni pat genyen desizyon okenn
Tribinal ki endike Gwoup la genyen dwa pou resevwa lajan nan kabine avoka a.
Kimoun ki f pati RBgleman yo? "Gwoup" oswa "Manm Gwoup" dwe vie di tout moun oswa enstitisyon
(avek tou sikses6 legal ki kalifye yo, jan sa defini nan paragraf 1.18 Ak6 Regleman an) ki posede
pwopriyete nan vil Miami, Florid, avek tou ansyen ak aktyel anplwaye, ajan, reprezantan, ofisyel, ofisye
Minisipalite a ak manm fanmi pwoch yo, ki reprezante kapasite endividyel yo kom kontribiyab, ki te
peye Evalyasyon Ponpye/Sekou ak/oswa Evalyasyon Ponpye Minisipalite vil la te resevwa nan ane
fiskal 1997-1998 jiska ak nan ane fiskal 2006-2007. Vil Miami eskli nan Gwoup la.
Ki Benefis ki genyen? Ou kapab kalifye pou resevwa yon ranbousman, sa vie di yon posyon Lajan
Komen total (ki dekri anba a) chak manm Gwoup la genyen dwa pou resevwa, jan sa detemine
dapre yon fomil Tribinal la apwouve. Kantite lajan yo dwe peye chak manm Gwoup la ap depannde
kantite manm Gwoup la ki soumet yon reklamasyon valid. Okenn manm Gwoup la p ap resevwa yon
ranbousman ki plis pase kantite lajan Evalyasyon manm Gwoup la te peye, epi, kidonk, Pati yo kw6 li
pa posib pou nenpot moun ap resevwa yon ranbousman konpli tout lajan Evalyasyon ki te peye a. Li
enpotan pou ou sonje posyon Evalyasyon ki dwe repati nan finansman sevis ponpye a se yon posyon
ki legal. Pousantaj Evalyasyon peye k ap retounen pou chak manm Gwoup la ki kalifye apa pa kapab
deteminejouk moman 1i yo trete demand yo dapre Ak6 Regleman yo. Fon Komen an ap redui a kantite
lajan fre avoka ak fre Tribinal la akode Konsey Defans Gwoup la, ak kantite lajan fre administratif
Tribinal la apwouve pou administrasyon regleman yo.
Ki dispozisyon Regleman ki pwopoze yo? Kom konsiderasyon pou Regleman li, Minisipalite vil la ap
finanse $15,550,000 nan yon fon ki rele "Fon Komen". Kom konsiderasyon pou Regleman li, kabin6
avoka a ap finanse $1,600,000 nan Fon Komen an. Debousman Fon Komen an ap fet dapre Ak6
yo. Nenpot entered ki reyalize sou nenpot posyon Fon Komen an dwe vin f6 pati Fon Komen an. Chak
manm Gwoup la dwe jwenn dwa pou f6 demand yon ranbousman dapre pwosedi ki prezante an gwo
nan Avi sa a. Se selman manm Gwoup kalifye oswa siksese legal kalifye yo ki dwe jwenn dwa pou
cheche jwenn yon ranbousman. Dwa pou jwenn yon ranbousman pa dwe transferab. Chak Pati dwe
jwenn dwa pou f6 restriksyon, dapre 16d, entediksyon, oswa 16t reparasyon, nenpot vyolasyon oswa
menas vyolasyon dispozisyon ak regleman ki nan dokiman sa a, epitou pou egzije pefomans espesifik
dispozisyon ak regleman sa yo. Konsenan konsiderasyon pou Regleman yo, depi genyen Apwobasyon
Final, chak manm Gwoup la dwe anvizaje pou bay yon kominikasyon total ak konpli pou nenpot ak
tout reklamasyon ki nan pwose a ak 16t reklamasyon jan sa dekri nan Ak6 Regleman yo. Kominikasyon
an dwe genyen yon pati entegral ak enpotan Regleman yo, epi li pa kapab separe nan Regleman yo.
Nenpot manm Gwoup ki pa vie bay kominikasyon an dwe deside pou pa patisipe jan sa dekri nan
Avi sa a. Regleman avek kabine avoka a genyen ladan yon dispozisyon ki pemet li anile regleman an
anba seten kondisyon. Si sa rive, manm gwoup ki kalifye yo ap resevwa notifikasyon nan moman y ap
resevwa posyon regleman an avek Minisipalite vil la. Y ap resevwa tou notifikasyon pou f6 pwose kont
kabin6 avoka a poukont yo epi avek pwop depans yo.
Kisa mwen DWE f6 pou mwen vin kalifye pou resevwa yon ranbousman posib? Ou dwe f6 Demand
yon Fomili Ranbousman, ki dekri anba a,jiska 21 oktob 2008. Epitou, ou dwe deside dat 20 out 2008
si ou vie f6 objeksyon kont Regleman yo epi pou soumet nenpot objeksyon alekri. Pou fe Demand
Fomili Ranbousman an, ou dwe rele Administrate Regleman an nan nimewo 1-800-981-7567. Ou
kapab we Fomili Demand Ranbousman an (ansanm avek dives kalite dokiman regleman)sou entenet
nan sit web www.MiamiFireFeeSettlement.com epitou ou kapab enprime li nan sit web la.
Kisa mwen dwe f6 si mwen vie Eskli tet mwen nan Gwoup la? Si ou pa vie patisipe nan youn oswa
nan toulede Regleman yo, ou kapab mande pou yo eskli ou. Pou f6 demand esklizyon nan Gwoup la,
ou dwe ranpli ak soumet yon demand alekri ba Grefye Tribinal la epi voye demand lan pa laps nan
adres ki endike anba a. Ou dwe ranpli fomili demand lan epi tenb ki sou anvlip la dwe date dat 20 out
2008:
Pou Administrate a (kourye): Pou Tribinal la (dosye):
Masztal v. City of Miami Clerk of the Court
Settlement Administrator Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and
PO Box 3170 for Miami-Dade County, Florida
Portland, OR 97208-3170 73 West Flagler St
Miami, FL 33130
Demand pou esklizyon an dwe prezante nan nenpot patikilye, men li dwe endike enfomasyon sa yo:
1. Non ou, adres ou ak nimewo telefon ou;
2. Yon deklarasyon ki endike ou vie eskli tet ou nan Gwoup la;
3. Siyati ou;
4. Non ak nimewo pwose a (Masztal v. City of Miami, Case Nos. 98 11208 CA 31, 05-2117 CA
31), epi


5. Si ou f6 demand esklizyon ou nan:
a. Regleman avek Minisipalite vil la, OSWA
b. Regleman avek kabin6 avoka a, OSWA
c. Toulide.
Remak: Si ou pa presize ki regleman, y ap konsidere demand ou kom yon demand ou f6 pou eskli tet
ou nan toulide regleman yo.
Tanpri asire ou ekri mo "EXCLUSION REQUEST" (demann pou esklizyon) sou kwen goch pa anba
devan anvlop la.
Si ou chwazi pou eskli tet ou nan Gwoup la:
1. Ou p ap kalifye pou okenn nan benefis yo;
2. Ou p apjwenn pemisyon pou f6 objeksyon kont dispozisyon yo;
3. Ou p ap genyen obligasyon pou respekte okenn fiti desizyon yo pran nan pwose sa a; epi
4. Tankou pou nenpot regleman (Minisipalite vil la oswa kabine avoka a oswa toulede) kote
ou te fe demand ou eskli ou:
a. Ou p ap kalifye pou resevwa okenn nan benefis yo;
b. Ou p ap jwenn pemisyon pou fe objeksyon kont okenn dispozisyon;
c. Ou p ap genyen obligasyon pou respekte okenn fiti desizyon yo pran nan pwos6
sa a; epi
d. Pou resevwa lajan nan plas Regleman sa yo, w ap oblije fe pwop pwose ou epi avek
depans ou.
SONJE: OU DWE FE DEMAND OU POU ESKLIZYON AVEK ANVL)P KI GENYEN TENB KI DATE DAT 20
OUT 2008. SI W PA FE SA, SOF JAN TRIBINAL LA KAPAB BAY LI, DEMAND POU ESKLIZYON OU AP AN
RETA AK ENVALID.
ODISYON POU REGLEMAN AN: Nan pou 9 septanm 2008 a 10:00 AM EDT, nan adr6s 73 West Flagler
St, Courtroom 11-1, Miami, Florida 33130, Tribinal la ap 6ganize yon Odisyon san Patipri pou konsidere
si pou li akode setifikasyon Gwoup la pou objektif Regleman an, epitou si pou li apwouve Regleman yo
kom Regleman ki jis, rezonab ak satisfezan. Tribinal la ap 6ganize yon odisyon prelimin6 nan dat 22
jiye 2008 a 10:00 AM EDT nan menm adres kote I ap resevwa prev ki gen pou we ak demand pou fre
avoka yo. Ou dwe soumet mosyon pou sipote oswa pou kont Fr6 Avoka yo anvan fen jou ouvrab 15 jiy6
2008.
Esi mwen Vie f6 Objeksyon kont RBgleman yo? Ou dwe rete yon manm Gwoup la pou ou kapab f6
objeksyon kont nenpot asp6 Regleman yo, epitou kont setifikasyon final yon Gwoup, onetete Regleman
yo, konpetans Pleyan ak avoka yo ki reprezante gwoup la, ak distribisyon Fre ak Depans Avoka a.
Objeksyon alekri ou dwe genyen ladan:
1. Your name, address and telephone number;
2. Yon deklarasyon objeksyon ou (yo) ak nenpot Iwa ak/oswa prev sip6 ou vie entwodui;
3. Non ak nimewo pwose sa (Masztal v. City of Miami, Case Nos. 98 11208 CA 31, 05-2117
CA 31).
OU DWE SOUMET OBJEKSYON EKRI OU BA GREFYE TRIBINAL LA DAT 20 OUT 2008 PA LAPS NAN
ADRES SA A:
Clerk of the Court;
Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and for Miami-Dade County, Florida
73 West Flagler St
Miami, FL 33130
OU DWE VOYE KOPI OBJEKSYON SA YO TOU PA LAPOS BA TOUT AVOKA KI ENDIKE ANBA A, EPI
ANVLOP LA DWE GENYEN TENB KI DATE DAT 20 OUT 2008.


Konsey Defans pou Minisipalite Miami:
Julie O. Bru, City Attorney
Office of the City Attorney
444 SW Second Ave, Ste 945
Miami, FL 33131
Thomas E. Scott, Esq.
Scott A. Cole, Esq.
Cole, Scott & Kissane, P.A.
1390 Brickell Ave, Third Floor
Miami, FL 33131


Konsey Defans Gwoup la:
Patrick A. Scott, Esq.
Richard L. Williams, Esq.
Michael Garcia Petit, Esq.
2800 Miami Center
201S. Biscayne Blvd.
Miami, FL 33131-4330
Konsey Defans pou Adorno & Yoss, LLP:
Ronald L. Kammer, Esq.
David P. Hartnett, Esq.
Hinshaw & Culbertson, LLP
9155 S. Dadeland Blvd., Suite 1600
Miami, FL 33156


Tribinal la p ap konsidere okenn objeksyon ki soumet/avek anvlip ki genyen tenb ki date dat 20 out
2008, sof si ou kapab montre rezon valab poutet ou anreta. Si ou soumet objeksyon ou anreta, y ap
konsidere ou abandone oswa ou anile objeksyon ou, sof si ou montre rezon ki valab.
Si ou soumet objeksyon ou yo ale epi Tribinal la anile yo, w ap toujou kalifye pou resevwa yon
ranbousman anba Regleman yo depi ou ranpli ak soumet yon Fomili Demand Ranbousman ale.
Kouman pou mwen jwenn enf6masyon adisyonel? Avi sa a se selman yon rezime Regleman yo, ki
prezante nan dokiman legal pi detaye ki rele "Ak6 pou Regleman ak Kominikasyon." Ako Regleman
ak Kominikasyon konpli ant Pleyan yo ak Minisipalite vil la ak Ak6 Regleman ak Kominikasyon konpli
ant Pleyan yo ak kabin6 avoka a nan dosye ki nan biwo Grefye Tribinal la. Pou jwenn yon deklarasyon
detaye sou zafe ki konsene pwose sa a, Pleyan yo, Minisipalite vil la ak kabine avoka a refere ou tou
nan Plent lan ak nan 16t atik ak o1d Tribinal la ki nan dosye nan biwo Grefye a. Ou kapab enspekte
dokiman sa yo nan Biwo Grefye a nenpot kile nan ore nomal biwo, Lendi pou rive Vandredi, ant 9:00
a.m. ak 4:00 p.m., Fizo Ore Les. Si ou genyen nenpot kesyon oswa senpleman si ou bezwen on
kopi Fomile Demand Ranbousman, ou kapab rele Administrate Regleman an nan nimewo 1-800-
981-7567 oswa ou kapab we dives kalite dokiman regleman an sou entenet nan sit web www.
MiamiFireFeeSettlement.com, epitou ou kapab enprime Fomile Demand Ranbousman an nan sit
web la.
TANPRI PA RELE TRIBINAL LA, GREFYE TRIBINAL LA OSWA MINISIPALITE MIAMI. YO P AP ANMEZI
POU REPONN KESYON OU YO.
Dat la: dat 6 ien 2008. nan Miami. Florid.


Pou jwenplis enbmasyon rele niewo 1-80-981-767owalsusi b


L'une des
actions de l'organisa-
tion porte surles soins
obst6tricaux gratuits
visant surtout
diminuer la mortality
maternelle en Haiti,
dont le taux est le plus
Olev6 des Amdriques.
Actuellement, 48
institutions de sant6
ont accept de
participer a ce projet.
Autre axe d'interven-
tion, la vaccination. A
ce niveau, une
intensification de la
campagne de vaccina-
tion est prdvue.
< Je reviens
de Washington oni je
viens d'avoir l'accord
de la directrice de
l'institution pour
intensifier la vacci-
nation. Ainsi, la
vaccination gratuite
sera proposed non
seulement aux enfants
de moins de 5 ans mais
aussi a toute la
population >, a
indiqu6 la Repr6sen-
tante de 1'OPS/OMS,
Henriette Chamouil-
let.
Ce plan de
reponse de 1'6quipe
pays des Nations
Unies en Haiti
s'inscrit dans le cadre
du Document National
de Strat6gie Nationale
pour la Croissance et
la Reduction de la
Pauvret6, l6abord en
Octobre 2007. II vise
aussi a soutenir les
efforts de l'Etat
haitien a faire face a
cette crise.


Ecoutez






sur
www.melodiefmhaiti.com


Page 7


I ^aIL1 %,It ,. 'V IN I



"Copyrighted Material


. -. .. -- Syndicated Content



- Available from Commercial News Providers"





Cherte de la vie en Haiti: I'ONU mobilise 55 millions de dollars US








MINUS TAH


Mercredi 09 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vol XIIT N 24


L'ONU exhorte...
(... suite de la page 7)
Les 6meutes ont constitu6 la premiere crise
politique importante dans ce pays depuis que M. Pr6val
a pris le pouvoir en f6vrier 2006.
Le Parlement haitien a rejet6 les deux
Premiers ministres d6sign6s par le president, Ericq
Pierre et Robert Manuel. On espere que la troisieme
personne, Michele Pierre-Louis, sera approuv6e par
les d6put6s et s6nateurs.


Prolongement jusqu'en

2012 du mandat

du contingent

uruguayen en Haiti
Le ministre de la defense uruguayenne Jos6
Bayardi a annonc6 le prolongement du mandat du
contingent uruguayenjusqu'h l'annde 2012 au sein de
la Mission de stabilisation de 1'ONU en Haiti
(Minustah).
Contrairement a l'aile gauche du
gouvemement uruguayen qui avait r6clam6 le retrait
des casques bleus en Haiti, le ministre de la defense
de l'Uruguay, Jos6 Bayardi, croit que ces soldats
doivent prolonger leur mandat jusqu'en 2012.
Outre les 616ments de la gauche
gouvemementale, d'autres entit6s politiques et sociales
uruguayennes estiment qu'il serait pr6f6rable pour leur
gouvemement de contribuer a la reconstruction d'Haiti
eny d6pechant une assistance technique sur le terrain.
Pour sa part, le ministre de la defense
uruguayenne trouve qu'il s'avere n6cessaire pour les
casques bleus uruguayens de coop6rer au maintien de
la paix en Haiti, autant que pour d'autres pays de
l'Amdrique latine donnent leur apport militaire.
< Si les autres contingents militaires sont
maintenus, ordonner le retrait de nos troupes n'aurait
aucun sens >, a-t-il affirm lors de la presentation d'un
rapport a la table politique du Front Elargi, la coalition
de gauche au pouvoir en Uruguay.


Fin de la visite en Haiti du Secretaire

general adjoint aux operations

de maintien de la paix


Port-au-Prince, le 06 juillet 2008 Le
Secr6taire g6ndral adjoint aux operations de maintien
de la paix de l'Organisation des Nations Unies (ONU),
Jean-Marie Gu6henno, a achev6 ce dimanche une visite
de 48 heures en Haiti, au cours de laquelle il a
rencontr6, vendredi, le Pr6sident haitien, Rend Pr6val.
Lors de cette visite, la seconde depuis juin
2005, M. Gu6henno a rencontr6 les diff6rents secteurs
de la vie nationale, 6voquant avec eux la n6cessit6 de
sortir rapidement de la crise politique actuelle. < Il est
important qu'il y ait un
nouveau premier
ministre >>, a-t-il pr6cis6,
tout en rappelant que la
c o m m u n a u t 6
intemationale, en appui, en
solidarity avec les autorit6s
haitiennes, ne peut agir
sans un partenaire qui
d6finisse la strat6gie a
suivre.
Evoquant ses
discussions avec les
diff6rents secteurs de la vie
haitienne, M. Gu6henno a
d6clard voir aujourd'hui
<< la possibility pour
qu'Haiti se rassemble pour
d6finir un avenir de
developpement >. Il faut Jean-Marie
que cette possibility se r6alise vite > a-t-il ajoutd,
insistant sur les besoins imm6diats a traiter comme la
crise alimentaire, la rentrde scolaire et la saison
cyclonique.
<< Je sais qu'en Haiti il y a des hommes et des
femmes qui veulent aller de l'avant [...] Si un vrai
consensus se biti en Haiti tout est possible >, a martelM


le Secr6taire g6ndral adjoint des Nations Unies.
Avant son depart de l'adroport Toussaint
Louverture de Port-au-Prince, Jean-Marie Gu6henno
s'est f6licit6 des progrbs enregistr6s dans le pays,
notamment a Martissant et a Cit6 soleil, tout en
reconnaissant qu'il reste encore beaucoup a faire,
particulibrement pour renforcer la Police, la Justice et
le systbme p6nitentiaire. < Nous y travaillons
activement et c'est au cceur du mandat de la
MINUSTAH > a indiqu6 M. Gu6henno.


Guehenno (photo www.jjaugustin.com)


Le Secr6taire g6ndral adjoint aux operations
de maintien de la paix a r6it&r6 la solidarity des Nations
Unies avec le peuple haitien, < un peuple courageux
qui a une longue histoire derribre lui et qui est en train
maintenant de construire une nouvelle Haiti, avec un
nouvel espoir pour l'avenir >.


I I*$##%1W--***e4 1 *Fow f *- 0 *w he w raguesrW

44 i%0.0ad,.",Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"



MIAMI-SDE

LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA I

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities, which
can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/ rx
dpm. Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations
Online". Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors pl
visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other
information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit.
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128 ..
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for
those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance No. 98-106.
Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring vendor
affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time they
submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete the new Vendor
Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-
line from the DPM website.


Page 8


I ..... %A............ ... . ... .. ..N








Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 24


En memoire de Mike Norton


C'est a Rome que m'est
parvenue la nouvelle du depart de Mike.
I1 y a une vingtaine de jours
quand on s'est parl6 au t6l1phone, j'ai
senti dans sa voix quelque chose qui me
disait que c'6tait la fin... Une extreme
fatigue et de la piti6 peut-6tre pour ceux
qu'il laissait derrie lui.
Mike et moi on n'a jamais
cess6 de s'6crire depuis son depart
d'Haiti qui lui avait arrach6 le cceur.Par
d6pit d'un pays et d'un peuple, pourquoi
ne pas le dire, qui l'avaient
profond6ment ddcu, il disait ne plus
vouloir avoir de nouvelles d'Haiti,
politiques s'entend, mais c'est lui qui
m'envoyait souvent des d6peches que
j'avais rates.
Mike 6tait un brillant
journaliste, un de ces 6tres qui parlait


par aphorismes. Son intelligence le
rendait souvent impitoyable vis-a-vis de
tous ceux qu'il estimait m6diocres ou
malhonnetes. I1 n'en revenait pas de
l'opportunisme et de la l1geret6 des
hommes de ce pays.
Provocateur, la langue tremp6e
dans le vitriol, a un ambassadeur
am6ricain des anndes 90 qui n'avait
qu'une parole a la bouche : l'espoir fait
vivre, il avait dit : mais monsieur
l'ambassadeur, dans un pays oni le
fatalisme est une plaie historique,
l'espoir ne fait que tuer depuis des
d6cennies. I1 ne faut plus esp6rer mais
changer.
I1 m'avait demand de lui
envoyer une copie de mon documentaire
surAubelin et en change il m'avait fait
parvenir son dernier livre: Eschatologie,


un livre de plusieurs centaine de
pages, un long poeme que je n'ai
pas eu de temps de lire, que j'ai
eu peur de lire car il
m'apparaissait comme > La divine
com6die < en langue originale.
Je le ferai maintenant. Mike 6tait
un poete formidable. C'est en
poete et en philosophe qu'il se
prdparait a la mort depuis 4 ans.
En me disant: je n'ai qu'une envie
depuis que je sais que je vais
mourir si mes forces me le
permettaient, c'est de danser.
II adorait la dernibre
femme qui a ferm6 ses yeux plus
peut-6tre plus que toutes les autres ou
autant, sa dominicaine l'appelait-il. Mes
condol6ances a Antia que ma femme
Beatriz a eu le temps d'appeler. Je pleure


Michael Norton


un ami. Je pense a Yolette,a Sergine,a
Guerline, a Astrid et a Toto sa
v6ndration, aux rares amis qu'il avait.
Arnold


I* w ac r %r drmacirc neec dr rNuArNsk











"Copyrighted Material



t rw a-imsSynd icated,Content & rtab


Available from Commercial News Providers"














S. ESTATE GARAGE SALE,
Saturday, July 12TH 9:00 am
...To 3:00 pm
.. ... .... ... 2481 NW 152ND Terrace


Page 9


MIAMI-ADE

INVITASYON POU SOUMET PROPOZISYON
POU YON 6GANIZASYON ANVIWONMAN
DE BAZ KOMINOTE
Gouvenman Miami-Dade, an ak6 ak Depatman dlo Potab e DIo uze, ak Depatmen Resous Naturel, Depatmen Dech6,
lanse yon apel pou foundasyon prive san profit ki edantifie pa depatmen IRS kom oganizasyon egzan de taks pou yo
soumet propozisyon pou Foundasyon Byen-et Kominote ak Edukasyon de Enviwonman.
Moun ki enterese a reponn a apel pou soumet ou propozisyon, yo va kapab jwenn yon kopi fom ApBl D6f yo, ki va
disponib di Lendi a Vandredi apati de 7 Jiye 2008, de 8:30 a.m.-4:30 p.m. Jis vizite oswa rele:
Department of Environmental Resources Management
701 NW 1st Court, 4th Floor
Miami, Florida 33136
Herb Balfour
(305) 372-6422
RFP an (ApBl D6f yo) pral disponib tout sou enten6t lan vB le 7 Jiye 2008 sou sit www.miamidade.gov/derm.
Yon konferans ke yap prepare avan ke ou soumet propozisyon an pral fet jou Jedi 17 Jiye 2008 a 5:30 p.m. nan dezy6m
etaj bildinn Overtown Transit Village, ki situy6 lan adres sa-a: 701 NW 1st Court, Miami, sou kot6 estasyion tren kB yo
r616 Historic Overtown/Lyric Theatre Metrorail Station. Yo ankouraje epi vreman ensiste pou moun enterese yo vini nan
konferans lan.
Se pou tout kopi egzijib yo soumet bay nan Biwo Grefye Asanble Komisyon6 yo "Office of the Clerk of the Board of
County Commissioners", ki chita nan Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, 17yBm etaj (floor), Suite 202, pa pita
ke Jedi 7 Dawout 2008, 1:00 p.m. 16 lokal.









VOYAGES


Mercredi 09 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vol YXllT N 24


TOURISME

A Paris heureux mariage de l'Euro


avec la Reine Margot et Grace Kelly


(tire du caret de bord de marcus)
PARIS, 25 Juin Il est 7 heures, Paris
s'6veille. Les couloirs et le lobby de l'h6tel sont d6jh
bonds de gens, grands et petits, qui font du surplace,


pointent de partout. La cavalerie touristique, chargez !

Times se trompe ...
D'autre part, fini le cliche voulant que ce
soient les japonais et les
chinois qui voyagent le
plus. Peut-6tre ceux-lh en
ont-ils eu assez, peut-6tre
le poids de la monnaie
europ6enne, peut-6tre le
suspense des prochains
jeux olympiques de
Beijing. Aujourd'hui,
place aux jeunes. Plus de
80 pour cent de la meute
ce sont des jeunes gens.
Beaucoup de t-shirts por-
tent le nom d'une
university ou d'un college
am6ricain, canadien, sud-
am6ricain ou autre.
Visites guides
par des ainds, dans le
meilleur des cas c'est papa
maman venus comme en
pblerinage avec leur


la Victoire de Samothrace ni meme Mona Lisa (La
Joconde).
Par contre, les nouveaux muses font salle
comble : le mus6e d'Orsay (un rave de Francois
Mitterrand, faire descendre la beauty des vieux cintres)
et le Mus6e du Quai Branly (consacr6 aux arts de tous
les continents), non loin de la Tour Effel, faut souvent
r6server longtemps a l'avance.

Fenetre sur cour ...
Mais Paris c'est d'abord un heureux mariage
du tout nouveau-tout beau et d'une histoire remontant
aux balbutiements de la civilisation europ6enne, et qui
fait que cette ville continue a exercer le meme charme
sur les nouvelles g6ndrations.
L'actuel maire Bertrand Delanoe y excelle
manifestement. Jusque dans une certaine outrance. On
connait son goit des < Gay parades > Cet &te la Mairie
de Paris affiche < les anndes Grace Kelly > (l'ex-star
de Hollywood, immortalisde dans le film de Hitchcock
< Rear window ou Fenetre sur cour > qui 6pousera
plus tard le prince Rainier de Monaco pour le meilleur
et pour le pire), et dont onvoit la photo plus grand que
nature partout enville. Peut-6tre un clin d'ceil a l'amiti6
franco-amdricaine qui a &te mise a mal a l'occasion de
l'invasion amdricaine de l'Irak.


Un pretre beninois disant 'Angelus a Notre Dame de Paris


en t-shirt color et culottes courtes, la camera en
bandoulibre.
Paris est pris d'assaut par les touristes. Le
Francais habituellement si rileur pour peu qu'on le
derange, a disparu de l'horizon.
C'est que oa vaut le coup. L'euro est si lourd
par rapport au dollar que c'est une petite fortune qui
se ramasse a la pelle.
Vous faites du change pour 200 dollars, vous
n'obtenez meme pas 150 euros. La chambre d'h6tel
cofite en moyenne 65 euros par nuit. De plus il faut
d6poser 15 euros pour avoir le t6l1phone dans sa
chambre et 10 euros la ligne Internet. Etcetera era.
Le petit d6jeuner aussi se paie s6par6ment et
rubis sur ongle, 7 euros et demi.
A la Place Saint-Michel, en face de la librairie
Gilbert Jeune, les prix au restaurant sont a partir de 12
euros.
C'est le pactole. Et ce n'est pas fini. On peut
louer v6lo, motos. Pour l'auto y a encore plus petit
que notre < Ch6ri QQ >, c'est la mini mini bagnole du
monde, trois places, deux a l'avant, et une a l'arribre
mais qui donne une vue d'ensemble comme si vous
6tiez aussi a l'avant. Et toutes ces cameras qui se


- Cargo G6nral
-Barils
- Prodults p6rissables

- Effets personnel
- Products explosifs


- Toutes dimensions de mat6rielsi


POUR VOS RtSERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059 b
ou wenvoy um e: naoua1i0 Uc-mwn


prog6niture. Le magazine
Times a tort de douter de
la force de la culture
franqaise. De toute
evidence, ce n'est pas le
cas.
Et Paris reste la
ville ideale. Tous les siecles
rassembl6s dans un
mouchoir de poche car si
la ville est immense, on ne
s'en rend pas compte tant
les moyens de transport
franqais sont, comme on le
sait, parmi les plus rapides
au monde (RER, TGV et
j'en passe).
Aujourd'hui le
Louvre est moins
frequent.. Le film << Da
Vinci code > n'est pas Le Palais de Justice oi estjoude la sdrie "Avocats etAssocids" (photo HEM)
arrive a le relancer. Mais c'est aussi parce que ce qui M~me le Palais de Justice qui est cribl6 par les
fait recette de nosjours ce n'est plus la V6nus de Milo, flashes. En effet c'est lh qu'est tourney la fameuse s6rie
<< Avocats et associds >> qui fait un malheur sur TV5
Monde.

Le mariage de la Reine Margot ...
Paris c'est la viddo marine harmo-nieusement
h la patine du temps. Onva h Miami pour bronzer idiot.
Le tourisme h Paris c'est pour se sentir intelligent. Du
haut des tours de Notre Dame de Paris, ce sont quand
mime 9 si~cles qui nous contemplent (la construction
avait commence au d6but du 12e si~cle).
Ce mardi soir c'est un pretre noir qui preside
l'Angelus. Non, je regrette, ce n'est pas un compatriote.
Chose rare, on permet de filmer h l'int6rieur
mime de l'6glise. Dans <>, le grand
cindaste affirme pourtant que cela peut nuire h la con-
servation des trdsors archdologiques.
Le truck ici c'est de laisser croire que tout est
rest h la mime place que depuis, disons, le mariage
de la Reine Margot (18 aofit 1572), union politique
qui devait pr6c6der le Massacre de la Saint-Barth6lemy.
(voir PARIS / 12)


Page 10


(photo HEM)


Ecoutez


Melodie Matin

avec Marcus sur



J;Ilodie
Al 03.3 f m








Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 24


Le conflit israelo-palestinien comme si vous y etiez ...


PORT-AU-PRINCE, 6 Juillet-
Une nouvelle breve. Le temps d'une
soiree. L'ambassadeur d'Israel a l'ONU
suggbre la semaine dernibre que son pays
pourrait lancer une frappe preventive
contre l'Iran.
L'Iran est aujourd'hui l'ennemi
num6ro 1 d'Israel. Le president iranien
Mahmoud Ahmadinejad s'est moqu6 de
l'Holocauste et a annonc6 plus d'une
fois que son rave est la destruction de
l'Etat h6breu.
Mais le message du
gouverement isra6lien ne s'adresse pas
tant a Th6hran qu'aux Etats-Unis.
Ce dernier ramasse
imm6diatement laballe. Le chef d'Etat-
major interarmes ou commandant en
chef des forces armies des Etats-Unis
r6pond que les troupes am6ricaines
combattent en ce moment sur deux
fronts : l'Irak et l'Afghanistan et qu'il
n'y a pas moyen de faire face a un
troisibme conflit de meme envergure.
Tandis que le president George
Bush precise : si Washington est d6cid6
a utiliser tous les moyens pour amener
l'Iran a renoncer a l'armement nuclkaire,
par contre aujourd'hui c'est la
diplomatie que les autorit6s americaines
privil6gient.
Puis l'information disparait
aussi subitement qu'elle 6tait apparue.
Comme si les responsables
israeliens ne savaient pas que cela allait
6tre la r6ponse des Etats-Unis.
Alors qu'est-ce que c'est ? Une
provocation ?
La R6publique islamiste
iranienne ne s'en prend pas seulement a
Israel. Elle est soumise aussi a toutes
sortes de sanctions internationales a
cause de son programme d'6nergie
nucl6aire qu'on la soupqonne de vouloir
pousserjusqu'a la possession de l'arme
nucl6aire.
Ce qui repr6senterait la men-
ace ultime pour Israel. Mais serait de
nature aussi a changer totalement le rap-
port des forces dans le Moyen-Orient
d6ji si fragile.
Voilh pourquoi ce sont toutes
les grandes nations occidentales qui se
mobilisent: Etats-Unis, France,
Angleterre, Allemagne etc.
Outre que l'Iran est un
producteur de p6trole majeur.
Maintenant pour revenir a cette
information qui a fait la Une un bref in-
stant la semaine dernibre, la r6ponse
am6ricaine d6montre par elle-meme
qu'Israel ne s'engagera pas dans une
telle aventure sans la caution de Wash-
ington.
Alors est-ce une declaration
pour rien ?
Point du tout mais on peut
l'interpr6ter sous diff6rents angles. Si
militairement les Etats-Unis et Israel
fonctionnent main dans la main, mais
c'est d'abord le cas avec les services de
renseignements.
Derribre la d6claration-provo-
cation de Tel-Aviv se profile, par
exemple, la politique intitul6e le baton
et la carotte si chbre a l'administration
Bush.
Israel agite le baton. Bush, la
carotte.

Qui sait si le vrai
destinataire n'est pas Barack
Obama ...
D'autres aux Etats-Unis vont
jusqu'a penser que le vrai destinataire
c'est peut-6tre le candidat d6mocrate a
la pr6sidence Barack Obama qu'on
chercherait h embarrasser au moment oni
la principale objection que le camp
republicain essaie d'utiliser contre lui
c'est son soi-disant manque
d'exp6rience dans le domaine de la
security et de la defense nationale.
I1 suffirait done de rappeler la
menace iranienne et des catastrophes


auxquelles elle risque de conduire
meme quand Washington s'empres
officiellement de se d6marquer p(
que le message passe C'est de la n
nipulation psychologique consomme
Cependant il n'en reste I
moins qu'Israel n'est pas a son co
d'essai concernant les frapl
preventives. Seul Etat du Moyen-Ori,
a poss6der l'arme nucl6aire (bien que
1'ayantjamais proclam6 officiellemei
l'armee israelienne n'h6site jamais
bombarder dans les pays de la r6gi
tout ce qui pourrait ressembler de p
ou de loin a une experience de ce gen
Ce fut le cas, par exemple, da
l'Irak de Saddam Hussein.

