Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
/
a U DPcemW l$u
TEUR. PROPRIETAIRE
IMPRIMEUR
Clment Magloire
BOIS VERNA
1358, Kue Amricaine
NUMRO 20 CENTIMES
Malin
Q uotidierv
IlllilHM No. 242
KiLt conr
C^umbus Mamoriti L.W ,
pius iiswKyfc#rfiB^ s
vie, plus |e trouvtj^jjj ;tfv;iiUli'
Il devient I la longue le"plus grand des
plu-us et tient lieu de toutes les Uni-
rions tii la vie. ...._
P. Corneille.
I8me ANNE No 5394
PORT-AU-PRINCI (HATI)
MERCREDI, 24 1)1 (I MBRl 1024
J
3P>C-
-V

\ % \> QP
.
~*
NUMERO DE NOlL
)
~
Obi.
>- -


"'
I I





*"*
tvt>f-
'<

V**-
u
If

-V
V *

V


*. '.'

m I
T5m/Y\ATIN
A SES FIDELES ABONNES
I


JbTATIN iu * DkembreT'ir,*
ii^SATCO
FORT au-PlUNCE

Remercie son aimable et nombreuse clientle de la grande
confiance dont elle jouit auprs d'elle et lui sonhaite une
Bonne et Heureuse Anne

Wisatco
Wisalco
DANS SON MAGASIN ON TROUVE
Porcelaine
Quincaillerie
Huile de lin
Faence
Verrerie
Farine
Bire

Entaill
Peinture
TISSUS
ACHAT DE CAF
Maison affilie: ARTHUR von SECKENDORFF JACMEL
Tlphone : 393
** ,* ,- -^> -
N*
m ir
S*


NOL travers le Monde
\
D'un bout de l'univers a l'au-
tre, partout o la lfc'f nde chr-
tienne a paufr Nol s'panouit.
Il enlace le ffkde entier, la
mme heure, uiuie munie guir-
lan le de tles...
Joies plus ou moins exul -
rantrs et plus ou moins recueil-
lie, tout Parc-en-ciel d>a
joies synbolisme plus ou
moins comp'exe et plus ou
moins ellae, habitudes tl.il-
renies, ponts divers, caractres
auties qu importe un !er-
nel bonheur inonde partout les
feiip.es curs en ce jour, qui est
e'oir d'une anni, et qui est
tout ml de l'esprance et du
matin d'une au're anne.
Approchoi.s-nous de qml
ques-ims de cas noels, si dissem-
blables et si p.in ils, chen bons
dans les rgions du monde l< s
>'us loignes, les plus igno-
rantes Us unes des autres, les
eurprendre dans leui peMes 1 s
plut exquis et leurs plus potti-
quei couleurs...
Recueillons-Us, cis noels,
comme une sorte d'uniersl
bouquet : bouqutt de branches
de sapin, de gui, de houx, et de
roses de .Nol et de h* m.sli-
qu. de lgende et de toi, et des
liiiii '-us t'amiliaUs qui tout
dans les salons comme les cons
tellanons, el disposons C4 Ile llo-
nboo avec la piet qu il si. d,
.qu nd ou se du qu'elle est,
pour les tout petits le vrai prin-
temps de l'anne.
Car kseulanis sont les hros
de la crmonie luuieuse. Ils
eu sont, eu imiiaiiou de .Notre
Seigneur 1 Entaut Jsus, les pu
lus ditux Cesl p ur eux le
Beau Jour, el la lte des ttes,
ei ils en Boivent Paccomuliaao'
ni' ni ave; un setieux magnifi-
que el grandiose : ne savons-
nous pas que les ei.l i is tout
toui avec srieux, que ce que
nous appi loi.s leurs jeux sont
de graves occupations et qu'il
n'y a, en vrit, que les graudts
peisonnes qui jouent?...
NUIT DE SIOEL
Au oramencement de claque
aaae fou l'imagine qu'une un
moine ternit aepare tu jour de
.Nol de l'autre.
Les jour nous paraissent d'une
loegueur effrayante, les mois s -
coolent tristement; et c'est ainti
qu'aprs une priode indliuie d'an
xils arrive la nuit lumineuse de
la fle chrtienne.
(Juel en hautement innarrable!
Tout dans la nature t-l par d un
art incomparable de,beaut et de
earlum.
Que de rves peuplent ce pe-
lites ties pour qui .e moLde est
encore une merveille!
Lee aibre8 de Nol dans leur il-
lumination fciiquefoiit revei aux
livres de legtn le ou fou voit des
fes sii>11.t... eut des g ees.
Le sommeil du matin est tout
tisse de vioi s les plus itudit et
au rveil l'on tiouve u.,n s. s s>
bols les caUtaux que le hou lapa
Nol cous apporte dans un rt>von
de luiuro.
S'ous nous endormons aux ber-
cements d'un espoir radieux pour
, nous rveiller aux accords d'une
inusique charmante.
M
000
Plus tari, les annes "s'coule-
ront plus vivement, biles feront de
la vitesse. Et finalement les mois
de Dcembre dliltrout comme des
stations de chemin de 1er devant
nu convoi qui avance vertigineuse
ment.
La lutte pour la vie est intense.
Nous n'avons presque plus de
temps pour les souvenus; car
tous devons penser au prsent qui
n'i-t liiii que de iruuii.es el de
surpiises.
Mais les carillous de Nol onl
toujoiiis le clou de i.'.us rjouir.
Ni 18 vi quons les anciennes i s
tandis u < ii n d' beaut iafl
i le qm, mieux que dan aucune
autre olt, >e strail t'ave uans
notre un.moire, kl mois 1 ou j ea
sa d K.anois Perch :
' Ltisquon mi.nge la soupe en famille, i ou sent,
fS recueillen.ei.1 de la faim qui s'apaise.
Que, sur les lionts baissies, la silence qui pse
A l'autorit d'en doigt tcut puissant.
Ictlanls sacr? que ceux ou l'on met en commun
Le besoia II plus fort de la vie, o chacun
ipporle, en s appioclianl de la table paisible,
Scn en ur comme un hle invisible!
La soir, quand le sommeil me troublait la paupire,
kl quand j tais petit, comme noire soupire
Me p i.ii.is.ni e nonne et comme sa vapeur
Tournoyait et moulait! (juel volcan! J'avais peur,
Mais une peur si douce, un peu feinte et ruse,
LLm mon me excitait yuur eu tie amuse.'
Un les points lumineux des ciisiaux, autai.t d'ye-jx !
kl j'imagiuais l'Ugre eu revaul d une bouche
: A la mesure A* sa bouche,
kf mou peie el u-jik-ie euieni pour moi des dieux.**
Je les vus tels Toal prs de r/1 si pies que mon cour est au chaud.
Puis, Mut cojp, priant par nigmes, trs haut,
Trs loin, parmi feucens de la scupe qui trempe.''
Oui, ce tableau du souper eu fa
saille, qumd sur les fronts bai. ses
"le silence qui pse S fautoiile
d'un doigt tout puissaat" deaieuie
vivace parmi mes souvenirs
foules les toi mes de la v,a
prennent alors daus cel.e ambian
ca de. eapecls incapables de re
preductiou.
Et tur les paupires troubles
par ie M>n. imu le va^tus ue i*
soupe disparaibsent dus uta tMi
laies exquibts.
000
. Tout cela te modilie.'Les fan lai
aies se ptidtnt el la renfile brutale
aous aiguise l'odorat et 1 imagina
lion.
. Mais, enlin, l'me humaine
4jarde toujours un tclaii d'i.u
SIOD, la joie d'une Ueuie lieuicu'
la 101 UaliS *"
les reliqi
d'an passai
avee,*tttndr vineui.
Le .Noei est uue thanson de sou
veair. l'eut eue eucure une nuit
qui uous transporta a notre ge ie
plu uii u. 41 reproduit uue ,a
je auiiip.t daoi le UvuceW de pM
iaies, ei Sont .a n | lo.iudion .|ua.
q'ie loi* u cai t*s complte taule
ue qu- que lig'i e eSMTM S cette
tabla eu jadis ou rveillonna gaie
meut.
ku atieadanl que taira* On ni
rvolue pas les 101s supre
joie u une lieuin Ueuicu*.
nsltjvauir, el euipiisouue
sef*u les iuibo.nl r.vore
Les rues sont encombres. Le*
talages br.llent aux devantures
des magasins.
Lu souvenir pour ma mre!
Ma liance va Ire ravie !
Des bonbons pour les b<-bs!j
Oh! comme ceci plaira ma
fille.
Lt Us voix s.e confond, nt. |ea
dMIS se 1 ou pliquent dans l'aim
le ue piocurci dt u joie sux eues
b.triauie.
l/ii'il tti triste le Nol de estu
qui n'ont nen a offrit ni net
von, du ceux qui n 001 p. r une
tt que le iJettin a vous a lci.bl
eu aux touilances.
h Des t niants alftms et desjadel
lt s U a sues !
I. luui MM dan les lieuies de
ji le i ami; iii iiicliic pt.Ube aux
de.-U' Ile!
1. i-i.i que dt dpenses que
toi < ie bu nhtuit nx ii en reste
iiiCtlM pont le pauvies.
.. 1 n (.yen le pin uoUie de cul
livsr le grand Aplie de l'Amour
tkl ue iti 11 n lit 1 |M b-sogn. ux t
U< .1 ; s 1 i/lal .. I : SOlll Su t 1
1101. u. letoSapeoes fus '1.1*01
|>0U 1 .tU.il le l'an ui ..
.. .
t**
4**-**
X
:
IL Le raau ala
d'un loi.
Oses les nllee, aas lee caatpt
rf* ""* ' ,'' 1 ju.|i 1 <
fhaunriiir- .t. : 1 t' 1 i-- .te \. i\
preiii.i cuit le aeso du H. 1 biu de
Galile.
froieteoe* I* er ilftctsM et
varalion et faisons tout pour
tu re I iximp'e de ,-Rvang e sa
re sju'il nous 1.11 BNMs de yti
ber partout sur la Terre.
L'ai man l sers plus heureuse
et il y ii'i plu- consolation
sur I terre \> ur les homm r de
bonne vol. nie.
CANTIQUE DE NOL
Vous, puhlunu raprfi 1$ magntfiqtn
tankqu* \ l"' wa chant lu
CathrJruli d la Me^n Mmutt :
MILS (fuXVta liMi
f mn e le* besles autrefois
Parlaient mieux latin que fiaaeois,
L i"u. d- loin, voyant le feist,
S'cria Cbristus lalus es) !
L B.r 1. d'air lool haudi.
Demanda : llu I tu l.'bi .'
La chvre, sa lordaal le groin,
R pond que c'est k Beih'em.
Maislre hand !. eerioeui
De I 11er v. ir dit : Kamus;
lt, dr it sur ses plies, le veau
Beug'e deux loi> : Volo Volo !
L'OMBRE E CARESSE
Comme unH ni 1 jtt
l'ar ce s.'ii i\ "emLre,
Je vois |t h". u\ i
S'tendre tur ma ci.umbrf.
f I voir! que dans l'cnbre
S'ellacenl n on vieux lit
H le objets sacs nombre
Oui peuplent aeu logis.
F.l!e semble m'ainer
Avtc dlice, ivresse,
Car, c'est sans re calmer
nue l'ombre me causse.
En rivale ruse
Kl le ruche mes >
Ton portrait v n ci 1
Qui | ni I I00S la cioise
t t je sens qi.e je l'aime
Comme un Iris doux amant
(Vite amenle au front blme
S'offrant si tendrement.
Car file me caresse
Avec p'iH de douceur
Que lu n' M mat!rese,
1 H' Ira soir* de langueur.
.Ii ITIRIBM RlCOT
Ls Viras s'est fait Cbtlr
Le Verbe s'est fait chair, aoas hantons .a \ 1. toire .
plein degrAcect de vrit
Os'is le seiu d'une Nierge, il a voile la gloire
de sa divine majest :
Il est a'antles temps Lumire de lamire
bien d'ineHabie saintet
Ai 'ii que l'Isfiit-Salai gel Dise on l'sre
Oaas I klernelle lribit. SW
1 e Vethe a voulu natre : il a choisi la ir:he,
la rouflrance et la pauvret
Mais eoale. O mon IBM coute comme il prlclie
aux orgueilleux l'humilit
Il a pair les petits marqu p'u de leu liesse
car il rissenib'e JSUS,
Bergers poar vous d'abord -a Mie et ses carcsiee
tee humble* seuls SOOl le lus, t bis
Mais c'est encore Irep peu pour son /!e de Irre.
de parler ne tirera blesss
C'tait peu de raiurii, de racheter la terre.
jaaaie son ctear ne dit assez.
Il a fait de aa chair le paiu de notre vie
Parce miiac!ede bont
L'amoor vieul dposer .Un noire .use ravie
L'a geare d immortalit. ( bis )
POOI LilSTOIal DE DEMAIN 1
( l.rs linniuif sent lion' Larfs : imJ/-
U111 >frue, tattsa-sw lu kifi : il>
laaj HmsnsI If '"
1 Vision sVtSffM i' lJ)
c-e bonheur du pays eil ie rve megique, -
en ae seul le lier, qui hanta ton cerveau,
-n peuple l'aise, heur.ux, un peuple maguiliqu',
_nlroduit pour loujours dan, le clitmin du beau
mi (u ralisais ce to brlant, auperbe
wien sftr de ruasir, de recueil ir la gerbe
Opulente d'amour que on emur esjrail,
wsolument lu fis le geste qu'il lai ail.-
v.eoutant que des voix picbaut I ingradluile,
On opposa la haine k la sollicitude .
rr Cayes, Ufeeinhie 19*4.
SlLtiNCEL
fnktk '-li-iifiu Mleare,
lui 1 non ftmr nrdnl !
j il...... fu j' pan iflr,stssBi
Au iu!..u d la mil isst le ad Mstisl !
J'rstm m t'i MM ci sisroiore
Dr Mb |.,ci> Mu,nmmn ri lr|rs.
Itajeifl tm, Istjsan In ', wlssl lt IhMi pr '
les |iv ni sel assasasl t liaqur douleur !
'u ticos lanjHiilfiufiil aver Uni le rorlejr.
"* >u>foir> |*i;eu\, 4e souvenirs leui,
l'et leu 1rs Uisrrs nu>si blanre nue la neije,
*vac bus les diii 1 il.iuii nisgl'B| ealms '
lu desi-n.ls eu Bits aine, i Silence, I Si'fK,
Lu won asV carret, ni aa*-n 'ir>
Il esl un 1 rr ri t Ht mn SM el Ini IrSfJSaa
Ijui luul iiliur siui e rr el MSM SM
lu drstrnds en umn due, et mni lrt. et stei-sia*.
Cl h plis de U robe Ml nsketl 'le IBJST,
(lui jarde uia soullr.uirr ,11er Ion u fH | aime,
Istairlail iur> BBjjsi ri Isa rrs purs !
(.lui MM aUs, Nilmre, i IfSdn iMltiaujUt,
IJ111 Ile dr 1.1 uilll, la suit BHH l< <
Oui lail kafir aui lruls latl le rastall d* wkle,
Elles reie briller aui (ffurs .le!..
Oui donc rslu faalao, Mn uiue nu Silrfe '
I dmms,
l'sur i.nrr ml awins,
II Jeux aiues l'astni fl > 'rudrr Irai huiiis !
(]ui doit rs la, I Isill, 1 l'umeresv,
(jui IrSSsaUt les m HSI In pieils sa bnniain,
rieart, lilex laretMt,
Krisatl Iran "W "t |ur star l'inllfr leuaii '
|)n dune es-ln "m dvnr ev-lu, trie nutdiblt,
lsi i|u us SSSSM Nii'tre el or tut ne connat ?
ls-iu |s|iaeSM M ' >ul k sabir
Jeun mi aasiais sm relui uil lui j'ul ?
Ls U ut .ru lui.ri ou bien quelque SM erraate
l.iui en-, uui, sus rbruni el sot bll ?
Es IU loir lus' U'I.I. *
Lt l SShH ci Si SMSn q u lit i i.l fins ?
Silence rslu cela, tm qui veilles aux psrl,
t im isTBisri nslails,
uji . Irotl Ifjjasrlf- t
" \'atl !
(J'JI IT' Il
1 f lier
i"*t" un frre,
I MSSt MSBtJ
J- b*n libuii
tac les,'Roses!.
'Vite rofe que vous ra'avu/ donne
Oui, tout un bal. embauma votre sein,
tomme toutes U s roes s'eat fane-----
Les ers de se n pistil te sont teints.
La | ourpre taijreute ie ses pla'e
S'eft enfuie, SIBei qu'un lve ti..p beau.
Ainsi qu'un rA\r aux nuaeces d'opale
Dont on a'a plus que le dernier lambesu.
La fleur que vous rn aviez oflirle. un soir,
A vu nti uni on Ame parfume
Kt je pleure maintenant k la voir
Comme on pleure une tnortabieii-aiaae.
Car elle me rappelle cas arueuis
)ee sous de bal que l'on croit ternelles
Mais qui a'elfeuillent aux baisers des joors
Comme les roses treublanla et files...
LtoM Lalcau
Umi*iie des < Hier i,tn
aui m 1 lien ? la Callii-
illialf i l'occabitjii
Las eili' ' auiont lieu enmme
suit :
10 lues. . Ouverti.res des
fiilles de la l.allUilri.le.
10 t.i beurea. Matines
Chants gigoiitns du lirmclur-
ne.
Minuit (.liant du ( natique
Le Verbe 'el fait chair 1 tuivi
le la mette puntihcale.
LI MHS BASSES
feront dites respectivement k
4 h., 4l|z h h, ' Ii2h.,h.,
flh. l|t, 7 h 7 b. 1,1.
I.a graad'mene eura lieu k
5 t|2 liiurea.

f
*-,
-


4m t'eicla F artaa Pi im< tau
wCetle,anne coateac lea prc
.lentes le Comit du Lune Port
au Priaetta aa pas oubli le*
gosses.
A leur inler.tioa il ; auia dans
lescotiuai saioea de ce i.lub Mon
dam, l.i e i b>urea a 7 heures
de sou le 25 Dcembre.
Le grand hal snauel a t li
aa 10 Janvier prchais.
.-%*&&'*
*# oa-* -ose Pages de Nol
Nol du Pass j'aioaa nvi
\re en t. de '-e
[us qui n'. si (i us que 1 i>inb*a
de nos rves. A te ret rrfi je
rve 1 nos rglisi s qui e t'ai-
saientcoiiii't.s.s'. gt) ti ml pour
liarls Venue du Messie, l'Ko-
laut l.bn I le la Ci .lor.':ve
aux ptils j r lin-, SI !C leurs
jolis drap sus de papier aux
couleurs iiv.rs.s; je r. ve aux
Heurs qui vouai, ni orn 1 et par-
fumer le ht de paille du Fili de
Dieu '. Je r. ve I I fillei ou-
blies, aux pron soi m-' 's
aux bonuni lui ve-
naient attendre 1 lilrSO. t
de la Crche 11 1 mporter
qui, ur.e Jllttir qui,
une orange dm i rlrie
mir culeux, arb-e de salut aux
jours d'preuves
.\oe du Pasfi j .ivre.
a.) loi cette posie ardei at,i
tait laite des vocill rali
rues, des urond^ni'Miis des pe*
lits canons, des 11 les
ponceaux des maisons 1 des
bats Datifs dt tout un p s,
travaillant cette nuit dd d-
lire qui gagnait jadis les A ux
immortels, quand enx aussi 'en
allaient brisant, brlant tout -ur
leur passage dans la Plain O
montait luneuse la llamme lea
boucans !
.Nol du Passe, j'aima re\ vre
en toi les jolies devanture da
toiles aux couleurs claaam
recouvrant les petites labis tra-
ditionnelles de loterie, El lf
nmioj qui, trembl int, la lit
dtourne, slloogenl la m un
pour saisir le bjjlel qui le plus
soiiv, m n i. ur n serve que i-
cepiion.-. (iaiiiui de .\otl da
loi u, le rappelles-tu lea billets
d'alors : Vive Centenaire ,
Faites serrer , Vivo |)jst-
lines , A bas 1903 I
Nol du l'ass j'aime ravivra
rn .loi, divaiit le Petit Jsus
t'ont les bras sont tendus dans
un geste do suprme appel,
j'aime revivre en loi I esnoir vi-
vace de VOIT un jour tomber des
mams du l'ils de Mario la dou-
ce paix laquelle le Monde as-
pire et que les lirands repOUaV
seul :
Nol du l'ass, j'ajme rev.vrv-
en loi l*e-| oir jamais peidu
de la .h btick doi 1 la venue er
clame par lei grand, s cIocIms
pour la confusion de ceu
pi ht J. .us d'imourt qui 1 \\\
Ion ri ."ud uni irLor 1 ; ira
peau de la I lame !
Nol du Pasei tu me ri
la lete du Mystre qui t. rrasse le
avant par 100 impi it
Les traaitioDa acceptes ; l'A
Irique ranimaient chi l
cette poque, les bendt sn< tuf
ns qui, pie is nu-, 1 u cfa tm
ses et bonnela blencsi ai-
laieaV par les plaine- p r les
quartiers loigni s de 11 ville, au
son de leur lugubre tau )iir,
rveiller la peur, l'angoissai
(Juel est celui don' les en ve, ix
ne se dressent plus aujoiiru'iiui
a ce mot de \Vi s sdundinos?
Les bandes qui, par la nuit da
.Nol, h l'heure ou 'sus nnquit
en prcipitant loua les leux
prsents et lut tirs de leur pi-
destal. resteront le cauche-
mar des .unes saintes!
Nol du l'ass, j'aianqrcv:vT')
en toi cette nini blanche de D-
cembre o mon a ,n Oiarles lt
arrt au Champ de M us nar
une le ees |,,ii, ;, ,|| ,. | on
salut qu'aprs avoii re de ne
jamais rvler I. s rjomi de ceux
qu'il avait reconnus en cliemi*
m et bonnets blancs uteJi nus,
dans la danse macabre '
\la.s Nosli icst tu tjoura !s
renouveau, la prom >s e, le sa-
lut <"est Dieu glorili i ravera
les sicles. (Gloria in evci LSia
Dko ' L'est Jsus, diVUUSi
ddi, salue coin u I Messie
atten lu, c'est la pail i| norte
aux bosnmee, fax 1 raI
INoel du l'as i'rn
sent, resti / pour I i .r tien la
jour ds gloire o 1 i.npht la
promesse du M lin '
l'r Ed'I'i '.
IASTHh VOUA
Globules R6bfiu-l
lKf!?a:"l""''"l,t,,M"- - 1
^gE^i;--:'!
a rmmMmm ftinn, blch . W
-


v
T - *.
I


I.E MAW du A TWctTffiT^*1
taoireDientPainiixta
aui foulesmeuitrir*a tt rtptaitnt
MU trTe ni peui : P*ui*,
genoux, attends ta dlivrance, **r
il va Tenir Celui que le Hre a
^ rou.it aui t.* d'Adasa !% Mit*
Yotei revenu le grand anm
?ficaire o toujoui un rayon
dfrence et de joie claire Ut
wU(M. penche sur les crch
o it-poee l'imaia d'un enlant
m ii n.
Nol! Nol et es joie?.
> beliwlgi n I i es
. i l'txtase de
lia croyttit et l'esp-
peuples f(ni soullrent '
i loi et sa pit i.'.
, la vingt-quatrime
ions les caure, de
rvrts, des sables bru-
.lnque aux terres gla-
. i Laponie, de la Terre
.x ii' i^es de l'Alaska,
r cet allelnia tnom-
retint, r'l 1 brure -luitllt
tt Diru (l.srmJii jntn'l M**
< |jar les li.ules pros-
.. il (ia vibrera I ho*
tix, le toiIIcs des
il un i.i -, il monte-
i dor. ,|ts palais
h il montera dea toits
i#,
l tt vieillards,hommes
n rcis tt sujets, aei-
i lay.-ans, le mendiant
bi sbille et le riche
roche de sa table lieu-
stntaiil ltur unir re-
lier l'immorltl souvenir,
t I hymne d'allgresse;
ique lois ou lous les
matna abjurant leuis
, leuis pn'jugts, leurs
.. | i.ur orfcuul et leurs
. eOMbUOieiil dans une
.c ptmee, et leur livinne
.tvii ju>qubu pitdduljrand
iioni- coi^nie la luprme prire
0 niit lu n.bi.it qui soutire et
qUl fcili.il
kui>, drticu, r est I **trt ulenarllt
l'ui, toitiiiulle entre toute,
ce te btuit c le li s d'un luu
ciiin.i: t vii,i mu la Teire de
Oiuliuis pour lavir avec son
tcii ti l'c| i k,I e dis humau .
I i ) n ille ; i s lent inticrs,
1 beiei axaient piicoi.iu
i \ .. , Icuigadts, le JJc-
, imtf Mil Its loi.h s al
. lit I. i I..I ii ni i:ie
i. it, lu.nant Us Doc-
teurs raves, il avaient dit: I1
va venir le Kils de l'Uomm : '
holmeU connut Ezchieli Se-
pheris connut E ise, IS.-tliulie
n Cpharnaiim abritrent Da-
li I, Marie, unr de Mose, l'
bora et Anna.
Ils taient venu* oVe P'"
lointains rojatins de l'Kgypte t
del l.yhie apporter la grande
ouvelle aux peuples de le I c-rre
Froraise. Ile avaient, assurerait-
on, franchi la Mer Kong* a pie-1
sec eoinuie jadi? Mose et **
Hbreux.
Mans leur lonft \ovage, !e Sei-
gneur 'e- a\ail uouirisde .-* man-
ie et, liavers le Disert, il les
avait gaid* avec i ne colonne de
fume, le ;*)ir, ane eolonne de
teu, la nuit, ci mue jadie il avait
conduit hs Ptuple hors d* l'E-
gypte tt veis ce Pays de Chaaaan.
Ils avaient allront', ces Croyant*
lubliraes, les ulua grands piils.
,1s avaieat travers le Dsert, in
tensibles aux mugisfeme ni> do*
ions et des tigre larit. Hi
arrivaieat dar* Us bourgades de la
Oalile et de U Jude, seuls, uu
bltoa la mai*, les pieds meurtris
aux pierres des long chemins, le
vissga hve; et.de leur viix qui
treatblfil parc qu'ils avaient connu
bien des jours sans pain et bien
des nuit sans [sommeil, ils rp-
taient, soutenus par in ne sait
3iilU force mystrieuse, la grau-
e parole d'Eli et d'Isa! : Il ni-
li.i sur les ruines de l'antique Je
riebo Celui qui'viendia pardonaer
au nom de son Pre s
Souvent on les accueillit par des
hues, eei pleiins tranges, sou
vent on voulut les lapider. Lors-
qu ils apparaissaient,les mre?, en
hte, rassemblaient leurs enfants
et les chiens, la queue basse, hur-
laient lugubrement sur leur aae>
sage.
Les Docteurs et las Pharisien,
qui avaient, dans l'Arche d'Allian-
ce, creuse la li il'' d'une ti/elire,
ameutaient les populaces aveugles
contre ces trangers venus 00 ne
sait d'o et qui annonaient la plus
trange nouvelle : que le Hmic
promu Mose ne natrait point
dans la puisanie HabWone.
Vais eux. ees vieillards a la
barbe hirsute, fatigus par les
veilles, fat'gus par les jennrs, las
des longues etases, lsislaienl
vert la Lumire et vers Dieu, son
Taie qui \ aidounrii. ki J-Musa-
lem, la Ualitee, tout* la Jjd;e
anxieuses llad.i.ui. .
C# soir-la, 14 Uacrtujore de l'an
paiole troublait las cirars, roulait 7*'-, au coachw du solei un h >m
io urne le l'innene jasqae dues le
Saint du Saints o biant^t le sang
de l'Homme allait ruisseler dei
tabernacles sacrs. Puis ils aas;-
ii ni, les prophtes jv*atcoureurs,
ils disparurent au bout des lon-
gues voira aoudreusaset l'on o'en-
tendit plus parer d'aux.
1,'un de ces hommes resta ce
peadant en Palestine. Pour de-
meura il avait choisi, celui l, la
Dserl lamente. Le toit qui abri-
tait sa Me branlant* aux loags
cbtveux tout blancs tait le hnni-
iiii.nt aux mille toiles, kt, aux
lu/ii.mts tremblants comme les
lauvis l'approcha de la templt,
au vint rapide^ini charriait le mu-
n eat redoutable des bles
sauvages avides de sang, aux suf
foquauti tourbillons de sable qui
a- .n ni obscurai&sant le jour, il
criai! : < Rend*/, droites les voies
du Seigneur, car sou Fils va ve-
nir '>
Jcbl Baptiste !ait son nom El
l'cho de aa voix traversait les ci-
ts "inquites, comme l'clair la
nue, et allait happer les murs de
Jrusalem la l'ieaVline comme
le plus terrible avertissement t la
taisait trembler.
Et les vieux dieux grimaants
frmiraient sur lenr socle de
piene. Et hs cantiques des Juifs
ne montaient plus avec l'allgres>e
d'autan dans le Temple pro'.tti.
Sa vote sacre ne vibrait plus a
la voix des Dueleurs enseignant la
Loi de Mose, ils parlaient bai, ils
prtaient, en IrernbUut, l'oreille
au bruit de pas de cet Homme qui
strait le nouveau lin de Juils
et qu'ils se reprsentaient surgi-
sinl, mont sur un char de leu et
arme d un glaive flamboyant, de
quelque terre lointaine et incou-
nue; rai ils ne croyaient point que
le Me-s.e peut natre en Jude.
ht les Pharisiens et les l'iinces
des Prtres, le front pench, car-
quillaient les vtu/ cherchant a
l'ubscur hori/ou quel tait cet
homme qui allait venir classer du
lemple les veilleurs, crire, pour
les enfants d'Isral, avec le sang
de l'Ag eau et dans la poussire
de .lerusa.em dlivre la luinineu
se vrit qui claire les voies ter
nelies : sois bon et qui allait
prendre par la main les lits soupa
bls J'.ibrahara, elfacer sur leur
dont I empreinte de la Faute et
les mener, travers les tnbres,
me l une icMJX* SOIVateul u v >i
qui va de .Nasuetli t JarusHlem.
ui lemwe tait monte sur un
ne, 1 humme suivait & pied, ijuui
que la lin du |.,ar lui piucli*, ils
mar.baient lentemeul, ear 1 *ia*
aaaiis il fuijjae, l homme aussi.
i,'elar. Joseph, cbarpaalivr h Na
/arelh et Marie, son epuu>e, fiile
u'Auue et de Joachuu. lis allaiant
Jrusalem pour uLir a llerole,
llrarque ruuuia de la Galile,qui
avait ordouu, au nom 6 Uigr.au-,
que lous la babitanis de la Pales
Une viuaseul, dans la Cit du Pro
phete, s inerii sur Isa reg lies
i:npiiaux. Lorsque ManealJo-
rnvaieul u-iii i! ville, le
s a il avait uepuis lou^iemps dis
p m damer* la moulague de liet
smauie ci i oiuinc euve,uppait Ja
ruaalem. tl<.i., aieilie a une rtuae
iiiuuense.elie bourdouuail dm la
tiit, la grand oiie car une loule
houleuse remplissait se rue e-
troiles, le n tiili'x <.u lempie, le
seuii de let lUaisous blancoes, es
auberge, -e-. ^ailles piaces publi-
ques, kit la lueur des loi dus q ie
cbscUB portail clairait celle mal
tuude ou se reconpa latent les
hahllunis de toutes les houigides
voisines, le lieiiiulie, de Cttubar-
naun, de N />reih, de Dtthlem,
Ue Getsemani.
Trouv.run gtte, n'tait pan, ce
sou la. chose nieii facile dans M
riisalem. Le fut donc vaiueineut
que les deux pelenua frappraal
aux porl s qu lis i nei i .i< i <...i, pour la uuit,
uu abri u,ni e Utu^ie, sur e
su li le '|i. j.ie uiaauu. ) imd
li-iu rgula; >it diiuoiu-, e
I,mine-, ,1 ...la.,, i nu. de- OU
tre eo.ui a- id JuUie el U u y
avait uulie pan p ace pour ,'u
tonne.
[gsaab pi , oaa a ois soj epou
se desoiiu ne cette 0U4 luiio-^iu
lire et u anet tb rcnai gh a tb
1 i m,petit wiidgit tout pincan, i. i
ne avanait leuumeui i, lai ail
froid el ie cliai peu.m greiouail.
Luisqueles dei.x ua/areuis lu-
rent liois d. la vil e et dans la
campagne Ueserle, Marie lasMOtil
soudain le piemieiea douleurs de
l'eiilaiilt muii. Il y avait heureuse
nui.I pi' du ilumui qu us sui
va m un giauu lo.her creux, or
te de grotte e le* bergers pous-
saient lui- tiuupeaux a l'appro
che de 1 orafce. force laur lut de
s'y arrter.
Joseph battit le silex, fit du feu
et, trouvant dans la gr .le de la
paille sche, il en fit un grabat o
il plaa doucement son pousa.L'n
grand boeuf, les yeux d-mesur
ment oueils, regarda 11 s alles
11 veneea de cet homme et de cet
t Mnine qu'ils n'avait jaunis vus,
et quelques brebis cutchas en
lond, allaitaient leurs agnea ix
tout en ruminaul et en bel tut d >u
cernent dans le grand sil-iue 4a
la nuit.
- tt, l'heure de minuit, sur e t
te paille sche, dins ret'e e.io.te
iso:e et dserte, le Fils de iu
vint sur la terie.
Mais aussitt la grotte resplen lit
d'une grande lueur, le boeuf 'ge
nouil.e el rpand sa chaude Inlei
ne sur 1 enfant tremb'ottant, las
brebis et leurs agneaux font cercle
autour de lui el le recouvrent de
le r laine qui r'hiufl--. Lftnn lui-
mme qu'o avait oubli au dehors
e i i.prenant,dans MO i liole bont,
qu un nime se vnement vtn ut
de s'accomplir, s avance, s'ig>
nouille et regarde l Baient.
Au deho's les tui es, au ciel.
brillent d'un clat incomparable
et verse sur la Terre leur plus belle
lumire, l'out l bas, ver l'Orient,
uu aslre nouvea i, icconnu des sa
vants, norme, blouissant declar
t, monte, radieux, l'horizon de
l'antique Lbalde.
Toute la piaia enlin rsonne de
voix divines qui chantent : Glo
ria m excelsis Deo et pax h >mioi
bus bonae voluntatis . Des ber
gers qui se repoisiect non loin
do U vireut venir A eux, Ha s la
nuit, une apparition lumineus-.
Laissez la vos troupeaux, al
le/ la giotle, leur dit une v m
melodieu e, car Ce ui que 'es Pin
phele avaient annoi et y est n^.
i'ix in minibus bonae viluita
ti<. i Uni, pai, sur terre, aux
liomn s de bonne v loii i,est
avec ce iri, de pi.rdooet d'absolo
lion ei de rdempliod non point
avec 1 haine la bonrhe et la
ve ge dii .na n eut la main ,ue
le I ,is de Dieu arriva parmi les
humiiu i.
Aux lambrisdores.il [ rfrt ui e
fioide gioile.le snuille d'en boeul,
la laine des brebis le irolgreut
du lio:d ; ce ne sont poii.t des t"
te couronnes qui vinrent h s pre
niiers se piosierner ses p eds.ee
furent de frustes pasteurs. Juelle
sublim I on pour I homme de
po fsiie et l'humanit orgueilleu
se !
1! y a dj vingt sieles que cel
vnement s'est acsompli. Peux
mille ans se sont pa se depu s
que Jeus *<&
ur ceut^^H
Jieu et depuis^
notre Globe accon^sBsjM
So'eil, cette nuit de ^Tv<
v rs entier, tous ceux qui souffrent
*( tous ceux qui vivent dan* le
joie, imx qei pleurent et ctux qni
lient, ceux k qui la haine a rendu
le coeur plus dur qu* l'airio.eeux
en qui la souffrance a teint la
llamme vivifiante de l'esprance,
tous, viennent tendre les lvres et
boire avidement la sooree d n
mour.Et lorsque miLuil,l'heure so
lennelle et mystrieuse.lmtera len
tement aux clocher* desTernpl**.
tous ces homm** bon* ou m
chant*, ignorant* ou savants, re
gardant le chemin de sang qui v
de la grotte de IMhlemlaeroix
do Golgotha. tous ces hommes, se
cous d'en long frmis**m*nt ne
punont s-empcher de se mur
murer, mais cel Hjmiaetait vrai
mem le Fils de Dieu Et '' t
te certitude, c'est eette foi qui
renient pour une heure l humaui
t meilleure.
Et alors, de toute* le* poitnn**
montera ee cantique de r*c*nn*ie
anc*. ce chant d* triomphe : I
aiioria Deo et Pax bominibue
Le meilleur sdatif
des douleurs d'estomac
r
SEDOGASTKIW
Admis dam leaHftplUu* d Pat*
'"aime intununemvt i C'Ui4i,
Brluret, Aifir. an, tj. i
douloursiix, NimUoi, T*rH(>n.
VomlntmtlM,
Dccongtitionn .t l'oi, (cm
!'*cO'ilarannl i It Btl*.
Trct (d i comr* In Oaitro-
Emcriiat du pT ahu*a.
lu unit dam luit ht /tirmmm
U.l' lUtral
UUnWmr ZIZlNtl tmt,C^. TUM
A Hiln PharmuS Al. HTIII
et louitf Bonne eb .jummum
Doreur Argenetur
No. 20S4, pre de .a mmrn
dn.Nor*. arena.,lr"
ASTHME

OpprtMon, Catarrlu,
Sufrtu*M,
Toui ntrotutti.
ontrlim erVlf
ICIGAREnESCLERT
* POUDRE CLERT
|>CLEnY, **, Boml siinim,
a
Klrennes \Wd
*
Pc\tr\-Bc\T>/
s Cinma chez'soi est le cadeau le plus envi el le plus apprcie,
des petits et des grands.
7
-UI ~,
(.maie adiptalion du Cinma au
cadra de la lamille, Palli.Baby apporte
eliei avous une source inpuisable de
joiea noutelles et sainte, un inoven
pnietant et leoorid d4eiiNCi()neraerit par
l'image* Cliaiun dos lilmf, eal un lii|-
niiiil de vie, poiijnaiit ou ioalraclil l
votre choil*
Attendu incessamment
par le prochain bateau
yintDt ld New"York-
ceourez vite vous inscrire-
POUR TOUS RENSEI-
GNEMENTS S'ADRESSER
Mr Ren
^


lit Mvnx du ai
. P. NWLKY
REPRSENTAI DE MANUFACTURES
\l

TLRNBRHALSEYsto. i
SLEONABDIt. NEW YORK
Tiiiui
da (oui* etpce.

