Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Clment Magloire
; li. RUE AMERICAINE ISSt
III LTIIONE N-224H
Qui h* aime le ieil,ttteut4ri
vol lesuai ibvi rli el ipisigsileal
le perit'eu (! n- h ttftitti
aini> qui, par e|iril de parti, ou par
un ull tatiaiMt, s ititieeil se
ptl le rtif, ci i-uraui agent If cliefi
de la rpublique I OMtttM t le mar-
cher dans la voir qui cnhiil 4
l'abma !
nui mu u
mm
2(ime-ANNEEN*7721
OH-MJ i (HATI)
JEUDI U JUILLET 1
an
nni
Comment je vois l'Amrique
je connais l'Amrique el i arattlwt t* M if
les Amricains peu prsde I \-\n ce qui concerne l'ti-
s Ireitle-six ans, niais je) niformisalion de la vie, c'est
WEST
Sous
i.nd| s garagi
/ direction de

u
ne sais pas si je parviendrai
jalUis les comprendre pro-
fondment. !'<>"' ira buro-
preiis.il est extrmement tlif-
facile de pntrer dans les
mvslres de leur tare II etl
prfrable -le lcher d'obser-
\.([. ci critiquer il'ext-
,.je,ir de leur vie et de lirer
df l nos conclusions.
La 'viltialiti nricilifl
. une Magut . La vie est ans-1
si monotone en Amrique '
qu'en l'rance ( et je ne veii x pas
parler de mes expriences en
Extrme-Orient). On ne doit
pas oublier (|iie les Mnii
cains sont actuellement un
>euple en pleine formation.
,ls doivent d abord s'unilbr
miser, s'assimiler, faire une
M. ArnoRI BRAUN
ltpho :
(l IV >/
lis
vingt. ns
! i Matin, H Juillet i'Jl'.
mmie mm

i
0

'Wx* -
masse homogne les races
diffrentes; aprs viendra rer-
i'ienons par exemple la lainement l'poque de leur
question de la civilisation !"......''.....
amricaine On affirme par-
fois que cela n'existe pas, que
leur civilisation n'est <|u'un
dveloppement formidable
difl'erenliation.
L'influence amricaine ne
sera jamais dangeureuse pour
l'Europe.Ce qu'ils tout actuel
lement, ce n'est pas une cani-
ds machines. Ce n'est pas pagne d'imprialisme spiri-
vr.i Onneul juger l'inlensi- tuel, mais cela reprsente le
te d'une civilisation en lu- rsultat de leur situation eco-
. le pronfs al le deve- no.ni(|ue. Vous me dites que
emenl d?sarls. Il esl rer- l'Amrique attire tous es
uinqueis anciens. Baby-. grands chanteurs, tous es
Ioniens el Svriens, n'ont pas grands peintres, tous es
P11 de salles de bains a notre grands savants Peut-tre
Japon mais en admirant leur* ', avez-vous raison. Mais si vous
; cherchez la cause, ludiez
s'il vousplail, les statistiques
des salaires. Personnellement
je peux 1res bien comprendre \
qu'un chanteur prfre ga
monuments,personne nepeut
contester leur haute civilisa-
tion. Voyons maintenant le
parallle : en Amrique, par
mi Ions les ails, c'est I archi-
tecture Cl Lii
>
MATCH; : POLO
ENTRfa Ll'S OFtfl;; ijj i) \\ T \ MS
1)L LA JAMAQUE:
Tiio Wo th .'infov i .i \ ,11
fe
Le Polo & Jocfcdy CH% i e
Le dimanche 17 cl le mardi
Entre : Tribune; G^e i.
lien! de presque pari nul, ci,, \ u, I.
chose plus h Lie, ou dirail qu'on i
ne s'apert >il pas .-;. e noua mar- la plaii le d

VoV q le is l': del Viffgt
li m onl ir oel bal son plein
is nrnaes de Br'
Ce
(16 D910SM.
/ 'ujueOe*
, i ... Mnl d|* leur
u m" ioaa
ieri Irhigantt,
mu : ; ni ;re dt
ira coniquei
\fil t !>i)iilas, pidoas pi-
: et il q i-i mMteot en
. Irntiquaa...
Bp d'c1 J8t pii'oresque.
Guic
. li nus p. m p//e ?oit

-

menace ruine U
us.m u cuul sise lauj^M
] ; une cl I)siii.
i tient plu
. le if balcon est
(oui de guingois, *\ \* toiiire
i dgringoli mea anl d'anta^t'
Iriomphc.S 011 gner mille dollars parsemai
cnnieraple le Pensylvaida Sta- ne en Anleri(|ue, plutt que
Bon le Muse de Plliladel cenl dollars en Lnrope. Si
plii.i. ou les constructions de
Chrysler, on no peu! pas ca-
cher son admiration.
la situation conomique
s'amliore, les chanteurs, ar
listes l savants franais n'i-
ront plus de l'autre ct de
Les Americaii^ cherchent | l'Atlantique!
tr Trisb (^mp In !t^ijri
Les ngres deviennent de
rail donc une crise de coniiun
Cf.
Parmi les mesures recoin man
dables, ie veux filer :
assimiler les traditions Fran-
aises. Ils acceptent la tradi-
tion verticale en construisant
leurs gratte-ciel el, profilant
de leurs ludes en ce qui con-
cerne l'arehilecture mdivale,
ils commencent construire
des coupoles immenses au
sommet de leurs maisons gi
gantesques.
i. pille
valeur; i nu
! ta talions, la cou nm&ialii n el
e 'elles bai ;res ive
lo La craliou d'uue Loi sur menl Lest
la prvoyance sociale : une on pu << i*ni
Loi oui rglemente le liavail produel i conlraire
eu gncial ; ruine. El mme
2o La crai ion d'uue Loi qui s'il u n eonimevanl, ce
.oiiililioniie h- il av;nl n'es i'-!i* w [t < \\\i
gtr! employs dans les maisons 'ie I Loi cra ni l'Ijup'! sur le
t fi,entreprises trangres, quani ;, il n'y an-
plus en plus civiliss el leur | au nombre el au moulant des cuue trace pwir i pas
situation esl en train de s'a-i jrraju Gnraux appointements; de coin ibil pas <\c livres
mliorer. Naturellement je ne 3o La cration irun< Loi sur de commerce, un bon i ordre,
parle pas des questions cou l'assurance sociale obligatoire; c'est tout.
cernant la vie de la plus bail-I lo La cra:ion d'une Loi qui .
Isim on-
; i! vacuerai
eillemaiio i.
/ us U
Hati.
14 Juillet
--o
da loua cts on
\.o:\ m-
!) imien H qoe.de
, Monaicor Louis
; I ai a-e. f\ sa corn-
nce et son nergie, le plan
diqa paur 'ie plac la
de cri important Sartieau
U 'i ; m, sans pril, res-
1er p us longlempl sans direc-
' i .
te socit. Je ne veux pas dire i obligerait tous les campagnards
nue les aristocrates de Wall U meUre leurs terres en culture vmenla, il importe que II. ai
J w...;ii..,,i kin vnlon- esciHable avec sanction mais cre m* un d-
Slrcel accueillent bu votoll- v c.1, ;
leur littrature n'est pas, tiers un negre ou n'importe
m___.. i __\.._ ,_i l,...-m.. >!, fini fui- Mais
encore compltement mre,, quel homme de couleur. Mais
mais on ne peu! mer qu'il y a il est incontestable que dans
une lis ara iule amlioration les domaines de la vie lille
e,, ce qui concerne la pro raire,artistique et scient.Bquo
(ludion littraire ou scienti-
fique. L'mriaue vil actuel-
lement l'poque d'une rcac-
ea ngres jouent dj un rle
assez important. Les Amri-
cains connaissent aussi ce l'ail
lion. C'est le ralisme qui etilaaccueillentcetteudluence
cherche craser le senti
inenlalisme traditionnel.C'est
trs utile el lis remarquable.
Ce sentimentalisme tait un
grand Fardeau de la vie intel-
lectuelle d'oulre mer.
La Ci ise
o
lis favorablement. Les n-
gres d'Amrique sont des gens
de grand talent. Je crois, en-
lin, (pie bientt on parvieu
dra rsoudre ce problme
dlicat.
Quelques suggestions
iux Pouvoirs Publics
coiispeclton ; obligei ait I i an i
.")) La cration d'une Loi qui payer llmp sur
obligerait lo Frquenlatinn i lJ base du H Du cas
liire srieuse dans lespampa- ouwm.i commeranl se-
anes, sous peine de sanction, rail oh eiue d'an
Ici encore il devrait y'avoir une fcWle, de tenir, timbrs, ct el
extrme circouspeYlion dans paraphs, sans blanc, ni rature,
l'application pour empcher que ni surcharge, ni renvoi en mar-
ia Loi ne reste dsute, il esl n pe Livre Journal.LivredeCai -
signaler que la mise en appli- Livre de Dbit, Livre d'nven-
calion, srieusement, d'une m- laires san tj de loua
reille Loi permettrait a l'Etal auln n ces-
(h-voir d'ici cinq ans une aug- saires,iion h i
menlalion de droits l'imporl i1" ivoir Fat iliter u le en
sur les articles de papeterie, ce casdeconh alian. Tout boni
q u i donnerait corollaire ment ordre ou l< .iwdr i liangemif en
un essor jusqu'ici inconnu couverture d'une vente de mar-
l'organisalion poslale. chandises ara il accompagn
6o Une Loi portant craliou d'une li In il, le o-
d'une police rurale, trs srieu- lio du Livre ,1e Dbil el de
se. celui d ira ni, I nu-
Aujourd' la : -
lionale des l-'i am ais, l'anni"
caire de la pri la il i I le
qui marq le impor
inuir dans l'I l'iui- voit que oolra ipirilael
w\. il y aura II ni Irre Flia Viiud remplace,
heui !i i. galion de France. irtement des Travaoi
uvelons s i, el en qualit de ehel
F. Wiel, le [lie 'ision,Monsieur lue Elle,
lr m en la aame qua
de nos re i liommages i lit teraenl *)t I I ! -
n loi mon i de pour la i >' La i Elie *si ut
plus gi mule gloire vieux ro iei de I' dminiatri
pi le il>. uce i ii
Propos
humides
7o La craliou d'une Loi r-
glementant If Commerce ;
8o La cration d'une instilu
Le i e '-. il",
sont .' les
iourn
lion
u 1922 - i
On se rappelle
chm * lenl
de H I
On i mai
olii .i: h i [aille de toutes
les n lises, Irais s'il y eu
a. feui i concur-
linn rie rrh lil ^n Hhnrs rt* 'a I iscril. Ail
lion oc lit.m, ru uciioi>. 111 .1 .ilu.llii. 1
Banque Nationale de la Repu-1 de rei eut par suite de
blique 'ilali.ou l'utilieelion de oon-paii ut,paiement partiel, qui
celle-ci aors ngociation avec, avec ou elle achat, ne
1 '. I 1 \k il \- 911 ni m, lu'. '''
bien entendu, Loi aparoprje. I su nus un fl
,U la Loi lure tj u m ne la transac- lh;
regiemeiiuiiu i uwMinerct.il N lion onginaleaussi bien que lou-
lusflrande et plusieurs trou- cherchent un monopole'.pour ,.llt> eilll.'.,lllreSf e( surloul t* transaction en cas de cou- tre loiideui ix fftta
veraienl Facilement tre em- la bonne raison que ces beneli- (k lls lfs c|nq dernirel an- lettation, le crancier serait Ic-jWiroa
l'ovcs en dehors de l'Etat, si ces sont susceptibles d lre niaii- ( ue> commerce profitable : " ; ''! *- -
\ il un aspi it dli.
Nul do ' qui ers deux lone-
Uonn qui Irnl avet!
comptence dead vtlrsde Lui'*
1 tiarg s. Ci mplimenli.
... 1 lui mante lem
m- qni mail des nouvel*
les 1 on mai abaei I depuis
dtui ) \ La p'illieiui'usr
,' son cher et
. Q !.;./un eul nue ide :
< Il doit lie Saul-d'Eaa dont,
1. le saves, c'est 11
1 sera une F.i e!l i
nenl in k nsittl
ai dvotitui.
v- e le s'arausail l illemMM
ia r 1 revitn,
On peut rem uquer qu'au- lii
.,u^u- limite, les Frais gnraux e',..,, ,
ourd'hui la demanda des fonc- autres dpassent toujours es i>our ce qu'il s'agit de la Loi
lionsnubliauesdevient toujours bnfices flclifs, et alors eues ^alemenlnnl le Commerce il se
.' 1 :....... i...... i,,., I....I un inrtmtoole. IXHII' . ....>..,___ .. ......1....1
! 11... i h ts la l ti