La terre et I'eau ...
Mais il n'y a pas que
nucl6aire a attirer le courroux d'Isra
C'est le cas de tout projet consid
comme une menace h son existence.
Ainsi quand les pays aral
alentour avaient essay de d6toumer
eaux du Jourdain.
La lutte pour la survie mei
par les Israeliens c'est aussi et d'ab(
une lutte pour s'accaparer les ressour
de la region. Et en Palestine ce n'est I
le p6trole. Les deux ressourc
principales s'appellent la terre et
1'eau.
Et nous vous renvoyons
l'excellent ouvrage 6crit par un
confrbre libanais, Gabriel G.
Tabarani (Gaby pour les intimes,
car il a vecu de longues annies
en Haiti), << Israeli-Palestinian
Conflict> (Le Conflit Isradlo-
Palestinien, De la Declaration
Balfour a la D6claration Bush,
les Complications sur le chemin
vers une Paix durable).
Ce livre est le plus riche
qui puisse exister aujourd'hui sur
le conflit le plus acharnm et le
plus persistant de l'histoire
modeme, une somme de tous les
Mvenements survenus pendant
plus d'un demi-siecle et leurs
consequences qui ont mis plus
d'une fois l'humanite au bord
d'une nouvelle conflagration
mondiale. Mais en meme temps
il se lit comme un roman
d'aventures. Quand on l'a
ouvert, on ne peut plus le
d6poser.
Nous disions que Israel
n'est ni une nation esclavagiste,
ni colonialiste, ni ne semble
envisager de mettre la main sur
le p6trole du Moyen-Orient. Et
que ses seules preoccupations
sont la terre et l'eau.
Le livre de Gaby
Tabarani remonte bien avant le
temps des Prophetes. A qui la
terre promise ? Les Juifs la
r6clament. Mais les Palestiniens
la considerent aussi comme une
promesse a leur endroit, ce qu'on
sait moins.
Les Palestiniens ne sont
pas des musulmans. Ils sont
chr6tiens dans leur majority.
Les Juifs ont
commence s'6tablir en Pales-
tine bien avant les p6r6grination
du fameux paquebot Exodus
aprbs la Seconde guerre
mondiale.

Des leaders de la
Revolution d'octobre ...
DMs le lendemain de la
Premiere guerre, la Grande
Bretagne requt mandat de la


Ligue des Nations (1922) pour g6rer le
territoire de Palestine.
Les Britanniques facilitbrent
l'6tablissement des premiers Juifs. Mais
aussi l'Union
sovi6tique.
Souvenons-
nous que
plusieurs des
leaders de la
Revolution
d'octobre
6taient d'origine
israelite. Acom-
mencer par
Trotski.


C'6tait
le temps oi6 les
persecutions
contre les Juifs
6taient les plus L
terribles en Eu-


rope. Hitler est au pouvoir a Berlin.
La Declaration Balfour
demande qu'un Etat soit cree pour les
Juifs dans une partie de la Palestine.
Le 29 Novembre 1947, les Na-
tions Unies (creees apres la victoire
contre l'Allemagne nazie et le Japon
militariste) passent une R6solution pour


Welcome to Paradise in Haiti...
At Km 77, C6te des Arcadins.
A Beautiful Beach setting.
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport


3 4a d iN
RATES PER PERSON PER NIGHT
From June i5"' rto 15. 28
PKG Double I3RD 14) 5 tolI
u s US US
I N 87 pp s5Ipp 30 Ipp

3 Nt a831p 56 pp 29 ppp
4 Nt 7B1 pp 53 Ipp 27 Ipp
5 Nts 74Lpp s Ipp 26 PP
Kids (0 to 4) Stay Free
(Add Kid meals)
+10% Taxs
* Air-conditioned rooms
* All meals included
(Breakfasl, Lunch, Dinner)


la creation de deux Etats en Palestine :
unjuif et un arabe.
La partie arabe refuse.
Quand on dit arabe, cela ne
veut pas dire palestinien.
De fait, la cause n'est pas en-
core palestinienne. Ce sont les nations
arabes voisines qui entrent en guerre
contre ce qu'elles appellent
l'envahisseur Sioniste. >>


date et I Israelien Begin avec le President Jimmy
Carter au sommet de Camp David


Le premier conflit isradlo-
arabe a lieu en 1948. I1 oppose au nouvel
Etat h6breu en premiere ligne l'Egypte,
la Jordanie, la Syrie.
Ce qui va en ressortir ce n'est
pas tant qui a remport6 la victoire que la
naissance d'une nouvelle entity : les
r6fugi6s palestiniens.
(voir MOVEN ORIENT / 16


Rentaix wud lesy

- Saturday Night Mouli-Club Disco
-Tropical Drinks
- Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong mini-golf, beach volley
- Exquisite cuisine from our chef.
- Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
-Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM v I


INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 / 37-01-1918
salcs@mouiHnsurma.com / infoimouinsunne.com


j


(un livre de Gaby Tabarani)

ET PEUT-ETRE AUSSI LE PREMIER PIEGE
TENDU AU CANDIDAT OBAMA


Page 11


Hot Summer Packages!!!


B


I








TOURISME


Mercredi 09 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vnl Y 1T N 24


A Paris heureux mariage de l'Euro

avec la Reine Margot et Grace Kelly


(PARIS ... suite de la page 10)
Et on a l'impression que si on
grimpait jusque-lh haut, on pourrait
entendre, a travers les gargouilles, les
g6missements et les cris de douleur qui
ont empli la ville ce jour-lh.
Ou mieux encore, les
grognements de Quasimodo grimpant
lourdement les marches du clocher.
Tandis que les paves a la sortie de
1'6glise n'ont pas &t r6par6s exprbs pour
refl6ter les petits pieds, agiles et fragiles,
de la belle Esm6ralda.
La voix du pr6tre b6ninois
disparait doucement dans celle de la
chanteuse Anne Sylvestre : < O bdtisseur
de cath6drale, il y a tant et tant d'annies,
tu fais avec les 6toiles, une maison de
splendeurs... >>.
A droite, Rive droite c'est le
Paris de Haussman (1853-1870) qui
donna a la ville ses perspectives << grands
boulevards > et ses edifices
monumentaux, dont le plus cClbre est
son opera (le palais Garnier) que,
contrairement au Louvre, le nouvel
Opera Bastille n'est pas arrive
d6tr6ner.
La Ballade des pendus
A gauche c'est Rive gauche, de
l'autre c6t6 de La Seine, le Marais, le
plus vieux quartier de Paris, et dont les
ruelles gardent par contre la meme ab-
sence de perspective qui en faisait un
refuge aussi bien pour les d6trousseurs


que pour les duellistes.
Ici on retrouve, h6las, un cer-
tain c6te Miami Beach (Lincoln Road),



Kin K


immortalis6
pendus. >>


dans < La Ballade des


regarde celui de Valmy, d6di6 pas
seulement aux compagnons du Colonel
Chabert mais aussi aux victimes de
toutes les grandes guerres, done attirant
les petits-fils des canadiens et amnricains
qui ont combattu dans les deux guerres
mondiales.
Sarkozy n'a pas reussi
Paris vend chaque pierre et
quand l'euro est comme ce mercredi 25
juin a 1 dollar 55, ce n'est pas du donn6.
La communaut6 haitienne
profite aussi de cette belle saison pour
tenir samedi (28 juin) ses < Journ6es
Portes ouvertes des associations franco-
haitiennes > auxquelles votre serviteur
a 6t6 invite a intervenir sous le theme
<< Dveloppement en Haiti: quel apport
de la Diaspora ? >
Bient6t deux semaines et on
entendra a nouveau la voix de
Ferrat: << Les touristes, les touristes
partis ; la ville est en ... la ville est
endormie. >>
En effet, contrairement a ces
sauvages venus du Nouveau Monde et
debout d&s 7 heures du matin, r6clamant
a grands cris leur petit dej (d6jeuner),
les vrais Parisiens ne commencent a
travailler pas avant 10 heures.
On comprend que qa
ronchonne. Sarkozy n'a pas r6ussi.
Travaillez plus pour gagner plus, qa
repassera.
Marcus, 25 Juin 2008


avec la lutte acharne que se livrent les
petits stores et les restaurants dans un
espace trop 6troit, les memes rabatteurs
poursuivant les clients ...
Mais un tout petit effort et au
coin de la Rue des Blanc-Manteaux ou
de la Rue du Pldtre ce que nous voyons
plut6t, voyons : un Franqois Villon
tombant sur le cruel spectacle


Ou le domestique de
Montaigne cherchant f6brilement
l'adresse de monsieur de La Bodtie qui
venait de perdre sa fille, pour lui
apporter ces paroles de r6confort de son
maitre :<< et parce que c'6tait toi, et parce
que c'6tait moi. >>
Meme les cimetibres qui font
recette. De la fenetre de ma chambre je


"Copyrighted Material


Syndicated Conte nt


Available from Commercial News Provid


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX :305-620-8332
CELL: 305-986-881 1


Page 12


Affluence dans le Marais, le vieux Paris (photo HEM)


cifsrkbr %to% 44M) ion%


4


4.)ucb en rei







Mercredi 09 Juillet 2008 P
Haiti en Marche Vol XXII N' 24 T 111 JTIT S A I1
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
SMlodie Matin
I sur 103.3FM


VVilvt. IIL1ik LIi0u011fL
PrSku.dmceI PrtdPdx&i Cays 1C~pHIUm I /Jurv


Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
T616phones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


Ii lt% ia




"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 13





Le Look
Rue Panamricaine #14,
Ption-Ville, Haiti
T1.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
Dior Cart r, moru, B Vogue
Consultation chaque jour
par un midedn-occuiste.


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele

Bernard Metayer
REALTOR'
office: 770.874.6200
cel: 404.405.6584
fax: 770.439.7857
email: bernard@)metayer-realtygroup.com
web: Metayer-Realty roup.com


KELIM, ,WEAW.
R I
i I AY I I E


Votre reindez-vousAJac

us sommes en cur de(1, II
ville, I is sur la plage.
Chez nous. le bruit des vagues
vous bercnuit etjour !
C st aussi un lieu ideal pour
tables rones, seminaires, ateliers de
travail... dais aussi pour receptions et
festivals detoutes sortes.
Nsseb ont outs c >1I
Bd j I ha l -cnn AitWilt S


LA JACCMELIENNE
1 TEA 1E9 no*tOITl.... 288-3451-52
Imtelj ac elien n e a ltianiail. co *lioteljacmelienne~yahoo.fr









BIL RE PENSEE


Mercredi 09 Juillet 2008
' fI ;n Q n-/T-^ Q .* Xl VVXTT o 11


o Nous, le Peuple des Etats-Unis, en vue de
former une union plus parfaite, d'dtablir la justice,
d'assurer la tranquillitW interieure, de pourvoir a la
defense commune, de developper le bien-etre general
et d'assurer les bienfaits de la liberty a nous-memes
et a nos descendants, ... >> T Jefferson

Le mois de Juillet est un mois g6ndralement
mauvais pour les affaires en Haiti. Ou du moins a Port-
au-Prince (Malgr6 mes critiques, je d6veloppe les
memes reflexes que tous ceux qui vivent a Port-au-
Prince, croire qu'h part la capitale, sale, d6pec6e, aux
odeurs p6n6trantes, aux nuisances multiples, il n'y a
rien d'autre en Haiti). Cependant, il faut admettre que,
diplomatiquement parlant, c'est le beau mois. Le mois
des fetes nationales par excellence. Le mois des
declarations d'amiti 6 ternelle envers Haiti, r6alis6es
par les << Hauts Repr6sentants > du << Groupe des Pays
Amis >. Le Canada. Les Etats-Unis. La France. La
Belgique. Bien que le P6rou, la Colombie, le Venezu-
ela, soient aussi de ceux qui cdlbrent leur fete nationale
durant le meme mois, on n'entend presque rien d'eux.
La hausse des prix du p6trole n'a pas trop rendu ser-
vice a PetroCaribe.
Enfin, disais-je, le mois dejuillet est le mois
des belles declarations. Le meme mois qu'un
Ambassadeur choisit pour nous demander, aux
Haitiens, de cesser de creuser, si nous voulions sortir
du trou. Le mois qu'un autre, usurpateur, eft a choisir
pour dire aux Haitiens qu'il nous restait encore
beaucoup de Bastilles a prendre. II faut reconnaitre
qu'il parlait beau celui-l. Et il savait comment s'y
prendre. Malice !
Enfin, chores amies lectrices et chers amis
lecteurs, < kit6 kantik pran pryie >>. Par hasard, j'ai eu


Nous !
a partager << table et couvert > avec un amdricain, un
afro-am6ricain d'aprbs ses dires. Il me parlait avec
v6h6mence de l'bre du changement qui prenait
naissance chez lui. <> me dit-il,
repr6sente ce que nous sommes. Je dois reconnaitre
soit mon << inculture >>, soit mon manque de sensibility
mais, je vous assure, chores amies lectrices et chers
amis lecteurs, que je n'avais rdellement pret6 atten-
tion au texte de la Constitution americaine. J'imagine
que les raisons sont diverses. Un trop de jalousie. Un
peu d'incompr6hension. Un peu de complexe
d'inf6riorit6 car le fait d'avoir &td, nous, Haitiens, la
deuxibme Nation du continent am6ricain a acc6der a
l'ind6pendance et la premiere a l'avoir conquise de
cette facon, puis, deux cents ans aprbs, occuper la po-
sition que nous occupons, me fait sentir une certaine
inf6riorit6. J'eus la chair de poule en l'6coutant parler
et transpirer patriotisme a travers ses pores. Je pensai
a Obama, a Clinton (lui et elle), a Luther King, a
Malcolm X, aux Black Panthers, et aussi a Ingrid
Betancourt. Effort. TUnacit6. Rave. Changement.
Espoir. Lutte. Liberty. Clairvoyance. Non-
conformisme. Quelle association d'id6es !
Je me posai alors plusieurs questions.
J'essayai vainement de trouver des rdponses.
Pourquoi, nous Haitiens, n'arrivons-nous pas
Sfaire du<< collectif >> notre mode de fonctionnement ?
Pourquoi ces conduites perverses,
destructives ?
Pourquoi ce << syndrome du scorpion >> qui
nous conduit vers l'autodestruction collective, nous


poussant a agir contre nos propres int6rets ?
Pourquoi n'arrivons-nous pas a cesser de
creuser ?
Pourquoi ce << rflexe du crabe >> qui nous
empeche de crder le collectif ? Pourquoi done ces luttes
de pouvoir, exhibant les ambitions nues et faisant
disparaitre l'intret g6ndral au profit des bassesses, des
vilenies et des petites manceuvres ?
Pourquoi ce << complexe du Marron >> ? Ce
complexe que Gary Victor nous d6crit comme cet
univers personnel fait de ruse, d'esquive, de dissimu-
lation.
Toute la culture haitienne, d'apres lui, est
impr6gnde par le marronnage. La soci&te est marronne
car depuis sa constitution, l'Etat haitien incarne la
nouvelle figure du << maitre > di-il.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, Dieu est subtil, il n'est pas malveillant, disait
Einstein. Chez nous, nous disons, << Bon Dyd Bon >>.
Unjour ou l'autre, grice a Dieu, nous aurons quelque
chose d'autre, un projet collectif, en vue de former
une union plus parfaite, d'dtablir lajustice, d'assurer
la tranquillity interieure, de pourvoir a la defense
commune, de developper le bien-4tre general et
d'assurer les bienfaits de la liberty a nous-memes et a
nos descendants. Un jour nous aurons un pays dans
lequel nous pourrons dire ou nous aurons a entendre
dire, enfin, par nos REPRESENTANTS: << Nous, le
Peuple Haitien ... >, sans marronnage, sans excep-
tion, sans complexes.

Oscar Germain
germanor2005(@vahoo.fr
Juillet 2008


LES REFLEXIONS DU PERE DE KAREEM GASPARD,


L'ENFANT Q


mT


un ang
Lorsque le 3 d6cembre 1991, le Dr. J.J.B.
sortit a grandes enjamb6es de la salle d'op6rations de
l'H6pital du Canap6 Vert, j'6tais convaincu que le petit
ttre qu'il tenait pr6cieusement dans ses bras, envelopp6
dans une serviette jaune, 6tait la fille que j'avais
tant souhait6 avoir et que j'attendais depuis huit
mois. Et quand ma belle-mbre vint m'annoncer
que j'avais un deuxibme fils, je pensais qu'elle
me taquinait un peu, histoire de faire durer le
suspense. Ce n'est qu'en le voyant
qu'effectivement, j'ai df admettre que cette fille
que je pensais avoir conqu, 6tait un petit garqon.
Ma femme et moi, nous avions d6cid6
de l'appeler Kareem, a cause du c6lbre joueur
de basket et Xavier, parce qu'il 6tait nd le jour
de St Franqois Xavier, bien que je ne connaissais
rien de la vie de ce Saint.
Je me suis vite rendu compte que
Kareem Xavier 6tait special. (Tous les enfants
sont sp6ciaux aux yeux de leurs parents...)
Kareem avait les yeux gris clairs, ce qui faisait
ma fiert6 et celle de toute la famille car ces yeux
constituaient une source intarissable de
commentaires les uns plus flatteurs que les autres.
L'enfant ne pleurait quasimentjamais et dormait
la nuit. II prenait ses biberons sans se faire prier
et paraissait toujours content, avec ce sourire
ravageur propre a tous les b6b6s. Au bout d'une
annde, le gris clair de ses yeux se mua en une
teinte tamarin clair, un << je lwil >> comme on dit
chez nous, avec un regard d'une douceur infinie.
Son frbre aind le sumomma Kako.
Quand il fut en Age d'entrer a 1'6cole
matemelle, je prenais un reel plaisir a le regarder porter
l'uniforme de l'6cole en me demandant ce qu'il pouvait
bieny faire ou s'ily apprenait vraiment quelque chose.
Et lorsque je revenais a la maison pour ramener son
grand frbre et pour prendre le lunch, Kako m'attendait
toujours pour manger avec moi. Je ressentais une fiert6
particuliere en lui mettant sa nourriture a la bouche,
cuillerde apres cuillerde car personne d'autre ne
r6ussissait a lui faire avaler quoi que ce soit avant mon
arrive.
Puis vint l'heure d'aller a l'6cole
fondamentale. C'est sans h6siter que Kako nous
annonqa qu'il voulait fr6quenter la meme cole que
son grand frbre. De ces annees, je ne retiens que
quelques petits incidents qui n'ont fait que confirmer
ce queje savais djh : Kako, cet enfant au regard doux,
ne se laissait pas marcher sur les pieds et 6tait toujours


UI A ETE TUE PAR SES RAVISSEURS


re s'est envole ...


pr6t a se battre pour se d6fendre. Je me souviens encore
du commentaire de Mme. M.A.B. : << Monsieur
Gaspard, cet enfant n'estvraiment pas comme son frbre
aind, il est plus bagarreur... > Mais il 6tait aussi un


Le jeune disparu Kareem Xavier Gaspard
enfant trbs studieux et trbs applique qui tenait toujours
a avoir de bonnes notes. Aprbs avoir r6ussi les examens
officiels de la 6ee Annde Fondamentale, encore une
fois il exprima le d6sir d'aller rejoindre son frbre a
1'6cole secondaire, comme si on avait eu l'intention
de les s6parer...
Plus le temps passait, plus je d6couvrais
l'unicit6 de cet enfant qui aurait dfi tre ma fille, mais
qui la remplaqait, tant il 6tait affectueux. Il m'a fait
refaire toutes les classes du secondaire (jusqu'h la
Seconde en tout cas...) tant il m'impliquait dans son
travail scolaire. < Papi, il faut que tu m'expliques... >>
disait-il quand je rentrais le soir, ext6nu6 aprbs dix
heures de travail et une heure d'embouteillages, sans
meme me laisser le temps d'enlever mes chaussures...
A mes heures perdues, quand je prenais un
chiffon pour nettoyer ma voiture, ou un marteau pour
enfoncer un clou ou encore un pinceau pour repeindre
une pibce de la maison, immanquablement et


inlassablement, Kako laissait tomber tout ce qu'il
faisait pour me demander : << Papi, je peux t'aider ? >
Et si j'avais le mauvais goft de lui dire non (car des
fois les enfants nous empechent de travailler), c'est
avec une deception non feinte qu'il r6pliquait:
<< Maisje veux t'aider >
Quand nous dinions chez mes parents,
c'est lui qui mettait le couvert. Ma mbre lui avait
appris la recette d'un dessert qu'il adorait : la
charlotte a la creme. II le r6ussissait mieux que
ma mbre (d6sold Didie...) car il aimait cuisiner.
II appr6ciait la cuisine haitienne. Le samedi
matin, invariablement, son petit dj euner favori
6tait : mais moulu, avocat etjus de citron qu'il
prdparait lui-meme.
Kako avait aussi le culte de la famille.
Ses plus belles vacances disait-il, 6taient les
deux dernires reunions de famille qui lui ont
permis de faire connaissance et de se lier avec
ses nombreux cousins et cousines de tous Ages
vivant a l'6tranger. Kako a eu la chance de
connaitre et de vivre avec ses grands-parents
matemels et patemels. Moi quandj' tais enfant,
j'avais un peu peur de mes grands-parents. Lui,
au contraire, il appr6ciait leur compagnie, les
taquinait, les caressait, leur rendait service et
riait avec eux.
Ses 6clats de rire tonitruants et
S spontands, queje crois encore entendre r6sonner
dans notre < living room >, contrastaient un peu
avec la simplicity et la douceur de son sourire.
Particulibrement quand il nous appelait
affectueusement certes, mais pour nous taquiner un peu
aussi : << Papounet >>, <>, <>
Kako avait 6galement deux autres passions
dans savie : la musique et le basket-ball. Je pense qu'il
aurait &t6 unjoueur de basket plus que respectable. Sa
maman et moi, nous l'encouragions a faire partie de
l'6quipe de basket de son cole. Malheureusement, le
jour des entrainements correspondait souvent aujour
des rdp6titions de musique car des son plus jeune Age,
il jouait de la trompette. Alors, avec ce ton s6rieux
qu'il prenait parfois quand il nous parlait, il dit a sa
mbre : << Je choisis la musique a la place du basket car
la musique me permettra d'obtenir une bourse d'6tudes
a l'6tranger plus facilement que le basket. > Kako 6tait
le seul petit garcon que les Sceurs du Sacr6-Cceur de
Turgeau laissaient venir r6p6ter avec les filles de la

(voir UN ANGE / 17)


Page 14


I -1- - t- e -2- L 14"--- U-2--j I t-1 en 1VL/11 V1 arMI --T








Mercredi 09 Juillet 2008 __ _
Haiti en Marche Vol XXII N' 24 L SP R S

Wimbledon Cinquieme etoile pour Venus


Venus Williams, break6e dans la premiere
manche, a finalement battu sa soeur Serena en deux
sets (7-5, 6-4). C'est le 5e titre de l'Americaine A
Wimbledon, et le 7e titre du Grand Chelem de sa
carriere. Les deux joueuses ont remport6 7 des 10
demiers Wimbledon.
WIMBLEDON FINALE DAMES
Venus Williams (USA/N.7) bat Serena
Williams (USA/N.6) 7-5, 6-4
Pour leur septieme confrontation en finale
d'untoumoi du Grand Chelem, Venus Williams a enfin
fait respecter le droit d'ainesse. Apres une victoire
initiale A 1'US Open 2001, la plus Ag6e des deux
s&oeligurs avait en effet conc6d6 cinq d6faites de rang
face A sa cadette. Mais, dans son jardin anglais, la
quadruple vainqueur A Wimbledon a mis fin cette s6rie
en meme temps qu'elle a 6galis6 au nombre total de
victoires lors de ses duels familiaux (8 succes en 16
matchs). Dans le meme temps, elle en a profit pour
se rapprocher des 9 titres londoniens de la
recordwoman absolue, Martina Navratilova, pr6sente
dans les tribunes.
A voir son visage d6tendu et souriant avant
le d6but de la partie, il ne fait aucun doute que Venus
ne nourrit aucun complexe face A sa s&oeligur. A
contrario, cette dernire apparait extr6mement ferm6e.
Le fait de disputer sa premiere finale en Grand Chelem
depuis son succes A l'Open d'Australie 2007 joue-t-il
sur les nerfs de Serena ? Les premiers changes
rassurent sur l'6tat de forme de la cadette. Le temps de
quelquesjeux irriels, Serena Williams va pratiquer un
tennis rarement vu A ce niveau. Tout y passe : aces,
retours lasers, voles claques, gifles tonitruantes des
deux c6t6s... Pourtant, Venus, en d6pit d'un break
conc6d6 sur sa premiere mise en jeu, ne se contente
pas de tendre la joue. Au courage, en defendant
chdrement chaque centimetre carr6 de gazon, en
refusant de reculer sous les coups de boutoir adverses,


elle parvient A s'accrocher. Cette resistance va finir
par ulc6rer la plus offensive des deux s&oeligurs.
Moins precise dans ses placements et dans ses frappes,
Serena finit par baisser de niveau, laissant Venus
s'engouffrer allkgrement dans la br&che.
Serena n'6clipse plus Venus A Wimbledon
Au prix d'une couverture de terrain toujours
aussi extraordinaire, l'ainee pousse la nerveuse Serena
A la faute. Un dernier revers dans le couloir offre ainsi
la premiere manche A Venus (7-5). Cette premiere
manche, qui aura offert quelques moments de tennis
d'un niveau exceptionnel, 6chappe A la plus
dominatrice des deux s&oeligurs. La deuxieme repart
sur les memes bases avec une Serena qui s'achame,
prend tous les risques, et une Venus dans les cordes
qui place quelques contres splendides.
Au terme d'unjeu interminable oi elle sauve
six balles de break, la plus longiligne des deux doit
finalement rendre les armes... et son service (soit 7-5,
2-1). Mais Serena paie sa d6bauche d'efforts d&s son
engagement suivant en se faisant aussit6t d6breaker !
Au final, et c'est sfirement la statistique decisive de
cette finale, Venus va convertir 4 balles de break sur 7
quand Serena ne reussira cette performance que 2 fois
sur 13 !
Le r6alisme de Venus se v6rifie une dernire
fois A 5-4 en sa faveur dans la 2e manche. Mettant la
pression sur la serveuse, l'ain&e fait craquer sa
s&oeligur qui exp6die un dernier coup hors-limites,
offrant ainsi A venus son cinquieme sacre A Wimbledon,
son septieme sur l'ensemble de sa carrire. "Cela a &t6
une sacr6e thche de la battre", soufflait la gagnante du
jour. Et de prendre son r6le avec humour : "Mon
premier boulot, c'est grande soeur. Je prends qa tres
au s6rieux ". Apres s'6tre entre-d6chirdes au terme
d'une finale somptueuse, les Williams Sisters ont
rendez-vous, quelques heures aprds leur duel fratricide,
en finale du double face A Lisa Raymond et Samantha


Page 15

Stosur. Les bonheurs d'une famille recompos6e...
LES DECLARATIONS DE VENUS
WILLIAMS
Sur son 5e titre : "Je me suis dit 'Oh mon
Dieu, ga fait cinq titres!' C'est la premiere chose qui
m'a traverse l'esprit. Gagner ce toumoi aussi souvent
vous met dans la stratosphere. Quatre c'6tait grand,
mais cinq c'est monumental. La c6Clbration n'a pas
&te aussi forte qu'elle aurait pu l'ttre car c'est ma soeur
qui a perdu. Je pensais A ce qu'elle ressentait.
Sur le match : "Il y avait du vent, il
tourbillonnait. Le niveau de jeu 6tait tres haut. Nous
avons fait de beaux changes et des points intenses.
Nous sommes toutes les deux tres puissantes. Le
service a &t6 un 616ment-cl. Je n'ai pas &t6 tres
satisfaite de mes coups de fond de court mais le service
a &te 1l quandj'en ai eubesoin. J'6tais assez reliche,
un peu plus qu'elle, je crois.
Sur le record de Navratilova (9 titres) : "La
carri&re de Navratilova s'est 6tendue sur trois
d6cennies. Je ne sais pas sije pourrai en faire autant.
Le tennis est different maintenant."
LES DECLARATIONS DE SERENA
WILLIAMS
Serena Williams (USA/Finaliste de
Wimbledon):
Sur la victoire de sa grande soeur: "Ce n'est
pas plus facile de perdre contre sa soeur. Ni plus dur,
ni plus facile que contre quelqu'un d'autre. Je n'ai pas
vu de c6Clbration de son c6t6. Je ne faisais pas
attention."
Sur le match : "En premiere manche, j'ai
perdu le rythme, je n'ai pas frapp6 mes balles, plus
rien ne semblait marcher. Je n'6tais pas sp6cialement
fatigue. Mais je ne suis pas satisfaite de la mani&re
dont j'ai jou&. Les conditions 6taient tres dures... Je
sais qu'elles 6taient les memes pour elle... Mais elle a
hauss6 son niveau de jeu, tandis que le mien a baiss6.
Sa tactique 6tait de me servir dessus. La prochaine fois,
je saurai A quoi m'attendre. C'6tait une tactique tras
lisible."


Eurosport lun, 07 juil 00:12:00 2008
Rafael Nadal a remport6 son premier
Wimbledon face A Roger Federer (6-4, 6-4, 6-7, 6-7,
9-7), quintuple tenant du titre. Ce match mythique
interrompu trois fois par la pluie, a dur6 plus de 4h40.
L'Espagnol devient le troisieme joueur A r6ussir le
double Roland-Garros/Wimbledon apres Borg et
Laver.
Ce n'est pas sur un coin de terre battue A
Manaco, c'est sur le gazon 16gendaire de Wimbledon
que Rafael Nadal s'est 6tendu de tout son long ce
dimanche soir. Le 5e titre en Grand Chelem de
l'Espagnol, son 29e titre au total, fera date dans
l'histoire du tennis : le N.2 mondial vient de battre
celui qui s'6tait impose cinq fois de suite sur le meme
court, celui qui malgre cette d6faite restera encore N. 1
mondial : Roger Federer. Apres deux 6checs en finale,
Nadal vient de confirmer sa monte en puissance non
seulement A Wimbledon mais au sommet de la
hi6rarchie ATP Ce n'est pas la premiere fois que Nadal
domine Federer, c'est la 12e fois en 18 rencontres, et
surtout la 5e fois en finale d'un Grand Chelem.
Apres cinq sets intenses l'ann&e dernire, le
public 6tait en droit d'esp6rer un match pique malgr6
l'incertitude liee A la pluie. L'orage n'est pas venu du
ciel mais de la raquette de Nadal. Chaque coup de
tonnerre et chaque 6clair sont tombs sur le revers de
Federer. Pendant une bonne moiti6 de set, le Suisse a
tent6 de contr6ler cette balle 6lectrique en vain. Break
d&s le troisiemejeu, il n'ajamais pu revenir (6-4 en 48
minutes). Nadal n'a eu besoin que d'une seule balle
de break. Apres deux sets, Federer est d6ja mont6 deux
fois plus au filet que face A Safin et Ancic. Agressif, il
prend le service de l'Espagnol imm6diatement (A 2-0)
et mane 4-1. Comme A Monte-Carlo et A Hambourg
cette ann&e, cela n'a pas suffi pas pour prendre le set.
Nadal place quelques passings tonitruants pour revenir
A 4-3 et pousse le Suisse dans ses derniers
retranchements pour 6galiser A 4-4.
Federer A la hauteur de son personnage
Le schema de jeu de la finale est
d6finitivement pos6. Apres ce que Boris Becker a
appeal, sur la BBC, des hesitationss au premier set,
Federer s'est apercu qu'il ne pouvait tenir la balle de
Nadal en fond de court avec son simple revers. Le
Suisse decide de tourner plus souvent son revers, quitte
A se prendre quelques contres long de ligne, et surtout,
de monter au filet. On retrouve alors la quality de jeu
de l'an pass. Malgr6 les voles expertes de Federer,
c'est Nadal qui inscrit avec aplomb cinq jeux
cons6cutifs pour prendre le deuxieme set. Le scenario
rappelle l'impuissance des trois dernires d6faites du
Suisse devant le Majorquin (Monte-Carlo, Hambourg
et Roland-Garros).
La glorieuse incertitude du sport n'est pas
toujours une vieillerie galvaud6e. C'est ce que l'on a
appris lors des trois sets suivants. Ala find'untroisieme
set intense, marqu6 par une chute de Nadal, un
formidable sixieme jeu, une interruption due A la pluie
et un tie-break, la finale a pris toute la dimension
dramatique que l'on attendait. Federer en survivant,
l'image etait belle. D'autant plus qu'en 2005, a Miami,


il avait d6ej connu un scenario similaire avec une
victoire en finale (2-6, 6-7, 7-6, 6-3, 6-1) face au mime
rival. A 4-5, 0/30 ou A 5-6, 0/15, le bras du N.1 ne
tremble pas. Il ne tremblera pas plus pour imposer sa
loi dans le premier jeu d6cisif (7/5). Le quatrieme set
offrira d'inesp6res rayons de soleil plus qu'un tennis
de reve. Plut6t une confrontation sans compromis et
sans break. Federer au service, Nadal et ses inlassables
coups de tambour c6t6 revers du N. 1. Une fois encore,
Federer fait savoir qu'il ne lAchera rien sur le court oni
il a forg6 sa 16gende. Dans le second jeu d6cisif, il
sauve deux balles de match, sur un service gagnant A
6/7, puis A 7/8 sur un passing de revers bloqu6 sublime
long de ligne, dans le coin.
Nadal: "C'est mon tournoi pr6f6r6. C'est un
reve "
Un match de tennis entre deux joueurs
d'exception se joue toujours sur des details. Certains
details permettent quelques fois d'atteindre la
perfection. Roger Federer et Rafael Nadal ont tenu les
promesses d'une rencontre que l'on annoncait
exceptionnelle. Leur determination a &te la meme, leur
style toujours compl6mentaire mais le suspense plus
palpitant encore que l'annde dernire (victoire en cinq
sets de Federer). Lors d'une cinquieme manche


interminable et admirable, malgr6 deux interruptions
dues A la pluie, ils ont donn6 le meilleur de leur tennis.
A 4-4, Nadal doit sauver une balle de break, c'est sa
12e balle de break 6cart6e sur 13. Federer quant A lui
n'en a sauv6 que 9 sur 13. Cette incapacity A prendre
l'engagement du Majorquin est un fait marquant du
match.
A 7-8, 40/30 pour Nadal, il d6coche un retour
de revers bloqu6 ph6nom6nal pour carter une
troisieme balle de match. La suivante achieve pourtant,
dans une quasi-obscurit6, sa fantastique s6rie de
victoires sur le gazon. La nuit tombe sur Federer et les
larmes pleuvent sur le visage de Nadal. Vainqueur A
Roland-Garros et A Wimbledon la meme annme, comme
seuls Bjom Borg et Rod Laver avaient su le faire (sans
omettre son titre au Queen's, ce qui est un
enchainement inmdit), l'enfant de Manacor a couronn6
un reve. Il n'a que 22 ans.
LES REACTIONS A CHAUD :
RafaelNadal: "C'est impossible d'expliquer
ce que j'ai ressenti (sur la balle de match). C'est mon
tournoi pr6f6r6. C'est un rave. Merci a tous. C'est
toujours dur de jouer contre Roger, le meilleurjoueur
de l'histoire. Merci beaucoup Roger. Battre Roger ici
apres cinq participations, deux finales accroch6es...
Mais il est toujours le N.1, il est toujours le meilleur,
il a gagn6 cinq fois ici. Merci au prince et A la princesse
d'&tre venus voir ca."


