Citation
Justice

Material Information

Title:
Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title:
Justice (Fort-de-France, Martinique)
Creator:
Parti communiste martiniquais
Place of Publication:
Fort-de-France, Martinique
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Copyright Date:
2010
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 36 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
World politics -- Periodicals -- 1945-1989 ( lcsh )
Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
review ( marcgt )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Martinique

Notes

General Note:
Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note:
Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Le Parti. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
15715741 ( OCLC )
90641373 ( LCCN )
Classification:
F2081.A2 J87 ( lcc )
909.82/05 ( ddc )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
te hebdomadaire d'information communist


L-" Jeudi 12 AoOt 2010 - 9Ome Annie - N 32 - Martiniaue: 1.80 E - France: 2.20 � - DOM: 1.90 E


_OMM7TGi


�-?r~. I;~r-��
e~t-'~~






[ $AKA VA I


Sa ka Vae ........ ....... .. .2

Edito ...........................
- Comme les yoleurs...

Luttessociale ................ 4/5
- Pieces ddtachees
- Histoire de gros sous
- Les marines au "commandant mort"
- Port
- Rdforme des retraites

Nicrologie ................. .P. 6
- Roland Lordinot est mort

Economie .................. . 6
- Assurance auto

Mimoir Ou Peuple .......... . 7/8
-Yves Leopold Monthieux

Economic ................. P/11
- Confirmation officielle

L'Evinement............ . 11/12
- Tour des Yoles 2010

France .................. 13/14
- L'inscurite par la gouvernement

Notre Rkgion .............. 14/16
- PrEsidentielles en Haiti

Announce ligalef .......... f. 16/19

Culture .................... .20
- 26eme Tour des Yoles Rondes




"JUS TWICE "
Administration & R6daction :
T 1. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Alikcr & E Zola
Fort-de-France - TIe. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n� 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette :Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola - 97200 Fort-de-France
S TI. : 0596 73 14 54


DENGUE : L EPIDEMICE FRAPPE TOUJOURS, DEJA 9 DECES
Depuis le debut de I'6pidemie, 9 deces ont 6te enregistres chez des patients porteurs
du virus de la dengue : un au mois de mai, 2 au mois de juin et 6 au mois de juillet.
18 110 cas de dengue m6dicalement constates ont 6te enregistres. IIs sont provoques
par deux virus vehicul6s par le moustique a6des- egypti: le DENV-1 et le DENV-4 res-
ponsables respectivement de 61% et de 38% des cas. Parmi les deces, trois sont
lies directement 6 la dengue, trois indirectement et trois sont en course d'expertise.
Les enfants representent 41 % des cas hospitalises depuis le debut de I'6pid6mie.
Leur proportion etait plus important au debut de I'epidemie puisqu'ils representaient
alors les deux tiers des cas durant les trois premiers mois.
Une proportion qui est tombee a un tiers depuis le debut du mois de juin.
Depuis le 22 fevrier 2010, date du debut de I'6pidemie, 311 patients ont 6te hospita-
lises pour des cas biologiquement confirms. Les forms severes representent 10 %
des hospitalisations. Les communes les plus touchees sont dans I'ordre decroissant
: Carbet, Marin, Sainte Anne, Diamant, Case Pilote, Sainte Luce, Basse-Pointe et
Fort de France. L'epid6mie est toujours tres present dans les communes du sud.
Loin de decroTtre, elle reste tr6s active et tend m6me A s'intensifier.
Aujourd'hui, la Martinique se situe en Phase 4, niveau 1 du PSAGE dengue, ce qui
signifie "ipid mie confine~ '.
Une journey d'action centre la dengue aura lieu le samedi 14 ao0t. Ce jour-lI, les au-
torites appelleront toute la population martiniquaise a se mobiliser pour faire la chasse
aux moustiques. Souhaitons qu'elle reagisse a cette solicitation.

Contribution au eibat d'Edmond Mondieir : "DE FEVRIER 2009 A

MARS 2010 "

VoilI un ouvrage qui revient sur I'annee poli-
S tique et social qui a tant marque la Martinique
entire fevrier 2009 et mars 2010 ! C'est le fruit du
travail d'un dirigeant du CNCP, Edmond Mon-
desir qui a fait une '"Anayse surfa mise en fumikre
des causes profondes du movement en Mtartinique
et un approfondissement de son caractkre original
et de son identitJ propre. " Le document sorti en
juillet 2010 comporte soixante dix pages. II est
scind6 en cinq chapitres. Le premier consacr6 A
fevrier 2009 se veut etre une approche metho-
dique pour une vue d'ensemble du context. Les
chapitres 2 et 3 analysent les revendications
syndicales, la mobilisation populaire et le project
lpolitique. Le quatrieme propose une demarche
vers la responsabilit6, tandis que le dernier fait le
bilan de cette period d6sormais historique.
II s'agit pour I'ancien conseiller regional et ac-
teur de premier plan de ce vaste movement so-
cial " d'avoir une vue d'ensemble de cette piriode, au moins pour donner un peu de sens
et coherence, a ce que chacun a pu en garderpar son approche personnele. C'est pour lui
"une approche argumentie, pourfavoriser une meilleure connaissance de notre rja'ite".
Avec lucidity, il souligne que "Nous sommes persuades que la recherche dfune society
meiffeure passe nicessairement par Ce chemin d'une comprehension rationnelle des choses,
au-dela des sentiments et des passions qui caracterisent fa condition humaine." Cet ou-
vrage contribuera certainement 6 la comprehension de cette periode charniere de
notre histoire.
On peut le trouver aupres des militants du CNCP.


Nous informons osfides lecteurs que Justice prendune semaine
de cong~, histoire de souffler et repartir de plus beite.
fotrejoumalsera donc absent des mosquess la 33ome semaine.
nmdez-vous fe Jeudi 26JAout 2010 pour notre prochain numdro.


V ~


htt-://www.iournal-iustice-martinigue.cor





httn://www.iournal-iustice-martiniaue. cor


r I


COME LES YOLEURS, COURAGE ET VOLONTE POUR SORTIR NOTRE PAYS DE L IMPASSE


Le 266me tour de Martinique des yoles rondes n'a pas d6-
m6rit6 en d6pit des conditions financieres difficiles de sa
realisation en cette ann6e 2010 de recession 6conomique.
Les performances sportives sont IA, le public martiniquais
a montre sa passion pour cette manifestation traditionnelle
unique au monde.
Et pourtant la soci6t6 des yoles rondes, comme le sport en
general, subit les effects de la crise capitalist et de la poli-
tique de disengagement de I'Etat du sport: sur un budget
de 448 000 euros, I'Etat n'a apport6 que 10 000 euros, soit
2,20 %, alors que les collectivit6s et communes 6mar-
geaient A 130 000 euros, soit 29 %.
Et les sponsors( les entreprises) ont apport6 la part princi-
pale de 269 000 euros, soit 60,10 %, le reste 6tant la
contribution des associations de yoles A hauteur de 39 000
euros, soit 8,70 % des d6penses.
S'agissant de la defense de notre patrimoine cultural et
d'un savoir-faire sp6cifiquement martiniquais, cette situa-
tion n'est pas normal. Et ce qui soutient cette manifesta-
tion, c'est I'engouement des Martiniquais qui constitute un
inter6t pour les entreprises, tels Digicel, Orange, Gaul,
BFC, Bananart, EDF, etc.
Alain D6de, le president de la Societe des Yoles rondes
avait raison d'ecrire en presentant cette 266me edition :
"dans cette peiode de morositi conomique, ayok ronde jlment
endtogne veut d travers cette manifestation prouverque fe cou-
rage, a volonti, faforce, (a t6naciti et Cenvie de perdurer sont
desfacteurs adterminants pour a croissance dune region".
" vec Ie tour des yoks, (a Martinique offre fe meileur d'ele-
mime", a ecrit pour sa part ici m6me Georges Erichot.
Cela merite d'etre confronted A I'analyse de la society
IPSOS Antilles qui a public recemment les resultats d'un
sondage sur I'etat d'esprit des manages martiniquais au
ler trimestre 2010 au plan du climate social et de la
consommation : "La morositi des manages s'estompe comme
par besoin salutaire dun ciangement d'attitude... m&me si au
quotidien fa rgfe est de maitrierau miewu les depenses".
Cependant, avertit la society Ipsos Antilles, les indicateurs
du climate social et de la consommation "demeurent, dans (a
plupart des cas, en dessous des valeurs que nous obsermons avant
racisefinanciere en2007". La crise est toujours la et bien lI.
La society Ipsos relive neanmoins que "unepartie (aquelfe
?) des Martiniquais aspire d une amelioration de la conjoncture
et affirme qu'e/e y croit" Cependant, I'institut prive de son-
dage note que "dans ce contexte doptimisme volontaireponc-
tuiparun ralisme au quotidien, fe Martiniquais croit daborden
fui-mime pours'en sortir... fes espoirs qu'avait susciti a contes-
tation sociae au ag6ut de Canne 2009 sont, un an apres, com-
petement iteints ou adus".
La confiance dans la capacity de I'action du K5F d'ame-
liorer la situation en Martinique passerait de 18 % au se-
cond semestre 2009 A 2 % au ler trimestre 2010. Rien
n'aurait change ou, m6me, la situation aurait empire pour


70 A 90 % des per-
sonnes sond6es en
ce qui concern le
coOt de la vie, la .
sant6 des entre-
prises, I'6volution du
ch6mage, le dialogue
social syndicats- pa-
tronat et l'6volution de
la production locale.
Nous mettons ces
constatations au
conditionnel car ces
institute de sondage
scrutant la consom-
mation et pays par le
patronat ne sont pas hours tout a prior ideologiques.
Donc r6flexe classique de repliement sur soi en situation
de cruise.
C'est une donn6e important qui trouve IA une confirmation
de ce que les militants syndicalistes, politiques et commu-
nistes pergoivent dans leur action.
Cette aspiration au changement s'est traduite, qu'on le
veuille ou non, au plan politique lors des regionales. Et I'an-
nonce d'un plan de reliance regional d'urgence s'assignant
come but A court term "dinuire un retourd ractivitiet a
[emploi" vise A donner A penser que cette aspiration est
prise en compete. Exit la promesse de cr6er 5 000 emplois,
remarquons-le en passant. Le plan de reliance necessaire
ne sera pas suffisant pour changer reellement la situation,
avons-nous deja expliqu6.
Aussi I'heure ne doit pas 6tre au fatalisme et A I'individua-
lisme. Le capitalism pursuit sa course folle au profit ac-
centuant la crise. Le pouvoir sarkozyen, derriere I'op6ration
de diversion par le moyen de I'agitation de la x6nophobie
A I'encontre des strangers, des immigres, etc, continue sa
politique d'austerit6 et de contre-reformes sociales, en par-
ticulier la mise en cause des acquis du systlme de retraite.
Les tariffs d'assurance- auto vont augmenter de 3 A 5 % en
2011 et encore de 8 A 9 % entire 2011 et 2013.
Les tariffs d'electricite vont 6tre majors de 3,4 % en
moyenne A computer du 15 ao0t.
En d6pit de tout, en France, I'avenir des retraites rest la
preoccupation principal des Frangais. Cette question doit
aussi interesser au plus haut point les Martiniquais (ses)
parce que, dans le context d6mographique, 6conomique
et social d6grad6 dans lequel notre society est plong6e par
le syst6me n6o-colonial d6partemental, la r6forme envi-
sag6e par le gouvernement risque d'avoir I'effet d'un tsu-
nami et de fire de la Martinique un pays de vieux pauvres.
C'est pourquoi, malgr6 les vacances, il n'est pas superflu
de r6fl6chir au rassemblement A constituer pour offrir une
alternative de progr6s et de responsabilite A notre people
et vaincre la tendance au chacun pour soi. A I'exemple des
6quipages des Yoles, faire preuve de courage, de t6nacit6
et de volont6 pour sortir la Martinique de I'impasse et ac-
ceder A la pleine Responsabilit6.
Michel Branchi


Ip��Jp~ij��Jrm !





[ LTTSSCILE


PIECES DETACHEES ; PAS DE 8AISSE EN VUE

si6bes, relais, fi s etfaisceaux dectriques, charSons
i ectriques, joints en caoutchouc, joints pour mo-
teurs, courroies en caoutchouc, goupilles, rondelles
defer ou d'acier, moteurs, cy'indres, pistons de mo-
teurs, vile6requins, arbres a cannes, pafiers, sou-
papes, em6rayages et disques, com6ustibles, pompes
S uile et ventilateur.


Une remise tarifaire de 15% est accordie sur Ces
pieces monties en atelier ou acheties aux magasins
S> des concessions. Cette remise
est riservie exclusivement auxparticuliers. Elle
concern exccusivement Ces pieces ditachies des ve-
hicules des segments II (RenauCt Twingo, Peugeot
107, Citroin C1....); 12 (RenauCt Clio, Peugeot 207,
Citron C3....) et 9M1 ((BM'W s'rie 1, Citroen C4,


Les onessnnares de pies dtaches ont q table de n tons

Les concessionnaires de pieces detachges ont quitt8 la table de negotiations


Le K5F et les vendeurs de pieces d6tachees avaient rendez-
vous jeudi 5 ao0t a I'h8tel des finances, dans les locaux de la
Direction de la Concurrence, de la Consommation et de la Re-
pression des Fraudes, pour tenter de trouver un accord sur la
baisse du prix de ces articles. Cette question figurait parmi les
revendications du collectif du 5 f6vrier.
Un rendez-vous qui a tourn6 court apres que les concession-
naires eurent quitt6 la table des negociations. Apres avoir mene
plusieurs actions pour amener les distributeurs de pieces 6 la
table des negociations en vue d'une baisse substantielle
comme prevue dans les accords de mars 2009, voila le K5F de
nouveau A la case depart.
Pourtant, les negociations avaient debut d6s le debut du mois
de juin.
Mais les deux parties ne sont jamais entrees dans le vif du
sujet. Lors de leurs dernieres rencontres, les vendeurs de
pieces ont reclam6 du temps pour presenter une proposition
susceptible d'aboutir. Le jeudi 5 juillet dernier, ils sont revenues
avec une proposition calquee sur celle signee entire le LKP et
leurs homologues de la Guadeloupe, le 7 juillet 2009.
Voila ce que dit cette convention : "L'accordsigni en Guade-
foupe porte sur ces pieces ditachies suivantes: Condensateurs, fu-


FordXFocus, udiu 3....). ".
Les dirigeants du K5Font trouv6 que les propositions des
concessionnaires ne repondaient nullement a leurs attentes,
lesquels se justifient en declarant :
" Nous avonsfait [effort de proposer cet accordmaCgre la diver-
siti des situations. Nous ne sommespas capa6les d'allerplus Coin.".
Ils se disent d69us de la tournure des n6gociations.
Selon Patrick Dore (UGTM), "cet accordsigni en GuadeCoupe ne
fonctionne pas. "II a annonc6 que le collectif etait pret a discu-
ter a partir de cette base pour arriver a un accord pour une
baisse significative des prix. Pour le collectif du 5 fevrier, la po-
pulation doit a nouveau se mobiliser pour obtenir satisfaction
car "ilya des aberrations" dans ce secteur avec des < pwcfita-
tions inacceptables�.
Le K5F compete faire de la baisse du prix des pieces detach6es
une des questions centrales de sa rentree social et announce
deja une manifestation des le debut du mois de septembre.
Mais pourquoi les pouvoirs publics, en I'occurrence la Pr6fec-
ture et la DDCCRF, ne prennent-ils pas leurs responsabilites
en 6tudiant la structure des prix et en imposant une marge
maximale ? C.B


Coeima/Modef centre Banalliance : LUI A RAISON DANS CETE HISTOIRE DE

GROS SOUS ?