... \ a'r.i g)ise pour
, medi a Sea-Sidt-
1 uses heures pers-
. J ' Vu. / Ralph
uns leur
sut lpei loi e de cht-
ie ro n Rctt, !.
gourde.
bout peu ou ne sont pas rensei-
gns par leurs collaboialeurs
qiu>ax aussi,son! accapars par
la politique. Sauf dans le cas
o l'engagement d'un speia-
liste serait ncessaire, beaucoup
d'Hatiens comptent, inoccu-
ps, pourraient, avec avantage,
avoir accs presque parloul en
Hati,
l'n simple coup d'oeil ou une
enqute ferait remarquer (pie
majoi eiiirepnaee
tablies n Hati
. est enclin Ci ire des tran-
lionsqui n'entrentpoialUans
feurs attributions. Si elles rea-
lc.it plus ou moins dans ieui
?
iuiiicu nniipose p./... .v. j...,.
"er. yu'esl-ce que celle mino de liaiileur de louis pa;
ril sur le profil scandaleux, l'Impt sur le Revenu;la j
laisse l'Elal pour que celui i i, si -i il un llailicn, la !
au liesom.nielle la disp 1 1 el lapai
de ses membres tout i'alli ..d I- le ni obh
judiciaire et de police, s'ila sont brs,daus les mm icondili
lss dans leurs intrts ? Uue '" r '! coi inierunt, 1 -
dizaine de personnes, pour e b et d -
citer que Porl-au-1'rince, ci
uieraula ou pas f*i uni : "'mal, I
transactions ou donna (i res
;., Ml lH L") O/O
plus pour \ |p n
ser le dcouragement chez lui,
el pour peu il est le plus sou-
vent remplac par in autre
tranger, ou ne peut constater
lout cela sans penser que c'est
navrant ; aussi des masures
s'imposent d'urgence.
La crise sans prcdent qui
svit ailleurs se lait sentir ici
lis rudement.Chez les nations
outilles, avances, organise
n s .n inquile.car aujourd'liui
c si
ici nous devons aauiani pius||uu, ...... "&
nous eu alarmer que nous soin- commerants, des Dons
mes lisits nous-mmes, de- pour un inoniaul luUii ( 1
+*fX: :
. ;
;il|lle i

a" Ji' c'est la' miiere;J mme plus poui rn ,,,,.
Sut devons d'autant plus jours, se lont signer, sik idnl Le
mis. des bons ordre
imcnt
<
cris, tirailles, coneui rencs.ex
uloils oar ceux qui nom, y fu-
el intrts ; comme si le il |
leur ovait reu des mai I
I)
iiiJ
./
'rTQutH*-
i
MONSIEUR L jUiS 0L6RAFF
rei menti
avait I mrnis lu
dn ((>;.vein'-
n'is publi lun-
pce nomi-
ycomprfnnnt celle
;. ., 11. Bfldhl
lu Cabiu t Par lieu
lu 1-icpij-
!*.etet de i
, rem pincement
Ci I
Mgtat)
des mem-
1 m 1
dt ce
! >
1 et
et
I ; ne Si
-^r
- t


