Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text















Haiti en Marche edition du 14 au 20 Decembre 2005 Vol. XIX No. 46


S a 4- ISal H i4 f t, al, q IM aM a

( Jifc :*;. *l^B^l^li *^K H .B^|^^i^J^H':^iBl^Ri^i^h^^H~il :,gjiB~fh^^^l^^^B^H g^^ki^ii^H J^^HlR :^^fi::::: i^k^^^HlH ~li-fi^^ihB:


Copyrighted Material

Syndicated ContentI

from Commercial News Providers"


Arrivee lundi du president dominicain Leonel Fernandez photo Yonel


Preval et Simbus en t te d'un sondage

MAUVAISE PERFORMANCE POUR L'ANCIENNE OPPOSITION
PRESIDENTIELLES
ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 12 Dd-
cembre Faisons le calcul. Les candidats
de l'ancienne opposition, mis ensemble et
toutes tendances confondues, totalisent h
peine le score cr6dit6 h l'ex-pr6sident,
Rend Pr6val, dans les r6sultats du sondage
o py rig htd M aterial r6alis6 aux bons soins de l'Ambassade
amdricaine (USAID).
Syndicated Content Prdval obtient 32% des
sympathies de l'6lectorat dans ce sondage,
Available from Commercial News Providers" contre 5 h Leslie Manigat; Evans Paul,
Serge Gilles, Guy Philippe, Luc M6sadieu,
Marc Bazin: 4; Paul Denis (OPL) 3; enfin
Charles Henri Baker et Dany Toussaint ne
rdalisent que 2 points.
Cependant la grande surprise
vient du candidat (non agr66 par le conseil
electoral) Dumarsais Sim6us, venantjuste
apris Rend Pr6val avec 21 points.
Le candidat arrive le dernier dans
la course, et inconnu dans le pays jusqu'h
septembre dernier (Sim6us a v6cu aux
Etats-Unis pendant 40 ans), fait un chiffre
plus de 4 fois sup6rieur h n'importe quel
dirigeant de l'ancienne opposition.
M~me si l'on n'est pas oblige de
prendre ces r6sultats pour argent comptant
(l'USAID a confi6 le sondage h une firme
sp6cialis6e, CID-Gallup, dont le
repr6sentant, M. Fred Denton sefior
analyst, nous dit qu'ils pretent leurs
services en Am6rique latine depuis
plusieurs anndes), nous ne pensons pas que
la mission amdricaine prendrait le risque
de se d6savouer en prdsentant des chiffres
qui seraient totalement en deqa de la
r6alit6.
D'autre part, l'administration
Bush n'a jamais nid sa participation dans
le renversement de l'ex-pr6sident Jean-
Bertrand Aristide aux c6t6s de l'ancienne
opposition.
Faudrait done croire que cette
Dumarsais Simius et Dr GCrard Blot de T&t Ansanm photo T. B6lizaire (voir Sondage / 4)


POLITIQUE:

AFFAIRE SIMEUS


Executif -

Cassation :

Guerre

ouverte
EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 10 D6-
cembre Une succession d'ev nements s
surprise. Jeudi, la Cour de cassation
r6cidive son arret faisant pour la seconde
fois injonction au conseil electoral
provisoire (CEP) d'inscrire l'homme
d'affaires haitien-americain Dumarsais
Sim6us sur la liste des candidats a la
pr6sidence.
Le CEP avait ignore la premiere
decision de la plus haute instance
judiciaire du pays, et avec le soutien du
gouvemement provisoire, disqualifi6 de la
(voir Cassation / 5)

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tl1.: 245-1910
ou 74 bis Rue Capois ( Melodie FM)
Tl / Fax: 221-1323 ou 417-0384

Miami
174 N.W. 94th stret
Miami, Florida 33150
Tel.: 305-754-0705
Fax: 305-756-0979
New York
914-358-7559
Boston
508 941 6897
Montreal
514-337 1286

email: haitienmarche@direcway.com
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064-3896


U







I EN PLUS...


EN BREF...


Mercredi 14 Dlcembre 2005
H-Taiti pn Marrhp Vnl YTY Mn of.


Pour des elections credibles

et incontestees en Haiti
Juan Gabriel Valdes
Ancien ministre chilien, repr6sentant special du secr6taire general
de l'ONU en Haiti et chef de la MINUSTAH
Le Devoir, edition du vendredi 9 d6cembre 2005
Le vendredi 25 novembre 2005, dans les bidonvilles de Port-au-Prince les
a Port-au-Prince, le Conseil electoral plus affects par la violence des gangs
provisoire a annonc6 les dates officielles armn s.
du premier tour des elections irdsidentielle Nous sommes conscients de la


Juan Gabriel Valdes pho
et l1gislatives en Haiti (le 8janvier 2006),
du deuxibme tour (le 15 f6vrier 2006),
ainsi que des elections municipales et
locales, prdvues le 5 mars 2006.
La publication du calendrier
electoral constitue une annonce trbs
attendue aussi bien par la population
haitienne que par la communaut6
international.
I1 reste certes plusieurs d6fis a
relever pour s'assurer que ces 6ch6ances
seront tenues et que les problemes
logistiques, notamment la question de la
distribution des cartes d'l6ecteur ou
encore le recrutement et la formation des
40 000 agents 6lectoraux, seront r6solus.
Ces d6fis techniques ne doivent
pas masquer les progrbs consid6rables
accomplis au cours des demiers mois, sans
un seul incident de violence politique.
L'Organisation des Etats
am6ricains, soutenue activement par un
appui logistique de la Mission des Nations
unies pour la stabilisation en Haiti
(MINUSTAH), a apport6 son assistance
pour l'enregistrement sans incident, y
compris dans le bidonville de Cite Soleil
- de plus de 3,5 millions d'l6ecteurs. Des
chiffres qui vont au-dela de toute
esp6rance !
Plus de 809 centres de vote et
8883 bureaux de vote ont &t d6sign6s. Les
6lecteurs haitiens disposent d6sormais
d'un large 6ventail de candidats
repr6sentatif de toutes les tendances
politiques du pays. Qui aurait parid sur un
tel r6sultat six mois auparavant ?

Tout mettre en oeuvre
En 6troite cooperation avec ses
partenaires nationaux, r6gionaux et
internationaux, la MINUSTAH, que je
dirige, continuera a s'engager a tout mettre
en oeuvre pour que ces elections soient
r6alis6es dans les meilleures conditions.
Conform6ment a son mandat, la
MINUSTAH continue a soutenir le
gouvemement de transition et la Police
nationale d'Haiti (PNH) dans leurs efforts
pour assurer un environnement s6curitaire
et stable pour le processus electoral. C'est
dans ce cadre que nous avons adopt une
attitude plus robuste en ce qui concerme
les groupes arms ill6gaux. Des operations
militaires et humanitaires a grande 6chelle
ont &t6 mendes en commun avec la PNH


to Haiti en Marche, A J&r6mie
volont6 de certains groupes, arms ou
organisms, de tout mettre en oeuvre pour
saboter un processus electoral qui leur
6chappe. La MINUSTAH redoublera de
vigilance afin que ces desseins obscurs
n'aboutissent pas.
La contribution des Nations unies
au processus electoral en Haiti ne se limite
pas aux questions s6curitaires. Le
secr6taire g6ndral de l'ONU, Kofi Annan,
a a plusieurs reprises invite les pays
donateurs a acc6l1rer le d6boursement de
fonds promis en faveur d'Haiti.

Tolerance
Ne perdons cependant pas de vue
que l'histoire de ce pays prouve qu'aucune
participation 6trangere militaire ou
financibre, unilat6rale ou multilat6rale -
ne r6alisera de progrbs durables a moins
que les Haitiens assument leur
responsabilit6 et s'approprient
collectivement le processus d6mocratique
au-dela des elections.
Au cours des derniers mois, le
peuple haitien a d6montr6 son
enthousiasme et son envie de participer
aux elections. II appartient done aux
leaders politiques de tout mettre en oeuvre
afin d'dviter qu'au lendemain des scrutins,
Haiti n'offre l'instar d'autres regions
du monde l'image d'un pays dont les
futurs dirigeants se d6chirent dans une
surenchbre de contestations syst6matiques
de la r6gularit6 du vote ou de
d6nonciations intempestives de fraudes.
La tolerance devra 6tre de mise
avant, pendant et apres les elections. Tous
doivent d6sormais s'accorder a placer au-
dessus de tout l'int&r&t sup6rieur de la
nation. Le Code de conduite electoral
sign au mois de juin 2005 doit 6tre mis
en pratique et respect. Les candidats
doivent faire preuve de moderation et
6viter, meme dans leur langage, que la
division et la polarisation qui ont
caract6ris6 la vie politique haitienne au
cours des dernibres anndes ne soient
exacerb6es.
Toutes les conditions devront 6tre
reunies pour que les prochaines elections
en Haiti soient d6mocratiques, honnetes
et transparentes, fruit du vote secret des
Haitiens et expression d'une decision
souveraine et populaire que tous les
candidats devront respecter.
(voir Valdes / 3)


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"










Les discours des deux chefs d'6tat au Palais National
I1 6tait environ 1 heure de l'apres-midi quand le president par interim Alexandre
Boniface et le president dominicain Leonel Fernandez ont p6entre dans le salon jaune
au Palais National ou les attendaient les joumalistes depuis le matin.
Le President Boniface Alexandre a pris la parole en premier vantant l'amiti6 haitiano
dominicaineet demandant que la justice dominicaine fasse son travail et que cesse la
justice exp6ditive.
Le President Leonel Fernandez a 6voqu6 trois points importants durant son discours.
D'abord la question migratoire. On n'a pas ete sans remarquer qu'il a soulign6
d'abord qu'un commercant dominicain avait 6et tue par un Haitien. Puis il a dit que
suite a cela, un haitien avait et6 tue. II a conclu cette premiere partie en 6voquant que
la justice devrait etre la meme pour tous.
En deuxieme partie, le president Fernandez a 6voqu6 la question de la drogue,
signalant que la majority de la drogue venant de Colombie transite par Haiti, se
rendant ensuite en Republique dominicaine. Pour contrer le problem, les presidents
dominicain et colombien viennent de signer un trait et Mr Fernandez a souhait6 que
Haiti soit 6galement un signataire de ce trait pour controler et mettre un terme a ce
trafic. En Republique dominicaine, nous sommes passes a une nouvelle tape
maintenant et sommes devenus des consommateurs de drogue, ce qui n"etait pas le
cas autrefois, a dit Fernandez. Aussi il faut faire quelque chose et Haiti devrait faire ce
qu'elle peut pour empecher a la drogue d'entrer sur son territoire. La drogue amene
toute sorte d'autres trafics criminels. Vols de voiture, kidnappings faisant regner un
sentiment d'insecurite dans le pays.
Pour donner un essor nouveau aux relations haitiano-dominicaines, Fernandez
souhaite que soit relanc6e la Commission haitiano-dominicaine qui avait 'et6 active
pendant les 5 ans de sa premiere presidency, c'est a dire de 1996 a l'annee 2000. I1
faudrait faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cette commission devienne de
nouveau active.

Leonel Fernandez: les autorites ha'itiennes sont
" corrompues"
11 Dec 2005 A deux jours de sa visite en Haiti, le president dominicain Leonel Fernandez
confie a la BBC de Londres que Haiti est dirigee par des "autorites corrompues qui n'ont aucun
int6ret pour leur pays". Selon le president dominicain, la crise haitienne constitue un problem
de s6curit6 nationale pour son pays a cause de immigration accrue de nos ressortissants et
aussi une menace a la stability regional a cause du trafic de la drogue.
D'autre part, les critiques des organisations de defense des droits humains autour des violences
exerc6es contre des ressortissants haitiens en territoire voisin et qualifies de x6nophobie sont
consid6eres par Leonel Fernandez comme l'expression de l'irresponsabilit6 de la communaut6
internationale dans le "traitement de la question haitienne."

















i "Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
















Aw '.ft


Page 2





I ridi u rll *vldltIW VVI INV ~ ~ T






Mercredi 14 Dhcembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 46


Page 3


I L'ACTUALITE EN MARCHE I


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


C8 pw brw0
a -` t~lr erbw


VALDES : ELECTIONS
(suite de la page 2)
L'objectif est d'aider a terme ce pays que nous
aimons tous a s'engager sur la voie de la stability et de
l'union envue de favoriser son d6veloppement 6conomique
et social. Les citoyens d'Haiti ont un droit 16gitime a
l'impatience en raison de la longue histoire de violence
politique et de querelles internes. Les dirigeants politiques
de ce pays ont le devoir de ne pas d6cevoir.
Les acteurs politiques d'Haiti disposent d'une
chance unique de mobiliser un engagement national et
international en vue de donner au peuple haitien, en
commencant par sa majority la plus pauvre et la plus
vulnerable, les raisons d'esp6rer.


om n -m a lrm"_@ rw
^^.^^^k^^^w"^^ a m^^^^ so mefl^^ c^^^kB^^ I^^ ^^^^^ ^^^^


- o


"Falsons route ensemble"


VENEMENT SOMMAIRE >
L'EVENEMENT
La visite du president dominicain perturb6e par des
manifestants p.1
Boniface Alexandre et Leonel Fernandez pronent la
comprehension reciproque p.7
ANALYSE
Pr6val et Simeus en tete d'un sondage
Mauvaise performance pour l'ancienne opposition p.1
POLITIQUE
Pour des elections credibles et incontest6es, par J G. Valdes
p. 2
Sim6us dans la course seul ou dans une alliance p.3
Miami : marche pour la liberation du pere Gerard Jean-Juste
p. 14
NOUVEAU CONFLIT
Ex6cutif-Cassation : guerre ouverte ... p. 1
Greve des tribunaux contre le renvoi des juges p. 3
Nouvelle decision de justice favorable a un candidat 6cart6 p.3
VIOLENCES ET INSECURITE
40 personnes enlevees en 15 jours p. 9
Liberation d'un missionnaire tcheque p. 9
Decouverte d'un depot d'armes p. 9
EDITORIAL
Violences et elections p. 4
DEVELOPPEMENT
L'identification des biens p.16
LIBRE PENSEE
Loyaut6 p. 12
SOCIETE
Le pedophile vit en Haiti p. 20
Institut Francais : 60 ans p. 16
Debat relanc6 sur la colonisation p. 17
HAITI DANS LA CARAIBE
La Caricom attend les elections en Haiti p. 12
^_________________







I UNE ANALYSE I


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol XIX No 46


Preval et Simeus en tete d'un sondage

(Sondage ... suite de 1'A m bassade 0 T y dolmeplut6tl'industriel
de la lere page) A meam erica ne Charles Henri Baker en
derniere a perdu toute son importance, Mais avant le cofit de la vie et le contest le score attribu6 a l'ancien tote de la course a la pr6sidence.
meme auxyeux de ses meilleurs supporters, ch6mage, viennent aujourd'hui comme president Rend Prdval. Baker n'obtient que 2 points dans
d&s lors qu'Aristide 6tait parti du pouvoir. preoccupation premiere la violence et la Toutefois Mme Marie France le sondage CID-Gallup.
criminality. Le dernier bilan de la police Claude (PDCH) a indiqu6 qu'un autre
Echec de la transition ... nationale est de 30 kidnappings en 15jours. sondage, celui-ci r6alis6 pour la Fondation Le ph6nomene" Simeus ...
C'est d'ailleurs l'6chec de la transition qui C'est sur tous ces critbres que les Nouvelle Haiti (proche du grand patronat), (voir Sondage / 5)
transparait dans les r6sultats de ce sondage, sond6s ont 6t6 appeals s
par la mime occasion expliquant la monte se prononcer. C'est
vertigineuse de deux candidats qui n'6taient probablement sur eux
pas m616s aux 6v6nements du 29 f6vrier aussi que les 61lecteurs se
2004: l'ex-pr6sident Rend Prdval (1996- prononceront en choi-
2001), 61u Lavalas mais qui a 6t6 mis h sissant une nouvelle
l'index par Aristide, et le millionnaire 6quipe dirigeante.
haitien-am6ricain descendu du Texas, Mais Haiti est
Dumarsais MWcdne Sim6us. le seul pays oni aucun ite
Outre que le mouvement qui a critbre s6rieux n'entre- teM aterial
renvers6 Aristide n'avait probablement pas rait dans le choix des
la popularity que l'on avait bien voulu lui 6lecteurs pour n'6tre S coated C ontent
accorder. qu'une question de la
Ce sondage a td conduit dans la pluie et dubeau temps. Available from Commercial Ne s Providers"
premiere quinzaine de novembre dernier, Aujourd'hui
sur un 6chantillon de 1.200 foyers, et avec encore certains croient
une marge d'erreur de plus ou moins 2,8%. sans doute que ce sera
Il a touch la capitale et les plus importantes le cas. Il n'e st que
villes du pays. d'attendre ...
Pour 80% des sondds, la nation Contrairement
haitienne se dirige actuellement dans une h toute attente, dans
mauvaise direction, contre 14% qui pensent l'assistance pr6sente
le contraire. vendredi dans les locaux
de I'USAID pour la
A peine 9% se disent plus presentation de ces r6sultats, peu ont


satisfaits ...
Pour plus des trois quarts de la
population, leur situation financibre s'est
d6t6riorde ces deux dernibres anndes, et a
peine 9% se disent plus satisfaits.
68% n'ont pas suffisamment a
manger, et 42% mangent seulement une fois
parjour.


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 9 D6cembre
- En Haiti, les violences annoncent les
elections, etvice versa. Pas d'dlections sans
violences. Et le mieux qu'onpuisse esp6rer,


c'est qu'elles ne finissent pas dans les
violences. Comme en novembre 1987 ...
Alors qu'une amelioration du
climat de s6curit6 commencait a devenir
perceptible, oops, ca recommence.
Triplement du nombre
d'enlkvements. Mais quand tout un autobus
scolaire rempli est kidnapp6, difficile de ne
pas penser a une operation pour frapper
l'opinion. Done politique.
Cette semaine, on a enregistr6
deux victimes en rapport avec le climat
politique: un vieux monsieur mort 6touffM
au milieu de la foule se battant pour obtenir
la carte electorale; et un manifestant
gribvement bless a la tote par la police
parmi plusieurs milliers protestant contre
la detention du commissaire Carlo Lochard
dans l'affaire de la tuerie de Grand'Ravine.
On rapportait aussi jeudi la
d6couverte par la police d'une grosse cache
d'armes et de munitions, agr6ment6e de la
photo d'un certain candidat.


Mais ce n'est point encore l1
jusqu'a present ce que nous avons
exp6riment6 dans ce pays comme violences
6lectorales. Sans vouloir encourager les
fauteurs de violences, mon dieu, ce n'est
encore li que de la petite bibre.
R6capitulons:
Avant de culminer dans
l'holocauste de la ruelle Vaillant le 29
novembre 1987, ds juillet les militaires et
leurs affid6s accumulaient les massacres.
Ce fut Jean Rabel, ce fut Bocozel. Ce furent
les incendies de magasins et autres
6tablissements appartenant a des
personnalit6s impliquees dans le processus
electoral, ainsi que l'incendie du march
Salomon.
Les militaires du CNG ne
16sinaient pas sur les moyens, en quelque
sorte l'dlecteuravait &t prdvenu. Mais c'est
mal connaitre la determination du peuple
haitien a vouloir changer les choses. Car
(voir Violences / 9)


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 4


Violences et elections


AVIS DE RECRUTEMENT
TITRE DU POSTE: ADMINISTRATEUR ADJOINT DE PROGRAMME
"IMMUNISATION PLUS" (Poste temporaire)

Section
Sant6

GRADE : "National Officer" Niveau 2


UNICEF recherche un(e) candidat (e) capable d'assurer les fonctions
d'Administrateur adjoint de Programme "Immunisation Plus avec pour
responsabilit6s la planification, la gestion, la mise en oeuvre et le suivi des
activities de gestion des vaccins et de la chaine de froid du programme de
vaccination sous la supervision de l'Administrateur du Programme Sant6 et en
6troite collaboration avec le Ministere de la Sante Publique, I'OPS/OMS et les
autres partenaires intervenant dans la vaccination.

QUALIFICATIONS REQUISES
* Etude universitaire avancee de preference en gestion ou en logistique
* Au moins trois annees d'exp&rience professionnelle dans le domaine de la
logistique et de la gestion de produits de sante, le suivi et 1'6valuation;
experience dans la gestion de la chaine de froid, le transport et la gestion
des vaccins et autres intrants du PEV
* Maitrise du frangais, de l'anglais et du creole
* Capacit6 de travailler dans un milieu multicullturel
* Familiarit6 avec la plupart des logiciels de Microsoft Office, Word et
Excel
* Capacit6 a travailler en 6quipe et dans un milieu muticulturel.

DUREE DU CONTRAT
Une annde

A noter:

* Adresser Curriculum Vitae et photocopie de diplOmes et/ou certificats a:

UNICEF

Services des Ressources Humaines
Poste temporaire Immunisation Plus "
17, rue Armand Holly ( Debussy )
P.O. Box 1363
Port-au-Prince, Haiti

* Les candidats doivent 6tre de nationality haitienne
* Date limite de soumission des candidatures:
22 d6cembre 2005 A 16:00 heures
* Salaire et avantages sociaux tres int&ressants.






Mercredi 14 Dccembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 46


Page 5


I DE L'ACTUALITE I


MAUVAISE PERFORMANCE POUR L'ANCIENNE OPPOSITION


(Sondage ... suite de la page 4)
Par contre, il y a eu beaucoup de protestations
parmi les dirigeants politiques invites concernant la
presence de M. Dumarsais Simeus dans la liste des
candidats, alors que ce dernier a &t6 disqualified de la course
pour sa nationalit 6 trangere (amdricaine).
R6ponse: d6but novembre, Simeus qui avait lanc6
sa campagne comme tout le monde, semblait encore avoir
des chances pour 6tre qualified.
De plus, a soulign6 Fred Denton, ce n'est pas tant
le candidat qui compte pour le sondeur que 1'echo que sa
candidature a pu soulever dans la population. Et on ne peut
dire que les gens soient rests indifferents au cas Simeus.
Pour ne pas dire, au "phenomene" Dumarsais Simeus ...
Autre question: ces r6sultats sont-ils destin6s a
sensibiliser l'opinion, et peut-6tre meme le gouvemement
int6rimaire, en faveur de l'homme d'affaires haitien-


AFFAIRE SIMEUS
(Cassation ... suite de la lere page)
course pr6sidentielle l'ex-patron de la Sim6us Food
International, base au Texas, comme l'est aussi un certain
president George W. Bush.
La Constitution de 1987 est en effet formelle:
(Article 135) "Pour 6tre Olu Pr6sident de la R6publique
d'Haiti, il faut (a) 6tre Haitien d'origine et n'avoirjamais
renonc6 a sa Nationalit6."
Cependant, dans un retournement tout a fait
inattendu, Sim6us demande qu'on lui prouve oi, dans quel
document, il ajamais "renonc'" a sa nationality haitienne.
Tout en reconnaissant avoir son passeport americain.
S'ensuit la publication d'une liste de 35
pr6tendants a la pr6sidence. Dumarsais Sim6us en est exclu,
ainsi que Samir Mourra, autre homme d'affaires haitien-
americain.
De nouvelles dates sont fixes pour les elections
pr6sidentielles et 16gislatives, avec un premier tour le 8
janvier.


Haitian Creole/English and Spanish/E
and interpreters are in demand at the
government agencies, the Coast Guard


MDC's Associate in Science degree in T
and Interpretation Studies prepares


* Translate written documents.
* Interpret in sight, consecutive and
simultaneous modes.
* Create terminology files.
* Specialize in law, finance, medicine or the media.


LM Miami Dade
College
www. mdc. edu/iac


* Master TRAD
*Take certificate
Qualification
Association C
* Earn a compel


Spring t
Registra


Cal3527-38td


amdricain qui est remont6 aux Etats-unis en promettant
qu'il allait continuer a se battre pour se faire accepter dans
la course?
RWponse: Pas du tout. Le sondage se veut un
portrait de l'opinion a un moment de la durde (en
l'occurence mi-novembre dernier). Depuis, les choses
peuvent avoir change, a dit l'analyste.

Rude coup aussi pour le parti de Jean-
Bertrand Aristide ...
Si le sondage de 1'USAID peut surprendre par
l'ascension fulgurante pretee au candidat Sim6us (21%),
repoussant de vieux routiers de la politique haitienne au
rang de 5, 4, 3 ou meme moins de 2%; si Fred Denton a eu
toutes les peines du monde pour expliquer certains r6sultats
comme les gens disant a 80% avoir d6ji leur carte
6lectorale; par contre, ces r6sultats de toute evidence


sonnent d'abord le glas de l'ancienne opposition ...
C'est un rude coup port6e celle-ci. En effet, l'on
voit difficilement comment l'un de ces leaders pourrait
d6sormais sortir du lot pour, par exemple, devenir soudain
une nouvelle etoile, un nouveau favori. Cela rendrait la
chose encore moins credible.
Mais le meme sondage chante aussi les fundrailles
du parti de Jean-Bertrand Aristide, Fanmi Lavalas, ravale
a 2% des sympathies de l'dlectorat contre l'Espwa (Rend
Prdval) qui caracole avec 25%, suivi de TRt Ansanm allied
a Sim6us: 18%.
Puis c'est la d6gringolade: RDNP 4, KID/Alyans
4, OPL 4, Fusion 4. Enfin le coup de grice: Fanmi Lavalas
2.
Est-ce une page qui est tourne?

Haiti en Marche, 12 D6cembre 2005


Executif Cassation : Guerre ouverte


D'ofi l'6tonnement provoqu6 par la
seconde injonction de la Cour de cassation, qui


menace de remettre h nouveau en question tout le processus. Par
exemple, la preparation des bulletins de vote qui serait d6ji en train
dans des imprimeries de la R6publique
dominicaine voisine.
D'autre part, les grands juges ne
mAchent pas leurs mots. Le nouvel arrat
indique que les decisions de la Cour "sont
irrdvocables et ne sont susceptibles d'aucun
recours."


Crise institutionnelle ...
Du coup, nous voici done en
situation de crise institutionnelle. De conflit
ouvert entre le pouvoir Ex6cutif et le pouvoir
judiciaire.
De plus, 6tant donn6 l'absence
actuelle de 16gislatif, le judiciaire reste, au
plan constitutionnel, la seule contrebalance au
La Cour de cassation photo Yonel Louis/HenM pouvoir Ex6cutif.
Pensons i ce qui aurait pu en advenir en d'autres temps on
les conflits de pouvoir en Haiti se r6glaient de manisre plus
expeditive.
L'un doit s'effacer devant l'autre.
Et dans nos moments de pouvoirs forts, les 9 membres de
la Cour de cassation auraient depuis longtemps disparu dans les basses
fosses de quelque bastille local.
Ou alors c'est le gouvernement qui devrait faire ses bagages,
selon l'expression consacrde: ou se soumettre (dans le cas present,
accepter la candidature de Sim6us) ou se d6mettre.
Soudain, vendredi soir, un arr&t6 de la pr6sidence provisoire
4 de la R6publique annonce l'envoi i la retraite de 5 juges de la Cour
de cassation, et leur remplacement illico. "Ils sont invites faire
nglish translators valoir leurs droits i la pension", selon l'arrdt e pr6sidentiel signC
ou hopgalement du premier ministre G6rard Latortue et du ministre de la
courts, hospitals, Justice, Henri M. Dorl6ans.
I, media and more.
Le gouvernement n'a-t-il pas extrapole? ...
ranslation L'Ex6cutif a frapp6 le premier, conscient de la nouvelle crise
you to: qui menace de s'ouvrir.
Mais est-ce bien n6cessaire? Le gouvernement Alexandre-
)OS translation software. Latortue n'a-t-il pas extrapold?
tion exams: Florida Interpreter En effet, pour qu'il y ait conflit de pouvoirs, encore faut-il
Exam and American Translators que les pouvoirs en question existent r6ellement. Dans toute leur
ertification Exam. plenitude.
etitive starting salary. Or ne vivons-nous pas depuis le renversement par la force
du president constitutionnel Jean-Bertrand Aristide, dans un 6tat de
vide constitutionnel?
:erm begins Jan. 4. Comme l'a dit Sim6us r6cemment avant de remonter aux
tion is open NOW. Etats-Unis: la Constitution n'a pas 6td respected pendant tout le
processus, sauf lorsqu'il fallait l'en carter.
Tout comme les prerogatives de la Cour de cassation
Sn'auraient pas &t respect6es dans le cadre de ces mesures annonc6es
(voir Cassation i 6)


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche

Nom

Adresse
SIX MOIS UN AN
Haiti Gdes 250,00 Gdes 500,00 ILivraison a domicile: double tarif

Etats-Unis US$ 40.00 US $ 78.00

Canada US$ 42.00 US $ 80.00 Renouvellement

Europe US$ 70.00 NouvelUS $ 135.00Abonn
Nouvel Abonne L0


US$ 135.00


I


Amdriaue Latine


US$ 70.00








I RELATIONS HAITIANO-DOMINICAINES I


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol XIX No 46


Sa t F pw d

S--" -- ' -' -- -. -._ -w _
- 0I


-Q -


" -
-. 0


-- 8W-


W -- --



__


- -mob


-, 0 6


& - = 1 -
4w ..0 -am
- mmml a a a -m


W- a


* c


- N o -AO -
400M m 0 ww
qm 0 4b IM


40 4m u 0_ odm -
4w m 0 W -I- -~


-r -r 0


9- 2"Copyrightedl atriaia




Syndicated Content"



Available from Commercial News Providers"


*r -


-MW-
.... A*.


* e I. sn -

- -


I c P I .
t- -

"Wom- -
* *~un l 0


---

1 -r l I I
.e e -



-- ~- I-


c- *-r --


* o o t. w,
*e r-~ I- Q- -

-.
--m-
* a- 40 m a 0 0. Am- -m -OEM



goo
0- 0.4 0 0
0 0 -I .

*-dbld 0 -MOM 0 a- -m
lop 0 -N-w-
11) ~


It 4Tt : o O

.~ -rr~r 0W


- .1 a ,-- 1

~ ~ -


- 1- .a-m


o -e e~m


I m -0
- - - g-


- a..a _


0 W-.- 0 0
.l -r r


-


- -90


m-4,, -a -Wu .


. 0 -
__ 0-


HAUSSE DE LA CRIMINALITE

40 personnes enlevees en 15 jours P9


Executif Cassation : Guerre ouverte


(suite de la page 5)
vendredi par l'Ex6cutif. Les juges, nommes pour dix ans, facilement du dilemme Simi
sont inamovibles. En effet, le meme
prendre connaissance des r6
Le dilemme Simeus ... auxbons soins des services d
Cependant tant le gouvernement int6rimaire que (USAID). Realise dans les pi
les juges en cassation font penser a des gamins qui tapent ce sondage sur les intentions
a tort et a travers dans un vieux ballon chiffon sur la cour CID Gallup, donne sans tro
de r6cr6ation sans trop se soucier des consequences de leurs en tate avec un score de 32,
actes, cela sous le regard d'un censeur qui peut a tout Sim6us (21), tandis que le tro
moment d6cider de l'issue de la partie. Leslie Manigat, arrive loin d
Car le couple Boniface Alexandre-G6rard Meme performan
Latortue a tort de penser pouvoir se d6barrasser aussi politiques: Tet Ansanm qui






.Pat Pius Baksry, Inc


0 1..______i_____.
'A Map**


us ...
vendredi, on 6tait invite
sultats d'un sondage mend
le l'Ambassade amdricaine
remiersjours de novembre,
s de vote, confi6 a la firme
p de surprise Rend Pr6val
mais suivi par Dumarsais
)isieme challenger, le Prof.
derriere avec 5.
ce au niveau des partis
marche avec Sim6us est
num6ro 2, apres Lespwa
de Pr6val.
L' affaire
Sim6us a done encore de
beaux jours devant elle.

