Citation
Haïti en marche

Material Information

Title:
Haïti en marche
Place of Publication:
Miami Fla
Publisher:
s.n.
Publication Date:
Copyright Date:
2005
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Haitians -- Newspapers -- United States ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.) ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language:
In French.
General Note:
Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Haïti en Marche. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
21271733 ( OCLC )
sn 92061416 ( LCCN )
1064-3869 ( ISSN )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















Haiti en Marche edition du 17 au 23 Aoft 2005 Vol. XIX No. 29



Ce que 'ambassadeur americain n'a pas dit ...


Amb. James Foley photo Yonel Louis


ANALYSE, 13
Aofit Ce que l'ambassadeur
am6ricain sortant James B.
Foley n'a pas dit, c'est la
responsabilit6 des Etats-unis
en particulier, et des autres
chancelleries et institutions
internationales en g6n6ral,
dans la persistance de la crise
haitienne et dans le quasi
6chec de la transition
politique qui a suivi le
brusque renversement de
Jean-Bertrand Aristide en
f6vrier 2004.
Vendredi lors de sa


dernibre conference de presse en terre
haitienne, l'ambassadeur Foley a accuse
tour a tour l'ex-pr6sident d'etre "un
menteur" pour avoir dit entre autres qu'il a
&t6 "kidnappC" par les Etats-unis et la
France le 29 f6vrier 2004, alors que, selon
le diplomate, c'est Aristide lui-meme qui
leur demanda de venir le repecher.
Washington affr6ta un avion qui
embarqua le president haitien et quelques
proches, aprbs que celui-ci eut remis une
lettre de d6mission au num6ro 2 de
l'ambassade am6ricaine, Luis Moreno.
Plus tard, Aristide contesta cette
lettre de d6mission et se d6clara victime de
kidnapping politique et d'un "coup d'etat


moderne."


Yvon Neptune victime
de "violation des droits
humains" ...
D'un autre c68t, l'am-
bassadeur Foley s'en est pris aussi aux
successeurs d'Aristide qu'il a accuse de
"violation des droits humains" parce
qu'ils maintiennent depuis plus d'une
ann6e en detention preventive l'ex-
premier ministre Lavalas, Yvon
Neptune, sous pr6texte d'implication
dans un pr6sum6 massacre survenu
dans une locality de Saint Marc (96 km
(voir Amb. Foley / 4)


LE PEUPLE SE MOBILISE DANS LA LUTTE CONTRE L'INSECURITE


PRESUMES KIDNAPPEURS ET KIDNAPPEUSE 7


ET CONTRE LA VIE CHERE


photo Yonel Louis


Les presidents partent, reste la nostalgie ...


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 16 Aofit
- L'ambassadeur James Foley ne nous
a rien appris de bien nouveau. Quand
Baby Doc devait partir pour l'exil, le
secret fut 6galement bien gard6. Les
journalistes et photographes strangers
qui avaient d6ej afflu6e Port-au-Prince
aprbs le depart manqu6 une semaine
plus t6t, eurent a peine le temps de voir
filer dans le petit matin les lunettes
Cartier d'une Michble Bennett
enturbann6e et rouge de colere.


Pareil pour le depart pr6cipit6
d'Aristide dans la nuit du 28 au 29 f6vrier
2004.
Les Am6ricains devraient en
avoir l'habitude depuis.
Pressions diplomatiques. Les
affres pr6sidentielles. Arrive de l'avion.
Crise de la premiere dame. Tout comme
Baby Doc, il semble que Titide ait su
garder tout son flegme, tandis que Mildred
n'aurait pas garden sa langue dans sa poche.
Comme on dirait en creole: "Angle tonbe."
(voir Depart / 6)


Aristide et Mildred d6barquant
a Bangui le 29 fevrier 2004


pnotos 1nony


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Vema
Te1: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Te1.: 305 754-0705 /754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pub(dhaitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com








EN PLUS ... ENBREF..


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


PORT-AU-PRINCE, 12 Aofit -
Des elections l6gislatives et pr6sidentielles
sous peu, et pourtant on ne sait pas trop
comment en parler, on ne sait quoi dire, ni
par ou aborder la question, par quel bout
les prendre ces fameuses elections.
La seule certitude c'est qu'elles
auront lieu, qu'on le veuille ou non ; qu'il
pleuve, qu'il tonne. Envers et contre tout.
Une autre r6f6rence, c'est
qu'elles semblent s'inscrire dans le meme
agenda de l'administration Bush
concernant deux autres points chauds:
1'Irak et 1'Afghanistan ...
A remarquer que juste avant les
Mvenements de f6vrier 2004 qui ont vu la
chute du president J.B. Aristide, c'est
plut6t au Venezuela de Hugo Chavez qu'on
se r6f6rait en consid6rant la crise en Haiti.
On comprend que nous ayons un
tel sentiment d'abandon aujourd'hui,
qu'on se sente aussi seuls au monde,
puisque nous sommes d6port6s aussi loin :
1'Irak, l'Afghanistan, vous vous rendez
compte.
En tout cas nous voici de gr6 ou
de force engages dans ce qu'il faut bien
appeler : la doctrine Bush.
Et 1'un des incontournables de
cette doctrine, ce sont les elections.
Elections, cofite que cofte. Elections, pour
quoi faire ? Sont-ce des elections pour des
elections ? Autant de question que se
posent les autochtones, mais pas les grands
maitres de la planted.
Pour Washington, les elections
sont indispensables a la d6mocratie. Et que
ce soit en Irak, en Afghanistan, ou en Haiti,
il s'agit d'instaurer la d6mocratie.


I1 s'agit aussi sans doute d'autre
chose ? Mais quoi ? Oui, parlons d'Haiti,
quoi ? En votre ame et conscience,
qu'avons-nous a offrir ?
En Irak, il y a le p6trole ...
En Afghanistan, les r6seaux
d'oldoducs, outre l'int&ret gdo-stratdgique
de se trouver aux portes de la Russie, l'ex-
bloc sovidtique qui a Wtd salu6 par le
secr6taire a la defense Donald Rumsfeld
comme la Nouvelle Europe.
Mais en Haiti, de quelles
ressources naturelles ou gdo-stratdgiques
dispose-t-on qui nous m6rite une telle
importance, du moins lectoralement
parlant, de la part des grands de ce
monde ?
Ne nous racontons pas d'histoire.
Nous ne voyons vraiment pas.
Alors serait-ce qu'Haiti soit
l'exception qui confirme la rbgle,
autrement dit que ce soit le simple
altruisme qui porte a nous vouloir tant de
bien a 1'occasion de ce prochain scrutin ?
Serions-nous l'incarnation
parfaite de la promesse de l'administration
Bush qu'elle n'a d'autre intention que
d'apporter la d6mocratie dans tous ces
pays ?
En effet, jamais elections
haitiennes n'avaient 6td aussi bien
pr6par6es, n'avaient paru aussi ouvertes

Au point de prendre bon nombre
de court ...
D'abord les anti-Lavalas qui
semblaient 6puiser la semaine dernibre
leurs dernibres cartouches, essayant
d'empecher l'inscription du parti Fanmi
(voir Elections / 12)


LAVALAS VS. LAVALAS

Fanmi Lavalas compte intenter

une action en justice contre des ex-

parlementaires du parti


LE COIN DE MIAMI
PAR EVENS HILAIRE
evenshilaire(6 hotmail.com

Fanmi Lavalas compte intenter
une action en justice contre des ex-
parlementaires du parti qui ont pris la
decision d'inscrire FL dans la course
electoral
La decision prise par des anciens
s6nateurs de Fanmi Lavalas (Yvon Feuill6,
G6rald Gilles) et par l'ex-depute Rudy
H6rivaux d'inscrire le parti du president
en exil Jean Bertrand Aristide pour les
prochaines elections, a soulev6 un certain
emoi dans la communaut6 haitienne de
Miami, notamment au niveau de la
commission de communication de Fanmi
Lavalas.
L'ancien secr6taire d'Etat a la
Communication du gouvernement
Lavalas, Mario Dupuy, a qualifi6 de
vagabondage l'acte pos6 par ces ex-
parlementaires. II a d6clard que FL va
entreprendre d'une part, une action en
justice contre ces anciens l6gislateurs et
d'autre part, prendre des mesures 16gales
et disciplinaires contre ces messieurs pour
usurpation de titre.
Selon Mario Dupuy, Gerald
Gilles, Yvon Feuille et Rudy Herivaux
n'ont ni l'autorit6, ni un mandat sign du
coordonateur a.i du parti pour prendre une
telle decision au nom de l'organisation
politique.
L'ancien secretaire d'Etat a la
communication a d6clard que la decision
prise par les ex-s6nateurs Yvon Feuill6 et


G6rald Gilles et l'ex-d6pute Rudy
Hrivaux est "nulle et non avenue" et
n'engage pas l'organisation Fanmi
Lavalas.
II pense que cela d6montre que
les elections que le "gouvernement de
facto" va organiser ne seront pas cr6dibles.
D'autre part, les fanatiques du president
d6chu a Miami ont qualifi6 de "RaketC"
les ex-parlementaires Feuill6, Gilles et
Rudy Herivaux. Disant une nouvelle fois
non a la mascarade 6lectorale du Premier
ministre G6rard Latortue, ils demandent
a tous les lavassiens de bouder
cat6goriquement les elections
programmes pour la fin de cette annde
par l'6quipe au pouvoir.
D'aprbs eux, la bande a Latortue
veut uniquement plaire a la communaut6
internationale qui a renvers6 du pouvoir
par la force le president Jean Bertrand
Aristide.
C'est une selectionn" que le
gouvernement de transition va organiser
dans le pays et avec une maigre
participation, pr6disent ces lavalassiens de
Miami.

Cependant l'ex-d6put6 Rudy
Herivaux qui intervevait dimanche a
l'6mission VERITE SOU TANBOU sur
le 1080 AM a Miami, a plaid en faveur
d'dlections libres pour mettre un terme aux
actes de violence et aux persecutions
politiques dans le pays.
Rudy Herivaux n'a cependant
pas confirmed si lui et ses pairs avaient un
mandat du coordonateur a.i de
(voir Lavalas / 16)


ELECTIONS HAITIENNES


Le suspense reste entier


Page 2


Q* a* m * em . a *_af



"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"





Louis Jodel Chamblain sort de prison
Le numero 2 du FRAPH, l'organisation paramilitaire responsable d'assassinats, de tortures de
milliers d'Haitiens pendant les annees du coup d'etat (1991-1994) vient de sortir de prison.
Chamblain a ete libere le jeudi 11 aoft apres quatre mois de prison. I1 s'etait livre a la justice en
avril 2004 apres etre retourne en Haiti avec l'ex-commissaire Guy Philippe, en tant que l'un des
chefs de la rebellion armee qui a abattu le regime de Jean-Bertrand Aristide en fevrier 2004.
La Cour d'Appel de Port-au-Prince a invalid pour vice de forme une disposition precedente de la
justice condamnant Chamblain par contumace en l'an 2000 pour son implication dans le massacre
survenu en 1994 aux Gonaives.
En aoft 2004, la Justice avait level une autre charge qui pesait sur Chamblain en relation avec le
meurtre du commerqant et militant politique, Antoine Izmery, tue en 1993. Dejh ce verdict avait
souleve de vives critiques dans les milieux de defense de droits humains.

Vive critiques apres la liberation de Chamblain
La dernibre decision de la justice haitienne d'elargir l'ex-paramilitaire Louis Jodel Chamblain a
provoque une serie de reactions d'institutions ou d'individus, en majority protestant contre cette
remise en liberty.
. Le Conseil des Sages, instance de consultation du gouvernement de transition, a deplore que le
Ministbre Public, representant de la society, n'ait meme pas pris la peine de demander l'intervention
de la Cour de Cassation.
. La Plate-forme des Organisations Haitiennes de Defense des Droits Humains (POHDH) a protested
par la voix de Marie-Yolaine Gilles contre cette remise en liberty mais les protestations les plus
vehementes sont venue de l'ambassadeur sortant des Etats-Unis d'Amerique en Haiti, James B.
Fowley. M. Foley a fustige vendredi la justice haitienne, denonqant la liberation de l'ex-
paramilitaire Louis Jodel Chamblain alors que l'ex-premier ministre lavalas Yvon Neptune est en
detention preventive depuis plus d'une annee. Pour l'ambassadeur Foley, la liberation de Chamblain
va contribuer a ternir davantage l'image d'Haiti h l'exterieur. Le system judiciaire ne fonctionne
pas en Haiti, dit-il, en donnant l'assurance que la communaute internationale va aider les autorites
haitiennes B le reformer.

La derniere conference de presse de l'ambassadeur James B. Foley ...
Avant de quitter definitivement le pays, l'ambassadeur sortant des Etats-Unis a tenu a faire le
point sur diverses questions d'une brflante actuality.
Liberation de Chamblain
Foley, s'est montre tres dur a l'endroit de la justice haitienne qui libbre l'ex-paramilitaire Louis
Jodel Chamblain et maintient en prison l'ex-premier ministre Yvon Neptune.
Le cas Neptune
Le diplomate a reveled comment Yvon Neptune avait joue un r61e d'une importance capitale dans
la mise en place du gouvernement de transition. Aussi les Etats-Unis ont-ils decide d'inscrire
desormais le cas d'Yvon Neptune au chapitre des violations des droits humains et l'ambassadeur
sortant a mis en garde ceux qu se rendant coupables de telles violations, avertissant que desormais
ils ne seront pas les bienvenus aux Etats-Unis.
L'affaire de La Scierie
Evoquant nommement l'affaire de La Scierie, le dossier dans le cadre duquel M. Neptune se
trouve incarcere, M. Foley a longuement insisted sur le fait qu'aucun temoignage n'a encore etabli
la responsabilite directe de l'ancien premier ministre dans ces incidents.
Appel aux partisans d'Aristide ayant choisi la violence
Aux partisans d'Aristide impliques dans la violence, l'ambassadeur
a tenu r leur faire savoir qu'ils sont seuls desormais et que leur chef historique les avait trompes.
" Jean Bertrand Aristide n'a jamais ete kidnapped, comme il le pretend ", a declare James Foley.
" Aristide m'a personnellement appele pour solliciter mon concours pour l'aider a sortir du pays.
Il m'a demanded de le tenir secret et a invented toutes sortes de missions pour eloigner les 'chimeres'
qui montaient la garde autour de Tabarre pour le proteger, les envoyant dans des missions fictives
pour les carter.
" Aristide etait notre ami. Nous lui avons sauve la vie a deux reprises
(1991 et 2004). Nous avons envoy 20.000 hommes de troupes pour le ramener en
Haiti. C'est lui qui a change, pas nous ", a declare le diplomate, le
visage ferme.
D'autres declarations
" C'est faux que l'Union Africaine et la CARICOM n'appuient pas les elections en Haiti.
" C'est faux que la communaute internationale complote le retour d'Aristide en Haiti ".
Campagne electorale et argent sale
A propos des elections, James B. Foley encourage les partis politiques a
ne pas accepter que leur campagne soit finance par le secteur de la
drogue. I1 invite ceux qui appartiennent a ce secteur a se tenir a
1'ecart des elections. I1 les avertit que les Etats-Unis couperont toute
aide a Haiti si le gouvernement issu des prochaines elections est
implique dans le trafic illicite des stupefiants et les violations des
droits humains.
Le depart de Monsieur Foley
L'ambassadeur americain a enfin affirmed que son depart d'Haiti n'a absolument
rien a voir avec la politique. Cette decision remonte a plus d'un an et
le secretaire d'Etat americain d'alors, Colin Powell, en avait ete
informed, precise-t-il. James B. Foley est remplace, a titre de charge d'affaires
a.i., par l'ex-ambassadeur des Etats-Unis en Haiti, Thimothy Michael
Carney. Ce dernier est arrive vendredi a Port-au-Prince.

Lejuge d'instruction remet au Chef du Parquet le dossier de l'enquete
sur I'affaire de La Scierie
La juge d'instruction Cluny Pierre Jules charge du dossier de l'affaire
de La Scierie a remis vendredi son rapport d'enquete au Commissaire du gouvernement de la
juridiction. Ce dernier doit produire, dans un delai de 5 jours francs son requisitoire definitif, dans
lequel il formulera ses principales recommandations.
Le juge d'instruction, qui n'est pas lie aux recommandations du chef du
Parquet, reprendra alors le dossier apres le requisitoire definitif de ce dernier en vue de produire
son ordonnance finale qui sera de renvoi ou de non lieu.
Dans le cas d'une ordonnance de renvoi, les principaux accuses,
notamment l'ancien premier ministre Yvon'Neptune, l'ancien ministre de l'interieur Jocelerme
Privert et l'ex-depute lavalas Amanus Mayette, seront traduits par-devant un tribunal criminel.
Dans le cas d'un non lieu, ils devraient &tre mis en liberty pour insuffisance de preuves.

Haiti Elections : Don de US$ 890,757 du Japon
P-au-P., le 10 aoft 05 [AlterPresse]- Le Programme des Nations Unies pour le Developpement
(PNUD) a announce ce 10 aoft que le Japon a fait don de US$ 890,757 pour le financement des
activities prevues dans le cadre d'un projet d'appui au processus electoral en Haiti.
Le PNUD a fait de ses
" sinceres remerciements au gouvernement japonais, qu'il accueille dans la coalition
grandissante des bailleurs de fonds qui (...) participent a travers leur contribution aux efforts
d'organisation en 2005 d'elections libres, transparentes et democratiques en Haiti, selon un
communique transmis a AlterPresse.
Toujours selon le communique, l'ambassade du Japon en Haiti a fait savoir que'" ce financement
contribuera, non seulement au bon deroulement des elections, mais aussi a renforcer les relations
d'amitie et de cooperation entre le Japon et la Republique d'Haiti ". Le Japon considere les
prochaines elections une tape cruciale dans le processus de democratisation et de stabilisation
du pays ". (voir En bref/ 18)






Mercredi 17 Aofit 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


Page 3


I L'ACTUALITE EN MARCHE


NMuinea loops


O.


wi 1 *nm ,*


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
S 0 W 0 a -. m *

&t~ s's


C'est vous qul d6cidez de vhraies.. Partout ou vous ftes
accedez A UNIBANKOnline, une vrae succur al en lignel
> Payez. n'mp quiantmun compete a UNIBANK
en r6dltant W us-mkihe son :compta

> Faites vos transfers sur I'4traner
> Achetez des chques de direction et sur strangerr
> Commandezvote attebsation bancaire
Consultez Ia tongue liste dutr transactions possibles
en cliquant sur le wwwunbankhaii.com


I UNIBANK


"Falsons route ensemble"

www.u nibankhaiti.cor


Id mm


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Conference de presse de l'ambassadeur James Foley
Ce que l'ambassadeur n'a pas dit ... p.1
ELECTIONS
Le suspense reste entier ... p.2
Fanmi Lavalas compte appeler en justice les ex-
parlementaires qui ont inscrit le parti sans autorisation
p.2
Pour le candidat Charles Henry Baker, la question de
couleur est un faux problem p.16
L'ambassadeur Foley met en garde contre l'argent
sale ... p.3
JUSTICE & POLITIQUE
L'Amb. Foley qualifie de scandale la liberation de
Chamblain pendant que Yvon Neptune est en detention
preventive depuis plus d'une annde p. 4
Pourquoi un d6cret-loi sur la presse? p.8
INSECURITE
Le peuple se mobilise contre la criminality et contre
la vie chbre pp.1 & 7
EDITORIAL
Les presidents partent, reste la nostalgie ... p. 1
ARTS & LETTRES
Journee-hommage au peintre Andr6 Pierre p.10
DEVELOPEMENT DURABLE
DWconcentration en attendant la decentralisation p.11
L'6glise catholique se concerte p.16
LIVRES & SPORTS
La D6senchant6e p.13
Le VAC tient ses assises a Miami p.16
INTERNATIONAL
Fidel Castro, 79 ans, et le meme enthousiasme p.17
\1 _J


-0 qmllb







UNE ANALYSE


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


CONFERENCE DE PRESSE JAMES B. FOLEY

Ce que I'ambassadeur americain n'a pas dit ...


(Amb. Foley ... suite de la lere page)
au nord de la capitale), La Scierie, quelques jours avant la
chute du pouvoir Lavalas.
Le diplomate am6ricain soutient que, en acceptant
de ne pas laisser le pays avec Aristide, et de rester a son
poste, permettant ainsi d'6viter un chaos total, Yvon
Neptune sacrifia ses int6r&ts personnels.
"Et cette chose-l, personne ne l'a relevC", a
d6clar6 James B. Foley, selon qui les Etats-unis traiteront
dor6navant l'affaire Neptune non comme un dossier


Yvon Neptune
juridique, mais comme un cas de violation des droits
humains.
Autrement dit, a-t-il poursuivi, ceux qui s'en
rendent les auteurs ou complices "ne seront pas les
bienvenus chez nous." Traduisez, pas de visa d'entr6e aux
Etats-Unis.
Nous apprenons que le cabinet d'instruction de
Saint Marc devrait annoncer sous peu une decision finale.
L'ambassadeur am6ricain ne nie pas que des gens peuvent
avoir Wte tu6s a La Scierie par les forces pro-Aristide en
f6vrier 2004, mais aucune evidence n'a Wte apport6e, selon
lui, d6montrant l'implication de l'ex-premier ministre.


Candidats ayant un dossier de drogue
***
La troisibme charge lance par M. Foley est pour
pr6venir les candidats aux prochaines elections qui auraient
un dossier de drogue ou de blanchiment, qu'ils n'ont aucune
chance.
Cependant les observateurs
gardent de ces declarations un sentiment
de d6ji vu. Ce n'est pas le premier
ambassadeur am6ricain en Haiti qui
utilise ce ton amer en fin de mission. Le
pr6d6cesseur, Brian Dean Curran, a
marqu6 l'histoire en l6argissant son
message d'adieu pour reprocher a la
bonne soci6t6 haitienne son amoralisme.
En un mot, de recevoir l'argent de la
drogue dans leur commerce et dans leur
salon.

Le coup du Ponce Pilate

Toutefois il est commode aux
officiels strangers de tout reprocher aux vai
pouvoirs et secteurs locaux, quand les
puissances qu'ils repr6sentent n'ont pas
toujours &t6 non plus B la hauteur de leurs
responsabilit6s.
Ainsi Washington qui a organism
en main propre l'6vacuation ainsi que la
succession d'Aristide, et qui aujourd'hui
vient nous refaire a nouveau le coup du
Ponce Pilate, rejeter tous les torts aux
acteurs locaux qui, il est vrai, n'ont pas
brill6 par leur intelligence, encore moins
par leur sens patriotique.
L'ambassadeur Foley admet que
ce sont les Etats-Unis qui ont r6gl6 le
depart d'Aristide dans la nuit du 28 au 29
f6vrier 2004 (sur demande de celui-ci,
pr6cise-t-il, qui leur aurait mrme
demand de garder la chose secrete car
ses partisans pourraient s'y opposer. Aristide se serait meme
arrange pour renvoyer chez eux des "chimbres" qui avaient
mont6 des barricades pour d6fendre sa residence priv6e
sise a Tabarre. Du moins, selon Foley ...).
Cependant ce dernier ne donne pas autant de
details quand il s'agit de l'organisation de la transition. Or
qui a sugg6r6 a Neptune de rester a la primature? Qui a &t6
qu6rir le president de la Cour de cassation, Me Boniface


Alexandre, pour en faire notre president provisoire. Tout
cela en pleine nuit ...
Et qui a impose le resident de Floride, G6rard
Latortue, comme premier ministre int6rimaire?
Chasse aux sorcieres ...


Et quand le gouvernement devait etre form, ou
est passe la decision annonc6e au meme moment par le
secr6taire d'6tat ajoint Roger Noriega devant une
commission de la Chambre des repr6sentants domin6e par
le Black Caucus, de cr6er un gouvernement provisoire
d'union nationale.
Au contraire, le gouvernement 6tait a peine
(voir Amb. Foley / 5)


iimiKi ut

I ~


I-~ I. C~, -L~() (1

14 h t 1 IfA.- 601 Cw I* Ls btw-v*4 so a
owl -1 1*inr 1"t "f Use pfc "Wo t t o a


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 4


I ,






Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


SDE L'ACTUALITE


LES ACTEURS LOCAUX NE SONT PAS SEULS COUPABLES


(Amb. Foley ... suite de la page 4)
install que d6marrait la chasse aux sorcibres. Et Neptune,
entre autres, jeter en prison comme aux oubliettes.
L'administration am6ricaine n'en fit rien,
renouvelant r6gulibrement son support au gouvernement
de transition. Que tous les programmes sociaux aient &t6
imm6diatement supprim6s, y compris ceux destin6s aux
femmes et enfants des quartiers populaires; que les
revocations pleuvent dans les boites de
1'Etat, touchant en quasi totality les
partisans du regime renvers6; que les prix
sur les marches publics se multiplient par
3 ou 4; que les services essentiels (eau,
6lectricit6, ramassage des ordures)
disparaissent d'un jour a l'autre dans les
bidonvilles de la capitale ...
Que les policiers suspects de
loyaut6 envers le regime d6chu soient
renvoy6s d'office sans meme prendre la
precaution de leur enlever leurs armes ...
Etc.

Business as usual...
Qu'il suffise d'etre un simple
sympathisant du grand mouvement Lavalas
pour etre aussit6t accuse des pires crimes,
en foi de quoi on peut jeter des gens en
prison ind6finiment, massivement, et sans
aucune autre forme de process ...
Pour Washington, c'est business
as usual.


Des lors, que les partisans arms


M


de l'ancien president qui avaient marqu6
un temps d'arret au lendemain du 29 f6vrier 2004, relbvent
la tete quelques mois plus tard (ne fixe-t-on pas a septembre
2004 le lancement de la fameuse operation Bagdad?) ...
qu'avait-on fait entre-temps pour l'empecher d'arriver? Et
qu'a-t-on fait depuis?
Que le gouvernement de transition n'ait point de
politique jusqu'5 laisser les groupes insurrectionnels
(militaires d6mobilis6s et autres) qui avaient pr6cipit6 la
chute d'Aristide, finir par faire cause commune avec les
activistes arms fiddles a ce dernier ...
Que tous les gangs criminels g6n6ralement
quelconques se jettent dans ce no man's land, cet espace
de non-droit, et transforment le pays en un chaos g6n6ralis6
... Mais ou les vainqueurs du 29 f6vrier 2004 n'en
continuent pas moins dans leur entetement a n'incriminer
que le Lavalas.

Renvoi aux calendes grecques ...
Que les programmes 6conomiques et de creation
d'emplois, seuls capables de ralentir cette descente aux
enfers vertigineuse, soientrenvoy6s aux calendes grecques
faute par la communaut6 internationale de respecter sa
promesse d'injecter $1.3 milliard dans l'6conomie locale
(et non ces pr6tendus versements au compte-goutte qui
n'ont pas plus d'effet que des cautbres sur une jambe de
bois) ...


Affaire Neptune : Le juge

d'instruction a remis

son ordonnance ... P 6


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Et que par contre, nous soyons enfonc6s la tete la
premiere dans le libre 6changisme le plus sauvage et sans
aucune mesure d'accompagnement: par exemple, cette
augmentation d'un seul coup de 4 dollars du prix de la
gazoline, y compris pour le transport en commun.
Que continuent a venir les "d6port6s" (individus
d'origine haitienne qui se sont rendus coupables de crimes
aux Etats-unis): plus de 5.000, selon les officiels de la
RA-]


[anifestation des marchandes ayant tout perdu dans 'incen
du March Tete Boeuf photo Yonel Louis/HenM
R6publique dominicaine voisine qui craint aussi leurs
agissements par-del5 la frontibre ...
Que les kidnappings quotidiens, dont Port-au-
Prince est devenue soudain la capitale dans la Caraibe, et
les horreurs qui les accompagnent forcent des centaines
de familles a abandonner le pays, corps et biens ...
Pour Washington rien de bien dramatique ou qui
impose un quelconque changement de direction.
Cependant le D6partement d'Etat est le premier a
rappeler son personnel diplomatique non essentiel.
Plut6t que de corriger le tir, on accuse.