Depuis le mardi 3 ao0t, Juvenal Remir et quelques militants du
Codema-Modef ont occupy les locaux du groupement de plan-
teurs de banane Banalliance au Lamentin. Ils reclament un re-
liquat de 400.000 euros de subvention sur les 2 millions
verseea la profession par I'Odeadom apres le cyclone Dean.
Selon les militants du Codema-Modef, la totality de la some
due aux petits planters ne leur n'aurait pas et6 vers e a ce
jour, ce qui genre des problems de tr6sorerie chez certain
d'entre eux, au point de ne pas pouvoir payer leurs salaries.
De son c6te, Banalliance refute cette demand et indique qu'un
audit a valid I'attribution des subventions aux planteurs. Le
groupement rejette I'accusation d'une "utilisationfrauduleuse
desfonds", comme I'a laiss6 entendre le Codema.
La justice devrait s'en meler puisque des plaintes ont 6et d6-
pos6es pour vol. Pour I'heure c'est la parole de I'un contre celle


de I'autre et rien en I'6tat ne permet d'affirmer que cette some
est effectivement due.
La presence d'un mediateur a ete reclamee par les deux par-
ties qui ont cependant du mal A s'entendre sur la personnalite
de ce "troisieme homme".
Aux dernieres nouvelles, les planteurs auraient reussi a
convaincre Louis-Daniel Bertome, le president de la Chambre
d'Agriculture qui, dans un premier temps, avait refuse de s'im-
miscer dans ce different entire la direction du groupement ba-
nanier et les planteurs. Reste A convaincre Banalliance de
retourner a la table des negociations et de fournir les 6elments
permettant de dehouer la crise. Un rendez-vous a ete pris sous
I'egide du president de la chambre d'agriculture le mardi 10
ao0t.
(7/08/10)


A p~~~;~~PmrY4B~~


htto://www.iournal-iustice-martiniaue. cor





htt://www.iournal-iustice-martiniaue. cor


ENFIN UNE SOLUTION POUR LES MARINES DU "COMMANDANT MORTENOL"


Au bout d'un bras de fer de plus de six mois avec leurs
employers, les marines guadeloup6ens du dragueur de
sable "Commandant 9MortenoC", soutenus par la CSTM,
ont obtenu satisfaction. II faut rappeler qu'apres avoir pro-
fite de tous les avantages de la defiscalisation, I'em-
ployeur avait decide de vendre son navire a un amateur
chypriote, sans tenir compete du sort de ses salaries. II ne
leur promettait que des indemnites de licenciement deri-
soires sans aucun plan de reclassement.
Les marines avaient refuse categoriquement cette propo-
sition et avaient occupy le bateau durant pres de 6 mois
afin d'obtenir des garanties financieres plus cons6quentes
de leur employer.
Deux demands d'expulsion des salaries avaient ete re-
jetees par la justice. Pourtant, les difficiles conditions de
vie difficiles a bord n'avaient pas entame leur determination.
Une determination renforcee par la solidarity syndicale et qui
a permis aux marines de passer ce cap difficile. Apres d'8pres
negotiations, ils ont obtenu pres de 700 00 E d'indemnite pour
les six marines, plus des primes diverse par salaries. Sans em-


Les marines du commandant Mortenol et leur avocat R. Constant

ploi desormais, ces marines specialists envisagent de reinves-
tir leur avoir dans un navire du meme type, car, selon eux, le
dragage de sable est une activity porteuse dans la region ca-
rai'be. Aujourd'hui, ils sont tous rentr6s en Guadeloupe.


REPRISE DU CHARGEMENT DES CONTENEURS


Les transporteurs de conteneurs ont suspend le 3 ao0t le
movement de greve qu'ils avaient entame le 29 juillet dernier.
Une solution provisoire ayant ete trouv6e entire salaries et chefs
d'entreprises, afin de livrer les centaines de conteneurs en at-
tente sur le terminal de la Pointe des Grives du port de Fort-
de-France.
Au nombre des revendications des salaries, les conditions de
travail liees 6 la reorganisation des operations de chargement
et de dechargement sur le port apres la mise en place d'un ma-
nutentionnaire unique (GEMO). Ce qui engendre des heures


suppl6mentaires que ne voulaient pas prendre en compete les
entreprises de transport. La question de I'augmentation des sa-
laires dans le cadre des NAO 6tait 6galement en d6bat.
Les transporteurs auto chargers qui ont obtenu que tous les
salaires soient aligns sur un minimum de 1 900 � A partir du
ler ao0t ont repris le travail, en attendant la reprise des n6go-
ciations pr6vue le 2 septembre. Elles porteront notamment sur
la prise en compete du temps de chargement et de d6charge-
ment ainsi que sur les salaires.


PCF : UE PETITION CENTRE LA REFORM DES RETRAITES


Les Martiniquais doivent s'associer A cette initiative du PCF contre la reforme
A quelques semaines de I'examen 6 I'Assemblee national de
la reforme des retraites voulue par le gouvernement, le PCF
multiple les initiatives centre ce project injuste, inefficace et qui
trahit le module social frangais. Le PCF appelle tous les
hommes et toutes les femmes A se mobiliser pendant les va-
cances pour montrer leur determination 6 refuser cette reform
que I'on tente de nous imposer par tous les moyens. Le 7 sep-
tembre, lors de la journee intersyndicale, les communists fran-
cais seront mobilis6s, dans la rue, pour faire echouer la reforme
des retraites et pour dire non au gouvernement. La mobilisa-
tion contre le project gouvernemental s'amplifie. Aux c6tes des
syndicats, soyons des millions 6 rejeter ce project et & d6fendre
une alternative credible et just.
"Pour une r6forme des retraitesjuste et efficace, une proposition


de (oi alternative ", soutenant la proposition de loi d6pos6e par
les d6put6-e-s communists, r6publicains, du Parti de Gauche.
Les premieres petitions seront depos6es a I'Assembl6e Natio-
nale, dans I'H6micycle, le 7 septembre.
Pour signer fa petition en igne, rendez-vous sur e site du PC -
http://www.pcffr/sp p.php?artice4895
"La riforme des retraites propose par le gouvernement est un vi-
ritable coup de poignardcontre fe modele sociaCfranfais. Injuste,
mais aussi inefficace, ce sont (es salaries deja durement touchispar
(a cruise qui vont (a payer au pri(fort (22,6 milliards deuros) alors
qu'unefois de plus, (e capitalest ipargne (4,4 milliards deuros). Ce
project ne reglera rien. Ils'inscrit dans la lignie des measures daus-
tiriti mises en place par 'Cnion europienne : une viritable capi-
tulation devant les marches financiers et Camplification d'une
politique fdaustiriti qui nous enfonce dans la recession. Ifest pos-
sible defaire autrement. Les dipute-e-s communists, republicans
et du Parti de gauche ont deposit une proposition de foi qui, tout
en ritablissant la justice sociale, assurerait eaalement unfinance-
ment dynamique du systmme de retraite. Elle repose sur 3 pliers:
disintoxiquer notre iconomie de (a finance, favoriser Cemploi et
les salaires et promouvoir a justice social.
Parti communist frangais,
Paris, le 4 ao0t 2010.


�i 12 At 2010 J e r32 Page 5


LUTTES 50





ROL~fI


Rolan Lord irnot: MILITANT DE LA CAUSE MARTINIQUAISE NOUS A OUITTES


Roland Lordinoa I'occasion d'une reunion du Parti


Roland Lordinot est d6cede le samedi 31 juillet 2010, il avait 74
ans.
La Martinique perd un de ses fils qui, par son engagement mi-
litant et desinteresse aux cotes du Parti Communiste Martini-
quais, a porter sa contribution 6a lever la conscience des
masses travailleuses surtout dans le Nord de la Martinique ou
il a exerce en quality d'instituteur.
II est connu pour etre un des membres de I'O.J.A.M (Organi-
sation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique) qui, en
1963, avait subi les foudres de la repression colonial, avec
emprisonnement et d6placement du proces en France.
Periode 6 combien difficile ou la misere s'abattait sur les tra-
vailleurs notamment ceux des campagnes contraints a I'exil
(BUMIDOM) ou 6 I'exode vers Fort-de-France ou le Lamentin
apres la fermeture programmee des usines.
Ces jeunes Martiniquais, 6tudiants, intellectuals et ouvriers
don'tt des communists) qui estimaient insupportable cette si-
tuation, redigerent un manifeste "La Martinique aux Martini-
quais"qu'ils placarderent dans le pays.
Ce qui 6 I'epoque etait considered subversif par le pouvoir colo-
nial frangais.
Lors de son proc6s Roland donne le sens de son engagement:
"Je suis le cadet d'unefamifle de 8 enfants. J'ai ete evi d la cam-
pagne. J'ai constat' [a misere des ouvriers agricoles qui n'ont que
5 mois de travailsur 12. L 'assimilation n'a rien change, a ceCa. Alu


contraire [e malempire. C'est toute cette experience qui a deter-
mine mon entrie au Parti Communiste Martiniquais... Plus en-
core qu'avant, depuis notre arrestation, le people martiniquais
est persuade que seulle changement de statut de Cile peut ame-
ner un changement. Tant quej'aurai un souffle de vieje serai a
la disposition de mesfreres martiniquais ! "
46 ans plus tard, en f6vrier 2009, les Martiniquais par mil-
liers reprenaient le slogan < Matinik se ta nou s6 pa ta yo >.
A son retour du proces, convaincu de la necessity de pour-
suivre le combat, Roland retrouve le Parti Communiste Mar-
tiniquais oi il apporte son experience dans les sections
communists du Nord et participe au enforcement de ces
organizations de base, et en pregnant une part active aux
campagnes electorales de soutien aux candidates du Parti.
Diffuseur exemplaire de Justice, il avait un esprit de per-
suasion pour solliciter les lecteurs dans sa commune de
Sainte-Marie, il ne remettait jamais des invendus, ayant un
grand esprit de responsabilite quand 6 la defense de son jour-
nal surtout 6 une epoque ou les responsables du Parti 6taient
frappes de lourdes amendes qu'il fallait payer.
Seul son 6tat de sante I'a contraintd'arr6ter.
Dimanche 1 er ao0t 2010, au course de la veillee patriotique, des
temoignages de ses camarades de lutte ont salue I'engage-
ment du militant au service de son pays.
Ses compagnons lors de I'affaire de I'OJAM, Gesner Mence,
Guy Dufond, Leon Sainte-Rose, ont decrit les conditions de leur
arrestation en 1963, de leur detention et leur determination a re-
sister a I'oppression colonial.
Le camarade Fernand Papaya, au nom du PCM, a salute la me-
moire du militant communist que fut Roland.
Armand Nicolas, ancien secretaire general du PCM, par sa pre-
sence, a tenu a entourer la famille Lordinot qu'il a c6toyee pen-
dant de longues annees, de sa solidarity ainsi que les
camarades Emmanuel Quiatol et Farnus Florent du Comit6
Central du PCM.
Roland Lordinot 6tait le fils de Riffard Lordinot qui fut un des pi-
liers du Parti 6 Sainte-Marie.
Les obs6ques ont eu lieu le Lundi 2 ao0t a Sainte Marie
Le Parti Communiste Martiniquais salue respectueusement Ro-
land, le militant de la cause Martiniquaise et adresse t toute sa
famille ses tres sinceres condoleances
Fernand Papaya


Ecwmf


Assurancei auto : ENVOLEE DES TARIFFS


Les primes d'assurance auto devraient repartir 6 la hausse en
2011, entire 3 et 5% I'an prochain, pour atteindre une augmen-
tation de 8 6 9% sur la p6riode 2011-2013, revele jeudi le quo-
tidien economique "Les Echos".
Rien ne justifie ces hausses, sinon la sante financi6re des as-
sureurs. "Ces hausses de price ne s'expiquent pas par un nombre
d'accidents plus e'eve"- le premier semestre 2010 a connu un
recul de 10,6% du nombre de tues sur les routes par rapport 6
la m6me p6riode en 2009 - mais parce que "Ces assureurs, quiga-
gnent moins d'argent en assurance auto, ont besoin de se refaire,
apres une tres mauvaise annie 2009'" 6crit le journal.
"Le probleme est que 2010 ne s'annonce pas meifleure", ajoute le


quotidien, qui cite la Federation frangaise des societies d'assu-
rance (FFSA), pour qui "tous Ces indicateurs restent au rouge".
"Dans ce context, on serait done reparti pour au moins trois ans
de hausse des tariffs. O6jectif des assureurs: revenir a 'equilibre",
explique Les Echos, qui precise que "dans [a profession, on
ivoque ainsi 8% a 9% de hausse etalCe sur trois ans, avec dans
'ideal, 3% a 5% [an prochain". "Les effects sur lafacture varieront
sensiblement dun assureur et dun assure a lautre. Pour mimoire,
[a prime moyenne pour un quatre roues est de 'ordre de 450 euros
JT", rappelle Les Echos. Donc, il s'agit de maintenir les taux
de profit.


--- -I Jnrn;:�;nI~mm~~~~ *


1- -- ----- ---- --


httn.://www.iournal-iustice-martinigue. cor





http://www.iournal-iustice-martinique.com


WM1R VPII


YVEs-LEOPOLD MONTHIEUX EMPETRE DANS LES VERITES DE L'HISTOIRE MAR-

TINIM1UAISE


Nous reprenons ci-apres la reponse adressee le 6/08/2010
par notre camarade Michel Branchi au site "Politiques Pu-
bliques" suite A publication le 5/08/2010 d'une nouvelle
contribution d'Yves-Leoplod Monthieux en reaction a la re-
ponse de Michel Branchi a son premier article du
29/07/2010. Dans cet article le chroniqueur de droite bien
connu, Yves-Leopold Monthieux retablissait le r6le de
Georges Gratiant aux c8tes d'Aime Cesaire a la municipa-
lite de Fort-de-France apres 1945 et avant Pierre Aliker
don't les m6rites ne sont pas en cause, loin de Ia, faut-il le
preciser.
"Ifest difficile de parferde Ciistoire ricente du pays et d'occulter
Fe r6oe des communists martiniquais". Tel est le spectacle tragi-
comique qu'offrent les contorsions rhetoriques d'un Yves-L6o-
pold Monthieux aux prises avec la p6riode de 1945 et I'arriv6e
d'une liste communist 6 la tete de la municipality de Fort-de-
France. Impossible de nier le role eminent jou6 par Georges
Gratiant aux c6tes d'Aime C6saire et difficile de reconnaitre les
progres immense accomplish par cette municipality en faveur
du people.
Pour avoir benoitement relev6 que, sur le site "Politiques pu-
bliques", Yves-Leopold Monthieux a restitue le 29/07/2010
honn6tement le rOle de Georges Gratiant en tant que premier
adjoint d'Aim6 Cesaire a la tete de la municipality communist
entire 1945 et 1956, soit pendant onze ans et avant Pierre Ali-
ker, voila que notre chevalier de la departementalisation re-
prend la plume le 5/08/2010 sur le meme site comme pour
s'excuser d'avoir rehabilit6 un communist et, par compensa-
tion, dire "des viritis qui dplfaisent".
II ecrit notamment : "C'est 7MichelBcranchi, jconomiste du Parti
communist martiniquais et rjdacteur en chefdu Journa Justice,
quiparle: "IfestparadoxCalque ce soit un homme de droite come
'Yves-LjopoldMonthieux qui rappelfe dans "(PoFtiques publiques
" e 29/07/2010 Fe T94M et Serge Letchimy a une certain dlcence
s'agissant du r6fe de georges gratiant et cela en rappeFant sim-
pfement Fesfaits".
"Certes, fMichelBranchi a trouvi ce qui fui convient dans mon ar-
ticle pour raider dfaire la Ieon au 2PPM et d Serge Letchimy".
Fin de citation.

