Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
















Haiti en IVarche edition du 30 Avril au 6 MVai 2008 Vol. XXII No. 14


Un nouveau Premier ministre

dans une Haiti en pleine crise
ERICQ PIERRE A ETE LE REPRESENTANT D'HAITI
AUPRES DE LA BANQUE INTERAMERICAINE
DE DEVELOPPEMENT


REUTERS
Dimanche 27 avril 2008
PORT-AU-PRINCE Le president
Rend Preval a nomm6 Ericq Pierre au poste
de Premier ministre, en remplacement de
Jacques Edouard Alexis, renvers6 par le
Parlement pour sa responsabilit6 dans les
"6meutes de la faim" qui ont secou6 Haiti ces
dernieres semaines.
Ericq Pierre est un ancien conseiller
de la Banque Inter-Americaine de
Developpement, a precis6 le president du
Senat, Kelly Bastien.


Sa designation par le chef de
l'Etat doit encore etre ratifiee par le
Parlement.
Alexis avait kt6 renvers6 le 12
avril par un vote des senateurs qui lui
reprochaient de ne pas avoir assure la
security alimentaire du pays, l'un des
plus pauvres au monde.
Les lus l'ont galement
accuse d'avoir diminu6 par sa politique
le niveau de vie, djh itris bas, des
Haitiens.


(ERICQ PIERRE / p. 3) Ericq Pierre (photo HEM)


CRISE ALIMENTAIRE


Etat haitien, reveillez-vous !


PORT-AU-PRINCE, 27 Avril -
Alors que le president Bush decide
d'avancer le paiement d'une contribution
offerte au contribuable americain (environ
600 dollars par tete) pour l'aider a faire
face a la crise provoquee par les prix
6lev6s de la gazoline a la pompe et au
supermarche, l'Etat haitien, quant a lui,
se soucie peu de payer ses dettes. Et qui
pis est, aux plus petits de ses employes.
Dans le meme temps, que de
bevues n'a-t-on entendu. Tantot que << les
caisses sont pleines >, tantot que les
ministires qui sont les plus destines a la
creation d'emplois n'ont meme pas
d6pens6 le quart de leur budget.
Rien qu' y penser, ily a de quoi
en effet descendre dans les rues non pour
d6valiser ou bruler des entreprises priv6es
qui tirent autant que vous le diable par la
queue, mais pour r6gler son compte a cet
Etat lui-meme.


L'ennui est que 1'Etat n'existe pas
et que c'est encore nous les contribuables
qui paieraient les pots cass6s.
Mais peut-il rien exister de plus
scandaleux. A peine termin6es les fameuses
6meutes de la faim qui ont agit6 la capitale
et d'autre villes du pays, laissant 6 morts
(dont un casque bleu) et des centaines de
bless6s, que des crises sectorielles se
mettent a 6clater un peu partout.
Meme motif partout: des arri6r6s
de salaires.
Memes protagonistes : les plus
petits employs de l'Etat.

Tfches des plus
d6shonorantes ...
A l'heure oh tout pays digne de ce
nom fournit a ses petits vieux et petites
vieilles une p6cule r6guliere pour soulager
leurs vieux jours, 1'Etat haitien leur reserve
(L'ETAT / p. 4)


La France s'investit

un peu plus en Haiti p.2

wIg- i m W .


Le Secrdtaire d EtatAlain Joyandet visitant un march
de la capitale (photo Thony Belizaire)


L'OEA venue assurer du soutien
de la communaut6 internationale


. p


m
I-
d


RATIONNEMENT DU RIZ

Ha'iti et les Etats-Unis logs a la meme enseigne
PORT-AU-PRINCE, 26 Avril Les Etats- Deux des plus grands distributeurs
Jnis et Haiti logs a la meme enseigne Incroyable nationaux, Costco et Sam's Club, une filiale de Wal
nais vrai. Bush et Preval prenant les memes Mart, ont commence mercredi (23 avril) a rationner
6cisions au plan 6conomique. la vente au consommateur. Pas plus de 4 sacs de
Le president americain a d6cide d'avancer 20 livres (9 kilos) par acheteur.


le paiement de la contribution destinee au
contribuable americain (environ 600 dollars par tete)
pour l'aider a s'acquitter de ses bordereaux en
gazoline et produits alimentaires de base.
George W. Bush a pris cette derniere
decision alors qu'une certaine panique s'empare
6galement du march americain concernant certains
produits d'alimentation. Et en premier lieu, le riz.


Un << tsunami silencieux > ...
Or c'est au meme problime qu'est
confront Mr. Pr6val. Une obligation d'augmenter
aussi rapidement que possible le pouvoir d'achat
d'une population harcel6e par la hausse effr6n6e
(HAITI-USA / p. 5)


i Livraison d'argent h domicile
en moins de deux heures Appelez sans frais:
USA/Canada:
CAM Pickup avec plus de 400 Agents Payeurs 1-800-934-0440
A 6tr c [a R4 bfinp


a I FId Iv d s IIpuique.I
* DUp6t dans nimporte quelle banque en Haiti.
* Grande variety de produits alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.camtransfer.com
Approwv par ies autoril bancaes de
New (aok. New Jeey. Coinelc.ut thode Isl d.
Mossochsels. Wi*hlgon iDC. GeoI el Flodde.


rV


-I









IEN PLUS ..


EN BREF


Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


I F-. q


- o me as


-







.Mio 0 -


m w
- -r


)mm ,- o -o o m n.


- O ,- a




a -

**-
- *


-now
b 4 so-- ,.
te. ~ --_n'q Im


Le President Ren6 Preval fait choix de Ericq Pierre, comme
Premier Ministre propose A la ratification parlementaire
C'est dimanche que la nouvelle a 6t6 rendue publique. Ren6 Pr6val a
communique aux presidents des deux chambres le nom de la personne qu'il
d6signe comme prochain premier ministre. Auparavant, il y avait des
consultations pendant toute la semaine avec des parlementaires et
repr6sentants de partis politiques pour s'entendre sur un programme
commun.

Quelques reactions A ce choix ...
Fusion des Sociaux D6mocrates:
Les responsables de Fusion pr6voient de rencontrer les parlementaires issus
de cette formation politique pour d6cider d'une position commune. << Nous
avons d6cid6 au niveau de la FUSION de faire une rencontre avec nos
parlementaires pour voir comment nous allons continuer ensemble ce
processus > a dit Micha Gaillard, qui a ajout6: "Le sentier est aplani, du
moment oh il y a eu entre nous une entente sur le programme qui va etre
adopt6"
La prochaine tape est la ratification d'Ericq Pierre par les deux chambres.
Puis s'il est ratifi6, il aura a presenter sa declaration de politique g6n6rale
devant le Parlement, entour6 des membres choisis pour faire partie de son
cabinet minist6riel,afin d'obtenir la ratification aussi de son programme.

Jesse Jackson en Haiti A la tkte d'une delgation de 22
membres
La d6l6gation conduite par le leader am6ricain des droits civiques a 6t6
rescue dimanche, jour de son arrive par Mme Janette A. Sanderson,
ambassadeur des Etats Unis en Haiti. Lundi matin, la d6l6gation 6tait rescue
au Palais National par le Pr6sident Ren6 Pr6val, puis rendait une visite aux
habitants de Cit6 Soleil. Mardi une conference de presse renseignera sur les


r6sultats de cette visite.







Copynigt td Material



Syndicated Content- -


Available fromCommercial News Providers'


I me...


--
) .


- -
o ...ms
-.... . O .-

o -
V -. .
.


m *- &

--,- ..- r ..=. .



_.. = --.
4A dO
p .. I .. O
.-~ ... . .... .
I. .I C


4


- c~~-

I


-r -

-C I.

-t 0, __


Snw "a ds d


--




0
-t



-I ,
~~--. ----
-I :. -


O -*
On,







481W 11 u
I4W


Le Parquet de Port-au-Prince recupere l'argent ramass6
par les juges de paix
I1 s'agit de l'argent r6clam6 par des Juges de paix de la capitale pour avoir
fait le constat des casses dont de nombreuses entreprises avaient k6t
victimes lors des dernieres 6meutes. Le commissaire du gouvernement
Claudy Gassant avait somm6 les Juges de paix de restituer cet argent qu'ils
n'auraient pas du r6clamer.

Reouverture du march des mangues francisques ...
Interdite du 2juillet 2007 au 3 avril 2008 (9 mois), l'exportation de la
mangue francisque peut maintenant reprendre.
Le ministere de l'Agriculture a dans un communique annonc6 la r6ouverture
officielle du march de l'exportation des mangues vers les Etats-Unis. Le 3
mars dernier, le coordonnateur de la filiere Sant6 animale et v6g6tale, Le Dr
V6t6rinaire Max Millien, assist de ses collaborateurs, avait indiqu6 lors
d'une conference de presse que la date exacte de la reprise de l'exportation
des mangues 6tait conditionn6e par un ensemble d'activit6s parmi
lesquelles:
1- La signature d'un plan de travail entre MARNDR (Ministere de
l'Agriculture), USDA et ANEM (Association des exportateurs) ;
2- Des tests pour la certification a nouveau des usines d'exportation;
3- La mise en place effective d'un programme de detection de la mouche du
fruit dans toutes les zones de production de la mangue francisque ;
4- Le d6marrage d'un programme d'animation et de sensibilisation de
masse ;
5- Assistance du USDA dans l'achat des pifges et attractifs pour la capture
des mouches;
6- L'existence d'un plan de contingence visant a prendre les dispositions
effectives pour controler in situ le commerce de la mangue francisque;
7- La mise en place d'un plan de tracabilite qui est de la responsabilit6
d'ANEM;
8- La codification des zones de production par kilomitre carr6 ;
9- La formation des inspecteurs ;
10- L'enregistrement des fournisseurs qui approvisionnent les usines en
mangues et la vulgarisation d'un manuel de procedures de collecte des
mangues l'usage des fournisseurs en vue d'arriver a la tracabilite.
A la date du trois mars 2008, il restait seulement la signature du plan de
travail par les trois partenaires et les tests de certification par USDA.

Commeration du 26 avril
Plusieurs centaines de personnes, pour la plupart des partisans de Jean-
Bertrand Aristide, ont manifesto samedi a Port-au-Prince a l'occasion de la
double commemoration des tueries commises a la date du 26 avril, d'abord
en 1963, sous la dictature de Francois Duvalier et en 1986, sous le Conseil
National de Gouvernement dirig6 par le G6n6ral Henry Namphy. Selon une
d6peche de l'Associated Press, les manifestants, qui ont d6fil6 sans incident
dans les rues de la capitale, ont 6galement r6clam6 le retour de l'ancien
(En Bref / p. 18)


Page 2


",
I?


- -


I


W -AGM


1








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Un nouveau Premier ministre

dans une Haiti en pleine crise

ERICQ PIERRE A ETE LE REPRESENTANT D'HAITI

AUPRES DE LA BANQUE INTERAMERICAINE


(ERICQ PIERRE...
suite de la lere page)


DE DEVEL(


Les "6meutes de la faim", amplifies par
l'envol6e du prix des grandes denr6es alimentaires sur
les marches mondiaux, ont fait six victimes en Haiti.

AP Lundi 28 avril
PORT-AU-PRINCE, Haiti -
Le president haitien Rend Pr6val a
d6sign6 un responsable du secteur
bancaire international comme futur
Premier ministre d'Haiti, a annonce
dimanche un parlementaire.
Le president a choisi Ericq
Pierre, un haut fonctionnaire de la
Banque interamericaine de
d6veloppement, en remplacement de
Jacques Edouard Alexis, 6vinc6 du
poste de Premier ministre, a indiqu6
Stephen Benoit.
Au moins sept personnes sont
mortes depuis d6but avril dans des P
6meutes provoquies par les prix leaves
des aliments, ce qui a pr6cipit6 la chute
d'Alexis. Les parlementaires haitiens
ont d6mis le Premier ministre pour
avoir echou6e relancer la production
alimentaire.
La nomination d'Ericq Pierre
est soumise i l'approbation du
Parlement haitien.
Stephen Benoit, d6put6 du
Parti Lespwa de Preval, a accueilli Ericq Pierre
avecjoie la nomination d'Ericq Pierre. l
"C'est tres bien que le president ait
d6sign6 un nouveau Premier ministre. Je ne vois rien
i redire i sa decision", a-t-il declare.
En 1997, lors de son premier mandat
pr6sidentiel, Rend Pr6val avait d6ji nomm6 Ericq
Pierre au poste de Premier ministre apres la d6mission
de Rosny Smarth. La chambre basse du Parlement
avait alors rejet6 cette nomination. AP


AFP Dimanche 27 avril 2008
PORT-AU-PRINCE (AFP) Le president
haitien Rend Pr6val a d6sign6 dimanche Ericq Pierre
comme Premier ministre, au terme de deux semaines
de consultations laborieuses depuis la destitution de
Jacques-Edouard Alexis, alors que le pays est
confronted une grave crise alimentaire.
"C'est Ericq Pierre qui a e6t d6signe", a
d6clar6 au telephone i 1'AFP le president du S6nat
Kelly Bastien. "Le choix a e6t fait apres une nouvelle
rencontre dimanche avec le president Pr6val", a de
son cot6 indiqu6 le president de la Chambre des
d6put6s Pierre-Eric Jean-Jacques.
Cette designation doit maintenant etre
confirm6e par un vote des deux chambres du
Parlement haitien.
Ericq Pierre est actuellement conseiller pour
Haiti aupres de la Banque interamericaine de
d6veloppement (BID).
Si sa nomination est confirm6e par le
Parlement, elle va permettre de mettre fin au vide
politique dans lequel le pays 6tait plong6 depuis le
samedi 12 avril et la destitution de l'ex-Premier
ministre Jacques-Edouard Alexis par le S6nat.
M. Alexis avait dui quitter le pouvoir apres
deux semaines d'6meutes causes par la flambe des
denr6es alimentaires de base et qui ont fait 6 morts,
environ 200 blesses et de nombreux d6gats mat6riels.
C'6tait la premiere grave crise politique et
sociale du pays depuis l'election en fevrier 2006 de
Rend Pr6val i la pr6sidence du pays le plus pauvre
du continent am6ricain.

AHP 27 avril 2008
Port-au-Prince Le president Rend Pr6val a
d6sign6 dimanche, M. Ericq Pierre, 64 ans, comme
nouveau premier ministre en remplacement de Jacques
Edouard Alexis, renvers6 par un groupe de s6nateurs
le 12 avril dernier.
Mais avant d'acc6der i ce poste, M. Pierre,
agronome de profession, doit etre ratified par les deux
chambres ainsi que son expose de politique g6n6rale.


)PPEMENT Ericq Pierre,
originaire de Latiboliere
(Grande-anse), a travaille pendant un certain temps
comme expert de la Banque interamericaine de
d6veloppement (BID) en Haiti, avant d'etre nomm6
repr6sentant d'Haiti aupres de la BID en 1991 sous le
gouvernement Aristide-Pr6val, poste qu'il a occupy
909IG- .W -AI&


accompagnant une delegation internationale a Jerdmie;
SPM design est un natifde la Grande-Anse
(photo HEM)
jusqu'a cette date.
Un premier choix de Ericq Pierre sous le
premier gouvernement de M. Preval en 1999 avait 6et
rejete par le parlement i majority OPL apres que le
premier ministre Rosny Smart, issu de cette formation,
avait 6te force i la admission.


POLITIOUE SOMMAIRE
Ericq Pierre, Premier ministre d6sign6 p.1
ANALYSE
Haiti et les Etats-Unis A la meme enseigne p.1
EDITORIAL
Etat haitien, r6veillez-vous! p.1
SOLIDARITE INTERNATIONALE
La France s'investit un peu plus p.2
L'OEA venue assurer du soutien international p.3
Jesse Jackson visite Cit6 Soleil p.20
L'Espagne annonce une aide additionnelle de 1.5
millions d'euros p.5
Maire de Montr6al satisfait de sa visite p.17
ACTUALITE
Des partisans d'Aristide r6clament son retour p.4
Little Haiti et le choix du PM d6sign6 p.9
Chronique annonc6e d'un naufrage p.14
CRISE ALIMENTAIRE
Commission Justice et Paix sur la chert6 de la vie
p.6
Le riz est cher mais vive le riz p.10
Les Etats-Unis aussi rationnent p.11
La planite a-t-elle atteint ses limites de
croissance? p.12
LIBRE PENSEE
DesEspoir(s) p.14
R6flexions autour de la nomination du Premier
ministre p.8
FAMINE ET SANTE
Gare A la tuberculose p.9
LETTRES
Manigat et C6saire p.16
CORRUPTION
Fonds JCD bloqu6s en Suisse p.17

Pour avoir fait campagne en faveur de Rend
Pr6val lors de la pr6sidentielle de 2006, son nom avait
e6t cite comme premier ministre apres la victoire de
ce dernier, mais il fut 6vinc6 par Jacques Edouard
Alexis.
Ericq Pierre a fait ses etudes classiques A
Jeremie puis A Port-au-Prince oit il entra i Damien
pour ses etudes en agronomie.
Sa designation est intervenue apres deux
semaines de discussions et consultations avec
notamment des responsables politiques, des membres
de la soci6et civile et du secteur des affaires, au cours
(ERICQ PIERRE / p. 7)


S1I .


1 .... * "








"Copyrighted Materia

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers


Page 3








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


CRISE ALIMENTAIRE


Etat haitien, reveillez-vous !


(L'ETAT... suite de la lre page)
au contraire les teaches les plus dures et les plus in-
grates, comme descendre d6boucher les 6gouts ou
autres teaches des plus d6shonorantes, pourquoi
d'ailleurs celles-ci sont bien pay6es dans d'autres pays
et r6serv6es a des travailleurs syndiqu6s, done a qui
on ne le fait pas, comme on dit.
Ce ne sont que employs de la mairie X ou Y
r6clamant plusieurs mois d'arrirt6s de salaires ...
Ou les employs syndiqu6s de 1'EDH
(compagnie nationale d'l6ectricit6) qui font la grive
aux quatre coins du pays pour exiger le respect d'une
promesse (effective en mars dernier) d'augmentation
salariale ...
Ou encore le scandale provoqu6 mardi dernier
par le petit personnel de l'H6pital g6n6ral a Port-au-
Prince (une < honte > d6nonc6e par tous, soit), mais
dont la raison est que ces employs du plus bas de
l'6chelle n'ont pas k6t pays depuis 8 mois.
La direction de l'h6pital (en dehors de toute
autre consideration soulev6e par les incidents du mardi
22 avril) trouve seulement B r6pondre que ce n'est pas
elle qui execute la paie mais le tr6sor public.

Jouer au fanfaron dans un monde
deja trop vieux ...
Toujours les plus petits non seulement les
moins pays, mais de plus dont on se soucie peu qu'ils
soient pays ou non. Et qui est le coupable ? L'Etat.
Et un Etat qui se dit d6mocratique et un pour tous.
Honte a cet Etat-la !
De plus qui ose se glorifier de r6aliser des
exc6dents budg6taires.
Done trop bete pour constater qu'iljoue au
fanfaron dans un monde d6ja trop vieux : un systime
qui commence a etre remis en jeu jusque dans ses
temples les plus sacr6s, si l'on se r6fire aux dernieres
declarations des plus hautes autorit6s 6conomiques de
la planite, dont la Banque mondiale et le Fonds
mon6taire.
L'Etat haltien n'a tout de meme pas besoin
de recevoir des ordres pour r6aliser que le moins qu'il
puisse faire en ce moment c'est essayer de mettre
autant que possible un peu de num6raire aux mains de
la population.

Comme fait le president Bush ...
Et payer ses dettes envers les plus petits de
ses employs, les categories les plus d6favoris6es, ce
n'est pas de la subvention, done contraire a ses op-
tions n6o-lib6rales si tant est que c'est cela qui le


derange (l'Etat haltien).

D&s qu'il entend le mot vention >>...
Alors que le president Bush n'h6site pas a
subventionner ouvertement l'achat de gazoline a la
pompe et les d6penses au supermarch6 du citoyen
am6ricain en lui versant ce petit < chocho > (en frangais
supplement) de 600 dollars par tete.
Et que le meme Bush a d6bloqu6 200 mil-
lions de dollars pour les populations les plus touches
par la crise alimentaire mondiale, dont 30 millions pour
le consommateur haitien. Comment l'appelle-t-on si
ce n'est une subvention. Reste a determiner, dit le
secr6taire d'Etat a l'agriculture Joanas Gu6, si cette
subvention aux importations sera versee aux
importateurs en Haiti ou directement aux exportateurs
americains de ces produits pour Haiti ?

Ou par une autre voie ...
Mais le gouvernement haitien quant a lui se
voile la face, pour ne pas dire qu'il sort son pistolet
dis qu'il entend le mot < subvention > !
Voili ce qu'on appelle etre plus royaliste que
le roi. Ou tout simplement, puisque c'est toujours le
cas en Haiti, 8tre s6rieusement en retard de phase.
Etat haitien, r6veillez-vous Et au lieu
d'accuser a tort et a travers trafiquants de drogue,
contrebandiers, manipulateurs g6n6ralement
quelconques, infiltrateurs : sans quitter ceux-lM des


yeux, mais venons-en plut6t au fait. Commencez par
reconnaitre vos torts. Et le premier ce n'est pas tant
que vous n'ayez pas les moyens de votre politique mais
c' est d'abord que vous ne savez pas utiliser les moyens
que vous avez.

Un scandale sur la voie publique ...
On ne fait pas de promesse d'augmentation
du pouvoir d'achat (comme le chef de 1'Etat dans toutes
ses interventions actuelles) en meme temps qu'on met
les plus petits salaries du secteur public dans la
n6cessit6 pour exiger leur dui de recourir a ce qu'on
appelle un scandale sur la voie publique.
A la place de l'Etat, on s'empresserait au
contraire de dresser un bilan de toutes ces petites dettes
(qui ne sont pas de la < subvention >) pour les r6gler
au plus vite. Ainsi que toutes les augmentations
salariales ou autres pour les categories les moins
pourvues, a partir du moment qu'elles sont l gitimes.
Et si ces petites dettes n'existaient pas, il
faudrait meme les inventer. Histoire de trouver raison
a augmenter ou redistribuer le pouvoir d'achat en
faveur des moins fortunes en particulier et de toute la
population en g6n6ral.
Et tout en n'6tant pas de la subvention, s'il
vous plait. Comprenne qui voudra !

Haiti en Marche,
27Avril2008


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Pro


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE
CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL Amerijet International will open u
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2, 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mondahlgh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijet l sport cargo
between this sta i1mily ..p.I transfer. For rates
andepecific qe ntact Amerijet's sales
d e p tra m en t a t 8 0 0 5 9 o rs oW n ra c
iii e- sgesg@amerijet.com.
Ae-onfal, InA full-service multi-modal
transportati ndogistics provider offering international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com.


Page 4







Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Page 5


RATIONNEMENT DU RIZ

Haiti et les Etats-Unis logs a la meme enseigne


(HAITI-USA... suite de la lere page)
des prix i la consommation. Avec de plus, bien stir,
pour le president haitien, l'impossibilit6 meme d'y
penser.
Ce que les institutions internationales, et
celles-li memes charges de r6guler les activities
6conomiques de la planite (dont la Banque mondiale),
n'ont pas h6sit6 a d6nommer crise alimentaire et pis
encore, un << tsunami silencieux. >
Oui mais silencieux tant que
cela concerne des pays qui ne
dominent pas le grand network
m6diatique international, or voici les
Etats-Unis touches i leur tour ...
Et quand M. Bush se
d6clarait apris les 6meutes de Port-au-
Prince << tris pr6occup >>, il ne savait
pas si bien dire. Pour paraphraser le
poete : < Imbecile qui crois queje ne
suis pas toi ... quandje vous parle de
toi, je vous parle de moi >>.
Les Etats-Unis et Haiti
6conomiquement i la mmee enseigne. Available
Comment est-ce possible ?
Est-ce que le control
6conomique du monde est en train
d'6chapper a la nation qui en a eu la
maitrise pendant un demi-siecle,
depuis la fin de la Seconde guerre
mondiale ?
De plus aujourd'hui la seule
superpuissance militaire de la
planite ?
Basculer dans 1'inconnu ...
Est-ce que cette crise du riz plus que le
p6trole n'ajamais pu meme frolant les 120 dollars le
baril (New York, jeudi 24 avril), est en train de faire
basculer l'6conomie de la planite totalement dans
l'inconnu ?
A la v6rit6, ce n'est sans doute la qu'un
6piph6nomine, la face 6merg6e d'une crise
6conomique am6ricaine, d'une redoutable recession
qui n'ose pas dire son nom et qui apparait a peine dans
le discours des candidats aux pr6sidentielles du 4
novembre prochain, aussi bien c6t6 d6mocrate que
r6publicain ...
Une crise 6conomique am6ricaine, mais pas
n6cessairement mondiale (et c'est le coup de theatre),
comme cela aurait 6t6 le cas pendant les cinq d6cennies
6coul6es.


Fini apparemment le temps oi si les Etats-
Unis toussaient, le monde entier avait la fievre.
La croissance am6ricaine bat de l'aile (les
crises s'accumulent : march immobilier bloqu6,
baisse de la creation d'emplois, prix inflationnistes et
chute vertigineuse du dollar) ...
Mais d'autres poles de la planite affichent
en meme temps des taux de croissance absolument
insolents. Et ce n'est ni le Japon, ni l'Europe


SCopyrighted Material

t Syndicated Content P
le from Commercial News Pro


occidentale, les partenaires de toujours. Mais les
d6nomm6s pays 6mergents : la Chine, l'Inde, le Br6sil,
pour citer les plus importants.

< Apre on tan, se on lbt > ...
Et ce ne sont pas les plus gros qui foutent
l'actuelle pagaille ... mais d'un c6t6 le Vietnam, qui a
d6cid6 d'arreter ses exportations de riz craignant d'en
manquer pour la consommation locale, et de l'autre
les Philippines qui achitent par centaines de milliers
de tonnes en provision de la carence.
En d'autres temps, il aurait suffi d'une petite
demonstration de la 7e flotte am6ricaine pour ramener
le calme (n'est-ce pas) et garantir que les vagues de ce
soi-disant << tsunami silencieux > n'atteignent les cotes
de l'empire 6toil6.


Eh ben oui, les temps ont bien change. Ce
que le proverbe haitien traduit encore mieux : < Apre
on tan, se on lbt > (apris un temps, place i un autre).
Ou encore le poete : < le g6nie n'a qu'un temps. Apris
quoi, il faut qu'il d6g6nere. >
Selon le nouveau directeur g6n6ral du Fonds
mon6taire, le frangais Dominique Strauss-Khan, la
croissance am6ricaine sera r6tablie fin 2009.
Mais les autorit6s am6ricaines n'osent plus
elles-memes ce genre de diagnostic.
.Peut-etre qu'elles n'arrivent
pas i comprendre ce qui se passe.

Dans une autre galaxie
meme totalement inhabited ...
Et qui sait si le dernier
discours de M. Bush avant de laisser
la Maison blanche en fWvrier prochain
ce ne sera pas une d6nonciation, tenez-
vous bien, du noo-liberalisme. Eh oui,
vous avez bien entendu, c'est-h-dire
du capitalisme dit financier, qui se
viders" fiche aussi bien de creation d'emplois
que des besoins essentiels de la popu-
lation, pour ne se pr6occuper que du
rendement maximum des capitaux. Et
tant pis (ou plutot tant mieux) si ces
op6rations-la doivent avoir lieu dans
une autre galaxie meme totalement
inhabit6e.
Il y a un dicton qu'on aime
a utiliser chez nous : Haiti serait un
si beau pays s'il n'y avait les
Haitiens !
Eh bien, pour cette toute petite minorite-l1,
le monde serait encore meilleur s'il n'y avait les
hommes et toute leur kyrielle de besoins soi-disant
vitaux (comme l'assurance sant6 si chore aux
Am6ricains). Mais rien que les matieres premieres et
les ressources naturelles.
On n'ose pas ajouter : et aussi les esclaves !
Mais qu'on prenne garde que le peuple
am6ricain ne finisse par r6aliser que ce systime ne
l'6leve point du tout au-dessus des autres, comme on
le lui a fait croire, mais tend au contraire a le rabaisser
au meme niveau que les autres.
Comme dans cette soi-disant crise du riz.

Marcus, 26Avril 2008


ii . .. i ii i .. .. i"= =i i i i i = i i ii ias=ii =!ii ..... !i == i i i i




"Copyrighted'Material "
..'. I ... f ... -"


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


Nom
Adresse


I oa purS


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_US $ 40.00
US $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


I .cc *tpou


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec Iivraison, le coOt est le double.
PriBre de sp6cifier si vous 6tes
un nouvel abonn6
ou s'il s'agit d'un renouvellement


Nouveau

LII


Renouvellement

D1


I









I L'ECONOMIE AU OUOTIDIEN


Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Message du Comite Executif de la Commission

Nationale Justice et Paix sur la cherte de la vie


Port-au-Prince, ce 20 fevrier 2008
Le 22 fevrier 2008, le Comite Ex6cutif de la
Commission Nationale Justice et Paix qui est compose
des d6legues des differents dioceses s'est reuni. La
question de la cherte de la vie 6tait au centre des d6bats.
Nous constatons que les prix des produits
de premiere n6cessit6 augmentent constamment, tandis
que seulement une portion des salaires augmente ; le
chomage fait ravage. Ainsi la question de la cherte de
la vie rviele des relations d'inegalitW entre les groupes
et classes sociales dans le pays.
Quelques facteurs qui influencent la cherte
de la vie.
Nous ne sommes pas des sp6cialistes en
economie, mais un nombre de facteurs sautent aux
yeux.
La monte des prix du carburant sur le march
mondial et national.
L'absence de production locale dans notre
pays, suite a la negligence syst6matique du secteur
agricole par les gouvernements successifs.
L'absence d'encadrement du secteur agricole,
qui b6n6ficie seulement de 4% du budget
d'investissement de l'Etat pour 2007-08.
La corruption et les monopoles commerciaux
encouragent la chert6 de la vie.
Les transferts de la diaspora vers Haiti
soufrent suite a la crise 6conomique.
Une grande solidarity citoyenne est
n6cessaire pour r6pondre aux difficulties aujourd'hui.
Mais il faut bien se rendre compte : la chert6 de la vie
frappe les couches pauvres du pays plus durement. II
faut 6galement distinguer les diff6rents niveaux de
responsabilit6 dans la recherche des solutions.
Sur la question des responsabilit6s
Personne ne peut exiger l'impossible, mais
chacun doit connaitre ses responsabilit6s et les pren-
dre pleinement au s6rieux.
Au parlement de voter des lois et de cr6er les
dispositions l6gales de la lutte contre la chert6 de la
vie.
De l'Ex6cutif, on attend une vraie politique
et strat6gie de lutte contre la chert6 de la vie, tenant
compte des mauvaises consequences des n6gligences
du passe et des impositions 6trangeres.
Les citoyens, agissant en consommateurs
responsables peuvent exercer une influence certaine
sur l'6conomie.
Sur la protection des secteurs les plus faibles
La Commission Justice et Paix tient a
rappeler quelques principes fondamentaux de la vie
6conomique et sociale.
Tout systime 6conomique est et reste une
creation humaine. Si le march ne r6pond pas a son
objectif, il faut que les autorit6s interviennent pour
prot6ger les couches vuln6rables. Cela se fait dans
chaque pays, meme ceux qui pronent le march libre.
Le Gouvernement doit intervenir dans la vie
6conomique. I1 est responsable pour fixer certaines
rigles. Des exemples :
Si la production locale et le secteur agricole
qui occupe 60 % de la population sont importants,


pourquoi seulement consacrer 4% du budget
d'investissement de l'Etat a l'agriculture ? Pourquoi
ne pas prevoir plus d'encadrement et de possibilities
de credit pour les paysans ?
Exercer un meilleur control sur les activities
des ONGs et les programmes d'urgence en milieu ru-
ral qui pourraient bien d6courager le travail productif
en milieu rural.
Intervenir dans la question fonciere qui men-
ace la s6curit6 des paysans sur leurs terres.
Introduire une gestion et management reels
du territoire national pour finalement freiner le
gaspillage systematique de certaines ressources.
La crise de la maladie aviaire pourrait offrir
des opportunities pour red6marrer la production
nationale, par exemple par la creation de fermes
agricoles dans chaque d6partement et la mise en valeur
du domaine de l'Etat dans certaines regions.
Aux parlement de crier les instruments
l6gaux n6cessaires pour permettre B l'Etat d'intervenir
de maniere efficace en faveur du secteur agricole.
La question du salaire minimum : en ce mo-
ment, il monte a 70 gourdes parjour ou 1.750 gourdes
pour un mois de travail de 25 jours. Une commission
d'etude aurait recommand6, selon des commentaires,
d'augmenter ce montant de 10 % : soit 7 gourdes par
jour.
Le salaire minimum n'a pas 6t6 ajust6 depuis
pris de 10 ans. Ce ne sont pas les petits salaires qui
causent l'inflation. Au contraire, il est du devoir de
l'Etat de proteger les plus vulnerables contre l'effet
de l'inflation.
La Commission Justice et Paix propose la
creation d'un indice des prix des produits de premiere
n6cessit6 et l'indexation automatique du salaire mini-
mum.
La Commission rappelle ce que l'Eglise
enseigne sur le salaire juste : << Compte tenu des
fonctions et de la productivity de chacun, de la situa-
tion de 1' entreprise et du bien commun, la remuneration
du travail doit assurer a l'homme [la personne] des
ressources qui lui permettent, a lui et a sa famille, une
vie digne sur le plan materiel, social, culturel et spiri-
tuel. >> (Gaudium et Spes # 67). L'Eglise d'Haiti a
confirm ce principe en 1990 (Charte de l'Eglise
d'Haiti pour la promotion humaine # 29-34).
Les gens avaient mis beaucoup d'espoir dans
le programme Petro-Caribe pourjuguler la cherte de
la vie. Le programme merite, en d6pit des efforts faits,


plus d'explication. Surtout, on pourrait se demander
comment 1'Etat fait la gestion des fonds cr66s par le
programme ? S'ils ne servent pas pour augmenter la
production nationale, n'est-on pas en train dejeter les
bases d'une nouvelle dette internationale dans un
nombre d'annees ?
S'il y a des sacrifices a faire, ceux qui
disposent de plus de moyens devraient contribuer
davantage. Ainsi le systime des contributions et la
taxation par l'Etat doit etre juste et equitable ; il doit
contribuer a une reelle redistribution des richesses dans
le pays.
La Commission Justice et Paix n'a pas de
pouvoir et de responsabilit6 politique. Nous sommes
des citoyens et citoyennes qui anim6s par leurs con-
victions de foi chretiennes prennent la defense des plus
faibles dans notre society.
Nous exhortons les autorites a prendre des
decisions politiques qui aident les plus vulnerables a
repondre a leurs besoins. C'est la seule raison qui
justifie l'autorit6 et le pouvoir politique dont ils
disposent.
Les urgences sont connus de tous : la cherte
de la vie et des produits de la consommation de base,
la question des soins de sante dans des conditions
acceptables pour les plus d6munis, la question de
scolarit6 et l'acces aux 6coles pour tous les enfants, la
s6curit6 sociale et l'acces a un habitat digne du nom
dans des conditions acceptables. I1 s'agit finalement
de la satisfaction des droits fondamentaux des
personnes.
Le pays ne pourra resoudre ce moment
difficile sans la solidarity de tous et de toutes. Aux
responsables politiques de partager 6quitablement les
charges, parce qu'en ce moment ils p6nalisent surtout
les plus faibles.
Le Comit6 Ex6cutif de la Commission
Nationale Justice et Paix.
Paraf / Signatures:
G6lin Saintorde et Azarias Dubreus (Nord
Ouest) ; Xavier Edwitch (Grand'Anse) ; Vilbrun Luck
et Desum6 Israck (Artibonite) ; Cen Francklin et
Odulson D6sarm6 (Centre) ; Dagrin Marie-Ange et
Lafon Guito (Sud Est) ; Louis Jovenel (Nord Est) ; P.
Nicolas Valcimond (Nord); P. Jn. Ren6 Aubin et
Boniface D6coste (Sud); Ch6rima Jn-Rivibre,
Beaubrun Chrislaine, Jocelyne Colas, et P. Jan
Hanssens (Comit6 Directeur National).


Kc n( lroaf rr A fT If L m xI-%O(


lk rrLaetur


Agrvukurr


- "Copyrighted Material -

Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"
I*Wki dU I9 p----- --*** ----- *- --


Page 6


MIAMI ME

Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Chof6
Konte Miami-Dade anonse disponibilite Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Chofe Ane Fiskal
(FY) 2006-2007 a tout 6ganizasyon ak aktivite ki elijib. Konte a ap solisite repons de yon sistem
lek6l piblik oswa prive ki pa pou pwofi, ki chita nan Konte Miami-Dade, ki ofri op6tinite aprann
kondwi. Lek6l kondwi prive ki etabli selman pou edikasyon chofe pa elijib.
L6t egzijans adisyonnel ki etabli pou don sa a enkli: 1) kirikil6m lan fet pou enkli fe pratik kondwi;
2) pwogram oto ek6l la fet pou li pran elev ki s6t nan ni lek6l prive ni lek6l piblik nan Konte Miami-
Dade; 3) fon lajan sa-a pa gendwa sevi pou kouvri depans administrativ; epi 4) enstitisyon (yo)
ki jwenn don an oblije dak6 soumet rap6 jan ki apwopriye.
Denye dat pou soumet let pou di w enterese yo se 1:00 P.M. vandredi 9 me 2007 nan Miami-
Dade County, Office of Strategic Business Management, 111 N.W. 1st Street, 22nd Floor, Miami,
Florida 33128.
Moun pou kontakte pou Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Chofe a se Daniel T. Wall, Direkte
Adjwen, Biwo Jesyon Estratejik Biznis, nan (305) 375-5143.
Konte Miami-Dade pa responsab okenn depans aplikan an fe pou reponn solisitasyon sa a, epi
li rezeve dwa pou li modifye oswa amande denye dat ki etabli pou resevwa let repons yo si li
twouve sa nesese selon sa ki plis nan entered Konte Miami-Dade. Konte a egalman rezeve dwa
pou li asepte oswa rejte nenp6t oswa tout aplikasyon, pase sou nenp6t ti teknikalite oswa
iregilarite ak bay don yo nan fason ki plis nan entered Konte Miami-Dade.
Konte Miami-Dade se yon aplwaye ki bay op6tinite egal ego epi li pa fe diskriminasyon laj, ras
oswa enfimite.







Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


ACTUALITE POLITIOUE


Un nouveau
Premier ministre
dans une Haiti en
pleine crise
(ERICQ PIERRE... suite de la page 3)
desquelles les deux autres pr6tendants au poste (Jean-
Max Bellerive et Jacquy Lumarque) ont par moments
pris le dessus.
Le choix de Ericq Pierre a 6t6 6galement
preced6 d'une balade de responsables strangers dont
le secr6taire d'6tat francais a la cooperation, le
secr6taire general de l'OEA (h la tete d'une d6l6gation
de haut niveau) et le ministre espagnol des affaires
etrangeres, pour persuader le president Preval de
l'urgence de trouver une issue a la crise politique n6e
de la destitution de M. Alexis, sanctionn6 pour n'avoir
pas trouv6 remide au cout de la vie et a la crise
alimentaire, classes cependant aujourd'hui comme des
problimes mondiaux.
Ren6 Pr6val avait surtout insist sur la
question de la stability politique apris l'installation
du nouveau gouvernement. Car rien ne sert, disait-il,
de nommer dans la pr6cpitation un nouveau
gouvernement qui ne b6neficie pas d'une majority au
Parlement et incapable d'amener la stability qui a
pr6valu pendant les pris de deux ans du gouvernement
Alexis.
La population qui a manifesto r6cemment
dans plusieurs villes du pays attend beaucoup du
gouvernement a venir pour aider a l'am6lioration de
ses conditions de vie. Mais ce gouvernement pourrait
lui aussi avouer son incapacity a faire des miracles,
puisque la hausse des prix du carburant et des produits
alimentaires ainsi que le cout de la vie en g6n6ral sont
des r6alit6s mondiales que l'octroi de quelques
centaines de tonnes de nouriture ne peut r6soudre.
Les prix des produits de premiere n6cessit6
restent inaccessibles. Si certains importateurs ont
effectivement consenti une certaine baisse sur le prix
du riz qui devrait passer de US$ 51dollars a 43 dollars
(le sac de 50 kilos), ils ont par contre augment le prix
du mais dont le sac Alberto est pass de 800 gourdes
avant les 6meutes du 8 avril a 1.000 gourdes peu apris.
(1 US$= 37,75 gourdes).
Ce qui signifie que ce qu'ils auraient donn6
d'une main, ils l'auraient repris de l'autre. (AHP)
AFP La flambe des prix des produits
alimentaires, enregistr6e dans le monde entier, est tris
fortement ressentie dans un pays comme Haiti oh 70%
de la population vit avec moins de 2 dollars parjour.
Au cours de la premiere quinzaine d'avril,
des manifestations pour protester contre le prix de
denr6es comme le riz avaient eu lieu dans plusieurs
villes haitiennes et parfois d6g6n6r6 en 6meutes,
comme a Port-i-Prince et aux Cayes.
Un casque bleu nig6rian avait 6t6 tu6 et trois
Sri-lankais bless6s par balles pendant ces 6meutes.
Pour tenter de calmer la population, le
president Ren6 Pr6val avait annonc6, le meme jour
que la destitution de son Premier ministre, une baisse
de 8 dollars, soit 15%, du prix d'un sac de 50 kilos de
riz.
En l'absence d'une majority pr6sidentielle,
M. Pr6val avait imm6diatement lance des discussions
avec des partis repr6sent6s au Parlement pour former
un nouveau gouvernement.
Alors que la moiti6 des 8,5 millions
d'Haitiens sont au ch6mage, la nouvelle 6quipe au
pouvoir va devoir rapidement affronter la crise
alimentaire qui pourrait menacer la stabilisation de ce
pays secou6 par des crises politiques a r6p6tition.
Le secr6taire d'etat francais a la Coop6ration,
Alain Joyandet, s'est dit au cours d'une visite sur l'ile
ces derniers jours "personnellement choqu6" des
conditions dans lesquelles vivaient la plupart des
habitants.
En l'absence d'un Etat fort et
d'infrastructures et avec une pauvret6 qui 6pargne peu
de Haitiens, la s6curit6 est un gros problime malgr6 la
presence d'une mission de l'ONU (Minustah) forte de
pris de 10.000 soldats et policiers.
Pour faire face a l'urgence de la crise
alimentaire, la communaut6 internationale a assure 8tre
au c6t de 'ile des Caraibes et pris des mesures
d'urgence.
Le Programme des Nations unies pour le
d6veloppement (PNUD) en Haiti a notamment indiqu6
finaliser un plan d'action sur six mois et la Banque
mondiale, la FAO et des pays comme les Etats-Unis,
la France et le Br6sil ont d6jh annonc6 une
augmentation de leur aide i Haiti.


Maintenant


Disponible a



MegaMart
Delmas 30 (ancien local K-Dis)


D6p6ts Retraits


Achat et Vente
de Devises


HORAIRE (Jours f6ri6s compris)


Du Lundi au Jeudi:
Vendredi et Samedi:
Dimanche:


10:00 am 6 5:00 pm
10:00 am 6 6:00 pm
10:00 am a 2:00 pm


Les "Guichets 7/7", sont aussi disponibles aux
supermarches de DeliMart 6 Diquini, Clercine
et Laboule de 10:00 am 6 7:00 pm, jours f6r'6s compris.


II I UNIBANK
"FIIions e ensemble"|
"Faisons route ensemble"


NW


Page 7








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


REFLEXIONS CONCERNANT LA NOMINATION DU PREMIER MINISTRE


Par : Robert Paret

Concernant la nomination du Premier
Ministre, certains 6claircissements m6ritent d'etre
apport6s au b6n6fice des neophytes de la politique,
qui constituent l'immense majority de la population.
J'en appelle aux ex6gktes du Droit Constitutionnel,je
les convie a communiquer leur interpretation des
prescrits de la loi mire sur la procedure devant aboutir
a cette exigence constitutionnelle. Procedure qui me
parait ambigu6 et mal appr6hend6e par une grande
partie de la classe politique et meme par beaucoup de
Parlementaires.
Pour lancer le d6bat, r6f6rons-nous aux ar-
ticles qui traitent de cette procedure. Selon ma lecture
du texte constitutionnel, le processus devrait impliquer
la responsabilit6 tant de l'Ex6cutif que du L6gislatif
et couvrir trois tapes. Ce sont:
1- LE CHOIX
2-LA RATIFICATION
3-LA DECLARATION DE POLITIQUE
GENERALE

DU CHOIX
Le choix de designer le Premier Ministre est
un privilege pr6sidentiel qui peut 8tre qualifiM de phase
politique. II est d6termin6 par l'article qui suit.
Article 137: Le Prdsident de la Republique
choisit un Premier Ministre parmi les membres du
parti ayant la majority au Parlement. A dtfaut de cette
majority, le Prdsident de la Republique choisit son Pre-
mier Ministre en consultation avec le Prdsident du
Senat et celui de la Chambre des Deputes.
Dans les deux (2) cas, le choix doit etre ratified
par le Parlement.
Remarque : Le terme << consultation >> sup-
pose une analyse et un diagnostic sugg6r6s par les
Presidents des deux chambres sur la situation politique
en g6n6ral et, plus particulierement, sur la conjoncture
au Parlement, susceptibles d'orienter le Pr6sident dans
son choix. Cependant, celui-ci n'est nullement li6 par
cette consultation et demeure le seul responsable de
ses options politiques. Toutefois la r6alit6 politique
commande, le plus souvent, a celui qui d6tient le
pouvoir ex6cutif, de faire ce choix en concertation
avec les representants du l1gislatif, toutes les fois que
la majority ne lui est pas acquise dans les deux
Chambres.

DE LA RATIFICATION
La ratification est une prDrogative
Parlementaire qui peut etre qualifiee de phase
d'examen du candidat. Elle prend en compte les con-
ditions d'l6igibilite au poste de Premier Ministre qui
sont d6termin6es par l'article suivant :
Article 157: Pour &tre nommt Premier Ministre, il
faut:
1) Etre ha'tien d'origine et n 'avoirjamais renoncd a
sa nationalit ;
2) Etre dge de trente (30) ans accomplis ,
3) Jouir de ses droits civils et politiques et n 'avoir
jamais dtd condamnd a une peine affective et
infamante ;
4) Etre propridtaire en Haiti ou y exercer une profes-
sion ;
5) Rtsider dans le pays depuis cinq (5) anntes
conskcutives
6) Avoir regu dtcharge de sa gestion si on a ett
comptable des deniers publics
Remarque. A part ces conditions d' ligibilit6 imposes


par la loi, d'autres crittres peuvent intervenir, tels que :
La personnalit6 du postulant, son experience, sa
competence, son appartenance politique, etc
Apris la stance de ratification, il n'est nullement
indiqu6 la procedure a suivre. On peut penser qu'un
rapport est adress6 au Chef de 1'Etat, pour lui permettre
de nommer officiellement le Premier Ministre. Car
c' est dejh, apris cette phase, un chef de gouvernement
qui est appel6 se presenter au Parlement, accompagn6
es membres de son cabinet.
N B. I1 convient de signaler que la constitution ne
pr6voit aucune instance pour recueillir et analyser les
dossiers soumis par le candidat. Lors des deux
dernieres inscriptions enregistr6es aux noms de Herve
Denis et d'Eric Pierre, ce travail avait e6t confie a une
commission des deux Chambres qui devait soumettre
son rapport I l'Assembl6e de chacune d'elle.

DE LA DECLARATION DE
POLITIOUE GENERALE
La declaration de politique g6n6rale est une
prerogative du Premier Ministre qui peut etre qualified
de phase d'6preuve .Elle prend en compte, a travers
cette presentation, la vision politique du Pr6sident de
la R6publique, les considerations politiques des partis
repr sent6s au parlement selon leur importance et
d'une facon globale, la situation g6n6rale du pays.
Cette obligation constitutionnelle est supported par
l'article 158.
Article 158 : Le Premier Ministre en accord
avec le Prdsident de la Rtpublique choisit les membres
de son Cabinet Ministtriel et se prdsente devant le
Parlement afin d'obtenir un vote de confiance sur sa
ddclaration de politique gindrale. Le vote a lieu au
scrutin public et a la majority absolue de chacune des
deux Chambres.
Dans le cas d'un vote de non confiance par
l'une des deux Chambres, laprocidure recommence.
Remarque. A ce stade, le Premier Ministre a 6td d6j
ratifi6. C'est dire qu'il r6pond aux obligations
constitutionnelles et correspond au profil recherche.
II a, en quelque sorte, k6t approuv6 et a regu un vote
de confiance.
I1 se present, alors, avec les membres de son
cabinet (facultatif), afin de faire passer son projet
politique. C'est,justement a ce stade que se trouvent
la plus d6routante confusion et la plus grande
ambiguity.
En effet, le nouveau Premier Ministre n'a pas
encore pris fonction et de ce fait, n'a aucun bilan a
afficher. I1 ne peut etre apprecie ni sur le plan de
1'efficacit6 ni sur celui des performances. Il se pr6sente
au Parlement, seulement, dans le but de faire connaitre
sa vision de l'Etat a travers sa declaration de politique
g 6nrale et de montrer comment il compte entreprendre
la mission qui lui a k6t confine. C'est la raison pour
laquelle il sollicite un vote de confiance.
Au cas oh le vote de confiance lui est accord,
il va se preparer a remplir les obligations de sa fonction.
Dans le cas oh il ne convainc pas les membres
du Parlement, il regoit d'eux un vote de censure. Ce
qui 1' oblige a revoir sa declaration de politique g6n6rale
et a l'adapter aux voeux de l'Assembl6e. C'est ainsi
qu'il convient d'appr6hender la notion : laprocidure
recommence. Ce qui ne signifie pas pour autant que :
toute la procedure recommence.
Sur ce point, un inconvenient majeur, non
pr6vu par la Constitution, pourrait survenir. I1 s'agit
du temps de grace qui devrait etre accord au Chef du
gouvernement pour r6viser sa politique g6n6rale. Cela
fait partie des nombreuses failles constat6es dans le
texte, comme le silence sur le temps imparti au Pre-
mier Ministre d6missionnaire pour la gestion des
affaires courantes.
Dans cette circonstance bien particuliere,
pr6voit-on de former une commission d'entente entre
1'Ex6cutif et le L6gislatif afin de r6viser le projet
politique, ou doit-on confier le dossier a un comit6 de
conciliation ?


Pour dissiper toute confusion, il s'agit done
de faire la difference entre une stance de presentation
de politique g6n6rale, qui fait partie des attributions
du Premier Ministre : (Article 158), et une stance
de questionnement et d'interpellation qui relive des
attributions de chaque Chambre: (Articles : 129-
2, 129-3, 129-4).
Insistons :
1) pour la seance de presentation de politique
gen6rale, la notion Dans le cas d'un vote de non
confiance par l'une des deux (2) Chambres, la
procedure recommence signifie que cette reconduc-
tion concerne seulement la declaration de politique
g6n6rale. Cela n'affecte nullement la procedure de
nomination. D'ailleurs, il n'en saurait etre autrement,
parce que cette demarche s'inscrit dans les attributions
du Premier Ministre et non dans celles de l'une ou
l'autre branche du L6gislatif. Si on garde a l'esprit
qu'il vient d' obtenir pr6alablement sa ratification, com-
ment admettre qu'il puisse 8tre a un second stade,
desavou6 ? Et comment pourrait-on renvoyer un
fonctionnaire qui n'a pas encore 6t6 6prouv6 ?

2) pour la stance de questionnement et
d'interpellation, la demande doit- etre appuy6e par
cinq (5) membres du corps int6ress6 (Article 129-3).
La demarche concerne plus pr6cis6ment un
gouvernement effectif qui gere les affaires de l'Etat
depuis un certain temps et qui a compte a rendre au
Parlement sur la bonne marche du programme qu'il
avait soumis, lors de sa declaration de politique
g6n6rale .Dans ce cas, ce gouvernement peut etre
sanctionn6 et oblige de d6missionner. C'est le seul cas
oh le Premier Ministre, ou un membre de son
gouvernement, peut cooper d'un vote de censure

LES INSTANCES CONCERNEES PAR LA
NOMINATION
Cette procedure de nomination implique
essentiellement deux (2) institutions et quatre (4) in-
stances.
1 Le Pouvoir Ex6cutif, (branche President
de la R6publique)
Des Attributions du President de la
Republique.
Article 137. Le Prdsident de la Rtpublique
choisit un Premier Ministre parmi les Membres du
Parti ayant la majorit au Parlement. A ddfaut de cette
majority, le Prdsident de la Rtpublique choisit son Pre-
mier Ministre en consultation avec le Prdsident du
Senat et celui de la Chambre des Dtputs.
2 Le Pouvoir Legislatif (reunit en Assemblee
Nationale)
Des Attributions de l'Assembl6e Nationale.
Article 98-3, alinta 5. De ratifier la decision
de l'Exdcutif [ ]
3 La Chambre des Deput6s et le S6nat
Article 158. Le Premier Ministre [ ] se
prdsente au Parlement afin d'obtenir un vote de
confiance [ ]
Dans le cas d'un vote de non confiance par
l'une des deux (2) Chambres, la procedure recom-
mence..
Remarque Les Attributions du Parlement sont
partag6es dans ce processus, selon les tapes. I1 se
reunit en Assembl6e Nationale pour la ratification du
Premier Ministre, tandis qu'il s'6tablit en Chambre
separees pour recevoir la declaration de politique
g6n6rale.

Ces r6flexions sont le fruit d'une lecture
personnelle de la Constitution, de laquelle je ne
pretends pas d6tenir l'absolue v6rite, mais seulement
la certitude de contribuer a un d6bat qui m6rite d'etre
lanc6.

Pelerin, le 27 avril 2008
Robert Paret
paretrobert@yahoo.fr


Page 8


As of the 01s of May 2008
The longer you stay the more you save I



Stay i Week 10% off

Stay 2 Weeks 15% off

Stay 3 Weeks 20% off

Stay 1 Month 25% off

Le Plaza Hotel
10 rue Capois HPromotion applicable to our Standard, Executive and One-
Champ de Mars, PAP, Haiti bedroom Junior Suite room categories.
Tel: (509) 22-23-8697
(509) 22 24-9305106107 08110 *Rate conditions apply
(509) 25 10 4594 195 Offer may be subject to change without notice
Fax: (509) 2223 9282
www.plazahaiti.com








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


RISOUES POUR LA SANTE


Crise alimentaire : En Haiti gare a la tuberculose !
PORT-AU-PRINCE, 25 Avril Les institu- les ann6es 70, mais aujourd'hui plus de 2 millions. des ravages comme aujourd'hui le cancer ou le Sid
ons internationales s'en inquiktent deja. La p6nurie La tuberculose n'est pas seulement la maladie et cela dans toutes les classes sociales.
limentaire qui touche actuellement la planite porte de la pauvret6 mais aussi celle de la surpopulation et C'est justement en ce temps-la (les ann6i
n elle d'autres fl6aux. Les individus affaiblis par la des conditions de vie infra-humaines. 40-50) qu'a pris naissance le Sanatorium de Port-ai
amine deviennent des proies faciles pour toutes sortes Done avec la crise alimentaire annonc6e, Prince, install au haut de la ville, dans la zone
e maladies microbiennes ou virales, lit-on dans une toutes les conditions sont r6unies pour que la capitale Carrefour Feuille. Et a l'initiative du Docteur Lou
ote de presse de l'association Nouvelle Solidarit6. haitienne devienne la proie d'une explosion de cas de Roy.
En Haiti, on doit sans aucun doute s'attendre tuberculose, pour que la tuberculose coure les rues plus Heureuse coincidence, le Sanatorium viei
une explosion de cas de tuberculose. C'est la maladie quejamais auparavant. de recevoir une aide de 300.000 dollars am6ricains
a plus r6pandue en Haiti, a-t-on toujours appris. Ensuite Haiti a toujours le plus fort taux de la Fondation Sogebank.


Dormante depuis quelques d6cennies, elle rebondit a
chaque fois que le pays traverse des moments difficiles
sur le plan socio-6conomique.
La derniere fois c'6tait avec l'apparition du
SIDA avec lequel la tuberculose marche de pair.
Et la fois pr6c6dente c'6tait lors de la grande
famine des ann6es 70 qui avait frapp6 particulierement
le d6partement du Nord-Ouest, surnomm6 depuis Far
West !
On sait que la tuberculose, contrairement a
d'autres pays, n'a jamais 6t 6 radiqu6e en Haiti. La
tuberculose est dormante chez nous, toujours prete a
rebondir dis que l'occasion se pr6sente.
Et c'est le cas aujourd'hui avec la carence
alimentaire dont Haiti est l'une des principales
victimes.
C'est notre situation de pays sous-d6velopp6
et notre incapacity a en sortir qui fait justement que
nous demeurons un vivier pour la tuberculose.
Or la situation en ce sens l a empire,
particulierement dans une capitale qui ne renferme pas
un peu moins de 1 million d'habitants comme dans

La communaut6 haitienne de Miami T
est surprise par le choix de Monsieur Ericq
Pierre par le president Pr6val comme
successeur de Jacques Edouard Alexis
La communaut6 haitienne de Miami qui 6tait
impatiente de connaitre le successeur de Jacques
Edouard Alexis est surprise d'apprendre
que c'est le conseiller pour Haiti aupris de la BID,
Ericq Pierre, que le chef de l'6tat a choisi dimanche
pour remplacer Monsieur Alexis.
Pour certains, le PM d6sign6 n'est pas l'homme du
moment. Ren6 Pr6val a fait choix de lui pour perdurer
la crise.
Pour la plupart, le prochain premier ministre
doit laborer avec le chef de l'6tat un plan de travail
concret pour d'une part
r6pondre aux desiderata de la population qui ne cesse
de r6clamer la baisse des prix des produits alimentaires.
Et
d'autre part, mettre un terme au ph6nomine du
kidnapping et r6tablir la stability dans le pays. Cela
encouragerait les investisseurs strangers a venir en
Haiti.
Le prochain chef du gouvernement doit etre
un homme humble et honnete et qui soit capable
d'6couter les revendications de tous les
secteurs de la vie nationale.
Ren6 Pr6val devrait 6viter de choisir un PM issu d'un
parti ou d'un regroupement politique.
Intervenants sur diffirentes missions de
radio, les partisans de l'ancien president Jean Bertrand
Aristide ne se montrent pas en faveur du choix de Ericq
Pierre comme le prochain locataire de la primature.
Le carburant couite $4.00 dans plusieurs coins
des Etats-Unis
A l'approche des pr6sidentielles de
Novembre prochain la situation devient de plus en plus
compliqu6e aux Etats-Unis, notamment a Miami oht
le prix du carburant 93 touche la barre de $4 dans
plusieurs pompes a essence. Les consommateurs ne
savent a quel saint se vouer devant la monte


prevalence du Sida dans toute la region. Autre point
d'appui pour la tuberculose ou TB et que les Haitiens
surnommaient autrefois << maladie touse >.
Mais troisiemement, depuis quelque temps
on parle de la tuberculose r6sistante, une varikt6 de
tuberculose inguerissable, plus precisement pour
laquelle les m6dicaments existants ne produisent aucun
effet.
Nous ne savons pas si des cas de tuberculose
r6sistante peuvent apparaitre en Haiti, mais voilk des
informations qui m6riteraient d'etre prises en
consideration par les autorites m6dicales. Si ce n'est
par le corps medical haitien tout court. Et nous
souhaitons que cela ne tardera pas.
En tout cas, une chose est certaine. La
tuberculose est la maladie des Haitiens. Demandez au
service d'immigration des Etats-Unis. La presque
totality des immigrants ill6gaux haitiens pr6sentent des
traces de tuberculose, a l'etat latent, et pour laquelle
ils sont traits en en rien de temps. Car des traitements
tris efficaces existent. Cela depuis les ann6es 60.
Jusque-la la tuberculose 6tait le mal du sibcle, exergant



E COIN DE MIAM
vertigineuse des prix, notamment du carburant et des
produits de premiere n6cessit6. Ces derniers rendent
l'administration Bush responsable de la situation
actuelle du pays. Ils attendent impatiemment le 29
Novembre (date des elections pr6sidentielles) pour lui
rendre la monnaie de sa piece. A cause de la hausse
des prix du carburant, plusieurs lignes aeriennes sont
obliges d'augmenter leurs tarifs.
Lejugement de l'activiste haitien-am6ricain
Ringot Cayard est fix6 au 30 Juin prochain. La
communaut6 haitienne de Miami continue de le
supporter.
Accus6 de
racket et de corruption,
Rulx Ringo Cayard est
toujours consid6r6
comme un leader et un
homme intigre dans la
communaut6 haitienne de
Miami.
Le mercredi 23
Avril dernier, plus d'une
soixantaine de personnes
dont des leaders de la
communaut6 haitienne,
notamment le r6v6rend
pere Fritz Bazin, la
< reine soleil > Farah
Juste, Carline Paul,
s'6taient r6unies dans les
locaux du Centre Jean-
Jacques Dessalines, au
coeur de Little Haiti, pour
apporter leur support a
Mr. Ringo Cayard et le
d6clarer, selon eux,
innocent.
Celui-ci 6tait


a,

es
1-
de
is

nt
de


Celle-ci est charge d'administrer l'aide du
Fonds mondial contre le Sida et comme du Sida a la
tuberculose en Haiti il n'y a qu'un pas ...
Mais quand la famine s'y met 6galement, ily
a de quoi craindre une 6pid6mie de tuberculose de
grande envergure et comme on n'en avait peut-etre
jamais connu.
Et pour commencer a Port-au-Prince, avec
ses plus de 2 millions d'habitants dont les trois quarts
vivant dans les pires conditions d'insalubrit6. Et done
avec la famine en plus, ce sont toutes les conditions
qui sont encore plus reunies.
Peut-etre vous suffit-il d'ouvrir un petit peu
plus les yeux pour vous rendre compte que c'est d6jh
fait, que la tuberculose a d6jh commence a faire rage.
Autour de nous. Done tous menac6s.
La p6nurie alimentaire qui touche
actuellement la planite porte en elle d'autres fl6aux,
ont averti des institutions internationales.
La parole est a nos autorit6s et nos experts.

Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince

II present en la circonstance, avec l'autorisation
des autorit6s du Miami Dade Detention
Center.
Pour Farah Juste, l'accus6 est un < homme
intigre. > La communaut6 haitienne, par sa voix, a
qualifi6 de politique l'accusation port6e
contre le populaire Ringo Cayard.
Au total, 20 chefs d'accusations ont k6t
retenues contre le responsable de la Haitian American
Fondation.


EVENS HILAIRE
evenshilaire(oahotmail. com


Kw rrI* al r u



,..,nnl


_- 'Copyrighted Material

Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


- -


-
r

r
r
rr


ti
a
e
fe
d
n


la


Page 9


.








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Le riz est cher mais vive le riz !


PORT-AU-PRINCE, 23 Avril Peut-on dire
que si le riz est cher, les Haitiens feraient bien de man-
ger autre chose.
Comme en temps de guerre et qu'il y ait
rationnement de certains produits d'utilisation
courante.
Le gouvernement n'a pas omis une telle sug-
gestion. II a raison. Nous ne sommes pas en guerre, et
une telle declaration de sa part 6quivaudrait a un aveu
d'6chec.
Par contre nous avons entendu ailleurs cette
phrase : depuis quand les Haitiens sont-ils des mordus
du riz a ce point ?
Et de poursuivre : c'est depuis les annees 80
quand les Etats-Unis se sont mis a rechercher d'autres
marches pour leur surplus tandis qu'ils continuent a
subventionner leur agriculture. Car malgr6 tous les
progris accomplis, les grands pays, dont les Etats-Unis
et la France, continuent a consid6rer leur production
agricole comme un 616ment incontoumable de s6curit6
nationale, une veritable assurance tous risques. Mais
c'est 6ventuellement au detriment des pays pauvres
comme on le constate a l'heure actuelle avec la hausse
vertigineuse des prix des produits alimentaires
imports tandis que nous autres avons 6t6 incit6s a
n6gliger notre propre production nationale.
Mais est-il vrai que ce sont les Etats-Unis qui
nous ont inculqu6 le gott du riz et dans les ann6es
80?
Erreur. Le riz est sur toutes les tables en Haiti
(pas vraiment, bien str) depuis l'irrigation de la plaine
de l'Artibonite.
Le plus grand projet agricole haitien a 6t6
d'abord congu sous le gouvernement du president
Estim6 (1946-1950), puis l'irrigation proprement dite
r6alis6e sous le pr6sident-g6n6ral Paul Magloire (1950-
1957) ...
C'est sous Duvalier (accedant au pouvoir en
1957) que la mise en exploitation de la vall6e de
l'Artibonite va devenir une reality.
Duvalier (qui n'6tait pas encore tout a fait
Papa Doc) rebut l'aide des Etats-Unis. Naissance du
projet ODVA, et dans le D6partement du Nord ceux
d6nomm6s Pote-Cole et Point IV.
D6but des ann6es 60, le d6veloppement de la
vall6e de l'Artibonite fut a ce point accompli que nous
exportions du riz vers la R6publique dominicaine et
ailleurs.
L'ODVA se sp6cialisa 6galement dans la pro-
duction de lgumes frais qui sont empaquet6s sur place
et exp6di6s chaquejour aux grands restaurants de New
York.

Riz < madan gougousse > ...
Puis tout va p6ricliter au fil des ann6es Baby
Doc et sous les regimes subs6quents.
Le riz n'est done pas en Haiti une invention
des ann6es 80 et nous n'avons pas attendu le riz de
Miami > pour en faire un plat national.


Nous avions depuis longtemps notre propre
riz (depuis deux d6cennies), celui que les Haitiens
d6nomment avec fiert6 < riz madan gougousse. >
Ce qui s'est pass plus exactement c'est que
la chute de Baby Doc Duvalier en f6vrier 1986 a
coincide avec une grande offensive du march inter-


national vis-h-vis de notre
pays et oh le riz import a k6t
utilis6 comme une arme de
choc.
Ce ne fut pas facile
au d6but. On se souvient des
barricades enflamm6es
dresses par les manifestants
au niveau des localit6s de
l'Artibonite (Pont Sond6,
l'Estere) pour empecher le
passage du riz qui d6barquait
par les ports du Cap-Haitien
et des Gonaives.


Le riz < grain


Marie Antoinette ...
L'Histoire rapporte que le peuple de Paris
monta a Versailles pour r6clamer au roi du pain et que
l'6pouse de Louis XVI aurait r6pondu : Mais mangez
done des brioches !
On connait la suite : la prise de la Bastille.


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


long >...
Les paysans de
l'Artibonite se sont battus
comme ils pouvaient pour
resister Y 1' < envahisseur >.
Mais nul n'est
prophite en son pays, et dix
ans plus tard, les Haitiens
avaient d6jh oubli6 notre
< madan gougousse > national
et ne juraient plus que par le
riz grain long > du Texas ou de la Louisiane.
Celui-la meme qui vingt ans plus tard se
retrouve hors de notre port6e.
Mais saurait-on dire pour cela au peuple
oubliez le riz. N'avons-nous pas notre petit mil, notre
manioc, nos patates ?
Nous r6pondons : de quel droit ?
Le peuple peut se trouver oblige de revenir
momentan6ment a des cultures plus indigines pour
supplier B la carence de riz pour quelque cause que ce
soit (trop cher, insuffisance de la production nationale
etc, car il ne faut pas oublier que lorsque nous en
exportions vers la R6publique dominicaine et ailleurs
dans la Caraibe, Haiti comptait moins de quatre mil-
lions d'ames), mais on n'ose pas demander i un peuple
de renoncer a quelque chose qu'il a fini par consid6rer
comme un acquis, comme un signe d'6volution ...

Mangez done des brioches ...
A l'instar du t616phone cellulaire aujourd'hui
qui est dans toutes les mains, riches et pauvres, grandes
dames et petites marchandes, patrons et cireurs de
chaussures ...
Ce n'est pas une simple fantaisie, c'est un
symbole pour les petites gens.
Ne tombons dans la meme erreur que la reine


La revolution de 1789.
Cependant un film recent nous dit que Marie
Antoinette (qui finira sur l'6chafaud a la suite du roi)
n'ajamais prononc6 ces mots-la. Ce fut un coup mont6
par ses ennemis a la Cour qui la consid6raient comme
responsable de tous leurs maux a cause de son gott du
luxe et qu'elle menait son 6poux par le bout du nez.

Un symbole de r6ussite ...
Mais plus int6ressant, on fait remarquer que
le peuple de Paris au 18e siecle ne mangeait pas
tellement de pain. Mais des galettes. Le pain lors 6tait
un bien de luxe.
Et done en meme temps un symbole de
r6ussite.
Tel aujourd'hui chez nous le t6l6phone
cellulaire populaire aussi bien a la capitale que dans
toutes les villes de l'int6rieur du pays.
Tel aussi le riz.
Et de fil en aiguille pourquoi aussi nous nous
sommes d6shabitu6s de notre < madan gougousse >
pour adopter le riz de Miami ...
Le peuple a droit lui aussi a son petit
snobisme. Le meme que nous autres plus instruits
trouvons dans nos beaux livres, B l'6coute de nos sym-
(... suite page 11)


Page 10








Mercredi 30 Avril 2008 I TI NI Page 11
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14 INTERNATIONAL


Les Etats-Unis aussi rationnent le riz
WASHINGTON, 24 Avril Deux grands dis- a assure M. David Coia, porte-parole de la F6deration "C'est pourquoi ces hypermarchls veulent
counters am6ricains ont annonc6 qu'ils rationnaient am6ricaine du riz. s'assurer que chacun de leur client peut
la vente de sacs de riz i leurs consommateurs dans un "Ce qui se passe, c'est qu'en raison de la per- s'approvisionner en riz", a-t-il ajout6.
contexte d'envol&e des prix mondiaux et de forte ten- ception des problimes que connait le riz sur le march La production de riz amiricaine couvre 88%
sion sur la demande. mondial, il y a des gens qui achitent plus de riz qu'i de la consommation domestique de cet aliment aux
Sam's Club, le plus important grossiste l'ordinaire, disons qu'ils stockent pour trois mois alors Etats-Unis tandis que le reste est import sous forme
amiricain dans la distribution alimentaire -filiale du qu'ils devraient se fournir pour deux semaines", a-t-il de riz specialists, en provenance notamment du Viet-
gant Wal Mart- a annonc mercredi dans un expliqu6 I l'AFP. (voir RATIONNEMENT / 12)






INTERNATIONAL, INC







AN 4r4 r


A i Cargo G6neral
Magasin de riz au Etats-Unis Barils S

communique prendre une mesure "de precaution" en Produits p6rissables
plafonnant les ventes de riz import "en raison des
tendances actuelles de l'offre et de la demande". Effets personnels
Les clients de ces hypermarchts devront lim-
iter leurs achats a quatre sacs de 20 livres (9 kilos) par Produits explosifs
individu.
Cette restriction "temporaire" s'applique aux Toutes dimensions de mat6riels
riz aujasmin et basmati ainsi qu'au riz blanc long grain. ,
La decision de Sam's Club, qui compte pris de POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ
600 magasins dans le pays, fait suite une demarche
similaire de son concurrent Costco, qui dans certaines 1-800-927-6059
de ses enseignes, a 6galement restreint la vente de riz.
Ces magasins affirment avoir suffisamment de oU envoyez nous un e-mail: Acsa SaSrj on
riz pour leurs clients mais 6voquent des tensions sur
la demande et veulent garantir que chacun puisse
s'approvisionner. La mesure semble destine i enrayer
les achats de ceux qui, alarms par la hausse des prix,
font des reserves de riz en grande quantity.
En effet, ce sont dans ces magasins que petits t..
restaurants et commerces se fournissent. sc oo th
"I1 n'y a pas de p6nurie de riz aux Etats-unis", preent .
.THE 1OTH ANNUAL

Vive le riz !
(suite de la page 10)
phonies prdfdrres et i regarder nos dvd favoris !
Souvenons-nous plut6t du roi Henry de la
poule au pot, Henry IV qui voulait que chaque famille
en France puisse manger du poulet le dimanche ...
Or c'est la mnime philosophie qui inspire 5
sibcles plus tard un Raoul Castro, le pragmatique
Raoul, qui ayant i peine succid6 i son frbre le
charismatique Fidel, a pour premieres decisions
d'autoriser les Cubains i se procurer librement
telephones cellulaires, lap tops et liaisons Internet.
Le peuple a un besoin profond de
sortir de son moyen age ...
Nous qui avons tellement ddnonce
l'obscurantisme sous les gouvernements haftiens
d'autrefois, prenons garde i ne pas y tomber nous-
mimes faute de pouvoir trouver pour l'heure une so-
lution i la situation catastrophique que traverse le pays.
D'ailleurs c'est faire le jeu de cela mime
contre lequel nous pr6tendons lutter puisque, le monde
n'6tant plus aussi petit, 1'Haitien ira chercher ailleurs
ce que nous lui refusons ou ne pouvons lui offrir.
Sait-on que c'est justement 1 le principal
attrait exerc par nos voisins dominicains aujourd'hui
sur le petit peuple haftien et nous mettons trop
longtemps i le comprendre. Les industriels
dominicains ont vu plus loin que nous tous, que toutes
nos l1ites politiques, 6conomiques et intellectuelles
rdunies, et ce depuis plusieurs g6ndrations. Ils ont
r6alis6 bien longtemps avant nous que notre propre
peuple a lui aussi un besoin profond de sortir de son
moyen Age et de connaitre les petits bienfaits de la
civilisation : le riz, le cellulaire, le lap top, I'Internet
ou le simple papier hygidnique.
Le misdrabilisme ne peut etre un substitut au
progris. Travaillons plutot pour que, paraphrasant le "
bon roi Henry, chaque famille puisse avoir un plat de
riz sur sa table comme auparavant. Mais ..945-86 14 I-* 1 66-4LA DAY
prdfrrablement du << madan gougousse > ... l _lyoti..net VIP Sealting Available


Marcus, Port-au-Prince


I I









REMISE EN CAUSE


Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


La planete a-t-elle atteint ses limites de croissance?


On risque d'atteindre les limites de la
croissance sur laplanete au cours des 100prochaines
annees.
La Banque mondiale lance un plan pour lutter
contre la hausse des prix alimentaires ...

The Wall Street Journal
Mise en ligne 14/04/2008
Au fil des siecles, plusieurs voix puissantes ont
clam6 que l'activit6 humaine allait 6puiser les
ressources terrestres. Pourtant, ces oiseaux de malheur
se sont toujours tromp6s car, chaque fois, de nouvelles
ressources ou de nouvelles technologies voyaient le
jour, venant stimuler la croissance.
Aujourd'hui, toutefois, ces vieilles peurs
ressurgissent. Bien qu'aucune catastrophe
malthusienne ne pointe a l'horizon, les limites de
ressources anticip6es par le Club de Rome sont plus


Les Etats-Unis aussi
rationnent le riz
(RATIONNEMENT... suite de la page 11)
nam et de Thailande.
Le rationnement temporaire de ces ventes de
riz intervient alors que les prix de cet aliment sur les
marches mondiaux se sont envol6s du fait d'une
hausse des couts de l'6nergie et des engrais, des con-
ditions de s6cheresse dans certains pays producteurs
et d'un bond de la demande.
Certaines categories de riz ont vu leurs prix a
la tonne augmenter de 50% ces derniers mois.
Dans ce contexte de crise du riz, de grands pays
exportateurs comme la Thailande (ler exportateur
mondial), le Vietnam, l'Inde, l'Indon6sie mais aussi
l'Egypte ont r6cemment pris des mesures
d'encadrement strict voire de suspension des expor-
tations de riz.
D'autres pays, dont la population se nourrit
pour beaucoup de cet aliment, tentent de relancer sa
culture pour atteindre l'autosuffisance.
En Haiti au debut du mois, la hausse des prix
du riz a provoqu6 de violentes manifestations et le
gouvernement a ordonn6 une baisse des prix le 12
avril. Aux Philippines oh l'administration craignait
des tensions dans les quartiers pauvres, l'arm6e a
distribu6 du riz.
La Banque mondiale a r6cemment tir6 la
sonnette d'alarme sur cette crise alimentaire qui ris-
que d'appauvrir encore 100 millions de personnes
dans les pays en d6veloppement.
"Les prix devraient relativement s' quilibrer
fin 2009", a affirm le porte-parole de la F6d6ration
am6ricaine du riz, soulignant que davantage de ter-
rains 6taient consacr6s a cette culture et allaient
relancer l'offre. "Toutefois, les couts de l'6nergie ne
devraient guere retomber", a-t-il pr6venu.


