Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR *
1358. RUE AMERICAINE 13a*
TELEPHONE N'2242
L> sfctJl tir ^UHiiira.iiil M
Itcriitui tsu, il au iai;ii ou i'iM
autre, par la lnln le yiaieVurs.
I> si-oieu! .supi rieurs lout le
iiioude ci ib iif xuinii in areere
yiildf l lu ICCttlilC mi;! di'
ciimlicr partout les in >n:,u-
iinh!;, uun lrut|i;( cl (1rs ciutratii-
ti in s BCf|ifici.
20 me ANNEE N 7720
^ORT-AU PRINCE (HATI)
MERCREDI 13 JUILLET l'Jii'2
LA DICTATUBE, (WEST
LES responsabilits; Sow.
i
<
rtes,elles dpassent le pou-
vo:r de leurs fulurs ailleurs.
Il le savent Mais tant pis si
on ne les munit pas du pou-
voir ncessaire. Ils agiront
quand mme, c'est--dire
INDES rARAGE
Ici direction de
En croirons nous t LeNou
vellisle? Son Ion est telle
nient assur qu'il donne
penser que ce journal esl cer
tain d'tre en possession de
la vrit, de connatre les r-
solutions, la votnl du non-'qu'ils usurperont les pouvoirs,
voir exculil. S'il en est ainsi, ; Le Nouvelliste nu* le dit
nouspouvons prvoir les jours l'avance : qu'on le permette
les plus sombres pour notre ou non, l'Excutif prendra des
pauvre pays. Mais ne fermons ( Dcret-Lois .
pas les yeux et les oreilles. Mais pour quelles mesures.
Soulignons ce qui se dit.Que Grand Dieu? Quoi! les Chara-
les responsabilits soient ii- bres sont prsentes, les me
xes d'avance. sures sont connues de l*Ex-
Dans son dition du sept cutif, elles sont arrtes dans
juillet, le journal contient un sa pense Elles dpassent ses
article o, sous le titre ano- pouvoirs Que ne les soumet
din: La Rvision Constitu- ' au corps lgislatif? Non.
tionnelle, il raconte une se- H lui faut un blanc seing et
ance orageuse l'Assemble "' attendra pour agir de n'a-
Nationale. Il s'agit de la pro- voir plus de contrleurs. Ne
position faite par Mr le d dites pas aprs cela que vous
put Pion. A dfaut du texte agirez tort ou raison. Vous
en voici la pense : Dans lin- i savez d'avance que ce sera
lervalle des sessions lgisla- j tort. Vous tes convaincu de
tives. si le Prsident de la la nocivit de vos projets.
Rpublique ne croit pas de- \ C'est au dpart des Chambres
voir convoquer les Cham- qu'on signe un accord du 3
bres,il pourra prendre toutes Aot...
mesures sa convenance. Pourquoi celte volont 1er
Tranchons le mot, ce que le me seulement lorsqu'il s'agit
dput Pion osait demander t faire du lort ce pauvre
l'Assemble Nationale, 24 pays? Comme il est nialheu-
heu.es aprs le snatem Fom- eux! Que vous a I il donc
brun, et sous une autre forme, l'ail? Vous tes pourtant sur
c'tait la rf;V/ ture pour le Pr- le pavois. Pourquoi lui vou
sident de la Rpublique dans loir du mal? Pourquoi re-
chercher l'ombre pour agir?
M. Arnold BRAUN
ll'ho c :
G rage: >i
fcsidi : ~ '
WV1!
<*wp-3ai!-afj>..* .namMmu mi\*g-
Une propoilion en vue
d'une dmocratie simplifie
par Henry HAZUTT
o
Il y a
vingt cinq ans
I.f Mat.k, 13 litteWM.
j ECHO DES CUES
' nigr les noble efforts qui
Son
te (icnral A .rd Ah
r les ( pu
blic tout,
sollicitude ../
larr< \ . sse nent s i i
le droit 'te retarder le \ i
menl a\ i ch tues qu on
exp
Cesl ainsi que,
des em; foyi ,

... > I que ('quilibra dioo-i
erat. il jouer guillotine}
(j". s ra< nier en (| ou *
i 1 inij ai ans
. df t4f
1er la i !cp d'autre*. J la
partisanisation des services
ue.
voit qu'ai ' autaat
sont prsents son bu hier.c'i ,- /""' '' le. i . ual. L'au'o Do*ck
menls ont t araiift s le ses ,f,]- Brsil compte, an*
habituelles boutades oar trop i 'c :u,s de circu-
te avenant i parait see*i
aison d principes fortifis JJg ^TO^ Mbal^e'a^lU^
les contingences actuelles SSm dSffi1 irtvS aw : ette dictature serait une ca- tolll> <> . \\ P'^oit que r.ommuMjsrae I exerce dans lin-
J'inlervalle des sessions.
Comme la proposition Fora-
brun, et 18 iieures aprs, au
cours de celle sance ora>
geusc l'Assemble Consli
tua
put
ou t
de 1
passant que pour plus d'une
ra"
d
cette
lamit, un dsastre, la ruine
et la mort de la patrie de Des-
salines. Le blanc en devien-
drait pour la seconde fois le
mallre incontestable.
Mais il ne s'agit pas de ce-
la. < Le Nouvelliste convient
qu'il est choquant d'inscrire
dans la Constitution des l x-
tes comme celui du dput
Piou. El voici la chose dan
gereuse, terrible, affreuse,
odieuse mme, disons le fran-
chement : Au tond, continue
1il, ne conviendrait-il pas
Mieux, en effet, de lgaliser
certaines mesures que l'Ex-
cutit, tt ou tard, tort ou
Tabou, prendra de gr ou de
force ?
Ainsi, selon le journal, le
pouvoir excutif est bien r-
solu tout faire sans l'auto-
risation des Chambres si elles
refusent de se laire compli-
ces aveugles. Il agira de gr
ou detorcc.II ne s'inquitera
mme nas de savoir si les
Publiez donc vos bonnes in-
tentions, vos projais sauveurs,
librateurs, rclamez l'appro-
bation des mandataires du
Messieurs
1rs peuples modernes. ......,74, ,/, ... ,r/,y ,./
De par le monde, dit-il, on 'ton toute .1 ion qui *
commence discuter. Les deui ,.pousser ces minorits aux
principaux arguments qu'on laiv tfves de bouleversements,
ce partout contre la dmocralia Pour les Etats-Unis d'mri-
sonl les suivants: lo l'on ne que Mi Uazlil
peut clleclivemen
lie.
: r un con-
CONFIANCE OV
A
Uf-
peut efteclivemeiil obtenir les s-it consultatif en mime temps i r L^i, "vecdes yeux peu
choses faites sous son gide ; 2o que 'nislntifde dont men bres la,8eurs '! l'usions,- les vue-
itlles que l'on arrive a obtenir seulement | ments qui se droulent depuis
ont fallacieuses. En un mol, lu Ce conseil compos de per- ,a runion $** Chambres, i
uer
, ,!" ce f!,:" ,(" Gouvernement sem-
I il.) 11 O (.' ii i i
Mie leniandcr
l ropritaire !.. Compfii
_.. voit qu'aprs M' Hudico n,
v< lv". B. _ di 't
1 > tunes le L'i >ini n ,
( ou I toi , i
eph G fli'.n I, cuire
lii-i Il a mme Q& un
lion ii quel |ue< centaines
de mille do I . les domw r
conviction que les intellectuels sonnages de pi
Beaont, depuis longtemps, faite, i iredesl ver ',e de"and^r au Pavs : ,a cou- i / !s, redevances I s.
a savoir que le gouvernement Franklin Roosevelt. Calvin Coo- lJancda,Ils1,,a nu>t- est assez i aurait dt,
dmocratique la fuis ineupn- lidge, Allred E Sm h illiam (,,,"^.,,e.de lotroyer. cons binent, verser ou
Ole et peu intelligent a fini par K Boreb* William H Murrav
dominer lespnl du populaire Nelton D. Baker, etc. choi rail
lui-mme. Eu lait le monda*- lui-mcme~ son prsident, mais
a vile oscill enlre deux aller lotisses membj lus
ives le faseUme et le corn par un svslme de votre < nnu
aux Etats-Unis sous le non de
voie par reprseniatienpr per
mu/naine.
Le Nouvelliste,qui j lsdiffrence que le lascisine ex-
lerl du proltariat. Aucun
"eux ne respecte l'opinion de la
nous serons jets a nouveau
dans les malheurs du ass >,
c'est vous seuls qui en aurez
la responsabilit. Vous l'ac-
ceptez de sang froid. Il ne
faudra pas que, dans la suite,
on ergote sur les responsa
bilils, qu'on cherche des
adversaires sur qui tes rejeter.
Vous avez tout rsolu, vous
avez prvu les consquences j g^jj ~ prononcez" ous
dsastreuses auxquelles vous mme mlrp an'l de m,il: n
marchez C'est bien le devoir
de l'Assemble Nationale de
vous refuser la dictature.
Mais quelles sont donc les
mesures qui sont cuisines? A
quelles lins veut on anantir
la volont de la reprsentation
nationale? La parole est
\l'Excutif. Les propos de son
ami Le Nouvelliste sont
Sur ce point, Staline el Mus- annuellement a ix membres ac-
solini se donnent la main. j Uielsdes Chambres, le pava li-
M. Henry Hazlill explique en rerail de ce systme un grand
outre qu'il est partisan de la avantage.
dmocratie, mais qu'il sait voir
les dfauts de celle l'orme de
gouvernement.
La dmocratie, dit-il, est la
raisons remarquer de uile
que M. Hazlill pari- pour une
nation o le respect de I opi-
nion publique i si gn -al et sa-
forme de gouvernement la plus cr, un pava o un chef l Etal
stable ; cependant il esl dmon- qui verseril dans 1- n's sme
Ir qu'elle est injuste et peu in- ne trouverait pas le concours
lelligente. Peur qu'un gouver de '
ier Ienjeu de la partie et.ses client. Mais noua douions fort
prolagon C'est tout le Bien que ce jug-n oit excut t
Public du prsenl el de l'ave- |ue M Em. B. Annmd toucke
""' .'I111. S1' dcide ces jours-ci, i tais les miiobolaiits honort-
L horizon politique t A dur- quels ses aavai tes co:i-
g. Le retour des Etats-Unis, de :lusiona lui donnent droit.
Monsieur Dana Munro, coTnci-
dera-t-il avec une claircie dans .*
noire ciel politique? Tous les voil que les examens ont
Les Minisires seraient tenus patriotes souhaitent cette pers- commenc, attirant la clientle
pour responsables devant ce pective lumineuse, et la iin h biluelle, eujoura un peu iu-
iseil, tout comme ils le sont le la nuit. limidante, de ce genre de eeec*
ilevdiil les parlements Le Pr- L'autre matin, l'un desntres ,an>- PPles*moi de la Heur de
il del Rpublique aurait [a eu l'occasion de rencontrer oulre, questionna l'autre lois
son entre libre au lieu des d- quelqu'un, bien informe l'or- ll" examinatear Et Mademoi-
librations d pourrait mme dioaire. Naturellement, la con d'avoir le trac et d'expli
prendre pari aux dbals, tout j versa lion se droula autour de {l"''"i trs potiquement d'aii-
ninme nimporle quel membre | |a Rvision Constitutionnelle en l"l"'i- (lue (Vs' "" !>" "tfur
1 oog qui pou; sommet des
coteaux... Jaune plu'l, Ma-
o selle, a' qui pousse du'is
loutei les pharmai I
... voil que M. Aacit M!an-
a i i omme Chef du i'm -
quel en Cass lion el M. R. Car-
i du mme Pai quri.
Ce sool deux choix heureux qui
r un de la lois de
i'ai eiennet el du mrite. Com-
phmenis.
... voil que, de l'avis de tous
a ,1a Pension de V,l#
>' i / te re il ment pour s*
et i lort. Sa poai-
il Ckimp-
s, avec ' < la mer,
"s bel terrai ciel d-
couvert, loul < i ri lair
ne recevraient, litre d'indem-
nit, que 1 o o du monlani to-
tal des sommes qu il laul paver
A couper quoi ? interrogea
noire ami.
Vous 'rre/. toujours de
grands enfanta, ajouta-l il. Je
crois, mon cher, que, dans l'or-
die Ks ralisations, votre gou-
vernement aura eni i b er : lo
un nouvel accord concernant
l'office du Receveur Gni d et
ses activits, 2o des modi-
fications apporter au Trait
de 1915, 3o un emprunt d'une
'oui lus on l'oii dlicate, en le-
naiil comote de ses garant
rop graves poui qu il ne #
prouve pas le besoin de s'ex ln^nl Uare ,aVil qu'il re- o h, lil e i o e esi r V 'i P "C
pbquer. j |)0se sur le consentement de la lie ,>a. c- .'..-." d? croire 'I""" 1T',,V
Le plnipotentiaire des Etats-: ina:
Unis est revenu. Que les Se, 1 m*
crtaires dElat nous disent, g
pas de savoir si les (jue celui des Relations Exl-
mesures sont bonnes ou mau- Heures, nous apprenne de
quoi nous sommes menaces,
O nous conduisez vous,
messieurs? A l'indpendance
ou la colonisation? Mille
bruilsen courent...
Taises en soi. 11 les prendra
tort ou a raison .
Ce n'est pas un vague d-
sir. C'est une rsolution ar-
rte. Donc les mesures que
l'on veut prendre sont dj
connues de ceux qui doivent
en tre les auteurs, c'est--dire
de l'Excutif. Et un ami mal-
adroit en dnonce le projet.
Oar une volont si ferme ne
peut pas tre sans objet pr-
cis. Il y a des mesures arr
tes l'avance. On y va d'un
pas ferme, rsolument.
Bien mieux.On sait qu'elles
n'entrent pas dans les pou-
voirs des fonctionnaires qui
les ont rsolues, puisque,pou
tes autoriser, il laudrail I2
galisalion pralable par
rvWn-o^ i-i^/.P lihrV Larf T ? ." **' T" eu Attendez-vous ce que des 1 ^ revem.ique i rort-au-
critiqueea laisscel.be les de- permanence toute l'anne et communications trs importan- Prince7
cisions prises par les dtenteurs ions les discours oiseux on nu- les soient faites vos Chimhr!
du pouvoir soui susceptibles Ides seraient impilovablcme.il j "
d'tre bien considres: les die- interdits. J*? J.1'?! /.J^^travfuxZ, voil *n'n irrlain diPl0'
tatures que 'on connat en ce . . >",.-l>()"1,(( -( ,,ls travaux cons- r
, i, i: u I-"l'cchon une l'on non rat hiiilionnels. La ci 11. .ion t 11 .' IUU1B uernwr^
momenl en Italie el eu Russe ., ,M, ,' ', , 1 ' ail i nce et Dorl
.......;.,.,, r,,;..... '' ' contre le con con- banc-seing n'es pas finie... ., h""
Emile Cauvin.
ne suppriment en fait que celle
libre critique et ces dictalui 'ts
se trouvent dans l'obligation
g n'esi pas
suli.ii.i pense M. Haz lui- El si lii se trouvait en
mme, srail que 12 citoyens hue l'un dernier refus in
feraient difficilement le travail cable?
_^____.__.^.^^_^___ jT 1 r 1 leiaiem 01 le. enien e lavai cane '
T -m m j des deux Chambres; mais celte dis-je I Dans ce cas... les v-
I^fi IVlOn.lP 1 .,, -objection ne repose sur aucun | nements suivront leurs rythmes
^m xxw** *^ Toutce qui procde n est pour fondement quand on se rappelle falala.U faudra qu vo or-
NAISSANCE.- Mr et Mme lanl pas encore une rponse au que les puissanies organisations ( diez la confiance dans la ni
W
gei
l'espi 1
proposition Piou.
Ainsi,des mesures sontar-(%
1ASTHM1E
a l- |Sr' '''* fUr.i.Ml rm \m\
a |Glol>^es*R2iaud|
' I R*ultam. t. DAMCHUl X. ai. H Vw Hr ^5
mais je ne euis pas d'accord avee m mbrea.
ceuxqui prcoiiisenl que c rsum, pense M. Ha/litt,
incapacit est dans son essi
na. Le prim ij p| il savante 1 de toi
del dmocratie est dans sa laie et sin hatun d
mauvaise organisation, oruj s compl aurait sa pa pou
que le Conseil consultatif sa lion qui ne lui est pas cai
vc*?%*'*f "m ej. tristicjue, mais qui rsulte d'un lgislatif serait une concentra- \ le ILlat.
porl
il sur les e, n'a rien eu de
plus 1 e rie I pj honef
( lll Z lll ' UT "il-
es de la Coule d'Or d'Alix Roy
pour l'agraient de tron retour.
.. voit que chez Jnhn Woot-
tey .mi. rit s Pneus
. M i lx lin t
1 nez te renseigne-
lis.
en
; e A
;'. Lkin
Age t- r si u.
>
^