QUATRE OBSERVATIONS POUR QUE L LECTEUR
S Y RETROUVE
1) Le 'dipassement'de I'assimilation-departementalisation
D'abord, Yves-Leopold Monthieux repond que si cette verite
qui devait 6tre dite sur Gratiant me fait plaisir (et aux d6mo-
crates et communistss, il en est d'autres qui pourront me de-
plaire qui doivent aussi 6tre 6noncees comme < par example
que le Parti Communiste Martiniquais a 6te, avec I'aide de la
CGT, la cheville ouvri6re de la mise en oeuvre de I'assimilation
martiniquaise >. Pour Y-L Monthieux, il faut le savoir, la posi-
tion actuelle des communists en faveur de I'autonomie serait
en contradiction avec leur combat de 1945 pour la d6parte-
mentalisation.
Peut-Otre Yves-Leopold Monthieux n'est pas un familiar des
6crits des communists, mais aussi bien Armand Nicolas que
d'autres chroniqueurs communists n'ont jamais ni6 que le


Parti Communiste a ete
un des promoters de la Georges Gratiant
departementalisation
pour arracher I'6galite Un avocat dans le sikle
des droits, en particulier
des droits sociaux pour L '
les travailleurs. Mais- et
cela fut leur merite-
ceux-l memes qui re-
vendiquerent la d6parte-
mentalisation-
assimilation en d6nonc6-
rent I'impasse au debut
des annees 1950 et des
1955 militbrent pour
qu'elle soit "dipassie", af- ."
firm6rent que la Marti-
nique 6tait une Nation
(Camille Sylvestre) et re-
vendiquerent une "plus
Farge participation des
Mtartiniquais a la gestion Couverture du livre de G.E. Mauvois:
"Geoges Gratiant, un avocat dans le sicle".
de feurs affaires". Ce qui
aboutit a formuler en f6vrier 1960 le mot d'ordre de I'Autono-
mie au lendemain des 6venements de d6cembre 1959. Nulle
contradiction, mais la recherche de I'6mancipation du people
martiniquais par les voies historiques les plus appropriees.


ANDRE ALIKER ET LA COLLUSION
POUVOIR COLONIAL-BEKES
2) Ensuite, dans I'affaire de I'assassinat d'Andre Aliker en
1934, Yves-Leopold Monthieux ne voit que le souci du "tris
francaisjournaliste du trs frannaisjournal "Justice" (..) de la
just defense de lafiscaiati colonialk. En r6alite, Andr6 Aliker a
denonce un possedant beke qui en fraudant le fisc volait la co-
lonie (et non de "la puissance coloniafe", comme I'affirme Yves-
Leopold Monthieux), c'est-6-dire a I'epoque la collectivite
martiniquaise, avec la complicity des autorites du pouvoir co-
lonial grace a sa "proximite"avec elles acquise par la corrup-
tion. Une complicity de classes. Exactement comme aujourd'hui
I'affaire Bettencourt- Woerth montre la consanguinite du milieu
des affaires en France et du personnel politique de la droite
UMP. YLM ajoute que cette action d'Andr6 Aliker "renseigne sur
(e civisme des communists de rCpoque". Veut-il insinuer que ceux
d'aujourd'hui pprce qu'ils revendiquent I'autonomie ne feraient
pas preuve de civisme ?
Mais surtout ravaler I'action d'Andre Aliker 6 la juste defense de
lafisca'ti coloniale, c'est le trahir et en quelque sorte I'assas-
siner une deuxieme fois.

YVES-LEOPOLD MONTHIEUX TENTE UNE DIVERSION

EN PERSONNALISANT LE DEBATE
3) Par ailleurs, Yves Leolpold Monthieux va plus loin et se
livre a une attaque personnelle aussi hors sujet qu'inelegante.


I 'I I I I'.





M


Qu'on en juge.
Comparant I'actuel redacteur en chef de Justice ( ndir :Michel
Branchi) a Andre Aliker, celui de I'affaire de 1934, il 6crit ceci :
'!"utrefacitiee de Cistoire: AnndreiAiker, patron desjournaistes
martiniquais, a peut-itre eit, a double titre, le modlfe dufutur
cadre communist, homme de justice de profession, aujourd'iui d la
retraite. Ilavait, a son tour, pour mission, cettefois officielle, de
traquer [afraudefiscale. Passons sur fes risuftats... Cet homme est
devenu, lui aussi, ridacteur en chef de justice. Ainsi, a un volon-
tariat audacieux qui s'est tragiquement termine a pu succider un
professionnalisme plut6t confortable". Confortable, qu'il dit
Passons sur le fait que, comme beaucoup, Yves-Leopold Mon-
thieux, bien qu'ancien haut fonctionnaire de police, confonde
la Direction de la Concurrence, de la Consommation et de la
Repression des Fraudes, a laquelle j'appartenais, avec la Di-
rection general des Imp6ts. Mais I'intention de nuire est bien
present avec la reflexion venimeuse suivante : "passons sur fes
risultats... "de la traque de la fraude fiscal. Surtout I'oppo-
sition factice construite entire le "volontariat audacieuxqui s'est
tragiquement termine"d'Andre Aliker et le "professionnalismeplu-
t6t confortable"attribue au redacteur en chef de Justice actuel
est assez inappropriee, pour ne pas dire saugrenue. D'autant
que I'interesse est retraite. Pour 6tre redacteur en chef de jus-
tice aujourd'hui, faut-il en passer par 6tre assassin ?
Mais on voit le procede : au cas particulier, des lors qu'il s'agit
des communists, on essaie de disqualifier I'homme et non pas
les idees. En I'occurrence, la question posee est le rl6e joue
par Aime Cesaire, Georges Gratiant et les communists a la
tete de la municipality de Fort-de-France a partir de 1945.

NHGATION DU R6LE DE GRATIANT, CSAIRE
ET DES COMMUNISTS DANS LES PROGRESS
SOCIAUX REALISES A FORT-DE-FRANCE
4) Enf n 'Yves-LiolpolidMonthieuxconfirme ce que nous subodo-
rions: s'il rappelle que Georges Gratiant fut le premier adjoint
d'Aime Cesaire avant Pierre Aliker pendant onze ans, il lui denie
ainsi qu'aux communists tout merite dans les resultats de I'ac-
tion municipal. II protest : 'fA entendre fes uns et les autres, tout
se passe come si, en absence de Georges gratiant et de Pierre
-Aiiker, iln ' aurait eu d 'Fort-de-France ni creches ni hopitauw ni
routes ni points ni chemins rurawu ni assainissement ni bons
afAMfg". Les progres realises furent ceux des "premieres an-
nies de la departementalisation", affirme-t-il, et non les resultats
de I'action de Cesaire, Gratiant, Pierre Aliker et de la munici-
palit6 communist, soutient ce representant de la droite qui re-
trouve toute sa logomachie pour defendre I'intangibilite du statut
departemental, seule et unique source de nos progress.
La difficult, c'est qu'on ne peut pas dire en meme temps que
les communists ont et6 "Ta cheville ouvriHre" de la d6parte-
mentalisation et leur denier tout merite dans les progres ac-
complis.
En reality, il n'a pas suffi d'arracher la loi de departementalisa-
tion de 1946 pour obtenir I'egalite des droits, il a fallu se battre
pied 6 pied pour en obtenir, parfois au prix du sang, I'applica-
tion concrete (Securite social, retraite des vieux travailleurs,
etc). L'action des communists don't Georges Gratiant a la tate
de la municipality de Fort-de-France a fortement contribute ce
combat. II n'est au pouvoir de personnel, fussent des historians
revisionnistes de la 256me heure, de I'effacer. Ceci est I'his-


toire de notre pays, inscrite en lettres de feu et de dignity dans
sa chair meme.
En I'occurrence, nous nous 6tions contents de souligner cour-
toisement que Yves Leopold Monthieux avait rendu justice a
Georges Gratiant, meme a son corps defendant.
Cela a suffi 6 dechainer le flot de sa mauvaise conscience.
Michel Branchi

Redacteur en chef de Justice - Economiste
PS. Notre confrere "Antilla" (n�s 1413, 1414 et 1415 des
22/07, 29/07 et 05/08/2010) present sur ce sujet une serie de
dossiers instructifs en s'appuyant notamment sur le livre de
Georges E. Mauvois "Georges Gratiant: un avocat dans le
siecle" (K Editions).

PETIT PANORAMA DES REACTIONS A L'ECHHNGE-
MONTHIEUX-BRANCHI SUR POLITIQUES PUBLIQUES"
Parmi les reactions a I'6change entire Michel Branchi et Yves-
Leopold Monthieux, nous relevons sur le site ( Politiques pu-
bliques les messages suivants signs par des pseudonymes
ou carrement anonyme, alors que notre camarade ecrit 6 vi-
sage decouvert. Instructif de I'etat d'une certain opinion.
*30 juillet 17:24, par Pascal
"Le droit d 1a virit hiistorique. Que fe TIM et ses affidLs choisis-
sent di~biriment dignorer que Cisaire a eit 6Cu [Maire de (Fort-
de-France en 1945 sur une Ciste du part communist, auxc6tis de
georges gratiant entire autres, c'est feur affaire ! Mais les fisto-
riens ne peuvent gommer que Cesaire a exerce ses premiers man-
dats de Maire, de 1945 a 1956, pendant 9 ans, avec georges
gratiant, militant communist, comme leradjoint; c'est la rialiti,
unfait historique. Le militant (PIM, comme tout 9Martiniquais, a
droit a cette viriti historique ! Cela devrait le conforter dans ses
convictions, dans sa volonti de diveloppement personnel et de
construction de son pays ".
Notre commentaire : Effectivement, il ne s'agit ici que de res-
tituer la verit6 historique, souvent occult6e par les h6ritiers ac-
tuels du leader fundamental
*6 aoOt 13:07, par Obero
"Les dernikres elections et consultations montrent 6ien, pour qui
veut se donner la peine daller un peu plus Coin dans C�analyse, qu'il
y a corrilativement au renouveffementpofitique un renouvelCement
ou tout au moins une redistribution des cartes pour fe control de
C'conomie. Ce qui mefrappe c'est la tendance a occuCter systima-
tiquement cette nouvelle done qui n'est pas sans rapport avec (a
croissance trs forte au course de ces sept dernieres annies du nom-
6re d'assujettis a fIST: i'mergence de quefque chose qui ressem-
ble itrangement a ce que Ces marnistes appelaient une "bourgeoisie
nationaCe" de couleur (coolie, chinois, multre, nigre); a ceci pris
qu 'eCe ne veut pas dire son nom et surtout ne souhaite pas etre
percu comme telle. Est-ce pour 6viter Cobf~ation morale et poli-
tique d'investir ia totafite des plus values en Martinique ? Est-ce
pourgarder [es mains [ibres en cas opportunity dans Ces pays voi-
sins oi lCe coft du travailest 6eaucoup moins eievi ?"
Notre commentaire : Nous avons signaled I'alliance entire le
neo-PPM et une certain bourgeoisie d'affaires nee de la crea-
tion du Comite pour la reliance. Cela resemble a l'apres-1956
suite a la demission d'Aim6 Cesaire du PC. La "divine surprise"
pour la bourgeoisie et la mulatraille.


p l��IIIIIIII lo I� II ' 1 I I I


hffpt://www.iournal-iustice-martinipue. cor





http.//www.iournal-iustice-martinique. corn


Violence gratuites, rogues, agression.... Une iociite martiniquaise enperte de repfre ?

NOTRE MARTINILUE DOIT RIPOSTER _


L'assassinat d'un jeune du Marigot par un autre jeune le di-
manche 25 juillet au petit matin a jet6 une vive emotion dans les
communes de Marigot et Basse Pointe.
De I'incompr6hension a la colere, on essaie de comprendre ce
qui a bien pu pousser ce jeune A I'irreparable et A une telle hor-
reur.
Mardi 27 juillet, en pleine journee, a Fort-de-France, un jeune
est agresse & I'arme blanche, creant la panique aupres des
passants.
Deja lundi 12 juillet, dans la soiree un jeune de 19 ans etait tue,
suscitant une vive emotion dans la commune du Robert don't il
etait originaire.
Tous ces faits graves, quelque soient les motivations des uns et
des autres, ne peuvent justifier I'injustifiable.
Certains de nos jeunes en perte de reperes, veulent s'identifier
a des modules imports d'ailleurs, avec la constitution de phe-
nomenes de "6ande"qui s'approprient des "territoires "et creent
dans le meme temps un sentiment d'insecurit6 et de crainte
pour les riverains. L'echo mediatique amplifie le phenomene en
propulsant ces delinquants au rang de "majors".
Ces faits graves ne sont pas representatifs de notre jeunesse
martiniquaise que nous avons trop tendance a stigmatiser...
"Sjjinj6di-a".
Oui, nous avons une jeunesse qui travaille. Rien qu'6 voir I'ac-
cueil reserve par les municipalities qui felicitent et encouragent
les nouveaux bacheliers 2010 ou la promotion de I'aide social
a I'enfance du Conseil general. Le nombre de mentions aux
examens et les orientations pointues choisies pour les grandes
universities ou grandes ecoles montrent que cette jeunesse la


est plus representative de notre Martinique 6 construire. Nous
avons vu le desarroi de ces etudiants en medecine sur qui pe-
sait la menace de ne pas poursuivre leur cursus du fait des dis-
fonctionnements administratifs dans les Universit6s frangaises.
Chaque jour qui passe, en depit d'une situation 6conomique
difficile, nous voyons de nombreux jeunes createurs d'entre-
prises se lancer dans des activities creatrices de richesses pour
le pays.
Sur le plan sportif, d'autres jeunes brillent par leurs excellent
r6sultats que ce soit en natation, football, Judo, karate, hand-
ball, athletisme, cyclisme, dans les competitions locales, r6gio-
nales et meme internationales.
D'autres s'engagent dans les movements associatifs, v6rita-
bles ecoles de formation de la citoyennete ou encore ceux qui
militent dans les organizations politiques et syndicales en pre-
nant souvent des risques pour leur carriere propre, pronant de
meilleures conditions de travail dans leurs entreprises ou dans
leurs administrations.
Malheureusement, ils ne beneficient pas de la meme couver-
ture mediatique car bien souvent le sensationnel, voire le
voyeurisme prime sur I'essentiel du fait de I'esprit mercantile
d'une certain information.
C'est cette Martinique-lb qui travaille, produit, reussit, lutte pour
une society plus just et plus humaine qui doit servir de mo-
dele a notre jeunesse pour casser la spirale du renoncement,
du fatalisme et de la violence auto- destructrice.
La society martiniquaise doit faire front et riposter.
Fernand Papaya


[ NI


Une confirmation officielle !: LE NIVEAU GENERAL DES PRIX PLUS ELEVE GLO-

BALEMENT DANS LES DOM QU'EN FRANCE


Des prix plus slev6s et des salaires plus bas. Comment faire ?


L'lnstitut national de la Statistique et des Etudes econo-
miques (INSEE) a fait paraitre discretement en juillet 2010
les r6sultats d'une enqudte de comparison spatiale de
prix entire les DOM et la '"mtropoIe"r6alisse en mars 2010.
Une conference de press prevue le 8 juillet a ete annulee.


El I'6tude est parue sur le site national de
I'INSEE et non sur le site local.
Pourtant cette comparison spatiale des
prix a 6te effectuee a la demands des ob-
servatoires des prix et des revenues des
Dom, des Etats g6neraux de I'Outre-mer et
du gouvernement. De m6me le rapport se-
natorial sur les DOM de juillet 2009 avait re-
clam6 une telle analyse. Une telle 6tude
n'avait pas 6t6 r6alis6e depuis 1992 ; c'est-
S-dire depuis 18 ans ! La "Tiberte des prii",
grace A la "main invisible" de la concur-
rence etait cens6e aboutir au just prix.
C'est que le sujet est sensible. Qu'enseigne
cette etude ?

LA MARTINIOUE, DEUXIEME PAYS LE PLUS
CHER DES DOM
1) En mars 2010, le niveau general des prix a la consom-
mation etait globalement plus Bleve dans les departements
d'outre-mer qu'en France :
-+ 13,0 % en Guyane;
-+ 9,7 % en Martinique;


I I .


