Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text















Haiti en IVarche edition du 21 au 27 MVai 2008 Vol. XXII No. 17


ACTUALITE POLITIQUE

C'est le moment ou jamais de sortir de l'impasse
FURCY, 16 Mai chances de l'emporter et en
C'est maintenant oujamais! COMMEMORATION DE LA FETE DU DRAPEAU NATIONAL meme temps le moins de
Les acteurs sont arrives au risques encourus.
bout les uns de leur impuis- Nous sommes
sance et les autres de leur arrives l un pareil moment
toute puissance. dans la crise politique
Les partisans de la . .. actuelle.
ratification du Premier L'opinion est
ministre d6sign6 Ericq fatiguDe. La rue toujours
Pierre ralisent que les aussi m content.
pleurs et grincements de La machine
dents ne suffiront pas pour gouvernementale est
changer la decision de la grippe. Pour la premiere
chambre des d6put6s rejetant fois depuis l'arriv6e de Mon-
le lundi 12 mai la nomina- sieur Rend Prval au Palais
tion de ce dernier. national, cette semaine nous
En meme temps sommes en panne d'essence.
que les 51 d6put6s qui ont De diesel. Et ce n'est pas la
pos6 cet acte sont en train de faute du march interna-
prendre conscience, face aux tional, mais le cheque quin'a
vives reactions soulev6es, de pas 6t6 lib6r6d temps pour
la gravity de leur geste. la commande.
C'est ce qu'on Toutm nouveau se
appelle le moment L .. ... d6glingue.
psychologique, celui oif, w Et pour commencer
dans tout processus, on peut tous les accords de prkts et
intervenir avec le plus de Parade i 1'Arcahaie le 18 mai 2008 (photo Eugene Robenson) (CRISE / p. 4)


Haiti n'existe pas

en temps de crise

UNE INEXPLICABLE RARETE DE DIESEL





"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"







L 'essence vendue dans l'informel (www.jjaugustin.com
PORT-AU-PRINCE, 18 crise politique importante de son sec-
Mai Le gouvernement en panne. ond mandat.
Panne skche. Pas une goutte de die- Haiti ne peut pas se le
sel pendant toute la semaine. C'est la permettre. Gouvernement sortant,
premiere fois depuis le retour de Ren6 interrigne, c'est pas pour nous parce
Prival i la pr6sidence. Et la premiere (PANNE SECHE / p. 5)



Livraison d'argent h domicile
en moins de deux heures Appelez sans frais:
USA/Canada:
CAM Pickup avec plus de 400 Agents Payeurs 1 -800-934-0440
71 1 t l 5A avbI D[ B hli I


d xversia d npum Ique.
* DUp6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande variety de produits alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.camtransfer.com
Approwvv par es aItorils bancares de
New ak.New Jeney. Comneclcut thode Isl d.
Monochlseks. Woshndon DC. GeogIe el Flodde









Page 2 E FLU ...

NOMINATION PREMIER MINISTRE

Et si on essayait


la transparence


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 14 Mai
- Le rejet par la Chambre des d6putes
de la nomination de Ericq Pierre
comme Premier ministre peut preter a
diverses interpretations, mais toutes
convergent au meme point : le rapport
des forces a change sur l'6chiquier


0 0 0


quand bien meme ils disposeraient de
quelques troupes.
C'est l'6chec de cette formule
qui transparait dans le vote negatif
d6cern6 par les d6putes a la nomina-
tion du Premier ministre Ericq Pierre.
En un mot, la balance du
pouvoir a change, l'6quilibre ne


politique et il est inevitable d'en tenir
compte.
Selon la Constitution, Article
137 : << le President de la Republique
choisit un Premier Ministre parmi les
membres du parti ayant la majority au
Parlement. A d6faut de cette majority,
le President de la Republique choisit
son Premier Ministre en consultation
avec le President du Senat et celui de
la Chambre des D6puts. >>
D'autre part, comme lors du
choix du gouvernement du Premier
Ministre demissionnaire Jacques
Edouard Alexis, le chef de l'Etat a
choisi de se reunir aussi avec les lead-
ers des partis politiques represents au
Parlement.
En effet, aucun parti n'ayant
de majority absolue dans l'actuel
Parlement, on a adopt la formule de
gouvernement de coalition. Les
ministres viennent des rangs de ces
differents partis represents dans
l'actuelle legislature.
Or c'est cette meme formule
qui vient de faire 6chec dans la nomi-
nation de Ericq Pierre ...
Le President de la Republique
a eu plusieurs jours d'entretiens avec
les leaders des partis represents au
Parlement. I1 a longuement converse
avec les Presidents des deux chambres
l6gislatives, outre que ces deux
derniers appartiennent au parti qui
avait endoss6 la candidature de Rend
Preval aux presidentielles de 2006,
LESPWA. Malgr6 tout, le resultat est
le rejet du choix fait par le chef de
l'Etat.
Cela veut done tout
simplement dire que cette formule
aujourd'hui ne marche plus. Cela n'a
pas marched.
Pour la bonne raison que, et
comme on le constate depuis un bout
de temps, les acteurs traditionnels
n'exercent plus la meme influence
qu'on leur prete.
Les patrons de LESPWA, y
compris le chef de 1'Etat, n'ont pas pu
convaincre les d6putes membres de se
conformer au choix du president,
second par les presidents des deux
chambres (senat et chambre basse) ...
Tout comme les leaders des
partis membres de l'ex-opposition
(OPL, Fusion, Alyans, Union) ne sont
plus en mesure de ramener dans le rang
les parlementaires qui ont ete klus sous
leur banniere.
Sans chercher a savoir les
causes profondes de cette situation,
toujours est-il que c'est l'6chec d'une
politique. Une politique qui consiste
grosso modo a mettre ensemble deux
ou trois personnalites consacries lead-
ers a vie sans jamais chercher a savoir
quel est le sentiment des troupes,


s'exerce plus dans la meme direction,
le rapport des forces n'est plus le
meme.
Car en dehors de toute autre
consideration d'ordre moral ou civique
ou autre (y compris nationaliste), une
chose importante a retenir : le vote de
la chambre des d6putes est tout a fait
constitutionnel.
Selon la Constitution, le choix
du Premier ministre doit etre approuv6
par les deux chambres siegeant
separement. Si l'une ou l'autre rejette
ce choix par un vote majoritaire, le
choix est rejet6 automatiquement et le
President de la Republique doit choisir
un autre candidat au poste de Premier
ministre.
Des agences de presse de
conclure aussitot : le President Preval
doit done recommencer le meme
scenario. Rencontrer les leaders des
partis represents au Parlement. Cela
en consultation aussi avec les
presidents des deux chambres. Etc, etc.
Bref, la formule qui vient
d'6clater a notre nez comme une bulle
de savon.
Refaire ce calvaire, ce serait
mettre tout a fait h cot6 de la plaque
une fois de plus.
Nous ne voulons pas
conseiller aux autorites de ne pas
respecter la Constitution, mais un fait
est clair : cette formule est desormais
devenue fallacieuse. Depassee.
Les responsables du pouvoir
ne peuvent se permettre de continuer a
6viter de regarder la reality en face. Et
nous ajouterions : pendant que le pays
agonise, passe et trepasse.
Henry Kissinger a mis a la
mode une notion qu'on appelle le
pouvoir reel. Et en face le pouvoir
symbole.
En Grande Bretagne le
pouvoir symbole c'est la reine. Et le
Fouvoir reel c'est 10 Downing Street,
le bureau du Premier ministre
britannique.
Au Canada, le pouvoir
symbole aujourd'hui c'est Michaflle
Jean et le pouvoir reel c'est Stephen
Harper, le Premier ministre.
Eh bien, de plus en plus les
reunions du President Preval avec les
leaders de partis politique au palais
national s'apparentent a ce qu'on
pourrait appeler aussi un pouvoir
symbole (que l'on continue a suivre
uniquement parce que c'est la lettre de
la Constitution). Tandis que si on n'y
prend garde, tenez-vous bien (parce
que ce n'est pas le Parlement lui-meme
qui est en cause) mais ce sont les
groupes X ou Y apparus ces derniers
mois au sein des deux chambres qui
(voir TRANSPARENCE / 6)


T Mercredi 21 Mai 2008
EN BRE ... Haiti en Marche Vol. XXII No.17

Leonel Fernandez elu president pour la troisieme fois
Le president dominicain Leonel Fernandez a remport6 les elections
pr6sidentielles du vendredi 16 mai en R6publique Dominicaine, rapporte
l'agence dominicaine Espacinsular. Selon les premiers r6sultats communiques
par la Junte centrale 6lectorale (CE), Fernandez, du Parti de la Libdration
Dominicaine (PLD), a obtenu plus de 53% des voix. Son concurrent, Miguel
Vargas Maldonado, a r6alisd 41% des voix. Avec cette victoire, Leonel
Fernandez obtient un troisieme mandat pour diriger la R6publique Dominicaine
durant les 4 prochaines ann6es.

Le Discours du 18 Mai du President Rend Preval
Le President Ren6 Pr6val ne s'est pas rendu a l'Arcahaie cette ann6e pour la
Fete du drapeau. II a prononc6 son discours depuis le Palais National. Le
message pr6sidentiel a dtd ax6 sur la n6cessit6 d'augmenter la production
nationale. Intervenant sur l'esplanade du Palais national (siege de la pr6sidence),
a l'occasion du 205eme anniversaire du Bicolore national et de la fete de
l'Universit6, M. Pr6val a remerci6 le Premier ministre sortant Mr Jacques
Edouard Alexis pour avoir fait r6gner la stability dans le pays jusqu'aux 6meutes
du d6but d'avril, ainsi que l'ex-Premier ministre d6sign6 Ericq Pierre pour sa
disponibilit6. Puis le chef de l'Etat a annonc6 son d6sir de former un
gouvernement d'union avec la collaboration des parties politiques, du Parlement
et des autres secteurs de la vie nationale. II a demand a ces diff6rents secteurs
et surtout au Parlement de l'aider dans la lutte contre la vie chore.
La c6rdmonie de commemoration du 205eme anniversaire du bicolore national a
6td plus que sobre. Outre le chef de l'Etat, seul le recteur de l'Universit6 d'Etat,
I'agronome Jean Vernet Henry, a eu A prononcer un message de circonstance.
Diff6rentes units de la Police Nationale d'Haiti ont r6alisd une breve parade, au
rythme de la fanfare du Palais National. C'6tait ensuite au tour des dlkves de
diffdrents 6tablissements scolaires de la capitale d'effectuer eux aussi une
parade et des exhibitions sur la pelouse du Palais National.

Un compatriote honor au Canada
L'Acad6mie canadienne du G6nie a d6cid6 d'accueillir parmi ses membres notre
compatriote l'ing6nieur Samuel PIERRE, Ph D, professeur titulaire a l'Ecole
Polytechnique de l'universit6 de Montr6al. L'Acad6mie canadienne du G6nie
fait partie d'un r6seau international de vingt quatre associations d'ing6nieurs a
travers le monde. Ses membres sont coopt6s sur la base de < leurs r6alisations
exceptionnelles et de leurs longs 6tats de service au sein de la profession
d'ing6nieur >; ils sont au nombre de trois cents (parmi les 160 000 ing6nieurs
que compte la profession au Canada). Samuel Pierre, en plus de son
enseignement, est directeur du Laboratoire de recherches en r6seautique et
informatique mobile (LARIM); il est aussi l'auteur et le collaborateur de
nombreux ouvrages scientifiques.
Par ailleurs, il a r6cemment coordonn6 la publication d'un livre remarqu6 qui a
pour titre < Les Qu6b6cois venus d'Haiti >. Ii est parmi les membres fondateurs
de la Fondation Qu6bec-Haiti pour une scolarisation universelle de quality
(QHASUQ), fondation dont il vient d'etre dlu president. Samuel Pierre mene de
front son travail scientifique et ses activities pour la promotion de l'excellence
parmi les jeunes de la communaut6 haitienne du Qu6bec et de son pays
d'origine.

La conference de presse d'Ericq Pierre
Voici quelques-uns des points retenus lors de la conference de presse de l'ex
Premier ministre d6sign6 qui a 6cop6 d'un vote de non confiance du bloc CPP
au Parlement.
S'adressant aux membres de la Concertation des Parlementaires Progressistes
(CPP) : "Je leur souhaite aussi bonne chance."
Ericq Pierre a voulu expliquer pourquoi il avait accept de se presenter comme
futur premier ministre: J' avais accept d' Wtre d6sign6 (et) de mettre mes plus
de 40 ann6es d'int6grit6 au service de mon pays, parce que je m'6tais persuade
que, en plus de I'exp6rience et de la competence, notre pays a un urgent besoin
de placer au timon des affaires, des hommes et des femmes integres, strangers
aux combines et capables de prendre de la hauteur pour travailler avec succes a
l'am6lioration des conditions d' existence du peuple haitien."
(En Bref / p. 18)

Livre en Folie 2008, 14eme Edition, ce sera
au Pare Historique de la Canne a sucre
Le Jour de la Fete Dieu, le Jeudi 22 Mai et
ceci pendant toute la journee, de 10 heures
du matin a 5 heures de l'apres-midi
Cette annie, Livre en Folie aura un invite d'Honneur. Et c'est Marc
Bazin qui a 6t6 choisi. Les articles de sa chronique paraissant regulibrement
dans Le Nouvelliste il s'agit de la chronique "Des idWes pour l'Action" ont
6t6 rassembl6es et font l'objet d'un ouvrage que l'auteur presentera le 22 mai.
Dans une interview accord&e au Nouvelliste, Marc Bazin reconnait avoir recu
carte blanche du quotidien, non seulement quant au choix des sujets, mais
aussi pour ce qui a trait a la liberty d'expression qui est sienne .
Marc Bazin avoue s'etre laisse guider tantot par l'actualit6, tantot
par la n6cessit6 d'attirer l'attention sur un sujet d'importance nationale, et,
parfois meme, il se serait laisse mener par le vieux r6flexe qui sommeille en
tout homme politique et qui consiste a ressasser les themes et les projets dont
il est habits et qui ne le quittentjamais.
Cependant fondamentalement, a travers tous ces articles, la toile de
fond qui est tissue, est celle du drame national. Et la grande question qui est
pose est celle-ci: Comment faire pour d6velopper Haiti et sortir de la pauvret6
?
La nouveaute, cette annie est 1' ouverture de la Foire du Livre, a deux
clubs de l'exterieur. Pen club du Quebec et le Pen club du Canada qui seront
done partie prenante de la foire.
Mais la grande nouveaut ce sera l'ann6e prochaine a explique Max
Chauvet, avec des invites de prestige qui viendront des Antilles francaises, de
France et d'autres pays francophones, afin de faire de Livres en folie un vrai
6venement international.
Au total, il y aura environ 1400 titres et soixante auteurs seront en
signature.
C'est regrettable que la direction de Livres en Folie ne fasse pas de
selection des livres presents. Livre en folie offre une tribune a tous ceux qui
veulent participer a la Foire. C'est ce qui explique que les livres soient de
qualitI vraiment in-gale, certains plutot d cevants soit par leur style, soit par
le sujet trait&. C'est le public qui sanctionne les auteurs, mais souvent trop
tard, etant en possession d'un livre qui vraiment ne l'interesse pas ou bien qui
est remal rit. (LIVRE EN FOLIE / p. 20)


Vote de la Chambre le 12 Mai 2008 (photo Georges Dupe)


..-j








Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


I L'ACTUALITE EN MARCHE I


* *
..r ... .. .. -. ** C










..' ."Copy righted Material

. -- Syndicated Content

Available from Cmmercial News Providers"
- 0
Sydcae -.~ .e t
4 S e -


im p-


-O o *
___ 0 a - -
- rrr **- *. e.. ......
.* 0 **
* *** **


= 0
o- -W

*** ***A*
o 411


La corruption et I'economie de la drogue entachent la presidentielle


LE MONDE, 16 Mai 2008 L'6lection
presidentielle dominicaine se gagne a coups de
decibels, de couiteux matraquages televises, de
subventions et d'emplois fictifs.
Lors de son dernier grand meeting a Santo-
Domingo, devant une foule agitant des drapeaux
mauves, la couleur de son parti, le Parti de la liberation
dominicaine (PLD, centre), M. Fernandez a oppose
la croissance retrouvee au "desastre" du gouvemement
precedent. Miguel Vargas, son principal adversaire,
en 6tait ministre des travaux publics.
Candidat du Parti r6volutionnaire dominicain


a Saint-Domingue
(PRD, social-d6mocrate), M. Vargas accuse le chef de
l'Etat de ne pas avoir fait profiter la majority pauvre
des Dominicains des benefices de la croissance. Se
presentant comme un
gestionnaire pragmatique,
il a esquiv6 les questions
sur l'origine de son I
imposante fortune ou les
allegations le liant au
r6seau de corruption


d6couvert, en 2006, a Marbella, en Espagne.
Mercredi, un affrontement entre partisans du
pouvoir et opposants a fait trois morts. En l'absence
(CORRUPTION/ p. 9)


m %$I 1 0 % as so M



upq Pv rwto



o -no rl -- Rp D -








"Copyrighted Material -
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"



-


a - dw 0


-p -NW- C 4 p m

'O- .
-o -mONS4 -0i
- 9 b omo. 4-


= m-


- 0)1 o


Page 3


ANALYSE SOMMAIRE
C'est le moment oujamais de briser l'impasse
p.1

ACTUALITE
Haiti n'existe pas en temps de crise p.1
Le discours du 18 Mai p.2
Ericq Pierre disseque son rejet par les d6putes
p.3

POLITIOUE
Et si on essayait la transparence ... p.2
Toujours la Republique de Port-au-Prince !
p.6

L'EVENEMENT
Leonel Fernandez r66lu p.1
La corruption et la drogue entachent la
presidentielle dominicaine p.3

L'ACTUALITE EN MARCHE
US : envoi de 3 bateaux charges de nourriture
p.7

LIVRES
Livres en Folie p.2
Vie chore et politique 6conomique p.8

DIVERTISSEMENT
Haiti a l'heure des T6lenovelas p.10

HAITI-DOMINICANIE
Nouvelle configuration de la migration ...
p.ll
Pourquoi les candidats gardent le silence sur
la th6matique haitienne p.12

LIBRE PENSEE
Incomprehension p,16
UEH : Plaidoyer pour la creation d'une
fondation p.14


--


r
It


*
*


o E








Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


ACTUALITE POLITIQUE


C'est le moment ou jamais de sortir de l'impasse


(CRISE... suite de la lre page)
contrats sont bloques. Le sommet des bailleurs a 6t6
<< annul6 > (nous insistons annul6 et non report sine
die comme on avait crf. Nous y reviendrons bientot).
Tout s'en va. Mais avec une difference : le
moment est psychologiquement appropri6 pour briser
l'impasse.


crise a commence dans le vote de censure du 12 avril
dernier au S6nat.
Sauf la rue qui ne bouge pas, peu amuse par
tout ce cinema car au dehors c'est le sauve-qui-peut la
vie.
Bien qu'il ne manque pas d'oiseaux de
mauvais augure pour pr6texter de l'impatience du
peuple dans l'int6ret de leur propre agenda. Mais ceux-

.r i


senateurs Mlus pour deux ans (plus 3 senateurs
manquants, dont 1 dec6de et deux radios pour avoir
camoufl6 leur nationality am6ricaine), le S6nat est pour
le moins handicap avec un nombre de membres r6duit
a 18 et un quorum (nombre de s6nateurs devant etre
presents pour 16galiser toute decision) de 16.

Le Groupe des 53 n'est pas


L 'ex-Premier ministre dtsigne Ericq Pierre lors d'une conference de presse Commemoration du 18 mai, FOte du drapeau, au Palais National: le President
apres sa non-ratification par la Chambre Basse (www.jjaugustin) Rend Prtval entourd (a gauche) du PM sortant Jacques EdouardAlexis,
du Vice-prtsident de la Cour de Cassation, Me Georges Moise et (a droite)
Effray6s devant 1'apret6 de la lIneparlent que poureux- du Prdsident du SAnat Kelly Bastien, du Prdsident de la Chambre Basse, Pierre
E a j .. .. Eric Jean-Jacques et du Recteur de 'UniversitW d'Haiti, Jean Vernet Henry


reaction soulevee...
La Chambre des d6put6s a vot6 de rejeter le
Premier ministre d6sign6 Ericq Pierre, mais a present
ces parlementaires eux-memes doivent etre
partiellement effray6s devant l'apret6 de la reaction
soulev6e par leur decision.
Des leaders politiques tris << au pouvoir >
(curieusement ceux surtout de l'ex-opposition) sont
months au cr6neau pour fustiger la decision de la
Chambre que pour un peu ils d6clareraient
inconstitutionnelle.
Meme si ce sont les memes leaders qui ont
applaudi a la destitution du Premier ministre Jacques
Edouard Alexis par un vote du S6nat pass dans des
conditions tout a fait similaires ...
Mais surtout de grandes ambassades et des
organisations internationales s'en indignent 6galement,
faisant semblant elles aussi d'oublier que l'actuelle


iltmesln. L d aillCeurs
depuis les 6meutes du
mois dernier on a appris a faire la difference entre le
vrai et le faux vrai.

Comme le Sphinx ...
Au milieu de tout ce gachis se dresse comme
le Sphinx une nouvelle entity, le Groupe des 53. Un
regroupement de d6put6s de diffirentes appellations
(LESPWA, OPL, Fusion, Lavalas, Latibonit an
Aksyon, RDNP etc) dont 51 ont blackboul6 la nomi-
nation de M. Ericq Pierre au poste de Premier ministre.
Et comme c'est un vote constitutionnel et que
nous vivons en regime de separation des pouvoirs, le
Groupe des 53 apparait comme b6n6ficiant, bien stur
momentan6ment, de tout le pouvoir de decision dans
le pays.
Mais voilh, c'est


que comme toujours aussi
en d6mocratie, trop de
pouvoir nuit. Qui trop
embrasse, mal 6treint.
D'abord la
Chambre n'est pas seule,
oh est le S6nat ?
Eh bien, apris
avoirjou6 sa carte du 12
avril (le vote de censure
qui a renvers6 le
gouvernement Alexis) ce
dernier n'en mine pas
large. Par la force des
choses.
Avec le depart, le


(www.jjaugustin. con)

monolithique ...
Aussi le S6nat perd de son importance dans
lejeu actuel.
La Chambre, nonobstant la tempete soulevie
par sa derniere decision, a done le vent en poupe.
Cependant, et nous arrivons au fond de la
question, le Groupe des 53 n'est pas monolithique.
Tout le monde a retenu ce passage de la
conference de presse tenuejeudi par M. Ericq Pierre,
a savoir que les d6put6s membres de LESPWA sont
majoritaires au sein du regroupement et que, tenez-
vous bien, si le Pr6sident Preval (qui est un de leurs
chefs) avait voulu les faire lecher prise, le vote du lundi
12 mai aurait pu etre different.
Nous ne sommes pas aussi certains que Ericq
Pierre que le vote du 12 mai ne tient qu'i cela, mais il
faut retenir que, selon lui, le chef de 1'Etat ne serait
pas intervenu aupris des d6put6s membres de sa propre
formation politique.

La balle est d6sormais dans le camp
du President Pr6val ...
Done on retient surtout que Ren6 Preval a un
role vital ijouer pour d6bloquer la situation.
C'est d'abord le Pr6sident de la chambre
basse, Pierre Eric Jean-Jacques, estimant (sur les ondes
de l'6mission Ml6odie Matin) que le vote de ses
colleagues constitue aussi un rappel l'ordre au
Directoire de LESPWA pour avoir n6glig6 ses propres
membres, plus int6ress6 a soigner ses nouvelles alli-
ances (avec ses ex-opposants de la campagne
pr6sidentielle).


8 mai fcoul, des 9 (CRISE/ p. 5)


Page 4


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE
CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL Amerijet International will open
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2, 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mondahugh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijet l sport cargo
between this sta 11l 1i. transfer. For rates
anpecificqe contact Amerijet's sales
()i \ iii ejT)2,j6* sdes@amerijet.com.
Am' nal, uInm full-service multi-modal
transportation logistics provider offering international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com.


P








Mercredi 21 Mai 2008 T A __TT T
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17 LD ACTUALITE


Haiti n'existe pas en temps de crise


((PANNE SECHE... suite de la lre page)
que chez nous, dis que le gouvernement s'arrete, tout
s'arrete.
La Belgique a 6t6 priv6e de gouvernement
pendant pris de six mois, comme souvent dans des
pays pratiquant le systime des elections au second
degr6. Aux Etats-Unis, la p6riode entre les
pr6sidentielles et l'investiture du nouvel lu s'appelle
le << lame duck >, en France l'interrigne. Mais le pays


1934), a k6t litt6ralement d6truit par la dictature a la
maniere Papa Doc qui ne tolere qu'un rien 6chappe a
son control exclusif, or l'Administration c'est la
neutrality totale, avant tout elle n'a pas de couleur
politique ...
Haiti ne peut done se permettre une crise de
plus de 24 heures, sinon rien ne va plus, ce sont toutes
les d6marches et entreprises d'utilit6 publique qui sont
stopp6es net. Comme disaient les anciens colonialistes,


stitutions c'est eux (1'Etat c'est moi) et
l'Administration leur sert a caser des partisans.
Cependant tous ceux-la n'en restent pas
moins une minority. Leur existence n'est pas une ex-
cuse a notre d6mission, voire a notre complicity.

Une simple affaire de fauteuils ...
Tout compte fait, le plus grand bien qu'un
pouvoir puisse faire a ce pays ce n'est pas la lutte


*


La parade de la Ftte du Drapeau sur la pelouse du Palais National (photos www.jjaugustin.com)


tourne comme a l'ordinaire. Business as usual. Parce
qu'il y a l'Administration, les institutions 6tablies
(solidement 6tablies), le corps des directeurs g6n6raux
et des fonctionnaires, bref la fonction publique que
meme la guerre n'empeche (pardonnez le pl6onasme)
de fonctionner.
Voire une petite crise politique (que disons-
nous, gouverementale) de rien du tout mais chez nous
c'est d6jh la fin du monde.
S'il y avait une Administration en Haiti, le
cheque pour la commande de diesel, ainsi que le payrol
du petit personnel, seraient toujours prets a temps. I1
n'y aurait plus ces manifestations incessantes et
agacantes de r6clamations d'arri6r6s de salaire.

D'abord pas de couleur politique ...
S'il y avait chez nous une Administration qui
se respecte, les fetes nationales du 1"e Mai et du 18
mai seraient c616br6es avec le meme faste en temps
de crise qu'en temps normal.
Haiti n'ayant pas une Administration le peu
qu'il y avait, h6rit6 de 1'Occupation am6ricaine (1915-


dis qu'on s'en va, les ascenseurs s'arretent. Suivez
mon regard !

Haiti a tout son temps ...
A peine le Premier ministre Jacques Edouard
Alexis renvoy6 que le sommet des bailleurs devant
d6cider de l'avenir 6conomique de la nation, plus que
de l'assistance financiere a k6t annul6 ...
Malgr6 tout le plus pr6occup6 reste encore
l'international parce que Haiti bien entendu n'est
pas seul au monde. Comme nous a dit l'un d'eux, le
temps en Haiti n'est pas le meme que dans le reste du
monde. Haiti a tout son temps !
Bien str il y en a plein qui vivent de cet 6tat
de fait, et en vivent bien. I y a les professionnels du
chaos, les pecheurs en eaux troubles, tous ceux-lM et
non des moindres qui, a force de crises, crises sur cri-
ses (pardonnez le cr6olisme), ont fini par s'y faire
mieux qu'en temps de stability. Cela d'un cot6 ...
De l'autre, il y a ceux qui (faisant du Papa
Doc sans le savoir) aiment bien un pays sans institu-
tions et sans Administration parce que dis lors les in-


contre la corruption, ce n'est pas la reconciliation
nationale, mais c'est doter enfin le pays d'une Ad-
ministration (avec un grand A).
Une Administration professionnelle, B 1'6cart
de tous les alas de la politique, et ouverte a tous les
citoyens ... Equity, 6galit6 des chances,
decentralisation, etc.
Et tout le reste viendra par surcroit. Les cri-
ses politiques en s6rie (comme celle tout a fait
insignifiante qui nous cause tant d'emmerdements en
ce moment) n'auraient non seulement aucun sens
(pourquoi n'existent-elles pas chez nos voisins :
Jamaique, Bahamas, R6publique dominicaine qui sont
dots d'une Administration) mais n'auraient aucun
int6ret meme pour leurs auteurs parce que n'ayant nulle
part oh caser leurs partisans.
Puisque l'essentiel de la crise actuelle de-
meure, dans un camp comme dans l'autre, une simple
affaire de fauteuils a partager dans les hautes spheres
de l'Etat. Insens6 qu'un pays en soit toujours 1.

Marcus, 19 Mai 2008


Le moment ou jamais de briser 1'impasse !


(CRISE... suite de la page 4)
Selon le Pr6sident du S6nat, Kelly Bastien,
le Groupe des 53 est une force politique que pour le
moment on ne peut ignorer (et une force parlementaire
vivace est une bonne chose pour la d6mocratie, pourvu
que les partis politiques qui y sont repr6sent6s fassent
leur boulot. Hl6as, c'est 1M que le bat blesse).
Conclusion : la balle est d6sormais dans le
camp du Pr6sident Ren6 Pr6val.
II peut choisir (comme certains le lui
demandent) de reconduire la candidature de Ericq
Pierre. Mais celui-ci, nous semble-t-il, a brul6 toutes
ses chances avec les propos virulents (et meme
insultants) tenus lors de sa conference de presse.
I1 importe de penser d'abord au


pays r6el ...
Par contre, le Pr6sident devrait rencontrer le
Groupe des 53, et pour commencer ceux de son propre
camp, pour d6finir avec eux une solution qui soit dans
l'int6r&t du pays. Non de tel secteur politique
d6termin6, que ce soit du pouvoir ou de l'opposition
(qui ne sont d'ailleurs aujourd'hui qu'un seul et meme),
pourquoi il importe de penser d'abord au pays r6el, la
grande majority.
La Chambre ne peut plus se permettre un vote
pareil a celui du 12 mai dernier, a partir du moment
que toutes les conditions seraient r6unies.
Aujourd'hui elle a prouv6 son poids dans la
balance, elle a aussi fait rengorger au Groupe des 16
du S6nat son vote de censure du 12 avril dernier


destituant le Premier ministre Alexis apris que celui-
ci eut obtenu peu auparavant un vote de confiance des
d6put6s.
A present, tout peut rentrer dans 1'ordre. Nous
sommes parvenus au fameux moment psychologique.
D'autant que celui-ci ne se repr6sentera pas de sit6t.
Car les pecheurs en eaux troubles sont aussi a 1'oeuvre.
Quant aux politiciens qui s'empressent d'accuser les
autres de magouille apris avoir prouv6 que ce sont
eux les docteurs is magouille, qu'ils se taisent !
Le moment psychologique est l1, il faut le
saisir. Le fruit est mur. Le Pr6sident Pr6val peut et
doit le cueillir.
Excellence, a vous dejouer !
Haiti en Marche, 16Mai 2008


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


I SCatpou S


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_US $ 40.00
US $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


I .c ** pou


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec Iivraison, le coOt est le double.
Prilre de specifier si vous 6tes
un nouvel abonn6
ou s'il s'agit d'un renouvellement


Nouveau

LIi


Renouvellement

W1


Page 5


Nom
Adresse


I









I NOMINATION PREMIER MINISTRE


Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


LEGISLATIF-EXECUTIF


Toujours la Republique de Port-au-Prince...


PORT-AU-PRINCE, 15 Mai-
S'il y a une chose qui a pu vous frapper,
c'est la rapidity avec laquelle les
d6cideurs ont tire les conclusions de la
destitution du Premier ministre Jacques
Edouard Alexis. D6cideurs nationaux et
internationaux ...
Le President Rend Preval qui
le samedi 12 avril donnait une
conference de presse au palais national
sur la vie chore cela au moment meme
oh intervenait le vote de censure du
Senat s'est exclam6 aussitot qu'il va
se mettre a la recherche d'un nouveau
Premier ministre.
Et ce fut Ericq Pierre dejh
present dans la presse sous l'6pithite
unique de << ami personnel du chef de
l'Etat. >>
Quant a l'international, il
annonyait peu apris l'annulation du
sommet des bailleurs qui devait se tenir
la semaine suivante en Haiti alors que
le Premier ministre demissionnaire avait
personnellement particip6 a la
preparation dudit sommet et qu'il reste
en poste depuis pour exp6dier les
affaires courantes.
Les grandes institutions se sont
done laiss6 dire que le remplacement
d'un Premier ministre est quelque chose
qui s'effectue en Haiti comme une lettre
a la poste.
D'autant plus quand le premier
ministrable qui ouvre la marche est un
familier de ces institutions
internationales.
Et quand la Banque interam6-
ricaine de d6veloppement (BID)


annonce un d6caissement imm6diat de
pris de 30 millions de dollars pour aider
a combattre la vie chore, on croit
l'affaire dans la poche.
Ericq Pierre repr6sente Haiti
aupris de la BID depuis plus de 15 ans.
Meme impression laiss6e par
1' Ex6cutif. Le bruit courait qu'il y aurait
peu de changements au sein du cabinet
minist6riel. M. Ericq Pierre lui-meme le
confirmait dans une des dernieres
d6peches de l'AFP juste avant le vote
n6gatif de la Chambre des d6put6s : des
ministres du gouvernement sortant
resteraient a leur poste.
Toutes declarations qu'on peut
interpreter comme si le vote de censure
du 12 avril ne concernait que le Premier
ministre Alexis. Mais ni le
gouvernement. Gouvernement de coa-
lition, n'oublions pas, of les ministires
sont partag6s entre autant de partis qu'il
y en a qui sont repr6sent6s au Parlement.
Ni le chef de 1'Ex6cutif dont le
role, que l'on sache, ne se r6duit pas a
nommer des Premiers ministres mais qui
participe aussi des options gou-
vernementales.
A croire done que le seul en
cause, le seul coupable, c'est le Premier
ministre censure. Ce pel6, ce galeux dont
nous vient tout le mal ...
Tandis que les membres du
cabinet minist6riel issus des autres partis
politiques (rappelons que le PM Alexis
appartient au parti LESPWA) n'auraient
pas a s'inqui6ter.
VoilB une lecture passablement
naive de la crise politique.


