Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















LA RATIFICATION DE MICHELE PIERRE-LOUIS AURA-T-ELLE LIEU ?


Preval met cette
PARIS, 28 Juin- Le president Rend Pr6val
semble avoir fait cette fois son << homework > (de-
voir de maison). Du coup le nouveau premier
ministre d6signd, Mme Michele Pierre-Louis, 61
ans, semble avoir plus de chance de l'emporter que
ses deux pr6d6cesseurs qui ont t& rejet6s coup sur
coup par la chambre des d6put6s.
Cette fois, finis les cliches et les petites
phrases toutes faites rapport6s par des agences de
presse trop complaisantes du genre : << le Pr6sident
s'est entretenu avec les leaders de partis politiques
X ouY >. Ces derniers pontifiant comme si la sen-
tence pouvait en effet d6pendre d'eux de quelque
facon que ce soit.
Ou encore selon le president du S6nat etc
... Meme les presidents des chambres de commerce
d'ici et d'ailleurs ... Tous ceux-l qui vont se r6v6ler
n'6tre que des acteurs de troisibme ordre.
Cette fois (comme l'a sugg6rd la ministre
sortante a la Condition feminine, Marie Laurence
Lassegue, dans un coup de gueule qui fera date),
Mr. Pr6val a enfin compris la n6cessit6 de faire < sa
job >> (pour parler un peu qu6b6cois) et qu'il ne peut
pas s'en remettre ind6finiment a d'autres de faire a
sa place ce que la Constitution lui ordonne : as-
surer la stability des institutions nationales. Faut-il
bien le rappeler.


Natacha Bertrand qui s'est donnde la mort


fois toutes les chances de son co6t
Cela impose de s'asseoir avec les
v6ritables acteurs, ceux qui comptent rdellement
et avec lesquels il faut compter. Nous entendons
par 1l bien stir le groupe CPP (Concertation des
parlementaires progressistes) qui a verrouillk le
processus de ratification au niveau de la chambre
basse ...

Unique objet de tous ces
ressentiments ...
Et pour commencer les 20 d6put6s du
parti (pro-gouvernemental) LESPWA, qui sont
membres de la Concertation.
Auparavant on nous rdpondait que le
President ne peut pas rencontrer la CPP au ris-
que d'etre accuse d'esprit partisan par les lead-
ers de partis politiques 6tant donn6 bien entendu
que tout le monde a les yeux tourn6s dans la
meme direction: les prochainesjoutes 6lectorales
(s6natoriales partielles, elections indirectes,
renouvellement de la Chambre, le tout culminant
dans les pr6sidentielles de 2011 : l'unique objet
de tous ces ressentiments !).
Ainsi done le chef de l'Etat peut passer
plusieurs semaines a motiver tous les secteurs
g6ndralement quelconques autour d'une
(RATIFICATION / p. 4) Michdle Duvivier Pierre-Louis

BARIKAD CREW

L'eglise catholique refuse sans


explications de cha
MIAMI, 30 Juin L'6glise catholique n'a
pas chant les fundrailles des musiciens de Barikad
Crew.
Le samedi 21 juin avait lieu au Champ de
Mars, au centre de la capitale haitienne, une
c6drmonie a laquelle ont assist dans une atmosphere
recueillie plusieurs dizaines de milliers de personnes.
Lajeunesse haitienne 6tait venue en masse
rendre un dernier hommage a 5 membres du groupe
Rap creole qui ont trouv6 la mort dans un accident
de la circulation le dimanche 15 juin, a 2 heures du
matin, tandis qu'un sixibme corps reposait 1i aussi,
celui de Nathalia, la compagne du leader du band
(surnonmm K-Tafalk). Elle s'6tait suicide 24 heures
apres avoir appris la terrible nouvelle.
La messe des fundrailles, que nous avions


nter les funerailles
suppose d'abord oecum6nique, a ete chant6e par
un pretre de l'6glise 6piscopalienne (commundment
appel6e Eglise Sainte Trinitd) qui a soulignd en
passant que l'un des jeunes musiciens morts avait
commence sa carrire dans la fanfare de cette insti-
tution.
Mais pourquoi une absence aussi marque
de l'6glise catholique ? Nous n'avons pas encore
d'explication.
Dans la discipline la plus parfaite
En quoi ces fundrailles posaient-elles un
problkme sinon qu'elles ont et6 suivies par prbs de
100 millejeunes haitiens et haitiennes, mais dans la
(BARIKAD CREW / p. 20)


GAZOLINE

Hausse considerable

des prix a la pompe


La gazoline 95 qui se vendait depuis mars
a 217 gourdes se vend a 247 gourdes. La gazoline
91 passe de 213 a 235 gourdes, le gasoil qui
s'achetait a 152 gourdes se vend a 171 gourdes et
le kerosene passe de 151 a 168 gourdes ...
Les prix des produits p6troliers ont connu
une forte hausse dans les pompes a essence


haitiennes entrainant du coup
l'augmentation des prix du transport aprls
maintes tractations engages par le chef
de l'Etat, Rend Pr6val, avec les diffirents
acteurs de ce secteur. A partir dujeudi 26
juin, les gazolines 95 et 91, le gasoil et le
(GAZOLINE / p. 2)


I I I


LUtrcasond'argent hdomki.le Appelez sans frais:
pn fains do deux heam USA/Canoda:
CAM Pkkup. It* pukas gra0d r.seu dio bll puiliquc 1 -8M0-934-0440


* Dpiit dans n1r prt qukIle banqu nr HaitL
* Grande varita de prodults almenftaires
du nrilloum qu lrt6 Sur lit marctit,


Hail: 800-256-8687
wwwCTrmrot0ef.C

VkEcU1- ZE K n3+P1









I EN PLUS...


FN BR FF


Mercredi 02 Juillet 2008
-rhp Vol XXTT N 23


NOTE DE PRESSE- FOKAL


Le mardi 10 juin 2008, la
Bibliotheque du Congres des Etats Unis
a rendu un hommage a la Fondation
Connaissance et Libert6 / Fondasyon
Konesans Ak Libete, FOKAL, en
organisantun symposium d'unejoumee
sous le titre:
Libraries and Human
Development in Haiti: The Work of
Fondation Connaissance et Libertd,
FOKAL
(Bibliothdques et
Developpement Humain en Haiti: le
travail de la Fondation Connaissance
et Liberty, FOKAL)
Durant cette journ6e du 10
juin, dans l'auditorium de l'immeuble
Thomas Jefferson de la Bibliotheque du
Congres, diff6rents intervenants ont
parl6 de l'histoire de FOKAL et de leurs
relations a la fondation a partir de leurs
spheres de travail.(Le programme de la
joumee a ete pr6sent6 et mod6er par
Madame Joan Higbee, PhD, sp6cialiste
de la Caraibe Anglophone et
Francophone de la Section Hispanique
de la Bibliotheque du Congres.
Les deux premiers panelistes,
Messieurs George Soros etAryehNeier,
respectivement fondateur/chairman et
president du r6seau Open Society
Institute (OSI), ont parl6 des
circonstances ayant permis la creation
de FOKAL en 1995. Ces messieurs ont
aussi salu6 chaleureusement les
accomplissements de l'institution dans
le contexte particulierement difficile qui
a caract6ris6 Haiti de 1995 a
aujourd'hui. Par ailleurs, M. Soros a
assure a la Fondation le maintien de son
support moral et financier.
Madame Michele Duvivier
Pierre-Louis, directrice executive de
FOKAL, a ensuite d6crit les diff6rentes
phases qui ont caract6ris6 l'6volution
de l'institution et a pr6sent6 le cadre
conceptuel a partir duquel la mission et
les objectifs de FOKAL ont pu &tre
elabor6s.
La derniere paneliste de la
matinee, Madame Michele Montas,
actuelle porte-parole du Secr6taire
General des Nations Unies et qui fut
membre du Conseil d'Administration
de FOKAL de 1995 a 2001, a parl6 du
contexte national dans lequel FOKAL
a commence a travailler et de son
experience particuliere avec le
programme de d6bats oratoires pour les
jeunes.
La matinee s'est cl6turee par
une p6riode de questions-r6ponses entre
l'assistance et les panelistes. La session
de l'apres midi a ete inaugur6e par
Madame Lorraine Mangones, directrice
adjointe de la FOKAL, qui a expliqu6
la mission et les caract6ristiques
particulieres du programme
bibliotheques de la fondation. Cr66 en
1996, ce programme appuie
aujourd'hui un r6seau d'une
quarantaine de petites bibliotheques de
proximit6e travers le pays et fait la
promotion de l'acces au livre et a la
lecture.
Le Docteur Michel P6an,
Secr6taire d'Etat Haitien pour
l'Int6gration des Handicap6s, a ensuite
pris la parole en 6voquant d'abord les
questions 6thiques fondamentales qui
concernent la prise en compte et la
condition des handicaps. Le Docteur
Pean a aussi parle du travail de la SHAA
(Societe Haitienne d'Aide aux


Aveugles) et du RANIPH (R6seau
Associatif National pour l'Int6gration
des Personnes Handicap6es) et de la
longue collaboration de ces institutions
avec FOKAL, pour la construction
d'une Haiti plus juste et plus solidaire.
Pour temoigner de
l'importance des arts et de la culture en
Haiti, l'invit6 de FOKAL a ce
symposium 6tait Monsieur Jeanguy
Saintus, directeur artistique et fondateur
de la troupe Ayikodans et de l'6cole de
danse Artcho. Monsieur Saintus a parle
du travail d'accompagnement effectu6
par FOKAL aupres des artistes et des
institutions culturelles d'Haiti.
Monsieur Saintus a 6galement presented,
avec un support image, le travail
remarquable de Ayikodans, qui fete cette
ann6e ses 20 ans.
Cette intervention a ete suivie
de celle de Monsieur Pierre Paul
Cl6menceau Fouch6, jeune 6tudiant
Haitien, boursier Fullbright-Laspau,
poursuivant actuellement un doctorat en
ing6nierie civile (sp6cialit6 en structures
anti-d6sastres naturels) a l'Universite de
New York a Buffalo. Monsieur Fouche
a t6moign6 de son parcours avec
FOKAL, depuis l'6cole secondaire au
Cap Haitien ou il a ete d6bateur dans le
programme de d6bats oratoires de la
FOKAL, puis a Port-au-Prince ou il a
beneficie d'une bourse d'excellence de
la FOKAL pour ses etudes a l'Universit6
d'Etat et a l'Universite Quisqueya.
Monsieur Fouch6 a 6et formateur
benevole pour les programmes de d6bats
et d'entreprises etudiantes de la
FOKAL. Il a ensuite ete embauche a la
fondation dans le programme de
bibliotheques. Ce jeune professionnel a
reaffirm6 devant l'assistance son
engagement envers son pays et sa foi en
l'avenir de la jeunesse haitienne.
Le dernier paneliste, Monsieur
Sinnom6 Saint-Clair, leader paysan
originaire de la region des Nippes, a
entretenu l'assistance de la condition
paysanne en Haiti et du travail de
FOKAL aux c6t6s d'un certain nombre
d'organisations paysannes a travers le
pays depuis 1995. Monsieur Saint-Clair
a fait un vibrant plaidoyer pour une
paysannerie active, digne et productive
pour la construction de l'avenir d'Haiti.
La prestation de Monsieur Saint-Clair a
suscit6 le plus grand nombre de
questions et de commentaires de la part
de l'assistance et c'est ce d6bat qui a
cl6ture le symposium. Un public de plus
d'une soixantaine de personnes avait
repondu a l'invitation de la Bibliotheque
du Congress.
Parmi les personnalites
pr6sentes, la Congresswoman Yvette
Clark, l'Ambassadeur d'Haiti a
Washington, Raymond Joseph, le
Consul Haitien a New York, Felix
Augustin, le banquier Haitiano-
Americain Reginald Canal (HSBC), le
Senateur Boulos, Madame Daniele
Magloire, membre du Conseil
d'Administration de la FOKAL,
Elisabeth Pierre-Louis, PhD, directrice
du programme bibliotheques de
FOKAL.
La Bibliotheque du Congrbs
Americain a effectu6 un enregistrement
audio visuel de tout le symposium qui
sera diffuse par internet a partir du site
web de l'institution (http:/
www.loc.gov/index.html) dans quelques
semaines.


Myrlande candidate

a la presidency en 2011
Participant a un s6minaire a l'avant. Ce qui manque c'est un
Bogota (Colombie) sous le theme gouvemement qui appuie cette vision et
Insecurite: un mal evitable", Leslie qui travaille au benefice du
Manigat, 88 ans, a estime que les relations developpement de la nation. >
dominico-haitiennes ne peuvent pas Dans cet ordre d'id6es, l'ex-
s'ameliorer tant que la situation en Haiti president 6ph6mere d'Haiti (4 mois
n'aura progress. seulement au pouvoir avant son
II a precise, tant qu'il n'y aura renversement par les militaires en 1988)
pas ilatate dupaysdesgouvemantsayant annonce sur la meme lance que son
la competence et la volonte n6cessaire spouse Myrlande Hyppolite Manigat, 63
pour y parvenir. ans, a beaucoup de chance de remporter
<< C'est une obligation de la presidence lors des elections de 2011.
travailler a changer les conditions de vie Myrlande Manigat ira aux
des Haitiens. Par la meme occasion, nous elections avec une vision moderne,
ameliorerons aussi nos relations avec la soutient Leslie Manigat dans une
Republique dominicaine>> a soutenu interview aujournal Listin Diario.
Leslie Manigat, puisque c'est l'absence << La situation n6cessite un
d'emplois et la faim qui poussent les gouvemement qui lutte pour changer les
Haitiens a entrer ill6galement dans le pays conditions a l'int6rieur, mais aussi pour
voisin. changer l'image d'Haiti dans le
Selon Manigat, << Haiti est un continent>> a encore dit Leslie Manigat.
pays riche de citoyens capables d'aller de


Copyrighted Material
Syndicated Content .
Available from Commercial News Providers"




Le premier ministre d6signe face a une sorte de marronnage au
parlement
(<, affirme Michele Pierre-Louis. < documents sont prets (...) >, declare le premier ministre d6signe.
<, precise-
t-elle, alors que le chef de l'Etat et les presidents des deux chambres ont
affirmed qu'ils veulent que le processus aille vite.
Interrog6e sur sa perception d'6ventuels obstacles qui pourraient se dresser face
a la ratification de son choix au parlement, elle estime que les remous actuels se
situent dans le cadre de < inh6rents a la
politique.
< Il est tout a fait normal que des blocs se constituent, que des agendas
politiques soient exprim6s et que des n6gociations soient entreprises >>,
poursuit-elle.
Neanmoins, < je n'ai pas de problem a faire des compromis, mais il est clair
qu'il me sera extremement difficile d'entrer dans des compromissions
politiques >, dit-elle. (source Alterpresse)
Du c6t6 du Parlement, c'est le flou concernant la formation des commissions
charges de l'examen du dossier du Premier ministre d6signe.
Le S6nat et la Chambre basse semblent hesiter a s'engager le premier dans
l'analyse du dossier de Michele Duvivier Pierre-Louis.
Aucune des deux Chambres n'a encore lance le processus de ratification pres
d'une semaine apres que le President Rene Preval eut officiellement notifi6 par
lettre le choix de Michele Duvivier Pierre-Louis aux presidents du S6nat et de
la Chambre basse.
Les bureaux des deux assemblies semblent tries peu presses et, pour des raisons
qu'on ignore, l'un cherche a ceder la priorit6e l'autre.
Face a ce blocage apparent, le vice-president de la Chambre des Deputes,
Eloune Doreus (OPL/M61e St-Nicolas, Nord-Ouest), a mis en garde vendredi
contre toute "politique de marronnage". En ce sens, il a promis la formation au
plus tard jeudi prochain de la commission special charge de l'analyse du
dossier de l'aspirante a la Primature.
Aucun bloc parlementaire ne s'est encore formellement prononc6 pour ou
contre la designation de Michel Duvivier Pierre-Louis. Mais, des membres des
deux branches du pouvoir legislatif ont globalement paru disposes a lui
accorder leur vote.


Copyrighted MateriaLu

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"





La CPP recherche un consens dans son sein.
(grandsd6bats) Les membres de la Concertation des Parlementaires
Progressistes ne se sont pas encore entendus sur une position commune par
rapport au choix de Michele Pierre-Louis comme Premier Ministre. Ils ont en
tout cas eu une rencontre preliminaire sur la question le week-end 6coule.
La CPP qui doit rencontrer le premier ministre d6sign6 au cours de la semaine
se r6unira une nouvelle fois Lundi sur le dossier.
Selon le depute Esdras Fabien, le bloc majoritaire de la Chambre Basse est
divis6 sur le choix. L'6lu de Carrefour priorise l'id6e du respect de la
constitution sur le problem de morality pose par certains parlementaires.
Des allegations font croire que Michele Pierre-Louis n'est pas assez morale
pour diriger le prochain gouvernement par le fait qu'elle aurait une relation
intime avec une autre femme.
La tendance n'a jamais ete si favorable au parlement a un Premier Ministre
design depuis Jacques Edouard Alexis en 2006.

Patrick Gaspard choisi pour ftre le "Directeur politique
national" de la campagne de Barack Obama
Patrick Gaspard est d'origine haitienne. C'est un syndicaliste. II a travaill6 avec
les syndicats d'Albany, d'Annapolis, de Boston et de Washington DC.
Depuis le mois de f6vrier demier quand il a decide d'endosser le S6nateur
Obama, Patrick Gaspard a coordonn6 les efforts des volontaires, envoyant des
centaines de membres de syndicats dans le Wisconsin, le Texas, l'Ohio, la
Pennsylvanie et l'Indiana et dans d'autres 6tats a l'occasion des primaires.
Gaspard qui se dit tres fier d'etre un membre de cette campagne, se propose de
travailler avec assiduit6e mettre les gens ensemble a travers le pays tout entier
pour elire Barack Obama.
II a pris un cong6 sabbatique de ses activities de syndicaliste pour travailler a la
campagne de Barack Obama. Il invite a poursuivre la mobilisation jusqu'au 4
novembre et a supporter plus tard l'administration Obama pour une meilleure
politique de sante pour tous.

Rudolph Boulos annonce a nouveau son retour prochain au senat
Le s6nateur Rudolph Boulos salue la decision du tribunal de premiere instance
de Fort Libert6 et promet de reprendre son siege au Parlement dans le meilleur
delai. Selon lui, le verdict du doyen du tribunal met l'accent sur 5 violations
enregistr6es dans le cadre de la resolution du grand corps. Il s'agit de violation
de la constitution, des droits civils et politiques du s6nateur Boulos et des
citoyens du Nord-Est, de la violation des lois sur la nationality et des
reglements int6rieurs du s6nat.
"Le verdict demande aux s6nateurs de r6fl6chir et de corriger leurs erreurs", dit-
il, esp6rant une annulation de la resolution du 18 mars 2008. "Je suis un
senateur en exil. Aprs F'orage, je pourrai revenir faire le travail des citoyens du
Nord-Est", ajoute Rudolph Boulos.
(EN BREF / p. 18)


Page 2








Mercredi 02 Juillet 2008 ALE
Haiti en Marche Vol XXII N' 23


Hausse considerable des prix


(GAZOLINE...
suite de la lere page)


a la p(


k6rosene se vendent a des prix qui s'ajustent aux
r6alit6s du march p6trolier mondial. Toutefois, 1'Etat
haitien continue de subventionner le carburant a un
taux moindre afin de permettre aux populations de
respirer dans un contexte de crise alimentaire aigue.
Le directeur de l'Inspection fiscale du
ministbre de l'Economie et des Finances (MEF),
Ronald D6cembre, a indiqu6 mercredi (18 juin) que
l'Etat continue de consentir des pertes de recette sur
le carburant en l6iminant seulement les frais de
remboursement accords aux compagnies p6trolibres
(sorte de subvention) qui leur permettaient de
s'approvisionner sur le march international.
Depuis trois mois, dit-il, les augmentations
du prix de l'essence n'ont pas &td rdpercutdes sur le
march national en raison de la conjoncture
socio6conomique qui a entraind les 6meutes de la faim
debut avril. < Etant donn6 que la flambe persiste,
explique M. D6cembre, le MEF est oblige de prendre
des decisions afin d'arreter cette coulde qui crde un
grand vide dans le Tr6sor public.
Cet ajustement des prix du carburant n'est que
partiel, annonce le directeur de l'Inspection fiscale du
MEF. L'Etat fait des concessions allant de 22 a 30
gourdes dans le seul but de soulager les populations.
Dans un scenario pr6sentW par ce cadre du MEF, la
gazoline 95 qui se vendait depuis mars a 217 gourdes
se vend a 247 gourdes. La gazoline 91 passe de 213 a
235 gourdes, le gasoil qui s'achetait a 152 gourdes se
vend a 171 gourdes et le k6rosene passe de 151 a 168
gourdes.
L'Etat continue d'etre d6ficitaire dans les
transactions. I1 lui faudra encore du temps pour


Hm p e rattrapper ce manque a gagner de
12 millions de dollars am6ricains
qu'a cofit6 la subvention du carburant au cours des
trois derniers arrivages.
Quant au transport en commun, les
responsables du ministbre des affaires sociales et du
travail (MAST) ont, en collaboration avec les asso-
ciations syndicales du transport, emboit6 le pas sur le
champ a l'augmentation des prix du carburant a la
pompe, coupant court ainsi aux 6ternelles
dchauffourdes entre chauffeurs et passagers. La course
normale de taxi dans la zone m6tropolitaine est passe
d6sormais de 18 a 30 gourdes, soit une augmentation
de 12 gourdes. Les trajets Centre-ville/Carrefour, Cen-
tre-ville/P6tion-Ville, Centre-ville/Bon-Repos, Centre-
ville/Croix-des-Bouquets sont fix6s a 15 gourdes. Les
passagers qui empruntent les circuits Centre-ville/
Canapd-vert, Centre-ville/Christ-Roi et Centre-ville/
Carrefour-Feuilles, Delmas/Martissant doivent
d6bourser 12 gourdes au lieu de 7 gourdes. Soit un
ajustement de 5 gourdes. Les minibus assurant les
trajets Portail Ldogane /Delmas, Delmas et Portail
Ldogane /Clercine se paient respectivement a 15 et a
20 gourdes.
Le trajet Gonaives/Port-au-Prince est fix6 a
225 gourdes. Pour le Cap-Haitien, JMr6mie, les
C6teaux, le M1le Saint-Nicolas, Jean-Rabel,
Bombardopolis, Baie-de-Henne, Mare Rouge, les
passagers paient 550 gourdes. Port-de-Paix et
Baraderes fix6 a 600 gourdes. Tandis que pour se
rendre a Jacmel, on a d6sormais besoin de 150 gourdes.
Les Cayes se paient a 250 gourdes et Hinche 350
gourdes. De Cap-Haitien a Ouanaminthe les passagers
paient 100 gourdes. Le d6partement des Nippes n'a
pas &t6 mentionnd.


, I Page 3

L'EVENEMENT SOMMAIRE
La ratification de Michele Pierre-Louis aura-
t-Clle lieu? p.1

SOCIETE
Barikad Crew : L'6glise catholique refuse
sans explications de chanter les fundrailles
p.

ECONOMIE
Hausse considerable des prix a la pompe p.1

POLITIOUE
N rlande Manigat candidate en 2011 p.2
Le PM d6sign6 face a une sorte de
<< marronnage > au Parlement p.2

CRISE ALIMENTAIRE
La famine mondiale p.8

LIVRES
<< Tonton Clarinette > de Nick Stone p.10
Brv cs rencontres avec Che Guevara p.11

EUROPE
Vers immigration z6ro p.12

SPORTS
L'Espagne: la victoire par le jeu p.15

LIBRE PENSEE
Tartuferie p.14

US PRESIDENTIELLES
Republicains noirs pour Obama p.17


S .



"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Disponibles de 1000 am
b 730 pm cL DeiMort de;
Dfqui

-LaboLOe
et 6 MgaMrl, IWhm 30
ralmtoacd K CM


.Depots Vuea 'i8 7 193.376
9p.97gr7 572M2748&73
Diia Tem*s T4a a 4,5471nM
Total Dc pts ,,607.,. 1,4A5~ 7
Otagbrts 45r I1100 m2ai 31.51
Ergarrmrs poaAccepait 16~49195 Ia34.5'
Wkr.n P.esmh 181.01^71'2


TOrAL PAis El
AVOcR DES ACT)OW*B 32EAJWsB G 21MUWIMI


oJ Luind au Jeudl:
Ven&rdl elSmd :
DImarnche:


10C uam 5,00 pm
IOWO am 6 clOOp
100 am 6 200 pm


"Falsons mate ensembe"
4iww unItqnri khahIN .oq


NMs caiMcel s e ea mtiw s cddessoni scl isfres et corofflres6 ncs LUres.


Aute- il brinx
aU OsnsChrl


Frract i~Emiult
l DyrctiaCC rai r


aN


- _.0 _- . . .


- "-'-u--









UNE ANALYSE


Mercredi 02 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vnl 5XIT N 93


LA RATIFICATION DE MICHELE PIERRE-LOUIS AURA-T-ELLE LIEU ?


Preval met cette fois toutes les chances de son co6t


(RATIFICATION... suite de la lere page)
prochaine augmentation des prix de l'essence, mais
s'agissant de mettre fin a trois mois de suspense dou-
loureux pour donner au pays un gouvemement effectif,
cela lui serait interdit !
Comment interpreter une telle attitude ? Trop
de prudence a manager la susceptibility des leaders de
l'ex-opposition, jusqu'a ce que ces derniers eussent
enfin reconnu qu'ils n'ont qu'un r6le marginal dans le
dossier ...


D'autre part, les autres partis membres de la
coalition gouvernementale (Fusion, OPL, Union,
Alyans etc) ont tous confirm leur intention de rester
a bord.
D'oi vient alors la difference entre le dossier
du nouveau Premier ministre d6sign6, Mme Michble
Pierre-Louis, et celui de ses deux pr6d6cesseurs Ericq
Pierre et Robert Manuel ?
Essentiellement dans le fait que le Pr6sident
Prdval ne peut plus s'en remettre a personne (y compris


seulement au Parlement mais une fois un Premier
ministre d6sign6 que la croisade sacrde, la table ronde
(oui, comme on dit danser, manger ou boire en rond)
se reconstitue aussit6t autour de lui (ou d'elle). Ehbien,
qa aussi c'est au chef de l'Etat d'y veiller. On ne peut
d'un c6te refuser soi-m6me l'esprit clientdliste, et puis
de l'autre c6t6 on le laisse pratiquer en toute impunity
par des proches. II vaut mieux accepter qu'il existe
(l'esprit clientdliste ti mache a tr6 piti, comme nous
disons en creole) mais faire en sorte d'en maitriser


Le PM sortant Jacques EdouardAlexis et la Ministre a la Condition Feminine
Marie Laurence Lassegue qui a recommended une implication de tous les acteurs
(photo www.jjaugustin.com)


Le President Rend Prival lors de la fete du drapeau le 18 mai dernier
(photo Georges Dupe)


Notons en passant la protestation de la
secr6taire g6ndrale du RDNP, Mme Myrlande Manigat,
a savoir que son parti n'a jamais particip6 a ces
rencontres au palais national. Est-ce une faqon (ou non)
pour la future candidate confirm6e aux pr6sidentielles
de 2011 de s'inviter d6sormais ces agapes ? On peut
aussi interpreter le message de cette faqon. A bon
entendeur.

Une conspiration s6natoriale ...
Selon la ministre Lass6gue, un autre acteur
important, c'est le Premier ministre sortant Jacques
Edouard Alexis, mais qui -myst6rieusement- a &te tenu
a l'6cart depuis le 12 avril dernier (date a laquelle une
conspiration au s6nat de la rdpublique a vot6
inopindment sa destitution).
De bonne source, la participation d'Alexis a
6td cette fois sollicit6e. Comme d'ailleurs l'avaient
r6clam6 les d6put6s LESPWA de la CPP Au nombre
d'une vingtaine.


l'honorable citoyen ou citoyenne dont il vient de faire
choix pour le poste) et qu'il 6tait temps qu'il comprenne
qu'il doit tout faire lui-m6me et par lui-m6me.
D'abord aller sans complexe vers les vrais
d6tenteurs actuels du pouvoir (en dehors du sien bien
entendu et qu'il d6tient, se peut-il que lui-m6me ait
tendance a l'oublier, de la volont6 populaire, du suf-
frage universel exprim6 a la majority absolue).

L'esprit client6liste ...
Eh bien, les autres partenaires aujourd'hui,
d6trompez-vous, ce ne sont
plus des partis politiques
qui n'en ont plus que le
nom, mais des groupes
(CPP et Co.), oui des
groupes d'int6rtts, et meme
int6r6ts particuliers, en un
mot des clans, et pas


l'application et surtout l'extension autant que faire se
peut. Autrement c'est s'embarquer dans des probl6mes
a l'infini. Suivant le mot de Pascal: l'homme n'est ni
ange ni b6te, mais en voulant faire l'ange, il fait la
b6te.
Surtout lorsqu'on est aussi peu port, comme
semble l'6tre M. Prdval, a s'embarrasser des details.
Les Canadiens ont eux aussi un dicton : y a
toujours moyen de moyenner Bref, tout est
n6gociable. Nous voici loin de l'ex-Premier ministre
(RATIFICATION / p. 5)


AMERET TO OPEN FORT LAUDERDAL
CARCO DROP STATION

FORT LAU DERDALE,
FL-Anmerijet inernMiarl] wAil pen
a Fu Lauder air Frreihl saimian
an April 2, 2007, armunced Parnela
RLlini. ArLerijel P cF Bu or ei
Dekrdopmeal.
The station is located
adjUaeMnt Io ArmerijeL's Lrparale
headume ati 2W0 South Anmdrw A~me-
SWe have i Iof cusurirm in Bmward. Parn Bach and eum
Mmrimuouunfies that wiEl renjy the Ldial eromIncof shis stium"
Rolicm ikL "Evemrually, we will expmd ifii Iuca4ic timto ffwcean snice
and delhwry or import cargo, b nuake dipping wiLti s eYen eamier.
Amerijel will ~cceptLoubaund intL-nti al uirfreight ut" hi iu.
inchding general per3onal d caimernial carg, re ar sjall I ckgre:.
bamIes, valuable md fragile jpods huwzanirus rinu~ria- siipantI
id ducUicated liv unianuls.
lruurs 1 cprc inmu will be5 9:1a. itn. 50J0 p.jnm. Family dlftiuEh







affaces all ir h td, ervig dL nin tuh North. Scth n)lhd
CentriJ Auwkr~iNa.ica, the Car*ib Ewrope. Amiad Ith Mddle EL
ihubd Mia a In9tna LKul p.n wm re ita m inj. a cukt nlilt 20.a carp
AMwam dehi ioipi i3 iji w u i|a|min 77 &end L Fu nr. R iLranes









Tua air cu dundI ility, a -u-f t rd ilil
Irsmiu n Lmr-liuiais-lFurijcr'i ui f hjBen inli fciali y. Fr ldi anul-
inf T all~ r vit he wn, ert virj g io web u t .ahmjnri ur. th an
Cental AiNtkmico, the Caribbea Eyarp Asia md the Middle EmL
Amerijet ope~ral ib DW nit of Boriing 727-2-DO aiTT fronn ts primri
hub'al Mann Inlenatkal AirpmL where iltaintaiiu a cusim -built 2 1D-CO-

aM a ; Ij SGDuJG mfufixrl oceuni cup handling faiility. For addiltinal
infunnxicii, visil AzEriiuL Lon [he wtEb L wwwjmrijeLicmn.


Page 4








Mercredi 02 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 23


La ratification de Michele Pierre-Louis aura-t-elle lieu?


(... suite de la page 4)
d6sign6 Ericq Pierre accusant la CPP de n'avoir voulu
discuter avec lui que de postes et de nominations ...
Alors que lui-meme avait probablement son
cabinet minist6riel et son secretariat particulier dans
sa poche bien longtemps avant d'avoir obtenu la nomi-
nation pr6sidentielle.

Ses dadas ...
Comme dit Marie Laurence
Lassegue : << nan pwen benyen tou touni
kache nonbril ... >>.
Mais c'est au Pr6sident de
prendre soin personnellement de tout
cela. C'est du boulot, quoi. Nous
sommes un petit pays (mais avec une
Constitution trop complexe et bien au-
dessus de nos moyens. Pourquoi n'y a-
t-il pas de poste de premier ministre
chez notre voisine la R6publique
dominicaine ?)
Cette crise a montr6 que le
President Pr6val doit descendre plus
souvent de sa tour d'ivoire. On
comprend qu'il ait comme tout le
monde ses dadas. Aujourd'hui c'est la
relance de la Production nationale.
Mais sans un gouvernement
qui fonctionne dans tout l'exercice de
sa fonction ( !), que peut-on r6aliser,
politique de production nationale ou pas Les deux
7


Le President ne peut s'en remettre a sa petite
cour pendant que lui-meme s'occupe des < int6rets
sup6rieurs de la Nation! >>
Baby Doc a fait 16 ans au pouvoir. Eh bien, il
devait r6gler personnellement jusqu'aux cartons
d'invitation aux receptions au palais national pour ne
pas se faire d6porter sur la touche. Et lejour qu'il s'en
remit a sa chere et pimpante spouse, c'6tait fini.
Jouons desormais cartes sur tables


Chambres rdunies en assemble nationale votant 4 accord,
cejeudi 26juin (photo Georges Dupe)


Ensuite, la communication. La ratification de
Bob Manuel, pourtant ami personnel du Pr6sident, a
but6 entre autres sur une serie de petites phrases de M.
Pr6val qui restent inexplicables. Faut-il y revenir ? <
Ce sont des trafiquants de drogue et des complexes
qui ne veulent pas de ce choix > presidentt du Senat,
Kelly Bastien, dixit). Ou encore son all6gorie du chauf-
feur qu'il a le droit de determiner mais pas si son permis
de conduire est en regle ...
Aussi nous pensons que tous
sont a l'affft aujourd'hui du moindre
commentaire de la part du chef de l'Etat.
II pourrait done en laisser le soin a
d'autres.
Par exemple, aux autres acteurs
concerns. Les vrais acteurs, et pas les
6ternelles mouches de coche qui se
pressent toujours a l'avant-scene.
Cheese !
Ii faut mettre les d6putes en
demeure de s'assumer totalement cette
fois-ci. Ne leur laisser pas le moindre
6chappatoire. S'ily a mauvaise foi, elle
sera alors 6vidente.
<< F6nsispannbenyen tou touni
kache nonbril ... >>.
En franqais, jouons d6sormais
cartes sur tables !

s de prets Haiti en Marche,
28 Juin 2008


Ia B s fw W


WooaB ol -.ii ll"a '


- r -.^ l II


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Amm
Mdo( s ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^


EBts Unis _
Canada
KTdf___

Euraope L
Amerlos Laene


Gde. 260.00
US $40.00
U$ $ 42-00
U $ 70-0W
usE S 70W
_va a joo
SUF8 T O


MIAMI-DAD

Jsvre 'San '9 ENPO COMMERCIAL LOCAL AVI POU ANE AN
(Ke yo te konnen sou non Pemi ProfesyonBl)
Yo avize piblik lan ke, tout biznis ki ap opere nan Miami-Dade County bezwen pou yo
kapab renouvle oubyen achte Resi de Enpo Commercial yo pou ane Fiscal 2008-2009
pandan period 1 Jiye, 2008 jiska 30 Septanm, 2008.
Tout Resi ki pa renouvle 30 Septanm, ap konsidere delenkan epi yo va gen dwa mete yon amann de dis (10) pousan
pou delenkans pou mwa Okt6b lan, yon amann anplis de senk (5) pousan pou chak mwa jiskaske renouvelman an
peye, tout amann pou delenkans yo pa dwe depase vennsenk (25) pousan taks de Resi de Enpo yo.
Kidiplis, nenp6t moun ki pa peye taks Enpo Commercial yo nan sansenkant (150) jou apr6 ke yo avize ke yo, epi
moun ki pa debwoye yo pou pran yon Resi de Empo Commercial, va jwenn aksyon legal sivil ak penalite pran kont yo,
anplis fre tribunal, fre avoka, ak tout 16t fre administrative adisyonel ki fet nan ef6 pou touch lajan sa a, epi tou yon
penalite de desan senkant (250) dola.
Ou kapab peye via Internet, visite sitweb sa-a: www.miamidade.aovltaxcollector
Oubyen ou kapab peye nan de (2) local sa yo:


Downtown Miami
140 West Flagler Street, Room 101
Miami, Florida 33130


South Dade Government Center
10710 SW 211th Street, Room 104
Cutler Bay, Florida 33189


Biw6 an ouvri: Lendi -Vandredi 8:00 5:00 pm, eksepte fet legal yo. Tel (305) 270 4949


DPo ie a d* MO o neMnit
vc IlvrisWn, Io*t est I fdoub,
PdW6e d Ispr4ctIflwr ous 4
un n ouvlt ibom
ow amI '.agil Wun rnmouwveMomnt


loui


Gde. 520.
_US $ 7mAoo
_us$ Mi0o
US 1500
US 154


Page 5


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MABCHE


Rfno1ivelwIt|n


I C06 00 F 9 I M ,


I Cou Do u Un A








ECONOMIE


Mercredi 02 Juillet 2008
1 Haiti en Marche Vol XXII No 23


sf so am .. .. ... 4 ..... W...maso...












"Copyrighted Material


i Syndicated Content-

Available from' Commercial Nevws Providers"


Page 6


CITY OF NORTH MIAMI
NOTICE OF AVAILABILITY
COMMUNITY DEVELOPMENT BLOCK GRANT
HOME INVESTMENT PARTNERSHIP PROGRAMS
FY 2008-2009 ACTION PLAN
The City of North Miami has prepared its FY 2008-2009 Action Plan, the annual update of the City's 2005-2010 Consolidated Plan, for submittal to the U.S. Department
of Housing and Urban Development (HUD). The Plan describes the programs and projects the City will undertake to address housing and community development needs
that will be funded by HUD's Community Development Block Grant CDBG and Home Investment Partnership (HOME) Programs.
CDBG PROGRAM ADMINISTRATION $244,460
Funding for CDBG program administration, fair housing and planning activities
PUBLIC SERVICES $122,230
Funding for Community Based Organizations to provide social services to eligible North Miami residents; and North Miami Foundation for Senior Citizen's
Services, Inc., to provide home delivered meals, transportation, companion care, counseling and other services to the City's elderly population.
INFRASTRUCTURE IMPROVEMENTS $0
Funding to assist with construction of new water plant located in low and moderate income neighborhood in the City. Funding is contingent upon approval
of project by U.S. Department of Housing and Urban Development.
SINGLE-FAMILY HOUSING REHABILITATION $855,611
Funding to provide deferred loans in amounts up to $25,000 to assist eligible households with home repairs and pay for Housing Service Delivery costs.
HOME PROGRAM ADMINISTRATION $49,955
Funding to compensate a full-time Housing Inspector
HOME CHDO SET ASIDE $100,000
Funding is set aside for a Community Housing Development Organization (CHDO) to develop affordable housing for purchase by low income first-time
homebuyers.
HOME HOUSING REHABILITATION $150,000
Funds to provide low income single-family homeowners with deferred loans in amounts up to $40,000 to assist with housing repairs, and to assist property
owners of multi-family buildings with rehabilitation of rental units occupied by low income families.
HOME FIRST-TIME HOME BUYER ASSISTANCE $200,000
Funding to provide deferred loans in amounts up to $40,000 to assist first-time homebuyers with purchase of their homes.
HOME TENANT BASE RENTAL ASSISTANCE $0
Funding to provide one-time emergency rental assistance grants, in amounts up to $1,500, to displaced low-income households.
TOTAL CDBG AND HOME ALLOCATION $1,722,256
AVAILABILITY OF ACTION PLAN
The Action Plan is available for public review and comment from July 1, 2008 to July 31, 2008 at two locations: 1) Community Planning and Development
Department, 12400 N.E. 8th Avenue; and 2) North Miami Public Library, at 835 N.E. 132nd Street. All comments must be in writing and sent to the attention of the CDBG
Administrator, City of North Miami, Community Planning and Development, 776 N.E. 125th Street, North Miami, Florida 33161.