150CIET





ii http.I//www~iournal-iustice-martinigue. cor


Les 6carts de prix entire les DOM et la m6tropole en mars 2010
Lecture : en pregnant comme reference le panier de consummation des manages de
metropole, les prix en Martinique etaient en moyenne supdrieurs de 16,9 % 6 ceux de
metropole. En pregnant comme rdf6rence le panier martiniquais, les prix en metropole etaient
infdrieurs de 2,9 % 6 ceux de Martinique. L'ecart de Fisher, moyenne gdometrique des deux
carts, montre que les prix sont globalement sup6rieurs de 9,7 % en Martinique par rapport
a ceux de mdtropole.
Champ : consommation des manages hors foul, gaz de ville et transports ferroviaires.
Source : enquste de comparison spatiale de prix, Insee.
en %
iearts DOM/mAtropole carts I~arts de Fisher
(panier de metropole/DOM DOM/metropole
consommation (panler de
m6tropolitain) consommation local)
Martinique 16,9 - 2,9 9,7


Guadeloupe
Guyane
La Rdunion


14,8
19,6
12,4


-+ 8,3 % en Guadeloupe ;
-+ 6,2 % en Reunion.
Selon rINSEE, " ces carts sont une measure synthitit
firences de niveaux de prix entire territoires qui cot
chaque dipartement deuxvisions, celte des manages de
tropoitaine et ce[le des manages ultra-marins (indice,
sher, 1equelprenden compete lefait que les manages c
structure de leur consommation) ".
Par example, s'agissant de la Martinique, en prena
reference le panier de consommation des manages
pole"les prix en Martinique etaient en moyenne sup
16,9 % a ceux de metropole. En pregnant comme rd
panier martiniquais, les prix en "metropofe"6taient ini
2,9% a ceux de Martinique. L'ecart de Fisher, moy
metrique des deux carts, montre que les prix sont gl
superieurs de 9,7% en Martinique par rapport A cet
tropole".
Cette enquete s'appuie sur la methodologie internal
calcul des parites de pouvoir d'achat entire pays qui
compare, entire different territoires, les prix d'un me
de products, representatif de la consommation des
(sources). Comme pour les parites de pouvoir d'
carts de prix entire territoires sont etablis A stru
consommation identiques.
VoilA la methode qui conduit A estimer que les prix
sont superieurs de 9,7 % en Martinique par rapport a
et qu'elle occupe le deuxieme rang apres la Guyar
territoire au coOt de la vie plus eleven qu'en France..
radoxalement, la Reunion, territoire le plus eloigne c
affiche les carts de prix les plus faibles. Or une de
tions avancees des carts de prix DOM/France re-
side dans le coOt du transport des marchandises.
A partir du moment oO les prix sont reconnus
comme globalement plus eleves dans les DOM,
qu'en est-il des minima sociaux, du Smic, et de tous
les revenues fixes par reference au niveau et A I'evo-
lution des prix en France ?
2�) Cette double approche vient des differences
de mode de vie et de consommation existent entire
territoires. Aussi on pondere les carts constates
pour les products elementaires par les structures de
consommation respective des manages de
chaque DOM et de France. Encore que ces der-
nieres ont tendance A se rapprocher pour les
grands postes tels que I'alimentation.
La premiere approche permet de mesurer la varia-
tion du budget de consommation d'un menage fran-
gais qui vivrait dans un DOM tout en conservant ses


habitudes de consommation de frangais.
Le budget de consommation d'un menage frangais augmente-
rait de :
- 19,6 % en Guyane;
- 16,9 % en Martinique;
- 14,8 % en Guadeloupe;
- 12,4 en Reunion.
La second, symetrique, cherche a mesurer de combien aug-
menterait ou diminuerait le coOt du panier de consommation
d'un menage issu d'un des pays denommes "DOM"s'il ache-
tait ses products aux prix pratiques en France.
Le budget de consommation d'un menage des pays constituent
les Dom serait peu modified, dit I'INSEE, s'il vivait en France tout
en conservant ses habitudes de consommation :
- Martinique : - 2,9 % ;
- Guadeloupe : -2, 2 %;
- Guyane : - 6,4 %:
- Reunion : - 0,4 % ;
II y a quand meme une certain baisse du coOt de la vie dans
cette hypothese, Reunion exceptee.
Le resultat, c'est que les carts de prix entire territoires sont plus
forts d'un point de vue d'un menage frangais que de celui d'un
menage issu d'un DOM. Mais, en reality, beaucoup de me-
nages vivant dans les DOM adoptent de plus en plus le mode
de consommation francais. Donc les carts de prix sont plus
eleves pour eux.
En clair, pour la Martinique par example, I'ecart de prix reel est
plus proche de + 16,9 % que de - 2,9 % ou de I'indice synthe-
tique de + 9,7 %.

DEPUIS 2S ANS, LES CARTS DE PRIX N'ONT PAS DIMINUE
3�) Autre enseignement de cette etude : depuis 1985, les
carts de prix sont rests du meme ordre.
En effet, des enqu6tes similaires avaient ete realisees en 1985
et en 1992. Cependant les champs, les methodes ont pu chan-
ger, avertit I'lnsee. Par ailleurs, comme indique precedemment,
les structures de consommation des manages frangais et de
ceux des pays constituent I'ensemble DOM, se rapprochent
progressivement: effects de I'integration et de I'assimilation obli-
gent ! C'est ainsi que la part de la consommation allouee A I'ali-
mentation a eu tendance a converger dans les different
territoires.
Les carts de prix, hors loyers, par rapport a la France ont
baisse pour la Guadeloupe et la Martinique entire 1985 et 1992
et ont augmented ensuite entire 1992 et 2010 :
- En Martinique, I'ecart de prix est passe de + 16,2 % en 1985
A + 8,4 % en 1992 puis 6 + 17,6 % en 2010 ;


Les boissons et alcools imports plus chers en Martinique


_ *R 12 A 0 -justice 32 - Page


- 2,2 8,30
- 6,4 13,0


L &CONOMIE I


141 ' hra
-4





httix//www. iournal-iustice-martinigue. cor


Ecwl I


- En Guadeloupe, I'6cart de prix est passe de + 17,3 % en 1985 Guyane. Question d'octroi de mer ou de marges commercials
6 + 9,5 % en 1992, puis a + 15,9 % en 2010. ?
Aujourd'hui, I'6cart de niveau des prix serait sup6rieur de 1,7 Cette etude m6rite d6bats et eclaircissements.
point en Martinique par rapport 6 la Guadeloupe. Reste a analyser les causes de ces carts de prix constates et
Donc la liberation des prix en 1986/1987 a pu active la concur- leurs differences. Et cela reste du domaine des Directions de la
rence dans un premier temps et ensuite les cartels et les en- Concurrence, de la Consommation et de la R6pression des
tentes se sont mis en place pour reliever les marges et les Fraudes, a la condition que le pouvoir politique continue, suite


profits
A la Reunion, I'ecart a diminue
entire 19895 et 1992 et n'a pas
bouge depuis.(+ 12,9 %).

DES CARTS DE PRIX CONSIDE-
RABLES SUR L'ALIMEHTATION
4�) Pourquoi ces carts de prix ?
Essentiellement en raison du ni-
veau des products alimentaires,
constate I'NSEE ;
En pregnant comme reference la
structure de consommation en
France, les ecarts de prix des
products alimentaires sont impor-
tants :
-Martinique : + 44,6 % ;
-Guadeloupe : + 33,8 % ;
-Guyane : + 49 % ;
- Reunion : + 36,6 % ;
Cela veut dire que pour les cate-
gories urbaines les plus mo-
destes qui passent par le garnd
commerce d'importation, le coOt
de la vie est insupportable.
Les prix dans les domaines de la
sante et des communications (in-


Ecarts de niveaux de prix selon les pos
Champ consommation des mdnages hors foul, g;
Source : enqudte de comparison spatiale de prix
en %
Fonctlon Martinique
DOMnl/m ropola n6lropole
(panlar (panler Io
m6lropolllain)
Products 44,6 - 13,8
alimentaires
Bolssons 36,1 25,3
alcoolisees et
tabac
Habillement et 7,1 - 3,7
chaussures
Logement, eau, 7,0 - 3,6
Energie
Meubles, 8,0 - 2,8
lectromenager,
entretlen
Sante 15,8 - 8,7
Transports -3,6 9,9
Communications 16,2 - 6,7
Loisirs et 10,1 - 2,9
culture
Restaurants et 6,7 8,2
hotels
Autres biens et 34,8 - 18,0
services y
compris
enseignement


Ensemble


16,9


-2,9


ternet, telephone et envois postaux) sont plus eleves dans les
DOM : + 15,8 % pour la sante et + 16,2 % pour les communi-
cations en Martinique (panier metropolitann. Les carts de prix
des consommations liees au logement sont plus contrasts : +
7 % en Martinique et - 2,8 % en Guadeloupe, par example.
Pour I'habillement et chaussures les carts de prix sont de + 7
% en Martinique centre + 2,9 % en Guadeloupe et - 0,3 % en


6 la revolte centre la vie ch6re dans les DOM, a considerer ces
etudes comme indispensables.
tes de consommation en mars 2010 Par example : les pieces deta-
az de ville et transports ferroviaires. chees pour I'automobile.
de 2010, Insee. Les Observatoires des prix et
des revenues comme les associa-
Gu"ad'oupe tions de consommateurs et les
/DON DOM/mbtropole M rtropole/DOM
Coal) (panler (paner local) organizations syndicales doivent
m6tropolltaln) I jouer leur r6le d'incitation et de
33,8 -9,1 clarification et se saisir de cette
16.0 18,2 etude pour aller plus loin dans la
lutte jamais terminee contre la
2,9 0,8 vie chere.
Michel Branchi
- 2,8 5,3
8,2 4,5 Notes sur la methode de I'en-
qubte (selon I'INSEE):
16,2 - 12,6 La comparison porte sur I'en-
................. .49.................................. 2 _ . . sem ble des biens et services
17-,1 -7,4 marchands consommes sur le
14,8 -7,3 territoire national par les me-
0,2 -4,5 nages. Toutefois, certain pro-
363 duits pas ou peu consommes
36,3 - 6,8
outre-mer ne sont pas pris en
compete : le fioul domestique, le
_ ... 22........................ gaz de ville et les transport ferro-
viaires.
Ainsi, de I'ordre de 400 families de biens et services tres pr6ci-
sement d6finies, appelees << varietess, ont-elles ete definies.
De 4 500 A 6 500 releves ont ete effectues dans chaque DOM
et plus de 70 000 en metropole. Les releves ont ete effectues
dans des agglomerations representatives de chacun des terri-
toires et aupres de tous les types de points de vente (hyper-
marches, supermarches, commerce traditionnels, etc.).


26ieme tour he ron e : CHABIN-AN TE AN ZAFE EPI KOSTO


Le 26ieme tour des yoles a un beau vainqueur, la yole plus re-
guliere, Joseph Cotrell/Leader Mat. Guy Albert Romer et son
equipage commencent a entrer dans la legende du tour avec
eurseconde victoire d'affilee en etant le plus jeune patron (45
ans) et ceci de fort belle maniere. Unite, cohesion, travail, stra-
tegie et le brin de chance ont ete le cocktail de la reussite de
"Chabinn-An". Joseph Cotrell/leaderMat etait done sans
contest la meilleure cette annee; elle a confirmed sa progres-
sion. On constate que la suprematie des yoles dites mapipi
commence a s'effriter. Puisque point d'UFR/Siapoc et de Ro-
sette sur le podium. Beaucoup de yoles sont en progression
malgre le manque de moyens financiers, done materiels et par-
fois humans. Apres son depart en rouge, Brasserie Loraine a
donned raison aux statistiques qui montrent qu'en 26 tours, le
vainqueur du prologue n'a jamais ete au rendez-vous pour la
victoire finale. Cette yole a su tirer tout de meme tirer son 6pin-
gle du jeu en restant sur le podium. Cette annee encore, le tour
aura et6 de toute beauty, palpitant d'un bout 6 I'autre just un
peu terni par les multiples reclamations. Attention que les en-


jeux de la victoire a tout prix ne I'emportent sur la saine com-
petition et que le fair-play ne disparaisse du paysage de la yole.
La Society des yoles a encore du travail sur la planche pour
ameliorer le reglement de fagon 6 6viter certaines polemiques.
Une meteo clemente et un public passionne ont donned 6 ce
26ime' tour les ingredients pour qu'il soit ce magnifique specta-
cle. On retiendra encore cette annee, que la Martinique s'est
retrouvee et s'est offerte un moment de rejouissances bien-
venu. Le tour est egalement une reelle aubaine pour I'economie
et le tourism Martiniquais. Selon Alain Dede : "'Un biian posi-
tifpour 1a competition, elle a tenu toutes sespromesses tant sur [e
plan de 'organisation sur reau malgri les petits d6boires et une
bonne animation. On prepare le 27ieme pour qu'i1 soit encore pCus
beau". Bravo donc 6 ces yoleurs, a tous ces jeunes qui assurent
la relieve et ont assure le spectacle. Felicitations 6 la Societe
des yoles rondes qui a su, dans une period de crise, reliever
le defi et arriver au bout de la manifestation sans trop d'ani-
croches. II appartient aux Martiniquais de leur apporter leur sou-


IeuH 12 A0 - e n' ,I2.- Page





http://www.journal-iustice-martinique. com


on ne se lasse pas du spectacle des voiles multicolores

tien humans et financiers afin que la manifestation reste pe-
renne et martiniquaise: En attendant le 27ieme tour, la coupe
de la Martinique, le Challenge promettent de belles joutes sur
I'eau.
Une semaine sur I'eau :
1"re tape : Un tr6s beau spectacle pour I'arriv6e dans la ville
du rocher. Joseph Cottrell / Leader Mat entend montrer que ses
resultats au challenge ne sont pas usurps. Elle sera encore
pr6sente sur la plus haute march du podium cette annee pour
conserver son titre acquis I'an dernier. Certains mapipi ont dejA
perdu le tour a I'image de Rosette.
211m" tape : Apres une belle course au nez des mapipi, Marc
Lagier et sa yole Digicel secoue le peloton de tete en rempor-
tant une belle victoire. Mais, suite a une reclamation pour un
refus de priority, le voila relegu6 en huitieme position. Joseph
Cotrell/Leader Mat remporte sa second victoire a Sainte-Anne
sur le tapis vert.Cette tape qui vu a une certain d6sorgani-
sation et une belle pagaille sur I'eau marque t-elle la fin du fair-
play ? L'esprit de competition est plus que jamais pr6sente au
sein des 6quipages.
31Ime tape : On laisse la cote Caraibe pour I'Atlantique. Les
yoles vont connaitre des fortunes diverse, A I'instar d'UFR/Sia-
poc en t6te de course mais qui subit un dessalage tout comme
Athon Mas et son 6quipage. Joseph Cottrell conforte son maillot
rouge et arrive en vainqueur dans la commune, berceau de la
yole, le Francois, a la satisfaction des milliers de supporters.
Le reste de la flottille pointe I'6trave sans parvenir & in-
verser la tendance.
4'nme tape : Au depart de cette tape, beaucoup ont
deja renonc6e leurs pr6tentions de victoire finale.
Reste la lutte pour les victoires d'6tape. Une excep-
tionnelle fin d'6tape tres dispute entire GFA/Digicel,
UFR et Joseph Cottrell/Leardermat. AprBs bien des
d6boires, une "victoire pour fe morafet pour les sup-
porters" est la bienvenue pour Felix M6rine et ses
hommes lors de I'6tape Frangois-Trinite. Le comit6 6.
fort a faire avec les multiples reclamations apres sa
decision d'octroyer 20 minutes de bonus a Docteur
Roots/Zapetti (3Seme tapee.
5ieme tape : Cette tape redout6e a, comme d'habi-
tude fourni son lot d'6motions et de p6rip6ties pour les
6quipages. GFA Caraibes 6tait en passe de r6ussir un
coup de maitre lorsque, par manque de vigilance, elle
a coul6. Adieu podium. D'autant que cette yole a 6t6