Mais ce n'est pas fini. D'autres
secteurs s'en melent, y allant de leur
petite pression plus ou moins diploma-
tique et plus ou moins discrete. C'est la
Chambre de commerce am6ricaine en
Haiti (AMCHAM) dans un
communique encourageant a la ratifica-
tion immediate du Premier ministre
d6sign6 ...
Mais aussi le no. 1 de la mis-
sion onusienne (Minustah). Puis telle
grande ambassade ou telle autre ...
Cela quelle que soit lajustesse
de leur argument : le pays en effet n'a
pas une seconde a perdre.
Cependant est-ce vraiment la
meilleure facon d'amener les
parlementaires a prendre le vote
souhait6 ou ne risque-t-on pas de leur
faire croire au contraire qu'on veut leur
forcer la main ?
C'est bien mal connaitre le
fonctionnement des choses et des
hommes en Haiti !
Lecture naive. Ou plutot lec-
ture trop a sens unique. C'est le d6faut
de beaucoup d'entreprises en Haiti, et
meme souvent des plus m6ritoires. On
prend les memes et on recommence. Les
memes recettes et les memes hommes.
A tous les niveaux : politique, diploma-
tique, m6diatique, 6conomique, Haiti est
le pays du statu quo 6ternel. Sans que
jamais l'on se soucie de savoir si entre-
temps il n'y aurait eu meme un tout petit


changement. La moindre nuance.
Mais tout se d6roule comme
une sorte de club socialo-mondain of si
les acteurs ne s'asseyent pas toujours a
la meme place, mais ce sont toujours les
memes tetes ...
Mais club d'abord totalement
exclusif comme il se doit chez nous, oh
seuls les membres connus et reconnus
sont admis.
Et cela aussi bien au plan
politique qu'6conomique, comme cela
a k6t depuis toujours le cas, soit. Mais
ce qui a change, c'est que aujourd'hui
c'est pareil dans presque tous les
domaines : artistique, m6diatique (eh
oui), litt6raire, ONG, professions
lib6rales ou autres.
Et pour finir c'est le meme
fonctionnement qu'a adopt
automatiquement aussi le corps diplo-
matique et international accr6dit6 en
Haiti, ambassades, 1'ONU et ses
agences, Minustah etc. Un monde en
circuit ferm6. Gratte moi le dos ... Oh,
comme on dit, l'on se crache dans la
gueule les uns les autres. En tout cas oh
on colporte toujours les memes histoires,
racont6es sur le meme mode et avec
toujours les memes personnages. Du
beau monde certes. Tout a fait bon chic
bon genre.
Mais dis lors on comprend que
ce qui se passe a l'ext6rieur de ce petit
(voir... 7)


la transparence

(TRANSPARENCE ... suite de la page 2)


sont en train de se
materialiser en pouvoir reel.
En effet, c'est le
Groupe des 16 qui a destitu6
le 12 avril dernier au Snnat
le Premier ministre Jacques
Edouard Alexis ...
C'est le groupe de
53 d6putes baptism CPP (Co-
ordination des
parlementaires progressistes)
qui a rejet6 la nomination de
Ericq Pierre.
Et a chaque fois
l'Ex6cutif n'a pu qu'accuser
le coup. Son impuissance
totale 6clate en pleinjour.
P o u r t a n t
l'explication est simple. Le
rapport des forces a change.
Ce sont ces groupes qui
d6tiennent pour l'instant le
pouvoir rel. Ce sont eux qui
nomment et rvvoquent, car
s'ils peuvent revoquer, ils
peuvent aussi nommer.
Et c'est ce que le
palais semble refuser
d'accepter continuant de
s'enfoncer dans un respect
purement formaliste de la
Constitution, done gratuit et
desormais inoperant.
Or que faire ?
Faut-il envoyer la
Constitution par-dessus les
moulins et traiter directement
avec les groupes en ques-
tion ?
Non, on peut tout en
respectant la Constitution
ouvrir un dialogue plus direct
avec eux. Et ne plus les traiter
comme des pestiferes, en
parents pauvres qu'on regoit
sur la galerie (au sens haitien)
et non au salon.
Nous en voulons
pour preuve que le pouvoir
ait d6cide d'ouvrir aussi le
processus de choix du Pre-
mier ministre et du
gouvernement a la << society
civile. >>


S..


Or l'Article 137 de la Consti-
tution ne mentionne pas la soci6t6 civile.
Non, il y a lM a notre avis un
blocage dont nous ne connaissons pas
les causes exactes (ce n'est pas ce qui
nous int6resse en ce moment) mais dont
il faut sortir coute que coute.
La meilleure facon et la plus
durable d'en sortir c'est un amendement
constitutionnel qui vienne remettre de
l'ordre dans ce d6sordre, r6tablir
l'6quilibre eu 6gard a cette nouvelle re-
distribution des cartes sur l'6chiquier.
Mais un amendement
constitutionnel ne se fait pas dujour au
lendemain.
A court terme, nous
proposerions qu'on ait recours a un au-
tre facteur et il s'appelle tout
simplement : la transparence.
Le President de la R6publique,
gardien attitr6 des institutions, est
autoris6 a dialoguer avec tous les
secteurs ou entit6s nationaux quels qu'ils
soient, et au grandjour, pourvu que cela
ne sorte pas du cadre de la 16galit6 et
que tout se d6roule au vu et au su de
tous les citoyens.
Bref, si la transparence est
totale, le pouvoir y gagne et les Groupes
y gagnent.
Le pouvoir y gagne du fait qu'il
b6n6ficie de ce fait de la confiance du
citoyen qui n'y voit aucune trace de
magouille.
Or on a vu comment les gens
sont rests de glace apris le rejet de la
nomination de Ericq Pierre.
Et les groupes en question y
gagnent de pouvoir faire passer leurs
revendications et leurs souhaits. Sans
avoir l'air d'exercer aucune dictature.
Sans se faire accuser de terrorisme
constitutionnel.
La transparence messieurs-
dames, v'lM le secret. Mais la transpar-
ence ne court pas les rues, comme le sait,
chez nous. C'est done le principal d6fi
auquel nous faisons face a l'heure
actuelle.
Marcus, 14Mai,
Port-au-Prince


Page 6


Et si on essayait


W konnen w


"toupare pou eleksyoWn" Bl w:



o deia enskripouvote


o deia konnen kote pou ale vote


o deia konnen kilepouvote


o dea konnen toutsa poukonnensou

bilten vt an papye yo


S tout saksite piwoa-a







Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


I L'ACTUALITE EN MARCHE


(... suite de la page 6 / PORT-AU-PRINCE)
monde risque de passer inapergu, d'6chapper i son
entendement. t I
Jusqu'i ce qu'il nous 6clate i la figure.
Comme ce rejet lundi par les d6put6s de la nomina-
tion d'un Premier ministre qui semble avoir fait g g g
l'unanimit6. Sauf qu'il y en a d'autres (et non des
moindres) a qui on avait oubli6 de demander aussi leur M M
avis.
Le monde est petit, comme on le chante i
Disneyland. Mais pas aussi petit que l'on pense ...
Certains vous saluent cette semaine par ces
mots : eh bien, on n'est pas sorti de l'auberge.
Mais on n'est surtout pas encore sorti de ce
qu'on appelait autrefois : la Republique de Port-au-
Prince !
Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince

Arrive prochaine en Ha'iti
de 3 bateaux transportant
environ 7.000 tonnes de
nourriture en provenance
des USA


COMMUNIQUE DE PRESSE
Ambassade des Etats-Unis d'Amerique
Bureau des Affaires Publiques
Le 16 mai 2008
Le Bureau des Affaires Publiques de
l'Ambassade des Etats-Unis se fait le plaisir d'informer
que dans le cadre du plus grand programme d'aide
alimentaire au d6veloppement de 1'USAID a travers
le monde, trois bateaux transportant environ 7.000
tonnes de nourriture en provenance des Etats-Unis
arriveront sous peu en Haiti.
En outre, pour faire face a la crise actuelle,
l'Agence Americaine pour le Developpement
International (USAID), fournira un montant initial de
US$20 millions d'aide alimentaire d'urgence a Haiti.
Cette assistance sera programmee par le biais
du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et des
Organismes Volontaires Priv6s des Etats-Unis. Cette
aide sera estimee approximativement 30.000 tonnes
de produits de base (comme par exemple du bl6, du
riz, du haricot et de l'huile v6g6tale).
Afin d'effectuer les premieres expeditions au
plus vite, I'USAID utilisera des stocks de nourriture
dejh entrepos6s au Texas.
Cette nourriture sera utilis6e pour
1) l'alimentation d'urgence a travers un
systime de s6curit6 d6fini en faveur des populations
les plus vuln6rables dans les zones urbaines et rurales
cibl6es.
2) nourrir des 6coliers dans les centres
scolaires avec des rations a emporter dans les familles
pauvres.
3) le programme de << travail contre
nourriture> (food for work) qui vise a r6parer des
systimes d'irrigation/des infrastructures routieres et
r6activer les terres cultivables 6rod6es en vue de
renforcer la production agricole et de cr6er des emplois
pour les ch6meurs.


S I 4 I & M








"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


- ~ ~


Maintenant


Disponible a



MegaMart
Delmas 30 (ancien local K-Dis)


D6p8ts Retraits


Achat et Vente
de Devises


HORAIRE (Jours f6ri6s compris)


Du Lundi au Jeudi:
Vendredi et Samedi:
Dimanche:


10:00 am 6 5:00 pm
10:00 am 6 6:00 pm
10:00 am a 2:00 pm


Les "Guichets 7/7", sont aussi disponibles aux
supermarches de DeliMart 6 Diquini, Clercine
et Laboule de 10:00 am 6 7:00 pm, jours f6en's compn's.


II IUNIBANK
"Fi I lllo i ensemble-"
"Falsons route ensemble"


Page 7


-W







I L'ACTUALITE EN MARCHE


Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


\ IL ht I | 1 I NlltIU .n.m Nl6U4



"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Une nouvelle representante
de I'UNICEF en Haiti prend fonction


Port-au-Prince, le 12 Mai 2008 La
nouvelle Representante de 1'UNICEF en Haiti, Ma-
dame Annamaria Laurini, de nationality italienne, a
pris fonction le lundi 28 avril 2008. Elle remplace a
ce poste Monsieur Adriano Gonzalez-Regueral dont
le mandat a pris fin apris pris de trois annees de ser-
vice.


w oIt 4 o I
0 -MM


Dans son plus recent poste, Mme Laurini 6tait
Directrice adjointe de la division de la coordination et
des interventions au siege des Nations Unies a New
York, en charge de la coordination efficace de l'aide
humanitaire et de la reponse a des situations d'urgences
complexes enregistrees au niveau mondial.
Auparavant, elle 6tait en fonction aupris de
la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS),
oh, comme Directrice du Bureau regional de Darfours
a El Fasher, elle a d6montr6, dans des circonstances


graves, une solide experience dans la gestion et la co-
ordination des missions integrees des Nations Unies.
Depuis son arrivee a 1'UNICEF en 1993,
Mme Laurini a occupy differentes fonctions de haut
niveau, notamment dans les domaines des affaires des
Nations Unies, de l'administration, des ressources
humaines et des relations avec les bailleurs de fonds.
Enfin, au cours de sa carriere debut6e en
1984, elle a eu de nombreuses opportunities de travailler
au sein d'autres organisations des Nations Unies
comme le Programme des Nations Unies pour le
Developpement (PNUD) et le Fonds Auto Renouvel6
pour 1'Exploration des Ressources Naturelle
(FANUERN) au Honduras, et l'Organisation Mondiale
de la Sante (OMS) a Genive, en Afghanistan, en
Ethiopie, et Erythr6e.
(UNICEF / p. 9)


Page 8


%MA o 4W,,


AGENT AUTORISE

Pour toute information afin de devenir un

AGENT AUTORISE C.A.M.

Appelez-nous gratuitement


partir des USA ou du Canada:

1-800-934-0440


Ou ecrivez nous a

info@camtransfer.com


I


A






Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


I L'ACTUALITE EN MARCHE


Une nouvelle
representante
de I'UNICEF en Haiti
prend fonction
(... suite de la page 8)
Madame Laurini arrive en Haiti B un moment oih
1'UNICEF a d6cide d'accorder une attention toute particuliere
au pays, non seulement en raison de d6fis B relever, mais
davantage grace aux progris r6cents enregistres en matiere de
survie des enfants, comme l'a constat6, Madame Ann Veneman,
Directrice G6nerale de 1'UNICEF lors de sa r6cente visite en
Haiti. Cet interet renouvel6 pour Haiti est refl&t6 dans le nouveau
programme 2009-2011 en cours d'elaboration, qui vient en
soutien B la strategie nationale de reduction de la pauvret6.
B1neficiant de ressources financieres accrues, ledit programme
mettra une emphase particuliere sur l'extension des interven-
tions
susceptibles d'acc6l6rer les progress en matiere de sante,
education, protection des droits, aces B 1'eau et assainissement,
d6veloppement et mise en oeuvre des politiques publiques pour
les enfants et les femmes dans tous les dix D6partements.
A l'issue d'une visite de courtoisie B Son Excellence
Monsieur Jean-Renald Clerism6, Ministre des Affaires
Etrangeres, Madame Laurini a rassure le Gouvernement Haitien
du soutien de 1'UNICEF dans ses efforts pour faire face B la
hausse des prix des denrees alimentaires et a d6clare que
<< L'UNICEF travaillera avec les autres agences des Nations
Unies, et tous les autres partenaires, pour minimiser 1'impact de
cette crise sur les enfants qui en sont les principales victimes >>
Pour informations suppl6mentaires, priere contacter la
section Communication de 1'UNICEF, 17, rue Armand Holly,
D6bussy. 2-245-3525 / 2-245-1404 /eaugustin@unicef.org

La corruption et
economice de la drogue
(CORRUPTION... suite de la page 3)
de d6bat, refuse par le president sortant, la campagne s'est
resumee B des changes d'accusations de corruption.L'opposition
a exig6 des explications, sans les obtenir, sur un emprunt de 130
millions de dollars contract par les autorites aupris d'une
mysterieuse society Sunland, en dehors des procedures
budg6taires et de l'accord sign avec le Fonds monetaire
international. Elle a accuse le gouvernement de remundrer
plusieurs dizaines de milliers de militants et de cadres du parti
au pouvoir par le biais d'emplois fictifs.
TRAFIC DE DROGUE
Le d6tournement de fonds publics semble ineluctable
pour la majority des Dominicains. Selon un sondage public par
le quotidien Hoy, 97 % de la population estime que
l'administration publique est corrompue, 39 %jugent qu'il y en
avait davantage dans le gouvernement precedent, 32 %
considerent que l'actuelle administration est plus corrompue,
mais seuls 9 % des sond6s placent la corruption parmi leurs
principales preoccupations.
L'inauguration de la premiere ligne de metro de Santo-
Domingo a 6t6 present6e par la propagande officielle comme le
symbole de la modernisation du pays. L'opposition a d6nonc6
le manque de transparence de ce grand chantier qui a longtemps
b6n6fici6 d'une enveloppe sup6rieure au total des credits d'une
dizaine de ministires, dont l'Mducation, l'agriculture et le
logement. "Le fonctionnement du m6tro exigera une subvention
annuelle de 3,8 milliards de pesos" (73 millions d'euros), anticipe
M. Vargas.
L'6quilibre macro6conomique, le grand succes de M.
Fernandez, est menace par les subsides pour att6nuer les effets
de la hausse des prix de l'6nergie et des aliments. "La
g6neralisation des subventions risque d'avoir un effet pervers
sur l'6conomie", met en garde l'6conomiste Miguel Ceara
Hatton. D'autant que la recession aux Etats-Unis se fait sentir
sur les transferts de fonds des 6migres et le tourisme, les deux
principales sources de devises licites de l'6conomie dominicaine.
Au-delB des paysages de carte postale que d6couvrent
3 millions de touristes chaque annie, 1'6conomie criminelle, lide
au trafic de drogue, s'est considerablement d6veloppee. Ce sujet
a 6t6 ignore durant la campagne. Seule l'une de ses consequences,
l'explosion de la delinquance et du nombre d'homicides, a 6t6
6voqude par l'opposition, qui a denonce l'incapacit6 du
gouvernement B freiner la violence. Lors d'une visite B Saint-
Domingue, en fdvrier, le tsar antidrogue des Etats-Unis, John
Walters, a 6valu6 B plus de 100 tonnes la quantity de cocaine
sud-americaine ayant transit par la Republique dominicaine en
2007. "Cette vague geante de cocaine represente une menace
aigue pour la Republique dominicaine", a averti M. Walters.


Start NOW and Get

CERTIFIED in Just WEEKS!

12,000 Graduates did.

YOU DESERVE IT TOO!


* Medical Assistant

* Customer Service

* Accounting

Assistant

* Administrative

Assistant

* Office manager

* Medical Billing


GrantslFinancial Aidl$O Down/
$0 Payments (to those who qualify)


Flexible Schedules


IPlacement Assistance




w05.624.3030

vww.sctrain. corn


Page 9








Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


Haiti A l'heure des T616novelas


PORT-AU-PRINCE, 16 Mai La crise nous
cerne de toutes parts. Seul refuge : toute la capitale se
precipite devant le petit 6cran a l'heure des telenovelas.
Les series televisdes d'origine sud-americaine et qui
ont un succes fou pas seulement en Haiti mais aussi
dans les Antilles frangaises, ce qui nous vaut de
pouvoir les capter tous lesjours et sur plusieurs chaines
a la fois, et l'instant d'apris reprises par les chaines
haitiennes qui se comptent aujourd'hui par dizaines,
environ 30 seulement a la capitale.
Le tout Port-au-Prince, toutes categories
sociales confondues, vit au rythme des aventures de
ces heroines, qui s'appellent aujourd'hui Marina, hier
Preta de < Au ceur du p6ch >>, auparavant Barbarita,
Milagro etc.
L'histoire est presqu'invariable. Amour et
tristesse entremeles, fortune et malheurs. Dans la bonne
tradition du vieux m6lodrame d'autrefois, de la
Porteuse de pain a la Dame aux cam6lias d'Alexandre
Dumas Fils ou La Traviata, l'op6ra de Verdi, un genre
qui a toujours fait recette.
Aux Etats-Unis,All my children compte plus
de trois d6cennies ininterrompues et seuls les attentats
du 11 septembre 2001 ont pu empecher son heroine,
Erika, d'etre au rendez-vous quotidien avec ses fans.
Appel6 soap opera aux Etats-Unis, les
t6lenovelas d'aujourd'hui ne sont pas diff6rentes non
plus des romans photos de notre adolescence. Les
memes histoires ou historiettes en version 6crite dont
le plus c61ebre est l'hebdomadaire Nous Deux qu'on
s'arrachait chaque semaine a la librairie Auguste ou B
La P16iade au centre ville.
Et cette ferveur s'expliquait pour des raisons


pas entierement diffrrentes d'aujourd'hui ...
Aujourd'hui c'est pour combattre le morne
ennui que nous inspire un pays oh tout est stupide :
la politique, les conversations, les relations
humaines, la musique, la tl66
elle-meme sauf bien str a
l'heure de Marina aujourd'hui
et hier de Preta ou Barbarita.
Autrefois dans les
annies de Papa Doc c'6tait
non pas pour oublier la
politique comme aujourd'hui,
mais pour ne pas oublier qu'il
faut oublier la politique !
C'etait done plus
qu'un passe-temps ou une
evasion le meme numero de
Nous Deux faisait alors le
tour de la capitale, passant de
main en main mais peut-etre
aussi une n6cessit6 car il tait
preferable que les tontons
macoutes vous d6couvrent
avec un exemplaire sous le
bras que le Capital de Marx.
Mais un Nous Deux
en main pouvait bien servir
aussi a cacher le Capital dans
une de ses chaussettes. Les principx inter
Les principaux inter
Aujourd'hui comme
hier la recette est immuable.
Une histoire totalement mievre, plus souvent sans
queue ni tete car ce qui int6resse les scenaristes c'est


Produits explosifs .... "77--
Toutes dimensions de mat6riels

POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059 CCEPS A C AESSE
ou enoyez nous un e-mail: sales@amerijet.com


trouver de quoi remplir le milieu, le mitan de l'histoire,
meubler les dizaines ou centaines ou milliers de seg-
ments diffuses jour apris jour et annie apris ann.e.
Selon Google.fr, All my children a kt6 inaugure le 5


pretes de la serie "Marina" (photo de promotion)
janvier 1970.
Avant la tWl6, avant les romans photos, il y
avait deja les grands quotidiens, et des deux cotes de
l'Atlantique, ceux-ci se battaient pour mettre la main
non sur les informations de derniere heure mais sur
les meilleurs auteurs de ces histoires fleuve et a l'eau
de rose qui faisaient couler a leurs lectrices (et lecteurs)
tant de larmes, d'oh naquit l'expression < pour faire
pleurer Margot. >>
Le cinema va bient6t galement s'y mettre.
Pour le public haitien, les titres les plus c6lbres sont
Le fils de personne, Mama Dolores etc.
Mais quand un segment (appelW autrefois
episode) se revelait vraiment stupide (comme il arrive
souvent, nous semble-t-il, avec nos Marina ou Preta
d'aujourd'hui), alors nous disions que c'est Margot la
premiere a 6clater de rire.
Mais aujourd'hui nos Margot sont serieuses
< comme du pain rassis >> B l'heure de leur show. Elles
n'ont pas le ceur a en rire car beaucoup sont obliges
de faire le tour de la capitale pour trouver une maison
amie ayant l'6lectricit6 a cette heure. Bien que les t6l6s
locales sejettent toutes sur ce pactole n'ayant aucune
programmation personnelle ni aucun droit d'auteur a
payer, mais toutes ne sont pas aussi < < jour >. Car la
meme tellnovela est vendue aussi dans nos rues en
version papier. Done on peut connaitre la fin de
l'histoire avant meme d'etre arrive au milieu. Bref c'est
totalement dingue. Mais ca marche.
Qa produit un effet beuf, comme on disait
autrefois. Et beuf en effet, car a regarder de pris, c'est
plut6t lourd. Pour un peu qu'on y prete un cil plus ou
moins critique, l'histoire est mal ficel&e, le decoupage
c'est zero, les acteurs comme ci comme ca, mais les
seconds roles surtout sont abominables, et on introduit
des tas de scenes sans rapport avec l'argument princi-
pal et destinies uniquement (grossierement) a faire du
remplissage.
Mais notons que de tout temps il y en a eu
pour regarder de haut ces petites euvres, ces
oeuvrettes, au sens oh Edith Piaff chante les amours
de Pierrot et Colombine.
Ces critiques-la, du moins en Haiti, se veulent
trop intellectuels pour ces passe-temps de midinettes.
Et pourtant, ils devraient etre les premiers a
s'y interesser car les telenovelas sont le meilleur in-
strument d'6ducation populaire de notre 6poque.
Dans leurs principaux pays d'origine, le
Mexique et aujourd'hui le Bresil, c'est la voie la plus
efficace pour sensibiliser la population a toutes les
questions du jour les plus graves : la lutte contre le
Sida, contre le viol, contre les tabous g6neralement
quelconques.
Toutes questions que les gens vivent aujour
lejour a travers leurs personnages favoris. Une cole
de la vie.
Malheureusement nous ne produisons pas de
series de cette envergure. Languichatte n'a pas kt6
remplac. Les essais tents plus tard n'ont pas eu de
suivi. Ou plut6t 1'Etat haitien et les autres institutions
qui n'en ont pas encore realis6 l'importance.
Car on aurait tant a faire dire a nos Marina a
nous, natif natal, a vivre avec elles et par elles.


(voir MARINA / 11)


Page 10







Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


Haiti-R.D.

Nouvelle configuration

de la migration et la deportation


rela
leur,
cont
Non
peup


Des Haitiens traversent la riviere separant les deux pays


Jean-Claude Charles ou l'ultime voyage
du < nomade aux pieds poudres >
Des fundrailles pour le c6lebre 6crivain haitien Jean-Claude
Charles ont eu lieu le 15 mai 2008 a Paris, a appris AlterPresse.
Une cer6monie civile qui s'est deroulee au crematorium du
Pere Lachaise.
Jean-Claude Charles est decMde le 7 mai 2008 a Paris, suite a
un cancer de l'oesophage.
Ecrivain et porte, mais 6galement homme a multiples
casquettes, la vie de Jean-Claude Charles a 6t6 essentiellement
marquee par l'errance.
Jean-Claude Charles est n6 le 20 octobre 1949, a Port-au-
Prince (Haiti). A 21 ans il quite le pays pour suivre des 6tudes de
m6decine au Mexique qu'il abandonnera rapidement pour se rendre
aux Etats-Unis.
C'est a New York que commence 1'enracinerrance de l'auteur
qui se d6finira dans ses ouvrages comme << nomade aux pieds poudres
> et << nigre errant >.
Par la suite, il s'6tablit en France oit il se forme enjournalisme
et en communication. Devenu journaliste a Paris, il collabore
longtemps aujournal Le Monde avec des r6cits de voyage.
Jean-Claude Charles, present comme un << homme de nulle
part >, tait aussi scenariste, regisseur et auteur de documentaires
pour la television, producteur de series et de chroniques pour la
radio.
En guise d'hommage, une soiree lui a aussi 6t6 d6dide le 14
mai au Rond-Point des Artistes a Paris.
En Haitimeme, le 24 mai a 9 heures AM sera c6l6brde une
messe a l'6glise du Sacr6-Coeur a Port-au-Prince.
Par ailleurs, d'autres hommages sont en preparation a Fort-
de-France et A New York.


Telenovelas
(MARINA... suite de la page 10)


Et pourquoi pas << Marina pre-
mier ministre design >> Avec l'appui
d'un public de 9 millions de
t6l6spectateurs assidus, nos petits
d6putis s'empresseraient non seulement
de la ratifier mais de voter


immediatement pour
ouvrir un studio de produc-
tion de telenovelas dans
chaque commune du pays.
Marcus, 16 Mai 2008


Solidarite Fwontalye
WANAMENT. 11 DE MAYO DE 2008.- Deux rdalites prdsentes a ne pas negliger dans les
tions d'Haiti et la Republique Dominicaine sont la migration des Haitiens vers le pays voisin et
s rapatriements vers Haiti par les autorites dominicaines. Elles constituent les deux plus grands
entieux qui emppchent les relations des deux pays de la Caraibe de se normaliser correctement.
seulement, ces contentieux affectent les autorites des deux pays, mais aussi 'harmonie des deux
,les.
Le ph6nomine de la migration sur le march du travail en RD reduisent la chance
haitienne vers la RD affecte les d'un groupe de Dominicains de trouver un boulot pour
Dominicains, parce que la presence survivre. La plupart des entreprises dominicaines
d'un nombre extraordinaire d' Haitiens (voir MIGRATION / 12)



Ij^ i c3L/e tycsff/s ...

Hot Summer Packages!!!


Welcome to Paradise in Haiti...
At Km 77, C6te des Arcadins.
A Beautiful Beach setting,
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport

3. 4 ,4 $ "dS ~Igts
RATES PER PERSON PER NIGHT
From June 15th to Sep. 15th 2008
PKG Double 3RD /4th 5 toll
us us us
1 Nt 87 /pp 59 /pp 30 /pp
3 Nts 83 /pp 56 /pp 29 /pp
4 Nts 78 /pp 53 /pp 27 /pp
5 Nts 74 /pp 50 /pp 26 /pp
Kids (0 to 4) Stay Free
(Add Kid meals)
+10% Taxes
* Air-conditioned rooms
* All meals included
(Breakfast, Lunch, Dinner)


Re&tx "d .
Pts
- Saturday Night Mouli-Club Disco
- Tropical Drinks
-Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong, mini-golf, beach volley
-Exquisite cuisine from our chef.
-Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
- Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM ..


D


INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 /37-01-1918/
sales(imoulinsurmer.com / info(imoulinsurmer.com


HI


As of the 01st of May 2008
The longer you stay the more you save !


Stay I Week

Stay 2 Weeks

Stay 3 Weeks

Stay I Month


Le Plaza Hotel
10, rue Capois
Champ de Mars, PAP, Haiti
Tel: (509) 22-23-8697
(509) 22 24-9305 06 07108 /10
(509) 25 10 4594 95
Fax: (509) 22 23 9282
www.plazahaiti.com


10% off

15% off

20% off

25% off


*Promotion applicable to our Standard, Executive and One-
bedroom Junior Suite room categories.
*Rate conditions apply
*Offer may be subject to change without notice


Page 11


I


:I ci~&$ Ckr lu ~C~fi~enr ~t~k,(lc~)Li~









HAITI-DOMINICANIE


Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


Haiti-R.D. Nouvelle configuration

de la migration et la deportation


(MIGRATION... suite de la page 11)
pr6firent embaucher les migrants afin de gagner des
profits exageres par rapport aux courts minimes
investis. Elles exploitent les migrants haitiens afin
d'augmenter leurs gains, mais ne le peuvent avec les
travailleurs dominicains dont la main d' euvre est plus
chore. Dans ce cas, la presence des travailleurs haitiens
augmente le nombre de Dominicains qui sont au
chomage.
Considerde dans un autre angle, la presence
haitienne est un apport incontoumable une contribution
reelle a la croissance de l'6conomie dominicaine. Une
telle situation presente un paradoxe pour les decisions
des autorites dominicaines : les travailleurs haitiens
sont utiles pour l'6conomie dominicaine, mais aussi
reduisent les chances des Dominicains de trouver du
boulot dans certains secteurs de l'6conomie, tels que :
la construction, les grandes fermes (sucrieres,
bananeraies, etc.). Comment gerer la situation ? Peut-
etre une premiere reponse est que la plupart de
Dominicains ne veulent pas effectuer le travail que
les Haitiens realisent, parce qu'il est trop lourd.
En meme temps que les autorit6 dominicaines
souhaitent avoir des Haitiens pour faire marcher leur
economie, mais refusent de les regulariser afin de
mieux les exploiter et aussi pour plaire a l'aile
ultranationaliste dominicaine tris puissante qui exerce
une influence considerable sur l'opinion publique.
Comment ne pas apprecier et regulariser la situation
de ceux sur le courage de qui repose une bonne partie
de la croissance de l'6conomie dominicaine ? Pourtant,
la politique du gouvernement dominicaine est de les
expulser. Quelle contradiction Les expulsions sont
massives a chaque fois, et n'obeissent a aucune rigle
6tablie. Voilk pourquoi elles sont toujours teintees de
violations des droits humains des migrants que
d6noncent constamment les organisations de droits
humains.


En maintenant une vigilance quotidienne sur
la frontiere nord, Solidarite Fwontalye / Service J6suite
aux Refugies et Migrants en Haiti s'interesse a la
collecte des informations concernant ce sujet et se
proprose de partager quelques chiffres relatifs aux
expulsions des migrants haitiens en Haiti au cours des
4 premiers mois de l'annee 2008. Ces chiffres peuvent
diffirer d'avec ceux que enregistres par d'autres
organisations interessees par cette question pour des
raisons que nous expliquerons prochainement.
Ces chiffres permettent de remarquer une
nouvelle configuration de la migration haitienne en
RD et du rapatriement :
1.- Les chiffres sont trafiques en cours de route
; et cela occulte les expulsions massives effectuees en
dehors du respect des droits humains. Les chiffres
annonces ne sont pas ceux qui arrivent sur la frontiere
Dajabon-Ouanaminthe. Certains rapatries interroges
par Solidarite Fwontalye / Service J6suite aux Refugies
et Migrants (Haiti) avouent qu'on les retournent a la
frontiere haitienne, parce qu'ils n'ont pas d'argent, car
la plupart de leurs compagnons qui 6taient avec eux
dans le bus pour etre transports ont accepted, a la
demande des autorites dominicaines, de verser une
somme afin de les laisser descendre du bus dans un
endroit en territoire dominicain a l'abri des critiques.
C'est pourquoi les autorites dominicaines sont tris
reticentes a remettre les fiches contenant le nombre
de migrants et la date du rapatriement aux responsables
du bureau de l'immigration a Ouanaminthe.
2.- La question migratoire est 6troitement lide
et affect6e par de multiples aspects actuellement a
l'ordre dujour qui changent sa configuration, tels que
: le trafic et la traite de personnes, la migration
irreguliere et la protection des droits des migrants. 3.-
Un autre aspect non moins important dans la
transformation du profil de la migration et du
rapatriement est la participation des femmes dans ce


mouvement. En effet, celles-ci sont tris presentes dans
le mobility sociale, et s'y engagent seules pour integrer
le march du travail et non pas pour accompagner leurs
conjoints.
De ce fait, il en resulte que si la Republique
Dominicaine est un pays r6cepteur de migrants avec
les consequences positives et negatives que cela
suppose, Haiti est a la fois un pays producteur de
migrants et recepteur de rapatries et d'expulses,
victimes de toutes sortes d'abus et de peripeties en
territoire voisin. Et pourtant, Haiti n'a pas encore signed
la Convention des Nations Unies sur la Protection des
Droits des Travailleurs Migrants, adopt6e en d6cembre
2000. Solidarite Fwontalye / Service J6suites aux
Rffugies et Migrants pense qu'il serait dans l'intfret
des migrants qu'Haiti signe cette convention afin de
les proteger. Avec la non-ratification de cet instrument
international, le gouvernement haitien prete le flanc a
l'exploitation et a la violation des droits humains de
ses propres ressortissants livres a la merci des autorites
dominicaines.
Entre temps, Haiti est appel6e a consolider la
d6mocratie et l'Etat de droit, integrer le processus de
modernisation pour freiner la corruption qui gangrene
l'administration publique, mettre en place des
structures pour un d6veloppement durable dans
l'6quit6 sociale qui tienne compte des facteurs culturels
du pays et, garantir aux plus vulnerables l'acces aux
services sociaux de base.
Solidarite Fwontalye / Service J6suite aux
Rffugies et Migrants (Haiti) est convaincue que la vie
peut rejaillir pour les Haitiens dans leur propre pays,
moyennant le respect de leurs droits fondamentaux :
droits a la vie et droit de participer au bien commun.
C'est en contrant la desesperance, qui conduit un
nombre grandissant d'Haitiens a leur fuir leur pays et
a grossir ainsi le contingent de migrants clandestins et
irreguliers, qu'Haiti pourra renaitre.


Santo Domingo : Pourquoi les candidats a la presidence

ont-ils garden le silence sur la thematique haitienne ?


Les Dominicains se sont rendus aux urnes ce
vendredi 16 mai 2008 afin d'dlire un nouveau
president, l 'issue d'une campagne qui a quasiment
fait silence sur la question haitienne, ce que les
observateurs considerent comme inedit.
Par Wooldy Edson Louidor
P-au-P., 16 mai 2008 [AlterPresse] Pris en-
tre de puissants groupes de pression ultranationalistes
et la pression de la communaut6 internationale, les
principaux candidats a la presidence dominicaine ont
preffr6, au cours de presque toute leur campagne
6lectorale, garder le silence sur la th6matique haitienne.


TBLL MREBr I bbfb-
bRi bb-BBb4b
PAX ISaftS-"bb ft
BRLL. bbft9b-a l 1


D'une part, les groupes de pression
tionalistes qui d6tiennent plusieurs formes de
(politique, 6conomique, social et culturel)
t pour la reduction voire l'elimination de la
:e haitienne en Republique Dominicaine,
nent par le contr6le strict du flux migratoire
ant d'Haiti, des rapatriements intensifs, la
sation de la frontiere, la substitution du Jus
ii (droit du sang) au Jus soli (droit du sol)
it consacr6 par la Constitution dominicaine
ueur, le refus d'octroyer la nationality
caine aux descendants d'Haitiens, etc.
D'autre part, le
monde entier a les yeux
fixes sur la Republique
Dominicaine, principa-
lement sur la situation
deplorable des migrants
haitiens et de leurs descen-
dants dans ce pays.
Des r6seaux de
solidarity, des organismes
de droits humains, des
organisations internationa-
les et des pays (dont les
Etats-Unis d'Amerique, la
Norvige, la France et des
nations latino-americaines)
de la Communaut6 interna-
tionale ne cessent de
presser les autorites
dominicaines a prendre des
mesures concretes pour
garantir le respect des droits
humains des migrants
haitiens et de leurs descen-
dants sur leur territoire,
conform6ment aux pres-
crits des instruments
juridiques regionaux et
MI &A internationaux relatifs aux
droits humains.