8772 ME 2 ame Avlenae
T41: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN OUR ROUTES LES OCCASIONS.
- REception de paiemen pour Bell South, FPL GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY te... .....
- Connection tdiphonique chez rvus...


Ouvert

6 Jour

par

semaine:

8h30 am
a

730 pm


* Prfunr
* Cellular & Bkcpe
S Soulirs et Sandales
I P'uits pour ln cuislnc
('TeablllX
* Taileux
SMocygra


* ('is Icmpa'. Raice. I'vanglEqImw.
Zi uk. franins, Amtnrcai n
* Vtdrt's (IaIiticns. A dicnrairs. IL)tcumnaAkrcs, Dratms
* Piuluils lie eaur


Wimbledon Nadal eclipse Federer









LIVRES


Mercredi 09 Juillet 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 24


Le conflict israelo-palestinien comme si vous y etiez ...


(MOYEN ORIENT... suite de la page 11) (un livre de Gaby Tabarani)
Ce sont plus de 750.000 habitants de la Pal- Les Palestiniens ont depuis aussi leur leader
estine qui s'enfuient de leurs terres (ou qui sont forces et qui n'est pas Nasser ou Sadate d'Egypte, ni Assad
de partir). En meme temps, 1'Etat d'Israel gagne tout de Syrie, ni le petit roi de Jordanie. Mais unpalestinien
de suite trois fois plus en superficie. comme eux, Yasser Arafat.


DMs lors se precise une
strat6gie qui a deux objectifs : la
terre, toujours plus de terre (quitte
a offrir de n6gocier plus tard la
terre pour la paix) et l'eau comme
ressource numero 1 pour cette
nation de pionniers (et qui con-
tinue de l'6tre a travers les
communaut6s de nouveaux immi-
grants qui perp6tuellement se
font, se d6font et se refont pour
ne pas abandonner les territoires
occup6s sinon le plus tard pos-
sible).

Toujours au nom
de la legitime defense ...
Le troisieme 616ment vi-
tal dans cette strategic c'est l'art
de la guerre. Quitte a frapper le
premier. Frappe preventive.
Toujours au nom de la 16gitime
defense. Les Arabes n'ayant cess6
de jurer (comme aujourd'hui le


isradlienne du Sud-Liban, et jusqu'aux attentats
du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

1973. La Guerre du Yom Kippour. L'attaque
,yptienne prit les Isradliens par surprise.


Ceux-ci ne tarderent pas
a renverser la situation mais aussi
grice aux bons offices d'un cer-
tain secr6taire d'Etat Henry
Kissinger leur fournissant de
pr6cieuses observations obtenues
paro satellite >.
Les Amdricains prennent
le contre-pied de leur position pen-
dant la Crise de Suez.
De 1i date un partenariat
qui ne se d6mentira jamais entre
Washington et Tel-Aviv. Comme
on vient encore de le voir dans ce
curieux avertissement lance
l'Iran la semaine dernire.
Mais il en faut plus pour
permettre a Israel de dormir
tranquille.

Une histoire pleine
d'hero'isme et de sacrifices


D'ailleurs depuis 2006,


Reunis par Bill Clinton a Camp David 1 'Israelien Yitzak Rabin et le Palestinien Yasser Arafat


president iranien) que leur rave est de jeter les
< Sionistes > a la mer.
En meme temps, le conflit va d6sormais
6pouser tous les contours du grand rapport interna-
tional des forces.
En 1956 c'est la crise de Suez. L'Angleterre
et la France se trouvent aux prises avec le nouveau et
charismatique president 6gyptien Gamal Abdel Nasser.
Israel commence sa carriere de fer de lance de la ma-
chine militaire de l'Occident.
Le Premier ministre Ben Gourion envoie ses
troupes, sous la direction du chef d'Etat major Moshe
Dayan et d'unjeune lieutenant nomm6 Ariel Sharon, a
l'assaut du Sinai' gyptien.
Mais alors que l'attaque sur trois fronts
(isradlien, britannique et franqais) va 6tre couronnde
de succes, les Etats-Unis s'y opposent et font voter
aux Nations unies un cessez-le feu et le retrait imm6diat
des forces d'invasion.
Aux yeux des Am6ricains, la Seconde guerre
mondiale avait sonn6 le glas du vieux system
colonialiste. II a fallu Suez pour le faire comprendre
aux deux plus grands b6ndficiaires dudit system : les
ex-empires britanniques et franqais.
Mais bient6t c'est la Guerre froide.
Les Etats-Unis commencent d&s lors a
s'int6resser d'une maniere toute particuliere au
nouveau petit Etat qui a su si bien gagner ses galons
militaires.
Une arm6e de volontaires, plus pros d'un boy
scoutisme inspire et anim6 d'une foi a toutes 6preuves.
1967. La Guerre des sixjours, appel6e ainsi
a cause de la rapidity de la victoire isradlienne enlevant
en une semaine aux Etats voisins plus de terre que l'Etat
juif ne pourrait jamais en accommoder : le Sinai et
Gaza a l'Egypte, la Cisjordanie (ou West Bank) a la
Jordanie et les Hauteurs du Golan syrien.
Cependant la Guerre des six jours va avoir
une consequence inattendue. C'est la naissance d'un
nationalisme palestinien. Jusqu'ici le conflit 6tait
isradlo-arabe, c'est-a-dire entre Israel et les Etats arabes
voisins qui avaient refuse de reconnaitre la creation
de l'Etat<< sioniste. >
Cependant rien n'avait change pour les
centaines de milliers de r6fugids palestiniens qui ont
6td chassis de leurs terres. Aujourd'hui on les estime
(avec leurs descendants) a environ 4 millions.

Nationalisme israelien vs.
nationalisme palestinien ...
Pour la premiere fois, des Palestiniens
relbvent la tate. Non comme combattants clandestins
oufantassins aux ordres d'un Etat voisin, comme c'6tait
jusqu'a present le cas. Mais palestiniens a part entire.
C'est l'entrde en scene de Yasser Arafat. Le
conflit devient pour la premiere fois isradlo-palestinien.
L'arm6e isradlienne va se retrouver en face de
combattants volontaires et aussi d6cid6s qu'eux a
mourir pour leur pays. Et un pays qui se trouve 6tre
6videmment le meme que celui considered par les
Isradliens comme le leur.
Nationalisme isradlien versus nationalisme
palestinien. Une cohabitation qui ne saurait 6tre de tout
repos.


Aprbs maintes p6rip6ties, celui-ci arrivera
jusqu'a se faire acclamer a l'Assembl6e g6ndrale des
Nations unies en 1973. Il est accept comme membre
observateur a 1'ONU.
C'est grice a Arafat que les Palestiniens ex-
istent aujourd'hui comme une nation (quoique en
devenir) et non comme un simple campement de
r6fugi6s toujours aux abois.

Introduire le doute au sein du
peuple israelien ...
Mais Arafat lui non plus n'arrivera pas a
combler tous les vceux de ses compatriotes. C'est une
situation pi6g6e a la base comme on le comprend. Oh
l'dmotion et la surenchere font bonne recette.
La tactique des nouveaux groupes
palestiniens (Hamas, FPLP, Jihad Islamique, Frbres
musulmans etc) est d'introduire le doute au sein du
peuple isradlien anim jusqu'ici d'une fois indbranlable
puisque Israel 6tait toujours victorieux.
D'ofi la mise en service de la terreur comme
instrument politique. Et qui, en passant par les
assassinats et enlkvements perp6tr6s pendant les
d6cennies 60 et 70 contre des Isradliens aux quatre
coins du monde, culminera dans les attentats-suicide
d'aujourd'hui oi le martyr doit amener avec lui dans
la mort le plus grand nombre possible d'ennemis.
Pendant ce temps l'axe Washington Tel-Aviv
continue de se renforcer. Israel devenant le chien de
garde des Etats-Unis dans la region.
La premiere fois que cette complicit 6 clate
au grand jour, ce sera lors du prochain choc isradlo-
arabe (car il y en toujours un en gestation). De
l'assassinat des athletes isradliens a Munich (5
septembre 1972), au massacre de Sabra et Chatila (16
au 18 septembre 1982) pendant l'occupation


on est entr6 dans une nouvelle
p6riode. Alors que l'6tat h6breu se montre invincible
face aux armies de metier de la region, un mouvement
de gudrilla a sembl6 pouvoir lui tenir tete vaillamment.
C'est le conflit avec le Hezbollah dans le Sud Liban,
ce dernier arm6 justement par l'Iran des Ayatollah.
Pour finir, en dehors du bruit et de la fureur
des combats sans fin, entrecoup6s des agitations d'une
communaut6 internationale tant6t int6ress6e (d'abord
a ses propres fins), tant6t blase et lassie d'un conflit
qui a tout prendre depuis ses debuts n'a pas boug6 d'un
pouce vers aucun accord qui n'ait durd que le temps
pour l'encre de s6cher, l'auteur Gabriel Tabarani prend
aussi le temps de nous introduire dans le secret d'une
histoire pleine d'h6roisme et de sacrifices, de douleur
et de sang et de faux espoirs d'un c6td comme de l'autre
(de plus en plus d'enfants victimes, soit d'attentats qui
semblent les viser pr6cis6ment pour augmenter la
pression psychologique, soit du c6t6 palestinien oi il
n'y a pas d'Age ni de sexe pour 6tre kamikaze).
Gaby Tabarani offre au conflit isradlo-
palestinien son equivalent de < Guerre et Paix ,> mais
une paix dont le prix a payer reste loin au-dessus des
forces de simples mortels. Pour avoir fait un pas dans
cette direction, Sadate et Rabin sont tous deux tombs
sous des balles fanatiques.
Yasser Arafat est mort et son ennemijur6 Ariel
Sharon dans le coma depuis prbs d'une ann6e.

(A lire < Israeli-Palestinian Conflict: From
Balfour Promise to Bush Declaration The Compli-
cations and the Road for a Lasting Peace > par Gabriel
G Tabarani; AuthorHouse, Bloomington, Indiana ;
425 pages)

Marcus, 6 Juillet 2008


showetA T I,& feew 4rw*







"Copyrighted Material


S Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 16








Mercredi 09 Juillet 2008 PA
Haiti en Marche Vol XXII N 24 i



Arret sur im


J'ai longtemps attendu avant de reagir au re-
portage photographique de la rubrique DECLIC paru
dans le Nouvelliste du 28 avril 2008, mettant en exergue
l'6talage d'un tas de haillons sur le toit du Mus6e du
Pantheon National Haitien (MUPANAH).
Cliche, somme toute, banal dans le d6cor de
la Capitale et de bien d'autres villes du pays, si l'on se
r6fere a la liberty que s'accordent certains individus,
afficheurs en tout genre, d'utiliser la facade des
bdtiments, tant priv6s que publics, voire nos monu-
ments, pour l'installation de toutes sortes d'annonces,
de graffitis, ou d'objets divers, a des fins publicitaires.
Pratique choquante et detestable. Tout aussi inadmis-
sible que celle de d6verser des poubelles en pleine rue
ou encore, d'uriner dans des espaces publics, au m6pris
de la convenance et du regard agac6 des gens de bien.
En d6pit du fait que nous nous soyons
accommod6s a ces irregularites, au point de ne plus en
tenir compte, qui pis est, de ne plus en ressentir les
effets, il serait inadmissible de nous laisser aller a la
admission et l'inaction lorsque ces derives atteignent
les symboles de la R6publique et menacent, d'autant
plus, les fondements de la Nation. Nous ne saurions
rester indiff6rents et ne pas manifester notre 6tonnement
face a cette posture d6Cltbre affich6e par une importante
frange de la population par rapport a de tels constats.
Car, lorsqu'une soci&te arrive a ce point de mansu6tude,
allant jusqu'a ne plus se prioccuper d'entretenir et de
conserver son patrimoine historique et culturel, elle ne
peut s'attendre qu'a des dysfonctionnements.
Mon silence s'explique, d'abord, par mon
atterrement, en tant que directeur du MUPANAH,
ensuite par ma tendance a vouloir circonscrire les actes
isolks dans un contexte plus g6nmral. J'ai done pr6f6r6
chercher h approfondir le ph6nombne et h en determiner
les causes, avant d'6mettre une opinion. Pareil exercice
relive d'une r6flexion citoyenne. Toute intervention
pr6cipit6e du Directeur G6neral passerait pour une ten-
tative d'explication et de disculpation tendant a att6nuer
l'importance du m6fait. Pr6cisons tout de suite que, loin
de nous d6rober de nos responsabilites, nous les avons
fixes et des mesures approprides ont &te prises..
Ma grande preoccupation 6tait de savoir
pourquoi un individu s'6tait arrog6 le droit de p6netrer


Par Robert Paret
dans un lieu si r6serv6 et prestigieux pour commettre
un tel forfait, alors qu'en le faisant, de la sorte, il
s'exposait a tous genres d'ennuis, sans en tirer aucun
profit. Apparemment !
Cette troublante question resta sans r6ponse,
puisque la raison la plus 616mentaire r6pudie un tel
comportement. Mes collaborateurs et moi, au mus6e,
avons pr6f6re n'y voir que l'ceuvre d'un 6nergumbne,
irrespectueux des valeurs patrimoniales. Au plus, le fait
d'une provocation sans grandeur, dont l'unique moti-
vation 6tait de nous porter nuisance.
Approfondissant ma r6flexion, je me suis
laiss6 aller a faire une comparaison par analogie entre
cet 6v6nement et certaines drives courantes dans le
pays. C'est que nous faisons face a un grave problkme
de soci6t6. Situation cause par un relAchement des
mceurs et aggrav6e par un important deficit en education
civique.
On n'aura qu'a se rem6morer quelques faits
r6cents pour s'en rendre compte et mesurer toute
l'ampleur du drame qui nous enveloppe.
En effet, qui ne se souvient de la destruction
par le feu, dans la nuit du 6 au 7 janvier 1991, lors de
commotions politiques, de l'ancienne Cath6drale de
Port-au-Prince ? Construite en 1771, elle 6tait un Haut
Lieu de notre Histoire de peuple .C'est dans ce bitiment,
alors 6glise paroissiale de la Capitale, que Toussaint
Louverture prononca son fameux discours incendiaire
qui d6clencha la guerre du Sud. C'est aussi dans cette
enceinte que le S6nat d6cr6ta, le 27 d6cembre 1806, la
R6publique. Bien d'autres 6venements s'y sont d6roul6s.
Un autre fait non moins regrettable, hante en-
core nos esprits. I1 s'agit de la destruction, encore par
le feu, le 30 mai dernier, de l'aile nord du March6
Vallibre. Batiment datant de 1891 et 6rig6 sous le
gouvernement du president Florvil Hippolyte. Monu-
ment d'une importance considerable qui demeure le
t6moin d'une revolution dans le domaine de la construc-
tion, par l'introduction du fer comme nouveau mat6riau.
Drame qui aurait pu 6tre &vitW si des structures
administratives plus strictes, avaient &te mises en place
pour le respect des normes de s6curit6. A l'instar de la
tour Eiffel, construite en 1889 et qui est reconnue


Un ange s'est envole ...


(UN ANGE ... suite de la page 14)
Fanfare dont il faisait partie, en quelque sorte...
Et comme de fait, un cousin de ma femme lui
avait pay6 un camp de musique, cet &te, au Minnesota.
Kako devait voyager le dimanche 15 juin 2008. Pour
cette occasion sp6ciale, il avait demand a sa maman
de lui acheter un drapeau d'Haiti, pour que, a la maniere
de Wyclef Jean, il puisse repr6senter fierement son pays
a ce camp de musique au Minnesota. Le drapeau est
toujours chez nous dans son emballage de cellophane,
inutilis6, inutile...
Aujourd'hui j'6cris ces lignes pour c6Clbrer
la vie de Kareem Xavier Gaspard, mon fils de 16 ans,
torture puis assassin le 21 mai 2008. C'est une facon
pour moi de lui rendre hommage, de lui dire une fois
de plus a quel pointje l'aime. Je voudrais qu'on sache
qui il tait et comment il a v6cu.
Jai &t6 le premier 6tonn6 d'apprendre et de
d6couvrir a quel point mon fils 6tait religieux. Dans sa
chambre, je n'avais jamais vraiment pret6 attention a
toutes ces petites images pieuses, a ce crucifix en
porcelaine, a ce chapelet et a tous ces souvenirs de sa
premiere communion et qu'il conservait
pr6cieusement. Bien sir, nous allions a l'6glise
ensemble presque tous les samedis apres-midi, mais
j'ignorais que monfils r6citait l'Ang6lus tous lesjours
a midi. Je ne savais pas qu'il discutait de religion et
des choses de la Bible avec quelques-uns de ses
camarades de classe...
J'6cris aussi parce que cela me fait du bien
d'6crire. Comme une sorte de psychoth6rapie car en
6crivant, je me rends compte que je n'ai que de
merveilleux souvenirs de monfils Kako. Et sans savoir
qu'il serait enlev6 sijeune et de manibre si horrible a
notre affection, nous avons v6cu intens6ment les 16
annees de son existence terrestre avec nous.
J'6cris encore pour presenter mes
remerciements les plus sinceres a tous ceux qui nous
ont support tout au long de ce calvaire. Je pense a
nos parents, a nos amis et connaissances, a nos voisins,
a nos collogues de travail, a la presse, a tous ceux qui
ont pri6 avec nous, pour nous et pour Kareem, et qui
continuent encore a le faire, aux inconnus aussi, bref a
tous ceux qui se sont sentis affects par cette trag6die.
Merci. La sinc6rit6 de votre douleur et la ferveur de
vos pribres nous ont aid6 et nous aident encore a porter


cette croix. Nou we tout bagay, nou konnen tout bagay
e nou pap bliye. MWsi anpil.
J'6cris 6galement pour rendre t6moignage de
la puissance de Dieu et de la puissance de l'Amour.
Paradoxalement, ma foi s'est affermie. La premiere
personne a prier avec moi m'a dit que le cceur de
l'homme a &6t conqu pour faire deux choses : aimer
ou hair. Plus on hait, moins on de place dans son cceur
pour aimer et plus on aime, moins on a de place dans
son cceur pour hair. Je pense ne pas avoir de haine
dans mon cceur. Mais cela ne veut pas dire queje pense
que les Institutions de mon pays ne doivent pas faire
leur travail. Cela ne veut pas dire que je n'ai pas droit
a la justice divine comme a celle des hommes. Les
bourreaux de mon fils doivent 6tre arret6s, jug6s et
condamn6s selon la loi des hommes. Je ne connaitrai
jamais la paix tant que je ne saurai pas pourquoi on a
tu6 mon fils. J'ai le droit de savoir...
II faut briser le cercle infernal de cette
impunity absolue qui fait couler les larmes des pbres
et mbres de famille de ce pays. Il n'est pas normal que
j'aie requ plus de support et de consideration de la
part d'un stranger (Responsable de la s6curit6 pour
une Organisation Internationale) queje ne connaissais
pas du tout avant l'enlkvement de mon fils que de la
part de mes concitoyens de la Police Nationale. Ce
n'est pas normal que ce mcme stranger me demande
la permission de venir me presenter ses sympathies
alors que pour la PNH, il me semble que mon fils n'ait
ete qu'une donnee statistique, une victime de plus.
Non, Kako est plus qu'une statistique. Iln'est
pas mort car il vit en moi comme il vit dans le cceur de
tous ceux qui le connaissaient et qui l'aimaient. Il s'est
envol6 pour < aller de l'autre bord > comme il le
chantait une semaine avant sa mort et c'est pourquoi
j'ai trouv6 un certain r6confort dans la touchante
simplicity de ce poeme de mon amie J.D.:

< Un Ange est parti.
II a ouvert grand ses ailes et son envol a renvers6 des
milliers...
II a p6n6tr6 la lumibre et il est devenu lumibre.
Levons la tate et regardons-le
Que sa lumibre nous impregne.
Il s'appelait Kareem Xavier Gaspard. >


age

comme l'un des plus beaux monuments du monde, ce
bitiment avait b6nffici6 de cette meme technologie. II
est aussi identifi6 comme le plus repr6sentatif de ce
type de construction a travers les Antilles.
Notre propension a negliger notre patrimoine
s'est manifested dans bien d'autres domaines. L'6cologie
et l'environnement en ontbeaucoup souffert .Onvoudra
pour preuve, le d6p6rissement de la fort des pins, ainsi
que la vandalisation des parcs Macaya et La Visite.
Quant a la Cit6 de l'Exposition, construite en 1949, a
l'occasion de la fondation du bicentenaire de la ville de
Port-au-Prince, sous le mandat du president Dumarsais
Estime, c'est avec beaucoup de peine et de tristesse que
ceux qui l'on fr6quent6e a l'poque de sa splendeur
pourraient en parler. Dire qu'a l'occasion de ces
festivities, les plus grands artistes latino-americains et
nord am6ricains, tels que : Celia Cruz, Daniel Santos,
avec la Sonora Matancera, Perez Prado, MarianAnder-
son, Lavinia Williams, Katherine Dunham, pour ne citer
que ceux-la, s'y sont produits en spectacle. M6me ceux
de la generation d'apres, a laquelle j'appartiens, se
souviennent, sans doute, des moments heureux passes
dans cette aire. De l'avis de beaucoup d'6trangers qui
ont visit le pays a cette occasion, la baie de Port-au-
Prince, avec le more l'h6pital, comme parure, pouvait
rivaliser avantageusement avec celle de Rio. Ils disaient
sfrement vrai ; car a cette 6poque, Port-au-Prince et La
Havane, reprisentaient les deux principales destinations
touristiques de la Caraibe. Nos voisins imm6diats,
dominicains et jamaicains, 6taient meme jaloux de ce
succes. Le dictateur dominicain Rafael Leonidas
Trujillo, pour 6tablir l'6quilibre, a df d6penser une forte
somme pour effacer de tous dictionnaires ou guides
touristiques, l'appellation de : Ile d'Haiti ", pour celle
de : Hispaniola ", plus convenable a ses ambitions
projetWes. II avait pouss6 sa convoitise encore plus loin,
en s'inspirant de la fameuse fontaine lumineuse du
bicentenaire, conqu par l'ing6nieur, Edouard Gentil,
pour construire El teatro agua y luz de Santo
Domingo. Constater que nous avons conc6de tous ces
avantage, est douloureux a admettre.
I1 serait regrettable de ne pas rappeler au bon
souvenir des plus de cinquante ans l'enchantement qu'on
6prouvait en empruntant les deux principales routes
conduisant a la Capitale. Elles offraient aux usagers un
panorama des plus agriables et des plus pittoresques.
En effet, tout au long de leur parcours se d6veloppait
une vote de feuillage et de fleurs r6alis6es par le
croissement des branches d'arbres plants en bordure
de la voie et faisant comme un long tunnel. Ce qui avait
l'avantage de rafraichir l'atmosphere et d'offrir aux
pistons une marche tranquille a l'abri des fortes chaleurs.
L'une des voies partait de Carrefour et arborait de beaux
amandiers verts. L'autre sortant de Petion-Ville 6tait
flanqude de superbes flamboyants rouges.
Malheureusement, tris peu de travaux ont 6te
effectues pour preserver notre patrimoine en p6ril. La
seule intervention majeure qui a eu lieu, dans ce
domaine, remonte a 1977, lors de la restauration de la
Citadelle du Roi Henri Christophe par l'architecte Albert
Mangonbs et un groupe de collaborateurs haitiens et
strangers, avec l'aide de 1'UNESCO et du PNUD. Nous
souhaitons voir d'autres travaux du meme genre pour
remettre en valeur ces sites du Nord HWroique ",
berceau de nos luttes pour l'ind6pendance.
Triste constat d'un pays qui s'enva a la drive,
sous le regard indulgent, impuissant ou indifferent de
ses habitants.
Mon propos n'est pas de savoir qui a p6ch6
par action ou par omission, ou qui a eu tort ou raison,
tant je suis persuade qu'aucun haitien ne voudra se
reconnaitre comme responsable de cette faillite. Ce dont
je suis sir, c'est que l'on cherchera toujours ailleurs,
indiquant du doigt le vrai coupable.
Me rf6rant au postulat d'un grand penseur : "
Ce n'est que lorsque la crainte a disparu que la curiosity
et le besoin de creation peuvent se donner libre cours
et que l'homme peut se livrer a l'instinct qui le pousse
naturellement a s'instruire et a embellir son existence
", je serais tent6 de lier la d6t6rioration de nos valeurs
essentielles au climat d'instabilit6 sociale, 6conomique
et politique que nous connaissons depuis
l'Ind6pendance, nonobstant certains moment de progr1s.
Cependant, il est ind6niable que les conditions de
stability et de d6veloppement doivent d'abord 6tre avant
tout 6tablies par les Haitiens.

Pelerin, le 21juin 2008
Robert Paret
paretrobert@yahoo.fr

7[[ !_


Page 17









IFR F TITT


Allez de JEUNES A FOUTUE, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Page 18

/,-.


Solutions de la semaine passe:


\N\0 X E Y E\K Q R L T Q Y P
V I E V Z P F N K Z L A L B 0
NV K DP M T X M H K M F D
DN BA N B X A i A aC B Z
G R M S E LIK K Y G C J
(s V I T ZXEXR/K O R SAK 0 v)
O Q D QH(3/OXD F B F Z MINIH\W H
J X I TQ FAF G Z AAD
M G ACO U Z R\Y\F U B R F\B)
NrN I G J (A L K HA L E E C H
(N V/E Z R N S V M Q L N A T U
(A M IY A S C A N)H G\PN L G
T U X Q A Q(P O N A N T)N W U
Lehmann Arean Amiya Scan Victoria
AI-Khaleech Svitzer Korsakov
Playa de Bakio Ponant Emden
Takayama Bahari One


HORIZONTAL
1. Requ -
2. dieu vaudou Discipline -
3. Fondde par deux fr6res Panorama -
4. Meurtris 5. Enl6ve -
6. Ville de Madagascar -
7. Embrigader 8. Contenu.
VERTICAL
1. Chambre 2. Drainer -
3. Entreprise -
4. ChahutBe Magasin de Port-au-Prince -
5. Rempart 6. Stimule -
7. Derrick Pr6position -
8. Existez Mesure de superficie.


I 4 01 1 R41L or Ir I i ii r H L iI I LrL lni iIii I I IL rI ILrl 'l '- INr ii I Ld II Iiiii r l i Lr Il l II


o00 M6iodle Matinavec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses

L'Editorial dc Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Littraire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les nvit6sdu Jour
Meodic Matin chaquc sacdi cst animn
par Fequiere Raphal


c edt Ata fwt et a44e,/ /I


E n B ref. (... suite de la page 2)
Si Mme Pierre-Louis parvient A b6neficier d'un vote favorable de la chambre des deput6s,
elle aura A accomplir la m6me demarche au senat. (Alterpresse)
Le Premier ministre d6sign6 rencontre le bloc CPP au Palais National
La rencontre a eu lieu 6galement vendredi au Palais National ou Madame Pierre-Louis a
pris part A une seance de travail avec le President Rend Pr6val et les membres du bloc CPP
- Concertation des parlementaires progressistes. Elle a pu s'entretenir en toute liberty avec
les parlementaires, membres de ce bloc.
Deux d'entre eux, Jean Marcel Lum6rant (Grand-Goive, ouest) et Ronald Lar6che
(Carice-Mont Organis6, nord-est) ont affirm qu'apres avoir entendu la candidate, ils ont
compris que le pays 6tait sur le point d'avoir un autre chef de gouvemement,
contrairement au scenario enregistr6 pr6ecdemment avec les candidats malheureux Ericq
Pierre et Robert "Bob" Manuel.
Lum6rant en a profit pour preciser que le CPP n'ajamais 6t6 le fossoyeur des pretendants
A la succession de Jacques-Edouard Alexis, mais de pr6efrence une force politique trbs
attache A l'application de l'article 157 de la constitution definissant les conditions
d'l6igibilit6.
Quelques d6putes qui ont pris part A la reunion ont comment positivement dans les
medias l'atmosphbre dans laquelle elle s'est d6roulee.
Deux pr6ecdents Premiers ministres designs ont 6t6 rejet6s par la chambre des deput6s.
(HPN)

Haiti-Suisse : Ddlai fin septembre pour une decision finale sur les fonds
Duvalier bloques en Suisse
Les fonds de l'ancien dictateur haitien Jean-Claude Duvalier, bloqu6s en Suisse depuis des
annees, devront 6tre remis A Haiti, si les d6tenteurs de ces fonds ne parviennent pas, d'ici
fin septembre 2008, A prouver l'origine non d6lictueuse de ces avoirs.
L'Office f6edral de la justice (OFJ) en a ainsi decide, suivant un communique 6mis le 2
juillet.
Les fonds de Duvalier en Suisse, quelque 9 millions de dollars, sont gel6s depuis 2002, sur
la base de la constitution suisse. Aprbs prolongation, le d6lai de cette mesure expire le 31
aofit 2008.
En 1986, les autorit6s haitiennes ont d6pos6 une demande d'entraide judiciaire requ6rant
la Suisse de bloquer les avoirs de l'ex-pr6sident et de leur remettre les documents
bancaires et les avoirs saisis. Cette demande a ete completee seulement en mai 2008.
Neuf organisations haitiennes viennent d'alerter le president Rend Pr6val sur la necessity
de prendre rapidement les dispositions necessaires permettant la recuperation des fonds de
Duvalier.
Ces organisations, dont Justice et Paix (JILAP), le Mouvement de Paysans de Papaye
(MPP) et le Centre de Recherche et de Formation Economique et Sociale (CRESFED),
rappellent que la decision de bloquer les fonds pour un temps limit a ete prise par la
Suisse en r6ponse aux diverses actions de plaidoyer de divers secteurs, notamment en
Suisse, pour obtenir justice en faveur d'Haiti.
Loi 6lectorale vote par la Chambre basse doit etre incessamment
achemin6e au s6nat
Le Conseil electoral provisoire (CEP) est toujours dans l'attente de la loi 1lectorale qui
fait le va-et-vient entre la Chambre des deput6s, le S6nat et le palais pr6sidentiel. << Dix des
onze objections recemment formuldes par le president Rend Pr6val ont &t6 accept6es par
l'assemblee des deputies, a inform le d6put6 Arsene Dieujuste, president de la commission
(EN BREF / p. 20)


Les tempetes tropicales Boris

et Cristina ne menacent pas Haiti


(... suite de la page 8)
cumulus se dispersent rapidement, et par
l'absence totale ou quasi totale de vent.
Toutefois, selon le CNM, cette
zone de haute pression n'emp6che pas des
activities de pluie et d'orages sur Haiti.
Les 2 temp6tes tropicales ont la
mame intensity et ne devraient pas se
d6velopper. Localis6es au large de la
p6ninsule mexicaine de Basse Californie,
elles suivent une trajectoire A l'ouest en


pleine mer.
Boris se situe a environ 1040
kilombtres des c6tes mexicaines et se d6place
vers le Nord-Ouest A une vitesse moyenne de
17 kilombtres par heure.
Cristina, quant A elle, 6tait localisee
samedi soir (28 juin 2008) A 19.20 kilombtres
au sud-ouest de la pointe sud de Basse
Californie et s'accompagnait de vents A 85
kilombtres par heure, selon le Centre national
des ouragans de Miami.


Mercredi 09 Juillet 2008
varche Vol XXII N 24

Solutions de la
semaine passe:
CRA S S E
CJRJUJS SIE


C A U D E E
CRUSSE S


TAUDE S
IUDI


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

SH

MRE

E C

Solutions de la semaine passee
BI SEAUX


M 1 "-] IMIT M. It M, l, b 1 JL -T Mrd I,1 T,-I 1II I If 1 r7r,1 ,TI 7 i bT -, L=Ti T,"JI ii


JIEl UN|E S


FJo U T U E


I !111 II 1V l I, llI









Mercredi 09 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 24


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


Andre Fouad Youn powet

Jame Dodo
ak : Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj)

(Dezyem pati)
Teks nou sot li piwo-a gen mwens pase 6 liypwezi, epi li
pote youn mesaj andaki. Nou dwe siyale tou nan denye
tranch pawl6-la: < nan younn, paske tanto nou kab enteprete mo < tankou youn pwopozisyon, tanto nou kab enteprete li
tankou san mounn. Suivan entepretasyon nou bay mo
< Konsa, nou kab di: Tan chanje, abitid chanje. Nan ane
swasant-yo wong6l te konn sevi pou denonse kondisyon
fyel pete anndan peyi-a, men nan teks Andre Fouad rele
"Wwayaj"-la, nou kab di A. Fouad chwazi voye youn
mesaj ki santre sou pw6p lavi pa-li ak sou lavi mounn ki
ap pataje menm kondisyon ak li. Se youn mesaj ki pase
Iwen kalite denonsyasyon ane 1960-yo.
Ann li "Dap Piyanp" :
Fey zoranj
Van voye jete byen Iwen
Dap piyanp!
Dap piyanp!
De twa mo lanwit ban mwen
Branka branka !
(Dap Piyanp p. 54)

"Dap Piyanp" se youn lot teks wongl6 anndan
< Etensel Mo m yo>. Anndan teks wongl6 sa-a ote-a
kontinye pataje eksperyans lavi-1 ak lekte li yo. Youn
lavi ki branka, youn lavi ki kreye nesesite pou mounn fe
dap-piyanp sou okazyon ki ap voltije kite yo deye tankou
fey zoranj ki pral tonbe byen Iwen. Sa nou jwenn kbm
patikilarite nan wongl6 Andre Fouad yo seke li devlope
yo anndan youn moul imajis.

