Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text















Haiti en IVarche edition du 04 au 10 Juin 2008 Vol. XXII No. 19


Ruine et I tw ilr








"Copyrighted Material

Syndicated Content f

Available from Commercial News Providers"


Gang d6mantel6 apres liberation

dela cooperante Canadienne

Mercredi: Journ6e Nationale contre le Kidnapping

KAREEM GASPARD KIDNAPPE ET ASSASSINE Le Journal
de Montreal ler
Juin 2008 La po-
lice haitienne a mis
la main au collet de
membres du gang h
l'origine de
l'enlkvement de la
Montr6alaise Nadia
Lefebvre, lib6rde
mercredi moyen-
nant une ranqon de
8 500 $US, a appris
le Journal.
Q u a t r e
hommes ont &t6
arrat6s vendredi
matin dans la
capitale Port-au-
Prince lors du
d6mantlement
d'une bande de
V - (-- -d*~.. /A 'f i- .p 6 s upr sum e


Kareem Gaspard (a droiley, c est ce
qui a dtd assassins par ses ravisseurs malgrd le pavement d'une rangon


(KIDNAPPING/ p. 8)


POUVOIR
Les 3 prochaines
annees deja
hypothequees!
PORT-AU-PRINCE, ler Juin Petit a
petit le piege se referme sur le Pr6sident Rene
Pr6val. Piege qui a pour particularity qu'il est une
consequence de la propre politique qu'il a choisi
de mener et qui lui avait valujusqu'ici, il est vrai,
que des felicitations. La politique de consensus,
dite encore de reconciliation nationale. Bien que
la nation elle-meme n'ait pas grand chose a y
voir et qu'il conviendrait de dire plutt : la
politique de < la r6publique de Port-au-Prince. >
Mais 1'6ch6ance des pr6sidentielles de
2011 avance. Les deux premires annmes de lune
de miel du quinquennat sont termin6es. Le Pre-
mier ministre Jacques Edouard Alexis a 6t6
destitu6 par une conspiration r6unissant une
majority s6natoriale de plusieurs appartenances
(y compris Lavalas ou pseudo-Lavalas), mais en
majority ancienne opposition; des leaders de
cette m6me ancienne opposition qui entendent
profiter de la reconciliation miraculeuse pour
prendre le contr6le des positions les plus
strat6giques sur la mappemonde 6lectorale d6ja
en plein remue manage ; enfin la petite camarilla
habituelle des hommes et femmes du president
(la petite junte, comme on disait autrefois). Cette
dernibre soit pour renforcer le b6ton autour du
fauteuil pr6sidentiel, soit par tentation de jouer
les faiseurs de roi. Premier ministre aujourd'hui,
President demain, qui sait !
(voir POUVOIR / 4)

ACTUALITE

Des affaires courantes
qui ne vont nulle part
ET UN PAYS A LA DERIVE
JACMEL, 31 Mai Les affaires
courantes ne sont pas, contrairement a ce qu'on
pense, une mince affaire.
Au lendemain du vote de censure du
S6nat le 12 avril dernier, bon nombre disait : tant
pis (ou tant mieux), l'Ex6cutif a toute une ann6e
devant elle durant laquelle le Parlement ne peut
plus prendre aucun vote contre le Premier
ministre (c'est un pistolet a un seul coup). Tant
qu'un successeur n'aura pas 6t6 ratifi6, c'est le
regne dit de la liquidation des affaires courantes.
Certains vont m6me jusqu'h penser que
c'est lh le r6ve m6me du Pr6sident Ren6 Pr6val.
Diriger sans pression parlementaire, mais sans
d6roger aux regles constitutionnelles.
I1 est vrai que le Parlement le lui rend
bien. C'est du tac au tac. Et toujours dans le plus
grand respect des prescrits constitutionnels.
Comme autrefois ceux de la chevalerie. Messieurs
les franqais, tirez les premiers. Mais non, mes-
sieurs les anglais, h vous de tirer les premiers.
Mais l'onne s'6taitjamais encore pench6
(voir AFFAIRES COURANTES / 5)


I I


Livraison d'argent a domicile Appelez sans frais:
en moins de deux heures USA/Canada:
CAM Pickup, le plus grand rdseau de la R publique. 1-800-934-0440


* Dep6t dans nimporte quelle banque en Hai'ti.
* Grande vari4t4 de produits alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.camtransfer.com
Approuve por le outa ebs boncares de
New Y New Jeisy. Connecicut, Rhode bland.
Momsochusets Wosington DC. Georgie el FNlde.










IEN PLUS ...


EN BREF ...


Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


i F~. U


-I )-


C -

P - -rr





- -r c
7 CIl C


* m *

*






S--
C- - -






0
**4w


Ap 40.


. W M o

- *


Mme Henrietta Fore,
Administrateur de 1'USAID et
Directeur de l'Assistance a
l'Etranger, annonce Miami l'octroi
d'un montant de $25 millions d'aide
alimentaire additionnelle a Haiti,
portant ainsi le montant total de l'aide
alimentaire d'urgence des Etats-Unis
H Haiti a $45 millions
L'Administrateur de
l'Agence Am6ricaine pour le
D6veloppement International
(USAID) et Directeur de l'Assistance
S1l'Etranger, Madame Henrietta Fore
a annonc6 dans la matinde de ce
vendredi 23 mai 2008 que le peuple
am6ricain, par l'interm6diaire de
1'USAID, accordera une assistance
alimentaire d'urgence
suppl6mentaire a Haiti ce qui portera
la quantity totale d'aide alimentaire
d'urgence des Etats-Unis a Haiti un
montant de 45 millions de dollars
amdricains.
Vingt-cinq (25) millions de
dollars de cette aide seront
administrds par le Programme
Alimentaire Mondial (PAM) des Na-


*r mLr


-- . Q ~ -
e -
w- -


o- -r


-
.gob

4br-


-. -


- -


,,. .
S rr. .


0r

~C -


*


* i


-a - *


tions Unies tandis que des organismes
volontaires priv6s seront responsables
de la gestion des autres vingt (20)
millions de dollars. Cette aide
b6ndficiera a environ 2.5 millions
d'Haitiens les plus vulndrables dans
les zones urbaines et rurales.
Cette nourriture sera
distribute a travers trois programmes
sp6cifiques sur une p6riode d'un an :
Premibrement, un system
de s6curit6 sera d6fini pour une dis-
tribution de produits alimentaires en
faveur des populations les plus
vulndrables (malades et handicaps,
personnes ag6s, orphelins, les mbres
et leurs enfants).
En second lieu, un
programme d'alimentation des
enfants sera mis en place au cours de
l'Yt6 dans les centres scolaires et des
rations a emporter seront pr6vues
pour les familles les plus pauvres.
Enfin, cette nourriture sera
utilis6e dans le cadre du programme
Food for Work (Nourriture contre
travail) en vue de soutenir des
(AIDE / p. 17)


lier rme liamm ir


Page 2


)I
I


"Copyrihted Mate

bSyndicated Content
from Commercial News Providers"A


Aide US 25 millions


- .-j


Funerailles de Constantin Mayard-Paul
Les fundrailles du c6lbre avocat haitien Constantin Mayard-Paul seront
chant6es le mardi 3 juin a l'Eglise Sainte Th6rbse de P6tionville.
Me Mayard-Paul s'est 6teint le vendredi 30 mai, a l'Age de 78 ans.Il est mort
d'une embolie pulmonaire. II a souffert de longues annres d'une
emphyseme, mais n'a pas &t6 emport6 par cette maladie.
Nos condol6ances a sa veuve, a sa fille Judith Mayard-Paul Millet, et a ses
fils Clifford, Gregory et Thierry.

Mort du PDG de Radio Kiskeya, Sony Bastien
On a appris lundi la mort survenue subitement de notre confrbre, le
president directeur general de Radio Kiskeya, Sony Bastien.
Ayant d6but6 sa carribre a Radio Haiti Inter, Sony Bastien s'6tait fait un
nom dans la chronique sociale, ainsi que dans la publicity en donnant a ses
spots une couleur toute particulibre (des expressions telles ZENGLENDOU,
GWO ZAM FANM FWA etc).
II a &t6 arrWt6 lors de la rafle du 28 novembre 1980 qui r6duisit au silence la
presse << ind6pendante. >>
Lors du retour de Radio Haiti Inter apres un exil forc6 de six annmes, Sony
reprit le micro.
Plus tard il fonda Radio Kiskeya avec ses colleagues Lilianne Pierre-Paul et
Marvel Dandin.
Sony Bastien souffre depuis de nombreuses anndes de diabete. Sa maladie
s'est de plus en plus compliqude, lui faisant perdre une partie de la vue.
Sony s'est 6teint a 53 ans.

Une Marche anti-kidnapping A Port-au-Prince
Elle aura lieu le mercredi 4 juin, qui a &td d6cr&t6 pour cela Journe
nationale contre le Kidnapping.
Le communique annonqant cette marche indique qu'elle vise a "demander
aux autorit6s policibres, gouvemementales et 6tatiques d'assumer toutes
leurs responsabilit6s, de s6vir contre les coupables, de remplir leurs devoirs
constitutionnels qui est de prot6ger les vies et biens des citoyens". Une
faqon d'empecher Haiti de "sombrer dans l'anarchie et la violence".
La marche a le soutien de La Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haiti
(CCIH), l'une des principales organisations du secteur priv6 des affaires.
Celle-ci vise une mobilisation regroupant les petites et moyennes entreprises
ainsi que les organisations patronales. L'objectif est de permettre a ces
entit6s de manifester "leur indignation devant des pratiques barbares qui
s'installent, en toute impunity, au sein de la soci6t6 haitienne". Elles
entendent aussi "envoyer un message clair aux assassins et a leurs
commanditaires pour qu'ils sachent que notre soci6t6 decide de contrer et
combattre leurs agissements criminels et sauvages".
A cet effet, l'organisation patronale demande aux employeurs de "lib6rer
leur personnel pour leur permettre de remplir leur devoir de citoyen en cette
journe du 4 juin".
Les actes de kidnapping qui n'ont cess6 de se multiplier ont culmind avec
l'horrible execution dujeune Kareeem Xavier Gaspard, 16 ans, le 23 mai,
trois jours aprbs son enlkvement et malgr6 le versement d'une rancon. Un
crime qui a fortement choqu6 l'opinion publique.

L'ex-otage Nadia Lefebvre retourne dans son pays
La canadienne Nadia Lefebvre qui avait &t6 kidnapp6e le 21 Mai dernier et
lib6rde 8 jours plus tard, probablement apres paiement d'une rancon, a
laiss6 Haiti le vendredi 30 Mai pour retoumer au Canada.
Plusieurs parents et amis l'ont accueillie a sa descente d'avion.
Le kidnapping avait eu lieu dans le quartier de Thomassin 48. On avait
appris tout de suite aprbs la liberation de Nadia Lefebvre qu'aucune
arrestation n'avait &t6 op6rde mais le commissaire de P6tion-Ville Frantz
Georges a annonc6 plus tard l'arrestation a bord d'un v6hicule de quatre
pr6sum6s kidnappeurs dont le chef, Dominique Hilaire, serait directement
impliqu6 dans l'enlkvement de la coop6rante canadienne travaillant aupres
de M6decins du monde.
On aurait d6couvert sur lui une importante somme s'l6evant a 15.000
dollars americains ainsi que des cadets de banque consid6rablement
renflouds en quelques jours avec des d6p6ts atteignant US $ 30.000 dollars.
On apprend aussi qu'une ressortissante dominicaine se trouverait parmi les
personnes interpell6es.

Jamaique : plus de 600 personnes assassinees en l'espace de
cinq mois
Plus de 640 personnes ont et& assassindes depuis le mois de janvier a la
Jamaique.
C'est le chiffre donn6 par RJP News dans un rapport a vous faire dresser les
cheveux sur la tate. Les membres de la F6d6ration de police ont invite le
Ministre de la S6curit6 Nationale, le colonel Trevor Mc Millan, a mettre au
point en urgence un plan pour r6duire les crimes et ramener la s6curit6 dans
le pays.
De Janvier a Avril 2008, 480 personnes ont et& assassindes mais au courant
de la seule semaine dermire plus de 40 personnes ont et& tudes, d'apres le
RJR. Parmi les victimes on compte deux policiers et un membre de la
Jamaica Defence Force.

Le Dossier Robert Manuel devant la Chambre des d6putes
Cette fois, contrairement au cas du premier ministre d6signd, Ericq Pierre,
c'est la chambre basse qui a commence le processus de ratification.
Il y a eu formation d'une commission de sept membres. Son travail consiste
dans l'analyse du dossier remis par Robert Manuel. Le rapport de la
commission devra 6tre pr6sentW a leurs pairs d'ici mardi 3 Juin.

(En Bref/ p. 18)


r I)
C


Q O
o


C-


- ~rrr
r- I


* -










Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


Page 3


I L'ACTUALITE EN MARCHE


be'q %t o do~ l S


r.


-
rr -
-


o


r -
0 *- ,
p 0 I- -
- -r -- -


- -L


-i ~- 0


U -r

opyrighted Material



Sy dicated Content T -


Available from Commercial News Providers"


o - w


I .


N-* -
. 1 -
b i -gp


-- r-0 -9
-- ~ 0 -
0 r ~I 0 -
.-~ r -r
r)~~ S --r


- n 0


- 1-


II- -- _




9P-"qJ 0 -- cl-n -. 0 -lmm,1
- ,* -

p mi 6nn e o mllm
-l r ~


-- -


-ff--

a r


0


41b n lq
4wm. dp


--0


49 also d"o b dw -. .
-S


b bC


-r -r .

-. 0 -o b -




-0-0--mow

- ..M. E0P 90M-
& -- -0-
--I .I
r -

C ~ ~ -- * C -~I -- -

-r --I -I )C

~ -- 0
II) I I --A



r.."mow


.N --
--no- -



..91w -mm- -d
- 0da


I- 0I - -
- -C .
. .
0c -l .

- I. rr


- - -


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Incendie du March6 en Fer:
Ruine et D6sespoir p.1
KIDNAPPING & ANTI-KIDNAPPING
Journme nationale contre le Kidnapping p.8
Gang d6mantel6 aprbs liberation Canadienne
p.1
PAYS AMIS
Breve visite du Pr6sident Lula du Br6sil p.3
POUVOIR
Les trois prochaines anndes d6jh hypoth6qu6es
p.1
GOUVERNEMENT
Des affaires courantes qui ne vont nulle part p.1
ILLUSTRES DISPARUS
Fundrailles ce mardi de Me Constatin Mayard-
Paul p.2
D6ces du PDG de Radio Kiskeya, Sony Bastien
p.2
CRISE ALIMENTAIRE ET HAITI
Aide additionnelle US : 25 millions p.2
10 millions de la Banque Mondiale p.3
PARLEMENT
Le dossier du PM d6sign6 Robert Manuel
devant la Chambre p.2
Joseph Lambert innocent p.4
Un d6put6 d6missionne pour raisons de sante
p.7
ELECTIONS
Les Dominicains font mieux que nous p.6
ABUS SEXUELS
Des membres d'ONG abusent d'enfants en
Haiti p.10
Haiti paradis des pr6dateurs p.11
LIBRE PENSEE
Grenier p.12
L'avril d'Alexis, le mai de Pierre et le juin de
Manuel p.16
POUR MEMOIRE
Le massacre de Jean Rabel, il y a 20 ans p.14
LIBRES OPINIONS
Lettre ouverte au Pr6sident Lula da Silva p.17
DEVELOPPEMENT
Tourisme communautaire p. 17


0







4

*C .


low
- "..


4


4


~-C-
~LI


~-rlu


.4upomn








Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


POUVOIR

Les 3 prochaines annees deja hypothequees!


(POUVOIR... suite de la lre ann6e)
< D6ye mbn gen mbn >...
Cependant voilh autant de
menaces de stress pour le President
Pr6val dont on sait qu'il n'en a pas
particulibrement besoin.
Et comme chez nous les
problkmes (des que cela commence)
engendrent toujours d'autres problkmes
(en creole < d>), nous
pouvons pr6voir que les trois prochaines
annres ne vont pas 6tre de folle gaiet6.
I1 semblerait que les grands
stratbges du vote de censure du 12 avril
avaient garanti A M. Pr6val que tout se
passerait comme sur des roulettes. Avoir
la manibre combien d6cid6e avec
laquelle il a abord6 ce tournant. < bien, je vais devoir me trouver un Pre-
mier ministre >>, avait-il lanc6
gaillardement lorsqu'il a appris la
nouvelle. I1 cl6turait au meme moment
au palais national une conference de
presse sur les 6meutes dites de la faim
qui venaient d'agiter la capitale.
La designation de Ericq Pierre
passa du premier coup le test du s6nat
qui avait renvers6 Alexis et qui 6tait
avide de transformer l'essai, de remplir
le vide ainsi cr&.
Mais devant la Chambre des
d6put6s, patatras. Et c'est alors que la
crise va apparaitre sous son vrai visage.
Et qu'elle n'est pas seulement une crise
d'aujourd'hui mais d6jA celle de demain.
En effet, en Ericq Pierre ce
n'est pas seulement le Premier ministre
d6sign6 qui a &t6 rejet6 par la CPP
(Concertation des parlementaires
progressistes) que la politique meme du
President Pr6val.

Un vent de fronde contre
le President...
La Concertation, groupe
majoritaire A la chambre basse, ne
compte pas moins de 20 d6put6s du parti
Lespwa dans ses rangs.
Lespwa est le parti de M.
Pr6val (du moins la plate-forme
politique qui a pr6sentW sa candidature
aux pr6sidentielles de 2006).


Or derribre le refus de son Pre-
mier ministre d6sign6, coup de thdetre,
c'est un vent de fronde qui se lve contre
le President. Du moins contre la facon
dont il gbre la < reconciliation >>.


On signale plein d'exemples.
Les figures les plus influentes arpentant
les couloirs du palais national. Les
hommes du jour, quoi. Les
d6placements du President A travers le
pays. Une politique de plus en plus
selective, de plus en plus jalouse et
suspecte.
Mais ce n'est pas fini. Les
plans annonc6s pour une nouvelle re-
distribution des cartes au sein du
Gouvernement. Si celui d'Alexis a
<< chou >> c'est que la r6partition n'6tait
pas la bonne. E16mentaire, mon cher
Watson !
En commencant par introduire
les nouvelles dispositions A la Primature
elle-meme (qui mettra done
math6matiquement cette dernire sous
les ordres de l'ancienne opposition,
histoire de contrebalancer le PM qui est
choisi par le President.) Et quoi encore.
Et tout cela le plus
d6mocratiquement du monde.

< Bien compter, mal
calculer >>...
Mais c'est comme si les autres


sont tous des imbeciles qui vont rester
les bras crois6s A regarder se tresser la
corde pour les pendre, alors qu'il leur
reste encore quelques bonnes armes. Et
tout aussi d6mocratiques.


Comme on dit en creole c'est
<< bien compter, mal calculer. > Le beau
scenario tombe sur un bec. C'est la CPP
et aussi l'influence qu'y exerce Lespwa.
Or A chaque fois qu'un choix
du President est repouss6 (les deux
chambres l gislatives votent s6par6ment
et leur decision est sans recours), c'est
l'image pr6sidentielle qui est 6corne.
Et si nous les Haitiens sommes habitues
A ce cinema, si nous nous y sommes
r6sign6s tout A fait, par contre aux yeux
de l'international (qui est aussi
aujourd'hui un acteur interne), cela
laisse des traces.
Voici le President Pr6val
condamne A apparaitre chaque jour en-
core plus impuissant. D'un c6te, ne
pouvant contenter ses allies naturels, et
de l'autre livr6 toujours plus, seul et
d6sarm6, aux mains de ses anciens
ennemis, ces demiers bien entendu prets
A le balancer par-dessus bord d&s qu'il
refuse de marcher droit, s'il tente de
revenir en arribre.

Les faits ont la tkte dure
Libre au President si son r6le


pr6f&r6 c'est << le roi est nu, vive le roi >>
(n'est-il pas couvert de gloire pour sa
politique de reconciliation !).
Mais la logique ne suit pas.
L'arithm6tique dit tout le contraire. Les
faits parlent d'eux-memes. Et les faits
ont la tete dure.
En effet, ceux que nous
appelons ses allies naturels pourraient
revendiquer prbs des trois quarts du vote
aux dermires elections (bien que ca soit
un peu plus complique que cela), tandis
que ses nouveaux amis tous ensemble
n'ont pas fait plus de 3 pour cent.
Nous apprecions, nous aussi,
la politique de consensus. Nul besoin
de prouver que les luttes intestines nous
ont amend A ce champ de mines.
Mais pas une reconciliation
comme celle qui se dessine aujourd'hui
plus encore qu'avant et qui commence
par un < domestic take over >> (un coup
d'6tat maison) op6r6 dans l'entourage
du chef de l'Etat.
On se souvient du mot de feu
Gregoire Eugene apres l'union Baby
Doc-Michble Bennett : le < coup d'6tat
en parachute de la droite. >

Apprentis-Machiavel...
Pour finir, au-delA des hommes
(car il y a longtemps depuis que l'on ne
peut plus se faire d'illusions au sujet des
hommes de ce pays), eh bien il y a la
nation. Il y a plus de 8 millions qui
souffrent de la faim, de toutes les mala-
dies curables, de l'analphab6tisme.
Et 1 million et demi en
diaspora qui se font designer du doigt
comme les ressortissants d'un pays qui
se condamne lui-meme A son existence
de grabataire.
Et que cesjeux irrationnels aux
mains d'apprentis-Machiavel ne cessent
de pousser encore plus vite dans le
n6ant.
Non, les trois prochaines
annres, ce ne sera pas lajoie. Si encore
l'on tientjusque-l ...
Si le President Pr6val lui aussi
peut tenirjusque-lA.

Haiti en Marche, 1" Juin 2008


S"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 4


Les Presidents Lula Da Silva et Rend Preval (photo jjaugustin. com)


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE

CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL- Amerijet International will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2, 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mon&,lagh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Ame ijet sport cargo
between this sta ; iihTI'l transfer. For rates
c specific questointact Amerijet's sales
-depar.02t9ores#,ameriiet.com.
An all n1 full-service multi-modal
transportation logistics provider offering international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-basedAmerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com.








Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


GOUVERNEMENT

Des affaires courantes qui ne vont nulle part


(AFFAIRES COURANTES... ET
suite de la lere page)
suffisamment sur le contenu de l'expression affaires
courantes. Eh bien, a beaucoup d'6gards, c'est une
coquille vide.
Par exemple, la semaine dernire,
le president brdsilien Lula da Silva visitait
Haiti, le Premier ministre Jacques Edouard
Alexis ne se trouvait pas dans le protocole.

Comme un enfant mineur

Quels moyens le statut de liquida-
tion des affaires courantes laisse-t-il au chef
du gouvemement haitien ?
RWcemment une certaine opposition
anti-Alexis s'est mise a tempter parce que
le bureau du Premier ministre (ou Primature)
avait ddlivrd des cheques a des d6put6s pour
leur circonscription dans le cadre d'un
programme d'urgence contre la chert6 de la
vie datant d'avant le vote du 12 avril.
On souligna que le gouvemement
sortant doit r6pondre a un contr6le comptable et ad-
ministratif plus strict que d'ordinaire. Bien que ca ne
soit 6crit nulle part.
Gouvemement sous tutelle, comme un enfant
mineur ...
En outre, ne pouvant se presenter devant le
Parlement, il ne peut obtenir aucune < rectification >
de budget. Qu'un 6v6nement inattendu se produise,
comme les dernibres 6meutes de la faim, le voici
financibrement dans de beaux draps.
D'autre part, le gouvemement sortant ne peut
conclure aucun accord au nom de la Republique.
Aussi un homme aussi actif comme s'6tait
rdvl6 1'6tre le Premier ministre Jacques Edouard
Alexis doit se sentir aujourd'hui dans ses petits
souliers. Dans un piege.

Coinc6e entre les deux battants
d'une porte ...
Certes il peut sourire dans sa moustache en
regardant les mille et une difficulties rencontr6es pour
arriver a la ratification d'un toujours 6ventuel
successeur. Depuis le 12 avril, deux candidats ont
d6fil6. Le premier, Ericq Pierre, repr6sentant d'Haiti


UN PAYS A LA DERIVE moment. Le peuple quivoit sesjustes
revendications contre la vie chbre
auprls de la Banque interamdricaine de d6veloppementcuprer par la politique
(BID), a &t6 r6cus6 par les d6put6s d&s le premier tour politicienne. Les s6nateurs du vote du 12 avril (maitres
de table. censeurs, maitres chanteurs) qui ont pousse le pays


Jacques EdouardAlexis (photo (eorges Dupe)
Un second Premier ministre d6sign6 attend
son tour. C'est le conseiller pr6sidentiel Robert
Manuel. Les pronostics a nouveau sont mixtes.
Mais pendant ce temps, ce n'est pas le
gouvernement c'est la R6publique qui se trouve
coinc6e entre les deux battants d'une porte dont l'un
qui doit fermer et l'autre qui ne peut s'ouvrir ; un Pre-
mier ministre qui s'enva, mais dont le pied reste coll6
dans les mailles constitutionnelles ; et un Premier
ministre qui s'en vient, mais qui doit d'abord vaincre
une 6puisante course d'obstacles soigneusement
dress6e par les diffirentes parties en cause, en vertu
d'un dicton bien de chez nous : un jour pour le
chasseur, le lendemain pour le gibier.
C'est le pays qui souffre, parce que en Haiti
gouvemement et administration sont un seul et meme.
Done quand le gouvemement est pratiquement absent
de la scene comme aujourd'hui, le pays est plus que
jamais a la drive.

Tel le coq de gaguere ...
Avec plein d'amertume dans l'air. Et de tous
les c6t6s a la fois. Personne n'est plus avanc6 pour le


dans un tunnel dont ils ne voient eux-memes
pas le bout. Le Premier ministre censure qui
se retrouve prisonnier d'une liquidation des
affaires courantes qui n'est pas une affaire.
Le President Rend Prdval qui voit
sa cr6dibilit6 en train de fondre a vue d'ceil.
A chaque fois qu'un autre Premier ministre
d6sign6 est rejet6, quelles qu'en soient les
raisons, c'est son pouvoir de persuasion qui
perd des plumes. Y compris en face de la
mission international (l'acteur discret mais
pas le moins puissant) qui fait pour la
premiere fois l'exp6rience de cet aspect si
pervers des jeux politiques haitiens et n'en
revient pas. Un tel d6tachement en face de
) ses responsabilit6s publiques et citoyennes,
ce quasi m6pris pour le pays reel. Tel le coq
de gagubre qui claironne son triomphe sur
une pile de fatras. Inimaginable I1 faut le voir pour
le croire.
Nous sommes a Jacmel depuis 48 heures et
pas une fois on n'a vu l'dlectricitd. I1 n'y a pas quatre
ans la belle cit6 estivale du Sud-est avait du courant
24 heures sur 24. Les moteurs ne sont pas en panne,
sinon en panne seche. Seule explication: mauvaise
gestion ou/et corruption. Par absence des pouvoirs
publics. La crise.

On se prepare A remettre a ...
La crise toujours recommenc6e. Haiti qui
avance perp6tuellement a reculons. L'auto-destruction
permanente. Pourtant on se prepare a remettre ca.
Meme quand il est difficile de prouver que les condi-
tions sont les memes qu'en 2003. En dehors de la
majority dont le lot est devenu pire. Mais l'instabilit6
peut 6tre aussi un mal g6n6tique. L'instabilit6, comme
disait l'autre, c'est ce qui reste quand on a tout perdu.
La difference ici est que ce ne sont pas les victimes
qui sont les fauteurs d'instabilit6. Cette fois tout le
monde en est t6moin. Mais ce sont encore les
pr6dateurs eux-memes.
Jacmel, 31 Mai 2008


1, 'Copyrighted Material,

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


MIAMI-ADM

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
5elvieriX Exccllence EveryJ ay


t *I*W E -w 40


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


I oa purS


Gdes 260.00
_US $ 40.00
SUS $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


I .coi p our


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec Iivraison, le coOt est le double.
Prlrre de sp6cifier si vous 6tes
un nouvel abonn6
ou s'il s'agit d'un renouvellement


Nouveau

LI


Renouvellement

D1


Page 5


Nom
Adresse


Hati
Etats Unis
Canada _


Europe
Am6rique Latine


I









I ELECTIONS D'ICI ET DE LA-BAS


Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


En politique, les Dominicains font mieux que nous


PORT-AU-PRINCE, 30 Mai -
Nos voisins dominicains ont eu le
vendredi 16 mai dernier des elections
pr6sidentielles et cela s'est sibien pass
que nous en avons en Haiti presque
honte. Honte de nous qui trainons
depuis 2001 une crise 6lectorale qui n'en
finit pas de rebondir sous diff6rentes
formes.
Et pourtant les Dominicains
n'ont pas plus de manibres que nous. Ils
ne sont pas moins magouilleurs en
politique. Ils ne sont pas moins
corrompus. Le trafic de drogue n'est pas
moins une preoccupation dans la
republique voisine.
D'oi vient done la difference ?
Comme disait un certain
candidat a la pr6sidence nomm6 Bill
Clinton, << it's the economy, stupid. >
Leur pays affiche un taux de
croissance parmi les plus 6lev6s du con-
tinent. Et cela depuis un bon nombre
d'anndes.
R6sultat : nos voisins
dominicains savent du plus haut au plus
bas de l'6chelle sociale qu'ils peuvent
tout faire, sauf mettre en p6ril cette
prosp6rit6.
Done la guerre 6lectorale
s'arrete d&s la proclamation des
r6sultats. Parce qu'entre-temps, ily a eu
aussi des morts. Au moins 3, lors des
dernires pr6sidentielles.
Au soir du 16 mai dernier, les
r6sultats de la commission centrale
6lectorale portant sur 99% des votes
cr6ditant le president sortant Leonel
Fernandez de 53% des suffrages (donc
plus que la majority absolue c'est-a-dire
50% + 1), son rival Miguel Vargas
Maldonado lui conc6dait la victoire.


Le lendemain (et depuis) le
pays continue de fonctionner comme si
de rien n'6tait. Business as usual.
Pas une seule contestation.
Jusqu'aux prochaines
elections. Pas vraiment car la classe
politique dominicaine semble aimer
s'agiter davantage encore que la n6tre.
Mais sansjamais perdre de vue l'interet
sup6rieur de la nation.
Faudrait-il en conclure que la
difference vient que chez nous en Haiti
il n'existe pas un int6ret sup6rieur de la
nation ? Eh bien, peut-6tre que oui.
Int6ret sup6rieur ou bien commun. C'est
quoi, le bien commun ?
Faut-il d'abord qu'il existe ce
bien. Et ensuite qu'il y ait une partie de
ce bien que nous consid6rons comme
commun, c'est-a-dire appartenant a
nous tous les quelque 9 millions de
citoyens haitiens. A nous tous et a
chacun de nous. Sans que aucun de
nous, ni aucun groupe, aucun secteur,
ne puisse accaparer ce bien d6sormais
commun comme sien, comme a lui seul.
Or apres 200 ans
d'ind6pendance, nous en sommes en-
core a nous interroger sur ces concepts
et sommes bien en peine d'y apporter
une r6ponse.
C'est la difference entre nous
et nos voisins. Et il n'en est pas besoin
d'autre.
Voire aujourd'hui oi non
seulement nous ne produisons presque
rien (si on 6tait mechant nous dirions
seulement des pauvres et des boat-
people) mais nous ne faisons
pratiquement rien pour empecher notre
pays de continuer a perdre tous ses
moyens et sur tous les plans a la fois :


Poukisa pou vote


,,, nrocnnnflanllS


o pabezwen kondwi, ekonomizegaz


o pa gen i, pa bewen parapli


o pa genyen ore, vote lw pito


toutrezonkiekri pi wo la-a



Nenpt v enskifel iib pou chwailvote pa korespondans.
Henpt ot3 0


ressources mat6rielles, 6conomiques,
environnementales, humaines etc.
Enun mot, d'un c6t6 ily a nous
qui nous battons comme des
chiffonniers pour un morceau de chif-
fon qui, a force d'etre 6cartelk dans tous
les sens, se r6duit toujours davantage.
Done plus la prime est r6duite, plus les
acteurs deviennent enrages. Plus la crise
ne peut avoir de fin. Comme nous disons
en creole < ti mache a tr6 piti > (il n'y a
pas assez de place pour tous ces
comp6titeurs). Par consequent la
competition ne peut avoir de fin. Sauf
si un < bully > (un vrai costaud) arrive
et sonne la fin de la partie.
Mais les vrais < costauds > on
n'en fait pas deux durant le meme siecle.
En tout cas, il parait.
Alors que de l'autre c6t6 de la
frontiere, disons que c'est tout le
contraire.
Et pourtant, en dehors de celui-
ci, nous nous ressemblons en tout point.
Politiciens magouilleurs. On
reproche au president Leonel Fernandez
d'avoir utilis6 la caisse publique pour
alimenter sa campagne, < recours des
plus honteux aux ressources de l'Etat. >
Ou carr6ment corrompus. Le
candidat rival, le social d6mocrate
Miguel Vargas Maldonado, est un ex-
ministre des travaux publics qui se serait
enrichi sous le gouvernement pr6ecdent
de Hipolito Mejia.
D'ailleurs selon 1'AFP, la
campagne s'est r6sumee a des changes
d'accusations de corruption.
Le peuple dominicain n'est pas
dupe. Selon un sondage paru dans le
quotidien Hoy, 97% de la population
estime que l'administrationpublique est


corrompue.
Mais la-bas
lorsqu'on fait un coup, ce
n'est pas pour quelques sacs
de riz, mais pour plusieurs
milliards comme dans la
faillite de la Baninter
(Banque intercon tinentale)
qui a mis en p6ril toute
l'6conomie dominicaine, le
dernier plus gros scandale
qui a facility le retour de
Leonel Fernandez au
pouvoir.


Consid6re comme celui qui a
remis l'6conomie sur les rails, lorsque
Fernandez proposa d'amender la con-
stitution pour permettre au president
d'exercer deux mandats de suite,
l'amendement fut accept. Et Fernandez
vient d'obtenir son troisibme mandat.
En Haiti, il est impossible
d'amender la constitution meme
lorsqu'il est evident pour tout le monde
qu'elle est une source d'instabilit6
permanente (et pas seulement parce que
Pr6val l'a dit, mais parce que jamais il
n'6tait apparu aussi evident que
maintenant, lh sous nos yeux).
M6me si en R6publique
dominicaine (selon les statistiques de la
Banque mondiale), un quart de la popu-
lation reste pauvre ...
Mais en Haiti c'est plus de
80%. Et c'est toute la difference.
Le bien commun chez nos
voisins ne l'est peut-6tre pas a 100%.
Mais chez nous, il est petit, tout petit,
minuscule, nul. Bref il n'existe pas.
Pourtant la drogue y circule, et
plus que chez nous. Selon le num6ro 1
am6ricain de la lutte anti-drogue, John
Walters, plus de 100 tonnes de cocaine
ont transit dans le pays voisin en 2007.
<< Une vague g6ante repr6sentant une
menace aigue pour le pays >> a dit le
responsable americain.
Or avec tous ces d6fauts, avec
les memes d6fauts, ni plus ni moins de
d6mocratie, un long parcours dictatorial
et une meme accession finalement
r6cente a l'exp6rience d6mocratique ...
Eh bien, nos voisins trouvent
le moyen de nous battre a plate couture.
Si la civilisation c'est le
vouloir vivre ensemble, si c'est savoir
jusqu'ofI on peut aller trop loin sans
risquer de faire capoter la barque
nationale parce que nous sommes tous
dans le meme bateau definitionn
supreme du bien commun), alors je ne
dis pas que nos voisins sont plus
civilis6s que nous. Non, maisje dis que
nous sommes des sauvages, des
barbares. (Trujillo doit se retourner de
joie dans sa tombe). Or les sauvages ce
ne sont pas les citoyens des rues, ce sont
nos elites politiques. VoilM la vraie
difference.
Marcus, 30 mai 2008


4 0 ---
---r









"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 6







Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


I.I

















Sb "Copyrighted Material
S-Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"
.. .. ii i i ~ ih !iii iiiiiiiii i ii i~i i il I ~ i i ii i . ii i ii i ii i i i i i iiii i ii i
i iii ~~. iiiiii ........ llli !liil i !liill i iilli ! i i !.. i iii ill iliiilllllllliiiiiiii i il iiiiiiiiiiii
iiii ... .. . ii!iii!! iii ii i i iii i ii i i i i i i i ii ii i iii i i l i ii l i ii i i i i i i iiii
l i i~ i .. .. i i iii l iii iiiiiiiiii iii ii i i ii l ii i i ii iii i i ii i l
ii !I i ii ii ii i ii i !!!!i i!!i ii ii ii i ii ....


!i iiii iii .. ..ii ih ii ii ii iil .. iiili iiiili.. iiiii ii i i i iii a lh ....... .
iii S n ici iiiate i Ciiiii.. ...ii iih........ i .. iii
ii!!!!i .... !!iieii!iii! !i!!!!!!ii!iiiii. ... !!! ii iiiiiiii i iiiio iiiiiiii eih i s"i


Aide US 25 millions
(... suite de la page 2)
activities qui visent a r6parer des systemes d'irrigation/
des infrastructures routibres et r6activer les terres
cultivables 6rod6es tout ceci visant l'augmentation
de la production alimentaire.
L'aide d'urgence comprendra environ 36.500
tonnes m6triques de nourriture, tels que des haricots,
du riz, un melange de soja et de mais, de l'huile
v6g6tale, des lentilles, du bulgur fortifi6 au soja, et de
la farine de mais. Les premieres 6.600 tonnes
m6triques doivent arriver en Haiti d&s cette fin de
semaine.
Environ 15.000 tonnes m6triques de
nourriture ont 6t6 pr6alablement mises en place pour
expedition a partir du Texas. Cette nourriture arrivera
en Haiti au cours du mois de juin prochain.
Une autre expedition de 1.460 tonnes
m6triques de nourriture arrivera a la mi-juillet.
L'aide alimentaire restante, soit une valeur
approximative de 13.440 tonnes m6triques, doit arriver
en Haiti en septembre.


" Rien ne vaut l'Amour d'une Mere,

Rien ne remplace la Tendresse

d'une Mere."i


A l'occasion de la Fte des Meres,
les 1,113 Unibanquiers rendent hommage
a toutes les Mamans d'Haiti et de la Diaspora
et leur souhaitent une Bonne F&te!