m
THE STANDARD hID Co.
109 South St,
BMTUN MASS.
Peaux et ouin de toute* r. sauces.
J. L. KRAFT 4 BRUS Co.
tff Norlh Vloore M
NEW YORK CITY
Pramag t de tout* espce
$ ^^
'f I. liAILLt hmnital tt
46 tu si. & z d Av..
BROOKLYN NLW uRK.
Cirages a luutea aorte* pour tou
liera, marque i iat.
Jamai P. HEFFERNAN P PRCo.
15 water St. NMW YURk
Papier lallre, sachet* papier, pa
piar dYenaallagt, papier peur jour
ual, etc. etc.
COLD DtST CORPORATION
239 Watt St.
NEW YURK.
lavas Colibri al da loulaa qua
lit** pour toiletta.
"" GOLDEN STATI
IALES CORPORATION.
171 FraaLlin St. >fc.\\ YORK
BIURRI.
MIRES TURNER GLAIS Co
PHILADELPHIA, I'..
Ulacee et vitre
GRANDS RAPIDSllIOW CASECo
UoSBrcdwsy.HLW YOKKCI1Y.
Yitiincs de toute* dimensions pour
adagaeioe.
'
I
STANDARD SAKll *RY Mfg. Co.
30 Broad. Siraet. New York C. S. A.
t atensilei pour chambre de biiu,
Water C1.--I. etc.
1 AOkj
11 th ave
Caaties, boni
toute* sort**.
m
Mit SON.
u 47 l* 8t.
0UHK
. chocolat* d*
Me. KES30N RBBB1NS
91 Fut n Street .NEW YORK
Produit* chimique*, pharmaceu-
liqu.i.
FRANCIS 11. LEGGETT Co.
tl ave. t: St.
niAV H)HK.
Cooarveaalimaulaiia, Cou fl turcs,
Caadies, Vinaigre*, saueea, et*
Nous souhaitons notre
clientle tant de la Ca-
pitale que'dV'ia Province
un JOYEUX NOL et
une HEUREUSE ANNEE
au nom des nombreuses
Manufactures que nous
reprsentons. "
i
l P. Pawley
AUTOSTROPBaPETY HAloHCo
*>rj Fiit Avenue NF.W \URK.
Raaoir* d* lrat.
Paaie* a raaoir*.
HENR* CLAY BOLK Co.
Havane, CIRA.
C garai.
Ltd.
ATLAS TACh COlfPANt
Fairhaveo M*** U. S. A
Clou de toute* aorte* pour cor
doouerif et ch*rpnterie.
WlfHlTA MII.Ld ELEVATOllCo
WICIIITA FALLS, TEXAS
Farine en *ac et baril.
marque Cleste et Creccieote
CLUETI PEABODY & Co. Inc.
\>t Lexington Ave. Cor. 45 th.
NEW H)RK U. S. A.
Chemise et faux cols * loua
genre*.
GENERAL TIRE & HLBBEH Co.
AKROiN OHIO.
Pnau et Cbambrea
Air.
P. & F CORBIN
New Britam OONN.
cadenai, seruree,
etc. te.
KSSfcX Kl BBER Co.
Trenton, N. J.
I alloa* en aahoutekouc d* tante*
a anes.
THE FLEISCIIMANN >KASI Co
69V WaaliiBglon M, Nk\Y YORK
Levure pour Roulanforie
et ptisserie
LIQUD f ARBONir. C*j,
tt Wei V8 Ih St.
NEW YORK.
Eani gszeuses. -xtrails, foatalnef,
et*.
r YALPROC.CL CUhFOKATION
4 Harrkco St. NEW YORK.
Provisions et contervie
aliii.e nt.'irs".
BKITTSIi AMERICAN
TOBACCO Co. Ltd.
511 Fifla Avenue NEW YORK.'
Citrette de toutes orte.
THE SlMMUNs COMbANY,
CHICAGO ILL.
I.il* nfr,;m> able* en toisgeore*-
UROWM BWELOW
SAINT PAUL II.*.
Calendrier t rclame
en toua genre*
Fumez les Cigarettes
Lucky Slrike f atima
Piedmonl
qui sont les meilleures
&V*4l\



I
' j

I
r >.-.
t


li- l'Ul!
I t
I
-# & e*

. Maison de Coaiiance
iindr SIDORE
Maitre-Tailleur
*5/J, RUE DU PEGPLF, ii5
Presquen face du Hast; Mtropolitain
Coupe Modrai Travail Soign
A l'woasion du wm\ An. Instar Andr ISIDORE envole ses meilleurs souhslls ses mis et olinti tant d1l qwdi b
Pwince.Il leur promet, comme toujours le mme loto la mm proaptiUdn dans les commandes qi lui seront confies:
Mr Georges F armer
Annonce ses nombreux amis et au public en gnral
l'Ouverture de sou tablissement situ l'angle du Pelit-Four
et de l'Avenue des Daiies. On y trouvera jour et nuit :
MME LafilACB. SAI\DW1CHES
Consommations diverses et de toul premier choix.
C'est l'Klablissemeut iilcal o Ion jouit du meilleur accueil.
T

4


mS&I /%
i.
1%
Idadame WALDY
Kemercie ses aimables clients pour le concours qu'ils
lui ont donn durant l'anne 1924.
En en VOftnl Ions, ses meilleurs ouh.nl- :\ l'or asion du DOUTcl 10, t Ile promet dfl ne rien n(jlij|r pour leur donotr
Il iilns i|iii(lc MiiilatUOl 1 i'.\>nii.
Voici le programme des prochaines Soires ;
2) DeenibrO. S^diirt <> l'histoire d'un Pch avec Soava fiallonc
28 Deerobl'e* Maison de Poupe d'api is la pice llUsen
1er Jsnvler* """ ('r*n!o l'r Populwre de? i S tara, et 8 bis OUairc d'Amour.
Cette dernire projection de ce beau film uura Heu i gourde.
4
1



i
fc


I
\

SUN LIFE ASSURANCE C oi Canada
Sige Social : MONTREAL CANADA
% 800.000.000 d'assun as en Cours
as* von
POLICES LES PLI S AVANTAGEUSES
va yon
Placement le plus convenable de vos pargnes
VA Xft
Protection la pins efficace pour votre Famille
VA VA
Rserve de toute confiance pour votre vieillesse
VA VA
Secours infaillible en cas d'infirmit
La seule Compagnie d'Assurance de vie en Hati
qui posede des bons de l'tat llaitien.
L'esprit des
tout petits
C'est quelque jours atan'
Nol, Paul, qui a quatre ani.
Val paa excessivement ge; et,
pour lui faire peur, on le me
nace avec un air svre :
.Mfie-toi, Paulo, lui dit-on.
Si tu h'ea pas plus obissant,
complaisant et respestueux, le
Bonhomme N'cy.1, qui doit pas-
aer bieirj$t,,nerVieuJVa paa iei..
MaiaHtulo fruste lgt rem -ut
les paule*, et dclare en pre-
nant un petit ton supneur :
Ne'vus inquiter paa de
cela : s'il ne vient pas, eh bien !
'est BBoi qui irai le chercher...
. Rene, une petite eanapagnar
de, yioni pour la premire (ois
u vi la avee papa, et maman On
emmne chK le-- amis, et la,
Iprs le djeuner on passe dan
le salon
Rene examin lea meublts
avec attention, et s'approche de
sa maman :
Tu devrais bien t'acbeter
une petite table, comme c.ile ci.
lui dit-elle doucement.
Une petite table ?.. Quelle
petite table ?
Mais celle que je te mon-
tre. Toyons..la...cette petite table
avec dea dents...
C'tait du piano qu'elle vou-
lait parler.
Yvonne, qmtre an*, raronl*
ee duVlle a tvA !. nuit prt*
dente; mais elle prouve quel-
fie peine se le rapptler exac-
tement
Alora impatiente,elle se tour-
ne vera aa grand'rore :
Eh bien raconte, toi. tu
sais bien...Puiique tu y tai,
dans non lve '
!

l
s
I
A l'occasion do mi an qui va s'ouvrir,
a "SUN UFE ASSURANCE C OF CNADV
iiiruse an digne impie laitiei it ta particulier i (eus ceox qii eit bien voule
Honorer de leur prtfcrince les meilleurs vux de honneur ei l profpenlfj
pour rnne 1925, MOI oublier set >oili:iits les plue liflfirM ,
l'oacasion J- la NOL'L.
Se banal sur k rsullal Ci nsl lernble qu'elle s dej obtenu durant Isa
quelques moi de *on Mabliassasal daus M pv. elle eapre BVM
ronliarca obteuir dans un avenir pia'haiuuu dvaloppentsat remar-
quable de ss affnire*.
Lee Anieliooe 4'eeeonm uvres purement humanitaires
eontribuent.ploa qui l -1.1 le rente au bouheui des particulier et
I rii Iw su d' a i ayi
Vouf, pres de famille *l lil- dvous qui lia' ceci, 8tn.be/ que les
meilleures trennei que vous pourrai preeolsr, l'occasion du nouvel
au 4 votre lauilla et h ceux qui mritent votre recortnai*ance,c'est une
police qui le meltera I I abri les eUDDUl et de malheurs de demaiu
I
1 -.

i
i
L'institutrice) a lui ion petit
. lve. I livrer, des notes aur le
4 and l'asteur.el lui raconte nu*
.animent qu'on avait trouv
dans le dossier de l'mment aa-
ni des papiers lies intres-
sants
La leon tei mine, Oliviir
l'empi aie l'aller dballer
devant sou Irre alli it* con-
naisaancai toutes tralchef. et Un
dbite avec volubilit un cei-
l,ini nombre d anecdotes.
Iwsl ce qu'elles sont vraies,
seuli nu m l'inquite te yrand-
hre seeptiuu comme il ion-
vient iiiuui ou eel l Bin
- .Si elles sont viaies '.' Si
elles sont vraies .'-. A preuve
qu'on les a trouves iIaiis le
dossuir df> sou leuteuil I
Marie l'amil e a balayer Mai
la Femme de chambre, qui tait te
inni;i,v i;.>se a son tour le. lia-
laii > t Mai ie >e nui a laogloter
I i~ Uu'ai tu done? lui deman-
de-ton.
iJKt d'.ine voix plaintive
rai alors, fcmil Marie, m mu un:
prend toute la poussire T, immi
I
lospec'ion de classe. Madt
moi-- le di msnde a Luae'te :
Cinq litres moms trois h
vres?
. ii question dpensa, lie ca-
pacits de Lue Ite l. inspecteur,
bon n luit, lev deux doigts.
LlT le Mau.'/ Ile il y a
t lin n me quj vous demande
pour soi tir
%
Demandez sans dlai une
police alaSUX LIFE ( l'ta-
ge de la Royal Bank of Cana-
da ) dont l'Agent sera flatt
de vous expliquer le but et les
principes vraiment avantageux
de celte graude institution qu'esl i
SUN mSSUUAKtii o o Cauada
t'i le. un vieux i h eu, Bnil
Irai quillemi M see (ours. Il est
nialada< i" ii piopn
S* ne vt ua plus que lu
joues an c li le du la maman
a L I .Il a une aile USA ma
l.n i, navre Mais il n
tant pas le due d rant lui
AGEN1 GLNERAL HuL'H HAl'il
F. CARVAJL


>
v
i
. -
'- -,
>.
--------.. --T.
-? ^*hti
'
-*>- mH
t


~

Le Magasin le mieux assorti de la Place.
Vous y trouverez prix rduits pour les Ftes defind'aune:
Jambeni, bacon, langues luotltf, atiriiian* dr Lyon Iim *it, U i ci.< i n fin jiiiBf, VtrtWtlIe, PatiriaMni npafaali, 4oii,U,
lanigae, Beurre, tt afin praruions de fcutaa icrtcs.
Liqueurs Marie Brizard assorties.
Liqueurs Siaiou aiu assorties.
Crin de framrois>d Cissis. de Cerises- de Bananos, Simon Aia Vins de Bordeaux Ylnsde Nadir* Malage, Porter
Pice Patzenhofer
Bonbons. Chocolat en boites de luxe et futilsie par cadeaux de fin d'Anne-
Vrai rgal artistique pour les yeux.
Ms, Parfjmerie Colj, fio&bpl Piver, ifc,
Faites-nous une visite.


4
\
\
)
Nos prix sont la porte de toutes les bourbes.
IMPORTANT-- Que nos clients se rappellent que tout 'por-
teur de CINQ Dollars en tickets aura droit un numro
de notre Loterie de fin d'anne que nous venons d'organiser
IL Y AUURA. 3 LOTS GAGNANTS:
Ier Lot -- Un Phonographe avec 6 Dnqoes
,-
2"
Un (ii os Jainl on
3e
Un flacon de Bonbons.

*
Vensz essbid votre Chance
VOUS GAGNEREZ UN CADEAU PATANT.
Tlph me. 352
_.?
*i
%^jr


fc*.



y^-
rkste BALLOHl
"-*
i
Remecie bien sincrement t eux qui lui ont donn
des marqnes de confiance au cours de Tanne
qui iiiTive sa fin el leur envoie Ions ses
meilleurs souhaits de honneur
l'occasion de 1925.
QUE CHACUN SE ii4P?lLE QUE CHEZ VALLONi IL PEUT
TROUVER 1001 C U0N1 IL I BESOIN DE JUSQU'A z
ET SUIVANT LE GNIE DE SON COMMERCE.
irgi stpt m Maires m la plaie le Piri-aii-Prioce
bit que la Maison jouit d'une rpitatian wNk
OllESTE BALLONI
\jjm ant-Consignalaii e
Hue du Qva!,\\o- 1803 4 / Messieurs Kawas
Envoient a leurs nombreux clients el au publie
en gnral 1< m s un il leurs vux l'occasion
de la Nol, et souhaite que l'Anne 1925
leur soi! prospre.
Ils comptent sur ie plus large testeur* de feus it promettel en utour de filro
l'impoisiblepour utltttrrt lur ilmiUe flltoatek
Kawas UEKVHNOS 205-209.
RVE TRAVERS1RE
^LPHORE, 378
^ -
RS*
*-^e-

Deux Coupes de Champagne

<**&**-
la porte de tous-
Demandez partout une S|.ll du Chal.au defcCond d'Eperay.
Vendu, au dtail du/, tous le dbiteurs. Dollar ofio
Champagne de tr< qualit.
DPOSITAIRES: Port e. Prisas inlta Aux Gooilvet : Mr Abel LACROIX, A. k F. UaeGl M
Au Cap : M*ion PAHtVIUNI, ei dans toustes les il '' R publique
Agent Snraux: Mrs L. fiotiiu.ain 8 Co/aoi onatvr.
Egalement AgeMlfi I Il S"ntli Pieti.tr Typefriler Co.
d l'Oise Gnrai1 du Livre et de p.ineipalee Dlimi d-Editiow de Frane\
Philosophie
Le m irm^e ue charge 1 ; 1 p
liludee, ri le If mpfmir : I
Kinmes 1rs artisan dt aotrt
rrlr e t c'est noir* 1 clivil 1
gir centre les ennuis, ootie le*
mslaci r, qui le foraient.
Le frmme marie comme
Me qui nel'aat pa* a et d'rt-p
tioni. quisont pai foi piutpaib'ea
et plut luit supporter Elle
voit ee rves ae briier, tca auhi
tiens teindre, ie* espoirt mou
ni File doit travailler quant
nlrr.e. lutter contre lea lment.
se ull'rir dam toi orpa, daoe son
lu r. Hrui eon reprit-
Elle perfois dea acririca a
faire qui touchent ea dignit de
femme et de mre, pour un homme
qu'elle n'aime plua et qu'elle a
(me a respecter maia. da toatre
ire pieuvee, ai elle a l'me aeees
haute, elle peut aortir trauaforma
t purifie, avec aurole de
doucfjr et ce altw **.
Noua avona tous des problme
1 r 1 .11 r noua pouvons lea trti
ter dans le meilleur een, avee pi i
loeophie noua pnuvona templlrr
coatie le sort et refuser, rebute
F par lea difficult, la part que aoua
aviona librement rhoiaio.
Nous somme | ressa, comme
de raisin-, ou le dur pressoir
de I lialenve. I.or que noue von
pass au termeul de 1 erprieaee.
let uua sont devenus doux et
fert comme U mu vieux, lea
antres sont aigrelet, acidula
comme le uaaigre ...
Conte ie Hoel
Le ciel semblait une ia mente
coupe renverse don' a'epair
ehlil un Ilot incessant de Inture
xanitillai.lt
Kl tout cet clat palpitant qui
d'en haut se devenait eur tel
clioara s'accordait avec la eym-
phonie va^uc montant det pro-
loodeuri de li mut conmit la
respiration norme t rt unique
if la nature en sommeil.
I.i, dam ce coin recul det
montagne avoismant Thomon-
de.ceUe Iroidt toire le Dcem
bre Mtnbltil dpasser vraiment
-11 magnificence luiniuei.se et
tereine tout ce qu'on a toujoura
entendu dire et tout ce qu'on
vit et r'v'ii jimtit de la tplen-
deur det cielt d'hiver tout lee
tropiques
Au sein dl citte nature tau-
vage l'irne le lieddy llav\ker
l'attendrit.
L'ancien n ,011 le brastene
.le Milwaukee que la guerre dee
Mondes avait ravi son humble
activit, lui qui, il y (a de cela
Iroia ans, avait t conqurir de
la ploire San Ifihiel. lui qui
avait t bleue bu Moit Bellau
pont it dtente d't liberts hu-
maine! et pour l'inlpendan a
des peupli i il ' t outail au-
jourd'hui.par ict'enuit deNoei,
dam Ira Fourra anabavtra de
\n aampagDa htilienne, doanant
ji chaiM a eea caaoa irraducti'
1 let dfendant leur livert avec
un'1 braoura indomptable.
Malgr le Iroi 1 humide qui
,. n rait son unilorme kaki,
l(r a "e piqre des in*
ee es, r niur le bourdonne-
irent etri'lont et agaraot que
faisait autour de lui la ronde
det moustiques et des varreux,
Freddy Hawker sentit de l'ad-
miration pour ce petit peupla
qui pilrai' mourir plutt que
d'tre asservi. Son aeaiif te di-
lata devant la beaut det choies.
3PJP* #

.


i
I i Mlennit te remplit
Cl II au itc et il
joi^*
mlanci lie
qui devait i
Ions !
Iin \\
Coi lei my 1 lifttin*, le
hroi eomii I i ion.
S Dtilair, il n.- heu
re le c d bor-
dant amour pour I >U 1 lioin-
naes de loiit' i jiour
toutes Ici .
Si ei quel*
que chi l >l m* pr"
senii'i le* Dt I aurait
tant d ou U i il'hy*
f'ine embrai roi il
in aurait doni loul : 88 cara-
bine, son r< v eei t . . mture
de ball< el il lui aurait dit:
mon frre, ous et
dt"ii'l.- moi.
Juitecera ne dto-
nation n mat*
ait >le lan 11 sait lur
un tel i lie.
Frcd \ commao
de l>- i I aux homme* 'le la
patron lia A i ir lii, il
ae alita i ti et
les I nes, atti gnil le m taail de
h inlioiis et, Irav ri le I. uil
la- il apen ul un vieux pay*
au. un cac u ut, q ,i
v. oail l'ai u din le ma*
gn li.iu ', I du i m.i i-
MAJ !
coin mni*i -I >
troii jeu i tea tila
sans loul anne i >mmt
de lucil. d un mo ll i oui.' .
bon ton!, lois pot r la guerre et
hon poor la m in me.
Lm inai ocea du
3 itrant '
ans i : n
veilla le Ni I ill ail cette
din
'^l1 mm
ruai .Il allait i
et une ralala
crpit dt le ai-
lerii-e m ij i ce pay v*
noctiin,
I.'- Dji u n ai rail plus la i
haitieni unira le
blancem bien II
uin il ie as-
lurer i la lile.
Mais une pi modeete
mais i: un', la
diode narlieo'lrait
en 'ltii itive celui lai deux
groupe*, d qui plus
loris el in daterait
de< auirea ir le sol cla-
ce.
A 1. momi Dt, i un daa trois
jeiin> pavaana i Dorant toui
faM qu'ilal lien) amai guette
dlK'ii ha une bouteille et porta
le loul rrea.
Celte bouti Ile avait sur on
Ati'uelt l'aboli-
g ic el elle conienail une baia-
eon vermeille semblable au sang
duaoleil.
C'l lil du Rm ti Nu rAR, le
rhum i, ijena qu'on
ne sait quand 11 par mite de
que'lea n.- indicible! lai oi -
n iwa li '-!: |u pirve*
us i > pi ir , ilbrar
Pannivei lire Ac la n i m n
du Chri t.
Le la Fradd)
plus rme l'ab
Suivi |i agitant
un mo uic a tour
bran, touii les noble* rveriea
de il- : ii humaine qui I -
saiilai.nl to i \ l'heure rotin-
ranl an foule l'trein Ire a nou*
vaaUi abatl r ru
rire, il pi ,|,:
Nol aux ii nts.
Le N i \ i j rail
diipoai
I ' leui ., i,, pi
amiri i m |. Ml ,,n
et le din t le Xkct w.
ace lrvm l ur a >ur une
nuiti la vi, l'ine ir*
nation.
La rveillon lui ioyeux. Les
amei i h m, les unes aux
autraa m con ai, i,
pues diffn nies ne |i s i mi
cbrenl p : de m compre
Enaeml I nt la i
anea du brisl ai l Rhum
Nectar-, cet) ni il, fui le n o en
loul | u i
*/.t pour en
amour entre l lommos de
bonne \
Champagne do St-Harceanx
Si vous dem niez nui tcoau: isseur E.DEftElX
quel est acluellemei r dianipayae,
il vous rpondra Le Sl-Marceaux .
l'reney.=eii,iiiMiie une coupe el \ voas, ce que vous en pensez.
Vous i irouven i :
Aa Caf< ao Ustiirint et l'Epicerie E. DERE1X
Chez M' Piconlcl
<4 K. \ N. Sa! t k C#
El au dpt gnral: SOCIT D'IMPORTATION GENEREE
ac coin : l nvE wiwe st m /<; roux
Tlphone, 628
v
t**.. >--**
sa
sa
Roule de Bizofon Martissant Por(-au-Prince
587
Sur I.; hord de la mer-

Vue pntire de la rade et de la ville.
Garages poui automobiles
Douche u'tuu douce
Granit Siterli au [\ pour - Vue i>ur ta Hjp-
i lejeuntri < dinere spaiaui uruars lur ton......d quinze minutes i 1,50 tt 2.00 Dollar.
Tutu in eoiti iiii&s nnt it prnuris maquis* P( preodrt 12 Peasio.iaaipis au mais-
ii'iud citii PtaUtanaairia' p^ur la D^atmcr d te WaWi
piano auioniaii|iic a 1'ilvalriait.
VA VA.
\ ptriirde ce jour. J;--^: ?~ TABLErD4HTE Al DOLLAR
i l'oiision dai lltei de 1081 ft du 31 Dcembre, l'Eiablisiam.'nl r......ra ou?en une partie de la nuii
t on j i;.' n i i ouui : Iroid i 1,0
Le C*r de la .CI et deux Wku pari p)r(e fa htaklisiiaiiit.
\

^>

1


~/A
LE MAWX du 24 Dcamljrd 1124
once liualo & i
RUE DU QUAI W 1713



llATERly%|]\
DE CONSTRUCTION
Tlfyl UTE 11 1K

i
?*
>
H&] CUl&lVK]
MARITIMES
Tlphone 24Q
n
GENERAL Hardware
y
BUILDING MATERIAL
PHOJ\E 240
Fipe and Fijsl
i.
b

" -~E -*

-.
I lllll *
I
^


L m mn-i 1.1 'iu t i -i i n.; j
*fc
Preelziiiann
IMPART
Port-au-Prince,
EXPORT
Wholesale Merchant and Manufacturera Agent
Agent des Maisons suivantes
WASHBIRN CROSBY t : Farine sQqLd MlIMl tfttlmvnm i and
liS PAIN"
FIRESToNE TIRI A.ND RFRBEHJpo : Pneus, Tunes et Ac COLOMBU tiHAPHoPHONE Co : ti rapliophones ft Disques.
NESTLE A.NGLU BWIfl CONDKNSEDMILh Co : Lait Condens
Laii ev.pere.ueme de lait, Fanue la. lee. chocolat.'
L. K. BHUNN A. A : Beurre de table Copenhague.
MOKnlS \ Co, CHICAGO : Pure lard. Corapouod. Mess Pork. Cteit
Pork. etc.,
lYAGOSTINO GI.'BITZ Co. Morue. .liaient saumure. llarangs saurs.
"<'. 1BTZ i_Ce : Lanternes Vicroa dt Scoot a et irramolrii
T1IUS. BOAG & Co, LTD : Sacs vides neuls, Seconde main,
Ficelle.
A. DELUR & Cie. Vins en barriques, Vins en caisses
Je suis en outre importateur
(^Marchandises suivantes

Ciment (t. K Ri/ siam.
Rauyonet feaiijuii,Aiiiiiii<(iUs
ll.iK'. ! ils tl tctll s i|Ull-
tes, iseUKi l'apiei uhUiLai-
laye, Machlue l.iruc.
buissons ii cuaHNsrvesi Iki*
traits divers, i iiirt..|i, pal
barriques, iar uuaaea, LiuaM'
le lMl>i. b;i> niium. ,ui-
i|in>iis, l'artiliiiiriu.
Mou lloell est toujours bien as-
sorti, et je me liens euueiemeui
\os odifs tsit t(ui \ci aOial8
diitcitmtni de n ou tluk cl ici1"
VOS COUDiULCtS B |!lill | l l.1
nmij-oile quel ailii.e u-denus
mentionne.
Je [ i unit: de celte occaaioii et j.
I llltll.lb JlCil SlUCt'l lll.Cl.1 loila
mea anus puur la cuuliuiice qu'il
u* mu tmoigne duraui celte au-
ute, el j leur prie le croire qoe
je liaMUlltiiii dans le bu dt leir
uonuei. entire talit lai lion uLiai.t
lauuee qui vient.
BONNfc FKTK E' WNE ANNE
L, PREETZM1NN AGGERHOLtt
FIREMTOIE
P\EU TUBES
Les pneus qui rsistent
A< CESSOIKES
Les Tunes qui durent
11
LES ACCESSOIRES qui^DOMLiXT S4TISFALT10]\
TCfn:i .STOr'K de Tl l,CS el de MWOS est toujours Lien assorti
vX< Voici n c- prix aujourd hui :
l'.NKIJS CORDS
:o i3l/t __<>K 17
Jl 4 o "'0
32 I I 20. Mi
38 xt 2i
84 x 4 *7
32 x 4 1,2 3|
34l4J|l Jl
TUBBS
OH i.5o
3.00
8.38
3.50
LIS
4.:>o
MESS1KI RS les propritaires d'automobiles1 insiste/ pour qu'on 'tous
servd des IN El S et'Il'BkS
FlRESTONE
Vous les trouverez chez : J01LN H. WOLLIiY, aie Grand'Rue
ASCK.NCIO & Co, Bue Pave et toujours eu
mon dpt, Rue du Quai.
L. PHKTZMANN-AGGKRHOLM, AGENT
!* tumP'm?:
%1igS '-ISgaa^irsar ^ f8'lV4aT2x
Farine
!"
WASillJUHAI CK0S3Y & C
3&E plus Grand Moulin des Etats-Unis et du MORDE ENTIER
Capacit 7o,ooo sacs pur jour
Farine GOLDM^DAl, SM>VVDH01> el fcOiV PA1\
La Farine .. i.old Modal est la
'nue la plus apprcie parmi tou-
tes les farines connues en Ils.H.
C'est la qualit si suprieure qai
a d.ide tous les premiers bou-
langer, de U Rpublique de ea
servir depuis des temps. Pour faire
du pain lger et parfait il faut
quand rormo la farine a Gold Me-
EU a disent les boulangera.
| Veuilles passer voe eoranuades
,4 la VVashbum-Crosby Co., par
imon mUimediaire, el vous serez
toujours satislaii.
ku teck Gold Uodal t
" siewdrop ".
L. PREETZMA.NN-
AOGERIIO^M,
AGENT GENERAL-
*. :


?? HU/11^^^^^^ ^ "^
Baiiiiue
DE LA REPUBLIQUE D'PAITI.
^^
a ses
-*
t:i.Ef%rr

mm %mm .et raumusjE
iinnE et Formule Des Yax


Leur oit prospre el leur apparie le succs 4
de toules leurs entreprises.
*
L'usure
de la Fortune
S I n'ehl p.
d accrotre >a fui lui
lion | h . lui JOUI ,
couiervci. .Nuu> i g
idm n.eul de 11 .
peut li i leii. i.i ou
mai* c un qu.....
p,i- mu h \
1er, mme n s.'
qnelqota lot aomiei lui li
KOUi
Ou n'y apeut-' lii'c i- pi
il'.tilimuni jiimju ni, n.
un m.u ttebia ijii<- li toi lune
rt imih lol.U' I boie, i i m ii
pu i m ni) le. in..aoiiu e an i
qui a l.
ii u ii .i. | t i--i meut .le -
loi u. lu i oi
,i uffui to
I i. .1, I ll-l llr I 1
i, C ['! II..
. | i i.' e m 11 i
h .,ii .u il I..ut i .... l [
DUuou de ia ii.ii.-ihi..
que a I i D
iiiUM 'ii "i 11 ..i l'argi ni
kkuii i.i .in.i ii- monde, i mj
lauce iic la quai il- ai produit I
I lll.| ul ..Il .1, pO| I.i II- M i
' Kl - | lil.i I |>mU -. i Ll
m i u in leutea .1 la . i. ui h t. in
" |u< m la n DuaJ i U quantit
ut maial precu ui j i obtenue 11 i
li plu* ou noiua grande . I i
a 11 h.ii.^e le eu un lui prl II
iitiiis la n londe. Lt i.i inllui
dirai la mi la i ouvou d ai bal da
l'argent e*t ai-' i i leiair,
-t dani ua i atae* qui
mme tMre li inlain Que II -
lunai "ni 11. n i iMi.i
pieniii'itj da ii i loeiati m l< ali.
raliooa qua Ici gouvel Demi ut, i
rouii d'argent i lauaitnt tubii i in
iiioui.me.
I i iriii i la Rvolution, la
d ihui m. la l qua n'a p ui rmri,
11..u m pli i:i ii, u iii.i i i,. d i
n u kigi li qui avait | ru lit i.
rue, u. | i.i-i iu Ui i,m i .i, i \-
U.i i i.,... k'tkl mu ,u| i .ii inu-
kitii i oiau ua ii, .i .i rtaii
| u^uti. 1..1.1.. i que,
i.. i i.iiiini.uni tea i. i ri
du n in i .m ceiiei .i. M. d'A-
li m I, i tioiii miala de i uvule la>
blil que l (..,.,, ir .1 a' bal .1 un
imiit tait, en IbUO, 'i' ' Iran
tu i"". ni i.ai, s, an t u.
i n. .... m ibuo, 'il i u
ni j i.i. iu n 1.1 !..
I r l'uUioi iln si m, i
de i uni.- n ..m i.i.i a, la ( ,,,, ,\
Ut n. ,
" r'' ' '
10 U Ut- | ......
Mi ..-,.., .
>i.......... t ','- -' Ua
, ..i.. i i u, i
I un l Obtl ..in II | !.. .
.1 I .Uni, p .,',,.
i ..,. i,' i .,.,,!,
a peu m omilgi 6*a| ter,
i ... .mu. | ieol
1
i..u ,
ii i i denvi
.. . i.......
ue 11 i.w il.,. Ilta
i. '.m | imiii |. i .i, . i uiienli lui,
uoiiuio aux ,i| laii i i
. 'njiMt p ut Ua laure valoii I
ol.E lit, U i ODtl
ctrfmiie im lut a, 'i i' m
un m du ''
pu i i onaidi rabiaa i i gm
mbi
lit ra ei iBmobuieni pei l'i
I i profoi I
duea tant I a ui
Inique, tantt '< lro|
i ordre imam ni priv, I intol .>
m mita i. >.' m i la
1.1.
. fi*
, iniseui ... u.. m. bien
i|iiauai intervalle* uaiureiloiu
luit teiiable*. bbeaieaieoi m
linlb deU pievu- i,
prtlluilt prtlilltul eu U. .ul | Mi
ai ure iiu la graddi ma
ti patiti pi'ipin
pmler que de DM joue-, Faut il
nier avant lu guerre I-- kn
rtteutuaauU, comme
l'auama, 'lu Lomptou drtuiougueiule, pool lai i,n, '
ui .lepui ta guenu ia luoia
lui u....... le u UB U liai
lu- il i Ul* p in
ii uil I I : '
.
lu,



.1.,,
,' lu
U. 11.'

'I '
I

?



COMPAGNIE d'Eclairage Electrique
i
Port-au-Prince et Cap-Haitien
ECLAIRAGE, MOTEURS, ACCESSOIRES D'ELECTRICITE
INSTALLATION ELECTR1QIE
*
Depuis le Ie" S*p embre 1923 le nouveau rgnrateur fonctionne
La Compagnie est maintenant enjmesure de contracter de nouvaux engagements pour toutes installations
dans Us conditions les plus avantageuses pour le client
Rendez une visite la Compagnie et vous serez saitisfait.
Tlphonez le jour ou la nuit au h 226 de G a m 6 p m
et au Y 37 de <> p m 0 a m
IL EST IMPOSSIBLE que ta clientle ue st pas satisfaite
t
-i
'zj ^sa^to-i

1 / '
1
Port-au-Prince and Cap-Hayli
Lighling
0
Motors Eleclrioal appliances
Electric Installation
The new Power plant is in Opration since SEPTEMBER lst 1923
Tlie. Cuui(imd> is uow prparai (" inak* \e\\ MtrtOtl (or iusUllalions for Ugbta ami molors t the Lowest possible cost to the eousuiuer.
Fay us a visil and you wi-l te salislied
CallMus day or nigkton the automalic tlphone
Al N 226 trom lo a m to e p and No 437 Irom e p m to o a m
WE BELIEVE in Salished consumers


awr^ ^


r^
LE MATIN la 2j QpMrnto *24
-
L-
h
.-!*
La Maison du MONT- LIBAN
0
Anjjle de la Grand'Pue el de la Rue des Csars
ETABLli: DEPUIS PLIS de VINUT ANS sur la PLACE de
PORT-aa-PItlNCE, est heureuse d'adresser a sa clieulle
ses meilleurs Souhaits de Bonheur et de Prosprit
1 occasion de la Nouvelle Anne.
Elle se fait un devoir de mettre sous le yeux de tous la
e
liste des marchandises qu'elle a reues tout
rcemment de FRANCE et des ETATS-UNIS, savoir :
*

!
Jambon de i I i livre-, fromage,
MOCiMOOi pom I I trliv, iii-
gBOBI.
H MBOXS ASSORTI!
. I . I joli | |
I livre, I 1 Iim al i lifrei f i ir
l iv. tarai li
ihocolat. I s,i , l'ru |,
secs, abricot*. p< U , pommer,
poires,ligu--- l i toi e,ra ,.-:. in in-
il-.
Liqueui CI
m io, ci 6me I meolhe, |rea i
> i ne. Obarrj Bran ly, ibru >l bran
ii). eu i nouth,
wukii ebamp igae, vin blani
|a rin da q lia i, a ilag i m i
Quia l'iru il i Priai i Opai '"
bire, Porter, li
C0N3ERV i S un i m i tan >M
aardinaii, polad liam. potad me^t.
hutres, haraoR leuoe, taperas*
ItbV, l II... l 1 il.,
i lli-., 5 il-., gle, coabture, bot-
oichooi i m i liai la al vin i
< rp'-> un m i m ilaa, m a an-
olive*, lait eon Ieaa4{ e i m
l nota*, i ipi i
Pruila au jim : pois, eariaat, p<
P M I ||
de bine.
traiiUiou Scott, Oljens Crame-
n\ ( verte ) Red Robin, Dan,
in interne pure lard, huile de table
par bouteille al don! bouteille ru
boite de 1, _' el .' livra*, Huile lin-
rt el d'Ai 1,1/1.1 t de bouteille .
vinaigra, biller, poudre 6Uvaliio(
laera '-ri poudra pour glaoar lee
.' kteaui, n -i % r* i n boit, -el. ci-
garette* r.imel,
Lsalilles, gilbmce
Cravate, eeialnrai ebaaaaatlae,
bas, p irlutnene, jarlelle* pour
hommes, bretelle, broase a tAle,
liima liilell'', pi-.e rasoir iri
Diqae pour lamet i
i
s^'JES
L
a maison attend encore par premire occasion des marchandises
franaises et amricaines.
VENEZ VISITER AVANT LES FTES POU FAIT BOUCHE OU DOUCE"

-

yj^mw.ir \M
? .