r\
LL UAT.N U Juilki.lv32
.*** .*
a
i
t
IJ
el

nous pouvions nous p
des mystifications contre i|ui
que ce soit, eoct
contre un ami J
ion. Il n'avait si m j>1 ment
qu' nous laioi mei q <
nouvelle tait inexacte,
nous aurions rectifi.
C'est ce que nous luiso isai
lourd'hui.
CHOS
Le MoNiTKun du 11 Jull-1
let publie un Arrl Prsi* \
dentiel conteront la qualit
d'hatien au sieur Hamon
Antonio Diaz, de nationalit
do ninicaine
Notre coolrre I s Garde
de* Cayes se demande ce qui
se passe dans l'arrondisse- (
ment des Coteaux, car le lieu-
ten mt AlexciuiJn.-Paul a tait
arrter et dposer en prison I
le suppicant-juge de l'aix du|
lieu, et a pris possession du
bureau tlgraphique.
Ou croit savoir que, dis-
crtement, quoi qu'en disent
certains, le Prsident de la
Rpublique tait des consul-
tations, en vue d'un nouveau
Ministre.
Le Snateur Fombrun,
la lance de lundi de la Cons-
tituante, a propos que d-
sormais aucune ivision
constitutionnelle De vienne
mettre lin au mandat de dix
ans accord aux Juges. Com-
battu par Iludicourt qui a
soutenu que le Souverain
d'aujourd'hui ne doit point
lier le Souverain de demain.
Motion Fombrun rejete.
MrDaua Miuno, Ministre
A nricain, a eu une entrevue
avec le Ministre des Kelalions
Extrieures. Cela co titillera
saus qu'il soii hit de com-
muniqu au lojel des ques-
lioaa de ces entretien i diplo-
matiques.
I\os amis du Cap, Mr el
Mue Canrcberl Jean-Joseph
ont en la joie,samedi dernier,
de voir leur lamille s'aug-
meuter d'un troisime garon
qui a ItU le prnom de
riBRRi. Sant au petit
Pierre.
Le Nouvelliste, dmi
oi dition d'hier, soutient
que les Secrtaires d'Etat doi-
vent restera leuia postes pour
/ rire quelque choie. La poi-
t ce est douce...
Au Mexique, le volcan
Popocatapel est entr en ac-
tivit.
- La conliencc le Lut-
sa ine a pris fin. Projet de
m iraloirr.
Les commeranla de
L'oftanc ont proteste par p-
tition au Prtt de l'Arrondis-
se nc-nt contre la ternu'lure
de* magasins 4 heures.
L'Assemble Coustituan
te, hier, a travaille rapide-
ment. U ne loi reste que cinq
articles et les dispositions
transitoires i oor finir avec la
Constitution.
- La Phalange du \ ui/m-
gnale qu'uni pidmie de li-
vre Infantile svit au Cap,
Les examens l'Ecole de
Droit continuent.
Information du Cap
crit : 1a hii.il que Mr Dana
M inro arrive avec une non
velle Convention se rpand
comme une troll e de pou lie
traveis le pays Emotion et
dicoDragemeoi ,
Ptomotiona d'Officieri
au Plateau Central. Aprs le
Colonel Calixle, on a eure-
K'Str les prLui lions du Ma
prDevesir, Cap. Jean, Lient.
Doraioville, Sous-Lieut. Ilis-
pil, Aspirant Licou le, 1" Ser-
g'nt Monpoint.
Les Travaux Publics con-
tinuent avec un bel entrain
les rparations la Citadelle
Henri Christophe.
Des admirateurs d'Age-
thon li lui ont demand de
runir en volume ses Mi- '
roirs*. Le chroniqueur trop
modeste ou trop vaniteux a
rpondu: En valent-ils la
peine?- Voyons.Agat.ue l.iis
pas ta petite violette, donne-
Miroirs!
Gm&tveU 4faig$brnfi
Evitez la vieillesse prmz
tweJlkprovient toujours
du mauvais tat dewtrei
festin d h constipation, lift: jj||
Evitez la en buvant chaque semaine
MAUX de DENTS
aWa&afc" ^*r ^ s,,. r>. r,,|on IniUntane, radicale el d*aim g
^._____ -- ..ii.
**rtoir'
1 >.-,-.
rart-tAi-^rtn**1
Ohtrr.u avec les eaux minrale* tutu ^|C|fly
relies par/urnesavecdrecitronsfra france
F.n Lettre ouverte M' ("lment
Magloire,Direcleurdu jour-
nal LE MATIN
u-
Po-tau-Prince,K'7 Juilllel 1932. B auvoir, li z r Vileire, Marc
i \v y, Aiigus'e G roule il Dla-
de Monsieur Griel
( sign :
Laoombb) .
1916, Mon-
rivait celle
Mou cher M gloire,
Depuis que le Tribunal de
Canation a rendu son arrl
maintenant le Jugement du 18
I mvier 1932 de I honorable Juge
t,lio Vilgrain du Tribunal de
Premire Instance de Port-au
Prince et qui a cond.imn la
ilaytim American Sugar Gom-
Diiny payer Josepb (eflrard
75,010 do 1rs pour indue jouis-
sance, saus prjudice des re le-
vantes du bail de mars 1024 A
janvier 1V29, date de l'introduo
lion de l'Instance de Gelbard,
m (It^guerpissement aveo une
Astreinte da 150 dollars par jour
le relard, fotrs journal a enlre-
bj r- Pie re Louis au'eurs de
cl importun' art' *| h-vioeur li Jiiilice h 'i nn#*
el qui esl un sc'e da h nie por
te mo-le e! d'qu' , Per-
met z mo d- vous demander,
si vous snv z ce q \t 0 uVaid a
vpt'Iu avec foule sa I mille de
1916 celle date et ce qje la
Il \S 0 l rilis sur <* t.rres ?
Vo:i- ea vous apni'oy* sur 1^
so t les Go1 lembe g qui o<'
pr'u plu* (Je deux ceni mil
il Il us t.vec la CocSP go- ?
\v; 7. vous i loii'b quand 11
pauvre Madame Caodtlon l\i-
g u I, l'une des L-innu 'es plus
distingues di l'arislocraiie lii-
lienua, a'esl vu pre'id>-e toutes
Le 11 deansb e
situr Leon)be
lollre Vtnn-ieur Gne, Prsi-
de la H'SCO: Je viens vous
aviser, conlonnmenl aux ins
tractions que j ai r >es de Mr
vugusle Ahrendls, au sujet d*r
diverses habitations acquises
par moi la crie publique el
qui avaient annarlenu Mon-
sieur Joseph G< ftrard, que j'ai $
vous taira remise de ces propri- |
es el connue de lait, ja vous les
remets pour ao vnu- poiMl
donner un solution ce qui a
' arit4 mire Mo si* ur 3u
g js'e Ahr< nd's et 'a Compagnie
l -ni vous 'es I- Prsident.
(l'ffr I i COMBE) )
Vol i main'enm- Il leilre
d'An end le vii'Hb'e propri
l'i't\ '3ri> t rclamant paiemanl
des edeviinces du bail ( la j
la '
UN NOUVEAU FROlAut NOUrtrtiSSANT
La Fromage Kiuit Vavawn
est sduisant en saveur, laaililc
de digeslion. lichcsse dalimen-
tation. ,
C'est le fromage qui a une mul-
titude d'usages. Il peut tre cou-
p en tranches, rpandu comme
du beurre, il ajoute toujours un
nouveau got vos plats.
Votre picier a le Velveeta el
ne varit d'autres fromages
Kraft.
KRAFT
CHEESE
PlltfY SALES CORPR4TI01
Dulributenr
Port S'i-Pris e Hati.
violation de la
p-- uvr d la
Co oMon ).
C t'e 'lire esl lu 13 lyrier
1917.
* Aprs que vus avz pris
possession le 10 dcembre Ifllfi
d s anciennes proprits de
AUX TROIS QUARTIERS
( J. de Vendegies )
Apple Avenue Kiny i Rue Vernei.
A If plaisir l'SV'SfT ses aiatabl rt nkrriiM Clifslle aVil f h1!
4e rrir>tir kl arlirlei iui>anls;
reeeiair
de Dame, H1
Mode
Chapeaux
de Pans.
Souliers dcollets. Salin Hoir
el Beige.
Pondre et Crme Tokalon.
Colliers et Barrette*.
Abat-jour Ttines fenlila.
Bas de Soie.
Larges ceintures, lottes sa*
aees
Brets b sque?.
Ceintures p!asl;q 1er.
F i R'or el Teurniquels
ces-
leurs.
qui a p
de la Compagnie l'obligeant
renvoyer ses employs et a ler-
ner ses habitations jetant par
ainsi sur le pav de nombreux
malheureux travailleur'.
Quelle erreur regrettable a
commise votre intressant quo-
tidien 1
Comment la Compagnie se-
rai! elle en faillite par le simple
verdict du Tribunal de Cassa-
Lion, juand, pisquan moment
o |e vous cria cette laUra rec-
tiQcative, Ci< lirai d n'a pas encore
louch un eeul ceetims sur les
condamnations piononces con-
us la HASCO en sj laveur.
Kl mme, si l'on n devait s'en
unir simplement qu'aux rede-
i/aDCeS du bail lgalement dues
par la IIASCO. an mettant de
6' l'an et du Tribunal de Cas*
alioOi l'on constaterait imm"
Jiatemanl que. la Compagnie
levait huit annes de leruv
li907 dollars 8(1 centimes l'an,
soit 6907x8 galent 1,1267 dol-
lari 4'l. ('.( sont sans doute ces
valeurs dposes la Italique
|ui ont i saisies. Puisqu'elles
t'appartiennent pas la Com-
pagnie, comment p ut-.dle t'ire
(jue ses tonds oui ' bloques el
que c'eil pounjuoi elle ne peut
pas payer ses employe
11 laut que vous sachiez, mon
cher Magloire, ainsi que tout le
Public, que la IIASCO n'a jamais
ipoea ses londs la Banque,
saul peut tre cinq dix mille
dollars pour taire aller le ser-
vice courant. Mais les grosses
vuleurs de h IIASCO on iou-
lours l cbles A N> w Yo k
la Maytian Corporation oi Ame-
rica ti |e mets la Compagnie au
dft de ni dm r.tir.
Avant d'taaminer avec vous
et d'une t.on scient lique M
que lu HASCO, de 1 16 cette
Jate, a tir de bnfl ?s des
terres de Qerard ) i'i le a oc-
cupes par stibtti l .; et en
Iraude de !a Constilolion |US
qu'au dernier arit du Tribunal
.le Cassation qui, clans une in-
i rme Justice, a mis lin celte
rocdure d usure que taisait la
Cimpagnie a Cef ard, ren
uons en passant un tribut
d hommage el d' Imiralion aux
honorables Juges Kmraanuel
1 Il ;'' s
Vin e Irais occasionnes pur la reeep
tiou de notre seul aviateur
Dsir Paris
nous tes m wu .^.
- Mont Canin I, Vif'; e J Irais
Nolte, sera glorieusement j li
ltee elle anne. Quartier-; h
gucral: Mirtitsanl Seo-Side- pan t par qui ue*dre avec vous pou
inn. D b 'ici soires ea peis-I droit. Allons M.-m itr t payes liions de terme qui oni '
tarife. et que cela Unisse... frtes. Veuilles trouver la h
malheoreut planteurs hat iens?
\ve/ vous quelqua lois pens
au suicide du gentilhomme banc
q jp tut Andr L'roche ? Vous
es vous demand qui l'avait
accul cet acte de desespoi ?
I.'es-vous intervenu auprs du
( mveriiemenl pour la prolec-
io*i des travailleurs hatiens
qui la il \SCO ne donn qu'une
40ur l- par j ur, tan lis que Iv-
mmes Compag des et. b'ies tant
Cuba qu en Do ainicanic 4 >"*
aant aux o. n Iravaill ir
h ntie- s un ou d ux dollars i>r
jour ? Autant de poi.its d'iuter
rogalion, mon chai Vlag'oire,
ausqoals vousa.iz a lpoodre,
avant de continuer crier en
laveur de la II \S O.
Nous a''oTs tablir mainte-
nan', pour vous el vos laeteora,
la baude eo iiruise pu hC)in-
pagnie, c'est- dire la violation
de li Const tciiion pour s'empa
rer des terres de t Rrar Monsieur Qriel, PiCsidenl de
la H;iyian Smiican Svgs
Company, demande a (J 11 ard
de lui ait m ne r ses terres i o m j
la somni'* de trente mille dol-
lars par an ; ( 11 ad relu se, a
h mt O'J il a u'ie Usine pu moi.
!: ft-piKiv nt luirappoilei beau- '
couo pins que cela. Sir ces e >
trelaitcs, Grnl apprend que
Monsieur Ah endts. Allemand
t' oui'in- In s un* bl g potbcaii'e sur tes nrres ue
(v'f-rd. Il lui d-nr-nde de ra-
liser l'obligilioi. Ahrrndis re-
l'ise 11 lait appel tous les Al-
lemands qui lo (fut I i m:-m A
JAhrend s Le 21 N- vcuih i 19IG.
|les terie- de Util'ard sont ad
(juges Joseph Caeomb '.oile-
noui d Aheud s, (t sur l'ordre
de ce dernier uc< inbe j.f-'rnie
les nabi aliona de d. fliar l la
Haytiau Ameiican Sugar C'>ra-
pany.
Voici la p*euve que c'tait
A h rend te qui i;-b le vrri nb'e
adpidica aue d<-s terres de G I
t tidren Iraude del Consti u-
tion qui. d 'ns foi arliclf 6 o -
terJoait l'lrarger d ire p o
pritaire de b ens iramob l.ers
eu H nti.
Le 0 dcembre 1916 Lac mbe
crivait la lettre auivante loo-
. sieur Auguste Ahrend s: Coi-
Ilormmeul vos ins i ucJioi -,
je van crire a la Haytiau Ame*
'ricanSogti Company poui lui
an ubcai q.ic la diverses pro
pnts a?ni.'.e8 n mon nesn
a,eur \ sol a its ordre,
n ont h{. vouloir m'en c'g gei O s'en
ie dre avec vont nom |ps eon 'i-
ar
lettre
Teiu aitirlrs de |reasire frsi*besr al farenlis.
Ste k raasIanaieBt resairel. Pris ra aai-is.
Auguste Am-
rendts ) .
Avant mme la signantnre
du bail q"i es| du 1S dcembre
ltylG, la Com>.>n^nie avait pus
possession des terres de Gellrard
depuis le 10 rfffmbre, suivant
les dclara'ions d'Ahrendls.
Voil donc la preuve irrlra- !
gib:H q--e \>* Compagnie avait
qui t.coii'b* n'tait que le .
ptte^nom l Ahrendbj elle tait
i> | ' li'r- de mauvaise toi
t avsjl : i ail a es roques el
pi ils.
Emm. B. ARMAND, av
(La fin demain)
Cin-laldy
SOIR
Mand
nn
(S- t )
ET
BELLE POIIRIIII
n cUuv mla pm let >
PILULES ORIEITIL.ES
Ici ..'.l.-i qui dveloppent, rf-
fermissrnt, recomlilutot le*
Mbit, i-ITiirr.it le* tailll* MH
tej les i-pniilri I donnant au
Imite un gracieui embonpilnL
Bianfalaantaa pour la aantl
Approutttt par lm cUtrilM mtlrml,
uni. n- . m a> ridaaaiat. t
A rt... -r , i tv i uc h t tuotaTT
I MV1M UCBIM pUBMUt.
Buf lo-Bill
(Sun.)
Entre: 0,50 ; Balcon
106
DEMAIN SOIR
A la demande de nombreuses pei tonnes le beau film:
La Danseuse Orchide
avec Louise Lsgrange et Ricardo Cortex.
Entre : 0,50; Balcon : 1,00.
le[89 IMM ! Ulf lHIBli
Toutes les Polices
DE LA
[comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux!
Kutj.LeBossfCo
Aqents Gnraux
*i
_i.
*.