Reactions de
quelques journalistes
dominicains
Considerfe comme


l'une des priorities dans l'agenda de la Republique
Dominicaine, la th6matique haitienne a pourtant eu peu
d'incidence dans les campagnes 6lectorales des
candidats des trois principaux partis politiques a la
presidence dominicaine : Amable Aristy Castro du
Parti Reformiste Social Chretien (PRSC), Leonel
Fernandez Reyna du Parti de Liberation Dominicaine
(PLD) actuellement au pouvoir et Miguel Vargas
Maldonado du Parti Revolutionnaire Dominicain
(PRD).
Les trois aspirants ont, de l'avis de certains
analystes dominicains, neglig6 le theme haitien qui
polarise fortement la society dominicaine.
Dans son editorial o Agenda e inmigraci6n
haitiana > paru le 21 fWvrier 2008 dans l'hebdomadaire
Clave, Fausto Rosario Adames, directeur general de
l'agence en ligne dominicaine Clave Digital, faisait le
vceu que << les aspirants a la presidence proposent, dans
leurs discours ou dans leurs programmes de
gouvernement, quoi faire avec la migration haitienne
dans notre pays >.
De son cote, Eddy Beltre de l'agence en ligne
Espacio Insular a soulign6, dans son article "El tema
haitiano en la recta final de la campaia electoral en
la republica dominicana public le 21 avril 2008, que
< le theme haitien, recurrent dans les processus
6lectoraux dominicains anterieurs, fondamentalement
avant la mort de Pefia G6mez en mai 1998, n'a pas eu
dans l'actuelle campagne une incidence politique
sp6ciale >.

Propositions de deux candidats
Seulement deux des candidats, Amable Aristy
Castro et Leonel Fernandez, se sont prononces
ouvertement sur quelques aspects de la th6matique
haitienne, dont : la crise politique et sociale en Haiti et
ses impacts sur le pays voisin, la migration haitienne,
la frontiere et les rapports commerciaux entre les deux
republiques.
Dans une emission sp6ciale realisee au cours
du week-end du 19 au 20 avril 2008 par les m6dias
appartenant au puissant Groupe Corripio, Amable
Aristy a affirm que la migration haitienne constitue
le principal problime de la Republique Dominicaine.
Sit6t Olu president, il promet de prendre des mesures
drastiques contre le flux migratoire provenant d'Haiti
(voir RD HAITI / 14)


Page 12


'


7-


r-


...j







Mercredi 21 Mai 2008 P IE NN NI S Page 13
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17 PETITES ANNOUNCES
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556 Le L ook
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication Rue Panamericaine #14,
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue Ption-Ville, Haiti
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954 380 1616 T61. :257-8374
Choix incroyable de montures:
Le Manol Inn Chaque matin, captez or,CartierBruno MagU, Vogue
DLe Ma o Inn Melodie Matin Consultation chaque jour
DANS LES NIPPES
Des kilometres de plage sur 103.3FM par un m6decin-occuliste.
Chambres tout confort avec air
conditionne et Salle de bain
attenante
Cuisine du terroir preparee par E O U C
un ( Grand Chef )) E E T

La Petite Eglise de Petit Trou take out and delivery
datant de du 17eme siecle...
8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408
Le Manolo Inn a Petite Riviere de Nippes
Telephones : 566-5361 / 401-7108/ 514-0304
E-mail: lemanoloinn@mac.com VISION MORTGAGE BANK, INC
Internet disponible
pour les clients EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen key
role

Bernard Metayer
REALTOR
office: 770.874.6200
cell: 404.405.6584
fax: 770.439.7857
email: bernard@metayer-realtygroup.com
6V0t' liun t l C'i Cll l',illall web: Metayer-RealtyCroup.com
PorbtuPrince IPort deh PlxICay sICap.Haltlen I J6r6nle
SantoDomlng KELLERWILIAMS.
CI T Y S I
Tel: 250-2555 156 / 57 511-4610 111 /771-8550 454-8177 3.30 Atlanta Ro. Marietta, GA 30008
Votre rendez- 3
L4A JACMl IEtENNE
Nous sommes enni i de la
villeiis su la plage"
Chez IOus, le biitdes vagues
vous beri l nuit etjour !i
Chest aussi un lieu ideal pon.. .. ..i...
tables ron des semina reS, teliers de ... ...
ests d routes sorteSyndicated Contents
NosAIva i b l froCoes ouim erctia I "I I
Al fro C o m m rc a ...... N Pr vi er.......


'kr LA JACMELIENN.E
RI STEANNE 71 TOI.... 288-3451--52
iejaceine(hotmai.co hoteljacmelienne@yahoo.fr ....





... ...... ., ...-ca..... e.




Available from Commercial News Providers"








Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


Santo Domingo : Pourquoi les candidats a la presidence

ont-ils garden le silence sur la thematique haitienne ?


(RD HAITI... suite de la page 12)
dont l'instabilitd politique et sociale
reprdsente une menace pour la
Republique Dominicaine.
Pour sa part, Leonel Fernandez,


actuel president dominicain, a propose,
dans le document de son programme de
gouvernement pour les 4 prochaines
annees (2008-2012), de << controler la
migration illegal des Haitiens >, de
prioriser la s6curite frontaliere, le
d6veloppement de projets binationaux
et la creation de mecanismes pour
rdactiver la Commission Mixte
Haitiano-Dominicaine.

Denonciations de violations de
droits humains de migrants haitiens
et de leurs descendants
Les propositions de ces candidats
n'ont pas pris en compte les multiples
d6nonciations sur la situation des droits
humains des migrants haitiens et de
leurs descendants en Republique
Dominicaine, notamment en 2007.
Ces d6nonciations ont 6td
produites par des r6seaux de solidarity
des migrants dominicains et haitiens vi-
vant principalement a Porto Rico et aux
Etats-Unis d'Amdrique et par des


JEAN VICTOR GENEUS, ancin consul cGnmil d'Hsti
& Boston (1991-1998), et Ile initre des Haltieon Vivan i
I'Etraner depuis juin 2006. II wait dj& t6 le titulaire de c
Ministbre de 1999 A 2001 avant d'etre nonmm Ambassadeur
Extraordinaire et Plnipoteniaire dHajti en Argentina ; c ,
jusqu'en mars 2004. C'es prcidm.ent durant son sejour
argentin que IAmbassadeur G6ndus a commence &
conoeptualiser et & assembler les. elments qui allaient
consdituer la base de ce lvre. Actuallement, le Ministre Gn6us a
commence des recherches sur la I Roure jamarcaine comme
voie de sortie des exilds plitiques haitions tout au long de
'histoirebouleverahe du pays.


wAutant en emporte la Rtvolution : Notes sur la
contribution d'Haiti a ia lutte des peuples pour
leur liberation est une aeuvre qui fera date. Elle a la
vertu d'ouvrir la voie I des recherches encore plus
approfondies sur la question de l'activisme politico
militaire des leadershatiens du XIX" sile et du
d6but du XX"'et aussi sur la politique de la canonni-re
dont fut victime Haiti dens le cours de son histoire..
Les trouvailles de Jean Victor G6nbus nous montrent
pourquol la communaute internationale de l'6oque
pouvit bien se liguercontre la creation dun tat-
nation qui apparaissaitcomme un dfi.., L'exemple,
par sa valeur et sa port6e historiques, s'imposait, Le
monde esclavagiste ne pouvait que se courber devant
cette audacieuse determination de vivre libre ou mourir.
Jean V G6n6us nous rapporte la r6pone lapidaire de
Pion h un n6grier dont le nare avait 6t6 saim par le
gouvernement haltien : Ici. il n'y a pas d'esclave. II
n'iste que des hommes libres.
L'oeuvre de Jean Victor G nbus eat r4confortante. Elle
derit avec autant de ferveur que de vracit une Haiti
ayant une stature international de Nation libre et
remplissant avec fiddlit6 son wdewoir de pionnier dons lato
defense des droits hunmains.


organismes et groupes de defense des
droits humains dans le pays voisin et au
niveau international.
En janvier 2007, des
organisations internationales telles que


l'organisation americaine Refugees In-
ternational (RI) et le Service Luthdrien
pour 1'Immigration et les Rdfugids
(LSIR) ont produit un rapport sur la mi-
gration haitienne en Republique
Dominicaine invitant les deux
gouvernements a s'entendre sur la mise
en oeuvre de procedures non
discriminatoires dans le cadre des ac-
cords sur le statut migratoire des
travailleurs haitiens dans le pays voisin
et sur l'octroi de documents d'identit6 a
leurs descendants.
En fevrier 2007, un r6seau de
solidarity anim6 par Grassroots Haiti
Solidarity Committee rdunissait devant
le Consulat dominicain a New York
plusieurs Haitiens et Dominicains qui
r6clamaient de meilleurs traitements
pour les migrants haitiens en Republique
dominicaine.
A la fin du meme mois, a Porto
Rico le Comit6 Pro-Nifiez dominico-
haitien exigeait du gouvernement
dominicain le respect du droit a la


AUTANi


EN EMPI

I LAREVI

--Notes surla co
A la luttes de p
S, pour leur lib6i
," Etats-UI
U U.S.A. Venesui
-. Mexl gu


nationality des descendants d'Haitiens
vivant sur son territoire.
De multiples rapports et autres
documents publids au cours de la meme
annee par Amnesty International, le
D6partement d'Etat americain,
Solidaridad Fronteriza, le
Rdseau frontalier Jeannot
Succes, etc., ont points du doigt
les multiples abus et violations
de droits humains subis par les
migrants haitiens et leurs descen-
dants en Republique
Dominicaine au cours des
rapatriements, sur les lieux de
travail, a la frontiere, dans les
marches frontaliers, dans les
bateys...
Des organisations de
droits humains bases en
Republique Dominicaine, dont le
Mouvement des Femmes
Dominico-Haitiennes
(MUDHA) et le Service J6suite
des Rdfugids et Migrants
(SJRM), ont aussi critique
l'institutionnalisation accrue de
la discrimination contre les
Dominicains d'ascendance
haitienne a travers des mesures
prises par la Junte Centrale
Dominicaine (JCE).
Par exemple, la JCE a
promulgud, le 29 mars 2007, la
Resolution numdro 17 exigeant
des officiers de 1'Etat civil 1'examen
minutieux des registres de naissances
lors de la ddlivrance de toute copie
d'acte de naissance ou de n'importe quel
document relatif I l'Etat Civil. Suite a
cette promulgation, certains
Dominicains d'origine haitienne ont 6td
surpris d'apprendre que leurs actes de
naissance ont 6td d6clards inexistants,
annulds ou simplement confisquds par


des fonctionnaires de cette institution
6tatique.
Une exposition photographique
<< Esclaves au paradis > sur les coupeurs
de canne haitiens vivant dans les bateys
a 6td rdalisde a Paris du 15 mai au 15
juin 2007, a Montreal du 19 au 23
septembre 2007 et a Port-au-Prince en
d6cembre 2007. A cette occasion, les
Peres anglais Christopher Hartley et
belge Pierre Ruquoy ont donnd des
temoignages poignants sur les condi-
tions de vie et de travail des coupeurs
saisonniers et de leurs families qui ont
6td assimildes a l'esclavage.
A rappeler aussi que des
organisations, dont le Groupe d'Appui
aux Rapatrids et Rdfugids (Garr), ont
ddnonce l'impunit6 concernant des
crimes de nature x6nophobe (anti-
haitienne) ayant 6td commis contre des
haitiens en Republique Dominicaine en
2007.
Trois cas retiennent le plus
l'attention : celui des 6tudiantes
haitiennes qui ont 6td violdes par des
bandits a Santiago le 27juin 2007 ; celui
des maisonnettes occupies par une
vingtaine d'haitiens qui ont 6td
incendides dans la locality de
Montecristi, au Nord de la Republique
Dominicaine ; celui d'un gardien affect
S1' levage bovin sur la ferme d'un grand
propridtaire terrien a Azua qui a 6td
assassin le 15 d6cembre 2007 par les
proches de ce dernier...
Pousses par les journalistes et
m6dias dominicains a presenter leurs
propositions sur la th6matique haitienne,
les aspirants B la prdsidence dominicaine
ont tout simplement 6vit6 l'dpineuse
question des droits humains des mi-
grants haitiens et de leurs descendants.
Une question qui ne fait pas l'unanimit6
dans la socidtd et dans les cercles de
pouvoir dominicains.


UNIVERSITE D'ETAT D'HAITI

Plaidoyer pour la creation d'une

fondation deployee par les anciens
Larose Vernet
17 Mai 08
Ce problime est double. Il est d'abord celui de la nature de cette n6cessaire
interd6pendance. Les individus en socidtd sont-ils les rouages d'une meme
horloge(solidaritd mecanique) ? Ou bien les membres d'un meme corps solidarityd
organique) ? Ou encore des associds volontaires(solidaritd contractuelle) ? Une
science nouvelle, la science sociale se d6veloppe autour de ces interrogations. Le
problime est ensuite celui du statut de ce lien. Il s'agit d'un fait sans doute mais
6galement d'un devoir-etre. La solidarity ne se contente pas de marquer la n6cessit6
du lien social, elle est porteuse en outre d'un impdratif
de justice. C'est cette dimension normative, articulde
sur une dimension objective qui prend tout son
extension avec la mise en formejuridique de la doctrine
a laquelle procede Leon Bourgeois." Marie-Claude
Blais, La solidarity Histoire d'une idde, Paris, Editions
Gallimard, 2007,p.311
Parmi les liens institutionnels de l'enseignant se
trouve l'dtablissement scolaire dans lequel une unit
spatiale est amenagde : direction-salles, programmes-
RTE horaires, parents-enfants. La singularity du metier n'est
RTE jamais assez soulignde: c'est de nejamais ddlaisser la
salle de classe, du statut d'dlve a celui de professeur,
I |U | |flN un simple glissement borne le pupitre et la chaise qui
ILUTIO surplombent, tant6t son dos fait face au tableau, tant6t
ses yeux sont riv6s sur les apprenants.
ntrlbutlon d'Hali Cette trajectoire des ages est rdgulde, structuree et
oiupleS modulee par l'Etat, qui fait correspondre les ages
itio" sociaux et biologiques dans la chronologie du temps
1"6 social ternaire: l'obligation scolaire ouvre les portes
na qui donnent sur le march du travail, l'enseignement
/ professionnel et 1' enseignement universitaire. Ce temps
SuG! social, enfance-adolescence, ages adultes socio-
professionnels et ages de sortie du march du travail,
V4NEZUE va se diffuser de par le monde. Cependant, si le fond
s' est universalist, la forme elle, doit toujours prendre
forme qu'en se donnant un contenu national: c'est de
l'inter mediation en la mise en oeuvre des institutions
____ de la modernity.
Or ce pays est kcartelW, dechird, il n'arrive pas a
(voir UEH / 16)


Page 14


L 'exposition "Esclaves au Paradis" de la photographe Celine Anaya
sur les migrants haitiens dans les plantations sucrieres dominicaines







Mercredi 21 Mai 2008 SPO TS
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17 SPORTS
t| ,^^^^i t :| -.0 0400*^ki^^liB, F. I -^-c |jb|| **P:#ww^ %4:~ow *w^.j^^^ft gig||a| .illli .-lfhi^^^H^^i^Bk


"Copyrighted Material


i Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"





...... t s s e w ........ ... .. .. ..memm,


Foot ANG Cup Portsmouth a dui lutter
Au terme d'une finale, la 127e de l'histoire, James, soit manque le cadre, soit vu leur but refuse,
ot les deux 6quipes ont eu leur chance, c'est finalement comme Loovens juste avant la pause (45e), pour une
Portsmouth quis'est impose dejustesse contre Cardiff faute de main. Au final, ils peuvent nourrir de gros
, grace i une inspiration g6niale de Nwankwo Kanu regrets, d'autant leurs adversaires, bien que solides,
(1-0) (Photo Reuters). L'6quipe d'Harry Redknapp n'ont pas franchement justifi6 dans lejeu l'6cart de
remporte ici la deuxieme Cup de son histoire, apris niveau entre les deux formations. Du moins, pas tout
celle de 1932 et disputera du meme coup la Coupe de le temps. Mais une fois quand meme. A la conclusion
1'UEFA la saison prochaine. Pour les Gallois, c'est en d'un bon mouvement initi6 cot6 droit par Lauren,
revanche la fin d'une merveilleuse aventure. Ils Kanu, d'un control orient, s'est jou6 dans les six
n'inscriront pas pour la deuxieme fois leurs noms au mitres de son vis-ivis puis feint6 Peter Enckelman
palmares de 1' preuve, apris le succes de 1927. pour marquer dans le but vide (1-0; 35e). Un but digne
Pourtant, les pensionnaires de Championship, des plus grands qui n'a pas manqu6 d'enflammer
l'6quivalent de la deuxieme division, ont eu de Wembley, le sacro-sein du football britannique.
nombreuses occasions de marquer. Mais Parry (10e), Par la suite, difficile pour Cardiff de revenir
Nugent (72e) et Loovens (79e) ont soit but6 sur David


au score face a un bloc compact organism autour d'un
Sylvain Distin tris concentr6, tris applique mais aussi
tris inspire dans ses relances. La defense de Pompey
a complitement ferm6 la boutique, histoire d'assurer
le resultat. Une tactique payante. Car avec cette
victoire, le club du Sud de l'Angleterre remporte son
premier troph6e depuis 1958. Une Cup que Lassana
Diarra gagne lui pour la deuxieme saison d'affil6e
apris celle remport6e avec Chelsea l'an passe. Cardiff,
dont le Millenium a accuelli entre 2001 et 2006 cette
meme finale, peut s'en vouloir. Peut-etre que si le
match avait eu lieu i domicile, le score aurait 6t6 au-
tre. Mais avec de si, Portsmouth aurait 6galement pu
gagner avec une plus grosse marge. Or, rien de tout
celW n'est arrive. Except le succes de Pompey. Bien
reel. H.S.


"iiiiiiiiiiiiiiiiCopyrighted Material

... ,.......Syndicated Content Poies,, "

Available from Commercial News Providers"


E3772 "N-E 2 Anrre Avernui.e
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemert pour BeH South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY ec...etc...
- Connection V t~phonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am

7h30 pm

SParfums
*CdulularI& Beepers
SSCulierS Ct Sandales
* Podluis pour la cuisine
M Cadcaux
* Tabiwx
* Mocnygraini


* (M's (xwmpi&, Racine. Evangmique.
Zauk, hkariais, Amirirain)
* Video's (Haifiens. Anidm&iiai, Docui iaires, Drans
* Prtduits de btaubt


Page 15









LIBRE PENSEE


Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


Incomprehension !


... Nous venons d'un pays qui ne finit pas
de se faire, de se defaire, de se refaire. Coureurs de
fond, nous avons franchi cinq siecles d'histoire,
opinidtres et inalterables galdriens. Nous avons
subsistW, persevdrd sur les flots du temps, dans cette
barqueputride et imputrescible a lafois, degradable
et pirenne. Notre histoire est celle d'une perpetuelle
menace d'effacement, effacement d'un paysage,
effacement d'un peuplement.
... Etpourtant, nous franchissons la durde,
nous traversons le temps, meme si le sol semble se
d&rober sous nospas. Malgrd vents et marees, malgrd
ce present enfeu, ce temps de tourments, cette &ternitW
dans le purgatoire, nous continuons a survivre en
nous livrant a d'impossibles gymnastiques.
Emile Olivier (Passages, 1991)

On devait s'y attendre. II fallait qu'il parlat.
La premiere fois, il avait gard6 silence. I1 s'6tait vite
fait oublier. Incomprehensible. Cette fois il avait trop
senti le poids de l'incompr6hension et il devait r6agir.
Comprehensible. Un ami me passa un coup de fil pour
me donner la nouvelle. Je le savais. Je savais qu'il
allait vouloir s'expliquer cette fois, expliquer
l'incompr6hension dont il s'6tait senti victime. Je n'ai
pu le lire que sur Internet. Je n'avais pas pujouir de la
magie du direct, je n'avais pas pu sentir le stress
pr6c6dant la d6claration,je n'avais pas pu observer la
mise en scene, ni analyser le spectacle ni savoir ce qui
se passait dans les coulisses. Enfin, on ne peut pas
tout avoir, bien que nos hommes d'affaires croient
qu'en Haiti (les intelligents !!!), tout est possible, tout
est faisable, tout est justifiable, tout est achetable (il
faut simplement trouver le prix).
Jamais Au grandjamais comme disait ma
Grand'mere. Tout n'est pas achetable. Tout ne peut
pas 8tre dit non plus. << Bouch mang6 tout mang6 men
li pa pal6 tout pawbl > dit-on en Haiti. Cependant, en
ce moment, en ces moments de stress, de deception,
de rage contenue, tout pouvait etre dit. << Mieux vaut
mourir incompris que passer sa vie 5 s'expliquer>>
disait Shakespeare. II va devoir continuer a le faire.
A s'expliquer. A expliquer son explication.
Enfin, chers lecteurs et chores lectrices, tout




Plaidoyer poi

(UEH ... suite de la page 14)
penduler le temps traditionnel, les d e p
rites de passage, les temps
modernes, la tendance a connecter les temps socio-
culturels avec ceux des ages biologiques,, c' est le hors-
temps qui le fait rythmer. La c6l6bration du 18 mai
nous fournit l'occasion de les mesurer.

Le 18 mai: le degr6 z6ro du ralliement national
Sous l'occupation am6ricaine, les 18 mai est
comm6mor6 a la fois comme fete de l'Universit6, au
sens de tous les cycles d'enseignement,du primaire a
l'universitaire et celle du drapeau cr66 a l'Arcahaie,
en 1803. Et depuis le 19e siecle, les constitutions
prescrivent l'instruction publique comme une mission
de l'Etat r6publicain.N6anmoins,la r6alit6 est tout
autre. Si formellement existe un ministere de
l'Education nationale,dans la pratique des choses, ce
ministere n'accomplit pas sa fonction: de fournir un
service public y relatif.Cette absence exprime la
disjonction entre le fond et la forme. Ainsi la dimension
identitaire ne peut-elle etre l6argie en vue de tisser
une ame a la nation et de transmettre des normes et
des valeurs aux 61eves au titre de de citoyennes et
citoyens en devenir.
En matiere d'6ducation, ce qui est, en effet,
mesurable, c'est l'offre globale qui est la r6ponse a
une demande sociale: la scolarisation pour une
consommation massive, par le seul producteur, le
ministere de l'Education. Ainsi l'offre est-elle
organis6e en un systime g6neralis6 de transmission
de connaissances s'adressant a un ensemble de
categories sociales ayant le meme age oh tous se
voient imposer le meme cursus dans le temps et dans
l'espace; et c'est pr6cis6ment son uniformisation-
memes classes, memes cours, memes horaires, memes
programmes d'6tudes- qui permet d'en quantifier le
fonctionnement et de proc6der a des comparaisons.
Dans ce cadre logique, on peut savoir comment la
scolarisation, 1'encadrement des 61eves, le r6sultat des


dire, ne rien passer sous silence, voila ce qui semblait
etre l'objectif du point de presse. Complot. Trahison.
Crime de lese patrie. Manigances et magouilles.
Incompetence. Trafic d'influences. Corruption en un
mot, de cette corruption qui modifie attitudes et
comportements, provoque des reactions mensongeres
et mesquines, cr6e des justifications ill6gales ou
all6gales et parasite complitement le systime de
fonctionnement du pays. Tout a k6t dit soit
ouvertement, soit entre les lignes. Tout le monde
devrait pouvoir comprendre ce qu'il a dit et surtout
comment il l'a dit.
Suite a la lecture du discours, je n'ai pu
m'empecher de t616phoner a quelques membres du
CRABE pour savoir ce qu'ils pensaient. J'ai pu voir
queje n'6tais pas le seul a me poser un tas de questions
sur la comprehension, sur l'incompr6hension, sur les
perceptions de la r6alit6 haitienne, sur la r6alit6 d'Haiti,
sur les r6alit6s en Haiti, sur le sort du pays, sur le futur
des Haitiens.
Enfin, l'incompr6hension, d'apris les
<< d6finisseurs >, est l'incapacit6 d'8tre compris ou bien
de comprendre, de comprendre les choses, de
comprendre les autres. L'incompr6hension peut 8tre
aussi de l'insensibilit6 ou de l'indiff6rence. En y
pensant,je revis une situation v6cue cela fait quelques
ann6es, durant une breve experience en tant que
<< Professionnel de l'education >. Mes professeurs, a
l'6cole et meme l1'Universit6, disaient toujours, apris
une explication, apris un cours, << me comprenez-
vous ? >. Ils voulaient 8tre compris sans r6aliser parfois
un veritable effort pour s'expliquer. Si l'6leve
(l'6tudiant, l'individu) auquel ils s'adressaient, ne
comprenait pas c'6tait simplement parce qu'il 6tait
<< bte >. << Nig sbt >. << Tt di >. << Bouki >. Vu que
nous reproduisons toujours les comportements v6cus
comme des modules fixes, je ne pouvais 6chapper a
cette logique et, face a une classe, je reprenais les
memes attitudes, je d6veloppais les memes reflexes.
Un jour, essayant un cours en tandem, a deux dans
une meme salle face h une meme classe, mon college
s'adressa aux 6tudiants, suite 5 son intervention, et
leur demanda << me suis-je expliqu6 ?>


Moi, j'avais expliqu6 et, la conclusion
logique aurait du etre, d'apris moi, la comprehension.
C'6tait l'6poque oh l'on se sentait rempli de soi,
l'6poque oh cette suffisance nous transformait en
<, l'6poque ot l'incompr6hension des
autres indiquait leur << handicap mental> et cela,
d'apris nous, nous placait au-dessus d'eux. Nous
6tions au-dessus du doute, au-dessus des reproches,
au-dessus de l'erreur. On croyait n'avoir de compte a
rendre a personne. Mon colligue par contre, voulait
s'assurer qu'il avait bien transmis ce qu'il avait a
transmettre et faisait comprendre qu'il voulait 8tre
compris et qu'il voulait 6viter toute m6sinterpr6tation
de son message.
On ne peut pas vouloir 8tre compris alors
que l'on ne se donne pas la peine de bien expliquer.
Ca, je le compris alors. Je compris le poids de
l'incompr6hension. Pour faciliter la comprehension
je vous propose une petite liste de questions qui
pr6tendent alimenter la r6flexion :
Sommes-nous compris par les autres?
Comprennent-ils les actions et les reactions
qui se produisent chez nous ?
Comprenons-nous, nous-memes, la port6e de
nos actions ?
Avons-nous une crise de comprehension
dans ce pays ?
Sont-ce les << cerveaux >> qui manquent,
comme disent certains ?
Enfin, notre cher petit pays va-t-il pouvoir
changer ?
Ce pays sans cesse menace d'effacement, qui
ne finit pas de se faire, de se d6faire, de se refaire,
aura-t-il enfin une opportunity pour se transformer ?
Malgr6 ce present en feu, malgr6 ce temps
de tourments, pourra-t-on trouver la voie de
l'apaisement social, politique, 6conomique ?
Notre petit pays pourra-t-il 8tre a nouveau la
<< Perle des Antilles > ?
Me suis-je expliqu6 ?

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Mai 2008


UNIVERSITE D'ETAT D'HAITI


ir la creation d'une fondation
le p r ls a cie s Alain Turnier, la foishistorien,
loye par les ancs homme politique et homme
d'affaires.Une Fondation porte le


examens, le cout des enseignements par niveau... ont
6volu6 a travers le pays et aussi par rapport aux autres
pays pour une meme annee. La duality du systime
scolaire, fragility structurelle du ministere et offre
majoritairement priv6e empeche B celui-ci de r6guler
et d'exercer un control. Le seul instrument qu'il
utilise est l'organisation des examens d'Etat, ceux des
2me et 3me cycles du fondamental,des classes de rh6to
et de philo; instrument qui lui fournit pas les moyens
de rem6dier a la faible efficacit6 interne du systime,
la question des sur ag6s et du redoublement, ni a la
question sociale, le financement des charges scolaires
par les parents.
Ce financement constitue un frein important a
l'accessibilit6 des enfants a l'6cole au moment de la
rentr6e et une cause abondons en cours d'ann6e.
D'ailleurs, pour les parents, le 10 de chaque mois est
tris critique; apris le 10, les enfants peuvent 8tre
renvoy6s temporairement de l'6cole, avec tous les
risques de traumatisme qui l'accompagnent. L'absence
du principe de classification des categories sociales
suivant leur statut, enlive aux mesures adopt6es,
operation annuelle de distribution de manuels scolaires,
de la confection et de la distribution d'uniformes, des
cantines scolaires,leur caractere de politique de
discrimination positive ,ce ne sont pas les familles les
plus pauvres qui sont toujours cibl6es.L'essentiel est
minor sinon carte: il aurait fallu d'abord les normer
et ensuite les nommer afin des les privil6gier.Et c'est
cette meme erreur de m6thode qui est r6pkt6e a
l'UEH.

Pour une Fondation des anciens
Parmi les actions sociales de la
de 1'occupation, se lit la Revue de la Soci&t6 d'Histoire,
de G6ographie et de G6ologie. Elle fut anim6e par des
c6l6brit6s telles, Dr Jean Price-Mars, Dr Catts Pressoir,


nom d'un de ses r6cents grands animateurs, le
Professeur Roger Gaillard. Devant le cercle vicieux
des contraintes budg6taires qui font achopper les
decisions relatives a la mise en branle des programmes
de recherche, done d'am6nager le fond et la forme,
les diplomas doivent proc6der a la mise en forme
associative pour permettre leur alma mater de donner
dans l'excellence un moyen de l'augmentation de son
capital social. D'ailleurs,culturellement et
historiquement, c'est la soci6t6 civile qui a r6ussi en
la mise en oeuvre des institutions de la modernity, le
cinema, les arts, les moyens de diffusion collectifs...La
long6vit6 de GRESPO en est la demonstration.
Je propose done, au titre de Professeur d'6conomie
sociale et de gestion cooperative, sociologie politique
et de sociologie du d6veloppement a 1'UEH,
d'animateur au GRESPO et de membre-fondateur de
la Fondation Imp6ratrice Claire-Heureuse, qu'on
organise une journ6e de r6flexion-action sur les
oeuvres de charity d'Etat comme fondatrices de la
modernity, les pierres d'attente l'augmentation du
capital social et une transformation spiraliste des
mentalit6s. L'atelier doit d6boucher sur la constitution
d'un comit6 provisoire charge de la r6daction du statut,
d'envisager le lancement d'une campagne de
finalisation des m6moires de sortie en ligne avec la
collaboration des comp6tences de la diaspora et des
organisations internationales publiques et priv6es, de
renforcement des ordres professionnels,et bien
entendu, d'une synergie plus qu'institutionnelle avec
le Rectorat. Des universitaires ne sauraient etre ni des
d6missionnaires ni donner dans la fatality, mais de
toujours construire leur objet en faisant a la fois un
apport a l'avancement de la connaissance et a la
recherche du bien commun.
Larose Vernet
(vernelaroz@yahoo.fr)


Page 16







Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


mu"i ce 9omwec/m lijri&6ila


a a o kbc -e- a18 *me 2008


24A c2/Vwymonw


M ap di moun tout moun ki sou gazon an bonjou
M w6 chalet a kbmanse monte, m pap long
M w6 gen ti moun ki deja kbmanse santi yo pa byen nan soley la
Premye Minis Alexis
Medam, Mesye Minis ak Sekret6 Deta yo,
Prezidan Sena a,
Prezidan Chanm Depite a,
Vis Prezidan Kou Kasasyon an,
RektJ Inivesite Deta a,
Medam, Mesye,
Pep Ayisyen,

18 me ane pase, nou te fi bil fet pou selebre drapo a.
18 me ane sa a, fet la mwen bil paske nou tris.
Ane pase nou te fi bil fet, paske apre 3 zan dezbd 2004-2007 la,
nou te w6 yon soley stabilite, yon soley trankilite ki t ap pwente sou peyi
a.
Nou te santi tout moun te koumanse pran konfyans, tout moun te
koumanse w6 demen ka pi bil, pi kl.

Epi, yon sel kou, yon nyaj vin bare soley stabilite ak trankilite a.
Toudenkou, tout pri kbmanse monte ak yon vites nou pat janm
we.
Moun pran lari.
Kek sekt6 pwofite bganize yon krazebrize.

Malerezman, tout moun konstate, nyaj lavi chi a se pa Ayiti selman
li kouvri.
Se yon fenomen mondyal, yon fenomen pwofon ki bay tout peyi
tet fe mal. Menm sa k pi rich yo, ale w6 sa k pi pbv yo tankou peyi pan ou
an Ayiti.


antye.


Se chak jou, pri fe, pri manje, pri petwbl ap monte nan lemond

An 1998 baril petwbl la te 10 dola. an 2008, kidonk 10 zan apre,
pesonn pa t vie kw6 lit a ka rive 100 dola. Jodi a li 125 dola.
E pesonn pa konn kote sa ap rete.


Pep Aysyen, laviche a poze yon pwoblem pi pwofon : se pwoblem
mondyalizasyon an.
An 1803, l nou kreye drapo a, sete yon batay kont
mondyalizasyon ki l sa a te pran fbm kolonizasyon.
Jodi a mondyalizasyon mete nou nan chenn yon fenomen ki se
depandans ti peyi yo.
Depandans se kontr6 lendepandans.
Li twoup Napoleyon yo te vie kenbe nou nan depandans
kolonizasyon an, zanset nou yo mare ren yo, yo goumen.
18 me 1803, yo koud yon drapo ak yon deviz 1'Union fait la force.
Fos pou goumen kont lesklavaj!


Jodi a batay kont laviche a se batay pou endepandans ekonomik
nou. Se batay pou pwodiksyon nasyonal la.
Zanset nou yo te fi linyon ki te ba yo fos pou goumen kont
kolonizasyon an.
Jodi a, ann fe linyon pou batay pou pwodiksyon nasyonal la.
Zanset nou yo te pran fizi, gaye kb yo nan tout plenn, tout mbn,
pou libere nou de kolonizasyon an.
Jodi a, se nan tout mbn, tout plenn pou nou gaye kb nou pou nou
mennen batay pou pwodiksyon nasyonal la, menm jan ak batay kont
depandans kolonizasyon an.
Batay kont depandans mondyalizasyon ap long, 1 ap difisil.
Zanset nou yo te fi sakrifis, sakrifis la te ba yo laviktwa kont
depandans kolonizayson an. Jodi a, Pep Ayisyen, listwa mande nou mare
ren nou, fi sakrifis, mande nou kouraj, mande nou linyon k ap ban nou fbs
pou nou gen laviktwa nan batay pwodiksyon nasyonal la.

18 me, ane pase, nou te fi bil fet pou nou selebre drapo a.
18 me, ane sa a, fet la mwen bil paske nou tris.

Ane pase nou te pran okazsyon fet drapo a pou nou di soley stabilite,
soley trankilite ki t ap leve a bonjou.
Ane sa a gen yon nyaj politik ki vie kouvri soley la.

Premye Minis Alexis,
Medam, Mesye Minis yo ak Sekrete Deta yo,
mesi pou stabilite nou pote pandan plis pase 2 lane ki sot pase yo.
Nou youn pat konn lot. Nou youn pat abitye travay ak lot. Travay
ansanm nan pat toujou fasil, men nou te kenbe linyon ki te neses6 pou nou
travay ansanm pou nou pote lap6, trankilite nan peyi a.

