Citation
Les Adaptations théâtrales et cinématographiques de l'oeuvre d'Honoré de Balzac aux Etats Unis

Material Information

Title:
Les Adaptations théâtrales et cinématographiques de l'oeuvre d'Honoré de Balzac aux Etats Unis
Creator:
Parrish, Huguette M. Hallouin, 1924- ( Dissertant )
Conner, J. Wayne ( Thesis advisor )
Bonneville, Douglas A. ( Reviewer )
Allen, John J. ( Reviewer )
Place of Publication:
Gainesville, Fla.
Publisher:
University of Florida
Publication Date:
Copyright Date:
1972
Language:
French
Physical Description:
x, 215 leaves. : ; 28 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Cinematography ( jstor )
Cousins ( jstor )
Dunes ( jstor )
Fathers ( jstor )
Fedoras ( jstor )
Love ( jstor )
Motion picture industry ( jstor )
Movies ( jstor )
Sons ( jstor )
Theater ( jstor )
Dissertations, Academic -- Romance Languages and Literatures -- UF
Romance Languages and Literatures thesis Ph. D
Genre:
bibliography ( marcgt )
non-fiction ( marcgt )

Notes

Abstract:
This study surveys the numerous stage and screen adaptations of the Works of Honoré de Balzac in the United States, and thus offers further evidence of the fortune and influence of the famous novelist outside of France. When this study was begun in 1967, earlier research had called attention to a total of fourteen American theatrical adaptations and eleven film adaptations. Building on this base, I have attempted to establish a complete listing of ail American adaptations, not limited to those actually published, performed or shown on the screen. I have examined carefully the catalogs published by the Library of Congress Copyright Office indicating compositions registered from 1870 to 1971; catalogs published by distributing film companies, reference books written on the theater and the movies, newspapers, and theatrical and movie magazines. I corresponded with the studios and the authors of unpublished works, and travelled on three occasions to Washington to read the works protected by copyright law and view the films deposited in the archives. The total of adaptations now stands at forty-three plays, eighteen films, and four scenarios, a total of sixty-five adaptations spread over a period of a century. In the two media, Balzac seems particularly popular during and after the period of the two world wars , and almost completely ignored in the 1930's. A large group of stage adaptations follows the translation of his complete works (1887-1909) . Film versions are equally divided between silent movies and talkies ; but it is noteworthy that no film or television adaptation bas been produced since 1956. The variety of these adaptations is as impressive as their number. We find tragedies, dramas , romantic dramas , tragicomedies, musical comedies, and even operas. In one play, Balzac himself appears to introduce the characters and comments upon the action. Balzac 's best works are generally the most appreciated. On stage. Le Përe Goriot et La Duchesse de Langeais have been the most popular, and a definite interest is shown in Le Colonel Chabert , La Peau de chagrin , and Eugénie Grandet , while Hollywood 's imagination bas been fascinated by La Peau de chagrin , and, to a lesser extent, by La Grande Bretèche , Le Père Goriot , La Rabouilleuse , Eugénie Grandet , and La Duchesse de Langeais . Many of the plays have not been produced. Of those that were performed, several provided star roles for well-known actors and actresses, such as Otis Skinner as Philippe Bridau on the stage, and Mary Pickford, Rudolph Valentino, Lionel Barrymore and later Dick Powell and Linda Damell on the screen. Many of these adaptations have not remained faithful to the original work. The demands of the new media and the taste of the twentieth century spectators account for certain modifications. The authors have also eliminated psychological discussions, simplified the plot, eliminated some characters and sometimes modified their personality, and revised the conclusion. But many of the changes made have been awkward or, at best, unfortunate. However great Balzac' s influence is on the stage and screen, one wonders why he has not been adapted more often on television. It is regrettable that the quality of the adaptations (except for a few) is not higher, and that, so far, no single adaptation can be compared to the Russian version of Eugénie Grandet or certain recent French television productions.
Thesis:
Thesis--University of Florida.
Bibliography:
Bibliography: leaves 198-214.
General Note:
Typescript.
General Note:
In French with abstract in English.
General Note:
Vita.
Statement of Responsibility:
by huguette M. Hallouin Parrish.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright [name of dissertation author]. Permission granted to the University of Florida to digitize, archive and distribute this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
000585144 ( AlephBibNum )
14191910 ( OCLC )
ADB3776 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text













LES ADAPTATIONS THEATRALES ET CINEMATOGRAPHIQUES
DE L'OEUVRE D'HONORE DE BALZAC
AUX ETATS-UNIS












by

HUGUETTE M. HALLOUIN PARRISH


A DISSERTATION PRESENTED TO THE GRADUATE COUNCIL OF
THE UNIVERSITY OF FLORIDA
IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE
DEGREE OF DOCTOR IN PHILOSOPHY








UNIVERSITY OF FLORIDA
1972

































Copyright by
Huguette M. Hallouin Parrish
1972





































A mes parents.










REMERCIEMENTS


Sans le Professeur J. Wayne Conner, Chef du Departement des Langues

et Litteratures Romanes A l'Universite de Floride, qui a bien voulu me pro-

poser ce sujet et grandement en am6liorer le texte de ses suggestions et de

ses conseils, la redaction de cette 6tude n'aurait pu etre menee a terme.

Sans le Professeur Douglas A. Bonneville, qui a patiemment lu son

6bauche et indiqu6 certaines modifications, et Monsieur Jesse R. Jones, Bi-

blioth&caire-Associ6 a l'Universite de Floride, qui a su aplanir dans toute

la measure du possible les difficulties de la recherche, de nombreux probla-

mes techniques n'auraient pu etre resolus.

Que soient ici egalement remercies les Professeurs Albert B. Smith,

Jr., et John A. Allen, du Departement des Langues et Litteratures Romanes A

l'Universite de Floride; Monsieur Thomas Nichols et Mademoiselle Pauline

Pero, du Bureau des Patentes de la "Library of Congress," et Monsieur G.

Spehr, de son Service Cinematographique; Transworld Films Company, qui m'a

obligeamment donn6 un exemplaire du film francais Les Chouans; Madame Edith

Whiteford, Monsieur Kenneth Marsden et la National Broadcasting Company qui

m'ont confi6 une copie de leur piece et scenarios; Monsieur R. Tessonneau,

Directeur de l'Ecole des Hautes Etudes Cin6matographiques de Paris; Monsieur

Jay Leyda, Directeur de la "Filmarchiv" de Berlin-Est, et tout specialement

mes parents, Madame et Monsieur Henri Hallouin, qui ont eu l'obligeance de

faire pour moi certaines recherches indispensables a la Bibliotheque de

l'Arsenal de Paris.

Enfin, que les Professeurs Maxwell J. Wallace, Francis C. Hayes,

Irving R. Wershow et William Ruff, qui n'ont cess6 de m'encourager, trouvent

ici l'expression de ma gratitude.











TABLE DES MATIERES


Page


REMERCIEMENTS ......................................

LISTE DES SIGLES EMPLOYES ................................

ABSTRACT ......................................

AVANT-PROPOS ......................................

PREMIERE PARTIES

BALZAC AU THEATRE ..............................

LES PIECES .....................................

DEUXIEIE PARTIES

BALZAC AU CINEMA ...............................

LES FILMS ET LES SCENARIOS .....................

CONCLUSION ......................................

BIBLIOGRAPHIE ......................................

INDEX DES OUVRAGES DE BALZAC ADAPTES .....................

INDEX DES ADAPTATIONS ....................................

INDEX DES ADAPTATEURS ....................................

BIOGRAPHICAL SKETCH ......................................


iv

vi

viii

1



4

12


120

129

193

198

210

211

213

215









LISTE DES SIGLES EMPLOYES


Plusieurs livres et articles sont souvent cites dans le texte ou

dans les notes de cette 6tude. Ils seront indiques par les abreviations

suivantes:


Marilyn J. Boyd, "Stage and Screen
de Balzac's Eugenie Grandet."
University of Florida, 1964).


Adaptations of Honor6
(M.A. Thesis,


CCE, 1891-1906 Catalog of Copyright Entries, July 1, 1891-June 28, 1906.
no. 1-782 (Washington, D.C.: U.S. Government Printing
Office, 1891-1906).

CCE, 1906-1946 Catalog of Copyright Entries, New Series, July 5, 1906-
1946, Group III (Washington, D.C.: U.S. Government
Printing Office, 1906-1947).

CCE, January-June 1947 Catalog of Copyright Entries, Third Series, January-
June 1947, Group III (Washington, D.C.: U.S. Govern-
ment Printing Office, 1947).


CCE, 1947-1971


Cohen


DCC, 1870-1916



Enciclopedia dello


Gauthier


Jeanne et Ford, BC


Catalog of Copyright Entries, Third Series, 1947-1971,
Group III (Washington, D.C.; U.S. Government Printing
Office, 1947-1971).

Rubin Cohen, Balzac in the United States During the Nine-
teenth Century A Study in Franco-American Cultural
Relations. (Ph.D. Dissertation, Columbia University,
1950).

Dramatic Compositions Copyrighted in the United States,
1870-1916, 2 vols. (Washington, D.C.: U.S. Govern-
ment Printing Office, 1918).

spettacolo Enciclopedia dello spettacolo, 9 vols. (Roma:
Casa Editrice de Maschere, 1954-1962).

Guy Gauthier, "Balzac au cinema. Essai de filmographie,"
Europe, no. 429-430 (Janvier-fevrier 1965), pp. 339-
348.

Ren6 Jeanne et Charles Ford, "Balzac et le cinema,"
L'Annie Balzacienne (1961), pp. 341-344.


Jeanne et Ford, HEC Ren6 Jeanne et Charles Ford, Histoire encyclop6dique
du cinema, 4 vols. (Paris: R. Laffont, 1947-1955).


Boyd







Knaurs Buch vom Film


Rune Waldekranz und Verner Arpe, Knaurs Buch vom
Film (MUnchen: Verlag Th. Knaur Nachf, 1956), pp.
424-425.


Lotte


IfP, 1894-1912




'P, PPC, 1894-1912



fP. 1912-1939



MP, 1940-1949



1'P, 1950-1959



Pl&iade


Pleiade, CD


Royce


Fernand Lotte, Dictionnaire biographique des personnages
fictifs de la Comedie Humaine (Paris: J. Corti,
1952).

Howard Lamarr Walls, Motion Pictures, 1894-1912, Identified
from the Records of the United States Copyright
Office (Washington, D.C.: The Library of Congress,
Copyright Office, 1953).

Kemp R. Niver, Motion Pictures from the Library of Congress
Paper Print Collection, 1894-1912 (Berkeley:
University of California Press, 1967).

Catalog of Copyright Entries, Cumulative Series, Motion
Pictures, 1912-1939 (Washington, D.C.: The Library
of Congress, Copyright Office, 1951).

Catalog of Copyright Entries, Cumulative Series, Motion
Pictures, 1940-1949 (Washington, D.C.: The Library
of Congress, Copyright Office, 1953).

Catalog of Copyright Entries, Cumulative Series, Motion
Pictures, 1950-1959 (Washington, D.C.; The Library
of Congress, Copyright Office, 1960).

Honored de Balzac, La Comedie Humaine, ed. Marcel Bouteron,
10 vols. (Paris: Gallimard, 1949-1959).

Honored de Balzac, Contes drolatiques, precedes de La
Comedie Humaine oeuvress 6bauchees, II. Prefaces),
6d. Roger Pierrot (Paris: Gallimard, 1959).

William Hobart Royce, A Balzac Bibliography (Chicago:
University of Chicago Press, 1929).









Abstract of Dissertation Presented to the
Graduate Council of the University of Florida in Partial Fulfillment
of the Requirements for the Degree of Doctor of Philosophy

LES ADAPTATIONS THEATRALES ET CINEMATOGRAPHIQUES
DE L'OEUVRE D'HONORE DE BALZAC
AUX ETATS-UNIS

by

Huguette M. Hallouin Parrish

August, 1972


Chairman: Dr. J. Wayne Conner

Major Department: Romance Languages and Literatures


This study surveys the numerous stage and screen adaptations of the

works of Honor6 de Balzac in the United States, and thus offers further

evidence of the fortune and influence of the famous novelist outside of France.

When this study was begun in 1967, earlier research had called

attention to a total of fourteen American theatrical adaptations and eleven

film adaptations. Building on this base, I have attempted to establish

a complete listing of all American adaptations, not limited to those actually

published, performed or shown on the screen. I have examined carefully the

catalogs published by the Library of Congress Copyright Office indicating

compositions registered from 1870 to 1971; catalogs published by distributing

film companies, reference books written on the theater and the movies, news-

papers, and theatrical and movie magazines. I corresponded with the studios

and the authors of unpublished works, and travelled on three occasions to

Washington to read the works protected by copyright law and view the films

deposited in the archives.

The total of adaptations now stands at forty-three plays, eighteen

viii








films, and four scenarios, a total of sixty-five adaptations spread over a

period of a century. In the two media, Balzac seems particularly popular

during and after the period of the two world wars, and almost completely

ignored in the 1930's. A large group of stage adaptations follows the trans-

lation of his complete works (1887-1909). Film versions are equally divided

between silent movies and talkies; but it is noteworthy that no film or

television adaptation has been produced since 1956.

The variety of these adaptations is as impressive as their number.

Ue find tragedies, dramas, romantic dramas, tragi-comedies, musical comedies,

and even operas. In one play, Balzac himself appears to introduce the charac-

ters and comments upon the action.

Balzac's best works are generally the most appreciated. On stage,

Le Pere Goriot et La Duchesse de Langeais have been the most popular, and a

definite interest is shown in Le Colonel Chabert, La Peau de chagrin, and

Eugenie Grandet, while Hollywood's imagination has been fascinated by La

Peau de chagrin, and, to a lesser extent, by La Grande Breteche, Le Pere

Goriot, La Rabouilleuse, Eug6nie Grandet,and La Duchesse de Langeais.

Many of the plays have not been produced. Of those that were

performed, several provided star roles for well-known actors and actresses,

such as Otis Skinner as Philippe Bridau on the stage, and Iary Pickford,

Rudolph Valentino, Lionel Barrymore and later Dick Powell and Linda Darnell

on the screen.

.'any of these adaptations have not remained faithful to the

original work. The demands of the new media and the taste of the twentieth

century spectators account for certain modifications. The authors have also

eliminated psychological discussions, simplified the plot, eliminated some

characters and sometimes modified their personality, and revised the conclusion.

ix







But many of the changes made have been awkward or, at best, unfortunate.

However great Balzac's influence is on the stage and screen, one

wonders why he has not been adapted more often on television. It is

regrettable that the quality of the adaptations (except for a few) is not

higher, and that, so far, no single adaptation can be compared to the Russian

version of Eugenie Grandet or certain recent French television productions.











AVANT-PROPOS


Les dramaturges et, plus recemment, les realisateurs du cinema

et de la t64lvision se sont souvent inspires des oeuvres d'Honor6 de Balzac.

Un nombre d'6tudes bibliographiques et critiques consacrees a certain as-

pects de cette influence existent dnja, mais il n'y a pas eu d'effort sys-

teT.aique pour traiter ce vaste sujet. 11 serait trop ambitieux pour une

personnel d'essayer d'entreprendre ce genre de recherches pour tous les pays.

Dans cette etude, je me limiterai done 3 un seul pays, en examinant soigneu-

sement et systLmatiquement les adaptations th6atrales et cincmatographiques

des oeuvres de Balzac qui ont 6t& faites aux Etars-Unis.

En 1929, dans son indispensable A Balzac Bibliography, U.H. Royce

signalait quatre-vingt-trois pieces adaptees de l'oeuvre de Balzac; dix
1
d'entreelles sont des oeuvres d'auteurs amrricains. Dans leurs 6tudes

gen6rales de l'influence de Balzac aux Etats-Unis, Benjamin Griffith (en

1931) et Rubin Cohen (en 1950) ne nous apportaient aucun titre nouveau.

Mais les recherches plus r¢es de Pierre Citron pour Le Colonel Chabert,

et de Marilyn Boyd pour Eug-nie Grandet,3 portaient 5 quatorze le nombre total

des adaptations americaines, et laissait prevoir on m@ne temps qu'une re-


1-
LLe chiffre "dix" n'inclut pas la piece de A.. Daly. A Night Off
or a Page from Balzac, qui n'est pas, h proprement parler, une adaptation.

'Honor6 de Balzac, Le Colonel Chabert, 6d. Pierre Citron (Paris:
M. Didier, 1961).

3.arilyn J. Boyd, "Stage and Screen Adaptations of Honore de
Balzac's Eugenie Grandet." (M.A. Thesis, University of Florida, 1964).
1







cherche encore plus d6taillie basee sur l'oeuvre complete pourrait sans

doute en faire decouvrir d'autres.

En ce qui concern le cinema, la situation est la meme. Royce

et Griffith avaient decouvert un seul scenario americain. En 1956, Messieurs

Waldekranz et Arpe, 6diteurs de Knaurs Buch vom Film, ont dressE une liste

des adaptations des auteurs litteraires les plus connus a l'ecran. Neuf
2
films d'un total de quarante-deux sont americains. Plusieurs 6tudes parues

dans les douze annEes suivantes portaient a plus de soixante-dix le nombre

des productions cinematographiques mondiales, et a onze celui des films

americains.

Partant de ces donnees, j'ai commence A dresser en 1967 une liste

aussi complete que possible des adaptations th62trales et cinematographiques

americaines des oeuvres de Balzac, ne me bornant pas A indiquer celles qui

avaient 6t6 publi6es, mises en scene, ou r6alis&es a l'ecran. J'ai d6-

pouill6 systematiquement les catalogues publics par le Bureau des Patentes

de la Bibliotheque du Congres indiquant les compositions dramatiques et ci-

nematographiques enregistrees depuis 1870 jusqu'en 1971; les catalogues acces-

sibles dcas les bibliothiques et les publications des companies cinematogra-

phiques se specialisant dans la location des films; les livres de reference

sur le cinema et le th2etre; les journaux (tout particulierement le New York



Horatio Jones, The Duchess of Langeaise, an adaptation and
elaboration of De Balzac's Duchess de Langeaise (Kansas City, Mo.: The
Smith-Grieves Co., 1922).

Ils en signalent quarante-quatre, mais l'Ecole des Hautes Etudes
Cinematographiques de Paris m'a indiqu6 que Michele Perrin (Italie, 1914)
et L'Auberge Rouge (France, 1951) ne sont pas des adaptations de l'oeuvre
balzacienne.

Jeanne et Ford, BC; Boyd; Gauthier; et Henri Weitzmann, "Balzac
sur les ondes et le petit 6cran," L'Annde Balzacienne 1968, pp. 383-388.








Times et Variety) et les revues theatrales et cinematographiques. J'ai

6crit aux studios, essay de correspondre avec les auteurs des travaux qui

n'avaient pas e&t publi6s, et, naturellement, j'ai voyage a trois reprises

a Washington pour examiner les pieces, les scenarios et les films qui y avaient

6t& deposes.

Les difficulties rencontrees dans ce genre d'entreprise sont evi-

dentes: les auteurs d'oeuvres non publiees ne peuvent pas etre rerrouves;

les pieces representees dans les petits theatres n'ont fait l'objet d'aucun

compte-rendu ou d'article de critique; les companies cinematographiques

souvent n'existent plus et leurs archives etaient incomplates ou ont 6t6

perdues; les manuscrits non publi6s et les films depos&s dans les biblio-

theques sont parfois 6gares lorsqu'ils ont 6t6 entreposes pendant des annies.

Dans les deux parties suivantes de cette dissertation--l'une con-

sacree aux adaptations theatrales et l'autre aux adaptations cinematographiques--

je traite selon leur ordre chronologique totes les adaptations que j'ai pu

decouvrir. Dans certain cas, les renseignements sont sommaires, malgre

des recherches diligentes. Je me rends compete aussi que ces adaptations

varient en grand degr6 par leur quality et que bon nombre d'entre elles sont

mediocres. Mon but, cependant, 6tait d'etre aussi precise et minutieuse que

possible, afin de contribuer a l'etude de la fortune et de l'influence de

Balzac aux Etats-Unis.












PREMIERE PARTIES

BALZAC AU THEATRE


II n'est pas surprenant que les romans d'Honor6 de Balzac aient

6t6 adapts au theatre, car ils fournissent des intrigues passionnantes,

des themes qui n'ont rien perdu de leur importance et de leur actuality

(puisqu'ils representent les problemes de la trag6die humaine) et ne manquent

pas d'le6ments politiques et sociaux.

D'ailleurs, la valeur dramatique est bien evidente. L'oeuvre

commence generalement par des scenes d'exposition ou l'on parole des prin-

cipaux personnages, et 1'on se trouve inform de leurs habitudes et de leurs

situations. Certaines scenes s'imposent dans chaque oeuvre, telles que le

petit dejeuner de Charles Grandet a Saumur ou la reunion d'Antoinette et de

Montriveau au parloir du couvent, et peuvent passer integralement au theatre.

En les choisissant et en les reliant par un dialogue (emprunt lui aussi

en grande parties a l'oeuvre balzacienne), un habile adaptateur arrive assez

facilement a composer sa pi&ce.

On trouve toujours de beaux r8les pour les acteurs ambitieux, dignes

d'un Otis Skinner (The Honor of the Family) ou de tout autre grand homme, ou

dame, de theatre. Et puis (car le theatre est aussi une question d'affaires)

il est avantageux de puiser dans le domaine public: on evite ainsi de payer

les droits d'auteur, et la publicity est toute faite.

Les AmEricains ont succomb6, eux aussi, A la tentation. J'ai re-

trouv6, aux Etats-Unis, entire 1870 et 1971,1 c'est-a-dire en l'espace d'un
--Mgd


iLa loi national exigeant des auteurs de deposer une copie de
4







siecle, quarante-trois pieces de th6etre adaptees de 1'oeuvre d'Honor6 de

Balzac. L'int6ret que l'auceur a inspire chez les Am6ricains semble assez

vif et constant. Ii est peu surprenant que la premiere apparition des tra-

ductions d'un auteur stranger don't le renom l'a devanc6 donne lieu & de

nombreuses imitations, mais que cent ans plus tard il soit encore adapt

implique une curiosity intense envers sa personnalite et ses oeuvres.

Un tableau statistique de ces quarante-trois pieces exposera, a

la page suivante, aussi simplement que possible, la vogue de Balzac en Am&-

rique.

Que deduire de ces chiffres? D'abord, a cause du rel3chement des

lois gouvernant la possession des oeuvres litt&raires avant 1870, il a etf

impossible de retrouver toute adaptation antdrieure a cette date. Je dois

aussi signaler qu'il a fallu assez de temps pour que Balzac soit connu du

grand public aiericain. Quoique quelques oeuvres aient et6 traduites entire

1829 et 1885,1 les premieres traductions de La Comidie Humaine (Wormeley,

Roberts Brothers, Barrie, Saintsbury, Gebbie, Trent-Crowell), et autres

ont paru entire 1885 et 1905.2 Une seule adaptation precede la periode des

Lraductions completes, et Balzac est surtout populaire entire 1887 et 1909

(dix-sept adaptations) lorsque le public peut border l'oeuvre en anglais.



toute oeuvre au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du Congres date de
1870. Entre 1850 (date de la mort de Balzac) et 1870, certain Gtats
demandaient que l'oeuvre soit cataloguee soit dans un bureau special de leur
capital, soit dans celui d'une grande ou petite ville tout sp&cialement
design6e a :et effect. 11 est impossible de v6rifier toutes ces archives.
(Renseignemencs recus de H. Jesse R. Jones, Bibliothecaire-AssociU a
l'Universit6 de Floride).

iCitons en 1837 Le Colonel Chabert; en 1843 CUsar Birotteau,
Eugenie Grandet, Le Colonel Chabert et La Peau de Chagrin; en 1844 Le
Pere Coriot; et en 1872 La Grande Breteche. (Griffith, pp. 9-13).