Prezans lannwit ak mo konpayel-li yo
Nan Etensel Mo m yo genyen youn mo ki part
sou dives fom ak dives konpayel. < Lanme-a aswe-a wete vwal li ( p. 17)
Nan labrenndiswa lanmou (p. 29)
Lalin ap file lang li ( p. 31)
Debri zetwal yo
Rete nan glas je m ( p. 35 )
Chak fwa mwen gade Koukouy nanje (P. 39)
Size diswa ( p. 47 )
Longvi lannuit >>(p. 51 ) ak plizye lot anko.

Pami dives konpayel mo lannuit ki part nan
liv-la, nou kab nonmen: aswe, labrenndiswa, lalin,
zetwal, koukouy eksetera. Twa denye mo nou fenk sot
site yo jwe wol konpayel lannwit dapre konteks nou
jwenn yo anndan liv-la.
<>. Sel e1 lalin ka file lanng-
li, se 16 li ap klere nou nan mitan lanmwit. Kom se lanng
li senpman lalin-nan ap file, nou ka konprann se te youn
nwit kote tanto limye lalin-lan te part, tanto li te disparet.
Se tankou lalin lan te rantre nan jwet kachkach liben. Li
pa te montre tout figi-1, se lanng li senpman li te file.
Anfet, ote-a di nou :< Lalin ap file lang li bay lat~.
Kesyon nou kab poze se : eske se tout late ki t'ap benyen
nan lanng limye lalin-lan oubyen eske se deye mon lan,
kote foumi yo ap brase nan ladoudous-la, lalin-lan t'ap
file lanng li? Si lalin-lan te montre tout figi-1, nou ta ka
aksepte li ap klere late, men se lanng li senpman li file,
kidonk, mo late-a nan teks-la, se dbey mon-lan li
reprezante. Se senpman si lalin-lan te montre tout figi li,
nou ta rive we li toupatou. Kom, se mon toutouni yo A.
Fouad te bezwen nou we. Kom se sou mon toutouni yo
Fouad te bezwen fikse atansyon nou, tit powem-lan se
Deyb Mon epi premye liypwezi-a tanpe ak mo Deyb Mon.
Nan powem sa-a, Fouad lonje dwet j ouda-1 sou
do mn yo ki toutouni, kounye-a se responsabilite mounn
ki ap viv nan mon-yo, mounn ki responsab sekte mon-
yo pou yo abiye mon-yo, paske m6n toutouni se siyal
grangou epitou se siyal male. Male ki pandye sou tet sila-
yo ki ap viv nan pye m6n toutouni yo.
Nan liypwezi ( tranch pawl6 )< Lalin ap file
lanng li / Bay late-a, nou ka panse tou se grimas lalin ap
fe late, konsa li sispann bay late tout pisans-li. Kom
konsekans, nou pa fouti jwenn bon jan rekot, paske
abitan sispann travay late. Younn nan rezon-yo se prezans
kagezon pepe sou zile-a.
Lb ote-a ekri :
< Rete nan glas je m> ( p. 35 )
Nou di zetwal se youn mo ki chita nan menm
depatman sans ( chan semantik ) ak lannwit nan teks-la,
paske lajounen limye soley-la pi klere pase limye zetwal
yo. Kidonk, sel e1 zetwal yo ka kite tras yo nan glas je
ote-a se nan plen lannwit. Se menm jan-an tou, si pou
nan powem sa-a ote-a endike akle li te nan mitan lannwit :


<
Lannwit sonm
Chaple 1 degrennem ( p. 39)


Ann li :


Se nan plenmennwit Andre Fouadjwenn plezi.

K6 w anvayi m
Nan mitan lannwit mwa desanm
Se plim je w ki tonbe
Fe m siyon
Se yon aksantegi m ap mete
Sou pwent zwetwal marasa w
(Kassa Kassa, p. 13)


Se nan ke lannwit li jwenn delivrans
Lanme a aswe a wete vwal li
Bay moso rev mwen pase
(M ap balanse p. 17)

Pou Fouad lannwit konn pote chagren:
Lannwit sila
Bay k6 kraze
Tout bagay dwol
Patisyon mizik mouye
(Doremi doremi p. 41)

Lb nou sonje nan ane 2000 Andre Fouad te pibliye youn
liv pwezi ki rele Bri lannwit, nou ka di Fouad gen youn
panchan espesyal pou lannwit. Lannwit ba-1 zel, lannwit
mare-l, lannwit delivre-1. Men plis n'ap sonde prezans
lannwit anndan powem Andre Fouad yo, se plis nou santi
lannwit pa toujou dous pou Fouad. Memmle lannwit ta
vle gen plezi, se youn plezi l'ap riminen epi ki mete
powet-la sou de pye milite-1 kant li ta sipoze ap bay lespri-
1 gabel pou li rafrechi lizye panse-1. Konsa, nou kab di
lannwit pa toujou dous pou Andre Fouad, paske se nan
moman sa-a tout lide anvayi-1. Se nan mitan lannwit
Andre Fouad, 1 chanje po pou li bay plim li lapaw6l.
Nan sans sa-a nou kab di Andre Fouad se youn powet
<>, youn powet jame dodo.


* Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppoliter rogers.com


Fe Fwonte (2)
ak: M/ax Manigat


Nou sonje nan nimewo senmenn anwo-a
(mekredi 11 jen 2008) mwen te pwomet pou pibliye
chante : P6s Machan-an. Zanmi-mwen, powet ekriven
- dramatij Syto Cave voye-1 pou mwen. Mesi anpil!
Men li :


POs Machan
(Melodi : Robert Desvieux. Pawl : Robert Desvieux
ak Syto Cav6*)

Ou soti P6s Machan
Ou pase riyel Pikan,
Ou rive sou Channmas;
M te kanpe ak Desalin,
Mt ap kraze youn lodyans,
Cheri, ou vin pase
Mwen gade w
Ou gade m
Mwen souri
Ou souri
CHERI, m renmen w deja
Men lapli pa tonbe
Jaden w poko pouse
Yo femen resevwa

Mwen pa tjanm dwe gade w
Ou pa tjanm dwe gade m
M pa tjanm dwe ri ave w
Si lapli te tonbe
Anpil fle ta pouse
Nou ta genyen lespwa

Mwen swiv ou pi devan
Nou pase devan Petyon
N al jouk deye tribin
Lannwit te fenk tonbe
Move je monte bwa
Cheri, m anvi w deja
Mwen mode w
Ou mode m
Mwen prije w


Ou prije m
Manman, ala w bel fet

Men lapli pa tonbe
Jadenw pa ko pouse
Yo f6men resevwa

Mwen pa te dwe mode w
Ou pa te dwe mode m
Nou pa t janm dwe rankontre
Si lapli te tonbe
Anpil fle ta pouse
Nou ta genyen lespwa

Mwen chita Reks Kafe
M ap bwe ak moun de byen
Cheri, ou tounen pase
Ou pwoche pou pale
Tout zanmi m yo bwaze...
Cheri, sa k ap pase?
Mwen gade w
Ou gade m
Mwen souri
Ou kriye
Ou di m ou gwos jou sa a...
Lb pitit la va fet
Si 1 se youn ti milat
W a remet li Babyol

Mwen pa te dwe gade w
Ou pa te dwe gade m
M pa t janm dwe ri ave w
Lapli pa sa tonbe
Jaden w pa ka pouse
Yo femen resevwa

Ou pa te dwe gade m
M pa tjanm dwe gade w
Nou pa t dwe rankontre
Si lapli te tonbe
Anpil fle ta pouse
Nou ta genyen lespwa.

Ago! Nou pibliye chante-a nan ot6graf ote-yo te voye.
* Anvan lontan, n'a ekri de mo sou powet-dramatij Syto
Cave.




Pwoje Antoloji Kreyol

Nouvel Jenerasyon Powet Kreyl6 Ayisyen, se
youn pwoje Societe Paroles mete sou pye pou pbmbt
piblik la dekouvri jen powet ayisyen yo ki ekri an kreyl6
ak plizye lot talan ki pa janm jwenn chans pibliye.
Pwoje sa-a ap chache kolaborasyon tout mounn
ak asosyasyon ki kwe nan pwomosyon lanng ak literati
kreyl6 menm jan ak tout lot lanng ak literati.
Objektif -Nou vle reyini youn tranten jen
ekriven, fi kou gason nan youn liv pwezi krey6l.
Kondisyon -Ekriven ayisyen dwe (fet ann Ayiti oubyen
pitit Ayisyen)
Li poko janm pibliye youn liv pwezi kreyl6 (oubyen pa
plis pase youn liv)
Voye teks yo (pa plis pase 4 teks) Dat limit 25 jiye .
Voye teks yo nan(kourye elektwonik) oubyen laps.
Voye teks yo avek youn ti not byografik (Pa plis pase 5
liy)
Lot kondisyon-Tout mounn dak6 sou prensip pou nou
fe youn travay ki gen nen nan figi-1 f6k genyen krite
seleksyon teks yo. Gen youn komite ki gen pou misyon
ekzamine teks patisipan yo. Nou konprann ap gen youn
seleksyon avek tout krite nou ap bay, tankou kalite osnon
vale liter n'ap cheche anndan youn teks.
Nou vle fe pwomosyon nouvel jenerasyon powet
ayisyen yo, laj kapab youn krite tou. Men li p'ap youn
krite pou elimine pesonn.
Society Paroles se youn asosyasyon ki anrejistre nan
pwovens Qu6bec-Kanada. Li p'ap chache fe pwofi nan
kad aktivite li ak misyon li. Se plizye atis (ekriven,
mizisyen, akte, chanted, pent, sineyas) k'ap viv nan
Montreal ki mete asosyasyon-an sou pye. Society
Paroles bay tet li twa manda :
- Tounen pot vwa pou anpil atis ki gen difikilte pou fe
tande yo
- Pwopaje zev manm li yo toupatou
- Sevi ak kilti pou raproche moun pou lavi ka pi bel

Adres Societe Paroles
PO. Box 25251
Succursale Riviere-des-Prairies
Montreal, Quebec, Canada
HIE 7P9
societeparoles@yahoo.ca


Page 19


...... ............ ... . ... .. . I I I- INI


I








BACK PAGE


Mercredi 09 Juillet 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 24


1,1,11 Atrit M VLN N


. . .
L ho....-


I


a


Men young
gwo hato k
up pote tout
machandiz
ou toupatou




St.Marc

Haiti


Ki vwajea chak
15 jou pou hwote
machandiz ou direk
an Ayiti sou waf St.
Marc & Gonaives
li bvote konntene.
bwat pepe. kamyon
machin ekselera


Rele ( 561) 845-7590 Gonaives

Fax (561 845-7592 Haiti

r 87 84 8330E~d~(


or I --c3 -,o-,-+^--< -- %-
SS el koneksyon gwo bato on genyen nan Palm Beach la
Directions: 1-95 It Exit No. 74 ( 45th street ) East to Congress Ave, go North on Congress Ave. to Martin Luther King
Blvd, go East (making right hand turn ) on M.L.K.BIvd. this Rd.takes you straight to the Port of Palm Beach as soon as
you go over Old Dixie llwy, before Guard Shack Make 1" Left hand turn you will See the Sign for Monarch Shipping Co.
If you go to far ask security how to get to Monarch Shipping yard


En Bref...
(... suite de la page 18)
qui a analyst le document. L'une des remarques du chef de l'Etat n'a
pas &td prise en compte par l'assembl6e. >
Rend Prdval a, en effet, 6mis des reserves sur l'article 138 du
document modifi6 par les d6put6s et les s6nateurs r6unis s6par6ment il
y a deux mois. << Nous maintenons cet article portant sur la quantity de
bureaux de vote a mettre en place dans chacune des sections
communales, a dit le d6put6 Dieujuste, Olu sous la banniere du
Mouvement chr6tien pour une nouvelle Haiti (Mochrenha). Chaque
section communale doit avoir au moins deux bureaux de vote. >
Mettant en avant des raisons budg6taires, le chef de l'Etat a voulu que
le nombre de bureau dans chacune des sections communales soit fix6
a un.
La loi 6lectorale, a annonc6 le repr6sentant des Gonaives a la 48e
16gislature, sera acheminde incessamment au S6nat de la R6publique
pour qu'elle soit a nouveau sanctionne. << Si le document est ratifi6
sans aucune forme de modification au S6nat, le corps l1gislatif
l'acheminera a l'Ex6cutif pour promulgation dans le journal officiel
Le Moniteur, a precise Eloun Dor6us, vice-pr6sident de la Chambre
des d6put6s. I faudra aussi attendre l'arriv6e d'un nouveau Premier
ministre pour la publication. >
Une p6riode minimale de 90 jours apres la publication de la loi
6lectorale serait n6cessaire a l'organisation des prochaines elections.
Avec 12 sieges vacants, le Senat est particulierement concern par le
prochain scrutin. Un poste est aussi a combler a la Chambre des
ddputds, apres la d6mission r6cemment de l'6lu de La Gonive, Elou
Fleurind Saint- Louis, pour << raison de sante>.
Le document electoral tel que vot6 par la Chambre des d6put6s
contient 235 articles subdivis6s en dix-neuf chapitres, dont l'un est
consacre a des dispositions transitoires. En attendant la publication de
la loi 6lectorale, les nouveaux conseillers 6lectoraux entament une
s6rie de tournmes dans les villes de province oni sont 6parpill6s les
Bureaux 6lectoraux d6partementaux (Bed) et les Bureaux 6lectoraux
communaux (Bec).


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com I haiti-en-marche@hughes.net
URL www.haitienmarche. com
SLibrary of Congress # ISSN 1064 3896


I


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
incontest6 sur le march
des transferts en Haiti,
renforce son service






PICKUP




Le plus grand rsuu PICKUPen Htati
Mres tarifs Ma provinces qu'A Pert-au-Prince
!. .
Le meilleur r seau S temps relI
Transfert disponible ia sleconde
# Livralson A domicile
CAM, pionniere etsele ompagnie garantissant
la livraison en mo ns deideux heures.
CAM Dipot Rapide
Votre argent peut etre d pos4 dans nImporte
quelle banque en Haiti.
Products Ali.entaires
Grande varit de produits
Meilleure quality sur le march
Une fois de plus, pionniere A
-.__jL_ introduire ce service. I


Appelez sons fis:
USA/Canoda: 1-800-934-0440 ou dH ou:56-
www.camtransfer.com
Apprmuv6e por tes autiikk nares de
New Yorlc New Jenry, Connectcut, Rhode Iland, Mosachusett, WashngtonC rg et Florde-
CAM, e sel leder jve(tine r~l~iti~ t~jjO~jS ij~if:e may amois ial e


U


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786457-8830 Fax: 3505- 979 e-0mal pasacalla@aol.co


POUR TOUW VOS JMATfl Equipements pour construction
f6ocos dc voiturc / Camion / Equipmclnt m6dlcal
Pmr mi. iao par bo..a


Page 20




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 9 au 15 Juillet 2008 • Vol XXII • Nº 24 Les quelque 7 millions de francs de l’ancien dictateur JeanClaude Duvalier bloqués en Suisse depuis des années pourraient revenir à l’Etat d’Haïti dès cet automne. Berne a posé un ultimatum jusqu’à la fin septembre aux détenteurs des comptes litigieux. Ceux-ci ont donc trois mois pour prouver que cette fortune a été réunie de manière non délictueuse. S’ils ne se manifestent pas ou s’ils ne peuvent pas apporter la preuve requise dans ce délai, l’Office fédéral de la justice (OFJ) ordonnera la remise des fonds à la République d’Haïti. Dans ce cas, les personnes concernées pourront s’opposer à ce transfert devant le Tribunal administratif fédéral. En attendant, l’OFJ a confisqué les montants en jeu. Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle procédure d’entraide judiciaire. Vu la démarche désormais adoptée, le Conseil fédéral a décidé mercredi de lever le blocage qu’il avait décrété. En août 2007, il avait accepté de prolonger celui-ci d’un an, suite aux engagements pris parBerne prête à remettre les fonds Duvalier à Haïtile gouvernement actuel de Port-auPrince de lutter contre l’impunité.Depuis 2002Les fonds Duvalier déposés dans les banques helvétiques sont gelés depuis 2002. “Bébé Doc” et son entourage sont accusés d’avoir détourné plus de 100 millions de dollars sous le couvert d’œuvres sociales avant la chute du dictateur en 1986. Cette année-là, les autorités haïtiennes ont déposé une demande d’entraide judiciaire demandant à Berne de bloquer les avoirs de l’ex-dictateur et de leur remettre les avoirs saisis. La Suisse est entrée en matière sur le blocage. Elle voulait notamment éviter par ce biais que sa place financière serve de refuge à des valeurs acquises illicitement.Pas d’accordEn même temps, le Conseil fédéral chargeait le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de soutenir l’Etat haïtien et la famille Duvalier dans la recherche d’une solution satisfaisante. L’accord proposé en 2005 ne s’est toutefois pas concrétisé. (FONDS DUVALIER / p. 3)RATIFICATIONMichèle Pierre-Louis dépose ses pièces le vendredi 4 juillet à la Chambre (photo Georges Dupé)Bataille entre deux clans de l’ex-oppositionMIAMI, 3 Juillet – Une première caractéristique de cette querelle autour de la ratification du Premier ministre désigné Michèle Pierre-Louis est qu’elle se déroule en dehors des milieux politiques proprement dits. Les premières étapes viennent de débuter devant les deux chambres du Parlement dont la majorité des membres promettent de réagir selon les règles. Les partis politiques de l’exopposition se déclarent en faveur de la ratification. LESPWA ne s’est pas encore officiellement prononcé. Pendant ce temps, la bataille fait rage dans ce que l’on convient d’appeler aujourd’hui la société civile. Mais qui dans le cas présent se résume à quelques petits groupes d’haïtiens mobilisant l’Internet ou blogs. Les uns faisant flèche de tout bois contre le choix de la directrice de FOKAL (Fondation Connaissance et Liberté), une ONG consacrée à l’éducation et la culture, et l’une des plus puissantes du pays. Mme Pierre-Louis est défendue par un autre groupe se présentant sous l’étiquette Le parti pro-gouvernemental d”intellectuels’, mais les premiers ne semblent pas (voir EX-OPPOSITION / 4) MIAMI, 4 Juillet – Le Premier ministre désigné Michèle Duvivier Pierre-Louis dirige l’une des plus puissantes ONG locales, la Fondation Connaissance et Liberté (FOCAL). Si elle obtient la ratification parlementaire, cela marquera un tournant dans les relations entre les organisations non gouvernementales (ONG) et la politique en Haïti. Alors que jusqu’ici le mouvement s’effectuait dans un sens, à présent il s’effectuerait dans l’autre.Les ONG arrivent au pouvoir en HaïtiL’explosion des ONG dites démocratiques a eu lieu dans les années 1990. Un nombre considérable de cadres ont délaissé les fonctions gouvernementales en faveur de ce nouveau débouché. Est-ce que l’installation à la tête du gouvernement haïtien d’un important dirigeant d’ONG peut amorcer le mouvement contraire et redonner à l’Etat haïtien des compétences qui lui ont fait défaut toutes ces dernières années ? Mais la question peut se poser différemment : les ONG seraient-elles devenues suffisamment puissantes pour prendre également possession de l’Etat ? Les ONG ne sont pas nées en 1990. Mais c’est dans ces années-là que s’est produit un grand changement en leur faveur. La communauté internationale (institutions de financement et grands « pays amis ») décidaient qu’une façon de lutter contre la corruption gouvernementale, sans priver les peuples des services nécessaires, c’est d’utiliser le couloir des organisations non gouvernementales. (ONG / p. 5)

PAGE 2

Page 2 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ...A droite les Lesly Manigat, Clémard Joseph Charles, Thomas Désulmé, Ti Loulou Déjoie … A gauche, René Théodore, Gérard Pierre Charles, Serge Gilles etc. Mais le pays retrouva rapidement sa tradition de tumultes incessantes (à laquelle seule une dictature aussi sanguinaire que celle de Papa Doc avait pu mettre une halte et sur des montagnes de cadavres). Le jeu à la roulette russe ne tarda pas à commencer à niveler le terrain. Et la grande cohorte de l’aprèsDuvalier à s’éclaircir. Lors des premiers massacres perpétrés par l’armée pour empêcher la tenue d’élections démocratiques, le leadership trouva son expression dans la voix de Mgr Willy Romélus. Son « rache manyòk » est une page d’anthologie qui figure jusque dans le dictionnaire Larousse. Après beaucoup de péripéties, le premier CEP (conseil électoral provisoire) fut mis en place. Il n’aurait pas duré longtemps, n’était le leadership du Dr Louis Roy et de Emmanuel Ambroise. 29 novembre 1987. Les premières élections démocratiques furent écrasées dans le sang par les militaires haïtiens avec l’appui de l’extrême droite reaganienne à Washington. Mais la réserve de leadership n’était pas encore épuisée. Ce fut le tour du père Antoine Adrien de pouvoir réunir des compatriotes de différents partis et de divers milieux autour d’une table. C’est ainsi que fut choisie la première femme président provisoire, la juriste Ertha Pascal Trouillot. Même quand elle l’oubliera par la suite pour se laisser embobiner par le baron duvaliériste Dr Roger Lafontant. Puis survint le coup d’état militaire de septembre 1991. Et patatras. Ce fut l’occasion de la plus grande saignée dans le leadership de l’après-Duvalier. Car la première génération avait joué son rôle et c’était le tour de secteurs ont été suffisamment décapités pour qu’on n’ait presque plus rien à craindre. On peut les laisser faire le sale job eux-mêmes et tout seuls. En s’entredéchirant à belles dents. C’est dans ce cafouillage que s’inscrit l’assassinat de Jean Dominique. Ou plutôt qu’un acte aussi audacieux ait pu se commettre. Aristide et l’OPL de Gérard Pierre-Charles se séparent dès 1995 et cette querelle des frères ennemis va se poursuivre jusqu’au deuxième renversement par la force du leader de Fanmi lavalas le 29 février 2004. Nous avons bien dit « leader » car c’est le seul titre qu’on ne saurait enlever à Aristide. Leader des masses. Pour le meilleur et pour le pire. Aujourd’hui voici René Préval à la présidence de la République et une crise interminable et épuisante avec le Parlement autour de la ratification impossible d’un Premier ministre. Mr Préval est certainement inattaquable en ce qui concerne ses lettres de créance en démocratie. Il a formé un gouvernement de coalition et il ne prend pas une décision sans avoir recherché un consensus avec tous les secteurs. Cependant première étrangeté, il a été élu avec le support des masses, mais il dirige avec l’opposition. Autrement dit avec ceux qui ont abattu le gouvernement qui avait été mis en place par les mêmes masses : le gouvernement Aristide. Mais la deuxième caractéristique de ce nouveau système, et le plus grave, est son absence totale et préméditée de leadership. Ce qui inviterait à croire que l’élimination progressive de ce dernier sur la scène politique haïtienne n’est pas totalement un effet du hasard. Le président Préval offre la garantie du consensus et de la réconciliation. Mais de leadership, aucun. Et voilà la vraie cause de la crise actuelle.Une question de leadership! Le 3ème Congrès national de l’OPL pendant le week-end à Port-au-Prince dans les locaux du parti (Georges Dupé) MIAMI, 1er Juillet – L’absence de leadership, voilà en quoi se résume l’actuelle crise politique en Haïti. Il était une fois un pays où chaque politicien qui rentrait d’exil était un leader. C’était au lendemain de la chute de la dictature Duvalier en février 1986. Tous ceux qui avaient combattu le régime trentenaire était en droit de se proclamer leader. la seconde. Mais celle-ci fut tuée dans l’œuf. Littéralement. Assassinat (à gauche) de Antoine Izméry et de père Jean-Marie Vincent, (à droite) de Guy Malary … Et de quantité d’autres moins connus, leaders à la base, exécutés ou forcés à l’exil. Le régime qui a commis le coup d’état de septembre 1991 n’est pas resté trois années au pouvoir pour rien. (LEADERSHIP / p. 6) Désormais les différentsJean Marie Guehenno appelle à la formation d’un gouvernement en HaïtiLe secrétaire général adjoint de l’ONU, Jean Marie Guehenno, a bouclé une visite de 48 heures à Port-au-Prince au cours de laquelle il a eu des entretiens avec le chef de l’état, René Préval, le premier ministre désigné, Michèle Pierre Louis, les dirigeants du parlement et les représentants de la société civile, ainsi qu’avec des membres de la presse. Lors d’une conférence donnée à l’aéroport international de Port-au-Prince, avant son départ, M. Guehenno a appelé les acteurs politiques haïtiens à trouver une entente afin de former un gouvernement dans le meilleur délai. “Un moyen rapide est nécessaire pour régler la crise politique. Il est essentiel qu’ Haïti forme un nouveau gouvernement”, a déclaré le responsable de l’ONU, qui soutient qu’Haïti a besoin d’un gouvernement qui bénéficie du support du parlement et de l’appui des différents secteurs de la société civile. Selon M. Guehenno, un gouvernement est nécessaire pour favoriser le déblocage des fonds promis par la communauté internationale. “ Nous sommes là en appui et en solidarité avec les autorités haïtiennes “, lance t-il soulignant que le rôle de la Mission de l’ONU est d’aider Haïti. Jean Marie Guehenno a mis l’accent sur l’amélioration du climat sécuritaire resultant, selon lui, des efforts conjugués de la Minustah et de la PNH. Au cours de son séjour, M. Guehenno a pu visiter des quartiers autrefois contrôlés par des gangs. Le patron des Casques bleus, le français Jean-Marie Guéhenno, qui a passé huit ans à la tête du département de maintien de la paix des Nations unies, achève son mandat, et sera remplacé par un autre français, le diplomate Alain Le Roy.L’OEA évoque la nécessité pour Haïti de se doter au plus vite d’un nouveau gouvernementL’Organisation des États américains (OEA) évoque la nécessité pour Haïti de se doter au plus vite d’un nouveau gouvernement, pour lequel un premier ministre a été désigné le 23 juin dernier par le président René Préval. « Le président René Préval a présenté d’excellents candidats (pour le poste de premier ministre), mais nous ne pouvons qu’espérer », a déclaré le secrétaire général de l’OEA, José Miguel Insulza, cité par le quotidien américain Miami Herald. Michèle Pierre-Louis, selon Insulza, est une femme brillante et énergique qui « pourrait être un excellent Premier ministre, mais la décision est strictement réservée à Haïti ». Le secrétaire général de l’OEA, qui dit ne pas vouloir influencer le processus de ratification du premier ministre désigné, soutient que « la Constitution haïtienne est très claire. Le président propose, le parlement accepte ». De son côté, le secrétaire général adjoint de l’OEA, Albert Ramdin, estime qu’Haïti a besoin de mettre en place un nouveau gouvernement pour continuer les efforts de stabilité. Sans un gouvernement établi, l’OEA ne sera pas en mesure d’aider Haïti, prévient Ramdin. Insulza et Ramdin participaient, cette semaine, à une réunion de la Communauté des Caraïbes (Caricom) qui se tenait à Antigua).Rencontre des bailleurs à Madrid sur HaïtiElle aura lieu à la mi-juillet à Madrid. Une conférence des bailleurs de fonds sur la situation en Haïti. Les conséquences de la crise alimentaire sur l’économie haïtienne seront au centre du débat lors de cette conférence.Youri Latortue préconise de nouvelles dispositions sécuritairesLe président de la commission sécurité du sénat, Youri Latortue, a préparé un rapport dans lequel il propose le vote d’une loi sur la détention préventive prolongée, la construction de 200 commissariats et le vote d’une loi contre le kidnapping. “ La prévention, la justice et la force publique sont les principaux axes de la lutte contre le kidnapping”, a souligné Youri Latortue notant que les parlementaires devront voter un budget pour le système d’intelligence national et augmenter le budget pour la police et le rétablissement des forces armées d’Hait”. “ La police doit œuvrer à l’intérieur du territoire et l’armée doit protéger la frontière “, a dit Youri Latortue estimant que la police seule ne peut être efficace dans la prévention. Mettant l’accent sur les dissensions entre la police et la justice, le sénateur Youri Latortue plaide pour une prise en main du parquet et un contrôle du leadership de la police. “ Les deux institutions doivent œuvrer ensemble pour faciliter le travail”, ajoute t-il. Selon le sénateur Latortue, l’exécutif devra œuvrer en vue de créer une chambre spécialisée pour la lutte contre le kidnapping et faciliter la mise en place du conseil supérieur du pouvoir judiciaire. Il préconise également la création d’une commission sur la détention préventive prolongée et la refonte du code de procédure criminelle.Michèle Pierre Louis: “en cas d’échec, je vais continuer mon travail de militante”“Si quelqu’un me dit que j’ai des garanties, je répondrai NON. Car s’il y a eu deux échecs avant moi, un troisième est toujours possible. Si je passe le cap du processus de ratification, je ne pourrai rien faire seule. Répondre à l’appel du chef de l‘état a été une décision difficile pour moi, parce que j’avais envie d’oeuvrer au progrès du pays dans mon champ d’action. C’est une énorme responsabilité. Je m’engage parce que j’ai confiance dans ma capacité personnelle et dans la capacité des Haïtiens à relever le défi. En cas d’échec, je vais continuer mon travail de militante engagée dans ce pays”.Dossier Premier ministre désignéMichèle Duvivier Pierre-Louis s’est présentée personnellement vendredi matin (4 juillet) au bureau de la chambre basse, accompagnée de quelques proches et d’un léger dispositif de sécurité. Le Premier ministre désigné a été reçu par le président de la chambre des députés, Pierre Eric Jean Jacques, auquel elle a remis un total de 21 documents, selon ce qu’a confirmé ce dernier. « Je viens de faire le dépôt de mes documents personnels et la commission spéciale de la chambre va les étudier afin de déterminer s’ils répondent aux exigences constitutionnelles », a déclaré Mme Pierre-Louis aux journalistes. Pierre Eric Jean Jacques a indiqué que parmi les documents déposés se trouvent l’acte de naissance de la désignée, ceux de ses grands-parents ainsi que 8 passeports. La commission spéciale d’étude de la documentation du premier ministre désigné va commencer à travailler « rapidement », a promis le président de la chambre basse.