II 1 | UNIBANK
l!M..J1 ****


"Faisons route ensemble"


www.unibankhaiti.com


I-kl___ 1 '


Page 7


Cmp nanRiMeratlonmi










DIK NAPPING S


Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 19


Gang demantel6 apres liberation de la cooperante Canadienne


(KIDDNAPING.. suite de la lre page)
kidnappeurs.
Ces individus sont soupqonn6s d'appartenir
au gang connu sous le nom de Chochonet, un groupe
de criminels qui op&re dans la zone geographique on
la femme de 32 ans a &t6 enlev6e.
Ils seraient responsables de plusieurs
enlkvements et meurtres ces derniers mois, selon un
communique 6mis par la Mission des Nations unies
pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH).
C'est ce gang qui serait A l'origine du kid-
napping de Nadia Lefebvre, survenu A Port-au-Prince
le 21 mai alors qu'elle 6tait en mission humanitaire
pour M6decins du monde Canada.
>,


a affirm au Journal Frantz Lerebours, commissaire A dans deux quartiers de la capitale. Quelque 7000 $US
la Police nationale haitienne (PNH). ont &t6 trouv6s dans l'une d'elles. L'analyse des


Rancon de 100 000$
Ses ravisseurs demandaient une rancon de
100 000 $ en change de sa liberation. Or, le montant
vers6 s'av&re beaucoup moindre. < MINUSTAH, ce sont 8500 $US qui ont &tt verses aux
ravisseurs>>, a indiqu6 le commissaire Lerebours.
Cette somme confirme en quelque sorte les
informations vThiculkes depuis quelques jours par
divers m6dias, A savoir que les demandes de ranqon
se reglent g6ndralement pour des sommes variant en-
tre 4000 $ et 8000 $.
Les suspects ont &tt arrft6s Abord de voitures


num6ros de s6rie des billets a r&v616 que cet argent ne
fait pas partie des 8500 $US donnas aux ravisseurs,
indique le commissaire Lerebours.
Selon lui, le gang a d6pos6 A la banque
environ 30 000 $US au cours des deux derniers jours,
fruit de diverses ranqons obtenues A la suite
d'enlkvements.
Le kidnapping pour rancon est une affaire
courante en Haiti. Les actes de violence A l'endroit
des victimes sont toutefois peu courants, nous dit-on.
Le revenu moyen annuel par habitant est de
moins de 400 $.


NOTE DE PRESSE

JOURNEE NATIONALE DE MANIFESTATIONS CONTRE LE KIDNAPPING


La Lutte Nationale Contre le Kidnapping
(LUNAK), le Groupe de Citoyens Concemes (GCC) et
un ensemble d'associations et de personnalit6s de la
soci6et civile appellent tous les secteurs de la soci6et
civile a participer, le mercredi 4juin 2008, a unejournee
pacifique pour dire:
NON au kidnapping
NON au commerce des dtres humains
NON a l'argent du sang et de la douleur
Nous devons faire un barrage:

1


Chanjman

Ap


Pour que CESSE ce FLEAU
Pour CONSTRUIRE un pays on tout le monde puisse
vivre
Cette journ6e pacifique d6butera par une marche
silencieuse qui partira devant l'Eglise du Sacre Cceur de
Turgeau, a 9:00am.


Avenue Magny
Rue Capois
Rue Legitime Arrdt devant le Commissariat de Port-
au-Prince
Avenue Magloire Ambroise
Rue St. Honor
Rue Mgr. Guilloux


Parcours de la marche: Arrdt et Fin devant le Palais de Justice
Eglise du Sacre-Cceur
Avenue Charles Summer Arrdt devant le Ministere de Consignes:
la Justice Pour les participants a la marche et aussi pour ceux qui
ne peuvent pas y assister
Se Vdtir de noir ou de blanc
pendant toute la joumee
AMDAD TRANSIT Emettre un cri de douleur
S B y sur tout le territoire a Midi
nan pile
nan Sevis Bis yo Prparer des pancartes en
noir et blanc et A caractere


ati 15 jen 2008


BIS SA YO PAP KONTINYE ShVIS:
68 Gratigny Connection, 82, V, 147, 216 Goulds Connection, 241 North Dade Connection, 242 Doral Connection,
245 Okeechobee Connection, aK 278 Flagami Connection.


BIS KALITE CHANJMAN


1
2
3
6
7
8
9
10
12
16
17
21
22
24
27
28
32
33
34 Busway Flyer
35
36
37
38 Busway MAX
40
41
42
48
51 Flagler MAX
52
54
57


BIS KALITE CHANJMAN


77
82
93 Biscayne MAX
95 Express
104


Or&
Ore
Or6 ak traje
Ore
Ore
Ore
Ore
Ore
Ore
Ore
Ore
Ore
Or6 ak traj6
OrA ak estasyon bis
Ore
Ore
OrA


Ore
Orb ak traj6
Orb ak traj6
Orb ak traj6
Traje
Or& ak traje
Or&
Ore


62 Ore
68 Gratigny Connection Pap Kontinye Sevis
73 OrA


132 Tri-Rail Doral Shuttle
136
147
183 St MAX
207/208 Little Havana Circulator
212 Sweetwater Circulator
216 Goulds Connection
240 Bird Road MAX
241 North Dade Connection
242 Doral Connection
243 Seaport Connection
245 Okeechobee Connection
249 Coconut Grove Circulator
252 Coral Reef MAX
272 Sunset KAT
278 Flagami Connection


Orb
Pap Kontinye Sbvis


Orb
Ore
OrA
OrA
Ore
Ore
Orb ak traj6
Ore
Ore ak traj6
Ore
Non chanje a Beach MAX,
kanpe nan mwens estasyon
Pap Kontinye S&vis
Ore
Ore
Pap Kontinye Sevis
Orb
Orb
Orb
Pap Kontinye Sbvis
Ore
Pap Kontinye Sbvis
Pap Kontinye Sbvis
Orb
Pap Kontinye Sbvis
OrA
OrA
OrA
Pap Kontinye SBvis


282 Hialeah Gardens Connection
287 Saga Bay MAX
288 Kendall KAT


Pou detay konple, ale sou www.miamidade.govltransit
Oswa pran yon bwochi Ajisteman Sevis Metrobus, disponib nan sant sevis yo, estasyon
Metrorail yo, biwo Team Metro yo, bibliyot6k rejyonal yo, ak nan sant enf6masyon Ayewop6
Ent&nasyonal Miami. Oswa rele 305-770-3131, oswa 305-891-3131 apel gratis sid de SW
216 Street. Moun ki soud oswa ki pa tande byen ki s&vi ak apar6y TTY rele 305-499-8971.


Pou asire ke w rive nan destinasyon w al6 nan 16
premye jou apre enplemantasyon, yo rek6mande w
rive nan estasyon bis la k lke minit pi bone.


non violent pour la marche
- Concert de casseroles a
Midi pile
- Appuyer sur l'avertisseur
de votre v6hicule a Midi pile

Les organisateurs de la
marche se reservent le
droit de saisir toutes
pancartes portant des
themes violents et non
conformes a I'esprit de
cette marche pacifique,
parce-que nous
manifestons pour la vie.
Les organisateurs
interdisent aussi toutes
paroles de violence.

Signataires:
- Lutte Nationale contre le
Kidnapping (LUNAK)
- Groupe de Citoyens
Concenms (GCC)
- APROSIFA
- Coordination Syndicale
Haitienne (CSH)
- CRESFED
- ISC
- Association Nationale des
Medias Haitiens (ANMH)
- ISC
- RNDDH
- Kay Fanm
- EnfoFanm
- KONAP
- GRIEAL
- Mouvement Ti Payzan
(MOPA)
- Confederation Nationale
des Vodouisants Haitiens -
ATI
- Federation Protestante
d'Haiti
- KSIL
- Fondation Culture
Creation
- Centre Oecumenique des
Droits Humains
- Droits et Democratie
- University Quisqueya
- Haiti Solidarit6
Internationale (HIS)
- Groupe Croissance
- JILAP (pour l'Eglise
Catholique)
- Centre Petion Bolivar
- Korejen
- Fondation Heritage
- University d'Etat d'Haiti
- Commission Citoyenne
pour l'Application de la
Justice (CCAJ)
- Rassemblement Femmes
Vaillantes du Bel Air
(RA.FA.VA.B)
- ANADIPP


Page 8


MIAMHDMM
M =ADE^^^






Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


& ANTI-KIDNAPPING


. QS


0 e4. *e.


W a.


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


La CCIH appuie
la Journbe Nationale
contre le Kidnapping
La Chambre de Commerce et d'Industrie
d'Haiti (CCIH) au nom des Organisations Patronales et de la
F6d6ration des Petites et Moyennes Entreprises, apporte et
confirme le plein et entier appui du Secteur Priv6 des Affaires
A la marche de protestation : < KOUKOU WOUJ KONT KID-
NAPING > du mercredi 4 juin 2008.
Ces entitds,
expriment leur indignation devant ces pratiques
barbares qui s'installent, en toute impunity, au sein de la society
haitienne
envoient un message clair aux assassins et A leurs
commanditaires pour qu'ils sachent que notre Societd decide
de contrer et combattre leurs agissements criminels et sauvages
demandent aux Autorit6s policibres,
gouvemementales et 6tatiques de notre pays d'assumer toutes
leurs responsabilitds, de sdvir contre les coupables, de remplir
leurs devoirs constitutionnels qui est de prot6ger les vies et
biens des citoyens et de ne pas laisser Haiti sombrer dans
l'anarchie et la violence
Avec force, la Chambre de Commerce et d'Industrie
d'Haiti convie tous ses membres, la population, les
organisations civiles, politiques et sociales, le ministbre de
l'Education Nationale, les universities A participer A cette
JOURNEE NATIONALE DE MANIFESTATIONS.
La CCIH demande aux employeurs de lib6rer leur
personnel pour leur permettre de remplir leur devoir de citoyen
en cette journe du 4 juin 2008
Jean-Robert Argant
President de la CCIH
30Mai 2008

OTAGE CANADIENNE LIBEREE
Nadia Lefebvre est
rentree au pays
La Presse Canadienne, samedi 31 mai
MONTREAL Lib6rde jeudi par ses ravisseurs en
Haiti, la Qu6b6coise Nadia Lefebvre est rentrde au pays dans
la nuit de vendredi A samedi, apparemment en bonne santW.
La femme Ag6e de 32 ans est arrive peu apres minuit,
samedi, A l'adroport Montreal-Trudeau.
"Je vais bien, a-t-elle d6clard auxjoumalistes. Je suis heureuse
d'etre rentrde".
Nadia Lefebvre avait td enlev6e le 21 mai non loin
de Port-au-Prince, peu apres son arrive en Haiti oni elle
effectuait un stage pour l'organisation m6dicale MWdecins du
monde.
Elle a &te retenue en otage pendant une semaine avant
(LIBERATION/ p. 10)


* 0


12.


000 Gradye f 1 deja

Ou merite 1 tou


* Asistan Medikal

* Sevis klyantel

* Asistan kontab


* Asistan administratif

* Ofis Manadye

* Prepare bbdro medik;


,r 7z






F i G
,^^^ I I [ ^ I '1^^^

.. .R^B

j~ *^


Grants / Financial Aid / $0 Down
$0 Peman pou moun ki kalifye

Kanta Ie pou ou vi n lekol
Ou kapab chwazi 16 ki pi
bon pou ou a
Nap ede ou Iwenn travay



I05.624.3030

www. sctrain. com


Kdmanse koulye-a

Jwenn Stifika a nan kdk

semenn selman


Page 9







Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Un enfant des rues dormant a meme le trottoir (Eugene Robenson)

Une ONG britannique denonce les abus sexuels sur des enfants
Euronews Mardi 27 mai 11 prevention notamment.
L'organi satin britanniquede la part de travailleurs humanitaires "prventionnotamment.schiens
L'organisation britannique UCi 1 J vient de publier un rapport qui d6taille la situation. recens6s. de garde, un systeme de vigilance qui s'applique a
Ces cas d'abus sont recens6s notamment au Soudan, Ce qu'on souligne dans notre rapport, c'est que toutes les organisations, y compris la n6tre, avec obli-
en Haiti, en C6te d'Ivoire ou au Liberia, des pays en les enfants ont peur de t6moigner, de dire qu'ils ont gationde rendre des comptes, explique Corinna Csaky,
proie a la guerre et a la misere. Les enfants sont les Wte violds, qu'ils ont &t6 abuses sexuellement en experte a Save the Children. On doit aussiinvestir dans
victimes les plus exposes. change de nourriture. Ils ont peur des reprdsailles. la prevention. La majority des enfants abuses sont des
L'enquete de 1'ONG, elle-meme touch6e par le Ce qui est abject, c'est que ce silence incite les gens a orphelins, ou bien il s'agit d'enfants s6par6s de leurs
scandale, est base sur des t6moignages de centaines continuer. C'est le fait d'une minority, mais cela parents. On est cens6 les rendre moins vulndrables,
d'enfants parfois Ag6s de 6 ans seulement. "Il y a discr6dite l'ensemble des acteurs humanitaires". pour qu'ils n'aient pas a recourir au sexe comme
toujours des abus sexuels sur des enfants dans des En 2005, dans un rapport, les Nations Unies moyen de survie."
zones en crise", constate Jasmine Whitbread, avaient d6ji rv616 des cas d'abus sexuel perp6tr6s Des dizaines de milliers de casques bleus et
responsable de 1'ONG Save the Children. Elle ajoute par certains de ses employs. En r6ponse, 1'ONU avait de travailleurs humanitaires s'activent aux quatre coins
: "c'est le fait de personnes cens6es pourtant prot6ger institu6 des cours martiales. Mais visiblement, cette du monde au service des populations en danger. Un
ces enfants : les soldats de la paix et les travailleurs mesure pourtant radicale n'a pas &t6 suffisante. Save d6vouement terni par une minority sans scrupule.
humanitaires. Et ces abus sont loins d'etre tous the Children prdconise done d'aller plus loin, dans la

OTAGE CANADIENNE LIBEREE


Nadia Lefebvre est rentree au pays
ERATION... suite de la page 9) pour le moment je pense qu'elle est tres heureuse de Nadia Lefebvre s'6tait rendue en Haiti pour
e mercredi dans la capitale haitienne. Ses pouvoir prendre sa famille et ses amis dans ses bras, a accomplir un stage de courte dur6e, en tant que per-


ravisseurs exigeaient 100 000 $ pour la lib6rer. On
ignore toujours si le montant a &te vers6.
"L'6motion est intense, les 6v6nements
qu'elle a v6cus referont certainement surface, mais


d6clard le president de M6decins du monde Canada,
le Dr Nicolas Bergeron, present a l'adroport. La
semaine a &te tres difficile, et les dernibres heures tout
particulibrement."


Cargo General
Barils Y
Produits p6rissables
Effets personnels
Produits explosifs T ..
Toutes dimensions de mat6riels
POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ
1-800-927-6059 *AMPA Ci U
ou eny o un maiACCEPTES A C:EaTsamRESSEe
ou envoyez nous un e-mail: rjcoml -- "1


Nadia Lefebvre
sonnel non medical, dans le cadre du programme de
MBA en gestion des affaires qu'elle suit 1l'Universit6
de Sherbrooke.
M6decins du monde n'a pas l'intention de rappeler
les 70 stagiaires actuellement presents en Haiti.
Selon M. Bergeron, la plupart des employs
de l'organisation travaillent dans un h6pital de CitA-
Soleil, une zone tres peupl6e de la capitale qui fait
aussi partie des lieux les plus pauvres et les plus
dangereux de Port-au-Prince.
Le Dr Bergeron a ajout6 que M6decins du
monde allait resserer les mesures de s6curit6, comme
d'autres organisations humanitaires actives dans le
pays.


FLASH HAITI
Le fils de Marina Gourge, Stephane
Supplice, 13 ans, a et enlev6 lundi matin vers 6
hres en sortant de chez lui a Pacot pour se rendre
en classe.


Page 10


(LIB]
d'etre relAch6


WO Ik fC. I








Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


Haiti paradis des predateurs humanitaires


PORT-AU-PRINCE, 29 Mai -
Haiti refait l'actualit6 et le sujet est
n6gatif: Abus sexuels commis contre
des enfants haitiens par des membres
d'ONG internationals.
< Sexe, enfants et pr6dateurs
humanitaires >>, tel est le titre d'une
longue d6peche de CaribWorldNews, en
provenance de Londres.
On y apprend que des
membres d'ONG internationales
achetent des faveurs sexuelles d'enfants
haitiens, de 15 a 6 ans, filles et garcons,
parfois les violent, et pour pas plus de 2
dollars 50 amdricains et parfois 1 dol-
lar.
Ces informations figurent dans
un rapport de la prestigieuse
organisation Save the Children (Sauvez
les enfants), 37 pages sur des abus
sexuels commis sur des enfants en Haiti,
en C6te d'Ivoire et au Soudan par des
fonctionnaires intemationaux.
Cependant l'information ris-
que de passer en Haiti comme une lettre
a la poste si l'on n'y prend garde.
Comme si le viol de mineurs n'ayant pas
plus de 6 ans, 6tait un fait naturel en
Haiti. Alors que tout r6cemment des
citoyens haitiens recevaient la peine
maximum devant le tribunal criminel
si6geant a Port-au-Prince et a Jacmel.
Mais voila que des strangers
ne semblent avoir aucune difficult a
commettre les memes forfaits dans notre
pays. Ne semblent rien y risquer.
Sinon d'etre d6nonc6s par des
organisations 6galement 6trang&res,
comme ce rapport de Save The Chil-
dren, ou par leur propre pays.
Recemment deux Canadiens
ont comparu au Quebec pour abus
sexuels sur mineurs de sexe masculin
en Haiti. Ils attendent en ce moment leur
jugement.
Mais qu'est-ce qu'il existe en
Haiti meme pour contrer l'action de
pr6dateurs sexuels venus de l'exttrieur
et profitant de 1'dtat de ddnuement de
notre peuple. Et qui tombent sur nos
enfants des rues comme une mine d'or.
Eh bien, il ne semble rien
exister d'effectif qui puisse pr6venir ces
horribles abus.
Oyez plut6t. Quelques extraits
du rapport de Save the Children.
< C'est une fillette qui dort
dans les rues. Un groupe de garcons plus
ag6s d6cident de l'utiliser pour faire un
peu d'argent. Ils l'ambnent a un mon-
sieur qui travaille pour une ONG. Celui-
ci donne a la fillette 1 dollar. Celle-ci
est trop heureuse d'avoir l'argent. I dtait
2 heures du matin. L'homme l'emmena
et la viola. Le lendemain matin, la
fillette pouvait a peine marcher. >>
Le rapport a &t6 6crit apres une
visite effectu6e en Haiti en 2007 par
Corinna Csaky, enquetant sur le terrain
pour Save the Children. Selon elle, les
troupes assocides a la mission des Na-
tions Unies sont une des principales
sources de ce genre d'abus.
C'est encore une fille de 15 ans
qui dit avoir requ de l'argent et du
chocolat pour performer du sexe oral.
On marchait du c6t6 du palais national,
raconte-elle, quand nous avons 6td
accost6es par deux travailleurs
humanitaires. < appelkes et nous ont montr6 de l'argent.
Ils nous ont offert 100 gourdes pour leur
faire une pipe. >>
Une autre precise que parfois
ces hommes leur proposent aussi de per-
former pour eux < un show de
lesbiennes >>.
Le plus souvent ce sont des
filles qui sont concerns. Mais le rap-
port fait 6tat aussi de garconnets qui sont
violds 6galement pour quelques dizaines
de gourdes.
Les perp6trateurs peuvent 6tre
indistinctement des membres
d'organisations humanitaires ou des
membres de la mission de maintien de
la paix.
Ils recherchent les faveurs
sexuelles de mineurs et leur offrent en
change quelque argent ou de la
nourriture, du savon et, dans certains
cas, des articles de luxe comme des
telephones cellulaires.
Que faire ?


Save the Children recom-
mande la mise en place d'un system
local et effectif de plaintejudiciaire pour
aider les enfants victimes et prdvenir une
plus grande multiplication de
l'exploitation sexuelle en general et de
ces cas d'abus sur mineurs en particulier.
Save the Children sugg&re
Uw w


stitutions devraient avoir un mot h placer
dans ce d6bat.
Autrefois les strangers qui
p6n6traient dans le pays, dans quelque
intention et pour quelque mission que
ce soit, devait d6poser leur dossier au
ministbre de l'Int6rieur accompagn6
d'un certificat de bonnes vie et mceurs.


Unefamille a Cite-Soleil
aussi la creation d'un organisme inter- Bien entendu, le veritable but


national pour monitorer les
efforts accomplis ou non
par des agences
internationals ainsi que les
gouvernements pour
detecter ces cas d'abus et
pour punir les coupables.
Mais qu'est-ce
que l'Etat haitien pense
faire de son c6t6 devant
cette situation ? Pense-t-il
faire quelque chose ?
Pense-t-il devoir faire
quelque chose ?
Autrefois il
existait en Haiti un
organisme appeal Bien-6tre
social qui 6tait charge de
faire la police des mceurs.
A une 6poque
sous la dictature Duvalier,
il 6tait charge de poursuivre
tout homme qui rendait une
fille enceinte afin de
s'assurer qu'il l'6pouse en
justes noces et pour 6viter
au pays toujours plus de
filles mres. C'6tait come
revenir aux lois de
Toussaint Louverture et de
l'empereur Dessalines pour
combattre le vagabondage
qui leur semblait comme
inn6 l'haitien.
Cette tape jug6e
trop fanatique ne dura pas
longtemps. Ensuite le Bien-
6tre social fut charge de
contr6ler l'6tat de sante des
femmes professionnelles
du sexe. Y compris celles
venant de la R6publique
dominicaine voisine. Le
gouvernement percevant
au passage une taxe.

L'office du
Bien-6tre so-
cial n'existe
plus aujour-
d'hui.

Cependant
nous avons un
minist&re des T
Affaires TO
sociales, un |
minister de la
Jeunesse, un 1. Mizi
minist&re a la 2. Tan
Condition
feminine. Etc
4. Frer
Nous 5. Mau
avons la Police 6. Erm
nationale.
Nous 7. Sysi
avons le Par- 8. Tab
quet de la 9. en
capitale. n


de la dictature 6tait de renforcer son
contr6le politique.
Mais est-ce une raison pour
laisser aujourd'hui le pays comme une
passoire par op peuvent se faufiler en
toute impunity les plus dgofitants des
pr6dateurs sexuels ?
Doit-on admettre que l'Etat
haitien puisse abdiquer aussi totalement
ses responsabilit6s vis-a-vis des enfants
haitiens alors qu'il a sign toutes les
conventions possibles et imaginables
pour mieux assurer leur protection ?
Pourtant (comme nous disions
tant6t), il y a eu a l'instigation du
ministbre a la Condition feminine et
sous la pression des organisations
f6ministes locales un renforcement des
lois punissant le viol et les abus
quelconques commis contre les femmes.
Et des violeurs ont 6t6 effectivement
jug6s et lourdement condamnds ces
derniers mois.
Rappelons aussi que lors de
l'6clatement du scandale impliquant des
casques bleus Sri-lankais le meme
ministre et les memes f6ministes
s'6taient mobilis6s.
Mais il manque, il nous
semble, une veritable politique. Et c'est
tout le systbme (gouvemement, police,
(voirABUS SEXUELS / 12)


Hot Summer Packages!!!


Welcome to Paradise in Haiti...
At Km 77, C6te des Arcadins.
A Beautiful Beach setting,
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport
S^Tcial Diseowiw Pdxdhawssf


RATES PER PERSON PER NIGHT
From June 15th to Sep. 15th 2008
PKG Double 3RD 14th 5 toll
us us us
1 Nt 87 /pp 59 /pp 30 /pp

3 Nts 83 /pp 56 /pp 29 /pp

4 Nts 78 /pp 53 /pp 27 /pp

5 Nts 74 /pp 50 /pp 26 /pp
Kids (0 to 4) Stay Free
(Add Kid meals)
+10% Taxes
* Air-conditioned rooms


Reh& a"d ejw '

- Saturday Night Mouli-Club Disco
- Tropical Drinks
-Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong, mini-golf, beach volley
-Exquisite cuisine from our chef.
-Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
- Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM i. .


* All meals included
(Breakfast, Lunch, Dinner)
INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 /37-01-1918
sales(@moulinsurmer.com / info@moulinsurmer.com


N


Toutes ces in-


Page 11










LIBRE PENSEE


Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


plein >


o Chacun seplaint que son grenier n 'estpas

Leroux de Lincy


Chores amies lectrices et chers amis lecteurs,
je ne sais rdellement si me plaindre ou applaudir des
deux mains tout en tapant des pieds car le CRABE se
r6unissant de moins en moins (quoiqu'aucun de ses
membres ne se soit port candidat ni n'ait &te choisi
pour l'6tre), je croyais que les sujets allaient me
manquer. Je me voyais d6ji a mettre sur pied des
reunions du CRABE en < multiconf6rence
t6l6phonique ou t6l1matique > afin d'alimenter les
chroniques hebdomadaires (il faudra d'abord exiger
ce service aux op6rateurs t61lphoniques indolents et
raquetteurs qui desservent le pays). Loin de l1, j'ai
sous-estim6 la richesse des reactions sociales en Haiti.
I1 suffit parfois de dire un nom a voix haute pour que
des milliers de < spontands >te fassent la description
de sa personnalit6, te dressent un tableau complet de
ses limitations intellectuelles ou de ses inclinations
sexuelles, ou une elaboration complete de son arbre
g6ndalogique avec toute la gamme d'interactions de
sa < palette g6n6tique >. Wonderful! Maravilloso !
Woaw A couper le souffle !
Je dois quand meme dire que j'ai beaucoup
< appris > ou < ddsappris > avec ces < informations >
ou ces < d6sinformations >, selon le point de vue. La
richesse populaire utilise parfois des proverbes pour
traduire ce genre de situations. I1 m'en vient deux a
l'esprit maintenant. Je les soumets a votre
consideration. Choisissez, chers lecteurs et lectrices,
lequel d'entre eux vous semble le plus adapt a la
conjoncture. Ils viennent du monde hispanophone, du


ABUS SEXUELS

SUR MINEURS
(suite de la page 11)
justice, parlement, m6dias et soci6t6 civile) qui doit
prendre conscience qu'il y va de chacun de nous.
Comment est-ce possible que les
repr6sentants d'un Etat puissent se soucier aussi peu
de l'image du pays dans le monde ? Mais nous les
citoyens pensons-nous si diffiremment ?
Haiti paradis des pr6dateurs sexuels sur
mineurs de 15 a 6 ans ?
Et pour un morceau de cassave.
Et quand une protestation s'&lve, elle vient
soit d'une organisation 6trangere, soit d'un pays
comme le Canada qui a sign les memes conventions
et dont la soci6t6 civile exige le respect, meme quand
ces d6lits sont commis dans un pays stranger comme
Haiti, la Cte d'ivoire ou le Soudan.
Pendant combien de temps nous Haitiens
pourrons-nous encore continuer a subir pareilles hu-
miliations ? Et d'abord de la part de nos gouvemants
eux-memes. Car c'est eux les premiers qui n'ont pas
assez de respect pour nous et leur pays. Notre pays.
Et nos enfants.


Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Grenier !

Mexique et de l'Espagne. Le premier, mexicain,
<< Cada uno quiere llevar el agua a su molino y dejar
seco el del vecino. > (Chacun tire l'eau vers son mou-
lin et laisse a sec le voisin) traduit cette situation
d'6goisme qui se vit et s6vit chez nous et le second,
aussi parlant que l'autre, nous fait copmprendre que
l'on n'estjamais content de son sort. < Nunca llueve
a gusto de todos. > (I1 ne pleutjamais au goft de tout
le monde).
Enfin, chores lectrices, chers lecteurs, vous
savez que j'adore les associations d'id6es. Je trouve
que c'est la meilleure facon de trouver l'6quilibre corps
et esprit. Elles nous permettent de donner libre cours
a nos fantaisies, de g6rer notre < cour privee ,>
d'alimenter notre < univers secret >, d'6quilibrer notre
< vie int6rieure >, a l'abri des < coups de langue > et
des descriptions < int6ress6es > et non toujours
< int6ressantes >. Et le mot qui vient de d6clencher,
chez moi, tous ces mdcanismes, est celui de < grenier >.
Le < grenier >, je l'associe a nos < Ginger-
bread > qui quasiment n'existent plus. Le grenier, dans
notre < architecture >, servait de d6p6t, parfois aussi
de chambres suppl6mentaires et, surtout, de
<< rgulateur thermique > en facilitant la circulation de
l'air chaud ou frais. Les plafonds 6lev6s, les grandes
portes, l'absence de < b> taient aussi des
616ments importants. Les seules r6f6rences actuelles,
l'hotel < kinam ~, l'hotel < et certaines
petites maisons, surle Bois-Vema, a Ption-Ville,jadis
ville r6sidentielle et qui maintenant n'est meme pas a
l'abri des <(jets de pierres > des < affam6s < Trop
grangou nan trop vant nan p6yi sila >. Pas de
< greniers >, pas de <, pas de
<< planification >, trop de < spontandit6 >.
Le grenier est un local destiny au stockage
du grain et cela a &te une preoccupation majeure de
toutes les soci6t6s. Des regions entibres, ayant des
caract6ristiques donndes, ont &t6 soigndes afin de
pourvoir auxbesoins d'un pays. Certaines regions ont
d6velopp6 des 616ments de stockage adapts a leurs
r6alit6s, les < h6rreos > en Galice ou dans les Asturies,
les < Espiguieros > au Portugal 616ments cl6s de la
vie rurale, ont servi de greniers dresses pour abriter,
sdcher, prot6ger et conserver les rdcoltes.
On peut aussi parler de << Grenier > dans le
cas d'un pays fertile, d'une zone fortement produc-


tive. J'ai entendu dire par exemple que la Sicile 6tait
le grenier de l'Italie, que la Region de Castilla-Le6n
6tait le grenier de l'Espagne, que la Beauce, terre de
c6rdales, 6tait le grenier de la France, que la Murcie
6tait le < de l'Espagne, etc. J'imagine que
maintenant, nos voisins de l'Est voyant que leurs
volailles ont << du plomb dans l'aile >, se sont dits qu'il
ne fallait laisser passer aucune occasion d'6quilibrer
leur balance commerciale aux d6pens d'Haiti. Pen-
dant que nous nous livrons a nos < petites guerres de
clan, de caste et de classes >, eux, ils se prdoccupent
pour nous. Ils veulent montrer au monde < l'ampleur
de leur g6ndrosit 6 et s'offrent a nous servir de
<< GRENIERS > (Alors qu'eux aussi se sont vus
obliges a une distribution massive de riz pour 6viter
des 6meutes, en voyant ce qui se passait chez nous.
Cela n'a pas rdellement transmis une idWe de provision
et de volont6 d'etre les greniers de la Caraibe). A
chaque occasion, ils reviennent en force. A chaque
reunion, ils s'offrent pour < collaborer > avec Haiti.
Des biocarburants aux produits alimentaires. Et l'autre,
le Chancelier, l'Homme d'affaires, le technicien, il
< est toujours 1, 1 ooi on parle d'Haiti >. I1 doit
sfrement aimer Haiti (II y a de ces amours qui tuent).
La presse rapporte que le Pr6sident dominicain, lors
de la conference sur la crise alimentaire qui aura a se
c6dlbrer a Rome, en ce debut du mois de juin, veut
solliciter la collaboration de la Communaute
Internationale dans son projet de < Redynamisation
de son agriculture > de facon a se transformer en
< grenier des caraibes >, notamment au profit d'Haiti.
De l'altruisme Sera-t-il question de << relancer la pro-
duction nationale > ... dominicaine < S6t ki bay,
Enbesil ki pa pran > doivent-ils sfrement penser.
Enfin, vu que le grenier est associd a cette
partie de la maison oi l'on n'accede que trls rarement,
je croyais enfouie dans les greniers de ma m6moire
toute une s6rie de < pratiques > visant a jeter le
discredit surl'autre. Je croyais que ce genre de reaction
qui se donnait chez nous, quand j'6tais petit, ce
< kalonnen tet kay ap roch a avait compltement
disparu. Done, au lieu de se mettre a creer des reserves
pour 6viter d'etre la cigale allant crier famine chez la
fourmi, on s'amuse << kal6nnen tbt kay moun ak
r6ch >>.
Suis-je le seul a consid6rer son grenier
toujours rempli ?
Oscar Germain
germanor2005(Avahoo.fr
Mai 2008


( ,

Copyrighted Material y


Syndicated Content .

Available from Commercial News Providers"


- 4 w -


- .


TOLL PRREI I- -bbb8-bb

OR, Bb-Bbbb

PAX mS-"tIbbftbsa

DeLL. Ibbaf bl I


MON.-


- S *b


- e a


- -


'm
qw b0 00


o0


-I 0I


-- -


10- - 0 NO- 0


en-
- r r
6
-r -


S0 0


- a
-r 0
* - a -


" -


- 0


- -r


- I


*r -
-


- 0


p S* p


- 0 -.


Sa -


Page 12


41 -1 o- -r a


---


*
0l


- -.


- b --


--e


. 0 -


r- n


- ~ ~ .


- ,N-


- -b 4w


AHaiwt- en Maarche


o


- M


- 44m


Ir I- -
I I r II


ft 4 m 00


o or






Mercredi 4 Juin 2008 7 A _
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19 PETITES ANNOUNCE
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T6l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954 380 1616


Le Manolo Inn a Petite Rivibre de Nippes
T616phones : 56-536 401-71081 514-0304
E-mail: lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


Vrtro li-ii tiTsList I"tgioil tiicL
Por t-PtrinceNPort de Pax Cay I Cap41aMen I Jr6m
Santo-Domngo


Chaque matin, captez
M6lodie Matin
sur 103.3FM


BEL FOUCHET

take out and delivery
8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen key
rele


Bernard Metayer
REALTOR"
office: 770.874.6200
cell: 404.405.6584
fax: 770.439.7857
email: bernard@metayer-realtygroup.com
web: Metayer-Realty roup.com

KELLER WIL AMS

31330 Atlanta Road(/ Malrielta, GA 30008S


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
HOpital Ste Justine pour les enfants
HOpital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tel.: (509) 3685-8432 13404-4905
E-mail: raymondgay8@hotmail.com


ACMELIENNE
S# 71 T1e.... 288-3451-52
i.com hoteljacmelienne@yahoo.fr


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 13


Le Look
Rue Panamericaine #14,
Ption-Ville, Haiti
Tel.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
Dor, Cartier, Bruno MagH, Vogue
Consultation chaque jour
pat un m&decin-occuliste.


----------------------------------------








9_ AAMercredi 04 Juin 2008
L' AUTRE HAITI Haiti en Marche Vol. XXII No. 19



" |" Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Un village dans les Nippes (photo HEM)


POUR LA MEMOIRE ET POUR L'HISTOIRE


Jean-Rabel, il y a 20 ans


Le massacre
La veille du 23 juillet 1987, des membres des
groupements, hommes, femmes, jeunes vieux s' taient
rassembl6s a Fonds du Riz, ois se trouve le march de
Lacoma.
Ils venaient de Mahotiere, Section communale
de Port-de-Paix, de Dubois, Raymond, Cabaret, Gros
Sable, localit6s de la premiere Section communale
Lacoma.
Ils se proposaient d'accompagner, le 23 juillet,
des paysans de La Montagne (4eme Section), qui
envisageaient de se r6installer chez eux apres en avoir
&6t chassis depuis fin juin et avoir v6cus quatre
semaines dans les bois.
T6t le matin du 23 juillet, le rassemblement
anim6 par les orchestres populaires des groupements,
prenait la direction de La Montagne par une route
longeant Jean-Rabel.
A leur arrive a La Montagne, terrain inconnu
par les paysans de Mahotibre et de la premiere Sec-
tion, les participants ont brandi des drapeaux blancs
et tentaient d'expliquer par haut-parleur aux habitants
de la region, leur volont6 de paix et non de confronta-
tion.
Ils ont 6t6 requs par des insultes, invectives et
des coups de pierre et de machettes par un groupe de
paysans de La Montagne au service des grandons. Le
Chef de Section a vid6 son arme sur eux. Ils ont dfi
rebrousser chemin et pris la direction de l'h6pital de
Jean-Rabel pour faire soigner des bless6s.


Extraits d'une plaquette,
POULAVI KAPAB FLERI
SELEBRASYON VENTAN MASAK JAN
RABEL LA
20Wme anniversaire du massacre de Jean-
Rabel
L'Embuscade: 120 assassins sur place et
plus d'une dizaine de rescapes ex6cutes dans les
jours qui ont suivi.
C'est en cours de route vers l'h6pital, qu'ils
sont tombs dans une embuscade tendue par les
mercenaires arms de manchettes, dont certains, des
paysans tout aussi pauvres qu'eux. Ce fut un carnage.
Environ 120 personnes ont 6t6 sauvagement
massacres sur place et des dizaines d'autres plus ou
moins gravement blesses. Des victimes ont 6t6
achev6es alors que blesses, on les conduisait a
l'h6pital. Les jours qui ont suivi, certaines de celles
qui avaient pu s'6chapper ont 6t6 poursuivies et
ex6cut6es. Le nombre total des victimes est au nombre
de 139.
Ce massacre des paysans de Jean-Rabel est
consid6r6 comme l'un des pires de tous les massacres
commis en Amerique latine au cours des dernimres
d6cennies du siecle pass.
LES ENFANTS DES VICTIMES
Ce sont des centaines de personnes qui 6taient
priv6es d'un ou de plusieurs membres de leurs familles


I JEAN ICTOR GN.