TOLL PRIB 1-bllo-fti


PAX ls-aftlI-bII
ERLL. So"-&"


6videntes maintenant qu'au cours des 35 dernieres
ann6es, soit depuis la publication, en 1972, du fameux
livre Halte a la croissance, produit par le groupe
d' tude.


"Copyrighted Material
*Syndicated Content 0
Available from Commercial News Providers"

i t= A0


Les hausses constantes des prix du p6trole, du
bl6, du cuivre et d'autres marchandises dont certains
ont atteint des sommets record en mars t6moignent
d'un revirement permanent de la demande alors que,
parallelement, l'approvisionnement ne donne aucun
signe de croissance.
Non seulement la population mondiale
augmente selon les projections des Nations Unies,
elle devrait correspondre a huit milliards d'habitants
en 2025 contre 6,6 milliards aujourd'hui mais elle
devient aussi plus prospere. Une personne moyenne
consomme plus de nourriture, d'eau, de m6tal et
d'electricit6.
I1 s'ensuit que la demande a l'6gard des
ressources a bondi. Si les matieres consommables ne
suivent pas, les prix vont probablement augmenter, la
croissance 6conomique de tous les pays, riches ou
pauvres, en souffrira et de violents conflits risquent
d' clater.
Certaines ressources fortement en demande a
l'heure actuelle, comme l'eau douce et la terre arable,
n'ont pas de substitut. La n6cessit6 de mettre un frein
au r6chauffement de la planite restreint l'utilisation
de certaines matieres telles que le charbon, qui 6met
des gaz r effet de serre
partiellement responsables,
aux dires de la plupart des
scientifiques, des
changements climatiques.
La monte en fliche de la
consommation alimentaire
met les reserves existantes
d'eau douce et de terre ar-
able i dure 6preuve.

Niveaux de vie
dlevis
< 6poque oht les technologies
qui ont engendr6 des
niveaux de vie 61lev6s et
une esp6rance de vie de 80
ans dans les pays riches
sont maintenant i la port6e
de tout le monde ou
presque>>, declare Jeffrey
Sachs, 6conomiste et
directeur de l'Institut de la
Terre de l'Universit6 Co-
I lumbia, qui s'interesse au
d6veloppement durable et
plus particulibrement, aux
endroits peu fertiles.
<< Cela signifie qu'il
y a une tris forte activity
1161 6 conomique en ce moment


mais aussi que cette derniere peut grandement
s'intensifier. > Le monde ne peut supporter un tel
niveau de croissance, affirme- t-il, sans l'avinement
de nouvelles technologies.
Certaines con-traintes pourraient dis-paraitre
grace a une meilleure collaboration a l'6chelle
mondiale. Alors que certains pays font face a des
p6nuries, d'autres regorgent de ressources. De
nouvelles vari6t6s de graines et une meilleure irriga-
tion pourraient rendre cultivables les regions arides
qui m6ritent a peine le nom de paturages. Des perches
technologiques, comme le dessalage 6conomique ou
le transport efficace de l'l6ectricit6 a partir de regions
inhabit6es tris ensoleill6es ou venteuses, pourraient
drolement am6liorer les perspectives.

Forces economiques
Dans le pass, les forces 6conomiques
aiguillonnaient les solutions. Mais ces seules forces
ne sont peut-etre plus suffisantes pour r6soudre les
problimes par les temps qui courent.
Des soci6t6s aussi diff6rentes que les Etats-Unis
et la Chine sont confront6es a une forte resistance
politique devant la n6cessit6 d'accroitre le prix de 1' eau
pour encourager les gens, notamment les fermiers, a
l'utiliser efficacement.
Lorsque plusieurs pays se partagent une
ressource commune comme l'eau, 1'6tablissement d'un
cadre de tarification peut s'av6rer tris 6pineux. En
outre, dans de nombreux pays en d6veloppement, il
est moins probable que la hausse des prix stimule un
changement a cause des programmes de subventions
alimentaires.
D'ailleurs, cette situation inquiete certains
6conomistes qui voyaient les pr6misses de Halte a la
croissance ? d'un oeil sceptique. Il y a 30 ans, alors
qu'il 6tait encore unjeune 6conomiste, Joseph Stiglitz
langa cat6goriquement : << Rien ne prouve que nous
soyons en presence d'un problime diu a l'6puisement
de nos ressources a court ou a moyen terme. >
Aujourd'hui, le laur6at du prix Nobel est pr6occup6
par le fait que le prix du p6trole soit inf6rieur au cout
des missions de carbone et que des ressources
primordiales comme l'eau soient souvent fournies
gratuitement.
<< En l'absence de signaux du march, ce dernier
ne pourra absolument pas r6gler ces problimes, dit-il.
Comment pouvonsnous convaincre des gens de payer
une chose qu'ils ont toujours eue pour rien? C'est
vraiment difficile. Si nos modes de vie et de
consommation sont imit6s, comme certains s'efforcent
de le faire, le monde n'est probablement pas viable. >

Grands dangers
Le d6sir des gouvernements de s'approprier une
part du march plutot que de chercher des solutions
mondiales a la contrainte des ressources constitue l'un
des grands dangers. Ainsi, la Chine finance le
d6veloppement en Afrique, une mesure que certains
repr6sentants des Etats-Unis pergoivent comme un
moyen d'avoir aces au bois d'oeuvre, au p6trole et
aux autres ressources de ce continent.
L'Inde, autrefois partisane bon teint du
mouvement d6mocratique au Myanmar, sous regime
militaire, a sign des accords commerciaux avec ce
pays riche en ressources naturelles.
<< Nous devons examiner s6rieusement les
donn6es et nous demander, a la lumiere de ce que nous
consommons et de ce que nous connaissons sur les
stimulants 6conomiques et les signaux des prix, ce qui
est vraiment plausible >, souligne James Brander,
6conomiste a 1'Universit6 de la Colombie-Britannique
et expert de l'ile de Paques.

- o Le pouvoir multiplicateur de la population est
tellement plus grand que le pouvoir de la terre de
produire la subsistance de l'homme, que la mort
prdmaturde dolt sous une forme ou sous une autre
punir la race humaine. >
- Thomas Malthus, 1798

-Si la croissance actuelle en termes de population,
d'industrialisation, de pollution, de production
agricole et d 'puisement des ressources se poursuit,
on risque d'atteindre les limites de la croissance sur
la planete au cours des 100 prochaines anndes.
- Groupe d'6tude mandate par le Club de Rome, 1972


Page 12


...j







Mercredi 30 Avril 2008PETITES NNON S
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14 P ANNON
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954 380 1616

Le Manolo Inn Chaque matin, captez
LeAMano lo I nn ............. MM lodie M 1atin
DANS LES NIPPES Mlode
SDes kilometres de plage sur 103.3FM
Chambres tout confort avec air _


Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
T616phones :566-5361 / 401-7108/514-0304
E-mail: lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


VolViIC l 6n0 CZIitiML v0-flinzel
Poru-Prince I Port de Pal I Cae I CapHaltlen I Jrimle
SantoDomlnpg

Tel: 250-2555 /56 / 57 511-4610 11 / 771-8550 454-8177
Votre rendez-vous a Jacmel ?
LA JACMELIENNE
Nous sommes en plein coeur de la
ville, mais sur la plage.
Chez nous, le bruit des vagues
vous berce nuit et jour !
C'est aussi un lieu ideal pour
tables rondes, seminaires, ateliers de
travail... mais aussi pour receptions et
festivals de toutes sortes.
Nos chambres ont toutes l'air
conditioned, et leur balcon donnant sur
la mer...
Notre cuisine typique saura vous
faire connaitre et appr6cier les mets
delicieux du Sud Est...
Et le bar donnant sur la Piscine.
Pour vos reservations:
LA JACMELIENNE
RUE STE ANNE # 71 T61 ....288-3451-52
hoteljacmelienne@hotmail.com hoteljacmelienne@yahoo.fr

ATTENTION

passeport perdu

Un passeport a 0t6 6gar6 le 23 mars dernier.
Voici les informations relatives i ce passeport:
Name: LAMBODARAN ANANTHAN
PASSPORT NUMBER: G2142318

Toute personne qui pourra donner des informations relatives
i ce passeport est pride d'appeler i ce numnro suivant
3-407-8146


Page 13


BEL FOUCHET

take out and delivery

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele

Bernard Metayer
REALTOR
office: 770.874.6200
cell: 404.405.6584
fax: 770.439.7857
email: bernard@metayer-realty roup.com
web: Metayer-Realt roup.com


KELLER WILLIAMS.
R E A L T Y
C I T Y S I D E
3350 Atlanta Road Marietta, GA 30008

HACEPA
together with


AB. CC
Association of li-Natiounl Chamnbers of ComNmerce in Florida
and
its 42 bi-national chambers of commerce
invite you to the
ABICC INTERNATIONAL BUSINESS CARD EXCHANGE
on Thursday March 6t, 2008 6:30-8:30 PM
at the J.W. Marriott Hotel
1109 Brickell Avenue, Miami Fl-33131
FREE ENTRANCE
Cash Bar Complimentary Hors d'Oeuvres
REMEMBER TO BRING LOTS OF BUSINESS CARDS !!


Le Look
Rue Panamericaine #14,
Ption-Ville, Haiti
Te.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
Dior, Cartier, Bruno Magi, Vogue
Consultation chaque jour
par un m6decin-occuliste.


-11









LIBRE PENSEE


Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


o Notre dtsespoir devant la pauvret
de notre vie n 'est plus qu 'une mauvaise Bs *
habitude ; aucune stimulation ne nous vient


de lui, aucune impulsionjaillissante de la pensde ; au
contraire, c 'est unfardeau pesant qui nous courbe de
plus en plus vers en bas. >
JacquesRoumain, La montagne ensorcelde.

Jusqu'au dernier souffle de vie, il y a toujours
de l'espoir. << Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir >>
dit le proverbe. C'est ce que nous avons appris. C'est
ce que nous voyons au cinema. Dans les << bons films >,
l1 oh la bont6 triomphe, l1 oh la v6rit6 reluit. C'est ce
que nous vivons, aujour lejour, dans notre education,
dans notre culture, de negres, ou de blancs, ou de
jaunes, ou de verts ou de toute autre variety de la palette
chromatique. Dans certains cas, dans certaines
cultures, cela conduit B la soumission et dans d'autres,
a la revolte. Quand on a faim. Quand on a soif. Quand
on n'a plus quoi perdre. Quand on n'a plus de vie,
quand le tourment devient continu et que l'affliction
est extreme, on n'a plus d'oreilles pour entendre ni
d'yeux pour voir. << Ventre affam6 n'a pas d'oreilles >>
dit le proverbe. En plein XXI ime siecle, poignant,
cruel.
Les hispanophones, en parlant de l'espoir, de
la resignation, disent, d'une facon adorable, << La
esperanza es lo iltimo que se pierde>. Nous n'avons
qu'a le dire, a nos proches, a nos enfants, a nos parents,
a nos amis. Nous n'avons qu'a le faire comprendre,
aux proches, aux parents, aux amis, aux enfants, de


ces plus de vingt Haitiens qui viennent de perir en mer
dernierement, ou a tous ceux qui ont perdu la vie a la
recherche d'un << aller-mieux >, a El Paso, << en el
estrecho >> B Gibraltar, dans les Bateys, dans la mer
des Caraibes qui ne cesse d'engloutir les reves de
milliers d'Haitiens, auxquels le desespoir n'arrete de
pousser vers toutes les derives possibles, vers d'autres
rives, a la recherche d'une certaine clemence.
Comme vous pouvez apprecier,je n'aijamais
su trouver une interpretation unique a ce proverbe.
Tant6t il a l'air d'insuffler de l'optimisme, d'aider a
surmonter une 6preuve, d'eviter le desespoir, d'inviter
a continuer a d6guster les plats succulents que la vie
nous offre. D'autres fois, il me semble compltement
negatif, invitant au repli sur soi, a la resignation, a la
soumission. Ce serait, en ce sens, comme notre << Bon
Die Bon > ou notre << Pito nou Led men nou la >.
Chez nous, maintenant, c'est a nouveau le riz.
Qui grimpe. Et, puisque nous ne savons plus planter
des choux, on n'est plus a la mode. On ne fait que
suivre la mode des produits imports, qui enrichit
quelques-uns en appauvrissant tout le reste. Comme
d'habitude. Rien n'a change chez nous, le meme
<< pimpimp >> depuis plus de deux siecles. Depuis la
petite guinee. La oh le nigre haissait le nigre. Et, on a
continue a se d6tester, a se hair les uns les autres
jusqu'au point de ne plus savoir comment se mettre
d'accord. Ni pour le bien commun. Au nom de ce bien


commun, ne serait-il pas permis de
<< dechouk >> l'antipatriotisme qui nous
empeche d'avancer ? Ensemble.


Enfin, j'imagine que cette crise, << rizicule >,
nous aura montra au moins qu'il nous faudra apprendre
a valoriser le << lakay >. Maintenant que le monde
d6velopp6 ne cesse de creer ses << appellations
d'origine > qu'il protege a << grands coups de capital >,
nous n'arrivons pas a proteger notre << capital >> qui
est notre environnement. Vous vous imaginez le label
<< LATIBONIT > pour notre riz, pour notre << Sheila >,
ou notre << Madan Gougousse >. Ne me prenez pas dans
le mauvais sens, je ne fais aucune publicity, ni par
<< Action > ni par << Omission >, que ce soit
<< Latibonit > ou << les Nippes >, je ne vois que
<< Ayiti >.
Enfin, chers amis, chers lecteurs, essayons
de ne pas sombrer dans l'accablement profond. Au
lieu de croire que << notre desespoir devant la pauvret6
de notre vie n'est plus qu'une mauvaise habitude >,
qu'aucune stimulation ne nous vient de lui, aucune
impulsionjaillissante de la pens&e et qu'au contraire,
c'est un fardeau pesant qui nous courbe de plus en
plus vers en bas, essayons de voir le cote positif et de
croire, comme disait Voltaire, << souvent le desespoir
a gagn6 des batailles >. Peut-etre pourra-t-on meme
gagner la guerre. Contre la misere. Contre le desespoir.
Contre nous-memes.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2008


La chronique annonc6e d'un naufrage


Larose Vernet
26 Avril 08
"Mais a Trou-Bordet, il n'y a pas d
On sait comment tout cela se poursuivra;
la marche des 6v6nements. Depuis la colon
change; le scenario est d6sormais classiqui
vent caraibe charge de sel marin et d'odeu
mordra encore le visage des habitants.La s
dansera la meringue de la violence et de l'a
Emile Ollivier, Mere-Solitude, Paris, Serpel
Editions, 1994, p.240
La d6bacle! L' ins6curit6 alimentai
rendre quasiment impraticable la politique
des membres de la classe politique, qu
d'accaparer, hors de toute imputabilit6, des
et des organismes autonomes en vue de susi
troupes. La capacity de pilotage du
gouvernement,si tant qu"elle existe, est
largement embrouill6e, si l'on suit le che
par le calendrier politique. Les elections s
vont amener a sa configuration, par cons
question de sa confiance ne manquera pas,
de se reposer.
En principe, la formation de ce gou
aurait du se constituer a l'issue des r6s
elections senatoriales. D'ailleurs l'6lectora
prononcer ensuite lors des elections relativ
des d6putes du peuple. Ainsi les risques s
grands de voir pr6dominer encore la politic
qui hypotheque fortement une gouvernance
la recherche du bien commun.
Dans ce cadre 6tablir un consen
d'une sortie de crise durable relive de la c
ni les misalliances politiques ne vont crei


MIAMIE

LEGAL ANNOUN
REQUEST FO
JANITOR
RFP NO
MIAMI-DADE CO
The Miami-Dade Aviation Department is a
advertisement, which can be obtained by vi
www.miami-airDort.com/html/business
Advertisement, please select "Advertis
Opportunities page and then select the res
Copies of the RFP solicitation package ca
Administration Division, in person or via cou
Miami, FL 33122, or through a mail requestt
for each solicitation package is $50.00 (n
Miami-Dade Aviation Department.
This solicitation is subject to the "Cone of
Miami-Dade County Code.


politico-economique

le surprise, susceptible de lancer une campagne anti-misere, pour publics
on connait reprendre une expression de Jacques Roumain qui lui, administrat
ie, rien n'a et Emile Ollivier, le premier ethnologue et le second Le
e. Le vieux sociologue, sont c6l1bres au titre d'&crivain et non que proviso
rs putrides comme universitaires et hommes politiques formuler u
oldatesque remarquables. dans une ci
rbitraire..." Nonobstant le marxisme, les universitaires turbulence.
nt a Plumes liberaux ont outill6 les instruments de la politique sont del1git
publique, la micro-6conomie, les couts de transactions, devant les i
re vient de les externalites, la macro-6conomique, le soutien de heritage du
e du ventre la demande, la s6curite sociale, les biens publics et les moyennes,
i consiste mecanismes de l'action collective, l'objet de la de la const
ministires sociologie, les types de solidarity, le passage de la dire de l'ar
tenter leurs tradition a la modernity, le capital culturel, la science citoyennetE
prochain politique,les determinants de la participation security so(
, en effet, l'augmentation du capital social, la transition et la En l'
min balis6 consolidation d6mocratiques..1 Le pays y est rest en classes dc
enatoriales dehors. heg6moni
sequent, la Pourtant, Jacques Roumain fut le fondateur prochaines
tot ou tard, du Parti communiste haitien. I1 est prototypique des pays expor
membres de la classe politico-intellectuelle, quin'ont et imported
vernement jamais pu 6difier un systime de representation socialemen
;ultats des 16gitime, c'est-h-dire d'investir le corps-Etat haitien, comprend
at aura a se le regime despotico-anarchique,en vue de le reformer L'6nergie h
es au choix et d'avenir ainsi classes dirigeantes: d'etre done, au pnniblemei
ont-ils tris sens de Gramsci, des intellectuels de masse ou recettes (
:aillerie; ce d'Althusser d'oeuvrer i la construction des appareils marmites.
fondue sur ideologiques d'Etat(AIE). 1'Universit
L'ins6curitW alimentaire a 6galement rendu produire du
sus autour obsolete le vieux systime biseculaire d'6conomie large. L'in
himere; et, marchande, acheter des denrees au moindre cout pour et les mol
r un climat d6colerent
les exporter et Pour
distribuer les u u
p r o d u un support
d'importation nullement
en se donnant pauvret6 re
..........- en se donnant entrons dan
CEMENT REGARDING des marges lahausse d
bindficiaires denies ali
R PROPOSALS FOR assez levees denres aliu
Ilfaut
IAL SERVICES c'est la division du territory
i. MDAD-09-06 la fois sociale d'autres q
et spatiale, des renouvelab
UNTY MIAMI, FLORIDA consignataires, crisealime
des grossistes, le cadre
nnouncing the availability of the above referenced des ssss le cadre
siting our Website at: waters dcu communa
lateurs, du l'alimentai]
opportunities.html (in order to view the full commerce de march in
ements" link at the bottom of the Business dtail et du l'exportati(
spective solicitation). paysannat. Cpose nullement i
systime repose institutions
in only be obtained through the MDAD, Contracts sur l'abais- Le c
irier at 4200 NW 36th Street, Building 5A, 4th Floor, sement quasi part reprod
o P.O. Box 025504, Miami, FL 33102-5504. The cost absolu des les sous-d
coiots de re- particper
on-refundable) check or money order payable to: p r o d u t i o n particper
sociale des tra- porteurs d
socidtd, cor
Silence" in accordance with section 2-11.1(t) of the vailleurs im-
mediats dans
l'agriculture, le
secteur infor-


mel et la sous-traitance, done de leur
exclu-sion dans l'acces aux biens
: du-cation, sant6,infrastructures
:ives, management du territoire.
Sprochain gouvernement, qui ne peut etre
oire, suivant le calendrier politique, ne peut
ne politique appropriee. particulierement
onjoncture qui navigue dans des zones de
D'ailleurs, les interventions routinieres
:imees, un budget insignifiant et incoherent
)esoins de la population, des ministires, un
1 duvalierisme et de sa base, les classes
qui n'ont ni sens ni fonction dans le cadre
ruction de la citoyennet6 sociale, c'est-h-
chitecture des minima dans un regime de
S: march du travail, obligations scolaires,
ciale.
absence d'un consensus, la conversion des
ominantes et dirigeantes en classes
ques est tris peu probable dans les
annees. Haiti, en effet, ne travaille pas. Ce
te tris peu, a peine 500 millions de dollars
e pour presque 1 milliard; le travail
t comptabilis6 est faible, le secteur formel
moins de 10% de gens qui y travaillent.
lumaine est la source principale qui carbure
nt les activities socio-6conomiques. Les
classiques ne font pas bouillir les
Innover devient un imperatif. Or,
6 peine a reformer les cycles d'etudes et a
1 savoir; et la majority des cadres prend le
novation sociale ne pointe pas a l'horizon;
uvements sociaux, qui l'animent, ne
ni ne d6collent.
rtant les pneus qui brulent, c'est 6galement
pour produire de la nourriture. Ce n'est
une fatality, c'est une reality. Meme la
epresente un choix de socikt6. Or, nous
as l'conomie de la raret6 ; l'anticipation a
es prix des ressources 6nerg6tiques et des
mentaires.
(re)penser notre politique d'amenagement
e. Je demeure convaincu, comme beaucoup
ue la gestion rationnelle de nos ressources
les peut amortir le choc qui d6coule de la
ntaire : c'est l'6conomie de proximity dans
de l'efficacit6 de l'organisation
utaire : du jardinage hors-sol,de
re, des fleurs, des plantes, a la fois pour la
terne, la security alimentaire et pour
on, la security des revenus; ce qui n'exclut
les plans de la Banque mondiale et autres
dites de d6veloppement.
hoix de socete se donne a voir ainsi, d'une
uire le triangle mortifire, les dechouqueurs,
6veloppeurs et les d6veloppementeurs ou
Sl'avinement de mouvements sociaux
e capabilities pour resoudre la crise de
nme alternative populaire et d6mocratique.

Larose Vernet
(vernelaroz@yahoo.fr)


Page 14







Mercredi 30 Avril 2008 SPO TS
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14 OR ..1.
k 64 00 0:* 0%AWf IWQAWW W


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


LYON / KARIM BENZEMA
En signant un double contre Caen, Karim
Benzema a permis aux Lyonnais de faire un nouveau
pas vers leur septieme titre de champion. Et l'attaquant
international s'est rapproch6 du titre de meilleur buteur.
Karim Benzema, ce double face a Caen vous
fait du bien sur un plan personnel mais il sauve surtout
l'OL d'une situation perilleuse...
C'est vrai. Heureusement qu'on a reussi a
revenir au score. Notre entame de match avait kt6
parfaite en marquant les premiers. Derriere, on prend
deux buts coup sur coup. Qa fait mal. A la mi-temps,
Fabio (ndlr : Grosso) est expulse. Le match a
complitement bascul6.
Se battre pour arracher le nul contre Caen,
n'est-ce pas inquietant ?
Si on regarde bien les choses, nous avons fait
un bon debut de match et une super deuxieme mi-
temps. A dix, on ajou6 comme un champion qui fait
tout pour l'emporter, meme si au final, on ne recolte
qu'un point.
Que s'est t-il pass entre Fabio Grosso et
Gouffran a la pause (ndlr : Fabio Grosso a k6t expuls6


:<< Comme une victoire >>
par Philippe Malige suite a une altercation avec
l'attaquant caennais dans le couloir qui mine aux
vestiaires) ?
Je ne sais pas trop, j'etais deja rentr6. Mais
apparemment, il y a eu un change de gifles. Nous
6tions deja mends pour finalement se retrouver a dix
les 45 minutes suivantes. La situation 6tait chaude.
On n'avait pas le droit de perdre avec Bordeaux qui
6taitjuste derriere et quijouait face a dix Nigois. On
s'est d6penses au maximum pour revenir au score.
Est-ce un point synonyme de titre ?
C'est un bon pas en tout cas car on revient de
tris loin avec cette expulsion de Grosso. Pour moi,
c'est comme une victoire. Nous avons fait une grande
deuxieme mi-temps en montrant un autre visage : celui
d'un OL qui a faim et qui en a dans les tripes.
Maintenant, un gros match nous attend a Nice.
<< L'interet de l'6quipe passe avant le mien >
C'est votre deuxieme but sur coup-franc cette
saison apris celui inscrit a Saint-Etienne dans les arrets
dejeu. Juninho a de la concurrence...


P. # 40 4Wa aqge& Ibw 46bw #p* # * #:, *,* r A IePA


Uui mais bon, c est lui le maitre. 11 n etait
plus sur le terrain. J'ai pris mes responsabilites et c'est
rentr6. Le positif, c'est que ga nous permet de rester
dans la course au titre.
Vous n'aviez plus marque en championnat
depuis le 9 mars face a Bordeaux, soit six matchs
d'affilee. Est-ce un soulagement ?
(Vexe) C'est stir mais il ne faut pas oublier
que j'ai eu des blessures dans cette periode.
Maintenant,je suis revenu etje suis a 100%. J'ai reussi
a faire trembler les filets et c'est bien. Maisje ne me
prends pas la tete avec ga. Le plus important, c'est
d'etre champion de France. Evidemment que ga me
ferait plaisir de finir meilleur buteur (ndlr : Karim
Benzema est en tete du classement avec 19 realisations)
mais l'interet de l'6quipe passe avant.
Vous avez fr1o6 le triple sur cette balle pique
Squelques mitres de la cage...
Sur des actions comme ga, ga va tellement
vite... J'ai feint6 le gardien, pique la balle et c'est all6
au dessus. Si on me redonnait quinze fois ce ballon,je
referais quinze fois la meme chose. Je suis attaquant:
mon role, c'est de prendre des risques.
A troisjournees de la fin, est-il possible que
I'OL ne soit pas sacr6 pour la septieme fois d'affilee ?
Je ne pense pas a ga. Mais nous devons faire
tris attention. Bordeaux n'a pas reussi a battre Nice
mais ils sont toujours a quatre points derriere. Apris
Nice,je pense qu'on sera fix6.


"Copyrighted Material
Syndicated Content ..
Available from Commercial News Providers"


8772 rNE 2 ,rmne /.verniu.e
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemert pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY ec...etc...
- Connectiont tiphonnique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am
a
7h30 pm

Parfums
SCdllulars& Beeper
SoCulierS Ct Sandales
* Poduits pour la cuisine
SCadcauxa
* Tabrwx
* Mocnygraini


* (MY's (xnpas, Racine. fEvangique.
ZaukV ekanaisr. Amnrikain)
" Vieo's o (Hadu iens. Amri&a, Docuno aires. D ts
* Ptridits de b tautI


Page 15


Captez tous lesjours
Melodie matin
avec Marcus
sur


1d i o di e
1s 0 3. 3 fm-


www.melodiefmhaiti.com


- -- - I - - I -- I - - I -




















































Port d'Espagne (21 avril 2008)
L'Association des Etats de la Caraibe (AEC) apprend
avec consternation la mort du grand pote Aim6
C6saire, survenue le 17 avril 2008 dans son ile natale,
la Martinique.
En cette p6nible occasion, I'AEC veut done
rendre un hommage m6rit6 a cette grande figure de la
litt6rature et de la politique de la Caraibe mais aussi
chantre de la N6gritude.
C6saire a k6t maire de la ville de Fort-de-
France (Martinique) pendant 56 ans. En outre, il a k6t
Olu d6put6 de ce d6partement en 1946 et l'est rest
pendant 48 ans. A l'Assembl6e nationale frangaise,
en cette meme annie, Aim6 C6saire a k6t rapporteur
de la loi attribuant le statut de d6partements frangais a
la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique et la
Reunion, un statut similaire a celui des D6partements
frangais m6tropolitains. Par ailleurs, en 1958, Aim6
C6saire a fond6 le Parti Progressiste Martiniquais
(PPM) apris sa d6mission du Parti Communiste
frangais. En 2001, il s'est retire officiellement de la


Page 16


par Leslie F. Manigat
Cesaire, Aim6 de son pr
le 26juin 1913, 6tait mon aind d
ans quand il publia son fameux <


Le candidat Leslie Manigat aux
au pays natal >, rest son << magnus
malgr6 son long parcours-itinerair
de surrealiste, de communiste pui
comme homme de parti, puis d
< populaire progressiste > jet
Martinique natale son regard
negritude culturelle, mais aussi s
citoyen du monde. Price Mars a
Parla l'Oncle > en 1928, CUsaire
ans, ce Price Mars que Sengho
<< grand-p re de la negritude >, les
en 6tant Senghor lui-meme, le Sen
le Martiniquais et enfin Damas lI
enne.
J'ai beaucoup suivi mais final
vraiment physiquement C6sair


Manigat et C6s
pourtant les occasions de contacts n'ont guere manque
mais de conversations en tete a tete, cela ne se comptait
6nom bien port, n6 pas sur les doigts d'une main, en petits groupes priv6s
e 17 ans. II avait 18 de circonstance, c'6tait different. Et surtout, pendant
SCarnet d'un retour treize ann6es cons6cutives, de 1972 a 1985,j'ai eu a
faire une << mission d'enseignement > de deux
semaines sur << la Caraibe insulaire, son histoire, son
present et ses perspectives d'avenir > au Centre
Universitaire Antilles Guyane devenu l'Universit6
Antilles Guyane (UAG). On parlait meme de mill6sime
Manigat a chacune de mes arrives au Campus, et on
me demandait comment 6tait ou allait etre le cru cette
ann6e. Et chaque s6rie annuelle se terminait par la
grande conference pour le grand public au grand
amphitheatre de l'Universit6 et j'en profitais pour
rester ensuite passer la No6l avec mes amis antillais.
C'est dire que les occasions de rencontrer C6saire n'ont
pas manqu6. Une d'entre elle ne m'est pas passe a
l'esprit, au Morne Rouge, quand j'ai entendu de la
bouche de C6saire la boutade humoristique en r6ponse
un ami lui demandant combien de temps il allait
elections de 2006 passer au pays cette fois avant de retourner a Paris, X
s opus > id6ologique semaines ou mois, "si les martiniquais ne trouvent pas
re d'anticolonialiste, le temps de me faire partir plus t6t ". I1 avait besoin
s d'anticommuniste d'un certain 6tat d'esprit et d'un certain climat
le non communiste intellectuel et aussi de solitude pour penser, crire et
ant au-deli de sa agir en milieu parisien, a certaines p6riodes plus
de fondateur de la particulieres de son existence accoucheuse pourtant
on regard ouvert de d'histoire 1 oh il se trouvait etre. Car C6saire, c'6tait
public son << Ainsi la Martinique.
e avait alors quinze Et puis,je dirais meme surtout,j'ai nou6 des rap-
r allait baptiser de ports suivis avec la famille C6saire a commencer par
s trois peres putatifs Ina et Jean-Paul, deux de ses fils les plus connus, et
igalais, puis Cesaire avec les proches familiers politiques du grand pokte
e Guyanais de Cay- et homme d'Etat de Fort-de-France dont certains, y
compris quelques figures parlementaires de l'ile,
ement peu rencontr6 m'avaient adopt comme des leurs, etj'6tais un fiddle
e dans ma vie. Et du festival culturel C6saire de Fort de France. Inutile


politique; ce qui ne l'a pas empech6 de continuer a
influencer les affaires publiques aussi bien en
Martinique qu'en France m6tropolitaine.
Aim6 C6saire a k6t aussi un essayiste et pokte
de grande valeur, aux multiples talents. I1 a notamment
public le long poeme Cahier d'un retour au pays
natal (1939), qui a largement contribu6 a la
vulgarisation de la N6gritude, mouvement litt6raire
fond6 par lui-meme, les 6crivains Leopold S6dar
Senghor et Leon Gontran Damas. Il est aussi l'auteur
de Discours sur le colonialisme (1950), Toussaint-
Louverture : la R6volution frangaise et le problime
colonial (1960) et des oeuvres th6atrales telles que la
c6lebre Trag6die du Roi Christophe (1963) et Une
saison au Congo (1966).
L'AEC profite de l'occasion pour presenter
ses plus sinceres et profondes condol6ances a la famille
C6saire, aux amis et aux compagnons du disparu un
peu partout a travers le monde, ainsi qu'a tous ceux
ayant reconnu dans les idWes d6fendues par ce barde
16gendaire.


Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Saire
de dire que j'avais des amis et relations dans les mi-
lieux d'influences marquees par la formule de
<< symbiose Martinique-C saire >, meme chez les
<< anti >s a l'heure oh certains de cette tendance ont


Aimd Cesaire
essays de d6boulonner la statue de C6saire de son
piedestal de pontife culturel de la negritude
martiniquaise, avec leurs critiques au nom de la
> brandie contre le vieillard chagrin d'une
ingratitude equivoque, heureusement passagere, mais
qui a eu le temps de le laisser meurtri. < Nigre,je suis,
ngre je resterai >, c'est lie chez C6saire a cette re-
cherche d'identit6 dont tout le monde a parl apris
lui, mais il faut entendre la suite qui continue ailleurs,
<< plus on est nigre, plus on sera universel >. C'est le
meme sens qu'a la negritude selon Price Mars,
definition cite par Damas en termes directs et simples
et inoubliables < exploiter les valeurs nigres, c'est
travailler au rapprochement des races dans l'esprit
meme du message de Price Mars a qui la negritude,
j'allais dire la negristique se doit d'etre ce qu'elle est,
un moment de la conscience universelle >.
On salt que Price Mars a eu a exprimer cette
identity nigre a encre ind6l6bile dans le style qui lui
6tait propre en un cri que j'aime rappeler : << Je sais
bien que la jeune g6n6ration d'intellectuels d'Haiti,
imbue des doctrines a la mode, conteste la r6alit6 du
problime noir en tant que problime scientifique et le
ramine au conflit de l'humain et de l'inhumain ... Un
jour viendra peut-etre oh tous les hommes, par leur
activity cr6atrice, briseront tous les f6tiches que sont
la race, les privileges, l'argent et se trouveront
fraternellement unis dans le travail producteur, dompt6
et humanize ... Mais en attendant que s'accomplisse
le miracle de ce merveilleux destin humain, permettez
que je m'accroche au roc des r6alit6s sociales
quotidiennes, qui m'aminent a d6celer les
antagonismes partout oh sur la terre habitable l'homme
est un loup pour l'homme, partout oh les pr6jug6s, les
haines, les convoitises jettent les hommes les uns
contre les autres dans une melee furieuse de meurtres,
de rapines et d'abominations. Et dans cette conjoncture
universelle, ceux d'entre les humains qui ont 6t6
regards par le soleil pendant les transformations de
la planite et qui ont conserve l'empreinte ind616bile
de la morsure astrale sont toujours, ga et 1, l'objet de
discriminations d'autres fils du cosmos. Hier, comme
aujourd'hui, ils en portent l'incontestable
t6moignage >. C'est le moment psychologique a
d6passer, mais quand la r6alit6 elle-meme viendra-t-
elle le confirmer ? du C6saire << Nigreje suis, nigre
je resterai >. Meme cri d'identit6, meme cri
d'universalisme d'ile en ile.
Dans la meme veine de mes activities pro-
C6sairiennes,je peux citer mes relations 6troites avec
un Roland Survelor, gourou id6ologique de
l'environnement des populaires-progressistes, ou un
Jean-Claude William devenu le Recteur de l'Universit6
Antilles Guyane et rest proche du PPM malgr6
quelques dissonances ponctuelles mais non h6r6tiques
par rapport B l'orthodoxie C6sairienne, car pour tous,
C6saire 6tait le grand penseur de la Martinique, le grand
homme d'Etat de 'ile et le fondateur << populaire
progressiste > de la n6gritude universalisante. Plus
encore, j'avais tiss6 une relation amicale avec le mi-
lieu des hommes politiques dirigeants responsables du
PPM qui, tels un Claude Lise, un Camille Darsieres et
le maire permanent de 1' re post-c6sairienne a la mairie
de Fort-de-France, le vieux Pierre Aliker, m'avaient
pris en haute estime amicale et r6ciproquement. C'est
dire que je me mouvais en Martinique en milieu
C6sairien et pendant le long temps d'un quart de siecle
d'exil, je me consolais de pouvoir etre << un Manigat
C6sairien > dans cette ile a la fois francophone et
cr6olophone comme chez nous.
Mais revenons plutot a notre C6saire lui-
meme. Le moment ohj'ai vu et v6cu le C6saire intime
de plus pris fut toutefois quand l'Universit6 de la
Caraibe anglophone << UWI ou University of the West
Indies > lui d6cerna son doctorat << honoris causa > au
campus de Sainte Augustine, a Trinidad. J'y 6tais
(voir CESAIRE / 16)


COMMUNIQUE DE PRESSE
L'AEC salue la M6moire du Poete Aime C6saire


MIAMFDADE


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained through
the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of
charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all
branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on
a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other
information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling
charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United
States Postal Service.

These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance
No. 98-106.








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Lettre ouverte de la Commission Nationale Justice et Paix

concernant les fonds de Jean Claude Duvalier bloques en Suisse


Commission Episcopale Nationale Justice et Paix
Secretariat national

Port-au-Prince, 21 avril 2008
Monsieur Rend G. Preval
President de la Republique d'Haiti
Excellence,
Nos partenaires et amis en Suisse nous ont alert
au sujet des fonds de l'ancien president J.C1. Duvalier
bloqu6s en Suisse. La decision de bloquer les fonds
pour un temps limit, jusqu'au mois d'aouit 2008, a
k6t prise par leur Gouvernement suite aux diverses
actions de plaidoyer pour obtenir Justice en faveur du
peuple d'Haiti.
Par cette lettre la Commission Nationale Jus-
tice et Paix d'Haiti reconnait que la cause estjuste et
elle t6moigne son accord avec les d6marches de ses
partenaires en Suisse. En consequence, elle demande
aux Gouvernement haltien d'entreprendre les actions
n6cessaires afin que ces fonds soient restitu6s au peuple
haitien.
En effet, pour nous, il s'agit d'une question de
Justice. Tous ceux et celles qui ont v6cu l'ann6e 1987
se souviennent des conditions du depart de l'ex-


president dictateur Jn Cl. Duvalier et des fonds
emport6s par lui. Tous ceux et celles qui ont v6cu les
dernieres annies de la dictature se souviendront des
faits comme le contrat honteux conclu entre les deux
gouvernements haitien et dominicain pour fournir
annuellement, contre paiement, 10.000 braceros a la
R6publique voisine. Est-ce que les fonds verses ont
jamais k6t comptabilis6s dans les recettes de l'Etat
haitien pour servir au moins pour r6pondre aux besoins
du peuple ?
Pour la Commission, il s'agit d'une question
de reparation et de restitution. Justice doit etre
r6paratrice pour etre vraie et porteuse d'avenir de
reconciliation et de paix durables. Ce n'est pas cor-
rect que notre pays doit qu6mander des moyens pour
r6aliser ses projets et subvenir aux besoins de ses
citoyens et citoyennes, tandis que les propres
ressources du pays sont vol6s et dilapid6s, et trop peu
d' efforts sont d6ploy6s pour les r6cup6rer. Le montant
des fonds en question, 9 millions de dollars, pourrait
paraitre petit face aux problimes que le pays doit
resoudre; mais sa valeur symbolique et morale est
d'autant plus grande, parce qu'il s'agit de restitution
et de d6but de reparation.