PAGE 3

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHEBerne a néanmoins poursuivi ses efforts pour tenter de trouver une issue favorable qui permette la restitution des avoirs à Haïti avant la date butoir du 31 août 2008.Berne prête à remettre les fonds Duvalier à Haïti dès septembre(... suite de la 1ère page) d’entraide de 1986. Comme l’avait annoncé son président, les autorités de ce pays ont confirmé qu’elles avaient repris la procédure pénale contre Jean-Claude Duvalier pour détournement de fonds. Elles ont également renouvelé les garanties concernant la conformité de la procédure aux droits de l’homme. Un premier pas contre l’impunitéCommuniqué de presse de la Coalition des ONG suisses pour la restitution des fonds Duvalier, le 3 juillet 2008 La Coalition des ONG suisses pour la restitution des fonds Duvalier à Haïti* salue la décision de l’Office fédéral de la justice (OFJ) concernant les fonds Duvalier bloqués en Suisse ainsi que celle des autorités judiciaires haïtiennes de relancer les procédures contre la famille Duvalier. Ces décisions ouvrent la porte à un procès de l’ancien dictateur et à une restitution des fonds dérobés au peuple haïtien. Les ONG suisses s’engagent à poursuivre leurs efforts pour combattre l’impunité et assurer une restitution transparente des fonds bloqués en Suisse. L’Office fédéral de la justice (OFJ) a décidé de maintenir le blocage des fonds Duvalier dans le cadre d’une nouvelle procédure d’entraide judiciaire. Il appartient maintenant aux membres de la famille Duvalier de prouver avant la fin septembre 2008 que ces fonds ne sont pas d’origine illicite. S’ils n’y parviennent pas, l’argent sera restitué à la République d’Haïti. La décision de l’OFJ concorde avec les informations récoltées par la Coalition des ONG suisses auprès des personnes victimes de la dictature de JeanClaude Duvalier en Haïti et à l’étranger. Le clan Duvalier doit être considéré comme une organisation criminelle qui a pillé et vidé l’État haïtien de ses richesses et commis de graves violations des droits humains. Les informations à disposition de la Coalition des ONG suisses ne laissent aucun doute quant à l’origine illicite des fonds bloqués par la Suisse (plus de 7 millions de francs suisses). Afin d’assurer que les fonds soient utilisés au bénéfice de la population haïtienne, il sera essentiel d’impliquer la société civile haïtienne dans le processus de restitution. Avec un taux de pauvreté supérieur à 80%, les Haïtiens souffrent toujours des conséquences dramatiques du régime de Baby Doc. Si les autorités haïtiennes n’avaient pas complété leur demande d’entraide judiciaire à la Suisse, celle-ci aurait dû rendre les fonds à la famille Duvalier après le 31 août 2008. Le cas Duvalier souligne une fois de plus la nécessité d’une adaptation générale du droit suisse concernant les fonds de dictateurs et autres personnes politiquement exposées qui sont déposés sur des comptes en Suisse. Action de Carême, Pain pour le Prochain, Action Place Financière Suisse, Déclaration de Berne, Plate-Forme Haïti de Suisse, Transparency International Suisse, TRIAL. Pour plus d’informations: Anne-Kathrin Glatz, Déclaration de Berne, +41 (0)21 620 03 09 ou +41 (0)76 542 32 62, glatz@ladb.ch, www.ladb.ch André Rothenbühler, Action Place Financière Suisse, +41 (0)61 693 17 00 ou +41 (0)79 273 61 43, afp@aktionfinanzplatz.ch, www.aktionfinanzplatz.ch Port au Prince 01/07/08 Monsieur René G. Préval Président de la République d’Haïti Excellence, Nos partenaires et amis en Suisse nous ont alerté au sujet des fonds de l’ancien président Jean Claude Duvalier bloqués en Suisse. La décision de En mai 2008, Haïti a complété la demande Lettre ouverte de 9 organisations de la société civile au Président René Prévalbloquer les fonds pour un temps limité a été par leur gouvernement suite aux diverses actions de plaidoyer pour obtenir justice en faveur d’Haïti. Par cette lettre nos organisations reconnaissent que la cause est juste et elles adhèrent aux démarches de leurs partenaires en Suisse. Et en conséquence elles demandent au gouvernement haïtien fonds retournent au peuple haïtien. En effet, pour nous, il s’agit d’une question de justice. Tous ceux et celles qui ont vécu l’année 1987 se souviennent des conditions du départ l’ex – président dictateur Jean Claude Duvalier et des fonds emportés par lui. Tous ceux et celles qui ont vécu les dernières années de la dictature se souviennent aussi des faits comme le contrat honteux conclu entre les deux gouvernements haïtien et dominicain pour fournir, contre paiement, 10.000 braseros à la République voisine. Est ce que les fonds versés ont été comptabilisés dans les recettes de l’Etat haïtien pour servir au moins pour répondre aux besoins du peuple. Pour nous, il s’agit d’une question de réparation et de restitution. Justice doit être réparatrice d’entreprendre des actions nécessaires pour que ces (FONDS DUVALIER / p. 4) L ’EVENEMENT La Suisse prête à remettre les fonds Duvalier à Haïti p.1 SUSPENSE RA TIFICA TION Une question de leadership ! p.2 Bataille entre deux clans de l’ex-opposition p.1 Les ONG arrivent au pouvoir en Haïti p.1 ACTUALITE Le Premier ministre désigné dépose ses pièces et rencontre la CPP p.4 L’ONU exhorte Haïti à en finir avec la crise politique p.7 ASSIST ANCE Le PAM veut atteindre 2.3 millions de bénéficiaires p.6 PNUD et FAO promettent améliorations des conditions p.6 L’ONU mobilise 55 millions de dollars p.6 MINUST AH Un officier guatémaltèque rapatrié pour mauvaise gestion de rations alimentaires p.8 Prolongement jusqu’en 2012 du mandat du contingent uruguayen p.8 SPECIAL Un ange s’est envolé p.14 PRESSE En mémoire de Mike Norton p.9 T OURISME A Paris heureux mariage de l’Euro avec la reine Margot et Grace Kelly p.10 LIVRES Le conflit israélo-paletinien (de Gaby Tabarani) p.11 LIBRE PENSEE Nous ! p.14

PAGE 4

Page 4 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 UNE ANALYSE dilapidés,et trop peu d’efforts sont déployés pour les récupérer. Le montant des fonds en question, 9 million de dollars pourrait paraître petit face aux problèmes du pays ; mais sa valeur symbolique et morale est d’autant plus grande,par ce qu’il s’agit de restitution et de début de réparation. Pour nos organisations, il s’agit d’une question de lutte contre l’impunité et contre la corruption. Avec beaucoup d’intérêt, Monsieur le président, nous entendons vos appels pour lutter contre la corruption et nous voulons bien y apporter notre contribution. Nous croyons que la récupération des fonds des Duvalier serait une expression concrète de cette lutte contre la corruption et l’impunité qui la soutient dans le pays. Nos organisations comptent sur vous et sur la compétence des instances étatiques de composer des dossiers solides, bien argumentés qui puissent faire la vérité, afin que le pays puisse récupérer ce qui lui appartient et faire un pas de plus sur le chemin de vérité, de la justice et ainsi vers la réconciliation dont il a tant besoin. Les organisations adhérentes : SKDK: Sant pou la Kilti ak devlopman Karis FIDES: Fondation Intern. de Développement Economique et Social CRESFED : Centre CATI: Coopérative Agricole de Ti Buron REBA: Rezo Bib Ayisyen MPP:Mouvman Peyizan Papay ODTPK: Oganizasyon de Devlopman Ti Plantè Kawo JILAP: Jistis Ak Lapè/Justice et Paix IPTKMA :Inyon Peyizan Tèt Kole de Mawotè Pour authentification : Poliner AUGUSTIN TéL. 36 70 59 63 E-mail. Prenna70@yahoo.fr pour être vraie et porteuse d’avenir de réconciliation et de paix durables. Ce n’est pas correct notre pays doit quémander des moyens pour réaliser ses projets et subvenir aux besoins de ses citoyens citoyennes, tandis que les propres ressources du pays sont volés etLettre ouverte de 9 organisations de la société civile au Président Préval(FONDS DUVALIER... suite de la page 3) non plus avoir leur porte-plume dans leur poche. Mercredi (2 juillet) l’intéressée a publié une note de presse dans laquelle elle déplore la campagne de calomnies dirigée contre sa personne et sa vie privée et avise qu’elle a décidé de maintenir sa candidature. Ses adversaires ont donc perdu la première manche, car ils avaient déjà fait courir le bruit, toujours sur l’Internet, qu’elle avait renoncé à sa nomination. Michèle Duvivier Pierre-Louis est le troisième choix du Président René Préval. Les deux premiers n’ont pas franchi la barre du Parlement. La balle est donc désormais dans le camp des sénateurs et députés. Mais arrivons à la seconde caractéristique de la bataille déclenchée autour de cette nomination. C’est une querelle de frères ennemis. En effet, elle implique en premières lignes et des deux côtés les secteurs victorieux lors du renversement d’Aristide le 29 février 2004. D’un côté, des intellectuels et artistes. De l’autre, des activistes. Hier ils s’étaient mis ensemble pour se débarrasser d’un ennemi commun, le chef de Fanmi lavalas, le président Jean-sBertrand Aristide. Aujourd’hui celui-ci est contraint à l’exil en Afrique du Sud et une force internationale fait bonne garde dans le pays. La voie est donc libre pour permettre aux ambitions (à toutes les ambitions) de s’affirmer davantage. C’est par conséquent à une sorte d’avant-goût des prochaines batailles politiques (politicoélectorales) que nous assistons en ce moment. Quelles sont les premières leçons à retenir : 1) Le pouvoir actuel, pouvoir de coalition, c’est-à-dire combinant un Président élu par les masses mais qui dirige avec son ex-opposition, n’est pas un pouvoir sans opposition pour autant. 2) L’opposition existe. C’est ce que démontre la querelle autour de la nomination de Mme PierreLouis. Cette opposition est issue du même regroupement qui avait aidé à chasser Aristide. La coalition autour du Président Préval n’épuise pas toute l’opposition. Une partie se trouve aux côtés de Mr. Préval. Une autre partie est contre lui. 3) Cependant cette opposition ne peut procéder par la voie classique : entreprendre par la force le renversement du président en exercice. Par contre, on peut l’empêcher de gouverner. Par exemple, le pays depuis trois mois ne peut se donner un Premier ministre pour remplacer Jacques Edouard Alexis qui a été destitué par une conspiration. On doit dire conspiration, car peut-on renvoyer un chef de gouvernement à un moment aussi crucial (au lendemain même des émeutes de la faim) sans avoir pensé préalablement à une alternative ? La bataille actuelle ne vise donc pas principalement le Premier ministre désigné Michèle Pierre-Louis (quoi qu’on dise), mais d’abord à mettre des bâtons dans les roues de toutes les manières possibles et imaginables à Mr. Préval, afin de l’empêcher de marquer des points. Et surtout d’en faire bénéficier ceux que l’on appelle couramment ses « amis ». Les trois Premiers ministres qu’il a désignés depuis la vacance gouvernementale commencée le 12 avril dernier, ont le même qualificatif : « ami » du chef de l’Etat. Ils ont été combattus systématiquement et indifféremment par les mêmes sur l’Internet. C’est donc que l’on craint que le mot « ami » ne vienne à être remplacé au fur et à mesure par celui de « poulain ». Mais poursuivons la lecture de l’événement. Si des secteurs qui avaient dû hier se souder corps et âme contre le Lavalas peuvent aujourd’hui laisser éclater au grand jour leurs divisions, c’est que le Lavalas ne fait plus peur. Le Lavalas semble sur la touche et pour quelque temps. Il en résulte donc une toute nouvelle configuration : 1) Un pouvoir politique (le palais national et la primature) et une opposition (la société civile) qui seraient tous les deux dominés par l’ancienne coalition qui a vaincu le régime Aristide en février 2004. 2) Une nouvelle élite politique plus proche de la bourgeoisie et des classes moyennes (intellectuels, artistes, businessmen et cadres activistes, ces derniers de préférence avec une orientation de droite). 3) Une lutte qui se circonscrit de plus en plus en dehors du champ politique traditionnel (partis politiques, syndicats et autres) et qui a pour point d’appui non les masses (comme le Lavalas) mais les nouveaux supports de communication et de propagande plus facilement contrôlables, dont l’Internet. En tout cas, mine de rien c’est une toute nouvelle expérience qui vient de commencer là. Normalement il y aura des actions et réactions. Mais l’enjeu actuel va au-delà du vote des deux chambres. Mélodie 103.3 FMBataille entre deux clans de l’ex-opposition(EX-OPPOSITION ... suite de la 1ère page) P-au-P., 4 juil 08 [AlterPresse] — Le premier ministre désigné, Michèle Duvivier Pierre-Louis, a fait le dépôt de ses pièces vendredi (4 juillet) au bureau de la chambre des députés, ont constaté des journalistes. La documentation sera examinée par une commission spéciale qui devra recommander laLe PM désigné fait le dépôt de ses pièces à la Chambre des députésratification ou le rejet du choix de Michèle Pierre-Louis par le president René Préval pour diriger le prochain gouvernement. Michèle Duvivier Pierre-Louis s’est présentée personnellement durant la matinée au bureau de la chambre basse, accompagnée de quelques proches, alors qu’un léger dispositif de sécurité a été observé. Le premier ministre désigné a été reçu par le président de la chambre des députés, Pierre Eric Jean Jacques, auquel elle a remis un total de 21 documents, selon ce qu’a confirmé ce dernier. (PM DESIGNE / p. 5)

PAGE 5

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 5 DE L’ACTUALITE Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsor visit ourEmployment Customer Care Center140 West Flagler Street, Suite 105 € Miami, FloridaSearch o nline at any Miami-Dade County library, South Florida W orkforce Career Center or T eam Metro location.EOE/M/F/D/V eterans´ PreferenceD e l i v e r i n g E x c e l l e n c e E v e r y D a y Time to Shine! « Je viens de faire le dépôt de mes documents personnels et la commission spéciale de la chambre va les étudier afin de déterminer s’ils répondent aux exigences constitutionnelles », a déclaré Mme PierreLouis à quelques journalistes qui l’attendaient à la sortie. Pierre Eric Jean Jacques a indiqué que parmi les documents déposés se trouvent l’acte de naissance du PM désigné, ceux de ses grands-parents ainsi que 8 passeports. La commission spéciale d’étude de la documentation du premier ministre désigné va commencer à travailler « rapidement », a promis le président de la chambre basse. Si MP-L parvient à bénéficier d’un vote favorable de la chambre des députés, elle aura a accomplir la même démarche au sénat. Selon la constitution haïtienne, le choix d’un premier ministre doit être ratifié par les deux chambres, avant que celui-ci puisse former un gouvernement et présenter sa politique générale aux sénateurs et députés.Le PM désigné fait le dépôt de ses pièces(PM DESIGNE... suite de la page 4) Le premier ministre désigné a eu aussi le 4 juillet sa première rencontre au palais présidentiel avec les députés du bloc majoritaire Concertation des Parlementaires Progressistes (CPP), en présence du président René Préval. Quelques députés qui ont pris part à la réunion ont commenté positivement l’atmosphère dans laquelle elle s’est déroulée. Deux précédents premiers ministres désignés ont été rejetés par la chambre des députés. Depuis environ 3 mois, Haïti est dirigé par un gouvernement démissionnaire, après la censure du premier ministre Jacques Edouard Alexis par le sénat, le 12 avril dernier. Les ONG devenant un pouvoir à elles seules …Renforcement des grandes ONG internationales, et sur le plan local une floraison d’organisations et de fondations.Les ONG arrivent au pouvoir en Haïti(ONG... suite de la 1ère page) Du coup une grande migration se produisit vidant l’Etat haïtien de la majorité de ses meilleurs cadres. Les ONG paieraient de meilleurs salaires. Et en dollars, disait-on. Par exemple, Mme Michèle PierreLouis, le PM désigné, dirigeait en 1991 le cabinet particulier d’un certain Premier ministre René Préval. Depuis, elle est devenue la directrice générale de la FOKAL. Ou encore le Premier ministre Rosny Smart (1996-1997) qui prit la tête d’une fondation dès qu’il avait démissionné du gouvernement. Les ONG n’ont pas seulement enlevé au gouvernement une importante partie de l’assistance externe. Elles l’ont également vidé de ses cadres. Le mouvement s’est accentué au cours de la dernière décennie. Au fur et à mesure, les ONG devenant un pouvoir à elles seules. Et que les dirigeants étrangers de passage se doivent de visiter avec pratiquement le même intérêt que celui réservé aux tenants du pouvoir officiel. Récemment, lors de la visite du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, il y avait principalement à sa table lors d’un déjeuner pour les leaders politiques et la société civile : Michèle PierreLouis de FOKAL, Mme Suzy Castor (de CRESFED), Rosny Desroches (Initiative Société Civile / ISC) etc. D’un autre côté, notons aussi que nos derniers Présidents ne sont pas tout à fait en dehors du courant. Aristide créa la Fondation Aristide pour la Démocratie. Une bibliothèque publique patronnée par la FOKAL René Préval profita aussi du temps qui s’est écoulé entre ses deux mandats présidentiels, pour développer des projets dans son berceau familial Marmelade grâce à la coopération étrangère.Une sorte d’opération retour …Cependant une ratification de Mme Michèle Pierre-Louis au poste de chef du gouvernement ferait entrer les ONG dans le pouvoir par la grande porte. On dit que l’organisation qu’elle dirige, la Fondation Connaissance et Liberté, a de grandes attaches internationales. C’est le mois dernier qu’une grande fête avait lieu à Washington pour saluer les réalisations de la FOKAL. Son principal (sinon son premier) fournisseur d’assistance est le financier philanthrope George Soros, qui a semé des institutions du même genre un peu partout sur la planète. Que peut signifier aujourd’hui des rapports qui seraient aussi étroits entre les ONG et l’Etat ? L’Etat haïtien a un cruel besoin de compétences. Un Premier ministre de ce genre peut aider à réaliser une sorte d’opération retour. Mais ce n’est pas tant une question d’hommes et de femmes que surtout de modernisation, d’amélioration des techniques de travail et méthodes de fonctionnement. En un mot, faire un pas dans la modernité.Un Etat dans l’Etat …Cependant l’Etat haïtien de son côté n’a pas toujours eu que des félicitations pour les ONG. Dès sa déclaration de politique générale en juin 2006, le Premier ministre aujourd’hui démissionnaire Jacques Edouard Alexis relevait que l’Etat haïtien devrait pouvoir être mieux renseigné sur les financements reçus par les ONG en Haïti (aussi bien les organisations locales que internationales), car comment l’Etat haïtien peut-il bâtir un véritable plan de développement s’il ignore la totalité des ressources dont dispose le pays ? Dans le privé, les gens du pouvoir ont parfois parlé des ONG comme d’un Etat dans l’Etat. Voire quand elles se sont mêlées d’un peu plus près aux soubresauts politiques. Certaines d’entre elles ont participé ouvertement à la lutte pour le renversement d’Aristide. Mais ne les appelle-t-on pas ONG démocratiques ! Est-ce que (puisque étant du sérail) Michèle Pierre-Louis pourrait établir une meilleure harmonie entre les deux entités Etat et ONG et faire que leurs efforts communs aboutissent à de meilleurs résultats au bénéfice de la nation ?Prévenir tout conflit d’intérêt …Mais nous sommes en pleine supposition, ce ne sont là que hypothèses et conjectures puisque le processus de ratification du Premier ministre désigné est à peine entamé. Mais surtout il ne faudrait pas que cet Etat dans l’Etat devienne l’Etat tout court. Et que ce rapprochement ne soit le début d’un mouvement pour transformer l’Etat haïtien lui-même en une espèce de super ONG. Ce serait vraiment alors le cas de dire : L’assistance gouverne, le gouvernement assiste ! C’est donc dès le départ qu’il s’agit de prévenir tout conflit d’intérêt. A bon entendeur. Haïti en Marche, 4 Juillet 2008

PAGE 6

Page 6 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Or il ne s’agit pas seulement de la Présidence. Le leadership a partout disparu et n’est plus nulle part. A la veille du renversement d’Aristide en février 2004, c’était comme après la chute de Duvalier en février 1986, les leaders se ramassaient à la pelle. Mais il y a leader et leader. On ne s’improvise pas leader. Beaucoup de leaders ne signifie pas forcément leadership. Aussi la vague est-elle rapidement retombée. Des partis politiques qui ne représentent pas plus de 0,5 pour cent du corps électoral (comme démontré aux dernières présidentielles) ni ne sont vraiment représentés par leurs représentants au Parlement. D’où naissance des blocs aux membres issus de partis différents. Quant à ces derniers, ce sont les seuls qui jouent franc jeu. Ils se sont mis en groupes ou clans au gré de leurs intérêts, politiques ou individuels. Pourquoi dire qu’ils sont les seuls sincères. Eh bien, parce que eux sont les produits du nouveau système. Et qu’on pourrait résumer ainsi : au diable le leadership, et fais ce que veux ! Quelque part on pense que le leadership ne sied pas à un pays aussi pauvre et aussi dépendant que le nôtre. Autrefois on nous aurait dépêché rapidement un quelconque général putschiste. Aujourd’hui ce n’est pas pareil. Nous vivons en démocratie. Haïti mourra donc de sa belle mort … démocratique ! Mélodie 103.3 FMUne question de leadership!(... suite de la page 2) Le PAM accroit son assistance en Haïti afin d’atteindre 2,3 millions de bénéficiairesvulnérables grâce à une subvention de 23 million de dollars américains dans le cadre de l’appel de fonds pour répondre à la flambée des prix des produits alimentaires. Le PAM assiste actuellement plus de 800,000 personnes en Haïti en plus des 40,000 familles vulnérables dans les zones urbaines, la plupart ayant une femme chef de ménage. Pendant les vacances d’été, le PAM distribue des repas chauds et des rations sèches à 200,000 enfants en age scolaire pour les occuper sainement à des activités extrascolaires. Dans les mois a venir, de plus en plus de personnes vont recevoir de l’assistance alimentaire pour atteindre 2,3 million a la fin de l’année. “Notre assistance alimentaire est cruciale pour aider les populations à faire face aux conséquences de la flambée des prix– ce qui représente un fardeau supplémentaire pour les personnes qui étaient déjà pauvres” a dit le Directeur Régional du PAM, Pedro Medrano. Les rations familiales du PAM apportent un peu d’espoir au sein des familles qui, à cause des prix qui augmentent, de plus en plus ont moins de moyens d’acheter la nourriture dont ils ont besoin à cause des prix qui augmentent. Les bénéficiaires reçoivent une ration qui va nourrir leur famille pendant un mois. Un meilleur accès des ménages les plus PORT AU PRINCE –Le Programme Alimentaire Mondial de l’ONU étend ses opérations rapidement en Haïti, atteignant plus de personnes pauvres à l’assistance alimentaire permettra aussi de contribuer à la stabilisation de la société haïtienne, secouée durement par des émeutes de la faim au printemps. La population haïtienne est très vulnérable face à la flambée des prix : Haïti importe plus de 50 pour cent de ses besoins alimentaires, y compris le riz. Les trois quarts des haïtiens vivent avec moins de 2 dollars américains par jour.. Les ménages dépensent plus de la moitie de leurs revenus en nourriture. Les bailleurs de fonds aux opérations du PAM en Haïti sont: les Etats Unies (23.3 million de US$); Canada (19.8 million de US$), France (3.7 million de US$), UN Central Emergency Revolving Fund –CERF (3.3 million de US$), Suisse (1.4 million de US$) et d’autres. Dans l’ensemble, les bailleurs ont fourni plus de 62 million de dollars américains, ce qui est assez pour couvrir les besoins additionnels pour 2008. Cependant, le PAM a encore besoin de 61 million de dollars pour couvrir les besoins des bénéficiaires haïtiens en 2009. Le PAM est l’agence humanitaire la plus large du monde: cette année, le PAM envisage de nourrir 70 millions de personnes dans environ 80 pays. Les journalistes peuvent trouver les derniers communiqués de presse, videos et photos publies sur le site de PAM (http://www.wfp.org).COMMUNAUTE INTERNATIONALE Port-au-Prince, le 1er juillet 2008 (AHP) Le coordonnateur résident du Programme des Nations Unies (PNUD), en Haïti, Joël Boutrou, a annoncé mardi le lancement prochain d’un ensemble de projets d’accompagnement pour aider, a-t-il dit, à l’amélioration des conditions de vie de la population. On envisage de mettre sur pied des travaux à haute intensité de main-d’oeuvre, en vue de la créationPNUD et FAO promettent l’amélioration des conditions de vie de la populationde nouveaux emplois dans le pays, a dit M. Boutrou, soulignant que le nombre d’haïtiens qui vont bénéficier de l’éducation et de soins gratuits va tripler dans quelques mois. 55 millions de dollars ont déjà été mobilisés et 76 millions sont attendus dans les prochains mois, a précisé M. Boutrou, soulignant que ces fonds sont gérés par des Organisations Non Gouvernementales (ONGs) et des institutions publiques, dépendamment du secteur d’activités. Pour sa part, le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Harry Ibrahim, a fait savoir que son organisation interviendra dans le domaine de la relance de la production agricole. La FAO envisage d’assister les paysans en semences et en petits outillages agricoles. Elle interviendra dans les domaines de l’apiculture et de l’aviculture, et aidera à la réhabilitation du système d’irrigation dans différentes régions du pays et à la mise en place d’infrastructures de conservation de l’eau, a indiqué M. Ibrahim 4 millions de dollars sous forme d’intrants ont déjà été mis à la disposition du gouvernement haïtien, a précisé Harry Ibrahim, soulignant que cette activité permettra de venir en aide à plus de 50,000 familles vulnérables. Les prix des produits alimentaires ont augmenté considérablement ces derniers mois en Haïti en raison de la tendance sur le marché international et des hausses spectaculaires des prix du pétrole. AHP (A l’instar de nombreux pays, la flambée des prix sur la scène internationale a eu de sérieuses retombées sur le plan économique en Haïti. L’équipe pays du Système des Nations Unies en Haïti entend apporter une réponse adéquate au problème de la vie chère qui affecte la population. Nombre de dispositions urgentes sont déjà prises. Le coordonateur résident des Nations Unies en Haïti, Joël Boutroue, a annoncé que 55 millions de dollars américains ont déjà été mobilisés dans le cadre de la réponse à apporter à la sévère crise économique à laquelle fait face laCherté de la vie en Haïti : l’ONU mobilise 55 millions de dollars USpopulation haïtienne. Une annonce faite lors d’une conférence de presse tenue le 1er juillet à Port-auPrince, à laquelle ont également pris part des Représentants d’agences des Nations Unies en Haïti. Ces fonds proviennent des ressources propres des Nations Unies mais surtout des contributions de certains bailleurs, comme l’a indiqué Joel Boutroue. Ils servent à financer différentes interventions des Nations Unies visant à apporter «un soulagement à court et à moyen terme aux graves difficultés des populations vulnérables haïtiennes ». Ces actions s’articulent autour de quatre grands axes : l’aide alimentaire, la relance de la production agricole, les travaux à haute intensité de main d’œuvre et la protection sociale. Dans le domaine de l’aide alimentaire, l’objectif est de tripler le nombre des bénéficiaires. Pour la période de juin à décembre 2008, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a ainsi conçu un ensemble d’activités devant répondre aux besoins des populations nécessiteuses. Ces activités prendront d’abord la forme de (CHERTE / p. 7)

PAGE 7

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 7 Kisa pwosè sa a konsène? Yo te pwopoze de Règleman apa nan yon pwosè aksyon kolektif sou evalyasyon ponpye ak sekou yo te fè pwopriyetè byen imobilye peye nan vil Miami ak evènman ki te pase pandan pwosè a. De (2) règleman sa yo se avèk 1) vil Miami, epi 2) kabinè avoka Adorno & Yoss, LLP. Pwosè a rele Masztal v. City of Miami. Moun yo tradui lajistis yo rele “Pleyan”, epi vil Miami rele “Defandè”. Kabinè avoka Adorno & Yoss, LLP rele “kabinè avoka”. Règleman yo pa vle di Minisipalite vil la oswa kabinè avoka a dakò pou yo angaje nan move zafè oswa nan move konduit oswa pou yo mal aji oswa pou yo vyole nenpòt lwa oswa règleman nan nenpòt konsiderasyon, eksepte pou sa ki konsène vil City of North Lauderdale v. SMM Properties se yon pwosè ki legal pou yon Minisipalite pou pibliye evalyasyon pou sèvis ponpye, paske sèvis ponpye pwokire yon li sipòte sou sèvis ponpye sèlman epi kidonk evalyasyon an legal. Pleyan yo deklare Evalyasyon an te oswa Evalyasyon Ponpye te enkòrèk pase sa ki endike anwo a. Ni li pa t detèmine limit, si genyen, Evalyasyon Ponpye/Sekou te fèt yon fason inadmisib pou sèvis medikal ijan yo. Pleyan yo prezante reklamasyon tou kont kabinè avoka pou aksyon ak inaksyon posib ki gen pou wè ak premye pwosedi yo kont Minisipalite vil la nan pwosè sa a. Kabinè avoka a, san admèt responsablite ak kontestasyon toudenkou reklamasyon Pleyan yo, chwazi pou rezoud aksyon sa a. Kidonk, menmsi Pati yo dakò pou genyen dwa pou jwenn yon ranbousman, oswa kantite lajan ki endike a. Ni pa t genyen desizyon okenn Kimoun ki fè pati Règleman yo? Minisipalite a ak manm fanmi pwòch yo, ki reprezante kapasite endividyèl yo kòm kontribiyab, ki te peye Evalyasyon Ponpye/Sekou ak/oswa Evalyasyon Ponpye Minisipalite vil la te resevwa nan ane Ou kapab kalifye pou resevwa yon ranbousman, sa vle di yon pòsyon Lajan pa posib pou nenpòt moun ap resevwa yon ranbousman konplè tout lajan Evalyasyon ki te peye a. Li Ki dispozisyon Règleman ki pwopoze yo? Kòm konsiderasyon pou Règleman li, Minisipalite vil la ap chèche jwenn yon ranbousman. Dwa pou jwenn yon ranbousman pa dwe transferab. Chak Pati dwe jwenn dwa pou fè restriksyon, dapre lòd, entèdiksyon, oswa lòt reparasyon, nenpòt vyolasyon oswa dispozisyon ak règleman sa yo. Konsènan konsiderasyon pou Règleman yo, depi genyen Apwobasyon tout reklamasyon ki nan pwosè a ak lòt reklamasyon jan sa dekri nan Akò Règleman yo. Kominikasyon an dwe genyen yon pati entegral ak enpòtan Règleman yo, epi li pa kapab separe nan Règleman yo. Avi sa a. Règleman avèk kabinè avoka a genyen ladan yon dispozisyon ki pèmèt li anile règleman an kabinè avoka a poukont yo epi avèk pwòp depans yo. Kisa mwen DWE fè pou mwen vin kalifye pou resevwa yon ranbousman posib? Ou dwe fè Demand si ou vle fè objeksyon kont Règleman yo epi pou soumèt nenpòt objeksyon alekri. Pou fè Demand nan sit wèb epitou ou kapab enprime li nan sit wèb la. Kisa mwen dwe fè si mwen vle Eskli tèt mwen nan Gwoup la? Si ou pa vle patisipe nan youn oswa Pou Administratè a (kourye): Masztal v. City of Miami Settlement Administrator 1. Non ou, adrès ou ak nimewo telefòn ou; 3. Siyati ou; 31), epi a. Règleman avèk Minisipalite vil la, OSWA b. Règleman avèk kabinè avoka a, OSWA ou nan toulède règleman yo. devan anvlòp la. 2. Ou p ap jwenn pèmisyon pou fè objeksyon kont dispozisyon yo; b. Ou p ap jwenn pèmisyon pou fè objeksyon kont okenn dispozisyon; sa a; epi d. Pou resevwa lajan nan plas Règleman sa yo, w ap oblije fè pwòp pwosè ou epi avèk depans ou. SONJE: OU DWE FÈ DEMAND OU POU ESKLIZYON AVÈK ANVL"P KI GENYEN TENB KI DATE DAT 20 OUT 2008. SI W PA FÈ SA, SOF JAN TRIBINAL LA KAPAB BAY LI, DEMAND POU ESKLIZYON OU AP AN RETA AK ENVALID. ODISYON POU RÈGLEMAN AN: Esi mwen Vle fè Objeksyon kont Règleman yo? 1. Your name, address and telephone number; 2. Yon deklarasyon objeksyon ou (yo) ak nenpòt lwa ak/oswa prèv sipò ou vle entwodui; CA 31). OU DWE SOUMÈT OBJEKSYON EKRI OU BA GREFYE TRIBINAL LA DAT 20 OUT 2008 PA LAP"S NAN ADRÈS SA A: Clerk of the Court; OU DWE VOYE KOPI OBJEKSYON SA YO TOU PA LAP"S BA TOUT AVOKA KI ENDIKE ANBA A, EPI ANVL"P LA DWE GENYEN TENB KI DATE DAT 20 OUT 2008. Konsèy Defans pou Minisipalite Miami: Julie O. Bru, City Attorney Cole, Scott & Kissane, P.A. konsidere ou abandone oswa ou anile objeksyon ou, sof si ou montre rezon ki valab. Kouman pou mwen jwenn enfòmasyon adisyonèl? Avi sa a se sèlman yon rezime Règleman yo, ki prezante nan dokiman legal pi detaye ki rele “Akò pou Règleman ak Kominikasyon.” Akò Règleman ak Kominikasyon konplè ant Pleyan yo ak Minisipalite vil la ak Akò Règleman ak Kominikasyon konplè detaye sou zafè ki konsène pwosè sa a, Pleyan yo, Minisipalite vil la ak kabinè avoka a refere ou tou Si ou genyen nenpòt kesyon oswa senpleman si ou bezwen on kopi Fòmilè Demand Ranbousman, ou kapab rele Administratè Règleman an nan nimewo 1-800981-7567 oswa ou kapab wè divès kalite dokiman règleman an sou entènèt nan sit wèb www. MiamiFireFeeSettlement.com, epitou ou kapab enprime Fòmilè Demand Ranbousman an nan sit wèb la. TANPRI PA RELE TRIBINAL LA, GREFYE TRIBINAL LA OSWA MINISIPALITE MIAMI. YO P AP ANMEZI POU REPONN KESYON OU YO. AKSYON KOLEKTIF, RÈGLEMAN KI PWOPOZE AK ODISYON RÈGLEMAN AN Yon tribinal te otorize avi sa a. Sa se pa demand yon avoka. POU: Tout moun oswa enstitisyon ki posede pwopriyete nan vil Miami epi ki te peye Evalyasyon Ponpye Para revisar las versiones traducidas español de este aviso y todos los documentos importantes del caso, visite Konsèy Defans Gwoup la: Konsèy Defans pou Adorno & Yoss, LLP: Hinshaw & Culbertson, LLP Pou Tribinal la (dosye): Clerk of the Court Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and cantines scolaires dans des camps d’été organisés par le PAM. Environ 200.000 enfants devraient en bénéficier. De plus, pour permettre aux parents de faire face aux dépenses liées à la rentrée scolaire, un programme de «filet de sécurité sociale » sera mis en place de juillet à octobre. Ce programme prendra la forme de distribution de produits alimentaires aux familles en difficulté et permettra ainsi à 1.1 millions de bénéficiaires d’ « améliorer leur statut nutritionnel tout en préservant leurs maigres revenus ». En outre, il est prévu la distribution d’aide alimentaire à 200.000 bénéficiaires dans les 10 chefs-lieux des départements du pays. En ce qui a trait à la relance agricole, les Nations Unies, à travers l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), ont déjà mobilisé pour la campagne agricole de juin et juillet 2008, 4. 000. 000 de dollars américains pour l’acquisition d’intrants agricoles à destination de 50. 000 familles paysannes pauvres. Ces agriculteurs recevront des semences vivrières et maraîchères, des outils agricoles, entre autres. « Les achats ont déjà été faits, les familles ont été identifiées ainsi que les partenaires, comme des associations paysannes et des Organisations Non Gouvernementales », a affirmé Ari Toubo Ibrahim, Représentant de la FAO en Haïti. L’intensification des travaux à haute intensité de main d’œuvre fait aussi partie de la stratégie de l’équipe pays des Nations Unies pour répondre à la crise haïtienne. Ce type de travaux sont surtout mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). « La réponse que nous apportons dans ce contexte n’est certainement pas une réponse de développement mais une réponse de relèvement », a déclaré Ann-Marie Cluckers directrice du PNUD. « A partir d’avril 2008, nous avons essayé de doubler le nombre de travailleurs engagés dans les travaux à haute intensité de main d’œuvre. Ces travaux, en cours surtout dans le milieu rural des départements de l’Artibonite et du Nord-Est, visent essentiellement à la protection de l’environnement», a poursuivi Mme Cluckers. L’Organisation Panaméricaine de la Santé/ Organisation Mondiale de la Santé (OPS/OMS) est également sur pied de guerre. Son objectif est de contribuer à diminuer les dépenses en santé de la population. L’une des actions de l’organisation porte sur les soins obstétricaux gratuits visant surtout à diminuer la mortalité maternelle en Haïti, dont le taux est le plus élevé des Amériques. Actuellement, 48 institutions de santé ont accepté de participer à ce projet. Autre axe d’intervention, la vaccination. A ce niveau, une intensification de la campagne de vaccination est prévue. « Je reviens de Washington où je viens d’avoir l’accord de la directrice de l’institution pour intensifier la vaccination. Ainsi, la vaccination gratuite sera proposée non seulement aux enfants de moins de 5 ans mais aussi à toute la population », a indiqué la Représentante de l’OPS/OMS, Henriette Chamouillet. Ce plan de réponse de l’équipe pays des Nations Unies en Haïti s’inscrit dans le cadre du Document National de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté, élaboré en Octobre 2007. Il vise aussi à soutenir les efforts de l’Etat haïtien à faire face à cette crise.Cherté de la vie en Haïti : l’ONU mobilise 55 millions de dollars US(CHERTE... suite de la page 6) L’ONU exhorte Haïti à en finir avec la crise politiqueLA HAVANE, 6 juillet (Xinhua) — Le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des Opérations de maintien de la paix a demandé dimanche à Haïti de parvenir à un consensus pour mettre fin à la crise politique qui dure depuis des mois, selon des reportages parvenus à La Havane. “Un moyen rapide est nécessaire pour régler la crise politique. Il est essentiel que Haïti forme un nouveau gouvernement”, a déclaré le responsable de l’ONU, Jean-Marie Guehenno, lors de sa visite de 48 heures en Haïti. “Il est très important de mesurer la possibilité de la réalisation d’un réel consensus en Haïti. Je suis plutôt optimiste après mes entretiens avec des responsables de haut niveau, dont le président René Préval”, a-t-il ajouté. Haïti n’a pas de Premier ministre depuis que Jacques Edouard Alexis a été limogé en avril dernier après une semaine d’émeutes causées par la flambée des prix des aliments. Les forces de l’ONU du maintien de la paix sont invitées à aider à régler les troubles. (ONU EXHORTE / p. 8)CRISE POLITIQUE & ECONOMIE Ecoutezsurwww.melodiefmhaiti.com