Mercredi 02 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 23


Page 7


La loi sur la paternite responsable est dans l'impasse au senat

La ministre a la condition feminine et aux de la society parce qu'il ne sont pas reconnus par leurs insiste Kelly Bastien.
droits de la femme, Marie Laurence Jocelyn Lasegue, pares et n'ont pas d'identit6 ", dit-elle esp6rant unvote RWagissant a ces remarques Mme Lasegue
affirmequeleprojetde loisurlapaternit6 responsable rapide de ce projet de loi. indique que le projet de loi est le r6sultat de
a &te soumis aux s6nateurs depuis un an. "Le projet de De son cot6, le president du s6nat, Kelly propositions de plusieurs organisations de femmes a
loi n'est pas encore vot6 meme s'il avait suscit6 l'int&et Bastien, rappelle que le projet de loi sur la paternity travers le pays. Elle rappelle que les repr6sentants des
de nombre de parlementaires ", se plaint Mme Lasegue responsable a &te retire de la procedure en discussion" organisations de femmes avaient eu des rencontres
qui fait remarquer que cette loi permettra de respecter sur demande de plusieurs organisations de la soci6t6 autour de ce dossier avec des parlementaires en 1997.
la constitution." civile et de certains s6nateurs. Des s6nateurs "Faire un enfant est une responsabilit6 ce n'est pas un
Il y a de nombreux enfants qui sont en marge r6clament le vote d'un code de la famille au pr6alable", jeu", lance Mme Lasegue pour qui la loi peut amener
les haitiens a adopter un comportement responsable.
Interrogee sur les effets de ce projet de loi
sur les families, la ministre Lasegue a attire l'attention

a *w wAsur les enfants exclus qui deviennent des adultes
frustr6s. La ministre a la condition feminine croit que
Sla loi aura le m6rite de pousser les adultes a r6fl6chir
avant de faire un enfant.
... .... Le projet de loi sur la paternity responsable
accorde les memes droits aux enfants qu'ils soient n6s
e a i l dans ou en dehors des liens du mariage. La mere pourra

C o py rig hte M ater l faire valoir la reconnaissance de paternity grice a un
test ADN.


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Alors que ce projet de loi suscite la
reprobation de plusieurs secteurs dont les 6glises qui
y voient une attaque contre le manage, le president du
senat annonce de larges consultations avec les
representants de tous les secteurs concerns.



00 i r toi 6:4*


*Aw, a** so I **i,,


I I IS


SA KAPA B A A ALAEGALA Aoo IooAAK A

Yon Sriina teotoizeavisa S s p dmad6on6 vk.6


Kisa pwose sa a konsene? Yo te pwopoze de R~gleman apa nan yon pwose aksyon kolektif sou
evalyasyon ponpye ak sekou yo te fe pwopriyete byen imobilye peye nan vil Miami ak evenman ki te
pase pandan pwose a. De (2) regleman sa yo se avek 1) vil Miami, epi 2) kabine avoka Adorno & Yoss,
LLP. Pwose a rele Masztal v. City of Miami. Moun yo tradui lajistis yo rele "Pleyan", epi vil Miami rele
"Defande". Kabine avoka Adorno & Yoss, LLP rele "kabine avoka". Regleman yo pa vie di Minisipalite vil
la oswa kabine avoka a dak6 pou yo angaje nan move zafe oswa nan move konduit oswa pou yo mal aji
oswa ouyoyo nenpwa oswa rgleman nan nenpt konsiderasyon, eksepte pou sa ki konsne vi
Miami pou p6syon Evalyasyon sekou Ponpye/Sekou ki te adopte pou ane fiskal 1997-1998 ak 1998-
1999. Tribinal Siprem Florid deside pwose City of North Lauderdale v. SMM Properties se yon pwose
ki legal pou yon Minisipalite pou pibliye evalyasyon pou sevis ponpye, paske sevis ponpye pwokire yon
benefis espesyal pou pwopriyete a. Apati 14septanm 2000, Minisipalite vil la te deside yon Evalyasyon
li sip6te sou sevis ponpye selman epi kidonk evalyasyon an legal. Pleyan yo deklare Evalyasyon an te
rete ilegal nan fonksy6nman li. Pa tjanm genyen okenn desizyon oswa konklizyon jidisye sou konfli
rival sa yo. Menmsi Tribinal la, nan Litij sa a k ap rezoud la, deside yo Evalyasyon Ponpye/Sekou yo te
resevwa nan ane fiskal 1997-1998 ak 1998-1999 pa t konstitisyonel nan limit li te evalye pou sevis
medikal ijan, Tribinal la pa pran desizyon oswa pa fe konklizyon pou endike Evalyasyon Ponpye/Sekou
oswa Evalyasyon Ponpye te enkorek pase sa ki endike anwo a. Ni li pa t detemine limit, si genyen,
Evalyasyon Ponpye/Sekou te fet yon fason inadmisib pou sevis medikal ijan yo. Pleyan yo prezante
reklamasyon tou kont kabine avoka pou aksyon ak inaksyon posib ki gen pou we ak premye pwosedi
yo kont Minisipalite vil la nan pwose sa a. Kabine avoka a, san admet responsablite ak kontestasyon
toudenkou reklamasyon Pleyan yo, chwazi pou rezoud aksyon sa a. Kidonk, menmsi Pati yo dak6 pou
Regleman yo ak yon pwosesis ranbousman, pa t genyen desizyon okenn Tribinal ki endike Gwoup la
genyen dwa pou jwenn yon ranbousman, oswa kantite lajan ki endike a. Ni pat genyen desizyon okenn
Tribinal ki endike Gwoup la genyen dwa pou resevwa lajan nan kabine avoka a.
Kimoun ki f pati RBgleman yo? "Gwoup" oswa "Manm Gwoup" dwe vie di tout moun oswa enstitisyon
(avek tou siksese legal ki kalifye yo, jan sa defini nan paragraf 1.18 Ak6 Regleman an) ki posede
pwopriyete nan vil Miami, Florid, avek tou ansyen ak aktyel anplwaye, ajan, reprezantan, ofisyel, ofisye
Minisipalite a ak manm fanmi pw6ch yo, ki reprezante kapasite endividyel yo k6m kontribiyab, ki te
peye Evalyasyon Ponpye/Sekou ak/oswa Evalyasyon Ponpye Minisipalite vil la te resevwa nan ane
fiskal 1997-1998 jiska ak nan ane fiskal 2006-2007. Vil Miami eskli nan Gwoup la.
Ki Benefis ki genyen? Ou kapab kalifye pou resevwa yon ranbousman, sa vie di yon p6syon Lajan
Komen total (ki dekri anba a) chak manm Gwoup la genyen dwa pou resevwa, jan sa detemine
dapre yon f6mil Tribinal la apwouve. Kantite lajan yo dwe peye chak manm Gwoup la ap depannde
kantite manm Gwoup la ki soumet yon reklamasyon valid. Okenn manm Gwoup la p ap resevwa yon
ranbousman ki plis pase kantite lajan Evalyasyon manm Gwoup la te peye, epi, kidonk, Pati yo kwe li
pa posib pou nenp6t moun ap resevwa yon ranbousman konpli tout lajan Evalyasyon ki te peye a. Li
enp6tan pou ou sonje p6syon Evalyasyon ki dwe repati nan finansman sevis ponpye a se yon p6syon
ki legal. Pousantaj Evalyasyon peye k ap retounen pou chak manm Gwoup la ki kalifye apa pa kapab
deteminejouk moman 16 yo trete demand yo dapre Ak6 Regleman yo. Fon Komen an ap redui a kantite
lajan fre avoka ak fre Tribinal la akode Konsey Defans Gwoup la, ak kantite lajan fre administratif
Tribinal la apwouve pou administrasyon regleman yo.
Ki dispozisyon Regleman ki pwopoze yo? K6m konsiderasyon pou Regleman li, Minisipalite vil la ap
finanse $15,550,000 nan yon fon ki rele "Fon Komen". K6m konsiderasyon pou Regleman li, kabine
avoka a ap finanse $1,600,000 nan Fon Komen an. Debousman Fon Komen an ap fet dapre Ak6
yo. Nenp6t entered ki reyalize sou nenp6t p6syon Fon Komen an dwe vin fe pati Fon Komen an. Chak
manm Gwoup la dwe jwenn dwa pou fe demand yon ranbousman dapre pwosedi ki prezante an gwo
nan Avi sa a. Se selman manm Gwoup kalifye oswa siksese legal kalifye yo ki dwe jwenn dwa pou
cheche jwenn yon ranbousman. Dwa pou jwenn yon ranbousman pa dwe transferab. Chak Pati dwe
jwenn dwa pou fe restriksyon, dapre 16d, entediksyon, oswa 16t reparasyon, nenp6t vyolasyon oswa
menas vyolasyon dispozisyon ak regleman ki nan dokiman sa a, epitou pou egzije pef6mans espesifik
dispozisyon ak regleman sa yo. Konsenan konsiderasyon pou Regleman yo, depi genyen Apwobasyon
Final, chak manm Gwoup la dwe anvizaje pou bay yon kominikasyon total ak konpli pou nenp6t ak
tout reklamasyon ki nan pwose a ak 16t reklamasyon jan sa dekri nan Ak6 Regleman yo. Kominikasyon
an dwe genyen yon pati entegral ak enp6tan Regleman yo, epi li pa kapab separe nan Regleman yo.
Nenp6t manm Gwoup ki pa vie bay kominikasyon an dwe deside pou pa patisipe jan sa dekri nan
Avi sa a. Regleman avek kabine avoka a genyen ladan yon dispozisyon ki pemet li anile regleman an
anba seten kondisyon. Si sa rive, manm gwoup ki kalifye yo ap resevwa notifikasyon nan moman y ap
resevwa p6syon regleman an avek Minisipalite vil la. Y ap resevwa tou notifikasyon pou fe pwose kont
kabine avoka a poukont yo epi avek pwop depans yo.
Kisa mwen DWE f6 pou mwen vin kalifye pou resevwa yon ranbousman posib? Ou dwe fe Demand
yon F6mili Ranbousman, ki dekri anba a,jiska 21 okt6b 2008. Epitou, ou dwe deside dat 20 out 2008
si ou vie fe objeksyon kont Regleman yo epi pou soumet nenp6t objeksyon alekri. Pou fe Demand
Fomili Ranbousman an, ou dwe rele Administrate Regleman an nan nimewo 1-800-981-7567. Ou
kapab we F6mili Demand Ranbousman an (ansanm avek dives kalite dokiman regleman)sou entenet
nan sit web www.MiamiFireFeeSettlement.com epitou ou kapab enprime li nan sit web la.
Kisa mwen dwe f6 si mwen vie Eskli tet mwen nan Gwoup la? Si ou pa vie patisipe nan youn oswa
nan toulede Regleman yo, ou kapab mande pou yo eskli ou. Pou fe demand esklizyon nan Gwoup la,
ou dwe ranpli ak soumet yon demand alekri ba Grefye Tribinal la epi voye demand lan pa laps nan
adres ki endike anba a. Ou dwe ranpli fomili demand lan epi tenb ki sou anvl6p la dwe date dat 20 out
2008:
Pou Administrate a (kourye): Pou Tribinal la (dosye):
Masztal v. City of Miami Clerk of the Court
Settlement Administrator Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and
PO Box 3170 for Miami-Dade County, Florida
Portland, OR 97208-3170 73 West Flagler St
Miami, FL 33130
Demand pou esklizyon an dwe prezante nan nenp6t patikilye, men li dwe endike enf6masyon sa yo:
1. Non ou, adres ou ak nimewo telef6n ou;
2. Yon deklarasyon ki endike ou vie eskli tet ou nan Gwoup la;
3. Siyati ou;
4. Non ak nimewo pwose a (Masztal v. City of Miami, Case Nos. 98 11208 CA 31, 05-2117 CA
31), epi


5. Si ou f6 demand esklizyon ou nan:
a. Regleman avek Minisipalite vil la, OSWA
b. Regleman avek kabine avoka a, OSWA
c. Toulide.
Remak: Si ou pa presize ki regleman, y ap konsidere demand ou k6m yon demand ou fe pou eskli tet
ou nan toulide regleman yo.
Tanpri asire ou ekri mo "EXCLUSION REQUEST" (demann pou esklizyon) sou kwen g6ch pa anba
devan anvl6p la.
Si ou chwazi pou eskli tet ou nan Gwoup la:
1. Ou p ap kalifye pou okenn nan benefis yo;
2. Ou p apjwenn pemisyon pou fe objeksyon kont dispozisyon yo;
3. Ou p ap genyen obligasyon pou respekte okenn fiti desizyon yo pran nan pwose sa a; epi
4. Tankou pou nenp6t regleman (Minisipalite vil la oswa kabine avoka a oswa toulide) kote
ou te fe demand ou eskli ou:
a. Ou p ap kalifye pou resevwa okenn nan benefis yo;
b. Ou p ap jwenn pemisyon pou fe objeksyon kont okenn dispozisyon;
c. Ou p ap genyen obligasyon pou respekte okenn fiti desizyon yo pran nan pwose
sa a; epi
d. Pou resevwa lajan nan plas Regleman sa yo, w ap oblije fe pw6p pwose ou epi avek
depans ou.
SONJE: OU DWE FE DEMAND OU POU ESKLIZYON AVEK ANVL)P KI GENYEN TENB KI DATE DAT 20
OUT 2008. SI W PA FE SA, SOF JAN TRIBINAL LA KAPAB BAY LI, DEMAND POU ESKLIZYON OU AP AN
RETA AK ENVALID.
ODISYON POU REGLEMAN AN: Nan pou 9 septanm 2008 a 10:00 AM EDT, nan adres 73 West Flagler
St, Courtroom 11-1, Miami, Florida 33130, Tribinal la ap 6ganize yon Odisyon san Patipri pou konsidere
si pou li akode setifikasyon Gwoup la pou objektif Regleman an, epitou si pou li apwouve Regleman yo
kom Regleman ki jis, rezonab ak satisfezan. Tribinal la ap 6ganize yon odisyon prelimine nan dat 22
jiye 2008 a 10:00 AM EDT nan menm adres kote I ap resevwa prev ki gen pou we ak demand pou fre
avoka yo. Ou dwe soumet mosyon pou sip6te oswa pou kont Fre Avoka yo anvan fen jou ouvrab 15 jiye
2008.
Esi mwen Vie f6 Objeksyon kont RBgleman yo? Ou dwe rete yon manm Gwoup la pou ou kapab fe
objeksyon kont nenp6t aspe Regleman yo, epitou kont setifikasyon final yon Gwoup, onetete Regleman
yo, konpetans Pleyan ak avoka yo ki reprezante gwoup la, ak distribisyon Fre ak Depans Avoka a.
Objeksyon alekri ou dwe genyen ladan:
1. Your name, address and telephone number;
2. Yon deklarasyon objeksyon ou (yo) ak nenp6t Iwa ak/oswa prev sip6 ou vie entwodui;
3. Non ak nimewo pwose sa (Masztal v. City of Miami, Case Nos. 98 11208 CA 31, 05-2117
CA 31).
OU DWE SOUMET OBJEKSYON EKRI OU BA GREFYE TRIBINAL LA DAT 20 OUT 2008 PA LAPS NAN
ADRES SA A:
Clerk of the Court;
Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and for Miami-Dade County, Florida
73 West Flagler St
Miami, FL 33130
OU DWE VOYE KOPI OBJEKSYON SA YO TOU PA LAPOS BA TOUT AVOKA KI ENDIKE ANBA A, EPI
ANVLOP LA DWE GENYEN TENB KI DATE DAT 20 OUT 2008.


Konsey Defans pou Minisipalite Miami:
Julie O. Bru, City Attorney
Office of the City Attorney
444 SW Second Ave, Ste 945
Miami, FL 33131
Thomas E. Scott, Esq.
Scott A. Cole, Esq.
Cole, Scott & Kissane, P.A.
1390 Brickell Ave, Third Floor
Miami, FL 33131


Konsey Defans Gwoup la:
Patrick A. Scott, Esq.
Richard L. Williams, Esq.
Michael Garcia Petit, Esq.
2800 Miami Center
201S. Biscayne Blvd.
Miami, FL 33131-4330
Konsey Defans pou Adorno & Yoss, LLP:
Ronald L. Kammer, Esq.
David P. Hartnett, Esq.
Hinshaw & Culbertson, LLP
9155 S. Dadeland Blvd., Suite 1600
Miami, FL 33156


Tribinal la p ap konsidere okenn objeksyon ki soumet/avek anvl6p ki genyen tenb ki date dat 20 out
2008, sof si ou kapab montre rezon valab poutet ou anreta. Si ou soumet objeksyon ou anreta, y ap
konsidere ou abandoned oswa ou anile objeksyon ou, sof si ou montre rezon ki valab.
Si ou soumet objeksyon ou yo ale epi Tribinal la anile yo, w ap toujou kalifye pou resevwa yon
ranbousman anba Regleman yo depi ou ranpli ak soumet yon F6mili Demand Ranbousman ale.
Kouman pou mwen jwenn enf6masyon adisyonel? Avi sa a se selman yon rezime Regleman yo, ki
prezante nan dokiman legal pi detaye ki rele "Ak6 pou Regleman ak Kominikasyon." Ako Regleman
ak Kominikasyon konpli ant Pleyan yo ak Minisipalite vil la ak Ak6 Regleman ak Kominikasyon konpli
ant Pleyan yo ak kabine avoka a nan dosye ki nan biwo Grefye Tribinal la. Pou jwenn yon deklarasyon
detaye sou zafe ki konsene pwose sa a, Pleyan yo, Minisipalite vil la ak kabine avoka a refere ou tou
nan Plent lan ak nan 16t atik ak o1d Tribinal la ki nan dosye nan biwo Grefye a. Ou kapab enspekte
dokiman sa yo nan Biwo Grefye a nenp6t kili nan ore n6mal biwo, Lendi pou rive Vandredi, ant 9:00
a.m. ak 4:00 p.m., Fizo Ore Les. Si ou genyen nenp6t kesyon oswa senpleman si ou bezwen on
kopi F6mile Demand Ranbousman, ou kapab rele Administrate Regleman an nan nimewo 1-800-
981-7567 oswa ou kapab we dives kalite dokiman regleman an sou entenet nan sit web www.
MiamiFireFeeSettlement.com, epitou ou kapab enprime F6mile Demand Ranbousman an nan sit
web la.
TANPRI PA RELE TRIBINAL LA, GREFYE TRIBINAL LA OSWA MINISIPALITE MIAMI. YO P AP ANMEZI
POU REPONN KESYON OU YO.
Dat la: dat 6 ien 2008. nan Miami. Florid.


Pou jwenplis enbmasyon rele niewo 1-80-981-767owalsusi b


odi e
T.-3 -









CRISE ALIMENTAIRE


Mercredi 02 Juillet 2008
SHaiti en Marcheh Vol XIT N 23


I.. %,I IVIM,11% VVI ; IN .. .
i i ......... .B M B i^ ... ....E i c i




"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


La famine mondiale


Par Michel Chossudovsky,
Global Research
En cette 6poque d'apres-guerre
froide, l'humanite est confronted a une
crise economique et sociale d'une
ampleur sans pr6ecdent et qui entraine
un appauvrissement rapide de larges
secteurs de la population mondiale. Les
economies nationales s'effondrent, le
ch6mage est end6mique. Des famines se
declarent en Afrique subsaharienne, en
Asie du Sud et dans certaines parties de
l'Am6rique latine. Cette <
mondialisation de la pauvret6, qui a
annual bon nombre des progres de la
decolonisation d'apres-guerre, a
commence dans le tiers-monde avec la
crise de la dette du debut des annees
1980 et l'imposition des r6formes
economiques meurtrieres du Fonds
mon6taires international (FMI).
Ce Nouvel Ordre Mondial se
nourrit de la pauvret6 humaine et de la
destruction de l'environnement. II
engendre la s6gr6gation sociale, il
encourage le racisme et les conflits
ethniques et s'attaque aux droits des
femmes et il pr6cipite souvent les pays
dans des affrontements destructeurs
entre les nationalit6s. Depuis les annees
1990, il s'6tend, par l'entremise du <
libre march >>, dans toutes les regions
du monde y compris l'Am6rique du
Nord, l'Europe occidentale, les pays de
l'ex-bloc sovi6tique et les < nouveaux
pays industriels > (NPI) de l'Asie du
Sud-est et de l'Extreme-Orient.
Cette crise plan6taire est encore
plus devastatrice que la Grande
Depression des annees 1930. Elle a de
lourdes consequences geopolitiques; le
demembrement 6conomique donne lieu
a des guerres regionales, a la fracture des
soci6t6s nationales et, dans certains cas,
a l'andantissement de pays. Elle
constitue de loin la plus grave crise
6conomique des temps modernes. (Livre
de Michel Chossudovsky intitul6 :
Mondialisation de la pauvret6 et le
nouvel ordre mondial)


Introduction
La famine est le r6sultat d'un
processus de restructuration en<< march
libre > de l'economie mondiale qui
prend ses assises dans la crise de la dette
du debut des annees 1980. Ce n'est pas
un phenomene recent, tel qu'il a ete
sugg6er par plusieurs reportages des
medias occidentaux, en se concentrant
strictement sur l'offre et la demande a
court terme des produits agricoles de
base.
La pauvret6 et la sous-
alimentation chronique sont des
conditions qui preexistaient avant les
recentes hausses des prix des produits
alimentaires. Ces derniers frappent de
plein fouet une population appauvrie,
qui a a peine les moyens de survivre.
Des 6meutes de la faim ont 6clat6
presque simultanement dans toutes les
grandes regions du monde:
< Les prix des denrees
alimentaires en Haiti a augment en
moyenne de 40 % en moins d'un an, avec
le coft des produits de premiere
necessitee tels que le riz qui a doubl6...
Au Bangladesh, [a la fin avril 2008]
quelques 20,000 travailleurs du textile
sont descendus dans la rue pour
denoncer l'augmentation vertigineuse
des prix des produits alimentaires et
aussi pour demander des salaires plus
elev6s. Le prix du riz dans le pays a
double au cours de la dernire ann6e,
menacant les travailleurs qui gagnent un
salaire mensuel de seulement 25 $ et qui
ont faim. En Egypte, des protestations
de travailleurs concernant les prix des
produits alimentaires a secoue le centre
industriel du textile de Mahalla al-
Kobra, au nord du Caire, pendant deux
jours la semaine derniere, oni deux
personnes ont ete abattues par les forces
de s6curite. Des centaines de personnes
ont ete arretees et le gouvernement a
envoy des policiers en civil dans les
usines pour forcer les travailleurs a
travailler. Les prix des denrees
alimentaires ont augment de 40% en


Egypte au cours de la dernire annde...
Plus t6t ce mois-ci, en C6te d'Ivoire, des
milliers de personnes ont march vers
la maison du president Laurent Gbagbo,
scandant << nous sommes affams >> et <<
la vie est trop cher, vous allez nous tuer.
Des manifestations de meme
nature ainsi que des graves et des
affrontements sont survenus enBolivie,
au P6rou, au Mexique, en Indondsie, aux
Philippines, au Pakistan, en
Ouzb6kistan, en Thailande, au Yemen,
en Ethiopie et a travers la majeure partie
de l'Afrique subsaharienne. >> (Bill Van
Auken, Amid mounting food crisis,
governments fear revolution of the
hungry, Global Research, April 2008)
Avec de grands pans de la
population mondiale d6jh bien en
dessous du seuil de pauvret6, la hausse
des prix des denrdes alimentaires de base
qui se produit sur une courte p6riode est
ddvastatrice. Des millions de personnes
dans le monde sont dans l'incapacit6
d'acheter de la nourriture pour leur
survie
Ces augmentations contribuent
d'une maniere tres rdelle a << 6iminer
les pauvres >> travers << la mort par la
famine. > Dit dans les mots de Henry
Kissinger: << Contr6lez le p6trole et vous
contr6lerez les nations, contr6lez la
nourriture et vous contr6lerez la
population.>>
A cet 6gard, Kissinger a fait
savoir a travers le < Memorandum
d'6tudes sur la s6curit6 nationale de
1974: Les implications de la croissance
de la population mondiale sur la s6curit6
et les int6rets strangers des Etats-Unis,
> que des famines recurrentes pourraient
constituer de facto un instrument de
contr6le de la population.
Selon l'Organisation des Nations
unies pour l'alimentation et l'agriculture,
le prix des c6rdales a augment de 88%
depuis mars 2007. Le prix du bl a
augment de 181% sur une p6riode de
trois ans. Le prix du riz a augment de
50% dans les trois derniers mois (Voir
Ian Angus, Food Crisis: "The greatest
demonstration of the
historical failure of the
ENT capitalist model", Global
Research, April 2008):
<< La plus populaire
vari6t6 de riz de la
RATION Thailande se vendait il y
Housing a 5 ans 198 $ US et a 323
Housing $ la tonne l'an dernier. En
lude; 1 avril2008, le prix a atteint
d closing 1000 $. Les
Repair & augmentations sont
'BUYER encore plus elev6es sur les
5) 67- marches locaux; en Haiti,
le prix d'un sac de 50 kilos
490 Opa- de riz a double en une
Housing semaine a la fin mars
2008. Ces augmentations
sont catastrophiques pour


les 2,6 milliards de personnes dans le
monde qui vivent avec moins de 2 $ US
parjour et qui consacrent de 60% a 80%
de leurs revenus a l'alimentation. Des
centaines de millions de personnes n'ont
pas les moyens de manger > (Ibid)

Deux dimensions interde-
pendantes
I1 y a deux dimensions
interd6pen-dantes dans la crise
alimentaire mondiale en cours, qui
plonge des millions de personnes a
travers le monde dans la famine et la
privation chronique, une situation oi des
pans entier de la population n'ont plus
les moyens d'acheter de la nourriture.
Tout d'abord, il y a un processus
historique a long terme de politiques de
r6forme macro6cono-miques et de
restructu-ration 6conomique mondiale,
qui a contribu6d baisser le niveau de
vie partout dans le monde, autant dans
les pays d6velopp6s que dans les pays
en d6veloppement.
Deuxiemement, ces conditions
historiques preexistantes de pauvret6 de
masse ont ete exacerb6es et aggrav6es
par la r6cente flambe des prix des
cereales, qui a entraine dans certains cas,
le doublement du prix de detail des
denrees alimentaires de base. Ces
hausses de prix sont en grande partie le
resultat de la speculation boursiere sur
les denrees alimentaires de base.

La soudaine augmentation
speculative sur le prix des cereales
Les m6dias ont induit en erreur
l'opinion publique sur les causes de ces
hausses de prix, en se concentrant
presque exclusivement sur la question
des cofits de production, le climat et
d'autres facteurs qui ont pour effet de
reduire l'offre et qui pourraient
contribuer a gonfler les prix des aliments
de base. Bien que ces facteurs puissent
entrer enjeu, ils ont un lien limit pour
expliquer l'impressionnante et
spectaculaire hausse des prix des
produits de base.
L'escalade des prix des produits
alimentaires est en grande partie le
resultat d'une manipulation du march&.
Elle est en grande partie attribuable a la
speculation boursiere sur les marches
des matieres premieres. Les prix des
cereales sont artificiellement gonfl6s par
la speculation a grande echelle sur les
operations des marches boursiers de
New York et de Chicago. I1 est
int6ressant de noter qu'en 2007, le
Chicago Board of Trade (CBOT), a
fusionne avec le Chicago Mercantile
Exchange, formant la plus importante
entity au monde traitant dans le
commerce des produits de base et
comptant un large eventail d'instruments
sp6culatifs (les options, les options sur
(voir FAMINE / 16)


Page 8


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMI
CORPORATION (OLCDC)

OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPOI
(OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers
Counseling Services for low to moderate income families. Services inc
Time Homebuyers Purchasing Assistance includes Down payment an(
cost subsidies, Low interest Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit
Budget Counseling, and Foreclosure Prevention Assistance. HOME
EDUCATION CLASS For more information you may contact us at (3
3545 ext. 236, visit our website www.olcdc.org or stop by our office at
locka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OLCDC is an Equal
Lender and a HUD Approved Housing Counseling Agency










Mercredi 02 Juillet 2008 PMIAMI-DADE COUNTY Page9
Haiti en Marche Vol XXII N 23 MIAMI-DADE COUNTY



MIAMFDAD


ADVERTISEMENT FOR BIDS

PROJECT NAME: Refurbishment of MDAD Buildings 3094 & 3095
PROJECT NO.: C055A

Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Clerk, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202,
111 N.W. 1st Street, Miami, Florida, 33128 until 1:00 P.M. August 6, 2008 or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the
Board in said Stephen P. Clark Center. Bids are to be submitted in two envelopes. Bids received after the time and date specified will not be considered. Envelopes A of Bids, containing
only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Business Development, bidders may
correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remaining bidding documents, from
Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened.
Bidders are invited to be present at each opening. The County reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids.

IN GENERAL THE WORK COMPRISES: The general repair and refurbishment of a seven-story post-tensioned, exposed concrete parking garage (Building 3094) and general repair
and refurbishment of the exterior exposed concrete and corrugated steel panel siding of an eleven-story hangar (Building 3095) at Miami International Airport. The work includes repairs
and coating for exposed concrete throughout the parking garage and exposed exterior concrete walls of airplane hangar; sealing of all points in the parking garage; repairs and painting of the
exterior metal siding of the airplane hangar; repair and painting of drainage system (including trench drains, curb scuppers and pipes) in the parking garage; general repairs and painting of
all prefabricated stairs and railings throughout the parking garage (including (4) seven-story stairwell towers); general repair of miscellaneous items throughout the parking garage
(including bollards, hollow-metal doors, louvers, windows, light poles); re-striping the pavement markings of the parking garage; several electrical related repairs and refurbishment
including disconnection and reconnection of lighting to emergency power.

BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on June 30, 2008, for inspection by individuals by appointment only, on business
days during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at the offices of Douglas Wood and Associates, Inc. at 299 Alhambra Circle, Suite 510, Coral Gables, Florida. Interested parties are to
schedule an appointment to review the Bid Documents through August 4, 2008. The duration of each appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule
additional time slots (not to run consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be
required to present current, government issued, picture identification (e.g., Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor
who may perform work on, or related to, the Project, and sign and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance
with Florida Statutes 119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes, 281.301 and 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being
exempt from the provision of Florida Statute 119.07(1) and 24(a), Article I of the State Constitution. In addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while
reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or copying of the documents will be allowed.

The Bid Documents can be purchased at 299 Alhambra Circle, Suite 510, Coral Gables, Florida as follows:
1. Non-refundable Payment of $200.00 for each set of Bid Documents
2. Refundable Deposit of $400.00 for each set of Bid Documents
3. Provide 24 hr notice prior to picking up Bid Documents by calling (305) 461-3450.

The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. The refundable deposit shall be by
Cashier's or Certified check or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. To purchase a set of the Bid Documents, each purchaser must present a
current, government issued, picture identification (e.g., Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perform
work on or related to the Project, and furnish and sign a notarized Confidentiality Affidavit. Each interested Bidder shall, at the time of Bid Document pickup, furnish an address, telephone
and fax numbers, and email address for the purpose of contact during the bidding process. A business card with all of this information will suffice.
All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders that timely return the Bid Document will have
their deposit returned. Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to the
location of purchase. Failure to return the Bid Documents and copies made to the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law
Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Confidential
solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be required to certify that they
have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies.
All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise
the Project. The County, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the County by any and all bidders.

PRE-BID CONFERENCE: The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on July 23, 2008 at 2:00 p.m. in 4200 N.W. 36th Street, Building
5A, 4h Floor, Conference Room F of the Miami-Dade Aviation Department, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site
Inspections will be provided by the Miami-Dade Aviation Department. It is the policy of Miami-Dade County to comply with all the requirements of the Americans with Disabilities Act
(ADA). For sign language, interpreter services, material in accessible format, other special accommodations, or airport-related ADA concerns, please contact the MDAD Office of ADA
Coordination at (305) 876-0856.

COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM
Contract Measures for this Project is (are): 24%

COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM
The Community Workforce Goal for this Project is: 29%

BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by the Instructions to Bidders. No Bid may
be withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive
informalities and irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids.

BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS:
1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance.
2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, for the Contractor's aggregate work force in each
trade on all construction work in the covered area, as follows:

Timetables Goal for minority Goals for female
Participation for each Participation for
From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade
Until further notice 39.5 % 6.9 %

As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's
construction work (whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area.

3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents.
The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementation of the Equal Opportunity Clause, specific
affirmative action obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting
from this solicitation is to be performed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade,
and the Contractor shall make a good faith effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor
to Contractor or from project to project for the sole purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-
4. Compliance with the goals will be measured against the total work hours performed.
The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction
subcontract in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification shall list the name, address and telephone number of
the Subcontractor; employer identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated starting and completion dates of the subcontract; and the
geographical area in which the Contract is to be performed.
4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Subcontractors. Requirements for compliance with this
ordinance are contained in the Contract Documents.
5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a "Cone of Silence" is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertisement and terminates at the time the County Manager
issues a written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first. The Cone of Silence prohibits
communications regarding RFPs, RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County's professional staff, including but not limited
to the County Manager and the County Manager's staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the
County's professional staff including, but not limited to, the County Manager and the County Manager's staff.
The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral presentations before selection committees, oral
communications with the Contracting Officer, as published by the Department of Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the
procurement process, provided the communication is limited strictly to matters of process or procedures, Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations
made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing at any time unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ,
or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. The County
shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request.
In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or proposer shall render any RFP award, RFQ award, or
bid award voidable. Any person having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorney and/or may file a complaint with the Ethics
Commission. Bidders or Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification.
6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documents other than those made by Addendum, Change Order,
or Work Order. Any purchase of partial sets of documents shall be at the purchaser's risk.







LECTURE


Mercredi 02 Juillet 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 23


> de Nick Stone


PAR CHRISTOPHE DUPUIS
Dix millions de dollars s 'il accomplissait un
miracle et ramenait le gamin sain et sauf; cinq mil-
lions s'il rapportait son corps; et cinq millions de bo-
nus s'il produisait en sus les assassins morts ou vifs,
peu importait, du moment qu'ils avaient le sang du
gosse sur les mains. Tels 6taient les termes du contrat
et s'il d6cidait de les accepter le march 6 tait conclu.
Haiti, annies 90
La famille Carver, qui a conqu sa fortune en
travaillant la main dans la main avec son grand ami et
associ6 Francois Duvalier alias <>, est la plus
riche et la plus influente de 'ile. Gustav, le grand-pbre
Carver r6ussit a embaucher Max Mingus, ancien flic,
qui sort de 7 ans de taule pour avoir but6 trois sus-
pects. La mission, retrouver Charlie, son petit-fils,
disparu trois ans plus t6t et dont personne, ni la po-
lice, ni les priv6s embauch6s, n'ont trouv6 la moindre
piste. Max accepte... Mais dans unpays qu'il ne connait
pas, l'affaire a tout l'air d'etre une mauvaise id6e,
comme il se dit.
Ce premier, et long (plus de 600pages) roman,
ne manque pas de souffle. Le style de Nick Stone est
extr6mement visuel et vous passez votre temps a c6t6
de Mingus a d6couvrir cette ile que l'auteur, d'origine


haitienne, connait parfaitement et oni, comme il le
souligne, ole pire est vrai >. Une ile si particulibre,
dont la description 6difiante (Histoire, mceurs, tradi-
tion, vaudou et magie noire...) fait froid dans le dos:
oLe Landcruiser ralentit en prenant la grand-rue
fourmillant de monde. Les gens, misdrables,
crasseux, etaient habillis de vetements distribus par
les associations caritatives internationales qui leur
glissaient de la taille ou des epaules, et leurs pieds
nus et calleux avaient 1 'air chausses de chaussons
de plongde. Tous se diplagaient a la meme allure
dictee davantage par l'habitude que par 1 'urgence
ou la ndcessitW. On aurait dit une armde en diroute,
un peuple conquis, brise, qui se trainait vers un non-
avenir. C'dtait HaTti, a peine sorti de 1 'esclavage. >
Nick Stone maitrise parfaitement son sujet et
vous 6tes emball6s par le rythme et le pays. Il y a
certes quelques petites maladresses, mais c'est un
premier roman et on attend avec hate le second (d&jh
sorti en Angleterre, < reprend le
personnage de Mingus mais se d6roule avant Clarinette>>), en esprant qu'il soit du meme tonneau.
Texte recueilli par Anne Crignon
Christophe Dupuis
Librairie Entre-deux-noirs


) ranctpph k: facr is I darninrak'

dt I'antt ea, un rapport primv I'Hfc r in %




"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


-Caw goGmnral

B, cbUIELL.E hZ>'i.!.
Prsduits prisb


*Prodults expomfst 74:
Toutma dimensions de matitela "
POUft VDM RoERVATOM DE CARda MPE

1-800927-6059OO
_n 11 ii

Page 10


Ecoutez

Melodie Matin
avec Marcus sur


J; I*odie
Al 0T3. 3 f m








Mercredi 02 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 23


Nouvelles depays diconseillis


Braves Rencontres avec Che Guevara


QUOTIDIEN, jeudi 14 f6vrier 2008

Ailleurs. Gindreuses et
gringantes, les Ben Fountain.

Huit livres en un : ce Fountain
est intarissable, chacune de ses nouvelles
a la density d'un roman touffu. II va a
l'essentiel mais ily reste ; il n'est pas de
ces incorrigibles romanciers qui
d6roulent... Ben Fountain est g6ndreux
et bref.
A plusieurs reprises, il questionne
l'integrit6 de l'individu au contact d'une
corruption systdmatisde, dans ces pays
oi toutes les Affaires 6trangeres du
monde d6conseillent fortement d'aller
sauf a y faire des affaires : Haiti, Sierra
Leone, Colombie ou Myanmar, toujours
odans l'entrejambe moite et irritA du
monde>. Des pays oi les contrastes ne
sont pas les seuls a tre tranch6s ; des
pays oi ode temps en temps, au matin,
la mer rejetait des cadavres sur la plage


DE BEN FOUNTAIN
Traduit de l'am6ricain par Michel Lederer.
Albin Michel


de carte postale >.

Femme terrienne
Il s'agit d'absurdit6. Le fou 6tant
d'autant plus furieux qu'il cherche
simplement un peu de justice sur cette
terre>. Mais la quatribme dimension a
pris les trois autres en otage, et le regne
des douze millions de salopards vient a
peine de commencer. Dans rOiseaux de
la Cordillere centrale en voie
d'extinction, un jeune ornithologue
devient l'otage des Mure en Colombie :
Un gringo inconscient au point de
ddbarquer en plein milieu d'une guerre
pour &tudier une bande d'oiseaux. > Les
Mure ne s'en 6tonnent pas plus que qa :
Trente ans de gudrilla avaient dote les
rebelles d'un sens aigu de l'absurde. >
Le hic 6tant que le jeune homme
se trouve 6tre plus integre que les


r6volutionnaires eux-m6mes, au point de
les g6ner dans leurs affaires. La
Revolution avait atteint le stade
classique oi elle n 'existaitplus que pour
elle-mmeme, et elle ne peut gubre
s'embarrasser d'unjeune idWaliste...
Dans Les meilleurs sont ddja
pris>, Ben Fountain raconte un soldat
am6ricain qui revient d'Haiti marid h une
divinity vaudoue, et c'est sa jeune
femme brflante qui accuse le coup :
L 'autre femme de mon mari est une
deesse vaudoue !> DDsormais il
consacrera les mardis et les samedis a
sa nouvelle spouse, les autres jours a sa
femme terrienne... La faute a Haiti, ai-
bas quelque chose a explos6 au visage
et a l'ame du soldat, le cru et le cuit de
la vie qui te tombent dessus sans rien
du vernis contemporain>.
Souvent, chez Ben Fountain, le


monde est dr6lement d6gueulasse :
Tout lui paraissait maintenant faux,
petit, minable, et la vrit s'abattait sur
lui comme une maladie.>On s'en
accommode ou on est a c6t6 de la
plaque. L'alternative, depressive, ne
laisse que peu d'issues. L'une d'elles est
spirituelle, pour se remettre de la
gueule de bois permanente laissde par
une jeunesse dilapiddee. L'autre est
d'humour : Ne ris jamais quand un
Haitien te dit qu 'il sera president, parce
que 9a peut tries bien se produire. Et si
c 'est le cas, il n 'oublierapas que tu t'es
moqud de lui. >

Fort vierge
Braves rencontres avec Che
Guevara a obtenu aux Etats-Unis, en
d6cembre dernier, le prix Pen
Hemingway r6compensant une premiere
oeuvre de fiction. Aujourd'hui, a 35 ans,
Ben Fountain termine un roman : pav6
de fort vierge, papier glaqant et grinqant
- on prend.


frdeu haapr r


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"
....... ............ .. C p r g te a e i l ............ ...
.... .... ........ S n ia t e d C o t n ..... ................... .. '0..........
Avaiabl fro Commeria New Proidrs


Hot Summer PackalgesI


Welaornslo P~idisein Haili...
AMK ~ 77,C 1l tes A adr~ .
A B6e.jHful I- seHmi BH g,
Jt ir 1 h~y drivg frOjm Ith
Pcrt-OaLUPFrM Irltno1tloaI AJirpoMl
S'pd4t Dwf p P^Kggv for


MAT$ nn i NPCiMU MtPGPr


PKSB DMUI a3nB 5i tell





4th 7 .1 M3 f 27I

KidItCI4] StayFrW

H+10% To n
* AIr-coWdioned room
* All m*m4 ICluided
iBicakfa. Lud. L1Iiicl i


-SalAMly Night MMdli'-Clb Dic
-Tfrpkall Urita
-LilSW CariEt-eun DJ-an the baech
-Aqua yr. TL-nnii-. RaLNultalln
Pkg Panrn, in inlf, hKI f i nv Uey
- Elequitbr iuisin from our dAfC
- wak *ri jiM amcn %*ih Dkw\
TV id ide pmj ecti.
-auik B a aiW oW ir btr-a
- Traij ud um
VlallT 1-H THiE a<.IRt-FpMARI
MULFIhH ___


INFORMATION & RESERVATION:
0111( i 2 ?- -742 / 2-221918 1 37011918
fafal isa


Page 11


I


ff.. Sop b"i' 2JW


-l,,i t nk f







TDZMercredi 02 Juillet 2008
Page 12 IMMIGRATION ZERO Haiti enMarche 0Vol2 Jullt N23

01e" Moore to ow " e







"Copyrighted Material


: ..-Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"



-S S. -i1









HaW en M"r rk


MIAMI-l)ADE.