Accusations tous azimuts ...
On accuse d'abord les casques bleus de la mission
de 1'ONU (Minustah) de n'etre pas assez muscles lors de
leurs interventions, comme toujours dans les quartiers
populaires.
Et aujourd'hui, on accuse au hasard un peu tout
le monde, tous azimuts.
.Aristide de "mentir" a ses partisans ...
SLes ennemis de Yvon Neptune de vouloir qu'il
meure en detention preventive prolong6e.
Ces derniers reprochent a l'ex-premier ministre
d'avoir sabot6 leur plan, entendez celui de l'ex-opposition
anti-Aristide, en permettant aux Etats-unis de glisser en


lieu et place leur propre alternative, celle du D6partement
d'Etat, alors que les tombeurs d'Aristide avaient
probablement leur propre agenda, et qu'ils auraient n6goci6
ensuite avec Washington une fois qu'ils se seraient empar6s
manu militari du pouvoir.
Mais qu'a fait concrbtement Washington pour tirer
de 1I celui que l'ambassadeur honore a ce point dans son
message d'adieu?
Oh est l'Etat de droit annonc6 a
cors et 5 cris?
Oh en est le d6sarmement de
toutes les bandes armies, nonobstant leur
appartenance?
Par contre, on a su amener le
gouvernement de transition a se soumettre
servilement aux directives du Fonds
Mon6taire International ...
On continue a nous envoyer les
d6port6s.

Quid de la souverainet6
haitienne? ...
Organiser toutes sortes de
manoeuvres militaires a notre frontiere avec
la R6publique dominicaine, et
conjointement avec ces derniers.
Sans un regard pour la
souverainet6 haitienne.
Mais tout aussi bien, soulignons-
le, imposer aux nombreux ennemis du
Lavalas l'inscription de l'ex-parti au
idie pouvoir pour les prochaines elections ...
Or qui peut le plus, peut le moins.
En un mot, Washington semble n'avoir aucun
problbme tant qu'il s'agit de ses intfr&ts propres et
imm6diats: 6conomie, s6curit6 nationale.
Le reste, c'est aux Haitiens d'y pourvoir.

C6te haitien: ignorance et cynisme ...
Exadt. L'Ambassadeur a raison. C'est a nous-
memes qu'il faut tout reprocher nous-memes.
Mais que voyons-nous? Des moeurs politiques
plus que cyniques: du president Aristide qui compterait
uniquement sur ses partisans pour foutre suffisamment la
pagaille qu'on le ramenerait dans ses fonctions comme en
1994 or meme en Haiti l'histoire n'est jamais totalement
un perp6tuel recommencement ... a la grande masse de ceux
auxquels il est impossible de r6unir 5.000 membres sur
une liste 6lectorale, voire etre capables d'arreter la course
vers l'effacement de toute souverainet6 nationale, qui n'est
plus une affaire de si, mais de quand ...
Que voyons-nous? Une l1ite qui n'a pas su
comprendre qu'on ne joue pas avec le feu quand on est
assis au bord du cratbre d'un volcan.
L'Ambassadeur peut tout dire. II aura toujours
raison. On ne prete qu'aux riches.

Haiti en Marche, 13 aofit 2005


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


6 Mois
Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


1An
Gdes 500
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


renouvellement


Novel Abonn
Nouvel Abonn6

I


Livraison a domicile double rif


Page 5


SPate Plus Bakery, Inc

SNtural Juice

11638 E 2nd An,

iN5, 7FL5633165 rga rHaN w
ft 0 OM90







I FIN DE REGIME I


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


Les presidents partent, reste I


(Depart ... suite de la lere page)
Duvalier demanda aussi qu'on lui laisse le temps
de d6garnir le palais de ses tontons macoutes ... Beaucoup
de ceux-lk furent surpris au pied du lit par les premiers
d6chouqueurs.
Selon l'ambassadeur Foley, Aristide lui demanda



AS,


Baby Doc et Michele Bennett Duvalier
de ne pas venter l'information. II voulait 6chapper a la
vigilance de ses partisans les plus d6chain6s dont des
centaines dormaient d6ja chaque nuit devant le Palais
national.
Le president se serait meme arrange pour rassurer
ses "chimeres" qui avaient dress des barricades le long
de la route conduisant a sa residence de Tabarre oh allait
se jouer le dernier acte. Ceux-ci rentrbrent dormir
tranquillement chez eux ce soir 1.
Baby Doc signa sa d6mission au palais national
aprbs avoir conf6r6 avec son ministre des affaires
6trangbres, histoire d'avoir la garantie de Paris que son
point de chute est assure sur la C8te d'Azur, rien que Ca.
Par contre, Aristide avait d6clar6 la guerre au
gouvernement francais sur une affaire de 20 milliards
comme remboursement pour une dette fictive que Haiti
dut payer a la France pour la reconnaissance juridique de
son ind6pendance conquise militairement en novembre
1803.
Finalement l'avion blanc sans matricule parti de
l'a6roport Toussaint Louverture au petit jour du dimanche
29 f6vrier 2004 prit la direction de la R6publique
centrafricaine, un coin perdu dans le back yard africain de
la France. Aussi perdu que l'est aujourd'hui Haiti dans
l'arribre cour de l'oncle Sam.


Juste avant de partir, Aristide sortit de sa poche ce
que le repr6sentant de Washington crut etre une lettre de
admission, mais que lui-meme pensait etre un document
juridiquement sans valeur ...
Mais peut-etre avait-il oubli6 qu'il y avait d6ji eu
une histoire de lettre de d6mission lors du coup d'Etat de
1991!
L'histoire n'est jamais totalement un perp6tuel
recommencement. Selon l'ambassadeur Foley, c'est Aristide
lui-meme qui cette fois a demand qu'on vienne le chercher.
Deux semaines plus t6t, il avait d6ja envoy ses deux filles
hors du pays. C'est l'intention qui compte, a entendre le
diplomate americain ...
De plus, ayant r6dig6 ce qu'il croyait etre un simple
bout de papier sans l'aide d'aucun collaborateur, M. Aristide
ne put faire appel non plus a aucun t6moin. La controverse
autour de la lettre de d6mission s'arreta 1.
L'a6roport oh il d6barqua a Bangui 6tait gard6 par
des militaires francais dans le cadre d'une force de maintien
de la paix. Ce qui n'a rien pour nous 6tonner nous autres
Haitiens en ce d6but du 21e sicle ...
M. Aristide crut d'abord qu'il 6tait en 6tat
d'arrestation. Mais il put quelques jours plus tard s'envoler
sans problbmes pour la Jamaique. Puis trois mois plus tard,
trouver un asile d6finitif en Afrique du Sud, oh il fut regu
comme un chef d'Etat.
Aussi beaucoup de ses partisans se prirent a esp6rer
que l'histoire peut se rejouer et que, comme en 1994, leur
chef immortel (du moins politiquement) peut revenir au
pouvoir.
Mais le vol de Washington a la capitale haitienne
dure quelques heures. Par contre, de Pr6toria a Port-au-
Prince, c'est le jour et la nuit litt6ralement.
Mais est-ce que prbs de vingt ans plus tard, les
duvali6ristes n'appellent toujours pas au retour de leur chef
tandis que celui-ci continue, a travers des messages
radiophoniques diffuses sans difficult sur les ondes dans
la capitale haitienne (Aristide ne peut encore en faire autant),
de se presenter comme l'unique sauveur.
Jusqu'ici la seule difference (outre que leur
residence fut d6chouqu6e de la meme facon, et en premier
lieu, croit-on, par des gens de leur entourage et done sachant
oh trouver les meilleurs morceaux), c'est qu'Aristide


a nostalgie...
contesta son depart ... et Baby Doc non.
Celui-ci d6clara qu'il alllait en profiter pour se
remettre a ses 6tudes de droit.
Il n'en eut pas le temps, trop occupy a dilapider
ses millions.
Quant a lui, Aristide d6clara d'entr6e de jeu qu'il
est pauvre comme Job, il n'a eu le temps de rien prendre,
bien entendu puisqu'il a &6t kidnapp6! Done la meilleure
fagon pour Washington de d6montrer qu'il n'y a pas eu
kidnapping, c'est de r6v6ler oh se trouve le tr6sor
d'Aristide!
Autre chose: Aristide n'a qu'une passion, c'est
la politique. Tandis que Baby Doc aime aussi les voitures
sport.
C'est done une fois qu'il eut gaspill6 ses millions
a courir les dernibres Porsche et Alfa Romeo que ce dernier
se mit a se souvenir de la poule aux oeufs d'or. Traduisez
le peuple haitien ...
Aujourd'hui, avant-veille de nouvelles elections
g6n6rales, et ironie du destin, le lavalas et le duvali6risme
se retrouvent, vingt ans aprbs le 7 f6vrier 1986, un peu
dans la meme situation: des partisans toujours aussi
loyaux, mais dont le symbole de 16gitimit6 se retouve a
l'autre bout de la terre.
Avant le 29 f6vrier 2004, on a beaucoup entendu
d6noncer deux populismes: le duvali6risme et le lavalas.
Et dont il faut divorcer pour cr6er une vraie d6mocratie.
Et que l'histoire ne saurait etre un perp6tuel
recommencement. Comme si poursuivant sa course
inexorable vers le n6ant, Haiti n'aurait de recours que la
nostalgie. Plus c'est ancien, plus c'6tait meilleur.
Dessalines, Duvalier, Manigat, Aristide, Pr6val.
Latortue n'a done pas trop a s'en faire. Demain
lui aussi figurera dans ce pantheon.
Cependant, a chacun de ces tournants, on en
entend aussi qui crient: basta, Ca suffit. Assez se faire
prendre pour des imbeciles!
Trbs bien. Mais reste a savoir si ceux-lk sont
capables de r6unir au moins 5.000 membres sur une liste
61ectorale ...

Editorial, M6lodie 103.3 FM, Port-au-Prince


4Wo %e 1.w: %%ximbei u






"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


MIAMNIGDE

Aplikasyon pou
Konsey Administrasyon
Fondasyon Sante Piblik (PHT)
Yap pran aplikasyon aktyelman pou Konsey Administrasyon Fondasyon Sante
Piblik Konte Miami-Dade, otorite dirijan pou "Jackson Health System" lan.
Administrate yo sevi k6m volonte pou yon dire de twazan epi tem twazan sa yo
kbmanse ak fini nan diferan e1. Geyen senk plas vid nan pwosesis nominasyon
2005-2006 la. Konsey nominasyon PHT an va kontakte aplikan ki chwazi pou
entevyou yo. Ap gen envestigasyon ki fet sou dosye pesonel tout aplikan ki te
chwazi pou entevyou. Asanble Komisyone Konte Miami-Dade la, dapre
rek6mandasyon Konsey Nominasyon an, va nonmen kandida pou sevi nan
Konsey Administrasyon an.
F6m aplikasyon yo disponib nan Biwo Administrate Konte an, 111 NW 1st
Street, Suite 2910, oswa sou entene nan www.miamidade.gov. Tout
aplikasyon dwe remet bay Kay Sullivan, Clerk of the Board, 111 NW 1st Street,
Suite 17-202, Miami Florida, 33128 pa pita ke 31 dawout 2005. Pou plis
enf6masyon, rele 305-375-1253. Yo pap asepte Imel ak faks.


Journee-hommage au

peintre Andre Pierre
P. 10







Mercredi 17 Aofit 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


LUTTE CONTRE L'INSECURITE


Ok


-r 0 -
a -e
* II -


-


ADO __, o 4w 4b____
ql*9m g ml. n, 4 ,ql

C P o p qd =m, 4l u gn


- r - a


.-rcgtedfMaterial



Syndic ted Content



Available e rom C ercial News Providers"


4b 411w - - -
-r, ,- o o , o ,- C- .0 - -0,
Ammn.-- 0 aAn- 4W *.0
S, o o r ,


qm _a__ o Ou o - -


.O - t U 0


I /d AirLe nn n nn" /m


I ~ -r .
n - a- ~- -
.0 0 -0 o










4w mdw


Sw 0 d im 0 -
S- b I
-.4m. Idb o e0 ,aD.w -00.


- o


pw.


-( __


l





-e
o o
-0 .a -a 4a u





-
40 00
lml

40


* -
4 ,

Ol


-, r
r


M Pn
O -

-I ~
,
- S

=



0 -~

-.,


4p.-- w -


,-mem O o 0eb mmenW
Qm . --,-



- --

mom. .1m
OPEN-0p w..Ibm
4w dlw m
4=b 4w A ,wl~




qwlm ,41Wmnm


* _


o A N ft n -4



~4m dam.o O
O -m -u -
S r --

-~ ~ 0r 0. 0


PROTECTION ENVIRONNEMENT
L'Eglise catholique se rencontre
P. 16


FOOD SERVICE OPPORTUNITIES



ADD SOME SPICE TO YOUR LIFE,
NOT TO MENTION EXTRA INCOME....

HAVE A GREAT JOB THAT FITS YOUR SCHEDULE!

Princeton University offers a number of full-time/part-time positions in our Dining Services Department for the Fall
semester, beginning in September, 2005. Working hours can be any time from 6:00 a.m. 3:00 a.m., seven days a week,
various hours and shifts. Some positions could be on-call to work on as AS NEEDED BASIS. These are hourly positions
without benefits!

Responsibilities include preparing a standard menu, coordinating tasks and meeting deadlines for the daily preparation,
and maintaining the production area, kitchen and pantry equipment. Must be able to read, write and follow verbal and
written instructions. Positions require a prior dependable work record; and good interpersonal skills. Must be able to
lift and control 60 pounds. Experience with dishwashing and cashiering preferred.

To apply, please visit jobs.princeton.edu and search for Req # 0500397. Candidates may also apply in
person at the Office of Human Resources, One New South on Mondays & Wednesdays between 1:00 p.m.
and 4:00 p.m. EOE



PrincetonUniversity

Princeton University is an equal opportunity/affirmative action employer


4


Page 7


ERW FINANCIAL


GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
(yap ba ou kredi Il ou fR closing la)

Yap prete ou kob menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!

Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil lot chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510


www.erwfinancial.com


UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


I I


I


r
r


a


~rk ~YI rk r I~t








LIBERTE DE LA PRESSE


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


Pourquoi un decret loi sur la presse ?


ET PAS UN CODE DE CONDUITE


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 11 Aoit On parle a
nouveau d'une loi sur la presse en Haiti. Ou plus
pr6cis6ment d'un d6cret-loi, puisqu'il n'y a pas de
parlement. Pourtant les elections auront lieu avant
longtemps, en novembre prochain.
La derniere fois qu'il en 6tait question, c'6tait
sous le gouvernement Aristide. Toute la presse s'6tait
mise en croix contre la r6alisation d'un tel projet.
Aujourd'hui la question revient sous la forme
d'une demande formul6e au gouvernement int6rimaire
par le Conseil des sages, une assemble cr6e apres
le renversement d'Aristide en f6vrier 2004 et qui est
suppose assister 1'Ex6cutif de ses conseils. Conseils
de sagesse, bien entendu.
Alors qu'on 6tait sous le choc de l'assassinat
du journaliste Jacques Roche, le moi dernier, lesdits
Sages ont public un communique qui r6clame des
sanctions contre tous m6dias ou journalistes pr6nant
la violence, donnant la parole a des bandits qui
annoncent leurs futurs forfaits et qui s'en vantent, et
aussi des m6dias pratiquant un double langage
pernicieux. ""Ces derniers mots n'ont pas manqu6
bien sfir de nous faire sursauter. Car a la fois, cela ne
veut rien dire, et cela veut tout dire.
Survient un communique du Conseil des
ministres tenu au palais national sous la direction du
president provisoire BonifaceAlexandre et du premier
ministre int6rimaire G6rard Latortue.
Survient ensuite une annonce faite par la
titulaire de l'information lors d'une rencontre avec
des responsables de m6dias, savoir que le
gouvernement pense a un d6cret-loi sur la presse.
Sans passer par quatre chemins, nous
pouvons vous dire d'ores et d6ji que nous sommes
contre ...
Tout comme nous 6tions contre, lorsque le
gouvernement Aristide avait tent6 de le faire.
Tout comme nous l'6tions 6galement lorsque
le CNG du general Namphy a pris le dernier decret-
oi existant en la matiere.
Tout comme nous l'avons Wte en 1980,
orsque le gouvernement Duvalier fit voter la loi sur
a presse qui devait aboutir a la suppression de la
)resse ind6pendante et a notre envoi en exil le 28
lovembre 1980.
Vous voyez done que nous ne sommes pas
ontre pour faire opposition au Conseil des sages, ni
u gouvernement int6rimaire, ni a aucun ministre que
e soit.
Nous le sommes d'abord,'par principe.
Nous n'avons pas besoin de loi sur la presse


en Haiti. La constitution haitienne, et les codes
d'instruction civil et p6nal renferment tout le
n6cessaire pour contr6ler les 6ventuels exces de la
liberty d'expression et drives des m6dias.
Les accusations pouvant etre port6es contre
les m6dias se r6sument en quelques domaines bien
pr6cis : 1) violation de la vie priv6e ou diffamation ;
2) appel a la violence ; 3) menace a la s6curit6
nationale.
Or, en Haiti comme ailleurs dans le monde
occidental (aux Etats-Unis, par exemple), ce sont des
domaines pour lesquels les lois existantes sont
largement comp6tentes.
Voire en Haiti, ou la diffamation n'a jamais
Wte consid6r6e comme un crime, alors qu'elle devrait
l'etre, alors qu'elle l'est, en vertu du code p6nal haitien

Quant a la s6curit6 nationale, c'est une notion
totalement inexistante chez nous. On peut facilement
comprendre pourquoi.
Il ne reste done que l'appel a la violence, les
m6dias donnant la parole aux bandits qui annoncent
leurs futurs forfaits et qui s'en vantent. "
Ici nous n'avions pas attendu le Conseil des
sages pour dire que nous sommes contre, peut-etre
meme qu'5 ce moment-l ceux qui composent
aujourd'hui le Conseil des sages 6taient, eux, pour
... Mais c'est une autre histoire.
Oui, nous sommes contre toute apologie de
la violence dans les m6dias. C'est 1a un principe
cardinal de la profession de journaliste, c'est la base
meme du code d'6thique, du code de conduite du
metier de presse et meme si en Haiti personne ne vous
l'apprend, c'est un d61ment fondamental qui distingue
le journaliste proprement dit du mercenaire qui peut
se cacher dans cette profession.
Nous sommes done par principe, et par
experience, opposes a l'usage de la presse et des
m6dias, A plus forte raison des m6dias chauds, pour
pr6ner la violence et opposes aussi a ceux qui en font
usage, voire a des fins politiques.
Nous y sommes non seulement opposes,
mais nous consid6rons tout a fait appropri6
l'appel'aux tribunaux et a la loi pour empecher de
telles pratiques.
Alors, direz-vous, pourquoi notre opposition
au d6cret-loi annonc6 par la ministre de la
Communication ?
Parce que justement, des qu'un pouvoir vous
parle de loi ou de d6cret-loi sur la presse, ce ne sont
pas ces choses-l1 qu'il a en tete.


MIAMW
1 -DADE


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be
obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our
Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid
package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet
access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is
recommended that vendors visit our Website on a weekly basis to view newly posted
solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may
be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00
handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package
through the United States Postal Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with
County Ordinance No. 98-106.


C'est toujours dans un but de repression. C'est toujours pour
mettre en place un system plus efficace de contr6le de la presse et
des journalistes.
Oyez plut6t:
La plus ancienne loi sur la presse connue aujourd'hui,
remonte l'occupation am6ricaine de 1915-1934. Apres avoir vaincu
les cacos de Charlemagne PWralte et de Benoit Batraville, l'occupant
am6ricain se trouva en butte a des journalistes et 6crivains haitiens,
ceux-l1 qu'il avait t6t d6nomm6s les cacos de plume. "
En vertu de cette premiere loi sur la presse, les Marines
envoyerent de nombreux journalistes haitiens en prison, dont le
fameux Jolibois qui a laiss6 son nom a une cellule au p6nitencier
national.
Bien entendu, les gouvernements haitiens post-occupation
n'y allerent pas de main morte. Le president Vincent en fit largement
usage.
Survient Papa Doc en 1957, et des lors ce n'6tait pas la prison,
mais la fusillade au petit matin dans les bayahondes derriere le Fort
dimanche.
Des qu'un gouvernement haitien vous parle de loi ou de
d6cret-loi sur la presse, vous savez done a quoi vous en tenir.
On n'ajamais vu un gouvernement qui se porte bien, suggrer
pareille initiative.
En 1980, le gouvernement de Baby Doc ne fut pas a mrme
de r6aliser que c'est une recession 6conomique qui venait de
commencer (apres avoir beneficie de pres d'une d6cennie d'expansion
base sur l'industrie d'assemblage et le tourisme). Des que la machine
commenca a grincer, il fallut un bouc missaire. Loi sur la presse.
Puis, en novembre 1980, c'est le crackdown sur la presse
ind6pendante. Et l'exil pour un grand nombre d'entre nous. On en
porte encore les stigmates. Afin que nul n'en ignore ...
Duvalier est renvers6 le 7 fevrier 1986. C'est l'apoth6ose.
Mais des que le gouvernement militaire provisoire sentit le vent de
liberty menacer de tourner contre lui, c'est un d6cret-loi sur la presse
(pour ne pas dire contre la presse).
Car aucun de ces d6crets-lois ou lois n'ajamais apport6, de
m6moire de journaliste, un plus a ce que d6finit deja trEs clairement
la constitution de 1987.
Et plus pres de nous, quand le president Aristide se trouva
aux prises avec une campagne m6diatique sans pr6c6dent, son
secr6taire d'Etat a la communication sugg6ra l'adoption d'une
nouvelle loi sur la presse.
On lui fit bien comprendre, et dans tous les secteurs de la
presse nationale sans exception, qu'il devait abandonner cette idWe.
Ce qui fut fait.
Et aujourd'hui, un nouveau titulaire de la communication
annonce son intention de proposer un nouveau d6cret-loi. On espere
que ce gouvernement aussi comprendra a temps, pendant qu'il en est
encore temps.
Le public ne demande pas et ne veut pas que les m6dias
soient contr6l6s par le pouvoir. Mais il veut que les m6dias se
contr6lent eux-memes. Le public veut savoir tout ce qui se passe,
" the public's right to know ", mais il veut savoir a bon escient (" non
bon ti g6det "), done il veut des m6dias totalement libres, totalement
ind6pendants, mais aussi honnetes et cr6dibles, autrement dit qui se
respectent.
La presse n'a done pas besoin de d6cret-loi; elle a besoin,
par contre, d'un code de conduite. Elle a besoin de se donner elle-
meme un code de conduite, auquel tous les m6dias du pays,
g6n6ralement quelconques, doivent etre lis. Et a quelque association
qu'ils appartiennent...
Mais il n'est pas dit que le gouvernement ne peut pas aider a
la r6alisation de ce code.

Editorial, M6lodie 103.3 FM, Port-au-Prince


PNIH: Un commissaire

activement recherche

pour kidnapping
Port-au-Prince, 10 aoft 2005 -(AHP)- La porte-parole de la Police
Nationale d'Haiti, Gessy Cameau, a annonc6 mercredi l'arrestation de 3
personnes dans le cadre de l'enqu&te ouverte sur la disparition de G6nelus
Nathanael. Ce dernier a disparu depuis 9 jours, aprbs avoir e6t arr&t6 par
l'inspecteur du sous-commissariat de Delmas 62, James Bourdeau qui est
activement recherche par la PNH pour abandon de poste, a pr6cis6 Mme
Coicou.
Selon la porte-parole, ces personnes auraient h6berg6 l'inspecteur
de police en fuite, entre le 4 et le 7 aoft.
Deux autres individus ont 6galement 6t6 arr&t6s par la Direction
Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), dans le cadre de l'enqu&te ouverte
sur 1'assassinat du docteur Michel Guerin, a fait savoir Mme Coicou.
Mme Coicou a annonc6 par ailleurs la formation d'une commission
mixte, form6e de policiers haitiens et de la CIVPOL, dans le cadre d'un
travail d'assainissement interne de l'institution policibre.
Selon Mme Coicou, 16 individus ont 6t6 d6ja expuls6s de
l'Acad6mie de police pour fraude et leur implication dans des crimes et
d'autres actions louches.Ce travail d'epuration de la PNH ne concerne pas
seulement les policiers mais 6galement les aspirants policiers, a fait savoir
la porte-parole.


Page 8


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA






Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


Page 9


I SOUVERAINETE NATIONALE


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


MIAMIOAE

MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE PUBLIC WORKS DEPARTMENT
ENGINEERING SERVICES FOR SW 157th AVENUE FROM, SW 136th STREET TO SW 120th STREET,
PEOPLE'S TRANSPORTATION PLAN, (PTP)
OCI PROJECT NO. E04-PW-06, PTP

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Chapter 287.055, Florida Statutes,
and Chapter 2, Sections 2-8.1 as amended by Ordinance 05-15, 2-10.4 of the Miami-Dade County
Code and Administrative Order 3-39, announces that professional engineering services will be
required for master planning, public involvement and design services for SW 157 Avenue, from
SW 136 Street to SW 120 Street, for the Miami-Dade Public Works Department. The design plans
may include, but are not limited to, roadway plans, storm drainage, sidewalks, lighting, signalization,
pavement markings and signing. The total length of this project is approximately 1.1 miles. The
Consultant may be asked to provide construction administration services for this project.
Construction administration services will be limited to reviewing shop drawings, site inspections
as requested, review and approval of submittals, and review of all Requests For Information (RFI).

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

3.02 Highway Systems Highway Design (PRIME)


1.01


Transportation Planning Urban Area & Regional Transportation


Planning
3.11 Highway Systems Signalization
3.04 Highway Systems Traffic Engineering Studies
10.01 Environmental Engineering -Stormwater Drainage Design
Engineering Services
3.09 Highway Systems Signing, Pavement Markings & Channelization
16.00 General Civil Engineering
3.10 Highway Systems Lighting

A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation
provisions (as applicable) may be obtained at the Department of Procurement Management's Vendor
Assistance Unit located at 111 NW 1st Street, 13th Floor, Miami, FL 33128. The phone number and
fax respectively for the unit is (305) 375-5773 and (305) 375-5409. A solicitation notification will
be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and
have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those
who have vendor enrolled on-line. Additionally, those pre-qualified firms without an e-mail address
will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained
on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Terry L. Rolle who may be contacted via e-mail at
xtlr@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-2272.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement 26% Community Business Enterprise (CBE) Goal

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on August 25, 2005, at 1:00 P.M.
in the DBD Conference Room, 19th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st
Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is September 16, 2005 at 11:00 A.M., LOCAL TIME,
all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade County, Clerk of the
Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida
33128-1983. BE ADVISED THAT ANYAND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR
CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE
SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1 (t)
of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative
Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.


Ih (v~ rrr


s- 4 '






Page 10


Mercredi 17 aofit 2005
TTLl'.v* - A^.4^1- ^ V-1 VTV hT^ XT1


ARTS & SPECTACLES


1H II a IVIIII enVOI. A IX NO. 2LY . . . . .


