Citation
Justice

Material Information

Title:
Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title:
Justice (Fort-de-France, Martinique)
Creator:
Parti communiste martiniquais
Place of Publication:
Fort-de-France, Martinique
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 36 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
World politics -- Periodicals -- 1945-1989 ( lcsh )
Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
review ( marcgt )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Martinique

Notes

General Note:
Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note:
Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Le Parti. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
15715741 ( OCLC )
90641373 ( LCCN )
Classification:
F2081.A2 J87 ( lcc )
909.82/05 ( ddc )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
hebdomadaire d'information communist


� Jeudi 11 Novembre 2010 - 90V Annee - N' 45 - Martinique:


1,80 E - France: 2,20 E - DOM: 1.90 �


nrl ie c t V.4
-IsMctivite
m^y~ '8 'i~6t*


Etats-Unis:
_L V NT
CJAY
COUNTRy I

Fu ltrn - 'd-'La dr '
I' rIt Mi' 1 -r-- m4 - tn


BuAbet:
Adoption d'un budget


de regression


bconomique


et social pour I'Outre-mer
Pierre-Just Marny:
"Ni Colson, ni Ducos'


m





httD://www.ournal-iustice-martiniaue. com


a ka Pai ..................... 2

EDito ......................... .
- Une poussee a droite inquietante

Luttes ociate ................p. .
- Transport urbain
- Bateliere Et Karibdra
- Grive evitd au CHU

socidt .....................p.. 5
- Assaupamar : 30 ans de combat
- Marny : "Ni Ducos, ni Colson"
- Foncier et central photovoltaTque

Folitique .................p. 7/11
- Collectivitd unique
- "Le pire de la Nation" fait rdagir
- Un budget en regression

Notre Rdion ................. 12
- Thomas ravage la CaraTbe

France ............... .....3/115
- Le climate n'est pas a la resolution
- Visite du President chinois

Solidarity ................... .15
- Sauvd Mumia Abu Jamal

Notre Amdrique .............p. 16
- Braves d'Amdrlques

Dans le Monde ............. .p. 17
- Election en C6te d'lvoire
- Congress du Parti Communiste Syrien

Annonces Legates ........ p. 17/19

Culture ................... p.20
-Jounen Krdol Matinlk


"VJus TIC ""

Administration & R6daction :
Te. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr

-

Fondateur Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A Aliker & E. Zola
Fort-de-France - T61. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n� 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprlmerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola - 97200 Fort-de-France
T6I. :0596 7314 54


Tourism 6e croisi e: 5 navires e6 plus

La situation du tourism de croisiere est tellement critique que la moindre embellie fait
l'objet d'un cocorico. Ainsi, apres les d6egts occasionnes par I'ouragan Tomas sur
I'ile de Sainte-Lucie, la Martinique r6cupere 5 escales de plus durant ce mois de no-
vembre, alors que seulement 66 escales 6taient annonc6es pour I'ensemble de la
saison. Selon le CMT, "c'est surtout lie i la forte impression laissie par 'ecceptionnelle
difigation de Martinique conduite par XKarine Roy-Camille, prisidente du CMIT, lors
de son passage a Saint-Domingue, dans le cadre du salon de la croisiere en octobre
dernier. Cette d616gation "forte de 15 membres" (sic) a fait montre d'une "communica-
tion tris "offensive" aupris des responsables des companiess, et cela "sem6le avoirporti
leursfruits", declare en substance le CMT. Cela reste A prouver. En tout cas, cela re-
donne espoir aux professionnels de la croisiere.

F#eration 6es collectivites creolophones

Le 28 octobre, a I'occasion de la journ6e international du creole A I'initiative du maire
de Bouillante, Jean-Claude Malo, et de Garcin Malsa, maire de Sainte-Anne, a te6 ra-
tifiee la creation de la federation des collectivit6s cr6olophones. L'objectif de cette f6-
deration est de "crier un reseau dacteurs institutionnefs" de I'aire creolophone afin
d'encourager notamment la cooperation d6centralis6e dans la perspective de la
construction carib6enne. HaTti, Sainte-Lucie, la Dominique et la Guyane 6taient re-
present6es & Sainte-Anne pour cette premiere pierre.

Sime Plan Departemental y'Actions pour le Logement 6es Personnes
Defavorisees2011-2015.
Depuis 1990, il est fait obligation aux D6partements et A I'Etat d'elaborer un Plan De-
partemental d'Actions pour le Logement des Personnes D6favoris6es (PDALPD).
En Martinique, un premier Plan a 6t6 6labor6 en 1992. Celui-ci a 6te suivi de 3 au-
tres don't le dernier, valid pour la p6riode 2006-2008, a ete proroge jusqu'A fin 2010.
L'elaboration du 5eme Plan qui couvrira la p6riode 2011-2015 sera amorc6e avec
des tables rondes qui se tiendront du 17 au 19 novembre 2010 selon les thematiques
suivantes :
-17 Novembre 2010 au Conseil General - Centre Administratif D6partemental:
"La coordination des attributions prioritaires".
-18 Novembre 2010 A la Pr6fecture : "L'accompagnement socialadapte auxpu6bics et
intermediationn locative", et "La futte centre C[habitat indigne et impropre a ['habita-
tion".
-19 Novembre 2010 a la DDE : "L'adaptation de Coffr e de gements aux besoins des
personnel defavorisees".
Des tables rondes seront ouvertes a I'ensemble des partenaires et acteurs oeuvrant
dans le domaine de I'h6bergement, du logement et de I'habitat.

Une collection consacree auxrawaks

Le Conseil general a acquis pour le Musee d'archeologie une collection ethnogra-
phique d'une centaine de pieces. II s'agit d'objets provenant de populations de langue
arawak du Venezu6la collects au milieu du XXe siecle. Cette acquisition a pour ob-
jectif de permettre au public de mieux comprendre la vie des Am6rindiens, "peuplepre-
mier" de notre ile. La collection comprend des objets en vannerie, des coiffes en
plumes, des bancs, des attributes des chamans, nombre d'objets pour la peche et la
consommation du manioc. Restaur6e en France, elle sera partiellement exposee au
mus6e d'archeologie dans les premieres semaines de 2011 dans le cadre de la pre-
figuration du Musee des civilisations am6rindiennes des petites Antilles.

Coupe 6e France: Club Sportif Case-Pilote centre I'A.SPoissy
Le but marque par Jos6 Goron A la 70eme minute a propuls6 le CS Case-Pilote
en huitieme de finale de la Coupe de France zone Martinique, samedi 6 novembre.
Le club pilotin du Nord a obtenu cette victoire centre le Racing Club de Riviere-Pi-
lote. Le CS Case Pilote rencontrera I'Association Sportive de Poissy au stade Pierre
Aliker, le 21 novembre prochain.


^^fI ' mI'* n*Iw i s ^


� $ X IA,#





http://www.ioural-iustice-martinique.com


Etats-Unis: une poussee be la broite ultra inquietante

pour les progressistes bu monbe entier


Qui ne se souvient de I'int6ret suscite dans le monde
entier par la champagne electorate au terme de laquelle
a et6 triomphalement elu Barack Obama, premier Noir
A occuper la function de president des Etats-Unis, pre-
miere puissance 6conomique et militaire de la planete
? Certes les medias y ont puissamment contribute.
Mais il est indeniable que I'appartenance ethnique
d'Obama, son histoire personnelle, ainsi que sa sta-
ture et sa chaleur humaine avaient de quoi s6duire et
faire naitre I'espoir qu'une nouvelle Amerique etait nee
ou sur le point d'6clore, une Amerique g6nereuse, plus
just et respectueuse des droits des autres peuples.
Barack Obama a m6me 6te Orig6 en personnage my-
thique, adore par ses "fans" que ceux-ci soient noirs,
blancs, jaunes ou rouges, etc. Ici en Martinique on a vu
se creer, comme ailleurs dans le monde, un club.de
"fans" d'Obama oi I'on pouvait apercevoir certain
hommes politiques apparemment s6rieux mais en rea-
lit6 soucieux de se faire voir et de r6colter ulterieure-
ment les fruits de leur soi-disant champagne en faveur
d'Obama.
Nous communists martiniquais, nous ne pouvions
pas ne pas saluer le triomphe electoral de Barack
Obama et le symbol que celui-ci representait pour
tous les Noirs du monde, qu'ils soient africains ou afro-
descendants. Mais en m6me temps, nous mettions en
garde contre les illusions et rappelions la nature fon-
cierement imp6rialiste et les traditions agressives et
belliqueuses de la bourgeoisie 6tats-unienne, la classes
social qui d6tient le vrai pouvoir dans le pays.
Barack Obama, qui a recu le prix Nobel de la paix, a
herit6 de George W. Bush deux guerres atroces, in-
justes, impossible a gagner par les Etats-Unis et leurs
allies, lesquels nesavent comment s'en sortir sans
laisser le chaos s'installer ou livrer le pouvoir aux isla-
mistes. Les guerres d'lrak et d'Afghanistan sont deux
boulets accroch6s aux pieds d'Obama, qui doit en
outre mener une guerre plus discrete au Pakistan et
au Yemen pour traquer Al Qaida et ses partisans.
Premiere puissance mondiale, les Etats-Unis ont en-
train6 les autres pays occidentaux, et par voie de
consequence, la planete entire dans la crise 6cono-
mique qui les a affects en 2009 et qui continue de
sevir. Des millions de citoyens etats-uniens se sont re-
trouves brusquement dans la pauvret6, voire la misere,
priv6s d'emploi, chassis de leurs maisons faute de
pouvoir rembourser leurs pr6ts immobiliers. Certes,
Obama a pu, au prix d'une rude bataille parlementaire,
faire voter une loi de s6curit6 social favorable aux tra-
vailleurs et aux millions de pauvres que compete habi-
tuellement le pays, mais cette important avancee
social, farouchement combattue par la droite, n'a pas


suffi & faire ou-
blier les pro-
messes non
tenues ni & refaire
naitre I'espoir en-
terr6 par la cruise.
Le resultat en a
6t6 le s6rieux re-
vers subi la se-
maine derniere
par le Parti D6-
mocrate, celui
d'Obama, qui a
perdu la majority
& la Chambre des
Representants,
au profit du Parti
R6publicain.
Certes, le Parti Democrate conserve une majority
d'une voix au Senat, mais il n'empIche que le gouver-
nement sort affaibli de la confrontation 61ectorale,
oblige de rechercher des compromise avec le part ad-
verse, au risque de se retrouver ligot6 sur les grands
dossiers. Un symbol : 11 n'y plus un seul noir au S6nat
americain
Le Parti R6publicain, contrairement A ce que son nom
peut laisser croire, represente I'Am6rique la plus r6ac-
tionnaire, individualiste, hostile A l'intervention de I'Etat
dans I'activit6 6conomique et dans la vie social, fon-
damentaliste, voire fanatique sur le plan religieux. Son
success A la Chambre des repr6sentants, outre qu'il tra-
duit une poussee de I'id6ologie ultralib6rale, announce
le debut d'une lutte implacable pour la prochaine 6lec-
tion pr6sidentielle.
Compte tenu du r6le 6conomique et militaire d6termi-
nant que jouent les Etats-Unis dans le monde globalis6
dans lequel nous vivons, les progressistes de tous les
pays doivent pr6ter attention A ce qui s'y passe au plan
politique. La crise du system capitalist mondial
conduit les gouvernements A adopter des politiques si-
milaires de regression social et d'atteinte aux droits
fondamentaux de I'homme, surtout quand cet homme
est un immigr. L'Histoire nous enseigne aussi que le
capitalism n'hesite pas a d6clencher des guerres A
grande 6chelle pour r6soudre ses contradictions et sor-
tir des impasses dans lesquelles sa nature I'engage fa-
talement.
Soyons done attentifs & ce qui se passe ailleurs dans
le Tout-monde et luttons pour I'avenement d'une ere
nouvelle, de justice, de liberty et de fraternity veritable.
L'ideal socialist peut y conduire!
M. Belrose


V IfW W fSrlRirrS D


Epa I





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Toujours te blockage bans te transport urbain


un compromise esi loin a etre trouve aans ce conTllt


Les conducteurs travaillant pour le compete des affreteurs du re-
seau Mozaik affilies 6 la CSTM sont en greve depuis le 27 oc-
tobre. Ils menent bataille pour faire annuler deux licenciements
qu'ils jugent abusifs. Leur greve perturbe evidemment le traffic,
car ce sont une soixantaine de companies de transport sous-
traitantes dites "affriteurs" qui assurent la plus grande parties
du service sur la conurbation du Centre (Fort-de-France,
Schoelcher, Lamentin et Saint-Joseph). Outre les licencie-
ments, les conducteurs denoncent, a travers leur syndicate, le ni-
veau insuffisant de contr6le exerce par la CFTU sur les
companies sous-traitantes. "I n'est pas question que Con li-


cencie un travailleurpour avoir exerci son droit de retrait dans un
bus defaillant et pour Cautre de le soupfonner de dinonciation",
s'est indign6 Bertrand Cambusy, le secretaire general de la
CSTM. Selon le syndicate, des chauffeurs de bus exerceraient
en contravention de la convention collective, ce qui mettrait en
danger les usagers. De meme, Bertrand Cambusy, vise les elus
de la Cacem qui sont rests muets dans ce conflict, alors qu'ils
sont donneurs d'ordre. Blocage des d6pots, longues heures de
negotiations a la Direction du travail, rencontre avec la CFTU
n'ont pas permis un deblocage de la situation. La commission
de conciliation et d'interpretation mise en place pour r6gler les
litiges entire les parties n'a pu trouver un compromise. La CSTM
estime que les propositions patronales ne sont pas accepta-
bles, alors que les salaries sont dans leur bon droit. Le syndi-
cat a deja requ la solidarity des salaries des autres
groupements de transport. Une montee en puissance de la mo-
bilisation est prevue si aucune solution n'est trouvee pour met-
tre fin a I'arret de la procedure de licenciement. Pour I'Union
des entreprises et groupement de transports de voyageurs,
syndicate des patrons affreteurs, ce conflict engendre d'enormes
pertes. Le syndicate patronal repond qu'il n'a aucune prise sur ce
conflict, qui doit se regler devant les prud'hommes. II declare
vouloir travailler et reclame I'intervention de I'Etat pour faire res-
pecter le droit du travail. Se dirige-t-on vers une paralysie des
transports de passagers ?
C. B 5/11/2010


Bateliere et Karibea: La CPMT ne veut at voir eolaer lei 5ites remarquablei


Le mercredi 3 novembre, le syndicate CDMT h6tellerie tirait
la sonnette d'alarme sur la situation dans h6tellerie, particu-
lierement sur les dossiers Bateliere et Karibea. Deux dos-
siers sur lesquels le syndicate maintient une mobilisation
constant pour preserver I'activit6 h6teliere et garantir des
emplois, assurent Philipe Pierre-Charles et Felix Relautte.
S'agissant du group Karibea, dans le cadre de sa restruc-
turation, la direction a prevu un plan social avec 25 licen-
ciements et des reclassements. Selon les salaries, derriere
cette restructuration se cache une operation financiere, no-
tamment 6 I'h8tel du Galion & Tartane, oi la restauration a
6t6 supprimee et les chambres sont laissees a I'abandon.
La mobilisation a permis de limiter les licenciements et d'en-
tamer une n6gociation. Les salaries ont obtenu lors d'une
rencontre avec la direction, une diminution du nombre de li-
cenciements. Reste a negocier des conditions de depart fa-
vorables pour les volontaires. Le syndicate espere arriver 6 un
compromise acceptable dans I'int6ret des salaries. II n'exclut pas
une mobilisation general du secteur de I'h8tellerie en cas
d'echec. Pour ce qui est de la Bateliere, le syndicate a voulu lan-
cer un cri d'alarme en direction des dirigeants et des politiques
en charge du secteur. "Ilne sera pas convenable qu'un site re-
.Farquable comme cefui-ci, avec un personnefquafifi, aille autre
chose que Cfhtellerie", advance Philipe Pierre-Charles. La direc-
tion de I'h6tel Batelibre doit presenter aux juges des garanties
pour 6viter la liquidation de la structure en redressement judi-
ciaire. Et, a ce sujet, Jes representants syndicaux ont exprim6
leurs inquietudes sur le plan du group Monplaisir. Les finan-
ciers trinidadiens n'ayant pas donned suite a leur engagement,
le group est 6 la recherche d'un plan "B". Un plan don't le per-
sonnel n'est pas informed, selon le syndicate. Dans le meme


La CDMT plaide pour une table ronde sur le tourism
temps, I'entreprise continue de generer des dettes: pres de 8
millions depuis le debut de la periode d'observation, announce la
representante syndicale. Les representants du personnel esti-
ment que, dans I'etat actuel, "iffaut passer 1a liquidation pure
et simple", pour repartir sur de nouvelles bases. Ils reclament
que le group Monplaisir leve le voile sur ses intentions et que
la Region prenne ses responsabilites pour 6viter que cet hotel
ne soit depece. IIs se disent 6chaudes par le fiasco du Leyritz
et du Kalenda. "Nous n'allonspas continuercomme cela, cardans
la plupart des cas ce sont des opirationsfinancikres qui sont mises
en avant", s'insurge Felix Relautte. Et de ce fait, le syndicate sou-
haite que la table ronde sur I'ensemble de I'activite h6teliere et
touristique promise par la Region ne se fasse plus attendre, car
pendant ce temps "rien de rassurant ne se passe, les ficenciements
sont programmes et es liquidations continentt. C. B


~I I' I I Immr~ l~~P~~lj


[ L /uTTES SOC





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


Greve evitee au CHU, pour combien be temps?