DEPATMAN TRAVO PIBLIK
AVI PIBLIK
REYINYON KOMINOTE
NW 87 AVENI DE NW 162 STREET RIVE NW 186 STREET
AMELYORASYON WOUTY:
PROJE NIM. 20040390
Yap avize piblik la ke Depatman Travo Piblik Konte Miami-Dade pral f6 yon Reyinyon
Kominote sou koze Pwoje Konte Nim. 20040390 la jou mekredi 9 jiy6 2008 apati de 7:30
diswa rive 9:00 diswa, nan Lawton Chiles Middle School ki nan lokal 8190 NW 197 Street.
Se pou bay moun yo op6tinite pataje opinyon yo sou pwoje an ke yap f6 Reyinyon Kominote
sa a. Nan pwoje an yo pral genyen pou laji wout ki la deja sou NW 87 Aveni pou vin a kat
ranje s6ti NW 162 Street rive NW 186 Street. Travo amelyorasyon yo enkli soulve mitan
wout la, f6 peyizaj, twotwa, reb6 twotwa yo ak kanivo, sist6m drenaj pou dlo tanp6t,
siyalizasyon, trase wout ak make wout, ak f6 ekleraj. Pwoje a apepr6 yon diistans 1,5 mil
an long. Finansman pou pwoje sa a ap sbti nan lajan Taks Diplis Konstitisyon Konte a ki
te enpoze dapre Seksyon 29.121 nan K6d Konte Miami-Dade. Pwoje sa-a te espesifikman
enimere nan Plan Transp6tasyon Pep la (PTP) k6m youn nan pwoje amelyorasyon Asanble

Plan yo, chema yo, desen yo ak tout enf6masyon devlope pa Depatman an pral disponib
pou piblik la revize yo nan lokal kote reyinyon an pral fet la de 7:30 p.m. jiska 9:00 p.m. jou **'
reyinyon an menm. Premye pati Reyinyon Kominot- an pral bay piblik la anjeneral yon
chans pou yo revize plan yo kap ekspoze yo epi diskite pwoje an ansanm ak ekip anplwaye --
Depatman Travo Piblik yo. Nan dezy6m pati an, ki sipoze koumanse a 8:00 p.m., pral
genyen yon prezantasyon tou kout de pwoje an ak yon sesyon k6mant6 piblik apre
prezantasyon an.
Pou enf6masyon sou pwoje an oswa pou mande aranjman espesyal fet pou yon patisipan
jan Lwa Ameriken Enfim 1990 egzije, tanpri kontakte Mr. Hector Aleman, P.E., Manadj0
Pwoje, nan (305) 375-4971, oswa Mr. Leandro Oia, P.E., Chef, Divizyon Otowout, nan (305)
375-1909, Konte Miami-Dade, Depatman Travo Piblik, Stephen P. Clark Center, 111 NW
First Street, Suite 1510, Miami, Florida, 33128-1970.
Demann pou aranjman espesyal dwe fet sen jou travay anvan Reyinyon Kominote an. Moun C ON TACT T US
ki ta renmen soumet d6 deklarasyon alekri ak de 16ot ekspoze nan plas oswa ansanm ak TO LL FRE E. -8 8 8 -3 8 3 -2 8 5 6
deklarasyon aloral yo, kapab f6 sa nan reyinyon an oswa voye yo pa laps nan atansyon
Mr. Oia anvan jou reyinyon an. Tout enfomasyon ke yo resevwa alekri pral f pati rejis O R, 3 0 5 -- -0 30
Reyinyon Kominote an. FAX .3 0 5 -6 2 0 -8 3 3 2
CELL. 305-986-88 11








Mercredi 02 Juillet 2008 P T
Haiti en Marche Vol XXII N' 23 T 111 JTIT S A I1

POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954 380 1616
P p ^-^^^-^^^^-^


PremihalIMt ortabItPo 1 s I ane I Mid1


Chaque matin, captez
M lodie Matin
sur 103.3FM


Page 13


BEL FOUCHET


Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408


VISION MORTGAGE BANK, INC


EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384


Depi nou bezwen kay

rele


Bernard Metayer
RKl"A1..Ti)K'


office.

fmz:
-fax:
emst;
woeb.,


77t,74,6 .i.
404.405.654
770t439f7857
beTrMnrd'mAl Iv-ra!tysroup-wmn
rtale -Reaitdyroup.colm


Equipemes p=r contention / PikeIs de voiture / Canmion I KE =, UL "


Par avbn o par bateau. 110 i, ,.,,,.I N... i.-r (. I


LETTRE OUVERTE AU SECRETAIRE GENERAL DE L'ORGANISATION

DES NATIONS UNIES (ONU), Son Excellence MONSIEUR BAN KI-moon


Monsieur le Secretaire general,
Nous sommes tout a fait conscients, compte
tenu de l'importance de votre fonction, du
poids de vos responsabilit6s envers le monde
entier et qu'il ne vous est pas toujours
possible de prendre en consideration, de
maniere prioritaire et au moment convenu,
tel ou tel problem particulier d'un pays
membre, d'autant plus que les evenements
se bousculent sur la scene mondiale a une
allure vertigineuse.
C'est la raison pour laquelle nous
nous permettons aujourd'hui de soumettre
a votre plus haute attention le cas de notre
pays, Haiti.
I1 est vrai que les soldats de la
MINUSTAH, sous l'ob6dience de 1'ONU,
ont deja realis6 beaucoup de progress par
rapport aux objectifs fixes en 2004, a savoir
le r6tablissement et le maintien de la paix
en Haiti, la professionnalisation de la police
nationale, l'amelioration du fonctionnement
du system judiciaire, un soutien tangible
aux autorit6s haitiennes en ce qui a trait au
maintien de l'ordre mais aussi et surtout une
response effective et efficace aux besoins
urgents de la population en matiere de
security collective et individuelle.
Nous nous souvenons aussi, avec
des sentiments de reconnaissance, de la
participation active des troupes de la
MINUHA, en 1995, a l'6ducation civique
et a l'amelioration des infrastructures dans
certaines zones recul6es de notre pays,
cedant lors a des << n6cessites
op6rationnelles>.
Cependant, malgre tous ces efforts
internationaux et nationaux, le cas d'Haiti
est bien loin d'etre resolu. Le peuple haitien,
comme vous le savez, vit dans l'angoisse et
la peur depuis quelque temps et dans un tel
cas on pourrait meme parler d'une psychose
collective. Le taux de criminality a augment
de facon exponentielle depuis le


declenchement, il y a d6ja 4 ans, de la
fameuse << operation Bagdad >. En d6pit de
la mise hors d'6tat de nuire de certains chefs
de gangs, le kidnapping ph6nomene tout
a fait nouveau en Haiti continue de suivre
son cours et s'est transformed, depuis en une
affaire lucrative dont trop de citoyens
haitiens en ont deja fait les frais. L'horreur
a atteint entre-temps un sommet inegale
depuis que ces laches assassins, non contents
de s'attaquer a des adultes innocents, s'en
prennent a nos enfants.
C'est ainsi qu'en mai 2008, parmi
les trente-six (36) personnes kidnappers
(d'apres les rapports officiels) se trouvaient
quinze (15) enfants mineurs. Trois (3)
d'entre ces jeunes personnes ont ete
froidement ex6cut6es apres avoir ete
torturees par des malfaiteurs sans scrupule,
ce que nous consid6rons comme une
violation flagrante des articles 19, 35 et 39
de la Convention internationale sur les droits
de l'enfant du 20 novembre 1989.
Conscients du devoir moral de
prot6ger l'enfance et de la place importante
de l'enfant dans une soci6et et son role
essentiel dans le devenir d'une nation, il y a
pour nous, parents et citoyens, de quoi
s'inqui6ter au plus haut point et de reclamer
haut et fort la fin de ces crimes odieux.
Comme vous le savez sans doute,
le 4 juin dernier, une grande partie de la
soci6et civile 6tait descendue dans les rues
pour manifester contre ce fl6au qui seme tant
de deuils dans les familles haitiennes. Nous
joignons notre cri d'alarme a la voix de nos
compatriotes revulses en vous priant avec
insistance Monsieur le Secretaire General de
faire tout votre possible pour rem6dier le
plus vite possible a une telle situation
catastrophique.
Mus par nos sentiments de peres
et de meres ainsi que par nos devoirs de
citoyens et citoyennes haitien(ne)s


conscient(e)s, nous pensons qu'en attendant
qu'Haiti parvienne a une autonomie a
matiere de s6curit6, il serait urgent de
renforcer le contingent policier de la
MINUSTAH et de lui permettre 6galement
d'elargir son champ d'action de facon telle
qu'elle puisse, avec l'aide de la PNH (vice-
versa) et avec le soutien actif de la
population locale, parvenir a maitriser enfin
et irr6versiblement ces criminels sans foi ni
loi, et ceci en conformity avec l'article 3 de
la declaration universelle des droits de
l'homme sur l'intangibilit6 de la vie et le
droit a la liberty et a la s6curite.
Tout en vous remerciant par
avance de toute l'attention que vous
voudriez bien porter a notre appel au secours
pour un peuple pris en otage par des
terroristes sans vergogne, veuillez croire,
Monsieur le Secr6taire General, en
l'expression de nos sentiments respectueux
Avec nos salutations patriotiques.
Dr.med. Guillaume R. Severe, cardiologue
Dr. Roger Belizaire, M.D., sp6cialiste en
Chirurgie cardiovasculaire
Monsieur Frantz Cartright, Master of
Engineering
Dr. Frantz Bouchereau M.D., sp6cialiste en
Chirurgie barriatique
Professeur Ernst Laraque, ing6nieur, ancien
Ministre des travaux publics
Monsieur Antony Damas, ing6nieur
Monsieur Edouard Adam, ing6nieur
Monsieur Edouard Josef Saint-L6, Sciences
6conomiques, produits pharmaceutiques
Monsieur Rudolph Dupuy, architecte et
peintre
Dr. Lesly Barthelemy, M6decine g6enrale et
Sante publique
Monsieur Jean-Edouard Colon, ing6nieur
electronique
Dr. Max Millien, Agronome, M6decine
veterinaire
Extrait de la convention


internationale sur les droits de l'enfant
Article 19 : 1.- Les Etats parties prennent
toutes les mesures legislatives,
administratives, sociales et 6ducatives
appropri6es pour prot6ger l'enfant contre
toutes formes de violence, d'atteinte ou de
brutalit6s physiques ou mentales, d'abandon
ou de negligence, de mauvais traitements ou
d'exploitation, y compris la violence
sexuelle, pendant qu'il est sous la garde de
ses parents ou de l'un d'eux, de son ou ses
repr6sentants legaux ou de toute autre
personne a qui il est confie.
2.- Ces mesures de protection comprendront,
selon qu'il conviendra, des procedures
efficaces pour 1'6tablissement de
programmes sociaux visant a fourir l'appui
necessaire a l'enfant et a ceux a qui il est
confi6, ainsi que pour d'autres formes de
prevention, et aux fins d'identification, de
rapport, de renvoi, d'enquete, de traitement
et de suivi pour les cas de mauvais
traitements de l'enfant d6crits ci-dessus, et
comprendre 6galement, selon qu'il
conviendra, des procedures d'intervention
judiciaire.
Article 35 : Les Etats parties prennent toutes
les mesures appropri6es sur les plans
national, bilateral et multilateral pour
empecher l'enlevement, la vente ou la traite
d'enfants a quelque fin que ce soit et sous
quelque forme que ce soit.
Article 39: Les Etats parties prennent toutes
les mesures appropri6es pour faciliter la
readaptation physique et psychologique et
la reinsertion sociale de tout enfant victime
de toute forme de negligence, d'exploitation
ou de s6vices, de torture ou de toute autre
forme de peines ou traitements cruels,
inhumains ou d6gradants, ou de conflit armed.
Cette r6adaptation et cette reinsertion se
deroulent dans des conditions qui favorisent
la sante, le respect de soi et la dignity de
l'enfant.


Le Look
Rue Planficaine #14
Piion-Viuk, Hard
Td 1257-8374
Chaox incmyable de monuta :
DItr1 Cfartf, 3r Mv n1 Vqu.M
ConMuadon cheque jout
pir UL m dediOCxulite.









LIBRE PENSEE


Mercredi 02 Juillet 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 23


<< Ceux de qui la conduite offre le plus a rire,
Sont toujours sur autrui les premiers a m6dire;
Ils ne manquentjamais de saisir promptement
L'apparente lueur du moindre attachement,
D'en semer la nouvelle avec beaucoup dejoie,
Et d'y donner le tour qu'ils veulent qu'on y croie.>>
Moliere Tartufe

Je croyais que les ONG faisaient r6ellement
bien leur travail de < Mendiants Institutionnels >
utilisant un marketing agressif qui tend a faire du
< Negre > un < assist permanent >, de l'handicap6 un
< provocateur de compassion > et des catastrophes
humanitaires leur < raison d'etre >. Le pire, vu le
discredit de nos dirigeants, les ONG sont en plus les
<< seuls et vrais interlocuteurs > auprbs des < Bailleurs
de Fonds >, Jeteurs d'argent > et < Provocateurs de
Perversions sociales >. Outre les ONGs, on observe
ces derniers temps, l'apparition d'une nouvelle classe
de < mendiants institutionnels >, au nom de pays tiers.
La Banque Mondiale, le Fonds Mon6taire, la Banque
Interamericaine, la FAO, les Nations Unies, sont leurs
diff6rents < Points de Focalisation >. On les retrouve
aussi lors des < Sommets >, a Madrid, a New-York, a
Bruxelles, a Washington. Les < Autorit6s
Dominicaines > semblent vouloir faire partie de ce lot.
Cependant, je pensais que ce n'6tait que le Chancelier
Dominicain, le < Grand Ami d'Haiti > (avec de pareils
amis, le mot ennemi perd tout son sens) celui qui
s'occupait de chercher des < Fonds pour Haiti > afin
de les << drainer > vers la R6publique Dominicaine.
Non. Il y a maintenant < Lyonel >, El Presidente >,
qui joue aussi le jeu, de < demander de l'aide > pour
Haiti. J'imagine que des raisons certainement
importantes les pousse a le faire. D'apres M. Rahdames
Batista, President du Conseil d'Administration des
frontibres, la R6publique Dominicaine doit le faire car
les Haitiens envahissent leur territoire, leur economie,
et accaparent les emplois en d6placant la main-d'ceuvre
dominicaine. Trop d'Haitiens chez eux.
Des Parlementaires haitiens se sont opposes
a ces demonstrations < haitianophiles > de la part du
dirigeant dominicain. Enfin, j'imagine mal que la
R6publique Dominicaine, avec des millions de
Dominicains 6parpill6s a travers le monde, d6placant
la main-d'ceuvre dans d'autres pays, puisse r6agir de
cette facon face a la migration haitienne. Quelle
horreur Bon, essayons quand meme de tirer profit
de la situation en cr6ant une << Commission Paritaire


Tartuferie

Haitiano-Dominicaine pour la Promotion de la
Mendicit6 Institutionnelle > auprbs des << Pays Amis >
d'Haiti et de la R6publique Dominicaine.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, je ne voulais pas parler de la << Mendicit6
Institutionnelle > sinon de << Perversion morale >, je
voulais parler de ces << Faux Prophetes >, de ces << Faux
Patriotes >, de ces < Malandrins 6motionnels>>,
<< Pharisiens >, qui manifestent en public leur foi en
un seul DIEU, dans l'orthodoxie de l'Eglise Catholique
et qui, en cachette, s'occupent de leur << ogatwa >. La
victime, cette fois, une << femme >. Actuellement en
Haiti, 6tre << Pressenti >> c'est s'exposer a tout type de
critiques, professionnelles, personnelles, ou autres. Je
viens de d6couvrir, en plus, que la soci6t6 haitienne
est fortement homophobe (dans le cas de femmes).
Les rumeurs faisaient comprendre que le monde entier
6tait au courant qu'en Haiti, << l'amoralit >> avait atteint
le seuil de la d6bacle. Meme des dirigeants strangers
ont fait part de leur preoccupation, dit-on. La France ?
Les Etats-Unis ? L'Espagne ?
Je n'ai pas besoin de faire un grand effort pour
citer des noms, d'anciens Ministres, de Personnalit6s
de la politique, < (de l'Eglise
Catholique, de l'Eglise Anglicane ou autre), dans ces
dits pays, << sortir de l'armoire > ces derniers temps,
ayant refoulk leur < homosexualit 6 durant des annees.
Pour l'Espagne, il a son lot. Cependant, la < laicit6 de
l'Etat espagnol > aidant, personne n'ose critiquer le
< comportement sexuel > des dirigeants. Sauf s'il y a
atteinte ala < morale collective >. La, les << Lois > sont
l1 pour gi. Et, ils vont en prison. Quels qu'ils soient.
Ils le savent. Pour les Etats-Unis, malgr6 la
< Providence >, ils ont eux aussi leur lot. Cependant,
la morale publique est aussi sauve. Malgr6 les mariages
entres 616ments du meme sexe.
A mon Age, trop vieux et ayant bien vecu ma
< sexualit 6 ,je n'ai aucune envie d'explorer d'autres
< univers sexuels > que ceux que j'ai connus.
Cependant, je crois que les < Tartufes >, les < D6vots >, les < Manipulateurs > ont suffisamment fait
de mal au pays et, leur laisser lavoie libre pour ajouter
une nouvelle victime a leur liste ce serait trahir mon
< m6tier d'homme surtout si le pr6texte utilis6 est


^ ~AJANS LOJMAN PIBLIK
MIAMI-DADE

AVI PIBLIK


Aplikasyon Lis Datant sou

Entenet Pou Lojman Piblik

ak Seksyon 8


www. miamidade. gov/housing
Rele 786-331-5344


Ajans Lojman Piblik Miami-Dade
(MDHA) ap pran aplikasyon sou entenet
poufanmiakendividitimwayenekonomik
yo ki ta renmen met non yo sou lis datant
sistem lotri a pou kay ki baze sou pwoje
yo (Lojman Piblik, Reyabilitasyon Modere
ak Nouvo Kontriksyon Seksyon 8) ak
kay ki baze sou lokate yo (Lojman Chwa
Koupon Seksyon 8) an jiye 2008.
APLIKASYON SA-A FASIL POU
RANPLI LAP PRAN APEPRE TWA A
SENKMINITPOU FIN RANPLI. MEZALO,
SI NESESE, PIBLIK LA KA CHECHE
JWENN ED NAN SETEN LOKAL BYEN
DETEMINE DE 7 a 31 JIYE.
Tout aplikasyon ki resevwa nan pery6d
sa-a va konsidere k6m aplikasyon ki fet
menm I6. Li pa enp6tan si yo resevwa
yon aplikasyon nan premye jou a oswa
nan denye jou a.
Aplikasyon an, ki enkli estriksyon yo,
limit revni, kestyon ki poze pi souvan yo
osibyenke lokal yo pou jwenn asistans,
pral disponib an Angle, Panybl, ak Krey6l
sou sit wbb Ajans Lojman Piblik Miami-
Dade la: www.miamidade.gov/housing.


Chef fwaye a fet pou genyen yon
nimewo Sosyal Sekirite pou enskri sou
entenet; mbzalb, yo pap anpeche yon
aplikan fe aplikasyon poutet li pa gen yon
nimewo Sosyal Sekirite. Yap fe aranjman
pou yon 16t sesyon aplikasyon.
Yo pbmet selman yon aplikasyon
pa fanmi. Aplikan yo va resevwa yon
nimewo resi k6m konfimasyon ke yo
te soumet aplikasyon an sou entenet
la. Kidiplis, aplikan yo va resevwa yon
Iet ki fe yo konnen ki nimewo yo ye sou
nouvo lis datant 2008 la pa pita ke 30
septanm 2008.
Yon fwa lis datant 2008 la jwenn
setifikasyon, lis datant 2005 lan va
anile. Kidonk, nenpot aplikan 2005 ke
yo poko kontakte pou yon entevyou
pou etabli elijibilite oswa ki pat jwenn
kay nan pwogram chwa yo pral oblije
re-aplike ankb.
Si w bezwen ed pou ranpli aplikasyon
sa-a oswa ed pou yon moun enfim
oswa ki pa ka deplase, tanpri rele
786-331-5344; moun ki sbvi ak aparey
TDD/TTY yo dwe fe 7-1-1.


Konte Miami-Dade akAjans Lojman Piblik Miami-Dade pa fe diskriminasyon baze sou ras, seks,
koule, relijyon, eta sivil, afilyasyon familyal, orijin nasyonal, anset, enfimite, oryantasyon seksyel,
laj, oswa gwoses pou jwenn akse ak patisipasyon nan pwogram oswa aktivite lojman.


vue. A-t-on suffisamment fait de recherches sur la < vie
priv6e > des diff6rents < candidats hommes > ? Est-ce
a nouveau du machisme l'haitienne ? A-t-on peur que
maintenant une femme sache trouver la vraie formule
de transformation pour le pays ? A-t-on peur que cette
femme, < ayant v6cu librement sa sexualit >>, soit celle
qui < ferme les vannes de la corruption dans ce pays > ?
A-t-on peur qu'une << Femme > soit celle qui fasse
d'Haiti quelque chose d'autre a ce qu'elle est
aujourd'hui :une immense < D< charge Sauvage >, un
< Lot de Problemes irr6solubles > ? Et les
< adultbres >, et les < Haitiens Natif-Natal > qui croient
qu'6tre << Macho > c'est d'avoir un < enfant ill6gitime >
dans chaque quartier, ne pouvant ni ne voulant apres
assumer leur paterit6, auront-il le droit d' tre candidat
a la Primature sans que les < Autorit6s Morales >
n'aient a intervenir ? Et les < Incestueux >> ? Et les
<< Corrompus >> ? Btards !
Enfin, chores amies lectrices et chers amis
lecteurs, trop de choses a dire et trop peu d'espace
pour le dire, essayons d'6viter de faire de
1' << homophobie >> une arme politique car ce serait
montrerjusqu'h quel point nous sommes << born6s > et
<< malhonnetes > dans ce pays. Je ne pourrais terminer
sans citer ce poeme, attribu6 a Bertolt Brecht, et qui
est devenu le symbole de la lutte contre l'indiff6rence
et un chant a la tolerance :
<< Lorsque les nazis sont venus chercher les
communistes
Je n'ai rien dit
Je n'6tais pas communiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les sociaux-
d6mocrates
Je n'ai rien dit
Je n'6tais pas social-d6mocrate.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes
Je n'ai rien dit
Je n'6tais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les catholiques
Je n'ai rien dit
Je n'6tais pas catholique.
Lorsqu'ils sont venus
chercher les juifs
Je n'ai rien dit
Je n'6tais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester. >

A bon entendeur, SALUT!


celui de
< l'anormalit6
sexuelle > selon
leur point de


Oscar Germain
germanor2005 @yahoo.fr
Juin 2008


Un fils de ressortissant haitien,

Carl-Alex Ridore, devient

le premier prefet noir de Suisse
St6phane Berney le 22juin 2008, un grand sens de l'organisation pour tenir ses objectifs, et c'est ce qui
m'a toujours impressionn6 chez lui.>> Emu, Charles Ridore fetait hier la
victoire de son fils Carl-Alex dans la course a la prefecture de la Sarine a


Fribourg. Le socialiste a remport6 cette election face au d6mocrate-
chr6tien Hubert Dafflon, par 11 706 voix contre 7914, ce qui repr6sente
plus de 59,6% des suffrages.
A 36 ans, Carl-Alex Ridor6 entre doublement dans l'histoire.
D'abord dans la grande puisqu'il devient le premier pr6fet noir de Suisse.
En effet, ses parents sont arrives en Suisse depuis Haiti voici une
quarantaine d'ann6es. Il est done n6 en Suisse. C'est d'ailleurs le papa du
conseiller national d6mocrate-chr6tien Dominique de Buman, m6decin,
qui a aid6e le mettre au monde a l'H6pital cantonal de Fribourg. C'6tait
le troisibme b6b6 a naitre dans cette institution. Carl-Alex Ridore entre
aussi dans la petite histoire puisque, en tant que socialiste, il a pris la
dernibre prefecture du canton de Fribourg aux mains des d6mocrates-
chr6tiens (< du 28 avril).
Alors, qa fait quoi d'etre le Barack Obama de Suisse? toujours dit que la couleur de ma peau n'6tait pas un argument de
campagne, maisje suis conscient de la port6e symbolique de cette election.
Je veux avant tout 6tre le pr6fet de tout un district.>>
< et des pancartes!>>(RIDOR p. 15)
(RIDORE / p. 15)


Page 14


I ..... %A............ ... . ... .. ..N


MIAMI-' s
^SM ^ .1",:1.;:." '








Mercredi 02 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 23 [

Euro 2008
L'Euro 2008 a sacr6 l'Espagne en meme
temps que les 6quipes audacieuses et port6es vers
l'avant. Les Iberes ont contruit leur succds sur unjeu
de passes rapide et port vers l'avant. Comme la
Russie, r6v6lation du toumoi. Les 6quipes aux tactiques
frileuses 'ont pay6 cher.
Quatre ans. Quatre ans que l'on pensait que
pour remporter une grande competition internationale,
il fallait avant tout fermer la boutique. Encaisser un
but de moins que l'adversaire. Compter sur une defense
de fer. Le sacre de la Grece en 2004 et les principes de
frilosit6 offensive de son mentor Rehhagel allait faire
jurisprudence. L'Italie et la France tutoyaient le toit
du monde en 2006 grice a un bloc herm6tique, sans
faille et sans folie. L'Euro 2008 est venu briser ces
certitudes, renverser les dogmes d6fensifs par un
souffle nouveau, celui du jeu, du mouvement.
L'Espagne, nouvelle reine du Vieux Continent, en est
le parfait symbole.
Sa victoire est celle du mouvement. Son
triomphe, celui du collectif port par une philosophie
: celle de l'offensive. En 2004, la Grace n'avait
remport6 qu'une seule victoire enpoule avant de pi6ger
successivement tous ses adversaires jusqu'en finale
avec trois succes acquis sur la plus r6duite des marges
(1-0). En six rencontres, elle n'avait marqu6 qu'une
seule fois plus d'un but. En 2008, les deux finalistes
ont &t6 les deux meilleures attaques du tournoi, les
seules avec les Pays-Bas a atteindre le seuil des deux
buts par match. La presence en finale de l'Allemagne
et de l'Espagne n'est pas un hasard, la Roja poss6dant
depuis longtemps une culture d'attaque, et la
Nationalmannschaft ne faisant que perp6tuer le travail
entrepris jusqu'en 2006 par Jiirgen Klinsmann.
Football total contre sch6mas trop rigoureux
Au-dela des considerations statistiques, c'est
la demonstration de football collectif et 16ch6 des
Ib6riques qui a s6duit. Contrairement a la Grece en
2004 ou 1'Italie en 2006, ce n'est pas physiquement
que 1'Espagne a domind le tournoi. Le couronnement
de Casillas et de ses co6quipiers s'est construit sur leur
maitrise technique. Notamment celle de leurs petits
milieux de terrain: Xavi, Iniesta, Fabregas, Silva. Des
poids plumes a la technique irr6prochable, elev6s pour
trois d'entre eux a la pouponniire du Barca. Bien sfr,
il a fallu muscler cet entrejeu et Marco Senna, sorte de
Makelele 6poque Real Madrid, d6tient une part
importante du succes ib6rique. Mais c'est avant tout


SPUKIR I Page 15

- L'Espagne, la victoire par le jeu
sur son jeu de passes courtes et vers l'avant que la d6fensives h6rit6es du mandat d'Aim6 Jacquet (1994-
sdlection de Luis Aragones a construit son succes. 1998). L'l6imination piteuse au premier tour avec un
Et l'Espagne n'est pas la seule selection a seul but inscrit n'ont fait que rdv6ler les failles et les
avoir biti ses belles performances sur son audace limites de son systeme. Quant a Roberto Donadoni, il
offensive. R6velation de cet Euro, la Russie et son a tres vite mis de c6t6 ses vell6it6s offensives pour
football total. Onze artistes mends par un chef revenir a une organisation defensive stricteet a un seul
d'orchestre, Andrei Arshavin. Technique l1ch6e, jeu attaquant (Luca Toni, 0 but en 4 matches a l'Euro),
de passes redoutable, les hommes de Guus Hiddink une formule qui fait depuis longtemps le succes du
ont r6gal6 les observateurs. Atteignant les demi-finales football italien mais qui ne suffit plus pour gagner. En
pour la premiere fois de la courte histoire 2008, c'est l'audace qui a pay6.
footballistique de la Russie. Au premier tour, les Pays-


Bas ont survold
les d6bats
emmends par
1 e u r s
techniciens de
genie: Sneidjer,
Robben, van
Persie. Laissant
certains
courants d'air
dans l'arriere-
garde. Mais cet
Euro a confirm
que le salut
pouvait venir du
jeu. Italiens et
Franqais l'ont
constat6 a leurs
d6pens en phase
de poule.
Eriamts
dans des
sch6mas frileux
offensivement et
sans audace, les
deux derniers
finalistes de la
Coupe du
monde ont chut6
de tres haut.
Raymond
Domenech n'a
pas vu venir le
changement et
s'est arc-bout6
dans des valeurs


Carl-Alex Ridore...
(... suite de la page 14)
Florence, 1'6pouse de Carl-Alex Ridord
N'empeche, ne craint-il pas d'etre r6cup6rd par des associations
militantes a cause de son nouveau statut? < discussion etje continuerai a l'6tre. Maisje n'ai pas l'intention de devenir
le porte-drapeau de qui que ce soit.>> La nouvelle fonction de celui qui est
marine Florence depuis 2007 lui laissera-t-elle le temps de fonder une
famille? < serais pas lanc6 sije n'6tais pas stir d'avoir leur soutien.>>
Et pour lui montrer leurjoie, ils 6taient tous la, hier a midi dans
le bitiment de la Vannerie, loud pour l'occasion, en Basse-Ville de Fribourg.
<>, confiait Marie-Carmel, sa soeur. Quant a
Florence, son spouse, elle reconnaissait que la campagne avait demand
du travail: < et des pancartes!>>
Machine a pr6fetsPour l'anecdote, Carl-Alex Ridord travaille dans
une 6tude d'avocats bulloise d'oiu est d6ji sorti un pr6fet: Maurice Ropraz,
l'actuel pr6fet radical de la Gruyere. Pierre Mauron,
president des socialistes gru6riens, estjustement l'un
des deux avocats associds de cette 6tude. II a particip6
a la formation de Carl-Alex Ridord. Alors comme ca,
vous travaillez dans une 6tude qui est une machine a
fabriquer des pr6fets fribourgeois? d'avoir pu former un avocat qui devient prefet. Mais
n'allons pas trop vite, une prefecture apres l'autre.>>
Carl-Alex Ridor6 remplacera ainsi le tris charismatique
pr6fet d&mocrate-chr6tien Nicolas Deiss au ler Roi
septembre prochain. E
CARL-ALEX RIDOREN6 le 14 mars 1972 COMA
a Fribourg, il a 6pous6 Florence en 2007. De parents
haitiens, il est d6put6 socialiste au Grand Conseil
fribourgeois, president du Parti socialiste de la Sarine
et du LUgislatif de Villars-sur-Gline (FR). I1 est avocat (
a Bulle (FR) et m6diateur ind6pendant. 6
Hubert Dafflon: <<~a montre que le canton de
Fribourg est ouvert>> Hubert Dafflon, vous 6tes le
candidat malheureux de cette election. Que pensez-
vous de la victoire de Carl-Alex Ridord?Je l'ai f6licit6.
Ca montre que le canton de Fribourg cultive un esprit
d'ouverture, et je m'en r6jouis. II a b6ndficid d'une
alliance de gauche. II aurait fallu queje puisse compter
sur le soutien d'une alliance de droite, mais qa n'a pas
6td le cas.Votre spouse est souffrante, quelles sont les
nouvelles?Oui, elle vit des moments difficiles a 71
l'h6pital actuellement. Durant la campagne, c'6tait dur
a vivre, maisje ne voulais pas en parler pour preserver
ma sphere priv6e. Si vous me voyez aussi d6tendu i
aujourd'hui, c'est que cette non-election est une charge 2jrr
en moins pour moi.
C'est entour6 de ses parents, Line et Charles, ml
de sa soeur, Marie-Carmel, et de son spouse, Florence, IE
que Carl-Alex Ridord a fetd son election a la prefecture '
de la Samine. &


Yon Nouvo Fason pou Vote


Yo pral chanje fason w vote. Nan pwochen

eleksyon 26 dawout kap fet nan tout konte-a,
Konte Miami-Dade ap enplante yon nouvo sistem

vot sou papye egzije pa Eta-a.


Vote yo va ranpli oval chwa yo an sou yon

bilten vot an papye, epi yo va antre chak

paj bilten vot la direkteman andedan yon

aparey vot eskane optik fasil pou itlilize.


Cheche konnen plis. Vizite miamidade.gov

pou gade yon videyo demonstrasyon sou

kouman pou sevi ak nouvo aparey vot yo.


8772 NrE4 2 AVnniU raLnU~0
TI: 305 757 4915

ADKKJ VARIETY STORE
4E MAGAStIN POUR TOUTES L $S OASIONS,
fm dir paremwmr paor Bell Swarah, FPL, GAZ, CABLI T,

pil tldwph#tffidge chez Wvain..


imaine:


h30am pn
m.Opm
I n11 c


U- I'rFv1ip'A. RaIi l14.: Ai1 1 p .
* d.t* lIEA ift.A. Amal t i. .









LA CRISE EST MONDIALE


Mercredi 02 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vol XIIT N 23


(FAMINE ... suite de la page 8)
contrat a terme, les fonds indiciels, etc.)
Des transactions sp6culatives sur
le blW, le riz ou le mais, peuvent se
produire sans qu'il y ait de transactions
rdelles de ces produits.
Les institutions qui actuellement
sp6culent sur le march des c6rdales ne
sont pas n6cessairement impliqudes dans
la vente ou la livraison des grains. Les
transactions peuvent se faire par fonds
indiciels qui permettent de parier sur la
hausse ou la baisse en g6ndral de la
variation des prix des marchandises.
Une < option de vente > est un
pari que les prix vont baisser, une <
option d'achat >> est un pari que les prix
vont augmenter. Grice a la manipulation
concertde, les op6rateurs institutionnels
et les institutions financibres font
augmenter les prix, et alors ils placent
leurs paris sur la hausse du prix d'un
produit en particulier. La speculation
g6nbre la volatility du march. A son
tour, l'instabilit6 qui en r6sulte
encourage la poursuite de l'activit6
speculative.
Les b6ndfices sont r6alis6s
lorsque le prix monte. En revanche, si
le sp6culateur est un short-selling (1),
le b6ndfice sera realise lorsque le prix
diminuera.
Cette r6cente flambe speculative
des prix des denrdes alimentaires a
engendrd un processus mondial de
creation de la famine a une 6chelle sans
pr6c6dent.
Ces operations sp6culatives ne
devraient pas pouvoir engendrer
d6lib&r6ment la famine. Ce qui cause la
famine est l'absence de procedures
r6glementaires relatives au commerce
sp6culatif (les options, les options sur
contrat a terme, les fonds indiciels).
Dans le contexte actuel, un gel des
transactions sp6culatives sur les produits
alimentaires de base, d6cr&t6 par
decision politique, contribuerait
imm6diatement a faire baisser les prix
des produits alimentaires.
Rien n'empeche que ces
operations soient neutralisdes et
d6samorc6es par un ensemble
soigneusement l6abord de mesures
r6glementaires.
Visiblement, ce n'est pas ce qui
est propose par la Banque mondiale et
le Fonds mon6taire international (FMI).

Le r6le du FMI et de la Banque
mondiale
La Banque mondiale et le FMI
ont pr6sentW un plan d'urgence, afin
d'accroitre agriculture en r6ponse a la
< crise alimentaire. > Cependant, les
causes de cette crise ne sont pas prises
en compte.
Robert B. Zoellick, le president
de la Banque mondiale d6crit cette
initiative comme un new deal, > un plan
d'action < pour un accroissement a long
terme de la production agricole, > qui
consiste entre autres a doubler les prets
agricoles pour les agriculteurs africains.
< Nous devons mettre de la
nourriture dans des bouches qui ont
faim. C'est aussi abrupt que cela. >
(Robert Zoellick, president de la Banque
mondiale, citee parLe Figaro, le 14 avril
2008)
La < mddecine dconomique > du
FMI et de la Banque mondiale n'est pas
la < solution, > elle est plut6t en grande
partie la < cause > de la famine dans les
pays en d6veloppement. Plus le FMI et
la Banque mondiale pretent < pour
accroitre agriculture > et plus ils
augmenteront les niveaux d'endet-
tement.
La < politique de prets > de la
Banque mondiale consiste a accorder
des prets a la condition que les pays se
conforment a l'agenda politique
ndolib6rale qui, depuis le d6but des
anndes 1980, a &t6 propice a
l'effondrement de agriculture
alimentaire locale.
La < stabilisation macro-
6conomique > et les programmes


La famine mondiale


d'ajustement structurel imposes par le
FMI et la Banque mondiale aux pays en
d6veloppement (comme condition de
renegociation de leur dette ext6rieure)
ont conduit a l'appauvrissement de
centaines de millions de personnes.
Les dures r6alit6s 6conomique et
sociale derrieres les interventions du
FMI sont les causes a l'augmentation
d6mesur6e des prix des produits
alimentaires, des famine au niveau local,
des licenciements massifs de travailleurs
urbains et de fonctionnaires et de la
destruction des programmes sociaux. Le
pouvoir d'achat interne s'est effondrd,
les cliniques de sant6 contre la famine
et les 6coles ont &t6 fermees, des
centaines de millions d'enfants ont &td
priv6s du droit a l'enseignement
primaire.

La dereglementation des
marches cer6aliers
Depuis les anndes 1980, les
marches c6rdaliers ont t& d6reglement6s
sous la supervision de la Banque
mondiale et des surplus c6rdaliers des
Etats-Unis et de l'Union europ6enne ont
syst6matiquement 6te utilis6s pour
d6truire la paysannerie et pour
d6stabiliser agriculture alimentaire
nationale. A cet 6gard, les pr6ts de la
Banque mondiale exigent la lev6e des
barribres commerciales sur les
importations de produits agricoles de
base, conduisant au dumping des surplus
c6rdaliers des Etats-Unis et de l'Union
europ6enne sur le march local. Ces
mesures et d'autres ont mend les
producteurs agricoles locaux a la faillite.
Un < march c6rdalier libre, >
impose par le FMI et la Banque
mondiale, d6truit l'6conomie paysanne
et affaibli la < s6curit6 alimentaire. > Le
Malawi et le Zimbabwe 6taient
auparavant des pays prospbres en
exc6dent c6rdalier, le Rwanda etait
pratiquement autosuffisant en matibre
alimentairejusqu'a 1990, date a laquelle
le FMI a ordonn6 le dumping des
exc6dents c6rdaliers de l'Union
europ6enne et des Etats-Unis sur le
march int6rieur, pr6cipitant ainsi les
petits agriculteurs en faillite. En 1991-
1992, la famine a frapp6 le Kenya, un
pays qui connaissait un succes pour ses
surplus c6rdaliers. Le gouvernement de
Nairobi avait pr6c6demment &t6 mis sur
une liste noire pour ne pas avoir ob6i a
des recommandations du FMI. La
d6rdglementation du march des
c6rdales a &t6 exig6e comme une des
conditions pour le r66chelonnement de
la dette ext6rieure de Nairobi avec les
cr6anciers officiels du Club de Paris.
(Livre de Michel Chossudovsky,
Mondialisation de la pauvrete et le
nouvel ordre mondial)
Dans toute l'Afrique, ainsi qu'en
Asie du Sud-est et en Amdrique latine,
le module des < ajustement structurel >
dans agriculture sous la tutelle des
institutions de Bretton Woods a servi de
manibre sans 6quivoque a la disparition
de la security alimentaire. La
d6pendance vis-a-vis du march mondial
a 6td renforc6e entrainant une
augmentation des importations de
c6rdales commerciales, ainsi qu'une
augmentation de l'afflux < d'aide
alimentaire. >
Les producteurs agricoles ont ete
encourages a abandonner l'agriculture
alimentaire et a se convertir dans des
cultures de < haute valeur >> des fins
d'exportation, souvent au detriment de
l'autosuffisance alimentaire. Les
produits de grande valeur ainsi que les
cultures a des fins d'exportation ont &te
soutenus par des prets de la Banque
mondiale.
Les famines a l'ere de la
mondialisation sont le r6sultat de
politique. La famine n'est pas la
consequence d'un manque de nourriture,
c'est enfait tout le contraire: les surplus
alimentaires mondiaux sont utilis6s pour
d6stabiliser la production agricole dans
les pays en d6veloppement.