Cohen, pp. 465-472.







Annie Nombre

1883 1 pi&ce
1887 2

1891 1
1892 1
1893 1

1900 1
1901 2
1902 1
1905 2
1907 3
1908 2
1909 2

1910 1
1911 1
1913 1
1916 1
1919 1

1920 1
1921 1
1924 1
1927 1
1928 1

1934 1

1943 1
1948 2
1949 1

1950 2
1951 1
1954 1
1957 1

1960 1
1967 1
1968 1

1970 1

L'annee la plus prolifique de toutes est 1907, avec trois adaptations. L'6-

poque de la premiere guerre mondiale entraine aussi un certain engouement qui

se pursuit jusqu'en 1928. L'on pergoit alors un refroidissement certain

dans les annies 1930 (une seule adaptation), alors que 1'Amnrique souffre d6ja

d'une crise 6conomique et financiare tres serieuse et montre une certain





7

indifference a 1'6gard de l'aventure europeenne. II faut attendre la deuxieme

guerre mondiale (1943) pour que Balzac attire une fois de plus le public.

Aucune piece cependant n'est 6crite entire 1943 et 1948. La decennie

1950-1959, celle des difficulties des relations diplomatiques entire l'Am6-

rique et la Russie (cinq adaptations), est plus favorable que nous l'aurions

cru; 1960-1969 montre un certain desenchantement (trois adaptations), et l'on

observe le plus grand silence entire 1960 et 1967. Mais les admirateurs de

Balzac reprennent bientSt l'essor et, meme en 1970, periode du theatre

"lib6r6" o0 tout est permis a la scene (tout au moins a New York et dans les

grandes villes), Balzac revient 5 l'affiche avec une piece sans doute assez

strange, "Three Bawdy Pieces."

La table suivante indique les oeuvres les plus appr6ci6es.


i:om de l'oeuvre

Le Pare Goriot

La Duchesse de Langeais

Le Colonel Chabert
La Peau de chagrin
Euc&nie Grandct

Les Chouans
La Rabouilleuse
Cisar Birotteau
S&raphita

La Bourse
Gambara
Un EDisode sous la terreur
La Grande Bretiche
La Cousine Bette
L'Ecole des manages
Vautrin
Hercadet

Oeuvres inconnues


Nombre d'adaptations

8

7

3
3
3

2
2
2
2

1
1
1
1
1
1
1
1

2





8

Notons que Le Pare Goriot a fait l'objet de huit adaptations, La

Duchesse de Langeais sept, et que Le Colonel Chabert, La Peau de chagrin et

Eugenie Grandet rivalisent pour la troisieme place. On ne peut s'en 6tonner

car ce sont des oeuvres bien connues et traduites tres t3t. Que l'on cr~e

a la scene deux fois La Rabouilleuse, et mnme Les Chouans et CUsar Birotteau

n'6tonne pas trop, mais qui aurait pu predire deux versions de Seraphita?

Signalons aussi que quatre pieces de theatre de Balzac ont attire des adap-

tateurs.

Avant d'aborder l'6tude des adaptations individuelles, je me permettrai

quelques observations d'ordre plutSt general sur les interpretations qu'on

a fait subir aux romans en les adaptant. Il convient de rappeler tout d'abord

que le theatre doit se limiter a une representation de deux ou trois heures.

On doit aussi l6iminer les grandes productions ou il y aurait trop de personna-

ges, trop de peripfties. Reflexions psychologiques, digressions, sont, a

prior, couples. Souvent la question de morality s'impose (plus, je le crois,

au theatre cu'au cinema). La scene est pour certain, tout specialement dans

un pays de majority protestante, d6positaire et responsible des moeurs de

la socici et dolt les emuler, Done, la representation de la triste r6alit6,

c'est-a-dire de ce que Balzac nous montre dans La Comedie Humaine, et dans

ses pieces, doit etre rejet~e ou modifi6e. Et les modifications apportees

a l'oeuvre balzacienne par ses adaptateurs sont nombreuses.

II est assez comprehensible que l'on l6imine certain personnages

pour resserrer l'action. Mademoiselle Schinner (The Purse, 1887), ou les Des

Grassins (The Virgin's Dressing Case, 1950) disparaissent. Mais on ne voit

gu>re pourquoi certain auteurs ont tenu a ajouter a l'univers balzacien.

Nous rencontrons=parfois six personnages supplimentaires, don't le Duc de

Langeais (La Duchesse de Langeais, 1900, 1905) ou deux (Marquise, 1902) et






9

The Great Desire, 1919) don't un pianist, Pasquale, inspirateur de Gambara.

Certains de ces personnages assument un caract&re autre que celui

indiqu6 par Balzac. Ad6lalde, jeune etourdie, veut monster sur les planches

(The Purse, 1887). Une Fedora ne semble pas trop farouche (Raphael de

Valentin, 1901). Gertrude (The Battle of Women, 1928) nous est present~e

come une aventuriere sans morale au passe tres charge, et le pasteur Becker

est tout particulibrement obtus (Seraphita, 1934).

Les moeurs de ces personnages sont parfois tres surprenantes. On

install le fiance de Nathalie, soeur d'Antoinette, a 1'H8tel de Langeais,

afin qu'il puisse mieux surveiller sa fiance (La Duchesse de Langeais, 1900

et 1905). Un chirurgien mande par Montriveau faith a la jeune femme une pi-

qGre au front pour qu'elle ne ressente pas la douleur du fr (Hontriveau, 1901).

On joue aux cartes chez Fedora, et Raphael, qii perd au jeu, menace de s'y

suicide (Raphael de Valentin, 1901). Un crucifix devient le symbol de

1'amour adult&re (The Fatal Oath, 1954).

Pour ne pas choquer la morality du spectateur, on modified parfois

ququeues episodes, ou plus souvent le denouement. Pauline vit dans la demeure

de Raphael au dernier acte de la piece, mais personnel ne s'y oppose car elle

est devenue son spouse 16gitime (Raphael de Valentin, 1901). Philippe chasse

Flore pour venger l'honneur de la famille (The Honor of the Family), 1907).

La Contesse Ferraud, honteuse de ses actions, se jette aux genoux de Chabert,

mais il la repousse et part (Colonel Chabert, 1907). Gambara reussit a s'im-

poser cone un grand musicien et sa femme lui restera fiddle (The Great Desire,

1919). Pauline ne s'est pas r6ellement empoisonn6e, elle 6pousera Ferdinand,

et le G6neral ne perd pas la raison (The Battle of Women, 1928). Madame Gran-

det meurt accidentellement d'une pouss6e involontaire de son mari, et Eugenie,

inconsolable de l'infiddlit6 de Charles, et ruince, sc refugie dans un couvent







(The Virgin's Dressing Case, 1950).

Parfois le denouement est change sans que l'on en comprenne la rai-

son ou l'avantage. Montriveau-De Rohan se suicide devant les grilles du

parloir du couvent (Marquise, 1902). Grandet est bien vivant A la fin du

dernier acte et Eug6nie ne s'est pas vengee du cousin (Eugenie Grandet, 1908).

On trouve aussi dans ces adaptations, en plus de modifications, cer-

taines maladresses. 11 y en a trop pour que nous puissions les citer toutes,

mais en voici les plus saillantes. Le jardinier de Raphael lui rapport le

chagrin. On ne salt comment le jeune home a pu le perdre, car a la meme

scene, il venait de 1'examiner (Raphael de Valentin, 1901). On semble ou-

blier quelques personnages en course de route (Marquise, 1902). Une trag-die

est transformed en vaudeville (The Great Desire, 1919). Le General joue avec

les tambours et soldats de plomb de son fils, et Gertrude prodigue des mots

tendres a son perroquet, mots destines a Marcandal (The Battle of Women,

1928). On ne comprend plus pourquoi Adeline s'offre a Crevel puisque

Fischer s'est suicide et l'argent volI a 6te rembours6 (Honor6 de Balzac

Presents..., 1957).

En plus de modifications de personnages, de leur caractere et de

leurs moeurs, de modifications d'intrigues et de certaines maladresses, on

trouve aussi des caract&ristiques qui choquent peut-Stre plus encore le lec-

teur frangais qu'elles ne choqueraient l'Americain.

On prend, et le fait est a regretter, bien des liberties avec l'his-

toire de France. La Marseillaise est joule a la cour de Louis XVIII lors

de la naissance de l'enfant du miracle (La Duchesse de Langeais, 1900, 1905).

Certains auteurs ont une opinion assez strange des moeurs eccl6siastiques

puisque l'abb6 Cruwhot est un ivrogne (The Virgin's Dressing Case, 1950) et

que l'on flirte dans les couvents (La Duchesse de Langeais, 1900, 1905). Rien,





11

ou presque rien, n'est dit de Swedenborg et de sa pensie mystique (Seraphita,

1916 et Seraphita, 1934) et ces deux pieces ressemblent a l'apologie du chris-

tianisme le plus orthodox.

Puisqu'on apprecie au:x Etats-Unis, a un tres haut degr6, la beauty

physique, Eugenie devient jolie (Eugenie Grandet, 1908)et The Virgin's Dressing

Case, 1950). Parfois, on la rajeunit (Eugenie Grandet, 1908). Et pour se

plier a ce que l'on consider sans douce la mode franqaise, et peut-etre par

une espece de snobisme, on change parfois noms et pr6noms, ou l'on ajoute

une particule. Hippolyte Schinner devient Hippolyte de Neuville (The Purse,

1887); Antoinette de Langeais, Veronique de Saint-Honor&, et Montriveau, Paul,

Comte de Rohan de Bretagne (Marquise, 1902); et Marcosini se transform en

Marcosini Del Vecchio, nom probablement plus italien et bien plus noble (The

Great Desire, 1919).

On s'attache un peu trop parfois a la violence et A l'horreur.

Deux pieces semblent appartenir au repertoire du Grand cuignol parisien.

Gam-bara tente de jeter du vitriol au visage de Marianna (The Great Desire,

1919), eL le spectateur peut voir le visage 6pouvant6 de F6redia emmur6

derriere les briques (The Fatal Oath, 1954).

Ces remarques ne sont pas toujours flatteuses mais, comme on le

verra, bon nombre de ces pieces sont assez m6diocres. Dans la serie d'ar-

:icles qui suit, j'ai adopt l'ordre chronologique. Pour chaque piece, j'ai

rassembl tous les renseignements que j'ai pu obtenir, j'ai faith le r6sume de

l'intrigue, j'en ai pr6sentc les rapports des critiques, s'il y a lieu, et

ai fait suivre cet e:pose de mes reflexions au sujets des modifications

apporties a l'oeuvre balzacienne.










-LESPIECES


1. James B. Runnion, Ferguson. 1883
"A new play, founded on one of Balzac's."


Malgre des efforts reiteres, je n'ai pu retrouver une copie de

cette piece enregistree a Washington, au Bureau des Patentes de la Biblio-

theque du Congres (8345; May 7, 1883). Elle n'est pas relevee par Royce,

Griffith ou Cohen, et ne semble pas avoir &t& represent6e.

Quoique l'auteur ait n6glige d'indiquer le titre de la piece

adaptee, j'espirais que le nom "Ferguson" me permettrait d'en preciser le

sujet. Mais puisque "Ferguson" n'apparait ni dans le dictionnaire de Lotte,

ni dans les listes des personnages de l'edition du theatre balzacien eta-
2
blie et annotl e par M. Guise, je ne peux avancer aucune hypothese.



2. Theodore Harris. The Purse. 1887
"A comedy in two acts. Dramatized from Balzac's
La Bourse." Chicago: Dramatic Publishing Co.,[1887 .


La piice est signalee par Royce (no. 657), Cohen (p. 479), et

Griffith (pp. 121-122), mais l'auteur a neglig6 de l'enregistrer au Bureau

des Patentes de la Bibliotheque du Congres. Elle ne semble pas avoir 6t6

representee.

Les personnages principaux et leurs circonstances different un

peu de ceux de l'oeuvre balzacienne. En voici les differences fondamentales:

L'hroi~he, Adelai'de, ag~e de seize ans, veut monter sur les planches,



DCC, 18270-1916, I, 682.

2Honor& de Balzac, Oeuvres completes illustrees, ed. Jean A.
Ducourneau (Paris: Les Bibliophile de 1'Originale, 1965-1970), vols. 21-23.






13

et sa mare ne s'appelle plus la Baronne Leseigneur de Rouville, mais simple-

ment la veuve du Baron Leseigneur. Celui-ci est mort non a Batavia, de la

suite d'une blessure, mais en sauvant la vie de son ami, le Comte de Kerga-

rouit. Kergarouet, de Vice-Amiral, devient G6neral et parrain d'Adelaide,

et son ombre, le Chevalier du Halga, est promu au titre de Comte. Hippolyte

Schinner, l'amoureux de la jeune fille, se nomme, dans la piece de M. Harris,

Hippolyte de Neuville, et n'a plus vingt-cinq ans mais vingt-quatre. Se d6-

battant encore centre la misere, il se livre a son art a l'6tage sup&rieur

de 1'HStel Cibraltar, refuge des dames Leseigneur, et les suit depuis longtemps

dans leur promenade quotidienne. Rappelons au lecteur que dans le texte bal-

zacien Schinner, devenu riche, occupait depuis quelques jours, par choix, et

avait transformed en studio la mansarde de l'immeuble de la rue de Suresne ou

il a rencontr6 Adelai'de et sa mere. Le personnage de Ille Schinner est eli-

mine, et Alphonse Latourette, Louis et Eugene remplacent respectivement le

rapin Bridau. le sculpteur Frangois Suchet et Bixiou, amis du jeune peintre.

Un garcon de cafe joue un rl8e 6pisodique.

L'intrigue a 'te transformne et cette transformation detruit le

mystere, l'abigui't du conte: Adlai'de est-elle vraiment la fille 14gitime

de M. de Rouville, et quel rl1e joue dans sa vie l'nigmatique Kergarouet?

Au premier acte, un dialogue entire Adelaide et sa mere nous donne

tous les renseignements n@cessaires pour juger leur situation et rendre les

visites des deux routes tout-a-fait innocentes, mais Hippolyte, introduit

apres son accident dans leur intimit6, s'irrite immediatement, a la surprise

du spectateur trop bien averti par 1'auteur, contre le parrain de la jeune

fille. La presence du g6n6ral devient, aux yeux du june home, tres insolite.

et la rencontre de ses amis aggrave ses soupcons, car ils lui rapportent

que les Leseigneur sont consid&rees come "the most skillful adventuresses







in Paris." (p. 14) On lui suggere meme de consid6rer

"...why he [Kergarount] loses his fifty francs each
night? Have you observed any familiarity on his part with
Adelai'de? Do they not seem to be on very intimate terms? Does
he not kiss her lips, pat her cheeks, chuck her under the chin -
nay, have you never seen her in his lap?" (p. 15)

Le dilemme du jeune amoureux devient encore plus tragique lorsque

Adelai'de a 1'id6e saugrenue de derober la bourse qu'Hippolyte avait mise sur

la table de jeu alors que sa mere engage l'attention du jeune peintre en lui

montrant l'esquisse informed du tableau de son mari. Hippolyte s'engage A le

reproduire sur toile, mais s'apercevant de la disparition de sa bourse, quite

les lieux, et ne fait plus mention du pastel.

Dans sa fureur d'avoir ainsi 6t6 bernE, De Neuville provoque Kerga-

rouet en duel, et le Comte du Halga semble pouvoir a peine persuader le jeune

home de l'innocence de tout ce monde. Hippolyte, pen convaincu, ne peut

toutefois vivre sans revoir la jeune fille. Apres une absence de deux mois,

Madame Leseigneur le regoit aimablement et le prie immediatement de jouer aux

cartes avec elle. Et Adelai'de lui donne discretement les deux bourses--la

neuve, brodie tout spEcialement pour lui, t6moignage de son amour, et l'an-

cienne, ou il peut retrouver son argent. Ce n'6tait donc, de la part de la

jeune fille, qu'une plaisanterie, que la mere explique ainsi. [Elle m'a dit-

"...Wouldn't it be fun to steal his old one, Mamma,
while he is not looking, and let him think he has lost it! And
then to knit him a nice, new one, with his initials worked in!
You engage his attention and I will slyly take it. He is so
forgetful so absent-minded, he will never know what has become
of it!" (p. 29)

Et tout finit par un marriage.

Ajoutons qu'Adelai'de se montre on ne peut plus tendre. Le soir

meme de leur rencontre, ils se declarent leur amour, et la jeune fille, pres-

que surprise par sa mere, previent l'amoureux: "Quick, Hippolyte your arm -

take it away!"(p. 10) Leur ferveur s'intensifie encore au deuxieme acte.







Or Balzac, dans le conte, proc&de par allusions. II nous fait

6prouver une sympathie instinctive et une confiance total, des le debut de

l'histoire, envers la jeune fille, en nous la decrivant, vue par Hippolyte,

ainsi:

"...La fraicheur des tempes, la r6gularit6 des sourcils,
la purete des lignes, la virginity fortement empreinte dans tous
les traits de cette physionomie faisaient de la jeune fille une
creation accomplie..."l

Cependant les renseignements obtenus de la portiere peuvent jeter une autre

lumiere sur le caractere des dames Leseigneur:

"...Nous ne savons pas encore ce que font ces dames;...
le soir, deux ou trois vieux messieurs...dont l'un a equipage, des
domestiques, a qui l'on donne soixante mille francs de rente, arri-
vent chez elles et restent souvent tres tard..."2

Nous rencontrons aussi dans le te:te 1'expression "signes d'une fortune

6quivoque" d6crivant les meubles du pauvre menage. Et que penser d'une

table de jeu toujours dressed et de carces neuves?

La trame de l'histoire, sauf le duel et le faith que Ie tableau

n'est pas reproduit, esc essenticllement la m@me. Mais chez Balzac, c'est

par reconnaissance, surtout, qu'Ad6laide lui procure une nouvelle bourse.

Et, point important, Hippolyte avait tout simplement oubli6 l'ancienne, elle

n'avait pas 6t& d6rob6e. Notons aussi que la remarque finale de Madame de

Rouville: "II paralt que nous sommes en famille ce soir," suffisait au d6-

nouement de l'histoire et plaisait par son l66gance. On ne peut en dire

autant de la derniere r6plique de Kergarouet, conclusion de la pi&ce amnri-

caine:



IplKiade, I, 329. Notons "fraTcheur, puretr, virginity."

29-
Pl iade, I, 333.

3Pl6iade, I, 334.








"...Adelaide, since you have got the purse see that
you always keep it! You, Hippolyte, see that she never has to
steal from you again! And now, let us all go and drink the health
of the loveliest bride in Paris." (p. 31)

Griffith nous confie ses impressions a la lecture de cet ouvrage:

"...Les personnages principaux sont les memes que dans
l'original, mais le dramaturge a suffisamment d6form6 l'intrigue
pour faire d'un bon conte une piece de theatre assez ordinaire.
Les exigences de la scene justifient plus ou moins l'abrigement
de l'histoire, mais on ne voit pas clairement pourquoi l'auteur
supprime la reconnaissance des Leseigneur, mere et fille, a
Hippolyte pour avoir retouch6 le portrait d'Ad6laide.1 L'impor-
tance de ce point dans le conte de Balzac est capital. Adelaide
peut plus convenablement offrir par reconnaissance la nouvelle
bourse a Hippolyte que pour aucun autre motif. M. Harris donne
sans doute plus d'action A l'intrigue en faisant provoquer le
vieil amiral en duel par le jeune Hippolyte, mais 1'episode est
loin d'etre heureux, et ne sert qu'a preparer un denouement assez
abrupt." (pp. 121-122)

Je ne peux qu'exprimer mon accord complete lorsqu'il ajoute:

"...En some, on a le sentiment qu'on aurait mieux fait
de suivre de plus pros l'intrigue de Balzac. Du point de vue dra-
matique, les l66ments supprimes sont superieurs a ceux qui les
reaplacent." (p. 122)



3. Paul M. Potter, The Chouans. 1887
"A play, founded on Balzac's novel
of the sane title...Manuscript not published."


La piece n'est pas enregistree a Washington. Elle est simplement

cite par Griffith (pp. 120, 251),3 Cohen (p. 479), et Royce, qui precise

qu'elle a 6t6 represent6e A l'"Union Square Theatre" de New York du 10

novembre a- 4 decembre 1887. Ii ajoute:



10n ne reproduit pas le portrait d'Adelai'de, mais celui du mari
defunt de Madame de Rouville.

2Royce, no. 1062.

Griffith indique la date 1887 a la page 120 (note 1) et la date
1885 a la page 251. Il n'a pas lu la piece.







"The cast of this remarkable but unsuccessful production
included Nme Modjeska as Harie de Verneuil, Maurice Barrymore
as the Marquis de Montauran, and lan Robertson as Marche-A-Terre."

Je n'ai pu retrouver aucun article de critique dans les journau:.:

new-yorkais de l'6poque. Tous mes efforts pour retrouver le manuscrit sont

rests infructueux, et l'"nion Square Theatre"a depuis longtemps ferm6 ses

portes.



L. George Irwin Holdship, Chabert. 1891
"Dramatized from the French [Le Colonel Chaberti
of Balzac."1


La piece a 6t6 enregistree au Bureau des Patentes de la Bibliotheque

du Congr&s (11492; March 30, 1891), mais le manuscrit n'a pu y )tre retrou-

ve. L'auteur indiquait l'adresse "Allegheny, Pennsylvania," et j'ai corres-

pondu sans succ&s avec la bibliotheque de cette ville pour tenter de me pro-

curer l'oeuvre ou des renseignements au sujet d'une representation 6ventuelle.

Aucune trace n'a pu en etre d6couverte. La piece de 1891 n'est pas relev&e

par Griffich, Royce ou Cohen.



5. George TIrin Holdship, Colonel Chabert. 1592
"A drama...dramatized from the French
of Balzac."-


Je suppose que cette edition de 1892 est une revision de la piece

Ecrite en 1891 par le meme auteur, intitulhe Chabert. Je ne peux: le pr6ciser

car tous mes efforts pour retrouver le manuscrit enregistr6 A la Eiblio-

thlque du Congr s (50457; December 10, 1892) sont rests infructueux. L'au-



1DCC, 1870-1916, I, 311.

2DCC 1870-1916, I, 374.







teur indiquait habiter Pittsburgh, Pennsylvanie, mais une correspondence

6chang6e avec les bibliotheques de cette ville n'a donn6 aucun r6sultat

concrete.

Royce (no. 702), Griffith (pp. 122-123 et p. 251), Cohen (p. 479),

et M. Pierre Citron1 signalent cette edition. Griffith l'avait retrouv6e et

je reproduis dans ce texte son analyse.