Les organizations syndicales du CHU avaient d6pos6 un pr6a-
vis de greve le 26 octobre dernier pour protester centre les "me-
sures scflrates" prises par la direction A I'encontre du personnel.
Selon elles, pour apurer les dettes, le directeur s'attaque aux
acquis du personnel. II etait alors question de la suppression
de 2 jours de conges annuels, et de conges pour les agents qui
parent a la retraite ainsi que du changement des regles
d'avancement du personnel. Le 3 novembre, date d'effet du
preavis, un barrage filtrant avait 6t6 erige devant le CHU. Les
syndicats ont obtenu un entretien avec la direction, qui est re-


venu sur ces decisions. Une decision reportee par le directeur
Daniel Riam qui "propose de geler cette measure. Quandl'ita6tis-
sement aura retrouvi son iquii6re, on pourra la remettre en vi-
gueur". Le directeur, s'exprimant dans France-Antilles, a declare
"c'est que les organizations syndicates ne comprennent pas qu'it
faut itre raisonna6le". De mettre les syndicats en face de leur
responsabilites en posant la question "Comment un itablisse-
ment qui a 36 millions deuros de deficit peut-i avoir une politique
social aussi dispendieuse ?"


Aisaupamar : 30 ans 6e combat pour ta sauvegar6e be ta Martinique
Durancinqours du1 u1 oebe s


Durant cinq jours, du 10 au 14 novembre, I'as-
sociation ecologique Assaupamar fete ses 30
ans d'engagement pour sauvegarder le patri-
moine martiniquais. Un parcours jalonn6 de
luttes tant sur le terrain que sur le plan juri-
dique, mettant en oeuvre systematiquement
une synergie entire la defense de la legitimite
et le respect de la legality. C'est ainsi que, si
aujourd'hui I'on s'est familiarise avec I'idee
d'une mangrove qui puisse etre utile dans
bien des aspects et done necessaire A prote-
ger, c'est bien grAce A I'Assaupamar qui tries
t6t, s'est farouchement battue pour la sauve-
garde d'un space alors considered comme
tout just bona e tre comble pour y gagner
des spaces d'habitation et d'activites di-
verses. Le combat est loin d'etre gagne et la
vigilance reste de mise ; mais plus personnel
ne peut contester I'interet de I'action pour la
protection et la valorisation de cet 6cosys-
teme. De maniere plus global, c'est presque
tout naturellement que ces trente ans de combats incessants
s'inscrivent comme toile de fond A la mise en oeuvre du D6ve-
loppement Durable et Solidaire don't la necessity s'est impose
A I'oree de notre 216me siecle. Ce souci se double de celui de
faire prendre conscience au plus grand nombre de Martiniquais
de la valeur que peut prendre leur engagement envers leur
pays et de provoquer leur prise de responsabilite envers eux-
memes. Outre la mangrove, I'Assaupamar a fait sien le combat
pour la preservation de tous les ecosystemes qui contribuent a
la richesse exceptionnelle de la biodiversity de la Martinique,
alors meme que cette notion etait loin d'etre vulgarisee comme
elle I'est actuellement. Cette biodiversity est un ensemble com-
posite. II a fallu s'opposer, au prix d'occupations, A des POS
(Plan d'Occupation des Sols) generant une logique destructrice
de I'espace agricole, de I'espace vital, de I'espoir d'un avenir
plus responsible pour les Martiniquais. Une action quoique de-
terminee, anticipatrice de la situation catastrophique actuelle
(20 000 ha de SAU - Superficie Agricole Utilisee - perdus en
30 ans entire 1973 et 2000 ), qui n'aura pas suffi A arreter cette
march suicidaire. L'Assaupamar s'est faite la voix de contes-
tation de la nature offensee rappelant inlassablement aux
Hommes leurs devoirs en tant que parties integrante de celle-ci.
Elle a accompagne tous ceux qui, A l'occasion d'une situation
qui les concernait, prenaient conscience de la necessity de la
mobilisation et A travers cela, de la necessity de s'impliquer


L'Assaupamar sur tous les fronts depuis 30 ans


dans une demarche de nouvelle implication collective. L'As-
saupamar a bien vite compris qu'on ne pouvait pas isoler le
combat pour la defense de la nature de la reflexion, plus glo-
bale, sur le type de developpement A promouvoir afin de mieux
satisfaireles besoins de la society. C'est ainsi que la gestion
des risques naturels majeurs, I'organisation des deplacements
dans I'espace martiniquais, terrestre ou maritime, la quality du
cadre de vie englobant la question du logement, la gestion de
I'assainissement et la preservation des lieux de memoire ,en-
tres autres, ont necessity la mobilisation des membres de I'as-
sociation. Pour ce trentenaire, I'association veut sensibiliser les
nouvelles generations A la generosity, la solidarity, la combati-
vite, la tenacity et la conviviality mises en oeuvre par ses mili-
tants tout au long des 30 dernieres annees. Mais aussi
impliquer davantage de Martiniquais, de jeunes en particulier,
dans les actions de preservation de la biodiversity et de deve-
loppement durable et solidaire de notre pays Martinique. Pour
ce faire, des rencontres sous forme d'exposes debats, jour-
nees portes-ouvertes, expositions, auront lieu au siege de I'As-
saupamar A Place D'Armes. La cloture se fera de maniere
festive chez le "roi WMongin" au Frangois avec orchestra et
repas commun, le dimanche 14 Novembre. Le Comite direc-
teur rendra hommage A I'un de ses premiers militants decade
le 9 octobre dernier, Jean Philipe Pinceau-Clusel.
C.B


~i 1 NIo wibreS juit no 45-Page5


LTE OIAE I


LfSOCIETE





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Marny : "Ni Colson, ni Ducos"


Le collectif attend un soutien massif des Martiniquais envers Marny


Le comite "Libirez Marny"ne decolere pas apres le placement
du plus ancien detenu de France a I'h6pital psychiatrique de
Colson. Depuis le vendredi 29 novembre, apres un incident a la
penitentiaire de Ducos (Marny a refuse de prendre ses medi-
caments), Marny a 6te place a Colson sur ordre du prefet. "If
est inhumain et strange que Con garde cet homme en prison apres
47 ans. 'One peine hors norme", dame le president du comite
Felix Vert-Pre. "C'est ce comportement de Cadministrationjudi-
ciaire dans [aquefle Marny n 'a plus confiance qui explique son at-
titude, unefaeon de dire Non a cet acharnement", justifie Daniel
Boukman, membre du comite. Pour le comit6, "iffaut que
Marny soit libre, sa place n'est ni d Colson, ni a (Ducos". "On lui
inflige un ch~timent, c'est un dXnide justice". Et pour cela, il a en-
tame une champagne d'information afin de recueillir le plus de si-
gnatures possible pour exiger sa liberation. Une champagne de
signatures qui sera utile pour appuyer la demand de grace
presidentielle que competent reclamer defenseurs et comite.
Dans le m6me temps, I'ordre des avocats represented par son
batonnier, Raphael Constant, etait present lors de la conference
de press du vendredi 5 novembre. II doit prendre une motion.
"La question de Marny est difficile car ifse consider dans son bon
droit", reconnaissent ses avocats. Et en ce sens, ils ont decide
de tout faire pour que Marny sorte de prison. Pierre-Just Marny
refuse de se rendre en France, a Fresnes, pour se soumettre
A des examens psychiatriques. Des examens rendus obliga-


toires apres un decret pris en fevrier 2008 6 I'encontre des pri-
sonniers en reclusion criminelle pour leur liberation condition-
nelle. Une condition incontournable pour le procureur de la
Republique, Claude Bellanger, pour qui la balle est dans le
camp de Marny. Ce serait de sa faute s'il n'est pas libre, peut-
on lire entire les declarations. "Vne attitude du parquet hostile
borne et 6utie", juge Philipe Edmond-Mariette, avocat de
Marny. A cela, il oppose avec maitre Corinne Boulogne Yang-
Ting "une triplefaute administrative etjudiciaire : la premiere,
Administration n'a pas organism la riinsertion du ditenu, la se-
conde tient en ce que Marny avait depose sa demand de remise en
1iberti enjuillet 2007, soit avant la promulgation de la [oi, cette
demand a ete examinee le 13 dicembre 2007 et n'a jamais refu de
notification dejugement", explique Philipe Edmond Mariette. La
derniere faute de I'administration judiciaire que met en avant
I'avocat est constitute par le fait que Marny a ete transfer le
28 avril 2008 et que I'on a consult le juge d'application des
peines pour ce transfer. Pourquoi n'a-t-on pas retarded son
transfer pour I'examiner ? Selon les defenseurs de Marny, "Ia
justice peut organiser [es choses de manidre exceptionnelle dans
fintirit du plus ancien detenu de France". lis se basent sur une
precedente measure en faveur de Maurice Papon, qui a vu sa
peine suspendue pour motif de sante. Les defenseurs vont
continue la bataille judiciaire sur trois tableaux : une demand
de remise en liberty prevue le 16 novembre prochain a la cour
d'appel de Fort-de-France, la suspension de peine ou la com-
mutation de la peine qui permet de modifier de regime de la
condemnation. Quant au comit6, il entend accentuer sa cam-
pagne, pour preparer un dossier solide pour I'ultime recours, il
fera appel aux hommes politiques, religieux, a la Ligue des
droits de I'Homme et au people pour que "cet homme sorte de la
souffrance et retrouve un moment de i6erte". Maitre Yang-Ting,
qui I'a visited A Colson a retrouve un hommee came, toujours de-
termini, qui attendsa liberation". http://www. liberezmarny.com
C.B.


Foncier et central photovoltaiue : Le pouvoir entire les mains be t'Etat frangais


Nous lisons dans Palima - Hebdo n* 3 (Semaine du jeudi 4
au jeudi 11 novembre 2010) de Francis Carole I'analyse sui-
vante sur la question du foncier et de I'implantation de cen-
trales photovoltaiques et la question du pouvoir de
decision en la matibre sur laquelle le PPM a abondamment
abuse le people au course du d6bat sur le passage A I'Au-
tonomie du 74. Extraits :

Une imposture
"Le president du P.PM s'opposa avec v6ehmence B toutes pos-
sibilit6s pour les martiniquais de maltriser leur foncier, leur 6ner-
gie avec I'article 74*, son parti clamant entr'autres que
I'essentiel des transactions des ventes de terre se passait entire
Martiniquais. C'6tait nier un fait t6tu : c'est le pr6fet qui a la
haute main sur la politique foncidre de la Martinique. C'est lui
qui est responsible de la police du S.A.R, (Sch6ma d'Am6na-
gement R6gional) ; c'est lui, repr6sentant de I'Etat frangais, qui
possede encore et toujours le vrai pouvoir y compris celui de di-
lapider le foncier agricole martiniquais, comme c'est le cas pour
les centrales photovolta'ques.
En effet, c'est lui qui a distribu6 des autorisations pour la


construction de centrales photovolta'ques sur des terres agri-
coles, ne tenant aucun compete des avis d6favorables donnes
par Alfred Marie-Jeanne alors President du Conseil R6gional
(exception faite du seul project de Ducos).
Pourtant, loin d'etre humbles car concerns au plus haut chef
par les demands d'autorisation d'implantation de centrales
photovoltaiques sur des terres agricoles (ex : le Frangois avec
M. Antiste, vice president de la R6gion ; le Morne-Rouge avec
J. Dulys vice-pr6sidente de la R6gion ; le Lorrain avec J. Pam-
phile vice-pr6sident de la R6gion ), les elus de cette nouvelle
majority du Conseil R6gional provoquent et salissent de vrais
d6fenseurs du people et de la terre martiniquaise tels A. Marie-
Jeanne et les patriots dans leur ensemble. Nous insistons sur
le fait qu'aucune des trois communes dirig6es par des maires
patriots (Riviere-pilote, Sainte-Anne, Precheur) n'est concer-
nee par I'implantation de centrales photovolta'ques sur les ter-
rains agricoles dans le cadre de leur territoire.
Aujourd'hui, le beau r6le a encore 6t6 laiss6 au repr6sentant
de I'Etat frangais, grand ordonnateur de cette situation, qui n'a
aucun compete a rendre aux Martiniquais".
Clement Charpentier-Tity, Francis Carole


,,, Ijeu,, 11 *o e 2 l ,0 t a


n


KjmTR y: " ii otson, i Ducos





http://www.journal-iustice-martinique.com

Collectiviti Unique :


Sarkozy manifesto ae la mettre en place le plus rapiaement possible


Nicolas Sarkozy a requ les elus de Martinique et de Guyane
separement a I'Elyz6 le lundi 8 novembre.
Si on se fie au communique official de I'Elysee et aux com-
mentaires de la ministry Marie-Luce Penchard, le president
frangais, sans exprimer une position definitive, a avance les
grandes lignes suivantes :
*Competences : ce seront celles regroupees du Departement
et de la Region. Quand la Collectivite sera mise en place elle
pourra faire valoir des demands d'habilitations et de comp6-
tences nouvelles. Comme cela est prevu par I'article 73. Ce
n'est pas au gouvernement de les imposer, mais 6 la Collecti-
vite nouvelle de les demander, est-il comment.
Sarkozy a confirmed qu'il va faire preparer "une Coi organique
visant a aigner la durie de ces habilitations sur celle du mandate
de la nouvelle collectivite".
*Organisation de la nouvelle Collectivit6 : Sarkozy a pris
acte de la demand unanime des elus martiniquais "enfaveur
dune repartition des responsabilitis entire un ex-cutif colligia
dune part, et une assemblee difi6brante de [autre".
*Mode de scrutiny : Sarkozy a pris acte de I'accord unanime en
Guyane et Martinique sur un mode de scrutiny a la proportion-
nelle. II a insist sur la n6cessit6 d'une prime majoritaire, "gage
de stability et d'efficacitj de faction publique locale". Le chiffre
de 20 % est avance. Sur le nombre de circonscriptions, pour
des raisons de "securitijuridique", il a privilegi6 le choix des 4
circonscriptions l6gislatives actuelles au lieu des 8 circons-
criptions demand6es par le president du PPM.
*Date d'installation de la nouvelle Collectivite : Sarkozy
veut clairement accelerer les choses sans fixer de date. II a
demandede que soient examinees les conditions administrative et
juridiques dune installation dans des delais rapprochis de la nou-