*



PV< E '2
! E UVTLN 13 Ji,aUiJ " 2
Lettre Ouve
tu
- -()
la Semaine hii "." i
Coup d'oeil sur la rvision
constitutionnelle
Mr \ I. Boni
ie cohcermn',
aciacllenwil Paris, a
tu noire confi i
suivante:
li
adres-
lettre
o
pai samedi der-
On i Mgegi partout un
Bj jpiio U>l. confi-. !

..Mc.iquelcuerre*
|i mlea lei plus d*-
Avis


Pari s, le 1. I lia 1932
Mr Marceau Dsinor
Directeur et Grant
blede
tique
CI U^< "" ......
La Semaiue Hum nia-
Rue Pave,
port-au-Priuee( Hati).
Mon cher Matre,
Dernirement, en parcou-
rant les colonnes d i 1" nu-
mro de votre trs intres-
*idt journal intitul: |
Humoristique
nier trois li I nie sont em-
v.s de 'a province, o des lec-
teurs du MATIN me demandent
, impression sur la Conati-
!,i ; les parlementaires
d 1932 auront bien t termin
! s vote. l'a m'expliquent qu'ils
se sont idresea moi en la cir-
constance, parce que j'ai eu
lt prononcer Irancbement con-
non constitutionnelle,
ni que ce travail, dans
les circonstances prsentes, ne
[se ferait pas sans donner lieu
des Irictie is regrettables.
Pour satist ire le dsir expri-
m par ces concitoyens qui ne
m'ont pas cach leurs inquita
au sujet de l'avenir, d ma
audrait laisser parler d'abon
e, nn eut en n n nc psr
prvoir la format on i nue Cons-
tituante qui, sa grave mission
Bi Mmilie, se serait retire, ap-
plaudie par la Rpublique en-
lire. Ou encore, pour viter
loiH dsagrment, If Charte de
1918 ne devrait tre qu'amen-