AUTANT


EN EMPORTE


LA REVOLUTION
--Notes.surla contribution d'Halt
A la lutte dspeuples
pour leur libiratio#"
I Etats-Unls ; r,-


tombs lors de la tuerie. Leur quality de vie qui 6tait
celle de la pauvrete digne sombrait dans celle de la
misere abjecte.
Les enfants, de tout Age et plusieurs dizaines
6taient les premieres victimes de cette situation.
Orphelins, done sans le soutien de leurs pbres ou mbres
et parfois des deux, leur avenir 6tait vraiment
hypoth6qu6.
Aux lendemains du massacre, le pbre Jean
Marie Vincent, des membres de l'EM et d'autres
bonnes volont6s ont imm6diatement mis en place un
r6seau de solidarity en faveur des proches des victimes.
Ils ont pu b6n6ficier dans l'urgence d'une aide dans
les domaines de la sant6, de l'6ducation et de
agriculture.
Ainsi, les enfants ont pu continuer a aller a
l'6cole normalement.
Sept ans aprbs, Jean-Marie Vincent a 6t6 lui
aussi assassin h Port-au-Prince le 28 aofit 1994. Tant
par devoir de m6moire a Jean Marie Vincent que par
respect du sacrifice des paysans de Jean-Rabel, tombs
dans le combat pour une soci6td de justice partag6e,
une structure formelle de bourses d'6tudes a 6tn mise
en place, par certains de ses compagnons de lutte et
anciennes responsables de 1'EM et anciens membres
des Groupements. Ils sont regroupesjusqu'aujourd'hui
au sein de 1'AVTKNO (l'Association des Victimes Tbt
Kole du Nord Ouest) afin de continuer a soutenir de
maniere permanent les enfants des victimes. La gestion
de cette initiative est assure depuis quelques ann6es
par le Centre Haitien de Recherche et de
D6veloppement (CHRD). Son objectif, est que ces
enfants puissent, selon leur capacity et leur quality,
poursuivre jusqu'au bout leurs 6tudes scolaires et
universitaires ou leur formations professionnelles,
jusqu'h l'acquisition d'une profession manuelle,
artisanale ou intellectuelle leur permettant de s'ins6rer
dans la vie adulte sans trop de difficulties et ainsi
participer au d6veloppement de leur pays.
Actuellement, c'est-a-dire 20 ans aprbs les
6v6nements tragiques de Jean-Rabel, les enfants des
martyrs sont devenus adultes. Certains sont int6gr6s
dans la vie professionnelle ou (55 6tudiants en 2006/
2007) continuent encore des 6tudes secondaires, tech-
niques ou universitaires. D'autres se sont 6tablis
ailleurs dans le pays ou l'ont quitt6 pour chercher leur
vie sur d'autres terres. Mais il y a aussi ceux qui ont
fait le choix de rester dans leur region et qui continuent
a d'autres niveaux sans doute, le combat que menaient
leurs parents.
Il y a quelque temps, des adultes et des descen-
dants des victimes et d'autres jeunes de la region,
avaient organism une visite des mines des projets qui
avaient 6t6 r6alis6es avant les 6v6nements. Nous ne
pouvons pas laisser tomber tout cela, a d6clar6 alors
l'un des jeunes boursiers. Nous devons recommencer
et continuer
Donc, les semences qui ont 6t6 plant6es
germeront et la r6colte sera belle.
Le programme de bourse est maintenu
toujours enfaveurs des enfants des victimes, mais aussi
au service quand c'est n6cessaire des enfants de leurs
enfants. Ce modeste programme s'6tend 6galement a
d'autres enfants de la region du Far West, toujours
dans l'esprit de cet humanisme et cette s6r6nit6
rayonnante qui firent la force de Jean-Marie Vincent.


Page 14








Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


EURO 2008 - LE JOURNAL DE L'EURO


La forte communaut6 portugaise de
Neufchitel a r6serv6 un accueil triomphal a la selection
portugaise a son arrive en Suisse, dimanche, a six
jours de l'Euro. L'autocar des joueurs a &t6 escort
sur les quelque 120 kilombtres d'autoroute entre
Genbve et Neuchitel par plus d'un millier de support-
ers a moto. A l'arriv6e dans la ville, ce sont plus de
6000 admirateurs qui ont accueilli les Portugais. Avant
de prendre possession de leurs chambres, les joueurs
ont salu6 la foule depuis la terrasse de leur h6tel, un
palace aubord du lac. Onze mille personnes d'origine
portugaise habitent dans le canton de Neuchitel. Forte
de cette communaut6 lusophone, Neuchitel a d6cid6
de faire la fete aux Portugais : une association
multiculturelle cr66e pour l'occasion a concoct un
programme de manifestations en marge du sdjour des
footballeurs lusitaniens a l'h6tel Beau-Rivage de la
ville. A leur depart de Lisbonne dimanche soir les
joueurs de la selection nationale avaient &t 6galement
salu6s par des milliers de supporters.
Quelques heures avant l'6quipe du Portugal,
la Turquie, autre selection verse dans le groupe A,
est arrive a Genbve oi elle prendra ses quartiers
durant toute la dur6e de l'6preuve. Aprbs les Turcs,
les premiers a pied d'oeuvre, et les Lusitaniens,
suivront les Roumains qui arriveront lundi a Saint-
Gall.
Le milieu de terrain turc s'est bless a
l'entrainement vendredi. I1 serait touch a un muscle,
sans plus de precision pour l'instant. La nouvelle a
6td rendue publique samedi par le Bayern Munich, le
club oi le joueur 6volue depuis un an. Altintop est
trbs incertain pour le match qui opposera la Turquie
au Portugal samedi prochain en ouverture de l'Euro.
Un Euro qu'il pourrait manquer tout court.
L'attaquant nderlandais, Robin van Persie, va
pouvoir reprendre l'entrainement collectif, a annonc6
Marco van Basten, en marge de la victoire des Pays-
Bas contre le Pays de Galles (2-0) dimanche en match
de preparation a l'Euro. Le joueur d'Arsenal 6tait


6loign6 des terrains depuis quelques semaines en
raison d'une elongation a une cuisse. Ces quinze
derniers jours, il s'6tait content de s6ances
individuelles en compagnie d'un kind lors du stage de
preparation des Oranje futurs adversaires des Bleus.
Bless6 a la cheville droite et contraint de
renoncer a l'Euro, l'attaquant nderlandais Ryan Ba-
bel (21 ans) pourrait jouer avec les Espoirs aux Jeux
Olympiques. << Si Ryan se r6tablit, il sera a coup sfir
candidat a une place au sein de l'6quipe >>, a d6clard
de Haan, l'entraineur de l'6quipe olympique Oranje ,
sur le site internet du quotidien Algemeen Dagblad. <
Avec ses qualit6s, Ryan est unjoueur trbs pr6cieux >>,
a-t-il ajoutd. (Avec AFP)
L'attaquant suisse Marco Streller veut mettre
un terme a sa carribre internationale apres l'Euro. Le
Bilois a affirm 6 tre lass6 des sifflets du public, qui
'ont encore vis6 vendredi soir a Saint-Gall, en match
amical face au Liechtenstein (3-0). Streller avait
pourtant offert le premier but de la soirde a son
capitaine, Alexander Frei. Streller a inscrit 11 buts en
28 selections.
Peu aprbs un match poussif finalement
remport6 de justesse face a la Serbie en amical (2-1),
le capitaine de la Mannschaft Michael Ballack a estim6
que son 6quipe 6tait encore en rodage : < Nous
voulions absolument gagner ce match, car cela n'aurait
pas 6td bien de d6buter le tournoi avec une d6faite.
Nous ne sommes pas encore a 100%, on peut encore
progresser, c'est une question de concentration, de
forme physique et de fatigue apres le stage de
preparation. Mais il faut qu'on fasse plus attention, a
ce niveau, il faut 6tre trbs concentr6 pendant 90 min-
utes et on a parfois des trous .
De son c6t6, le d6fenseur central Christoph
Metzelder, coupable sur le but serbe, s'estime aussi
en deqh de ce qu'il montrera durant l'Euro : << J'ai pris
une mauvaise decision sur le but de la Serbie, je le
reconnais, mais il y a erreur et erreur. Avant chaque
grand rendez-vous, j'ai toujours &te contest, car je
revenais de blessures etj'ai toujours prouv6 ce queje


EURO 2008 Euro 2008 LE JOURNAL DES BLEUS


Au lendemain de France Paraguay (0-0),
les Bleus ont effectu6 un d6crassage dans la bonne
humeur dimanche, a Clairefontaine. Quelques min-
utes aprbs s'etre pret6s a la photo officielle, ils ont
rejoint le terrain d'entrainement, sans Patrick Vieira
qui est rest en int6rieur faire du v6lo, laissant toujours
planer le doute sur l'6tat de sa cuisse gauche. Francois
Clerc est arrive en retard. I1 n'a pas pris part a
l'6chauffement, mais a particip6 timidement au ten-
nis-ballon auquel se sont volontiers adonnes Ribdry
et consorts. Situation quasi-identique pour William
Gallas qui est rest un petit moment a l'6cart,
enchainant les courses et les petits exercices sans
ballon aux c6t6s d'un pr6parateur physique. Lilian
Thuram a 6galement fait bande a part. Le d6fenseur a
travaill6 sp6cifiquement les contr6les, les passes et les
tacles. Une centaine de supporters 6taient presents en
tribune pour les encourager. Les Bleus se sont arret6s
pour signer des autographes E. T., a Clairefontaine
Silence radio. Le staff de l'6quipe de France
n'a toujours pas communique sur la nature de la
blessure de Patrick Vieira. Le milieu de terrain, touch
a la cuisse gauche et annonc6 forfait pour le premier
match contre la Roumanie le 9 juin, a de nouveau brillk
par son absence dimanche lors du d6crassage des
Bleus, au lendemain du nul conc6d6 contre le Para-
guay (0-0). I1 s'est content de balndoth6rapie et de
velo, tandis que ses 6quipiers effectuaient un tennis-
ballon sur le terrain d'entrainement. << Je suis tranquille,
trbs tranquille >>, a-t-il d6clard a l'issue de cette stance.
L'air visiblement serein. < Je suis stir qu'il va vite
r6cup6rer, a confi6 S6bastien Squillaci en conference
de presse. II a eu un petit p6pin physique, maisje pense
qu'il sera present (contre la Roumanie). C 'est un
joueur trbs important, un joueur cadre par son
experience et ses qualit6s. On a besoin de lui. > S'il
reconnait que l'absence du joueur de l'Inter Milan
serait << pr6judiciable > pour les Tricolores, il souligne
6galement qu'<< on n'en est pas encore 1 >>. Karim
Benzema a de son c6t6 assur << ne pas savoir > de
quel mal souffre le capitaine des Bleus. < I1 faut
simplement esp6rer qu'il soit op6rationnel pour le pre-
mier match >. Patrick Vieira a quitt6 prematur6ment
l'entrainement, vendredi a Toulouse, aprbs s'etre
touch la cuisse gauche. M6nag6 contre le Paraguay,
il sort de deux saisons perturb6es par divers ennuis
musculaires. Selon les informations du site internet
de France Football, une 16sion sur la cuisse gauche
rendrait Vieira indisponible contre la Roumanie, le 9
juin. E. T. (avec F. C) Clairefontaine
Baf6timbi Gomis, invite surprise de la liste
des 23 Bleus retenus pour l'Euro, a indiqu6 dimanche
qu'il avait opt6 pour l'6quipe de France < depuis un
certain moment >>, alors qu'il avait 6galement la
possibility de rejoindre la selection s6n6galaise. < suis trbs content et trbs fier de d6fendre les couleurs
de la France a-t-il confide. J'avais fait mon choix
depuis un certain moment >. Cette declaration


intervient une semaine apres les critiques 6mises par
le sdlectionneur des Lions de la TUranga, Lamine
Ndiaye. Celui-ci avait craint, le 22 mai, que son ho-
mologue franqais Raymond Domenech < n'ait
convoqu6 Bafetimbi Gomis que pour l'empecher de
rejoindre l'6quipe du Sen6gal >>. < (Baf6) a d6ji t6
convoqu6 avec le Sen6gal et a refuse, c'est lui qui a
permis qu'il y ait cette option, c'est lui qui a envie de
venir en 6quipe de France >>, lui avait r6pondu
Domenech, avant de laisser le soin a N'Diaye de mettre
fin a la pol6mique : < Je n'ai aucune amertume, au
contraire, le but c'est quand meme qu'il (Gomis)
s'6panouisse. II l'a d6cid6, c'est son choix et nous le
respectons, alors on va lui souhaiter bon vent >. E.
T, a Clairefontaine
Les num6ros des joueurs de l'6quipe de
France ont &te communiques a 1'UEFA. Les vingt-trois
Tricolores les conserveront durant toute la dur6e de
l'Euro. La liste montre que les cadres tricolores ont
tous les meme num6ros qu'en 2004 et 2006, voire
avant. Le seul a changer de num6ro est Govou. Et pour
cause, en 2004 et 2006, il n'avait fait que r6cup6rer


Page 15

valais durant les tournois. Mon niveau de forme
progresse, je suis confiant.
(Avec AFP)
Egal6 puis d6pass6... En inscrivant un double
en premiere period contre le Liechtenstein (3-0)
vendredi,l'attaquant duBorussia Dortmund Alexander
Frei s'est adjug6 le record de buts sous le maillot de
l'6quipe de Suisse avec 35 r6alisations contre 34 a
son ancien co6quipier a Lucerne, Kubilay Tirkyilmaz,
aujourd'hui a la retraite. Frei a 6galement d6pass6 Max
Abegglen (34 buts en 68 selections entre 1922 et
1937).
Victime d'une inflammation du tendon
d'achille de lajambe gauche lors d'un entrainement,
le d6fenseur central roumain Dorin Goian pourrait
manquer le match de sa selection contre les Bleus, le
9juin a Zurich. << I est incertain pour l'ouverture contre
la France >>, a d6clard le sdlectionneur roumain Victor
Piturca. La Roumanie est d6ji priv6e pour tout l'Euro
de son milieu de terrain Ovidiu Petre qui s'est bless
a un genou en jouant au volley sur une plage de
Turquie et de son gardien n2, victime d'une fracture
d'un pouce a l'entrainement. Marius Constantin
(Rapid Bucarest) pourrait remplacer Goain si
necessaire.
Luis Aragones, le sdlectionneur espagnol,
devrait tester un dispositif d'attaque a deux tetes lors
du match de preparation de la Seleccion contre le
P6rou, samedi. Au lieu d'une seule pointe, l'Espagne
devrait aligner ensemble David Villa et Fernando
Torres. L'6quipe-type susceptible d'entamer l'Euro
contre la Russie le 10 juin semble suivre un sch6ma
en 4-4-2 avec Andres Iniesta a droite et David Silva a
gauche, Xavi Hernandez et Xabi Alonso se chargeant
de l'animation en milieu de terrain .La Seleccion, qui
s'entraine depuis le d6but de la semaine pres de Madrid
dans une bonne ambiance, selon Iniesta, s'est rendue
vendredi a Huelva pour y affronter samedi soir le
P6rou. Un deuxibme match d'entrainement est prdvu
le 4 juin a Santander contre les Etats-Unis avant le
depart le 5 juin pour l'Autriche, oi l'Espagne sera la
dernire des 16 6quipes participantes a s'installer.


ceux des joueurs qu'il avait remplac6 au pied lev6,
Giuly au Portugal (n 14) et Ciss6 enAllemagne (n9).
I1 h6rite cette fois du prestigieux num6ro 10, que ne
v6tira pas Samir Nasri, auquel est attribu6 un num6ro
d'ailier gauche (11). De facon g6ndrale, les num6ros
"logiques", comme le 3 pour Abidal, ou le 6 pour
Makelele, sont plut6t rares. Anelka se retrouve avec
un maillot de milieu de terrain (8), et laisse le
prestigieux n9 a Benzema. Mandanda h6rite d'un
num6ro 1 chez les gardiens, sans que cela en dise
davantage sur son statut. Depuis l'Euro 1996 et Ber-
nard Lama, 1'6quipe de France n'a pas de gardien
titulaire portant le num6ro 1. La liste officielle :
GARDIENS : 1. Steve Mandanda, 16. S6bastienFrey,
23. Gr6gory Coupet. DEFENSEURS : 2. Jean-Alain
Boumsong, 3. Eric Abidal, 5. William Gallas, 13.
Patrice Evra, 14. Francois Clerc, 15. Lilian Thuram,
17. S6bastien Squillaci, 19. Willy Sagnol. MILIEUX
: 4. Patrick Vieira, 6. Claude Makelele, 7. Florent
Malouda, 11. Samir Nasri, 20. J&r6my Toulalan, 21.
Lassana Diarra, 22. Franck Rib6ry. ATTAQUANTS :
8. Nicolas Anelka, 9. Karim Benzema, 10. Sidney
Govou, 12. Thiery Henry, 18. Bafetimbi Gomis.


8E772 "N-E 2 bnrve a venue
T61: 305 757 4915

FAD IKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemern pour BeH South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connectiott tlphoniqfue chez vous...


Ouvert

6 Jours
par

semaine:

8h30 am
a
7h30 pm


Parfurms
* CdIlulars& Beeper
SbCulierS Ct Sandales
* Pmduits pour la cuisiin
M Cadcaux
* TabMawx
* Mocnygraini


* (M's (xwmpi, Racine. Evaingeique.
Zauk, Ihkariais, Amirirain)
* Video's (Haifiens. Anir&iiai DcuI tires, Dants
* Ptrduits de btaubt











TOUJOURS PLUS LOIN...


Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


L'avril d'Alexis, le mai de Pierre et le juin de Manuel


Larose Vernet

1ER JUIN 08, La chronologie des 6v6nements ne
devrait surprendre les femmes et les hommes
politiques, ni les analystes avertis; terre glissee!
Pourtant semblent predominer l'amnesie et le
somnambulisme.
Au mois de mars 2008 est public le Document de
strategic pour la croissance et la reduction de la
pauvret6,Pour un saut qualitatif. Ce document
annoncait un poisson d'avril? Les 6meutes de la faim
ont mis fin a toute speculation. Le Senat prit un vote
de non-cpnfiance a l'encontre du premier ministre
Jacques-Edouard Alexis qui,lui, avait deja obtenu un
vote de confiance de la chambre des deput6s. Le
premier ministre d6signe, Pierre Ericq Pierre, ne put
franchir, pour une deuxieme fois, la premiere tape
qui se caract6rise par la verification de la fiche d'6tat
civil; tape qui relive certes de la competence
constitutionnelle du Parlement.
Cependant, c'est une obligation du gouvernement
de fournir et de proc6der au contr6le de l'authenticit6
des actes qui 6tablissent la trajectoire des Ages,de la
naissance au dd6cs. En principe, 11 n'aurait pas dfi y
avoir une politisation de cette procedure, somme toute,
uniquement administrative, puisque c'est la
declaration de la politique general qui marque l'enjeu
politique de son choix par le Chef de l'Etat et par les
partis qui sibgent au Parlement.
Le nouveau premier ministre d6signd, Robert
Manuel, vient de relancer les interrogations sur notre
pr6carit6 institutionnelle. "Pr6val envoie son meilleur
ami au front" commente la Presse du mardi 27 mai
2008, tout en se demandant s'il va 6tre recall comme


Est-ce la finale?
son predecesseur.
Dans Haitianpolitics@yahoogroups.com, sort son
dossier secret. Le premier ministrable serait porteur
de 1'ADN de son grand-pere, Tancrede Auguste,
sp6cialiste en coup d'6tat; l'arme de la question de
couleur est fourbie et est nuance par celle de la lutte
des classes, les riches contre les pauvres.
Au-dela des jeux politiques des principaux acteurs
et de la prevalence de notre tradition, il est opportun
de souligner les failles assez avanc6es de notre
armature institutionnelle. D'abord, au niveau des
mentalit6s, de notre culture politique, il y a la
manifestation des divergences entre le S6nat et la
chambre basse qui portent sur les examens des pieces
de Pierre Ericq Pierre. MWme s'il existe un vide
juridique, il n'y a pas formellement une loi
d'application sur cette nouvelle fonction dans notre
corpus juridique, les parlementaires auraient dfi
toutefois combler ce vide en y legiferant. D'ailleurs
les citoyennes et les citoyens ne sauraient etre victimes
de l'absence d'un service public relatif l 1'6tat civil.
Les Olus, a tous les paliers,CASECS, mairies,
circonscriptions 6lectorales,d6partements, a partir de
la carte d'identification nationale, des donndes du
conseil electoral, ont done pour tiche de contribuer a
poser lesjalons envue d'6tablir le statut du domicilid,
constitutif de la citoyennet6, des droits civils et
politiques, du manage, l'unit6 statistique de l'Etat de
droit.
Mais en ont-ilS conscience et connaissance des
determinants de 1'Etat regalien? L'actualita n'est pas
affirmative, car est introuvable L'Etat-parti. Que ce


AKYO o~LEKTIi11, I EGL iM A- lI PWOl K OISOI
A 0 0* A 0 0 A 0 $
AVIl SA,,A KPA- B AFEKTE i D W-A L~iEGLoU. TAiR-,",1"II Ll AVI SA AP -VIAV~lEK AT


Seou ak/ swa Eayso opeMnsplt erase nan g a ne fis kal 1
no a* ane*o* ao 20062007... I IIF .1* I* I*


1*. .olo .o o l


Kisa pwose sa a konsene? Yo te pwopoze de Regleman apa nan yon pwose aksyon kolektif sou
evalyasyon ponpye ak sekou yo te fe pwopriyete byen imobilye peye nan vil Miami ak evenman ki te
pase pandan pwose a. De (2) regleman sa yo se avek 1) vil Miami, epi 2) kabine avoka Adorno & Yoss,
LLP. Pwose a rele Masztal v. City of Miami. Moun yo tradui lajistis yo rele "Pleyan", epi vil Miami rele
"Defande". Kabine avoka Adorno & Yoss, LLP rele "kabine avoka". Regleman yo pa vie di Minisipalite vil
la oswa kabine avoka a dak6 pou yo angaje nan move zafe oswa nan move konduit oswa pou yo mal aji
oswa pouyo vyole nenpot Iwa oswa regleman nan nenpot konsiderasyon, eksepte pou sa ki konsne vil
Miami pou posyon Evalyasyon sekou Ponpye/Sekou ki te adopte pou ane fiskal 1997-1998 ak 1998-
1999. Tribinal Siprem Florid deside pwose City of North Lauderdale v. SMM Properties se yon pwose
ki legal pou yon Minisipalite pou pibliye evalyasyon pou sevis ponpye, paske sevis ponpye pwokire yon
benefis espesyal pou pwopriyete a. Apati 14septanm 2000, Minisipalite vil late deside yon Evalyasyon
li sipote sou sevis ponpye selman epi kidonk evalyasyon an legal. Pleyan yo deklare Evalyasyon an te
rete ilegal nan fonksyonman li. Pa t janm genyen okenn desizyon oswa konklizyon jidisye sou konfli
rival sa yo. Menmsi Tribinal la, nan Litij sa a k ap rezoud la, deside yo Evalyasyon Ponpye/Sekou yo te
resevwa nan ane fiskal 1997-1998 ak 1998-1999 pa t konstitisyonel nan limit li te evalye pou sevis
medikal ijan, Tribinal la pa pran desizyon oswa pa fe konklizyon pou endike Evalyasyon Ponpye/Sekou
oswa Evalyasyon Ponpye te enkorek pase sa ki endike anwo a. Ni li pa t detemine limit, si genyen,
Evalyasyon Ponpye/Sekou te fet yon fason inadmisib pou sevis medikal ijan yo. Pleyan yo prezante
reklamasyon tou kont kabine avoka pou aksyon ak inaksyon posib ki gen pou we ak premye pwosedi
yo kont Minisipalite vil la nan pwose sa a. Kabine avoka a, san admet responsablite ak kontestasyon
toudenkou reklamasyon Pleyan yo, chwazi pou rezoud aksyon sa a. Kidonk, menmsi Pati yo dak6 pou
Regleman yo ak yon pwosesis ranbousman, pa t genyen desizyon okenn Tribinal ki endike Gwoup la
genyen dwa pou jwenn yon ranbousman, oswa kantite lajan ki endike a. Ni pa t genyen desizyon okenn
Tribinal ki endike Gwoup la genyen dwa pou resevwa lajan nan kabine avoka a.
Kimoun ki f pati RBgleman yo? "Gwoup" oswa "Manm Gwoup" dwe vie di tout moun oswa enstitisyon
(avek tou siksese legal ki kalifye yo, jan sa defini nan paragraf 1.18 Ak6 Regleman an) ki posede
pwopriyete nan vil Miami, Florid, avek tou ansyen ak aktyel anplwaye, ajan, reprezantan, ofisyel, ofisye
Minisipalite a ak manm fanmi pwoch yo, ki reprezante kapasite endividyel yo kom kontribiyab, ki te
peye Evalyasyon Ponpye/Sekou ak/oswa Evalyasyon Ponpye Minisipalite vil la te resevwa nan ane
fiskal 1997-1998 jiska ak nan ane fiskal 2006-2007. Vil Miami eskli nan Gwoup la.
Ki Benefis ki genyen? Ou kapab kalifye pou resevwa yon ranbousman, sa vie di yon posyon Lajan
Komen total (ki dekri anba a) chak manm Gwoup la genyen dwa pou resevwa, jan sa detemine
dapre yon f6mil Tribinal la apwouve. Kantite lajan yo dwe peye chak manm Gwoup la ap depannde
kantite manm Gwoup la ki soumet yon reklamasyon valid. Okenn manm Gwoup la p ap resevwa yon
ranbousman ki plis pase kantite lajan Evalyasyon manm Gwoup la te peye, epi, kidonk, Pati yo kwe li
pa posib pou nenpot moun ap resevwa yon ranbousman konpli tout lajan Evalyasyon ki te peye a. Li
enpotan pou ou sonje posyon Evalyasyon ki dwe repati nan finansman sevis ponpye a se yon posyon
ki legal. Pousantaj Evalyasyon peye k ap retounen pou chak manm Gwoup la ki kalifye apa pa kapab
deteminejouk moman 1e yo trete demand yo dapre Ak6 Regleman yo. Fon Komen an ap redui a kantite
lajan fre avoka ak fre Tribinal la akode Konsey Defans Gwoup la, ak kantite lajan fre administratif
Tribinal la apwouve pou administrasyon regleman yo.
Ki dispozisvon RBgleman ki pwopoze yo? Kom konsiderasyon pou Regleman li, Minisipalite vil la ap
finanse $15,550,000 nan yon on ki rele "Fon Komen". KDm konsiderasyon pou Regleman li, kabine
avoka a ap finanse $1,600,000 nan Fon Komen an. Debousman Fon Komen an ap fet dapre Ak6
yo. Nenpot entered ki reyalize sou nenpot posyon Fon Komen an dwe vin fe pati Fon Komen an. Chak
manm Gwoup la dwe jwenn dwa pou fe demand yon ranbousman dapre pwosedi ki prezante an gwo
nan Avi sa a. Se selman manm Gwoup kalifye oswa siksese legal kalifye yo ki dwe jwenn dwa pou
cheche jwenn yon ranbousman. Dwa pou jwenn yon ranbousman pa dwe transferab. Chak Pati dwe
jwenn dwa pou fe restriksyon, dapre 16d, entediksyon, oswa 16t reparasyon, nenpot vyolasyon oswa
menas vyolasyon dispozisyon ak regleman ki nan dokiman sa a, epitou pou egzije pefomans espesifik
dispozisyon ak regleman sa yo. Konsenan konsiderasyon pou Regleman yo, depi genyen Apwobasyon
Final, chak manm Gwoup la dwe anvizaje pou bay yon kominikasyon total ak konpli pou nenpot ak
tout reklamasyon ki nan pwose a ak 16t reklamasyon jan sa dekri nan Ak6 Regleman yo. Kominikasyon
an dwe genyen yon pati entegral ak enpotan Regleman yo, epi li pa kapab separe nan Regleman yo.
Nenpot manm Gwoup ki pa vie bay kominikasyon an dwe deside pou pa patisipe jan sa dekri nan
Avi sa a. Regleman avek kabine avoka a genyen ladan yon dispozisyon ki pemet li anile regleman an
anba seten kondisyon. Si sa rive, manm gwoup ki kalifye yo ap resevwa notifikasyon nan moman y ap
resevwa posyon regleman an avek Minisipalite vil la. Y ap resevwa tou notifikasyon pou fe pwose kont
kabine avoka a poukont yo epi avek pwop depans yo.
Kisa mwen DWE fe pou mwen vin kalifve pou resevwa von ranbousman posib? Ou dwe fe Demand
yon Fomile Ranbousman, ki dekri anba a, anvan 2 septanm 2008. Epitou, ou dwe deside anvan 10jiye
2008 si ou vie fe objeksyon kont Regleman yo epi pou soumet nenp6t objeksyon alekri. Pou fe Demand
Fomile Ranbousman an, ou dwe rele Administrate Regleman an nan nimewo 1-800-981-7567. Ou
kapab we F6mile Demand Ranbousman n (ansanm avek dives kalite dokiman regleman) sou entenet
nan sit web www.MiamiFireFeeSettlement.com epitou ou kapab enprime li nan sit web la.
Kisa mwen dwe fe si mwen vie Eskli tet mwen nan Gwoup la? Si ou pa vie patisipe nan youn oswa
nan toulede Regleman yo, ou kapab mande pou yo eskli ou. Pou fe demand esklizyon nan Gwoup la,
ou dwe ranpli ak soumet yon demand alekri ba Grefye Tribinal la epi voye demand lan pa laps nan
adres ki endike anba a. Ou dwe ranpli fomile demand lan epi tenb ki sou anvlip la dwe date anvan 10
jiye 2008:
Pou Administrate a (kourye): Pou Tribinal la (dosye):
Masztal v. City of Miami Clerk of the Court
Settlement Administrator Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and
PO Box 3170 for Miami-Dade County, Florida
Portland, OR 97208-3170 73 West FlaglerSt
Miami, FL 33130
Demand pou esklizyon an dwe prezante nan nenpot patikilye, men li dwe endike enfomasyon sa yo:
1. Non ou, adres ou ak nimewo telefon ou;
2. Yon deklarasyon ki endike ou vie eskli tet ou nan Gwoup la;
3. Siyati ou;
4. Non ak nimewo pwose a (Masztal v. City of Miami, Case Nos. 98 11208 CA 31, 05-2117 CA
31), epi


5. Si ou fe demand esklizyon ou nan:
a. Regleman avek Minisipalite vil la, OSWA
b. Regleman avek kabine avoka a, OSWA
c. Toul6de.
Remak: Si ou pa presize ki regleman, y ap konsidere de
ou nan toulede regleman yo.
Tanpri asire ou ekri mo "EXCLUSION REQUEST" (dem
devan anvlop la.
Si ou chwazi pou eskli tet ou nan Gwoup la:
1. Ou p ap kalifye pou okenn nan benefis yo;
2. Ou p apjwenn pemisyon pou fe objeksyon kont di
3. Ou p ap genyen obligasyon pou respekte okenn fit
4. Tankou pou nenpot regleman (Minisipalite vil la os
ou te fe demand ou eskli ou:
a. Ou p ap kalifye pou resevwa okenn nan
b. Ou p ap jwenn pemisyon pou fe objeksy
c. Ou p ap genyen obligasyon pou respektE
sa a; epi
d. Pou resevwa lajan nan plas Regleman s
depans ou.
SONJE: OU DWE FE DEMAND OU POU ESKLIZYON AVEK
10 JIYE 2008. SI W PA FE SA, SOF JAN TRIBINAL LA KAF
AN RETA AK ENVALID.
ODISYON POU REGLEMAN AN: Nan dat 30jiye 2008 a
Courtroom 11-1, Miami, Florida 33130, Tribinal la ap 6g
si pou li akode setifikasyon Gwoup la pou objektif Reglem
kom Regleman ki jis, rezonab ak satisfezan. Tribinal la a
jen 2008 a 10:00 AM EDT nan menm adres kote I ap res
avoka yo. Answit, Tribinal la ap aksepte dokiman ekri siple
jiye 2008.
Esi mwen Vie fe Objeksyon kont RBgleman yo? Ou dw
objeksyon kont nenpot aspe Regleman yo, epitou kont s
yo, konpetans Pleyan ak avoka yo ki reprezante gwoup
Objeksyon alekri ou dwe genyen ladan:
1. Your name, address and telephone number;
2. Yon deklarasyon objeksyon ou (yo) ak nenpot Iwa
3. Non ak nimewo pwose sa (Masztal v. City of Miam
CA 31).
OU DWE SOUMET OBJEKSYON EKRI OU BA GREFYE TR
NAN ADRES SA A:
Clerk of the Court;
Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and fo
73 West Flagler St
Miami, FL 33130
OU DWE VOYE KOPI OBJEKSYON SA YO TOU PA LAPO
ANVLOP LA DWE GENYEN TENB KI DATE ANVAN 10 JIYE


Konsey Defans pou Minisipalite Miami:
Julie O. Bru, City Attorney
Office of the City Attorney
444 SW Second Ave, Ste 945
Miami, FL 33131
Thomas E. Scott, Esq.
Scott A. Cole, Esq.
Cole, Scott & Kissane, P.A.
1390 Brickell Ave, Third Floor
Miami, FL 33131


K
P
R
M
2
2
K
R
D
H
9
M


Tribinal la p ap konsidere okenn objeksyon ki soumet/a
2008, sof si ou kapab montre rezon valab poutet ou anr
konsidere ou abandone oswa ou anile objeksyon ou, sof
Si ou soumet objeksyon ou yo ale epi Tribinal la ani
ranbousman anba Regleman yo depi ou ranpli ak soume
Kouman pou mwen jwenn enf6masyon adisyonel? Avi
prezante nan dokiman legal pi detaye ki rele "Ak6 pou
ak Kominikasyon konpli ant Pleyan yo ak Minisipalite vil
ant Pleyan yo ak kabine avoka a nan dosye ki nan biwo (
detaye sou zafe ki konsene pwose sa a, Pleyan yo, Minis
nan Plent lan ak nan 16lot atik ak 16od Tribinal la ki nan dc
dokiman sa yo nan Biwo Grefye a nenpot kile nan ore n6
a.m. ak 4:00 p.m., Fizo Ore Les. Si ou genyen nenpbt
kopi Fomile Demand Ranbousman, ou kapab rele Adn
981-7567 oswa ou kapab we dives kalite dokiman r6
MiamiFireFeeSettlement.com, epitou ou kapab enprim
web la.
TANPRI PA RELE TRIBINAL LA, GREFYE TRIBINAL LA O:
POU REPONN KESYON OU YO.
Dat la: 5 me 2008. nan Miami. Florid.


Pou jwenpi s-80-98-757 sw ale sou


soit en regime pr6sidentiel, que ce soit en regime
parlementaire, les partis politiques constituent
l'institution de la soci6t6 politique, Or, nous assistons
actuellement 1l'6clatement des partis qui ont concouru
aux dernimres elections generales.
Selon le president de la Fusion des Sociaux
d6mocrates, Victor Benoit, les d6put6s l6us sous la
banniere de ce parti et qui sont maintenant membres
de la Concertation des Parlementaires
Progressistes(CPP), le bloc majoritaire pr6sentement
a la chambre basse, ne font plus partie de la Fusion.
En effet, leur "contrat d'engagement leur fait
obligation de respecter les principes du parti", suivant
une d6peche de 1'AHP. Or, 6tre parlementaire, c'est
faire partie d'une organisation politique qui possede
une infrastructure de base, avec ses dirigeants, ses
permanents, se membres et ses partisans qui se tissent
des liens d'appartenance a partir des procedures
d'adh6sion et de l'articulation des valeurs qui donnent
un sens aux comportements, norment des attitudes et
conferent une vision de la soci6t6 aux adherents.
La pratique de d6nouer et de renouer des alliances
exprime la fragility des points de repbres strat6giques
de l'Etat-parti, tels d'etre un instrument de
normalisation politique et de servir d'outil
d'encadrement 1l'6chelle nationale.
Finalement se pose la probl6matique de la
fonctionnalit6 du Parlement. Toujours, suivant une
d6peche de 1'AHP, date du 14 mai 2008, des d6put6s
reconnaissent l'improductivit6 de la 48e 16gislature au
cours de ces deux dernibres anndes de travail. Le
d6put6 Jean Daniel G6nest6 a expliqu6 la
contreperformance de la chambre par l'infantilisme
parlementaire des d6put6s qui se sont attard6s sur des
bagatelles au lieu de
d6battre sur les
-EAN AN grandes questions
Sd'int6ret gdndral.
Cependant le
d6put6 Saurel
Jacinthe se dit
satisfait 75% des
'-997-1998 : *a travaux r6alis6s par
la chambre.
La question de la
fonctionnalit6 se
retrouve 6galement
sur la nationality de
certains 61us; ce qui
risquerait de
redessiner la confi-
guration de la
mand ou kw m yon demand po ou f pou eskli tt majorit. Comment
se ddfinit donc
ann pou esklizyon) sou kwen gich pa anba l'isntdrt national?


