Citation
Justice

Material Information

Title:
Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title:
Justice (Fort-de-France, Martinique)
Creator:
Parti communiste martiniquais
Place of Publication:
Fort-de-France, Martinique
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Copyright Date:
2010
Frequency:
Weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ; 36 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
World politics -- Periodicals -- 1945-1989 ( lcsh )
Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
review ( marcgt )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Martinique

Notes

General Note:
Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note:
Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright Le Parti. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
15715741 ( OCLC )
90641373 ( LCCN )
Classification:
F2081.A2 J87 ( lcc )
909.82/05 ( ddc )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
ie hebdomadaire d'information communist


SJeudi 29Juillet 2010 - 90meAnnee - N' 30 - Martinii
.... r -' -wli L '


e r 1,9

ie: 1,80 E - France: 2,20 E - DOM: 1,90 E


~6ME TOUR
0MCIR-N tbES


PIERRE JUST


MANY


Les elus undnimes
exigent sd liberation

PLAN DE RELIANCE
Necessaire mris
pes d'illusions






http://www.iournal-iustice-martinique.com


a ka PFa i .................. .. 2

Edito ..................... . 3.
- Crise majeur : Agir ou pdrir

Luttes ociale ............... 4-/5
- Centre de tri de la Poste a Ducos

Education ........... ..... 5
- Declaration des elus rdgionaux

Revue de Prese .............. .f 6
- Degradation du niveau de vie

$ociti ......................... 6
- 84 jeunes diplomas rdcompenses
- Pierre Just Marny

Politique .................. . 7/9
- Pleniere Rdgionale du 20 Juillet
- Visite de Gdrard Larcher
- Discours de Claude Lise

Politiue-Eco ............. 10/11
- Plan de reliance rdgionale

Patrimoine ............ . 12/13
- Tour des Yoles 2010

France .................. 13/14
- Echec de la politique sdcuritaire
- Affaire Bettencourt-Woerth

Notre region ...........p. 1/15
- Anniversaire de la "Moncada"

A mwones igales .......... 15/19

Tour ef Yole 2010 .......... .. 20



"JUSTICE "
Administration & R6daction :
Te. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France - Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n" 0111 I87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: GuennaBl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola - 97200 Fort-de-France
TBh. : 0596 73 14 54


GLISSEMENT DE TERRAIN SUR LES HAUTEURS DU CANAL DES ENCLAVES

Le Conseil Gen6ral informed la population qu'un glissement de terrain s'est produit
jeudi 22 juillet sur les hauteurs du Canal des Esclaves, a environ 1,5 km de I'entree,
c6te Carbet.
Le canal se trouve ainsi recouvert sur 5 metres par des branchages et des rochers,
et de nouvelles chutes depuis le talus sont encore a craindre.
Les deux acces A ce sentier pedestre ont par consequent 6t6 fermes aux randon-
neurs jusqu'A la fin des travaux pr6vue pour la mi-ao0t.


Retor de bdton: SAINTE-ROSE CAKIN CONDAMNE POUR DIFFAMATION

Le maire UMP de Macouba, I'ineffable Sainte-Rose Cakin, a ete condamne par le tri-
bunal correctionnel pour diffamation A I'encontre de Jean-Joseph Chanteur. II avait ac-
cuse ce dernier figurant sur la liste de son adversaire aux municipales de 2008, Elie
Borval, d'avoir ete convoque devant un juge pour malversations financieres au sein
de la Ligue de volley-ball don't il etait alors le president par interim.
En reality, il n'y avait pas de "poursuites" I'encontre de M. Jean-Joseph Chanteur
mais plainte contre X pour detournement et I'enqu6te avait debouche sur un non-lieu,
a rappele le tribunal.
Cakin est condamne A une amende de 1 000 euros avec sursis, A verser 2 000 euros
de dommages et interets a M. Jean-Joseph Chanteur et au remboursement des frais
d'avocat.
Cette condemnation pour diffamation ne peut manquer de nous rappeler precisement
que le sieur Cakin s'etait distingu6 par son acharnement judiciaire et ses calomnies
a I'encontre de feu notre camarade Severe Cerland, alors maire du Macouba, qu'il
avait traTnd en justice pendant plus de dix ans durant pour I'abattre et cela avec la
complicity des autorites prefectorales et judiciaires coloniales. II devrait mediter sur
cette mesaventure judiciaire. A force de mentir, on finit par etre decouvert. Un retour
de bAton posthume en quelque sorte.


DENGUE : DEJA SIX MORTS

Le bulletin epidemiologique de I'agence regional de sante du 22 juillet fait etat d'un
6eme deces du fait de la dengue, don't 3 en juillet. Le nombre de cas cliniquement
evocateurs de dengue 6tait a cette date de 12 600. Le nombre de consultations aux
urgences du CHU certes reste stable A un niveau eleven, mais les urgences pedia-
triques de la MFME (Maison de la femme, de la mere et de I'enfant) sont en hausse.
Depuis le debut de I'epidemie le 22 fevrier (28 semaines), ce sont 224 patients don't
42 % d'enfants qui ont ete hospitalises pour une dengue biologiquement confirmee.
Les formes severes representent 16 % des cas. Toutes les communes du pays sont
touchees.
L'6pidemie est toujours tres active et on ignore si I'on a atteint son pic.
La dengue se caracterise par une forte fievre, des maux de tete, des courbatures et
une grande fatigue. Outre les pulv6risations d'insecticide dans les zones fortement
touchees et la chasse aux gites, il imported de prendre des measures de protection in-
dividuelles : moustiquaires, products repulsifs (corps, v6tements, ...), etc.


H/i italfubli : UN APPEL A LA POPULATION DU COMITE DE D FENSE

Le comite de defense de I'h6pital public a decide de s'adresser directement aux ci-
toyens martiniquais pour une prise de conscience g6nerale de I'enjeu du sauvetage
de I'h6pital. Le Dr Patrick Ren6-Corail, president de la Commission medical d'eta-
blissement, a declare le 23 juillet lors d'une reunion rassemblant syndicats de per-
sonnel et commission medical : "Le danger est de voir le systime de sante s'effondrer
si on yprendgarde ! (...)" Les actions pour mieux connaitre I'h6pital public :
- L'h6pital public sera present avec une yole au tour de Martinique des yoles rondes
et par la presence de personnel dans quatre villes tapes oi existe un h6pital;
- Un quiz sera propose pour s'instruire sur I'h6pital public ;
- Forums citoyens dans plusieurs communes la premiere semaine de septembre;
- Grande manifestation de rue le 7 septembre 2010.


)eh00Iutc no- Page 2


[ $AKA F~t






http://www.ioural-iustice-martinique.com


E xno


Une crise majeure 1ui nousplace levant un Bdfi tiftoriue : AGIR OU PERIR


En pleines vacances, a la veille du tour des yoles rondes,
les questions economiques et sociales restent au devant
de I'actualit6 martiniquaise.
En effet, les organismes economiques officials que sont
I'lnsee et I'ledom comme le cabinet DME d'Olivier Sudrie
mandate par la Chambre de Commerce ont public coup
sur coup les resultats de plusieurs 6tudes qui etablissent
que le pays est frapp6 par une crise economique et so-
ciale majeure et specifique. Nous en avons rendu compete
amplement ces dernieres semaines.
De I'autre c6te, le nouveau president du Conseil regional
tente de finaliser son Plan de reliance d'urgence non sans
demagogie.
Olivier Sudrie, le gourou economiste de la Chambre de
commerce et du patronat qui, ces dernibres annees, avait
vante les merites de la departementalisation est contraint
de constater le 'gnippage progressif' du "mondee conomique
martiniquais"a cause d'une part du ralentissement des
depenses publiques de I'Etat et d'autre part de I'aug-
mentation des inegalites sociales et de I'explosion conco-
mitante des profits capitalistes.
II lance un pave dans la mare : en Martinique, les pau-
vres sont deux fois plus pauvres qu'en France et les
riches sont deux fois plus riches qu'en France. Le pouvoir
d'achat des salaires diminue.
L'lnsee-Martinique, dans les deux etudes realisees pour
le compete du Conseil general, explique que le chomage
martiniquais est massif et structure : depuis 2002, les
personnel en emploi n'ont jamais ete majoritaires chez
les 15-64 ans. Moins d'un Martiniquais sur deux est au
travail. Le nombre reel de ch6meurs serait plus proche
de 56 000 que de 36 100 selon B.I.T. Six jeunes de 15-
24 ans sur 10 sont sans emploi. II se press aujourd'hui
40 demandeurs d'emploi pour une seule offre a P6le em-
ploi.
Par ailleurs, les inegalites sociales augmentent depuis
dix ans et on assisted a une pauperisation des couches
populaires et des classes moyennes. Les depenses pre-
engagees et incontournables augmentent inexorable-
ment dans les budgets des families, laminant le pouvoir
d'achat. L'endettement submerge les foyers. Et pour vivre
certain sont contraints de puiser dans leur epargne
lorsqu'elle existe. Le niveau de vie s'est det6riore.
Enfin, apres pres de 20 ans sans s'y etre interesse (ce
qui atteste de la confiance immoderee des pouvoirs pu-
blics dans la liberty des prix pour les regular), I'INSEE
admet que le niveau general des prix est toujours plus
eleve qu'en France d'environ 17 %. La "vie cire" n'6tait
done pas un fantasme des milliers de manifestants de fe-
vrier-mars 2009..
Constatant qu'en 2009 la Martinique a subi une "recession
historique"de - 6,5 % (baisse des richesses produites),
I'lnstitut de la Statistique confirm que la crise martini-
quaise a commence depuis 2007 voire 2005 et que "(a
machine s'est cassie" (Georges Para) en tous cas avant la


cruise mondiale et le mouve-
ment social de fevrier 2009.
Mime si ces deux ph6no-
menes ont contribute nous
fire descendre aux enfers..
Selon la revue Antiane-Eco
de I'Insee (juin 2010), il s'agit
du signed d'une "profonde re-
mise en cause desfondements
fun mode de divebppement
dcononuque et de croissance".
Donc la cruise, ce n'est ni la Region du temps d'Alfred
Marie-Jeanne, ni les syndicate organisant la protestation
populaire centre les inegalites et les injustices de cette
society capitalist et neocoloniale d6partementale qui en
sont responsables, come I'ont serine de maniere de-
magogique ceux qui voulaient s'emparer du pouvoir
local..
II s'agit bien d'une cruise sp6cifique ainsi que nous I'avons
soutenu depuis 2008, une cruise du mode de d6veloppe-
ment d6partemental ayant atteint ses limits, la cruise
d'une society en voie de desagr6gation, voire de decom-
position. La verite commence a s'imposer.
Dans ce context, i faut prendre des measures d'urgence
pour soulager les souffrances.des Martiniquais. II faut lut-
ter centre la vie chore en contr6lant les prix des products
de large consommation, populaire.
Le plan de reliance d'urgence regional de 212 millions
d'euros de command publique est &aapprecrer sous cet
aspect. II faut etre vigilant pour que I'Eat, I'Europe et les
prives y apportenl leur contribution (84 Millions d'euros,
soit pres de 40 Oo). Le pouvoir dolt desserrer le carcan
qui 6touffe les collectivites locales. Rappelons a cet
regard que des I'6clatement de la cruise, notre Parti avait
propose un plan de reliance d'urgence en d6cembre
2008.
Mais il ne faut pas alimenter des illusions et des mystifi-
cations.
Pour resoudre les nombreux problems martiniquais, il
faut cesser de fire come si nous d6tenions tous les
pouvoirs pour le faire alors que I'essentiel depend tou-
jours de Paris ou de Bruxelles.
Pour s'attaquer reellement au mal-developpement et B
ses dramatiques consequences sociales, pour changer
de module de developpement puisque c'est de cela qu'il
s'agit, il faut hater I'heure de la mise en place d'un v6ri-
table pouvoir politique martiniquais d6mocratique et au-
tonome afin de disposer des leviers indispensables. On
ne peut I'esquiver.
A minima, il faut mettre en place la Collectivite unique en
la dotant du maximum de prerogatives possibles dans le
cadre restreint de I'article 73. Mais, il faut savoir qu'il ne
peut s'agir que d'un pis-aller qui n'est pas A la hauteur du
defi historique que nous devrons affronter quoiqu'il arrive,
sauf g sombrer et perir.
Michel Branchi


*i 2010 Jwtiie n* - 3





http://www.iournal-iustice-martinique. com


Centre de tri de La Poste ' Puco :
DROIT DE RETRAIT DES AGENTS POUR MAUVAISES CONDITIONS DE TRAVAIL


Pendant plusieurs jours, les salaries du centre de tri de Ducos
ont decide de se mettre en position de retrait pour se faire en-
tendre sur les conditions de travail qu'ils denoncent depuis
longtemps.
En effet ce centre se trouve en plein dans le centre d'activites
industrielles et commercials, en particulier avec des engines et
des materiaux de construction (sable, ciment, buses, etc.). Ces
activities, outre le bruit qu'elles generent avec le va-et-vient de
camions de gros tonnage, provoquent 6 longueur de journey
des nuages de poussiere. Ce qui deteriore considerablement
les conditions de travail des agents du tri.
Ce qui fait que dans le meme temps les usagers de Ducos,
Saint-Esprit, Riviere-Salee sont prives de courier au moment
oi les factures arrivent et peut avoir des consequences nega-
tives pour les retards de paiement.
La Direction de La Poste, au lieu de solutionner le problem,
comme il est de son devoir, a tout simplement assigned les
agents devant la justice.