t\ y m nid*

iro le leg"1 de
Il phi... -,
iunlvc:5tj, t. (!
G condllioin.il eitU
...:nt de ret.nlr on
tWollf i MIT oui'' dcouvert
i "-.'-" ' , '"'* :'"?,!
ht-, ai rs une entente sincre
entre l'Excutil et le Lgislatit. *;. *-
! a rflexion contribua prdis- g Vg
poser au bo i jugement. Le a.. -
I
Semaine Humoristique , |ai! coiu,.'qlu sai,ne. 0
VU que vous mavea envoy ,. n- t p,oscupe pa
vue bien tardive p lit'' pierre. ,.,. , ,1( ,no
Kn ami, je vo is co i ille-
r *ia, Unt dans votre pr i rein-
l'it que dans celui de votre
ts intressant journal, et
surtout pour le respei t que
voai devez tout d'en >rd u vos
distingus lecteurs, je vous
conseillerais de ne plus
vir ces vieux plots ri li mDs,
<, a ont vcu et qui ont sur-
tout lait lei.r temps. [s'ilest dj l.
Luisse/.-en doue le brei | B heurea sont chargt
d luventi m a ces M a .ieurs
Jolibois tils, Henri | tez, et
jru passe bieu dautr s, tous
vieux dmons rvotutionnai
r*s sans conviction que otre pays, malgr ses nu-
Cl3 leur bien, leur pro- he soit psrtag en Ploauwi
C.esi ieui i/i pmnlin unp-. Cela nous lend txploi-
pnti ; a *^Btertt|rnl"mPJil tables, i: de laU non. somm i
Vohtique et su r t o u leur /tranger.
U, m indiscipli-
it. a l'exception de quelques
.as
le v l ir/J la mon
Liprtence des homm s d des
bose d ce aj i I n me reste
)lus un-.- seul iil tsion Je me.
de la plnme comme d'un
s rum u propre a sonder le^
d ce te l'jlrie, lesquelles
attendent encore les mains du
in q< i iTappliqnsra corps
l ne a lea paus r ron e mou
imb'.tion se borne a vouloir
iu'i gisse s ins retard ce mde
aire, s il est d i
bargea de
I I! serait dcent qn tous
is tussions d avis de porter
e tiquette : patiiol Les
iioses iraient mieux. Je dpto e
manque de tranchise, de pr-
voyance nous tait mourir petit
leu.
Si des passions misrables
nous portent noir, regarder les
uns les antres avec des yeux
mesquins, l'trai ger nous juge
(O 18 d' rs ce que nous cn- j
vous. J'ai longtemps essay de
lire ei i qu no salut
dpend du ch i ;, ; oo r
mentalit. Lea laits de ce< jonrs-
,-i renl ni m canvictiea
loocha it la n essi d'intro-
duire nn es-- it nouveau dans
l | ,. le.! mi ce i apport,
I h isite p u i expliquer par-
,, i o | que le direc-
..,,- d opinio i qui m'a le mieux
co n )iis pour publier m pen-
IkvMtal Ai u:. r>..... eiwis w. ueK.
Propos
humides
Le Service Hydrai.lique
ncuiurfcaac de rappeler a ses
abonnis que le dernier dlai
I oi.i .i paiement ue la taae
o'eau des mois juin-juillet
1932 doit expirer le )> de
ce mois.
En ccnsquencJ. tous les
abonns retarda'arc et dont
les prises seraient coupes
pour dette dtviont payer l'a
mende de onze gourdes pr-
vue par les rglements du
Service pour le rtablisse-
ment de la connection.
Port-au-l'nnc.lell iilat
193'i.
NE PERDEZ PAS LU PUISSANCE
Far la brisure du Ple.
L La point* en mtal proige
contre
bnsuit ou
fl m ni ou
p'e.
2 Plus de lumire.
3 Plus longue dure.
4. Economie relie.
6. Traits excluait*.
U TAL CERCLE
PAS DE CIRB ROUGB
HOSEDELli
aquelie ils!
lll'lls
grosse caisse
u n t tellement lap q
ont arrivs la crever el eux
avec; le touteatdepuis remise
eu Fort St.-Clair Paii sieurs
a ues!
Mou cher Maille, i'1
que, dans les activits de mes
louctious de clic'
grandes ns qni connaissent
intage le la triture dis ides
,rc il on confoil volontiers
v z gouvernemental
poi ni amus suis fin d'uu
scandale, mais on oe
nay oue vous avez le
anciennes Ioucuods oe cnc. I ( J ^
du Bureau des Recherches
.\nuuelles de l'oi t au-l'nnce, 1
nous avons eu maints dille- !
que
rclame un cte de cette impor-
CHOS
D'abord si l'on voulait no is
donner une Constitution qui
rends, d'ordre pourtant pu-J pr-^t Vole avec la dcence
reinent profession ne le n'ose
croire que ce soient eux qui
vous ai article. Franchement, je vous
croyais meilleur joueur et
surtout moins rancunier.
D'ordinaire, api es la lerri*
bie guerre, vient Immdiate-
ment la douce paix.
Mon oui bie trouble donc
encore ce point l'esprit de
certains sujets
nurn mon dpari nous ost
servir ce bou pub ic de
i ort-au-Prince uo vieux ca-
nard de ce calibre V
D'ici quelques jours, je vais
se en Iodes occasion, c'est le
[fin paycbolog'W Clment" Ma-
re.
A Irav q i sites polili-
, i ;. b imbien stri'es, je dis-
lingne nne chose qui me pas
sionne, c'est qn'il tanl que notre
pays soit organis; il faut ,ue le
(i up'e vfve. Le peuple cette
victime innocente 1 il taut
qu'il ait nn peu de bien 're. Il
a assex subi d, mensonges.
i -, le c is o, comme i! se
dit, en lace des ralits, la Na
lion attendrait un Toussaint
Louvei lure, la Constitution non-
Telle oit irait un cadre trop
lrot aux ve'ulions de ce r-
gnratenr. Car des statues se-
raient alors dresses partout,
Don plus i une politique impie,
m 's ni Travail librateur Et
ce dont |fl suis su .c'est que l'A-
mi icain, parlant de nous, dirait
enfin : Leurs yeux se sont ou
verts.
Les lauriers de Mettre Hudicourt
empchent de dormir Matre Em. B.
Armand, le sporstman bien connu.
C'est ainsi qu'en cinq colonnes co-
pieusement alignes, il vient, uans
..i. Opinion, de gage une seconde
foi-, le procs de Mr Joseph uellrarct ,
outre la Hasco. .
La pauvre Hasco est, cette rois, J
diinuiveinent a terre... du moins si
Matre Armand obtient le million et
quelques centaines de mille dollars
qu'il rclame froidement. Exacte-
ment un million quatre-vingt mille
ollars. ., .,
On se demande pourquoi Matre
Armand s'est arrt en si bon che-
min... et comment.dans ses conclu-
sions, il a pu omellre de rclamer,
en sus du cash,un rservoir ou deux
de l'incomparable llHUM SARI HE
CACHET D'OK. L'oubli est quand
uiiue rparable.
RfcEUlluSS 3EK1TLLES
*.' f KSEI -..-.ifc.SClENXESOUl.TW
.n ynlo-jUt, force irr*
, t IOU- ^JLV.IT,
.hllir.. iHomcMUM
i..r, d.i -"'"'"
>1A T j ' i .|tiiiiii.-t.'t
. 5 ,- it FRANAISB*
Uue exposition detrsvsux^
e raiguille.de dessin.de uelo
ture et d*art nouveau, sera
ouverte aux familles et au
public ds le dimanche ma-
tin jusqu'au jeudi 21 exclu-j
aivement i
Le plus cordial accueil sera
fait tons ceux qui viendionl
encourager les nombreuses
colires de l'Etablissement.
En vente partout
EVEREADY
I* '.CE MANN
iUPIS & B4TTEMBS
elles durent lonytemps
Patente dans le mwnde cetier.
itfj
Votre cuisine,
Madame...
AUX TROIS QUARTIERS
(J. deVendegies)
Angle Avenu Klng e>t Rue Vorix.t.
A le plaisir s sfiier sas siankls el iaiabreait Clientle fiUl.fial
4e rseeysir Iss articles suhauts:
Chspesux de Dama, H* Mode
de Paris.
Soulier* dcollete, Si'.in Noir
et Beige.
Tbobt VIEl'X.
1 C'tait, croil-on, le dpt des
Le Chelde la Police de
il i\ane a t mitiaiil en
ine rue de la ville avec
dei i dj unis.Le premier
a reu trente-six balles, tu le
m une anne reoda|t responsable de la
Jmort vie plusieurs tudiants.
anciens pirates.
A l'Ecole de Droit on a
termin ;.vec le* preuves
crites. ( In s* rappelle que cet
i xamen es' liminatoire.
Des gens (iui se disant
bit d intorms soutiennent
qu'il y ours du nouveau a
propos de l'actuel Caaioet.
rgime Jaachado. lloover, malgr e^ re-
- La situation conomique I tentissan'es propositions a
; uui Etats-Unis.Aug- 1 Europe, eat oppos l'aunu-
rpondre votre grossier ar-l chmeun
licle qui, je VOUS assu c.u'ho- ,
i .t 1*... ...t .-I..
nu ntation
s.
du nombre de
Dficit de trois
nore pas du tout l'esprit de
son auteur.
Mon cher Matre, maigri
votre trs mchant coup de
patte, c'est sans ru.i une que
[a termine la prsent Je vous
prie donc de croire :; (l-
ment l'eipressi n de mes
meilleurs sentiment ; insi
qu' ma grande syu puthle.
Vous ne m'aves nullement
atteint ; une trop grande ins-
tance nous spare OM jours
de bateau !)
de dollars.
La revue "L'Illustration,,
publie les mmoires do ii il.
Gallieni : le vainqueur de
: i tureq. Pages suggestives et
:i\ latrices.
"Hati-Journal" annonee
[u'aux Etats-Unis un nouve- '
eau scandale financier ^ieut
l'clater.danslcquel souteoun-
. romis Je hauts luuchou-
naiieF.
Depuis hier Uu.lii', Vnil-
,Mi. g dmnag de Cin-
Varits. L'ai bit ssment a t
cquis par les 131 lia. Not e
t eut
Bien vtre,
Ai, Bont. sym i mpagne Serge
a Police] Vaillant quia le mrite d'a-
l.x-cl\cj de U
le l trt-au-Prince
Avis
voir ete le' pn mier introduc-
; eur du parlant s l'or, au
_ Il tv dit que des rVO-
, ati< I nominatl ms vont
L'iospection Scolaire rap- dans l*adm..ds:.a
pelle aux Intresss nue les tiou pu
examens an vue de i'obten
tion do Certificat ri'E udes
Secondaires classiques sont
fixs au lt Juillet prochaiu
el que le registre d'iu icrip*
tion ouvert en sc^. bureaux
atra rrvocablement lerm
le mardi 12 de ce mois
Midi.
irUau-Prince, I Juillet 1W2
\ du odatisj'ue bien
11 ta. 11 evei u a Is mo
kux ditions "i
est | sru 'Le t.hn ',
: (inique le l^oi
cuuuu.
e.
H'
o ine
Lale.au.
de l.eoi. L.aie.au.iii arauquua uni ui.a
ceicions du gracieux en-J des surprises pcunlair
Lis Angeles
lation di a del.tes de guerre.
i.Miic sacre et ncessaire,
eut !d Nietzsche.
Monsieur Munier, l'artiste
des chiens savants, a eu la
douleur de perdre un deu-
xime loulou qui a t
cras par une automobile
devant Varits.
Le malaise qu'a dterrai*
n en plaine i'arit des usi-
iim de la Hasco va crescen-
do Les paysans de la lgion
ont laisn.
Il est possible que Taldj
nous ofl e dimanche un nou-
veau parlant sensationnel:
Le Collier de la Heine".
Accompagne de la Prin-
cesse Achille Murt rt de la
Comtesse liimi Calnoky, la
s la distingue Dora Garcia Tru*
jillo de Henrlquea, lut pr-
sente la Cocr de St,-James,
par le M Ire Dominicain .
Don H..i; e Brache, ( hii-J
mant< i cepliot .
Cator ' i lie n ont ca-
b au Coir tic Olympique
i ai ..v .i di 'argent.
qu'ils oui rencontr
es
Le gonrmelisme est l'une
des rares et vraies volupia
de ia vie On |Ufte de la civi-l
lisaliou d'un peuple par sa
cuisine. Voici une recette
que nous ddions tous les
ans teurs :
Faites frire deux tranches
de pain-raie dans du beurre.
Quand elles sont bien do-
res, po-ez sur l'une dlies
une tranche de t oma^e gru-
yre de la dimension du
pain, puis on couvre avec
p ,i'ie tram h'. On remet
dans le pole et OU fait chaut-
1er leu doux pour que le I
fiomage tonde et adhre les!
deux tranches. Au pralable }
on a battu un cent entier j
qu'on a sal lgrement et au-
quel on ajoute trois cuilleres
de lait. Apis l'adhrence! on
arrose lgrement, lentement,
vu retournant dis deux cels.
Quand les deux tranches ont
bien : bsorbe tout le battu,
on ajoute dans le pole un
peu de beurre avec, 6 mer-
veille! une pointe de la Aian-
tgue des l si net de Port au
P, ince et de Sainl Marc > lut
L en eh m 11. Et Ion sert !
C'est un pur dlice 1
BecTia
Ponarrft Crme TokVon.
Colliers et BarreUea.
Abat-jour Tlinfs fentile.
Bis de Soie.
Larges ceintures, toutes s-
ances.
1er a< s bisquer.
Ceinture plst:q 'es.
FiIRloret Teurniqiels cas-
leurs.
Tom arlidfi is premire h-itehear al tjaraatis.
Sto k reifttisimtal reaasTel. Prii es baissa.
Ir^
L F
E l e-

Cin-laldy
DEMAIN SOIR
Mand
un
(S- te)
ET
-
Buffalo-Bill
(Sente)
Entre: 0 50 ; Balcon: 1,01
VENDREDI
A la demrnda de nombreuses personnes le beau fllm :
La Danseuse Orchide
avec Louiaa ; SR^*nKe et Ric'dn Cortez.
Entre : 0,50; Balcor. : 1,00.
PblAiarlBil
bail
L y rail
WMVV alBllialIBBl
Toutes les Polices
DE LA
Avis
Ou esi re finir d*ici fen*
|j rochain avec te vote
i n.
s'entrane ail
!./>-., i, :. : \11 l'enlect
mi renient de
mnper
I 11 vu
e del
Ipat i u
e lu tapi
')' ni i avant der les
exaniei i oi t commenc dans
II/ xeigi meut Suprieur.
Kiie Salomoo ou; cri
Kensko uu htel de loul
n n 1er u dre qui i il pai lie
< Dlrej lis; s Kir a m,
Les p oduiis et
d'hygine (
rputation ett mondiale,: ont
wven'e .liez E. ROliEUN, d l.
aax p.ixiee i1 ' /0 m,il
Goudiuuna spcules pcur.U
Lu vente an gros.
Billions Michelin en caoat*!
cooc
coa, Ue vouiua de Coata-Rica. j Vessies anglaises. I
Bcomprennent la Protection contre la
* Foudre sans auamentation de taux|
Eug.Le Bo&atCo
Aqents Gnraux
illslfttilalal*-Mii*niMiajjil^i l'HI


MATIN :! faille! !S2
; K .
V -!
Rhum ttarbancouri
ont la rMaaaaaae aat aaivaraaila a fard v- araaaiera place
Daaaaaiac partout :
N AKBANC.OSRT
Watt : l(" Caar.
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
HOTPOINT
sont maintenant connus de
tout le monde.
Pour vous en convaincre,
visitez notre salle d'expo-
sition.
Compagnie d'clairage
lectrique.
I i I aa
Idal Rhum
AUX ROY
30 annes de succs.