LIT M\TI\ U J tUel 1***2
tthum Barbaucouri......'=%
ar , >aiTin r. partout :
UN BARBANCOVRT
t : Hua Csar.
rAttl
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
HOTPOINT
sont maintenant connus de
tout !e monde.
Pour vous en convaincre,
visitez notre salle d'expo-
sition.
Compagnie d'clairage
lectrique,
himiium
f
PORTS
1 NtW-Orlans, Louisiaoa, Up.
Mobile. Alabaroa, Dp.
Port-au-Prince, Hati Arr.
Santo*Domingo Cily.R.D arr.
Curaao, D. AV. I. .,,,
[ Puerto Cabello, Ven/. arr
OE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SIHfl-BOlidfiO CIT CUJ.ACAO
PUERTO CABELLO, LA 6UAIRA FTP'
DALVAN SUSTVANr.EN VKSTVANOEN D LVA % STVANGEN VEOTJttGM
---------.....! I la
a! iiliiiin
AUX ROY
.'iO annes de succs.
CE QUI N A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT ETRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigourcu*
D'ASEPSIE
prparation et Venle
?uarmacif.F. SEJOURNE
Anyled'-s rues Roux ol do Centra
Bar National j ^ **"*,* l'estomii'
Voi li/-vous c're s- rv<
fouhait ? Allfi au
An N iTIONAL,
Place GettrefU, en tace d.'
Matii^.
L'tablissement se recom
mande par ses cocktails re
nomms. Un restaurant ou
loi trouve toujours des mets
Mvammcnt prpares t%t an
nexe au BH M.T.' nai. qu<*
dirige Mme Kocou.t .
AVIS
LGATION DE FRANCE
A l'occasion de la FTE NA
TIC1 v VLE, le Minisire de Fran^
sera i ureux de recevoir le*
Franais, proMgs irarata et
amis de la France el Wurg ta-
milles In L*g 'ion He Frnrce
le jeudi 14 juillet 11 heures
1res prcises.
Vous vei de* mi.
freine*, de* boolfa*
de chaleur, une pe-
santeur l'estomac
aprs les repas. VoM
tes mal l sise, de
mauTsise humeur, a
vient de l'estomac f
i Soi jaee-vous. Prenet
' ForttafM : U* activa
_' scrtion gastriqM.
6-w- stimule les fonction*
o stomacales, acclra, rfuta*
rise ta difeition et lupprime
loua les troubles del nutrition.
Portiane dimiauc la violence et la W.
quDCC des aceca fbriles. Son emploi
rtablit trs rite les fonctions orge*
uiques abolies par U fivre et par la
chaleur. L'apptit et les forces succ-
dent la prostration et l'abattement,
" Si voui vou* faites de* piqOtea
loniQuei. e*ayei FORTIANE. I**>
tion sera plut bienlsiisnt* ai plue tel-
ible. "
Beat mu* le* rharmads*
ftrl-au-frinu; Pharmacie BUCH
9rom: Laboratolra BONNAft
Millau a Avayvon A
TORTIAHE
'~ "~-\NISME
Ballons Michelin en caout-
chouc.
Vessies anglaises.
BaUes de Tennis Dunlop.
Pneus r! Cl.8ir.brfS air
Michelin et Dunlop
Duquel Faih
Gnrateurs el Manchons
Coleman
pour lampes Gasolioe
Elashlights et B Htrlei
Stock de pices d : utos el
accessoire rennt ws.
Tuyaux d'arrosppe
pour jaid n.cl lavage d autos,
irene
\\>,.i voir
La CJuaira. Venezuela
Paramaribo, Dulch Guiaa ar.
rararnariho.Dntch Guiaua IV
Curaao, |). W. I. ,,,,'
New Orlans, Louisiana arr.
Jaillel 2
juillet 4
juillet 1)
jolilt I 13
j i :
illi l 17
Itcl 18
juillel
jui
juillel 31
aot 8
I. i el h;
juilltl 11
juillet 23
Ici .;i
juillel
Q1 1
:il
Cil l I"'
. t
Dl fit
: I ni
i 'il
I
5
lo
il
> >
BOI
BOI
: ( l
aol
.' i i
; ( il!
! I
i
la
24

i
;i, ,,
' mI.
i t.
se| !.
s.
I
26
2.)
'2
PS
/
11
19
Prenant fit el passager! pour lous les porta ci dessus
aol '^7
sol 2
sept. 9
sept. 7
sept. 9
sept H
sept ta
sept. 16
scpl. 21
sept. 25
ocl. 3
sept 10
sept. 12
sept. 17
sept. 21
sepl, 2.*.
se pi. 2i
sept. 2(i
sep!. SA
oct. ft
ocl. ocl. 17
CONNAISSEMENTS DIRECTE DLIVRES POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
^^W&IX ? "'i MD! Criall. ,. Barahoea. S.c Pedro* M......i.
p wuc uoniln.caJse.Coro. Larup.no. Cunuuo. Cuanta el i- iele, Aruba et lire.1)WI.
OE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET IARACAIBO.
Af'*)^ '" Csp-IW...... (km MIN
(Suiel changement, annulation ou irnmenl sans avi-. )
A. de MATTEIS & fA Agents Gnraux
Votre cuisine,
Madame...
L'autre jour, la .ament
sance de l'Assemble Cons-
tituante, quelqu'un s'mer-
veillait que le Snateur David
JeaDOOt, malgr sou ge fort
avanc, cul conserve une voix
si pttitsai.'e. qil ne donne
pas cette seusatioo de vieille
casserole qu'on recure.
A la sortie, cet individu
aborda le Snateur et lui dit :
Quel est votre secret,
pour maiulenir votre voix en
si pur timbre ?
V Commeni! rpartit D.*
vid Jearno, vous Pignon X ?
| v la c'tst une chose cou: ue,
ami: je re me sers
| pour mon nliineutalion que
de la kanlgue nationale des
i sir.es de Port au Prince et
\ de Saint Marc !
i Beri~
FIN D'ANNE SCOLAIRE
4 L'INSTITUT
GU JOSEPH BONNET
Ayant heureusement piss
une premire ann e scolai o
au cours d*- laquelle le nom-
bre "es ves ne ce *aii rie
sac< n ire, l'in tilrii (J y J i
seph Bonnel cllarera les
cours venrliedi 1") J ni c'.
La discipline et bit,, n.a n
tenue G y Je sep Bunu< i,
c 'i es [ou s passs l'ins
p ciiou sco'ai c, dans un rap-
port el la suite d'une visite
l'tablis erne.il; le$ lrei oui
une tc-.ue torrecte; le Direc
teur'Mr Luc Doisinville,a
un haut degrt I amour de 'a
carrire- Cet amour de I cn-
seigm nie n j iut la coin c
tance du, directeur dois hit
pro indiquer un brillant ave-
nir pour ce labl ssen en.
i ISous soulignons la ci m-
plcuce des membres du
persoanel parmi lesautls
l'on trouve Mr Jccmie
philosophie; Mme de Wendi;
langui- anglaise; Massante:
malhn aliques ; Dr Maurice
Laflrot (Uygne); M* K'bert
' anlavc (lai gue^espagnole) ;
Ls. Anoux, ele
Tous nos compliintuls
noire ami cl collaborateur,
le prolesseur Luc Dorsinville
qui durant deux mois va ga-
gner un r i'| os bien gagu.
Informations
' diverses
CROIX-ROUGE ET UVRES
SOCIALES
! Cbaqu de G
heures p. m., nuis ,|c pre-
miers soins aux Infirmires
bnvoles au sigi ; .1 de
la Croix Rou ,
Il Uy a i orl au Prince
depuis quelques minces un
beau mouvement d'entraide
sociale en faveur de l'Enfance
pauvre, la Croix-Rouge encou-
ragera de toute sou autorit
ledveloppemenl de pareilles
aclivils.
III.- Un appel a t fail
aux jeunes gens de associa
lions sportives par la Croix
Rouge Hatienne pour 1 orga-
nisation d'un corps de vo-
lontains auxiliaires.
IV. Melle Lina Vieux fail
une remise de 30o/o sur le
I);|") achet chez elle pour I..
colonie scolaire de Ption-
Tille.
V. Mr Henri Piquanl
une remise de 50o/o sur l
viande achete chez lui poui
la colonie scola re de Piion
Ville.
VI.- C mime les petits co
Ions de l'anne d< rnii e crai
Rnaienl d'abmer leurs sou
li< rs au cours de leurs pro
menades sur la monlagiie de
Ption-Ville, la Croix Rouge
Halllenne leur offrira de;
sandales de cuir.
\'II La plus belle salle de
lecture de Porl au-Prince ou
verte au pu!.lie. < que \oi\r ouvrable, m ilin el
soir, se trouve nu sige social
de la Croi . | (tienne,
rue < '.ipois.
VIII. Le Secrtariat de la
Croix-Rouge Hatienne, rtie Ca-
pois, ouvert ^ neul heurta
midi, el dr deux einq, rst d.-
i ifif par notre talentueuse ar-
tiste dramatique. Mme .1. vv.
Silvera, aaaistele soir par une
teune diplme de l'Ecole Iliie
Dubois, Melle Lucie Man.
IX- Les comits rgionaui
de la Croix Ronge Hatienne se
lonnenl actuellement dans tome
la province dllaili.
X. 1rs journalistes qui d*
sirenl les informations sur la
Croix Rouge ri les uvres so-
ciales de Porl au Prince peuvent
i haque samedi malin passer an
sige social del Croix Rouge.
Briques Briques! Briques !
Construisez en Briques La Baudry
1 l'avoir (onalruit Les Hriques
1 A DAnn^ il isabh s et une maison en briques ne
li i sju1 ) toul autre matriel.
irrons vous lournir noi gros
et nos petits

- / construira moiti prix d
que \. i sqn'ii i.
di Briques MAC DONALD
MANUFACTURE OE BLIOUES LA BAUDRY' S. A.
AVIS
- -
Les Etudiants de la Je m i
anne de l'Ecole Nationale
de Droit, sont aviss que le
cours mimegraphis d his-
hire du Droit Hatien sont eu
vente chez l'auteur
Me Henri TF.RLOfWE
Pnre de se h'er;les exr m
plains sont en nombre m
treiut.
I

Assurez vous
I Aesufex voua contn accifJeat
la Gir.erol Acciden First A
- Life visuraoee Corporation Li-
Imi edt>- Vve F. Berminfihnru
' Agstt "*-ert! Yovr u*u
LE FAIT EST NONTESTABO
llliuui SaiMlie
Cesl la quintessence des meilleurti
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
] C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ! \



Um
**

*


Jeudi
14 Juillet 1932
Le Malin
PAaift
2'*sseiLNsiBis** W21
frt-en-Prttei
Tlspsees : 2Mt
Voulez-vous- Lykes Brothers SS C" lncj
Hait* Santo Domingo- Porto-Me)
Russir dans os tudes no
taire russir?osenlantf^rce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellent??
VOULEZVOUS
Une protession aprs 6 (.);
VDO'S d tudes srieuses (St '
Mo-Dsctylo. Langues vivante
Ounp'.sbiliU) '
Songez que I Institut I 1P-J
PEMIiAUER se recommande
et s'nuj nsi vol i Mention *
l>ar 'es lu 'liants r si llatl i (
\h oblcrus.
lT7IVe Lan a re.
Tlphone 2*91
Texas
te seul service hebdomadaire et rgulier passagers *
Irt entre les ports du Gotte du Texas directement atec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et te maniement habita de vos
importations, se vez vous toujours des navires de >i LYKr.
line.;
Les prochaines arrivs** Port-au-Prince sont*
Steamei Kntb Lyke*
Steamer Margarel Lykes a
Meetii r Velma ykes
Steamer Geocvivs Lvkcs
li juillet i 32
32|iiillei 1932
28 i illet 103*2
*<. llll
Bureau: Rue du Magasin df r'hta.. Rente Peslale
Surprise-Bai
__ PTIONVILLE
Aaltssr PlMUM, l'rasrilslre
Consommatious de i>i ( iniei
eboix, aux mmts pi ix qu'ei
tSe.CoDSouauiion^ les soir.
Une surprise, toujours ; gr
Ide, est rserve] tous ceux
qui noua l< i onl l h >ui em
d'une visite.
AVIS AU COMMERCI
^
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd
de Perth ( Scotland )
t,ar ta eG6MRB\li <"t une des plus paiieaate et des lus *s*es ^anisettesi
le ce genre. La loieil ne e couche jamais sir eeu cha es diction qui ensilasse
''ses Polices outre incendie couvrent aussi lea dfis occasionnel p*T la fouira
Ses Policei pour Automobiles couvrent volt, iucai lie, malveillance, donmt|ae
JCSUSS autrui dans se personne >u dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mis*s par es brandie d hurnpe wi payantes au nrfl.
Ses Polices contre accidents sont valables dans i univers ea**cr. Tons les vove-
KOrs devraient donc prendre U nrcaution de se munir d'une police contre acc.den^s
d'au moins 4000 dollars, la prime ann letjs n'tant q 4 vis
i
Deooi /. vo^ ( soin anden de
ca >af,dc I ' e par', etc., l'Iin
priineric Mi isaei', i vo
ii-.nter /. un grand < li<> x di
lettres st ment bas.
La Panama [\ il nd S'en mhip Line a l'avantage d'an
r.orcer les dparts suivants de New Tok pour aorte a prince
llaili, directement chaque m*rdi. Tous lea Hritiers sont
pourvus de chambre IritForiliue
Dparts #> hew ) ork.
Veuve F BERMINGHAM, uxCaves
Arrivages P# / au-rrinc*
steamer "Ane m" le G juillet 1932
Steamer "Guayaquil" le 12 juillet
If 11 iuillel 193*2
I || jdllet 15K.2
Panama Railroad Steamp hp Lne
JtsH. T.. VAN R| 11)
agent Gnerai
\Avii
s
La Pharmacie Sjourn in-
forme sa I icnvelllante clien-
tle que ton s i \ i< de uuil
ur |.n'"'iouiK ra pa1 du lei
au J Jnille! prochain.