BRAVES SUR LE SOCIAL


DES REMOUS SUR LE PORT
DE FORT-DE-FRANCE
L'organisation du travail sur le port avec
la decision de la mise en place de I'em-
ployeur unique semblait ramener plus
de serenite, en tout cas a la suite des
declarations de uns et des autres. Pour-
tant le debrayage du 14 juillet dernier
montre une certain febrilite quant a I'in-
terpretation de la signature de la r6cente
convention collective et son application
en terme de conditions de travail. Effet
avant la fusion (GMMSP et MANUMAR) -
sur un effectif de 81 dockers selon la .
CGTM, le travail s'effectuait avec des -
equipes de 9 dockers. Tandis qu'avec la de G A D: Jean-C
fusion, pour un total de 110 dockers les
6quipes sont ramenees 6 6 pour le meme travail. D'o6 le sen-
timent de "s'etrefait avoir". Et les dockers affilies la CGTM
d'annoncer leur intention de "dfnoncer faccorddu 5juiffet der-
nier". Leur determination semble se renforcer apres I'accident
survenu sur le port le vendredi 23 juillet oa un docker est se-
rieusement blessed, mettant en cause I'organisation du travail.


laude Ouka(Collectif carburants) et Gabriel Jean-Marie (CGTM-Prod petroliers)


LES TRANSPORTERS DE CARBURANT EN COLERE
Alors que tout semblait rentrer dans I'ordre avec I'arr6t du mou-
vement de gr6ve des chauffeurs des products petroliers le ven-
dredi 17 juillet, qui avait d6ej souleve un vent de panique dans
la population, avec I'accord sur un certain nombre de points


IF 'euR 201 juitic n - d


En France, le Syndicat professionnel des
m6decins de prevention de La Poste, a
transmis un courier le 20 mai a Jean-Paul
Bailly, le president du group, ainsi qu'6 son
comit6 d'hygiene, de s6curit6 et des condi-
tions de travail (CHSCT), aux ministres de tu-
telle et aux inspecteurs du travail, dans
lequel ils decrivent une situation alarmante
des salaries de La Poste : "Des suicides ou
tentatives de suicide, dont on peut penser qu 'is
sont exclusivement lids a des situations de vie
professionnelle, surviennent dans toutes les rj-
gions, dans tous les mitiers et aux diffirents
niveauxde Centreprise". Parmi les sympt6mes
alarmants, ils rel6vent un taux record d'absent6isme pour ma-
ladie, une augmentation des accidents du travail et des agents
de distribution en situation d'6puisement... "La Poste crie des
"inaptes" physiques et psycfiiques", concluent-ils. Les memes
causes produisant les memes effects, les medecins redoutent
I'apparition chez les posters d'un "processus morbide, connu au-
jourd'hui par d'autres entreprises".
Ce droit de retrait des agents du tri de Ducos n'est qu'une mise
en garde et une interpellation afin de sensibiliser la direction
sur des conditions de travail que les agents estiment de plus
en plus insupportables.
D'ailleurs la reponse du tribunal d'exiger de la direction de la
Poste une expertise est d6jA un signe encourageant de la jus-
tesse de leurs revendications.
Jeudi 22 juillet, les agents du tri de Ducos ont decicA de lever
le droit de retrait et ont permis une reprise de la distribution du
courier en attendant le resultat de I'expertise.


[ LUTTES SOCIALE






Page
Missing
or
Unavailable





[ REVUEPE PRESSE


FRANCE-ANTILLES MET "LA DEGRADATION DU NIVEAU DE VIE" A LA UNE


Notre confrere France-Antilles a presented 6 la "Vne "I'etude de
I'lnsee sur les revenuess et conditions de vie" realisee & la de-
mande du conseil general et don't nous avons fait 6tat plus par-
ticulierement la semaine derniere (Justice n� 29 du
22/07/2010). La premiere parties de cette etude sur "emploi et
cimnage "avait ete traitee dans un article precedent (Justice n�
27 du 8/07/2010). France-Antilles announce : "L'argent chaque
jour de plus en plus rare... ". Et le quotidien pursuit : "un mi-
nage sur cinq vit en-dessous du seuiCde 6as revenues en Martinique.
Ce sont lesfamiles monoparentales et lespersonnes seules qui sont
fes premieres touches par la pauvreti. Vne itude de Cinsee sur Ia
consommation des Martiniquais montre que la tendance estd a da d-
gradation du niveau de vie".
En page interieure un article signed Alicia Bellance est titre : "Re-
venus et depenses sondis par Cinsee. Lesfins de mois de plus en
plus difficiles des Martiniquais". Et I'article note dans sa pre-
sentation que "Ca tendance est da a degradation du niveau de vie".
Les principaux resultats de l'etude de I'lnsee sont presents au
lecteur: un taux de pauvrete de 20 % (un menage sur cinq), de
nombreux salaires du prive au voisinage du Smic (21,3 % en
Martinique centre 13,9 % en France), I'alimentation qui de-
meure le premier poste de depenses des manages malgre les
changements du mode de consommation, un menage sur trois
endette et des difficulties d'acces au credit (habitat, consom-
mation) des manages les plus modestes, sentiment que le ni-
veau de vie s'est degrade depuis cinq ans et va continue a se
degrader dans les cinq ans qui viennent, etc.
Le Directeur adjoint de I'NSEE-Martinique et auteur de I'etude,
Gerard Forgeot, interroge sur la cause du ralentissement de la
progression des revenues en Martinique estime que les moteurs
de la croissance que seraient la defiscalisation dans les annees
1980, la Lopom avec les aides a I'emploi dans les annees 90,


ont cesse d'agir et qu'il n'y a pas eu de relais depuis 2005. II
met en exergue le fait que ce qui a ete "peu dynamique ces der-
nikres annies, ce sont [es salaires". En reality, le freinage a ete
brutal : + 0,3 % I'an en 2005/2008 centre + 3 % I'an en
1993/2000( cf notre article cite). Or la consommation alimen-
tee au principal par I'importation etait le moteur de cette crois-
sance artificielle et factice.
Le module de croissance base sur la defiscalisation et les exo-
nerations massive de charges patronales (loi Perben, Loom-
Jospin et Lopom Girardin, etc) a epuise ses capacities de
reliance artificielle d'une pseudo-croissance par I'enrichisse-
ment des capitalistes martiniquais et exterieurs. Le syst6me de-
partemental n'est plus capable de constituer un filet de
protection social pour les plus demunis, ce qui depuis dix ans
a entrain6 la pauperisation des classes populaires et des dites
classes moyennes, I'approfondissement des inegalites sociales
et des injustices qui les accompagnent sous I'effet de surcroit
des politiques neo-liberales de freinage des depenses pu-
bliques des gouvernements de droite et de maniere plus soft
de gauche.
L'etude de I'lnsee-Martinique reprise par France-Antilles est la
confirmation de maniere attenuee de ce que nous defendons
dans ces colonnes depuis 2008, bien avant le movement po-
pulaire du 5 fevrier 2009, et que nous avons present dans un
rapport I'lntersyndicale martiniquaise en octobre 2008.
Au-delA des indispensables measures de soutien imm6diates au
pouvoir d'achat populaire, la question d'un autre modele de de-
veloppement qui passe n6cessairement par un changement
statutaire pour disposer localement des outils est posee dans
I'urgence si on veut eviter une nouvelle explosion social. Le
rapport de I'economiste Victor Vaugirard de juillet 2009 pour les
Etats generaux martiniquais avait dG en faire le constat lucide
et amer. Le plan de reliance Letchimy est necessaire rais pas
suffisant.
Michel Branchi


84 JEUNES DIPLOMES DE L AIDE SOCIAL A L'ENFANCE RECOMPENSES


Les jeunes dipl6mes recompenses en presence de Claude Lise
Comme chaque annee le Conseil general a recompense les
jeunes pris en charge par I'Aide Sociale a I'Enfance ayant ob-
tenu de bons resultats scolaires. Cette annee, quatre-vingt
quatre jeunes ont donc e6t recompenses et mis a I'honneur


pour leur travail, leur implication et leur merite, don't
dix-huit Bacheliers, un Licencie, et une admise en
preparation d'6cole d'infirmieres. En dix ans, 558
Sjeunes dipl6mes ont ainsi ete distingues. Grace
aux measures d'accompagnement et de suivi de la
collectivite departementale, ces jeunes peuvent,
en depit des difficulties de la vie, poursuivre une
scolarite et construire un project de vie. Soulignons
que la collectivite assure la prise en charge de plus
de 3000 mineurs et jeunes majeurs chaque annee
au titre d'une assistance educative, financiere ou
d'un accueil physique. Le Departement a accueilli
sous sa tutelle cette annee 967 mineurs et jeunes
majeurs. Soulignons que I'action de la collectivite
departementale en faveur de I'education est clas-
see prioritaire. Cela passe par une politique de
construction et de renovation des colleges, la re-
duction de la fracture num6rique avec I'informati-
sation de colleges, mais egalement la mise sur
pied d'un reseau de cyber bases sur I'ensemble du territoire.
Transport scolaire, restauration, soutien scolaire ou aides aux
etudiants, toute une palette de secteurs oO intervient la collec-
tivite pour I'epanouissement de la jeunesse martiniquaise.


Ieh2 1 -I ic n' Page 6


httpj://wwwiournal-iustice-martiniaue. cor


I r~mr~






http://www.iournal-iustice-martinique. com


Motion C1 : LIBERATION IMMEDIATE DE PIERRE JUST MANY
Les elus du Conseil G6neral de Martinique, reunis en Com- tinique,
mission Permanente le jeudi 22 juillet 2010. Consid6rant que I'6tat de sant6 de Pierre Just Marny s'avere
Considerant que Pierre Just Marny, incarcere depuis septem- incompatible avec sa detention et exige un placement en milieu
bre 1965, a paye sa dette 6 la society et semble faire I'objet hospitalier,
d'un traitement discriminatoire eu 6gard a des situations simi- Consid6rant que ce maintien en detention s'apparente au-
laires, jourd'hui a un veritable acharnement,
Considerant que le Tribunal d'Application des Peines a rendu Demandent la liberation immediate de Pierre Just Marny.
une decision permettant de proceder a son evaluation en Mar-

Motion Ck : POUR UN TRAITEMENT DE PIERRE JUST MANY DANS LE RES-

PECT DE SA SITUATION HUMANITAIRE


Pierre Just Marny est incarcere depuis 45 ans, la periode r6-
cente faisant I'objet d'une evaluation en Martinique decide par
le Tribunal d'application des peines.
L'etat de sante de Pierre Just Marny semble incompatible avec
sa detention et necessiterait un placement en milieu hospitalier.


Dans ce context, les elus du Conseil Regional de la Marti-
nique, reunis en seance pleniere le 20 juillet 2010, demandent
au Ministere de la Justice, la prise en compete de sa situation hu-
manitaire qui interpelle I'opinion publique martiniquaise.
Adopted A I'unanimite


ITIe~


Pleniere regionale u 2Ojuillet: LANCEMENT DU PLAN DE RELIANCE D'URGENCE


De longs debats pour la seance pleniere du Conseil regional
du mardi 22 juillet. Certes majority et opposition doivent jouer
leur r6le dans une democratic, mais faut-il multiplier les inter-
ventions et redites pour finalement arriver a un vote a I'unani-
mite sur tous les dossiers. Ne sera-t-il pas temps que I'on passe
definitivement 6 s'attabler a mettre en march le pays au lieu de
cette atmosphere de champagne electorale sans fin ? N'y a-t-il
pas aussi a revoir la m6thode sur la gestion des dossiers en
pleniere de la part de I'executif ? En tout cas, il semble que soit
devenu la regle que les plenieres
a Plateau-Roy souvent tres fasti-
dieuses. On retiendra que sur
tous les dossiers important ma-
jorit6 et opposition aient malgre
leurs divergences vue a faire pro-
gresser le pays et les ont vote a
I'unanimit6. Le premier sujet avait
trait a la participation de la collec-
tivite regionale a I'Etablissement
Public Foncier Local (EPFL). Cet 1
operateur devrait permettre de
trouver des solutions pour gerer
la crise du foncier a la Martinique. .
La presentation de ce dossier le Une parties des maires en reunion av
25 avril dernier avait provoque
I'ire des elus du group des patriots contestant la procedure
d'urgence avancee par I'executif pour I'examiner. Ce qui les a
d'ailleurs amenes a saisir le tribunal administratif pour protes-
ter centre le non respect de la procedure. Une attitude que
compete desormais adopter les patriots "chaquefois qu'ify aura
un manque de respect des procidures"a souligne Louis Boutrin.
Une initiative qualifiee "dodieuse" par Serge Letchimy pregnant
t temoin Alfred Marie-Jeanne qui n'aurait selon lui jamais fait
appel a la justice "coloniafe"pour regler un problem entire Mar-
tiniquais. En tout 6tat de cause, Marie Helene L6otin a juge
que "Ce dossier est prisentie correctement et nous a[lons Ce voter".
La Cacem et la Communaut6 du sud ont les pleins pouvoirs
pour demander au prefet la creation de cet etablissement fon-
cier attend depuis les annees 90. Autre sujet de debat, le


ec S


fonds regional de solidarity (action social) et I'aide au voyage.
On aurait pu craindre la disparition de ce dispositif au regard
des declarations durant la champagne electorale, mais la
constance des difficulties economiques et sociales du pays n'a
pas echappe au nouvel executif, la solidarity regional s'im-
pose. II y avait "unflou artistique" regissant I'aide social de-
puis 11 ans et ce dispositif ne dispose pas de "cadre
suffisamment transparent", a advance la majority pour reformer
ce dispositif et mettre en place un dispositif transitoire. Les elus
de la majority ont stigmatise
"'opaciti des conditions d'attri6u-
tion, [a disparity geographique et
une distribution inigale des aides
sur le territoire martiniquais".
Selon, Jean-Philippe Nilor de
I'opposition patriots, il y la rien
de bien nouveau, on continue en
am6liorant le dispositif, nous ne
pouvons 6tre que preneurs. "Qui
peut itre contre une voConte de rj-
former le dispositif experimental
Serge Letchimy sur le Plan de reliance avec un cadre plus transparent et
des critdres chairs qui permet un
contr6le", a retorque Marie H6lene Leotin ? "Nous sortons du
cas par cas pour rentrer dans un dispositif qui prend en compete
C'gaCiteet lajustice"a defendu Justin Pamphile, le rapporteur.
Un dossier qui devra connaltre d'autres evolutions puisqu'il
n'est que transitoire. De meme que I'aide au voyage devra
connaitre un bouleversement avec une fusion de I'aide de I'Etat
et de la Region pour permettre aux families aux revenues mo-
destes de profiter du dispositif. Les elus ont emis le voeu que ce
dispositif d'aide aux voyages ne soit pas envisage uniquement
vers "Ca metropoe", mais avec une ouverture sur notre region.
La region envisage que ce soit une structure externe qui re-
gisse le dispositif d'aide "pour ne pas crier du cCienteisme". A
voir...