Journ6e Hommage pour le peintre Andre Pierre


Une journde-hommage a Andr6 Pierre a W6t
organis6e le Vendredi 5 Aofit dernier par le Ministbre de la
Culture, conjointement avec la Fondation Culture Cr6ation,
le Centre d'Art et la FOKAL.
Dans plusieurs galeries, notamment au Centre
d'Art, a la FOKAL et au Mus6e d'Art Haitien du College
St Pierre, des toiles du grand maitre 6taient exposes et on
a assist a la projection du film d'Arnold Antonin : Andr6
Pierre peint le Bon.
Andr6 Pierre 6tait present en chair et en os et le
public a pu converser avec ce nonag6naire qui a conserve
toute son acuit6 d'esprit.
Andr6 Pierre peint en chantant, Andr6 Pierre a


dilapid6 son argent, Andr6 Pierre a W6t exploit par les
galeries et aujourd'hui il se trouve dans la gene, alors que
chaque tableau du maitre est vendu pour au moins US$
10.000,00.
Telles sont quelques-unes des r6flexions
recueillies sur le vif au cours de cette journde hommage.
Nous saluons l'initiative du Ministere de la
Culture de verser au peintre une pension de 10.000 gourdes
par mois et ce jusqu'a sa mort.

Voici un t6moignage du Dr Frantz Large (reproduit
par Alter Presse) lors de la Journde Hommage rendue par
les secteurs culturels a Port-au-Prince au c6lbre peintre
Andr6 Pierre


6tait le vodou ". Une chanson qui parle de nos dieux : de
Legba qui ouvre la barribre, des redoutables Ogou, des
myst6rieuses Erzulie, sans oublier 6videmment tous les
autres. Oui, tous ces autres, toutes ces centaines, tous ces
milliers d'autres. Tous ces astres qui peuplent notre


PAR DR FRANTZ LARGE


Mon intrtet actif pour la peinture haitienne
commence avec Andr6 Pierre. C'6tait il y a plus d'un quart
d'un siecle. Je faisais partie, avec Pierre Richard Pratt,
Fr6d6ric Surpris, et Jean Claude Ch6ry, d'un groupe de
jeunes qui passaient de la radio M6tropole a la T616vision


Nationale encore en phase d'essais. A l'6poque (on 6tait
en 1979), la jeunesse conservait encore ses illusions sur le
jean claudisme. Disons tout de suite que ces dernieres ne
durbrent pas longtemps. Des la mise a sac de Radio Haiti,
toute notre 6quipe prit cong6 de cette iddologie "..
Je me souviens d'une rencontre avec le directeur
de la TNH, Jacques Lemaire, au cours de laquelle celui-ci
me fit part d'un projet d'entrevue de l'artiste Andr6 Pierre.
"Laissez moi le faire r6clamai-je aussit6t.
Andr6 Pierre je le connaissais, sinon
personnellement, du moins par les tableaux que je pouvais
observer a la Galerie d'art Nader. Ma culture artistique a
l'6poque 6tait bien trop limit6e pour me permettre
d'appr6cier pleinement la force de ses toiles. J'6prouvais
ndanmoins, rien qu'5 les regarder, une impression bien
particuliere : Quelque chose qui alliait joie, ser6nit6, a la
sensation de se trouver devant quelque chose de trbs
myst6rieux et de trbs sacr6.
Quelques jours aprbs ma rencontre avec monsieur
Lemaire, ayant obtenu l'autorisation de r6aliser l'entrevue,
je me rendis chez monsieur Andr6 Pierre, tout gonfl6 de
l'importance de mes nouvelles attributions de recherchiste
a la TNH.
Je n'oublierai jamais le regard que cet homme
trapu, les mains dans les poches, nu-pieds, le pantalon gros
bleu roul6 mi-jambe, lanca au v6hicule de la TNH. A
peu prbs le regard que vous lanceriez a un carrosse du
XVIIbme sicle s'arretant devant votre domicile. Apres
nous avoir observe pendant un certain temps, et nous avoir
invite nous asseoir, il nous proposa un remontant. Pour
ne pas le contrarier, j'acceptai. Le remontant en question
consistait en une d6coction qui sembla a mon palais etre


de l'6thanol pratiquement pur.
Vous n'etes pas le neveu de votre oncle "
commenta placidement notre h6te en observant ma
grimace, pour enchainer imm6diatement sur ses excellents
rapports avec l'agronome Alix Large, a Damiens. Le jeune
Andr6 Pierre y 6tait alors technicien agricole. A un moment
du r6cit de son existence, il s'arreta." Tout vient de la terre"
s'exclama-t-il, et nous regardant avec un sourire entendu,
il reprit lentement" tout... vient de la terre. "
Aprbs cette phrase sentencieuse, il revintje ne sais
pourquoi, a ce qu'6tait sa vie avant sa fr6quentation de la
ferme cole de Damiens. Il s'6tend quelque temps sur
d'excellentes 6tudes primaires men6es chez les Frbres,
6tudes au cours desquelles il avait obtenu de nombreux
prix. II parle des commentaires 6logieux des Freres. Pour
le moment je suis un peu perdu, mais en retrospective je
pense qu'il y avait dans les propos de celui qui se pare du
titre de peintre philosophe une pointe de nostalgie.
Nostalgie peut-etre justifi6e, du moins d'un certain point
de vue. Je suis persuade que s'il
lui avait W6t donn6 de continuer
ses 6tudes, il aurait pu briller
dans n'importe quelle profession
lib6rale, et meme dans un centre
de recherches de sciences pures.
Andr6 Pierre est l'une des
intelligences les plus brillantes
qu'il m'ait W6t donn6 de
rencontrer.
Apres avoir parl6 de
Damiens, il relate ses premiers
essais en peinture, sa rencontre
avec plusieurs personnalit6s du
monde des arts, d'Issah Saieh
surtout auquel il voue une
veritable amiti6. A un moment,
je me laisse tomber sur une
chaise et fais signe de filmer.
L'interview se fera d'elle'meme.
Au fond, et mes diff6rentes et
nombreuses rencontres avec
l'artiste me le confirmeront, avec
Andr6 Pierre il n'y a pas de possibility d'interview. Il n'y a
qu'un monologue, fait de tranches de son existence,
d'amples considerations mystico-philosophiques, et
d'excursions dans le monde des esprits, tout cela entrecoup6
d'explications de ses toiles. On n'a pas a lui parler. Il n'y a
qu'5 l'entendre parler.
Car chez lui, tout parle. Ses silences aussi parlent,
soit qu'il nous tende la bouteille remplie de sa d6coction
que nous faisons passer a la ronde, soit qu'il se tienne
debout, le regard perdu au loin.
Le silence est souvent interrompu par une chanson.
Une chanson vodoue, c'est-5-dire venue de l'aube des ages,
puisque, comme il le dit avec justesse au commencement


Gede Nibo, Andr6 Pierre
pantheon noir, tous ces etres qui, de notre naissance a notre
mort, nous accompagnent, accepts ou non, de leur


La Sirene, Andr6 Pierre
ineffable presence.
De ces dieux de notre terroir, de notre chair et de
notre sang, Andr6 Pierre aura l6gu6 a l'humanit6 une
iconographie d'une incomparable ampleur.
Beaucoup de peintres, on le sait, ont eu recours a
la th6matique du vodou. Mais de ce culte colossal, nul autre
que lui ne se sera livr6 a une aussi encyclop6dique
restitution. Veritable H6siode de notre religion nationale,
il nous montre en effet les esprits saisis (a la difference
d'Hyppolite) dans la lumibre du r6el. A regarder le
foisonnement organique qui gambade a travers ses
(voir Peinture / 14)


- U;A~ E:) mu IE H=)W


APPAREL,SHOE &
ACCESSORIES SHOW

August 14,15,16 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


TRADE SHOW
TE CARIBBEAN


GIFT & VARIETY
MERCHANDISE SHOW

September 25,26,27 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


CROBERTO CLEIVIENTE CO LI SE IV SAN JUAN, FPULJRTOC FICO
Restrictions: Children under 18 and general public not admitted.Wholesale only. Trade Show of the Caribbean reserves the right of admission
For more information: Tel: (787) 781 3050 Fax: (787) 781 2022 E-Mail: tradeshow@coqui.net Web Page: www.tradeshowcaribe.com


I







Page 11


DEVELOPPEMENT DURABLE


Mercredi 17 Aoft 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


Deconcentration en attendant la decentralisation


G6rard Latortue n'est pas un homme politique.
Son franc-parler indispose une grande partie de l'opinion
publique plus habitue a la langue de bois et au langage
emberlificot6 de la classe politique. Mais ce style direct
lui joue souvent de mauvais tour, car il s'accompagne de
declarations intempestives qui l'exposent a des railleries
qui le pr6sentent quelque fois sous les traits d'un Gaston
Lagaffe, ce personnage qui doit son nom a ses nombreuses
maladresses.


Montr6al le 11 aofit 2005
Par Gesler Jean-Gilles

jets i bras raccourcis sur lui, lui reprochant son manque de
jugement et d'empathie notamment dans un contexte aussi
tourment6 de la vie nationale.
La poussibre 6tant retomb6e, on commence par trouver
l'id6e moins saugrenue qu'elle ne semblait paraitre. Marcus Garcia,
un fervent ap6tre de la decentralisation, croit que la chape de terreur
qui enveloppe la
capitale semble
provoquer un
regain d'activit6s
dans les regions.
En effet, les
Haitiens de
l'6tranger qui
entrent au pays,
constate-t-il dans
la r6cente li-
vraison de Haiti
en Marche, ne
restent 5 l'a&-
roport inter-
national que le
temps de prendre
une corres-
pondance pour les
villes-phares de
nos d6partements.
En effet, le reste
du pays semble
jouir de cette
tranquillity qui
fait l'envie des
Port-au-Princiens
,a ,, .., A .... h ,,, (, A.,,,, assi6g6s par des


eIIIsL U Ion rau au ULI IIse pour UescenuJ rel a r. 11 I tIran el nse p o ll t llU' e llcnlLl av1 IV
Dans une de ses r6centes declarations, au plus fort groupes arms. Et tout d'un coup un mot, pas encore un concept,
des operations de kidnapping qui t6tanise les habitants de est sur toutes les lbvres: decentralisation.
Port-au-Prince, le premier ministre avait laiss6 entendre Le concept de decentralisation introduit dans la constitution
qu'a son avis, le malheur de la capitale, poussant les gens de 1987 est inspire du module francais ou la moindre decision
a se r6fugier ailleurs, pouvait Wtre d'une quelconque utility; concernant un village 6tait planifi6e et prise a Paris. La loi sur la
a savoir qu'il pourrait induire un d6but de mouvement de decentralisation vote en mars 1982 divisait les d6partements (une
retour dans lesregions.Lapresseetlespoliticiens s'6taient centaine) en 22 regions ayant chacune a sa tete un Conseil


Enf6me Nou:
Vyolasyon Pemi
San Enspeksyon
Final yo


-*agyy ^.^


PWOPRIYETE

KAY YO, ACHTE

YO AK VANDE

KAY YO

ENFOME NOU


Pou Pwoteie Envestisman an W
Cheche konnen si genyen ankenn pemi travo nan kay la ki
poko finalize anvan w achte kay la, vann kay la oswa refinanse
pwopriyete an nan Konte Miami-Dade ki pa enkopore.

Kouman?
Nan f6 rechech sou entenkt GRATIS nan: www.miamidade.gov/bldg
1. Monte sou www.miamidade.gov/bldg
2. Klike sou Jwenn Enf6masyon Pemi "Obtain Permit Info"
3. Chwazi Pemi yo "Permits"
4. Chwazi Pemi Enp6tan San Enspeksyon Final yo "Open Master Permits"
(Adres) oswa jwenn li pa nimewo Folio "Open Permits by Folio"
5. Rantre Adres Pwopriyete an oswa Nimewo Folio an
6. Klike sou nimewo espesifik pemi an pou enf6masyon

OUBYEN

F6 demann lan alekri pou rechech sou pemi san enspeksyon final yo
1. Voye yon demann alekri bay: Miami-Dade County Building Department's
Permit Records Section; Permitting & Inspection Center,
11805 SW 26th Street, Miami, Florida 33175-2474
2. Nan 24 a 48 e yo derape rechech yo sou demann (yo)
3. Yo va chaje w yon fre de $35 dola pa adres plis yon fre pou setifikasyon de
$1 dola pa paj.

Pou plis enf6masyon, rele "Miami-Dade County Building Department's
Permit Records Section" 786-315-2100 7630 dimaten 4630 lapremidi,
di lendi a vandredi, jou ferye legal yo pa ladan

MIAMI. 3
IcnXAtSMcA4,~ki.ji


G6n6ral 1lu presidentt du Conseil et
Conseillers), disposant d'un budget
et d'une fonction publique
r6gionale qui administre les champs
de comp6tences que le pouvoir
central a d6cid6 de leur transf6rer.
A l'instar de mon ami
Marcus, je crois fermement que le
devenir d'Haiti passe par une
revitalisation des regions. Que ce
soit dans les colonnes de ce journal
ou dans la monographie queje viens
de consacrer a ma commune natale
(voir Gesler Jean-Gilles, A la
recherche de Jean-Rabel, 2004,
CIDIHCA, p.280), j'ai toujours
privil6gi6 une approche r6gionale
du d6veloppement du pays. C'est-
a-dire que les regions doivent etre
les artisans de leur propre
d6veloppement; que la gestion du
quotidien doit etre du ressort des
regions elles-memes.
Cependant, contrairement
a la France, les regions haitiennes
ne r6unissent pas les conditions leur
permettant de g6rer leurs affaires.
Leurs faibles ressources financieres
activitiess 6conomiques moribondes
incapables de g6n6rer des revenus),
humaines (beaucoup de ce que le
reste du pays compte d'individus de
valeurs fuient vers la capitale ou a
l'6tranger) et des infrastructures
constituent des obstacles majeurs a
l'op6rationnalisation du concept de
decentralisation. D'ailleurs, la loi
adopt6e par le Parlement en f6vrier
1996 sur les collectivit6s est un
texte r6barbatif, une litanie de
structures (CASEC, ASEC,
D616gu6 de ville, Conseil
interd6partemental, etc.) dont la
finality de la fonction 6chappe a
l'entendement du citoyen. Le texte


ne precise pas non plus la nature des pouvoirs que
l'Etat central consent a d6l1guer aux regions
(voirie, entretien des routes communales, loisirs,
reparation des batiments scolaires,
l'environnement?) et quelle part du budget national
sera affected a ces nouvelles instances et par quelle
tour de magie le regime fiscal actuel, d6faillant,
rong6 par la corruption, pourra-t-il collecter les
revenus n6cessaires pour faire tourner la nouvelle
machine administrative. Car les regions les plus
pauvres ne pourront jamais faire face a leurs
nouvelles attributions si l'Etat, par un systeme dit
de p6r6quation, ne vole a leur secours.
C'est ici que l'exemple des autres peut
nous etre utile. On pourrait s'inspirer du module
francais en cr6ant a partir de nos 10 d6partements,
4 regions administratives ou Conseil regional ayant
chacun a sa tete un personnel politique 6lu
repr6sentant l'ensemble des municipalities,
lesquelles se verraient accorder un certain nombre
de sieges (de conseillers) en proportion de leur
poids d6mographique. Par exemple, la commune
de Jean-Rabel avec une population estim6e a
120 000 habitants, ne peut obtenir le meme nombre
de sieges au Conseil regional que sa voisine
Bombardopolis qui fait un peu moins de 30 000
ames. A notre avis, un nouveau decoupage
administratif doit etre d6fini et qui pourrait avoir
le profil suivant:
La region Nord comprenant les
d6partements du Nord, du Nord-Est et du Nord-
Ouest;
La region Artibonite avec les
d6partements de l'Artibonite et du Centre ;
La region Ouest avec le d6partement de
l'Ouest;
La region Sud, comprenant les
d6partements du Sud, du Sud-Est, de la Grande-
Anse et les Nippes.
Les partis politiques, comme dans une
election legislative, soumettront une liste de
candidats et la tete de liste du parti disposant d'une
majority de conseillers deviendra automa-
tiquement le president de ce conseil et dirigera la
region avec le soutien de sa majority et sous la
vigilance des conseillers de l'opposition. Cette
formule 6viterait les combines politiciennes et les
pertes de temps qui ont marqu6 sur le plan national
la nomination du premier ministre durant les dix
dernieres ann6es. Car Haiti est le seul pays en
regime parlementaire oh le chef du parti
majoritaire ne peut pas former le gouvernement.
II faut 6galement determiner le siege
ex6cutif des dits conseils. Par exemple, dans un
souci de d6congestionner Port-au-Prince, on
pourrait envisager d'installer les bureaux du
Conseil de l'Ouest a Petit-Goave ou celui du Nord
au Limb6, car cet ancien bastion du firminisme
est situ6 presque a mi-chemin des d6partements
du Nord-ouest et du Nord-est et pourrait soulager
le Cap d6j~ afflig6 par un exode rural inqui6tant.
En attendant une definition de la mission
de l'administration r6gionale et surtout la mise en
place de ces structures et compte tenu de la lenteur
pour ne pas dire de la nonchalance de
l'administration publique haitienne a se d6cider,
on peut n6anmoins commencer par d6concentrer
la capitale. C'est-a-dire d6placer certains services
de l'Etat vers des villes importantes ayant d6ja une
infrastructure d'accueil. C'est une aberration que
la capitale soit le b6n6ficiaire de tous les services
de l'Etat et maintienne ses privileges exclusifs aux
d6pens des regions. Dans cette veine, on pourrait a
titre d'exemple, installer les Archives nationales
et l'O.N.A a Jacmel, le bureau des passeports a
Fort-Libert6, l'O.A.V.C.T'au Cap-Haitien, l'6cole
de la magistrature aux Gonaives, etc.
Une telle decision aurait assur6ment pour
consequence immediate de cr6er des milliers
d'emplois directs dans ces villes et, par 1 meme,
faire baisser la pression sur la capitale qui 6touffe
sous le poids d'une d6mographie paralysante. II
faut de la vision et un peu de courage de la part
des hommes politiques pour s'attaquer a un
problbme aussi 6pineux. Car des groupes d'int6r&ts
puissants qui tirent leurs richesses de la corruption
que le chaos port-au-princien g6nbre, ne
manqueront pas de s'opposer avec la violence dont
ils ont su si bien user quand il s'agit de d6fendre
(voir Decentralisation / 14)


"
iP i it
"
d tili i d d i







Mercredi 17 aofit 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


Page 12


I HAITI MAUVAIS ELEVE !


ELECTIONS HAITIENNES

Le suspense reste entier


(Elections ... suite de la page 2)
Lavalas, parmi la soixantaine d'autres partis qui veulent
tenter leur chance dans la course.
Tout comme le parti Fanmi Lavalas lui-meme qui
peut-etre n'en revient pas que l'international
(particulibrement Washington et Ottawa) ait tenu sa parole,
insistant jusqu'5 la dernibre minute pour que l'ex-parti au
pouvoir aussi s'inscrive.
Disons qu'en
Haiti, aussi bien les uns
que les autres, aussi
bien les gagnants que
les vainqueurs, et vice
versa, nous ne sommes
pas habitues 5 ce genre
de manibres. Ne disons
pas encore bonnes py
manibres, attendons
d'abord la suite. Syn
Autre choc
pour la gent politique Available from C
locale, impossible de
distinguer le fameux
candidat am6ricain !
Comment ?
Les blancs auraient
consenti tant d'efforts
sans qu'ils aient leur
poulain ?
En tout cas, 4 _m
qui ce dernier pourrait-
il etre ? Voilk qui est bien difficile a dire, pas meme a
deviner.
Hdlas, on ne voit au contraire que les memes tetes.
Pour parler en argot frangais, les memes tetes de cochon.
Mais c'est de l'argot, il ne faut pas le prendre au sens propre.
Alors, comme dit le proverbe, on prend les memes
et on recommence.
Faut-il alors nous attendre aux memes querelles
sans lendemain, aux memes turpitudes, au meme n6ant,
question programmes et id6es ?
Donc des elections pour rien ?
I |


MUM!aB r ig



sop 4p


Carte
International calls from Haiti are only 5 Gourdes


That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever in the USA, Canada and other listed countries*
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


USA -Canada
Europe Argentina Bahamas Brasil
Chile* Colombia Venezuela Dominican Republic


Sinon, que proposons-nous ? Que proposez-
vous ?
On nous avait promis des elections libres,
honnetes et surtout inclusives ..
Eh bien, jusqu'a present ce ne sont pas les critiques
qui manquent, mais aucune qui remette concrbtement en
question l'un ou l'autre de ces trois aspects. Tout le monde
parait pris de court, y perdre son latin.


Le suspense est dans l'air : les lignes continuent
de s'allonger aux bureaux d'inscription des 6lecteurs ...
Une soixantaine de partis inscrits, dont au moins
la moiti6 sera probablement retenue pour participer aux
quarts de finale ...
Mais jusqu'a l'heure ou nous vous parlons, a
quatre mois a peine du coup d'envoi, toujours pas de favori

Autre difference majeure avec l'Irak, ou l'on 6tait
certain que la majority chiite, hier 6cras6e par Sadam
Hussein, allait l'emporter.
Ou avec l'Afghanistan
dont le favori n'6tait autre que
l'homme dg6j install par
S< Washington a la tete du
gouvernement provisoire, Hamid
Kharzai ...
Mais G6rard Latortue n'a
aucune pr6tention de ce genre.
D6ji il n'en peut plus ...
Ainsi donc,
contrairement a l'Irak et
l'Afghanistan, chez nous le
suspense est vraiment entier.
Suspense ou secret ?
Serait-ce plut6t le secret
qui est bien gard6 ?
En tout cas,
international aura au moins la
conscience tranquille : on avait mis
tout en place pour les Haitiens pour
pouvoir se choisir le plus
librement, ouvertement et
d6mocratiquement que possible
leurs dirigeants.
Tout ce qui peut leur
arriver par la suite, ils l'auront bien
cherch6.
er minute Ouais, papa !


Editorial, M6lodie 103.3
FM, Port-au-Prince


ALERTE !!!
En cas d'urgence
appelez
MINUSTAH / PNH
510-2563
510-3183 84 85
244-3503
Suivez "Espas Minustah"
le jeudi, Ih 30 pm
Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


(ComC EL


* Towardfxedtlelephones only. X eY ..-a."" I
*A13 -ourds ta willbe anled to the firstmInute.
[Tobeeft ro tisseric, hecutoermus b areulr se ofon o tes crd.]. ,


TRANSITION

Le Congo a emboite

le pas a Haiti*...

Le d6put6 Alafuele prevent : "Apres les
elections risque d'etre 6gal a avant les
elections"

Le Phare (Kinshasa), 10 Aofit 2005
Germain Kadima
Kinshasa

Si l'on y prend garde, les elections tant attendues
dans notre pays risquent d'etre un exercice futile. Tel est
l'avis du depute Alafuele Kalala, pour qui aprbs ces
elections risque d'etre 6gal a avant les elections, dans le
meilleur des cas "; pr6cise-t-il, avant de faire le parall6lisme
entre la situation peu envieuse d'Haiti et la transition en
dents de scie en cours en RDC. Le Congo a emboitt le
pas a Haiti ", affirme Alafuele Kalala.
Se confiant au Phare, le president du RNS,
Rassemblement pour une nouvelle socite6, a indiqu6 que
rien ne le rassure qu'il y aura des elections cr6dibles,
transparentes et utiles dans les 11 mois qui restent depuis
la prolongation de la transition. Une transition dont il
deplore le fait que sa prolongation a td d6cid6e dans la
precipitation, alors qu'on aurait df proc6der d'abord a une
triple evaluation du processus de la transition proprement
dite, des institutions et des animateurs, pour en d6gager
les facteurs objectifs et les facteurs subjectifs. Ce qui devrait
permettre de d6velopper un calendrier tout aussi objectif
et consequent pour l'organisation des elections, principal
objectif de la transition.
Les dysfonctionnements de 1+4 : un problbme
d'hommes. L'on a beau d6noncer les dysfonctionnements
de l'architecture institutionnelle de la transition, pour
Alafuele Mbuyi Kalala ce n'est pas le sch6ma 1+4 qu'il
faut remettre en cause. C'est une question d'hommes,
pense-t-il, avant de se souvenir de cet am6ricain qui disait
que des hommes de quality peuvent pallier i des d6ficiences
institutionnelles. Comme pour dire : les institutions ne
valent que ce que valent leurs animateurs.
Aussi, le president du RNS estime-t-il que la
transition en cours a Wte pi6g6e des le d6but, dbs lors qu'on
avait fait fi des critbres 6dict6s en son temps meme par le
conseil de s6curit6 des Nations Unies. On s'en souvient,
en mars 2003, le Conseil avait, dans une resolution sur la
R.D. Congo, insist pour qu'on passe au peigne fin le pass
de ceux qui aspiraient a diriger les Congolais pendant la
transition. Et en son temps, Alafuele Kalala 6tait de ceux
qui avaient 6lev6 la voix pour qu'appel soit fait aux "
hommes capables de faire le maximum avec le minimum
disponible".
Or, relbve-t-il, la dur6e de la transition a Wte fix6e
au pifombtre c'est-5-dire de manibre arbitraire sans
regarder l'ampleur de la tAche de la p6riode transitoire et
les ressources disponibles. Avec ceci comme consequence
aujourd'hui, la cacophonie au sommet de l'Etat et la
frustration g6n6rale au sein de la population du fait que les
conditions 6conomiques et sociales n'ont pas Wte
am6liorees.
Alafuele ne croyait pas si bien dire, lorsque le 3
d6cembre 2003, du haut de l'hMmicycle de l'assembl6e
nationale, il stigmatisait le fait que le programme d'action
du gouvernement, pr6sentW plut6t sous la forme d'un
discours de politique g6n6rale par le chef de l'Etat, faisait
montre d'un penchant 6tatiste et bureaucratique trop
prononc6 et qu'il y avait dans ce programme une absence
totale manifeste d'un effort structure qui tendrait a
responsabiliser le citoyen et les communaut6s de base dans
la dynamique qui vise a r6aliser les objectifs envisages.
Aujourd'hui les faits nous donnent raison", pense
le president du RNS, qui fait ce constat connu de tous et
qui est un secret de lapalissade, selon lequel rien ne va au
pays, en d6pit certes, des quelques routes actuellement en
r6fection et de la circulation r6tablie a travers le territoire
national.