m.-%ro
m
v..-:
La
Colombia Slearpship Co Inc. se distingue des autres
Compagnies eu ce qu'elle est la seule qui ail achet
une lijjne complte du Shipping Board.
Les membres dit Board, dans des dclarations publiques,
n'ont pas manqu d* justifier la possession par le Gouver-
nement de (es bateaux, et la ncessit pour lui de les
. a a _. A
l*
exploiter jusqu' ce que des capitaux privs se
seraient chargs de leur exploitation.
I i plupart de- i uij gtiri qui
lOal Oppose*, .-"il A Ih i .nlii il ;i
lion du Ijouvernemenl dana des
entreprises prives, ou Lieu te
qu'il entra en i oncuieiice avtc
tlles.ont tolr celle Mluatinn dif-
eilement eu altendanl que |ea
coadiUeai eusseui j ictifl I > idd-
presion de la smer geo !) 11.
sans pourtant abandonne!' pro
gre dj Faite dam l'labliaramenl
de lignes Transatlantique! Amri
caines.
Lta porii dei Antilles ont dos
atrvil miinieiiaut pu lu Lolom
bian l.ine a l'aide de ees propres
bateau\, aulrelon proprits ue la
>hii |iinK' lioard.opis nanmoins
par la Chde Line i.
Lorsque qu | iei bateau pri-
v tmrieains lreal lance lui
' % mctam ligne looleeaal
critique acerbe uugrouirod In m
mes ayant a >n lle Mr Raymond
l'n-i.l ni des Lignes Main',.. .. .
de lit une ofl'.e d'achat au Moard
eompremnt ( >m te* bateaux et
m h ii t n ( en mne tMi^ it re,
poneabilil d'eu aseurer le service.
t'tait un | u i ourageui L<
Iraflc tait ioim l'influenee J un
i prctiion qui durait .l|n depui*
Irou ue. Lan b&teaai i-irangei
P" coulre l.tif.n Jiun.i-.tr. s >ui
un plan plus conomique.
1 '" n'avail plu beaaceup d'ei
poir de voir le Congre n6\r .lai.-
le sens dappoiter aucune aiJe a la
marine mbreluude ut Etals L'ai*.
Les organisateurs do la Cou
saie trouvrent eepea ieal que lai
h le m \ a.-1'Uiiiis p >uv:n- nI seii
Il meut se maintenir dans le (rafle
entre les Etat> I nie et les \nlilles.
L'exactitude de leurs prviaioaa
i li l i'-i par le [ail 'i ic la
< progre eatufai
uta fitiou qc elle h pi i-.' i ur le eh imp
.h u, nations.
La premire opiation de la
Ligne Clyde avec les bnteaui pro-
eneat ou Shipping ItoirJ date de
Janvier I9i0. Bo c* moment-U
le tranepirl ' ul encore en bai n >
nie avec la prosprit d'avant-
10.
I ne vingtaine ae bateaux appar
tenant n i jbipping Uoard avaient
t destin ! a faire un >c:\ ce
mi rgjlier entre les porta da i vt
lantique li El tti l i< et l'angle
terre, \ irvag Su e et la MJi
terrane : i menai que ceux des
anlilli -.
En it^t le Bjard contai
11 ninuei son ir.i.'i; UVM I r.ui'i
i pour concentrer toute eau acti
eil nui Aiiii.r- i, >,ii,, mot du
.aux ce li II ,\ la >uite de
la normalit des i h ni qu'une
dpi i i i daoi Im ixpntiuns
mai itimea Tait rendu neeeetaire
la Ligue 01/Je ;l> il uu eervioe
In lueueuet partant de New Yoik
avec deslination .le m puits des
Antilles. Ce Hrviee lel qu il avait
1 t.- conoo estencore maintenu MOI
aucuue altration .
Il \ a deux ans que la Coloo
li m Line lut organise et lance
... nme une eeireprue plivo. La
1 il ai lieta cinq des li htMUl du
lypc de ', ake i. S. Co nu prix
111 I) Ura cinq le.'.taient
le "Mai mi i ii"- le "Bara
n ita, B rlivar et > Bridge
, ;ous des bAteaui am^mgs
pur lu raoepert des fruits .int
une ventilation ample et parfaite.
Ils transportaient aux Blali I in-
du cal' ei des bananes ligues alors
qu'ils < lurgeaient .'i leurs porls de
dpart des inireliinJisis g;u
raies.
A l'txi eptiun de la Li>;;ie l'ana
DM d'--i rvaut fort au Prince et
le "l nue I rruit Co >h Uil.nnbie,
In ligne Colombien est la seule
CumpagLie de Navigation amri-
,i i iit a lutter contre la ''!
eurrenec trangre. Le lais q i elle
a pu - raj ai un obi min d m de
pue I i i nslauces est un lii
but a sa i'ueetion et se- piinci-
pHiia officiera.
' M. P.. Poaraall, Vite Pren-
nent u Oiraeleur Gnrai de la
Lie tait in oui t en giaiu jus
qu'an IVll .oiuc lauueiie il se
>! 11 ia a entrer dans loi affaire
de u ivigalion. Eu 1920 il entre
au aer.ice le i C v-la : i..'' cjmrae
Direaleur Gnral du rarvii
ger.
Il abandonna cette charge pour
realroi .Uns la Colombie Line, il
\ a deux ans,lors de ^a fondation.
Ll Shipping Itonrd u transite
la . > K> 1111. i .i Line un nombre de
bateaux peur tre aller'"5* au traite
avec des porls qui n'taient pas
visits par d'autres bateau* Am
ricains.
La Ligne Am/riraine des Anlil
les, aiiihi roniine.inainlient un ser
vice rgulier | at des dparts toulei
Ici Iroil ?mait ec,' n'rp New York,
les llrs Vierge, l'ominique, Triai
ilsil. lis Guyane et loue Us ports
llailif i s.
La Colomb:an Line avec ses pr*
prs bateaux assure.par un dpar1
lii mensuel, un sirvire rgulier
entreJSe" York et les porls de la
Jamniqne et ceux de la Colombie
il un service hebdomadaire entre
New York et les ports de la Colom
liie et celui de Kingston.
Les port llailiens sont d>-ervis
aiusi : ceux du Sud par des ba
tenus de la Compagnie (t ceux du
| par le Shipping Uoard. Cei
dparte ont lieu toutes les semai
ns et uniprinnint lea porta du
Cap, fort de l'ai s, Conalve. Saint
Marc, Prt au Prit ce. Petit fioave,
Miragi Une, Ji renie, Aux Cavei et
lacn.el. La ligne de llaibade'iom
i un di|xrt tous lea quatre
DCI p. ur les Iles Yierget, lee
Antilles inglaiiea et Kranaisea
en lourhanl au releur lea porta
Colon.I lent et la Jamaque. Les
ipaui ports visits par ces ba
leaui : sonl S| l'bornas.Ste Crois,
aux Iles Vierges ; 81 hitts, Anti
uhdeloupe et Dominique
les lie du Vent : la Martinique,
ble Lucie. Barbad* el St Vince n
aux Ile sous le Vent.
!
Igenls pour la lipublique (Fifali:
iiiiairc QiBciulli Qaj a iltien.
J- L' Villanueva k Co> Pcrt-4-?ai\
i;- iHaSurnssc lte St Nicolas
Abel Lacroix. (SouItis
SoolU mmireliki dftaiti St Marc
Gcbara & Co Po.t-jtt Piino-

Jean Rijardi* PttH'Co/e
loiar & CO Mirauone
lei- WlenePi Jraaio
K Callstl' Aux Caves
Bruard Co -lacmel
AujkdeMartlneau&Co. Aquia
r. CltMiiPuls, Gnral, Ay. l, Port-au-Prince. Ilaili.
,
THplUl Hl)|: III
Rsiierioa : 422
Le Bureau principal de la Cie se trouva 17 BaKery
Pljee New-York


>


LA COMPAGNIE

Nol Italien
LaNoal italien! J'entends sncore
ses carillon* tauJi que s'voque
mes yeux la houle violette des
oiuu. j lOmbne, envelop-
pes 1 ud creptucule d'hiver, et
brejees de pourpie pir le soleil
wucuaut. Aucua souvenir ne
SM resUtue suiuDlable nnpre.-
sieu de poignante posie- ki ce-
pendant j tii couuu lea .Noeis au-
jiajs, ai delicieui avej les egli-
sea dcore* de feuillages, et la
ueige des camp .go, s pique par
la verdure Ucs nou*.
M**.-, quand \s. veux sentir
toui ce que le rve humain peut
matre U nehantern ni Uai.s une
tradition, uicu.e, je resancile uu
vingt cinq decemore dans un
viuage ualien, antre Perouse et
Assise. Le jour mourait, ns
doux, car le terrible vent pru-
cm auipeuuait sou eouitlc gla-
cial. Je venais de voir la triple
basilique de 9aiut-is ranoi tou-
te gi amante ue cierges avec les
Splendeur uu peu paennes de
sa uetUe. Je i tournai u voi-
luit par les rouit aasuinbries
sons uu ciel ou lea rellels d or
ne uniraient pas, tanuis que
s'allumaient U*. premire* toi-
le. i-Wiwui, Ue couine eu LOlIr
ne, venaient ue soupirs de CM*
v-be.
l LkLk un hameau, dont je n'ai
JMLtja tu te i-cu i je uis a n_oii
tOtUti u'aiietcr. Je Venais u eu-
luvuir, par une porte ouverte,
un tao'eau qui ma seduiaaii.
Cou.u.e j nekiuua ur le seuil
luati^un une voix u'eulaut me
ienne Wharf
DE PORT-HU-PM\CE
Qui est incontestablement
l'une des entreprises les plus
utiles qui aient t ralises
dans le pays, remercie bieu
sincreuieul T Administration
hatienne, les diverses Com-
pagnies de Navigation, le
commerce, et eufin le public
en gnral de la confiance
dout elle a t constamment

dit : < JtM HI, HONORA, VE01 IL
NOSTRO BLLUUlo KA.NulALLO
* filtrait
Sous la clart de res vieilles
lampes de cuivre de forme anti-
que, qui se haussent ou a'abais-
stiit le Icng d'une tige, U table
dt laonlle tait dresse. Au mi
luu tignraii le pangiallo que
n."avait annonc la bllette,
norme gteau de Nol, difie*
eitraordinane de i aie, de sucra
glac, de Iruiis conbis, que con-
naissant tous clll qui ont vo-
yag en Italie A cette poque de
l'anne. Uiin-l tait vritable-
ment spleudide. Lt, autour de
lu:, plusieurs gurationa d'tres
humain! l'eiiveloppaunt d r*
gards rayonnants- beaux yeux
velouts et nous, ai navement
u (lis d'un songe heureux.
Grands-parents adulte, jeunta
gens, -1 :'i,i-, loua avaieut la
mu.e tx^itkMou ce lelmte ta.-
me, d' itndnttemtni nat, sous
le iin^tlllaiic ues milles plates.
iou la laine nu.lie dis beitte,
lOliiiue sous ks annulables che*
Vtluies boucltts qui laisaieut
u bit n.'i!rr les- IiauaUI a au*
t i.i ue ttus Jtan-ba^.itie.
Jam'is je uouUieiai I expres-
sion radieuse ue cts pauvres
psyinns ombriens, celtuiant si
j"\ uti un ut U uais.ance du
fcauuur, tn hiUli ^our la
pluiatiaueou le leuclii lavon
de ults itgioii, la LOiliU, et ha*
(Le tn liltX laisse uaiiS leur sol
|*r ui.e I un i n Icu.lan.e, et
cuiiscKitnl \oir ui iiansde
la liucit. Italie iLau.aHe, ter-
re citdule ei u a.iqut, \ uisst ni
lei>|rurts ce lu l.tu.m gar-
dtr loigumts icn leva cfilillC
les (eahts modernes l
l A M XL Lx&lsuk,
Dans l'avenir, elle espre que le concours qu'elle a tou-
jours trouv ne lui fera pas dfaut pour qu'elle arrive
mettre excution les amliorations qu'elle n'a jamais
cess d'envisager pour assurer plus de confort et de
clrit dans le Service.
A l'occasion de la nouvelle Anne
Elle envoie tous, ses meilleurs souhaits et lait des vux
pour que 1925
favorise la ralisation et assure 1. succs le leurs projets.
Yice'Prsient et Directeur Gnral: A.DRIZ
Tlphone No 538
^> <^C>^3* + ? <** ^ -


r
LE M Vt* la T% Ofeambre f99i
TBT&
^___-

^6*
es**
LA COMPAGNIE
Des CHEMINS de FER de la le ta lui de lac
rr
lg
OU COMPTE PRS DE 30 ANNES D'EXISTENCt
CONSACRE TOUS SES EFFORTS EN VUE
dune AVfiUORATlON
^^
Vtilk "de Hoel
' >n tait la veille de Nol
mil neul cent quinze l'Occu-
pation rayonnait alors daoi
* toute sa beaut, pour rpeler
le mot qui consicra un illustre
| OllIlCItlI-
< In tait la veille de Nol.
l'ort au-1'riiu: ew>ii en pli me
livre des apprts du levulion.
Uts thories de cuisinire! don
uant le bras 1 u s paniers
mes; de eti.ls ajai.i de* usa-
eornea de d.uJes, laii^ousles,
pOUlil.s OU a llli ViOlUal I SJ-
luu leur.* bourses ; de b ol-
durs ayaul sur leur tte leur
iliarge; de cita lins avec leurs
peins paquets l'entrecrottaieui ;
des auto, vomirai et pteionsi
charges do joujoux; des ven-
deurs de dois pin de l'urcy.
circulaieul. Lutin, le va et vient
d un vingt quatre Dcembre!
> Hum.- tout ^ apriti ne .->o
proccu^aieui qi_- do oeieorer
j"( ,i. ,i ,,i u naissiuoe 10
l'Homme Unu.
I
i
k m NA1EBIGI et Je ses DIVERS
SERVICES, tau! u mmpi ies
pcssikilte n'use extacsioQ
de son TRAFIC
A i'ccasiofl de l'aims 1925
Elle remercie le Gowernemen* de
la Rpublique* la i lientle
qui ta constamment
honore de sa bienveillante conii*

i
i In tait la veille de Nol, il
it joui la, eeiti.dalil, la Cour
Maritale ejfgtaii, |our ju^cr ua
des i ero* lumra de l'pope du
Unis btllaU' Ce brave a trois
po l-, eucore uni une, il est
viai au mpris d'un or taire, eifll accuse d avoir t
irouve eu la demeure piivee
d'une dis associes du Petit
Laie par le Capilauio Lover
eu louiue d'iMpecUOn.
iVppdn en tiinuiniiaj^e.laco-
QlMtle pele de si atours, de-
i.i>ail :
Vos nom, titre, prnom tt
qualit* V
1 \.ula Moniyon, co-a^o-
ilee au l'elil cale, ne Lhui
turque t ruii'-e ;.
ttaieiue .Montyon. con-
naissez vous 1 accul ici pr-
m ni /
t'aula i garda bien le sol lai,
le ue >i.>>.' i, ei api es un ex m h
scrupuleux :
Lu vrit je ne puis pas
dire si jj reconnais ce lypela,
lit elle a.e. uu IlegOW tout
laii ii|{Oio ; nuis lout ce. que
je pins atnrmer, c'est que je re-
uouvcoaiim cis distingues ot-
lioicrs, t|ui composent ce lri-
i uii.n. les ducretl amis de mou
petit btttl IJ-Ol...
A. 1 L
dralion, son ne s marchand son concours et envoie h huis, ses meilleurs souhaits de
EcDheur lie Prsprl
Directeur Gnral : W\ 3. BRIGIAC
Tlphone: l\o 255
%
1
? ZP&1



,
LSiiuw-uaiiknmWa! W


-
i\
V oulez-vous conomiser votre teuips et votre argent?
Dsirez-vous vous habiller avec lgance et sans frais
normes ?
ALLEZ CHEZ
. Auxila
Angle des Rues Traversire et du Magasin de l'Etat
C'est le RENDEZ-VOUS des Gens chics
Pour fter joyeusement les ftes de la saison, faites une vente visite
aux comptoirs divers
de
aNOEL k MILLE
Je mu rappelle une chanson
U unlulide kl uouce, i knjie
m chaude, m ineuiuid qu'elle
m'emul a en plein ci. a eu i ver,
une pau\re petite cliausun Je
KiLme que j entendis, il v a de*
jumei de jour, a aevilic.daus
U|utlll jaune Ue Ao< I
ueiailau milieu de je ne tau
plus quelle liuuil'.e el luiuiaue
cALLb du vitux quai lier de la
M^auia. Le utl ei.iit lis n.ai
MMll eiaigissiiii piulund, spieu-.
Uiue to;inne ui.e n.l ue ealhe-
uiaie uU seluliuenl a lliliuiuOld-
ble tieig.. La iuuq y li.dan-
V gcut iciie qu uu ca-*uu lUel'Veil-
leux. Lo.u.e liuuuiuc venait
ueiuni. ue >ui|ti-q..aue ciu-
tiies de la Oiia.ua hOUUMMUl
IMM tive, semaient ue la joie
el ue la quieiuuu su luulo la
vuie eu Mit.
uuu pdaleite el impatient,
?6 tes urea I ilotUls, avec
Ue cane illade bout le mail
tilles, KVcC Ue gesiea n .leux, ||
coupits, itur I vie ue messe aux
Un m, se lidiaieiil Vels les lable
tieieveiilon. Les le. aies iii,-
laieiii, les luiuce muni ii au-
Uessus uo Mlit loueiiet.- ,ar le
\ni, sepaipiiia.ini pereniea a
Ue llotiic Ue uuvei. Lan v.t
et n-jitr ctiainat de pu .-mun-
it uueurs de uinde loue, ue
S Soieries, Parfumerie
[. lt
5 Chapellerie, Meubles
Zt Kl il esl impossible que vous
J| ne trouviez ce qu'il aul
m pour satisfaire vos (jouis H
A .vos lanlaisies
S
f Grand assortiment de
p Tissus le toutes sortes
J Casimirs fraa lis, Flanelles kiates
? varies pour costumes
!
I
friture l'huile et l'ail, de to-
ii h! -1 (t'uran^p.
I.' omin i je passais datant
la |orie ouverte d'un misrable
cabirei, \i vi des ouvriers eo-
diineuches qui tmvaieut a pleins
verres du vain ^ais comme de
la terre mle Je sang, el. ados-
se ;i l.i cloison, le regard dou-
loureux, perdu, noy dans les
pruotllai d'or llude d'un oui
iMii.r. i qui l'accorap-igiiail en
Odrdiae, une cli intense jeune
I jolie blie ivnt des cheveux
de la DUtnce du l*uilles mortes,
un visin-.i Je MMimilsion el d'an
goilM iMssionne, qui vous tai-
sait OQgtr i quelque lose dli
iMA|ue l'on a un peu pilme.
Klle,roiic lulail d'une vuix tran-
ge, ligu somme un cri de
soullraoce, B% > lltUM com-
me uu aveu d'auuration:
En ou\ i\m iani in' m non
Ta UCrrn l vu ni: CHBRI,
J'AILAMS rOMbBHvToN oi:U,
Il 181 i >MB DANI MON Mil.N,

Jl U i M DONN Milil ,
Mai- i vi u ug PUCI PO( Il
hh.1 \
li li VOIB i I MIEN
m mi IBM M| RMTB.
' ii Cille cliuisoii il amou-
reuse MejMOtt qui dominait
les chocs des verres el la ru*
ineur ulenuelle des cloches de
paix et d'espoir I
lits t. Mai/cro^-
-*

-
Chez AUXILA c'est toujours par un sourire aimable qu'on
est accueilli, et l'empressement des membres du personnel
de la maison fait que, lorsqu'on; y a t une fois, Ton y
retournera le plus souvent possible.
>#*r


L^ tfvm dj Vk DiD^Olt


La Maison Ch-1. C A E T J E N S
Se FAIT le plaisir l'occasion des F de remercier le publie des marques de Sympathie
donl ellejja t l'objet ainsi que des'iuombreuses et
trop flatteuses flicitations l'adresse du
R donl le succs grandit de jour m
J en jour. Kn promettant de con- P
P tinuer les excellents procds |
i
qui oui fait Sa force, sa Gloire
et sa Rputation
La Maison envoie ses fidles- ja
clients ses meilleurs souhaits d(; "
% BONNE ANNEE *
v
*

K

ADRESSES :1940 Kue du iayasin de l'Etat
Tlphone 347
DPOTS; Rue Courte, aucenne Maison Brutus St-Victor
N 028, Rue Bonne Foi i\os 1 i 1 & 560
Ht <*~1"
Cest la maison de confiance par excellence
!


J *

.


.LEMATTV i S'k.tMH^ 0*
m
&
*k
j
SOII
?
GRAXD'RUE
A ct des Caves de Bordeaux
Rcemment tablie sur la place de Port-au-Prinss.
gnvoie tous ses aimables clients ses meilleurs]:
souhaits l'aurore de la nouvelle Anne.
J]lle prolite de l'occassion pour rappeler (ous que sa dvise est de
vendre petit bnfice pour vendre beaucoup.
tyoulez-vous vous babiller avec lgance ?
Ataez-veus donc i la Maison H. et A. ACRA,
)ans son personnel, cet tablissement d'un
genre nouveau compte un matre tailleur Italien
sorti d'un tablissement d'Italie te premier ordre.
Elfe
est en mesure de fournir des eonleetions toute* laite ! aussi sur mesure, en
drill blanc l cou.'"*-''.
eboviole.
diagonale, palm beaeb,
Il tel mit galement
n vente des
absolument
coupons de Casimir poui
originales pou gilets.
paoU"
Uns et des toiles
r\
BORUETERIE
Cbe-misea de jour et de nuit au got des olienis,
Cols tt Manchettes dernires tritlens Caleons et Pyjamas.
Cette maison constitue une nuovalion.
IV : i -/il
tous eeuxVqui^dsireat
'plus sympathique est rserv i
par une visite tre difis fur la valeur des travaux lournis.
Tout ce-stume command et qui n rpond j vs au got du client est repris
?V
Y
No! Mt MB* d |T*D4M M
iuuu Le toleanito religienu
nii'tDi la vetll*. *t durant
jusqu'au Jour deslUi* iS jaavicr;.
Ave* et fle* minemmeat car-
licDutr, concident Us vieille cou
ton) de divination, d* magie, d
quasi sorcellerie, d'origine paenne.
L'est la t> mme qui demeura
princij.aUu.eut attache cite
tradition antique La plus suivie
par le-s jeune* Alle *st celle qui
permet de dcouvrir 'et'unc ve
nir. Le* procd varient on lait
verser de la cire du un rcipient
d'eau bouillante, et, pour conna-
tre a destine, on examine la
conformation de* arabesque* que
dessine la cire Tondue.
plu frquemment encoi, la
. patience reste de longue heu-
re, la nuit, seule, immobile, le
reperd tiie, devant ut terre d'eau,
au fond duquel il une pice neuve
d'aigent, attendant anxieusement
l'apparition du < p r d c t t|i n ,
blond ou brun, suivant I rve for
m, mai toujours beau t hardi.
celle potture prolonge, la solitu
de. la tension d tout l'tre produi
ent gl talement l'effet voulu. A
la grande joie mle de frayeur.de
la jeune lllle, l'homme rv se ro
llcte sur la surfsee brillante de
l'aigent. Mai gare celle qui se
retourne pour 'asurr de la riali
t d l'apparition
De lait, ce jux innocent, qui
exigent uanmoin* un certaia coi
rage, l.rjiinent parfoi d'une
faon tragique Enfant, j'ai enttn
du ma vielle boune conte la om
bre averti ro d'une de e tmio do
village qui.au lieu du pri*ti
n*, aperut dan la glace, devant
laquelle elle itail assise, un cor
cueil elle se leva vivement et tons
ba vauouie. La ecous* que pro
duir.il ce prsage de la mort lui si
violente qu elle ne put t'en ro
mettre, et quelque moi pie,
elle mourut on effet.
11 et un autie procd de divi
nation : lallitude d s oiseau, du
coq et de poule en particulier.
Le t'.heldon, loa Grec le Hou
niains en usaient, l'avaient mmo
rig en institution, t c'oat vi
deameiil do Uv/anca qu'il fut in
troduit en Russie, tin archevque
do Novgorod, (iucnoady, qui a v
eu au Wi sicle, le aigoalo dj,
dan sou IEnvoi comme dovoou
tiaditionnel dana on pay.
Dans l'I Usine, la divination du
promis l teinte de charme. Le
jeune tille o runissent dans la
plus spacieuse des Ixbuiai (chau-
mires) en taisant cercle autour
d'an pnUI tas de graine de bl au
, niaMl duquel est dpos* un*
b gue. On introduit itan le cor-
de un coq qui, en picorant, r*o-
contre le corps dur et le rejette. La
bague reul* ot vient tomber an
p.edsde l'une des assiatante : c'eat
relie qui e mai iera dans l'anne
uui vient. I Ha Ptaou Kaminsky.
Minuit, chrtiens-
Tout lo monde connat l'air t
loa puiole du tr-e beau cantique,
i pins beau, peut tre, de la
chrtient, que l'on chante au
kglisis. dans le familles, dan les
rue, partout, la uuil de Sol :
Minui Chrtien,... ,
L que l'on s.it mou., est le
nom de * auteur. On que gnraleineut que parole et
musique sont du grand musicien
Adolpho Aci>.m et beaucoup ne d-
signent 1 l'u chant que par
titre : la Nol d'Adam.
Or, e'est une erreur ot nous
nous rendons coupab es, on cola,
d'une petite ingratitude, aar la
musique seule est d Adam.
D'ailleurs voici commeul et par
oui lut compos ce cantique qui
ett devenu l'iivmn de lecoouuai
unes do l'Humanit chrtienne
tominemorant 1 anniversaire de In
nai.sanc do so Sauveur.
Us paroi* aont/i un pote bien
oubli ujouidhui. Pinaido,Las-
eau ex-commeicant, r*tir a**
*ir*,qui s'tait mie>ompo*r
ai,. sui le tard d aa vi, eoon-
do v.. ot don le pome*
me on dit, -*ol *"' d "c-
biitoriques n'eu. "
(is mme de son tow. *ay|* en
C'est au cour d'un ***
dibgeuce, dans lo Midi de la .
ce qu'il crivit son Minuit, chro
tiens . Lel*e aaail Koqua-
maure, pr d'U&M. dan le d-
partemant frangi du Gard, (ap-
peau y rencontra, une nuit d*
fo*l, on ii. ricicn d* Ulantal qui
, vu t, plu ..... .Hbt* : Adol-
I e Adnm. Dans la cbaabie d'An
berge ou ils allaient ensemble pas
er la nuit, le poeta lut v*r*
au muaieieo.
.au- m lut i Lthousiasm par
i beaut et 1 lvation de cttt*
On parle Franais, Anqlais, Espagnol, et Italien/ ^wyrt
^"O^-
Hi,e gia.e laquelle la autiqu*
rsis t 1 bjBBBOTtaill.
Lela pit ver 1830.
.
Aa, .
*#.-


.



LE MATIN du.4 nifuabrp 1Q2.4
_
- -4*
%
y
IS%
I
'/
R
POHT-Ai-PRIi\CE-Gocaives
Tlphone N 216~Ma(jasin rue du Quai,\ 1727
VIENT DE RECEVOIR
Beurre Moulin en erblancs de 5 livres el 2 livres
Ox-Cart Brand '' 1 "
Brire Pihen, Buf Sal.
Peinture, Alliuneltes Articles umills,!jmachiut} a-coudre
Marque ( Oriqinal Express ) Ciment orlland.
achats de Denres-
jM, colon, Graines de Colon, miel (jaiac. elc
JEfcx--
Grand Htel de France
Angle des Kues Boimc Foi el du Quai
C'est l'tablissement idal pour tous eux qui, en voulant
benficurdun serviceirrpro hable$ doivent se tenir au centre de affaires.
Par sa situation exceptionnelle
Lllolel de Fiance est le rendez-vous qui s'offre
aux hommes: a ver lis.
Les meilleurs vins de Bordeaux et Je Champagne.
C*e1 lilntcl de France qu'on les trouve.
je a,nc\\ut, qu\>n o\\u en ffrimneiu de ('ami qu'on le^oiL o.Oec pfabir,
S'est a l'htel de Frarce quor le dorre.
^lultc parx une paitie- "bt> JjLffaro* ne st joue- aaec autant "bo pfaUtt.
Tlphone, 341




>
i _
it
k .


i.m %TI J du 34 Dio*nbM 19H
4**4fr %
v

MESDAMES ET MESSIEURS
Ll MAISON W.
IN WILLIAMS
Remercie tous ses aimables dienls, pour le concours qu'elle
a Irouv cbez eux pemiaul l'anne 1924.
Elle souhaite que 1025 leur apporte loule la joie et lout
le bouheur qu'ils attendent depuis lungtemps.
NOL
m Aogkterre
Lu Angleterre, ili n'ont cat le
Jour de l'..i U uni Lbritimut.
CnrietmaSjli.ut nul. tt l bustu.as
coincteuce bien avant le 25 d<.im
bre, pour Unir bien ipra.ta d e>t
pae un jour, c'eal plu* qu'une
grande leniaine, c'dl pieiqu'oiie
MifOn : Uiriluius'>efuii
.Nuveaibre n'ttt pu cccon d-
funt que dj ka journaux pot lu dI
leu!8 >lbrialuu>e'iii n I en ||
dea le pi gland il paille, ju babl en b,
ue l'ecballa aotialt-, ptmtol &
Lbrutuiua. i'eudant Icm la moii
de uneinbie, (n ttbaoga Ira
Chrialmaa cardaa ti ou >a daua
1 lien te de UlTietlBal !
(Jue lea btards ue la vie veus
coujumeul le ion d un \iugt-i ioq
deteiubie, au atin d'une lentille
aumaue, dauecella campagne dis
tiiMious de Loudm, qui a ou ne
Bill quel clitt.-u.e leiH tt envelop-
pant, c tm ia que vous g'.ein
lea vruits joua du Nol duulie
mer : vous ue manquer*/ paa de
prendre pan a la liauiouueile \i-
aile a la cuibiue, touie ui ne nour
la cncooslauce de boilX cl de gui,
viaile eu grand liulnla, laa leOiiue
en toilelle ei lea boinniea en -um-
kiugi voua dtgutleiez tomme ta
if e> e 3
La maison esl plus que jamais
dcide ne servir que des
marchandises de qualit
incomparable.
Elle assure la prompte et
soigneuse excution des
commandes < I garanlil
ie plus bas prix,
l>e (elle sorte qu'elle esl assure
de ue pas pouvoir trouver
de concurrents pour les
articles suivants :
Pneus, Ckatrlm Air
Ainsi qu'accessoires JLluiilop (janad eus.
I raaea lu liaditioniielle dinde, oie
OU poulardei voua voua rgaleiei
du | uddmg ualional tll mbovaut.
Pi ut-Aire vuu iuvitera-t'ou encore
jouer a uu, laa de peut jeu
claaaiquaa dont u. euavea miaaat
tiuglaiea ont na liiandea taie
que : gagea, colin-maillard, maua-
cluuJca, rurali et uuaai ce teuap
diugou inoina conuu chez noua al
qui eoaalaia pcuer d'un doigt
dciuat dea noix uuinergeee daut
uu bol de liuni ou da biuudv eu-
BON bouilxiut
'lu OBJ fora peul-Otre MaieUl
une nuiilouilnu de >oel joue
parlai jeunes gna et lea jeuuai
Ullai ta la iuii-i.i, ri ou voua
varrei lfaj ir< i Kobiu Uood et sou
tfad t unaa J uiiaia
liai I i lin li- in, suapeudu
ou-, ie luatre du u.-iibui uu du
I ilimer kitlou, lu gui symbolique
et qui m vu uu baaar,
i taaai I blooaiaur, voua
levoruar al noua lauu leucoutrer
ie gui ta dliaiauaa nu-Mag-
gy > -uilHuil, Uout lea joues uul
ai roaea al ai douce, ou In belle
Uliatiu.li l,uve, qui esl belle COUi-
nie laa Agbueaa tarant l tre,
quaud elle ie veulent bien, l'uia
i 'I in revauche luiu eviler la
hetiu bruaque et rraauaaal de la
turribie luulieee Oldwbiaky, dont
le Dueeau de bruUiat et lea dents
COUbtl i le iiuiiueaol.atleatent que
lea noflaiaaa iouI tenibleiuuut
laide quuud lit. ia Il.ileul Ue
1 lie I
Mahcil L'Iliinuix
'.
I
e
i
<,

r
DEWARS WH1TE LABtL WISK1 do Pfmlre Qualit.
ENO'S FF.UITSALT, PURIFICATEUR DU SANG El REGULHiSUfl
DES fuNUlbNb UL LOUGANUUE*
Bkycleltes loglaises avec accessoires.
IA T IdWlsi ET EVAPORE sucr et no? sucr, de fa marque BETTYMLAND du Gamda, sans rival
tant pj-u' la qualit quy pou1 le Prix-
Lampes et Fanaux ci gazoline donnant une lumire brillante
sans gale. Trs conomiques pour maisons prives-
magasins et Eglise*.
tn Oau* aDimant a la dUaiym, laio v^ Diio ieiv>nL iat^faib,
W. Quinlin Williams
INo 1714 rue du Magasin de l'Etat Forl-au.l'iiuce.
Tlc[ihoiie : X 209
v
--
?
--
<-^ C^-
^ ^ -
*



LE MA1P du 24 D*mbx 10*4
mm

Hayfian Corporation ot America
Port-au-Prince, ilaiti
C. tidyar ELIOTT, Prsident
Frauz von SHILLING, vice-Prsident
P. FAURE; Secn taire
H a y t i a n American S u g a r co
Vice-prsident el Directeur Gnral : R. R. CHILDS
M en Bretagne
; En Bretegnr, U-biu, dans la
petit glise, loa brave g.-us, p
ibeuis poui lu plupart, sont vuus
itter t la Nol , couter, parmi
lee tx-volos l'tif, U uukce an-
nuel! le minuit.
\u deburs la mer gronde peul-
*ti." Le rafales du veut tout pieu
rer la elocber ajoure qui, gris
l't, tau doule, < elle nui), ta
liu.ti parure de neige. Peut tre
eu.u iiie ueige frappa t elle aui
vitiuai sertis Jle plo.uD. Le il-
liai n'coulent pas, u'enlendcnt
fat la uieuecw de la graude) uvm
gauae eo e eolcres d Hiver. L'c-1
la von de l'crgae 4J1 le chinue,
l'autel illuuiuu de cierges 4111 lei
h*puolie Li le I imue prient
pour 411e IM ^ .r par \t revienudul,
fiour que Ici Um ... nu revjisut lu
ude, lr g-nt'i dort* du pays.
Uneu\ o CQaut ce .Nol de Dit
tag>ie que la, iule louleiapoi nu
fti^ue evoc tout le clii'Uia iue.ue
du pole Ue A/.... Ii a euteuiu
sur 1*4 nvicw redea despecueuis
lee mol J Mpuir t de leodresM,
le er< d'auioui 4 .1 iraveise 1rs .i^es:
IflU iiir i Itftl lit Ciill J: luflle HiHUl
U a. o . ta Iuum c.aue par le
ebeunu g,ace et pour rucou
trer 4 la place d'Iito.ude sa
Msue en coitle blaucue aaliut 4 .e
Jsus dans ta cre.ue, u a suivi a
travers la imlj le loug cortge
dt< pebtUN e reniant, une lu-
terne \\ meiu, a l'ofuco de Mi-
i
1
L Etablissement de la llaylian American
Sugar a marqu chez nous an vritable
progrs.
11 mme temps que l'Industrie de la catiue a sucre s'est dveloppe, les terni ot. t acqu s
Uaio tout* ti t'iiiiie du liul-Jeojt uti plus value quu csi s.us iiitil '! noter. Dan
kl lUdlu.Ut ttpiiUs lient s, t nteUi.iTus.iu,*, les | uils ai les eus ont tte nliodu ts. Lts u lhod
muUtii.ts uc eu ture ont ele pp .queis et un uon.oio 1 lp c ta Ole U i UMvaillcuia trouve l dau un liibtur liouuelo 1 sMUTallC u'uue vie paisible
La llaylian Ansricaa Sugar C
latilfiiM desioMiltau heuriiu obtenus, profita de l'oeasiou qui lui est offerte l'aurore de
1. nouvelle use pour airesstr >es KEdEUClEttBNL'b a bm ceux avec qui elle entretient
des rapports d'ail'airjs
Que tous les pouvoirs publics,
les membres lu personnel de ses
Usines et de ses plantations, les
divers fermiers qui l'ont honore
jusqu'ici de leur confiance, la
Presse de Port-au-Prince
I
i.uil, il sttte vision de la pauvre
,lie pitiuc Q< pauvres gtns toer-
Leui Uti lient i.li, cette scbe
u'bLe iliiii iii ici,l>kble, il la
boice u buict tb piebiabt, car,
si ciiu auil ae >oo, eit ta vam
qu U cbeicba la UiltUe du Pobl-
fcerio (Mus .a feule sfeneuille
nui vtt ive 1
Le iv, pour les pcheurs d Ar-
mourut, el Ion ics ku. It -bas ocs is
petite glise. ikbbtlUkud, les
Lbek a* Loti, eoude coude
prient peur le lepee dkB vu%%, 11
me ak up*e et Munsat le
ciec-ne ae salue eu 1'ebiaBl veau
pour seuvei les hommes isar se
ru, ikuukni vers ux ses peins
u.nut louidee d'espeure !
L ekperauve, le vi*tique de 1 bu-
mae.le eu meiebe.
ki tous bu ikokouveaire es
ikbc* se rauiaaeui e le vue de ce
tabicau uee humbles. L'est, es
t'eu.oid ou ea umousia, le mme
longue iiiaone 4e geae se readeet
e 1 iu... ou, ui le bkie ae te-
muic, kwui uiaquee lee iioius ee
vieux. C'est le cantique qui mes
In, .. vieut .>oel du pev*eu.
Il Ut Dl 11 ltlD (Ulllli:
le cbtbl avku*m*ei celui fui
duuu< ia vi*|.w. r le mesde C est
aussi le saul e l'ea lsui qui sp-
ptcbe, aux jeurs pus leags qui
arrivent I e A .smau, 'un f*\ Ji
laua... s A .>oel it je s ts aiieu-
geni u'un bied ae eecj . t ce
coq semble aenter 1 enote ae-
veue ave la en jaycua da aajt
de Vj aule
.(.Lia CLAaiTta
trouvent ici l'expression des vux sincres qu'elle formule
leur intention pour qu'ils jouissent d'un joyeux NOL
et pour que l'anne 1925 leur soit prospre.
Tlphone: General Office M' 531
^^iCv. -


LE MATIX ,h 34 ***** M

-
I
i
i
>
/
% MAI&
ANGLE DES RUES RPUBLICAINE ET FBOU, PORT-AU-PRINCE
EJVVOIE a SES AIMABLES CLIENTS ses Souhaits de
BONNE ANNE
ton! que (eus s'ient metent renseigne, elle leur soumet ia liste des Articles ijft
peuvent toujours trouver eu Stock dans ses Magasins :

Ardoiies encadre 14*21 t/m
" 18xM c m
" 2lx:it f m
Attache i ntienne, Loile tle l u
Attache factures, boite de loo
Attaches crayons
Attaches papier ; Paper clips )
Aiguille courdre ..A la i ci,-, ,
laine
Alcool de .Venihe Bicqls
Alliance en lixe
Agrales pour pantalon, lobes
Brochure pot (90s3l e m) 100 page*
i, u :10,) Paa"
Brochures couronne (SSlWe/J lOo page.
200 pH ;ino i lit,
Blom note F
Brassard deuil I
Hillela de dcs *J7
Bagues et alliances en lixe
Bruce d cieillt
lire loqu>
Bielellea pour lion:me
Bretelles pour entants
Brofss dents qualit ordinaire
' RiiMIIIN
Brosses a tte ordinaires
Bios>s & tte moyenne
Un sf. tte extra
Brosses ongle
Brome i habits
Boulon de nacre y lifaei ., trou
H ligotai tioui
" 'n f- 4 tiou
6 1/8 et i igi.es 4 trou
Boulon nacre 2 trou 6 ligne
Boulon nai re 2 In u 5 lignes 1 2
Boulon nacre 1 trots ,"> ligne
Boulon nacre 2 tious 4 lignes I 2
Boutons nacre liouscn der-sou ; f/j
Boutons nacre Ik us ea destout J
Boutons nacre liou en dessous -/"lign,...
Bouton nacre trous eu dessous UiamT. a
Bouton, fer blanc .1 noir pour panfalou y|;,,
Bou on fer blanc et n,rp,,urpan,.,ou ly*
Bon on.do. blancel no.rpr paiJuion ; n'"'
Boutoasd osblai.ee! noir pr. p, a ,n
Boutons coro/.o nous et couleur i2 sa
Boulons coro/o loin et Boulon eoroze noir et couleurs 11 m a
Boucles pour pantalon*
Blagues a tabac
Cartou gris par leiillea de 2<\.x m ,
Carton bristol ordinaire couleurs asaottl
Carton bristol suprieur ,turi-lsso""
Cartes de visites ordinaires"
Cartes de visite tint *
Cartes de visite estamps "'
Carte d visite deuil *'
Certes de cormpondance. ordinaires
Cartes de correpondaac estsmp's.
Cartes de corepondanc deuil
Crte de mariage estampe*
Colle liquide parfume fran.-aisel
Colle liquique Carter'
Cire cacheter, qualit suprieure
Craie fr... .. e ,< fca,
Craie pour i i
Crayons d'ardoi-e<
Crayons chinois
Crayons divers avac gemme*
P. 0. B. V 3

Crayons Haignol suprieurs No, divers
Uajons Cont i fisia aine noire
Cinyona (.onl ;\ dessin gains couleurs
Crayo. de couleur, tui d 12 ciavons
frayons paur carnils
t rayons pour charpentiers
Carnets ue notes odinaires
Came s de buuau relis petit foiasal
Cernais de bureau roli grand tonnai
Carnets ae dtinits
Cornets de W rc.ua *l de 100 re. us
Cahiers d erttors
Cahiers pot ! feuilles
Caniera couioune g reniUes
Cahiers couronne lo feuille
1 ahii i- couroana i feuilles
Cahier couronne .20 feuilles
Cahiers pour comptabilit
Oalners eo.r.gs p ,t cahiers pour coliers
Les mmes pour comptabilit
Corn*. 11 ouronoe, loile grise, *i cah ers
Corngi i mos iqus 6 c. hiers et ti fthsurw
Corriges loile noire cahiers pour crnjpubilit
toute lie lettres 250 feuilles
Copies de lettres 500 feuille
Classeurs l le ''
Cbemuws do--iers
Chapeii i erdiosirss
Chapelets verra ordinaires
Cliapeltls perlu lionli ur
Chaoeltis tu initie
Chaluet argent lour de tou
Colliers eu hxo
Crueifai artistique | |randenn
Compc.e en boite
l oui. ui c a pains
i oui) un en tubes poui aquarelle
Ci.eaux I ougles droits et combes
1. i >.< lit b en h. ici
t.. iniure poui hommes
Chesnisse pour hommes blanche, et zphyr
Chi.) taux ue paille 'opnjr
lloubl. d< m,. In ,
Bentnf.ce ea ,,r. lune, poudre e. ,ToM
Ds a coudre , uil etalumieium
E.WKU l'i'I.S JK J.LTTiiKS
Spcialit d* la Maison en IsMM formsts.
l'nx ueimiii t. nie i oncurreaee.
Kucre Lsrter'i noi son eu litre, de-
ux litre, 4 ...il de litre, huitime de
hlrc n Bacons
Km r. de i hins l di i ni
ici. I .i rqi i i. ,uig
hu. rc Walerutni pour slylo^raphe
Bocrs Umpon non*, bleu, roage
l'ou.lie d encre en tuis uoire et vioUit
1. kquetttS gominse,
Pqueiret en poiriei *
Bseritri de bureau ,n verre, cristsl, simili,
brea/e
Cncners godet en poreelaiaepr. b ae d cole
Epingles de cravaties en fixel
R|iiigle Iallcher ea laiton
Epingles de ai i t
Kpoage en caoutchouc]
l''ixe-eliaufcelte Faax-cols
RI marquer,! broder, repriser, au crochet
ht coudlebui,. i ,1,,,,
Ficelle rouge il m
Feuillages dcoups
Comme effacer ordiesirss, 9 usages.
.machine crire rondes
'orte
Graloira
HOL'PPEBdivoui i.'i.mi ordiosire, Lou's
de neige, si mm lies
Impermable pour copies de lettres
Image de premire cou munion
Jul ET8DIVEKS
LIVRES t:i.Assii.>i ES A PRIRES
Lacet de chaussure Lustrine
Mdailles diverses en argenl brl, tlxe
Mouchoir ,1 phs en fil. fil pur, olen
Mosurcs railleurs
ORPIVRKRIBi .u>ert8 en crm, l'Ialaux,
Tiinii>ic-, louehee, r, scrvii'ilc-. -.tm, es ,ii argent
dcouper et .'. liiiueur
Porte* monnaie et bourses Porte feuilles, l'e
billets, Fui le earles
l'orle-plume^ ordinaires coliers, suprieur
de bureau eu nacre, rservoir
Plume diverses: Laoee, eergeatrMajori Pal-
cou peni ronde i dciia
Pinee note, Pnoaisee, Plumiers, Piaeeaoi
dessin, Polie craie, l'iolge pointes Ceignes
divers.
PARFI Ml.lilE:
\ aseliue pailusne, old ereaai, r*me de
becul*, srme Lenoline, erraa leiudelys,
Lail dirls, Beo ds Cologne Me sauna, Pora
mt'le ros.it, rouge j In violi Ile l'on,lie de ri/,
Sivons de toilette parfums divers, Savons sue
di laitue, pour barbe M tuis aluminium.
l'Ai'lKtts : colier suprieur lettres sns>
drille grenu formai pour machine
crire blani cl couleui. earboae
eu Ubletle de 100 Icui les, .0
feoilles, A dessio Censoa, desln
Whatman, musique, dor et ar-
gent, buvard c lulsurs asiorlier,
omptM, tals I colenea, i im-
iinpressioa ile^ouinaux, brochure
. le il iffli Les couleurs assorties,
a fleurs oouleori issertlee, poii
ouvrir les livres, loin, dard et
bleu, t calquer,pour dcor ea iou-
leaui 10pieds,Servi lie de papiers
blanc et avec motiis coloriew.
Papeter'es en bolles de t < i < il iO ij
RgCISl'.tK*1 i1 ''ii;i,.ibili i-.t irnnj ip-
h Dd II le.
MPEAT0IUE8 : souris et longs.
Itgle poni scali reun ni,une, gradues
Happorteui u
Serviellss coliers SU m s lui
Sousmti'is ea moles, met '.0 c/ra
Sacs d'cliers ou gibecires
Sacs a main pour dames et lilletlts
Scapulaires
Soie pour boulonneres
Salia de chine
taille-crayon
Toile calquer
vesiies de Ballons
Tlphone : 721


v
.