M ap pwofite di Mesye Ericq Pierre, ansyen Premye Minis deziye
a MESI, paske li te akspete kite travay li, mete tout konesans li, tout fos li
nan sevis peyi a.

Stabilite a se kondisyon devlopman peyi a.
Linyon se fbs pou nou genyen lage kont laviche a, lage pou
pwodiksyon nasyonal la, lage pou nou kreye djbb, mete lopital, lekbl, fi
wout.
Pandan nyaj politik la vie kouvri soley stabilite a, m ap di, antanke
Prezidan peyi a, m envite tout patn6 politik yo, espesyalman Palman an pou
nou mete fbs nou ansanm pou nou mete kanpe yon gouvenman dinyon,
linyon ki fi lafbs.
Ann swiv egzanp, ann swiv tras zanset nou yo!

Pep Ayisyen an di nou deja: Mesi davans pou efb nou pral fi
ansanm pou nou mete kondisyon pou peyi a ale delavan.

MESI ANPIL


Astaldi Construction Corporation
Astaldi Construction Corporation is looking for Mi-
ami-Dade County certified CBE, CSBE, SBE and ME pro-
grams subcontractors to work on a Design-Build Project for
the Design and Construction of An Eastbound Auxiliary Lane
along Dolphin Expressway (SR 836), From West of North-
west 57't Avenue to Northwest 42nd Ave., for the Miami-Dade
Expressway Authority (MDX). Scopes of work include MSE
wall installation, MOT devices, Drainage installation,
Earthwork, Grading, Bridge Painting, Landscaping, Pavement
Markings, Roadway Lighting, Roadway Signage, Sale & De-
livery of Fill/Aggregates, Porto lets, Curb/Gutter sidewalk &
Retaining walls, Mowing, and Piling. Astaldi Construction
Corporation intends to conduct itself in good faith with small
businesses for participation on this project.
Please contact Ernest Partlow, at 954-423-8766
or by e-mail to: epartlow(~astaldiconstruction.com
for more information. Quotes and scopes of work are due
by 5/28/08.


Astaldi Construction Corporation
Astaldi Construction Corporation is looking for Mi-
ami-Dade County certified CBE, CSBE, SBE and ME programs
subcontractors to work on the SR 874 / Killian Parkway Inter-
change Improvements for the Miami-Dade Expressway Au-
thority (MDX). Scopes of work include MSE wall installation,
MOT devices, Drainage installation, Earthwork, Grading,
Bridge Painting, Landscaping, Pavement Markings, Roadway
Lighting, Roadway Signage, Sale & Delivery of Fill/Aggre-
gates, Porto lets Curb/Gutter sidewalk & Retaining walls,
Mowing, and Piling. Astaldi Construction Corporation intends
to conduct itself in good faith with small businesses for par-
ticipation on this project.

Please contact Ernest Partlow, at 954-423-8766
or by e-mail to: epartlow(~astaldiconstruction.com
for more information. Quotes and scopes of work are due
by 5/28/08.


Page 17


I .








Sa TTX Mercredi 21 Mai 2008
Page 18 LES 1 E UHaiti en Marche Vol. XXII No. 17

BI A S SA I Solutions dela
I semaine passe:
Allez de BISSAC g MENEES, en utilisant des mots du du A P PAI I
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. HA P P A S
HA P P E S
HAR PE S

CARTE S
MENEES CERTES
DGLMVE F L E M N D E N E S U F F I T P A S M
E H GH R I E NQ U EP URV O S Y E U XXNBD
M 0 Y Y L E S P IONQ U I MA I MA I T I Y Z X
ANNGLMDANGEREUSEMENTVOTREA RA LE
IN SR Q NM RU A E PER MISDE TU ER Q V Arrangezles sept lettres ci-dessous
NEMB K Y P EMK D XK JL JW T P JD YD Z FE
Solutions de la semaine passee N V 0 M E U D G A 0 P E R A T I N T 0 N N E R R E pour former un mot frangais
E I T DM E U R S U NAUTREJOURW W 0 VI K
NEGOCMI MTRKLQXNTELPCASINOROYALEQFG M N
NE OCI RE EQUVROEFRLFIGOLDENEYE IVRLD
AMU SAN E UU T B 0 B O N S B A I S E R S D E RU S S I E E E
REWMOHVV ZVHGY T O T CMDUBIURXV I
IT D DO C GOCT U P U S Y 0 0 I KURRE T C E P B
IN AD RE T JEVXLLZ Y JAMAI S PLUS JAMAI SHK T R
OC T T I A U S E R V I C E S E C RET D E S AM A J E S E
MX BB Y UK F L T U ERN E S T PASJO U E R
NIQU EE T AmFLVNHGOLDFINGERWDDPKTQNBH
A P RO SU Solutions de la semaine passee
t R O UTrouvez les 22 films de la serie James Bond
LAM E N T E E dans le carre ci-dessous DERANGE




En Bref... (suite de la page 2)
d I o d i e Un point important de cette conference de presse a concerns la corruption dans notre
milieu: Des le debut du processus, je me suis heurt6 aux forces de la corruption. Mon
1 0 3 3 fm refus de pactiser avec elles me vaut aujourd'hui d'etre kcart6 par la Chambre des D6putes.
Les mots 'patrie' ou'interet du pays' n'ontjamais &t6 presents dans les messages des
Smissaires qui me pressuraient pour negocier en faveur de leurs proteg6s des postes de
Ministre, des enveloppes d'argent ou des projets pouvant faciliter leur reelection. J'ai
5h00 6h30 Bon R&veil en musique toujours professes que je n'accepterais pas d'etre Premier Ministre a n'importe quel prix. Et
je ne pouvais pas non plus prendre des engagements qui hypothequeraient les ressources du
Tresor Public avant meme d'entrer A la Primature. J'ai aussi voulu jouer cartes sur table,
6h30-7h00 Au Pipirit chantant refusant d'entrer dans le jeu de ceux-lA qui pensent pouvoir se cacher indfiniment derriere
journal creole avec Louini fontal un masque anti-neoliberal."
Autre point important: "Le President aurait pu faire changer ce vote" a poursuivi Ericq
7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus Pierre. "J'6tais convaincu que le CPP n' allait pas m' appuyer. A moins que le President de
Informations, Interview,Anecdotes, Humour, la Republique ou le Premier Ministre Jacques Edouard Alexis arrivent a persuader les
Analyses membres de la Plateforme LESPWA qui ont rejoint le CPP de m'accorder leur vote. Ceci
Nos Chroniques: n'a pas eu lieu etje ne veux pas speculer sur ce qui s'est passe."
L'Editorial de Marcus
AuQuotidien avec Elsie FOKAL sera A la tkte d'un symposium d'une journee A la Library of
LaChroniqueLitteraireavecDominiqueBatraville Congress A Washington, le 10 Juin 2008
Les Sports avec Mario Bareau Au cours de cette journee, les responsables de la Fondation Konesans ak Libete exposeront
Les Invit6s du Jour le travail de la fondation. Ce sera une grande opportunity d'avoir les membres du Congres
M61odieMatinchaque samediestam6 assister a la session et ils pourront apprendre de premiere main ce qui se fait en Haiti et
Mpar Fdie Mapnhaquesquels sont les projets qui meritent d'etre encourages.
par ureapa La date: 10 JUIN 2008, Library of Congress, Washington DC, de 8h30 am a 4h30 pm. Le
theme: "Libraries and Human Development in Haiti: The Work of Fondation Connaissance
10h-Midi Ledisquede 'Auditeur et Libete" (FOKAL).
animation James Pr6dvil "Libraries and Human Development in Haiti: The Work of Fondation Connaissance et
Liberty (FOKAL)".
12:00-12h30 LeMidi
informations avec Laury Faustin Lancement des Editions de 1'Universite d'Etat d'Haiti
Le Rectorat de l'Universite d'Etat d'Haiti est heureux et fier de proc6der, ce lundi 19 mai,
12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie au lancement des Editions de l'Universite d'Etat d'Haiti et du premier ouvrage de cette
Jazz, Blues, Si, Ragime nouvelle maison d'edition.
Jazz, luesSwing, Ragtime Les ditions de l'Universite d'Etat d'Haiti constituent un nouveau service A la communaut6
universitaire. Elles ont pour objectifs de diffuser les resultats de la recherche universitaire
2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons... par la publication de livres, de revues savantes ainsi que de manuels et de notes de cours.
Emission de chansons francaises Elles pourront ainsi contribuer de maniere significative au renforcement de la quality
academique au sein des facultes de l'UEH et des autres composantes du systeme haitien
3h-5hpm Le Bon Vieux Temps d'enseignement superieur.
Retro-Compas La premiere publication des Editions de l'Universite d'Etat d'Haiti est un ouvrage collectif
avec Doc Daniel et Captain Bill rassemblant les Actes de la Semaine < Actuel Jacques Roumain >> qui avait r6uni du 11 au
16 juin 2007, des sp6cialistes autour de l'actualit6 de la pensee de Jacques Roumain.
50 L urnal d heures Ce volume contient les contributions de Marilise Rouzier et Pierre Jores Merat sur la
our l e 5 heues probl6matique de l'environnement; de Didier Dominique et Myrtha Gilbert sur la question
avec Villette Hertelou du pouvoir et de la condition populaire ; de Rachel Beauvoir Dominique, Jean-Claude
Cherubin et Antji Daniel Ouach6e sur la probl6matique des conflits et de la coexistence des
7h-8h30 AmorySabor con Luciani religions en Haiti; et enfin, de Colette Lespinasse et Franck Laraque sur les rapports
haitiano-dominicains. L'objectif essentiel de cet 6vinement et du livre, autour et a partir de
8h30-9hoo Soir Informations Jacques Roumain, est << d'apprendre a penser nos problemes collectivement. >>
Le lancement des Editions de l'Universite d'Etat d'Haiti et des Actes de la Semaine
9h00 IOh30 Notre Grand Concert < Actuel Jacques Roumain > aura lieu a l'Auditorium de la Facult6 des Sciences, ce lundi
19 mai de 4h h 6h.pm.
Lun. & Mer.: L'heure classique
Mar. & Ven.: Turgot Theodat tient I'antenne .n . . .
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites .....

9h00 et audelA Cavaliers, prenez vos dames .. .
(Samedi) 50 ans de succds populaires ha'tiens

7&H %: "Copyrighted Material

c e, i e / Ava Syndicated Content
Sedt / Available from Commercial News Providers"








Mercredi 21 Mai 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou


Anba bouch-a Grann Mari
*

Kafe ak Akasan (A.K.100)
AK JACQUES JACQUELIN GARCON*

Pitit pitit-a Grann Mari pa ta kapab rete bouch
firman devan kayte djo bolode yo rele kafe nan peyi
isit. Pa di-m frekan non paske gan de kote ou pase ou
ka desann yon bon tas kafe. Noumenm Ayisyen nan
peyisit nou konnen ki kafe pou nou achte pou ban nou
gou lakay nou abiye ake-y-la.
Si se pou afir kafe-a menm, se nan man-m (men-
an-m) sa rete. Se bon pou zbt, tilman yo tilititi chapo
pwenti (tulututu chapeau pointu). Fb yo bwe kafe ake
sik blan. Men m'pale wou nig-an-m pa gan pi bon
pase youn gode kafe fit ake dlo kann osnon rapadou,
koule nan grig twil syanm. Dayer menm, plis kafe
nou te bwe lakay lr m'te piti se lan lakou-a menm li
te pile. Anvan pile te ganyen triye, griye ak rapadou.
Labitid lakay se apre yo fin wete poud kafe-a pou yo
vide youn dlo bouyi nan fon pilon-an. Sa bay youn ti
kafe fb ki satiyNt andedan nen-an-w anvan ou bw6-y.
Akasan (A.K.100) menmmenm-nan, se pa
youn koze mounn ka pale konsa konsa. Sa ki Ayisien
natif natal konnen fb nou koumanse pale denpi nan
mayi, zepi osnon angren. Boukannen, griye, pile, pase
nan machin, keseswajan-y kwit, i bon. Se ake-y yo f6
mayi moulen. Kote wou kite-y ake aransb? Zaboka
tou wi Gan anpe mounn ki rele-y fbkseli, kek zbt di
mayi moulu, Ibt non-an-y tou lrr-y kwit se tchentchen.
N'apwayjwenn akasan tou se youn manje ki sbt
an Afwik. Albs se la yo te seye-y toutjanjouk yo rive
jwenn preparasyon nou konnen-an. Anpil koze pale
anwo A.K. 100 nan youn liv pwofesir Maks Manniga
(Max Manigat) sbt mete deyb: Mots crdoles du
Nord'Haiti. Origines- Histoire Souvenirs, pay 27.
Pa senpleman rete anwo pawbl-an-m, ay gade ake de
naw6-an-nou. Tin'g Ayiti gan anpil ladres tou nan
ranje koze ake bon kou konmedi. Sa f6 yo pa pedi tan
ekri akasan, yo annik mete: A.K.100. M'jiskr6 yo t'ap
seye vin ake youn mbd AK1000; men sa pa te mache
fb.
Ifo nou serye nan sa n'ap di: gan labouyi farin
mayi ou kwit youn jan likid men se pa vre A.K.100-
an..
Fb m'di tou nan makit isit, ou jwenn youn farin
mayi fen, fen kek mounn kwit ake lit, sik, kannil,
isans, anpi yo di yo fi akasan. Adje wi dan Pou fi
bonjan kalte akasan, fi wou mete mayi angren chich-
la chode, lir-y kreve kon pwa, ou pile-y osnon
machinen-y nan moulen. Atb wou mete-y tranpe nan
dlo. Piske fb-y dbmi, i kbm vin younjan sirit, akbz i
travay (firmante) ; men i pa gate pou sa. Denmen
granmtimaten w'ay koule-y, pwije-y nan youn twel
fen jouk i pase san ma. Konsa ou mete-y byen kwit
ake moso jenjanm, kannl, lanniyetwale. Nan zbn
Lwis-la yo mete youn ti fry zepis ki rele malaget. Sa
bay bon sant ake gou tou. Akonpayman A.K.100 sa-a
se bon kalte siwo kann. Konsa i vin gan youn gou
espesyal. LUr yo kwit-li younjan pi firm, kbm pi solib,
yo detaye-y gwo bit ake kiyer, yo toujou simaye siwo
anwo-y. Sa menm i rele kole. Okap sil machann ki te
espesyalis esponsab ti kbmers sa-a, sete 2 sir. Ale pou
dizerdmaten mounn met konmanse pare bouch-a-yo,
veso-a- yo, kiyer-a-yo, anpi mezi lajan-yo, gwbser-a
bbl-a- yo.
Akasan se manje zansit-an-nou kite pou nou.
Jounenjodi, tout timounn mande kbnfliks, yo pa vie
AK100 ankb. Si yo te gan konprann yo ta w6 kbnfliks
se mayi menmjan ak akasan ; men ti gou-a-y wbwbt
devan loder ake bon gou kalte AK-100 lakay Ayiti
Tonma ganyen.

Jacques Jacquelin Gargon ap ekri youn liv :
<< Anba bouch-a Grann Mari >.



KONPLIMAN POU :
HAITIAN NEIGHBORHOOD
CENTER
<>
Nou bat youn gwo bravo pou kouzin Jepsie
Metellus direkt6 ekzekitif Haitian Neighhood Center
yo rele <>. Mesye-dam Sant-la te bganize
youn resepsyon pou renmesye komisan ak pisonalite
k'ap ede Sant-la epi kolekte youn ti monnen pou
penmit yo kontinye ofri sevis y'ap ofri depi kek tan.
s' oun sant referans. Kilkeswa pwoblem
ou gen ou depoze-1 nan men mesye-dam yo, y'ap ede-
w, y'ap gide-w.
Sware-a ki te fit nan Deauville Resort nan
Miami Beach te wololoy. Youn sware klasik. byen
bganize. Byen senp. Teni kravat ak vis pou mesye yo.
Medam yo: talon kikit, wbb lonng, kbsaj fann
devan...ayayay!
Apre youn ti diskou remisiman tou senp men byen
atikile JepsieMetellus salwe asistans lan epi mache f6
foto ak envite yo, tab apre tab. Sou kadans group
Ansanm Belfort ki t'apjwe youn bon ti mizik djaz. An
apre, yo te rekonit 3 mounn nan kominote dapr6
Komite direksyon k'ap ft youn travay
eksepsyonel nan kozman edikasyon kominote. Se te


Jan, Jak, Jeri.
Jan-an se mwenmenm Jan Mapou. Jak la se Jacques
Despinosse, depite nan Vil Nord Miami Jerry se
Gtrard Jean-Juste, youn aktivis. Youn defans6 dwa
mounn.
Jerry te voye youn Ibt militan nan domenn imigrasyon
resevwa twofe-a pou li, Jak te kare zepbl li, gonfle
tomak li pou di misi. Kanta pou jan ki se menmenm
mwen te remisye mesye-dam yo e mwen te di tout
ekip solid Sant-la ki fD youn diferans nan sevi
kominote-a misi. Mwen te santi mwen ozanj 16 mwen
sonje mwen te younn nan manmjiri ki te batize Sant
sa-a e ki te vote pou non-an. Nou te chwazi SANT-
LAN (paske vwayUl nen ki gen konsbn -a
deye li rale atik . Men yo te pi renmen Sant-la
olye <>. Se pa grav! Nou swete pou mesye-
dam Sant-la kenbe dyanm. Travay-la anpil. Li pa fasil.
Se nou chak ki pou pote ti kontribisyon pa nou nan
konbit-tit ansanm-lan. Nan non Sosyete Koukouy ak
tout Ibt atis yo mwen di misi anpil.



LET POU YOUN ZANMI
Apwopo lanng manman nou an

Bonjou kanmarad,
Nan pale nou y6 maten ou te di mwen : travay
kominoth w-ap f6 a se pa pou ou ff pwomosyon kreybl,
men se kbmsi ou bliye se kreybl ou ye. Ou di mwen
tou ou pa gen okenn pwoblem ak lanng kreybl la, mwen
dakb ak ou. Sa ki part dwbl, seke mwen oblije toujou
ap plenyen, paske mwen pa kab jwenn tiks yo pou
mwen tradui. Poukisa, teks yo pa kab vin jwenn
mwen ?
An reyalite, 16 ou aji youn fason pou ou bay kreybl
la espas, se pwomosyon kilti ou w'ap f6. Anfit, kit
nou vie kit nou pa vie, pitit nou pa pejanm Kanadyen
100%. Lapriv, chak fwa blan yo kontre ak yo, premye
kesyon ki soti nan bouch blan yo se : Nan ki peyi ou
soti ? LU konsa, pa mwen yo reponn, mwen se
Kanadyen, Blan an reponn eskize-m! Kidonk, nou
genyen enter pou nou fe pwomosyon kilti nou, epi
pase li bay pitit nou. Prensipal fason pou nou andose
kilti nou epi pase lijenerasyon anjenerasyon, se lanng
nou pale a pou noujouke pi wo.
Peyi kolonizat6 yo konnen fbs zouti kiltirel sa a,
se sa ki f6 chak fwa yo anvayi youn t6, yo fbse mounn
yo aprann lanng yo epi yo foure relijon pa yo nan kbsay
mounn yo. LU konsa, se kilti pip natif-natal la yo kraze
pou yo rann li zonbi, epi lave tit pitit peyi natif la.
Blan yo tilman fe sa byen, gade tout tan nou pase ap
pale sou youn dosye ki poutan senp. Wi senp Ou
voye tiks yo ban mwen, mwen tradui yo epi mwen
voye yo tounen ba ou. Epi nou korije er. ki dwe korije.
Vwala, se nan pale anpil, f6 bUl fraz nou tonbe. Tout
sa, se paske nou kanpe sou de teren diferan. Dimwens,
aksyon ki pou mwen espontane epi natirMl, tounen
youn pwa senkant pou ou.
Blan yo mare nou wi. Yo kreye konfizyon lanng
ak konfizyon relijyon nan mitan nou. Sa lakbz nou
divize an de (2)kategori: Afriken, sila yo ki pa gen
chans aprann li nan lanng blan-an epi sila yo blan yo
lave svel yo ak lanng li an. Batay lanng, se batay
ideyolojik. Epitou,se nan konba ideyolojik-la menm
nou ye. Manman nou Ayiti pa tajanm panse apre nou
fin bwe lit nan tete li, grandi menmjan, pase nan menm
lekbl, nou ta kab tounen de ( 2 ) pitit diferan
ideyolojikman. Epitou, nan diferans ideyolojik la, se
mounn nou kw6 nou ap defann yo ki ap sibi, paske se
yomenm ki santi yo se mounn an deyb parapb ak
mounn lavil. Oubyen ankb yo sbt epi lbt yo gen lespri.
Se tout deba sa yo, batay lenguistik yo pote anndan yo
epi tout Ayisyen ta dwe depase, kite deye, men nou
poko ka rive la. Laprev nou ap pale sou sajodi-a ankb
apre plis pase 200 lane endepandans.
Fe pwomosyon lanng kreybl la, se youn kesyon
prensip. Se bay pip la asiz pou li gen konfyans nan
pwbp tit li. Epi pou li pa wont pwbp tit li. L6 youn
mounn kanpe devan li ap pale franse, li pa pejennen.
Li pa pe wont, paske li ap konnen limenm tou li pale
youn lanng Ibt lan pa kab pale oubyen Ibt mounn lan
poko aprann pale. Se sa tou ki pral pemit li viv epi
aksepte pwbp tit li kbm mounn, kbm sitwayen entegral
sou tout t6 kote 1' ap viv. Se konsa, ou dwe w6 koze
lanng lan anndan dokiman tout dokiman ou ap pibliye
pou Ayisyen yo. Se konsa toutjounal anndan Ayiti ta
dwe w6 sa : Nouvelliste, Le Matin, Le Moniteur
elatriye. Se konsa tou biznis Ayisyen nan domain vann
liv ta dwe w6 sa.
Nan pale nou, ou toujou di mwen, ou bezwen asire
byennit pip-la. Younn nan fason pou ou asire byennit
li, se sevi ak lanng li pale-a. Ou dwe sevi ak lanng li
pale-a chak fwa li posib oubyen ank6 chak fwa sa
neses&. Se 16 sa-a pip la pral santi, li egal ak lid6 yo.
Nou konn li, nou konn ekri. Se zouti ki esansyel nan
kalite sosyete nou ap viv la, pip-la poko konn li, li
poko konn ekri, men kiltirelman nou se menm ak li.
Eritay kiltirMl nou pote anndan nou an, se limenm li
pote anndan li tou. Anplisdesa, se eritay kiltirMl sa-a
menm ki f6 fbs nou toupatou kote nou pase. Nan rapb
mounn save yo ak pip la ki pale kreybl sil grenn lan,
se kbmsi nou gen youn ekwasyon :1 + 2 = 3.
1 pa 3 ni tou 2 pa 3, men se 1 ak 2 ki f6 3. Yo pa
menm, men yo egal. Pep-la, ki se reprezantan 100%
kilti Afriken an anndan peyi-a, reprezante 80%
popilasyon peyi-a, epi noumenm afranchi po nwa epi
po klW yo (mwen vie di noumenm ki pase lekbl yo,


[lekbl ki konviti nou ideyolojikman, epi leta Ayiti
poko vie chanje a], nou reprezante apepr6 20%
popilasyon an. Nan afranchi yo, mwen mete oumenm,
mwenmenm ak tout lizbt ki pase sou ban lekbl yo.
Se de kategori mounn sa yo peyi a genyen ki dwe
aprannjere kondisyon lavi yo nan youn nivo kote yo
pral mete ansanm pou yo tounen 3. Se 1 + 2 sa-a ki
dwe tounen 3, youn fason pou nou tounen youn fbs.
Se fbs sa-a Blan yo te prevwa depi tout tan, ki f6 yo
foure nan tit nou youn modil edikasyon, kote nou
devlope epi nou grandi ak tout kalite divizyon nan
sosyete nou an. Tout tan ou kanpe Iwen fbs pip-la,
mwen vie di fbs kiltirMl li, se tout tan w-ap kanpe
Iwen relasyon ki pmiet 1 + 2 tounen 3 a.
Si Blan an rekonit ou gen youn lanngjouk pou li
toujou ap voye dokiman ban nou tradui nan lanng lan(
nivo federal), poukisa oumenm ou pa vle aksepte bay
lanng lan plas li ? Kou blan yo vin nan aktivite nou,
premye sa yo fD se aprann di kek fraz kreybl.
Noumenm Aysisyen yo, nou bat bravo lakontantman
pou yo. Poutan kou yo la pami nou, pou nou fi yo
plezi, nou bliye nou gen youn lanng ki pa nou epi se
lanng pa yo a nou tanmen pale, kant yomenm yo
konnen epi aksepte diferans lan. Albske, nan peyi
etranje kote n' ap viv li kl pou nou tout gen youn
opsyon bilenng nou vle meprize. Youn opsyon k'ap
manbre nou mete ou dyanm nan amoni ak tout kbt
fanmi nou.
Nan plizye rankont mwen patisipe, se toujou blan
yo ki part ak pwopozisyon ki entegre kilti Ayisyen-
an nan travay n'ap ft an ekip. Eske sa se nOmal ?
Kisa ki lakbz nou rive nan pwen sa a ? Mwen ap reponn
pou ou: Se paske kolonizasyon an desounnen nou.
Po nou nwa, men anndan nou se youn lot mounn ki ap
aji. Mounn kolonizat6 yo devlope anndan nou an.
Ayisyen ki te sou tab kote mwen te ye yo pajanm
sonje yo gen youn kilti ki kab f6 ladiferans. Se kbmsi
nou ta di : << Fez6 nat fi nat epi li dbmi ate. > Reflechi
vye kanmarad mwen. Reflechi. Tufus mon mentor.
Tu le demeures encore, men chak fwa mwen santi ou
vie kite ray la, se responsablite mwen pou mwen rale
ou mete ou sou ray. Anfet zanmi mwen, fridam mwen,
tout dwit nan men nou pa menm long, men 16 nou
pliye yo ansanm, yo f6 youn youn gwo boul won ki
tounen pwen nou, nou kab frape sou youn tab pou nou
di non. La-a ankb, nou kab tounen ak ekwasyon-an 1
+ 2= 3.
Plis ou ap apwoche ou toupre Lewbp, kbm
afranchi ak lanng blan an te fi nou aprann lan, se plis
ou ap kite pip ou a, ki pale kreybl sil grenn lan dey6.
Se plis tou blan ap kontan, paske nou ap mache nan
jwit divize pou reye li gaye nan mitan nou depi
lendepandans lan. Jwit ki fenk kare ap afebli nou. Plis
nou fib, se plis blan ap pran plezi pou li rale fisdl nou
fi nou jwe kont pwbp tit nou, pase nou nan tenten,
pase diyite nou nan labou eksetera eksetera tankou sa
te frt nan ane selebrasyon 200 an endepandans nou
an. Kounye a, ki mounn ki ap pwofite ? Ki mounn ki
wont ? Ki mounn ki pedi?
FR pwomosyon youn lanng, manman nou ak tout
kbd fanmi ou pale, se f6 pwomosyon pwbp tit ou. Li
pa pe deranje ni oumenm ni plan ou, ni riv ou. Okontr6,
li ap ba youjivrin, paske li ap ede mounn ki anba yo
w6 ou avik yo 100%. LU konsa, se diyite mounn yo
nou konsolide. Paske, 1I mounn yo, ki pale kreybl ase-
a w6 tout bagay ap dewoule nan youn lanng yo pa
maton ladan, yo wont tet yo wi. Yo santi yo manke
sou mounn yo Yo pidi nan diyite yo paske yo pa
gen nivo lanng lan ki pou pmiet yo aji tankou youn
sitwayen entegral nan mitan pwbp konpatriybt yo.
Men vr6 pwoblim lan fr6 mwen. Nou gen mounn nan
mitan nou ki bib6 kant yo gen lapawbl. Nou
fonksyonne ak youn lanng yo pa konnen byen, oubyen
yo pa konnen ditou, nou retire dwa pawbl yo nan men
yo epi nou pidi kontribisyon pozitif yo ta kab pote
nan rasanbleman nou yo.
Mwen ta renmen ou konprann sa pou ajisman-ou
sevi ekzanp youn fason pou libere lapawbl lakay
mounn sa yo. Sa se travay ou tou kbm lid6, cher
camarade. Se nan nivo sa-a mwen ye zanmi mwen.
Se sa mwen ta renmen ou entegre nan lespri ou. Se la
mwen ta renmen ou vin kontre ak mwen, paske pawbl
mwen ap pale la yo soti dirik-dirik nan tout aprantisay
nou f6 ansanm kbm timounn bout pantalonjouk nou
rive pran grad mete pantalon lonng. Mounn ki ap pale
ak oujodi-a, se mounn ou te fbme-a. Li ap mande ou
pran konsyans epi reflechi sou kote nou kote nou soti,
ote nou ye jounen jodi-a epi jouk ki kote nou kab
rive ak ekwasyon: 1+ 2 = 3 a.
Nou genyen youn ti ponyen mounn tou piti ki
reyisi sou tt etranje. Anfit, ti ponyen tou piti ki reyisi
a dwe toujou sonje kolektivite-a, paske reyisit nou an
ap toujou manke moso si nou ap jwi li pou kont nou
sil grenn. Ak konpbtman endividyll-la, se kbmsi depi
nou bon, se tout mounn ki bon, albske se lekontr6.
Anvan mwen ale, mwen senpman vie raple ou
konstitisyon 1987 la di nou gen 2 lanng ofisyel. Pip la
te vote pou li. An n' travay ansanm pou nou respekte
vbt mounn yo.
Bon mwen pa rete non.

Kenbe frm.
Se Bon zanmi ou : Kaptenn
ki renmen ou anpil, ki respekte ou epi ki vie louvrije
ou Sou youn dimansyon kiltirMl ou pa toujou evalye
menmjan akli. M'ale.
Nou va kontinye koze, paske pa gen pwoblim san
solisyon.


Page 19







Pg A T A20 T 1 O n TT T T 1 Mercredi 21 Mai 2008
Page 20 ACTUALITY POLITIUE Haiti en Marche Vol. XXII No. 17


61 M e 4 A 1 # t AkI b 4

.. -. .. ........... .. .. i ............... ..... ............. .......... ................ . . . . . .






"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers












Livre en Folie 2008
(... suite de la page 2)
Ceci explique que le nombre d'auteurs en signature
augment d'ann6es en ann6e, en d6pit du fait que le comit6 de AM s ua utes M am n
Livre en folie aurait souhait6 reduire cette annie le nombre AM so ut LUt l Ie
d'auteurs en signature. Ce nombre, cette ann6e est encore plus
61lev6 que celui del'ann6e dernibre.
I1 faut souligner aussi qu'il n'y a pas de critbres de
participation. Je n e voudrais pas avoir des photocopies a
soulign6 Max Chauvet du Nouvelliste, l'un des sponsors de la
foire, aux cot6s de la UNIBANK. Parmi les autres sponsors
de la foire, il faut aussi citer: VoilB, La Brasserie la Couronne
et le Rhum Barbancourt
Mais, il y a de l'espoir, d'un changement de ce c6t.
"L'ann6e prochaine, a confi6 Max Chauvet, pour la quinzieme e leader incontese sur le mache des tanstferts en Haiti
edition, on va innover, on aura un sp6cialiste du livre, dans la
presentation, dans la correction et tout. On va avoir un accord VOUS oftre ette a nee encore,
avec lui pour faire un s6minaire avant Livres en folie. De fagon
B permettre aux 6diteurs, aux auteurs, aux correcteurs, B tous E MEII CADEA P R MAMAN
ceux qui sont dans la chaine de production du livre, d'ameliorer m ULLU CADEAU POUR MAM
leur travail."
Toujours dans le domaine de l'innovation, il serait avec:
souhaitable que d'autres institutions, au cours de la semaine
Livres en folie viennent avec d'autres activities autour du livre L lyrSOin a domille en mIinS de deux helres.
afin qu'on ait vraiment la semaine du livre avec differentes MPi av pl e 400 Agents Paa *n
activities, avec des interventions de diff6rents 6crivains, cr6er ave P e A s
un espace de rencontre entre les ecrivains et un tas d'autres ap li
choses qu'on pourrait faire.
I1 nous faut noter aussi que au cours de Livre en Folie, .* ln Ilnnl. nilpo ll hnnH
les participants profitent d'un avantage exceptionnel. Ils Des s dans n'imprle quel ban
b6n6ficient d'une reduction allant parfoisjusqu'i 50 % du prix en Haili.
du livre, ce qui repr6sente une occasion exceptionnelle de se
monter une bibliotheque ou d'l6argir la sienne. ne rande vWriitP de produils
Les organisateurs espirent cette ann6e vendre entre
18.000 et 20.000 livres. Un chiffre exceptionnel car vendre aIilentiies de Ieilleure qualiit
20.000 livres en un jour une structure, nelogistique hors du e em
commun. ulle lJar(he.
Pourtant Livre en Folie a rdussi ce pari au cours des
annies precedents et espire cette annie encore faire mouche.

SHaiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94h Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 I Boston 508 941-6897
Montr6al 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com I haiti-en-
marche@hughes.net
URL www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
[~O~PIRGPuRToul. V/ .cHlrs Equipements pour construction
ADOMI PURCHASING GENCY t0 i Comn / Equipment mdiol
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalaaol.com Pir uvioe ou par bl te e




Full Text

PAGE 1

Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Haïti en Marche édition du 21 au 27 Mai 2008 • Vol. XXII • No. 17 COMMEMORATION DE LA FETE DU DRAPEAU NATIONALParade à l’Arcahaie le 18 mai 2008 (photo Eugène Robenson) FURCY, 16 Mai – C’est maintenant ou jamais! Les acteurs sont arrivés au bout les uns de leur impuissance et les autres de leur toute puissance. Les partisans de la ratification du Premier ministre désigné Ericq Pierre réalisent que les pleurs et grincements de dents ne suffiront pas pour changer la décision de la chambre des députés rejetant le lundi 12 mai la nomination de ce dernier. En même temps que les 51 députés qui ont posé cet acte sont en train de prendre conscience, face aux vives réactions soulevées, de la gravité de leur geste. C’est ce qu’on appelle le moment psychologique, celui où, dans tout processus, on peut intervenir avec le plus deACTUALITE POLITIQUEC’est le moment ou jamais de sortir de l’impassechances de l’emporter et en même temps le moins de risques encourus. Nous sommes arrivés à un pareil moment dans la crise politique actuelle. L’opinion est fatiguée. La rue toujours aussi mécontente. La machine gouvernementale est grippée. Pour la première fois depuis l’arrivée de Monsieur René Préval au Palais national, cette semaine nous sommes en panne d’essence. De diesel. Et ce n’est pas la faute du marché international, mais le chèque qui n’a pas été libéré à temps pour la commande. Tout à nouveau se déglingue. Et pour commencer tous les accords de prêts et (CRISE / p. 4) PORT-AU-PRINCE, 18 Mai – Le gouvernement en panne. Panne sèche. Pas une goutte de diesel pendant toute la semaine. C’est la première fois depuis le retour de René Préval à la présidence. Et la première crise politique importante de son second mandat. Haïti ne peut pas se le permettre. Gouvernement sortant, interrègne, c’est pas pour nous parce UNE INEXPLICABLE RARETE DE DIESELHaïti n’existe pas en temps de crise (PANNE SECHE / p. 5) L’essence vendue dans l’informel (www.jjaugustin.com SAINTO-DOMINGO, 16 Mai Le président dominicain sortant, Leonel Fernandez, a remportéRÉPUBLIQUE DOMINICAINELeonel Fernandez rééluun troisième mandat vendredi, une victoire mise au crédit de ses efforts pour sortir le pays caraïbe de la pauvreté. Les résultats de la commission électorale centrale, portant sur 99% des bureaux de vote, créditent le centriste Fernandez de 53% des suffrages contre 40% à son rival du centregauche Miguel Vargas Maldonado, qui a reconnu sa défaite. Le reste se répartit entre cinq autres candidats. Vargas n’a toutefois pas félicité Fernandez, disant que le scrutin avait été faussé par “un recours des plus honteux aux ressources de l’Etat”. Fernandez a hérité d’une économie en ruine lorsqu’il est devenu Leonel Fernandez après sa victoire (Reuters) président pour la deuxième fois en 2004, après un premier mandat de 1996 à 2000. La faillite d’une grande banque, en 2003, avait nourri l’inflation et provoqué une grave crise. Mais avec l’aide de prêts du (LEONEL / p. 3)

PAGE 2

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 2 EN PLUS ...EN BREF ...(En Bref / p. 18) Vote de la Chambre le 12 Mai 2008 (photo Georges Dupé)Et si on essayait la transparence …NOMINATION PREMIER MINISTREEDITORIAL PORT-AU-PRINCE, 14 Mai – Le rejet par la Chambre des députés de la nomination de Ericq Pierre comme Premier ministre peut prêter à diverses interprétations, mais toutes convergent au même point : le rapport des forces a changé sur l’échiquier quand bien même ils disposeraient de quelques troupes. C’est l’échec de cette formule qui transparaît dans le vote négatif décerné par les députés à la nomination du Premier ministre Ericq Pierre. En un mot, la balance du pouvoir a changé, l’équilibre ne politique et il est inévitable d’en tenir compte. Selon la Constitution, Article 137 : « le Président de la République choisit un Premier Ministre parmi les membres du parti ayant la majorité au Parlement. A défaut de cette majorité, le Président de la République choisit son Premier Ministre en consultation avec le Président du Sénat et celui de la Chambre des Députés. » D’autre part, comme lors du choix du gouvernement du Premier Ministre démissionnaire Jacques Edouard Alexis, le chef de l’Etat a choisi de se réunir aussi avec les leaders des partis politiques représentés au Parlement. En effet, aucun parti n’ayant de majorité absolue dans l’actuel Parlement, on a adopté la formule de gouvernement de coalition. Les ministres viennent des rangs de ces différents partis représentés dans l’actuelle législature. Or c’est cette même formule qui vient de faire échec dans la nomination de Ericq Pierre … Le Président de la République a eu plusieurs jours d’entretiens avec les leaders des partis représentés au Parlement. Il a longuement conversé avec les Présidents des deux chambres législatives, outre que ces deux derniers appartiennent au parti qui avait endossé la candidature de René Préval aux présidentielles de 2006, LESPWA. Malgré tout, le résultat est le rejet du choix fait par le chef de l’Etat. Cela veut donc tout simplement dire que cette formule aujourd’hui ne marche plus. Cela n’a pas marché. Pour la bonne raison que, et comme on le constate depuis un bout de temps, les acteurs traditionnels n’exercent plus la même influence qu’on leur prête. Les patrons de LESPWA, y compris le chef de l’Etat, n’ont pas pu convaincre les députés membres de se conformer au choix du président, secondé par les présidents des deux chambres (sénat et chambre basse) … Tout comme les leaders des partis membres de l’ex-opposition (OPL, Fusion, Alyans, Union) ne sont plus en mesure de ramener dans le rang les parlementaires qui ont été élus sous leur bannière. Sans chercher à savoir les causes profondes de cette situation, toujours est-il que c’est l’échec d’une politique. Une politique qui consiste grosso modo à mettre ensemble deux ou trois personnalités consacrées leaders à vie sans jamais chercher à savoir quel est le sentiment des troupes, s’exerce plus dans la même direction, le rapport des forces n’est plus le même. Car en dehors de toute autre considération d’ordre moral ou civique ou autre (y compris nationaliste), une chose importante à retenir : le vote de la chambre des députés est tout à fait constitutionnel. Selon la Constitution, le choix du Premier ministre doit être approuvé par les deux chambres siégeant séparément. Si l’une ou l’autre rejette ce choix par un vote majoritaire, le choix est rejeté automatiquement et le Président de la République doit choisir un autre candidat au poste de Premier ministre. Des agences de presse de conclure aussitôt : le Président Préval doit donc recommencer le même scénario. Rencontrer les leaders des partis représentés au Parlement. Cela en consultation aussi avec les présidents des deux chambres. Etc, etc. Bref, la formule qui vient d’éclater à notre nez comme une bulle de savon. Refaire ce calvaire, ce serait mettre tout à fait à côté de la plaque une fois de plus. Nous ne voulons pas conseiller aux autorités de ne pas respecter la Constitution, mais un fait est clair : cette formule est désormais devenue fallacieuse. Dépassée. Les responsables du pouvoir ne peuvent se permettre de continuer à éviter de regarder la réalité en face. Et nous ajouterions : pendant que le pays agonise, passe et trépasse. Henry Kissinger a mis à la mode une notion qu’on appelle le pouvoir réel. Et en face le pouvoir symbole. En Grande Bretagne le pouvoir symbole c’est la reine. Et le pouvoir réel c’est 10 Downing Street, le bureau du Premier ministre britannique. Au Canada, le pouvoir symbole aujourd’hui c’est Michaëlle Jean et le pouvoir réel c’est Stephen Harper, le Premier ministre. Eh bien, de plus en plus les réunions du Président Préval avec les leaders de partis politique au palais national s’apparentent à ce qu’on pourrait appeler aussi un pouvoir symbole (que l’on continue à suivre uniquement parce que c’est la lettre de la Constitution). Tandis que si on n’y prend garde, tenez-vous bien (parce que ce n’est pas le Parlement lui-même qui est en cause) mais ce sont les groupes X ou Y apparus ces derniers mois au sein des deux chambres qui (voir TRANSPARENCE / 6) Leonel Fernandez élu président pour la troisième foisLe président dominicain Leonel Fernandez a remporté les élections présidentielles du vendredi 16 mai en République Dominicaine, rapporte l’agence dominicaine Espacinsular. Selon les premiers résultats communiqués par la Junte centrale électorale (JCE), Fernandez, du Parti de la Libération Dominicaine (PLD), a obtenu plus de 53% des voix. Son concurrent, Miguel Vargas Maldonado, a réalisé 41% des voix. Avec cette victoire, Leonel Fernandez obtient un troisième mandat pour diriger la République Dominicaine durant les 4 prochaines années.Le Discours du 18 Mai du Président René PrévalLe Président René Préval ne s’est pas rendu à l’Arcahaie cette année pour la Fête du drapeau. Il a prononcé son discours depuis le Palais National. Le message présidentiel a été axé sur la nécessité d’augmenter la production nationale. Intervenant sur l’esplanade du Palais national (siège de la présidence), à l’occasion du 205ème anniversaire du Bicolore national et de la fête de l’Université, M. Préval a remercié le Premier ministre sortant Mr Jacques Edouard Alexis pour avoir fait régner la stabilité dans le pays jusqu’aux émeutes du début d’avril, ainsi que l’ex-Premier ministre désigné Ericq Pierre pour sa disponibilité. Puis le chef de l’Etat a annoncé son désir de former un gouvernement d’union avec la collaboration des parties politiques, du Parlement et des autres secteurs de la vie nationale. Il a demandé à ces différents secteurs et surtout au Parlement de l’aider dans la lutte contre la vie chère. La cérémonie de commémoration du 205ème anniversaire du bicolore national a été plus que sobre. Outre le chef de l’Etat, seul le recteur de l’Université d’Etat, l’agronome Jean Vernet Henry, a eu à prononcer un message de circonstance. Différentes unités de la Police Nationale d’Haïti ont réalisé une brève parade, au rythme de la fanfare du Palais National. C’était ensuite au tour des élèves de différents établissements scolaires de la capitale d’effectuer eux aussi une parade et des exhibitions sur la pelouse du Palais National.Un compatriote honoré au CanadaL’Académie canadienne du Génie a décidé d’accueillir parmi ses membres notre compatriote l’ingénieur Samuel PIERRE, Ph D, professeur titulaire à l’École Polytechnique de l’université de Montréal. L’Académie canadienne du Génie fait partie d’un réseau international de vingt quatre associations d’ingénieurs à travers le monde. Ses membres sont cooptés sur la base de « leurs réalisations exceptionnelles et de leurs longs états de service au sein de la profession d’ingénieur »; ils sont au nombre de trois cents (parmi les 160 000 ingénieurs que compte la profession au Canada). Samuel Pierre, en plus de son enseignement, est directeur du Laboratoire de recherches en réseautique et informatique mobile (LARIM); il est aussi l’auteur et le collaborateur de nombreux ouvrages scientifiques. Par ailleurs, il a récemment coordonné la publication d’un livre remarqué qui a pour titre « Les Québécois venus d’Haïti ». Il est parmi les membres fondateurs de la Fondation Québec-Haïti pour une scolarisation universelle de qualité (QHASUQ), fondation dont il vient d’être élu président. Samuel Pierre mène de front son travail scientifique et ses activités pour la promotion de l’excellence parmi les jeunes de la communauté haïtienne du Québec et de son pays d’origine.La conférence de presse d’Ericq PierreVoici quelques-uns des points retenus lors de la conférence de presse de l’exPremier ministre désigné qui a écopé d’un vote de non confiance du bloc CPP au Parlement. S’adressant aux membres de la Concertation des Parlementaires Progressistes (CPP) : “Je leur souhaite aussi bonne chance.” Ericq Pierre a voulu expliquer pourquoi il avait accepté de se présenter comme futur premier ministre: “ J’ avais accepté d’ être désigné (et) de mettre mes plus de 40 années d’intégrité au service de mon pays, parce que je m’étais persuadé que, en plus de I’expérience et de la compétence, notre pays a un urgent besoin de placer au timon des affaires, des hommes et des femmes intègres, étrangers aux combines et capables de prendre de la hauteur pour travailler avec succès à l’amélioration des conditions d’ existence du peuple haïtien.”Livre en Folie 2008, 14ème Edition, ce sera au Parc Historique de la Canne à sucre Le Jour de la Fête Dieu, le Jeudi 22 Mai et ceci pendant toute la journée, de 10 heures du matin à 5 heures de l’après-midiCette année, Livre en Folie aura un invité d’Honneur. Et c’est Marc Bazin qui a été choisi. Les articles de sa chronique paraissant régulièrement dans Le Nouvelliste il s’agit de la chronique “Des idées pour l’Action” ont été rassemblées et font l’objet d’un ouvrage que l’auteur présentera le 22 mai. Dans une interview accordée au Nouvelliste, Marc Bazin reconnait avoir reçu carte blanche du quotidien, non seulement quant au choix des sujets, mais aussi pour ce qui à trait à la liberté d’expression qui est sienne . Marc Bazin avoue s’être laissé guider tantôt par l’actualité, tantôt par la nécessité d’attirer l’attention sur un sujet d’importance nationale, et, parfois même, il se serait laissé mener par le vieux réflexe qui sommeille en tout homme politique et qui consiste à ressasser les thèmes et les projets dont il est habité et qui ne le quittent jamais. Cependant fondamentalement, à travers tous ces articles, la toile de fond qui est tissée, est celle du drame national. Et la grande question qui est posée est celle-ci: Comment faire pour développer Haïti et sortir de la pauvreté ? La nouveauté, cette année est l’ouverture de la Foire du Livre, à deux clubs de l’extérieur. Pen club du Québec et le Pen club du Canada qui seront donc partie prenante de la foire. Mais la grande nouveauté , ce sera l’année prochaine a expliqué Max Chauvet, avec des invités de prestige qui viendront des Antilles françaises, de France et d’autres pays francophones, afin de faire de Livres en folie un vrai événement international. Au total, il y aura environ 1400 titres et soixante auteurs seront en signature. C’est regrettable que la direction de Livres en Folie ne fasse pas de selection des livres présentés. Livre en folie offre une tribune à tous ceux qui veulent participer à la Foire. C’est ce qui explique que les livres soient de qualité vraiment inégale, certains plutôt décevants soit par leur style, soit par le sujet traité. C’est le public qui sanctionne les auteurs, mais souvent trop tard, étant en possession d’un livre qui vraiment ne l’interesse pas ou bien qui est mal écrit. (LIVRE EN FOLIE / p. 20)

PAGE 3

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 3 SOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHESOMMAIREFonds monétaire international, Fernandez a réussi à infléchir la tendance bien que la pauvreté reste trèsRÉPUBLIQUE DOMINICAINELeonel Fernandez réélu(LEONEL... suite de la 1ère page) Trois autres personnes, dont un ancien élu, ont été tuées par balles au cours d’un affrontement mercredi soir entre partisans de Fernandez et de Vargas répandue. Cette victoire dès le premier tour, a déclaré le chef de l’Etat devant ses partisans en liesse, signifie “aucune perte de temps dans la poursuite de notre travail et de nos progrès”. Fernandez, qui a axé sa campagne sur un “pacte social” visant à s’attaquer à la pauvreté, a dédié sa victoire à son ancien mentor, l’ancien président de gauche Juan Bosch élu en décembre 1962 puis renversé par un coup d’Etat en septembre de l’année suivante. VIOLENCES SPORADIQUES Le scrutin a été marqué par des flambées sporadiques de violence et huit personnes au moins, dont deux responsables du parti au pouvoir, ont été blessées par balles. Dans la ville rurale de Bonao, à 83 km au nord de la (L‘Ambassadeur dominicain en Haïti, Jose Serrulle Ramia, assistant à la parade de la Fête du Drapeau à l’Arcahaie (photo Eugène Robenson) LE MONDE, 16 Mai 2008 L’élection présidentielle dominicaine se gagne à coups de décibels, de coûteux matraquages télévisés, de subventions et d’emplois fictifs. Lors de son dernier grand meeting à SantoDomingo, devant une foule agitant des drapeaux mauves, la couleur de son parti, le Parti de la libération dominicaine (PLD, centre), M. Fernandez a opposé la croissance retrouvée au “désastre” du gouvernement précédent. Miguel Vargas, son principal adversaire, en était ministre des travaux publics. Candidat du Parti révolutionnaire dominicain (PRD, social-démocrate), M. Vargas accuse le chef de l’Etat de ne pas avoir fait profiter la majorité pauvre des Dominicains des bénéfices de la croissance. SeLa corruption et l’économie de la drogue entachent la présidentielle à Saint-Dominguedécouvert, en 2006, à Marbella, en Espagne. Mercredi, un affrontement entre partisans du pouvoir et opposants a fait trois morts. En l’absence Port-au-Prince, le 15 mai 2008 (AHP)L’ancien premier ministre désigné, Pierre Ericq Pierre, a fait savoir jeudi qu’il s’était heurté dès le début du processus de ratification aux forces de la corruptionEricq Pierre explique son rejet par l’étendue de la corruptionLors d’une conférence de presse, M. Pierre a indiqué que les mots patrie et intérêts du pays n’ont jamais été présents dans les messages des émissaires qui le pressuraient de négocier avec ceux qui réclamaient des postes de ministre, des enveloppes d’argent ou le financement de projets pouvant faciliter leur réélection. “J’ai toujours dit que je n’accepterais jamais d’être premier ministre à n’importe quel prix et je ne pouvais non plus prendre des engagements qui hypothéqueraient les ressources du trésor public avant même d’entrer à la primature”, a souligné M. Pierre, qui déclaré avoir voulu jouer cartes sur table. Il a dit avoirHAITI A LA RECHERCHE D’UN PREMIER MINISTRE(ERICQ PIERRE / p. 20) à Villa Vasquez, à 200 km au nord-ouest de la capitale, ont rapporté les autorités. Mais Fernandez a assuré après avoir voté à Saint-Domingue que le scrutin s’était dans l’ensemble déroulé dans le calme. Reuters capitale, des témoins ont rapporté que des électeurs avaient fui un bureau de vote où un député représentant le parti de Vargas a ouvert le feu sur Candido Caba, un dirigeant local du Parti de la Libération dominicaine du président. présentant comme un gestionnaire pragmatique, il a esquivé les questions sur l’origine de son imposante fortune ou les allégations le liant au réseau de corruption Conférence de presse de Ericq Pierre (photo Thony Bélizaire) et que c’est son refus de pactiser avec ces forces qui lui a valu d’être écarté par la chambre des députés. Désigné par le président René Préval pour remplacer le premier ministre Jacques Edouard Alexis renversé par le groupe des 16 (sénateurs), au motif que ce dernier n’arrivait à juguler le problème du coût de la vie, Ericq Pierre a été rejeté lundi par la chambre qui a invoqué “de sérieux problèmes d’identification”. (CORRUPTION / p. 9) ANALYSE C’est le moment ou jamais de briser l’impasse p.1 ACTUALITE Haïti n’existe pas en temps de crise p.1 Le discours du 18 Mai p.2 Ericq Pierre dissèque son rejet par les députés p.3 POLITIQUE Et si on essayait la transparence … p.2 Toujours la République de Port-au-Prince ! p.6 L’EVENEMENT Leonel Fernandez réélu p.1 La corruption et la drogue entachent la présidentielle dominicaine p.3 L’ACTUALITE EN MARCHE US : envoi de 3 bateaux chargés de nourriture p.7 LIVRES Livres en Folie p.2 Vie chère et politique économique p.8 DIVERTISSEMENT Haïti à l’heure des Télénovelas p.10 HAITI-DOMINICANIE Nouvelle configuration de la migration … p.11 Pourquoi les candidats gardent le silence sur la thématique haïtienne ! p.12 LIBRE PENSEE Incompréhension ! p,16 UEH : Plaidoyer pour la création d’une fondation p.14

PAGE 4

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 4 FORT LAUDERDALE, FL – Amerijet International will open a Fort Lauderdale air freight station on April 2, 2007, announced Pamela Rollins, Amerijet’s VP of Business Development. The station is located adjacent to Amerijet’s corporate headquarters at 2800 South Andrews Avenue. “We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,” Rollins said. “Eventually, we will expand this location to offer ocean services and delivery of import cargo, to make s hipping with us even easier.” Amerijet will accept outbound international air freight at this station, including general personal and commercial cargo, large or small packages, barrels, valuable and fragile goods , hazardous material, oversized shipments and domesticated live animals. Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Monday through Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijet will transport cargo between this station and its Miami hub via daily ground transfer. For rates and cargo-specific questions, customers can contact Amerijet’s sales department at 800-927-6059 or via e-mail at sales@amerijet.com. Amerijet International, Inc. is a full-service multi-modal transportation and logistics provider offering international scheduled all-cargo transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates offices all over the world, serving destinations throughout North, South and Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East. Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com. AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE CARGO DROP STATION ADOMI P ADOMI P ADOMI P ADOMI P ADOMI P UR UR UR UR UR CHA CHA CHA CHA CHA SING A SING A SING A SING A SING A GENCY GENCY GENCY GENCY GENCYTel. : 786-457-8830 • Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalia@aol.comPour tous vos achats : Equipements pour construction / Pièces de voiture / Camion / Equipement médicalPar avion ou par bateau.UNE ANALYSEcontrats sont bloqués. Le sommet des bailleurs a été « annulé » (nous insistons annulé et non reporté sine die comme on avait crû. Nous y reviendrons bientôt). Tout s’en va. Mais avec une différence : le moment est psychologiquement approprié pour briser l’impasse.ACTUALITE POLITIQUEC’est le moment ou jamais de sortir de l’impasse (CRISE... suite de la 1ère page) Effrayés devant l’âpreté de la réaction soulevée …La Chambre des députés a voté de rejeter le Premier ministre désigné Ericq Pierre, mais à présent ces parlementaires eux-mêmes doivent être partiellement effrayés devant l’âpreté de la réaction soulevée par leur décision. Des leaders politiques très « au pouvoir » (curieusement ceux surtout de l’ex-opposition) sont montés au créneau pour fustiger la décision de la Chambre que pour un peu ils déclareraient inconstitutionnelle. Même si ce sont les mêmes leaders qui ont applaudi à la destitution du Premier ministre Jacques Edouard Alexis par un vote du Sénat passé dans des conditions tout à fait similaires ... Mais surtout de grandes ambassades et des organisations internationales s’en indignent également, faisant semblant elles aussi d’oublier que l’actuelle crise a commencé dans le vote de censure du 12 avril dernier au Sénat. Sauf la rue qui ne bouge pas, peu amusée par tout ce cinéma car au dehors c’est le sauve-qui-peut la vie. Bien qu’il ne manque pas d’oiseaux de mauvais augure pour prétexter de l’impatience du peuple dans l’intérêt de leur propre agenda. Mais ceuxmois dernier on a appris à faire la différence entre le vrai et le faux vrai.Comme le Sphinx …Au milieu de tout ce gâchis se dresse comme le Sphinx une nouvelle entité, le Groupe des 53. Un regroupement de députés de différentes appellations (LESPWA, OPL, Fusion, Lavalas, Latibonit an Aksyon, RDNP etc) dont 51 ont blackboulé la nomination de M. Ericq Pierre au poste de Premier ministre. Et comme c’est un vote constitutionnel et que nous vivons en régime de séparation des pouvoirs, le Groupe des 53 apparaît comme bénéficiant, bien sûr momentanément, de tout le pouvoir de décision dans le pays. sénateurs élus pour deux ans (plus 3 sénateurs manquants, dont 1 décédé et deux radiés pour avoir camouflé leur nationalité américaine), le Sénat est pour le moins handicapé avec un nombre de membres réduit à 18 et un quorum (nombre de sénateurs devant être présents pour légaliser toute décision) de 16.monolithique …Aussi le Sénat perd de son importance dans le jeu actuel. La Chambre, nonobstant la tempête soulevée par sa dernière décision, a donc le vent en poupe. Cependant, et nous arrivons au fond de la question, le Groupe des 53 n’est pas monolithique. Tout le monde a retenu ce passage de la conférence de presse tenue jeudi par M. Ericq Pierre, à savoir que les députés membres de LESPWA sont majoritaires au sein du regroupement et que, tenezvous bien, si le Président Préval (qui est un de leurs chefs) avait voulu les faire lâcher prise, le vote du lundi 12 mai aurait pu être différent. Nous ne sommes pas aussi certains que Ericq Pierre que le vote du 12 mai ne tient qu’à cela, mais il faut retenir que, selon lui, le chef de l’Etat ne serait pas intervenu auprès des députés membres de sa propre formation politique.La balle est désormais dans le camp du Président Préval …Donc on retient surtout que René Préval a un rôle vital à jouer pour débloquer la situation. C’est d’abord le Président de la chambre basse, Pierre Eric Jean-Jacques, estimant (sur les ondes de l’émission Mélodie Matin) que le vote de ses collègues constitue aussi un rappel à l’ordre au Directoire de LESPWA pour avoir négligé ses propres membres, plus intéressé à soigner ses nouvelles alliances (avec ses ex-opposants de la campagne présidentielle). L’ex-Premier ministre désigné Ericq Pierre lors d’une conférence de presse après sa non-ratification par la Chambre Basse (www.jjaugustin) Commémoration du 18 mai, Fête du drapeau, au Palais National: le Président René Préval entouré (à gauche) du PM sortant Jacques Edouard Alexis, du Vice-président de la Cour de Cassation, Me Georges Moïse et (à droite) du Président du Sénat Kelly Bastien, du Président de la Chambre Basse, Pierre Eric Jean-Jacques et du Recteur de l’Université d’Haïti, Jean Vernet Henry (www.jjaugustin.com) là ne parlent que pour euxmêmes. Et d’ailleurs depuis les émeutes du Mais voilà, c’est que comme toujours aussi en démocratie, trop de pouvoir nuit. Qui trop embrasse, mal étreint. D’abord la Chambre n’est pas seule, où est le Sénat ? Eh bien, après avoir joué sa carte du 12 avril (le vote de censure qui a renversé le gouvernement Alexis) ce dernier n’en mène pas large. Par la force des choses. Avec le départ, le 8 mai écoulé, des 9Le Groupe des 53 n’est pas(CRISE / p. 5)

PAGE 5

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 5 DE L’ACTUALITESelon le Président du Sénat, Kelly Bastien, le Groupe des 53 est une force politique que pour le moment on ne peut ignorer (et une force parlementaire vivace est une bonne chose pour la démocratie, pourvu que les partis politiques qui y sont représentés fassent leur boulot. Hélas, c’est là que le bât blesse). Conclusion : la balle est désormais dans le camp du Président René Préval. Il peut choisir (comme certains le lui demandent) de reconduire la candidature de Ericq Pierre. Mais celui-ci, nous semble-t-il, a brûlé toutes ses chances avec les propos virulents (et même insultants) tenus lors de sa conférence de presse.pays réel …Par contre, le Président devrait rencontrer le Groupe des 53, et pour commencer ceux de son propre camp, pour définir avec eux une solution qui soit dans l’intérêt du pays. Non de tel secteur politique déterminé, que ce soit du pouvoir ou de l’opposition (qui ne sont d’ailleurs aujourd’hui qu’un seul et même), pourquoi il importe de penser d’abord au pays réel, la grande majorité. La Chambre ne peut plus se permettre un vote pareil à celui du 12 mai dernier, à partir du moment que toutes les conditions seraient réunies. Aujourd’hui elle a prouvé son poids dans la balance, elle a aussi fait rengorger au Groupe des 16 du Sénat son vote de censure du 12 avril dernierLe moment ou jamais de briser l’impasse !destituant le Premier ministre Alexis après que celuici eut obtenu peu auparavant un vote de confiance des députés. A présent, tout peut rentrer dans l’ordre. Nous sommes parvenus au fameux moment psychologique. D’autant que celui-ci ne se représentera pas de sitôt. Car les pêcheurs en eaux troubles sont aussi à l’œuvre. Quant aux politiciens qui s’empressent d’accuser les autres de magouille après avoir prouvé que ce sont eux les docteurs ès magouille, qu’ils se taisent ! Le moment psychologique est là, il faut le saisir. Le fruit est mûr. Le Président Préval peut et doit le cueillir. Excellence, à vous de jouer ! Haïti en Marche, 16 Mai 2008 (CRISE... suite de la page 4)Il importe de penser d’abord au que chez nous, dès que le gouvernement s’arrête, tout s’arrête. La Belgique a été privée de gouvernement pendant près de six mois, comme souvent dans des pays pratiquant le système des élections au second degré. Aux Etats-Unis, la période entre les présidentielles et l’investiture du nouvel élu s’appelle le « lame duck », en France l’interrègne. Mais le pays 1934), a été littéralement détruit par la dictature à la manière Papa Doc qui ne tolère qu’un rien échappe à son contrôle exclusif, or l’Administration c’est la neutralité totale, avant tout elle n’a pas de couleur politique … Haïti ne peut donc se permettre une crise de plus de 24 heures, sinon rien ne va plus, ce sont toutes les démarches et entreprises d’utilité publique qui sont stoppées net. Comme disaient les anciens colonialistes, Haïti n’existe pas en temps de crise((PANNE SECHE... suite de la 1ère page) stitutions c’est eux (l’Etat c’est moi) et l’Administration leur sert à caser des partisans. Cependant tous ceux-là n’en restent pas moins une minorité. Leur existence n’est pas une excuse à notre démission, voire à notre complicité.Une simple affaire de fauteuils …Tout compte fait, le plus grand bien qu’un pouvoir puisse faire à ce pays ce n’est pas la lutte tourne comme à l’ordinaire. Business as usual. Parce qu’il y a l’Administration, les institutions établies (solidement établies), le corps des directeurs généraux et des fonctionnaires, bref la fonction publique que même la guerre n’empêche (pardonnez le pléonasme) de fonctionner. Voire une petite crise politique (que disonsnous, gouvernementale) de rien du tout mais chez nous c’est déjà la fin du monde. S’il y avait une Administration en Haïti, le chèque pour la commande de diesel, ainsi que le payrol du petit personnel, seraient toujours prêts à temps. Il n’y aurait plus ces manifestations incessantes et agaçantes de réclamations d’arriérés de salaire.D’abord pas de couleur politique …S’il y avait chez nous une Administration qui se respecte, les fêtes nationales du 1er Mai et du 18 mai seraient célébrées avec le même faste en temps de crise qu’en temps normal. Haïti n’ayant pas une Administration le peu qu’il y avait, hérité de l’Occupation américaine (1915dès qu’on s’en va, les ascenseurs s’arrêtent. Suivez mon regard !Haïti a tout son temps ! …A peine le Premier ministre Jacques Edouard Alexis renvoyé que le sommet des bailleurs – devant décider de l’avenir économique de la nation, plus que de l’assistance financière – a été annulé … Malgré tout le plus préoccupé reste encore l’international – parce que Haïti bien entendu n’est pas seul au monde. Comme nous a dit l’un d’eux, le temps en Haïti n’est pas le même que dans le reste du monde. Haïti a tout son temps ! Bien sûr il y en a plein qui vivent de cet état de fait, et en vivent bien. Il y a les professionnels du chaos, les pêcheurs en eaux troubles, tous ceux-là et non des moindres qui, à force de crises, crises sur crises (pardonnez le créolisme), ont fini par s’y faire mieux qu’en temps de stabilité. Cela d’un côté … De l’autre, il y a ceux qui (faisant du Papa Doc sans le savoir) aiment bien un pays sans institutions et sans Administration parce que dès lors les incontre la corruption, ce n’est pas la réconciliation nationale, mais c’est doter enfin le pays d’une Administration (avec un grand A). Une Administration professionnelle, à l’écart de tous les aléas de la politique, et ouverte à tous les citoyens … Equité, égalité des chances, décentralisation, etc. Et tout le reste viendra par surcroît. Les crises politiques en série (comme celle tout à fait insignifiante qui nous cause tant d’emmerdements en ce moment) n’auraient non seulement aucun sens (pourquoi n’existent-elles pas chez nos voisins : Jamaïque, Bahamas, République dominicaine qui sont dotés d’une Administration) mais n’auraient aucun intérêt même pour leurs auteurs parce que n’ayant nulle part où caser leurs partisans. Puisque l’essentiel de la crise actuelle demeure, dans un camp comme dans l’autre, une simple affaire de fauteuils à partager dans les hautes sphères de l’Etat. Insensé qu’un pays en soit toujours là. Marcus, 19 Mai 2008 La parade de la Fête du Drapeau sur la pelouse du Palais National (photos www.jjaugustin.com)

PAGE 6

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 6 sont en train de se matérialiser en pouvoir réel. En effet, c’est le Groupe des 16 qui a destitué le 12 avril dernier au Sénat le Premier ministre Jacques Edouard Alexis … C’est le groupe de 53 députés baptisé CPP (Coordination des parlementaires progressistes) qui a rejeté la nomination de Ericq Pierre. Et à chaque fois l’Exécutif n’a pu qu’accuser le coup. Son impuissance totale éclate en plein jour. Pourtant l’explication est simple. Le rapport des forces a changé. Ce sont ces groupes qui détiennent pour l’instant le pouvoir réel. Ce sont eux qui nomment et révoquent, car s’ils peuvent révoquer, ils peuvent aussi nommer. Et c’est ce que le palais semble refuser d’accepter continuant de s’enfoncer dans un respect purement formaliste de la Constitution, donc gratuit et désormais inopérant. Or que faire ? Faut-il envoyer la Constitution par-dessus les moulins et traiter directement avec les groupes en question ? Non, on peut tout en respectant la Constitution ouvrir un dialogue plus direct avec eux. Et ne plus les traiter comme des pestiférés, en parents pauvres qu’on reçoit sur la galerie (au sens haïtien) et non au salon. Nous en voulons pour preuve que le pouvoir ait décidé d’ouvrir aussi le processus de choix du Premier ministre et du gouvernement à la « société civile. » Or l’Article 137 de la Constitution ne mentionne pas la société civile. Non, il y a là à notre avis un blocage dont nous ne connaissons pas les causes exactes (ce n’est pas ce qui nous intéresse en ce moment) mais dont il faut sortir coûte que coûte. La meilleure façon et la plus durable d’en sortir c’est un amendement constitutionnel qui vienne remettre de l’ordre dans ce désordre, rétablir l’équilibre eu égard à cette nouvelle redistribution des cartes sur l’échiquier. Mais un amendement constitutionnel ne se fait pas du jour au lendemain. A court terme, nous proposerions qu’on ait recours à un autre facteur et il s’appelle tout simplement : la transparence. Le Président de la République, gardien attitré des institutions, est autorisé à dialoguer avec tous les secteurs ou entités nationaux quels qu’ils soient, et au grand jour, pourvu que cela ne sorte pas du cadre de la légalité et que tout se déroule au vu et au su de tous les citoyens. Bref, si la transparence est totale, le pouvoir y gagne et les Groupes y gagnent. Le pouvoir y gagne du fait qu’il bénéficie de ce fait de la confiance du citoyen qui n’y voit aucune trace de magouille. Or on a vu comment les gens sont restés de glace après le rejet de la nomination de Ericq Pierre. Et les groupes en question y gagnent de pouvoir faire passer leurs revendications et leurs souhaits. Sans avoir l’air d’exercer aucune dictature. Sans se faire accuser de terrorisme constitutionnel. La transparence messieursdames, v’là le secret. Mais la transparence ne court pas les rues, comme le sait, chez nous. C’est donc le principal défi auquel nous faisons face à l’heure actuelle. Marcus, 14 Mai, Port-au-PrinceEt si on essayait la transparence …(TRANSPARENCE ... suite de la page 2) LEGISLATIF-EXECUTIFToujours la République de Port-au-Prince …PORT-AU-PRINCE, 15 Mai – S’il y a une chose qui a pu vous frapper, c’est la rapidité avec laquelle les décideurs ont tiré les conclusions de la destitution du Premier ministre Jacques Edouard Alexis. Décideurs nationaux et internationaux … Le Président René Préval qui le samedi 12 avril donnait une conférence de presse au palais national sur la vie chère – cela au moment même où intervenait le vote de censure du Sénat – s’est exclamé aussitôt qu’il va se mettre à la recherche d’un nouveau Premier ministre. Et ce fut Ericq Pierre déjà présenté dans la presse sous l’épithète unique de « ami personnel du chef de l’Etat. » Quant à l’international, il annonçait peu après l’annulation du sommet des bailleurs qui devait se tenir la semaine suivante en Haïti alors que le Premier ministre démissionnaire avait personnellement participé à la préparation dudit sommet et qu’il reste en poste depuis pour expédier les affaires courantes. Les grandes institutions se sont donc laissé dire que le remplacement d’un Premier ministre est quelque chose qui s’effectue en Haïti comme une lettre à la poste. D’autant plus quand le premier ministrable qui ouvre la marche est un familier de ces institutions internationales. Et quand la Banque interaméricaine de développement (BID) annonce un décaissement immédiat de près de 30 millions de dollars pour aider à combattre la vie chère, on croit l’affaire dans la poche. Ericq Pierre représente Haïti auprès de la BID depuis plus de 15 ans. Même impression laissée par l’Exécutif. Le bruit courait qu’il y aurait peu de changements au sein du cabinet ministériel. M. Ericq Pierre lui-même le confirmait dans une des dernières dépêches de l’AFP juste avant le vote négatif de la Chambre des députés : des ministres du gouvernement sortant resteraient à leur poste. Toutes déclarations qu’on peut interpréter comme si le vote de censure du 12 avril ne concernait que le Premier ministre Alexis. Mais ni le gouvernement. Gouvernement de coalition, n’oublions pas, où les ministères sont partagés entre autant de partis qu’il y en a qui sont représentés au Parlement. Ni le chef de l’Exécutif dont le rôle, que l’on sache, ne se réduit pas à nommer des Premiers ministres mais qui participe aussi des options gouvernementales. A croire donc que le seul en cause, le seul coupable, c’est le Premier ministre censuré. Ce pelé, ce galeux dont nous vient tout le mal … Tandis que les membres du cabinet ministériel issus des autres partis politiques (rappelons que le PM Alexis appartient au parti LESPWA) n’auraient pas à s’inquiéter. Voilà une lecture passablement naïve de la crise politique. Mais ce n’est pas fini. D’autres secteurs s’en mêlent, y allant de leur petite pression plus ou moins diplomatique et plus ou moins discrète. C’est la Chambre de commerce américaine en Haïti (AMCHAM) dans un communiqué encourageant à la ratification immédiate du Premier ministre désigné … Mais aussi le no. 1 de la mission onusienne (Minustah). Puis telle grande ambassade ou telle autre … Cela quelle que soit la justesse de leur argument : le pays en effet n’a pas une seconde à perdre. Cependant est-ce vraiment la meilleure façon d’amener les parlementaires à prendre le vote souhaité ou ne risque-t-on pas de leur faire croire au contraire qu’on veut leur forcer la main ? C’est bien mal connaître le fonctionnement des choses et des hommes en Haïti ! Lecture naïve. Ou plutôt lecture trop à sens unique. C’est le défaut de beaucoup d’entreprises en Haïti, et même souvent des plus méritoires. On prend les mêmes et on recommence. Les mêmes recettes et les mêmes hommes. A tous les niveaux : politique, diplomatique, médiatique, économique, Haïti est le pays du statu quo éternel. Sans que jamais l’on se soucie de savoir si entrechangement. La moindre nuance. Mais tout se déroule comme une sorte de club socialo-mondain où si les acteurs ne s’asseyent pas toujours à la même place, mais ce sont toujours les mêmes têtes … Mais club d’abord totalement exclusif comme il se doit chez nous, où seuls les membres connus et reconnus sont admis. Et cela aussi bien au plan politique qu’économique, comme cela a été depuis toujours le cas, soit. Mais ce qui a changé, c’est que aujourd’hui c’est pareil dans presque tous les domaines : artistique, médiatique (eh oui), littéraire, ONG, professions libérales ou autres. Et pour finir c’est le même fonctionnement qu’a adopté automatiquement aussi le corps diplomatique et international accrédité en Haïti, ambassades, l’ONU et ses agences, Minustah etc. Un monde en circuit fermé. Gratte moi le dos … Où, comme on dit, l’on se crache dans la gueule les uns les autres. En tout cas où on colporte toujours les mêmes histoires, racontées sur le même mode et avec toujours les mêmes personnages. Du beau monde certes. Tout à fait bon chic bon genre. Mais dès lors on comprend que ce qui se passe à l’extérieur de ce petitNOMINATION PREMIER MINISTREtemps il n’y aurait eu même un tout petit (voir ... 7)