"...L'action qui se passe en 181.52 est dEveloppEe en
quatre actes, et l'6pilogue represente Derville qui, quinze ans
plus tard, jette un regard sur le passe. Les personnages sont
Chabert, Derville, Boucard, Godeschal, Delbecq, la Comtesse
Ferrand, Julie, sa femme de chambre, des clercs et des pauvres.
Vergnaud (sic) et Brutin (sic) sont supprim6s, evidemment pour
garder l'unit6 d'action. L'ordre chronologique exig& par le
drame r6clame un ajustement de quelques scenes principles. Par
example, le debut de l'histoire de Balzac se trouve dans le troi-
siime acte de la piece. Tandis que le dialogue de original
est reproduit fidelement, pour le sens au moins, il faut signaler
quelques traductions libres aux moments les plus dramatiques.

Le long recit de Chabert n'est interrompu que par une
remarque de Derville qu'on ne trouve pas dans le roman: "Papers!
wise man! their value is immeasurable to you. You have them
here?" Il est interessant de compare aussi les repliques sui-
vances avec les traductions anglaises.

'Derville.-Monsieur, veuillez poursuivre maintenant.

Chabert.-Veuillez! s'&cria le malheureux vieillard
en pregnant la main du jeune homme, voila le premier mot de
politesse que j'entends depuis...'

'Derville.-Let me be the bone to dig you out this time.

Chabert.-Let you be! Let you! Ah, that is the first
polite word I have heard since... (Ii pleure.)'

Il est pourtant vrai que malgre le peu de resemblance



1Honor6 de Balzac, Le Colonel Chabert, 6d. Pierre Citron (Paris:
M. Didier, 1961), p. LXXXV.

2Les dates ne coincident pas tout-a-fait dans les deux oeuvres.
Dans l'oeuvre deBEalzac, Chabert arrive a Paris en 1815, se present chez
Derville en f6vrier 1816. Plac6 a Bicetre en 1818, on l'y retrouve en 1840
pour la derniere fois.







entire les fagons de s'exprimer, l'idie central, c'est-5-dire
la reconnaissance de Chabert, est bien rendue.1 L'auteur est
justifiE aussi en dramatisant la mort de Chabert.' De routes
les pieces de theatre don't il est question ici, c'est le Colonel
Chabert qui met le mieux a profit les situations dramatiques du
roman don't elle est tire, et qui ajoute le moins d'616ments
extrinsEques." (pp. 122-123)

Je ne peux assurer que la piece a 6t6 represent6e et Griffith,

qui l'a evidemment lue, n'a pas precis6 ce point. M. Cicron indique

(p. LXXXV) que "1'oeuvre fut portie au thetcre Pittsburgh en 1892." Ce-

pendant la press de Pittsburgh de cette 6poque est rest&e singulibrement

silencieuse a ce sujet.



6. Clyde Fitch, A Shactered Idol. 1893
"A play, adapted from Balzac's Le Pere Goriot...
Not published."3


Cetce piece en quatre actes n'a pas 6t6 enregistr6e h Washington.

Elle est cic6e par Griffith (pp. 120 et 252), Cohen (p. 479) et Royce. Ja-

cob Lict l'a presented au "Grand Opera House" de Saint-Paul, Minnesota le

30 juillet 1893, ec la press locale en a public le r&sum6 suivant:

"...Old Gorioc, a man of obscure and humble origin,
has a daughter who is ashamed of her father. She marries a
baron who seeks the gold her father bestows on her for a doury.
The old man lives in a cheap boarding house, and his daughter
never acknowledges him in public, but she calls on him occasionally
for money, for her husband, whom she does not love, has none



1Ion opinion diff~re de celle de H. Griffith. La comparison de
Derville a-ec l'os qui a permis A Chabert de sortir de la fosse n'est pas
heureuse.

2Comment est-elle dramatisee dans la piece? II faudrait, chose
impossible, lire le nexte pour appr6cier cecte remarque. II me semble pour-
tanc que le Chaberc de Balzac est dej. bien dramatique. II vit encore,
du resce, en 1840, 5 l'asile de Bic3tre, 5 la derniere page du roman. Balzac
a desire rendre sa situation aussi cragique que possible.


3Royce, no. 508.







for her...

The first act shows the dining room of the boarding house.
The daughter calls and insists upon the father giving her all the
money he can raise, for she must have it. She wants it...for an
apartment for a young man whom she loves. Her father scrapes up
the money. At the close of the act Old Goriot learns the truth
through the unconscious revelation of it by a young fellow boarder
who happens to be the very object of Delphine's love. Somebody
proposes a toast to Eugene's good fortune in finding a wealthy
patroness. Old Goriot seizes a goblet of wine, fiercely laughs
with a fiendish shriek, and drops into a chair stupefied.

The second act accomplishes nothing. The play makes no
progress in this act, and when the curtain falls upon it nothing
has been done which seems pertinent or necessary to the better
understanding of the plot.

It is in the third act that the author creates his climax.
The broken-hearted old man seeks the home of his daughter to ask
her for money wherewith to buy food. He has previously given her
everything he has in the world and his landlady has threatened to
turn him outdoors. On his knees he beseeches his daughter for a
franc, for a sou even, to keep him from starvation. The daughter
refuses and threatens to summon the servants to eject her penniless
father...The daughter fairly pushes her father from the room. She
sits down to reflect upon the refusal of her husband, the baron to
give her any money, when Eugene, the young man who has her heart,
enters. In the meantime, the baron's daughter by his first wife,
who also loves Eugene, and whose love is reciprocated, is on her
way to visit her father. Eugene is kissing the hand of the baroness
when the baron and his daughter Victorine enter the room. Victo-
rine is prostrated, but the baron springs forward with the fury of
jealousy to seize Eugene, when a cry is heard, and in totters Old
Goriot. The baron does not know him by sight. The old man's
cause of grief is greater than that of all the others. With a wail
of despair, he reels forward, and fixing his staring eyes on the
baroness, he proclaims her his daughter. She falls to the floor.
The wretched old man kneels and kisses her hand, in remorse...

The last act gives a picture of the old man in his attic.
He is failing and he yearns to see his daughter... At last the
daughter comes...Old Goriot who is growing delirious lashes him-
self into a frenzy at the sight of his heartless daughter and begins
to curse. He pauses in the midst of the curse and he topples to
the floor. The curtain descends upon this scene, the daughter of
course, bending over the father..."I

A Shattered Idol ne suit done pas fidelement la trame du roman de

Balzac. Les exige-nces de la scene justifient bien sGr l'abregement de l'his-


The Pioneer Press du 30 juillet 1893.





21

toire et 1'elimination de certain personnages: la fille aTn~e de Goriot,

Anastasie, son maria, De Restaud, Maxime de Trailles, Vautrin et Madame de

Beauseant. Mais je ne vois pas pourquoi M. Fitch a modifi& d'une fagon aussi

categorique le personnage du P&re Goriot. Ce n'est plus lui.qui rapproche

Delphine et Rastignac. II s'indigne, au contraire, d'une telle intrigue. II

n'est guere logique qu'il n'ait jamais rencontr le Baron et la scene ou il

denonce Delphine comme 1'ancienne demoiselle Goriot a peut-etre certaines

qualitts dranatiques, mais elle surprend.

L'auteur rend Delphine particulibrement odieuse au troisi&me acte

lorsqu'elle met a la porte le pare qui s'est pour elle denu6 de tout. II

ne donne dans cette pi&ce A Rastignac qu'un r3le 6pisodique. La Victorine

TailleEer de Balzac assume ici une autre identity, celle de la fille d'un

premier marriage du Baron. M. Fitch pr6sente done un theme de rivalite amou-

reuse entire Delphine et Victorine qui me rappelle un peu celui de La Maratre,

mais il n6glige de le d6velopper. II me semble aussi bizarre que Victorine,

se sachant aimje de Rastignac, puisse ainsi s'indigner lorsqu'elle surprend le

jeune ho=3 embrassant la main de la Baronne. La jalousie du Baron ne peut

non plus s'expliquer par ce seul geste qui pourrait tres bien n'etre qu'une

expression de politesse mondaine. Et le critique ne nous indique que le geste,

il ne fait nulle mention du dialogue qui l'accompagne.

Quoiqu'on ait trouv6 "stirring as well as novel" la scene de la

dcnonciation et qu'on ait lou6 les dialogues, les critiques n'ont guere

appr6ci6 la piece. On souligne la cruaut& et le manque de logique des actions

de Delphine:

"...Now, it is submitted, it is not natural on the
face of it. No reason is given in the play for this unnatural
treatment meted out by a daughter to her father. She may be
ashamed of him, but such an exhibition of inhumanity seems
more than the climax of cruelty. It is a distortion of nature.







If the playwright had brought forward a stronger reason for
abhorrence of her father than mere shame for him or pride
for herself, then her refusal to have the poor old man have
a few sous might possibly be understood if not justified."l

Quant A la mort de Goriot, on indique dans le mme article que le denouement

est "perhaps inevitable, but...depressing."

Malgr6 ce manque de succes, le public americain a lou6 les acteurs

principaux, George Fawcett dans le r8le de Goriot, Carrie Turner dans celui

de Delphine, et les autres interpretes: Ruth Carpenter, Mrs. W.G. Jones, J.

H. Gilmour et Stephen Grattan.



7. Claude P. Buchanan, The Duchesse de Langeais. 1900
"A play in 5 acts, founded on Balzac's
La Duchesse de Langeais.2


Deux pieces intitulees The Duchesse de Langeais ecrites par M.

Buchanan out 6t6 enregistr6es a deux reprises au Bureau des Patentes de la

Bibliotheque du Congres: la premiere (A 30170; December 10, 1900) avait cinq

actes, et la second (D 6612; May 1, 1905), evidemment une condensation de

la premiere, seulement quatre. Royce (no. 241) ne nous indique que la secon-

de version, reprisent6e le 10 mai 1905 au "New Powers' Theatre" de Grand

Rapids, Michigan. Griffith nous signal aussi seulement la deuxieme piece

(pp. 120 ec 256). J'ai pu obtenir un texte microfilm de la premiere piece,

et certaines critiques des journaux de Grand Rapids de l'&poque, se rapportant

a la representation de la deuxieme.

Dans le texte de 1900, aux personnages principaux du roman, M. Bu-

chanan a ajoutG:



IThe Pioneer Press du 30 juillet 1893.

2DCC, 1870-1916, I, 573.








"Reggie, Colonel, French Army
Henri de Langeais, husband of Antoinette
Marquis, Nathalie's intended
Duc de (sic) Angoul&me, Commander, French Army
Baron de Vitrolles, in love with Antoinette
Marshal Suchet
Count Gr&goire
Duke de Viel-Castel
Philip, convent gardener
John, sexton
Lamartine
Delavigne
Hugo )
Francis ) pages

Nathalie de Navarreins, Antoinette's sister
Duchesse de (sic) Angouleme
Mrs. Fontaine, fortune teller"

11 introduit dans la piece, mais les oublie dans sa liste de

personnages:

The King
Abbe Conrand

La pi&ce pourrait se rtsumer ainsi:

Le 29 septembre 1S20, Antoinette de Navarreins, Duchesse de Langeais,

est l'hStesse officielle du roi aux Tuileries. Brandissant d'une main la

plume blanche d'Henri IV, ec de l'autre le drapeau des Bourbons, elle announce

aux courtisans la naissance de Henri, Duc de Bordeaux, fils de Harie-Caroline,

Duchesse de Berri, don't le mari a it6 assassin quelques mois auparavant. La

duchess ordcnne a l'orchestre de jouer La Marseillaise.

Ce soir-l, la duchesse rencontre le GCneral de Montriveau, heros

bonaparcise, maintenant attache au service du roi. Le militaire jure (a

la fagon arabe, parait-il), "I should have her, life or death," alors que la

duchesse pretend que les dames bien n6es du Faubourg Saint-Cermain "never

love man who is born of woman." Et le duel s'engage. Ii est compliqu3 par

une proph6tie d'une c6lebre voyante, Madame Fontaine, qui, en terms voiles

et en vers libres, pr6dit leur avenir.







Prophetie de Montriveau:

"High cliffs and wide reef unapproachable.
When a mighty organ peels forth notes.
More heavenly than you e'ver heard before,
Breaking into the martial air of France,
Then followed by a dulcet song of love,
'Tis then, Monsieur, that you approach your fate."

Prophetie d'Antoinette:

"There a few huts, a handful of villagers,
A church, a convent, waving palms, white sails,
Matins, lauds, chants, and hours and vesper bells,
The cannon roars, the troops are landing now!
Afar she spies him, Her he wots not of,
Until his long search done, thinking her dead,
Forth from the tomb she comes to claim her own.
The nun is saved!"

Antoinette engage Delavigne A en faire une piece de theatre o0 elle jouera

le r8le de la religieuse, et Montriveau celui de l'amant.

Mais le Duc de Langeais arrive et reconnalt en Montriveau l'homme qui

lui avait enlev6 une petite amie. Ils s'ltaient battus en duel a cette

&poque et les fleurets s'engagent, au desarroi d'Antoinette qui entratne un

cavalier dans une valse 6perdue pour cacher le combat sur la terrasse. Mon-

triveau desarme le due, et sa victoire lui vaut le droit de rendre visit a

la duchesse. Une bataille decisive aura lieu la veille de Noel, a minuit,

devant l'HStel de Langeais.

Au nWme acte, Nathalie, soeur cadette de la duchesse, est remarquee

par deux inconnus--un marquis d'un certain age et Reggie, jeune et pimpant

colonel.

Nous sommes, au deuxieme acte, a l'H3tel de Langeais, la veille de

No'l. Le Duc de Navarreins a acceptE le marquis come pr6tendant a la main

de sa fille. Nathalie demand a son fiance d'appeler le colonel qui, depuis

quelque temps, se-promine devant sa porte et surveille ses allies et venues,

pour lui signifier qu'une tell conduite n'est guere digne de lui. Et le







marquis introduit son rival. Ce stratageme sert, bien sir, a lui faire

connaTtre l'imminent marriage de la jeune fille--sort auquel elle veut 6chapper.

Montriveau, lui, est tres empress aupres de la duchesse, et celle-

ci joue de la society, de la religion, et de ses devoirs d'6pouse pour d6-

courager son ardeur. L'acte se termine sur une scene assez curieuse o0 Antoi-

nette chante et joue du piano pour le plaisir du G6n6ral. Nathalie et le

marquis se joignent discretement au couple. Et le duc arrive, pret a la

bataille. Mais personnel ne le voit et Reggie survient, le desarme silencieu-

se=ent, et lui signifie son cong6, tout cela en pantomime.

Quatre mois plus tard, au dernier acte, le marquis est install A

l'H8tel de Langeais (avec l'autorisation du Duc de Navarreins et du Duc de

Langeais), pour hater les preparatifs du marriage. Nathalie arrange toujours

des episodes ingenieux pour tenir Reggie au courant des &venements et les

circonscrire. Pour eviter d'6pouser le marquis, elle dresse un plan: dans

deux semaines, le marriage sera celebr6. Ce sera une double ceremonic avoc

deux 6pous'es en costumes identiques sous un long voile virginal qui dissi-

mulera leur visage. L'une d'elles sera Suzanne, cam6riste de la duchesse;

!'autre :athalie. Le marquis croira 6pouser Nathalie, mais c'est avec Suzanne

qu'il s'alliera. EC le couple Nathalie-Reggie recevra la benediction du

pretre.

Alors, le Duc de Langeais revient sur scene, accuse sa femne d'etre

la maTtresse de Montriveau, et lui demand de consentir a un divorce ou elle

perdra tous ses biens. Elle refuse. Le due, seul avec le Gen6ral, lui

peint le vrai caractere de sa femme--courtisane ticree--et lui conseille de

1'humilier pour la vaincre.1 Et Montriveau, refusant d'etre 3 l'avenir la



L.a situation ne semble pas logique. Au debut de la scene Langeais
est certain de l'infid6Jitt d'Antoinette, car il exige un divorce. Quelques
minutes plus tard, il donne 3 l'amant prisomptif des conseils afin de rcussir
dans son entreprise amourcuse.








dupe de la duchesse se spare d'elle froidement.1

Deux semaines plus tard, le double marriage est accompli, unissant

Nathalie et Reggie, a la deconfiture du marquis qui 6chappe de justesse aux

griffes de Suzanne. Montriveau ne se montre plus a 1'H8tel de Langeais, et

la duchesse charge le Vidame de Pamiers de remettre au General une derniere

missive avec une bague de diamants qu'il doit lui renvoyer s'il ne vient la

voir le soir meme. La Princesse de Blamont-Chauvry, Grandlieu et Navarreins se

r6unissent chez Antoinette et dressent un plan pour eviter le scandal (c'est

l'episode de la voiture vide stationn6e devant la porte de Montriveau).

Antoinette attend en vain le Gen6ral,2 announce qu'elle est "dead to the world,"

et s'enfuit.

Le couvent du cinquieme acte n'a rien en commun avec celui de

Balzac. Pretres et soeurs y vivent sous le meme toit. Le sacristain et le jar-

dinier tentent d'obtenir des rendez-vous des religieuses. On y decore les

portes de guirlandes pour feter l'arriv6e des troupes frangaises. Soeur The-

resa, novice qui doit aujourd'hui mime prendre le voile, regarded dans une

lunette et, a sa bague, reconnalt Montriveau. La religieuse joue a l'orgue Le

Fleuve du Tage, air favori de la duchesse, puis La Marseillaise, don't elle

enchantait le CGneral trois ans auparavant. Apres quelques hesitations, il la

reconnait enfin, car c'est, naturellement, la Duchesse de Langeais.3 Ii n'est

pas trop tard pour quitter joyeusement le couvent et 6pouser l'aim6.



'Il est curieux que le General se laisse ainsi persuader par le mari.

211 ne vient pas, mais un autre soupirant, le Baron de Vitrolles,
lui rend visit et lui apporte des bijoux. II est conduit.

3La formula "dead to the world" avait persuade Montriveau de la
rort de la duchess-e. Il ne la reconnalt pas et les spectateurs, sans doute,
voudraient lui crier: "la voici.."






27

Et le Gen&ral demand qu'on joue, une fois de plus, La Marseillaise!

Apris cette analyse, de longs commentaires seraient superflus. flotons

combien M. Buchanan a trahi le roman balzacien. II n'a conserve que les

6lments fondamientaux de l'intrigue; la rencontre, 1'attirance du General, la

coquetteric de la duchesse, et la vengeance de l'homme bless dans son amour

et sa vanit&. La conclusion a t&e modifiee et deroute par son extravagance.

La plupart des personnages supplementaires de M. Buchanan sont inutiles. II

a ajout6 l'intrigue Nathalie-Reggie-le marquis qui complique l'action et d&-

truit son unicE, sans en augmenter la valeur. Certains points sont 6bauch6s

et semblent avoir 6t6 oubli6s. Aucune explication n'est donnee au sujet du

fait que Montriveau n'avait pas, le soir Eatidique, rendu visit A la duchesse.

II est aussi curieux qu'il n'ait pas renvoy la bague accompagnant la derniere

missive.. Nous ne savons pas non plus la nature de l'influence bizarre exer-

cee sur le Duc de Langeais par Reggie. Comment le marquis pourrait-il accep-

ter une double c6r~monie do marriage ou l'autre 6pous&e est une simple servant?

Et rendre Montriveau un ancien rival du duc pour les Eaveurs d'une petite amie

n'est pas ie presenter aux spectateurs, et a Antoinette, d'une fagon tr&s ro-

mantique.

Donc nous trouvons dans cette piece tres peu de l'oeuvre de Balzac

et beaucoup crop de l'imagination exuberance du dramaturge. Je regretce qu'il

n'ait trouv6 bon de consulter l'histoire de la Restauration frangaise et

que les moeurs de l'epoque soient decrites d'une facon aussi fantaisiste. -I.

Buchanan semble obsid&, par example, par La Marseillaise. Avouons que sous les

Bourbons, apris 1815, ce chant ne pouvait atre de bon ton dans les milieux

de la cour et de la noblesse. Il n'6tait pas non plus en faveur dans les

milieu des anciens bonapartistes qui regrettaient l'Empire, et non la Repu-

blique. Je suis aussi choqu6e par une represcntacion cocasse d'un couvent

catholique.






28

Parfois, cependant, M. Buchanan montre une certain erudition his-

torique et litteraire. Le Duc de Bordeaux par example n'est pas un personnage

imaginaire. II est plus connu sous le nom du Comte de Chambord, "l'enfant

du miracle," petit-fils de Charles X. Champion de la cause 16gitimiste en 1871,

ses paroles: "Frangais, Henri V ne peut abandonner le drapeau blanc d'Henri

IV," ont et6 fatales a une nouvelle Restauration, et la Troisieme Republique,

don't personnel ne voulait, fut proclam6e. L'auteur nous suggere connaltre ce

fait, puisque Antoinette agite et le drapeau des Bourbons, et la plume blanche

d'Henri IV, a la naissance de celui qui ne fut jamais Henri V. Certains

tours ingenieux jou6s au marquis par Nathalie nous rappellent les proc6des

d'Agnes de L'Ecole des femmes de Moliere. Ii connaissait aussi certaines

oeuvres de Balzac. Madame Fontaine, en effet, apparaTt dans deux romans bal-

zaciens, Le Cousin Pons et Les Comediens sans le savoir. C'est, come dans

cette piece, une cartomancienne tres en vogue.



8. Claude P. Buchanan, The Duchesse de Langeais. 1905
"A play in four acts. Founded on Balzac's
La Duchesse de Langeais."l


La piece est enregistree au Bureau des Patentes de la Bibliotheque

du Congras (D 6612; May 1, 1905). Je n'ai pu retrouver ce texte qui est la

condensation de la piece pr6c6dente, du meme auteur. Elle a 6t6 repr6sent6e

le 10 mai 1905 au"New Powers' Theatre" de Grand Rapids, Michigan, et la press

locale 1'a comentre de cette maniere:

"...[The play] was witnessed by a large and friendly
audience. The cast was made up of home talent, which did
surprisingly good work.

M. Buchanan's play has a plot which might be made the
basis of-a strong drama. Last evening's performance, however,



1DCC, 1870-1916, I, 573.







revealed structural weaknesses and errors that demand vigorous
treatment before the play receives a professional production.
His chief fault lies in the fact that the characters are not
clearly defined, while the action lacks clearness and directness...

The main action is hampered by the comedy under-plot.
This under-plot is bright, clever and amusing, but it is given
such much attention chat it seriously interferes with the main
action...

Je pense que "the comedy under-plot" est l'intrigue Reggie-Nachalie-
2
le marquis. La qualifier de "bright, clever and amusing" est surprenant.

Je suis d'accord, pourtant, avec le critique; elle gene l'action principal.

Un autre journal publia les rEflexions suivantes:

"...As it now stands, there is much merit in the play
and in considering its shortcomings it must be remembered that
M. Buchanan has worked under disadvantage owing to lack of time3
to give his play the fullest attention during the period of its
creation. The chief faults of the four-act play is a tendency on
the part of the author to make use of theatrical devices. The
fourth act serves principally to close the play happily and is
the poorest in construction. The dialog as well as some of the
comedy, as well as the acts, could be cut and the tendency to
hear dramatic moments by the interpolation of comedy avoided.
Sentences in the dialog which occurs, might also be avoided.
Motives in some instances might be made more quickly apparent
to the auditors...

On the other hand, there are strong, dramatic scenes
and incidents in the play, the characters are well drawn, many
of the lines are very good, the continuity of the story is well
preserved and the comedy entertaining...There is that which is
out of the ordinary in the drama, and it offers some opportun-
ities for strong acting on the part of the interpreters...







1Grand Rapids Press du 11 mai 1905.

2
11 est possible, bien sir. que -. Buchanan aic remani6 cette
intrigue. Je n'ai pas lu la deuxieme version.