Editorial,
Mdlodie 103.3 FM,
SPort-au-Prince


-w A 0 4b


ERW FINANCIAL


GROUP

Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fe rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM A-A!
( yap ba ou kredi I ou f closing la)


Yap prete ou k6b menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!

Nou pap verifye salu-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510

www.erwfinancial.com
UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


Page 6


- C
- r


*I
- al


-. N -
qp


I ridi u rVll lvldltIW VVI INV ~ .-+


~----


o


L


low


---r


__


m o


- -r







Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 46


Page 7


I L'EVENEMENT I


Acwom


p. '~M prClieue 6~
P^^s -l -rf -k L
W^^^ w^ ^W-^^^^ -^B ..Nmm 0w^^^^ dIWM -


-~, O -


OW 1


L~J


~ -r -r -

( r- I .
- ) -


'low

-.01 6
. -
- 0 a


-.r


vpyrighte



Ivndicatel


. a 0 eu l


Fomm

I


-00MM


* 0 -w. a
-A -mw


. -r


.C -I -- -L
- 0I


- 0 -


- -
-r cr


gotvI Fpr

- e S -


U


-w


-r ~- __^-~ L-~
wr *r = .
-mom 00 M- -. am. mb- -4
l


- ,


-a~c -- -


- -
r 0 r--
I - -_
-- ~ -


6 -. l o p
low O- a


- - - -


** .


. e -v n a


Avis d'Appel d'Offres

R6publique d'Haiti

Projet de Gestion des Dechets Solides en Haiti / Fonds LICUS

Acquisition de Camions Roll-Off" et de Camions M6talliques

MTPTC/SMCRS/AOI No. 001


1. Cet Avis d'appel d'offres fait suite a l'Avis G6n6ral de Passation des March6s paru le 6 avril 2005 sur le site web du D6veloppement Gateway ".

2. Le Gouvernement de la R6publique d'Haiti a requ un don du Fond Fiduciaire de la Banque Mondiale (LICUS) pour financer le Projet de Gestion des D6chets
Solides et a l'intention d'utiliser une partie de ce don pour effectuer des paiements au titre du March6 d'Acquisition de Camions Roll-Off" et de Caissons
M6talliques, MTPTC/SMCRS/AOI No. 001.

3. Le Ministere des Travaux Public, Transports et Communications solicite des offres fermees de la part de soumissionnaires eligibles et r6pondant aux qualifications
requises pour fournir deux (2) camions neufs d'un poids brut (CPVB) de 56,000 lbs qui sont montes avec un systeme Roll-Off" palan-cible compatible avec dix
huit (18) caissons m6talliques neufs. Le d6lai de livraison, apres la signature de l'Accord de March&, est 60 jours. De plus, ce March& sollicite les services de
formation et apres vente.

4. La passation du March& sera conduite par Appel d'offres international (AOI) tel que d6fini dans les Directives : Passation des Marches Finances par les Dons de
la BIRD et les credits de l'IDA (Mai 2004), et sera ouvert a tous les soumissionnaires de pays eligibles tels que d6finis dans les Directives.

5. Les soumissionnaires eligibles et interesses peuvent obtenir des informations aupres du Ministere des Travaux Public, Transport et Communications et prendre
connaissance des documents d'Appel d'offres a l'adresse postale ou electronique mentionnee ci-dessous entre 9h00 A.M. et 15h00 P.M du lundi au vendredi.

6. Les exigences en matifre de qualifications sont: que le soumissionnaire soit un fournisseur attitr& de ces &quipements et qu'il ait la capacity et la pratique
d'exportation par voie maritime aux pays de la Caraibe; qu'il jouisse d'une bonne capacity financiere et qu'il soit, le cas chantn, en regle avec le fisc.

7. Les soumissionnaires interesses peuvent obtenir un Dossier d'Appel d'Offres complet en frangais en formulant une demande &crite mentionnee ci-dessous. Le
Document d'Appel d'Offres sera retire directement a l'adresse ci-dessous ou envoy& par voie postale expresse ou par voie electronique a l'adresse.

8. Les offres devront 6tre soumises a l'adresse ci-dessous au plus tard le 12 janvier 2006 a 14h00. La soumission des offres par voie electronique ne sera pas
autorisee. Les offres remises en retard ne seront pas acceptees. Les offres seront ouvertes en presence des representants des soumissionnaires presents en personne
ou a distance, a l'adresse mentionnee ci-dessous, le 12 janvier 2005 a 14h00 P.M. Les offres doivent comprendre une garantie d'offre pour un montant de deux (2)
pour cent du montant total de l'offre.



Unit6 de Coordination du Projet / Fonds LICUS
Bureau du Ministre
Ministere des Travaux Publics, Transports et Communications
Palais des Ministeres
Port-au-Prince, Haiti
Tel (509) 228-2528
Fax : (509) 223-4519
Email clafond77@yahoo.com,bministre@yahoo.fr,rgartleyv worldbank.org
jnantoine4@yahoo.com


r ---- -~- --


*


ow


o, mulm


v


4-,
I)'lbC


10


P o,


0 w w


--


"b I







I RELATIONS HAITIANO-DOMINICAINES I


Mercredi 14 D6cembre 2005
H-Taiti pn Marrhp Vnl IYTY Mnn f


o p t--


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE PARK AND RECREATION DEPARTMENT
PARK AND RECREATION MARINA IMPROVEMENTS
OCI PROJECT NO. A05-PARK-01


MIAM3-.


The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, and Chapter 2, Sections 2-8.1 (as amended by Ordinance 05-15), and 2-
10.4 of the Miami-Dade County Code and Administrative Order 3-39, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for park and
recreation marina improvements for various marinas within Miami-Dade County for the Miami-Dade County Park and Recreation Department.

Professional architectural and engineering services will be required for the Miami-Dade County Park and Recreation Department for improvements to the following park and
recreation marinas:


Black Point Marina 24475 SW 87 Avenue
Crandon Park Marina 4000 Crandon Boulevard
Haulover Park Marina 10800 Collins Avenue
Pelican Harbor Park Marina 1275 NE 79 Street
Homestead Bayfront Park (Hoover) Marina 9698 SW 328 Street
Matheson Hammock Park Marina 9610 Old Cutler Road


Design and construction administration services will be required for new construction and renovation projects at the above six (6) Park and Recreation marinas. The scope of
work may include, but not limited to building construction, boat ramps, boat docks, dredging, pilings, pedestrian and vehicular circulation, site work, furnishings, shelters,
landscaping, lighting, electrical upgrades, piers, security gates, utilities, traffic impact studies, site planning and permitting.

Five (5) qualified consultants will be retained under non-exclusive Professional Services Agreements with a maximum compensation of $1,000,000 each, for a four (4)
year effective term or until their maximum compensation limits are reached, whichever occurs first.

Proposers are hereby advised that
Division 3.0 of this NTPC sets forth the selection and evaluation process.
The selection of the five (5) qualified consultants will be as follows:

The five highest ranked firms will be selected and recommended to the County Manager for negotiations. The contracts will be awarded based upon the final ranking of the
firms. The projects will be assigned for the above six (6) listed marina projects, as funding for those projects become available. The County will proffer the assignment of
projects to the Consultants on a rotational basis in the order of the final ranking. Consultants in their order of final ranking will have the ability to accept or decline the
assignment of the project. Upon accepting a project assignment, the firm that accepted the initial assignment would be ineligible for another assignment unless the remaining
firms due a project assignment in the final ranking order rejects the proffer of the next assignment(s).

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
14.00 Architecture (PRIME)


1.01 Transportation Planning Urban Area and Regional Transportation Planning

3.04 Highway Systems Traffic Engineering Studies 13.00
3.12 Highway Systems Underwater Engineering Inspection 16.00
5.01 Port and Waterway Systems Engineering Design 17.00
5.02 Port and Waterway Systems Architectural Design 18.00
10.10 Environmental Engineering Coastal Processes and Ocean Engineering
11.00 General Structural Engineering 21.00


12.00 General Mechanical
Engineering
General Electrical Engineering
General Civil Engineering
Engineering Construction Management
Architectural Construction Management
20.00 Landscape Architecture
Land-Use Planning


A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital
Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21s' Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-
2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an
e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additionally, those pre-qualified firms without an e-mail
address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following
link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Faith Samuels who may be contacted via e-mail at fty@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-2774.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

Five (5) Agreements 24% Community Business Enterprise (CBE) Goal

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on December 13, 2005, at 2:00 P.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center,
located at 111 N.W. 1' Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is January 4, 2006 at 11:00 A.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade County,
Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANYAND ALL SEALED
PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11. 1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade
County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.


Page 8


_-


-m 0 -4m


I ridi u rVll lvldltIW VVI INV ~ .-+


I


P ---






Mercredi 14 Dccembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 46


Page 9


I HAUSSE DE L'INSECURITE I


a pammu Io 1


I d 's.


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


















Violences et elections


(Violences ... suite de la page 4)
cela fait d6ji vingt ans que cela dure, n'oublions pas.
Prochain rendez-vous: 16 d6cembre 1990.
D'entr6e de jeu, c'est l'assassinat a bout portant
du bon Serge Vilar, membre du conseil des sages.
Sur ce, voici un certain Dr Roger Lafontant qui
d6barque, tombant de nulle part, pour annoncer sa
candidature aux pr6sidentielles.
Tout Port-au-Prince se calfeutre. Vous vous rendez
compte, le chef macoute le plus redout6 sous la dictature
Duvalier. Celui qui allie la cruaut6 a l'intelligence politique.
DMs lors, la rue n'appartient plus qu'aux tontons
macoutes ...
Mais le CEP d'alors n'6tait pas une bande de
poltrons.
La candidature de Roger Lafontant fut rejet6e. Au
nom de l'article 291 de la constitution, qui pour une fois
au moins aura servi a quelque chose ...
Tandis que montait en flMche l'6toile d'un certain
petit cur6 des bidonvilles soutenu par les masses populaires
et une partie de l'ancienne gauche anti-duvali6riste.
Mais une grosse bombe ne tarda pas a 6clater au
march de PNtionville, faisant une dizaine de morts et
d'estropids a vie.


Les elections du 16 d6cembre 1990 se d6roulbrent
sans encombre; a moins qu'on veuille consid6rer les
milliers de morts et de supplicids du coup d'6tat du 29
septembre 1991 comme une continuation normale des
memes elections; le dernier acte ...
Des elections de tout repos, en Haiti connais pas.
A moins que les armies et polices du monde entierveuillent
bien s'y mettre pour en assurer la s6curit6. Ce que nous
attendons voir ...
C'est l'arm6e qui a toujours &t6 le grand manitou
des violences 6lectorales. Mais a l'occasion, des candidats
peuvent aussi mettre la main a la pite. Ainsi Bernard
Diederich, un tmoinde l'6poque, rapporte dans son dernier
livre "Le prix du sang", que ce sont les futurs barbouzes
de Papa Doc qui faisaient 6clater les bombes qui ont 6maillk
le calvairejusqu'aux elections du 22 septembre 1957, alors
que pour tous les autres candidats c'6tait l'oeuvre de
l'arm6e du g6ndral K6breau.
Mais la dissolution de l'arm6e en 1995 ne signifia
pas n6cessairement disparition des violences 6lectorales.
Ce sont les futurs "chimbres" d6barquant au
gymnasium Vincent lors de l'inauguration d'une campagne
d'6ducation civique avant les l6gislatives de mai 2000 pour
tout foutre en l'air.


Mais ce sont aussi les bombes qui ont preced6 la
pr6sidentielle de d6cembre 2000. Amere victoire pour Jean-
Bertrand Aristide ...
Nous voici aujourd'hui a moins d'l mois de
nouvelles elections pr6sidentielles et 16gislatives fixes au
8 janvier 2006.
La rue commence a s'agiter. Mais rien encore de
comparable avec tout ce que nous avons connujusqu'ici.
Meme si les violents n'auraient pas d6pos6 les
armes, n'avons-nous pas un t6te-ensemble de toutes les
armies et polices du monde entier pour assurer la s6curit6
de ces elections.
Mais il y a un hic. A-t-on vraiment besoin de
bombes, d'incendies et de massacres 6lectoraux pour faire
dchouer les prochaines elections?
Non, pour une fois, cela ne semble point
n6cessaire. Vraiment pas la peine de prendre une fois encore
les enfants du bon dieu pour des canards sauvages. Voyez-
vous, on n'a qu'a faire confiance a l'actuel CEP Nous
entendons par l1 que ce conseil electoral a fait tant et si
mal que l'6chec des prochaines elections parait assure.
Sauf un miracle de dernibre minute!

Editorial, Mdlodie 103.3, Port-au-Prince


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA


MIAM 3D
1DAI2


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained through the Department of Procurement Management
(DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of charge, from our Website
under "Solicitations Online". Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors
visit our Website on a weekly basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be
subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive a
paper copy of the bid package through the United States Postal Service.

These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance No. 98-106.






Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 46


Page 10


I CAMPAGNE I






Page 11


ELECTORALE


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 46






Mercredi 14 DDcembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 46


Page 12


I HAITI ET LA CARAIBE I


La CARICOM accueille Cuba et attend


Par Roosevelt Jean-Francois les le
Floride, le 9 decembre. Deux grands lS elections en
6v6nements ont marqu6 l'actualit6 politico-6conomique de
la Caraibe la semaine 6coulde. I1 s'agit d'une part de la president de la CARICOM, Kenny Anthony, a
r6alisation a l'h6tel Hilton de la Barbade du second sommet le sommet avait t une reunion historique, f
CARICOM-Cuba et d'autre part. de la tenue a l'h6tel profonde confiance. Les lemons de Cub;
InterContinental de Miami du 29eme sommet de 1'Action pr6cieuses, a-t-il soulign&.
de l'Amdrique centrale et la Caraibe (CCAA). Percival Patterson, premier min
A la Barbade, le president cubain Fidel Castro et Jamaique, a loud les r6sultats du sommet -
les premiers ministres des pays membres de CARICOM avons pu avancer a partir des bases jeties
ont sign une declaration conjointe devant rgir les relations premiere reunion, a La Havane, dans la co
entre Cuba et les pays de la CARICOM sur des sujets Cuba-Carabes "
d'int6ret commun tel le SIDA et de la collaboration de la Le Premier ministre Jamaicain a mis
region pour l'affronter ainsi que sur l'exp6rience cubaine la cooperation Sud-Sud, car nous ne pouvon
concernant l'6conomie dans le secteur de l'6nergie, les projets de ceux qui veulent nous exploiter
sp6cialement de l'l6ectricit6. A Miami, les leaders de l'Amdrique
Le ministre cubain du Gouvernement, Ricardo de la Caraibe ont appel6 a la definition d' u
Cabrisas, et le secr6taire g6ndral de la CARICOM, Edwin frontibre dconomique avec l'avancement des n
Carrington, ont sign un accord de cooperation culturelle pour un March6 et une Economie uniques de
entre la R6publique de Cuba et la Communaut6 des (CSME) et l'Accord de libre change Amdriq
Caraibes dans le secteur de la sante, surtout dans la R6publique dominicaine.
preparation et la formation du personnel n6cessaire. Cette nouvelle frontiere economique c
"Nous sommes des pays frbres et nous avons de l'effort articulk des secteurs priv6 et public et
nombreuses raisons pour exprimer notre solidarity avec les civile des different pays de la zone, selon Fede
Caraibes. L'estime croit, la solidarity se multiplie ", a president de la CCAA dont les declarations so
d6clar6 le president cubain, Fidel Castro, lors de la parl'agencedepresse en ligne Haiti Press Net,
c6r6monie de cloture du IIe Sommet Cuba-CARICOM, qui et relaydes par le R6seau de l'Information E
s'est d6roul6 a BridgeTown, capitale de la Barbade. (RIE).
II a salu6 l'irr6prochable conduite de solidarity Haiti bien que membre h part en
avec Cuba de la Barbade, la Jamaique, Trinidad et Tobago CARICOM, n'a eu aucune representation di
et la Guyane, qui depuis 33 ans ont r6tabli leurs relations sommet Cuba/CARICOM. Et a Miami la parti
avec Cuba. "individuelle et informelle", suivant une depe
Le premier ministre de Sainte Lucie et actuel relayde par le R6seau de l'InformationEconon


Haiti


d6clar6 que
amiliale, de
a sont trbs

istre de la
o i -" nous
Slors de la
llaboration

l'accent sur
s pas suivre

Centrale et
ne nouvelle
6gociations
Sla Caraibe
ue centrale-

l6pendra de
de la soci&t6
rico Sacasa,
ont publides
work (HPN)
Economique

Itiere de la
ns le 2eme
:ipation 6tait
che de HPN
lique (RIE).


Un fonctionnaire de la CARICOM a
precis6 qu'Haiti n'ajamais perdu son statut de 15e
membre et qu'on attend la tenue d'6lections


cr6dibles accept6es par la classe politique haitienne et la
communaut6 international pour harmoniser les rapports
entre Haiti et la CARICOM.
Tous les gouvemements des pays membres de
la CARICOM doivent 6tre d6mocratiquement Olus ", a
declare Yvor Carryl, fonctionnaire de la CARICOM qui a
ajout6 que la r6ussite des prochaines elections
pr6sidentielle et 16gislatives permettra a Haiti de franchir
la premiere tape de son integration dans le grand March6
et Economie uniques de la CARICOM (Single Market and
Economy, CSME).
Ce march, dont la premiere tape est prdvue pour
janvier 2006, atteindra 15 millions de consommateurs une
fois qu'Haiti aura rempli les conditions.
Le prochain parlement haitien devra ratifier des
traits relatifs a ce march unified, notamment la Cour
carib6enne de justice. Les lois haitiennes devront
s'harmoniser avec celles du CSME.
D'ici-l, Haiti doit franchir d'autres tapes afin
de parvenir a cette stability politique indispensable pour
l'avenir du march et de l'6conomie uniques de la
CARICOM.
Les pays de la CARICOM n'ont pas reconnu le
gouvemement haitien dirig6 par le Premier Ministre G6rard
Latortue issu du renversement par la force de l'ancien
president Jean-Bertrand Aristide.

Roosevelt Jean-Francois
rojefra@yahoo.com


Je nefaispoint flchir les mots auxquelsje crois :
Raison, progres, honneur, loyautW, devoirs, droits. On ne
va pas au vrai par une route oblique. V. Hugo

A cette phase des d6bats, chers amis, vous devez
sfirement savoir que ce qui constitue ma source
d'inspiration, hebdomadaire, ce sont mes conversations et
mes petites discussions avec mes amis (les vrais) et avec
certaines connaissances auxquelles je ne suis r6ellement
lid que par quelques brins d'amiti&. Je crois l'avoir d6ji
I


carte

International calls from Haiti are only 5 Gourdes p

That's the same price as local calls in
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other
for 5 Gourdes per minute.


LIBRE PENSEE


LOYAUTE!
OSCAR GERMAIN
dit, l'avoir d6ji 6crit devrais-je 6crire.
Pourne pas vous d6plaire,je m'en garderais bien,
je dois vous dire que cet article, lui aussi, provient de la
meme source d'inspiration, les
amis, les connaissances, les
discussions, pas forc6ment autour
M. i de la bouteille de rhum, de
clairin ". I1 est des fois que mieux
vaut voir clair, hein !
Cette semaine, je vous
propose un parcours autour d'un
concept, malheureusement en
d6su6tude et dont la revalorisation,
d'apres moi, en cette 6poque de
crise de valeurs que nous vivons,
serait d'une importance capitale : la
LOYAUTE. Parler de loyaut6, c'est
parler de vertu, de ces vertus
marquantes telles que l'Honneur, la
Fid6lit6, la Droiture, le Courage, la
Bont6, la Bienveillance, la
Sinc&rit6, le Respect, la Politesse,
la Modestie, l'Humilit6 ..., et je
m'arrate ici car nulle envie
moralisante ne m'habite, malgr6 les
apparences. Je ne pretends, travers
ces lignes, que vous faire part, chers
lecteurs, de l'angoisse qui me ronge
en assistant en Haiti, actuellement,
au triste spectacle d'une pseudo-
normalit6 sociale, dope parl'abus
er minute !
de psychotropes d'une large couche
Haiti! de la population afin de supporter


1 VIP Plus card
listed countries*


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


r


tout le calvaire quotidien : assassinats, kidnapping, vols a
main armee, viols a main d6sarm6e, chantage politique,
6motionnel, social, etc.
Je ne pr6tendais aucunement cette drive.
L'6motionnel a eu le dessus. La rage d'etre aussi impuissant
que le reste a fait baver la plume.
Je ne voulais, chers amis, que parler de la loyaut6
car s'il est un terme qui devrait seoir a la perfection a
notre caractbre d'homme, de femme, d'etre humain tout
court, ce devrait etre le concept de la loyaut6. I1 implique
tant de choses, exige tant de compromis, qu'6tant loyal
on ne peut qu'ob6ir aux lois de la probity, de l'honnetet6,
de l'honneur. On ne peut, l'6tant, ne pas agir en conformity
avec la loi.
On ne nait pas loyal, on le devient, on apprend a
1'6tre, comme on apprend a etre citoyen, a aimer son pays,
a ne pas s'approprier des biens d'autrui, a gagner son pain
a la sueur de son front et non aux d6pens des autres.
Etre loyal ne veut pas dire ne pas jeter un regard
critique sur ce que fait le chef, le grand patron. On peut
etre loyal au Chef et pourtant critiquer certains de ses
agissements. Le leader haitien a du mal a le comprendre, il
n'a jamais &td loyal envers quiconque ni n'a peut-etre
jamais &te fiddle a des principes 6thiques. Le chef, en Haiti,
quand il est tout puissant, et ils l'ont tous et& meme ceux
qui n'ont durd qu'un semestre ou moins, exige fid&lit6 et
non loyaut6, ni compromis, ni engagement patriotique, ni
honnetet6, ni sens de la responsabilit6. I1 n'en ajamais fait
l'exp6rience.
Enfin, serait-ce trop demander que d'avoir des
l6us probes, loyaux, fiddles aux principes 6thiques
universels ? Ne serait-ce que pour faire l'exp6rience de
quelque chose de nouveau.
Le temps nous le dira, ou peut-etre le Peuple,
souverain, saura comment choisir les plus honnetes.

D6cembre 2005

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr


was see

I m -e mmoi.


."Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


USA Canada
Europe Argentina Bahamas Brasil
Chile Colombia Venezuela Dominican Republic EL
* Towrardfixedtelephonesonly. N n E< i


- bo o


mumolDB (Ibl






Page 13


Nos petites annonces classes


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 46


Le Plaza Hotel
Telephone
509) 224-9305
509) 224-9307
509 224-9308
509) 224-9309
509 225-9310
509 510-4594
509 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429



Iarrf


Points de Vente Haiti en Marche


Miami Pompano Beach Orlando


Mbdecins

Miami
Dr Henock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081
Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obst6trique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 781 2500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
Haiti en Marche
221-0026


DEUX NOUVEAUX POINTS DE VENTE
1-Notre Dame Restaurant 2-Mizik Depot
4859 N.Dixie Hwy 13055 W.Dixie Hwy
Pompano Beach, Fl 33064 N Miami, Florida 33161
tel 954-421-4777 tel.305-893-9997


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"









t 11>1 ...


Coiffeur
Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
propritaire
15455 West Dixie
Highway
Suite N & 0
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070
Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Le Look
Petion-Ville
Rue Panam&ricaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande vari5t& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


5 D6cembre 2005
L'aventure historique des hommes de saint
Ignace de Loyola (J6suites) sur la terre haitienne est
passionnante. Elle est marque par deux courtes p6riodes
d'intenses activities apostoliques, terminde chacune par
une expulsion. La p6riode (1704-1763) des Jesuites
franqais, dans le nord d'Haiti (jadis colonie franqaise de


Saint-Dominguejusqu'enjanvier 1804) et celle des Jesuites
du Canada francais (1953-1964). Leur r6tablissement dans
ce pays est done recent, seulement a la fin du siecle dernier,
plus pr6cis6ment en 1986. Une nouvelle aventure
apostolique vient done de commencer !
I.-Les J6suites franqais a Saint-Domingue au


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


XVIIIe sicle (juillet 1704-novembre 1763)
Une Lettre Patente du roi de France, Louis XIV,
en date du 29 novembre 1704, autorisa les Jesuites franqais
a remplacer les capucins dans le nord d'Haiti, alors colonie
franqaise de Saint-Domingue. Le premierj6suite franqais,
le Pbre Jean Girard, s.j. arriva au Cap Franqais
(aujourd'hui Cap-Haitien et deuxibme ville d'Haiti), le
18 juillet 1704. I1 sera suivi quelques semaines plus tard,
le 24 aofit 1704, par le Pbre Jean-Baptiste Le Pers, s.j., de
la province de Flandres. Quatre autres J6suites viendront
sejoindre a eux en 1705 : les P.P. Olivier, Le Breton, Laval
et Boutin. En 1706, il y avait done 6 J6suites dans le nord.
Ce nombre allait augmenter progressivement; 11 en 1710,
12 en 1711, 16 en 1721, 18 en 1728, 16 en 1746, 14 en
1753, 17 en 1755 et 12 en 1758. Ils 6taient au nombre de
8 au moment de leur expulsion de la colonie, le 24
novembre 1763.
Les J6suites exerqaient des ministbres d'une trbs
grande vari&te avec une forte presence auprbs des esclaves
noirs. La pastorale aupres de ces derniers, sp6cialement
l'institution de la "Cure des NMgres ", connut un essor
extraordinaire. Les Jesuites ont fond& plus d'une douzaine
de paroisses, presque la totality des principales paroisses
de l'actuel archidiocese du Cap-Haitien et du diocese de
Fort-Libert6 : Plaisance, Limb6, Trou du Nord, Dondon,
Limonade, Quartier-Morin, Terrier-Rouge, Gros-Morne,
Fort-Libert6 etc. Un grand nombre d'6glises a donc t6
r6am6nag6 et construit dans les anciennes paroisses
h6rit6es des capucins et dans les nouvelles qu'ils avaient
fond6es. Le pbre Pierre-Louis Boutin construisit l'6glise
du Cap -la premiere construite en maqonnerie dans cette
ville-; elle fut inaugurde le 22 d6cembre 1718. Les J6suites
s'adonnaient 6galement a la pastorale de la santd. DMs le
debut, le pbre Boutin construisit un h6pital au Cap qui
portait d'ailleurs son nom l'Hpital Boutin"". Certains,
(voir J6suites / 14)


~i~fD~-W


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


LIVRES


Histoire des Jesuites en Haiti


I


r






Mercredi 14 Dccembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 46


Page 14


I ARTS ET SPECTACLES I


Histoire des Jesuites
en Haiti
(suite de la page 13)
dont le Pbre Jean-Baptiste Le Pers, s.j., pratiquaient la
recherche en histoire et en botanique. En effet, ce furent
ses M6moires qui avaient servi de source principale au P
Francois Xavier de Charlevoix, s.j. pour son ouvrage en
deux tomes intitulk "Histoire de l'Isle de Saint-Domingue",
le premier livre d'histoire d'Haiti.
Vers la fin de la premiere moiti6 du XVIIIe siecle, les
conflits entre les J6suites et le pouvoir politique colonial
allaient 6tre de plus en plus nombreux. Une Ordonnance
du roi de France en date du 21 juillet 1763, suivie par l'Arret
d6finitif du Conseil Sup6rieur du Cap Francais, le 24
novembre 1763, ordonnlrent l'expulsionde tous les j6suites
de la colonie de Saint-Domingue. Cette decision arriva done
10 ans avant la suppression g6ndrale de l'Ordre des J6suites
par le Bref Dominus ac Redentor du Pape Cl6ment XIV, le
16 aofit 1773, sous la pression des Etats colonialistes
europeens.
L'historien francais Charles Frostin resume, de la
manibre suivante, les principaux griefs mis de l'avant par
les autorit6s politiques pour justifier l'expulsion des
J6suites : On leur reproche de precher et d'attrouper les
Negres et d'obliger en meme temps les planteurs a retarder
la marche des travaux; de pousser les Negres et N6gresses
vivant en concubinage a se marier 16gitimement, ce qui
6te au maitre la faculty de diviser les esclaves, nuit au droit
de propri6t6 et compromet la soumission n6cessaire ;
d'instruire de la religion des Noirs hors de la presence des
Blancs et de les instruire trbs particulibrement en leur
r6v6lant le sublime de leur 6tre, la majesty de l'homme et
ses esp6rances, au risque d'6veiller chez eux des id6es
subversives d'6galit6. On va meme jusqu'a incriminer
certains j6suites de favoriser le marronnage et de prot6ger
des esclaves coupables d'empoisonnement. Mais surtout
ces moines orgueilleux sont accuses de vouloir ruiner
l'autorit6 domestique des maitres sur les esclaves pour
substituer leur domination personnelle en cherchant a
organiser les Negres en un corps de fiddles distincts avec
ses propres chantres, bedeaux et marguilliers 6lus, et avec
ses propres cat6chistes, hommes de confiance charges de
relayer l'action missionnaire. En effet, s'attaquer a
l'autorit6 domestique, entendue l'autorit6 sans partage du
maitre sur l'esclave, principe sacr6 aux yeux des
propri6taires qui voient en lui le plus stir garant de l'ordre


"Copyrighted Material... .
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


esclavagiste. C'est bien 1i le grief majeur, maintes fois
formula contre la mission j6suite depuis son installation
dans le nord de la colonie en 1704 ".
II.-Le retour des J6suites en Haiti au milieu du
XXe siecle (septembre 1953) et leur expulsion par le
president Francois Duvalier, le 12 f6vrier 1964.
II a fallu attendre environ deux siecles (1763-1953)
pour voir, aprbs plusieurs tentatives sans succes, le retour
des J6suites en Haiti. Cette fois-ci, ce furent les J6suites
du Canada francais qui prirent le relais, sur la demande du
Pape Pie XII et sous le g6ndralat du pbre Jean-Baptiste
Jansens, s.j. Ils arriverent a Port-au-Prince, dans
l'archidiocese de Port-au-Prince, en septembre 1953.
Comme pour la p6riode coloniale, leur travail pastoral allait
6tre fort diversified : formation des pr6tres au Grand
S6minaire Notre Dame, alphabetisation et formation
civique par la radio, exercices spirituels, ministbre
paroissial etc.
Durant leur bref sdjour a la tate du Grand
S6minaire interdioc6sain de Port-au-Prince, le nombre de
pr6tres haitiens estpass6 de 54 a 101. En 1959, ilsfonderent
a Port-au-Prince, dans le quartier de Haut Turgeau, la Villa
Manrbse, une splendide et spacieuse maison de retraite
ferm6e. En 4 ans, de 1959 a f6vrier 1964, les J6suites y ont
donn6 des retraites a plus de 12.000 personnes (pr6tres,
religieux, religieuses, 6tudiants, professionnels, militaires,
cadres d'associations de l'Eglise catholique etc.), soit une
moyenne de 3000 par an et 250 par mois. Ce fut dans cette
maison, qu'ils fonderent en 1961 la Radio Manrese et ses
6coles radiophoniques destinies a l'6ducation dans les
domaines de l'alphab6tisation, la sant6, l'engagement social
etc. Des milliers d'appareils r6cepteurs a transistors ont
&te distribuds dans les secteurs pauvres de la population.
Ils prendront 6galement en 1956, sur la demande de Mgr
Albert Francois Cousineau, Mveque du diocese du Cap-
Haitien d'alors, la responsabilit6 de la petite paroisse de