Pour la Commission, il s'agit d'une question
de lutte contre l'impunit6 et contre la corruption. Avec
beaucoup d'int6ret, Monsieur le Pr6sident, nous
entendons vos appels pour lutter contre la corruption
et nous voulons bien y apporter notre contribution.
Nous croyons que la r6cup6ration des fonds des
Duvalier serait une expression concrete de cette lutte
contre la corruption et l'impunit6 qui la soutient dans
le pays.
La Commission Nationale Justice et Paix
compte sur Vous et sur la competence des instances
6tatiques de composer des dossiers solides, bien
arguments qui puissent faire la v6rit6, afin que le pays
puisse r6cup6rer ce qui lui appartient et faire un pas
de plus sur le chemin de la v6rit6, de lajustice et ainsi
vers la reconciliation dont il a tant besoin.
Pour la Commission Nationale Justice et Paix

Pere Jan Hanssens, directeur

BP 1572
Port-au-Prince Haiti 6110
Tel 2943 0079



Maire de Montreal satisfait de sa visite en Haiti


MONTREAL, le 24 avril /CNW Telbec/ M.
Gerald Tremblay se dit tris satisfait de sa visite a Port-
au-Prince oit il a 6t6 accueilli, du 20 au 22 avril, suite
a une invitation de son homologue le maire Muscadin
Jean-Yves Jason, et du Pr6sident d'Haiti, M. Ren6
Pr6val. Ce voyage aura permis, entre autres, au maire
de Montr6al de faire le point sur les travaux effectu6s
a ce jour dans le cadre du Protocole de cooperation
sign au mois de d6cembre 2007 avec la ville de Port-
au-Prince, en plus d'identifier les actions prioritaires
a r6aliser au cours des prochains mois.
"Les multiples changes que j'ai eus avec
mon homologue, avec l'ambassadeur du Canada a
Port-au-Prince et ses autorit6s, confirment qu'il faut
agir en matiere d'adressage, de cadastrage,
d' laboration d'un plan d'urbanisme et de formation
a la fiscalit6 municipale et a la g6omatique, afin que
la ville de Port-au-Prince puisse etre en mesure de
percevoir ses revenus. Ceux-ci permettront, entre
autres, aux autorit6s locales d'investir dans
l'am6lioration des services offerts a la population",
d'affirmer M. Tremblay.
"A cela s'ajoute d'autres transferts
d'expertise au cours de la prochaine annie, notamment
dans le domaine de la gestion du capital humain pour
laquelle Montr6al a d6ja pos6 un diagnostic. Avec
l'aide et les efforts d6ja d6ploy6s par les organisations
non gouvernementales montr6alaises et locales, nous
poursuivrons la revitalisation du quartier Cit6 l'Etemel,
qui compte un peu plus de 45 000 habitants", de
pr6ciser le maire Tremblay.
Le maire de Montr6al et M. Jason ont
6galement eu un entretien avec le Pr6sident d'Haiti.
Ils en ont profit pour rappeler l'importance du role
des villes dans la resolution de probl6matiques



Manigat


et Cesaire
(CESAIRE ... suite de la page 16)
comme Directeur de l'Institute of International Rela-
tions situ6 sur ce campus de UWI etj'eus le plaisir et
l'honneur de recevoir C6saire a cette occasion.
En effet, une de ces << coincidence-
concomitance >s dont j'aime parler, a fait que je
donnais ce week-end, chez moi, la grande fete annuelle
de l'Institut, loge sur le campus. Cnsaire y vint sur
mon invitation et passai la nuit avec nous, mon spouse
ainsi que nos hotes. Brillant et disert, il charma son
auditoire et ce fut la plus belle fete que nous ayons
organis6e, Mirlande et moi, dans l'histoire de 1'Institut
pendant mon s6jour de cinq ans a la direction de cette
unit de UWI sur le campus de Trinidad. L'anecdote
fut que le public << british > du milieu trinidadien nota
la difference de gestuelle, a la t6l6vision de Port-of-
Spain, avec un C6saire d6tendu, qui s'exprimait de
tout son corps f6brile sur l'6cran, jubilant de son dire
communicatif souriant jusqu'a l'exuberance, en
contraste avec la discretion de froideur flegmatique
de l'h6ritage britannique ambiant pourtant exprimant
une admiration r6elle pour son hote de marque en cette
fete de l'esprit. Voila une << tranchinette > d'un mo-
ment de r6elv6cu d'Aim6 C6saire pan-antillais << dans
ses pompes et dans ses oeuvres > acad6miques.


Leslie F. Manigat


urbaines. Ils ont 6galement pr6sent6 les priorit6s
d'actions pour l'ann6e 2008. Le Pr6sident Pr6val a
assure les deux maires de tout son soutien et de son
r M a 1 x I\in


Les Maires de Montreal et Port-au-Prince
Gdrald Tremblay et Yves Jason (www.jjaugustin.com)
entire collaboration dans la demarche entreprise par
leurs villes. Messieurs Tremblay et Jason ont
6galement rencontr6 certains ONG haitiens et
montr6alais. Cette rencontre a permis de mieux
comprendre les roles des uns et des autres dans le cadre


La d6put6e radicale de gauche Christiane
Taubira, qui avait refuse d'entrer dans le
gouvernement Fillon l'an dernier, a accept une
mission consacr6e aux relations commerciales entre
l'Europe et 77 pays d'Afrique, des Caralbes et du
Pacifique (ACP), annonce l'Elysde mardi (22 avril).
La d6put6e guyanaise devra "r6fl6chir aux
moyens de faire des accords de partenariats
economiques (APE) (...) un atout et un instrument
r6nov6 du partenariat" entre l'UE et les pays ACP,
precise l'Elysde dans un communique.
Les APE, largement d6cri6s comme
in6quitables en Afrique et par les ONG europdennes,
devaient organiser, h partir du lerjanvier, les changes
commerciaux entre 1'Union europ6enne et ces pays.


de leurs interventions a Port-au-Prince. Ces
organisations ont 6galement offert leur appui a cette
cooperation entre villes. Au sortir de cette rencontre,
il a k6t convenu de crier un comit6 de suivi afin,
notamment, de coordonner le plus efficacement
possible les actions mendes sur le territoire.
Le maire de Montr6al a 6galement profit de
son s6jour pour rencontrer les policiers et policieres
du SPVM en mission a Port-au-Prince. Ensemble, ils
ont kchang6 sur leur experience et sur l'importance de
maintenir la paix en Haiti.
Une autre rencontre importante avec les
bailleurs de fonds, tels que la Banque interam6ricaine
de d6veloppement, 1'ACDI et la Banque mondiale,
figurait aussi a l'agenda du maire. Les discussions
furent positives et il a k6t convenu entre toutes les
parties pr6sentes de favoriser l'6change d'information
pour une meilleure coordination de tous. Les bailleurs
ont accueilli tris favorablement la demarche entreprise
par les deux villes et se disent prets a 6tudier les
demandes d'aide qui leur seront achemindes.
Soulignons aussi que le maire de Montr6al a
k6t honor, par son homologue, du titre de "Citoyen
d'honneur" lors d'une c6r6monie organis6e a l'hotel
de ville de Port-au-Prince lundi. Le soir meme, il
recevait 6galement "l'Ordre des bienfaiteurs de Port-
au-Prince", un honneur qui l'a beaucoup touch.
Finalement, M. G6rald Tremblay a conclu sa
(voir MAIRE / 18)


Mais les n6gociations ont k6t bloquees, le
contenu des accords ayant k6t jug6 trop liberal et
dangereux pour les economies des pays en
d6veloppement.
"I1 faut arriver a faire reprendre les
n6gociations, en int6grant la question du
d6veloppement, en plus des questions commerciales",
a expliqu6 Mme Taubira B l'Associated Press.
"Je ne suis pas du tout dans une logique
d'ouverture", a par ailleurs affirm la d6putie. "Je
travaille pour que la pr6sidence francaise de l'Union
europ6enne r6ussisse sur cette question".
Elle devra rendre ses propositions a Nicolas
Sarkozy pour le 15 juin, soit deux semaines avant le
debut de la pr6sidence francaise de l'Union. AP


American Airlines a-t-elle honte d'Haiti ?


Chers tous,
American Airlines, le principal trasnporteur
a6rien desservant Haiti sur les USA avec au moins
trois vols quotidiens en temps normal et beaucoup plus
en temps de vacances est en situation de quasi mono-
pole sur ce march en Haiti comme tout le monde le
sait.
Eh bien figurez vous que Haiti ne fait pas partie
de la liste des pays de residence a s6lectioner sur leur
site internet www.aa.com. Non seulement que le ser-
vice offert par ce transporteur est loin d' tre le meilleur
en comparaison a ce qu'ils offrent sur les autres cir-
cuits de la region, maintenant c'est le nom d'Haiti qui
ne figure plus tout bonnement. Ils ont fait un
remaniement du site, chose int6ressante a voir c'est
que la Guadeloupe est consid6r6e comme pays aux


cot6s de la France, c'est a ne rien comprendre.
Je crois que ceci est un trop de plus. Apris le
service execrable ponctu6 de retards de plus en plus
long, injustfi6s et non expliques, il y a eu l'episode de
la femme qui est morte en plein vol a cause du manque
d'6quipements ad6quats a bord de l'appareil et
maintenant on nous met dehors de leur site comme
pays de residence. C'est a se demander si ce n'est pas
un fait voulu et calcul ou mieux, une erreure
involontairement voulue...
Je vous demande de bien vouloir faire passer
ce message au plus grand nombre et forcer cette
multinationale a d6cider a nous accorder un peu plus
de respect.

AL Thermil
HaTtien et voyageur


Page 17









Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Allez de DREGES a GRACIE, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solutions de la
semaine passe:

BA C ES

BICHES
FICHES
FICHUS
FICHUE


Solutions de la semaine passe:

T B L A T)M G V R RG J C S
I NM NHSOO LXFR HUH
KG 0 0 L EV N K OAES HA
S \L T H A K AR IHR J LE

ZUR(IRBAE H A' DC JUKCCO TO
KCA HAABE L S H kAUTE
W P SSLEPD R A L E E H EB U
I E L 7 IJ D I R B/ I C 0 ^_ L,
ZU I,BI JK ^ U TO: S
C A U H UY E B L H P T _A U T E
Q _P 0 L R R I E E U D H A I
J LSRDE I A H, RH A AA SW
N I N E []E PBD E G H L X L
E C(P E A kR S\FlEAUR A F A T
CT R ,MB L E lP U s _I


HORIZONTAL
1. Disciple de Platon -
2. Peints sans ordre -
3. Krypton 3.1416 -
4. Personnage joue par Moliere -
5. Dechiffre 6. Joueur de basket de
Miami Instrument de musique a cordes -
7. Vague 8. Garnies.


VERTICAL
1. Pays independent, mais non reconnu
par la communaute internationale -
2. Rythme musical haitien Possedent 3. Irridium Note Note -
4. Note Fabricant d'enceintes acoustiques de haut de gamme -
5. Chanteur frangais 6. Diminution de la quantity des urines -
7. Pronom T6tu 8. Commune italienne Ville legendaire de
Bretagne engloutie par I'Ocean.


I T- ', ni ri i'iM iTfT Iu1 nI


7h00-9h00 M61odie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

l0h-Midi Le disque de I'Auditeur
animation James Prddvil

12:00-12h30 LeMidi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5hpm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5h00 Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Mar. & Ven. : Turgot Theodat tient I'antenne
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites

9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens




e Aet ffit 4 es 'a4aee /


I B Brv ..






















S"Copyrig hted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Maire de Montreal satisfait

de sa visite en Haiti
(suite de la page 17)


visite par un discours prononc6 devant les
membres de la Chambre de commerce et
d'industrie haitiano canadienne. Le maire
de Montr6al a rappel6 l'importance de la
participation des entreprises priv6es dans
l'effort de cooperation entre la ville de
Montr6al et celle de Port-au-Prince. A
cette occasion, la Chambre de commerce
et d'industrie haitiano canadienne, ainsi


que la Chambre de commerce d'Haiti, ont
sign un protocole de collaboration.

Renseignements: Isabelle Poulin, relations
avec les m6dias, (514) 872-4641; Source:
Ren6e Sauriol, Cabinet du maire et du
comit6 ex6cutif de la Ville de Montr6al,
(514) 872-4894


Page 18


AI Sadat
Annan
Arafat
Bank
Begin
Belo
Borlaug
Brandt
Carter
Cassin
Corgan
De Klerk
Ebadi
Elbaradei
Esquivel
Gorbachev
Gore
Hammarskjold
Hume
Jouhaux
Jung
King
Kissinger
Lutuli
Maathai
Mac Bride
Mandela
Marshall
Menchu Turn
Myrdal
Noel Baker
Pauling


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

N S

OTN

E W

I I I I I I Ie
Solutions de la semaine passee
ADEXTRE

/


','ivmmi'1


-- n LJ I1,i i I i: I Ir rJ I i II i I I Lri, i 1


DI R E GI E S


G RA C I E


in


LLL








Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou


Anba bouch-a Grann Mari
*

Kafe ak Akasan (A.K.100)
AK JACQUES JACQUELIN GARCON*

Pitit pitit-a Grann Mari pa ta kapab rete bouch
firman devan kayte djo bolode yo rele kafe nan peyi
isit. Pa di-m frekan non paske gan de kote ou pase ou
ka desann yon bon tas kafe. Noumenm Ayisyen nan
peyisit nou konnen ki kafe pou nou achte pou ban nou
gou lakay nou abiye ake-y-la.
Si se pou afir kafe-a menm, se nan man-m (men-
an-m) sa rete. Se bon pou zbt, tilman yo tilititi chapo
pwenti (tulututu chapeau pointu). Fb yo bwe kafe ake
sik blan. Men m'pale wou nig-an-m pa gan pi bon
pase youn gode kafe fit ake dlo kann osnon rapadou,
koule nan grig twil syanm. Dayer menm, plis kafe
nou te bwe lakay lr m'te piti se lan lakou-a menm li
te pile. Anvan pile te ganyen triye, griye ak rapadou.
Labitid lakay se apre yo fin wete poud kafe-a pou yo
vide youn dlo bouyi nan fon pilon-an. Sa bay youn ti
kafe fb ki satiyNt andedan nen-an-w anvan ou bw6-y.
Akasan (A.K.100) menmmenm-nan, se pa
youn koze mounn ka pale konsa konsa. Sa ki Ayisien
natif natal konnen fb nou koumanse pale denpi nan
mayi, zepi osnon angren. Boukannen, griye, pile, pase
nan machin, keseswajan-y kwit, i bon. Se ake-y yo f6
mayi moulen. Kote wou kite-y ake aransb? Zaboka
tou wi Gan anpe mounn ki rele-y fbkseli, kek zbt di
mayi moulu, lbt non-an-y tou lrr-y kwit se tchentchen.
N'apwayjwenn akasan tou se youn manje ki sbt
an Afwik. Albs se la yo te seye-y toutjanjouk yo rive
jwenn preparasyon nou konnen-an. Anpil koze pale
anwo A.K. 100 nan youn liv pwofesir Maks Manniga
(Max Manigat) sbt mete deyb: Mots crdoles du
Nord'Haiti. Origines- Histoire Souvenirs, pay 27.
Pa senpleman rete anwo pawbl-an-m, ay gade ake de
naw6-an-nou. Tineg Ayiti gan anpil ladres tou nan
ranje koze ake bon kou konmedi. Sa f6 yo pa pedi tan
ekri akasan, yo annik mete: A.K.100. M'jiskr6 yo t'ap
seye vin ake youn mbd AK1000; men sa pa te mache
fb.
Ifo nou serye nan sa n'ap di: gan labouyi farin
mayi ou kwit youn jan likid men se pa vre A.K.100-
an..
Fb m'di tou nan makit isit, ou jwenn youn farin
mayi fen, fen kek mounn kwit ake lit, sik, kannil,
isans, anpi yo di yo fi akasan. Adje wi dan Pou fi
bonjan kalte akasan, fi wou mete mayi angren chich-
la chode, lrr-y kreve kon pwa, ou pile-y osnon
machinen-y nan moulen. Atb wou mete-y tranpe nan
dlo. Piske f6-y dbmi, i kbm vin younjan sirit, akbz i
travay (firmante) ; men i pa gate pou sa. Denmen
granmtimaten w'ay koule-y, pwije-y nan youn twel
en jouk i pase san ma. Konsa ou mete-y byen kwit
ake moso jenjanm, kannil, lanniyetwale. Nan zbn
Lwis-la yo mete youn ti fry zepis ki rele malaget. Sa
bay bon sant ake gou tou. Akonpayman A.K.100 sa-a
se bon kalte siwo kann. Konsa i vin gan youn gou
espesyal. LUr yo kwit-li younjan pi firm, kbm pi solib,
yo detaye-y gwo bit ake kiyer, yo toujou simaye siwo
anwo-y. Sa menm i rele kole. Okap sil machann ki te
espesyalis esponsab ti kbmers sa-a, sete 2 sir. Ale pou
dizerdmaten mounn mit konmanse pare bouch-a-yo,
veso-a- yo, kiyar-a-yo, anpi mezi lajan-yo, gwbser-a
bbl-a- yo.
Akasan se manje zansit-an-nou kite pou nou.
Jounenjodi, tout timounn mande kbnfliks, yo pa vle
AK100 ankb. Si yo te gan konprann yo ta w6 kbnfliks
se mayi menmjan ak akasan ; men ti gou-a-y wbwbt
devan loder ake bon gou kalte AK-100 lakay Ayiti
Tonma ganyen.

Jacques Jacquelin Garqon ap ekri youn liv :
<< Anba bouch-a Grann Mari >.



KONPLIMAN POU :
HAITIAN NEIGHBORHOOD
CENTER
<>
Nou bat youn gwo bravo pou kouzin Jepsie
Metellus direkt6 ekzekitif Haitian Neighhood Center
yo rele <>. Mesye-dam Sant-la te bganize
youn resepsyon pou renmesye komisan ak pisonalite
k'ap ede Sant-la epi kolekte youn ti monnen pou
penmit yo kontinye ofri sevis y'ap ofri depi kek tan.
s' oun sant referans. Kilkeswa pwoblim
ou gen ou depoze-1 nan men mesye-dam yo, y'ap ede-
w, y'ap gide-w.
Sware-a ki te fit nan Deauville Resort nan
Miami Beach te wololoy. Youn sware klasik. byen
bganize. Byen senp. Teni kravat ak vis pou mesye yo.
Medam yo: talon kikit, wbb lonng, kbsaj fann
devan...ayayay!
Apre youn ti diskou remisiman tou senp men byen
atikile JepsieMetellus salwe asistans lan epi mache f6
foto ak envite yo, tab apre tab. Sou kadans group
Ansanm Belfort ki t'apjwe youn bon ti mizik djaz. An
apre, yo te rekonit 3 mounn nan kominote dapr6
Komite direksyon k'ap ft youn travay
eksepsyonel nan kozman edikasyon kominote. Se te


Jan, Jak, Jeri.
Jan-an se mwenmenm Jan Mapou. Jak la se Jacques
Despinosse, depite nan Vil Nord Miami Jerry se
Gtrard Jean-Juste, youn aktivis. Youn defans6 dwa
mounn.
Jerry te voye youn lbt militan nan domenn imigrasyon
resevwa twofe-a pou li, Jak te kare zepbl li, gonfle
tomak li pou di misi. Kanta pou jan ki se menmenm
mwen te remisye mesye-dam yo e mwen te di tout
ekip solid Sant-la ki fD youn diferans nan sevi
kominote-a misi. Mwen te santi mwen ozanj 16 mwen
sonje mwen te younn nan manmjiri ki te batize Sant
sa-a e ki te vote pou non-an. Nou te chwazi SANT-
LAN (paske vwayUl nen ki gen konsbn -a
deye li rale atik . Men yo te pi renmen Sant-la
olye <>. Se pa grav! Nou swete pou mesye-
dam Sant-la kenbe dyanm. Travay-la anpil. Li pa fasil.
Se nou chak ki pou pote ti kontribisyon pa nou nan
konbit-tit ansanm-lan. Nan non Sosyete Koukouy ak
tout lot atis yo mwen di misi anpil.



LET POU YOUN ZANMI
Apwopo lanng manman nou an

Bonjou kanmarad,
Nan pale nou y6 maten ou te di mwen : travay
kominoth w-ap f6 a se pa pou ou ff pwomosyon kreybl,
men se kbmsi ou bliye se kreybl ou ye. Ou di mwen
tou ou pa gen okenn pwoblim ak lanng kreybl la, mwen
dakb ak ou. Sa ki part dwbl, seke mwen oblije toujou
ap plenyen, paske mwen pa kab jwenn tiks yo pou
mwen tradui. Poukisa, teks yo pa kab vin jwenn
mwen ?
An reyalite, lI ou aji youn fason pou ou bay kreybl
la espas, se pwomosyon kilti ou w'ap f6. Anfit, kit
nou vle kit nou pa vle, pitit nou pa pejanm Kanadyen
100%. Lapriv, chak fwa blan yo kontre ak yo, premye
kesyon ki soti nan bouch blan yo se : Nan ki peyi ou
soti ? LU konsa, pa mwen yo reponn, mwen se
Kanadyen, Blan an reponn eskize-m! Kidonk, nou
genyen enter pou nou fe pwomosyon kilti nou, epi
pase li bay pitit nou. Prensipal fason pou nou andose
kilti nou epi pase lijenerasyon anjenerasyon, se lanng
nou pale a pou noujouke pi wo.
Peyi kolonizat6 yo konnen fbs zouti kiltirel sa a,
se sa ki f6 chak fwa yo anvayi youn t6, yo fbse mounn
yo aprann lanng yo epi yo foure relijon pa yo nan kbsay
mounn yo. LU konsa, se kilti pip natif-natal la yo kraze
pou yo rann li zonbi, epi lave tit pitit peyi natif la.
Blan yo tilman fe sa byen, gade tout tan nou pase ap
pale sou youn dosye ki poutan senp. Wi senp Ou
voye tiks yo ban mwen, mwen tradui yo epi mwen
voye yo tounen ba ou. Epi nou korije ere ki dwe korije.
Vwala, se nan pale anpil, f6 bUl fraz nou tonbe. Tout
sa, se paske nou kanpe sou de teren diferan. Dimwens,
aksyon ki pou mwen espontane epi natirMl, tounen
youn pwa senkant pou ou.
Blan yo mare nou wi. Yo kreye konfizyon lanng
ak konfizyon relijyon nan mitan nou. Sa lakbz nou
divize an de (2)kategori: Afriken, sila yo ki pa gen
chans aprann li nan lanng blan-an epi sila yo blan yo
lave sevil yo ak lanng li an. Batay lanng, se batay
ideyolojik. Epitou,se nan konba ideyolojik-la menm
nou ye. Manman nou Ayiti pa tajanm panse apre nou
fin bwe lWt nan tete li, grandi menmjan, pase nan menm
lekbl, nou ta kab tounen de ( 2 ) pitit diferan
ideyolojikman. Epitou, nan diferans ideyolojik la, se
mounn nou kw6 nou ap defann yo ki ap sibi, paske se
yomenm ki santi yo se mounn an deyb parapb ak
mounn lavil. Oubyen ankb yo sbt epi lIt yo gen lespri.
Se tout deba sa yo, batay lenguistik yo pote anndan yo
epi tout Ayisyen ta dwe depase, kite deye, men nou
poko ka rive la. Laprev nou ap pale sou sajodi-a ankb
apre plis pase 200 lane endepandans.
F6 pwomosyon lanng kreybl la, se youn kesyon
prensip. Se bay pip la asiz pou li gen konfyans nan
pwbp tit li. Epi pou li pa wont pwbp tit li. L6 youn
mounn kanpe devan li ap pale franse, li pa pejennen.
Li pa pe wont, paske li ap konnen limenm tou li pale
youn lanng lot lan pa kab pale oubyen lot mounn lan
poko aprann pale. Se sa tou ki pral pemit li viv epi
aksepte pwbp tit li kbm mounn, kbm sitwayen entegral
sou tout te kote 1' ap viv. Se konsa, ou dwe w6 koze
lanng lan anndan dokiman tout dokiman ou ap pibliye
pou Ayisyen yo. Se konsa toutjounal anndan Ayiti ta
dwe w6 sa : Nouvelliste, Le Matin, Le Moniteur
elatriye. Se konsa tou biznis Ayisyen nan domain vann
liv ta dwe w6 sa.
Nan pale nou, ou toujou di mwen, ou bezwen asire
byennit pip-la. Younn nan fason pou ou asire byennit
li, se sevi ak lanng li pale-a. Ou dwe sevi ak lanng li
pale-a chak fwa li posib oubyen ank6 chak fwa sa
neses&. Se l sa-a pip la pral santi, li egal ak lid6 yo.
Nou konn li, nou konn ekri. Se zouti ki esansyel nan
kalite sosyete nou ap viv la, pip-la poko konn li, li
poko konn ekri, men kiltirelman nou se menm ak li.
Eritay kiltirMl nou pote anndan nou an, se limenm li
pote anndan li tou. Anplisdesa, se eritay kiltirMl sa-a
menm ki f6 fbs nou toupatou kote nou pase. Nan rapb
mounn save yo ak pip la ki pale kreybl sil grenn lan,
se kbmsi nou gen youn ekwasyon :1 + 2 = 3.
1 pa 3 ni tou 2 pa 3, men se 1 ak 2 ki f6 3. Yo pa
menm, men yo egal. Pep-la, ki se reprezantan 100%
kilti Afriken an anndan peyi-a, reprezante 80%
popilasyon peyi-a, epi noumenm afranchi po nwa epi
po klW yo (mwen vle di noumenm ki pase lekbl yo,


[lekbl ki konviti nou ideyolojikman, epi leta Ayiti
poko vle chanje a], nou reprezante apepr2 20%
popilasyon an. Nan afranchi yo, mwen mete oumenm,
mwenmenm ak tout lizbt ki pase sou ban lekbl yo.
Se de kategori mounn sa yo peyi a genyen ki dwe
aprannjere kondisyon lavi yo nan youn nivo kote yo
pral mete ansanm pou yo tounen 3. Se 1 + 2 sa-a ki
dwe tounen 3, youn fason pou nou tounen youn fbs.
Se fbs sa-a Blan yo te prevwa depi tout tan, ki f6 yo
foure nan tit nou youn modil edikasyon, kote nou
devlope epi nou grandi ak tout kalite divizyon nan
sosyete nou an. Tout tan ou kanpe lwen fbs pip-la,
mwen vle di fbs kiltirM li, se tout tan w-ap kanpe
lwen relasyon ki pmiet 1 + 2 tounen 3 a.
Si Blan an rekonit ou gen youn lanngjouk pou li
toujou ap voye dokiman ban nou tradui nan lanng lan(
nivo federal), poukisa oumenm ou pa vle aksepte bay
lanng lan plas li ? Kou blan yo vin nan aktivite nou,
premye sa yo fD se aprann di kek fraz kreybl.
Noumenm Aysisyen yo, nou bat bravo lakontantman
pou yo. Poutan kou yo la pami nou, pou nou fi yo
plezi, nou bliye nou gen youn lanng ki pa nou epi se
lanng pa yo a nou tanmen pale, kant yomenm yo
konnen epi aksepte diferans lan. Albske, nan peyi
etranje kote n' ap viv li kl pou nou tout gen youn
opsyon bilenng nou vle meprize. Youn opsyon k'ap
manbre nou mete ou dyanm nan amoni ak tout kbt
fanmi nou.
Nan plizye rankont mwen patisipe, se toujou blan
yo ki part ak pwopozisyon ki entegre kilti Ayisyen-
an nan travay n'ap fI an ekip. Eske sa se nbmal ?
Kisa ki lakbz nou rive nan pwen sa a ? Mwen ap reponn
pou ou: Se paske kolonizasyon an desounnen nou.
Po nou nwa, men anndan nou se youn lot mounn ki ap
aji. Mounn kolonizat6 yo devlope anndan nou an.
Ayisyen ki te sou tab kote mwen te ye yo pajanm
sonje yo gen youn kilti ki kab f6 ladiferans. Se kbmsi
nou ta di : << Fez6 nat fi nat epi li dbmi ate. > Reflechi
vye kanmarad mwen. Reflechi. Tufus mon mentor.
Tu le demeures encore, men chak fwa mwen santi ou
vle kite ray la, se responsablite mwen pou mwen rale
ou mete ou sou ray. Anfet zanmi mwen, fridam mwen,
tout dwit nan men nou pa menm long, men 16 nou
pliye yo ansanm, yo f6 youn youn gwo boul won ki
tounen pwen nou, nou kab frape sou youn tab pou nou
di non. La-a ankb, nou kab tounen ak ekwasyon-an 1
+ 2= 3.
Plis ou ap apwoche ou toupre Lewbp, kbm
afranchi ak lanng blan an te fi nou aprann lan, se plis
ou ap kite pip ou a, ki pale kreybl sil grenn lan deye.
Se plis tou blan ap kontan, paske nou ap mache nan
jwit divize pou reye li gaye nan mitan nou depi
lendepandans lan. Jwit ki fenk kare ap afebli nou. Plis
nou fib, se plis blan ap pran plezi pou li rale fisnl nou
fi nou jwe kont pwbp tit nou, pase nou nan tenten,
pase diyite nou nan labou eksetera eksetera tankou sa
te frt nan ane selebrasyon 200 an endepandans nou
an. Kounye a, ki mounn ki ap pwofite ? Ki mounn ki
wont ? Ki mounn ki pedi?
FR pwomosyon youn lanng, manman nou ak tout
kbd fanmi ou pale, se f6 pwomosyon pwbp tit ou. Li
pa pe deranje ni oumenm ni plan ou, ni riv ou. Okontr6,
i ap ba youjivrin, paske li ap ede mounn ki anba yo
w6 ou avik yo 100%. LU konsa, se diyite mounn yo
nou konsolide. Paske, l1 mounn yo, ki pale kreybl ase-
a w6 tout bagay ap dewoule nan youn lanng yo pa
maton ladan, yo wont tnt yo wi. Yo santi yo manke
sou mounn yo Yo pedi nan diyite yo paske yo pa
gen nivo lanng lan ki pou pmiet yo aji tankou youn
sitwayen entegral nan mitan pwbp konpatriybt yo.
Men vr6 pwoblim lan fr6 mwen. Nou gen mounn nan
mitan nou ki beb6 kant yo gen lapawbl. Nou
fonksyonne ak youn lanng yo pa konnen byen, oubyen
yo pa konnen ditou, nou retire dwa pawbl yo nan men
yo epi nou pidi kontribisyon pozitif yo ta kab pote
nan rasanbleman nou yo.
Mwen ta renmen ou konprann sa pou ajisman-ou
sevi ekzanp youn fason pou libere lapawbl lakay
mounn sa yo. Sa se travay ou tou kbm lid6, cher
camarade. Se nan nivo sa-a mwen ye zanmi mwen.
Se sa mwen ta renmen ou entegre nan lespri ou. Se la
mwen ta renmen ou vin kontre ak mwen, paske pawbl
mwen ap pale la yo soti dirik-dirik nan tout aprantisay
nou f6 ansanm kbm timounn bout pantalonjouk nou
rive pran grad mete pantalon lonng. Mounn ki ap pale
ak oujodi-a, se mounn ou te fbme-a. Li ap mande ou
pran konsyans epi reflechi sou kote nou kote nou soti,
kote nou ye jounen jodi-a epi jouk ki kote nou kab
rive ak ekwasyon: 1+ 2 = 3 a.
Nou genyen youn ti ponyen mounn tou piti ki
reyisi sou tt etranje. Anfit, ti ponyen tou piti ki reyisi
a dwe toujou sonje kolektivite-a, paske reyisit nou an
ap toujou manke moso si nou ap jwi li pou kont nou
sil grenn. Ak konpbtman endividyll-la, se kbmsi depi
nou bon, se tout mounn ki bon, albske se lekontr6.
Anvan mwen ale, mwen senpman vle raple ou
konstitisyon 1987 la di nou gen 2 lanng ofisyel. Pip la
te vote pou li. An n' travay ansanm pou nou respekte
vbt mounn yo.
Bon mwen pa rete non.

Kenbe frm.
Se Bon zanmi ou : Kaptenn
ki renmen ou anpil, ki respekte ou epi ki vle louvrije
ou Sou youn dimansyon kiltirMl ou pa toujou evalye
menm jan akli. M'ale.
Nou va kontinye koze, paske pa gen pwoblim san
solisyon.


Page 19







Mercredi 30 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 14


Sunday ay 18, 200CC8
HAITIAN FLAG DAY CELEBRATION
Schc l Marching Eand Parade
Ire-tCualificaticn friendly ame
MEN'S NATIONAL TEAM "A" Wirld Cup Scuth Alrica 2C1C MEN'S NATIONAL TEAM "A"


TO 4c~


ill Super Stars:Johny Placide-Jn-ELecinele


Central rWiatrd Park
citY Ui Lauderliill Sunrise blvd 4411
(icc %CC DIPA


JAtAICA
All Super Stars:Ricardo"BiBi"- Tyrone Marshal


Grandstand=$45.00 In advance***$50.00 at the door ***Children=$15.00
d IRRTWARD Ticket cn Sale everywhere!..


Info: 786- 285-2093 *** 786-380-7576*** 954-655-3249***954-895-4832


Jesse Jackson arrive dimanche
pour une visite de trois jours en Ha'iti


IWyi


"I


11 11 I


ya1


I Le leader des droits civiques lundi a Cite-Soleil accompagne
de la militante ha'tienne Lucie Tondreau (photo Eugene Robenson)

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559 | Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com I haiti-en-marche@hughes.net
URL www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
incontest6 sur le march
des transferts en Haiti,
renforce son service





PICKUP



*Le plus grand reseau PICKUP
avec plus d 400 Agents Payurs en Hatti
SM6mes tarifs en provinces qu' Port-au-Prince
Le meilleur r4seau a temps reel
*Transfert disponible a seconde
Livraison domicilee
CAM, pionniere et seule compagnie garantissant
la livraison en moins de deuxheures.
CAM D6pot Rapide
Votre argent peut etre depose dans nimporte
quelle banque en Haiti.
Produits Alimentaires
Grande variety de produits
Meilleure quality sur le marched i
LI Une fois de plus, pionnire A d Jf
introduire ce service.