PAGE 7

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 7 L’ACTUALITE EN MARCHEmonde risque de passer inaperçu, d’échapper à son entendement. Jusqu’à ce qu’il nous éclate à la figure. Comme ce rejet lundi par les députés de la nomination d’un Premier ministre qui semble avoir fait l’unanimité. Sauf qu’il y en a d’autres (et non des moindres) à qui on avait oublié de demander aussi leur avis. Le monde est petit, comme on le chante à Disneyland. Mais pas aussi petit que l’on pense … Certains vous saluent cette semaine par ces mots : eh bien, on n’est pas sorti de l’auberge. Mais on n’est surtout pas encore sorti de ce qu’on appelait autrefois : la République de Port-auPrince ! Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince ( ... suite de la page 6 / PORT-AU-PRINCE) Arrivée prochaine en Haïti de 3 bateaux transportant environ 7.000 tonnes de nourriture en provenance des USACOMMUNIQUE DE PRESSE Ambassade des Etats-Unis d’Amérique Bureau des Affaires Publiques Le 16 mai 2008 Le Bureau des Affaires Publiques de l’Ambassade des Etats-Unis se fait le plaisir d’informer que dans le cadre du plus grand programme d’aide alimentaire au développement de l’USAID à travers le monde, trois bateaux transportant environ 7.000 tonnes de nourriture en provenance des États-Unis arriveront sous peu en Haïti. En outre, pour faire face à la crise actuelle, l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), fournira un montant initial de US$20 millions d’aide alimentaire d’urgence à Haïti. Cette assistance sera programmée par le biais du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et des Organismes Volontaires Privés des États-Unis. Cette aide sera estimée à approximativement 30.000 tonnes de produits de base (comme par exemple du blé, du riz, du haricot et de l’huile végétale). Afin d’effectuer les premières expéditions au plus vite, l’USAID utilisera des stocks de nourriture déjà entreposés au Texas. Cette nourriture sera utilisée pour 1) l’alimentation d’urgence à travers un système de sécurité défini en faveur des populations les plus vulnérables dans les zones urbaines et rurales ciblées. 2) nourrir des écoliers dans les centres scolaires avec des rations à emporter dans les familles pauvres. 3) le programme de « travail contre nourriture» (food for work) qui vise à réparer des systèmes d’irrigation/des infrastructures routières et réactiver les terres cultivables érodées en vue de renforcer la production agricole et de créer des emplois pour les chômeurs. USA : Don de trois bateaux aux gardecôtes haïtiensPORT AU PRINCE (HPN) Le gouvernement américain a remis trois bateaux aux garde-côtes haïtiens lors d’une cérémonie, mercredi, à la base Amiral Killick à Carrefour dans le cadre de la coopération entre les deux pays. Lors de cette cérémonie, l’ambassadeur Janet A. Sanderson a renouvelé la volonté des États-unis à mettre en place plus de sécurité maritime en Haïti. « La sécurité maritime est un aspect critique qui touche les relations entre les deux pays », a-t-elle fait savoir. Ce don devrait servir à la Marine haïtienne à renforcer ses capcités à lutter contre le trafic de la drogue et les voyages clandestins, a souligné l’ambassadeur des USA. La diplomate a promis que son pays allait aussi continuer à fournir son aide et son assistance technique à la formation des garde-côtes haïtiens. De son côté, le ministre de la Justice René Magloire a remercié le gouvernement américain, tout en souhaitant la poursuite de cette coopération entre les deux pays. Le commandant des garde-côtes américains Steve Branam espère que les Haïtiens feront une bonne gestion des bateaux. Il a insisté sur le partenariat entre les deux corps. « Les garde-côtes haïtiens vont également (voir GARDES-COTES / 8)

PAGE 8

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 8 bénéficier de l’expertise des Américaines » a-t-il promis. Plusieurs personnalités importantes ont pris part à cette cérémonie, dont le secrétaire d’état a la sécurité publique Luc Euchère Joseph et le directeur général de la police Mario Andrésol.GARDES-COTES ...(suite de la page 7) P-au-P, 14 mai 08 [AlterPresse] — Le Pape Benoît XVI a nommé un nouveau Nonce apostolique en Haïti pour succéder à l’italien Mario Giordana. Il s’agit de Monseigneur Bernardito Auza des Philippines, âgé de quarante-neuf ans. Docteur en théologie, Monseigneur Auza était conseiller à la représentation pontificale près de l’ONU à New York. Ces vingt-huit dernières années, le prélat a représenté le Vatican successivement au Madagascar, en Bulgarie, en Albanie et à New York.Haïti-Eglise : Nomination d’un nouveau Nonce apostolique Vie chère et politique économiquePORT AU PRINCE [AlterPresse] L’économiste Fritz Deshommes réédite son ouvrage « Vie chère et politique économique en Haïti », au lendemain des tensions sociales liées à la hausse du prix des biens essentiels viennent de secouer le pays. Avec la version rééditée de « Vie chère et politique économique en Haïti », Deshommes participera à la prochaine édition de la foire « Livres en Folie », qui se tiendra le 22 mai 2008, au Parc historique de la canne à sucre, à Tabarre (secteur nord). Soixante auteurs seront en signature, 1409 titres disponibles, lors de cette foire, qui chaque année attire de nombreux visiteurs. Publié, pour la première fois, en 1992, cet ouvrage de 234 pages semble avoir aujourd’hui encore toute son importance. En huit chapitres, Fritz Deshommes passe en revue les prix élevés des médicaments, les « monopoles, raretés et spéculation », et l’intervention (a l’époque) de l’Etat dans le mécanisme des prix des produits de base sur le marché national. Dans cet ouvrage, Fritz Deshommes présente l’évolution des prix des principales denrées alimentaires sur le marché haïtien où, par exemple, la livre de riz est passée de 1.65 gourde à 2.46 gourdes de 1980 à 1991. Une certaine fluctuation du prix de la farine est constatée pour cette même période passant de 1.10 gourde à 2.22 gourdes la livre. En mai 2008, cette même livre de riz s’achète à 25 gourdes, en dépit d’une légère subvention par les autorités haïtiennes. La politique néo-libérale, initiée dans le pays depuis les années 1980, est aussi prise en compte dans ce livre de Fritz Deshommes. « Le néo-libéralisme, en Haïti comme ailleurs, ignore les problèmes de fond, a trop tendance à considérer les conséquences des phénomènes comme leur cause et très souvent aggrave le mal qu’il prétend guérir », peut-on lire dans la conclusion de l’ouvrage. Fritz Deshommes a été jusqu’à se demander « pourquoi le coût de la vie en Haïti tend inexorablement vers la hausse pendant que se réduisent les revenus ». Le néo-libéralisme laisse entrevoir, selon Deshommes, une confusion entre la baisse des prix et la lutte contre la vie chère. Selon lui, ce sont les populations les plus vulnérables qui paient les pots cassés de cette politique. Vice-recteur à la recherche de l’Université d’Etat d’Haïti, Fritz Deshommes a déjà publié « Néolibéralisme : crise économique et alternative de développement » (Tome I et II), « Décentralisation et Collectivités Territoriales en Haïti », « Université et Luttes Démocratiques en Haïti », « Politique économique en Haïti : Rétrospectives et perspectives » et « Haïti, la Nation écartelée : Entre Plan Américain et Projet National », paru en 2006. Port-au-Prince, le 12 Mai 2008 — La nouvelle Représentante de l’UNICEF en Haïti, Madame Annamaria Laurini, de nationalité italienne, a pris fonction le lundi 28 avril 2008. Elle remplace à ce poste Monsieur Adriano Gonzalez-Regueral dont le mandat a pris fin après près de trois années de service. Dans son plus récent poste, Mme Laurini était Directrice adjointe de la division de la coordination et des interventions au siège des Nations Unies à New York, en charge de la coordination efficace de l’aide humanitaire et de la réponse à des situations d’urgences complexes enregistrées au niveau mondial. Auparavant, elle était en fonction auprès de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS), où, comme Directrice du Bureau régional de Darfours à El Fasher, elle a démontré, dans des circonstances graves, une solide expérience dans la gestion et la coordination des missions intégrées des Nations Unies. Depuis son arrivée à l’UNICEF en 1993, Mme Laurini a occupé différentes fonctions de haut niveau, notamment dans les domaines des affaires des Nations Unies, de l’administration, des ressources humaines et des relations avec les bailleurs de fonds. Enfin, au cours de sa carrière débutée en 1984, elle a eu de nombreuses opportunités de travailler au sein d’autres organisations des Nations Unies comme le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Fonds Auto Renouvelé pour l’Exploration des Ressources Naturelle (FANUERN) au Honduras, et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Genève, en Afghanistan, en Ethiopie, et Erythrée.Une nouvelle représentante de l’UNICEF en Haïti prend fonction AGENT AUTORISÉOu écrivez nous à info@camtransfer.com Pour toute information afin de devenir un AGENT AUTORISÉ C.A.M. Appelez-nous gratuitement A partir des USA ou du Canada: 1-800-934-0440 (UNICEF / p. 9) L’ACTUALITE EN MARCHE

PAGE 9

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 9 Madame Laurini arrive en Haïti à un moment où l’UNICEF a décidé d’accorder une attention toute particulière au pays, non seulement en raison de défis à relever, mais davantage grâce aux progrès récents enregistrés en matière de survie des enfants, comme l’a constaté, Madame Ann Veneman, Directrice Générale de l’UNICEF lors de sa récente visite en Haïti. Cet intérêt renouvelé pour Haïti est reflété dans le nouveau programme 2009-2011 en cours d’élaboration, qui vient en soutien à la stratégie nationale de réduction de la pauvreté. Bénéficiant de ressources financières accrues, ledit programme mettra une emphase particulière sur l’extension des interventions susceptibles d’accélérer les progrès en matière de santé, éducation, protection des droits, accès à l’eau et assainissement, développement et mise en œuvre des politiques publiques pour les enfants et les femmes dans tous les dix Départements. A l’issue d’une visite de courtoisie à Son Excellence Monsieur Jean-Rénald Clérismé, Ministre des Affaires Etrangères, Madame Laurini a rassuré le Gouvernement Haïtien du soutien de l’UNICEF dans ses efforts pour faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires et a déclaré que « L’UNICEF travaillera avec les autres agences des Nations Unies, et tous les autres partenaires, pour minimiser l’impact de cette crise sur les enfants qui en sont les principales victimes » Pour informations supplémentaires, prière contacter la section Communication de l’UNICEF, 17, rue Armand Holly, Débussy. 2-245-3525 / 2-245-1404 /eaugustin@unicef.org de débat, refusé par le président sortant, la campagne s’est résumée à des échanges d’accusations de corruption.L’opposition a exigé des explications, sans les obtenir, sur un emprunt de 130 millions de dollars contracté par les autorités auprès d’une mystérieuse société Sunland, en dehors des procédures budgétaires et de l’accord signé avec le Fonds monétaire international. Elle a accusé le gouvernement de rémunérer plusieurs dizaines de milliers de militants et de cadres du parti au pouvoir par le biais d’emplois fictifs. TRAFIC DE DROGUE Le détournement de fonds publics semble inéluctable pour la majorité des Dominicains. Selon un sondage publié par le quotidien Hoy, 97 % de la population estime que l’administration publique est corrompue, 39 % jugent qu’il y en avait davantage dans le gouvernement précédent, 32 % considèrent que l’actuelle administration est plus corrompue, mais seuls 9 % des sondés placent la corruption parmi leurs principales préoccupations. L’inauguration de la première ligne de métro de SantoDomingo a été présentée par la propagande officielle comme le symbole de la modernisation du pays. L’opposition a dénoncé le manque de transparence de ce grand chantier qui a longtemps bénéficié d’une enveloppe supérieure au total des crédits d’une dizaine de ministères, dont l’éducation, l’agriculture et le logement. “Le fonctionnement du métro exigera une subvention annuelle de 3,8 milliards de pesos” (73 millions d’euros), anticipe M. Vargas. L’équilibre macroéconomique, le grand succès de M. Fernandez, est menacé par les subsides pour atténuer les effets de la hausse des prix de l’énergie et des aliments. “La généralisation des subventions risque d’avoir un effet pervers sur l’économie”, met en garde l’économiste Miguel Ceara Hatton. D’autant que la récession aux Etats-Unis se fait sentir sur les transferts de fonds des émigrés et le tourisme, les deux principales sources de devises licites de l’économie dominicaine. Au-delà des paysages de carte postale que découvrent 3 millions de touristes chaque année, l’économie criminelle, liée au trafic de drogue, s’est considérablement développée. Ce sujet a été ignoré durant la campagne. Seule l’une de ses conséquences, l’explosion de la délinquance et du nombre d’homicides, a été évoquée par l’opposition, qui a dénoncé l’incapacité du gouvernement à freiner la violence. Lors d’une visite à SaintDomingue, en février, le tsar antidrogue des Etats-Unis, John Walters, a évalué à plus de 100 tonnes la quantité de cocaïne sud-américaine ayant transité par la République dominicaine en 2007. “Cette vague géante de cocaïne représente une menace aiguë pour la République dominicaine”, a averti M. Walters.La corruption et l’économie de la drogue (CORRUPTION... suite de la page 3)Une nouvelle représentante de l’UNICEF en Haïti prend fonction(... suite de la page 8)L’ACTUALITE EN MARCHE

PAGE 10

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 10 Les principaux interprètes de la série “Marina” (photo de promotion)Haïti à l’heure des TélénovelasPORT-AU-PRINCE, 16 Mai – La crise nous cerne de toutes parts. Seul refuge : toute la capitale se précipite devant le petit écran à l’heure des télénovelas. Les séries télévisées d’origine sud-américaine et qui ont un succès fou pas seulement en Haïti mais aussi dans les Antilles françaises, ce qui nous vaut de pouvoir les capter tous les jours et sur plusieurs chaînes à la fois, et l’instant d’après reprises par les chaînes haïtiennes qui se comptent aujourd’hui par dizaines, environ 30 seulement à la capitale. Le tout Port-au-Prince, toutes catégories sociales confondues, vit au rythme des aventures de ces héroïnes, qui s’appellent aujourd’hui Marina, hier Preta de « Au cœur du péché », auparavant Barbarita, Milagro etc. L’histoire est presqu’invariable. Amour et tristesse entremêlés, fortune et malheurs. Dans la bonne tradition du vieux mélodrame d’autrefois, de la Porteuse de pain à la Dame aux camélias d’Alexandre Dumas Fils ou La Traviata, l’opéra de Verdi, un genre qui a toujours fait recette. Aux Etats-Unis, All my children compte plus de trois décennies ininterrompues et seuls les attentats du 11 septembre 2001 ont pu empêcher son héroïne, Erika, d’être au rendez-vous quotidien avec ses fans. Appelé soap opéra aux Etats-Unis, les télénovelas d’aujourd’hui ne sont pas différentes non plus des romans photos de notre adolescence. Les mêmes histoires ou historiettes en version écrite dont le plus célèbre est l’hebdomadaire Nous Deux qu’on s’arrachait chaque semaine à la librairie Auguste ou à La Pléiade au centre ville. pas entièrement différentes d’aujourd’hui … Aujourd’hui c’est pour combattre le morne ennui que nous inspire un pays où tout est stupide : la politique, les conversations, les relations humaines, la musique, la télé elle-même sauf bien sûr à l’heure de Marina aujourd’hui et hier de Preta ou Barbarita. Autrefois dans les années de Papa Doc c’était non pas pour oublier la politique comme aujourd’hui, mais pour ne pas oublier qu’il faut oublier la politique ! C’était donc plus qu’un passe-temps ou une évasion le même numéro de Nous Deux faisait alors le tour de la capitale, passant de main en main – mais peut-être aussi une nécessité car il était préférable que les tontons macoutes vous découvrent avec un exemplaire sous le bras que le Capital de Marx. Mais un Nous Deux en main pouvait bien servir aussi à cacher le Capital dans une de ses chaussettes. Aujourd’hui comme hier la recette est immuable. Une histoire totalement mièvre, plus souvent sans queue ni tête car ce qui intéresse les scénaristes c’est trouver de quoi remplir le milieu, le mitan de l’histoire, meubler les dizaines ou centaines ou milliers de segments diffusés jour après jour et année après année. janvier 1970. Avant la télé, avant les romans photos, il y avait déjà les grands quotidiens, et des deux côtés de l’Atlantique, ceux-ci se battaient pour mettre la main non sur les informations de dernière heure mais sur les meilleurs auteurs de ces histoires fleuve et à l’eau de rose qui faisaient couler à leurs lectrices (et lecteurs) tant de larmes, d’où naquit l’expression « pour faire pleurer Margot. » Le cinéma va bientôt également s’y mettre. Pour le public haïtien, les titres les plus célèbres sont Le fils de personne, Mama Dolorès etc. Mais quand un segment (appelé autrefois épisode) se révélait vraiment stupide (comme il arrive souvent, nous semble-t-il, avec nos Marina ou Preta d’aujourd’hui), alors nous disions que c’est Margot la première à éclater de rire. Mais aujourd’hui nos Margot sont sérieuses « comme du pain rassis » à l’heure de leur show. Elles n’ont pas le cœur à en rire car beaucoup sont obligées de faire le tour de la capitale pour trouver une maison amie ayant l’électricité à cette heure. Bien que les télés locales se jettent toutes sur ce pactole n’ayant aucune programmation personnelle ni aucun droit d’auteur à payer, mais toutes ne sont pas aussi « à jour ». Car la même télénovela est vendue aussi dans nos rues en version papier. Donc on peut connaître la fin de l’histoire avant même d’être arrivé au milieu. Bref c’est totalement dingue. Mais ça marche. Ça produit un effet bœuf, comme on disait autrefois. Et bœuf en effet, car à regarder de près, c’est plutôt lourd. Pour un peu qu’on y prête un œil plus ou moins critique, l’histoire est mal ficelée, le découpage c’est zéro, les acteurs comme ci comme ça, mais les seconds rôles surtout sont abominables, et on introduit des tas de scènes sans rapport avec l’argument principal et destinées uniquement (grossièrement) à faire du remplissage. Mais notons que de tout temps il y en a eu pour regarder de haut ces petites œuvres, ces oeuvrettes, au sens où Edith Piaff chante les amours de Pierrot et Colombine. Ces critiques-là, du moins en Haïti, se veulent trop intellectuels pour ces passe-temps de midinettes. Et pourtant, ils devraient être les premiers à s’y intéresser car les télénovelas sont le meilleur instrument d’éducation populaire de notre époque. Dans leurs principaux pays d’origine, le Mexique et aujourd’hui le Brésil, c’est la voie la plus efficace pour sensibiliser la population à toutes les questions du jour les plus graves : la lutte contre le Sida, contre le viol, contre les tabous généralement quelconques. Toutes questions que les gens vivent au jour le jour à travers leurs personnages favoris. Une école de la vie. Malheureusement nous ne produisons pas de séries de cette envergure. Languichatte n’a pas été remplacé. Les essais tentés plus tard n’ont pas eu de suivi. Ou plutôt l’Etat haïtien et les autres institutions qui n’en ont pas encore réalisé l’importance. Car on aurait tant à faire dire à nos Marina à nous, natif natal, à vivre avec elles et par elles. Et cette ferveur s’expliquait pour des raisons Selon Google.fr, All my children a été inauguré le 5 (voir MARINA / 11)DIVERTISSEMENT POPULAIRE

PAGE 11

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 11 Moulin Sur Mer Le Paradis ƒ Hot Summer Packages!!! Welcome to Paradise in Haitiƒ At Km 77, Côte des Arcadins. A Beautiful Beach setting, Just one 1 hour drive from the Port-au-Prince International Airport S S S p p p e e e c c c i i i a a a l l l D D D i i i s s s c c c o o o u u u n n n t t t P P P a a a c c c k k k a a a g g g e e e s s s f f f o o o r r r 3 3 3 , , , 4 4 4 a a a n n n d d d 5 5 5 N N N i i i g g g h h h t t t s s s RATES PER PERSON PER NIGHT From June 15th to Sep. 15th 2008 PKG Double us 3RD /4th us 5 to11 us 1 Nt 87 /pp 59 /pp 30 /pp 3 Nts 83 /pp 56 /pp 29 /pp 4 Nts 78 /pp 53 /pp 27 /pp 5 Nts 74 /pp 50 /pp 26 /pp Kids (0 to 4) Stay Free (Add Kid meals) +10% Taxes Air-conditioned rooms All meals included (Breakfast, Lunch, Dinner) R R R e e e l l l a a a x x x a a a n n n d d d e e e n n n j j j o o o y y y ƒ ƒ ƒ P P P l l l u u u s s s Saturday Night Mouli-Club Disco Tropical Drinks Light Caribbean DJ on the beach Aqua gym, Tennis, Racquetball, Ping Pong, mini-golf, beach volley Exquisite cuisine from our chef. Plasma and giant screen with Direct TV and video projection. Snack Bar and open air barbecue Troubadours VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN MUSEUM INFORMATION & RESERVATION: 011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 / 37-01-1918 sales@moulinsurmer.com / info@moulinsurmer.com Et pourquoi pas « Marina premier ministre désigné » ! Avec l’appui d’un public de 9 millions de téléspectateurs assidus, nos petits députés s’empresseraient non seulement de la ratifier mais de voter immédiatement pour ouvrir un studio de production de télénovelas dans chaque commune du pays. Marcus, 16 Mai 2008Télénovelas(MARINA ... suite de la page 10) Des funérailles pour le célèbre écrivain haïtien Jean-Claude Charles ont eu lieu le 15 mai 2008 à Paris, a appris AlterPresse. Une cérémonie civile qui s’est déroulée au crématorium du Père Lachaise. Jean-Claude Charles est décédé le 7 mai 2008 à Paris, suite à un cancer de l’œsophage. Écrivain et poète, mais également homme à multiples casquettes, la vie de Jean-Claude Charles a été essentiellement marquée par l’errance. Jean-Claude Charles est né le 20 octobre 1949, à Port-auPrince (Haïti). A 21 ans il quite le pays pour suivre des études de médecine au Mexique qu’il abandonnera rapidement pour se rendre aux Etats-Unis. C’est à New York que commence l’enracinerrance de l’auteur qui se définira dans ses ouvrages comme « nomade aux pieds poudrés » et « nègre errant ». Par la suite, il s’établit en France où il se forme en journalisme et en communication. Devenu journaliste à Paris, il collabore longtemps au journal Le Monde avec des récits de voyage. Jean-Claude Charles, présenté comme un « homme de nulle part », était aussi scénariste, régisseur et auteur de documentaires pour la télévision, producteur de séries et de chroniques pour la radio. En guise d’hommage, une soirée lui a aussi été dédiée le 14 mai au Rond-Point des Artistes à Paris. En Haïtimême, le 24 mai à 9 heures AM sera célébrée une messe à l’église du Sacré-Coeur à Port-au-Prince. Par ailleurs, d’autres hommages sont en préparation à Fortde-France et à New York. Jean-Claude Charles ou l’ultime voyage du « nomade aux pieds poudrés » Des Haïtiens traversent la rivière séparant les deux paysHaïti-R.D. Nouvelle configuration de la migration et la déportationSolidarite Fwontalye WANAMENT. 11 DE MAYO DE 2008.Deux réalités présentes à ne pas négliger dans les relations d’Haïti et la République Dominicaine sont la migration des Haïtiens vers le pays voisin et leurs rapatriements vers Haïti par les autorités dominicaines. Elles constituent les deux plus grands contentieux qui empêchent les relations des deux pays de la Caraïbe de se normaliser correctement. Non seulement, ces contentieux affectent les autorités des deux pays, mais aussi l’harmonie des deux peuples. Le phénomène de la migration haïtienne vers la RD affecte les Dominicains, parce que la présence d’un nombre extraordinaire d’Haïtiens sur le marché du travail en RD réduisent la chance d’un groupe de Dominicains de trouver un boulot pour survivre. La plupart des entreprises dominicaines (voir MIGRATION / 12)HAITI-DOMINICANIE

PAGE 12

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 12 préfèrent embaucher les migrants afin de gagner des profits exagérés par rapport aux coûts minimes investis. Elles exploitent les migrants haïtiens afin d’augmenter leurs gains, mais ne le peuvent avec les travailleurs dominicains dont la main d’œuvre est plus chère. Dans ce cas, la présence des travailleurs haïtiens augmente le nombre de Dominicains qui sont au chômage. Considérée dans un autre angle, la présence haïtienne est un apport incontournable une contribution réelle à la croissance de l’économie dominicaine. Une telle situation présente un paradoxe pour les décisions des autorités dominicaines : les travailleurs haïtiens sont utiles pour l’économie dominicaine, mais aussi réduisent les chances des Dominicains de trouver du boulot dans certains secteurs de l’économie, tels que : la construction, les grandes fermes (sucrières, bananeraies, etc.). Comment gérer la situation ? Peutêtre une première réponse est que la plupart de Dominicains ne veulent pas effectuer le travail que les Haïtiens réalisent, parce qu’il est trop lourd. En même temps que les autorité dominicaines souhaitent avoir des Haïtiens pour faire marcher leur économie, mais refusent de les régulariser afin de mieux les exploiter et aussi pour plaire à l’aile ultranationaliste dominicaine très puissante qui exerce une influence considérable sur l’opinion publique. Comment ne pas apprécier et régulariser la situation de ceux sur le courage de qui repose une bonne partie de la croissance de l’économie dominicaine ? Pourtant, la politique du gouvernement dominicaine est de les expulser. Quelle contradiction ! Les expulsions sont massives à chaque fois, et n’obéissent à aucune règle établie. Voilà pourquoi elles sont toujours teintées de violations des droits humains des migrants que dénoncent constamment les organisations de droits humains. En maintenant une vigilance quotidienne sur la frontière nord, Solidarite Fwontalye / Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants en Haïti s’intéresse à la collecte des informations concernant ce sujet et se proprose de partager quelques chiffres relatifs aux expulsions des migrants haïtiens en Haïti au cours des 4 premiers mois de l’année 2008. Ces chiffres peuvent différer d’avec ceux que enregistrés par d’autres organisations intéressées par cette question pour des raisons que nous expliquerons prochainement. Ces chiffres permettent de remarquer une nouvelle configuration de la migration haïtienne en RD et du rapatriement : 1.Les chiffres sont trafiqués en cours de route ; et cela occulte les expulsions massives effectuées en dehors du respect des droits humains. Les chiffres annoncés ne sont pas ceux qui arrivent sur la frontière Dajabon-Ouanaminthe. Certains rapatriés interrogés par Solidarite Fwontalye / Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants (Haïti) avouent qu’on les retournent à la frontière haïtienne, parce qu’ils n’ont pas d’argent, car la plupart de leurs compagnons qui étaient avec eux dans le bus pour être transportés ont accepté, à la demande des autorités dominicaines, de verser une somme afin de les laisser descendre du bus dans un endroit en territoire dominicain à l’abri des critiques. C’est pourquoi les autorités dominicaines sont très réticentes à remettre les fiches contenant le nombre de migrants et la date du rapatriement aux responsables du bureau de l’immigration à Ouanaminthe. 2.La question migratoire est étroitement liée et affectée par de multiples aspects actuellement à l’ordre du jour qui changent sa configuration, tels que : le trafic et la traite de personnes, la migration irrégulière et la protection des droits des migrants. 3.Un autre aspect non moins important dans la transformation du profil de la migration et du rapatriement est la participation des femmes dans ce mouvement. En effet, celles-ci sont très présentes dans le mobilité sociale, et s’y engagent seules pour intégrer le marché du travail et non pas pour accompagner leurs conjoints. De ce fait, il en résulte que si la République Dominicaine est un pays récepteur de migrants avec les conséquences positives et négatives que cela suppose, Haïti est à la fois un pays producteur de migrants et récepteur de rapatriés et d’expulsés, victimes de toutes sortes d’abus et de péripéties en territoire voisin. Et pourtant, Haïti n’a pas encore signé la Convention des Nations Unies sur la Protection des Droits des Travailleurs Migrants, adoptée en décembre 2000. Solidarite Fwontalye / Service Jésuites aux Réfugiés et Migrants pense qu’il serait dans l’intérêt des migrants qu’Haïti signe cette convention afin de les protéger. Avec la non-ratification de cet instrument international, le gouvernement haïtien prête le flanc à l’exploitation et à la violation des droits humains de ses propres ressortissants livrés à la merci des autorités dominicaines. Entre temps, Haïti est appelée à consolider la démocratie et l’Etat de droit, intégrer le processus de modernisation pour freiner la corruption qui gangrène l’administration publique, mettre en place des structures pour un développement durable dans l’équité sociale qui tienne compte des facteurs culturels du pays et, garantir aux plus vulnérables l’accès aux services sociaux de base. Solidarite Fwontalye / Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants (Haïti) est convaincue que la vie peut rejaillir pour les Haïtiens dans leur propre pays, moyennant le respect de leurs droits fondamentaux : droits à la vie et droit de participer au bien commun. C’est en contrant la désespérance, qui conduit un nombre grandissant d’Haïtiens à leur fuir leur pays et à grossir ainsi le contingent de migrants clandestins et irréguliers, qu’Haïti pourra renaître.Haïti-R.D. Nouvelle configuration de la migration et la déportation(MIGRATION ... suite de la page 11) Santo Domingo : Pourquoi les candidats à la présidence ont-ils gardé le silence sur la thématique haïtienne ?Les Dominicains se sont rendus aux urnes ce vendredi 16 mai 2008 afin d’élire un nouveau président, à l’issue d’une campagne qui a quasiment fait silence sur la question haïtienne, ce que les observateurs considèrent comme inédit. Par Wooldy Edson Louidor P-au-P., 16 mai 2008 [AlterPresse] — Pris entre de puissants groupes de pression ultranationalistes et la pression de la communauté internationale, les principaux candidats à la présidence dominicaine ont préféré, au cours de presque toute leur campagne électorale, garder le silence sur la thématique haïtienne. D’une part, les groupes de pression ultranationalistes qui détiennent plusieurs formes de capital (politique, économique, social et culturel) plaident pour la réduction voire l’élimination de la présence haïtienne en République Dominicaine, notamment par le contrôle strict du flux migratoire provenant d’Haïti, des rapatriements intensifs, la militarisation de la frontière, la substitution du Jus sanguini (droit du sang) au Jus soli (droit du sol) pourtant consacré par la Constitution dominicaine en vigueur, le refus d’octroyer la nationalité dominicaine aux descendants d’Haïtiens, etc. l’une des priorités dans l’agenda de la République Dominicaine, la thématique haïtienne a pourtant eu peu d’incidence dans les campagnes électorales des candidats des trois principaux partis politiques à la présidence dominicaine : Amable Aristy Castro du Parti Réformiste Social Chrétien (PRSC), Leonel Fernández Reyna du Parti de Libération Dominicaine (PLD) actuellement au pouvoir et Miguel Vargas Maldonado du Parti Révolutionnaire Dominicain (PRD). Les trois aspirants ont, de l’avis de certains analystes dominicains, négligé le thème haïtien qui polarise fortement la société dominicaine. Dans son éditorial « Agenda e inmigración haitiana » paru le 21 février 2008 dans l’hebdomadaire Clave, Fausto Rosario Adames, directeur général de l’agence en ligne dominicaine Clave Digital, faisait le vœu que « les aspirants à la présidence proposent, dans leurs discours ou dans leurs programmes de gouvernement, quoi faire avec la migration haïtienne dans notre pays ». De son côté, Eddy Beltre de l’agence en ligne Espacio Insular a souligné, dans son article “El tema haitiano en la recta final de la campaña electoral en la república dominicana” publié le 21 avril 2008, que « le thème haïtien, récurrent dans les processus électoraux dominicains antérieurs, fondamentalement avant la mort de Peña Gómez en mai 1998, n’a pas eu dans l’actuelle campagne une incidence politique spéciale ». Propositions de deux candidats Seulement deux des candidats, Amable Aristy Castro et Leonel Fernández, se sont prononcés ouvertement sur quelques aspects de la thématique haïtienne, dont : la crise politique et sociale en Haïti et ses impacts sur le pays voisin, la migration haïtienne, la frontière et les rapports commerciaux entre les deux républiques. Dans une émission spéciale réalisée au cours du week-end du 19 au 20 avril 2008 par les médias appartenant au puissant Groupe Corripio, Amable Aristy a affirmé que la migration haïtienne constitue le principal problème de la République Dominicaine. Sitôt élu président, il promet de prendre des mesures drastiques contre le flux migratoire provenant d’Haïti D’autre part, le monde entier a les yeux fixés sur la République Dominicaine, principalement sur la situation déplorable des migrants haïtiens et de leurs descendants dans ce pays. Des réseaux de solidarité, des organismes de droits humains, des organisations internationales et des pays (dont les États-Unis d’Amérique, la Norvège, la France et des nations latino-américaines) de la Communauté internationale ne cessent de presser les autorités dominicaines à prendre des mesures concrètes pour garantir le respect des droits humains des migrants haïtiens et de leurs descendants sur leur territoire, conformément aux prescrits des instruments juridiques régionaux et internationaux relatifs aux droits humains. Réactions de quelques journalistes dominicains Considérée comme (voir RD HAITI / 14)HAITI-DOMINICANIE