ELI


1 I ' rmm






httM://www.iournaI-iustice-martinigue. cor


L OUTlqj


Concernant le plan de reliance initi6 par la collectivite regionale,
"une tape supplimentaire estfranchie" avec la presentation de
la maquette des travaux qui debuteront des la fin des vacances
a soulign6 Catherine Conconne, le rapporteur. II est tries at-
tendu, aux dires de la vice-presidente. Le plan de reliance a 6te
scinde en trois volets, la premiere, la reliance de la command
publique. Ce sont pres de 212 millions qui seront mis dans la
corbeille pour.divers travaux envisages par les communes et
communautes de communes, don't une participation regionale
d'un peu plus de 73 millions. Le second volet est I'aide conjonc-
turelle apportee aux entreprises et aux communes. Les entre-
prises pourront b6neficier de pret a taux zero et et d'une aide a
I'emploi. Ce soutien aux entreprises passe par un volet d'infor-
mation des entrepreneurs avec la premiere sur Saint-Pierre le
9 septembre. 10 millions d'euros sont consacres aux etudes
pour les grands projects structurants, tels des zones d'activites
ou le developpement de Saint Pierre et des Trois Ilets comme
zones d'interet touristique regional.
Le group des patriots et sympathisants est plus que jamais
critique vis-A-vis de ce plan. Selon Louis Boutrin, il enforce I'ab-
sence de lisibilit6 que nous soulignions le mois dernier. II
avance trois proposition pour permettre 6 ce plan de reliance
d'atteindre.ses objectifs "fa mise en place dun partenariat spici-
fique avec le secteur bancaire. 2. [a mise en place dun partenariat
avec fEtat pour un moratoire transitoire et exceptionne d'ac-
compagnement ; 3. [a praise en compete des grands projects structu-
rants privus dans le SMDE et t enfin (a prise en compete de Caspect


socialet a [a consommation des manages. L 'executifa riitird son
refus dentendre ces propositions, car 'ne partage pas [a mime' ana-
lyse". La droite qui a ete bien silencieuse ce jour, a apporte
son soutien au plan en r6clamant un volet pour prendre en
compete les violence au travers des politiques de ville renfor-
cees. Sans vouloir etre des "dos d'dnes" les elus patriots se
sont abstenus sur ce plan de reliance.
Les elus patriots se sont egalement abstenus lors du vote du
budget modificatif. Un budget modificatif pour permettre d'inte-
grer le financement de son plan de reliance. En fait la majority
a fait un r6ajustement par rapport a I'estimation budgetaire pour
les six mois 6 venir. Ainsi elle a supprime 26 millions de de-
penses qui ne seront pas degages avant le 31 decembre
201 Opar example 22 millions sur les transports mais sans sup-
primer les programmes de travaux. 15 millions de recette nou-
velle et I'exc6dent du budget de 2009, soit 6 millions permettent
de presenter un budget supplementaire en 6quilibre.
Soulignons que les elus ont vote deux motions : la premiere ap-
portant son soutien au "CoClectifde 'Education"afin "que la ren-
trie scolaire 2010 sefasse dans des conditions accepta6Ces pour les
ieeves, Ceurs parents et Ce personnel". Les elus ont reclame "la
tenue dun ConseiCde [Education NationaCe, le CEN, des Ca ren-
trie 2010". La second adressee au Ministere de le Justice
"pour un traitement de Pierre Just Marny dans le respect de sa si-
tuation humanitaire".
C.B.


VISIT DU PRESIDENT DU SENATE, GERARD LARCHER

Le president du S6nat Gerard Larcher a effectue une
visit de 48 heures en Martinique les 9 et 20 juillet der-
nier. Le president du Senat 6tait en situation d'ecoute
et de comprehension en rapport au vote des Martini-
quais le 10 janvier dernier. Le premier representant'
des collectivites a evoque avec ses divers interlocu-
teurs la situation economique et social mais 6gale-
ment la nouvelle governance territorial en ce qui
concern la reforme des collectivites. Certes, la Mar-
tinique a fait un choix different et c'est ce choix selon
Gerard Larcher qu'il "convient de conduire avec intelli-
gence en partenariat avec les elus". II compete de ce fait
apres les different changes, "porter ce que ce sera la
volonte des eius pourfaire des propositions d Cexdcutif".
Sachant que le parlement est souverain en dernier G6rard Larcher, president
resort.
Los de la rencontre avec les elus locaux a Bateli6re, Gerard leures conditions. Que
Larcher s'engag6 a suivre de pres le dossier de la collectivit6 sefaire entendre et qu
unique, dossier sur lequel les elus divergent sur certain points. pectie la volonte expn
Claude Lise a d6clar6 "Nous comptons par aiCCeurs sur vous, ci ne doit en aucune n
Monsieur Ce Prisident, pour que Ce de6at qui viendra au Sinat sur pour dire cela, puisqu
ia Coi ordinaire et sur ia Ioi organique - puisqu'i est be et bien fendues sur la question
question maintenant de loi organique -, se deroule dans Ces meil-


lu Snat, en compagnie de Claude Lise


celui-cipermette a tous Ces points de vue de
'en tout itat de cause, soit pleinement res-
imee par Ces ifecteurs. Je consider que celle-
laniere &re dtournie etje suis tres da aise
e chacun connait les positions quej'ai d6-
n institutionnefle !"
M.B.


Extrait de intervention te Clau e Lise face a ferard Larcher :
"LA NECESSITY D'UNE VERITABLE REVOLUTION CULTURELLE"


9ES MEASURES D 'URGENCE
"(...) Mais il se trouve que j'ai requ, il y a un mois, les resultats
d'une etude effectuee par I'INSEE a la demand du Conseil ge-
neral; je crois done necessaire de vous en citer quelques 616-


ments qui, helas, revelent d'inquietants signes d'aggravation
de la situation 6conomique et social de la Martinique.
C'est ainsi que le nombre reel de ch6meurs se situe a plus de
56 000, si I'on tient compete, au-delb des 36 100 ch6meurs au
sens du B.I.T, de tous ceux qui n'accomplissent pas de de-


*1 i2






http://www.iournal-iustice-martiniLue. cor


march aupres du pl6e emploi alors qu'ils souhaitent travailler
(il s'agit la en majority de femmes : 6 plus de 63 %).
Mais ce qui apparaft particulierement inqui6tant, c'est le taux
de ch6mage des jeunes de 15 a 24 ans qui, en atteignant plus
de 61%, se situe 6 un niveau jamais atteint auparavant et qui
est en augmentation d'environ 15 points sur deux ans.
II est important, par ailleurs, de noter que le rapport entire I'of-
fre d'emplois et la demand, telle qu'il s'exprime au pl6e emploi,
est en moyenne de 1 pour 40 ! Ce rapport risque d'ailleurs de
se det6riorer de plus en plus, compete tenu de la situation des
entreprises du secteur priv6 et, en particulier, du nombre crois-
sant de celles qui deposent leur bilan (notamment dans un sec-
teur porteur d'emplois comme le B.T.P.).
Parmi les autres chiffres alarmants, on relive que 20 % des
manages disposent d'un revenue inf6rieur au seuil de pauvret6
(qui est ici de 616,17 euros par mois et par unit de consom-
mation). Mais, surtout, c'est 25 % des enfants martiniquais qui
vivent actuellement dans de tels manages. 84 % de ces m6-
nages ont, par ailleurs, un revenue disponible brut pre-engag6.
On note, enfin, que les in6galit6s se sont accrues depuis 2001
(alors qu'elles s'6taient attenu6es entire 1995 et 2001). Les pau-
vres sont en moyenne devenus deux fois plus pauvres que
dans I'Hexagone, les riches 6tant de leur cot6 devenus en
moyenne deux fois plus riches que dans I'Hexagone.
Une telle situation appelle 6videmment des measures d'urgence
et notamment une important et tr6s rapide reliance de la com-
mande publique.

DIFFICUL TS FINANCIERES

DES COLLECTIVITES LOCALES
En fait, les projects finalists et pr6ts 6 d6marrer ne manquent
pas, concernant la construction, la rehabilitation ou la mise aux
normes d'6quipements indispensables. Mais, mise a part la col-
lectivit6 r6gionale - qui a pris I"initiative d'un plan de reliance -,
pratiquement toutes les collectivit6s territoriales connaissent de
graves difficulties financieres limitant leur capacity d'interven-
tion.
C'est le cas, je dois vous le dire, du Conseil general, longtemps
principal donneur d'ordre public et qui, jusqu'b 2008, 6tait le
troisieme des d6partements de France de meme state de po-
pulation en matiere de d6penses d'6quipement direct par habi-
tant.
Comme la plupart des conseils gen6raux, il est victim d'une re-
duction de ses recettes, alors qu'il doit faire face a une de-
mande social qui croit de fagon explosive. Mais, comme les
trois autres conseils g6n6raux d'outre mer, il doit supporter, de
surcroit, une dette de I'Etat, concernant le versement de I'allo-
cation RMI, qui atteint un niveau insupportable : 51 millions
d'euros, c'est-a-dire pres de 8 % de son budget annuel !
II suffirait que I'Etat paye sa dette et, par ailleurs, compense les
d6penses d'APA en tenant compete de la proportion de per-
sonnes Agees que nous devons prendre en charge (37 % au
lieu de 10 % dans I'Hexagone) pour que la collectivit6 departe-
mentale puisse lancer, dans les semaines qui suivent, 39 mil-
lions d'euros de travaux voire, d'ici la fin de I'annee, plus 59
millions d'euros de travaux.(...).
II y a bien d'autres sujets sur lesquels je voudrais vous de-
mander de soutenir nos revendications (...)

LA SITUATION DRAMATIQUE DU CHU

DE FORT-DE-FRANCE
(...) Mais je pr6f6re insisted sur un dossier particulierement
preoccupant qui fait aujourd'hui I'objet d'une forte mobilisation


des personnel et des organizations syndicales concerns :
c'est celui du centre hospitalier universitaire de Fort-de-France,
a propos duquel j'ai adresse, il y a une dizaine de jours, une
question 6crite a Madame la ministry de la sant6.
Cet 6tablissement, qui remplit une mission essentielle de sant6
publique tant pour la Martinique que pour les pays environnants
et qui joue, par ailleurs, un rl6e moteur dans I'6conomie locale,
connaTt actuellement une situation v6ritablement dramatique.
Une situation qui, en raison des contraintes structurelles aux-
quelles cet 6tablissement doit faire face, se caract6rise notam-
ment par un deficit atteignant cette ann6e les 36 millions
d'euros et un montant de cr6ances irr6couvrables de I'ordre de
20 millions d'euros.
Face 6 une telle situation, il s'av6re absolument indispensable
que le Gouvernement d6bloque tres rapidement des sommes
beaucoup plus importantes que celles r6cemment annonc6es
par la Ministre de I'Outre mer.

LE CHANTIER DE LA COLLECTIVIST UNIQUE :

RESPECTER LA VOLONTE DES ELECTEURS
Je ne peux evidemment terminer mon intervention sans 6vo-
quer le chantier de la collectivite unique.
Nous sommes, a ce sujet, nombreux a d6plorer le flou entre-
tenu quant au calendrier de mise en oeuvre de cette r6forme,
alors meme que le mandate de la moiti6 des conseillers gene-
raux arrive a terme dans quelque 8 mois. Et je suis, pour ma
part, de ceux qui comprennent difficilement qu'apres avoir pre-
cipite la consultation des populations, I'on puisse, comme on
I'entend dire, n'envisager la mise en ceuvre de cette r6forme
qu'A I'6ch6ance de 2014.
II est done important d'obtenir que le Gouvernement clarifie ra-
pidement sa position sur cette question.
Nous comptons par ailleurs sur vous, Monsieur le President,
pour que le d6bat qui viendra au Senat sur la loi ordinaire et
sur la loi organique - puisqu'il est bel et bien question mainte-
nant de loi organique -, se deroule dans les meilleures condi-
tions.
Que celui-ci permette 6 tous les points de vue de se faire en-
tendre et qu'en tout etat de cause, soit pleinement respected la
volontO exprimee par les electeurs.
Je consider que celle-ci ne doit en aucune mani6re 6tre de-
tournee et je suis tres a I'aise pour dire cela, puisque chacun
connait les positions que j'ai defendues sur la question institu-
tionnelle !