Quartier-Morin, situde dans le nord, a quelques kilombtres
a l'est de la ville du Cap-Haitien. Ils y ont r6am6nag6 le
presbytbre et construit une cole primaire au b6ndfice de
plusieurs centaines d'enfants.
Par un d6cret en date du 12 f6vrier 1964, le
gouvemement de Francois Duvalier expulsa les 18 J6suites
canadiens qui travaillaient en Haiti. Le dictateur leur
reprocha de ne pas respecter les institutions haitiennes et
les autorit6s 6tablies, de jeter par leur comportement le
trouble et la confusion dans le pays, d'attenter a l'honneur
du gouvemement et du peuple d'Haiti, de discr6diter le
pays a l'6tranger et de mener une vaste operation de
subversion contre son gouvernement. En r6alit6, cette
action politique de Duvalier a l'encontre des J6suites se
situait dans le cadre d'un plan de contr6le de toutes les
institutions du pays, notamment de l'Eglise catholique, pour
asseoir les bases de sa dictature qui allait durer d'ailleurs
prbs de trente ans.
Aprbs la chute de Jean-Claude Duvalier, le 7
f6vrier 1986, un d6cret du Conseil National de
Gouvemement (CNG), date du 31 mars 1986, r6tablit la
Compagnie de J6sus en Haiti. Aujourd'hui plus d'une
dizaine de J6suites -Haitiens et Canadiens- travaillent dans
des domaines divers, tels que la recherche et la r6flexion
sociales, l'enseignement universitaire, les exercices
spirituels, l'accompagnement des paysans, le service aux
r6fugi6s haitiens sur la Frontiere entre Haiti et la R6publique
Dominicaine. A la suite de J6sus-Christ, crucifix pour la
liberation de l'homme et sur les pas d'Ignace de Loyola,
leur fondateur, les J6suites sont en train d'6crire lentement
aujourd'hui une nouvelle page de leur histoire sur la terre
d'Haiti !
Kawas FRAN(OIS, s.j.
Centre de Reflexion et de Recherches
Interdisciplinaires (CRI)


Dr. EDDY GABRIEL RODRIGUEZ

CANDIDAT AU SENAT DEPT. DE L'OUEST



REFORME AGRICOLE

# MANJE

REFORME MEDICALE

# SANTE

REFORME

ECONOMIQUE

# TRAVAY

REFORME SOCIALE

# LOJMAN

STABILITE ET PAIX

# SEKIRITE



VOTEZ Dr. EDDY GABRIEL RODRIGUEZ

CANDIDAT NUMERO #6 PANOU







Page 15 FOOTBALL TOURS LES CHAMPIONNATS I
FOOTBALL : TOUS LES CHAMPIONNATS


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 46


HAITI
TOURNOI D'Ouverture
Championnat de lere Division
2005-2006

5eme Journee
Zenith-Aigle Noir 0-0
Cavaly-ASC 4-0
Baltimore-Dynamite 1-0
AS Carrefour-Roulado 1-0
Don Bosco -Racing CH 0-0
Victory-US Freres 1-1
Violette-Mirebalais 0-1
Racing Gonaives-Tempete 1-0

6eme Journee
Tempete-Roulado 1-1
Violette-Victory 2-1
Cavaly-Baltimore 0-0
Racing CH-Zenith 2-0
ASC-Don Bosco 0-1
US Freres-Dynamite 1-2
Aigle Noir-Mirebalais 1-2
AS Carrefour-Racing Gonaives 0-2


Equipe
1 Racing Gonaives
2 Mirebalais
3 Racing CH


Europe Ligue des
Champions
Resultats

Group A
Pts.
1 Juventus 15
2 Bayern Munich 13
3 Club Bruges 7
4 Rapid Vienne 0
Bayern Munich-Club Bruges 1-1
Rapid Viene-Juventus 1-3


1 Arsenal
2 Ajax
3 FC Thun
4 Sparta Prague
Arsenal -Ajax-0-0
Sparta- FC Thun 0-0


Group C


1 FC Barcelone
2 Werder Breme
3 Udinese
4 Panathinaikos
Udinese-Barcelona 0-2
Bremen- P'thinaikos# 5-1

Group D

1 Villarreal CF
2 Benfica
3 Lille OSC
4 Manchester United
Villarea- Lille 1-0
Benfica-Man United


Group E
Pts.
1 AC Milan 11
2 PSV 10
3 Schalke 04 8
4 Fenerbahce 4
AC Milan Schalke 04 3-2
PSV-Ferbahce 2-0


Group F

1 Lyon
2 Real Madrid
3 Rosenborg BK
4 Olympiacos
Lyon Rosenborg 2-1
Olympiakos
-Real-2-1

Group G


Liverpool
Chelsea
Real Betis
Anderlecht


Chelsea- Liverpool 0-0
Betis -Anderlecht


Pts.
16
7
7
4



Pts.
10
8
6
6


Pts.
16
10
4
4




Pts.
12
11
7
3


Group H


1 Inter Milan 1;
2 Rangers 7
3 FC Artmedia Bratislava 6
4 FC Porto 5
Rangers Inter Milan 1-1
Artmedia-Porto
0-0


Europe
Allemagne 16eme journee
Equipe Pts
1-Bayern Munich 41
2-Hambourg 37
3-Werder Breme 35
Meilleur Buteur
Miroslav Klose Werder Breme 16 buts

Angleterre 16eme journee
Equipe Pts
1-Chelsea 43
2-Liverpool 31
3- Man UTD 28
Meilleur Buteur
Frank Lampard
Chelsea 11 buts
Ruud Van Nistelrooy Manshester UTD 11
buts
Espagne 15eme journee


Equipe Pts
1-FC Barcelone 34
2-Osasuna 34
3-Real Madrid 28
Meilleur Buteur
Samuel Eto'o Barcelone 13 buts

France 18Wme journee
Equipe Pts
1-Lyon 44
2-Auxerre 32
3-Bordeaux 31
Meilleur Buteur
Pedro Pauleta PSG 12 buts

Hollande 15eme journee
Equipe Pts
1-AZ Alkmaar 35
2-Feyennord 35
3-PSV Eindhoven 35


Meilleur Buteur
Shota Arveladze AZ Alkmaar 13 buts


Italie 15eme journee
Equipe
1-Juventus
2-Inter Milan
3-Fiorentina


Meilleur Buteur
Luca Toni Fiorentina 16 buts

Argentine
Argentinel9eme journee


Equipe
1-Boca Juniors
1-Gimnasia
2-Velez Sarsfield


LE COIN DE MIAMI
PAR EVENS HILAIRE
evenshilaire# ,hotmail.com

Miami: marche pacifique pour

la liberation de Gerard Jean Juste


Ils ne sont pas uniquement des haitiens, qui participaient a la
marche pacifique du week end could au centre ville de Miami, pour exiger
l'dlargissement du poupulaire pr6tre G6rard Jean Juste. Mais aussi des
Am6ricains, des Hispaniques, Jamaicains, etc qui venaient apporter leur
soutien a ce dernier qui pour plus d'UN, avait aid6
d'une facon ou d'une autre bon nombre
d'immigrants ill6gaux haitiens a obtenir leur statut
16gal aux Etats-Unis.
Des midi, une foule tres animme attendait
impatiemment au Torch of Frienship le depart de
la manifestation avec pancartes en mains. Le
drapeau haitien 6tait aussi a l'honneur, de nombreux
manifestants habill6s aux couleurs bleu et rouge.
Ils arrivaient de partout (Washington, New York,
Orlando, West Palm Beach etc) pour participer a la
marche en faveur de la liberation de G6rard Jean <
Juste.
Au fur et a mesure, la foule grossissait Available fr
tandis que des autobus d6versaient des residents des
comt6s de Dade, Broward, Palm Beach venant
participer a cette grande protestation populaire.
Les organisateurs voulaient profiter du 10
D6cembre, qui 6tait la Journme Internationale des
Droits de l'Homme, pour demander a
l'administration Bush et au gouvemement de facto
en Haiti de relicher le cur6 de la paroisse Sainte
Claire de Petite Place Cazeau G6rard Jean Juste.
Selon les slogans, ce sont ces derniers qui maintiennent "Jerry"
Jean Juste en prison a cause de ses prises de position en faveur du retour a
l'ordre constitutionnel en Haiti.
Proche du president en exil (en Afrique du Sud), Jean Bertrand
Aristide, Gerard Jean Juste a t jusqu's son arrestation enjuillet dernier
l'un des chefs de file de la resistance pacifique en Haiti. Et malgr6 des
menaces qui planaient sur sa vie, il plaidait toujours en faveur du respect
de la Constitution du 29 Mars 1987, fixant a 5 ans la dur6e du mandat
pr6sidentiel. Aristide a &td renvers6 le 29 fevrier 2004 apres seulement 3
ans au palais national.
L'ex-activiste de Miami, G6rard Jean Juste, a 6te jete en prison
sous pretexte de son implication pr6sumbe dans l'assassinat dujoumaliste


Jacques Roche, alors qu'il 6tait a la meme 6poque a Miami.
Jusqu'a date, le pbre Jean Juste est gard6 en prison sans
avoir comparu devant unjuge.
Les manifestants qui 6taient plus d'un millier,


portaient des maillots a l'effigie du pr6tre prisonnier,
distribuant aussi des photos de lui, et lancant des slogans
hostiles au PM de transition Gerard Latortue. "Libere Jean
Juste, arete Latortue. PN Jean Juste pa merite prizon. Nou
mande liberasyon prese pou tout prizonye politik yo". Ils
ont fait un tour devant le Bureau F6d6ral de Miami lancant
force invectives contre l'actuelle 6quipe au pouvoir en
Haiti.
Retoumant au Torch of Friendship, a proximity
du Bayside, des partisans et supporteurs et meme des
(voir Jean Juste / 16)


0 NOU A IE0






Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 46


Page 16


I DEVELOPPEMENT DURABLE I


L'identification des biens


Aprds avoir parl6 de la definition des droits (voir
HEM, Vol. XIX, No. 45, du 07-13/12/05), nous devons
aborder le second des trois 616ments essentiels a la garantie
de la s6curit6 foncibre : l'identification des biens.
On se souvient que tous les documents traitant des
causes de conflits dans l'Artibonite ont signals l'absence
de cadastre (Commission Justice et Paix des Gonaives)
ou"' la non fixation des limites de propri6t6 (Serge
Bordenave et la commission de notables de Desdunes)
comme l'une des origines de ces conflits (voir HEM, Vol.
XIX, No. 41, du 09-15/11/05).
I1 s'agissait donc, au moment de lancer
l'exp6rience pilote, de proc6der au relev6 cadastral des
quatre habitations retenues pour ce que l'on a pris
l'habitude d'appeler la premiere phase de la r6forme
agraire ", en l'occurrence : la terre faisant l'objet du conflit
Atti&-Bricourt, dans la commune de l'Estbre, la ferme Trois
Bornes, dans la commune de Desdunes, la ferme Bertrand
St Ouen, dans la 5eme section de St Marc (Bocozelle) et la
ferme de D6seaux, dans la commune de Marchand-
Dessalines.
Mais on se souvient 6galement que la tentative
de r6gler le conflit Bertrand St Ouen suite a la visite de la
d6l6gation minist6rielle, le 8 aofit 1995, avait tournm court,
parce que ni 1'ODVA, ni la DGI, ne se sentaient en mesure
de proc6der a ce relev6 cadastral (voir HEM, Vol. XIX,
Nos. 42 et 43). L'INARA dut done se donner les moyens
de r6aliser ce travail lui-meme.
Ce fut la creation de cette premiere quipe gcnie-
cadastre constitute, au debut, avec des techniciens
emprunt6s a 1'ODVA et la DGI. Par la suite, cette 6quipe
fut renforc6e et formalisde que sous la denomination de
Service D6concentre de G6nie, Cartographie, Topographie
et Am6nagement du Territoire (SDGCTAT), le terme de
cadastre ayant &t 61limind pour ne pas donner l'impression
de vouloir pi6tiner les plates-bandes de 1'ONACA.
On doit signaler que ce service a b6ndficid de
l'appui de la Coop6ration Francaise avec les visites de
nombreux consultants qui ont grandement contribu6 a la
formation du personnel et a l'introduction des techniques
les plus modernes. On citera le passage de MM. Delbecque
etParadol, enoctobre 1996, de M. Rech, enjanvier-f6vrier
1998, de M. Reigner, en septembre 1999.
Tous ces techniciens ont &t6 recrut6s par M.
Jacques Gastaldi de 1'ANDAFAR (Association Nationale
pour le Ddveloppement de l'Am6nagement Foncier,
Agricole et Rural), lui-meme gdographe, qui, entre 1997


et 1999, effectua quatre visites en Haiti. Durant la meme
p6riode, M. Gastaldi organisa 6galement des voyages
d'6tudes en France, en C6te d'Ivoire et en Guadeloupe pour
des cadres de l'INARA, le Ministre Mathurin ayant
particip6 a la mission de janvier 1997.
Signalons enfin que le SDGCTAT a aussi
b6ndficid de la presence de trois jeunes consultants
gdombtres : M. Benoit de Corbie, Septembre 1996 -
d6cembre 1997, Jean-Michel Cosserat, novembre 1997 -
janvier 1999, Yannick Galinat, juillet 1999- septembre
2000.
Mais revenons a l'Artibonite. Une fois l'6quipe
de techniciens constitute, il s'agissait de mettre en train
les activity de relev6 cadastral ; mais tout de suite, on buta
sur la grande difficult que constituait l'absence de tout
document fiable, plan d'arpentage ou autre, qui pourrait
servir de point de depart aux operations. I1 fallut done faire
appel aux connaissances de la population. C'est ainsi que,
pour chacun des habitations retenues, il fallu recruter des
6claireurs volontaires capables d'indiquer aux techniciens
les limites g6ndralement reconnues, mais aussi disposes a
le faire.
Nous insistons sur ce dernier point car il ne faut
pas oublier que nous sommes dans l'Artibonite, une zone
oiu il peut tre dangereux de s'aventurer en dehors des
grandes voies de communication, si les raisons de ces
d6placements risquent de rdveiller la suspicion de certaines


personnes. II parut donc evident qu'il fallait prendre
mesures pour assurer la s6curit6 des techniciens et des
6claireurs qui les accompagnaient.
Pour commencer, 1'INARA s'est entendu avec les
Commissaires de St Marc et des Gonaives pour qu'ils
mettent a sa disposition, a tour le r6le, et pour des p6riodes
de deux semaines, un petit contingent de policiers charges
d'accompagner techniciens et 6claireurs sur le terrain. Par
la suite la Direction G6ndrale de la PNH d6cida de
constituer une Unite de Securite de la RWforme Agraire
(USRA) ayant a sa tate un commissaire. Un commissariat
fut install sur le campus de 1'ODVA et des postes dans les
localit6s de l'Estbre, Desdunes, Chevreau Descloches,
Bocozelle, Villard et D6seaux.
Toutes ces mesures 6tant prises, 1'6quipe de
techniciens pouvait se mettre au travail et au 7 f6vrier 1996,
elle avait pratiquement boucl6, pour les quatre habitations
choisies, les trois grandes operations de
fermeture du p6rimetre,
Relev6 topographique,
Etablissement du parcellaire.
Tout 6tait done pret pour que l'on puisse proc6der
a la distribution des parcelles aux b6ndficiaires identifies
au cours d'op6rations dont nous parlerons la semaine
prochaine.
Bernard Eth6art
ben@,etheart.com


Miami: marche pacifique pour la

liberation de Pere Jean Juste


(suite de la page 15)
membres de la famille du Pbre Jean Juste ont pris la parole
pour d6noncer l'arrestation ill6gale du cur6 de Sainte Claire
(Port-au-Prince).
L'activiste Jacques Lieberman qui a &t6 l'un des
organisateurs de cette manifestation pacifique, a d6clard
que Jean Juste est un prisonnier de conscience qui devait
6tre lib6rd sans aucune autre forme de proc&s.
Lieberman a indiqu6 que la mobilisation se
poursuivra jusqu'a la liberation du d6tenu. I1 en a profit
pour annoncer que des activists semblables a celle du
samedi 10 decembre seront organisees, notamment le mois
prochain a l'occasion de l'anniversaire de la mort de Martin
Luther King Junior a Libert6 City (Miami).
Des messages ont &te envoys au president George
W. Bush lui demandant de faire le n6cessaire pour que Jean
Juste soit lib6rd imm6diatement.


Le s6nateur D6mocrate, Kendrick Meek (D-
Miami), a annonc6 que environ une quarantaine de
membres du Congressional Black Caucus ont paraph6 une
autre lettre exhortant le Pr6sident Bush a obtenir la
liberation du rdv6rend pbre Jean Juste.
De son cot6, l'assesseur de North Miami Beach,
Philippe Desroses, a dit esp6rer le support de nombreux
parlementaires am6ricains dans la lutte pour la liberation
du cur6 de la paroisse Sainte Claire de Petite place Cazeau
(Port-au-Prince).
L'homme d'affaires Ringo Cayard a rappele
comment le pere G6rard Jean Juste avait contribu6 A la
liberation des compatriotes haitiens des prisons de
l'immigration en Floride.
Lajournme de protestation du 10 D6cembre a &t6
supported par plus de 400 membres du clergy, par des
(voir Jean Juste / 18)


- Copyrighted Material




Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"
-, 6,m, -ow


% % % I

an, *&mom b


Oft 2184MM40lklk

*corporate OUR VEHICLES
functions *EXECUTIVE ScOANN
*Air port Service *LUXARY LIMOUSNE UP
*Social Events TO 10 PAUUENoERU
*Weddings *auv (HUMMER,
*parties ExcURSIONl)
*city tour
gtl~ElFA www.Megels.com








FRANCE-ANTILLES


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 46


M Copyrighted Material ""



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"




Lettre ouverte au Ministre de l'Interieur de la Republique


M. le M

La Mar
de colonisation
interminable dou
enseign6 l'dch
d6shumanisantes
au cceur des don
une exigence de d
Iln'est
aujourd'hui dans
Nation en soit an
actuelle du mond
de tout passe con
les responsabilit6
tient pas a sa pui
peut 6tre qu'un de
d'estimer la mar
les idWes de g6ni
faiblissent, de m
un avenir vraime
ou non. II n'est
propose par ui
d'enseignement
aurait fait le prei
orientations vis
responsabilit6s d
lui a profit er
irrdvocablement
Les probe
les pays pauvres


ATLANTA
1232 MorelandA


Frangaise, a l'occasion de sa visite en Martinique

Par Edouard GLISAT et Patrik CU financements de cultes par une laicit6 force d'aller plus
loin, et toutes les aides verses aux humanit6s du Sud
linistre de l'Int6rieur, plus en plus pauvres, et les pays riches, qui accueillaient encore victimes des vieilles dominations, ne font
ces immigrants, qui parfois organisaient leur venue pour qu'effleurer le monde sans pour autant s'y confronter. Ces
tinique est une vieille terre d'esclavage, les besoins de leurs marches du travail et, disons-le, en mesures laissent d'ailleurs fleurir autourd'elles les charters
i, et de ndo-colonisation. Mais cette pratiquaient comme une sorte de traite, atteignent peut- quotidiens, les centres de retention, les primes aux raideurs
leur est un maitre pr6cieux : elle nous a 6tre aujourd'hui un seuil de saturation et s'orientent policibres, les scores triomphants des expulsions annuelles :
range et le partage. Les situations maintenant vers une traite selective. Mais les richesses autant de rdponses thditrales a des menaces que l'on
Sont ceci de pr6cieux qu'elles pr6servent, creees par ces exploitations ont g6ndr6 un peu partout s'invente ou que l'onagite comme des 6pouvantails, autant
linds, la palpitation d'ofi monte toujours d'infinies pauvretds, lesquelles suscitent alors de nouveaux d'6checs d'une demarche rest6e insensible au reel.
dignity. Notre terre en est des plus avides. flux humains : le monde est un ensemble oF l'abondance Aucune situation sociale, meme la plus d6grad6e,
?as concevable qu'une Nation se renferme et le manque ne peuvent plus s'ignorer, surtout si l'une et meme surtout celle-l, ne peut justifier d'un traitement
des 6troitesses identitaires telles que cette provient de l'autre. Les solutions proposes ne sont done de rdcurage. Face a une existence, meme brouill6e par le
nende a ignorer ce qui fait la communaut6 pas a la hauteur de la situation. Une politique d'int6gration plus accablant des pedigrees judiciaires, il y a d'abord
e :lavolont6 sereine de partagerles vrit6s (en France) ou une politique communautariste (en l'informulable d'une d6tresse : c'est toujours de l'humain
nmunetla dtermination partageraussi Angleterre), voilM les deux orientations g6ndrales qu'il s'agit, le plus souvent broyd par les logiques
Ss a venir. La grandeur d'une Nation ne qu'adoptent les gouvernements int6ress6s. Mais dans les 6conomiques. Une R6publique qui offre un titre de sdjour,
issance, 6conomique ou militaire (qui ne deux cas, les communaut6s d'immigrants, abandonndes ouvre en fait sa porte a une dignity humaine a laquelle
es garants de sa liberty), mais a sa capacity sans ressources dans des ghettos invivables, ne disposent demeure le droit de penser, de commettre des erreurs, de
che du monde, de se porter aux points oi d'aucun moyen reel de participer a la vie de leur pays r6ussir ou d'6chouer comme peut le faire tout 6tre vivant,
Srosit6 et de solidarity sont menaces ou d'accueil, et ne peuvent participer de leurs cultures et cette R6publique peut alors punir selon ses lois mais en
6nager toujours, a court et a long terme, d'origine que de maniere tronqude, m6fiante, passive : ces aucun cas retirer ce qui avait &td donnd. Le don qui chosifie,
:nt commun a tous les peuples, puissants cultures deviennent en certains cas des cultures du l'accueil qui suppose la tate baiss6e et le silence, sont plus
pas concevable qu'une telle Nation ait retirement. Aucun des choix gouvernementaux ne propose proches de la d6sint6gration que de l'int6gration, et sont
ne loi (ou impose) des orientations une veritable politique de laRelation :l'acceptationfranche toujours tres loin des humanit6s.
dans ses 6tablissements scolaires, comme des differences, sans que la difference de l'immigrant soit Le monde nous a ouvert a ses complexit6s. Chacun
mier regime autoritaire venu, et que ces a porter au compte d'un communautarisme quelconque ; est d6sormais un individu, riche de plusieurs appartenances,
sent tout simplement a masquer ses la mise en oeuvre de moyens globaux et sp6cifiques, sans pouvoir se r6duire a l'une d'elles, et aucune
plans une entreprise (la colonisation) qui sociaux et financiers, sans que cela entraine une partition R6publique ne pourra s'6panouir sans harmoniser les
a tout, et qui est de toutes manieres d'un nouveau genre ; la reconnaissance d'une expressions de ces multi appartenances. De telles identit6s
condamnable. interp6n6tration des cultures, sans qu'il y aille d'une relationnelles ont encore du mal a trouver leur place dans
)lemes des immigrations sont mondiaux : dilution ou d'une d6perdition des diverses populations ainsi les R6publiques archaiques, mais ce qu'elles suscitent
, d'ofi viennent les immigrants, sont de mises en contact : rdussir a se situer dans ces points comme imprecations sont souvent le d6sir de participation
d'6quilibre seraitvivre r6ellement a une alter R6publique. Les R6publiques unes et
l'une des beaut6s du monde, sans indivisibles doivent laisser la place aux entit6s complexes
pour autant perdre de vue les des R6publiques unies qui sont h mime de pouvoir vivre
S --- paysages de ses horreurs.' le monde dans ses diversit6s. Nous croyons a un pacte
Si chaque nation n'est pas r6publicain, comme a un pacte mondial, oi des nations
S_ habitee de ces principes essentiels, naturelles (des nations encore sans Etat comme la n6tre)
les nominations exemplaires sur la pourront placer leur voix, et exprimer leur souverainet6.
Base d'une apparence physique, les Aucune m6moire ne peut endiguer seule les retours de la
1 vle gate kliyan n yo de j ou en jou pi plis. discriminations vertueuses, les barbarie: la m6moire de la Shoah a besoin de celle de
quotas d6culpabilisants, les l'esclavage, comme de toutes les autres, et la pensde qui
Ave, Ft. Lauderdale, Fl 33311 Pompano Bch, Fl33064 (voir Decolonisation / 20)


Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd,
Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass
02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd,
Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, FI 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 FlatbushAve.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd


Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Sui
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, Fl 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street
N. Miami, FI 33161
Tel: (305)892-6478

MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenu
(441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blosso
Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy


Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
te 2 128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, Fl 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
om Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


a8772


IET 32
Tel: 305


e m A ven uei
757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE
LE MA GASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiementpour Bell South, FPL,
GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection telephonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am



7h30 pm




* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* Money Order


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Frangais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Amdricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Produits pour cheveux


Page 17







Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 46


Page 18


I JOUONS! I


T O R D U E
Abidjan
Addis Abeba
Alexandrie
Alger
Antaanarivo
Bamako
Bangui
Bata
Bissau
Bouake
Brazzaville
Bujumbura
Casablanca
Conakri
Dakar
Dar es Salam 0 I ND R E
Djibouti
Dodoma
Freetown
Gaborone
Harare
Johannesburg Solutions de la semaine pass6e:
Kampala
Khartoum
Kigali Wl IIB')O R I A(N) I AME Y)U TY
Kinshasa (X Kum asi i RAZ I EL' L
Laayoune
Lagos O'% S A 1
Le Caire U Ar K L/ EIT Z hFj 1D
LelCap A B' E 1.IX ( /'4 0O
Libreville
Lilongwe K A 0 U I D
Luanda N
Lusaka H I
Maputo R NC LI CLA
Maseru T T I SR BI'A V/P,/UK 4- L IIS1
Mbabane
Mogadiscio E I L U
Monrovia F 0 L
N djamena M UU0 L 0 M I N U
Nairobi
NiameyR R G
Nouakchott U R U _B GU4KGU IXF R E E T O
Porto Novo P E T A q O H A R T O U D
Rab J(P A(CE L SO 0 Y K M T(O TU P
Tunis
Windhoek
Yaounde


Allez de TORDUE & OINDRE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Altere 2. Assistons -
3. Metaux Pronom -
4. Etui cylindrique Galette -
5. Matin Pas vif -
6. Blesse Titane -
7. Proposition Etres surnaturels -
8. Rayasse.
VERTICAL
1. ArchaTque 2. Brutalement -
3. Fatigu6-
4. Connu -Solution -
5. Pronom Note Note -
6. Envenimes 7. B6tise -
8. Crochets Pronom.


Solutions de la
semaine passe:


ALITES
ELITES
EVITES
EVIDES
EVADES
TL D JE I
T.I. D IE IS_
T L M^_EfE


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

G R

BRA

AE


Solutions de la semaine passe
' ABBESSE '


GRILLE DE PROGRAMME

M6lodie 103.3 fm

74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
Tel: 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/221-1323
e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 BoEn I veil enmusique

6h30-7h00 Anu Pipirit chatant
ler Journal creole de lajournme avec Yves Paul LUandre

7h00 10h00 IMllodie Mlatin avecMarcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
8h L'Editorial de Marcus
8h15 La Chronique au Quotidien avec Elsie
8h30 Le grand Reportage avec Guyler C. Delva
8h45 A Haute Voix avec Dominique Batraville
9h Les Sports avec Jacky Marc
9h15 Culture avec Claude Bernard S6ran
Melodie Matin chaque samedi est animee par Raphael Fequiere


Fa berf
40 0 o___


0**


.w m & S-


"Copyrighted Material

. Syndicated Content _

Available from Commercial News Providers"


10h00 -Midi



12h00 12h15


12h15 2h00


Le Disque de
I'Auditeur
animation: Jacques Lacour

Le Midi
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si tbcn
Emission de ChansonsFranises
Emission de Chansons Frangaises


3h00 -5h00 Le Bun Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill

5h00 -7h00 IMelodie & Compatny
une mission ligne ouverte avec participation du public sous la baguette magique
de MARCUS.
Le Jeudi place au DDveloppement durable avec Bernard Eth6art

7h00- 8h30 Amor y Sabor
8h30- 9h00 Soir Informnations


10h00


INTotre ( Lundi et Mercredi : L'heure classique )


Jazz at Ten (Mardi, Jeudi,Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

9h00 etau-dela Cavaliers, p re ez
vos dames (Samedi )
50 ans de Succes Populaires Haitiens


Sg--- o% 4
~*a om 0p- a____


JEAN-JUSTE ...
(suite de la page 16)
congressmen americains, ainsi que par
Amnesty International etc.
Presque tous les activistes haitiens
de Miami y ont pris part, toutes tendances
politiques confondues.


EVENS HILAIRE


_ ,__..m _. ___


-MltifM,,I!WTil,'FBTPJlTITn1R~fiNTTWiTT7TTTI


-''~''~~~':'' 1~''-":' 1~''~~~''''''' '~~:'-'''''':' 1711r]9 n ill-~I'''






Page 19


ti gout pa ti gout


Mercredi 14 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 46






Mercredi 14 D6cembre 2005 0 E Page 20
Haiti en Marche vol. XIX No. 460 SCANDAL

1* Ir ak cdmr m wiska l1%Mt




S_ ........... .. .. ... i iiiii. . s s

... ... .. .. ... .. ..






Syndicated Content


















S...........TOP HIT PARADE
Semaine du 12 Dec.