LA LAITERIE BAHFY |
Livraison propre, bygin '
QUe, en bouteilles In rmt i I
miement cachete*, l'abri j
le loule lalsicatii i
Transport lait en r< h ig*re- ;
leurs roucs.
1313 ran l'Rat, Porl-an-
Prince.
fUL ANOERIE FRANCAISE&PATISSER1C FflNnMSE
RICHARD PETERS, Prop.
CilAiJP Di MARS
La svemto boulangerie Europenne n Hati'
Spcialits de pains, pour handwich
Pains tntes et pains moules. Faine noir
Pains complets, eto
Ptisserie fine, pnts. Vol au vent, Tourtes.
Soins et pronvp'itMcie.
Tlphone : 2009.
La Maison n'a pas de suc-
cui sale.
Livraison a domicile
>>ni!S,< i:mt
CLlli H C- INC
t LIGNE COLOMBIENNE >
Tlpbpne: N* 2S23
a -
Le vipeur t Marliniuue t>
Vriv. inn ' li- de Nrm-
Y 1^ la 13 a urant, di ectt-
mei tpour fui -au Piince ,
il est mien lu le 19,en rcute]
pour les n< rts < olomb:en.J
r,r si h i, 'anal Zone, Kings-j
tou f! N w Yok.
William. E BLE*.
Al,fnt.
Ajjcnt Qinral eour 'laiti
> .ri n_Prii)re |G. lIL(i
J1t\N '^I.ANr.HPf 1-ar'
**- *mm
A
STEAMSHIP UNE
I o sliamer mCuay "jui esi
attendu l'oit*fl,,-^r,,ncef ve-
i di Mew WuV \* hindi
IX J I l 10 '2. l I.'. 'SCS
d co fepi fia ' (i ua,rlira
r mme j ur direc'en < n'
; our Crie b I. Canal Z;n<,
preu n l c > l malle.
.h 11 (..VAN IUXD
A# ni Gnral
PROCHES NOUVEAU
RHbM hOh\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL MUT TOUTE CONCURrtENCE
Clair in Vierge
CIkzN. NAZON
fti-tm m m bb mu wnmrnut un.
VIS
le Service l'y-'iri liqm
a n'pre.sse a i m's cjue le ' dlai
; -ur !e | au n eut 'i ' lu i
||'*aii dis nos j in juiPc
*\('S2 doit expir r l< ") 'e
' un is.
ICn ci dsI<|U< nce l< us K s
i hp*>> re'ardu'u m > ;
I ^ pvivt-s srmieni
i ur di '. r !' vi i
! ende do m /. poi -s i
^ Jf j) if i' ; 11 W v
Serticr pour le <
l ut i'( l.i Cl : i un.
Pur! ..'.: i:i ice.'e 1 1 j lillel
Sauvez
vos livres
Sii.vre vos vies cl cou
'n- : u i i" vais tal r H
, rs (>''* i i rur coi
ieiM jM x, boni.ic tt h
oui i.r.,1 nci
;-ei .
Avis
1,1. speclion Seo'uire rap
I Ile aux intresse i|tie les
t amens an vue d< I bien*
t on du Certificat d*E Odei
Secondaires cla i
lixa su 1* Juillet < h
que le registre d'iuscrip
f: ii ouvert en s ar i \
ki u ri vocab eme I
). mardi 12 ' e m
t i tt.
l,i I o Pi ne ,i Ji Ptll I
Lin avez-vous dj tjotc?
Eh bien, demandez dans
Ions 1rs (afs, bars el rcs-
iaurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: /#
* PORTER NATIONS
Fortifiant
March.
Loterit Nationale d'Hati
41 , Rue Bonne.rol, Phona : 35S
La Loterie Nationaled'fslli eut
-ne institetien bantemmt btimaniteire psr la rnultipIssJM
d'eau^re^ qu'elle e propme d'aider une
  • tire offeit aux hommes d' tontsi sondiiious de lurteee.
    Em loys. Ponctionntiren, Out ieis. Artisans, Mariaa>4a
    loua ordre, Gne d maison ( domestiques,) sana parler
    |oud s, peiiTeni gagner tr#ta
    iras
    ans
    leur budget motPnmnt deax
    millr fleu'-'r ^
    ille geu''rs Ntrons de Commerce Chefs. d'Inriusiie p
    ux in* tn ancea d.- tentes, psr l'ai lut d'un billii, juin
    i!,4r# du loeci des ?(hamrw
    NJecini Atojta, Intnieure, Ssnatcnis, Dputs Greate
    D-Snitnirei de I Eiat,RtDrsislnt.u * I IntelieclusUi, Jotr
    nslistes
    Agrable-
    Bon
    Denr.ee li#apie^se re:ra ^-e id^tit sociaie.
    Rentiers, eapitalistM, n^imi Vn joutnt. are-nenles r*lt*
    sveir,
    Toi s ton e,ui S-[-# ffajt|. rfiufe-iJol imire m tcl-i
    mtltkllei de la LoTaWE NATIONALE D'HATI.
    A,
    .fs | n lits i' ^ et
    Hfeygi r m t la
    ppus '
    io .en e KO I
    aux p>ix les plus
    G ''
    f% teule rr< giu. I l
    i i
    nia^dtFue de Morue
    Agrai/!* tu gt *i famUmml
    digestible *IU oU le eompl**
    rdparatmu Je h NukitUtn p*>
    t.Mellanee
    ttWw REGACN0N Gi
    Ph irvntUn
    . pOW Lxpirtmm* :
    Cb. MAGNANT
    .. PARIS- I4T.
    BRASSERIE NATIONALE S. A
    Port au-Piince, (Hati).
    N'OUBLIEZ PAS OE FIE ON PETIT TOUR I
    TERRACB-GARDEN
    Chei W. KAHL
    Petionville
    Laboraloire SJOURN-^tiSS^S^^,"li!"'i'.....
    !v-nlemcnl |g minutes dtnln sur um frf ri
    inha tee \ ns m- rv ; !, Dtts d(l ,t vie e, Jn- rf#
    Bo a'osw de tritee espces.
    |) RS
    $1< i'um;, Pli i
    Ce PDuivcrU de '". ri*
    M. SijoiiM- r, i l'nniversil de Parisajsciea
    ! iipitaux de Paris
    {a lyses des Ur gatricj e du sang ( VYai
    ensauoi Ure, Luui mie d'Ainb^iUi ijlj uie^i '
    vWflU^^i fl^p ajE^ ^^" v^ei^WPt
    II
    p
    SANDWICHS


  • Full Text

    PAGE 1

    LIT M\TI\ U J tUel 1***2 tthum Barbaucouri '=% ar —, >aiTin tion sera plut bienlsiisnt* ai plue tel•ible. Beat mu* le* rharmads* ftrl-au-frinu; Pharmacie BUCH 9rom: Laboratolra BONNAft Millau a Avayvon A %  TORTIAHE '~ "~-\NISME Ballons Michelin en caoutchouc. Vessies anglaises. BaUes de Tennis Dunlop. Pneus r! Cl.8ir.brfS air Michelin et Dunlop Duquel Faih Gnrateurs el Manchons Coleman pour lampes Gasolioe Elashlights et B Htrlei Stock de pices d : utos el accessoire rennt ws. Tuyaux d'arrosppe pour jaid n.cl lavage d autos, irene \\>,.i voir La CJuaira. Venezuela Paramaribo, Dulch Guiaa ar. rararnariho.Dntch Guiaua IV Curaao, |). W. I. ,,,,' New Orlans, Louisiana arr. Jaillel 2 juillet 4 juillet 1) jolilt I 13 j i • : illi l 17 Itcl 18 juillel jui juillel 31 aot 8 I. i el H; juilltl 11 juillet 23 Ici .;i juillel Q1 1 :il Cil l I"' t Dl fit : I ni i 'il I 5 lo il > > BOI BOI : ( l aol .' i i ; ( il! I i %  la %  24 %  i ;i, ,, MI. I t. se| !. s. I 26 2.) '2 PS / 11 19 Prenant fit el passager! pour lous les porta ci dessus aol '^7 sol 2 sept. 9 sept. 7 sept. 9 sept H sept ta sept. 16 scpl. 21 sept. 25 ocl. 3 sept 10 sept. 12 sept. 17 sept. 21 sepl, 2.*. se pi. 2i sept. 2(i sep!. SA oct. ft ocl. Vve F. Berminfihnru Agstt "*-ert! Y ovr u u LE FAIT EST NONTESTABO llliuui SaiMlie Cesl la quintessence des meilleurti varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs ] C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! \ %  Um **