PAGE 8

Page 8 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDAMiami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/ dpm . Vendors may choose to download the solicitation package(s), fr ee of charge , from our Website under “ Solicitations Online”. Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to change. Interested parties may also visit or call: Miami-Dade County Department of Procurement Management Vendor Assistance Unit 111 NW 1st Street, 13th floor, Miami, FL 33128 Phone Number: 305-375-5773 There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service. These solicitations are subject to the “Cone of Silence” in accordance with County Ordinance No. 98-106. Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring vendor affidavits only once – at the time of vendor registration. Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain the Vendor Registration Package online from the DPM website. Les émeutes ont constitué la première crise politique importante dans ce pays depuis que M. Préval a pris le pouvoir en février 2006. Le Parlement haïtien a rejeté les deux Premiers ministres désignés par le président, Ericq Pierre et Robert Manuel. On espère que la troisième personne, Michèle Pierre-Louis, sera approuvée par les députés et sénateurs.L’ONU exhorte... Prolongement jusqu’en 2012 du mandat du contingent uruguayen en HaitiLe ministre de la défense uruguayenne José Bayardi a annoncé le prolongement du mandat du contingent uruguayen jusqu’à l’année 2012 au sein de la Mission de stabilisation de l’ONU en Haiti (Minustah). Contrairement à l’aile gauche du gouvernement uruguayen qui avait réclamé le retrait des casques bleus en Haiti, le ministre de la défense de l’Uruguay, José Bayardi, croit que ces soldats doivent prolonger leur mandat jusqu’en 2012. Outre les éléments de la gauche gouvernementale, d’autres entités politiques et sociales uruguayennes estiment qu’il serait préférable pour leur gouvernement de contribuer à la reconstruction d’Haïti en y dépêchant une assistance technique sur le terrain. Pour sa part, le ministre de la défense uruguayenne trouve qu’il s’avère nécessaire pour les casques bleus uruguayens de coopérer au maintien de la paix en Haiti, autant que pour d’autres pays de l’Amérique latine donnent leur apport militaire. « Si les autres contingents militaires sont maintenus, ordonner le retrait de nos troupes n’aurait aucun sens », a-t-il affirmé lors de la présentation d’un rapport à la table politique du Front Élargi, la coalition de gauche au pouvoir en Uruguay.Fin de la visite en Haïti du Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paixPort-au-Prince, le 06 juillet 2008 – Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Jean-Marie Guéhenno, a achevé ce dimanche une visite de 48 heures en Haïti, au cours de laquelle il a rencontré, vendredi, le Président haïtien, René Préval. Lors de cette visite, la seconde depuis juin 2005, M. Guéhenno a rencontré les différents secteurs de la vie nationale, évoquant avec eux la nécessité de sortir rapidement de la crise politique actuelle. « Il est le Secrétaire général adjoint des Nations Unies. Avant son départ de l’aéroport Toussaint Louverture de Port-au-Prince, Jean-Marie Guéhenno s’est félicité des progrès enregistrés dans le pays, notamment à Martissant et à Cité soleil, tout en reconnaissant qu’il reste encore beaucoup à faire, particulièrement pour renforcer la Police, la Justice et le système pénitentiaire. « Nous y travaillons activement et c’est au cœur du mandat de la MINUSTAH » a indiqué M. Guéhenno. que cette possibilité se réalise vite » a-t-il ajouté, insistant sur les besoins immédiats à traiter comme la crise alimentaire, la rentrée scolaire et la saison cyclonique. « Je sais qu’en Haïti il y a des hommes et des femmes qui veulent aller de l’avant [...] Si un vrai consensus se bâti en Haïti tout est possible », a martelé (... suite de la page 7) important qu’il y ait un nouveau premier ministre », a-t-il précisé, tout en rappelant que la communauté internationale, en appui, en solidarité avec les autorités haïtiennes, ne peut agir sans un partenaire qui définisse la stratégie à suivre. Evoquant ses discussions avec les différents secteurs de la vie haïtienne, M. Guéhenno a déclaré voir aujourd’hui « la possibilité pour qu’Haïti se rassemble pour définir un avenir de développement ». « Il faut Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix a réitéré la solidarité des Nations Unies avec le peuple haïtien, « un peuple courageux qui a une longue histoire derrière lui et qui est en train maintenant de construire une nouvelle Haïti, avec un nouvel espoir pour l’avenir ». Jean-Marie Guéhenno (photo www.jjaugustin.com) Haïti-Minustah : Un officier guatémaltèque rapatrié dans son pays pour mauvaise gestion de rations alimentairesP-au-P, 04 juillet 08 [AlterPresse] — Un officier guatémaltèque, dont le nom n’est pas précisé et faisant partie de la Mission des Nations Unies de Stabilisation en Haïti (Minustah) a été rapatrié vers son pays d’origine en Amérique centrale, pour cause de « mauvaise gestion des rations alimentaires destinées à son contingent ». La date du rapatriement de l’officier guatémaltèque n’est pas indiquée dans la note transmise à l’agence en ligne AlterPresse par le bureau de communication et d’information publique de la Minustah. Cependant, des mesures disciplinaires, en accord avec la législation nationale du Guatémala, « seront prises le cas échéant » contre l’officier en question, « sur la base des résultats de l’investigation approfondie ». « Une mission préliminaire d’établissement des faits conduite par la Minustah, ayant conclu à la crédibilité des allégations, le siège des Nations Unies à New York en a été informé ». Selon la Minustah, les autorités concernées du Guatémala ont exprimé « leur pleine et entière intention de coopérer au travers d’une investigation conjointe avec les Nations Unies ». MINUSTAH Les tempêtes tropicales Boris et Cristina ne menacent pas HaïtiPORT AU PRINCE (AlterPresse) Les tempêtes tropicales Boris et Cristina, qui se sont formées dans l’océan Pacifique, durant ces 48 heures ne menacent aucune terre, selon les prévisionnistes. Depuis dimanche (29 juin), des rafales de vents sont enregistrées sur Haïti, notamment sur la capitale Port-auPrince, où une zone de haute pression a été observée par le Centre national de météorologie (CNM). Boris et Cristina ne menacent pas Haïti, selon les responsables du CNM, interrogés par AlterPresse ce 30 juin 2008. Les zones de haute pression ou anticyclones sont, en général, caractérisées par un ciel bleu où de rares (TEMPETES / p. 18)

PAGE 9

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 9 I N V I T A S Y O N P O U S O U M È T P R O P O Z I S Y O N P O U Y O N " G A N I Z A S Y O N A N V I W O N M A N D E B A Z K O M I N O T EGouvenman Miami-Dade, an akò ak Depatman dlo Potab e Dlo uze, ak Depatmen Resous Naturel, Depatmen Dechè, lanse yon apèl pou foundasyon prive san profit ki edantifie pa depatmen IRS kòm òganizasyon egzan de taks pou yo soumèt propozisyon pou Foundasyon Byen-et Kominote ak Edukasyon de Enviwonman. Moun ki enterese a reponn a apèl pou soumèt ou propozisyon, yo va kapab jwenn yon kopi fom Apèl Dòf yo, ki va disponib di Lendi a Vandredi apati de 7 Jiyè 2008, de 8:30 a.m.-4:30 p.m. Jis vizite oswa rele: Department of Environmental Resources Management 701 NW 1st Court, 4th Floor Miami, Florida 331 3 6 Herb Balfour (305) 372-6422 RFPan (Apèl Dòf yo) pral disponib tout sou entènèt lan vè le 7 Jiyè 2008 sou sit www .miamidade.gov/derm . Yon konferans ke yap prepare avan ke ou soumèt propozisyon an pral fèt jou Jedi 17 Jiyè 2008 a 5:30 p.m. nan dezyèm etaj bildinn Overtown Transit Village, ki situyé lan adrès sa-a: 701 NW 1st Court, Miami, sou koté estasyion tren ké yo rélé Historic Overtown/Lyric Theatre Metrorail Station. Yo ankouraje epi vreman ensiste pou moun enterese yo vini nan konferans lan. Se pou tout kopi egzijib yo soumèt bay nan Biwo Grefye Asanble Komisyonè yo "Office of the Clerk of the Board of County Commissioners", ki chita nan Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, 17yèm etaj (floor), Suite 202, pa pita ke Jedi 7 Dawout 2008, 1:00 p.m. lè lokal. En mémoire de Mike NortonC’est à Rome que m’est parvenue la nouvelle du départ de Mike. Il y a une vingtaine de jours quand on s’est parlé au téléphone, j’ai senti dans sa voix quelque chose qui me disait que c’était la fin… Une extrême fatigue et de la pitié peut-être pour ceux qu’il laissait derrière lui. Mike et moi on n’a jamais cessé de s’écrire depuis son départ d’Haïti qui lui avait arraché le cœur.Par dépit d’un pays et d’un peuple, pourquoi ne pas le dire, qui l’avaient profondément déçu, il disait ne plus vouloir avoir de nouvelles d’Haiti, politiques s’entend, mais c’est lui qui m’envoyait souvent des dépêches que j’avais ratées. Mike était un brillant journaliste, un de ces êtres qui parlait un livre de plusieurs centaine de pages, un long poème que je n’ai pas eu de temps de lire, que j’ai eu peur de lire car il m’apparaissait comme » La divine comédie « , en langue originale. Je le ferai maintenant. Mike était un poète formidable. C’est en poète et en philosophe qu’il se préparait à la mort depuis 4 ans. En me disant : je n’ai qu’une envie depuis que je sais que je vais mourir , si mes forces me le permettaient, c’est de danser. Il adorait la dernière femme qui a fermé ses yeux plus Le sénateur Anacacis annonce l’amélioration prochaine de la distribution de l’énergiePort-au-Prince, le 30 juin 2008 (AHP) Le premier sénateur de l’Ouest, Jean Hector Anacacis a fait savoir dimanche que la distribution de l’énergie dans la région métropolitaine de Port-au-Prince pourrait connaître une nette amélioration dans les prochains jours avec la mise en place, fin juillet/début août, des premières unités thermoélectriques, à la centrale électrique de Carrefour en construction. Ce sont en tout 34 mégawatts que va générer cette centrale, dans le cadre du programme de coopération, Alternative Bolivariennes des Amériques (ALBA), entre Haïti, Cuba et Venezuela, a indiqué M. Anacacis. Ce programme permet à Haïti de bénéficier de l’aide technique et financière de ces pays du Sud, s’est réjoui le sénateur, soulignant qu’une centrale a déjà été construite au Cap-Haïtien et une aux Gonaïves. De son côté, un responsable du chantier, l’ingénieur cubain Pedro Escandel, a fait savoir que la centrale est à sa phase de montage. “ ll s’agit, a-t-il dit, d’un travail complexe réalisé par des ingénieurs et techniciens cubains, vénézuéliens et coréens dont la relève et la gestion seront assurées par des techniciens haïtiens formés à Cuba. AHP Crise alimentaire : La faim et les droits de l’hommeRepris par AlterPresse I. Toutes les cinq secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de faim ou de ses suites immédiates. Plus de 6 millions en 2007. Toutes les quatre minutes, quelqu’un perd la vue à cause du manque de vitamines A. Ce sont 854 millions d’êtres qui sont gravement sous-alimentés, mutilés par la faim en permanence. [3] Cela se passe sur une planète qui regorge de richesses. La FAO est dirigée par un homme de courage et de grande compétence, Jacques Diouf. Il constate qu’au stade du développement actuel de ses forces de production agricoles, la planète pourrait nourrir sans problème 12 milliards d’êtres humains, soit le double de l’actuelle population mondiale [4]. Conclusion : ce massacre quotidien par la faim n’obéit à aucune fatalité. Derrière chaque victime, il y a un assassin. L’actuel ordre du monde n’est pas seulement meurtrier. Il est aussi absurde. Le massacre a bien lieu dans une normalité glacée. L’équation est simple : quiconque a de l’argent mange et vit. Qui n’en a pas souffre, devient invalide ou meurt. Il n’a pas de fatalité. Quiconque meurt de faim est assassiné. II. Le plus grand nombre des personnes sousalimentées, 515 millions, vivent en Asie où elles représentent 24 % de la population totale. Mais si l’on considère la proportion des victimes, c’est l’Afrique subsaharienne qui paie le plus lourd tribut : 186 millions d’êtres humains y sont en permanence gravement sous-alimentés, soit 34 % de la population totale de la région. La plupart d’entre eux souffrent de ce que la FAO appelle « la faim extrême », leur ration journalière se situant en moyenne à 300 calories au-dessous du régime de la survie dans des conditions supportables. Un enfant manquant d’aliments adéquats en quantité suffisante, de sa naissance à l’âge de 5 ans, en supportera les séquelles à vie. Au moyen de thérapies délicates pratiquées sous surveillance médicale, on peut faire revenir à une existence normale un adulte qui a été temporairement sous-alimenté. Mais un enfant de moins de 5 ans, c’est impossible. Privées de nourriture, ses cellules cérébrales auront subi des dommages irréparables. Régis Debray nomme ces petits des « crucifiés de naissance » [5]. La faim et la malnutrition chronique constituent une malédiction héréditaire : chaque année, des centaines de milliers de femmes africaines gravement sous-alimentées mettent au monde des centaines de milliers d’enfants irrémédiablement atteints. Toutes ces mères sous-alimentées et qui, pourtant, donnent la vie rappellent ces femmes damnées de Samuel Beckett, qui « accouchent à cheval sur une tombe ... Le jour brille un instant, puis c’est la nuit à nouveau » [6]. Une dimension de la souffrance humaine est absente de cette description : celle de l’angoisse lancinante et intolérable qui torture tout être affamé dès son réveil. Comment, au cours de la journée qui commence, va-t-il pouvoir assurer la subsistance des siens, s’alimenter lui-même ? Vivre dans cette angoisse est peut-être plus terrible encore qu’endurer les multiples maladies et douleurs physiques affectant ce corps sous-alimenté. La destruction de millions d’Africains par la faim s’effectue dans une sorte de normalité glacée, tous les jours, et sur une planète débordant de richesses. En Afrique subsaharienne, entre 1998 et 2005, le nombre de personnes gravement et en permanence sous-alimentées a augmenté de 5,6 millions. III. Jean-Jacques Rousseau écrit : « Entre le faible et le fort, c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui libère ». Afin de réduire les conséquences désastreuses des politiques de libéralisation et de la privatisation à l’extrême pratiquée par les maîtres du monde et par leurs mercenaires (FMI, OMC), l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de créer et de rendre justiciable un nouveau droit de l’homme : le droit à l’alimentation. Le droit à l’alimentation est le droit d’avoir un accès régulier, permanent et libre, soit directement, soit au moyen d’achats monétaires, à une nourriture quantitativement et qualitativement adéquate et suffisante, correspondant aux traditions culturelles du peuple dont est issu le consommateur, et qui assure une vie physique et psychique, individuelle et collective, libre d’angoisse, satisfaisante et digne. Les droits de l’homme hélas ! ne relèvent pas du droit positif. Ce qui signifie qu’il n’existe encore aucun tribunal international qui rendrait justice à l’affamé, défendrait son droit à l’alimentation, sanctionnerait son droit de produire lui-même ses aliments ou de se les procurer au moyen d’achats monétaires, et protégerait son droit à la vie. IV. Tout va bien aussi longtemps que des gouvernements comme celui du président Luis Inacio un ami. Je pense à Yolette,à Sergine,à Guerline, à Astrid et à Toto , sa vénération, aux rares amis qu’il avait. Arnold peut-être plus que toutes les autres ou autant, sa dominicaine l’appelait-il. Mes condoléances à Antia que ma femme Beatriz a eu le temps d’appeler. Je pleure par aphorismes. Son intelligence le rendait souvent impitoyable vis-à-vis de tous ceux qu’il estimait médiocres ou malhonnêtes. Il n’en revenait pas de l’opportunisme et de la légèreté des hommes de ce pays. Provocateur, la langue trempée dans le vitriol, à un ambassadeur américain des années 90 qui n’avait qu’une parole à la bouche : l’espoir fait vivre, il avait dit : mais monsieur l’ambassadeur, dans un pays où le fatalisme est une plaie historique, l’espoir ne fait que tuer depuis des décennies. Il ne faut plus espérer mais changer. Il m’avait demandé de lui envoyer une copie de mon documentaire sur Aubelin et en échange il m’avait fait parvenir son dernier livre : Eschatologie, Michael Norton (CRISE ALIMENTAIRE / p. 17)PRESSE ESTATE GARAGE SALE ,Saturday, July 12TH 9:00 am To 3:00 pm 2481 NW 152ND Terrace

PAGE 10

Page 10 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 EcoutezMélodie Matinavec Marcus surTOURISMEA Paris heureux mariage de l’Euro avec la Reine Margot et Grace Kelly(tiré du carnet de bord de marcus) PARIS, 25 Juin – Il est 7 heures, Paris s’éveille. Les couloirs et le lobby de l’hôtel sont déjà bondés de gens, grands et petits, qui font du surplace, pointent de partout. La cavalerie touristique, chargez !la Victoire de Samothrace ni même Mona Lisa (La Joconde). Par contre, les nouveaux musées font salle comble : le musée d’Orsay (un rêve de François Mitterrand, faire descendre la beauté des vieux cintres) et le Musée du Quai Branly (consacré aux arts de tous les continents), non loin de la Tour Effel, faut souvent réserver longtemps à l’avance.Fenêtre sur cour …Mais Paris c’est d’abord un heureux mariage du tout nouveau-tout beau et d’une histoire remontant aux balbutiements de la civilisation européenne, et qui fait que cette ville continue à exercer le même charme sur les nouvelles générations. L’actuel maire Bertrand Delanoë y excelle manifestement. Jusque dans une certaine outrance. On connaît son goût des « Gay parades » ! Cet été la Mairie de Paris affiche « les années Grace Kelly » (l’ex-star de Hollywood, immortalisée dans le film de Hitchcock « Rear window ou Fenêtre sur cour » qui épousera plus tard le prince Rainier de Monaco pour le meilleur et pour le pire), et dont on voit la photo plus grand que nature partout en ville. Peut-être un clin d’œil à l’amitié franco-américaine qui a été mise à mal à l’occasion de l’invasion américaine de l’Irak. soient les japonais et les chinois qui voyagent le plus. Peut-être ceux-là en ont-ils eu assez, peut-être le poids de la monnaie européenne, peut-être le suspense des prochains jeux olympiques de Beijing. Aujourd’hui, place aux jeunes. Plus de 80 pour cent de la meute ce sont des jeunes gens. Beaucoup de t-shirts portent le nom d’une université ou d’un collège américain, canadien, sudaméricain ou autre. Visites guidées par des aînés, dans le meilleur des cas c’est papa maman venus comme en pèlerinage avec leur arrivé à le relancer. Mais c’est aussi parce que ce qui fait recette de nos jours ce n’est plus la Vénus de Milo, Même le Palais de Justice qui est criblé par les flashes. En effet c’est là qu’est tournée la fameuse série « Avocats et associés » qui fait un malheur sur TV5 Monde.Le mariage de la Reine Margot …Paris c’est la vidéo mariée harmo-nieusement à la patine du temps. On va à Miami pour bronzer idiot. Le tourisme à Paris c’est pour se sentir intelligent. Du haut des tours de Notre Dame de Paris, ce sont quand même 9 siècles qui nous contemplent (la construction avait commencé au début du 12e siècle). Ce mardi soir c’est un prêtre noir qui préside l’Angelus. Non, je regrette, ce n’est pas un compatriote. Chose rare, on permet de filmer à l’intérieur même de l’église. Dans « Fellini Roma », le grand cinéaste affirme pourtant que cela peut nuire à la conservation des trésors archéologiques. Le truc ici c’est de laisser croire que tout est resté à la même place que depuis, disons, le mariage de la Reine Margot (18 août 1572), union politique qui devait précéder le Massacre de la Saint-Barthélemy. (voir PARIS / 12) en t-shirt coloré et culottes courtes, la caméra en bandoulière. Paris est pris d’assaut par les touristes. Le Français habituellement si râleur pour peu qu’on le dérange, a disparu de l’horizon. C’est que ça vaut le coup. L’euro est si lourd par rapport au dollar que c’est une petite fortune qui se ramasse à la pelle. Vous faites du change pour 200 dollars, vous n’obtenez même pas 150 euros. La chambre d’hôtel coûte en moyenne 65 euros par nuit. De plus il faut déposer 15 euros pour avoir le téléphone dans sa chambre et 10 euros la ligne Internet. Etcetera era. Le petit déjeuner aussi se paie séparément et rubis sur ongle, 7 euros et demi. A la Place Saint-Michel, en face de la librairie Gilbert Jeune, les prix au restaurant sont à partir de 12 euros. C’est le pactole. Et ce n’est pas fini. On peut louer vélo, motos. Pour l’auto y a encore plus petit que notre « Chéri QQ », c’est la mini mini bagnole du monde, trois places, deux à l’avant, et une à l’arrière mais qui donne une vue d’ensemble comme si vous étiez aussi à l’avant. Et toutes ces caméras qui seTimes se trompe …D’autre part, fini le cliché voulant que ce progéniture. Le magazine Times a tort de douter de la force de la culture française. De toute évidence, ce n’est pas le cas. Et Paris reste la ville idéale. Tous les siècles rassemblés dans un mouchoir de poche car si la ville est immense, on ne s’en rend pas compte tant les moyens de transport français sont, comme on le sait, parmi les plus rapides au monde (RER, TGV et j’en passe). Aujourd’hui le Louvre est moins fréquenté. Le film « Da Vinci code » n’est pas Un prêtre béninois disant l’Angelus à Notre Dame de Paris (photo HEM) Le Palais de Justice où est jouée la série “Avocats et Associés” (photo HEM)VOYAGES

PAGE 11

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 11 Le conflit israélo-palestinien comme si vous y étiez …(un livre de Gaby Tabarani)ET PEUT-ETRE AUSSI LE PREMIER PIEGE TENDU AU CANDIDAT OBAMAPORT-AU-PRINCE, 6 Juillet – Une nouvelle brève. Le temps d’une soirée. L’ambassadeur d’Israël à l’ONU suggère la semaine dernière que son pays pourrait lancer une frappe préventive contre l’Iran. L’Iran est aujourd’hui l’ennemi numéro 1 d’Israël. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s’est moqué de l’Holocauste et a annoncé plus d’une fois que son rêve est la destruction de l’Etat hébreu. Mais le message du gouvernement israélien ne s’adresse pas tant à Téhéran qu’aux Etats-Unis. Ce dernier ramasse immédiatement la balle. Le chef d’Etatmajor interarmes ou commandant en chef des forces armées des Etats-Unis répond que les troupes américaines combattent en ce moment sur deux fronts : l’Irak et l’Afghanistan et qu’il n’y a pas moyen de faire face à un troisième conflit de même envergure. Tandis que le président George Bush précise : si Washington est décidé à utiliser tous les moyens pour amener l’Iran à renoncer à l’armement nucléaire, par contre aujourd’hui c’est la diplomatie que les autorités américaines privilégient. Puis l’information disparaît aussi subitement qu’elle était apparue. Comme si les responsables israéliens ne savaient pas que cela allait être la réponse des Etats-Unis. Alors qu’est-ce que c’est ? Une provocation ? La République islamiste iranienne ne s’en prend pas seulement à Israël. Elle est soumise aussi à toutes sortes de sanctions internationales à cause de son programme d’énergie nucléaire qu’on la soupçonne de vouloir pousser jusqu’à la possession de l’arme nucléaire. Ce qui représenterait la menace ultime pour Israël. Mais serait de nature aussi à changer totalement le rapport des forces dans le Moyen-Orient déjà si fragile. Voilà pourquoi ce sont toutes les grandes nations occidentales qui se mobilisent : Etats-Unis, France, Angleterre, Allemagne etc. Outre que l’Iran est un producteur de pétrole majeur. Maintenant pour revenir à cette information qui a fait la Une un bref instant la semaine dernière, la réponse américaine démontre par elle-même qu’Israël ne s’engagera pas dans une telle aventure sans la caution de Washington. Alors est-ce une déclaration pour rien ? Point du tout mais on peut l’interpréter sous différents angles. Si militairement les Etats-Unis et Israël fonctionnent main dans la main, mais c’est d’abord le cas avec les services de renseignements. Derrière la déclaration-provocation de Tel-Aviv se profile, par exemple, la politique intitulée le bâton et la carotte si chère à l’administration Bush. Israël agite le bâton. Bush, la carotte.Qui sait si le vrai destinataire n’est pas Barack Obama … D’autres aux Etats-Unis vont jusqu’à penser que le vrai destinataire c’est peut-être le candidat démocrate à la présidence Barack Obama qu’on chercherait à embarrasser au moment où la principale objection que le camp républicain essaie d’utiliser contre lui c’est son soi-disant manque d’expérience dans le domaine de la sécurité et de la défense nationale. Il suffirait donc de rappeler la menace iranienne et des catastrophes auxquelles elle risque de conduire – même quand Washington s’empresse officiellement de se démarquer – pour que le message passe ! C’est de la manipulation psychologique consommée. Cependant il n’en reste pas moins qu’Israël n’est pas à son coup d’essai concernant les frappes préventives. Seul Etat du Moyen-Orient à posséder l’arme nucléaire (bien que ne l’ayant jamais proclamé officiellement), l’armée israélienne n’hésite jamais à bombarder dans les pays de la région tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une expérience de ce genre. Ce fut le cas, par exemple, dans l’Irak de Saddam Hussein.La terre et l’eau …Mais il n’y a pas que le nucléaire à attirer le courroux d’Israël. C’est le cas de tout projet considéré comme une menace à son existence. Ainsi quand les pays arabes alentour avaient essayé de détourner les eaux du Jourdain. La lutte pour la survie menée par les Israéliens c’est aussi et d’abord une lutte pour s’accaparer les ressources de la région. Et en Palestine ce n’est pas principales s’appellent la terre et l’eau. Et nous vous renvoyons à l’excellent ouvrage écrit par un confrère libanais, Gabriel G. Tabarani (Gaby pour les intimes, car il a vécu de longues années en Haïti), « Israeli-Palestinian Conflict » (Le Conflit IsraéloPalestinien, De la Déclaration Balfour à la Déclaration Bush, les Complications sur le chemin vers une Paix durable). Ce livre est le plus riche qui puisse exister aujourd’hui sur le conflit le plus acharné et le plus persistant de l’histoire moderne, une somme de tous les événements survenus pendant plus d’un demi-siècle et leurs conséquences qui ont mis plus d’une fois l’humanité au bord d’une nouvelle conflagration mondiale. Mais en même temps il se lit comme un roman d’aventures. Quand on l’a ouvert, on ne peut plus le déposer. Nous disions que Israël n’est ni une nation esclavagiste, ni colonialiste, ni ne semble envisager de mettre la main sur le pétrole du Moyen-Orient. Et que ses seules préoccupations sont la terre et l’eau. Le livre de Gaby Tabarani remonte bien avant le temps des Prophètes. A qui la terre promise ? Les Juifs la réclament. Mais les Palestiniens la considèrent aussi comme une promesse à leur endroit, ce qu’on sait moins. Les Palestiniens ne sont pas des musulmans. Ils sont chrétiens dans leur majorité. Les Juifs ont commencé à s’établir en Palestine bien avant les pérégrination du fameux paquebot Exodus après la Seconde guerre mondiale.Des leaders de la Révolution d’octobre …Dès le lendemain de la Première guerre, la Grande Bretagne reçut mandat de la le pétrole. Les deux ressources Ligue des Nations (1922) pour gérer le territoire de Palestine. Les Britanniques facilitèrent l’établissement des premiers Juifs. Mais aussi l’Union soviétique. Souvenonsnous que plusieurs des leaders de la Révolution d’octobre étaient d’origine israélite. A commencer par Trotski. C’était le temps où les persécutions contre les Juifs étaient les plus terribles en Europe. Hitler est au pouvoir à Berlin. La Déclaration Balfour demande qu’un Etat soit créé pour les Juifs dans une partie de la Palestine. Le 29 Novembre 1947, les Nations Unies (créées après la victoire contre l’Allemagne nazie et le Japon militariste) passent une Résolution pour la création de deux Etats en Palestine : un juif et un arabe. La partie arabe refuse. Quand on dit arabe, cela ne veut pas dire palestinien. De fait, la cause n’est pas encore palestinienne. Ce sont les nations arabes voisines qui entrent en guerre contre ce qu’elles appellent l’envahisseur « Sioniste. » Le premier conflit israéloarabe a lieu en 1948. Il oppose au nouvel Etat hébreu en première ligne l’Egypte, la Jordanie, la Syrie. Ce qui va en ressortir ce n’est pas tant qui a remporté la victoire que la naissance d’une nouvelle entité : les réfugiés palestiniens. (voir MOYEN ORIENT / 16) LIVRESL’Egyptien Sadate et l’Israélien Begin avec le Président Jimmy Carter au sommet de Camp David

PAGE 12

Page 12 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Et on a l’impression que si on grimpait jusque-là haut, on pourrait entendre, à travers les gargouilles, les gémissements et les cris de douleur qui ont empli la ville ce jour-là. Ou mieux encore, les grognements de Quasimodo grimpant lourdement les marches du clocher. Tandis que les pavés à la sortie de l’église n’ont pas été réparés exprès pour refléter les petits pieds, agiles et fragiles, de la belle Esméralda. La voix du prêtre béninois disparaît doucement dans celle de la chanteuse Anne Sylvestre : « O bâtisseur de cathédrale, il y a tant et tant d’années, tu fais avec les étoiles, une maison de splendeurs … ». A droite, Rive droite c’est le Paris de Haussman (1853-1870) qui donna à la ville ses perspectives « grands boulevards » et ses édifices monumentaux, dont le plus célèbre est son opéra (le palais Garnier) que, contrairement au Louvre, le nouvel Opéra Bastille n’est pas arrivé à détrôner.La Ballade des pendus …A gauche c’est Rive gauche, de l’autre côté de La Seine, le Marais, le plus vieux quartier de Paris, et dont les ruelles gardent par contre la même absence de perspective qui en faisait unA Paris heureux mariage de l’Euro avec la Reine Margot et Grace Kelly(PARIS ... suite de la page 10) que pour les duellistes. Ici on retrouve, hélas, un certain côté Miami Beach (Lincoln Road), immortalisé dans « La Ballade des pendus. » regarde celui de Valmy, dédié pas seulement aux compagnons du Colonel Chabert mais aussi aux victimes de toutes les grandes guerres, donc attirant les petits-fils des canadiens et américains qui ont combattu dans les deux guerres mondiales.Sarkozy n’a pas réussi …Paris vend chaque pierre et quand l’euro est comme ce mercredi 25 juin à 1 dollar 55, ce n’est pas du donné. La communauté haïtienne profite aussi de cette belle saison pour tenir samedi (28 juin) ses « Journées Portes ouvertes des associations francohaïtiennes » auxquelles votre serviteur a été invité à intervenir sous le thème « Développement en Haïti: quel apport de la Diaspora ? » Bientôt deux semaines et on entendra à nouveau la voix de Ferrat : « Les touristes, les touristes partis ; la ville est en …, la ville est endormie. » En effet, contrairement à ces sauvages venus du Nouveau Monde et debout dès 7 heures du matin, réclamant à grands cris leur petit dèj (déjeuner), les vrais Parisiens ne commencent à travailler pas avant 10 heures. On comprend que ça ronchonne. Sarkozy n’a pas réussi. Travaillez plus pour gagner plus, ça repassera. Marcus, 25 Juin 2008 Affluence dans le Marais, le vieux Paris (photo HEM) avec la lutte acharnée que se livrent les petits stores et les restaurants dans un espace trop étroit, les mêmes rabatteurs poursuivant les clients … Mais un tout petit effort et au coin de la Rue des Blanc-Manteaux ou de la Rue du Plâtre ce que nous voyons plutôt, voyons : un François Villon tombant sur le cruel spectacle Ou le domestique de Montaigne cherchant fébrilement l’adresse de monsieur de La Boétie qui venait de perdre sa fille, pour lui apporter ces paroles de réconfort de son maître : « et parce que c’était toi, et parce que c’était moi. » Même les cimetières qui font recette. De la fenêtre de ma chambre je TOURISMErefuge aussi bien pour les détrousseursQuébec en fête célèbre ses 400 ansQUEBEC (AFP) 3 JUILLET La ville de Québec, radieuse dans ses habits de fête, célèbre jeudi le quadricentenaire de sa fondation, un anniversaire qui témoigne aussi de 400 ans de présence francophone en Amérique du Nord. Discours et concerts marqueront ce jour J, auquel la capitale québécoise se prépare depuis longtemps, mais la fête va se prolonger tout l’été. Les célébrations devaient commencer par un “salut à Champlain” devant la statue de l’explorateur et géographe français, arrivé le 3 juillet 1608 pour établir une “habitation” sur le site de ce qui est aujourd’hui la capitale québécoise. Plusieurs personnalités doivent y prendre la parole, dont le Premier ministre canadien Stephen Harper et son homologue français François Fillon, à la tête d’une importante délégation venue de France. Les anciens Premiers ministres Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin ont notamment fait le déplacement ainsi que Ségolène Royal. L’ex-candidate socialiste à la présidentielle française dirige la région Poitou-Charentes, où se trouve le lieu de naissance de Champlain. “Prouver que l’on peut tenir quatre siècles et encore aujourd’hui sur la culture et la langue française, moi je trouve ça fabuleux”, a déclaré à l’AFP, Mme Royal, qui a souligné “le lien indéfectible et très personnel entre la France et le Québec”. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a pour sa part souligné la “fraternité” entre le Québec et la France lors d’une cérémonie mercredi soir pour l’arrivée dans le port de Québec du Belém, le plus ancien grand voilier français. Vers 11 heures (15h00 GMT) jeudi, heure supposée de l’arrivée de Champlain à Québec il y a quatre siècles, des cloches doivent se mettre à sonner un peu partout au Canada. Suivront un grand spectacle commémoratif et un concert auquel participeront notamment les chanteurs Robert Charlebois et Diane Dufresne. Et la journée s’achèvera sur un spectacle pyrotechnique et musical lancé à partir de barges sur le fleuve SaintLaurent, dont les organisateurs affirment qu’il sera le plus gros feu d’artifice jamais vu au Canada. Les festivités pourraient toutefois être perturbées par des protestations. Des syndicats d’employés municipaux en négociations sur le renouvellement de leurs conventions collectives ont indiqué qu’ils profiteraient de l’occasion et des groupes antimilitaristes ont annoncé leur intention de protester contre le défilé militaire prévu au programme des festivités. Un collectif “commémoration Québec 1608-2008” doit pour sa part saluer à sa façon quatre siècles de présence sur le continent au cours d’un spectacle organisé en marge des cérémonies officielles. Les promoteurs de cette initiative, dont le chanteur Luck Mervil, reprochent aux organisateurs d’avoir voulu évacuer le contenu historique de cet anniversaire en privilégiant uniquement le côté festif de la cérémonie. Certains reprochent en outre au gouvernement fédéral qui a payé une bonne partie de la facture des festivités de “récupérer” l’événement en affirmant que la fondation de Québec est aussi celle de l’Etat canadien, une thèse qui irrite au plus haut point les indépendantistes. Mais au-delà des polémiques, la foule nombreuse ne boudait pas son plaisir dans une ville qui a revêtu ses plus beaux atours. “Québec n’a jamais été aussi belle. On peut être très fiers de ce qu’on a fait”, s’enthousiasmait mercredi Jean Charest, le Premier ministre de la “Belle Province”. Après jeudi, Québec devait demeurer en ébullition pendant plusieurs jours avec des spectacles de rue, des piques-niques ou des concerts. Charles Aznavour doit se produire dimanche. Les festivités se poursuivront tout l’été avec comme points forts un concert de l’ex-Beatle Paul McCartney en juillet et un autre de Céline Dion en août.