consid6r6e comme I'une des meilleure sur I'eau
cette ann6e, mais le sort en a decide autrement:
p6nalit6 de 20 minutes et dessalage. Le retour
dans la mer des Caraibes souri a Docteur Roots
/Zappetti, meme si elle s'est caus6 quelques
frayeurs dans la magnifique baie de Saint-pierre
lors de I'arriv6e. Guy-Albert Romer et son 6qui-
page voient se dessiner la victoire finale.
A, 6i'me tape : Les 17 yoles laissent la ville d'Art et
,, I S d'Histoire pour se diriger vers la ville capital. Les
Sorganismes sont fatigues apres la plus longue et
Sredoutable tape de la veille. II faut 6tre vigilant et
Ascertains des le depart en ont conu des d6boires.
A I'instar d'UFR/Siapoc qui, cette ann6e, doit tirer
un trait sur le podium: la yole a une nouvelle fois
coul6. Pendant ce temps, Joseph Cottrell est im-
p6rial, elle montre une nouvelle fois sa supr6ma-
- tie en important une troisieme victoire d'6tape. A
I'arriv6e, un triple franciscain.
7ieme tape : "On voulait cette tape car c'est a plus
belle"a d6clar6 Athon Mas 6 I'issue de cette re-
gate dans la baie des Flamands. Dr Roots/Zapetti a batti sa vic-
toire des la mi course tandis que Joseph Cottrell/LeaderMat
s'est content de g6rer. La yole franciscaine remporte avec pa-
nache la 26ieme edition. L'6quipage a maitris6 son sujet cette
ann6e en respectant son tableau de march. A I'arriv6e, un
nouveau tierc6 franciscain qui fait le bonheur des supporters.
Malgre ses d6convenues, les fans de FBlix M6rine, qui a re-
connu qu'il n'a pas 6t6 bon cette annee, sont encore nombreux.
II promet de tout remettre . plat pour I'an prochain. Guy Albert
Romer et ses supporters ont fait le video du vainqueur en com-
pagnie du group A pieds Kombit racing sur le front de mer.
C.B
CLASSEMENT GENERAL FINAL
1 Joseph Cottrell - Leader Mat: 22h55m46s
2 Dr Roots-Zapetti : 23h11m05s Oh15m19s
3 Brasserie Lorraine-Snack Elize-Transport Chenard
23h41m07s
4 Rosette - Orange : 23h58m23s
5 G.F.A CaraTbes - Digicel : 23h58m55s
6 Mutuelle Mare-Gaillard : 24h14m35s
7 UFR-SIAPOC: 24h30m24s
8 Tania Chaussures : 25h32m23s
9 Voolpy.info - Diet Discount - L'Orfevre du Bois : 25h47m53s
10 MACSF-Coeur & Sant6 : 26h51m08s


Les supporters toujours en masse et passionnes


Pr jIeuai 1 A i


L LTVENENENT I





htt-://www.iournal-iustice-martinicue.cor


L'ineicurite: UN EPOUVANTAIL AGITE PAR SARKOZY POUR DETOURNER LA CO-

LERE DES FRANVAIS


Avant de partir en vacances, le president de la
Republique s'est applique & deployer un rideau de
fumee pour detourner I'attention des Frangais des
vrais problems qui les preoccupent, a savoir les
ravages provoques par sa politique economique
et social, I'accroissement des inegalites et les re-
mous de I'affaire Bettencourt-Woerth qui 6cla-
boussent lui-m6me, son parti et son ministry du
Travail en charge du dossier explosif des retraites.
II a, pour cela, adopted une tactique qui consiste '
detourner le d6bat en tentant de focaliser I'opinion
publique sur les problems souleves par des faits
divers ou par des questions de security.
L'affaire de la femme verbalisee parce que sa
conduite d'un vehicule avait ete jug6e incompati-
ble avec le port du voile musulman, "Ce niqa6", lui Dange
avait d6ej fourni I'occasion de "declarer la guerre"
aux fraudeurs 6 I'aide social et de menacer de dechoir de la
nationality frangaise les strangers naturalists frangais coupa-
bles de polygamie. Aujourd'hui, le feuilleton s'enrichit d'une
nouvelle page avec les accusations de viol portees contre son
compagnon.
Les violence provoquees dans le Loir et Cher par les "gens du
voyage" suite au deces d'un des leurs abattu par les gendarmes
et par les emeutes 6 Grenoble apres qu'un jeune braqueur eQt
ete tu6 par la police lui servent de pretexte pour declarer, une
nouvelle fois, "la guerre ai Cinscuriti" et stigmatiser certaines
communautes.
Et d'annoncer, lui et ses principaux ministres don't Brice Hor-
tefeux, une serie de measures a caractere repressif don't cer-
taines rappellent I'epoque de I'occupation de la France par les
nazis. Car il n'a desormais qu'une seule obsession : recuperer
cette parties de I'electorat de droite de6ue par sa politique eco-
nomique et social et la frange des electeurs du Front national
qu'il avait conquise lors de I'election presidentielle sur la base
d'un discours securitaire et qui I'a aujourd'hui abandonne.
Le 28juillet dernier, Nicolas Sarkozy est personnellement monte
au creneau en organisant a I'Elysee une reunion exceptionnelle
sur "lesprob emes queposent (e comportement de certainsparmi les
gens du voyage et les Rpms".
En Seine-Saint-Denis et en Isere, il nomme des prefets choisis
parmi les hauts fonctionnaires de la police.
Pour chloroformer le d6bat public sur les sujets brOlants, la
droite sarkozienne n'hesite pas a pietiner les principles fonda-
teurs de la Republique frangaise, a violer sa Constitution et les
droits de I'Homme. Faisant semblant d'ignorer que I'insecurit6
qui regne dans les banlieues decoule en grande parties de la
crise economique et social, Sarkozy et sa majority s'appretent
a alourdir !'arsenal juridique avec de nouvelles lois qui risquent
fort d'etre contraires au droit europeen.
C'est ainsi qu'il propose de reconduire dans leur pays d'origine,
les "gens du voyage"originaires des pays de I'Est. Alors que le
2 ao0t, la Commission europeenne a clairement rappel6e la
France que le principle de libre circulation
"s'applique a tous les citoyens de cUJnion europienne sans discri-
mination. "
De m6me propose-t-il de dechoir de la citoyennete frangaise,


reuse manipulation de la xenophobie pour faire passer la r6forme des retraites

"en cas fatteinte d la vie dun policies" par un citoyen francais
d'origine 6trangere, comme le souhaitait d6ej un collectif de 37
deput6s de la Droite populaire, proche du Front national. Une
measure qui, selon les specialistes de la Constitution, reviendrait
a distinguer deux categories Frangais qui seraient juges selon
des lois differentes pour les memes actes.
Dans cette escalade repressive, ce meme gouvernement pro-
pose des peines de prison pour les parents d'enfants delin-
quants.
Des measures qui scandalisent les associations de defense des
droits de I'Homme et que I'ancien premier ministry Michel Ro-
card condamne fermement en ces terms : "Quandon va cher-
cher iflectorat du Front national voif4 sur quels scandates on
debouche. La loi sur les mineurs dlinquants passe de la responsa-
6ilite pinale individuelle i [a responsabilite collective. On n'avait
jamais vu ca depuis 'Vichy, on n'avait jamais vu ca depuis Ies
nazis". Et d'accuser le president de la Republiquet de "mettre la
priority sur la repression" par "une politique de guerre civil"
Un president qui, au plus bas dans les sondages est obsed6
par la crainte d'8tre depasse au premier tour de la pr6siden-
tielle de 2012 par le parti de Jean-Marie Le Pen.
Quant au depute UMP, Thierry Mariani, particulierement en
pointe sur le durcissement de la legislation sur I'immigration, il
prevoit de reformer I'aide medical d'Etat (AME) qui permettait
de prendre en charge A 100% des soins pour les sans-papiers.
Des measures discriminatoires qui sont memes denonc6es par
la press 6trangere comme le New York Times.
Et pour donner une certain credibility a cette politique securi-
taire, voila qu'un sondage du Figaro announce qu'une tres large
majority de Frangais tant de droite que de gauche approuverait
ces initiatives du gouvernement ! La peur pour tenter d'endi-
guer le mecontentement social !
Mais nul ne saurait 6tre dupe de I'objectif vise. II s'agit de de-
tourner I'opinion publique des vraies questions qui I'interpellent.
Bien sir, la loi dans toute sa rigueur doit s'appliquer aux crimi-
nels et aux delinquants. Et la police et la justice doivent serei-
nement faire leur travail.
Cependant, le cheque de 30 millions d'euros remis par le fisc 6
Liliane Bettencourt au titre du bouclier fiscal a revele I'ampleur
des privileges don't jouissent les plus fortunes.
Les revelations des enregistrements pirates ont mis a jour les


i 12 'ot20 j c n* 32 -Page1


r ~I





[ FRANCE


liens 6troits entire I'UMP et le monde de I'argent. Les soupgons
de clerence fiscal de I'ancien ministry du budget, Eric
Woerth, a l'egard de la femme la plus riche de France discre-
dite le ministry du Travail en charge du dossier des retraites et
ternit I'image d'un Nicolas Sarkozy qui se voulait le president
d'une "ripubi6que irriprocha6le".
Tous les moyens sont done bons pour parler le moins possible
de la reforme des retraites qui reste le principal sujet de preoc-
cupation des Frangais. II faut durant les vacances faire diver-
sion, alors que le Parti communist, la CGT et tous les autres
syndicats preparent la grande manifestation du 7 septembre
pour la defense des retraites.


Une chose est certain, la rentree social sera agitee. Les
Francais n'acceptent pas ce project de reform qui repousse a
62 ans I'age minimum de depart a la retraite, ni que son finan-
cement soit support a 90 % par les salaries. N'en deplaise 6
la droite et au patronat, ils restent attaches au module social
mis en place au lendemain de la second guerre mondiale.
Ils se preparent 6 la resistance et a soutenir les centre propo-
sitions faites par les deputies communists et du Front de
Gauche.
Ici, en Martinique, nous sommes aussi concerns. Resterons-
nous les bras croises ?
Georges Erichot


Haiti: DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES SUR FOND DE VIDE POLITIOUE


Wyclef Jean, instrument de la p4netration US ?

Comment organiserr des elections Gi6res, cridi6fes, dmmocratiques
et inclusives"dans un pays en plein desarroi ? La catastrophe
du 12 janvier dernier a detruit de grandes parties du pays, don't
la capital, et a prive 1,5 million de personnel de toit. C'est en
tout cas ce que veut reussir le Conseil electoral provisoire
(CEP) d'Ha'fti. D'autant que le 5 juillet dernier en Jamaique, le
Secretaire general des Nations Unies, Ban Ki-moon, a plaid vi-
vement pour que le pays ait droit 6 I'organisation d'elections
credibles et transparentes. Pour lui, les elections programmees
en novembre de cette annee sont fondamentales pour assurer
I'avenir democratique d'Ha'fti. C'est le jeudi 29 juillet qu'a de-
marre le processus d'inscription des candidates desireux de par-
ticiper aux presidentielles du 28 novembre 2010 en Ha'ti. Ainsi,
49 parties, 13 groupements et 3 regroupements politiques ont
ete agrees par le CEP pour les prochaines competitions elec-
torales. Finalement 34 formations politiques ont fait acte de
candidature pour pouvoir participer a ces joutes. Le budget des
scrutins presidentiels et legislatifs annonces pour le 28 no-
vembre est de 28.9 millions de dollars americains, selon le pre-
sident du CEP. Le gouvernement du president sortant Rene
Preval, qui ne peut briguer sa propre succession, a subi un feu
nourri de critiques en raison de son incapacity a mieux aider
les victims du seisme et a lancer le chantier de la reconstruc-
tion. Plus d'une centaine de militants de Fanmi Lavalas ont de-
mande a la communaute international de ne pas finance les
prochaines elections, estimant que le gouvernement et le
Conseil electoral ont donned toutes les preuves que ces joutes
seront truquees. Le president Rene Preval et les autres res-
ponsables de la plateforme Inite (Unite) ont fait choix mardi de
I'ancien premier ministry Jacques Edouard Alexis pour etre can-


didat de ladite plateforme 6 la presidentielle. Mais les partisans
et sympathisants de Fanmi Lavalas denoncent le plan "Poutine
(qu'il reste premier ministry)" que le chef de I'Etat veut mettre
en application. Une candidature s6me la panique dans la classes
politique. Celle de la star international Wyclef Jean qui entend
briguer le poste presidential sous la banniere du parti denomme
"Viv ansanm"(Vivre ensemble). Cet auteur-compositeur-inter-
prete est tres admire dans son ile d'origine, qu'il a quitter 6 neuf
ans pour emigrer aux Etats-Unis. L'ancien leader du trio Fu-
gees, egalement connu pour sa collaboration avec la Colom-
bienne Shakira et leur tube "'iips don't lie"en 2006, est n6 le 17
octobre 1972 a HaTti, mais il a grand a New York puis dans le
New Jersey. Des reserves se sont fait entendre sur celui qui
depuis des annees leve des fonds pour aider les HaTtiens grAce
a sa foundation Yele Haiti. II est d'ailleurs soupponne d'avoir de-
tourne une parties de ses fonds apres le seisme du 12 janvier,
qui a fait dans les 300.000 morts. Le candidate est egalement
accuse de ne pas maTtriser les deux langues officielles d'Haiti:
le creole et le frangais. Wyclef Jean a lance un appel a I'union
entire tous les HaTtiens, en faisant savoir qu'il est leur candidate
a tous. La star du hip hop a affirmed sa volonte de lutter centre
la corruption endemique et les disparities sociales qui affectent
Halti et propose que I'education et le travail, les deux des prin-
cipaux remedes a I'insecurite, soient parmi ces preoccupations.
La star a affirmed que plus de 50% de la population seraient fa-
vorables a sa candidature, mais qu'il est pret A travailler avec
toute la population pour amorcer le changement. Une autre star
de la musique haltienne Michel Martelly, plus connu sous le
nom de "Sweet S9licly", s'est inscrit officiellement pour la pro-
chaine pr6sidentielle sous la banniere du regroupement "R-
ponspeyizan". Face a I'enfoncement du pays dans I'abTme et
I'absence de l'elite haitienne, une nouvelle fois le populisme
prend ses marques. Se prepare-t-il une nouvelle ere Aristide
via Wyclef ? Selon Panel Lindbr, 6tudiant au Master de Philo-
sophie "Wyclefest arrive au moment oil lajeunesse haiftienne n'a
d'autres references que Ces sous-produits de la culture amiricaine.
Wyclefest arrive au moment o la souverainete est un vain mot en
Hfaiti. Wyclefest arrive au moment oilpris de 2 millions Haiftiens
sont sans abris, au moment oii BillClinton rigne en maitre et sei-
gneursurihaiti. (Dans de pareilles situations, fe peuple haitienfait
toujours le choix du moins pire. Cette candidature ne peut itre
qu'une candidature de ta catastrophe." Une candidature faisant
le jeu de I'imp6rialisme yankee.