    PAGE 1

    r\ LL UAT.N U Juilki.lv32 %  .***• %  •. %  a i t IJ el nous pouvions nous p des mystifications contre i|ui que ce soit, eoct contre un ami J ion. Il n'avait si m J>1 ment qu' nous laioi mei q < nouvelle tait inexacte, nous aurions rectifi. C'est ce que nous luiso isai lourd'hui. CHOS — LE MoNiTKun du 11 Jull-1 let publie un Arrl Prsi* \ dentiel conteront la qualit d'hatien au sieur Hamon Antonio Diaz, de nationalit do ninicaine — Notre coolrre I s GARDE de* Cayes se demande ce qui se passe dans l'arrondisse( ment des Coteaux, car le lieuten mt AlexciuiJn.-Paul a tait arrter et dposer en prison I le suppicant-juge de l'aix du| lieu, et a pris possession du bureau tlgraphique. — Ou croit savoir que, discrtement, quoi qu'en disent certains, le Prsident de la Rpublique tait des consultations, en vue d'un nouveau Ministre. — Le Snateur Fombrun, la lance de lundi de la Constituante, a propos que dsormais aucune ivision constitutionnelle De vienne mettre lin au mandat de dix ans accord aux Juges. Combattu par Iludicourt qui a soutenu que le Souverain d'aujourd'hui ne doit point lier le Souverain de demain. Motion Fombrun rejete. —MrDaua Miuno, Ministre A nricain, a eu une entrevue avec le Ministre des Kelalions Extrieures. Cela co titillera saus qu'il soii hit de communiqu au lojel des queslioaa de ces entretien i diplomatiques. — I\os amis du Cap, Mr el Mue Canrcberl Jean-Joseph ont en la joie,samedi dernier, de voir leur lamille s'augmeuter d'un troisime garon qui a ItU le prnom de riBRRi. — Sant au petit Pierre. — LE NOUVELLISTE, dmi oi dition d'hier, soutient que les Secrtaires d'Etat doivent restera leuia postes pour / rire quelque choie. La poit ce est douce... — Au Mexique, le volcan Popocatapel est entr en activit. La conliencc le Lutsa ine a pris fin. Projet de m iraloirr. — Les commeranla de L'oftanc ont proteste par ptition au Prtt de l'Arrondisse nc-nt contre la ternu'lure de* magasins 4 heures. — L'Assemble Coustituan te, hier, a travaille rapidement. U ne loi reste que cinq articles et les dispositions transitoires i oor finir avec la Constitution. La Phalange du \ UI/Mgnale qu'uni pidmie de livre Infantile svit au Cap, — Les examens l'Ecole de Droit continuent. — INFORMATION du Cap crit : 1A hii.il que Mr Dana M inro arrive avec une non velle Convention se rpand comme une troll e de pou lie traveis le pays Emotion et dicoDragemeoi , — Ptomotiona d'Officieri au Plateau Central. Aprs le Colonel Calixle, on a eureK'Str les pr L u i lions du Ma prDevesir, Cap. Jean, Lient. Doraioville, Sous-Lieut. Ilispil, Aspirant Licou le, 1" Serg'nt Monpoint. — Les Travaux Publics continuent avec un bel entrain les rparations la Citadelle Henri Christophe. — Des admirateurs d'Agethon li lui ont demand de runir en volume ses Mi' roirs*. Le chroniqueur trop modeste ou trop vaniteux a rpondu: —• En valent-ils la peine?Voyons.Agat.ue l.iis pas ta petite violette, donneMiroirs! Gm&tveU 4faig$brnfi Evitez la vieillesse prmz tweJlkprovient toujours du mauvais tat dewtrei festin d h constipation, lift: jj||§ Evitez la en buvant chaque semaine MAUX DE DENTS aWa&afc" !" • ^* r ^ s,,. r> r ,,| on IniUntane, radicale el d*aim g •^. %  % %  ..ii. **rtoir' 1 >.-,-•. rart-tAi-^rtn** 1 Ohtrr.u avec les eaux minrale* tutu ^|C|fly relies par/urnesavecdrecitronsfra FRANCE F.n -e toutes Le 11 deansb e situr Leon)be lollre Vtnn-ieur Gne, Prside la H'SCO: Je viens vous aviser, conlonnmenl aux ins tractions que j ai r >es de Mr vugusle Ahrendls, au sujet d*r diverses habitations acquises par moi la crie publique el qui avaient annarlenu Monsieur Joseph G< ftrard, que j'ai $ vous taira remise de ces propri| es el connue de lait, j a vous les remets pour ao vnupoiMl donner un solution ce qui a ' arit 4 mire Mo si* ur 3 u g js'e Ahr< nd's et 'a Compagnie l -ni vous 'es IPrsident. (l'ffr I i COMBE) ) Vol i main'enmIl leilre d'An end le vii'Hb'e propri l'i't\ '3ri> t rclamant paiemanl des edeviinces du bail ( la j la UN NOUVEAU FROlAut NOUrtrtiSSANT La FROMAGE KIUIT Vavawn est sduisant en saveur, laaililc de digeslion. lichcsse dalimentation. C'est le fromage qui a une multitude d'usages. Il peut tre coup en tranches, rpandu comme du beurre, il ajoute toujours un nouveau got vos plats. Votre picier a le Velveeta el ne varit d'autres fromages Kraft. KRAFT CHEESE PlltfY SALES CORPR4TI01 Dulributenr Port S'i-Pris e Hati. violation de la p-uvr d • la Co •••oMon ). C t'e 'lire esl lu 13 lyrier 1917. Aprs que VUS avz pris possession le 10 dcembre Ifllfi d s anciennes proprits de AUX TROIS QUARTIERS ( J. de Vendegies ) Apple Avenue Kiny i Rue Vernei. A If plaisir l'SV'SfT ses aiatabl rt %  •nkrriiM Clifslle aVil f H 1 4e rrir>tir kl arlirlei iui>anls; reeeiair de Dame, H 1 Mode Chapeaux de Pans. Souliers dcollets. Salin Hoir el Beige. Pondre et Crme Tokalon. Colliers et Barrette*. Abat-jour — Ttines fenlila. Bas de Soie. Larges ceintures, lottes sa* %  aees Brets b sque?. Ceintures p!asl ; q 1er. F i R'or el Teurniquels cesleurs. qui a p de la Compagnie l'obligeant renvoyer ses employs et a lerner ses habitations jetant par ainsi sur le pav de nombreux malheureux travailleur'. Quelle erreur regrettable a commise votre intressant quotidien 1 Comment la Compagnie serai! elle en faillite par le simple verdict du Tribunal de CassaLion, juand, pisquan moment o |e vous cria cette laUra rectiQcative, Ci< lirai d n'a pas encore louch un eeul ceetims sur les condamnations piononces conus la HASCO en SJ laveur. Kl mme, si l'on n devait s'en unir simplement qu'aux redei/aDCeS du bail lgalement dues par la IIASCO. an mettant de 6' l'an et du Tribunal de Cas* alioOi l'on constaterait imm" Jiatemanl que. la Compagnie levait huit annes de leruv li907 dollars 8(1 centimes l'an, soit 6907x8 galent 1,1267 dollari 4'l. ('.(• sont sans doute ces valeurs dposes la Italique |ui ont i saisies. Puisqu'elles t'appartiennent pas la Compagnie, comment p ut-.dle t'ire (jue ses tonds oui ' bloques el que c'eil pounjuoi elle ne peut pas payer ses employe 11 laut que vous sachiez, mon cher Magloire, ainsi que tout le Public, que la IIASCO n'a jamais ipoea ses londs la Banque, saul peut tre cinq dix mille dollars pour taire aller le service courant. Mais les grosses vuleurs de h IIASCO on ioulours l cbles A N> w Yo k la Maytian Corporation oi America ti |e mets la Compagnie au dft de ni • dm r.tir. Avant d'taaminer avec vous et d'une t.on scient lique M que lu HASCO, de 1 16 cette Jate, a tir de bnfl ?s des terres de Qerard ) I'I le a occupes par stibtti l .; et en Iraude de !a Constilolion |US qu'au dernier arit du Tribunal .le Cassation qui, clans une ini rme Justice, a mis lin celte rocdure d usure que taisait la Cimpagnie a Cef ard, — ren uons en passant un tribut d hommage el d' Imiralion aux honorables Juges Kmraanuel 1 — Il ;'•'• s Vin e Irais occasionnes pur la reeep tiou de notre seul aviateur Dsir Paris nous tes m wu .^. Mont Canin I, Vif'; e J Irais Nolte, sera glorieusement j li ltee elle anne. Quartier-; h gucral: Mirtitsanl Seo-Sidepan t par qui ue*dre avec vous pou inn. D b 'ici soires ea peisI droit. Allons M. M itr t payes liions de terme qui oni ' tarife. et que cela Unisse... frtes. Veuilles trouver la h malheoreut planteurs hat iens? \ve/ vous quelqua lois pens au suicide du gentilhomme banc q JP tut Andr L'roche ? Vous es vous demand qui l'avait accul cet acte de desespoi ? I. 'es-vous intervenu auprs du ( mveriiemenl pour la prolecio*i des travailleurs hatiens qui la il \SCO ne donn qu'une •40ur lpar j u r tan lis que Ivmmes Compag des et. b'ies tant Cuba qu en Do ainicanic 4 >"* aant aux o. n Iravaill ir h nties un ou d ux dollars i>r jour ? Autant de poi.its d'iuter rogalion, mon chai Vlag'oire, ausqoals vousa.iz a lpoodre, avant de continuer crier en laveur de la II \S O. Nous a''oTs tablir maintenan', pour vous el vos laeteora, la baude eo iiruise pu hC)inpagnie, c'estdire la violation de li Const tciiion pour s'empa rer des terres de t Rrar trelaitcs, Grnl apprend que Monsieur Ah endts. Allemand t' oui'inIn s un* bl grapany. Voici la p*euve que c'tait A h rend te qui i;-b le vrri nb'e adpidica aue d<-s terres de G I t tid r e n Iraude del Consti ution qui. d 'ns FOI arliclf 6 o terJoait l'lrarger d ire p o pritaire de b ens iramob l.ers %  eu H nti. Le 0 dcembre 1916 Lac mbe • crivait la lettre auivante loo. sieur Auguste Ahrend s: CoiIlormmeul vos ins i ucJioi •-, je van crire a la Haytiau Ame* 'ricanSogti Company poui lui an ubcai q.ic la diverses pro pnts a?ni.'.e8 n mon nesn a,eur \ sol a its ordre, n ont H { vouloir m'en c'g gei O s'en ie • dre avec vont nom |ps eon 'iar lettre Teiu aitirlrs de |reasire frsi*besr al farenlis. Ste k raasIanaieBt resairel. Pris ra aai-is. AUGUSTE AMRENDTS ) . Avant mme la signantnre du bail q"i es| du 1S dcembre ltylG, la Com>.>n^nie avait pus possession des terres de Gellrard depuis le 10 rfffmbre, suivant les dclara'ions d'Ahrendls. Voil donc la preuve irrlra! gib : H q--e \>* Compagnie avait qui t.coii'b* n'tait que le ptte^nom l Ahrendbj elle tait i> | '•• li'rde mauvaise toi t avsjl : i ail a es roques el pi ils. EMM. B. ARMAND, av (La fin demain) Cin-laldy SOIR Mand nn (St ) ET BELLE POIIRIIII •n cUuv mla pm let •> PILULES ORIEITIL.ES ICI %  .. %  '.l.-i qui dveloppent, rffermissrnt, recomlilutot le* Mbit, i-ITiirr.it le* tailll* MH tej les i-pniilri I donnant au Imite un gracieui embonpilnL Bianfalaantaa pour la aantl Approutttt par lm cUtrilM mtlrml, uni. n. m a> ridaaaiat. t A rt... -r ,• i tv i uc H t tuotaTT •I MV1M UCBIM pUBMUt. Buf lo-Bill (Sun.) Entre: 0,50 ; Balcon 106 DEMAIN SOIR A la demande de nombreuses pei tonnes le beau film: La Danseuse Orchide avec Louise Lsgrange et Ricardo Cortex. Entre : 0,50; Balcon : 1,00. le [89 IMM %  %  % % % % %  Ulf % %  lHIBli Toutes les Polices DE LA [comprennent la Protection contre la Foudre sans auamentation de taux! Kutj.LeBossfCo Aqents Gnraux *i _i. *.