B BY L D P E O partition dans la




sposyonyo;population."(CPP)?
pi desizyon yo pran nan pwoseesa a; epi recherch de la
swa kabin pavokay a oswa toulde) kote stability politique
benefis yo; comme marqueur
on kont okenn dispozisyon; et d'intervention

a' yo, w ap oblije fG pwop pwosu ou epi avbk programme politi-
iANVLilP KI GENYEN TENB I DATE ANVAN que qui touche les
PAB BAY LI, DEMAND POU ESKLIZYON OU AP aspirations de la
population."(CPP)?
10:00 AM EDT, nan adrs 73 West Flagler St, Peut-on rej eter
a.nize yon Odisyon san Patipri pou konsidere'
an an, epitou si pound i apwouve Rtgleman yo d'emblee, d'un
ap 6ganize yon odisyon prelimin nan dat 23 revers de la main le
sevwa priv ki gen pou we ak demand pou fr~
emant2ki gen pou w akfr avoka yoiska 16 u dj
implicitement ou
ve rete yon manm Gwoup la pou ou kapab f explicitement s la
tifikasyon final yon GwouEp, onrtete Rogleman
la, ak distribisyon Fr6 ak Depans Avoka a. fois par la chambre-
confiancece
ak/oswa pr sip6 ou ve entwodui; Jacques-douard
i, Case Nos. 9811208 CA 31, 05-2117 Alexis- et le SCnat-
ratification Pierre
IBINAL LA ANVAN 10 AJYE 2008 PA LAPS Ericq Pierre? Faut-
il l'6quilibrer en
r Miami-Dade County, Florida am6nageant des
dispositifs inno-
S BA TOUT AVOKA KI ENDIKE ANBA A, EPI vateurs susceptibles
2008. de rdpondre aux
tonsey Defans Gwoup la: re vebndic at ions
atrick A. Scott, Esq.
sichard L. Williams, Esq. pop ul aires ? La
lichael Garcia Petit, Esq. ratification ou non
k800 Miami Center
S01 S. Biscayne Blvd. du premier ministre
liami, FL 33131-4330 d6signd, Robert
onsy Defans pou Adono &Yoss, LLP: Manuel, mrite
Ronald L. Kammer, Esq.
)avid P. Hartnett, Esq. d'8tre situde en son
inshaw & Culbertson, LLP contexte g6ndral,
c155 S. Dadeland Blvd., Suite 1600
liami, FL 33156 notamment parmi
vwk anvlip ki genyen tenb ki date apre 10jiy I les parlementaires
reta. Si ou soumet objeksyon ou anreta, y ap progressistes qui
si ou montre rezon ki valab. ont A se d6finir, non
le yo, w ap toujou kalifye pou resevwa yon
tyon FMmiI Demand Ranbousman ale. en brandissant des
sa a se silman yon rezime R~gleman yo, ki slogans ou des
R~gleman ak Kominikasyon." Ak6 Rigleman clichs, mais prag-
la ak Ak6 Rigleman ak Kominikasyon konple i
Grefye Tribinal la. Pou jwenn yon deklarasyon matiquement: la
sipalite vil la ak kabin6 avoka a refere ou tou signification au-
osye nan biwo Grefye a. Ou kapab enspekte
6mal biwo, Lendi pou rive Vandredi, ant 9:00 jourd'hui de l'in-
t kesyon oswa senpleman si ou bezwen on teret national qui
Yinistrat6 RZgleman an nan nimewo 1-800-
6gleman an sou entenet nan sit web www. privilgi giela
ie Fbmil Demand Ranbousman an nan sit satisfaction des
SWA MINISIPALITE MIAMI. YO P AP ANMEZI biens premiers de la
population dans le
cadre d'un d6ve-
loppement humain
et durable.
Larose Vernet
(vernelarozayahoo.J?)


Page 16








Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


Port
Mer
Mon


Ve
d'aujourd'1
le meme a
<< selecio
cherchant
C
tombs. I1
MINUSTA
Conseil de
plus person
cette missic
saisi les sot


LIBRES OPINIONS


Page 17


LETTRE OUVERTE A M. IGNACIO LULA DA SILVA

-au-Prince, HAITI PRESID EN T D U BRESIL et a nos ancetres qui ont lutt6 pour nous laisser
credi 28 mai 2008 un territoire lib6rd de toute domination
isieur le Pr6sident, qu'ils installent commettent viols et autres exactions 6trangere : au nom de cette lutte contre la
sans noms... ou encore la terreur des derniers domination, au nom du droit a l'autod6termination
bus aurez pu remarquer que votre visite evenements. Et le fond et la forme ne laissent plus du peuple haitien, au nom du droit a la vie des gens
hui mercredi 28 mai 2008 n'aura pas requ aucun doute : il s'agit bel et bien d'une tutelle arm6e, qui tombent quotidiennement dans les quartiers
iccueil que celle de 2006 oi, avec la d'une occupation, que la suppose < entraide sud- populaires sous les feux criminels des soldats de la
>, vous faisiez miroiter les esprits, sud >> (qui n'est autre, en fait, qu'une solidarity de MINUSTAH, mais 6galement du meme sentiment
Sfaire prendre la lune pour du fromage. classes dominantes de pays a pays, commander par qui vous a permis de rejeter la presence de la 4eme
'est qu'en r6alit6, les masques sont les rapaces multinationales) n'arrive plus a masquer. flotte amdricaine dans les ports de votre pays; et
I y a d'abord l'6chec flagrant de la Comment cela est-il arrive l1 ? Comment la consid6rant la n6cessit6 d'6tablir une cooperation
.H par rapport aux objectifs fix6s par le revolution la plus extraordinaire du continent a pu horizontale entre les peuples du sud oi n'existerait
Securit de l'ONU enmai 2004. Ensuite, enfanter d'une humiliation si profonde ? Comment des pas l'exploitation, nous vous demandons, Mr. le
me ne croit 1' << aide d6sint6ress6e > de gouvemements issus des luttes des travailleurs et de president, de proc6der imm6diatement au retrait des
on. Nous autres, nous avions tout de suite mobilisations populaires en sont-ils arrives a soldats Br6silien de la force d'occupationOnusienne
us-iacents de ce < b6envolat >. La venue consciemment tenir le r6le si degradant d'ex6cutant en Haiti.


du fils du vice-pr6sident de votre pays, M. Alencar,
propri6taire de l'industrie textile la plus importante
du Br6sil, en vue de rep6rer les zones franches
d'Haiti et verifier de ses propres yeux notre fameuse
<< main d'ceuvre a meilleur march6e a termine de
nous ouvrir les yeux. Aujourd'hui c'est avec des
capitalistes, avides eux aussi de tabler sur cet < or
vivant >, que vous engagez votre tournee : les
objectifs se pr6cisent.
Mais il y a plus. Le peuple entier a
naturellement suivi le comportement tant des hauts
fonctionnaires de cette mission, roulant sur l'or -
dans ce pays si d6muni -, que celui des militaires :
la repression dont sont victimes les populations des
quartiers pauvres n'est plus a d6montrer, tout comme
l'arrogance des hauts places, les mitraillettes
point6es en permanence de vos soldats juch6s sur
tanks qui, profitant de la situation de domination


des plans imp6rialistes ? Nous essayons de vous
l'expliquer dans le texte qui accompagne cette lettre.
<< Tous les v6tements du mensonge >, dit-il. II vous
fera part de la logique de cette sentence, des r6els
objectifs de ce projet imp6rialiste et bourgeois
d'exploitation sans limite. Et du r6le que vous yjouez.
En rejetant votre < aide > ainsi conque et
rdpudiant totalement la presence de vos troupes
armees, il termine pr6conisant qu'une autre
cooperation est possible, < ... qui unirait tous les
ouvriers, tous les travailleurs et tous les peuples,
naturellement fondamentalement freres, en
agriculture, en mddecine, en construction de leur ville,
en rires francs, en danses et chants liberds, en
production collective et changes egaux. >
Aussi, Monsieur le president, consid6rant que
la presence de la force d'occupation Onusienne en
Haiti constitue une gigantesque gifle au peuple haitien


Yannick ETIENNE
Batay Ouvriye

Camille CHALMERS
Plateforme Haitienne Pour un Droit Altematif

Marc Arthur FILS-AIME
Institut Culturel Karl Lev6que

Guy NUMA
Mouvman Demokratik Popilk

Ps. Nous voulions vous remettre cette lettre en main
propre, la police nationale que vos militaires ont sous
leur commandement, nous ont cat6goriquement
interdit toute approche et manifestation de libre
opinion.


60 ONGs europeennes lancent un cri


a propos de l'urgence alimentaire
Prise de position de la Coordination Europe- libre commerce, ont pouss6 la population a l'exode vice, l'acces aux
Haiti [1] rurale et a la migration vers l'6tranger, mais elles ont et d'abord le
mardi 27 mai 2008 aussi emphch6 la production locale et amene le pays a paysannes. En m
Les 6meutes de d6but avril 2008 a Port-au- 6tre de plus en plus d6pendant des importations de le developpem
Prince et dans d'autres villes d'Haiti, ont fait des morts biens de premiere n6cessit6 et done plus vulnerable d6partementales
et des dizaines de bless6s. Devant ces 6evnements, les aux fluctuations du march international. Sans parler l'6mergence de p
organisations de la Coordination Europe-Haiti font etat du fardeau de la dette qui 6puise depuis des annees formation, le tra
de leur preoccupation sur la crise alimentaire dans ce les caisses de l'Etat au detriment d'investissements promotion de la
pays, oi actuellement la sous nutrition touche environ qui devraient normalement 6tre utilis6s pour stimuler Des inter
25% de la population. Les manifestations actuelles de la production nationale et ameliorer les conditions de 6nerg6tique visa
la population haitienne sont la consequence de la vie des couches les plus fragiles de la population. sont 6galement i
recent hausse des produits alimentaires de base et le Nous saluons les r6cents efforts de la communaut6 tures effectudes e
resultat des choix de politique 6conomique lib6rale intemationale visant a octroyer des aides financieres ne doivent pas d
non contr6lee aux consequences sous estimees qui sont au gouvernement haitien pour faire face a gravity cation premiere
en cours dans le pays depuis les annees 80. immediate de la crise. Nous souhaitons cependant que ne doivent pas n
Ces 6meutes, qui ont vu la destitution par le ces solutions ne s'arretent pas au simple 6tat d'urgence. pour d'autres obj
Senat haitien du Premier Ministre Jacques Edouard Toute strat6gie doit 6tre concertee et pens6e dans une des plantes a cao
Alexis, dont le gouvernement n'a pas apport6 de perspective a long terme pour qu'elle soit assimilde et Tout prog
reponses concretes a la crise, doivent amener a une ensuite g6rde par la population. tions reelles doit
reflexion plus profonde sur une politique de Jusqu'ici les bailleurs de fonds n'ont pas le gouverneme
souverainete alimentaire en Haiti. vraiment considered comme une priority dans leurs collectivit6s terr
Depuis 2007, les marches intemationaux enregistrent programmes, la revitalisation du secteur agricole, la society civile 6e
une hausse des prix sur certains aliments de base duquel depend 70% de la population haitienne. Les ensembles un
comme le riz, le bl6, le mais et d'autres produits repr6sentants de la communaut6 intemationale, et d6veloppement.
alimentaires. Cela est dfi a plusieurs facteurs notamment l'UE, devraient commencer par mettre au initiatives de d6v
conjoncturels et structurels tels que : centre de leurs preoccupations la valorisation de la pas durables s'il,
le remplacement partiel des carburants production nationale enHaiti tout en faisantdu secteur locale.
traditionnels par les agro-carburants et la reduction agricole un moteur de la croissance 6conomique et en Bruxelles
des surfaces agricoles, particulierement dans les pays venant en appui a la politique agricole d6finie par le
du Sud, pour subvenir a la demande du Nord, gouvemement haitien en 6troite collaboration avec les Coordination Eu
la demande croissante en produits alimentaires des elus locaux et les organisations professionnelles Alessandra Spall
nouveaux pays 6mergents comme la Chine et l'Inde, agricoles. [1] La Coordina
les actions de speculations financieres sur les La valorisation de la production nationale en r6seau de 60 ON
marches internationaux de matieres premieres y Haiti devrait se faire a partir des axes suivants : 8 pays europ6en
compris alimentaires, renforcement de la s6curit6 fonciere, mise en place tion s'est fix6 po
les politiques de subventions agricoles telles d'infrastructures agricoles (systeme d'irrigation, routes tre des preoccupa
que les pratiquent les pays comme les Etats-Unis et vicinales..), soutien a la production des activities europ6ens. Elle
l'Union europ6enne, ainsi que les politiques de agricoles et familiales, soutien aux services dans le aupres des institu
lib6ralisation deloyales pr6nees par les Institutions domaine rural tels que la formation technique des mission et Co
Financieres Internationales (IFI), particulierement paysans et une recherche d6veloppement a leur ser- organisations pai
1'OMC,
la faiblesse de l'appui, voire de la mise en place r i i
des services agricoles fondamentaux dans le pays, Le prem ier pr et de tourism e
l'absence de planification d6centralis6e et par-
ticipative devant impliquer syst6matiquement les est lance dans le Nord d
organisations professionnelles agricoles.
Les different acteurs au niveau international, Une c6r6monie de lancement du premier chose, c'est pare
national et local doivent s'interroger sur la maniere projet de Tourisme communautaire du pays a eu lieu l'organisation de
de concevoir le d6veloppement et l'exploitation de le vendredi 30 Mai dans le nord, plus exactement a haitiano-dominic
l'environnement en Haiti. Si d'un cot6 il y a le choix l'Hostellerie du roi Christophe. Ce projet Tourisme a tout juste deux
inadequat des politiques sociales et economiques mise au 16 Mars 2008
enplace par les different gouveements pendant ces communautaire sera finance par la BID (Banque au 16 Mars 200
dernires annees, de 1'autre la communaut americaine de d6veloppement). Jimani du 20 Nc
international et les Institutions Financieres (IFI) n'ont L'Ing6nieur Agronome Jean Camille seconde Dajabc
pas su donner une reponse a la crise structurelle et a la Bissereth est en quelque sorte celui qui s'est battu pour 2006.
pauvret6 en Haiti. En particulier les politiques des IFI que ce projet, une initiative de la Fondation pour le FONDT
ont amene Haiti a 6tre l'un des pays les plus lib6ralis6s d6veloppement du Tourisme Altematif (FONDTAH), excursions et de
au monde : 80% de ses recettes d'exportation sont voie le jour. Assistaient a la c6ermonie de lancement des elves, 6tud
actuellement utilis6es pour des importations de une delegation de la BID et des d6elgations des zones demiers a lier co
produits alimentaires. En Haiti la crise alimentaire a oi se d6roulera le projet : Dondon, avec l'Association Le proje
ainsi atteint un niveau plus eleven en cumulant les effets des dondonnais en action (ADA), la Grande riviere a promouvoir u
negatifs d'un trop fort niveau d'ouverture du marched
et d'une dsarticulation de la pro reduction locale du Nord avec RIVACOM et Pignon avec le Comit6 d6partement du
Des politiques comme celles portant sur les de bienfaisance de Pignon (CBP) pr6sid6 par le se focalise surle(
tarifs d'importation, la privatisation ou les zones de Docteur Guy Theodore. pour le d6veloppc
Si le nom de FONDTAH vous dit quelque


d'alarme


n Haiti
credits et a l'6quipement, mais aussi
renforcement des organisations
ime temps, il est n6cessaire d'assurer
lent des infrastructures locales,
et nationales de faqon a favoriser
etites et moyennes industries de trans-
nsport des productions rurales et la
consommation locale.
ventions en Haiti pour une politique
nt a l'autonomie locale et r6gionale
indispensables. NManmoins, les cul-
nvue de produire des agro-carburants
Stoumer le secteur agricole de sa vo-
qui est de nourrir la population. Elles
ion plus accaparer des terres fertiles
ectifs tels que par exemple la culture
outchouc et du sisal.
ramme qui demande des transforma-
ttre lance partir d'un dialogue ou
ent, le parlement, les dlus des
itoriales et les secteurs organisms de
laborent, mettent en oeuvre et 6valuent
cadre global et op6rationnel de
L'exp6rience montre qu'en Haiti les
veloppement et leurs r6sultats ne sont
s ne sont pas ports par la population
, le 29 avril 2008
rope-Haiti (CoE-H) (Coordinatrice :
letta
nation Europe-Haiti (CoE-H) est un
G engages en Haiti et originaires de
s. Formalisde en 2004, la Coordina-
*ur objectif de remettre Haiti au cen-
itions du public et des gouvemements
mane ainsi des actions de plaidoyer
Ltions europ6ennes (Parlement, Com-
nseil de 1'UE) en lien avec 50
rtenaires en Haiti.

communautaire

lu pays
;e que cette Fondation a a son actif
e foires binationales 6cotouristiques
caines dont la troisieme a eu lieu il y
mois a Beladdre-Elias Pina, du ler
8, la premiere 6tait a Fonds Parisien-
ovembre au 5 D6cembre 2004 et la
,n-Ouanaminthe du 25 mars au 9 avril

FAH organise aussi depuis 2002 des
es journes dcologiques au b6ndfice
iants et professeurs pour porter ces
nnaissance avec la r6alit6 du milieu.
et inaugural vendredi (30 mai) consiste
n tourisme communautaire dans le
nord d'Haiti, dont la premiere phase
circuit Dondon-Milot, comme un outil
ement local et la creation de richesses
(TOURISME / p. 20)














Allez de CRASSE a TAUDES, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


ONOXE YE K Q R LT Q Y P
VIEV Z P FNKZLALBO
NVKDPMTXOMHKMFD
DNBAMUNXA IBACB Z
GRMSBE L I K K R Y G CJ
S V IT Z E RKORS AKOV
OQDQHODFB F Z MHWH
JX IMT QFAFG ZAAAD
MGACOUZRYFUBRFB
NN IG JAL KHAL E E CH
NVE ZRN SVMQLNAT U
AM I YASCANH GPNL G


Trouvez les now de 11 Bateaux saisis par des pirates au
large des cotes de la Somalie dans le carre ci-dessous
M Mr MTlL MlTi L1ITlqI Ii iJI.ITIYi i i 1iJilGiJlJif


Page 18


7h00-9h00 M61odie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litteraire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par Fequiere Raphael

I0h-Midi Le disque de I'Auditeur
animation James Prddvil

12:00- 12h30 LeMidi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5hpm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5h00 Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Mar. & Ven.: Turgot Theodat tient I'antenne
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites

9h00 et au deli Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succds populaires haitiens




e Aet ffit 4 es 'a4aee /


En Bref...


(suite de la page 2)


Avant la formation de la commission de sept membres a la chambre basse, le president
de l'assembl6e nationale, le s6nateur Kelly Bastien, a invite les Olus a consentir des
sacrifices afin de permettre au pays d'aboutir a la formation d'un gouvernement et
ceci dans les meilleurs d6lais. << L'urgence est la ratification du choix d'un premier
ministre >>, a dit Bastien qui a ajout << et la ratification de sa declaration de politique
g6ndrale >>.
Cependant les avis sont trbs partag6s au Parlement concernant le choix par le
president de la rdpublique de Robert Manuel. Le S6nateur du sud Yvon Buissereth dit
qu'il n'est pas du tout dispose ratifier un tel choix et le S6nateur Jean Hector
Anacacis n'a pas manqu6 de rappeler que Bob Manuel ne reside pas dans le pays
depuis cinq anndes cons6cutives, done que constitutionnellement parlant, il ne peut
pas 6tre premier ministre.


.
. r~B~


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"



















Le March en Fer brfile
Un incendie a 6clat6 t6t le vendredi 30 mai, au March6 Hyppolite, appel 6 galement
March en Fer, situ6 a la rue des Fronts Forts au centre ville de Port-au-Prince.
Selon des t6moins, une explosion provoqude par un court circuit pourrait 6tre a
l'origine du sinistre.
Le March Hyppolite, un bitiment historique datant de 1891, a vu sa partie nord
d6truite.
Les commerqants se disent r6volt6s de l'intervention tardive du corps des pompiers.
Arrives sur les lieux, les sapeurs pompiers se plaignaient du manque de moyens les
rendant incapables de circonscrire l'incendie. Alors que certains volontaires faisaient
appel aux camions assurant le transport d'eau, on pouvait noter a quelques metres du
(En Bref / p. 20)


Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19

Solutions de la
semaine passe:
PU I SEE
PR I SE E

PRO SE S
TRONE S
TRONC S


Solutions de la semaine passee


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

SU

IBX

AE

Solutions de la semaine passee
DECANTE


I C| RI Al S| | E|


14I I I I IILr I [-l l liH [ I j I IrII I I i I I Lor II Lrl! lI i i i I i n I [! I tq I III [! I I krl% ] Ii


TA U DE S


... ... ...








Mercredi 4 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou


POu BATI LEGLIZ

NOTRE-DAME D'HAITI
Dimanch 18 me pase-a Ayisyen desann nan
lakou Notre Dam Ayiti (Little Haiti) vin montre jan
yo pote peyi-yo sou kn-yo. Pe Reginald Jean Marie,
responsab pawas-la, te chante youn Granmes solanO1
pou fet drapo nou-an.
Ble-e-wouj pawaze: drapo, rad, k6saj,
chemiz, palto, pantalon, mouchwa, ble e wouj.
Granmounn kon timounn kontan montre fydte nan
tout k6-yo. Paw6l djanm, paw6l diyite Pe Reginald
yo kanpe youn 16t 1803 nan lakou-an. Li ankouraje
tout Ayisyen: bizismann, lid, tout sitwayen chanje figi,
koupe ak mantalite grenn senk-la, m&t f6s-yo ansanm
pou yo leve prestij kominote-a nan rebati-1 ansanm
san mande z6t tanpri souple.
Se konsa, li pale sou pwoje batisman youn
katedral Notre Dam pou Ayisyen. Youn pwoje ki pa
fasil, youn pwoje ki se nou Ayisyen ak f6s pony&t nou
ki pou reyalize-1.
An n'montre nou kapab, an n'pote kole ak
PN ayisyen-yo nan youn konbit k'ap fet samdi 7 jen
2008-la nan Biscayne Bay Mariott Hotel sou Biscayne
Blvd ak 17th Street. Pou plis detay rele (305)751- 6289.
S.M.


HAITIAN-AMERICAN

SCHOLARSHIP FUND, Inc.

ENVITASYON
21 Jen 2008, youn dat enp6tan pou mounn
ki enterese nan edikasyon Timounn Ayisyen yo an
Miyami. Gen youn 6ganizasyon youn ekip ayisyen
mete sou pye pou bay ti ayisyen yo bousdetid ki
penm&t yo al nan kolej epi soulaje chaj depans paran
yo. Lek6l Etazini koute anpil. T&t nag! Soti nan High
School ale nan kolej mande anpil depans preparasyon.
Konsa Justin Manuel, Jos6e Gr6goire, Alex Fouquet,
Nadia Pressage, Mariline Nelson, Patricia Laurenceau,
Sandra Fish, Jorane Manuel, Litzrudy Justinvil monte
oganizasyon sa-a ki rele Haitian American Scholarship
Fund, Inc pou kore timounn yo. Chak ane yo fe youn
manifestasyon kiltir6l youn fason pou yo kolekte lajan
pou timounn yo. 7em aktivite fund-raising sa-a apn
fit nan Mariott Hotel ki sou Biscayne Bay 1633 North
Bayshore Drive nan Miami. Pou b1l sware gala sa-a
ap gen mizik ak Nickenson Prudhomme. Mounn k'ap
pote lapaw6l se prezidan Massbay Communirty
College Madan Carole M. Berotte Joseph (Ph, D)
Kenbe dat-la Samdi 21 Jen, 2008) 7e diswa. Pou
Enf6masyon, tike ak piblisite nan liv souvni-an rele:
305-893-4500/305-970-2174




PWOFESE WANER

CADET NAN MIYAMI
Pwofese Waner Cadet fi youn ti vizit doktW
nan Miyami. Pandan ti visit-la li tou pwofite prezante
liv li-a Haiti, le naufrage de l'Etat, quelle sortie? nan
Libreri Mapou nan Little Haiti Devan youn asistans
entelektyd1, m&t la esplike kouman youn ti gwoup
mounn, mete lapat sou peyi-a, foure leta nan p6ch yo
tankou byen prive yo. Youn sitiyasyon li di ki la depi
lontan e ki anpeche peyi-a devlope, ki anpeche pep-la
pwogrese.
Nou salwe prezans pwofese Waner Cadet nan
Miyami ki malgre li te rapid, te gentan rankontre kek
zanmi ki apresye travay ki nan liv la. Haiti, Naufrage
de l'Etat se youn testaman, youn dokimantW pou tout
istoryen k'ap chache rasin k6z pwoblm dekadans peyi
D'Ayiti. N'ap jwenn liv nan Libreri Mapou 5919 NE
2nd Av. Miami Fl. 33137/ 305-757-9922.
mapoujan @bellsouth.net




YOUN MO KI BAY PWOBLEM :

SIPEKERYEN
AK: MAXMANIGAT*
Madi swa 27 me 2008-la mwen te voye n6t
sa-a bay kek kolaborate paj krey6l Tigout pa Tigout
nou-an ki part chak senmenn nan paj 19 jounal
Haiti en Marche :


" Kouzin, Kouzen,
Mwen pa pran souf-nou menm. Se 3 4
Koukouy ki tout tan ap ekri nan paj krey6l nou-an : Ti
Goutpa Ti Gout. Tanpri fe m' santi soukous-nou. Voye
youn sipekeryen ban mwen tousuit, tousuit.
Mesi anpil!
Kouzen Maks "

MWkredi maten byen bonnl, Kaptenn-nan te
rele nan telef6n pou te aprann mwen ganyen younn
nan kolaborat&-yo ki dapre li pa renmen mo :
sipekeryen-an. Trapde, mwen kouri limen konpyout&-
mwen. Men sa kouzin-nan voye :

27 me 2008
Kouzen,
LU w pale de sipekeryen sa ou vie di? Nan ki
jaden ou ta vie nou sekle enpi plante sipederyen an?
Tanpri, fr-n konnen. Paske nou pa ka ap voye monte
alagouj.
Mesi Fri.
Awa"

K6m mwen te we mo sipekeryen-an t'ap
bay youn ti pwoblkm, mwen te reponn kouzin-nan
san peditan :

28 me 2008
Kouzin,
Ou mande-m : Le w-pale de sipekeryen sa
ou vie di? Enben, mwen vle di : youn losyd, youn
soloba, youn ti moso pou kenbe man men-w. Se konsa
mwen konnen mo sipekeryen "-an.
Nan Haitian English Dictionary (2004)
la Bryant C. Freeman tradui : sipekeryen = snack : cf
soloba.(p. 861) LU n'al cheche : soloba noujwenn li
vle di: snack tou.
Lanng nou an ap devlope pou li kouvri tout
pati nan peyi nou an menm dyaspora-a tou. Se pout&t
sa mwen te pibliye : Mots creoles du Nord'Haiti...
(2006). Si ganyen youn mo ou konnen nan N6 osnon
ki pran youn 16t sans nan z6n sa-a, li kapab pa konenn-
1 nan Sid osnon li ka gan youn 16t sans. Sosyete
Koukouy konprann enp6tans mouvman sa-a ; 1
ap pouse-1 red avek atik Jacques J. Garconyo nan paj
krey6l nou an.

M'ap travay sou orijin avek siyifikasyon mo
:dolowann (Sid), lolowann (N6). Yo pa nan okenn
nan diksyonne mwen sevi yo. Mwen pa p'pran chans
anplwaye li tout tan mwen pa twouve sans li.
Ou kontinye : Nan ki jaden ou ta vie
nou sdkle enpi plante sipederyen an? Depi, mwen
fin defini mo-a, p&t&t dezyem kesyon sa-a ka vin pran
youn 16t sans. Antouka, se lamenf6t mwen t'ap
mande pou paj Tigoutpa Tigout nou-an ki part chak
senmenn nanjounal HEM (Haiti en Marche).
Sa w-rele : sipekeryen osnon sipederyen (si
se pa youn koki: coquille an franse)? Sanble se youn
bagay pou plante. Rafrechi memwa-m paske mwen
pa sonje sans sa-a.
Ou fini : Tanpri, ft n konnen. Paske nou pa
ka ap voye monte alagouj." Sa mwen pa konprann ni.
Mwen pa kwe youn ti n6t senp konsa ta kapab ganyen
" voye monte alagouj ladan-1. Day&, gran fre ou
konnen an toujou mezire mo-yo anvan li sevi avek
yo.
Li bon pou nou pale pou nou eklksi sa ki pa
fin klW.
Kenbe djanm pa lage!
Kouzen Maks "
%
Sipekeryen se t'ava pwononsyasyon krey6l
kout franse mawon sa-a : "si peu que rien ki fasil
pou mwen tradui : youn ti kras ki pi bon pase anyen
menm.

* MaxManigat se otW : Patamouch. Etimoloji Literati
-Rep6taj. 2007, 266p.




Pou Iv DEJAN
Se pa tout vanyan
maladi ka gate.
Menm 1k gwo papiyon nwa
ta sot jouk nan ziltik
vin poze nan fetay kay nou
kn nou pa p'sote.


Ou se k6k batay
ki pa konn pedi nan gage,
lanp t&t gridap
move van n6de
pa ka tenyen,
wozo ki pliye
anba gagann lavi
san li pa kase.

Depi ou ti katkat toupiti
f&k soti nan vant manman-w
pep Ayisyen reklame-w,
ni tou ou pa janm desevwa yo.

Si ou te gen pouvwa fr-e-deft
pou san sot nan bisuit leta
se dat ou ta wete-n nanjwdt
debobinen bobin fil arenyen
pou anpetre pye t6t6y
Sejodi ou ta rale-n soti
nan kalbenday kole pyese
simagri laviwonndede
penpennen kon avadra
mizad6 sou granchimen

Si peyi nou pa t'lwen,
okazyon pa t'che,
nou ta reyini ti tyovi
kou granmounn
nan youn gran gran lakou
mete-w kanpe drdt
kou poto mitan
fe gwo kandjanwou
lago delivrans
jete dlo souke ason
chase malentespri
sote ponpe tire lobe
pike kole
trase vMve
bat tanbou djayi lwa
danse chante kwaze leuit
trese youn kouw6n riban tout koulk
lespwa, lanmou, jistis, solidarite
pou nou met nan t&t ou.

Pou nou di-w mssi!
Pou nou di-w b6n f&t!

Menes Dejoie (18 me 2008)




ENVITASYON
Vant-siyati liv "Cap-Haitien. Excursions
dans le temps. Voix capoises de la piaspora ap f&t
nan Libreri Mapou 8 Jen 2008 de 5e a 7e diswa. Anpil
nan otW yo ap la. Se pral youn sware bz&&rrrrrrrr nt !
Rez&rve plas an nou ake liv an nou bon&r-bon&r nan
305-757-9922.




EDITh FEQUIERE VILSAINT
AK EDIKA VIZYON NAN LAPENN

PN Destin Vilsaint, papa zanmi-nou, edited
Ftquidre Vilsaint, mouri Monreyal senmenn ki sot
pase-a. Li te gan 91-zan.
Biwo Santral Sosyete Koukouy ap bese byen
ba devan s&key youn sitwayen serye ki pase vi-1 ap
travay pou elve dis timounn. Li te ganyen satisfaksyon
we yo tout fin grandi epi byen soti.
Sosyete Koukouy vle pitit li-yo avek tout k6
fanmi-an konnen li separe lapenn-nan avek yo. L'ap
mande:
Marie Maude Vilsaint, Ftquidre Vilsaint avek
madanm-ni Maude Heurtelou epi pitit-yo : Mia Fay;
Jocelyne Vilsaint, Marie Sonie Vilsaint, Ginette
Vilsaint, Daniel Vilsaint, Luckner Vilsaint, Marie
Paulette Vilsaint, Jean-Philippe Vilsaint, Ruth Vilsaint
avek fanmi-yo pou resevwa kondoleyans-li.
P Vilsaint pa kite f6tin men li kite youn
kolonn mounn byen prepare k'ap sevi kominote-yo
avek peyi-yo.
Ekspozisyon k6-a te f&t nan : Salons
Fundraires Armstrong. 1640 C6te Vertu, Ville St.
Laurent, Qudbec, vandredi 30 me-a soti 5-e pou rive
9-e diswa. Samdi maten, 9-e 30 pou rive 11-a sete
sevis relijye-a nan Bethel Baptist Church, 3060 Boul.
C6te-Vertu, Ville Saint-Laurent. PN Destin Vilsaint
antere nan simitye Saint Laurent, Ville Saint Laurent.


Page 19








Mercredi 04 Juin 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 19


En Bref...
(suite de la page 18)
march, une bouche d'incendie qui aurait pu 6viter
la catastrophe si les responsables avaient pens6 a la
r6habiliter.
Aucune perte en vie humaine n'a &te signalde mais
les d6gits mat6riels sont 6normes, selon les
commerants.
Un responsable du march a vertement critique la
mairie de la capitale ainsi que les ministbres de la
culture et du tourisme qui se sont montrds
incapables de prot6ger ce lieu centenaire. Construit
en 1889, le march fut inaugur6 deux ans plus tard,
le 22 novembre 1891, sous le Pr6sident Florville
Hyppolite.

Haiti et la politique du blocage
Tourne de l'auteur Peter Hallward et presentation
du livre:< Damming the Flood : Haiti, Aristide, and
the Politics of Containment >.
Bibliothbque publique d'Ottawa : L'auteur, Peter
Hallward, a &t6 invite prononcer une s6rie de
conferences au Canada a l'occasion de la sortie de
son dernier livre < Damming the Flood, Aristide et
la politique du blocage >. Cette tourne emmbne
l'auteur dans quatre villes Canadienne.
Le professeur Hallward est d'origine canadienne, il
enseigne la philosophie au Middlesex University a
Londres, en Grande-Bretagne.
Damming the Flood a &t6 accueilli dans le milieu
universitaire comme 6tant la premiere analyse
precise de l'histoire r6cente d'Haiti. Ce livre pose
un regard perspicace, sans complaisance, sur le
devenir de ce pays des Caraibes appauvri et
exploit. Il suscite l'admiration d'auteurs c6lbres
comme Noam Chomsky et Tracy Kidder. Ce dernier,


Le premier projet de tourisme

communautaire


(... suite de la page 17)
au b6ndfice des collectivit6s
territoriales.
Les objectifs de la FONDTAH
sont les suivants :
Mettre en place des structures
d'encadrement, d'accueil et de
protection au niveau des regions
patrimoniales.
Ddvelopper un tourisme
respectueux de l'environnement, de
notre culture, de nos patrimoines et du
peuple haitien tout en facilitant
l'int6gration de la population locale.
Vulgariser l'agrotourisme et
l'ethno tourisme comme sp6cificit6
haitienne.
Promouvoir les micros
entreprises artisanales, culturelles, agro-
alimentaires, h6bergement dans les
families, guidage, danses
traditionnelles, association des
producteurs de chevaux, plantes
omementales, plantes m6dicinales etc.
Faire ressortir a travers les
ondes l'importance 6conomique du
Tourisme Altematif en Haiti.
Am6nager des villages
6cotouristiques autour des regions
patrimoniales comme p6le de
d6veloppement pour la creation des
richesses et des emplois durables.


Permettre aux
haitiens et strangers de
mieux connaitre le pays.
Organiser des
foires 6cotouristiques et de
production a l'6chelle
nationale et international.
Le tourisme est
surtout l'affaire d'6tres
humains. FONDTAH, dans
le cadre de la formation ax6e
sur la demande sous les
auspices de l'Institut
National de Formation
Professionnelle (INFP),
vient de former 90jeunes de
15 a 24 ans dans le domaine
de l'Agrotourisme, dont a
Petit-GoAve : 23 jeunes
sp6cialis6s en Gestion
h6telibre et Chambre
d'H6tel, 20 en Jardiniers
paysagistes) et a Dondon (24
sp6cialis6s en Guidage et 23
en Entreprenariat en
6levage). Ces jeunes sont en
train de se regrouper en
association pour travailler
comme professionnels
prestataires de service et
affilids a la FONDTAH.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323

Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com I haiti-en-marche@hughes.net
URL www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


auteur de la biographie du Dr Paul Farmer:
<< Montagnes derribre les Montagnes >> crit:
<< Damming the Flood pr6sente une autre version de
cette histoire biaisde, rapport6e universellement par
tous les m6dias avec un parti pris agressif
renversant. C'est une lecture obligatoire pour tous
les historiens des Am6riques et pour chaque 6tudiant
en science politique.'
La tourne du professeur Hallward, s'effectue a un
moment crucial de l'histoire mouvement6 d'Haiti et
de la resistance h6roique du peuple haitien.
Date des conferences:
31 mai Montr6al,
lerjuin Ottawa,
2 juin Toronto,
7 juin Vancouver, oni M. Hallward est invite
s'adresser a la conference de l'Association
Canadienne des ttudes de la Caraibe et de
l'Amdrique Latine.

Vie culturelle : Fete de la Musique,
Rencontres litteraires, Conferences ...
L'Institut francais d'Haiti a pr6senta au cours d'une
conference de presse vendredi ( 30 Mai) un riche
programme pour les deux mois de Juin et Juillet
2008. Concerts, representations thditrales,
projections de films, conf6rences-d6bats ou forum
de discussion, constituent les diverses activities
culturelles qui marqueront ces deux mois de la
saison. Le programme a d6marr6 le 30 mai 2008
avec le < Vendredis du Club de la Presse > Max
Chauvet, Frantz Duval et Georges Michel ont
pr6senta au public, le quotidien de la rue du centre,
Le Nouvelliste qui a f6t6 le Premier mai ses 110 ans.
Une deuxibme rencontre de la presse, avec la
participation de Thierry Fagart, Repr6sentant du
haut commissaire des Nations Unies aux Droits de


l'homme, est prdvue pour le vendredi 6 juin 2008.
Thierry Fagart interviendra autour de la <
Declaration universelle des droits de l'homme en
Haiti, 60 ans aprbs son adoption >. La f6te de
musique, quant a elle, se d6roulera du 13 au 19 juin
dans les jardins de l'institut avec a l'affiche
diffirentes prestations, dont Haitian Jazz Quartet et
des ensembles conduits par Daniel Henrys, Boulot
Valcourt, Dickens Princivil et Cynthia Lamy.
D'autre part, des rencontres litt6raires, des tables
rondes, des d6bats, s'inscrivant dans le cadre de la
5e edition du < Prix des Am6riques insulaires et de
la Guyane >, d6buteront le 20 juin 2008. Des
6crivains, tels Danny Laferrirre, Simone Schwartz-
Bart, Gisble Pineau, Alain Mabanckou, Marc-
Emmanuel Dorcin, sont attendus lors de ce rendez-
vous biennal centre sur l'attribution d'un prix
litt6raire et de deux bourses.
Une conference a signaler dans ce programme est
celle du professeur polonais J6zef Kwaterko autour
du theme < Les 6crits des l1gionnaires polonais et la
Revolution haitienne > Retenez la date, le 11 Juin
2008. Professeur a l'universit6 de Varsovie,
Kwaterko pr6sentera des t6moignages ecrits en
franqais par les soldats polonais participant a
l'exp6dition du G6ndral Leclerc a Saint-Domingue.
La Fondation AfricAmerica organise, de son c6te,
son forum d'art contemporain du 20 juin au 6 juillet
2008. Il s'agira du cinquibme forum transculturel
d'art contemporain sur la th6matique < Terres et
migrances >. La creation contemporaine venue des
continents africain, europ6en et amdricain sera a
1'honneur.
Au terme de ces activities culturelles, qui s'6tendent
jusqu'au 31 juillet, Paul-Elie Levy fera ses adieux a
Haiti apres avoir pass quatre anndes a la tate de
l'Institut francais.