DEBAT SUR LA COLONISATION 6. Compilation: Konpa Xplosion
* 7. Daan Jr: J'ai soif de toi
Lettre ouverte au M inistre 8. Haitiando: Konparenge
9. Toto Necessite: Louange
de l'Inte~rieur de la10. Shougar Combo:Crache Dife
Republique Fran aise
(suite de la page 17)
s'y d6robe insulte la pensde. Le moindre genocide minor
nous regarde fixement et menace d'autant les soci6t6s multi
trans-culturelles. Les grands h6ros des histoires nationales
doivent maintenant assumer leur juste part de vertu et
d'horreur, car les m6moires sont aujourd'hui en face des
v6rit6s du monde, et le vivre ensemble se situe maintenant
dans les 6quilibres des v6rit6s du monde. Les cultures
contemporaines sont des cultures de la presence au monde.
Les cultures contemporaines ne valent que par leur degrd
de concentration des chaleurs culturelles du monde. Les
identit6s sont ouvertes, et fluides, et s'6panouissent par leur
capacity a se changer en 6changeant" dans l'6nergie du .......
monde. Mille immigrations clandestines, mille manages
arranges, mille regroupements familiaux factices, ne
sauraient d6courager la juste posture, accueillante et
ouverte. Aucune crainte terroriste ne saurait incliner a
l'abandon des principes du respect de la vie priv6e et de la
liberty individuelle. Dans une camera de surveillance, il y
a plus d'aveuglement que d'intelligence politique, plus de
menace a terme que de g6ndrosit6 sociale ou humaine, plus
de regression inevitable que de progrbs reel vers la
s6curit6...
C'est au nom de ces idWes, du fait de ces principes
seuls, que nous sommes a meme de vous souhaiter, de loin,
mais sereinement, la bienvenue en Martinique.
Edouard GLISSANT
Patrick CHAMOISEAU


ADOMI PURCHASING AGENCY
Te1.: 786-457-8830
Fax: 305 754-0979
e-mail: pasacalia@aol.com
Pour tous vos achats
= Mat6riels de construction
= Pieces de voiture / camion
=Equipement medical
Par avion
ou par bateau
au choix




Full Text

PAGE 1

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No 46 Ha•ti en Marche Port-au-Prince 100 Avenue Lamartinire (Bois Verna) TŽl.: 245-1910 ou 74 bis Rue Capois ( MŽlodie FM) TŽl / Fax : 221-1323 ou 417-0384 Miami 174 N.W. 94th stret Miami, Florida 33150 TŽl.: 305-754-0705 Fax : 305-756-0979 New York 914-358-7559 Boston 508 941 6897 MontrŽal 514-337 1286 email: haitienmarche@direcway.com URL: www.haitienmarche.com Library of Congress # ISSN 1064-3896Ha•ti en Marche Ždition du 14 au 20 DŽcembre 2005 Vol. XIX No. 46 Mercredi 27 Avril 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Ha•ti en Marche Ždition du 2 au 8 FŽvrier 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Ha•ti en Marche Ždition du 2 au 8 FŽvrier 2005 Vol. XIX No 1 Mercredi 27 Avril 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 13 Page 1 Ha•ti en Marche Ždition du 2 au 8 FŽvrier 2005 Vol. XIX No 1 Poster de RenŽ PrŽval dans les rues patrouillŽes par la force internationale AP Dumarsais SimŽus et Dr GŽrard Blot de Tt Ansanm photo T. BŽlizairePrŽval et SimŽus en tte d'un sondageMAUVAISE PERFORMANCE POUR L'ANCIENNE OPPOSITIONPRESIDENTIELLESANALYSE PORT-AU-PRINCE, 12 DŽcembre Faisons le calcul. Les candidats de l'ancienne opposition, mis ensemble et toutes tendances confondues, totalisent ˆ peine le score crŽditŽ ˆ l'ex-prŽsident, RenŽ PrŽval, dans les rŽsultats du sondage rŽalisŽ aux bons soins de l'Ambassade amŽricaine (USAID). PrŽval obtient 32% des sympathies de l'Žlectorat dans ce sondage, contre 5 ˆ Leslie Manigat; Evans Paul, Serge Gilles, Guy Philippe, Luc MŽsadieu, Marc Bazin: 4; Paul Denis (OPL) 3; enfin Charles Henri Baker et Dany Toussaint ne rŽalisent que 2 points. Cependant la grande surprise vient du candidat (non agrŽŽ par le conseil Žlectoral) Dumarsais SimŽus, venant juste aprs RenŽ PrŽval avec 21 points. Le candidat arrivŽ le dernier dans la course, et inconnu dans le pays jusqu'ˆ septembre dernier (SimŽus a vŽcu aux Etats-Unis pendant 40 ans), fait un chiffre plus de 4 fois supŽrieur ˆ n'importe quel dirigeant de l'ancienne opposition. Mme si l'on n'est pas obligŽ de prendre ces rŽsultats pour argent comptant (l'USAID a confiŽ le sondage ˆ une firme spŽcialisŽe, CID-Gallup, dont le reprŽsentant, M. Fred Denton se–or analyst, nous dit qu'ils prtent leurs services en AmŽrique latine depuis plusieurs annŽes), nous ne pensons pas que la mission amŽricaine prendrait le risque de se dŽsavouer en prŽsentant des chiffres qui seraient totalement en dea de la rŽalitŽ. D'autre part, l'administration Bush n'a jamais niŽ sa participation dans le renversement de l'ex-prŽsident JeanBertrand Aristide aux c™tŽs de l'ancienne opposition. Faudrait donc croire que cette (voir Sondage / 4)ExŽcutif Cassation : Guerre ouvertePOLITIQUE : AFFAIRE SIMEUSEDITORIAL PORT-AU-PRINCE, 10 DŽcembre Une succession d'ŽvŽnements ˆ surprise. Jeudi, la Cour de cassation rŽcidive son arrt faisant pour la seconde fois injonction au conseil Žlectoral provisoire (CEP) d'inscrire l'homme d'affaires ha•tien-amŽricain Dumarsais SimŽus sur la liste des candidats ˆ la prŽsidence. Le CEP avait ignorŽ la premire dŽcision de la plus haute instance judiciaire du pays, et avec le soutien du gouvernement provisoire, disqualifiŽ de la (voir Cassation / 5) ArrivŽe lundi du prŽsident dominicain Leonel Fernandez photo Yonel Manifestation Žtudiante devant le Palais National pendant la visite de Fernandez photo APRELATIONS HAITIANO-DOMINICAINESLa visite de Leonel Fernandez perturbŽe par des manifestantsP-au-P, 12 DŽcenbre 2005 Ñ Quelques centaines de personnes, en majoritŽ des Žtudiants, ont organisŽ une manifestation enfiŽvrŽe devant le Palais National, le lundi 12 dŽcembre, pour protester contre la prŽsence du prŽsident de la RŽpublique Dominicaine, Leonel Fernandez Reina, arrivŽ quelques heures auparavant ˆ Port-au-Prince. Les manifestants ont entre autres mis le feu ˆ une bande d'Žtoffe supposŽe tre un drapeau dominicain.. " Fernandez = racista, Fernandez = matador de los haitianos, Fernandez = T rujillo [NDLR: nom d'un ancien dictateur dominicain, sous l'administration duquel un massacre a ŽtŽ perpŽtrŽ contre des Ha•tiens en 1937]; nous n'accepterons jamais d'autres massacres de mains nazies" sont quelques-uns des slogans qui Žtaient arborŽs devant la faade principale du Palais prŽsidentiel par les manifestants. (voir Fernandez / 6)

PAGE 2

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol XIX No. 46 2 EN PLUS ...EN BREF ... Pour des Žlections crŽdibles et incontestŽes en Ha•tiJuan Gabriel ValdŽs Ancien ministre chilien, reprŽsentant spŽcial du secrŽtaire gŽnŽral de l'ONU en Ha•ti et chef de la MINUSTAH Le Devoir, Ždition du vendredi 9 dŽcembre 2005 Juan Gabriel Valds photo Ha•ti en Marche, ˆ JŽrŽmie Le vendredi 25 novembre 2005, ˆ Port-au-Prince, le Conseil Žlectoral provisoire a annoncŽ les dates officielles du premier tour des Žlections prŽsidentielle et lŽgislatives en Ha•ti (le 8 janvier 2006), du deuxime tour (le 15 fŽvrier 2006), ainsi que des Žlections municipales et locales, prŽvues le 5 mars 2006. La publication du calendrier Žlectoral constitue une annonce trs attendue aussi bien par la population ha•tienne que par la communautŽ internationale. Il reste certes plusieurs dŽfis ˆ relever pour s'assurer que ces ŽchŽances seront tenues et que les problmes logistiques, notamment la question de la distribution des cartes d'Žlecteur ou encore le recrutement et la formation des 40000 agents Žlectoraux, seront rŽsolus. Ces dŽfis techniques ne doivent pas masquer les progrs considŽrables accomplis au cours des derniers mois, sans un seul incident de violence politique. L 'Organisation des ƒtats amŽricains, soutenue activement par un appui logistique de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Ha•ti (MINUSTAH), a apportŽ son assistance pour l'enregistrement Ñ sans incident, y compris dans le bidonville de CitŽ Soleil Ñ de plus de 3,5 millions d'Žlecteurs. Des chiffres qui vont au-delˆ de toute espŽrance! Plus de 809 centres de vote et 8883 bureaux de vote ont ŽtŽ dŽsignŽs. Les Žlecteurs ha•tiens disposent dŽsormais d'un large Žventail de candidats reprŽsentatif de toutes les tendances politiques du pays. Qui aurait pariŽ sur un tel rŽsultat six mois auparavant? T out mettre en oeuvre En Žtroite coopŽration avec ses partenaires nationaux, rŽgionaux et internationaux, la MINUSTAH, que je dirige, continuera ˆ s'engager ˆ tout mettre en oeuvre pour que ces Žlections soient rŽalisŽes dans les meilleures conditions. ConformŽment ˆ son mandat, la MINUSTAH continue ˆ soutenir le gouvernement de transition et la Police nationale d'Ha•ti (PNH) dans leurs efforts pour assurer un environnement sŽcuritaire et stable pour le processus Žlectoral. C'est dans ce cadre que nous avons adoptŽ une attitude plus robuste en ce qui concerne les groupes armŽs illŽgaux. Des opŽrations militaires et humanitaires ˆ grande Žchelle ont ŽtŽ menŽes en commun avec la PNH dans les bidonvilles de Port-au-Prince les plus affectŽs par la violence des gangs armŽs. Nous sommes conscients de la volontŽ de certains groupes, armŽs ou organisŽs, de tout mettre en oeuvre pour saboter un processus Žlectoral qui leur Žchappe. La MINUSTAH redoublera de vigilance afin que ces desseins obscurs n'aboutissent pas. La contribution des Nations unies au processus Žlectoral en Ha•ti ne se limite pas aux questions sŽcuritaires. Le secrŽtaire gŽnŽral de l'ONU, Kofi Annan, a ˆ plusieurs reprises invitŽ les pays donateurs ˆ accŽlŽrer le dŽboursement de fonds promis en faveur d'Ha•ti. T olŽrance Ne perdons cependant pas de vue que l'histoire de ce pays prouve qu'aucune participation Žtrangre Ñ militaire ou financire, unilatŽrale ou multilatŽrale Ñ ne rŽalisera de progrs durables ˆ moins que les Ha•tiens assument leur responsabilitŽ et s'approprient collectivement le processus dŽmocratique au-delˆ des Žlections. Au cours des derniers mois, le peuple ha•tien a dŽmontrŽ son enthousiasme et son envie de participer aux Žlections. Il appartient donc aux leaders politiques de tout mettre en oeuvre afin d'Žviter qu'au lendemain des scrutins, Ha•ti n'offre Ñ ˆ l'instar d'autres rŽgions du monde Ñ l'image d'un pays dont les futurs dirigeants se dŽchirent dans une surenchre de contestations systŽmatiques de la rŽgularitŽ du vote ou de dŽnonciations intempestives de fraudes. La tolŽrance devra tre de mise avant, pendant et aprs les Žlections. Tous doivent dŽsormais s'accorder ˆ placer audessus de tout l'intŽrt supŽrieur de la nation. Le Code de conduite Žlectoral signŽ au mois de juin 2005 doit tre mis en pratique et respectŽ. Les candidats doivent faire preuve de modŽration et Žviter, mme dans leur langage, que la division et la polarisation qui ont caractŽrisŽ la vie politique ha•tienne au cours des dernires annŽes ne soient exacerbŽes. T outes les conditions devront tre rŽunies pour que les prochaines Žlections en Ha•ti soient dŽmocratiques, honntes et transparentes, fruit du vote secret des Ha•tiens et expression d'une dŽcision souveraine et populaire que tous les candidats devront respecter. (voir Valds / 3)Leonel Fernandez contraint d'Žcourter sa visiteHPN, 12 DŽcembre Leonel Fernandez, prŽsident de la RŽpublique dominicaine, a ŽtŽ contraint d'Žcourter lundi sa visite en Ha•ti sous la pression d'une importante manifestation de dŽnonciation de la politique migratoire de son pays envers les Ha•tiens. Le chef de l'Etat dominicain Leonel Fernandez Reyna, qui devait au terme de sa visite rencontrer des responsables de partis politique, a mis fin ˆ son sŽjour sans exŽcuter ce point de son agenda. Peu aprs sa rencontre avec le prŽsident provisoire ha•tien Boniface Alexandre, il a visitŽ son ambassade en Ha•ti ˆ PŽtion-Ville, 7 kilomtres ˆ l'est de la capitale. Le cortge du prŽsident dominicain avait eu quelques difficultŽs ˆ quitter le palais prŽsidentiel, o il s'est rendu peu aprs son arrivŽe ˆ l'aŽroport international Toussaint Louverture, en raison de l'imposante manifestation d'Ha•tiens hostiles ˆ sa politique migratoire. La foule de protestataires, regroupant entre autres des Žtudiants d'universitŽs, a lancŽ des pierres en direction du cortge de la dŽlŽgation dominicaine. En rŽaction, les gardes du palais prŽsidentiel ha•tien ont tirŽ des coups de feu en l'air pour disperser la foule. Dans un discours au palais national, le Dr Fernandez a renouvelŽ la volontŽ des autoritŽs dominicaines de continuer ˆ travailler de concert avec les Ha•tiens sur la question migration. Il a condamnŽ les actes de violence et les cas de lynchages perpŽtrŽs contre des Ha•tiens vivant sur son territoire. Le prŽsident dominicain a Žgalement dŽclarŽ que sa visite visait ˆ soutenir le gouvernement intŽrimaire et le Conseil Žlectoral provisoire (CEP), instance technique chargŽe d'organiser les Žlections. Le numŽro un de la RŽpublique voisine a aussi souhaitŽ que les deux pays trouvent des compromis pour lutter contre des problmes communs et s'allier avec la Colombie pour combattre le trafic des stupŽfiants. Me. Boniface Alexandre, prŽsident provisoire de la RŽpublique d'Ha•ti, a pour sa part souhaitŽ que les deux pays trouvent des solutions pacifiques sur la question de la migration. Il a ŽvoquŽ le " respect des droits humains " dans les refoulements des Ha•tiens illŽgaux en RŽpublique dominicaine.Les discours des deux chefs d'Žtat au Palais NationalIl Žtait environ 1 heure de l'aprs-midi quand le prŽsident par interim Alexandre Boniface et le prŽsident dominicain Leonel Fernandez ont pŽnŽtrŽ dans le salon jaune au Palais National o les attendaient les journalistes depuis le matin. Le PrŽsident Boniface Alexandre a pris la parole en premier vantant l'amitiŽ ha•tiano dominicaine et demandant que la justice dominicaine fasse son travail et que cesse la justice expŽditive. Le PrŽsident Leonel Fernandez a ŽvoquŽ trois points importants durant son discours. D'abord la question migratoire. On n'a pas ŽtŽ sans remarquer qu'il a soulignŽ d'abord qu'un commerant dominicain avait ŽtŽ tuŽ par un Ha•tien. Puis il a dit que suite ˆ cela, un ha•tien avait ŽtŽ tuŽ. Il a conclu cette premire partie en Žvoquant que la justice devrait tre la mme pour tous. En deuxime partie, le prŽsident Fernandez a ŽvoquŽ la question de la drogue, signalant que la majoritŽ de la drogue venant de Colombie transite par Ha•ti , se rendant ensuite en RŽpublique dominicaine. Pour contrer le problme, les presidents dominicain et colombien viennent de signer un traitŽ et Mr Fernandez a souhaitŽ que Ha•ti soit Žgalement un signataire de ce traitŽ pour contr™ler et mettre un terme ˆ ce trafic. En RŽpublique dominicaine, nous sommes passŽs ˆ une nouvelle Žtape maintenant et sommes devenus des consommateurs de drogue, ce qui n''etait pas le cas autrefois, a dit Fernandez. Aussi il faut faire quelque chose et Ha•ti devrait faire ce qu'elle peut pour empcher ˆ la drogue d'entrer sur son territoire. La drogue amne toute sorte d'autres trafics criminels. Vols de voiture, kidnappings faisant rŽgner un sentiment d'insŽcuritŽ dans le pays. Pour donner un essor nouveau aux relations ha•tiano-dominicaines, Fernandez souhaite que soit relancŽe la Commission ha•tiano-dominicaine qui avait ÔetŽ active pendant les 5 ans de sa premire prŽsidence, c'est ˆ dire de 1996 ˆ l'annŽe 2000. Il faudrait faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cette commission devienne de nouveau active.Leonel Fernandez:les autoritŽs ha•tiennes sont " corrompues"11 Dec 2005 A deux jours de sa visite en Ha•ti, le prŽsident dominicain Leonel Fernandez confie ˆ la BBC de Londres que Ha•ti est dirigŽe par des "autoritŽs corrompues qui n«ont aucun intŽrt pour leur pays". Selon le prŽsident dominicain, la crise ha•tienne constitue un problme de sŽcuritŽ nationale pour son pays ˆ causede l«immigration accrue de nos ressortissants et aussi une menace ˆ la stabilitŽ rŽgionale ˆ cause du trafic de la drogue. D«autre part, les critiques des organisations de dŽfense des droits humains autour des violences exercŽes contre des ressortissants ha•tiens en territoire voisin et qualifiŽes de xŽnophobie sont considŽrŽes par Leonel Fernandez comme l«expression de l«irresponsabilitŽ de la communautŽ internationale dans le "traitement de la question ha•tienne."Magistrats en grveHPN, 12 DŽcembre Deux associations de magistrats appellent leurs membres ˆ observer un arrt de travail d'une semaine. Les membres de l'association des magistrats ha•tiens protestent contre la dŽcision de l'exŽcutif de renvoyer 5 juges de la Cour de cassation. Dans un avis publiŽ lundi, l'association des magistrats ha•tiens (Anamah) invite ses membres ˆ observer une semaine de deuil en signe de protestation contre la dŽcision du gouvernement de renvoyer 5 juges de la Cour de cassation. V endredi, dans un arrtŽ, le gouvernement a mis ˆ la retraite 5 juges du tribunal suprme et leur a demandŽ de faire valoir leur droit ˆ la pension. Pendant la semaine de deuil, aucune dŽcision de justice ne doit tre rendue par les magistrats, souhaite l'Anamah. Cependant, les juges sont appelŽs ˆ se prŽsenter dans les tribunaux. Le b‰tonnier de l'ordre des avocats de Port-au-Prince devrait Žgalement se prononcer sur la question. InterrogŽ par Haiti Press Network sur la dŽcision du gouvernement de renvoyer des magistrats de la Cour de cassation, un juriste pense que cette mesure est abusive mais pas illŽgale. Il a fait remarquer que les remplaants sont aussi ‰gŽs que ceux qui ont ŽtŽ mis ˆ la retraire sous prŽtexte de leur grand ‰ge. T outefois ce mme juriste pense que la mesure du gouvernement n'est pas illŽgale. Elle se base, selon lui, sur un dŽcret pris en 1995 sur l'organisation judiciaire.Deux nouveaux prŽsumŽs ravisseurs ha•tiens extradŽsPORT-AU-PRINCE, 12 dŽc 2005 (AFP) Deux prŽsumŽs ravisseurs ha•tiens, Widmaille Dorvilier et JŽr™me Joseph, ont ŽtŽ extradŽs samedi vers les Etats-Unis, a-t-on appris lundi auprs de la direction gŽnŽrale de la police nationale ha•tienne (PNH). "Nous avons obtenu le feu vert de la justice et des autoritŽs gouvernementales pour les extrader, la police n'agit pas seule dans ces cas", a dŽclarŽ ˆ l'AFP le directeur de la police ha•tienne, Mario Andresol. Les deux suspects d'enlvements qui ont ŽtŽ transfŽrŽs aux Etats-Unis sur un vol commercial de la compagnie aŽrienne American Airlines, escortŽs d'agents de la FBI, avaient ŽtŽ arrtŽs le 31 octobre par la police ha•tienne. "Ils sont responsables de plus d'une cinquantaine d'enlvements ˆ Port-au-Prince dont des ressortissants amŽricains", a indiquŽ le directeur de la police judiciaire ha•tienne, le commissaire Michael Lucius. L 'officier de police a indiquŽ que cette dŽcision entrait dans le cadre de la convention interamŽricaine sur le terrorisme international ratifiŽe par Ha•ti. En septembre, la police ha•tienne avait dŽjˆ extradŽ deux autres auteurs prŽsumŽs d'enlvements vers les Etats-Unis. "Nous sommes disposŽs, comme par le passŽ, ˆ collaborer avec le gouvernement amŽricain dans la lutte contre le banditisme et le terrorisme, mais ceci doit se faire dans le respect des normes et des lois de chaque pays", avait alors dŽclarŽ le ministre ha•tien de la Justice, Henri DorlŽan. Les enlvements contre ranon se poursuivent dans la capitale ha•tienne et Ha•ti reste marquŽ par l'insŽcuritŽ en dŽpit de la prŽsence dans le pays de prs de 7.500 Casques bleus et policiers internationaux.Minustah: une formule en 3 temps pour ramener la sŽcuritŽ ˆ CitŽ-soleilHPN, 11 DŽcembre La situation de CitŽ Soleil doit tre traitŽe en diffŽrentes phases, a dŽclarŽ le porte-parole de l'Onu. Lors du point de presse hebdomadaire de la Minustah, Damian OnsesCardon a rŽvŽlŽ les trois phases du plan de pacification de CitŽ-soleil. V oici les trois phases du plan de pacification de CitŽ-soleil tels que prŽsentŽs par le porte-parole de la Mission de stabilisation des Nations unies en Ha•ti.(voir En bref / 13)

PAGE 3

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No 46 3 L 'objectif est d'aider ˆ terme ce pays que nous aimons tous ˆ s'engager sur la voie de la stabilitŽ et de l'union en vue de favoriser son dŽveloppement Žconomique et social. Les citoyens d'Ha•ti ont un droit lŽgitime ˆ l'impatience en raison de la longue histoire de violence politique et de querelles internes. Les dirigeants politiques de ce pays ont le devoir de ne pas dŽcevoir. Les acteurs politiques d'Ha•ti disposent d'une chance unique de mobiliser un engagement national et international en vue de donner au peuple ha•tien, en commenant par sa majoritŽ la plus pauvre et la plus vulnŽrable, les raisons d'espŽrer.V ALDES : ELECTIONS(suite de la page 2) L 'ACTUALITE EN MARCHEGrve des magistrats contre le renvoi des juges de la Cour de cassationHPN, 12 DŽcembre Deux associations de magistrats appellent leurs membres ˆ observer un arrt de travail d'une semaine. Les membres de l'association des magistrats ha•tiens protestent contre la dŽcision de l'exŽcutif de renvoyer 5 juges de la Cour de cassation. Dans un avis publiŽ lundi, l'association des magistrats ha•tiens (Anamah) invite ses membres ˆ observer une semaine de deuil en signe de protestation contre la dŽcision du gouvernement de renvoyer 5 juges de la Cour de cassation. V endredi, dans un arrtŽ, le gouvernement a mis ˆ la retraite 5 juges du tribunal suprme et leur a demandŽ de faire valoir leur droit ˆ la pension. Pendant la semaine de deuil, aucune dŽcision de justice ne doit tre rendue par les magistrats, souhaite l'Anamah. Cependant, les juges sont appelŽs ˆ se prŽsenter dans les tribunaux. Le b‰tonnier de l'ordre des avocats de Port-auPrince devrait Žgalement se prononcer sur la question. InterrogŽ par Haiti Press Network sur la dŽcision du gouvernement de renvoyer des magistrats de la Cour de cassation, un juriste pense que cette mesure est abusive mais pas illŽgale. Il a fait remarquer que les remplaants sont aussi ‰gŽs que ceux qui ont ŽtŽ mis ˆ la retraire sous prŽtexte de leur grand ‰ge. T outefois ce mme juriste pense que la mesure du gouvernement n'est pas illŽgale. Elle se base, selon lui, sur un dŽcret pris en 1995 sur l'organisation judiciaire. HPN Nouvelle dŽcision de justice favorable ˆ un candidat ŽcartŽPORT-AU-PRINCE, 8 dŽc 2005 La Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire ha•tienne, a rendu jeudi une nouvelle dŽcision en faveur du candidat Dumarsais SimŽus, ŽcartŽ de l'Žlection prŽsidentielle en raison de sa double nationalitŽ ha•tiano-amŽricaine, selon son avocat. "Un second arrt a ŽtŽ pris par la Cour de cassation demandant implicitement au Conseil Žlectoral ha•tien (CEP) de remettre le nom de Dumarsais SimŽus sur la liste cet avocat, Guerdy Lissade. Une requte civile introduite par le CEP a ŽtŽ jugŽe irrecevable par les magistrats de la Cour. Le nouvel arrt indique que les dŽcisions de la Cour de cassation sont irrŽvocables et ne sont susceptibles d'aucun recours. Un premier arrt pris le 11 octobre avait fait injonction au CEP d'accepter la candidature de M. SimŽus. Soutenu par le gouvernement, le CEP l'avait cependant ŽcartŽe en soulignant que la Constitution ha•tienne interdisait ˆ une personne dotŽe d'une dŽfinitive des candidats ˆ la prŽsidence", a dŽclarŽ ˆ l'AFP nationalitŽ Žtrangre de se prŽsenter ˆ une Žlection prŽsidentielle. En reconnaissant possŽder un passeport amŽricain, M. SimŽus, un riche homme d'affaires ayant vŽcu une quarantaine d'annŽes au Texas, a toujours clamŽ qu'il Žtait restŽ Ha•tien. Sžr de son droit, il avait mme commencŽ sa campagne Žlectorale, interrompue par la dŽcision du CEP. Le premier tour de l'Žlection prŽsidentielle et des parlementaires est prŽvu le 8 janvier. (AFP) SimŽus revient dans la course seul ou dans une allianceHPN, 9 DŽcembre " EcartŽ ou pas nous restons dans la course et nous allons nous joindre ˆ un regroupement politique afin de remporter ces Žlections ", a dŽclarŽ Dumarsais SimŽus ˆ un collaborateur de Haiti Pres Network. Par Jean-Pierre Leroy A un mois du premier tour des prŽsidentielles ha•tiennes du 8 janvier, le candidat ˆ la prŽsidence Dumarsais Simeus est sorti de son silence pour annoncer sa dŽcision de rester dans la course. La Cour de cassation a pris le jeudi 8 dŽcembre un nouvel arrt en faveur du candidat demandant au CEP de l'intŽgrer sur la liste dŽfinitive. Dans une interview accordŽe ˆ HPN ˆ Miami en (voir SimŽus / 4)L 'EVENEMENT La visite du prŽsident dominicain perturbŽe par des manifestants p.1 Boniface Alexandre et Leonel Fernandez pr™nent la comprŽhension rŽciproque p.7 ANALYSE PrŽval et SimŽus en tte d'un sondage Mauvaise performance pour l'ancienne opposition p.1 POLITIQUE Pour des Žlections crŽdibles et incontestŽes, par J G. Valds p. 2 SimŽus dans la course seul ou dans une alliance p.3 Miami: marche pour la libŽration du pre GŽrard Jean-Juste p. 14 NOUVEAU CONFLIT ExŽcutif-Cassation: guerre ouverteÉ p.1 Grve des tribunaux contre le renvoi des juges p. 3 Nouvelle dŽcision de justice favorable ˆ un candidat ŽcartŽ p.3 VIOLENCES ET INSECURITE 40 personnes enlevŽes en 15 jours p. 9 LibŽration d'un missionnaire tchque p. 9 DŽcouverte d'un dŽp™t d'armes p. 9 EDITORIAL V iolences et Žlections p. 4 DEVELOPPEMENT L 'identification des biens p.16 LIBRE PENSEE LoyautŽ p. 12 SOCIETE Le pŽdophile vit en Ha•ti p. 20 Institut Franais: 60 ans p. 16 DŽbat relancŽ sur la colonisation p. 17 HAITI DANS LA CARAIBE La Caricom attend les Žlections en Ha•ti p. 12SOMMAIRE

PAGE 4

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol XIX No. 46 TITRE DU POSTE: ADMINISTRATEUR ADJOINT DE PROGRAMME IMMUNISATION PLUSŽ (Poste temporaire) Section : Santé GRADE : National OfficerŽ Niveau 2 UNICEF recherche un(e) candidat (e) capable dassurer les fonctions dAdministrateur adjoint de Programme Immunisation Plus Ž avec pour responsabilités la planification, la gestion, la mise en oeuvre et le suivi des activités de gestion des vaccins et de la chaîne de froid du programme de vaccination sous la supervision de lAdministrateur du Programme Santé et en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé Publique, lOPS/OMS et les autres partenaires intervenant dans la vaccination. QUALIFICATIONS REQUISES • • • • • Etude universitaire avancée de préférence en gestion ou en logistique • • • • • Au moins trois années dexpérience professionnelle dans le domaine de la logistique et de la gestion de produits de santé, le suivi et lévaluation; expérience dans la gestion de la chaine de froid, le transport et la gestion des vaccins et autres intrants du PEV • • • • • Maîtrise du français, de langlais et du créole • • • • • Capacité de travailler dans un milieu multicullturel • • • • • Familiarité avec la plupart des logiciels de Microsoft Office, Word et Excel • • • • • Capacité à travailler en équipe et dans un milieu muticulturel. DURÉE DU CONTRAT Une année A noter: • • • • • Adresser Curriculum Vitae et photocopie de diplômes et/ou certificats à: UNICEF Services des Ressources Humaines Poste temporaire  Immunisation Plus Ž 17, rue Armand Holly ( Debussy ) P. O. Box 1363 Port-au-Prince, Haïti • • • • • Les candidats doivent être de nationalité haïtienne • • • • • Date limite de soumission des candidatures: 22 décembre 2005 à 16:00 heures • • • • • Salaire et avantages sociaux très intéressants. A VIS DE RECRUTEMENT4 Distribution toujours aussi problŽmatique des cartes Žlectorales APPrŽval et SimŽus en tte d'un sondage de l'Ambassade amŽricaineUNE ANALYSE( Sondage ... suite de la 1re page) dernire a perdu toute son importance, mme aux yeux de ses meilleurs supporters, ds lors qu'Aristide Žtait parti du pouvoir.Echec de la transition ÉC'est d'ailleurs l'Žchec de la transition qui transparait dans les rŽsultats de ce sondage, par la mme occasion expliquant la montŽe vertigineuse de deux candidats qui n'Žtaient pas mlŽs aux ŽvŽnements du 29 fŽvrier 2004: l'ex-prŽsident RenŽ PrŽval (19962001), Žlu Lavalas mais qui a ŽtŽ mis ˆ l'index par Aristide, et le millionnaire ha•tien-amŽricain descendu du Texas, Dumarsais MŽcne SimŽus. Outre que le mouvement qui a renversŽ Aristide n'avait probablement pas la popularitŽ que l'on avait bien voulu lui accorder. Ce sondage a ŽtŽ conduit dans la premire quinzaine de novembre dernier, sur un Žchantillon de 1.200 foyers, et avec une marge d'erreur de plus ou moins 2,8%. Il a touchŽ la capitale et les plus importantes villes du pays. Pour 80% des sondŽs, la nation ha•tienne se dirige actuellement dans une mauvaise direction, contre 14% qui pensent le contraire.A peine 9% se disent plus satisfaits ÉPour plus des trois quarts de la population, leur situation financire s'est dŽtŽriorŽe ces deux dernires annŽes, et ˆ peine 9% se disent plus satisfaits. 68% n'ont pas suffisamment ˆ manger, et 42% mangent seulement une fois par jour. Mais avant le cožt de la vie et le ch™mage, viennent aujourd'hui comme prŽoccupation premire la violence et la criminalitŽ. Le dernier bilan de la police nationale est de 30 kidnappings en 15 jours. sondŽs ont ŽtŽ appelŽs ˆ se prononcer. C'est probablement sur eux aussi que les Žlecteurs se prononceront en choisissant une nouvelle Žquipe dirigeante. Mais Ha•ti est le seul pays o aucun critre sŽrieux n'entrerait dans le choix des Žlecteurs pour n'tre qu'une question de la pluie et du beau temps. Aujourd'hui encore certains croient sans doute que ce sera le cas. Il n'est que d'attendre ... Contrairement ˆ toute attente, dans l'assistance prŽsente vendredi dans les locaux de l'USAID pour la prŽsentation de ces rŽsultats, peu ont contestŽ le score attribuŽ ˆ l'ancien prŽsident RenŽ PrŽval. T outefois Mme Marie France Claude (PDCH) a indiquŽ qu'un autre sondage, celui-ci rŽalisŽ pour la Fondation Nouvelle Ha•ti (proche du grand patronat), tte de la course ˆ la prŽsidence. Baker n'obtient que 2 points dans le sondage CID-Gallup. C'est sur tous ces critres que les Le phŽnomne" SimŽus ...donne plut™t l'industriel Charles Henri Baker en (voir Sondage / 5) marge de la cl™ture de la confŽrence du Groupe d'Action de l'AmŽrique Latine et de la Cara•be, CCAA, M. Simeus s'est dit satisfait du nouvel arrt pris par la Cour de Cassation en sa faveur. " Nous poursuivons les dŽmarches auprs des officiels amŽricains au plus haut niveau parce que, lŽgalement, nous avons le droit de participer aux Žlections ", a-t-il dŽclarŽ. InterrogŽ sur une Žventuelle fin de non recevoir du CEP, le candidat SimŽus a dŽclarŽ ˆ HPN qu'il comptait de toute faon entrer dans le jeu des alliances politiques. " EcartŽ ou non, nous restons dans la course et nous allons nous joindre ˆ un regroupement politique afin de remporter ces Žlections ", a-t-il ajoutŽ. Dumarsais SimŽus a, toutefois, coupŽ court aux rumeurs qui faisaient croire qu'il allait faire une alliance avec le candidat RenŽ PrŽval. " Je n'ai conclu d'alliance avec aucun candidat ou regroupement politique ", a-t-il dŽclarŽ promettant d'annoncer sous peu le regroupement ou le candidat de son choix. Dans un nouvel arrt, la Cour de cassation a rejetŽ une requte civile introduite par le Conseil Žlectoral provisoire contre le candidat Dumarsais SimŽus, ŽcartŽ en raison de sa nationalitŽ amŽricaine. Dans sa nouvelle dŽcision, la Cour explique que ces arrts sont irrŽvocables et ne sont susceptibles d'aucune voie de recours. Elle a, une nouvelle fois, demandŽ au CEP de remettre le nom du candidat Dumarsais SimŽus sur la liste dŽfinitive des candidats ˆ la prŽsidence. EcartŽ dans un premier temps par le CEP ˆ cause de sa double nationalitŽ, le candidat avait portŽ l'affaire par devant la cour de Cassation qui lui avait donnŽ gain de cause. Modifiant le dŽcret Žlectoral pour octroyer le plein pouvoir au CEP comme dernire voie de recours, le gouvernement provisoire avait, par la suite formŽ une commission de vŽrification de la nationalitŽ des candidats ˆ la prŽsidence. Se rŽfŽrant ˆ la constitution ha•tienne, le CEP avait demandŽ au candidat de surseoir ˆ sa campagne indiquant qu'il n'accepterait pas qu'un citoyen Žtranger brigue des fonctions Žlectives en Ha•ti.SimŽus revient dans la course( SimŽus ... suite de la page 3)seul ou dans une alliance V iolences et ŽlectionsEDITORIAL PORT-AU-PRINCE, 9 DŽcembre En Ha•ti, les violences annoncent les Žlections, et vice versa. Pas d'Žlections sans violences. Et le mieux qu'on puisse espŽrer, c'est qu'elles ne finissent pas dans les violences. Comme en novembre 1987 ... Alors qu'une amŽlioration du climat de sŽcuritŽ commenait ˆ devenir perceptible, oops, a recommence. T riplement du nombre d'enlvements. Mais quand tout un autobus scolaire rempli est kidnappŽ, difficile de ne pas penser ˆ une opŽration pour frapper l'opinion. Donc politique. Cette semaine, on a enregistrŽ deux victimes en rapport avec le climat politique: un vieux monsieur mort ŽtouffŽ au milieu de la foule se battant pour obtenir la carte Žlectorale; et un manifestant grivement blessŽ ˆ la tte par la police parmi plusieurs milliers protestant contre la dŽtention du commissaire Carlo Lochard dans l'affaire de la tuerie de Grand'Ravine. On rapportait aussi jeudi la dŽcouverte par la police d'une grosse cache d'armes et de munitions, agrŽmentŽe de la photo d'un certain candidat. Mais ce n'est point encore lˆ jusqu'ˆ prŽsent ce que nous avons expŽrimentŽ dans ce pays comme violences Žlectorales. Sans vouloir encourager les fauteurs de violences, mon dieu, ce n'est encore lˆ que de la petite bire. RŽcapitulons: A vant de culminer dans l'holocauste de la ruelle Vaillant le 29 novembre 1987, ds juillet les militaires et leurs affidŽs accumulaient les massacres. Ce fut Jean Rabel, ce fut Bocozel. Ce furent les incendies de magasins et autres Žtablissements appartenant ˆ des personnalitŽs impliquŽes dans le processus Žlectoral, ainsi que l'incendie du marchŽ Salomon. Les militaires du CNG ne lŽsinaient pas sur les moyens, en quelque sorte l'Žlecteur avait ŽtŽ prŽvenu. Mais c'est mal connaitre la dŽtermination du peuple ha•tien ˆ vouloir changer les choses. Car (voir Violences / 9)