" L'ducation a la citoyennet6 est le fondement
de la d6mocratie ...
Mais pour que tout aille pour le mieux, Alafuele
Kalala estime qu'un r6am6nagement en profondeur des
institutions de la transition s'impose, a commencer par le
gouvernement, et en privil6giant la quality des hommes et
des femmes a designer. De deux, il pense qu'il n'y aura
pas de reconciliation nationale dans ce pays si on n'associe
pas tout le monde A sa gestion. Il faut, troisibmement,
instaurer un dialogue permanent entre les uns et les autres.
Enfin, le president du RNS plaide pour le nivellement du
(voir Transition / 14)









I -- ..... ... I


Page 13




1A4


I Nos petites annonces classes I


Le Plaza H6tel
T616phone
509 224-9305
509 224-9307
509 224-9308
509) 224-9309
509 225-9310
509 510-4594
509 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429


Points de Vente Haiti en Marche


Mbdecins

Miami
Dr H6nock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081
Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obst6trique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


LIVRES


Vie et mort de I'enfance :


La Desenchantee


Dans ce petit livre d'une
centaine de pages environ,
Michble Voltaire-Marcelin r6ussit
un veritable tour de force:
engendrer a l'aide d'une narration
dense et opaque (narratrice
autodi6g6tique) un r6cit
minimum, le r6cit d'une enfance
qui s'est 6coul6e trop vite au grand
d6sespoir de la narratrice jet6e
dans un monde qui n'est pas le
sien. Au terme de ce r6cit d'une
tristesse et d'une souffrance
infinies, le lecteur d6couvre un
moi tourment6, mais calme et
retenu. Cependant, au-del5 des
qualit6s premieres que nous
recherchons dans le texte
litt6raire : imagination et
sensibility de l'auteur ;
construction particuliere du
langage et du style ; couleurs et
senteurs de la langue utilis6e, ce
qui m'a'retenu dans ce texte, c'est
sa structure et la probl6matique
que j'ai cru d6celer : quelles sont
les frontibres de la fiction ? Peut-
il y avoir chevauchement entre la
fiction et l'autobiographie ?
Comment alors raconter une
histoire ?
Tout commence avec la
d6couverte d'une ancienne photo
de jeunesse, floue, sans date, sur
laquelle figurent la narratrice,
accompagn6e de eses trois frres :
Jean, Francois et Pierre. Cette
photo d6clenche une suite
interminable de souvenirs, de
couleurs, de parfums d travers
lesquels defile l'enfance de la
narratrice. Le theme de l'enfance
en tant qu'ordonnatrice de la vie
adulte est fondamental dans ce
livre. Voltaire-Marcelin pour
souligner cela cite des vers 6
combien r6v6lateurs, d'abord de
Saint-Exup6ry :
On est de son enfance
Comme on est d'un pays
Puis cette strophe d6sesp6r6e,
implacable d'Apollinaire :
O ma jeunesse abandonn6e
Comme une guirlande fan6e
Voici que s'en vient la saison
des Regrets et de la Raison
Un autre theme qui sous-
tend l'histoire racont6e dans La
D6senchant6e : les rapports
difficiles entre la narratrice, etre
difficile, gauche au piano, gauche
a la danse, et sa mere Lorcielle qui
avait tout pour elle : beauty,
charme, talent de musicienne.
Cette interrogation prononc6e par
la narratrice resume bien son


Par Hugues St. Fort

Michele Voltaire-Marcelin
La Desenchantde, Fiction
Les Editions du CIDIHCA
Montr6al, 2005

embarras et la complexity de ces
rapports mbre-fille 6 ma mere,
est-ce ma faute si je ne suis pas
vous ? (p.45). Victime de la
dictature jusque dans ses attaches
les plus profondes"- par le
truchement d'un de ses freres et
de sa meilleure amie la narratrice
raconte la perte de sa meilleure
amie Melie avec une motion
ravageuse mais contr6l1e : II y
eut un choc. Un 6clat. Une 6toile
au pare-brise. Un klaxon continu.
Un vertige. Un fracas. Une petite
fille projette au milieu de la rue.
Eclaboussure de rouge. Pas toi,
Mdlie. Pas toi. Pas toi. Pas toi.
Patience qui la prenait dans ses
bras. Sa tete pendait inerte. Avec
un filet de sang qui trainait derriere
elle. (p.70)
Le texte La
Desenchantee est presentW
comme une fiction. Dans son sens
le plus commun, le terme fiction
renvoie a une oeuvre litteraire
engendree par l'imagination et qui
ne s'attarde pas necessairement a
la vraisemblance. La plupart des


textes litt6raires sont aussi des
textes fictionnels mais tous les
textes fictionnels ne sont pas
necessairement des textes
litt6raires. Par son 6criture et son
art narratif, il est evident que La
D6senchantEe est un texte
litt6raire. En fait, Voltaire-
Marcelin fait tout pour souligner
le caractbre fictionnel de son
texte : les noms des personnages :
Mandosiane, Lorcielle, Pacifique
Jolicoeur, Maitre Eph6mbre,
Foufoune Fortun6, Plre Azarien,
colonel Alibi, etc. ; l'invention des
scenes rapport6es (comme celle ou
Aurl6ien, le garcon de cour, se
livrait a une stance de
masturbation en regardant la mere
de la narratrice nue a sa toilette
quand il fut attaqu6 et battu
sauvagement par Jean Honor6, le
mari de la dame) ; il y a jusqu'5 la
dedicace du livre : A la memoire
de Lorcielle Dupiche et a tous les
miens. qui se pr6sente comme
r6dig6e par la narratrice et non par
l'auteure. D'autre part, malgr6
tous les indices de fictionnalit6
6parpillks a travers tout le texte,
la tentation est grande de faire le
lien entre la narratrice et l'auteure
elle-meme, ce qui ferait alors de
" La Disenchantoe un texte
autobiographique ou a tout le
moins, semi-autobiographique. A


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
Haiti en Marche
221-0026


Coiffeur
Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
proprietaire
15455 West Dixie
Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070
Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086
la suite du critique francais
Philippe Lejeune, nous
d6finissons l'autobiographie
comme un rcit rotrospectif en
prose qu'une personne r6elle fait
de sa propre existence, lorsqu'elle
met 1'accent sur sa vie
individuelle, en particulier sur
l'histoire de sa personnalit6. I1
y a dans"" La D6senchant6e la
plupart des composantes de cette
definition puisque le texte se lit
comme un r6cit que la narratrice
fait de son enfance, des diff6rentes
personnes qui 'ont marquee, de
l'emprise implacable que cette
enfance a eue sur sa condition
adulte et sa personnalite. De plus
en plus, l'6criture


Mercredi 17 Aofit 2005
1-T'ti en ./L rr-h Vc1 YTY N QO I


~i~fD~-W


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


Le Look
P6tion-Ville
Rue Panam&ricaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Sp&ciales
Buy One, Get One Fre
Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.

autobiographique et l'6criture
fictionnelle semblent se donner la
main en quelque sorte pour donner
naissance a un nouveau type de
r6cit identifi6 par Serge
Doubrovsky comme une
" autofiction ". I1 est caract6ris6
par un ml6ange de v6rit6 et
d'invention. On peut envisager
une lecture de La
D6senchant6e comme une
autofiction oh l'auteure m1lange
adroitement des scenes et des
conditions authentiques avec des
situations carr6ment invent6es.
C'est du moins ainsi que je lis ce
texte.

Email: Hugo2740(aol.com


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"







Chaque semaine,
Lisez
Haiti en Marche


Miami Pompano Beach Orlando


I


I


r







Mercredi 17 aoft 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


Page 14


I GRANDS TITRES


A la "une" de la semaine


Stravinsky B6n6dict ANGLADE
Cette semaine a 6t6 trbs singulibre et augure de
mauvais jours dans un avenir pas trop lointain pour Haiti.
Sa singularity se retrouve surtout dans la prise de position
publique de la communaut6 internationale dans l'affaire
Neptune, des cas de lynchage de gens dans la capitale
haitienne et le depart de l'ambassadeur 6tasunien, James
B. Foley.
Le repr6sentant de Kofi Annan en Haiti, Juan
Gabriel Valdes, a r6clam6 mercredi la remise en liberty de
M. Yvon Neptune. II a 6voqu6 ne pas comprendre les


Le Congo a emboite le pas

a Haiti ...
(Transition ... suite de la page 12)
terrain pour tout le monde. Ii n'est pas normal, explique-t-
il, que les ex-bellig6rants a qui l'accord global et inclusif a
donn6 des pouvoirs exorbitants puisent dans le Tr6sor
public sachant que les autres ne vont pas s'impliquer dans
un processus qui va les marginaliser. II faut absolument
trouver des m6canismes appropri6s pour financer toutes
les formations politiques, soutient Alafuele qui stigmatise
ce spectacle pour le moins ahurissant des institutions de la
r6publique coupes de citoyens.
Aussi, pense-t-il que l'6ducation des citoyens est
indispensable si l'on veut leur implication dans la dur6e
dans les mutations qui s'operent. L'6ducation a la
citoyennet6 est le fondement de la d6mocratie ", rappelle
Alafuele, lui-meme professeur d'universit6, pour qui les
enjeux majeurs dans la sociWt6 congolaise, ses problbmes
a r6soudre avec les elections constituent autant de matibres
qui m6ritent d'etre port6es a la connaissance publique. Sans
quoi, pr6vient-il, le vote va se rvdler un exercice futile.
Comme quoi le problbme est aussi culturel.


SUFFOLK Division
Docket No. 05D-0807


raisons pour lesquelles le gouvernement int6rimaire
maintient encore M. Neptune en prison. "Je comprends la
n6cessit6 pour la justice haitienne de faire son travail, mais
j'estime anormal que la detention de M. Neptune soit aussi
prolong6e", a fait savoir Juan Gabriel Valdbs.
Dans la meme veine, le num6ro un de la diplomatie
am6ricaine en Haiti a r6clam6 la liberation de l'ex-Premier
ministre, Yvon Neptune. Selon M. Foley, l'incarc6ration
de Neptune est inscrite sous la rubrique de violation des
droits humains. II a fait remarquer que personne n'a fourni
jusqu'ici la moindre preuve ni le moindre indice le
culpabilisant dans le massacre de la Scierie.
Plus t6t dans la semaine, le chef civil de la mission
onusienne en Haiti, Juan Gabriel Valdes, avait plaid
6galement en faveur de la liberation de Yvon Neptune si
aucune charge n'est retenue contre lui.
Le ministre de la justice, Me Henry Marge
Dorl6ans, a d6clar6 a la presse la meme semaine que
certains juges se complaisent a faire de l'injustice aux
prisonniers. "Si on ne peut pas faire avancer les enquetes
sur des gens en detention, qu'ils soient lib6r6s", a rench6ri
M. Dorl6ans en d6noncant certains juges, sans les citer
nomm6ment, qui utiliseraient leur pouvoir pour faire de
l'injustice.
Les reactions du R6seau National de Defense des


DECENTRALISATION...
(suite de la page 11)
leurs interets. Nous esp6rons en cette ann6e l6ectorale qu'au
moins un parti saura se d6marquer de la meute, pour se
pencher sur une question d'importance nationale. La
capitale ne saurait a elle seule accaparer toutes les
ressources de l'Etat, alors que les regions p6riclitent et que
leurs populations sont livr6es a la charity internationale.

Gesler Jean-Gilles


Commonwealth of Massachusetts
The Trial Court
Probate and Family Court Department


Summons By Publication



Myrtha Saint-Louis Plaintiff(s)


Jean Miceus.


Defendant(s)


To the above named Defendant(s):

A Complaint has been presented to this court by the Plaintiff, Myrtha Saint-Louis,
seeking a divorce

Pursuant to Supplemental Probate Court Rule 41 1, an Automatic Restraining Order has been
entered against the above named parties, and that the said defendant can not be found within the
Commonwealth and that his present whereabouts are unknown; that personal service on said
defendant is therefore not practicable, and that said defendant has not voluntarily appeared in this
action:

You are required to serve upon Dane M. Shulman. Esq.

Attorney for plaintiff(s) whose address is 1596 Blue Hill Avenue. Mattapan. MA
02126



Your answer on or before September 15 ,2005. If you fail to do so, the
court will proceed to the hearing and adjudication of this action. You are also
required to file a copy of your answer in the office of the Register of this Court at
Boston


Witness,
at Boston


John M. Smoot
this 7h


, Esquire, First Justice of said Court
day of June. 2005


Publication: General Circulation Port-au-Prince. Haiti


Richard lannella
Register of Probate Court


Droits Humains (RNDDH), ci devant NCHR/Haiti, ne se
sont pas fait pas attendre. Selon Marie Yolene Gilles, porte-
parole du R6seau, le chef de la MINUSTAH Juan Gabriel
Valdes et le ministre de la justice, Henry Dorl6ans,
cherchent a perp6tuer l'impunit6 en Haiti en exercant des
pressions sur l'appareil judiciaire pour obtenir la liberation
de l'ex-Premier ministre Neptune qui est accuse
d'implication dans le massacre de la Scierie a Saint-Marc.
Elle a, par ailleurs, fait remarquer que la liberation
d'un prisonnier pr6sum6 impliqu6 dans une tuerie, sous
pr6texte de sa detention prolong6e, est un scandale.
Parallblement a ces turbulences politiques, les
scenes de violence continuent a ternir l'image de notre cher
pays. On a enregistr6 plus d'une dizaine de cas de lynchage
au Bel-air. La plupart des victimes ont 6t6 pr6alablement
maitris6es par les agents de la PNH, avant d'etre livr6es a
la population. Cette pratique barbare et f6roce ne fait pas
honneur a un pays digne de ce nom.
(voir A la une / 20)


Hommage

a Andre Pierre ...
(Peinture ... suite de la page 10)
compositions, a regarder la vie qui se d6gage de chaque
coin de la toile, on pense aux vieux artistes allemands, a
Grinewald, a Cranach, a Diihrer surtout auquel il fait
songer par son symbolisme, mais a un Diihrer encore plus
v6h6ment, a un Diihrer encore plus vibrant: chez Andr6
Pierre en effet, chaque detail, chaque couleur, chaque geste
hurle sa v&rit6, hurle sa vie.
Je reste abasourdi devant quelques-unes de ses
plus magistrales et ses plus poignantes compositions,
comme l'extraordinaire Retour des Lois en Afrique ",
oui nous disons poignantes, parce qu'au-del5 du d6lire des
couleurs et de la maestria de la composition, cette toile,
l'une des dernibres du peintre, nous livre un message des
plus path6tiques. Les esprits nous ont laiss6s ", martele
l'artiste, le regard au loin, ils retournent d'oi ils sont
venus".
Faut-il s'en 6tonner ? Non seulement nous les
rel6guons dans l'oubli, mais nous sommes indignes d'eux.
Oui, nous sommes indignes des esprits dont la rage,
flamboyant en lettres de sang et de feu en une chaude nuit
du mois d'aoft, aura donn6 sa liberty non seulement a une
ile, mais aussi a un Continent.
Oui, nous sommes indignes de nos esprits. Et nous
sommes indignes d'Haiti. Au moment meme ou j'6cris ces
lignes,'on d6friche a qui mieux mieux les derniers
survivants de nos reserves naturelles, les quelques arbres
rescap6s de la F6ret des Pins, du Parc Naturel la Visite, du
parc Macaya, sans que ni les soldats strangers qui se
pr6lassent a quelques kilombtres du lieu du massacre, ni
nos autorit6s ne lbvent le plus petit doigt pour 6viter ce qui
se pr6sente comme l'acte final de l'un des plus honteux
genocides de tous les temps.
Et il n'y a personne qui s'en 6meuve Nous
sommes bien trop occup6s a nous d6chirer les uns les autres.
Au moment meme ou j'6cris ces lignes, des soi-disant
compagnies internationales se livrent sans le moindre
contr6le a l'exploitation de nos richesses sous-marines,
6valu6es par certains a plusieurs milliards de dollars
am6ricains, alors que nous nous multiplions en courbettes
de remerciement pour l'aum6ne de quelques milliers de
dollars. Et il n'y a personne qui s'en 6meuve !.
Essayez de retrouver cette toile : le depart des Loas
pour l'Afrique. Vous y retrouverez toute la trag6die
haitienne. Mais vous y trouverez autre chose. Vous y
trouverez un reve immense, cristallis6 dans une langue
d'une puret6, d'une v6rit6 a laquelle seule une poign6e
d'etres humains auront pu avoir accbs.
Parce que tout, chez Andr6 Pierre, le dessin d'une
rigoureuse nettet6, les couleurs dont la richesse semble celle
des reves de notre enfance, la rigoureuse organisation
spatiale qui plante invariablement, baignant au sein d'une
vie palpitante, des etres de Beaut6 drapes de leurs plus
saisissants atours, tout cela n'est que la transcription
litt6rale d'un univers fantastique et mirobolant.
D'un univers bien r6el pourtant, car il est non
seulement celui de notre ame de creoles, mais parce qu'il
est celui des racines memes de l'Humanit6.
Mon opinion sincere est que le seul hommage
digne de ce nom que nous puissions rendre a la plus grande
gloire vivante de notre Patrie, c'est de jurer de nous battre
jusqu'5 notre dernier souffle pour que ne meure cet Univers.

Dr Frantz Large
3 aofit 2005


I I - - - - -


I







Page 15


I FOOTBALL: TOUS LES CHAMPIONNATS I


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


USA
MSL
Samedi 13 Aoft, 2005
DC United-Chivas USA
3-0
San Jose-Colorado
1-1
Chicago-Los Angeles 2-1
Dallas-New England 1-2
Real Salt Lake-Kansas City
2-4
MetroStars-Columbus 2-1
Le Classement
Conference Est
MJ Pts
New England 22 42
Chicago 24 39
DC United 22 38
Kansas City 22 38
Metrostars 23 32
Columbus 22 21


Conference Ouest
MJ
Dallas 22
San Jose 22
Los Angeles 23
Colorado 22
Real Salt Lake 22
Chivas USA 21
Meilleur Buteurs


Jeff Cunningham Colorado 11 buts


Am6rique Latine

Championnat D'Argentine
Tournoi D'Ouverture 2eme Journie
Velez Sarsfield-Argentinos Juniors 0-1
Arsenal-Gimnasia La Plata 1-1
Newell's old Boys-Tiro Federal 2-1


Europe


France
3eme Journee 2005-2006
PSG-Toulouse 2-1
Nancy-Lens 1-2
Auxerre-Bordeaux 1-0
Le Mans-Rennes
4-0
Lille-Troyes 1-2
Nantes-Ajaccio 0-2
Nice-Sochaux 1-2
StEtienne-Metz
2-0
Strasbourg-Monaco 1-2
Marseille-Lyon 1-1

Classement


Equipes MJ
1. PSG 3
2. Auxerre 3


Colon de Santa Fe-Racing Club 0-2
Independiente-Instituto de Cordoba 3-0
Banfield-Quilmes 0-0
Estudiantes-San Lorenzo 0-1
Olimpo de Bahia Blanca-Lanus 1-1
Boca Juniors-Rosario Central 2-1
Gimnasia y Esgrima de Jujuy-River Plate
0-0


3. Lyon


3 7


Allemagne
2eme Journee 2005-2006
Bielefeld-Hambourg 0-2
Bayer Leverkusen-Bayern Munich 2-5
Dortmund-Schalke 04 1-2
Monchegladbach-Wolfsburg 1-1
Hertha Berlin-Frankfurt 2-0
Kaserslautern-MSV Duisburg 5-3
Nurenberg-Hannover 96 1-1
Mainz-Werder Bremen 0-2
Stuggart-Cologne 2-3

Classement
Equipes MJ Pts
1.BayernMunich 2 6
2.Cologne 2 6
3.Hambourg 2 6
4-Bremen 2 6
5-Schalke 04 2 6


Classement
Equipes
1- Independiante
2-Newell's old Boys
3-Racing Club
4-San Lorenzo
5-Boca Juniors


Angleterre
lere Journee 2005-2006
Everton-Manchester UTD
0-2
Aston Villa-Bolton
2-2
Fulham-Birmingham 0-0
Man City-West Brom 0-0
Portsmouth-Tottenham 0-2
Sunderland-Charlton 1-3
West Ham-Blackburn 3-1
Middlesbrough-Liverpool 0-0
Arsenal-Newcastle 2-0
Wigan-Chelsea 0-1


Classement
Equipes
1- Man UTD
2-Tottenham
3-Charlton
4-West Ham
5-Arsenal
6-Chelsea


Noma 4* ia mk *












"Copyrighted Material



Syndicated Content



Available from Commercial News Providers"


N KE 0


I







Mercredi 17 aofit 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


Page 16


I ENVIRONNEMENT I


P-au-P : L'Eglise mobilisee pour la protection
Sous la direction de Mgr Joseph Serges basins versan m Un comite de suivi a et constitute pour
Miot, Archeveque Coadjuteur de Port-au-Prince, m3 l 3 3 i 3 ionter un projet avec la Caritas. L'Archeveque de


une importante reunion s'est d6roul6e le samedi 13 Aofit 2005
a la chapelle St. Francois d'Assise de la paroisse de Duval
avec les cur6s et responsables d'associations paysannes de
l'unit6 pastorale de Kenscoff a Despinasse, 45 section
communale Bellevue la montagne.
L'objectif 6tait de sensibiliser les pretres, les leaders
des communaut6s paysannes, les citoyens sur le danger
dcologique que repr6sente la zone. Comment arriver a
contr6ler le d6veloppement des lotissements, prot6ger les
espaces libres et cr6er des incitations dconomiques
d'accompagnement pour que le sol soit utilis6 avec
parcimonie. L'id6e de Mgr Miot c'est de d6velopper une zone
compacte pour qu'il n'y ait pas de gaspillage des ressources
naturelles et aux d6pens des g6ndrations futures. Ce projet
devient urgent surtout apres les d6gats 6normes causes par
l'ouragan Dennis dans le Sud d'Haiti.
Selon l'Archeveque, le problem 6cologique d'Haiti
est trbs grave et doit interpeller tout le monde. Plusieurs
intervenants ont pris la parole, dont le Rv&6rend Pare Occide
Jean, dit Pere Sicot, responsable de l'Association "Afe neg
konbit" (ANK); et Pere Max Delamour, responsable de
l'association de l'archidiocese qui a pr6sentW un projet
d'6coles vertes dans les dcoles presbyt6rales.
Pere Jean Yves Urfi6 (Furcy) a pr6sente son
experience pilote avec les 6coles catholiques ; puis
l'Agronome Ernst P6dro Cass6us accompagn6 de son fils


Joseph Vladimir Cass6us, cartographe, qui a pr6sente la
situation du bassin versant avec les rivibres Grise, Froide
et Momance qui se rencontrent un danger imminent
pour les habitants de la Plaine du Cul-de-sac ; enfin tous
les participants qui ont 6chang6 des idWes sur les plaines,
ruisseaux, sources et nappes d'eau, les zones de reserve
et le regime pluvial.


Port-au-Prince a formula tous ses voeux, en esp6rant que
l'exp6rience pilote a Despinasse sera une r6f6rence pour
toutes les autres zones 6galement menaces dans les
diff6rents d6partements gdographiques du pays.

Yves Paul LUandre
journaliste


Le nouveau representant de I'UNICEF

prend officiellement fonction
Port-au-Prince, le 10 aout 2005 Monsieur connu. "La vaccination de routine pour les enfants et les
Adriano Gonzalez-Regueral a pr6senta au Ministre des femmes en age de procr6er ; la lutte contre la malnutrition
Affaires 6trangbres ses lettres d'accr6ditation le des enfants ; le renforcement du programme de reduction
confirmant comme nouveau Repr6sentant de 1'UNICEF de la mortality maternelle et ndonatale; la creation des
en Haiti. En lui souhaitant la bienvenue, au nom du alliances pour la lutte contre la violence faite aux enfants
Gouvernement d'Haiti, le Ministre Herald Abraham a et l'exploitation des enfants, en particulier par leur
rendu hommage aux bonnes relations de cooperation qui integration a des groupes arms; la priority accord6e aux
existent entre Haiti et 1'UNICEF, et a l'appui que cette enfants dans les situations d'urgence, ainsi que le plaidoyer
organisation des Nations Unies apporte dans les pour l'Mducation pour tous, seront les priorities dans les
domaines de la Sante, de l'Education et de la Protection interventions de 1'UNICEF en Haiti sous ma direction", a
des Enfants. d6clard le nouveau Repr6sentant de 1'UNICEF. I a souhait6
Monsieur Adriano Gonzalez-Regueral a un engagement accru des autorit6s gouvernementales, des
renouveld les engagements de 1'UNICEF a l'6gard des hommes politiques et de tous les secteurs de la soci6td
enfants d'Haiti. II a toutefois exprim6 ses inquidtudes haitienne, en vue d'assurer la r6alisation des droits des
quant a la question des enfants en extreme vulndrabilit6 enfants en Haiti. "Les meilleurs fondements"dans la
dont le nombre s'est fortement accru ces demieres anndes construction d'un pays se traduisent par la facon dont la
a la suite de longues et successives crises que le pays a (voirUnicef / 17)


LE COIN DE MIAMI


LAVALAS VS. LAVALAS

Fanmi Lavalas

compte intenter une action

en justice contre des ex-

parlementaires du parti

(Lavalas ... suite de la page 2)
l'organisation Fanmi Lavalas pour participer aux
prochaines joutes 6lectorales.
Pour l'ancien l6gislateur, la decision d'inscrire FL
dans la course entre dans le cadre des d6marches pour exiger
d'une part la liberation de tous les prisonniers politiques et
d'autre part le retour au pays de tous les exiles.


Pour le candidat a la presidence Charles Henry

Baker, la question de couleur est un faux problem


L'industriel Charles Henry Baker qui a d6clard
sa candidature a la pr6sidence la semaine derniere, a fait
savoir qu'il est en mesure de collecter les 100.000
signatures r6clam6es par le CEP d'ici le mois prochain
pour le dep6t de sa candidature.
Monsieur Baker qui intervenait sur le 980 AM
Radio Am6rique Internationale, a indiqu6 que la question
de couleur de la peau ne m6rite pas un vrai d6bat car,
dit-il, c'est un faux problem.


Charles Henry Baker a affirm que s'il est dlu aux
prochaines competitions dlectorales, le r6tablissement de
l'autorit6 de l'Etat sera sa priority car, selon lui, l'Etat en
Haiti n'existe pas.
Le candidat Baker, qui n'a pas voulu d6voiler son
plan, pense que la tache du prochain gouvernement dlu ne
sera pas facile. Selon lui, le pays est confront actuellement
a de s6rieuses difficulties.


Le staff dirigeant du Vieux tigre 6tait a Miami
la semaine dcoulde pour rencontrer les mordus du ballon
rond, particulibrement d'aciens joueurs et des
supporteurs du Violette en vue de mettre sur pied une
cellule du Violette Athletic Club en Floride.
L'ancien sdlectionneur haitien, Phillipe Vorbe,
qui est actuellement directeur technique du VAC, faisant
une radiographie du
football haitien, dit
constater un dchec total
de tous les clubs.
Pour rem6dier
a la situation actuelle du
VAC, Phillipe Vorbe
lance un vibrant appel
a la famille Violettiste
pour qu'elle fasse le
n6cessaire dans le but
de sauvegarder le club
qui aura bient6t 90ans.
D'apres
l'entraineur du Violette,
ce 90eme anniversaire
devrait marquer un
nouvel l6an du club.
Le nouveau
staff dirigeant veut
mettre de l'ordre dans
la maison, a savoir
doter le club d'un local
et ceci avec le concours La reunion du Viole
de tous les fans du VAC.
Phillipe Vorbe a plaid en faveur de nombreux
changements au sein du Violette Atletic Club. "Jamais
plus jamais, le Violette ne sera le meme" a-t-il lanc6.
Pour la star nationale Phillipe Vorbe, jadis on
considbrait le VAC comme une 6quipe bourgeoise. Pour
lui, le Violette n'est ni une 6quipe bourgeoise, ni une
6quipe mulatre. C'est un club d6mocratique.

L'6mergence d'un nouveau club
Le VAC a maintenant une 6quipe jeune de 18
a 23 ans en formation.


Elle est compose de jeunes 6coliers et d'universitaires.
Malgr6 certaines difficulties, l'entraineur du
Vieux tigre est persuade que le Violette est en marche.
La reunion des Bleus et Blancs qui s'est tenue
dimanche dans le quartier de Little Haiti (Miami) a Wtd
l'occasion pour 6couter quelques t6moignages d'aciens
joueurs du VAC.


tte Athletic Club a Miami photo Haiti en Marche
La rencontre a eu lieu en presence du promoteur
musical Fred Paul et de son partenaire Alix Timer, des
anciens joueurs Leys Gilbert et Michel, Charly Eliazare

Le comit6 de direction du VAC est ainsi
compose: Pr6sident Max Lelio Joseph; Vice president
Raphael Pierre; Administrateur Patrick Lazarre et
entraineur Phillipe Vorbe.


EVENS HILAIRE
Haiti en Marche


Le Violette Athletic Club tient ses assises a Miami


En cas d'urgence
appelez
MINUSTAH / PNH


(509)
510-2563
510-3183 84 85
244-3503


*cor porate OUR VEHICLES
functions *EXECUTIVE SEDANS
*Airport Service *LUXARY LIMOUSINE UP
*Social Events TO 1 0 PASSENGERS
*Weddings *suv (HUMMER,
*part ies EXCURSIONS)
*city tour
B *g g www.Megel s.com







Page 17


LA CARAIBE


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29


Fidel Castro, 79 ans, et un optimisme revolutionnaire a toute epreuve


LEMONDE.FR I 13.08.05 I 15h01
Parfaitement remis de sa chute spectaculaire en
octobre, au cours de laquelle il s'6tait bris6 le genou gauche,
Fidel Castro semble conserver toutefois une gene au niveau
de son bras droit, fel6 lors de cet accident, et qui semble
avoir perdu de sa motricit6.