.Jta
? ^
tt-MATN Frigh*, Mail 4 Passager Servir, Oelweeti.
NEW YORK CITY, N- Y- CRISTOBAL CMAl OU- BTJWS W PAUM- AISO Ti WEST COAST OF S00T8 filRKV
Qoickesl and Best Throagh Preigbl and Passeng r service
beiwen Haili and uropean Ports via New ork Cily,N.-Y..
and Cristobal, Canal Zooe, Isthoius o Panama.
The lollovvinji are our Acjenlsal Principal Porls in Europe ;

I
ENGUND, SCOTLND, FRANCE.
MeHft, \j lames Blrttl, Liverpool, htigland.
In Krance, Messrs. G. \Y. >heldora \ ( o are represenled
1.v following lirms :
(iellnlly llnU\ Co., lluiu PtroB A (o. Ltd.
il Une de la Rpublique I Rut des Marais

Mar" ,11,
lltrnu Peron A Ci Ltd
' i 'Juai (iforfjf \ .
Hier,
llernii Peron >\ Cie Ltd.,
Hue du Moi lia ,Ji v nj i ui
/ oui i )!
Paris
llemu l'e o& Cie Ltd.
HlM de n 1 r.:nqailil
Dunkih
il' i d Peron d Cie. Lld.
9, I- ne li<.\
I, tdeau i
COPBMtAGEN, UWI IRh.
Mesirs. K A. Heudix A Co*,
j!l Alirrgade, opeobageD.
GE S'OA. Il \L).
Meurt. llenr\ oe v Ci. un,
I ia//a P. Malien, .No 15. Genoa, Italy.
GUIIISTI \.\. KORWY
I ernMional Spdiliocs*el>l> <\>.
BAIIB1 RO, GERII*NY
Mr. II. \ng COTTEVBi i ROI, 8WEI1 IN.
Nordisl> tiprcte, < ollembf urge, Sweeden
ROTTERDAM ROLLAND
Mr II. Yogcmann. ItetleHam, Il ', n.l.

Wisbing Ail a Werry ( hristmas end
a very prospre us New Year.
O. B. THOMPSON
Gnral 'gent, PorKiu-Prtnc*, Htiti.
Private Tlphone No 525 General Office Tlphone No 425.



iuiiin uu m* lyt^Kii
LA
ison II. Silvei
Dont la rputation n'est plus faire, dans le butd'lre
agrable ses nombreux clients, leur accorde, a partir
de cette date jusqu' la fin de ce mois, a litre d'lrennes.
UN REEL RABAIS
Crpe (!;(.Iiin coultun assorti**
( xlr suprieur
marocain cari aux
Soirie a carreaux pour robia it chemises ,
Incotiuc de soie a barre*
Itstiue voila a carreauxj
\ on* suisse brod
Crepou iranais a barres *t causaux
Diagonal noir sup
Casimir anglais nouveaut
Serge blau anglais suprieur
l'eaiuineach anglais de toutes beauts
Alpaga noir suprieur
Satin Chine pour tailleurs
Kaki blanc suprieur
katti jaune anglais suprieur
Duo* union biano anglais "nouveauts"
Di'ili un on bianc anglais
Tussur japonais pour chemise a hommes et robes
lleps de soie a narres couleur pour chemises hom-
_, inss et roooa nouvesutes
llapiiate ime pour chemises
l'ercale une pour lingerie
(..aiicot percale pour "
Zphyr ang.ais pour rhamises extra sup
Organdi auiaae uni et couleur
lia joars demi-soie
Chaussettes cossaises pour enfauts
1- i-ench rnsity, aerniwre nouveaut
l'oplm a Heure pour robes
1 usaor blanc
Cimone bianc
jupes
Voiles couleur ta barres]
Shirting bianc suprieur
bus dentelles
lias son- niode j
Bas lil liroue
Lotions "riverf-
iune|,oui' premire Communion
Louvei iui c-> ui.iiiciib et couleur suprieur
bunueu -urodees Aladera pour chemises et
\ une bianc a baires el a mouohea
Itutine biaucho
Ouuarditie bianchea barres et unie
Lrepoii bianc et couleur a |ours
\ une blaas et couieui uni
Hi*.ui".jusi a.iemanues suprieur
iii .lu.uii noir augiais
loi.talion tuile t-oruc
Serviette Ud toiietles blanslies A couleur
MiAshMeea nianoiios pour familles
.Nappe, coinoiii s
l'wpnii uo eoie uui blauc & crme extra
Crsyou OioUo Iranais
'-"i"' Uai9*\Ui aueuis, dernires nouveaut
.->.i vietto te toilette coui. angl ie
iupi* ciio bimim *>up. pour tables
Aloiioton umuc de v-ouieurs aup
1 eiyiiee IT*U10sUa * *uienoaina
feuiee serti**** |biaueiaea damasses
Oiganai u.*ac x couiour a oairee A [ esrreaux.
.muge .uU eue anglais sup. pour |UO<
Ud^i., a uunt u eoie pour ouemises
a WSiBises eiiftfleus pour matelas double lai gsurele etc.
a hommes
.^Sk>ai.NB^-
Notre Maison est toute de confiance

NOUS invitons instamment tous ceux qui veulent profiter
de celle baisse vritable nons gratifier d'une visite pour
se convaincre de l'exactitude de ce que nous avanons.
D1S voire intrt propre, aimables clients, vous devz
passer sans tardera ta maison H, SLVfiRA,
avant d'aller ailleurs.
> -<~v -
^e *+, \ \
''s
m
x*


U-. wjLTiy lu M wcmwc* :*--
Nol
AUX ETATS-UNIS
l'ar o la Nol Amricain difleV
r j 1 des autres Notta '.' Toute
personne ayant 1 mds des Tran-
satlantique vous rpondr;* sans
hsitation : pur I enorrait.
Les <> gtus de l'autre cAt l'eau oiit de li us de parent*
avec toutes les races de la terre
et peuvent en levendnjuer toutes
les traditions. Ils s'a, proprient
en blin- les coutumes les plus dis
parrtlr>. IU ne se sourient point
u'li' origiaaui, mai* de bitlre
le record . ht ils ballcn' le re-
cord de Chris
Nol est in pi lesl'.es.
Mais les Amricain* de in, comme auleiira
nu |i genia de la meeare : ils
font gr dcembre, ainsi
que I l lio s cent outille qualio
tuln fours de I anne,
"loin les Aogio. S.ikons mm-
gen'. au repas de .N >el. la diule,
le pudding elles mince-pies. Mais
un Amiicrfi.1 n ad.net pis qu'il se
lencontre ailleurs qu'en Amrique
une volaille as-.cz colossale, des
larmes dai.se/ bonne qualit, des
laisins assez succulents: j'en ai
connu un. qui, se trouvent,a eette
poque de l'anne, gar dans
notre modesto ltrope, retourna
tout exprs iuaqu'Sau-Francisco,
chercher e les matriaux pour les
mince-pies et le pudding et la
diuile convenable. Le pauvre sa-
pin d'Allemagne, avec ses pom-
mes ses noix dores et ses bou
vu -, lis fait bien rire, Ah di-
l< ut-ils, i! est bi petit ! Ils veu-
lent un arbre de lort, dont la
pointe louche au pUfond, avec
dis ballon* en cellulod clairs
1 lectricit.
Ils \ suspendent, comme noua
faisons, des jouets mais quels
jouets et aussi des bibelots, des
bijoux, des cadeaux de prix : car
chti iux la data des petits est auis
la tte de grandi
il que, la-bas, grands et pe-
tits ont lu mme .une, simple 11 ar
dente, la mme candeur, la mm
sant. La maman et le papa, en
l< un somptueuses robes de tuera
i'- out l'air de s'amuser au
tant que la petite fille et le pet t
garon Tous se sont levs t -
; ira, pour \oir ce que le p^.i
lonliummc saint .Nicolas, qui est
venu mr son traneau pendant la
nuit, a foui r dans les Lombieax
lus 6u.-|.( ndus la veille au man
ti au di la chemine.
'' '',1,1,1, miltri I leurs rou
liera dans la ch mute, n a d
si Uiitra sont bien p. lit ; dis ba
oui une eapai li iiluscrny, iab e
I. i i .i- m., nie q e lis t rfauls d A
, .o empruntent pour la clr
constant a, laa bas dt leuis parents.
Il ii-^avuieut leur disposition,
" i ioi Uullivara, laa baa des
de Hrobdiiignac, c'est pra
i l nuint au petit bonhomme saint
\uolas. Sove/ srs que saint M-
olas. nain mats milliardaire, trou
verait moyen de les remplir.
Ah! L HkHMANT
iti ils uistonques
Vous auriez mieux lait
le l'avertir <|ue j''iaiaici,
I1"" ''e venir me dire
in'il Uil Ij.s
-t I acte le plus
" dont un tre humain ,....-
ia s rendra coupable; et rem.r
quelque bien suivent, le dlateur
'" M inutilement, car celui
1'" l'acoute e dlie de lui et le
mprise tout autant que celui qu'il
dnonce
Le roi d'fiepagne, n,.lippe m
'l'" "I" le '"e perdant 23
ans. n aimait pas les dlateurs.
.Un jour, un de ses courtisans
vint lui apprendre qu'un gentil,
homme, activement recherch par
la marchausse royale pour un
dlit politique, cachait dans le
voisinage. Philippe) jet u, | ,ta
rtgard de mpris ce Irop
saiviteur et lu. dit Voosan
ne/ miiux lait de l'avertir que
jetais ici, que de venir rr.r dire
qu'il lait la ' '
Iols ie* Chefs de Peuple u
raient d egir *iuu.
1
1
!
La Banque Nationale la Rpublique d'Hati
Die all; ie lie National City Hasek ci ht York
8
i


!
a
1
1
i
1
!
!
BANQUE d'EUISSKM
Dpositaire des Fonds riu gouvernement des
Etats-Unis en llaiti.
*
Trsorire du Gouvernement H.iilien
Excute toutes Oprations de banque dans ie Pajs el l'Etranger
LOCATION DE COFFRES FORTS
T!
Noua avons I honneur de sollieiler vos comptes de chques el le
CAISSE d'Envi f.NE
Let oprations que vous voudrez bien nous couiier auront ne Ire
attention particulire.
v
0FF1CERS

-
CHARLES E. M1TCUELL, PngiDOU
G. EDWIN GREGORY, Vk*FMiimki
WALTER F. V0R1U1IES, Vi.:K-PHsii.e.vr
ADJOINT & DIRECTEUR
V. II. WILLIAMS, Sois-Diiin ni ii
C. E.VAN WATERSCUCUD, Soua-DiRECTEUa
TELEPHONE
DIRECTEIR t ESOrS-DIRECTLUR PORTEFEUILLE
279 233 243
r Succursales dans tous les porls ouverts ,'!<> la
Rpublique d'll;iili
-


LE MAILt du M PKiwbr 13J4
m. mm ? c
0
Tlphone: Magasin Hue du Quai 460. Depot Rue du Quai 506
V
VIENT DE RECEVOIR
Articles de Fin d'Anne e! d'Etrennes
CIGARES de la fameuse marque R. & J. Afacliado, Fruits
cristalliss, bjnbons ei Chocolats (fidle Rerger) Sardines
franaises Amieux et Saupiquet.
Riscuits Oliliel, Jambons Picnic Premium. Jambon Olida.
C onservei, Promage Gruyre etDdnois, Beurre Jbleyman Qruura, r^aiwirx* ecca.Rrunwy;
Vins Rouge et blanc de Rordeaux.
Mousseux, Champagne, Malaga Madre. Uire.
i Matriel il a de Goiistrnctioii ti""*i,t* cin, piutwi.cit*i-y^s,,iMncL ^^ **1 ^it^^pii* pr^pur^ rt iiui.
Allumettes : Pluies d'toiles et bengales!
Wisky, Porter, Vermouth de toutes qualits.
LIQUEURS Marie Rrizard, GIN
OFFRE SPCIALE Ra^tirs, fiscaux, canif, (:outtaux, cuillers.
/
PARFUMERIE LTIR> POUDRE DE RIZ.
Vous avez tout avantage vous pourvoir chez
Ed. ESTVE &
Maison fendant les meilleures marchandises el meilleur march,

*



LE-.tfATIN lu 2i D^erae f925
Rltmii
w Jfb
i
OOIlt ,a vieille rputation a irauchi les rs coulinne
aire la joie des amateurs.
>


J| donne aussi, saule, courage et conserve ses clients
l'ternelle jeunesse.
POUR Glolurer iaime et ouvrir Weus"meut
Allez prendre votre
**.<&'>*


**. .


p-r
:<; \I\TI\ lit ai Membre !S

*&!%jbii>\
Marchands & Dotai
De ime el grosse Quincaillerie, nieuce,
an t s
Verrerie, Articles
4mmsad
t.
Conte de Koel
Il convient pou tie pour m
ci toit tin cul n de .Nol, que les
laitage droulent le i dectn Lre
l'anne n'importe pua un
peu avant ou hli. minuit.
Donc e 14 dctmbre, un peu
tvtnt oj aprs minuit I anne
ja na me Userai pus de vous le r
ptar m porte peu uls p, nhlle
damoiaeUe ou ai vaus aimez mieux,
une dugue repoussante, blonde,
brune ou chtaine, ae rendait
I Lglisejju aillaura, et mme m
revenait. Je n'y vois pas d insoi.-
vniant.
iille avait dixjbuit prinbmps et
un nombre a peu prs gtl d'lts.
d'automnes et d Huera, daa veia
adorables et des pieds mignons ;
eependaul si ce D'est pAs tout
fait votre genre de femmcn, rien
n'est plus simple que de lui don-
ner .jualie vinjjlaaua, des lunette!",
dea pieds encombrants, et mme
un cor a ihaiiucBdoigi du pied.
fclle marchait .lentement, l'es-
prit perdu dan uu iive, toutefois
ai le lecteur t*l 11.--. ii est ai-4
Ue mme notre. : h ibe au pal
JU l.oM.ql, ,,, ,.., : ,h((||
itiuu uana uu h , ot it- talion
ver* saua tatigue, au, annonce
dau le Aioim '' tlsUl proOM e
de ,i une lerimpenae fl^qui le ran
pur tei a.
Klle elait orpheline depuis dix
eus... ou iiitii.e quinze a votre
guise, u,6i p0ur peu que tanl de
maitieur, vous arraehe de* iaim.es,
eli bieu noua roasueoiterooa ses
pore el mie, et nous les complu
tarons, av-ecdeionolea et des tante*
!
t maills, Tissus, etc. ete.
POUR UfilERlEI VOS BENEFICES DE 10 X 20
rULR.vlSSZ-VOUS A LA :
!
SOCIETE D'IMPORTATION 2ENERAU,
Anqle Rue Roux & Rue Courbe
Tlphone, 628
La maison vend de tout, mme dea allumettes.
dlle u mra vous fournir aussi par n'importe
quelle quntil: des Clinmpa<)ues Raymond
Ui Csiellane et des Vins mousseux de Vvo
Aiiiio;, Reims.
'.--.,
EHEII
NOL
Prsente seft^meilleura vux de Roune Aime
clients,leur soubaitanl ie bonheur le plus complet
4 A
\\ pra i ne occasion paur leur rappeler qu'il a reu les plus belles boitas de t*
cliocoiat d. la meilli ura M lisoo de PaJis et que le choix de cadeaux de N< KL et de
NOUVEL AN eil chez lui des plus varisj
Ha aussi eniiiTeitent renouvel son Itoek M' CoDttrVM el d'Epieeris dont lai "i ar-
quei suivante* 9 connu ; et les prix n vantai/eux otirent s Iienl4le de si grandes
garanties et lacilil
Amieux fires, Il yinai a Yuatin Nicholls pour les (Conserves
Mm Marceau pour les Vins l Morceaux, llf isisuL & Cil '
Si Marteau pour les Vins de Champagne, Maria BrizarJ & Rogei
pour les I iqueun, Sw ft A i>, roui l< lan bons, rniour rour
M Dtfue etc.
i
Il concentre en un mol dam son Magasin ions 1rs meilleurs produits
des meil eures Maisons. I* recommande loul particulirement
sa clientle 1 boudins,., douilleltesetsaucisses
d' .viiu u\ e. {\q lit > jjaiusi que leurs fruits
m jus et confitures.
Il vient de recevoir par le Panama du lolou'e sortes de
marchandises /miches telx^queffrontuge beurref jambon,
biscuits peds de pore langues de porc langue fume,buf
a e
tous ses
pour 11)23
6

t
I
i
des frersa et dea nuurs, de* u
mis et d'aulrea parent* I un fa
gr aussi rapproch.
I.e lectaoi est sans doute- ansii i
le eoDDSlIre ion Dom.en 4rn il
n'y a pas lieu, c'oal une blstolis
imagins de IohIm picea fc-i'e
s'( p liil Marguerite, mais si eou
JHg< qu"! s'est un peu long, b
ien lane 1er loul aui bieu.
I cvait la ttlr van le lirmaii
elle contempla dans le vaste I H
ui dacs toile jumelles, qui kril
laienl a r!4 da i snl n>lla SI
nen moina jumellea et qui I'
Inient aussi, toutefois si voua usai
IBM i]iie Jane S la lonue D*altr.<
pe un lartieolia, Ineiloos U
i ;iiaier la lla. A ses pfada al!a
rnDtMiiplera la feetOO |'4Ub4miI i
perle de vue, et dois cailloux ju
eaus, iamobilea i "M4 d"i u
nombre raapectabla d' H I sa -an
loua immobiles ci juaiaaui, au
I n homme qui paraiSStt ivre
rodait du l'ombra, mai < ' l
in jeu dniant que te nvtie
l'homme en pli ina luo 1re
d'en faire au tre iol M UB
aon de ohauie.ui qn'l a i Itai *" ''
la vne rra la a >e, an i n M
ihirUDl main enai.l li voe" n kl
me/ pes Itf eria i *h raale. sh
bien .Une D'an i" Dasara pea, i n
tout u D lias i i US ferons que "
,ns as 'i'' niranl aucun ppiai in
portant
\ e in >>.. ni prlsia, BI i
4fc-i*na saa dowa eoup a
voua aaliou i qns n
vi i.,.i.i ( lus pulpitant, non i eu
tons charger i idl I igraai -
<\ n i on n ' tous. In n
*Oi que mon conli "t Idiol, tcum
ie suis de votre a?is nous l'afll
Iran l, aana plus.
( La tutti m prochain .V...'>
ElIic le h d \ n tjojojrs. ses ctienis Le. invite m h voir
_**



V


-
^
llPUSUTEliT DE MANUFACTURES
P o |] 186 Port-au-Prince
^
Ifel
>*&*& ^4> ? 4!
p,, tU < LA SOIF.
loiaa a '.....die Seiea mercerise!
g. iaa . rues Soie* niles
i s |57 I ue Siint D i P*m
h. fmou
Miim i ure de Hiei bon mar-
tl " P Ha de verre
Gablonz ( Tcheco S nvaquie )
CHOIZAT MtRMET
Fabrique de panlo iflee en lou*
genres UOMOJUI al (FffMt)
I ,,( t. LAMOTTE
M ii ac'i re il<- Bai
t i huu le til
| oTU (Franc)
G. rilKETTEN
Marut. elure de cbausauree pour
enfanta
a, Hue Teuss.int Proa, Pahn.
J. t.KRl^
PaltioM de Poudre de Rii ban
n h
Paru
10SIPH i n n. R
I |,i i, anl d 'oier:e Tpe d
eh'Df. Damage Salis etc. etc.
Lros
II
Minufa larftele fliots peur enfante
176, Hue C.liaronne, Paris.
ri mu
ftlaoufetW de ctaauaiuree pour
dame
Fui..mis Fiance)
G', .s, ra fanl liai pour enfant*
PotOfcRU ' )
PB iNOT PnnWj
M,,. Uh i | il shauesure jour
(Fiance)
hominea
N .
MONDI L Bl BBER
Htn i ,i,. chauuuru 23, RM Lune, Paris
| m oi vi VIN Y
pabi q la I ii Bn
|v:o S S iNai l'ranea )
! NTET Khbrm
trie
S, H l'Eogliieo, Pami.
i |,a . | , I Bit
, M \ Kl. E I
Pami.
i;i bjto --rr.enis II EN AND
Maoul ctur* de ehepaaui pour
l, nmat, aailli et rentra
tn.vLON -m rAO.NE (Franee).
lEPRSENTAMTi
EKaSiiRJ
'lu "constate toujours uoe cer.
taine Undance ne pas vouloir
aabalar par l'intermdiaire de "re-
r*entaota pour l'exportation,''
ten que ce prjug semble vouloir
aa dissiper au fur et A mesure que
l'exprience vient clairer le aoha
t un klien |ue cette conception
aoit logique jusqu' un certain
point, elle eat b-a MIT dea pr-
roi'sea rronea A avoir : le r-
praeutant tant un inlermdiaira,
il peut tre supprim avantage lia
ment; deuximement, comme il
requit une commission du fibri.
eant, l'importateur eat donc aujet
uua taxa qu'il pense viter en
auppiimanl cet inUnn liaire.
tjuelqu'un calcula un jour ou
peut tra ne fut ce qu'uu dic-
ton faisant partie dea traditions >!
commerce d'exportation q #
cinq pour cent du prix Je vente
dea luaiaban ii ea tait aacrifipour
ae procurer la clientle (l'exporta-
lion. Si Ion eonailera lea innom-
brables mtliudea de venta smplo-
yes at la vaiit de piix existant
sur dea marcliHii.liaea aimai ae- on peut dire que auU ce chiffre tut an raa'.liemali-
aian bien dou; cependant ce chif-
fre fut aouvuni employ par Ira
rapraun'anta d'< ii orlulioB qui
piteodciit que celte commission
de cinq |'0.i conl -l un impt
forc devuiit dira prlev d'une
faon ou d'une autre (la raison*
aemcul aeae/ logique au point le
vue abstrait ne poide trs cou-
vent aucune valeur pratiqua.
l'ourlant le f il fl indiacutable :
malgr loua lea rai-onnemen'a
chalau lf contre la vautu par
l'iuleimdiairedu reprsentant
d'exportation, < -(to coutume sub-
siste aucore. Sa vitalit est donc
due diux facteura principaux :
tout d'abord les ^iaudea maitona
aa spcialisant dana la reprsenta-
lion d'exportation reprsentent
plusieurs hln i, anls. environ une
douzaine en moyenne. <>r quelque
toit le uiunoii BDIploy pour allein
dre la clientle voyugeur de eom
meice, correapoudance. publicit,
ou cea divers moyeu* combins,
II. douie fabricants rrpreseate
proHirnt ainsi da catlt cenlrelhu
ion Di uxi- :.-iu<'iit ces rosi ona da
reprsaalation son! gnraientot
ElabliautaenlaCOlVRlUR | Joboon iCHINPLW
Oartu fUl.l.a, br. lu, n. <. M.Dufh.ie d. Hmij^ ^
aie.
is:, Rue du tapie, Parm
EtablifMBauta PERHIER
Manufacture de travail n loi*
I y in Fiai
Socit i'ITUDRt n d'INTBE
PRISE COI ONIALES
Produit! l'o'uniniix
tVARUII i i
ObrrIinsi INI
I
Gl i KENIIF1M -^ Ca..
Vanulai ii ie d coli f! mai < helU
McLUOl'sr, (Fian.c^
ROZIFR et >i Bll
Masofaelura il- i gnea tn looa
genres, braeeli laaarj anl, el> lie
prix 'oui tonci rrtnci
OrOR-iAX, France)
llablias^raenla Gl i N' ^ KH
bfonlroa eu Ion |aur
li-..... il rai et]
GABIT-DE\01T.E
Va u ... ui de lui e
. M I \. SiiJ
Julei DERM I X
Fabri tue de d'aps, L..ili>te,
lii i n, ele.
i U1BBAI, France
!
H. AL'DRi
Jouet. Fruna IONI8SENT
M u m Fabrique da 8Uf* l.ijonlf ne. ta
33, Kua des Tourncllrs. Paru |oH \i0,|(,!( ,,.,.,., ,,, .
I3;t, Hue du li "|le. Paris.
riNsi mii r ac
lire erics 0 fiadii Voilt
Gais Suint]
\. BRI HET
li.ilil de SaU-ntieuBfB
( m ai>, Fiance.
LANGI 0Y8
I ,.l,i. b i a* soie
M I TIKNM.
1,1 -i..,ni u>AN
ROCIIEFORT ,i, au capital ue 0.< iu.000
F,.Inique iw Ca t ndrion de i
Faubourg St. Marlio, Itt, Papib. btttnaliqieipcBritlOi ?.
Ai CANARD \ '01 I Clbbmqn Firband
SpVeiaitadebonbonaBOogmti BariqjM de VILLAMIL
Mo.TT#Lma France \ina d'Uporto -Madre Malag.
JBlirz da IbFbontkra l -p'gne ).
F.lahl iiaai li'u
Articloa en ai.
Li N Fn i
i.vrmi.u i i GINI STFT
\ ia eii Groi
Bord i l rat i
J 11 ABTALDoc Fiu
Huile d'olive
H. Hue l'uiadis, \t\n-
i UltSM) \ RENAUD
Manut'iirture de Patei alimanlairei
Lu plua lu porli.nle tabrifatie*
tin ,.4i>e L\iin'
1II0MAB & Cl l\l\N\l D
Pioduil I BU
l'Ran noi i Franee
I
.L* CHAI SSI R DE l : INCEe
lim pi I' i I \
Iaui de Vie i illei
i oca)
i SSEGRMN
I oi eervea al nei lair a
Namtbi 'fin i)
Kau Minral1 du l!.,.-siii de
vicm
"1. bli
1 aRi i. I
Henry GRaNDJE\H
Viiii de Bourg
N' ( France )
I \_|| mu. ,v ,,
Liqueui- n. i
Nnii.iiv. ( Fia m- >
CHW POUPON
rdei i eut s
I OR, Fiant)
i imF.S
11, Rue Maliague, P.i i. PabliquB d'arlb lei mlai i r^nt.
--------- t Rue du I P in.
CHEVALLIER h CO.
B, Place s; N lier. I 0 .i lus \ n G ,< < p.
MaBufaclura de lormea peut ' D M,
dama at foui m un r ui modai. Fi!i et eoli n broder.
Lyom l Mi u
iAI i
" N( ' i ! 1
l.i dag Un oa
St. I rtlNRI
Parfutnrrie de l.uxe
1! I.I.V
II. Rui Itovale. Pai I.
Bireulerie AI.3M II .W-
Spcialit de P in t'' pieci
MaiaoBi Ai i obt, Fraoca.
tl RDAII.E1 I ,iea
Poupe I i' i II >i ic
44, hue le lurenca, ">hi>
VALERY-MAR( IIFiX
Pal liejac de '- uiti oofiia
Cii I i i RANO
I I IJEA21 I ..re
Fratnagae n groa
LoHB-le SAVMia, France.
RdKFIl Beld< LaJAI MARIE
Manutaa'i re * hoi|-pe.
Bon march.
Mo.mh.ivia, France.
,om1.os/eadvHrandueomm.r-
jmrtation, vendeur* par ma-
il le.hnieiena ayant toute
, vie d-eiprieBCB. Leur con-
,nra dea divera marcha eu
! gale que par leur
, -*c-e dumoyaoadatraBi
, ,.,RBrea, iroballages traj-
,,. ,u documenta L importateur
K'adruucai .pre.eaUata
.dresse k dea gens qui ceo-
cai-ent aee baaoiaa parce qu Ui
ont d.j> traie avec aea campa-
Tout eu tant loyal et par la fait
mAma qu'ils uni lovaux leur
I brimlcM reprsentante aon
,,aprt*adfeBilielfurcl.ent
a ealui-ai exige une concea-
Mn raionBabl6Btrl,uJ ,'u.
a' ,t e neiUeer moyen de faven
er le dveloppement commercial
interaational. ,
La rei.iaenlant n eat qu un
inlemd airt, maia un interm-
diaire aurai ii,disp-naable que
t expditeur: e'e-t un des
ona q i aert de lien la
chaine du commeice inUrnalional
t\ q.ie l'on ne eaurait attaquer
sans compromettre la farce de la
rli lice.
JwBDitU flirta
Jeanaette eat toute Irlate, elle
vient Je pleurer, Ici larmea aoat k
peine sehea...
\ ouc a\e/ lu chagrin, Jeannette.
. .oui. aoue Jeaun lie.
Pourquoi ce pleura !
A loua dlli moi pourquoi '.' .
i i il paon nvni qui aat jaleux.
Raoul, le maii Je Jeannette ait
an effet Iri ja i m, maia n'y a t-
il pal u, | uiiquc Ja nnet e cet
t i elle ..
\ i leai nette, ditea-aoi...
,1 trouve que j'ai trop dtn-
a avc Pierre hier aoir, je lui ai
f*it remarquer qu il m>- ngligea t
l puisqu'il ue m'avait pai
....
Ft quelle a t aa rponse ?
Il a avou que j'uvaia raison (t
m'a ai pi li de l'excenor et d'eu-
blier en m'offraol un flacon de
n,, n piliim | r fr Magda de
lui,in i, aima naturellement j'ai
oubli.
11 vooi ne danserai i 'a avee
Pierre .'
Oh Mali ii| paire que Haeul aa
lcbara m ire < I cemn.e j'ai b;-
aoin d eau de toilette....
Rappelle a sa fid'e elienlle la <|ranile varit des articles,
ses mei'le!irs[irixel ses eondili nsiinsi(|iie sesch:inlillons
conliimellenierl renouvelles el Ini prsente l'oernsion de
la nouvelle Anae ses meilleurs Yumix nour 1925
?
V

0
v


i
t '
ft
*


r
PORT-au-PMNCE
FONDE en 18 9 0
ENVOIE TOUS SES ARABLES CLIENTS ses Souhaits de
Bonheur et de Prosprit l'occasion du nouvel an.
-v-

*.
Le Financier
. a l'Ebniste
Poi r Flix Massai.
i Faites de la bonne politique
et vous aurez de bonnes finan-
ces, disait le baron Louis. Il
semble que, dans une certaine
mesure, cette vrit n'ait pas
chapp su sentiment jopu-
laite, tmoin ce trait qu'on se
' plat citer.
| j I i dtinc Marcelin, aux plus
beaux jours de sa fortune poli
tique, voulut avoir un lit de bois
d'acajou. Il lit appel au talent
rput d'un de nos meilleure
bnistes Ce dernier mit toute
son me a fabriquer un lit sur
lequel, le dieu du sommeil au-
rait eu du plaisir reposer et
qu'aurait admir le Ptrone le
plus raltine.
lait plus extraordinaire, il
endossa sa redingote des grands
jour* et alla en paasonne prsi-
der au montage, besogne que
d'ordinaire il conliait entire-
ment a ses apprtnli.
Uuaud il arriva cbei l'homme
d'Etat, celui-ci, dans son cabi-
net de travail, songeait une
nouvelle mission ou mettait la
dernire main a quelque roman
que la Rpublique procurait i
son dilettantisme le loisir d'cri-
re. .Notre bniste ordonna a ses
aides de se mettre incontinent i
l'ouvrage.Pendant la demi heure
que dura l'ajustage qui dira ja-
mais exactement quelles durent
tre les penses de cet homme
simple mais honnte, ayant
delaut de lettres des pnncipes
et dea ide9, tout comme un au
tre, sur ce qu'il (allait jour ra-
liser le bonheur de ses conci-
toyen!,lancer dfinitivement son
pa^s dans la voie du progrs et
de la civilisation. Assis sur ses
jarret?, la redingote balayant le
planeher, tait-il absorb :
l'homme de l'art surveillait d'un
air important et grave les n on-
dres mouvements de ses appren-
tis- Il mettait un soin dvotitux
ce que les diffrentes parties
s'pousassent la perfection,son
visage exprimait la conscience
d'accomplir un devoir trois fois
aaut. Et c'en tait bien un, di-
i
s m m&&ite
GRAND ASSORTIMENT DE BIJOUTERIE,
HORLOGERIE, ARGENTERIE
LtiDfltes et Diamants
Bibelots, FftRPUfflKUB de toutes
les parques
Jolis Tapis, Ornements divers
pour maisons
' IMPGRT-EXPORT
Achat de vieil Or, Argent
et Ecailles
REPRESENTANTS DE FABRIQUES
Agents de la maison
Cinzauo tiou le \ ci moulu joui!
dune renomme Universelle
Agents de rAlumimi n Line
^ui assure I m oninninicalioii entre nos diff-
rents poris avec la Nouvelle Orlans, le Sud
Amrique el dontle Sige prineipalcsl liiiios
S
une honni p, que dp faire brave-
ii iit i loiftni un n i n' votre
i.iclie Vcui prchieti sans le
savon, i toute la ration !
Mis ce Mge un 11 u fruit
ijin i ijit mu ; thique el i ree*
que btau ce D OHM Dl i rcii
n'exprimait pas ce eeul SOUei. A
part celui de l'art il lembleil tint1
notre bniste avait eu celui
; iism de la rabrication d'un bon
ht. bien mont, et pourries rai-
sons spciales. Il avait l'air de
penser : 'eet une rhose ex-
trmement importante qu'un lit,
une rhose capable d'avoir une
iiitlucnce considrable sur l*s
destines d'une lUpuhhque.
(Jui ssit, d'ailleurs, si ce n'est
paa aprs un bon tourne que
l homme appel sauver la pau*
vre Hati, aura la rvlation an
tire de ce qu'il hudri com
inencer pai tain'. Kat*il rien de
meilleur qu'un ht. ,ael il rien de
pire....car souvent le sommeil
n'a que la valoir du lit tt bon
ou mauvais il peut heureuse-
ment ou malheureusement m
llmnciT le sort d'un peuple *
\ i il i somment pourraient tra-
duire le noble ioiici peint ni
ci tte lace d'ouvrier ci m qui as
sis'aicnl cette petit.; scne, s'ils
avaient COI nu l'homme dai -
l'intimit de ses proios lauu
hers.
Le lit une lois ajust, l'ib-
unie n'eut qu'un dsir, que Son
atxcclleuue vint contempler Elle-
mme son travail et y donner
son apprciation Disque l'hom*
mal Lut arriva auprs du un u-
ble, les premires pan,les du
l'ouvrier lur. nt t Comment le
trouver vous, MlMIlBB?
Marcelin qui en avait vu tant
et tant en matire de his, avec
une in lifli rence riaih sujet*
tu son mono le t apii une
inspi clion rapidp, opiin : i lui,
a'el bien- mais cela manque
de lim .
I ne gillle n'el pas s ce ;
suiloqi' poire i i niate dont
l'art lait l'unique orgueil.
venant blme et bredouillant de
colre, il sortit dans un crole
qui ajoutait au piquant de ses
paroles : Vous avez raison
Mmiste . Mais t ml que le
pa>s n'aura paa ils Prsident
lim , de Miiii.se Finances i
Gm.de Chambre et .Vnat limis...
il n'y auia pas de lits finis*.
Prid. Dutoi chmj
'UeTi
Bureaux et Ateliers : Rue du Magasin de l'Etat
Tlphone : 721
*i