Sarkozy face aux Blus martiniquais
velle collectiviti, si possible en 2012 et au plus tarden 2014". Si
possible en 2012 : dur pour Letchimy...
II s'est dit d'accord pour "la creation dune Commission tripartite
entire 'Etat, la Rigion et le (Dipartement afin devaluerles jven-
tuelles charges nouvelles induites par ce processes" tel que de-
mande.
Claude Lise a qualified la rencontre de "trss positive", tout en
soulignant que Sarkozy "n'a pas encore pris de position defini-
tive". Contre mauvaise fortune Serge Letchimy a fait mine de
faire bon coeur et a encore ressasse qu'il regrettait que le
Congres ait ete refuse et que I'on ait ainsi laiss6 le president de
la R6publique decider seul "pournous". Alfred Marie-Jeanne a
soulign6 "la volonte de mise en place rapide" du president fran-
gais.
Dans 10 jours Nicolas Sarkozy reprendra contact et fera
connattre sa position. Un project de loi sera presented en Conseil
des ministres et une premiere tape du d6bat parlementaire
d6butera au S6nat avant la fin de I'annee.
Antoine Gilles


Scene ae aema ogie be Conconne et Antiste


Le samedi 30 octobre dernier, les conseillers regionaux
Conconne et Antiste se sont rendus aux Anses d'Arlet pour ma-
nifester leur solidarity envers les marines pecheurs de la com-
mune. Quoi de plus normal, me dira-t-on, de la part d'elus
responsables, surtout que la Martinique attendait ce jour-lI la
tempete Thomas? Mais 6 quoi a-t-on assist reellement? A une
triste demonstration de demagogie. En effet, nos deux elus ont
exprim6 leur solidarity et leur compassion, mais pour dire que
le Conseil regional n'avait pas la competence requise pour re-
gler les probl6mes des marines pecheurs, maniere de renvoyer
ceux-ci vers le Conseil general. Antiste en a profit pour crier


vive la Collectivit6 Unique. Mais ce faisant, il a omis de rappe-
ler que le PPM et ses allies, qui ont la majority au Conseil re-
gional, ne sont pas du tout presses de voir le gouvernement
mettre en place la Collectivit6 unique. Pourquoi attendre I'annee
2014, Madame Conconne et Monsieur Antiste? Et que faisait
I'equipe de RFO aux Anses d'Arlet ce 30 octobre, au moment
precis oO nos illustres elus se penchaient ainsi sur le sort de
ces vaillants marines pecheurs? II est vrai que le PPM Nouveau
adore les medias, lesquels lui vouent en retour un amour inde-
fectible. Comme quoi la sarkozie ne se limited pas A la "mEtro-
pole"! M.Belrose


Cora-Cluny repris par Lancry et Leclerc


Les dirigeants du group Lancry auraient decide de racheter
I'hypermarch6 Cora situe A Cluny mis en vente depuis decem-
bre 2009 par le group capitalist beige Louis Delhaize. Le
group Parfait (Hyper U) qui avait negoci6 prec6demment cette
reprise s'est desist en juillet arguant que le chiffre des ventes
n'etait pas au niveau qu'il esperait (chiffres d'affaires d'avril et
mai 2010). Le personnel aurait donned son accord a cette re-
prise.
Si cette transaction se conclut, le nombre d'hypermarches affi-


lies & Leclerc sera de trois en Martinique. Lancry-Leclerc recu-
pere en effet un hyper de 3 700 m2, employant 113 salaries (50
de moins suite a un plan de depart volontaire) realisant 30 M�
de chiffre d'affaires.
Leclerc devrait, selon la revue Business News d'octobre 2010,
reprendre plusieurs hypermarches en Guadeloupe. II est d6ej
present a la Reunion. Le capitalism frangais prend pied dans
les DOM.


.. V P l I^ov'�fr2f -ugin'5 P r 7


"t #T


[ IECA LUES^^^^^^^B





http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Pbat sur la Collectivit Ui4 ique : "Le p're e la Nation" fait regir


Patrick Chamoiseau / Didier Laguerre:Qui a copi6 I'autre ?


La tribune de notre camarade redacteur en chef, Michel
Branchi, intitulee "Vous avez dit pre de iaz Nation ?" ragis-
sant a un article de Patrick Chamoiseau dans France-An-
tilles du 19/10/2010 intitule "Le pree dez frtin"et montrant
une identity quasi parfaite entire une analyse sur "&eproces-
sus de responsabisation"pr6sent6e par Didier Laguerre, se-
cr6taire g6n6ral du n6o-PPM, le 16 septembre 2010 (cf Le
Progressiste n� 2144 du 22 septembre 2010) et une inter-
view de I'6crivain Patrick Chamoiseau dans France-Antilles
du 17 septembre 2009, a suscit6 plusieurs reactions sur le
site "TPotiques Pu6GquesA".

Joseph Virasamy : le plgiat u PPM
Joseph Virassamy, professeur d'6conomie et farouche oppo-
sant au 74 et A la Collectivit6 Unique et qui a vote deux fois
"Non"les 10 et 24 janvier 2010, note d'abord sous le titre "Ute-
rus et Pagiat au PPM' : "'iche(Branchi vient de publier un pa-
pierpour commenter Ce pagiat de notre Prih Goncourt par le PPwM.
Michiel c'est tr's instructifce "copie-cofe" que tu reeves. Et merci
de favoirfait. Quandj'itais dans le primaire, da �col de Ca RI-
publique, copieur itait un substantif quivalent a tricheur et per-
sonne n'aimait se voir coffer cette etiquette. Maintenant ca a un
peu chang, c'est devenu "doxographe" ou "maftre a penser" ou "Ie
negre de" ou "plume de".
Pour lui, I'article 73 nouveau content d6jA "ie processus de res-
ponsabifisation" revendiqu6 par Chamoiseau-Laguerre-Let-
chimy :
"(...) Rlis bien falina 7 de Carticle 73; Tu verras que cet alinia
nefait que decrire "fa sortie" du statut de (Dipartement et de VR-
gion : iCy est dicrit 3 conditions de cette "sortie":
1) creation par une loi de la Colfectivite de replacement
2) substitution obligatoire du Departement et de ia lRgion par
cette coflectivite
3) consentement obligatoire de Ca population concern (...)
Si bien que cet article 73, par son alinea 7, fonctionne comme un
uterus qui content unfaetus (Ca Collectiviti en germe) qui donne
naissance a un b66b mais en Cexpulsant nicessairement. La Cof-
lectivite Unique du 24janvier ne peut pas rester dans fe 73 comme


on nous fafait croire : sit6t crije, elle est expuls6e du
73. Naissance et expusion sont simultanies (..)."
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, Joseph Vi-
rassamy en conclut que la Collectivit6 Unique article
73 est un pas vers I'lnd6pendance. C'est I'argumen-
tation de la professeure de droit constitutionnel ultra-
d6partementaliste Anne-Marie Le Pourhiet.
Joseph Virassamy rappelle :" Le seulpro6leme, vois-
tu 9Michel, c'est que le ConseifdEtat a dit deuxfois, [e
19juillet et le 9 septembre que Ce (Dpartement et la q'-
S gion de Martinique subsistait apres ia consultation du
24janvier. Selon ce Conseild'Etat, iln ' aurait done ni
substitution, ni consentement pour substituerpuisqu'if
Sn'ya pas eu substitution !!!"
Donc, pour lui, Nicolas Sarkozy h6site a aller prendre
"un bockcertain" devant le Conseil constitutionnel
avec la collectivit6 unique sui generis de Letchimy. A voir...

Yves-Leopolf Monthieux: Chamoiseau,
"inspirateur "e Letchimy
Pour sa part, Yves-Leopold Monthieux (YLM), le vigilant et pro-
lixe d6fenseur des positions de la droite assimilationniste, croit
voir dans I'analyse de Michel Branchi "uneforme de retrouvailles
ou de propositions de retrouvailles" avec le PPM.
Sous le titre "We Cappelezpas pre", il observe d'abord :
'MicheCBranchi n'a pas diu vraiment attendre de connaftre �exacte
signification du mot "doxographe" pour sefaire une opinion sur
cafonction de PatrickChiamoiseau aupris de Serge Letchimy. Du
reste, pour savant qu'ifsoit, ce mot neparat pas eprimerla fonc-
tion exacte de notre Prix Goncourt aupres du president de la W-
gion.
Si Con s'en tient i [a definition du mot rapportie par Ce dirigeant
communist, Cfcrivain martiniquais paraft moins commenter ou
traduire 'opinion ou les propos du successeur de CUsaire que de
jouer a function dinspirateur telle que pratiquie au sommet dune
autre nation, par un autre icrivain nomme Henri Guaino (..)".
II pursuit : "Rfndons nianmoins justice au ridacteur en chef de
justice de safine analyse de Ca prose du PPM4 (ecercice assez rare
dans Ca press martiniquaise), exprimie sous [a signature de 1Ccri-
vain de la region et par Ca voix du secritaire gineraldu parti. IC
compare le verbe de celui-ci et Ca plume de cefui-l;. Ilretrouve dans
ces deu exercices les mimes mots, exprimis a profusion, Ces mimes
concepts. Won sans raison, if es a ramassis dans uneformue :
"copie-coCll". "Responsabilisation" est le mot nouveau, "processus
de responsa6ifisation", Ca nouvelleformule. Ce sont Ces "ingre-
dients" dun vocabulaire mais surtout dune philosophies politique
qui ne parait pfus desormais merger des balisiers de quarters
(...)".
Apres avoir distingu6 les concepts de "responsabiliti"et de "res-
ponsabilisation", YLM conclut: "En revanche, la responsabilisa-
tion suggere la remise en question et, MichiefBranchi a raison, on
ne peut pas jvoquer la "responsabilite optimae" sansfaire refi-
rence a une evolution statutaire qu'aurait, selon luiformellement


Sf i' I #1 'I.'


�' POLITIqUE





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


refuse le P PM enjanvier dernier. D'aiffeurs, "une redefinition des
structures institutionnefles", c'est ce que proposent mot pour mot
Didier Laguerre et Patrick Clamoiseau et que ne reprouve pas Ce
dirtgeant communist. Dans une maniure de complicity retrouvie,
ce dernier soupire : "Maniere de dire qu'ilconvient Ldavancerpar
tapes sur (a voie de fa souveraineti ou de fa li iration national"
La difference, c'est que aujourd'hui Chamoiseau-Laguerre-Let-
chimy "dicouvrent" qu'avec le seule fusion R6gion-Departe-
ment ils ne peuvent sortir le pays de I'orniere departementale et
qu'il faut des competences supplementaires et des habilitations
legislative assez proches de celles du 74 qu'ils se sont achar-
nes A dekatjer pour, en surfant sur la peur de nos concitoyens,
conquerir le pouvoir a la Region.
Yves-Leoplod Monthieux a tort et raison a la fois en ecrivant:
"Masques, tiuriflraires: ces mots quifCeurissent d'ordinaire dans
Ces ignes de Justice ne paraissent pas itre ai leurplace dans cette
production de 9Miche Branchi, ou [a fitote et le sous-entendu
triomphent et cachent maluneforme de retrouvaifCes ou de propo-
sition de retrouvaifles. Ifsuffirait presque qu 'in y ait ni "pere" ni
"[eaderfondamentaC'. Michiesemble dire a Patricket i Didier, et,
par-defi, au grandSerge :ATezje ne vous ihaispoint". II a raison
car il n'y a pas de haine dans la demarche du PCM a I'egard du
PPM nouveau comme de quiconque. II y a des divergences po-
litiques exprimees avec clarte et fermete parfois. II a tort preci-
sement parce que, sur la Collectivite Unique, il faut selon nous
respecter la volonte populaire. Donc sur ce point, pas de com-
plicite.
Sur la question du "pire"ou du "[eaderfondamental", les com-
munistes ont d6ej paye avec Staline et sont vaccines.

Max Dufrenet: Pas Oe fixation
sur Patrick Chamoiseau
Enfin, Max Dufrenot, ancien socialist, ancien du Modemas qui


a rejoint le MAP apres bien des peregrinations et aujourd'hui
president du "Congres populaire" commence par admettre :
"'ous comprenons parfaitement rinquietude l6gitime de fMicheC
Branch. Son analyse tient la route; maisje trouve qu'ilfait trop
unefication sur ce que dit PatrickChiamoiseau (..)".
II demand a notre camarade A partir de I'analyse de la 36me
voie en ces terms : "Branchi n'a qu'd se baser sur [a demarche
des membres du 1M.AP au lieu dinvectiver le PM de no(PPM ou
je ne sais quefautre nom doiseau (..)". C'est assez incroyable
que la moindre critique des gens du PPM soit assimilee A une
"invective"ou a une "insuCte". Caract6riser le PPM actuel vu sa
nouvelle ligne de "noo-PPM"ou de "PPM nouveau" n'est pas
un "nom doiseau"ou une epithete diffamante. II s'agit d'une ca-
tegorisation politique pour clarifier le debat. Delepine nous qua-
lifie bien de "staliniens congefls"! Cela dit, pour situer le niveau
du debat.
S'agissant du propos de Patrick Chamoiseau, notre ami Max
concede : "Ifnefaut pas rester d chercher a petite 6ete a [a moin-
dre declaration. Chfamoiseau a dit que !A 1a fimite on s'enfout de
ce que dit Chamoiseau. Ila eu un pri du cofonialismefrancais et
cela Iui a donni la grosse tite, c'est son affaire ! (...)". Rien que
ca. Nous n'avons pas ete jusque-IA. Puis il defend la troisieme
voie et le processus de responsabilisation.
Dufrenot invite Branchi a defendre la 36me voie au lieu de sui-
vre les independantistes et in fine execute Patrick Chamoiseau
sans phrase: "Maintenant quandChamoiseauparle dupare de la
Nation qui sera cefui qui aminera les gens vers la responsabiKisa-
tion, c'est une de ses inormes conneries, qui contrebafance les
bonnes choses qu 'inous sort aiaCurs".
Heureusement que la tribune de Michel Branchi a donned a lire
cela de la part d'un membre du MAP.
La verite est parfois au fond du puits.
A.G


be regression economique et sociate pour 'Outre-mer


L'Assembl6e na-
tionale a adopt
le 5 novembre
les credits de la
mission outre-
mer pour 2011,
en baisse de
2,3% par rapport
A 2010 A 1,98 mil-
liard d'euros, en
credits de paie-
ment.
Les d6put6s UMP
et Nouveau Cen-
tre ont vote pour,
6 I'exception de
Gabrielle Louis-
Carabin (UMP,
Guadeloupe) qui
a 6mis un vote ne-
gatif, tandis que
Marie-Luce Penchard doit assumer un mauvais budget ceux de l'opposi-
tion (PS, PCF,
PRG et apparent6s) ont vot6 contre.
Les credits de la mission outre-mer geres par la ministry de


I'Outre-mer Marie-Luce Penchard ne representent qu'une petite
part de I'effort global de I'Etat pour I'outre-mer, chiffre a 16,2
milliards d'euros par le minister du Budget pour I'an prochain.
Le project de budget apporte des modifications substantielles A
la defiscalisation des investissements productifs realises outre-
mer: I'avantage en impot sera reduit de 10 %, A I'exception du
logement social, permettant une centaine de millions d'euros
d'economies budgetaires, et le secteur photovoltaYque n'y sera
plus eligible.
Cependant, pour ce secteur, devant la colere des deputies de
Guyane, Guadeloupe, Reunion, le ministry du budget Francois
Baroin a instaure une commission qui remettra des conclusions
au Parlement avant le 30 juin 2011.
Cette commission pourra suggerer d'6ventuelles "propositions
legislatives"qui devraient etre inserees dans le collectif budge-
taire annonce en juin sur la reforme de la fiscalite.
Le gain annuel pour I'Etat de la measure sur le photovoltaYque
est "estimi a 230 millions d'euros a computer de 2012", alors que
les reductions fiscales pour I'outre-mer sont chiffrees A 3,2 mil-
liards d'euros pour I'an prochain.