3La premiere version datait de 1900.


4Grand Rapids Evening Post du 11 mai 1905.







9. Ella Stryker Mapes, Montriveau. 1901
"A play in four acts adapted from the French
of Honor de Balzac. Printed."l


J'ai pu retrouver une copie de cette piece au Bureau des Patentes

de la Bibliotheque du Congres (D 52; January 21, 1901). On peut aussi lire

le texte integral dans la salle de lecture de cette bibliothique. Royce la

signal (no. 901), et Griffith (pp. 123-124 et p. 254) en parle ainsi:

"...Une piece, sous le titre de Montriveau est
l'adaptation A la scene de La Duchesse de Langeais...Les
cent-soixante pages du roman sont naturellement tres conden-
sees pour faire une piece de douze pages, alors surtout qu'il
s'y trouve certaines donnees que 1'auteur puise dans d'autres
parties de La Comedie Humaine. L'intrigue est pourtant assez
bien suivie jusqu'a la fin du troisi&me acte, oI le besoin de
denouement heureux l'emporte. Quand la soeur Therese avoue A
la NMre Superieure qu'elle a menti, Montriveau est persuade
qu'elle l'aime toujours. "She loves me still," s'6crie-t-il,
"the Pope shall set her free."

Le quatrieme acte se passe trois semaines plus tard
et l'action est en pantomime. Montriveau est revenue au
couvent. La soeur Therese sort, assistee de plusieurs
religieuses. Arrive devant Montriveau, elle laisse tomber
son long manteau et se montre dans la robe qu'elle avait
portea en quittant Paris il y avait cinq ans. Apres un long
regard au couvent, elle se tourne vers Montriveau. Ils s'em-
brassent. Le yacht s'6loigne. Rideau."

Quelcues details seraient a ajouter. L'action a lieu entire 1816

et 1821. L'auteur a gard6 les personnages principaux, en changeant parfois

le nom. La Vicomtesse de Fontanges replace, par example, la Vicomtesse de

Fontaine.

L'action, a part quelques details, diff&re peu de celle du roman.

Un chirurgien fait une legere piqire au front d'Antoinette avant qu'elle

n'y regoive la croix brGlante. L'auteur veut-elle ainsi d6montrer la sup6-



DCC, 18-7e-1916, I, 1549.

2
Royce indique que Ella Stryker Mapes est le pseudonyme de Mrs.
C.C. Lloyd.








riorit6 de la civilisation americaine au point de vue technique, et, plus

important encore, au point de vue humanitV? Chez Balzac il me semble que la

douleur, ainsi que la honte, fair parties du chatiment. llais, au dernier mo-

ment, dans la piece comme dans le roman, llontriveau gracie la duchesse.

Madame Mapes combine aussi dans cette piece trois episodes diff6-

rents: la visit chez Montriveau, le stationnement de la voiture devant son

domicile, et la derni&re missive d'Antoinette. Ici, Antoinette vient chez

:Iontriveau, y trouve ses lettres encore cacheties, donne au domestique sa

derniere missive, et sort, recommendant A son cocher de rescer stationnM de-

vant 1'appartement du general. Mais elle rencre chez elle.

Le troisieme acte--le couvent espagnol--suit de tras pras le roman,

et c'est sans doute le mieux r6ussi de la piece. Quant au quatrieme acre,

la pantomime de l'amour vainqueur er du depart des amants, il est plus gen6-

reux de n'en rien dire.

En some, la piece, bien qu'6courtee, reste assez fiddle au texte.

L'on regretted que l'auteur se soit senti oblige de la ccrminer sur une note

d'optinisne, et d'irrealitI, le marriage.

Griffith mentionne cercaines donn6es puisees dans La Comedie

Humaine. Je n'en relive qu'une. Au premier acte, la duchesse avertit Iada-

me de Beauseant du marriage project entire "Major" (sic) d'Ajuda et Mademoi-

selle de Rochefide, et la grande dame froiss6e se r6fugie immediatement au

couvent. On retrouve 1l un episode du Pare Goriot. Cependant, chez Balzac,

Madame de Beausiant donne un bal o6 le Tout-Paris est invite, et puis dispa-

rait.







10. Margaret Chase Wilson, Raphael de Valentin. 1901
"A dramatization in 4 acts of La Peau de chagrin
of Honor de Balzac. New York: Samuel French,...1901"1


Cette piece ne semble pas avoir 6t6 repr6sent&e. C'est la premiere

adaptation en Amirique de La Peau de chagrin. Elle est enregistree au Bureau

des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 377; April 22, 1901) oI le

manuscrit peut etre lu. Elle n'a 6t6 relevee ni par Royce, ni par Griffith.

Madame Wilson nous transport au premier acte au salon de la Com-

tesse Fedora (sic) en 1830 a Paris. Rastignac, Canalis et Finot le libraire

y jouent aux cartes avec leur h8tesse. Finot, avant de partir, demand A

Rastignac de bien vouloir dire A Raphael de Valentin qu'il achetera les m6-

moires que le jeune homme doit 6crire. Il lui confie une advance d'argent.

Fedora se lamente sur le sort des pauvres femmes:

"...Ah! Messieurs, to think that, after all, an
honored name is no protection, that even when we are dead
we are not secure, that highly imaginative memoirs may be
recorded by us by the Raphael de Valentins of the next
generation. Are all one's tender scruples then count for
nothing? The thought is enough to make one reckless,
careless." (p. 4)

Raphael rejoint ses amis, refuse d'abord violemment l'argent de

Finot que Rastignac, en apart&, veut lui donner, car il ne se livrera pas

a une tell prostitution litt&raire. Mais lorsque Rastignac explique que

le seul moyen de plaire a Fedora est d'etre un home en vogue, il accepted

les billets de banque et decide de jouer pour augmenter sa fortune. Il les

risque donc inmmdiatement A la table de jeu de Fedora, et les perd. Il me-

nace de se suicide, mais la comtesse, qui a vainement essay de retenir

Canalis, puis Rastignac, s'accroche A Valentin, et il accepted de passer le

reste de la soiree avec elle.



DCC, 1870-191.6, II, 1936.





33

Elle lui announce alors qu'elle n'6prouve aucun amour pour lui mais

ressent seulement une certain amitie. Elle d6sirerait qu'il lui pr&sente

le Duc de Navarreins. II accepted de lui rendre ce service, lui declare son

amour, lui parole de la position extraordinaire d'un jeune dandy sans deux

liards en poche qui fair la cour a une femme 6ligante. Alors, elle feint de

sangloter, et Raphael, indign6, lui signal leur rupture et part. Justine,

la femme de chambre, entire alors en scene, brosse les cheveux de sa maltresse

et lui conseille de se marier.

C'est au magasin de l'antiquaire que nous retrouvons Raphael l'a-

pres-midi suivante au d6but du deuxieme acte. L'auteur suit tres fid.le-

ment les donnees de Balzac. L'antiquaire craint d'Stre attaqu6, so assure,

montre a Valentin la peau de chagrin, et le marquis souhaite 1'orgie. Il me-

nace le vieillard d'un voeu fatal, mais ici semble oublier de le faire. Ra-

phael rencontre Nathan, Emile Chatillon (Blondet) et De Cursey (De Cursy),

auteur de vaudevilles et est invite a une orgie chez Taillefer. Son premier

voeu est done realis6, et l'antiquaire pr6dit sa mort prochaine.

Au troisieme acte, nous sommes chez le banquier Taillefer. Raphael,

bloui, souhaite "to live among such scenes for a year--no three months--and

then die." Une discussion sur la politique de 1'6poque s'engage (pp. 21-24).

L'on dine bien; l'on boit encore mieux. Des danseuses s'6parpillent autour

des convives et donnent un spectacle attrayant. Raphael confie a Rastignac

cu'il allait se tuer lorsque, par hasard, il a rencontr6 ses amis. Il lui

dit son amour malheureux pour Fedora. Mais il prtvoit que sa destinee est

le suicide. 11 se souvient alors de la peau de chagrin et desire devenir

riche, trrs riche. II measure ce chagrin et en trace les contours. Le no-

taire Cardor entire, apportant A Raphael une fortune de six millions, car le

marquis est le s-ul h6ritier du Major de Flouret, mort a Calcutta. Mais la







peau s'est r6trecie singuli&rement, et Raphael palit. "I wish for nothing,"

nous dit-il (p. 28) lorsque le rideau tombe.

Trois mois plus tard, dans un charmant jardin bois6 d'une mason

de champagne de la region parisienne, nous retrouvons, au dernier acte, Raphael,

sa femme Pauline, et leur ami Rastignac. (On nous avait dejA signal Pau-

line au premier acte. Fedora se vantait n'avoir aucune rivale dans le coeur

de Raphael, et Canalis avait devoil& "a romance in the garret." Mais Ras-

tignac avait alors declare que Raphael etait incapable d'aimer une femme pauvre).

Pauline, devenue riche heritiere, soigne tendrement son mari en lui

Evitant toute communication avec le monde ext&rieur. En apart, Raphael nous

apprend que les savants de la zoologie, de la mecanique et de la chimie n'ont

pu faire etirer cette peau de chagrin. II la measure une fois de plus devant

nous (p. 29). Elle a, en effet, beaucoup retreci. Puis, nous avons la

scene joyeuse du petit d6jeuner entire Pauline et son mari. Et Vaniere, le

jardinier, entire, et donne a son maitre une plante d'aspect bizarre, retiree

d'un seau du puits. C'est la peau de chagrin. Raphael se sent alors de plus

en plus malade et Bianchon, qui devait rendre compete ce matin meme au jeune

hoi~.e du resultat de la consultation de trois sp6cialistes, prend soin de lui.

Raphael est tuberculeux, mais les docteurs ne sont pas d'accord au

sujet de la rapidity du developpement de la maladie. Il y a cependant une

cure possible, et Bianchon reviendra le lendemain pour la lui expliquer en

details e: commencer le traitement. Mais Valentin lui montre la peau de cha-

grin et lui raconte son strange histoire. Le docteur reste incredule.

Et voici qu'arrivent, a l'improviste, Fedora, Canalis, Desroches,

Moreau et Viele. Fedora fait l'erreur--peut-etre volontaire--de prendre

Pauline pour la s-our de Raphael, et les dames 6changent des propos aigres-

doux. La comtesse reproche d'abord a Raphael son inconstance, puis lui







confie l'objet de sa visit. Le Duc de Iavarreins rencontre, grace aux

soins du jeune home, ne peut seul l'aider. II devrait etre soutenu de

1'influence de Valentin. Elle le prie done de bien vouloir la lui donner.

La reponse du marquis est insultante. "I wish you success, but go-go-go!

You fiend from hell! Why have you come to me?" (p. 37) Canalis soufflete

Valentin. Duel immediat, puisque Viele est, et c'est tres commode, un chi-

rurgien.

Canalis est tu6, mais la peau a maintenant presque complr.ement dis-

paru. Pour expliquer A Pauline sa destinee, le jeune home la lui montre.

Son dernier voeu: "Pauline, come to me...1 want you..." (p. 30) le fait mou-

rir, et sa fenme, en pleurs, s'exclame: "What do you want? I have killed him...

He is mine..." (p. 39)

En comparant la piece au roman, on peut dire que 1'auteur est rested

assez f'idle au roman balzacien et qu'elle a parfois suivi textuellement les

dialogues de l'&dition du Centenaire. Elle en a conserve les donnees prin-

cipales: les deux amours du jeune homme, le jeu, l'antiquaire, l'orgie, l'he-

ritage, la retraite, le duel, la mort du heros. Par centre, pour condenser

l'action e: crier a chaque acte une unite de lieu, elle a dG recourir a di-

vers stratag~mes qui ne sont pas toujours tres heureux, et changer aussi un

peu le rSle des personnages. Tout cela donne lieu A certaines incongruit6s.

Le premier acte, par exemple, est curieux. Pourquoi Finot avancerait-il de

L'argent A Raphael (par 1'intermediaire de Rastignac) si celui-ci n'avait

pas serieusenent agree& a l'avance 5 6crire les memoires? Or, le marquis s'em-

porte, et declare ne pas etre inttress6 par de tels travaux. Puis. lorsque

Raphael engage au jeu le pret de Finot, on se pose la question: quel esc le



iThe Novels of Balzac, ed. George Saincsbury, The Centenary Edition
(Philadelphia: 1899).







jeu? Car ni les dialogues, ni les directions sceniques ne 1'indiquent.

D'apres une remarque de Fedoral nous avons bientSt l'impression qu'on joue

a la roulette, ce qui est assez surprenant chez une comtesse. Autre fait

bizarre, l'homme du monde qui perd au jeu y announce son suicide, et l'amou-

reux conduit exige la rupture.

Le dernier acte piche aussi de la meme faon. Pauline y resemble

autant au vieux domestique Jonathas qu'a une jeune marine amoureuse. La ma-

ldiction de Raphael centre Fedora est calquee plus ou moins sur la scine du

roman ou le pauvre professeur Porriquet intervient aupres de Raphael pour ob-

tenir une place dans une ecole de province. Ce que le marquis pouvait se

permettre de dire A son domestique, il ne le peut a Fedora, et Canalis s'em-

porte. Le duel entire les deux hommes replace celui de Valentin contre

"Charles" a Aix-les-Bains. Les dialogues, les reactions des personnages sont

identiques. Cependant rien ne semble natural dans la piece.

Pour raccourcir le texte, il a fallu abr6ger. Mais avouez que Fedo-

ra secble naladroite lorsqu'elle demand au jeune homme de lui rendre un ser-

vice apres lui avoir categoriquement declare ne pas 1'aimer. Et puis les re-

flexions de la contesse sur les m6moires au d6but de la piice ne sont pas

tres originates, et suggerent une impression que Balzac s'est bien gard6

d'associer au caract&re de Fedora. La belle et cruelle Fedora de Balzac est

reaplacee par une belle Fedora.

Pourrant, ce ne sont pas la les maladresses les plus graves. On

doir signaler qu'a la page 29 du texte, Raphael examine la peau de chagrin et en

trace les contours. Ii ddjeune immediatement apres avec Pauline et, a la

page 30, Vaniere lui pr6sente le chagrin qu'il a, parait-il, trouv6 dans



1"Why doesn't he separate his money in three lots instead of two?"
(p. 9) Cette remarque est identique A celle du banquier de la maison de
jeu du roman.






37

l'eau du puits. Mais il est impossible que Valentin s'en soit ainsi de-

barrass6 entire la page 29 et la page 30, car il n'y a aucun changement de

scene, et le marquis reste constamment sous nos yeux.

Autres reproches encore: les personnages ne sont pas appelEs sur

scene d'une fagon naturelle, les discussions politiques du troisinme acte

sont trop longues; et pourquoi faire bomber le rideau, au deuxieme acte, sur

le conseil trivial de la femme de chambre a sa mattresse de se marier?

11 faut aussi signaler un d6faut d'interpretation de la part de
1
Madame Wilson. Dans le roman, Emile Blondet est, chez Taillefer, le confi-

dent un peu gris de RaphaEl. Madame Wilson nomme le mkme personnage non

Blondet mais Emile Chatillon, et je crois en avoir trouvt la raison. En

effet, lorsque Valentin apprend de Cardot qu'il vient d'heriter, il frissonne,

manque defaillir, et Bixiou dit 5 Emile: Soutiens-le, Chitillon... la joie
-7
va le tuer."- Mais cette expression est 6crite en italique, ce qui me fair

penser que Bixiou emploie une phrase historique bien connue 3 l1'poque.3

Le nom d'Emile n'est pas Chatillon.















1Nulle part dans le roman Ealzac ne nomme Emile, Blondet. Mais nous
savons que c'est lui grace a d'autres indications.

-Pleiade, IX, 163.

Lotte, dans son Index des personnages et des allusions litteraires
nous indique que Cha~illon est "le Commandant de la Haute-Bretagne et du Bas-
Anjou dans la troisieme guerre de Vendee." (Pl-iade, CD 1163) Balzac ]e
mentionne dans Los Chouans (Pl6iade, VI, 816).







11. Lucie C. Falbe, Marquise. 1902
"Drama in 4 acts, founded on
a plot by Balzac.'


Voici une piece bien surprenante. On doit noter que l'auteur n'a

pas mentionn6 avoir adapt La Duchesse de Langeais. Elle ne semble pas avoir

6t6 represent6e, et Royce et Griffith ne la citent pas. J'ai pu en retrouver

une copie au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 2143; July

21, 1902).

L'action est transposee vers la fin du dix-neuvieme siecle. Les

personnages sont assez nombreux. J'en donne une liste, en indiquant leurs

caracteristiques. Un resume de la piece suivra, et le lecteur pourra remar-

quer que bien des donnees n'ont pas et6 utilisees.

Presentation des personnages:

Veronique, Marquise de Saint-Honor6. La dame la plus en vue de Pa-

ris, avec une predilection pour les "lilies of the valley,"2 elle vit s6pa-

r6e de son mari. Elle lui avait impos& de la quitter apres la cr&nmonie du

marriage, et de ne pas la rencontrer pendant trois ans.

Ottilia, Princesse de Schovaloff. Grande dame russe, victim du

jeu, qui se laisse preter de l'argent (en tout bien, tout honneur) par un

compatriote, Bertrand de Bertelot. Elle est amoureuse du Comte de Rohan.

Paul, Comte de Rohan, Duc de Bretagne. G6neral frangais, Comman-

dant des Chasseurs d'Afrique, prisonnier des Soudanais, bless a Sedan en

1870, imparialiste meme apres l'abdication de Napoleon III, explorateur,

home. de science, appel par ses soldats "the monk of the army'.' (p. 5) Il



1DCC, 1870-1916, I, 1418. La carte d'enregistration signal que
Madame Falbe habit-ait a Londres. Serait-ce done une piece anglaise? Je n'ai
pu le v6rifier puisque ma correspondence est rest6e sans reponse.

2L'auteur penserait-il a Madame de Mortsauf?







succombe au: coquetteries de la marquise.

Baron Bertrand de Bertelot. Noble russe qui a v6cu au Bresil. 11

etait officer de l'arm6e franqaise dans le mme regiment que le come. Soup-

conne d'espionnage, il a dG donner sa d6mission. Mais un autre a pay& a sa

place.2 Ennemi de Rohan, il a h6ritc d'un cousin son nom, son titre et sa for-

tune actuels. Ilillionnaire, heureux au jeu, il semble l'atre peu en amour,

car la princess refuse ses pr6tentions sentimentales.

Duchesse de Haut-Tours. Tante de V&ronique, ancienne fille d'lonneur

de la cour de Louis-Philippe.

Madarre La Fontaine. Une dame qui veut marier sa fille.

Julie La Fontaine. June fille innocence, qui adore son cousin,

Marcel Constans.

Marcel Constans. Fiance de Julie, il n'hisite pas 5 courtiser, sans

succs, Mladame de Sanspris.

Poppy de Sanspres. Une jeune et riche amnricaine, qui semble avoir

le don de dire e:-:actement ce qu'elle pense dans une soci6tc o1 il faut stre

emine=ment discrec. Elle s'amuse de Marcel, mais est strictement pr6occupie

de son cari, e: de son titre.

Charles de Sanspr&s. Le maria de Poppy qui, avec la permission de sa

fenae, se livre au d6mon du jeu.

George Saint-Denys. Ami de college et de regiment de Rohan, tout

d&voue a son camzarade.

Duc de Longueville. Oncle de Veronique. 11 lui apprend la mort



1D'aprs le Le:-:te, il est impossible de pr6ciscr 1'Sge de Rohan.

2
Est-ce une reminiscence de l'affaire Dreyfus?

Le personnage ne sert qu' indiquer aux spectateurs que les Am6ri-
cains sont des "innocents" parfois victims de la d6pravation europ~enne.
Henry James avait d&ja 6tudi6 ce sujet.







de son mari et meurt de chagrin apres sa fuite au couvent.

L'action se passe a Paris, a Monte-Carlo, et au couvent de la

chapelle "Santa Theresa" a Iviza.

On s'attend a une action extremement compliquee. Elle est, au

contraire, tres simple. Veronique rencontre De Rohan dans les salons de la

Princesse de Schovaloff et fait sa conquete. Le comte desire l'6pouser mais,

catholique convaincue, elle refuse de faire annuler son marriage. Notons que

nous n'apprenons jamais la raison pour laquelle Veronique avait, des le

marriage, impose une separation a son mari.

Toute cette society aristocratique se retrouve cinq mois plus tard

a Monte-Carlo, et la marquise est horrifi6e d'un mauvais augure. Un pigeon

bless tombe sur son sein et meurt, y laissant des gouttes de sang. De Ro-

han, amant conduit, fait son testament et offre de laisser sa fortune a Ve-

ronique, qui s'inquiete du "qu'en dira-t-on." Elle accepted cependant, en

lui demandant de preserver sa liberty.

Mis sur sa piste par Saint-Arnaud, De Rohan reconnait en Bertelot

un traltre. Mais cela ne semble guere l'intfresser. Le detective fait men-

tion de la cocuetterie de la marquise, et son ami le provoque en duel. La

princess, attire par De Rohan, et repouss6e fermement par celui-ci, confie

a V6ronique que le monde pense qu'elle a trouv6 dans le comte une consolation

A l'absence de son mari. La jeune femme, effray~e de ces commerages et du

scandal possible, refuse de voir l'aime.

Au troisieme acte, la Duchesse de Haut-Tours et le Duc de Longue-

ville arrivent alors sur scene, reprochant a leur nice son imprudence (c'est

l'episode de la voiture stationn6e devant le domicile de Rohan), et lui or-

donnent de faire_4nnuler son marriage car, s'il y a scandal, De Saint-Honor6

intentera un divorce contre sa femme. Le duc regoit alors un tel6gramme








annongant que Saint-Honor& vient de succomber dans un naufrage. L'6pouse

6ploree se sent coupable: "God, forgive me. I did not love my husband,"

(p. 42) dit-elle, mais se pr&cipite tout de meme chez le comte.

De Rohan, cependant, ne croit plus a la sinc6rit6 de Veronique, ne

veut plus lire ses lettres, gardera intact son testament pour perdre la repu-

tation de la jeune femme, et semble insensible a ses declarations. Car elle

avoue son amour, elle le proclame m6me. De Rohan l'accuse de corrompre l'a-

oour, et lui declare "that she should be branded as a criminal." (p. 48) Et

V&ronique, voulant a tout prix lui prouver son ardeur, saisit son cachet, le

fait rougir et l'applique a sa joue. Defigur6e, elle part, sans meme recevoir

un mot de consolation. De Rohan a pourtant l'obligeance d'appeler son doc-

teur pour lui procurer les soins n@cessaires.

Au dernier acte, De Rohan a decouvert V6ronique, cache sous .e

nom de soeur Cecelia dans un couvent de carmelites espagnoles de 1'ile

Iviza. Tout est pr&vu pour son enlevement. L'abbesse qui assisted a l'en-

trevue au parloir du couvent entire De Rohan et sa "soeur" est toute indul-

gence et De Rohan lui donne un sac d'or, pour c6l6brer les messes aux morts.

La jeune femn est presque decidee A acquiescer au plan du comte--l'enleve-

ment, car Vironique est seulement novice--mais, au dernier moment, elle avoue

A la superieure qu'il est son amant, et non son frere. Elle expiera done son

peche avec le jeOne et la flagellation, et le pauvre amoureux transi se suicide

devant les grilles. Le symbole du pigeon blessed ftait done celui de la mort

de Rohan.