,--- - I~~�mr~mr~~;~* I 'I-


Shttp://www.iournal-iustice-martinique. com


r NOTRE IZE'fl






http://www.iournal-iustice-martinique.com

HAITI - WYCLEF JEAN, DANS LA COURSE A LA PRESIDENCY, COMBLE UN VIDE

POLITIQUE


L'arriv6e du chanteur de hip-hop, Wyclef Jean, 40 ans, dans la
course 6 la pr6sidence d'Ha'ti, pays qu'il avait quitter a I'age de
9 ans pour 6migrer aux Etats-Unis, comble un vide politique
face a un electorat d6sabuse, estiment des responsables et des
intellectuals haltiens.
Sans prendre position en sa faveur, I'6crivain Lyonel Trouillot
croit que "la candidature de Wycleftemoigne de l'echec des classes
dirigeantes dfaiti qui n'ont aucun pouvoir"d'attraction.
'"vant son arrive dans Ca course, iln'y avait pas dengouement,
pas d'ambiance. Ify a un vide politique. If est Ce plus populaire'"
estime Lyonel Trouillot, I'une des grandes voix de la litt6rature
ha'tienne.
"C'est un electorate volatilet particuier, on ne sait pas bien com-
ment ilriagit, c'est un chiovimotionnef' nuance I'historien Pierre
Buteau. Professeur d'histoire a I'Universit6 publique d'Haiti, M.
Buteau volt trois probl6mes dans la champagne de Wyclef Jean:
"Programme: iln'en apas et ne sait pas comment interpeller l'lec-
torat. Solution: iln'a pas dit comment ifcompte sortirYHaiti de sa
situation de crise. Langue: ilne s'egprime 6ien qu'en anglais, ilne
parole pas lefrancais, ifparle un crjole colori.
Mais avec son "criole anglicise", Wyclef mobilise les foules qui
I'acclament et veut center sa champagne sur la jeunesse oi il
compete la majority de ses sympathisants dans ce pays, I'un des
plus pauvres du monde.
Les adversaires potentiels de Wyclef Jean dans la course 6 la
pr6sidence du pays, frapp6 en janvier par un s6isme d6vasta-
teur, lui vouent une certain admiration pour son success dans
la musique et craignent ce rappeur qui saitjouer avec les mots
et parler aux foules.
Avec lui, un autre musicien-chanteur, Michel Martelly, brigue
6galement la pr6sidence d'Halti.
Parlant des deux chanteurs, la seule femme candidate, Myr-
lande Manigat, ancienne Premi6re dame d'Halti, confiait au
quotidien le Nouvelliste: "feurprisence dans la course vapeut-itre
mettre un petit peu defantaisie dans la champagne. J'espere sim-
plement que Cafantaisie n'exclura pas Ce sirieuC'
"Les aiftiens ont un certain disinteirt, une sorte de degoz2t de la
politique" rench6rit Rene-Max Auguste, president d'une asso-
ciation de chefs d'entreprises.
Toutefois, il croit que "Ca presence de WyclefJean dans la course
ilectorale va avoirpour effet de dynamiser les elections et de pro-
voquer des alliances entire les parts politiques quifiniront pas trou-
ver un candidate unique".
"Ce qui se passe en ce moment c'est une reaction tr's inotionnelle.
Avec Wyclef, c'est de l'improvisation, une venturee" reagit Evans
Paul, dirigeant d'un parti d'opposition, a propos de I'efferves-
cence suscitee dans Iile par la presence 6ventuelle du musi-
cien dans la course a la pr6sidence.
M. Jean, 40 ans, nB dans la banlieue de la capital surpeupl6e
d'oi il a 6migr6 pour les Etats-Unis a I'age de neuf ans, s'est
pr6sent6 le 5 ao0t dernier devant le Conseil electoral pour s'en-
registrer officiellement. II etait accompagn6 de sa femme et de
sa fille et entour6 de nombreux partisans, principalement des
jeunes. L'ex-membre des Fugees est intervenu t plusieurs re-
prises apres le s6isme du 12 janvier, qui a fait plus de 250.000
morts et jete 6 la rue environ 1,5 million d'Haltiens, pour distri-


buer a ses compatriotes d6munis, avec sa foundation Y61e HaTti,
des tentes, de la nourriture ou de I'eau.
'Je vais voter a une condition: si 'Wyclef est dans la course': dit
Emmanuelle, 21 ans, interrog6e avant que la candidature du
chanteur ne soit confirmed.
"Cela me surprend d'entendre Wyclef se presenter d une champagne
electorate. Je ne vois pas en lui un leader poitique", tranche
Jimmy, un 6tudiant.
De meme, Maguy, une restauratrice, refuse de voir un artiste au
pouvoir. "Qu'ifreste la oi i travaille si bien. La politique ce n'est
pas son affaire."
Au Etats-Unis, I'acteur am6ricain Sean Penn a fait part de ses
reserves mettant en doute les motivations du musicien et de
ses soutiens.
Sean Penn, tr6s impliqu6 dans I'aide a Halti, apres le s6isme
d6vastateur du 12 janvier, a affirm sur la chaine CNN que Wy-
clef Jean n'avait pas 6t6 present pendant les mois qui ont suivi
la catastrophe.
"Il a ete pratiquement muet pour nous autres en iHaiti, une non-
prisence' a d6plor6 I'acteur, oscaris6 a deux reprises.
Reconnaissant que le chanteur etait 'Ine voikimportante" Sean
Penn I'a cependant accuse d'avoir d6tourn6 400.000 dollars de
dons dans le cadre de lev6es de fonds pour son ONG.
M. Jean avait co-fond6 en 2005 I'ONG Y'T e Jafti"une asso-
ciation tr6s active apr6s le s6isme, qui a r6colt6 quelque 9 mil-
lions de dollars mais a aussi 6te mise a I'index pour
malversations.
( Je suis preoccupy >, confie Serge Gilles, chef d'un parti de
gauche. "On est en train de milanger deuxchoses: a politique et
Cart. Cela peut donner des risultats nigatifs ", pr6vient cet ancien
candidate a la pr6sidence, aujourd'hui oppose a la tenue des
elections. < La pofitique doit rester auxpolitiques >, ajoute-t-il.
Pour lui, I'arriv6e de Wyclef Jean en politique est la cons6-
quence de trois facteurs : la confiscation du pouvoir par la dic-
tature des Duvalier (1957- 1986), la recherche d'un messie
electionn en 1990 du pretre Jean-Bertrand Aristide) et < I'anar-
cho-populisme > instaur6 par le president Pr6val qui a, selon lui,
affaibli les institutions du pays, don't les parties.
La question que I'on peut se poser est de savoir si, dans le
chaos cree par le s6isme du 12 janvier, la question la plus im-
portante est de faire des elections. Une situation propice A
toutes les manipulations et mythifications d'un people 6cras6
par le malheur et les calculs des grandes puissances. L'OEA
et le Caricom sont a fond pour la tenue de ces elections qui
vont cooter 29 millions de dollars don't 7 millions fournis par le
gouvernement ha'itien et le reste par la communaute interna-
tionale.
Plus de 70 parties, regroupements ou groupements de parties
sont neanmoins admis a participer aux prochaines joutes, 16-
gislatives et pr6sidentielle, pr6vues le 28 novembre.
Antoine Gilles avec AFP





httn://www~iournal-iustice-martiniaue. cor


REMUE-MENAGE ECONOMIQUE A CUBA

RAUL CASTRO ENGAGE LE PAYS DANS UNE "ACTUA-

LISA TION" DE SON MODULE SOCIALIST
Asphyxi6 par le blocus americain, touch de plein fouet par la
crise 6conomique mondiale et d6pendant des importations,
Cuba tente de remettre de I'ordre dans son 6conomie. Le pre-
sident Raul Castro a renouvel6 cet imp6ratif le 1er ao0t dernier
devant I'Assembl6e national en annongant que le gouverne-
ment engagerait "Ces changements socio-iconomiques attends
avec impatience par le peupCe, mais pas a pas, au rythme que nous
diterminerons nous-memes". II a pr6cis6 que le Conseil des mi-
nistres avait decide "d'tendre Fexercice du travaildindipendant
(..) en eiminantplusieurs interdictions en vigueurpour octroii de
nouvelles licences et ia commercialization de quelques productions,
en assouplissant Cembauche deforce de travail'.
D'ici la fin du premier trimestre 2011, de nouvelles dispositions
seront prises pour des dizaines de milliers de travailleurs "mis
en disponi6iliti" et relevant essentiellement des services de
I'tat don't I'all6gement devient une urgence (un million d'em-
plois sont concernss. Ils devront accepter de se turner vers
des secteurs productifs manquant de main-d'oeuvre. Une "al-
ternative" est ainsi ouverte avec I'autorisation des petits com-
merces, comme cela est d6jA le cas pour les salons de coiffure,
les taxis ou les restaurants A domicile. Le gouvernement n'a
pas pour autant I'intention de reformer son module socialist
vers une 6conomie de march, mais de le moderniser en "'ac-
tuaCisant". II propose de le mettre A jour "avec beaucoup de
camee, comme I'a affirm le ministry d'lconomie, Marino Mu-
rillo.
"On ne peut pas parfer de reformes. [Nous itudions une mise a jour
du modele iconomique", a-t-il dit, en excluant de copier le "so-
cialisme de march" de type chinois ou vietnamien.
Bernard Duraud (L'Humanite)


FIDEL CASTRO PUBLIC UN NOUVEAU LIVRE DE ME-

MOIRES
Fidel Castro, qui f6tera ses 84 ans le 13 ao0t, est depuis debut
juillet tres actif. Le dirigeant cubain Fidel Castro a present un
livre de memoires, lundi 2 ao0t, "La victoire stratigique", qui ra-
conte ses experiences de gu6rillero 6 I'epoque de la revolution
de 1959.
Le livre comprend 25 chapitres et de nombreuses photogra-
phies, ainsi que des cartes et des diagrammes sur les armes


utilis6es par les deux parties. II raconte au lecteur comment une
troupe de 300 militants men6e par Castro a fini par vaincre le
gouvernement de Fulgencio Batista. Fidel Castro, v6tu d'une
chemise rouge lors de la presentation de son nouveau livre, a
parl6 pendant plus d'une heure, pr6sentant son experience
dans la lutte centre les troupes du gouvernement Batista. II a af-
firm6 avoir travaill6 dur sur le manuscrit pendant sa convales-
cence apres une grave maladie en 2006, ann6e oD il a c6d6
les r6nes du pouvoir A son fr6re Raul Castro. Fidel Castro a af-
firm6 par ailleurs qu'il pr6voit d'6crire la suite du livre, don't le
titre sera "La contre-offensive strategiquefinale".



L 'EQUATEUR S'APPROPRIE SON PETROLE
Le gouvernement revise les contracts des entreprises qui
exploitent et produisent I'or noir.
Les regles changent en Equateur. La nouvelle loi sur les hy-
drocarbures, promulgu6e le 26 juillet dernier par le gouverne-
ment de Rafael Correa, revoit radicalement les contracts des
vingt-deux entreprises p6troliires pr6sentes dans ce pays
andin, membre de I'Opep. D6sormais prestataires de services,
puisque I'ltat reprend le contr6le de la production, elles b6n6-
ficieront de contreparties financieres. II s'agit pour le gouver-
nement de remettre les pendules 6 I'heure, en augmentant les
resources de la nation d'une part et d'autre part en incitant les
multinationales a investor sur place. Jusqu'a present, elles jouis-
saient de 40 % de I'extraction du petrole et de l'argent du p6-
trole a I'image de Petrosud-Petroriva qui, en 2009, a d6bours6
1,227 million de dollars et enregistr6 des gains de 19,326 mil-
lions. De fait, a rappel6 le gouvernement, les investissements
ont chute de 772,5 millions de dollars en 2006 A 321 millions
cette ann6e. "C'en estfini des a6us des companies pitrolires",
a pr6venu Wilson Pastor, ministry des Ressources naturelles
non renouvelables, qui a pr6cis6 que les prix A payer des
contracts de prestation de services seront fix6s en function ( des
investissements a r6aliser, des co0ts de production ). Les en-
treprises en question, parmi lesquelles figurent le geant Petro-
bas (Br6sil), Repsol-YPF (Espagne-Argentine), CNPC (Chine),
ont desormais 120 jours pour se prononcer sur les nouveaux
types de contracts, faute de quoi les robinets de leurs puits se-
ront fermes (180 jours s'il s'agit d'une petite exploitation).
Ces derni6res ann6es, la souverainet6 des resources natu-
relles a 6t6 au centre de fortes disputes entire le gouvernement
et les multinationales abusives qui refusaient de s'acquitter de
leurs arri6r6s d'imp6ts, comme la franco-britannique Perenco
ou encore I'americaine Oxy, prices depuis d'aller exploiter ail-
leurs.
Cathy CeTbe


CLUNY 2007
SOCIITE CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 300.100 EUROS
SIEGE SOCIAL: F23 HAMEAU DE
TERREVILLE 97233 SCHOELCHER
SIRET: 499 840 536 00019
AVIS D'AUGMENTATION
DU CAPITAL
Suivant decision collective des associes
des ler et 29 juin 2010, le capital a Wte
augment en
numeraire de 200.000 euros pour 6tre
port de 100.100 euros A 300.100 euros.
L' article 7
des status a 6t6 modified en conse-
quence.
. Ancienne mention


Capital: 100.100 euros
. Nouvelle mention
Capital : 300.100 euros
Pour avis,
La g6rance


FB 3035


RAFFA'ELLE DECO
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 8 000 C
SIEGE SOCIAL :
C� SCI LA FLAMBOYANT
VILLA N* 2 - POINTE THALEMONT
97240 LE FRANQOIS
508 781 317 RCS FORT DE FRANCE
(2008 B 2345)
L'assembl6e g6nerale extraordinaire du
30 juin 2010, statuant en application de


I'article L 223- 42 al 1 du code de com-
merce, a rejet6 la proposition de dissolu-
tion anticip6e de la soci6t&.
Pour avis, la gerance FB 3036
AVIS DE CONSTITUTION
Avis de constitution de MA. R TAXI EURL
au capital de 5 000 e. Siege social : Ri-
vibre Bambou 97240 Le Frangois. Objet
social : le transport routier de personnel
ou de voyageurs en g6enral y compris le
transport sp6cialis6 ou le transport m6di-
cal assis. Dur6e : 99 ans A computer de
I'immatriculation au registre de la cham-
bre des m6tiers et de I'artisanat de la
Martinique. Gerante : RAMANICH Marie
Alice 6pse DELUMEAU


Pour avis, la g6rance


FB 3037


AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn4 de la constitution d'une
Soci6te presentant les caracteristiques
suivantes.
FORME: Soci6te civil immobiliere
DENOMINATION : LPL ANTILLES
SIEGE SOCIAL : 8, Felix Ebou6 97200
Fort-de-France
OBJET - L'acquisition de terrain a bAtir,
I'acquisition d'immeubles, la construction,
I'administration et
la gestion par location ou autrement de
tous immeubles et biens immobiliers,
DUREE : 50 annees
CAPITAL: 800 euros


A NNONCEs UfALE5-1


jeuai72 Afit2010-unticen3- Page 1






http://www.iournal-justice-martinique.com


APPORTS EN NUMERAIRE : 800 euros
GERANCE : Monsieur Lenoir Philippe de-
meurant 8, rue Felix Eboue 97200 Fort-
de-France
IMMATRICULATION : au RCS de Fort-
de-France.
Pour avis, FB 3038

AVIS DE CONSTITUTION
Le 25 juin 2010 constitution de la SARL
FOX PIZZAS
Capital : 1000 euros
Siege social : BP 86, Quartier La croix,
97231 Robert
Objet : vente de pizzas, crepes, sandwi-
cherie, vente de plats rapides et de bois-
sons.
Grant: Mr CERSON Gerald Dominique
Dur6e : 99 ans
Pour avis FB 3039

AVIS DE CONSTITUTION
II a ete constitute une society A responsa-
bilite limitee unipersonnelle :
Denomination social : MARTINES AS-
SOCIES
Nom commercial : LA GRIFFE
Duree : 99 ans
Capital : 3 000 euros
Siege social : Centre commercial La Fon-
taine, Terreville, Schoelcher 97233
Objet : La realisation de prestations de
services relevant de I'esthetique, ainsi
que la vente en gros et en detail de pro-
duits de beaute et accessoires
Grant: Mme MARTINES Michelle Marie
-Ange
La society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies tenu au
greffe du tribunal de commerce de Fort
de France. FB 3040