M. Claude Bartolone (depute socialiste, rapporteur special
de la commission des finances, de I'economie general et du
contr8le budgetaire a presented les grandes lignes du budget de


IH 1 N 207 R S WtI n' 45-Pge9


IFOLIT





http://www.iournal-iustice-martinique. co


I'Outre-mer 2011
(Extraits) :
"(...) Deux arti-
( cles du project de
loi de finances
proposent d'ap-
Sporter des modi-
fication s
substantielles au
dispositif de d6-
fiscalisation des
investissements
productifs r6ali-
s6s outre-mer.
L'article 13 pro-
pose de suppri-
mer des
secteurs 6ligi-
bles 6 cette d6-
Claude Bartolone, d6put6 socialist fiscalisation les
investissements
r6alis6s dans la production d'6nergie photovoltarque. Cette sup-
pression se justifierait par le constant d'un surinvestissement
dans ce secteur (...)
(...) L'article 58 du PLF pr6voit, quant 6 lui, de soumettre un
certain nombre de d6penses fisc'ales 6 un "coup de ra6ot " Pour
I'outre-mer, cela se traduirait par un abaissement de 50 6 45 %
du taux de la reduction d'imp6t sur le revenue ouveite au titre
des investissements productifs, la d6fiscalisation des investis-
sements r6alis6s dans le secteur du logement social - sur la-
quelle j'aurai I'occasion de revenir plus loin - 6tant, elle,
6pargn6e par ce coup de rabot (...).
(...) Les credits de la mission "Outre-mer" s'6l1veront en 2011
S2,16 milliards d'euros en autorisations d'engagement et 1,98
milliard d'euros en credits de paiement. Ils seraient 16g6rement
en baisse par rapport 2010 : en baisse de 0,6 % pour les au-
torisations d'engagement et de 2,3 % pour les credits de paie-
ment. Le project de loi de programmation pluriannuelle des
finances publiques pour les ann6es 2011 6 2014 pr6voit ce-
pendant une nouvelle hausse des credits en 2012 et 2013(...).
(...) L'action "Logement" finance notamment, au moyen de la
ligne budg6taire unique, laconstruction de logements sociaux.
Par rapport 6 2010, le niveau des autorisations d'engagement
est stable, mais celui des credits de pavement recule de plus
de 30 %.
(...) Cette d6pense fiscal est typique de celles qui pourraient
utilement 6tre transform6es en subvention budg6taire. C'est
d'ailleurs ainsi que le logement social 6tait finance jusqu'6 I'en-
tr6e en vigueur de la LODEOM, qui, 6 mon sens, a donc intro-
duit une complexity suppl6mentaire pour les bailleurs sociaux


Extraits hes interventions des 6dputis martiniquais
Alfred Almont (d6put6 UMP) :
"(...) Responsable, et soucieux du d6veloppement 6conomique
et social auquel aspirent nos territoires, je reprendrai ces mots
d'Aim6 C6saire qui traduisent la vigilance qui doit plus que ja-
mais nous animer : '"e suis du c6ta de l'espirance, mais une es-
pirance conquise, lucide, hors de toute nafvet ".
Conform6ment 6 I'avis favorable 6mis par la commission,; sur la
base des explications et des informations qu'elle a reques, je
vous invite, mes chers colleagues, 6 adopter le budget de la mis-
sion "Outre-mer" pour 2011".


M. Alfred Marie-Jeanne (MIM, d6put6 apparent au group
communist et r6publicain) :
"(...) Les r6formes envisages et les measures revenues par le
Gouvernement sont plut6t porteuses de risques et de difficulties
suppl6mentaires. Si on les ajoute bout 6 bout et qu'on les rap-
porte 6 I'6chelle de sa population, la Martinique voit son effort
d6cuple, et non pas double, par rapport 6 celui de la France, les
chiffres le prouvent (...)".
"(...) En definitive, ce n'est sain pour personnel que la Marti-
nique perde toute capacity, toute competence, tout pouvoir d'in-
tervention dans ce domaine crucial comme dans bien d'autres.
C'6tait d'ailleurs tout le sens et toute la portee de la consulta-
tion du 10 janvier 2010 que j'avais soutenue en pr6conisant
I'autonomie dans le cadre de I'article 74 de la Constitution, qui
6nonce clairement et sans ambiguity que le statut tient compete
des int6erts propres de la collectivite. Le people martiniquais
I'a repouss6e mais a approuv6 le 24 janvier, soit quinze jours
apres, la mise en place d'une assemble unique regroupant les
comp6tences d6volues au d6partement et 6 la region. Subite-
ment, j'ai ou' dire que I'article 73 ne sied pas B notre situation
et qu'en plus, il faudrait reporter 6 2014 cette mise en place pre-
vue pour 2012.
Par ces temps de
crise aigu6,
n'ajoutez pas, 6
l'instabilit6 chro-
nique des plans
gouvernementaux
successifs, une in-
stabilit6 artificielle
6chafaud6e 6 la
dernidre minute.
Que le choix du
people martini-
quais soit totale-
ment respect.
Que la date initia-
lement revenue de
2012 soit mainte-
nue. Que la parole
donn6e soit hono-
r6e. Car chez
nous, la parole de
I'homme vaut
I'homme". Alfred Marie-Jeanne

M. Serge Letchimy (PPM, d6put6 apparent socialist) :
"(...) Madame la Ministre, ne voyez surtout pas dans mes pro-
pos un sentiment de suspicion. Vous 6tes une ministry de la
R6publique et, 6 ce titre, nous avons tous deux exigence de
d6bat contradictoire.
"Je veux 6ter quelques doutes sur beaucoup d'entre nous.
Tout d'abord, on ne peut pas douter de la volont6 de participa-
tion des pays, des d6partements et des regions d'outre-mer 6
la reduction du deficit public.
Deuxidmement, on ne peut pas affirmer d6cemment que ces
collectivit6s sont camp6es dans un doudouisme budg6taire de
complaisance.
Troisi6mement, je suis d'accord avec Claude Bartolone pour
estimer qu'il va falloir analyser dans le detail la question de la
d6fiscalisation, mais, dans I'imm6diat, qui peuf dire que celle-
ci n'a aucune retomb6e sur le plan des investissements, de la
creation d'activit6 et d'emplois ? Pour ma part, je crois qu'elle
en a une. Cela 6tant, apr6s ce que j'ai entendu, je ne pense


euVi opem bre2l juiticen ,-z


r_"1VOLITIQVE I





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


S IT


pas qu'il faille la
d6fendre bec et
ongles; il faut cer-
tainement lui
substituer d'autres
dispositifs dans
certain cas, no-
tamment dans le
domaine du loge-
ment social (...).
(...) Mes chers
colleagues, apres
avoir lev6 les
doutes et plant le
Sd6cor, je me dois
Sde vous dire que
Sce budget est en
recession puisqu'il
P, est. Le chiffre de
la baisse varie
e' centre I'analyse du
Serge Letchimy Gouvernement et
celle de I'opposi-
tion, mais il y a une recession. De meme, je me dois de vous
dire, puisque c'est la v6rit6, que les pertes financires vont se
situer entire 300 millions et 500 millions d'euros, et que,
lorsqu'on prend en compete ce que nous avons perdu au titre
de la LODEOM, la recession avoisine les 500 millions d'euros.
Le rabotage des niches fiscales va nous mettre dans une si-
tuation difficile. Comme nous souhaitons participer, nous aussi,
6 la reduction des deficits publics, on peut se demander si nous
ne sommes pas doublement p6nalises. N'est-ce pas le cas
avec ce rabotage et la reduction de votre budget, madame la
ministry ? En effect, cette diminution de d6penses va atteindre
I'investissement productif, msme si vous essayez d'en limiter
les retomb6es sur ceux qui b6n6ficient du system de rachat
d'6lectricit6 ou de la d6fiscalisation (...)".

M. Louis-Joseph Manscour (d6put6 socialist) :
"(...) A la v6rit6, madame la ministry, je ne mets pas en doute
votre bonne volont6 d'aider, d'accompagner mdme les outre-
mer, de les doter des moyens leur permettant d'assurer et d'as-
sumer, dirais-je, leur d6veloppement. Aussi, me garderai-je
d'6grener des chiffres pour 6tayer et pour argumenter tant il est
ais6 de d6montrer, apr6s analyse de votre project de budget,
que celui-ci est certainement le plus p6nalisant et, je me per-
mets de le souligner, le plus mauvais depuis pr6s d'une d6-
cennie pour nos economies.
Le moins que I'on puisse dire, c'est que votre budget ne va pas
marquer les esprits.
Tous les secteurs dynamisant de nos territoires ont 6t6 victims


Violence: Ia spirale infernale

Alors que les motards continent de payer un lourd tribute sur
les routes, voil que maintenant pas une semaine sans un
meurtre par arme A feu. La spirale infernale des assassinats
ne finit pas de s'elever. Ainsi deux jeunes de 22 et 24 ans ont
6t6 abattus par balles, tandis qu'un jeune motard de 25 ans
perdait la vie au Robert, sans computer les autres blesses par
armes blanches ou accidentellement. A chaque fois ce sont
des families qui sont plong6es dans la douleur et une soci6t6
en pleine interrogation de voir ses forces vives disparaTtre,
alors qu'elle repr6sentent son avenir.


de cette politique d'aust6rite. Toutes les measures qui y sont
continues sont inefficaces voire pr6judiciables, a I'exception
de quelques-unes, sans impact significatif sur la vie des habi-
tants de nos territoires (...)".
"(...) Au nom de ce principle fundamental, nous souhaitons avoir
notre dO.
N6anmoins il faut que vous teniez compete de la situation 6co-
nomique et social dramatique dans laquelle se trouvent les
outre-mer : trois fois plus de ch6meurs et de faillites d'entre-
prises qu'en m6tropole ; un taux de r6ussite au bac tries inf6-
rieur; un taux de ch6mage des jeunes tres inqui6tant ; des
zones d'education prioritaires qui augmentent d'une maniere
extr6mement
pr6occupante
une prevalence
des cancers plus
6lev6e.
Tous les cligno-
tants sont au
rouge ;je pourrais
6grener les chif-
fres. Telle est la
r6alit6 des outre-
mer.
Si nous conside-
rons qu'il est n6-
cessaire de
participer a I'effort
de redressement
national, nous
pensions que cet
effort doit 6tre pro-
portionnel B la ca-
pacit6 contributive Louis-Joseph Manscour
de chaque popu-
lation. C'est ce que je souhaite vraiment pour I'outre-mer, sin-
guliLrement pour notre pays martiniquais (...)".
La cruise financiere de I'Etat franais va frapper les economies
d6pendantes et fragile des DOM fond6es depuis les anntes
1960 sur un flux croissant de transfers publics et qui vont bais-
ser pour la premiere fois depuis 50 ans. Le module n6o-colonial
d6partemental est A bout de souffle.
Michel Branchi



Conference-6abat sur tes violence
en Martinique

Les actes de violence se sont multiplies ces dernieres
ann6es dans notre pays, tant chez les jeunes que chez les
adults. La soci6t6 martiniquaise s'interroge avec angoisse
sur cette situation qui bouleverse nos certitudes habituelles.
Le Palimavous convie cordialement, toutes et tous,
SI'importante conf6rence-d6bat qu'il organise sur cette
question :
Vendredi 12 novembre 2010 A 18 h 30
A I'amphith6etre de I'AMEP (Route de Redoute)
Intervenants :
* Louis-Fl1ix Ozier-Lafontaine (Sociologue) : 'esd4kfctuo.
sit& ie fimda& esociolog en " , eta vioe:
* Juliette Smeralda (Sociologue): 'esvione3wcivifsesY-
prssion desv io ecinsti utionnes (stniques)"


IF I IIl'








Caraibe: Plusieurs territoires rai


La solidarity martiniquaise ne se dement pas vis-a-vis de Sainte-Lucie

L'ouragan Thomas qui a frappe plusieurs lies de la Caraibe
a partir du vendredi 29 octobre a surprise tant les services
meteorologiques que les diff6rentes populations.
Et d'abord par la date relativement tardive de sa formation,
c'est-a-dire a la fin de la period cyclonique qui officielle-
ment se termine le 15 novembre. D'autant que la saison
avait et6 relativement calme sur les Petites Antilles.
Ensuite par son d6veloppement rapid. II s'est form au
large de la Guyane, au sein d'une masse nuageuse tres
dense qui a trbs vite couvert une 6tendue considerable et
s'est rapidement renforcee, passant en quelques heures
du stade de tempete tropical a celui d'un veritable cyclone
avec des vents soufflant jusqu'A 140 km/h.
Apres avoir sevi sur plusieurs Ties du sud de I'archipel, Thomas
a suivi une trajectoire traditionnelle vers I'ouest puis vers le
Nord avant de s'abattre sur HaTti puis sur la Republique Domi-
nicaine, causant des ravages de gravity variable selon les pays.
Le cyclone a d'abord effleure la Barbade o6 il a endommag6
plusieurs centaines de maisons et des cultures et mis hors ser-
vice le reseau electrique.
Plus au nord, I'ile de Saint Vincent a subi des dommages plus
important. Certes aucune victim n'est A deplorer, mais les de-
gats materiels sont considerable. Selon les autorites de cette
Tie, environ 1 200 maisons ont 6te endommagees don't une
quinzaine totalement detruites. Les pluies abondantes ont pro-
voque d'importants glissements de terrains qui ont emport6 les
routes et des canalisations d'eau potable.
LA aussi le reseau electrique a aussi gravement e6t affect.

Un 6sastre pour Sainte Lucie
C'est de toute evidence notre proche voisine du sud, Sainte-
Lucie, qui a ete la plus touchee. Peu avant la tempete, elle avait
vu debarquer des centaines de Martiniquais venus participer
aux manifestations organisees dans le cadre de la journey
creole. La marina de Rodney Bay avait accueilli de nombreux
bateaux en provenance de la Martinique pour participer au ce-
lebre tournoi international de peche au gros.
Des tourists qui ont et6 surprise tant par la soudainet6 que par
la duree du phenomene.
En effet, de memoire de Martiniquais ou de Saint-Lucien, on
n'avait jamais assisted a un tel deluge. Des trombes d'eau se
sont abattues sur I'ile pendant pres de 36 heures et sans inter-
ruption a partir des premieres heures du samedi 30 novembre.
Le dimanche matin, au fil des heures, la population tommengait
A mesurer I'etendue du desastre avec de nombreuses routes


http://www.ioumal-iustice-martinique.com


vages par et cyclone Thomas


couples ou inondees, des points emportes, les reseaux
d'eau et d'Blectricit6 hors d'usage, les cultures devas-
tees. Une grande parties de la capital Castries s'est re-
trouvee sous les eaux.
Le bilan est particulierement lourd. Les autorites font
etat de 12 morts provoqu6s par des glissements de ter-
rain parfois impressionnants et de plusieurs disparus,
notamment dans les regions tres accidentees de la
Soufriere oO de nombreux hameaux sont encore isoles.
Plusieurs jours apres le passage de Thomas, I'eau po-
table n'est pas encore revenue dans tous les foyers. Le
bilan de I'ouragan se chiffrerait A plus de 100 millions de
dollars EC. Plusieurs escales ont ete annulees par les
companies de croisiere.
Face au desastre, le people Saint-Lucien s'est imme-
diatement retrousse les manches.
Des le lundi matin, des ouvriers s'etaient deja mis au
travail pour reparer les points sur I'axe vital reliant Cas-
tries a Gros Ilet, tandis que d'autres entamaient le nettoyage
de la ville.
Mais face a I'ampleur de la catastrophe, le premier ministry Ste-
phenson King a dO faire appel A I'aide international. Les pre-
miers secours en provenance de la Martinique sont intervenus
pour ravitailler les populations isolees de la paroisse de Sou-
friere.
De multiples initiatives venant des communes jumelees avec
des localities de Sainte-Lucie ou de I'association "Urgences
Caraibes"ont ete mises en oeuvre pour apporter une aide d'ur-
gence aux populations sinistrees
Plusieurs pays don't les Etats-Unis et I'Australie ont d6ej offert
une aide financiere.