Madame Falbe a done suivi certaines donnees de La Duchesse de Lan-

geais de Balzac: la rencontre du militaire et de la coquette, la passion du

g6ndral, la coquetterie de la duchesse, l'eveil de l'amour dans son coeur

alors que le g6ntral ne peut plus la croire, et la fuite au couvent. Elle





42

en differe de plusieurs fagons: le general veut epouser la duchesse, le duc

succombe dans un naufrage, elle s'applique elle-meme le fer a la joue pour

se punir de sa coquetterie et lui prouver son amour, elle semble tout d'abord

accepter le plan du militaire de s'evader du couvent. Et c'est De Rohan qui

meurt, et non V6ronique. Madame Falbe a tent6 aussi d'embellir l'action par

d'autres peripeties plus ou moins heureuses. Elle a ajout6 d'autres personna-

ges et a fait certaines allusions a l'6poque.

La piece est bizarre. Comme je l'ai d6jA indiqu6, bien des

donnees suggerees dans le dialogue (l'affaire de l'espionnage, la passion pour

le jeu de la princesse, et quelques personnages tels que Poppy, Marcel et

Julie, semblent avoir et6 oubli6s en course de route par l'auteur. A la fin

du dernier acte, on ignore pourquoi on nous les a presents.



12. Maurice V. Samuels, The Conflict. 1905
"A drama in four acts. Founded on Balzac's
novel La Peau de chagrin, though not strictly
a dramatization of that work."


Royce indique que la premiere version de cette piece a 6t6 joule

sans success le 21 mars 1909 a Plainfield, New Jersey, puis a New York, le 29

du mnme mois, au "Garden Theatre." Apres 1909, ajoute-t-il, la piece a ete

condensee en trois actes, mais cette deuxieme version n'a pas 6t6 represent6e.

Griffith la signale et lui donne la date 1909 (pp. 120 et 257). L'auteur l'a

fait enregistrer au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 7052;

July 31, 1905) sans la decrire. Je lui donne done sa date officielle, 1905.

Je n'ai pas pu retrouver le manuscrit A Washington.

Royce avait d6ja donned quelques indications au sujet des acteurs:



Royce, no. 1155.







Robert Drouet jouait le r8le de Raphael de Valentin, et Helen Robertson celui

de Fedora. Nous devons d'autres precisions a M. Hamilton Mason, auteur d'un

livre important sur le theatre frangais a New York. Ii semble ignorer les

representations de Plainfield, mais indique seize representations new-yorkai-

ses. Paul Lieber en fur l'imprcsario. Voici la liste des r8les et le nom

des acteurs, ainsi qu'un resume sommaire de la piece.

"Robert Drouet Raphael de Valentin
N. Sheldon Lewis Caesare Resapha
Harry E. de Lasaux Antonin Guerbet
Harry Leighton Jean Bodie
Edmund Lyons Frangois Picot
Helen Robertson Fedora Warona
Florence Lester Berenice Dorian
Helen Beresford Mme Dorian
Romaine Fielding Jacques Plaisance"

"Raphael is ready to commit suicide when Resapia
gives him a wild-ass skin which has the power to bring anything
but health and which will shrink with each wish, to win each
wish. Raphael's first wish, to win Fedora, is granted. He
forces her to love him and himself to despise her. After
becoming rich, he falls ill and is taken care of by Berenice and
-r.e Dorian. Wishing for Berenice's love, he receives it. lle
then wishes only for good things and finds that the skin no
longer shrinks and realizes that it is his own mind which has
been making him ill."1

Cecte piece n'est done pas, 6videmment, une adaptation fiddle de

La Peau de chagrin. On note que le personnage de Fedora est mont& en vedette,

et que seule l'intrigue Raphael-Fedora semble avoir conserve un ton plus ou

moins balzacien. C'est aussi peut-etre pour cette raison que seuls leurs



Hamilton Mason, French Theatre in New York. A List of Plays,
1899-1939 (New York: Columbia University Press, 1940), p. 179. H. Mason
s'est documents tres soigneusement. Son livre est le developpement d'une these
de doctorate soutenue a Columbia University de New York. Ii e::plique ses me-
thodes de travail dans la preface: depouillement systimatique des programmes
de theatre ec de journaux new-yorkais, ainsi que de certaines publications
consacrees tout spccialement a la sc&nc. 11 indique aussi avoir faic .des re-
clherches au Musie de la Ville de New York, au Brandcr Matchews Dramatic Museum
et a la 'New York Public Library. 11 sera desormais d6sign6 par l'indication:
Mason.





44

noms ont 6t6 gard6s par M. Samuels. Remarquons aussi le r81e tres different

de la peau. Chez Balzac, quel que soit le souhait exauc6, la peau se r6tr6-

cit. M. Samuels, au contraire, about la peau de tout changement de dimen-

sions si le hEros demands"good things." Il y a done ici une intention morale

nouvelle.



13. Gertrude Beach, The Coquette. 1907
"Drama in 5 acts from the Duchesse de Langeais,
by Honor de Balzac."1


Une copie de cette piece a 6t6 depos~e au Bureau des Patentes de

la Bibliotheque du Congres o elle peut etre lue (D 10091; March 7, 1907).

Elle n'est cite ni par Royce, ni par Griffith.

Madame Beach a gard6 les personnages du roman sans en ajouter d'au-

tres. Elle en a choisi les episodes les plus important: la rencontre chez

Madame de Serizy; la scene du boudoir; la scene du confesseur; l'6ducation

sentimental de Montriveau par Ronquerolles; l'enlvement de la duchesse; la

punition, qui n'en est pas une; le conseil familial chez Antoinette; le tete-

a-tete du Vidame et de la duchesse; la vaine attente, et la fuite.

Au cinquieme acte, cinq ans plus tard, nous sommes au couvent es-

pagnol et le general reconnaTt Madame de Langeais lorsqu'elle joue La Marseillai-

se a 1'orgue de l'eglise. Tout s'explique lors d'une entrevue au parloir ou

la Mere Superieure, dure d'oreille, s'efforce de comprendre une conversation

qu'elle ne peut entendre. Montriveau n'a pas regu A temps la dernirre missive

de la duchesse. Le duc est mort; le general est sur d'obtenir du Pape l'annu-

lement des voeux, et jure de se tuer si elle refuse son amour. Antoinette,



1DCC, 1870-1916, I, 403.





45

a la derniere minute, crie (ou plutSt hurle, car la superieure est sourde):

"Mother, I have lied to you..." (p. 47) et s'enfuit du parloir. Et le pauvre

Montriveau, sanglotant, s'exclame:

"...I have killed her. The penance will kill her.
She said, 'this shattered body can bear but little more.'
Antoinette, Antoinette, my love." (p. 50)

Rideau. Le sort du general est laisse A l'imagination du spectateur.

Jusqu' la fin du quatrieme acte, la piece n'est pas trop mauvaise

lorsque l'auteur suit les donnees ou le dialogue de Balzac. Elle peche ce-

pendaut par le style, qui d6nature la personnalit6 de certain personnages.

Au premier acte, nous renconcrons la Princesse de Blamont-Chauvry--

le po6tique debris de la cour de Louis XV, le Talleyrand femelle--Haulincour

et De Marsay, et voici un extrait de leur conversation puerile.

"Princess My dear Baron, with a nose like yours,
life could never lack for interesL. You
are ungrateful. Fate should have presented
you with a beak.

Maulincour Princess, I come without beauty of nose,
but with an eye. Ah, an eye, Madame,
which sees only your little feet eager to
trip to measure with me, I hope.

De Marsay And, Madame, I have a leg, two in point
of fact, which for the present occasion
are more to be desired than well, certainly,
than an eye or a nose. I beg you will
honor me." (pp. 1, 2)

Les directions sc6niques de la premiere scene du quatrieme acte--

le conseil de famille--sont tres explicites:

"All very great aristocrats, with the most elegant
language and deportment." (p. 37)

Examinons un peu l'idee que Madame Beach se fait de la langue et



iMadame Beach se rendait-elle compete que Madame de Blamont-Chauvry
devait avoir, au moins, quatre-vingts ans!







des manieres aristocratiques de l'6poque.

"Princess Guard well your stomach, soul and
stocks, is a good motto, gentlemen.

De Navarreins My dear Princess, why do you sandwich
the soul in such a material way?

Princess But you fail to see the reverence in
such an arrangement. The middle of
the sandwich is the essence, and
requires two substantial guards."
(p. 37)

On ne s'exprimait pas ainsi, au Faubourg Saint-Germain, en 1815.

La deuxieme scene du meme acte presente des r6pliques aussi bi-

zarres. Le Vidame de Pamiers y converse non d'art, de litterature ou de mu-

sique, mais de son cuisinier, qu'il cong6die le soir et r6engage le lende-

main (p. 45).

Et si Madame Beach a g6neralement bien choisi les episodes, elle

en a ajout6 un qui, dans cette adaptation, surprend. Au deuxieme acte, Mon-

triveau (il avait, l'on s'en souvient, voyage en Afrique dans La Duchesse de

Langeais) raconte A Antoinette une venture africaine toute particuliere em-

pruntee d'Une Passion dans le desert de Balzac. Un soir, paralt-il, il

trouve, dans la cave ou il s'6tait r6fugi6, une panthere. Heureusement pour

lui, la bete f6roce etait rassasiee, et devient plus tard sa compagne fiddle.

Mais un jour, confie-t-il A la duchesse:

"...It ended as all great passions end; by a
misunderstanding: both sides imagine treachery; pride prevents
an explanation, and the rupture comes about through obstinacy."
(p. 16)

Par inadvertance, il lui fit du mal et elle saisit sa cuisse entire

ses dents.

"...I thought she meant to devour me, and plunged
my dagger into her throat." (p. 16)

On peut voir 1a, bien sar, une explication symbolique des relations

sentimentales entire le general et la duchesse, mais elle manque de tact et





47

de finesse. Elle prouve, tout au plus, que Madame Beach connaissait quel-

ques oeuvres de 1'auteur de La Comedie Humaine, mrme un r&cit qui n'avait

pas 6t tEraduit dans 1'edition Saintsbury.1



14. Paul H. Potter and Clyde Fitch, The Honor of the Family. 1907
"A play in four acts, after Balzac. Adapted from
Fabre La Rabouilleuse, and translated by Paul 1M.
Potter (and Clyde Fitch).'2


La piece n'a jamais 6t6 enregistr6e au Bureau des Patentes de la

Biblioth8que du Congres. Griffith en indique le titre et la date, sans

ajouter aucun commentaire (p. 120). Le Service des Collections Th6atrales

de la "New York Public Library" en a garden le manuscrit, exemplaire dactylo-

graphie, oa l'on trouve de nombreuses corrections, additions, coupures, in-

dications sciniques (tout cela ecrit a la main), et a eu l'obligcance de

nous en faire parvenir un microfilm.3

L'oeuvre a obtenu, aux Etats-Unis, un succcs &norme. Elle a 6t6

representee Niew Rochelle, New York, le 28 septembre 1907, a fait ses d6-

buts A Eroad';ay au "Hudson Theatre" le 17 fevrier 1908, et a quitter l'affiche



ICohen nous indique qu'elle n'avait pas 6t6 traduite, "presumably
on moral Srounds." (p. 471)

'Royce, no. 474. Potter et Fitch connaissaient bien l'oeuvre de
Balzac. Potter avait adapt Les Chouans en 1887. Fitch est l'auteur de la
premiere adaptation americaine du PFre Coriot, A Shattered Idol (1893).

J'en ai not certaines irregularit6s. La premiere page du premier
acte est suivie par le quatrieme acte, celui du denouement. Les deu:xi.me
et troisibze actes succedent au premier. Au quatrieme acte, les pages 1 et
2 sont, A la lecture, logiques, mais le reste du texte est celui du premier
acte. L'action de la piece se clarifie lorsque l'erreur clericale est de-
couverte.





48

apres cent vingt-huit representations. Elle a 6t6 reprise en fevrier 1909

(huit representations) au "Grand Opera House," en mars 1919 (cinquante-six

3
representations) au "Globe Theatre,3 et le 25 decembre 1926 (trente-trois

representations) au "Booth Theatre." D'apres Royce, elle fut aussi joule

au "Globe Theatre" de Londres le 15 mai 1910 sous le titre: Parasites. Otis

Skinner, dans le personnage de Philippe Bridau, en fut toujours la vedette.

Puisque cette piece est elle-meme une adaptation de la version de

Fabre, il me semble indispensable de donner ici le r6sum6 de l'oeuvre de

cet auteur.

Vers 1820, Madame Bridau vient a Issoudun, accompagnE de son fils

cadet Joseph, solliciter de son frere Rouget, qu'elle n'a vu depuis tres

longtemps, un secours pour sauver Philippe, l'ain6, impliqu6 dans une cons-

piration.

"...Rouget resiste, mais paralt &branle. Flore et
Max arrivent a la rescousse. Max met a la porte Mme Brideau (sic)
et Joseph, et montre qu'il est ici chez lui...Rouget est
content. Cependant, il dit avec un peu d'inqui6tude: 'Pourvu
que Philippe ne soit pas acquitt6 et ne vienne pas ici.'
Nous attendons tous Philippe...

Au second acte, Max Gilet est plus que jamais 1'amant
de Flore. II a sa chambre dans la maison de Rouget, et il y
traite ses amis...Flore est heureuse et...Rouget resign6.
Tout a coup, alarme au camp. [Philippe Bridau] entire sans
frapper...et declare net qu'il va nettoyer la maison...Rapide-
rent Max et Flore 'tirent un plan.' Flore simulera un depart



"Mason, p. 167. Les r6les principaux (ceux de Philippe Bridau, de
Rouget et de Flora Brazier) 6taient tenus par Otis Skinner, A.G. Andrew,
Francis Carlyle, et Percy Haswell.
2
Mason, p. 176. Frederick Sargent y remplagait Francis Carlyle
dans le rl8e de Gilet.

3Mason, p. 293. Les vedettes en 6taient Otis Skinner, Robert Harrison,
Alexander Onslow-et-Evelyn Varden.

4Mason, p. 352. Courtny White et Jessie Royce Landis y jouaient
les r8les de Max et de Flora.







pour se faire regretter et rejoindre. SGrement Rouget la
rejoindra A Bourges. La...on lui fera faire une donation
de tous ses biens...

Le depart est simulM. Rouget se dssespere. Philippe
[empeche son once de la poursuivre ...Un incident indique
que Flore est dans une maison voisine. 'Ecrivez-lui qu'elle
ait A reintegrer dans les cinq minutes ou qu'elle ne revienne
jamais... Si elle revient] je la ferai marcher au doigt et a
l'oeil. LEt Flore, naturellement, reintegre le domicile et
s'incline devant la volont6 de Bridau. ...

(Au commencement du troisi&me acte, on ne salt] plus
o6 on en est. C'est toujours la mime maison, c'est. toujours
la nmme salle; mais on dirait que Philippe Brideau n'a point
pass par li.

Et d'abord il n'y est plus. Nous ne voyons que Max,
Flore et Rouget...

Ensuite, la situation est exactement la meme qu'au
commencement de l'acte ler...[On nous [ait languir au sujet
de Bridau et de Rouget.]...Sept ou huit demi-solde dinent en
1'honneur du 2 dacembrel chez Rouget-, distant des betises sur
le premier Empire, racontant des batailles et des ventures
galantes... [Philippe] arrive enfin. II a et6 appeli...par...
Rouget, qui aimed Flore plus que jamais, mais qui no doute pas
qu'elle le trompe avec Max de tout son coeur. Philippe
vient pour chercher querelle a Max, bien entendu. Seulement...
c'est Max qui cherche querelle a Brideau...

...II le traite de mouchard. Brideau traite Max d'e-
cornifleur, et (le] duel est d6cid&. Les t6moins ne manquent pas.
Tcut le monde s'8loigne et Brideau rest seul avec Flore...
_Elle veut, a tout prix, sauver Gilet. Bridau lui conseille
alors de fuir avec Max. Mais puisque Gilet ne partira pas avec
elle si elle n'a pas le sou, Philippe precise une autre alternative:
@pouser l'oncle, attendre sa mort, et 1'6pouser ensuite. De
cette mani&re, ils se partageront les millions du bonhomme.

Flore, toujours entichie de Max, essaie en vain de
seduire Bridau. lUs reviennent done a la discussion des trois
solutions possibles:] ... Fuite avec Max avant le lever du soleil;
ou Ma:-: tu6; ou l'oncle 6pousa et Philippe 6pous6 apres la mort.
de l'oncle. [Et Bridau souhaite une bonne nuit Aj 'Madame
Veuve Max'...

Au quatri6me acte, Philippe...a navr6 Maax de telle
manirre que la vie de Max est en danger...Flore pleure et se
d6sesprre. Si Max meurt, gare a Philippe...Car elle a un moyen



C'est la date anniversaire du couronnement de 1'Empereur.







de se venger de lui...Elle a remarqu6 que le domestique de
Max, Orsanto, son ancienne ordonnance, lui est profond6-
ment devou6 et serait capable de venger sa mort...[a]ussitSt
qu'elle apprend que Max est mort...elle jette le fauve sur
Philippe...

Orsanto attend [Bridaul dans 1'ombre, en une ruelle,
par une nuit neigeuse, et l'assassine proprement. Philippe
vient mourir sur scene en invectivant contre Flore.

Flore est veuve de Max et debarass6e de [Bridau.3
On nous indique qu'il est probable qu'elle se consolera avec
un autre demi-solde, que nous avons vu r6der autour d'elle
aussitSt apres la mort de Max. Tout dans la maison Rouget va
done rentrer dans l'ordre accoutume.

Notons immEdiatement les differences entire le drame de Fabre et

le roman de Balzac. La plus important est que Fabre n'utilise que la deu-

xieme parties du roman, Un M6nage de garcon en province. Aucune mention n'est

faite des ev6nements et personnages propres A la premiere parties, Les Deux

Freres. Done Bridau n'est plus le terrible, l'ignoble soudard de La Comedie

Humaine. Puis, Joseph n'est plus accuse du vol des tableaux de l'oncle

et n'est plus la victim de Gilet. M. Hochon, le ruse avare, n'aide plus

Philippe et Maitre Desroches de ses precieux conseils. C'est Gilet, et non

Bridau, qui senble chercher le duel. Philippe a l'air d'etre tralne, presque

malgr6 lui, I ure resolution dejA prise--celle d'6liminer l'amant de la

servante-maltresse, hiritiere possible.

Enfin, si les trois premiers actes suivent d'assez pros le roman de

Balzac, le quatrieme est nettement d'Emile Fabre. Gilet ne meurt plus sur

le terrain de duel mais succombe de ses blessures. En 1823 Philippe n'6pouse

plus la Rabouilleuse, veuve de quelques mois du vieux Rouget, mais est tu6

apres la mort de Max, par un personnage stranger a La Comedie Humaine, Orsanto,

ami et domestique de Gilet, pouss6 par Mademoiselle Brazier a venger son maitre.



1Emile Faguet, Propos de theatre (Paris: Soci6tt Frangaise d'Impri-
merie et de Librairie, 1905), VIII, 321-329.








Et puisque Bridau est l6imin6, toute la trame du roman nous racontant la

d6cheance de la Rabouilleuse, les exploits du soudard, episode que 1'on

pourrait intituler "Grandeurs et decadence de Philippe Bridau," est supprimee.

The Honor of the Family suit assez fidalement La Rabouilleuse de

Fabre avec certaines variations. Philippe entire sur scene a la fin du premier

acte. Et Max et "Flora" pr6tendent une indisposition de l'oncle pour l'6loi-

gner temporairement. Citons une deuxieme variation, et celle-ci est tres

importaate. La troisieme alternative donn6e par Philippe a Flora avant le

duel, esc ici fort different. Au lieu d'epouser Rouget et puis de s'unir,

apres la mort du maria, au neveu, il lui propose de l'6pouser afin de pouvoir

demeurer, sans crier de scandal, dans la maison de Rouget et prendre soin

de son oncle.

Enfin Orsanto, l'assassin, est tu6 par Bridau et Philippe jette a

la rue la Rabouilleuse, en lui donnant tout de meme assez d'argent pour aller

se refugier a Paris. Le rideau combe lorsque Philippe dit a son once:

"You will sleep in peace to-night. For the
honor of the family, you will!"

L'honneur est done sauf, les bons sont recompenses (Philippe heri-

tera sans doute), ou remis dans le droit chemin, come 1'est Rouget, priv6

de sa servance. Et les m6chants, (Gilet, la Rabouilleuse, Orsanto), sont

justement punis. Peut-on cependant interpreter le denouement, comme l'a fair

un critique new, yorkais, d'une maniere un peu diffErente? Philippe semble

avoir un faible marque pour les attraits de Mademoiselle Brazier. Ne pourrait-

11 pas la rejoindre a Paris? Je ne le crois pas. Bridau, lorsqu'il flirte



ICe critique anonyme resume ainsi la pice: "...Colonel...Bridau
appears to save the honor of the family--and rehabilitate himself with his
uncle's money. He succeeds by force and finesse. He also decides that he
would like the fair Flora. In the same way he succeeds again." (New York
Times, le 18 mars 1919).





52
avec la Rabouilleuse, ne semble pas tres serieux, et la dernimre r6plique

citee ci-dessus est par trop categorique.

La piece a 6t6 appreci~e par le public americain. Bien qu'on

trouve des longueurs au premier acte, les critiques du New York Times ont

et6 tres genereux de leurs louanges. On nous indique, dans l'article du

23 mars 1919, une genise interessante. Charles Frohman, directeur de theatre,

avait assist a Paris a une representation de La Rabouilleuse de Fabre et

avait charge Clyde Fitch de son adaptation a la scene americaine. Plusieurs

dramaturges ont travaill6 au texte, mais on ne retrouve g6neralement a l'affi-

che que le nom de Paul M. Potter. Clyde Fitch en a regu, cependant, la majority

des droits d'auteur.

Otis Skinner raconte l'histoire de cette production.2 Charles

Frohman refusait de faire tuer Bridau sur scene, car Skinner, grande vedette,

ne devait pas mourir. Par les reactions de l'audience de New Rochelle, 1'au-

teur a decouvert une veine comique dans le personnage du colonel. Le ton de

The Honor of the Family est done tres 6loign6 de celui du drame de Fabre ou

du roman de Balzac.

La piece a 6et traduite en italien et representie trois fois sous

le titre 11 Colonello Bridau en avril 1934 au "Longacre Theatre" de New York.

Les interpretes principaux en 6taient Giuseppe Sterni, vedette et metteur-

en scene, Mario Badolati, Giuseppe Carlucci, et Iolanda d'Este dans le r8le

de la Rabouilleuse. Tres apprecihe par la colonie italienne de New York,



iNew York Times dul8 mars 1919, 23 mars 1919 et 27 decembre 1926.

2Otis Skinner, Footlights and Spotlights (Indianapolis: The Bobbs-
Merrill Company, 1924), pp. 284-286 et 309. On peut trouver dans ce livre
une photographie--d-!un tableau de l'auteur dans le rl8e de Philippe Bridau
(page precedant le texte). Ce tableau appartient A la collection de la
Phillips Memorial Gallery a Washington.





53

cette version italienne a faith l'objet d'un compte-rendu dans le New York

Times du 16 avril 1934. Elle n'a jamais ft6 enregistree au Bureau des Paten-

tes de la Bibliotheque du Congres.