PRISE EN COMPETE DE NOS SPECIFICITES
II imported aussi, Monsieur le President, que, dans le cadre de
ce debat, la plus grande vigilance s'opere pour eviter que I'on
ne prenne argument du passage de deux collectivit6s A une
seule pour justifier une diminution des dotations en provenance
de I'Etat(...)
(...) Je sais aussi que vous plaidez pour une meilleure prise en
compete de nos realites locales voire de nos sp6cificites. Et que
vous avez conscience de la necessity, en la mati6re, d'une v6-
ritable revolution culturelle ; revolution sans laquelle les possi-
bilites offertes par les alineas 2 et 3 de I'article 73 - que j'ai voulu
faire mettre en oeuvre plus d'une fois en vain - ne demeureront
que des leurres.
Monsieur le President, Permettez-moi simplement, en termi-
nant, de formuler un souhait: le souhait qu'a c6te de la Marti-
nique des donnees chiffrees, vous ayez le temps d'entrevoir la
Martinique des r6alites humaines et que, dans le souvenir que
vous emporterez de ce bref sejour, le charme des paysages ne
I'emporte pas trop sur I'authenticit6 du pays".


jIeuai2010 -u


L_ FOLIT






/ httn://www.iournal-iustice-martiniaue. cor


Plan de reliance d'urgence - Kencontre de 5erge Letchimy avec lei maires:

UNE OPERATION POLITICUE RONDEMENT MENEE


Samedi matin 24 juillet le president du Conseil regional,
Serge Letchimy, a reuni au siege de I'Institution les maires
de Martinique pour une "rencontre"dans le cadre du Plan
de reliance d'urgence adopted par la Pleniere du mardi 20
juillet.
Deux exposes ont debut la reunion, I'un de Serge Letchimy,
I'autre de Catherine Conconne, charge de la mise en place de
ce Plan de reliance. Pas de support ecrit pour la press ni pour
les participants. Pourtant, cette rencontre a ete present6e
comme une reunion de travail...
A leurs c6tes, a droite, Maurice Antiste, maire du Frangois et a
gauche, Jean Zephirin, maire du Gros-Morne.
En fait, le plan sera formalism par une convention entire la R6-
gion et chaque municipality.

AIDE PROVISOIRE AU FONCTIONNEMENT

DES COMMUNES
Serge Letchimy est
revenue sur le pre-
mier volet du Plan, a
avoir la command
publique. II s'agit de
"stopper f'liemorra-
gie" dans les deux
annees qui vien-
nent. II a rappele
que n'ont ete selec-
tionn6es que les
operations qui sont
"nimediatement rea-
lisa /es". II a insist
aussi sur le dispositif
de soutien aux com-
munes mis en place
pour un an pour re-
pondre a I'argument
que les communes
ne pourraient pas Catherine Conconne (a G) et Serge Letchi
faire face & leur
quote-part financiere du plan : prise en charge de 50 % de leur
part des depenses du service d'incendie (SDIS), aides aux can-
tines, coup de pouce a la prise en charge d'apprentis, aides a
I'embauche sous Contrats d'acc6s a I'emploi(CAE), contracts
d'alternance, et de professionnalisation, etc. La creation de 10
zones d'activites et de 7 EAT spacess d'attractivite touristique)
ont 6te 6voques dans le cadre du 36me volet du Plan. II a ete
fait I'annonce de la creation d'un "po6e avenir"avec les jeunes.
II y aura 34 entretiens avec les maires pour la contractualisation
du Plan.
Le president de Region a indiqu6 que le plan de reliance s'ins-
crit dans le cadre d'un plan de d6veloppement de 10 A 15 ans
qui sera presented en juillet 2011.

UN PLAN D'APPRENTISSAGE DOPE
Catherine Conconne a insisted sur le plan de reliance apprentis-
sage qui permettra la prise en a charge de 700 jeunes supple-
mentaires afin d'aller vers 2 000 jeunes en apprentissage. Et la
mobilisation des 4 CFA. Des aides a I'embauche dans le BTP


my(


et le tourism jusqu'6 1,5 Smic.
Les aides a la continuity territorial, aux 6tudiants et I'aide so-
ciale exceptionnelle viennent en soutien du Plan. Pour I'aide
social, il est annonce un conventionnement avec les maires
qui pourront gerer librement les fonds alloues par la Region par
le canal des CCAS. Coup de griffe 6 I'ancienne equipe r6gio-
nale accusee d'avoir voulu rendre les personnel aidees de-
pendantes de la personnel du president du Conseil regional.
Substituer la dependance 6 I'egard des maires 6 celle du pre-
sident de Region : o6 est la difference ? Autre coup de griffe du
bras droit du President : elle a affirmed avoir trouve un grand
desordre dans les services charges des aides aux communes
et aucune politique d'aide a ces dernieres 6 finaliser leurs dos-
siers (ingenierie). La polemique n'est jamais absente.

UN PLAN DECLINE PAR COMMUNE
Serge Letchimy a repris la parole pour detailler le plan com-
mune par commune : montant global, participation de la com-
mune, participation
S. de la Region, parti-
: cipation des "autres
' *".: financeurs". Comme
une distribution des
prix en fin d'annee.
II aurait mieux valu
distribuer un ta-
bleau.
Exemples :
* Fort-de-France :
Smontant total du
I plan : 41 Millions
d'euros;
Participation de la
commune : 12 Mil-
lions d'euros (29,2
%)"
Participation de la
- -' Region : 9 Millions
(A D) au cour de la reunion avec les maires deuros (21,9 %);
Autres financeurs :
20 millions d'euros (
48,7 %);
* Case-Pilote : montant total : 3,9 M ;
Commune : 735 000 E (18,8 %);
Region : 1,3 ME (33,3 %);
Autres financeurs : 1,9 ME (48,7 %)
* Frangois : montant global : 9,3 M ;
Commune: 1,8 ME (19,3 %);
Region : 5,7 ME (61,3 %);
Autres financeurs : 1,8 ME (19,3 %)
* Ajoupa-Bouillon : montant total 1,790 ME
Commune : 38 000 E (2,1 %);
Region : 728 000 E (40,6 %)
Autres financeurs : 1,024 ME (57,2 %)
*Anses d'Arlet : montant global : 7,5 ME ;
Commune : 1,0 ME (13,3 %);
Region : 1,7 ME (22,6 %);
Autres financeurs : 4,7 M E ( 62,6 %);
Bien entendu, il faudra un document global pour examiner la
part des differentes parties prenantes dans les travaux prevus


, III ;JI. IJl


[ IFOLITIQUE-tco -1






htt.I//www.iournal-iustice-martinipue. cor


dans chaque commune d'une part et la fiabilit6 du plan depend
de I'engagement effectif des communes et des "autresfinan-
ceurs", en particulier I'Etat et I'Europe d'autre part.


UN DELUGE DE FLATTERIES
Au moment du debate, on a assist 6 une avalanche de remer-
ciements de la part de certain maires ou representants de
maires a l'egard du nouveau president de region sur la m6thode
de concertation utilis6e, la confiance accord6e aux maires, etc.
Donald Monplaisir, le maire de Case-Pilote, s'est felicit6 d'une
politique global, pas sectaire, et a souhait6 une mise en oeuvre
vigoureuse. II a demand une action pour faire en sorte que les
banques suivent. Le president du Parti d6mocrate-chr6tien
semble ignorer que cela depend de decisions politiques au ni-
veau du pouvoir central et peut-etre d'une rnationalisation des
banques (p6le public financier).
Luc-Louison Clemente, le maire de Schoelcher, a et6 lyrique
: "on vit une nouvelCe page de C[histoire iconomique de fa Marti-
nique", a-t-il declare. L'aide au fonctionnement des communes
accordee par la Region va liberer des capacit6s d'investisse-
ment des communes par effet de levier, estime-t-il. De mime,
le soutien accord aux EPCI (Cacem par example) a un effet de
levier sur les com-
munes. La question
demeure si cette '.:
aide au fonctionne-
ment des com-
munes est legal.
On voit la les preoc-
cupations d'un
maire don't la com-
mune est particulie-
rement etranglee.
Raymond Saint-
Louis Augustin, le
nouveau maire de
Fort-de-France, a
ete tries fort dans la
flagornerie, meme
si on s'y attendait
un peu. II a affirmed
ne plus avoir le sen-
timent d'etre "enas-
cule", avoir De G a D: M. Antiste, C. Cone
I'impression d'etre
quelqu'un qui sort de I'H6pital (exeat) ou de prison (elargisse-
ment). II entrevoit un "cimat sociafapaise"et dit avoir assisted a
"uneprise en mains de notre 'Martinique". C'est une tradition chez
les c6sairistes de faire le culte du leader fundamental !
Jenny Dulys, la maire du Morne-Rouge, fut grandiloquente en
ass6nant que "a [Martinique nouvele en marche"avec le plan de
reliance Letchimy.
Ecanvil, le maire de Bellefontaine, Jean-Z6phirin, celui du Gros-
Morne, ou Gilbert Eustache, celui du Diamant, etc, n'ont pas
6te en reste pour chanter les louanges de la "nouveffe gouver-
nance" et estimer "qu'un grandpas" a ete realis6. Plus sobre
curieusement, le maire de droite de Basse-Pointe Andre Char-
pentier qui a evoque I'acquisition de la maison familiale d'Aim6
C6saire. D'autres se sont extasies de voir que tous parent de-
veloppement de la Martinique "d'une seule vob(", que tous se
donnent la main, etc..


;onn


UN BESOIN DE CONSIDERATION ET DE CONFIANCE
C'est a croire que les maires ne se rencontraient pas avant 6
I'association des maires, au Conseil general ni meme 6 la Re-
gion. Absence inexplicable du Lamentin et de la Cacem.
Serge Letchimy a annonce dans la foulee la creation d'un
group de travail pour laborer des propositions afin de refor-
mer I'aide au Conseil regional des communes (CRT) en cher-
chant d'autres criteres que ceux actuellement appliques
(fiscalite par habitant, etc). De quoi faire rever...
Manifestement, il y avait un besoin de consideration nouvelle et
de confiance de la part des ediles qu'a su exploiter habilement
le nouveau president de Region en allant a leur rencontre.
Des maires don't les finances sont sinistrees par la crise et qui
se tournent vers un nouveau maitre d'oeuvre, une Region cen-
see avoir la capacity de leur tenir la tete hors de I'eau. Mais
Serge Letchimy s'est lui-meme rendu compete qu'il risquait d'ou-
vrir la boite Pandore en rappelant a plusieurs reprises que I'aide
regional avait des limits. A-t-il ete entendu vu I'euphorie ge-
nerale regnante ?
D'autres questions sont venues sur le tapis: le Schema d'ame-
nagement regional (SAR) 6 modifier, I'eau, le plan seisme, le
transport maritime, I'etablissement public foncier,etc.
Cela prouve que la democratic participative est un exercise
necessaire et sans
cesse a renouveler,
comme nous le pre-
conisons depuis
longtemps au PCM.

ATTENTION AUX

ILLUSIONS
Mais attention au re-
tour de la reality de
la cruise. Le plan re-
gional, ce nest que
4/5 % du PIB marti-
niquais. Et encore
avec la participation
de I'Etat et des
fonds europ6ens.
Attention aux illu-
sions sur les retom-
b6es reelles de ce
ie, S. Letchimy, Jean-Z6phirin plan indispensable.
Personne, par
example, n'a parl6 des fameux 5 000 emplois que I'on avait pro-
mis de cr6er, ni de leur chiffrage. Signe des temps.
Serge Letchimy a confine que si on pouvait abaisser le taux de
ch6mage de 22 % A 20 %, ce serait d6j6 extraordinaire... Allant
plus loin, ii a pos6 la question de savoir pourquoi un jeune qui
n'a ni connaissances, ni relations, ni patrimoine, ne peut faire
I'acquisition d'un terrain et construire dans ce pays. II se heurte
16 5 la r6alit6 de la soci6et de classes. Pour changer cela, il fau-
drait s'engager dans la voie d'une transformation socialist de
cette soci6t6 capitalist et colonial et rompre avec le n6olibe-
ralisme et le n6ocolonialisme d6partemental. Le veut-il vrai-
ment ?
Michel Branchi


P1, DE 2


lllllIlllla ~11






http://www.ioural-iustice-martinique.com


26ieme Tour de Martinique desyoles rontde:

DU IER AU 8 AODUT YO PARE POU MATE LE VWEL !