T-
^B

IftlOW
Envoie l'occasion du nouvel An,son salut le plus cordial et
ses voeux les plus sincres, la clienlle nombreuse qui
n'a jamais cess de l'honorer de sa confiance.
FONDE en 1878
La maison a pass par les raisons sociales suivanles des
sieurs qui ont prcd les chefs actuels sur nos
diffrentes places :
1MP0AT
) Nol d'Ethiopie
\ test tatra le llle et la l\,
jf le que l'Ethiopie est devenue
chrtienne. Comme sa lui nouvelle
A loi arriviit p.ir ByziQCO, elU n
) pieusement roa lois les rite bj
xantins et les a accommod i sa
. simplicit de banlieue africain).
.,) La fte tombe eu janvier. Elle
dure huit jour. L'Empereur, ses
. Ras, GraUonatchs, ses Ddiai-
A autcha se rendent a l'glise en
V7 grand sostume d<> guarr*. Sans
y doute on luit promenor devant soi,
par un page, la bouclier d'hippo-
Jota me incrust de lames d'or ou
argent mais lUUi on appuie
soi paule une carabine ronderne.
gnralement la Lee Metford.
Les moine et les religieuses
orient trois fois autour de l'glise
las images sainte*. Ils l'ont lmi.- las pieds de cesicoues A la jeunesse
at sut dvots. L E npereur donne
l'eiemple.
La srmooie la plus aractm
tique du .Nol Etbiopian est une
baignade dans les tonents et dans
laa riviies Aprs que les eau
ont t bnies et qu'on y a jet
dea fleurs, las jeiues gens s'y pr
eipitent nus En i'j plon^i ant, ils
a'imHginent renouviler la rrno-
ia 4i> baptme.
<***&*&

M. STElMiRVGdii
t Cli. M'EYH IJVIV
C Ll'OAl, HALL
fflARCHARDlSES Sches
articles de mnage
Jamais II a'v a eu ailleurs ne aussi colossale exposition
Jouets et ud tel tala de e:de:ux de fin d'annU
ILS SONT DE TOUTES LES FORMES,
DE TOUTES LES COULEURS.
il y en a aussi tout prix.
Des bijoux, il n'en manque pas. fc
EXPORT
Enumrir lis irtielei ta veite diDS eei y -stis ma^asiss
semble mqi chois impassible' car ha rayo-us e or.iot
de teutei les units-
Vous- lies iuciKiaiaes> reteoiz que les tissus les plus achaland
et du dernier tri parisien se retrourent
Chez M OLQFFSON LU 2AS & C-
Nous qui vou'a/ orner voire maison, c'est *PiBMnt ebaz 01.01FSON, Lli'.VS ''o
411e vous trouverai les plus mrgoitiquiB sa ois. les plus biai v tapij, les MTvieoi
de tabla 1rs plus fuis et les plus complets, les lampes lcctng.ire les plus comm de-,
Us peadules les plus rgalires, et des laklenu-. d un art exquis.
I
Il arriva que l'Empereur vianna
| r -i 1er i ras ablations sacres. Il
y parait tntre deux da cet fornai
''a')l.i festins qui dorent du petit
ma*in la fin de 'a jouru'e et ou
i aUiblenl, ebaque jour, quatre
wu cm | mille seldats.
Ces banquets sont servis dans
un long vaisseau tout fer et
c r.imique dit l'Adreche qui
a cinquante mtres de long, trente
de large Des tables rondes, en
JOOC sont recouvertes d'toffes
voyantes; elle* liguent comme
d'tranges fleurs. I ne fanfare
d'instruments de bois,les *sael-
1< kat'idroits comme les troua
pelles d'Aida, sonne l'entre dea
convives. L'Empereur est essis a*
eenlre d'une petite estrade, servi,
part, sur une table lgre. Il est
recueilli, car cette crmonie lui
nppelle la Cne II sent qu'il
communie avec son arme. Et aBa
d'antreteoir veill, chez ces rudes
0 'lait, |e respelct que l'on doit
a f4 a de Nol, au cours de cet
banqueta, trois fois, chaque jour,
1 n Uni quelques instants, Men
lik M coiffe de la lourde et sym
bolique (ouronne impriale soi a
laquelle il semble vraiment le fils
d Meli-hior, le Mage la figure
no:ie qui apporta l'enceus et la
myrrhe au berceau de l'Enfant
J jus
Hturra La Roua
Yous, Madame, qui cherchez ayant tout l'utile, allez chez Oloffson Lucas H C
et vous trouverez des machines coudre incomparables
?ou tau, tatia, qi voulai, l'occasion aie Uni, rveillonier jojaustmt.nl, chei OIOFNOI, LDCiS 8 lo.
VOUS TROUVEREZ UiM ARBRE DE NOL
VOTRE CHOIX.
I
>
)
)
5'
(





rii'ii UknnhH mi
a
m
/


reres
Snccesssiirs de V. S. M1CK(0DF
MAISON FONDE EN 1894
Souhaitent l'occasion du nouvel an que tous leurs amis
vivent dsonnais dans le honneur el la joie.
En remerciant leurs aimable el nombreux clients de leur
concours prcieux ils esprent pouvoir leur assurer en
retour un service partait en ne dbitant que des articles
de premier choix.
LES ARTICLES COMESTIBLES
Oui sortent dos Magasins de MM. BOL'EZ Frres sont toujours de toute fracheur
parce qu'ils sont de renouvellement constant.
Faites donc vos emplettes Chez ; BOUEZ Fires
Angle des Rues de Cxar&et du' : Magasin de h Etat f
et vous arez satisfaits
WLPHOI.E, 337 "
Cin-Varets
i OMD Liv mm
Andr 1. j6heYALLIB
Champ-Je. Mars
POBT-AU-WUNCE Hati
Tlphona : 300
l\ O Box : 57 ,
L1
i
0
M
AL
V
Au*:
Trois
25 DECEMBRE 19*4 ,
oili Lpouviuie
Uraae einouvault eu pailie
avae
Oturge Laum ..v u Jatqunl
Nil le fciauU iuuo cl et Ut
lia J'uuuee.
4
U
u

ler.JAiNVltH Itfft
8 heurt
L* ttwnbai'
I u graoJ-h* u .i*u a it aurqu
Ciu ouvrir it>
iJANVUiU
Cur di Maauequia
Spectacles
Dimanche
Hardi
Mercredi
Veudredi
DIMANCHE 4 JANVIER
9
M DECEMBRE L9I4
Grande son ce populaire
ollerte par le 'ouverne.
ment ? la Population.
lr l'.NMEH 1W*
<*rand Soire Populaire
Ollerte t la population par
PQ-I^Gt* la Commune.
f iO BICbADIW
> I
2 Janvier. 8 Janvier- 4 & 8 Janvier i 5 heures % av )
Uc6 I c< primaires par le Gouvernement
Du Cinma
L'histoire qu'on va lire est rap
porte par un joui nul amricain,
aoncdiPot d vracit1 : j
; Avant appris 1 Hue voisine obii
gtBBU |0< -1 rsn u.e tait alle au
cine-mu avec un autre homme, le
Lou.u-t Smi'li. au lieu de comgtr
la mu-Hic < i i.l'.l SQ | i riiic.lt ilui
que :
m Monsieur le directeur Mon
sieui le directeur '----
VeUI \oiw:
Majemme mejrompe.
Avec moi '
Non,tuai* chez vous Je aaia
qu'elle est dan* la salle. Voua al-
lez [n'aider a la retiouver.
" La salit i lui i omble. Soutien
aTtmpfch*i m,-candale, le irec
leur tut_une ide-e gniale : il mu
ses ganls blSMS, se prsenta d
Sam l'cran, salua trois
lois puis lit cette annonce *u l>i-
bllc : Il \ a dsas la salie un
inouMtu, Hiconiiisgnjd'uiit dame
qui c>l la l.miLt d ObJauUe um
sieur, le liant | sauvegarder la i*
uue de mou tUblisssnen Au>>i
vais-je donner l'ordre ut une
l'obscurit nendant tiui tti il, .
eequi neimtltra au suul.i ukv
retiier.Attention l ne... ueux...
troi^
On compta trois minutes en.o
t la lumitie leviut. La salle avait
l'air d'tre vide, Plus dt la mou
dts spectateurs claisol tariis...
Peut-on trouver c t'e scuiiii
i*
Matines offertes aux ftlive*
r*,
'
%

<
1
f

L
.1


T
i> M.vriN 3a 24 D:oemLre\
V
V


f r
Protgez vos pneus avec Kl peinture---
pour capote Gocd Year.
/
Car rie I*.
Cependant
m'aistration pov
"
reoce di *** ** r* r*
change
Il le eooavTe.le irudplus
hrilla.it 61 plus juli,it f-
tgaant da^lajchaleur et da
oui.
C'est aussi excellait fur
peindre les easettts et *!
il les protige taatrt tenu'
Vtion ilii lea u.
Facile i appliquer la ..Ui ieec.
Tai pour captif il pm h titii
rapidement, u ^erte ui sjiuju
conleor noire liMBt.
Essayez-en on tthttaill me
| ol el \oiis serai surpr i
des isuliats ebteaBi.
il\>
COOD> YIjM
n*> kUT'l
Kl PAINT '3
Tbe West Indies Trading Company
Port-au-Prince, Gonaves, Cap-Hatien.
Mm Ihfcw
b, Voua verras que les chaussures <|iie]cs,''soit sur
commande ou non sont laites avec (joit, soins et so-
lidit, parce que les ouvrier qui les confectionnent et
le matriaux t|ui y sjui employs rpondent et justi-
fient le titre de la maison.
Champ de Mars
Cet ublieiemanl de premier ur.lre maintient le*
** 1 Sa* t
tataUi mes trstuuoiin uni t oui lait apprcier en iai
assuraurune clientle choisit. **
^Table tidlic- Djeuner a la' earle.-^ psaiioa.
^alle de rceptioo- fui sur la mer.
tiiifl-LilfldNi V.v^rAEUSES
Disques liol iiuliia
.CHAN'IS DE.NOL
Minuit Chrtiens
et aiitrta Usinas fdtinne : Fox-Trot, One-step,
faite, ttc, etc.
l*honoraph> s de Ulules dimensions i dtt prix trs
rjitonabftal, couvienaenl comme cadeaux l'osas*
tita dtt ieies( de tin d'anne.
Lt Fretztnanngqerholin
Quant a Kawas Hwdoj
''SSL

Aux grands magasins La maison
D bow. Hues Gnrais* f our
la Cordonnee.
JOANNY CORDASCO
fis lit Rwe dtt Fronts-Forti,(Thomas Madiou No 319
i'ort-au I rince, Hati
lien de plus chic [pour Us trtnaei qu'une ma-
skias eoudre "Test".
Souplesse
Elgance
Fini
Qualit
Rapidit
So Unit
A irfts bea niareh 4 tri* bon march. il i es bon mai h
1US laies inii
9.000 feuilles cis T&U' tpollo*
Avez-vous t chez
ta DiSHY
1738 RUE COURUE
ai ssi, alls-) de suite pour voir les loalicr de reooil q i*il vies!
as reeeveir.lli tout de toute beaut el il|y au a i>oui homme, femme
* ,,k,to
t> j an a estai dam tout leaautre genre! qui font le dlice des
lgantes de fort au fnote. Noui kignaien pmi uli'ieaeat le d-
celtes ferait et blasas qui ne ae vendent qu i ijl Mut DOLLARS
lassjaa.
La maison Isaac hisky
il lialioni Fils
Si Rue Roux, W
, ri le dpt d* Rhhm Vit ejoitit
ifori-QU- \nce
,,\ iIhiii.ii de portif Ils code di m oombrtasa et sieata
clientle que -ta ra i unu lent eSDitan mrBl *n daa mairhan
dires de pitn.ier'clioikfflt au get dlioai i elieelale.
lKl.it.-1 imeot complet de tableau i i u la rarid peur aaiou ei
salle i in i aiii i aises et dodinas de Vienae cli il d< diuwi an ri
caioca, cbauei a loulelles pour sol u i ma peur taloo a
toiiu dimenaiona, ainsi que dei enti rmids el setiM lus u
1er ri en ci : : i T- i me-, termes I lavabo eu
far uaill t tu l'inrelaiiie tt OBt| i. u de camp, peudule*,
aer\ur otoer, ai leiii , iiise M 11 l lail su su slauie, un aasof
liaient de buspei i sdlroli etgan Uni rJifl nnii, SrreeHm as
ter tt en hn- pour eiiianlo, un UtOllMaSBl complet el vari de bibelot
de tout beanteS
uadeaux de liunaiUeb, de Mariage et d Kaptme.
Cet derniers srticles surtout psaaeut de inoie .n lusse, csr ls
m.iuon peut se rji un ue le- vuir demsudai a (li.cuue de ee trois
se nuset oecaaioa par les plus aie.....irnsii psi ! plus boosba
preuve irrfutable I la joia^dei i ihei u,n>nie tr^i|qu'iU
font U porte d
Voua trouverez auaii les taraeui chapeau i fi ulrajel paille "Bersi*
lino", cii"| moi n | ailla el t u i I < hapi m pour daia
'bel iaaoiiinenl", caaque jsudi ..... isglaii ), i
els, craMilt, chamiiei lilii,'.ha- et couleur, cb lutseUea imnfanea ut
asiri ainee,cbapsaui melon, i < sa, deJees et ealsati
Articles de vu mi llttlei el vaiiaee, jun,bieis :
Au'oiih li i s les pour el fanti i > l< uie < n II ur* i hs
perm&b ce poui luu, me, ( aftii SSOI e, porte feeille
poir bommes, pne trsors et ^aiiuuieiieHoa
bigsni. euuveili, couteaux de premier (itn uln u lie,te qui
ne sont pas de moui StttSJSOlSi Bill SOUI je ne pais laire lui l'nu
mratien.
La Maison informe tout particulirem* *\ elieutls de la pro-
tisaa qa'ella Uarga de exp'.iil. mi a Uu la porta eosama par le
pas.
N'ouldiez pa, que ce qt-.i fera lt plus pla
sir comme cadeau, e'cataio II coudep^rium
((
Lubiii

te reeoaamasda tout part < uliraaaent aux lamille par la qualit
des euresaadieea eeuraute qu'elle dbile
Veut y freuerea de tuius de preypiaie qualit i det prix d.fltnl
Uute eouairrauee.
foifiilUitst. i)lvtV ala.iii
:tH t.ujouft, Iruetvme-
Soit : lagda au tolail Urdor Arnar)"'s*"
BomjLieifc o papilloDf . Douce F> - L>a-snyuia
de Lui elr, et i ItB [ >.\ d i< UJifl
, ri ;r : i II-s Al Simon V'ieui
| |\ i i7#* Paul k- Eticnn bruucb ataitia, Mourra
IreTSti i< lt**a'tii l'rou ri, ''li.n ii.*h i l.eiitrale tic
Aiasi tUt daus les meilleures ix.-iaons de proviaee.
Ils sont toujours les |ireiniere doaner le benexempla
Lise* ceci : t
Aseiea|prii Nomeeet [tia
Crpe ieCkiM 7W
boie .avable ?
slin boie toute RuaneetJ I,,,.'*-U i
Tarielsa |I?.W !
.ler-ayde neir jour toute niiani-e 1 lu.00
Jer.nj de soie uui toute nuaii< e 12,50 H.00
Crpe de aoie .Chenille auuvcaut 10.00
Or and antitrl ment de soi <>* dtrnij
tes uoutituu s, i ix excepiom
Toutes nos mat'chsudiees suai yarauties de urei
qnabla, nos prii dfi" al tuate co cm rene.
KawM JtiJE:iri.lVl/a.I>JOS
206 201* Uav Iraversin
~
Mme E aiile Brun
( Une j&H Miracle ).
En lace^de l'Imprimerie .Naiiouaie
hm v;nr les iriicUs Je Paris rccmasit irrifii:
roulnn et chapeaux pour DM d emanle.
Jupea pll^^e.. Unipa de Csiae uui et imprim.
I;. ni. Usa 01 o.' Bl l rouleiii,
bshaipes. Hobsns. Du de soie. i:iiauaetta posr bsa v
et enii.nl
(Jirand choix de lissui
ta i iu.Iiii \i (Jjdeuux poui Banailles Maiia^ai ! bapi^ma. Vrtieles
de menu. -^ ^
'Joaels de Ha d'anode. Itom.in l'irrumerie.
i.iaud assortimaol de debrationa pour Arbre de Nel ^
h iv ddliaal toute coscarreaee., >'.
l in' \m

Pharmacie Sr" arnj
Uoaafl avis sa clientle et aux m irm iiorn s< n Laboratoire d'Ulogia eu un ^boraawa sj|
5 olojjie appliqu sousja Direction du
/ r R\cot et t. Sjourn
Le laiuuau ire es< ouvert tou les \o rs de7 bres du maasa t
a ure u soir pour louteo les recherch et analyses privas
r imu ce ci loinle saut pour le
V* 4fcftrniiinfi ia conittite Ure Sertoi
Sjront reues que le mardi de chaque semaine.
S'adr -'.i i u t'uu i- w io pour les rensjigueuienls-
inift i'n-iaeset S'uCgastriqUS
Ricoi. de VasBCrm
jiel,1
I et du pu j
Lidiuuai des uanreM lento
iimr. je rrarthat
. ilbuiwuo rda(|ap
Uouauiiie Uaey jcgaalr
^jJ:


LI MATIN' du 24 t*.**], fSfS
I w
Le BON COUT
Barber-Shop
SALON DE a)
COIFFURE
S
Barberia p
"J^DToji a toute ta elientle tes rnedleura Vux de Bonheur
JU l'cacaiion du NOUVEL AN
!t!LddwJS!f dont jl a touiour, Jui- riKimni
te propose u *>nidioier tneore ion mau-uei.
In p*rto. nH de tonl prtmitr ordre sstnv U ..rvice (Je
ce salon de Codhre o Ihygioe fa pliia se re est oba'
Uuadon a .t.MiniJo'sjui HAU nr,tiT l'un 'fia
yretoumar le plut souvent DU 11 bUU I p.ssb'e
PABIO TOMES, rnprtMf,
Hue du Magasin de sn t au faca de M >lti bu d & Co

Salon de
Coiffure
de luxe
Jos San Milan, propritaire
envoie toute sa clientle ses meilleurs
vuxj>our 'ly'iS
Cet Etablissement se recommande par l'lgance de ses coupe.
et lu prcautions hyginiques <|"i assurent aux Clients toute
scurit.
Cast incontestablement Tins! ill.it ou 'a plus luxueuse
LLs SOIRS, lumire lecti ique prolusion.
PARFUMERIE BASIRS
CIGARES CIGARETTES
MASSAGE LECTRIQUE
Grand'Rue, prsde Dereix
m mm *u*&m'm'
AU PRINTEMPS
JL ut II Salon de Coiffure des plus lllGiHK
Rien nyu-au^ua aux lisais, SUflCai iLTl.', MJI.Ns ||Y-
IrifctlijUEa, lOL^.^NLiide LuUiJho
M- Grktobll PLAlHUO* IVop-itaire d lEtabluvjinejt
souhaite a * airaaiuca menu une lle^rauia Auuis t
fcv**/- sjjjr "&'***&* -V ''&---<&
L'Idal
Salon de Coifnrc
A- R. CBATEL. PROPRIEiAIRE
Prsenta su clu/i.ts sessoulu.U les m ill urs pour IVU5
S*B 1 romplmulrt J'ioprtli
32 RUE .1, s 1 RNTb-FORTS. 320
~4&>-
Pour la INoel et le jour de l'an
-----.. Voulu-vous avoir.ies.clieveux coups avet got al la barbe taille
- avea eJgauca V _____..
4llez air
.'Salon
__
de lioii/ure ^^M.........,
o vuus trouxerez l'aimaLI'. acciud du ptotnei rs .M Uuiti laitll lu 1 Jtflil ii
la nouvelle uvuv tu.%oM le kiukaiu la pim umi r > se
nombreux clients.

^^BBSftaas*- ^S&fT-i-
INJECTION PEYRARD
Depuitplas Je 40 ans et lout Ecoulements rcents Chronique*
231 ARABES GURIS sur 232
(Extrait d'un Rapport d Kiidmcito d Algmr)
C'est le reniai qui i (jours iiii lee ellleiri riiiltati
EN VENTE DANS TOUTES O\NES PHARMACIES
SPC! AUTlS PEYKAW) D'ALGER. 46. ne Je Grenelle. PARB
A Pri i Iriuru rtitu uicli W
. SCuB i hu-.a u*ont- l'hitmad
C olombian Staamship Company h.
jc *Uanwi *<$aiac#a> ayant. taU* ^Uuo-
%&& ic o Dcei Iftv courant- e*t attenDn
cfo:t-au-cfilaf^ t> i ^cemDrtv, ta
Cx|>-3Caillea, <#onaw:b cl St-iVlaic.
ait icpailua tV nie.n: jour dlucUinenL pour
Caycu, r'jttk/ p^ai Kitig^taa 3a, eL ta
port* O tcLtl>lom&it> prctuiarJu-L & pa>-
^ort-aa-grince, le i3 ^mtrtT^U
(iebara & , yents
' ; ""
NEUn/lSTHcf.ir. FAIBLCMI
r/*\% CHLCROSc, DCBILI1E
SIROP :
DESCHIENS
Uinu'jiobiii*
H*fli"n -*t*-ir ri" RBn prt4K-H l*s-
Muprttur la rico*'- au m > aux 1%i anaoaMMA A 9 >, r ,i t., r
LIDA
JAMBONS CONSERVES
CHOUCROUTE FOIE RAF LtfiUMES
FRUIT CONFITURES C NDIMSN1S
En Vente dans toutes les Bennes Maisons
Agent General pour Hati Ch. MAONANT
GROS : 118. Rue Baudin, LEVALLOIS-PERRET(f.>

:


Full Text

PAGE 1

U-. wjLTiy lu M wcmwc* : %  *-Nol AUX ETATS-UNIS l'ar o la Nol Amricain difleV r —j 1 des autres Notta '.' Toute personne ayant 1 MDS des Transatlantique vous rpondr;* sans hsitation : pur I enorrait. Les <> gtus de l'autre cAt
  • . IU ne se sourient point u'li' origiaaui, mai* de bitlre le record . ht ils ballcn' le record de CHRIS Nol est in pi lesl'.es. Mais les Amricain* dcembre, ainsi que I l lio s cent outille qualio tuln fours de I anne, "loin les Aogio. S.ikons mmgen'. au repas de .N >el. la diule, le pudding elles mince-pies. Mais un Amiicrfi.1 n ad.net pis qu'il se lencontre ailleurs qu'en Amrique une volaille as-.cz colossale, des larmes dai.se/ bonne qualit, des laisins assez succulents: j'en ai connu un. qui, se trouvent,a eette poque de l'anne, gar dans notre modesto ltrope, retourna tout exprs iuaqu'Sau-Francisco, chercher e les matriaux pour les mince-pies et le pudding et la diuile convenable. Le pauvre sapin d'Allemagne, avec ses pommes ses noix dores et ses bou vu -, lis fait bien rire, Ah dil< ut-ils, i! est bi petit ! Ils veulent un arbre de lort, dont la pointe louche au pUfond, avec dis ballon* en cellulod clairs 1 lectricit. Ils \ suspendent, comme noua faisons, des jouets— mais quels jouets et aussi des bibelots, des bijoux, des cadeaux de prix : car chti IUX la data des petits est auis la tte de grandi il que, la-bas, grands et petits ont lu mme .une, simple 11 ar dente, la mme candeur, la mm sant. La maman et le papa, en l< un somptueuses robes de tuera •i'out l'air de s'amuser au tant que la petite fille et le pet t garon Tous se sont levs t %  ; ira, pour \oir ce que le p^.i lonliummc saint .Nicolas, qui est venu mr son traneau pendant la nuit, a foui r dans les Lombieax lus 6u.-|.( ndus la veille au man ti au di la chemine. '' '',1,1,1, miltri I leurs rou liera dans la ch mute, n a d si Uiitra sont bien p. lit ; dis ba oui une eapai li iiluscrny, iab e I. i i .iM., nie q e lis t rfauls d A .o empruntent pour la clr constant a, laa bas dt leuis parents. Il • ii-^avuieut leur disposition, i IOI Uullivara, laa baa des • de Hrobdiiignac, c'est pra i l la Rpublique d'll;iili



    PAGE 1

    LI MATIN' du 24 t*.**], fSfS %  I w Le BON COUT Barber-Shop SALON DE a) COIFFURE S Barberia p "J^DToji a toute ta elientle tes rnedleura Vœux de Bonheur JU l'cacaiion du NOUVEL AN !t!L d dwJS!f dont jl a touiour, J ui riKimni te propose u *>nidioier tneore ion mau-uei. In p*rto. nH de tonl prtmitr ordre sstnv U ..rvice (Je ce salon de Codhre o Ihygioe fa pliia se re est oba' !" Uuadon a .t.MiniJo'sjui HAU nr,tiT l'un •'fia yretoumar le plut souvent DU 11 bUU I p.ssb'e PABIO TOMES, rnprtMf, Hue du Magasin de sn t au faca de M >lti bu d & Co Salon de Coiffure de luxe Jos San Milan, propritaire envoie toute sa clientle ses meilleurs vœuxj>our 'ly'iS C et Etablissement se recommande par l'lgance de ses coupe. et lu prcautions hyginiques <|"i assurent aux Clients toute scurit. Cast incontestablement Tins! ill.it ou 'a plus luxueuse LLs SOIRS, lumire lecti ique prolusion. PARFUMERIE BASIRS CIGARES CIGARETTES MASSAGE LECTRIQUE Grand'Rue, prsde Dereix m mm • %  %  *u*&m'm' AU PRINTEMPS JL ut II Salon de Coiffure des plus lllGiHK Rien nyu-au^ua aux lisais, SUflCai iLTl.', MJI.Ns ||YIrifctlijUEa, lOL^.^NLiide LuUi J ho MGrktobll PLAlHUO* IVop-itaire d lEtabluvjinejt souhaite a * airaaiuca menu une lle^rauia Auuis t %  fc v **/%  sjjjr "&'***&* -V ''&-%  -<& L'Idal Salon de Coifnrc AR. CBATEL. PROPRIEiAIRE Prsenta su clu/i.ts sessoulu.U les m ill urs pour IVU5 S* B 1 romplmulrt J'ioprtli 32 RUE .1, s 1 RNTb-FORTS. 320 ~4&>Pour la INoel et le jour de l'an %  •.. Voulu-vous avoir.ies.clieveux coups avet got al la barbe taille avea eJgauca V .. 4llez air .'Salon • de lioii/ure ^^ M o vuus trouxerez l'aimaLI'. acciud du ptotnei rs .M Uuiti laitll LU 1 Jtflil ii la nouvelle uvuv tu.%oM le kiukaiu la pim UMI r • • > se nombreux clients. ^^BBSftaas*^S&fT-iINJECTION PEYRARD Depuitplas Je 40 ans ayant. taU* ^Uuo%&& ic o Dcei Iftv courante*t attenDn c fo:t-auc filaf^ t> i£ ^cemDrtv, ta Cx|>-3Caillea, <#onaw:b CL St-iVlaic. ait icpailua tV nie.n: jour dlucUinenL pour Caycu, r'jttk/ p^ai Kitig^taa 3a, eL ta port* O tcL tl >lom&it> prctuia r Ju-L & pa>^ort-aa-grince, le i3 ^mtrtT^U (iebara & , yents ; %  "" NEUn/lSTHcf.ir. FAIBLCMI r/*\% CHLCROSc, DCBILI1E SIROP : DESCHIENS Uinu'jiobiii* H*fli"n -*t*-ir ri" RBn prt4K-H l*sMuprttur la rico*'au M •> aux 1%I anaoaMMA A, r ,i t., r %  . LIDA JAMBONS CONSERVES CHOUCROUTE FOIE RAF LtfiUMES FRUIT CONFITURES C NDIMSN1S En Vente dans toutes les Bennes Maisons Agent General pour Hati Ch. MAONANT GROS : 1 1 8. Rue Baudin, LEVALLOIS-PERRET(F !" .> :



    PAGE 1

    LA COMPAGNIE Nol Italien LaNoal italien! J'entends sncore ses carillon* tauJi que s'voque mes yeux la houle violette des •oiuu. j lOmbne, enveloppes 1 UD creptucule d'hiver, et brejees de pourpie pir le soleil wucuaut. Aucua souvenir ne SM resUtue suiuDlable nnpre.sieu de poignante posieki cependant j tii couuu lea .Noeis aujiajs, ai delicieui av e j les eglisea dcore* de feuillages, et la ueige des camp .go, s pique par la verdure Ucs nou*. M**.-, quand \s. veux sentir toui ce que le rve humain peut matre U nehantern ni Uai.s une tradition, uicu.e, je resancile uu vingt cinq decemore dans un viuage ualien, antre Perouse et Assise. Le jour mourait, ns doux, car le terrible vent prucm auipeuuait sou eouitlc glacial. Je venais de voir la triple basilique de 9aiut-i s ranoi toute gi amante ue cierges avec les Splendeur uu peu paennes de sa uetUe. Je i tournai u voiluit par les rouit aasuinbries sons uu ciel ou lea rellels d or ne uniraient pas, tanuis que s'allumaient U*. premire* toile. i-Wiwui, Ue couine eu LOlIr ne, venaient ue soupirs de CM* v-be. L LkLk un hameau, dont je n'ai JMLtja tu te i-cu i je uis a n_oii tOtUti u'aiietcr. Je Venais u euluvuir, par une porte ouverte, un tao'eau qui ma seduiaaii. Cou.u.e j nekiuua ur le seuil luati^un une voix u'eulaut me ienne • Wharf DE PORT-HU-PM\CE Qui est incontestablement l'une des entreprises les plus utiles qui aient t ralises dans le pays, remercie bieu sincreuieul T Administration hatienne, les diverses Compagnies de Navigation, le commerce, et eufin le public en gnral de la confiance dout elle a t constamment dit : < JtM HI, HONORA, VE01 IL NOSTRO BLLUUlo KA.NulALLO filtrait Sous la clart de res vieilles lampes de cuivre de forme antique, qui se haussent ou a'abaisstiit le Icng d'une tige, U table dt laonlle tait dresse. Au mi luu tignraii le pangiallo que n."avait annonc la bllette, — norme gteau de Nol, difie* eitraordinane de i aie, de sucra glac, de Iruiis conbis, que connaissant tous clll qui ont voyag en Italie A cette poque de l'anne. Uiin-l tait vritablement spleudide. Lt, autour de lu:, plusieurs gurationa d'tres humain! l'eiiveloppaunt d r* gards rayonnantsbeaux yeux velouts et nous, ai navement ••u (lis d'un songe heureux. Grands-parents adulte, jeunta gens, -1 : i,i-, loua avaieut la mu.e tx^itkMou ce lelmte ta.me, d' itndnttemtni nat, sous le iin^tlllaiic ues milles plates. IOU la laine nu.lie dis beitte, lOliiiue sous ks annulables che* Vtluies boucltts qui laisaieut u bit n. 'i!rr les IIAUAUI a au* t i.i ue ttus Jtan-ba^.itie. Jam'is je uouUieiai I expression radieuse ue cts pauvres psyinns ombriens, celtuiant si j"\ uti un ut U uais.ance du fcauuur, tn HIULI ^our la pluiatiaueou le leuclii lavon de ults itgioii, la LOiliU, et ha* (Le tn liltX laisse uaiiS leur sol |*r ui.e I un „i n Icu.lan.e, et cuiiscKitnl \oir ui iiansde la liucit. Italie iLau.aHe, terre citdule ei u a.iqut, \ uisst ni lei>|rurts ce lu l.tu.m gardtr loigumts icn leva cfilillC les (eahts modernes l l A M XL LX&LSUK, Dans l'avenir, elle espre que le concours qu'elle a toujours trouv ne lui fera pas dfaut pour qu'elle arrive mettre excution les amliorations qu'elle n'a jamais cess d'envisager pour assurer plus de confort et de clrit dans le Service. A l'occasion de la nouvelle Anne Elle envoie tous, ses meilleurs souhaits et lait des vœux pour que 1925 favorise la ralisation et assure 1. succs le leurs projets. Yice'Prsient et Directeur Gnral: A.DRIZ Tlphone No 538 ^> <^C• > ^ 3* + &f <** ^



    PAGE 1

    LIT Mvnx du ai P. NWLKY REPRSENTAI DE MANUFACTURES \l TLRNBRHALSEYsto. i •SLEONABDIt. NEW YORK Tiiiui da (oui* etpce. m THE STANDARD hID Co. 109 South St, BMTUN MASS. Peaux et ouin de toute* r. sauces. J. L. KRAFT 4 BRUS Co. tff Norlh Vloore M NEW YORK CITY Pramag t de tout* espce $ ^^ 'f I. liAILLt hmnital tt 46 tu si. & z d Av.. BROOKLYN NLW uRK. Cirages a luutea aorte* pour tou liera, marque i iat. Jamai P. HEFFERNAN P PRCo. 15 water St. NMW YURk Papier lallre, sachet* papier, pa piar dYenaallagt, papier peur jour ual, etc. etc. COLD DtST CORPORATION 239 Watt St. NEW YURK. lavas Colibri al da loulaa qua lit** pour toiletta. £""• GOLDEN STATI IALES CORPORATION. 171 FraaLlin St. >fc.\\ YORK BIURRI. MIRES TURNER GLAIS Co PHILADELPHIA, I'.. Ulacee et vitre GRANDS RAPIDSllIOW CASECo UoSBrcdwsy.HLW YOKKCI1Y. Yitiincs de toute* dimensions pour adagaeioe. %  I STANDARD SAKll *RY Mfg. Co. 30 Broad. Siraet. New York C. S. A. t atensilei pour chambre de biiu, Water C1.--I. etc. 1 AOkj 11 th ave Caaties, boni toute* sort**. m Mit SON. %  u 47 l* 8t. 0UHK . chocolat* d* Me. KES30N RBBB1NS 91 Fut n Street .NEW YORK Produit* chimique*, pharmaceuliqu.i. FRANCIS 11. LEGGETT Co. tl ave. t: St. NIAV H)HK. Cooarveaalimaulaiia, Cou fl turcs, Caadies, Vinaigre*, saueea, et* Nous souhaitons notre clientle tant de la Capitale que'dV'ia Province un JOYEUX NOL et une HEUREUSE ANNEE au nom des nombreuses Manufactures que nous reprsentons. i l P. Pawley AUTOSTROPBAPETY HAloHCo *>rj Fiit Avenue NF.W \URK. Raaoir* d* lrat. Paaie* a raaoir*. HENR* CLAY BOLK Co. Havane, CIRA. C garai. Ltd. ATLAS TACh COlfPANt Fairhaveo M*** U. S. A Clou de toute* aorte* pour cor doouerif et ch*rpnterie. WlfHlTA MII.Ld ELEVATOllCo WICIIITA FALLS, TEXAS Farine en *ac et baril. marque Cleste et Creccieote CLUETI PEABODY & Co. Inc. \>t Lexington Ave. Cor. 45 th. NEW H)RK U. S. A. Chemise et faux cols %  loua genre*. GENERAL TIRE & HLBBEH Co. AKROiN OHIO. Pnau et Cbambrea Air. P. & F CORBIN New Britam OONN. cadenai, seruree, etc. te. KSSfcX Kl BBER Co. Trenton, N. J. I alloa* en aahoutekouc d* tante* a anes. THE FLEISCIIMANN >KASI Co 69V WaaliiBglon M, Nk\Y YORK Levure pour Roulanforie et ptisserie LIQUD f ARBONir. C*j, tt Wei V8 Ih St. NEW YORK. Eani gszeuses. -xtrails, foatalnef, et*. r YALPROC.CL CUhFOKATION •4 Harrkco St. NEW YORK. Provisions et contervie aliii.e nt.'irs". BKITTSIi AMERICAN TOBACCO Co. Ltd. 511 Fifla Avenue NEW YORK.' Citrette de toutes orte. THE SlMMUNs COM b ANY, CHICAGO ILL. I .il* nfr,;m> able* en toisgeore*UROWM BWELOW SAINT PAUL II.*. Calendrier t rclame en toua genre* Fumez les Cigarettes Lucky Slrike f atima Piedmonl qui sont les meilleures &V*4l\ I % %  j %  I r >.-. t





    PAGE 1

    JbTATIN iu * DkembreT'ir,* ii^SATCO FORT au-PlUNCE Remercie son aimable et nombreuse clientle de la grande confiance dont elle jouit auprs d'elle et lui sonhaite une Bonne et Heureuse Anne Wisatco Wisalco DANS SON MAGASIN ON TROUVE Porcelaine Quincaillerie Huile de lin Faence Verrerie Farine Bire • Entaill Peinture TISSUS ACH A T DE CAF Maison affilie: ARTHUR von SECKENDORFF —JACMEL Tlphone : 393 ** ,*• ,-^> N* m ir S*



    PAGE 1

    LE MAILt du M PKiwbr 13J4 M. mm &f c 0 Tlphone: Magasin Hue du Quai 460. Depot Rue du Quai 506 V VIENT DE RECEVOIR Articles de Fin d'Anne e! d'Etrennes CIGARES de la fameuse marque R. & J. Afacliado, Fruits cristalliss, bjnbons ei Chocolats (fidle Rerger) Sardines franaises Amieux et Saupiquet. Riscuits Oliliel, Jambons Picnic Premium. Jambon Olida. C onservei, Promage Gruyre etDdnois, Beurre Jbleyman Qruura, r^aiwirx* ecca.Rrunwy; Vins Rouge et blanc de Rordeaux. Mousseux, Champagne, Malaga Madre. Uire. i Matriel il A de Goiistrnctioii ti ""* i,t cin, piutwi.cit*i-y^s, iMncL ^^ ** 1 ^it^^pii* pr^pur^ rt IIUI. Allumettes : Pluies d'toiles et bengales! Wisky, Porter, Vermouth de toutes qualits. LIQUEURS Marie Rrizard, GIN OFFRE SPCIALE— Ra^tirs, fiscaux, c anif, (: outtaux, c uillers. / PARFUMERIE LTIR> POUDRE DE RIZ. Vous avez tout avantage vous pourvoir chez Ed. ESTVE & Maison fendant les meilleures marchandises el meilleur march, • % 