Haiti une nouvele fois frappee
Le passage de Thomas sur HaTti d6ej meurtri par les ravages
du seisme du 12 janvier et oi pros d'un million de sinistres vi-
vent encore dans des villages de tentes et dans des conditions
d'hygiene deplorables faisait craindre le pire. D'autant que les
crues des course d'eau risquaient de favoriser I'extension de
I'epidemie de cholera qui a d6jA touched environ 7.000 per-
sonnes et provoqu6 plus de 500 deces.
Les autorites avaient 6vacue les camps les plus menaces par
les inondations ou par les coulees de boue. Une parties des si-
nistres avait e6t hebergee dans les 6glises et dans les bati-
ments publics. Finalement le bilan qui se situe autour d'une
dizaine de morts s'est avere moins lourd que prevu.
Plusieurs pays don't la France, les Etats-Unis ainsi que I'union
europeenne ont envoy des medicaments de lutte centre la ma-
ladie ainsi que des 6quipements de traitement de I'eau qui est
le principal vecteur de I'6pidemie.

Un nouvOau coup 6urpour I'africulture martiniquaise
Situee en bordure nord du cyclone, la Martinique n'a ete que
moyennement touchee par les effects de Thomas. On ne signal
pas de gros dommages aux habitations. Les pluies relativement
moderees n'ont pas provoque de d6gats significatifs aux diffe-
rentes infrastructures. Les perturbations dans le fonctionne-
ment du reseau electrique, et qui ont priv6 d'eau et d'electricit6
plusieurs m'illiers de foyers, dans le sud notamment, ont ete re-
parees dans un temps record.
Par contre, les rafales qui ont parfois depass6 100 Km/ h ont
cause de graves dommages aux cultures et principalement
dans les bananeraies.


r euh i71 AvemI I * * .nil 5- Pa ge 12





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


Les agriculteurs sont d'autant plus affects qu'ils venaient tout
just de se remettre des sequelles de Dean qui avait aneanti
toutes les plantations de I'le.
Les estimations font etat de plus de 60 % de pertes dans ce
secteur. D'autres activities comme les cultures fruitieres et ma-
raTcheres ainsi que la peche sont egalement touchees.


Les professionnels ont interpelle I'Etat pour la mise en place de
measures d'indemnisation.
Reconnaissons-le. Nous avons eu chaud, mais nos voisins de
la CaraTbe ont ete plus durement touches que nous. Participons
done aux actions de solidarity organisees en leur faveur.


Malgre te vote be la reforme aes retraites, Le climat social et politique n'est

pas a la resignation


AAITE SOL AIRE
I-,


Un climate ideologique qui a change en France

Une victoire au ot amer
Apres I'adoption de la loi sur la reform des retraites impose
par la droite et le patronat, Nicolas Sarkozy et son gouverne-
ment seraient bien mal inspires de crier victoire. II ne faisait
aucun doute que la majority, en depit des etats d'ame de cer-
tains de ses leaders, finirait par se plier aux injonctions du pre-
sident de la R6publique qui, depuis le palais de I'Elysee, gardait
un oeil vigilant sur les discussions menees tant A I'Assemblee
national qu'au Senat.
Une "victoire a la Pyrrlius" pour la plupart des observateurs,
tant le prix a payer risque d'etre lourd pour le pouvoir. Et pour
maintes raisons.
D'abord, parce malgre les efforts deploys, il n'a pas reussi A
gagner la bataille de I'opinion. Tout en acceptant le principle
d'une reforme des regimes de retraites, une majority de Fran-
gais continue de condamner celle qui vient d'etre votee a cause
des sacrifices imposes aux travailleurs et de son incapacite6
regler la question des deficits.
Ensuite, parce qu'en depit de ses multiples tentatives, il n'est
pas parvenu a briser I'unite syndicale qui, depuis des mois a
resisted a toutes les manoeuvres de dislocation mises en oeuvre
par ses strateges.
Ainsi, A la veille de la journee d'action du samedi 6 novembre
dernier, la press bien pensante se faisait largement echo de
I'essoufflement du movement et de divergences entire les prin-
cipaux leaders syndicaux sur les suites A donner au mouve-
ment social. Comme si I'accord parfait entire des organizations
syndicales aux cultures si differentes allait de soi.
Pourtant, pour cette huitieme journee, les travailleurs avaient
toujours en grand nombre repondu presents. Certes, il fallait
computer avec la crainte de certain de perdre des salaires deja
maigres apres un si long combat et le vote definitif de la loi.
Mais le noyau dur du movement social, pret A continiuer la


lutte, reste important.
SSamedi dernier, bravant le froid et la pluie, travail-
leurs, retraites et jeunes 6taient encore plus d'un mil-
lion, r6partis en 245 corteges dans les diff6rentes
villes de France a crier leur colere.
A I'inverse de la cecite du president de la R6publique
et de son gouvernement, les responsables syndicaux
reconnaissaient avec lucidity que cette derniere mo-
bilisation avait connu une affluence "moindre", mais
"sans doute au-dela du mifion"de manifestants, selon
Bernard Thibault, pour qui ce succes mitige "ne doit
rien enlever a notre determination d'agir" contre la re-
forme.
L'lntersyndicale devait se reunir le lundi 8 novembre
pour determiner les formes a donner a la poursuite
du movement. Le leader de la CGT a d'ailleurs an-
nonce que son organisation continuera "de contester
[a [oi mime si elfe est promulguie", apres I'eventuel
aval du Conseil constitutionnel, saisi par le Parti socialist.
De son cote, Frangois Chereque de la CFDT, tout en recon-
naissant que le sujet des retraites risquait de s'eloigner, affirmait
que sa confederation seraa toujours dans Ie movement unitaire"
et participera "a une nouvellejournie factionfin novembre".
Et ce n'est pas sans arriere-pensee que certain mettent en
avant la surenchere de Force ouvriere qui n'est pas membre
de I'lntersyndicale et qui appelle au durcissement du conflict, au
risque de s'aliener la sympathie de I'opinion publique pour le
movement.
La discretion imposee aux porte-parole du gouvernement est
A la measure de leur inquietude pour la p6riode future.

Gouvernement: Une imade serieusement 4egraee
Mais meme si la mobilisation marque le pas, le gouvernement
aura ! gerer les consequences politiques de la crise social. II
aura bien du mal a se debarrasser de I'image d'un pouvoir a la
solde du patronat et de la Haute Finance.
La strategic de passage en force imposee par Nicolas Sarkozy
a toujours ete condamnee par une tres large majority de I'opi-
nion y laissera des traces profondes. Au plus bas des son-
dages, le president candidate, mele de pres ou de loin aux
multiples affaires qui ont jalonne les trois premieres annees de
son quinquennat et qui continent A faire encore des vagues,
aura bien du mal a regagner les faveurs de I'opinion.
La violence de ses reactions, comme dans I'affaire Clearstream
avec sa volonte de faire pendre Dominique de Villepin a un cro-
chet de boucher, son acharnement a vouloir placer son fils a la
tete de I'Etablissement public de la Defense, la confiscation des
grands medias, les conflicts d'interets dans I'affaire Woerth-Bet-
tencourt et ses multiples debordements don't certain jettent un
serieux doute sur I'independance de la justice, I'expulsion mus-


jeu I Deb2I uSiIcen'45 PrageI


NOR " � O I





http://www.iournal-iustice-martinique. com


cl6e et tres mediatisee des Roms, les multiples signaux lances
en direction de I'61ectorat du Front national ont oriented la colere
social vers le rejet de la personnel meme du president.
Et il n'est pas sOr que I'image de fermete don't il a voulu se parer
face aux movements sociaux lui permettra de redorer son bla-
son.
"On ne grepas [fe] pays en le divsant ... et crjantjour aprs jour
des inigalitis", faisait remarquer Martine Aubry.
Deja en champagne pour 2012, Nicolas Sarkozy tente d'effacer
au plus vite les sequelles de la crise en tentant de relancer le
dialogue social qu'il avait superbement ignore. Par la voix de
Laurence Parisot, la president du Medef, il se declare pret a
favoriser les n6gociations entire patronat et syndicats sur les
problems de la penibilite, de I'emploi des jeunes et des se-
niors et qu'il a totalement refuse de prendre en compete lors des
negotiations sur la reforme des retraites.
De meme il se dit dispose A rouvrir le dossier des retraites


apres les elections pr6sidentielles. Mais le chemin de la paix
social risque d'8tre sem6 d'emb0ches, car les salaries ne
semblent pas prets a la resignation.
Tout comme le dossier des retraites, ceux qui concernent I'em-
ploi, le pouvoir d'achat, la defense des services publics sont
aussi porteurs de conflicts a venir si le pouvoir persiste & igno-
rer les legitimes revendications des differentes categories so-
ciales.
Les questions soulevees par le movement social depassent
de fait la seule question des retraites, melant repartition des ri-
chesses ou justice fiscal. Le climate ideologique a change : les
discours sur le deficit public ou le coOt du travail d'il y a
quelques annees n'engendrent plus le fatalisme. Cela est
considerable.
G. Erichot


Visite hu frefient chinois en France

La Chine ovut so h6marauer Au tote a t te avec Les USA


Nicolas Sarkozy et Hu Jintao

Ceux qui croient que I'histoire est ecrite une fois pour toutes
devraient mediter sur I'exemple de la Chine pour reviser leur
jugement.
II y a environ 150 ans, les grands Etats occidentaux, s'appuyant
sur leur puissance economique et militaire imposaient & la
Chine encore moyenageuse leurs traitss inigauc" qui sou-
mettaient ce pays a toutes leurs volontes et un statut de semi-
colonie.
Un siecle et demi "seufement" plus tard, le president de la Re-
publique populaire de Chine, Hu Jintao, est presented par le ma-
gazine americain "For6es"comme "e personnage e pluspuissant
de a planite". II n'est pas loin de la verite, car apres de multi-
ples humiliations et les soubresauts de la "Pvolution cuCtu-
re[le", la Chine s'impose comme la deuxi6me puissance
6conomique du monde. Une Chine qui opere une mutation 6co-
nomique tournee vers le developpement de son march inte-
rieur et de la consommation. Une evolution qui implique une
hausse des revenues de la population et la mise en place de
system de security social et de retraite. Un evolution, soit -dit
en passant, a I'inverse de celle - passablement aberrante- sui-
vie par la Martinique..
Certes, les defenseurs selectifs des droits de I'homme ne man-


quentjamais occasion ae aenoncer ia concep-
tion de la democratic selon les Chinois, ni la
pretendue "dictature"de leur Parti communist
sur le pays. II n'empeche que c'est grace au
pragmatisme de ses dirigeants communists
que ce pays a realise en quelques d6cennies
une revolution economique don't il n'existe
aucun autre example dans I'histoire. Par ail-
leurs, contrairement 6 ce qui se dit en Occident,
le Parti Communiste Chinois est en train de dis-
cuter des reformes au plan politique.
C'est done son president qui a ete accueilli en
grande pompe, en France, les jeudi 4 et ven-
dredi 5 novembre derniers par Nicolas Sarkozy.
Une visit qui intervient apres deux annees de
brouille entire les deux pays apres le soutien du
gouvernement frangais a la revolte tibetaine
contre la presence chinoise, I'accueil par la
France du DalaT Lama, le passage mouve-
mente de la flamme olympique A Paris et la presence discrete
de Nicolas Sarkozy a PeKin lors des derniers Jeux olympiques.
Le President frangais qui ne beneficie pas d'une image flatteuse
en Chine oO il a ete trait de "clown", "fougueuxet d'imprivisi-
6Ce", a dO deployer des tresors d'amabilite pour seduire ses
hotes.
Aujourd'hui, vue de Paris, la brouille s'est transformee en lune
de miel. Nicolas Sarkozy s'est entretenu 6 cinq reprises avec le
president chinois a I'Elys6e et dans un luxueux hotel de Nice.
Car la France engluee dans une grave crise economique
cherche desesperement des marches pour ses exportations et
pour ses entreprises... et des emplois.
Pour elle comme pour les grands pays industries, la Chine re-
presente le nouvel eldorado avec un march interieur de 1,33
milliard d'habitants aux besoins immense et un taux de crois-
sance estime 6 9,5 % en 2010.
II est vrai que le numero un chinois n'etait pas venu les mains
vides. Au terme de ces deux jours de visit, les entreprises fran-
gaises don't notamment Total, Areva pour le nucleaire et Airbus
ont signed de nombreux marches pour plus de 16 milliards d'eu-
ros.
La delegation chinoise a aussi rencontre le Medef pour definir
de nouveaux partenariats economiques.


"I s is'SW I I


[ FRA NC





http://www.ioural-iustice-martinique.com


Nicolas Sarkozy a profit de cette rencontre pour obtenir le sou-
tien de la Chine lorsque la France prendra la presidence du
G20 en janvier 2011 en vue d'une r6forme du system mone-
taire international. La Chine compete sur la fermete de la France
dans le different lie A la dite "fai6lesse"de sa monnaie qui I'op-
pose aux Etats-Unis et qui creuserait les deficits commerciaux
de la plupart des Etats occidentaux avec le geant asiatique


La question des droits de I'homme et notamment le sort du dis-
sident Lui Xiaobo, prix Nobel de la Paix nomme pour ses posi-
tions pro-occidentales et ultrareactionnaires, actuellement
emprisonne & cause de ses activities centre le pouvoir chinois
n'a guere ete evoque.
Les defenseurs des droits de I'homme savent se taire lorsque
leurs interets sont en jeu.


[ #SSZIT^ , I


Meeting a Fort be-France pour sauver Mumia Abu Jamal


Ce vendredi 5 novembre, a I'appel du Comite mar-
tiniquais "SauverMumia. a6u ama['s'esttenue
une reunion d'information au Theatre de la
Croix Mission a'Fort-de-France, a la veille
de I'audience du mardi 9 novembre de la
Cour federal etasunienne devant sta-
tuer sur le sort du celebre journalist
noir.
Devant le public, parmi lequel se trou-
vait notre camarade secretaire general,
Georges Erichot, prirent successive-
ment la parole Gilbert Pago et Raphael
Constant du Comite martiniquais et
Jacky Hortaut du Collectif frangais
"Ensemble sauvons Mumia".
Chacun retraga I'iniquite du proces fait
voici 29 ans 6 Mumia, injustement ac-
cuse du meurtre d'un policies et
condamne a la peine capital au
terme d'une parodie de justice -
expeditive et racist. Seule la /
puissante protestation interna-
tionale empeche a ce jour
I'execution de la sentence de mort.
Mais le militant demeure depuis
dans le couloir de la mort. La Jus-
tice americaine ne veut pas pren-
dre en compete les nombreux


temoignages qui, depuis, disculpent
Mumia Abu Jamal du crime don't on
I'accuse.
Jacky Hortaut du Collectif frangais
"Ensemble Sauvons %Mumia" a
salue la lutte des Martiniquais
(ses) pour lib6rer Mumia qui est
bien au courant de notre ac-
tion. Jacky Hortaut rend r6gu-
lierement visit & Mumia qu'il a
revu en juin 2010. II a affirmed
que ce proces du mardi 9 no-
vembre devant Cour d'Appel
Federale de Philadelphie au-
quel il devait assister est capi-
tal. Suivant le verdict, on
saura si Mumia est definitive-
ment condamne a mort ou sa
peine est commune en prison
A vie. CE qui est 6 peu pres la
meme chose.
Dans tous les cas, seules les
petitions et protestations inter-
nationales peuvent liberer
Mumia Abu Jamal de cet
acharnement racist (voir
adresse dans notre article).
A.C


Dernier recourse pour Mumia Abu Jamal: signez ta petition monbiale!