PAGE 5

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No 46 Fiche d'Abonnement ˆ Ha•ti en MarcheNom _______________________________________________________________________________________________________________ Adresse _____________________________________________________________________________________________________________ Ha•tiGdes 250,00Gdes 500,00 Livraison ˆ domicile: double tarif Etats-UnisUS$ 40.00US $ 78.00 CanadaUS$ 42.00US $ 80.00 EuropeUS$ 70.00US $ 135.00 AmŽrique LatineUS$ 70.00US $ 135.00SIX MOIS UN AN Renouvellement Nouvel AbonnŽ Haitian Creole/English and Spanish/Englishtranslators a nd interpreters arein demand at the courts, hospitals, government agencies, the Coast Guard, media and more.MDCs Associate in Science degree in Translation a nd Interpretation Studies prepares you to: HOT JOB ALERT!www.mdc.edu/iac Call 305-237-6368 today!Spring term begins Jan. 4. Re gistration is open NOW.€ Translate written documents. € Interpret in sight,consecutive and simultaneous modes. € Create terminology files. € Specialize in law,finance,medicine or the media. € Master TRADOS translation software. € Take certification exams:Florida Interpreter Qualification Exam and American TranslatorsAssociation Certification Exam.€ Earn a competitive starting salary. 5DE L'ACTUALITE MAUVAISE PERFORMANCE POUR L'ANCIENNE OPPOSITION( Sondage ... suite de la page 4) Par contre, il y a eu beaucoup de protestations parmi les dirigeants politiques invitŽs concernant la prŽsence de M. Dumarsais SimŽus dans la liste des candidats, alors que ce dernier a ŽtŽ disqualifiŽ de la course pour sa nationalitŽ Žtrangre (amŽricaine). RŽponse: dŽbut novembre, SimŽus qui avait lancŽ sa campagne comme tout le monde, semblait encore avoir des chances pour tre qualifiŽ. De plus, a soulignŽ Fred Denton, ce n'est pas tant le candidat qui compte pour le sondeur que l'Žcho que sa candidature a pu soulever dans la population. Et on ne peut dire que les gens soient restŽs indiffŽrents au cas SimŽus. Pour ne pas dire, au "phŽnomne" Dumarsais SimŽus ... Autre question: ces rŽsultats sont-ils destinŽs ˆ sensibiliser l'opinion, et peut-tre mme le gouvernement intŽrimaire, en faveur de l'homme d'affaires ha•tienamŽricain qui est remontŽ aux Etats-unis en promettant qu'il allait continuer ˆ se battre pour se faire accepter dans la course? RŽponse: Pas du tout. Le sondage se veut un portrait de l'opinion ˆ un moment de la durŽe (en l'occurence mi-novembre dernier). Depuis, les choses peuvent avoir changŽ, a dit l'analyste.Rude coup aussi pour le parti de JeanBertrand Aristide ÉSi le sondage de l'USAID peut surprendre par l'ascension fulgurante prtŽe au candidat SimŽus (21%), repoussant de vieux routiers de la politique ha•tienne au rang de 5, 4, 3 ou mme moins de 2%; si Fred Denton a eu toutes les peines du monde pour expliquer certains rŽsultats comme les gens disant ˆ 80% avoir dŽjˆ leur carte sonnent d'abord le glas de l'ancienne opposition ... C'est un rude coup portŽ ˆ celle-ci. En effet, l'on voit difficilement comment l'un de ces leaders pourrait dŽsormais sortir du lot pour, par exemple, devenir soudain une nouvelle Žtoile, un nouveau favori. Cela rendrait la chose encore moins crŽdible. Mais le mme sondage chante aussi les funŽrailles du parti de Jean-Bertrand Aristide, Fanmi Lavalas, ravalŽ ˆ 2% des sympathies de l'Žlectorat contre l'Espwa (RenŽ PrŽval) qui caracole avec 25%, suivi de Tt Ansanm alliŽ ˆ SimŽus: 18%. Puis c'est la dŽgringolade: RDNP 4, KID/Alyans 4, OPL 4, Fusion 4. Enfin le coup de gr‰ce: Fanmi Lavalas 2. Est-ce une page qui est tournŽe? Ha•ti en Marche, 12 DŽcembre 2005 Žlectorale; par contre, ces rŽsultats de toute Žvidence course prŽsidentielle l'ex-patron de la SimŽus Food International, basŽe au Texas, comme l'est aussi un certain prŽsident George W. Bush. La Constitution de 1987 est en effet formelle: (Article 135) "Pour tre Žlu PrŽsident de la RŽpublique d'Ha•ti, il faut (a) tre Ha•tien d'origine et n'avoir jamais renoncŽ ˆ sa NationalitŽ." Cependant, dans un retournement tout ˆ fait inattendu, SimŽus demande qu'on lui prouve o, dans quel document, il a jamais "renoncŽ" ˆ sa nationalitŽ ha•tienne. T out en reconnaissant avoir son passeport amŽricain. S'ensuit la publication d'une liste de 35 prŽtendants ˆ la prŽsidence. Dumarsais SimŽus en est exclu, ainsi que Samir Mourra, autre homme d'affaires ha•tienamŽricain. De nouvelles dates sont fixŽes pour les Žlections prŽsidentielles et lŽgislatives, avec un premier tour le 8 janvier. La Cour de cassation photo Yonel Louis/HenMAFFAIRE SIMEUSExŽcutif Cassation : Guerre ouverte( Cassation ... suite de la 1re page) D'o l'Žtonnement provoquŽ par la seconde injonction de la Cour de cassation, qui menace de remettre ˆ nouveau en question tout le processus. Par exemple, la prŽparation des bulletins de vote qui serait dŽjˆ en train dans des imprimeries de la RŽpublique dominicaine voisine. D'autre part, les grands juges ne m‰chent pas leurs mots. Le nouvel arrt indique que les dŽcisions de la Cour "sont irrŽvocables et ne sont susceptibles d'aucun recours."Crise institutionnelle ÉDu coup, nous voici donc en situation de crise institutionnelle. De conflit ouvert entre le pouvoir ExŽcutif et le pouvoir judiciaire. De plus, Žtant donnŽ l'absence actuelle de lŽgislatif, le judiciaire reste, au plan constitutionnel, la seule contrebalance au pouvoir ExŽcutif. Pensons ˆ ce qui aurait pu en advenir en d'autres temps o les conflits de pouvoir en Ha•ti se rŽglaient de manire plus expŽditive. L 'un doit s'effacer devant l'autre. Et dans nos moments de pouvoirs forts, les 9 membres de la Cour de cassation auraient depuis longtemps disparu dans les basses fosses de quelque bastille local. Ou alors c'est le gouvernement qui devrait faire ses bagages, selon l'expression consacrŽe: ou se soumettre (dans le cas prŽsent, accepter la candidature de SimŽus) ou se dŽmettre. Soudain, vendredi soir, un arrtŽ de la prŽsidence provisoire de la RŽpublique annonce l'envoi ˆ la retraite de 5 juges de la Cour de cassation, et leur remplacement illico. "Ils sont invitŽs ˆ faire valoir leurs droits ˆ la pension", selon l'arrtŽ prŽsidentiel signŽ Žgalement du premier ministre GŽrard Latortue et du ministre de la Justice, Henri M. DorlŽans.Le gouvernement n'a-t-il pas extrapolŽ? ÉL 'ExŽcutif a frappŽ le premier, conscient de la nouvelle crise qui menace de s'ouvrir. Mais est-ce bien nŽcessaire? Le gouvernement AlexandreLatortue n'a-t-il pas extrapolŽ? En effet, pour qu'il y ait conflit de pouvoirs, encore faut-il que les pouvoirs en question existent rŽellement. Dans toute leur plŽnitude. Or ne vivons-nous pas depuis le renversement par la force du prŽsident constitutionnel Jean-Bertrand Aristide, dans un Žtat de vide constitutionnel? Comme l'a dit SimŽus rŽcemment avant de remonter aux Etats-Unis: la Constitution n'a pas ŽtŽ respectŽe pendant tout le processus, sauf lorsqu'il fallait l'en Žcarter. T out comme les prŽrogatives de la Cour de cassation n'auraient pas ŽtŽ respectŽes dans le cadre de ces mesures annoncŽes (voir Cassation / 6)

PAGE 6

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol XIX No. 46 ERW FINANCIAL GROUPLicensed Mortgage Brokers and Lenders Eske ou janm mande tèt ou Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rèv Amerikin-an? Kite ERW Financial ede ou fè rèv sa-a vin-n on reyalite. ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A! ( yap ba ou kredi lè ou fè closing la) Y ap prete ou kòb menm si ou gen mové kredi oswa ou san kredi. Ou pa bezwen peye pou fè aplikasyon! Nou pap verifye salè-ou oswa sa ou posede! Nou ofri pi bon interè ak anpil lòt chwa! Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan! W ashington Mutual, Bank of America, Countrywide, We lls Fargo Ak anpil lòt ankò Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin! 305 865-6588 305 8656510www.erwfinancial.comUNION PLANTERS BUILDING 3550 Biscayne Blvd Suite # 407 Miami, Florida 33137 6 vendredi par l'ExŽcutif. Les juges, nommŽs pour dix ans, sont inamovibles.Le dilemme SimŽus ...Cependant tant le gouvernement intŽrimaire que les juges en cassation font penser ˆ des gamins qui tapent ˆ tort et ˆ travers dans un vieux ballon chiffonŽ sur la cour de rŽcrŽation sans trop se soucier des consŽquences de leurs actes, cela sous le regard d'un censeur qui peut ˆ tout moment dŽcider de l'issue de la partie. facilement du dilemme SimŽus ... En effet, le mme vendredi, on Žtait invitŽ ˆ prendre connaissance des rŽsultats d'un sondage menŽ aux bons soins des services de l'Ambassade amŽricaine (USAID). RŽalisŽ dans les premiers jours de novembre, ce sondage sur les intentions de vote, confiŽ ˆ la firme CID Gallup, donne sans trop de surprise RenŽ PrŽval en tte avec un score de 32, mais suivi par Dumarsais SimŽus (21), tandis que le troisime challenger, le Prof. Leslie Manigat, arrive loin derrire avec 5. numŽro 2, aprs Lespwa de PrŽval. L 'affaire SimŽus a donc encore de beaux jours devant elle. Editorial, MŽlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Car le couple Boniface Alexandre-GŽrard Latortue a tort de penser pouvoir se dŽbarrasser aussi Mme performance au niveau des partis politiques: Tt Ansanm qui marche avec SimŽus estExŽcutif Cassation : Guerre ouverte(suite de la page 5) Ils exhibaient Žgalement des photos du prtre belge, catholique romain, Pierre (Pedro) Ruquoy, de la congrŽgation Scheutt, qui a ŽtŽ contraint, le 17 novembre dernier, ˆ la suite de menaces renouvelŽes contre sa personne et sur demande de sa congrŽgation, ˆ retourner en Belgique, abandonnant sa paroisse dans les bateyes (plantations de canne ˆ sucre) du sud de la RŽpublique dominicaine, aprs 30 ans de pastorale. Pendant la manifestation, co•ncidant avec la prŽsence au palais national du premier mandataire dominicain, des barrages policiers quadrillaient le pŽrimtre du Champ de Mars. Des blindŽs de la force internationale (Minustah) sillonnaient Žgalement constamment les lieux. On aurait remarquŽ un hŽlicoptre des Forces ArmŽes dominicaines survolant Žgalement l'aire du Champ de Mars, principale place publique de la capitale ha•tienne, ˆ proximitŽ de laquelle se trouve le Palais prŽsidentiel. Les reporters d'AlterPresse ont aussi constatŽ la prŽsence de quelques militaires de la RŽpublique voisine ainsi que des agents de forces spŽciales dominicaines. " Nous sommes ici pour donner une rŽponse au prŽsident Leonel Fernandez en ce qui concerne les diffŽrents actes de violation dont sont l'objet nos ressortissants en territoire voisin", a indiquŽ une Žtudiante. Les Žtudiants ont fait flamber de nombreuses barricades enflammŽes dans les artres environnantes. CommunautŽ ha•tienne en RŽpublique dominicaine livrŽe rŽcemment aux flammes APRELATIONS HAITIANO-DOMINICAINESLa visite de Leonel Fernandez perturbŽe par des manifestants( Fernandez ... suite de la 1re page) On a entendu de nombreux tirs au moment du dŽpart du prŽsident dominicain du palais national. La police et la Minustah qui essayaient de disperser les manifestants. Il y aurait eu des victimes. On apprenait aussi que Leonel Fernandez avait dŽcidŽ de se rendre directement ˆ l'aŽroport international et d'abrŽger sa visite. La rŽception o il devait rencontrer les hommes politiques ha•tiens a probablement ŽtŽ annulŽe. Environ 48 heures avant son arrivŽe ˆ Portau-Prince, le prŽsident dominicain Leonel Fernandez avait, de nouveau, qualifiŽ d''"irresponsables" les autoritŽs d'Ha•ti, une dŽclaration qui a soulevŽ la rŽprobation de divers secteurs nationaux du pays dont il allait tre l'h™te ce lundi. (sources Alterpresse, MŽlodie FM) RD: FŽministes latino-amŽricaines et caribŽennes et droit des immigrants ha•tiensP-au-P, 11 dec. 05 [AlterPresse] Ñ Plusieurs fŽministes latino-amŽricaines et caribŽennes, y compris des Etats-Unis et du Canada, appellent les autoritŽs dominicaines ˆ prendre des mesures appropriŽes pour garantir le respect des droits des immigrants ha•tiens en RŽpublique Dominicaine, a appris l'agence en ligne AlterPresse. " Nous exigeons du gouvernement dominicain la garantie des droits des citoyennes et citoyens ha•tiens ainsi que celles et ceux d'origine ha•tienne vivant sur son territoire", dŽclarent-elles dans un projet de rŽsolution lu et adoptŽ par l'assemblŽe d'un colloque rŽgional sur la citoyennetŽ des femmes, qui s'est tenu ˆ Port-au-Prince Enfofanm. Cet appel survient quarante-huit heures avant la visite ce lundi 12 dŽcembre, ˆ Port-au-Prince, du prŽsident de la RŽpublique dominicaine Leonel Fernandez Reyna, dans un contexte marquŽ par des violations et autres types de violences contre les ressortissants ha•tiens en territoire voisin, notamment depuis mai 2005. Les militantes de plusieurs pays de la rŽgion et d'Ha•ti condamnent les agressions rŽpŽtŽes dont sont victimes des ressortissants ha•tiens, ainsi que leurs descendants vivant en RŽpublique Dominicaine. Les fŽministes expriment Žgalement leur prŽoccupation pour la sŽcuritŽ de Solange (Sonia) Pierre, constammentR. Dominicaine: Au moins 10 Ha•tiens auraient ŽtŽ assassinŽesP-au-P., 11 dŽc. 05 [AlterPresse] Ñ La Commission dominicaine des Droits Humains a demandŽ le samedi 10 dŽcembre aux autoritŽs dominicaines d'investiguer les cas d'Žventuels assassinats d'au moins 10 Ha•tiens durant des incidents violents qui ont eu lieu ces derniers jours dans le nord de la RŽpublique Dominicaine. La Commission a produit cette demande suite ˆ des dŽnonciations de la part de riverains de la localitŽ de V illa Trina. Ces derniers ont assurŽ que dans le cadre de corps transfŽrŽs dans des lieux inconnus, a rapportŽ l'agence espagnole de nouvelles EFE. Le juriste Dionisio XŽrs, prŽsident de la Commission des Droits Humains, a exigŽ une "enqute approfondie". Pour sa part, El’as Dom’nguez, prŽsident de la Brigade pour la DŽfense des Droits Humains, dans le nord, a qualifiŽ la situation de "grave" et a suggŽrŽ aux autoritŽs d'entreprendre une enqute exhaustive afin de clarifier les faits. menacŽe ˆ cause de ses prises de position en faveur du droit pour les dominicaines et dominicains d'origine ha•tienne de jouir pleinement de leur citoyennetŽ. Elles recommandent aux Ha•tiennes et Ha•tiens, en particulier au gouvernement ha•tien, de manifester plus de support envers cette femme qui a montrŽ tant de courage et de dŽtermination dans la promotion et la dŽfense de la cause des dominicaines et dominicains d'origine ha•tienne. Le colloque sur la citoyennetŽ des femmes a ŽtŽ cl™turŽ le samedi 10 dŽcembre 2005, journŽe internationale des Droits de la Personne, par un spectacle sur les efforts des femmes pour lutter contre les violences dont elles sont continuellement l'objet dans la sociŽtŽ ˆ cause de leur sexe. Ce colloque de trois jours avait rŽuni des femmes d'Ha•ti, de la RŽpublique Dominicaine, de Porto Rico, de la Barbade, de la Grenade, de la Martinique, du Nicaragua, de l'Uruguay, de la Colombie, du Canada et des Etats-Unis d'AmŽrique. du 8 au 10 dŽcembre 2005, ˆ l'initiative de l'Organisation ŽclatŽ dans la localitŽ de Villa Trina, o un Dominicain a ŽtŽ assassinŽ. Par la suite, un jeune Ha•tien a ŽtŽ mutilŽ et 35 maisons d'immigrants ha•tiens incendiŽs. L 'Žpineuse question migratoire devrait tre ˆ l'ordre du jour des Žchanges prŽvus pour ce lundi 12 dŽcembre entre le prŽsident Boniface Alexandre et son homologue dominicain Leonel Fernandez, effectuant une brve visite ˆ Port-au-Prince. ces incidents, au moins 10 Ha•tiens ont ŽtŽ tuŽs et leurs Il y a environ une semaine, des violences ont HAUSSE DE LA CRIMINALITE40 personnes enlevŽes en 15 joursP. 9

PAGE 7

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No 46 Avis dAppel dOffresRépublique dHaïtiProjet de Gestion des DŽchets Solides en Ha•ti / Fonds LICUSAcquisition de Camions  Roll-Off Ž et de Camions Métalliques MTPTC/SMCRS/AOI No. 001 1.Cet Avis dappel doffres fait suite à lAvis Général de Passation des Marchés paru le 6 avril 2005 sur le site web du  Déve loppement Gateway Ž. 2.Le Gouvernement de la République dHaïti a reçu un don du Fond Fiduciaire de la Banque Mondiale (LICUS) pour financer le Proj et de Gestion des Déchets Solides et à lintention dutiliser une partie de ce don pour effectuer des paiements au titre du Marché dAcquisition de Camio ns  Roll-Off Ž et de Caissons Métalliques, MTPTC/SMCRS/AOI No. 001. 3.Le Ministère des Travaux Public, Transports et Communications solicite des offres fermées de la part de soumissionnaires élig ibles et répondant aux qualifications requises pour fournir deux (2) camions neufs dun poids brut (CPVB) de 56,000 lbs qui sont montés avec un système  Roll-Off Ž palan-câble compatible avec dix huit (18) caissons métalliques neufs. Le délai de livraison, après la signature de lAccord de Marché, est 60 jours. De plus, c e Marché sollicite les services de formation et après vente. 4.La passation du Marché sera conduite par Appel doffres international (AOI) tel que défini dans les Directives : Passation des Marchés Financés par les Dons de la BIRD et les crédits de lIDA (Mai 2004), et sera ouvert à tous les soumissionnaires de pays éligibles tels que définis dans les Directives. 5.Les soumissionnaires éligibles et intéressés peuvent obtenir des informations auprès du Ministère des Travaux Public, Transpo rt et Communications et prendre connaissance des documents dAppel doffres à ladresse postale ou électronique mentionnée ci-dessous entre 9h00 A.M. et 15h00 P. M . du lundi au vendredi. 6.Les exigences en matière de qualifications sont: que le soumissionnaire soit un fournisseur attitré de ces équipements et qu il ait la capacité et la pratique dexportation par voie maritime aux pays de la Caraïbe; quil jouisse dune bonne capacité financière et quil soit, le cas éch éant, en règle avec le fisc. 7.Les soumissionnaires intéressés peuvent obtenir un Dossier dAppel dOffres complet en français en formulant une demande écri te mentionnée ci-dessous. Le Document dAppel dOffres sera retiré directement à ladresse ci-dessous ou envoyé par voie postale expresse ou par voie électr onique à ladresse. 8.Les offres devront être soumises à ladresse ci-dessous au plus tard le 12 janvier 2006 à 14h00. La soumission des offres par voie électronique ne sera pas autorisée. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. Les offres seront ouvertes en présence des représentants des s oumissionnaires présents en personne ou à distance, à ladresse mentionnée ci-dessous, le 12 janvier 2005 à 14h00 P.M. Les offres doivent comprendre une garantie d offre pour un montant de deux (2) pour cent du montant total de loffre. Unité de Coordination du Projet / Fonds LICUS Bureau du Ministre Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications Palais des Ministères Port-au-Prince, Haïti Te l (509) 228-2528 Fax : (509) 223-4519 Email clafond77@yahoo.com,bministre@yahoo.fr ,r gartley@worldbank.or g jnantoine4@yahoo.com 7 Leonel Fernandez et Boniface Alexandre AP BlessŽe lors des tirs pour disperser les manifestantsAccueil peu amical au prŽsident dominicainL 'EVENEMENTPORT-AU-PRINCE, 12 dŽc 2005 Plusieurs groupes de jeunes ont manifestŽ violemment lundi contre dominicaine, Leonel Fernandez, enflammant des pneus et Žrigeant des barricades dans plusieurs quartiers, selon un journaliste de l'AFP. Des unitŽs de Casques bleus Žtaient visibles dans plusieurs quartiers touchŽs, y compris des zones proches de la prŽsidence ha•tienne. Des Casques bleus brŽsiliens, ˆ bord d'un blindŽ, ont tirŽ en l'air, a constatŽ le journaliste de l'AFP. Il n'Žtait pas possible dans l'immŽdiat de savoir si ces actes ont fait ou non des victimes. Plusieurs vŽhicules, dont un portant des plaques diplomatiques, ont eu les vitres brisŽes par des pierres lancŽes par les jeunes manifestants. Des avenues Žtaient en milieu d'aprs-midi complŽtement bloquŽes. Les Ha•tiens reprochent notamment aux Dominicains d'exploiter leurs compatriotes qui cherchent du travail de l'autre c™tŽ de la frontire. Plusieurs milliers d'entre eux ont ŽtŽ expulsŽs au cours de l'annŽe 2005 vers Ha•ti. une visite ˆ Port-au-Prince du prŽsident de la RŽpublique La visite officielle du prŽsident dominicain intervient alors que les relations entre les deux pays, qui se partagent l'”le d'Hispaniola, sont qualifiŽes de trs mauvaises par les experts. Le prŽsident dominicain a ŽtŽ reu au Palais national ˆ Port-au-Prince par son homologue ha•tien Boniface Alexandre. Plusieurs chefs de partis politiques ont refusŽ de rencontrer Leonel Fernandez. (AFP) Boniface Alexandre et Leonel Fernandez pr™nent la comprŽhension rŽciproqueP-au-P, 12 dŽc. 05 [AlterPresse] Ñ Le prŽsident ha•tien, Boniface Alexandre, invite les autoritŽs dominicaines ˆ emprunter la voie lŽgale et de concertation pour rŽsoudre les diffŽrends qui existent entre les deux peuples. " La RŽpublique Dominicaine est un ƒtat de droit. Donc, les affaires de droit commun doivent tre rŽglŽes par les tribunaux et non par la justice populaire et expŽditive", a dŽclarŽ le chef de l'ƒtat intŽrimaire ha•tien recevant au palais national son homologue dominicain, Leonel Fernandez. " Ces affaires ne doivent servir de prŽtexte aux extrŽmistes pour mener une chasse systŽmatique contre les Ha•tiens, qu'ils soient en situation rŽgulire ou non", poursuit Boniface Alexandre. Le prŽsident provisoire a fait ces dŽclarations ˆ l'occasion d'une confŽrence de presse conjointe avec son homologue dominicain, Leonel Fernandez Reyna, qui a visitŽ Ha•ti, ce lundi 12 dŽcembre, dans une atmosphre de protestation d'Žtudiants et d'autres secteurs du pays. " Nous sommes conscients du problme migratoire ha•tien. Nous sommes aussi convaincus que le (voir Palais National / 8)

PAGE 8

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol XIX No. 46 MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTSMIAMI-DADE PARK AND RECREATION DEPARTMENT P ARK AND RECREATION MARINA IMPROVEMENTS OCI PROJECT NO. A05-PARK-01 The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, and Chapter 2, Sections 2-8.1 (a s amended by Ordinance 05-15), and 2l0.4 of the Miami-Dade County Code and Administrative Order 3-39, announces that professional architectural and engineering (A/ E) services will be required for park and recreation marina improvements for various marinas within Miami-Dade County for the Miami-Dade County Park and Recreation Depar tment. Professional architectural and engineering services will be required for the Miami-Dade County Park and Recreation Department f or improvements to the following park and recreation marinas: 1.Black Point Marina … 24475 SW 87 Avenue 2.Crandon Park Marina … 4000 Crandon Boulevard 3.Haulover Park Marina … 10800 Collins Avenue 4.Pelican Harbor Park Marina … 1275 NE 79 Street 5.Homestead Bayfront Park (Hoover) Marina … 9698 SW 328 Street 6.Matheson Hammock Park Marina … 9610 Old Cutler Road Design and construction administration services will be required for new construction and renovation projects at the above six (6) Park and Recreation marinas. The scope of work may include, but not limited to building construction, boat ramps, boat docks, dredging, pilings, pedestrian and vehicul ar circulation, site work, furnishings, shelters, landscaping, lighting, electrical upgrades, piers, security gates, utilities, traffic impact studies, site planning and permitt ing. Five (5) qualified consultants will be retained under non-exclusive Professional Services Agreements with a maximum compensation of $1,000,000 each, for a four (4) year effective term or until their maximum compensation limits are reached, whichever occurs first. Proposers are hereby advised that Division 3.0 of this NTPC sets forth the selection and evaluation process. The selection of the five (5) qualified consultants will be as follows: The five highest ranked firms will be selected and recommended to the County Manager for negotiations. The contracts will be a warded based upon the final ranking of the firms. The projects will be assigned for the above six (6) listed marina projects, as funding for those projects become availa ble. The County will proffer the assignment of projects to the Consultants on a rotational basis in the order of the final ranking. Consultants in their order of final ranki ng will have the ability to accept or decline the assignment of the project. Upon accepting a project assignment, the firm that accepted the initial assignment would be ineligi ble for another assignment unless the remaining firms due a project assignment in the final ranking order rejects the proffer of the next assignment(s). TECHNICAL CER TIFICA TION REQUIREMENTS 14.00 Architecture (PRIME) 1.01Transportation Planning … Urban Area and Regional Transportation Planning12.00General Mechanical Engineering 3.04Highway Systems … Traffic Engineering Studies13.00General Electrical Engineering 3.12Highway Systems … Underwater Engineering Inspection16.00General Civil Engineering 5.01Port and Waterway Systems … Engineering Design17.00Engineering Construction Management 5.02Port and Waterway Systems … Architectural Design18.00Architectural Construction Management 10.10Environmental Engineering … Coastal Processes and Ocean Engineering20.00Landscape Architecture 1 1.00General Structural Engineering21.00Land-Use Planning A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1St S treet, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 3752307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additio nally, those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www .co.miami-dade.fl.us/dpm , at the following link Solicitations On-Line.Ž The Consultant Coordinator for this project is Faith Samuels who may be contacted via e-mail at fty@miamidade.gov, fax: (305) 3 50-6265 or phone: (305) 375-2774. CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS Five (5) Agreements … 24% Community Business Enterprise (CBE) Goal A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on December 13, 2005, at 2:00 P.M. in Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend. Deadline for submission of proposals is January 4, 2006 at 11:00 A.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be r eceived at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE CONSIDERED. This solicitation is subject to Miami-Dade Countys Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code , as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence. 8 prŽsident Fernandez ne saurait tolŽrer, et il l'a dŽjˆ indiquŽ, de chasse aux sorcires contre nos compatriotes", soutient Alexandre. Le chef de l'ƒtat intŽrimaire ha•tien croit que c'est dans la concertation et le respect des normes internationales rŽgissant la matire que la question migratoire peut tre rŽsolue. " C'est notre vÏu, enfin, que les deux pays conjuguent de plus en plus leurs efforts pour agir, de faon concertŽe, sur les grands dossiers de politique rŽgionale et internationale, qu'il s'agisse de la paix, de la sŽcuritŽ de l'hŽmisphre, de l'intŽgration caribŽenne ou de notre ralliement aux grands ensembles continentaux en formation", a affirmŽ le prŽsident provisoire. prŽoccupŽ par la question migratoire qui, dŽclare-t-il, est " un thme qui provoque toujours des conflits et suscite des tensions". Leonel Fernandez a fait savoir que la rŽsolution de ce problme peut aider ˆ renforcer les liens entre les peuples ha•tien et dominicain. " Nous regrettons aussi profondŽment les actes de violences qui ont eu lieu rŽcemment en RŽpublique Dominicaine entre citoyens ha•tiens et citoyens de notre pays", a poursuivi Fernandez. Le prŽsident de la RŽpublique Dominicaine estime que "dans un pays civilisŽ, seulement la justice professionnelle et indŽpendante a l'autoritŽ de faire des enqutes pour savoir la nature de ces faits et sanctionner les coupables, selon la loi". dominicain tuŽ par un citoyen ha•tien, de mme nous exprimons aussi notre refus concernant un citoyen ha•tien qui a ŽtŽ exŽcutŽ par un Dominicain", rŽvle le premier mandataire de la nation dominicaine. Fernandez, qui indique que "la justice doit tre une pour tous", affirme n'encourager aucun groupe de personnes ˆ faire usage de la violence pour se rendre justice. " Ces faits ne vont pas se reproduire dans notre pays", rassure Leonel Fernandez. " Maintenant, nous devons comprendre que les pays qui ont une frontire commune ont historiquement des relations conflictuelles", selon le prŽsident dominicain. Pendant que les deux chefs d'ƒtat dŽlivraient leur discours ˆ l'intŽrieur du palais national, plusieurs milliers de manifestants se positionnaient ˆ l'extŽrieur pour dŽnoncer cette visite de Leonel Fernandez en Ha•ti.RELATIONS HAITIANO-DOMINICAINESAlexandre et Fernandez pr™nent comprŽhension( Palais National ... suite de la page 7) De son c™tŽ, le chef d'ƒtat dominicain se dit " Nous dŽplorons la mort d'un commerant