15. William Henry Duncan, Jr., Colonel Chabert. 1907
"Dramatized from the French of Balzac."1


Une copie dactylographide de cette piece peut 6tre lue au Bureau

des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 11338; October 23, 1907). Elle

n'est signalee ni par Griffith, ni par Royce, et M. Pierre Citron, dans son

edition du Colonel Chabert, ne 1'a pas non plus incluse dans sa liste des a-

daptations theatrales du roman. Elle ne semble pas avoir rt& mise en scene.

Jusqu'au moment o6 la Comtesse Ferraud s'enfuit de 1'rtude de Mat-

tre Derville et invite son premier mari a monter dans son equipage, M. Duncan

suit, tres fidelement et tres bien, l'intrigue balzacienne. Au quatrieme

(et dernier) acte, cependant, c'est Derville qui assume le rl8e de Delbecq. Ce

n'est pas A son intendant tout devoue que la comtesse dicte un acte tres

prejudicieu.: pour son premier mari, mais a Derville (changement que les ad-

rirateurs de Balzac n'accepteraient pas). Allant d'une piece a l'autre,

d'un 6pauxa 1'autre, Derville, saisi d'une colere qu'il peut a peine contro-

ler, persuade le colonel de ne pas signer, et entend la comtesse lui declarer

qu'elle fera interner son mari a Charenton. Mais Chabert a entendu cette me-

nace et, dans une tirade tres noble, lui declare la mEpriser, ne plus d6sirer

de vengeance, et avoir cesse de l'aimer. Il n'est plus maintenant qu'un pauvre

vieillard nome Hyacinthe, demandant une cres humble place au soleil. La com-

tesse se jecte a ses genoux, mais il la repousse et part.



1DCC, 1870-1916, I, 374.






54

Je dois admettre que la piece, jusqu'a la fin du troisieme acte,

est bien faite, et les dialogues sont bien traduits. Certaines modifications

sont A noter. La premiere entrevue Chabert-Derville a lieu, par example, en

fevrier 1814, et non en 1816. C'est une faute au point de vue historique.

Le Chabert de Balzac arrive A Paris en juillet 1815, en meme temps que les

allies. Il lui aurait 6t6, avec toutes les tribulations du retour, impossi-

ble de le faire en 1814. Pour resserrer le drame, et cela est plausible,

Derville ne reooit pas Chabert a une heure du matin, mais revient inopine-

ment de la salle de jeu et coupe court aux insolences de ses clercs.



16. Mrs. J.H. Selz, Eugenie Grandet. 1908
"Play in 5 acts."'


Cette piece en cinq actes et douze tableaux est enregistr6e au Bu-

reau des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 13690; August 31, 1908),

oa l'on peut encore y lire le manuscrit dactylographi6. Elle n'est pas men-

tionn6e par Royce et Griffith. Marilyn Boyd indique la date et le titre dans
2
son 6tude sans en faire aucun commentaire.

L'auteur garde fidelement les personnages principaux et consacre

deux pages et denie pr6liminaires a leur description detaillee, au physique

et au moral, qui, a l'exception d'Eugenie et de Charles, est identique a celle

de Balzac. Elle suit aussi de tres pros la trame du roman. Le rideau se live

au premier acce sur la scene de l'anniversaire d'Eugenie. Les clans rivaux

des Cruchot (de Bonfons) et des Des Grassins viennent faire leur cour, mais

la parties de loto est interrompue par l'arriv6e du jeune parisien, Charles,

chez son oncle. Grandet lit en apart la lettre--testament de son frere--



DCC, 1870-1916, I, 629

Boyd, p. 14.





55

et les invites, avant de prendre cong6, forment une alliance momentanje centre

le dandy, devenu 1'ennemi commun.

Au deuxieme acte, l'education sentimental d'Eugenie fait des

progres. Elle se d6sole, tout d'abord, de n'&tre pas assez belle pour plaire

a son cousin. On assisted au petit dejeuner frugal des Grandet, et au drame du

repas du matin du cousin oI le pere et la fille se disputenc le sucrier. Gran-

det apprend alors au jeune homme sans management la banqueroute et le suicide

de son pere. Charles est au desespoir. Les dames veulent prendre le deuil, mais

Grandet se rejouit de la vente avantageuse de ses vins.

Les scenes suivantes se diroulent au troisirme acte: attirance d-

prouvee par les deux jeunes gens; diner o6 1'on invite le clan Cruchot des

Bonfons (c'est pour Grandet l'occasion d'envoyer un home d'affaires a Paris,

et de profiter, si possible, de la faillite de son frere); arrivee des Des

Grassins offrant leurs services gratuits a l'avare; Grandee transport son

or A Angers; et Eugenie decouvre les missives de Charles, adress&es 5

Annette ct A son ami Alphonse. Elle lui confie ses louis, ct il lui demand

de garder, jusqu'a son retour, le n@cessaire en or.

Au quatrieme acte, Charles fait ses preparatifs de depart; I'avare

achite pour un morceau de pain les bijoux: de son neveu; les deux jeunes gens

6changent un baiser et des voeux de fiangailles et de fidelit& avant de se

separer. Euginie montre a sa mrre le n@cessaire et le portrait des parents

de son amour. Madame Grandet se d&sespere car, au jour de l'an, Grandet d&-

couvrira 1'inprudence d'Eugenie.

Le drame 6clace alors au cinquicne acte et le pere ruin rend sa

fille virtuellement prisonniere dans sa chambre. La ddcouverte de necessaire

en or par l'avare et la lutte forccnbe entire le pere et la fille bouleversenc

la pauvre Madame Grandet qui tombe malady et meurt, malgr5 le feint repen-

tir de son cpoux et les soins ddvouis d'Eug6nie et de ianon. Grandet esca-








mote l'heritage maternel et, le meme jour, Eugenie reoit de Charles son

unique lettre ou il announce son retour et son marriage imminent. La piece

se termine par une rpplique de la jeune fille: "My mother was right, suffer

and die." (p. 69)

Le drame a done 6t6 singulierement raccourci. L'action se passe

entire novembre 1819 (anniversaire d'Eugenie) et l'6t6 de 1820, car Madame

Grandet meurt, dans cette piece, au printemps de la mame ann6e. Cela pr&-

sente certain problemes. On ne voit pas trop comment un voyageur pent, en

l'espace de neuf mois, partir aux Indes, y faire fortune, et en revenir, au

debut du dix-neuvieme siccle. On n'assiste pas L la mort de Grandet. 11 est,

a la fin de la piece, encore bien vivant. Donc, la confrontation entire le

pare et la fille n'est pas developpee, et le drame entire ces deux personnali-

tes n'est pas resolu. La rivalit& entire les Cruchot et les Des Grassins pr6-

sentee assez longuement au premier acte reste aussi sans denouement. Et la

parties tres interessante du roman--1l'volution du caractere d'Eugenie, et sa

vengeance-- est tout-a-fait negligee.

Les personnages sont rests les memes (Cornoillier s'appelle main-

tenant Corneiller), mais les descriptions d'Eugenie et de Charles different

un peu. Dans le roman de Balzac, Eugenie a vingt-tois ans, et, sans etre laide,

n'est pas tres belle et ne resemble en rien aux 6ligantes parisiennes. C'est

une Venus de Milo, nous dit-on:

"...Elle avait une tate 6norme, le front masculin et
des yeux gris...Les traits de son visage rond, jadis frais et
rose, avaient ete grossis par une petite v6role...Son nez etait
un peu trop fort...; il manquait sans doute de la grace dGe a
la toilette...grande et forte, elle n'avait done rien du joli
qui plait aux masses..."l

Madame Selz transform Eug6nie. Elle ne souligne que les caracte-



Plfiade, III, 527.








risciques positives du portrait, et les enjolive un peu:

"...gray eyes, a round face, soft and delicate
complexion, face full of love and kindness, throat exquisitely
round. Tall and strongly made, beautiful rather than pretty,
very modest, calm countenance, pale and dark." (p. 2)

Elle ne nous donne pas son age. Cela est important car, dans le

roman, Eugenie est l'alnbe de Charles d'un an. Charles n'a plus vingt-deux

ans, il en a vingC-cinq. Les ages sont done maintenance acceptable. Cela

n'est qu'un detail, malgr6 tout. Le pnint le plus int6ressant est que la

personnalitd de la jeune fille n'est plus tout-a-fait la meme. La vierge

rougissante de Balzac devient une demoiselle qui change avec son cousin

"the most unreserved of kisses." (p. 48)

Les descriptions de 1'Abb6 Cruchot et d'Adolphe Des Grassins sont

un peu ecourtees. On ne fait pas mention d'une des caractiristiques flatteu-

ses de Balzac--"1'abbe est un Talleyrand,..."---et l'on faith grace 2 Adolphe

d'avoir mange huit ou dix mille francs en sus de sa pension lors de son s6-

jour a Paris.

Je voudrais terminer cette 6tude en developpant un point a mon

avis tres i=mortant. Madame Selz a construit sa piece en employant des tra-

ductions assez libres des dialogues, sans alt&rer le sens du Texte. Cer-

tains alterations cependant sont evidentes et semblent fort bien montrer ce

qui devait atre acceptable au public amiricain de 1'6poque. La scene la plus

reprdsenLative appartient au premier acte. L'abb6 et la tres fraiche Madame

des Grassins s'inquie&ent de la possibility d'un marriage entire les deux cou-

sins, car la faillice du Grandet de Paris n'a pas 6t6 announce. Ii faut

avouer que le texte balzacien ne souligne pas dans la conversation de l'abbd

des principles crrs edifiants. Madame Selz a coupe certaines rdpliques assez

scabreuses, nous donnant ainsi une version plus 6pur@e. 11 n'y a qu'a les

compare pour se rendre compete de la difference. Je souligne du rested le texte








frangais qui n'a pas &t6 traduit.

Balzac

L'abb6 "Ah! si vous vou-
liez, madame, dit l'abbd.

Mme des Grassins Et que
voulez-vous que je veuille, Monsieur
l'abbe? Entendez-vous ainsi me
donner de mauvais conseils? Je ne
suis pas arrive a l'age de trente-
neuf ans, avec une reputation sans
tache, Dieu merci, pour la compromettre,
mime quand il s'agirait de l'empire du
Grand Mogol. Nous sommes A un age, l'un
et l'autre, auquel on sait ce que parler
veut dire. Pour un eccl6siastique,
vous avez en v6rit6 des idles bien in-
congrues. Fi! cela est digne de
Faublas.


Faublas?


Monsieur
Liaisons


L'abb6 Vous avez done lu


MIe des Grassins Non,
l'abbe, je voulais dire Les
Dan-ereuses.


L'abb6 Ah! Ce livre est
infiniment plus moral, dit en riant
l'abbe. Mais vous me faites aussi
pervers que 1'est un jeune homme d'au-
jourd'hui! Je voulais simplement
vous...

M Je des Grassins Osez me
dire que vous ne songiez pas A me
conseiller de vilaines choses. Cela
n'est-il pas clair? Si ce jeune homme,
qui est tras bien, j'en conviens, me
faisait la cour, il ne penserait pas
a sa cousin. A Paris, je le sais,
quelques bones meres se ddvouent
ainsi pour le bonheur et la fortune
de leurs enfants; mais nous sommes
en province, Monsieur l'abb&.

L'abb6 Oui, madame.

Madame=---s Grassins Et,
reprit-elle, je ne voudrais pas, ni
Addophe lui-mame ne voudrait pas de
cent millions achetes a ce prix...


Selz


-"Ah! if you only would,


Madame.


-Wh at
is it you wish me to do, Mr. l'abbe?

I have
not reached the age of 39 without
a stain to my reputation, Thank God,
to compromise myself now even for
the empire of the Grand-Mogul.


For an ecclesiastic,
you certainly have ideas that are
very incongruous. Fie! it's worthy
of Faublas.

You have read Fau-
blas?

No,
Mr. l'abb6, I wanted to say Les Liai-
sons Dangereuses.

Ah, that book is
infinitely more moral,
but you made me out so
wicked as a young man of the present
day.








L'abb6 Madame, je n'ai
point parl6 de cent millions. La
tentation eGt 6te peut-itre au-
dessus de nos forces A l'un et .
1'autre. Seulement, je crois qu'une
honn&te femme peut se permettre, en
tout bien tout honneur, de petites
coquetteries sans consequence, qui
font parties de ses devoirs en soci6-
te, et qui...

Mme des Crassins Vous
croyez?

L'abbe Ne devons-nous
pas, Madame, teacher de nous etre
agreables les uns aux autres...
Je vous assure, madame,... qu'il
vous lorgnait d'un air un peu plus
flatteur que celui qu'il avait en
me regardant: mais je lui pardonne
d'honorer preferablement A la
vieillesse la beaute...


I only meant that
an honest woman may permit herself
in all honour certain harmless little
coquetteries, which are in fact, part
of her social duties, and which...


Do
you think so?

Are we not bound,
Madame, to make ourselves agreeable
to each other...


ladame des Grassins Des
Grassins, r.on ami, je l'ai invite
a diner, ce jeune homme.


J'espere, messieurs, q e vous me
l'honneur de venir..."


ferez


Friends, I trust you will all do me
the honour to dine with me to-morrou
evening." (pp. 13-14)


Ce genre d'abreviation, dG au desir de l'auteur d'insister sur la

morality& des personnages ou d'6viter l'expression trop directed des sentiments

est typique de la piece.

L'adaptation n'est pas mauvaise mais ne pourrait Stre representie

sous sa for.e actuelle. 11 y a un manque d'6quilibre dans la construction de

la piece (le cinquieme acte est bien trop charge d'6v6nements), et il faudrait

la reviser pour la mettre en scene.


PL6iade, III, 519-520.







17. Mrs. J. Harry Selz, Cesar Birotteau.1 1908


L'ann6e 1908 a ete tres prolifique pour Madame Selz. Deux mois

apres avoir d6pose sa piece Eug6nie Grandet au Bureau des Patentes de la Biblio-

theque du Congres, elle a d6pos6 A Washington une deuxieme adaptation d'un

roman de Balzac, Cesar Birotteau (D 14146; October 26, 1908) qui n'a malheu-

reusement pas e6t retrouv6. La piece n'a ete signal6e ni par Royce, ni par

Griffith.



18. J.A. Thomas, The Chouans. 1909


L'oeuvre est enregistr6e au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du

Congres (D 17318; September 3, 1909). Le nom de Balzac n'est pas men-

tionn6, de sorte qu'on ne peut affirmer de faon categorique qu'il s'agit

d'une adaptation du grand roman historique de Balzac. Je n'ai pu retrouver

le manuscrit A Washington. La piece n'est mentionnie ni par Royce, ni par

Griffith.



19. Maurice V. Samuels, Le Colonel Chabert. 1909


La piece n'est signal6e ni par Royce, ni par Griffith. Elle n'est

pas non plus enregistree au Bureau des Patentes de la Biblioth&que du Congres.

M. Citron, dans son edition du Colonel Chabert signal cette adaptation, en

indiquant que ce renseignement lui a ete donned par M. Adhemar. Je n'ai pu



1DCC, 1870-1916, I, 311.

DCC, 1870-1916, I, 338.

HonorE de Balzac, Le Colonel Chabert, Ed. Pierre Citron (Paris:
M. Didier, 1961), p. LXXXV et note 4.








la retrouver.

On doit noter qu'en 1905 Maurice Samuels avait ecrit une adaptation

de La Peau de chagrin de Balzac qui a et6 represent&e au New Jersey et a

New York en 1909 (voir ci-dessus, no. 12). Cette derniEre piece est men-

tionn&e dans le livre de M. Mason mais cet historien ne fait aucune mention

d'un Colonel Chabert de Maurice Samuels.



20. Mrs. Abram Flexner, Cesar Birotteau. 1910


La piece n'est pas depose au Bureau des Patentes de la Biblio-

thaque du Congres. Royce l'indique de cette maniere, apr&s l'entr~e du

C&sar Biratteau de Fabre (no. 475), sans en indiquer la date:

"Dr. Hastings states that a translation of this play
was made by Mrs. Abram Flexner, for Mr. Otis Skinner; it has not,
ho:..ever, been produced in English."

Griffith (p. 120) lui donne une date de 1910 (remarquons que le Cesar Birocteau

de Fabre a 6t6 represented pour la premiere fois le 7 octobre 1910) et affir-

me qu'elle n'a pas 6t6 publi6e, mais ne peut nous dire si elle fut jou6e ou

non en A~rique. Otis Skinner n'en faith pas mention1 et je n'ai pu la retrouver.



21.Frank Allen, The School of Matrimony. 1911
"Domestic tragedy in 5 acts by
H. de Balzac, translated and adapted for the
-12
English stage."2


La piece est enregistr&e au Bureau des Patentes de la Biblioth&-

que du Congres oO elle peut Stre lue (D 25095; August 28, 1911). Elle n'est



Otis Skinner, Footlights and Spo t lights (Indianapolis: The Bobbs-
Merrill Conpany, 1924).
2
DCC, 1870-1916, II, 2072.







signal6e ni par Royce ni par Griffith et ne semble pas avoir 6t6 representee.

II y a peu de commentaires A faire, l'oeuvre n'6tant qu'une traduc-

tion assez fiddle de L'Ecole des manages. Les actes n'y sont plus divises

en scenes. Quelques rppliques ont 6t6 ecourtces, ou, s'il s'agit d'apartes

de domestiques, supprimies. Le monologue de Monsieur Gerard au deuxieme

acte (premiere scene) disparait, mais les premieres lignes se retrouvent au

meme acte, apres la conversation entire Monsieur Gerard et Victoire. La deu-

xieme scene du quatrieme acte (autre monologue de Monsieur Gerard) est aussi

supprimee--c'est celle ol le negociant nous raconte sa vie. La derniere par-

tie de cette confession: "...A la porte de 1'enfer terrestre des gens passionnes,

et qui s'appelle la vieillesse, a surgi cette jeune fille;..."l fait suite

A la scene entire Monsieur G6rard et sa cuisiniere, dejA mentionnee.

Un seul changement ne convient pas tout-a-fait a l'action. On

assisted a la derniere scene du troisieme acte a une conversation entire Anna,

Monsieur Garard et Louis Guerin. Le rideau, chez Balzac, tombe lorsque la

jeune fille, seule en scene, maudit les Guerin et "le gouvernement et la gen-

darmerie pacernelle."2 Monsieur Allen fait suivre cette replique faite a

Guerin par Gerard de le joindre dans son cabinet pour causer affaires. Elle

la precede, chez Balzac, et c'est plus logique; les reflexions d'Anna sont

d'une tell violence qu'elles n'auraient pu laisser les deux homes indiff6-

rents.








Honor de Balzac, Oeuvres completes illustries, 6d. Jean A.
Ducourneau (Paris: Les Bibliophiles de l'Originale, 1965-1970), vol. 21, p. 454.

2HonorG de Balzac, Oeuvres completes illustrees, 6d. Jean A.
Ducourneau (Paris: Les Bibliophiles de l'Originale, 1965-1970), vol. 21, p. 450.








22. Regina Hayes Unger, The Wild Ass's Skin. 1913
"Dramatization of H. de Balzac's novel
-11
in 4 acts."1


La piece est d6pos6e au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du

Congris (D 34961; November 7, 1913) oi elle peut etre liie. Elle n'est pas

mentionn6e par Royce ou Griffith.

Nous sommes a Paris en juin 1829. Madame Unger a conserve les

personnages principaux et leurs caract&ristiques. Au premier acte, dans le

salon de Madame Gaudin, Pauline et sa mere s'entretiennent de Raphael, jeune

home studieux qui semble maintenant bien se dissiper. Raphael entire et announce

son depart, et Pauline lui dit la bonne venture dans les cartes: il 6pousera

une riche h6ritiere qui lui donnera des ennuis et qui sera la cause de sa

mort. Fedora (sic) surgit; elle veur acheter des 6crans de Pauline, et est

coute surprise de crouver, dans cet endroit modest, son amoureux de la saison,

Raphael. Et nous avons lA (en apart, i ce qu'il parait) 1'essentiel de

routes les conversations entire ces deux personnel. Fedora lui jure ne jamais

l'ainer; il lui revele sa visit nocturne, et elle part, furieuse. Rastignac

rejoint le group, gronde son ami pour ses pensies de suicide, et lui confie

sa recette de succes mondain: la dissipation, la litterature vendue A la ligne,

le jeu. Ils divisent entire eux l'argent qu'Eugene vient de gagner au whist,

et Raphael quicce pour toujours l'humble demeure, souhaite pouvoir pr6f6rer

Pauline au lu.-e...Mais il ne le peut.

En octobre, on retrouve notre heros, au deux:ime acte, chez l'an-

tiquaire. 11 vient de perdre au jeu son dernier louis. 11 a failli se sui-

cider, et pense bien, dans quelques heures, se noyer dans la Seine. Nais il

rencontre lemysterieux anciquaire, et, fiddle au roman de Balzac, l'auteur



DCC. 1870-1916, II, 2577.








nous mane vers le pacte fatal, le voeu de l'orgie, et la rencontre avec Bixiou,

Blondet et Rastignac qui l'emmenent chez l'affreux Taillefer.

Au troisieme acte, c'est l'orgie. Aquilina et Euphrasia se melent

aux jeunes gens enivris. Raphael raconte A Emile la part de son passe qui

n'avait pas &t6 confi6 au deuxieme acte a l'antiquaire, et tout le monde s'en-

dort apres le voeu du jeune homme de devenir immensement riche.

C'est l'aube a la deuxieme scene du meme acte, et Cardot entire. Le

voeu est exauc6. Mais Raphael est maintenant convaincu du pouvoir malefique

de la peau. Chaque d6sir sera funeste a sa vie.

Au quatrieme acte, celui de l'agonie, on assisted a la visit malen-

contreuse de Porriquet, aux exhortations de Raphael centre son fiddle majordome.

Raphail a rencontre Pauline la veille au theatre et souhaite maintenant gtre

aim6 d'elle. II croit un moment que le pacte est bris6 puisque le chagrin ne

se r6trecit pas. Pauline lui rend visit et ils projettent leur marriage.

Raphal lance la peau par la fenetre. Mais Vaniere, son jardinier, la lui rend.

Plus tard, le jeune homme recoit la visit de Bianchon. Ii est tuberculeux

et doit aller aux eaux pour guerir. La meme nuit, Pauline surprend Raphael.

Avec la ccnplicit6 de Jonathan (sic) elle est demeuree cache chez lui.

Elle veut rester avec l'aim6. Raphael accepted mais, au dernier moment, rendu

malade par une quinte de toux, il la repousse.

A la deuxieme scene du meme acte, on retrouve Raphael de retour

de ses voyages, en juin 1830. Ii est tres malade et jette les lettres de

Pauline au feu. Jonathan a l'id6e malheureuse d'inviter les amis du jeune

homme a un banquet. On y voit l'antiquaire avec Euphrasia. Mais Raphael

les renvoie. II ne peut pourtant aussi renvoyer Pauline qui est revenue le

voir, et il meurt--sur sa poitrine.

Ii y a un epilogue qui doit sembler curieux A la scene. Raphael,








bien vivant, en habit de soiree, est assis devant son feu. L'image de

Pauline apparalt dans les flames. II &tend les bras pour se saisir d'elle,

mais elle disparalt. Fedora entire: Raphael jecte un dernier regard vers l'i-

mage &vanouie de Pauline, prend son chapeau et suit Fedora. Elle 1'emnmne a

une representation de l'Op6ra.