PAGE 13

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 13 PETITES ANNONCES Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17ème siècle… Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay rele rele rele rele rele VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 take out and delivery8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHET Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations : WASHINGTON, 16 mai 2008 Les femmes ayant une carence en vitamine D au moment du diagnostic d’un cancer du sein courent un risque bien plus élevé d’en mourir ou de voir la tumeur se généraliser que celles ayant un niveau suffisant de cette vitamine, selon une étude canadienne publiée jeudi soir aux Etats-Unis. Les chercheurs ont estimé que les patientes manquant de vitamine D avaient un risque 94% plus grand que la tumeur produise des métastases et 73% plus de chances de décéder de leur cancer que des femmes dont le taux de vitamine D était jugé normal. Ils ont aussi découvert que 37,5% des femmes atteintes d’un cancer du sein dans cette étude avaient des teneurs sanguines en vitamine D considérées comme “déficientes” tandis que pour 38,5% le niveau de cette vitamine était “insuffisant” comparativement à ce qui est considéré comme normal. Les auteurs de cette recherche ont toutefois estimé que des études cliniques supplémentaires devaient être conduites avant que des recommandations puissent être faites quant aux bienfaits de prendre des compléments de vitamine D pour réduire les risques de cancer du sein et d’en mourir. “Nous trouvons préoccupant le fait qu’une carence en vitamine D soit aussi fréquente parmi les femmes diagnostiquées d’un cancer du sein et que cela pèse aussi négativement sur l’évolution et l’issue de la maladie”, explique Pamela Goodwin, professeur de médecine à l’Université de Toronton et principale auteur de cette étude publiée par l’American Society of Clinical Oncology (ASCO). Toutefois, “ces résultats doivent être confirmés par d’autres essais cliniques”, ajoute-t-elle. “Ces données indiquent bien un lien entre la vitamine D et l’évolution du cancer du sein mais on ne peut pas encore dire s’il s’agit d’une relation de cause à effet”, précise la Dr Goodwin. Cette étude a été conduite sur 512 femmes d’un âge médian de 50 ans qui venaient d’être diagnostiquées d’un cancer du sein et traitées dans trois hôpitaux de l’université de Toronto entre 1989 et 1995. Elles ont été suivies jusqu’en 2006, soit pendant une période médiane de 11,6 ans. Seules 24% de ces patientes avaient des niveaux suffisants de vitamine D au moment de leur diagnostic. Selon la Dr Goodwin, le taux normal de vitamine D varie de 80 à 120 nanomoles par litre (nml/L) de sang tandis que moins de 50 nmoL est considéré comme une carence. Dans le groupe étudié, 83% des patientes ayant un taux suffisant de vitamine D n’ont pas eu au bout de dix ans le diagnostic de métastases ou de récurrence de leur cancer du sein et 85% de ces femmes étaient encore en vie. Alors que seulement 69% des femmes présentant de faibles niveaux de vitamine D n’ont pas eu de réapparition de leur cancer du sein et 74% étaient vivantes. En outre, les auteurs de cette recherche ont constaté que les patientes souffrant de carence en vitamine D avaient de plus grandes probabilités de développer un cancer du sein avant d’atteindre la ménopause. Elles avaient également un indice de masse corporelle plus élevé (excès de poids), des taux d’insuline plus forts et leur tumeur cancéreuse était plus agressive. La relation entre la vitamine D et d’autres cancers a déjà été mise en évidence dans des études précédentes notamment entre les cancers de la prostate et du colon mais aussi avec des maladies cardiovasculaires, selon la Dr Goodwin. La plus grande source de vitamine D provient de l’exposition de la peau au soleil. Cette vitamine se trouve aussi dans certains aliments et dans des compléments alimentaires. Elle est nécessaire à la bonne santé des os. AFP Une carence en vitamine D accroît le risque de décéder d’un cancer du sein

PAGE 14

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 14 Santo Domingo : Pourquoi les candidats à la présidence ont-ils gardé le silence sur la thématique haïtienne ?L’exposition “Esclaves au Paradis” de la photographe Céline Anaya sur les migrants haïtiens dans les plantations sucrières dominicaines (RD HAITI ... suite de la page 12) dont l’instabilité politique et sociale représente une menace pour la République Dominicaine. Pour sa part, Leonel Fernández, organismes et groupes de défense des droits humains dans le pays voisin et au niveau international. En janvier 2007, des organisations internationales telles que nationalité des descendants d’Haïtiens vivant sur son territoire. De multiples rapports et autres documents publiés au cours de la même année par Amnesty International, le des fonctionnaires de cette institution étatique. Une exposition photographique « Esclaves au paradis » sur les coupeurs de canne haïtiens vivant dans les bateys a été réalisée à Paris du 15 mai au 15 juin 2007, à Montréal du 19 au 23 septembre 2007 et à Port-au-Prince en décembre 2007. À cette occasion, les Pères anglais Christopher Hartley et belge Pierre Ruquoy ont donné des témoignages poignants sur les conditions de vie et de travail des coupeurs saisonniers et de leurs familles qui ont été assimilées à l’esclavage. À rappeler aussi que des organisations, dont le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (Garr), ont dénoncé l’impunité concernant des crimes de nature xénophobe (antihaïtienne) ayant été commis contre des haïtiens en République Dominicaine en 2007. Trois cas retiennent le plus l’attention : celui des étudiantes haïtiennes qui ont été violées par des bandits à Santiago le 27 juin 2007 ; celui des maisonnettes occupées par une vingtaine d’haïtiens qui ont été incendiées dans la localité de Montecristi, au Nord de la République Dominicaine ; celui d’un gardien affecté à l’élevage bovin sur la ferme d’un grand propriétaire terrien à Azua qui a été assassiné le 15 décembre 2007 par les proches de ce dernier... Poussés par les journalistes et médias dominicains à présenter leurs propositions sur la thématique haïtienne, les aspirants à la présidence dominicaine ont tout simplement évité l’épineuse question des droits humains des migrants haïtiens et de leurs descendants. Une question qui ne fait pas l’unanimité dans la société et dans les cercles de pouvoir dominicains. actuel président dominicain, a proposé, dans le document de son programme de gouvernement pour les 4 prochaines années (2008-2012), de « contrôler la migration illégale des Haïtiens », de prioriser la sécurité frontalière, le développement de projets binationaux et la création de mécanismes pour réactiver la Commission Mixte Haïtiano-Dominicaine. Dénonciations de violations de droits humains de migrants haïtiens et de leurs descendants Les propositions de ces candidats n’ont pas pris en compte les multiples dénonciations sur la situation des droits humains des migrants haïtiens et de leurs descendants en République Dominicaine, notamment en 2007. Ces dénonciations ont été produites par des réseaux de solidarité des migrants dominicains et haïtiens vivant principalement à Porto Rico et aux États-Unis d’Amérique et par des l´organisation américaine Refugees International (RI) et le Service Luthérien pour l´Immigration et les Réfugiés (LSIR) ont produit un rapport sur la migration haïtienne en République Dominicaine invitant les deux gouvernements à s’entendre sur la mise en œuvre de procédures non discriminatoires dans le cadre des accords sur le statut migratoire des travailleurs haïtiens dans le pays voisin et sur l’octroi de documents d’identité à leurs descendants. En février 2007, un réseau de solidarité animé par Grassroots Haiti Solidarity Committee réunissait devant le Consulat dominicain à New York plusieurs Haïtiens et Dominicains qui réclamaient de meilleurs traitements pour les migrants haïtiens en République dominicaine. À la fin du même mois, à Porto Rico le Comité Pro-Niñez dominicohaïtien exigeait du gouvernement dominicain le respect du droit à la Département d’État américain, Solidaridad Fronteriza, le Réseau frontalier Jeannot Succès, etc., ont pointé du doigt les multiples abus et violations de droits humains subis par les migrants haïtiens et leurs descendants en République Dominicaine au cours des rapatriements, sur les lieux de travail, à la frontière, dans les marchés frontaliers, dans les bateys… Des organisations de droits humains basées en République Dominicaine, dont le Mouvement des Femmes Dominico-Haïtiennes (MUDHA) et le Service Jésuite des Réfugiés et Migrants (SJRM), ont aussi critiqué l’institutionnalisation accrue de la discrimination contre les Dominicains d’ascendance haïtienne à travers des mesures prises par la Junte Centrale Dominicaine (JCE). Par exemple, la JCE a promulgué, le 29 mars 2007, la Résolution numéro 17 exigeant des officiers de l´État civil l´examen minutieux des registres de naissances lors de la délivrance de toute copie d’acte de naissance ou de n’importe quel document relatif à l’Etat Civil. Suite à cette promulgation, certains Dominicains d’origine haïtienne ont été surpris d’apprendre que leurs actes de naissance ont été déclarés inexistants, annulés ou simplement confisqués par Plaidoyer pour la création d’une fondation déployée par les anciensUNIVERSITE D’ETAT D’HAITILarose Vernet 17 Mai 08 “ Ce problème est double. Il est d’abord celui de la nature de cette nécessaire interdépendance. Les individus en société sont-ils les rouages d’une même horloge(solidarité mécanique) ? Ou bien les membres d’un même corps(solidarité organique) ? Ou encore des associés volontaires(solidarité contractuelle) ? Une science nouvelle, la science sociale se développe autour de ces interrogations. Le problème est ensuite celui du statut de ce lien. Il s’agit d’un fait sans doute mais également d’un devoir-être. La solidarité ne se contente pas de marquer la nécessité du lien social, elle est porteuse en outre d’un impératif de justice. C’est cette dimension normative, articulée sur une dimension objective qui prend tout son extension avec la mise en forme juridique de la doctrine à laquelle procède Léon Bourgeois.” Marie-Claude Blais, La solidarité Histoire d’une idée, Paris, Éditions Gallimard, 2007,p.311 Parmi les liens institutionnels de l’enseignant se trouve l’établissement scolaire dans lequel une unité spatiale est aménagée : direction-salles, programmeshoraires, parents-enfants. La singularité du métier n’est jamais assez soulignée: c’est de ne jamais délaisser la salle de classe, du statut d’élève à celui de professeur, un simple glissement borne le pupitre et la chaise qui surplombent , tantôt son dos fait face au tableau, tantôt ses yeux sont rivés sur les apprenants. Cette trajectoire des âges est régulée, structurée et modulée par l’État, qui fait correspondre les âges sociaux et biologiques dans la chronologie du temps social ternaire: l’obligation scolaire ouvre les portes qui donnent sur le marché du travail, l’enseignement professionnel et l’enseignement universitaire. Ce temps social, enfance-adolescence, âges adultes socioprofessionnels et âges de sortie du marché du travail, va se diffuser de par le monde. Cependant, si le fond s’est universalisé, la forme , elle, doit toujours prendre forme qu’en se donnant un contenu national: c’est de l’inter médiation en la mise en oeuvre des institutions de la modernité. Or ce pays est écartelé, déchiré, il n’arrive pas à (voir UEH / 16)NATIONALISME ET DROITS HUMAINS

PAGE 15

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 15 SPORTSPARIS (AFP) Une 38e journée complètement folle a livré son verdict: Lyon a remporté son 7e titre consécutif, record du genre, Marseille a coiffé Nancy sur le poteau pour la 3e place et la C1, et Lens a hérité du dernier ticket maudit pour la L2, au grand bonheur du PSG et du TFC. Dans une L1 qui a souvent fait peine à voir en terme de spectacle et buts, il ne fallait pas arriver en retard dans les stades samedi soir avec 43 buts marqués! Comme un symbole de sa saison fantastique, c’est Benzema qui a ouvert les hostilités à la première minute à Auxerre, marquant son 20e but de la saison, qui lui assure le titre de meilleur artificier de L1 à 20 ans! Un bonheur n’arrivant jamais seul, outre le titre de champion, il devrait être retenu dimanche dans la liste élargie de Raymond Domenech pour l’Euro. Et Lyon a écrasé Auxerre (3-1). Mais la course au titre, qu’avait eu le mérite de relancer Bordeaux, avait déjà pris fin dès le but de Benzema. Les Girondins n’auront pas à rougir de leur saison: cornaqués par Laurent Blanc, dont c’était la première saison comme entraîneur, ils terminent deuxième, place assurée bien avant cette dernière journée, et joueront la C1 la saison prochaine. Pour les autres enjeux de la soirée (3e et 5e place, lutte pour le maintien), les oreillettes et les ra-Ligue 1: Lyon champion, Lens relégué, Marseille en Ligue des championsdios portatives ont fonctionné comme jamais, et l’on assista au ballet des adjoints venant souffler à l’oreille des entraîneurs l’évolution du score sur les autres terrains! Les scores n’ont pas arrêté de fluctuer, tous comme les classements au fil des minutes! Eric Gerets, arrivé en cours de saison au chevet d’une équipe de l’OM moribonde (16e fin septembre), a su redonner moral et mental à Marseille, qui accompagnera donc (en tour préliminaire) l’OL et Bordeaux en Ligue des champions. L’OM, qui a vu partir Ribéry à la fin de la saison passée, va peut être maintenant voir un autre de ses petits prodiges s’éloigner puisque Samir Nasri a lancé à la mi-temps du match au micro de Canal + que “c’était peut-être sa dernière au Vélodrome”. C’est lui qui, d’une superbe reprise de volée, avait redonné l’avantage à l’OM contre Strasbourg (pour une victoire 4 à 3). Cissé, qui n’avait pas été ménagé par Gerets, qui l’avait laissé sur le banc à son arrivée, a marqué un but tout en puissance en reprenant de la tête son penalty repoussé par le portier. “Djib” a énormément progressé sous Gerets et l’a d’ailleurs reconnu. Il a d’ailleurs marqué un doublé, virilement félicité par Gerets. dernière journée (défaite contre Rennes 3-2), a quand réalisé une saison pleine et jouera en UEFA la saison prochaine. L’équipe lorraine finit à la 4e place: belle performance pour cette formation qui avait misé sur le mercato zéro cet été (aucun recrutement estival). Dans le bas du tableau, le PSG a évité le cataclysme. Diané a fait plaisir à son nouveau staff Moulin-Tahar avec un doublé! contre Sochaux (2-1). Le TFC lui a enfin gagné à domicile (ça n’arrivait pas depuis le 8 décembre 2007) contre Valenciennes (21). Et la terrible logique qui s’était dessinée ces dernières semaines a été respectée: Lens, impuissant sur sa pelouse face à Bordeaux (2-2), devant un Leclercq abattu, cloué sur son banc, pendant que Papin, devant le banc, marmonnait sous la pluie. Terrible saison pour le RC Lens, qui aura donc épuisé trois entraîneurs (Roux, puis Papin, associé ensuite avec Leclercq) pour rien! Quel gâchis pour une équipe championne il y a dix ans! Quant à la 5e place, dernier enjeu de la soirée, car elle est qualificative pour l’Europe, elle est revenue à Saint-Etienne (qui a explosé Monaco 4-0) qui mourrait d’envie de retrouver l’Europe (dernière apparition à l’automne 1982). Lille et Rennes, qui visaient cette place, n’ont rien pu faire. Nancy, qui perd sa 3e place cruellement à laFootball: l’Inter remporte son troisième titre consécutif ROME (AP) L’Inter Milan a été sacré dimanche champion d’Italie pour la troisième fois consécutive. De retour après six semaines d’absence à cause d’une blessure, Zlatan Ibrahimovic a réussi un doublé lors du succès 2-0 contre Parme lors de la dernière journée de la saison dimanche. L’Inter termine avec 85 points, soit trois longueurs d’avance sur la Roma, qui a fait match nul 1-1 à Catane. Foot ANG Cup Portsmouth a dû lutterAu terme d’une finale, la 127e de l’histoire, où les deux équipes ont eu leur chance, c’est finalement Portsmouth qui s’est imposé de justesse contre Cardiff , grâce à une inspiration géniale de Nwankwo Kanu (1-0) (Photo Reuters). L’équipe d’Harry Redknapp remporte ici la deuxième Cup de son histoire, après celle de 1932 et disputera du même coup la Coupe de l’UEFA la saison prochaine. Pour les Gallois, c’est en revanche la fin d’une merveilleuse aventure. Ils n’inscriront pas pour la deuxième fois leurs noms au palmarès de l’épreuve, après le succès de 1927. Pourtant, les pensionnaires de Championship, l’équivalent de la deuxième division, ont eu de nombreuses occasions de marquer. Mais Parry (10e), Nugent (72e) et Loovens (79e) ont soit buté sur David James, soit manqué le cadre, soit vu leur but refusé, comme Loovens juste avant la pause (45e), pour une faute de main. Au final, ils peuvent nourrir de gros regrets, d’autant leurs adversaires, bien que solides, n’ont pas franchement justifié dans le jeu l’écart de niveau entre les deux formations. Du moins, pas tout le temps. Mais une fois quand même. A la conclusion d’un bon mouvement initié côté droit par Lauren, Kanu, d’un contrôle orienté, s’est joué dans les six mètres de son vis-àvis puis feinté Peter Enckelman pour marquer dans le but vide (1-0 ; 35e). Un but digne des plus grands qui n’a pas manqué d’enflammer Wembley, le sacro-sein du football britannique. au score face à un bloc compact organisé autour d’un Sylvain Distin très concentré, très appliqué mais aussi très inspiré dans ses relances. La défense de Pompey a complètement fermé la boutique, histoire d’assurer le résultat. Une tactique payante. Car avec cette victoire, le club du Sud de l’Angleterre remporte son premier trophée depuis 1958. Une Cup que Lassana Diarra gagne lui pour la deuxième saison d’affilée après celle remportée avec Chelsea l’an passé. Cardiff, dont le Millenium a accuelli entre 2001 et 2006 cette même finale, peut s’en vouloir. Peut-être que si le match avait eu lieu à domicile, le score aurait été autre. Mais avec de si, Portsmouth aurait également pu gagner avec une plus grosse marge. Or, rien de tout celà n’est arrivé. Excepté le succès de Pompey . Bien réel. H.S.Euro de foot: Raymond Domenech annonce sa présélection PARIS (AFP) Un grand absent, Trezeguet, une grand surprise, +Bafe+ Gomis, et sept joueurs à écarter le 28 mai d’un groupe élargi à trente: telles sont les données livrées par Raymond Domenech en annonçant sa présélection dimanche, à 22 jours du premier match des Bleus à l’Euro-2008, le 9 juin contre la Roumanie. La fin (définitive?) de l’histoire avec les Bleus est logique pour le héros de l’Euro-2000. Il avait déjà été très malheureux en 2006, passant son Mondial sur le banc, avant de rater un tir au but en finale. Pendant la campagne de qualification à l’Euro, il est passé à côté de ses matches en sélection, alors qu’il faisait rêver Turin avec la Juventus. “Je l’ai déjà dit, c’est un choix d’organisation, de jeu, David l’a répété aussi, a commenté le sélectionneur. On a quatre-cinq attaquants axiaux, on ne peut pas multiplier les postes, il faut faire des choix. Je confirme ce qui s’est passé ces deux dernières saisons. Qu’est-ce que je pense de sa saison à la Juve? Ce n’est plus mon problème. Mon problème, c’est les 30 qui sont là”. “Trezegol” ne se faisait guère d’illusions: il avait décidé de partir lundi en Chine avec son club. Son absence ne fera pas polémique. En 2006, il y a avait eu Chimbonda. C’est année c’est Bafetimbi Gomis, 16 buts en L1 cette saison. Une grande différence toutefois: l’attaquant de Saint-Etienne est retenu dans une liste élargie à 30. Chimbonda était dans les 23. +Bafe+ fera-t-il partie de l’aventure en Suisse et en Autriche? Si la logique des performances et du vécu en équipe de France est respectée, non. Pour le reste, Domenech réfute le terme de “surprise”, affirmant qu’il suivait ce joueur depuis longtemps. “Ca fait partie des possibilités dans une liste élargie”, a-t-il conclu. Pourquoi une liste élargie, prévue à 29 puis gonflée à 30? “On a trois finales qui se jouent (finale de la Ligue des champions le 21 mai, des coupes de France et d’Italie le 24 mai), c’était une obligation, s’est justifié Domenech. J’aurais préféré faire autrement, mais près de la moitié des joueurs sont concernés et se retrouver, après, obligés de rappeler des joueurs partis en vacances aux Seychelles (en cas de blessures), c’est compliqué”. Le sélectionneur ne digère toujours pas la finale de la Coupe de France (Paris SG-Lyon, le 24 mai) qu’il avait essayé de déplacer, jusqu’à ce que les diffuseurs télés imposent leur calendrier. Drôle d’ambiance en perspective au fil des jours quand va se rapprocher la date fatidique du 28 mai, jour où Domenech devra réduire son groupe à 23. Ce sera d’autant plus cruel si aucun titulaire en puissance ne s’est blessé. Domenech a déjà une “idée de base”, mais garde à l’esprit que “tout peut arriver”, comme la grave blessure de Cissé en dernier match de préparation au Mondial-2006. La perspective de de séparer de sept joueurs a déjà eu une influence sur le futur stage à Tignes (24-30 mai): les familles ne seront pas invitées, contrairement à 2006 avant le Mondial. “Je suis conscient du traumatisme d’être dans une liste en se disant +est-ce que ça va être moi, ou l’autre?+, a expliqué Domenech. Je sais que les joueurs peuvent assumer ce traumatisme quand ils sont tout seuls, mais je me voyais mal dire devant femmes et enfants, +vous partez+. J’ai des côtés inhumains, mais là, je n’ai pas pu.” La Fiorentina a battu le Torino 1-0 pour terminer quatrième et décrocher une place au tour préliminaire de la Ligue des champions. Le Milan AC termine cinquième en dépit de son succès 4-1 contre l’Udinese et manquera donc la plus prestigieuse des compétitions européennes la saison prochaine. Empoli, Parme et Livourne sont relégués. AP Par la suite, difficile pour Cardiff de revenir

PAGE 16

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 16 Incompréhension !… Nous venons d’un pays qui ne finit pas de se faire, de se défaire, de se refaire. Coureurs de fond, nous avons franchi cinq siècles d’histoire, opiniâtres et inaltérables galériens. Nous avons subsisté, persévéré sur les flots du temps, dans cette barque putride et imputrescible à la fois, dégradable et pérenne. Notre histoire est celle d’une perpétuelle menace d’effacement, effacement d’un paysage, effacement d’un peuplement. … Et pourtant, nous franchissons la durée, nous traversons le temps, même si le sol semble se dérober sous nos pas. Malgré vents et marées, malgré ce présent en feu, ce temps de tourments, cette éternité dans le purgatoire, nous continuons à survivre en nous livrant à d’impossibles gymnastiques. Émile Olivier (Passages, 1991) On devait s’y attendre. Il fallait qu’il parlât. La première fois, il avait gardé silence. Il s’était vite fait oublier. Incompréhensible. Cette fois il avait trop senti le poids de l’incompréhension et il devait réagir. Compréhensible. Un ami me passa un coup de fil pour me donner la nouvelle. Je le savais. Je savais qu’il allait vouloir s’expliquer cette fois, expliquer l’incompréhension dont il s’était senti victime. Je n’ai pu le lire que sur Internet. Je n’avais pas pu jouir de la magie du direct, je n’avais pas pu sentir le stress précédant la déclaration, je n’avais pas pu observer la mise en scène, ni analyser le spectacle ni savoir ce qui se passait dans les coulisses. Enfin, on ne peut pas tout avoir, bien que nos hommes d’affaires croient qu’en Haïti (les intelligents !!!), tout est possible, tout est faisable, tout est justifiable, tout est achetable (il faut simplement trouver le prix). Jamais ! Au grand jamais ! comme disait ma Grand’mère. Tout n’est pas achetable. Tout ne peut pas être dit non plus. « Bouch mangé tout mangé men li pa palé tout pawòl » dit-on en Haïti. Cependant, en ce moment, en ces moments de stress, de déception, de rage contenue, tout pouvait être dit. « Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s’expliquer » disait Shakespeare. Il va devoir continuer à le faire. A s’expliquer. A expliquer son explication. dire, ne rien passer sous silence, voilà ce qui semblait être l’objectif du point de presse. Complot. Trahison. Crime de lèse patrie. Manigances et magouilles. Incompétence. Trafic d’influences. Corruption en un mot, de cette corruption qui modifie attitudes et comportements, provoque des réactions mensongères et mesquines, crée des justifications illégales ou allégales et parasite complètement le système de fonctionnement du pays. Tout a été dit soit ouvertement, soit entre les lignes. Tout le monde devrait pouvoir comprendre ce qu’il a dit et surtout comment il l’a dit. Suite à la lecture du discours, je n’ai pu m’empêcher de téléphoner à quelques membres du CRABE pour savoir ce qu’ils pensaient. J’ai pu voir que je n’étais pas le seul à me poser un tas de questions sur la compréhension, sur l’incompréhension, sur les perceptions de la réalité haïtienne, sur la réalité d’Haïti, sur les réalités en Haïti, sur le sort du pays, sur le futur des Haïtiens. Enfin, l’incompréhension, d’après les « définisseurs », est l’incapacité d’être compris ou bien de comprendre, de comprendre les choses, de comprendre les autres. L’incompréhension peut être aussi de l’insensibilité ou de l’indifférence. En y pensant, je revis une situation vécue cela fait quelques années, durant une brève expérience en tant que « Professionnel de l’éducation ». Mes professeurs, à l’école et même à l’Université, disaient toujours, après une explication, après un cours, « me comprenezvous ? ». Ils voulaient être compris sans réaliser parfois un véritable effort pour s’expliquer. Si l’élève (l’étudiant, l’individu) auquel ils s’adressaient, ne comprenait pas c’était simplement parce qu’il était « bête ». « Nèg sòt ». « Tèt di ». « Bouki ». Vu que nous reproduisons toujours les comportements vécus comme des modèles fixes, je ne pouvais échapper à cette logique et, face à une classe, je reprenais les mêmes attitudes, je développais les mêmes réflexes. Un jour, essayant un cours en tandem, à deux dans une même salle face à une même classe, mon collègue s’adressa aux étudiants, suite à son intervention, et leur demanda « me suis-je expliqué ?» Moi, j’avais expliqué et, la conclusion logique aurait dû être, d’après moi, la compréhension. C’était l’époque où l’on se sentait rempli de soi, l’époque où cette suffisance nous transformait en « vainqueurs », l’époque où l’incompréhension des autres indiquait leur « handicap mental » et cela, d’après nous, nous plaçait au-dessus d’eux. Nous étions au-dessus du doute, au-dessus des reproches, au-dessus de l’erreur. On croyait n’avoir de compte à rendre à personne. Mon collègue par contre, voulait s’assurer qu’il avait bien transmis ce qu’il avait à transmettre et faisait comprendre qu’il voulait être compris et qu’il voulait éviter toute mésinterprétation de son message. On ne peut pas vouloir être compris alors que l’on ne se donne pas la peine de bien expliquer. Ça, je le compris alors. Je compris le poids de l’incompréhension. Pour faciliter la compréhension je vous propose une petite liste de questions qui prétendent alimenter la réflexion : Sommes-nous compris par les autres? Comprennent-ils les actions et les réactions qui se produisent chez nous ? Comprenons-nous, nous-mêmes, la portée de nos actions ? Avons-nous une crise de compréhension dans ce pays ? Sont-ce les « cerveaux » qui manquent, comme disent certains ? Enfin, notre cher petit pays va-t-il pouvoir changer ? Ce pays sans cesse menacé d’effacement, qui ne finit pas de se faire, de se défaire, de se refaire, aura-t-il enfin une opportunité pour se transformer ? Malgré ce présent en feu, malgré ce temps de tourments, pourra-t-on trouver la voie de l’apaisement social, politique, économique ? Notre petit pays pourra-t-il être à nouveau la « Perle des Antilles » ? Me suis-je expliqué ? Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Mai 2008 LIBRE PENSEEmodernes, la tendance à connecter les temps socioculturels avec ceux des âges biologiques, , c’est le horstemps qui le fait rythmer. La célébration du 18 mai nous fournit l’occasion de les mesurer. Le 18 mai: le degré zéro du ralliement national Sous l’occupation américaine, les 18 mai est commémoré à la fois comme fête de l’Université, au sens de tous les cycles d’enseignement,du primaire à l’universitaire et celle du drapeau créé à l’Arcahaie, en 1803. Et depuis le 19e siècle, les constitutions prescrivent l’instruction publique comme une mission de l’État républicain.Néanmoins,la réalité est tout autre. Si formellement existe un ministère de l’Éducation nationale,dans la pratique des choses, ce ministère n’accomplit pas sa fonction: de fournir un service public y relatif.Cette absence exprime la disjonction entre le fond et la forme. Ainsi la dimension identitaire ne peut-elle être élargie en vue de tisser une âme à la nation et de transmettre des normes et des valeurs aux élèves au titre de de citoyennes et citoyens en devenir. En matière d’éducation, ce qui est, en effet, mesurable, c’est l’offre globale qui est la réponse à une demande sociale: la scolarisation pour une consommation massive, par le seul producteur, le ministère de l’Éducation. Ainsi l’offre est-elle organisée en un système généralisé de transmission de connaissances s’adressant à un ensemble de catégories sociales ayant le même âge où tous se voient imposer le même cursus dans le temps et dans l’espace; et c’est précisément son uniformisationmêmes classes, mêmes cours, mêmes horaires, mêmes programmes d’étudesqui permet d’en quantifier le fonctionnement et de procéder à des comparaisons. Dans ce cadre logique, on peut savoir comment la scolarisation, l’encadrement des élèves, le résultat des examens, le coût des enseignements par niveau... ont évolué à travers le pays et aussi par rapport aux autres pays pour une même année. La dualité du système scolaire, fragilité structurelle du ministère et offre majoritairement privée , empêche à celui-ci de réguler et d’exercer un contrôle. Le seul instrument qu’il utilise est l’organisation des examens d’État, ceux des 2me et 3me cycles du fondamental,des classes de rhéto et de philo; instrument qui lui fournit pas les moyens de remédier à la faible efficacité interne du système, la question des sur âgés et du redoublement, ni à la question sociale, le financement des charges scolaires par les parents. Ce financement constitue un frein important à l’accessibilité des enfants à l’école au moment de la rentrée et une cause abondons en cours d’année. D’ailleurs, pour les parents, le 10 de chaque mois est très critique; après le 10, les enfants peuvent être renvoyés temporairement de l’école, avec tous les risques de traumatisme qui l’accompagnent. L’absence du principe de classification des catégories sociales suivant leur statut, enlève aux mesures adoptées, opération annuelle de distribution de manuels scolaires, de la confection et de la distribution d’uniformes, des cantines scolaires,leur caractère de politique de discrimination positive ,ce ne sont pas les familles les plus pauvres qui sont toujours ciblées.L’essentiel est minoré sinon écarte: il aurait fallu d’abord les normer et ensuite les nommer afin des les privilégier.Et c’est cette même erreur de méthode qui est répétée à l’UEH. Pour une Fondation des anciens Parmi les actions sociales de la de l’occupation, se lit la Revue de la Société d’Histoire, de Géographie et de Géologie. Elle fut animée par des célébrités telles, Dr Jean Price-Mars, Dr Catts Pressoir, nom d’un de ses récents grands animateurs, le Professeur Roger Gaillard. Devant le cercle vicieux des contraintes budgétaires qui font achopper les décisions relatives à la mise en branle des programmes de recherche, donc d’aménager le fond et la forme, les diplômés doivent procéder à la mise en forme associative pour permettre leur alma mater de donner dans l’excellence un moyen de l’augmentation de son capital social. D’ailleurs,culturellement et historiquement, c’est la société civile qui a réussi en la mise en oeuvre des institutions de la modernité, le cinéma, les arts, les moyens de diffusion collectifs...La longévité de GRESPO en est la démonstration. Je propose donc, au titre de Professeur d’économie sociale et de gestion coopérative, sociologie politique et de sociologie du développement à l’UEH, d’animateur au GRESPO et de membre-fondateur de la Fondation Impératrice Claire-Heureuse, qu’on organise une journée de réflexion-action sur les oeuvres de charité d’État comme fondatrices de la modernité, les pierres d’attente à l’augmentation du capital social et une transformation spiraliste des mentalités. L’atelier doit déboucher sur la constitution d’un comité provisoire chargé de la rédaction du statut, d’envisager le lancement d’une campagne de finalisation des mémoires de sortie en ligne avec la collaboration des compétences de la diaspora et des organisations internationales publiques et privées, de renforcement des ordres professionnels,et bien entendu, d’une synergie plus qu’institutionnelle avec le Rectorat. Des universitaires ne sauraient être ni des démissionnaires ni donner dans la fatalité, mais de toujours construire leur objet en faisant à la fois un apport à l’avancement de la connaissance et à la recherche du bien commun. Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr)Plaidoyer pour la création d’une fondation déployée par les anciensUNIVERSITE D’ETAT D’HAITI(UEH ... suite de la page 14) penduler le temps traditionnel, les rites de passage, les temps Alain Turnier, à la fois historien, homme politique et homme d’affaires.Une Fondation porte le Enfin, chers lecteurs et chères lectrices, tout