Alain D6


puisqu'elles ne seront plus que 16 embarcations
au depart au lieu de la vingtaine les annees pre-
cedentes. Un problem de sponsoring qui creuse
I'ecart entire les mieux dotees et celles qui doivent
se contenter de faibles moyens ou tout simplement
saborder leur project au detriment du sport.
Ainsi I'association de la yole "1a Rose"du Frangois
n'a-t-elle pas pu trouver de sponsor et etre en me-
sure de r6gler sa participation au tour.
Pour Alain Dede, "ce n'est pas un ichec, fes entre-
prises riclament f'ecellence et i faut pouvoir pri-
senter un project qui soit accepted . Le tour est aussi
I'occasion de faire passer des messages par le
biais des nombreuses associations caritatives pre-
sentent durant ces huit jours dans les villes tapes.
SOr que cette annee, les syndicats de la sante
vont profiter de I'occasion pour attirer I'attention de
nos compatriotes sur les dangers qui present sur


Voici venu le moment tant attend par des milliers de pas-
sionnes, de vacanciers, de beaux et belles d'ici et d'ailleurs
pour s'exhiber ! Le moment oi la Martinique penche a tribord
ou a bAbord au gre des tapes et des virements de bord !
Bref, c'est la semaine tant attendue du Tour des yoles rondes.
L'epreuve reine du calendrier des vacances de la Societe des
yoles rondes presidee par Alain Dede est surtout le temps de
la grande explication entire les different mapipis de cette dis-
cipline si particuliere 6 notre pays. Les patrons des embarca-
tions se sont declares prets pour en decoudre. C'est aussi un
formidable atout touristique pour notre pays qui trouve A tra-
vers cette manifestation I'occasion de valoriser le patrimoine
cultural de notre pays.
La 26iBme edition dediee au Docteur Pierre Aliker debutera
par un long prologue qui, parti de Fort-de-France devrait per-
mettre aux different equipages de rallier leur point de depart
A I'issue d'une belle r6gate dans la baie des Flamands.
Mais la manifestation est aussi pour Alain Dede, le president
de la society des yoles rondes, I'occasion de prouver, < que le
courage, la volonte, la force, la tenacity et I'envie de perdurer
sont des facteurs determinants pour la croissance d'une re-
gion. (..)
Une conception du sport qui contribute au developpement du-
rable et b la prise de conscience de notre iden-
tite martiniquaise "oi chacun se doit d'itre
acteuret spectateur". Une maniere de dire que
"C'conomie de (a Martinique ne peutfonctionner
que si chacun se retrousse [es manches et s'y in-
vestit vraiment". Le tour c'est egalement I'oc-
casion de reveler tant a la population locale
qu'a nos visiteurs la beauty de nos paysages
au travers des retransmissions televisees.
Que de belles images que celles prises du ciel
refletant le blanc sillage de ces yoles fendant
ces eaux turquoise !
A cet regard la Soci6te des yoles rondes de-
plore I'absence des tel6visons caribeennes.
Encore faut-il vouloir et savoir mediatiser I'6ve-
nement !
D'autant que la crise sevit egalement cette
annee au niveau des associations des yoles,


I'h6pital public.


C6te embarcation, la society des yoles a mis un frein a la mo-
dernisation des yoles pour rester dans la tradition, en opposi-
tion parfois avec les associations de coursiers qui entendent
tout mettre en oeuvre pour satisfaire leurs sponsors et gagner.
En tout cas, aux dire des organisateurs, tout sera pret pour as-
surer dans les meilleures conditions le deroulement de cette
edition 2010 du Tour des yoles rondes de la Martinique, Les
derniers details devant etre regl6s dans le courant de cette
semaine et notamment la question de I'accreditation des cata-
marans suiveurs.
En effet, afin de donner a la Societe des yoles rondes un bal-
lon d'oxygene au niveau financier, I'organisation entend mettre
a contribution les "doucineurs"afin qu'ils participent en especes
sonnantes et tr6buchantes 6 cet 6venement don't ils tirent lar-
gement profit.
D'autant que cette annee le budget n'a pas ete facile 6 boucler.
Un budget de 448 000 E consacres pour 31% A la security et
a 20% pour recompenser les 650 coursiers don't de nombreux
marines pecheurs engages pour la competition durant toute
une semaine.
C6te recettes, I'essentiel provient des sponsors, pour 60%, sui-


Un oataillon de cnarme


Inrnlmr~~aR I


de, president de la Societe des yoles rondes, a mis en garde les "doucineurs"


`I -r


� FATRINOINE j


t.1.1145r


I


1�-'






http://www.iournal-iustice-martinique.com


vis des municipalities (16%), des collectivit6s (13%) qui ac-
cueillent des tapes du Tour et de I'Etat pour 2%. Huit maillots
seront attributes a I'issue des different classements.
A savoir : bleu pour le vainqueur de I'etape du jour; blanc pour
le plus jeune de la yole victorieuse ; rouge pour le classement
au temps ; vert pour le classement au point; jaune pour la meil-
leure progression ; orange pour la combativite ; rose pour re-
compenser I'engagement 6 la mise en valeur de I'aspect
touristique de la yole ronde et blanc pour le coup de coeur de
la press.


C6te animation, lors de differentes tapes, I'organisation pro-
met plein de bonnes surprises pour agr6menter sur terre le
spectacle chatoyant des embarcations 6voluant sur I'eau.
Qui succedera a Joseph Cottrell/Leader Mat dirige par Guy
Andr6 Romer ? Souhaitons qu'Helios, le dieu soleil et Eole,
celui du vent soient de la parties pour nous permettre, I'espace
d'un Tour des yoles d'oublier nos soucis quotidiens.
Bon vent a tous ces valeureux 6quipages et que le meilleur
gagne!


ECHEC DE LA POLITIOUE SECURITAIRE DE SARKOZY


Sarkozy, ministry de I'interieur, puis president
de la R6publique, avait bAti toute sa strategic . '
sur une politique s6curitaire pregnant pretexte ..
du sentiment d'insecurite qui sevissait en .
France pour, en populiste qu'il est, en faire por- .
ter la responsabilit6 a la gauche.
II avait stigmatise la banlieue frangaise pro-
mettant de la nettoyer "au karcher", il a sup-
prime la police de proximity afin qu'elle soit
directement impliqu6e dans la repression
contre la delinquance. Des lois "securitaires"
ont fleuri a I'assemblee national 6 chaque fait I
divers au point d'exasperer la magistrature : G/ B AR
Bande organisee, Garde a vue, privation d'un /
droit de recours - Les maires espions : Le , I e
maire pourra 6tre informed par le procureur des
affaires et enqu6tes en course concernant ses
administres, le plaider coupable -Defense de I'autorite, du dra-
peau et de la Marseillaise. Contre les jeunes dans les immeu-
bles et les bars bruyants. Prostitution. Gens du voyage, etc.,
etc.
Toutes ces lois votees sous la pression des evenements ont
montr6 leurs limits, en terms de moyens, et leur inefficacite
au point de vue des resultats.
Et m6me temps a I'assemblee national les deputies, y compris
ceux de droite, se plaignent de I'accumulation des lois prises
par Sarkozy sans concertation.
Malheureusement on peut constater que tous les jours, I'inse-
curit6 n'a pas baisse depuis que Sarkozy 6tait ministry de I'in-
terieur et qu'elle s'est aggrav6e, malgre les nombreuses
declarations de plus en plus "musc/jes"du president. Nicolas
Sarkozy veut detourner I'attention de sa politique de contre-re-
forme des retraites et de rigueur budg6taire sur le terrain poli-
cier en se servant des incidents de Villeneuve a Grenoble ou de
Saint Aignan mettant en cause des "gens du voyage".
Certes les crimes et delits ne sauraient rester impunis et au-
cune mansu6tude ne saurait 6tre admise pour ceux qui usent
de la violence. Mais il faut s'attaquer au mal a la racine.
Au lieu de s'attaquer au mal etre des Francais, au ch6mage
persistent, a la crise morale qui frappe la society frangaise et
don't ses elites portent la lourde responsabilite, le gouverne-
ment au service des puissants continue a se mettre a leur dis-
position en frappant encore plus durement les couches d6ja
fragilisees par la crise du system capitalist.
On a vu par example que, dans I'indiff6rence total du gouver-
nement, I'entreprise General Motors conditionne la reprise du
site de Strasbourg et I'obligation de garder les emplois des
salaries a un accord qui prevoit un gel des salaires sur deux
ans, a I'absence d'interessement jusqu'en 2013 et 6 une re-


nonciation a six des 16 jours de RTT actuels, afin de reduire de
10 % les coOts de main d'oeuvre.
C'est cela le "travaillerplus, pourgagnerplus"de Sarkozy, mais
c'est un precedent grave car c'est la porte ouverte 6 toutes les
extravagances patronales au benefice du MEDEF qui beneficie
de la mansuetude gouvernementale.
De meme Sarkozy supprime des milliers de postes d'ensei-
gnants (non replacement d'un fonctionnaire sur deux) et veut
batir des 6tablissements "renforces".
En Martinique aussi, la politique securitaire est un echec. La
violence ne cesse d'augmenter avec la circulation incontr6lee
d'armes a feu.
C'est done toute cette insecurity social gouvernementale qui
conduit 6 ce climate de violence et don't ce sert all6grement Sar-
kozy pour nourrir son populisme electoral.
Fernand Papaya


1500 EUROS D AMENDED POUR L 'NCI N PREFET
RACIST PAUL GIROD bE LANGLADE
Paul Girot de Langlade, I'ancien prefet qui a declare le
31juillet 2009 lors d'un contr8le a I'aeroport d'Orly : "On se
croirait enAfrique, ici!"a 6te condamne le 2 juillet dernier,
a 1 500 euros d'amende pour injures racistes par le tribunal
correctionnel de Creteil. Ces propos "procedent fun amal-
game selon fequef toutes fes personnel du continent africain
partagent le mime defaut de rincompitence et de la disorga-
nisation", a explique le juge Philippe Michel. Ni le prevenu
ni son avocat n'ont daigne se rendre au tribunal pour
I'6nonc6 du jugement.


.eu 2010 .c n''-IPage


r les gendarr"

EDES -- -qrieemE r
SH AUTSD -rines
Drogue et crimes se multiplient a la Une du quotidien


r I
L FATIUMOINE


[ FRANCE I






http://www.iournal-ustice-martinique.com


Affaire Settencourt-Woerth: REVELATEUR DUN SYSTEM EN CRUISE


L'osmose entire la droite, son personnel politique et les milieux
des affaires est bien plus qu'une affaire de copinage, comme
veulent le faire croire une certain press A la recherche de
scoops dans le cadre de I'affaire Bettencourt-Woerth.
Cela constitute un syst6me et c'est une donn6e central du ca-
pitalisme d'aujourd'hui, un capitalism financiarise et en crise.
Les communistes.ont caract6ris6 cette forme de capitalism
m6lant 6troitement int6rets prives et publics sous l'intitule de


"capitalisme monopoliste d'~tat". Ce capitalism financiaris6 et
mondialis6 est aujourd'hui en crise, une crise qui a n6cessit6
une intervention publique sans pr6c6dent afin de sauver le sys-
teme bancaire et financier et que les gouvernements des
grands pays capitalistes veulent faire payer aux salaries et aux
populations. Pourtant la sortie de crise appelle des r6formes
radicales s'attaquant 6 cette domination de la finance.


NOR A WIt~U


La revolution cubaine : 6 JUILLET, L'ANNIVERSAIRE DE LA "MONCADA"


-iael astro, neros ae la Moncaaa


Le 26 juillet 1953, une poignee de jeunes gens, scandalises par
le system politique corrompu de leur pays, Cuba, avec 6 leur
tete Fidel Castro,deciderent de s'attaquer 6 la Caserne Mon-
cada, le symbol de la politique de repression du sanglant dic-
tateur Batista. Ce dernier s'etant empar6 du pays a I'occasion
d'un coup d'etat en mars 1952 avec la benediction des Etats-
Unis qui controlaient I'6conomie de Cuba.
Mais I'attaque fut un cuisant 6chec au course de laquelle de
nombreux militants furent massacres et par la suite d'autres
comme Fidel Castro condamn6s & de lourdes peines de prison.
II assurera lui-meme sa defense et sa plaidoirie, connue sous
I'appellation < L'histoire m'acquittera ). aura un tres grand re-
tentissement dans tout la pays comme un appel A poursuivre la
lutte contre la dictature,
Tout en rappelant les conditions de vie des cubains, il avait ter-
mine sa defense par cette interpellation A ses juges : "Je ter-
minerai ma plaidoirie dune maniure peu commune a certain
magistrats en ne demandant pas fa climence de ce tribunal Com-
ment pourrais-je Iefaire afors que mes compagnons su6issent en ce
moment une ignominieuse captivit' sur ('le des Pins ? Je vous de-


made simplement [a permission d'aller les rejoindre, puisqu'ilest
normalque des hommes de valeursoient emprisonnjs ou assassins
dans une Ripublique dirige par un voleur et un criminal Condam-
nez-moi, cela n'a aucune importance. L 'histoire m'acquittera".
Condamn6 puis lib6r6 et contraint a I'exil, il se retrouve au
Mexique o il rencontre Ernesto "Che"Guevara plusmondiale-
ment connu sous le nom de "E'Che"et va preparer son retour
pour cette fois renverser le regime corrompu de Batista. Ainsi
sera cree le movement du 26 juillet (M-26-7).
Le M-26 d6barque & Cuba a bord du Granma avec ses occu-
pants "gueriferos" pour atteindre la "Sierra 9Maestra" et coor-
donner la lutte pour le renversement du dictateur. L'arrivee
triomphale des r6volutionnaires 6 la Havane le lerjanvier 1959,
sera salute par une population ravie de la fin de la dictature
(fuite et exil de Batista) et I'av6nement d'un pouvoir revolution-
naire au service du people.
17 mai 1959 : Mise en place d'une reforme agraire et fonciere :
les grandes propri6tes, don't celles de la famille Castro, sont
demantelees ; des cooperatives et companies d'Etat sont
creees ; les strangers n'ont pas le droit de posseder de terres.
Juillet 1960 : Les Etats-Unis imposent contre Cuba un em-
bargo economique partiel.
17 avril 1961 : La baie des Cochons : soutenus par la CIA ame-
ricaine, des Cubains exiles aux Etats-Unis tentent de debar-
quer et echouent.
2 decembre 1961 : Proclamation d'une Republique socialist
de tendance marxiste-leniniste. Deux mois plus tard, en fevrier
1962, les Etats-Unis imposent contre Cuba un embargo total,
economique, commercial et financier, et interdisent toute im-
portation de products en provenance de I'le.
Fin decembre 1961 : Castro peut declarer que Cuba est un
"territoire libire de fanalphabitisme". En I'espace de deux ans
seulement, un million de Cubains ont appris a lire et a ecrire -
un succes qui inspire le respect notamment dans le Tiers-
monde.
1962 : La crise des missiles de Cuba.
Quelques grands revolutionnaires de la premiere heure ont 6te
eleves au rang de heros de la nation tels : Juan Almeida, Ca-
millo Cienfuegos, Jose Antonio Echevarria , Abel Santamaria,
Antonio Maceo ,Celia Sanchez, Vilma Espin, etc.
C'est done en memoire de ceux qui ont peri dans la tentative de
I'attaque de la Moncada et qui marque le debut de la lutte la
dictature A Cuba que le gouvernement revolutionnaire de Cuba
a decide de faire du 26 juillet leur fete national.
En 2006, 6 la veille de la fete national, Fidel Castro est hospi-
talise d'urgence dans un 6tat jug6 grave par ses medecins. S'il
confie le pouvoir a son frere Raul, commandant en chef des