Le journalist noir Mumia Abu Jamal est menace de mise
en ceuvre de son execution. II a besoin de la solidarity in-
ternationale.

Accuse sanspreuves
Le lien entire le combat pour sauver Mumia et les Pantheres
noires, o6 des I'Age de quinze ans il militait a Philadelphie
(Pennsylvanie) en tant que responsible a I'information, est au-
jourd'hui encore la raison de I'acharnement de ceux qui veu-
lent sa mort: en particulier le procureur general (noir) de
Pennsylvanie et le syndicate policies mafieux, I'Ordre fraternel
de la police (FOP) qui beneficie d'une redoutable tribune avec
la chaine de television d'extreme droite FoxNews.
Accuse sans preuves d'avoir abattu le policies William Faulk-
ner dans la nuit du 8 au 9 decembre 1981, Mumia Abu Jamal a
ete condamne a mort par un jury blanc sous I'egide d'un juge
ouvertement racist en juillet 1982. Par deux fois, la solidarity
international I'a sauve d'une execution imminent.
En 2008, la cour federal, sans autre examen au fond, confirm
sa culpability mais suspend provisoirement sa condemnation a


mort; mais, en janvier 2010, la Cour supreme des Itats-Unis
donne suite en janvier au recours de I'accusation ministere pu-
blic de Pennsylvanie) en renvoyant I'affaire devant la justice fe-
derale et en lui faisant injunction de revoir sa decision en
condamnant definitivement Mumia a mort.

L'ultimejufement
Le 9 novembre la cour fed6rale devait consacrer une audience
destinee A decider definitivement du sort de la "VoiXdes sans-
voiX". Apres cet ultime "jugement", Mumia n'aura plus aucun re-
cours.
II faut tout faire pour le sauver: c'est possible (1)..

(1) Signez la petition mondiale pour demander au president
Obama de se prononcer pour un moratoire universal - done y
compris aux :tats-Unis - des executions capitals (il n'a pas la
capacity constitutionnelle d'accord de la grace).
Site : www.mumiabujamal.net (rubrique actuality - juillet 2010
nouveau recours de Me Robert R. Bryan)


I F P.


IFH? _i111-





[ NOTIZEAR'IJr


Cuba: un crash fait 68 morts


http://www.journal-iustice-martinique. com

Reprise 6es relations BoUvie/USA ?


Cuba va enqueter par ses propres moyens


Un avion ATR-72 de ligne cubain s'est ecrase le vendredi 5 no-
vembre avec a son bord 61 passagers et sept membres d'6qui-
page. 40 Cubains et 28 strangers (dix Argentins, sept
Mexicains, deux Allemands, deux Australiens et 1 Frangais)
sont morts dans cet accident. Cet avion de la compagnie cu-
baine AeroCaribbean reliait Santiago de Cuba a la Havane, ca-
pitale du pays. La boTte noire a ete retrouvee et permettra
d'avancer dans I'enquete. Tous les restes humans retrouves
etaient carbonises et une dizaine de cadavres ont ete envoys
SI'lnstitut medico-legal de La Havane pour identification. Cuba
enquetera "parsespropres moyens"et avec du personnel cubain
sur les causes de I'accident, a affirmed samedi 6 novembre le
responsible de I'enquete. Les boites noires, qui enregistrent
les donnees du vol, aideront les enqueteurs a determiner la
cause de I'accident, qui reste inconnue. Le dernier crash mor-
tel de grande ampleur qui a secoue Cuba remote a I'accident
d'un Iliouchine. Le bilan fut de 126 morts, le 3 septembre 1989,
. La Havane.


Tourism: Nouveau record e visiteurs

Le 2 millionieme tourist de I'annee 2010 a ete accueilli & Cuba,
12 jours avant qu'en 2009 et pour la septieme annee consecu-
tive.
Un communique du minister cubain du tourism a precise que
le Canada reste le principal pays 6metteur de tourists suivi de
la Grande Bretagne, de I'ltalie, de I'Espagne, de I'Allemagne, de
la France, du Mexique, de I'Argentine et de la Russie.
La croissance du tourism cubain a donc ete de pres de 3%
par rapport a la meme periode de I'annee derniere.
Le minister cubain du tourism est engage dans un processus
de perfectionnement de son travail avec des strategies nova-
trices pour chacun des marches traditionnels, emergents et en
developpement. Parmi ses objectifs essentiels figure la mise
en valeur, avec responsabilite, de nos attraits naturels, de nos
acquis sociaux et culturels.
Le communique du minister de la culture ajoute que le fait d'at-
teindre ce nombre important de visiteurs a I'approche de la sai-
son d'hiver 2010-2011, reaffirme I'engagement d'encourager un
tourism de paix, de sante, de security et de confiance pour
ceux qui Blisent Cuba comme destination.
(Cara'b Creole News)


ieuhll Novebre2 1-jit 5 P 16


Le gouvernement bolivien a declare jeudi 4 novembre qu'il sou-
haite normaliser ses liens avec les Etats-Unis, mais rejette I'in-
gerence de Washington dans ses affaires internes. Le
vice-president bolivien Garcia a fait savoir que la restauration
des relations avec les Etats-Unis devait etre basee sur la coo-
peration et sur le respect mutuel de la souverainete et de la di-
gnit6 national. Le president bolivien Evo Morales a exprime
I'espoir de renouer les liens avec les Etats-Unis "aussit6t que
possible". Les deux pays ont recemment relance des n6gocia-
tions sur la restauration de leurs relations diplomatiques, apres
qu'elles se furent deteriorees en septembre 2008, lorsque la
Bolivie a expulse I'ambassadeur americain a La Paz Philip
Goldberg, arguant que Washington s'etait m6ele ses affaires
internes. Les Etats-Unis avaient reagi par une measure de re-
torsion similaire. En novembre 2008, la Bolivie avait egalement
expulse des agents de I'Administration americaine de lutte
contre la drogue (DEA), les accusant d'espionnage.


Trouble entire le CostaRica et le Nicaragua

Le gouvernement costaricien a accuse les troupes nicara-
guayennes d'etre illegalement entrees sur son territoire et de-
plore que le drapeau du Costa Rica hisse sur I'ile de Calero a
ete enleve et remplace par un drapeau nicaraguayen. Ces
actes constituent une "violation inacceptable de ['intigriti et de
la souveraineti du Costa Rica, et ces evhnements sont a6solument
non deifendables par le Nicaragua" a indique le ministry costari-
cien des Affaires etrangeres Rene Castro. Le gouvernement
costaricien, en exprimant ses protestations les plus vives centre
ces evenements, demand au Nicaragua de retirer immidia-
tement sesforces anrmes du territoire souverain du Costa Rica'" Le
president panameen Ricardo Martinelli a appele le Costa Rica
et le Nicaragua & trouver une solution 6 leur litige territorial sur
la frontiere du fleuve San Juan, de se reunir autour d'une table
pour resoudre leurs problems de maniere pacifique grace a la
mediation de la communaute international.


rVenzuelai/Colombie

Le president venezuelien Hugo Chavez et son homologue co-
lombien Juan Manuel Santos se sont rencontres le mardi 2 no-
vembre & Caracas pour ameliorer les relations et renforcer leur
cooperation, en depit de recentes disputes et des divergences
ideologiques. "Nousseronsfrres ajamais", a declare M. Chavez
en accueillant M. Santos au Palais presidential Miraflores. M.
Santos a declare que la Colombie et le Venezuela etaient deux
pays freres et avaient besoin de travailler ensemble pour sur-
monter les differends. Hugo Chavez a emis I'espoir "qu'aucune
force itrangire ne soit capable deprovoquer tout type de dommage
dans les relationsfraternefles", faisant reference aux Etats-Unis,
qu'il a accuses A maintes reprises d'avoir I'intention de faire
obstacle A I'integration latino-americaine. Les deux presidents
ont passe en revue les progres de quelques projects conjoints
lances apres la reprise des relations bilaterales, tels qu'un plan
conjoint d'investissements sociaux et la cooperation dans la
lutte centre le traffic de drogue. C'etait leur second rencontre
depuis I'arrivee de Manuel Santos au pouvoir.






http://www.ioumal-iustice-martinique.com

Un second tour en C6te 'lveoire


11 e Congrs Ou Parti Communiste Syrien


Les r6sultats provisoires du premier tour de I'election presi-
dentielle en C8te d'lvoire communiques par la Commission
6lectorale ind6pendante (CEI) donnent le president sortant,
Laurent Gbagbo, en premiere position avec 38,3 % des suf-
frages, contre 32,08 % des voix pour I'ancien premier ministry,
Alassane Ouattara. L'ex-chef d'Etat Henri Konan B6die a reuni
25,24% des suffrages. Le parti de Henri Konan Bedi6 a de-
mand6 un "recomptage des bulletins de vote". La Cour constitu-
tionnelle a jusqu'au 10 novembre pour examiner les recours et
proclamer les r6sultats des 14 candidates du premier tour.
Le second tour est prevu le 21 novembre. On s'attend en effet
a un resultat tres serre lors du duel Gbagbo-Ouattara, qui sera
arbitr6 par le report des voix de Konan Bedie du premier tour.
Le PDCI de Konan b6die, don't "lepaysBaoulC", dans le centre
du pays, forme le socle electoral, et le Rassemblement des re-
publicains (RDR, nordiste) de I'ancien Premier ministry et di-
recteur adjoint du FMI Ouattara ont passe un accord de
desistement mutuel pour le second tour avec I'objectif d'evincer
Gbagbo.


Le 11e Congres du Parti Communiste Syrien s'est tenu du 28
octobre au ler novembre A Damas, la capital de la Syrie. Le
theme retenu par les communists syriens s'intitulait : "La d6-
fense de la patrie et la defense des intirits des masses laborieuses
pour le "Front anti-impirialisme Mondial".
Le Parti communist syrien s'affirme comme un Parti marxiste-
leniniste engage dans la lutte avec la people syrien contre les
plans expansionnistes et agressifs de I'imperialisme des Etats-
Unis et la politique sioniste d'lsrael, et dans cette perspective le
Parti soutient la politique syrienne patriotique centre I'imperia-
lisme et le sionisme.
Le Parti communist syrien lutte courageusement pour les
droits de la classes ouvriere et des masses les laborieuses.
Le Parti communist syrien est guide par les principles de I'in-
ternationalisme proletarien et travaille a approfondir la coope-
ration et la coordination entire les parties communists et
progressistes dans le monde entier et brandit le slogan : "Pour
le Front anti-impiriaiste 9Mondial'
Le Parti Communiste Martiniquais a adress6 un message de
solidarity au Parti Communiste Syrien et a son Secr6taire Ge-
neral Wesal Farha Bagdash.


AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Aux terms d'une assemble g6nerale
extraordinaire en date du 22 mars 2010,
il a ete modified les societies en nom col-
lectif suivantes :
Denominations : KELLY 1, KELLY 2,
KELLY3, KELLY4, KELLY 5, KELLY6,
KELLY7, KELLY8, KELLY9, KELLY10.
Modification :
Reduction du capital social comme suit:
montant initial 153�
Nouveau montant du capital social 100e
reparti comme suit : strategic financibres
caraibes : 1 part
Mme Georgia CABRISSEAU : 99 pars
Cessions de I'ensemble des parts social
de I'associee Georgia CABRISSEAU A
I'EURL Excell Finance
Changement de gerance : ancien grant
: Mme Miguelle LEBON, nouveau grant
: I'EURL Excell Finance represented par
Mme Georgia CABRISSEAU
Pour avis le grant FB 3377

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du
13/09/2010, il a e6t constitute une society
A responsabilite limitee aux caracteris-
tiques suivantes :
Denomination : TM AUTO SERVICES
Objet : la reparation, I'entretien et la vente
de vehicules automobiles et motocycles
et camions,
Duree : 99 ans
Adresse : SABLE BLANC - 97231 RO-
BERT
Capital : 8000� en apport numeraire
Grant : M Thomas LEBLANC -MORI-
NIERE, la society sera immatriculee au
registry du commerce de Fort-de-France
Pour avis FB 3378

BGR SAS EN LIQUIDATION
AU CAPITAL SOCIAL DE 37 000C
SIEGE SOCIAL : 14 ROUTE DE
CLUNY - 97200 FORT-DE-FRANCE
SIREN: 391 976 776
RCS FORT-DE-FRANCE
AVIS DE LIQUIDATION
SOCIETY BGR CARAIBES
SOCIETY PAR ACTION SIMPLIFEE
EN LIQUIDATION


AU CAPITAL SOCIAL DE 37 OOOC
SIEGE SOCIAL : 14 ROUTE DE
CLUNY - 97200 FORT-DE-FRANCE
SIREN : 391 976 776
RCS FORT-DE-FRANCE
Suivant deliberation en date du 20 sep-
tembre 2010 & 16 heures les actionnaires
apres avoir entendu le rapport du liquida-
teur Madame DESCLOS Madeleine r6si-
dant F 64 - Terrasse de Balata - 97234
FORT DE France , ont approuve les
comptes de liquidation , ont decide du
solde de la liquidation, et aprbs avoir
donned quitus au liquidateur et decharge
de son mandate ont prononce la cloture
des operations de liquidation. Les
comptes de liquidation ont ete deposes
au greffe du tribunal de commerce de
Fort-de-France.
Pour avis et mention
Le liquidateur FB 3379

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP en date du 26
octobre 2010, il a ete constitute une so-
cietA denomination social
HEM DIFFUSION
Siege social : residence Venice Appt 15,
route de I'universite - 97233 SCHO9EL-
CHER
Forme : SARL
Capital 20000E
Objet social : centre de remise en forme
Gerance Monsieur Edgard HOMAND, 4
route de didier - 97200 Fort-de-France
Duree : 99 ans A computer de son imma-
triculation au RCS de Fort de France
FB 3380

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SARL TOTAL VIGILANCE
AU CAPITAL DE 1 000.00O
SIEGE SOCIAL: MORNE RAQUETTE
97280 VAUCLIN
SIRET N" 504 767 476 00014
Aux terms d'un proc6s verbal de delibe-
ration des associes en date du
26/10/2010, la collectivite des associ6s
accepted la demission de Madame MO-
RAND Chantal de ses functions de grant
A computer du 01 novembre 2010 et don't
la nomination avait ete public au journal
d'annonces legales "Justice"


Les associes decide a I'unanimite de
nommer en quality de grant :
M ELBENE Brigitte AngBle, demeurant A
carribre 97280 VAUCLIN, en remplace-
ment
Pour une duree illimitee
Pour avis le grant FB 3381