PAGE 17

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 17 18 MAI : MESSAGE PRESIDENTIEL M ap di moun tout moun ki sou gazon an bonjou M wè chalè a kòmanse monte, m pap long M wè gen ti moun ki deja kòmanse santi yo pa byen nan solèy la Premye Minis Alexis Medam, Mesye Minis ak Sekretè Deta yo, Prezidan Sena a, Prezidan Chanm Depite a, Vis Prezidan Kou Kasasyon an, Rektè Inivèsite Deta a, Medam, Mesye, Pèp Ayisyen, 18 me ane pase, nou te fè bèl fèt pou selebre drapo a. 18 me ane sa a, fèt la mwen bèl paske nou tris. Ane pase nou te fè bèl fèt, paske apre 3 zan dezòd 2004-2007 la, nou te wè yon solèy stabilite, yon solèy trankilite ki t ap pwente sou peyi a. Nou te santi tout moun te koumanse pran konfyans, tout moun te koumanse wè demen ka pi bèl, pi klè. Epi, yon sèl kou, yon nyaj vin bare solèy stabilite ak trankilite a. Toudenkou, tout pri kòmanse monte ak yon vitès nou pat janm wè. Moun pran lari. Kèk sektè pwofite òganize yon krazebrize. Malerezman, tout moun konstate, nyaj lavi chè a se pa Ayiti sèlman li kouvri. Se yon fenomèn mondyal, yon fenomèn pwofon ki bay tout peyi tèt fè mal. Menm sa k pi rich yo, ale wè sa k pi pòv yo tankou peyi pan ou an Ayiti. Se chak jou, pri fè, pri manje, pri petwòl ap monte nan lemond antye. An 1998 baril petwòl la te 10 dola. an 2008, kidonk 10 zan apre, pèsonn pa t vle kwè li t a ka rive 100 dola. Jodi a li 125 dola. E pèsonn pa konn kote sa ap rete. Pèp Aysyen, lavichè a poze yon pwoblèm pi pwofon : se pwoblèm mondyalizasyon an. An 1803, lè nou kreye drapo a, sete yon batay kont mondyalizasyon ki lè sa a te pran fòm kolonizasyon. Jodi a mondyalizasyon mete nou nan chenn yon fenomèn ki se depandans ti peyi yo. Depandans se kontrè lendepandans. Lè twoup Napoleyon yo te vle kenbe nou nan depandans kolonizasyon an, zansèt nou yo mare ren yo, yo goumen. 18 me 1803, yo koud yon drapo ak yon deviz l’Union fait la force. Fòs pou goumen kont lesklavaj! Jodi a batay kont lavichè a se batay pou endepandans ekonomik nou. Se batay pou pwodiksyon nasyonal la. Zansèt nou yo te fè linyon ki te ba yo fòs pou goumen kont kolonizasyon an. Jodi a, ann fè linyon pou batay pou pwodiksyon nasyonal la. Zansèt nou yo te pran fizi, gaye kò yo nan tout plenn, tout mòn, pou libere nou de kolonizasyon an. Jodi a, se nan tout mòn, tout plenn pou nou gaye kò nou pou nou mennen batay pou pwodiksyon nasyonal la, menm jan ak batay kont depandans kolonizasyon an. Batay kont depandans mondyalizasyon ap long, l ap difisil. Zansèt nou yo te fè sakrifis, sakrifis la te ba yo laviktwa kont depandans kolonizayson an. Jodi a, Pèp Ayisyen, listwa mande nou mare ren nou, fè sakrifis, mande nou kouraj, mande nou linyon k ap ban nou fòs pou nou gen laviktwa nan batay pwodiksyon nasyonal la. 18 me, ane pase, nou te fè bèl fèt pou nou selebre drapo a. 18 me, ane sa a, fèt la mwen bèl paske nou tris. Ane pase nou te pran okazsyon fèt drapo a pou nou di solèy stabilite, solèy trankilite ki t ap leve a bonjou. Ane sa a gen yon nyaj politik ki vle kouvri solèy la. Premye Minis Alexis, Medam, Mesye Minis yo ak Sekretè Deta yo, mèsi pou stabilite nou pote pandan plis pase 2 lane ki sòt pase yo. Nou youn pat konn lòt. Nou youn pat abitye travay ak lòt. Travay ansanm nan pat toujou fasil, men nou te kenbe linyon ki te nesesè pou nou travay ansanm pou nou pote lapè, trankilite nan peyi a. M ap pwofite di Mesye Ericq Pierre, ansyen Premye Minis deziye a MÈSI, paske li te akspete kite travay li, mete tout konesans li, tout fòs li nan sèvis peyi a. Stabilite a se kondisyon devlopman peyi a. Linyon se fòs pou nou genyen lagè kont lavichè a, lagè pou pwodiksyon nasyonal la, lagè pou nou kreye djòb, mete lopital, lekòl, fè wout. Pandan nyaj politik la vle kouvri solèy stabilite a, m ap di, antanke Prezidan peyi a, m envite tout patnè politik yo, espesyalman Palman an pou nou mete fòs nou ansanm pou nou mete kanpe yon gouvènman dinyon, linyon ki fè lafòs. Ann swiv egzanp, ann swiv tras zansèt nou yo! Pèp Ayisyen an di nou deja : Mèsi davans pou efò nou pral fè ansanm pou nou mete kondisyon pou peyi a ale delavan. MÈSI ANPILDiskou Prezidan Repiblik la Diskou Prezidan Repiblik la Diskou Prezidan Repiblik la Diskou Prezidan Repiblik la Diskou Prezidan Repiblik la a lokazyon selebrasyon fèt Drapo a 18 me 2008 a lokazyon selebrasyon fèt Drapo a 18 me 2008 a lokazyon selebrasyon fèt Drapo a 18 me 2008 a lokazyon selebrasyon fèt Drapo a 18 me 2008 a lokazyon selebrasyon fèt Drapo a 18 me 2008Palè Nasyonal Palè Nasyonal Palè Nasyonal Palè Nasyonal Palè Nasyonal Astaldi Construction Corporation is looking for Miami-Dade County certified CBE, CSBE, SBE and ME programs subcontractors to work on a Design-Build Project for the Design and Construction of An Eastbound Auxiliary Lane along Dolphin Expressway (SR 836), From West of Northwest 57th Avenue to Northwest 42nd Ave., for the Miami-Dade Expressway Authority (MDX). Scopes of work include MSE wall installation, MOT devices, Drainage installation, Earthwork, Grading, Bridge Painting, Landscaping, Pavement Markings, Roadway Lighting, Roadway Signage, Sale & Delivery of Fill/Aggregates, Porto lets, Curb/Gutter sidewalk & Retaining walls, Mowing, and Piling. Astaldi Construction Corporation intends to conduct itself in good faith with small businesses for participation on this project. Please contact Ernest Partlow, at 954-423-8766 or by e-mail to: epartlow@astaldiconstruction.com for more information. Quotes and scopes of work are due by 5/28/08. Astaldi Construction CorporationAstaldi Construction Corporation is looking for Miami-Dade County certified CBE, CSBE, SBE and ME programs subcontractors to work on the SR 874 / Killian Parkway Interchange Improvements for the Miami-Dade Expressway Authority (MDX). Scopes of work include MSE wall installation, MOT devices, Drainage installation, Earthwork, Grading, Bridge Painting, Landscaping, Pavement Markings, Roadway Lighting, Roadway Signage, Sale & Delivery of Fill/Aggregates, Porto lets Curb/Gutter sidewalk & Retaining walls, Mowing, and Piling. Astaldi Construction Corporation intends to conduct itself in good faith with small businesses for participation on this project. Please contact Ernest Partlow, at 954-423-8766 or by e-mail to: epartlow@astaldiconstruction.com for more information. Quotes and scopes of work are due by 5/28/08. Astaldi Construction Corporation

PAGE 18

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 18 LES JEUX En Bref...(suite de la page 2) Un point important de cette conférence de presse a concerné la corruption dans notre milieu: “ Dès le début du processus, je me suis heurté aux forces de la corruption. Mon refus de pactiser avec elles me vaut aujourd’hui d’être écarté par la Chambre des Députés. Les mots ‘patrie’ ou ‘intérêt du pays’ n’ont jamais été présents dans les messages des émissaires qui me pressuraient pour négocier en faveur de leurs protégés des postes de Ministre, des enveloppes d’argent ou des projets pouvant faciliter leur réélection. J’ai toujours professé que je n’accepterais pas d’être Premier Ministre à n’importe quel prix. Et je ne pouvais pas non plus prendre des engagements qui hypothéqueraient les ressources du Trésor Public avant même d’entrer à la Primature. J’ai aussi voulu jouer cartes sur table, refusant d’entrer dans le jeu de ceux-là qui pensent pouvoir se cacher indéfiniment derrière un masque anti-néolibéral.” Autre point important: “Le Président aurait pu faire changer ce vote” a poursuivi Ericq Pierre. “J’étais convaincu que le CPP n’ allait pas m’ appuyer. A moins que le Président de la République ou le Premier Ministre Jacques Edouard Alexis arrivent à persuader les membres de la Plateforme LESPWA qui ont rejoint le CPP de m’accorder leur vote. Ceci n’a pas eu lieu et je ne veux pas spéculer sur ce qui s’est passé.”FOKAL sera à la tête d’un symposium d’une journée à la Library of Congress à Washington, le 10 Juin 2008Au cours de cette journée, les responsables de la Fondation Konesans ak Libète exposeront le travail de la fondation. Ce sera une grande opportunité d’avoir les membres du Congrès assister à la session et ils pourront apprendre de première main ce qui se fait en Haïti et quels sont les projets qui méritent d’être encouragés. La date: 10 JUIN 2008, Library of Congress, Washington DC, de 8h30 am à 4h30 pm. Le thème: “Libraries and Human Development in Haiti : The Work of Fondation Connaissance et Libète” ( FOKAL). “Libraries and Human Development in Haiti : The Work of Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL)”.Lancement des Editions de l’Universite d’Etat d’HaitiLe Rectorat de l’Université d’État d’Haïti est heureux et fier de procéder, ce lundi 19 mai, au lancement des Éditions de l’Université d’État d’Haïti et du premier ouvrage de cette nouvelle maison d’édition. Les Éditions de l’Université d’État d’Haïti constituent un nouveau service à la communauté universitaire. Elles ont pour objectifs de diffuser les résultats de la recherche universitaire par la publication de livres, de revues savantes ainsi que de manuels et de notes de cours. Elles pourront ainsi contribuer de manière significative au renforcement de la qualité académique au sein des facultés de l’UEH et des autres composantes du système haïtien d’enseignement supérieur. La première publication des Éditions de l’Université d’État d’Haïti est un ouvrage collectif rassemblant les Actes de la Semaine « Actuel Jacques Roumain » qui avait réuni du 11 au 16 juin 2007, des spécialistes autour de l’actualité de la pensée de Jacques Roumain. Ce volume contient les contributions de Marilise Rouzier et Pierre Jorès Mérat sur la problématique de l’environnement ; de Didier Dominique et Myrtha Gilbert sur la question du pouvoir et de la condition populaire ; de Rachel Beauvoir Dominique, Jean-Claude Chérubin et Antji Daniel Ouachée sur la problématique des conflits et de la coexistence des religions en Haïti ; et enfin, de Colette Lespinasse et Franck Laraque sur les rapports haïtiano-dominicains. L’objectif essentiel de cet événement et du livre, autour et à partir de Jacques Roumain, est « d’apprendre à penser nos problèmes collectivement. » Le lancement des Éditions de l’Université d’État d’Haïti et des Actes de la Semaine « Actuel Jacques Roumain » aura lieu à l’Auditorium de la Faculté des Sciences, ce lundi 19 mai de 4h à 6h.pm. Nouveau cambriolage au Greffe du Tribunal de Paix de Port-au-PrinceHPN, 14 Mai Le Greffe du tribunal de 1ère instance de Port-au-Prince a été une fois de plus cambriolé. Des dossiers et des armes ont été emportés par des individus encagoulés. Des hommes en cagoule ont cambriolé le lundi 12 mai le bureau du Greffe du Tribunal de 1ère instance de Port-au-Prince pourtant gardé par une importante entité de la Police Nationale d’Haïti (PNH), l’Unité de Sécurité Générale du Palais National (USGPN), ont annoncé les responsables de la justice. Le doyen du Tribunal civil de la capitale, Me Rock Cadet, de concert avec Me Claudy Gassant, commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, l’inspecteur général en chef de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Fritz Jean, et le directeur central de la police administrative, Destorel Germain ont procédé au constat. D’après ce constat, les autorités ont relevé la disparition de 52 armes à feu, de cartouches, de chargeurs, de projectiles, de la marijuana, de l’argent liquide, de passeports et d’autres pièces d’identité, des téléphones portables, des carnets de banque, des bijoux, des plaques d’immatriculation d’Haïti et de la République dominicaine etc, des objets entreposés au tribunal. Le dossier a été transmis à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) et au Parquet, pour les suites nécessaires, a informé le doyen du tribunal. Il a affirmé plus loin que des dispositions seront prises pour sécuriser le bâtiment et éviter la répétition de tels actes.

PAGE 19

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 19 ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou Anba bouch-a Grann Mari * Kafe ak Akasan (A.K.100)AK JACQUES JACQUELIN GARÇON* Pitit pitit-a Grann Mari pa ta kapab rete bouch fèrman devan kayte djo bolode yo rele kafe nan peyi isit. Pa di-m frekan non paske gan de kote ou pase ou ka desann yon bon tas kafe. Noumenm Ayisyen nan peyisit nou konnen ki kafe pou nou achte pou ban nou gou lakay nou abiye ake-y-la. Si se pou afèr kafe-a menm, se nan man-m (menan-m) sa rete. Se bon pou zòt, tèlman yo tilititi chapo pwenti ( tulututu chapeau pointu ). Fò yo bwè kafe ake sik blan. Men m’pale wou nèg-an-m pa gan pi bon pase youn gode kafe fèt ake dlo kann osnon rapadou, koule nan grèg twèl syanm. Dayèr menm, plis kafe nou te bwè lakay lèr m’te piti se lan lakou-a menm li te pile. Anvan pile te ganyen triye, griye ak rapadou. Labitid lakay se apre yo fin wete poud kafe-a pou yo vide youn dlo bouyi nan fon pilon-an. Sa bay youn ti kafe fò ki satiyèt andedan nen-an-w anvan ou bwè-y. Akasan (A.K.100) menmmenm-nan, se pa youn koze mounn ka pale konsa konsa. Sa ki Ayisien natif natal konnen fò nou koumanse pale denpi nan mayi, zepi osnon angren. Boukannen, griye, pile, pase nan machin, keseswa jan-y kwit, i bon. Se ake-y yo fè mayi moulen. Kote wou kite-y ake aransò? Zaboka tou wi ! Gan anpe mounn ki rele-y fòkseli, kèk zòt di mayi moulu , lòt non-an-y tou lèr-y kwit se tchentchen. N’apway jwenn akasan tou se youn manje ki sòt an Afwik. Alòs se la yo te seye-y tout jan jouk yo rive jwenn preparasyon nou konnen-an. Anpil koze pale anwo A.K.100 nan youn liv pwofesèr Maks Manniga ( Max Manigat ) sòt mete dèyò: Mots créoles du Nord’Haïti. Origines – Histoire Souvenirs , pay 27. Pa senpleman rete anwo pawòl-an-m, ay gade ake de nawè-an-nou. Tinèg Ayiti gan anpil ladrès tou nan ranje koze ake bon kou konmedi. Sa fè yo pa pedi tan ekri akasan , yo annik mete: A.K.100. M’jiskrè yo t’ap seye vin ake youn mòd AK1000 ; men sa pa te mache fò. Ifo nou serye nan sa n’ap di : gan labouyi farin mayi ou kwit youn jan likid men se pa vre A.K.100an.. Fò m’di tou nan makèt isit, ou jwenn youn farin mayi fen, fen kèk mounn kwit ake lèt, sik, kannèl, èsans, anpi yo di yo fè akasan . Adje wi dan ! Pou fè bon jan kalte akasan , fè wou mete mayi angren chèchla chode, lèr-y kreve kon pwa, ou pile-y osnon machinen-y nan moulen. Atò wou mete-y tranpe nan dlo. Piske fò-y dòmi, i kòm vin youn jan sirèt, akòz i travay (fèrmante) ; men i pa gate pou sa. Denmen granmtimaten w’ay koule-y, pwije-y nan youn twèl fen jouk i pase san ma. Konsa ou mete-y byen kwit ake moso jenjanm, kannèl, lanniyetwale. Nan zòn Lwès-la yo mete youn ti fèy zepis ki rele malagèt. Sa bay bon sant ake gou tou. Akonpayman A.K.100 sa-a se bon kalte siwo kann. Konsa i vin gan youn gou espesyal. Lèr yo kwit-li youn jan pi fèrm, kòm pi solib, yo detaye-y gwo bit ake kiyèr, yo toujou simaye siwo anwo-y. Sa menm i rele kole. Okap sèl machann ki te espesyalis esponsab ti kòmèrs sa-a, sete 2 sèr. Ale pou dizèrdmaten mounn mèt konmanse pare bouch-a-yo, veso-ayo, kiyèr-a-yo, anpi mezi lajan-yo, gwòsèr-a bòl-ayo. Akasan se manje zansèt-an-nou kite pou nou. Jounen jodi, tout timounn mande kònflèks, yo pa vle AK100 ankò. Si yo te gan konprann yo ta wè kònflèks se mayi menm jan ak akasan ; men ti gou-a-y wòwòt devan lodèr ake bon gou kalte AK-100 lakay Ayiti Tonma ganyen. ________ ·Jacques Jacquelin Garçon ap ekri youn liv : « Anba bouch-a Grann Mari ». =====================KONPLIMAN POU : HAITIAN NEIGHBORHOOD CENTER <>Nou bat youn gwo bravo pou kouzin Jepsie Métellus direktè ekzekitif Haitian Neighhood Center yo rele <>. Mesye-dam Sant-la te òganize youn resepsyon pou renmesye komèsan ak pèsonalite k’ap ede Sant-la epi kolekte youn ti monnen pou penmèt yo kontinye ofri sèvis y’ap ofri depi kèk tan. s’ oun sant referans. Kèlkeswa pwoblèm ou gen ou depoze-l nan men mesye-dam yo, y’ap edew, y’ap gide-w. Sware-a ki te fèt nan Deauville Resort nan Miami Beach te wololoy. Youn sware klasik. byen òganize. Byen senp. Teni kravat ak vès pou mesye yo. Medam yo: talon kikit, wòb lonng, kòsaj fann devan…ayayay! Apre youn ti diskou remèsiman tou senp men byen atikile Jepsie Metellus salwe asistans lan epi mache fè foto ak envite yo, tab apre tab. Sou kadans group Ansanm Belfort ki t’ap jwe youn bon ti mizik djaz. An apre, yo te rekonèt 3 mounn nan kominote daprè Komite direksyon k’ap fè youn travay Jan, Jak, Jeri. Jan-an se mwenmenm Jan Mapou. Jak la se Jacques Despinosse , depite nan Vil Nord Miami . Jerry se Gérard Jean-Juste, youn aktivis. Youn defansè dwa mounn. Jerry te voye youn lòt militan nan domenn imigrasyon resevwa twofe-a pou li, Jak te kare zepòl li, gonfle tomak li pou di mèsi. Kanta pou jan ki se menmenm mwen te remèsye mesye-dam yo e mwen te di tout ekip solid Sant-la ki fè youn diferans nan sèvi kominote-a mèsi. Mwen te santi mwen ozanj lè mwen sonje mwen te younn nan manm jiri ki te batize Sant sa-a e ki te vote pou non-an. Nou te chwazi SANTLAN (paske vwayèl nen ki gen konsòn -a dèyè li rale atik . Men yo te pi renmen Sant-la olye <>. Se pa grav! Nou swete pou mesyedam Sant-la kenbe dyanm. Travay-la anpil. Li pa fasil. Se nou chak ki pou pote ti kontribisyon pa nou nan konbit-tèt ansanm-lan. Nan non Sosyete Koukouy ak tout lòt atis yo mwen di mèsi anpil. ================================LÈT POU YOUN ZANMIApwopo lanng manman nou an Bonjou kanmarad, Nan pale nou yè maten ou te di mwen : travay kominotè w-ap fè a se pa pou ou fè pwomosyon kreyòl, men se kòmsi ou bliye se kreyòl ou ye. Ou di mwen tou ou pa gen okenn pwoblèm ak lanng kreyòl la, mwen dakò ak ou. Sa ki parèt dwòl, sèke mwen oblije toujou ap plenyen, paske mwen pa kab jwenn tèks yo pou mwen tradui . Poukisa, tèks yo pa kab vin jwenn mwen ? An reyalite, lè ou aji youn fason pou ou bay kreyòl la espas, se pwomosyon kilti ou w’ap fè. Anfèt, kit nou vle kit nou pa vle, pitit nou pa pe janm Kanadyen 100%. Laprèv, chak fwa blan yo kontre ak yo, premye kesyon ki soti nan bouch blan yo se : Nan ki peyi ou soti ? Lè konsa, pa mwen yo reponn, mwen se Kanadyen, Blan an reponn eskize-m! Kidonk, nou genyen enterè pou nou fè pwomosyon kilti nou, epi pase li bay pitit nou. Prensipal fason pou nou andose kilti nou epi pase li jenerasyon an jenerasyon, se lanng nou pale a pou nou jouke pi wo. Peyi kolonizatè yo konnen fòs zouti kiltirèl sa a, se sa ki fè chak fwa yo anvayi youn tè, yo fòse mounn yo aprann lanng yo epi yo foure relijon pa yo nan kòsay mounn yo. Lè konsa, se kilti pèp natif-natal la yo kraze pou yo rann li zonbi, epi lave tèt pitit peyi natif la. Blan yo tèlman fè sa byen, gade tout tan nou pase ap pale sou youn dosye ki poutan senp. Wi senp ! Ou voye tèks yo ban mwen, mwen tradui yo epi mwen voye yo tounen ba ou. Epi nou korije erè ki dwe korije. Vwala, se nan pale anpil, fè bèl fraz nou tonbe. Tout sa, se paske nou kanpe sou de teren diferan. Dimwens, aksyon ki pou mwen espontane epi natirèl, tounen youn pwa senkant pou ou. Blan yo mare nou wi. Yo kreye konfizyon lanng ak konfizyon relijyon nan mitan nou. Sa lakòz nou divize an de (2)kategori : Afriken, sila yo ki pa gen chans aprann li nan lanng blan-an epi sila yo blan yo lave sèvèl yo ak lanng li an. Batay lanng, se batay ideyolojik. Epitou,se nan konba ideyolojik-la menm nou ye. Manman nou Ayiti pa ta janm panse apre nou fin bwè lèt nan tete li, grandi menm jan, pase nan menm lekòl, nou ta kab tounen de ( 2 ) pitit diferan ideyolojikman. Epitou, nan diferans ideyolojik la, se mounn nou kwè nou ap defann yo ki ap sibi, paske se yomenm ki santi yo se mounn an deyò parapò ak mounn lavil. Oubyen ankò yo sòt epi lòt yo gen lespri. Se tout deba sa yo, batay lenguistik yo pote anndan yo epi tout Ayisyen ta dwe depase, kite dèyè, men nou poko ka rive la. Laprèv nou ap pale sou sa jodi-a ankò apre plis pase 200 lane endepandans. Fè pwomosyon lanng kreyòl la, se youn kesyon prensip. Se bay pèp la asiz pou li gen konfyans nan pwòp tèt li. Epi pou li pa wont pwòp tèt li. Lè youn mounn kanpe devan li ap pale franse, li pa pe jennen. Li pa pe wont, paske li ap konnen limenm tou li pale youn lanng lòt lan pa kab pale oubyen lòt mounn lan poko aprann pale. Se sa tou ki pral pèmèt li viv epi aksepte pwòp tèt li kòm mounn, kòm sitwayen entegral sou tout tè kote l’ ap viv. Se konsa, ou dwe wè koze lanng lan anndan dokiman tout dokiman ou ap pibliye pou Ayisyen yo. Se konsa tout jounal anndan Ayiti ta dwe wè sa : Nouvelliste, Le Matin, Le Moniteur elatriye. Se konsa tou biznis Ayisyen nan domèn vann liv ta dwe wè sa. Nan pale nou, ou toujou di mwen, ou bezwen asire byennèt pèp-la. Younn nan fason pou ou asire byennèt li, se sèvi ak lanng li pale-a. Ou dwe sèvi ak lanng li pale-a chak fwa li posib oubyen ankò chak fwa sa nesesè . Se lè sa-a pèp la pral santi, li egal ak lidè yo. Nou konn li, nou konn ekri. Se zouti ki esansyèl nan kalite sosyete nou ap viv la, pèp-la poko konn li , li poko konn ekri, men kiltirèlman nou se menm ak li. Eritay kiltirèl nou pote anndan nou an, se limenm li pote anndan li tou. Anplisdesa, se eritay kiltirèl sa-a menm ki fè fòs nou toupatou kote nou pase. Nan rapò mounn save yo ak pèp la ki pale kreyòl sèl grenn lan, se kòmsi nou gen youn ekwasyon :1 + 2 = 3. 1 pa 3 ni tou 2 pa 3, men se 1 ak 2 ki fè 3. Yo pa menm, men yo egal. Pèp-la, ki se reprezantan 100% kilti Afriken an anndan peyi-a, reprezante 80% popilasyon peyi-a, epi noumenm afranchi po nwa epi po klè yo (mwen vle di noumenm ki pase lekòl yo, [lekòl ki konvèti nou ideyolojikman, epi leta Ayiti poko vle chanje a], nou reprezante apeprè 20% popilasyon an. Nan afranchi yo, mwen mete oumenm, mwenmenm ak tout lèzòt ki pase sou ban lekòl yo. Se de kategori mounn sa yo peyi a genyen ki dwe aprann jere kondisyon lavi yo nan youn nivo kote yo pral mete ansanm pou yo tounen 3. Se 1 + 2 sa-a ki dwe tounen 3, youn fason pou nou tounen youn fòs. Se fòs sa-a Blan yo te prevwa depi tout tan, ki fè yo foure nan tèt nou youn modèl edikasyon, kote nou devlope epi nou grandi ak tout kalite divizyon nan sosyete nou an. Tout tan ou kanpe lwen fòs pèp-la, mwen vle di fòs kiltirèl li, se tout tan w-ap kanpe lwen relasyon ki pèmèt 1 + 2 tounen 3 a. Si Blan an rekonèt ou gen youn lanng jouk pou li toujou ap voye dokiman ban nou tradui nan lanng lan( nivo federal), poukisa oumenm ou pa vle aksepte bay lanng lan plas li ? Kou blan yo vin nan aktivite nou, premye sa yo fè se aprann di kèk fraz kreyòl. Noumenm Aysisyen yo, nou bat bravo lakontantman pou yo. Poutan kou yo la pami nou, pou nou fè yo plezi, nou bliye nou gen youn lanng ki pa nou epi se lanng pa yo a nou tanmen pale, kant yomenm yo konnen epi aksepte diferans lan. Alòske, nan peyi etranje kote n’ ap viv , li klè pou nou tout gen youn opsyon bilenng nou vle meprize. Youn opsyon k’ap manbre nou mete ou dyanm nan amoni ak tout kòt fanmi nou. Nan plizyè rankont mwen patisipe , se toujou blan yo ki parèt ak pwopozisyon ki entegre kilti Ayisyenan nan travay n’ap fè an ekip. Eske sa se nòmal ? Kisa ki lakòz nou rive nan pwen sa a ? Mwen ap reponn pou ou : Se paske kolonizasyon an desounnen nou. Po nou nwa, men anndan nou se youn lòt mounn ki ap aji. Mounn kolonizatè yo devlope anndan nou an. Ayisyen ki te sou tab kote mwen te ye yo pa janm sonje yo gen youn kilti ki kab fè ladiferans. Se kòmsi nou ta di : « Fezè nat fè nat epi li dòmi atè. » Reflechi vye kanmarad mwen . Reflechi. Tu fus mon mentor. Tu le demeures encore , men chak fwa mwen santi ou vle kite ray la, se responsablite mwen pou mwen rale ou mete ou sou ray. Anfèt zanmi mwen, frèdam mwen, tout dwèt nan men nou pa menm longè, men lè nou pliye yo ansanm, yo fè youn youn gwo boul won , ki tounen pwen nou, nou kab frape sou youn tab pou nou di non. La-a ankò, nou kab tounen ak ekwasyon-an 1 + 2= 3. Plis ou ap apwoche ou toupre Lewòp, kòm afranchi ak lanng blan an te fè nou aprann lan, se plis ou ap kite pèp ou a, ki pale kreyòl sèl grenn lan dèyè. Se plis tou blan ap kontan, paske nou ap mache nan jwèt divize pou reye li gaye nan mitan nou depi lendepandans lan. Jwèt ki fenk kare ap afebli nou. Plis nou fèb, se plis blan ap pran plezi pou li rale fisèl nou fè nou jwe kont pwòp tèt nou, pase nou nan tenten, pase diyite nou nan labou eksetera eksetera tankou sa te fèt nan ane selebrasyon 200 an endepandans nou an. Kounye a, ki mounn ki ap pwofite ? Ki mounn ki wont ? Ki mounn ki pèdi? Fè pwomosyon youn lanng, manman nou ak tout kòd fanmi ou pale, se fè pwomosyon pwòp tèt ou . Li pa pe deranje ni oumenm ni plan ou, ni rèv ou. Okontrè, li ap ba you jèvrin, paske li ap ede mounn ki anba yo wè ou avèk yo 100%. Lè konsa, se diyite mounn yo nou konsolide. Paske, lè mounn yo, ki pale kreyòl asea wè tout bagay ap dewoule nan youn lanng yo pa maton ladan, yo wont tèt yo wi. Yo santi yo manke sou mounn yo . Yo pèdi nan diyite yo , paske yo pa gen nivo lanng lan ki pou pèmèt yo aji tankou youn sitwayen entegral nan mitan pwòp konpatriyòt yo. Men vrè pwoblèm lan frè mwen. Nou gen mounn nan mitan nou ki bèbè kant yo gen lapawòl. Nou fonksyonne ak youn lanng yo pa konnen byen, oubyen yo pa konnen ditou, nou retire dwa pawòl yo nan men yo epi nou pèdi kontribisyon pozitif yo ta kab pote nan rasanbleman nou yo. Mwen ta renmen ou konprann sa pou ajisman-ou sèvi ekzanp youn fason pou libere lapawòl lakay mounn sa yo. Sa se travay ou tou kòm lidè, cher camarade . Se nan nivo sa-a mwen ye zanmi mwen. Se sa mwen ta renmen ou entegre nan lespri ou. Se la mwen ta renmen ou vin kontre ak mwen, paske pawòl mwen ap pale la yo soti dirèk-dirèk nan tout aprantisay nou fè ansanm kòm timounn bout pantalon jouk nou rive pran grad mete pantalon lonng. Mounn ki ap pale ak ou jodi-a, se mounn ou te fòme-a. Li ap mande ou pran konsyans epi reflechi sou kote nou kote nou soti, kote nou ye jounen jodi-a epi jouk ki kote nou kab rive ak ekwasyon: 1+ 2 = 3 a. Nou genyen youn ti ponyen mounn tou piti ki reyisi sou tè etranje. Anfèt, ti ponyen tou piti ki reyisi a dwe toujou sonje kolektivite-a, paske reyisit nou an ap toujou manke moso si nou ap jwi li pou kont nou sèl grenn. Ak konpòtman endividyèl-la, se kòmsi depi nou bon, se tout mounn ki bon, alòske se lekontrè. Anvan mwen ale, mwen senpman vle raple ou konstitisyon 1987 la di nou gen 2 lanng ofisyèl. Pèp la te vote pou li. An n’ travay ansanm pou nou respekte vòt mounn yo. Bon mwen pa rete non. Kenbe fèm. Se Bon zanmi ou : Kaptenn ki renmen ou anpil, ki respekte ou epi ki vle louvri je ou Sou youn dimansyon kiltirèl ou pa toujou evalye menm jan ak li. M’ale. Nou va kontinye koze, paske pa gen pwoblèm san solisyon. eksepsyonèl nan kozman edikasyon kominotè. Se te

PAGE 20

Mercredi 21 Mai 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 17 Page 20 Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com | haiti-enmarche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 refusé d’entrer dans le jeu de ceux qui pensent pouvoir se cacher indéfiniment derrière un masque antinéolibéral. “ Je ne considére pas la décision de la chambre des députés comme un drame personnel et elle ne m’a pas pas surpris outre mesure , car suite à une rencontre avec la Concertation des Parlementaires Progressistes (CCP), j’étais convaincu que les députés de ce bloc n’allaient pas m’appuyer, a-t-il dit, sauf dans le cas où le président René Préval ou le premier ministre Jacques Edouard Alexis arrivait à persuader les membres de la plate-forme l’Espoir de le faire. Ericq Pierre a fait savoir qu’il est un haïtien à part entière tout comme ses parents et qu’ils n’ont jamais renoncé à leur nationalité. Je n’ai pas deux noms. Mon nom complet est Pierre Ericq Pierre. C’est ce nom qui figure sur mon acte de naissance, sur mon passeport et mes documents officiels, même si c’est Ericq Pierre qui se trouve sur ma carte d’identification nationale (carte électorale), a-t-il lancé, ajoutant qu’il n’a jamais obtenu ni sollicité la résidence dans un pays étranger. Il a indiqué que si certains parlementaires estiment qu’il n’est pas un haïtien d’origine, c’est en référence à des critères qu’ils sont les seuls à pouvoir définir. Ericq Pierre a fait savoir que s’il a accepté d’être désigné comme premier ministre, c’était pour mettre son intégrité au service de son pays car, a-t-il estimé, il y a en Haiti un besoin urgent de placer auEricq Pierre explique son rejet par l’étendue de la corruptionHAITI A LA RECHERCHE D’UN PREMIER MINISTRE(ERICQ PIERRE... suite de la page 3) timon des affaires des hommes et des femmes intègres qui puissent travailler à l’amélioration des conditions de vie de la population. D’un autre côté, M. Pierre a déclaré avoir vécu douloureusement les événements d’Avril Beaucoup estiment que c’est une tradition en Haiti: ce sont les pots de vins et les promesses de projets et de gratification qui font bouger la grande majorité des sénateurs et députés. dernier, les manifestations contre la cherté de la vie, les violences, le pillages et l’absence caractérisée des pouvoirs publics. Je m’étais dit, du point de vue de la gouvernance générale, que la priorité absolue de mon gouvernement serait de restaurer la confiance, d’aider mes compatriotes à regagner confiance en eux-mêmes, a encore affirmé Ericq Pierre, ajoutant qu’il voulait faire mentir ceux-là qui racontent à tort et à travers que rien de bien, rien de grand et de bon ne peut sortir d’Haïti. Ceci explique que le nombre d’auteurs en signature augment d’années en année, en dépit du fait que le comité de Livre en folie aurait souhaité réduire cette année le nombre d’auteurs en signature. Ce nombre, cette année est encore plus élevé que celui del’année dernière. Il faut souligner aussi qu’il n’y a pas de critères de participation. “ Je n e voudrais pas avoir des photocopies “ a souligné Max Chauvet du Nouvelliste, l’un des sponsors de la foire, aux côtés de la UNIBANK. Parmi les autres sponsors de la foire, il faut aussi citer: Voilà, La Brasserie la Couronne et le Rhum Barbancourt Mais, il y a de l’espoir, d’un changement de ce côté. “L’année prochaine, a confié Max Chauvet, pour la quinzième édition, on va innover, on aura un spécialiste du livre, dans la présentation, dans la correction et tout. On va avoir un accord avec lui pour faire un séminaire avant Livres en folie. De façon à permettre aux éditeurs, aux auteurs, aux correcteurs, à tous ceux qui sont dans la chaîne de production du livre, d’améliorer leur travail.” Toujours dans le domaine de l’innovation, il serait souhaitable que d’autres institutions, au cours de la semaine Livres en folie viennent avec d’autres activités autour du livre afin qu’on ait vraiment la semaine du livre avec différentes activités, avec des interventions de différents écrivains, créer un espace de rencontre entre les écrivains et un tas d’autres choses qu’on pourrait faire. Il nous faut noter aussi que au cours de Livre en Folie, les participants profitent d’un avantage exceptionnel. Ils bénéficient d’une reduction allant parfois jusqu’à 50 % du prix du livre, ce qui représente une occasion exceptionnelle de se monter une bibliothèque ou d’élargir la sienne. Les organisateurs espèrent cette année vendre entre 18.000 et 20.000 livres. Un chiffre exceptionnel car vendre 20.000 livres en un jour une structure, nelogistique hors du commun. Pourtant Livre en Folie a réussi ce pari au cours des années précédents et espère cette année encore faire mouche.Livre en Folie 2008(... suite de la page 2)ACTUALITE POLITIQUEEricq Pierre (www.jjaugustin.com)