    PAGE 1

    Clment Magloire ; qui, par e|iril de parti, ou par un ull tatiaiMt, s ititieeil se ptl le rtif, ci i-uraui agent If cliefi de la rpublique I OMtttM t le marcher dans la voir qui cnhiil 4 l'abma nui mu u mm 2(ime-ANNEEN*7721 OH-MJ i (HATI) JEUDI U JUILLET 1 %  an nni Comment je vois l'Amrique j e connais l'Amrique el i %  arattlwt t* M if les Amricains peu prsde I \-\ n ce qui concerne l'tis Ireitle-six ans, niais je) niformisalion de la vie, c'est WEST Sous I.ND| S GARAGI / direction de u ne sais pas si je parviendrai j alU is les comprendre profondment. !'<>"' ira buropreiis.il est extrmement tliffacile de pntrer dans les mvslres de leur tare II etl prfrable -le lcher d'obser\. ([ ci critiquer il'ext,.j e ,ir de leur vie et de lirer df l nos conclusions. La 'viltialiti nricilifl une Magut . La vie est ans-1 si monotone en Amrique qu'en l'rance ( et je ne veii x pas parler de mes expriences en Extrme-Orient). On ne doit pas oublier (|iie les Mnii cains sont actuellement un >euple en pleine formation. ,ls doivent d abord s'unilbr miser, s'assimiler, faire une M. ArnoRI BRAUN ltpho : (l IV >/ lis vingt. ns i MATIN, H Juillet i'Jl'. MMIE mm i 0 'Wx* masse homogne les races diffrentes; aprs viendra reri'ienons par exemple la lainement l'poque de leur question de la civilisation %  • amricaine On affirme parfois que cela n'existe pas, que leur civilisation n'est <|u'un dveloppement formidable difl'erenliation. L'influence amricaine ne sera jamais dangeureuse pour l'Europe.Ce qu'ils tout actuel lement, ce n'est pas une canids machines. Ce n'est pas pagne d'imprialisme spirivr.i Onneul juger l'inlensituel, mais cela reprsente le te d'une civilisation en lursultat de leur situation eco. le pronfs al le deveno.ni(|ue. Vous me dites que emenl d?sarls. Il esl rerl'Amrique attire tous es uinqueis anciens. Baby-. grands chanteurs, tous es Ioniens el Svriens, n'ont pas grands peintres, tous es P11 de salles de bains a notre grands savants Peut-tre Japon • mais en admirant leur* ', avez-vous raison. Mais si vous ; cherchez la cause, ludiez s'il vousplail, les statistiques des salaires. Personnellement je peux 1res bien comprendre \ qu'un chanteur prfre ga monuments,personne nepeut contester leur haute civilisation. Voyons maintenant le parallle : en Amrique, par mi Ions les ails, c'est I architecture Cl Lii > MATCH; : POLO ENTRfa Ll'S OFtfl %  ; ; ijj i) \\ T \ MS 1)L LA JAMAQUE: Tiio Wo th .'infov i .i \ ,11 fe Le Polo & Jocfcdy CH% i e Le dimanche 17 cl le mardi Entre : Tribune; G^e i. lien! de presque pari nul, ci,, \ u, I. chose plus h Lie, ou dirail qu'on i ne s'apert >il pas .-; %  e noua marla plaii • . le d VoV q le is l': del Viffgt li M onl ir oel bal son plein is nrnaes de Br' Ce • (16 D910SM. • / 'ujueOe* i ... Mnl d|* leur %  u m" ioaa ieri Irhigantt, mu : ; ni ;re dt • ira coniquei \fil t !>i)iilas, pidoas pi: et il q i-i mMteot en Irntiquaa... Bp d'c1 J8t pii'oresque. Guic li nus p. m p//e %  •• % oit menace ruine U us. m u cuul sise lauj^M ]• ; • une cl I)siii. i tient plu le if balcon est (oui de guingois, *\ \* toiiire i dgringoli mea anl d'anta^t' Iriomphc.S 011 gner mille dollars parsemai cnnieraple le Pensylvaida Stane en Anleri(|ue, plutt que Bon le Muse de Plliladel cenl dollars en Lnrope. Si plii.i. ou les constructions de Chrysler, on no peu! pas cacher son admiration. la situation conomique s'amliore, les chanteurs, ar listes l savants franais n'iront plus de l'autre ct de Les Americaii^ cherchent | l'Atlantique! tr Trisb (^mp In !t^ijri Les ngres deviennent de rail donc une crise de coniiun Cf. Parmi les mesures recoin man dables, ie veux filer : assimiler les traditions Franaises. Ils acceptent la tradition verticale en construisant leurs gratte-ciel el, profilant de leurs ludes en ce qui concerne l'arehi l ecture mdivale, ils commencent construire des coupoles immenses au sommet de leurs maisons gi gantesques. %  i. pille valeur; i nu ta talions, la cou nm&ialii n el e 'elles bai ;res ive lo La craliou d'uue Loi sur menl Lest la prvoyance sociale : une on pu <•< i*ni Loi oui rglemente le liavail produel i conlraire eu gncial ; ruine. El mme 2o La crai ion d'uue Loi qui s'il u n eonimevanl, ce .oiiililioniie hil av;nl n'es i '-!i %  w [t < \\\i gtr! employs dans les maisons 'ie I Loi cra ni l'Ijup'! sur le t fi,entreprises trangres, quani • %  ;, il n'y anplus en plus civiliss el leur | au no mbre el au moulant des cuue trace pwir i pas situation esl en train de s'a-i jr r aju Gnraux appointements; de coin ibil pas <\c livres mliorer. Naturellement je ne 3o La cration irun< Loi sur de •commerce, un bon i ordre, parle pas des questions cou l'assurance sociale obligatoire; c'est tout. cernant la vie de la plus bailI lo La cra:ion d'une Loi qui Isim on; i! vacuerai eillemaiio i. / us U Hati. 14 Juillet --o da loua cts on \.o:\ m!) imien H qoe.de Monaicor Louis ; I ai a-e. f\ sa cornnce et son nergie, le plan diqa paur 'ie plac la de cri important Sartieau U 'i ; m, sans pril, res1er p us longlempl sans direc' i •. te socit. Je ne veux pas dire i obligerait tous les campagnards nue les aristocrates de Wall U meUre leurs terres en culture vmenla, il importe que II. ai J W.„..;II..,,I kin vnlonesciHable avec sanction mais cre m* un dSlrcel accueillent bu votollv c 1 ,„ ; leur littrature n'est pas, tiers un negre ou n'importe m . i \.._ ,_i l,...m .. >!, %  fini fui Mais encore compltement mre,, quel homme de couleur. Mais mais on ne peu! mer qu'il y a il est incontestable que dans une lis ara iule amlioration les domaines de la vie lille e,, ce qui concerne la pro • raire,artistique et scient. Bquo (ludion littraire ou scientifique. L'mriaue vil actuellement l'poque d'une rcacea ngres jouent dj un rle assez important. Les Amricains connaissent aussi ce l'ail lion. C'est le ralisme qui et i l aaccueillent c ette u dluence cherche craser le senti inenlalisme traditionnel. C'est trs utile el lis remarquable. Ce sentimentalisme tait un grand Fardeau de la vie intellectuelle d'oulre mer. La Ci ise —o— lis favorablement. Les ngres d'Amrique sont des gens de grand talent. Je crois, enlin, (pie bientt on parvieu dra rsoudre ce problme dlicat. Quelques suggestions IUX Pouvoirs Publics coiispeclton ; obligei ait I i an i .")) La cration d'une Loi qui payer llmp sur obligerait lo Frquenlatinn i l J base du H Du cas liire srieuse dans lespampaouwm.i commeranl seanes, sous peine de sanction, rail oh eiue d'an Ici encore il devrait y' a voir une fcWle, de tenir, timbrs, ct el extrme circouspeYlion dans paraphs, sans blanc, ni rature, l'application pour empcher que ni surcharge, ni renvoi en maria Loi ne reste dsute, il esl n pe Livre Journal.LivredeCai signaler que la mise en appliLivre de Dbit, Livre d'nvencalion, srieusement, d'une mlaires san tj de loua reille Loi permettrait a l'Etal auln n ces(h-voir d'ici cinq ans une augsaires,iion H i menlalion de droits l'imporl i 1 ivoir Fat iliter u le en sur les articles de papeterie, ce casdeconh alian. Tout boni q u i donnerait corollaire ment ordre ou l< .iwdr i liangemif en un essor jusqu'ici inconnu couverture d'une vente de marl'organisalion poslale. chandises ara il accompagn 6o Une Loi portant craliou d'une li In il, le od'une police rurale, trs srieulio du Livre ,1e Dbil el de se celui d ira ni, I nuAujourd' la : lionale des l-'i am ais, l'anni" caire de la pri la il i I le qui marq le impor inuir dans l'I • l'iui. voit que oolra ipirilael w\. il y aura II ni Irre Flia Viiud remplace, heui !i i. galion de France. irtement des Travaoi uvelons s i, el en qualit de ehel F. Wiel, le [lie 'ision,Monsieur lue Elle, lr m en la aame qua de nos re i liommages i lit teraenl *)t I I !• n loi mon i de pour la i >' La i Elie *si ut plus gi mule gloire vieux ro iei de I' dminiatri • pi le il>. uce i %  ii Propos humides 7o La craliou d'une Loi rglementant If Commerce ; 8o La cration d'une instilu Le i e '-. il", sont • %  .' les iourn lion ••u 1922 %  %  i On se rappelle chm *• lenl de H • I %  On i mai olii .i: h i [aille de toutes les n lises, Irais s'il y eu a. feui • i concurlinn rie rrh lil ^n Hhnrs rt* 'a I iscril. Ail lion oc lit. m, ru uciioi>. 111 .1 .ilu.llii. 1 Banque Nationale de la Repu-1 de rei eut par suite de blique 'ilali.ou l'utilieelion de oon-paii ut, p aiement partiel, qui celle-ci aors ngociation avec, avec ou • elle achat, ne 1 • '. I 1 • \k il \911 % % %  ni m, lu'. ''' %  bien entendu, Loi aparoprje. I su nus un fl ,U la Loi lure tj u m ne la transaclh; regiemeiiuiiu i uwMinerct.il N lion onginaleaussi bien que loulusflrande et plusieurs troucherchent un monopole '.pour ,. llt> eilll .'., lllreSf e( surloul t* transaction en cas de coutre loiideui ix fftta veraienl Facilement tre emla bonne raison que ces beneli(k lls lfs c | nq dernirel anlettation, le crancier serait Ic-jWiroa l'ovcs en dehors de l'Etat, si ces sont susceptibles d lre niaii( ue> commerce profitable : •" ; '•'! %  *•\ il un aspi it dli. Nul do ••' qui ers deux loneUonn qui Irnl avet! comptence dead vtlrsde Lui'* 1 tiarg s. Ci mplimenli. ... 1 lui mante lem mqni mail des nouvel* les 1 on mai • abaei I depuis dtui ) • \ La p'illieiui'usr ,' son cher et Q ; ./un eul nue ide : < Il doit lie Saul-d'Eaa dont, 1. le saves, c'est 1 1 1 sera une F.i e!l i nenl in k nsittl ai dvotitui. ve le s'arausail l illemMM ia r 1 revitn, On peut rem uquer qu'aulii .,u^ulimite, les Frais gnraux e ',..,, ourd'hui la demanda des foncautres dpassent toujours es i> our ce qu'il s'agit de la Loi lionsnubliauesdevient toujours bnfices flclifs, et alors eues ^alemenlnnl le Commerce il se .' 1 :. i...... i,,., I....I un inrtmtoole. IXHII' .• ....>.., .. 1....1 11... i H ts la l ti • • ... \ a'r.i g)ise pour • medi a Sea-Sidt1 uses heures • pers. J %  Vu. %  / Ralph • uns leur sut lpei loi e de chtie ro n Rctt, •!•. gourde. bout peu ou ne sont pas renseigns par leurs collaboialeurs qiu>ax aussi,son! accapars par la politique. Sauf dans le cas o l'engagement d'un speialiste serait ncessaire, beaucoup d'Hatiens comptent, inoccups, pourraient, avec avantage, avoir accs presque parloul en Hati, l'n simple coup d'oeil ou une enqute ferait remarquer (pie majoi eiiirepnaee tablies n Hati— . est enclin Ci ire des tranlionsqui n'entrent p oial Uans feurs attributions. Si elles realc.it plus ou moins dans ieui % — • iuiiicu nniipose p./... .v. j...,. "er. yu'esl-ce que celle mino de liaiileur de louis pa; ril sur le profil scandaleux, l'Impt sur le Revenu; la j laisse l'Elal pour que celui i i, si -i il un llailicn, la au liesom. nielle la disp 1 1 el lapai de ses membres tout i'alli ..d Ile ni obh judiciaire et de police, s'ila sont brs,daus les mm icondili lss dans leurs intrts ? Uue '" r coi inierunt, 1 dizaine de personnes, pour e B et d citer que Porl-au-1'rince, ci uieraula ou pas f*i uni : "'mal, I transactions ou donna %  (i res ;., Ml lH L") O/O plus pour \ |p n ser le dcouragement chez lui, el pour peu il est le plus souvent remplac par in autre tranger, ou ne peut constater lout cela sans penser que c'est navrant ; aussi des masures s'imposent d'urgence. La crise sans prcdent qui svit ailleurs se lait sentir ici lis rudement.Chez les nations outilles, avances, organise n s .n inquile.car aujourd'liui c si ici nous devons aauiani pius||uu, •"& nous eu alarmer que nous soincommerants, des Dons mes lisits nous-mmes, depour un inoniaul luUii ( 1 +*fX: : ; ;il|lle i a" Ji' c'est la' miiere;J mme plus poui rn % %  ,,,. Sut devons d'autant plus jours, se lont signer, sik idnl Le mis. des bons ordre imcnt < cris, tirailles, coneui rencs.ex uloils oar ceux qui nom, y fuel intrts ; comme si le il | leur ovait reu des mai I I) IIIJ ./ 'rTQutH*%  i MONSIEUR L jUiS 0L6RAFF rei menti avait I mrnis lu dn (•(>;.vein'n'is publi lunpce • nomiycomprfnnnt celle ;. ., 11. Bfldhl lu Cabiu t Par lieu lu 1-icpij!*.etet de i • rem pincement Ci I Mgtat) des mem• 1 m 1 dt ce > • 1 et et I ; ne Si -^r t