W Appelez sans fali:s
USA/Canada: 1-800-934-0440 ou dH au
www.camtransfer.CO
ApprouvBe par les autoritfs bancairesde
New York, New Jersey, Connecticut, Rhode Island, Massachusetts, Washington eorgie e Floride
CA, ladreu etre i Ur


I d


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalia@aol.com


POUR TOUS VOS ACHATUS Equipements pour construction
PiMccs de voiture / Comion / Equipcmcnt m6dicoal
Par avion Io par bnteaC


Page 20


;ponsore


IL


by: ... COUNTY
13 EKmKKE III |lr




Full Text

PAGE 1

Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Haïti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Haïti en Marche édition du 2 au 8 Février 2005 Vol. XIX No 1 Haïti en Marche édition du 30 Avril au 6 Mai 2008 • Vol. XXII • No. 14 Ericq Pierre (photo HEM) Le Secrétaire d’Etat Alain Joyandet visitant un marché de la capitale (photo Thony Bélizaire) PORT-AU-PRINCE, 26 Avril – Les EtatsUnis et Haïti logés à la même enseigne ! Incroyable mais vrai. Bush et Préval prenant les mêmes décisions au plan économique. Le président américain a décidé d’avancer le paiement de la contribution destinée au contribuable américain (environ 600 dollars par tête) pour l’aider à s’acquitter de ses bordereaux en gazoline et produits alimentaires de base. George W. Bush a pris cette dernière décision alors qu’une certaine panique s’empareRATIONNEMENT DU RIZHaïti et les Etats-Unis logés à la même enseigneDeux des plus grands distributeurs nationaux, Costco et Sam’s Club, une filiale de Wal Mart, ont commencé mercredi (23 avril) à rationner la vente au consommateur. Pas plus de 4 sacs de 20 livres (9 kilos) par acheteur.Un « tsunami silencieux » …Or c’est au même problème qu’est confronté Mr. Préval. Une obligation d’augmenter aussi rapidement que possible le pouvoir d’achat d’une population harcelée par la hausse effrénée PORT-AU-PRINCE, 27 Avril – Alors que le président Bush décide d’avancer le paiement d’une contribution offerte au contribuable américain (environ 600 dollars par tête) pour l’aider à faire face à la crise provoquée par les prix élevés de la gazoline à la pompe et au supermarché, l’Etat haïtien, quant à lui, se soucie peu de payer ses dettes. Et qui pis est, aux plus petits de ses employés. Dans le même temps, que de bévues n’a-t-on entendu. Tantôt que « les caisses sont pleines », tantôt que les ministères qui sont les plus destinés à la création d’emplois n’ont même pas dépensé le quart de leur budget. Rien qu’à y penser, il y a de quoi en effet descendre dans les rues non pour dévaliser ou brûler des entreprises privées qui tirent autant que vous le diable par la queue, mais pour régler son compte à cet Etat lui-même.CRISE ALIMENTAIREEtat haïtien, réveillez-vous ! L’ennui est que l’Etat n’existe pas et que c’est encore nous les contribuables qui paieraient les pots cassés. Mais peut-il rien exister de plus scandaleux. A peine terminées les fameuses émeutes de la faim qui ont agité la capitale et d’autre villes du pays, laissant 6 morts (dont un casque bleu) et des centaines de blessés, que des crises sectorielles se mettent à éclater un peu partout. Même motif partout : des arriérés de salaires. Mêmes protagonistes : les plus petits employés de l’Etat.Tâches des plus déshonorantes …A l’heure où tout pays digne de ce nom fournit à ses petits vieux et petites vieilles une pécule régulière pour soulager leurs vieux jours, l’Etat haïtien leur réserveLa France s’investit un peu plus en Haïti(L’ETAT / p. 4) p. 2 également du marché américain concernant certains produits d’alimentation. Et en premier lieu, le riz. (HAITI-USA / p. 5)L’OEA venue assurer du soutien de la communauté internationaleLe Sec. Gén. de l’OEA et le numéro 1 de la Minustah (photo AP)REUTERS Dimanche 27 avril 2008PORT-AU-PRINCE Le président René Préval a nommé Ericq Pierre au poste de Premier ministre, en remplacement de Jacques Edouard Alexis, renversé par le Parlement pour sa responsabilité dans les “émeutes de la faim” qui ont secoué Haïti ces dernières semaines. Ericq Pierre est un ancien conseiller de la Banque Inter-Américaine de Développement, a précisé le président du Sénat, Kelly Bastien.Un nouveau Premier ministre dans une Haïti en pleine criseERICQ PIERRE A ETE LE REPRESENTANT D’HAITI AUPRES DE LA BANQUE INTERAMERICAINE DE DEVELOPPEMENTSa désignation par le chef de l’État doit encore être ratifiée par le Parlement. Alexis avait été renversé le 12 avril par un vote des sénateurs qui lui reprochaient de ne pas avoir assuré la sécurité alimentaire du pays, l’un des plus pauvres au monde. Les élus l’ont également accusé d’avoir diminué par sa politique le niveau de vie, déjà très bas, des Haïtiens. (ERICQ PIERRE / p. 3) P.3

PAGE 2

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 2 EN PLUS ...EN BREF ...(En Bref / p. 18) Un Français enlevé vendredi toujours aux mains de ses ravisseurs dimanchePORT-AU-PRINCE, 27 avr 2008 (AFP) Un fonctionnaire français de la Guadeloupe enlevé depuis vendredi en Haïti se trouvait toujours dimanche soir aux mains de ses ravisseurs qui demandent une forte rançon contre sa libération, a appris l’AFP d’une source policière. Le fonctionnaire français travaillait pour l’Agence française de développement depuis février 2008. Il était attaché au ministère haïtien des Travaux publics Transport et Communications (TPTC), a-t-on appris. ”La police nationale d’Haïti (PNH) travaille sur le dossier. Nous avons pu entrer en contact à plusieurs reprises avec l’otage. Il est en santé”, a déclaré à l’AFP, le commissaire François Dossous responsable de la cellule anti-enlèvement de la PNH. Dimanche soir, les ravisseurs réclamaient 200.000 dollars pour libérer leur otage contre 500.000 dollars exigés auparavant. ”Nous sommes sur la bonne voie, nous avons pris contact avec l’ambassade de France à ce sujet. Nous espérons arriver à un dénouement sous peu”, a rassuré le responsable de la police haïtienne. Trois personnes enlevées ces derniers jours ont été libérées contre rançons versées par leurs parents, a également indiqué la police qui notent une tendance à la reprise du rapt à Portau-Prince. Le Secrétaire d’Etat français à la coopération visitant une école au moment du service d’un plat chaud (photo Thony Bélizaire)Le Sec. d’Etat français à la Coopération annonce une rencontre internationale sur la production agricole en HaïtiPort-au-Prince, le 23 Avril 2008 (AHP) Le secrétaire d’Etat français à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet, a indiqué mercredi (23 avril) que son pays comptait doubler l’aide octroyée à Haïti afin de l’aider à mieux faire face à la cherté de la vie, tout en faisant savoir que la France et la communauté internationale étaient impatientes de voir la nominattion d’un nouveau premier ministre après la destitution de Jacques Edouard Alexis. Au terme d’une visite de 48 heures en Haïti, M. Joyandet a fait savoir que la France accorderait une aide de 3 millions 800. 000 euros à Haïti dans le cadre de la crise alimentaire. Il a fait savoir que les discussions qu’il a eues avec le président René Préval, ont porté sur la relance de l’économie et de l’agriculture vivrière. Alain Joyandet a également estimé nécessaire que les petites exportations agricoles soient recapitalisées: la production de riz est tombée en quelques années de 400.000 tonnes à moins de 100.000 tonnes. Un projet d’un montant de 800 000 euros va être mis en oeuvre dans cette perspective, a-t-il indiqué. “Ce qui manque à Haïti pour augmenter sa production agricole, ce sont les investissements”, a dit Alain Joyandet qui affirme que l’espace et le savoir-faire ne font pas défaut au pays. Avec l’accord du président Préval, a-t-il dit, une importante réunion sera bientôt organisée en Haïti, au cours de laquelle, un groupe de travail international débattra de questions relatives à la relance de l’agriculture vivrière en Haïti. Le Sec. Gén. de l’ONU fait un appel de dons en faveur d’HaïtiP-au-P., 24 avril 08 [AlterPresse]— Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, a lancé un appel auprès d’une douzaine d’États membres, ayant une position stratégique au sein de l’ONU, en vue d’apporter une aide urgente a Haïti. D’après l’ONU, les frustrations exprimées lors des récentes émeutes, résultantes d’une détérioration socioéconomique, risquent de replonger Haiti dans l’instabilité générale. Lors d’un point presse qui a eu lieu le 24 avril au siège de l’ONU, une porte-parole a déclaré que le système onusien va mettre tout en œuvre pour aider Haïti, « mais il faut une aide urgente de la part de donateurs pour réaliser de vrais progrès » et permettre la poursuite du programme en cours. S’appuyant sur les observations de Ban Ki Moon expliquant les causes des émeutes alimentaires, la porte-parole a évoqué la nécessité de contributions en nature et des fonds pour faire face à la situation en Haiti. Les récentes agitations qui se sont produites en Haïti ont fait 6 morts et plusieurs dizaines de blessés. Ban Ki Moon considère qu’« Haïti fait des progrès considérables vers la stabilité politique, économique et sociale, qui est cruciale si on veut éviter un recul qui ferait disparaître les gains accumulés au cours des quatre dernières années ».Le Président René Préval fait choix de Ericq Pierre, comme Premier Ministre proposé à la ratification parlementaireC’est dimanche que la nouvelle a été rendue publique. René Préval a communiqué aux présidents des deux chambres le nom de la personne qu’il désigne comme prochain premier ministre. Auparavant, il y avait des consultations pendant toute la semaine avec des parlementaires et représentants de partis politiques pour s’entendre sur un programme commun.Quelques réactions à ce choix …Fusion des Sociaux Démocrates: Les responsables de Fusion prévoient de rencontrer les parlementaires issus de cette formation politique pour décider d’une position commune. « Nous avons décidé au niveau de la FUSION de faire une rencontre avec nos parlementaires pour voir comment nous allons continuer ensemble ce processus » a dit Micha Gaillard, qui a ajouté: “Le sentier est aplani, du moment où il y a eu entre nous une entente sur le programme qui va être adopté.” La prochaine étape est la ratification d’Ericq Pierre par les deux chambres. Puis s’il est ratifié, il aura à présenter sa déclaration de politique générale devant le Parlement, entouré des membres choisis pour faire partie de son cabinet ministériel,afin d’obtenir la ratification aussi de son programme.Jesse Jackson en Haïti à la tête d’une délégation de 22 membresLa délégation conduite par le leader américain des droits civiques a été reçue dimanche, jour de son arrivée par Mme Janette A. Sanderson, ambassadeur des Etats Unis en Haïti. Lundi matin, la délégation était reçue au Palais National par le Président René Préval, puis rendait une visite aux habitants de Cité Soleil. Mardi une conférence de presse renseignera sur les résultats de cette visite.Environ 20 Haïtiens périssent au large des côtes des BahamasP-au-P, 21 avr. 08 [AlterPresse] — Les corps sans vie de 20 personnes, ressemblant à des migrants haïtiens qui se trouvaient dans une embarcation de fortune, ont été découverts le 20 avril au large des côtes des Bahamas, rapportent des médias internationaux. Parmi les occupants de ce petit bateau qui a chaviré, seulement trois survivants ont été retrouvés en mer, à quelque 24 kilomètres de Nassau, la capitale des Bahamas. Les trois rescapés ont confirmé que 24 personnes se trouvaient à bord de ce bateau. Ces Haïtiens tentaient de fuir la situation de misère abjecte qui sévit en Haïti et qui a déjà provoqué de violentes manifestations de rue. Dans les eaux des Bahamas, une opération de recherche a été menée le dimanche 20 avril 2008 par des pêcheurs venant au secours de gens qui criaient au secours, apprend AlterPresse. A la suite des informations recueillies auprès de ces pêcheurs, les Etats-Unis ainsi que les Bahamas ont lancé une vaste opération de recherche en mobilisant un avion, un hélicoptère et trois bateaux.Le Parquet de Port-au-Prince récupère l’argent ramassé par les juges de paixIl s’agit de l’argent réclamé par des Juges de paix de la capitale pour avoir fait le constat des casses dont de nombreuses entreprises avaient été victimes lors des dernières émeutes. Le commissaire du gouvernement Claudy Gassant avait sommé les Juges de paix de restituer cet argent qu’ils n’auraient pas dû réclamer.Réouverture du marché des mangues francisques …Interdite du 2 juillet 2007 au 3 avril 2008 (9 mois), l’exportation de la mangue francisque peut maintenant reprendre. Le ministère de l’Agriculture a dans un communiqué annoncé la réouverture officielle du marché de l’exportation des mangues vers les Etats-Unis. Le 3 mars dernier, le coordonnateur de la filière Santé animale et végétale, Le Dr Vétérinaire Max Millien, assisté de ses collaborateurs, avait indiqué lors d’une conférence de presse que la date exacte de la reprise de l’exportation des mangues était conditionnée par un ensemble d’activités parmi lesquelles: 1La signature d’un plan de travail entre MARNDR (Ministère de l’Agriculture), USDA et ANEM (Association des exportateurs) ; 2Des tests pour la certification à nouveau des usines d’exportation ; 3La mise en place effective d’un programme de détection de la mouche du fruit dans toutes les zones de production de la mangue francisque ; 4Le démarrage d’un programme d’animation et de sensibilisation de masse ; 5Assistance du USDA dans l’achat des pièges et attractifs pour la capture des mouches ; 6L’existence d’un plan de contingence visant à prendre les dispositions effectives pour contrôler in situ le commerce de la mangue francisque ; 7La mise en place d’un plan de traçabilité qui est de la responsabilité d’ANEM ; 8La codification des zones de production par kilomètre carré ; 9La formation des inspecteurs ; 10L’enregistrement des fournisseurs qui approvisionnent les usines en mangues et la vulgarisation d’un manuel de procédures de collecte des mangues à l’usage des fournisseurs en vue d’arriver à la traçabilité. A la date du trois mars 2008, il restait seulement la signature du plan de travail par les trois partenaires et les tests de certification par USDA.Commération du 26 avrilPlusieurs centaines de personnes, pour la plupart des partisans de JeanBertrand Aristide, ont manifesté samedi à Port-au-Prince à l’occasion de la double commémoration des tueries commises à la date du 26 avril, d’abord en 1963, sous la dictature de François Duvalier et en 1986, sous le Conseil National de Gouvernement dirigé par le Général Henry Namphy. Selon une dépêche de l’Associated Press, les manifestants, qui ont défilé sans incident dans les rues de la capitale, ont également réclamé le retour de l’ancien

PAGE 3

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 3 SOMMAIREL’ACTUALITE EN MARCHESOMMAIRELes “émeutes de la faim”, amplifiées par l’envolée du prix des grandes denrées alimentaires sur les marchés mondiaux, ont fait six victimes en Haïti.AP Lundi 28 avrilUn nouveau Premier ministre dans une Haïti en pleine criseERICQ PIERRE A ETE LE REPRESENTANT D’HAITI AUPRES DE LA BANQUE INTERAMERICAINE DE DEVELOPPEMENT(ERICQ PIERRE... suite de la 1ère page) PORT-AU-PRINCE, Haïti Le président haïtien René Préval a désigné un responsable du secteur bancaire international comme futur Premier ministre d’Haïti, a annoncé dimanche un parlementaire. Le président a choisi Ericq Pierre, un haut fonctionnaire de la Banque interaméricaine de développement, en remplacement de Jacques Edouard Alexis, évincé du poste de Premier ministre, a indiqué Stephen Benoit. Au moins sept personnes sont mortes depuis début avril dans des émeutes provoquées par les prix élevés des aliments, ce qui a précipité la chute d’Alexis. Les parlementaires haïtiens ont démis le Premier ministre pour avoir échoué à relancer la production alimentaire. La nomination d’Ericq Pierre est soumise à l’approbation du Parlement haïtien. Stephen Benoit, député du Parti Lespwa de Préval, a accueilli avec joie la nomination d’Ericq Pierre. “C’est très bien que le président ait désigné un nouveau Premier ministre. Je ne vois rien à redire à sa décision”, a-t-il déclaré. En 1997, lors de son premier mandat présidentiel, René Préval avait déjà nommé Ericq Pierre au poste de Premier ministre après la démission de Rosny Smarth. La chambre basse du Parlement avait alors rejeté cette nomination. APAFP Dimanche 27 avril 2008PORT-AU-PRINCE (AFP) Le président haïtien René Préval a désigné dimanche Ericq Pierre comme Premier ministre, au terme de deux semaines de consultations laborieuses depuis la destitution de Jacques-Edouard Alexis, alors que le pays est confronté à une grave crise alimentaire. “C’est Ericq Pierre qui a été désigné”, a déclaré au téléphone à l’AFP le président du Sénat Kelly Bastien. “Le choix a été fait après une nouvelle rencontre dimanche avec le président Préval”, a de son côté indiqué le président de la Chambre des députés Pierre-Eric Jean-Jacques. Cette désignation doit maintenant être confirmée par un vote des deux chambres du Parlement haïtien. Ericq Pierre est actuellement conseiller pour Haïti auprès de la Banque interaméricaine de développement (BID). Si sa nomination est confirmée par le Parlement, elle va permettre de mettre fin au vide politique dans lequel le pays était plongé depuis le samedi 12 avril et la destitution de l’ex-Premier ministre Jacques-Edouard Alexis par le Sénat. M. Alexis avait dû quitter le pouvoir après deux semaines d’émeutes causées par la flambée des denrées alimentaires de base et qui ont fait 6 morts, environ 200 blessés et de nombreux dégâts matériels. C’était la première grave crise politique et sociale du pays depuis l’élection en février 2006 de René Préval à la présidence du pays le plus pauvre du continent américain.AHP 27 avril 2008Port-au-Prince Le président René Préval a désigné dimanche, M. Ericq Pierre, 64 ans, comme nouveau premier ministre en remplacement de Jacques Edouard Alexis, renversé par un groupe de sénateurs le 12 avril dernier. Mais avant d’accéder à ce poste, M. Pierre, agronome de profession, doit être ratifié par les deux chambres ainsi que son exposé de politique générale. (Grande-anse), a travaillé pendant un certain temps comme expert de la Banque interaméricaine de développement (BID) en Haïti, avant d’être nommé représentant d’Haïti auprès de la BID en 1991 sous le jusqu’à cette date. Un premier choix de Ericq Pierre sous le premier gouvernement de M. Préval en 1999 avait été rejeté par le parlement à majorité OPL après que le premier ministre Rosny Smart, issu de cette formation, avait été forcé à la démission. Pour avoir fait campagne en faveur de René Préval lors de la présidentielle de 2006, son nom avait été cité comme premier ministre après la victoire de ce dernier, mais il fut évincé par Jacques Edouard Alexis. Ericq Pierre a fait ses études classiques à Jérémie puis à Port-au-Prince où il entra à Damien pour ses études en agronomie. Sa désignation est intervenue après deux semaines de discussions et consultations avec notamment des responsables politiques, des membres de la société civile et du secteur des affaires, au cours Ericq Pierre accompagnant une délégation internationale à Jérémie; le PM désigné est un natif de la Grande-Anse (photo HEM) (ERICQ PIERRE / p. 7) PORT-AU-PRINCE, 25 avril 2008 (AFP) Le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA) José Miguel Insulza en visite officielle en Haïti a assuré vendredi les autorités du soutien de la communauté internationale face à la crise Mission a souhaité la désignation rapide d’un nouveau Premier ministre et la mise en place d’un nouveau gouvernement chargé de conduire un dialogue national autour des priorités du pays. “Je souhaite que le nouveau Premier ministreL’OEA assure Haïti du soutien de la communauté internationale soit nommé tout de suite. Nous repartons avec beaucoup d’espoir”, a déclaré José Miguel Insulza. “Le plus grand défi et la plus grande opportunité qui s’offrent à Haïti consistent à conduire ce pays vers une situation de prospérité, de stabilité et de sécurité”, conclut le communiqué. Six personnes, dont un policier de l’ONU, ont été tuées, environ 200 blessées et de nombreux dégâts matériels enregistrés lors d’émeutes de la faim qui ont coûté son poste au Premier ministre JacquesEdouard Alexis mi-avril. alimentaire à laquelle le pays fait face. M. Insulza était à la tête d’une importante délégation comprenant des représentants de nombreux pays dont les USA, la France, le Canada, le Brésil, l’Argentine, le Mexique et le Chili, qui a effectué une visite de 24 heures en Haïti. Au terme de ce séjour, la délégation internationale qui a été reçue par le président René Préval et a rencontré des représentants de partis politiques et de la société civile, a apporté son soutien aux efforts internationaux en vue d’améliorer les conditions de vie du peuple haïtien. “La Mission se félicite de la réaction rapide de la communauté internationale face à la crise alimentaire en Haïti et accueille avec satisfaction la poursuite du soutien en faveur des objectifs à long terme du développement d’Haïti, y compris par le renforcement des activités dans le secteur agricole”, indique un communiqué. A propos du vide créé par le renversement du gouvernement dirigé par Jacques-Edouard Alexis, la Le Sec. Gén. de l’OEA (à gauche), le responsable politique de la Minustah Geraldo Le Chevalier, le numéro 1 de la mission Hedi Annabi (à gauche) (photo Reuters) Ericq Pierre, originaire de Latibolière gouvernement Aristide-Préval, poste qu’il a occupé POLITIQUE Ericq Pierre, Premier ministre désigné p.1 ANALYSE Haïti et les Etats-Unis à la même enseigne p.1 EDITORIAL Etat haïtien, réveillez-vous! p.1 SOLIDARITE INTERNATIONALE La France s’investit un peu plus p.2 L’OEA venue assurer du soutien international p.3 Jesse Jackson visite Cité Soleil p.20 L’Espagne annonce une aide additionnelle de 1.5 millions d’euros p.5 Maire de Montréal satisfait de sa visite p.17 ACTUALITE Des partisans d’Aristide réclament son retour p.4 Little Haiti et le choix du PM désigné p.9 Chronique annoncée d’un naufrage p.14 CRISE ALIMENTAIRE Commission Justice et Paix sur la cherté de la vie p.6 Le riz est cher mais vive le riz p.10 Les Etats-Unis aussi rationnent p.11 La planète a-t-elle atteint ses limites de croissance? p.12 LIBRE PENSEE DesEspoir(s) p.14 Réflexions autour de la nomination du Premier ministre p.8 FAMINE ET SANTE Gare à la tuberculose p.9 LETTRES Manigat et Césaire p.16 CORRUPTION Fonds JCD bloqués en Suisse p.17

PAGE 4

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 4 FORT LAUDERDALE, FL – Amerijet International will open a Fort Lauderdale air freight station on April 2, 2007, announced Pamela Rollins, Amerijet’s VP of Business Development. The station is located adjacent to Amerijet’s corporate headquarters at 2800 South Andrews Avenue. “We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,” Rollins said. “Eventually, we will expand this location to offer ocean services and delivery of import cargo, to make s hipping with us even easier.” Amerijet will accept outbound international air freight at this station, including general personal and commercial cargo, large or small packages, barrels, valuable and fragile goods , hazardous material, oversized shipments and domesticated live animals. Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Monday through Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijet will transport cargo between this station and its Miami hub via daily ground transfer. For rates and cargo-specific questions, customers can contact Amerijet’s sales department at 800-927-6059 or via e-mail at sales@amerijet.com. Amerijet International, Inc. is a full-service multi-modal transportation and logistics provider offering international scheduled all-cargo transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates offices all over the world, serving destinations throughout North, South and Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East. Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com. AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE CARGO DROP STATION ADOMI P ADOMI P ADOMI P ADOMI P ADOMI P UR UR UR UR UR CHA CHA CHA CHA CHA SING A SING A SING A SING A SING A GENCY GENCY GENCY GENCY GENCYTel. : 786-457-8830 • Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalia@aol.comPour tous vos achats : Equipements pour construction / Pièces de voiture / Camion / Equipement médicalPar avion ou par bateau.UNE ANALYSEau contraire les tâches les plus dures et les plus ingrates, comme descendre déboucher les égouts ou autres tâches des plus déshonorantes, pourquoi d’ailleurs celles-ci sont bien payées dans d’autres pays et réservées à des travailleurs syndiqués, donc à qui on ne le fait pas, comme on dit. Ce ne sont que employés de la mairie X ou Y réclamant plusieurs mois d’arriérés de salaires … Ou les employés syndiqués de l’EDH (compagnie nationale d’électricité) qui font la grève aux quatre coins du pays pour exiger le respect d’une promesse (effective en mars dernier) d’augmentation salariale … Ou encore le scandale provoqué mardi dernier par le petit personnel de l’Hôpital général à Port-auPrince (une « honte » dénoncée par tous, soit), mais dont la raison est que ces employés du plus bas de l’échelle n’ont pas été payés depuis 8 mois. La direction de l’hôpital (en dehors de toute autre considération soulevée par les incidents du mardi 22 avril) trouve seulement à répondre que ce n’est pas elle qui exécute la paie mais le trésor public.Jouer au fanfaron dans un monde déjà trop vieux …Toujours les plus petits non seulement les moins payés, mais de plus dont on se soucie peu qu’ils soient payés ou non. Et qui est le coupable ? L’Etat. Et un Etat qui se dit démocratique et un pour tous. Honte à cet Etat-là ! De plus qui ose se glorifier de réaliser des excédents budgétaires. Donc trop bête pour constater qu’il joue au fanfaron dans un monde déjà trop vieux : un système qui commence â être remis en jeu jusque dans ses temples les plus sacrés, si l’on se réfère aux dernières déclarations des plus hautes autorités économiques de la planète, dont la Banque mondiale et le Fonds monétaire. L’Etat haïtien n’a tout de même pas besoin de recevoir des ordres pour réaliser que le moins qu’il puisse faire en ce moment c’est essayer de mettre autant que possible un peu de numéraire aux mains de la population.Comme fait le président Bush …Et payer ses dettes envers les plus petits de ses employés, les catégories les plus défavorisées, ce n’est pas de la subvention, donc contraire à ses opCRISE ALIMENTAIREEtat haïtien, réveillez-vous !dérange (l’Etat haïtien).Dès qu’il entend le mot «subvention » …Alors que le président Bush n’hésite pas à subventionner ouvertement l’achat de gazoline à la pompe et les dépenses au supermarché du citoyen américain en lui versant ce petit « chocho » (en français supplément) de 600 dollars par tête. Et que le même Bush a débloqué 200 millions de dollars pour les populations les plus touchées par la crise alimentaire mondiale, dont 30 millions pour le consommateur haïtien. Comment l’appelle-t-on si ce n’est une subvention. Reste à déterminer, dit le secrétaire d’Etat à l’agriculture Joanas Gué, si cette subvention aux importations sera versée aux importateurs en Haïti ou directement aux exportateurs américains de ces produits pour Haïti ?Ou par une autre voie …Mais le gouvernement haïtien quant à lui se voile la face, pour ne pas dire qu’il sort son pistolet dès qu’il entend le mot « subvention » ! Voilà ce qu’on appelle être plus royaliste que le roi. Ou tout simplement, puisque c’est toujours le cas en Haïti, être sérieusement en retard de phase. Etat haïtien, réveillez-vous ! Et au lieu d’accuser à tort et à travers trafiquants de drogue, contrebandiers, manipulateurs généralement quelconques, infiltrateurs : sans quitter ceux-là des yeux, mais venons-en plutôt au fait. Commencez par reconnaître vos torts. Et le premier ce n’est pas tant que vous n’ayez pas les moyens de votre politique mais c’est d’abord que vous ne savez pas utiliser les moyens que vous avez.Un scandale sur la voie publique …On ne fait pas de promesse d’augmentation du pouvoir d’achat (comme le chef de l’Etat dans toutes ses interventions actuelles) en même temps qu’on met les plus petits salariés du secteur public dans la nécessité pour exiger leur dû de recourir à ce qu’on appelle un scandale sur la voie publique. A la place de l’Etat, on s’empresserait au contraire de dresser un bilan de toutes ces petites dettes (qui ne sont pas de la « subvention ») pour les régler au plus vite. Ainsi que toutes les augmentations salariales ou autres pour les catégories les moins pourvues, à partir du moment qu’elles sont légitimes. Et si ces petites dettes n’existaient pas, il faudrait même les inventer. Histoire de trouver raison à augmenter ou redistribuer le pouvoir d’achat en faveur des moins fortunés en particulier et de toute la population en général. Et tout en n’étant pas de la subvention, s’il vous plait. Comprenne qui voudra ! Haïti en Marche, 27 Avril 2008 (L’ETAT... suite de la 1ère page) Des partisans de l’ex-président Aristide défilent le 26 avril dernier demandant le retour d’exil de leur leader (photo AP)Des partisans de l’ex-président Aristide réclament son retourPORT-AU-PRINCE, 27 Avril Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de la capitale haïtienne samedi pour réclamer le retour du président déchu Jean-Bertrand Aristide. Les manifestants ont également commémoré l’assassinat de sept personnes le 26 avril 1986, tombés sous les balles de l’armée tirées dans la foule qui s’était alors rassemblée la famille Duvalier. Aristide a été renversé en 2004 par une révolte sanglante. Selon la police haïtienne et la force onusienne de maintien de la paix, la manifestation de samedi s’est déroulée dans le calme. Au moins sept personnes sont mortes dans des émeutes provoquées par la pénurie de nourriture depuis le début du mois à Haïti. AP devant une prison. Arrivé au pouvoir, Aristide avait fermé la prison de Fort Dimanche où les dissidents étaient torturés sous la dictature de tions néo-libérales si tant est que c’est cela qui le

PAGE 5

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 5 DE L’ACTUALITE des prix à la consommation. Avec de plus, bien sûr, pour le président haïtien, l’impossibilité même d’y penser. Ce que les institutions internationales, et celles-là mêmes chargées de réguler les activités économiques de la planète (dont la Banque mondiale), n’ont pas hésité à dénommer crise alimentaire et pis encore, un « tsunami silencieux. »RATIONNEMENT DU RIZ(HAITI-USA... suite de la 1ère page)Haïti et les Etats-Unis logés à la même enseigneOui mais silencieux tant que cela concerne des pays qui ne dominent pas le grand network médiatique international, or voici les Etats-Unis touchés à leur tour … Et quand M. Bush se déclarait après les émeutes de Port-auPrince « très préoccupé », il ne savait pas si bien dire. Pour paraphraser le poète : « Imbécile qui crois que je ne suis pas toi … quand je vous parle de toi, je vous parle de moi ». Les Etats-Unis et Haïti économiquement à la même enseigne. Comment est-ce possible ? Est-ce que le contrôle économique du monde est en train d’échapper à la nation qui en a eu la maîtrise pendant un demi-siècle, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale ? De plus aujourd’hui la seule superpuissance militaire de la planète ?Basculer dans l’inconnu …Est-ce que cette crise du riz plus que le pétrole n’a jamais pu même frôlant les 120 dollars le baril (New York, jeudi 24 avril), est en train de faire basculer l’économie de la planète totalement dans l’inconnu ? A la vérité, ce n’est sans doute là qu’un épiphénomène, la face émergée d’une crise économique américaine, d’une redoutable récession qui n’ose pas dire son nom et qui apparaît à peine dans le discours des candidats aux présidentielles du 4 novembre prochain, aussi bien côté démocrate que républicain … Une crise économique américaine, mais pas nécessairement mondiale (et c’est le coup de théâtre), comme cela aurait été le cas pendant les cinq décennies écoulées. Fini apparemment le temps où si les EtatsUnis toussaient, le monde entier avait la fièvre. La croissance américaine bat de l’aile (les crises s’accumulent : marché immobilier bloqué, baisse de la création d’emplois, prix inflationnistes et chute vertigineuse du dollar) … Mais d’autres pôles de la planète affichent en même temps des taux de croissance absolument insolents. Et ce n’est ni le Japon, ni l’Europe occidentale, les partenaires de toujours. Mais les dénommés pays émergents : la Chine, l’Inde, le Brésil, pour citer les plus importants.« Apre on tan, se on lòt » …Et ce ne sont pas les plus gros qui foutent l’actuelle pagaille … mais d’un côté le Vietnam, qui a décidé d’arrêter ses exportations de riz craignant d’en manquer pour la consommation locale, et de l’autre les Philippines qui achètent par centaines de milliers de tonnes en prévision de la carence. En d’autres temps, il aurait suffi d’une petite démonstration de la 7e flotte américaine pour ramener le calme (n’est-ce pas) et garantir que les vagues de ce soi-disant « tsunami silencieux » n’atteignent les côtes de l’empire étoilé. Eh ben oui, les temps ont bien changé. Ce que le proverbe haïtien traduit encore mieux : « Apre on tan, se on lòt » (après un temps, place à un autre). Ou encore le poète : « le génie n’a qu’un temps. Après quoi, il faut qu’il dégénère. » Selon le nouveau directeur général du Fonds monétaire, le français Dominique Strauss-Khan, la croissance américaine sera rétablie fin 2009. elles-mêmes ce genre de diagnostic. Peut-être qu’elles n’arrivent pas à comprendre ce qui se passe.Dans une autre galaxie même totalement inhabitée …Et qui sait si le dernier discours de M. Bush avant de laisser la Maison blanche en février prochain ce ne sera pas une dénonciation, tenezvous bien, du néo-libéralisme. Eh oui, vous avez bien entendu, c’est-à-dire du capitalisme dit financier, qui se fiche aussi bien de création d’emplois que des besoins essentiels de la population, pour ne se préoccuper que du rendement maximum des capitaux. Et tant pis (ou plutôt tant mieux) si ces opérations-là doivent avoir lieu dans une autre galaxie même totalement inhabitée. Haïtiens ! Eh bien, pour cette toute petite minorité-là, le monde serait encore meilleur s’il n’y avait les hommes et toute leur kyrielle de besoins soi-disant vitaux (comme l’assurance santé si chère aux Américains). Mais rien que les matières premières et les ressources naturelles. On n’ose pas ajouter : et aussi les esclaves ! Mais qu’on prenne garde que le peuple américain ne finisse par réaliser que ce système ne l’élève point du tout au-dessus des autres, comme on le lui a fait croire, mais tend au contraire à le rabaisser au même niveau que les autres. Comme dans cette soi-disant crise du riz. Marcus, 26 Avril 2008 Mais les autorités américaines n’osent plus Il y a un dicton qu’on aime à utiliser chez nous : Haïti serait un si beau pays s’il n’y avait les Un bel étal de produits alimentaires, mais fréquentation en baisse (photo Reuters)L’Espagne annonce une aide additionnelle de 1,5 millions d’eurosPORT-AU-PRINCE, 25 avr 2008 (AFP) Le chef de la diplomatie espagnole Miguel Angel Moratinos en visite en Haïti a exprimé vendredi sa solidarité avec la population de ce pays et annoncé une aide de 1,5 million d’euros pour faire face à la crise alimentaire. “Je suis venu pour montrer la solidarité de l’Espagne à Haïti. On doit pouvoir compter sur les amis dans les moments de difficultés”, a déclaré M. Moratinos lors d’une conférence de presse. Il a qualifié d’”historique” la visite pour la première fois en Haïti d’un ministre espagnol des Affaires étrangères, assurant de la volonté de son pays de travailler pour la stabilité et la prospérité d’Haïti. L’Espagne a ainsi décidé d’accorder au pays le plus pauvre du continent américain 1,5 million d’euros pour faire face à la crise alimentaire et à la hausse des prix des produits de base, a annoncé M. Moratinos tout en assurant le maintien de l’aide budgétaire de 17 millions d’euros fournis par son pays annuellement au gouvernement d’Haïti. M. Moratinos, qui a été reçu vendredi par le président haïtien René Préval, a assuré que la nomination d’un nouveau Premier ministre, pour remplacer Jacques-Edouard Alexis destitué il y a deux semaines, “sera résolue très rapidement”. “J’en ai parlé au président Préval, je l’ai trouvé serein mais déterminé à désigner un Premier ministre qui trouve le soutien et le consensus de tous les secteurs”, a-t-il déclaré. Durant son séjour en Haïti, le diplomate espagnol a rencontré JacquesEdouard Alexis, ainsi que les présidents des deux chambres du Parlement d’Haïti. Il a en outre assuré que son pays continuera de contribuer à la force de stabilisation de l’ONU en Haïti en participant à la formation de policiers haïtiens. Six personnes, dont un policier de l’ONU, ont été tuées, environ 200 blessées et de nombreux dégâts matériels enregistrés lors d’émeutes de la faim qui ont coûté son poste à Jacques-Edouard Alexis mi-avril. Défilé de personnalités internationales en HaïtiPORT-AU-PRINCE, 25 avr 2008 (AFP) De nombreuses personnalités internationales se rendent ces jours-ci en Haïti confrontée à une double crise, alimentaire et politique, après la destitution du Premier ministre il y a presque deux semaines suite à de violentes émeutes de la faim. La série des visites officielles a commencé lundi avec la venue à Portau-Prince pour 48 heures du secrétaire d’état français à la Coopération Alain Joyandet. Elle s’est poursuivie jeudi (24 avril) avec l’arrivée dans la capitale haïtienne d’une importante délégation internationale dirigée par le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains, Jose Miguel Insulza. Vendredi, le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos est attendu dans la capitale haïtienne. Il précèdera le révérend américain Jessie Jackson qui doit arriver samedi. Quinze jours après les émeutes de la faim ayant fait 6 morts, dont un policier de l’ONU, des centaines de (voir DEFILE / 6)