Cet epilogue existe dans le roman. Il est 6tonnant que Madame

Unger ait mime transpose non seulement le roman a la scene, mais aussi l'6pi-

logue, l'explication finale de Balzac au lecteur--Foedera, symbol de la socie-

t6; Pauline, symbol de 1'art, de l'amour, de la musique, du reve, du voyage,

de la Belle Dame des Belles Cousines.

Cette piece est la derniere adaptation a la scene de La Peau de cha-

grin et en est la meilleure. L'auteur s'est bien rendu compete qu'en adaptant

le roman au theatre, elle ne pouvait, comme le faisait Balzac, nous longer

trop brutalement au coeur meme de l'histoire. 11 faut developper devant les

yeuw.: du spectateur une exposition logique. Nous acceptons done assez bien

voir le rideau se lever chez les dames Gaudin, et meme la visit de Fedora

chez Pauline, et sa rencontre avec Raphael ne nous choque pas trop. Si le

jardinier raz-ne le chagrin a Valentin, au moins celui-ci s'en 6tait d6barrasse,

quoique le jeter par la fenetre semble un peu cavalier. La peau est tomb&e

dans le seau du puits. 11 aurait mieux value crouver une autre facon de pre-

senter cet episode. On doute qu'on ait pu representer la mort de Raphael

au sein de Pauline sur une scene americaine en 1913, mais la piece n'a

jamais 6t4 repr&sent6e.







1Voir notre commentaire sur l'adaptation de Margaret Chase Wilson,
ci-dessus, no. 10.








23. Grace Sanders Keefer, S6raphita. 1916
"Opera in 3 acts, adapted from the
masterwork of H. de Balzac."I


Cet op6ra est d6pos6 au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du

Congres (D 43450; March 16, 1916). Il n'est cit& ni par Royce, ni par Gri-

ffith, et ne semble pas avoir 6t6 representS. Je me bornerai a discuter le

libretto 6crit en vers libres.

Les personnages, dans l'oeuvre de Balzac et celle de Madame Keefer,

sont identiques: Seraphlta, Becker, le pasteur, Minna, Wilfrid et David,

domestique de S6raphita.

Madame Keefer pr6sente d'abord dans un "argument" le personnage

de S6raphita, fille unique du Baron et de la Baronne de Seraphitus, disciples

de Swedenborg, creature androgyne, orpheline a dix-huit ans. L'action se

passe en Norvege, a Jarvis, en 1800.

Au premier acte, Seraphitus invite Minna Becker a faire l'as-

cension du Falberg. L'atmosphere, la beauty du paysage, intensifient l'adora-

tion de Minna qui demand a celle qu'elle considere etre un jeune homme une

preuve tangible de son affection. Seraphitus s'efforce d'6lever 1'esprit de

son amie au-deli de 1'existence physique pour contempler 1'6blouissante vi-

sion des cieux et de l'infini. Ii lui conseille: "Love the Great All of

which each is but a tiny part." Minna est transformed par la vision du sur-

naturel et le rideau tombe sur la descent vers le village.

SSraphita, au deuxi&me acte, 6trangement fatigue de cette excur-

sion, et de l'effort psychique exerc6 sur l'esprit de Minna, se repose dans

son chateau. Son fiddle domestique, David, s'inquiete de la faiblesse de la

jeune fille et semble deviner l'approche de son incarnation finale. II



1DCC, 1870-1916, II, 2794.








1'a 6piee, priant nuit et jour pour la delivrance des dssirs charnels. Il

l'implore d'accepter quelque aliment, mais elle refuse, et s'endort.

Son sommeil est interrompu par l'arrivie inopportune de Wilfrid,

qui lui declare sa passion. Elle joue d'abord avec lui de la coquetterie,

esperant le decourager, puis lui demontre 1'6gorsme et 1'aspect purement phy-

sique de ses desirs et le supplies d'abandonner son attitude destructive en-

vers la vie.

Terrific par les pouvoirs surnature]s de Seraphita qui a devin6

son passe, Wilfrid s'evanouit. La jeune fille lui fait alors voir "The

Greater and Higher Life...that of the Spirit,--Its Infinite Control..."

Elle reveille alors le jeune home et lui ordonne de partir. Elle a abuse

de son pouvoir:" The Sin of Pride Within."

Le troisieme acte se divise en trois scenes; la terrasse du cha-

teau; la grande salle du chateau; et l'Apocalypse.

Le lendemain, A la premiere scene, Ifinna, Becker et Wilfrid sont

invites i prendre le the au chateau. Mais David les recevant, avoue 3tre

terrific de la veill@e nocturne de Seraphica. Le pasteur se rit de lui.

Les deux jeunes gens partagent sa terreur.

56raphTta regoit alors ses invites abasourdis de la luminosity

qui semble l'entourer. Mais elle les rassure et, aidee de Minna, joue le

r6le de la parfaite maltresse de maison. Un debat s'engage entire Seraphlta

et le pasteur, et la jeune fille lui d6voile 1'6tendue de son pouvoir et de

son savoir. Epuisee, elle tombe sur un divan, unit les mains de Wilfrid et

de Minna, blesse leur union, et meurt.

Les esprits de Minna et de Wilfrid s'6lvent avec celui de S&-

raphita jusqu'au sanctuaire oO l'on reqoit la vie 6ternelle. Le choeur

celeste incerrompt l'ascension de la jeune fille qui accepte cet arrit. Elle





68

se soumet a une renonciation complete. Et les portes du Paradis s'ouvrent

devant elle; on l'acceuille, le "New Link, now forged, twixtt Earth and

Heaven." Son esprit s'elance a travers l'espace vers 1'infini. Les jeunes

gens, apres avoir vu les mondes en march vers Dieu retombent dans leur

sphire--la terre-- et voient David enterrant la d6pouille mortelle de Sara-

phita.

On ne s'6tonne pas que l'action soit singulierement simplifiee. On

ne trouve pas dans l'opera la visit de Wilfrid a Becker et a Minna au Pres-

bytere, apres son experience hypnotique strange au chateau. La discussion

de la vie et de la pensee de Swedenborg, parties central de l'oeuvre, se re-

trouve dans le debat entire le pasteur et Seraphita, bien dilute, bien abr6g6e.

Madame Keefer a aussi l6imini la visit de David, craignant les

"satans dechalnes" centre Seraphlta, au Presbytere. Et l'ange, chez Balzac,

ne meurt pas a la premiere visit de ses trois amis. Elle entraine d'abord

les deux jeunes gens aux chutes de la Sieg pour cimenter leur alliance sur

terre au service de Dieu. Quelques jours plus tard, 6puis6e, sentant la

mort prochaine, elle les appelle. Dans la derniere parties de l'opera, on

n'assiste plus a l'ascension du seraphin.

L'interet de cette oeuvre reside surtout en ce qu'elle demontre la

variety des travaux inspires par l'oeuvre de Balzac. Seraphlta est une

oeuvre mystique, une 6tude philosophique, et il est sans doute beaucoup plus

nature d'en faire un opera que de la dramatiser (voir ci-dessous, no. 30).







24. David Barr, The Great Desire. 1919
"A romantic drama in 3 acts, suggested
in part by a short story by H. de Balzac."


Seule adaptation a la scene de Gambara, la piece est enregistrie

au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 53348; December 12,

1919). Elle n'est cite ni par Royce, ni par Griffith.

M. Barr consacre deux pages A la description des personnages. Cer-

tains appartiennent au roman: Paolo Cambara; Marianna, sa femme; le restau-

rateur Giardini; le Comte Andrea Marcosini (qui ajoute a son titre "del

Vecchio"); Gigelmi, chef d'orchestre sourd, devenu Guielmi; et Ottoboni,

naTf vieillard enrag& de politique, maintenant nommi Straccini.

On a donn6 A d'autres compares un 6tat civil different. Mazzini,

"a low bohemian type of musical enthusiast, who sppends most of his time

discussing the little he has done and the great le intends to do but never

will," et Villiotto, "a kind hearted but cynical example of misguided talent,"

nous rappellenc le pauvre compositeur qui veut passer de la romance a l'opera

et se plains de tout le monde.

On rencontre aussi des inconnus: Rossitto, convive de l'h8te et

defenseur de 1'honneur de Marianna; Pasquale, "a young, pale lad,an excellent

little pianist, who is discovered by Andrea and brought to help Gambara in his

w-ork." Madame Gambara, mentionnee seulemrent dans le roman, est replace

par "Mother Dorinne Thirot, an understanding old soul...who serves Marianna

mainly in the capacity of a 'big motherly bosom'."

Le premier acte est celui de la rencontre. Le comte manifeste le

desir d'offrir un banquet A ses infortunes compatriotes, pretexte pour d&-

couvrir l'identit6 de la belle inconnue. Et Giardini lui apprend cc qu'il



1CCE, 1906-1946, pt 1, XVI, no. 12, 1919, 1407.








sait du menage. Mazzini et Villiotto interrompent les confidences par leurs

nouvelles compositions et entrainent le restaurateur, charge de serviettes

et de couverts, dans une farandole. Toute cette society papote au sujet de

l'art de Gambara, du panharmonicon, de la sagesse de Marianna. Lorsque le

compositeur entire enfin (p. 24) en scene, le come 1'engage dans une discussion

des talents de Rossini. Les italiens outres de ses critiques disparaissent,

et Gambara exprime au jeune homme son unique amour pour la musique, son refuse

de la vie des autres mortels, et l'incomprehension de sa femme, insensible

au bel art.

Marianna, pale, les yeux rouges, entire alors en scene (p. 34).

Effray~e par la poursuite ardente d'un jeune home, elle avait pris refuge

dans la cave et s'y 6tait presque evanouie. Surprise, elle reconnatt dans

le comte celui qui l'a poursuivie. Giardini invite alors ses hStes au ban-

quet et Marcosini offre a Gambara son aide. L'artiste se retire, laissant a

sa femme le soin d'assurer les conditions de leur vie materielle.

Andrea raconte alors a la jeune femme l'histoire de sa vie qu'il

a device, et la prend dans ses bras:

"...Oh my Marianna--my soul yearns for you and for
your crucified love. Let me heal the bleeding wounds in
your heart, give me your lips that they may taste of a lover's
kiss.

(She yields and he kisses her passionately)"

La jeune femme s'engage ainsi:

"...If LGambaraj fails--I shall be with him until
his end--he will need me and I shall not fail him--if he succeeds,
he will no longer need me and I shall--I shall...

You shall be mine,"

lui repond le jeune homme.

Rest6e seule, la signora s'agenouille en prieres. Gambara la sur-

prend ainsi, semble d'abord surprise de la ferveur religieuse de sa femme,








puis chante les louanges du comte qui lui a donn@:

"...his strength, his faith, his courage--it gave
me light--inspiration--he is so fine, so pure--he brought me
the message--ah--he will be glad."

Au deuxi&me acte nous sommes, deux mois plus tard, dans le studio

de Gambara, installed aux frais de Marcosini. L'artiste s'enivre A souhait

et compose A merveille. Marianna et le comte semblent etre devenus d'ex-

cellents amis. Pourtant, ce soir-l5, Gambara est soucieux, fantasque, fu-

rieux. Il a perdu confiance en sa femme et d6serte le logis.

La jeune femme change au piano, pour le plaisir du comte, une

romance sentimental. Gambara rentre, Ivre, ordonne a Pasquale, le pianist,

de jouer les premiers accords de son op6ra Mahomet, et interprete l'oeuvre

pour son audience.

"...Mahomet finds that it has all been a dream--
from the great mirable (sic) act of his wife Kadijah, [she
used her power and charm over mankind to overcome them to the
greatness of her husband], to the triumph-- He looks about
him and instead of the Kadijah of whom he dreamed as siding him
(sic) to greatness and crowning with glory her own life heretofore
full of faithful devotion and sacrifice, he finds her weakening--
failing in the final test. She has listened to the golden
strains of promised love from a charming young suitor, in whom
he himself has found much inspiration, and she is bewildered
by the warm blaze of fire...--and to him she is but a thing of
beauty--a beautiful picture..."

Marianna, reconnaissant l'analogie de sa situation conjugale, so

refugie dans les bras d'Andrea. Cambara 1'en arrache, s'empare d'un flacon

d'acide suiphurique et en jette le contenu au visage de la jeune femme. Mais

Marcosini s'est jet& devant elle, et l'acide n'atteint que le dos de sa veste.

Le musician s'6vanouit.

Iarianna demand alors au comte de la laisser seule avec son mari

et lui permit de se r6fugier dans sa chambre. Gambara so reveille, pense

avoir .:L'v, puis se souvient de son crime. Marianna lui avoue vouloir

"burn-up in [Andrea's] love-- She wants] the joys of Paradise or the Hell







Fires of Purgatory."

Furieux, le mari part a la recherche du comte. Marianna appelle

Andrea et lui declare ne pas vouloir abandonner son mari:

"...I shall tell him you have deserted us--you found
me unfaithful and you left me..It must be--until he succeeds
for him for us." (sic)

Une 6treinte passionnee est surprise par le mari. Une lutte s'engage entire

les deux homes. Gambara s'apprete a strangler le comte lorsque celui-ci

le maltrise, et Madame Gambara, restee tres digne, rompt avec Marcosini:

"...I am sorry Andrea...My husband's work demands
my continued service--and his work is more important to--is
more important than life itself."

Un an s'6coule entire le deuxieme acte et le troisieme. La scene

repr6sente la loge du chef d'orchestre A l'Op6ra. On represente le fameux

opera de Gambara. Marianna a reconnu Andrea parmi les spectateurs et le

regoit. Prevoyant le succes du musicien, elle s'apprete a fuir avec le comte.

Et Gambara obtient un triomphe. La jeune femme se confie a Mother Dorinne:

"...He has attained his Great Desire...You must
remember then that I mean nothing to him--even less now than
ever before--I love him more than all the world--but I take
no place in his life--I make no thrill in him and I am starved
for a touch of warmth--for a gentle word."

Et Dorinne se charge d'expliquer sa disparition.

Mais Gambara, transform par le succes, se joint A la jeune femme

et lui confine un grand secret. Son grand d6sir 6tait de devenir un compo-

siteur genial, recnnnu par le grand public, pour gagner l'amour de Marianna:

"...Your love is my great accomplishment and all
my struggle and strife has been only that I may restore in
your heart the faith in me and the love for me that brought
us together in our youth...And that love will last longer
than the 'little day' longer than eternity itself, for beyond
the vast eternity our love shall live in the souls that live
after uti==the souls made of the genius of Paolo, and the courage,
the kindness, the beauty of Marianna."








Et le rideau come sur ceEte replique:

"I am yours, Marianna, in spirit, in body, and
in soul."

Porter un roman a la scene a toujours 6t6 une gageure. Je ne vois

trop pourquoi Monsieur Barr, don't le style est souvent lourd et penible,

s'ese engage dans cet effort. II a transform une trag6die en vaudeville

(couplets, dances) horolque (poison, bataille).

Or Balzac avait des intentions fort diffErentes. II voulait faire

une 6tude philosophique, 6tudier les desordres et les ravages causes chez un

compositeur par la pens&e gsrabondante. Une autre intention se devine, celle

de s'imposer en tant que critique musical. Elle surprend, car le romancier

s'avouait depourvu de toute connaissance technique. Cependant, ses analyses,

si elles ne sont que "connaissances grappilees qa et li, utilis6es presque

en une semaine,"1 prouvent son genie.

La trame de la nouvelle, depourvue de cette 6tude psychologique et

physiologiqu2, et des pages de critique musical, est done extremement tenue.

Les yeux d'un homme de g6nie proteg6 par le riche et galant admirateur d'une

epouse honn^Le nais passionnee, se dessillent devant l'oeuvre manquee. Pour

d6fendre sa chastet6 creatrice, il renonce a boire--le vin le rend genial--

et il retozbe dans sa folie. Marianna, lassie de procEger cette intelligence

6garee, s'enfuic avec le comte, qui finic par la delaisser. Les Gambara,

tormbs dans une affreuse misere, renconcrent leur compatriote, Massimilla Doni,

qui se charge d'assurer leur existence.

Monsieur Barr a done pris de crrs nombre.ises liberties avec la nou-

velle de Balzac don't il s'inspire "in parE." On ne trouve plus de critiques

musicales. On ne voit guere les desordres de la pens6e du musicien. S'il



1Honor6 de Balzac, Cambara, Ed. Maurice Regard (Paris: Librairie
Jos5 Corti, 1964), p. 39.





74

jette du vitriol au visage de sa femme et essaie de tuer son rival, ces accas

de violence sont causes tout simplement par une jalousie tres evidente des

la fin du premier acte.

L'analyse du Mahomet faite par Balzac et celle du Mahomet de Mon-

sieur Barr sont fort differentes. Chez le romancier, Mahomet pr6fere la poly-

gamie symbole de sa passion pour la musique) et s'en attriste. Chez le second,

le prophete se lamented des infid6lites de son spouse. Et puisque Marianna

trouve dans ces deux recits la clef de ses difficulties conjugales, cela prouve

bien que sa situation, sa personnalit6 sont, dans la nouvelle et sur la scene,

tres diff6rentes.

La Marianna infidele de The Great Desire n'abandonne pas son mari

victorieux, et la fin de la piece fait pressentir un future digne d'un conte

de fees...bonheur, fidelity, enfants. La pure Marianna de Balzac, exced&e, s'en-

fuit avec le come, mais elle revient repentie et aide le compositeur a ga-

gner p6niblement leur vie. Elle montre beaucoup plus de dignity et d'intelli-

gence. Moralement, je la pr6fere.

Le pacte entire la jeune femme et le noble diff&re aussi. Chez Mon-

sieur Barr, elle quittera la demeure conjugale s'il reussit a devenir un grand

musicien. Chez Balzac, Marcosini tente un dernier effort pour rendre a

Marianna 1'horme qu'elle aimera toujours. Donc, ce n'est pas une question

de reussite, nais une question de guerison. Or elle s'avere impossible.

Donc, il n'y a dans The Great Desire de Monsieur Barr, que chansons,

plaisanteries, 6vanouissements, baisers, 6treintes, violence. C'est une

adaptation bien bizarre de l'oeuvre balzacienne.







25. Olaf Bjorkman, Father Goriot. 1920
"A drama in 3 acts, d amatized
from Balzac's novel."


Monsieur Bjorkman, habitant de New York, membre de 1'Union Inter-

nationale des Beaux-Arts et des Lettres de Paris, a depos& une copie de cetLe

piece au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du Congres (D 55414; September

4, 1920). Elle n'a probablement pas 6t6 represent6e.

La piece est surprenante. Seuls, Madame Vauquer, Sylvie et Chris-

tophe, Goriot et ses filles, Eugene, Bianchon et un docteur, apparaissent

sur scene. Le premier acte est inspire par quelques pages du roman decri-

vant la gloire de Monsieur Goriot, pensionnaire du premier 6tage. Nous

sommes en 1813. Madame Vauquer se pomponne, espirant accirer dans ses fi-

lets matrimoniaux l'ancien vermiccllier. Sylvie ct Christophe sont aussi

occupies a espionner Goriot pour le compete de leur mattresses qu'a changer

des baisers dans la cuisine, en se recommandant de ne pas trebucher sur les

cochons et lapins qui envahissent le jardin maratcher. Et la propri6taire

s'enhardit jusqu'a demander la main de Goriot:

"...Suppose you would meet someone who could
apDreciate you fully, Monsieur? I have been a widow for
quite many years. Once happily married, one longs to be
again." (I, 1)

:Mais ii refuse catcgoriquement. Anastasie de Restaud rend visit A son

pere. Il lui demand si elle a besoin d'argent. La fille s'attendrit:

"Papa, was There ever a lover like you?" et l'embrasse avant de partir.

"That's a sweeter kiss than the one I give Max-:ime." (1, 2)

Delphine succede A sa soeur, rapporte au pere le caractare dan-



1CCE, 1906-1946, pt 1, XVII, no. 9, 1920, 990.

2Pliade, II, 860-863.








gereux de de Trailles. "Have you a lover?" (I, 2) lui demande-t-il? Et

lorsqu'elle confesse ses tendres sentiments pour de Marsay, le Christ de la

Paternity s'exclame: "Blessed Father in Heaven who has sent happiness to my

children." Et Fifine, radieuse, va au bal. Goriot lui confesse.

"If I could disguise myself as a young man and
dance with you, darling, that would be like paradise
to me." (I, 2)

Madame Vauquer et ses domestiques qui ont entendu ces conversations

ne peuvent croire--et l'on comprend assez bien cela--que les belles visi-

teuses sont vraiment les filles de Goriot. Et le rideau tombe sur une priere

ardente de Goriot de toujours rester proche de ses filles.

Monsieur Bjorkman a choisi de montrer, au deuxieme acte, nonMon-

sieur Goriot, mais le Pare Goriot, locataire du troisieme 6tage, quelques

ann6es plus tard. C'est la scene oi il announce a Rastignac qu'ils vont tous

deux quitter la pension pour l'appartement de la rue d'Artois.1 Delphine

vient quoter un renerciement:

"-Well, who shall kiss me first, Papa or Eugene?

-Does it matter, my darling...aren't we both your
sweethearts?" (II, 1)

repond Goriot. Puis, Rastignac et Bianchon, seuls sur scene, discutent du

sort des autres pensionnaires de la Maison Vauquer--Mademoiselle Taillefer

est maintenant une riche heritiere; Vautrin vient d'etre arret6; on a mis

la Michonneau a la porte. Mais ces 6venements ne semblent pas concerned

l'action du drame. La Vauquer mentionne simplement a Rastignac: "...he

\Vautrinj was so interested in you, M. Eugene..." (II, 1)

On est alors a la deuxieme scine du deuxieme acte, dans la gargon-

niere. L'auteur suit l'inspiration balzacienne mais souligne les attentions



Pleiade, II, 1021.





77

de Goriot envers Delphine, et enjolive un peu sur le theme. On doit signaler

une scene, en particulier, qui pourrait 9tre intitul&e "la scene de l'orange."

Delphine a derob6 d'orange de son pare. 11 la r6clame.

"Delphine It costs a kiss, Papa.

Goriot Is that all, Fifine. I could pay you a
thousand for it.

(kisses her feet)

When you were a little girl, Delphinette,
I used to kiss your feet before you went to
bed." (II, 2)

L'auteur fait commencer le troisi&me acte aux visits de Delphine

et d'Anastasie a la pension Vauquer, lorsque Goriot se prepare a d6menager.

11 suit alors tres fidelement l'action et les dialogues sont ceux, raccourcis,

mais tres fiddles, de la traduction Saintsbury. La seule diff6rence--et

elle est rmineure--est que RasLignac ne va pas luj.-meme relancer les filles

chez elles. Le rideau tombe a la mort de Goriot et l'&vanouissement d'Anas-

tasie. Et Rastignac dit a Bianchon: "There is no other father like him under

the sun." (III, 2)

La pikce est une adaptation assez interessante car Goriot en est

vraiment ici le personnage principal. II est continuellement au centre de

la piece. L'auteur fait quelques allusions A Vautrin, a Victorine, A Taille-

fer. On parle du bal de Madame de Beauseant sans rien dire de sa tragedie

personnelle. Rastignac est moins un arriviste. 11 semble vraiment aimer

Delphine e: joue le rSle du fils adoptif de Goriot. La scene de 1'agonie oO

Goriot maudic ses filles rescue tres fiddle au texte balzacien.

L'oeuvre laisse a la le cture une impression de malaise, car elle

souligne le c8te pathologique de l'amour du Pare Coriot pour ses filles. 11



1Pl6iade, II, 1034.