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasacala@aol.com


POUR TOUS VOS ACHATUS Equipements pour construction
PiMoos de voitut / Camion / Equipmcnt medical
Par vol ou par bateam


Page 20


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
inconteste sur le march
des transferts en Haiti,
renforce son service







PICKUP




Le plus grand rseau PICKUPen HaTti

Mmestarfs n provinces quPort-au-Prince
Le meilleur r4seau b temps reel
*Transfertdisponible la seconde
Livraison A domicile
CAM, pionniere et seule compagnie garantissant
la livraison en moins dedeux heures.
*CAM DI6pot Rapide
Votre argent peut ktre d6pos dans n'importe
quelle banque en Haiti.
Produits Alimentaires
Grande variety de produits
Meilleure quality sur le march
Une fois de plus, pionniere a
W introduire ce service. i


Appelez sans frais:
USA/Canada: 1-800-934-0440 *o dHa au 6 6
www.camtransfer.co...
Approuv6e par les autoriths bancoires de
New York, New Jersey, Connecticut. Rhode Island. Massachusettsh Washinigton D eorget Floride.


I




Full Text

PAGE 1

Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Haïti en Marche édition du 04 au 10 Juin 2008 • Vol. XXII • No. 19 Port-au-Prince, le 30 Mai 2008-(AHP)Des centaines de milliers de gourdes de marchandises ont disparu dans les flammes dans un incendie qui a consumé le vendredi 30 mai uneIncendie du Marché en FerRuine et Désespoirpartie importante du Marché Hyppolite ou Marché an fer, dans le centre commercial de Port-au-Prince. (INCENDIE / p. 2)KAREEM GASPARD KIDNAPPE ET ASSASSINE Kareem Gaspard (à droite), c’est ce jeune garçon fort sympathique qui a été assassiné par ses ravisseurs malgré le paiement d’une rançon Le Journal de Montréal – 1er Juin 2008 La police haïtienne a mis la main au collet de membres du gang à l’origine de l’enlèvement de la Montréalaise Nadia Lefebvre, libérée mercredi moyennant une rançon de 8 500 $US, a appris le Journal. Quatre hommes ont été arrêtés vendredi matin dans la capitale Port-auPrince lors du démantèlement d’une bande de présumésGang démantelé après libération de la coopérante CanadienneMercredi: Journée Nationale contre le Kidnapping(KIDNAPPING / p. 8)POUVOIRLes 3 prochaines années déjà hypothéquées!PORT-AU-PRINCE, 1er Juin – Petit à petit le piège se referme sur le Président René Préval. Piège qui a pour particularité qu’il est une conséquence de la propre politique qu’il a choisi de mener et qui lui avait valu jusqu’ici, il est vrai, que des félicitations. La politique de consensus, dite encore de réconciliation nationale. Bien que la nation elle-même n’ait pas grand chose à y voir et qu’il conviendrait de dire plutôt : la politique de « la république de Port-au-Prince. » Mais l’échéance des présidentielles de 2011 avance. Les deux premières années de lune de miel du quinquennat sont terminées. Le Premier ministre Jacques Edouard Alexis a été destitué par une conspiration réunissant une majorité sénatoriale de plusieurs appartenances (y compris Lavalas ou pseudo-Lavalas), mais en majorité ancienne opposition ; des leaders de cette même ancienne opposition qui entendent profiter de la réconciliation miraculeuse pour prendre le contrôle des positions les plus stratégiques sur la mappemonde électorale déjà en plein remue ménage ; enfin la petite camarilla habituelle des hommes et femmes du président (la petite junte, comme on disait autrefois). Cette dernière soit pour renforcer le béton autour du fauteuil présidentiel, soit par tentation de jouer les faiseurs de roi. Premier ministre aujourd’hui, Président demain, qui sait ! (voir POUVOIR / 4)ACTUALITEDes affaires courantes qui ne vont nulle partET UN PAYS A LA DERIVEJACMEL, 31 Mai – Les affaires courantes ne sont pas, contrairement à ce qu’on pense, une mince affaire. Au lendemain du vote de censure du Sénat le 12 avril dernier, bon nombre disait : tant pis (ou tant mieux), l’Exécutif a toute une année devant elle durant laquelle le Parlement ne peut plus prendre aucun vote contre le Premier ministre (c’est un pistolet à un seul coup). Tant qu’un successeur n’aura pas été ratifié, c’est le règne dit de la liquidation des affaires courantes. Certains vont même jusqu’à penser que c’est là le rêve même du Président René Préval. Diriger sans pression parlementaire, mais sans déroger aux règles constitutionnelles. Il est vrai que le Parlement le lui rend bien. C’est du tac au tac. Et toujours dans le plus grand respect des prescrits constitutionnels. Comme autrefois ceux de la chevalerie. Messieurs les français, tirez les premiers. Mais non, messieurs les anglais, à vous de tirer les premiers. Mais l’on ne s’était jamais encore penché (voir AFFAIRES COURANTES / 5) Emotion devant les restes calcinés du marché plus que centenaire (photo Thony Bélizaire) L’incendie s’est déclaré vers les 6 heures du matin dans l’aile nord du marché qui était en-

PAGE 2

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 2 EN PLUS ...EN BREF ...(En Bref / p. 18) core fermé à cette heure. C’est une partie importante d’un patrimoine historique qui a disparu. Le Marché Hyppolite, une structure en fer et fonte fabriquée en France, était destinée à un pays du Moyen Orient, mais a finalement été acheté par l’Etat haïtien et installée en 1889 sous le gouvenement du président Florvile Hyppolite qui s’était spécialisé dans les constructions en structures métalliques, dont les ponts. de la cathédrale (Port-au-Prince) et un marché situé à Petion-Ville. Les victimnes obtiennent rarement des dédommagements, et quand ils en obtiennent, ils sont toujours nettement en decà des pertes subies. Le maire de Port-au-Prince, Jean-Yves Jason, a fait savoir que les dégats matériels n’ont pas encore été quantifiés mais ils sont énormes: il annonce qu’une rencontre sera organisée avec les victimes pour voir (INCENDIE...suite de la 1ère page)Incendie du Marché en FerRuine et Désespoir Le feu a pris dans la partie qui était visitée autrefois par les touristes. Si l’origine exacte du sinistre n’est pas encore connue avec certitude, mais les dégats sont considérables. Produits mahogani et artisanaux, bijoux de fantaisie, peintures, produits touristiques, vêtements en Karabela et produits pour magie: tout a volé en fumée. L’aile du marché incendié présentait à la mi-journée un spectacle de désolation avec partout des carcasses de ferrailles, poutres brûlées, mare d’eau et piles de cendres. De nombreux petits commerçants sont aux abois avec la disparition de leurs seules sources de revenus en cette période de crise alimentaire et de flambée des prix. Avant le Marché Hyppolite, plusieurs autres marchés ont été incendiés au cours de ces dernieres années, entre autres le Marché Tête Boeuf, le marché du Port, le marché comment l’Etat et la mairie peuvent leur venir en aide. M. Jason appelle dans le même temps à la sécurisation permanente des marchés publics. La police a fait savoir pour sa part que les premiers éléments d’une enquête ouverte sur le sinistre, laisse croire qu’il pourait être d’origine crimnelle. Des employés revoqués par l’administration du marché avaient proféré des menaces, a revélé le porte-parole de la police, Frantz Leurebourg. Le Marché Hypolite, une structure pourvue d’un ornement islamique, avec 4 tours en forme de minaret, était considéré dans le temps comme l’emblème de modernité de la ville de Port-au-prince. Mais cette structure s’est gravement détériorée dans l’indifférence des autorités et de l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine national (ISPAN). AHP Ruine et désolation (photo Thony Bélizaire) Mme Henrietta Fore, Administrateur de l’USAID et Directeur de l’Assistance à l’Etranger, annonce à Miami l’octroi d’un montant de $25 millions d’aide alimentaire additionnelle à Haïti, portant ainsi le montant total de l’aide alimentaire d’urgence des Etats-Unis à Haïti à $45 millions L’Administrateur de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) et Directeur de l’Assistance à l’Etranger, Madame Henrietta Fore a annoncé dans la matinée de ce vendredi 23 mai 2008 que le peuple américain, par l’intermédiaire de l’USAID, accordera une assistance alimentaire d’urgence supplémentaire à Haïti ce qui portera la quantité totale d’aide alimentaire d’urgence des Etats-Unis à Haïti à un montant de 45 millions de dollars américains. Vingt-cinq (25) millions de dollars de cette aide seront administrés par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations Unies tandis que des organismes volontaires privés seront responsables de la gestion des autres vingt (20) millions de dollars. Cette aide bénéficiera à environ 2.5 millions d’Haïtiens les plus vulnérables dans les zones urbaines et rurales. Cette nourriture sera distribuée à travers trois programmes spécifiques sur une période d’un an : Premièrement, un système de sécurité sera défini pour une distribution de produits alimentaires en faveur des populations les plus vulnérables (malades et handicapés, personnes âgés, orphelins, les mères et leurs enfants). En second lieu, un programme d’alimentation des enfants sera mis en place au cours de l’été dans les centres scolaires et des rations à emporter seront prévues pour les familles les plus pauvres. Enfin, cette nourriture sera utilisée dans le cadre du programme Food for Work (Nourriture contre travail) en vue de soutenir desAide US 25 millions(AIDE / p. 17)Funérailles de Constantin Mayard-PaulLes funérailles du célèbre avocat haïtien Constantin Mayard-Paul seront chantées le mardi 3 juin à l’Eglise Sainte Thérèse de Pétionville. Me Mayard-Paul s’est éteint le vendredi 30 mai, à l’âge de 78 ans.Il est mort d’une embolie pulmonaire. Il a souffert de longues années d’une emphysème, mais n’a pas été emporté par cette maladie. Nos condoléances à sa veuve, à sa fille Judith Mayard-Paul Millet, et à ses fils Clifford, Gregory et Thierry.Mort du PDG de Radio Kiskeya, Sony BastienOn a appris lundi la mort survenue subitement de notre confrère, le président directeur général de Radio Kiskeya, Sony Bastien. Ayant débuté sa carrière à Radio Haïti Inter, Sony Bastien s’était fait un nom dans la chronique sociale, ainsi que dans la publicité en donnant à ses spots une couleur toute particulière (des expressions telles ZENGLENDOU, GWO ZAM FANM FWA etc). Il a été arrêté lors de la rafle du 28 novembre 1980 qui réduisit au silence la presse « indépendante. » Lors du retour de Radio Haïti Inter après un exil forcé de six années, Sony reprit le micro. Plus tard il fonda Radio Kiskeya avec ses collègues Lilianne Pierre-Paul et Marvel Dandin. Sony Bastien souffre depuis de nombreuses années de diabète. Sa maladie s’est de plus en plus compliquée, lui faisant perdre une partie de la vue. Sony s’est éteint à 53 ans.Une Marche anti-kidnapping à Port-au-PrinceElle aura lieu le mercredi 4 juin, qui a été décrété pour cela Journée nationale contre le Kidnapping. Le communiqué annonçant cette marche indique qu’elle vise à “demander aux autorités policières, gouvernementales et étatiques d’assumer toutes leurs responsabilités, de sévir contre les coupables, de remplir leurs devoirs constitutionnels qui est de protéger les vies et biens des citoyens”. Une façon d’empêcher Haïti de “sombrer dans l’anarchie et la violence”. La marche a le soutien de La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH), l’une des principales organisations du secteur privé des affaires. Celle-ci vise une mobilisation regroupant les petites et moyennes entreprises ainsi que les organisations patronales. L’objectif est de permettre à ces entités de manifester “leur indignation devant des pratiques barbares qui s’installent, en toute impunité, au sein de la société haïtienne”. Elles entendent aussi “envoyer un message clair aux assassins et à leurs commanditaires pour qu’ils sachent que notre société décide de contrer et combattre leurs agissements criminels et sauvages”. A cet effet, l’organisation patronale demande aux employeurs de “libérer leur personnel pour leur permettre de remplir leur devoir de citoyen en cette journée du 4 juin”. Les actes de kidnapping qui n’ont cessé de se multiplier ont culminé avec l’horrible exécution du jeune Kareeem Xavier Gaspard, 16 ans, le 23 mai, trois jours après son enlèvement et malgré le versement d’une rançon. Un crime qui a fortement choqué l’opinion publique.L’ex-otage Nadia Lefebvre retourne dans son paysLa canadienne Nadia Lefebvre qui avait été kidnappée le 21 Mai dernier et libérée 8 jours plus tard, probablement après paiement d’une rançon, a laissé Haïti le vendredi 30 Mai pour retourner au Canada. Plusieurs parents et amis l’ont accueillie à sa descente d’avion. Le kidnapping avait eu lieu dans le quartier de Thomassin 48. On avait appris tout de suite après la libération de Nadia Lefebvre qu’aucune arrestation n’avait été opérée mais le commissaire de Pétion-Ville Frantz Georges a annoncé plus tard l’arrestation à bord d’un véhicule de quatre présumés kidnappeurs dont le chef, Dominique Hilaire, serait directement impliqué dans l’enlèvement de la coopérante canadienne travaillant auprès de Médecins du monde. On aurait découvert sur lui une importante somme s’élevant à 15.000 dollars américains ainsi que des carnets de banque considérablement renfloués en quelques jours avec des dépôts atteignant US $ 30.000 dollars. On apprend aussi qu’une ressortissante dominicaine se trouverait parmi les personnes interpellées.Jamaïque : plus de 600 personnes assassinées en l’espace de cinq moisPlus de 640 personnes ont été assassinées depuis le mois de janvier à la Jamaïque. C’est le chiffre donné par RJP News dans un rapport à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Les membres de la Fédération de police ont invité le Ministre de la Sécurité Nationale, le colonel Trevor Mc Millan, à mettre au point en urgence un plan pour réduire les crimes et ramener la sécurité dans le pays. De Janvier à Avril 2008, 480 personnes ont été assassinées mais au courant de la seule semaine dernière plus de 40 personnes ont été tuées, d’après le RJR. Parmi les victimes on compte deux policiers et un membre de la Jamaica Defence Force.Le Dossier Robert Manuel devant la Chambre des députésCette fois, contrairement au cas du premier ministre désigné, Ericq Pierre, c’est la chambre basse qui a commencé le processus de ratification. Il y a eu formation d’une commission de sept membres. Son travail consiste dans l’analyse du dossier remis par Robert Manuel. Le rapport de la commission devra être présenté à leurs pairs d’ici mardi 3 Juin.

PAGE 3

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 3 SOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHESOMMAIRE Brève visite du Président brésilien LulaAccords signés et réchauffement des relations« Ma visite aujourd’hui marque une nouvelle étape dans les rapports entre les deux pays et s’inscrit dans le cadre des efforts visant à créer des conditions dignes de vie pour tous les citoyens haïtiens, réduire les inégalités et réduire la pauvreté », a-t-il fait savoir. En effet si le 18 août 2004, Luiz Inacio Lula Da Silva était accompagné des joueurs de la sélection nationale de football, “il est venu à Port-au-Prince cette fois en compagnie de membres de son gouvernement dont le chancelier Celcio Amorim et la ministre à la Condition féminine, Nilcea Freire, ainsi que de membres du secteur privé des affaires. A la suite d’un tête-à-tête avec le président Préval, l’audience a été ouverte aux officiels des deux pays et six accords de coopération ont été paraphés. Le premier accord porte sur l’exemption réciproque de visas pour les titulaires de passeports diplomatiques, officiels ou de service, habilitant les officiels des deux pays à entrer sur le territoire de l’autre sans visa pour une durée de séjour ne dépassant Port-au-Prince, le 28 Mai 2008 (AHP) Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait savoir mercredi que sa deuxième visite à Port-auPrince ouvre la voie à une autre forme de coopération entre Haïti et le Brésil, et 6 accords de coopération ont été signés. pas 90 jours. Le deuxième accord vise le développement des activités de coopération au bénéfice d’Haïti dans le domaine de l’éducation et particulièrement dans les cantines scolaires et la formation professionnelle. Le troisième accord vise à contribuer à la prévention de la violence contre les femmes, particulièrement dans les départements du Sud-Est, du Nord-Ouest et de l ’Ouest. Le quatrième accord vise la promotion de la production durable de légumes dans la région de Kenscoff (Ouest). Cet accord prévoit aussi l’implantation d’une station expérimentale pour mieux connaître les particularités de la production de légumes et la création d’une banque d’intrants. Le cinquième accord concerne l’élaboration et la mise en oeuvre d’un programme stratégique de coopération technique pour la période 2008-2010 dans les domaines de la sécurité alimentaire et de l’agriculture. Dans le cadre de cet accord, une mission technique exploratoire brésilienne séjournera en Haïti au mois de juillet 2008 pour évaluer la situation agricole et alimentaire du pays. Le dernier est un accord tripartite signé par les gouvernements haïtien et brésilien et le représentant en Haïti de l’Institut Interaméricain pour la Coopération Agricole (IICA), Alfredo Mena. Suivant les termes de cet accord, l’IICA s’engage à coordonner les actions de coopération technique entre Haïti et le Brésil. Cet accord entend également permettre la réalisation de recherches pour l’introduction de nouvelles variétés végétales dans le pays. AHP Lula reçu par son homologue haïtien (photo Thony Bélizaire)Crise alimentaire : US$10 millions d’aide de la Banque Mondiale en support aux efforts nationauxP-au-P, 30 mai 08 [AlterPresse] — La Banque mondiale annonce l’approbation d’un don de 10 millions de dollars américains pour aider Haïti à faire face à la crise alimentaire qui a provoqué de violentes manifestations en avril 2008. Ces 10 millions de dollars proviendront d’une enveloppe de 200 millions de dollars, sous forme de dons en faveur des populations vulnérables des pays les plus pauvres du monde. Des pays comme le Libéria, Djibouti, recevront respectivement 10 millions et 5 millions de dollars. Cette subvention de la Banque mondiale devra permettre au gouvernement de réagir face à l’augmentation des prix alimentaires et de poursuivre sa stratégie de réduction de la pauvreté, selon un communiqué. Les 10 millions de dollars à Haïti font partie du mécanisme d’intervention rapide face à la crise alimentaire, la FastTrack Facility for Food Crisis, lancé par la Banque mondiale. Par ce mécanisme, la Banque mondiale dit vouloir « soutenir les efforts déployés au plan international pour surmonter la crise alimentaire mondiale grâce à un nouveau mécanisme de financement rapide doté de 1,2 milliard de dollars, dont 200 millions seront accordés sous forme de dons en faveur des populations vulnérables des pays les plus pauvres du monde ». « Le don de la Banque mondiale s’ajoute aux efforts faits par d’autres partenaires du développement international, avec lesquels nous travaillons en coordination, tout en soutenant les efforts des pouvoirs publics pour la mise en place d’un meilleur système de protection sociale qui renforce les capacités de résistance et de réaction aux chocs économiques d’Haïti », déclare Yvonne Tsikata, directrice des opérations de la Banque mondiale pour les Caraïbes. L’augmentation des prix alimentaires touche plus particulièrement les pauvres qui consacrent une grande partie de leurs revenus à l’achat de nourriture, selon la Banque mondiale. L’organisme de financement international rappelle qu’en Haiti « les prix du riz, du maïs, des haricots, de l’huile de cuisine et d’autres denrées ont fortement augmenté depuis fin 2007 ». (voir BANQUE MONDIALE / 5) L ’EVENEMENT Incendie du Marché en Fer: Ruine et Désespoir p.1 KIDNAPPING & ANTI-KIDNAPPING Journée nationale contre le Kidnapping p.8 Gang démantelé après libération Canadienne p.1 P A YS AMIS Brève visite du Président Lula du Brésil p.3 POUV OIR Les trois prochaines années déjà hypothéquées p.1 GOUVERNEMENT Des affaires courantes qui ne vont nulle part p.1 ILLUSTRES DISP ARUS Funérailles ce mardi de Me Constatin MayardPaul p.2 Décès du PDG de Radio Kiskeya, Sony Bastien p.2 CRISE ALIMENT AIRE ET HAITI Aide additionnelle US : 25 millions p.2 10 millions de la Banque Mondiale p.3 P ARLEMENT Le dossier du PM désigné Robert Manuel devant la Chambre p.2 Joseph Lambert innocenté p.4 Un député démissionne pour raisons de santé p.7 ELECTIONS Les Dominicains font mieux que nous p.6 ABUS SEXUELS Des membres d’ONG abusent d’enfants en Haïti p.10 Haïti paradis des prédateurs p.11 LIBRE PENSEE Grenier ! p.12 L’avril d’Alexis, le mai de Pierre et le juin de Manuel p.16 POUR MEMOIRE Le massacre de Jean Rabel, il y a 20 ans p.14 LIBRES OPINIONS Lettre ouverte au Président Lula da Silva p.17 DEVELOPPEMENT Tourisme communautaire p.17

PAGE 4

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 4 FORT LAUDERDALE, FL – Amerijet International will open a Fort Lauderdale air freight station on April 2, 2007, announced Pamela Rollins, Amerijet’s VP of Business Development. The station is located adjacent to Amerijet’s corporate headquarters at 2800 South Andrews Avenue. “We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,” Rollins said. “Eventually, we will expand this location to offer ocean services and delivery of import cargo, to make s hipping with us even easier.” Amerijet will accept outbound international air freight at this station, including general personal and commercial cargo, large or small packages, barrels, valuable and fragile goods , hazardous material, oversized shipments and domesticated live animals. Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Monday through Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijet will transport cargo between this station and its Miami hub via daily ground transfer. For rates and cargo-specific questions, customers can contact Amerijet’s sales department at 800-927-6059 or via e-mail at sales@amerijet.com. Amerijet International, Inc. is a full-service multi-modal transportation and logistics provider offering international scheduled all-cargo transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates offices all over the world, serving destinations throughout North, South and Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East. Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com. AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE CARGO DROP STATION ADOMI P ADOMI P ADOMI P ADOMI P ADOMI P UR UR UR UR UR CHA CHA CHA CHA CHA SING A SING A SING A SING A SING A GENCY GENCY GENCY GENCY GENCYTel. : 786-457-8830 • Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalia@aol.comPour tous vos achats : Equipements pour construction / Pièces de voiture / Camion / Equipement médicalPar avion ou par bateau.UNE ANALYSELes 3 prochaines années déjà hypothéquées!POUVOIR(POUVOIR ... suite de la 1ère année)« Dèyè mòn gen mòn » ...Cependant voilà autant de menaces de stress pour le Président Préval – dont on sait qu’il n’en a pas particulièrement besoin. Et comme chez nous les problèmes (dès que cela commence) engendrent toujours d’autres problèmes (en créole « dèyè mòn gen mòn »), nous pouvons prévoir que les trois prochaines années ne vont pas être de folle gaieté. Il semblerait que les grands stratèges du vote de censure du 12 avril avaient garanti à M. Préval que tout se passerait comme sur des roulettes. A voir la manière combien décidée avec laquelle il a abordé ce tournant. « Eh bien, je vais devoir me trouver un Premier ministre », avait-il lancé gaillardement lorsqu’il a appris la nouvelle. Il clôturait au même moment au palais national une conférence de presse sur les émeutes dites de la faim qui venaient d’agiter la capitale. La désignation de Ericq Pierre passa du premier coup le test du sénat qui avait renversé Alexis et qui était avide de transformer l’essai, de remplir le vide ainsi créé. Mais devant la Chambre des députés, patatras. Et c’est alors que la crise va apparaître sous son vrai visage. Et qu’elle n’est pas seulement une crise d’aujourd’hui mais déjà celle de demain. En effet, en Ericq Pierre ce n’est pas seulement le Premier ministre désigné qui a été rejeté par la CPP (Concertation des parlementaires progressistes) que la politique même du Président Préval.Un vent de fronde contre le Président …La Concertation, groupe majoritaire à la chambre basse, ne compte pas moins de 20 députés du parti Lespwa dans ses rangs. Lespwa est le parti de M. Préval (du moins la plate-forme politique qui a présenté sa candidature aux présidentielles de 2006). Or derrière le refus de son Premier ministre désigné, coup de théâtre, c’est un vent de fronde qui se lève contre le Président. Du moins contre la façon dont il gère la « réconciliation ». On signale plein d’exemples. Les figures les plus influentes arpentant les couloirs du palais national. Les hommes du jour, quoi. Les déplacements du Président à travers le pays. Une politique de plus en plus sélective, de plus en plus jalouse et suspecte. Mais ce n’est pas fini. Les plans annoncés pour une nouvelle redistribution des cartes au sein du Gouvernement. Si celui d’Alexis a « échoué » c’est que la répartition n’était pas la bonne. Elémentaire, mon cher Watson ! En commençant par introduire les nouvelles dispositions à la Primature elle-même (qui mettra donc mathématiquement cette dernière sous les ordres de l’ancienne opposition, histoire de contrebalancer le PM qui est choisi par le Président.) Et quoi encore. Et tout cela le plus démocratiquement du monde.« Bien compter, mal calculer » …sont tous des imbéciles qui vont rester les bras croisés à regarder se tresser la corde pour les pendre, alors qu’il leur reste encore quelques bonnes armes. Et tout aussi démocratiques. Comme on dit en créole c’est « bien compter, mal calculer. » Le beau scénario tombe sur un bec. C’est la CPP et aussi l’influence qu’y exerce Lespwa. Or à chaque fois qu’un choix du Président est repoussé (les deux chambres législatives votent séparément et leur décision est sans recours), c’est l’image présidentielle qui est écornée. Et si nous les Haïtiens sommes habitués à ce cinéma, si nous nous y sommes résignés tout à fait, par contre aux yeux de l’international (qui est aussi aujourd’hui un acteur interne), cela laisse des traces. Voici le Président Préval condamné à apparaître chaque jour encore plus impuissant. D’un côté, ne pouvant contenter ses alliés naturels, et de l’autre livré toujours plus, seul et désarmé, aux mains de ses anciens ennemis, ces derniers bien entendu prêts à le balancer par-dessus bord dès qu’il refuse de marcher droit, s’il tente de revenir en arrière.Les faits ont la tête dure …préféré c’est « le roi est nu, vive le roi » (n’est-il pas couvert de gloire pour sa politique de réconciliation !). Mais la logique ne suit pas. L’arithmétique dit tout le contraire. Les faits parlent d’eux-mêmes. Et les faits ont la tête dure. En effet, ceux que nous appelons ses alliés naturels pourraient revendiquer près des trois quarts du vote aux dernières élections (bien que ça soit un peu plus compliqué que cela), tandis que ses nouveaux amis tous ensemble n’ont pas fait plus de 3 pour cent. Nous apprécions, nous aussi, la politique de consensus. Nul besoin de prouver que les luttes intestines nous ont amené à ce champ de ruines. Mais pas une réconciliation comme celle qui se dessine aujourd’hui plus encore qu’avant et qui commence par un « domestic take over » (un coup d’état maison) opéré dans l’entourage du chef de l’Etat. On se souvient du mot de feu Grégoire Eugène après l’union Baby Doc-Michèle Bennett : le « coup d’état en parachute de la droite. »Apprentis-Machiavel …Pour finir, au-delà des hommes (car il y a longtemps depuis que l’on ne peut plus se faire d’illusions au sujet des hommes de ce pays), eh bien il y a la nation. Il y a plus de 8 millions qui souffrent de la faim, de toutes les maladies curables, de l’analphabétisme. Et 1 million et demi en diaspora qui se font désigner du doigt comme les ressortissants d’un pays qui se condamne lui-même à son existence de grabataire. Et que ces jeux irrationnels aux mains d’apprentis-Machiavel ne cessent de pousser encore plus vite dans le néant. Non, les trois prochaines années, ce ne sera pas la joie. Si encore l’on tient jusque-là ... Si le Président Préval lui aussi peut tenir jusque-là. Haïti en Marche, 1er Juin 2008 Port-au-Prince, le 29 Mai 2008-(AHP)-Le sénateur Joseph Lambert a été informé jeudi d’une ordonnance rendue par le juge de paix Jacques St Jean suite aux enquêtes menéees sur un bateau qui avait échoué, il y a quelques mois, dans la mer de Tiburon et dont on soupçonnait qu’il serait impliqué dans une affaire de drogue. Le juge St Jean avait alors acccusé plusieurs personnalités et insinué que le bateau appartenait à un sénateur influent du Sud-est. Selon M. Lambert, l’ordonnance ne reflète en rien les accusations qu’il estime avoir été portées contre lui par le juge. Elle affirmerait que le bateau ne transportait pas de la drogue et n’appartenait pas au sénateur Lambert. L’ancien président de l’asssemblée nationale est passé aussitôt à la charge menaçant d’intenter une action en justice contre le juge Jacques St Jean et de réclamer des dédommagements de l’ordre de 1 million de dollars en dommages et intérêts. “Ce montant sera remis à l’appareil judiciaire pour la formation de juges”, a promis M. Lambert. AHPLe sénateur Joseph Lambert blanchi dans une affaire de bateau suspectMais c’est comme si les autres Libre au Président si son rôle Les Présidents Lula Da Silva et René Préval (photo jjaugustin.com)

PAGE 5

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 5 DE L’ACTUALITE Grow your career in a rewarding, diverse and challenging environment full of opportunity.Find your next job atwww.miamidade.gov/jobsor visit ourEmployment Customer Care Center140 West Flagler Street, Suite 105 € Miami, FloridaSearch online at any MiamiDade County library, South Florida Workforce Career Center or Team Metro location.EOE/M/F/D/V eterans´ PreferenceD e l i v e r i n g E x c e l l e n c e E v e r y D a y Time to Shine! Des affaires courantes qui ne vont nulle partET UN PAYS A LA DERIVEGOUVERNEMENTsuffisamment sur le contenu de l’expression affaires courantes. Eh bien, à beaucoup d’égards, c’est une coquille vide. (AFFAIRES COURANTES ... suite de la 1ère page) Par exemple, la semaine dernière, le président brésilien Lula da Silva visitait Haïti, le Premier ministre Jacques Edouard Alexis ne se trouvait pas dans le protocole.Comme un enfant mineur …Quels moyens le statut de liquidation des affaires courantes laisse-t-il au chef du gouvernement haïtien ? Récemment une certaine opposition anti-Alexis s’est mise à tempêter parce que le bureau du Premier ministre (ou Primature) avait délivré des chèques à des députés pour leur circonscription dans le cadre d’un programme d’urgence contre la cherté de la vie datant d’avant le vote du 12 avril. sortant doit répondre à un contrôle comptable et administratif plus strict que d’ordinaire. Bien que ça ne soit écrit nulle part. Gouvernement sous tutelle, comme un enfant mineur … En outre, ne pouvant se présenter devant le Parlement, il ne peut obtenir aucune « rectification » de budget. Qu’un événement inattendu se produise, comme les dernières émeutes de la faim, le voici financièrement dans de beaux draps. D’autre part, le gouvernement sortant ne peut conclure aucun accord au nom de la République. Aussi un homme aussi actif comme s’était révélé l’être le Premier ministre Jacques Edouard Alexis doit se sentir aujourd’hui dans ses petits souliers. Dans un piège.Coincée entre les deux battants d’une porte …Certes il peut sourire dans sa moustache en regardant les mille et une difficultés rencontrées pour arriver à la ratification d’un toujours éventuel successeur. Depuis le 12 avril, deux candidats ont défilé. Le premier, Ericq Pierre, représentant d’Haïti auprès de la Banque interaméricaine de développement (BID), a été récusé par les députés dès le premier tour de table. politicienne. Les sénateurs du vote du 12 avril (maîtres censeurs, maîtres chanteurs) qui ont poussé le pays Un second Premier ministre désigné attend son tour. C’est le conseiller présidentiel Robert Manuel. Les pronostics à nouveau sont mixtes. Mais pendant ce temps, ce n’est pas le gouvernement c’est la République qui se trouve coincée entre les deux battants d’une porte dont l’un qui doit fermer et l’autre qui ne peut s’ouvrir ; un Premier ministre qui s’en va, mais dont le pied reste collé dans les mailles constitutionnelles ; et un Premier ministre qui s’en vient, mais qui doit d’abord vaincre une épuisante course d’obstacles soigneusement dressée par les différentes parties en cause, en vertu d’un dicton bien de chez nous : un jour pour le chasseur, le lendemain pour le gibier. C’est le pays qui souffre, parce que en Haïti gouvernement et administration sont un seul et même. Donc quand le gouvernement est pratiquement absent de la scène comme aujourd’hui, le pays est plus que jamais à la dérive.Tel le coq de gaguère …Avec plein d’amertume dans l’air. Et de tous les côtés à la fois. Personne n’est plus avancé pour le dans un tunnel dont ils ne voient eux-mêmes pas le bout. Le Premier ministre censuré qui se retrouve prisonnier d’une liquidation des affaires courantes qui n’est pas une affaire. Le Président René Préval qui voit sa crédibilité en train de fondre à vue d’œil. A chaque fois qu’un autre Premier ministre désigné est rejeté, quelles qu’en soient les raisons, c’est son pouvoir de persuasion qui perd des plumes. Y compris en face de la mission internationale (l’acteur discret mais pas le moins puissant) qui fait pour la première fois l’expérience de cet aspect si pervers des jeux politiques haïtiens et n’en revient pas. Un tel détachement en face de ses responsabilités publiques et citoyennes, ce quasi mépris pour le pays réel. Tel le coq de gaguère qui claironne son triomphe sur une pile de fatras. Inimaginable ! Il faut le voir pour le croire. Nous sommes à Jacmel depuis 48 heures et pas une fois on n’a vu l’électricité. Il n’y a pas quatre ans la belle cité estivale du Sud-est avait du courant 24 heures sur 24. Les moteurs ne sont pas en panne, sinon en panne sèche. Seule explication : mauvaise gestion ou/et corruption. Par absence des pouvoirs publics. La crise.On se prépare à remettre ça ! …La crise toujours recommencée. Haïti qui avance perpétuellement à reculons. L’auto-destruction permanente. Pourtant on se prépare à remettre ça. Même quand il est difficile de prouver que les conditions sont les mêmes qu’en 2003. En dehors de la majorité dont le lot est devenu pire. Mais l’instabilité peut être aussi un mal génétique. L’instabilité, comme disait l’autre, c’est ce qui reste quand on a tout perdu. La différence ici est que ce ne sont pas les victimes qui sont les fauteurs d’instabilité. Cette fois tout le monde en est témoin. Mais ce sont encore les prédateurs eux-mêmes. Jacmel, 31 Mai 2008 moment. Le peuple qui voit ses justes revendications contre la vie chère récupérer par la politique L’inflation alimentaire, selon la Banque mondiale, est passée de 6,4 % en juillet 2007 à 20,8 % en avril 2008, alors que l’inflation en général a augmenté de 16,5 % en avril 2008. Cette hausse s’explique par l’augmentation des prix de la nourriture, du carburant et des transports publics. (BANQUE MONDIALE ... suite de la page 3)US$10 millions d’aide La Banque mondiale engage 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentaireWASHINGTON, 29 mai (AFP) La Banque mondiale (BM) va dégager une enveloppe de 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentaire, dont 200 millions sous forme de dons qui bénéficieront notamment à Djibouti, Haïti et au Liberia, a annoncé jeudi son président, Robert Zoellick. “La flambée des denrées alimentaires risque d’aboutir à ce que les individus formant la frange la plus pauvre de la planète ne soient plus un mais deux milliards”, a souligné M. Zoellick, pour expliquer cette mesure approuvée un peu plus tôt par le conseil d’administration de l’institution multilatérale. Son annonce intervient quelques jours avant le sommet organisé du 3 au 5 juin à Rome par l’agence des Nations unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), afin d’examiner le problème de l’envolée des prix, les enjeux du changement climatique, des biocarburants et de la sécurité alimentaire. Elle a aussitôt été salué par l’organisation nongouvernementale Oxfam, habituellement critique, qui a rendu hommage au “leadership impressionnant” dont la Banque a fait preuve, selon elle, dans cette affaire. Ces financements, dont l’octroi pourra être décidé rapidement grâce à un mécanisme d’approbation accéléré, seront puisés dans les caisses de l’Association internationale de développement (AID), la branche de la BM qui aide les plus pauvres, et celles de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), qui prête aux pays émergents. Ils sont destinés à soutenir des programmes sociaux dits de “filet de sécurité”, comme les cantines scolaires ou l’échange de travail contre nourriture, par opposition à l’aide d’urgence. M. Zoellick n’a pas précisé quelle part de cette somme aurait de toute façon été affectée à des programmes de ce type, et quelle proportion constitue véritablement un surcroît d’engagement de la part de la Banque. “Ce qui est certain, c’est qu’il y a 200 millions de dollars supplémentaires qui n’auraient pas été (CRISE / p. 6) Jacques Edouard Alexis (photo Georges Dupé) On souligna que le gouvernement