PAGE 6

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 6 F o n L a j a n S e k i r i z e p o u E d i k a s y o n C h o f èKonte Miami-Dade anonse disponibilite Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Chofè Ane Fiskal (FY) 2006-2007 a tout òganizasyon ak aktivite ki elijib. Konte a ap solisite repons de yon sistèm lekòl piblik oswa prive ki pa pou pwofi, ki chita nan Konte Miami-Dade, ki ofri opòtinite aprann kondwi. Lekòl kondwi prive ki etabli sèlman pou edikasyon chofè pa elijib. Lòt egzijans adisyonnèl ki etabli pou don sa a enkli: 1) kirikilòm lan fèt pou enkli fè pratik kondwi; 2) pwogram oto ekòl la fèt pou li pran elèv ki sòt nan ni lekòl prive ni lekòl piblik nan Konte MiamiDade; 3) fon lajan sa-a pa gendwa sèvi pou kouvri depans administrativ; epi 4) enstitisyon (yo) ki jwenn don an oblije dakò soumèt rapò jan ki apwopriye. Dènye dat pou soumèt lèt pou di w enterese yo se 1:00 P.M. vandredi 9 me 2007 nan MiamiDade County, Office of Strategic Business Management, 111 N.W. 1st Street, 22nd Floor, Miami, Florida 33128. Moun pou kontakte pou Fon Lajan Sekirize pou Edikasyon Chofè a se Daniel T. Wall, Direktè Adjwen, Biwo Jesyon Estratejik Biznis, nan (305) 375-5143. Konte Miami-Dade pa responsab okenn depans aplikan an fè pou reponn solisitasyon sa a, epi li rezève dwa pou li modifye oswa amande dènye dat ki etabli pou resevwa lèt repons yo si li twouve sa nesesè selon sa ki plis nan enterè Konte Miami-Dade. Konte a egalman rezève dwa pou li asepte oswa rejte nenpòt oswa tout aplikasyon, pase sou nenpòt ti teknikalite oswa iregilarite ak bay don yo nan fason ki plis nan enterè Konte Miami-Dade. Konte Miami-Dade se yon aplwayè ki bay opòtinite egal ego epi li pa fè diskriminasyon laj, ras oswa enfimite. blessés et de nombreux dégâts matériels, ces visites illustrent “la préoccupation” de la communauté internationale, a souligné mercredi M. Joyandet. La hausse du prix des produits alimentaires de base dans un pays qui dépend largement de l’importation pour son alimentation avait poussé des milliers de personnes dans les rues de plusieurs villes haïtiennes. La Banque mondiale, la FAO mais aussi des pays commes les Etats-Unis, la France et le Brésil ont déjà annonçé une augmentation de leur aide à Haïti. Cependant, de nouvelles menaces d’émeutes circulent à Portau-Prince où les prix des denrées alimentaires continuent de grimper en dépit de mesures annoncées par le président René Préval. La misère est criante. Plus de la moitié des 8,5 millions d’Haïtiens est sans emploi. Le secrétaire d’état français s’est dit “personnellement choqué” de voir les conditions dans lesquelles vivent la plupart des habitants, dont plus de 70% disposent de moins de deux dollars par jour. La crise alimentaire et les émeutes ont conduit à la déstabilisation politique du pays qui tente de sortir difficilement de longues années de violents troubles politiques. Une semaine après le début des émeutes, le Sénat haïtien a destitué le Premier ministre JacquesEdouard Alexis, accusé de laxisme par ses adversaires. Jeudi (24 avril), le secrétaire général de l’OEA José Miguel Insulza est arrivé à la tête d’une importante délégation. L’Argentine, le Brésil, le Canada, le Mexique, les États-Unis, l’Union Européenne et le secrétaire général de Nations unies y sont représentés. “Le but de la visite est de transmettre aux Haïtiens et au gouvernement le soutien de l’OEA, du Groupe des amis d’Haïti et des organisations internationales, suite aux récents événements causés par la flambée des prix des aliments”, précise un communiqué de l’OEA. Vendredi, la délégation internationale a rencontré le président Préval, élu en février 2006 et qui fait face à sa première grande crise politique. (DEFILE ... suite de la page 5)Défilé de personnalités internationales en Haïti Port-au-Prince, ce 20 février 2008 Le 22 février 2008, le Comite Exécutif de la Commission Nationale Justice et Paix qui est composé des délégués des différents diocèses s’est réuni. La question de la cherté de la vie était au centre des débats. Nous constatons que les prix des produits de première nécessité augmentent constamment, tandis que seulement une portion des salaires augmente ; le chômage fait ravage. Ainsi la question de la cherté de la vie révèle des relations d’inégalité entre les groupes et classes sociales dans le pays. Quelques facteurs qui influencent la cherté de la vie. Nous ne sommes pas des spécialistes en économie, mais un nombre de facteurs sautent aux yeux. La montée des prix du carburant sur le marché mondial et national. L’absence de production locale dans notre pays, suite à la négligence systématique du secteur agricole par les gouvernements successifs. L’absence d’encadrement du secteur agricole, qui bénéficie seulement de 4% du budget d’investissement de l’Etat pour 2007-08. La corruption et les monopoles commerciaux encouragent la cherté de la vie. Les transferts de la diaspora vers Haïti soufrent suite à la crise économique. Une grande solidarité citoyenne est nécessaire pour répondre aux difficultés aujourd’hui. Mais il faut bien se rendre compte : la cherté de la vie frappe les couches pauvres du pays plus durement. Il faut également distinguer les différents niveaux de responsabilité dans la recherche des solutions. Sur la question des responsabilités Personne ne peut exiger l’impossible, mais chacun doit connaître ses responsabilités et les prendre pleinement au sérieux. Au parlement de voter des lois et de créer les dispositions légales de la lutte contre la cherté de la vie. De l’Exécutif, on attend une vraie politique et stratégie de lutte contre la cherté de la vie, tenant compte des mauvaises conséquences des négligences du passé et des impositions étrangères. Les citoyens, agissant en consommateurs responsables peuvent exercer une influence certaine sur l’économie. Sur la protection des secteurs les plus faibles La Commission Justice et Paix tient à rappeler quelques principes fondamentaux de la vie économique et sociale. Tout système économique est et reste une création humaine. Si le marché ne répond pas à son objectif, il faut que les autorités interviennent pour protéger les couches vulnérables. Cela se fait dans chaque pays, même ceux qui prônent le marché libre. Le Gouvernement doit intervenir dans la vie économique. Il est responsable pour fixer certaines règles. Des exemples : Si la production locale et le secteur agricole qui occupe 60 % de la population sont importants, pourquoi seulement consacrer 4% du budget d’investissement de l’Etat à l’agriculture ? Pourquoi ne pas prévoir plus d’encadrement et de possibilités de crédit pour les paysans ? Exercer un meilleur contrôle sur les activités des ONGs et les programmes d’urgence en milieu rural qui pourraient bien décourager le travail productif en milieu rural. Intervenir dans la question foncière qui menace la sécurité des paysans sur leurs terres. Introduire une gestion et aménagement réels du territoire national pour finalement freiner le gaspillage systématique de certaines ressources. La crise de la maladie aviaire pourrait offrir des opportunités pour redémarrer la production nationale, par exemple par la création de fermes agricoles dans chaque département et la mise en valeur du domaine de l’Etat dans certaines régions. Aux parlement de créer les instruments légaux nécessaires pour permettre à l’Etat d’intervenir de manière efficace en faveur du secteur agricole. La question du salaire minimum : en ce moment, il monte à 70 gourdes par jour ou 1.750 gourdes pour un mois de travail de 25 jours. Une commission d’étude aurait recommandé, selon des commentaires, d’augmenter ce montant de 10 % : soit 7 gourdes par jour. Le salaire minimum n’a pas été ajusté depuis près de 10 ans. Ce ne sont pas les petits salaires qui causent l’inflation. Au contraire, il est du devoir de l’Etat de protéger les plus vulnérables contre l’effet de l’inflation. La Commission Justice et Paix propose la création d’un indice des prix des produits de première nécessité et l’indexation automatique du salaire minimum. La Commission rappelle ce que l’Eglise enseigne sur le salaire juste : « Compte tenu des fonctions et de la productivité de chacun, de la situation de l’entreprise et du bien commun, la rémunération du travail doit assurer à l’homme [la personne] des ressources qui lui permettent, à lui et à sa famille, une vie digne sur le plan matériel, social, culturel et spirituel. » (Gaudium et Spes # 67). L’Eglise d’Haïti a confirmé ce principe en 1990 (Charte de l’Eglise d’Haïti pour la promotion humaine # 29-34). Les gens avaient mis beaucoup d’espoir dans le programme Petro-Caribe pour juguler la cherté de la vie. Le programme mérite, en dépit des efforts faits, plus d’explication. Surtout, on pourrait se demander comment l’Etat fait la gestion des fonds créés par le programme ? S’ils ne servent pas pour augmenter la production nationale, n’est-on pas en train de jeter les bases d’une nouvelle dette internationale dans un nombre d’années ? S’il y a des sacrifices à faire, ceux qui disposent de plus de moyens devraient contribuer davantage. Ainsi le système des contributions et la taxation par l’Etat doit être juste et équitable ; il doit contribuer à une réelle redistribution des richesses dans le pays. La Commission Justice et Paix n’a pas de pouvoir et de responsabilité politique. Nous sommes des citoyens et citoyennes qui animés par leurs convictions de foi chrétiennes prennent la défense des plus faibles dans notre société. Nous exhortons les autorités à prendre des décisions politiques qui aident les plus vulnérables à répondre à leurs besoins. C’est la seule raison qui justifie l’autorité et le pouvoir politique dont ils disposent. Les urgences sont connus de tous : la cherté de la vie et des produits de la consommation de base, la question des soins de santé dans des conditions acceptables pour les plus démunis, la question de scolarité et l’accès aux écoles pour tous les enfants, la sécurité sociale et l’accès à un habitat digne du nom dans des conditions acceptables. Il s’agit finalement de la satisfaction des droits fondamentaux des personnes. Le pays ne pourra résoudre ce moment difficile sans la solidarité de tous et de toutes. Aux responsables politiques de partager équitablement les charges, parce qu’en ce moment ils pénalisent surtout les plus faibles. Le Comité Exécutif de la Commission Nationale Justice et Paix. Paraf / Signatures : Gélin Saintorde et Azarias Dubréus (Nord Ouest) ; Xavier Edwitch (Grand’Anse) ; Vilbrun Luck et Désumé Israck (Artibonite) ; Céné Francklin et Odulson Désarmé (Centre) ; Dagrin Marie-Ange et Lafon Guito (Sud Est) ; Louis Jovenel (Nord Est) ; P. Nicolas Valcimond (Nord) ; P. Jn. René Aubin et Boniface Décoste (Sud) ; Chérima Jn-Rivière, Beaubrun Chrislaine, Jocelyne Colas, et P. Jan Hanssens (Comité Directeur National).Message du Comité Exécutif de la Commission Nationale Justice et Paix sur la cherté de la vie P-au-P, 24 avril 08 [AlterPresse] — Le président René Préval réaffirme sa volonté de relancer l’économie haïtienne en investissant davantage dans la production agricole. Lors d’une réunion avec le secrétaire d’Etat français à la coopération et à la francophonie, Alain Joyandet, René Préval s’est dit en faveur de la relance de l’économie nationale par la remise en valeur de la production agricole. A l’issue d’une visite de 48 heures a Port-auPrince, l’officiel du gouvernement français déclare avoir proposé au président René Préval la tenue en Haïti d’une grande réunion de travail sur la relance deRené Préval réaffirme la nécessité de relancer l’agriculture(PREVAL / p. 9)L’ECONOMIE AU QUOTIDIEN

PAGE 7

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 7 desquelles les deux autres prétendants au poste (JeanMax Bellerive et Jacquy Lumarque) ont par moments pris le dessus. Le choix de Ericq Pierre a été également précédé d’une balade de responsables étrangers dont le secrétaire d’état francais à la coopération, le secrétaire genéral de l’OEA (à la tête d’une délégation de haut niveau) et le ministre espagnol des affaires etrangères, pour persuader le président Préval de l’urgence de trouver une issue à la crise politique née de la destitution de M. Alexis, sanctionné pour n’avoir pas trouvé remède au coût de la vie et à la crise alimentaire, classés cependant aujourd’hui comme des problèmes mondiaux. René Préval avait surtout insisté sur la question de la stabilité politique après l’installation du nouveau gouvernement. Car rien ne sert, disait-il, de nommer dans la précpitation un nouveau gouvernement qui ne béneficie pas d’une majorité au Parlement et incapable d’amener la stabilité qui a prévalu pendant les près de deux ans du gouvernement Alexis. La population qui a manifesté récemment dans plusieurs villes du pays attend beaucoup du gouvernement à venir pour aider à l’amélioration de ses conditions de vie. Mais ce gouvernement pourrait lui aussi avouer son incapacité à faire des miracles, puisque la hausse des prix du carburant et des produits alimentaires ainsi que le coût de la vie en général sont des réalités mondiales que l’octroi de quelques centaines de tonnes de nouriture ne peut résoudre. Les prix des produits de première nécessité restent inaccessibles. Si certains importateurs ont effectivement consenti une certaine baisse sur le prix du riz qui devrait passer de US$ 51dollars à 43 dollars (le sac de 50 kilos), ils ont par contre augmenté le prix du maïs dont le sac Alberto est passé de 800 gourdes avant les émeutes du 8 avril à 1.000 gourdes peu après. (1 US$= 37,75 gourdes). Ce qui signifie que ce qu’ils auraient donné d’une main, ils l’auraient repris de l’autre. (AHP) AFP La flambée des prix des produits alimentaires, enregistrée dans le monde entier, est très fortement ressentie dans un pays comme Haïti où 70% de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Au cours de la première quinzaine d’avril, des manifestations pour protester contre le prix de denrées comme le riz avaient eu lieu dans plusieurs villes haïtiennes et parfois dégénéré en émeutes, comme à Port-à-Prince et aux Cayes. Un casque bleu nigérian avait été tué et trois Sri-lankais blessés par balles pendant ces émeutes. Pour tenter de calmer la population, le président René Préval avait annoncé, le même jour que la destitution de son Premier ministre, une baisse de 8 dollars, soit 15%, du prix d’un sac de 50 kilos de riz. En l’absence d’une majorité présidentielle, M. Préval avait immédiatement lancé des discussions avec des partis représentés au Parlement pour former un nouveau gouvernement. Alors que la moitié des 8,5 millions d’Haïtiens sont au chômage, la nouvelle équipe au pouvoir va devoir rapidement affronter la crise alimentaire qui pourrait menacer la stabilisation de ce pays secoué par des crises politiques à répétition. Le secrétaire d’état français à la Coopération, Alain Joyandet, s’est dit au cours d’une visite sur l’île ces derniers jours “personnellement choqué” des conditions dans lesquelles vivaient la plupart des habitants. En l’absence d’un Etat fort et d’infrastructures et avec une pauvreté qui épargne peu de Haïtiens, la sécurité est un gros problème malgré la présence d’une mission de l’ONU (Minustah) forte de près de 10.000 soldats et policiers. Pour faire face à l’urgence de la crise alimentaire, la communauté internationale a assuré être au côté de l’île des Caraïbes et pris des mesures d’urgence. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Haïti a notamment indiqué finaliser un plan d’action sur six mois et la Banque mondiale, la FAO et des pays comme les Etats-Unis, la France et le Brésil ont déjà annoncé une augmentation de leur aide à Haïti.Un nouveau Premier ministre dans une Haïti en pleine crise(ERICQ PIERRE... suite de la page 3)ACTUALITE POLITIQUE

PAGE 8

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 8 Par : Robert Paret Concernant la nomination du Premier Ministre, certains éclaircissements méritent d’être apportés au bénéfice des néophytes de la politique, qui constituent l’immense majorité de la population. J’en appelle aux exégètes du Droit Constitutionnel, je les convie à communiquer leur interprétation des prescrits de la loi mère sur la procédure devant aboutir à cette exigence constitutionnelle. Procédure qui me parait ambiguë et mal appréhendée par une grande partie de la classe politique et même par beaucoup de Parlementaires. Pour lancer le débat, référons-nous aux articles qui traitent de cette procédure. Selon ma lecture du texte constitutionnel, le processus devrait impliquer la responsabilité tant de l’Exécutif que du Législatif et couvrir trois étapes. Ce sont : 1LE CHOIX 2-LA RATIFICATION 3-LA DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE DU CHOIX Le choix de designer le Premier Ministre est un privilège présidentiel qui peut être qualifié de phase politique. Il est déterminé par l’article qui suit. Article 137 : Le Président de la République choisit un Premier Ministre parmi les membres du parti ayant la majorité au Parlement. A défaut de cette majorité, le Président de la République choisit son Premier Ministre en consultation avec le Président du Sénat et celui de la Chambre des Députés. Dans les deux (2) cas, le choix doit être ratifié par le Parlement. Remarque : Le terme « consultation » suppose une analyse et un diagnostic suggérés par les Présidents des deux chambres sur la situation politique en général et, plus particulièrement, sur la conjoncture au Parlement, susceptibles d’orienter le Président dans son choix. Cependant, celui-ci n’est nullement lié par cette consultation et demeure le seul responsable de ses options politiques. Toutefois la réalité politique commande, le plus souvent, à celui qui détient le pouvoir exécutif, de faire ce choix en concertation avec les représentants du législatif, toutes les fois que la majorité ne lui est pas acquise dans les deux Chambres. DE LA RATIFICATION La ratification est une prérogative Parlementaire qui peut être qualifiée de phase d’examen du candidat. Elle prend en compte les conditions d’éligibilité au poste de Premier Ministre qui sont déterminées par l’article suivant : Article 157 : Pour être nommé Premier Ministre, il faut : 1) Etre haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité ; 2) Etre âgé de trente (30) ans accomplis ; 3) Jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine affective et infamante ; 4) Etre propriétaire en Haïti ou y exercer une profession ; 5) Résider dans le pays depuis cinq (5) années consécutives 6) Avoir reçu décharge de sa gestion si on a été comptable des deniers publics par la loi, d’autres critères peuvent intervenir, tels que : La personnalité du postulant, son expérience, sa compétence, son appartenance politique, etc Après la séance de ratification, il n’est nullement indiqué la procédure à suivre. On peut penser qu’un rapport est adressé au Chef de l’Etat, pour lui permettre de nommer officiellement le Premier Ministre. Car c’est déjà, après cette phase, un chef de gouvernement qui est appelé à se présenter au Parlement, accompagné des membres de son cabinet. N B. Il convient de signaler que la constitution ne prévoit aucune instance pour recueillir et analyser les dossiers soumis par le candidat. Lors des deux dernières inscriptions enregistrées aux noms de Herve Denis et d’Eric Pierre, ce travail avait été confié à une commission des deux Chambres qui devait soumettre son rapport à l’Assemblée de chacune d’elle. DE LA DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE La déclaration de politique générale est une prérogative du Premier Ministre qui peut être qualifiée de phase d’épreuve .Elle prend en compte, à travers cette présentation, la vision politique du Président de la République, les considérations politiques des partis représentés au parlement selon leur importance et d’une façon globale, la situation générale du pays. Cette obligation constitutionnelle est supportée par l’article 158. Article 158 : Le Premier Ministre en accord avec le Président de la République choisit les membres de son Cabinet Ministériel et se présente devant le Parlement afin d’obtenir un vote de confiance sur sa déclaration de politique générale. Le vote a lieu au scrutin public et à la majorité absolue de chacune des deux Chambres. Dans le cas d’un vote de non confiance par l’une des deux Chambres, la procédure recommence . Remarque. A ce stade, le Premier Ministre a été déjà ratifié. C’est dire qu’il répond aux obligations constitutionnelles et correspond au profil recherché. Il a, en quelque sorte, été approuvé et a reçu un vote de confiance. Il se présente, alors, avec les membres de son cabinet (facultatif), afin de faire passer son projet politique. C’est, justement à ce stade que se trouvent la plus déroutante confusion et la plus grande ambiguïté. En effet, le nouveau Premier Ministre n’a pas encore pris fonction et de ce fait, n’a aucun bilan à afficher. Il ne peut être apprécié ni sur le plan de l’efficacité ni sur celui des performances. Il se présente au Parlement, seulement, dans le but de faire connaître sa vision de l’Etat à travers sa déclaration de politique générale et de montrer comment il compte entreprendre la mission qui lui a été confiée. C’est la raison pour laquelle il sollicite un vote de confiance. Au cas où le vote de confiance lui est accordé, il va se préparer à remplir les obligations de sa fonction. Dans le cas où il ne convainc pas les membres du Parlement, il reçoit d’eux un vote de censure. Ce qui l’oblige à revoir sa déclaration de politique générale et à l’adapter aux vœux de l’Assemblée. C’est ainsi qu’il convient d’appréhender la notion : la procédure recommence . Ce qui ne signifie pas pour autant que : toute la procédure recommence. Sur ce point, un inconvénient majeur, non prévu par la Constitution, pourrait survenir. Il s’agit du temps de grâce qui devrait être accordé au Chef du gouvernement pour réviser sa politique générale. Cela fait partie des nombreuses failles constatées dans le texte, comme le silence sur le temps imparti au Premier Ministre démissionnaire pour la gestion des affaires courantes. Dans cette circonstance bien particulière, prévoit-on de former une commission d’entente entre l’Exécutif et le Législatif afin de réviser le projet politique, ou doit-on confier le dossier à un comité de conciliation ? Pour dissiper toute confusion, il s’agit donc de faire la différence entre une séance de présentation de politique générale , qui fait partie des attributions du Premier Ministre : (Article 158), et une séance de questionnement et d’interpellation qui relève des attributions de chaque Chambre : (Articles : 1292, 129-3, 129-4). Insistons : 1) pour la séance de présentation de politique générale , la notion Dans le cas d’un vote de non confiance par l’une des deux (2) Chambres, la procédure recommence signifie que cette reconduction concerne seulement la déclaration de politique générale. Cela n’affecte nullement la procédure de nomination. D’ailleurs, il n’en saurait être autrement, parce que cette démarche s’inscrit dans les attributions du Premier Ministre et non dans celles de l’une ou l’autre branche du Législatif. Si on garde à l’esprit qu’il vient d’obtenir préalablement sa ratification, comment admettre qu’il puisse être à un second stade, désavoué ? Et comment pourrait-on renvoyer un fonctionnaire qui n’a pas encore été éprouvé ? 2) pour la séance de questionnement et d’interpellation, la demande doitêtre appuyée par cinq (5) membres du corps intéressé (Article 129-3). La démarche concerne plus précisément un gouvernement effectif qui gère les affaires de l’Etat depuis un certain temps et qui a compte à rendre au Parlement sur la bonne marche du programme qu’il avait soumis, lors de sa déclaration de politique générale .Dans ce cas, ce gouvernement peut être sanctionné et obligé de démissionner. C’est le seul cas où le Premier Ministre, ou un membre de son gouvernement, peut écoper d’un vote de censure LES INSTANCES CONCERNEES PAR LA NOMINATION Cette procédure de nomination implique essentiellement deux (2) institutions et quatre (4) instances. 1 Le Pouvoir Exécutif, (branche Président de la République) Des Attributions du Président de la République. Article 137. Le Président de la République choisit un Premier Ministre parmi les Membres du Parti ayant la majorité au Parlement. A défaut de cette majorité, le Président de la République choisit son Premier Ministre en consultation avec le Président du Sénat et celui de la Chambre des Députés. 2 Le Pouvoir Législatif (réunit en Assemblée Nationale) Des Attributions de l’Assemblée Nationale. Article 98-3, alinéa 5. De ratifier la décision de l’Exécutif, [ ]. 3 – La Chambre des Députés et le Sénat Article 158. Le Premier Ministre [ ] se présente au Parlement afin d’obtenir un vote de confiance [ ]. Dans le cas d’un vote de non confiance par l’une des deux (2) Chambres, la procédure recommence.. Remarque . Les Attributions du Parlement sont partagées dans ce processus, selon les étapes. Il se réunit en Assemblée Nationale pour la ratification du Premier Ministre, tandis qu’il s’établit en Chambre séparées pour recevoir la déclaration de politique générale. Ces réflexions sont le fruit d’une lecture personnelle de la Constitution, de laquelle je ne prétends pas détenir l’absolue vérité, mais seulement la certitude de contribuer à un débat qui mérite d’être lancé. Pèlerin, le 27 avril 2008 Robert Paret paretrobert@yahoo.frREFLEXIONS CONCERNANT LA NOMINATION DU PREMIER MINISTRE Remarque. A part ces conditions d’éligibilité imposéesA DEBATTRE

PAGE 9

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 9 l’agriculture. Le chef de l’Etat haïtien a donné son aval à cette initiative, selon Alain Joyandet. qui n’a pas précisé de date pour l’organisation de ces assises. Les organisations internationales et les agences de développement sur le terrain participeront à cette réunion qui sera conduite par un groupe de travail international. « Il faut recapitaliser les petites exploitations agricoles », lance Alain Joyandet. « Il y a l’espace, il y a le savoir-faire, il manque les investissements », souligne-t-il en faisant remarquer que 700 hectares ne sont pas exploitées. Il n’y a pas longtemps, Haïti produisait 400.000 tonnes de riz par an. Cette production rizicole est tombée à 100.000 tonnes. L’officiel français annonce l’exécution d’un projet de production de riz de 800.000 euros, qui est prévu pour donner du travail à environ 5.000 personnes. Ce projet vise à produire 6.000 tonnes de riz par an, précise Alain Joyandet. Dans la pratique, la production agricole semble n’avoir pas été jusqu’à présent une priorité pour l’administration de René Préval. Seulement 4% du budget national de l’exercice en cours ont été alloués à ce secteur.René Préval: nécessité de relancer l’agriculture(... suite de la page 6) PORT-AU-PRINCE, 25 Avril – Les institutions internationales s’en inquiètent déjà. La pénurie alimentaire qui touche actuellement la planète porte en elle d’autres fléaux. Les individus affaiblis par la famine deviennent des proies faciles pour toutes sortes de maladies microbiennes ou virales, lit-on dans une note de presse de l’association Nouvelle Solidarité. En Haïti, on doit sans aucun doute s’attendre à une explosion de cas de tuberculose. C’est la maladie la plus répandue en Haïti, a-t-on toujours appris. Dormante depuis quelques décennies, elle rebondit à chaque fois que le pays traverse des moments difficiles sur le plan socio-économique. La dernière fois c’était avec l’apparition du SIDA avec lequel la tuberculose marche de pair. Et la fois précédente c’était lors de la grande famine des années 70 qui avait frappé particulièrement le département du Nord-Ouest, surnommé depuis Far West ! On sait que la tuberculose, contrairement à d’autres pays, n’a jamais été éradiquée en Haïti. La tuberculose est dormante chez nous, toujours prête à rebondir dès que l’occasion se présente. Et c’est le cas aujourd’hui avec la carence alimentaire dont Haïti est l’une des principales victimes. C’est notre situation de pays sous-développé et notre incapacité à en sortir qui fait justement que nous demeurons un vivier pour la tuberculose. Or la situation en ce sens là a empiré, particulièrement dans une capitale qui ne renferme pas les années 70, mais aujourd’hui plus de 2 millions. La tuberculose n’est pas seulement la maladie de la pauvreté mais aussi celle de la surpopulation et des conditions de vie infra-humaines. Donc avec la crise alimentaire annoncée, toutes les conditions sont réunies pour que la capitale haïtienne devienne la proie d’une explosion de cas de tuberculose, pour que la tuberculose coure les rues plus que jamais auparavant. Ensuite Haïti a toujours le plus fort taux de prévalence du Sida dans toute la région. Autre point d’appui pour la tuberculose ou TB et que les Haïtiens surnommaient autrefois « maladie touse ». Mais troisièmement, depuis quelque temps on parle de la tuberculose résistante, une variété de tuberculose inguérissable, plus précisément pour laquelle les médicaments existants ne produisent aucun effet. Nous ne savons pas si des cas de tuberculose résistante peuvent apparaître en Haïti, mais voilà des informations qui mériteraient d’être prises en considération par les autorités médicales. Si ce n’est par le corps médical haïtien tout court. Et nous souhaitons que cela ne tardera pas. En tout cas, une chose est certaine. La tuberculose est la maladie des Haïtiens. Demandez au service d’immigration des Etats-Unis. La presque totalité des immigrants illégaux haïtiens présentent des traces de tuberculose, à l’état latent, et pour laquelle ils sont traités en en rien de temps. Car des traitements très efficaces existent. Cela depuis les années 60. Jusque-là la tuberculose était le mal du siècle, exerçant des ravages comme aujourd’hui le cancer ou le Sida, et cela dans toutes les classes sociales. C’est justement en ce temps-là (les années 40-50) qu’a pris naissance le Sanatorium de Port-auPrince, installé au haut de la ville, dans la zone de Carrefour Feuille. Et à l’initiative du Docteur Louis Roy. Heureuse coïncidence, le Sanatorium vient de recevoir une aide de 300.000 dollars américains de la Fondation Sogebank. Celle-ci est chargée d’administrer l’aide du Fonds mondial contre le Sida et comme du Sida à la tuberculose en Haïti il n’y a qu’un pas … Mais quand la famine s’y met également, il y a de quoi craindre une épidémie de tuberculose de grande envergure et comme on n’en avait peut-être jamais connu. Et pour commencer à Port-au-Prince, avec ses plus de 2 millions d’habitants dont les trois quarts vivant dans les pires conditions d’insalubrité. Et donc avec la famine en plus, ce sont toutes les conditions qui sont encore plus réunies. Peut-être vous suffit-il d’ouvrir un petit peu plus les yeux pour vous rendre compte que c’est déjà fait, que la tuberculose a déjà commencé à faire rage. Autour de nous. Donc tous menacés. La pénurie alimentaire qui touche actuellement la planète porte en elle d’autres fléaux, ont averti des institutions internationales. La parole est à nos autorités et nos experts. Mélodie 103.3 FM, Port-au-PrinceCrise alimentaire : En Haïti gare à la tuberculose !un peu moins de 1 million d’habitants comme dans successeur de Jacques Edouard Alexis La communauté haïtienne de Miami qui était impatiente de connaître le successeur de Jacques Edouard Alexis est surprise d’apprendre que c’est le conseiller pour Haïti auprès de la BID, Ericq Pierre, que le chef de l’état a choisi dimanche pour remplacer Monsieur Alexis. Pour certains, le PM désigné n’est pas l’homme du moment. René Préval a fait choix de lui pour perdurer la crise. Pour la plupart, le prochain premier ministre doit élaborer avec le chef de l’état un plan de travail concret pour d’une part répondre aux desiderata de la population qui ne cesse de réclamer la baisse des prix des produits alimentaires. Et d’autre part, mettre un terme au phénomène du kidnapping et rétablir la stabilité dans le pays. Cela encouragerait les investisseurs étrangers à venir en Haïti. Le prochain chef du gouvernement doit être un homme humble et honnête et qui soit capable d’écouter les revendications de tous les secteurs de la vie nationale. René Préval devrait éviter de choisir un PM issu d’un parti ou d’un regroupement politique. Intervenants sur différentes émissions de radio, les partisans de l’ancien président Jean Bertrand Aristide ne se montrent pas en faveur du choix de Ericq Pierre comme le prochain locataire de la primature. Le carburant coûte $4.00 dans plusieurs coins des États-Unis À l’approche des présidentielles de Novembre prochain la situation devient de plus en plus compliquée aux Etats-Unis, notamment à Miami où le prix du carburant 93 touche la barre de $4 dans plusieurs pompes à essence. Les consommateurs ne savent à quel saint se vouer devant la montée vertigineuse des prix, notamment du carburant et des produits de première nécessité. Ces derniers rendent l’administration Bush responsable de la situation actuelle du pays. Ils attendent impatiemment le 29 Novembre (date des élections présidentielles) pour lui rendre la monnaie de sa pièce. À cause de la hausse des prix du carburant, plusieurs lignes aériennes sont obligées d’augmenter leurs tarifs. Le jugement de l’activiste haïtien-américain Ringot Cayard est fixé au 30 Juin prochain. La communauté haïtienne de Miami continue de le Pour Farah Juste, l’accusé est un « homme intègre. » La communauté haïtienne, par sa voix, a qualifié de politique l’accusation portée contre le populaire Ringo Cayard. Au total, 20 chefs d’accusations ont été retenues contre le responsable de la Haïtian American Fondation. EVENS HILAIRE evenshilaire@hotmail.com supporter. Accusé de racket et de corruption, Rulx Ringo Cayard est toujours considéré comme un leader et un homme intègre dans la communauté haïtienne de Miami. Le mercredi 23 Avril dernier, plus d’une soixantaine de personnes dont des leaders de la communauté haïtienne, notamment le révérend père Fritz Bazin, la « reine soleil » Farah Juste, Carline Paul, s’étaient réunies dans les locaux du Centre JeanJacques Dessalines, au coeur de Little Haïti, pour apporter leur support à Mr. Ringo Cayard et le déclarer, selon eux, innocent. Celui-ci étaitLE COIN DE MIAMILa communauté haïtienne de Miami est surprise par le choix de Monsieur Ericq Pierre par le président Préval comme présent en la circonstance, avec l’autorisation des autorités du Miami Dade Detention Center.RISQUES POUR LA SANTE

PAGE 10

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 10 Le riz est cher mais vive le riz !PORT-AU-PRINCE, 23 Avril – Peut-on dire que si le riz est cher, les Haïtiens feraient bien de manger autre chose. Comme en temps de guerre et qu’il y ait rationnement de certains produits d’utilisation courante. Le gouvernement n’a pas omis une telle suggestion. Il a raison. Nous ne sommes pas en guerre, et une telle déclaration de sa part équivaudrait à un aveu d’échec. Par contre nous avons entendu ailleurs cette phrase : depuis quand les Haïtiens sont-ils des mordus du riz à ce point ? Et de poursuivre : c’est depuis les années 80 quand les Etats-Unis se sont mis à rechercher d’autres marchés pour leur surplus tandis qu’ils continuent à subventionner leur agriculture. Car malgré tous les progrès accomplis, les grands pays, dont les Etats-Unis et la France, continuent à considérer leur production agricole comme un élément incontournable de sécurité nationale, une véritable assurance tous risques. Mais c’est éventuellement au détriment des pays pauvres comme on le constate à l’heure actuelle avec la hausse vertigineuse des prix des produits alimentaires importés tandis que nous autres avons été incités à négliger notre propre production nationale. Mais est-il vrai que ce sont les Etats-Unis qui nous ont inculqué le goût du riz et dans les années 80 ? Erreur. Le riz est sur toutes les tables en Haïti (pas vraiment, bien sûr) depuis l’irrigation de la plaine de l’Artibonite. Le plus grand projet agricole haïtien a été d’abord conçu sous le gouvernement du président Estimé (1946-1950), puis l’irrigation proprement dite réalisée sous le président-général Paul Magloire (19501957) … C’est sous Duvalier (accédant au pouvoir en 1957) que la mise en exploitation de la vallée de l’Artibonite va devenir une réalité. Duvalier (qui n’était pas encore tout à fait Papa Doc) reçut l’aide des Etats-Unis. Naissance du projet ODVA, et dans le Département du Nord ceux dénommés Pote-Cole et Point IV. Début des années 60, le développement de la vallée de l’Artibonite fut à ce point accompli que nous exportions du riz vers la République dominicaine et ailleurs. L’ODVA se spécialisa également dans la production de légumes frais qui sont empaquetés sur place et expédiés chaque jour aux grands restaurants de New York.Riz « madan gougousse » …Puis tout va péricliter au fil des années Baby Doc et sous les régimes subséquents. Le riz n’est donc pas en Haïti une invention des années 80 et nous n’avons pas attendu le « riz de Miami » pour en faire un plat national. Nous avions depuis longtemps notre propre riz (depuis deux décennies), celui que les Haïtiens dénomment avec fierté « riz madan gougousse. » Ce qui s’est passé plus exactement c’est que la chute de Baby Doc Duvalier en février 1986 a coïncidé avec une grande offensive du marché international vis-à-vis de notre pays et où le riz importé a été utilisé comme une arme de choc. Ce ne fut pas facile au début. On se souvient des barricades enflammées dressées par les manifestants au niveau des localités de l’Artibonite (Pont Sondé, l’Estère) pour empêcher le passage du riz qui débarquait par les ports du Cap-Haïtien et des Gonaïves.Le riz « grain long » …Les paysans de l’Artibonite se sont battus comme ils pouvaient pour résister à l’ « envahisseur ». Mais nul n’est prophète en son pays, et dix ans plus tard, les Haïtiens avaient déjà oublié notre « madan gougousse » national et ne juraient plus que par le riz « grain long » du Texas ou de la Louisiane. Celui-là même qui vingt ans plus tard se retrouve hors de notre portée. Mais saurait-on dire pour cela au peuple : oubliez le riz. N’avons-nous pas notre petit mil, notre manioc, nos patates ? Nous répondons : de quel droit ? Le peuple peut se trouver obligé de revenir momentanément à des cultures plus indigènes pour suppléer à la carence de riz pour quelque cause que ce soit (trop cher, insuffisance de la production nationale etc, car il ne faut pas oublier que lorsque nous en exportions vers la République dominicaine et ailleurs dans la Caraïbe, Haïti comptait moins de quatre millions d’âmes), mais on n’ose pas demander à un peuple de renoncer à quelque chose qu’il a fini par considérer comme un acquis, comme un signe d’évolution …Mangez donc des brioches ! …A l’instar du téléphone cellulaire aujourd’hui qui est dans toutes les mains, riches et pauvres, grandes dames et petites marchandes, patrons et cireurs de chaussures … Ce n’est pas une simple fantaisie, c’est un symbole pour les petites gens. Marie Antoinette … L’Histoire rapporte que le peuple de Paris monta à Versailles pour réclamer au roi du pain et que l’épouse de Louis XVI aurait répondu : Mais mangez donc des brioches ! La révolution de 1789. Cependant un film récent nous dit que Marie Antoinette (qui finira sur l’échafaud à la suite du roi) n’a jamais prononcé ces mots-là. Ce fut un coup monté par ses ennemis à la Cour qui la considéraient comme responsable de tous leurs maux à cause de son goût du luxe et qu’elle menait son époux par le bout du nez.Un symbole de réussite …Mais plus intéressant, on fait remarquer que le peuple de Paris au 18e siècle ne mangeait pas tellement de pain. Mais des galettes. Le pain lors était un bien de luxe. Et donc en même temps un symbole de réussite. Tel aujourd’hui chez nous le téléphone cellulaire populaire aussi bien à la capitale que dans toutes les villes de l’intérieur du pays. Tel aussi le riz. Et de fil en aiguille pourquoi aussi nous nous sommes déshabitués de notre « madan gougousse » pour adopter le riz de Miami … Le peuple a droit lui aussi à son petit snobisme. Le même que nous autres plus instruits Ne tombons dans la même erreur que la reine On connaît la suite : la prise de la Bastille. trouvons dans nos beaux livres, à l’écoute de nos sym(... suite page 11)UNE CRISEL’aide alimentaire afflue en Haïti (photo Reuters)

PAGE 11

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 11 phonies préférées et à regarder nos dvd favoris ! Souvenons-nous plutôt du roi Henry de la poule au pot, Henry IV qui voulait que chaque famille en France puisse manger du poulet le dimanche … Or c’est la même philosophie qui inspire 5 siècles plus tard un Raoul Castro, le pragmatique Raoul, qui ayant à peine succédé à son frère le charismatique Fidel, a pour premières décisions d’autoriser les Cubains à se procurer librement téléphones cellulaires, lap tops et liaisons Internet.Le peuple a un besoin profond de sortir de son moyen âge …Nous qui avons tellement dénoncé l’obscurantisme sous les gouvernements haïtiens d’autrefois, prenons garde à ne pas y tomber nousmêmes faute de pouvoir trouver pour l’heure une solution à la situation catastrophique que traverse le pays. D’ailleurs c’est faire le jeu de cela même contre lequel nous prétendons lutter puisque, le monde n’étant plus aussi petit, l’Haïtien ira chercher ailleurs ce que nous lui refusons ou ne pouvons lui offrir. Sait-on que c’est justement là le principal attrait exercé par nos voisins dominicains aujourd’hui sur le petit peuple haïtien et nous mettons trop longtemps à le comprendre. Les industriels dominicains ont vu plus loin que nous tous, que toutes nos élites politiques, économiques et intellectuelles réunies, et ce depuis plusieurs générations. Ils ont réalisé bien longtemps avant nous que notre propre peuple a lui aussi un besoin profond de sortir de son moyen âge et de connaître les petits bienfaits de la civilisation : le riz, le cellulaire, le lap top, l’Internet ou le simple papier hygiénique. Le misérabilisme ne peut être un substitut au progrès. Travaillons plutôt pour que, paraphrasant le bon roi Henry, chaque famille puisse avoir un plat de riz sur sa table comme auparavant. Mais préférablement du « madan gougousse » … Marcus, Port-au-PrinceVive le riz !(suite de la page 10) Les Etats-Unis aussi rationnent le riz WASHINGTON, 24 Avril Deux grands discounters américains ont annoncé qu’ils rationnaient la vente de sacs de riz à leurs consommateurs dans un contexte d’envolée des prix mondiaux et de forte tension sur la demande. Sam’s Club, le plus important grossiste américain dans la distribution alimentaire —filiale du géant Wal Mart— a annoncé mercredi dans un communiqué prendre une mesure “de précaution” en plafonnant les ventes de riz importé “en raison des tendances actuelles de l’offre et de la demande”. Les clients de ces hypermarchés devront limiter leurs achats à quatre sacs de 20 livres (9 kilos) par individu. Cette restriction “temporaire” s’applique aux riz au jasmin et basmati ainsi qu’au riz blanc long grain. La décision de Sam’s Club, qui compte près de 600 magasins dans le pays, fait suite à une démarche similaire de son concurrent Costco, qui dans certaines de ses enseignes, a également restreint la vente de riz. Ces magasins affirment avoir suffisamment de riz pour leurs clients mais évoquent des tensions sur la demande et veulent garantir que chacun puisse s’approvisionner. La mesure semble destinée à enrayer les achats de ceux qui, alarmés par la hausse des prix, font des réserves de riz en grande quantité. En effet, ce sont dans ces magasins que petits restaurants et commerces se fournissent. “Il n’y a pas de pénurie de riz aux Etats-unis”, a assuré M. David Coia, porte-parole de la Fédération américaine du riz. “Ce qui se passe, c’est qu’en raison de la perception des problèmes que connaît le riz sur le marché mondial, il y a des gens qui achètent plus de riz qu’à l’ordinaire, disons qu’ils stockent pour trois mois alors qu’ils devraient se fournir pour deux semaines”, a-t-il expliqué à l’AFP. “C’est pourquoi ces hypermarchés veulent s’assurer que chacun de leur client peut s’approvisionner en riz”, a-t-il ajouté. La production de riz américaine couvre 88% de la consommation domestique de cet aliment aux Etats-Unis tandis que le reste est importé sous forme de riz spécialisés, en provenance notamment du Viet(voir RATIONNEMENT / 12) Magasin de riz au Etats-UnisINTERNATIONALE