Nouveau representant

de I'UNICEF ...
(suite de la page 16)
society traite ses enfants ", a ajout6 Monsieur Adriano
Gonzalez-Regueral.
Dot6 d'une tres longue experience dans la
cooperation au ddveloppement en g6ndral, et au sein de
1'UNICEF en particulier, Monsieur Gonzalez-Regueral
aura notamment a sa charge la planification, la coordination
et la mise en oeuvre du programme de cooperation entre
Haiti et 1'UNICEF.
De nationality espagnole, Monsieur Gonzalez-
Regueral 6tait Repr6sentant de 1'UNICEF au Paraguay
avant sa nomination pour Haiti. II a aussi travaill6 pour
1'UNICEF au cours des dernieres 18 anndes en Irak,
Panama, Mexique, Madagascar, Guinde et C6te d'Ivoire.

Pour plus d'informations, priere contacter la
section Communication de I'UNICEF aux num6ros de
telephone repris ci-dessous ou par e-mail:
eaugustin@unicef.org


Coo


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi pli,


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, Fl 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


Paradoxalement, cette chute semble avoir incit6
l'ancien gudrillero a redoubler d'activit6. Ainsi, ses discours
td6lvis6s sont passes d'une quinzaine pour toute l'annde
2004 a 38 depuis le
seul mois de mars
cette annde, d'une
moyenne de pr1s de
trois heures chacun.
En toile de
fond, l'arrivle de la
gauche au pouvoir
dans plusieurs pays
d'Am6rique latine -
Br6sil, Argentine,
Uruguay et
Equateur- a relanc6
les rpves du vieux
r6volutionnaire de
voir se constituer une
opposition radicale
Fidel Castro
l'influence de
Washington dans la region.
Pierre angulaire du projet, alliance de la
revolution castriste avec la revolution bolivarienne en cours
au Venezuela, fondue sur une 6troite coordination avec le
president Hugo Chavez, dont Fidel Castro passe pour ltre
le mentor.
Les deux pays ont multiplied les accords
bilat6raux -50 signs en avril, trbs avantageux pour
Cuba- afin de donner corps I l'ALBA,
l'Alternative bolivarienne pour les Am6riques, un
projet d'int6gration dconomique et politique destiny
A faire pice i 1'ALCA, la Zone de libre-6change
pour les Am6riques voulue par Washington.
Fidel Castro est d6sormais "parrain" de la dernihre
promotion d'officiers v6n6zudliens de l'Ecole de
guerre, "baptis&s" A La Havane d6but aofit.
Omnipresent, le chef de l'Etat est intervenu
ces derniers mois pour rassurer sur la situation
dconomique de File, annongant fin juillet, contre


toute attente, une croissance de 7,3% depuis le d6but de
l'annde et 9% d'ici a d6cembre, soit un rythme quasi
identique a celui de la Chine.
Ces chiffres ont surpris nombre d'6conomistes,
Cuba ayant Wtd frapp6 par une tres grave s6cheresse et par
les ravages en juillet de l'ouragan Dennis, officiellement
estim6s a plus de 1,4 milliard de dollars.
Volontiers 6logieux a l'6gard de la Chine avec
laquelle il a pass en novembre dernier plusieurs accords,
le president cubain se refuse toutefois a en emprunter les
"recettes" capitalistes et a proc6dd au contraire depuis
plus d'un an a une recentralisation absolue de l'6conomie,
mettant fin a des centaines de contrats avec des entreprises
6trangeres attirdes par la relative ouverture du pays depuis
les anndes 1990.
Et en novembre dernier, le dollar, autoris6 a
nouveau depuis 1993, 6tait mis hors circulation avant que
le peso cubain convertible, jusque 1l a parity avec le billet
vert, ne soit r66value de 8%.
Confort6e par une certaine "grogne" de la
population devant les privations, l'opposition s'est
enhardie et a tent6 d'occuper la rue en juillet. Mal lui en a
pris : le 22 juillet, la police cubaine proc6dait a la plus
importante rafle d'opposants depuis celle de 2003. Une
quinzaine de dissidents sont toujours sous les verrous.
Et a la veille de son anniversaire, les "acres de
repudiation" qui avaient pratiquement disparu ces
dernieres anndes, sont de retour : des partisans du regime
se sont regroups vendredi devant les domiciles
d'opposants pour les conspuer et les empecher de se r6unir.
L'an prochain, Fidel Castro devrait prendre pour
trois ans la pr6sidence du mouvement des non-align6s.
Depuis cette tribune, nul doute qu'il compte bien continuer
a donner du fil a retordre a l'administration "nazi-fasciste"
du president George W. Bush, sur laquelle il vient de
marquer un point : un tribunal d'Atlanta vient d'annuler
le jugement a Miami en 2001 de cinq agents cubains
condamnds a de lourdes peines pour espionnage.
Les "Cinq heros" de la propagande cubaine devront etre
rejug6s en terrain neutre.


Licensed A/C NOW Insured


24/7 Flat Rate Advantage

AIR CONDITIONING & REFRIGERATION
Service Repair Installation

JEAN MASSENA

954-497-7700 1866 49AC NOW



877E2 I' E 2 eme AvenLjue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection teliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* Monnv Ordepr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Prodnits nnur phpvepnY


.........It ....I.t. ..It .....I-I ...... ..ll ... .....







Mercredi 17 aofit 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


Page 18


I Les Jeux de Bernard I


VENTESW


TIOIRIDIR|E


Solutions de la
semaine passee:

A MBI A N C E
MOUS S EUX
MU ACC R A
O FFRE AC
NE D OTE
I TI E R

CIT I R E
CR IN IERE


1ES IE4LNtBERN1ARDS


Allez de VENTES & TORDRE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


YA
KK
PU


Trouvez les noms de 21 ambassadeurs
americains en Haiti dans le carr6 ci-dessus


Solutions de la
semaine pass6e:
VE I LLE
VAI LLE
PAI LLE
PAI RL E
PAI R I E
PAT RI E
PETRIE



SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

Al

RP L

IS


Solutions de la semaine passee
WITLOOF


GRILLE DE PROGRAMME


M6lodie 103.3 fm


Ishkr$


74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
T61: 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323
e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Blon R eveil enmusique

6h30- 7h00 An Pipirit cihantant
ler Journal creole de la journ6e avec Yves Paul L6andre

7h00 10h00 M Telodie atin avec Marcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
8h L'Editorial de Marcus
8hl5 La Chronique au Quotidien avec Elsie
8h30 Le grand Reportage avec Guyler c Delva
8h45 A Haute Voix avec Dominique Batraville
9h Les Sports avec Jacky Marc
9h15 Culture avec Claude Bernard S6ran
M1lodie Matin chaque samedi est anim6e par Rapahel F6qui&re


lOhOO Midi


Le Disque de
1' Auditeur
animation: Jacques Lacour


.c o q P
,,, O


S a- -


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


. f


Le Mtidic
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si bOon
en chansons...
Emission de Chansons Francaises

3h00-5h00 Le Bon VXieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill

5h00 -7h00 Telodie & Company
cheque jour un sujet different, avec
des invites et la participation du
public.A-nimation: IMIARC JUS


7h00 8h30
8h30- 9h00

lOh00


Am or y Sab or
Soir Informnations

INotre Grand Concert
( Lundi et Mercredi : L'heure classique)


Jazz at Ten (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

9h00 etau-delh Cavaliers, prenez
vos dames (Samedi )
50 ans de Succbs Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h a Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


L'implication des syndicats haitiens dans la lutte contre le travail des
enfants
Anime par Mme Kirsten Maria Fecdercroff, sp6cialiste en normes internationales du travail; Mr
Juan Samuel, sp6cialiste et Mme Hilen Seignor, coordonnatrice pour Haiti du Programme qui se
consacre B l'eradication du travail infantile, un s6minaire national de formation destiny aux Syndicats
sur les normes internationales du travail et le travail des enfants, a eu lieu du 12 au 14 Aoft pass
au local de la Coordination haitienne des Syndicats, sise a la rue Cameau.
Ce s6minaire a ete organism par le Programme qui se consacre B l'eradication du travail infantile"
IPEC ", qui est une cellule de l'organisation internationale du travail OIT ", en partenariat avec
plusieurs associations syndicales haitiennes.
A l'issue de ce s6minaire, les syndicats ont vot6 pour une prise en charge concrete des enfants en
domesticity et de ceux considers comme des laiss6s pour compte.

"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


L'augmentation du prix du carburant provoque la colkre des chauffeurs
de transport en commun
Le syndicat des chauffeurs de transport public avait commence par organiser une journ6e
de greve le lundi 15 aoft qui a Wte suivie A cent pour cent par les employs de ce secteur.
Ensuite l'Unit6 d'Actions Constructives des Syndicats Haitiens (UACSH) a convi6 la
population haitienne A une marche pacifique le 12 aoft dans le but de forcer les autorit6s
provisoires A satisfaire des revendications sociales, notamment la baisse des prix du carburant.
"L'augmentation incessante du prix de l'essence A la pompe traduit l'irresponsabilit6 et
l'incapacit6 des technocrates au pouvoir A satisfaire les besoins primaires du peuple haitien "
a d6clar6 l'ancien inspecteur de police Jean Fritz Magny, porte-parole de 1'UACSH, lors
d'un point de presse le 11 aoft & Port-au-Prince.
En l'espace de 6 mois, le carburant a connu plusieurs variations a la hausse, contraignant la
population a se serrer encore plus la ceinture. Les syndicats de chauffeurs avaient invite leurs
membres a la capitale et en province a adh6rer au mouvement de protestation prevue pour le 12
aoft, qui fut aussi largement suivi. Les prix du carburant sont fixes aujourd'hui A 143 gourdes
(USD 3,50) le gallon de gazoline 95 octane, 138 gourdes (USD 3,45) le gallon de gazoline 91
octane et 103 gourdes (USD 2,50), le gallon de diesel.


no


a .


12h00 12h15


12h15 2h00






Page 19


Ti gout pa ti gout,


Mercredi 17 Aofit 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 29







Mercredi 17 aofit 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 29


A LA UNE
A- I- ---- Ax


(suite ae la page 14)
Selon Samba Boukman, porte-
parole de la base Fanmi Lavalas au Bel-
air, la PNH a mont6 une brigade avec des
gens de l'ext6rieur pour venir lyncher des
habitants de ce quartier volatile.
Le Bel-air actuellement est
comparable a une jungle. La rue Tiremasse
est vid6e des 3/4 de sa population. On
n'entend que des tirs a l'arme lourde a-bas.
" Rien ne marche et ne fonctionne"au Bel-
air ", a confi6 Haitiimpact.com un riverain
de la zone. Ces derniers cas de lynchage
au Bel-air sont le commencement d'une
guerre civile entre la population civile et
les 'chimbres' qui refusent de laisser la zone
en paix'" a d6clar6 un autre habitant.
Nous sommes d6termin6s a
mettre dehors ces individus qui nous
rendent la vie difficile ", a-t-il poursuivi.
On continue aussi d'enregistrer des
cas de kidnapping, dont celui du m6decin
Kelly Bastien. Ce dernier a recouvr6 sa
liberty contre une rancon dont on ignore le
montant.
L'entrepreneur et musicien Jean
Pierre Rivibre a Wt6 abattu par des criminels
en milieu de semaine. On ignore pour le
moment les mobiles de cet acte barre.
A Cit6 Soleil, les bandits
continuent a d6fier les autorit6s policibres.
Depuis leur quartier g6n6ral a Soleil 19, ils
ont encore frapp6 en fin de semaine, et


I L'ACTUALITE EN MARCHE


politiciens, nous sommes tous frbres. Unissons-nous
pour la sauvegarde de la mere patrie.


parmi leurs nouvelles victimes qui
6taient au nombre de trois (3),
figure aussi un policier qui a Wt6
brfil vif.
Parallblement a cette
situation de violence ambre qui
rbgne dans les quartiers populaires
de la capitale haitienne, le
processus d'enregistrement des
6lecteurs va bon train. Le CEP a
franchi la barre des 2 millions
d'inscrits, selon Pierre Richard
Duchemin, responsable du
processus d'enregistrement des
6lecteurs.
Le Premier ministre
int6rimaire, G6rard Latortue, est
attendu aux Etats-Unis
d'Am6rique pour subir une
intervention chirurgicale au genou.
Selon la primature, le chef du
gouvernement profitera de ce
voyage aux USA pour prendre une
semaine de vacances avant de
retourner en Haiti.
En opposant la haine a
la haine, on ne fait que la r6pandre
en surface et en profondeur
". Mettons de c6t6 nos
haines pour pouvoir bien diriger ce
pays qui est a l'agonie. Les
macoutes, les lavalassiens, les
6tudiants, les chimeres et les


Arrestation d'Haitiens

a Santiago de los Caballeros


Les forces armies dominicaines
ont op6r6 des centaines d'arrestations ce
dimanche dans la deuxibme ville de la
R6publique dominicaine, Santiago de los
Caballeros.
Cette operation a &t6 dirig6e par
des inspecteurs de l'immigration. Dans
plusieurs cas, les haitiens ont Wte
appr6hend6s dans leur vetement de nuit,
parmi eux des femmes et des enfants
presque nus.
Au cours de la matinee, les
inspecteurs de l'immigration ont Wte sur des
chantiers de construction ou plusieurs
dizaines d'hommes ont &t6 arretes et forces
de monter a bord de gros camions.
Plus d'une centaine de mendiants,
en majority des enfants, ont Wte aussi


appr6hend6s. Ils ont &t6 transports
dans un centre de detention de la
ville de Santiago pou etre rapatri6s.
Interrog6 par infonet,
Alcadio Rojas, un inspecteur
d'immigration de Santiago, a
d6clar6 que cette operation fait
partie d'une journ6e nationale
institute par le directeur g6n6ral du
service d'immigration, Carlos
Amarante Baret. II a ajout6 que ces
operations vont continuer contre
tous les haitiens vivant de manibre
ill6gale en territoire dominicain.
Quant aux mendiants, en majority
des enfant en bas age, ils seront
tous appr6hend6s et rapatri6s.


-40 %S^ U .ft -

OW. "Copyrighted Material
Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 20


Stravinsky Ben6dict ANGLADE
anglade@haitiimpact.com


Le num6ro 1 de la Minustah, Juan Gabriel Valdes, rencontre un jeune homme venant d'etre
lib6r6 au Bel-air, ses ravisseurs se sont enfuis a l'arrivee des forces de l'ordre
photo Sophia Paris MINUSTAH/ONU


ADOMI

PORCHASINW

AGENCY

Te1.: 786-457-8830
Fax: 305 754-0979
e-mail:
pasacalia@ aol.com

Pour



\vos

achats
= Materiels
de construction
= Pieces de voiture /
camion
= Equipement
medical
Par avion
ou par bateau
au choix




Full Text

PAGE 10

Page Mercredi 17 aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 TRADESHOWS ROBERTOCLEMENTECOLISEUM-SANJUAN,PUERTORICOAPPAREL,SHOE& ACCESSORIESSHOWAugust14,15,162005Sunday,Monday,Tuesday10:00amTo7:00pmRestrictions : Childrenunder18andgeneralpublicnotadmitted.Wholesaleonly.TradeShowoftheCaribbeanreservestherightofadmissionFormoreinformation:Tel:(787)781-3050Fax:(787)781-2022E-Mail:tradeshow@coqui.netWebPage:www.tradeshowcaribe.comGIFT&VARIETY MERCHANDISESHOWSeptember25,26,272005Sunday,Monday,Tuesday10:00amTo7:00pm 10 ARTS & SPECTACLESJournŽe Hommage pour le peintre AndrŽ PierreUne journŽe-hommage ˆ AndrŽ Pierre a ŽtŽ organisŽe le Vendredi 5 Aožt dernier par le Ministre de la Culture, conjointement avec la Fondation Culture CrŽation, le Centre d'Art et la FOKAL. Dans plusieurs galeries, notamment au Centre d'Art, ˆ la FOKAL et au MusŽe d'Art Ha•tien du Collge St Pierre, des toiles du grand ma”tre Žtaient exposŽes et on a assistŽ ˆ la projection du film d'Arnold Antonin: AndrŽ Pierre peint le Bon. AndrŽ Pierre Žtait prŽsent en chair et en os et le public a pu converser avec ce nonagŽnaire qui a conservŽ toute son acuitŽ d'esprit. dilapidŽ son argent, AndrŽ Pierre a ŽtŽ exploitŽ par les galeries et aujourd'hui il se trouve dans la gne, alors que chaque tableau du ma”tre est vendu pour au moins US$ 10.000,00. T elles sont quelques-unes des rŽflexions recueillies sur le vif au cours de cette journŽe hommage. Nous saluons l'initiative du Ministre de la Culturede verser au peintre une pension de 10.000 gourdes par mois et ce jusqu'ˆ sa mort. V oici un tŽmoignage du Dr Frantz Large (reproduit par Alter Presse) lors de la JournŽe Hommage rendue par les secteurs culturels ˆ Port-au-Prince au cŽlbre peintre AndrŽ Pierre AndrŽ Pierre peint en chantant, AndrŽ Pierre a P AR DR FRANTZ LARGE Mon intŽrt actif pour la peinture ha•tienne commence avec AndrŽ Pierre. C'Žtait il y a plus d'un quart d'un sicle. Je faisais partie, avec Pierre Richard Pratt, FrŽdŽric Surpris, et Jean Claude ChŽry, d'un groupe de jeunes qui passaient de la radio MŽtropole ˆ la TŽlŽvision Nationale encore en phase d'essais. A l'Žpoque (on Žtait en 1979), la jeunesse conservait encore ses illusions sur le jean claudisme. Disons tout de suite que ces dernires ne durrent pas longtemps. Ds la mise ˆ sac de Radio Ha•ti, toute notre Žquipe prit congŽ de cette "idŽologie". . Je me souviens d'une rencontre avec le directeur de la TNH, Jacques Lemaire, au cours de laquelle celui-ci me fit part d'un projet d'entrevue de l'artiste AndrŽ Pierre. " Laissez moi le faire" rŽclamai-je aussit™t. AndrŽ Pierre je le connaissais, sinon personnellement, du moins par les tableaux que je pouvais observer ˆ la Galerie d'art Nader. Ma culture artistique ˆ l'Žpoque Žtait bien trop limitŽe pour me permettre d'apprŽcier pleinement la force de ses toiles. J'Žprouvais nŽanmoins, rien qu'ˆ les regarder, une impression bien particulire: Quelque chose qui alliait joie, sŽrŽnitŽ, ˆ la sensation de se trouver devant quelque chose de trs mystŽrieux et de trs sacrŽ. Quelques jours aprs ma rencontre avec monsieur Lemaire, ayant obtenu l'autorisation de rŽaliser l'entrevue, je me rendis chez monsieur AndrŽ Pierre, tout gonflŽ de l'importance de mes nouvelles attributions de recherchiste ˆ la TNH. Je n'oublierai jamais le regard que cet homme trapu, les mains dans les poches, nu-pieds, le pantalon gros bleu roulŽ ˆ mi-jambe, lana au vŽhicule de la TNH. Ë peu prs le regard que vous lanceriez ˆ un carrosse du XVIIme sicle s'arrtant devant votre domicile. Aprs nous avoir observŽ pendant un certain temps, et nous avoir invitŽ ˆ nous asseoir, il nous proposa un remontant. Pour ne pas le contrarier, j'acceptai. Le remontant en question (voir Peinture / 14) La ministre de la Culture Magalie Comeau Denis lors de la journŽe hommage pour AndrŽ Pierre photo Alterpresse Gede Nibo, AndrŽ Pierre La Sirne, AndrŽ Pierre de l'Žthanol pratiquement pur. "V ous n'tes pas le neveu de votre oncle" commenta placidement notre h™te en observant ma grimace, pour encha”ner immŽdiatement sur ses excellents rapports avec l'agronome Alix Large, ˆ Damiens. Le jeune AndrŽ Pierre y Žtait alors technicien agricole. Ë un moment du rŽcit de son existence, il s'arrta. "Tout vient de la terre" s'exclama-t-il, et nous regardant avec un sourire entendu, il reprit lentement "tout... vient de la terre." Aprs cette phrase sentencieuse, il revint je ne sais pourquoi, ˆ ce qu'Žtait sa vie avant sa frŽquentation de la ferme Žcole de Damiens. Il s'Žtend quelque temps sur d'excellentes Žtudes primaires menŽes chez les Frres, Žtudes au cours desquelles il avait obtenu de nombreux prix. Il parle des commentaires Žlogieux des Frres. Pour le moment je suis un peu perdu, mais en rŽtrospective je pense qu'il y avait dans les propos de celui qui se pare du titre de "peintre philosophe" une pointe de nostalgie. Nostalgie peut-tre justifiŽe, du moins d'un certain point de vue. Je suis persuadŽ que s'il lui avait ŽtŽ donnŽ de continuer ses Žtudes, il aurait pu briller dans n'importe quelle profession libŽrale, et mme dans un centre de recherches de sciences pures. AndrŽ Pierre est l'une des intelligences les plus brillantes qu'il m'ait ŽtŽ donnŽ de rencontrer. Aprs avoir parlŽ de Damiens, il relate ses premiers essais en peinture, sa rencontre avec plusieurs personnalitŽs du monde des arts, d'Issah Saieh surtout auquel il voue une vŽritable amitiŽ. Ë un moment, je me laisse tomber sur une chaise et fais signe de filmer. L 'interview se fera d'elle'mme. Au fond, et mes diffŽrentes et nombreuses rencontres avec l'artiste me le confirmeront, avec AndrŽ Pierre il n'y a pas de possibilitŽ d'interview. Il n'y a qu'un monologue, fait de tranches de son existence, d'amples considŽrations mystico-philosophiques, et d'excursions dans le monde des esprits, tout cela entrecoupŽ d'explications de ses toiles. On n'a pas ˆ lui parler. Il n'y a qu'ˆ l'entendre parler. Car chez lui, tout parle. Ses silences aussi parlent, soit qu'il nous tende la bouteille remplie de sa dŽcoction que nous faisons passer ˆ la ronde, soit qu'il se tienne debout, le regard perdu au loin. Le silence est souvent interrompu par une chanson. Une chanson vodoue, c'est-ˆ-dire venue de l'aube des ‰ges, puisque, comme il le dit avec justesse "au commencement consistait en une dŽcoction qui sembla ˆ mon palais tre Žtait le vodou". Une chanson qui parle de nos dieux: de Legba qui ouvre la barrire, des redoutables Ogou, des mystŽrieuses Erzulie, sans oublier Žvidemment tous les autres. Oui, tous ces autres, toutes ces centaines, tous ces milliers d'autres. Tous ces astres qui peuplent notre panthŽon noir, tous ces tres qui, de notre naissance ˆ notre mort, nous accompagnent, acceptŽs ou non, de leur ineffable prŽsence. De ces dieux de notre terroir, de notre chair et de notre sang, AndrŽ Pierre aura lŽguŽ ˆ l'humanitŽ une iconographie d'une incomparable ampleur. Beaucoup de peintres, on le sait, ont eu recours ˆ la thŽmatique du vodou. Mais de ce culte colossal, nul autre que lui ne se sera livrŽ ˆ une aussi encyclopŽdique restitution. VŽritable HŽsiode de notre religion nationale, il nous montre en effet les esprits saisis (ˆ la diffŽrence d'Hyppolite) dans la lumire du rŽel. Ë regarder le foisonnement organique qui gambade ˆ travers ses