Strictement r6glement6e et
contrl6ke par l'industrie agroalimentaire
internationale, cette offre exc6dentaire
est finalement propice a la stagnation de
la production et de la consommation des
produits alimentaires de base essentiels
et a l'appauvrissement des agriculteurs
dans le monde. En outre, en cette 6poque
de mondialisation, les programmes
d'ajustement structurel du FMI et de la
Banque mondiale ont un lien direct sur
le processus de d6veloppement de la
famine, car ils affaiblissent
syst6matiquement toutes les categories
d'activit6s 6conomiques urbaines ou
rurales, qui ne servent pas directement
les interets du march mondial.
Les revenus des agriculteurs dans
les pays riches et dans les pays pauvres
sont r6duits par une poignde
d'industriels du secteur de
l'agroalimentaire mondial qui en meme
temps contr6lent les marches des
c6rdales, les intrants agricoles, les
semences et la transformation des
aliments. La g6ante soci6td Cargill Inc
avec plus de 140 filiales et soci6t6s
affilides a travers le monde contr6le une
part importante du commerce
international des c6rdales. Depuis les
anndes 1950, Cargill est devenue le
principal contractant pour < l'aide
alimentaire > des Etats-Unis finance par
la Loi Publique 480 (1954).
L'agriculture mondiale a pour la
premiere fois de l'histoire, la capacity
de satisfaire les besoins alimentaires de
toute la planete, mais la nature meme du
march mondial de ce system ne permet
pas que qa se r6alise. La capacity de
produire de la nourriture est immense
mais les niveaux de consommation
alimentaire reste extr6mement faibles,
car une grande partie de la population
mondiale vit dans des conditions
d'extreme pauvrete et de privation. En
outre, le processus de o modernisation
> de agriculture a conduit a la
d6possession des paysans et a
l'augmentation du niveau de degradation
des terres et de l'environnement.
Autrement dit, les forces memes qui
encouragent la production alimentaire
mondiale a se d6velopper favorisent
6galement une diminution du niveau de
vie et une baisse de la demande de
nourriture.

Le traitement choc du FMI
Historiquement, les escalades de
prix des produits alimentaires au niveau
du commerce en detail ont 6td
d6clench6es par la devaluation des
monnaies, qui ont toujours &te le r6sultat
invariable d'une situation hyper
inflationniste. Par exemple, enaofit 1990
au P6rou, sur les ordres du FMI, dujour
au lendemain le prix du carburant a &t6
multiplied par 30 et le prix du pain a ete
multiplied par 12 :
< Partout dans le tiers-monde, la
situation est celle du d6sespoir social et
de la desolation d'une population
appauvrie par l'interaction des forces du
march. Les 6meutes contre les
programmes d'ajustement structurel et
les soulevements populaires sont
sauvagement r6primdes: A Caracas, en
1989, le president Carlos Andres Perez
qui apres avoir d6nonc6 avec eloquence
le FMI d'exercer < un totalitarisme
6conomique qui ne tue pas par des balles
mais par la famine, > a d6clard un 6tat
d'urgence et a r6gulibrement envoy des
units d'infanterie et des commandos de
la marine dans les quartiers pauvres
(barrios de ranchos) sur les collines
surplombant la capitale. Les 6meutes
anti-FMI de Caracas ont &td d6clench6es
a la suite d'une augmentation de 200 %
du prix du pain. Hommes, femmes et
enfants ont essuyd des tirs sans
discernement: << I a et6 rapport que la
morgue de Caracas comptaitjusqu'a 200
cadavres de personnes tudes dans les
trois premiers jours ... et elle a avis6
qu'elle 6tait a court de cercueils. >
Officieusement plus d'un millier de
personnes ont &t6 tudes. Tunis, enjanvier


1984: les 6meutes du pain instigudes en
grande partie par de jeunes ch6meurs
pour protester contre la hausse des prix
alimentaires. Au Nigeria en 1989: les
6meutes des 6tudiants contre les
programmes d'ajustement structurel ont
entraind la fermeture de six universities
du pays par les Forces armies. Au
Maroc, en 1990: une grbve g6ndrale et
un soulkvement populaire contre les
r6formes du gouvernement parraindes
par le FMI. > (Michel Chossudovsky, op
cit.)

Les semences g6entiquement
modifiees
Coincidant avec la creation de
l'Organisation mondiale du commerce
(OMC) en 1995, un autre important
changement historique a eu lieu dans la
structure de l'agriculture mondiale.
Dans le cadre du contrat de
l'Organisation mondiale du commerce
(OMC)), les giants de l'agroalimentaire
ont une entire liberty d'entrer dans les
marches c6rdaliers des pays en
d6veloppement. L'acquisition de < droits
de propri&te intellectuelle > exclusifs sur
les vari6t6s v6g6tales par des int6rets
agroindustriels favorise aussi la
destruction de la biodiversity.
Agissant au nom d'une poignee
de conglom6rats de biotechnologie, des
semences OGM ont &t6 imposes aux
agriculteurs, souvent dans le cadre de <
programmes d'aide alimentaire. > Par
exemple, en Ethiopie des trousses de
semences OGM ont &t6 remis aux
agriculteurs pauvres afin de r6tablir la
production agricole a la suite d'une
grande s6cheresse. Les semences OGM
ont 6te plantdes, ce qui donne une
rdcolte. Mais apres, les agriculteurs ont
r6alis6 que les semences OGM ne
pourraient pas itre replant6es sans payer
de redevances a Monsanto, Arch Daniel
Midland et al. Ensuite, les agriculteurs
ont d6couvert que les graines ne
pousseraient que s'ils utilisaient les
intrants agricoles soit, les engrais, les
insecticides et les herbicides qui sont
produits et distribuds par les entreprises
agroalimentaires de biotechnologie.
Toute l'6conomie paysanne est
dor6navant enferm6e entre les mains des
conglom6rats de l'agro-industrie.
Avec l'adoption g6ndralis6e de
semences OGM, une transition majeure
a eu lieu dans la structure et dans
l'histoire de l'agriculture depuis sa
creation il y a 10,000 ans.
La reproduction de semences au
niveau des villages et chez les
producteurs de semences a &te perturb6e
par l'utilisation de semences
g6n6tiquement modifies. Le cycle
agricole, qui permet aux agriculteurs de
stocker leurs semences biologiques et de
les semer pour en tirer la prochaine
r6colte a 6te brise. Ce concept
destructeur, produisant invariablement
la famine, est reproduit partout, pays
aprbs pays, conduisant a la disparition
de l'6conomie paysanne mondiale.
Michel Chossudovsky est
l'auteur du best-seller international
"Mondialisation de la pauvrete et le
nouvel ordre mondial," qui a 6td public
en 11 langues. Il est professeur
d' conomie 1l'Universit6 d'Ottawa,
Canada, et directeur du Centre de
recherche sur la mondialisation Global
Research. Il collabore 6galement a
l'Encyclopaedia Britannica. Son dernier
ouvrage est intitul6 "America's War on
terrorism", Global Research, 2005. II
est l'auteur de Guerre et mondialisation,
La v6rit6 derribre le 11 septembre.

Traduit par Dany Quirion pour
Alter Info
NDT : (1) Short-selling est une
technique qui consiste a vendre a
d6couvert ou a credit. C'est-a-dire
qu'une personne vend des actions
qu'elle n'a pas a un investisseur. Cette
strategic permet d'anticiper sur un
retournement du march qui permettra
alors d'acheter les actions au client qui
voudra les revendre a un prix inferieur.

Dimanche 04 Mai 2008


Page 16









Mercredi 02 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII N 23


I DEVELOPPEMENT AGRICOLE


Remettre les paysans au coeur des politiques


agricoles et de recherche-developpement

Par La Tribune 05 mai permis de gagner le pari de l'autosuffisance accentuer les pressions environ-nementales sur les
alimentaire, nous sommes aujourd'hui confronts a des 6cosystemes. II faudra done accomplir la revolution
II faudra produire plus, beaucoup plus, sans prix erratiques et aleurcohorte de conjonctures parfois de l'agriculture durable!
pour autant accentuer les pressions environnementales favorables, parfois difficiles. La situation actuelle, en Cette revolution suppose tout d'abord de relever
sur les 6cosystemes. II faudra done accomplir la France et en Europe, des l6eveurs de porcs, confronts le d6fide la recherche et del'innovation agronomique
revolution de l'agriculture durable, plaide Luc Guyau, a une stagnation du prix du pore et une explosion du qui repondrait aux attentes de la soci6t6 en matiere de
president des chambres d'agriculture. cofit de l'alimentation du b6tail, est en cela significa- quality et de traqabilit6 des produits, et qui capitaliserait
Depuis quelques mois, 1'dvolution des prix tive. sur les savoir-faire et l'exp6rience au quotidien des
mondiaux des denrdes agricoles est devenue le sujet Ce bref rappel des faits souligne que agriculteurs du Nord et du Sud. Cette revolution sup-
d'actualit6 incontournable. Les 6meutes, provoqudes l'agriculture est une activity qui, pour dconomique et pose 6galement une large diffusion des innovations et
par la hausse du cofit de l'alimentation dans les grandes centrale qu'elle soit, ne "s'ajuste" pas d'un claquement un accompagnement au plus prbs des agriculteurs sur
villes d'Haiti, des pays subsahariens, d'Asie et de de doigts. Pour pouvoir investir et produire, nous, le terrain.
M6diterran6e, sont largement comment6es. agriculteurs du Nord et du Sud, avons besoin d'une A cet 6gard, les chambres d'agriculture, qui
Les institutions internationales sonnent l'alarme visibility des prix sur le long terme. Dans un contexte repr6sentent l'agriculture francaise dans sa diversity
etpr6nentune rdorientationde leurs politiques au profit de globalisation des 6pizooties et de changement avec 4.300 lus, ont une responsabilit6 majeure. Elles
de l'agriculture. Le d6bat fait rage sur les causes, les climatique lourd de consequences, ces besoins formulent des recommandations sur les politiques
responsabilit6s et les rembdes. Economistes, d'anticipation et de stability renvoient a l'imp6rieuse agricoles europ6ennes, mondiales et locales. Elles
responsables politiques, ONG, tous avancent leurs ex- n6cessit6 de politiques agricoles et alimentaires fortes, jouent un r6le de mediation essentiel entre les diff6rents
plications et leurs solutions, souvent pertinentes. au Nord, mais plus encore au Sud. acteurs locaux.
Pourtant, les acteurs principaux sont Ces politiques doivent autoriser et encourager Leurs techniciens formentouconseillent chaque
6trangement inaudibles dans ce d6bat. En tant que l'organisation des producteurs, garantir la regulation annee plus d'un agriculteur sur deux sur la gestion de
president des Chambres d'agriculture, il me parait et la stabilisation des marches et comporter des leur exploitation, la prise en compte de
aujourd'hui primordial de faire entendre le point de mdcanismes d'assurance et de gestion des risques l'environnement, la mise en place de filibres de quality,
vue des agriculteurs. Les agriculteurs des pays du Sud climatiques et sanitaires. C'est a ces conditions fers de lance de la dynamique des territoires. Au Nord
ont &t6 limits dans leurs capacit6s de production et seulement que les agriculteurs pourront relever le d6fi comme au Sud, la prise en main de leur d6veloppement
d'organisation par des politiques d'ajustement et de de la s6curit6 alimentaire, pour eux-memes et pour par les agriculteurs eux-memes est essentielle au succes
lib6ralisation des marches pr6ndes par les grandes in- l'ensemble de la population. d'une demarche de modernisation ambitieuse et
stitutions internationales. Au-dela, compte tenu de l'dvolution adapt6e a la r6alit6 des situations de terrain.
Quant a nous, agriculteurs des pays riches, alors d6mographique, pour nourrir la population Ne nous y trompons pas: la revolution des agri-
que les organisations de march, mises en place au d'aujourd'hui, et plus encore celle de demain, il faudra cultures durables passera par des organisations de
sortir de la seconde guerre mondiale, nous avaient produire plus, beaucoup plus, sans pour autant producteurs fortes ou ne passera pas!




RKpublkains noirs pour ()bama


- a -


-1 =S -


-e e -
*, o -


Sw --a a -


0 *


nd 9- 0 0 % o


- 0 W.mm


S-OW --l- 0 qh


0 - o -q ,


____ -I 0r


a. a- 0 a- a
-rr S -

-~~ _-


-2- - .- -


L b - p


q -


"Copyrighted Material


. -Syndicated Content r


Available from Commercial News Providers"


- - a k-


aNum m ma .


- M-


--- -


-


- -~


- -) S


- O


- --- -r


*~ -. -- 0
-p -Il 0 ~ l l
) C ~ dm-


d- o O- -4


- - o w o b

a a -- -..


* -r a 0


- 0


- .0 -


(, dn~v he


- -. - -q- ft
"w w- w. 4


a- -


,NW- a- d.




As- 0 0- -



0 l- 0O-
- 00- .
S-~ f4b
-- Ir r

r- ,~r 0 C
- r 0 -, ~
I, .- -C



a -- -b


4 1 -


*r .L -l -1 .)
-damp 0 am, eqw mu


.- CI- -- -
*r -~ -r -L r
- b-


Page 17


-r .


- -~ r
- S 1 III *


0 -


- -r


- C- 0


0- 0


40.- ft -


.-.-04w


The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner
Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home
in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may
qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace
windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures.


For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the Opa-
Locka Community Development Corporation at (305) 687- 3545 extension 236 or you
may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054.


...... ............ ... . ... .. .. I IN JI


I


I gm


4110- .0m4mb 4


r)


ow 4M


-S


0 -


~ r) Ir ~r


Ir- - IC-


lilLI


Q








LES JEUX


Mercredi 02 Juillet 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 23


Solutions de la semaine pass6e


Allez de ARCADE a AMIGNE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


RF P
WEB
Y O G
T E C
SPS
XUM
GYW


Trouvez les 22 joueurs de la premiere mitan de
la finale de I'Euro 2008 dans le carr6 ci-dessous


Solutions de la
semaine passe:
VAN TEE
VAN NE E
CANNES


CORDES
VcI0NINIEIS
CI0IRINIEIS
c"^'T'5'IT
c I I I I I


InRiFmticirr hoIr'iuv* AnwAii&v Hunmar,.
Arulm*tm
L'BdwCridldtNar. us
LAcJinquekLinradrE avfH )Domue Ba raville
LecikpAri Uahc.: Mar Burem i
parrequadr dispeal


ceJa AW Pat ew 7&ALle /


En Bref...


(... suite de la page 2)


Interrog6 sur les raisons qui l'ont pouss6e presenter sa d6mission avant le vote de la
resolution du s6nat, Rudolph Boulos affirme qu'il s'agissait d'un stratageme. "Le mot
admission 6tait une strategic de retrait", dit-il, faisant remarquer que la lettre qu'il avait
envoy le lendemain prouve le contraire. Il soutient avoir fui le pays parce qu'il craignait des
attaques contre sa personne par un secteur qu'il n'a pas voulu identifier.
I1 soutient que la d6mission 6tait un calcul qui lui a permis de se mettre a couvert.
Les responsables de la Fusion des Sociaux-d6mocrates saluent 6galement la decision du
tribunal de Fort Libert6 en faveur du s6nateur Rudolph Boulos.
Le president de la Fusion, Victor Benoit, souhaite le retour de M. Boulos au senat dans les
meilleurs delais.
Intensification des operations policieres, 3 chefs de gangs appr6hend6s
Trois importants chefs de gang ont ete apprehendes ces derniers jours selon le porte parole de
la Police, Frantz Lerebours, confirmant ainsi une offensive des forces de l'ordre contre les
reseaux de kidnappeurs. Jean Muller Elie alias Ti Elie", Pierre Gascove alias "Bobo" et Hans
Germain alias Ti frb", ont ete apprehends au cours d'op6rations supervises par la direction
centrale de la police judiciaire (DCPJ).
Le gang de Ti Fre aurait arrache a ses victimes des rangons estimees a plus d'un million de
dollars au cours d'une quinzaine de rapts, a declare Lerebours, revelant aussi que les membres
de cet important reseau utilisent des armes de gros calibres, dont des M-4, M-16 et des Gallil.
Hans Germain a ete apprehended alors qu'il s'appretait a traverser la frontiere pour se refugier
en Republique Dominicaine.
Jean Muller Elie a ete appr6hende a Delmas 2 alors qu'il se trouvait dans un v6hicule de
transport en commun. Il est le chef d'un gang de Croix-des-Bouquets impliqu6 dans de
nombreux rapts, dont celui de Natacha Dessources. Jean Muller Elie, 28 ans, venait de r6aliser
l'enlevement de la mere d'un pasteur a Meyer pour lequel il avait obtenu une rangon de plus
de 50.000 dollars americains.
Pierre Gascove, allias "Bobo", est le chef d'un des plus importants r6seaux de kidnappeurs
dans la commune de P6tion ville, selon le porte parole de la Police. Age de 30 ans, ce criminel
est interrog6 depuis la semaine demibre par les enqueteurs de la DCPJ pour son implication
dans de nombreux rapts dans les regions de Kenskoff, Fermathe, Thomassin et P6tion ville.


I .* .










"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 18


S SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

YE

AHR

TD

Solutions de la semaine passee
SCYTHES


I ..... %At........... ... . ... .. .. I


Aw- I


A|RI C AlDE


AM I GN E


tl 1) i,1 t it ,1 itI









Mercredi 02 Juillet 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 23


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


Andre Fouad Youn powet

Jame Dodo
ak : Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj)

(Dezyem pati)
Teks nou sot li piwo-a gen mwens pase 6 liypwezi, epi li
pote youn mesaj andaki. Nou dwe siyale tou nan denye
tranch pawl6-la: < nan younn, paske tanto nou kab enteprete mo < tankou youn pwopozisyon, tanto nou kab enteprete li
tankou san mounn. Suivan entepretasyon nou bay mo
< Konsa, nou kab di: Tan chanje, abitid chanje. Nan ane
swasant-yo wong6l te konn sevi pou denonse kondisyon
fy&l pete anndan peyi-a, men nan teks Andre Fouad rele
"Wwayaj"-la, nou kab di A. Fouad chwazi voye youn
mesaj ki santre sou pw6p lavi pa-li ak sou lavi mounn ki
ap pataje menm kondisyon ak li. Se youn mesaj ki pase
Iwen kalite denonsyasyon ane 1960-yo.
Ann li "Dap Piyanp" :
Fey zoranj
Van voye jete byen Iwen
Dap piyanp!
Dap piyanp!
De twa mo lanwit ban mwen
Branka branka !
(Dap Piyanp p. 54)

"Dap Piyanp" se youn o1t teks wongl6 anndan
< Etensel Mo m yo>. Anndan teks wongl6 sa-a ote-a
kontinye pataje eksperyans lavi-1 ak lekte li yo. Youn
lavi ki branka, youn lavi ki kreye nesesite pou mounn fe
dap-piyanp sou okazyon ki ap vl6tije kite yo deye tankou
fey zoranj ki pral tonbe byen Iwen. Sa nou jwenn kom
patikilarite nan wongl6 Andre Fouad yo seke li devlope
yo anndan youn moul imajis.

Prezans lannwit ak mo konpayel-li yo
Nan Etensel Mo m yo genyen youn mo ki part
sou dives f6m ak dives konpayl. < Lanme-a aswe-a wete vwal li ( p. 17)
Nan labrenndiswa lanmou (p. 29)
Lalin ap file lang li ( p. 31)
Debri zetwal yo
Rete nan glas je m ( p. 35 )
Chak fwa mwen gade Koukouy nanje (P. 39)
Size diswa (p. 47)
Longvi lannuit >>(p. 51 ) ak plizye 1ot anko.

Pami dives konpayel mo lannuit ki part nan
liv-la, nou kab nonmen: aswe, labrenndiswa, lalin,
zetwal, koukouy eksetera. Twa denye mo nou fenk sot
site yo jwe wl6 konpayel lannwit dapre konteks nou
jwenn yo anndan liv-la.
<>. Sl Ie1 lalin ka file lanng-
li, se 16 li ap klere nou nan mitan lannwit. Kom se lanng
li senpman lalin-nan ap file, nou ka konprann se te youn
nwit kote tanto limye lalin-lan te part, tanto li te disparet.
Se tankou lalin lan te rantre nan jwet kachkach liben. Li
pa te montre tout figi-1, se lanng li senpman li te file.
Anfet, ote-a di nou :< Lalin ap file lang li bay latb>.
Kesyon nou kab poze se : eske se tout late ki t'ap benyen
nan lanng limye lalin-lan oubyen eske se deye m6n lan,
kote foumi yo ap brase nan ladoudous-la, lalin-lan t'ap
file lanng li? Si lalin-lan te montre tout figi-1, nou ta ka
aksepte li ap klere late, men se lanng li senpman li file,
kidonk, mo late-a nan teks-la, se dbey m6n-lan li
reprezante. Se senpman si lalin-lan te montre tout figi ii,
nou ta rive we li toupatou. Kom, se m6n toutouni yo A.
Fouad te bezwen nou we. Kom se sou m6n toutouni yo
Fouad te bezwen fikse atansyon nou, tit powem-lan se
Deyb Mon epi premye liypwezi-a tanpe ak mo Deyb Mon.
Nan powem sa-a, Fouad lonje dwt j ouda-1 sou
do mn yo ki toutouni, kounye-a se responsabilite mounn
ki ap viv nan m6n-yo, mounn ki responsab sekte m6n-
yo pou yo abiye m6n-yo, paske m6n toutouni se siyal
grangou epitou se siyal male. Male ki pandye sou tet sila-
yo ki ap viv nan pye m6n toutouni yo.
Nan liypwezi ( tranch pawl6 )< Lalin ap file
lanng li / Bay late-a, nou ka panse tou se grimas lalin ap
fe late, konsa li sispann bay late tout pisans-li. Kom
konsekans, nou pa fouti jwenn bon jan rek6t, paske
abitan sispann travay late. Younn nan rezon-yo se prezans
kagezon pepe sou zile-a.
Lb ote-a ekri :
< Rete nan glas je m> ( p. 35 )
Nou di zetwal se youn mo ki chita nan menm
depatman sans ( chan semantik) ak lannwit nan teks-la,
paske lajounen limye soley-la pi klere pase limye zetwal
yo. Kidonk, sel 16 zetwal yo ka kite tras yo nan glas je
ote-a se nan plen lannwit. Se menm jan-an tou, si pou
Fouad we koukouy, f6k li nan mitan lannwit. Poudaye,


nan powem sa-a ote-a endike akle li te nan mitan lannwit:
<
Lannwit sonm
Chaple 1 degrennen ( p. 39)

Se nan plenmennwit Andre Fouadjwenn plezi.
Ann i :
K6 w anvayi m
Nan mitan lannwit mwa desanm
Se plim je w ki tonbe
Fe m siyon
Se yon aksantegi m ap mete
Sou pwent zwetwal marasa w
(Kassa Kassa, p. 13)

Se nan ke lannwit li jwenn delivrans
Lanme a aswe a wete vwal li
Bay moso rev mwen pase
(Map balanse p. 17)

Pou Fouad lannwit konn pote chagren:
Lannwit sila
Bay k6 kraze
Tout bagay dw1l
Patisyon mizik mouye
(Doremi doremi p. 41)

Lb nou sonje nan ane 2000 Andre Fouad te pibliye youn
liv pwezi ki rele Bri lannwit, nou ka di Fouad gen youn
panchan espesyal pou lannwit. Lannwit ba-1 zel, lannwit
mare-1, lannwit delivre-1. Men plis n'ap sonde prezans
lannwit anndan powem Andre Fouad yo, se plis nou santi
lannwit pa toujou dous pou Fouad. Memmle lannwit ta
vie gen plezi, se youn plezi l'ap riminen epi ki mete
powet-la sou de pye milite-1 kant li ta sipoze ap bay lespri-
1 gabel pou li rafrechi lizye panse-1. Konsa, nou kab di
lannwit pa toujou dous pou Andre Fouad, paske se nan
moman sa-a tout lide anvayi-1. Se nan mitan lannwit
Andre Fouad, 1 chanje po pou li bay plim li lapaw6l.
Nan sans sa-a nou kab di Andre Fouad se youn powet
<, youn powet jame dodo.


* Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppolite rogers.com




Fe Fwonte (2)
ak: Max Manigat

Nou sonje nan nimewo senmenn anwo-a
(mekredi 11 jen 2008) mwen te pwomet pou pibliye
chante : P6s Machan-an. Zanmi-mwen, powet ekriven
- dramatij Syto Cave voye-1 pou mwen. Mesi anpil!
Men li :


POs Machan
(Melodi : Robert Desvieux. Paw6 : Robert Desvieux
ak Syto Cav6*)

Ou soti P6s Machan
Ou pase riyel Pikan,
Ou rive sou Channmas;
M te kanpe ak Desalin,
Mt ap kraze youn lodyans,
Cheri, ou vin pase
Mwen gade w
Ou gade m
Mwen souri
Ou souri
CHERI, m renmen w deja
Men lapli pa tonbe
Jaden w poko pouse
Yo femen resevwa

Mwen pa tjanm dwe gade w
Ou pa tjanm dwe gade m
M pa tjanm dwe ri ave w
Si lapli te tonbe
Anpil fle ta pouse
Nou ta genyen lespwa

Mwen swiv ou pi devan
Nou pase devan Petyon
N al jouk deye tribin
Lannwit te fenk tonbe
Move je monte bwa
Cheri, m anvi w deja
Mwen mode w
Ou mode m


Mwen prije w
Ou prije m
Manman, ala w bel fet

Men lapli pa tonbe
Jadenw pa ko pouse
Yo f6men resevwa

Mwen pa te dwe mode w
Ou pa te dwe mode m
Nou pa t janm dwe rankontre
Si lapli te tonbe
Anpil fle ta pouse
Nou ta genyen lespwa

Mwen chita Reks Kafe
M ap bwe ak moun de byen
Cheri, ou tounen pase
Ou pwoche pou pale
Tout zanmi m yo bwaze...
Cheri, sa k ap pase?
Mwen gade w
Ou gade m
Mwen souri
Ou kriye
Ou di m ou gw6s jou sa a...
Lb pitit la va fet
Si 1 se youn ti milat
W a remet li Baby6l

Mwen pa te dwe gade w
Ou pa te dwe gade m
M pa t janm dwe ri ave w
Lapli pa sa tonbe
Jaden w pa ka pouse
Yo femen resevwa

Ou pa te dwe gade m
M pa tjanm dwe gade w
Nou pa t dwe rankontre
Si lapli te tonbe
Anpil fle ta pouse
Nou ta genyen lespwa.

Ago! Nou pibliye chante-a nan ot6graf ote-yo te voye.
* Anvan lontan, n'a ekri de mo sou powet-dramatij Syto
Cave.




Pwoje Antoloji Kreyol

Nouvel Jenerasyon Powet Kreyl6 Ayisyen, se
youn pwoje Societe Paroles mete sou pye pou pbmbt
piblik la dekouvri jen powet ayisyen yo ki ekri an kreyl6
ak plizye 1ot talan ki pa janm jwenn chans pibliye.
Pwoje sa-a ap chache kolaborasyon tout mounn
ak asosyasyon ki kwe nan pwomosyon lanng ak literati
kreyl6 menm jan ak tout o1t lanng ak literati.
Objektif -Nou vie reyini youn tranten jen
ekriven, fi kou gason nan youn liv pwezi krey6l.
Kondisyon -Ekriven ayisyen dwe (fet ann Ayiti oubyen
pitit Ayisyen)
Li poko janm pibliye youn liv pwezi kreyl6 (oubyen pa
plis pase youn liv)
Voye teks yo (pa plis pase 4 teks) Dat limit 25 jiye .
Voye teks yo nan(kourye elektwonik) oubyen laps.
Voye teks yo avek youn ti not byografik (Pa plis pase 5
liy)
Lot kondisyon-Tout mounn dak6 sou prensip pou nou
fe youn travay ki gen nen nan figi-1 f6k genyen krite
seleksyon teks yo. Gen youn komite ki gen pou misyon
ekzamine teks patisipan yo. Nou konprann ap gen youn
seleksyon avek tout krite nou ap bay, tankou kalite osnon
vale liter n'ap cheche anndan youn teks.
Nou vie fe pwomosyon nouvel jenerasyon powet
ayisyen yo, laj kapab youn krite tou. Men li p'ap youn
krite pou elimine pesonn.
Society Paroles se youn asosyasyon ki anrejistre nan
pwovens Qu6bec-Kanada. Li p'ap chache fe pwofi nan
kad aktivite li ak misyon li. Se plizye atis (ekriven,
mizisyen, akte, chanted, pent, sineyas) k'ap viv nan
Montreal ki mete asosyasyon-an sou pye. Society
Paroles bay tet li twa manda :
- Tounen pot vwa pou anpil atis ki gen difikilte pou fe
tande yo
- Pwopaje zev manm li yo toupatou
- Sevi ak kilti pou raproche moun pou lavi ka pi bel

Adres Societe Paroles
P.O. Box 25251
Succursale Riviere-des-Prairies
Montreal, Quebec, Canada
HIE 7P9
societeparoles@yahoo.ca


Page 19


...... ............ ... . ... .. .. I I- INI JI


I









BARIKAD CREW


Mercredi 02 Juillet 2008
SHaiti en Marche Vol XIlT N 23


L'eglise catholique refuse sans explications de chant
(BARIKAD... suite de la lere page) surtout comment peut-on prendre le ris- rencontre des problkmes sous tous les
disc e la ps D t la quedetournerledosaplusieursdizaines cieux. On connait les manceuvres de
discipline la plus parfaite. Du dbut la de milliers de jeunes alors mme qu'ils harassement exerc6es par la police aux
fin de la semaine, pas un seul incident sont en train de nous donner le meilleur Etats-Unis contre le groupe Public
regrettable n'a et6 rapport par la po- exemple possible et imaginable de Ennemy, qui a produit la c6lbre chan-
lice. n1lqi P fn lq m n a t + T ,, l fim1 p


Veill6e chaque soir dans le
quartier du Bas-Peu-de-Chose oi se
situe le berceau du groupe (Avenue
Nicolas) Barikad Crew.
Une marche pacifique qui
traverse toute la ville le jeudi 19 juin
pour se rendre sur les lieux du terrible
accident, sur la route de l'A6roport in-
ternational de Port-au-Prince.
Puis ces fundrailles monstre et
sans precedent dans les annales rcentes
de la capitale hai'tienne, le samedi
suivant.
Pourquoi 1'eglise catholique
est-elle rest6e absente ? Tandis que
l'6glise 6piscopalienne a chant une trls
belle c6r6monie, qui a 6td suivie de
t6moignages par les grands noms de
cette musique adopt6e aujourd'hui par
les jeunes d'Haiti comme d'ailleurs :
Rap, Reggae, Hip hop etc. La star
internationale haitiano-americaine
Wyclef Jean a fait specialement le voy-
age.

Dans un cas de suicide

La question m6rite d'etre
pose. D'abord il est traditionnellement
des cas oi 1'glise catholique refuse (ou
refusait) de chanter des fundrailles. Par
exemple, dans un cas de suicide.
Les 5 membres du groupe ont
trouv6 la mort dans un accident de la
circulation, comme tous le savent.
La veille il se disait que 1'eglise
ne voulait pas chanter l'enterrement de
la compagne de K-Tafalk, Nathalia
Bertrand, qui s'est tude au lendemain de
la mort de 1'6tre aim6.
Mais les autres ne se sont pas
suicides, que l'on sache. D'autre part,
on sait que cette interdiction n'est
presque plus applique par l'6glise
catholique de par le monde.
Y compris en Haiti mnme.
Alors, deux poids et deux mesures !
Oi est done le problkme pour
les responsables de l'6glise catholique
dans le cas en question ?
Nous savons de bonne source
qu'elle a &t6 sollicit6e pour les
fundrailles. Et qu'elle aurait rdpondu
vaguement que le Champ-de-Mars n'a
pas t << b6ni >>, done ne saurait servir
de lieu a une c6r6monie religieuse.
N'est-ce pas au Champ-de-
Mars que Monseigneur Willy Rom6lus
avait prononc6 cette fameuse hom6lie
qui pr6c6da de peu la chute de la
dictature Duvalier ?

L'9glise catholique
n'aimerait pas la musique Rap !

La seule explication qui reste,
c'est de croire que l'6glise catholique
n'aimerait pas la musique Rap ? Comme
beaucoup de gens qui ont trop d'id6es
prdconques, pense-t-elle que c'est une
musique qui contribue a la corruption
des mceurs. Comme jadis le thditre et
lorsqu'elle refusait de b6nir le cercueil
du grand Moliere.
I1 n'existe pas d'explication
rationnelle dans l'absence de l'6glise
catholique lors des fundrailles desjeunes
musiciens du Barikad Crew. Mais


sblluuallcit t uC u10, Uans 1 IIn IIUmon UL
l'on ne croit presque plus a rien ?
Seulement en Haiti que cela est
possible, parce que justement un pays
of l'on ne croit plus a rien !
Et pourquoi le Pape vient-il
pr6sider lui-m6me chaque annde, dans
un pays different, un << sminaire de la
jeunesse > sinon parce que la jeunesse
est consid6rde comme vitale pour
l'avenir de l'6glise ?
I1 n'y a qu'en Haiti qu'une telle


suon << FigLt tnlle power >> pour I 111 leilm
Spike Lee, < Do the right thing. >
Mais qu'est-ce que l'6glise en
Haiti a a voir avec ces politiques
d'intimidation ?
A moins qu'il ne s'agisse d'un
retour aux vieux sch6mas les plus
conservateurs d'autrefois. Une 6glise
archi-fondamentaliste. Comme au temps
de la campagne << Rejet6e (anti-vodou)
des anndes 40.
A l'heure justement oi l'on


Funerailles des musiciens de Barikad Crew chantees
par 1 'Eglise Apostolique non Romaine (photo Jean Marc Fenelon)
chose peut se passer sans


soulever plein
d'interrogations.
Les mauvaises
langues faisaient courir toutes
sortes de bruits. Par exemple,
que le pistolet avec lequel
Nathalia s'est tude appartenait
A un policier qui aurait &te tud
lui aussi pr6c6demment. Etc.
Mais le porte-parole
de la Police nationale d'Haiti
a d6menti cette rumeur. La
PNH ne distribue pas ce type
d'arme. II a avou6 cependant
ne pas pouvoir encore dire s'il
s'agit d'une arme l1gale ou
non.

Jusqu'a refuser
une sepulture
apostolique ...
Est-ce la peur devant
une telle mobilisation de la
jeunesse de la capitale. On n'a
pas cess6 de colporter dans les
beaux salons que ces rappeurs
ont des attaches avec les gangs
criminels.
Mais sans aucune
preuve. Stigmatisation de toute
une cat6gorie sociale.
G6ndralisation abusive. S'il y
a des rappeurs impliqu6s dans
le crime, que la police et lajus-
tice fassent leur travail. Mais
de quel droit peut-on
condamner toute une jeunesse
... jusqu'a lui refuser une
s6pulture apostolique !
La musique Rap


er les funerailles
c6lbre le soixantieme anniversaire de
la mort du grand peintre Hector
Hyppolite, dont le vodou a constitu6 la
principale source d'inspiration.
I1 6tait une fois un philanthrope
nomm6 Dewitt Peters. II avait ouvert
dans les anndes 40, a Port-au-Prince, le
Centre d'Art, qui figurera parmi les stu-
dios de peinture les plus c6l1bres de
toute l'Amdrique. Ses pupilles avaient
pour nom Hector Hyppolite, Philom6
Obin, Wilson Bigaud, Rigaud Benoit,
Pr6fette Dufaut etc, qui deviendront tous
des maitres.