PAGE 12

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 12 nam et de Thaïlande. Le rationnement temporaire de ces ventes de riz intervient alors que les prix de cet aliment sur les marchés mondiaux se sont envolés du fait d’une hausse des coûts de l’énergie et des engrais, des conditions de sécheresse dans certains pays producteurs et d’un bond de la demande. Certaines catégories de riz ont vu leurs prix à la tonne augmenter de 50% ces derniers mois. Dans ce contexte de crise du riz, de grands pays exportateurs comme la Thaïlande (1er exportateur mondial), le Vietnam, l’Inde, l’Indonésie mais aussi l’Egypte ont récemment pris des mesures d’encadrement strict voire de suspension des exportations de riz. D’autres pays, dont la population se nourrit pour beaucoup de cet aliment, tentent de relancer sa culture pour atteindre l’autosuffisance. En Haïti au début du mois, la hausse des prix du riz a provoqué de violentes manifestations et le gouvernement a ordonné une baisse des prix le 12 avril. Aux Philippines où l’administration craignait des tensions dans les quartiers pauvres, l’armée a distribué du riz. La Banque mondiale a récemment tiré la sonnette d’alarme sur cette crise alimentaire qui risque d’appauvrir encore 100 millions de personnes dans les pays en développement. “Les prix devraient relativement s’équilibrer fin 2009", a affirmé le porte-parole de la Fédération américaine du riz, soulignant que davantage de terrains étaient consacrés à cette culture et allaient relancer l’offre. “Toutefois, les coûts de l’énergie ne devraient guère retomber”, a-t-il prévenu.Les Etats-Unis aussi rationnent le riz(RATIONNEMENT ... suite de la page 11) La Thaïlande n’a pas arrêté ses exportations contrairement au Vietnam APLa planète a-t-elle atteint ses limites de croissance?On risque d’atteindre les limites de la croissance sur la planète au cours des 100 prochaines années. La Banque mondiale lance un plan pour lutter contre la hausse des prix alimentaires ... The Wall Street Journal Mise en ligne 14/04/2008 Au fil des siècles, plusieurs voix puissantes ont clamé que l’activité humaine allait épuiser les ressources terrestres. Pourtant, ces oiseaux de malheur se sont toujours trompés car, chaque fois, de nouvelles ressources ou de nouvelles technologies voyaient le jour, venant stimuler la croissance. Aujourd’hui, toutefois, ces vieilles peurs ressurgissent. Bien qu’aucune catastrophe malthusienne ne pointe à l’horizon, les limites de ressources anticipées par le Club de Rome sont plus évidentes maintenant qu’au cours des 35 dernières années, soit depuis la publication, en 1972, du fameux livre Halte à la croissance, produit par le groupe d’étude. Les hausses constantes des prix du pétrole, du blé, du cuivre et d’autres marchandises — dont certains ont atteint des sommets record en mars — témoignent d’un revirement permanent de la demande alors que, parallèlement, l’approvisionnement ne donne aucun signe de croissance. Non seulement la population mondiale augmente — selon les projections des Nations Unies, elle devrait correspondre à huit milliards d’habitants en 2025 contre 6,6 milliards aujourd’hui — mais elle devient aussi plus prospère. Une personne moyenne consomme plus de nourriture, d’eau, de métal et d’électricité. Il s’ensuit que la demande à l’égard des ressources a bondi. Si les matières consommables ne suivent pas, les prix vont probablement augmenter, la croissance économique de tous les pays, riches ou pauvres, en souffrira et de violents conflits risquent d’éclater. Certaines ressources fortement en demande à l’heure actuelle, comme l’eau douce et la terre arable, n’ont pas de substitut. La nécessité de mettre un frein au réchauffement de la planète restreint l’utilisation de certaines matières telles que le charbon, qui émet des gaz à effet de serre partiellement responsables, aux dires de la plupart des scientifiques, des changements climatiques. La montée en flèche de la consommation alimentaire met les réserves existantes d’eau douce et de terre arable à dure épreuve. Niveaux de vie élevés «Nous vivons à une époque où les technologies qui ont engendré des niveaux de vie élevés et une espérance de vie de 80 ans dans les pays riches sont maintenant à la portée de tout le monde ou presque», déclare Jeffrey Sachs, économiste et directeur de l’Institut de la Terre de l’Université Columbia, qui s’intéresse au développement durable et plus particulièrement, aux endroits peu fertiles. « Cela signifie qu’il y a une très forte activité économique en ce moment mais aussi que cette dernière peut grandement s’intensifier. » Le monde ne peut supporter un tel niveau de croissance, affirmet-il, sans l’avènement de nouvelles technologies. Certaines con-traintes pourraient dis-paraître grâce à une meilleure collaboration à l’échelle mondiale. Alors que certains pays font face à des pénuries, d’autres regorgent de ressources. De nouvelles variétés de graines et une meilleure irrigation pourraient rendre cultivables les régions arides qui méritent à peine le nom de pâturages. Des percées technologiques, comme le dessalage économique ou le transport efficace de l’électricité à partir de régions inhabitées très ensoleillées ou venteuses, pourraient drôlement améliorer les perspectives. Forces économiques Dans le passé, les forces économiques aiguillonnaient les solutions. Mais ces seules forces ne sont peut-être plus suffisantes pour résoudre les problèmes par les temps qui courent. Des sociétés aussi différentes que les États-Unis et la Chine sont confrontées à une forte résistance politique devant la nécessité d’accroître le prix de l’eau pour encourager les gens, notamment les fermiers, à l’utiliser efficacement. Lorsque plusieurs pays se partagent une ressource commune comme l’eau, l’établissement d’un cadre de tarification peut s’avérer très épineux. En outre, dans de nombreux pays en développement, il est moins probable que la hausse des prix stimule un changement à cause des programmes de subventions alimentaires. D’ailleurs, cette situation inquiète certains économistes qui voyaient les prémisses de Halte à la croissance ? d’un oeil sceptique. Il y a 30 ans, alors qu’il était encore un jeune économiste, Joseph Stiglitz lança catégoriquement : « Rien ne prouve que nous soyons en présence d’un problème dû à l’épuisement de nos ressources à court ou à moyen terme. » Aujourd’hui, le lauréat du prix Nobel est préoccupé par le fait que le prix du pétrole soit inférieur au coût des émissions de carbone et que des ressources primordiales comme l’eau soient souvent fournies gratuitement. « En l’absence de signaux du marché, ce dernier ne pourra absolument pas régler ces problèmes, dit-il. Comment pouvonsnous convaincre des gens de payer une chose qu’ils ont toujours eue pour rien? C’est vraiment difficile. Si nos modes de vie et de consommation sont imités, comme certains s’efforcent de le faire, le monde n’est probablement pas viable. » Grands dangers Le désir des gouvernements de s’approprier une part du marché plutôt que de chercher des solutions mondiales à la contrainte des ressources constitue l’un des grands dangers. Ainsi, la Chine finance le développement en Afrique, une mesure que certains représentants des États-Unis perçoivent comme un moyen d’avoir accès au bois d’oeuvre, au pétrole et aux autres ressources de ce continent. L’Inde, autrefois partisane bon teint du mouvement démocratique au Myanmar, sous régime militaire, a signé des accords commerciaux avec ce pays riche en ressources naturelles. « Nous devons examiner sérieusement les données et nous demander, à la lumière de ce que nous consommons et de ce que nous connaissons sur les stimulants économiques et les signaux des prix, ce qui est vraiment plausible », souligne James Brander, économiste à l’Université de la Colombie-Britannique et expert de l’île de Pâques. « Le pouvoir multiplicateur de la population est tellement plus grand que le pouvoir de la terre de produire la subsistance de l’homme, que la mort prématurée doit sous une forme ou sous une autre punir la race humaine. » — Thomas Malthus, 1798 -Si la croissance actuelle en termes de population, d’industrialisation, de pollution, de production agricole et d’épuisement des ressources se poursuit, on risque d’atteindre les limites de la croissance sur la planète au cours des 100 prochaines années. — Groupe d’étude mandaté par le Club de Rome, 1972REMISE EN CAUSE

PAGE 13

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 13 PETITES ANNONCES Le Manolo InnLe Manolo Inn à Petite Rivière de Nippes Téléphones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304 E-mail : lemanoloinn@mac.com Internet disponible pour les clientsDANS LES NIPPES•Des kilomètres de plage •Chambres tout confort avec air conditionné et Salle de bain attenante •Cuisine du terroir préparée par un « Grand Chef » •Le Saut du Barril •Le Palais de Sudre Dartiguenave à Anse à Veau •La Petite Eglise de Petit Trou datant de du 17ème siècle… Chaque matin, captezMélodie Matin sur 103.3FM Lucas Super Market 14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902 Maxisound 11854 West Dixie Highway 305 895 8006 B & L Supermarket & Produce 12040 West Dixie Highway 305 893 0419 Danilos Restaurant 3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646 Christephanies 581 BC East Sample Road Pompano Beach, Fl 33064 Tél 954 781 2500 Classic Teleco 203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183 Our Lady Bakery 102 S.E 2nd Avenue Delray Beach, Fl 33444 561 272 3556 Eclipse Communication 9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616 POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay Depi nou bezwen kay rele rele rele rele rele Votre rendez-vous à Jacmel ?LA JACMELIENNELA JACMELIENNERUE STE ANNE # 71 • Tél.… 288-3451-52 hoteljacmelienne@hotmail.com • hoteljacmelienne@yahoo.frNous sommes en plein cœur de la ville, mais sur la plage. Chez nous, le bruit des vagues vous berce nuit et jour ! C’est aussi un lieu idéal pour tables rondes, séminaires, ateliers de travail… mais aussi pour réceptions et festivals de toutes sortes. Nos chambres ont toutes l’air conditionné, et leur balcon donnant sur la mer… Notre cuisine typique saura vous faire connaître et apprécier les mets délicieux du Sud-Est… Et le bar donnant sur la Piscine. Pour vos réservations :VISION MORTGAGE BANK, INCEVENS HILAIRELoan Consultant 12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161 Phone: (305) 891-2225 • Fax (305) 891-2559 • Cell (786) 285-0384 take out and delivery8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150 Tel. 305-757-6408BEL FOUCHETHACEPAtogether with andits 42 bi-national chambers of commerceinvite you to theABICC INTERNATIONAL BUSINESS CARD EXCHANGEon Thursday March 6th, 2008 6:30-8:30 PM at the J.W. Marriott Hotel 1109 Brickell Avenue, Miami Fl-33131 FREE ENTRANCE Cash Bar Complimentary Hors d’OeuvresREMEMBER TO BRING LOTS OF BUSINESS CARDS !! Un passeport a été égaré le 23 mars dernier. Voici les informations relatives à ce passeport: Name: LAMBODARAN ANANTHAN PASSPORT NUMBER: G2142318ATTENTION passeport perduToute personne qui pourra donner des informations relatives à ce passeport est priée d’appeler à ce numéro suivant3-407-8146

PAGE 14

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 14 LEGALANNOUNCEMENT REGARDING REQUEST FOR PROPOSALS FOR JANITORIALSERVICES RFPNO. MDAD-09-06 MIAMI-DADE COUNTYMIAMI, FLORIDAThe Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above referenced advertisement, which can be obtained by visiting our Website at: www .miami-airport.com/html/business_opportunities.html (in order to view the full Advertisement, please select "Advertisements" link at the bottom of the Business Opportunities page and then select the respective solicitation). Copies of the RFPsolicitation package can only be obtained through the MDAD, Contracts Administration Division, in person or via courier at 4200 NW 36th Street, Building 5A, 4th Floor, Miami, FL33122, or through a mail request to P.O. Box 025504, Miami, FL33102-5504. The cost for each solicitation package is $50.00 (non-refundable) check or money order payable to: Miami-Dade Aviation Department. This solicitation is subject to the "Cone of Silence" in accordance with section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code. DesEspoir (s)!de lui, aucune impulsion jaillissante de la pensée ; au contraire, c’est un fardeau pesant qui nous courbe de plus en plus vers en bas. » Jacques Roumain, La montagne ensorcelée. Jusqu’au dernier souffle de vie, il y a toujours de l’espoir. « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » dit le proverbe. C’est ce que nous avons appris. C’est ce que nous voyons au cinéma. Dans les « bons films », là où la bonté triomphe, là où la vérité reluit. C’est ce que nous vivons, au jour le jour, dans notre éducation, dans notre culture, de nègres, ou de blancs, ou de jaunes, ou de verts ou de toute autre variété de la palette chromatique. Dans certains cas, dans certaines cultures, cela conduit à la soumission et dans d’autres, à la révolte. Quand on a faim. Quand on a soif. Quand on n’a plus quoi perdre. Quand on n’a plus de vie, quand le tourment devient continu et que l’affliction est extrême, on n’a plus d’oreilles pour entendre ni d’yeux pour voir. « Ventre affamé n’a pas d’oreilles » dit le proverbe. En plein XXI ème siècle, poignant, cruel. Les hispanophones, en parlant de l’espoir, de la résignation, disent, d’une façon adorable, « La esperanza es lo último que se pierde». Nous n’avons qu’à le dire, à nos proches, à nos enfants, à nos parents, à nos amis. Nous n’avons qu’à le faire comprendre, aux proches, aux parents, aux amis, aux enfants, de ces plus de vingt Haïtiens qui viennent de périr en mer dernièrement, ou à tous ceux qui ont perdu la vie à la recherche d’un « aller-mieux », à El Paso, « en el estrecho » à Gibraltar, dans les Bateys, dans la mer des Caraïbes qui ne cesse d’engloutir les rêves de milliers d’Haïtiens, auxquels le désespoir n’arrête de pousser vers toutes les dérives possibles, vers d’autres rives, à la recherche d’une certaine clémence. Comme vous pouvez apprécier, je n’ai jamais su trouver une interprétation unique à ce proverbe. Tantôt il a l’air d’insuffler de l’optimisme, d’aider à surmonter une épreuve, d’éviter le désespoir, d’inviter à continuer à déguster les plats succulents que la vie nous offre. D’autres fois, il me semble complètement négatif, invitant au repli sur soi, à la résignation, à la soumission. Ce serait, en ce sens, comme notre « Bon Dié Bon » ou notre « Pito nou Lèd men nou la ». Chez nous, maintenant, c’est à nouveau le riz. Qui grimpe. Et, puisque nous ne savons plus planter des choux, on n’est plus à la mode. On ne fait que suivre la mode des produits importés, qui enrichit quelques-uns en appauvrissant tout le reste. Comme d’habitude. Rien n’a changé chez nous, le même « pimpimp » depuis plus de deux siècles. Depuis la petite guinée. Là où le nègre haïssait le nègre. Et, on a continué à se détester, à se haïr les uns les autres jusqu’au point de ne plus savoir comment se mettre d’accord. Ni pour le bien commun. Au nom de ce bien Enfin, j’imagine que cette crise, « rizicule », nous aura montré au moins qu’il nous faudra apprendre à valoriser le « lakay ». Maintenant que le monde développé ne cesse de créer ses « appellations d’origine » qu’il protège à « grands coups de capital », nous n’arrivons pas à protéger notre « capital » qui est notre environnement. Vous vous imaginez le label « LATIBONIT » pour notre riz, pour notre « Sheila », ou notre « Madan Gougousse ». Ne me prenez pas dans le mauvais sens, je ne fais aucune publicité, ni par « Action » ni par « Omission », que ce soit « Latibonit » ou « les Nippes », je ne vois que « Ayiti ». Enfin, chers amis, chers lecteurs, essayons de ne pas sombrer dans l’accablement profond. Au lieu de croire que « notre désespoir devant la pauvreté de notre vie n’est plus qu’une mauvaise habitude », qu’aucune stimulation ne nous vient de lui, aucune impulsion jaillissante de la pensée et qu’au contraire, c’est un fardeau pesant qui nous courbe de plus en plus vers en bas, essayons de voir le côté positif et de croire, comme disait Voltaire, « souvent le désespoir a gagné des batailles ». Peut-être pourra-t-on même gagner la guerre. Contre la misère. Contre le désespoir. Contre nous-mêmes. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Avril 2008 La chronique annoncée d’un naufrage politico-économiquesusceptible de lancer une campagne anti-misère, pour reprendre une expression de Jacques Roumain qui lui, et Émile Ollivier, le premier ethnologue et le second sociologue, sont célèbres au titre d’écrivain et non comme universitaires et hommes politiques remarquables. Nonobstant le marxisme, les universitaires libéraux ont outillé les instruments de la politique publique, la micro-économie, les coûts de transactions, les externalités, la macro-économique, le soutien de la demande, la sécurité sociale, les biens publics et les mécanismes de l’action collective, l’objet de la sociologie, les types de solidarité, le passage de la tradition à la modernité, le capital culturel, la science politique,les déterminants de la participation , l’augmentation du capital social, la transition et la consolidation démocratiques..l Le pays y est resté en dehors. Pourtant, Jacques Roumain fut le fondateur du Parti communiste haïtien. Il est prototypique des membres de la classe politico-intellectuelle, qui n’ont jamais pu édifier un système de représentation légitime, c’est-à-dire d’investir le corps-État haïtien, le régime despotico-anarchique,en vue de le réformer et d’avenir ainsi classes dirigeantes: d’être donc, au sens de Gramsci, des intellectuels de masse ou d’Althusser d’oeuvrer à la construction des appareils idéologiques d’État(AIE). L’insécurité alimentaire a également rendu obsolète le vieux système biséculaire d’économie marchande, acheter des denrées au moindre coût pour les exporter et distribuer les produits d’importation en se donnant des marges bénéficiaires assez élevées : c’est la division à la fois sociale et spatiale, des consignataires, des grossistes, des spéculateurs, du commerce de détail et du paysannat. Ce système repose sur l’abaissement quasi absolu des coûts de reproduction sociale des travailleurs immédiats dans l’agriculture, le secteur informel et la sous-traitance, donc de leur exclu-sion dans l’accès aux biens publics : édu-cation, santé,infrastructures administratives, aménagement du territoire. Le prochain gouvernement, qui ne peut être que provisoire, suivant le calendrier politique, ne peut formuler une politique appropriée. particulièrement dans une conjoncture qui navigue dans des zones de turbulence. D’ailleurs, les interventions routinières sont délégitimées, un budget insignifiant et incohérent devant les besoins de la population, des ministères, un héritage du duvaliérisme et de sa base, les classes moyennes, qui n’ont ni sens ni fonction dans le cadre de la construction de la citoyenneté sociale, c’est-àdire de l’architecture des minima dans un régime de citoyenneté : marché du travail, obligations scolaires, sécurité sociale. En l’absence d’un consensus, la conversion des classes dominantes et dirigeantes en classes hégémoniques est très peu probable dans les prochaines années. Haïti, en effet, ne travaille pas. Ce pays exporte très peu, à peine 500 millions de dollars et importe pour presque 1 milliard; le travail socialement comptabilisé est faible, le secteur formel comprend moins de 10% de gens qui y travaillent. L’énergie humaine est la source principale qui carbure péniblement les activités socio-économiques. Les recettes classiques ne font pas bouillir les marmites.Innover devient un impératif. Or, l’Université peine à réformer les cycles d’études et à produire du savoir; et la majorité des cadres prend le large. L’innovation sociale ne pointe pas à l’horizon; et les mouvements sociaux, qui l’animent, ne décolèrent ni ne décollent. Pourtant les pneus qui brûlent, c’est également un support pour produire de la nourriture. Ce n’est nullement une fatalité, c’est une réalité. Même la pauvreté représente un choix de société. Or, nous entrons dans l’économie de la rareté ; l’anticipation à la hausse des prix des ressources énergétiques et des denrées alimentaires. Il faut (re)penser notre politique d’aménagement du territoire. Je demeure convaincu, comme beaucoup d’autres, que la gestion rationnelle de nos ressources renouvelables peut amortir le choc qui découle de la crise alimentaire : c’est l’économie de proximité dans le cadre de l’efficacité de l’organisation communautaire : du jardinage hors-sol,de l’alimentaire, des fleurs, des plantes, à la fois pour la marché interne, la sécurité alimentaire et pour l’exportation, la sécurité des revenus; ce qui n’exclut nullement les plans de la Banque mondiale et autres institutions dites de développement. Le choix de socété se donne à voir ainsi, d’une part reproduire le triangle mortifère, les déchouqueurs, les sous-développeurs et les développementeurs ou particper à l’avènement de mouvements sociaux porteurs de capabilités pour résoudre la crise de société, comme alternative populaire et démocratique. Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr) Larose Vernet 26 Avril 08 “Mais à Trou-Bordet, il n’y a pas de surprise. On sait comment tout cela se poursuivra; on connaît la marche des événements. Depuis la colonie, rien n’a changé; le scénario est désormais classique. Le vieux vent caraïbe chargé de sel marin et d’odeurs putrides mordra encore le visage des habitants.La soldatesque dansera la meringue de la violence et de l’arbitraire...” Émile Ollivier, Mère-Solitude, Paris, Serpent à Plumes Éditions, 1994, p.240 La débâcle! L’ insécurité alimentaire vient de rendre quasiment impraticable la politique du ventre des membres de la classe politique, qui consiste d’accaparer, hors de toute imputabilité, des ministères et des organismes autonomes en vue de sustenter leurs troupes. La capacité de pilotage du prochain gouvernement,si tant qu”elle existe, est, en effet, largement embrouillée, si l’on suit le chemin balisé par le calendrier politique. Les élections sénatoriales vont amener à sa configuration , par conséquent, la question de sa confiance ne manquera pas, tôt ou tard, de se reposer. En principe, la formation de ce gouvernement aurait dû se constituer à l’issue des résultats des élections sénatoriales. D’ailleurs l’électorat aura à se prononcer ensuite lors des élections relatives au choix des députés du peuple. Ainsi les risques sont-ils très grands de voir prédominer encore la politicaillerie; ce qui hypothèque fortement une gouvernance fondée sur la recherche du bien commun. Dans ce cadre , établir un consensus autour d’une sortie de crise durable relève de la chimère; et , ni les mésalliances politiques ne vont créer un climatLIBRE PENSEE« Notre désespoir devant la pauvreté de notre vie n’est plus qu’une mauvaise habitude ; aucune stimulation ne nous vient commun, ne serait-il pas permis de « déchouké » l’antipatriotisme qui nous empêche d’avancer ? Ensemble.

PAGE 15

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 15 SPORTSAllemagne: le Bayern Munich virtuellement champion MUNICH (AFP) Le Bayern Munich est virtuellement assuré du titre de champion d’Allemagne après sa victoire contre Stuttgart 4-1 grâce à doublé de Franck Ribéry dimanche lors de la 30e journée, victoire qui lui donne une avance de 12 points sur son second à 4 journées du terme de la saison. Le Bayern, leader du championnat depuis la 1re journée, devrait enchaîner quatre défaites consécutives pour que le titre lui échappe, un scénario improbable puisqu’il n’a enregistré que deux défaites en championnat cette saison. Dans le même temps, Brême et Schalke 04, respectivement 2e et 3e avec le même nombre de points (54), doivent réaliser un sans-faute, ce qui ne leur garantirait même pas le titre en cas d’effondrement du Bayern, puisque la différence de buts est largement favorable aux Bavarois (+41, contre +21 à Brême et +17 à Schalke 04). Le Bayern sera définitivement sacré dimanche prochain à Wolfsburg s’il s’impose ou même ramène le point du match nul. Il s’agirait du 21e titre de son histoire, conquis après une campagne de recrutement sans précédent avec 70 millions d’euros dépensés à l’intersaison pour acquérir Luca Toni —auteur du premier but dimanche, son 21e en championnat—, Ribéry et Miroslav Klose. Le Bayern a déjà remporté la Coupe de la Ligue et la Coupe d’Allemagne cette saison. Il est toujours en course pour réaliser un inédit quadruplé, même s’il se trouve après le nul (1-1) à l’aller en ballottage défavorable avant la demi-finale retour de la Coupe de l’UEFA jeudi à Saint-Pétersbourg.Italie: la 35e journée, un parfum de scudetto pour l’Inter ROME (AFP) L’Inter, leader sans interruption du championnat d’Italie depuis fin septembre, peut empocher le 16e scudetto de son histoire dimanche lors de la 35e journée en cas de victoire à domicile face à Cagliari (15e) conjuguée à une défaite de la Roma (2e) chez elle contre le Torino (16e). Dans ce cas de figure, le leader compterait en effet neuf points d’avance sur sa dauphine à trois journées de la fin, sachant que les confrontations directes entre les deux rivales (une victoire de l’Inter et un nul) garantissent l’avantage aux Nerazzurri en cas d’égalité de points. A l’approche d’un troisième titre d’affilée, le succès de l’Inter, qui vient d’aligner trois succès, fait peu de doute. D’autant que si l’attaquant Ibrahimovic, blessé, demeure indisponible, le milieu Vieira, apparu très affûté au cours des dernières semaines, revient après un match de suspension. Les suspensions, c’est d’ailleurs la seule vraie contrariété des Nerazzurri puisque six titulaires le gardien Julio Cesar, les défenseurs Burdisso et Maicon, les milieux Cambiasso et Stankovic, l’attaquant Balotelli sont sous la menace d’une suspension automatique en cas d’avertissement. Et le prochain match, justement, sera important: non seulement parce qu’il peut également conduire au titre si celui-ci n’est pas déjà acquis l’AC Milan. La Roma, 2e à 6 points, est sur une dynamique différente: en concédant un nul à domicile face à Livourne (1-1) lors de la dernière journée, elle a sans doute tiré un trait sur le scudetto. Pour ne rien arranger, elle a en plus perdu son capitaine Totti, blessé, et qui ne reviendra que la saison prochaine. Son adversaire au stade Olympique, le Torino, s’annonce coriace: non seulement parce qu’il lutte pour ne pas descendre, mais également parce que la semaine passée, il avait considérablement bousculé l’Inter. La Juventus (3e), une semaine après avoir aisément battu l’Atalanta (0-4), affronte quant à elle la Lazio à Turin. Elle n’a plus qu’un point à conquérir pour être certaine de retrouver la Ligue des Champions (au 3e tour préliminaire). La lutte pour la dernière place donnant accès à la C1, la 4e, est en revanche plus incertaine. Trois formations peuvent encore prétendre la décrocher: la Fiorentina (4e, 59 pts), l’AC Milan (5e, 55 pts) et la Sampdoria (6e, 55 pts). Avec quatre points de plus, la Fiorentina qui a fait 0 à 0 jeudi en demi-finale aller de la Coupe de l’UEFA face aux Glasgow Rangers -, est naturellement la mieux placée. Elle a l’occasion d’enfoncer un peu plus le clou si elle s’impose face à la Sampdoria qui lui rend visite. L’AC Milan, lui, se fait de moins en moins d’illusions. L’idée de disputer seulement la Coupe de l’UEFA la saison prochaine commence à faire son chemin chez les champions d’Europe et du monde. Ils feront néanmoins le maximum pour s’imposer à Livourne (18e) en espérant un faux pas de la Fiorentina. dimanche, et surtout parce qu’il s’agira du derby contre LYON / KARIM BENZEMA :« Comme une victoire » En signant un doublé contre Caen, Karim Benzema a permis aux Lyonnais de faire un nouveau pas vers leur septième titre de champion. Et l’attaquant international s’est rapproché du titre de meilleur buteur. Karim Benzema, ce doublé face à Caen vous fait du bien sur un plan personnel mais il sauve surtout l’OL d’une situation périlleuse… C’est vrai. Heureusement qu’on a réussi à revenir au score. Notre entame de match avait été parfaite en marquant les premiers. Derrière, on prend deux buts coup sur coup. Ça fait mal. A la mi-temps, Fabio (ndlr : Grosso) est expulsé. Le match a complètement basculé. Se battre pour arracher le nul contre Caen, n’est-ce pas inquiétant ? Si on regarde bien les choses, nous avons fait un bon début de match et une super deuxième mitemps. A dix, on a joué comme un champion qui fait tout pour l’emporter, même si au final, on ne récolte qu’un point. Que s’est t-il passé entre Fabio Grosso et Gouffran à la pause (ndlr : Fabio Grosso a été expulsé par Philippe Malige suite à une altercation avec l’attaquant caennais dans le couloir qui mène aux vestiaires) ? Je ne sais pas trop, j’étais déjà rentré. Mais apparemment, il y a eu un échange de gifles. Nous étions déjà menés pour finalement se retrouver à dix les 45 minutes suivantes. La situation était chaude. On n’avait pas le droit de perdre avec Bordeaux qui était juste derrière et qui jouait face à dix Niçois. On s’est dépensés au maximum pour revenir au score. Est-ce un point synonyme de titre ? C’est un bon pas en tout cas car on revient de très loin avec cette expulsion de Grosso. Pour moi, c’est comme une victoire. Nous avons fait une grande deuxième mi-temps en montrant un autre visage : celui d’un OL qui a faim et qui en a dans les tripes. Maintenant, un gros match nous attend à Nice. « L’intérêt de l’équipe passe avant le mien » C’est votre deuxième but sur coup-franc cette saison après celui inscrit à Saint-Etienne dans les arrêts de jeu. Juninho a de la concurrence... Oui mais bon, c’est lui le maître. Il n’était plus sur le terrain. J’ai pris mes responsabilités et c’est rentré. Le positif, c’est que ça nous permet de rester dans la course au titre. Vous n’aviez plus marqué en championnat depuis le 9 mars face à Bordeaux, soit six matchs d’affilée. Est-ce un soulagement ? (Vexé) C’est sûr mais il ne faut pas oublier que j’ai eu des blessures dans cette période. Maintenant, je suis revenu et je suis à 100%. J’ai réussi à faire trembler les filets et c’est bien. Mais je ne me prends pas la tête avec ça. Le plus important, c’est d’être champion de France. Evidemment que ça me ferait plaisir de finir meilleur buteur (ndlr : Karim Benzema est en tête du classement avec 19 réalisations) mais l’intérêt de l’équipe passe avant. Vous avez frôlé le triplé sur cette balle piquée à quelques mètres de la cage... Sur des actions comme ça, ça va tellement vite... J’ai feinté le gardien, piqué la balle et c’est allé au dessus. Si on me redonnait quinze fois ce ballon, je referais quinze fois la même chose. Je suis attaquant : mon rôle, c’est de prendre des risques. A trois journées de la fin, est-il possible que l’OL ne soit pas sacré pour la septième fois d’affilée ? Je ne pense pas à ça. Mais nous devons faire très attention. Bordeaux n’a pas réussi à battre Nice mais ils sont toujours à quatre points derrière. Après Nice, je pense qu’on sera fixé. Premier league: Chelsea peut encore rêver grâce à Ballack LONDRES, 26 avril (Reuters) Chelsea reste en lice pour le titre en Premier league après une victoire samedi 2-1 sur Manchester United à Stamford Bridge grâce à un doublé de Michael Ballack. L’Allemand a donné l’avantage aux Blues d’une tête en première mi-temps avant de leur offrir les trois points d’un penalty à la 86e minute. Wayne Rooney avait profité d’une maladresse de la défense de Chelsea pour égaliser à la 56e minute. À deux matches de la fin, les deux équipes ont 81 points. Manchester United reste en tête à la faveur d’une meilleure différence de buts. Manchester United, à qui le titre semblait promis il y a peu, risque donc de trembler jusqu’à la dernière journée. Une altercation a éclaté sur la pelouse après le match entre des stadiers de Chelsea et plusieurs joueurs de Manchester United, dont le Français Patrice Evra, qui effectuaient un décrassage. Un porte-parole de Chelsea a déclaré que les responsables du club étudieraient l’incident à la vidéo avant de décider des suites éventuelles à y donner. Captez tous les joursMélodie matin avec Marcussurwww.melodiefmhaiti.com

PAGE 16

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 16 LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDA Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm . Vendors may choose to download the bid package(s), free of charge , from our Website under Solicitations Online Ž. Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to change. Interested parties may also visit or call: Miami-Dade County Department of Procurement Management Vendor Assistance Unit 111 NW 1st Street, 13th floor, Miami, FL 33128 Phone Number: 305-375-5773 There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service. These solicitations are subject to the Cone of SilenceŽ in accordance with County Ordinance No. 98-106. Manigat et Césaire Port d’Espagne (21 avril 2008) L’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) apprend avec consternation la mort du grand poète Aimé Césaire, survenue le 17 avril 2008 dans son île natale, la Martinique. En cette pénible occasion, l’AEC veut donc rendre un hommage mérité à cette grande figure de la littérature et de la politique de la Caraïbe mais aussi chantre de la Négritude. Césaire a été maire de la ville de Fort-deFrance (Martinique) pendant 56 ans. En outre, il a été élu député de ce département en 1946 et l’est resté pendant 48 ans. A l’Assemblée nationale française, en cette même année, Aimé Césaire a été rapporteur de la loi attribuant le statut de départements français à la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique et la Réunion, un statut similaire à celui des Départements français métropolitains. Par ailleurs, en 1958, Aimé Césaire a fondé le Parti Progressiste Martiniquais (PPM) après sa démission du Parti Communiste français. En 2001, il s’est retiré officiellement de la politique ; ce qui ne l’a pas empêché de continuer à influencer les affaires publiques aussi bien en Martinique qu’en France métropolitaine. Aimé Césaire a été aussi un essayiste et poète de grande valeur, aux multiples talents. Il a notamment publié le long poème Cahier d’un retour au pays natal (1939), qui a largement contribué à la vulgarisation de la Négritude, mouvement littéraire fondé par lui-même, les écrivains Léopold Sédar Senghor et Léon Gontran Damas. Il est aussi l’auteur de Discours sur le colonialisme (1950), ToussaintLouverture : la Révolution française et le problème colonial (1960) et des œuvres théâtrales telles que la célèbre Tragédie du Roi Christophe (1963) et Une saison au Congo (1966). L’AEC profite de l’occasion pour présenter ses plus sincères et profondes condoléances à la famille Césaire, aux amis et aux compagnons du disparu un peu partout à travers le monde, ainsi qu’à tous ceux ayant reconnu dans les idées défendues par ce barde légendaire.COMMUNIQUE DE PRESSEL’AEC salue la Mémoire du Poète Aimé Césaire par Leslie F. Manigat C ésaire, Aimé de son prénom bien porté, né le 26 juin 1913, était mon ainé de 17 ans. Il avait 18 ans quand il publia son fameux « Carnet d’un retour au pays natal », resté son « magnus opus » idéologique malgré son long parcours-itinéraire d’anticolonialiste, de surréaliste, de communiste puis d’anticommuniste comme homme de parti, puis de non communiste « populaire progressiste » jetant au-delà de sa Martinique natale son regard de fondateur de la négritude culturelle, mais aussi son regard ouvert de citoyen du monde. Price Mars a publié son « Ainsi Parla l’Oncle » en 1928, Césaire avait alors quinze ans, ce Price Mars que Senghor allait baptiser de « grand-père de la négritude », les trois pères putatifs en étant Senghor lui-même, le Sénégalais, puis Césaire le Martiniquais et enfin Damas le Guyanais de Cayenne. J ’ai beaucoup suivi mais finalement peu rencontré vraiment physiquement Césaire dans ma vie. Et pourtant les occasions de contacts n’ont guère manqué mais de conversations en tête à tête, cela ne se comptait pas sur les doigts d’une main, en petits groupes privés de circonstance, c’était différent. Et surtout, pendant treize années consécutives, de 1972 à 1985, j’ai eu à faire une « mission d’enseignement » de deux semaines sur « la Caraïbe insulaire, son histoire, son présent et ses perspectives d’avenir » au Centre Universitaire Antilles Guyane devenu l’Université Antilles Guyane (UAG). On parlait même de millésime Manigat à chacune de mes arrivées au Campus, et on me demandait comment était ou allait être le cru cette année. Et chaque série annuelle se terminait par la grande conférence pour le grand public au grand amphithéâtre de l’Université et j’en profitais pour rester ensuite passer la Noël avec mes amis antillais. C’est dire que les occasions de rencontrer Césaire n’ont pas manqué. Une d’entre elle ne m’est pas passée à l’esprit, au Morne Rouge, quand j’ai entendu de la bouche de Césaire la boutade humoristique en réponse à un ami lui demandant combien de temps il allait passer au pays cette fois avant de retourner à Paris, X semaines ou mois, “si les martiniquais ne trouvent pas le temps de me faire partir plus tôt “. Il avait besoin d’un certain état d’esprit et d’un certain climat intellectuel et aussi de solitude pour penser, écrire et agir en milieu parisien, à certaines périodes plus particulières de son existence accoucheuse pourtant d’histoire là où il se trouvait être. Car Césaire, c’était la Martinique. E t puis, je dirais même surtout, j’ai noué des rapports suivis avec la famille Césaire à commencer par Ina et Jean-Paul, deux de ses fils les plus connus, et avec les proches familiers politiques du grand poète et homme d’Etat de Fort-de-France dont certains, y compris quelques figures parlementaires de l’île, m’avaient adopté comme des leurs, et j’étais un fidèle du festival culturel Césaire de Fort de France. Inutile de dire que j’avais des amis et relations dans les milieux d’influences marquées par la formule de « symbiose Martinique-Césaire », même chez les « anti »s à l’heure où certains de cette tendance ont essayé de déboulonner la statue de Césaire de son piédestal de pontife culturel de la négritude martiniquaise, avec leurs critiques au nom de la « créolité » brandie contre le vieillard chagrin d’une ingratitude équivoque, heureusement passagère, mais qui a eu le temps de le laisser meurtri. « Nègre, je suis, nègre je resterai », c’est lié chez Césaire à cette recherche d’identité dont tout le monde a parlé après lui, mais il faut entendre la suite qui continue ailleurs, « plus on est nègre, plus on sera universel ». C’est le même sens qu’a la négritude selon Price Mars, définition citée par Damas en termes directs et simples et inoubliables « exploiter les valeurs nègres, c’est travailler au rapprochement des races dans l’esprit même du message de Price Mars à qui la négritude, j’allais dire la négristique se doit d’être ce qu’elle est, un moment de la conscience universelle ». O n sait que Price Mars a eu à exprimer cette identité nègre à encre indélébile dans le style qui lui était propre en un cri que j’aime rappeler : « Je sais bien que la jeune génération d’intellectuels d’Haiti, imbue des doctrines à la mode, conteste la réalité du problème noir en tant que problème scientifique et le ramène au conflit de l’humain et de l’inhumain … Un jour viendra peut-être où tous les hommes, par leur activité créatrice, briseront tous les fétiches que sont la race, les privilèges, l’argent et se trouveront fraternellement unis dans le travail producteur, dompté et humanize … Mais en attendant que s’accomplisse le miracle de ce merveilleux destin humain, permettez que je m’accroche au roc des réalités sociales quotidiennes, qui m’amènent à déceler les antagonismes partout où sur la terre habitable l’homme est un loup pour l’homme, partout où les préjugés, les haines, les convoitises jettent les hommes les uns contre les autres dans une mêlée furieuse de meurtres, de rapines et d’abominations. Et dans cette conjoncture universelle, ceux d’entre les humains qui ont été regardés par le soleil pendant les transformations de la planète et qui ont conservé l’empreinte indélébile de la morsure astrale sont toujours, ça et là, l’objet de discriminations d’autres fils du cosmos. Hier, comme aujourd’hui, ils en portent l’incontestable témoignage ». C’est le moment psychologique à dépasser, mais quand la réalité elle-même viendra-telle le confirmer ? du Césaire « Nègre je suis, nègre je resterai ». Même cri d’identité, même cri d’universalisme d’île en île. D ans la même veine de mes activités proCésairiennes, je peux citer mes relations étroites avec un Roland Survelor, gourou idéologique de l’environnement des populaires-progressistes, ou un Jean-Claude William devenu le Recteur de l’Université Antilles Guyane et resté proche du PPM malgré quelques dissonances ponctuelles mais non hérétiques par rapport à l’orthodoxie Césairienne, car pour tous, Césaire était le grand penseur de la Martinique, le grand homme d’Etat de l’île et le fondateur « populaire progressiste » de la négritude universalisante. Plus encore, j’avais tissé une relation amicale avec le milieu des hommes politiques dirigeants responsables du PPM qui, tels un Claude Lise, un Camille Darsières et le maire permanent de l’ère post-césairienne à la mairie de Fort-de-France, le vieux Pierre Aliker, m’avaient pris en haute estime amicale et réciproquement. C’est dire que je me mouvais en Martinique en milieu Césairien et pendant le long temps d’un quart de siècle d’exil, je me consolais de pouvoir être « un Manigat Césairien » dans cette île à la fois francophone et créolophone comme chez nous. M ais revenons plutôt à notre Césaire luimême. Le moment où j’ai vu et vécu le Césaire intime de plus près fut toutefois quand l’Université de la Caraïbe anglophone « UWI ou University of the West Indies » lui décerna son doctorat « honoris causa » au campus de Sainte Augustine, à Trinidad. J’y étais (voir CESAIRE / 16) Aimé CésaireLETTRESLe candidat Leslie Manigat aux élections de 2006