PAGE 11

Page Mercredi 17 Aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 2911 PWOPRIYETÈ KAY YO,ACHTÈ YO AK VANDÈ KAY YO ENF"ME NOU Pou Pwoteje Envestisman an W Chèche konnen si genyen ankenn pèmi travo nan kay la ki poko finalize anvan w achte kay la, vann kay la oswa refinanse pwopriyete an nan Konte Miami-Dade ki pa enkòpore. K o u m a n ? Nan fè rechèch sou entènèt GRATIS nan: www.miamidade.gov/bldg1. Monte sou www.miamidade.gov/bldg 2. Klike sou Jwenn Enfòmasyon Pèmi "Obtain Permit Info" 3. Chwazi Pèmi yo "Permits" 4. Chwazi Pèmi Enpòtan San Enspeksyon Final yo "Open Master Permits" (Adrès) oswa jwenn li pa nimewo Folio "Open Permits by Folio" 5. Rantre Adrès Pwopriyete an oswa Nimewo Folio an 6. Klike sou nimewo espesifik pèmi an pou enfòmasyon OUBYEN Fè demann lan alekri pou rechèch sou pèmi san enspeksyon final yo1. Voye yon demann alekri bay: Miami-Dade County Building Department's Permit Records Section; Permitting & Inspection Center, 1 1805 SW 26th Street, Miami, Florida 33175-2474 2. Nan 24 a 48 è yo derape rechèch yo sou demann (yo) 3. Yo va chaje w yon frè de $35 dola pa adrès plis yon frè pou sètifikasyon de $1 dola pa paj. Pou plis enfòmasyon, rele "Miami-Dade County Building Department's Permit Records Section" 786-315-2100 € 7è30 dimaten 4è30 lapremidi, di lendi a vandredi, jou ferye legal yo pa ladan A V ann Enfòme Nou:Vy olasyon Pèmi San Enspeksyon Final yo "Pipirites" ou radeaux utilisŽs pour descendre la rivire Grande Anse photo Ha•ti en MarcheDEVELOPPEMENT DURABLE DŽconcentration en attendant la dŽcentralisationMontrŽal le 11 aožt 2005 Par Gesler Jean-Gilles GŽrard Latortue n'est pas un homme politique. Son franc-parler indispose une grande partie de l'opinion publique plus habituŽe ˆ la langue de bois et au langage emberlificotŽ de la classe politique. Mais ce style direct lui joue souvent de mauvais tour, car il s'accompagne de dŽclarations intempestives qui l'exposent ˆ des railleries qui le prŽsentent quelque fois sous les traits d'un Gaston Lagaffe, ce personnage qui doit son nom ˆ ses nombreuses maladresses. Dans une de ses rŽcentes dŽclarations, au plus fort des opŽrations de kidnapping qui tŽtanise les habitants de Port-au-Prince, le premier ministre avait laissŽ entendre qu'ˆ son avis, le malheur de la capitale, poussant les gens ˆ se rŽfugier ailleurs, pouvait tre d'une quelconque utilitŽ; ˆ savoir qu'il pourrait induire un dŽbut de mouvement de retour dans les rŽgions. La presse et les politiciens s'Žtaient jetŽs ˆ bras raccourcis sur lui, lui reprochant son manque de jugement et d'empathie notamment dans un contexte aussi tourmentŽ de la vie nationale. La poussire Žtant retombŽe, on commence par trouver l'idŽe moins saugrenue qu'elle ne semblait para”tre. Marcus Garcia, un fervent ap™tre de la dŽcentralisation, cro”t que la chape de terreur qui enveloppe la capitale semble provoquer un regain d'activitŽs dans les rŽgions. En effet, les Ha•tiens de l'Žtranger qui entrent au pays, constate-t-il dans la rŽcente livraison de Ha•ti en Marche, ne restent ˆ l'aŽroport international que le temps de prendre une correspondance pour les villes-phares de nos dŽpartements. En effet, le reste du pays semble jouir de cette tranquillitŽ qui fait l'envie des Port-au-Princiens assiŽgŽs par des groupes armŽs. Et tout d'un coup un mot, pas encore un concept, est sur toutes les lvres: dŽcentralisation. Le concept de dŽcentralisation introduit dans la constitution de 1987 est inspirŽ du modle franais o la moindre dŽcision concernant un village Žtait planifiŽe et prise ˆ Paris. La loi sur la dŽcentralisation votŽe en mars 1982 divisait les dŽpartements (une centaine) en 22 rŽgions ayant chacune ˆ sa tte un Conseil GŽnŽralŽlu (prŽsident du Conseil et Conseillers), disposant d'un budget et d'une fonction publique rŽgionale qui administre les champs de compŽtences que le pouvoir central a dŽcidŽ de leur transfŽrer. A l'instar de mon ami Marcus, je crois fermement que le devenir d'Ha•ti passe par une revitalisation des rŽgions. Que ce soit dans les colonnes de ce journal ou dans la monographie que je viens de consacrer ˆ ma commune natale (voir Gesler Jean-Gilles, Ë la r echerche de Jean-Rabel , 2004, CIDIHCA, p.280), j'ai toujours privilŽgiŽ une approche rŽgionale du dŽveloppement du pays. C'estˆ-dire que les rŽgions doivent tre les artisans de leur propre dŽveloppement; que la gestion du quotidien doit tre du ressort des rŽgions elles-mmes. Cependant, contrairement ˆ la France, les rŽgions ha•tiennes ne rŽunissent pas les conditions leur permettant de gŽrer leurs affaires. Leurs faibles ressources financires (activitŽs Žconomiques moribondes incapables de gŽnŽrer des revenus), humaines (beaucoup de ce que le reste du pays compte d'individus de valeurs fuient vers la capitale ou ˆ l'Žtranger) et des infrastructures constituent des obstacles majeurs ˆ l'opŽrationnalisation du concept de dŽcentralisation. D'ailleurs, la loi adoptŽe par le Parlement en fŽvrier 1996 sur les collectivitŽs est un texte rŽbarbatif, une litanie de structures (CASEC, ASEC, DŽlŽguŽ de ville, Conseil interdŽpartemental, etc.) dont la finalitŽ de la fonction Žchappe ˆ l'entendement du citoyen. Le texte ne prŽcise pas non plus la nature des pouvoirs que l'ƒtat central consent ˆ dŽlŽguer aux rŽgions (voirie, entretien des routes communales, loisirs, rŽparation des b‰timents scolaires, l'environnement?) et quelle part du budget national sera affectŽe ˆ ces nouvelles instances et par quelle tour de magie le rŽgime fiscal actuel, dŽfaillant, rongŽ par la corruption, pourra-t-il collecter les revenus nŽcessaires pour faire tourner la nouvelle machine administrative. Car les rŽgions les plus pauvres ne pourront jamais faire face ˆ leurs nouvelles attributions si l'ƒtat, par un systme dit de pŽrŽquation, ne vole ˆ leur secours. C'est ici que l'exemple des autres peut nous tre utile. On pourrait s'inspirer du modle franais en crŽant ˆ partir de nos 10 dŽpartements, 4 rŽgions administratives ou Conseil rŽgional ayant chacun ˆ sa tte un personnel politique Žlu reprŽsentant l'ensemble des municipalitŽs, lesquelles se verraient accorder un certain nombre de siges (de conseillers) en proportion de leur poids dŽmographique. Par exemple, la commune de Jean-Rabel avec une population estimŽe ˆ 120000 habitants, ne peut obtenir le mme nombre de siges au Conseil rŽgional que sa voisine Bombardopolis qui fait un peu moins de 30000 ‰mes. Ë notre avis, un nouveau dŽcoupage administratif doit tre dŽfini et qui pourrait avoir le profil suivant: . La rŽgion Nord comprenant les dŽpartements du Nord, du Nord-Est et du NordOuest; . La rŽgion Artibonite avec les dŽpartements de l'Artibonite et du Centre; . La rŽgion Ouest avec le dŽpartement de l'Ouest; . La rŽgion Sud, comprenant les dŽpartements du Sud, du Sud-Est, de la GrandeAnse et les Nippes. Les partis politiques, comme dans une Žlection lŽgislative, soumettront une liste de candidats et la tte de liste du parti disposant d'une majoritŽ de conseillers deviendra automatiquement le prŽsident de ce conseil et dirigera la rŽgion avec le soutien de sa majoritŽ et sous la vigilance des conseillers de l'opposition. Cette formule Žviterait les combines politiciennes et les pertes de temps qui ont marquŽ sur le plan national la nomination du premier ministre durant les dix dernires annŽes. Car Ha•ti est le seul pays en rŽgime parlementaire o le chef du parti majoritaire ne peut pas former le gouvernement. Il faut Žgalement dŽterminer le sige exŽcutif des dits conseils. Par exemple, dans un souci de dŽcongestionner Port-au-Prince, on pourrait envisager d'installer les bureaux du Conseil de l'Ouest ˆ Petit-Goave ou celui du Nord au LimbŽ, car cet ancien bastion du firminisme est situŽ presque ˆ mi-chemin des dŽpartements du Nord-ouest et du Nord-est et pourrait soulager le Cap dŽjˆ affligŽ par un exode rural inquiŽtant. En attendant une dŽfinition de la mission de l'administration rŽgionale et surtout la mise en place de ces structures et compte tenu de la lenteur pour ne pas dire de la nonchalance de l'administration publique ha•tienne ˆ se dŽcider, on peut nŽanmoins commencer par dŽconcentrer la capitale. C'est-ˆ-dire dŽplacer certains services de l'ƒtat vers des villes importantes ayant dŽjˆ une infrastructure d'accueil. C'est une aberration que la capitale soit le bŽnŽficiaire de tous les services de l'ƒtat et maintienne ses privilges exclusifs aux dŽpens des rŽgions. Dans cette veine, on pourraitˆ titre d'exemple, installer les Archives nationales et l'O.N.A ˆ Jacmel, le bureau des passeports ˆ Fort-LibertŽ, l'O.A.V.C.T'au Cap-Ha•tien, l'Žcole de la magistrature aux Gona•ves, etc. Une telle dŽcision aurait assurŽment pour consŽquence immŽdiate de crŽer des milliers d'emplois directs dans ces villes et, par lˆ mme, faire baisser la pression sur la capitale qui Žtouffe sous le poids d'une dŽmographie paralysante. Il faut de la vision et un peu de courage de la part des hommes politiques pour s'attaquer ˆ un problme aussi Žpineux. Car des groupes d'intŽrts puissants qui tirent leurs richesses de la corruption que le chaos port-au-princien gŽnre, ne manqueront pas de s'opposer avec la violence dont ils ont su si bien user quand il s'agit de dŽfendre (voir DŽcentralisation / 14)

PAGE 12

Page Mercredi 17 aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 12 ALERTE !!! Bureau d'inscription installŽ dans un secteur du Bel-air sous contr™le des casques bleus APELECTIONS HAITIENNESLe suspense reste entier( Elections ... suite de la page 2) Lavalas, parmi la soixantaine d'autres partis qui veulent tenter leur chance dans la course. T out comme le parti Fanmi Lavalas lui-mme qui peut-tre n'en revient pas que l'international (particulirement Washington et Ottawa) ait tenu sa parole, insistant jusqu'ˆ la dernire minute pour que l'ex-parti au pouvoir aussi s'inscrive. Disons qu'en Ha•ti, aussi bien les uns que les autres, aussi bien les gagnants que les vainqueurs, et vice versa, nous ne sommes pas habituŽs ˆ ce genre de manires. Ne disons pas encore bonnes manires, attendons d'abord la suite. Autre choc pour la gent politique locale, impossible de distinguer le fameux candidat amŽricain! Comment? Les blancs auraient consenti tant d'efforts sans qu'ils aient leur poulain? En tout cas, qui ce dernier pourraitil tre? Voilˆ qui est bien difficile ˆ dire, pas mme ˆ deviner. HŽlas, on ne voit au contraire que les mmes ttes. Pour parler en argot franais, les mmes ttes de cochon. Mais c'est de l'argot, il ne faut pas le prendre au sens propre. Alors, comme dit le proverbe, on prend les mmes et on recommence. Faut-il alors nous attendre aux mmes querelles sans lendemain, aux mmes turpitudes, au mme nŽant, question programmes et idŽes? Donc des Žlections pour rien? Sinon, que proposons-nous? Que proposezvous? On nous avait promis des Žlections libres, honntes et surtout inclusives .. Eh bien, jusqu'ˆ prŽsent ce ne sont pas les critiques qui manquent, mais aucune qui remette concrtement en question l'un ou l'autre de ces trois aspects. Tout le monde para”t pris de court, y perdre son latin. Le suspense est dans l'air: les lignes continuent de s'allonger aux bureaux d'inscription des Žlecteurs É Une soixantaine de partis inscrits, dont au moins la moitiŽ sera probablement retenue pour participer aux quarts de finale É Mais jusqu'ˆ l'heure o nous vous parlons, ˆ quatre mois ˆ peine du coup d'envoi, toujours pas de favori É Autre diffŽrence majeure avec l'Irak, o l'on Žtait certain que la majoritŽ chiite, hier ŽcrasŽe par Sadam Hussein, allait l'emporter. Ou avec l'Afghanistan dont le favori n'Žtait autre que l'homme dŽjˆ installŽ par W ashington ˆ la tte du gouvernement provisoire, Hamid Kharzai É Mais GŽrard Latortue n'a aucune prŽtention de ce genre. DŽjˆ il n'en peut plus É Ainsi donc, contrairement ˆ l'Irak et l'Afghanistan, chez nous le suspense est vraiment entier. Suspense ou secret? Serait-ce plut™t le secret qui est bien gardŽ? En tout cas, l'international aura au moins la conscience tranquille: on avait mis tout en place pour les Ha•tiens pour pouvoir se choisir le plus librement, ouvertement et dŽmocratiquement que possible leurs dirigeants. T out ce qui peut leur arriver par la suite, ils l'auront bien cherchŽ. Ouais, papa! Editorial, MŽlodie 103.3 FM, Port-au-Prince HAITI MAUVAIS ELEVE ! TRANSITIONLe Congo a embo”tŽ le pas ˆ Ha•ti ÉLe dŽputŽ Alafuele prŽvient : "Aprs les Žlections risque d'tre Žgal ˆ avant les Žlections"Le Phare (Kinshasa), 10 Aožt 2005 Germain Kadima Kinshasa Si l'on y prend garde, les Žlections tant attendues dans notre pays risquent d'tre un exercice futile. Tel est l'avis du dŽputŽ Alafuele Kalala, pour qui aprs ces Žlections risque d'tre Žgal ˆ avant les Žlections, " dans le meilleur des cas " ; prŽcise-t-il, avant de faire le parallŽlisme entre la situation peu envieuse d'Ha•ti et la transition en dents de scie en cours en RDC. " Le Congo a embo”tŽ le pas ˆ Ha•ti ", affirme Alafuele Kalala. Se confiant au Phare, le prŽsident du RNS, Rassemblement pour une nouvelle sociŽtŽ, a indiquŽ que rien ne le rassure qu'il y aura des Žlections crŽdibles, transparentes et utiles dans les 11 mois qui restent depuis la prolongation de la transition. Une transition dont il dŽplore le fait que sa prolongation a ŽtŽ dŽcidŽe dans la prŽcipitation, alors qu'on aurait dž procŽder d'abord ˆ une triple Žvaluation du processus de la transition proprement dite, des institutions et des animateurs, pour en dŽgager les facteurs objectifs et les facteurs subjectifs. Ce qui devrait permettre de dŽvelopper un calendrier tout aussi objectif et consŽquent pour l'organisation des Žlections, principal objectif de la transition. Les dysfonctionnements de 1+4 : un problme d'hommes. L'on a beau dŽnoncer les dysfonctionnements de l'architecture institutionnelle de la transition, pour Alafuele Mbuyi Kalala ce n'est pas le schŽma 1+4 qu'il faut remettre en cause. C'est une question d'hommes, pense-t-il, avant de se souvenir de cet amŽricain qui disait que des hommes de qualitŽ peuvent pallier ˆ des dŽficiences institutionnelles. Comme pour dire : les institutions ne valent que ce que valent leurs animateurs. Aussi, le prŽsident du RNS estime-t-il que la transition en cours a ŽtŽ piŽgŽe ds le dŽbut, ds lors qu'on avait fait fi des critres ŽdictŽs en son temps mme par le conseil de sŽcuritŽ des Nations Unies. On s'en souvient, en mars 2003, le Conseil avait, dans une rŽsolution sur la R.D. Congo, insistŽ pour qu'on passe au peigne fin le passŽ de ceux qui aspiraient ˆ diriger les Congolais pendant la transition. Et en son temps, Alafuele Kalala Žtait de ceux qui avaient ŽlevŽ la voix pour qu'appel soit fait aux " hommes capables de faire le maximum avec le minimum disponible". Or, relve-t-il, la durŽe de la transition a ŽtŽ fixŽe au pifomtre c'est-ˆ-dire de manire arbitraire sans regarder l'ampleur de la t‰che de la pŽriode transitoire et les ressources disponibles. Avec ceci comme consŽquence aujourd'hui, la cacophonie au sommet de l'Etat et la frustration gŽnŽrale au sein de la population du fait que les conditions Žconomiques et sociales n'ont pas ŽtŽ amŽliorŽes. Alafuele ne croyait pas si bien dire, lorsque le 3 dŽcembre 2003, du haut de l'hŽmicycle de l'assemblŽe nationale, il stigmatisait le fait que le programme d'action du gouvernement, prŽsentŽ plut™t sous la forme d'un discours de politique gŽnŽrale par le chef de l'Etat, faisait montre d'un penchant Žtatiste et bureaucratique trop prononcŽ et qu'il y avait dans ce programme une absence totale manifeste d'un effort structurŽ qui tendrait ˆ responsabiliser le citoyen et les communautŽs de base dans la dynamique qui vise ˆ rŽaliser les objectifs envisagŽs. " Aujourd'hui les faits nous donnent raison", pense le prŽsident du RNS, qui fait ce constat connu de tous et qui est un secret de lapalissade, selon lequel rien ne va au pays, en dŽpit certes, des quelques routes actuellement en rŽfection et de la circulation rŽtablie ˆ travers le territoire national." L'Žducation ˆ la citoyennetŽ est le fondement de la dŽmocratie " ÉMais pour que tout aille pour le mieux, Alafuele Kalala estime qu'un rŽamŽnagement en profondeur des institutions de la transition s'impose, ˆ commencer par le gouvernement, et en privilŽgiant la qualitŽ des hommes et des femmes ˆ dŽsigner. De deux, il pense qu'il n'y aura pas de rŽconciliation nationale dans ce pays si on n'associe pas tout le monde ˆ sa gestion. Il faut, troisimement, instaurer un dialogue permanent entre les uns et les autres. Enfin, le prŽsident du RNS plaide pour le nivellement duEn cas d'urgence appelez MINUSTAH / PNH 510-2563 510-3183 84 85 244-3503Suivez "Espas Minustah" le jeudi, 1h 30 pm MŽlodie 103.3 FM, Port-au-Prince (voir Transition / 14)

PAGE 13

Page Mercredi 17 Aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29Le Plaza HôtelTéléphone (509) 224-9305 (509) 224-9307 (509) 224-9308 (509) 224-9309 (509) 225-9310 (509) 510-4594 (509) 510-4595 (509) 510-0560 Fax 509 223-9282 e-mail hiplaza@hotmail.com hiplaza@acn2.net website www.leplazahaiti.com Adresse 10, Rue Capois Champs de Mars Port-au-Prince, Haïti P. O. Box 1429 Dr Hénock Joseph Obstétrique, Gynécologie Accouchement Opération pour fibrome Family Planing Ligature des trompes Circoncision Curetage T ous les tests de limmigration T outes assurances acceptées Carte Medicaid pour femmes enceintes 5650 N.E. 2nd Avenue V ertières Shopping Center Miami, Florida 301 751 6081 Port-au-Prince Dr Camille Figaro Sony Gynécologue Obstétrique Chemin des Dalles # 234 Tél.: 509 245-6489 245-8930 Lucas Super Market14750 N.E. 6th Avenue 305 940 9902Maxisound1 1854 West Dixie Highway305 895 8006B & L Supermarket & Produce12041 West Dixie Hgh. 305 893 0419Eclipse Communication9290 S. W. 150th Avenue Suite 104 954 380 1616Points de Vente Haïti en MarcheMiami MiamiDanilos Restaurant3760 N.E. 3rd Avenue 954 781 2646Christephanies581 BC East Sample RoadPompano Beach, Fl 33064Tél.: 954 781 2500Classic Teleco203 S.E. 2nd Avenue Delray Beach Fl 33183Our Lady Bakery102 S.E. end Avenue Delray Beach , Fl 33444 561 272 3556Pompano Beach Delray Beach Orlando Haïti en MarcheABONNEMENT:Port-au-Prince221-0026 417-0384Miami305 754-0705 Naudy Record shop 1325 W. Washington Str Orlando, Fl 32805 Boby Express 2469 South Orange Blossom Trail Orlando, Fl 32805LilAngel Consignment StoreKings Meadow Shopping Center 9965 S.W. 142nd Avenue Miami, Florida 33186 Tél.: 305 385 1111 Ha•ti en MarcheLe LookPétion-Ville Rue Panaméricaine # 14 Tél.: 513-8079 257-8374 Grande variété de Lunettes Examen gratuit avec achat de lunettes Spécialistes de la Vision BasseOffres Spéciales Buy One, Get One Fre Apportez nous votre prescription: Monture Gratuite. Payez seulement pour les verres.Médecins Abonnez-vous ˆ Ha•ti en Marche 221-0026Nos petites annonces classŽes 13 Chaque semaine,LisezHa•ti en MarcheCoiffeurEtiquette Unisex Barber & Beauty Salon Jean Wood Julien propriétaire 15455 West Dixie Highway Suite N & O N Miami Beach, Fl 33162 Tél.: 305 940 9070 Charlemagne Le Coiffeur 103 S.E. 2nd Street Delray Beach Tél.: 243-1039 Beeper: 524-0086 V ie et mort de l'enfance : La DŽsenchantŽeLIVRESPar Hugues St. Fort Michle Voltaire-Marcelin La DŽsenchantŽe, Fiction Les Editions du CIDIHCA MontrŽal, 2005 Dans ce petit livre d'une centaine de pages environ, Michle Voltaire-Marcelin rŽussit un vŽritable tour de force: engendrer ˆ l'aide d'une narration dense et opaque (narratrice autodiŽgŽtique) un rŽcit minimum, le rŽcit d'une enfance qui s'est ŽcoulŽe trop vite au grand dŽsespoir de la narratrice jetŽe dans un monde qui n'est pas le sien. Au terme de ce rŽcit d'une tristesse et d'une souffrance infinies, le lecteur dŽcouvre un moi tourmentŽ, mais calme et retenu. Cependant, au-delˆ des qualitŽs premires que nous recherchons dans le texte littŽraire: imagination et sensibilitŽ de l'auteur; construction particulire du langage et du style; couleurs et senteurs de la langue utilisŽe, ce qui m'a'retenu dans ce texte, c'est sa structure et la problŽmatique que j'ai cru dŽceler: quelles sont les frontires de la fiction? Peutil y avoir chevauchement entre la fiction et l'autobiographie? Comment alors raconter une histoire? T out commence avec la dŽcouverte d'une ancienne photo de jeunesse, floue, sans date, sur laquelle figurent la narratrice, accompagnŽe de ses trois frres: Jean, Franois et Pierre. Cette photo dŽclenche une suite interminable de souvenirs, de couleurs, de parfums ˆ travers lesquels dŽfile l'enfance de la narratrice. Le thme de l'enfance en tant qu'ordonnatrice de la vie adulte est fondamental dans ce livre. Voltaire-Marcelin pour souligner cela cite des vers ™ combien rŽvŽlateurs, d'abord de Saint-ExupŽry: On est de son enfance Comme on est d'un pays Puis cette strophe dŽsespŽrŽe, implacable d'Apollinaire: O ma jeunesse abandonnŽe Comme une guirlande fanŽe Voici que s'en vient la saison des Regrets et de la Raison Un autre thme qui soustend l'histoire racontŽe dans "La DŽsenchantŽe": les rapports difficiles entre la narratrice, tre difficile, gauche au piano, gauche ˆ la danse, et sa mre Lorcielle qui avait tout pour elle: beautŽ, charme, talent de musicienne. Cette interrogation prononcŽe par la narratrice rŽsume bien son embarras et la complexitŽ de ces rapports mre-fille: "™ ma mre, est-ce ma faute si je ne suis pas vous?" (p.45). Victime de la dictature jusque dans ses attaches les plus profondes"Ð par le truchement d'un de ses frres et de sa meilleure amie Ð la narratrice raconte la perte de sa meilleure amie MŽlie avec une Žmotion ravageuse mais contr™lŽe: " Il y eut un choc. Un Žclat. Une Žtoile au pare-brise. Un klaxon continu. Un vertige. Un fracas. Une petite fille projetŽe au milieu de la rue. Eclaboussure de rouge. Pas toi, MŽlie. Pas toi. Pas toi. Pas toi. Patience qui la prenait dans ses bras. Sa tte pendait inerte. Avec un filet de sang qui tra”nait derrire elle." (p.70) Le texte "La DŽsenchantŽe" est prŽsentŽ comme une fiction. Dans son sens le plus commun, le terme fiction renvoie ˆ une Ïuvre littŽraire engendrŽe par l'imagination et qui ne s'attarde pas nŽcessairement ˆ la vraisemblance. La plupart des textes littŽraires sont aussi des textes fictionnels mais tous les textes fictionnels ne sont pas nŽcessairement des textes littŽraires. Par son Žcriture et son art narratif, il est Žvident que "La DŽsenchantŽe" est un texte littŽraire. En fait, VoltaireMarcelin fait tout pour souligner le caractre fictionnel de son texte: les noms des personnages: Mandosiane, Lorcielle, Pacifique Jolicoeur, Ma”tre EphŽmre, Foufoune FortunŽ, Pre Azarien, colonel Alibi, etc.; l'invention des scnes rapportŽes (comme celle o AurŽlien, le garon de cour, se livrait ˆ une sŽance de masturbation en regardant la mre de la narratrice nue ˆ sa toilette quand il fut attaquŽ et battu sauvagement par Jean HonorŽ, le mari de la dame); il y a jusqu'ˆ la dŽdicace du livre: " A la mŽmoire de Lorcielle Dupiche et ˆ tous les miens." qui se prŽsente comme rŽdigŽe par la narratrice et non par l'auteure. D'autre part, malgrŽ tous les indices de fictionnalitŽ ŽparpillŽs ˆ travers tout le texte, la tentation est grande de faire le lien entre la narratrice et l'auteure elle-mme, ce qui ferait alors de " La DŽsenchantŽe" un texte autobiographique ou ˆ tout le moins, semi-autobiographique. A la suite du critique franais Philippe Lejeune, nous dŽfinissons l'autobiographie comme un "rŽcit rŽtrospectif en prose qu'une personne rŽelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalitŽ." Il y a dans""La DŽsenchantŽe" la plupart des composantes de cette dŽfinition puisque le texte se lit comme un rŽcit que la narratrice fait de son enfance, des diffŽrentes personnes qui l'ont marquŽe, de l'emprise implacable que cette enfance a eue sur sa condition adulte et sa personnalitŽ. De plus en plus, l'Žcriture autobiographique et l'Žcriture fictionnelle semblent se donner la main en quelque sorte pour donner naissance ˆ un nouveau type de rŽcit identifiŽ par Serge Doubrovsky comme une " autofiction". Il est caractŽrisŽ par un mŽlange de vŽritŽ et d'invention. On peut envisager une lecture de "La DŽsenchantŽe" comme une autofiction o l'auteure mŽlange adroitement des scnes et des conditions authentiques avec des situations carrŽment inventŽes. C'est du moins ainsi que je lis ce texte. Email: Hugo274@aol.com Une maladie qui interpelle la conscience des Bons SamaritainsSANTEP-au-P, 11 aožt 05 [AlterPresse] Ñ L'organisation non gouvernementale'"Good Samaritan For a Better Life" (Bon Samaritain pour une vie meilleure) a appelŽ ce 11 aožt ˆ la solidaritŽ de tout un chacun pour voler au secours de deux jeunes ha•tiennes souffrantes d'une grave maladie. Marlie CassŽus (13 ans) souffre d'une tumeur dŽnommŽe "F ibrous dysplagia", et Nelta PrŽvil, dont le cas est moins grave, souffre d'une lŽsion connue sous le nom de "Amelo Blastoma". Les deux jeunes filles doivent subir des interventions chirurgicales au Jackson Memorial Hospital de Miami ŽvaluŽes ˆ plusieurs milliers de dollars amŽricains. Selon Gina Eugne, " Good Samaritan for a Better Life" est une petite organisation qui n'est pas en mesure de se suffire ˆ ellemme, mais qui veut ˆ tout prix rendre la vie sauve aux Ha•tiens et Ha•tiennes en difficultŽ. La Directrice Fondatrice de l'organisation, qui annonce pour ce 12 aožt, la tenue d'une levŽe de fonds au sige de la cha”ne de tŽlŽvision privŽe Canal 11, dit miser sur la gŽnŽrositŽ de tout un chacun en vue de mobiliser les milliers de dollars exigŽs pour opŽrer ces deux jeunes filles. Un compte bancaire ˆ la Sogebank (une banque privŽe d'Ha•ti) au numŽro 0782-082-2 est Žgalement mis ˆ la disposition de tous ceux-lˆ qui veulent apporter de l'aide en faveur de ces malades. " Je n'ai pas honte de quŽmander partout ˆ la capitale ha•tienne, je n'ai pas honte de me sacrifier, car j'aime Marlie comme si elle Žtait le fruit de mes entrailles, c'est pourquoi je suis prte ˆ faire le tour du pays pour lui donner la vie", a confiŽ la Directrice de " Good Samaritan for a better life." "N ous avons besoin de l'aide pour donner la vie ˆ ces enfants. Je n'ai ni bien, ni argent mais de l'amour pour mes prochains", a-t-elle ajoutŽ. La maladie dont souffrent Marlie et Nelta frappent les individus de sexe fŽminin et son origine reste jusqu'ici inconnue. Forte de ce constat, Gina Eugne a fait savoir que des spŽcialistes amŽricains promettent d'implanter un centre hospitalier en Ha•ti et d'encadrer les mŽdecins et infirmires ha•tiens. " En Ha•ti, les malades sont privŽs de soins mŽdicaux et ne savent ˆ quel saint se vouer; nos h™pitaux, nos mŽdecins n'ont pas la capacitŽ d'assister ces malades, et regarde Marlie, regarde Marlie dans le blanc des yeux pour voir comment on peut sauver sa vie", s'est alarmŽe Eugne. Plusieurs mŽdecins de renommŽe internationale sont dŽjˆ mobilisŽs pour l'opŽration de ces deux petites Ha•tiennes. Des EtatsUnis Žtant, le docteur Jesus Gomez, amŽricain d'origine vŽnŽzuŽlienne, se dit optimiste quant ˆ la rŽussite de ces interventions chirurgicales. Le chirurgien estime que l'intervention chirurgicale sur le cas de Marlie, durera environ 20 heures. Outre ces deux jeunes filles, l'organisation'"Good Samaritan for a better life" a dŽjˆ aidŽ d'autres enfants ha•tiens. Dayana souffrante d'une tumeur depuis trois ans, est actuellement aux Etats-Unis pour les soins que nŽcessite son cas. Christelle Auguste (6 ans), Marc Arthur Charles, Christine Saint-Joie sont, entre autres, des enfants qui ont dŽjˆ bŽnŽficiŽ du soutien de l'organisation oeuvrant dans le pays depuis plus de trois ans.