    PAGE 1

    I.E MAW du £A TWctTffiT^* 1 taoireDientPainiixta aui foulesmeuitrir*a tt rtptaitnt MU trTe ni peui : P*ui*, genoux, attends ta dlivrance, **r il va Tenir Celui que le Hre a ^ rou.it aui t.* d'Adasa !• %  % Mit* Yotei revenu le grand anm % ficaire o toujoui un rayon dfrence et de joie claire Ut wU(M. penche sur les crch o it-poee l'imaia d'un enlant m •• ii n. Nol! Nol et es joie?. > beliwlgi n I i es i l'txtase de lia croyttit et l'esppeuples f(ni soullrent i loi et sa pit i.'. la vingt-quatrime ions les caure, de rvrts, des sables bru.lnque aux terres gla. i Laponie, de la Terre .x ii' i^es de l'Alaska, r cet allelnia tnomretint, r'l 1 brure -luitllt tt Diru (l.srmJii jntn'l M** < |jar les li.ules pros.. il (ia vibrera I ho* tix, le TOIIICS des il un I.I -, il montei • dor. ,| t s palais h il montera dea toits i#, l tt vieillards,hommes N rcis tt sujets, aei•i lay.-ans, le mendiant bi sbille et le riche roche de sa table lieustntaiil ltur unir relier l'immorltl souvenir, t I hymne d'allgresse; ique lois ou lous les matna abjurant leuis leuis pn'jugts, leurs .. | i.ur orfcuul et leurs eOMbUOieiil dans une .c ptmee, et leur livinne .tvii ju>qubu pitdduljrand iionicoi^nie la luprme prire 0 niit lu n.bi.it qui soutire et qUl fcili.il kui>, drticu, r est I **trt ulenarllt l'ui, toitiiiulle entre toute, ce te btuit c le li s d'un luu ciiin .i: t v ii,i MU la Teire de Oiuliuis pour lavir avec son tcii ti l'c| i K,I e dis humau . I i ) n ille ; i s lent inticrs, 1 • beiei axaient piicoi.iu i \ .. , Icuigadts, le JJc, imtf Mil Its loi.h s al lit I. i I..I ii ni i:ie i. it, lu.nant Us Docteurs raves, il avaient dit: I 1 va venir le Kils de l'Uomm : %  holmeU connut Ezchieli Sepheris connut E ise, IS.-tliulie n Cpharnaiim abritrent Dali I, Marie, unr de Mose, l' bora et Anna. Ils taient venu* oV e P'" lointains rojatins de l'Kgypte t del l.yhie apporter la grande %  ouvelle aux peuples de le I c-rre Froraise. Ile avaient, assureraiton, franchi la Mer Kong* a pie-1 sec eoinuie jadi? Mose et ** Hbreux. Mans leur lon ft \ovage, !e Seigneur 'ea\ail uouirisde .-* manie et, liavers le Disert, il les avait gaid* avec i ne colonne de fume, le ;*)ir, ane eolonne de teu, la nuit, ci mue jadie il avait conduit HS Ptuple hors d* l'Egypte tt veis ce Pays de Chaaaan. Ils avaient allront', ces Croyant* lubliraes, les ulua grands piils. ,1s avaieat travers le Dsert, in t ensibles aux mugisfeme ni> do* ions et des tigre • %  larit. Hi arrivaieat dar* Us bourgades de la Oalile et de U Jude, seuls, uu bltoa la mai*, les pieds meurtris aux pierres des long chemins, le vissga hve; et.de leur viix qui treatblfil parc qu'ils avaient connu bien des jours sans pain et bien des nuit sans [sommeil, ils rptaient, soutenus par in ne sait 3iilU force mystrieuse, la graue parole d'Eli et d'Isa! : Il nili.i sur les ruines de l'antique Je riebo Celui qui'viendia pardonaer au nom de son Pre s Souvent on les accueillit par des hues, eei pleiins tranges, sou vent on voulut les lapider. Lorsqu ils apparaissaient,les mre?, en hte, rassemblaient leurs enfants et les chiens, la queue basse, hurlaient lugubrement sur leur aae> sage. Les Docteurs et las Pharisien, qui avaient, dans l'Arche d'Alliance, creuse la li il'' d'une ti/elire, ameutaient les populaces aveugles contre ces trangers venus 00 ne sait d'o et qui annonaient la plus trange nouvelle : que le Hmic promu Mose ne natrait point dans la puisanie HabWone. Vais eux. ees vieillards a la barbe hirsute, fatigus par les veilles, fat'gus par les jennrs, las des longues etases, lsislaienl vert la Lumire et vers Dieu, son Taie qui \ aidounrii. ki J-Musalem, la Ualitee, tout* la Jjd;e anxieuses llad.i.ui . C# soir-la, 14 Uacrtujore de l'an paiole troublait las cirars, roulait 7*'-•, au coachw du solei un h >m io urne le l'innene jasqae dues le Saint du Saints o biant^t le sang de l'Homme allait ruisseler dei tabernacles sacrs. Puis ils aas;ii ni, les prophtes jv*atcoureurs, ils disparurent au bout des longues voira aoudreusaset l'on o'entendit plus parer d'aux. 1,'un de ces hommes resta ce peadant en Palestine. Pour demeura il avait choisi, celui l, la Dserl lamente. Le toit qui abritait sa Me branlant* aux loags cbtveux tout blancs tait le hnniiiii. nt aux mille toiles, kt, aux lu/ii.mts tremblants comme les lauvis l'approcha de la templt, au vint rapide^ini charriait le mu%  n eat redoutable des bles sauvages avides de sang, aux suf foquauti tourbillons de sable qui a.n ni obscurai&sant le jour, il criai! : < %  Rend*/, droites les voies du Seigneur, car sou Fils va venir '•> JCBL Baptiste !ait son nom El l'cho de aa voix traversait les cits "inquites, comme l'clair la nue, et allait happer les murs de Jrusalem la l'ieaVline comme le plus terrible avertissement t la taisait trembler. Et les vieux dieux grimaants frmiraient sur lenr socle de piene. Et hs cantiques des Juifs ne montaient plus avec l'allgres>e d'autan dans le Temple pro'.tti. Sa vote sacre ne vibrait plus a la voix des Dueleurs enseignant la Loi de Mose, ils parlaient bai, ils prtaient, en IrernbUut, l'oreille au bruit de pas de cet Homme qui strait le nouveau lin de Juils et qu'ils se reprsentaient surgisinl, mont sur un char de leu et arme d un glaive flamboyant, de quelque terre lointaine et incounue; rai ils ne croyaient point que le Me-s.e peut natre en Jude. ht les Pharisiens et les l'iinces des Prtres, le front pench, carquillaient les vtu/ cherchant a l'ubscur hori/ou quel tait cet homme qui allait venir classer du lemple les veilleurs, crire, pour les enfants d'Isral, avec le sang de l'Ag eau et dans la poussire de .lerusa.em dlivre la luinineu se vrit qui claire les voies ter nelies : sois bon et qui allait prendre par la main les lits soupa bls J'.ibrahara, elfacer sur leur dont I empreinte de la Faute et les mener, travers les tnbres, me l une icMJX* SOIVateul u v >i qui va de .Nasuetli t JarusHlem. ui lemwe tait monte sur un ne, 1 humme suivait & pied, ijuui que la lin du |.,ar lui piucli*, ils mar.baient lentemeul, ear 1 *ia* aaaiis il fuijjae, l homme aussi. i,'elar. Joseph, cbarpaalivr h Na /arelh et Marie, son epuu>e, fiile u'Auue et de Joachuu. lis allaiant Jrusalem pour uLir a llerole, llrarque ruuuia de la Galile,qui avait ordouu, au nom 6 Uigr.au-, que lous la babitanis de la Pales Une viuaseul, dans la Cit du Pro phete, s inerii sur Isa reg lies i:npiiaux. Lorsque ManealJornvaieul u-iii i! ville, le s a il avait uepuis lou^iemps dis p m damer* la moulague de liet smauie ci i oiuinc euve,uppait Ja ruaalem. tl<.i. aieilie a une rtuae iiiuuense.elie bourdouuail dm la %  tiit, la grand oiie car une loule houleuse remplissait se rue etroiles, le n tiili'x <.u lempie, le seuii de let lUaisous blancoes, es auberge, -e-. ^ailles piaces publiques, kit la lueur des loi dus q ie cbscUB portail clairait celle mal tuude ou se reconpa latent les hahllunis de toutes les houigides voisines, le lieiiiulie, de Cttubarnaun, de N />reih, de Dtthlem, Ue Getsemani. Trouv.run gtte, n'tait pan, ce sou la. chose nieii facile dans M riisalem. Le fut donc vaiueineut que les deux pelenua frappraal aux porl s it diiuoiu-, e I, mine-, ,1 ...la.,, i nu. deOU • tre eo.ui aid JuUie el U u y avait uulie pan p ace pour ,'u tonne. [gsaab pi •, oaa a ois SOJ epou se desoiiu ne cette 0U4 luiio-^iu lire et u anet tb rcnai gh a tb 1 i m,petit wiidgit tout pincan, i. i ne avanait leuumeui i, lai ail froid el ie cliai peu.m greiouail. Luisqueles dei.x ua/areuis lurent liois d. la vil e et dans la campagne Ueserle, Marie lasMOtil soudain le piemieiea douleurs de l'eiilaiilt muii. Il y avait heureuse nui. I pi' du ilumui qu us sui va %  m un giauu lo.her creux, or te de grotte e le* bergers poussaient luitiuupeaux a l'appro che de 1 ora fc e. force laur lut de s'y arrter. Joseph battit le silex, fit du feu et, trouvant dans la gr .le de la paille sche, il en fit un grabat o il plaa doucement son pousa.L'n grand boeuf, les yeux d-mesur ment oueils, regarda 11 s alles 11 veneea de cet homme et de cet t Mnine qu'ils n'avait jaunis vus, et quelques brebis cutchas en lond, allaitaient leurs agnea ix tout en ruminaul et en bel tut d >u cernent dans le grand sil-iue 4a la nuit. tt, l'heure de minuit, sur e t te paille sche, dins ret'e e.io.te iso:e et dserte, le Fils de iu vint sur la terie. Mais aussitt la grotte resplen lit d'une grande lueur, le boeuf 'ge nouil.e el rpand sa chaude Inlei ne sur 1 enfant tremb'ottant, las brebis et leurs agneaux font cercle autour de lui el le recouvrent de le r laine qui r'hiufl--. Lftnn luimme qu'o avait oubli au dehors e i i.prenant,dans MO i liole bont, qu un nime se vnement vtn ut de s'accomplir, s avance, s'ig> nouille et regarde l Baient. Au deho's les tui es, au ciel. brillent d'un clat incomparable et verse sur la Terre leur plus belle lumire, l'out l bas, ver l'Orient, uu aslre nouvea i, icconnu des sa vants, norme, blouissant declar t, monte, radieux, l'horizon de l'antique Lbalde. Toute la piaia enlin rsonne de voix divines qui chantent : Glo ria m excelsis Deo et pax h >mioi bus bonae voluntatis . Des ber gers qui se repoisiect non loin do U vireut venir A eux, Ha s la nuit, une apparition lumineus-. — Laissez la vos troupeaux, al le/ la giotle, leur dit une v m melodieu e, car Ce ui que 'es Pin phele avaient annoi et y est n^. • i'ix in minibus bonae viluita ti<. i Uni, pai, sur terre, aux liomn s de bonne v loii i,est avec ce iri, de pi.rdooet d'absolo lion ei de rdempliod non point avec 1 haine la bonrhe et la ve ge dii .na n eut la main ,ue le I ,is de Dieu arriva parmi les humiiu i. Aux lambrisdores.il [ rfrt ui e fioide gioile.le snuille d'en boeul, la laine des brebis le irolgreut du lio:d ; ce ne sont poii.t des t" te couronnes qui vinrent h s pre niiers se piosierner ses p eds.ee furent de frustes pasteurs. Juelle sublim I on pour I homme de po fsiie et l'humanit orgueilleu se 1! y a dj vingt sieles que cel vnement s'est acsompli. Peux mille ans se sont pa se depu s que Jeus *<& ur ceut^^H Jieu et depuis^ notre Globe accon^sBsjM So'eil, cette nuit de ^— T v< v rs entier, tous ceux qui souffrent *( tous ceux qui vivent dan* le joie, imx qei pleurent et ctux qni lient, ceux k qui la haine a rendu le coeur plus dur qu* l'airio.eeux en qui la souffrance a teint la llamme vivifiante de l'esprance, tous, viennent tendre les lvres et boire avidement la sooree d n mour.Et lorsque miLuil, l'heure so lennelle et mystrieuse.lmtera len tement aux clocher* desTernpl**. tous ces homm** bon* ou m chant*, ignorant* ou savants, re gardant le chemin de sang qui v de la grotte de IMhlemlaeroix do Golgotha. tous ces hommes, se cous d'en long frmis**m*nt ne punont s-empcher de se mur murer, mais cel Hjmiaetait vrai mem le Fils de Dieu Et ''•• t te certitude, c'est eette foi qui renient pour une heure l humaui t meilleure. Et alors, de toute* le* poitnn** montera ee cantique de r*c*nn*ie •anc*. ce chant d* triomphe : I aiioria Deo et Pax bominibue Le meilleur sdatif des douleurs d'estomac r SEDOGASTKIW Admis dam leaHftplUu* d Pat* '"aime intununemvt i C'Ui4i, Brluret, Aifir. an, tj. i douloursiix, NimUoi, T*rH(>n. VomlntmtlM, Dccongtitionn .t l'oi, (cm !'*cO'ilarannl i It Btl*. Trct (d i comr* In OaitroEmcriiat du pT ahu*a. lu unit dam luit— ht /tirmmm U.l' lUtral UUnWmr ZIZlNtl tmt,C^. TUM A Hiln PharmuS Al. HTIII et louitf Bonne ebCLEnY, **, Boml si in im, %  a Klrennes \Wd * • P c\tr\-Bc\T>/ s Cinma chez'soi est le cadeau le plus envi el le plus apprcie, des petits et des grands. • 7 •-UI ~, (.maie adiptalion du Cinma au cadra de la lamille, Palli.Baby apporte eliei a vous une source inpuisable de joiea noutelles et sainte, un inoven pnietant et leoorid d 4 eiiNCi()neraerit par l'image* Cliaiun dos lilmf, eal un lii|niiiil de vie, poiijnaiit ou ioalraclil l votre choil* Attendu incessamment par le prochain bateau yintDt l d New"Yorkceourez vite vous inscrirePOUR TOUS RENSEIGNEMENTS S'ADRESSER Mr Ren ^



    PAGE 1

    iuiiin uu m* lyt^Kii LA ison II. Silvei Dont la rputation n'est plus faire, dans le butd'lre agrable ses nombreux clients, leur accorde, a partir de cette date jusqu' la fin de ce mois, a litre d'lrennes. UN REEL RABAIS Crpe (! %  ; (. Iiin coultun assorti** ( " xlr suprieur %  • marocain cari aux Soirie a carreaux pour robia it chemises Incotiuc de soie a barre* Itstiue voila a carreauxj \ on* suisse brod Crepou iranais a barres *t causaux Diagonal noir sup Casimir anglais nouveaut Serge blau anglais suprieur l'eaiuineach anglais de toutes beauts Alpaga noir suprieur Satin Chine pour tailleurs Kaki blanc suprieur katti jaune anglais suprieur Duo* union biano anglais "nouveauts" Di'ili un on bianc anglais Tussur japonais pour chemise a hommes et robes lleps de soie a narres couleur pour chemises hom_, inss et roooa nouvesutes llapiiate ime pour chemises l'ercale une pour lingerie (..aiicot percale pour Zphyr ang.ais pour rhamises — extra sup Organdi auiaae uni et couleur lia joars demi-soie Chaussettes cossaises pour enfauts 1i-ench rnsity, aerniwre nouveaut l'oplm a Heure pour robes 1 usaor blanc Cimone bian c jupes Voiles couleur t a barres] Shirting bianc suprieur bus dentelles lias sonniode j Bas lil liroue Lotions "riverfiune|,oui' premire Communion Louvei IUI c-> UI.IIICIIB et couleur suprieur bunueu -urodees Aladera pour chemises et \ une bianc a baires el a mouohea Itutine biaucho Ouuarditie bianchea barres et unie Lrepoii bianc et couleur a |ours \ une blaas et couieui uni Hi*.ui".jusi a.iemanues suprieur iii .lu.uii noir augiais loi. talion tuile t-oruc Serviette Ud toiietles blanslies A couleur MiAshMeea nianoiios pour familles .Nappe, coinoiii s l'wpnii uo eoie uui blauc & crme extra Crsyou OioUo Iranais '-"i"' Uai9*\Ui aueuis, dernires nouveaut .->.i vietto te toilette coui. angl ie iupi* ciio BIMIM *>up. pour tables Aloiioton umuc de v-ouieurs aup 1 eiyiiee IT*U10sUa %  *uienoaina feuiee serti**** |biaueiaea damasses Oiganai • u.*ac x couiour a oairee A [ esrreaux. .muge .uU eue anglais sup. pour |UO< Ud^i., a uunt u eoie pour ouemises aai.NB^Notre Maison est toute de confiance NOUS invitons instamment tous ceux qui veulent profiter de celle baisse vritable nons gratifier d'une visite pour se convaincre de l'exactitude de ce que nous avanons. D1S voire intrt propre, aimables clients, vous devz passer sans tardera ta maison H, SLVfiRA, avant d'aller ailleurs. > < &f -<~v •^e % %  *+, \ \ '' %  s m x*



    PAGE 1

    T—^B IftlOW Envoie l'occasion du nouvel An,son salut le plus cordial et ses voeux les plus sincres, la clienlle nombreuse qui n'a jamais cess de l'honorer de sa confiance. FONDE en 1878 La maison a pass par les raisons sociales suivanles des sieurs qui ont prcd les chefs actuels sur nos diffrentes places : 1MP0AT ) Nol d'Ethiopie \ test tatra le llle et la l\, jf le que l'Ethiopie est devenue chrtienne. Comme sa lui nouvelle A loi arriviit p.ir ByziQCO, elU n ) pieusement roa lois les rite bj xantins et les a accommod i sa simplicit de banlieue africain). .,) La fte tombe eu janvier. Elle dure huit jour. L'Empereur, ses Ras, %  • %  GraUonatchs, ses DdiaiA autcha se rendent a l'glise en V7 grand sostume d<> guarr*. Sans y doute on luit promenor devant soi, par un page, la bouclier d'hippoJ ota me incrust de lames d'or ou argent mais lUUi on appuie soi paule une carabine ronderne. gnralement la Lee Metford. Les moine et les religieuses •orient trois fois autour de l'glise las images sainte*. Ils l'ont lmi.-< T las pieds de cesicoues A la jeunesse at sut dvots. L E npereur donne l'eiemple. La srmooie la plus aractm tique du .Nol Etbiopian est une baignade dans les tonents et dans laa riviies Aprs que les eau ont t bnies et qu'on y a jet dea fleurs, las jeiues gens s'y pr eipitent nus En I'J plon^i ant, ils a'imHginent renouviler la rrno•ia 4i> baptme. <***&*& M. STElMiRVGdii t Cli. M'EYH IJVIV C Ll'OAl, HALL fflARC HARDlSES S ches articles de mnage Jamais II a'v a eu ailleurs ne aussi colossale exposition Jouets et UD tel tala de e:de:ux de fin d'annU ILS SONT DE TOUTES LES FORMES, DE TOUTES LES COULEURS. il y en a aussi tout prix. Des bijoux, il n'en manque pas. fc EXPORT Enumrir lis irtielei ta veite diDS eei Y -stis ma^asiss semble MQI chois impassible' car ha rayo-us e or.iot de teutei les unitsVOUSlies iuciKiaiaes> reteoiz que les tissus les plus achaland et du dernier tri parisien se retrourent Chez M OLQFFSON LU 2AS & CNous qui vou'a/ orner voire maison, c'est *PiBMnt ebaz 01.01FSON, Lli'.VS ''o 411e vous trouverai les plus mrgoitiquiB sa ois. les plus biai v tapi J, les MTvieoi de tabla 1rs plus fuis et les plus complets, les lampes lcctng.ire les plus comm de-, Us peadules les plus rgalires, et des laklenu-. d un art exquis. I Il arriva que l'Empereur vianna | r -i 1er i ras ablations sacres. Il y parait tntre deux da cet fornai ''a ')l.i festins qui dorent du petit ma*in la fin de 'a jouru'e et ou i aUiblenl, ebaque jour, quatre wu cm | mille seldats. Ces banquets sont servis dans un long vaisseau — tout fer et c r.imique — dit l'Adreche qui a cinquante mtres de long, trente de large Des tables rondes, en JOOC sont recouvertes d'toffes voyantes; elle* liguent comme d'tranges fleurs. I ne fanfare d'instruments de bois,—les *sael1< kat'i— d roits comme les troua pelles d'Aida, sonne l'entre dea convives. L'Empereur est essis a* eenlre d'une petite estrade, servi, part, sur une table lgre. Il est recueilli, car cette crmonie lui nppelle la Cne II sent qu'il communie avec son arme. Et aBa d'antreteoir veill, chez ces rudes 0 'lait, |e respelct que l'on doit a f4 a de Nol, au cours de cet banqueta, trois fois, chaque jour, 1 n Uni quelques instants, Men lik M coiffe de la lourde et sym bolique (ouronne impriale soi a laquelle il semble vraiment le fils d Meli-hior, le Mage la figure no : ie qui apporta l'enceus et la myrrhe au berceau de l'Enfant J JUS Hturra La Roua Yous, Madame, qui cherchez ayant tout l'utile, allez chez Oloffson Lucas H C et vous trouverez des machines coudre incomparables ?ou tau, tatia, qi voulai, l'occasion aie Uni, rveillonier jojaustmt.nl, chei OIOFNOI, LDCiS 8 lo. VOUS TROUVEREZ UiM ARBRE DE NOL VOTRE CHOIX. I > ) ) 5' (



    PAGE 1

    r PORT-au-PMNCE FONDE en 18 9 0 ENVOIE TOUS SES ARABLES CLIENTS ses Souhaits de Bonheur et de Prosprit l'occasion du nouvel an. %  -v•*. Le Financier a l'Ebniste Poi R FLIX MASSAI. i Faites de la bonne politique et vous aurez de bonnes finances, disait le baron Louis. Il semble que, dans une certaine mesure, cette vrit n'ait pas chapp su sentiment jopulaite, tmoin ce trait qu'on se plat citer. | j I i dtinc Marcelin, aux plus beaux jours de sa fortune poli tique, voulut avoir un lit de bois d'acajou. Il lit appel au talent rput d'un de nos meilleure bnistes Ce dernier mit toute son me a fabriquer un lit sur lequel, le dieu du sommeil aurait eu du plaisir reposer et qu'aurait admir le Ptrone le plus raltine. lait plus extraordinaire, il endossa sa redingote des grands jour* et alla en paasonne prsider au montage, besogne que d'ordinaire il conliait entirement a ses apprtnli. Uuaud il arriva cbei l'homme d'Etat, celui-ci, dans son cabinet de travail, songeait une nouvelle mission ou mettait la dernire main a quelque roman que la Rpublique procurait i son dilettantisme le loisir d'crire. .Notre bniste ordonna a ses aides de se mettre incontinent i l'ouvrage.Pendant la demi heure que dura l'ajustage qui dira jamais exactement quelles durent tre les penses de cet homme simple mais honnte, ayant delaut de lettres des pnncipes et dea ide9, tout comme un au tre, sur ce qu'il (allait jour raliser le bonheur de ses concitoyen!,lancer dfinitivement son pa^s dans la voie du progrs et de la civilisation. Assis sur ses jarret?, la redingote balayant le planeher, — tait-il absorb : — l'homme de l'art surveillait d'un air important et grave les n ondres mouvements de ses apprentisIl mettait un soin dvotitux ce que les diffrentes parties s'pousassent la perfection,son visage exprimait la conscience d'accomplir un devoir trois fois aaut. Et c'en tait bien un, dii s m m&&ite£ GRAND ASSORTIMENT DE BIJOUTERIE, HORLOGERIE, ARGENTERIE LtiDfltes et Diamants BIBELOTS, FftRPUfflKUB de TOUTES les parques Jolis Tapis, Ornements divers pour maisons %  IMPGRT-EXPORT Achat de vieil Or, Argent et Ecailles REPRESENTANTS DE FABRIQUES Agents de la maison Cinzauo tiou le \ ci moulu joui! dune renomme Universelle Agents de rAlumimi n Line ^ui assure I M oninninicalioii entre nos diffrents poris avec la Nouvelle Orlans, le Sud Amrique el dontle Sige prineipalcsl liiiios S une honni p, que dp faire braveii iit • i loiftni un n i n' votre i.iclie Vcui prchieti sans le savon, i toute la ration Mis ce Mge un 11 u fruit ijin i ijit MU ; thique el i ree* que btau ce D OHM Dl i rcii n'exprimait pas ce eeul SOUei. A part celui de l'art il lembleil tint 1 notre bniste avait eu celui ; IISM de la rabrication d'un bon ht. bien mont, et pourries raisons spciales. Il avait l'air de penser : 'eet une rhose extrmement importante qu'un lit, une rhose capable d'avoir une iiitlucnce considrable sur l*s destines d'une lUpuhhque. (Jui ssit, d'ailleurs, si ce n'est paa aprs un bon tourne que l homme appel sauver la pau* vre Hati, aura la rvlation an tire de ce qu'il hudri com inencer pai tain'. Kat*il rien de meilleur qu'un ht. ,ael il rien de pire....car souvent le sommeil n'a que la valoir du lit tt bon ou mauvais il peut heureusement ou malheureusement m llmnciT le sort d'un peuple \ i il i somment pourraient traduire le noble IOIICI peint ni ci tte lace d'ouvrier ci m qui as sis'aicnl cette petit.; scne, s'ils avaient COI nu l'homme dai l'intimit de ses proios lauu hers. Le lit une lois ajust, l'ibunie n'eut qu'un dsir, que Son atxcclleuue vint contempler Ellemme son travail et y donner son apprciation Disque l'hom* mal Lut arriva auprs du un uble, les premires pan,les du l'ouvrier lur. nt t Comment le trouver vous, MlMIlBB? Marcelin qui en avait vu tant et tant en matire de his, avec une in lifli rence riaih sujet* tu son mono le t apii une inspi clion rapidp, opiin : i lui, a'el bienmais cela manque de lim . I ne gillle n'el pas s ce ; suiloqi' poire i i niate dont l'art lait l'unique orgueil. venant blme et bredouillant de colre, il sortit dans un crole qui ajoutait au piquant de ses paroles : Vous avez raison Mmiste . Mais t ml que le pa>s n'aura paa ils Prsident lim , de Miiii.se Finances i Gm.de Chambre et .Vnat limis... il n'y auia pas de lits finis*. PRID. DUTOI CHMJ 'UeTi Bureaux et Ateliers : Rue du Magasin de l'Etat Tlphone : 721 *i



    PAGE 1

    r LE M Vt* la T% Ofeambre f99i TBT& ^„ • ^6* ES** LA COMPAGNIE Des CHEMINS de FER de la le ta lui de lac rr lg OU COMPTE PRS DE 30 ANNES D'EXISTENCt CONSACRE TOUS SES EFFORTS EN VUE dune AVfiUORATlON ^^ Vtilk "de Hoel >n tait la veille de Nol mil neul cent quinze — l'Occupation rayonnait alors daoi toute sa beaut, pour rpeler le mot qui consicra un illustre | OllIlCItlI< In tait la veille de Nol. l'ort au-1'riiu: ew>ii en pli me livre des apprts du levulion. Uts thories de cuisinire! don uant le bras 1 u s paniers mes; de eti.ls ajai.i de* • usaeornea de d.uJes, laii^ousles, pOUlil.s OU a llli ViOlUal I % %  SJluu leur.* bourses ; de b oldurs ayaul sur leur tte leur iliarge; de cita lins avec leurs peins paquets l'entrecrottaieui ; des auto, vomirai et pteionsi charges do joujoux; des vendeurs de dois pin de l'urcy. circulaieul. Lutin, le va et vient d un vingt quatre Dcembre! > Hum.tout ^ •apriti ne .->o proccu^aieui qi_do oeieorer j" ( ,i. ,i ,,i u naissiuoe 10 l'Homme Unu. I i k m NA1EBIGI et Je ses DIVERS SERVICES, tau! u mmpi ies pcssikilte n'use extacsioQ de son TRAFIC A i'ccasiofl de l'aims 1925 Elle remercie le Gowernemen* de la Rpublique* la i lientle qui ta constamment honore de sa bienveillante conii* i i In tait la veille de Nol, il it joui la, eeiti.dalil, la Cour Maritale ejfgtaii, |our ju^cr ua des i ero* lumra de l'pope du Unis btllaU' Ce brave a trois po l-, eucore uni une, il est viai au mpris d'un orail : — Vos nom, titre, prnom tt qualit* V — 1 \.ula Moniyon, co-a^oilee au l'elil cale, ne Lhui turque t ruii'-e ;. — ttaieiue .Montyon. connaissez vous 1 accul ici prM ni / t'aula i garda bien le sol lai, le ue >i.>>.' i, ei api es un ex m h scrupuleux : — Lu vrit je ne puis pas dire si JJ reconnais ce lypela, lit elle a.e. uu IlegOW tout laii ii|{Oio ; nuis lout ce. que je pins atnrmer, c'est que je reuouvcoaiim cis distingues otlioicrs, T|UI composent ce lrii uii.n. les ducretl amis de mou petit btttl IJ-Ol... A. 1 L dralion, son ne s


    PAGE 1

    ~ Le Magasin le mieux assorti de la Place. Vous y trouverez prix rduits pour les Ftes defind'aune: Jambeni, bacon, langues luotltf, •atiriiian* dr Lyon IIM *it, U i ci.< i n fin jiiiBf, VtrtWtlIe, PatiriaMni npafaali, 4oii,U, lanigae, Beurre, tt afin praruions de fcutaa icrtcs. Liqueurs Marie Brizard assorties. Liqueurs Siaiou aiu assorties. Crin de framrois>d Cissis. de Cerisesde Bananos, Simon Aia Vins de Bordeaux Ylnsde Nadir* Malage, Porter Pice Patzenhofer Bonbons. Chocolat en boites de luxe et futilsie par cadeaux de fin d'AnneVrai rgal artistique pour les yeux. Ms, Parfjmerie Colj, fio&bpl Piver, ifc, Faites-nous une visite. %  4 \ \ %  ) Nos prix sont la porte de toutes les bourbes. IMPORTANT-Que nos clients se rappellent que tout %  'porteur de CINQ Dollars en tickets aura droit un numro de notre Loterie de fin d'anne que nous venons d'organiser IL Y AUURA. 3 LOTS GAGNANTS: I e r Lot -Un Phonographe avec 6 Dnqoes ,2" Un (ii os Jainl on 3 e Un flacon de Bonbons. •* Vensz essbid votre Chance VOUS GAGNEREZ UN CADEAU PATANT. Tlph me. 352 _.?• *i %^jr fc*.



    PAGE 1

    LE-.tfATIN lu 2i D^erae f925 Rltmii € w Jfb i OOIlt ,a vieille rputation a irauchi les rs coulinne aire la joie des amateurs. > J| donne aussi, saule, courage et conserve ses clients l'ternelle jeunesse. POUR Glolurer iaime et ouvrir W e u s m eut Allez prendre votre **.<&' %  £>* **. % % 



    PAGE 1

    I \ SUN LIFE ASSURANCE C oi Canada Sige Social : MONTREAL CANADA % 800.000.000 d'assun as en Cours as* von POLICES LES PLI S AVANTAGEUSES VA yon Placement le plus convenable de vos pargnes VA Xft Protection la pins efficace pour votre Famille VA VA Rserve de toute confiance pour votre vieillesse VA VA Secours infaillible en cas d'infirmit La seule Compagnie d'Assurance de vie en Hati qui posede des bons de l'tat llaitien. L'esprit des tout petits C'est quelque jours atan' Nol, Paul, qui a quatre ani. %  Val paa excessivement ge; et, pour lui faire peur, on le me nace avec un air svre : —.Mfie-toi, Paulo, lui dit-on. Si tu H 'ea pas plus obissant, complaisant et respestueux, le Bonhomme N'cy.1, qui doit pasaer bieirj$t,,nerVieuJVa paa iei.. MaiaHtulo fruste lgt rem -ut les paule*, et dclare en prenant un petit ton supneur : — Ne'vus inquiter paa de cela : s'il ne vient pas, eh bien •'est BBoi qui irai le chercher... Rene, une petite eanapagnar de, yioni pour la premire (ois u vi la avee papa, et maman On emmne chK le-amis, et la, Iprs le djeuner on passe dan le salon Rene examin lea meublts avec attention, et s'approche de sa maman : — Tu devrais bien t'acbeter une petite table, comme c.ile ci. lui dit-elle doucement. — Une petite table ?.. Quelle petite table ? — Mais celle que je te montre. Toyons..la...cette petite table avec dea dents... C'tait du piano qu'elle voulait parler. Yvonne, qmtre an*, raronl* ee duVlle a tvA !. nuit prt* dente; mais elle prouve quelfie peine se le rapptler exactement Alora impatiente, elle se tourne vera aa grand'rore : — Eh bien raconte, toi. tu sais bien...Puiique tu y tai, dans non lve %  l s I A l'occasion do mi an qui va s'ouvrir, a "SUN UFE ASSURANCE C OF CNADV iiiruse an digne impie laitiei it ta particulier i (eus ceox qii eit bien voule Honorer de leur prtfcrince les meilleurs vœux de honneur ei l profpenlfj pour rnne 1925, MOI oublier set >oili:iits les plue liflfirM , l'oacasion • J•la NOL'L. Se banal sur k rsullal Ci nsl lernble qu'elle s dej obtenu durant Isa quelques moi de *on Mabliassasal daus M pv. elle eapre BVM ronliarca obteuir dans un avenir pia'haiuuu dvaloppentsat remarquable de ss affnire*. Lee Anœieliooe 4'eeeonm œuvres purement humanitaires eontribuent.ploa qui l -1. 1 le rente au bouheui des particulier et I rii Iw su d' a i ayi Vouf, pres de famille *l lildvous qui lia' ceci, 8tn.be/ que les meilleures trennei que vous pourrai preeolsr, l'occasion du nouvel au 4 votre lauilla et h ceux qui mritent votre recortnai*ance,c'est une police qui le meltera I I abri les eUDDUl et de malheurs de demaiu I 1 -. %  i i L'institutrice) a lui ion petit lve. I livrer, des notes aur le 4 and l'asteur.el lui raconte nu* .animent qu'on avait trouv dans le dossier de l'mment aa %  ni des papiers lies intressants La leon tei mine, Oliviir l'empi aie l'aller dballer devant sou Irre alli it* connaisaancai toutes tralchef. et Un dbite avec volubilit un ceil,ini nombre d anecdotes. Iwsl ce qu'elles sont vraies, seuli nu m l'inquite te yrandhre seeptiuu comme il ionvient iiiuui ou eel l Bin .Si elles sont viaies '.' Si elles sont vraies .'-. A preuve qu'on les a trouves IIAIIS le dossuir df> sou leuteuil I Marie l'amil e a balayer Mai la Femme de chambre, qui tait te inni;i,v i;.>se a son tour le. lialaii > t Mai ie >e nui a laogloter I i~ Uu'ai tu done? lui demande-ton. iJKt d'.ine voix plaintive v • • • i '-, >. .. -T -?• ^*HTI • -* %  >-• mH t



    PAGE 1

    y^RKSTE BALLOHl "-* i Remecie bien sincrement t eux qui lui ont donn des marqnes de confiance au cours de Tanne qui iiiTive sa fin el leur envoie Ions ses meilleurs souhaits de honneur l'occasion de 1925. QUE CHACUN SE ii4P?£lLE QUE CHEZ VALLONi IL PEUT TROUVER 1001 C£ U0N1 IL I BESOIN DE JUSQU'A z ET SUIVANT LE GNIE DE SON COMMERCE. irgi stpt m Maires m la plaie le Piri-aii-Prioce bit que la Maison jouit d'une rpitatian wNk OllESTE BALLONI \jjm ant-Consignalaii e Hue du Qva!,\\o1803 4 /


    PAGE 1

    lil'Ul! I t I -#• & e* Maison de Coaiiance iindr SIDORE Maitre-Tailleur *5/J, RUE DU PEGPLF, ii5 Presquen face du Hast; Mtropolitain Coupe Modrai Travail Soign A l'woasion du wm\ An. Instar Andr ISIDORE envole ses meilleurs souhslls ses mis et olinti tant d1l qwdi b Pwince.—Il leur promet, comme toujours le mme loto la mm proaptiUdn dans les commandes qi lui seront confies: Mr Georges F armer Annonce ses nombreux amis et au public en gnral l'Ouverture de sou tablissement situ l'angle du Pelit-Four et de l'Avenue des Daiies. On y trouvera jour et nuit : MME LafilACB. SAI\DW1CHES Consommations diverses et de toul premier choix. C'est l'Klablissemeut iilcal o Ion jouit du meilleur accueil. T 4 m S & I /% i. 1% Idadame WALDY Kemercie ses aimables clients pour le concours qu'ils lui ont donn durant l'anne 1924. En en VOftnl Ions, ses meilleurs ouh.nl: \ l'or asion du DOUTcl 10, t Ile promet dfl ne rien n(jlij|r pour leur donotr Il iilns i|iii(lc MiiilatUOl 1 i'.\>nii. Voici le programme des prochaines Soires ; 2) DeenibrO.— S^diirt <> l'histoire d'un Pch avec S oava fiallonc 28 Deerobl'e*— Maison de Poupe d'api is la pice llUsen 1er Jsnvler* """ ( r n!o l' r Populwre de? i S %  tara, et 8 bis OUairc d'Amour. Cette dernire projection de ce beau film uura Heu i gourde. 4 1 i fc



    PAGE 1

    , LSiiuw-uaiiknmWa! W i\ V oulez-vous conomiser votre teuips et votre argent? Dsirez-vous vous habiller avec lgance et sans frais normes ? ALLEZ CHEZ Auxila Angle des Rues Traversire et du Magasin de l'Etat C'est le RENDEZ-VOUS des Gens chics Pour fter joyeusement les ftes de la saison, faites une vente visite aux comptoirs divers de ANOEL k MILLE Je mu rappelle une chanson U unlulide kl uouce, I knjie M chaude, M ineuiuid qu'elle m'emul a en plein ci. a eu i ver, une pau\re petite cliausun Je KiLme que j entendis, il v a de* jumei de jour, a aevilic.daus U|utlll jaune Ue Ao< I ueiailau milieu de je ne tau plus quelle liuuil'.e el luiuiaue cALLb du vitux quai lier de la M^auia. Le utl ei.iit lis n.ai MMll eiaigissiiii piulund, spieu-. Uiue to;inne ui.e n.l ue ealheuiaie uU seluliuenl a lliliuiuOldble tieig.. La IUUQ y li.danVui|ti-q..aue ciutiies de la Oiia.ua hOUUMMUl IMM tive, semaient ue la joie el ue la quieiuuu su luulo la vuie eu Mit. uuu pdaleite el impatient, •?6 tes urea I ilotUls, avec Ue cane œillade bout le mail tilles, KVcC Ue gesiea n .leux, || coupits, itur I vie ue messe aux Un m, se lidiaieiil Vels les lable tieieveiilon. Les le. aies iii,laieiii, les luiuce muni • ii auUessus uo Mlit loueiiet.,ar le \ni, sepaipiiia.ini pereniea a Ue llotiic Ue uuvei. Lan v.t et n-jitr ctiainat de pu .-munit uueurs de uinde loue, ue S Soieries, Parfumerie [§. lt 5 Chapellerie, Meubles Zt Kl il esl impossible que vous J| ne trouviez ce qu'il aul M pour satisfaire vos (jouis H A .vos lanlaisies S f Grand assortiment de p Tissus le toutes sortes J Casimirs fraa lis, Flanelles kiates ? varies pour costumes I friture l'huile et l'ail, de toii H !•• -1 (t'uran^p. I omin i je passais datant la |orie ouverte d'un misrable cabirei, \i vi des ouvriers eodiineuches qui tmvaieut a pleins verres du vain ^ais comme de la terre mle Je sang, el. adosse ;i l.i cloison, le regard douloureux, perdu, noy dans les pruotllai d'or llude d'un oui • iMii.r. i qui l'accorap-igiiail en %  Odrdiae, une cli intense jeune •I jolie blie ivnt des cheveux de la DUtnce du l*uilles mortes, un visi n -.i Je MMimilsion el d'an goilM iMssionne, qui vous taisait %  OQgtr i quelque lose dli iMA|ue l'on a un peu pilme. Klle,roiic lulail d'une vuix trange, ligu somme un cri de soullraoce, B% > lltUM comme uu aveu d'auuration: EN OU\ I\M IANI in' M non TA UCrrn l vu ni: CHBRI, J'AILAMS rOMbBHvToN oi:U, IL 181 i >MB DANI MON Mil.N, • Jl U i M DONN Milil MAII VI u ug PUCI PO( Il hh.1 \ li li VOIB i I MIEN M MI IBM M| RMTB. ii Cille cliuisoii il amoureuse MejMOtt qui dominait les chocs des verres el la ru* ineur ulenuelle des cloches de paix et d'espoir I lits t. MAI/CRO^-* -• Chez AUXILA c'est toujours par un sourire aimable qu'on est accueilli, et l'empressement des membres du personnel de la maison fait que, lorsqu'on; y a t une fois, Ton y retournera le plus souvent possible. •>#*r