78

existe, bien sGr, chez Balzac, mais le romancier est rest beaucoup plus

discret que le dramaturge, et l'on s'en felicite.



26. Walter H.R. Trumbauer, An Episode under the Terror. 1921
"A dramatization of Balzac's story of the
same name, in 1 act."l


La piece est enregistree au Bureau des Patentes de la Bibliotheque

du Congres (D 75419; April 15, 1921). Mais le manuscrit a disparu et tous

mes efforts pour le retrouver sont rests infructueux. Elle n'est signalge

ni par Royce, ni par Griffith.



27. Maria F. Tomacelli, Vautrin. 1924
"Drama in 5 acts by Honor6 de Balzac,
traduction."2


La piece est enregistree au Bureau des Patentes de la Bibliotheque

du Congres (D 67591; April 30, 1924). Je n'ai malheureusement pas pu la

retrouver. Elle n'est cite ni par Royce, ni par Griffith.



28. John Leonard Loughran, One Passion. 1927
"A drana in three acts."j


Je n'ai que tres peu de renseignements au sujet de cette piece.

Royce la signal, ainsi que Griffith (pp. 120 et 261). Elle n'a jamais 6t6

enregistree a la Bibliotheque du Congres, et je n'ai pu m'en procurer aucun

exemplaire, malgr6 des efforts r6iteres.



ICCE, 1906-1946, pt 1, XVIII, no. 1, 1921, 433.

CCE, -1906-1946, pt 1, XXI, no. 3-4, 1924, 903.

3Royce, no. 871.








Royce a dG en lire le manuscrit car il nous la d&crit ainsi:

"This is a dramatization of Balzac's La Duchesse de
Langeais, following the novelette closely but incorporating
incidents, scenes, and characters from the other parts of His-
toire des Treize: Ferragus, and La Fille aux veux d'or."



29. Herman bernstein, The Battle of Women. 1928
"Comedy in three acts, from Walter Meckauer's
version of Honor6 de Balzac's play."1


La piece, adaptation de La Maratre de Balzac, cst enrcgistree au

Bureau des Pacentes de la Eibliotheque du Congres (D 86497; October 16, 1928),

o0 elle peut etre lue. Elle n'a sans doute jamais 6t6 representee, et ni

Griffith, ni Royce ne la mentionnent.

Puisque Bernstein reconnalt avoir utilise l'adaptation de Walter

Meckauer, ho=e de lettres allemand, il faudrait--pour faire justice a Mon-

sieur Bernstein--comparer sa version a celle de Meckauer, aussi bien qu'a

celle de Balzac. Malheureusement, la piece de Meckauer, intitul6e Der Krieg
2 3
der Frauen, qui a 6t6 representee a Francfort en 1926, est restee inedite.

Je suis done obligee de me borner a compare Balzac et Bernstein.

La piece de Balzac est excr~mement compliquee. Puisque l'oeuvre

de Monsieur Bernstein n'en est pas une simple traduccion, je crois que la

neilleure faqon de presenter cette adaptation serait de faire tout d'abord

le resumn de l'oeuvre balzacienne et d'indiquer o6 et comment Monsieur Berns-

tein s'loigne de son module.



CCE, 1906-1946, pt 1, I, no. 10, 1928, 25S.

"Royce (no. 2497) donne 1'indication d'un compte-rendu paru dans
la Frankfurter Zeitung du 5 juin 1926. A la suite de son no. 931, Royce
fait mention de 1'adaptation de Meckauer.

On ne la relive pas, du moins dans le Deutschcs Bucherverzeichnis
1915-1930, 1933-1937, et les rEf6rences bibliographiques allemandes consult6es.





80

La Maratre se deroule en 1829, sous la Restauration, pres de Lou-

viers. Le Comte de Grandchamp, general de 1'Empereur, s'est fait fabricant

de drap. Ii habite une maison tras comfortable avec Pauline, sa fille de vingt-

deux ans d'un premier marriage, sa deuxieme femme, epousee il y a douze ans,

Gertrude de Meilhac, et son petit gar.on de douze ans, Napoleon. Les habi-

tu6s de la maison sont le docteur Vernon, ami et camarade de guerre du comte,

et Ferdinand Charny, directeur de la fabrique depuis trois ans.

Ce Ferdinand semble etre dans une bien dangereuse position. D'a-

bord, il est 6pris de Pauline et 1'a peut-etre transformed en une nouvelle

HMloise. Puis, il s'est introduit dans cette maison sous le nom de famille

de sa mare. Ii s'appelle reellement Ferdinand de Marcandal et son pare, le

general Marcandal, ancien officer de Napoleon, s'6tait ralli6 aux Bourbons

en 1814. Or, le comte a le culte absolu de l'Empereur et tuerait sur le

champ le fils d'un traltre s'il soupconnait la veritable identity du jeune

home. Mais 1'histoire se complique encore. Dans sa jeunesse, Gertrude a

eu une passion. Elle aurait voulu epouser Ferdinand, mais celui-ci s'est

trouve brusqueaent ruin, et la jeune femme a congu un autre plan. Durant

1'absence de son bien-aim6, elle a 6t6 engage par le general, age alors de

soixante ans, come institutrice de sa fille Pauline, et a reussi A se faire

6pouser, pensant etre bientSt une veuve riche et libre. Mais Monsieur de

Grandchazp, tres entich6 de sa femme, semble etre en fort bonne sante.

Le drame commence lorsque la maratre introduit dans cette famille

en apparence si unie un certain Godard, jeune propri6taire nul, mais tres

riche. Pauline refuse cette alliance et le dandy en garde une certain ran-

cune. Ii se charge done d'cclairer Gertrude. Pauline aime, sans doute. Un

piege est tendu.----e petit Napoleon, chapitr6 par Godard, announce que Ferdi-

nand vient de se casser le jambe. La jeune fille se trahit et la lutte






81

s'engage--lutte acharnee--entre les deux femmes. La belle-mere ne recule

devanL rien. Elle semble m2me favoriser l'union entire Ferdinand et Pauline,

union que celle-ci ne peut meme envisager, car son pere accepterait tous les

gendres possibles, except le fils de l'un de ceux qu'il maudit.

La maracre en arrive mrme au point de proposer au jeune homme de

s'enfuir avec elle. Ferdinand doit alors lui avouer son amour pour Pauline.

Le jeune homme confie a Pauline des lettres de la belle-mire qui,

divulguees, pourraient convaincre le general de la culpabilit& de sa femme.

Mais pour les obtenir Gertrude verse de l'opium dans le the de la jeune

Eille, les lui derobe et les brule. Vernon, le docteur, a surprise cette sce-

ne et garde la tasse, piece A conviction eventuelle. La belle-mere a main-

tenant decouvert le plan de fuite des deux amants. Elle leur announce son ul-

timatum: tout devoiler au general, son passe, et le nom de Ferdinand. Pauline,

voulant 6pargner la vie de son pere, et celle de son amant, consent a 6pouser

Godard, mais absorbe une dose d'arsenic trouv~e dans le secretaire de Gertrude.

Ferdinand lui promet de la suivre dans la mort.

Pauline agonise et la police commence une enquete. Tout semble accu-

ser la cigere, et l'on va l'arrcter, sous l'inculpation du meurtre de sa

belle-fille. Mais Pauline apparalt, expirance, et fait rendre la liberr~6

Gertrude. Le general, qui ne semble pas trop avoir compris le drame, est

accuse par Ferdinand, qui ceLte fois-ci se glorifie d'etre le fils du general

de Marcandal, d'etre le vrai coupable. De Grandchamp veut se battre en duel

avec le fils du traitre, mais il fait face a un cadavre, car celui-ci s'est

a son tour empoisonne.

Ec Gertrude, renonqant a suivre les jeunes gens dans la tombe, affir-

me vouloir se devouer A son mari devenu fou.

Comparons maintenant les deux pieces. On note d'abord que Balzac






82

avait intitul6 la piece un drame intime. Monsieur Bernstein (ou Meckauer) l'a

transformed en comedie. Sa version, en effet, finit "bien." Pauline ne s'est pas

reellement empoisonnee. Elle n'a pris que des cachets soporifiques. Mar-

candal a obtenu du roi la permission de porter officiellement le nom de sa

mere--De Charny--et le comte 1'accepte comme gendre. Godard, on le prevoit,

se consolera fort bien de sa deception sentimental, et roucoule tendrement

a la derniere scene avec la maratre. Quant au general, il ne semble avoir

absolument rien compris et retourne, avec son petit Napol6on, a ses jeux

guerriers. On transform la d6faite de Waterloo en victoire, et le pare et

l'enfant se divertissent aux sons martiaux du tambour.

La personnalit6 de Gertrude est completement modifije. Ce n'est

plus une criminelle victim de sa passion, mais une aventuriere qui s'amusait

fort bien avec les officers de la garnison avant son marriage. Ferdinand

n'etait que l'un de ses petits amis. Ramel, son ami, avait jou6 le mime r8le.

II paralt pourtant qu'elle ne peut accepter aucune rival. Le petit Napoleon

a neuf ans dans la piece de Monsieur Bernstein, et la question de sa paternity

n'est plus mise en jeu. Les lettres d'une jeune femme de ce caractere seraient-

elles, pour Ferdinand et pour Pauline, une arme vraiment dangereuse? Elle

n'hesite pas tour de m8me A les reprendre.

Ferdinand, lui aussi, nous semble bien stranger. II aime Pauline

nais ne semble pas du tout indifferent aux avances de la belle comtesse. Un

perroquet pose sur la main, elle le regoit, tres aimablement, habillee d'une

robe de chambre chinoise, qui lui sied a merveille. Cette scene de seduction

est heureusement interrompue par le general, qui ne s'6tonne toujours de rien.

Godard qui, au premier acte, d6posait aux pieds de sa fiancee tous

ses "hogs, pigs and-oxen," (p. 8) se transform soudain en un personnage

fort perspicace. Pauline devient on ne peut plus "liberated": "She falls







on his [Ferdinand's] neck and gives hims a long kiss." (p. 20) On l'a ra-

jeunie de deux ans.

Et le general! Monsieur Bernstein lui donne soixante ans, et non

soixante-dix. Sa femme, pour mieux lui prouver sa virility, le caresse ar-

demment sur scene (p. 5). Mais que penser d'un homme obsed6 par un tambour

et des soldats de plomb?

Il me faut citer, avant de terminer cette comparison, deux scenes

amusantes. A la fin du premier acte, Ferdinand veut signaler a Pauline un

rendez-vous. Nous entendons "...a night bird...calling a short intervals...

penetrating and strange..." (p. 30) La jeune fille et sa belle-mere, habillles

de longues chemises de nuit blanches, et croyant routes deux Stre ainsi man-

dees, se precipitent vers la port et se bousculent violemmnent par m6garde.

Au deuxi@me acte (scene de la seduction), Gertrude s'adresse au

perroquet pour attendrir le jeune home: "Coco, Coco, you are my only one...

little sugar plum...Animals are substitute for vanished dreams..." (p. 43)

Et cette tactique reussit a merveille car deux pages plus tard Ferdinand

"takes her hand and kisses it in surrender." (p. 47)

I1 y a quelques points qui semblent bizarre. Godard, par example,

au premier acte, voit, dans une glace, Ferdinand sortir de la chambre de

Pauline. il lui demand cependant de l'6pouser. Et Pauline, A qui ce pr6-

tendant a eti annonc6 comme un part tres riche--il pourrait done courtiser

une autre heritiere et ne la recherche pas n@cessairement pour sa fortune--

lui parle ainsi:

"...You have come here to bore me with very
honorable intentions...(p. 16)...Your proposal and your love
do honor to my 400,000 francs not less than to me. Buc to
my-great sorrow I must decline your flattering offer..." (p. 17)

11 se peut que de cette faqon Monsieur Bernstein veuille nous con-





84

vaincre de la soudaine perspicacity et mechancet6 du hobereau...mais il nous

montre Pauline sous un jour peu flatteur.



30. Miriam Stockton, Seraphita. 1934
"A dramatic adaptation in ten scenes...
from the novel by H. de Balzac."I


Deuxi&me et derniere adaptation de la Seraphita de Balzac, cette

pi&ce a 6t6 enregistree au Bureau des Patentes de la Biblioth&que du Congres

(D 29951; July 7, 1934) o0 elle peut y atre lue.

L'auteur nous transport A la premiere scene au village de Jarvis,

en Norvege, le jour de Noel 1799. Elle donne des instructions sc6niques

precises. Le plateau est divis6 en deux parties. L'une nous montre l'in-

terieur de l'6glise oO prient Seraphita et le vieux David. Sur l'autre, le

pasteur Becker, sa fille Minna, Dunker (sic) le pecheur et sa femme Erna,

Christine, la servante du presbytere, discutent des costumes norvegiennes

locales. Wilfrid amine la conversation sur Seraphita, rencontr6e ce jour-la

pour la premiere fois dans l'eglise, mais le pasteur se montre singulierement

reticent. Il ne voit en elle qu'une hallucinee, douse des pouvoirs de la

magie blanche.

A la deuxieme scene, en mai 1800, Minna et Seraphita font l'as-

cension du Falberg. Le soir-mame, Wilfrid rend visit a la jeune fille. Elle

semble se jouer de lui et lui declare singulierement:

"...Tell me, to-night I have been reminding you
of some cocote, (sic) haven't I?" (scne 3)

Elle lui reproche de s'etre degrade dans l'enfer de la vie pari-

sienne, et lui conseille d'6pouser Minna. Soudain il s'endort. Elle souffle

sur son front et--



CCE, 1906-1946, pt 1, VII, no. 7, 1934, 205.








"...leans over him listening to the beat of his
heart, then stands with her fingers of one hand resting on
his brow. Her other hand she holds against her own heart,
looking down at him..." (scene 3)

La vision hypnotique de Wilfrid est semblable a cell du roman, mais,

avant de parcir, apres s'Etre r6veill6, il lui baise la main.

Wilfrid se r6fugie alors chez le pasteur qui l'interroge sur son

passe:

"...Tell me first a little of yourself. I feel
that you have lived; not only, possibly, excuse me my
friend, if I say, a life of dissipation and pleasure in the
capital of Europe [Paris] ,..." (scene 4)

Et le jeune home avoue sa vie dissolue et ses intentions peu innocents

envers Seraphita:

"...Even in my first conversation with her, -I
realize it now, how I displayed...the pride of the man
of the world, how I boasted of the life I had led as a
man, of passionate experiences, alas, with the
unconscious wish to impress her with the range of my know-
ledge, and interest her in the greatness of my sins."
(scene 4)...To be mercilessly honest with myself I must
confess that I was uplifted in the pride of the man who
dares to believe he can capture his beautiful prey and carry
her away to the world..." (scene 4)

Et le pasteur lui indique qu'elle pourrait produire un certain effet dans

les salons parisiens.

Becker commence le recit de la vie de Seraphita, mais David

l'interrompt presque immidiatement. II vient querir du secours contre les

demons attaqualt la jeune fille.

Accourus au jardin du chateau, Wilfrid et Minna surveillent la

lutte de Seraphita. Madame Stockton nous indique ici dans le texte que

"...this scene should be developed in pantomime
by the actor showing Seraphita fighting off the stance of
catalepsy or possession of evil spirits..." (scene 5)

Nous pouvons done voir la jeune fille s'emparant d'un crucifix tombn 3 terre.







Elle l'treinc sur sa poitrine, pleure, g6mit, et disparatt.

Le lendemain matin, Wilfrid et David conversent des bizarre ev6-

nements de la nuit precedente. Le vieillard decrit les demons, les archanges,

Mammon, Lucifer. Becker se joint au group, rest incr6dule et continue

l'histoire de la vie de Seraphita interrompue la veille.

Puis, c'est la scene du th6. La jeune fille, tres brievement dans

la piece, prouve au pasteur son manque de foi, refute le panth6isme et fait

l'apologie de la religion chr6tienne.

A la huitieme scene, le pasteur, seul avec sa fille et l'6tranger,

parole des theories de Jean Wier. Il traite Seraphita d'hysterique, de som-

nambule. Les deux jeunes gens s'opposent a cette interruption et croient

aux pouvoirs surnaturels et mystiques de la jeune fille. David interrompt

une fois de plus ce d6bat. Seraphita est allee aux chutes de la Sieg. Mais

elle est tres malade et desire y atre rejointe par ses amis. Ils y accourent

et l'emmanent, defaillante, au chateau.

La dixieme et dernihre scane est celle de la mort. Becker propose

des medications. Ii croit aussi pouvoir la reconforter lors de ses derniers

naments. Hais David refuse. Seul Dieu sera le pasteur de la jeune fille.

Becker s'engage alors dans la derniere parties du recit de la biographies de

la jeune fille, et nous apprenons--enfinl-les circonstances bizarre de sa

naissance, 1'ambiguit6 de son sexe, et l'influence de Swedenborg sur la pen-

sEe de ses parents.

Seraphita, seule avec les deux jeunes gens, les supplies, dans ses

dernirres paroles, de se marier, de vivre une vie exemplaire, et d'en accep-

ter chagrins et difficulties, de prier, et d'assurer leur salut. Le but de



Madame Stockton aurait-elle voulu gard6 les spectateurs en
suspens?





87

cette vie terrescre est d'atteindre le ciel. Elle est more lorsque Becker

revient. le marriage est decide et David, apres avoir mis des cierges autour

du corps de 1'ange, s'agenouille devant sa d6pouille et pleure.

Considerons maincenant les variations entire piece ec roman.

Hadame Stockton est restie fiddle A 1'&poque, au lieu, aux per-

sonnages. Elle a introduit toutefois Erna, femme de Dunker, qui, elle aussi,

voit en Seraphita un Seraphitus--et la servante acquiert un nom: Christine.

Si Minna ne change pas de caractere, le pasteur Becker, lui, est

bien different. 11 ne parole jamais de ses propres theories, n'expose ni le

system de Swedenborg, ni sa vie. II semble aimer papoter avec ses ouailles

et sa discussion se borne a peu pros au recit entrecoup6 de la vie de l'ange,

qu'il considered plu8tt comme un demon. 11 reste obtus et, A la derniere

scene, s'il accord la main de sa fille a Wilfrid, il ne semble guere s'impor-

tuner de la mort de Seraphita ou de la recherche de Dieu.

Le Wilfrid de Balzac, homme assoiff6 de 1'inconnu, a goate de tous

les plaisirs et de routes les souffrances. 11 a men6 une vie tr6pidante ou

se sont cel1es l'6tude, la d6bauche et 1'action, et semble avoir beaucoup

vovagE. .Madame Stockton en a fait un Parisien. J'ai parfois eu 1'impression

de rencontrer un De Marsay exil6 voulant attirer 1'ange a Babylone, ou plu-

t6t A Paris. Pourtant, dans la piece, Wilfrid est moins enclin a la violence.

Ii n'est pas tentc de pousser Seraphita dans les chutes de la Sieg, par exemple,

come il 1'est dans le roman balzacien.

Seraphita 6tonne aussi. 11 est vrai que l'auteur a employee bien

des dialogues du roman, mais en les coupant. Nous presenter un tel personnage

sans nous expliquer la philosophies de Swedenborg est bion hardi.

Mais voici le changement le plus important. Madame Stockton a com-

plicement change 1'esprit de l'oeuvre. Ce n'est plus une Etude philosophique,





88
mais on ne salt pas trop comment considerer l'oeuvre produite. Le nom de

Swedenborg n'est mentioned qu'une seule fois, et comme nous 1'avons deja

indiqu6, rien n'est signal de sa vie, de sa doctrine.

En some, si je devais compare cette oeuvre avec la Seraphita de

Madame Keefer (voir ci-dessus, no. 23), l'opera l'emporte, et de loin.



31.Esther Stein, L'Amour au-dessus de tout. 1943
"A drama in five acts and eleven scenes,
adaptation of a short story by HonorE de Balzac."1


Depuis 1907, aucune piece americaine n'avait 6t6 inspiree par La

Duchesse de Langeais. Cette adaptation, ecrite en frangais, peut-etre consi-

derde come une production americaine, car l'auteur, Mademoiselle Stein, n'est

pas Frangaise mais Polonaise et vivait en 1943 a New York. Une copie de la

piece a ete depos6e au Bureau des Patentes de la Bibliotheque du Congres

(D82944; January 10, 1943) ou elle peut etre lue. Elle ne semble pas avoir

6t6 reDprsentee. En voici un resume succinct.

A la premiere scene on assisted a une reunion des Treize. Ils fe-

tent le retour de Montriveau d'Afrique, et le general raconte ses ventures.

Ferragus y est present et regoit du Marquis de Ronquerolles des papers qui

lui pernettent de porter publiquement le titre et le nom du Marquis de Funcal.

L'auteur nous transport ensuite au bal de la Comtesse de Serizy.

Montriveau y rencontre la duchesse. Monsieur de Funcal, Jules Desmaretz (sic)

et Cl~ience, sa femme, y sont presents et Maulincourt (sic), l'un des illus-

tres impertinents de l'6poque, mentionne a la Princesse de Blamont-Chauvry

et a la Duchesse de Langeais, les discretes--ou indiscretes--visites de Clemence

rue Pagevin. De Funcal, alert, ordonne a Montriveau de tuer Maulincour en duel,



CCE, 1906-1946, pt 1, XIV, no. 5, 1943, 322.







Nous apprenons aux deuxi&me et troisimme acres la mort de Clmence et de

son bourreau.

Le reste de la piece suit, tres fidelement, 1'intrigue de La Du-

chesse de Langeais. Au dernier acte, Montriveau enlnve le corps de la reli-

gieuse que l'on croit morte--mais qui ne l'est pas tout-a-fait. Montriveau,

Ronquerolles et De Marsay disparaissent alors que les soeurs s'approchent de

la cellule vide. C'est au spectateur a s'imaginer si le g6n6ral jetEera le

cadavre A la mer, ou si Montriveau et Antoinette, gu6rie miraculeusement vi-

vront unis ez heureux, jusqu'a leur dernier jour.



32. Richard Oswald and Harry Rosendorff, The Speculator. 1948
"A comedy in 3 acts--a free adaptation of Balzac's
Le Faiseur. Translated by Ruth Loewi."I


En 1848 Balzac a terming une piece en cinq actes intitul6e Le Faiseur

don't le premier titre avait 6t6 Mercadet. Hadame Balzac, apras la mort de

son maria en 1S50, et Monsieur Montigny, directeur du Cymnase, ont confi6 le

manuscrit du Faiseur a Adolphe Dennery, l'un des auteurs a la mode de 1'6-

poque de prices bien faiths. Celui-ci a fait un travail de coupures et de

retouches, reduisant la comedie en trois actes, et c'est cette piece qui est

connue du public et qui a 6t6 represent6e avec un grand succas le 24 aoGt

1851 au Gnr.ase, A Paris, sous le titre Mercadet le Faiseur.2

La piece de Messieurs Oswald et Rosendorff est une traduction tres



1CCE, 1947-1971, pts 3-4, II, no. 1, January-June 1948, 83.

2Dans le troisi&me volume de son excellent edition du Theatre de
Balzac (Oeuvres completes illustries, id. Jean A. Ducourneau [Paris: Les
Bibliophildode l'Originale, 1965-1970], vols. 21-23), M. Ren6 Guise donne
le texte de 1848 (vol. 23, pp. 209-381) et 1'essentiel des transformations
que les adaptateurs ont faith subir au texte de Balzac (vol. 23, pp. 461-520).