PAGE 14

Page Mercredi 17 aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 14 Commonwealth of Massachusetts The Trial Court SUFFOLK DivisionProbate and Family Court Department Docket No. 05D -0807 Summons By Publication Myrtha Saint-Louis Plaintiff(s) v. Jean Miceus, Defendant(s) To the above named Defendant(s): A Complaint has been presented to this court by the Plaintiff, Myrtha Saint-Louis, seeking a divorce Pursuant to Supplemental Probate Court Rule 41 1, an Automatic Restraining Order has been entered against the above named parties, and that the said defendant can not be found within the Commonwealth and that his present whereabouts are unknown; that personal service on said defendant is therefore not practicable, and that said defendant has not voluntarily appeared in this action:Y ou are required to serve upon Dane M. Shulman, Esq. Attorney for plaintiff(s) … whose address is 1596 Blue Hill A venue, Mattapan, MA 02126 Y our answer on or before September 15, 2005. If you fail to do so, the court will proceed to the hearing and adjudication of this action. You are also required to file a copy of your answer in the office of the Register of this Court at Boston . W itness, John M. Smoot, Esquire, First Justice of said Court at Boston, this 7 th day of June, 2005 Publication: General Circulation Port-au-Prince, Haiti Richard IannellaRegister of Probate Court terrain pour tout le monde. Il n'est pas normal, explique-til, que les ex-belligŽrants ˆ qui l'accord global et inclusif a donnŽ des pouvoirs exorbitants puisent dans le TrŽsor public sachant que les autres ne vont pas s'impliquer dans un processus qui va les marginaliser. Il faut absolument trouver des mŽcanismes appropriŽs pour financer toutes les formations politiques, soutient Alafuele qui stigmatise ce spectacle pour le moins ahurissant des institutions de la rŽpublique coupŽes de citoyens. Aussi, pense-t-il que l'Žducation des citoyens est indispensable si l'on veut leur implication dans la durŽe dans les mutations qui s'oprent. " L'Žducation ˆ la citoyennetŽ est le fondement de la dŽmocratie ", rappelle Alafuele, lui-mme professeur d'universitŽ, pour qui les enjeux majeurs dans la sociŽtŽ congolaise, ses problmes ˆ rŽsoudre avec les Žlections constituent autant de matires qui mŽritent d'tre portŽes ˆ la connaissance publique. Sans quoi, prŽvient-il, le vote va se rŽvŽler un exercice futile. Comme quoi le problme est aussi culturel.Le Congo a embo”tŽ le pas ˆ Ha•ti É( T ransition ... suite de la page 12) compositions, ˆ regarder la vie qui se dŽgage de chaque coin de la toile, on pense aux vieux artistes allemands, ˆ GrŸnewald, ˆ Cranach, ˆ DŸhrer surtout auquel il fait songer par son symbolisme, mais ˆ un DŸhrer encore plus vŽhŽment, ˆ un DŸhrer encore plus vibrant: chez AndrŽ Pierre en effet, chaque dŽtail, chaque couleur, chaque geste hurle sa vŽritŽ, hurle sa vie. Je reste abasourdi devant quelques-unes de ses plus magistrales et ses plus poignantes compositions, comme l'extraordinaire " Retour des Lois en Afrique ", oui nous disons poignantes, parce qu'au-delˆ du dŽlire des couleurs et de la maestria de la composition, cette toile, l'une des dernires du peintre, nous livre un message des plus pathŽtiques. "Les esprits nous ont laissŽs", martle l'artiste, le regard au loin, "ils retournent d'o ils sont venus". Faut-il s'en Žtonner? Non seulement nous les relŽguons dans l'oubli, mais nous sommes indignes d'eux. Oui, nous sommes indignes des esprits dont la rage, flamboyant en lettres de sang et de feu en une chaude nuit du mois d'aožt, aura donnŽ sa libertŽ non seulement ˆ une ”le, mais aussi ˆ un Continent. Oui, nous sommes indignes de nos esprits. Et nous sommes indignes d'Ha•ti. Au moment mme o j'Žcris ces lignes,'on dŽfriche ˆ qui mieux mieux les derniers survivants de nos rŽserves naturelles, les quelques arbres rescapŽs de la F™ret des Pins, du Parc Naturel la Visite, du parc Macaya, sans que ni les soldats Žtrangers qui se prŽlassent ˆ quelques kilomtres du lieu du massacre, ni nos autoritŽs ne lvent le plus petit doigt pour Žviter ce qui se prŽsente comme l'acte final de l'un des plus honteux gŽnocides de tous les temps. Et il n'y a personne qui s'en Žmeuve! Nous sommes bien trop occupŽs ˆ nous dŽchirer les uns les autres. Au moment mme o j'Žcris ces lignes, des soi-disant compagnies internationales se livrent sans le moindre contr™le ˆ l'exploitation de nos richesses sous-marines, ŽvaluŽes par certains ˆ plusieurs milliards de dollars amŽricains, alors que nous nous multiplions en courbettes de remerciement pour l'aum™ne de quelques milliers de dollars. Et il n'y a personne qui s'en Žmeuve! . Essayez de retrouver cette toile: le dŽpart des Loas pour l'Afrique. Vous y retrouverez toute la tragŽdie ha•tienne. Mais vous y trouverez autre chose. Vous y trouverez un rve immense, cristallisŽ dans une langue d'une puretŽ, d'une vŽritŽ ˆ laquelle seule une poignŽe d'tres humains auront pu avoir accs. Parce que tout, chez AndrŽ Pierre, le dessin d'une rigoureuse nettetŽ, les couleurs dont la richesse semble celle des rves de notre enfance, la rigoureuse organisation spatiale qui plante invariablement, baignant au sein d'une vie palpitante, des tres de BeautŽ drapŽs de leurs plus saisissants atours, tout cela n'est que la transcription littŽrale d'un univers fantastique et mirobolant. D'un univers bien rŽel pourtant, car il est non seulement celui de notre ‰me de crŽoles, mais parce qu'il est celui des racines mmes de l'HumanitŽ. Mon opinion sincre est que le seul hommage digne de ce nom que nous puissions rendre ˆ la plus grande gloire vivante de notre Patrie, c'est de jurer de nous battre jusqu'ˆ notre dernier souffle pour que ne meure cet Univers. Dr Frantz Large 3 aožt 2005Hommage ˆ AndrŽ Pierre ...( Peinture ... suite de la page 10) DECENTRALISATION ...(suite de la page 11) leurs intŽrts. Nous espŽrons en cette annŽe Žlectorale qu'au moins un parti saura se dŽmarquer de la meute, pour se pencher sur une question d'importance nationale. La capitale ne saurait ˆ elle seule accaparer toutes les ressources de l'ƒtat, alors que les rŽgions pŽriclitent et que leurs populations sont livrŽes ˆ la charitŽ internationale. Gesler Jean-Gilles A la "une" de la semaineGRANDS TITRESStravinsky BŽnŽdict ANGLADE Cette semaine a ŽtŽ trs singulire et augure de mauvais jours dans un avenir pas trop lointain pour Ha•ti. Sa singularitŽ se retrouve surtout dans la prise de position publique de la communautŽ internationale dans l'affaire Neptune, des cas de lynchage de gens dans la capitale ha•tienne et le dŽpart de l'ambassadeur Žtasunien, James B. Foley. Le reprŽsentant de Kofi Annan en Ha•ti, Juan Gabriel Valds, a rŽclamŽ mercredi la remise en libertŽ de raisons pour lesquelles le gouvernement intŽrimaire maintient encore M. Neptune en prison. "Je comprends la nŽcessitŽ pour la justice ha•tienne de faire son travail, mais j'estime anormal que la dŽtention de M. Neptune soit aussi prolongŽe", a fait savoir Juan Gabriel Valds. Dans la mme veine, le numŽro un de la diplomatie amŽricaine en Ha•ti a rŽclamŽ la libŽration de l'ex-Premier ministre, Yvon Neptune. Selon M. Foley, l'incarcŽration de Neptune est inscrite sous la rubrique de violation des droits humains. Il a fait remarquer que personne n'a fourni jusqu'ici la moindre preuve ni le moindre indice le culpabilisant dans le massacre de la Scierie. Plus t™t dans la semaine, le chef civil de la mission onusienne en Ha•ti, Juan Gabriel Valds, avait plaidŽ Žgalement en faveur de la libŽration de Yvon Neptune si aucune charge n'est retenue contre lui. Le ministre de la justice, Me Henry Marge DorlŽans, a dŽclarŽ ˆ la presse la mme semaine que certains juges se complaisent ˆ faire de l'injustice aux prisonniers. "Si on ne peut pas faire avancer les enqutes sur des gens en dŽtention, qu'ils soient libŽrŽs", a renchŽri M. DorlŽans en dŽnonant certains juges, sans les citer nommŽment, qui utiliseraient leur pouvoir pour faire de l'injustice. M. Yvon Neptune. Il a ŽvoquŽ ne pas comprendre les Droits Humains (RNDDH), ci devant NCHR/Ha•ti, ne se sont pas fait pas attendre. Selon Marie Yolne Gilles, porteparole du RŽseau, le chef de la MINUSTAH Juan Gabriel V alds et le ministre de la justice, Henry DorlŽans, cherchent ˆ perpŽtuer l'impunitŽ en Ha•ti en exerant des pressions sur l'appareil judiciaire pour obtenir la libŽration de l'ex-Premier ministre Neptune qui est accusŽ d'implication dans le massacre de la Scierie ˆ Saint-Marc. Elle a, par ailleurs, fait remarquer que la libŽration d'un prisonnier prŽsumŽ impliquŽ dans une tuerie, sous prŽtexte de sa dŽtention prolongŽe, est un scandale. Paralllement ˆ ces turbulences politiques, les scnes de violence continuent ˆ ternir l'image de notre cher pays. On a enregistrŽ plus d'une dizaine de cas de lynchage au Bel-air. La plupart des victimes ont ŽtŽ prŽalablement ma”trisŽes par les agents de la PNH, avant d'tre livrŽes ˆ la population. Cette pratique barbare et fŽroce ne fait pas honneur ˆ un pays digne de ce nom. Les rŽactions du RŽseau National de DŽfense des (voir A la une / 20)

PAGE 15

Page Mercredi 17 Aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 2915FOOTBALL: TOUS LES CHAMPIONNATS USA MSL Samedi 13 Aožt, 2005 DC United-Chivas USA 3-0 San Jose-Colorado 1-1 Chicago-Los Angeles 2-1 Dallas-New England 1-2 Real Salt Lake-Kansas City 2-4 MetroStars-Columbus 2-1 Le Classement ConfŽrence Est MJ Pts New England 22 42 Chicago 24 39 DC United 22 38 Kansas City 22 38 Metrostars 23 32 Columbus 22 21 ConfŽrence Ouest MJ Pts Dallas 22 38 San Jose 22 38 Los Angeles 23 32 Colorado 22 25 Real Salt Lake 22 19 Chivas USA 21 12 Meilleur Buteurs Jeff Cunningham Colorado 11 butsAmŽrique LatineChampionnat D'Argentine T ournoi D'Ouverture 2eme JournŽe V elez Sarsfield-Argentinos Juniors 0-1 Arsenal-Gimnasia La Plata 1-1 Newell's old Boys-Tiro Federal 2-1 Colon de Santa Fe-Racing Club 0-2 Independiente-Instituto de Cordoba 3-0 Banfield-Quilmes 0-0 Estudiantes-San Lorenzo 0-1 Olimpo de Bahia Blanca-Lanus 1-1 Boca Juniors-Rosario Central 2-1 Gimnasia y Esgrima de Jujuy-River Plate 0-0 Classement Equipes MJ Pts 1Independiante 1 3 2-Newell's old Boys 1 3 3-Racing Club 1 3 4-San Lorenzo 1 3 5-Boca Juniors 1 3 Europe France 3eme JournŽe 2005-2006 PSG-Toulouse 2-1 Nancy-Lens 1-2 Auxerre-Bordeaux 1-0 Le Mans-Rennes 4-0 Lille-Troyes 1-2 Nantes-Ajaccio 0-2 Nice-Sochaux 1-2 StEtienne-Metz 2-0 Strasbourg-Monaco 1-2 Marseille-Lyon 1-1 Classement Equipes MJ Pts 1. PSG 3 9 2. Auxerre 3 7 3. Lyon 3 7 Allemagne 2eme JournŽe 2005-2006 Bielefeld-Hambourg 0-2 Bayer Leverkusen-Bayern Munich 2-5 Dortmund-Schalke 04 1-2 Monchegladbach-Wolfsburg 1-1 Hertha Berlin-Frankfurt 2-0 Kaserslautern-MSV Duisburg 5-3 Nurenberg-Hannover 96 1-1 Mainz-Werder Bremen 0-2 Stuggart-Cologne 2-3 Classemen t Equipes MJ Pts 1.BayernMunich 2 6 2.Cologne 2 6 3.Hambourg 2 6 4-Bremen 2 6 5-Schalke 04 2 6 Angleterr e 1ere Journee 2005-2006 Everton-Manchester UTD 0-2 Aston Villa-Bolton 2-2 Fulham-Birmingham 0-0 Man City-West Brom 0-0 Portsmouth-Tottenham 0-2 Sunderland-Charlton 1-3 W est Ham-Blackburn 3-1 Middlesbrough-Liverpool 0-0 Arsenal-Newcastle 2-0 W igan-Chelsea 0-1 Classemen t Equipes MJ Pts 1Man UTD 1 3 2-Tottenham 1 3 3-Charlton 1 3 4-West Ham 1 3 5-Arsenal 1 3 6-Chelsea 1 3 T ransfert Lyon: le transfert d'Essien clarifie les choses pour l'OLL YON, 15 aožt (AFP) Le transfert imminent ˆ Chelsea du milieu ghanŽen de l'Olympique lyonnais, Michael Essien, annoncŽ dimanche par le prŽsident du club champion de France de football, JeanMichel Aulas, va clarifier les choses pour la constitution dŽfinitive de l'effectif de l'OL d'ici le 31 aožt.La transaction s'Žlverait aux alentours de 40 millions d'euros, somme suffisante pour pourvoir ˆ son remplacement mais aussi se renforcer encore en attaque, comme l'avait rappelŽ rŽcemment M. Aulas.Michael Essien, 22 ans, anglophone, Žtait arrivŽ en 2003 de Bastia pour 7 millions d'euros auxquels s'ajoutait la cession de l'attaquant FrŽdŽric NŽe, pour un montant global de 11 millions d'euros environ. Le club anglais de Manchester United s'Žtait dŽjˆ intŽressŽ ˆ lui ˆ l'Žpoque mais le joueur ne pouvait alors pas obtenir de permis de travail.Dernirement, si Essien avait participŽ ˆ la Coupe de la Paix, tournoi de prŽ-saison disputŽ en CorŽe du Sud en juillet, il n'avait jusqu'alors ŽtŽ retenu ni pour le TrophŽe des Champions ˆ Auxerre (4-1), ni pour aucun des trois premiers matches de championnat. Au Mans (succs 2-1 de Lyon), l'OL avait prŽtextŽ une gastro-entŽrite pour expliquer son absence."Faire le dos rond""Il n'a pas la tte totalement ˆ Lyon. Il ne jouerait pas au maximum de ses possibilitŽs mais plut™t avec la peur de se blesser. Cela ne m'intŽresse pas", avait justifiŽ, depuis, l'entra”neur GŽrard Houllier."Essien s'entra”ne bien mais ne fait pas partie de l'effectif tant que les choses ne sont pas rŽglŽes dans un sens comme dans l'autre", avait-il encore affirmŽ vendredi.Comme prŽvu, le prŽsident Jean-Michel Aulas s'est chargŽ de clarifier les choses dimanche soir, ˆ l'issue du match disputŽ ˆ Marseille (11). "Nous allons prendre une attitude en relation avec la situation du moment, celle d'un joueur qui ne veut plus jouer depuis deux mois pour l'Olympique lyonnais", a-t-il indiquŽ, huit jours aprs avoir annoncŽ "qu'Essien resterait bien ˆ l'OL cette saison et qu'il n'y aurait pas de transfert", tout en continuant ˆ nŽgocier durant la semaine dernire.De son c™tŽ, GŽrard Houllier, louant "l'attitude professionnelle de son effectif", n'a pas cachŽ que ce problme perturbait la gestion du groupe alors qu'un autre milieu de terrain, le BrŽsilien Juninho, attend que la prolongation de son contrat pour trois ans soit conclue dans les prochains jours. Dans le cas contraire, ce dernier Žvoque mme l'ŽventualitŽ d'un dŽpart."Il faut faire le dos rond, gratter des rŽsultats et attendre le 31 aožt", admet l'entra”neur lyonnais. La piste Fabinho A vec Juninho, mais aussi le Malien Mahamadou Diarra, qui a prolongŽ jusqu'en 2009, Michael Essien formait un trio redoutŽ l'an passŽ, perfectible nŽanmoins dans la attaque. Le recrutement de l'international portugais Tiago Mendes, inclus un temps dans les nŽgociations sur le transfert d'Essien, semble avoir ŽtŽ abandonnŽ. Celle du BrŽsilien Fabinho (25 ans), de Cerezo Osaka (1re div. japonaise), est dŽsormais ŽvoquŽe, parmi d'autres pistes, au mme titre qu'un renfort offensif de haut niveau. recrutement devrait donner un nouvel Žquilibre ˆ l'effectif de l'OL dont le BrŽsilien Nilmar pourrait faire les frais pour rŽpondre aux impŽratifs du nombre d'extracommunautaires. Cette recomposition correspondrait ˆ l'organisation de jeu prŽconisŽe par Houllier qui insiste beaucoup sur la notion de construction du jeu et de conservation du ballon. construction du jeu et la relation milieuLa fin de la campagne de Angleterre: Chelsea, bousculŽ par Wigan, s'en sort bienLONDRES (AFP) Chelsea, le champion en titre, bousculŽ comme rarement par Wigan, qui disputait le premier match de son histoire dans l'Žlite, s'est imposŽ ˆ la dernire seconde (1-0), dimanche lors de la 1re journŽe du Championnat d'Angleterre de football. Pour Wigan, petite ville situŽe entre Liverpool et Manchester, le sort appara”tra bien cruel. Pendant plus de 90 minutes, les promus, avec un style de jeu fort agrŽable, ont plus que rivalisŽ avec les Londoniens. C'est sur un exploit personnel de Hernan Crespo que Chelsea s'est imposŽ dans les arrts de jeu (90+3). D'une frappe dans la lucarne, l'Argentin, de retour de prt au Milan AC, a brisŽ le rve de Wigan, qui avait touchŽ la barre de Petr Cech sur une tte de Damien Francis peu auparavant (82). L 'Žquipe de Jose Mourinho a sans doute compris qu'il lui sera moins aisŽ de conserver son titre qu'on ne lui prŽdit. "Nous ne mŽritions pas de gagner et nous devrons nous amŽliorer sur un plan individuel", a reconnu le manageur des "Blues". passŽ, a Žgalement souffert plus t™t dans l'aprs-midi pour battre Newcastle (2-0), malgrŽ l'exclusion rapide de Jenas. Intelligemment positionnŽ, Newcastle s'est gardŽ d'offrir aux "Gunners" les espaces qu'ils chŽrissent tant. Un penalty peu Žvident obtenu par Ljungberg et transformŽ par Henry (81e), et un second but de Van Persie, ˆ la conclusion d'une contre-attaque typique de leur jeu (86e), ont libŽrŽ les Londoniens. En revanche, Manchester United, trs ˆ l'aise ˆ contre Everton (2-0), et T ottenham, conquŽrant ˆ Portsmouth (2-0), sont apparus dŽjˆ dans le bon rythme samedi. Nettement distancŽ par Chelsea dans tous les pronostics d'avant-saison, Manchester United a montrŽ qu'il ne s'en laisserait pas compter. L 'an passŽ, les "Red Devils" avaient connu deux premiers mois terribles, un lourd fardeau qui avait pesŽ sur toute leur saison. La blessure de van Nistelrooy avait fragilisŽ toute l'Žquipe. Samedi, c'est l'avant-centre nŽerlandais qui a donnŽ l'avantage ˆ MU (43e). Les joueurs d'Alex Ferguson ont doublŽ la mise par Rooney, interceptant une passe en retrait compltement ratŽe de Yobo (46e). Pressenti comme un dangereux outsider, Tottenham, sans son dŽfenseur King et l'expŽrimentŽ milieu nŽerlandais Davids, a aussi montrŽ ses belles dispositions ˆ Portsmouth. Arsenal, MU et Tottenham ne sont devancŽs en haut du tableau que par West Ham et Charlton. Promu, West Ham, inspirŽ par un premier but de Sheringham, toujours aussi efficace ˆ 39 ans, a terrassŽ Blackburn (3-1). Sunderland, autre promu, s'est montrŽ moins heureux face ˆ Charlton, vainqueur (3-1) avec deux buts de Darren Bent. A 21 ans, le jeune attaquant, venu d'Ipswich (2e div. anglaise) ˆ l'ŽtŽ, a pris la tte du classement des buteurs. Liverpool, vainqueur en mai de la Ligue des champions, mais 5e du dernier Championnat, a dž se contenter d'un nul (00) ˆ Middlesbrough, rŽduit ˆ dix ˆ la 74e minute. Arsenal, le dauphin de Chelsea l'an

PAGE 16

Page Mercredi 17 aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 16 En cas d'urgence appelezMINUSTAH / PNH LAVALAS VS. LAVALASFanmi Lavalas compte intenter une action en justice contre des exparlementaires du partil'organisation Fanmi Lavalas pour participer aux prochaines joutes Žlectorales. Pour l'ancien lŽgislateur, la dŽcision d'inscrire FL dans la course entre dans le cadre des dŽmarches pour exiger d'une part la libŽration de tous les prisonniers politiques et d'autre part le retour au pays de tous les exilŽs. ( Lavalas ... suite de la page 2)Pour le candidat ˆ la prŽsidence Charles Henry Baker, la question de couleur est un faux problmeL 'industriel Charles Henry Baker qui a dŽclarŽ sa candidature ˆ la prŽsidence la semaine dernire, a fait savoir qu'il est en mesure de collecter les 100.000 signatures rŽclamŽes par le CEP d'ici le mois prochain pour le dŽp™t de sa candidature. Monsieur Baker qui intervenait sur le 980 AM Radio AmŽrique Internationale, a indiquŽ que la question de couleur de la peau ne mŽrite pas un vrai dŽbat car, dit-il, c'est un faux problme. Charles Henry Baker a affirmŽ que s'il est Žlu aux prochaines compŽtitions Žlectorales, le rŽtablissement de l'autoritŽ de l'Etat sera sa prioritŽ car, selon lui, l'Etat en Ha•ti n'existe pas. Le candidat Baker, qui n'a pas voulu dŽvoiler son plan, pense que la t‰che du prochain gouvernement Žlu ne sera pas facile. Selon lui, le pays est confrontŽ actuellement ˆ de sŽrieuses difficultŽs. Le Violette Athletic Club tient ses assises ˆ MiamiLe staff dirigeant du Vieux tigre Žtait ˆ Miami la semaine ŽcoulŽe pour rencontrer les mordus du ballon rond, particulirement d'aciens joueurs et des supporteurs du Violette en vue de mettre sur pied une cellule du Violette Athletic Club en Floride. L 'ancien sŽlectionneur ha•tien, Phillipe Vorbe, qui est actuellement directeur technique du VAC, faisant une radiographie du football ha•tien, dit constater un Žchec total de tous les clubs. Pour remŽdier ˆ la situation actuelle du V AC, Phillipe Vorbe lance un vibrant appel ˆ la famille Violettiste pour qu'elle fasse le nŽcessaire dans le but de sauvegarder le club qui aura bient™t 90ans. D'aprs l'entraineur du Violette, ce 90me anniversaire devrait marquer un nouvel Žlan du club. Le nouveau staff dirigeant veut mettre de l'ordre dans la maison, ˆ savoir doter le club d'un local et ceci avec le concours de tous les fans du VAC. Phillipe Vorbe a plaidŽ en faveur de nombreux changements au sein du Violette Atletic Club. "Jamais plus jamais, le Violette ne sera le mme" a-t-il lancŽ. Pour la star nationale Phillipe Vorbe, jadis on considrait le VAC comme une Žquipe bourgeoise. Pour lui, le Violette n'est ni une Žquipe bourgeoise, ni une Žquipe mul‰tre. C'est un club dŽmocratique. Elle est composŽe de jeunes Žcoliers et d'universitaires. MalgrŽ certaines difficultŽs, l'entraineur du V ieux tigre est persuadŽ que le Violette est en marche. La rŽunion des Bleus et Blancs qui s'est tenue dimanche dans le quartier de Little Ha•ti (Miami) a ŽtŽ l'occasion pour Žcouter quelques tŽmoignages d'aciens joueurs du VAC. La rencontre a eu lieu en prŽsence du promoteur musical Fred Paul et de son partenaire Alix Timer, des anciens joueurs Leys Gilbert et Michel, Charly Eliazare É Le comitŽ de direction du VAC est ainsi composŽe: PrŽsident Max Lelio Joseph; Vice prŽsident Raphael Pierre; Administrateur Patrick Lazarre et entraineur Phillipe Vorbe. EVENS HILAIRE Ha•ti en Marche La rŽunion du Violette Athletic Club ˆ Miami photo Ha•ti en Marche L 'Žmergence d'un nouveau club Le VAC a maintenant une Žquipe jeune de 18 ˆ 23 ans en formation.LE COIN DE MIAMI (509) 510-2563 510-3183 84 85 244-3503ENVIRONNEMENTP-au-P: L'Eglise mobilisŽe pour la protection des bassins versantsSous la direction de Mgr Joseph Serge Miot, Archevque Coadjuteur de Port-au-Prince, une importante rŽunion s'est dŽroulŽe le samedi 13 Aožt 2005 ˆ la chapelle St. Franois d'Assise de la paroisse de Duval avec les curŽs et responsables d'associations paysannes de l'unitŽ pastorale de Kenscoff ˆ Despinasse, 4 section communale Bellevue la montagne. L 'objectif Žtait de sensibiliser les prtres, les leaders des communautŽs paysannes, les citoyens sur le danger Žcologique que reprŽsente la zone. Comment arriver ˆ contr™ler le dŽveloppement des lotissements, protŽger les espaces libres et crŽer des incitations Žconomiques d'accompagnement pour que le sol soit utilisŽ avec parcimonie. L'idŽe de Mgr Miot c'est de dŽvelopper une zone compacte pour qu'il n'y ait pas de gaspillage des ressources naturelles et aux dŽpens des gŽnŽrations futures. Ce projet devient urgent surtout aprs les dŽgats Žnormes causŽs par l'ouragan Dennis dans le Sud d'Ha•ti. Selon l'Archevque, le problme Žcologique d'Ha•ti est trs grave et doit interpeller tout le monde. Plusieurs intervenants ont pris la parole, dont le RŽvŽrend Pre Occide Jean, dit Pre Sicot, responsable de l'Association "Af ng konbit" (ANK); et Pre Max Delamour, responsable de l'association de l'archidiocse qui a prŽsentŽ un projet d'Žcoles vertes dans les Žcoles presbytŽrales. Pre Jean Yves UrfiŽ (Furcy) a prŽsentŽ son expŽrience pilote avec les Žcoles catholiques; puis l'Agronome Ernst PŽdro CassŽus accompagnŽ de son fils Joseph Vladimir CassŽus, cartographe, qui a prŽsentŽ la situation du bassin versant avec les rivires Grise, Froide et Momance qui se rencontrent un danger imminent pour les habitants de la Plaine du Cul-de-sac; enfin tous les participants qui ont ŽchangŽ des idŽes sur les plaines, ruisseaux, sources et nappes d'eau, les zones de rŽserve et le rŽgime pluvial. Un comitŽ de suivi a ŽtŽ constituŽ pour monter un projet avec la Caritas. L'Archevque de Port-au-Prince a formulŽ tous ses vÏux, en espŽrant que l'expŽrience pilote ˆ Despinasse sera une rŽfŽrence pour toutes les autres zones Žgalement menacŽes dans les diffŽrents dŽpartements gŽographiques du pays. Y ves Paul LŽandre journaliste Le nouveau reprŽsentant de l'UNICEF prend officiellement fonctionPort-au-Prince, le 10 aožt 2005 Ñ Monsieur Adriano Gonzalez-Regueral a prŽsentŽ au Ministre des Affaires Žtrangres ses lettres d'accrŽditation le confirmant comme nouveau ReprŽsentant de l'UNICEF en Ha•ti. En lui souhaitant la bienvenue, au nom du Gouvernement d'Ha•ti, le Ministre HŽrald Abraham a rendu hommage aux bonnes relations de coopŽration qui existent entre Ha•ti et l'UNICEF, et ˆ l'appui que cette organisation des Nations Unies apporte dans les domaines de la SantŽ, de l'Education et de la Protection des Enfants. Monsieur Adriano Gonzalez-Regueral a renouvelŽ les engagements de l'UNICEF ˆ l'Žgard des enfants d'Ha•ti. Il a toutefois exprimŽ ses inquiŽtudes quant ˆ la question des enfants en extrme vulnŽrabilitŽ dont le nombre s'est fortement accru ces dernires annŽes ˆ la suite de longues et successives crises que le pays a connu. "La vaccination de routine pour les enfants et les femmes en ‰ge de procrŽer; la lutte contre la malnutrition des enfants; le renforcement du programme de rŽduction de la mortalitŽ maternelleet nŽonatale; la crŽation des alliances pour la lutte contre la violence faite aux enfants et l'exploitation des enfants, en particulier par leur intŽgration ˆ des groupes armŽs; la prioritŽ accordŽe aux enfants dans les situations d'urgence, ainsi que le plaidoyer pour l'Žducation pour tous, seront les prioritŽs dans les interventions de l'UNICEF en Ha•ti sous ma direction", a dŽclarŽ le nouveau ReprŽsentant de l'UNICEF. Il a souhaitŽ un engagement accru des autoritŽs gouvernementales, des hommes politiques et de tous les secteurs de la sociŽtŽ ha•tienne, en vue d'assurer la rŽalisation des droits des enfants en Ha•ti. "Les meilleurs fondements"dans la construction d'un pays se traduisent par la faon dont la (voirUnicef / 17)