U DAME GIHC NE DEWRF QUE DO VEROUTM
IINZMIO BL4iiC
Agenu ,ir la l!
a. de MA-rrr. ( .
E QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT ETRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans dei condition! rigourease
D'ASEPSIE
P.paration #t Venta
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rui feoux et du Ceetre.

Po" u Prince
*"".......mumm*mmih i' . tu .iw

>-..
STEH1P UNE
Les cli*reuri sont pris
Me noter que1 le steamer Au-
.on est attendu a Port-fO-
Prince, venant de Cnslobal.
Canal Zone, le aiercredi 20
juillet 1932
Les permis d'embarquement
seront dlivrs pour le fret a
destination de Ntw Yoik ei
des ports Europens sur de-
mande laite ce bureau.
Ce teamer partira le mme
jtur directement pour New
York, prenaut irt, malle et
passagers.
Jas H C.VAN REED
Agent Gnral
Bar National
Voulez-vous lre serti
souhait ? AH'*" f
1AR NATIONAL,
*lace Gcilrard, en face e
.Matlis.
L'tablissement se recom
mande par ses cocktails re-
nomms. Un restaurant o
1*00 trouve toujours des mets
savamment prpars est an-
nex au Bar National que
dirige MmeRocoui/r .
Hsitai Ifnnl lls.lirs
Accidents
7 Juillet 10t2
Simon Salomon, 13 an*, Che-
min des Dill^s. Blesur confuse
du cuir chevelu rg orrioitale
Augustin fhanora, 31 anr,
Quartier St-Joseph. Dltssure
contuse de la jambe gan lie.
Louis Thu\ 18 .us, Turgeau.
Blessuie contuse du pied.
Francine Lapierre, Il an?,
Grand Rue. Blessuie tranchante
prolonde de l'annulaire gauche
l'articulation phatangienne.
At gus'in Valian, 38 ans, quar-
tier St Joseph. B'essure tran-
chante du mdius gauche.
Franois Albert,29 ans Lalue.
Con usion de l'annuaire dioit.
Marthe Lalond, 13 ans, rue
Rvolution. Bleeaure piquant
du po'gnet droit.
Jean Clment, S ans, >n d
l'iigalit. Contusion de la lvr
suprieure.
Rsia Roux, 42 ans,rue Rso-
lution* Blessure du couda gau-
che, rosion de la cuisse gaucha.
8 ivllet 1012
Hermann Forcan, 20 ans, ru
du Peuple. Traumatisme du poi-
gnet gauche.
Edouard Jean, N ans, ne
Pave. Blessure contuse de la
tte.
Andr Laguerre. 9 an, rue
Roux Blessure contuse du cuir
chevelu.
Thophile Urin, 50 ans,
portail StJosejh Rlessurea
con usts, raillurr, tracturt.
(ho'pilahs.a')
AVIS
LGATION DE FRANCE
^VBmaOBmHBlll^BBBBMHHBSIHBSjmHB^
I L'ORGANISME est REMIS d APLOMB |
I O pak L! -
LACTOMORRHUOL
DELPECH
POUDRE de FOIE d MORUE SANS QOUT NI ODEUR
TWX, BRONCHITES, ANMIE, LYMPHATISME, SURMENAGE
Laboratoire OELPECH. S. Rue Danton. PARIS
A Pwt-MTrlaca c rk'" BUCH A CANAVE at lout*. Uoiat Pkamaai..
MORT DE GYP
La om'esse de Mortel de
Janville est mort, l'ge de
82 ans. Elle tait une arrire
petite-nice de Mirabeau.
Sous le pseud- rrme de
Gyp. elle avait publi nije
centrine d volumes qui i om
prennent, avec d m mbn nj
romans, des scnes 'I a
gues, pleines de faut i-"- el
de vervf, sur ls n ce ira e'
travers de la socit mondai-
ne et des milieux politi lues :
il'etit lobi; Autour du Ma-
riage*; aHles et Lnii;1 Nutuu-
du divorce >; Le Journal
d'un philosophe; Ohl les
dirigeants ; < Isra1 ; "Un
mnage dernier cri; Jour-
nal d'une casserole;l. ai-
re DebrouHIard-Deletamiee ';
"Les Profitards" ; Le Petil
Bleu1' : "Le Mariage de Ch !
Ion '; "Totolte '; Le Bonlv ur
de Ginette-4.
Son ftls, le Dr Thierry de
Martel, est l'un des plus c-
lbres chirurgiens lrauais
Briques! Briques',! Briques!
Construisez en Briques La Baudry
Et t '. v lr conitrnil Les Briqneg
Ia PAnp> ;t i" ison en brique M
vo ii h i e, < i il ""' matriel.
D'ici ine. nou mri os vous louroir nos groi
et nos petits I I
Avec lesquelli 5 u z construire moiti prix de
ce que voai avez dpens jusqu'ici.
le au dpl de Briques MAC DOUA D
MANUFACTURE DEBIIOUES LA BAUDRY S. A.
RM

A l'o caaion rie la FTE N'A- ;
TION ME,l Ministre de France \
sera h un ux de rei ni l> g
; i i -
mtll s 8 la L^gotion d< I i
le je il U i ulli I k 11 ht m s
H, |
4". Am<
Sauvez
vos livres
S.. bc vos 'y' es el con
leci n* < i mvajs tat li
](.* i :i i i. lieu r en
cJencienx honrite ( t habile
F.naN*E CiatlLLB, Rue iiona
Poi .
Eno dompte
l'Insomnie
Des nuif sans repo.*, un sommeil jit^suivis
de jours l lourdsviennent souvent
d'une constipation Combattez cet
tat .i buvant du ENO'S
"Fruit jour. Votre
sommeil sera profo id. Vous serez frais et
dispos au lever. A une bouteille d'ENO
lurd'hui.
FRU
I
^^
. :.M
\
AVIS
Les Membres du Comit
Olympique Hatien sont con-
voque auiourd hm mardi 12
juillet, 9 heures 1/2 du ma-
tia.au local de tlirpiimene
cLa rrs, ruePavre, pou
prendre des ajrjttoi si cod-
cernant tes athltes Thea.d
et Cator.
i ,. Pisident.
AlfckonM Wj6flSS
Dcs
Mm Bia rhilomise, 35 ans.
Bourg Salomon.
Mme F^nelon Lefpinssse, 7
an?, Babiole.
irsaiot Dnssan'.S an.Gaie
du Ko:d.
Carmen Sooflrint, Il n>,H
i pal Gnral.
i hanse Doll mard. 5t ans,
i Mal Gnra).
S lalliel lll8S
Emmunufl Lou's 21 an. H-
pit I Gnral.
Dsimond Yol i. 45 ans, ru
Asile ouiniunuL
Grammaire
politique
Quelques toresuln propo-
ses Parts iW/t'|)r M l'ierre
Audial :
-Le verbe. On di-'ingue
trois soi tes de verbes : V le
Terbe actif: 2 le verbe nassii;
y le verbe neutre. Exempte:
1 Emarger ; 2 r'ormer ; 'A*
prsider. Cei lelns ^ erb. s sonl
la tois actits.passits et neu-
tres. .Exemple gouverner.
= ,Les ngations. Dni
ngatioas quivalent une
flffirmntinn Exemple : Non,
non! les Chambies ne y
pareront pas bvli.I dav< r
?ot le budget*4 quivaut
"Le budget ne Bera -as vot
avant la tparaliou des Ch m-
bres."
sa i

LE FAIT EST INCONTESTABLE
li II il m S a I h c
C'est la quinte; sence des meilleures,
r varits de cannes ci un vaste territoire
runissant les meilleurs terroir*
Ces! ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COM >EZ'

W-T". <

^n
m-

VA-
*t


Mercredi
13 Juiilut 1932
Le iialiu
4 PAE
Mm* AWWtt M- *20
frHii-FrUit
i cphmi :
%u '. .-:.

1
Voulez-vous Lykes Brothers SS C* lncj
Texas HaiU Sanlo Uomingo- Porto-Me)* j
Russir dans vos tudes DO
taire russirvosenfant5,grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une profession a irs i* 9
mois d'tudes lrleusps (Sli;
no-Dactylo Langues vivi nlt
Comptabilit)
Songez que l'Institut TIP-1
PENHAUER se recommande!
et s'impose votre attention:
l>ar les brillants rsaitatf d
j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 28'Jl.
Le seul servuc hebdomadaire et rgulier passagers et
et entre les ports du Golte du Texas directement avec
Hati.
. i rapide et le maniement babilt de vos
i voua ton jours des navires de ' LYKF
LINE."
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont*

Surprise-Bai
PTIONVILLE
hrtMT PIHLIlt\. Propritaire*
Consommations d prei
C^oix. aux mmes pi ix qu'< >
v Ite.Cooflommtoui i s soirs
Une surprise, toujours agr
ble, est rserve tons i
qui nons leront l'h m
d'une visite.
Steamer Rutfa Lykesi
Steamer < Margaret Lykes
Steamer Veima Lykes
Steamer (enevive Lvkes
I juillet 132
22 iuillci 1932
29 juillet 1932
% acat 1982
tfurea Magasin de Wiat. po.ie Postale I
AVIS AU COMMERCE
I T. i Stea mship Line l'avantage d'an
antsde New York pour portau prince
HaiU, chaque mardi. Tous les steamers sont
[ritfoi l'i.me
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lite
Assurance Corporation Ltd
de Perth ( Scotland )
L.r la GENERAL est une des plus puieeaates et des plus vastes organisation
le ce genre. Le soleil ne se couche jamtis sur eea champ d'action qni embrassa la
monde
ses Police* contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns p*r la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage*
caus autrui dans sa personne oo dans ses biens.
Sea Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont pavables en HaU.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tons les voya-
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta.
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 / soit 20 d illars L\ C
Veuve F BERMINGHAM, AuxCaves
mhts,m;fnts
Agent Gnral pour Hait!
^ort au-Prtnce. |G. ttILG
JEAI RLAffCHBT irm'i
A
VIS
Donnez vu- < omo and
ci"te.df faire par, i i l'Ira
e/rimerie Morissett, ou v
Irouven / un 11. i;-
leures et a des prix relativ
mfnt bas.
A
VIS
lparts 4r htvo \
Arrivages Pe / au rrince
6 j'iil et 1932
amer l' lu 12 juillet
!( 11 iuillel 1032
I 18 juillet 19J2
Panama Railroad 5teamp JasiJ. C.VAX REED
Igenl Gnral