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
S'M LOCATION
SOCIETY A RESPONSABILITI
LIMITED AU CAPITAL DE 14 772.31
SIEGE SOCIAL : ENTREE LYCEE
MONTGERALD - 97290 MARIN
SIRET: 439 631 102 00019
APE : 711 A RCS FORT-DE-FRANCE
TMC 439 631 102
N"GESTION 2001 B 919
Aux terms d'une assemblee general
extraordinaire en date du 30/09/2010, les
associ6s ont decide la dissolution antici-
pee de ladite society. La soci6t6 subsis-
tera pour les besoins de la liquidation et
jusqu'A la cloture de celle ci.
Mme BACHE Magalie, demeurant A Anse
Figuier - 97211 RIVIERE PILOTE est
nommee liquidateur, le siege de la liqui-
dation est fixed A ENTREE LYCEE MONT-
GERALD - 97290 MARIN.C'est A cette
Sadresse que la correspondence devra


etre adressee et que les actes et docu-
ments devront &tre notifies.
Les actes et piece relatifs A la liquidation
seront deposes au registry du commerce
et des soci6tes de Fort-de-France
Pour avis et mention FB 3382

DIAMANT SERVICE CARAIBES SAS
EN LIQUIDATION
AU CAPITAL SOCIAL DE 37000 C
SIEGE SOCIAL: 14 ROUTE DE
CLUNY -97200 FORT DE FRANCE
SIREN: 403 081 268
RCS FORT DE FRANCE
AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
DIAMANT SERVICE CARAIBES
SOCIETY PAR ACTION SIMPLIFIEE
EN LIQUIDATION
AU CAPITAL SOCIAL DE 37000 C
SIEGE SOCIAL : 14 ROUTE DE
CLUNY - 97200 FORT DE FRANCE
SIREN : 403 081 268
RCS FORT DE FRANCE
Suivant deliberation en date du 3 novem-
bre 2010 A 11 heures, les actionnaires,
apr6s avoir entendu le rapport du liquida-
teur Madame DESCLOS Madeleine, rb-
sidant 69 Habitation O'Mullane - 97223
DIAMANT, ont approuve les comptes de
liquidation, ont decide du sold de la li-


I--------------------------------------------------------
Abonnez-vous d Justice
Je desire recevoir "Justice" chaque semaine A mon domicile
Nom: - -------Pr6nom :........... ------------
Adresse exacte:


Todephonea:.......................................................
Code Postal :- -------- Ville ---------------------------------
Telephone :

1 an 6 mois 3 mois
Martinique Q 80 E Q 45 U Q 32 E
Guadeloupe/ Guyane Q 86 e Q 48 E Q 35 E
France Q100 Q 55 � I 40
Retourner ce bulletin A
Society des Editions "Justice" - BP 4031 - 46 rue Andre Aliker
97200 FORT DE FRANCE CEDEX
Tel.: 05 96 71 86 83 / e-m@il : ed.justice @wanadoo.fr


euilol eberOjiu'Rti ce'5Pyf -A


ANNOUNCES UfALES






httD://www.ioural-iustice-martiniaue.com


quidation, et apres avoir donned quitus au
liquidateur et decharg6 de son mandate
ont prononce la cloture des operations de
liquidation.
Les comptes de liquidation ont ete d6po-
ses au greffe du tribunal de commerce de
FORT DE France.
Pour avis et mention,
Le liquidateur FB 3383

MAJEE'X SARL EN LIQUIDATION
AU CAPITAL SOCIAL DE 6000 C
SIEGE SOCIAL: 14 ROUTE DE
CLUNY - 97200 FORT DE FRANCE
SIREN : 510 225 758
RCS FORT DE FRANCE
AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
SOCIETY MAJEE'X
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED EN LIQUIDATION
AU CAPITALDE 6000 C
SIEGE SOCIAL: 14 ROUTE DE
CLUNY - 97200 FORT DE FRANCE
SIREN : 510 225 758
RCS FORT DE FRANCE
Suivant deliberation en date du 20 sep-
tembre 2010 A 12 heures, les associes,
apres avoir entendu le rapport du liquida-
teur Madame DESCLOS Madeleine r6si-
dant 69 Habitation O'Mullane - 97223
DIAMANT, ont approuve les comptes de
liquidation, ont decide de la repartition du
sold de la liquidation, et aprbs avoir
donned quitus au liquidateur et decharge
de son mandate ont prononce la cl6ture
des operations de liquidation.
Les comptes de liquidation ont ete d6po-
ses au greffe du tribunal de commerce de
FORT DE France.
Pour avis et mention,
Le liquidateur FB 3384

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
SCI LES VERANDAS DE BELLEVUE
SIREN 393 400189
Aux terms d'une AGO en date du
22/10/2010, les associes ont decide de :
1-Nommer M Patrick SOREL en quality
de grant en replacement de M MARIE
CALIXTE
Demissionnaire,
2- transfer le siege social : de quarter
Petite L6zarde - 97213 Gros Morne au
Lot Fond Bourlet 97222 CASE PILOTE
Pour avis le grant FB 3385

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du 20
septembre 2010, il a 6te constitu6 une so-
ci6t6 presentant les caracteristiques sui-
vantes
Forme : SARL
Denomination : SOCIETY BARAST
MERKILED
Sigle : SOBAME
Adresse : n� 10 ZAC Les Coteaux 97228
SAINTE LUCE
Objet : Travaux public, voirie et reseaux
divers, genie civil terrassement, location,
d'engins, ext
Capital: 8000,00E
Grant: M. BARAST P6dro Georges / 03
lot les Oiseaux - 97227 SAINTE ANNE
Dure : 99ans
Pour avis FB 3386

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un ASP en date du
20.10.2010, il a ete constitu6 une SARL
pr6sentant les caracteristiques suivantes:
Denomination social : AUTO DIS-
COUNT MARTINIQUE
Siege social : 530 Chemin Choco -
97212 SAINT JOSEPH
Dur6e : 99 ans
Objet social : la society a pour objet en
France et & I'etranger toute activity tou-
chant A I'achat et A la vente de vehicule


neuf ou d'occasion, motorist ou non A sa-
voir automobiles, bateaux, Moto, VTT et A
leur location avec ou sans chauffeur, a la
vente de pieces detached et accessoires
des vehicules, & la reparation mecanique
et carrosserie, au nettoyage et plus ge-
neralement toutes operations indus-
trielles, commercials, financibres,
mobilieres ou immobifieres se rapportant
directement ou indirectement A I'objet so-
cial ou susceptible d'en faciliter I'exten-
sion ou le developpement
Capital social: 75004
Gerance : est designed en quality de g6-
rant, METHELIE JEAN PHILIPPE, de-
meurant au 530 Chemin Choco 97212
Saint Joseph, nomme pour une duree de
deux ans
La societ6 sera immatriculee au RCR de
Fort-de-France FB 3387

AVIS RECTIFICATIF
AU JOURNAL < JUSTICE)) DU:
07/10/2010 - N" 40 PAGE 17 FB 3243
ECOL'EAU BRUMES EURL
Rectificatif A I'annonce : concernant la
date de transfer du si&ge social de la so-
ciete Ecol'eau Brumes EURL
II fallait lire le 01 janvier 2010 en place du
27 septembre 2010
Pour avis le grant FB 3388

AVIS DE MODIFICATION
ASSURANCES EXPERTISE
EURL AU CAPITAL DE 500�
SIEGE SOCIAL
1 rue Simon Cotrell, Anse Madame
97233 SCHOELCHER
RCS 524 416 294 Fort-de-France
L'AGE du 3 novembre 2010 a d6eide de
modifier le capital social de la soci6tA en
le portant de 500E & 7500 , modification
au RCS de Fort-de-France
Pour avis le grant FB 3389

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SOCIAL
AMENAGEMENT ET DECORATION
SIGLE: S A D
CAPITAL: 18 293.88C
LOT LES MANGLES - ACAJOU
97232 LE LAMENTIN
RCS : 333 256 576
N� GESTION 85 B 224
Avis est donned du transfer du sibge so-
cial de la soci6te & computer du : 3 no-
vembre 2010, en consequence les
articles des status seront modifies
Ancienne mention : lot LES MANGLES -
ACAJOU -97232 LE LAMENTIN
Nouvelle mention: ZAC TAUPINIERE - -
97223 LE DIAMANT
Pour avis le grant FB 3390

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SOCIAL
LITHO TECHNIC
CAPITAL: 7620.00C
LOT LES MANGLES - ACAJOU
97232 LE LAMENTIN
RCS : 391 562 659
N� GESTION 93 B 389
Avis est donned du transfer du siege so-
cial de la society A computer du : 3 no-
vembre 2010, en consequence les
articles des status seront modifies
Ancienne mention : lot LES MANGLES -
ACAJOU -97232 LE LAMENTIN
Nouvelle'mention : ZAC TAUPINIERE - -
97223 LE DIAMANT
Pour avis le grant FB 3391

AVIS DE NOMINATION
GROUP FONTAINE
SOCIETY EN NOM COLLECTIF
SAU CAPITAL DE 8000C
SIEGE SOCIAL
ROUTE DE GRAND FOND
CASE PILOTE


483 653 341
Aux terms de I'assemblee general du
29 juin 2010, il a 6te procede A la nomi-
nation pour une duree illimite , de deux
cogerants de la society A computer du 29
juin 2010
Mademoiselle Anne Laurence FON-
TAINE , demeurant route de Grand
Fonds, 97222 CASE PILOTE
Monsieur Arnaud FONTAINE , demeu-
rant 1069 lotissement Les Hauts de Ma-
niba 97222 CASE PILOTE
Mention sera faite au RCS Fort-de-
France
Pour avis FB 3392

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date fort de France du 28 octobre 2010,
il a etB constitute une society presentant
les caracteristiques suivantes :
Denomination social : ELIDYS
Forme social Soci6te civil
Siege social : 3 rue Xavier Orville TVS
97200 Fort-de-France
Objet social : gestion de participation -
Holding
Dur6e de la society : 99 ans & computer de
la date de I'immatriculation de la society
au registry du commerce et des societ6s,
Capital social : 2000e constitute unique-
ment d'apports en numeraire
Gerance: ELISABETH Gilles Medard de-
meurant: Riviere Lezarde - 97213 Gros
Morne
Clauses relatives aux cessions de parts :
dispense d'agrement pour cessions A as-
socies, conjoints d'associes, ascendants
ou descendants du cedant
Agrement accord par le grant
Immatriculation de la society au registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France
La gerance FB 3393

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 11
octobre 2010, il a ete cree une society A
responsabilite limited
Denomination : CMAG B.T. P
Capital : 7622�
Siege social : c/l Caribeen Alu - 35 rue
Paul Langevin Terre Sainville - 97200
Fort-de-France
Objet: B.T.P. Tous corps d'etat
Duree : 99 ans
Est nommee g6rante pour une duree in-
determin6e Madame DOCKX Colette de-
meurant A Gallochat - 97217 Anse d'arlet
Pour avis la gerance FB 3394

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 29
octobre 2010, il a etW constitu6 une EARL
Denomination : Ste d'exploitation des
Serres de Petit Pr6
Capital : 4 5006
Siege social: Petit Pre 97232 LAMENTIN
Objet social : culture maraichbre, culture
de legumes et tubercules, I'agriculture en
general
Dure : 99 ans
Grant : Monsieur Alain LANGE
Demeurant : Cite le Vallon - 97218 LOR-
RAIN
La society est immatriculee au CFE agri-
cole FB 3395

AVIS DE CONSTITUTION.
Suivant acte sous seing prive en date &
Fort-de-France du 07 octobre 2010, a ete
constitute une societ6 pr6sentant les ca-
racteristiques suivantes:
Forme : socidte civil immobili6re
Denomination social : SCI CERISIA
Objet social : acquisition de tous biens
immobilieres, par voie d'apport la pro-
priete , la gestion la mise en valeur, la
transformation, la construction, I'am6na-


gement I'administration et la location de
tous biens et droits immobiliers, au
moyen de capitaux propres ou d'emprunt
et g6neralement toutes operations civiles
pouvant se rattacher directement ou indi-
rectement A cet objet
Siege social : LAMENTIN Basse Gon-
deau c/� Mme CHERUBIN Jeannette
Duree : 99 ans
Capital social : 200.00E
Les apports sont uniquement en nume-
raire
Grant : Mr CHERUBIN Arthur Jean
Charles demeurant au GROS MORNE
quarter Riviere Pomme
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France
Pour avis, le grant FB 3396

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE DE LA
SARL MADIN'OFFICES
MADIN'OFFICES, SOCIETY A
RESPONSABILITE LIMITED
AU CAPITAL DE 1000C
SIEGE SOCIAL : QUARTER
MONESIE - 97228 SAINTE LUCE
IMMATRICULEE AU RCS
DE FORT-DE-FRANCE
SOUS LE N� 524 587 508
Par deliberation en date du 15 octobre
2010, I'assembl6e g6nerale extraordi-
naire des associes a decide de I'exten-
sion de I'objet social, ce qui entraine la
publication des mentions suivantes et la
modification de I'article 2 des status en
consequence
Objet social: ancienne mention, la society
a pour objet en France et A I'etranger ,
commercialiser des logiciels informa-
tiques, conseiller les entreprises, entrete-
nir du materiel informatique, reparer du
materiel informatique , service A la per-
sonne, et toutes activities de services et
products lies & ce secteur. Et plus gene-
ralement, toutes operations, industrielles
commercials, financieres, mobilieres ou
immobilieres, se rapportant directement
ou indirectement A I'objet social ou sus-
ceptibles d'en faciliter I'extension ou le
developpement
Nouvelle mention : La society a pour
objet en France et A I'6tranger: commer-
cialisation de logiciel informatique, assis-
tance A I'entreprise, gestion
administrative, conseil / audit, formation,
secretariat, saisies deportees, assistance
/depannage informatique en ligne ou sur
site Prise en main A distance, installation
informatique, Montage informatique,
Maintenance informatique, commerciali-
sation de materiels et de p6riph6riques in-
formatique, location/ leasing de materiels
et de peripheriques informatique, service
A la personnel, et toutes activities de ser-
vices et products lies A ce secteur, et plus
gen6ralement, toutes operations indus-
trielles, commercials, financibres, mobi-
liere ou immobilibres, se rapportant
Directement ou indirectement I'objet so-
cial ou susceptibles d'en faciliter I'exten-
sion ou le developpement
Le dep6t legal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France,
La gerante, Mademoiselle Yvelle BRA-
CHA , demeurant : residence les Olym-
piades
B&timent J -escalier 15, porte 09 - 97228
Sainte Luce
Pour avis FB 3397

AVIS DE CONSTITUTION
.Aux terms d'un acte sous seing prive en
date & Riviere Salee du 25 octobre 2010,
il a etB constitute une societ6 presentant
les caracteristiques suivantes :
Forme social : society A responsabilitA
limited


III, mKjucil oemre0a ae 18, A


, NCM UpLE






http://www. ournal-justice-martinique.com


Denomination social : ELECTRO WILL
Siege social: voie de I'Esperance n� 11 -
Z A La Laugier 97215 RIVIERE SALEE
Objet social : I'installation de depannage
et la vent e de materials Blectroniques,
electriques et informatiques
Duree de la socite : 99 ans a computer de
la date de I'immatriculation de la society
au registry du commerce et des societies
Capital social: 10 0004
Gerance : Monsieur Willy Frangois
LOUISY LOUIS, demeurant 63 voie de la
haute Taille
Quarter Laugier 97215 RIVIERE SALEE
Immatriculation de la societe au registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France
Pour avis FB 3398

AVIS DE CONSTITUTION D'UNE SCI
II a ete cree une Societe civil immobi-
liere par un acte sous seing prive en date
du 3 novembre 2010 don't les caracteris-
tiques sont les suivantes :
Denomination :
SCI OLERIC
Objet : La societe a pour objet la pro-
priete, la gestion et plus g6neralement
I'exploitation par bail, location ou tout
autre forme d'un immeuble que la society
se propose de construire, d'acquerir et
toutes operations financibres, mobilieres
ou immobilieres de caractere purement
civil et se rattachant a I'objet social
Siege social :
Immeuble LAROC - ZI JAMBETTE
97232 LAMENTIN
Duree : 99 ans
Capital social : 1 000 euros
Grant : Monsieur Monsieur Eric de La
HOUSSAYE, Demeurant & Quartier
MAYO - CAP EST - (97240) Frangois
(Martinique)
Pour avis, le grant FB 3399