    PAGE 1

    .Jta &f ^ tt-MATN heldora \ ( o are represenled 1.v following lirms : (iellnlly llnU\ Co., lluiu PtroB A (o. Ltd. il Une de la Rpublique I Rut des Marais Mar" ,11, lltrnu Peron A Ci Ltd i 'Juai (iforfjf \ Hier, llernii Peron >\ Cie Ltd., Hue du Moi lia J i v nj i ui / oui i )! %  %  Paris llemu l'e o& Cie Ltd. HlM de n 1 r.: nqailil Dunkih il' i D Peron d Cie. Lld. 9, Ine li<.\ I tdeau i COPBMtAGEN, UWI IRh. Mesirs. K A. Heudix A Co*, j!l Alirrgade, opeobageD. GE S'OA. Il \L). Meurt. llenr\ oe v Ci. un, I ia//a P. Malien, .No 15. Genoa, Italy. GUIIISTI \.\. KORWY I ernMional Spdiliocs*el>l> <\>. BAIIB1 RO, GERII*NY Mr. II. \ng t iprcte, < ollembf urge, Sweeden ROTTERDAM ROLLAND Mr II. Yogcmann. ItetleHam, Il ', %  n.l. Wisbing Ail a Werry ( hristmas end a very prospre us New Year. O. B. THOMPSON Gnral 'gent, PorKiu-Prtnc*, Htiti. Private Tlphone No 525 General Office Tlphone No 425. % 



    PAGE 1

    i.m %TI J du 34 Dio*nbM 19H 4**4fr % v MESDAMES ET MESSIEURS Ll MAISON W. IN WILLIAMS Remercie tous ses aimables dienls, pour le concours qu'elle a Irouv cbez eux pemiaul l'anne 1924. Elle souhaite que 1025 leur apporte loule la joie et lout le bouheur qu'ils attendent depuis lungtemps. NOL m Aogkterre Lu Angleterre, ili n'ont cat le Jour de l'..i U uni Lbritimut. CnrietmaSjli.ut nul. tt l bustu.as coincteuce bien avant le 25 d<.im bre, pour Unir bien ipra.ta D e>t pae un jour, c'eal plu* qu'une grande leniaine, c'dl pieiqu'oiie MifOn : Uiriluius'>efuii .Nuveaibre n'ttt pu cccon dfunt que dj ka journaux pot lu DI leu!8 >lbrialuu>e'iii n I en || dea le pia daua 1 lien te de UlTietlBal (Jue lea btards ue la vie veus coujumeul le ion d un \iugt-i ioq deteiubie, au atin d'une lentille aumaue, dauecella campagne dis tiiMious de Loudm, qui a ou ne Bill quel clitt.-u.e leiH tt enveloppant, c tm ia que vous g'.ein lea vruits joua du Nol duulie mer : vous ue manquer*/ paa de prendre pan a la liauiouueile \iaile a la cuibiue, touie ui ne nour la cncooslauce de boilX cl de gui, viaile eu grand liulnla, laa leOiiue en toilelle ei lea boinniea en -umkiugi voua dtgutleiez tomme ta i f e> e 3 La maison esl plus que jamais dcide ne servir que des marchandises de qualit incomparable. Elle assure la prompte et soigneuse excution des commandes < I garanlil ie plus bas prix, l>e (elle sorte qu'elle esl assure de ue pas pouvoir trouver de concurrents pour les articles suivants : Pneus, Ckatrlm Air Ainsi qu'accessoires JLluiilop (janad eus. I raaea lu liaditioniielle dinde, oie OU poulardei voua voua rgaleiei du | uddmg ualional tll mbovaut. Pi ut-Aire vuu iuvitera-t'ou encore jouer a uu, laa de peut jeu claaaiquaa dont u. euavea miaaat tiuglaiea ont na liiandea taie que : gagea, colin-maillard, mauacluuJca, rurali et uuaai ce teuap diugou inoina conuu chez noua al qui eoaalaia pcuer d'un doigt dciuat dea noix uuinergeee daut uu bol de %  liuni ou da biuudv euBON bouilxiut 'lu OBJ fora peul-Otre MaieUl une •nuiilouilnu de >oel joue parlai jeunes gna et lea jeuuai Ullai %  ta la IUII-I.I, ri ou voua varrei lfaj ir< i Kobiu Uood et sou tfad t unaa J uiiaia liai I i lin li£in, suapeudu ou-, ie luatre du u.-iibui uu du I ilimer kitlou, lu gui symbolique et qui m vu uu baaar, i taaai I blooaiaur, voua levoruar al noua lauu leucoutrer ie gui ta dliaiauaa nu-Maggy > %  -uilHuil, Uout lea joues uul ai roaea al ai douce, ou In belle Uliatiu.li l,uve, qui esl belle COUinie laa Agbueaa tarant l tre, quaud elle ie veulent bien, l'uia %  • • i 'I in revauche luiu eviler la hetiu bruaque et rraauaaal de la turribie luulieee Oldwbiaky, dont le Dueeau de bruUiat et lea dents COUbtl i le iiuiiueaol.atleatent que lea noflaiaaa IOUI tenibleiuuut laide quuud lit. ia Il.ileul Ue 1 lie I MAHCIL L'Iliinuix '. I e i <, r DEWARS WH1TE LABtL WISK1 do Pfmlre Qualit. ENO'S FF.UITSALT, PURIFICATEUR DU SANG El REGULHiSUfl DES fuNUlbNb UL LOUGANUUE* Bkycleltes loglaises avec accessoires. I A T IdWlsi ET EVAPORE sucr et no? sucr, de fa marque BETTYMLAND du Gamda, sans rival tant pj-u' la qualit quy pou 1 le PrixLampes et Fanaux ci gazoline donnant une lumire brillante sans gale. Trs conomiques pour maisons privesmagasins et Eglise*. tn Oau* aDimant a la dUaiym, laio v^ Diio ieiv>nL iat^faib, W. Quinlin Williams INo 1714 rue du Magasin de l'Etat Forl-au.l'iiuce. Tlc[ihoiie : X 209 v -&f •-<-^ C^^ ^



    PAGE 1

    % &f HU/ 1 1 ^^^^^^ ^ "^ Baiiiiue DE LA REPUBLIQUE D'PAITI. ^^ a ses %  t:i.Ef% r r mm %mm .ET raumusjE iinnE ET FORMULE Des Yœax Leur oit prospre el leur apparie le succs 4 de toules leurs entreprises. L'usure de la Fortune S I n'ehl p. d accrotre >a fui lui • lion | h . lui JOUI couiervci. .Nuu> i g idm n.eul de 11 peut — li i leii.• I.I ou mai* c un qu p,imu H \ 1er, mme %  n s.' qnelqota lot aomiei lui li KOUi Ou n'y apeut-' lii'c ipi il'.tili muni JIIMJU ni, n. un m.u ttebia ijii
  • MU -. i Ll M i u in leutea .1 la %  •. i. ui h t. in |u< m la n DuaJ i U quantit ut maial precu ui j i obtenue 11 i li plu* ou noiua grande . I i a 11 h.ii.^e le eu un lui prl II iitiiis la n londe. Lt I.I inllui dirai la mi la i ouvou d ai bal da l'argent e*t ai-' i i leiair, • %  -t dani ua i atae* qui mme tMre li inlain Que II lunai "ni • 11. n i iMi.i pieniii'itj da ii i loeiati m l< ali. • raliooa qua Ici gouvel Demi ut, i rouii d'argent i lauaitnt tubii i in iiioui.me I i iriii i la Rvolution, la d IHUI m. la l qua n'a p ui rmri, 11..u m pli I:I ii, u iii.i i i,. d i n u kigi LI qui avait | ru lit i. rue, u. | I.I-I iu Ui I,M i .i, i \U.i i i.,... k'tkl mu ,u| i .ii inukitii i oiau ua ii, .i .i rtaii | u^uti. 1..1.1.. i que, i.. i i.iiiini.uni tea i. i ri du n in i .m ceiiei .i. M. d'Ali m I, i tioiii miala de i uvule la> blil que l (..,.,, ir .1 a' bal .1 un imiit tait, en IbUO, 'i' %  Iran tu i"". ni i.ai, s, an t u. i n. .... m ibuo, 'il i u ni j i.i. iu n 1.1 !.. I r l'uUioi iln si m, i de i uni.n ..m i.i.i a, la ( ,,,, ,\ Ut n. r'' %  • 10 U Ut| %  Mi ..-,.., . >i.......... t ','-' Ua ..i.. i • i u, i I un l Obtl ..in II | !.. .1 I %  .Uni, p .,',,. i ..,. , i,' i %  .,.,,!, a peu M omilgi 6*a| ter, i ... .mu. %  %  | ieol 1 i..u ii i i denvi .. %  i. %  ue 11 i.w il.,. Ilta i. '.m | imiii |. i .i, .• i uiienli lui, uoiiuio aux ,i| laii i i 'njiMt p ut Ua laure valoii I ol.E lit, U i ODtl ctrfmiie im lut a, 'i i' M un M du '' pu i i onaidi rabiaa i i gm mbi lit ra ei iBmobuieni pei l'i I i profoi I duea tant I a ui Inique, tantt '< lro| •i ordre imam NI priv, I intol .> m mita • i. >.•'• m i la 1.1. %  fi* iniseui ... u.. m. bien i|iiauai intervalle* uaiureiloiu luit teiiable*. bbeaieaieoi m linlb deU pievui, prtlluilt prtlilltul eu U. .ul | Mi ai ure iiu la graddi ma ti patiti pi'ipin pmler que de DM joue-, Faut il nier avant lu guerre I-kn rtteutuaauU, comme l'auama, 'lu Lomptou


    PAGE 1

    i I i Mlennit te remplit Cl II au ITC et il JOI^* mlanci lie qui devait i Ions Iin \\ Coi lei my 1 lifttin*, le hroi eomii I i ion. S Dtilair, il n.heu re le c %  d bordant amour pour I >U 1 lioinnaes de loiit' i jiour toutes Ici . Si ei • %  quel* que chi l >l %  M* pr" senii'i le* Dt I aurait tant d ou U i il'hy* f 'ine embrai roi il in aurait doni loul : 88 carabine, son r< v eei t %  •. mture de ball< el il lui aurait dit: • mon frre, ous et dt"ii'l.' moi. Juitecera ne dtonation n mat* ait >le lan 1 1 sait lur un tel i lie. Frcd \ commao de l>i I aux homme* 'le la patron lia A i ir lii, il ae alita i ti %  et les I nes, atti gnil le m taail de h inlioiis et, Irav ri le I. uil la„, il apen ul un vieux pay* •au. un cac u ut, q ,i v. oail l'ai u din le ma* gn li.iu ', I du i m.i iMAJ coin mni*i -I > troii jeu i tea tila sans loul anne i >mmt de lucil. d un mo ll i oui.' bon ton!, lois pot r la guerre et hon poor la m in me. LM inai ocea du 3 itrant •' ans i : . n veilla le Ni I ill ail cette din '^l 1 %  mm %  ruai .Il allait i et une ralala crpit dt le ailerii-e m IJ i ce pay v* noctiin, I.'Dji u n ai rail plus la i haitieni unira le blancem bien II uin il ie aslurer i la lile. Mais une pi modeete mais i: un', la diode narlieo'lrait en 'ltii itive celui lai deux groupe*, d qui plus loris el in daterait de< auirea ir le sol clace. A 1. momi Dt, i un daa trois jeiin> pavaana i Dorant toui faM qu'ilal lien) amai guette dlK'ii ha une bouteille et porta le loul rrea. Celte bouti Ile avait sur on Ati'uelt l'abolig ic el elle conienail une baiaeon vermeille semblable au sang duaoleil. C'l lil du Rm ti Nu rAR, le rhum i, ijena qu'on ne sait quand 11 par mite de que'lea n.indicible! lai oi n iwa li '-!•: |u pirve* ••us i > pi ir %  ilbrar Pannivei lire Ac la n i M n du Chri t. Le la Fradd) plus rme l'ab Suivi |i agitant un mo uic A tour bran, touii les noble* rveriea de IL: ii humaine qui I saiilai.nl to i \ l'heure rotinranl an foule l'trein Ire a nou* vaaUi abatl r RU rire, il pi ,|, : Nol aux ii nts. Le N i \ i j rail diipoai I • %  '•• leui ., i,, pi %  amiri i m |. Ml ,, n et le din t le XKCT W. ace lrvm l ur a >ur une nuiti la vi, l'ine ir* nation. La rveillon lui ioyeux. Les amei i h m, • les unes aux autraa M con ai, i, pues diffn nies ne |i s i mi cbrenl p : de M compre Enaeml I nt la i %  anea du brisl ai l Rhum Nectar-, cet) ni il, fui le n o en loul | u i • */.t pour en amour entre l lommos de bonne \ Champagne do St-Harceanx Si vous dem niez nui tcoau: isseur E.DEftElX quel est acluellemei r dianipayae, il vous rpondra Le Sl-Marceaux . l'reney.=eii,iiiMiie une coupe el \ voas, ce que vous en pensez. Vous i irouven i : Aa Caf< ao Ustiirint et l'Epicerie E. DERE1X Chez M' Piconlcl < 4 K. \ N. Sa! t k C # El au dpt gnral: SOCIT D'IMPORTATION GENEREE AC coin : L nvE WIWE st m /<; ROUX Tlphone, 628 v t**.. >--** sa sa Roule de Bizofon Martissant Por(-au-Prince 587 Sur I ; hord de la merVue pntire de la rade et de la ville. Garages poui automobiles Douche u'tuu douce Granit Siterli au [\ pour %  — Vue i>ur ta HJPI < t mande, lejeuntri < dinere spaiaui uruars lur ton D quinze minutes i 1,50 tt 2.00 Dollar. Tutu in eoiti iiii&s nnt it prnuris maquis* P( preodrt 12 Peasio.iaaipis au maisii'iud citii PtaUtanaairia' p^ur la D^atmcr d te WaWi piano auioniaii|iic a 1'ilvalriait. VA VA. \ ptriirde ce jour. J;--^ : ?~ TABLE r D 4 HTE Al DOLLAR i l'oiision dai lltei de 1081 ft du 31 Dcembre, l'Eiablisiam.'nl r ra ou?en une partie de la nuii %  t on j i;.' n i i ouui : Iroid i 1,0 Le C*r de la .CI et deux Wku pari p)r(e fa htaklisiiaiiit. \ ^> 1



    PAGE 1

    L m mn-i 1.1 'iu t i -i %  i n.; • J • *fc Preelziiiann IMPART Port-au-Prince, EXPORT Wholesale Merchant and Manufacturera Agent Agent des Maisons suivantes WASHBIRN CROSBY t : Farine SQQLD MlIMl tfttlmvnm i and liS PAIN" FIRESToNE TIRI A.ND RFRBEHJpo : Pneus, Tunes et Aci. b;i> niium. ,uii|in>iis, l'artiliiiiriu. Mou lloell est toujours bien assorti, et je me liens euueiemeui \os odifs tsit t(ui \ci aOial 8 diitcitmtni de n ou tluk CL ICI 1 VOS COUDiULCtS B |!lill | l l. 1 nmij-oile quel ailii.e u-denus mentionne. Je [ i unit: de celte oc c aaioii et j. I llltll.lb JlCil SlUCt'l lll.Cl.1 loila mea anus puur la cuuliuiice qu'il u* mu tmoigne duraui celte auute, el j leur prie le croire qoe je liaMUlltiiii dans le bu dt leir uonuei. entire talit lai lion uLiai.t lauuee qui vient. BONNfc FKTK E' WNE ANNE L, PREETZM1NN AGGERHOLtt FIREMTOIE P\EU TUBES Les pneus qui rsistent A< CESSOIKES Les Tunes qui durent 11 LES ACCESSOIRES qui^DOMLiXT S4TISFALT10]\ TCf n:i STOr K de Tl l,£CS el de MWOS est toujours Lien assorti vX< Voici n cprix aujourd hui : l'.NKIJS CORDS :o i3l/t __<>K 17 Jl 4 o "'0 32 I I 20. Mi 38 xt 2i 84 x 4 *7 32 x 4 1,2 3| 34l4J|l Jl TUBBS OH i.5o 3.00 8.38 3.5 0 LIS 4.:>o MESS1KI RS les propritaires d'automobiles 1 insiste/ pour qu'on 'TOUS servd des IN El S et'Il'BkS FlRESTONE Vous les trouverez chez : J01LN H. WOLLIiY, aie Grand'Rue ASCK.NCIO & Co, Bue Pave et toujours eu mon dpt, Rue du Quai. L. PHKTZMANN-AGGKRHOLM, AGENT !* VVDH01> el fcOiV PA1\ La Farine .. i.old Modal est la 'nue la plus apprcie parmi toutes les farines connues en Ils. H. C'est la qualit si suprieure qai a d.ide tous les premiers boulanger, de U Rpublique de ea servir depuis des temps. Pour faire du pain lger et parfait il faut quand rormo la farine a Gold MeEU a disent les boulangera. | Veuilles passer voe eoranuades ,4 la VVashbum-Crosby Co., par imon mUimediaire, el vous serez toujours satislaii. ku teck •• Gold Uodal t siewdrop ". L. PREETZMA.NNAOGERIIO^M, AGENT GENERAL*. :


    xml version 1.0 encoding UTF-8
    REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
    INGEST IEID EOMZT8RAF_8MSBZQ INGEST_TIME 2011-11-03T16:11:59Z PACKAGE UF00081213_06316
    AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
    FILES



    PAGE 1

    COMPAGNIE d'Eclairage Electrique i Port-au-Prince et Cap-Haitien ECLAIRAGE, MOTEURS, ACCESSOIRES D'ELECTRICITE INSTALLATION ELECTR1QIE Depuis le I E S*p embre 1923 le nouveau rgnrateur fonctionne La Compagnie est maintenant enjmesure de contracter de nouvaux engagements pour toutes installations dans Us conditions les plus avantageuses pour le client Rendez une visite la Compagnie et vous serez saitisfait. Tlphonez le jour ou la nuit au h 226 de G a m 6 p m et au Y £37 de <> p m 0 a m IL EST IMPOSSIBLE que ta clientle ue st pas satisfaite t -i 'zj ^sa^to-i %  1 / ' 1€ Port-au-Prince and Cap-Hayli Lighling 0 Motors Eleclrioal appliances Electric Installation The new Power plant is in Opration since SEPTEMBER l st 1923 Tlie. CUUI(IMD> is uow prparai (" inak* \e\\ M trt O tl (or iusUllalions for Ugbta ami molors t the Lowest possible cost to the eousuiuer. Fay us a visil and you wi-l te salislied Call M us day or nigkton the automalic tlphone Al N 226 trom lo a m to e p œ and No 437 Irom e p m to o a m WE BELIEVE in Salished consumers •aw r ^ ^



    PAGE 1

    / a U DPcemW l$ u TEUR. PROPRIETAIRE IMPRIMEUR Clment Magloire BOIS VERNA 1358, Kue Amricaine NUMRO 20 CENTIMES Malin Q uotidierv IlllilHM No. 242 KiLt conr C^umbus Mamoriti L.W pius iiswKyfc#rfiB^ s vie, plus |e trouvtj^jjj ; tf v; iiUli' Il devient I la longue le"plus grand des plu-us et tient lieu de toutes les Unirions tii la vie. ...._ P. Corneille. I8me ANNE No 5394 PORT-AU-PRINCI (HATI) MERCREDI, 24 1)1 (I MBRl 1024 J 3P>C-V \ % \> • •"' I I *"* tvt>f'< ••V**u If -V V V *. '.' M I T5M/Y\ATIN A SES FIDELES ABONNES I % 



    PAGE 1

    rii'ii UknnhH mi a m / %  %  reres Snccesssiirs de V. S. M1CK(0DF MAISON FONDE EN 1894 Souhaitent l'occasion du nouvel an que tous leurs amis vivent dsonnais dans le honneur el la joie. En remerciant leurs aimable el nombreux clients de leur concours prcieux ils esprent pouvoir leur assurer en retour un service partait en ne dbitant que des articles de premier choix. LES ARTICLES COMESTIBLES Oui sortent dos Magasins de MM. BOL'EZ Frres sont toujours de toute fracheur parce qu'ils sont de renouvellement constant. Faites donc vos emplettes Chez ; BOUEZ Fires Angle des Rues de Cxar&et du' : Magasin de h Etat f et vous arez satisfaits WLPHOI.E, 337 Cin-Varets i OMD Liv mm Andr 1 J6HEYALLIB Champ-Je. Mars POBT-AU-WUNCE HATI Tlphona : 300 l\ O Box : 57 L 1 i 0 M AL V Au*: Trois 25 DECEMBRE 19*4 oili Lpouviuie Uraae einouvault eu • pailie avae Oturge Laum ..v u Jatqunl Nil le fciauU IUUO cl et Ut lia J'uuuee. 4 U u £ ler.JAiNVltH Itfft 8 heurt L* ttwnbai' I u graoJ-h* u .i*u a it aurqu Ciu ouvrir i§t> •iJANVUiU Cœur di Maauequia Spectacles Dimanche Hardi Mercredi Veudredi DIMANCHE 4 JANVIER 9 M DECEMBRE L9I4 Grande son ce populaire ollerte par le 'ouverne. ment ? la Population. lr l'.NMEH 1W* <*rand Soire Populaire Ollerte t la population par PQ-I^Gt* la Commune. f iO BICbADIW • •> I 2 Janvier. 8 Janvier4 & 8 Janvier i 5 heures % av ) Uc6 I c< primaires par le Gouvernement Du Cinma L'histoire qu'on va lire est rap porte par un JOUI nul amricain, aoncdi P ot d vracit 1 : j ; Avant appris 1 Hue voisine obii gtBBU |0< 1 rsn u.e tait alle au cine-mu avec un autre homme, le Lou.u-t Smi'li. au lieu de comgtr la MU-HIC < i i.l'.l SQ | i riiic.lt ILUI que : m — Monsieur le directeur Mon sieui le directeur — VeUI \oiw: — Majemme mejrompe. — Avec moi — Non,tuai* chez vous Je aaia qu'elle est dan* la salle. Voua allez [n'aider a la retiouver. La salit i lui i omble. Soutien a T tmpfch*i m,-candale, le irec leur tut_une ide-e gniale : il mu ses ganls blSMS, se prsenta d Sam l'cran, salua trois lois puis lit cette annonce *u L>Ibllc : Il \ a dsas la salie un inouMtu, Hiconiiisgnjd'uiit dame qui c>l la l.miLt d ObJauUe um sieur, le liant | sauvegarder la i* uue de mou tUblisssnen Au>>i vais-je donner l'ordre ut une l'obscurit nendant tiui tti il, eequi neimtltra au SUUL.I UKV retiier. A ttention l ne... ueux... troi^ On compta trois minutes en.o • •t la lumitie leviut. La salle avait l'air d'tre vide, Plus dt la mou dts spectateurs claisol tariis... Peut-on trouver c t'e scuiiii i* Matines offertes aux ftlive* r*, % < 1 f L .1



    PAGE 1

    • LE MATIN du.4 nifuabrp 1Q2.4 —_ -4* % y IS% I '/ R POHT-Ai-PRIi\CE-Gocaives Tlphone N 216~Ma(jasin rue du Quai,\ 1727 VIENT DE RECEVOIR Beurre Moulin en erblancs de 5 livres el 2 livres Ox-Cart Brand '' 1 Brire Pihen, Bœuf Sal. Peinture, Alliuneltes Articles umills,!jmachiut} a-coudre Marque ( Oriqinal Express ) Ciment orlland. achats de DenresjM, colon, Graines de Colon, miel (jaiac. elc JEfcx-Grand Htel de France Angle des Kues Boimc Foi el du Quai C'est l'tablissement idal pour tous eux qui, en voulant benficurdun serviceirrpro hable$ doivent se tenir au centre de affaires. Par sa situation exceptionnelle Lllolel de Fiance est le rendez-vous qui s'offre aux hommes: a ver lis. Les meilleurs vins de Bordeaux et Je Champagne. C*e§1 lilntcl de France qu'on les trouve. je a,nc\\ut, qu\>n o\\u en ffrimneiu de ('ami qu'on le^oiL o.Oec pfabir, S'EST A L'HTEL DE FRARCE QUOR LE DORRE. ^lultc parx une paitie"bt> JjLffaro* ne st joueaaec autant "bo pfaUtt. Tlphone, 341 > i it k



    PAGE 1

    ~/ A • LE MAWX du 24 Dcamljrd 1124 once liualo & i RUE DU QUAI W 1713 llATERly%|]\ DE CONSTRUCTION Tlfyl UTE 11 1K i ?* • > H&] CUl&lVK] MARITIMES Tlphone 24Q %  n GENERAL Hardware y BUILDING MATERIAL PHOJ\E 240 Fipe and Fijsl i. b %  ~ E -* -——. — %  I lllll I ^



    PAGE 1

    ^ llPUSUTEliT DE MANUFACTURES P o |] 186 Port-au-Prince ^ Ifel > %  *&*& ^4> &f 4! p,, tU <• LA SOIF. • loiaa a die —Seiea mercerise! g. iaa . rues — Soie* niles i s |57 I ue Siint D i P*m %  H. F mou Miim i ure de %  Hiei bon martl " P Ha de verre GABLONZ ( Tcheco S nvaquie ) CHOIZAT — MtRMET Fabrique de panlo iflee en lou* genres UOMOJUI AL (FffMt) I ,,( t. LAMOTTE M ii ac'i re il! %  commerce d'exportation — q # cinq pour cent du prix Je vente dea luaiaban ii ea tait aacrifipour ae procurer la clientle (l'exportalion. Si Ion eonailera lea innombrables mtliudea de venta smployes at la vaiit de piix existant sur dea marcliHii.liaea aimai r quelque toit le UIUNOII BDIploy pour allein dre la clientle voyugeur de eom meice, correapoudance. publicit, ou cea divers moyeu* combins, II. douie fabricants rrpreseate proHirnt ainsi da catlt cenlrelhu ion Di uxi•:.-iu<'iit ces rosi ona da reprsaalation son! gnraientot ElabliautaenlaCOlVRlUR | Joboon iCHINPLW Oartu fUl.l.a, br. lu, n. „<. M.Dufh.ie d. HMIJ^ ^ aie. is:, Rue du tapie, PARM EtablifMBauta PERHIER Manufacture de travail n loi* I Y IN Fiai Socit i'ITUDRt n D'INTBE PRISE COI ONIALES Produit! l'o'uniniix tVARUII I I OBRRIINSI INI I Gl i KENIIF1M -^ Ca.. Vanulai ii ie d coli f! mai < helU McLUOl'sr, (Fian.c^ ROZIFR et >i Bll Masofaelura ili gnea tn looa genres, braeeli laaarj anl, el> lie prix 'oui tonci rrtnci OrOR-iAX, France) llablias^raenla Gl i N ^ KH bfonlroa eu Ion |aur liil rai et] GABIT-DE\01T.E Va u ... ui de lui e M I %  \. S iiJ Julei DERM I X Fabri tue de d'aps, L..ili>te, lii i n, ele. i U1BBAI, France H. AL'DRi Jouet. Fruna IONI8SENT M u , M Fabrique da 8Uf* l.ijonlf ne. ta 33, Kua des Tourncllrs. PARU |OH \ I0 |( !( „ ,,.,.,.„, ,,, I3;t, Hue du li "|le. PARIS. riNsi MII r AC lire erics — 0 fiadii — Voilt GAIS Suint] \. BRI HET li.ilil de SaU-ntieuBfB ( M AI>, Fiance. LANGI 0Y8 I ,.l,i. b i a* soie M I TIKNM. 1,1 -i..,ni u>AN ROCIIEFORT ,i, au capital ue 0.< iu.000 F,. Inique iw Ca t ndrion de i Faubourg St. Marlio, Itt, PAPIB. btttnaliqieipcBritlOi •?•. Ai CANARD \ '01 I C LBBMQN FIRBAND SpVeiaitadebonbonaBOogmti BariqjM de VILLAMIL Mo.TT#Lma France \ina d'Uporto -Madre Malag. JBlirz da IBFBONTKRA l -p'gne ). F.lahl iiaai li'u Articloa en ai. Li N Fn i %  i.vrmi.u i i GINI STFT \ ia eii Groi BORD I %  l rat i J 11 ABTALDoc Fiu Huile d'olive H. Hue l'uiadis, \t\ni UltSM) \ RENAUD Manut'iirture de Patei alimanlairei Lu plua lu porli.nle tabrifatie* tin ,.4i>e L\IIN' 1II0MAB & Cl l\l\N\l D Pioduil I BU l'Ran NOI i Franee I .L* CHAI SSI R DE l : INCEe lim pi I' i I \ I a ui de Vie i illei i %  oca) i SSEGRMN I oi eervea al nei lair a NAMTBI 'fin i) Kau Minral 1 du l!.,.-siii de vicm "1. bli 1 aRi i. I Henry GRANDJE\H Viiii de Bourg N' ( France ) I \_|| mu. ,v ,, Liqueuin. i Nnii.iiv. ( Fia M> CHW POUPON rdei i eut s I OR, Fiant) i imF.S 11, Rue Maliague, P.i i. PabliquB d'arlb lei mlai i r^nt. t Rue du I P IN. CHEVALLIER h CO. B, Place s; N lier. I 0 .i lus \ n G ,< < p. MaBufaclura de lormea peut '• D M, dama at foui M un r ui modai. Fi!i et eoli n broder. LYOM l Mi u iAI i N( % %  %  i ! 1 • %  l.i dag Un oa • St. I rtlNRI Parfutnrrie de l.uxe •• 1! I.I.V II. Rui Itovale. PAI I. Bireulerie AI.3M II .WSpcialit de P in t'' pieci MaiaoBi Ai i OBT, Fraoca. tl RDAII.E1 I ,iea Poupe — I i' %  • i II >i ic 44, hue le lurenca, ">HI> VALERY-MAR( IIFiX Pal liejac de '%  uiti %  oofiia Cii %  I i i RANO I • I IJEA21 I ..re Fratnagae n groa LoHB-le SAVMia, France. RdKFIl Beld< LAJAI MARIE Manutaa'i re * hoi %  |-pe. Bon march. MO.MH.IVIA, France. ,om 1 .os/eadvHrandueomm.rjmrtation, vendeur* par mail le.hnieiena ayant toute ,„ %  vie d-eiprieBCB. Leur con,nra dea divera marcha eu „•„! gale que par leur -*„c-e dumoyaoadatraBi • „,.,„RBrea, iroballages traj,,. ,u documenta L importateur K'adruucai .pre.eaUata .dresse k dea gens qui ceocai-ent aee baaoiaa parce qu Ui ont d.j> traie avec aea campaTout eu tant loyal et par la fait mAma qu'ils uni lovaux leur I brimlcM reprsentante aon ,,aprt*adfeBilielfurcl.ent a ealui-ai exige une conceaM„n raionBabl6Btrl uJ u .• a' ,t e neiUeer moyen de faven er le dveloppement commercial interaational. La rei.iaenlant n eat qu un inlemd airt, maia un intermdiaire aurai ii,disp-naable que t expditeur: e'e-t un des ona q i aert de lien la chaine du commeice inUrnalional t\ q.ie l'on ne eaurait attaquer sans compromettre la farce de la rli lice. J wBDitU flirta Jeanaette eat toute Irlate, elle vient Je pleurer, Ici larmea aoat k peine sehea... \ ouc a\e/ lu chagrin, Jeannette. . .oui. aoue Jeaun lie. Pourquoi ce pleura A loua dlli moi pourquoi '.' i i il paon nvni qui aat jaleux. Raoul, le maii Je Jeannette ait an effet Iri ja i m, maia n'y a til pal • u, | uiiquc Ja nnet e cet t i elle .. \ i leai nette, ditea-aoi... ,1 trouve que j'ai trop dtna avc Pierre hier aoir, je lui ai f*it remarquer qu il m>ngligea t l . puisqu'il ue m'avait pai .... Ft quelle a t aa rponse ? Il a avou que j'uvaia raison (t m'a ai pi li de l'excenor et d'eublier en m'offraol un flacon de n,, n piliim | r fr Magda de lui, in i, aima naturellement j'ai oubli. 11 vooi ne danserai i 'a avee Pierre .' Oh Mali ii| paire que Haeul aa lcbara m ire < I cemn.e j'ai b;aoin d eau de toilette. .. Rappelle a sa fid'e elienlle la <|ranile varit des articles, ses mei'le!irs[irixel ses eondili nsiinsi(|iie sesch:inlillons conliimellenierl renouvelles el Ini prsente l'oernsion de la nouvelle Anae ses meilleurs YUMIX nour 1925 &f V 0 v i t ft • % 



    PAGE 1

    .LEMATTV i S'k.tMH^ 0* m & *k J SOII &f GRAXD'RUE A ct des Caves de Bordeaux Rcemment tablie sur la place de Port-au-Prinss. gnvoie tous ses aimables clients ses meilleurs]: souhaits l'aurore de la nouvelle Anne. J]lle prolite de l'occassion pour rappeler (ous que sa dvise est de vendre petit bnfice pour vendre beaucoup. tyoulez-vous vous babiller avec lgance ? Ataez-veus donc i la Maison H. et A. ACRA, £)ans son personnel, cet tablissement d'un genre nouveau compte un matre tailleur Italien sorti d'un tablissement d'Italie te premier ordre. Elfe est en mesure de fournir des eonleetions toute* laite •! aussi sur mesure, en drill blanc l cou.'"*-''. eboviole. diagonale, palm beaeb, Il tel mit galement •n vente des absolument coupons de Casimir poui originales pou gilets. paoU" Uns et des toiles r\ BORUETERIE Cbe-misea de jour et de nuit au got des olienis, Cols tt Manchettes dernires tritlens Caleons et Pyjamas. Cette maison constitue une nuovalion. IV : i -/il tous eeuxVqui^dsireat 'plus sympathique est rserv i par une visite tre difis fur la valeur des travaux lournis. Tout ce-stume command et qui n rpond j vs au got du client est repris &f V Y No! Mt MB* d |T*D4M M— IUUU Le toleanito religienu •• %  nii'tDi la vetll*. *t durant jusqu'au Jour deslUi* iS jaavicr;. Ave* et fle* minemmeat carlicDutr, concident Us vieille cou ton) de divination, d* magie, d quasi sorcellerie, d'origine paenne. L'est la t> mme qui demeura princij.aUu.eut attache cite tradition antique La plus suivie par le-s jeune* Alle *st celle qui permet de dcouvrir 'et'unc ve nir. Le* procd varient on lait verser de la cire du un rcipient d'eau bouillante, et, pour connatre a destine, on examine la conformation de* arabesque* que dessine la cire Tondue. plu frquemment encoi, la patience reste de longue heure, la nuit, seule, immobile, le reperd tiie, devant ut terre d'eau, au fond duquel il une pice neuve d'aigent, attendant anxieusement l'apparition du <• p r d c t t|i n , blond ou brun, suivant I rve for m, mai toujours beau t hardi. celle potture prolonge, la solitu de. la tension d tout l'tre produi •ent gl talement l'effet voulu. A la grande joie mle de frayeur.de la jeune lllle, l'homme rv se ro llcte sur la surfsee brillante de l'aigent. Mai gare celle qui se retourne pour 'asurr de la riali t d l'apparition De lait, ce jux innocent, qui exigent uanmoin* un certaia coi rage, l.rjiinent parfoi d'une faon tragique Enfant, j'ai enttn du ma vielle boune conte la om bre averti ro d'une de e tmio do village qui.au lieu du • pri*ti n*, aperut dan la glace, devant laquelle elle itail assise, un cor cueil elle se leva vivement et tons ba vauouie. La ecous* que pro duir.il ce prsage de la mort lui si violente qu elle ne put t'en ro mettre, et quelque moi pie, elle mourut on effet. 11 et un autie procd de divi nation : lallitude d s oiseau, du coq et de poule en particulier. Le t'.heldon, loa Grec le Hou niains en usaient, l'avaient mmo rig en institution, t c'oat vi deameiil do Uv/anca qu'il fut in troduit en Russie, tin archevque do Novgorod, (iucnoady, qui a v eu au Wi sicle, le aigoalo dj, dan sou I Envoi comme dovoou tiaditionnel dana on pay. Dans l'I Usine, la divination du promis l teinte de charme. Le jeune tille o runissent dans la plus spacieuse des Ixbuiai (chaumires) en taisant cercle autour d'an pnUI tas de graine de bl au , niaMl duquel est dpos* un* b gue. On introduit itan le corde un coq qui, en picorant, r*ocontre le corps dur et le rejette. La bague reul* ot vient tomber an p.edsde l'une des assiatante : c'eat relie qui e mai iera dans l'anne uui vient. I Ha Ptaou KAMINSKY. Minuit, chrtiensTout lo monde connat l'air t loa puiole du tr-e beau cantique, i pins beau, peut tre, de la chrtient, que l'on chante au kglisis. dans le familles, dan les rue, partout, la uuil de Sol : Minui Chrtien,... L que l'on s.it mou., est le nom de * auteur. On .m et beaucoup ne dsignent 1 l'u chant que par titre : la Nol d'Adam. Or, e'est une erreur ot nous nous rendons coupab es, on cola, d'une petite ingratitude, aar la musique seule est d Adam. D'ailleurs voici commeul et par oui lut compos ce cantique qui ett devenu l'iivmn de lecoouuai unes do l'Humanit chrtienne t ominemorant 1 anniversaire de In nai.sanc do so Sauveur. Us paroi* aont/i un pote bien oubli ujouidhui. Pinaido,Las•eau ex-commeicant, r*tir a** •*ir*,qui s'tait mie>ompo*r ai,. sui le tard d aa vi, eoondo v.. ot don le pome* me on dit, -*ol *"•'• d " c biitoriques n'eu. %  •• (is mme de son tow. *ay|* en C'est au cour d'un *** %  • dibgeuce, dans lo Midi de la ce qu'il crivit son %  Minuit, chro tiens . Lel*e aaail •• Koquamaure, pr d'U&M. dan le dpartemant frangi du Gard, (appeau y rencontra, une nuit d* fo*l, on ii.• ricicn d* Ulantal qui vu t, plu .Hbt* : Adol%  I e Adnm. Dans la cbaabie d'An berge ou ils allaient ensemble pas %  er la nuit, le poeta lut •• v*r* au muaieieo. .AUm lut i Lthousiasm par i beaut et 1 lvation de cttt* On parle Franais, Anqlais, Espagnol, et Italien/ ^wyrt ^"•O^H i,e gia.e laquelle la autiqu* • rsis t 1 bjBBBOTtaill. Lela • pit ver 1830. Aa, *••#..