La PfaarmacieJSjoui n i"
firme sa bienveillant) clii
lle que son service de nuit
ne fonctionnera pa du lei
au )5 Juillet prochain.
* m> *< * *
LA LAITERIE BA1LEY
3QUL ANGERIE FR^NCAISE&PTISSERtE FRMIITAfSE
RICHARD PETERS, Prop.
CHAMP DF. MARS, N01217
La aeule boulangerie Europenne en Hati' i
Spcialits de pain, pour sandWJ. h
Pviins fltes et pains moute. Pains* noir a
Pains complets, etc.
Ptisserie line. pts. Vol au vent. Tourtes.
Soins et promptitude.
:
Livraison propre, hygii
que, en bouteilles ;:
qnement cachetes, l'abi
de toute lalsiflcation,
Transport lait en rfrigra- jj |'S,cl'C
t urs aroues.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de
t
suc-
131
l'rince.
ratid'Kup.
,w,an ; Livraison a domicile \
MM H C
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: W13
Le vapeui Bogota > Yey
101 ve "i 'Ht- temenl de
New-Yo k sera a I -
Prince le VI cou'ait. con-
tinue a le mme jour pour
les ports colombiens, Cristo-
L) 11, Canal Zone, Kingston et
New-Yo' k
Le manifeste de ce vapeur
Itfu par avion poste est
la 'imposition ries clients dam
nos bureaux sis angle rue du
Quai et des Fronts-Forts (vis
a vis de la Deuane. )
Le vapeur f Martinique
?oy. 100. partira de Nevr-
Yok la 13 courant, directe-
ment pour Port-su Prince pu
il est atleudu le 19,en nule.
pour les ports colomb en*.
Cristob.tl, < > al Zone, Kings-
ton et New York.
William. R. BLE.
Agent.
leiitioii
PROGRS NOUVEAU
RHLM l\0b\hAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURrlENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
mmi ut hik n mu trmmt un.
Manufacture Hatienne
de Chapeaux
* L'Indigne *

En avez-vous dj got?
Eh bien, demandez dans
tous les cafs, bars cl res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: /
PORTER NATIONAL
Fortifiant
Maich.
BR/VSSERIE NATIONALE S. A1
Port-au-Prince, (Hati ).
grable-
Bon
Loterie Nationale d'Hati
41e), Rue Bonn.Toi Phone : S35S
La Loterie Nationaled'IJalti est
ane institatien hautement humanitaire par la multipliai!
dWres qu'elle se propose d'aider, une chance de Mie
Mire offerte aux homman de toutaa eonditions de tortuna.
Lm; loys Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris M
tous ordres, Gens de maison ( domestique, ) sans paJar
leur budget moyanuant deax fondes, peuvent gagner Ire
asille geurdea Ptrone de Comrnerce.Chelsd'Indusiie.paree
aux iuaufflancfe de| venlea. par l'aciitt d'un billet, ui tea
libre du iouci des chaaees'
Mdecias Avoeats. Ingnieurs. Saateuis, Dputs, (iraaw
Pianitaires 1% I Etat.Raprstataata de riutellectualit, Jear
ihstee.
na
Dennea Peiaaaf le de vetre te'idarit ocia.e.
avoir? *Pl,''. e ea jou.nt. angmenleM votre
JuluT 1! ^rtlS-Srtt ^i Tvice eaacae
nllab.llet de ta LOT1HIE NATIONALE D'HATI.
PUBLIEZ PAS DE FIE ON PETIT T
TERRACE-GARDIiN
Chez W. KAHL
Petionville
A
NJ 2027.
HE. CUhifUO
Mariinez. Marcelin & G
Laboratoire SJOURN1 fti2mm~ "*
Biilement 1S aiinulcs d'auto |0r
1rs sa
Dmi iTuns
F. si j- lu.Ni. Pharmacien
n ''" in ia ieu de l'Universit de Pril
M. S.joj .m Pharmacien de l'universit de t'aris,aacie
1 des Hpitaux de Paris
In ^trique d.i sang ( Wis
ermann, Ure, unbard, Glycmie).
fcMaiia*>8, wr U*ajn iuftw.
aauhi Ui.Viwiiium.1 ---...,.,, une eicellt n!e nnde
aspnaitee.Vi.csmrrvp.lleusasdela viPe et duVort.
Boissons de te Mtee espcea.
liiuiriU
Vrrangemints par icnliera anni j^
d atern pour Ic* pensioLt dt jour ^


Full Text

PAGE 1

MATIN :•! faille! !§S2 ; K %  V •-! Rhum ttarbancouri •ont la rMaaaaaae aat aaivaraaila a fard varaaaiera place Daaaaaiac partout : N AKBANC.OSRT Watt : l( Caar. Les avantages qu'offre la Cuisine Electrique HOTPOINT sont maintenant connus de tout le monde. Pour vous en convaincre, visitez notre salle d'exposition. Compagnie d'clairage lectrique. —— %  I i I —a—a— — Idal Rhum AUX ROY 30 annes de succs. U DAME GIHC NE DEWRF QUE DO VEROUTM IINZMIO BL4iiC Agenu ,ir la l! A. DE MA-rrr. ( E QUI N'A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUT ETRE DPASS Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans dei condition! rigourease D'ASEPSIE P.paration #t Venta PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rui feoux et du Ceetre. Po" • u • Prince %  *"" —mumm* MMIH I' %  — tu %  .i w %  >-.. % %  STEH1P UNE Les cli*r§euri sont pris Me noter que 1 le steamer Au.•on est attendu a Port-fOPrince, venant de Cnslobal. Canal Zone, le aiercredi 20 juillet 1932 Les permis d'embarquement seront dlivrs pour le fret a destination de Ntw Yoik ei des ports Europens sur demande laite ce bureau. Ce teamer partira le mme jtur directement pour New York, prenaut irt, malle et passagers. Jas H C.VAN REED Agent Gnral Bar National Voulez-vous lre serti souhait ? AH'*" f 1AR NATIONAL, *lace Gcilrard, en face e .Matlis. L'tablissement se recom mande par ses cocktails renomms. Un restaurant o 1*00 trouve toujours des mets savamment prpars est annex au BAR NATIONAL que dirige MmeRocoui/r Hsitai Ifnnl lls.lirs Accidents 7 Juillet 10t2 Simon Salomon, 13 an*, Chemin des Dill^s. Blesur confuse du cuir chevelu rg orrioitale Augustin fhanora, 31 anr, Quartier St-Joseph. Dltssure contuse de la jambe gan lie. Louis Thu\ 18 .us, Turgeau. Blessuie contuse du pied. Francine Lapierre, Il an?, Grand Rue. Blessuie tranchante prolonde de l'annulaire gauche l'articulation phatangienne. At gus'in Valian, 38 ans, quartier St Joseph. B'essure tranchante du mdius gauche. Franois Albert,29 ans Lalue. Con usion de l'annuaire dioit. Marthe Lalond, 13 ans, rue Rvolution. Bleeaure piquant du po'gnet droit. Jean Clment, S ans, >n d l'iigalit. Contusion de la lvr suprieure. Rsia Roux, 42 ans,rue Rsolution* Blessure du couda gauche, rosion de la cuisse gaucha. 8 ivllet 1012 Hermann Forcan, 20 ans, ru du Peuple. Traumatisme du poignet gauche. Edouard Jean, N ans, ne Pave. Blessure contuse de la tte. Andr Laguerre. 9 an, rue Roux Blessure contuse du cuir chevelu. Thophile Urin, 50 ans, portail StJosejh Rlessurea con usts, raillurr, tracturt. (ho'pilahs.a') AVIS LGATION DE FRANCE ^ %  VBmaOBmHBlll^BBBBMHHBSIHBSjmHB^ I L'ORGANISME est REMIS d APLOMB | I O PAK L! LACTOMORRHUOL DELPECH POUDRE de FOIE d MORUE SANS QOUT NI ODEUR TWX, BRONCHITES, ANMIE, LYMPHATISME, SURMENAGE Laboratoire OELPECH. S. Rue Danton. PARIS A Pwt-MTrlaca c rk'" BUCH A CANAVE at lout*. Uoiat Pkamaai.. MORT DE GYP La om'esse de Mortel de Janville est mort, l'ge de 82 ans. Elle tait une arrire petite-nice de Mirabeau. Sous le pseudrrme de Gyp. elle avait publi nije centrine d volumes qui i om prennent, avec d m mbn nj romans, des scnes 'I a gues, pleines de faut • i-"el de vervf, sur ls n ce ira e' travers de la socit mondaine et des milieux politi lues : il'etit lobi; Autour du Mariage*; aHles et Lnii; 1 Nutuudu divorce >; Le Journal d'un philosophe; Ohl les dirigeants ; < Isra 1 ; "Un mnage dernier cri; Journal d'une casserole;l. aire DebrouHIard-Deletamiee '; "Les Profitards" ; Le Petil Bleu 1 : "Le Mariage de Ch Ion '; "Totolte ';• Le Bonlv ur de Ginette4 Son ftls, le Dr Thierry de Martel, est l'un des plus clbres chirurgiens lrauais Briques! Briques',! Briques! Construisez en Briques La Baudry Et T '.• v • lr conitrnil Les Briqneg IA PAnp> ;t i" ison en brique M vo§ ii h i e, < i il ""' matriel. D'ici • ine. nou mri os vous louroir nos g r oi et nos petits I I Avec lesquelli 5 u z construire moiti prix de ce que voai avez dpens jusqu'ici. le au dpl de Briques MAC DOUA D MANUFACTURE DEBIIOUES LA BAUDRY S. A. %  RM — A l'o caaion rie la FTE N'A; TION ME,l Ministre de France \ se r a h un ux de rei ni l> g ; i • i mtll s 8 la L^gotion d< I i le je il U i ulli I k 11 ht m s H, | 4". Am< Sauvez vos livres S.. %  BC vos 'Y' es el con leci n* < %  i mvajs tat li ] ( .* i :i i i. lieu r en cJencienx honrite ( t habile F.naN*E CiatlLLB, Rue iiona Poi Eno dompte l'Insomnie Des nuif sans repo.*, un sommeil jit^—suivis de jours l lourds—viennent souvent d'une constipation Combattez cet tat .i buvant du ENO'S "Fruit jour. Votre sommeil sera profo id. Vous serez frais et dispos au lever. A une bouteille d'ENO lurd'hui. FRU I ^^ :.M \ AVIS Les Membres du Comit Olympique Hatien sont convoque auiourd hm mardi 12 juillet, 9 heures 1/2 du matia.au local de tlirpiimene cLa rrs, ruePavre, pou prendre des ajrjttoi si CODcernant tes athltes Thea.d et Cator. i ,. Pisident. AlfckonM Wj6flSS Dcs Mm Bia rhilomise, 35 ans. Bourg Salomon. Mme F^nelon Lefpinssse, §7 an?, Babiole. irsaiot Dnssan'.S œan.Gaie du Ko:d. Carmen Sooflrint, Il n>,H i pal Gnral. i hanse Doll mard. 5t ans, i Mal Gnra). S lalliel ll l 8S Emmunufl Lou's 21 an. Hpit I Gnral. Dsimond Yol i. 45 ans, ru Asile ouiniunuL Grammaire politique Quelques toresuln proposes Parts iW/t'|)r M l'ierre Audial : -Le verbe. On di-'ingue trois soi tes de verbes : V le T erbe actif: 2 le verbe nassii; y le verbe neutre. Exempte: 1 Emarger ; 2 r'ormer ; 'A* prsider. Cei lelns ^ erb. s sonl la tois actits.passits et neutres. .Exemple % %  gouverner. = ,Les ngations.— Dni ngatioas quivalent une flffirmntinn Exemple : Non, non! les Chambies ne y pareront pas BVLI.I dav< r % ot le budget* 4 quivaut "Le budget ne Bera -as vot avant la tparaliou des Ch mbres." %  sa i LE FAIT EST INCONTESTABLE li II il m S a I h C C'est la quinte; sence des meilleures, r varits de cannes ci un vaste territoire runissant les meilleurs terroir* Ces! ce qui fait son arme. GOUT EZ ET COM >EZ' W-T". < ^n mV A*t