OIL#


FRANC







http://www.iournal-iustice-martinicue. cor


forces armies, comme le pr6voit la constitution, ce n'est qu'en
fevrier 2008 qu'il renoncera d6finitivement 6 diriger son pays.
Sur le plan 6conomique le pays en proie 6 de grandes difficul-
t6s et il est 6 noter cependant que I'embargo impose par I'im-
p6rialisme am6ricain reste en vigueur. En d6ployant ses
changes avec I'URSS et les pays du bloc socialist de I'Eu-
rope de I'Est, le pays avait pu r6sister et renforcer son module
de developpement. L'effondrement du bloc socialist en 1991
a eu des consequences si terrible que les "e. erts"pr6disaient
d6ja "[a chute de Castro". La periode dite special a ete difficile
et Cuba a r6oriente sa politique economique notamment sur le
plan touristique au point que,Cuba est la deuxieme destination
touristique des CaraTbes la plus prisee (derriere la Republique
dominicaine) ce qui lui apporte des devises etrangeres vitales.
L'le regoit 6galement d'importants revenues (on les estime a 900
millions de dollars) de la part de Cubains exiles, qui envoient
des aides 6 leur famille ou a leurs amis. Avec la nouvelle poli-
tique de cooperation initi6e par Hugo Chavez pour le Venezuela
et Fidel Castro pour Cuba, un ere d'echange de personnel me-
dical, de petrole en provenance du Venezuela s'est instaur6e.
La mise en place de I'ALBA (Alliance Bolivarienne pour les
Ameriques) qui regroupe neuf pays, 6 savoir Venezuela, Cuba,
Bolivie, Nicaragua, Dominique, Antigua, Equateur, St Vincent
et Grenadine qui se sont joints a cette entreprise, vise d'abord
6 promouvoir une alternative a la ZLEA (Zone de libre-6change
des Ameriques) promue par les Etats-Unis.
Par centre le system de sante et d'education de Cuba reste
une reference dans les caralbes.
En 2000, un demi-siecle apres la Revolution, les taux officials
cubains se sont amelior6s tant pour I'alphabetisation (96%) que
pour la mortality infantile (0,9%).


L'esp6rance de vie 6 Cuba est officiellement a peine inf6rieure
a celle des Etats-Unis en 2002, et est la plus l6ev6e de toute
I'Am6rique latine. L'esp6rance de vie est passe de moins de
60 ans en 1959 a 73 ans en 2004, montrant I'amelioration des
conditions de vie depuis le debut du XXe siecle.
Cuba continue, en d6pit de sa situation economique difficile, 6
envoyer plus 20 000 m6decins aupris de 60 pays du tiers
monde. Lors du tremblement de terre en Halti le 12 janvier der-
nier, Cuba a 6et le premier pays A 6tre op6rationnel pour as-
surer les premiers secours m6dicaux aux bless6s.
Vive la R6volution cubaine !
Fernand Papaya


Camilo Cienfuegos et Fidel Castro


AVIS DE VENTE AUX ENCHERES PU-
BLIQUES
A la requite de Maitre Didier SEGARD,
administrateur judiciaire, nBe Paris
176me le 30 juillet 1947, domicilie pro-
fessionnellement, 3 avenue de Madrid,
BP 41- 92202 Neuilly;
Nomme aux functions d'administrateur de
la succession de Pierre Daniel BEAU-
PERTHUY, ainsi que Madame Marie
SAUVEUR DESBONNES son spouse,
selon ordonnances rendues les 26 mars
1991 et 9 juin 1994 par le tribunal de
Grande Instance de Basse Terre et ayant
tout pouvoir a I'effet des presents aux
terms desdites ordonnances ;
Ayant pour avocat postulant Maitre Flo-
rance BARRE - AUJOULAT, avocat au
barreau de la Guadeloupe don't le cabinet
est sis bis rue Achille Rene Boisneuf -
97110 Point a Pitre.
VENTE AUX ENCHERES
Sur la collectivite de Saint Martin (An-
tilles) Lieudit Griselle
UN TERRAIN NU, cadastree AW numero
4, d'une superficie de 6 ha 85 ares.
DEVANT LE JUGE DE L'EXECUTION
DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE
DE BASSE-TERRE -
LE MARDI 14 SEPTEMBRE 2010 A
8H30
Mise a prix : 2 000 000 E (Deux millions
d'euros)
Les encheres ne pourront 6tre port6es
que par un avocat inscrit au barreau de la
Guadeloupe, le frais etant supports par
I'adjudicataire en sus du prix d'adjudica-
tion.
Le cahier des conditions de vente peut
6tre consult au greffe du juge de I'ex6-
cution du Tribunal de Grande Instance de
Basse Terre. FB 2986


COUPLAGE TELEPHONE INFORMA-
TIQUE ELECTRICITY
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 7622.45 C
SIEGE SOCIAL: CORPS DE GARDE
97228 SAINTE LUCE
431 538 404 RCS FORT DE FRANCE
AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Detenteur de titre
Par decision du 16 Juillet 2010, I'associee
unique a adopted les modifications sui-
vantes:
Changement de denomination social
La denomination social a ete modifi6e et
devient SOCIETY D'ELECTRICITE ET
TELEPHONIE (SET), a computer du 13
Juillet 2010. En consequence, I'article 3
des status a ete modified comme suit:
Ancienne mention
Ancienne denomination : COUPLAGE
TELEPHONE INFORMATIQUE ELEC-
TRICITE
Nouvelle mention
SOCIETY D'ELECTRICITE ET TELE-
PHONIE (SET)
Transfert du siege social
Le siege social a ete transfer a Quartier
la Laugier 97215 RIVIERE SALEE, A
computer du ler Juin 2010. L'article 4 des
status a ete modified en consequence :
Ancienne mention
Si6ge : Corps de Garde 97228 SAINTE
LUCE
Nouvelle mention
Siege : Quartier la Laugier 97215 RI-
VIERE SALEE
Mention sera faite au RCS : FORT DE
FRANCE.
Pour avis FB 2987


AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte requ par Maitre Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associ6 de la Societe Civile Profes-
sionnelle "Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN - PORSAN-CLEMENTE, No-
taires Associes "> a FORT DE FRANCE
(Martinique) 10 Avenue Louis Domergue,
Domaine de Montg6ralde, le 23 novem-
bre 2009, a ete constitute une society ci-
vile immobiliere ayant les caracteristiques
suivantes :
La society a pour objet: I'acquisition par
voie d'achat ou d'apport, la propriete, la
mise en valeur, la transformation, la
construction, I'amenagement, I'adminis-
tration et la location de tous biens et
droits immobiliers, de tous biens et droits
pouvant constituer I'accessoire, I'annexe
ou le complement des biens et droits im-
mobiliers en question.
La denomination social est : VAU-
CHASSIS.
Le siege social est fix6e : SAINTE-
MARIE (97230), Quartier Saint Jacques.
La society est constitute pour une duree
de 99 annees
Le capital social est fixed A la some de :
MILLE EUROS (1.000,00 EUR) .
Les apports sont numeraires.
Toutes les cessions de parts, quelle que
soit la quality du ou des cessionnaires,
sont soumises A I'agrement prealable A
I'unanimite des associes.
Le premier grant de la society est : Mon-
sieur Toussaint Joseph PERASTE,
La soci6te sera immatriculee au registry
du commerce et des societes de FORT
DE France
Pour avis, le Notaire FB 2988

AVIS DE CONSTITUTION


Aux terms d'un acte SSP en date du 12
juillet 2010 il a ete constitute une soci6te
Denomination social : ETIQUETTES
EXPRESS
Siege social : LOCAL N�5 BAT CAM-
PECHE, 97224 DUCOS
Forme : SARL
Capital : 5000 �
Objet social : LA FABRICATION D'ETI-
QUETTES ADHESIVES, TOUS FOR-
MATS, TOUTES QUALITIES, Y
COMPRIS ETIQUETTES THERMO-
REACTIVES.
Gerance : Mademoiselle MC DUFEAL,
JOSSEAUD, 97211 R-PILOTE
Duree : 20 ans A computer de son imma-
triculation au RCS de Fort de France
FB 2989

AVIS DE CONSTITUTION
EURL MALOC
Par acte sous seing prive en date du 9
juillet 2010, enregistre le 12juillet 2010, il
a ete constitute la society unipersonnelle A
Responsabilite Limitee :
Denomination social : EURL MALOC
Capital : 1 500 E divise en parts sociales
de chacune, entierement souscrites et li-
berees.
Siege social: C/� Madame Rosita RISSE
quarter Jeanne d'Arc - 97232 Le La-
mentin
Objet : La location de tous materials et
engines de chantiers du BTP et de VRD
Dur2e : 99 annees
Grant : Monsieur Ricardo VALBON, ne
le 7 novembre 1972 a Fde F demeurant
Jeanne d'Arc 97232, Le Lamentin, est de-
signe statutairement en quality de grant
pour la duree de la society.
La society sera immatriculee au registry
du commerce et des societies tenu au


'1uR29juillet2010 - n Pae.


n


NOTRE A Wit


F' A NwNas UfA LES
L






Page
Missing
or
Unavailable








http://www.iournal-iustice-martinique.com


suivantes :
Forme : Soci6te Civile
Denomination : SCI FOND GENS LI-
BRES
Siege social : Chez M. Jean - Philippe
PANCRATE, Batiment A4, Residence les
Arawaks, 97290 Le Marin
Objet : L'acquisition par tous moyens,
I'administration, la mise en valeur et la
gestion par location ou autrement de tous
immeubles et biens immobiliers et plus
generalernent, toutes operations finan-
cibres, mobilieres ou immobilieres se rat-
tachant directement ou indirectement a
cet objet et/ou susceptibles d'en favoriser
la realisation, ou le developpement, a
condition toutefois d'en respecter le ca-
ractere civil.
Duree :99 ans
Capital: 1000 euros
Gerance : Monsieur Jean - Philippe PAN-
CRATE demeurant A la residence Ara-
waks, 97290 Marin
Immatriculation : Au RCS de Fort de
France
Pour avis FB 3007

AVIS DE DECISION ADMINISTRATIVE
2010-06-01
Portant sanctions administrative A I'en-
contre de :
Entreprise LUCIEN ANTOINE
Adresse du siege : 22 rue Siffleur des
Montagnes
Cite La croix 97218 Basse Pointe
Le Prefet de la Region Martinique en ap-
plication de I'article 18 du d6cret no 99-
752 susvise, il est procede au retrait
temporaire de tous les titres administra-
tifs de transport delivres au nom de I'en-
treprise LUCIEN ANTOINE pour une
duree de 3 (trois) mois a computer de la
notification de la present decision en
date du 09 juillet 2010.
Cette decision interdit A I'entreprise de
realiser elle-meme des operations de
transport public de merchandise pendant
cette periode.
Pour avis
Lucien ANTOINE FB 3008

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
TRAVAUX
Identification du pouvoir adjudicateur
Nom et adresse officials du pouvoir adju-
dicateur
Communaute d'Agglom6ration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Place Frangois Mitterrand
Immeuble Cascades III
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : Pierre SAMOT, Presi-
dent de la CACEM
Adresse Internet : http://www.cacem.org
Adresse du profile acheteur (URL)
http://www.achatpublic.com
Objet du march :
Travaux de renovation des locaux a
usage de bureaux situes Batiments ,
Grive at et , Gros Bec " (97200 Fort-de-
France).
Lieu d'execution : CACEM - Fort-de-
France - ZAC de Chateauboeuf (97200)
L'avis concern un march public
Les variantes ne sont pas autorisees.
DurBe du march:
En application de I'article 19.1.3 du
CCAG Travaux, il est fixe une date limited
pour I'achvvement des travaux.
La date limited d'achevement des travaux
est fixee au : 24 septembre 2010.
La date limited de commencement des tra-
vaux est fixee au : 30 ao0t 2010.
Conditions relatives au march