PAGE 6

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 6 pa bezwen kondwi, ekonomize gaz pa gen liy, pa bezwen parapli pa genyen orè, vote lè w pito tout rezon ki ekri pi wo la-a Nenpòt votè enskri elijib pou chwazi vote pa korespondans.Poukisa pou vote pa korespondans? Rele 3-1-1 oswa klike sou miamidade.gov pou plis enfòmasyon sou kouman pou tou pare pou eleksyon. La Banque mondiale engage 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentairedépensés et que nous consacreront à des dons”, at-il dit, faisant référence à la partie la plus novatrice du dispositif, à savoir la constitution d’un fonds fiduciaire qui servira à verser des dons de 10 millions de dollars maximum aux pays les plus touchés par la crise. Ce fonds sera financé grâce aux bénéfices de la BIRD, donc sur les revenus propre de la Banque, est-il précisé dans un communiqué. Trois pays se sont d’ores et déjà vu octroyer un tel financement qu’ils pourront consacrer à l’achat d’aliments, de semences et d’engrais ou à la compensation du manque à gagner fiscal dû à la crise. Il s’agit de Djibouti (5 millions de dollars), de Haïti (10 millions) et du Liberia (10 millions). D’autres devraient suivre, selon la Banque: le Togo, le Yemen et le Tadjikistan. L’institution, qui va également accroître de 50% à 6 milliards de dollars l’an prochain l’ensemble de ses efforts en matière agricole, a enfin annoncé la création d’un autre fonds multilatéral, consacré au financement des soutiens à la production (semences, engrais). Dans la perspective du Sommet de Rome auquel doivent participer de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement, plusieurs annonces ont d’ores et déjà été faites. A Washington, le Fonds monétaire international (FMI) a débloqué jeudi 21,2 millions de dollars pour aider le Mali à faire face à la flambée des prix alimentaires et du pétrole, une semaine après avoir déboursé pour les mêmes raisons 16,5 millions de dollars pour le Kirghizstan. Enfin, les Etats-Unis ont fait savoir qu’ils proposeront au cours de cette rencontre une stratégie à long terme pour faire face à la crise, fondée sur une augmentation de la production d’aliments de base dans les pays en développement, grâce aux semences génétiquement modifiées. (CRISE... suite de la page 5) PORT-AU-PRINCE, 30 Mai – Nos voisins dominicains ont eu le vendredi 16 mai dernier des élections présidentielles et cela s’est si bien passé que nous en avons en Haïti presque honte. Honte de nous qui traînons depuis 2001 une crise électorale qui n’en finit pas de rebondir sous différentes formes. Et pourtant les Dominicains n’ont pas plus de manières que nous. Ils ne sont pas moins magouilleurs en politique. Ils ne sont pas moins corrompus. Le trafic de drogue n’est pas moins une préoccupation dans la république voisine. D’où vient donc la différence ? Comme disait un certain candidat à la présidence nommé Bill Clinton, « it’s the economy, stupid. » Leur pays affiche un taux de croissance parmi les plus élevés du continent. Et cela depuis un bon nombre d’années. Résultat : nos voisins dominicains savent du plus haut au plus bas de l’échelle sociale qu’ils peuvent tout faire, sauf mettre en péril cette prospérité. Donc la guerre électorale s’arrête dès la proclamation des résultats. Parce qu’entre-temps, il y a eu aussi des morts. Au moins 3, lors des dernières présidentielles. Au soir du 16 mai dernier, les résultats de la commission centrale électorale portant sur 99% des votes créditant le président sortant Leonel Fernandez de 53% des suffrages (donc plus que la majorité absolue c’est-à-dire 50% + 1), son rival Miguel Vargas Maldonado lui concédait la victoire.En politique, les Dominicains font mieux que nousLe lendemain (et depuis) le pays continue de fonctionner comme si de rien n’était. Business as usual. Pas une seule contestation. Jusqu’aux prochaines élections. Pas vraiment car la classe politique dominicaine semble aimer s’agiter davantage encore que la nôtre. Mais sans jamais perdre de vue l’intérêt supérieur de la nation. Faudrait-il en conclure que la différence vient que chez nous en Haïti il n’existe pas un intérêt supérieur de la nation ? Eh bien, peut-être que oui. Intérêt supérieur ou bien commun. C’est quoi, le bien commun ? Faut-il d’abord qu’il existe ce bien. Et ensuite qu’il y ait une partie de ce bien que nous considérons comme commun, c’est-à-dire appartenant à nous tous les quelque 9 millions de citoyens haïtiens. A nous tous et à chacun de nous. Sans que aucun de nous, ni aucun groupe, aucun secteur, ne puisse accaparer ce bien désormais commun comme sien, comme à lui seul. Or après 200 ans d’indépendance, nous en sommes encore à nous interroger sur ces concepts et sommes bien en peine d’y apporter une réponse. C’est la différence entre nous et nos voisins. Et il n’en est pas besoin d’autre. Voire aujourd’hui où non seulement nous ne produisons presque rien (si on était méchant nous dirions seulement des pauvres et des boatpeople) mais nous ne faisons pratiquement rien pour empêcher notre pays de continuer à perdre tous ses moyens et sur tous les plans à la fois : ressources matérielles, économiques, environnementales, humaines etc. En un mot, d’un côté il y a nous qui nous battons comme des chiffonniers pour un morceau de chiffon qui, à force d’être écartelé dans tous les sens, se réduit toujours davantage. Donc plus la prime est réduite, plus les acteurs deviennent enragés. Plus la crise ne peut avoir de fin. Comme nous disons en créole « ti mache a trò piti » (il n’y a pas assez de place pour tous ces compétiteurs). Par conséquent la compétition ne peut avoir de fin. Sauf si un « bully » (un vrai costaud) arrive et sonne la fin de la partie. Mais les vrais « costauds » on n’en fait pas deux durant le même siècle. En tout cas, il paraît. Alors que de l’autre côté de la frontière, disons que c’est tout le contraire. Et pourtant, en dehors de celuici, nous nous ressemblons en tout point. Politiciens magouilleurs. On reproche au président Leonel Fernandez d’avoir utilisé la caisse publique pour alimenter sa campagne, « recours des plus honteux aux ressources de l’Etat. » Ou carrément corrompus. Le candidat rival, le social démocrate Miguel Vargas Maldonado, est un exministre des travaux publics qui se serait enrichi sous le gouvernement précédent de Hipolito Mejia. D’ailleurs selon l’AFP, la campagne s’est résumée à des échanges d’accusations de corruption. Le peuple dominicain n’est pas dupe. Selon un sondage paru dans le quotidien Hoy, 97% de la population Considéré comme celui qui a remis l’économie sur les rails, lorsque Fernandez proposa d’amender la constitution pour permettre au président d’exercer deux mandats de suite, l’amendement fut accepté. Et Fernandez vient d’obtenir son troisième mandat. En Haïti, il est impossible d’amender la constitution même lorsqu’il est évident pour tout le monde qu’elle est une source d’instabilité permanente (et pas seulement parce que Préval l’a dit, mais parce que jamais il n’était apparu aussi évident que maintenant, là sous nos yeux). Même si en République dominicaine (selon les statistiques de la Banque mondiale), un quart de la population reste pauvre … Mais en Haïti c’est plus de 80%. Et c’est toute la différence. Le bien commun chez nos voisins ne l’est peut-être pas à 100%. Mais chez nous, il est petit, tout petit, minuscule, nul. Bref il n’existe pas. Pourtant la drogue y circule, et plus que chez nous. Selon le numéro 1 américain de la lutte anti-drogue, John Walters, plus de 100 tonnes de cocaïne ont transité dans le pays voisin en 2007. « Une vague géante représentant une menace aiguë pour le pays » a dit le responsable américain. Or avec tous ces défauts, avec les mêmes défauts, ni plus ni moins de démocratie, un long parcours dictatorial et une même accession finalement récente à l’expérience démocratique … Eh bien, nos voisins trouvent le moyen de nous battre à plate couture. Si la civilisation c’est le vouloir vivre ensemble, si c’est savoir jusqu’où on peut aller trop loin sans risquer de faire capoter la barque nationale parce que nous sommes tous dans le même bateau (définition suprême du bien commun), alors je ne dis pas que nos voisins sont plus civilisés que nous. Non, mais je dis que nous sommes des sauvages, des barbares. (Trujillo doit se retourner de joie dans sa tombe). Or les sauvages ce ne sont pas les citoyens des rues, ce sont nos élites politiques. Voilà la vraie différence. Marcus, 30 mai 2008 corrompue. Mais là-bas lorsqu’on fait un coup, ce n’est pas pour quelques sacs de riz, mais pour plusieurs milliards comme dans la faillite de la Baninter (Banque intercon tinentale) qui a mis en péril toute l’économie dominicaine, le dernier plus gros scandale qui a facilité le retour de Leonel Fernandez au pouvoir.ELECTIONS D’ICI ET DE LA-BASestime que l’administration publique est

PAGE 7

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 7 L’ACTUALITE EN MARCHEUn député démissione pour raisons de santéHPN La Chambre basse compte désormais 98 députes depuis l’annonce de la démission de l’élu de La Gonâve, Elou Fleurine St-Louis, pour des raisons de santé. L’annonce a été faite dans une correspondance au président de la chambre basse. « Il est toujours difficile de prendre une décision sur une fonction que l’on a déjà assumée mais non encore achevée », a écrit le député démissionnaire dans sa correspondance au président de la Chambre des députés, Pierre Eric Jean-Jacques. « Ma priorité pour le moment est ma survie. Ma démission est effective dès la réception de cette lettre », a-t-il précisé. En voyage depuis plus d’un mois aux EtatsUnis, Elou Fleurine Saint Louis a été hospitalisé à Dallas pour se faire soigner d’un cancer dont il souffre depuis plus d’un an. L’élu de la Fusion des sociaux démocrates pour la circonscription de La Gonâve a annoncé sa démission un jour après avoir laissé le centre hospitalier du Texas où il recevait des soins. Justice: Une ordonnance rend la force multinationale responsable de la mort du journaliste espagnol Daniel OrtegaPort-au-Prince, le 29 Mai 2008 (AHP) L’organisation SOS journalistes a fait savoir jeudi que le juge Bernard Saint-Vil a rendu son ordonnance de clôture sur l’enquête relative à l’assassinat du journaliste espagnol Daniel Ortega le 7 mars 2004 à Port-au-Prince. Selon l’ordonnance citée par le secrétaire général de SOS Journalistes, Guyler C. Delva, les balles qui ont provoqué la mort du journaliste espagnol provenaient d’armes lourdes utilisées par les GI, membres de la force multinationale ayant précédé la Mission des Nations Unies pour Stabiliser Haïti (Minustha). Envoyé spécial de la chaine espagnole Antena 3 en Haïti, Ricardo Ortega avait été mortellement touché par balle alors qu’il couvrait une manifestation dans le centre de la capitale organisée par les responsables du Mouvement GNB anti-Aristide, 8 jours après le départ forcé du président . Les oppposants à Aristide avaient alors accusé des militants Lavalas d’avoir commis ce meurtre. Guy Delva a appelé le gouvernement américain à fournir des explications sur ce dossier. Le secrétaire général de SOS Journalistes a dénoncé par ailleurs les actes d’intimidation et de persécution dont sont victimes des journalistes haïtiens particulièrement dans les villes de Saint Marc (Artibonite), Jérémie (sud-ouest) et Port-au-Prince (Ouest). “Ces actes sont surtout perpétrés par des autorités qui, en principe, ont pour mission de faire fonctionner les institutions du pays”, a déploré M. Delva, plaidant dans le même temps en faveur de la décriminalisation de la diffamation. La loi sur la diffamation empêche souvent les citoyens particulièrement les journalistes de s’exprimer librement, a-t-il souligné. AHP activités qui visent à réparer des systèmes d’irrigation/ des infrastructures routières et réactiver les terres cultivables érodées tout ceci visant l’augmentation de la production alimentaire. L’aide d’urgence comprendra environ 36.500 tonnes métriques de nourriture, tels que des haricots, du riz, un mélange de soja et de maïs, de l’huile végétale, des lentilles, du bulgur fortifié au soja, et de la farine de maïs. Les premières 6.600 tonnes métriques doivent arriver en Haïti dès cette fin de semaine. Environ 15.000 tonnes métriques de nourriture ont été préalablement mises en place pour expédition à partir du Texas. Cette nourriture arrivera en Haïti au cours du mois de juin prochain. Une autre expédition de 1.460 tonnes métriques de nourriture arrivera à la mi-juillet. L’aide alimentaire restante, soit une valeur approximative de 13.440 tonnes métriques, doit arriver en Haïti en septembre.Aide US 25 millions(... suite de la page 2)

PAGE 8

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 8 kidnappeurs. Ces individus sont soupçonnés d’appartenir au gang connu sous le nom de Chochonet, un groupe de criminels qui opère dans la zone géographique où la femme de 32 ans a été enlevée. Ils seraient responsables de plusieurs enlèvements et meurtres ces derniers mois, selon un communiqué émis par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). C’est ce gang qui serait à l’origine du kidnapping de Nadia Lefebvre, survenu à Port-au-Prince le 21 mai alors qu’elle était en mission humanitaire pour Médecins du monde Canada. «Il y a de forts soupçons qui pèsent sur eux», a affirmé au Journal Frantz Lerebours, commissaire à la Police nationale haïtienne (PNH). Rançon de 100 000$ Ses ravisseurs demandaient une rançon de 100 000 $ en échange de sa libération. Or, le montant versé s’avère beaucoup moindre. «Selon le MINUSTAH, ce sont 8500 $US qui ont été versés aux ravisseurs», a indiqué le commissaire Lerebours. Cette somme confirme en quelque sorte les informations véhiculées depuis quelques jours par divers médias, à savoir que les demandes de rançon se règlent généralement pour des sommes variant entre 4000 $ et 8000 $. Les suspects ont été arrêtés à bord de voituresGang démantelé après libération de la coopérante Canadienne(KIDDNAPING... suite de la 1ère page) dans deux quartiers de la capitale. Quelque 7000 $US ont été trouvés dans l’une d’elles. L’analyse des numéros de série des billets a révélé que cet argent ne fait pas partie des 8500 $US donnés aux ravisseurs, indique le commissaire Lerebours. Selon lui, le gang a déposé à la banque environ 30 000 $US au cours des deux derniers jours, fruit de diverses rançons obtenues à la suite d’enlèvements. Le kidnapping pour rançon est une affaire courante en Haïti. Les actes de violence à l’endroit des victimes sont toutefois peu courants, nous dit-on. Le revenu moyen annuel par habitant est de moins de 400 $. La Lutte Nationale Contre le Kidnapping (LUNAK), le Groupe de Citoyens Concernés (GCC) et un ensemble d’associations et de personnalités de la société civile appellent tous les secteurs de la société civile à participer, le mercredi 4 juin 2008, à une journée pacifique pour dire: NON au kidnapping NON au commerce des êtres humains NON à l’argent du sang et de la douleur Nous devons faire un barrage: Pour que CESSE ce FLEAU Pour CONSTRUIRE un pays où tout le monde puisse vivre Cette journée pacifique débutera par une marche silencieuse qui partira devant l’Église du Sacré Cœur de Turgeau, à 9:00am. Parcours de la marche: Eglise du Sacré-Cœur Avenue Charles Summer – Arrêt devant le Ministère de la Justice Avenue Magny Rue Capois Rue Légitime – Arrêt devant le Commissariat de Portau-Prince Avenue Magloire Ambroise Rue St. Honoré Rue Mgr. Guilloux Arrêt et Fin devant le Palais de Justice Consignes: ne peuvent pas y assister Se Vêtir de noir ou de blanc pendant toute la journée Emettre un cri de douleur sur tout le territoire à Midi pile Préparer des pancartes en noir et blanc et à caractère non violent pour la marche Concert de casseroles à Midi pile Appuyer sur l’avertisseur de votre véhicule à Midi pile Les organisateurs de la marche se réservent le droit de saisir toutes pancartes portant des thèmes violents et non conformes à l’esprit de cette marche pacifique, parce-que nous manifestons pour la vie. Les organisateurs interdisent aussi toutes paroles de violence. Signataires:-Lutte Nationale contre le Kidnapping (LUNAK) Groupe de Citoyens Concernés (GCC) APROSIFA -Coordination Syndicale Haitienne (CSH) -CRESFED -ISC -Association Nationale des Médias Haitiens (ANMH) -ISC -RNDDH -Kay Fanm -EnfoFanm -KONAP -GRIEAL -Mouvement Ti Payzan (MOPA) -Confédération Nationale des Vodouisants Haitiens – ATI -Fédération Protestante d’Haiti -KSIL -Fondation Culture Création -Centre Oecuménique des Droits Humains -Droits et Démocratie -Université Quisqueya -Haïti Solidarité Internationale (HIS) -Groupe Croissance -JILAP (pour l’Église Catholique) -Centre Pétion Bolivar -Korejèn -Fondation Héritage -Université d’Etat d’Haiti -Commission Citoyenne pour l’Application de la Justice (CCAJ) -Rassemblement Femmes Vaillantes du Bel Air (RA.FA.VA.B) -ANADIPPNOTE DE PRESSEJOURNEE NATIONALE DE MANIFESTATIONS CONTRE LE KIDNAPPINGPour les participants à la marche et aussi pour ceux quiKIDNAPPINGS

PAGE 9

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 9 Haïti: recrudescence des enlèvements, une trentaine de cas en un moisOTAGE CANADIENNE LIBEREELa Presse Canadienne, samedi 31 mai MONTREAL Libérée jeudi par ses ravisseurs en Haïti, la Québécoise Nadia Lefebvre est rentrée au pays dans la nuit de vendredi à samedi, apparemment en bonne santé. La femme âgée de 32 ans est arrivée peu après minuit, samedi, à l’aéroport Montréal-Trudeau. “Je vais bien, a-t-elle déclaré aux journalistes. Je suis heureuse d’être rentrée”. Nadia Lefebvre avait été enlevée le 21 mai non loin de Port-au-Prince, peu après son arrivée en Haïti où elle effectuait un stage pour l’organisation médicale Médecins du monde. (LIBERATION / p. 10)Nadia Lefebvre est rentrée au pays La CCIH appuie la Journée Nationale contre le KidnappingLa Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH) , au nom des Organisations Patronales et de la Fédération des Petites et Moyennes Entreprises, apporte et confirme le plein et entier appui du Secteur Privé des Affaires à la marche de protestation : « KOUKOU WOUJ KONT KIDNAPING » du mercredi 4 juin 2008 . Ces entités, · expriment leur indignation devant ces pratiques barbares qui s’installent, en toute impunité, au sein de la société haïtienne · envoient un message clair aux assassins et à leurs commanditaires pour qu’ils sachent que notre Société décide de contrer et combattre leurs agissements criminels et sauvages · demandent aux Autorités policières, gouvernementales et étatiques de notre pays d’assumer toutes leurs responsabilités, de sévir contre les coupables, de remplir leurs devoirs constitutionnels qui est de protéger les vies et biens des citoyens et de ne pas laisser Haïti sombrer dans l’anarchie et la violence Avec force, la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haiti convie tous ses membres, la population, les organisations civiles, politiques et sociales, le ministère de l’Education Nationale, les universités à participer à cette JOURNEE NATIONALE DE MANIFESTATIONS. La CCIH demande aux employeurs de libérer leur personnel pour leur permettre de remplir leur devoir de citoyen en cette journée du 4 juin 2008 Jean-Robert Argant Président de la CCIH 30 Mai 2008 PORT-AU-PRINCE, 29 mai 2008 (HPN) Une trentaine d’enlèvements ont été enregistrés en Haïti au cours du mois de mai, ont annoncé des responsables de la police nationale d’Haïti (PNH) qui ont appelé la population à dénoncer les auteurs des rapts. Un écolier de 16 ans, enlevé la semaine dernière à Port-au-Prince, a été torturé avant d’être tué par balle par des inconnus qui réclamaient une forte rançon pour le relâcher. Une Canadienne travaillant en Haïti pour l’organisation Médecins du monde enlevée depuis une semaine était toujours mercredi aux mains de ses ravisseurs, a encore indiqué la police haïtienne. “Nous sommes en train de travailler pour obtenir la libération de cette femme ainsi que celle des autres otages”, a déclaré à l’AFP le commissaire François Dossous, responsable de la cellule anti-enlèvements de la police haïtienne. Mercredi, le président René Préval a déploré les enlèvements en Haïti perpétrés “par des individus armés”. “Nous n’avons plus de groupes armés, nous avons des individus armés qui provoquent à travers des actes de kidnapping beaucoup de peine au sein des familles haïtiennes”, a déclaré le président haïtien. M. Préval a demandé à la mission de l’ONU à Haïti de mettre sur pied des patrouilles conjointes avec la police haïtienne. & ANTI-KIDNAPPINGElle a été retenue en otage pendant une semaine avant

PAGE 10

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 10 Des membres d’ONG abusent d’enfants dès l’âge de six ansLONDRES, 27 Mai (AFP) De nombreux enfants, parfois âgés de six ans seulement, vendent des faveurs sexuelles contre de la nourriture, du savon ou des téléphones portables à des membres d’organisations non gouvernementales, affirme l’ONG Save The Children dans une étude publiée le mardi 27 mai. “Cette enquête met au jour les actes ignobles d’un petit nombre de personnes qui abusent sexuellement de certains des enfants les plus vulnérables au monde, ces mêmes enfants qu’ils sont censés protéger”, a commenté la directrice générale pour le Royaume-Uni de Save the Children, Jasmine Whitbread. L’enquête était basée sur des témoignages de centaines d’enfants, en Côte d’Ivoire, au Soudan et en Haïti. L’ampleur des sévices est “significative”, a souligné l’organisation basée à Londres, qui a reconnu être touchée comme beaucoup d’autres ONG. Save The Children a réclamé en conséquence la mise en place d’un système permettant de détecter ces sévices et de leur donner une réponse appropriée. “Il est difficile d’imaginer un abus de pouvoir plus évident ou une violation flagrante des droits de l’enfance”, a déploré Mme Whitbread. “Ces dernières années, l’ONU, la communauté internationale ainsi que les agences humanitaires se sont engagées à s’attaquer au problème mais, même si ces engagements sont bien accueillis, dans la plupart des cas, les déclarations de principe et les bonnes intentions doivent encore se concrétiser par une action internationale décisive et concertée”, a-t-elle estimé. La “vaste majorité” des travailleurs humanitaires ne sont “bien entendu” pas impliqués dans des sévices sexuels ou l’exploitation d’enfants, a-t-elle souligné. “Cependant, l’ensemble des agences humanitaires ou de maintien de la paix travaillant dans les situations d’urgence, dont Save the Children Royaume-Uni, doivent reconnaître qu’elles sont vulnérables et prendre le problème à bras-le-corps”, a ajouté la directrice. Le porte-parole du Département de l’ONU des opérations de maintien de la paix, Nick Birnback, a estimé ces cas de sévices “totalement inacceptables”. “Il est évident qu’il faut en faire beaucoup plus”, a-t-il déclaré sur la BBC. “La question est de mettre au point des mécanismes permettant d’assurer une impunité zéro et une complaisance zéro”, at-il déclaré. Une ONG britannique dénonce les abus sexuels sur des enfants de la part de travailleurs humanitairesEuronews Mardi 27 mai L’organisation britannique vient de publier un rapport qui détaille la situation. Ces cas d’abus sont recensés notamment au Soudan, en Haiti, en Côte d’Ivoire ou au Liberia, des pays en proie à la guerre et à la misère. Les enfants sont les victimes les plus exposées. L’enquête de l’ONG, elle-même touchée par le scandale, est basée sur des témoignages de centaines d’enfants parfois âgés de 6 ans seulement. “Il y a toujours des abus sexuels sur des enfants dans des zones en crise”, constate Jasmine Whitbread, responsable de l’ONG Save the Children. Elle ajoute : “c’est le fait de personnes censées pourtant protéger ces enfants : les soldats de la paix et les travailleurs humanitaires. Et ces abus sont loins d’être tous recensés. Ce qu’on souligne dans notre rapport, c’est que les enfants ont peur de témoigner, de dire qu’ils ont été violés, qu’ils ont été abusés sexuellement en échange de nourriture. Ils ont peur des représailles. Ce qui est abject, c’est que ce silence incite les gens à continuer. C’est le fait d’une minorité, mais cela discrédite l’ensemble des acteurs humanitaires”. En 2005, dans un rapport, les Nations Unies avaient déjà révélé des cas d’abus sexuel perpétrés par certains de ses employés. En réponse, l’ONU avait institué des cours martiales. Mais visiblement, cette mesure pourtant radicale n’a pas été suffisante. Save the Children préconise donc d’aller plus loin, dans la prévention notamment. “Il nous faut des chiens de garde, un système de vigilance qui s’applique à toutes les organisations, y compris la nôtre, avec obligation de rendre des comptes, explique Corinna Csaky, experte à Save the Children. On doit aussi investir dans la prévention. La majorité des enfants abusés sont des orphelins, ou bien il s’agit d’enfants séparés de leurs parents. On est censé les rendre moins vulnérables, pour qu’ils n’aient pas à recourir au sexe comme moyen de survie.” Des dizaines de milliers de casques bleus et de travailleurs humanitaires s’activent aux quatre coins du monde au service des populations en danger. Un dévouement terni par une minorité sans scrupule. OTAGE CANADIENNE LIBEREENadia Lefebvre est rentrée au paysd’être relâchée mercredi dans la capitale haïtienne. Ses ravisseurs exigeaient 100 000 $ pour la libérer. On ignore toujours si le montant a été versé. “L’émotion est intense, les événements qu’elle a vécus referont certainement surface, mais pour le moment je pense qu’elle est très heureuse de pouvoir prendre sa famille et ses amis dans ses bras, a déclaré le président de Médecins du monde Canada, le Dr Nicolas Bergeron, présent à l’aéroport. La semaine a été très difficile, et les dernières heures tout particulièrement.” Nadia Lefebvre s’était rendue en Haïti pour accomplir un stage de courte durée, en tant que perNadia Lefebvre sonnel non médical, dans le cadre du programme de MBA en gestion des affaires qu’elle suit à l’Université de Sherbrooke. Médecins du monde n’a pas l’intention de rappeler les 70 stagiaires actuellement présents en Haïti. Selon M. Bergeron, la plupart des employés de l’organisation travaillent dans un hôpital de CitéSoleil, une zone très peuplée de la capitale qui fait aussi partie des lieux les plus pauvres et les plus dangereux de Port-au-Prince. Le Dr Bergeron a ajouté que Médecins du monde allait resserer les mesures de sécurité, comme d’autres organisations humanitaires actives dans le pays. (LIBERATION... suite de la page 9) Le fils de Marina Gourge, Stéphane Supplice, 13 ans, a été enlevé lundi matin vers 6 hres en sortant de chez lui à Pacot pour se rendre en classe.FLASH HAITI ! Un enfant des rues dormant à même le trottoir (Eugène Robenson)VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS

PAGE 11

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 11 Moulin Sur Mer Le Paradis ƒ Hot Summer Packages!!! Welcome to Paradise in Haitiƒ At Km 77, Côte des Arcadins. A Beautiful Beach setting, Just one 1 hour drive from the Port-au-Prince International Airport S S S p p p e e e c c c i i i a a a l l l D D D i i i s s s c c c o o o u u u n n n t t t P P P a a a c c c k k k a a a g g g e e e s s s f f f o o o r r r 3 3 3 , , , 4 4 4 a a a n n n d d d 5 5 5 N N N i i i g g g h h h t t t s s s RATES PER PERSON PER NIGHT From June 15th to Sep. 15th 2008 PKG Double us 3RD /4th us 5 to11 us 1 Nt 87 /pp 59 /pp 30 /pp 3 Nts 83 /pp 56 /pp 29 /pp 4 Nts 78 /pp 53 /pp 27 /pp 5 Nts 74 /pp 50 /pp 26 /pp Kids (0 to 4) Stay Free (Add Kid meals) +10% Taxes Air-conditioned rooms All meals included (Breakfast, Lunch, Dinner) R R R e e e l l l a a a x x x a a a n n n d d d e e e n n n j j j o o o y y y ƒ ƒ ƒ P P P l l l u u u s s s Saturday Night Mouli-Club Disco Tropical Drinks Light Caribbean DJ on the beach Aqua gym, Tennis, Racquetball, Ping Pong, mini-golf, beach volley Exquisite cuisine from our chef. Plasma and giant screen with Direct TV and video projection. Snack Bar and open air barbecue Troubadours VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN MUSEUM INFORMATION & RESERVATION: 011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 / 37-01-1918 sales@moulinsurmer.com / info@moulinsurmer.com Haïti paradis des prédateurs humanitairesPORT-AU-PRINCE, 29 Mai – Haïti refait l’actualité et le sujet est négatif : Abus sexuels commis contre des enfants haïtiens par des membres d’ONG internationales. « Sexe, enfants et prédateurs humanitaires », tel est le titre d’une longue dépêche de CaribWorldNews, en provenance de Londres. On y apprend que des membres d’ONG internationales achètent des faveurs sexuelles d’enfants haïtiens, de 15 à 6 ans, filles et garçons, parfois les violent, et pour pas plus de 2 dollars 50 américains et parfois 1 dollar. Ces informations figurent dans un rapport de la prestigieuse organisation Save the Children (Sauvez les enfants), 37 pages sur des abus sexuels commis sur des enfants en Haïti, en Côte d’Ivoire et au Soudan par des fonctionnaires internationaux. Cependant l’information risque de passer en Haïti comme une lettre à la poste si l’on n’y prend garde. Comme si le viol de mineurs n’ayant pas plus de 6 ans, était un fait naturel en Haïti. Alors que tout récemment des citoyens haïtiens recevaient la peine maximum devant le tribunal criminel siégeant à Port-au-Prince et à Jacmel. Mais voilà que des étrangers ne semblent avoir aucune difficulté à commettre les mêmes forfaits dans notre pays. Ne semblent rien y risquer. Sinon d’être dénoncés par des organisations également étrangères, comme ce rapport de Save The Children, ou par leur propre pays. Récemment deux Canadiens ont comparu au Québec pour abus sexuels sur mineurs de sexe masculin en Haïti. Ils attendent en ce moment leur jugement. Mais qu’est-ce qu’il existe en Haïti même pour contrer l’action de prédateurs sexuels venus de l’extérieur et profitant de l’état de dénuement de notre peuple. Et qui tombent sur nos enfants des rues comme une mine d’or. Eh bien, il ne semble rien exister d’effectif qui puisse prévenir ces horribles abus. Oyez plutôt. Quelques extraits du rapport de Save the Children. « C’est une fillette qui dort dans les rues. Un groupe de garçons plus âgés décident de l’utiliser pour faire un peu d’argent. Ils l’amènent à un monsieur qui travaille pour une ONG. Celuici donne à la fillette 1 dollar. Celle-ci est trop heureuse d’avoir l’argent. Il était 2 heures du matin. L’homme l’emmena et la viola. Le lendemain matin, la fillette pouvait à peine marcher. » Le rapport a été écrit après une visite effectuée en Haïti en 2007 par Corinna Csaky, enquêtant sur le terrain pour Save the Children. Selon elle, les troupes associées à la mission des Nations Unies sont une des principales sources de ce genre d’abus. C’est encore une fille de 15 ans qui dit avoir reçu de l’argent et du chocolat pour performer du sexe oral. On marchait du côté du palais national, raconte-elle, quand nous avons été accostées par deux travailleurs humanitaires. « Les hommes nous ont appelées et nous ont montré de l’argent. Ils nous ont offert 100 gourdes pour leur faire une pipe. » Une autre précise que parfois ces hommes leur proposent aussi de performer pour eux « un show de lesbiennes ». Le plus souvent ce sont des filles qui sont concernées. Mais le rapport fait état aussi de garçonnets qui sont violés également pour quelques dizaines de gourdes. Les perpétrateurs peuvent être indistinctement des membres d’organisations humanitaires ou des membres de la mission de maintien de la paix. Ils recherchent les faveurs sexuelles de mineurs et leur offrent en échange quelque argent ou de la nourriture, du savon et, dans certains cas, des articles de luxe comme des téléphones cellulaires. Que faire ? Save the Children recommande la mise en place d’un système local et effectif de plainte judiciaire pour aider les enfants victimes et prévenir une plus grande multiplication de l’exploitation sexuelle en général et de ces cas d’abus sur mineurs en particulier. aussi la création d’un organisme international pour monitorer les efforts accomplis ou non par des agences internationales ainsi que les gouvernements pour détecter ces cas d’abus et pour punir les coupables. Mais qu’est-ce que l’Etat haïtien pense faire de son côté devant cette situation ? Pense-t-il faire quelque chose ? Pense-t-il devoir faire quelque chose ? Autrefois il existait en Haïti un organisme appelé Bien-être social qui était chargé de faire la police des mœurs. A une époque sous la dictature Duvalier, il était chargé de poursuivre tout homme qui rendait une fille enceinte afin de s’assurer qu’il l’épouse en justes noces et pour éviter au pays toujours plus de filles mères. C’était comme revenir aux lois de Toussaint Louverture et de l’empereur Dessalines pour combattre le vagabondage qui leur semblait comme inné à l’haïtien. Cette étape jugée trop fanatique ne dura pas longtemps. Ensuite le Bienêtre social fut chargé de contrôler l’état de santé des femmes professionnelles du sexe. Y compris celles venant de la République dominicaine voisine. Le gouvernement percevant au passage une taxe. stitutions devraient avoir un mot à placer dans ce débat. Autrefois les étrangers qui pénétraient dans le pays, dans quelque intention et pour quelque mission que ce soit, devait déposer leur dossier au ministère de l’Intérieur accompagné d’un certificat de bonnes vie et mœurs. Bien entendu, le véritable but de la dictature était de renforcer son contrôle politique. Mais est-ce une raison pour laisser aujourd’hui le pays comme une passoire par où peuvent se faufiler en toute impunité les plus dégoûtants des prédateurs sexuels ? Doit-on admettre que l’Etat haïtien puisse abdiquer aussi totalement ses responsabilités vis-à-vis des enfants haïtiens alors qu’il a signé toutes les conventions possibles et imaginables pour mieux assurer leur protection ? Pourtant (comme nous disions tantôt), il y a eu à l’instigation du ministère à la Condition féminine et sous la pression des organisations féministes locales un renforcement des lois punissant le viol et les abus quelconques commis contre les femmes. Et des violeurs ont été effectivement jugés et lourdement condamnés ces derniers mois. Rappelons aussi que lors de l’éclatement du scandale impliquant des casques bleus Sri-lankais le même ministère et les mêmes féministes s’étaient mobilisés. Mais il manque, il nous semble, une véritable politique. Et c’est tout le système (gouvernement, police, L’office du Bien-être social n’existe plus aujourd’hui. Cependant nous avons un ministère des Affaires sociales, un ministère de la Jeunesse, un ministère à la Condition féminine. Etc … Nous avons la Police nationale. Nous avons le Parquet de la capitale. Toutes ces inSave the Children suggère (voir ABUS SEXUELS / 12) Une famille à Cité-Soleil VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS

PAGE 12

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 12 justice, parlement, médias et société civile) qui doit prendre conscience qu’il y va de chacun de nous. Comment est-ce possible que les représentants d’un Etat puissent se soucier aussi peu de l’image du pays dans le monde ? Mais nous les citoyens pensons-nous si différemment ? Haïti paradis des prédateurs sexuels sur mineurs de 15 à 6 ans ? Et pour un morceau de cassave. Et quand une protestation s’élève, elle vient soit d’une organisation étrangère, soit d’un pays comme le Canada qui a signé les mêmes conventions et dont la société civile exige le respect, même quand ces délits sont commis dans un pays étranger comme Haïti, la Côte d’ivoire ou le Soudan. Pendant combien de temps nous Haïtiens pourrons-nous encore continuer à subir pareilles humiliations ? Et d’abord de la part de nos gouvernants eux-mêmes. Car c’est eux les premiers qui n’ont pas assez de respect pour nous et leur pays. Notre pays. Et nos enfants. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceABUS SEXUELS SUR MINEURS(suite de la page 11) Grenier !« Chacun se plaint que son grenier n’est pas plein » Leroux de Lincy Chères amies lectrices et chers amis lecteurs, je ne sais réellement si me plaindre ou applaudir des deux mains tout en tapant des pieds car le CRABE se réunissant de moins en moins (quoiqu’aucun de ses membres ne se soit porté candidat ni n’ait été choisi pour l’être), je croyais que les sujets allaient me manquer. Je me voyais déjà à mettre sur pied des réunions du CRABE en « multiconférence téléphonique ou télématique » afin d’alimenter les chroniques hebdomadaires (il faudra d’abord exiger ce service aux opérateurs téléphoniques indolents et raquetteurs qui desservent le pays). Loin de là, j’ai sous-estimé la richesse des réactions sociales en Haïti. Il suffit parfois de dire un nom à voix haute pour que des milliers de « spontanés » te fassent la description de sa personnalité, te dressent un tableau complet de ses limitations intellectuelles ou de ses inclinations sexuelles, ou une élaboration complète de son arbre généalogique avec toute la gamme d’interactions de sa « palette génétique ». Wonderful! Maravilloso ! Woaw ! À couper le souffle ! Je dois quand même dire que j’ai beaucoup « appris » ou « désappris » avec ces « informations » ou ces « désinformations », selon le point de vue. La richesse populaire utilise parfois des proverbes pour traduire ce genre de situations. Il m’en vient deux à l’esprit maintenant. Je les soumets à votre considération. Choisissez, chers lecteurs et lectrices, lequel d’entre eux vous semble le plus adapté à la conjoncture. Ils viennent du monde hispanophone, du Mexique et de l’Espagne. Le premier, mexicain, « Cada uno quiere llevar el agua a su molino y dejar seco el del vecino. » (Chacun tire l’eau vers son moulin et laisse à sec le voisin) traduit cette situation d’égoïsme qui se vit et sévit chez nous et le second, aussi parlant que l’autre, nous fait copmprendre que l’on n’est jamais content de son sort. « Nunca llueve a gusto de todos. » (Il ne pleut jamais au goût de tout le monde). Enfin, chères lectrices, chers lecteurs, vous savez que j’adore les associations d’idées. Je trouve que c’est la meilleure façon de trouver l’équilibre corps et esprit. Elles nous permettent de donner libre cours à nos fantaisies, de gérer notre « cour privée », d’alimenter notre « univers secret », d’équilibrer notre « vie intérieure », à l’abri des « coups de langue » et des descriptions « intéressées » et non toujours « intéressantes ». Et le mot qui vient de déclencher, chez moi, tous ces mécanismes, est celui de « grenier ». Le « grenier », je l’associe à nos « Gingerbread » qui quasiment n’existent plus. Le grenier, dans notre « architecture », servait de dépôt, parfois aussi de chambres supplémentaires et, surtout, de « régulateur thermique » en facilitant la circulation de l’air chaud ou frais. Les plafonds élevés, les grandes portes, l’absence de « béton » étaient aussi des éléments importants. Les seules références actuelles, l’hotel « kinam », l’hotel « Oloffson » et certaines petites maisons, sur le Bois-Verna, à Pétion-Ville, jadis ville résidentielle et qui maintenant n’est même pas à l’abri des « jets de pierres » des « affamés ». « Trop grangou nan trop vant nan péyi sila ». Pas de « greniers », pas de « Magasins de l’État », pas de « planification », trop de « spontanéité ». Le grenier est un local destiné au stockage du grain et cela a été une préoccupation majeure de toutes les sociétés. Des régions entières, ayant des caractéristiques données, ont été soignées afin de pourvoir aux besoins d’un pays. Certaines régions ont développé des éléments de stockage adaptés à leurs réalités, les « hórreos » en Galice ou dans les Asturies, les « Espiguieros » au Portugal éléments clés de la vie rurale, ont servi de greniers dressés pour abriter, sécher, protéger et conserver les récoltes. On peut aussi parler de « Grenier » dans le cas d’un pays fertile, d’une zone fortement productive. J’ai entendu dire par exemple que la Sicile était le grenier de l’Italie, que la Région de Castilla-León était le grenier de l’Espagne, que la Beauce, terre de céréales, était le grenier de la France, que la Murcie était le « Jardin » de l’Espagne, etc. J’imagine que maintenant, nos voisins de l’Est voyant que leurs volailles ont « du plomb dans l’aile », se sont dits qu’il ne fallait laisser passer aucune occasion d’équilibrer leur balance commerciale aux dépens d’Haïti. Pendant que nous nous livrons à nos « petites guerres de clan, de caste et de classes », eux, ils se préoccupent pour nous. Ils veulent montrer au monde « l’ampleur de leur générosité » et s’offrent à nous servir de « GRENIERS » (Alors qu’eux aussi se sont vus obligés à une distribution massive de riz pour éviter des émeutes, en voyant ce qui se passait chez nous. Cela n’a pas réellement transmis une idée de prévision et de volonté d’être les greniers de la Caraïbe). À chaque occasion, ils reviennent en force. À chaque réunion, ils s’offrent pour « collaborer » avec Haïti. Des biocarburants aux produits alimentaires. Et l’autre, le Chancelier, l’Homme d’affaires, le technicien, il « est toujours là, là où on parle d’Haïti ». Il doit sûrement aimer Haïti (Il y a de ces amours qui tuent). La presse rapporte que le Président dominicain, lors de la conférence sur la crise alimentaire qui aura à se célébrer à Rome, en ce début du mois de juin, veut solliciter la collaboration de la Communauté Internationale dans son projet de « Redynamisation de son agriculture » de façon à se transformer en « grenier des caraïbes », notamment au profit d’Haïti. De l’altruisme ! Sera-t-il question de « relancer la production nationale » … dominicaine ! « Sòt ki bay, Enbesil ki pa pran » doivent-ils sûrement penser. Enfin, vu que le grenier est associé à cette partie de la maison où l’on n’accède que très rarement, je croyais enfouie dans les greniers de ma mémoire toute une série de « pratiques » visant à jeter le discrédit sur l’autre. Je croyais que ce genre de réaction qui se donnait chez nous, quand j’étais petit, ce « kalonnen tèt kay ap roch » avait complètement disparu. Donc, au lieu de se mettre à créer des réserves pour éviter d’être la cigale allant crier famine chez la fourmi, on s’amuse à « kalònnen tèt kay moun ak ròch ». Suis-je le seul à considérer son grenier toujours rempli ? Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Mai 2008 Culture : L’Institut français dévoile son riche menu pour l’étéP-au-P, 30 mai 08 [AlterPresse] — L’Institut français d’Haïti présente ses principales manifestations culturelles pour les mois de juin et juillet 2008, dont l’événement majeur est la traditionnelle fête de la musique. Concerts, représentations théâtrales, projections de films, conférences-débats ou forums de discussion, constituent les diverses activités culturelles qui marqueront ces deux mois de la saison estivale. Le programme démarre le 30 mai 2008 par les « Vendredis du Club de la Presse » avec Max Chauvet, Frantz Duval et Georges Michel qui interviennent autour des 110 ans du quotidien Le Nouvelliste. Une deuxième rencontre de la presse, avec la participation de Thierry Fagart, Représentant du haut commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme, est prévue pour le vendredi 6 juin 2008. Thierry Fagart interviendra autour de la « Déclaration universelle des droits de l’homme en Haïti, 60 ans après son adoption ». La fête de musique, quant à elle, se déroulera du 13 au 19 juin dans les jardins de l’Institut avec à l’affiche différentes prestations, dont Haitian Jazz Quartet et des ensembles conduits par Daniel Henrys, Boulot Valcourt, Dickens Princivil et Cynthia Lamy. D’autre part, des rencontres littéraires, des tables rondes, des débats s’inscrivant dans le cadre de la 5e édition du « Prix des Amériques insulaires et de la Guyane », débuteront le 20 juin 2008. Des écrivains, tels Danny Laferrière, Simone Schwartz-Bart, Gisèle Pineau, Alain Mabanckou, Marc-Emmanuel Dorcin, sont attendus lors de ce rendez-vous biennal avec l’attribution d’un prix littéraire et de deux bourses. L’édition de 2004 a rendu hommage à la vitalité littéraire de l’océan indien et celle de 2006 aux productions du Maghreb et de l’Afrique. Par ailleurs, le professeur polonais Józef Kwaterko prononcera une conférence le 11 juin 2008 autour du thème « Les écrits des légionnaires polonais et la Révolution haïtienne ». Professeur à l’université de Varsovie, Józef Kwaterko présentera des témoignages écrits en français par les soldats polonais participant à l’expédition du Général Leclerc à Saint-Domingue. La Fondation AfricAmerica organise, de son côté, son forum d’art contemporain du 20 juin au 6 juillet 2008. Il s’agira du cinquième forum transculturel d’art contemporain sur la thématique « Terres et migrances ». La création contemporaine venue des continents africain, européen et américain sera à l’honneur. Aux termes de ces activités culturelles, qui s’étendent jusqu’au 31 juillet, Paul-Elie Lévy fera ses adieux à Haïti après avoir passé quatre années à la tête de l’Institut français. Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 LIBRE PENSEE