    xml version 1.0 encoding UTF-8
    REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
    INGEST IEID EI41CWOSJ_6TSE0N INGEST_TIME 2011-11-03T18:05:17Z PACKAGE UF00081213_07052
    AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
    FILES



    PAGE 1

    Jeudi 14 Juillet 1932 Le Malin PAaift 2'*sseiLNsiBis** W21 frt-en-Prttei Tlspsees : 2Mt Voulez-vousLykes Brothers SS C" lncj Hait* Santo DomingoPorto-Me) Russir dans • os tudes no taire russir % osenlantf^rce une mthode d'enseignement classique excellent?? VOULEZVOUS Une protession aprs 6 ( .) ; VDO'S d tudes srieuses (St Mo-Dsctylo. Langues vivante Ounp'.sbiliU) Songez que I Institut I 1P-J PEMIiAUER se recommande et s'nuj nsi vol i Mention l>ar 'es lu 'liants r si llatl i ( \h oblcrus. l§T7IVe Lan a re. Tlphone 2*91 Texas te seul service hebdomadaire et rgulier passagers Irt entre les ports du Gotte du Texas directement atec Port-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et te maniement habita de vos importations, se vez vous toujours des navires de >i LYKr. LINE.; Les prochaines arrivs** Port-au-Prince sont* Steamei Kntb Lyke* Steamer Margarel Lykes a Meetii r Velma ykes • Steamer Geocvivs Lvkcs li juillet i 32 32|iiillei 1932 28 i illet 103*2 *<.•• llll Bureau: Rue du Magasin df r'hta.. Rente Peslale • Surprise-Bai __ PTIONVILLE Aaltssr PlMUM, l'rasrilslre Consommatious de I>I ( iniei eboix, aux mmts pi ix qu'ei •tSe.CoDSouauiion^ les soir. Une surprise, toujours ; gr Ide, est rserve ] tous ceux qui noua l< I onl l h >ui em d'une visite. AVIS AU COMMERCI %  ^ ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lite Assurance Corporation Ltd de Perth ( Scotland ) t,ar ta eG6MRB\li <"t une des plus paiieaate et des lus *s*es ^anisettesi le ce genre. La loieil ne e couche jamais sir eeu cha es diction qui ensilasse ''ses Polices outre incendie couvrent aussi lea dfis occasionnel p*T la fouira Ses Policei pour Automobiles couvrent volt, iucai lie, malveillance, donmt|ae JCSUSS autrui dans se personne >u dans ses biens. Ses Polices Maritimes mis*s par es brandie d hurnpe wi payantes au nrfl. Ses Polices contre accidents sont valables dans i univers ea**cr. Tons les voveKOrs devraient donc prendre U nrcaution de se munir d'une police contre acc.den^s d'au moins 4000 dollars, la prime ann letjs n'tant qaf,dc I ' %  e par', etc., l'Iin priineric Mi isaei', i vo ii-.nter /. un grand < li<> x di lettres st < es prix relativement bas. La Panama [\ il nd S'en mhip Line a l'avantage d'an r.orcer les dparts suivants de New Tok pour aorte a prince llaili, directement chaque m*rdi. Tous lea Hritiers sont pourvus de chambre IritForiliue Dparts #> hew ) ork. Veuve F BERMINGHAM, uxCaves Arrivages P# / au-rrinc* steamer "Ane m" le G juillet 1932 Steamer "Guayaquil" le 12 juillet If 11 iuillel 193*2 I || jdllet 15K.2 Panama Railroad Steamp hp Lne JtsH. T.. VAN R| 11) agent Gnerai \Avii s La Pharmacie Sjourn informe sa I icnvelllante clientle que ton s i \ i< • de uuil ur |.n' "'iouiK ra pa 1 du lei au J Jnille prochain. LA LAITERIE BAHFY | Livraison propre, bygin QUe, en bouteilles In rmt i I miement cachete*, l'abri j le loule lalsicatii i Transport lait en r< h ig*re; leurs roucs. 1313 ran l'Rat, Porl-anPrince. fUL ANOERIE FRANCAISE&PATISSER1C FflNnMSE RICHARD PETERS, Prop. CilAiJP Di MARS La svemto boulangerie Europenne n Hati' Spcialits de pains, pour handwich Pains tntes et pains moules. Faine noir Pains complets, eto Ptisserie fine, pnts. Vol au vent, Tourtes. Soins et pronvp'itMcie. Tlphone : 2009. La Maison n'a pas de succui sale. Livraison a domicile >>ni!S,< I:MT CLlli H CINC t LIGNE COLOMBIENNE > Tlpbpne: N* 2S23 —a Le vipeur t Marliniuue t> V riv. inn ' li- de NrmY 1^ la 13 a urant, di ecttmei tpour fui -au Piince il est mien lu le 19,en rcute] pour les n< rts < olomb : en.J r,r si h i, 'anal Zone, Kings-j tou f! N w Yok. William. E BLE*. Al,fnt. Ajjcnt Qinral eour 'laiti > .ri n_Prii)re |G. lIL(i J1t\N '^I.ANr.HPf 1-ar' **- l malle. .h 11 (..VAN IUXD A# ni Gnral PROCHES NOUVEAU RHbM hOh\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL MUT TOUTE CONCURrtENCE Clair in Vierge CIKZN. NAZON fti-tm m m BB mu wnmrnut un. VIS le Service l'y-'iri liqm a ••n'pre.sse > re'ardu'u M >• ; I ^ pvivt-s srmieni i ur di %  '. r !' vi i !• ende do m /. poi %  -s %  i ^ Jf j) if i' ; 11 W • v Serticr pour le < %  l ut i'( l.i Cl : i un. Pur! ..'.: i:i ice.'e 1 1 j lillel Sauvez vos livres Sii.vre vos vies cl cou 'n: u i • i" vais tal r H rs %  ( > '*• i i rur coi i e iM jM x, boni.ic tt h oui i.r.,1 nci ;-ei Avis 1 1 speclion Seo'uire rap I Ile aux intresse i|tie les t amens an vue d< I bien* t on du Certificat d*E Odei Secondaires cla i lixa su 1* Juillet • %  %  < %  h • que le registre d'iuscrip f: ii ouvert en s ar i \ KI u ri vocab eme I ).• mardi 12 % % %  e m t i tt. l,i I o Pi ne ,i Ji Ptll I Lin avez-vous dj tjotc? Eh bien, demandez dans Ions 1rs (afs, bars el rcsiaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: /# PORTER NATIONS Fortifiant — March. Loterit Nationale d'Hati 41 , Rue Bonne.rol, Phona : 35S La Loterie Nationaled'fslli eut -ne institetien bantemmt btimaniteire psr la rnultipIssJM d'eau^re^ qu'elle e propme d'aider une
  • 4a loua ordre, Gne d maison ( domestiques,) sana parler |oud s, peiiTeni gagner tr#ta iras ans leur budget motPnmnt deax millr fleu'-'r ^ ille geu''rs Ntrons de Commerce Chefs. d'Inriusiie p ux in* tn ancea d.- tentes, psr l'ai lut d'un billii, juin i!,4 r # du loeci des &f (hamrw NJecini Atojta, Intnieure, Ssnatcnis, Dputs Greate D-Snitnirei de I Eiat,RtDrsislnt.u * I IntelieclusUi, Jotr nslistes AgrableBon Denr.ee li#apie^se re:ra ^-e id^tit sociaie. Rentiers, eapitalistM, N^IMI V n joutnt. are-nenles r*lt* sveir, Toi s ton e,ui S-[-# ff a jt|. rfiufe-iJol imire m tcl-i mtltkllei de la LoTaWE NATIONALE D'HATI. A, .fs | n lits i' ^ et Hfeygi r M t la ppus io .en e KO I aux p>ix les plus G • '••' f% teule rr< giu. I l •i i nia^dtFue de Morue Agrai/!* tu gt *i famUmml digestible *IU oU le eompl** rdparatmu Je h NukitUtn p*> t.Mellanee ttWw REGACN0N Gi Ph irvntUn pOW Lxpirtmm* : Cb. MAGNANT .. PARISI4T. BRASSERIE NATIONALE S. A Port au-Piince, (Hati). N'OUBLIEZ PAS OE FIE ON PETIT TOUR I TERRACB-GARDEN Chei W. KAHL Petionville Laboraloire SJOURN ^ t iSS^S^^ l i! "' i !v-nlemcnl |g minutes dtnln sur um frf • „ %  ri inha tee \ ns mrv ; !, Dtts d(l t vi „ e e Jn rf# Bo a'osw de tritee espces. |) RS $1< I'UM;, Pli i Ce PDuivcrU de '". ri* M. SijoiiMr, i l'nniversil de Parisajsciea iipitaux de Paris {a lyses des Ur gatricj e du sang ( VYai ensauoi Ure, Luui mie d'Ainb^iUi ijlj uie^i '„ vWflU^^i fl^p ajE^ ^^" v^ei^WPt II p SANDWICHS