Modalit6s essentielles de financement et
de paiement:
Le financement est effectue sur les res--
sources propres de la CACEM
Delai global de pavement : 30 jours
Modalites de pavement : articles 86 A 98
du code des marches publics
Forme juridique que devra revetir le grou-
pement de candidates : groupement soli-
daire
Conditions de participation
1. la lettre de candidature en utilisant I'im-
prime DC4 (version avril 2007) ou un do-
cument contenant les memes
renseignements, accompagne le cas
echeant des pouvoirs autorisant le man-
dataire du groupement A signer I'acte
d'engagement;
2. la declaration du candidate integrale-
ment renseignee en utilisant I'imprime
DC5 (version octobre 2008) ou un docu-
ment contenant les memes renseigne-
ments et attestations. Les moyens
materials et humans et les references ve-
rifiables pour des prestations compara-
bles datant de moins de cinq ans seront
detailles dans un document annexe ;
3. en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononces ;
4. le candidate peut joindre en outre s'il les
a en sa possession les documents qui se-
ront a produire par le candidate retenu et
lists A la section IV du RC.
Criteres d'attribution
Offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces ci-dessous avec leur pond6ra-
tion :
- valeur technique : 30% (apprecie sur la
base d'un memoire justificatif des dispo-
sitions que le candidate se propose
d'adopter pour I'execution des travaux le
concernant. Ce document comprendra
toutes justifications et observations de
I'entreprise)
- prix : 70%
Procedure: Procedure adaptee.
Conditions de delai :
Date limited de reception des offres : 05
ao0t 2010 A 12 heures.
Renseignements complementaires
- NumBro de reference attribute au mar-
ch6 par le pouvoir adjudicateur :
2010/30/DGA3/MAPA
- DBlai minimum de validity des offres : 90
jours a computer de la date limited de re-
ception des offres
- Le dossier de consultation est telechar-
geable sur le site de la CACEM :
http://www.achatpublic.com
Date d'envoi du present avis : le
16/07/2010
Annexe I - Adresses complementaires
- Adresse auprbs de laquelle des rensei-
gnements peuvent 6tre obtenus :
CACEM - Service Gestion et Suivi des
Achats
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Courriel : achats.publics@cacem-
mq.com
- Adresse a laquelle les offres doivent
etre envoyees :
CACEM - Service Gestion et Suivi des
Achats
Immeuble Cascades 3 - Place Frangois
Mitterrand
97200 Fort de France
Renseignements relatifs aux lots
Lot nol : Travaux generaux de renovation
Description succinct : travaux de pein-
ture, faux plafonds, electricity, menuise-
ries, divers
Lot n"2 : Fourniture et pose de climati-
seurs
Description succincte : depose, furniture
et pose d'ensembles split systems.
FB 3009


AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil Regional de Martinique, M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, Service Routier Regional - Rue
Gaston Defferre, Cluny - 97200 Fort-de-
France - Tel. : 0596 59 63 00 - T61eco-
pieur :0596726810
Adresse(s) internet: Adresse general du
pouvoir adjudicateur: http://www.cr-mar-
tinique.fr
Type de Pouvoir Adjudicateur et activity
(s) Principale(s) : Collectivit6 territorial
Services generaux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
Publications anterieures
- L'avis d'appel public A la concurrence a
-t-il fait I'objet d'une publication ? : Oui
Si Oui references de publication
Parution no 2009/S 201-289267 Annonce
n� 2009/S 201-289267 Date 17/10/2009
Parution n" BOAMP B 202 Annonce n"
370 Date 20/10/2009
- A-t'il fait I'objet d'une publication rectifi-
cative ? Non
Intitule attribute au march par le pouvoir
adjudicateur : Acquisition de materials
d'exploitation destines a I'entretien du re-
seau routier national de la Martinique
Description succinct du march ou de
I'acquisition/des acquisitions Les presta-
tions consistent essentiellement a fournir
divers vehicules, engines et materials de
chantier :
Lot n" 1 : Berlines 5 places
Lot n" 2 : Vehicules d'intervention 5
places
Lot n" 3 : Vehicules d'intervention 2
places
Lot n" 4 : Fourgons simple cabinet 3
places
Lot n" 5 : Camionnettes simple cabine 3
places tribenne
Lot n" 6 : Camionnette simple cabine 3
places benne ampliroll
Lot n" 7 : Camions simple cabinet charge
utile superieure A 7 tonnes
Lot n" 8 : Tracteurs epareuses
Lot n" 9 : Tractopelles
Classification CPV Classification CPV :
34100000-8 , Vehicules A moteur r
Lot n" 1 : 34111200-0 " berlines ,
Lots n" 2 et 3 : 34136100-0 << fourgon-
nettes a
Lot n" 4 : 34136200-1 , fourgons t6les",
Lots n" 5 et 6 : 34144700-5 , vehicules
utilitaires �
Lot n" 7:34134200-7 o, camions A benne
basculante ,
Lot no 8 : 34138000-3 "tracteurs routiers"
Lot no 9 : 43251000-7 ,< chargeuses a
benne frontal a pelle retrocaveuse ,
Reference d'identification du march qui
figure dans I'avis d'appel public a la
concurrence :
,,Mat.exploitation-09 ,
Type de march: Fournitures
Lieu de livraison :
Parc departemental de I'Equipement - ZI
Lezarde - Commune du Lamentin -
97232
Code NUTS
FR 920 MARTINIQUE
March covert par I'accord sur les mar-
ches publics (AMP) : Oui
Type de procedure
Appel d'offres ouvert
CritBres d'attribution du march : Offre
6conomiquement la plus avantageuse
appreciee, quel que soit le lot, en function
des criteres d'attribution 6nonces ci-des-
sous :
- la valeur technique des prestations :
coefficient 4 se declinant selon les sous-
criteres suivants :


I CaractBristiques et 6quipements exiges:
60 % du coefficient 4.
1 Pertinence du memoire : 40 % du coef-
ficient 4
- le prix des prestations : coefficient 3
- la performance en matiere de protection
de I'environnement de chaque type de
vehicle : coefficient 2
- la duree et I'etendue de la garantie :
coefficient 1
Attribution du march : Consultation de-
claree infructueuses pour les lots 1,2, 3,
4, 6 et 7
Une enchere Blectronique a 6et utilisee:
Non
Valeur total finale du ou des marche(s)
HT:
493 600 E - Hors TVA
Intitule et numero de march ou des lots
attributes :
Acquisition de materials d'exploitation
destines A I'entretien du reseau routier
national de la Martinique
Lot no 5 : Camionnettes simple cabinet 3
places tribenne
March n" 10 FMT 001
Date d'attribution du Marche : 08/07/10
Nom du titulaire / Organisme : BAMITEL
SAS
Adresse : Quartier Four A Chaux - ZA du
Manhity
Code Postal : 97232
Ville : LE LAMENTIN
Telephone : 05 96 57 01 70
Telecopieur : 05 96 57 48 05
Nombre d'offres reQues pour ce lot:
Lot n" 5 : 04
Montant final du march ou des lots attri-
bue (s) (HT):
Lot n" 5 : 171 600,00 e Hors TVA
Le march est-il susceptible d'etre sous-
traite ? Non
Intitule et numero de march ou des lots
attributes :
Acquisition de materials d'exploitation
destines A I'entretien du reseau routier
national de la Martinique
Lot n" 8 , Tracteurs epareuses ,
March n" 10 FMT 002
Date d'attribution du Marche : 09/07/10
Nom du titulaire / Organisme : SORELOC
SAS
Adresse : Zac de RiviBre-Roche
Code Postal : 97200
Ville : FORT DE FRANCE
Telephone : 05 96 50 49 78
Telecopieur : 05 96 50 49 43
Nombre d'offres reques pour ces lots : 02
Montant final du march ou des lots attri-
bue (s) (HT) :
184 400,00 E Hors TVA
Le march est-il susceptible d'6tre sous-
traite ? Non:
Intitule et numero de march ou des lots
attributes :
Acquisition de materials d'exploitation
destines a I'entretien du reseau routier
national de la Martinique
Lot no 9 ", Tractopelles,,
March n" 10 FMT 003
Date d'attribution du Marche :09/07/10
Nom du titulaire / Organisme : SORELOC
SAS
Adresse : Zac de Rivibre-Roche
Code Postal : 97200
Ville : FORT DE FRANCE
Telephone : 05 96 50 49 78
Telecopieur: 05 96 50 49 43
Nombre d'offres reques pour ces lots :03
Montant final du march ou des lots attri-
bue (s) (HT):
137 600,00 E Hors TVA
Le march est-il susceptible d'etre sous-
trait6 ? : Non
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonrds europeens:
Non
Instance charge des procedures de re-


'11h 'A * 'I


A NN1 f E








http://www.iournal-iustice-martinique.com


course et aupres de laquelle des rensei-
gnements peuvent etre obtenus concer-
nant I'introduction de recours:
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex - T6 : 0596-71-66-67 Fax : 0596-
63-10-08
Service auprbs duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif de
Fort-de-France - Immeuble Roy-Camille -
Croix de Bellevue - BP 683 - 97262 Fort-
de-France Cedex - T61 : 0596-71-66-67
Fax: 0596-63-10-08
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion :
Lundi 19 juillet 2010 FB 3010

RESULTAT DE MARCH
SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR
1.1) NOM, ADDRESSES ET POINTS) DE
CONTACT:
conseil regional, rue gaston defferre, A
I'attention de mauriol marie-line, F-97200
Fort-de-France. E-mail : marie-line.mau-
riol@region-martinique.mq.
1.2) TYPE DE POUVOIR ADJUDICA-
TEUR ETACTIVITE(S) PRINCIPALE(S):
Collectivite territorial.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION II: OBJET DU MARCH
11.1) DESCRIPTION
11.1.1) Intitul6 attribu6 au march :
programme regional de formation pro-
fessionnelle des jeunes (Prfpj) lot 45 &60.
11.1.2) Type de march et lieu d'ex6cution,
de livraison ou de prestation :
Services.
Categorie de service : no24.
Lieu principal d'execution des travaux, de
livraison des fournitures ou de prestation
des services: martinique, 97200 Fort-de-
France.
Code NUTS FR.
11.1.3) L'avis implique :
11.1.4) Description succincte du march
ou de I'acquisition/des acquisitions :
la present consultation porte sur le
choix de prestataires (organismes de for-
mation) devant realiser les actions de for-
mation qualifiantes dans le cadre du
programme regional de formation profes-
sionnelle des jeunes (prfpj) 2009 confor-
mement aux cahiers des charges.
11.1.5) Classification CPV (vocabulaire
commun pour les marches publics) :
80530000.
11.1.6) Marche couvert par I'accord sur les
marches publics (AMP) : Oui.
11.2) VALEUR TOTAL FINALE DU OU
DES MARCHE(S)
11.2.1) Valeur total finale du ou des mar-
ch6(s) :
Valeur: 1 453 123,62 euros.
Hors TVA.
SECTION IV : PROCEDURE
IV.1) TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1) Type de procedure :
Ouverte.
IV.2) CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1) Criteres d'attribution :
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function
1. valeur technique de I'ofrre. Pond6ra-
tion : 5.
2. prix de la prestation. Ponderation : 3.
3. delai global d'execution de la presta-
tion. Ponderation : 2.
IV.2.2) Une enchbre electronique a ete
utilisee : Non.
IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Numero de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur :
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)


concernant le meme march : Non.
SECTION V : ATTRIBUTION DU
MARCH
MARCH no: 10 AFPJ 01
LOT no : 46
INTITULE : Mobilisation autour des me-
tiers de la mer et de la plaisance
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES :2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
CFAES, 75, rue Frangois Nieger, MQ-
97230 Trinite. Tel. 05 96 58 58 33. Fax 05
96 58 29 82.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 15 384,50 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ITRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 09 AFPJ 02
LOT no : 48
INTITULE : Mobilisation autour des me-
teirs de la mer et de la plaisance
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 3
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA SUD, College Jacques Roumain
Quarter En came, MQ-97211 Rivibre-
Pilote. T6e. 09 56 62 62 18. Fax 05 96 62
73 44.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 22 100 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 03
LOT no : 49
INTITULE : Mobilisation autour des me-
teirs de la mer et de la plaisance
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 4
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ICONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA SUD, College Jacques Roumain
Quarter En camee, MQ-97211 RiviBre-
Pilote. Tel. 05 96 62 62 18. Fax 05 96 62
7344.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 22 100 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 04
LOT no: 50
INTITULE : MAN 26me degree
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 4
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRTA CENTRE, ZAC de Riviere-Roche,
MQ-97200 Fort de France. Tel. 05 96 50
45 75. Fax 05 96 50 46 13.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 49 100 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 05
LOT no : 51
INTITULE: MAN 26me degree
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE: 17 novembre 2009


V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 5
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA CENTRE, ZAC de Rivibre-
Roche, MQ-97200 Fort de France. Tel.
05 96 50 45 75. Fax 05 96 50 46 13.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 49 100 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 06
LOT no : 57
INTITULE : CAP Agent d'entreposage et
de messagerie
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 3
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ITE PRISE
GRETA CENTRE, ZAC de Riviere-Roche
B.P. 66, MQ-97200 Fort de France. Tel.
05 96 50 45 75. Fax 05 96 50 46 13.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 131 450 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 07
LOT no : 60
INTITULE : CAP Gestion des dechets et
proprete urbaine
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA CENTRE, ZAC de RiviBre-Roche
B.P. 66, MQ-97200 Fort de France. Tel.
05 96 50 45 75. Fax 05 96 50 46 13.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 148 325 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITt : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 08
LOT no : 52
INTITULE : CAPA Travaux paysagers
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 4
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
LAFARGUE FORMATION, no 6 - Lot St
Christophe, MQ-97231 Robert. TeI. 05 96
65 18 36. Fax 05 96 38 21 08.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 171 810 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10AFPJ 09
LOT no : 53
INTITULE : BPA Productions vegetales
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 1
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
CFPPA du Carbet, Route des Pitons,
MQ-972221 Carbet. Tel. 05 96 67 53 31.
Fax 05 96 78 05 46.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale.du march :