PAGE 13

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17ème siècle…La pastèque: un effet “naturel” cousin du ViagraAP LUBBOCK A priori, rien ne peut rapprocher la pastèque du Viagra, la pilule de l’érection. Et pourtant! Selon des scientifiques américains, le fruit d’été à la chair tendre contient de la citrulline, une substance qui, une fois dans l’organisme, stimule la dilatation des vaisseaux sanguins. L’étude financée par le ministère de l’Agriculture américain a été menée par des chercheurs du Texas A&M’s Fruit and Vegetable Improvement Center. Le Viagra est une marque déposée des laboratoires américains Pfizer. Lorsqu’elle est consommée en grande quantité, la citrulline, que l’on trouve dans la chair et la peau des pastèques, réagit avec les enzymes de l’organisme qui la transforment en arginine, un acide aminé bénéfique pour le coeur, les vaisseaux et le système immunitaire. “L’arginine stimule l’oxyde nitrique, un vasodilatateur, sur le même fonctionnement de base que le Viagra, ce qui traite et peut-être même prévient les troubles de l’érection”, explique Bhimu Patil, chercheur et directeur du Texas A&M’s Fruit and Vegetable Improvement Center. “La pastèque n’agit pas aussi spécifiquement sur un organe que le Viagra, mais elle représente un bon moyen de dilater les vaisseaux sans risque d’effets secondaires dus au médicament.” Mais Todd Wehner, qui étudie la reproduction de la pastèque à l’Université publique de Caroline du Nord, avertit que quiconque prend du Viagra ne doit pas s’attendre à obtenir un effet comparable avec la pastèque. “Il semble que la pastèque ait une action intéressante mais qu’elle ne puisse pas se substituer à un quelconque traitement médical”, souligne-t-il. L’oxyde nitrique peut aussi soulager une angine, une hypertension artérielle, et bien d’autres problèmes cardio-vasculaires, selon les résultats de cette étude. La peau de la pastèque recèle environ 60% de plus de citrulline que sa chair, ce qui peut toutefois varier, a ajouté Bhimu Patil. Mais les scientifiques devraient être capables de trouver les moyens de stimuler la concentration de citrulline dans la chair. On en trouve dans les pastèques de toutes les couleurs, mais elle est plus concentrée dans celles à chair jaune, a souligné Penelope Perkins-Veazie, chercheur à Lane, Oklahoma. Cette scientifique juge valables les travaux de Bhimu Patil mais émet une réserve: il faudrait consommer l’équivalent d’environ un litre et demi de pastèque afin d’obtenir une quantité de citrulline capable de stimuler le taux d’arginine dans l’organisme. “Le problème, c’est que quand vous mangez beaucoup de pastèque, vous avez tendance à aller plus souvent aux toilettes, remarque encore Penelope Perkins-Veazie. La pastèque, qui possède un effet diurétique, servait de traitement homéopathique pour les patients atteints d’insuffisance rénale, avant que la dialyse ne soit très répandue. Un autre problème réside dans la quantité de sucre qu’une consommation importante de pastèque pourrait introduire dans la circulation sanguine, favorisant les crampes, a poursuivi mme Perkins-Veazie. Bhimu Patil a déclaré qu’il aimerait mener d’autres études sur la façon de diminuer le taux de sucre dans la pastèque. Le lien entre la citrulline et l’arginine peut aussi se montrer utile pour les obèses ou pour d’autres personnes souffrant de diabète de type 2. Les effets positifs, notamment vasodilatateur, tout comme le fait le Viagra, commencent à être révélés par les travaux de recherche. La citrulline est présente dans d’autres cucurbitacées, notamment le concombre et le melon, à des taux tès bas, et dans la protéine caséine du lait. Les concentrations les plus fortes de citrulline sont retrouvées dans les graines de noyer, selon Penelope Perkins-Veazie. AP SANTE

PAGE 14

Page 14 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24Nous !« Nous, le Peuple des Etats-Unis, en vue de former une union plus parfaite, d’établir la justice, d’assurer la tranquillité intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d’assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à nos descendants, … » T. Jefferson Le mois de Juillet est un mois généralement mauvais pour les affaires en Haïti. Ou du moins à Portau-Prince (Malgré mes critiques, je développe les mêmes réflexes que tous ceux qui vivent à Port-auPrince, croire qu’à part la capitale, sale, dépecée, aux odeurs pénétrantes, aux nuisances multiples, il n’y a rien d’autre en Haïti). Cependant, il faut admettre que, diplomatiquement parlant, c’est le beau mois. Le mois des fêtes nationales par excellence. Le mois des déclarations d’amitié éternelle envers Haïti, réalisées par les « Hauts Représentants » du « Groupe des Pays Amis ». Le Canada. Les Etats-Unis. La France. La Belgique. Bien que le Pérou, la Colombie, le Venezuela, soient aussi de ceux qui célèbrent leur fête nationale durant le même mois, on n’entend presque rien d’eux. La hausse des prix du pétrole n’a pas trop rendu service à PetroCaribe. Enfin, disais-je, le mois de juillet est le mois des belles déclarations. Le même mois qu’un Ambassadeur choisit pour nous demander, aux Haïtiens, de cesser de creuser, si nous voulions sortir du trou. Le mois qu’un autre, usurpateur, eût à choisir pour dire aux Haïtiens qu’il nous restait encore beaucoup de Bastilles à prendre. Il faut reconnaître qu’il parlait beau celui-là. Et il savait comment s’y prendre. Malice ! Enfin, chères amies lectrices et chers amis lecteurs, « kité kantik pran pryiè ». Par hasard, j’ai eu à partager « table et couvert » avec un américain, un afro-américain d’après ses dires. Il me parlait avec véhémence de l’ère du changement qui prenait naissance chez lui. « We, The People » me dit-il, représente ce que nous sommes. Je dois reconnaître soit mon « inculture », soit mon manque de sensibilité mais, je vous assure, chères amies lectrices et chers amis lecteurs, que je n’avais réellement prêté attention au texte de la Constitution américaine. J’imagine que les raisons sont diverses. Un trop de jalousie. Un peu d’incompréhension. Un peu de complexe d’infériorité car le fait d’avoir été, nous, Haïtiens, la deuxième Nation du continent américain à accéder à l’indépendance et la première à l’avoir conquise de cette façon, puis, deux cents ans après, occuper la position que nous occupons, me fait sentir une certaine infériorité. J’eus la chair de poule en l’écoutant parler et transpirer patriotisme à travers ses pores. Je pensai à Obama, à Clinton (lui et elle), à Luther King, à Malcolm X, aux Black Panthers, et aussi à Ingrid Betancourt. Effort. Ténacité. Rêve. Changement. Espoir. Lutte. Liberté. Clairvoyance. Nonconformisme. Quelle association d’idées ! Je me posai alors plusieurs questions. J’essayai vainement de trouver des réponses. Pourquoi, nous Haïtiens, n’arrivons-nous pas à faire du « collectif » notre mode de fonctionnement ? Pourquoi ces conduites perverses, destructives ? poussant à agir contre nos propres intérêts ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à cesser de creuser ? Pourquoi ce « réflexe du crabe » qui nous empêche de créer le collectif ? Pourquoi donc ces luttes de pouvoir, exhibant les ambitions nues et faisant disparaître l’intérêt général au profit des bassesses, des vilenies et des petites manœuvres ? Pourquoi ce « complexe du Marron » ? Ce complexe que Gary Victor nous décrit comme cet univers personnel fait de ruse, d’esquive, de dissimulation. Toute la culture haïtienne, d’après lui, est imprégnée par le marronnage. La société est marronne car depuis sa constitution, l’État haïtien incarne la nouvelle figure du « maître » di-il. Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, Dieu est subtil, il n’est pas malveillant, disait Einstein. Chez nous, nous disons, « Bon Dyé Bon ». Un jour ou l’autre, grâce à Dieu, nous aurons quelque chose d’autre, un projet collectif, en vue de former une union plus parfaite, d’établir la justice, d’assurer la tranquillité intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d’assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à nos descendants. Un jour nous aurons un pays dans lequel nous pourrons dire ou nous aurons à entendre dire, enfin, par nos REPRÉSENTANTS: « Nous, le Peuple Haïtien … », sans marronnage, sans exception, sans complexes. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Juillet 2008 Un ange s’est envolé …Lorsque le 3 décembre 1991, le Dr. J.J.B. sortit à grandes enjambées de la salle d’opérations de l’Hôpital du Canapé Vert, j’étais convaincu que le petit être qu’il tenait précieusement dans ses bras, enveloppé dans une serviette jaune, était la fille que j’avais tant souhaité avoir et que j’attendais depuis huit mois. Et quand ma belle-mère vint m’annoncer que j’avais un deuxième fils, je pensais qu’elle me taquinait un peu, histoire de faire durer le suspense. Ce n’est qu’en le voyant qu’effectivement, j’ai dû admettre que cette fille que je pensais avoir conçu, était un petit garçon. Ma femme et moi, nous avions décidé de l’appeler Kareem, à cause du célèbre joueur de basket et Xavier, parce qu’il était né le jour de St François Xavier, bien que je ne connaissais rien de la vie de ce Saint. Je me suis vite rendu compte que Kareem Xavier était spécial. (Tous les enfants sont spéciaux aux yeux de leurs parents…) Kareem avait les yeux gris clairs, ce qui faisait ma fierté et celle de toute la famille car ces yeux constituaient une source intarissable de commentaires les uns plus flatteurs que les autres. L’enfant ne pleurait quasiment jamais et dormait la nuit. Il prenait ses biberons sans se faire prier et paraissait toujours content, avec ce sourire ravageur propre a tous les bébés. Au bout d’une année, le gris clair de ses yeux se mua en une teinte tamarin clair, un « je lwil » comme on dit Son frère aîné le surnomma Kako. Quand il fut en âge d’entrer à l’école maternelle, je prenais un réel plaisir à le regarder porter l’uniforme de l’école en me demandant ce qu’il pouvait bien y faire ou s’il y apprenait vraiment quelque chose. Et lorsque je revenais à la maison pour ramener son grand frère et pour prendre le lunch, Kako m’attendait toujours pour manger avec moi. Je ressentais une fierté particulière en lui mettant sa nourriture à la bouche, cuillerée après cuillerée car personne d’autre ne réussissait à lui faire avaler quoi que ce soit avant mon arrivée. Puis vint l’heure d’aller à l’école fondamentale. C’est sans hésiter que Kako nous annonça qu’il voulait fréquenter la même école que son grand frère. De ces années, je ne retiens que quelques petits incidents qui n’ont fait que confirmer ce que je savais déjà : Kako, cet enfant au regard doux, ne se laissait pas marcher sur les pieds et était toujours prêt à se battre pour se défendre. Je me souviens encore du commentaire de Mme. M.A.B. : « Monsieur Gaspard, cet enfant n’est vraiment pas comme son frère aîné, il est plus bagarreur… » Mais il était aussi un enfant très studieux et très appliqué qui tenait toujours à avoir de bonnes notes. Après avoir réussi les examens officiels de la 6ème Année Fondamentale, encore une fois il exprima le désir d’aller rejoindre son frère à l’école secondaire, comme si on avait eu l’intention de les séparer… Plus le temps passait, plus je découvrais l’unicité de cet enfant qui aurait dû être ma fille, mais qui la remplaçait, tant il était affectueux. Il m’a fait refaire toutes les classes du secondaire (jusqu’à la Seconde en tout cas…) tant il m’impliquait dans son travail scolaire. « Papi, il faut que tu m’expliques… » disait-il quand je rentrais le soir, exténué après dix heures de travail et une heure d’embouteillages, sans même me laisser le temps d’enlever mes chaussures… A mes heures perdues, quand je prenais un chiffon pour nettoyer ma voiture, ou un marteau pour enfoncer un clou ou encore un pinceau pour repeindre une pièce de la maison, immanquablement et inlassablement, Kako laissait tomber tout ce qu’il faisait pour me demander : « Papi, je peux t’aider ? » Et si j’avais le mauvais goût de lui dire non (car des fois les enfants nous empêchent de travailler), c’est avec une déception non feinte qu’il répliquait : « Mais je veux t’aider ! » Quand nous dînions chez mes parents, c’est lui qui mettait le couvert. Ma mère lui avait appris la recette d’un dessert qu’il adorait : la charlotte à la crème. Il le réussissait mieux que ma mère (désolé Didie…) car il aimait cuisiner. Il appréciait la cuisine haïtienne. Le samedi matin, invariablement, son petit déjeuner favori était : mais moulu, avocat et jus de citron qu’il préparait lui-même. Kako avait aussi le culte de la famille. Ses plus belles vacances disait-il, étaient les deux dernières réunions de famille qui lui ont permis de faire connaissance et de se lier avec ses nombreux cousins et cousines de tous âges vivant à l’étranger. Kako a eu la chance de connaître et de vivre avec ses grands-parents maternels et paternels. Moi quand j’étais enfant, j’avais un peu peur de mes grands-parents. Lui, au contraire, il appréciait leur compagnie, les taquinait, les caressait, leur rendait service et riait avec eux. Ses éclats de rire tonitruants et spontanés, que je crois encore entendre résonner dans notre « living room », contrastaient un peu avec la simplicité et la douceur de son sourire. Particulièrement quand il nous appelait affectueusement certes, mais pour nous taquiner un peu aussi : « Papounet », « Manmounet », « Fabibounet » Kako avait également deux autres passions dans sa vie : la musique et le basket-ball. Je pense qu’il aurait été un joueur de basket plus que respectable. Sa maman et moi, nous l’encouragions à faire partie de l’équipe de basket de son école. Malheureusement, le jour des entrainements correspondait souvent au jour des répétitions de musique car dès son plus jeune âge, il jouait de la trompette. Alors, avec ce ton sérieux qu’il prenait parfois quand il nous parlait, il dit à sa mère : « Je choisis la musique a la place du basket car la musique me permettra d’obtenir une bourse d’études à l’étranger plus facilement que le basket. » Kako était le seul petit garçon que les Sœurs du Sacré-Cœur de (voir UN ANGE / 17) Pourquoi ce « syndrome du scorpion » qui nous conduit vers l’autodestruction collective, nousLIBRE PENSEE chez nous, avec un regard d’une douceur infinie. Le jeune disparu Kareem Xavier GaspardLES REFLEXIONS DU PERE DE KAREEM GASPARD, L’ENFANT QUI A ETE TUE PAR SES RAVISSEURSTurgeau laissaient venir répéter avec les filles de la

PAGE 15

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 15 SPORTSVenus Williams, breakée dans la première manche, a finalement battu sa soeur Serena en deux sets (7-5, 6-4). C’est le 5e titre de l’Américaine à Wimbledon, et le 7e titre du Grand Chelem de sa carrière. Les deux joueuses ont remporté 7 des 10 derniers Wimbledon. WIMBLEDON FINALE DAMES Venus Williams (USA/N.7) bat Serena Williams (USA/N.6) 7-5, 6-4 Pour leur septième confrontation en finale d’un tournoi du Grand Chelem, Venus Williams a enfin fait respecter le droit d’aînesse. Après une victoire initiale à l’US Open 2001, la plus âgée des deux s&oeligurs avait en effet concédé cinq défaites de rang face à sa cadette. Mais, dans son jardin anglais, la quadruple vainqueur à Wimbledon a mis fin cette série en même temps qu’elle a égalisé au nombre total de victoires lors de ses duels familiaux (8 succès en 16 matchs). Dans le même temps, elle en a profité pour se rapprocher des 9 titres londoniens de la recordwoman absolue, Martina Navratilova, présente dans les tribunes. A voir son visage détendu et souriant avant le début de la partie, il ne fait aucun doute que Venus ne nourrit aucun complexe face à sa s&oeligur. A contrario, cette dernière apparaît extrêmement fermée. Le fait de disputer sa première finale en Grand Chelem depuis son succès à l’Open d’Australie 2007 joue-t-il sur les nerfs de Serena ? Les premiers échanges rassurent sur l’état de forme de la cadette. Le temps de quelques jeux irréels, Serena Williams va pratiquer un tennis rarement vu à ce niveau. Tout y passe : aces, retours lasers, volées claquées, gifles tonitruantes des deux côtés... Pourtant, Venus, en dépit d’un break concédé sur sa première mise en jeu, ne se contente pas de tendre la joue. Au courage, en défendant chèrement chaque centimètre carré de gazon, en refusant de reculer sous les coups de boutoir adverses,Wimbledon Cinquième étoile pour Venuselle parvient à s’accrocher. Cette résistance va finir par ulcérer la plus offensive des deux s&oeligurs. Moins précise dans ses placements et dans ses frappes, Serena finit par baisser de niveau, laissant Venus s’engouffrer allègrement dans la brèche. Serena n’éclipse plus Venus à Wimbledon Au prix d’une couverture de terrain toujours aussi extraordinaire, l’aînée pousse la nerveuse Serena à la faute. Un dernier revers dans le couloir offre ainsi la première manche à Venus (7-5). Cette première manche, qui aura offert quelques moments de tennis d’un niveau exceptionnel, échappe à la plus dominatrice des deux s&oeligurs. La deuxième repart sur les mêmes bases avec une Serena qui s’acharne, prend tous les risques, et une Venus dans les cordes qui place quelques contres splendides. Au terme d’un jeu interminable où elle sauve six balles de break, la plus longiligne des deux doit finalement rendre les armes... et son service (soit 7-5, 2-1). Mais Serena paie sa débauche d’efforts dès son engagement suivant en se faisant aussitôt débreaker ! Au final, et c’est sûrement la statistique décisive de cette finale, Venus va convertir 4 balles de break sur 7 quand Serena ne réussira cette performance que 2 fois sur 13 ! Le réalisme de Venus se vérifie une dernière fois à 5-4 en sa faveur dans la 2e manche. Mettant la pression sur la serveuse, l’aînée fait craquer sa s&oeligur qui expédie un dernier coup hors-limites, offrant ainsi à venus son cinquième sacre à Wimbledon, son septième sur l’ensemble de sa carrière. “Cela a été une sacrée tâche de la battre”, soufflait la gagnante du jour. Et de prendre son rôle avec humour : “Mon premier boulot, c’est grande soeur. Je prends ça très au sérieux “. Après s’être entre-déchirées au terme d’une finale somptueuse, les Williams Sisters ont rendez-vous, quelques heures après leur duel fratricide, Stosur. Les bonheurs d’une famille recomposée... LES DECLARATIONS DE VENUS WILLIAMS . Sur son 5e titre : “Je me suis dit ‘Oh mon Dieu, ça fait cinq titres!’ C’est la première chose qui m’a traversé l’esprit. Gagner ce tournoi aussi souvent vous met dans la stratosphère. Quatre c’était grand, mais cinq c’est monumental. La célébration n’a pas été aussi forte qu’elle aurait pu l’être car c’est ma soeur qui a perdu. Je pensais à ce qu’elle ressentait. . Sur le match : “Il y avait du vent, il tourbillonnait. Le niveau de jeu était très haut. Nous avons fait de beaux échanges et des points intenses. Nous sommes toutes les deux très puissantes. Le service a été un élément-clé. Je n’ai pas été très satisfaite de mes coups de fond de court mais le service a été là quand j’en ai eu besoin. J’étais assez relâchée, un peu plus qu’elle, je crois. . Sur le record de Navratilova (9 titres) : “La carrière de Navratilova s’est étendue sur trois décennies. Je ne sais pas si je pourrai en faire autant. Le tennis est différent maintenant.” LES DECLARATIONS DE SERENA WILLIAMS Serena Williams (USA/Finaliste de Wimbledon): . Sur la victoire de sa grande soeur : “Ce n’est pas plus facile de perdre contre sa soeur. Ni plus dur, ni plus facile que contre quelqu’un d’autre. Je n’ai pas vu de célébration de son côté. Je ne faisais pas attention.” . Sur le match : “En première manche, j’ai perdu le rythme, je n’ai pas frappé mes balles, plus rien ne semblait marcher. Je n’étais pas spécialement fatiguée. Mais je ne suis pas satisfaite de la manière dont j’ai joué. Les conditions étaient très dures... Je sais qu’elles étaient les mêmes pour elle... Mais elle a haussé son niveau de jeu, tandis que le mien a baissé. Sa tactique était de me servir dessus. La prochaine fois, je saurai à quoi m’attendre. C’était une tactique très lisible.”Wimbledon Nadal éclipse FedererEurosport lun, 07 juil 00:12:00 2008 Rafael Nadal a remporté son premier Wimbledon face à Roger Federer (6-4, 6-4, 6-7, 6-7, 9-7), quintuple tenant du titre. Ce match mythique interrompu trois fois par la pluie, a duré plus de 4h40. L’Espagnol devient le troisième joueur à réussir le doublé Roland-Garros/Wimbledon après Borg et Laver. Ce n’est pas sur un coin de terre battue à Manaco, c’est sur le gazon légendaire de Wimbledon que Rafael Nadal s’est étendu de tout son long ce dimanche soir. Le 5e titre en Grand Chelem de l’Espagnol, son 29e titre au total, fera date dans l’histoire du tennis : le N.2 mondial vient de battre celui qui s’était imposé cinq fois de suite sur le même court, celui qui malgré cette défaite restera encore N.1 mondial : Roger Federer. Après deux échecs en finale, Nadal vient de confirmer sa montée en puissance non seulement à Wimbledon mais au sommet de la hiérarchie ATP. Ce n’est pas la première fois que Nadal domine Federer, c’est la 12e fois en 18 rencontres, et surtout la 5e fois en finale d’un Grand Chelem. Après cinq sets intenses l’année dernière, le public était en droit d’espérer un match épique malgré l’incertitude liée à la pluie. L’orage n’est pas venu du ciel mais de la raquette de Nadal. Chaque coup de tonnerre et chaque éclair sont tombés sur le revers de Federer. Pendant une bonne moitié de set, le Suisse a tenté de contrôler cette balle électrique en vain. Breaké dès le troisième jeu, il n’a jamais pu revenir (6-4 en 48 minutes). Nadal n’a eu besoin que d’une seule balle de break. Après deux sets, Federer est déjà monté deux fois plus au filet que face à Safin et Ancic. Agressif, il prend le service de l’Espagnol immédiatement (à 2-0) et mène 4-1. Comme à Monte-Carlo et à Hambourg cette année, cela n’a pas suffi pas pour prendre le set. Nadal place quelques passings tonitruants pour revenir à 4-3 et pousse le Suisse dans ses derniers retranchements pour égaliser à 4-4. Federer à la hauteur de son personnage Le schéma de jeu de la finale est définitivement posé. Après ce que Boris Becker a appelé, sur la BBC, des “hésitations “ au premier set, Federer s’est aperçu qu’il ne pouvait tenir la balle de Nadal en fond de court avec son simple revers. Le Suisse décide de tourner plus souvent son revers, quitte à se prendre quelques contres long de ligne, et surtout, de monter au filet. On retrouve alors la qualité de jeu de l’an passé. Malgré les volées expertes de Federer, c’est Nadal qui inscrit avec aplomb cinq jeux consécutifs pour prendre le deuxième set. Le scénario rappelle l’impuissance des trois dernières défaites du Suisse devant le Majorquin (Monte-Carlo, Hambourg et Roland-Garros). La glorieuse incertitude du sport n’est pas toujours une vieillerie galvaudée. C’est ce que l’on a appris lors des trois sets suivants. A la fin d’un troisième set intense, marqué par une chute de Nadal, un formidable sixième jeu, une interruption due à la pluie et un tie-break, la finale a pris toute la dimension dramatique que l’on attendait. Federer en survivant, l’image était belle. D’autant plus qu’en 2005, à Miami, il avait déjà connu un scénario similaire avec une victoire en finale (2-6, 6-7, 7-6, 6-3, 6-1) face au même rival. A 4-5, 0/30 ou à 5-6, 0/15, le bras du N.1 ne tremble pas. Il ne tremblera pas plus pour imposer sa loi dans le premier jeu décisif (7/5). Le quatrième set offrira d’inespérés rayons de soleil plus qu’un tennis de rêve. Plutôt une confrontation sans compromis et sans break. Federer au service, Nadal et ses inlassables coups de tambour côté revers du N.1. Une fois encore, Federer fait savoir qu’il ne lâchera rien sur le court où il a forgé sa légende. Dans le second jeu décisif, il sauve deux balles de match, sur un service gagnant à 6/7, puis à 7/8 sur un passing de revers bloqué sublime long de ligne, dans le coin. Nadal : “C’est mon tournoi préféré. C’est un rêve “ Un match de tennis entre deux joueurs d’exception se joue toujours sur des détails. Certains détails permettent quelques fois d’atteindre la perfection. Roger Federer et Rafael Nadal ont tenu les promesses d’une rencontre que l’on annonçait exceptionnelle. Leur détermination a été la même, leur style toujours complémentaire mais le suspense plus palpitant encore que l’année dernière (victoire en cinq sets de Federer). Lors d’une cinquième manche interminable et admirable, malgré deux interruptions dues à la pluie, ils ont donné le meilleur de leur tennis. A 4-4, Nadal doit sauver une balle de break, c’est sa 12e balle de break écartée sur 13. Federer quant à lui n’en a sauvé que 9 sur 13. Cette incapacité à prendre l’engagement du Majorquin est un fait marquant du match. A 7-8, 40/30 pour Nadal, il décoche un retour de revers bloqué phénoménal pour écarter une troisième balle de match. La suivante achève pourtant, dans une quasi-obscurité, sa fantastique série de victoires sur le gazon. La nuit tombe sur Federer et les larmes pleuvent sur le visage de Nadal. Vainqueur à Roland-Garros et à Wimbledon la même année, comme seuls Björn Borg et Rod Laver avaient su le faire (sans omettre son titre au Queen’s, ce qui est un enchaînement inédit), l’enfant de Manacor a couronné un rêve. Il n’a que 22 ans. LES REACTIONS A CHAUD : . Rafael Nadal : “C’est impossible d’expliquer ce que j’ai ressenti (sur la balle de match). C’est mon tournoi préféré. C’est un rêve. Merci à tous. C’est toujours dur de jouer contre Roger, le meilleur joueur de l’histoire. Merci beaucoup Roger. Battre Roger ici après cinq participations, deux finales accrochées... Mais il est toujours le N.1, il est toujours le meilleur, il a gagné cinq fois ici. Merci au prince et à la princesse d’être venus voir ça.” en finale du double face à Lisa Raymond et Samantha

PAGE 16

Page 16 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 (un livre de Gaby Tabarani)Le conflit israélo-palestinien comme si vous y étiez …(MOYEN ORIENT ... suite de la page 11) Ce sont plus de 750.000 habitants de la Palestine qui s’enfuient de leurs terres (ou qui sont forcés de partir). En même temps, l’Etat d’Israël gagne tout de suite trois fois plus en superficie. Dès lors se précise une stratégie qui a deux objectifs : la terre, toujours plus de terre (quitte à offrir de négocier plus tard la terre pour la paix) et l’eau comme ressource numéro 1 pour cette nation de pionniers (et qui continue de l’être à travers les communautés de nouveaux immigrants qui perpétuellement se font, se défont et se refont pour ne pas abandonner les territoires occupés sinon le plus tard possible).Toujours au nom de la légitime défense …Le troisième élément vital dans cette stratégie c’est l’art de la guerre. Quitte à frapper le premier. Frappe préventive. Toujours au nom de la légitime défense. Les Arabes n’ayant cessé de jurer (comme aujourd’hui le président iranien) que leur rêve est de jeter les « Sionistes » à la mer. En même temps, le conflit va désormais épouser tous les contours du grand rapport international des forces. En 1956 c’est la crise de Suez. L’Angleterre et la France se trouvent aux prises avec le nouveau et charismatique président égyptien Gamal Abdel Nasser. Israël commence sa carrière de fer de lance de la machine militaire de l’Occident. Le Premier ministre Ben Gourion envoie ses troupes, sous la direction du chef d’Etat major Moshe Dayan et d’un jeune lieutenant nommé Ariel Sharon, à l’assaut du Sinaï égyptien. Mais alors que l’attaque sur trois fronts (israélien, britannique et français) va être couronnée de succès, les Etats-Unis s’y opposent et font voter aux Nations unies un cessez-le feu et le retrait immédiat des forces d’invasion. Aux yeux des Américains, la Seconde guerre mondiale avait sonné le glas du vieux système colonialiste. Il a fallu Suez pour le faire comprendre aux deux plus grands bénéficiaires dudit système : les ex-empires britanniques et français. Mais bientôt c’est la Guerre froide. Les Etats-Unis commencent dès lors à s’intéresser d’une manière toute particulière au nouveau petit Etat qui a su si bien gagner ses galons militaires. Une armée de volontaires, plus près d’un boy scoutisme inspiré et animé d’une foi à toutes épreuves. 1967. La Guerre des six jours, appelée ainsi à cause de la rapidité de la victoire israélienne enlevant en une semaine aux Etats voisins plus de terre que l’Etat juif ne pourrait jamais en accommoder : le Sinaï et Gaza à l’Egypte, la Cisjordanie (ou West Bank) à la Jordanie et les Hauteurs du Golan syrien. Cependant la Guerre des six jours va avoir une conséquence inattendue. C’est la naissance d’un nationalisme palestinien. Jusqu’ici le conflit était israélo-arabe, c’est-à-dire entre Israël et les Etats arabes voisins qui avaient refusé de reconnaître la création de l’Etat « sioniste. » Cependant rien n’avait changé pour les centaines de milliers de réfugiés palestiniens qui ont été chassés de leurs terres. Aujourd’hui on les estime (avec leurs descendants) à environ 4 millions.Nationalisme israélien vs. nationalisme palestinien …Pour la première fois, des Palestiniens relèvent la tête. Non comme combattants clandestins ou fantassins aux ordres d’un Etat voisin, comme c’était jusqu’à présent le cas. Mais palestiniens à part entière. C’est l’entrée en scène de Yasser Arafat. Le conflit devient pour la première fois israélo-palestinien. L’armée israélienne va se retrouver en face de combattants volontaires et aussi décidés qu’eux à mourir pour leur pays. Et un pays qui se trouve être évidemment le même que celui considéré par les Israéliens comme le leur. Nationalisme israélien versus nationalisme palestinien. Une cohabitation qui ne saurait être de tout repos. Les Palestiniens ont depuis aussi leur leader et qui n’est pas Nasser ou Sadate d’Egypte, ni Assad de Syrie, ni le petit roi de Jordanie. Mais un palestinien comme eux, Yasser Arafat. Après maintes péripéties, celui-ci arrivera jusqu’à se faire acclamer à l’Assemblée générale des Nations unies en 1973. Il est accepté comme membre observateur à l’ONU. C’est grâce à Arafat que les Palestiniens existent aujourd’hui comme une nation (quoique en devenir) et non comme un simple campement de réfugiés toujours aux abois.Introduire le doute au sein du peuple israélien …Mais Arafat lui non plus n’arrivera pas à combler tous les vœux de ses compatriotes. C’est une situation piégée à la base comme on le comprend. Où l’émotion et la surenchère font bonne recette. La tactique des nouveaux groupes palestiniens (Hamas, FPLP, Jihad Islamique, Frères musulmans etc) est d’introduire le doute au sein du peuple israélien animé jusqu’ici d’une fois inébranlable puisque Israël était toujours victorieux. D’où la mise en service de la terreur comme instrument politique. Et qui, en passant par les assassinats et enlèvements perpétrés pendant les décennies 60 et 70 contre des Israéliens aux quatre coins du monde, culminera dans les attentats-suicide d’aujourd’hui où le martyr doit amener avec lui dans la mort le plus grand nombre possible d’ennemis. Pendant ce temps l’axe Washington Tel-Aviv continue de se renforcer. Israël devenant le chien de garde des Etats-Unis dans la région. La première fois que cette complicité éclate au grand jour, ce sera lors du prochain choc israéloarabe (car il y en toujours un en gestation). De l’assassinat des athlètes israéliens à Munich (5 septembre 1972), au massacre de Sabra et Chatila (16 au 18 septembre 1982) pendant l’occupation israélienne du Sud-Liban, et jusqu’aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. 1973. La Guerre du Yom Kippour. L’attaque égyptienne prit les Israéliens par surprise. Ceux-ci ne tardèrent pas à renverser la situation mais aussi grâce aux bons offices d’un certain secrétaire d’Etat Henry Kissinger leur fournissant de précieuses observations obtenues par « satellite ». Les Américains prennent le contre-pied de leur position pendant la Crise de Suez. De là date un partenariat qui ne se démentira jamais entre Washington et Tel-Aviv. Comme on vient encore de le voir dans ce curieux avertissement lancé à l’Iran la semaine dernière. Mais il en faut plus pour permettre à Israël de dormir tranquille.Une histoire pleine d’héroïsme et de sacrifices …D’ailleurs depuis 2006, on est entré dans une nouvelle période. Alors que l’état hébreu se montre invincible face aux armées de métier de la région, un mouvement de guérilla a semblé pouvoir lui tenir tête vaillamment. C’est le conflit avec le Hezbollah dans le Sud Liban, ce dernier armé justement par l’Iran des Ayatollah. Pour finir, en dehors du bruit et de la fureur des combats sans fin, entrecoupés des agitations d’une communauté internationale tantôt intéressée (d’abord à ses propres fins), tantôt blasée et lassée d’un conflit qui à tout prendre depuis ses débuts n’a pas bougé d’un pouce vers aucun accord qui n’ait duré que le temps pour l’encre de sécher, l’auteur Gabriel Tabarani prend aussi le temps de nous introduire dans le secret d’une histoire pleine d’héroïsme et de sacrifices, de douleur et de sang et de faux espoirs d’un côté comme de l’autre (de plus en plus d’enfants victimes, soit d’attentats qui semblent les viser précisément pour augmenter la pression psychologique, soit du côté palestinien où il n’y a pas d’âge ni de sexe pour être kamikaze). Gaby Tabarani offre au conflit israélopalestinien son équivalent de « Guerre et Paix », mais une paix dont le prix à payer reste loin au-dessus des forces de simples mortels. Pour avoir fait un pas dans cette direction, Sadate et Rabin sont tous deux tombés sous des balles fanatiques. Yasser Arafat est mort et son ennemi juré Ariel Sharon dans le coma depuis près d’une année. (A lire « Israeli-Palestinian Conflict : From Balfour Promise to Bush Declaration – The Complications and the Road for a Lasting Peace » par Gabriel G. Tabarani ; AuthorHouse, Bloomington, Indiana ; 425 pages) Marcus, 6 Juillet 2008 Lula da Silva à Brasilia ou du président Evo Morales à La Paz mobilisent par leur propre volonté les ressources de l’État, afin d’assurer à chaque citoyen son droit à l’alimentation. L’Afrique du Sud est un autre exemple. Le droit à l’alimentation est inscrit dans sa Constitution. Celle-ci crée une Commission nationale des droits de l’homme, composée en parité par des membres nommés par les organisations de la société civile (Églises, syndicats et mouvements sociaux divers) et de membres désignés par le Parlement. Les compétences de la Commission sont étendues. Depuis son entrée en fonction, il y a cinq ans la Commission a déjà arraché des victoires importantes. Elle peut intervenir dans tous les domaines relevant du déni du droit à l’alimentation : éviction de paysans de leur terre ; autorisation donnée par une municipalité à une société privée pour la gestion de l’approvisionnement de l’eau potable, entraînant des taxes prohibitives pour les habitants les plus pauvres ; détournement par une société privée de l’eau d’irrigation au détriment des cultivateurs ; manquement au contrôle de la qualité de l’alimentation vendue dans les bidonvilles ; etc. Mais combien existe-t-il de gouvernements, prioritaire est le respect du droit à l’alimentation de leurs citoyens ? Or, dans les 122 pays dits du tiersmonde vivent aujourd’hui 4,8 milliards des 6,2 milliards d’homme que nous sommes sur terre. V. Les nouveaux maîtres du monde ont horreur des droits de l’homme. Ils les craignent comme le diable l’eau bénite. Car il est évident qu’une politique économique, sociale, financière réalisant à la lettre tous les droits de l’homme briserait net l’ordre absurde et meurtrier du monde actuel et produirait nécessairement une distribution plus équitable des biens, satisferait aux besoins vitaux des gens et les protégerait contre la faim et une bonne part de leurs angoisses. Dans leur achèvement, les droits de l’homme incarnent donc un monde totalement autre, solidaire, libéré du mépris, plus favorable au bonheur. Les droits de l’homme politiques et civils, économiques, sociaux et culturels, individuels et collectifs [7] sont universels, interdépendants et indivisibles. Ils sont aujourd’hui l’horizon de notre combat.Crise alimentaire : La faim et les droits de l’homme(CRISE ALIEMENTAIRE... suite de la page 9) notamment dans le tiers-monde, dont la préoccupation quotidienneLIVRESRéunis par Bill Clinton à Camp David l’Israélien Yitzak Rabin et le Palestinien Yasser Arafat