Les murales de la
Cathedrale Sainte Trinite ...
Dewitt Peters eut l'idde de
r6aliser avec eux (moins Hector
Hyppolite qui 6tait d6jh mort) une oeuvre
qui pourrait traverser les Ages et rappeler
des centaines d'anndes plus tard ce
qu'6tait << la renaissance > que le pays
vivait lors. Cela autour de l'histoire de
Jesus, de l'Annonce faite a Marie a la
Crucifixion.
L'6glise catholique 6tait done
tout indiqude pour accueillir une telle
demarche. Mais le concept 6tait trop
nouveau. La proposition requt de
l'6piscopat catholique pratiquement le
meme accueil que pour les fundrailles
des musiciens de Barikad Crew.
Et savez-vous qui accepta de
pr6ter son 6glise a cette experience
unique ? L'6glise 6picopalienne d'Haiti.
Ce sont les murales de la Cath6drale
Sainte Trinit6 c6l6br6es
internationalement.
L'histoire doit-elle toujours
6tre un perp6tuel recommencement !
Haiti en Marche, 30 Juin 2008


ADWM PIICHASING AU NEICY "" w- Eqwadp smct"o
To.: 78I-457-4f N N Fas; 45-7KO9I7I -tk "AmipSalm OlSoLn PW EOa p- b ..oM


Page 20


19B4 200
CA, 24 arn de leadershIp
inuontest sur le rmarc[h
des transfrts e Haiti,
ruforel Sea1srvice







PICKUP








Le meIleu rseau A temps rel
Transfert displnible Ieconde


CAM, ponnmk~e et seule compagnie garantissant
1a livratson en foiwnsde deux heures


Vtf ur gnt pout 4tr d4posOt dLn- niimport
quelk, banqueem HaItL *


/


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323

Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com I haiti-en-marche@hughes.net
URL www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


I ..... %A............ ... . ... .. ..N




Full Text

PAGE 1

Haïti en Marche, édition du 2 au 8 Juillet 2008 • Vol XXII • Nº 23 (RATIFICATION / p. 4) (GAZOLINE / p. 2)BARIKAD CREW(BARIKAD CREW / p. 20) MIAMI, 30 Juin – L’église catholique n’a pas chanté les funérailles des musiciens de Barikad Crew. Le samedi 21 juin avait lieu au Champ de Mars, au centre de la capitale haïtienne, une cérémonie à laquelle ont assisté dans une atmosphère recueillie plusieurs dizaines de milliers de personnes. La jeunesse haïtienne était venue en masse rendre un dernier hommage à 5 membres du groupe Rap créole qui ont trouvé la mort dans un accident de la circulation le dimanche 15 juin, à 2 heures du matin, tandis qu’un sixième corps reposait là aussi, celui de Nathalia, la compagne du leader du band (surnommé K-Tafalk). Elle s’était suicidée 24 heures après avoir appris la terrible nouvelle. La gazoline 95 qui se vendait depuis mars à 217 gourdes se vend à 247 gourdes. La gazoline 91 passe de 213 à 235 gourdes, le gasoil qui s’achetait à 152 gourdes se vend à 171 gourdes et le kérosène passe de 151 à 168 gourdes … Les prix des produits pétroliers ont connu une forte hausse dans les pompes à essenceGAZOLINEHausse considérable des prix à la pompehaïtiennes entraînant du coup l’augmentation des prix du transport après maintes tractations engagées par le chef de l’Etat, René Préval, avec les différents acteurs de ce secteur. A partir du jeudi 26 juin, les gazolines 95 et 91, le gasoil et le supposée d’abord oecuménique, a été chantée par un prêtre de l’église épiscopalienne (communément appelée Eglise Sainte Trinité) qui a souligné en passant que l’un des jeunes musiciens morts avait commencé sa carrière dans la fanfare de cette institution. Mais pourquoi une absence aussi marquée de l’église catholique ? Nous n’avons pas encore d’explication.Dans la discipline la plus parfaite …En quoi ces funérailles posaient-elles un problème sinon qu’elles ont été suivies par près de 100 mille jeunes haïtiens et haïtiennes, mais dans la La messe des funérailles, que nous avionsL’église catholique refuse sans explications de chanter les funéraillesLA RATIFICATION DE MICHELE PIERRE-LOUIS AURA-T-ELLE LIEU ?Préval met cette fois toutes les chances de son côté PARIS, 28 Juin – Le président René Préval semble avoir fait cette fois son « homework » (devoir de maison). Du coup le nouveau premier ministre désigné, Mme Michèle Pierre-Louis, 61 ans, semble avoir plus de chance de l’emporter que ses deux prédécesseurs qui ont été rejetés coup sur coup par la chambre des députés. Cette fois, finis les clichés et les petites phrases toutes faites rapportés par des agences de presse trop complaisantes du genre : « le Président s’est entretenu avec les leaders de partis politiques X ou Y ». Ces derniers pontifiant comme si la sentence pouvait en effet dépendre d’eux de quelque façon que ce soit. Ou encore selon le président du Sénat etc … Même les présidents des chambres de commerce d’ici et d’ailleurs … Tous ceux-là qui vont se révéler n’être que des acteurs de troisième ordre. Cette fois (comme l’a suggéré la ministre sortante à la Condition féminine, Marie Laurence Lassègue, dans un coup de gueule qui fera date), Mr. Préval a enfin compris la nécessité de faire « sa job » (pour parler un peu québécois) et qu’il ne peut pas s’en remettre indéfiniment à d’autres de faire à sa place ce que la Constitution lui ordonne : assurer la stabilité des institutions nationales. Faut-il bien le rappeler. Cela impose de s’asseoir avec les véritables acteurs, ceux qui comptent réellement et avec lesquels il faut compter. Nous entendons par là bien sûr le groupe CPP (Concertation des parlementaires progressistes) qui a verrouillé le processus de ratification au niveau de la chambre basse …Unique objet de tous ces ressentiments ! …Et pour commencer les 20 députés du parti (pro-gouvernemental) LESPWA, qui sont membres de la Concertation. Auparavant on nous répondait que le Président ne peut pas rencontrer la CPP au risque d’être accusé d’esprit partisan par les leaders de partis politiques étant donné bien entendu que tout le monde a les yeux tournés dans la même direction : les prochaines joutes électorales (sénatoriales partielles, élections indirectes, renouvellement de la Chambre, le tout culminant dans les présidentielles de 2011 : l’unique objet de tous ces ressentiments !). Ainsi donc le chef de l’Etat peut passer plusieurs semaines à motiver tous les secteurs généralement quelconques autour d’une Michèle Duvivier Pierre-Louis Natacha Bertrand qui s’est donnée la mort

PAGE 2

Page 2 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 (EN BREF / p. 18) EN BREF ... EN PLUS ...NOTE DE PRESSE – FOKALLe mardi 10 juin 2008, la Bibliothèque du Congrès des Etats Unis a rendu un hommage à la Fondation Connaissance et Liberté / Fondasyon Konesans Ak Libète, FOKAL, en organisant un symposium d’une journée sous le titre: Libraries and Human Development in Haïti: The Work of Fondation Connaissance et Liberté, FOKAL (Bibliothèques et Développement Humain en Haïti: le travail de la Fondation Connaissance et Liberté, FOKAL) Durant cette journée du 10 juin, dans l’auditorium de l’immeuble Thomas Jefferson de la Bibliothèque du Congrès, différents intervenants ont parlé de l’histoire de FOKAL et de leurs relations à la fondation à partir de leurs sphères de travail.(Le programme de la journée a été présenté et modéré par Madame Joan Higbee, PhD, spécialiste de la Caraïbe Anglophone et Francophone de la Section Hispanique de la Bibliothèque du Congrès. Les deux premiers panelistes, Messieurs George Soros et Aryeh Neier, respectivement fondateur/chairman et président du réseau Open Society Institute (OSI), ont parlé des circonstances ayant permis la création de FOKAL en 1995. Ces messieurs ont aussi salué chaleureusement les accomplissements de l’institution dans le contexte particulièrement difficile qui a caractérisé Haïti de 1995 à aujourd’hui. Par ailleurs, M. Soros a assuré à la Fondation le maintien de son support moral et financier. Madame Michèle Duvivier Pierre-Louis, directrice exécutive de FOKAL, a ensuite décrit les différentes phases qui ont caractérisé l’évolution de l’institution et a présenté le cadre conceptuel à partir duquel la mission et les objectifs de FOKAL ont pu être élaborés. La dernière panéliste de la matinée, Madame Michèle Montas, actuelle porte-parole du Secrétaire Général des Nations Unies et qui fut membre du Conseil d’Administration de FOKAL de 1995 à 2001, a parlé du contexte national dans lequel FOKAL a commencé à travailler et de son expérience particulière avec le programme de débats oratoires pour les jeunes. La matinée s’est clôturée par une période de questions-réponses entre l’assistance et les panélistes. La session de l’après midi a été inaugurée par Madame Lorraine Mangonès, directrice adjointe de la FOKAL, qui a expliqué la mission et les caractéristiques particulières du programme bibliothèques de la fondation. Créé en 1996, ce programme appuie aujourd’hui un réseau d’une quarantaine de petites bibliothèques de proximité à travers le pays et fait la promotion de l’accès au livre et à la lecture. Le Docteur Michel Péan, Secrétaire d’Etat Haïtien pour l’Intégration des Handicapés, a ensuite pris la parole en évoquant d’abord les questions éthiques fondamentales qui concernent la prise en compte et la condition des handicapés. Le Docteur Péan a aussi parlé du travail de la SHAA (Société Haïtienne d’Aide aux Aveugles) et du RANIPH (Réseau Associatif National pour l’Intégration des Personnes Handicapées) et de la longue collaboration de ces institutions avec FOKAL, pour la construction d’une Haïti plus juste et plus solidaire. Pour témoigner de l’importance des arts et de la culture en Haïti, l’invité de FOKAL à ce symposium était Monsieur Jeanguy Saintus, directeur artistique et fondateur de la troupe Ayikodans et de l’école de danse Artcho. Monsieur Saintus a parlé du travail d’accompagnement effectué par FOKAL auprès des artistes et des institutions culturelles d’Haïti. Monsieur Saintus a également présenté, avec un support image, le travail remarquable de Ayikodans, qui fête cette année ses 20 ans. Cette intervention a été suivie de celle de Monsieur Pierre Paul Clémenceau Fouché, jeune étudiant Haïtien, boursier Fullbright-Laspau, poursuivant actuellement un doctorat en ingénierie civile (spécialité en structures anti-désastres naturels) à l’Université de New York à Buffalo. Monsieur Fouché a témoigné de son parcours avec FOKAL, depuis l’école secondaire au Cap Haïtien où il a été débateur dans le programme de débats oratoires de la FOKAL, puis à Port-au-Prince où il a bénéficié d’une bourse d’excellence de la FOKAL pour ses études à l’Université d’Etat et à l’Université Quisqueya. Monsieur Fouché a été formateur bénévole pour les programmes de débats et d’entreprises étudiantes de la FOKAL. Il a ensuite été embauché à la fondation dans le programme de bibliothèques. Ce jeune professionnel a réaffirmé devant l’assistance son engagement envers son pays et sa foi en l’avenir de la jeunesse haïtienne. Le dernier panéliste, Monsieur Sinnomé Saint-Clair, leader paysan originaire de la région des Nippes, a entretenu l’assistance de la condition paysanne en Haïti et du travail de FOKAL aux côtés d’un certain nombre d’organisations paysannes à travers le pays depuis 1995. Monsieur Saint-Clair a fait un vibrant plaidoyer pour une paysannerie active, digne et productive pour la construction de l’avenir d’Haïti. La prestation de Monsieur Saint-Clair a suscité le plus grand nombre de questions et de commentaires de la part de l’assistance et c’est ce débat qui a clôturé le symposium. Un public de plus d’une soixantaine de personnes avait répondu à l’invitation de la Bibliothèque du Congrès. Parmi les personnalités présentes, la Congresswoman Yvette Clark, l’Ambassadeur d’Haïti à Washington, Raymond Joseph, le Consul Haïtien à New York, Félix Augustin, le banquier HaitianoAméricain Réginald Canal (HSBC), le Sénateur Boulos, Madame Danièle Magloire, membre du Conseil d’Administration de la FOKAL, Elisabeth Pierre-Louis, PhD, directrice du programme bibliothèques de FOKAL. La Bibliothèque du Congrès Américain a effectué un enregistrement audio visuel de tout le symposium qui sera diffusé par internet à partir du site web de l’institution ( http:// www .loc.gov/index.html) dans quelques semaines. Participant à un séminaire à Bogota (Colombie) sous le thème “ Insécurité: un mal évitable”, Leslie Manigat, 88 ans, a estimé que les relations dominico-haïtiennes ne peuvent pas s’améliorer tant que la situation en Haïti n’aura progressé. Il a précisé, tant qu’il n’y aura pas à la tête du pays des gouvernants ayant la compétence et la volonté nécessaire pour y parvenir. « C’est une obligation de travailler à changer les conditions de vie des Haïtiens. Par la même occasion, nous améliorerons aussi nos relations avec la République dominicaine » a soutenu Leslie Manigat, puisque c’est l’absence d’emplois et la faim qui poussent les Haïtiens à entrer illégalement dans le pays voisin. Selon Manigat, « Haïti est un pays riche de citoyens capables d’aller de l’avant. Ce qui manque c’est un gouvernement qui appuie cette vision et qui travaille au bénéfice du développement de la nation. » Dans cet ordre d’idées, l’exprésident éphémère d’Haïti (4 mois seulement au pouvoir avant son renversement par les militaires en 1988) annonce sur la même lancée que son épouse Myrlande Hyppolite Manigat, 63 ans, a beaucoup de chance de remporter la présidence lors des élections de 2011. Myrlande Manigat ira aux élections avec une vision moderne, soutient Leslie Manigat dans une interview au journal Listin Diario. « La situation nécessite un gouvernement qui lutte pour changer les conditions à l’intérieur, mais aussi pour changer l’image d’Haïti dans le continent » a encore dit Leslie Manigat.Myrlande candidate à la présidence en 2011Incendie du principal marché public des CayesHPN, 27 juin 2008 Le principal marché public de la ville des Cayes était en train de brûler vendredi en début de soirée, selon un correspondant de Haïti Press Network. Le marché “Kay Fè” (maison en fer) situé au Carrefour 4 chemins à l’entrée de la ville des Cayes était en feu alors que de nombreuses personnes tentaient d’éteindre l’incendie, a appris HPN. Un véhicule du service des pompiers de la ville en panne n’a pu intervenir, pas plus que les policiers de la ville n’ont été remarqués sur les lieux. “Plusieurs foyers d’incendie sont constatés, nous ne connaissons pas l’origine du sinistre, mais il est très important”, a déclaré un témoin au reproter de HPN. On ignore si l’incendie a fait des victimes, mas on estime sur place que les dégâts seront importants.Le premier ministre désigné face à une sorte de marronnage au parlement(«Mon horizon, c’est mon pays », affirme Michèle Pierre-Louis. «Tous mes documents sont prêts (...) », déclare le premier ministre désigné. «Je n’ai encore reçu aucune convocation de l’une ou l’autre chambre », préciset-elle, alors que le chef de l’État et les présidents des deux chambres ont affirmé qu’ils veulent que le processus aille vite. Interrogée sur sa perception d’éventuels obstacles qui pourraient se dresser face à la ratification de son choix au parlement, elle estime que les remous actuels se situent dans le cadre de «jeux de pouvoir et d’influences » inhérents à la politique. « Il est tout à fait normal que des blocs se constituent, que des agendas politiques soient exprimés et que des négociations soient entreprises », poursuit-elle. Néanmoins, « je n’ai pas de problème à faire des compromis, mais il est clair qu’il me sera extrêmement difficile d’entrer dans des compromissions politiques », dit-elle. (source Alterpresse) Du côté du Parlement, c’est le flou concernant la formation des commissions chargées de l’examen du dossier du Premier ministre désigné. Le Sénat et la Chambre basse semblent hésiter à s’engager le premier dans l’analyse du dossier de Michèle Duvivier Pierre-Louis. Aucune des deux Chambres n’a encore lancé le processus de ratification près d’une semaine après que le Président René Préval eut officiellement notifié par lettre le choix de Michèle Duvivier Pierre-Louis aux présidents du Sénat et de la Chambre basse. Les bureaux des deux assemblées semblent très peu pressés et, pour des raisons qu’on ignore, l’un cherche à céder la priorité à l’autre. Face à ce blocage apparent, le vice-président de la Chambre des Députés, Eloune Doréus (OPL/Môle St-Nicolas, Nord-Ouest), a mis en garde vendredi contre toute “politique de marronnage”. En ce sens, il a promis la formation au plus tard jeudi prochain de la commission spéciale chargée de l’analyse du dossier de l’aspirante à la Primature. Aucun bloc parlementaire ne s’est encore formellement prononcé pour ou contre la désignation de Michel Duvivier Pierre-Louis. Mais, des membres des deux branches du pouvoir législatif ont globalement paru disposés à lui accorder leur vote.La MINUSTAH salue la désignation d’un premier ministre mais souligne que sa ratification est du ressort des institutions concernées(AHP) La Mission des Nations Unis Pour Stabiliser Haïti (Minustah) a salué jeudi la désignation d’un nouveau premier ministre. La porte-parole, Sophie Bouteau de la Combe, a affirmé qu’il est important que le pays soit doté d’un gouvernement qui soit en mesure de travailler avec la mission onusienne sur les dossier en cours afin de répondre aux besoins de la population. La Minustah se félicite, a-t-elle dit, de la relance du processus de désignation d’un nouveau premier ministre. Elle estime que le nouveau premier ministre désigné, Michèle Pierre Louis, est une personnalité respectée dont la compétence et l’intégrité sont reconnues par tous. Elle a toutefois souligné que sa ratification relève de la responsabilité des institutions concernées.La CPP recherche un consens dans son sein.(grandsdébats) Les membres de la Concertation des Parlementaires Progressistes ne se sont pas encore entendus sur une position commune par rapport au choix de Michèle Pierre-Louis comme Premier Ministre. Ils ont en tout cas eu une rencontre préliminaire sur la question le week-end écoulé. La CPP qui doit rencontrer le premier ministre désigné au cours de la semaine se réunira une nouvelle fois Lundi sur le dossier. Selon le député Esdras Fabien, le bloc majoritaire de la Chambre Basse est divisé sur le choix. L’élu de Carrefour priorise l’idée du respect de la constitution sur le problème de moralité posé par certains parlementaires. Des allégations font croire que Michèle Pierre-Louis n’est pas assez morale pour diriger le prochain gouvernement par le fait qu’elle aurait une relation intime avec une autre femme. La tendance n’a jamais été si favorable au parlement à un Premier Ministre désigné depuis Jacques Edouard Alexis en 2006.Patrick Gaspard choisi pour être le “Directeur politique national” de la campagne de Barack ObamaPatrick Gaspard est d’origine haïtienne. C’est un syndicaliste. Il a travaillé avec les syndicats d’Albany, d’Annapolis, de Boston et de Washington DC. Depuis le mois de février dernier quand il a décidé d’endosser le Sénateur Obama, Patrick Gaspard a coordonné les efforts des volontaires, envoyant des centaines de membres de syndicats dans le Wisconsin, le Texas, l’Ohio, la Pennsylvanie et l’Indiana et dans d’autres états à l’occasion des primaires. Gaspard qui se dit très fier d’être un membre de cette campagne, se propose de travailler avec assiduité à mettre les gens ensemble à travers le pays tout entier pour élire Barack Obama. Il a pris un congé sabbatique de ses activités de syndicaliste pour travailler à la campagne de Barack Obama. Il invite à poursuivre la mobilisation jusqu’au 4 novembre et à supporter plus tard l’administration Obama pour une meilleure politique de santé pour tous.Rudolph Boulos annonce à nouveau son retour prochain au sénatLe sénateur Rudolph Boulos salue la décision du tribunal de première instance de Fort Liberté et promet de reprendre son siège au Parlement dans le meilleur délai. Selon lui, le verdict du doyen du tribunal met l’accent sur 5 violations enregistrées dans le cadre de la résolution du grand corps. Il s’agit de violation de la constitution, des droits civils et politiques du sénateur Boulos et des citoyens du Nord-Est, de la violation des lois sur la nationalité et des règlements intérieurs du sénat. “Le verdict demande aux sénateurs de réfléchir et de corriger leurs erreurs”, ditil, espérant une annulation de la résolution du 18 mars 2008. “Je suis un sénateur en exil. Après l’orage, je pourrai revenir faire le travail des citoyens du Nord-Est”, ajoute Rudolph Boulos.

PAGE 3

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 3 SOMMAIRESOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHE Hausse considérable des prix à la pompe(GAZOLINE... suite de la 1ère page) kérosène se vendent à des prix qui s’ajustent aux réalités du marché pétrolier mondial. Toutefois, l’Etat haïtien continue de subventionner le carburant à un taux moindre afin de permettre aux populations de respirer dans un contexte de crise alimentaire aiguë. Le directeur de l’Inspection fiscale du ministère de l’Economie et des Finances (MEF), Ronald Décembre, a indiqué mercredi (18 juin) que l’Etat continue de consentir des pertes de recette sur le carburant en éliminant seulement les frais de remboursement accordés aux compagnies pétrolières (sorte de subvention) qui leur permettaient de s’approvisionner sur le marché international. Depuis trois mois, dit-il, les augmentations du prix de l’essence n’ont pas été répercutées sur le marché national en raison de la conjoncture socioéconomique qui a entraîné les émeutes de la faim début avril. « Etant donné que la flambée persiste, explique M. Décembre, le MEF est obligé de prendre des décisions afin d’arrêter cette coulée qui crée un grand vide dans le Trésor public. » Cet ajustement des prix du carburant n’est que partiel, annonce le directeur de l’Inspection fiscale du MEF. L’Etat fait des concessions allant de 22 à 30 gourdes dans le seul but de soulager les populations. Dans un scénario présenté par ce cadre du MEF, la gazoline 95 qui se vendait depuis mars à 217 gourdes se vend à 247 gourdes. La gazoline 91 passe de 213 à 235 gourdes, le gasoil qui s’achetait à 152 gourdes se vend à 171 gourdes et le kérosène passe de 151 à 168 gourdes. L’Etat continue d’être déficitaire dans les transactions. Il lui faudra encore du temps pour qu’a coûté la subvention du carburant au cours des trois derniers arrivages. Quant au transport en commun, les responsables du ministère des affaires sociales et du travail (MAST) ont, en collaboration avec les associations syndicales du transport, emboîté le pas sur le champ à l’augmentation des prix du carburant à la pompe, coupant court ainsi aux éternelles échauffourées entre chauffeurs et passagers. La course normale de taxi dans la zone métropolitaine est passée désormais de 18 à 30 gourdes, soit une augmentation de 12 gourdes. Les trajets Centre-ville/Carrefour, Centre-ville/Pétion-Ville, Centre-ville/Bon-Repos, Centreville/Croix-des-Bouquets sont fixés à 15 gourdes. Les passagers qui empruntent les circuits Centre-ville/ Canapé-vert, Centre-ville/Christ-Roi et Centre-ville/ Carrefour-Feuilles, Delmas/Martissant doivent débourser 12 gourdes au lieu de 7 gourdes. Soit un ajustement de 5 gourdes. Les minibus assurant les trajets Portail Léogâne /Delmas, Delmas et Portail Léogâne /Clercine se paient respectivement à 15 et à 20 gourdes. Le trajet Gonaïves/Port-au-Prince est fixé à 225 gourdes. Pour le Cap-Haïtien, Jérémie, les Côteaux, le Môle Saint-Nicolas, Jean-Rabel, Bombardopolis, Baie-de-Henne, Mare Rouge, les passagers paient 550 gourdes. Port-de-Paix et Baradères fixé à 600 gourdes. Tandis que pour se rendre à Jacmel, on a désormais besoin de 150 gourdes. Les Cayes se paient à 250 gourdes et Hinche 350 gourdes. De Cap-Haïtien à Ouanaminthe les passagers paient 100 gourdes. Le département des Nippes n’a pas été mentionné. rattrapper ce manque à gagner de 12 millions de dollars américains P-au-P, 27 juin 08 [AlterPresse] — Les camionneurs de divers circuits de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince n’ont pas fait bonne recette depuis la nouvelle hausse des prix du carburant sur le marché national. De nouveaux tarifs réguliers pour les différents circuits ont été adoptés par les autorités concernées en vue de soulager les chauffeurs du transport en commun qui doivent s’approvisionner en carburant. Avec une augmentation de 20 gourdes, le gallon de la gazoline 95 octane coûte dans les stations-Les premières conséquences de la nouvelle augmentation des prix du carburantaméricain). La gazoline 91 est passée de 213 gourdes à 235 gourdes, soit un accroissement de 22 gourdes. Ces ajustements concernent également le kérosène qui est vendu à 168 gourdes contre 151 gourdes auparavant, et le diesel qui est passé de 152 à 171 gourdes. Si le circuit reliant Delmas (Nord/Nord-est) à Portail Léogâne (centre de la capitale) est de 20 gourdes, les gens du centre-ville de Port-au-Prince qui les 15 gourdes exigées. Le tronçon centre-ville/Canapé-Vert (secteur Est) est fixé à 12 gourdes. D’autres part, la course de taxi, dans les environs de la capitale, est passée de 25 à 35 gourdes. Plus de subvention Cette augmentation résulte du fait que les autorités étatiques se disent incapables de continuer à subventionner les produits pétroliers, laissant ainsi des centaines de milliers d’Haïtiens, déjà sans emploi, dans une situation lamentable, mais qui doivent trouver chaque jour de quoi se nourrir. (CARBURANT / p. 18) service 237 gourdes (38 gourdes pour un dollar veulent se rendre à Pétion-Ville (Est) doivent débourser L ’EVENEMENT La ratification de Michèle Pierre-Louis aurat-elle lieu? p.1 SOCIETE Barikad Crew : L’église catholique refuse sans explications de chanter les funérailles p.1 ECONOMIE Hausse considérable des prix à la pompe p.1 POLITIQUE Myrlande Manigat candidate en 2011 p.2 Le PM désigné face à une sorte de « marronnage » au Parlement p.2 CRISE ALIMENT AIRE La famine mondiale p.8 LIVRES « Tonton Clarinette » de Nick Stone p.10 Brèves rencontres avec Che Guevara p.11 EUROPE Vers l’immigration zéro p.12 SPOR TS L’Espagne : la victoire par le jeu p.15 LIBRE PENSEE Tartuferie ! p.14 US PRESIDENTIELLES Républicains noirs pour Obama p.17

PAGE 4

Page 4 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 ( RATIFICATION... suite de la 1ère page) (RATIFICATION / p. 5) Le PM sortant Jacques Edouard Alexis et la Ministre à la Condition Féminine Marie Laurence Lassègue qui a recommandé une implication de tous les acteurs (photo www.jjaugustin.com)LA RATIFICATION DE MICHELE PIERRE-LOUIS AURA-T-ELLE LIEU ?Préval met cette fois toutes les chances de son côtéUNE ANALYSE Le Président René Préval lors de la fête du drapeau le 18 mai dernier (photo Georges Dupé) prochaine augmentation des prix de l’essence, mais s’agissant de mettre fin à trois mois de suspense douloureux pour donner au pays un gouvernement effectif, cela lui serait interdit ! Comment interpréter une telle attitude ? Trop de prudence à ménager la susceptibilité des leaders de l’ex-opposition, jusqu’à ce que ces derniers eussent enfin reconnu qu’ils n’ont qu’un rôle marginal dans le dossier … Notons en passant la protestation de la secrétaire générale du RDNP, Mme Myrlande Manigat, à savoir que son parti n’a jamais participé à ces rencontres au palais national. Est-ce une façon (ou non) pour la future candidate confirmée aux présidentielles de 2011 de s’inviter désormais à ces agapes ? On peut aussi interpréter le message de cette façon. A bon entendeur.Une conspiration sénatoriale …Selon la ministre Lassègue, un autre acteur important, c’est le Premier ministre sortant Jacques Edouard Alexis, mais qui -mystérieusementa été tenu à l’écart depuis le 12 avril dernier (date à laquelle une conspiration au sénat de la république a voté inopinément sa destitution). De bonne source, la participation d’Alexis a été cette fois sollicitée. Comme d’ailleurs l’avaient réclamé les députés LESPWA de la CPP. Au nombre d’une vingtaine. D’autre part, les autres partis membres de la coalition gouvernementale (Fusion, OPL, Union, Alyans etc) ont tous confirmé leur intention de rester à bord. D’où vient alors la différence entre le dossier du nouveau Premier ministre désigné, Mme Michèle Pierre-Louis, et celui de ses deux prédécesseurs Ericq Pierre et Robert Manuel ? Essentiellement dans le fait que le Président Préval ne peut plus s’en remettre à personne (y compris l’honorable citoyen ou citoyenne dont il vient de faire choix pour le poste) et qu’il était temps qu’il comprenne qu’il doit tout faire lui-même et par lui-même. D’abord aller sans complexe vers les vrais détenteurs actuels du pouvoir (en dehors du sien bien entendu et qu’il détient, se peut-il que lui-même ait tendance à l’oublier, de la volonté populaire, du suffrage universel exprimé à la majorité absolue).L’esprit clientéliste …détrompez-vous, ce ne sont plus des partis politiques qui n’en ont plus que le nom, mais des groupes (CPP et Co.), oui des groupes d’intérêts, et même intérêts particuliers, en un mot des clans, et pas seulement au Parlement mais une fois un Premier ministre désigné que la croisade sacrée, la table ronde (oui, comme on dit danser, manger ou boire en rond) se reconstitue aussitôt autour de lui (ou d’elle). Eh bien, ça aussi c’est au chef de l’Etat d’y veiller. On ne peut d’un côté refuser soi-même l’esprit clientéliste, et puis de l’autre côté on le laisse pratiquer en toute impunité par des proches. Il vaut mieux accepter qu’il existe (l’esprit clientéliste – ti mache a trò piti , comme nous disons en créole) mais faire en sorte d’en maîtriser l’application et surtout l’extension autant que faire se peut. Autrement c’est s’embarquer dans des problèmes à l’infini. Suivant le mot de Pascal : l’homme n’est ni ange ni bête, mais en voulant faire l’ange, il fait la bête. Surtout lorsqu’on est aussi peu porté, comme semble l’être M. Préval, à s’embarrasser des détails. Les Canadiens ont eux aussi un dicton : y a toujours moyen de moyenner . Bref, tout est négociable. Nous voici loin de l’ex-Premier ministre Eh bien, les autres partenaires aujourd’hui,

PAGE 5

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 5 ENPO COMMERCIAL LOCAL AVI POU ANE AN(Ke yo te konnen sou non Pèmi Profesyonèl)Yo avize piblik lan ke, tout biznis ki ap opere nan Miami-Dade County bezwen pou yo kapab renouvle oubyen achte Resi de Enpo Commercial yo pou ane Fiscal 2008-2009 pandan period 1 Jiyé, 2008 jiska 30 Septanm, 2008. Tout Resi ki pa renouvle 30 Septanm, ap konsidere delenkan epi yo va gen dwa mete yon amann de dis (10) pousan pou delenkans pou mwa Oktòb lan, yon amann anplis de senk (5) pousan pou chak mwa jiskaske renouvèlman an peye, tout amann pou delenkans yo pa dwe depase vennsenk (25) pousan taks de Resi de Enpo yo. Kidiplis, nenpòt moun ki pa peye taks Enpo Commercial yo nan sansenkant (150) jou aprè ke yo avize ke yo, epi moun ki pa debwoye yo pou pran yon Resi de Empo Commercial, va jwenn aksyon legal sivil ak penalite pran kont yo, anplis frè tribunal, frè avoka, ak tout lòt frè administrative adisyonèl ki fèt nan efò pou touché lajan sa a, epi tou yon penalite de desan senkant (250) dola. Ou kapab peye via Internet, visite sitwèb sa-a: www .miamidade.gov/taxcollector Oubyen ou kapab peye nan de (2) local sa yo: Biwò an ouvri: Lendi -Vandredi 8:00 5:00 pm, eksepte fèt legal yo. Tel (305) 270 4949 Downtown Miami 140 West Flagler Street, Room 101 Miami, Florida 33130 South Dade Government Center 10710 SW 211th Street, Room 104 Cutler Bay, Florida 33189 (... suite de la page 4)DE L’ACTUALITE Les deux Chambres réunies en assemblée nationale votant 4 accords de prêts ce jeudi 26 juin (photo Georges Dupé) P-au-P., 28 juin 08 [AlterPresse] — Le premier ministre désigné, l’économiste Michèle PierreLouis, se déclare prêt à soumettre ses documents au parlement en vue de leur examen par les deux chambres qui doivent se prononcer sur sa nomination, le 23 juin dernier, par le président René Préval . « Tous mes documents sont prêts (...) », déclare Michèle Pierre-Louis en marge d’un spectacle dans la soirée du 27 juin à la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL). « Je n’ai encore reçu aucune convocation de l’une ou l’autre chambre », précise le premier ministre désigné, alors que, souligne-t-elle, le chef de l’État et les présidents des deux chambres ont affirmé qu’ils veulent que le processus aille vite. « Je reste disponible, je suis ouverte et en attente », renchérit Michèle Pierre-Louis. Interrogée sur sa perception d’éventuels obstacles qui pourraient se dresser face à la ratification de son choix au parlement, elle estime que les remous actuels se situent dans le cadre de « jeux de pouvoir et d’influences » inhérents à la politique. « Il est tout à fait normal que des blocs se constituent, que des agendas politiques soient exprimés et que des négociations soient entreprises », poursuitelle. Néanmoins, « mon horizon, c’est mon pays. Je n’ai pas de problème à faire des compromis, mais il est clair qu’il me sera extrêmement difficile d’entrer dans des compromissions politiques », avertit-elle. Michèle Pierre-Louis affirme que pour le moment elle n’est en négociation avec aucun secteur politique. Toutefois, « beaucoup de parlementaires (...), m’appellent et me font part des appréhensions qu’il y a au sein du parlement », mais « tout cela fait partie du jeu politique et de la démocratie », considère le premier ministre désigné. En attendant l’invitation du parlement pour pouvoir lui soumettre ses pièces, Michèle Pierre-Louis s’attèle à rédiger sa déclaration de politique générale, dans le cas où sa désignation trouverait l’aval des deux chambres.Le premier ministre désigné n’a pas encore été contacté par le Parlement« Mon horizon, c’est mon pays », affirme Michèle Pierre-Louisparamètres qui ne dépendent pas de nous », insiste-telle. « De tout cœur, avec toutes mes compétences et mes qualifications, je suis engagée dans un combat pour construire une véritable démocratie, au bénéfice de ceux qui souffrent le plus et qui sont les plus vulnérables », conclut-elle. Michèle Pierre-Louis est la troisième personnalité choisie par Préval en deux mois pour être chef du prochain gouvernement, suite au rejet de Eric Pierre (12 mai) et de Robert Manuel (12 juin). Le pays connait une crise gouvernementale depuis la censure par le sénat de l’équipe de Jacques Édouard Alexis, le 12 avril, dans un contexte de mobilisation contre la vie chére, qui a fait des morts, de nombreux blessés et d’importants dégats matériels. gouvernement conduit par Michele Pierre-Louis, figurent « la solidarité nationale » et « l’inclusion », indique l ’intéressée. « Il faudrait (...) voir ce que nous pouvons faire pour ce peuple qui est dans une grande souffrance », lance-t-elle. Elle devrait tenir compte aussi de « l’exigence du moment » que constitue la mise en œuvre du Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP), conçu par l’État haïtien en accord avec la communauté internationale. A propos des mesures à adopter face à l’augmentation continuelle des prix de l’essence et des produits de première nécessité, Michèle Pierre-Louis pense que l’accent doit être mis sur « l’augmentation du pouvoir d’achat, par la production et des emplois créatifs ». Pour cela, elle préconise la « mobilisation nationale », la « solidarité » et la « négociation sociale », en interpelant particulièrement les riches et les moins riches. « Il faut un discours social et des actes qui montrent à cette population qu’il est possible de faire quelque chose, même si nous ne pourrons pas agir sur des Parmi les principes qui devraient guider un désigné Ericq Pierre accusant la CPP de n’avoir voulu discuter avec lui que de postes et de nominations … Alors que lui-même avait probablement son cabinet ministériel et son secrétariat particulier dans sa poche bien longtemps avant d’avoir obtenu la nomination présidentielle.Ses dadas …Comme dit Marie Laurence Lassègue : « nan pwen benyen tou touni kache nonbril … ». Mais c’est au Président de prendre soin personnellement de tout cela. C’est du boulot, quoi. Nous sommes un petit pays (mais avec une Constitution trop complexe et bien audessus de nos moyens. Pourquoi n’y at-il pas de poste de premier ministre chez notre voisine la République dominicaine ?) Cette crise a montré que le Président Préval doit descendre plus souvent de sa tour d’ivoire. On comprend qu’il ait comme tout le monde ses dadas. Aujourd’hui c’est la relance de la Production nationale. Mais sans un gouvernement qui fonctionne dans tout l’exercice de sa fonction ( !), que peut-on réaliser, politique de production nationale ou pas ? Le Président ne peut s’en remettre à sa petite cour pendant que lui-même s’occupe des « intérêts supérieurs de la Nation ! » Baby Doc a fait 16 ans au pouvoir. Eh bien, il devait régler personnellement jusqu’aux cartons d’invitation aux réceptions au palais national pour ne pas se faire déporter sur la touche. Et le jour qu’il s’en remit à sa chère et pimpante épouse, c’était fini.…Ensuite, la communication. La ratification de Bob Manuel, pourtant ami personnel du Président, a buté entre autres sur une série de petites phrases de M. Préval qui restent inexplicables. Faut-il y revenir ? « Ce sont des trafiquants de drogue et des complexés qui ne veulent pas de ce choix » (président du Sénat, Kelly Bastien, dixit). Ou encore son allégorie du chauffeur qu’il a le droit de déterminer mais pas si son permis de conduire est en règle … Aussi nous pensons que tous sont à l’affût aujourd’hui du moindre commentaire de la part du chef de l’Etat. Il pourrait donc en laisser le soin à d’autres. Par exemple, aux autres acteurs concernés. Les vrais acteurs, et pas les éternelles mouches de coche qui se pressent toujours à l’avant-scène. Cheese ! Il faut mettre les députés en demeure de s’assumer totalement cette fois-ci. Ne leur laisser pas le moindre échappatoire. S’il y a mauvaise foi, elle sera alors évidente. « Fòn sispann benyen tou touni kache nonbril … ». En français, jouons désormais cartes sur tables ! Haïti en Marche, 28 Juin 2008Jouons désormais cartes sur tablesLa ratification de Michèle Pierre-Louis aura-t-elle lieu?

PAGE 6

Page 6 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23ECONOMIE CITY OF NORTH MIAMI NOTICE OF AVAILABILITY COMMUNITY DEVELOPMENT BLOCK GRANT HOME INVESTMENT PARTNERSHIP PROGRAMS FY 2008-2009 ACTION PLAN The City of North Miami has prepared its FY 2008-2009 Action Pl an, the annual update of the C itys 2005-2010 Consolidated Plan, for submittal to the U.S. Department of Housing and Urban Development (HUD). The Plan describes the programs and projects the City will undertake to address housin g and community development needs that will be funded by HUDs Community Development Block Grant CDBG and Home Investment Partnership (HOME) Programs. CDBG PROGRAM ADMINISTRATION Funding for CDBG program administration, fair housing and planning activities $244,460 PUBLIC SERVICES Funding for Community Based Organizations to provide social services to eligible North Miami residents; and North Miami Foundat ion for Senior Citizens Services, Inc., to provide home delivered meals, transportation, com panion care, counseling and other services to the Citys el derly population. $122,230 INFRASTRUCTURE IMPROVEMENTS Funding to assist with construction of new water plant located in low and moderat e income neighborhood in the City. Funding is contingent upon approval of project by U.S. Department of Housing and Urban Development. $0 SINGLE-FAMILY HOUSING REHABILITATION Funding to provide deferred loans in amounts up to $25,000 to assist eligible households with home repairs and pay for Housing Service Delivery costs. $855,611 HOME PROGRAM ADMINISTRATION Funding to compensate a full-time Housing Inspector $49,955 HOME CHDO SET ASIDE Funding is set aside for a Community Housing Development Organization (CHDO) to develop affordable housing for purchase by low income first-time homebuyers. $100,000 HOME HOUSING REHABILITATION Funds to provide low income single-family homeowners with deferred loans in amounts up to $40,000 to assist with housing repair s, and to assist property owners of multi-family buildings with rehabilitation of rental units occupied by low income families. $150,000 HOME FIRST-TIME HOME BUYER ASSISTANCE Funding to provide deferred loans in amounts up to $40,000 to assist first-time homebuyers with purchase of their homes. $200,000 HOME TENANT BASE RENTAL ASSISTANCE Funding to provide one-time emergency rental assistance grants, in amounts up to $1,500, to displaced low-income households. $0 TOTAL CDBG AND HOME ALLOCATION $1,722,256 AVAILABILITY OF ACTION PLAN The Action Plan is available for public review and comment from Ju ly 1, 2008 to July 31, 2008 at two locations: 1) Community P lanning and Development Department, 12400 N.E. 8th Avenue; and 2) North Miami P ublic Library, at 835 N.E. 132nd Street. All comments must be in writing and sent to the attention of the CDBG Administrator, City of North Miami, Co mmunity Planning and Development, 776 N.E. 125th Street, North Miami, Florida 33161. Port-au-Prince, le 25 juin 2008 (AHP) La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH) attend l’arrivée du prochain gouvernement pour relancer le dossier du dédommagement des commerçants ayant subi des pertes lors des violences qui ont émaillé des manifestations contre la flambée des prix, au début du mois d’avril 2008 à Port-auPrince. Des individus qui avaient auparavant tenté d’investir le palais national alllaient par la suite entreprendre une operation de casses, d’incendies et de pillages dans plusieurs quartiers de la capitale. Le président de la CCIH, Jean Robert Arguant, a fait savoir que le montant nécessaire à laLa CCIH affirme attendre l’arrivée d’un nouveau gouvernement pour relancer le dossier des commerçants ayant subi des pertes lors des violences d’avrilréalisation des dédomagements est de l’ordre de 27 millions de gourdes et 300.000 dollars US (1dollar US= 38,50 gourdes). La mission de la CCIH est de défendre les intérêts des entreprises et des commerçants, a dit M. Arguant qui soutient que l’Etat haïtien doit assumer sa responsabilité dans cette affaire. 17 des 242 entreprises qui avaient subi des dommages durant les trois jours de manifestation ont déjà acheminé leurs dossiers à la Primature via la CCIH. Par ailleurs, Jean Robert Arguant a affirmé que la CCIH a reçu de la chambre des députés des salaire minimum entre autres. Au niveau du secteur privé des affaires, plusieurs commissions ont été constituées en vue se pencher sur la question, a-t-il dit. Il a d’un autre côté accueilli favorablement la désignation d’un nouveau premier ministre. Exprimant le souhait que les autorités concernées mettent le pays au premier rang de leurs priorités, il a fait savoir que le prochain gouvernement va hériter d’une situation difficile en raison notamment de la nouvelle hausse des prix produits pétroliers sur le marché local. AHP documents relatifs entre autres à l’augmentation du Thierry Fagart (MINUSTAH) estime abusive la détention préventive prolongée de Franck CinéPort-au-Prince, le 26 juin 2008 (AHP) Le chef de la section des droits humains de la Minustah, Thierry Fagart, a estimé jeudi que le pays est sur la voie du progrès en matière de respect des droits humains, mais il a déploré le fait que le PDG de la compagnie de téléphonie mobile Haïtel, Franck Ciné, soit gardé en détention préventive depuis plus d’une année. L’homme d’affaires est accusé d’implication dans la faillite presumée de l’ancienne Socabank absobée aujourd’hui par la Banque nationale de crédit (BNC). Tout en reconnnaissant le fait qu’aucun pays ne peut prétendre respecter à la lettre l’ensemble des droits humains et qu’aucune utilisation politique n’a été faite de l’appareil judiciaire au cours de ces derniers mois en Haïti, Thierry Fagart a jugé abusive la detention préventive de M. Ciné. détention de Franck Ciné est aujourd’hui justifiée pour les besoins de l’instruction”, a souligné le responsable des droits de l’homme, estimant que les motifs de détention préventive ne s’appliquent pas à M. Ciné qui, en plus de son état civil non contestable, est un homme d’affaires qui possède une résidence bien connue. Il serait regrettable, a-t-il dit, s’il devrait arriver un malheur à M. Ciné. Thierry Fagart a rappelé que la Cour interaméricaine des droits de l’homme avait condamné le régime interimaire de Gérard Latortue pour le traitement qu’il avait infligé à l’ancien premier ministre Yvon Neptune qui avait été accusé d’mplication dans un présumé massacare dans la localité La Scierie (Saint-Marc). Parallèlement, les membres des commissions/ justice et sécurité publique des deux chambres du parlement haïtien ont organisé jeudi un atelier de travail autour de la question de la détention préventive prolongée dans le pays. Selon le député Arsène Joseph Dieujuste, la question de la garde à vue est très épineuse et il est important de légiférer pour chercher à résoudre ce problème une fois pour toutes. Il est temps que tous comprennent la nécessité de faire régner et triompher la justice en Haïti par l’établissement d’un véritable Etat de droit et la fin des intérêts personnels, a déclaré M. Dieujuste soulignant que celui qui commet une injustice aujourd’hui peut demain en subir les conséquencs Il a donné l’assurance que les parlementaires feront tout ce qui est en leur pouvoir pour doter le pays d’une loi qui puisse garantir les droits des citoyens. AHP “La justice haïtienne devrait regarder si la