PAGE 1

Mercredi 13 Juiilut 1932 Le iialiu 4 PAE Mm* AWWtt M*20 frHii-FrUit i cphmi : %u '. .-:. • 1 Voulez-vous Lykes Brothers SS C* lncj Texas — HaiU Sanlo UomingoPorto-Me)* j Russir dans vos tudes DO taire russirvosenfant5,grce une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ-VOUS Une profession a irs i* 9 mois d'tudes lrleusps (Sli ; no-Dactylo Langues vivi nlt Comptabilit) Songez que l'Institut TIP-1 PENHAUER se recommande! et s'impose votre attention: l>ar les brillants rsaitatf d j obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 28'Jl. Le seul servuc hebdomadaire et rgulier passagers et et entre les ports du Golte du Texas directement avec Hati. i rapide et le maniement babilt de vos i voua ton jours des navires de ' LYKF LINE." Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont* Surprise-Bai PTIONVILLE hrtMT PIHLIlt \ Propritaire* Consommations d prei C^oix. aux mmes pi ix qu'< > v Ite.Cooflommtoui i s soirs Une surprise, toujours agr ble, est rserve tons i qui nons leront l'h m d'une visite. Steamer Rutfa Lykesi Steamer < Margaret Lykes Steamer Veima Lykes Steamer (enevive Lvkes I juillet 132 22 iuillci 1932 29 juillet 1932 % acat 1982 tfurea Magasin de W£iat. po.ie Postale I AVIS AU COMMERCE I T. • i Stea mship Line l'avantage d'an antsde New York pour portau prince HaiU, • chaque mardi. Tous les steamers sont [ritfoi l'i.me ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Lite Assurance Corporation Ltd de Perth ( Scotland ) L.r la GENERAL est une des plus puieeaates et des plus vastes organisation le ce genre. Le soleil ne se couche jamtis sur eea champ d'action qni embrassa la monde ses Police* contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns p*r la foudre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage* caus autrui dans sa personne oo dans ses biens. Sea Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont pavables en HaU. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tons les voyagurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta. d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 •/• soit 20 d illars L\ C Veuve F BERMINGHAM, AuxCaves MH T S,M;FNTS Agent Gnral pour Hait! ^ort au-Prtnce. |G. ttILG JEAI RLAffCHBT irm'i A VIS Donnez vu< omo and ci"te.df faire par, i i l'Ira e/rimerie Morissett, ou v Irouven / un 11. %  i;leures et a des prix relativ mfnt bas. A VIS lparts 4r htvo \ Arrivages Pe / au rrince 6 j'iil et 1932 amer • l' lu 12 juillet !( 11 iuillel 1032 I 18 juillet 19J2 Panama Railroad 5teamp *< *•• * LA LAITERIE BA1LEY 3QUL ANGERIE FR^NCAISE&PTISSERtE FRMIITAfS E RICHARD PETERS, Prop. CHAMP DF. MARS, N01217 La aeule boulangerie Europenne en Hati' i Spcialits de pain, pour sandWJ. h Pviins fltes et pains moute. Pains* noir a Pains complets, etc. Ptisserie line. pts. Vol au vent. Tourtes. Soins et promptitude. : Livraison propre, hygii que, en bouteilles ; : qnement cachetes, l'abi de toute lalsiflcation, Transport lait en rfrigra£JJ |'S,cl'C t urs aroues. Tlphone : 2069. La Maison n'a pas de t suc131 l' rince. ratid'Kup. ,w,an ; Livraison a domicile \ MM H C (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: • W13 Le vapeui Bogota > Yey 10 1 ve "i 'HTtemenl de New-Yo k sera a I Prince le VI cou'ait. continue a le mme jour pour les ports colombiens, CristoL) 11, Canal Zone, Kingston et New-Yo' k Le manifeste de ce vapeur Itfu par avion poste est la 'imposition ries clients dam nos bureaux sis angle rue du Quai et des Fronts-Forts (vis a vis de la Deuane. ) Le vapeur f Martinique % oy. 100. partira de NevrYok la 13 courant, directement pour Port-su Prince pu il est atleudu le 19,en nule. pour les ports colomb en*. Cristob.tl, < > al Zone, Kingston et New York. William. R. BLE. Agent. leiitioii PROGRS NOUVEAU RHLM l\0b\hAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURrlENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON mmi ut HIK N mu trmmt un. Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne En avez-vous dj got? Eh bien, demandez dans tous les cafs, bars cl restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: /• PORTER NATIONAL Fortifiant — Maich. BR/VSSERIE NATIONALE S. A 1 Port-au-Prince, (Hati ). grableBon Loterie Nationale d'Hati 41e), Rue Bonn.Toi Phone : S35S La Loterie Nationaled'IJalti est ane institatien hautement humanitaire par la multipliai! dWres qu'elle se propose d'aider, une chance de Mie Mire offerte aux homman de toutaa eonditions de tortuna. Lm; loys Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris M tous ordres, Gens de maison ( domestique, ) sans paJar leur budget moyanuant deax fondes, peuvent gagner Ire asille geurdea Ptrone de Comrnerce.Chelsd'Indusiie.paree aux iuaufflancfe de| venlea. par l'aciitt d'un billet, ui tea libre du IOUCI des chaaees' Mdecias Avoeats. Ingnieurs. Saateuis, Dputs, (iraaw Pianitaires 1% I Etat.Raprstataata de riutellectualit, Jear ihstee. na Dennea Peiaaaf le de vetre te'idarit ocia.e. avoir? *P l, ''. •• %  e ea jou.nt. angmenleM votre JuluT 1! ^rtlS-Srtt ^•i Tvice eaacae •nllab.llet de ta LOT1HIE NATIONALE D'HATI. PUBLIEZ PAS DE FIE ON PETIT T TERRACE-GARDIiN Chez W. KAHL Petionville A N J 2027. HE. CUhifUO Mariinez. Marcelin & G Laboratoire SJOURN 1 f£ti£2£ mm ~ "* Biilement 1S aiinulcs d'auto | 0 r 1rs sa Dmi iTuns F. si Jlu.Ni Pharmacien N ''" in ia ieu de l'Universit de Pril M. S.JOJ .M Pharmacien de l'universit de t'aris,aacie 1 •• des Hpitaux de Paris In ^trique d.i sang ( Wis ermann, Ure, unbard, Glycmie). fcM aiia* >8 wr %  %  U*ajn iuftw. aauhi UI.VIWIIIUM.1 ---...,.,„, une eicellt n!e nnde aspnaitee.Vi.csmrrvp.lleusasdela viPe et duVort. Boissons de te Mtee espcea. liiuiriU Vrrangemints par icnliera anni J^ • %  d atern pour Ic pensioLt dt jour ^