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive du ler octobre
2010, a ete constitute une SARL LJMJ
Capital : 1 500.00e entierement libere
Siege : 11 rue des arts et metiers lot Dillon
State advantage B 97209 Fort-de-France
Objet: location sacs de luxe
Duree : 99 ans
Gerance Louise LAURENT, demeurant a
Res Les Dames Nadiege n �6
97234 Fort-de-France
La society sera immatriculee au RCS de
Fort-de-France
Pour avis et mention,
La gerance FB 3400

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
LA TARTINE DE VAL
SARL AU CAPITAL DE 10 000O
RCS FORT-DE-FRANCE
N'517 477 832
SIEGE SOCIAL VAL BEAUSEJOUR
BAT LILIANE - PORTE 0 ESCO
97220 LA TRINITE
Suivant le proces verbal de I'assemblee
general extraordinaire des associes du
27 octobre 2010,
Monsieur Didier LORDINOT resident 6,
residence Emeraude Morne Vert-97224
DUCOS a 6et nomme en quality de nou-
veau grant en replacement de Mon-
sieur Didier LUCETTE
Qui est demissionnaire de ses functions
Pour avis La gerance FB 3401

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
LA TARTANAISE DE BOULANGERIE
SARL AU CAPITAL DE 5 OO
RCS FORT-DE-FRANCE
No508 888 146 00018
SIEGE SOCIAL
N� 5 AV FRANCOIS MITTERRAND
97220 LA TRINITE
Suivant le process verbal de I'assemblee


general extraordinaire des associes du
28 octobre 2010,
Monsieur Didier LORDINOT resident 6,
residence Emeraude - Morne Vert
97224 DUCOS a ete nomme en quality
de nouveau grant en replacement de
Monsieur Francis FADEAU
Qui est demissionnaire de ses functions
Pour avis La gerance FB 3402

SAVIS DE NOMINATION
DE COMMISSAIRES AUX COMPTES
SARL ETE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 22.800 C
SIEGE SOCIAL : ROUTE DE PETIT
BOURG - GENIPA
97224 DUCOS
R.C.S: 89 B 632
SIREN : 352 157 887
I'Assemblee Generale Ordinaire du 15
Septembre 2010 a nomme :
* La SARL LAUHON AUDIT ET COM-
MISSARIAT par abreviation LACO
Demeurant au 11 - Rue du Fond LADA
- Route de Didier - 97200 FORT DE
France, en quality de Commissaire aux
Comptes titulaire,
* Monsieur Fr6edric PISKIEWICZ de-
meurant 52 Rue de la Biguine - Grand-
Village
Terreville - 97233 SCHOELCHER
en quality de Commissaire aux Comptes
supplant,
pour une period de six exercices A
computer de I'exercice 2010, soit jusqu'&
I'issue de la reunion de I'Assemblee Ge-
nerale Ordinaire appelee & statuer sur les
comptes de I'exercice close le 31 Decem-
bre 2015.
Le dep6t legal interviendra au Greffe du
Tribunal Mixte de Commerce de Fort de
France
Pour Avis
LES CO-GERANTS FB 3403

RESULTAT DE MARCH
Department de publication : 972
Annonce No 10-203995
SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR
1.1) NOM, ADDRESSES ET POINTS) DE
CONTACT:
Conseil Regional de Martinique, rue
Gaston Defferre - cluny, Contact : le re-
presentant du pouvoir adjudicateur: M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, A I'attention de service des Mar-
ches et de la Commande Publique,
MQ-97200 Fort-de-France. Tel. (+05) 96
59 63 00. Fax (+05) 96 72 68 10.
Adresse(s) internet : Adresse general
du pouvoir adjudicateur : http://www.cr-
martinique.fr. Adresse du profile d'acheteur
: http://www.cr-martinique.fr.
1.2) TYPE DE POUVOIR ADJUDICA-
TEUR ET ACTIVITQ(S) PRINCIPALE(S):
Collectivite territorial.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION II : OBJET DU MARCH
11.1) DESCRIPTION
11.1.1) Intitule attribute au march :
maitrise d'oeuvre portant sur les travaux
de ravalement des facades des batiments
3-6, batiment administratif et vie scolaire
au lycee de Bellevue.
11.1.2) Type de march et lieu d'execution,
de livraison ou de prestation :
Services.
Categorie de service : no12.
Lieu principal d'execution des travaux, de
livraison des fournitures ou de prestation
des services : lycee de Bellevue, 97200
Fort-de-France.
Code NUTS FR920.
11.1.3) L'avis implique :
11.1.4) Description succincte du march
ou de I'acquisition/des acquisitions :


il s'agit d'assurer la conception et le suivi
des travaux portant sur le ravalement des
facades et replacement de menuiseries
des batiments no 3-6 - administratif et vie
scolaire, le enforcement des garde-corps
en beton et la peinture des b&timents 1, 2,
3, 4, 5 et 6 de I'etablissement.
11.1.5) Classification CPV (vocabulaire
common pour les marches publics) :
71000000 - IA31 - IA01 - IA40,
71300000,71320000,71200000.
11.1.6) March6 couvert par I'accord sur les
marches publics (AMP) : Oui.
11.2) VALEUR TOTAL FINALE DU OU
DES MARCHE(S)
11.2.1) Valeur total finale du ou des mar-
che(s) :
Valeur : 207 235,00 euros.
TVA comprise. Taux de TVA (%) : 8,5.
SECTION IV : PROCEDURE
IV.1) TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1) Type de procedure : Ouverte.
IV.2) CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1) Criteres d'attribution :
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appr6ciee en function
1 - la valeur technique de I'offre. Ponde-
ration : 6.
2.- pertinence de la note methodologique.
Ponderation : 6.
3. - expertise des intervenants proposes
pour la mission. Ponderation : 6.
4.- engagement sur une frequence de vi-
site de chantier. Ponderation : 6.
5. - le prix des prestations. Pond6ration:4.
IV.2.2) Une enchbre Blectronique a 6te
utilisee : Non.
IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Num6ro de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur:
BEL-09-OP2-MO.
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)
concernant le meme march :
Avis de march
NumBro de I'avis au JO : 2010/S 085-
128097 du 01/05/2010.
SECTION V : ATTRIBUTION DU
MARCH
MARCH no: 10EST014
INTITULE : II s'agit d'assurer la concep-
tion et le suivi des travaux portant sur le
ravalement des facades et replacement
de menuiseries des batiments no 3-6 -
administratif et vie scolaire, le renforce-
ment des garde-corps en beton et la pein-
ture des batiments 1, 2, 3, 4, 5 et 6 de
I'etablissement.
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHI : 13 juillet 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES :11
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
Guez caraibes/dubosq olivier, Lotisse-
ment Olivier Acajou, MQ-97232 Lamen-
tin. E-mail :
betmartinique@guezcaraibes.fr.
TeI. (+05) 96 50 98 70.
Fax (+05) 96 50 98 74.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Estimation initial du montant du mar-
che:
Valeur: 191 000,00 euros. Hors TVA.
Valeur total finale du march :
Valeur : 207 235,00 euros.
TVA comprise. Taux de TVA (%) 8,5
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS
COMPLEMENTAIRES
VI.1) LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
DES FONDS COMMUNAUTAIRES
Non.
VI.2) AUTRES INFORMATIONS :
Quantity et etendue globalel'operation de


travaux peut 6tre globalement decrite en
terms de quantity et d'etendue comme
suit :
Ravalement des facades des batiments
3-6, vie scolaire et administration (re-
structuration des batons, replacement
des menuiseries, peinture)
Remplacement des menuiseries des b&-
timents 3-6, vie scolaire, batiment admi-
nistratif (portes et fen&tres exterieures,
grilles de security)
Enforcement des gardes corps prefabri-
ques sur les batiments 1-2-3-4-5-6 (fixa-
tion, scellement)
Peinture des sols des coursives (deca-
page du sol, furniture et pose d'un rev6-
tement synthetique ou similaire)
Peinture interieure des batiments 1-2-3-
4-5-6
Reamenagement des locaux des bAti-
ments vie scolaire et administratif.
Niveau(X) specifique(s) minimal (aux)
exige(s) :* Pour I'appreciation des capa-
cites professionnelles:
Le candidate dolt apporter la preuve de
I'existence dans I'equipe proposed de
personnel ayant une expertise en fluids,
en structure ainsi qu'un architect.
* Pour I'appreciation des capacities eco-
nomique et financiere :
Le dernier chiffre d'affaires annual global
disponible du candidate devra 6tre supe-
rieur a 255 000euros (T.T.C.).
* Pour I'appreciation des capacit6s tech-
niques:
Le candidate dolt apporter la preuve de
I'existence dans I'equipe proposed d'au
moins un expert en fluides, un expert en
structure et un architect.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : 4 novembre 2010.
References de I'avis initial paru au
BOAMP
Parution no : 86 B, announce no 450 du 4
mai 2010.
VI.3) PROCEDURES DE RECOURSE
VI.3.1) Instance charge des procedures
de recourse :
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683, MQ-97264 Fort-de-France
Cedex. Tel. (+33) 5 96 71 66 67. Fax
(+33) 5 96 63 10 08.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartmental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, MQ-
75700 Paris Cedex 7. Tel. (+33) 1 44 42
63. Fax (+33) 1 44 42 63 37.
VI.3.2) Introduction des recours :
VI.3.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif, croix
de Bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
Tel. (+33) 5 96 71 66 67. Fax (+33) 5 96
6310 08.
VI.4) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS: 29 octobre 2010.
Criteres sociaux ou environnementaux :
Aucun
Elements de facturation:
Numbro de bon de command d'insertion
au BOAMP : 10BE004
Libelle de la facture : Conseil Regional de
Martinique serv des Marches et de la Cde
Publique rue Gaston Defferre - Cluny BP
601, F-97200 Fort-de-France. Martinique
Adresse d'expedition : Conseil Regional
de la Martinique Rue Gaston Defferre -
Cluny BP 601 BP 601, F-97200 Fort-de-
France. Martinique
Classification des products:
* Services immobiliers
* Services fournis principalement aux en-
treprises FB 3404


I uI Nembe2en- Page ,9


A Nwa





http://www.journal-iustice-martinique. com


Jounen kreol Matinik
Depuis 1988, dans toutes les miles cr6olophones,
Bannzil kr6yol, la derniere semaine d'octobre et
plus singulierement le 28 octobre, la culture et la
langue cr6oles sont c6lebr6es sous des formes di-
verses, festival, conferences, dict6es, etc...
Dans la zone caraibe et Amerique, Sainte-Lucie, Do-
minique, Guadeloupe, Haiti, Guyane et la Martinique,
dans I'Ocean Indien, Seychelles, Maurice, Reunion tels
sont les pays de langue et culture creoles a base lexi-
cale francaise. Car il existe des creoles don't le lexique,
le vocabulaire, a comme base I'anglais, le portugais, le
hollandais. Creole a base lexicale francaise cela signi-
fie qu'une grande parties du lexique est d'origine fran-
caise, bien que la syntaxe, ou si on veut la grammaire,
ne soit pas d'origine frangaise.
Dans notre pays, la journee international du creole
2010 qui s'est 6tendue sur une semaine a donne lieu a
des manifestations variees. La plus important par son am-
pleur, son anciennete et la diversity du programme est la se-
maine organisee par I'office de la culture de Trinite sous le titre
de Rabouraj. Rabouraj est un neologisme forme a partir du
verbe creole rabour6 qui signifie rafraTchir les labours d'un
champ. C'est done une semaine qui a pour vocation de relan-
cer, revigorer la culture et la langue creoles.
C'est ainsi que ce festival proposait la dictee creole, du theAtre,
des rencontres avec les enseignants de creole de I'association
Sanblaj, I'association des ecrivains de langue creole martini-
quais, Krey Matje Kreyol Matinik, de la poesie et du slam, des
ateliers d'ecriture pour enfants et adults et bien entendu de la
musique.
Mais Trinite n'a pas 6te le seul lieu o6 furent honorees la langue
et la culture creoles. Des dictees creoles ont 6td proposees aux
adults et enfants au Precheur ; a Sainte-Marie une dictee
creole a reuni de nombreux jeunes des lycees. A Sainte Luce,
la bibliotheque a organism une soiree litteraire consacree aux
ecrivains de langue creole, Th6rese Leotin, Georges Henri Leo-
tin, Judes Duranty, Serge Restog, Jean-Francais Lienafa, Eric
Pezo, Daniel Boukman don't la piece Agoulou ek Ti Sonson a
6te jouee par une troupe de comediens amateurs.
Nous n'oublierons pas de rendre hommage a I'OMDAC qui de-
puis plusieurs annees propose un Kreyolfiesta, manifestation
particulierement tournee vers la jeunesse. Ce festival, qui de-

Vert Limon : un o6e a La lecture


L'OMDAC celebre le creole a travers le Kreyolfiesta


vait se tenir a Sainte-Anne puis a Fort-de-France offrait des ac-
tivites variees comme pawol kreyol, consacre au vocabulaire,
des rencontres avec des ecrivains, de la musique, a malheu-
reusement subi les effects de Tomas et n'a pu avoir le success
qu'augurait I'importante participation aux premieres activities.
A I'occasion de ces diverse manifestations, on a pu noter une
forte participation des Martiniquais. Si, dans le passe, peu d'en-
tre nous se mobilisaient autour de cette journee, on constate
qu'il y a de plus en plus d'initiatives qui reunissent de plus en
plus de monde.
Ces journees sont I'occasion pour les Martiniquais de prendre
conscience de I'importance de la langue et de la culture creoles
dans notre vie quotidienne, de la place que la langue et la cul-
ture creoles occupent dans leur identity.
On peut aussi penser que de plus en plus se fera sentir la ne-
cessite de d6velopper davantage dans le system educatif I'en-
seignement de la langue et de la culture creoles.
Enfin tous et toutes comprendront, probablement, que la survive
de la langue est liee a la culture. Que la langue et la culture
constituent notre identity, notre originality, notre richesse. Que
nous avons a offrir au monde ce que notre langue et notre cul-
ture ont cree et developpe au course de la constitution du peu-
pie martiniquais. Annou doubout ek kole tet pou mete kreyol la
wote i pou ye.
R. Ebion

Tam Tam: Hommage a Eugene Mona


Le Sermac a mis un terme a "Bleu de parme". Durant huit ans, la mort a ete explore
au travers de plusieurs civilisations, un eventail de sujets touchant aux formes de fin
de vie a nourri la manifestation. Depuis le 1 Novembre 2010 place a Vert Limon, un
autre concept tourney vers la lecture. L'objectif 6tant de redonner gout a la lecture, que
chacun vienne exprimer ses joies ou ses peines de lecture. Pour la
premiere, Lydie Betis et son equipe avait choisi de mettre en scene Armel Aidoudi et
Amazigh Kateb pour une -.- u . . u~ -u : .:r,,,�r- tel Cesaire. Fanon ou Kateb.


Chaque debut de mois, le collectif Tam Tam (Toutes les armes miraculeuses de
tous les artistes martiniquais) a decide d'honorer la memoire d'Eugene Mona
devant le parvis de I'Atrium denomme place E. Mona. Les plasticiens appeles les
"monaistes". L'occasion pour le collectif d'expliquer sa demarche de souhaiter
de meilleures conditions de travail. Tam Tam a fait appel aux collectivites
pour un local afin que les artistes exercent pleinement leur art.
Le collectif espere avoir satisfaction d'ici la fin novembre.


rr n Ir j I .


----- -------------------~


-- ---


I �I