PAGE 9

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No 46 LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS MIAMI-DADE COUNTY MIAMI, FLORIDA Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www .miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of charge , from our Website under  Solicitations OnlineŽ. Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a weekly basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other informat ion that may be subject to change. Interested parties may also visit or call: Miami-Dade County Department of Procurement Management V endor Assistance Unit 111 NW 1st Street, 13th floor, Miami, FL 33128 Phone Number: 305-375-5773 There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to r eceive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service.These solicitations are subject to the Cone of SilenceŽ in accordance with County Ordinance No. 98-106. 9 cela fait dŽjˆ vingt ans que cela dure, n'oublions pas. Prochain rendez-vous: 16 dŽcembre 1990. D'entrŽe de jeu, c'est l'assassinat ˆ bout portant du bon Serge Vilar, membre du conseil des sages. Sur ce, voici un certain Dr Roger Lafontant qui dŽbarque, tombant de nulle part, pour annoncer sa candidature aux prŽsidentielles. T out Port-au-Prince se calfeutre. Vous vous rendez compte, le chef macoute le plus redoutŽ sous la dictature Duvalier. Celui qui allie la cruautŽ ˆ l'intelligence politique. Ds lors, la rue n'appartient plus qu'aux tontons macoutes ... Mais le CEP d'alors n'Žtait pas une bande de poltrons. La candidature de Roger Lafontant fut rejetŽe. Au nom de l'article 291 de la constitution, qui pour une fois au moins aura servi ˆ quelque chose ... T andis que montait en flche l'Žtoile d'un certain petit curŽ des bidonvilles soutenu par les masses populaires et une partie de l'ancienne gauche anti-duvaliŽriste. Mais une grosse bombe ne tarda pas ˆ Žclater au marchŽ de PŽtionville, faisant une dizaine de morts et d'estropiŽs ˆ vie. Les Žlections du 16 dŽcembre 1990 se dŽroulrent sans encombre; ˆ moins qu'on veuille considŽrer les milliers de morts et de suppliciŽs du coup d'Žtat du 29 septembre 1991 comme une continuation normale des mmes Žlections; le dernier acte ... Des Žlections de tout repos, en Ha•ti connais pas. A moins que les armŽes et polices du monde entier veuillent bien s'y mettre pour en assurer la sŽcuritŽ. Ce que nous attendons voir ... C'est l'armŽe qui a toujours ŽtŽ le grand manitou des violences Žlectorales. Mais ˆ l'occasion, des candidats peuvent aussi mettre la main ˆ la p‰te. Ainsi Bernard Diederich, un tŽmoin de l'Žpoque, rapporte dans son dernier livre "Le prix du sang", que ce sont les futurs barbouzes de Papa Doc qui faisaient Žclater les bombes qui ont ŽmaillŽ le calvaire jusqu'aux Žlections du 22 septembre 1957, alors que pour tous les autres candidats c'Žtait l'oeuvre de l'armŽe du gŽnŽral KŽbreau. Mais la dissolution de l'armŽe en 1995 ne signifia pas nŽcessairement disparition des violences Žlectorales. Ce sont les futurs "chimres" dŽbarquant au gymnasium Vincent lors de l'inauguration d'une campagne d'Žducation civique avant les lŽgislatives de mai 2000 pour tout foutre en l'air. Mais ce sont aussi les bombes qui ont prŽcŽdŽ la prŽsidentielle de dŽcembre 2000. Amre victoire pour JeanBertrand Aristide ... Nous voici aujourd'hui ˆ moins d'1 mois de nouvelles Žlections prŽsidentielles et lŽgislatives fixŽes au 8 janvier 2006. La rue commence ˆ s'agiter. Mais rien encore de comparable avec tout ce que nous avons connu jusqu'ici. Mme si les violents n'auraient pas dŽposŽ les armes, n'avons-nous pas un tte-ensemble de toutes les armŽes et polices du monde entier pour assurer la sŽcuritŽ de ces Žlections. Mais il y a un hic. A-t-on vraiment besoin de bombes, d'incendies et de massacres Žlectoraux pour faire Žchouer les prochaines Žlections? Non, pour une fois, cela ne semble point nŽcessaire. Vraiment pas la peine de prendre une fois encore les enfants du bon dieu pour des canards sauvages. Voyezvous, on n'a qu'ˆ faire confiance ˆ l'actuel CEP. Nous entendons par lˆ que ce conseil Žlectoral a fait tant et si mal que l'Žchec des prochaines Žlections parait assurŽ. Sauf un miracle de dernire minute! Editorial, MŽlodie 103.3, Port-au-Prince ( V iolences ... suite de la page 4)V iolences et Žlections HAUSSE DE L'INSECURITEPRAGUE, 10 dŽc 2005 Roman Musil, un missionnaire catholique tchque enlevŽ rŽcemment dans le nord-est d'Ha•ti, a recouvrŽ sa libertŽ, a annoncŽ samedi le chef de la diplomatie tchque Cyril Svoboda devant la presse. "Il est confirmŽ que le missionnaire M. Musil est en libertŽ. (...) Selon nos informations, il a ŽtŽ libŽrŽ hier dans la nuit", a dit M. Svoboda. Selon lui, le fait que M. Musil soit un prtre catholique a beaucoup aidŽ ˆ sa libŽration. Les ravisseurs de Roman Musil, 34 ans, avaient demandŽ une ranon de 50.000 dollars auprs de la congrŽgation tchque de l'Ordre de Marie. Mais cette ranon n'a pas ŽtŽ payŽe car un autre missionnaire qui connaissait les ravisseurs a nŽgociŽ avec eux la libŽration de Roman Musil, a prŽcisŽ ˆ l'agence de presse tchque CTK le prtre Tomas Vyhnalek. Selon lui, la mission locale avait fait auparavant un premier versement aux ravisseurs moins de 4.000 dollars sans obtenir la libŽration du missionnaire, originaire de la rŽgion de Jihlava (centre de la RŽpublique tchque). Roman Musil avait ŽtŽ enlevŽ il y a plusieurs jours mais la nouvelle n'a ŽtŽ communiquŽ ˆ l'Ordre que jeudi par un de ses co-religionnaires. L 'insŽcuritŽ continue de rŽgner en Ha•ti et notamment ˆ Port-au-Prince en dŽpit de la prŽsence dans le pays de plus de 7.000 Casques bleus et policiers internationaux, membres d'une Mission de stabilisation de l'Onu dŽployŽe depuis la mi-2004. (AFP)LibŽration d'un missionnaire catholique tchque 40 personnes enlevŽes en 15 joursPORT-AU-PRINCE, 8 dŽc 2005 Quarante personnes ont ŽtŽ enlevŽes dans diffŽrents quartiers de la capitale ha•tienne au cours de la pŽriode du 20novembre au 5 dŽcembre, selon un bilan fourni par la police ha•tienne (PNH). "Au moins 8 personnes ont ŽtŽ kidnappŽes entre mardi et mercredi dans la capitale ha•tienne dont 3 membres d'une mme famille et un mŽdecin", a annoncŽ jeudi "radio V ision 2000" une station privŽe de Port-au-Prince. "La police n'est pas informŽe de ces cas, mais nous enqutons sur les rapts de deux personnes dont une fillette", a indiquŽ ˆ l'AFP le commissaire Henry Dossous responsable de la cellule anti-enlvements de la PNH. Parmi les 40 personnes enlevŽes ces 15 derniers jours figuraient 13Žcoliers ha•tiens qui circulaient dans un bus scolaire, un journaliste et UN missionnaire amŽricain, tous rel‰chŽs le versement d'une ranon ˆ leurs ravisseurs. En outre, "trois personnes ont pu tre libŽrŽs par la police", a encore indiquŽ le responsable de la cellule anti-enlvements. Le service de communication de la police a d'autre part annoncŽ que 171personnes ont ŽtŽ interpellŽes ˆ Portau-Prince. Celles-ci seraient impliquŽes dans des vols de vŽhicules, des enlvements et pour dŽtention illŽgale d'arme ˆ feu. Cette vague d'enlvements survient alors que le pays prŽpare la tenue du premier tour des Žlections prŽsidentielle et lŽgislatives prŽvu le 8 janvier2006. La Mission de stabilisation de Nations Unies forte de prs de 7.500 casques bleus dŽployŽs en Ha•ti depuis 18 mois a promis de garantir la sŽcuritŽ des premires Žlections dans le pays depuis le dŽpart en exil de l'exprŽsident Jean-Bertrand Aristide. (AFP) DŽcouverte d'un dŽp™t d'armes et de munitionsHPN, 8 DŽcembre La police nationale d'Ha•ti a dŽcouvert un dŽp™t de munitions, un fusil M14 et des tenues de camouflage, t™t jeudi dans une rŽsidence privŽe ˆ Delmas 63, nord de Port-au-Prince. Le propriŽtaire a pris la fuite et deux personnes ont ŽtŽ arrtŽes. Selon le responsable de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), Michael Lucius, le propriŽtaire de la maison serait un ancien militaire dŽnommŽ Herby Dumay. Ce drnier est souponnŽ d'implication dans des actes subversifs aux c™tŽs de RenŽ Jean Anthony, alias " Sonnen ", tuŽ le 10 avril 2005, a soulignŽ le responsable de la DCPJ. Herby Dumay recrutait d'anciens militaires, a ajoutŽ le responsable de la police. Une " liste des militaires pour la sŽcuritŽ nationale ", comprenant 80 noms avec leur numŽro d'identification fiscale et leur adresse, a ŽtŽ dŽcouverte sur place. A c™tŽ des munitions pour des armes de diffŽrents calibres, des grenades lacrymognes et explosives ont ŽtŽ retrouvŽes sur les lieux, ainsi que plusieurs posters du candidat ˆ la prŽsidence Guy Philippe. " Ces photos ne prouvent rien ˆ premire vue ", a laissŽ entendre Michael Lucius, avant d'annoncer l'ouverture d'une enqute. InterrogŽ sur cette dŽcouverte, Guy Philippe a indiquŽ que, candidat ˆ la prŽsidence, il a ses posters ˆ travers les rues et des sympathisants partout. Il a niŽ toute implication dans cette affaire, arguant que des bandits, dans certains quartiers de la capitale ha•tienne, arboraient sur leurs armes les effigies d'autres candidats. Le dirigeant du Front pour la reconstruction nationale (FRN) a par ailleurs affirmŽ que parler de cache d'armes, alors que la police n'a dŽcouvert qu'un fusil M14, n'est pas juste.

PAGE 10

Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche vol. XIX No. 46 Page 10CAMPAGNE

PAGE 11

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 46 11ELECTORALE

PAGE 12

Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche vol. XIX No. 46 Page 12 HAITI ET LA CARAIBELa CARICOM accueille Cuba et attend les Žlections en Ha•tiPar Roosevelt Jean-Franois Floride, le 9 dŽcembre. Ð Deux grands ŽvŽnements ont marquŽ l'actualitŽ politico-Žconomique de la Cara•be la semaine ŽcoulŽe. Il s'agit d'une part de la rŽalisation ˆ l'h™tel Hilton de la Barbade du second sommet CARICOM-Cuba et d'autre part. de la tenue ˆ l'h™tel InterContinental de Miami du 29me sommet de l'Action de l'AmŽrique centrale et la Cara•be (CCAA). A la Barbade, le prŽsident cubain Fidel Castro et les premiers ministres des pays membres de CARICOM ont signŽ une dŽclaration conjointe devant rŽgir les relations entre Cuba et les pays de la CARICOM sur des sujets d'intŽrt commun tel le SIDA et de la collaboration de la rŽgion pour l'affronter ainsi que sur l'expŽrience cubaine concernant l'Žconomie dans le secteur de l'Žnergie, spŽcialement de l'ŽlectricitŽ. Le ministre cubain du Gouvernement, Ricardo Cabrisas, et le secrŽtaire gŽnŽral de la CARICOM, Edwin Carrington, ont signŽ un accord de coopŽration culturelle entre la RŽpublique de Cuba et la CommunautŽ des Cara•bes dans le secteur de la santŽ, surtout dans la prŽparation et la formation du personnel nŽcessaire. "Nous sommes des pays frres et nous avons de nombreuses raisons pour exprimer notre solidaritŽ avec les Cara•bes. L'estime croit, la solidaritŽ se multiplie", a dŽclarŽ le prŽsident cubain, Fidel Castro, lors de la cŽrŽmonie de cl™ture du IIe Sommet Cuba-CARICOM, qui s'est dŽroulŽ ˆ BridgeTown, capitale de la Barbade. Il a saluŽ " l'irrŽprochable conduite de solidaritŽ avec Cuba" de la Barbade, la Jama•que, Trinidad et Tobago et la Guyane, qui depuis 33 ans ont rŽtabli leurs relations avec Cuba. prŽsident de la CARICOM, Kenny Anthony, a dŽclarŽ que le sommet avait ŽtŽ une rŽunion historique, familiale, de profonde confiance. Les leons de Cuba sont trs prŽcieuses, a-t-il soulignŽ. Percival Patterson, premier ministre de la Jama•que, a louŽ les rŽsultats du sommet Ð o ÐÐ" nous avons pu avancer ˆ partir des bases jetŽes lors de la premire rŽunion, ˆ La Havane, dans la collaboration Cuba-Cara•bes ". Le Premier ministre Jama•cain a mis l'accent sur la coopŽration Sud-Sud, car " nous ne pouvons pas suivre les projets de ceux qui veulent nous exploiter ". A Miami, les leaders de l'AmŽrique Centrale et de la Cara•be ont appelŽ ˆ la dŽfinition d' une nouvelle frontire Žconomique avec l'avancement des nŽgociations pour un MarchŽ et une Economie uniques de la Cara•be (CSME) et l'Accord de libre Žchange AmŽrique centraleRŽpublique dominicaine. Cette nouvelle frontire Žconomique dŽpendra de l'effort articulŽ des secteurs privŽ et public et de la sociŽtŽ civile des diffŽrents pays de la zone, selon Federico Sacasa, prŽsident de la CCAA dont les dŽclarations sont publiŽes par l'agence de presse en ligne Haiti Press Network (HPN) et relayŽes par le RŽseau de l'Information Economique (RIE). Ha•ti bien que membre ˆ part entire de la CARICOM, n'a eu aucune reprŽsentation dans le 2me sommet Cuba/CARICOM. Et ˆ Miami la participation Žtait "individuelle et informelle", suivant une dŽpche de HPN relayŽe par le RŽseau de l'Information Economique (RIE). Un fonctionnaire de la CARICOM a prŽcisŽ qu'Ha•ti n'a jamais perdu son statut de 15e membre et qu'on attend la tenue d'Žlections crŽdibles acceptŽes par la classe politique ha•tienne et la communautŽ internationale pour harmoniser les rapports entre Ha•ti et la CARICOM. " Tous les gouvernements des pays membres de la CARICOM doivent tre dŽmocratiquement Žlus ", a declarŽ Yvor Carryl, fonctionnaire de la CARICOM qui a ajoutŽ que la rŽussite des prochaines Žlections prŽsidentielle et lŽgislatives permettra ˆ Ha•ti de franchir la premire Žtape de son intŽgration dans le grand MarchŽ et Economie uniques de la CARICOM (Single Market and Economy, CSME). Ce marchŽ, dont la premire Žtape est prŽvue pour janvier 2006, atteindra 15 millions de consommateurs une fois qu'Ha•ti aura rempli les conditions. Le prochain parlement ha•tien devra ratifier des traitŽs relatifs ˆ ce marchŽ unifiŽ, notamment la Cour caribŽenne de justice. Les lois ha•tiennes devront s'harmoniser avec celles du CSME. D'ici-lˆ, Ha•ti doit franchir d'autres Žtapes afin de parvenir ˆ cette stabilitŽ politique indispensable pour l'avenir du marchŽ et de l'Žconomie uniques de la CARICOM. Les pays de la CARICOM n'ont pas reconnu le gouvernement ha•tien dirigŽ par le Premier Ministre GŽrard Latortue issu du renversement par la force de l'ancien prŽsident Jean-Bertrand Aristide. Roosevelt Jean-Francois r ojefra@yahoo.com Le premier ministre de Sainte Lucie et actuel LIBRE PENSEELOYAUTE !Je ne fais point flŽchir les mots auxquels je crois: Raison, progrs, honneur, loyautŽ, devoirs, droits. On ne va pas au vrai par une route oblique. V. Hugo A cette phase des dŽbats, chers amis, vous devez sžrement savoir que ce qui constitue ma source d'inspiration, hebdomadaire, ce sont mes conversations et mes petites discussions avec mes amis (les vrais) et avec certaines connaissances auxquelles je ne suis rŽellement liŽ que par quelques brins d'amitiŽ. Je crois l'avoir dŽjˆOSCAR GERMAINdit, l'avoir dŽjˆ Žcrit devrais-je Žcrire. Pour ne pas vous dŽplaire, je m'en garderais bien, je dois vous dire que cet article, lui aussi, provient de la mme source d'inspiration, les amis, les connaissances, les discussions, pas forcŽment autour de la bouteille de rhum, de " clairin". Il est des fois que mieux vaut voir clair, hein! Cette semaine, je vous propose un parcours autour d'un concept, malheureusement en dŽsuŽtude et dont la revalorisation, d'aprs moi, en cette Žpoque de crise de valeurs que nous vivons, serait d'une importance capitale: la LOYAUTƒ. Parler de loyautŽ, c'est parler de vertu, de ces vertus marquantes telles que l'Honneur, la FidŽlitŽ, la Droiture, le Courage, la BontŽ, la Bienveillance, la SincŽritŽ, le Respect, la Politesse, la Modestie, l'HumilitŽ É, et je m'arrte ici car nulle envie moralisante ne m'habite, malgrŽ les apparences. Je ne prŽtends, ˆ travers ces lignes, que vous faire part, chers lecteurs, de l'angoisse qui me ronge en assistant en Ha•ti, actuellement, au triste spectacle d'une pseudonormalitŽ sociale, dopŽe par l'abus de psychotropes d'une large couche de la population afin de supporter tout le calvaire quotidien: assassinats, kidnapping, vols ˆ main armŽe, viols ˆ main dŽsarmŽe, chantage politique, Žmotionnel, social, etc. Je ne prŽtendais aucunement cette dŽrive. L 'Žmotionnel a eu le dessus. La rage d'tre aussi impuissant que le reste a fait baver la plume. Je ne voulais, chers amis, que parler de la loyautŽ car s'il est un terme qui devrait seoir ˆ la perfection ˆ notre caractre d'homme, de femme, d'tre humain tout court, ce devrait tre le concept de la loyautŽ. Il implique tant de choses, exige tant de compromis, qu'Žtant loyal on ne peut qu'obŽir aux lois de la probitŽ, de l'honntetŽ, de l'honneur. On ne peut, l'Žtant, ne pas agir en conformitŽ avec la loi. On ne na”t pas loyal, on le devient, on apprend ˆ l'tre, comme on apprend ˆ tre citoyen, ˆ aimer son pays, ˆ ne pas s'approprier des biens d'autrui, ˆ gagner son pain ˆ la sueur de son front et non aux dŽpens des autres. ætre loyal ne veut pas dire ne pas jeter un regard critique sur ce que fait le chef, le grand patron. On peut tre loyal au Chef et pourtant critiquer certains de ses agissements. Le leader ha•tien a du mal ˆ le comprendre, il n'a jamais ŽtŽ loyal envers quiconque ni n'a peut-tre jamais ŽtŽ fidle ˆ des principes Žthiques. Le chef, en Ha•ti, quand il est tout puissant, et ils l'ont tous ŽtŽ mme ceux qui n'ont durŽ qu'un semestre ou moins, exige fidŽlitŽ et non loyautŽ, ni compromis, ni engagement patriotique, ni honntetŽ, ni sens de la responsabilitŽ. Il n'en a jamais fait l'expŽrience. Enfin, serait-ce trop demander que d'avoir des Žlus probes, loyaux, fidles aux principes Žthiques universels? Ne serait-ce que pour faire l'expŽrience de quelque chose de nouveau. Le temps nous le dira, ou peut-tre le Peuple, souverain, saura comment choisir les plus honntes. DŽcembre 2005 Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr SOCIETEUne organisation fŽministe honore une vingtaine de magistratsHPN, 10 DŽcembre Le Moufhed a fŽlicitŽ vendredi 24 magistrats pour l'attention portŽe ˆ la cause des femmes et des enfants. L'institution a renouvelŽ sa foi dans la justice ha•tienne ˆ l'occasion du 57e anniversaire de la DŽclaration universelle des droits de l'homme. Le Mouvement des femmes ha•tiennes pour l'Žducation et le dŽveloppement (Moufhed) a honorŽ 24 magistrats de la rŽgion mŽtropolitaine de Port-au-Prince. Quatre des juges fŽlicitŽs, Gabrielle Pierre Domingue, AimŽ Saint-Isert, Jean Belot Donissaint et Jean Gabriel Ambroise, ont reu une distinction spŽciale et sont considŽrŽs comme (voir Justice / 13)

PAGE 13

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 46 13 les juges les plus attentifs aux questions de genre et aux problmes de l'enfance. Les responsables de l'organisation fŽministe ont souhaitŽ que les juges accorderont de plus en plus d'attention aux plaignants pour des cas relatifs ˆ des problmes familiaux et/ou conjugaux. L 'anniversaire de la DŽclaration universelle des droits de l'homme a ŽtŽ une occasion pour le Moufhed de se pencher sur la situation des catŽgories les plus faibles de la sociŽtŽ, a soulignŽ Dilia Lemaire, responsable du programme clinique juridique mobile du Moufhed. " Nous continuerons ˆ avoir foi dans le systme judiciaire ha•tien mme s'il est dŽcriŽ. Nous continuerons aussi ˆ avoir foi dans nos magistrats. Sans eux, le pays serait en pleine anarchie ", a aussi dŽclarŽ Me Lemaire. La clinique juridique mobile a parcouru plusieurs rŽgions du pays pour sensibiliser les gens contre la violence au foyer. " Plus de 1500 personnes avaient ŽtŽ formŽes gr‰ce ˆ cette initiative. " Le volet d'assistance lŽgale aux femmes et enfants dŽmunis, lancŽ par le Moufhed depuis prs d'une annŽe, a " portŽ fruit ", selon Jessie Beno”t, directrice du Moufhed. " Pour un total de 300 femmes et enfants assistŽs juridiquement, nous avons obtenu la libŽration pour environ 40% ", a-t-elle expliquŽ. Mme Beno”t a prŽcisŽ que beaucoup d'entre eux Žtaient accusŽs " d'infractions mineures ". Le Moufhed, institution socioprofessionnelle crŽŽe depuis 1993, entend promouvoir les droits des femmes en procurant ˆ celles-ci des services professionnels. Ce groupement, qui fait Žgalement la promotion du droit du travail, assiste les victimes d'agression et de violence sexuelle dans les tribunaux de PŽtion-Ville et de Delmas. Elle accompagne de faon particulire les prisonniers du commissariat de Fort national (prison spŽciale pour les femmes et les enfants). En Ha•ti la population carcŽrale ne dŽpasse pas les 3000. De ce nombre, moins de 2% sont condamnŽs et 95 % n'ont pas ŽtŽ entendus par un juge. CRA/JEC (suite de la page 12)LUTTE DES FEMMESUne vingtaine de magistrats honorŽs Histoire des JŽsuites en Ha•ti 5 DŽcembre 2005 L 'aventure historique des hommes de saint Ignace de Loyola (JŽsuites) sur la terre ha•tienne est passionnante. Elle est marquŽe par deux courtes pŽriodes d'intenses activitŽs apostoliques, terminŽe chacune par une expulsion. La pŽriode (1704-1763) des JŽsuites franais, dans le nord d'Ha•ti (jadis colonie franaise de Saint-Domingue jusqu'en janvier 1804) et celle des JŽsuites du Canada franais (1953-1964). Leur rŽtablissement dans ce pays est donc rŽcent, seulement ˆ la fin du sicle dernier, plus prŽcisŽment en 1986. Une nouvelle aventure apostolique vient donc de commencer ! I.-Les JŽsuites franais ˆ Saint-Domingue au XVIIIe sicle (juillet 1704-novembre 1763) Une Lettre Patente du roi de France, Louis XIV, en date du 29 novembre 1704, autorisa les JŽsuites franais ˆ remplacer les capucins dans le nord d'Ha•ti, alors colonie franaise de Saint-Domingue. Le premier jŽsuite franais, le Pre Jean Girard, s.j. arriva au Cap Franais (aujourd'hui Cap-Ha•tien et deuxime ville d'Ha•ti), le 18 juillet 1704. Il sera suivi quelques semaines plus tard, le 24 aožt 1704, par le Pre Jean-Baptiste Le Pers, s.j., de la province de Flandres. Quatre autres JŽsuites viendront se joindre ˆ eux en 1705 : les P.P. Olivier, Le Breton, Laval et Boutin. En 1706, il y avait donc 6 JŽsuites dans le nord. Ce nombre allait augmenter progressivement ; 11 en 1710, 12 en 1711, 16 en 1721, 18 en 1728, 16 en 1746, 14 en 1753, 17 en 1755 et 12 en 1758. Ils Žtaient au nombre de 8 au moment de leur expulsion de la colonie, le 24 novembre 1763. Les JŽsuites exeraient des ministres d'une trs grande variŽtŽ avec une forte prŽsence auprs des esclaves noirs. La pastorale auprs de ces derniers, spŽcialement l'institution de la "Cure des Ngres ", connut un essor extraordinaire. Les JŽsuites ont fondŽ plus d'une douzaine de paroisses, presque la totalitŽ des principales paroisses de l'actuel archidiocse du Cap-Ha•tien et du diocse de Fort-LibertŽ : Plaisance, LimbŽ, Trou du Nord, Dondon, Limonade, Quartier-Morin, Terrier-Rouge, Gros-Morne, Fort-LibertŽ etc. Un grand nombre d'Žglises a donc ŽtŽ rŽamŽnagŽ et construit dans les anciennes paroisses hŽritŽes des capucins et dans les nouvelles qu'ils avaient fondŽes. Le pre Pierre-Louis Boutin construisit l'Žglise du Cap -la premire construite en maonnerie dans cette ville-; elle fut inaugurŽe le 22 dŽcembre 1718. Les JŽsuites s'adonnaient Žgalement ˆ la pastorale de la santŽ. Ds le dŽbut, le pre Boutin construisit un h™pital au Cap qui portait d'ailleurs son nom " l'H™pital Boutin"". Certains, (voir JŽsuites / 14)LIVRESLe Plaza HôtelTéléphone (509) 224-9305 (509) 224-9307 (509) 224-9308 (509) 224-9309 (509) 225-9310 (509) 510-4594 (509) 510-4595 (509) 510-0560 Fax 509 223-9282 e-mail hiplaza@hotmail.com hiplaza@acn2.net website www.leplazahaiti.com Adresse 10, Rue Capois Champs de Mars Port-au-Prince, Haïti P. O. Box 1429 Dr Hénock Joseph Obstétrique, Gynécologie Accouchement Opération pour fibrome Family Planing Ligature des trompes Circoncision Curetage T ous les tests de limmigration T outes assurances acceptées Carte Medicaid pour femmes enceintes 5650 N.E. 2nd Avenue V ertières Shopping Center Miami, Florida 301 751 6081 Port-au-Prince Dr Camille Figaro Sony Gynécologue Obstétrique Chemin des Dalles # 234 Tél.: 509 245-6489 245-8930 Lucas Super Market14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902Maxisound1 1854 West Dixie Highway305 895 8006B & L Supermarket & Produce12041 West Dixie Hgh. 305 893 0419Eclipse Communication9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616Points de Vente Haïti en MarcheMiami MiamiDanilos Restaurant3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646Christephanies581 BC East Sample RoadPompano Beach, Fl 33064Tél.: 954 781 2500Classic Teleco203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183Our Lady Bakery102 S.E. end Avenue Delray Beach , Fl 33444 561 272 3556Pompano Beach Delray Beach Orlando Haïti en MarcheABONNEMENT:Port-au-Prince221-0026 417-0384Miami305 754-0705 Naudy Record shop 1325 W. Washington Str Orlando, Fl 32805 Boby Express 2469 South Orange Blossom Trail Orlando, Fl 32805LilAngel Consignment StoreKings Meadow Shopping Center 9965 S.W. 142nd Avenue Miami, Florida 33186 Tél.: 305 385 1111 Ha•ti en MarcheLe LookPétion-Ville Rue Panaméricaine # 14 Tél.: 513-8079 257-8374 Grande variété de Lunettes Examen gratuit avec achat de lunettes Spécialistes de la Vision BasseOffres Spéciales Buy One, Get One Fre Apportez nous votre prescription: Monture Gratuite. Payez seulement pour les verres.Médecins Abonnez-vous ˆ Ha•ti en Marche 221-0026Nos petites annonces classŽes CoiffeurEtiquette Unisex Barber & Beauty Salon Jean Wood Julien propriétaire 15455 West Dixie Highway Suite N & O N Miami Beach, Fl 33162 Tél.: 305 940 9070 Charlemagne Le Coiffeur 103 S.E. 2nd Street Delray Beach Tél.: 243-1039 Beeper: 524-008613DEUX NOUVEAUX POINTS DE VENTE1-Notre Dame Restaurant 4859 N.Dixie Hwy Pompano Beach, Fl 33064 tel 954-421-4777 2-Mizik Depot 13055 W.Dixie Hwy N Miami, Florida 33161 tel.305-893-9997 En Bref ...(suite de la page 2)Dans un premier temps : Assurer la conduite correcte des Žlections. La population de CitŽ Soleil a le droit de voter, malgrŽ les menaces de groupes armes qui veulent kidnapper la volontŽ dŽmocratique. Dans un deuxime temps : la stabilitŽ et la sŽcuritŽ pour rŽtablir la prŽsence de l'Etat et le respect de la loi. Dans un troisime temps : favoriser les actions humanitaires et de dŽveloppement immŽdiats pour amŽliorer les conditions de vie des personnes qui habitent CitŽ Soleil. Il est essentiel de comprendre qu'il doit y avoir une entente entre les autoritŽs de l'Etat et les citoyens de CitŽ Soleil. Le prochain Gouvernement Žlu devrait faire de CitŽ soleil une prioritŽ. La Minustah sera Žgalement prte ˆ donner son appui au nouveau Gouvernement. Elle va pr™ner l'engagement de la CommunautŽ Internationale pour sortir ce quartier et d'autres endroits du pays qui se trouvent dans des situations similairesd'une marginalitŽ qui est la base de la violence, a conclu M. OnsesCardona.PrŽsidentielle: RenŽ PrŽval en tte des intentions de votePORT-AU-PRINCE, 9 dŽc 2005 RenŽ PrŽval, ancien prŽsident d'Ha•ti et ex-Premier ministre de Jean Bertrand Aristide, arrive en tte des intentions de vote pour la prŽsidentielle du 8 janvier, selon un sondage de l'institut Cid-Gallup rendu public vendredi. Le candidat recueille 32% des intentions de vote, selon cette enqute commandŽe par l'ambassade amŽricaine en Ha•ti et menŽe du 1er au 10 novembre auprs de 1.200 personnes, dont 424 ˆ Port-au-Prince. Dans la capitale, les sondeurs ont ŽvitŽ les quartiers les plus pauvres, en raison de l'insŽcuritŽ qui y rgne. Ces quartiers sont considŽrŽs comme des bastions d'Aristide, exilŽ en Afrique du Sud, et de RenŽ PrŽval, qui en Žtait proche. RenŽ PrŽval a ŽtŽ prŽsident de 1996 ˆ 2001, aprs avoir ŽtŽ Premier ministre en 1991 sous la premire prŽsidence d'Aristide. La Constitution ha•tienne interdisant deux mandats consŽcutifs, RenŽ PrŽval avait succŽdŽ ˆ Aristide avant que ce dernier ne retrouve la prŽsidence pour son deuxime mandat. Selon le sondage, Dumarsais SimŽus, d'origine ha•tienne et dŽtenteur d'un passeport amŽricain, obtient 21% des intentions de vote. Sa candidature, ŽcartŽe par le Conseil Žlectoral(voir En bref / 18)