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EL2NIUUE0_02ADV6 INGEST_TIME 2011-11-03T16:16:00Z PACKAGE UF00081213_07051
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE 13a* TELEPHONE N'2242 L> sfctJl tir ^UHiiira.iiil M Itcriitui tsu, il au iai;ii ou i'iM autre, par la lnln le yiaieVurs. %  I> %  si-oieu! .supi rieurs lout le iiioude ci ib iif xuinii in areere yiildf l lu ICCttlilC
  • MI;! di' ciimlicr partout les in >n : ,uiin H !;, uun lrut|i;( cl (1rs ciutratiiti in s BCf|ifici. 20 me ANNEE N 7720 ^ORT-AU PRINCE (HATI) MERCREDI 13 JUILLET l'Jii'2 LA DICTATUBE, (WEST LES RESPONSABILITS; SOW i < rtes,elles dpassent le pouvo : r de leurs fulurs ailleurs. Il le savent Mais tant pis si on ne les munit pas du pouvoir ncessaire. Ils agiront quand mme, c'est--dire INDES rARAGE Ici direction de En croirons nous t LeNou vellisle? Son Ion est telle nient assur qu'il donne penser que ce journal esl cer tain d'tre en possession de la vrit, de connatre les rsolutions, la votnl du non' q u'ils usurperont les pouvoirs, voir exculil. S'il en est ainsi, ; Le Nouvelliste nu* le dit nouspouvons prvoir les jours l'avance : qu'on le permette les plus sombres pour notre ou non, l'Excutif prendra des pauvre pays. Mais ne fermons ( Dcret-Lois . pas les yeux et les oreilles. Mais pour quelles mesures. Soulignons ce qui se dit. Q ue Grand Dieu? Quoi! les Charales responsabilits soient iibres sont prsentes, les me xes d'avance. sures sont connues de l*ExDans son dition du sept cutif, elles sont arrtes dans juillet, le journal contient un sa pense Elles dpassent ses article o, sous le titre anopouvoirs Que ne les soumet din: La Rvision Constitu'• au corps lgislatif? Non. tionnelle, il raconte une seH lui faut un blanc seing et ance orageuse l'Assemble "' attendra pour agir de n'aNationale. Il s'agit de la provoir plus de contrleurs. Ne position faite par Mr le d dites pas aprs cela que vous put Pion. A dfaut du texte agirez tort ou raison. Vous en voici la pense : Dans lini savez d'avance que ce sera lervalle des sessions lgislaj tort. Vous tes convaincu de tives. si le Prsident de la la nocivit de vos projets. Rpublique ne croit pas de\ C'est au dpart des Chambres voir convoquer les Chamqu'on signe un accord du 3 bres,il pourra prendre toutes Aot... mesures sa convenance. Pourquoi celte volont 1er Tranchons le mot, ce que le me seulement lorsqu'il s'agit dput Pion osait demander t faire du lort ce pauvre l'Assemble Nationale, 24 pays? Comme il est nialheuheu.es aprs le snatem Fomeux! Que vous a I il donc brun, et sous une autre forme, l'ail? Vous tes pourtant sur c'tait la rf;V/ ture pour le Prle pavois. Pourquoi lui vou sident de la Rpublique dans loir du mal? Pourquoi rechercher l'ombre pour agir? M. Arnold BRAUN ll'ho c : G rage: >i fcsidi : ~ WV 1 <*wp-3ai!-afj>..* .namM— mu mi\*g• Une propoilion en vue d'une dmocratie simplifie par Henry HAZUTT — o— Il y a vingt cinq ans I.F MAT.K, 13 litteWM. j ECHO DES CUES nigr les noble efforts qui Son te (icnral A .rd Ah r les ( pu blic tout, sollicitude ..—/„ • larr< \ %  sse nent s i i le droit 'te retarder le \ i menl a\ i ch tues qu on exp Cesl ainsi que, des em; foyi ... •> I que ('quilibra dioo-i erat. il jouer • %  guillotine} (j". s ra< nier en (| ou • i 1 inij ai ans df t4f %  1er la i !CP d'autre*. J la partisanisation des services ue. voit qu'ai %  %  %  autaat sont prsents son bu hier.c'i ,< e lu Matre qni /""•' '' le i • •. ual. L'au'o Do*ck menls ont t araiift s le ses ,f,] Brsil compte, an* habituelles boutades oar trop i c :u,s de circu te avenant i parait see*i aison d principes fortifis JJg £ ^TO^ Mbal^e'a^lU^ les contingences actuelles SSM dSffi 1 irtvS aw : < k l a Ptoulocwlie. tendis que le ette dictature serait une ca%  toll l> <> •. \\ P'^oit que r ommuM j sra e I exerce dans linJ'inlervalle des sessions. Comme la proposition Forabrun, et 18 iieures aprs, au cours de celle sance ora> geusc l'Assemble Consli tua put ou t de 1 passant que pour plus d'une ra" d cette lamit, un dsastre, la ruine et la mort de la patrie de Dessalines. Le blanc en deviendrait pour la seconde fois le mallre incontestable. Mais il ne s'agit pas de cela. < Le Nouvelliste convient qu'il est choquant d'inscrire dans la Constitution des l xtes comme celui du dput Piou. El voici la chose dan gereuse, terrible, affreuse, — odieuse mme, disons le franchement : Au tond, continue 1—il, ne conviendrait-il pas Mieux, en effet, de lgaliser certaines mesures que l'Excutit, tt ou tard, tort ou Tabou, prendra de gr ou de force ? Ainsi, selon le journal, le pouvoir excutif est bien rsolu tout faire sans l'autorisation des Chambres si elles refusent de se laire complices aveugles. Il agira de gr ou detorcc.II ne s'inquitera mme nas de savoir si les Publiez donc vos bonnes intentions, vos projais sauveurs, librateurs, rclamez l'approbation des mandataires du Messieurs 1rs peuples modernes. ,74, „ %  / ... r /,y ,./ De par le monde, dit-il, on 'ton toute .1 ion qui * commence discuter. Les deui ,.pousser ces minorits aux principaux arguments qu'on laiv tfves de bouleversements, ce partout contre la dmocralia Pour les Etats-Unis d'mrisonl les suivants: lo l'on ne que Mi Uazlil peut clleclivemen lie. : r un conCONFIANCE OV A Ufpeut efteclivemeiil obtenir les s-it consultatif en mime temps i r • L^i, vec des yeux peu choses faites sous son gide ; 2o que 'nislntifde dont men bres la,8eurs l'usions,les vueitlles que l'on arrive a obtenir seulement | ments qui se droulent depuis %  ont fallacieuses. En un mol, lu Ce conseil compos de per,a runion $** Chambres, i uer ,!" ce f : ,( Gouvernement semI il.) 1 1 O (.' II i i Mie leniandcr l ropritaire !.. Compfii _.. voit qu'aprs M' Hudico n, v< lv". B. •_ di 't 1 > tunes le • L'i >ini n •, ( ou I toi , i eph G fli'.n I, cuire lii-i Il a mme Q& un lion ii quel |ue< centaines de mille do I . les domw r conviction que les intellectuels sonnages de pi Beaont, depuis longtemps, faite, i iredesl ver ' ,e de and ^ r au P avs : ,a cou• i •/ !s, redevances I s. a savoir que le gouvernement Franklin Roosevelt. Calvin Cool J a n c d a Ils 1 ,a nu >t" est assez i aurait dt, dmocratique la fuis ineupnlidge, Allred E Sm h illiam (,,, "^. ,,e de lotroyer. cons binent, verser ou Ole et peu intelligent a fini par K Boreb* William H Murrav dominer lespnl du populaire Nelton D. Baker, etc. choi rail lui-mme. Eu lait le monda*lui-mcme~ son prsident, mais a vile oscill enlre deux aller • lotisses membj lus ives le faseUme et le corn par un svslme de votre < nnu aux Etats-Unis sous le non de voie par reprseniatienpr per mu/naine. Le Nouvelliste,qui j l sdiffrence que le lascisine exlerl du proltariat. Aucun •"eux ne respecte l'opinion de la nous serons jets a nouveau dans les malheurs du ass >, c'est vous seuls qui en aurez la responsabilit. Vous l'acceptez de sang froid. Il ne faudra pas que, dans la suite, on ergote sur les responsa bilils, qu'on cherche des adversaires sur qui tes rejeter. Vous avez tout rsolu, vous avez prvu les consquences j g^jj ~ prononcez" ous dsastreuses auxquelles vous mme mlrp an l de m il: n marchez C'est bien le devoir de l'Assemble Nationale de vous refuser la dictature. Mais quelles sont donc les mesures qui sont cuisines? A quelles lins veut on anantir la volont de la reprsentation nationale? La parole est \ l 'Excutif. Les propos de son ami Le Nouvelliste sont Sur ce point, Staline el Musannuellement a ix membres acsolini se donnent la main. j Uielsdes Chambres, le pava liM. Henry Hazlill explique en rerail de ce systme un grand outre qu'il est partisan de la avantage. dmocratie, mais qu'il sait voir les dfauts de celle l'orme de gouvernement. La dmocratie, dit-il, est la raisons remarquer de • uile que M. Hazlill paripour une nation o le respect de I opinion publique i si gn -al et saforme de gouvernement la plus cr, un pava o un chef l Etal stable ; cependant il esl dmonqui verseril dans 1n's sme Ir qu'elle est injuste et peu inne trouverait pas le concours lelligente. Peur qu'un gouver de ier I e njeu de la partie et. ses client. Mais noua douions fort prolagon C'est tout le Bien que ce jug-n oit excut t Public du prsenl el de l'ave|ue M Em. B. Annmd toucke ""' .'I 111 S1 dcide ces jours-ci, i tais les miiobolaiits honortL horizon politique t A durquels ses aavai tes co:ig. Le retour des Etats-Unis, de :lusiona lui donnent droit. Monsieur Dana Munro, coTncidera-t-il avec une claircie dans .* noire ciel politique? Tous les ••• voil que les examens ont Les Minisires seraient tenus patriotes souhaitent cette perscommenc, attirant la clientle pour responsables devant ce pective lumineuse, — et la ii n h biluelle, eujoura un peu iuiseil, tout comme ils le sont le la nuit. limidante, de ce genre de eeec* ilevdiil les parlements Le PrL'autre matin, l'un desntres ,an> PPles*moi de la Heur de il del Rpublique aurait [a eu l'occasion de rencontrer oulre, questionna l'autre lois son entre libre au lieu des dquelqu'un, bien informe l'orll examinatear Et Mademoilibrations d pourrait mme dioaire. Naturellement, la con d'avoir le trac et d'expli prendre pari aux dbals, tout j versa lion se droula autour de { l"''"i trs potiquement d'aii••ninme nimporle quel membre | | a Rvision Constitutionnelle en l l "' i ( l ue (Vs ""• !>•" tfur 1 oog qui pou; sommet des coteaux... — Jaune plu'l, Mao selle, a' qui pousse du'is loutei les pharmai I ... voil que M. Aacit M!ana i %  i omme Chef du i'm quel en Cass lion el M. R. Cari du mme Pai quri. Ce sool deux choix heureux qui r un de la lois de i'ai eiennet el du mrite. Comphmenis. ... voil que, de l'avis de tous a ,1a Pension de V ,l# >' i / te rea. c%  . %  '..-." d ? croire 'I""" 1T ,,V Le plnipotentiaire des Etats-: ina : Unis est revenu. Que les Se, 1 m* crtaires dElat nous disent, g pas de savoir si les (jue celui des Relations Exlmesures sont bonnes ou mauHeures, nous apprenne de quoi nous sommes menaces, O nous conduisez vous, messieurs? A l'indpendance ou la colonisation? Mille bruilsen courent... Taises en soi. 11 les prendra tort ou a raison . Ce n'est pas un vague dsir. C'est une rsolution arrte. Donc les mesures que l'on veut prendre sont dj connues de ceux qui doivent en tre les auteurs, c'est--dire de l'Excutif. Et un ami maladroit en dnonce le projet. Oar une volont si ferme ne peut pas tre sans objet prcis. Il y a des mesures arr tes l'avance. On y va d'un pas ferme, rsolument. Bien mieux.On sait qu'elles n'entrent pas dans les pouvoirs des fonctionnaires qui les ont rsolues, puisque,pou tes autoriser, il laudrail I2 galisalion pralable par rvWn-o^ i-i^/.P lihrV Larf T ? . ." **' T" eu Attendez-vous ce que des 1 ^ revem.ique i rort-aucritiqueea laisscel.be les depermanence toute l'anne et communications trs importanPrince7 cisions prises par les dtenteurs ions les discours oiseux on nules soient faites vos Chimhr! du pouvoir soui susceptibles Ides seraient impilovablcme.il j d'tre bien considres: les dieinterdits. J*? J. 1 '?! /.J^^travfuxZ, voil n n irrlain di P l0 tatures que 'on connat en ce . • .• • >" .-l >() 1 (( ( ,,ls travaux cons, r i, i: u I" l'cchon une l'on non rat hiiilionnels. La ci 11. .ion t 11 .' I UU1B uernwr^ momenl en Italie el eu Russe %  • ., M , ,' ', • , ,• • 1 '• ail i nce et Dorl ;.„,.,, „ r,,; '' %  contre le con conban c -seing n'es pas finie... ., H"" EMILE CAUVIN. ne suppriment en fait que celle libre critique et ces dictalui 'ts se trouvent dans l'obligation g n'esi pas suli.ii.i pense M. Haz lui— El si lii se trouvait en mme, srail que 12 citoyens hue l'un dernier refus in feraient difficilement le travail cable? _^__„__.__.^.^^_^___— • jT • 1 r • 1 leiaiem 01 le. enien e lavai cane T -m m j • des deux Chambres; mais celte dis-je I Dans ce cas... les vI^fi IVlOn.lP 1 %  .,, -objection ne repose sur aucun | nements suivront leurs rythmes •^M xxw** *^ Toutce qui procde n est pour fondement quand on se rappelle falala.U faudra qu vo orNAISSANCE.Mr et Mme lanl pas encore une rponse au que les puissanies organisations ( diez la confiance dans la ni W gei l'espi 1 proposition Piou. Ainsi,des mesures sontar-(% 1ASTHM1E a l| Sr '''* fUr.i.Ml rm \m\ a |Glol>^es*R2iaud| I R*ultam. ^