Valeur: 216 930 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 10
LOT no : 54
INTITULE : BEPA option agriculture des
regions chaudes
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
CFPPA du Gros-Morne, Quartier la Fraii-
cheur, MQ-97213 Gros-Morne. T6e. 05 96
67 53 31. Fax 05 96 67 54 30.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 210 660 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 11
LOT no : 55
INTITULE : CAP Emplye de commerce
multi-sp6cialites
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 3
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
IFED NOUVEL, Zone industrielle Petite
cocotte Immeuble Nadeau Lot 14 Cham-
pigny, MQ-97224 Ducos. Tel. 05 96 56 09
99. Fax 05 96 56 12 74.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 138 130 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 12
LOT no : 56
INTITULE : CAP Employe de ventespe-
cialise option B productss d'equipements)
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHI : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
LAFARGUE FORMATION, College Jo-
seph lagrosilibre Bid de la vole lactee,
MQ-97230 Sainte-Marie. Tel. 05 96 69 59
47. Fax 05 96 69 24 44.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 136 250 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 13
LOT no : 58
INTITULE : TP agent de maintenance sur
equipements bureautiques
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 17 novembre 2009
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
CFIL, 35, rue Ernest andre, MQ-97232
Lamentin. T6e. 05 96 76 68 22. Fax 05 96
57 06 87.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 141 784,12 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS
COMPLEMENTAIRES
VI.1) LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR


orl J P u*3 Pag1


[_A ma UA ES-








http://www.iournal-iustice-martinique.com


DES FONDS COMMUNAUTAIRES: Oui.
Reference(s) utile(s) du project / pro-
gramme : programme operationnel
2007/2013 axe 2 - inclusion par la forma-
tion et la qualification - action 2-2 - inves-
tir dans le capital human - sous-mesure
2.2.1 - developer des measures actives
du march du travail.
VI.2) AUTRES INFORMATIONS :
VI.3) PROCEDURES DE RECOURSE
VI.3.1) Instance charge des procedures
de recours :
Tribunal administratif de Fort de France,
immeuble Roy Camille Croix de bellevue
B.P. 683, MQ-97264 Fort-de-France. Tel.
05 96 71 66 67. Fax 05 96 63 10 08.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)omite consultatif interd6partemen-
tal, 29, rue Barbet de Jouy, F-75700 Paris
Cedex. Tel. 01 44 42 63 43. Fax 01 44 42
63 37.
VI.3.2) Introduction des recours :
VI.3.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Le Greffe du Tribunal Administratif, croix
de bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
Tel. 05 96 71 66 67. Fax 05 96 63 10 08.
VI.4) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS : 7 juillet 2010. FB 3011

RESULTAT DE MARCH
SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR
1.1) NOM, ADDRESSES ET POINTS) DE
CONTACT:
conseil regional, rue Gaston deffere, &
I'attention de mauriol marie-line, MQ-
97200 Fort-de-France. Tel. 05 96 59 63
00. E-mail : marie-line.mauriol@region-
martinique.mq. Fax 05 69 72 68 10.
1.2) TYPE DE POUVOIR ADJUDICA-
TEUR ET ACTIVITIES) PRINCIPALE(S):
Collectivite territorial.
Services generaux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION II: OBJET DU MARCH
11.1) DESCRIPTION
11.1.1) Intitule attribute au march :
programme regional de formation profes-
sionnelle des jeunes (PRFPJ) - lots 61 a
73.
11.1.2) Type de march et lieu d'execution,
de livraison ou de prestation : Services.
Categorie de service : no24.
Lieu principal d'execution des travaux, de
livraison des fournitures ou de prestation
des services: Martinique, 97200 Fort-de-
France.
Code NUTS FR.
11.1.3) L'avis implique:
11.1.4) Description succincte du march
ou de I'acquisition/des acquisitions :
la present consultation porte sur le choix
de prestataires (organismes de forma-
tion) devant realiser les actions de forma-
tion qualifiantes dans le cadre du
Programme regional de formation profes-
sionnelle des jeunes (PRFPJ) 2009
conformement aux cahiers de charges.
11.1.5) Classification CPV (vocabulaire
commun pour les marches publics) :
80530000.
11.1.6) Marche couvert par I'accord sur les
marches publics (AMP) : Oui.
11.2) VALEUR TOTAL FINALE DU OU
DES MARCHE(S)
11.2.1) Valeur total finale du ou des mar-
che(s) :
Valeur : 1 491 964 euros.
Hors TVA.
SECTION IV : PROCEDURE
IV.1) TYPE DE PROCEDURE


IV.1.1) Type de procedure : Ouverte.
IV.2) CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1) Criteres d'attribution :
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function
1. 1-la valeur technique de I'offre. Ponde-
ration : 5.
2. 2-le prix de la prestation. Ponderation
:3.
3. 3-le delai global d'execution de la pres-
tation. Ponderation : 2.
IV.2.2) Une enchere electronique a ete
utilisee: Non.
IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Numero de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur :
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)
concernant le m6me march : Non.
SECTION V : ATTRIBUTION DU
MARCH
MARCH no: 10 AFPJ 28
LOT no : 61
INTITULE : CAP Operateur des indus-
tries de recyclage
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE :2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES :1
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA CENTRE ET NORD CARAIBE,
ZAC de Riviere-Roche - B.P. 66, MQ-
97200 Fort de France. Tel. 05 96 50 45
75. Fax 05 96 50 46 13.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 128 000 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 29
LOT no : 62
INTITULE : CQP Agent de maintenance
en marine de plaisance
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE: 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 1
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
EFPMA, L'autre bord, F-97220 Trinite.
Tel. 05 96 58 22 13.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 215 940 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 30
LOT no : 63
INTITULE : CAP Mecanicien de vehicles
option C bateaux de plaisance et de
peche
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 3
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA SUD, College Jacques Roumain
Quarter en Camee, MQ-97211 Riviere-
Pilote. Tel. 05 96 62 62 18. Fax 05 96 62
7344.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 146 750 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITI : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 31
LOT no : 64
INTITULE : GRETA SUD
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2


V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA SUD, College Jacques Roumain
En camee, MQ-97211 Riviere-Pilote. Te1.
05 96 62 62 18. Fax 05 96 62 73 44.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 229 550 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 32
LOT no : 67
INTITULE : DEAVS
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 8
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GSI, 17 rue des Hibiscus - ClairiBre, F-
97200 Fort de France. Tel. 05 96 70 77
66. Fax 05 96 70 77 64.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 121 200 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ33
LOT no : 68
INTITULE : DEAVS
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES: 3
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
CE CEDILLE, 26, rue du Docteur Mores-
tin - Quartier AKR, F-97218 Basse-
Pointe. Tel. 05 96 52 80 82. Fax 05 96 52
64 78.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 122 230 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 34
LOT no : 69
INTITULE : CAP Petite enfance
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CH : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 3
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
MIC FORMATION, ZAC de Riviere-
Roche - Bet E4 - 2eme etage, F-97200
Fort de France.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH:
Valeur total finale du march :
Valeur : 128 160 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ITRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 35
LOT no : 71
INTITULE : CAP Cuisine option cuisine
creole gastronomique
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES RE(UES :
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPpRA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
GRETA NORD ATLANTIQUE, College
Joseph Lagrosiliere - Bd la voie lactee,
MQ-97230 Sainte-Marie. TeI. 05 96 69 59
47. Fax 05 96 69 59 51.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :


Valeur: 142 610 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAIT : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 36
LOT no : 72
INTITULE : CAP Cuisine option cuisine
gastronomique
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE :2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
MIC FORMATION, ZAC de Riviere-
Roche - Bet E4 - 2eme etage, MQ-97200
Fort de France. Tel. 05 96 50 98 21. Fax
05 96 77 45 02.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur : 127 998 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
MARCH no: 10 AFPJ 37
LOT no : 73
INTITULE : BEP Metiers de I'hEtellerie
option arts de la table
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CH : 2 mars 2010
V.2) NOMBRE D'OFFRES REQUES : 2
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE EN FAVEUR DU-
QUEL UNE DECISION D'ATTRIBUTION
DU MARCH A ETE PRISE
MIC FORMATION, ZAC de Riviere-
Roche - Bet E4 - 2eme etage, MQ-97200
Fort de France. Tel. 05 96 50 98 21. Fax
05 96 77 45 02.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH
Valeur total finale du march :
Valeur: 129 726 euros. Hors TVA.
V.5) LE MARCH EST SUSCEPTIBLE
D'ETRE SOUS-TRAITE : Non.
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS
COMPLEMENTAIRES
VI.1) LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
DES FONDS COMMUNAUTAIRES: Oui.
Reference(s) utile(s) du project / pro-
gramme : programme operationnel 2007-
2013 axe 2 - inclusion par la formation et
la qualification - action 2-2 - investor dans
le capital human - sous-mesure 2.2.1 -
developper des measures actives du mar-
che du travail.
VI.2) AUTRES INFORMATIONS :
VI.3) PROCEDURES DE RECOURSE
VI.3.1) Instance charge des procedures
de recours:
Tribunal administratif de Fort de France,
immeuble Roy Camille - croix de bellevue
- B.P. 683, MQ-97264 Fort-de-France.
Tel. 005 96 71 66 67. Fax 05 96 63 10 08.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartmental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)omite consultatif interdepartemen-
tal, 29, rue Barbet de Jouy, F-75700 Paris
Cedex. Tel. 01 44 42 63 43. Fax 01 44 42
6337.
VI.3.2) Introduction des recours :
VI.3.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent etre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Le Greffe du Tribunal Administratif, croix
de bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
TeI. 05 96 71 66 67. Fax 05 96 63 10 08.
VI.4) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS: 19 juillet 2010. FB 3012


r 'euri2 rriltOcjm icn,0Pne, I


A iwmas U






266me Tour de M rtiqPe

a Sotfes kbPoxdes


PAo, 9du todu 2010
Dimanche 01 AoDt Prologue Fort de France
Lundi 02 AoOt 1dre tape Fort de France/Diamant
Mardi 03 AoOt 26me tape Diamant/Sainte Anne
Mercredi 04 AoQt 36me tape Sainte Anne/Frangois
o. DIN Jeudi 05 AoOt 46me tape Franpois/Trinit6
, B Vendredi 06 AoOt 56me tape Trinit6/Saint Pierre
Samedi 07Aoat 66me tape Saint Pierre/Fort de France
-,,S-i|^.-.-^. � Dimanche 08 AoOt 76me tape Fort de France/Fort de France


qoges
S Le Club de Voile les AlIzds - La Foyalaise Tremplin's Ville de Fort de France
I'Arme Fatale - L'Arme Fatale Rosette - Orange Frangois
Chabin'An - Chabin'An Joseph Cottrell - Leader Mat Frangois
Athon - Dernier Jugement Dr Roots-Zapetti Frangois
Fern' & Hom' la barre - Mat6bis Tiboug Energie - Body Minute Frangois
Madlnina - Madinina Mon6tik Aliz6s-Caisse d'Epargne Marin
Yole Aprant - A.P.R.A.N.T Fiser-Trans.sud Marin
Yole Net 2000 - A 380 Brasserie Lorraine Marin
Las Palmas - Le Ph6nom6ne Mr Bricolage Robert
Bwa Vlre - Bwa Vir6 MAT Bois Robert
Caracoll - KoraT 2 UFR-SIAPOC Robert
Bou6e Lison - Martinique Tania Chaussures Robert
Yole Cap 110 - Cap 110 Datmer-Clean Building-Equip'Pro Sainte Anne
Bale des Mulets - Le Saint Esprit Voolpy.info - Mutuelle AESM Vauclin
Zlzltata - Zizitata G.F.A CaraTbes - Digicel Vauclin

sIls ont dit
. Jean-Claude Asselin de Beauville :
H Consultant sur ATV et RCI, ii animera un magazine sur canal + qui sera pr6-
psent pour la premiere fois sur le tour.
~~~~n ... ", \ tour oui [es iquipages seront beaucoup plus process. If aura moins ficart entire e premier
*; . \et dernzer, parce que tous es iquipages ne cessent de progressed riguCierement. C'est un tour oi
S ., \'on aura encore quatre ou cinqyofes qui vont se batte etfaire Ce spectacle en tete de course,
W ,.. , faut pas sefaire d'ilusions, mais iCy aura aussi une deufeimeflottille qui elTe aussi va crier
\fam6iance, cela va mettre du piment dans fa course. On va se 6attre pour itre dans les 10
premiers. Le tour va itre trks anime cette annie. Maintenant concernant ra mitio c'est
,a un point interrogationn.
Maurice Antiste :
Consultant sur RFO et la coordination des radios priv6es :
'Encore mieux que Ce 25iQme. On a observe durant 'annie un certain nombre de
mutations qui montrent que d'autres yoCes dites "moyennes" ont tout fait pour
se hisser au niveau des meiCeures.
SlForciment on aura un tour beaucoup plus dispute. TrEsfranchement, mime
si je suis franciscain, je souhaite qu'ify aura come vainqueur une yofe
S ui iB soit ni Pobertine, ni franciscaine, cefa relancera terriblement
; "'affaire yoCe en Martinique. Je m'attend a un beau spectacle car on
n'aura pas Ces carts que 'on o6servait entire (es meilleurs et le rest
de &afTottifCe"