PAGE 7

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 7L’ACTUALITE EN MARCHE Kisa pwosè sa a konsène? Yo te pwopoze de Règleman apa nan yon pwosè aksyon kolektif sou evalyasyon ponpye ak sekou yo te fè pwopriyetè byen imobilye peye nan vil Miami ak evènman ki te pase pandan pwosè a. De (2) règleman sa yo se avèk 1) vil Miami, epi 2) kabinè avoka Adorno & Yoss, LLP. Pwosè a rele Masztal v. City of Miami. Moun yo tradui lajistis yo rele “Pleyan”, epi vil Miami rele “Defandè”. Kabinè avoka Adorno & Yoss, LLP rele “kabinè avoka”. Règleman yo pa vle di Minisipalite vil la oswa kabinè avoka a dakò pou yo angaje nan move zafè oswa nan move konduit oswa pou yo mal aji oswa pou yo vyole nenpòt lwa oswa règleman nan nenpòt konsiderasyon, eksepte pou sa ki konsène vil City of North Lauderdale v. SMM Properties se yon pwosè ki legal pou yon Minisipalite pou pibliye evalyasyon pou sèvis ponpye, paske sèvis ponpye pwokire yon li sipòte sou sèvis ponpye sèlman epi kidonk evalyasyon an legal. Pleyan yo deklare Evalyasyon an te oswa Evalyasyon Ponpye te enkòrèk pase sa ki endike anwo a. Ni li pa t detèmine limit, si genyen, Evalyasyon Ponpye/Sekou te fèt yon fason inadmisib pou sèvis medikal ijan yo. Pleyan yo prezante reklamasyon tou kont kabinè avoka pou aksyon ak inaksyon posib ki gen pou wè ak premye pwosedi yo kont Minisipalite vil la nan pwosè sa a. Kabinè avoka a, san admèt responsablite ak kontestasyon toudenkou reklamasyon Pleyan yo, chwazi pou rezoud aksyon sa a. Kidonk, menmsi Pati yo dakò pou genyen dwa pou jwenn yon ranbousman, oswa kantite lajan ki endike a. Ni pa t genyen desizyon okenn Kimoun ki fè pati Règleman yo? Minisipalite a ak manm fanmi pwòch yo, ki reprezante kapasite endividyèl yo kòm kontribiyab, ki te peye Evalyasyon Ponpye/Sekou ak/oswa Evalyasyon Ponpye Minisipalite vil la te resevwa nan ane Ou kapab kalifye pou resevwa yon ranbousman, sa vle di yon pòsyon Lajan pa posib pou nenpòt moun ap resevwa yon ranbousman konplè tout lajan Evalyasyon ki te peye a. Li Ki dispozisyon Règleman ki pwopoze yo? Kòm konsiderasyon pou Règleman li, Minisipalite vil la ap chèche jwenn yon ranbousman. Dwa pou jwenn yon ranbousman pa dwe transferab. Chak Pati dwe jwenn dwa pou fè restriksyon, dapre lòd, entèdiksyon, oswa lòt reparasyon, nenpòt vyolasyon oswa dispozisyon ak règleman sa yo. Konsènan konsiderasyon pou Règleman yo, depi genyen Apwobasyon tout reklamasyon ki nan pwosè a ak lòt reklamasyon jan sa dekri nan Akò Règleman yo. Kominikasyon an dwe genyen yon pati entegral ak enpòtan Règleman yo, epi li pa kapab separe nan Règleman yo. Avi sa a. Règleman avèk kabinè avoka a genyen ladan yon dispozisyon ki pèmèt li anile règleman an kabinè avoka a poukont yo epi avèk pwòp depans yo. Kisa mwen DWE fè pou mwen vin kalifye pou resevwa yon ranbousman posib? Ou dwe fè Demand si ou vle fè objeksyon kont Règleman yo epi pou soumèt nenpòt objeksyon alekri. Pou fè Demand nan sit wèb epitou ou kapab enprime li nan sit wèb la. Kisa mwen dwe fè si mwen vle Eskli tèt mwen nan Gwoup la? Si ou pa vle patisipe nan youn oswa Pou Administratè a (kourye): Masztal v. City of Miami Settlement Administrator 1. Non ou, adrès ou ak nimewo telefòn ou; 3. Siyati ou; 31), epi a. Règleman avèk Minisipalite vil la, OSWA b. Règleman avèk kabinè avoka a, OSWA ou nan toulède règleman yo. devan anvlòp la. 2. Ou p ap jwenn pèmisyon pou fè objeksyon kont dispozisyon yo; b. Ou p ap jwenn pèmisyon pou fè objeksyon kont okenn dispozisyon; sa a; epi d. Pou resevwa lajan nan plas Règleman sa yo, w ap oblije fè pwòp pwosè ou epi avèk depans ou. SONJE: OU DWE FÈ DEMAND OU POU ESKLIZYON AVÈK ANVL"P KI GENYEN TENB KI DATE DAT 20 OUT 2008. SI W PA FÈ SA, SOF JAN TRIBINAL LA KAPAB BAY LI, DEMAND POU ESKLIZYON OU AP AN RETA AK ENVALID. ODISYON POU RÈGLEMAN AN: Esi mwen Vle fè Objeksyon kont Règleman yo? 1. Your name, address and telephone number; 2. Yon deklarasyon objeksyon ou (yo) ak nenpòt lwa ak/oswa prèv sipò ou vle entwodui; CA 31). OU DWE SOUMÈT OBJEKSYON EKRI OU BA GREFYE TRIBINAL LA DAT 20 OUT 2008 PA LAP"S NAN ADRÈS SA A: Clerk of the Court; OU DWE VOYE KOPI OBJEKSYON SA YO TOU PA LAP"S BA TOUT AVOKA KI ENDIKE ANBA A, EPI ANVL"P LA DWE GENYEN TENB KI DATE DAT 20 OUT 2008. Konsèy Defans pou Minisipalite Miami: Julie O. Bru, City Attorney Cole, Scott & Kissane, P.A. konsidere ou abandone oswa ou anile objeksyon ou, sof si ou montre rezon ki valab. Kouman pou mwen jwenn enfòmasyon adisyonèl? Avi sa a se sèlman yon rezime Règleman yo, ki prezante nan dokiman legal pi detaye ki rele “Akò pou Règleman ak Kominikasyon.” Akò Règleman ak Kominikasyon konplè ant Pleyan yo ak Minisipalite vil la ak Akò Règleman ak Kominikasyon konplè detaye sou zafè ki konsène pwosè sa a, Pleyan yo, Minisipalite vil la ak kabinè avoka a refere ou tou Si ou genyen nenpòt kesyon oswa senpleman si ou bezwen on kopi Fòmilè Demand Ranbousman, ou kapab rele Administratè Règleman an nan nimewo 1-800981-7567 oswa ou kapab wè divès kalite dokiman règleman an sou entènèt nan sit wèb www. MiamiFireFeeSettlement.com, epitou ou kapab enprime Fòmilè Demand Ranbousman an nan sit wèb la. TANPRI PA RELE TRIBINAL LA, GREFYE TRIBINAL LA OSWA MINISIPALITE MIAMI. YO P AP ANMEZI POU REPONN KESYON OU YO. AKSYON KOLEKTIF, RÈGLEMAN KI PWOPOZE AK ODISYON RÈGLEMAN AN Yon tribinal te otorize avi sa a. Sa se pa demand yon avoka. POU: Tout moun oswa enstitisyon ki posede pwopriyete nan vil Miami epi ki te peye Evalyasyon Ponpye Para revisar las versiones traducidas español de este aviso y todos los documentos importantes del caso, visite Konsèy Defans Gwoup la: Konsèy Defans pou Adorno & Yoss, LLP: Hinshaw & Culbertson, LLP Pou Tribinal la (dosye): Clerk of the Court Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and capitale), le père Gérard Jean Juste, a été acquitté des accusations de détention illégale d’armes et de complot qui avaient été portées contre lui sous le régime interimaire de Gérard Latortue (mars 2004/ mai 2006), selon l’un de ses avocats, Me Mario Joseph. Mario Joseph a fait savoir que cette décision a été prise le 9 juin 2008 pour absence de preuves par la plus haute cour de justice d’Haïti qui n’en a toutefois pas fait une annonce officielle, a-til souligné Il a souligné que le père Jean Juste est aujourd’hui libre d’exercer ses droits civils et politiques, a déclaré Me Joseph. Gérard Jean Juste qui s’est fait soigner à Miami pour une leucémie découverte en 2005 alors qu’’il était en prison, avait déjà été blanchi en 2006 des accusations portées contre lui par des secteurs qui tentaient de l’impliquer dans l’assassinat du journaliste Jacques Roche. Des paroissiens de Petite Place Cazeau ont fait savoir mardi que toutes les tracasseries et persécutions subies par le père Jean-juste étaient liées à des motifs politiques. AHP Port-au-Prince, le 24 juin 2008 -(AHP)Le curé de la paroisse de Petite Place Cazeau (nord de laLe père Jean-Juste totalement blanchi Port-au-Prince, le 25 juin 2008 (AHP) Le président du parti Fusion des Sociaux Démocrates, Victor Benoît, a salué mercredi la décision prise, le lundi 16 juin 2008, par le tribunal de première instance de Fort-Liberté, en audience ordinaire, en faveur de l’ancien sénateur du Nord-Est, Rudolph Boulos. Ce tribunal rejette la résolution adoptée le 18 mars 2008, par le sénat de la république déclarant que le sénateur Boulos ne devrait plus siéger, suite à un rapport d’une comission spéciale concluant à sa nationalité étrangère. Lors d’une conférence de presse, Victor Benoît a qualifié d’illégal et d’arbitraire la résolution du sénat. Selon lui, l’Exécutif et le parlement haïtien ont pour obligation de respecter la décision du tribunal, ce qui sera, a-t-il dit, une marque de respect vis-à-vis des habitants du département du Nord-Est. l’adoption de mesures visant à renforcer le système judiciaire haïtien et à favoriser l’établissement “d’un véritable Etat de droit” dans le pays. Pour sa part, l’un des avocats de Rudolph Boulos, Me Samuel Madistin, a fait savoir qu’il s’agit dans le cas de son client, d’un acte parlementaire qui est attaquable en justice. Me Madistin invite l’Etat haïtien à donner le ton, pour chercher à sauvegarder sa crédibilité, en matière d’exécution de décisions de justice. Il n’y aura certainement pas d’exécution forcée contre l’Etat mais cette décision doit être exécutée, a déclaré Me Madistin. Le président du sénat, Kély Bastien, avait indiqué lundi que la justice n’avait aucune provision légale pour casser un jugement rendu par l’assemblée des sénateurs, étant donné la séparation des pouvoirs. AHPLa Fusion appelle l’Exécutif et le parlement à respecter une décision prise par le tribunal de première instance de Fort-Liberté en faveur d’un sénateur destitué du partiLa loi sur la paternité responsable est dans l’impasse au sénat La ministre à la condition féminine et aux droits de la femme, Marie Laurence Jocelyn Lasègue, affirme que le projet de loi sur la paternité responsable a été soumis aux sénateurs depuis un an. “ Le projet de loi n’est pas encore voté même s’il avait suscité l’intérêt de nombre de parlementaires “, se plaint Mme Lasègue qui fait remarquer que cette loi permettra de respecter la constitution.” de la société parce qu’il ne sont pas reconnus par leurs pères et n’ont pas d’identité “, dit-elle espérant un vote rapide de ce projet de loi. De son coté, le président du sénat, Kelly Bastien, rappelle que le projet de loi sur la paternité responsable a été retiré de la procédure “ en discussion” sur demande de plusieurs organisations de la société civile et de certains sénateurs. “ Des sénateurs insiste Kelly Bastien. Réagissant à ces remarques Mme Lasègue indique que le projet de loi est le résultat de propositions de plusieurs organisations de femmes à travers le pays. Elle rappelle que les représentants des organisations de femmes avaient eu des rencontres autour de ce dossier avec des parlementaires en 1997. “ Faire un enfant est une responsabilité ce n’est pas un jeu”, lance Mme Lasègue pour qui la loi peut amener les haïtiens à adopter un comportement responsable. Interrogée sur les effets de ce projet de loi sur les familles, la ministre Lasègue a attiré l’attention sur les enfants exclus qui deviennent des adultes frustrés. La ministre à la condition féminine croit que la loi aura le mérite de pousser les adultes à réfléchir avant de faire un enfant. Le projet de loi sur la paternité responsable accorde les mêmes droits aux enfants qu’ils soient nés dans ou en dehors des liens du mariage. La mère pourra faire valoir la reconnaissance de paternité grâce à un test ADN. Alors que ce projet de loi suscite la réprobation de plusieurs secteurs dont les églises qui y voient une attaque contre le mariage, le président du sénat annonce de larges consultations avec les représentants de tous les secteurs concernés. Il y a de nombreux enfants qui sont en marge réclament le vote d’un code de la famille au préalable”, Victor Benoît plaide également en faveur de

PAGE 8

Page 8 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION (OLCDC) OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION (OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers Housing Counseling Services for low to moderate income families. Services include; 1s t Time Homebuyers Purchasing Assistance includes Down payment and closing cost subsidies, Low interest Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit Repair & Budget Counseling, and Foreclosure Prevention Assistance. HOMEBUYER HOMEBUYER EDUCATION CLASS EDUCATION CLASS For more information you may contact us at (305) 6873545 ext. 236, visit our website www.olcdc.org or stop by our office at 490 Opalocka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OLCDC is an Equal Housin g L ender and a HUD Approved Housing Counseling Agency Analyser la pauvreté en Haïti, dans son contexte historique et les politiques d’ajustement structurelPORT AU PRINCE, 9 Mai [AlterPresse Le sous-développement que connaît Haïti actuellement, tant sur le plan écologique qu’au niveau humain, serait une conséquence de l’influence des politiques internationales sur la politique intérieure, indique à l’agence en ligne AlterPresse l’auteur de l’ouvrage Jean Yves Despinas. A partir de cinq hypothèses mettant à nu le problème de la pauvreté en Haïti, Despinas propose une analyse, en recontextualisant l’origine de la pauvreté dans la république caribéenne et les raisons de sa persistance afin de trouver une solution durable à ce problème. Dans cet ouvrage, Despinas retrace l’origine du sous-développement par une rétrospective des faits historiques. Il revisite la période esclavagiste, période pendant laquelle les anciennes puissances coloniales ont bati leurs richesses, jusqu’au grand capitalisme des années 1980, étape essentielle dans l’évolution du système libéral. Cette situation d’extrême pauvreté serait une résultante de l’héritage colonial, signale Despinas. En reproduisant le modèle du système colonial dans le seul but de s’enrichir, les élites contraignent la classe paysanne, pauvre et majoritaire, à supporter les lourdes taxations pour rembourser des dettes injustifiées, transférant les ressources financières du pays vers les pays capitalistes. Par ailleurs, ce serait avec l’application des politiques d’ajustement structurel, marquées par la baisse du pouvoir d’achat et du salaire minimum, que les disparités entre le Nord et le Sud se sont accentuées vertigineusement. Pour l’auteur de l’ouvrage, ce drame est surtout d’ordre économique car « le développement des uns a conduit au sous-développement des autres ». Dans ses recherches, Despinas montre combien le système ultra-libéral, imposé par le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale, autrement dit les pays riches, a conduit à la concurrence internationale et à la privatisation forcée. Cette logique de mondialisation aurait précipité les pays pauvres vers la suppression de toute forme d’organisation collective, permettant la redistribution des richesses, et vers la suppression des mesures de protection des économies nationales, participant ainsi fortement à l’accroissement de la pauvreté. Ainsi, l’auteur préconise-t-il d’aborder le phénomène du sousdéveloppement sous un autre angle, en défendant la thèse qui relie la pauvreté à la question des groupes d’intérêts extrêmement puissants. Dans son ouvrage, Jean Yves Despinas présente différentes propositions à étudier afin de sortir de l’état de violence, de vulnérabilité et de pauvreté. Consultant au Service métropolitain de collecte des résidus solides (Smcrs), JeanYves Despinas est licencié en Droit, avec une formation en Communication et Journalisme. Il a fait également des études post-graduées en Population et développement. Avec « La pauvreté en Haïti : contexte historique et politiques d’ajustement structurel » Jean Yves Despinas signe son premier ouvrage. Ce livre est le fruit et l’aboutissement d’un travail commencé en 2001. La famine mondialePar Michel Chossudovsky, Global Research En cette époque d’après-guerre froide, l’humanité est confrontée à une crise économique et sociale d’une ampleur sans précédent et qui entraîne un appauvrissement rapide de larges secteurs de la population mondiale. Les économies nationales s’effondrent, le chômage est endémique. Des famines se déclarent en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et dans certaines parties de l’Amérique latine. Cette « mondialisation de la pauvreté, » qui a annulé bon nombre des progrès de la décolonisation d’après-guerre, a commencé dans le tiers-monde avec la crise de la dette du début des années 1980 et l’imposition des réformes économiques meurtrières du Fonds monétaires international (FMI). Ce Nouvel Ordre Mondial se nourrit de la pauvreté humaine et de la destruction de l’environnement. Il engendre la ségrégation sociale, il encourage le racisme et les conflits ethniques et s’attaque aux droits des femmes et il précipite souvent les pays dans des affrontements destructeurs entre les nationalités. Depuis les années 1990, il s’étend, par l’entremise du « libre marché », dans toutes les régions du monde y compris l’Amérique du Nord, l’Europe occidentale, les pays de l’ex-bloc soviétique et les « nouveaux pays industriels » (NPI) de l’Asie du Sud-est et de l’Extrême-Orient. Cette crise planétaire est encore plus dévastatrice que la Grande Dépression des années 1930. Elle a de lourdes conséquences géopolitiques; le démembrement économique donne lieu à des guerres régionales, à la fracture des sociétés nationales et, dans certains cas, à l’anéantissement de pays. Elle constitue de loin la plus grave crise économique des temps modernes. (Livre de Michel Chossudovsky intitulé : Mondialisation de la pauvreté et le nouvel ordre mondial) Introduction La famine est le résultat d’un processus de restructuration en « marché libre » de l’économie mondiale qui prend ses assises dans la crise de la dette du début des années 1980. Ce n’est pas un phénomène récent, tel qu’il a été suggéré par plusieurs reportages des médias occidentaux, en se concentrant strictement sur l’offre et la demande à court terme des produits agricoles de base. La pauvreté et la sousalimentation chronique sont des conditions qui préexistaient avant les récentes hausses des prix des produits alimentaires. Ces derniers frappent de plein fouet une population appauvrie, qui a à peine les moyens de survivre. Des émeutes de la faim ont éclaté presque simultanément dans toutes les grandes régions du monde: « Les prix des denrées alimentaires en Haïti a augmenté en moyenne de 40 % en moins d’un an, avec le coût des produits de première nécessitée tels que le riz qui a doublé... Au Bangladesh, [à la fin avril 2008] quelques 20,000 travailleurs du textile sont descendus dans la rue pour dénoncer l’augmentation vertigineuse des prix des produits alimentaires et aussi pour demander des salaires plus élevés. Le prix du riz dans le pays a doublé au cours de la dernière année, menaçant les travailleurs qui gagnent un salaire mensuel de seulement 25 $ et qui ont faim. En Égypte, des protestations de travailleurs concernant les prix des produits alimentaires a secoué le centre industriel du textile de Mahalla alKobra, au nord du Caire, pendant deux jours la semaine dernière, où deux personnes ont été abattues par les forces de sécurité. Des centaines de personnes ont été arrêtées et le gouvernement a envoyé des policiers en civil dans les usines pour forcer les travailleurs à travailler. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 40% en Égypte au cours de la dernière année... Plus tôt ce mois-ci, en Côte d’Ivoire, des milliers de personnes ont marché vers la maison du président Laurent Gbagbo, scandant « nous sommes affamés » et « la vie est trop cher, vous allez nous tuer. Des manifestations de même nature ainsi que des grèves et des affrontements sont survenus en Bolivie, au Pérou, au Mexique, en Indonésie, aux Philippines, au Pakistan, en Ouzbékistan, en Thaïlande, au Yémen, en Éthiopie et à travers la majeure partie de l’Afrique subsaharienne. » (Bill Van Auken, Amid mounting food crisis, governments fear revolution of the hungry, Global Research, April 2008) Avec de grands pans de la population mondiale déjà bien en dessous du seuil de pauvreté, la hausse des prix des denrées alimentaires de base qui se produit sur une courte période est dévastatrice. Des millions de personnes dans le monde sont dans l’incapacité d’acheter de la nourriture pour leur survie Ces augmentations contribuent d’une manière très réelle à « éliminer les pauvres » à travers « la mort par la famine. » Dit dans les mots de Henry Kissinger: « Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlerez la population. » À cet égard, Kissinger a fait savoir à travers le « Mémorandum d’études sur la sécurité nationale de 1974: Les implications de la croissance de la population mondiale sur la sécurité et les intérêts étrangers des États-Unis, » que des famines récurrentes pourraient constituer de facto un instrument de contrôle de la population. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, le prix des céréales a augmenté de 88% depuis mars 2007. Le prix du blé a augmenté de 181% sur une période de trois ans. Le prix du riz a augmenté de 50% dans les trois derniers mois (Voir Ian Angus, Food Crisis: “The greatest les 2,6 milliards de personnes dans le monde qui vivent avec moins de 2 $ US par jour et qui consacrent de 60% à 80% de leurs revenus à l’alimentation. Des centaines de millions de personnes n’ont pas les moyens de manger » (Ibid) Deux dimensions interdépendantes Il y a deux dimensions interdépen-dantes dans la crise alimentaire mondiale en cours, qui plonge des millions de personnes à travers le monde dans la famine et la privation chronique, une situation où des pans entier de la population n’ont plus les moyens d’acheter de la nourriture. Tout d’abord, il y a un processus historique à long terme de politiques de réforme macroécono-miques et de restructu-ration économique mondiale, qui a contribué à baisser le niveau de vie partout dans le monde, autant dans les pays développés que dans les pays en développement. Deuxièmement, ces conditions historiques préexistantes de pauvreté de masse ont été exacerbées et aggravées par la récente flambée des prix des céréales, qui a entraîné dans certains cas, le doublement du prix de détail des denrées alimentaires de base. Ces hausses de prix sont en grande partie le résultat de la spéculation boursière sur les denrées alimentaires de base. La soudaine augmentation spéculative sur le prix des céréales Les médias ont induit en erreur l’opinion publique sur les causes de ces hausses de prix, en se concentrant presque exclusivement sur la question des coûts de production, le climat et d’autres facteurs qui ont pour effet de réduire l’offre et qui pourraient contribuer à gonfler les prix des aliments de base. Bien que ces facteurs puissent entrer en jeu, ils ont un lien limité pour expliquer l’impressionnante et spectaculaire hausse des prix des produits de base. L’escalade des prix des produits alimentaires est en grande partie le résultat d’une manipulation du marché. Elle est en grande partie attribuable à la spéculation boursière sur les marchés des matières premières. Les prix des céréales sont artificiellement gonflés par la spéculation à grande échelle sur les opérations des marchés boursiers de New York et de Chicago. Il est intéressant de noter qu’en 2007, le Chicago Board of Trade (CBOT), a fusionné avec le Chicago Mercantile Exchange, formant la plus importante entité au monde traitant dans le commerce des produits de base et comptant un large éventail d’instruments spéculatifs (les options, les options sur (voir FAMINE / 16)CRISE ALIMENTAIREdemonstration of the historical failure of the capitalist model”, Global Research, April 2008): « La plus populaire variété de riz de la Thaïlande se vendait il y a 5 ans 198 $ US et à 323 $ la tonne l’an dernier. En avril 2008, le prix a atteint 1000 $. Les augmentations sont encore plus élevées sur les marchés locaux; en Haïti, le prix d’un sac de 50 kilos de riz a doublé en une semaine à la fin mars 2008. Ces augmentations sont catastrophiques pour

PAGE 9

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 9MIAMI-DADE COUNTY ADVERTISEMENT FOR BIDS PROJECT NAME: Refurbishment of MDAD Buildings 3094 & 3095 PROJECT NO.: C055A Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Cle rk, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202, 111 N.W. lst Street, Miami, Florida, 33128 until 1:00 P.M. August 6, 2008 or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the Board in said Stephen P. Clark Center. Bids are to be submitted in two envelopes. Bids received after the time and date specifi ed will not be considered. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids , containing all of the remaining bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the b id submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening. The County reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids. IN GENERAL THE WORK COMPRISES: The general repair and refurbishment of a seven-story post-tensioned, exposed concrete parking garage (Building 3094) and gene ral repair and refurbishment of the exterior exposed concrete and corrugated steel panel siding of an eleven-story hangar (Building 3095) at Miami International Airport. The work includes repairs and coating for exposed concrete throughout the parking garage and exposed exterior concrete walls of airplane hangar; sealing of all joints in the parking garage; repairs and painting of the exterior metal siding of the airplane hangar; repair and painting of drainage system (including trench drains, curb scuppers an d pipes) in the parking garage; general repairs and painting of all prefabricated stairs and railings throughout the parking garage (including (4) seven-story stairwell towers); general repai r of miscellaneous items throughout the parking garage (including bollards, hollow-metal doors, louvers, windows, light poles); re-striping the pavement markings of the parking garag e; several electrical related repairs and refurbishment including disconnection and reconnection of lighting to emergency power. BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on June 30, 2008 , for inspection by individuals by appointment only, on business days during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at the offices of Douglas Wood and Associates, Inc. at 299 Alhambra Circle, Sui te 510, Coral Gables, Florida. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents through August 4, 2008. The duration of each appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule additional time slots (not to run consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be required to present current, government issued, picture identification (e.g., Drivers License, United States Passport), docume ntation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perform work on, or related to, the Project, and sign and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the comp any and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Statutes § 119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes, § 281.301 and § 331.22, to maintain th e information contained in the Bid Documents as being exempt from the provision of Florida Statute § 119.07(1) and § 24(a), Article I of the State Constitution. In addition, intere sted parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or copying of the documents will be allowed. The Bid Documents can be purchased at 299 Alhambra Circle, Suite 510, Coral Gables, Florida as follows: 1. Non-refundable Payment of $200.00 for each set of Bid Documents 2. Refundable Deposit of $400.00 for each set of Bid Documents 3. Provide 24 hr notice prior to picking up Bid Documents by calling (305) 461-3450. The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Dep artment. The refundable deposit shall be by Cashiers or Certified check or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. To purchase a set o f the Bid Documents, each purchaser must present a current, government issued, picture identification (e.g., Drivers License, United States Passport), documentation that they ar e licensed architect, engineer, or contractor who may perform work on or related to the Project, and furnish and sign a notarized Confidentiality Affidavit. Each interested Bidder shall, a t the time of Bid Document pickup, furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of contact during the bidding process. A business card with all of this inf ormation will suffice. All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders th at timely return the Bid Document will have their deposit returned. Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are als o required to return all copies of the Bid Documents to the location of purchase. Failure to return the Bid Documents and copies made to the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are satisfactory to Miami Dade County. The purch aser of the Bid Documents shall be required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies. All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waiv e informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The County, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability again st the County by any and all bidders. PRE-BID CONFERENCE : The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on July 23, 2008 at 2:00 p.m. in 4200 N.W. 36th Street, Building 5A, 4th Floor, Conference Room F of the Miami-Dade Aviation Department, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections will be provided by the Miami-Dade Aviation Department. It is the policy of Miami-Dade County to comply with all th e requirements of the Americans with Disabilities Act (ADA). For sign language, interpreter services, material in accessible format, other special accommodations, or airport-relate d ADA concerns, please contact the MDAD Office of ADA Coordination at (305) 876-0856. COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM Contract Measures for this Project is (are): 24% COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM The Community Workforce Goal for this Project is: 29% BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by th e Instructions to Bidders. No Bid may be withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The C ounty reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids. BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS : 1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance. 2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, f or the Contractor's aggregate work force in each trade on all construction work in the covered area, as follows: Timetables Goal for minority Goals for female Participation for each Participation for From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade Until further notice 39.5 % 6.9 % As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work (whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area. 3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents. The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementatio n of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals e stablished for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be performed. The hours of minority and female employment and training must be substantially unif orm throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Con tract, the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 604. Compliance with the goals will be measured against the total work hours performed. The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The no tification shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor; employer identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated s tarting and completion dates of the subcontract; and the geographical area in which the Contract is to be performed. 4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Sub contractors. Requirements for compliance with this ordinance are contained in the Contract Documents. 5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a Cone of SilenceŽ is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertis ement and terminates at the time the County Manager issues a written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever co mes first. The Cone of Silence prohibits communications regarding RFPs, RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants an d the Countys professional staff, including but not limited to the County Manager and the County Managers staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the Countys professional staff including, but not limited to, the County Manager and the County Managers staff. The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral pre sentations before selection committees, oral communications with the Contracting Officer, as published by the Department of Business Development in their weekly Cone of Sil ence Project Information Report, for administering the procurement process, provided the communication is limited strictly to matters of process or procedures, Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing at any time unles s specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request. In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or prop oser shall render any RFP award, RFQ award, or bid award voidable. Any person having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the St ate Attorney and/or may file a complaint with the Ethics Commission. Bidders or Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification. 6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Docume nts other than those made by Addendum, Change Order, or Work Order. Any purchase of partial sets of documents shall be at the purchasers risk.

PAGE 10

Page 10 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 «Tonton Clarinette» de Nick StonePAR CHRISTOPHE DUPUIS Dix millions de dollars s’il accomplissait un miracle et ramenait le gamin sain et sauf; cinq millions s’il rapportait son corps; et cinq millions de bonus s’il produisait en sus les assassins morts ou vifs, peu importait, du moment qu’ils avaient le sang du gosse sur les mains. Tels étaient les termes du contrat et s’il décidait de les accepter le marché était conclu. Haïti, années 90 La famille Carver, qui a conçu sa fortune en travaillant la main dans la main avec son grand ami et associé François Duvalier alias «Papa Doc», est la plus riche et la plus influente de l’île. Gustav, le grand-père Carver réussit à embaucher Max Mingus, ancien flic, qui sort de 7 ans de taule pour avoir buté trois suspects. La mission, retrouver Charlie, son petit-fils, disparu trois ans plus tôt et dont personne, ni la police, ni les privés embauchés, n’ont trouvé la moindre piste. Max accepte... Mais dans un pays qu’il ne connaît pas, l’affaire a tout l’air d’être une mauvaise idée, comme il se dit. Ce premier, et long (plus de 600 pages) roman , ne manque pas de souffle. Le style de Nick Stone est extrêmement visuel et vous passez votre temps à côté de Mingus à découvrir cette île que l’auteur, d’origine haïtienne, connaît parfaitement et où, comme il le souligne, «le pire est vrai ». Une île si particulière, dont la description édifiante (Histoire, mœurs, tradition, vaudou et magie noire...) fait froid dans le dos: «Le Landcruiser ralentit en prenant la grand-rue fourmillant de monde. Les gens, misérables, crasseux, étaient habillés de vêtements distribués par les associations caritatives internationales qui leur glissaient de la taille ou des épaules, et leurs pieds nus et calleux avaient l’air chaussés de chaussons de plongée. Tous se déplaçaient à la même allure dictée davantage par l’habitude que par l’urgence ou la nécessité. On aurait dit une armée en déroute, un peuple conquis, brisé, qui se traînait vers un nonavenir. C’était Haïti, à peine sorti de l’esclavage.» Nick Stone maîtrise parfaitement son sujet et vous êtes emballés par le rythme et le pays. Il y a certes quelques petites maladresses, mais c’est un premier roman et on attend avec hâte le second (déjà sorti en Angleterre, «King of sword» reprend le personnage de Mingus mais se déroule avant «Tonton Clarinette»), en espérant qu’il soit du même tonneau. Texte recueilli par Anne Crignon Christophe Dupuis Librairie Entre-deux-noirs Francophonie: face à la domination de l’anglais, un rapport prône l’offensivePARIS, 4 Juin (AFP) La France ne “défend pas sa langue” et la Francophonie est en crise: un rapport remis mercredi au gouvernement prône une offensive large et “décomplexée” du français contre la domination anglo-saxonne, en donnant notamment plus de poids aux pays du Sud. “La Francophonie est très peu connue. Il y a un manque de visibilité car en France on ne croit pas à la Francophonie et le pays ne défend pas sa langue”, a expliqué Hervé Bourges, auteur de ce rapport remis au secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie Alain Joyandet. “En France même le concept de Francophonie apparaît daté, dépassé, sans écho dans les jeunes générations”, écrit cet ancien haut responsable de l’audiovisuel, personnalité engagée à gauche et militant tiers-mondiste. Selon lui, la France porte une responsabilité dans ce “malaise” au sein de la communauté francophone, qui revendique plus de 200 millions de locuteurs, d’Haïti au Vietnam. La France, qui vit “trop repliée sur elle-même”, notamment en raison du “poids du boulet de la colonisation”, est “de plus en plus perçue comme hostile par les populations francophones du Sud”, note-til. Pour Hervé Bourges, il faut donc “décomplexer la Francophonie”, rendre plus visible les actions de l’Organisation internationale de la Francophonie qui compte 68 Etats et gouvernements, et mener une “contre-offensive linguistique, en multipliant, comme l’ont fait les Etats-Unis, les dispositions linguistiques en marge des accords commerciaux ou diplomatiques” pour imposer le français. “Il faut reprendre l’offensive pour développer le français de manière décomplexée, à l’anglaise, parce que la bataille linguistique n’est pas seulement culturelle ou esthétique: c’est la bataille dont les enjeux véritables sont l’influence politique et la croissance économique”, écrit-il. Il souligne que le British Council vient de lancer un programme visant à faire passer le nombre de locuteurs anglophones de 2 à 3 milliards avec un investissement de 150 millions d’euros, alors que les programmes de l’OIF pour l’enseignement et la promotion du français se montent à environ 6 millions. Pour défendre le français, Hervé Bourges propose l’intégration du concept de Francophonie à l’école et au collège, la création d’une “Académie francophone” à l’image de l’Académie française où les écrivains français seraient minoritaires. Ou encore un “programme Erasmus” pour favoriser les échanges entre les universités du Nord et du Sud. Il prône aussi la création d’un “visa francophone” sur le modèle du “visa Commonwealth” qui permettrait de faciliter la circulation dans le monde francophone et de “matérialiser” ainsi un espace politique qui “regroupe le tiers des pays représentés à l’ONU”. Défendant une meilleure représentation des pays du Sud, notamment de l’Afrique, majoritaires au sein de la communauté francophone, il estime qu’il faut réformer la chaîne de télévision multilatérale (France, Belgique, Suisse, Canada) TV5Monde “pour l’ouvrir aux pays du Sud”. Il faut demander à ces pays du Sud “une contribution financière et leur permettre d’être dans les instances dirigeantes de cette chaîne”, explique-t-il. Globalement, la Francophonie doit être moins dépendante financièrement de la France “qui apporte aujourd’hui 50% du budget des institutions de la Francophonie”, dit-il. Il propose la création d’une “Fondation de la Francophonie” qui dépendrait de l’OIF mais qui pourrait recueillir des fonds privés pour soutenir des programmes de langues.LECTURE EcoutezMélodie Matinavec Marcus sur

PAGE 11

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 11 Nouvelles de pays déconseillésBrèves Rencontres avec Che GuevaraDE BEN FOUNTAIN Traduit de l’américain par Michel Lederer. Albin Michel QUOTIDIEN, jeudi 14 février 2008 Ailleurs. Généreuses et grinçantes, les «Brèves Rencontres» de Ben Fountain. Huit livres en un : ce Fountain est intarissable, chacune de ses nouvelles a la densité d’un roman touffu. Il va à l’essentiel mais il y reste ; il n’est pas de ces incorrigibles romanciers qui déroulent… Ben Fountain est généreux et bref. A plusieurs reprises, il questionne l’intégrité de l’individu au contact d’une corruption systématisée, dans ces pays où toutes les Affaires étrangères du monde déconseillent fortement d’aller sauf à y faire des affaires : Haïti, Sierra Leone, Colombie ou Myanmar, toujours «dans l’entrejambe moite et irrité du monde» . Des pays où les contrastes ne sont pas les seuls à être tranchés ; des pays où «de temps en temps, au matin, la mer rejetait des cadavres sur la plage de carte postale» . Femme terrienne Il s’agit d’absurdité. Le fou étant d’autant plus furieux qu’il «cherche simplement un peu de justice sur cette terre» . Mais la quatrième dimension a pris les trois autres en otage, et le règne des douze millions de salopards vient à peine de commencer. Dans «Oiseaux de la Cordillère centrale en voie d’extinction», un jeune ornithologue devient l’otage des Murc en Colombie : «Un gringo inconscient au point de débarquer en plein milieu d’une guerre pour étudier une bande d’oiseaux.» Les Murc ne s’en étonnent pas plus que ça : «Trente ans de guérilla avaient doté les rebelles d’un sens aigu de l’absurde.» Le hic étant que le jeune homme se trouve être plus intègre que les révolutionnaires eux-mêmes, au point de les gêner dans leurs affaires. «La Révolution avait atteint le stade classique où elle n’existait plus que pour elle-même», et elle ne peut guère s’embarrasser d’un jeune idéaliste… Dans «Les meilleurs sont déjà pris», Ben Fountain raconte un soldat américain qui revient d’Haïti marié à une divinité vaudoue, et c’est sa jeune femme brûlante qui accuse le coup : «L’autre femme de mon mari est une déesse vaudoue !» Désormais il consacrera les mardis et les samedis à sa nouvelle épouse, les autres jours à sa femme terrienne… La faute à Haïti, làbas quelque chose a explosé au visage et à l’âme du soldat, «le cru et le cuit de la vie qui te tombent dessus sans rien du vernis contemporain». Souvent, chez Ben Fountain, le monde est drôlement dégueulasse : «Tout lui paraissait maintenant faux, petit, minable, et la vérité s’abattait sur lui comme une maladie.» On s’en accommode ou on est à côté de la plaque. L’alternative, dépressive, ne laisse que peu d’issues. L’une d’elles est spirituelle, pour se remettre de «la gueule de bois permanente laissée par une jeunesse dilapidée» . L’autre est d’humour : «Ne ris jamais quand un Haïtien te dit qu’il sera président, parce que ça peut très bien se produire. Et si c’est le cas, il n’oubliera pas que tu t’es moqué de lui.» Forêt vierge Brèves rencontres avec Che Guevara a obtenu aux Etats-Unis, en décembre dernier, le prix Pen Hemingway récompensant une première œuvre de fiction. Aujourd’hui, à 35 ans, Ben Fountain termine un roman : pavé de forêt vierge, papier glaçant et grinçant on prend. A Miami, l’espagnol devient la premièreMIAMI, 3 Juin Sa mère parlait l’espagnol mais son père a interdit à Melissa Green de l’apprendre. A 49 ans, cette fleuriste de Miami regrette comme beaucoup d’habitants de sa génération de ne parler qu’anglais dans une région où les hispanophones sont devenus les plus nombreux. “Certaines personnes ont du mal à trouver du travail parce qu’elles ne parlent pas espagnol, et je ne trouve pas ça normal”, souligne Melissa Green, qui doit parfois faire appel à une amie hispanophone pour être comprise de ses clients. “Il m’arrive de me dire qu’ils devraient apprendre l’anglais.” Dans beaucoup de quartiers de Miami, l’espagnol est devenu la première langue, prenant la place de l’anglais dans la vie de tous les jours. Tous les “Latinos” peuvent se sentir chez eux dans les rues sans jamais prononcer un mot en anglais. Dans les magasins, les vendeurs servent leurs clients en espagnol. Les universités proposent des programmes en espagnol. Et les banques, les supermarchés, les restaurants et même la poste et les services publics proposent leurs services en espagnol. A Miami, les médecins et les infirmières parlent espagnol avec les patients et une grande partie des publicités sont en espagnol. La presse quotidienne, les stations de radio et les chaînes de télévision pourvoient aux besoins du public hispanophone. Mais cette situation, certes favorable aux immigrants, marginalise une partie des anglophones. Dans les années 50, plus de 80% des habitants du comté de Miami-Dade étaient des Blancs non hispano-américains. En 2006, ce pourcentage était tombé à 18,5%, et en 2015, il ne sera plus, selon les estimations, que de 14%. “La population anglophone s’en va”, souligne Juan Clark, professeur de sociologie à Miami. “Une des réactions est d’émigrer vers le Nord. Ils acceptent mal d’avoir à apprendre l’espagnol dans le seul but de trouver du travail. Le fait de ne pas parler espagnol est un handicap.” Selon le recensement, 58,5% des habitants du comté parlent espagnol et la moitié d’entre eux disent ne pas parler anglais correctement. Les gens qui ne parlent qu’anglais ne représentent que 27,2% de cette population. Andrew Lynch, linguiste de l’Université de Miami, estime que la présence de ces hispanophones a commencé à poser problème dans le Comté de Miami-Dade dans les années 1960 et 1970 avec l’arrivée des cubains, qu’elle s’est intensifiée dans les années 80 avec les immigrants venus d’Argentine, du Venezuela et d’Amérique Latine en général. L’exode des anglophones n’a pas tardé. James McCleary a quitté Miami en 1987 avec sa femme et leurs deux enfants pour le Vermont où il est maintenant agriculteur. A 58 ans, McCleary dit qu’il avait du mal à trouver du travail parce qu’il ne parlait pas espagnol. Il lui a fallu sept mois pour trouver un emploi de cuisinier. Sa femme, Lauren, est née et a grandi à Miami et la famille y retourne au moins deux fois par an. Mais Lauren McCleary ne s’y sent plus chez elle. Ce qui ne l’empêche pas d’aimer la diversité de la population et de regretter de ne pas avoir appris l’espagnol à l’école. Martha Phillips, une bibliothécaire de 61 ans, estime que les hispanophones vont conserver leur avantage. Elle se désole de l’exode des anglophones et craint que la région ne devienne une province de l’Amérique Latine. De leur côté, les hispanophones rencontrent des difficultés avec les anglophones. Mary Bravo, une Vénézuélienne de 37 ans, cheffe d’entreprise, est arrivée à Miami il y a neuf ans. Elle comprend l’anglais mais le parle mal. “Ce pays est le leur. Nous devrions essayer de parler anglais, dit-elle, mais ils n’essaient même pas de nous comprendre”. Isaac Piramanrique, retraité colombien de 80 ans, dont la fille vit à Miami depuis 20 ans, ne fait pas de différence entre Hispaniques et Américains, qui sont selon lui “égaux”. “Si les Américains ne parlent pas espagnol (à Miami), ils se sentent insatisfaits, et nous qui ne parlonsA LIREpas anglais, nous ne sommes pas à l’aise”, constate-t-il. “On devrait être obligé d’apprendre les deux langues, pour que les gens se comprennent mieux.” AP