PAGE 17

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 17 comme Directeur de l’Institute of International Relations situé sur ce campus de UWI et j’eus le plaisir et l’honneur de recevoir Césaire à cette occasion. E n effet, une de ces « coïncidenceconcomitance »s dont j’aime parler, a fait que je donnais ce week-end, chez moi, la grande fête annuelle de l’Institut, logé sur le campus. Césaire y vint sur mon invitation et passai la nuit avec nous, mon épouse ainsi que nos hôtes. Brillant et disert, il charma son auditoire et ce fut la plus belle fête que nous ayons organisée, Mirlande et moi, dans l’histoire de l’Institut pendant mon séjour de cinq ans à la direction de cette unité de UWI sur le campus de Trinidad. L’anecdote fut que le public « british » du milieu trinidadien nota la différence de gestuelle, à la télévision de Port-ofSpain, avec un Césaire détendu, qui s’exprimait de tout son corps fébrile sur l’écran, jubilant de son dire communicatif souriant jusqu’à l’exubérance, en contraste avec la discrétion de froideur flegmatique de l’héritage britannique ambiant pourtant exprimant une admiration réelle pour son hôte de marque en cette fête de l’esprit. Voilà une « tranchinette » d’un moment de réel vécu d’Aimé Césaire pan-antillais « dans ses pompes et dans ses œuvres » académiques. Leslie F. ManigatManigat et Césaire(CESAIRE ... suite de la page 16) Lettre ouverte de la Commission Nationale Justice et Paix concernant les fonds de Jean Claude Duvalier bloqués en SuisseCommission Episcopale Nationale Justice et Paix Secrétariat nationa l Port-au-Prince, 21 avril 2008 Monsieur René G. Préval Président de la République d’Haïti Excellence, Nos partenaires et amis en Suisse nous ont alerté au sujet des fonds de l’ancien président J.Cl. Duvalier bloqués en Suisse. La décision de bloquer les fonds pour un temps limité, jusqu’au mois d’août 2008, a été prise par leur Gouvernement suite aux diverses actions de plaidoyer pour obtenir Justice en faveur du peuple d’Haïti. Par cette lettre la Commission Nationale Justice et Paix d’Haïti reconnaît que la cause est juste et elle témoigne son accord avec les démarches de ses partenaires en Suisse. En conséquence, elle demande aux Gouvernement haïtien d’entreprendre les actions nécessaires afin que ces fonds soient restitués au peuple haïtien. En effet, pour nous, il s’agit d’une question de Justice. Tous ceux et celles qui ont vécu l’année 1987 se souviennent des conditions du départ de l’exprésident dictateur Jn Cl. Duvalier et des fonds emportés par lui. Tous ceux et celles qui ont vécu les dernières années de la dictature se souviendront des faits comme le contrat honteux conclu entre les deux gouvernements haïtien et dominicain pour fournir annuellement, contre paiement, 10.000 braceros à la République voisine. Est-ce que les fonds versés ont jamais été comptabilisés dans les recettes de l’Etat haïtien pour servir au moins pour répondre aux besoins du peuple ? Pour la Commission, il s’agit d’une question de réparation et de restitution. Justice doit être réparatrice pour être vraie et porteuse d’avenir de réconciliation et de paix durables. Ce n’est pas correct que notre pays doit quémander des moyens pour réaliser ses projets et subvenir aux besoins de ses citoyens et citoyennes, tandis que les propres ressources du pays sont volés et dilapidés, et trop peu d’efforts sont déployés pour les récupérer. Le montant des fonds en question, 9 millions de dollars, pourrait paraitre petit face aux problèmes que le pays doit résoudre ; mais sa valeur symbolique et morale est d’autant plus grande, parce qu’il s’agit de restitution et de début de réparation. Pour la Commission, il s’agit d’une question de lutte contre l’impunité et contre la corruption. Avec beaucoup d’intérêt, Monsieur le Président, nous entendons vos appels pour lutter contre la corruption et nous voulons bien y apporter notre contribution. Nous croyons que la récupération des fonds des Duvalier serait une expression concrète de cette lutte contre la corruption et l’impunité qui la soutient dans le pays. La Commission Nationale Justice et Paix compte sur Vous et sur la compétence des instances étatiques de composer des dossiers solides, bien argumentés qui puissent faire la vérité, afin que le pays puisse récupérer ce qui lui appartient et faire un pas de plus sur le chemin de la vérité, de la justice et ainsi vers la réconciliation dont il a tant besoin. Pour la Commission Nationale Justice et Paix Père Jan Hanssens, directeur BP 1572 Port-au-Prince Haïti 6110 Tel 2943 0079 Chers tous, American Airlines, le principal trasnporteur aérien desservant Haïti sur les USA avec au moins trois vols quotidiens en temps normal et beaucoup plus en temps de vacances est en situation de quasi monopole sur ce marché en Haïti comme tout le monde le sait. Eh bien figurez vous que Haïti ne fait pas partie de la liste des pays de résidence à sélectioner sur leur site internet www.aa.com. Non seulement que le service offert par ce transporteur est loin d’être le meilleur en comparaison à ce qu’ils offrent sur les autres circuits de la région, maintenant c’est le nom d’Haïti qui ne figure plus tout bonnement. Ils ont fait un remaniement du site, chose intéressante à voir c’est que la Guadeloupe est considérée comme pays aux côtés de la France, c’est à ne rien comprendre. Je crois que ceci est un trop de plus. Après le service exécrable ponctué de retards de plus en plus long, injustfiés et non expliqués, il y a eu l’épisode de la femme qui est morte en plein vol à cause du manque d’équipements adéquats à bord de l’appareil et maintenant on nous met dehors de leur site comme pays de résidence. C’est à se demander si ce n’est pas un fait voulu et calcul ou mieux, une erreure involontairement voulue... Je vous demande de bien vouloir faire passer ce message au plus grand nombre et forcer cette multinationale a décider à nous accorder un peu plus de respect. AL Thermil Haïtien et voyageur American Airlines a-t-elle honte d’Haïti ? La députée radicale de gauche Christiane Taubira, qui avait refusé d’entrer dans le gouvernement Fillon l’an dernier, a accepté une mission consacrée aux relations commerciales entre l’Europe et 77 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), annonce l’Elysée mardi (22 avril). La députée guyanaise devra “réfléchir aux moyens de faire des accords de partenariats économiques (APE) (...) un atout et un instrument rénové du partenariat” entre l’UE et les pays ACP, précise l’Elysée dans un communiqué. Les APE, largement décriés comme inéquitables en Afrique et par les ONG européennes, devaient organiser, à partir du 1er janvier, les échanges commerciaux entre l’Union européenne et ces pays. Mais les négociations ont été bloquées, le contenu des accords ayant été jugé trop libéral et dangereux pour les économies des pays en développement. “Il faut arriver à faire reprendre les négociations, en intégrant la question du développement, en plus des questions commerciales”, a expliqué Mme Taubira à l’Associated Press. “Je ne suis pas du tout dans une logique d’ouverture”, a par ailleurs affirmé la députée. “Je travaille pour que la présidence française de l’Union européenne réussisse sur cette question”. Elle devra rendre ses propositions à Nicolas Sarkozy pour le 15 juin, soit deux semaines avant le début de la présidence française de l’Union. APChristiane Taubira accepte une mission confiée par Nicolas Sarkozy Maire de Montréal satisfait de sa visite en HaïtiMONTREAL, le 24 avril /CNW Telbec/ M. Gérald Tremblay se dit très satisfait de sa visite à Portau-Prince où il a été accueilli, du 20 au 22 avril, suite à une invitation de son homologue le maire Muscadin Jean-Yves Jason, et du Président d’Haiti, M. René Préval. Ce voyage aura permis, entre autres, au maire de Montréal de faire le point sur les travaux effectués à ce jour dans le cadre du Protocole de coopération signé au mois de décembre 2007 avec la ville de Portau-Prince, en plus d’identifier les actions prioritaires à réaliser au cours des prochains mois. “Les multiples échanges que j’ai eus avec mon homologue, avec l’ambassadeur du Canada à Port-au-Prince et ses autorités, confirment qu’il faut agir en matière d’adressage, de cadastrage, d’élaboration d’un plan d’urbanisme et de formation à la fiscalité municipale et à la géomatique, afin que la ville de Port-au-Prince puisse être en mesure de percevoir ses revenus. Ceux-ci permettront, entre autres, aux autorités locales d’investir dans l’amélioration des services offerts à la population”, d’affirmer M. Tremblay. “A cela s’ajoute d’autres transferts d’expertise au cours de la prochaine année, notamment dans le domaine de la gestion du capital humain pour laquelle Montréal a déjà posé un diagnostic. Avec l’aide et les efforts déjà déployés par les organisations non gouvernementales montréalaises et locales, nous poursuivrons la revitalisation du quartier Cité l’Eternel, qui compte un peu plus de 45 000 habitants”, de préciser le maire Tremblay. Le maire de Montréal et M. Jason ont également eu un entretien avec le Président d’Haiti. Ils en ont profité pour rappeler l’importance du rôle des villes dans la résolution de problématiques urbaines. Ils ont également présenté les priorités d’actions pour l’année 2008. Le Président Préval a assuré les deux maires de tout son soutien et de son entière collaboration dans la démarche entreprise par leurs villes. Messieurs Tremblay et Jason ont également rencontré certains ONG haitiens et montréalais. Cette rencontre a permis de mieux comprendre les rôles des uns et des autres dans le cadre de leurs interventions à Port-au-Prince. Ces organisations ont également offert leur appui à cette coopération entre villes. Au sortir de cette rencontre, il a été convenu de créer un comité de suivi afin, notamment, de coordonner le plus efficacement possible les actions menées sur le territoire. Le maire de Montréal a également profité de son séjour pour rencontrer les policiers et policières du SPVM en mission à Port-au-Prince. Ensemble, ils ont échangé sur leur expérience et sur l’importance de maintenir la paix en Haiti. Une autre rencontre importante avec les bailleurs de fonds, tels que la Banque interaméricaine de développement, l’ACDI et la Banque mondiale, figurait aussi à l’agenda du maire. Les discussions furent positives et il a été convenu entre toutes les parties présentes de favoriser l’échange d’information pour une meilleure coordination de tous. Les bailleurs ont accueilli très favorablement la démarche entreprise par les deux villes et se disent prêts à étudier les demandes d’aide qui leur seront acheminées. Soulignons aussi que le maire de Montréal a été honoré, par son homologue, du titre de “Citoyen d’honneur” lors d’une cérémonie organisée à l’hôtel de ville de Port-au-Prince lundi. Le soir même, il recevait également “l’Ordre des bienfaiteurs de Portau-Prince”, un honneur qui l’a beaucoup touché. Finalement, M. Gérald Tremblay a conclu sa (voir MAIRE / 18) Les Maires de Montréal et Port-au-Prince Gérald Tremblay et Yves Jason (www.jjaugustin.com)CORRUPTION

PAGE 18

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 18 LES JEUX En Bref...(suite de la page 2) visite par un discours prononcé devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie haitiano canadienne. Le maire de Montréal a rappelé l’importance de la participation des entreprises privées dans l’effort de coopération entre la ville de Montréal et celle de Port-au-Prince. A cette occasion, la Chambre de commerce et d’industrie haitiano canadienne, ainsi que la Chambre de commerce d’Haiti, ont signé un protocole de collaboration. Renseignements: Isabelle Poulin, relations avec les médias, (514) 872-4641; Source: Renée Sauriol, Cabinet du maire et du comité exécutif de la Ville de Montréal, (514) 872-4894Maire de Montréal satisfait de sa visite en Haïti(suite de la page 17) Président Lavalas, Jean-Bertrand Aristide, en exil en Afrique du Sud depuis 2004. La Police Nationale et la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) qui encadraient la marche, se sont félicitées de son caractère pacifique. Le 26 avril 1963, “Papa Doc” ordonna l’exécution de plusieurs officiers des Forces Armées d’Haïti dont il soupçonnait l’implication dans un présumé attentat contre son fils et futur Président à vie, Jean-Claude Duvalier, devant son école, le Collège Bird, située dans le centre de Port-au-Prince. Le lieutenant François Benoît fut la principale victime de la furie des “Tontons Macoutes”. Ses père et mère ainsi que son fils Gérald, âgé seulement de quelques mois, furent notamment massacrés et la maison familiale incendiée. Ce jour-là, les partisans zélés du régime n’hésitaient pas à abattre tout “ennemi potentiel” en pleine rue. 23 ans plus tard, le 26 avril 1986, à l’issue d’un service religieux organisé à l’église du Sacré-Coeur en mémoire des victimes, une marche commémorative, qui réunissait une foule immense, allait tourner au cauchemar et s’achever dans le sang devant le FortDimanche, l’un des lieux sinistres de la dictature trentenaire des Duvalier. Une dizaine de personnes ont été tuées, certaines par balle, d’autres par électrocution, à l’image de Fred Coriolan, un jeune militant du secteur démocratique. Il était victime de la rupture d’une ligne de haute tension qu’avaient provoquée des tirs des soldats qui étaient placés sous le commandement de feu le major Isidore Pognon, connu pour son cynisme.Haïti: le FMI “profondément préoccupé” par la crise alimentaire(AFP) Le Fonds monétaire international (FMI) s’est dit vendredi “profondément préoccupé” par les conséquences de la crise alimentaire en Haïti.”Profondément préoccupé par l’impact social de la hausse des prix des denrées alimentaires, le FMI est déterminé à épauler les efforts que déploie le gouvernement haïtien pour atténuer les souffrances des populations, tout en préservant la stabilité économique”, a affirmé le chef de mission du FMI pour Haïti, Andreas Bauer. “En tant qu’importateur net de denrées alimentaires, Haïti a été frappé de plein fouet par la flambée des prix internationaux qui continue d’infliger de grandes souffrances aux populations haïtiennes”, a-t-il estimé. M. Bauer s’est rendu à Port-au-Prince du 22 au 24 avril pour faire une évaluation préliminaire deset d’adapter le cadrage macroéconomique du programme appuyé par la Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC) à la nouvelle donne liée à ce choc exogène récents événements survenus en Haïti et leur impact sur le programme économique du gouvernement. “Nous travaillons en étroite collaboration avec les bailleurs de fonds et les autorités afin de suivre l’évolution des besoins d’Haïti en assistance financière “, a affirmé M. Bauer. “Une mission du FMI se rendra bientôt en Haïti pour achever ce travail et conduire la troisième revue du programme”, a-t-il assuré.Six personnes, dont un policier de l’ONU, ont été tuées, environ 200 blessées et de nombreux dégâts matériels enregistrés lors d’émeutes de la faim qui ont coûté son poste au Premier ministre haïtien Jacques-Edouard Alexis mi-avril.InsécuritéUn consultant à l’Agence Française de Développement (AFD), de nationalité francoguadeloupéenne, a été enlevé samedi matin. La victime était toujours dimanche aux mains des ravisseurs ... Libération par la police de Kenscoff de Marie Florence Roy Une importante opération menée par la police de Kenscoff, le samedi 25 avril, a conduit à la libération de Marie Florence Roy enlevée de sa résidence à Kenscoff le 24 avril vers 7 heures pm. Une rançon a été payée.

PAGE 19

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 19 ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou Anba bouch-a Grann Mari * Kafe ak Akasan (A.K.100)AK JACQUES JACQUELIN GARÇON* Pitit pitit-a Grann Mari pa ta kapab rete bouch fèrman devan kayte djo bolode yo rele kafe nan peyi isit. Pa di-m frekan non paske gan de kote ou pase ou ka desann yon bon tas kafe. Noumenm Ayisyen nan peyisit nou konnen ki kafe pou nou achte pou ban nou gou lakay nou abiye ake-y-la. Si se pou afèr kafe-a menm, se nan man-m (menan-m) sa rete. Se bon pou zòt, tèlman yo tilititi chapo pwenti ( tulututu chapeau pointu ). Fò yo bwè kafe ake sik blan. Men m’pale wou nèg-an-m pa gan pi bon pase youn gode kafe fèt ake dlo kann osnon rapadou, koule nan grèg twèl syanm. Dayèr menm, plis kafe nou te bwè lakay lèr m’te piti se lan lakou-a menm li te pile. Anvan pile te ganyen triye, griye ak rapadou. Labitid lakay se apre yo fin wete poud kafe-a pou yo vide youn dlo bouyi nan fon pilon-an. Sa bay youn ti kafe fò ki satiyèt andedan nen-an-w anvan ou bwè-y. Akasan (A.K.100) menmmenm-nan, se pa youn koze mounn ka pale konsa konsa. Sa ki Ayisien natif natal konnen fò nou koumanse pale denpi nan mayi, zepi osnon angren. Boukannen, griye, pile, pase nan machin, keseswa jan-y kwit, i bon. Se ake-y yo fè mayi moulen. Kote wou kite-y ake aransò? Zaboka tou wi ! Gan anpe mounn ki rele-y fòkseli, kèk zòt di mayi moulu , lòt non-an-y tou lèr-y kwit se tchentchen. N’apway jwenn akasan tou se youn manje ki sòt an Afwik. Alòs se la yo te seye-y tout jan jouk yo rive jwenn preparasyon nou konnen-an. Anpil koze pale anwo A.K.100 nan youn liv pwofesèr Maks Manniga ( Max Manigat ) sòt mete dèyò: Mots créoles du Nord’Haïti. Origines – Histoire Souvenirs , pay 27. Pa senpleman rete anwo pawòl-an-m, ay gade ake de nawè-an-nou. Tinèg Ayiti gan anpil ladrès tou nan ranje koze ake bon kou konmedi. Sa fè yo pa pedi tan ekri akasan , yo annik mete: A.K.100. M’jiskrè yo t’ap seye vin ake youn mòd AK1000 ; men sa pa te mache fò. Ifo nou serye nan sa n’ap di : gan labouyi farin mayi ou kwit youn jan likid men se pa vre A.K.100an.. Fò m’di tou nan makèt isit, ou jwenn youn farin mayi fen, fen kèk mounn kwit ake lèt, sik, kannèl, èsans, anpi yo di yo fè akasan . Adje wi dan ! Pou fè bon jan kalte akasan , fè wou mete mayi angren chèchla chode, lèr-y kreve kon pwa, ou pile-y osnon machinen-y nan moulen. Atò wou mete-y tranpe nan dlo. Piske fò-y dòmi, i kòm vin youn jan sirèt, akòz i travay (fèrmante) ; men i pa gate pou sa. Denmen granmtimaten w’ay koule-y, pwije-y nan youn twèl fen jouk i pase san ma. Konsa ou mete-y byen kwit ake moso jenjanm, kannèl, lanniyetwale. Nan zòn Lwès-la yo mete youn ti fèy zepis ki rele malagèt. Sa bay bon sant ake gou tou. Akonpayman A.K.100 sa-a se bon kalte siwo kann. Konsa i vin gan youn gou espesyal. Lèr yo kwit-li youn jan pi fèrm, kòm pi solib, yo detaye-y gwo bit ake kiyèr, yo toujou simaye siwo anwo-y. Sa menm i rele kole. Okap sèl machann ki te espesyalis esponsab ti kòmèrs sa-a, sete 2 sèr. Ale pou dizèrdmaten mounn mèt konmanse pare bouch-a-yo, veso-ayo, kiyèr-a-yo, anpi mezi lajan-yo, gwòsèr-a bòl-ayo. Akasan se manje zansèt-an-nou kite pou nou. Jounen jodi, tout timounn mande kònflèks, yo pa vle AK100 ankò. Si yo te gan konprann yo ta wè kònflèks se mayi menm jan ak akasan ; men ti gou-a-y wòwòt devan lodèr ake bon gou kalte AK-100 lakay Ayiti Tonma ganyen. ________ ·Jacques Jacquelin Garçon ap ekri youn liv : « Anba bouch-a Grann Mari ». =====================KONPLIMAN POU : HAITIAN NEIGHBORHOOD CENTER <>Nou bat youn gwo bravo pou kouzin Jepsie Métellus direktè ekzekitif Haitian Neighhood Center yo rele <>. Mesye-dam Sant-la te òganize youn resepsyon pou renmesye komèsan ak pèsonalite k’ap ede Sant-la epi kolekte youn ti monnen pou penmèt yo kontinye ofri sèvis y’ap ofri depi kèk tan. s’ oun sant referans. Kèlkeswa pwoblèm ou gen ou depoze-l nan men mesye-dam yo, y’ap edew, y’ap gide-w. Sware-a ki te fèt nan Deauville Resort nan Miami Beach te wololoy. Youn sware klasik. byen òganize. Byen senp. Teni kravat ak vès pou mesye yo. Medam yo: talon kikit, wòb lonng, kòsaj fann devan…ayayay! Apre youn ti diskou remèsiman tou senp men byen atikile Jepsie Metellus salwe asistans lan epi mache fè foto ak envite yo, tab apre tab. Sou kadans group Ansanm Belfort ki t’ap jwe youn bon ti mizik djaz. An apre, yo te rekonèt 3 mounn nan kominote daprè Komite direksyon k’ap fè youn travay eksepsyonèl nan kozman edikasyon kominotè. Se te Jan, Jak, Jeri. Jan-an se mwenmenm Jan Mapou. Jak la se Jacques Despinosse , depite nan Vil Nord Miami . Jerry se Gérard Jean-Juste, youn aktivis. Youn defansè dwa mounn. Jerry te voye youn lòt militan nan domenn imigrasyon resevwa twofe-a pou li, Jak te kare zepòl li, gonfle tomak li pou di mèsi. Kanta pou jan ki se menmenm mwen te remèsye mesye-dam yo e mwen te di tout ekip solid Sant-la ki fè youn diferans nan sèvi kominote-a mèsi. Mwen te santi mwen ozanj lè mwen sonje mwen te younn nan manm jiri ki te batize Sant sa-a e ki te vote pou non-an. Nou te chwazi SANTLAN (paske vwayèl nen ki gen konsòn -a dèyè li rale atik . Men yo te pi renmen Sant-la olye <>. Se pa grav! Nou swete pou mesyedam Sant-la kenbe dyanm. Travay-la anpil. Li pa fasil. Se nou chak ki pou pote ti kontribisyon pa nou nan konbit-tèt ansanm-lan. Nan non Sosyete Koukouy ak tout lòt atis yo mwen di mèsi anpil. ================================LÈT POU YOUN ZANMIApwopo lanng manman nou an Bonjou kanmarad, Nan pale nou yè maten ou te di mwen : travay kominotè w-ap fè a se pa pou ou fè pwomosyon kreyòl, men se kòmsi ou bliye se kreyòl ou ye. Ou di mwen tou ou pa gen okenn pwoblèm ak lanng kreyòl la, mwen dakò ak ou. Sa ki parèt dwòl, sèke mwen oblije toujou ap plenyen, paske mwen pa kab jwenn tèks yo pou mwen tradui . Poukisa, tèks yo pa kab vin jwenn mwen ? An reyalite, lè ou aji youn fason pou ou bay kreyòl la espas, se pwomosyon kilti ou w’ap fè. Anfèt, kit nou vle kit nou pa vle, pitit nou pa pe janm Kanadyen 100%. Laprèv, chak fwa blan yo kontre ak yo, premye kesyon ki soti nan bouch blan yo se : Nan ki peyi ou soti ? Lè konsa, pa mwen yo reponn, mwen se Kanadyen, Blan an reponn eskize-m! Kidonk, nou genyen enterè pou nou fè pwomosyon kilti nou, epi pase li bay pitit nou. Prensipal fason pou nou andose kilti nou epi pase li jenerasyon an jenerasyon, se lanng nou pale a pou nou jouke pi wo. Peyi kolonizatè yo konnen fòs zouti kiltirèl sa a, se sa ki fè chak fwa yo anvayi youn tè, yo fòse mounn yo aprann lanng yo epi yo foure relijon pa yo nan kòsay mounn yo. Lè konsa, se kilti pèp natif-natal la yo kraze pou yo rann li zonbi, epi lave tèt pitit peyi natif la. Blan yo tèlman fè sa byen, gade tout tan nou pase ap pale sou youn dosye ki poutan senp. Wi senp ! Ou voye tèks yo ban mwen, mwen tradui yo epi mwen voye yo tounen ba ou. Epi nou korije erè ki dwe korije. Vwala, se nan pale anpil, fè bèl fraz nou tonbe. Tout sa, se paske nou kanpe sou de teren diferan. Dimwens, aksyon ki pou mwen espontane epi natirèl, tounen youn pwa senkant pou ou. Blan yo mare nou wi. Yo kreye konfizyon lanng ak konfizyon relijyon nan mitan nou. Sa lakòz nou divize an de (2)kategori : Afriken, sila yo ki pa gen chans aprann li nan lanng blan-an epi sila yo blan yo lave sèvèl yo ak lanng li an. Batay lanng, se batay ideyolojik. Epitou,se nan konba ideyolojik-la menm nou ye. Manman nou Ayiti pa ta janm panse apre nou fin bwè lèt nan tete li, grandi menm jan, pase nan menm lekòl, nou ta kab tounen de ( 2 ) pitit diferan ideyolojikman. Epitou, nan diferans ideyolojik la, se mounn nou kwè nou ap defann yo ki ap sibi, paske se yomenm ki santi yo se mounn an deyò parapò ak mounn lavil. Oubyen ankò yo sòt epi lòt yo gen lespri. Se tout deba sa yo, batay lenguistik yo pote anndan yo epi tout Ayisyen ta dwe depase, kite dèyè, men nou poko ka rive la. Laprèv nou ap pale sou sa jodi-a ankò apre plis pase 200 lane endepandans. Fè pwomosyon lanng kreyòl la, se youn kesyon prensip. Se bay pèp la asiz pou li gen konfyans nan pwòp tèt li. Epi pou li pa wont pwòp tèt li. Lè youn mounn kanpe devan li ap pale franse, li pa pe jennen. Li pa pe wont, paske li ap konnen limenm tou li pale youn lanng lòt lan pa kab pale oubyen lòt mounn lan poko aprann pale. Se sa tou ki pral pèmèt li viv epi aksepte pwòp tèt li kòm mounn, kòm sitwayen entegral sou tout tè kote l’ ap viv. Se konsa, ou dwe wè koze lanng lan anndan dokiman tout dokiman ou ap pibliye pou Ayisyen yo. Se konsa tout jounal anndan Ayiti ta dwe wè sa : Nouvelliste, Le Matin, Le Moniteur elatriye. Se konsa tou biznis Ayisyen nan domèn vann liv ta dwe wè sa. Nan pale nou, ou toujou di mwen, ou bezwen asire byennèt pèp-la. Younn nan fason pou ou asire byennèt li, se sèvi ak lanng li pale-a. Ou dwe sèvi ak lanng li pale-a chak fwa li posib oubyen ankò chak fwa sa nesesè . Se lè sa-a pèp la pral santi, li egal ak lidè yo. Nou konn li, nou konn ekri. Se zouti ki esansyèl nan kalite sosyete nou ap viv la, pèp-la poko konn li , li poko konn ekri, men kiltirèlman nou se menm ak li. Eritay kiltirèl nou pote anndan nou an, se limenm li pote anndan li tou. Anplisdesa, se eritay kiltirèl sa-a menm ki fè fòs nou toupatou kote nou pase. Nan rapò mounn save yo ak pèp la ki pale kreyòl sèl grenn lan, se kòmsi nou gen youn ekwasyon :1 + 2 = 3. 1 pa 3 ni tou 2 pa 3, men se 1 ak 2 ki fè 3. Yo pa menm, men yo egal. Pèp-la, ki se reprezantan 100% kilti Afriken an anndan peyi-a, reprezante 80% popilasyon peyi-a, epi noumenm afranchi po nwa epi po klè yo (mwen vle di noumenm ki pase lekòl yo, [lekòl ki konvèti nou ideyolojikman, epi leta Ayiti poko vle chanje a], nou reprezante apeprè 20% popilasyon an. Nan afranchi yo, mwen mete oumenm, mwenmenm ak tout lèzòt ki pase sou ban lekòl yo. Se de kategori mounn sa yo peyi a genyen ki dwe aprann jere kondisyon lavi yo nan youn nivo kote yo pral mete ansanm pou yo tounen 3. Se 1 + 2 sa-a ki dwe tounen 3, youn fason pou nou tounen youn fòs. Se fòs sa-a Blan yo te prevwa depi tout tan, ki fè yo foure nan tèt nou youn modèl edikasyon, kote nou devlope epi nou grandi ak tout kalite divizyon nan sosyete nou an. Tout tan ou kanpe lwen fòs pèp-la, mwen vle di fòs kiltirèl li, se tout tan w-ap kanpe lwen relasyon ki pèmèt 1 + 2 tounen 3 a. Si Blan an rekonèt ou gen youn lanng jouk pou li toujou ap voye dokiman ban nou tradui nan lanng lan( nivo federal), poukisa oumenm ou pa vle aksepte bay lanng lan plas li ? Kou blan yo vin nan aktivite nou, premye sa yo fè se aprann di kèk fraz kreyòl. Noumenm Aysisyen yo, nou bat bravo lakontantman pou yo. Poutan kou yo la pami nou, pou nou fè yo plezi, nou bliye nou gen youn lanng ki pa nou epi se lanng pa yo a nou tanmen pale, kant yomenm yo konnen epi aksepte diferans lan. Alòske, nan peyi etranje kote n’ ap viv , li klè pou nou tout gen youn opsyon bilenng nou vle meprize. Youn opsyon k’ap manbre nou mete ou dyanm nan amoni ak tout kòt fanmi nou. Nan plizyè rankont mwen patisipe , se toujou blan yo ki parèt ak pwopozisyon ki entegre kilti Ayisyenan nan travay n’ap fè an ekip. Eske sa se nòmal ? Kisa ki lakòz nou rive nan pwen sa a ? Mwen ap reponn pou ou : Se paske kolonizasyon an desounnen nou. Po nou nwa, men anndan nou se youn lòt mounn ki ap aji. Mounn kolonizatè yo devlope anndan nou an. Ayisyen ki te sou tab kote mwen te ye yo pa janm sonje yo gen youn kilti ki kab fè ladiferans. Se kòmsi nou ta di : « Fezè nat fè nat epi li dòmi atè. » Reflechi vye kanmarad mwen . Reflechi. Tu fus mon mentor. Tu le demeures encore , men chak fwa mwen santi ou vle kite ray la, se responsablite mwen pou mwen rale ou mete ou sou ray. Anfèt zanmi mwen, frèdam mwen, tout dwèt nan men nou pa menm longè, men lè nou pliye yo ansanm, yo fè youn youn gwo boul won , ki tounen pwen nou, nou kab frape sou youn tab pou nou di non. La-a ankò, nou kab tounen ak ekwasyon-an 1 + 2= 3. Plis ou ap apwoche ou toupre Lewòp, kòm afranchi ak lanng blan an te fè nou aprann lan, se plis ou ap kite pèp ou a, ki pale kreyòl sèl grenn lan dèyè. Se plis tou blan ap kontan, paske nou ap mache nan jwèt divize pou reye li gaye nan mitan nou depi lendepandans lan. Jwèt ki fenk kare ap afebli nou. Plis nou fèb, se plis blan ap pran plezi pou li rale fisèl nou fè nou jwe kont pwòp tèt nou, pase nou nan tenten, pase diyite nou nan labou eksetera eksetera tankou sa te fèt nan ane selebrasyon 200 an endepandans nou an. Kounye a, ki mounn ki ap pwofite ? Ki mounn ki wont ? Ki mounn ki pèdi? Fè pwomosyon youn lanng, manman nou ak tout kòd fanmi ou pale, se fè pwomosyon pwòp tèt ou . Li pa pe deranje ni oumenm ni plan ou, ni rèv ou. Okontrè, li ap ba you jèvrin, paske li ap ede mounn ki anba yo wè ou avèk yo 100%. Lè konsa, se diyite mounn yo nou konsolide. Paske, lè mounn yo, ki pale kreyòl asea wè tout bagay ap dewoule nan youn lanng yo pa maton ladan, yo wont tèt yo wi. Yo santi yo manke sou mounn yo . Yo pèdi nan diyite yo , paske yo pa gen nivo lanng lan ki pou pèmèt yo aji tankou youn sitwayen entegral nan mitan pwòp konpatriyòt yo. Men vrè pwoblèm lan frè mwen. Nou gen mounn nan mitan nou ki bèbè kant yo gen lapawòl. Nou fonksyonne ak youn lanng yo pa konnen byen, oubyen yo pa konnen ditou, nou retire dwa pawòl yo nan men yo epi nou pèdi kontribisyon pozitif yo ta kab pote nan rasanbleman nou yo. Mwen ta renmen ou konprann sa pou ajisman-ou sèvi ekzanp youn fason pou libere lapawòl lakay mounn sa yo. Sa se travay ou tou kòm lidè, cher camarade . Se nan nivo sa-a mwen ye zanmi mwen. Se sa mwen ta renmen ou entegre nan lespri ou. Se la mwen ta renmen ou vin kontre ak mwen, paske pawòl mwen ap pale la yo soti dirèk-dirèk nan tout aprantisay nou fè ansanm kòm timounn bout pantalon jouk nou rive pran grad mete pantalon lonng. Mounn ki ap pale ak ou jodi-a, se mounn ou te fòme-a. Li ap mande ou pran konsyans epi reflechi sou kote nou kote nou soti, kote nou ye jounen jodi-a epi jouk ki kote nou kab rive ak ekwasyon: 1+ 2 = 3 a. Nou genyen youn ti ponyen mounn tou piti ki reyisi sou tè etranje. Anfèt, ti ponyen tou piti ki reyisi a dwe toujou sonje kolektivite-a, paske reyisit nou an ap toujou manke moso si nou ap jwi li pou kont nou sèl grenn. Ak konpòtman endividyèl-la, se kòmsi depi nou bon, se tout mounn ki bon, alòske se lekontrè. Anvan mwen ale, mwen senpman vle raple ou konstitisyon 1987 la di nou gen 2 lanng ofisyèl. Pèp la te vote pou li. An n’ travay ansanm pou nou respekte vòt mounn yo. Bon mwen pa rete non. Kenbe fèm. Se Bon zanmi ou : Kaptenn ki renmen ou anpil, ki respekte ou epi ki vle louvri je ou Sou youn dimansyon kiltirèl ou pa toujou evalye menm jan ak li. M’ale. Nou va kontinye koze, paske pa gen pwoblèm san solisyon.

PAGE 20

Mercredi 30 Avril 2008 Haïti en Marche Vol. XXII No. 14 Page 20 BACK PAGE Haïti en MarchePort-au-Prince 100 Avenue Lamartinière (Bois Verna) Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323 Miami 173 NW 94th Street Miami, Florida 33150 Tel. 305 754-0705 / 754-7543 • Fax 305 756-0979 New York • 914 358-7559 | Boston • 508 941-6897 Montréal • 514 337-1286 email:melodiefm@hotmail.com | haiti-en-marche@hughes.net URLwww.haitienmarche.comLibrary of Congress # ISSN 1064 3896 Sunday May 18, 2008 HAITIAN FLAG DAY CELEBRATION School Marching Band Parade Pre-Qualification Friendly Game World Cup South Africa 2010 H A I T I JAMAICA Central Broward Park City of Lauderhill Sunrise blvd & 441All Super Stars: Ricardo”BiBi”Tyrone Marshall Marion King-Luton Shelton-Wiley Boo-Fuller 5:00 9:00 PM Adm:Bleachers=$30.00 In advance***$40.00 at the door Grandstand=$45.00 In advance***$50.00 at the door ***Children=$15.00 Ticket on Sale everywhere!.. Info: 786285-2093 *** 786-380-7576*** 954-655-3249***954-895-4832 Sponsored by:All Super Stars: Johny Placide-Jn-F.Lecinele F.Bertin.Abel Thermeus-Jn-P.Peguero-T.Velten MEN’S NATIONAL TEAM “A” MEN’S NATIONAL TEAM “A” Jesse Jackson arrivé dimanche pour une visite de trois jours en HaïtiLe leader des droits civiques lundi à Cité-Soleil accompagné de la militante haïtienne Lucie Tondreau (photo Eugène Robenson)