PAGE 13

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 13 PETITES ANNONCES Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : CHICAGO (AFP) Dimanche 1er Juin De nouveaux cocktails de traitements se sont révélés encourageants contre le cancer du sein en réduisant sa récurrence, selon deux études cliniques présentées ce week-end à la conférence annuelle de l’American College of Clinical Oncology (ASCO). Le plus prometteur est le Zometa normalement utilisé pour traiter l’ostéoporose, une perte de la masse osseuse, et qui a réduit de 35% le risque de réapparition de la tumeur chez des femmes pré-ménopausées atteintes d’un cancer précoce du sein. anti-cancéreuses du Zometa. “Nous avons montré qu’on pouvait empêcher la cancer de réapparaître et c’est une grande nouvelle...”, a déclaré samedi le Dr Michael Gnant, professeur de chirurgie à l’Université de Vienne (Autriche), responsable de l’étude en partie financée par le laboratoire suisse Novartis, qui commercialise le Zometa. Les 1.800 participantes à cet essai clinique de trois ans, plus deux ans de suivi, avaient toute eu l’ablation de leur tumeur peu avancée et étaient traitées avec de la goséréline qui bloque la production d’hormones combiné à du Tamoxifen ou de l’Anastrozole (arimidex). Ces deux médicaments réduisent les oestrogènes, hormone sexuelle secrétée par les ovaires. Ces deux anti-oestrogènes sont prescrits à toutes femmes, ménopausées ou non, subissant l’ablation d’une tumeur cancéreuse du sein activée par cette hormone. Pour la Dr Julie Gralow, une des responsables de l’ASCO, cet essai clinique “pourrait changer la pratique médicale” après les résultats d’une autre étude similaire en cours attendus fin 2008. Cet essai clinique utilise des doses plus élevées de Zometa et a enrôlé des femmes pré-ménopausées et ménopausées suivant une variété de traitements anti-cancéreux. Le Zometa est très sûr et peut être prescrit à un nombre étendu et varié de patientes, selon la Dr Gralow. Une autre combinaison de traitements objet d’une étude dévoilée samedi au congrès de l’ASCO pourrait aussi offrir une nouvelle arme cette fois contre le cancer avancé du sein. Il s’agit de l’Avastine. Cette molécule est la première découverte ciblant une fonction spécifique du cancer, à savoir la formation de vaisseaux sanguins nécessaires pour nourrir la tumeur. Combiné au Taxotere, qui empêche la division cellulaire, l’Avastine a ralenti la progression de cancers très avancés du sein, selon l’étude présentée ce week-end. C’est le premier essai clinique de phase 3 —dernière étape avant la demande de mise sur le marché— évaluant la combinaison de l’Avastine au Taxotère. Il a a porté sur 736 femmes pendant un an et montre que 44,4% des participantes traitées avec du Taxotère combiné avec un placebo ont vu leur tumeur se réduire, comparativement à 63,1% pour celles ayant reçu en plus du Taxotère de l’Avastine. “Cet essai clinique indique que l’approche antiangiogénique pour traiter le cancer du sein est efficace avec le Taxol ou le Taxotère (un médicament similaire)”, a souligné le Dr David Miles professeur de cancérologie au Mount Vernon Cancer Centre en Grande Bretagne, principal auteur de l’étude.Nouveaux cocktails de traitements prometteurs contre le cancer du seinC’est le premier essai clinique à grande échelle confirmant les propriétés Dr Raymond GaySpécialiste pour enfants certifié du CanadaHôpital Ste Justine pour les enfants Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, P. Q. 35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haïti, W.I. B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haïti Tél.: (509) 3685-8432 | 3404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com

PAGE 14

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 14 Autant en emporte la RévolutionNotes sur la contribution d’Haïti à la lutte des peuples pour leur libération de Jean Victor Généus Une tranche d’histoire peu explorée, qui montre l’esprit de solidarité et de générosité du peuple haïtien… Ce livre montre aussi l’impact de la Révolution haïtienne sur l’ordre mondial du 19ème siècle dominé par les puissances coloniales…EN VENTE DANS TOUTES LES LIBRAIRIESCette publication a été rendue possible grâce à une contribution des Entreprises Tchako, S.A.Plaidoyer en faveur de la création d’un ministère des affaires paysannesPORT AU PRINCE [AlterPresse] Dans le milieu rural haïtien, des citoyens regroupés en associations préconisent la création d’un ministère capable de gérer les affaires de la paysannerie haïtienne, considérée comme le « Pays en dehors ». Réunis à Fondwa, une section communale mitoyenne de Jacmel, la 10e section de Léogane, les responsables de ces associations ont profité du Congrès national des Paysans Haïtiens, qui s’est tenu du 23 au 27 avril 2008, pour faire valoir leurs revendications. Dans une déclaration transmise à l’agence en ligne AlterPresse, ces délégués ont, d’une voix unanime, exigé de l’Etat haïtien la création du « Ministère des Affaires Paysannes » (Map). Une façon, selon ces responsables d’associations paysannes, pour les Haïtiens de l’arrière-pays de pouvoir bénéficier des services publics chez eux dans les sections communales où ils habitent. représentants de ces associations paysannes estiment que les conditions de vie des personnes habitant les campagnes pourraient s’améliorer. Ils souhaitent l’implantation des bureaux régionaux du Map dans beaucoup plus grande que celle des villes mais où les infrastructures et services publics de base font généralement défaut, en dépit des potentialités immenses de chacune des sections communales du pays. « Ce ministère aura pour mission de distribuer équitablement le budget national afin de créer des projets de développement durable dans chaque section communale », écrivent-ils dans cette note. Le Map, ajoutent-ils, devra aussi veiller à ce que la plus grande partie de rentrées dans une section communale reste dans la section concernée pour son développement. Les associations paysannes, participant au congrès d’avril 2008, ont construit un blog (une page web communautaire) pour véhiculer leurs points de vue. Une pétition exigeant la mise en place de ce ministère a été publiée sur l’Internet. La question est de savoir si le prochain gouvernement va tenir compte de chaque section communale. Suivant le plus récent découpage territorial, Haïti dispose aujourd’hui d’environ 600 sections communales, dont la superficie se trouve souvent Souvent marginalisés, ces paysans, oubliés du reste du pays, plaident pour un avenir meilleur et le renouveau d’Haïti, souligne une note envoyée à AlterPresse. Avec la création de ce ministère, les cette revendication sectorielle en redéfinissant l’appellation, la structure, la mission et le mode de fonctionnement des différents ministères. POUR LA MEMOIRE ET POUR L’HISTOIREJean-Rabel, il y a 20 ansExtraits d’une plaquette, POU LAVI KAPAB FLERI SELEBRASYON VENTAN MASAK JAN RABEL LA 20ème anniversaire du massacre de JeanRabel Le massacre La veille du 23 juillet 1987, des membres des groupements, hommes, femmes, jeunes vieux s’étaient rassemblés à Fonds du Riz, où se trouve le marché de Lacoma. Ils venaient de Mahotière, Section communale de Port-de-Paix, de Dubois, Raymond, Cabaret, Gros Sable, localités de la première Section communale Lacoma. Ils se proposaient d’accompagner, le 23 juillet, des paysans de La Montagne (4ème Section), qui envisageaient de se réinstaller chez eux après en avoir été chassés depuis fin juin et avoir vécus quatre semaines dans les bois. Tôt le matin du 23 juillet, le rassemblement animé par les orchestres populaires des groupements, prenait la direction de La Montagne par une route longeant Jean-Rabel. A leur arrivée à La Montagne, terrain inconnu par les paysans de Mahotière et de la première Section, les participants ont brandi des drapeaux blancs et tentaient d’expliquer par haut-parleur aux habitants de la région, leur volonté de paix et non de confrontation. Ils ont été reçus par des insultes, invectives et des coups de pierre et de machettes par un groupe de paysans de La Montagne au service des grandons. Le Chef de Section a vidé son arme sur eux. Ils ont dû rebrousser chemin et pris la direction de l’hôpital de Jean-Rabel pour faire soigner des blessés. L’Embuscade : 120 assassinés sur place et plus d’une dizaine de rescapés exécutés dans les jours qui ont suivi . C’est en cours de route vers l’hôpital, qu’ils sont tombés dans une embuscade tendue par les mercenaires armés de manchettes, dont certains, des paysans tout aussi pauvres qu’eux. Ce fut un carnage. Environ 120 personnes ont été sauvagement massacrées sur place et des dizaines d’autres plus ou moins gravement blessées. Des victimes ont été achevées alors que blessées, on les conduisait à l’hôpital. Les jours qui ont suivi, certaines de celles qui avaient pu s’échapper ont été poursuivies et exécutées. Le nombre total des victimes est au nombre de 139. Ce massacre des paysans de Jean-Rabel est considéré comme l’un des pires de tous les massacres commis en Amérique latine au cours des dernières décennies du siècle passé. LES ENFANTS DES VICTIMES Ce sont des centaines de personnes qui étaient privées d’un ou de plusieurs membres de leurs familles tombés lors de la tuerie. Leur qualité de vie qui était celle d e la pauvreté digne sombrait dans celle de la misère abjecte. Les enfants, de tout âge et plusieurs dizaines étaient les premières victimes de cette situation. Orphelins, donc sans le soutien de leurs pères ou mères et parfois des deux, leur avenir était vraiment hypothéqué. Aux lendemains du massacre, le père Jean Marie Vincent, des membres de l’EM et d’autres bonnes volontés ont immédiatement mis en place un réseau de solidarité en faveur des proches des victimes. Ils ont pu bénéficier dans l’urgence d’une aide dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’agriculture. Ainsi, les enfants ont pu continuer à aller à l’école normalement. Sept ans après, Jean-Marie Vincent a été lui aussi assassiné à Port-au-Prince le 28 août 1994. Tant par devoir de mémoire à Jean Marie Vincent que par respect du sacrifice des paysans de Jean-Rabel, tombés dans le combat pour une société de justice partagée, une structure formelle de bourses d’études a été mise en place, par certains de ses compagnons de lutte et anciennes responsables de l’EM et anciens membres des Groupements. Ils sont regroupés jusqu’aujourd’hui au sein de l’AVTKNO (l’Association des Victimes Tèt Kole du Nord Ouest) afin de continuer à soutenir de manière permanent les enfants des victimes. La gestion de cette initiative est assurée depuis quelques années par le Centre Haïtien de Recherche et de Développement (CHRD). Son objectif, est que ces enfants puissent, selon leur capacité et leur qualité, poursuivre jusqu’au bout leurs études scolaires et universitaires ou leur formations professionnelles, jusqu’à l’acquisition d’une profession manuelle, artisanale ou intellectuelle leur permettant de s’insérer dans la vie adulte sans trop de difficultés et ainsi participer au développement de leur pays. Actuellement, c’est-à-dire 20 ans après les événements tragiques de Jean-Rabel, les enfants des martyrs sont devenus adultes. Certains sont intégrés dans la vie professionnelle ou (55 étudiants en 2006/ 2007) continuent encore des études secondaires, techniques ou universitaires. D’autres se sont établis ailleurs dans le pays ou l’ont quitté pour chercher leur vie sur d’autres terres. Mais il y a aussi ceux qui ont fait le choix de rester dans leur région et qui continuent à d’autres niveaux sans doute, le combat que menaient leurs parents. Il y a quelque temps, des adultes et des descendants des victimes et d’autres jeunes de la région, avaient organisé une visite des ruines des projets qui avaient été réalisées avant les événements. Nous ne pouvons pas laisser tomber tout cela, a déclaré alors l’un des jeunes boursiers. Nous devons recommencer et continuer. Donc, les semences qui ont été plantées germeront et la récolte sera belle. Le programme de bourse est maintenu toujours en faveurs des enfants des victimes, mais aussi au service quand c’est nécessaire des enfants de leurs enfants. Ce modeste programme s’étend également à d’autres enfants de la région du Far West, toujours dans l’esprit de cet humanisme et cette sérénité rayonnante qui firent la force de Jean-Marie Vincent. L’AUTRE HAITIUn village dans les Nippes (photo HEM)

PAGE 15

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 15 SPORTSEURO 2008 LE JOURNAL DE L’EURO La forte communauté portugaise de Neufchâtel a réservé un accueil triomphal à la sélection portugaise à son arrivée en Suisse, dimanche, à six jours de l’Euro. L’autocar des joueurs a été escorté sur les quelque 120 kilomètres d’autoroute entre Genève et Neuchâtel par plus d’un millier de supporters à moto. A l’arrivée dans la ville, ce sont plus de 6000 admirateurs qui ont accueilli les Portugais. Avant de prendre possession de leurs chambres, les joueurs ont salué la foule depuis la terrasse de leur hôtel, un palace au bord du lac. Onze mille personnes d’origine portugaise habitent dans le canton de Neuchâtel. Forte de cette communauté lusophone, Neuchâtel a décidé de faire la fête aux Portugais : une association multiculturelle créée pour l’occasion a concocté un programme de manifestations en marge du séjour des footballeurs lusitaniens à l’hôtel Beau-Rivage de la ville. A leur départ de Lisbonne dimanche soir les joueurs de la sélection nationale avaient été également salués par des milliers de supporters. Quelques heures avant l’équipe du Portugal, la Turquie, autre sélection versée dans le groupe A, est arrivée à Genève où elle prendra ses quartiers durant toute la durée de l’épreuve. Après les Turcs, les premiers à pied d’oeuvre, et les Lusitaniens, suivront les Roumains qui arriveront lundi à SaintGall. Le milieu de terrain turc s’est blessé à l’entraînement vendredi. Il serait touché à un muscle, sans plus de précision pour l’instant. La nouvelle a été rendue publique samedi par le Bayern Munich, le club où le joueur évolue depuis un an. Altintop est très incertain pour le match qui opposera la Turquie au Portugal samedi prochain en ouverture de l’Euro. Un Euro qu’il pourrait manquer tout court. L’attaquant néerlandais, Robin van Persie, va pouvoir reprendre l’entraînement collectif, a annoncé Marco van Basten, en marge de la victoire des PaysBas contre le Pays de Galles (2-0) dimanche en match de préparation à l’Euro. Le joueur d’Arsenal était éloigné des terrains depuis quelques semaines en raison d’une élongation à une cuisse. Ces quinze derniers jours, il s’était contenté de séances individuelles en compagnie d’un kiné lors du stage de préparation des Oranje , futurs adversaires des Bleus. Blessé à la cheville droite et contraint de renoncer à l’Euro, l’attaquant néerlandais Ryan Babel (21 ans) pourrait jouer avec les Espoirs aux Jeux Olympiques. « Si Ryan se rétablit, il sera à coup sûr candidat à une place au sein de l’équipe », a déclaré de Haan, l’entraîneur de l’équipe olympique Oranje , sur le site internet du quotidien Algemeen Dagblad . « Avec ses qualités, Ryan est un joueur très précieux », a-t-il ajouté. (Avec AFP) L’attaquant suisse Marco Streller veut mettre un terme à sa carrière internationale après l’Euro. Le Bâlois a affirmé être lassé des sifflets du public, qui l’ont encore visé vendredi soir à Saint-Gall, en match amical face au Liechtenstein (3-0). Streller avait pourtant offert le premier but de la soirée à son capitaine, Alexander Frei. Streller a inscrit 11 buts en 28 sélections. Peu après un match poussif finalement remporté de justesse face à la Serbie en amical (2-1), le capitaine de la Mannschaft Michael Ballack a estimé que son équipe était encore en rodage : « Nous voulions absolument gagner ce match, car cela n’aurait pas été bien de débuter le tournoi avec une défaite. Nous ne sommes pas encore à 100%, on peut encore progresser, c’est une question de concentration, de forme physique et de fatigue après le stage de préparation. Mais il faut qu’on fasse plus attention, à ce niveau, il faut être très concentré pendant 90 minutes et on a parfois des trous . De son côté, le défenseur central Christoph Metzelder, coupable sur le but serbe, s’estime aussi en deçà de ce qu’il montrera durant l’Euro : « J’ai pris une mauvaise décision sur le but de la Serbie, je le reconnais, mais il y a erreur et erreur. Avant chaque grand rendez-vous, j’ai toujours été contesté, car je revenais de blessures et j’ai toujours prouvé ce que je valais durant les tournois. Mon niveau de forme progresse, je suis confiant . (Avec AFP) Egalé puis dépassé... En inscrivant un doublé en première période contre le Liechtenstein (3-0) vendredi, l’attaquant du Borussia Dortmund Alexander Frei s’est adjugé le record de buts sous le maillot de l’équipe de Suisse avec 35 réalisations contre 34 à son ancien coéquipier à Lucerne, Kubilay Türkyilmaz, aujourd’hui à la retraite. Frei a également dépassé Max Abegglen (34 buts en 68 sélections entre 1922 et 1937). Victime d’une inflammation du tendon d’achille de la jambe gauche lors d’un entraînement, le défenseur central roumain Dorin Goian pourrait manquer le match de sa sélection contre les Bleus, le 9 juin à Zurich. « Il est incertain pour l’ouverture contre la France », a déclaré le sélectionneur roumain Victor Piturca. La Roumanie est déjà privée pour tout l’Euro de son milieu de terrain Ovidiu Petre qui s’est blessé à un genou en jouant au volley sur une plage de Turquie et de son gardien n°2, victime d’une fracture d’un pouce à l’entraînement. Marius Constantin (Rapid Bucarest) pourrait remplacer Goain si nécessaire. Luis Aragones, le sélectionneur espagnol, devrait tester un dispositif d’attaque à deux têtes lors du match de préparation de la Seleccion contre le Pérou, samedi. Au lieu d’une seule pointe, l’Espagne devrait aligner ensemble David Villa et Fernando Torres. L’équipe-type susceptible d’entamer l’Euro contre la Russie le 10 juin semble suivre un schéma en 4-4-2 avec Andres Iniesta à droite et David Silva à gauche, Xavi Hernandez et Xabi Alonso se chargeant de l’animation en milieu de terrain .La Seleccion , qui s’entraîne depuis le début de la semaine près de Madrid dans une bonne ambiance, selon Iniesta, s’est rendue vendredi à Huelva pour y affronter samedi soir le Pérou. Un deuxième match d’entraînement est prévu le 4 juin à Santander contre les Etats-Unis avant le départ le 5 juin pour l’Autriche, où l’Espagne sera la dernière des 16 équipes participantes à s’installer.EURO 2008 Euro 2008 LE JOURNAL DES BLEUS Au lendemain de France Paraguay (0-0), les Bleus ont effectué un décrassage dans la bonne humeur dimanche, à Clairefontaine. Quelques minutes après s’être prêtés à la photo officielle, ils ont rejoint le terrain d’entraînement, sans Patrick Vieira qui est resté en intérieur faire du vélo, laissant toujours planer le doute sur l’état de sa cuisse gauche. François Clerc est arrivé en retard. Il n’a pas pris part à l’échauffement, mais a participé timidement au tennis-ballon auquel se sont volontiers adonnés Ribéry et consorts. Situation quasi-identique pour William Gallas qui est resté un petit moment à l’écart, enchaînant les courses et les petits exercices sans ballon aux côtés d’un préparateur physique. Lilian Thuram a également fait bande à part. Le défenseur a travaillé spécifiquement les contrôles, les passes et les tacles. Une centaine de supporters étaient présents en tribune pour les encourager. Les Bleus se sont arrêtés pour signer des autographes E. T., à Clairefontaine Silence radio. Le staff de l’équipe de France n’a toujours pas communiqué sur la nature de la blessure de Patrick Vieira. Le milieu de terrain, touché à la cuisse gauche et annoncé forfait pour le premier match contre la Roumanie le 9 juin, a de nouveau brillé par son absence dimanche lors du décrassage des Bleus, au lendemain du nul concédé contre le Paraguay (0-0). Il s’est contenté de balnéothérapie et de vélo, tandis que ses équipiers effectuaient un tennisballon sur le terrain d’entraînement. « Je suis tranquille, très tranquille », a-t-il déclaré à l’issue de cette séance. L’air visiblement serein. « Je suis sûr qu’il va vite récupérer , a confié Sébastien Squillaci en conférence de presse. Il a eu un petit pépin physique, mais je pense qu’il sera présent (contre la Roumanie). C ‘est un joueur très important, un joueur cadre par son expérience et ses qualités. On a besoin de lui. » S’il reconnaît que l’absence du joueur de l’Inter Milan serait « préjudiciable » pour les Tricolores, il souligne également qu’« on n’en est pas encore là ». Karim Benzema a de son côté assuré « ne pas savoir » de quel mal souffre le capitaine des Bleus. « Il faut simplement espérer qu’il soit opérationnel pour le premier match ». Patrick Vieira a quitté prématurément l’entraînement, vendredi à Toulouse, après s’être touché la cuisse gauche. Ménagé contre le Paraguay, il sort de deux saisons perturbées par divers ennuis musculaires. Selon les informations du site internet de France Football, une lésion sur la cuisse gauche rendrait Vieira indisponible contre la Roumanie, le 9 juin. E. T. (avec F. C) , à Clairefontaine Bafétimbi Gomis, invité surprise de la liste des 23 Bleus retenus pour l’Euro, a indiqué dimanche qu’il avait opté pour l’équipe de France « depuis un certain moment », alors qu’il avait également la possibilité de rejoindre la sélection sénégalaise. «J e suis très content et très fier de défendre les couleurs de la France , a-t-il confié. J’avais fait mon choix depuis un certain moment ». Cette déclaration intervient une semaine après les critiques émises par le sélectionneur des Lions de la Téranga, Lamine Ndiaye. Celui-ci avait craint, le 22 mai, que son homologue français Raymond Domenech « n’ait convoqué Bafetimbi Gomis que pour l’empêcher de rejoindre l’équipe du Sénégal ». « (Bafé) a déjà été convoqué avec le Sénégal et a refusé, c’est lui qui a permis qu’il y ait cette option, c’est lui qui a envie de venir en équipe de France », lui avait répondu Domenech, avant de laisser le soin à N’Diaye de mettre fin à la polémique : « Je n’ai aucune amertume, au contraire, le but c’est quand même qu’il (Gomis) s’épanouisse. Il l’a décidé, c’est son choix et nous le respectons, alors on va lui souhaiter bon vent ». E. T, à Clairefontaine Les numéros des joueurs de l’équipe de France ont été communiqués à l’UEFA. Les vingt-trois Tricolores les conserveront durant toute la durée de l’Euro. La liste montre que les cadres tricolores ont tous les même numéros qu’en 2004 et 2006, voire avant. Le seul à changer de numéro est Govou. Et pour cause, en 2004 et 2006, il n’avait fait que récupérer ceux des joueurs qu’il avait remplacé au pied levé, Giuly au Portugal (n°14) et Cissé en Allemagne (n°9). Il hérite cette fois du prestigieux numéro 10, que ne vêtira pas Samir Nasri, auquel est attribué un numéro d’ailier gauche (11). De façon générale, les numéros ‘’logiques’’, comme le 3 pour Abidal, ou le 6 pour Makelele, sont plutôt rares. Anelka se retrouve avec un maillot de milieu de terrain (8), et laisse le prestigieux n°9 à Benzema. Mandanda hérite d’un numéro 1 chez les gardiens, sans que cela en dise davantage sur son statut. Depuis l’Euro 1996 et Bernard Lama, l’équipe de France n’a pas de gardien titulaire portant le numéro 1. La liste officielle : GARDIENS : 1. Steve Mandanda, 16. Sébastien Frey, 23. Grégory Coupet. DEFENSEURS : 2. Jean-Alain Boumsong, 3. Eric Abidal, 5. William Gallas, 13. Patrice Evra, 14. François Clerc, 15. Lilian Thuram, 17. Sébastien Squillaci, 19. Willy Sagnol. MILIEUX : 4. Patrick Vieira, 6. Claude Makelele, 7. Florent Malouda, 11. Samir Nasri, 20. Jérémy Toulalan, 21. Lassana Diarra, 22. Franck Ribéry. ATTAQUANTS : 8. Nicolas Anelka, 9. Karim Benzema, 10. Sidney Govou, 12. Thierry Henry, 18. Bafetimbi Gomis.

PAGE 16

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 16 Kisa pwosè sa a konsène? Yo te pwopoze de Règleman apa nan yon pwosè aksyon kolektif sou evalyasyon ponpye ak sekou yo te fè pwopriyetè byen imobilye peye nan vil Miami ak evènman ki te pase pandan pwosè a. De (2) règleman sa yo se avèk 1) vil Miami, epi 2) kabinè avoka Adorno & Yoss, LLP. Pwosè a rele Masztal v. City of Miami. Moun yo tradui lajistis yo rele “Pleyan”, epi vil Miami rele “Defandè”. Kabinè avoka Adorno & Yoss, LLP rele “kabinè avoka”. Règleman yo pa vle di Minisipalite vil la oswa kabinè avoka a dakò pou yo angaje nan move zafè oswa nan move konduit oswa pou yo mal aji oswa pou yo vyole nenpòt lwa oswa règleman nan nenpòt konsiderasyon, eksepte pou sa ki konsène vil City of North Lauderdale v. SMM Properties se yon pwosè ki legal pou yon Minisipalite pou pibliye evalyasyon pou sèvis ponpye, paske sèvis ponpye pwokire yon li sipòte sou sèvis ponpye sèlman epi kidonk evalyasyon an legal. Pleyan yo deklare Evalyasyon an te oswa Evalyasyon Ponpye te enkòrèk pase sa ki endike anwo a. Ni li pa t detèmine limit, si genyen, Evalyasyon Ponpye/Sekou te fèt yon fason inadmisib pou sèvis medikal ijan yo. Pleyan yo prezante reklamasyon tou kont kabinè avoka pou aksyon ak inaksyon posib ki gen pou wè ak premye pwosedi yo kont Minisipalite vil la nan pwosè sa a. Kabinè avoka a, san admèt responsablite ak kontestasyon toudenkou reklamasyon Pleyan yo, chwazi pou rezoud aksyon sa a. Kidonk, menmsi Pati yo dakò pou genyen dwa pou jwenn yon ranbousman, oswa kantite lajan ki endike a. Ni pa t genyen desizyon okenn Kimoun ki fè pati Règleman yo? Minisipalite a ak manm fanmi pwòch yo, ki reprezante kapasite endividyèl yo kòm kontribiyab, ki te peye Evalyasyon Ponpye/Sekou ak/oswa Evalyasyon Ponpye Minisipalite vil la te resevwa nan ane Ou kapab kalifye pou resevwa yon ranbousman, sa vle di yon pòsyon Lajan pa posib pou nenpòt moun ap resevwa yon ranbousman konplè tout lajan Evalyasyon ki te peye a. Li Ki dispozisyon Règleman ki pwopoze yo? Kòm konsiderasyon pou Règleman li, Minisipalite vil la ap chèche jwenn yon ranbousman. Dwa pou jwenn yon ranbousman pa dwe transferab. Chak Pati dwe jwenn dwa pou fè restriksyon, dapre lòd, entèdiksyon, oswa lòt reparasyon, nenpòt vyolasyon oswa dispozisyon ak règleman sa yo. Konsènan konsiderasyon pou Règleman yo, depi genyen Apwobasyon tout reklamasyon ki nan pwosè a ak lòt reklamasyon jan sa dekri nan Akò Règleman yo. Kominikasyon an dwe genyen yon pati entegral ak enpòtan Règleman yo, epi li pa kapab separe nan Règleman yo. Avi sa a. Règleman avèk kabinè avoka a genyen ladan yon dispozisyon ki pèmèt li anile règleman an kabinè avoka a poukont yo epi avèk pwòp depans yo. Kisa mwen DWE fè pou mwen vin kalifye pou resevwa yon ranbousman posib? Ou dwe fè Demand nan sit wèb epitou ou kapab enprime li nan sit wèb la. Kisa mwen dwe fè si mwen vle Eskli tèt mwen nan Gwoup la? Si ou pa vle patisipe nan youn oswa Pou Administratè a (kourye): Masztal v. City of Miami Settlement Administrator 1. Non ou, adrès ou ak nimewo telefòn ou; 3. Siyati ou; 31), epi a. Règleman avèk Minisipalite vil la, OSWA b. Règleman avèk kabinè avoka a, OSWA ou nan toulède règleman yo. devan anvlòp la. 2. Ou p ap jwenn pèmisyon pou fè objeksyon kont dispozisyon yo; b. Ou p ap jwenn pèmisyon pou fè objeksyon kont okenn dispozisyon; sa a; epi d. Pou resevwa lajan nan plas Règleman sa yo, w ap oblije fè pwòp pwosè ou epi avèk depans ou. SONJE: OU DWE FÈ DEMAND OU POU ESKLIZYON AVÈK ANVL"P KI GENYEN TENB KI DATE ANVAN 10 JIYÈ 2008. SI W PA FÈ SA, SOF JAN TRIBINAL LA KAPAB BAY LI, DEMAND POU ESKLIZYON OU AP AN RETA AK ENVALID. ODISYON POU RÈGLEMAN AN: Esi mwen Vle fè Objeksyon kont Règleman yo? 1. Your name, address and telephone number; 2. Yon deklarasyon objeksyon ou (yo) ak nenpòt lwa ak/oswa prèv sipò ou vle entwodui; CA 31). OU DWE SOUMÈT OBJEKSYON EKRI OU BA GREFYE TRIBINAL LA ANVAN 10 JIYÈ 2008 PA LAP"S NAN ADRÈS SA A: Clerk of the Court; OU DWE VOYE KOPI OBJEKSYON SA YO TOU PA LAP"S BA TOUT AVOKA KI ENDIKE ANBA A, EPI ANVL"P LA DWE GENYEN TENB KI DATE ANVAN 10 JIYÈ 2008. Konsèy Defans pou Minisipalite Miami: Julie O. Bru, City Attorney Cole, Scott & Kissane, P.A. konsidere ou abandone oswa ou anile objeksyon ou, sof si ou montre rezon ki valab. Kouman pou mwen jwenn enfòmasyon adisyonèl? Avi sa a se sèlman yon rezime Règleman yo, ki prezante nan dokiman legal pi detaye ki rele “Akò pou Règleman ak Kominikasyon.” Akò Règleman ak Kominikasyon konplè ant Pleyan yo ak Minisipalite vil la ak Akò Règleman ak Kominikasyon konplè detaye sou zafè ki konsène pwosè sa a, Pleyan yo, Minisipalite vil la ak kabinè avoka a refere ou tou Si ou genyen nenpòt kesyon oswa senpleman si ou bezwen on kopi Fòmilè Demand Ranbousman, ou kapab rele Administratè Règleman an nan nimewo 1-800981-7567 oswa ou kapab wè divès kalite dokiman règleman an sou entènèt nan sit wèb www. MiamiFireFeeSettlement.com, epitou ou kapab enprime Fòmilè Demand Ranbousman an nan sit wèb la. TANPRI PA RELE TRIBINAL LA, GREFYE TRIBINAL LA OSWA MINISIPALITE MIAMI. YO P AP ANMEZI POU REPONN KESYON OU YO. AKSYON KOLEKTIF, RÈGLEMAN KI PWOPOZE AK ODISYON RÈGLEMAN AN Yon tribinal te otorize avi sa a. Sa se pa demand yon avoka. POU: Tout moun oswa enstitisyon ki posede pwopriyete nan vil Miami epi ki te peye Evalyasyon Ponpye Para revisar las versiones traducidas español de este aviso y todos los documentos importantes del caso, visite Konsèy Defans Gwoup la: Konsèy Defans pou Adorno & Yoss, LLP: Hinshaw & Culbertson, LLP Pou Tribinal la (dosye): Clerk of the Court Circuit Court, Eleventh Judicial Circuit in and L’avril d’Alexis, le mai de Pierre et le juin de Manuel Est-ce la finale?Larose Vernet 1ER JUIN 08, La chronologie des événements ne devrait surprendre les femmes et les hommes politiques, ni les analystes avertis; terre glissée! Pourtant semblent prédominer l’amnésie et le somnambulisme. Au mois de mars 2008 est publié le Document de stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté,Pour un saut qualitatif. Ce document annonçait un poisson d’avril? Les émeutes de la faim ont mis fin à toute spéculation. Le Sénat prit un vote de non-confiance à l’encontre du premier ministre Jacques-Édouard Alexis qui,lui, avait déjà obtenu un vote de confiance de la chambre des députés. Le premier ministre désigné, Pierre Éricq Pierre, ne put franchir, pour une deuxième fois, la première étape qui se caractérise par la vérification de la fiche d’état civil; étape qui relève certes de la compétence constitutionnelle du Parlement. Cependant, c’est une obligation du gouvernement de fournir et de procéder au contrôle de l’authenticité des actes qui établissent la trajectoire des âges,de la naissance au décès. En principe, ll n’aurait pas dû y avoir une politisation de cette procédure, somme toute, uniquement administrative, puisque c’est la déclaration de la politique générale qui marque l’enjeu politique de son choix par le Chef de l’État et par les partis qui siègent au Parlement. Le nouveau premier ministre désigné, Robert Manuel, vient de relancer les interrogations sur notre précarité institutionnelle. ”Préval envoie son meilleur ami au front” commente la Presse du mardi 27 mai 2008, tout en se demandant s’il va être recalé comme son prédécesseur. Dans Haitianpolitics@yahoogroups.com, sort son dossier secret. Le premier ministrable serait porteur de l’ADN de son grand-père, Tancrède Auguste, spécialiste en coup d’état; l’arme de la question de couleur est fourbie et est nuancée par celle de la lutte des classes, les riches contre les pauvres. Au-delà des jeux politiques des principaux acteurs et de la prévalence de notre tradition, il est opportun de souligner les failles assez avancées de notre armature institutionnelle. D’abord, au niveau des mentalités, de notre culture politique, il y a la manifestation des divergences entre le Sénat et la chambre basse qui portent sur les examens des pièces de Pierre Éricq Pierre. Même s’il existe un vide juridique, il n’y a pas formellement une loi d’application sur cette nouvelle fonction dans notre corpus juridique, les parlementaires auraient dû toutefois combler ce vide en y légiférant. D’ailleurs les citoyennes et les citoyens ne sauraient être victimes de l’absence d’un service public relatif à l’état civil. Les élus, à tous les paliers,CASECS, mairies, circonscriptions électorales,départements, à partir de la carte d’identification nationale, des données du conseil électoral, ont donc pour tâche de contribuer à poser les jalons en vue d’établir le statut du domicilié, constitutif de la citoyenneté, des droits civils et politiques, du ménage, l’unité statistique de l’État de droit. Mais en ont-ils conscience et connaissance des déterminants de l’État régalien? L’actualité n’est pas affirmative, car est introuvable L’État-parti. Que ce soit en régime présidentiel, que ce soit en régime parlementaire, les partis politiques constituent l’institution de la société politique, Or, nous assistons actuellement à l’éclatement des partis qui ont concouru aux dernières élections générales. Selon le président de la Fusion des Sociaux démocrates, Victor Benoît, les députés élus sous la bannière de ce parti et qui sont maintenant membres de la Concertation des Parlementaires Progressistes(CPP), le bloc majoritaire présentement à la chambre basse, ne font plus partie de la Fusion. En effet, leur “contrat d’engagement leur fait obligation de respecter les principes du parti”, suivant une dépêche de l’AHP. Or, être parlementaire, c’est faire partie d’une organisation politique qui possède une infrastructure de base, avec ses dirigeants, ses permanents, se membres et ses partisans qui se tissent des liens d’appartenance à partir des procédures d’adhésion et de l’articulation des valeurs qui donnent un sens aux comportements, norment des attitudes et confèrent une vision de la société aux adhérents. La pratique de dénouer et de renouer des alliances exprime la fragilité des points de repères stratégiques de l’État-parti, tels d’être un instrument de normalisation politique et de servir d’outil d’encadrement à l’échelle nationale. Finalement se pose la problématique de la fonctionnalité du Parlement. Toujours, suivant une dépêche de l’AHP, datée du 14 mai 2008, des députés reconnaissent l’improductivité de la 48e législature au cours de ces deux dernières années de travail. Le député Jean Daniel Génesté a expliqué la contreperformance de la chambre par l’infantilisme parlementaire des députés qui se sont attardés sur des bagatelles au lieu de débattre sur les grandes questions d’intérêt général. Cependant le député Saurel Jacinthe se dit satisfait à 75% des travaux réalisés par la chambre. La question de la fonctionnalité se retrouve également sur la nationalité de certains élus; ce qui risquerait de redessiner la configuration de la majorité. Comment se définit donc l’intérêt national? Est-ce de jouer sa partition dans la recherche de la stabilité politique comme marqueur et d’intervention “en fonction d’un programme politique qui touche les aspirations de la population.”(CPP)? Peut-on rejeter d’emblée, d’un revers de la main le DSNCP, vu déjà implicitement ou explicitement à la fois par la chambreconfiancece à Jacques-Édouard Alexiset le Sénatratification Pierre Éricq Pierre? Fautil l’équilibrer en aménageant des dispositifs innovateurs susceptibles de répondre aux revendications populaires? La ratification ou non du premier ministre désigné, Robert Manuel, mérite d’être située en son contexte général, notamment parmi les parlementaires progressistes qui ont à se définir, non en brandissant des slogans ou des clichés, mais pragmatiquement: la signification aujourd’hui de l’intérêt national qui privilégie la satisfaction des biens premiers de la population dans le cadre d’un développement humain et durable. Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr)TOUJOURS PLUS LOIN...