PAGE 12

Page 12 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Immigration: le Parlement européen adopte la “Directive retour”STRASBOURG, 17 Juin (Reuters) Le Parlement européen a adopté le projet de directive sur l’expulsion des étrangers en situation irrégulière qui fixe à 18 mois la durée maximale de leur placement en rétention et prévoit à leur encontre une interdiction de séjour de cinq ans dans l’UE. Cette “directive retour”, qui a fait l’objet d’un accord de compromis entre les 27 et avec le Parlement européen, est fortement contestée à gauche et par des associations de défense des travailleurs immigrés qui l’ont qualifiée de “directive de la honte”. Elle a été adoptée par 367 voix contre 206 et 109 abstentions. Ce texte vise à imposer un socle juridique commun aux 27 Etats membres de l’UE. Le placement en rétention d’un étranger en instance d’expulsion devra dans tous les cas être ordonné ou contrôlé par une autorité judiciaire. La durée de cette rétention sera de six mois maximum et pourra être prolongée de douze mois, soit 18 au total (la norme allemande) si le retour est compliqué par un manque de coopération de l’intéressé ou de son pays d’origine. Cette durée est actuellement inférieure à 18 mois dans seize pays dont la France (32 jours). Ces Etats pourront conserver leur législation et le ministre français de l’Immigration, Brice Hortefeux, a annoncé que la France ne modifierait pas la sienne. Sept pays autorisent en revanche un maintien en détention des clandestins pour une période indéfinie. La directive prévoit une garantie de recours, une assistance juridique et linguistique ainsi que des soins médicaux pour les personnes en instance d’expulsion. Elle instaure des règles concernant les conditions de rétention et la situation des mineurs qui ne peuvent faire l’objet d’une telle mesure « qu’en dernier ressort et pour la période appropriée la plus brève possible ». L’Irlande, le Royaume-Uni et le Danemark, trois pays qui ne participent pas à l’espace Schengen, ne seront pas liés par le texte. Le nombre d’immigrés illégaux est estimé à huit millions dans l’Union par la Commission européenne. Plus de 200.000 illégaux ont été arrêtés dans l’UE pendant la première moitié de 2007 mais moins de 90.000 ont été expulsés. Manifestation en Europe contre le projet “Directive de retour” hostile aux immigrésPar Marie Visart P-au-P, 17 juin 08 [AlterPresse] — Différentes organisations non gouvernementales (ONG) ont tenu, ce mardi 17 juin 2008, un rassemblement dénommé « cercle du silence » devant le Parlement européen à Strasbourg (France) pour protester contre un projet de loi qui comprend différentes atteintes aux droits des étrangers, aux garanties démocratiques et aux respect des droits humains, apprend l’agence en ligne AlterPresse. Ce rassemblement fait suite à un mouvement initié le samedi 14 juin 2008, au cours duquel des milliers de personnes se sont réunies à Paris pour répondre à l’appel national des associations de défense des droits humains, contre le projet de “directive de retour”, lequel prétend harmoniser les législations européennes sur les modalités de rétention et d’expulsion des étrangers. Cette directive, qualifiée de « directive de la honte » par les manifestants et les organisations nongouvernementales, intervient dans un contexte de durcissement général des politiques menées par les gouvernements de l’Union Européenne (UE). Ainsi, fixet-elle les règles et les normes en matière d’immigration en institutionnalisant la détention contre les clandestins, sans procès ni justice. La directive et les droits humains pour une société démocratique De l’avis des ONG présentes à cette manifestation et suivant un rapport d’Amnesty International, cette directive de retour constitue une violation des droits humains sous divers aspects , notamment l’affaiblissement des garanties démocratiques. Le projet envisagé par l’UE prévoit « un enfermement des étrangers pouvant atteindre dix-huit mois en cas de situation irrégulière. Cet emprisonnement souffrant de maladies graves. Le texte évoque “une systématisation de l’interdiction, du territoire de l’UE, pendant cinq ans pour les personnes expulsées”, ce qui revient à les exclure et les criminaliser. Cette durée peut même être allongée si l’administration estime qu’il y a “menace grave à l’ordre public”. Il est prévu un “renvoi des étrangers vers les pays, par lesquels ils n’ont fait que transiter, sans qu’ils aient un lien réel avec ces pays”, ainsi que la “suppression de l’obligation pour les Etats membres de fournir l’aide juridictionnelle gratuite.” Aux yeux des organismes internationaux de défense des droits humains, cette directive viole les articles 2, 3, 5, 6, 7, 8 et 9 de la Déclaration universelle des droits humains de 1948, en particulier l’article 13 qui énonce : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays ». Bref historique A partir de la fin de 2002, l’Union européenne a entamé une série de consultations en vue d’aboutir à ce qu’elle appelle “lharmonisation des législations en matière de détention et d’éloignement d’immigrés en situation irrégulière”. Un plan d’action, avec des normes et des mesures communes, a été mis en place à cet effet, afin de reconduire les personnes en situation irrégulière. En septembre 2005, la Commission européenne a fait une proposition de “directive sur le retour”, par la mise en place d’un Fonds commun visant à optimiser l’efficacité de l’expulsion. Puis, en mars 2006, le Parlement européen a saisi la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE) en vue d’annuler cette directive qui a été décidée par les gouvernements, sans l’aval de la CJCE. Durant l’année 2007, la commission des libertés du Parlement a voté un compromis sur le rapport préparé par le député allemand, Manfred Weber. Le vote en plénière, initialement prévu pour novembre 2007, avait été reporté à janvier 2008. Réuni le 5 juin dernier [2008], le Conseil des Ministres de Justice et des Affaires intérieures des 27 pays membres a approuvé cette proposition, qui devrait etre soumise ce 17 juin, sous forme d’amendement au rapport Weber, au vote du Parlement, l’autre institution chargée de l’examen de son contenu et de son adoption. L’Europe a toujours été connue comme un continent d’accueil. Mais, pour le 21 e siècle, elle semble choisir un repli sur elle-même.IMMIGRATION ZERO DEPATMAN TRAVO PIBLIKA V I P I B L I KREYINYON KOMINOTÈ NW 87 AVENI DE NW 162 STREET RIVE NW 186 STREET AMELYORASYON WOUTYÈ PROJÈ NIM. 20040390Yap avize piblik la ke Depatman Travo Piblik Konte Miami-Dade pral fè yon Reyinyon Kominotè sou koze Pwojè Konte Nim. 20040390 la jou mèkredi 9 jiyè 2008 apati de 7:30 diswa rive 9:00 diswa, nan Lawton Chiles Middle School ki nan lokal 8190 NW 197 Street. Se pou bay moun yo opòtinite pataje opinyon yo sou pwojè an ke yap fè Reyinyon Kominotè sa a. Nan pwojè an yo pral genyen pou laji wout ki la deja sou NW 87 Aveni pou vin a kat ranje sòti NW 162 Street rive NW 186 Street. Travo amelyorasyon yo enkli soulve mitan wout la, fè peyizaj, twotwa, rebò twotwa yo ak kanivo, sistèm drenaj pou dlo tanpèt, siyalizasyon, trase wout ak make wout, ak fè ekleraj. Pwojè a apeprè yon diistans 1,5 mil an longè. Finansman pou pwojè sa a ap sòti nan lajan Taks Diplis Konstitisyon Konte a ki te enpoze dapre Seksyon 29.121 nan Kòd Konte Miami-Dade. Pwojè sa-a te espesifikman enimere nan Plan Transpòtasyon Pèp la (PTP) kòm youn nan pwojè amelyorasyon Asanble a te mande fèt yo. Plan yo, chema yo, desen yo ak tout enfòmasyon devlope pa Depatman an pral disponib pou piblik la revize yo nan lokal kote reyinyon an pral fèt la de 7 :30 p.m. jiska 9 :00 p.m. jou reyinyon an menm. Premye pati Reyinyon Kominotè an pral bay piblik la anjeneral yon chans pou yo revize plan yo kap ekspoze yo epi diskite pwojè an ansanm ak ekip anplwaye Depatman Travo Piblik yo. Nan dezyèm pati an, ki sipoze koumanse a 8 :00 p.m., pral genyen yon prezantasyon tou kout de pwojè an ak yon sesyon kòmantè piblik apre prezantasyon an. Pou enfòmasyon sou pwojè an oswa pou mande aranjman espesyal fèt pou yon patisipan jan Lwa Ameriken Enfim 1990 egzije, tanpri kontakte Mr. Hector Aleman, P.E., Manadjè Pwojè, nan (305) 375-4971, oswa Mr. Leandro Oña, P.E., Chèf, Divizyon Otowout, nan (305) 375-1909, Konte Miami-Dade, Depatman Travo Piblik, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 1510, Miami, Florida, 33128-1970. Demann pou aranjman espesyal dwe fèt sen jou travay anvan Reyinyon Kominotè an. Moun ki ta renmen soumèt dè deklarasyon alekri ak de lòt ekspoze nan plas oswa ansanm ak deklarasyon aloral yo, kapab fè sa nan reyinyon an oswa voye yo pa lapòs nan atansyon Mr. Oña anvan jou reyinyon an. Tout enfòmasyon ke yo resevwa alekri pral fè pati rejis Reyinyon Kominotè an. sera décidé arbitrairement par l’administration sans aucun jugement et donc sans possibilité de défense”. Parallèlement, les personnes vulnérables (femmes enceintes, personnes âgées, victimes de torture,...) ainsi que les mineurs, qu’ils soient ou non accompagnés, au mépris de la Charte des droits de l’enfant, sont passibles de mesures de détention et d’éloignement. Plus grave encore, le texte permet la détention et l’expulsion forcée des mineurs isolés vers un pays tiers (autre que leur pays d’origine), où ils n’ont ni famille ni tuteur légal. En outre, il n’est plus imposé aux Etats de fournir un titre de séjour aux personnes

PAGE 13

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 13 Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 Take Out8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETPETITES ANNONCES LETTRE OUVERTE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES (ONU), Son Excellence MONSIEUR BAN KI-moonMonsieur le Secrétaire général, Nous sommes tout à fait conscients, compte tenu de l’importance de votre fonction, du poids de vos responsabilités envers le monde entier et qu’il ne vous est pas toujours possible de prendre en considération, de manière prioritaire et au moment convenu, tel ou tel problème particulier d’un pays membre, d’autant plus que les événements se bousculent sur la scène mondiale à une allure vertigineuse. C’est la raison pour laquelle nous nous permettons aujourd’hui de soumettre à votre plus haute attention le cas de notre pays, Haïti. Il est vrai que les soldats de la MINUSTAH, sous l’obédience de l’ONU, ont déjà réalisé beaucoup de progrès par rapport aux objectifs fixés en 2004, à savoir le rétablissement et le maintien de la paix en Haïti, la professionnalisation de la police nationale, l’amélioration du fonctionnement du système judiciaire, un soutien tangible aux autorités haïtiennes en ce qui a trait au maintien de l’ordre mais aussi et surtout une réponse effective et efficace aux besoins urgents de la population en matière de sécurité collective et individuelle. Nous nous souvenons aussi, avec des sentiments de reconnaissance, de la participation active des troupes de la MINUHA, en 1995, à l’éducation civique et à l’amélioration des infrastructures dans certaines zones reculées de notre pays, cédant lors à des « nécessités opérationnelles». Cependant, malgré tous ces efforts internationaux et nationaux, le cas d’Haïti est bien loin d’être résolu. Le peuple haïtien, comme vous le savez, vit dans l’angoisse et la peur depuis quelque temps et dans un tel cas on pourrait même parler d’une psychose collective. Le taux de criminalité a augmenté de façon exponentielle depuis le déclenchement, il y a déjà 4 ans, de la fameuse « opération Bagdad ». En dépit de la mise hors d’état de nuire de certains chefs de gangs, le kidnapping – phénomène tout à fait nouveau en Haïti – continue de suivre son cours et s’est transformé, depuis en une affaire lucrative , dont trop de citoyens haïtiens en ont déjà fait les frais. L’horreur a atteint entre-temps un sommet inégalé depuis que ces lâches assassins, non contents de s’attaquer à des adultes innocents, s’en prennent à nos enfants. C’est ainsi qu’en mai 2008, parmi les trente-six (36) personnes kidnappées (d’après les rapports officiels) se trouvaient quinze (15) enfants mineurs. Trois (3) d’entre ces jeunes personnes ont été froidement exécutées après avoir été torturées par des malfaiteurs sans scrupule, ce que nous considérons comme une violation flagrante des articles 19, 35 et 39 de la Convention internationale sur les droits de l’enfant du 20 novembre 1989. Conscients du devoir moral de protéger l’enfance et de la place importante de l’enfant dans une société et son rôle essentiel dans le devenir d’une nation, il y a pour nous, parents et citoyens, de quoi s’inquiéter au plus haut point et de réclamer haut et fort la fin de ces crimes odieux. Comme vous le savez sans doute, le 4 juin dernier, une grande partie de la société civile était descendue dans les rues pour manifester contre ce fléau qui sème tant de deuils dans les familles haïtiennes. Nous joignons notre cri d’alarme à la voix de nos compatriotes révulsés en vous priant avec insistance Monsieur le Secrétaire Général de faire tout votre possible pour remédier le plus vite possible à une telle situation catastrophique. Mus par nos sentiments de pères et de mères ainsi que par nos devoirs de citoyens et citoyennes haïtien(ne)s conscient(e)s, nous pensons qu’en attendant qu’Haïti parvienne à une autonomie à matière de sécurité, il serait urgent de renforcer le contingent policier de la MINUSTAH et de lui permettre également d’élargir son champ d’action de façon telle qu’elle puisse, avec l’aide de la PNH (viceversa) et avec le soutien actif de la population locale, parvenir à maîtriser enfin et irréversiblement ces criminels sans foi ni loi, et ceci en conformité avec l’article 3 de la déclaration universelle des droits de l’homme sur l’intangibilité de la vie et le droit à la liberté et à la sécurité. Tout en vous remerciant par avance de toute l’attention que vous voudriez bien porter à notre appel au secours pour un peuple pris en otage par des terroristes sans vergogne, veuillez croire, Monsieur le Secrétaire Général, en l’expression de nos sentiments respectueux Avec nos salutations patriotiques. Dr.med. Guillaume R. Sévère, cardiologue Dr. Roger Bélizaire, M.D., spécialiste en Chirurgie cardiovasculaire Monsieur Frantz Cartright, Master of Engineering Dr. Frantz Bouchereau M.D., spécialiste en Chirurgie barriatique Professeur Ernst Laraque, ingénieur, ancien Ministre des travaux publics Monsieur Antony Damas, ingénieur Monsieur Edouard Adam, ingénieur Monsieur Edouard Josef Saint-Lô, Sciences économiques, produits pharmaceutiques Monsieur Rudolph Dupuy, architecte et peintre Dr. Lesly Barthélemy, Médecine générale et Santé publique Monsieur Jean-Edouard Colon, ingénieur électronique Dr. Max Millien, Agronome, Médecine vétérinaire Extrait de la convention internationale sur les droits de l’enfant Article 19 : 1.Les États parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toutes formes de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié. 2.Ces mesures de protection comprendront, selon qu’il conviendra, des procédures efficaces pour l’établissement de programmes sociaux visant à fournir l’appui nécessaire à l’enfant et à ceux à qui il est confié, ainsi que pour d’autres formes de prévention, et aux fins d’identification, de rapport, de renvoi, d’enquête, de traitement et de suivi pour les cas de mauvais traitements de l’enfant décrits ci-dessus, et comprendre également, selon qu’il conviendra, des procédures d’intervention judiciaire. Article 35 : Les États parties prennent toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants à quelque fin que ce soit et sous quelque forme que ce soit. Article 39 : Les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour faciliter la réadaptation physique et psychologique et la réinsertion sociale de tout enfant victime de toute forme de négligence, d’exploitation ou de sévices, de torture ou de toute autre forme de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ou de conflit armé. Cette réadaptation et cette réinsertion se déroulent dans des conditions qui favorisent la santé, le respect de soi et la dignité de l’enfant.

PAGE 14

Page 14 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23LIBRE PENSEE « Ceux de qui la conduite offre le plus à rire, Sont toujours sur autrui les premiers à médire; Ils ne manquent jamais de saisir promptement L’apparente lueur du moindre attachement, D’en semer la nouvelle avec beaucoup de joie, Et d’y donner le tour qu’ils veulent qu’on y croie.» Molière Tartufe Je croyais que les ONG faisaient réellement bien leur travail de « Mendiants Institutionnels » utilisant un marketing agressif qui tend à faire du « Nègre » un « assisté permanent », de l’handicapé un « provocateur de compassion » et des catastrophes humanitaires leur « raison d’être ». Le pire, vu le discrédit de nos dirigeants, les ONG sont en plus les « seuls et vrais interlocuteurs » auprès des « Bailleurs de Fonds », « Jeteurs d’argent » et « Provocateurs de Perversions sociales ». Outre les ONGs, on observe ces derniers temps, l’apparition d’une nouvelle classe de « mendiants institutionnels », au nom de pays tiers. La Banque Mondiale, le Fonds Monétaire, la Banque Interaméricaine, la FAO, les Nations Unies, sont leurs différents « Points de Focalisation ». On les retrouve aussi lors des « Sommets », à Madrid, à New-York, à Bruxelles, à Washington. Les « Autorités Dominicaines » semblent vouloir faire partie de ce lot. Cependant, je pensais que ce n’était que le Chancelier Dominicain, le « Grand Ami d’Haïti » (avec de pareils amis, le mot ennemi perd tout son sens) celui qui s’occupait de chercher des « Fonds pour Haïti » afin de les « drainer » vers la République Dominicaine. Non. Il y a maintenant « Lyonel », « El Presidente », qui joue aussi le jeu, de « demander de l’aide » pour Haïti. J’imagine que des raisons certainement importantes les pousse à le faire. D’après M. Rahdamés Batista, Président du Conseil d’Administration des frontières, la République Dominicaine doit le faire car les Haïtiens envahissent leur territoire, leur économie, et accaparent les emplois en déplaçant la main-d’œuvre dominicaine. Trop d’Haïtiens chez eux. Des Parlementaires haïtiens se sont opposés à ces démonstrations « haïtianophiles » de la part du dirigeant dominicain. Enfin, j’imagine mal que la République Dominicaine, avec des millions de Dominicains éparpillés à travers le monde, déplaçant la main-d’œuvre dans d’autres pays, puisse réagir de cette façon face à la migration haïtienne. Quelle horreur ! Bon, essayons quand même de tirer profit de la situation en créant une « Commission ParitaireTartuferieHaïtiano-Dominicaine pour la Promotion de la Mendicité Institutionnelle » auprès des « Pays Amis » d’Haïti et de la République Dominicaine. Enfin, chères amies lectrices, chers amis lecteurs, je ne voulais pas parler de la « Mendicité Institutionnelle » sinon de « Perversion morale », je voulais parler de ces « Faux Prophètes », de ces « Faux Patriotes », de ces « Malandrins émotionnels», « Pharisiens », qui manifestent en public leur foi en un seul DIEU, dans l’orthodoxie de l’Église Catholique et qui, en cachette, s’occupent de leur « ogatwa ». La victime, cette fois, une « femme ». Actuellement en Haïti, être « Pressenti » c’est s’exposer à tout type de critiques, professionnelles, personnelles, ou autres. Je viens de découvrir, en plus, que la société haïtienne est fortement homophobe (dans le cas de femmes). Les rumeurs faisaient comprendre que le monde entier était au courant qu’en Haïti, « l’amoralité » avait atteint le seuil de la débâcle. Même des dirigeants étrangers ont fait part de leur préoccupation, dit-on. La France ? Les Etats-Unis ? L’Espagne ? Je n’ai pas besoin de faire un grand effort pour citer des noms, d’anciens Ministres, de Personnalités de la politique, « d’Autorités Cultuelles » (de l’Église Catholique, de l’Église Anglicane ou autre), dans ces dits pays, à « sortir de l’armoire » ces derniers temps, ayant refoulé leur « homosexualité » durant des années. Pour l’Espagne, il a son lot. Cependant, la « laïcité de l’Etat espagnol » aidant, personne n’ose critiquer le « comportement sexuel » des dirigeants. Sauf s’il y a atteinte à la « morale collective ». Là, les « Lois » sont là pour çà. Et, ils vont en prison. Quels qu’ils soient. Ils le savent. Pour les Etats-Unis, malgré la « Providence », ils ont eux aussi leur lot. Cependant, la morale publique est aussi sauve. Malgré les mariages entres éléments du même sexe. À mon âge, trop vieux et ayant bien vécu ma « sexualité », je n’ai aucune envie d’explorer d’autres « univers sexuels » que ceux que j’ai connus. Cependant, je crois que les « Tartufes », les « Faux Dévots », les « Manipulateurs » ont suffisamment fait de mal au pays et, leur laisser la voie libre pour ajouter une nouvelle victime à leur liste ce serait trahir mon « métier d’homme », surtout si le prétexte utilisé est vue. A-t-on suffisamment fait de recherches sur la « vie privée » des différents « candidats hommes » ? Est-ce à nouveau du machisme à l’haïtienne ? A-t-on peur que maintenant une femme sache trouver la vraie formule de transformation pour le pays ? A-t-on peur que cette femme, « ayant vécu librement sa sexualité », soit celle qui « ferme les vannes de la corruption dans ce pays » ? A-t-on peur qu’une « Femme » soit celle qui fasse d’Haïti quelque chose d’autre à ce qu’elle est aujourd’hui : une immense « Décharge Sauvage », un « Lot de Problèmes irrésolubles » ? Et les « adultères », et les « Haïtiens Natif-Natal » qui croient qu’être « Macho » c’est d’avoir un « enfant illégitime » dans chaque quartier, ne pouvant ni ne voulant après assumer leur paternité, auront-il le droit d’être candidat à la Primature sans que les « Autorités Morales » n’aient à intervenir ? Et les « Incestueux » ? Et les « Corrompus » ? Bâtards ! Enfin, chères amies lectrices et chers amis lecteurs, trop de choses à dire et trop peu d’espace pour le dire, essayons d’éviter de faire de l’ « homophobie » une arme politique car ce serait montrer jusqu’à quel point nous sommes « bornés » et « malhonnêtes » dans ce pays. Je ne pourrais terminer sans citer ce poème, attribué à Bertolt Brecht, et qui est devenu le symbole de la lutte contre l’indifférence et un chant à la tolérance : « Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes Je n’ai rien dit Je n’étais pas communiste. Lorsqu’ils sont venus chercher les sociauxdémocrates Je n’ai rien dit Je n’étais pas social-démocrate. Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes Je n’ai rien dit Je n’étais pas syndicaliste. Lorsqu’ils sont venus chercher les catholiques Je n’ai rien dit Je n’étais pas catholique. Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs Je n’ai rien dit Je n’étais pas juif. Puis ils sont venus me chercher Et il ne restait plus personne pour protester. » À bon entendeur, SALUT! Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Juin 2008 Ajans Lojman Piblik Miami-Dade (MDHA) ap pran aplikasyon sou entènèt pou fanmi ak endividi ti mwayen ekonomik yo ki ta renmen met non yo sou lis datant sistèm lotri a pou kay ki baze sou pwojè yo (Lojman Piblik, Reyabilitasyon Modere ak Nouvo Kontriksyon Seksyon 8) ak kay ki baze sou lokatè yo (Lojman Chwa Koupon Seksyon 8) an jiyè 2008. APLIKASYON SA-A FASIL POU RANPLI LAP PRAN APEPRÈ TWA A SENK MINIT POU FIN RANPLI. MÈZAL", SI NESESÈ, PIBLIK LA KA CHÈCHE JWENN ÈD NAN SÈTEN LOKAL BYEN DETÈMINE DE 7 a 31 JIYÈ. Tout aplikasyon ki resevwa nan peryòd sa-a va konsidere kòm aplikasyon ki fèt menm lè. Li pa enpòtan si yo resevwa yon aplikasyon nan premye jou a oswa nan dènye jou a. Aplikasyon an, ki enkli estriksyon yo, limit revni, kestyon ki poze pi souvan yo osibyenke lokal yo pou jwenn asistans, pral disponib an Angle, Panyòl, ak Kreyòl sou sit wèb Ajans Lojman Piblik MiamiDade la: www.miamidade.gov/housing. Chèf fwaye a fèt pou genyen yon nimewo Sosyal Sekirite pou enskri sou entènèt; mèzalò, yo pap anpeche yon aplikan fè aplikasyon poutèt li pa gen yon nimewo Sosyal Sekirite. Yap fè aranjman pou yon lòt sesyon aplikasyon. Yo pèmèt sèlman yon aplikasyon pa fanmi. Aplikan yo va resevwa yon nimewo resi kòm konmasyon ke yo te soumèt aplikasyon an sou entènèt la. Kidiplis, aplikan yo va resevwa yon lèt ki fè yo konnen ki nimewo yo ye sou nouvo lis datant 2008 la pa pita ke 30 septanm 2008. Yon fwa lis datant 2008 la jwenn sètikasyon, lis datant 2005 lan va anile. Kidonk, nenpòt aplikan 2005 ke yo poko kontakte pou yon entèvyou pou etabli elijibilite oswa ki pat jwenn kay nan pwogram chwa yo pral oblije re-aplike ankò. Si w bezwen èd pou ranpli aplikasyon sa-a oswa èd pou yon moun enm oswa ki pa ka deplase, tanpri rele 786-331-5344; moun ki sèvi ak aparèy TDD/TTY yo dwe fè 7-1-1.www.miamidade.gov/housing Rele 786-331-5344Aplikasyon Lis Datant sou Entènèt Pou Lojman Piblik ak Seksyon 8 EQUAL HOUSING OPPORTUNITY AJANS LOJMAN PIBLIK MIAMI-DADEAVI PIBLIK JIYÈ 2008Konte Miami-Dade ak Ajans Lojman Piblik Miami-Dade pa fè diskriminasyon baze sou ras, sèks, koulè, relijyon, eta sivil, alyasyon familyal, orijin nasyonal, ansèt, enmite, oryantasyon seksyèl, laj, oswa gwosès pou jwenn aksè ak patisipasyon nan pwogram oswa aktivite lojman. Un fils de ressortissant haïtien, Carl-Alex Ridoré, devient le premier préfet noir de SuisseStéphane Berney le 22 juin 2008, «Mon fils est un bosseur, il a un grand sens de l’organisation pour tenir ses objectifs, et c’est ce qui m’a toujours impressionné chez lui.» Emu, Charles Ridoré fêtait hier la victoire de son fils Carl-Alex dans la course à la préfecture de la Sarine à celui de « l’anormalité sexuelle » selon leur point de Fribourg. Le socialiste a remporté cette élection face au démocratechrétien Hubert Dafflon, par 11 706 voix contre 7914, ce qui représente plus de 59,6% des suffrages. A 36 ans, Carl-Alex Ridoré entre doublement dans l’histoire. D’abord dans la grande puisqu’il devient le premier préfet noir de Suisse. En effet, ses parents sont arrivés en Suisse depuis Haïti voici une quarantaine d’années. Il est donc né en Suisse. C’est d’ailleurs le papa du conseiller national démocrate-chrétien Dominique de Buman, médecin, qui a aidé à le mettre au monde à l’Hôpital cantonal de Fribourg. C’était le troisième bébé à naître dans cette institution. Carl-Alex Ridoré entre aussi dans la petite histoire puisque, en tant que socialiste, il a pris la dernière préfecture du canton de Fribourg aux mains des démocrateschrétiens («Le Matin» du 28 avril). Alors, ça fait quoi d’être le Barack Obama de Suisse? «J’ai toujours dit que la couleur de ma peau n’était pas un argument de campagne, mais je suis conscient de la portée symbolique de cette élection. Je veux avant tout être le préfet de tout un district.» «Même mes parents sont venus du Valais pour poser des affiches et des pancartes!» (RIDORE / p. 15)

PAGE 15

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 15 SPORTSFlorence, l’épouse de Carl-Alex Ridoré N’empêche, ne craint-il pas d’être récupéré par des associations militantes à cause de son nouveau statut? «J’ai toujours été ouvert à la discussion et je continuerai à l’être. Mais je n’ai pas l’intention de devenir le porte-drapeau de qui que ce soit.» La nouvelle fonction de celui qui est marié à Florence depuis 2007 lui laissera-t-elle le temps de fonder une famille? «Le choix de me porter candidat s’est fait en famille. Je ne me serais pas lancé si je n’étais pas sûr d’avoir leur soutien.» Et pour lui montrer leur joie, ils étaient tous là, hier à midi dans le bâtiment de la Vannerie, loué pour l’occasion, en Basse-Ville de Fribourg. «Oh oui, je suis contente», confiait Marie-Carmel, sa soeur. Quant à Florence, son épouse, elle reconnaissait que la campagne avait demandé du travail: «Même mes parents sont venus du Valais pour poser des affiches et des pancartes!» Machine à préfetsPour l’anecdote, Carl-Alex Ridoré travaille dans une étude d’avocats bulloise d’où est déjà sorti un préfet: Maurice Ropraz,Carl-Alex Ridoré...(... suite de la page 14) l’actuel préfet radical de la Gruyère. Pierre Mauron, président des socialistes gruériens, est justement l’un des deux avocats associés de cette étude. Il a participé à la formation de Carl-Alex Ridoré. Alors comme ça, vous travaillez dans une étude qui est une machine à fabriquer des préfets fribourgeois? «Je suis très fier d’avoir pu former un avocat qui devient préfet. Mais n’allons pas trop vite, une préfecture après l’autre.» Carl-Alex Ridoré remplacera ainsi le très charismatique préfet démocrate-chrétien Nicolas Deiss au 1er septembre prochain. CARL-ALEX RIDORÉNé le 14 mars 1972 à Fribourg, il a épousé Florence en 2007. De parents haïtiens, il est député socialiste au Grand Conseil fribourgeois, président du Parti socialiste de la Sarine et du Législatif de Villars-sur-Glâne (FR). Il est avocat à Bulle (FR) et médiateur indépendant. Hubert Dafflon: «Ça montre que le canton de Fribourg est ouvert» Hubert Dafflon, vous êtes le candidat malheureux de cette élection. Que pensezvous de la victoire de Carl-Alex Ridoré?Je l’ai félicité. Ça montre que le canton de Fribourg cultive un esprit d’ouverture, et je m’en réjouis. Il a bénéficié d’une alliance de gauche. Il aurait fallu que je puisse compter sur le soutien d’une alliance de droite, mais ça n’a pas été le cas.Votre épouse est souffrante, quelles sont les nouvelles?Oui, elle vit des moments difficiles à l’hôpital actuellement. Durant la campagne, c’était dur à vivre, mais je ne voulais pas en parler pour préserver ma sphère privée. Si vous me voyez aussi détendu aujourd’hui, c’est que cette non-élection est une charge en moins pour moi. C’est entouré de ses parents, Line et Charles, de sa soeur, Marie-Carmel, et de son épouse, Florence, que Carl-Alex Ridoré a fêté son élection à la préfecture de la Sarine. L’Euro 2008 a sacré l’Espagne en même temps que les équipes audacieuses et portées vers l’avant. Les Ibères ont contruit leur succès sur un jeu de passes rapide et porté vers l’avant. Comme la Russie, révélation du tournoi. Les équipes aux tactiques frileuses l’ont payé cher. Quatre ans. Quatre ans que l’on pensait que pour remporter une grande compétition internationale, il fallait avant tout fermer la boutique. Encaisser un but de moins que l’adversaire. Compter sur une défense de fer. Le sacre de la Grèce en 2004 et les principes de frilosité offensive de son mentor Rehhagel allait faire jurisprudence. L’Italie et la France tutoyaient le toit du monde en 2006 grâce à un bloc hermétique, sans faille et sans folie. L’Euro 2008 est venu briser ces certitudes, renverser les dogmes défensifs par un souffle nouveau, celui du jeu, du mouvement. L’Espagne, nouvelle reine du Vieux Continent, en est le parfait symbole. Sa victoire est celle du mouvement. Son triomphe, celui du collectif porté par une philosophie : celle de l’offensive. En 2004, la Grèce n’avait remporté qu’une seule victoire en poule avant de piéger successivement tous ses adversaires jusqu’en finale avec trois succès acquis sur la plus réduite des marges (1-0). En six rencontres, elle n’avait marqué qu’une seule fois plus d’un but. En 2008, les deux finalistes ont été les deux meilleures attaques du tournoi, les seules avec les Pays-Bas à atteindre le seuil des deux buts par match. La présence en finale de l’Allemagne et de l’Espagne n’est pas un hasard, la Roja possédant depuis longtemps une culture d’attaque, et la Nationalmannschaft ne faisant que perpétuer le travail entrepris jusqu’en 2006 par Jürgen Klinsmann. Football total contre schémas trop rigoureux Au-delà des considérations statistiques, c’est la démonstration de football collectif et léché des Ibériques qui a séduit. Contrairement à la Grèce en 2004 ou l’Italie en 2006, ce n’est pas physiquement que l’Espagne a dominé le tournoi. Le couronnement de Casillas et de ses coéquipiers s’est construit sur leur maîtrise technique. Notamment celle de leurs petits milieux de terrain : Xavi, Iniesta, Fabregas, Silva. Des poids plumes à la technique irréprochable, élevés pour trois d’entre eux à la pouponnière du Barça. Bien sûr, il a fallu muscler cet entrejeu et Marco Senna, sorte de Makelele époque Real Madrid, détient une part importante du succès ibérique. Mais c’est avant toutEuro 2008 L’Espagne, la victoire par le jeusur son jeu de passes courtes et vers l’avant que la sélection de Luis Aragones a construit son succès. Et l’Espagne n’est pas la seule sélection à avoir bâti ses belles performances sur son audace offensive. Révélation de cet Euro, la Russie et son football total. Onze artistes menés par un chef d’orchestre, Andreï Arshavin. Technique léchée, jeu de passes redoutable, les hommes de Guus Hiddink ont régalé les observateurs. Atteignant les demi-finales pour la première fois de la courte histoire footballistique de la Russie. Au premier tour, les Paysdéfensives héritées du mandat d’Aimé Jacquet (19941998). L’élimination piteuse au premier tour avec un seul but inscrit n’ont fait que révéler les failles et les limites de son système. Quant à Roberto Donadoni, il a très vite mis de côté ses velléités offensives pour revenir à une organisation défensive stricte et à un seul attaquant (Luca Toni, 0 but en 4 matches à l’Euro), une formule qui fait depuis longtemps le succès du football italien mais qui ne suffit plus pour gagner. En 2008, c’est l’audace qui a payé. Bas ont survolé les débats emmenés par leurs techniciens de génie : Sneidjer, Robben, van Persie. Laissant certains courants d’air dans l’arrièregarde. Mais cet Euro a confirmé que le salut pouvait venir du jeu. Italiens et Français l’ont constaté à leurs dépens en phase de poule. Enfermés dans des schémas frileux offensivement et sans audace, les deux derniers finalistes de la Coupe du monde ont chuté de très haut. Raymond Domenech n’a pas vu venir le changement et s’est arc-bouté dans des valeurs Rele 3-1-1 oswa klike sou miamidade.gov pou plis enfòmasyon sou kouman pou tou pare pou eleksyon. Yo pral chanje fason w vote. Nan pwochen eleksyon 26 dawout kap fèt nan tout konte-a, Konte Miami-Dade ap enplante yon nouvo sistèm vòt sou papye egzije pa Eta-a. Votè yo va ranpli oval chwa yo an sou yon bilten vòt an papye, epi yo va antre chak paj bilten vòt la dirèkteman andedan yon aparèy vòt eskanè optik fasil pou itlilize. Chèche konnen plis. Vizite miamidade.gov pou gade yon videyo demonstrasyon sou kouman pou sèvi ak nouvo aparèy vòt yo. Yon Nouvo Fason pou Vote New Way To Vote_haiti Mache_CreoPage 1 6/20/2008 2:33:19 PM