PAGE 17

Page Mercredi 17 Aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 8772 NE 2 ème AvenueTél: 305 757 4915F ADKIKJ VARIETY STORELE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS. RŽception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV, BELL MOBILITY etc...etc... Connection tŽlŽphonique chez vous...Ouvert 6 Jours par semaine: 8h30 am ˆ 7h30 pm • Parfums • Cellulars & Beepers • Souliers et Sandales • Produits pour la cuisine • Cadeaux • Tableaux • Moneygram • Money Order • CD's (compas, Racine, EvangŽlique, Zouk, Franais, AmŽricain) • Video's (Ha•tiens, AmŽricains, Documentaires, Drams) • Produits de beautŽ • Produits pour cheveux ATLANTA 1232 Moreland Ave, Suite A Atlanta, GA 30016 Tel: (404)622-8787 BAHAMAS E. Street Sawyer Studio Blvd 2nd Floor Nassau, Bahamas Tel: (242)322-6047 BOYTON 544 E Gateway Blvd, Suite 3 Boyton Beach, Florida Tel: (561)742-3046 CAMBRIDGE 300 Broadway Cambridge, Mass 02139 Tel: (617)354-6448 CHURCH 2807 Church Ave. Brooklyn, NW 11226 Tel: (718)693-3798 CONNECTICUT 953 Washington Blvd, Suite 1 Stamford, CT 06901 Tel: (203)324-2816 DELRAY BEACH 402 West Atlantic Ave Delray Beach, Fl 33444 Tel: (561)265-2100 FLATBUSH 1161 Flatbush Ave. Brooklyn N.W. 11226 Tel: (718)287-5295 FORT LAUDERDALE 8 West Sunrise Blvd Ft. Lauderdale, Fl 33311 Tel: (954)524-1574 LAKE WORTH 330 S. Dixie Hwy, Suite 2 Lake Worth, Fl 33460 Tel: (561)585-1077 MATTAPAN 508 River Street Mat. Mass. 02126 Tel: (617)298-9366 MIAMI 5401 N.W. 2nd Avenue Miami, Fl 33137 Tel: (305)758-3278 NAPLES 506 11th Street Naples, Fl 34102 Tel: (941)435-3994 NORTH MIAMI 629 NE 125th Street N. Miami, Fl 33161 Tel: (305)892-6478 MIRAMAR N. DADE 19325 NW 2nd Avenue (441) Miami, Fl 33169 Tel: (305)654-2800 MONTREAL 7177 Rue St Denis Mont. QC H2R2E3 Tel: (514)270-5966 ORLANDO 2469 S. Orange Blossom Trail Orlando, Fl 32805 Tel: (407)649-9896 POMPANO (1) 4857 N. Dixie Hwy Pompano Bch, Fl 33064 Tel: (954)429-9552 POMPANO (2) 128 N. Flager Avenue Pompano Bch, Fl 33060 Tel: (954)946-4469 QUEENS 159-35B Hillside Avenue Jamaica N.Y. 11432 Tel: (718)523-9216 SPRING-VALLEY South Main Street S. Valley, NW 10977 Tel: (914)425-7747 WASHINGTON 835 Juniper Street NW Wash D.C. 20012 Tel: (202)722-4925 WEST PALM BEACH 604 25th Street W. Palm Beach Fl 33407 Tel: (561)655-4166 NEW JERSEY 152 Jefferson Ave Elizabeth, NJ 07201 Tel: (908)354-1411 MONTREAL NORD 3820 Henri-Bourassa Est Montréal, Canada Tel:(514)852-9245 TURKS & CAICOS Downtown Providenciales Butterfield Plaza Tel: (649)941-4172-4173 CENTRE VILLE 59 Rue Pavée avant la Pharmacie Idéale 223-0865-223-0839 222-2704,221-8910, 221-1632 Nou vle gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis. 17 Licensed A/C NOW Insured 24/7 Flat Rate AdvantageAIR CONDITIONING & REFRIGERATION Service Repair InstallationJEAN MASSENA954-497-7700 1866 49 AC NOW sociŽtŽ traite ses enfants", a ajoutŽ Monsieur Adriano Gonzalez-Regueral. DotŽ d'une trs longue expŽrience dans la coopŽration au dŽveloppement en gŽnŽral, et au sein de l'UNICEF en particulier, Monsieur Gonzalez-Regueral aura notamment ˆ sa charge la planification, la coordination et la mise en oeuvre du programme de coopŽration entre Ha•ti et l'UNICEF. De nationalitŽ espagnole, Monsieur GonzalezRegueral Žtait ReprŽsentant de l'UNICEF au Paraguay avant sa nomination pour Ha•ti. Il a aussi travaillŽ pour l'UNICEF au cours des dernires 18 annŽes en Irak, Panama, Mexique, Madagascar, GuinŽe et C™te d'Ivoire. Pour plus d'informations, prire contacter la section Communication de l'UNICEF aux numŽros de tŽlŽphone repris ci-dessous ou par e-mail: eaugustin@unicef.orgNouveau reprŽsentant de l'UNICEF ...(suite de la page 16) LA CARAIBEFidel Castro Fidel Castro, 79 ans, et un optimisme rŽvolutionnaire ˆ toute ŽpreuveLEMONDE.FR | 13.08.05 | 15h01 Parfaitement remis de sa chute spectaculaire en octobre, au cours de laquelle il s'Žtait brisŽ le genou gauche, Fidel Castro semble conserver toutefois une gne au niveau de son bras droit, flŽ lors de cet accident, et qui semble avoir perdu de sa motricitŽ. Paradoxalement, cette chute semble avoir incitŽ l'ancien guŽrillero ˆ redoubler d'activitŽ. Ainsi, ses discours tŽlŽvisŽs sont passŽs d'une quinzaine pour toute l'annŽe 2004 ˆ 38 depuis le seul mois de mars cette annŽe, d'une moyenne de prs de trois heures chacun. En toile de fond, l'arrivŽe de la gauche au pouvoir dans plusieurs pays d'AmŽrique latine Ñ BrŽsil, Argentine, Uruguay et EquateurÑ a relancŽ les rves du vieux rŽvolutionnaire de voir se constituer une opposition radicale ˆ l'influence de W ashington dans la rŽgion. Pierre angulaire du projet, l'alliance de la rŽvolution castriste avec la rŽvolution bolivarienne en cours au Venezuela, fondŽe sur une Žtroite coordination avec le prŽsident Hugo Chavez, dont Fidel Castro passe pour tre le mentor. Les deux pays ont multipliŽ les accords bilatŽraux Ñ50 signŽs en avril, trs avantageux pour CubaÑ afin de donner corps ˆ l'ALBA, l'Alternative bolivarienne pour les AmŽriques, un projet d'intŽgration Žconomique et politique destinŽ ˆ faire pice ˆ l'ALCA, la Zone de libre-Žchange pour les AmŽriques voulue par Washington. Fidel Castro est dŽsormais "parrain" de la dernire promotion d'officiers vŽnŽzuŽliens de l'Ecole de guerre, "baptisŽs" ˆ La Havane dŽbut aožt. OmniprŽsent, le chef de l'Etat est intervenu ces derniers mois pour rassurer sur la situation Žconomique de l'”le, annonant fin juillet, contre toute attente, une croissance de 7,3% depuis le dŽbut de l'annŽe et 9% d'ici ˆ dŽcembre, soit un rythme quasi identique ˆ celui de la Chine. Ces chiffres ont surpris nombre d'Žconomistes, Cuba ayant ŽtŽ frappŽ par une trs grave sŽcheresse et par les ravages en juillet de l'ouragan Dennis, officiellement estimŽs ˆ plus de 1,4 milliard de dollars. V olontiers Žlogieux ˆ l'Žgard de la Chine avec laquelle il a passŽ en novembre dernier plusieurs accords, le prŽsident cubain se refuse toutefois ˆ en emprunter les "recettes" capitalistes et a procŽdŽ au contraire depuis plus d'un an ˆ une recentralisation absolue de l'Žconomie, mettant fin ˆ des centaines de contrats avec des entreprises Žtrangres attirŽes par la relative ouverture du pays depuis les annŽes 1990. Et en novembre dernier, le dollar, autorisŽ ˆ nouveau depuis 1993, Žtait mis hors circulation avant que le peso cubain convertible, jusque lˆ ˆ paritŽ avec le billet vert, ne soit rŽŽvaluŽ de 8%. ConfortŽe par une certaine "grogne" de la population devant les privations, l'opposition s'est enhardie et a tentŽ d'occuper la rue en juillet. Mal lui en a pris : le 22 juillet, la police cubaine procŽdait ˆ la plus importante rafle d'opposants depuis celle de 2003. Une quinzaine de dissidents sont toujours sous les verrous. Et ˆ la veille de son anniversaire, les "actes de rŽpudiation" qui avaient pratiquement disparu ces dernires annŽes, sont de retour : des partisans du rŽgime se sont regroupŽs vendredi devant les domiciles d'opposants pour les conspuer et les empcher de se rŽunir. L 'an prochain, Fidel Castro devrait prendre pour trois ans la prŽsidence du mouvement des non-alignŽs. Depuis cette tribune, nul doute qu'il compte bien continuer ˆ donner du fil ˆ retordre ˆ l'administration "nazi-fasciste" du prŽsident George W. Bush, sur laquelle il vient de marquer un point : un tribunal d'Atlanta vient d'annuler le jugement ˆ Miami en 2001 de cinq agents cubains condamnŽs ˆ de lourdes peines pour espionnage. Les "Cinq hŽros" de la propagande cubaine devront tre rejugŽs en terrain neutre.

PAGE 18

Page Mercredi 17 aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 Les Jeux de Bernard18 GRILLE DE PROGRAMMEMŽlodie 103.3 fm74 bis Rue Capois Port-au-Prince, Ha•ti TŽl: 221-8568/ 221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323 e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com URL: www.haitienmarche.comProgrammation5h00 6h30Bon RŽveil en musique 6h30 7h00Au Pipirit chantant1er Journal crŽole de la journŽe avec Yves Paul LŽandre 7h00 10h00MŽlodie Matin avec Marcus Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses 8hL'Editorial de Marcus 8h15La Chronique au Quotidien avec Elsie 8h30Le grand Reportage avec Guyler c Delva 8h45A Haute Voix avec Dominique Batraville 9hLes Sports avec Jacky Marc 9h15Culture avec Claude Bernard SŽranMŽlodie Matin chaque samedi est animŽe par Rapah‘l FŽquire10h00 MidiLe Disque de l'Auditeuranimation: Jacques Lacour 12h00 12h15Le MidiUn rŽsumŽ des Informations Locales et Nationales 12h15 2h00Lady Blues avec ElsieJazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie 2h00 3h00C'est si bon en chansons...Emission de Chansons Franaises 3h00 5h00Le Bon Vieux TempsRetro-Compas avec Doc Daniel et Captain Bill 5h00 7h00Melodie & Company chaque jour un sujet diffŽrent, avec des invitŽs et la participation du public.Animation: MARCUS 7h00 8h30Amor y Sabor8h30 9h00Soir Informations10h00Notre Grand Concert( Lundi et Mercredi : L'heure classique )Jazz at Ten ( Mardi, Jeudi, Dimanche ) Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invitŽs 9h00 et au-delˆCavaliers, prenez vos dames ( Samedi ) 50 ans de Succs Populaires Ha•tiens Chaque Dimanche : 10h ˆ Midi: Textes et PrŽtextes avec Dominique Richez AMBIANCE MOUSSEUX MU#ACCRA OFFRE#AC NE#D#OTE IT##I#ER AEROCLUB CRINIERE T rouvez les noms de 21 ambassadeurs americains en Haiti dans le carré ci-dessus 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123 SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot f rançaisVEILLE VAILLE PAILLE PAIRLE PAIRIE PATRIE PETRIE Solutions de la semaine passéeWITLOOFVENTES TORDRE A I R P L I S Solutions de la semaine passée: Allez de VENTES, à T ORDRE , en utilisant des mots du du vocabulaire français, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Mots Mots Mots Mots Mê Mê Mê Mê Mê l l l l l és és és és ésLES JEUX DE BERNARDSolutions de la semaine passée: Y A M V C F J X U X K I R U N K K H F L Y M X J F D T V U X P U G Y M E W T T A Q V B Z O T F W V G R A D I G M W K O N H T R H N O M N A M L E M I K D A L I I J O N E S M C S P E Z J D C W T B Q J S M O R D T Y H K A S Q E P S A L E N P O G X H R M C K I N L E Y A S C G C U N K S N A U G X L R M E Y H P E I R W Z K U P H R B S T L S Y U A Z V N O P C U E M J R L F Y E L O F D X M C D B I S O J P A R B Q X J I D Q Q N D K F Q Q V P Y I R U Y Q I En bref ...(suite de la page 2)Ce financement, accordŽ par le Japon entre dans le budget prŽvu de $US 60.7 millions pour l'organisation des Žlections locales, lŽgislatives et prŽsidentielles en Haiti ˆ partir du 9 octobre prochain. Le gouvernement ha•tien, les Etats-Unis, le Canada et l'Union EuropŽenne ont dŽjˆ contribuŽ pour un total de US$ 38.6 millions au financement du processus Žlectoral.Le chef de la MINUSTHA rŽclame la libŽration de l'ancien premier ministre Yvon Neptune ÉLe ministre de la justice appelle ˆ la libŽration des dŽtenus si les gens en charge de leurs dossiers sont incapables de les faire avancer Port-au-Prince, 9 aožt 2005 -(AHP)le reprŽsentant du secrŽtaire gŽnŽral des Nations Unies en Ha•ti, Juan Gabriel Valds, a dŽclarŽ mardi ne pas comprendre pourquoi les autoritŽs intŽrimaires gardent encore l'ancien premier ministre, Yvon Neptune, en prison. Y von Neptune est en prison depuis plus d'un an sous l'accusation de responsabilitŽ dans un prŽsumŽ massacre survenu dans la localitŽ La Scirie, ˆ St-Marc. M. Valds a dit comprendre la nŽcessitŽ pour la justice ha•tienne de faire son travail, mais a estime anormal que la dŽtention de M. Neptune soit si prolongŽe. "Si aucune charge n'a ŽtŽ retenue contre l'ancien premier ministre, il doit tre libŽrŽ", a lancŽ le chef de la MINUSTAH. Juan Gabriel Valds a dŽclarŽ avoir dŽjˆ rencontrŽ les autoritŽs intŽrimaires sur le dossier de la dŽtention prolongŽe. Pour sa part, le ministre de la Justice, Henri DorlŽans, a dŽclarŽ avoir mis sur pied une commission d'enqute en vue de faire avancer le dossier des prisonniers en dŽtention prolongŽe. M. DorlŽans dit, concernant le dŽtenu Yvon Neptune, avoir dŽjˆ rencontrŽ les autoritŽs judiciaires de la juridiction de St-Marc, pour que toute la lumire soit faite sur cette affaire et qu'une ordonnance soit prise. "Si on ne peut pas faire avancer les enqutes sur des gens en dŽtention prŽventive prolongŽe, il faut qu'ils soient libŽrŽs", a dŽclarŽ M. DorlŽans, dŽnonant certains juges, sans les citer nommŽment, d'utiliser leur pouvoir pour faire de l'injustice. Il a Žgalement promis de dŽnoncer tous ceux qui se seraient rendus coupables dans cette affaire. Rappelons qu'un chef de groupe paramilitaire, M. Louis Jodel Chamblin, condamnŽ par contumace pour des exactions commises au cours de la pŽriode du coup d'Žtat de 1991, a ŽtŽ remis en libertŽ la semaine dernire. M. Chamblin s'Žtait rendu volontairement ˆ la justice en avril 2004 aprs avoir pris une part active ˆ la rŽbellion armŽe qui a renversŽ le prŽsident Aristide. Le Commissariat du Bel Air ouvre de nouveau ses portes Le 12 aožt dernier a eu lieu une cŽrŽmonie significative, celle de la rŽouverture du commissariat de la PNH du Fort National o le bataillon brŽsilien maintient une base permanente depuis le mois de mars 2005.L 'implication des syndicats ha•tiens dans la lutte contre le travail des enfantsAnimŽ par Mme Kirsten Maria Fecdercroff, spŽcialiste en normes internationales du travail; Mr Juan Samuel, spŽcialiste et Mme Hilen Seignor, coordonnatrice pour Ha•ti du Programme qui se consacre ˆ l'Žradication du travail infantile, un sŽminaire national de formation destinŽ aux Syndicats sur les normes internationales du travail et le travail des enfants, a eu lieu du 12 au 14 Aožt passŽ au local de la Coordination ha•tienne des Syndicats, sise ˆ la rue Cameau. Ce sŽminaire a ŽtŽ organisŽ par le Programme qui se consacre ˆ l'Žradication du travail infantile " IPEC ", qui est une cellule de l'organisation internationale du travail " OIT ", en partenariat avec plusieurs associations syndicales ha•tiennes. A l'issue de ce sŽminaire, les syndicats ont votŽ pour une prise en charge concrte des enfants en domesticitŽ et de ceux considŽrŽs comme des laissŽs pour compte. Deux casques bleus philippins en Ha•ti ŽmigrŽs clandestins aux Etats-Unis MANILLE, 10 aožt (XINHUANET) Ñ Les forces armŽes des Philippines (AFP) ont dŽclarŽ mercredi qu'elles poursuivaient un officier de la marine et un sergent des Marines devenus "migrants Žconomiquesclandestins" aux Etats-Unis en avril dernier aprs des vacances aucours de leur mission de maintien de la paix en Ha•ti. Le colonel Daniel Lucero, ancien chef du contingent philippin en Ha•ti, a indiquŽ lors d'un point de presse que l'armŽe avait dŽjˆ pris les mesures nŽcessaires pour l'arrestation de ces deux militaires des AFP, identifiŽs comme lieutenant Valentin Memphin et sergent Geoffrey Geslani. Le contingent philippin, composŽ de 135 hommes, a entrepris sesopŽrations de maintien de la paix en Ha•ti en dŽcembre dernier.L 'augmentation du prix du carburant provoque la colre des chauffeurs de transport en communLe syndicat des chauffeurs de transport public avait commencŽ par organiser une journŽe de grve le lundi 15 aožt qui a ŽtŽ suivie ˆ cent pour cent par les employŽs de ce secteur. Ensuite l'UnitŽ d'Actions Constructives des Syndicats Ha•tiens (UACSH) a conviŽ la population ha•tienne ˆ une marche pacifique le 12 aožt dans le but de forcer les autoritŽs provisoires ˆ satisfaire des revendications sociales, notamment la baisse des prix du carburant. "L 'augmentation incessante du prix de l'essence ˆ la pompe traduit l'irresponsabilitŽ et l'incapacitŽ des technocrates au pouvoir ˆ satisfaire les besoins primaires du peuple ha•tien" a dŽclarŽ l'ancien inspecteur de police Jean Fritz Magny, porte-parole de l'UACSH, lors d'un point de presse le 11 aožt ˆ Port-au-Prince . En l'espace de 6 mois, le carburant a connu plusieurs variations ˆ la hausse, contraignant la population ˆ se serrer encore plus la ceinture. Les syndicats de chauffeurs avaient invitŽ leurs membres ˆ la capitale et en province ˆ adhŽrer au mouvement de protestation prŽvue pour le 12 aožt, qui fut aussi largement suivi. Les prix du carburant sont fixés aujourdhui à 143 gourdes (USD 3,50) le gallon de gazoline 95 octane, 138 gourdes (USD 3,45) le gallon de gazoline 91 octane et 103 gourdes (USD 2,50), le gallon de diesel.

PAGE 19

Page Mercredi 17 Aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29Ti gout pa ti gout19

PAGE 20

Page Mercredi 17 aožt 2005 Ha•ti en Marche Vol. XIX No. 29 20ADOMIPURCHASINGAGENCYTŽl.: 786-457-8830 Fax: 305 754-0979e-mail: pasacalia@aol.comPour tous vos achats= MatŽriels de construction = Pices de voiture / camion = Equipement mŽdical Par avion ou par bateau au choix Le numŽro 1 de la Minustah, Juan Gabriel Valds, rencontre un jeune homme venant d'tre libŽrŽ au Bel-air, ses ravisseurs se sont enfuis ˆ l'arrivŽe des forces de l'ordre photo Sophia Paris MINUSTAH/ONU Selon Samba Boukman, porteparole de la base Fanmi Lavalas au Belair, la PNH a montŽ une brigade avec des gens de l'extŽrieur pour venir lyncher des habitants de ce quartier volatile. Le Bel-air actuellement est comparable ˆ une jungle. La rue Tiremasse est vidŽe des 3/4 de sa population. On n'entend que des tirs ˆ l'arme lourde ˆ-bas. " Rien ne marche et ne fonctionne"au Belair ", a confiŽ ˆ Haitiimpact.com un riverain de la zone. " Ces derniers cas de lynchage au Bel-air sont le commencement d'une guerre civile entre la population civile et les Ôchimres' qui refusent de laisser la zone en paix'" a dŽclarŽ un autre habitant. " Nous sommes dŽterminŽs ˆ mettre dehors ces individus qui nous rendent la vie difficile ", a-t-il poursuivi. On continue aussi d'enregistrer des cas de kidnapping, dont celui du mŽdecin Kelly Bastien. Ce dernier a recouvrŽ sa libertŽ contre une ranon dont on ignore le montant. L 'entrepreneur et musicien Jean Pierre Rivire a ŽtŽ abattu par des criminels en milieu de semaine. On ignore pour le moment les mobiles de cet acte barre. A CitŽ Soleil, les bandits continuent ˆ dŽfier les autoritŽs policires. Depuis leur quartier gŽnŽral ˆ Soleil 19, ils ont encore frappŽ en fin de semaine, etL 'ACTUALITE EN MARCHEA LA UNE ...(suite de la page 14) parmi leurs nouvelles victimes qui Žtaient au nombre de trois (3), figure aussi un policier qui a ŽtŽ bržlŽ vif. Paralllement ˆ cette situation de violence amre qui rgne dans les quartiers populaires de la capitale ha•tienne, le processus d'enregistrement des Žlecteurs va bon train. Le CEP a franchi la barre des 2 millions d'inscrits, selon Pierre Richard Duchemin, responsable du processus d'enregistrement des Žlecteurs. Le Premier ministre intŽrimaire, GŽrard Latortue, est attendu aux Etats-Unis d'AmŽrique pour subir une intervention chirurgicale au genou. Selon la primature, le chef du gouvernement profitera de ce voyage aux USA pour prendre une semaine de vacances avant de retourner en Ha•ti. " En opposant la haine ˆ la haine, on ne fait que la rŽpandre en surface et en profondeur ". Mettons de c™tŽ nos haines pour pouvoir bien diriger ce pays qui est ˆ l'agonie. Les macoutes, les lavalassiens, les Žtudiants, les chimres et les politiciens, nous sommes tous frres. Unissons-nous pour la sauvegarde de la mre patrie. Stravinsky BŽnŽdict ANGLADE anglade@haitiimpact.com Arrestation d'Ha•tiens ˆ Santiago de los CaballerosLes forces armŽes dominicaines ont opŽrŽ des centaines d'arrestations ce dimanche dans la deuxime ville de la RŽpublique dominicaine, Santiago de los Caballeros. Cette opŽration a ŽtŽ dirigŽe par des inspecteurs de l'immigration. Dans plusieurs cas, les ha•tiens ont ŽtŽ apprŽhendŽs dans leur vtement de nuit, parmi eux des femmes et des enfants presque nus. Au cours de la matinŽe, les inspecteurs de l'immigration ont ŽtŽ sur des chantiers de construction o plusieurs dizaines d'hommes ont ŽtŽ arrtŽs et forcŽs de monter ˆ bord de gros camions. Plus d'une centaine de mendiants, en majoritŽ des enfants, ont ŽtŽ aussi apprŽhendŽs. Ils ont ŽtŽ transportŽs dans un centre de dŽtention de la ville de Santiago pou tre rapatriŽs. InterrogŽ par infonet, Alcadio Rojas, un inspecteur d'immigration de Santiago, a dŽclarŽ que cette opŽration fait partie d'une journŽe nationale instituŽe par le directeur gŽnŽral du service d'immigration,Carlos Amarante Baret. Il a ajoutŽ que ces opŽrations vont continuer contre tous les ha•tiens vivant de manire illŽgale en territoire dominicain. Quant aux mendiants, en majoritŽ des enfant en bas ‰ge, ils seront tous apprŽhendŽs et rapatriŽs. La BID finance la crŽation d'unprogramme de rŽsolution de diffŽrends commerciauxP-au-P., 16 aožt. 05 [AlterPresse] Ñ La Banque interamŽricaine de dŽveloppement a annoncŽ ce 15 aožt l'approbation d'un don de $712 300 ˆ la Chambre de commerce et de l'industrie d'Ha•ti (CCIH), pour la mise en Ïuvre d'un programme de rŽsolution de diffŽrends commerciaux, selon un communiquŽ Žmis par la BID. Ce programme vise ˆ contribuer ˆ un meilleur climat des affaires gr‰ce ˆ l'introduction de services d'arbitrage et de conciliation offrant au secteur privŽ des alternatives rapides, efficaces et transparentes pour la rŽsolution de controverses, indique le communiquŽ. Le financement a ŽtŽ octroyŽ par l'intermŽdiaire du Fonds multilatŽral d'investissement (MIF), un fonds autonome administrŽ par la BID. Le MIF a financŽ des projets similaires dans 18 pays en AmŽrique latine et dans les Cara•bes. En Ha•ti, il incorporera des stratŽgies afin d'adapter ces mŽcanismes aux besoins des micro-entreprises et des Petites et Moyennes Entreprises (PME). La CCIH devra crŽer un Centre de conciliation et d'arbitrage, qui fonctionnera dans le nouveau b‰timent de la Chambre de commerce. D'autre part, la CCIH souscrira ˆ des accords avec deux universitŽs ha•tiennes afin de lancer des programmes spŽcialisŽs pour former mŽdiateurs et conciliateurs. Les candidats seront des avocats, des notaires, des auditeurs, des comptables et des ingŽnieurs. 25 arbitres et 50 conciliateurs seront formŽs, a prŽcisŽ le communiquŽ de la BID.