PAGE 14

Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche vol. XIX No. 46 Page Dr. EDDY GABRIEL RODRIGUEZ CANDIDAT AU SENAT DEPT. DE L'OUESTREFORME AGRICOLE # MANJE REFORME MEDICALE # SANTE REFORME ECONOMIQUE # TRAVAY REFORME SOCIALE # LOJMAN STABILITE ET PAIX # SEKIRITE V OTEZ Dr. EDDY GABRIEL RODRIGUEZ CANDIDAT NUMERO #6 PA NOU 14 dont le Pre Jean-Baptiste Le Pers, s.j., pratiquaient la recherche en histoire et en botanique. En effet, ce furent ses MŽmoires qui avaient servi de source principale au P. Franois Xavier de Charlevoix, s.j. pour son ouvrage en deux tomes intitulŽ "Histoire de l'Isle de Saint-Domingue", le premier livre d'histoire d'Ha•ti. V ers la fin de la premire moitiŽ du XVIIIe sicle, les conflits entre les JŽsuites et le pouvoir politique colonial allaient tre de plus en plus nombreux. Une Ordonnance du roi de France en date du 21 juillet 1763, suivie par l'Arrt dŽfinitif du Conseil SupŽrieur du Cap Franais, le 24 novembre 1763, ordonnrent l'expulsion de tous les jŽsuites de la colonie de Saint-Domingue. Cette dŽcision arriva donc 10 ans avant la suppression gŽnŽrale de l'Ordre des JŽsuites par le Bref Dominus ac Redentor du Pape ClŽment XIV, le 16 aožt 1773, sous la pression des Etats colonialistes europŽens. L 'historien franais Charles Frostin rŽsume, de la manire suivante, les principaux griefs mis de l'avant par les autoritŽs politiques pour justifier l'expulsion des JŽsuites : " On leur reproche de prcher et d'attrouper les Ngres et d'obliger en mme temps les planteurs ˆ retarder la marche des travaux ; de pousser les Ngres et NŽgresses vivant en concubinage ˆ se marier lŽgitimement, ce qui ™te au ma”tre la facultŽ de diviser les esclaves, nuit au droit de propriŽtŽ et compromet la soumission nŽcessaire ; d'instruire de la religion des Noirs hors de la prŽsence des Blancs et de les instruire trs particulirement en leur rŽvŽlant le sublime de leur tre, la majestŽ de l'homme et ses espŽrances, au risque d'Žveiller chez eux des idŽes subversives d'ŽgalitŽ. On va mme jusqu'ˆ incriminer certains jŽsuites de favoriser le marronnage et de protŽger des esclaves coupables d'empoisonnement. Mais surtout ces moines orgueilleux sont accusŽs de vouloir ruiner l'autoritŽ domestique des ma”tres sur les esclaves pour substituer leur domination personnelle en cherchant ˆ organiser les Ngres en un corps de fidles distincts avec ses propres chantres, bedeaux et marguilliers Žlus, et avec ses propres catŽchistes, hommes de confiance chargŽs de relayer l'action missionnaire. En effet, s'attaquer ˆ l'autoritŽ domestique, entendue l'autoritŽ sans partage du ma”tre sur l'esclave, principe sacrŽ aux yeux des propriŽtaires qui voient en lui le plus sžr garant de l'ordre esclavagiste. C'est bien lˆ le grief majeur, maintes fois formulŽ contre la mission jŽsuite depuis son installation dans le nord de la colonie en 1704 ". II.-Le retour des JŽsuites en Ha•ti au milieu du XXe sicle (septembre 1953) et leur expulsion par le prŽsident Franois Duvalier, le 12 fŽvrier 1964. Il a fallu attendre environ deux sicles (1763-1953) pour voir, aprs plusieurs tentatives sans succs, le retour des JŽsuites en Ha•ti. Cette fois-ci, ce furent les JŽsuites du Canada franais qui prirent le relais, sur la demande du Pape Pie XII et sous le gŽnŽralat du pre Jean-Baptiste Jansens, s.j. Ils arrivrent ˆ Port-au-Prince, dans l'archidiocse de Port-au-Prince, en septembre 1953. Comme pour la pŽriode coloniale, leur travail pastoral allait tre fort diversifiŽ : formation des prtres au Grand SŽminaire Notre Dame, alphabŽtisation et formation civique par la radio, exercices spirituels, ministre paroissial etc. Durant leur bref sŽjour ˆ la tte du Grand SŽminaire interdiocŽsain de Port-au-Prince, le nombre de prtres ha•tiens est passŽ de 54 ˆ 101. En 1959, ils fondrent ˆ Port-au-Prince, dans le quartier de Haut Turgeau, la Villa Manrse, une splendide et spacieuse maison de retraite fermŽe. En 4 ans, de 1959 ˆ fŽvrier 1964, les JŽsuites y ont donnŽ des retraites ˆ plus de 12.000 personnes (prtres, religieux, religieuses, Žtudiants, professionnels, militaires, cadres d'associations de l'Eglise catholique etc.), soit une moyenne de 3000 par an et 250 par mois. Ce fut dans cette maison, qu'ils fondrent en 1961 la Radio Manrse et ses Žcoles radiophoniques destinŽes ˆ l'Žducation dans les domaines de l'alphabŽtisation, la santŽ, l'engagement social etc. Des milliers d'appareils rŽcepteurs ˆ transistors ont ŽtŽ distribuŽs dans les secteurs pauvres de la population. Ils prendront Žgalement en 1956, sur la demande de Mgr Albert Franois Cousineau, Žvque du diocse du CapHa•tien d'alors, la responsabilitŽ de la petite paroisse de Quartier-Morin, situŽe dans le nord, ˆ quelques kilomtres ˆ l'est de la ville du Cap-Ha•tien. Ils y ont rŽamŽnagŽ le presbytre et construit une Žcole primaire au bŽnŽfice de plusieurs centaines d'enfants. Par un dŽcret en date du 12 fŽvrier 1964, le gouvernement de Franois Duvalier expulsa les 18 JŽsuites canadiens qui travaillaient en Ha•ti. Le dictateur leur reprocha de ne pas respecter les institutions ha•tiennes et les autoritŽs Žtablies, de jeter par leur comportement le trouble et la confusion dans le pays, d'attenter ˆ l'honneur du gouvernement et du peuple d'Ha•ti, de discrŽditer le pays ˆ l'Žtranger et de mener une vaste opŽration de subversion contre son gouvernement. En rŽalitŽ, cette action politique de Duvalier ˆ l'encontre des JŽsuites se situait dans le cadre d'un plan de contr™le de toutes les institutions du pays, notamment de l'Eglise catholique, pour asseoir les bases de sa dictature qui allait durer d'ailleurs prs de trente ans. Aprs la chute de Jean-Claude Duvalier, le 7 fŽvrier 1986, un dŽcret du Conseil National de Gouvernement (CNG), datŽe du 31 mars 1986, rŽtablit la Compagnie de JŽsus en Ha•ti. Aujourd'hui plus d'une dizaine de JŽsuites -Ha•tiens et Canadienstravaillent dans des domaines divers, tels que la recherche et la rŽflexion sociales, l'enseignement universitaire, les exercices spirituels, l'accompagnement des paysans, le service aux rŽfugiŽs ha•tiens sur la Frontire entre Ha•ti et la RŽpublique Dominicaine. A la suite de JŽsus-Christ, crucifiŽ pour la libŽration de l'homme et sur les pas d'Ignace de Loyola, leur fondateur, les JŽsuites sont en train d'Žcrire lentement aujourd'hui une nouvelle page de leur histoire sur la terre d'Ha•ti ! Kawas FRAN‚OIS, s.j. Centre de RŽflexion et de Recherches Interdisciplinaires (CRI)Histoire des JŽsuites en Ha•ti(suite de la page 13) ARTS ET SPECTACLESW yclef Jean nominŽ aux Grammy AwardsHPN, 10 DŽcembre Le chanteur Wyclef Jean a ŽtŽ nominŽ pour la 48e Ždition des Grammy Awards qui, comme chaque annŽe, rŽcompensera les meilleurs disques aux Etats-Unis. La cŽrŽmonie se tiendra le 8 fŽvrier ˆ Los Angeles, Californie, annonce le site de l'ŽvŽnement. Le nom du compositeur, interprte et guitariste d'origine ha•tienne figure dans la liste complte des nominŽs, rŽpartis dans 108 catŽgories, allant du simple de l'annŽe au meilleur long-mŽtrage musical, en passant par la meilleure bande originale pour un film, un tŽlŽfilm ou tout autre support mŽdiatique visuel. C'est dans cette catŽgorie que Wyclef Jean est nominŽ pour la chanson " Million Voices ", qu'il a co(voir Grammy / 16)

PAGE 15

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 46 15HAITIT OURNOI D'Ouverture Championnat de 1re Division 2005-2006 5me JournŽe Zenith-Aigle Noir 0-0 Cavaly-ASC 4-0 Baltimore-Dynamite 1-0 AS Carrefour-Roulado 1-0 Don Bosco ÐRacing CH 0-0 V ictory-US Frres 1-1 V iolette-Mirebalais 0-1 Racing Gonaives-Tempete 1-0 6me JournŽe T empete-Roulado 1-1 V iolette-Victory 2-1 Cavaly-Baltimore 0-0 Racing CH-Zenith 2-0 ASC-Don Bosco 0-1 US Frres-Dynamite 1-2 Aigle Noir-Mirebalais 1-2 AS Carrefour-Racing Gonaives 0-2 Equipe MJ Pts 1 Racing Gonaives 6 16 2 Mirebalais 6 12 3 Racing CH 6 12FOOTBALL : TOUS LES CHAMPIONNATSEurope Ligue des ChampionsRŽsultats Group A Pts. 1Juventus15 2 Bayern Munich13 3 Club Bruges7 4 Rapid Vienne0 Bayern Munich-Club Bruges 1-1 Rapid Viene-Juventus 1-3 Pts. 1 Arsenal16 2Ajax11 3 FC Thun3 4 Sparta Prague1 Arsenal Ð AjaxÐ 0-0 SpartaFC Thun 0-0 Group C Pts. 1 FC Barcelone16 2W erder Breme7 3 Udinese7 4 Panathinaikos4 Udinese-Barcelona 0-2 BremenP'thinaikos 5-1 Group D Pts. 1V illarreal CF10 2 Benfica8 3 Lille OSC6 4 Manchester United6 V illareaLille 1-0 Benfica-Man United 2-1 Group E Pts. 1 AC Milan11 2 PSV10 3 Schalke 048 4 Fenerbahe4 AC Milan Schalke 04 3-2 PSV Ferbahce 2-0 Group F Pts. 1L yon16 2 Real Madrid10 3 Rosenborg BK4 4 Olympiacos4 L yon Ð Rosenborg 2-1 Olympiakos Ð RealÐ 2-1 Group G Pts. 1 Liverpool12 2 Chelsea11 3 Real Betis7 4 Anderlecht3 ChelseaLiverpool 0-0 Betis Ð Anderlecht 0-1 Group H Pts. 1 Inter Milan13 2 Rangers7 3 FC Artmedia Bratislava6 4 FC Porto5 Rangers Inter Milan 1-1 Artmedia-Porto 0-0 Eur opeAllemagne 16me journŽe Equipe Pts 1 Bayern Munich 41 2-Hambourg 37 3-Werder Breme 35 Meilleur Buteur Miroslav Klose W erder Breme 16 buts Angleterre 16me journŽe Equipe Pts 1-Chelsea 43 2-Liverpool 31 3Man UTD 28 Equipe Pts 1-FC Barcelone 34 2-Osasuna 34 3-Real Madrid 28 Meilleur Buteur Samuel Eto'o Barcelone 13 buts France 18me journŽe Equipe Pts 1-Lyon 44 2-Auxerre 32 3-Bordeaux 31 Meilleur Buteur Pedro Pauleta PSG 12 buts Hollande 15me journŽe Equipe Pts 1-AZ Alkmaar 35 2-Feyennord 35 3-PSV Eindhoven 35 Meilleur Buteur Shota Arveladze AZ Alkmaar 13 buts Italie 15me journŽe Equipe Pts 1-Juventus 42 2-Inter Milan 32 3-Fiorentina 32 Meilleur Buteur Luca Toni Fiorentina 16 buts Argentine Argentine19me journŽe Equipe Pts 1-Boca Juniors 37 1-Gimnasia 36 2-Velez Sarsfield 33 Meilleur Buteur Frank Lampard Chelsea 11 buts Ruud Van Nistelrooy Manshester UTD 11 buts Espagne 15me journŽe Pre GŽrard Jean-Juste emprisonnŽ depuis juillet dernier pour des raisons non clarifiŽes APLE COIN DE MIAMIP AR EVENS HILAIRE evenshilaire@hotmail.comMiami: marche pacifique pour la libŽration de GŽrard Jean JusteIls ne sont pas uniquement des ha•tiens, qui participaient ˆ la marche pacifique du week end ŽcoulŽ au centre ville de Miami, pour exiger l'Žlargissement du poupulaire prtre GŽrard Jean Juste. Mais aussi des AmŽricains, des Hispaniques, Jamaicains, etc qui venaient apporter leur soutien ˆ ce dernier qui pour plus d'UN, avait aidŽ d'une facon ou d'une autre bon nombre d'immigrants illŽgaux ha•tiens ˆ obtenir leur statut lŽgal aux ƒtats-Unis. Ds midi, une foule trs animŽe attendait impatiemment au Torch of Frienship le dŽpart de la manifestation avec pancartes en mains. Le drapeau ha•tien Žtait aussi ˆ l'honneur, de nombreux manifestants habillŽs aux couleurs bleu et rouge. Ils arrivaient de partout (Washington, New York, Orlando, West Palm Beach etc) pour participer ˆ la marche en faveur de la libŽration de GŽrard Jean Juste. Au fur et ˆ mesure, la foule grossissait tandis que des autobus dŽversaient des rŽsidents des comtŽs de Dade, Broward, Palm Beach venant participer ˆ cette grande protestation populaire. Les organisateurs voulaient profiter du 10 DŽcembre, qui Žtait la JournŽe Internationale des Droits de l'Homme, pour demander ˆ l'administration Bush et au gouvernement de facto en Ha•ti de rel‰cher le curŽ de la paroisse Sainte Claire de Petite Place Cazeau GŽrard Jean Juste. Selon les slogans, ce sont ces derniers qui maintiennent "Jerry" Jean Juste en prison ˆ cause de ses prises de position en faveur du retour ˆ l'ordre constitutionnel en Ha•ti. Proche du prŽsident en exil (en Afrique du Sud), Jean Bertrand Aristide, GŽrard Jean Juste a ŽtŽ jusqu'ˆ son arrestation en juillet dernier l'un des chefs de file de la rŽsistance pacifique en Ha•ti. Et malgrŽ des menaces qui planaient sur sa vie, il plaidait toujours en faveur du respect de la Constitution du 29 Mars 1987, fixant ˆ 5 ans la durŽe du mandat prŽsidentiel. Aristide a ŽtŽ renversŽ le 29 fŽvrier 2004 aprs seulement 3 ans au palais national. L 'ex-activiste de Miami, GŽrard Jean Juste, a ŽtŽ jetŽ en prison sous prŽtexte de son implication prŽsumŽe dans l'assassinat du journaliste Jacques Roche, alors qu'il Žtait ˆ la mme Žpoque ˆ Miami. Jusqu'ˆ date, le pre Jean Juste est gardŽ en prison sans avoir comparu devant un juge. portaient des maillots ˆ l'effigie du prtre prisonnier, distribuant aussi des photos de lui, et lancant des slogans hostiles au PM de transition GŽrard Latortue. "Libere Jean Juste, arete Latortue. P Jean Juste pa merite prizon. Nou mande liberasyon prese pou tout prizonye politik yo". Ils ont fait un tour devant le Bureau FŽdŽral de Miami lancant force invectives contre l'actuelle Žquipe au pouvoir en Ha•ti. Retournant au Torch of Friendship, ˆ proximitŽ du Bayside, des partisans et supporteurs et mme des (voir Jean Juste / 16) Les manifestants qui Žtaient plus d'un millier,

PAGE 16

Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche vol. XIX No. 46 Page 16 le film Hotel Rwanda. L 'auteur sera en compŽtition avec Josh Groban, The Arcade Fire, T om Petty et Danny Elfman. La chanson " Million Voices " Žtait dŽjˆ nominŽe en dŽbut d'annŽe pour La 62me cŽrŽmonie des Golden Globe, rŽcompenses, dŽcernŽes par l'Association de la presse Žtrangre ˆ Hollywood.W yclef Jean nominŽ aux Grammy Awards(suite de la page 14) signŽe avec Jerry Wonder Duplessis et Andrea Guerra, pour HPN, 9 DŽcembre Les festivitŽs des 60 ans de l'Institut Franais d'Ha•ti (IFH), le 7 dŽcembre dernier au Bois Verna, revtaient une allure officielle: le prŽsident Boniface Alexandre, et l'ex-prŽsident, Leslie Franois Manigat, Žtaient parmi les invitŽs. Lors de cette fte en musique et en couleurs, plusieurs ministres du gouvernement intŽrimaire Žtaient aussi prŽsents, entre autres, la titulaire de la culture, Magali Comeau Denis, qui a pris la parole au nom du prŽsident provisoire de la RŽpublique d'Ha•ti. L 'ambiance Žtait trs agrŽable, articulŽe par des airs mozartiens, dosŽs de poŽsie, et espacŽs de photos combien vivantes de Chantal Regnault. Les messieurs et dames de l'Ecole H™telire d'Ha•ti, assistŽs de leur directrice et d'un chef cuisinier franais de passage dans le pays, ont prouvŽ leur art culinaire. L 'accordŽoniste franais Franois Catherin Žtait lˆ pour le bal musette. L' Ambassadeur de France en Ha•ti, M Thierry Burkard, annonant son dŽpart, s'est dit avant tout satisfait de l'Žtat de santŽ de l'amitiŽ ha•tianofranaise, vŽhiculŽe entre autres par l'Institut Franais d'Ha•ti, vieux comme on le sait de 60 ans. Le diplomate a vantŽ une certaine France libertaire et Žternelle, amie d'Ha•ti du sicle des Lumires et de la CŽlŽbration du Bicentenaire de la premire RŽpublique libre des Cara•bes. Il citait ainsi le pote Du Bellay, luimme, ancien diplomate franais de son temps : " France, mre des Arts et des Armes ! " Le pote Syto CavŽ, lui aussi, a ŽvoquŽ une Ha•ti aurifre et proche de la France jacobine. L 'actuel directeur de l'Institut Franais d'Ha•ti, Paul Elie LŽvy, ancien Žlve du philosophe Levinas, aurait gagnŽ son pari. En attendant 2006, annŽe des 60 ans de la revue franco-ha•tienne Conjonction, dirigŽe par un spŽcialiste des philosophies orientales : Guy Maximilien. De Pierre Mabille, premier directeur de ce centre culturel franco-ha•tien ˆ Paul Elie LŽvy, l'actuel responsable, il y a cette mme qute de valoriser la diversitŽ culturelle. Les activitŽs de l'Ždition 2005 de la quinzaine de la Francophonie, qui s'est tenue en Ha•ti, avaient mis ˆ l'affiche des artistes de diffŽrents coins de la plante. Conteurs antillais, comŽdiens maghrŽbins et musiciens bŽninois se c™toyaient. Au Bois Verna, les amateurs de bons spectacles ont manifestŽ leur prŽsence lors des reprŽsentations tenues au local de l'Institut, mis parfois en tandem avec la FOKAL pour des rendez-vous culturels d'envergure. Les dŽbats offerts cette annŽe au public s'entourent presque des mmes aspects que ceux qu'on a connus au cours des annŽes 80, o des jeunes ont pu dŽcouvrir le thŽ‰tre de Jean Genet et la Nouvelle Critique, dŽfinie par le sŽmiologue Roland Barthes. On oubliera difficilement les confŽrences, prononcŽes par Didier Maule, Jean Damoiseau, Pierre Vernet. L 'Institut Franais d'Ha•ti aura un sicle dans quarante ans. Le travail inaugurŽ par Pierre Mabille aurat-il son plein Žpanouissement ? Un autre Sartre viendra-til en Ha•ti pour agiter de nouvelles idŽes ? Autant de questions angoissantesÉTout peut arriver au centime anniversaire de l'IFH, car'" les Ha•tiens sont plus surrŽalistes que les surrŽalistes "pour parodier AndrŽ Breton. Dominique BatravilleFRANCOPHONIEInstitut Franais d'Ha•ti : 60 ans TŽlŽphones portables, sans fil ou Žcoute-bŽbŽ: des ondes ˆ surveillerSANTEP ARIS Les rayonnements des tŽlŽphones portables et de leurs stations relais suscitent des craintes, tout comme les lignes de haute tension, mais peu de parents savent que mme le systme d'Žcoute ˆ distance qui les rassure sur le sommeil de leur bŽbŽ n'est pas ˆ placer trop prs de la tte de l'enfant. "La pollution ŽlectromagnŽtique" Žmane de nombreux appareils et installations allant du banal schecheveux au plafond rayonnant Žlectrique, en passant par le tŽlŽphone sans fil numŽrique qui "n'est pas inoffensif", selon Michle Rivasi, prŽsidente du Centre de recherche et d'information indŽpendantes sur les rayonnement ŽlectromagnŽtiques (Criirem).(voir Portables / 20)DEVELOPPEMENT DURABLEL 'identification des biensAprs avoir parlŽ de la dŽfinition des droits (voir HEM, Vol. XIX, No. 45, du 07-13/12/05), nous devons aborder le second des trois ŽlŽments essentiels ˆ la garantie de la sŽcuritŽ foncire: l'identification des biens. On se souvient que tous les documents traitant des causes de conflits dans l'Artibonite ont signalŽ l'absence de cadastre (Commission Justice et Paix des Gona•ves) ou'"la non fixation des limites de propriŽtŽ" (Serge Bordenave et la commission de notables de Desdunes) comme l'une des origines de ces conflits (voir HEM, Vol. XIX, No. 41, du 09-15/11/05). Il s'agissait donc, au moment de lancer l'expŽrience pilote, de procŽder au relevŽ cadastral des quatre habitations retenues pour ce que l'on a pris l'habitude d'appeler la "premire phase de la rŽforme agraire", en l'occurrence: la terre faisant l'objet du conflit AttiŽ-Bricourt, dans la commune de l'Estre, la ferme Trois Bornes, dans la commune de Desdunes, la ferme Bertrand St Ouen, dans la 5me section de St Marc (Bocozelle) et la ferme de DŽseaux, dans la commune de MarchandDessalines. Mais on se souvient Žgalement que la tentative de rŽgler le conflit Bertrand St Ouen suite ˆ la visite de la dŽlŽgation ministŽrielle, le 8 aožt 1995, avait tournŽ court, parce que ni l'ODVA, ni la DGI, ne se sentaient en mesure de procŽder ˆ ce relevŽ cadastral (voir HEM, Vol. XIX, Nos. 42 et 43). L'INARA dut donc se donner les moyens de rŽaliser ce travail lui-mme. Ce fut la crŽation de cette premire "Žquipe gŽniecadastre" constituŽe, au dŽbut, avec des techniciens empruntŽs ˆ l'ODVA et la DGI. Par la suite, cette Žquipe fut renforcŽe et formalisŽe que sous la dŽnomination de Service DŽconcentre de GŽnie, Cartographie, Topographie et AmŽnagement du Territoire (SDGCTAT), le terme de cadastre ayant ŽtŽ ŽliminŽ pour ne pas donner l'impression de vouloir piŽtiner les plates-bandes de l'ONACA. On doit signaler que ce service a bŽnŽficiŽ de l'appui de la CoopŽration Franaise avec les visites de nombreux consultants qui ont grandement contribuŽ ˆ la formation du personnel et ˆ l'introduction des techniques les plus modernes. On citera le passage de MM. Delbecque et Paradol, en octobre 1996, de M. Rech, en janvier-fŽvrier 1998, de M. Reigner, en septembre 1999. T ous ces techniciens ont ŽtŽ recrutŽs par M. Jacques Gastaldi de l'ANDAFAR (Association Nationale pour le DŽveloppement de l'AmŽnagement Foncier, Agricole et Rural), lui-mme gŽographe, qui, entre 1997 et 1999, effectua quatre visites en Ha•ti. Durant la mme pŽriode, M. Gastaldi organisa Žgalement des voyages d'Žtudes en France, en C™te d'Ivoire et en Guadeloupe pour des cadres de l'INARA, le Ministre Mathurin ayant participŽ ˆ la mission de janvier 1997. Signalons enfin que le SDGCTAT a aussi bŽnŽficiŽ de la prŽsence de trois jeunes consultants gŽomtres: M. Benoit de Corbie, Septembre 1996 Ð dŽcembre 1997, Jean-Michel Cosserat, novembre 1997 Ð janvier 1999, Yannick Galinat, juillet 1999ÐÐ septembre 2000. Mais revenons ˆ l'Artibonite. Une fois l'Žquipe de techniciens constituŽe, il s'agissait de mettre en train les activitŽ de relevŽ cadastral; mais tout de suite, on buta sur la grande difficultŽ que constituait l'absence de tout document fiable, plan d'arpentage ou autre, qui pourrait servir de point de dŽpart aux opŽrations. Il fallut donc faire appel aux connaissances de la population. C'est ainsi que, pour chacun des habitations retenues, il fallu recruter des Žclaireurs volontaires capables d'indiquer aux techniciens les limites gŽnŽralement reconnues, mais aussi disposŽs ˆ le faire. Nous insistons sur ce dernier point car il ne faut pas oublier que nous sommes dans l'Artibonite, une zone o il peut tre dangereux de s'aventurer en dehors des grandes voies de communication, si les raisons de ces dŽplacements risquent de rŽveiller la suspicion de certaines personnes. Il parut donc Žvident qu'il fallait prendre mesures pour assurer la sŽcuritŽ des techniciens et des Žclaireurs qui les accompagnaient. Pour commencer, l'INARA s'est entendu avec les Commissaires de St Marc et des Gona•ves pour qu'ils mettent ˆ sa disposition, ˆ tour le r™le, et pour des pŽriodes de deux semaines, un petit contingent de policiers chargŽs d'accompagner techniciens et Žclaireurs sur le terrain. Par la suite la Direction GŽnŽrale de la PNH dŽcida de constituer une UnitŽ de SŽcuritŽ de la RŽforme Agraire (USRA) ayant ˆ sa tte un commissaire. Un commissariat fut installŽ sur le campus de l'ODVA et des postes dans les localitŽs de l'Estre, Desdunes, Chevreau Descloches, Bocozelle, Villard et DŽseaux. T outes ces mesures Žtant prises, l'Žquipe de techniciens pouvait se mettre au travail et au 7 fŽvrier 1996, elle avait pratiquement bouclŽ, pour les quatre habitations choisies, les trois grandes opŽrations de -" fermeture" du pŽrimtre, RelevŽ topographique, Etablissement du parcellaire. T out Žtait donc prt pour que l'on puisse procŽder ˆ la distribution des parcelles aux bŽnŽficiaires identifiŽs au cours d'opŽrations dont nous parlerons la semaine prochaine. Bernard EthŽart ben@etheart.com membres de la famille du Pre Jean Juste ont pris la parole pour dŽnoncer l'arrestation illŽgale du curŽ de Sainte Claire (Port-au-Prince). L 'activiste Jacques Lieberman qui a ŽtŽ l'un des organisateurs de cette manifestation pacifique, a dŽclarŽ que Jean Juste est un prisonnier de conscience qui devait tre libŽrŽ sans aucune autre forme de procs. Lieberman a indiquŽ que la mobilisation se poursuivra jusqu'ˆ la libŽration du dŽtenu. Il en a profitŽ pour annoncer que des activitŽs semblables ˆ celle du samedi 10 dŽcembre seront organisŽes, notamment le mois prochain ˆ l'occasion de l'anniversaire de la mort de Martin Luther King Junior ˆ LibertŽ City (Miami). Des messages ont ŽtŽ envoyŽs au prŽsident George W. Bush lui demandant de faire le nŽcessaire pour que Jean Juste soit libŽrŽ immŽdiatement. Le sŽnateur DŽmocrate, Kendrick Meek (DMiami), a annoncŽ que environ une quarantaine de membres du Congressional Black Caucus ont paraphŽ une autre lettre exhortant le PrŽsident Bush a obtenir la libŽration du rŽvŽrend pre Jean Juste. De son cotŽ, l'assesseur de North Miami Beach, Philippe Desroses, a dit espŽrer le support de nombreux parlementaires amŽricains dans la lutte pour la libŽration du curŽ de la paroisse Sainte Claire de Petite place Cazeau (Port-au-Prince). L 'homme d'affaires Ringo Cayard a rappelŽ comment le pre GŽrard Jean Juste avait contribuŽ ˆ la libŽration des compatriotes ha•tiens des prisons de l'immigration en Floride. La journŽe de protestation du 10 DŽcembre a ŽtŽ supportŽe par plus de 400 membres du clergŽ, par desMiami: marche pacifique pour la libŽration de Pre Jean Juste(suite de la page 15) (voir Jean Juste / 18)