PAGE 16

Page 16 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 contrat à terme, les fonds indiciels, etc.) Des transactions spéculatives sur le blé, le riz ou le maïs, peuvent se produire sans qu’il y ait de transactions réelles de ces produits. Les institutions qui actuellement spéculent sur le marché des céréales ne sont pas nécessairement impliquées dans la vente ou la livraison des grains. Les transactions peuvent se faire par fonds indiciels qui permettent de parier sur la hausse ou la baisse en général de la variation des prix des marchandises. Une « option de vente » est un pari que les prix vont baisser, une « option d’achat » est un pari que les prix vont augmenter. Grâce à la manipulation concertée, les opérateurs institutionnels et les institutions financières font augmenter les prix, et alors ils placent leurs paris sur la hausse du prix d’un produit en particulier. La spéculation génère la volatilité du marché. À son tour, l’instabilité qui en résulte encourage la poursuite de l’activité spéculative. Les bénéfices sont réalisés lorsque le prix monte. En revanche, si le spéculateur est un short-selling (1), le bénéfice sera réalisé lorsque le prix diminuera. Cette récente flambée spéculative des prix des denrées alimentaires a engendré un processus mondial de création de la famine à une échelle sans précédent. Ces opérations spéculatives ne devraient pas pouvoir engendrer délibérément la famine. Ce qui cause la famine est l’absence de procédures réglementaires relatives au commerce spéculatif (les options, les options sur contrat à terme, les fonds indiciels). Dans le contexte actuel, un gel des transactions spéculatives sur les produits alimentaires de base, décrété par décision politique, contribuerait immédiatement à faire baisser les prix des produits alimentaires. Rien n’empêche que ces opérations soient neutralisées et désamorcées par un ensemble soigneusement élaboré de mesures réglementaires. Visiblement, ce n’est pas ce qui est proposé par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). Le rôle du FMI et de la Banque mondiale La Banque mondiale et le FMI ont présenté un plan d’urgence, afin d’accroître l’agriculture en réponse à la « crise alimentaire. » Cependant, les causes de cette crise ne sont pas prises en compte. Robert B. Zoellick, le président de la Banque mondiale décrit cette initiative comme un « new deal, » un plan d’action « pour un accroissement à long terme de la production agricole, » qui consiste entre autres à doubler les prêts agricoles pour les agriculteurs africains. « Nous devons mettre de la nourriture dans des bouches qui ont faim. C’est aussi abrupt que cela. » (Robert Zoellick, président de la Banque mondiale, citée par Le Figaro, le 14 avril 2008) La « médecine économique » du FMI et de la Banque mondiale n’est pas la « solution, » elle est plutôt en grande partie la « cause » de la famine dans les pays en développement. Plus le FMI et la Banque mondiale prêtent « pour accroître l’agriculture » et plus ils augmenteront les niveaux d’endettement. La « politique de prêts » de la Banque mondiale consiste à accorder des prêts à la condition que les pays se conforment à l’agenda politique néolibérale qui, depuis le début des années 1980, a été propice à l’effondrement de l’agriculture alimentaire locale. La « stabilisation macroéconomique » et les programmesLa famine mondiale(FAMINE ... suite de la page 8) d’ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque mondiale aux pays en développement (comme condition de renégociation de leur dette extérieure) ont conduit à l’appauvrissement de centaines de millions de personnes. Les dures réalités économique et sociale derrières les interventions du FMI sont les causes à l’augmentation démesurée des prix des produits alimentaires, des famine au niveau local, des licenciements massifs de travailleurs urbains et de fonctionnaires et de la destruction des programmes sociaux. Le pouvoir d’achat interne s’est effondré, les cliniques de santé contre la famine et les écoles ont été fermées, des centaines de millions d’enfants ont été privés du droit à l’enseignement primaire. La déréglementation des marchés céréaliers Depuis les années 1980, les marchés céréaliers ont été déréglementés sous la supervision de la Banque mondiale et des surplus céréaliers des États-Unis et de l’Union européenne ont systématiquement été utilisés pour détruire la paysannerie et pour déstabiliser l’agriculture alimentaire nationale. À cet égard, les prêts de la Banque mondiale exigent la levée des barrières commerciales sur les importations de produits agricoles de base, conduisant au dumping des surplus céréaliers des États-Unis et de l’Union européenne sur le marché local. Ces mesures et d’autres ont mené les producteurs agricoles locaux à la faillite. Un « marché céréalier libre, » imposé par le FMI et la Banque mondiale, détruit l’économie paysanne et affaibli la « sécurité alimentaire. » Le Malawi et le Zimbabwe étaient auparavant des pays prospères en excédent céréalier, le Rwanda était pratiquement autosuffisant en matière alimentaire jusqu’à 1990, date à laquelle le FMI a ordonné le dumping des excédents céréaliers de l’Union européenne et des États-Unis sur le marché intérieur, précipitant ainsi les petits agriculteurs en faillite. En 19911992, la famine a frappé le Kenya, un pays qui connaissait un succès pour ses surplus céréaliers. Le gouvernement de Nairobi avait précédemment été mis sur une liste noire pour ne pas avoir obéi à des recommandations du FMI. La déréglementation du marché des céréales a été exigée comme une des conditions pour le rééchelonnement de la dette extérieure de Nairobi avec les créanciers officiels du Club de Paris. (Livre de Michel Chossudovsky, Mondialisation de la pauvreté et le nouvel ordre mondial) Dans toute l’Afrique, ainsi qu’en Asie du Sud-est et en Amérique latine, le modèle des « ajustement structurel » dans l’agriculture sous la tutelle des institutions de Bretton Woods a servi de manière sans équivoque à la disparition de la sécurité alimentaire. La dépendance vis-à-vis du marché mondial a été renforcée entraînant une augmentation des importations de céréales commerciales, ainsi qu’une augmentation de l’afflux « d’aide alimentaire. » Les producteurs agricoles ont été encouragés à abandonner l’agriculture alimentaire et à se convertir dans des cultures de « haute valeur » à des fins d’exportation, souvent au détriment de l’autosuffisance alimentaire. Les produits de grande valeur ainsi que les cultures à des fins d’exportation ont été soutenus par des prêts de la Banque mondiale. Les famines à l’ère de la mondialisation sont le résultat de politique. La famine n’est pas la conséquence d’un manque de nourriture, c’est en fait tout le contraire: les surplus alimentaires mondiaux sont utilisés pour déstabiliser la production agricole dans les pays en développement. Strictement réglementée et contrôlée par l’industrie agroalimentaire internationale, cette offre excédentaire est finalement propice à la stagnation de la production et de la consommation des produits alimentaires de base essentiels et à l’appauvrissement des agriculteurs dans le monde. En outre, en cette époque de mondialisation, les programmes d’ajustement structurel du FMI et de la Banque mondiale ont un lien direct sur le processus de développement de la famine, car ils affaiblissent systématiquement toutes les catégories d’activités économiques urbaines ou rurales, qui ne servent pas directement les intérêts du marché mondial. Les revenus des agriculteurs dans les pays riches et dans les pays pauvres sont réduits par une poignée d’industriels du secteur de l’agroalimentaire mondial qui en même temps contrôlent les marchés des céréales, les intrants agricoles, les semences et la transformation des aliments. La géante société Cargill Inc avec plus de 140 filiales et sociétés affiliées à travers le monde contrôle une part importante du commerce international des céréales. Depuis les années 1950, Cargill est devenue le principal contractant pour « l’aide alimentaire » des États-Unis financée par la Loi Publique 480 (1954). L’agriculture mondiale a pour la première fois de l’histoire, la capacité de satisfaire les besoins alimentaires de toute la planète, mais la nature même du marché mondial de ce système ne permet pas que ça se réalise. La capacité de produire de la nourriture est immense mais les niveaux de consommation alimentaire reste extrêmement faibles, car une grande partie de la population mondiale vit dans des conditions d’extrême pauvreté et de privation. En outre, le processus de « modernisation » de l’agriculture a conduit à la dépossession des paysans et à l’augmentation du niveau de dégradation des terres et de l’environnement. Autrement dit, les forces mêmes qui encouragent la production alimentaire mondiale à se développer favorisent également une diminution du niveau de vie et une baisse de la demande de nourriture. Le traitement choc du FMI Historiquement, les escalades de prix des produits alimentaires au niveau du commerce en détail ont été déclenchées par la dévaluation des monnaies, qui ont toujours été le résultat invariable d’une situation hyper inflationniste. Par exemple, en août 1990 au Pérou, sur les ordres du FMI, du jour au lendemain le prix du carburant a été multiplié par 30 et le prix du pain a été multiplié par 12 : « Partout dans le tiers-monde, la situation est celle du désespoir social et de la désolation d’une population appauvrie par l’interaction des forces du marché. Les émeutes contre les programmes d’ajustement structurel et les soulèvements populaires sont sauvagement réprimées: À Caracas, en 1989, le président Carlos Andres Perez qui après avoir dénoncé avec éloquence le FMI d’exercer « un totalitarisme économique qui ne tue pas par des balles mais par la famine, » a déclaré un état d’urgence et a régulièrement envoyé des unités d’infanterie et des commandos de la marine dans les quartiers pauvres (barrios de ranchos) sur les collines surplombant la capitale. Les émeutes anti-FMI de Caracas ont été déclenchées à la suite d’une augmentation de 200 % du prix du pain. Hommes, femmes et enfants ont essuyé des tirs sans discernement: « Il a été rapporté que la morgue de Caracas comptait jusqu’à 200 cadavres de personnes tuées dans les trois premiers jours ... et elle a avisé qu’elle était à court de cercueils. » Officieusement plus d’un millier de personnes ont été tuées. Tunis, en janvier 1984: les émeutes du pain instiguées en grande partie par de jeunes chômeurs pour protester contre la hausse des prix alimentaires. Au Nigeria en 1989: les émeutes des étudiants contre les programmes d’ajustement structurel ont entraîné la fermeture de six universités du pays par les Forces armées. Au Maroc, en 1990: une grève générale et un soulèvement populaire contre les réformes du gouvernement parrainées par le FMI. » (Michel Chossudovsky, op cit.) Les semences génétiquement modifiées Coïncidant avec la création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995, un autre important changement historique a eu lieu dans la structure de l’agriculture mondiale. Dans le cadre du contrat de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)), les géants de l’agroalimentaire ont une entière liberté d’entrer dans les marchés céréaliers des pays en développement. L’acquisition de « droits de propriété intellectuelle » exclusifs sur les variétés végétales par des intérêts agroindustriels favorise aussi la destruction de la biodiversité. Agissant au nom d’une poignée de conglomérats de biotechnologie, des semences OGM ont été imposées aux agriculteurs, souvent dans le cadre de « programmes d’aide alimentaire. » Par exemple, en Éthiopie des trousses de semences OGM ont été remis aux agriculteurs pauvres afin de rétablir la production agricole à la suite d’une grande sécheresse. Les semences OGM ont été plantées, ce qui donne une récolte. Mais après, les agriculteurs ont réalisé que les semences OGM ne pourraient pas être replantées sans payer de redevances à Monsanto, Arch Daniel Midland et al. Ensuite, les agriculteurs ont découvert que les graines ne pousseraient que s’ils utilisaient les intrants agricoles soit, les engrais, les insecticides et les herbicides qui sont produits et distribués par les entreprises agroalimentaires de biotechnologie. Toute l’économie paysanne est dorénavant enfermée entre les mains des conglomérats de l’agro-industrie. Avec l’adoption généralisée de semences OGM, une transition majeure a eu lieu dans la structure et dans l’histoire de l’agriculture depuis sa création il y a 10,000 ans. La reproduction de semences au niveau des villages et chez les producteurs de semences a été perturbée par l’utilisation de semences génétiquement modifiées. Le cycle agricole, qui permet aux agriculteurs de stocker leurs semences biologiques et de les semer pour en tirer la prochaine récolte a été brisé. Ce concept destructeur, produisant invariablement la famine, est reproduit partout, pays après pays, conduisant à la disparition de l’économie paysanne mondiale. Michel Chossudovsky est l’auteur du best-seller international “Mondialisation de la pauvreté et le nouvel ordre mondial,” qui a été publié en 11 langues. Il est professeur d’économie à l’Université d’Ottawa, Canada, et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation Global Research. Il collabore également à l’Encyclopaedia Britannica. Son dernier ouvrage est intitulé ``America`s War on terrorism``, Global Research, 2005. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre. Traduit par Dany Quirion pour Alter Info NDT :(1) Short-selling est une technique qui consiste à vendre à découvert ou à crédit. C’est-à-dire qu’une personne vend des actions qu’elle n’a pas à un investisseur. Cette stratégie permet d’anticiper sur un retournement du marché qui permettra alors d’acheter les actions au client qui voudra les revendre à un prix inférieur. Dimanche 04 Mai 2008LA CRISE EST MONDIALE

PAGE 17

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 17DEVELOPPEMENT AGRICOLE The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures. For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the OpaLocka Community Development Corporation at (305) 6873545 extension 236 or you may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054. Obama dénonce l’interdiction d’exécuter les violeurs d’enfantsAP WASHINGTON Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama a dénoncé mercredi la décision de la Cour suprême américaine d’interdire l’exécution de violeurs d’enfants. “J’ai dit à plusieurs reprises que je pense que la peine de mort devrait être autorisée dans un nombre très limité de circonstances, pour les crimes les plus Cette décision permet aux deux seules personnes condamnées à la peine capitale aux EtatsUnis pour ce motif d’échapper à l’exécution. Elle invalide par ailleurs la législation de cinq Etats où la peine capitale est autorisée dans le cas de viols d’enfants n’ayant pas entraîné la mort. Selon le candidat, si la Cour suprême “avait dit qu’elle souhait encadrer la capacité des Etats à faire cela pour s’assurer que c’est fait avec prudence et de façon appropriée, ç’aurait été une bonne chose. Mais c’est tout simplement une interdiction globale et je ne suis pas d’accord”. Barack Obama soutient depuis longtemps la peine de mort, tout en se montrant critique sur la façon dont elle est appliquée. AP extrêmes”, a précisé le sénateur de l’Illinois au cours d’une conférence de presse. “Je pense que le viol d’un petit enfant, de 6 ou 8 ans, est un crime hideux et si un Etat décide que dans des circonstances réduites, limitées, et bien définies, la peine de mort est au moins potentiellement applicable, ça, ça ne viole pas notre Constitution”. Les juges de la Cour suprême ont décidé à 5 voix contre 4 que la loi permettant d’imposer la peine capitale dans les affaires de viol d’enfants de moins de 12 ans en Louisiane allait à l’encontre de l’interdiction d’une peine cruelle que contient la Constitution des Etats-Unis.Remettre les paysans au coeur des politiques agricoles et de recherche-développementPar La Tribune 05 mai Il faudra produire plus, beaucoup plus, sans pour autant accentuer les pressions environnementales sur les écosystèmes. Il faudra donc accomplir la révolution de l’agriculture durable, plaide Luc Guyau, président des chambres d’agriculture. Depuis quelques mois, l’évolution des prix mondiaux des denrées agricoles est devenue le sujet d’actualité incontournable. Les émeutes, provoquées par la hausse du coût de l’alimentation dans les grandes villes d’Haïti, des pays subsahariens, d’Asie et de Méditerranée, sont largement commentées. Les institutions internationales sonnent l’alarme et prônent une réorientation de leurs politiques au profit de l’agriculture. Le débat fait rage sur les causes, les responsabilités et les remèdes. Economistes, responsables politiques, ONG, tous avancent leurs explications et leurs solutions, souvent pertinentes. Pourtant, les acteurs principaux sont étrangement inaudibles dans ce débat. En tant que président des Chambres d’agriculture, il me paraît aujourd’hui primordial de faire entendre le point de vue des agriculteurs. Les agriculteurs des pays du Sud ont été limités dans leurs capacités de production et d’organisation par des politiques d’ajustement et de libéralisation des marchés prônées par les grandes institutions internationales. Quant à nous, agriculteurs des pays riches, alors que les organisations de marché, mises en place au sortir de la seconde guerre mondiale, nous avaient permis de gagner le pari de l’autosuffisance alimentaire, nous sommes aujourd’hui confrontés à des prix erratiques et à leur cohorte de conjonctures parfois favorables, parfois difficiles. La situation actuelle, en France et en Europe, des éleveurs de porcs, confrontés à une stagnation du prix du porc et une explosion du coût de l’alimentation du bétail, est en cela significative. Ce bref rappel des faits souligne que l’agriculture est une activité qui, pour économique et centrale qu’elle soit, ne “s’ajuste” pas d’un claquement de doigts. Pour pouvoir investir et produire, nous, agriculteurs du Nord et du Sud, avons besoin d’une visibilité des prix sur le long terme. Dans un contexte de globalisation des épizooties et de changement climatique lourd de conséquences, ces besoins d’anticipation et de stabilité renvoient à l’impérieuse nécessité de politiques agricoles et alimentaires fortes, au Nord, mais plus encore au Sud. Ces politiques doivent autoriser et encourager l’organisation des producteurs, garantir la régulation et la stabilisation des marchés et comporter des mécanismes d’assurance et de gestion des risques climatiques et sanitaires. C’est à ces conditions seulement que les agriculteurs pourront relever le défi de la sécurité alimentaire, pour eux-mêmes et pour l’ensemble de la population. Au-delà, compte tenu de l’évolution démographique, pour nourrir la population d’aujourd’hui, et plus encore celle de demain, il faudra produire plus, beaucoup plus, sans pour autant accentuer les pressions environ-nementales sur les écosystèmes. Il faudra donc accomplir la révolution de l’agriculture durable! Cette révolution suppose tout d’abord de relever le défi de la recherche et de l’innovation agronomique qui répondrait aux attentes de la société en matière de qualité et de traçabilité des produits, et qui capitaliserait sur les savoir-faire et l’expérience au quotidien des agriculteurs du Nord et du Sud. Cette révolution suppose également une large diffusion des innovations et un accompagnement au plus près des agriculteurs sur le terrain. A cet égard, les chambres d’agriculture, qui représentent l’agriculture française dans sa diversité avec 4.300 élus, ont une responsabilité majeure. Elles formulent des recommandations sur les politiques agricoles européennes, mondiales et locales. Elles jouent un rôle de médiation essentiel entre les différents acteurs locaux. Leurs techniciens forment ou conseillent chaque année plus d’un agriculteur sur deux sur la gestion de leur exploitation, la prise en compte de l’environnement, la mise en place de filières de qualité, fers de lance de la dynamique des territoires. Au Nord comme au Sud, la prise en main de leur développement par les agriculteurs eux-mêmes est essentielle au succès d’une démarche de modernisation ambitieuse et adaptée à la réalité des situations de terrain. Ne nous y trompons pas: la révolution des agricultures durables passera par des organisations de producteurs fortes ou ne passera pas!Républicains noirs pour ObamaWASHINGTON, 15 Juin Barack Obama a réveillé des émotions contradictoires chez les Républicains noirs: nombre d’entre eux sont profondément heureux qu’un des leurs soit en position, pour la première fois de l’histoire, de devenir président des Etats-Unis. Mais sauter le pas et voter pour un homme loin de leurs positions idéologiques n’est pas si simple. Armstrong Williams, animateur de talk show noir et conservateur, n’a jamais voté démocrate. Mais cette année, il se tâte sérieusement: “je n’aime pas franchement sa politique, je n’aime pas beaucoup ce qu’il prône. Mais pour la première fois de ma vie, l’histoire me pousse à y réfléchir sérieusement. En toute honnêteté, je ne sais pas ce que je vais faire en novembre. Et rien que ça, pour moi, c’est incroyable”. Et d’ajouter que dans le très restreint milieu des conservateurs noirs, ses collègues lui glissent, “en privé”, que “ça serait très dur de voter contre lui en novembre”. Sans doute sensible à cela, le candidat républicain John McCain fait des efforts en direction de l’électorat noir: il a annoncé qu’il assisterait au congrès annuel de la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People, principal mouvement de défense des droits civiques). Et a rappelé qu’il s’était rendu à Selma, Alabama, cet Etat du Sud au coeur du mouvement d’émancipation des noirs dans les années 60: il y a évoqué la “nécessité de ne pas laisser sur le bord de la route les Américains ‘oubliés’”. Traditionnellement, la part des électeurs noirs votant républicain est extrêmement marginale: en 2004, ils avaient choisi le démocrate John Kerry à 88%, contre 11% votant George W. Bush. Ancien élu de l’Oklahoma, J.C. Watts, lui, envisage sérieusement de voter Obama. S’il s’affirme toujours républicain de coeur, il reproche à son parti d’avoir négligé la communauté noire, à la différence du parti démocrate. “Et Obama encore plus”, ajoute Watts, qui s’attend à ce que le sénateur de l’Illinois monte au créneau sur des sujets sensibles, la pauvreté et la politique d’urbanisme. L’acteur-écrivain Joseph C. Phillips, lui, est tellement séduit par le jeune sénateur qu’il s’est même inventé un qualificatif: il est “obamacain”, soit républicain pro-Obama. “Je me demande si nous ne sommes pas arrivés au grand tournant, où une victoire d’Obama nous ferait enfin, après tout ce temps, surmonter ces vieilles discussions sur la race. Et si ce grand pays ne pourrait pas enfin être pardonné pour son pêché originel ou trouver une forme d’absolution”. Mais Phillips, pas encore bien décidé, reconnaît ses propres contradictions et l’ironie d’un point de vue qui le pousserait à voter pour un candidat pour son appartenance raciale afin de dépasser la question de la race... “Nous devons le juger pas sur la race, mais sur sa désirabilité comme candidat politique. Et sur cette base-là, je suis en désaccord avec lui sur un grand nombre de sujets. J’hésite, j’hésite...” Quant à Michael Steele, ancien vice-gouverneur du Maryland, il se dit fier d’Obama en tant que noir, mais “en novembre, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’il soit battu”. Car pour lui, l’élection du sénateur de l’Illinois ne réglera pas comme par magie tous les malheurs de la communauté afroaméricaine. Quant au républicain modéré Edward Brooke, qui fut en 1966 le premier noir élu sénateur dans le Massachusetts, il se dit “extrêmement fier et joyeux” du parcours de Barack Obama. Ce dernier lui a offert son livre avec en dédicace “merci d’avoir montré le chemin”. Brooke refuse de dire qui il soutiendra, mais le facteur racial ne sera pas un élément de son choix: “c’est la plus importante élection de notre histoire. Et, vu le monde et l’état dans lequel il est, nous devons prendre le meilleur”. Un avis partagé par le général en retraite et ancien secrétaire d’Etat Colin Powell, qui fut le premier noir à devenir chef de la diplomatie américaine: il votera pour le “plus qualifié”, quel que soit son parti. En tous cas, explique Williams le commentateur politique, sa vieille maman de 82 ans, qui n’a non plus jamais voté pour un candidat démocrate, a elle déjà fait son choix: “elle est si fière du sénateur Obama, qu’elle nous a déjà annoncé qu’elle voterait pour lui. Elle dit qu’au vu de l’histoire de ce pays, elle n’aurait jamais cru pouvoir vivre assez longtemps pour voir ce moment”. AP

PAGE 18

Page 18 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 En Bref...(... suite de la page 2)LES JEUX Les premières conséquences de la nouvelle augmentation des prix du carburant(CARBURANT... suite de la page 3) Les institutions de Breton Woods, notamment le Fonds monétaire international (FMI), déconseillent la subvention des biens de consommation, dont les produits pétroliers. Avec la fermeture des classes et contre leur gré, certains chauffeurs se disent obligés de faire des compromis. « Il y a des passagers qui n’ont pas les 20 gourdes. Mais on est obligé d’accepter le montant qu’ils ont », déclare le conducteur d’un minibus assurant le trajet Delmas/Portail Léogâne. Cependant, plusieurs échauffourées ont déjà eu lieu sur certains tronçons où certains passagers refusent de payer le montant qui leur est réclamé, arguant que les camionneurs ne respectent pas la totalité du circuit. Un fait est certain. Dans divers endroits de la capitale, la circulation piétonne paraît plus dense, malgré un soleil de plomb. Coup dur pour l’arrière-pays Chez les Haïtiens, originaires des villes de province, c’est la grogne totale tandis la période des grandes vacances a déjà commencé avec la fin des examens officiels du baccalauréat, ce 26 juin 2008. Si pour aller aux Gonaives (Nord) il vous faut 225 gourdes contre 200 gourdes auparavant, pour se rendre à Jérémie (Sudouest) on a besoin de 550 gourdes. Le trajet Port-au-Prince/Baradères (Sud-ouest) coûte 600 gourdes. Ces régions produisent des denrées alimentaires à toutes les saisons. Cette nouvelle augmentation des produits pétroliers et des tarifs routiers pourrait influer, de manière négative, sur la production nationale. A l’évidence, les paysans vont avoir de grandes difficultés pour pouvoir écouler leurs productions sur les différents circuits de commercialisation. Même les mangues, actuellement en abondance et qui rapportent à l’économie nationale plus de 30 millions de dollars américains, pourraient rester pourrir à la campagne. Le pouvoir d’achat de la population sera probablement diminué ainsi que le panier de la ménagère. A n’en pas douter, cette nouvelle hausse des prix des produits pétroliers qui entraîne la fixation de nouveaux tarifs pour les divers circuits de trtansport en commun dans le pays pourrait susciter des tensions inflationnistes dans une économie en convalescence. AlterPresseInterrogé sur les raisons qui l’ont poussé à présenter sa démission avant le vote de la résolution du sénat, Rudolph Boulos affirme qu’il s’agissait d’un stratagème. “Le mot démission était une stratégie de retrait”, dit-il, faisant remarquer que la lettre qu’il avait envoyé le lendemain prouve le contraire. Il soutient avoir fui le pays parce qu’il craignait des attaques contre sa personne par un secteur qu’il n’a pas voulu identifier. Il soutient que la démission était un calcul qui lui a permis de se mettre à couvert. Les responsables de la Fusion des Sociaux-démocrates saluent également la décision du tribunal de Fort Liberté en faveur du sénateur Rudolph Boulos. Le président de la Fusion, Victor Benoît, souhaite le retour de M. Boulos au sénat dans les meilleurs délais.Intensification des opérations policières, 3 chefs de gangs appréhendésTrois importants chefs de gang ont été appréhendés ces derniers jours selon le porte parole de la Police, Frantz Lerebours, confirmant ainsi une offensive des forces de l’ordre contre les réseaux de kidnappeurs. Jean Muller Elie alias “ Ti Elie”, Pierre Gascove alias “Bobo” et Hans Germain alias “ Ti frè”, ont été appréhendés au cours d’opérations supervisées par la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Le gang de Ti Frè aurait arraché à ses victimes des rançons estimées à plus d’un million de dollars au cours d’une quinzaine de rapts, a déclaré Lerebours, révélant aussi que les membres de cet important réseau utilisent des armes de gros calibres, dont des M-4, M-16 et des Gallil. Hans Germain a été appréhendé alors qu’il s’apprêtait à traverser la frontière pour se réfugier en République Dominicaine. Jean Muller Elie a été appréhendé à Delmas 2 alors qu’il se trouvait dans un véhicule de transport en commun. Il est le chef d’un gang de Croix-des-Bouquets impliqué dans de nombreux rapts, dont celui de Natacha Dessources. Jean Muller Elie, 28 ans, venait de réaliser l’enlèvement de la mère d’un pasteur à Meyer pour lequel il avait obtenu une rançon de plus de 50.000 dollars américains. Pierre Gascove, allias “Bobo”, est le chef d’un des plus importants réseaux de kidnappeurs dans la commune de Pétion ville, selon le porte parole de la Police. Agé de 30 ans, ce criminel est interrogé depuis la semaine dernière par les enquêteurs de la DCPJ pour son implication dans de nombreux rapts dans les régions de Kenskoff, Fermathe, Thomassin et Pétion ville.

PAGE 19

Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Page 19Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou Andre Fouad Youn powèt Jamè Dodoak : Michel-Ange Hyppolite* ( Kaptenn Koukourouj) (Dezyèm pati) Tèks nou sot li piwo-a gen mwens pase 6 liypwezi, epi li pote youn mesaj andaki. Nou dwe siyale tou nan dènye tranch pawòl-la: «San m pa kite rès» otè-a ban nou de nan younn, paske tanto nou kab entèprete mo «san»-an tankou youn pwopozisyon, tanto nou kab entèprete li tankou san mounn. Suivan entèpretasyon nou bay mo «san» an, sans liypwezi-a (tranch pawòl-la) pral chanje. Konsa, nou kab di: Tan chanje, abitid chanje. Nan ane swasant-yo wongòl te konn sèvi pou denonse kondisyon fyèl pete anndan peyi-a, men nan tèks André Fouad rele “Wwayaj”-la, nou kab di A. Fouad chwazi voye youn mesaj ki santre sou pwòp lavi pa-li ak sou lavi mounn ki ap pataje menm kondisyon ak li. Se youn mesaj ki pase lwen kalite denonsyasyon ane 1960-yo. Ann li “Dap Piyanp” : Fèy zoranj Van voye jete byen lwen Dap piyanp! Dap piyanp! De twa mo lanwit ban mwen Branka branka ! ( Dap Piyanp p. 54 ) “Dap Piyanp” se youn lòt tèks wongòl anndan « Etensèl Mo m yo». Anndan tèks wongòl sa-a otè-a kontinye pataje eksperyans lavi-l ak lektè li yo. Youn lavi ki branka, youn lavi ki kreye nesesite pou mounn fè dap-piyanp sou okazyon ki ap vòltije kite yo dèyè tankou fèy zoranj ki pral tonbe byen lwen. Sa nou jwenn kòm patikilarite nan wongòl André Fouad yo sèke li devlope yo anndan youn moul imajis. Prezans lannwit ak mo konpayèl-li yo Nan Etensèl Mo m yo genyen youn mo ki parèt sou divès fòm ak divès konpayèl. <>(p. 51 ) ak plizyè lòt ankò. Pami divès konpayèl mo lannuit ki parèt nan liv-la, nou kab nonmen : aswè, labrenndiswa, lalin, zetwal, koukouy eksetera. Twa dènye mo nou fenk sot site yo jwe wòl konpayèl lannwit daprè kontèks nou jwenn yo anndan liv-la. «Lalin ap file lanng». Sèl lè lalin ka file lanngli, se lè li ap klere nou nan mitan lannwit. Kòm se lanng li senpman lalin-nan ap file, nou ka konprann se te youn nwit kote tanto limyè lalin-lan te parèt, tanto li te disparèt. Se tankou lalin lan te rantre nan jwèt kachkach liben. Li pa te montre tout figi-l, se lanng li senpman li te file. Anfèt, otè-a di nou :« Lalin ap file lang li bay latè». Kesyon nou kab poze se : èske se tout latè ki t’ap benyen nan lanng limyè lalin-lan oubyen èske se dèyè mòn lan, kote foumi yo ap brase nan ladoudous-la, lalin-lan t’ap file lanng li? Si lalin-lan te montre tout figi-l, nou ta ka aksepte li ap klere latè, men se lanng li senpman li file, kidonk, mo latè-a nan tèks-la, se dèyè mòn-lan li reprezante. Se senpman si lalin-lan te montre tout figi li, nou ta rive wè li toupatou. Kòm, se mòn toutouni yo A. Fouad te bezwen nou wè. Kòm se sou mòn toutouni yo Fouad te bezwen fikse atansyon nou, tit powèm-lan se Dèyè Mòn epi premye liypwezi-a tanpe ak mo Dèyè Mòn. Nan powèm sa-a, Fouad lonje dwèt jouda-l sou do mòn yo ki toutouni, kounye-a se responsabilite mounn ki ap viv nan mòn-yo, mounn ki responsab sektè mònyo pou yo abiye mòn-yo, paske mòn toutouni se siyal grangou epitou se siyal malè. Malè ki pandye sou tèt silayo ki ap viv nan pye mòn toutouni yo. Nan liypwezi ( tranch pawòl )« Lalin ap file lanng li / Bay latè-a, nou ka panse tou se grimas lalin ap fè latè, konsa li sispann bay latè tout pisans-li. Kòm konsekans, nou pa fouti jwenn bon jan rekòt, paske abitan sispann travay latè. Younn nan rezon-yo se prezans kagezon pèpè sou zile-a. Lè otè-a ekri : «Debri zetwal yo Rete nan glas je m» ( p. 35 ) Nou di zetwal se youn mo ki chita nan menm depatman sans ( chan semantik ) ak lannwit nan tèks-la, paske lajounen limyè solèy-la pi klere pase limyè zetwal yo. Kidonk, sèl lè zetwal yo ka kite tras yo nan glas je otè-a se nan plen lannwit. Se menm jan-an tou, si pou nan powèm sa-a otè-a endike aklè li te nan mitan lannwit : «Chak fwa mwen gade koukouy nan je ……. Lannwit sonm Chaplè l degrennen» ( p. 39 ) Se nan plenmennwit André Fouad jwenn plezi. Ann li : Kò w anvayi m Nan mitan lannwit mwa desanm Se plim je w ki tonbe Fè m siyon Se yon aksantegi m ap mete Sou pwent zwetwal marasa w ( Kassa Kassa, p. 13) Se nan kè lannwit li jwenn delivrans Lanmè a aswè a wete vwal li Bay moso rèv mwen pase (M ap balanse p. 17 ) Pou Fouad lannwit konn pote chagren : Lannwit sila Bay kò kraze Tout bagay dwòl Patisyon mizik mouye ( Doremi doremi p. 41 ) Lè nou sonje nan ane 2000 André Fouad te pibliye youn liv pwezi ki rele Bri lannwit, nou ka di Fouad gen youn panchan espesyal pou lannwit. Lannwit ba-l zèl, lannwit mare-l, lannwit delivre-l. Men plis n’ap sonde prezans lannwit anndan powèm André Fouad yo, se plis nou santi lannwit pa toujou dous pou Fouad. Memmlè lannwit ta vle gen plezi, se youn plezi l’ap riminen epi ki mete powèt-la sou de pye militè-l kant li ta sipoze ap bay lespril gabèl pou li rafrechi lizyè panse-l. Konsa, nou kab di lannwit pa toujou dous pou André Fouad, paske se nan moman sa-a tout lide anvayi-l. Se nan mitan lannwit André Fouad, l chanje po pou li bay plim li lapawòl. Nan sans sa-a nou kab di André Fouad se youn powèt «insomniaque», youn powèt jamè dodo. ________ * Michel-Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj) Manm Sosyete Koukouy Kanada michelangehyppolite@rogers.com* * * * * * * * * *Fè Fwonte (2)ak : Max Manigat Nou sonje nan nimewo senmenn anwo-a (mèkredi 11 jen 2008) mwen te pwomèt pou pibliye chante : Pòs Machan-an. Zanmi-mwen, powèt – ekriven – dramatij , Syto Cavé voye-l pou mwen. Mèsi anpil! Men li :Pòs Machan(Melodi : Robert Desvieux. Pawòl : Robert Desvieux ak Syto Cavé*) Ou soti Pòs Machan Ou pase riyèl Pikan, Ou rive sou Channmas; M te kanpe ak Desalin, M t ap kraze youn lodyans, Cheri, ou vin pase Mwen gade w Ou gade m Mwen souri Ou souri CHERI, m renmen w deja Men lapli pa tonbe Jaden w poko pouse Yo fèmen resevwa Mwen pa t janm dwe gade w Ou pa t janm dwe gade m M pa t janm dwe ri avè w Si lapli te tonbe Anpil flè ta pouse Nou ta genyen lespwa Mwen swiv ou pi devan Nou pase devan Petyon N al jouk dèyè tribin Lannwit te fenk tonbe Move je monte bwa Cheri, m anvi w deja Mwen mòde w Ou mòde m Mwen prije w Ou prije m Manman, ala w bèl fèt Men lapli pa tonbe Jadenw pa ko pouse Yo fèmen resevwa Mwen pa te dwe mode w Ou pa te dwe mòde m Nou pa t janm dwe rankontre Si lapli te tonbe Anpil flè ta pouse Nou ta genyen lespwa Mwen chita Rèks Kafe M ap bwè ak moun de byen Cheri, ou tounen pase Ou pwoche pou pale Tout zanmi m yo bwaze… Cheri, sa k ap pase? Mwen gade w Ou gade m Mwen souri Ou kriye Ou di m ou gwòs jou sa a… Lè pitit la va fèt Si l se youn ti milat W a remèt li Babyòl Mwen pa te dwe gade w Ou pa te dwe gade m M pa t janm dwe ri ave w Lapli pa sa tonbe Jaden w pa ka pouse Yo fèmen resevwa Ou pa te dwe gade m M pa t janm dwe gade w Nou pa t dwe rankontre Si lapli te tonbe Anpil flè ta pouse Nou ta genyen lespwa. _________ Ago! Nou pibliye chante-a nan otògraf otè-yo te voye. * Anvan lontan, n’a ekri de mo sou powèt-dramatij Syto Cavé.* * * * * * * * * *Pwojè Antoloji KreyòlNouvèl Jenerasyon Powèt Kreyòl Ayisyen , se youn pwojè Société Paroles mete sou pye pou pèmèt piblik la dekouvri jèn powèt ayisyen yo ki ekri an kreyòl ak plizyè lòt talan ki pa janm jwenn chans pibliye. Pwojè sa-a ap chache kolaborasyon tout mounn ak asosyasyon ki kwè nan pwomosyon lanng ak literati kreyòl menm jan ak tout lòt lanng ak literati. Objektif -Nou vle reyini youn trantèn jèn ekriven, fi kou gason nan youn liv pwezi kreyòl. Kondisyon -Ekriven ayisyen dwe (fèt ann Ayiti oubyen pitit Ayisyen) Li poko janm pibliye youn liv pwezi kreyòl (oubyen pa plis pase youn liv) Voye tèks yo (pa plis pase 4 tèks) , Dat limit 25 jiyè . Voye tèks yo nan(kourye elektwonik) oubyen lapòs. Voye tèks yo avèk youn ti nòt byografik (Pa plis pase 5 liy) Lòt kondisyon-Tout mounn dakò sou prensip pou nou fè youn travay ki gen nen nan figi-l fòk genyen kritè seleksyon tèks yo. Gen youn komite ki gen pou misyon ekzamine tèks patisipan yo. Nou konprann ap gen youn seleksyon avèk tout kritè nou ap bay, tankou kalite osnon valè literè n’ap chèche anndan youn tèks. Nou vle fè pwomosyon nouvèl jenerasyon powèt ayisyen yo, laj kapab youn kritè tou. Men li p’ap youn kritè pou elimine pèsonn. Société Paroles se youn asosyasyon ki anrejistre nan pwovens Québec-Kanada. Li p’ap chache fè pwofi nan kad aktivite li ak misyon li. Se plizyè atis (ekriven, mizisyen, aktè, chantè, pent, sineyas) k’ap viv nan Montreal ki mete asosyasyon-an sou pye. Société Paroles bay tèt li twa manda : Tounen pòt vwa pou anpil atis ki gen difikilte pou fè tande yo Pwopaje zèv manm li yo toupatou Sèvi ak kilti pou raproche moun pou lavi ka pi bèl Adrès Société Paroles P.O. Box 25251 Succursale Rivière-des-Prairies Montreal, Quebec, Canada H1E 7P9 societeparoles@yahoo.ca Fouad wè koukouy, fòk li nan mitan lannwit. Poudayè,

PAGE 20

Page 20 Mercredi 02 Juillet 2008 Haïti en Marche • Vol XXII • Nº 23 Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email: melodiefm@hotmail.com | haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 discipline la plus parfaite. Du début à la fin de la semaine, pas un seul incident regrettable n’a été rapporté par la police. Veillée chaque soir dans le quartier du Bas-Peu-de-Chose où se situe le berceau du groupe (Avenue Nicolas) Barikad Crew. Une marche pacifique qui traverse toute la ville le jeudi 19 juin pour se rendre sur les lieux du terrible accident, sur la route de l’Aéroport international de Port-au-Prince. Puis ces funérailles monstre et sans précédent dans les annales récentes de la capitale haïtienne, le samedi suivant. Pourquoi l’église catholique est-elle restée absente ? Tandis que l’église épiscopalienne a chanté une très belle cérémonie, qui a été suivie de témoignages par les grands noms de cette musique adoptée aujourd’hui par les jeunes d’Haïti comme d’ailleurs : Rap, Reggae, Hip hop etc. La star internationale haïtiano-américaine Wyclef Jean a fait spécialement le voyage.Dans un cas de suicide …La question mérite d’être posée. D’abord il est traditionnellement des cas où l’église catholique refuse (ou refusait) de chanter des funérailles. Par exemple, dans un cas de suicide. Les 5 membres du groupe ont trouvé la mort dans un accident de la circulation, comme tous le savent. La veille il se disait que l’église ne voulait pas chanter l’enterrement de la compagne de K-Tafalk, Nathalia Bertrand, qui s’est tuée au lendemain de la mort de l’être aimé. Mais les autres ne se sont pas suicidés, que l’on sache. D’autre part, on sait que cette interdiction n’est presque plus appliquée par l’église catholique de par le monde. Y compris en Haïti même. Alors, deux poids et deux mesures ! Où est donc le problème pour les responsables de l’église catholique dans le cas en question ? Nous savons de bonne source qu’elle a été sollicitée pour les funérailles. Et qu’elle aurait répondu vaguement que le Champ-de-Mars n’a pas été « béni », donc ne saurait servir de lieu à une cérémonie religieuse. N’est-ce pas au Champ-deMars que Monseigneur Willy Romélus avait prononcé cette fameuse homélie qui précéda de peu la chute de la dictature Duvalier ?L’église catholique n’aimerait pas la musique Rap ! …La seule explication qui reste, c’est de croire que l’église catholique n’aimerait pas la musique Rap ? Comme beaucoup de gens qui ont trop d’idées préconçues, pense-t-elle que c’est une musique qui contribue à la corruption des mœurs. Comme jadis le théâtre et lorsqu’elle refusait de bénir le cercueil du grand Molière. Il n’existe pas d’explication rationnelle dans l’absence de l’église catholique lors des funérailles des jeunes musiciens du Barikad Crew. Mais surtout comment peut-on prendre le risque de tourner le dos à plusieurs dizaines de milliers de jeunes alors même qu’ils sont en train de nous donner le meilleur exemple possible et imaginable de solidarité et de foi, dans un monde où l’on ne croit presque plus à rien ? Seulement en Haïti que cela est possible, parce que justement un pays où l’on ne croit plus à rien ! Et pourquoi le Pape vient-il présider lui-même chaque année, dans un pays différent, un « séminaire de la jeunesse » sinon parce que la jeunesse est considérée comme vitale pour l’avenir de l’église ?L’église catholique refuse sans explications de chanter les funérailles(BARIKAD... suite de la 1ère page) Funérailles des musiciens de Barikad Crew chantées par l’Eglise Apostolique non Romaine (photo Jean Marc Fénelon) rencontre des problèmes sous tous les cieux. On connaît les manœuvres de harassement exercées par la police aux Etats-Unis contre le groupe Public Ennemy, qui a produit la célèbre chanson « Fight the Power » pour le film de Spike Lee, « Do the right thing. » Mais qu’est-ce que l’église en Haïti a à voir avec ces politiques d’intimidation ? A moins qu’il ne s’agisse d’un retour aux vieux schémas les plus conservateurs d’autrefois. Une église archi-fondamentaliste. Comme au temps de la campagne « Rejeté » (anti-vodou) des années 40. célèbre le soixantième anniversaire de la mort du grand peintre Hector Hyppolite, dont le vodou a constitué la principale source d’inspiration. Il était une fois un philanthrope nommé Dewitt Peters. Il avait ouvert dans les années 40, à Port-au-Prince, le Centre d’Art, qui figurera parmi les studios de peinture les plus célèbres de toute l’Amérique. Ses pupilles avaient pour nom Hector Hyppolite, Philomé Obin, Wilson Bigaud, Rigaud Benoit, Préfette Dufaut etc, qui deviendront tous des maîtres.Les murales de la Cathédrale Sainte Trinité …Dewitt Peters eut l’idée de réaliser avec eux (moins Hector Hyppolite qui était déjà mort) une œuvre qui pourrait traverser les âges et rappeler des centaines d’années plus tard ce qu’était « la renaissance » que le pays vivait lors. Cela autour de l’histoire de Jésus, de l’Annonce faite à Marie à la Crucifixion. L’église catholique était donc tout indiquée pour accueillir une telle démarche. Mais le concept était trop nouveau. La proposition reçut de l’épiscopat catholique pratiquement le même accueil que pour les funérailles des musiciens de Barikad Crew. Et savez-vous qui accepta de prêter son église à cette expérience unique ? L’église épicopalienne d’Haïti. Ce sont les murales de la Cathédrale Sainte Trinité célébrées internationalement. L’histoire doit-elle toujours être un perpétuel recommencement ! Haïti en Marche, 30 Juin 2008 chose peut se passer sans soulever plein d’interrogations. Les mauvaises langues faisaient courir toutes sortes de bruits. Par exemple, que le pistolet avec lequel Nathalia s’est tuée appartenait à un policier qui aurait été tué lui aussi précédemment. Etc. Mais le porte-parole de la Police nationale d’Haïti a démenti cette rumeur. La PNH ne distribue pas ce type d’arme. Il a avoué cependant ne pas pouvoir encore dire s’il s’agit d’une arme légale ou non.Jusqu’à refuser une sépulture apostolique …Est-ce la peur devant une telle mobilisation de la jeunesse de la capitale. On n’a pas cessé de colporter dans les beaux salons que ces rappeurs ont des attaches avec les gangs criminels. Mais sans aucune preuve. Stigmatisation de toute une catégorie sociale. Généralisation abusive. S’il y a des rappeurs impliqués dans le crime, que la police et la justice fassent leur travail. Mais de quel droit peut-on condamner toute une jeunesse … jusqu’à lui refuser une sépulture apostolique !BARIKAD CREWIl n’y a qu’en Haïti qu’une telle La musique Rap A l’heure justement où l’on