PAGE 17

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 17 LETTRE OUVERTE À M. IGNACIO LULA DA SILVA PRÉSIDENT DU BRÉSILPort-au-Prince, HAÏTI Mercredi 28 mai 2008 Monsieur le Président, Vous aurez pu remarquer que votre visite d’aujourd’hui mercredi 28 mai 2008 n’aura pas reçu le même accueil que celle de 2006 où, avec la « selecão », vous faisiez miroiter les esprits, cherchant à faire prendre la lune pour du fromage. C’est qu’en réalité, les masques sont tombés. Il y a d’abord l’échec flagrant de la MINUSTAH par rapport aux objectifs fixés par le Conseil de Sécurité de l’ONU en mai 2004. Ensuite, plus personne ne croit à l’ « aide désintéressée » de cette mission. Nous autres, nous avions tout de suite saisi les sous-jacents de ce « bénévolat ». La venue du fils du vice-président de votre pays, M. Alencar, propriétaire de l’industrie textile la plus importante du Brésil, en vue de repérer les zones franches d’Haïti et vérifier de ses propres yeux notre fameuse « main d’œuvre à meilleur marché », a terminé de nous ouvrir les yeux. Aujourd’hui c’est avec des capitalistes, avides eux aussi de tabler sur cet « or vivant », que vous engagez votre tournée : les objectifs se précisent. Mais il y a plus. Le peuple entier a naturellement suivi le comportement tant des hauts fonctionnaires de cette mission, roulant sur l’or dans ce pays si démuni -, que celui des militaires : la répression dont sont victimes les populations des quartiers pauvres n’est plus à démontrer, tout comme l’arrogance des hauts placés, les mitraillettes pointées en permanence de vos soldats juchés sur tanks qui, profitant de la situation de domination qu’ils installent commettent viols et autres exactions sans noms… ou encore la terreur des derniers évènements. Et le fond et la forme ne laissent plus aucun doute : il s’agit bel et bien d’une tutelle armée, d’une occupation, que la supposée « entraide sudsud » (qui n’est autre, en fait, qu’une solidarité de classes dominantes de pays à pays, commandée par les rapaces multinationales) n’arrive plus à masquer. Comment cela est-il arrivé là ? Comment la révolution la plus extraordinaire du continent a pu enfanter d’une humiliation si profonde ? Comment des gouvernements issus des luttes des travailleurs et de mobilisations populaires en sont-ils arrivés à consciemment tenir le rôle si dégradant d’exécutant des plans impérialistes ? Nous essayons de vous l’expliquer dans le texte qui accompagne cette lettre. « Tous les vêtements du mensonge », dit-il. Il vous fera part de la logique de cette sentence, des réels objectifs de ce projet impérialiste et bourgeois d’exploitation sans limite. Et du rôle que vous y jouez. En rejetant votre « aide » ainsi conçue et répudiant totalement la présence de vos troupes armées, il termine préconisant qu’une autre coopération est possible, « …qui unirait tous les ouvriers, tous les travailleurs et tous les peuples, naturellement fondamentalement frères, en agriculture, en médecine, en construction de leur ville, en rires francs, en danses et chants libérés, en production collective et échanges égaux. » Aussi, Monsieur le président, considérant que la présence de la force d’occupation Onusienne en Haïti constitue une gigantesque gifle au peuple haïtien et à nos ancêtres qui ont lutté pour nous laisser un territoire libéré de toute domination étrangère : au nom de cette lutte contre la domination, au nom du droit à l’autodétermination du peuple haïtien, au nom du droit à la vie des gens qui tombent quotidiennement dans les quartiers populaires sous les feux criminels des soldats de la MINUSTAH, mais également du même sentiment qui vous a permis de rejeter la présence de la 4èmeflotte américaine dans les ports de votre pays ; et considérant la nécessité d’établir une coopération horizontale entre les peuples du sud où n’existerait pas l’exploitation, nous vous demandons, Mr. le président, de procéder immédiatement au retrait des soldats Brésilien de la force d’occupation Onusienne en Haïti. Yannick ETIENNE Batay Ouvriye Camille CHALMERS Plateforme Haïtienne Pour un Droit Alternatif Marc Arthur FILS-AIMÉ Institut Culturel Karl Lévêque Guy NUMA Mouvman Demokratik Popilè Ps. Nous voulions vous remettre cette lettre en main propre, la police nationale que vos militaires ont sous leur commandement, nous ont catégoriquement interdit toute approche et manifestation de libre opinion.60 ONGs européennes lancent un cri d’alarme à propos de l’urgence alimentaire en Haïti Prise de position de la Coordination EuropeHaiti [1] mardi 27 mai 2008 Les émeutes de début avril 2008 à Port-auPrince et dans d’autres villes d’Haïti, ont fait des morts et des dizaines de blessés. Devant ces événements, les organisations de la Coordination Europe-Haïti font état de leur préoccupation sur la crise alimentaire dans ce pays, où actuellement la sous nutrition touche environ 25% de la population. Les manifestations actuelles de la population haïtienne sont la conséquence de la récente hausse des produits alimentaires de base et le résultat des choix de politique économique libérale non contrôlée aux conséquences sous estimées qui sont en cours dans le pays depuis les années 80. Ces émeutes, qui ont vu la destitution par le Sénat haïtien du Premier Ministre Jacques Edouard Alexis, dont le gouvernement n’a pas apporté de réponses concrètes à la crise, doivent amener à une réflexion plus profonde sur une politique de souveraineté alimentaire en Haïti. Depuis 2007, les marchés internationaux enregistrent une hausse des prix sur certains aliments de base comme le riz, le blé, le mais et d’autres produits alimentaires. Cela est dû à plusieurs facteurs conjoncturels et structurels tels que : le remplacement partiel des carburants traditionnels par les agro-carburants et la réduction des surfaces agricoles, particulièrement dans les pays du Sud, pour subvenir à la demande du Nord, la demande croissante en produits alimentaires des nouveaux pays émergents comme la Chine et l’Inde, les actions de spéculations financières sur les marchés internationaux de matières premières y compris alimentaires, les politiques de subventions agricoles telles que les pratiquent les pays comme les Etats-Unis et l’Union européenne, ainsi que les politiques de libéralisation déloyales prônées par les Institutions Financières Internationales (IFI), particulièrement l’OMC, la faiblesse de l’appui, voire de la mise en place des services agricoles fondamentaux dans le pays, l’absence de planification décentralisée et participative devant impliquer systématiquement les organisations professionnelles agricoles. Les différents acteurs au niveau international, national et local doivent s’interroger sur la manière de concevoir le développement et l’exploitation de l’environnement en Haïti. Si d’un coté il y a le choix inadéquat des politiques sociales et économiques mise en place par les différents gouvernements pendant ces dernières années, de l’autre la communauté internationale et les Institutions Financières (IFI) n’ont pas su donner une réponse à la crise structurelle et à la pauvreté en Haïti. En particulier les politiques des IFI ont amené Haïti à être l’un des pays les plus libéralisés au monde : 80% de ses recettes d’exportation sont actuellement utilisées pour des importations de produits alimentaires. En Haïti la crise alimentaire a ainsi atteint un niveau plus élevé en cumulant les effets négatifs d’un trop fort niveau d’ouverture du marché et d’une désarticulation de la production locale. Des politiques comme celles portant sur les tarifs d’importation, la privatisation ou les zones de libre commerce, ont poussé la population à l’exode rurale et à la migration vers l’étranger, mais elles ont aussi empêché la production locale et amené le pays à être de plus en plus dépendant des importations de biens de première nécessité et donc plus vulnérable aux fluctuations du marché international. Sans parler du fardeau de la dette qui épuise depuis des années les caisses de l’Etat au détriment d’investissements qui devraient normalement être utilisés pour stimuler la production nationale et améliorer les conditions de vie des couches les plus fragiles de la population. Nous saluons les récents efforts de la communauté internationale visant à octroyer des aides financières au gouvernement haïtien pour faire face à gravité immédiate de la crise. Nous souhaitons cependant que ces solutions ne s’arrêtent pas au simple état d’urgence. Toute stratégie doit être concertée et pensée dans une perspective à long terme pour qu’elle soit assimilée et ensuite gérée par la population. Jusqu’ici les bailleurs de fonds n’ont pas vraiment considéré comme une priorité dans leurs programmes, la revitalisation du secteur agricole, duquel dépend 70% de la population haïtienne. Les représentants de la communauté internationale, et notamment l’UE, devraient commencer par mettre au centre de leurs préoccupations la valorisation de la production nationale en Haïti tout en faisant du secteur agricole un moteur de la croissance économique et en venant en appui à la politique agricole définie par le gouvernement haïtien en étroite collaboration avec les élus locaux et les organisations professionnelles agricoles. La valorisation de la production nationale en Haïti devrait se faire à partir des axes suivants : renforcement de la sécurité foncière, mise en place d’infrastructures agricoles (système d’irrigation, routes vicinales..), soutien à la production des activités agricoles et familiales, soutien aux services dans le domaine rural tels que la formation technique des paysans et une recherche développement à leur service, l’accès aux crédits et à l’équipement, mais aussi et d’abord le renforcement des organisations paysannes. En même temps, il est nécessaire d’assurer le développement des infrastructures locales, départementales et nationales de façon à favoriser l’émergence de petites et moyennes industries de transformation, le transport des productions rurales et la promotion de la consommation locale. Des interventions en Haïti pour une politique énergétique visant à l’autonomie locale et régionale sont également indispensables. Néanmoins, les cultures effectuées en vue de produire des agro-carburants ne doivent pas détourner le secteur agricole de sa vocation première qui est de nourrir la population. Elles ne doivent pas non plus accaparer des terres fertiles pour d’autres objectifs tels que par exemple la culture des plantes à caoutchouc et du sisal. Tout programme qui demande des transformations réelles doit être lancé à partir d’un dialogue où le gouvernement, le parlement, les élus des collectivités territoriales et les secteurs organisés de la société civile élaborent, mettent en œuvre et évaluent ensembles un cadre global et opérationnel de développement. L’expérience montre qu’en Haïti les initiatives de développement et leurs résultats ne sont pas durables s’ils ne sont pas portés par la population locale. Bruxelles, le 29 avril 2008 Coordination Europe-Haïti (CoE-H) (Coordinatrice : Alessandra Spalletta [1] La Coordination Europe-Haïti (CoE-H) est un réseau de 60 ONG engagées en Haïti et originaires de 8 pays européens. Formalisée en 2004, la Coordination s’est fixé pour objectif de remettre Haïti au centre des préoccupations du public et des gouvernements européens. Elle mène ainsi des actions de plaidoyer auprès des institutions européennes (Parlement, Commission et Conseil de l’UE) en lien avec 50 organisations partenaires en Haïti. Le premier projet de tourisme communautaire est lancé dans le Nord du paysUne cérémonie de lancement du premier projet de Tourisme communautaire du pays a eu lieu le vendredi 30 Mai dans le nord, plus exactement à l’Hostellerie du roi Christophe. Ce projet Tourisme communautaire sera financé par la BID (Banque américaine de développement). L’Ingénieur Agronome Jean Camille Bissereth est en quelque sorte celui qui s’est battu pour que ce projet, une initiative de la Fondation pour le développement du Tourisme Alternatif (FONDTAH), voie le jour. Assistaient à la cérémonie de lancement une délégation de la BID et des délégations des zones où se déroulera le projet : Dondon, avec l’Association des dondonnais en action (ADA), la Grande rivière du Nord avec RIVACOM et Pignon avec le Comité de bienfaisance de Pignon (CBP) présidé par le Docteur Guy Théodore. Si le nom de FONDTAH vous dit quelque chose, c’est parce que cette Fondation a à son actif l’organisation de foires binationales écotouristiques haïtiano-dominicaines dont la troisième a eu lieu il y a tout juste deux mois à Beladère-Elias Pina, du 1er au 16 Mars 2008, la première était à Fonds ParisienJimani du 20 Novembre au 5 Décembre 2004 et la seconde à Dajabon-Ouanaminthe du 25 mars au 9 avril 2006. FONDTAH organise aussi depuis 2002 des excursions et des journées écologiques au bénéfice des élèves, étudiants et professeurs pour porter ces derniers à lier connaissance avec la réalité du milieu. Le projet inauguré vendredi (30 mai) consiste à promouvoir un tourisme communautaire dans le département du nord d’Haïti, dont la première phase se focalise sur le circuit Dondon-Milot, comme un outil pour le développement local et la création de richesses (TOURISME / p. 20)LIBRES OPINIONS

PAGE 18

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 18 LES JEUX En Bref...(suite de la page 2) Avant la formation de la commission de sept membres à la chambre basse, le président de l’assemblée nationale, le sénateur Kelly Bastien, a invite les élus à consentir des sacrifices afin de permettre au pays d’aboutir à la formation d’un gouvernement et ceci dans les meilleurs délais. « L’urgence est la ratification du choix d’un premier ministre », a dit Bastien qui a ajouté « et la ratification de sa déclaration de politique générale ». Cependant les avis sont très partagés au Parlement concernant le choix par le président de la république de Robert Manuel. Le Sénateur du sud Yvon Buissereth dit qu’il n’est pas du tout disposé à ratifier un tel choix et le Sénateur Jean Hector Anacacis n’a pas manqué de rappeler que Bob Manuel ne réside pas dans le pays depuis cinq années consécutives, donc que constitutionnellement parlant, il ne peut pas être premier ministre.Charles Henri Baker estime le choix de Robert Manuel inconstitutionnel pour n’avoir pas résidé 5 ans dans le pays avant sa désignation (AHP)L’ancien candidat à la présidence Charles Henry Baker a soutenu jeudi que le choix de Robert Manuel comme premier ministre était inconstitutionnel, étant donné que ce dernier n’est rentré au pays qu’en 2005. Selon la constitution de 1987, un citoyen, pour devenir premier ministre, doit avoir résidé dans le pays pendant les cinq années ayant précédé sa désignation. Ce qui n’est pas le cas pour M. Manuel, a souligné Charles Henry Baker. Dans sa biographie publiée sur le net, M. Manuel explique son absence du pays par le fait qu’il aurait été un exilé poltique de 1999 à 2005. Ce qui supposerait qu’il avait des problèmes sous 3 gouvernements: celui du président René Préval dans lequel il était secrétaire d’Etat, celui du président Aristide et le régime du premier ministre intérimaire Gérard Latortue. Charles Henri Baker affirme également être contre le choix de Robert Manuel “pour le fait qu’il a accepté d’être désigné au mépris des prescrits de la constitution”. Il affirme ne pas croire non plus que M. Manuel puisse aider à l’amélioration de la situation du pays, étant donné qu’il a été le conseiller particulier du président Préval au cours des deux dernières années de vie dure qu’a connues, a-t-il dit, la population haïtienne. M. Manuel est également confronté à un problème de nom: le président Préval a désigné premier ministre le citoyen Robert Manuel. Alors que son vrai nom serait François Marie Joseph Philippe Louis Robert Manuel. La chambre des députés en 1997 et le 12 mai dernier, a écarté le premier ministre designé Ericq Pierre pour seulement un “Pierre” de trop (Pierre Ericq Pierre) Selon M. Baker, les parlementaires n’ont même pas besoin de se pencher sur le choix de Robert Manuel, puisque son cas serait déjà perdu, selon lui. L’ancien candidat à la présidence appelle le président Préval à tenir compte de la constitution de 1987 au moment de faire ses choix. Le responsable de l’organisation populaire Bale Wouze (balai arrosé) Byron Odigé a estimé de son côté que tous les secteurs de la vie nationale devraient comprendre l’urgence de l’entrée en fonction d’un nouveau gouvernement. Ce militant issu de la base Lavalas affirme ne voir aucun problème avec la désignation de Robert Manuel qui semble également avoir gagné la sympathie de plusieurs autres militants Lavalas, notamment de Cité Soleil qui ont multiplié des déclarationsLe Marché en Fer brûleUn incendie a éclaté tôt le vendredi 30 mai, au Marché Hyppolite, appelé également Marché en Fer, situé à la rue des Fronts Forts au centre ville de Port-au-Prince. Selon des témoins, une explosion provoquée par un court circuit pourrait être à l’origine du sinistre. Le Marché Hyppolite, un bâtiment historique datant de 1891, a vu sa partie nord détruite. Les commerçants se disent révoltés de l’intervention tardive du corps des pompiers. Arrivés sur les lieux, les sapeurs pompiers se plaignaient du manque de moyens les rendant incapables de circonscrire l’incendie. Alors que certains volontaires faisaient appel aux camions assurant le transport d’eau, on pouvait noter à quelques mètres du (En Bref / p. 20)

PAGE 19

Mercredi 4 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 19 ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou POU BATI LEGLIZNOTRE-DAME D’HAITIDimanch 18 me pase-a Ayisyen desann nan lakou Notre Dam Ayiti ( Little Haiti ) vin montre jan yo pote peyi-yo sou kè-yo. Pè Reginald Jean Marie , responsab pawas-la, te chante youn Granmès solanèl pou fèt drapo nou-an. Ble-e-wouj pawaze: drapo, rad, kòsaj, chemiz, palto, pantalon, mouchwa, ble e wouj. Granmounn kon timounn kontan montre fyète nan tout kò-yo. Pawòl djanm, pawòl diyite Pè Reginald yo kanpe youn lòt 1803 nan lakou-an. Li ankouraje tout Ayisyen: bizismann, lidè, tout sitwayen chanje figi, koupe ak mantalite grenn senk-la, mèt fòs-yo ansanm pou yo leve prestij kominote-a nan rebati-l ansanm san mande zòt tanpri souple. Se konsa, li pale sou pwoje batisman youn katedral Notre Dam pou Ayisyen. Youn pwojè ki pa fasil, youn pwojè ki se nou Ayisyen ak fòs ponyèt nou ki pou reyalize-l. An n’montre nou kapab, an n’pote kole ak Pè ayisyen-yo nan youn konbit k’ap fèt samdi 7 jen 2008-la nan Biscayne Bay Mariott Hotel sou Biscayne Blvd ak 17th Street . Pou plis detay rele (305)7516289. S.M.* * * * *HAITIAN-AMERICAN SCHOLARSHIP FUND, Inc. ENVITASYON21 Jen 2008, youn dat enpòtan pou mounn ki enterese nan edikasyon Timounn Ayisyen yo an Miyami. Gen youn òganizasyon youn ekip ayisyen mete sou pye pou bay ti ayisyen yo bousdetid ki penmèt yo al nan kolèj epi soulaje chaj depans paran yo. Lekòl Etazini koute anpil. Tèt nèg! Soti nan High School ale nan kolèj mande anpil depans preparasyon. Konsa Justin Manuel, Josée Grégoire, Alex Fouquet, Nadia Pressage, Mariline Nelson, Patricia Laurenceau, Sandra Fish, Jorane Manuel, Litzrudy Justinvil monte oganizasyon sa-a ki rele Haitian American Scholarship Fund, Inc pou kore timounn yo. Chak ane yo fè youn manifestasyon kiltirèl youn fason pou yo kolekte lajan pou timounn yo. 7èm aktivite fund-raising sa-a apn fèt nan Mariott Hotel ki sou Biscayne Bay 1633 North Bayshore Drive nan Miami. . Pou bèl sware gala sa-a ap gen mizik ak Nickenson Prudhomme. Mounn k’ap pote lapawòl se prezidan Massbay Communirty College Madan Carole M. Berotte Joseph (Ph, D) Kenbe dat-la Samdi 21 Jen, 2008) 7è diswa. Pou Enfòmasyon , tikè ak piblisite nan liv souvni-an rele: 305-893-4500/305-970-2174* * * * * PWOFESÈ WANER CADET NAN MIYAMIPwofesè Waner Cadet fè youn ti vizit doktè nan Miyami. Pandan ti visit-la li tou pwofite prezante liv li-a Haiti, le naufrage de l’Etat, quelle sortie? nan Libreri Mapou nan Little Haiti . Devan youn asistans entelektyèl, mèt la esplike kouman youn ti gwoup mounn , mete lapat sou peyi-a, foure leta nan pòch yo tankou byen prive yo. Youn sitiyasyon li di ki la depi lontan e ki anpeche peyi-a devlope, ki anpeche pèp-la pwogrese. Nou salwe prezans pwofesè Waner Cadet nan Miyami ki malgre li te rapid, te gentan rankontre kèk zanmi ki apresye travay ki nan liv la. Haiti, Naufrage de l’Etat se youn testaman, youn dokimantè pou tout istoryen k’ap chache rasin kòz pwoblèm dekadans peyi D’Ayiti. N’ap jwenn liv nan Libreri Mapou 5919 NE 2nd Av. Miami Fl. 33137/ 305-757-9922. mapoujan@bellsouth.net* * * * * YOUN MO KI BAY PWOBLÈM : SIPEKERYENAK: MAX MANIGAT* Madi swa 27 me 2008-la mwen te voye nòt sa-a bay kèk kolaboratè paj kreyòl Tigout pa Tigout nou-an ki parèt chak senmenn nan paj 19 jounal Haïti en Marche : “ Kouzin, Kouzen, Mwen pa pran souf-nou menm. Se 3 4 Koukouy ki tout tan ap ekri nan paj kreyòl nou-an : Ti Gout pa Ti Gout . Tanpri fè m’ santi soukous-nou. Voye youn sipekeryen ban mwen tousuit, tousuit. Mèsi anpil! Kouzen Maks ” Mèkredi maten byen bonnè, Kaptenn-nan te rele nan telefòn pou te aprann mwen ganyen younn nan kolaboratè-yo ki dapre li pa renmen mo : sipekeryen-an. Trapde, mwen kouri limen konpyoutèmwen. Men sa kouzin-nan voye : “ 27 me 2008 Kouzen, Lè w pale de sipekeryen sa ou vle di? Nan ki jaden ou ta vle nou sèkle enpi plante sipederyen an? Tanpri, fè-n konnen. Paske nou pa ka ap voye monte alagouj. Mèsi Frè. Awa ” Kòm mwen te wè mo sipekeryen-an t’ap bay youn ti pwoblèm, mwen te reponn kouzin-nan san pèditan : “ 28 me 2008 Kouzin, Ou mande-m : “ Lè w-pale de sipekeryen sa ou vle di? “ Enben, mwen vle di : youn lòsyè , youn soloba , youn ti moso pou kenbe man men-w . Se konsa mwen konnen mo “ sipekeryen “-an. Nan “ Haitian English Dictionary “ (2004) la Bryant C. Freeman tradui : sipekeryen = snack : cf soloba .(p. 861) Lè n’al chèche : soloba nou jwenn li vle di : snack tou. Lanng nou an ap devlope pou li kouvri tout pati nan peyi nou an menm dyaspora-a tou. Se poutèt sa mwen te pibliye : Mots créoles du Nord’Haïti... (2006). Si ganyen youn mo ou konnen nan Nò osnon ki pran youn lòt sans nan zòn sa-a, li kapab pa konennl nan Sid osnon li ka gan youn lòt sans. Sosyete Koukouy konprann enpòtans mouvman sa-a ; l ap pouse-l rèd avèk atik Jacques J. Garçon yo nan paj kreyòl nou an. M’ap travay sou orijin avèk siyifikasyon mo : dolowann (Sid), lolowann (Nò). Yo pa nan okenn nan diksyonnè mwen sèvi yo. Mwen pa p’pran chans anplwaye li tout tan mwen pa twouve sans li. Ou kontinye : ” Nan ki jaden ou ta vle nou sèkle enpi plante sipederyen an ? “ Depi, mwen fin defini mo-a, pètèt dezyèm kesyon sa-a ka vin pran youn lòt sans. Antouka, se lamenfòt mwen t’ap mande pou paj Tigout pa Tigout nou-an ki parèt chak senmenn nan jounal HEM (Haïti en Marche). Sa w-rele : sipekeryen osnon sipederyen (si se pa youn koki : coquille an franse)? Sanble se youn bagay pou plante. Rafrechi memwa-m paske mwen pa sonje sans sa-a. Ou fini : “ Tanpri, fè n konnen. Paske nou pa ka ap voye monte alagouj .” Sa mwen pa konprann ni. Mwen pa kwè youn ti nòt senp konsa ta kapab ganyen “ voye monte alagouj “ ladan-l. Dayè, gran frè ou konnen an toujou mezire mo-yo anvan li sèvi avèk yo. Li bon pou nou pale pou nou eklèsi sa ki pa fin klè. Kenbe djanm pa lage! Kouzen Maks ” % Sipekeryen se t’ava pwononsyasyon kreyòl kout franse mawon sa-a : “ si peu que rien ” ki fasil pou mwen tradui : youn ti kras ki pi bon pase anyen menm. __________ * Max Manigat se otè : Patamouch. Etimoloji Literati – Repòtaj. 2007, 266p.* * * * * POU IV DEJANSe pa tout vanyan maladi ka gate. Menm lè gwo papiyon nwa ta sot jouk nan ziltik vin poze nan fetay kay nou kè nou pa p’sote. Ou se kòk batay ki pa konn pèdi nan gagè, lanp tèt gridap move van nòde pa ka tenyen, wozo ki pliye anba gagann lavi san li pa kase. Depi ou ti katkat toupiti fèk soti nan vant manman-w pèp Ayisyen reklame-w, ni tou ou pa janm desevwa yo. Si ou te gen pouvwa fè-e-defè pou san sot nan bisuit leta se dat ou ta wete-n nan jwèt debobinen bobin fil arenyen pou anpetre pye tòtòy Se jodi ou ta rale-n soti nan kalbenday kole pyese simagri laviwonndede penpennen kon avadra mizadò sou granchimen Si peyi nou pa t’lwen, okazyon pa t’chè, nou ta reyini ti tyovi kou granmounn nan youn gran gran lakou mete-w kanpe drèt kou poto mitan fè gwo kandjanwou lago delivrans jete dlo souke ason chase malentespri sote ponpe tire lobe pike kole trase vèvè bat tanbou djayi lwa danse chante kwaze leuit trese youn kouwòn riban tout koulè lespwa, lanmou, jistis, solidarite pou nou met nan tèt ou. Pou nou di-w mèsi! Pou nou di-w bòn fèt! Menes Dejoie (18 me 2008)* * * * * ENVITASYONVant-siyati liv “ Cap-Haitien. Excursions dans le temps. Voix capoises de la piaspora ” ap fèt nan Libreri Mapou 8 Jen 2008 de 5è a 7è diswa. Anpil nan otè yo ap la. Se pral youn sware bèzèrrrrrrrrr nèt ! Rezèrve plas an nou ake liv an nou bonèr-bonèr nan 305-757-9922.* * * * * EDITÈ FÉQUIÈRE VILSAINTAK EDIKA VIZYON NAN LAPENNPè Destin Vilsaint , papa zanmi-nou, editè Féquière Vilsaint , mouri Monreyal senmenn ki sot pase-a. Li te gan 91-zan. Biwo Santral Sosyete Koukouy ap bese byen ba devan sèkèy youn sitwayen serye ki pase vi-l ap travay pou elve dis timounn. Li te ganyen satisfaksyon wè yo tout fin grandi epi byen soti. Sosyete Koukouy vle pitit li-yo avèk tout kò fanmi-an konnen li separe lapenn-nan avèk yo. L’ap mande : Marie Maude Vilsaint , Féquière Vilsaint avèk madanm-ni Maude Heurtelou epi pitit-yo : Mia Fay ; Jocelyne Vilsaint , Marie Sonie Vilsaint , Ginette Vilsaint , Daniel Vilsaint , Luckner Vilsaint , Marie Paulette Vilsaint , Jean-Philippe Vilsaint , Ruth Vilsaint avèk fanmi-yo pou resevwa kondoleyans-li. Pè Vilsaint pa kite fòtin men li kite youn kolonn mounn byen prepare k’ap sèvi kominote-yo avèk peyi-yo. Ekspozisyon kò-a te fèt nan : Salons Funéraires Armstrong . 1640 Côte Vertu, Ville St. Laurent, Québec , vandredi 30 me-a soti 5-è pou rive 9-è diswa. Samdi maten, 9-è 30 pou rive 11-è sete sèvis relijye-a nan Bethel Baptist Church , 3060 Boul. Côte-Vertu, Ville Saint-Laurent . Pè Destin Vilsaint antere nan simityè Saint Laurent , Ville Saint Laurent .

PAGE 20

Mercredi 04 Juin 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 19 Page 20 Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com | haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896L’ACTUALITE EN MARCHE au bénéfice des collectivités territoriales. Les objectifs de la FONDTAH sont les suivants : • Mettre en place des structures d’encadrement, d’accueil et de protection au niveau des régions patrimoniales. • Développer un tourisme respectueux de l’environnement, de notre culture, de nos patrimoines et du peuple haïtien tout en facilitant l’intégration de la population locale. • Vulgariser l’agrotourisme et l’ethno tourisme comme spécificité haïtienne. • Promouvoir les micros entreprises artisanales, culturelles, agroalimentaires, hébergement dans les familles, guidage, danses traditionnelles, association des producteurs de chevaux, plantes ornementales, plantes médicinales etc. • Faire ressortir à travers les ondes l’importance économique du Tourisme Alternatif en Haïti. • Aménager des villages écotouristiques autour des régions patrimoniales comme pôle de développement pour la création des richesses et des emplois durables. • Permettre aux haïtiens et étrangers de mieux connaître le pays. • Organiser des foires écotouristiques et de production à l’échelle nationale et internationale. Le tourisme est surtout l’affaire d’êtres humains. FONDTAH, dans le cadre de la formation axée sur la demande sous les auspices de l’Institut National de Formation Professionnelle (INFP), vient de former 90 jeunes de 15 à 24 ans dans le domaine de l’Agrotourisme, dont à Petit-Goâve : 23 jeunes spécialisés en Gestion hôtelière et Chambre d’Hôtel, 20 en Jardiniers paysagistes) et à Dondon (24 spécialisés en Guidage et 23 en Entreprenariat en élevage). Ces jeunes sont en train de se regrouper en association pour travailler comme professionnels prestataires de service et affiliés à la FONDTAH.Le premier projet de tourisme communautaire(... suite de la page 17) marché, une bouche d’incendie qui aurait pu éviter la catastrophe si les responsables avaient pensé à la réhabiliter. Aucune perte en vie humaine n’a été signalée mais les dégâts matériels sont énormes, selon les commerçants. Un responsable du marché a vertement critiqué la mairie de la capitale ainsi que les ministères de la culture et du tourisme qui se sont montrés incapables de protéger ce lieu centenaire. Construit en 1889, le marché fut inauguré deux ans plus tard, le 22 novembre 1891, sous le Président Florville Hyppolite.Haïti et la politique du blocageTournée de l’auteur Peter Hallward et présentation du livre:« Damming the Flood : Haiti, Aristide, and the Politics of Containment ». Bibliothèque publique d’Ottawa : L’auteur, Peter Hallward, a été invité à prononcer une série de conférences au Canada à l’occasion de la sortie de son dernier livre « Damming the Flood, Aristide et la politique du blocage ». Cette tournée emmène l’auteur dans quatre villes Canadienne. Le professeur Hallward est d’origine canadienne, il enseigne la philosophie au Middlesex University à Londres, en Grande-Bretagne. Damming the Flood a été accueilli dans le milieu universitaire comme étant la première analyse précise de l’histoire récente d’Haïti. Ce livre pose un regard perspicace, sans complaisance, sur le devenir de ce pays des Caraïbes appauvri et exploité. Il suscite l’admiration d’auteurs célèbres comme Noam Chomsky et Tracy Kidder. Ce dernier, auteur de la biographie du Dr Paul Farmer: « Montagnes derrière les Montagnes » écrit : « Damming the Flood présente une autre version de cette histoire biaisée, rapportée universellement par tous les médias avec un parti pris agressif renversant. C’est une lecture obligatoire pour tous les historiens des Amériques et pour chaque étudiant en science politique.’ La tournée du professeur Hallward, s’effectue à un moment crucial de l’histoire mouvementé d’Haïti et de la résistance héroïque du peuple haïtien. Date des conférences: 31 mai Montréal, 1er juin Ottawa, 2 juin Toronto, 7 juin Vancouver, où M. Hallward est invité à s’adresser à la conférence de l’Association Canadienne des Études de la Caraïbe et de l’Amérique Latine.Vie culturelle : Fête de la Musique , Rencontres littéraires, Conférences …L’Institut français d’Haïti a présenté au cours d’une conférence de presse vendredi ( 30 Mai) un riche programme pour les deux mois de Juin et Juillet 2008. Concerts, représentations théâtrales, projections de films, conférences-débats ou forum de discussion, constituent les diverses activités culturelles qui marqueront ces deux mois de la saison. Le programme a démarré le 30 mai 2008 avec le « Vendredis du Club de la Presse » Max Chauvet, Frantz Duval et Georges Michel ont présenté au public, le quotidien de la rue du centre, Le Nouvelliste qui a fêté le Premier mai ses 110 ans. Une deuxième rencontre de la presse, avec la participation de Thierry Fagart, Représentant du haut commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme, est prévue pour le vendredi 6 juin 2008. Thierry Fagart interviendra autour de la « Déclaration universelle des droits de l’homme en Haïti, 60 ans après son adoption ». La fête de musique, quant à elle, se déroulera du 13 au 19 juin dans les jardins de l’institut avec à l’affiche différentes prestations, dont Haitian Jazz Quartet et des ensembles conduits par Daniel Henrys, Boulot Valcourt, Dickens Princivil et Cynthia Lamy. D’autre part, des rencontres littéraires, des tables rondes, des débats, s’inscrivant dans le cadre de la 5e édition du « Prix des Amériques insulaires et de la Guyane », débuteront le 20 juin 2008. Des écrivains, tels Danny Laferrière, Simone SchwartzBart, Gisèle Pineau, Alain Mabanckou, MarcEmmanuel Dorcin, sont attendus lors de ce rendezvous biennal centré sur l’attribution d’un prix littéraire et de deux bourses. Une conférence à signaler dans ce programme est celle du professeur polonais Józef Kwaterko autour du thème « Les écrits des légionnaires polonais et la Révolution haïtienne » . Retenez la date, le 11 Juin 2008. Professeur à l’université de Varsovie, Kwaterko présentera des témoignages écrits en français par les soldats polonais participant à l’expédition du Général Leclerc à Saint-Domingue. La Fondation AfricAmerica organise, de son côté, son forum d’art contemporain du 20 juin au 6 juillet 2008. Il s’agira du cinquième forum transculturel d’art contemporain sur la thématique « Terres et migrances ». La création contemporaine venue des continents africain, européen et américain sera à l’honneur. Au terme de ces activités culturelles, qui s’étendent jusqu’au 31 juillet, Paul-Elie Lévy fera ses adieux à Haïti après avoir passé quatre années à la tête de l’Institut français.En Bref...(suite de la page 18)