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 04/08/10, il a ete constitute
une EURL
Presentant les caracteristiques suivantes

Denomination : C.C. ASSISTANCES
Adresse : Bois Jaunisse 97240 Le Fran-
gois
Objet: Aide A la gestion
Duree : 99 ans
Capital: 1 500 E
Grant : COCO Caroline
Adresse: Bois- Jaunisse 97240, Frangois
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis la g6rance FB 3041

AVIS DE LIQUIDATION
Par AGE du 05/10/2008, I'associe unique
de la SARL ERGONOMIAB, n" RCS 501
989 388 a decide la liquidation de la so-
ciete suite a sa dissolution.
L'adresse de liquidation est 7, place de
Pavilions 69007 Lyon
Pour avis le liquidateur FB 3042

AVIS DE DISSOLUTION
Par AGE du 05/10/2008, I'associe unique
de la SARL ERGONOMIAB, n� RCS 501
989 388 a decide la dissolution e la so-
ci6te, A computer de ce jour et nomme li-
quidateur Mile BONHEUR Audrey.
L'adresse de liquidation est 7, place de
Pavilions 96007 Lyon.
Pour avis le liquidateur FB 3043

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 12
juillet 2010 au Lorrain, ii a etA constitute
une society civil immobilibre presentant
les caracteristiques suivantes :
Denomination : society civil immobiliere
CATIMAT
Forme: Societe Civile Immobiliere
Capital social : Huit cents (800) euros di-
vises en quatre-vingt (80) parts sociales
de dix euros, chacune entibrement sous-


crites et liberees en numeraire.
Siege : Morne Ceron - 97214 Le Lorrain
C/l Max BELCOU
Objet : La society a pour objet I'acquisi-
tion, I'administration et la gestion, la loca-
tion ou autrement de toutes autres formes
de tous biens ou droits immobiliers et plus
generalement toutes operations, de
quelque nature qu'elles soient, se ratta-
chant directement ou indirectement A cet
objet, dbs lors que ces actes ou op6ra-
tions ne portent pas atteinte A la nature
civil de cet objet ; la society peut, no-
tamment, constituer hypotheque ou toute
autre sOrete reelle sur les biens sociaux.
Duree: quatre vingt dix neuf ans a comp-
ter de la date d'immatriculation au regis-
tre du commerce de Fort de France.
Grant : Mademoiselle Christiane Guil-
laume CATIN, demeurant au Lorrain
97214, Morne Ceron.
La society sera immatriculee au greffe du
Tribunal de commerce de Fort de France
Pour insertion
Le grant FB 3044

INSERTION LEGAL
Aux terms d'un acte requ par Maitre Vic-
tor NIMAR Notaire associe de la Societe
Civile Professionnelle "Victor et Nicole
NIMAR, Notaires Associes, titulaire d'un
Office Notarial A FORT DE FRANCE
(97200), 126, Boulevard de la Pointe des
Negres, le 4 AoOt 2010, une declaration
d'insaisissabilite a ete effectuee par Mon-
sieur Pierre Edwige THIMON, Chef ex-
ploitant agricole, epoux de Madame
Christiane Josephe CRETINOIR, demeu-
rant a SCHOELCHER (97233),21, Rue
Camille Junckere, ne A SAINT-PIERRE
(97250) le 17 Octobre 1944. Cette decla-
ration porte sur un IMMEUBLE sis A
SCHOELCHER (97233) consistent en un
terrain cadastre Section L, Numero 588,
lieudit "21 c Rue Camille Junckbre" pour
une contenance de 07a 86ca sur lequel
existent une maison A usage d'habitation,
une dependance, et un dep6t.
Pour unique insertion
N. NIMAR FB 3045

FIDAL
SOCIETY D'AVOCATS
9 RUE DE L'OUVRAGE A CORNES
S17000 LA ROCHELLE
Aux terlnes d'un acte sous seing prive en
date ajE LAMENTIN du 21 JUILLET
2010, il6a ete constitute pour une duree
de 99 Annees, une societe par actions
simplifiee au capital de 100.000 euros di-
vise en 10.000 actions de 10 euros cha-
cune, don't le siege social a ete fixed A
Riviere Calegon - Morne Pitault- 97232
LE LAMENTIN, ayant pour objet :
O La conception, la realisation et I'exploi-
tation d'une central de production
d'energie electrique par la vente d'electri-
cite, au moyen d'energie fossile et/ou
toute autre source d'energie,
0 La production et la vente de chaleur as-
sociee au cycle de production,
ADMISSION AUX ASSEMBLEES ET
DROIT DE VOTE :
Tout associe peut participer aux assem-
blees sur justification de son identity et de
I'inscription en compete de ses actions.
Chaque assaci6 dispose autant de veix
qu'il possede ou represente d'actions.
AGREEMENT:
Toute transmission sous quelque forme
que ce soit de titres de capital et de va-
leurs mobilibres donnant acces au capi-
tal quel qu'en soit le beneficiaire meme s'il
est dejA associe, est soumise A agreement
prealable de la societe, que cette trans-
mission result d'une cession, d'une suc-
cession ou de la liquidation de
communaute de biens entire 6poux ou en-
core de la disparition de la personnalite


morale d'un associe, y compris si cette
disparition emporte transmission univer-
selle du patrimoine.
L'agrement est donned par decision col-
lective ordinaire des associes.
Monsieur Victorien DRAME, demeurant
Riviere Calegon - Morne Pitault - 97232
LE LAMENTIN a ete d6signe en quality
de President de la society aux terms de
I'article 32 des status.
R.C.S FORT DE FRANCE TMC
Pour avis,
M. Victorien DRAME,
associe ayant pouvoir A cet effet.
FB 3046

LOGHOMEO SAS
SOCIETY PAR ACTIONS SIMPLI-
FIEES AU CAPITAL DE 128.000 C
SIEGE SOCIAL : PEPINIERE
D'ENTREPRISES CHRYSALIA-CEEI
CENTRE D'AFFAIRES AGORA
ZAC DE L'ETANG Z'ABRICOT
BAT B - 97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE B
477 957 559
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale extraordinaire du 12 juillet 2010.
Les associes ont decide d'augmenter le
capital d'une some de 3 616 euros pour
le porter A 131 616 euros par la creation
de 3 616 actions nouvelles d'un euros
(1 ) de valeur nominal.
En consequence, les status ont 6te mo-
difies comme suit:
- Ancienne mention
Article 6
Nouvelle mention
Rajout d'un point 6.4
Lors de I'assemblee g6nerale extraordi-
naire de la society du 12 juillet 2010, il a
Wte procede A une augmentation de capi-
tal de trois mille six cent seize euros (3
616 E) par I'6mission de 3 616 actions
nouvelles de un euro (1�) de valeur no-
minale chacun, entibrement souscrite et
liberees pour la totality de leur valeur nu-
meraire, pour une some total de trois
mille six cent size euros (3 616 4).
- Ancienne mention : Article 7
Nouvelle mention : Article 7
Le capital social est fixed a la some to-
tale de cent trente et un mille six cent
seize euros (131 616 E), lequel est divise
en 131.616 actions d'une valeur nominal
d'un euros (1�) chacune, int6gralement
liberees.
Le d6ept legal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce de Fort de France.
FB 3047

SOFT TAXI
SOCIETY A RESPONABILITE LIMITED
SIEGE SOCIAL : RESIDENCE
ROSALIE SOLEIL
97211 RIVIERE -PILOTE
CAPITAL SOCIAL : 1 500 EUROS
MODIFICATION DE STATUT
L'Assemblee Generale reunie A I'unani-
mite a vote le changement de gerance :
Ancien grant: Mile CHAMBORAIRE So-
phia et Mile CHAMBORAIRE Patricial
Nouveau grant : Mile CHAMBORAIRE
Sophia.
Pour avis FB 3048

AVItS E CONSTITUTION
Par acte saus seeing privn en date du 30
juillet 2010, il a eta constitute une society
a responsabilite limited ayant les caracte-
ristiques suivantes :
Denomination : BTP CENTRE NOU-
VELLE
Forme SARL
Siege social : 07 place Asselin de Beau-
ville 97224 Ducos
Objet : BAtiments, travaux publics,
construction de maisons individuelles, ou-
vragess d'arts.


Duree : 99 ans
Capital social : 1000.00 e
Grant : Monsieur Daniel REMAN, de-
meurant cite Thoraille bAt. 11 n' 81,
97215 Riviere Salee.
La society sera immatriculee au RCS de
Fort de France.
Pour avis, le grant FB 3049

AVIS DE MODIFICATION
Avis de modification de la denomination
social: UTRM Societe cooperative d'en-
treprises de transports de marchandises
en UTRM COOPERATIVE DE TRANS-
PORTS ROUTIERS DE MARCHAN-
DISES.
Aux terms de I'assemblee g6enrale or-
dinaire, il resulte que la cooperative
UTRM change de conseil d'administra-
tion:
Demission : Marc Henri LITAMPHA
President du Conseil d'Administration :
LUGIERY Jean- Leandre
Vice President : LOUISET Michel
Tresorier: GUSTAVE Philippe
Secretaire: SCHENIN-KING Agnes
FB 3050

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 06/08/10, il a ete constitute
une SARL
Presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination: ABH - ANTILLES BATIS-
SEURS D'HABITATION
Adresse : N� C4 Espace 92, ZI Canal Co-
cotte, 97224 Ducos Martinique
Objet: BTP Gros CEuvre
Dure : 99 ans
Capital: 1 500.00 E
Grant: Mr AMLISAN Jean - Sebastien
Adresse : Residence le M6le Pointe
Cournet B3 Esc. 15, P. 11, 97240 Fran-
gois.
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis, la g6rance FB 3051

ANNOUNCE LEGAL RECTIFICATIVE
XTRANET SERVICES SARL
Au terme du Proces Verbal du
16/07/2010, I'Assemblee Generale Extra-
ordinaire & decide de modifier I'article sui-
vant apres deliberation :
Les associes reunis en Assemblee Ge-
nerale Extraordinaire ont decide confor-
mement aux textes de modifier I'article 4
des status : de transferer le siege social
du 22e canal Alaric, Sainte Therese,
97200 Fort-de-France au Chemin bon
saint come, 97232 Le Lamentin.
L'inscription modificative sera portee au
RCS tenu par le greffe du Tribunal de
commerce de Fort-de-France.
Pour avis,
La Gerante. FB 3052

AVIS DE CONSTITUTION
Former : Entreprise Unipersonnelle A Res-
ponsabilite Limitee
Denomination: 97.2Roues
Capital: 10 000 euros
Siege socail : 1 Cite Camee n" 1 6 -
97211 Rivibre Pilote
Objet : Contr6le et diagnostique moto et
Quad
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation A la chambre des metiers et de I'ar-
tisanatde Fort de France.
Grant: M. Jer6me LIMERI demeurant 1
Cite Camee n" 1, 97211 Riviere Pilote
nomme pour une duree ind6terminee.
FB 3053

SOTRAMAL
AU CAPITAL DE 109 972.45 C
Lors de I'assemblee g6nerale extraordi-
naire des associes de la society SOTRA-
MAL SARL en date du 2 ao0t 2010.
Les modifications suivantes ont etA ap-


I * I P4 5 ,;III.II;�IIII


A IVNO#VCEs U






[ Atwoc~sUfAES


portees aux status.
1. Augmentation du capital social qui
passe A 109 972.45 E
2. Le transfer du siege social au 58 rue
Victor Schoelcher, 97232 Lamentin
3. La suppression de la denomination
commercial Trans'l, desormais SOTRA-
MAL.
Pour avis, le grant FB 3054

AVIS DE CHANGEMENT STATU-
TAIRE
INSPIRATIONS
SARL AU CAPITAL DE 1 000 C
40, AVENUE JEAN JAURES
FORT DE FRANCE (MARTINIQUE)
Suivant deliberation de I'AGE du
05/03/2010, il a ete decide :
1 - d'augmenter le capital d'une some
de 14.000 �, pour le porter de 1.000 E A
15.000 E, par incorporation directed de pa-
reille some prelevee sur le compete cou-
rant d'associes.
Cette augmentation de capital est r6ali-
see au moyen de la creation de 1400
parts nouvelles de 10 �, attributes aux
associes. En consequence, les status
ont ete modifies comme suit:
Ancienne mention :
Le capital social est fix6 A la some de
1.000 E. II est divise en 100 parts so-
ciales de 10 e chacune, numerotees de 1
& 100, entierement souscrites et r6parties
entire les associes en proportion de leurs
droits.
Nouvelle mention:
Le capital social est fixed & la some de
15.000 e. II est divise en 1 500 parts so-
ciales de 10 � chacune, num6rotees de 1
A 1 500, entierement souscrites et r6par-
ties entire les associes en proportion de
leurs droits.
2 - de transferer le siege social de FFCE
- 40, avenue Jean Jaures A FFCE - 45,
avenue Jean Jaures A computer de cette
date.
En consequence, les status ont et6 mo-
difies comme suit:
Ancienne mention :
Le siege social est fix6 A FFCE, 40 ave-
nue Jean Jaurbs
Nouvelle mention :
Le siege social est fix6 & FFCE, 45 ave-
nue Jean Jaures
Le depot legal sera effectu6 au Centre de
Formalites Chambre des Metiers
Pour avis, le representant legal
FB 3055

AVIS DE CHANGEMENT DE REGIME
MATRIMONIAL
Par jugement en date du 20 mai 2010
rendu par la Chambre du Conseil du Tri-
bunal de Grande Instance de Fort de
France, il apparait que le Tribunal a ho-
mologue I'acte de Maitre Sandra GER-
MAIN PORSAN -CLEMENTE, Notaire
associe de la SCP Evelyne GUATEL et
Sandra GERMAIN PORSAN -CLE-
MENTE, Notaires associes A Fort de
France 6tabli le 9 juillet 2009, par lequel
les epoux Jean-Philippe Alban PELOPO-
NESE et Madame Corinne David AGRIO-
DOS spouse PELOPONESE ont adopt
le regime de la SEPARATION DE BIENS
regi par les dispositions de I'article 1397
du Code Civil. FB 3056

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
SERVICES
Identification du pouvoir adjudicateur
Etablissement public territorial
Activity principal : services g6neraux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs


Nom et adresse officials du pouvoir adju-
dicateur
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades Ill
Place frangois Mitterand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
TI : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : Pierre SAMOT, PrBsi-
dent de la CACEM
Adresse Internet : http://www.cacem.org
Adresse du profile acheteur (URL)
http://www.achatpublic.com
Objet du march
Objet du march : Etude de faisabilit6
technique, Aconomique et juridique
concernant la mise en place d'ombribres
photovoltaiques et la gestion des eaux
pluviales et de ruissellement sur la four-
riere de Mangot Vulcin au Lamentin.
Type de march de services : 12
Caracteristiques principals :
- Realiser une etude pour la pose d'om-
brieres photovoltaiques ;
- Proposer des modalites de gestion des
eaux pluviales et I'installation de r6cupe-
rateur d'eau de pluie;
- Proposer un chiffrage et un phasage de
mise en oeuvre des installations.
Prestations divisees en lots : non
Duree du march : 3 mois A computer de la
notification du march
Conditions relatives au march
Modalites essentielles de financement:
resources propres de la CACEM et
ADEME (Agence de I'Environnement et
de la Maitrise de I'Energie)
Delai global de paiement : 30 jours
Modalites de pavement : articles 86 A 98
du code des marches publics
Forme juridique que devra revetir le grou-
pement de fournisseurs: groupement so-
lidaire.
Conditions de participation
a) La lettre de candidature ou DC4 ; en
utilisant I'imprime DC4 (version d'Avril
2007) telechargeable A : http://www.fi-
nances.gouv.fr/formulaires/daj/DClim-
primes_dc/dc4.rtf ou un document
comportant les m6mes informations ;
b) La declaration du candidate en utilisant
I'imprime DC5 (version octobre 2008) te-
lIchargeable A
http://www.finances.gouv.fr/formu-
laires/daj/DC/imprimesdc/dc5.rtf ou un
document comportant les memes attes-
tations et informations ;
c) La copie du ou des jugements pronon-
ces, si I'entreprise est en redressement
judiciaire ;
d) Une presentation de la society explici-
tant ou compl6tant les renseignements
demands dans le DC5 ;
e) Une presentation des principles refe-
rences datant de moins de trois ans et ve-
rifiables (indiquez les coordonnees du
client et le nom d'un contact) pour des
prestations similaires.
Pour I'analyse des candidatures, II sera
fait application de I'article 52 du code des
marches publics
Critbres d'attribution
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
Anonces ci-dessous avec leur pond6ra-
tion :
* Prix: 40%
* Memoire technique : 30%
- Quality de I'6quipe d6diee : 30%
Procedure
- Procedure adaptee
- Conditions de dblai:
o Date limited de reception des offres : le
06 septembre 2010 A 12 heures
a Delai minimum de validity des offres :
90 jours.