PAGE 17

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 46 • Parfums • Cellulars & Beepers • Souliers et Sandales • Produits pour la cuisine • Cadeaux • Tableaux • Moneygram • Money Order • CD's (compas, Racine, EvangŽlique, Zouk, Franais, AmŽricain) • Video's (Ha•tiens, AmŽricains, Documentaires, Drams) • Produits de beautŽ • Produits pour cheveuxOuvert 6 Jours par semaine: 8h30 am ˆ 7h30 pm 8772 NE 2 ème AvenueTél: 305 757 4915F ADKIKJ VARIETY STORELE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.RŽception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV, BELL MOBILITY etc...etc... Connection tŽlŽphonique chez vous... ATLANTA 1232 Moreland Ave, Suite A Atlanta, GA 30016 Tel: (404)622-8787 BAHAMAS E. Street Sawyer Studio Blvd 2nd Floor Nassau, Bahamas Tel: (242)322-6047 BOYTON 544 E Gateway Blvd, Suite 3 Boyton Beach, Florida Tel: (561)742-3046 CAMBRIDGE 300 Broadway Cambridge, Mass 02139 Tel: (617)354-6448 CHURCH 2807 Church Ave. Brooklyn, NW 11226 Tel: (718)693-3798 CONNECTICUT 953 Washington Blvd, Suite 1 Stamford, CT 06901 Tel: (203)324-2816 DELRAY BEACH 402 West Atlantic Ave Delray Beach, Fl 33444 Tel: (561)265-2100 FLATBUSH 1161 Flatbush Ave. Brooklyn N.W. 11226 Tel: (718)287-5295 FORT LAUDERDALE 8 West Sunrise Blvd Ft. Lauderdale, Fl 33311 Tel: (954)524-1574 LAKE WORTH 330 S. Dixie Hwy, Suite 2 Lake Worth, Fl 33460 Tel: (561)585-1077 MATTAPAN 508 River Street Mat. Mass. 02126 Tel: (617)298-9366 MIAMI 5401 N.W. 2nd Avenue Miami, Fl 33137 Tel: (305)758-3278 NAPLES 506 11th Street Naples, Fl 34102 Tel: (941)435-3994 NORTH MIAMI 629 NE 125th Street N. Miami, Fl 33161 Tel: (305)892-6478 MIRAMAR N. DADE 19325 NW 2nd Avenue (441) Miami, Fl 33169 Tel: (305)654-2800 MONTREAL 7177 Rue St Denis Mont. QC H2R2E3 Tel: (514)270-5966 ORLANDO 2469 S. Orange Blossom T rail Orlando, Fl 32805 Tel: (407)649-9896 POMPANO (1) 4857 N. Dixie Hwy Pompano Bch, Fl 33064 Tel: (954)429-9552 POMPANO (2) 128 N. Flager Avenue Pompano Bch, Fl 33060 Tel: (954)946-4469 QUEENS 159-35B Hillside Avenue Jamaica N.Y. 11432 Tel: (718)523-9216 SPRING-VALLEY South Main Street S. Valley, NW 10977 Tel: (914)425-7747 WASHINGTON 835 Juniper Street NW Wash D.C. 20012 Tel: (202)722-4925 WEST PALM BEACH 604 25th Street W. Palm Beach Fl 33407 Tel: (561)655-4166 NEW JERSEY 152 Jefferson Ave Elizabeth, NJ 07201 Tel: (908)354-1411 MONTREAL NORD 3820 Henri-Bourassa Est Montréal, Canada Tel:(514)852-9245 TURKS & CAICOS Downtown Providenciales Butterfield Plaza Tel: (649)941-4172-4173 CENTRE VILLE 59 Rue Pavée avant la Pharmacie Idéale 223-0865-223-0839 222-2704,221-8910, 221-1632 Nou vle gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis.17FRANCE-ANTILLESDŽbat relancŽ sur la colonisation franaiseP ARIS/FORT-DE-France, 7 DŽcembre L 'annulation du voyage de Nicolas Sarkozy aux Antilles a relancŽ le dŽbat sur la loi Žvoquant les aspects "positifs" de la colonisation franaise, qui suscite de vives critiques. "Je constate que des polŽmiques qui tiennent pour l'essentiel ˆ des malentendus liŽs ˆ la loi du 4 fŽvrier 2005, mais qui sont bien rŽels, suscitent une Žmotion particulire", quotidien France-Antilles. Les dŽputŽs ont rejetŽ fin novembre une proposition socialiste visant ˆ abroger cette loi sur les rapatriŽs, qui invite les enseignants ˆ faire Žtat du "r™le positif" de la prŽsence franaise outre-mer, notamment en Afrique du Nord. Le ministre de l'IntŽrieur met l'annulation de son voyage qui Žtait prŽvu jeudi et vendredi derniers en Martinique et en Guadeloupe sur le compte du "respect vis-ˆ-vis de ceux qui attendent de vraies rŽponses aux vrais problmes quotidiens". Des actions de protestation Žtaient prŽvues aux Antilles contre sa venue, ˆ l'appel notamment d'un collectif d'Žlus indŽpendantistes et de syndicats de gauche. dŽclare le ministre de l'IntŽrieur dans une interview au Reuters Lettre ouverte au Ministre de l'IntŽrieur de la RŽpublique Franaise, ˆ l'occasion de sa visite en MartiniquePar Edouard GLISSANT et Patrick CHAMOISEAU M. le Ministre de l'IntŽrieur, La Martinique est une vieille terre d'esclavage, de colonisation, et de nŽo-colonisation. Mais cette interminable douleur est un ma”tre prŽcieux: elle nous a enseignŽ l'Žchange et le partage. Les situations dŽshumanisantes ont ceci de prŽcieux qu'elles prŽservent, au cÏur des dominŽs, la palpitation d'o monte toujours une exigence de dignitŽ. Notre terre en est des plus avides. Il n'est pas concevable qu'une Nation se renferme aujourd'hui dans des Žtroitesses identitaires telles que cette Nation en soit amenŽe ˆ ignorer ce qui fait la communautŽ actuelle du monde : la volontŽ sereine de partager les vŽritŽs de tout passŽ commun et la dŽtermination ˆ partager aussi les responsabilitŽs ˆ venir. La grandeur d'une Nation ne tient pas ˆ sa puissance, Žconomique ou militaire (qui ne peut tre qu'un des garants de sa libertŽ), mais ˆ sa capacitŽ d'estimer la marche du monde, de se porter aux points o les idŽes de gŽnŽrositŽ et de solidaritŽ sont menacŽes ou faiblissent, de mŽnager toujours, ˆ court et ˆ long terme, un avenir vraiment commun ˆ tous les peuples, puissants ou non. Il n'est pas concevable qu'une telle Nation ait proposŽ par une loi (ou imposŽ) des orientations d'enseignement dans ses Žtablissements scolaires, comme aurait fait le premier rŽgime autoritaire venu, et que ces orientations visent tout simplement ˆ masquer ses responsabilitŽs dans une entreprise (la colonisation) qui lui a profitŽ en tout, et qui est de toutes manires irrŽvocablement condamnable. Les problmes des immigrations sont mondiaux : les pays pauvres, d'o viennent les immigrants, sont de plus en plus pauvres, et les pays riches, qui accueillaient ces immigrants, qui parfois organisaient leur venue pour les besoins de leurs marchŽs du travail et, disons-le, en pratiquaient comme une sorte de traite, atteignent peuttre aujourd'hui un seuil de saturation et s'orientent maintenant vers une traite sŽlective. Mais les richesses crŽŽes par ces exploitations ont gŽnŽrŽ un peu partout d'infinies pauvretŽs, lesquelles suscitent alors de nouveaux flux humains : le monde est un ensemble o l'abondance et le manque ne peuvent plus s'ignorer, surtout si l'une provient de l'autre. Les solutions proposŽes ne sont donc pas ˆ la hauteur de la situation. Une politique d'intŽgration (en France) ou une politique communautariste (en Angleterre), voilˆ les deux orientations gŽnŽrales qu'adoptent les gouvernements intŽressŽs. Mais dans les deux cas, les communautŽs d'immigrants, abandonnŽes sans ressources dans des ghettos invivables, ne disposent d'aucun moyen rŽel de participer ˆ la vie de leur pays d'accueil, et ne peuvent participer de leurs cultures d'origine que de manire tronquŽe, mŽfiante, passive : ces cultures deviennent en certains cas des cultures du retirement. Aucun des choix gouvernementaux ne propose une vŽritable politique de la Relation: l'acceptation franche des diffŽrences, sans que la diffŽrence de l'immigrant soit ˆ porter au compte d'un communautarisme quelconque ; la mise en oeuvre de moyens globaux et spŽcifiques, sociaux et financiers, sans que cela entra”ne une partition d'un nouveau genre ; la reconnaissance d'une interpŽnŽtration des cultures, sans qu'il y aille d'une dilution ou d'une dŽperdition des diverses populations ainsi mises en contact : rŽussir ˆ se situer dans ces points d'Žquilibre serait vivre rŽellement l'une des beautŽs du monde, sans pour autant perdre de vue les paysages de ses horreurs.' Si chaque nation n'est pas habitŽe de ces principes essentiels, les nominations exemplaires sur la base d'une apparence physique, les discriminations vertueuses, les quotas dŽculpabilisants, les financements de cultes par une la•citŽ forcŽe d'aller plus loin, et toutes les aides versŽes aux humanitŽs du Sud encore victimes des vieilles dominations, ne font qu'effleurer le monde sans pour autant s'y confronter. Ces mesures laissent d'ailleurs fleurir autour d'elles les charters quotidiens, les centres de rŽtention, les primes aux raideurs policires, les scores triomphants des expulsions annuelles: autant de rŽponses thŽ‰trales ˆ des menaces que l'on s'invente ou que l'on agite comme des Žpouvantails, autant d'Žchecs d'une dŽmarche restŽe insensible au rŽel. Aucune situation sociale, mme la plus dŽgradŽe, et mme surtout celle-lˆ, ne peut justifier d'un traitement de rŽcurage. Face ˆ une existence, mme brouillŽe par le plus accablant des pedigrees judiciaires, il y a d'abord l'informulable d'une dŽtresse: c'est toujours de l'humain qu'il s'agit, le plus souvent broyŽ par les logiques Žconomiques. Une RŽpublique qui offre un titre de sŽjour, ouvre en fait sa porte ˆ une dignitŽ humaine ˆ laquelle demeure le droit de penser, de commettre des erreurs, de rŽussir ou d'Žchouer comme peut le faire tout tre vivant, et cette RŽpublique peut alors punir selon ses lois mais en aucun cas retirer ce qui avait ŽtŽ donnŽ. Le don qui chosifie, l'accueil qui suppose la tte baissŽe et le silence, sont plus proches de la dŽsintŽgration que de l'intŽgration, et sont toujours trs loin des humanitŽs. Le monde nous a ouvert ˆ ses complexitŽs. Chacun est dŽsormais un individu, riche de plusieurs appartenances, sans pouvoir se rŽduire ˆ l'une d'elles, et aucune RŽpublique ne pourra s'Žpanouir sans harmoniser les expressions de ces multi appartenances. De telles identitŽs relationnelles ont encore du mal ˆ trouver leur place dans les RŽpubliques archa•ques, mais ce qu'elles suscitent comme imprŽcations sont souvent le dŽsir de participation ˆ une alter RŽpublique. Les RŽpubliques "unes et indivisibles" doivent laisser la place aux entitŽs complexes des RŽpubliques unies qui sont ˆ mme de pouvoir vivre le monde dans ses diversitŽs. Nous croyons ˆ un pacte rŽpublicain, comme ˆ un pacte mondial, o des nations naturelles (des nations encore sans ƒtat comme la n™tre) pourront placer leur voix, et exprimer leur souverainetŽ. Aucune mŽmoire ne peut endiguer seule les retours de la barbarie: la mŽmoire de la Shoah a besoin de celle de l'esclavage, comme de toutes les autres, et la pensŽe qui (voir DŽcolonisation / 20)

PAGE 18

Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche vol. XIX No. 46 Page 18 congressmen amŽricains, ainsi que par Amnesty International etc. Presque tous les activistes ha•tiens de Miami y ont pris part, toutes tendances politiques confondues. EVENS HILAIREJEAN-JUSTE ...(suite de la page 16) GRILLE DE PROGRAMMEMŽlodie 103.3 fm74 bis Rue Capois Port-au-Prince, Ha•ti TŽl: 221-8568/ 221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323 e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com URL: www.haitienmarche.comProgrammation5h00 6h30Bon RŽveil en musique 6h30 7h00Au Pipirit chantant1er Journal crŽole de la journŽe avec Yves Paul LŽandre 7h00 10h00MŽlodie Matin avec Marcus Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses 8hL'Editorial de Marcus 8h15La Chronique au Quotidien avec Elsie 8h30Le grand Reportage avec Guyler C. Delva 8h45A Haute Voix avec Dominique Batraville 9hLes Sports avec Jacky Marc 9h15Culture avec Claude Bernard SŽranMŽlodie Matin chaque samedi est animŽe par Rapha‘l FŽquire10h00 MidiLe Disque de l'Auditeuranimation: Jacques Lacour 12h00 12h15Le MidiUn rŽsumŽ des Informations Locales et Nationales 12h15 2h00Lady Blues avec ElsieJazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie 2h00 3h00C'est si bon en chansons...Emission de Chansons Franaises 3h00 5h00Le Bon Vieux TempsRetro-Compas avec Doc Daniel et Captain Bill 5h00 7h00Melodie & Companyune Žmission ligne ouverte avec participation du public sous la baguette magique de MARCUS. Le Jeudi place au DŽveloppement durable avec Bernard EthŽart 7h00 8h30Amor y Sabor 8h30 9h00Soir Informations 10h00Notre Grand Concert( Lundi et Mercredi : L'heure classique )Jazz at Ten ( Mardi, Jeudi, Dimanche ) Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invitŽs 9h00 et au-delˆCavaliers, prenez vos dames ( Samedi ) 50 ans de Succs Populaires Ha•tiens FALSIFIE EPAULONS ORS##MES DE#CREPE AM#LENTS LESE#TI# EN##FEES STRIASSE 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com Solutions de la semaine pass éeBONNETTE OVATIONS NE##DATE Z#AMER#R EFFORCAI S#FI#I#N S#US#ERE EXTERNES ALIZES ALITES ELITES EVITES EVIDES EVADES EVADEE SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot f rançais Solutions de la semaine passéeABBESSETORDUE OINDRE G R B R A A E Solutions de la semaine passée: Solutions de la semaine passée: WIIBOR IANIAMEYUTYK OGKUMASIBO UAKE YPAA NKRJBR AZZAVILLEEMM ORAUAS AHSNIK IMPDOP UAKMBELSE TZHBOANDA ABEBASIDDAK ARRRUOL KAOUIBERCNBTEOUODA CTHRTNENDAOSVWOAAL HADAUYANNN SIIK I YKG ORNCOL VEOA AKLICLAE TLINBAMVLRHXLGSISR TEWAIAOASIOOEAILUI FCSJJYMARVIBJLDOLU MAI DDOLK LOMEAIANUR CINIXUAHAR AREG GGAE URUBANGUIF R EETOWNS PETAOEOKHA RTOUMEDA JPACEL SOYKMTOTUPAM Abidjan Addis Abeba Alexandrie Alger Antananarivo Bamako Bangui Bata Bissau Bouake Brazzaville Bujumbura Casablanca Conakri Dakar Dar es Salam Djibouti Dodoma Freetown Gaborone Harare Johannesburg Kampala Khartoum Kigali Kinshasa Kumasi Laayoune Lagos Le Caire Le Cap Libreville Lilongwe Lome Luanda Lusaka Maputo Maseru Mbabane Mogadiscio Monrovia N djamena Nairobi Niamey Nouakchott Porto Novo Rabat Tunis Windhoek Y aounde LES JEUX DE BERNARDAllez de TORDUE, à OINDRE , en utilisant des mots du du vocabulaire français, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois Mots Crois Mots Crois Mots Crois Mots Crois és és és és ésHORIZONTAL 1. Altere 2. Assistons 3. Metaux Pronom 4. Etui cylindrique Galette 5. Matin Pas vif 6. Blesse Titane 7. Préposition Etres surnaturels 8. Rayasse. VERTICAL 1. Archaïque 2. Brutalement 3. Fatigué4. Connu Solution 5. Pronom Note Note 6. Envenimes 7. Bétise 8. Crochets Pronom. JOUONS!provisoire, a ŽtŽ confirmŽe jeudi par la Cour suprme ha•tienne. Parmi les 35 candidats, l'ancien prŽsident Leslie Manigat (1988) recueille 5% des intentions de vote. Evans Paul (KID/Alyans), Serge Gilles (socialiste), Marc Bazin (alliŽ au parti Fanmi Lavalas d'Aristide), et Guy Philippe, ancien chef des ex-militaires ayant provoquŽ la chute d'Aristide, obtiennent chacun 4%. La marge d'erreur est d'environ 2%, et 23% des sondŽs sont considŽrŽs comme indŽcis. (AFP)LibŽration d'un missionnaire catholique tchquePRAGUE, 10 dŽc 2005 Roman Musil, un missionnaire catholique tchque enlevŽ rŽcemment dans le nord-est d'Ha•ti, a recouvrŽ sa libertŽ, a annoncŽ samedi le chef de la diplomatie tchque Cyril Svoboda devant la presse. "Il est confirmŽ que le missionnaire M. Musil est en libertŽ. (...) Selon nos informations, il a ŽtŽ libŽrŽ hier dans la nuit", a dit M. Svoboda. Selon lui, le fait que M. Musil soit un prtre catholique a beaucoup aidŽ ˆ sa libŽration. Les ravisseurs de Roman Musil, 34 ans, avaient demandŽ une ranon de 50.000 dollars auprs de la congrŽgation tchque de l'Ordre de Marie. Mais cette ranon n'a pas ŽtŽ payŽe car un autre missionnaire qui connaissait les ravisseurs a nŽgociŽ avec eux la libŽration de Roman Musil, a prŽcisŽ ˆ l'agence de presse tchque CTK le prtre Tomas Vyhnalek. Selon lui, la mission locale avait fait auparavant un premier versement aux ravisseurs moins de 4.000 dollars sans obtenir la libŽration du missionnaire, originaire de la rŽgion de Jihlava (centre de la RŽpublique tchque). Roman Musil avait ŽtŽ enlevŽ il y a plusieurs jours mais la nouvelle n'a ŽtŽ communiquŽ ˆ l'Ordre que jeudi par un de ses co-religionnaires. L 'insŽcuritŽ continue de rŽgner en Ha•ti et notamment ˆ Port-au-Prince en dŽpit de la prŽsence dans le pays de plus de 7.000 Casques bleus et policiers internationaux, membres d'une Mission de stabilisation de l'Onu dŽployŽe depuis la mi-2004. (AFP)Ha•ti : plus de 72 millions d'euros dŽcaissŽs par l'Union europŽenneHPN, 9 DŽcembre Le chef de dŽlŽgation de la Commission europŽenne en Ha•ti, Marcel Van Opstal, a signŽ le jeudi 8 dŽcembre, avec le Premier ministre ha•tien, GŽrard Latortue, un contrat d'un montant supŽrieur ˆ 72 millions d'euros, destinŽ ˆ des travaux routiers. Deux contrats pour des chantiers routiers ont ŽtŽ signŽs jeudi ˆ la Primature, entre le Premier ministre ha•tien, GŽrard Latortue, le ministre des Travaux publics, des Transports et Communication, Fritz Adrien, et le chef de dŽlŽgation de la Commission europŽenne en Ha•ti, l'ambassadeur Marcel Van Opstal. La signature prŽvoit des travaux, d'une durŽe de 36 mois, sur la route nationale #6, de Capha•tien ˆ Dajabon, pour un montant de 40,68 millions d'euros. Des travaux de rŽhabilitation, de construction et de supervision pour le tronon de la N3, entre Port-au-Prince et Mirebalais, cožteront 32,281 millions d'euros et seront rŽalisŽs sur une pŽriode de 24 mois. " Je salue l'effort de la communautŽ europŽenne qui nous aide dans l'accomplissement de nos prioritŽs ", a indiquŽ le Premier ministre ha•tien, GŽrard Latortue, visiblement satisfait devant la coopŽration des " amis europŽens d'Ha•ti. " Le chef de dŽlŽgation de la commission europŽenne, Marcel V. Opstal, a, lui, rŽitŽrŽ la volontŽ des EuropŽens d'aider les Ha•tiens. " Les infrastructures sont ˆ la base du dŽveloppement et l'amŽlioration des routes constitue une premire dŽmarche importante pour la relance Žconomique du pays. Ainsi, l'Union europŽenne rappelle, par des exemples concrets, l'engagement du citoyen europŽen auprs du peuple ha•tien ", a soulignŽ l'ambassadeur van Opstal. " Relier le Nord avec le Nord-est c'est faciliter les investissements ; l'Ouest avec le Centre, c'est donner l'accs direct au plus grand centre de consommation du pays ", a dŽclarŽ pour sa part Fritz Adrien, le ministre des Travaux publics, des Transports et Communication.CommuniquŽ de la MINUSTAH relatif aux allŽgations mettant en cause des casques bleus lors d'incidents survenus ˆ l'usine LarcoLa Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Ha•ti (MINUSTAH) a ŽtŽ saisie d'allŽgations mettant en cause certains casques bleus lors d'incidents survenus le 31 octobre 2005 ˆ l'usine Larco et aux alentours, dans la zone de Sarthe/Cazeau (rŽgion mŽtropolitaine de Port-au-Prince). Une Žquipe d'enqute conjointe composŽe d'enquteurs de la force militaire, des sections de la sŽcuritŽ, des droits de l'homme et de l'UNPOL a immŽdiatement ŽtŽ constituŽe, et a effectivement menŽ ses investigations sur le terrain. Plusieurs tŽmoins et prŽsumŽs victimes et auteurs ont ŽtŽ entendus. Un rapport d'enqute prŽliminaire a ŽtŽ soumis au ReprŽsentant spŽcial du SecrŽtaire gŽnŽral. Ce rapport a fait ressortir des ŽlŽments probants laissant croire que les militaires de la MINUSTAH ont rŽagi de manire excessive et procŽdŽ ˆ des fouilles ˆ corps inappropriŽes ˆEn bref ...(suite de la page 13)l'Žgard de la population concernŽe. ConformŽment au rglement intŽrieur des Nations Unies, une commission d'enqute disciplinaire est mise en place et les dŽcisions qui seront issues de ce processus feront l'objet d'une communication ultŽrieure. La MINUSTAH tient ˆ rŽitŽrer en cette occasion son engagement rŽsolu ˆ appliquer la politique de tolŽrance zŽro pour tous les cas avŽrŽs de mauvaise conduite de la part des personnels Žvoluant sous la bannire des Nations Unies.

PAGE 19

Page Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 46 19ti gout pa ti gout

PAGE 20

Mercredi 14 DŽcembre 2005 Ha•ti en Marche vol. XIX No. 46 Page TŽl.: 786-457-8830 Fax: 305 754-0979e-mail: pasacalia@aol.comPour tous vos achats= MatŽriels de construction = Pices de voiture / camion = Equipement mŽdical Par avion ou par bateau au choixADOMI PURCHASING AGENCY 20 s'y dŽrobe insulte la pensŽe. Le moindre gŽnocide minorŽ nous regarde fixement et menace d'autant les sociŽtŽs multi trans-culturelles. Les grands hŽros des histoires nationales doivent maintenant assumer leur juste part de vertu et d'horreur, car les mŽmoires sont aujourd'hui en face des vŽritŽs du monde, et le vivre ensemble se situe maintenant dans les Žquilibres des vŽritŽs du monde. Les cultures contemporaines sont des cultures de la prŽsence au monde. Les cultures contemporaines ne valent que par leur degrŽ de concentration des chaleurs culturelles du monde. Les identitŽs sont ouvertes, et fluides, et s'Žpanouissent par leur capacitŽ ˆ se "changer en Žchangeant" dans l'Žnergie du monde. Mille immigrations clandestines, mille mariages arrangŽs, mille regroupements familiaux factices, ne sauraient dŽcourager la juste posture, accueillante et ouverte. Aucune crainte terroriste ne saurait incliner ˆ l'abandon des principes du respect de la vie privŽe et de la libertŽ individuelle. Dans une camŽra de surveillance, il y a plus d'aveuglement que d'intelligence politique, plus de menace ˆ terme que de gŽnŽrositŽ sociale ou humaine, plus de rŽgression inŽvitable que de progrs rŽel vers la sŽcuritŽÉ C'est au nom de ces idŽes, du fait de ces principes seuls, que nous sommes ˆ mme de vous souhaiter, de loin, mais sereinement, la bienvenue en Martinique. Edouard GLISSANT Patrick CHAMOISEAULettre ouverte au Ministre de l'IntŽrieur de la RŽpublique Franaise(suite de la page 17) DEBAT SUR LA COLONISATIONSCANDALELe pŽdophile condamnŽ en Suisse vit en Ha•tiL 'ex-enseignant condamnŽ par dŽfaut le mardi 6 dŽcembre ˆ Lausanne a refait sa vie en Ha•ti. ContactŽ, il ne veut pas s'expliquer sur son absence au procs et parle d'une "erreur". Son ancien directeur tŽmoigne. Les rumeurs n'Žtaient pas arrivŽes jusqu'ˆ lui. Lausanne Dix ans ont ŽtŽ nŽcessaires pour que la justice reconnaisse que l'ancien enseignant et animateur de radio avait commis des actes d'ordre sexuel non seulement sur des jeunes Ha•tiens ou Sri Lankais, mais aussi sur des Žlves de son Žcole lausannoise. A l'Žpoque, on parlait peu de pŽdophilie: depuis le dŽbut des annŽes 90, le droit et les mentalitŽs ont ŽvoluŽ. W. B., 57 ans, a refait sa vie en Ha•ti, pays avec lequel la Suisse n'a pas d'accord d'extradition. Il y travaille dans le secteur de l'information. Nous l'avons joint sur son portable: "Vous devez faire erreur", rŽpte ˆ deux reprises notre interlocuteur, embarrassŽ. Il ne nous dira donc pas pourquoi il n'est pas venu faire face ˆ sa victime, un ancien Žlve aujourd'hui jeune adulte, qui a dŽcidŽ de porter plainte en 2003. Le Tribunal correctionnel de Lausanne a condamnŽ mardi W. B. par dŽfaut ˆ deux ans de prison ferme pour des contraintes sexuelles commises sur un mineur au dŽbut des annŽes 90. Un garon qu'il avait pris sous sa protection et qu'il emmenait en vacances en France. Etonnant parcours que celui de W. B.: licenciŽ en thŽologie, animateur ˆ la Radio suisse romande, organisateur d'un festival folk ˆ Epalinges, enseignant de 1972 ˆ 1995, condamnŽ en 1996 ˆ deux ans de prison ferme pour des abus sexuels sur des enfants en Ha•ti et au Sri Lanka. Mais aucune sanction pour les actes commis en lien avec sa fonction d'enseignant. Un Žlve l'avait pourtant dŽnoncŽ ˆ l'Žpoque et ce garon avait ŽtŽ entendu au tribunal. Mais les faits s'Žtaient produits en France et ils Žtaient prescrits. Aujourd'hui, le droit est nettement plus sŽvre, tant chez nos voisins qu'en Suisse. Il y avait aussi les "rumeurs". Des anciens Žlves du collge de l'ElysŽe, ˆ Lausanne, ont rŽagi ˆ la lecture des articles parus mardi et mercredi sur le deuxime procs. Ils se souviennent des sorties en bateau et des animations radiophoniques organisŽes par ce prof si sympa. Il se disait qu'il passait dans les vestiaires des garons pendant les camps de ski. On parlait ˆ son sujet, dans la confusion des esprits, d'"homosexualitŽ". Au dŽbut des annŽes 90, il n'y avait gure d'actions de prŽvention au sujet de la pŽdophilie. Directeur pas au courant Directeur parti ˆ la retraite en l'an 2000, Philippe De Vargas affirme n'avoir rien su avant que l'affaire n'Žclate en 1995. "Personne n'Žtait venu me trouver. Si cela avait ŽtŽ le cas, j'aurais agi. C'est au moment de l'enqute que les langues se sont dŽliŽes et pour des faits commis ˆ l'Žtranger." Il se rappelle nŽanmoins avoir demandŽ ˆ l'enseignant de faire preuve de retenue, parce qu'il le trouvait "un peu familier" avec les Žlves. Georges Glatz, dŽlŽguŽ cantonal ˆ la prŽvention des mauvais traitements envers les enfants, avait aussi connu W. B. ˆ la radio. Quand l'affaire a ŽclatŽ, l'enseignant a confiŽ qu'"il se sentait poussŽ par une force invisible". Il Žtait en larmes le jour o il devait annoncer son inculpation ˆ sa mre. Avec le recul, Georges Glatz parle "d'une Žnorme prise de conscience". "Il y a vingt ans, il n'y avait pas d'affaire d'abus sexuel. Aujourd'hui, la police en enregistre une par jour. Il n'y en a pas davantage aujourd'hui. C'est la rŽvŽlation d'un phŽnomne." ©"Edipresse Publications SA Les "Žcoute-bŽbŽs" entra”nent aussi un rayonnement qui "n'est pas nŽgligeable", a-t-elle estimŽ ˆ l'occasion des rencontres parlementaires "SantŽ et environnement" organisŽes cette semaine sur le thme "ondes ŽlectromagnŽtiques et santŽ". Pour sche-cheveux, rasoirs Žlectriques, tŽlŽviseurs, ordinateurs sans fil et ŽnormŽment d'autres appareils, le consommateur devrait tre informŽ de la dose d'Žnergie qu'il absorbe, comme pour les tŽlŽphones portables, a-t-elle insistŽ, regrettant que cette indication ne figure pas sur les emballages de ces autres produits. TŽlŽphones portables, sans fil ou Žcoute-bŽbŽ: des ondes ˆ surveillerNOTRE EPOQUE(suite de la page 16)Le dŽbit d'absorption spŽcifique (DAS) ne doit pas dŽpasser 2 watt par kg (W/kg) chez l'utilisateur. Pour les tŽlŽphones mobiles, ce maxima autorisŽ concerne l'exposition au niveau de la tte, qu'il est conseillŽ de rŽduire en utilisant des oreillettes. Pour les systmes d'Žcoute bŽbŽ, le DAS se situe entre O,O1 et 0,08 W/ kg, soit moins que pour les systmes Wifi d'ordinateurs sans fil (0,05 ˆ 1 W/kg), a prŽcisŽ un chercheur de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), RenŽ de Seze. Les radiofrŽquences Žmises peuvent avoir une influence sur l'orientation de certaines molŽcules (eau, protŽines...) de notre organisme, ellesmmes Žlectriquement chargŽes, et entra”ner un Žchauffement des tissus ou autre rŽaction physiologique comme une infime transpiration, explique-t-il. Mais rŽaction physiologique ne signifie par pour autant danger ou maladie. Ainsi nos yeux captent, gr‰ce ˆ une cascade de rŽactions au niveau de la rŽtine, la lumire qui est un rayonnement ŽlectromagnŽtique d'origine naturelle. Les rayonnements de trs basse frŽquence (circuits Žlectriques domestiques, lignes haute tension) ont ŽtŽ reconnus en 2001 comme "cancŽrognes possibles", a rappelŽ le directeur du Centre international de recherche sur le cancer (CICR) Peter Boyle. En ce qui concerne la tŽlŽphonie mobile et sa gamme de frŽquence (900 ˆ 1.800 megaherz), le seul "impact avŽrŽ", selon Martine Hours, responsable d'un rapport publiŽ en juin par l'agence de sŽcuritŽ environnementale (Afsse devenue depuis l'Afsset), est une augmentation des accidents de la route due ˆ une baisse de vigilance mme en cas d'utilisation du kit mains libres. Pour le reste, on "manque de recul" quant aux effets ˆ long terme. Il existerait un risque accru d'une tumeur bŽnigne du nerf acoustique et "l'incertitude" subsiste, ditelle, quant ˆ d'autres risques, les rŽsultats des Žtudes s'avŽrant "contradictoires" ou insuffisants. AFP