PAGE 17

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 17 Fanfare dont il faisait partie, en quelque sorte… Et comme de fait, un cousin de ma femme lui avait payé un camp de musique, cet été, au Minnesota. Kako devait voyager le dimanche 15 juin 2008. Pour cette occasion spéciale, il avait demandé à sa maman de lui acheter un drapeau d’Haïti, pour que, à la manière de Wyclef Jean, il puisse représenter fièrement son pays à ce camp de musique au Minnesota. Le drapeau est toujours chez nous dans son emballage de cellophane, inutilisé, inutile… Aujourd’hui j’écris ces lignes pour célébrer la vie de Kareem Xavier Gaspard, mon fils de 16 ans, torturé puis assassiné le 21 mai 2008. C’est une façon pour moi de lui rendre hommage, de lui dire une fois de plus à quel point je l’aime. Je voudrais qu’on sache qui il était et comment il a vécu. Jai été le premier étonné d’apprendre et de découvrir à quel point mon fils était religieux. Dans sa chambre, je n’avais jamais vraiment prêté attention à toutes ces petites images pieuses, à ce crucifix en porcelaine, à ce chapelet et à tous ces souvenirs de sa première communion et qu’il conservait précieusement. Bien sûr, nous allions à l’église ensemble presque tous les samedis après-midi, mais j’ignorais que mon fils récitait l’Angélus tous les jours à midi. Je ne savais pas qu’il discutait de religion et des choses de la Bible avec quelques-uns de ses camarades de classe… J’écris aussi parce que cela me fait du bien d’écrire. Comme une sorte de psychothérapie car en écrivant, je me rends compte que je n’ai que de merveilleux souvenirs de mon fils Kako. Et sans savoir qu’il serait enlevé si jeune et de manière si horrible à notre affection, nous avons vécu intensément les 16 années de son existence terrestre avec nous. J’écris encore pour présenter mes remerciements les plus sincères à tous ceux qui nous ont supporté tout au long de ce calvaire. Je pense à nos parents, à nos amis et connaissances, à nos voisins, à nos collègues de travail, à la presse, à tous ceux qui ont prié avec nous, pour nous et pour Kareem, et qui continuent encore à le faire, aux inconnus aussi, bref a tous ceux qui se sont sentis affectés par cette tragédie. Merci. La sincérité de votre douleur et la ferveur de vos prières nous ont aidé et nous aident encore à porter cette croix. Nou wè tout bagay, nou konnen tout bagay e nou pap bliye. Mèsi anpil. J’écris également pour rendre témoignage de la puissance de Dieu et de la puissance de l’Amour. Paradoxalement, ma foi s’est affermie. La première personne à prier avec moi m’a dit que le cœur de l’homme a été conçu pour faire deux choses : aimer ou haïr. Plus on hait, moins on de place dans son cœur pour aimer et plus on aime, moins on a de place dans son cœur pour haïr. Je pense ne pas avoir de haine dans mon cœur. Mais cela ne veut pas dire que je pense que les Institutions de mon pays ne doivent pas faire leur travail. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas droit à la justice divine comme à celle des hommes. Les bourreaux de mon fils doivent être arrêtés, jugés et condamnés selon la loi des hommes. Je ne connaitrai jamais la paix tant que je ne saurai pas pourquoi on a tué mon fils. J’ai le droit de savoir… Il faut briser le cercle infernal de cette impunité absolue qui fait couler les larmes des pères et mères de famille de ce pays. Il n’est pas normal que j’aie reçu plus de support et de considération de la part d’un étranger (Responsable de la sécurité pour une Organisation Internationale) que je ne connaissais pas du tout avant l’enlèvement de mon fils que de la part de mes concitoyens de la Police Nationale. Ce n’est pas normal que ce même étranger me demande la permission de venir me présenter ses sympathies alors que pour la PNH, il me semble que mon fils n’ait ete qu’une donnee statistique, une victime de plus. Non, Kako est plus qu’une statistique. Il n’est pas mort car il vit en moi comme il vit dans le cœur de tous ceux qui le connaissaient et qui l’aimaient. Il s’est envolé pour « aller de l’autre bord » comme il le chantait une semaine avant sa mort et c’est pourquoi j’ai trouvé un certain réconfort dans la touchante simplicité de ce poème de mon amie J.D.: « Un Ange est parti. Il a ouvert grand ses ailes et son envol a renversé des milliers… Il a pénétré la lumière et il est devenu lumière. Levons la tête et regardons-le Que sa lumière nous imprègne. Il s’appelait Kareem Xavier Gaspard. »Un ange s’est envolé …(UN ANGE ... suite de la page 14) J'ai longtemps attendu avant de réagir au reportage photographique de la rubrique " DECLIC " paru dans le Nouvelliste du 28 avril 2008, mettant en exergue l'étalage d'un tas de haillons sur le toit du Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH). Cliché, somme toute, banal dans le décor de la Capitale et de bien d'autres villes du pays, si l'on se réfère à la liberté que s'accordent certains individus, afficheurs en tout genre, d'utiliser la façade des bâtiments, tant privés que publics, voire nos monuments, pour l'installation de toutes sortes d'annonces, de graffitis, ou d'objets divers, à des fins publicitaires. Pratique choquante et détestable. Tout aussi inadmissible que celle de déverser des poubelles en pleine rue ou encore, d'uriner dans des espaces publics, au mépris de la convenance et du regard agacé des gens de bien. En dépit du fait que nous nous soyons accommodés à ces irrégularités, au point de ne plus en tenir compte, qui pis est, de ne plus en ressentir les effets, il serait inadmissible de nous laisser aller à la démission et à l'inaction lorsque ces dérives atteignent les symboles de la République et menacent, d'autant plus, les fondements de la Nation. Nous ne saurions rester indifférents et ne pas manifester notre étonnement face à cette posture délétère affichée par une importante frange de la population par rapport à de tels constats. Car, lorsqu'une société arrive à ce point de mansuétude, allant jusqu'à ne plus se préoccuper d'entretenir et de conserver son patrimoine historique et culturel, elle ne peut s'attendre qu'à des dysfonctionnements. Mon silence s'explique, d'abord, par mon atterrement, en tant que directeur du MUPANAH, ensuite par ma tendance à vouloir circonscrire les actes isolés dans un contexte plus général. J'ai donc préféré chercher à approfondir le phénomène et à en déterminer les causes, avant d'émettre une opinion. Pareil exercice relève d'une réflexion citoyenne. Toute intervention précipitée du Directeur Général passerait pour une tentative d'explication et de disculpation tendant à atténuer l'importance du méfait. Précisons tout de suite que, loin de nous dérober de nos responsabilités, nous les avons fixées et des mesures appropriées ont été prises. . Ma grande préoccupation était de savoir pourquoi un individu s'était arrogé le droit de pénétrer dans un lieu si réservé et prestigieux pour commettre un tel forfait, alors qu'en le faisant, de la sorte, il s'exposait à tous genres d'ennuis, sans en tirer aucun profit. Apparemment ! Cette troublante question resta sans réponse, puisque la raison la plus élémentaire répudie un tel comportement. Mes collaborateurs et moi, au musée, avons préféré n'y voir que l'œuvre d'un énergumène, irrespectueux des valeurs patrimoniales. Au plus, le fait d'une provocation sans grandeur, dont l'unique motivation était de nous porter nuisance. Approfondissant ma réflexion, je me suis laissé aller à faire une comparaison par analogie entre cet événement et certaines dérives courantes dans le pays. C'est que nous faisons face à un grave problème de société. Situation causée par un relâchement des mœurs et aggravée par un important déficit en éducation civique. On n'aura qu'à se remémorer quelques faits récents pour s'en rendre compte et mesurer toute l'ampleur du drame qui nous enveloppe. En effet, qui ne se souvient de la destruction par le feu, dans la nuit du 6 au 7 janvier 1991, lors de commotions politiques, de l'ancienne Cathédrale de Port-au-Prince ? Construite en 1771, elle était un Haut Lieu de notre Histoire de peuple .C'est dans ce bâtiment, alors église paroissiale de la Capitale, que Toussaint Louverture prononça son fameux discours incendiaire qui déclencha la guerre du Sud. C'est aussi dans cette enceinte que le Sénat décréta, le 27 décembre 1806, la République. Bien d'autres évènements s'y sont déroulés. Un autre fait non moins regrettable, hante encore nos esprits. Il s'agit de la destruction, encore par le feu, le 30 mai dernier, de l'aile nord du Marché Vallière. Bâtiment datant de 1891 et érigé sous le gouvernement du président Florvil Hippolyte. Monument d'une importance considérable qui demeure le témoin d'une révolution dans le domaine de la construction, par l'introduction du fer comme nouveau matériau. Drame qui aurait pu être évité si des structures administratives plus strictes, avaient été mises en place pour le respect des normes de sécurité. A l'instar de la tour Eiffel, construite en 1889 et qui est reconnue comme l'un des plus beaux monuments du monde, ce bâtiment avait bénéficié de cette même technologie. Il est aussi identifié comme le plus représentatif de ce type de construction à travers les Antilles. Notre propension à négliger notre patrimoine s'est manifestée dans bien d'autres domaines. L'écologie et l'environnement en ont beaucoup souffert .On voudra pour preuve, le dépérissement de la forêt des pins, ainsi que la vandalisation des parcs Macaya et La Visite. Quant à la Cité de l'Exposition, construite en 1949, à l'occasion de la fondation du bicentenaire de la ville de Port-au-Prince, sous le mandat du président Dumarsais Estime, c'est avec beaucoup de peine et de tristesse que ceux qui l'on fréquentée à l'époque de sa splendeur pourraient en parler. Dire qu'à l'occasion de ces festivités, les plus grands artistes latino-américains et nord américains, tels que : Celia Cruz, Daniel Santos, avec la Sonora Matancera, Perez Prado, Marian Anderson, Lavinia Williams, Katherine Dunham, pour ne citer que ceux-la, s'y sont produits en spectacle. Même ceux de la génération d'après, à laquelle j'appartiens, se souviennent, sans doute, des moments heureux passés dans cette aire. De l'avis de beaucoup d'étrangers qui ont visité le pays à cette occasion, la baie de Port-auPrince, avec le morne l'hôpital, comme parure, pouvait rivaliser avantageusement avec celle de Rio. Ils disaient sûrement vrai ; car à cette époque, Port-au-Prince et La Havane, représentaient les deux principales destinations touristiques de la Caraïbe. Nos voisins immédiats, dominicains et jamaïcains, étaient même jaloux de ce succès. Le dictateur dominicain Rafael Leonidas Trujillo, pour établir l'équilibre, a dû dépenser une forte somme pour effacer de tous dictionnaires ou guides touristiques, l'appellation de : " Ile d'Haïti ", pour celle de : " Hispaniola ", plus convenable à ses ambitions projetées. Il avait poussé sa convoitise encore plus loin, en s'inspirant de la fameuse fontaine lumineuse du bicentenaire, conçu par l'ingénieur, Edouard Gentil, pour construire " El teatro agua y luz " de Santo Domingo. Constater que nous avons concédé tous ces avantage, est douloureux à admettre. Il serait regrettable de ne pas rappeler au bon souvenir des plus de cinquante ans l'enchantement qu'on éprouvait en empruntant les deux principales routes conduisant à la Capitale. Elles offraient aux usagers un panorama des plus agréables et des plus pittoresques. En effet, tout au long de leur parcours se développait une voûte de feuillage et de fleurs réalisées par le croissement des branches d'arbres plantés en bordure de la voie et faisant comme un long tunnel. Ce qui avait l'avantage de rafraîchir l'atmosphère et d'offrir aux piétons une marche tranquille à l'abri des fortes chaleurs. L'une des voies partait de Carrefour et arborait de beaux amandiers verts. L'autre sortant de Petion-Ville était flanquée de superbes flamboyants rouges. Malheureusement, très peu de travaux ont été effectués pour préserver notre patrimoine en péril. La seule intervention majeure qui a eu lieu, dans ce domaine, remonte à 1977, lors de la restauration de la Citadelle du Roi Henri Christophe par l'architecte Albert Mangonès et un groupe de collaborateurs haïtiens et étrangers, avec l'aide de l'UNESCO et du PNUD. Nous souhaitons voir d'autres travaux du même genre pour remettre en valeur ces sites du " Nord Héroïque ", berceau de nos luttes pour l'indépendance. Triste constat d'un pays qui s'en va à la dérive, sous le regard indulgent, impuissant ou indifférent de ses habitants. Mon propos n'est pas de savoir qui a péché par action ou par omission, ou qui a eu tort ou raison, tant je suis persuadé qu'aucun haïtien ne voudra se reconnaître comme responsable de cette faillite. Ce dont je suis sûr, c'est que l'on cherchera toujours ailleurs, indiquant du doigt le vrai coupable. Me référant au postulat d'un grand penseur : " Ce n'est que lorsque la crainte a disparu que la curiosité et le besoin de création peuvent se donner libre cours et que l'homme peut se livrer à l'instinct qui le pousse naturellement à s'instruire et à embellir son existence ", je serais tenté de lier la détérioration de nos valeurs essentielles au climat d'instabilité sociale, économique et politique que nous connaissons depuis l'Indépendance, nonobstant certains moment de progrès. Cependant, il est indéniable que les conditions de stabilité et de développement doivent d'abord être avant tout établies par les Haïtiens. Pélerin, le 21 juin 2008 Robert Paret paretrobert@yahoo.frArrêt sur imagePar Robert Paret PATRIMOINE

PAGE 18

Page 18 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 En Bref...(... suite de la page 2)LES JEUX cumulus se dispersent rapidement, et par l’absence totale ou quasi totale de vent. Toutefois, selon le CNM, cette zone de haute pression n’empêche pas des activités de pluie et d’orages sur Haïti. Les 2 tempêtes tropicales ont la même intensité et ne devraient pas se développer. Localisées au large de la péninsule mexicaine de Basse Californie, elles suivent une trajectoire à l’ouest en pleine mer. Boris se situe à environ 1040 kilomètres des côtes mexicaines et se déplace vers le Nord-Ouest à une vitesse moyenne de 17 kilomètres par heure. Cristina, quant à elle, était localisée samedi soir (28 juin 2008) à 19.20 kilomètres au sud-ouest de la pointe sud de Basse Californie et s’accompagnait de vents à 85 kilomètres par heure, selon le Centre national des ouragans de Miami.Les tempêtes tropicales Boris et Cristina ne menacent pas Haïti(... suite de la page 8) Si Mme Pierre-Louis parvient à bénéficier d’un vote favorable de la chambre des députés, elle aura à accomplir la même démarche au sénat. (Alterpresse)Le Premier ministre désigné rencontre le bloc CPP au Palais NationalLa rencontre a eu lieu également vendredi au Palais National où Madame Pierre-Louis a pris part à une séance de travail avec le Président René Préval et les membres du bloc CPP – Concertation des parlementaires progressistes. Elle a pu s’entretenir en toute liberté avec les parlementaires, membres de ce bloc. Deux d’entre eux, Jean Marcel Lumérant (Grand-Goâve, ouest) et Ronald Larêche (Carice-Mont Organisé, nord-est) ont affirmé qu’après avoir entendu la candidate, ils ont compris que le pays était sur le point d’avoir un autre chef de gouvernement, contrairement au scénario enregistré précédemment avec les candidats malheureux Ericq Pierre et Robert “Bob” Manuel. Lumérant en a profité pour préciser que le CPP n’a jamais été le fossoyeur des prétendants à la succession de Jacques-Edouard Alexis, mais de préférence une force politique très attachée à l’application de l’article 157 de la constitution définissant les conditions d’éligibilité. Quelques députés qui ont pris part à la réunion ont commenté positivement dans les médias l’atmosphère dans laquelle elle s’est déroulée. Deux précédents Premiers ministres désignés ont été rejetés par la chambre des députés. (HPN)Haïti-Suisse : Délai fin septembre pour une décision finale sur les fonds Duvalier bloqués en SuisseLes fonds de l’ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier, bloqués en Suisse depuis des années, devront être remis à Haïti, si les détenteurs de ces fonds ne parviennent pas, d’ici fin septembre 2008, à prouver l’origine non délictueuse de ces avoirs. L’Office fédéral de la justice (OFJ) en a ainsi décidé, suivant un communiqué émis le 2 juillet. Les fonds de Duvalier en Suisse, quelque 9 millions de dollars, sont gelés depuis 2002, sur la base de la constitution suisse. Après prolongation, le délai de cette mesure expire le 31 août 2008. En 1986, les autorités haïtiennes ont déposé une demande d’entraide judiciaire requérant la Suisse de bloquer les avoirs de l’ex-président et de leur remettre les documents bancaires et les avoirs saisis. Cette demande a été complétée seulement en mai 2008. Neuf organisations haïtiennes viennent d’alerter le président René Préval sur la nécessité de prendre rapidement les dispositions nécessaires permettant la récupération des fonds de Duvalier. Ces organisations, dont Justice et Paix (JILAP), le Mouvement de Paysans de Papaye (MPP) et le Centre de Recherche et de Formation Economique et Sociale (CRESFED), rappellent que la décision de bloquer les fonds pour un temps limité a été prise par la Suisse en réponse aux diverses actions de plaidoyer de divers secteurs, notamment en Suisse, pour obtenir justice en faveur d’Haïti.Loi électorale votée par la Chambre basse doit être incessamment acheminée au sénatLe Conseil électoral provisoire (CEP) est toujours dans l’attente de la loi électorale qui fait le va-et-vient entre la Chambre des députés, le Sénat et le palais présidentiel. « Dix des onze objections récemment formulées par le président René Préval ont été acceptées par l’assemblée des députés, a informé le député Arsène Dieujuste, président de la commission (EN BREF / p. 20)

PAGE 19

Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Andre Fouad Youn powèt Jamè Dodoak : Michel-Ange Hyppolite* ( Kaptenn Koukourouj) (Dezyèm pati) Tèks nou sot li piwo-a gen mwens pase 6 liypwezi, epi li pote youn mesaj andaki. Nou dwe siyale tou nan dènye tranch pawòl-la: «San m pa kite rès» otè-a ban nou de nan younn, paske tanto nou kab entèprete mo «san»-an tankou youn pwopozisyon, tanto nou kab entèprete li tankou san mounn. Suivan entèpretasyon nou bay mo «san» an, sans liypwezi-a (tranch pawòl-la) pral chanje. Konsa, nou kab di: Tan chanje, abitid chanje. Nan ane swasant-yo wongòl te konn sèvi pou denonse kondisyon fyèl pete anndan peyi-a, men nan tèks André Fouad rele “Wwayaj”-la, nou kab di A. Fouad chwazi voye youn mesaj ki santre sou pwòp lavi pa-li ak sou lavi mounn ki ap pataje menm kondisyon ak li. Se youn mesaj ki pase lwen kalite denonsyasyon ane 1960-yo. Ann li “Dap Piyanp” : Fèy zoranj Van voye jete byen lwen Dap piyanp! Dap piyanp! De twa mo lanwit ban mwen Branka branka ! ( Dap Piyanp p. 54 ) “Dap Piyanp” se youn lòt tèks wongòl anndan « Etensèl Mo m yo». Anndan tèks wongòl sa-a otè-a kontinye pataje eksperyans lavi-l ak lektè li yo. Youn lavi ki branka, youn lavi ki kreye nesesite pou mounn fè dap-piyanp sou okazyon ki ap vòltije kite yo dèyè tankou fèy zoranj ki pral tonbe byen lwen. Sa nou jwenn kòm patikilarite nan wongòl André Fouad yo sèke li devlope yo anndan youn moul imajis. Prezans lannwit ak mo konpayèl-li yo Nan Etensèl Mo m yo genyen youn mo ki parèt sou divès fòm ak divès konpayèl. <>(p. 51 ) ak plizyè lòt ankò. Pami divès konpayèl mo lannuit ki parèt nan liv-la, nou kab nonmen : aswè, labrenndiswa, lalin, zetwal, koukouy eksetera. Twa dènye mo nou fenk sot site yo jwe wòl konpayèl lannwit daprè kontèks nou jwenn yo anndan liv-la. «Lalin ap file lanng». Sèl lè lalin ka file lanngli, se lè li ap klere nou nan mitan lannwit. Kòm se lanng li senpman lalin-nan ap file, nou ka konprann se te youn nwit kote tanto limyè lalin-lan te parèt, tanto li te disparèt. Se tankou lalin lan te rantre nan jwèt kachkach liben. Li pa te montre tout figi-l, se lanng li senpman li te file. Anfèt, otè-a di nou :« Lalin ap file lang li bay latè». Kesyon nou kab poze se : èske se tout latè ki t’ap benyen nan lanng limyè lalin-lan oubyen èske se dèyè mòn lan, kote foumi yo ap brase nan ladoudous-la, lalin-lan t’ap file lanng li? Si lalin-lan te montre tout figi-l, nou ta ka aksepte li ap klere latè, men se lanng li senpman li file, kidonk, mo latè-a nan tèks-la, se dèyè mòn-lan li reprezante. Se senpman si lalin-lan te montre tout figi li, nou ta rive wè li toupatou. Kòm, se mòn toutouni yo A. Fouad te bezwen nou wè. Kòm se sou mòn toutouni yo Fouad te bezwen fikse atansyon nou, tit powèm-lan se Dèyè Mòn epi premye liypwezi-a tanpe ak mo Dèyè Mòn. Nan powèm sa-a, Fouad lonje dwèt jouda-l sou do mòn yo ki toutouni, kounye-a se responsabilite mounn ki ap viv nan mòn-yo, mounn ki responsab sektè mònyo pou yo abiye mòn-yo, paske mòn toutouni se siyal grangou epitou se siyal malè. Malè ki pandye sou tèt silayo ki ap viv nan pye mòn toutouni yo. Nan liypwezi ( tranch pawòl )« Lalin ap file lanng li / Bay latè-a, nou ka panse tou se grimas lalin ap fè latè, konsa li sispann bay latè tout pisans-li. Kòm konsekans, nou pa fouti jwenn bon jan rekòt, paske abitan sispann travay latè. Younn nan rezon-yo se prezans kagezon pèpè sou zile-a. Lè otè-a ekri : «Debri zetwal yo Rete nan glas je m» ( p. 35 ) Nou di zetwal se youn mo ki chita nan menm depatman sans ( chan semantik ) ak lannwit nan tèks-la, paske lajounen limyè solèy-la pi klere pase limyè zetwal yo. Kidonk, sèl lè zetwal yo ka kite tras yo nan glas je otè-a se nan plen lannwit. Se menm jan-an tou, si pou nan powèm sa-a otè-a endike aklè li te nan mitan lannwit : «Chak fwa mwen gade koukouy nan je ……. Lannwit sonm Chaplè l degrennen» ( p. 39 ) Se nan plenmennwit André Fouad jwenn plezi. Ann li : Kò w anvayi m Nan mitan lannwit mwa desanm Se plim je w ki tonbe Fè m siyon Se yon aksantegi m ap mete Sou pwent zwetwal marasa w ( Kassa Kassa, p. 13) Se nan kè lannwit li jwenn delivrans Lanmè a aswè a wete vwal li Bay moso rèv mwen pase (M ap balanse p. 17 ) Pou Fouad lannwit konn pote chagren : Lannwit sila Bay kò kraze Tout bagay dwòl Patisyon mizik mouye ( Doremi doremi p. 41 ) Lè nou sonje nan ane 2000 André Fouad te pibliye youn liv pwezi ki rele Bri lannwit, nou ka di Fouad gen youn panchan espesyal pou lannwit. Lannwit ba-l zèl, lannwit mare-l, lannwit delivre-l. Men plis n’ap sonde prezans lannwit anndan powèm André Fouad yo, se plis nou santi lannwit pa toujou dous pou Fouad. Memmlè lannwit ta vle gen plezi, se youn plezi l’ap riminen epi ki mete powèt-la sou de pye militè-l kant li ta sipoze ap bay lespril gabèl pou li rafrechi lizyè panse-l. Konsa, nou kab di lannwit pa toujou dous pou André Fouad, paske se nan moman sa-a tout lide anvayi-l. Se nan mitan lannwit André Fouad, l chanje po pou li bay plim li lapawòl. Nan sans sa-a nou kab di André Fouad se youn powèt «insomniaque», youn powèt jamè dodo. ________ * Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj) Manm Sosyete Koukouy Kanada michelangehyppolite@rogers.com* * * * * * * * * *Fè Fwonte (2)ak : Max Manigat Nou sonje nan nimewo senmenn anwo-a (mèkredi 11 jen 2008) mwen te pwomèt pou pibliye chante : Pòs Machan-an. Zanmi-mwen, powèt – ekriven – dramatij , Syto Cavé voye-l pou mwen. Mèsi anpil! Men li :Pòs Machan(Melodi : Robert Desvieux. Pawòl : Robert Desvieux ak Syto Cavé*) Ou soti Pòs Machan Ou pase riyèl Pikan, Ou rive sou Channmas; M te kanpe ak Desalin, M t ap kraze youn lodyans, Cheri, ou vin pase Mwen gade w Ou gade m Mwen souri Ou souri CHERI, m renmen w deja Men lapli pa tonbe Jaden w poko pouse Yo fèmen resevwa Mwen pa t janm dwe gade w Ou pa t janm dwe gade m M pa t janm dwe ri avè w Si lapli te tonbe Anpil flè ta pouse Nou ta genyen lespwa Mwen swiv ou pi devan Nou pase devan Petyon N al jouk dèyè tribin Lannwit te fenk tonbe Move je monte bwa Cheri, m anvi w deja Mwen mòde w Ou mòde m Mwen prije w Ou prije m Manman, ala w bèl fèt Men lapli pa tonbe Jadenw pa ko pouse Yo fèmen resevwa Mwen pa te dwe mode w Ou pa te dwe mòde m Nou pa t janm dwe rankontre Si lapli te tonbe Anpil flè ta pouse Nou ta genyen lespwa Mwen chita Rèks Kafe M ap bwè ak moun de byen Cheri, ou tounen pase Ou pwoche pou pale Tout zanmi m yo bwaze… Cheri, sa k ap pase? Mwen gade w Ou gade m Mwen souri Ou kriye Ou di m ou gwòs jou sa a… Lè pitit la va fèt Si l se youn ti milat W a remèt li Babyòl Mwen pa te dwe gade w Ou pa te dwe gade m M pa t janm dwe ri ave w Lapli pa sa tonbe Jaden w pa ka pouse Yo fèmen resevwa Ou pa te dwe gade m M pa t janm dwe gade w Nou pa t dwe rankontre Si lapli te tonbe Anpil flè ta pouse Nou ta genyen lespwa. _________ Ago! Nou pibliye chante-a nan otògraf otè-yo te voye. * Anvan lontan, n’a ekri de mo sou powèt-dramatij Syto Cavé.* * * * * * * * * *Pwojè Antoloji KreyòlNouvèl Jenerasyon Powèt Kreyòl Ayisyen , se youn pwojè Société Paroles mete sou pye pou pèmèt piblik la dekouvri jèn powèt ayisyen yo ki ekri an kreyòl ak plizyè lòt talan ki pa janm jwenn chans pibliye. Pwojè sa-a ap chache kolaborasyon tout mounn ak asosyasyon ki kwè nan pwomosyon lanng ak literati kreyòl menm jan ak tout lòt lanng ak literati. Objektif -Nou vle reyini youn trantèn jèn ekriven, fi kou gason nan youn liv pwezi kreyòl. Kondisyon -Ekriven ayisyen dwe (fèt ann Ayiti oubyen pitit Ayisyen) Li poko janm pibliye youn liv pwezi kreyòl (oubyen pa plis pase youn liv) Voye tèks yo (pa plis pase 4 tèks) , Dat limit 25 jiyè . Voye tèks yo nan(kourye elektwonik) oubyen lapòs. Voye tèks yo avèk youn ti nòt byografik (Pa plis pase 5 liy) Lòt kondisyon-Tout mounn dakò sou prensip pou nou fè youn travay ki gen nen nan figi-l fòk genyen kritè seleksyon tèks yo. Gen youn komite ki gen pou misyon ekzamine tèks patisipan yo. Nou konprann ap gen youn seleksyon avèk tout kritè nou ap bay, tankou kalite osnon valè literè n’ap chèche anndan youn tèks. Nou vle fè pwomosyon nouvèl jenerasyon powèt ayisyen yo, laj kapab youn kritè tou. Men li p’ap youn kritè pou elimine pèsonn. Société Paroles se youn asosyasyon ki anrejistre nan pwovens Québec-Kanada. Li p’ap chache fè pwofi nan kad aktivite li ak misyon li. Se plizyè atis (ekriven, mizisyen, aktè, chantè, pent, sineyas) k’ap viv nan Montreal ki mete asosyasyon-an sou pye. Société Paroles bay tèt li twa manda : Tounen pòt vwa pou anpil atis ki gen difikilte pou fè tande yo Pwopaje zèv manm li yo toupatou Sèvi ak kilti pou raproche moun pou lavi ka pi bèl Adrès Société Paroles P.O. Box 25251 Succursale Rivière-des-Prairies Montreal, Quebec, Canada H1E 7P9 societeparoles@yahoo.ca

PAGE 20

Page 20 Mercredi 09 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 24 Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email: melodiefm@hotmail.com | haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 qui a analysé le document. L’une des remarques du chef de l’Etat n’a pas été prise en compte par l’assemblée. » René Préval a, en effet, émis des réserves sur l’article 138 du document modifié par les députés et les sénateurs réunis séparément il y a deux mois. « Nous maintenons cet article portant sur la quantité de bureaux de vote à mettre en place dans chacune des sections communales, a dit le député Dieujuste, élu sous la bannière du Mouvement chrétien pour une nouvelle Haïti (Mochrenha). Chaque section communale doit avoir au moins deux bureaux de vote. » Mettant en avant des raisons budgétaires, le chef de l’Etat a voulu que le nombre de bureau dans chacune des sections communales soit fixé à un. La loi électorale, a annoncé le représentant des Gonaïves à la 48e législature, sera acheminée incessamment au Sénat de la République pour qu’elle soit à nouveau sanctionnée. « Si le document est ratifié sans aucune forme de modification au Sénat, le corps législatif l’acheminera à l’Exécutif pour promulgation dans le journal officiel Le Moniteur, a précisé Eloun Doréus, vice-président de la Chambre des députés. Il faudra aussi attendre l’arrivée d’un nouveau Premier ministre pour la publication. » Une période minimale de 90 jours après la publication de la loi électorale serait nécessaire à l’organisation des prochaines élections. Avec 12 sièges vacants, le Sénat est particulièrement concerné par le prochain scrutin. Un poste est aussi à combler à la Chambre des députés, après la démission récemment de l’élu de La Gonâve, Elou Fleuriné SaintLouis, pour « raison de santé». Le document électoral tel que voté par la Chambre des députés contient 235 articles subdivisés en dix-neuf chapitres, dont l’un est consacré à des dispositions transitoires. En attendant la publication de la loi électorale, les nouveaux conseillers électoraux entament une série de tournées dans les villes de province où sont éparpillés les Bureaux électoraux départementaux (Bed) et les Bureaux électoraux communaux (Bec). En Bref...(... suite de la page 18)BACK PAGE