    PAGE 1

    PV< E '2 E UVTLN 13 Ji,aUiJ •"• 2 Lettre Ouve tu -() — la Semaine hii "." i Coup d'oeil sur la rvision constitutionnelle Mr \ I. Boni ie cohcermn', aciacllenwil Paris, a tu noire confi i suivante: li adreslettre —o— p a i samedi derOn i Mgegi partout un %  Bj jpiio U>l. confi-. %  %  • %  ..Mc.iquelcuerre* |i mlea lei plus d*Avis Pari s, le 1. I lia 1932 Mr MARCEAU DSINOR Directeur et Grant blede tique CI U^< "" • La Semaiue Hum niaRue Pave, port-au-Priuee( Hati). Mon cher Matre, Dernirement, en parcourant les colonnes d i 1" numro de votre trs intres*idt journal intitul: | Humoristique • nier trois li I • nie sont emv.s de 'a province, o des lecteurs du MATIN me demandent impression sur la Conati!,i ; les parlementaires d 1932 auront bien t termin s vote. l'a m'expliquent qu'ils se sont idresea moi en la circonstance, parce que j'ai eu lt prononcer Irancbement connon constitutionnelle, ni que ce travail, dans les circonstances prsentes, ne [se ferait pas sans donner lieu des Irictie is regrettables. Pour satist ire le dsir exprim par ces concitoyens qui ne m'ont pas cach leurs inquita au sujet de l'avenir, d ma audrait laisser parler d'abon e, nn eut en n n nc psr prvoir la format on i nue Constituante qui, sa grave mission Bi Mmilie, se serait retire, applaudie par la Rpublique enlire. Ou encore, pour viter loiH dsagrment, If Charte de 1918 ne devrait tre qu'ament\ y %  M nid* iro le leg" 1 de Il phi... -, iunlvc:5tj, t. (!••• G condllioin.il eitU ...:nt de ret.nlr on %  tWollf i MIT oui'' dcouvert i "-.'%  %  • '• •, '"•'•* :'"?,! ht-, ai rs une entente sincre entre l'Excutil et le Lgislatit. *;. * !" a rflexion contribua prdis, g £Vg poser au bo i jugement. Le A.. •I Semaine Humoristique , |ai! %  % %  — coiu ,.' qlu sai ne 0 VU que vous mavea envoy ,. n„ t p ,oscupe pa vue bien tardive p lit'' pierre. ,.,. , , 1( no Kn ami, je vo is co i • iller *ia, Unt dans votre pr i reinl'it que dans celui de votre ts intressant journal, et surtout pour le respei t que voai devez tout d'en >rd u vos distingus lecteurs, je vous conseillerais de ne plus vir ces vieux plots ri li mDs, <, a ont vcu et qui ont surtout lait lei.r temps. [s'ilest dj l. Luisse/.-en doue le brei | B heurea sont chargt d luventi m a ces M a .ieurs Jolibois tils, Henri | tez, et jru passe bieu dautr s, tous vieux dmons rvotutionnai r*s sans conviction que otre pays, malgr ses nuCl3 leur bien, leur prohe soit psrtag en Ploauwi C.esi ieui i/i pmnlin • unp-. Cela nous lend txploipnti ; a %  ^ B te r tt | r n l m PJi l tables, i: de laU non. somm i Vohtique et su r t o u leur /tranger. U,„ m indiscipliit — a l'exception de quelques a s le v l ir/J la mon Liprtence des homm s d des bose d ce aj i I n me reste )lus un-.seul • iil tsion Je me. de la plnme comme d'un s rum u propre a sonder le^ %  d ce te l'jlrie, lesquelles attendent encore les mains du in q< i iTappliqnsra corps •l ne a lea paus r ron e mou imb'.tion se borne a vouloir IU'I gisse s ins retard ce mde aire, s il est d i bargea de I I! serait dcent qn • tous is tussions d avis de porter e tiquette : patiiol Les iioses iraient mieux. Je dpto e manque de tranchise, de prvoyance nous tait mourir petit leu. Si des passions misrables nous portent noir, regarder les uns les antres avec des yeux mesquins, l'trai ger nous juge (O 18 d' rs ce que nous cnj vous. J'ai longtemps essay de lire ei i qu no salut dpend du ch i ; %  %  ; • oo r mentalit. Lea laits de ce< jonrs,-i renl • ni m • canvictiea loocha it la n essi d'introduire nn es-it nouveau dans l„ | ,. le.! MI %  ce i apport, I h isite p u i expliquer par,, i o | • que le direc..,,d opinio i qui m'a le mieux co n )iis pour publier m penIkvMtal Ai u:. r> e iw — i s w. ueK. Propos humides Le Service Hydrai.lique ncuiurfcaac de rappeler a ses abonnis que le dernier dlai I oi.i .i paiement ue la taae o'eau des mois juin-juillet 1932 doit expirer le )> de ce mois. En ccnsquencJ. tous les abonns retarda'arc et dont les prises seraient coupes pour dette dtviont payer l'a mende de onze gourdes prvue par les rglements du Service pour le rtablissement de la connection. Port-au-l'nnc.lell iilat 193'i. NE PERDEZ PAS LU PUISSANCE Far la brisure du Ple. L— La point* en mtal proige contre bnsuit ou fl m ni ou p'e. 2— Plus de lumire. 3— Plus longue dure. 4.— Economie relie. 6.— Traits excluait*. U TAL CERCLE PAS DE CIRB ROUGB HOSEDELli aquelie ils! lll'lls grosse caisse u n t tellement lap q •ont arrivs la crever el eux avec; le touteatdepuis remise eu Fort St.-Clair Paii sieurs a ues! Mou cher Maille, i' 1 que, dans les activits de mes louctious de clic' grandes ns qni connaissent intage le la triture dis ides ,rc il on confoil volontiers v z gouvernemental poi ni amus suis fin d'uu scandale, mais on oe nay oue vous avez le anciennes IOUCUODS oe cnc. I ( J ^ du Bureau des Recherches .\nuuelles de l'oi t au-l'nnce, 1 nous avons eu maints dille! que rclame un cte de cette imporCHOS D'abord si l'on voulait no is donner une Constitution qui rends, d'ordre pourtant pu-J pr-^t V ole avec la dcence reinent profession ne le n'ose croire que ce soient eux qui vous ai1A T J %  %  i .•|tiiiiii.-t.'t 5 ,-•• • IT FRANAISB* Uue exposition detrsvsux^ e raiguille.de dessin.de uelo ture et d*art nouveau, sera ouverte aux familles et au public ds le dimanche matin jusqu'au jeudi 21 exclu-j aivement i Le plus cordial accueil sera fait tons ceux qui viendionl encourager les nombreuses colires de l'Etablissement. En vente partout EVEREADY I* '.CE MANN iUPIS & B4TTEMBS — elles durent lonytemps Patente dans le mwnde cetier. itfj Votre cuisine, Madame... AUX TROIS QUARTIERS (J. deVendegies) Angle Avenu Klng e>t Rue Vorix.t. A le plaisir s sfiier sas siankls el iaiabreait Clientle fiUl.fial 4e rseeysir Iss articles suhauts: Chspesux de Dama, H* Mode de Paris. Soulier* dcollete, Si'.in Noir et Beige. TBOBT VIEl'X. 1 C'tait, croil-on, le dpt des — Le Chelde la Police de il i\ane a t mitiaiil en ine rue de la ville avec dei i %  dj unis.Le premier a reu trente-six balles, tu le m une anne reoda | t responsable de la Jmort vie plusieurs tudiants. anciens pirates. — A l'Ecole de Droit on a termin ;.vec le* preuves crites. ( In s* rappelle que cet i xamen es' liminatoire. — Des gens (iui se disant bit D intorms soutiennent qu'il y ours du nouveau a propos de l'actuel Caaioet. • rgime Jaachado. — lloover, malgr e^ reLa situation conomique I tentissan'es propositions a ; uui Etats-Unis.Aug' 1 Europe, eat oppos l'aunurpondre votre grossier ar-l c hmeun licle qui, je VOUS assu c.u'ho, i — .t 1*... ...t .-I.. nu ntation s. du nombre de Dficit de trois nore pas du tout l'esprit de son auteur. Mon cher Matre, maigri votre trs mchant coup de patte, c'est sans ru.i une que [a termine la prsent Je vous prie donc de croire •:; (lment l'eipressi n de mes meilleurs sentiment ; insi qu' ma grande syu puthle. Vous ne m'aves nullement atteint ; une trop grande instance nous spare OM jours de bateau !) de dollars. %  La revue "L'Illustration,, publie les mmoires do ii il. Gallieni : le vainqueur de : i tureq. Pages suggestives et :i \ latrices. — "Hati-Journal" annonee [u'aux Etats-Unis un nouve' eau scandale financier ^ieut l'clater.danslcquel souteoun. romis Je hauts luuchounaiieF. — Depuis hier Uu.lii', Vnil, Mi g dmnag de CinVarits. L'ai bit ssment a t cquis par les 131 lia. Not e t eut Bien vtre, Ai, BONT. sym i mpagne Serge a Police] Vaillant quia le mrite d'al.x-cl\cj de U le l trt-au-Prince Avis voir ete le' pn mier introduc; eur du parlant s l'or, au Il tv dit que des rVO, ati< I nominatl ms vont L'iospection Scolaire rapdans l*adm..ds:.a pelle aux Intresss nue les tiou pu examens an vue de i'obten tion do Certificat ri'E udes Secondaires classiques sont fixs au lt Juillet prochaiu el que le registre d'iu icrip* tion ouvert en sc^. bureaux atra rrvocablement lerm le mardi 12 de ce mois Midi. irUau-Prince, I Juillet 1W2 \ du odatisj'ue bien 1 1 ta. 11 evei u a Is mo — kux ditions "i %  est | sru 'Le t.hn ', : (inique le l^oi cuuuu. e. H' o ine Lale.au. de l.eoi. L.aie.au.iii arauquua uni ui.a ceicions du gracieux en-J des surprises pcunlair Lis Angeles lation di a del.tes de guerre. i.Miic sacre et ncessaire, eut !d Nietzsche. — Monsieur Munier, l'artiste des chiens savants, a eu la douleur de perdre un deuxime loulou qui a t cras par une automobile devant Varits. — Le malaise qu'a dterrai* n en plaine i'arit des usiiim de la Hasco va crescendo Les paysans de la lgion ont laisn. — Il est possible que Taldj nous ofl e dimanche un nouveau parlant sensationnel: ••Le Collier de la Heine". —Accompagne de la Princesse Achille Murt rt de la Comtesse liimi Calnoky, la s lut L en eh m 11. Et Ion sert C'est un pur dlice 1 BecTia Ponarrft Crme TokVon. Colliers et BarreUea. Abat-jour— Tlinfs fentile. Bis de Soie. Larges ceintures, toutes sances. 1er a< s bisquer. Ceinture plst : q 'es. FiIRloret Teurniqiels casleurs. Tom arlidfi is premire h-itehear al tjaraatis. Sto k reifttisimtal reaasTel. Prii es baissa. Ir^ L F E l e Cin-laldy DEMAIN SOIR Mand un (Ste) ET Buffalo-Bill (Sente) Entre: 0 50 ; Balcon: 1,01 VENDREDI A la demrnda de nombreuses personnes le beau fllm : La Danseuse Orchide avec Louiaa ; SR^*nKe et Ric'dn Cortez. Entre : 0,50; Balcor. : 1,00. PblAiarlBil bail L y rail WMVV alBllialIBBl Toutes les Polices DE LA Avis — Ou esi re finir d*ici fen* |j rochain avec te vote i n. — . s'entrane ail !./>-., i, • :. %  : \11 l'enlect MI renient de mnper I 11 vu e del Ipat i u e lu tapi ')' ni i avant • der les exaniei i oi t commenc dans II/ xeigi meut Suprieur. — Kiie Salomoo ou; cri %  Kensko uu htel de loul n n 1er u dre qui i il pai lie < Dlrej lis; s Kir a m, Les p oduiis et d'hygine • %  ( rputation ett mondiale,: ont wven'e .liez E. ROliEUN, d l. aax p.ixiee i 1 '• /0 m,il Goudiuuna spcules pcur.U Lu vente an gros. Billions Michelin en caoat*! cooc coa, Ue vouiua de Coata-Rica. j Vessies anglaises. I Bcomprennent la Protection contre la Foudre sans auamentation de taux| Eug.Le Bo&atCo Aqents Gnraux illslfttilalal*-Mii*niMiajjil^i l'HI