Autres renseignements
- Numero de reference attribute au mar-
ch6 par le pouvoir adjudicateur
2010/18/DGA3/MAPA
- Date d'envoi du present avis a la publi-
cation : 05 Aott 2010
Adresses complementaires :
Adresse auprbs de laquelle des rensei-
gnements compl6mentaires peuvent Atre
obtenus
- renseignements d'ordre administratif et
technique :
CACEM - SERVICE GESTION ET SUIVI
DES ACHATS
Place Frangois Mitterrand - Immeuble
Cascades III - 46me tage
BP 407
97204 Fort de France Cedex
Tel. : 0596.75.82.72
Ou http://www.achatpublic.com
Adresse aupres de laquelle des docu-
ments peuvent 6tre obtenus et adresse a
laquelle les offres doivent 6tre envoyees
CACEM -SERVICE GESTION ET SUIVI
DES ACHATS
Place Frangois Mitterrand - Immeuble
Cascades Ill - 46me 6tage
BP 407
97204 Fort de France Cedex
Te. : 0596.75.82.72
Ou http://www.achatpublic.com
FB 3057

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
FURNITURE
Identification du pouvoir adjudicateur
Categorie : Etablissement public territo-
rial
Activities principles du pouvoir adjudica-
teur : services generaux des administra-
tions publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Noms et adresse officials de I'organisme
acheteur :
Communaut6 d'Agglomeration du Cenfre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
Place Fran9ois Mitterrand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
TeI : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent: M. Pierre SAMOT, Pre-
sident de la CACEM
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Objet du march : Fourniture et livraison
d'outillage et d'equipement de protection
individuelle pour le nettoiement et I'entre-
tien d'espaces verts et des voies sur le
territoire de la CACEM.
Type de march de fournitures : achat
Lieu de livraison : locaux de la CACEM
L'avis concern un march public
Les variantes ne sont pas autorisees.
Les prestations ne sont pas divisees en
lots
March & bon de command :
Minimum : 15 000 EHT
Maximum : 30 000 EHT
Delai d'execution : 1 an reconductible 2
fois.
Conditions relatives au march
Modalites essentielles de financement et
de paiement:
Le financement est effectu6 sur les res-
sources propres de la CACEM
Delai global de pavement: 30 jours
Modalites de pavement : articles 86 & 98
du code des marches publics
Forme juridique que devra rev6tir le grou-
pement de candidates : groupement soli-
daire
Conditions de participation


I la lettre de candidature en utilisant I'im-
prime DC4 (version de avril 2007) ou un
document contenant les mmmes rensei-
gnements, accompagne le cas 6cheant,
des pouvoirs autorisant le mandataire a
signer I'acte d'engagement;
I la declaration du candidate integralement
renseignee en utilisant I'imprime DC5
(version avril 2007) ou un document
contenant les renseignements et attesta-
tions. Les moyens materiels et humans
et les references v6rifiables pour des
prestations comparable datant de moins
de 3 ans seront detailles dans un docu-
ment annexe;
a en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononces.
Criteres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
6nonc6s ci-dessous avec leur pond6ra-
tion :
* Le prix : 50%,
* Valeur technique de I'offre : 30%, ap-
Spreciee au regard des elements tech-
niques contenus dans le cadre de
reponse.
* Le delai d'approvisionnement : 20 %
Procedure: Procedure adaptee.
Conditions de delai :
Date limited de reception des offres : Le
09/09/2010 A 12 heures
Renseignements complementaires
- Numero de rdefrence attribute au mar-
ch6 par le pouvoir adjudicateur :
2010/12A/DGA3/MAPA
- Delai minimum de validity des offres: 90
jours A computer de la date limited de re-
ception des offres
- Le dossier de consultation est telechar-
geable sur le site de la CACEM
http://www.cacem.org
Seules les offres sous forme paper de-
posees ou envoyees A I'adresse indiquee
dans la rubrique "Adresse aupres de la-
quelle les offres doivent etre deposees"
dans le delai imparti seront acceptees.
Par consequent, les offres transmises par
voie Blectronique ne seront pas prises en
consideration.
Les offres sur support paper uniquement,
sont :
* Soit remises sur place centre recepisse,
* Soit transmises par lettre recommandee
avec avis de reception postal.
Les heures de d6p6t sont durant les mois
de Juillet et AoOt 2010 : du lundi au ven-
dredi de 8h & 13h.
Date d'envoi du present avis : le
03/08/2010
Annexe I - Adresses complementaires
- Adresse auprbs de laquelle des rensei-
gnements peuvent etre obtenus:
CACEM - Service Gestion des achats
fonctionnels
Courriel : mf.duchel@]cacem-mq.com
Fax : 0596.75.87.06
- Adresse aupres de laquelle des docu-
ments peuvent 6tre obtenus et adresse A
laquelle les offres doivent etre envoyees:
CACEM - Service Gestion des achats
fonctionnels
4iBme 6tage
Immeuble Cascades III
Place Frangois Mitterrand - B.P 407
97204 Fort de France Cedex
T 1: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06 FB 3058

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
SERVICE
POUVOIR ADJUDICATEUR
NOM, ADRESSE ET POINT DE
CONTACT
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)


Ieu: 2 Aat, 0 j c n" 2 - Pag.e 1


httpJ://www.iournal-iustice-martinipue. cor






http://www.journal-iustice-martinique.com


Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Pierre Samot, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL): http://www.cacem.org
Adresse du profile d'acheteur (URL)
http//www.achatspublics.com
TYPE DE POUVOIR ADJUDICATEUR
ET ACTIVITY PRINCIPAL
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non
OBJET DU MARCH DESCRIPTION :
Intitule attribute au march par le pouvoir
adjudicateur :
March d'entretien d'equipements com-
munautaires
Type de march et lieu d'execution des
prestations de services :
Type de march : Services
Categorie de services : no16
Lieu principal de prestation : territoire de
la CACEM
Code NUTS : FR920
L'avis implique : un march public
Description succincte du march :
Le present march a pour objet I'entretien
d'equipements communautaires : abris
bus (AB), Point d'Apport Volontaire (PAV)
et abris poubelles (AP) de la CACEM.
Classification CPV:
Descripteur principal : 90710000-7 : ges-
tion environnementale
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics : oui
Division en lots : oui
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
QUANTITE ET ETENDUE GLOBAL DU
MARCH
Quantity :
Le march est un march a bons de com-
mande compose des deux lots geogra-
phiques suivants:
Lot 1 : ville de fort de France
Lot 2 : Villes du Lamentin, Saint-Joseph
et Schcelcher
Etendue :
- Balayage des abribus (AB) et de I'es-
pace public alentour dans un rayon de 5
metres ;
- Nettoyage en profondeur des AB et de
I'espace public alentour dans un rayon de
5 metres ;
- Balayage des Point d'Apports Volon-
taires (PAV) et de I'espace public alentour
dans un rayon de 5 metres ;
- Nettoyage en profondeur des PAV et de
I'espace public alentour dans un rayon de
5 metres ;
- Nettoyage en profondeur des abris pou-
belle (AP).
Options : non
Nombre de reconductions eventuelles :
neant
DUREE DU MARCH OU DELAI D'EXE-
CUTION
Le march est conclu pour une duree al-
lant de la date de notification au 30 sep-
tembre 2014. Soit une duree inferieure ou
gale a 4 ans, mais toutefois superieure a
3 ans et 6 mois.
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE JURI-
DIQUE, ECONOMIQUE, FINANCIER ET
TECHNIQUE
CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
Modalites essentielles de financement et
de paiement et/ou references aux textes


qui les reglementent :
-Le financement est effectue sur les res-
sources propres de la CACEM
- Delai global de pavement : 30 jours
- Modalites de pavement : mandate admi-
nistratif suivi d'un virement
Forme juridique que devra rev6tir le grou-
pement d'operateurs economiques attri-
butaire du march : groupement solidaire
L'execution du march est soumise a
d'autres conditions particulieres : non
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Situation propre des operateurs econo-
miques, y compris exigences relatives A
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession :
En application de I'article 52 du code des
marches publics, suite A I'examen des
elements relatifs A la candidature, pour-
ront Atre elimines:
- les candidates qui n'auront pas fourni
I'ensemble des declarations, certificates ou
attestations demands dument comple-
tes, dates et signs dans le delai imparti
;- les candidates don't les niveaux de ca-
pacites professionnelles, techniques et fi-
nancieres seront juges insuffisants, apres
analyse des elements fournis dans le
dossier de candidature.
Le dossier de candidature & remettre par
chaque candidate devra comprendre les
documents suivants :
- la lettre de candidature en utilisant I'im-
prime DC4 (version d'octobre 2008) ou
un document contenant les memes ren-
seignements, accompagne le cas
echeant des pouvoirs autorisant le man-
dataire du groupement a signer I'acte
d'engagement;
Capacity economique et financier
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- la declaration du candidate integralement
renseignee en utilisant I'imprime DC5
(version d'Octobre 2008) ou un document
contenant les memes renseignements et
attestations. Les moyens materials et hu-
mains et les references verifiables pour
des prestations comparable datant de
moins de trois ans seront detailles dans
un document annexe. Le cas echeant, le
candidate joindra egalement en annexe les
copies des certificates de qualification ou
des agrements dans le domaine objet du
march don't il dispose.
Capacity technique
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et impor-
tance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernieres annees
- presentation d'une liste des principaux
services effectues au course des trois der-
nieres annees, indiquant le montant, la
date et le destinataire public ou prive
- En cas de co-traitance, chaque co-trai-
tant dolt transmettre les m&mes docu-
ments que ceux mentionnes ci-dessus, a
I'exception de la lettre de candidature
(DC4).
- En cas de sous-traitance deja connue,
pour justifier des capacities profession-
nelles, techniques et financieres d'un ou
plusieurs sous-traitants, le candidate pro-
duit les memes documents concernant le
ou les sous-traitant(s) que ceux exiges
des candidates. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacities de ce ou ces sous-
traitant(s) pour I'ex4cution du march, le
candidate produit un engagement ecrit du
ou des sous- traitant(s). Rubrique E, F, G
et H (en cas de sous-traitance) de la de-
claration du candidate (imprime DC5 ver-
sion 2008 ou equivalent)
- en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononces ;


Les imprimes DC4, DC5 et DC7 sont te-
lechargeables a I'adresse Internet sui-
vante
http://www.minefi.gouv.fr/themes/marche
s_publics/formulaires/index.htm,
Marches reserves : non
CONDITIONS PROPRES AUX
MARCHES DE SERVICES
La prestation est reserve A une profes-
sion particuliere : non
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'ex6cuter la prestation : non
PROCEDURE
TYPE DE PROCEDURE : ouverte
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonc6s ci-dessous
SLe prix des prestations : 60%
SLa valeur technique de I'offre : 40% (re-
parti comme suit)
- Moyens humans et organisation : 10%
- Mesures de security, qualification et for-
mation : 10%
- Mat6riels et mode operatoire proposes :
20%
Une enchere electronique sera effectuee
:non
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF
Num6ro de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2010/14A/DGA3/AO
Publications anterieures concernant le
meme march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres : 20
septembre 2010 a 12 heures
Langue pouvant etre utilisee dans I'offre :
FR (frangais)
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 jours a computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorisees A assisted a I'ou-
verture des offres : non
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
IL S'AGIT D'UN MARCH PERIODIQUE
non
LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
LES FONDS COMMUNAUTAIRES : non
AUTRES INFORMATIONS :
Conditions d'obtention des dossiers de
consultation des entreprises :
Le dossier de consultation des entre-
prises est tel6chargeable sur la plate-
forme de dematerialisation suivante :
http//www.achatspublics.com
Les candidates qui le souhaitent peuvent
obtenir I'ensemble du dossier de consul-
tation sous forme paper a I'adresse du
pouvoir adjudicateur aux heures et jours
d'ouvertures des bureaux.
Conditions de premise des offres :
Les offres sont transmises soit :
- Sous forme materialisee : pli cachet a
I'adresse du pouvoir adjudicateur aux
heures d'ouvertures des bureaux : les
lundi, mardi et jeudi de 8h a 12h et de 14h
a 16h ; les mercredi et vendredi de 8h a
12h
- Sous forme dematerialisee : sur le site
http//www.achatspublics.com
PROCEDURES DE RECOURSE :
instance charge des procedures de re-


course :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 - 97264 Fort de France Cedex -
Tel. : 0596.71.66.67 - Fax
0596.63.10.08
Introduction des recours :
* refer precontractuel : entire le debut de
la procedure de passation et la signature
du contract - dans les 16 jours suivant la
notification du rejet de I'offre
* referee contractual : six mois maximum
suivant la la conclusion du contract en I'ab-
sence de publicity
* recours pour exces de pouvoir : dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaquee.
* Recours de pleine jurisdiction : dans les
2 mois de la publicity annoncant la
conclusion du contract.

Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 - 97264 Fort de France Cedex -
Tel. : 0596.71.66.67 - Fax
0596.63.10.08
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :09
AoOt 2010
Adresses supplementaires et points de
contact
Adresses et points de contact aupres
desquels des renseignements comple-
mentaires peuvent 6tre obtenus :
CACEM - Commande Publique - 4eme
etage
Immeuble Cascades Ill
1, place Frangois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Point de contact: Mme Pedron
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet (URL)
http//www.achatspublics.com
Adresses et points de contact aupres
desquels le cahier des charges et les do-
cuments complementaires peuvent 6tre
obtenus et auxquels les offres doivent
etre envoyees :
CACEM - Commande publique - 4eme
6tage
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet (URL)
http//www.achatspublics.com
Informations sur les lots
Lot n� 1 :
Intitule : Ville de Fort de France
Classification CPV : Descripteur principal
: 90710000-7 : gestion environnementale
Description succincte du march : Le pre-
sent march a pour objet I'entretien
d'equipements communautaires : abris
bus (AB), Point d'Apport Volontaire (PAV)
et abris poubelles (AP) de la CACEM.
Lot n� 2:
Intitule : Villes du Lamentin, Saint-Joseph
et Schcelcher
Classification CPV : Descripteur principal
: 90710000-7 : gestion environnementale
Description succincte du march : Le pre-
sent march a pour objet I'entretien
d'equipements communautaires : abris
bus (AB), Point d'Apport Volontaire (PAV)
et abris poubelles (AP) de la CACEM
Le President
Pierre SAMOT FB 3059


iii juh12 ot 010iie n*3 -ag , ' A


r- A NNONCES UfALE5
L




Tour des Yo
Une mceqnifique


Ies 20
I 2 M 6


10
edition