    PAGE 1

    r^ LE MATIN la 2j QpMrnto *24 • •Lh .-!* %  La Maison du MONTLIBAN 0 Anjjle de la Grand'Pue el de la Rue des Csars ETABLli: DEPUIS PLIS de VINUT ANS sur la PLACE de PORT-aa-PItlNCE, est heureuse d'adresser a sa clieulle ses meilleurs Souhaits de Bonheur et de Prosprit 1 occasion de la Nouvelle Anne. Elle se fait un devoir de mettre sous le yeux de tous la e liste des marchandises qu'elle a reues tout rcemment de FRANCE et des ETATS-UNIS, savoir : *œ Jambon de i I i livre-, fromage, MOCiMOOi pom I I trliv, iiigBOBI. H MBOXS ASSORTI! I %  •. I %  joli | | I livre, I 1 IIM al i lifrei f i ir • • l iv. tarai li ihocolat. I s,i %  , l'ru |, secs, abricot*. p< U , pommer, poires,ligu--l i toi e,ra .: in inil-. Liqueui CI M io, ci 6me I %  meolhe, |rea i > • i ne. Obarrj Bran ly, ibru >l bran ii). eu i nouth, wukii ebamp igae, vin blani |a rin da q lia i, a ilag i m i Quia l'iru il i Priai i Opai '" bire, Porter, • li C0N3ERV i S un i m i tan >M aardinaii, polad liam. potad me^t. hutres, haraoR leuoe, taperas* ItbV, l II... l 1 il., i lli-., 5 il-., gle, coabture, BOToichooi i m i liai la al vin i <• rp'-> un M i m ilaa, m a anolive*, lait eon Ieaa4{ e i M %  l nota*, i ipi i Pruila au JIM : pois, eariaat, p< P M I || de bine. traiiUiou Scott, Oljens Cramen\ ( verte ) Red Robin, Dan, in interne pure lard, huile de table par bouteille al don! bouteille ru boite de 1, _' el .' livra*, Huile linrt el d' Ai 1,1/1.1 t de bouteille vinaigra, biller, poudre 6Uvaliio ( laera '-ri poudra pour glaoar lee .' kteaui, n -i % r* i n boit, -el. cigarette* r.imel, Lsalilles, gilbmce Cravate, eeialnrai ebaaaaatlae, bas, p irlutnene, jarlelle* pour hommes, bretelle, broase a tAle, liima liilell'', pi-.e rasoir iri Diqae pour lamet


    PAGE 1

    p-r :<; \I\TI\ lit ai Membre !S *& %jbii>\ „ Marchands & Dotai De ime el grosse Quincaillerie, nieuce, an t s Verrerie, Articles 4mmsad t. Conte de Koel Il convient pou tie pour m ••ci toit tin CUL n de .Nol, que les laitage droulent le i dectn Lre — l'anne n'importe pua — un peu avant ou HLI. minuit. Donc e 14 dctmbre, un peu tvtnt OJ aprs minuit— I anne ja na me Userai pus de vous le r ptar m porte peu — ULS p, nhlle damoiaeUe ou ai vaus aimez mieux, une dugue repoussante, blonde, brune ou chtaine, ae rendait I Lglisejju aillaura, et mme m revenait. Je n'y vois pas d insoi.vniant. iille avait dixjbuit prinbmps et un nombre a peu prs gtl d'lts. d'automnes et d Huera, daa veia adorables et des pieds mignons ; eependaul si ce D'est pAs tout fait votre genre de femmcn, rien n'est plus simple que de lui donner .jualie vinjjlaaua, des lunette!", dea pieds encombrants, et mme un cor a ihaiiuc B doigi du pied. fclle marchait .lentement, l'esprit perdu dan uu iive, toutefois ai le lecteur t*l 11.--. ii est ai-4 Ue mme notre. : h i b e au pal JU l.oM.ql, , ,,, ,.., : h (( | | itiuu uana uu H , ot ittalion ver* saua tatigue, au, annonce dau le • Aioim '' tlsUl proOM e de ,i une lerimpenae fl^qui le ran pur tei a. Klle elait orpheline depuis dix eus... ou iiitii.e quinze a votre guise, u,6i p 0 ur peu que tanl de maitieur, vous arraehe de* iaim.es, eli bieu noua roasueoiterooa ses pore el mie, et nous les complu tarons, av-ecdeionolea et des tante* t maills, Tissus, etc. ete. POUR UfilERlEI VOS BENEFICES DE 10 X 20 rULR.vlSS£Z-VOUS A LA : SOCIETE D'IMPORTATION 2ENERAU, Anqle Rue Roux & Rue Courbe Tlphone, 628 La maison vend de tout, mme dea allumettes. dlle u mra vous fournir aussi par n'importe quelle quntil: des Clinmpa<)ues Raymond Ui Csiellane et des Vins mousseux de V vo Aiiiio;, Reims. %  • '.--„., EHEII NOL Prsente seft^meilleura vœux de Roune Aime clients,leur soubaitanl ie bonheur le plus complet 4 A \\ pra i % % %  n e occasion paur leur rappeler qu'il a reu les plus belles boitas de t* cliocoiat d. la meilli ura M lisoo de PaJis et que le choix de cadeaux de N< KL et de NOUVEL AN eil chez lui des plus varisj Ha aussi eniiiTeitent renouvel son Itoek M' CoDttrVM el d'Epieeris dont lai "i arquei suivante* 9 connu ; et les prix n vantai/eux otirent s Iienl4le de si grandes garanties et lacilil Amieux fires, Il yinai a %  Yuatin Nicholls pour les (Conserves Mm Marceau pour les Vins l Morceaux, llf isisuL & Cil •' Si Marteau pour les Vins de Champagne, Maria BrizarJ & Rogei pour les I iqueun, Sw ft A i>, roui l< lan bons, rniour rour M Dtfue etc. . • i Il concentre en un mol dam son Magasin ions 1rs meilleurs produits des meil eures Maisons. I* recommande loul particulirement sa clientle 1 boudins,., douilleltesetsaucisses d' .viiu u\ e. {\Q lit > jjaiusi que leurs fruits m jus et confitures. Il vient de recevoir par le Panama du lolou'e sortes de marchandises /miches telx^queffrontuge beurre f jambon, biscuits peds de pore langues de porc langue fume,bœuf a e • tous ses pour 11)23 6 t I i des frersa et dea nuurs, de* • u mis et d'aulrea parent* I un fa gr aussi rapproch. I.e lectaoi est sans douteansii i le eoDDSlIre ion Dom.en 4rn il n'y a pas lieu, c'oal une blstolis imagins de IOHIM picea fc-i'e s'( p liil Marguerite, mais si eou JHg< qu"! s'est un peu long, b ien lane 1er loul aui bieu. I cvait la ttlr van le lirmaii • elle contempla dans le vaste I H ui dacs toile jumelles, qui kril laienl a r!4 da i snl n>lla SI nen moina jumellea et qui I' Inient aussi, toutefois si voua usai IBM i]iie Jane S la lonue D*altr.< pe un lartieolia, Ineiloos U i ;iiaier la lla. A ses pfada al!a rnDtMiiplera la feetOO |'4UB4MII I perle de vue, et dois cailloux ju œeaus, iamobilea i "M4 d"i u nombre raapectabla d' H I sa -an loua immobiles ci juaiaaui, au • I n homme qui paraiSStt ivre rodait du l'ombra, mai < '• l in jeu dniant que te nvtie l'homme en pli ina luo 1re d'en faire au tre iol M UB aon de ohauie.ui qn'l a i Itai *" %  •'' la vne rra la a >e, an i n M ihirUDl main enai.l li voe" n kl me/ pes Itf eria i *h raale. sh bien .Une D'an i" Dasara pea, i n tout u D lias i i US ferons que "• ,ns as 'i•' %  niranl aucun ppiai in po rt a n t \ e in >>.. ni prlsia, BI i 4fc-i*na saa dowa eoup a voua aaliou i qns n vi I.,.I.I ( lus pulpitant, non i eu tons charger i idl I igraai - <\ n i on n ' TOUS. In n *Oi que mon conli "t Idiol, tcum ie suis de votre a?is nous l'afll Iran l, aana plus. ( La tutti m prochain .V...'> ELIIC le h d \ n tjojojrs ses ctienis Le. invite m h voir _** • V



    PAGE 1

    m.-%ro m v..-: La Colombia Slearpship Co Inc. se distingue des autres Compagnies eu ce qu'elle est la seule qui ail achet une lijjne complte du Shipping Board. Les membres dit Board, dans des dclarations publiques, n'ont pas manqu d* justifier la possession par le Gouvernement de (es bateaux, et la ncessit pour lui de les %  . a a _. A l* exploiter jusqu' ce que des capitaux privs se seraient chargs de leur exploitation. I i plupart dei uij gtiri qui lOal Oppose*, .-"il A IH I .nlii il ;i lion du Ijouvernemenl dana des entreprises prives, ou Lieu te qu'il entra en i oncuieiice avtc tlles.ont tolr celle Mluatinn dif•eilement eu altendanl que |ea coadiUeai eusseui j ictifl I > IDDpresion de la smer geo !) 11. sans pourtant abandonne!' •• pro gre dj Faite dam l'labliaramenl de lignes Transatlantique! Amri caines. • Lta porii dei Antilles ont dos atrvil miinieiiaut pu lu Lolom bian l.ine a l'aide de ees propres bateau\, aulrelon proprits ue la >hii |iin K lioard.opis nanmoins par la Chde Line i. Lorsque qu | iei bateau priv tmrieains lreal lance lui %  •% mctam ligne looleeaal critique acerbe uugrouirod In m mes ayant a >n lle Mr Raymond l'n-i.l ni des Lignes Main',.. .. de lit une ofl'.e d'achat au Moard eompremnt ( >m te* bateaux et M H ii t n ( en mne tMi^ i t re poneabilil d'eu aseurer le service. t'tait un | u i ourageui L< Iraflc tait IOIM l'influenee J un i prctiion qui durait .l|n depui* Irou ue. Lan b&teaai i-irangei P" coulre l.tif.n Jiun.i-.tr. s >ui un plan plus conomique. 1 '" n'avail plu beaaceup d'ei poir de voir le Congre n 6 \r .lai.le sens dappoiter aucune aiJe a la marine mbreluude ut Etals L'ai*. Les organisateurs do la Cou saie trouvrent eepea ieal que lai h le m \ a.-1'Uiiiis p >uv:n%  n I seii Il meut se maintenir dans le (rafle entre les Etat> I nie et les \nlilles. L'exactitude de leurs prviaioaa i li l %  i'-i %  par le [ail 'i ic la < progre eatufai uta nie avec la prosprit d'avant10. I ne vingtaine ae bateaux appar tenant n i jbipping Uoard avaient t destin •! a faire un >c:\ ce mi rgjlier entre les porta da i vt lantique li El tti l i< et l'angle terre, \ irvag Su e et la MJi terrane : i menai que ceux des anlilli -. En it^t le Bjard contai 11 ninuei son ir.i.'i; UVM I r.ui'i i %  pour concentrer toute eau acti eil nui Aiiii.ri, >,ii,, mot du .aux ce li II ,\ la >uite de la normalit des i h NI qu'une dpi i i i daoi IM ixpntiuns mai itimea Tait rendu neeeetaire la Ligue 01/Je ;l> il uu eervioe In lueueuet partant de New Yoik avec deslination .le m puits des Antilles. Ce Hrviee lel qu il avait 1 t.conoo estencore maintenu MOI aucuue altration Il \ a deux ans que la Coloo li m Line lut organise et lance ... nme une eeireprue plivo. La 1 il ai lieta cinq des li htMUl du lypc de ', ake i. S. Co nu prix 111 I) Ura cinq le. '.taient le "Mai mi i ii" le "Bara n ita, B rlivar et %  > Bridge ;ous des bAteaui am^mgs pur lu raoepert des fruits .int une ventilation ample et parfaite. Ils transportaient aux Blali I indu cal' ei des bananes ligues alors qu'ils < lurgeaient .'i leurs porls de dpart des inireliinJisis g;u raies. A l'txi eptiun de la Li>;;ie l'ana DM d'--i rvaut fort au Prince et le "l nue I rruit Co >h Uil.nnbie, In ligne Colombien est la seule CumpagLie de Navigation amri,i i iit a lutter contre la •'•' %  eurrenec trangre. Le lais q i elle a pu %  raj ai un obi min d m de pue I i i nslauces est un lii but a sa i'ueetion et sepiincipHiia officiera. %  M. P.. Poaraall, Vite Prennent u Oiraeleur Gnrai de la Lie tait in • oui t %  %  en giaiu jus qu'an IVll • .oiuc lauueiie il se >!• 11 ia a entrer dans loi affaire de u ivigalion. Eu 1920 il entre au aer.ice le i C v-la : i..'' cjmrae Direaleur Gnral du rarvii ger. Il abandonna cette charge pour realroi .Uns la Colombie Line, il \ a deux ans,lors de ^a fondation. Ll Shipping Itonrd u transite la . > K> 1111. i .i Line un nombre de bateaux peur tre aller'" 5 au traite avec des porls qui n'taient pas visits par d'autres bateau* Am ricains. La Ligne Am/riraine des Anlil les, aiiihi roniine.inainlient un ser vice rgulier | AT des dparts toulei Ici Iroil ?mait e c ,' n'rp New York, les llrs Vierge, l'ominique, Triai ilsil. lis Guyane et loue Us ports llailif i s. La Colomb : an Line avec ses pr* prs bateaux assure.par un dpar 1 lii mensuel, un sirvire rgulier entreJSe" York et les porls de la Jamniqne et ceux de la Colombie il un service hebdomadaire entre New York et les ports de la Colom liie et celui de Kingston. Les port llailiens sont d>-ervis aiusi : ceux du Sud par des ba tenus de la Compagnie (t ceux du | par le Shipping Uoard. Cei dparte ont lieu toutes les semai ns et uniprinnint lea porta du Cap, fort de l'ai s, Conalve. Saint Marc, P„rt au Prit ce. Petit fioave, Miragi Une, Ji renie, Aux Cavei et lacn.el. La ligne de llaibade'iom i un di|xrt tous lea quatre DCI p. ur les Iles Yierget, lee Antilles inglaiiea et Kranaisea en lourhanl au releur lea porta Colon. I lent et la Jamaque. Les ipaui ports visits par ces ba leaui : sonl S| l 'bornas.Ste Crois, aux Iles Vierges ; 81 hitts, Anti • %  uhdeloupe et Dominique les lie du Vent : la Martinique, ble Lucie. Barbad* el St Vince n aux Ile sous le Vent. Igenls pour la lipublique (Fifali: iiiiairc QiBciulli Qaj a iltien. JL' Villanueva k Co> Pcrt-4-?ai\ i ; iHaSurnssc lte St Nicolas Abel Lacroix. (SOUITIS SoolU mmireliki dftaiti St Marc Gcbara & Co Po.t-jtt PiinoJean Rijardi* PttH'Co/e loiar & CO Mirauone leiWlenePi Jraaio K Callstl' Aux Caves Bruard Co -lacmel AujkdeMartlneau&Co. Aquia r. CltMiiPuls, Gnral, Ay. l, Port-au-Prince. Ilaili. THplUl Hl)|: III Rsiierioa : 422 Le Bureau principal de la Cie se trouva 17 BaKery Pljee New-York >



    PAGE 1

    T i> M.vriN 3a 24 D:oemLre\ V V f r Protgez vos pneus avec Kl peinture--pour capote Gocd Year. / Car rie I*. Cependant m'aistration pov reoce di *•** *•* r* r change Il le eooavTe.le irudplus hrilla.it 61 plus juli,it ftgaant da^lajchaleur et da oui. C'est aussi excellait f ur peindre les easettts et *!•• il les protige taatrt tenu' Vtion ilii lea u. Facile i appliquer la ..UI ieec. Tai pour captif il pm H titii rapidement, u ^erte ui •sjiuju conleor noire liMBt. Essayez-en on tthttaill ME | ol el \oiis serai surpr i des i suliats ebteaBi. il\> COOD> YIJM n *> %  kUT'l Kl PAINT '3 Tbe West Indies Trading Company Port-au-Prince, Gonaves, Cap-Hatien. Mm Ihfcw b, Voua verras que les chaussures— <|iie]cs,''soit sur commande ou non — sont laites avec (joit, soins et solidit, parce que les ouvrier qui les confectionnent et le matriaux t|ui y SJUI employs rpondent et justifient le titre de la maison. Champ de Mars Cet ublieiemanl de premier ur.lre maintient le* ** 1 Sa* t tataUi mes trstuuoiin uni t oui lait apprcier en iai assuraurune clientle choisit. ** ^Table tidlicDjeuner a la' earle.-^ psaiioa.— ^alle de rceptioofui sur la mer. tiiifl-LilfldNi V.v^rAEUSES Disques liol iiuliia .CHAN'IS DE.NOL Minuit Chrtiens et aiitrta Usinas fdtinne : Fox-Trot, One-step, faite, ttc, etc. l*hono§raph> s de Ulules dimensions i dtt prix trs rjitonabftal, couvienaenl comme cadeaux l'osas* tita dtt ieies ( de tin d'anne. L t Fretztnann—gqerholin Quant a Kawas HWDOJ ''SSL Aux grands magasins La maison D bow. Hues Gnrais* f our la Cordonnee. JOANNY CORDASCO fis lit Rwe dtt Fronts-Forti,(Thomas Madiou No 319 i'ort-au I rince, Hati lien de plus chic [pour Us trtnaei qu'une maskias eoudre "Test". Souplesse Elgance Fini Qualit Rapidit So Unit A irfts bea niareh 4 tri* bon ma rc h. il i es bon mai h 1US laies inii 9.000 feuilles cis T&U' tpollo* Avez-vous t chez ta DiSHY 1738 RUE COURUE ai ssi, alls-) de suite pour voir les loalicr de reooil q i*il vies! as reeeveir.lli tout de toute beaut el il|y au a i>oui homme, femme •* ,,k,to t> j an a estai dam tout leaautre genre !" qui font le dlice des lgantes de fort au fnote. Noui kignaien pmi uli'ieaeat le dceltes ferait et blasas qui ne ae vendent qu i ijl Mut DOLLARS lassjaa. La maison Isaac hisky il lialioni Fils Si Rue Roux, W ri le dpt d* Rhhm Vit ejoitit ifori-QU\nce ,,\ IIHIII.II de portif Ils CODE DI M oombrtasa et sieata clientle que -ta ra i unu lent eSDitan mrBl *n daa mairhan dires de pitn.ier'clioikfflt au get dlioai i elieelale. lKl.it.1 nie trœ^i|qu'iU font U porte d Voua trouverez auaii les taraeui chapeau i fi ulrajel paille "Bersi* lino", cii"| MOI n | ailla el t u i I < hapi m pour daia 'bel iaaoiiinenl", caaque JSUDI isglaii ), i els, craMilt, chamiiei lilii,'.haet couleur, cb lutseUea imnfanea ut asiri ainee,cbapsaui melon, i < sa, deJees et ealsati Articles de vu mi llttlei el vaiiaee, jun,bieis : AU'OIIH li i s les pour el fanti i •> l< uie < n II ur* i hs perm&b ce poui luu, me, ( aftii SSOI e, porte feeille poir bommes, pne trsors et ^aiiuuieiieHoa bigsni. euuveili, couteaux de premier (itn uln u lie, te qui ne sont pas de moui StttSJSOlSi Bill SOUI je ne pais laire lui l'nu mratien. La Maison informe tout particulirem* *\ elieutls de la protisaa qa'ella Uarga de exp'.iil. mi a Uu la porta eosama par le pas. N'ouldiez pa, que ce qt-.i fera lt plus pla sir comme cadeau, e'cataio II coudep^rium (( Lubiii te reeoaamasda tout part < uliraaaent aux lamille par la qualit des euresaadieea eeuraute qu'elle dbile Veut y freuerea de tuius de preypiaie qualit i det prix d.fltnl Uute eouairrauee. foifiilUitst. i)lvtV ala.iii :tH t.ujouft, IruetvmeSoit : lagda au tolail — Urdor— A rnar )"' s *" BomjLieifc o papilloDf .•• Douce F> % %  %  L>as nyuia de Lui elr, et i ItB [ >.\ d i< UJifl ri ;r : i II-s Al Simon V'ieui | |\ i i7#* Paul kEticnn bruucb ataitia, Mourra IreTSti i< • lt**a'tii l'rou ri, ''li.n II.*H i l.eiitrale tic Aiasi t Ut daus les meilleures ix.-iaons de proviaee. Ils sont toujours les |ireiniere doaner le benexempla Lise* ceci : t Aseiea|prii Nomeeet [tia Crpe ieCkiM %  • 7W boie .avable • &f • slin boie toute RuaneetJ I,,— ,.'*-U i Tarielsa |I?.W !• %  •• .ler-ayde neir jour toute niiani-e 1 lu. 00 Jer.nj de soie uui toute nuaii< e 12,50 H.00 Crpe de aoie .Chenille auuvcaut 10.00 Or and antitrl ment de soi •<>* dtrnij tes uoutituu s, i ix excepiom Toutes nos mat'chsudiees suai yarauties de urei qnabla, nos prii dfi" al tuate co cm rene. KawM JtiJE:iri.lVl/a.I>JOS 206 201* Uav Iraversin —~ Mme E aiile Brun ( Une j&H Miracle ). En lace^de l'Imprimerie .Naiiouaie hm v;nr les iriicUs Je Paris rccmasit irrifii: roulnn et chapeaux pour DM d emanle. Jupea pll^^e.. Unipa de Csiae uui et imprim. I;. ni. Usa 01 o.' Bl l rouleiii, bshaipes. Hobsns. Du de soie. i:iiauaetta posr bsa v et enii.nl (Jirand choix de lissui ta i IU.IIII \i'. l in' %  \m Pharmacie Sr" arnj Uoaafl avis sa clientle et aux m


    PAGE 1

    LE MATIX ,h 34 ***** M - I i •i > / % MAI& ANGLE DES RUES RPUBLICAINE ET FBOU, PORT-AU-PRINCE EJVVOIE a SES AIMABLES CLIENTS ses Souhaits de BONNE ANNE ton! que (eus s'ient metent renseigne, elle leur soumet ia liste des Articles ijft peuvent toujours trouver eu Stock dans ses Magasins : Ardoiies encadre 14*21 t/m 18xM c m 2lx:it f m Attache i ntienne, Loile tle l u Attache factures, boite de loo Attaches crayons Attaches papier ; Paper clips ) Aiguille courdre ..A la i ci,-, , laine Alcool de .Venihe Bicqls Alliance en lixe Agrales pour pantalon, lobes Brochure pot (90s3l e m) 100 page* i, u :10,) P a a" Brochures couronne (SSlWe/J lOo page. 200 p H %  • Bielellea pour lion:me Bretelles pour entants Brofss dents qualit ordinaire RiiMIIIN Brosses a tte ordinaires Bios>s & tte moyenne Un sf. tte extra Brosses ongle Brome i habits Boulon de nacre y lifaei ., trou H ligotai tioui 'n f4 tiou 6 1/8 et i igi.es 4 trou Boulon nacre 2 trou 6 ligne Boulon nai re 2 In u 5 lignes 1 2 Boulon nacre 1 trots ,"> ligne Boulon nacre 2 tious 4 lignes I 2 Boutons nacre liouscn der-sou ; f/j Boutons nacre IK US ea destout J Boutons nacre liou en dessous -/"lign,... Bouton nacre trous eu dessous UiamT. a Bouton, fer blanc .1 noir pour panfalou y|;„,, Bou on fer blanc et n,„rp,,urp an ,., ou ly* !" Bon on.do. blancel no.rpr paiJ ui on ; n'"' Boutoasd osblai.ee! noir pr. p, „„ %  „„ a ,n Boutons coro/.o nous et couleur i2 sa Boulons coro/o loin et <„uleura !< ,'m Boulon eoroze noir et couleurs 11 m a Boucles pour pantalon* Blagues a tabac Cartou gris par leiillea de 2<\. x m Carton bristol ordinaire couleurs asaottl Carton bristol suprieur ,turi lsso "" Cartes de visites ordinaires" Cartes de visite tint Cartes de visite estamps "' Carte d visite deuil *' Certes de cormpondance. ordinaires Cartes de correpondaac estsmp's. Cartes de corepondanc deuil Crte de mariage estampe* Colle liquide parfume fran.-aisel Colle liquique Carter' Cire cacheter, qualit suprieure Craie fr... .. e ,<£ fca Craie pour i i Crayons d'ardoi-e< Crayons chinois Crayons divers avac gemme* P. 0. B. V 3 Crayons Haignol suprieurs No, divers Uajons Cont i fisia aine noire Cinyona (.onl ;\ dessin gains couleurs Crayo. de couleur, tui d 12 ciavons frayons paur carnils t rayons pour charpentiers Carnets ue notes odinaires Came s de buuau relis petit foiasal Cernais de bureau roli grand tonnai Carnets ae dtinits Cornets de W rc.ua *l de 100 re. us Cahiers d erttors Cahiers pot •! feuilles Caniera couioune g reniUes Cahiers couronne lo feuille 1 ahii icouroana i feuilles Cahier couronne .20 feuilles Cahiers pour comptabilit Oalners eo.r.gs p ,t cahiers pour coliers Les mmes pour comptabilit Corn*. 11 ouronoe, loile grise, *i cah ers Corngi i mos iqus 6 c. hiers et ti fthsurw Corriges loile noire cahiers pour crnjpubilit toute lie lettres 250 feuilles Copies de lettres 500 feuille Classeurs l le '' Cbemuws do--iers Chapeii i erdiosirss Chapelets verra ordinaires Cliapeltls perlu lionli ur Chaoeltis tu initie Chaluet argent lour de tou Colliers eu hxo Crueifai artistique | |randenn Compc.e en boite l oui. ui c a pains i oui) un en tubes poui aquarelle Ci.eaux I ougles droits et combes 1 i >.< lit b en h. ici t.. iniure poui hommes Chesnisse pour hommes blanche, et zphyr Chi.) taux ue paille 'opnjr lloubl. d< m,. In Bentnf.ce ea ,, r lune, poudre e. „, ToM Ds a coudre ,„ uil etalumieium E.WKU l'i'I.S JK J.LTTiiKS Spcialit d* la Maison en IsMM formsts. l'nx ueimiii t. nie i oncurreaee. Kucre Lsrter'i noi son eu litre, deux litre, 4 ...il de litre, huitime de hlrc n Bacons Km r. de i hins l di i ni %  •ici. I .i rqi i i. ,uig hu. rc Walerutni pour slylo^raphe Bocrs Umpon non*, bleu, roage l'ou.lie d encre en tuis uoire et vioUit 1. kquetttS gominse, Pqueiret en poiriei Bseritri de bureau ,n verre, cristsl, simili, brea/e Cncners godet en poreelaiaepr. b ae d cole Epingles de cravaties en fixe l R|iiigle I allcher ea laiton Epingles de ai i t Kpoage en caoutchouc] l''ixe-eliaufcelte — Faax-cols RI marquer,! broder, repriser, au crochet ht coudlebui,. i ,1,,,, Ficelle rouge il m Feuillages dcoups Comme effacer ordiesirss, 9 usages. .machine crire rondes 'orte Graloira HOL'PPEBdivoui I.'I.MI ordiosire, Lou's de neige, si MM lies Impermable pour copies de lettres Image de premire cou munion Jul ET8DIVEKS LIVRES t:i.Assii.>i ES A PRIRES Lacet de chaussure — Lustrine Mdailles diverses en argenl brl, tlxe Mouchoir ,1 % %  pœhs en fil. fil pur, olen Mosurcs railleurs ORPIVRKRIBi .u>ert8 en crm, l'Ialaux, Tiinii > ic-, louehee, r, drille grenu formai pour machine crire blani cl couleui. earboae eu Ubletle de 100 Icui les, .0 feoilles, A dessio Censoa, desln Whatman, musique, dor et argent, buvard c lulsurs asiorlier, omptM, • %  tals I colenea, i imiinpressioa ile^ouinaux, brochure le il iffli Les couleurs assorties, a fleurs oouleori issertlee, poii ouvrir les livres, loin, dard et bleu, t calquer,pour dcor ea IOUleaui 10pieds,Servi lie de papiers blanc et avec motiis coloriew. Papeter'es en bolles de t < i %  < il iO ij RgCISl '.tK* 1 i 1 ' % %  %  ii;i .ibili i-.t irnnj iph Dd II le. MPEAT0IUE8 : souris et longs. Itgle poni scali reun ni,une, gradues Happorteui u Serviellss coliers SU m s lui Sousmti'is ea moles, met '.0 c/ra Sacs d'cliers ou gibecires Sacs a main pour dames et lilletlts Scapulaires Soie pour boulonneres Salia de chine taille-crayon Toile calquer vesiies de Ballons Tlphone : 721 v •.



    PAGE 1

    NOL travers le Monde \ D'un bout de l'univers a l'autre, partout o la lfc'f nde chrtienne a paufr Nol s'panouit. Il enlace le ffkde entier, la mme heure, uiuie munie guirlan le de tles... Joies plus ou moins exul rantrs et plus ou moins recueillie, — tout Parc-en-ciel d>a joies — synbolisme plus ou moins comp'exe et plus ou moins ellae, habitudes tl.il— renies, ponts divers, caractres auties — qu importe un £ !ernel bonheur inonde partout les f eiip.es cœurs en ce jour, qui est e'oir d'une anni, et qui est tout ml de l'esprance et du matin d'une au're anne. Approchoi.s-nous de qml ques-ims de cas noels, si dissemblables et si p.in ils, chen bons dans les rgions du monde l< s >'us loignes, les plus ignorantes Us unes des autres, les eurprendre dans leui peMes 1 s plut exquis et leurs plus pottiquei couleurs... Recueillons-Us, cis noels, comme une sorte d'uniersl bouquet : bouqutt de branches de sapin, de gui, de houx, et de roses de .Nol et de h* m.sliqu. %  de lgende et de toi, et des liiiii '-us t'amiliaUs qui tout dans les salons comme les cons tellanons, el disposons C4 Ile llonboo avec la piet qu il si. d, .qu nd ou se du qu'elle est, pour les tout petits le vrai printemps de l'anne. Car kseulanis sont les hros de la crmonie luuieuse. Ils eu sont, eu imiiaiiou de .Notre Seigneur 1 Entaut Jsus, les pu lus ditux Cesl p ur eux le Beau Jour, el la lte des ttes, ei ils en Boivent Paccomu l i a ao' ni' ni ave; un setieux magnifique el grandiose : ne savonsnous pas que les ei.l i is tout toui avec srieux, que ce que nous appi loi.s leurs jeux sont de graves occupations et qu'il n'y a, en vrit, que les graudts peisonnes qui jouent?... NUIT DE SIOEL Au oramencement de claque aaae fou l'imagine qu'une un moine ternit aepare tu jour de .Nol de l'autre. Les jour nous paraissent d'une loegueur effrayante, les mois s coolent tristement; et c'est ainti qu'aprs une priode indliuie d'an xils arrive la nuit lumineuse de la fle chrtienne. (Juel en hautement innarrable! Tout dans la nature t-l par d un art incomparable de,beaut et de earlum. Que de rves peuplent ce pelites ties pour qui .e moLde est encore une merveille! Lee aibre8 de Nol dans leur illumination fciiquefoiit revei aux livres de legtn le ou fou voit des fes sii>11.t... eut des g ees. Le sommeil du matin est tout tisse de vioi s les plus itudit et au rveil l'on tiouve u.,n s. s s> bols les caUtaux que le hou lapa Nol cous apporte dans un rt>von de luiuro. S'ous nous endormons aux bercements d'un espoir radieux pour nous rveiller aux accords d'une inusique charmante. M 000 Plus tari, les annes "s'couleront plus vivement, biles feront de la vitesse. Et finalement les mois de Dcembre dliltrout comme des stations de chemin de 1er devant nu convoi qui avance vertigineuse ment. La lutte pour la vie est intense. Nous n'avons presque plus de temps pour les souvenus; car tous devons penser au prsent qui n'i-t liiii que de iruuii.es el de surpiises. Mais les carillous de Nol onl toujoiiis le clou de i.'.us rjouir. Ni 18 vi quons les anciennes i s tandis u < %  ii • %  n d' beaut iafl i le qm, mieux que dan aucune autre olt, >e strail t'ave uans notre un.moire, kl mois 1 ou j ea sa d K.anois Perch : '• Ltisquon mi.nge la soupe en famille, i ou sent, %  fS recueillen.ei.1 de la faim qui s'apaise. Que, sur les lionts baissies, la silence qui pse A l'autorit d'en doigt tcut puissant. Ictlanls sacr? que ceux ou l'on met en commun Le besoia II plus fort de la vie, o chacun ipporle, en s appioclianl de la table paisible, Scn en ur comme un hle invisible! La soir, quand le sommeil me troublait la paupire, kl quand j tais petit, comme noire soupire Me p i. ii.is.ni e nonne et comme sa vapeur Tournoyait et moulait! (juel volcan! J'avais peur, Mais une peur si douce, un peu feinte et ruse, LLM mon me excitait yuur eu tie amuse.' Un les points lumineux des ciisiaux, autai.t d'ye-jx kl j'imagiuais l'Ugre eu revaul d une bouche : A la mesure A* sa bouche, kf mou peie el u-jik-ie euieni pour moi des dieux.** Je les vus tels n. imu le va^tus ue i* soupe disparaibsent dus uta tMi laies exquibts. 000 Tout cela te modilie.'Les fan lai aies se ptidtnt el la renfile brutale aous aiguise l'odorat et 1 imagina lion. Mais, enlin, l'me humaine 4jarde toujours un tclaii d'i.u SIOD, la joie d'une Ueuie lieuicu' la 101 UaliS *" les reliqi d'an passai avee,*tttndr vineui. Le .Noei est uue thanson de sou veair. l'eut eue eucure une nuit qui uous transporta a notre ge ie plu uii u. 41 reproduit uue ,a je auiiip.t daoi le UvuceW de pM iaies, ei Sont .a n | lo.iudion .|ua. q'ie loi* u cai t *s complte taule ue quque lig'i e eSMTM S cette tabla eu jadis ou rveillonna gaie meut. ku atieadanl que taira* On ni rvolue pas les 101s supre joie u une lieuin Ueuicu*. nsltjvauir, el euipiisouue 0U 1 .tU.il le l'an ui .. .. t** 4**-** X : IL Le raau ala d'un loi. Oses les nllee, aas lee caatpt r f "•"* %  %  %  '' 1 ju.|i 1 < fhaunriiir.t. : 1 t' 1 %  i-.te \. i\ preiii.i cuit le aeso du H. 1 biu de Galile. froieteoe* I* er ilftctsM et varalion et faisons tout pour tu re I iximp'e de ,-Rvang e sa re sju'il nous 1.11 BNMs de yti %  ber partout sur la Terre. L'ai man l sers plus heureuse et il y ii'i plu• consolation sur I terre \> ur les homm r de bonne vol. nie. CANTIQUE DE NOL Vous, puhlunu raprfi 1$ magntfiqtn tankqu* \ l"' wa chant lu CathrJruli d la Me^n Mmutt : MILS (fuXVta liMi f mn e le* besles autrefois Parlaient mieux latin que fiaaeois, L i"u. dloin, voyant le feist, S'cria Cbristus lalus es) L B.r 1. d'air lool haudi. Demanda : llu I tu l.'bi .' La chvre, sa lordaal le groin, R pond que c'est k Beih'em. Maislre hand eerioeui De I 11er v. ir dit : Kamus; lt, dr it sur ses plies, le veau Beug'e deux loi> : Volo Volo L'OMBRE E CARESSE Comme unH ni 1 jtt l'ar ce s.'ii i\ "emLre, Je vois | t h". u\ i S'tendre tur ma ci.umbrf. f I voir! que dans l'cnbre S'ellacenl n on vieux lit H le objets sacs nombre Oui peuplent aeu logis. F.l!e semble m'ainer Avtc dlice, ivresse, Car, c'est sans re calmer nue l'ombre me causse. En rivale ruse Kl le ruche mes > Ton portrait v n ci • 1 Qui | ni I I00S la cioise t t je sens qi.e je l'aime Comme un Iris doux amant (Vite amenle au front blme S'offrant si tendrement. Car file me caresse Avec p'iH de douceur Que lu n' M mat!rese, 1 H' Ira soir* de langueur. .Ii ITIRIBM RlCOT Ls Viras s'est fait Cbtlr Le Verbe s'est fait chair, aoas • hantons .a \ 1. toire plein degrAcect de vrit Os'is le seiu d'une Nierge, il a voile la gloire de sa divine majest : Il est a'antles temps Lumire de lamire bien d'ineHabie saintet Ai 'ii que l'Isfiit-Salai gel Dise on l'sre Oaas I klernelle lribit. SW 1 e Vethe a voulu natre : il a choisi la ir:he, la rouflrance et la pauvret Mais eoale. O mon IBM coute comme il prlclie aux orgueilleux l'humilit Il a pair les petits marqu p'u de leu liesse car il rissenib'e JSUS, Bergers poar vous d'abord -a Mie et ses carcsiee tee humble* seuls SOOl le lus, t bis Mais c'est encore Irep peu pour son /!e de Irre. de parler ne tirera blesss C'tait peu de raiurii, de racheter la terre. jaaaie son ctear ne dit assez. Il a fait de aa chair le paiu de notre vie Parce miiac!ede bont L'amoor vieul dposer .Un noire .use ravie L'a geare d immortalit. ( bis ) POOI LilSTOIal DE DEMAIN 1 ( l.rs linniuif sent lion' Larfs : IMJ/U111 >f rue, tattsa-sw lu kifi : il> laaj HmsnsI If '"•• 1 Vision sVtSffM i' lJ) c-e bonheur du pays eil ie rve megique, en ae seul le lier, qui hanta ton cerveau, -n peuple l'aise, heur.ux, un peuple maguiliqu', _nlroduit pour loujours dan, le clitmin du beau MI (u ralisais ce to brlant, auperbe wien sftr de ruasir, de recueil ir la gerbe Opulente d'amour que on emur esjrail, wsolument lu fis le geste qu'il lai ail.v.eoutant que des voix picbaut I ingradluile, On opposa la haine k la sollicitude rr Cayes, Ufeeinhie 19*4. SlLtiNCEL fnktk '-li-iifiu Mleare, lui 1 non ftmr nrdnl j IL fu • %  j' pan iflr,stssBi Au iu!..u d la mil isst le ad Mstisl J'rstm M t'i MM ci sisroiore Dr Mb |.,ci> Mu,nmmn ri lr|rs. Itajeifl tm, Istjsan In ', wlssl lt IhMi pr les |iv ni sel as sasas l t liaqur douleur u ticos lanjHiilfiufiil aver Uni le rorlejr. "* >u>foir> |*i;eu\, 4e souvenirs leui, l'et leu 1rs Uisrrs nu>si blanre nue la neije, *vac bus les diii 1 il.iuii nisgl'B| ealms lu desi-n.ls eu Bits aine, i Silence, I Si'fK, Lu won asV carret, ni aa*-n i r > Il esl un 1 rr ri t Ht mn SM el Ini IrSfJSaa Ijui luul iiliur siui e rr el MSM SM lu drstrnds en umn due, et mni lrt. et stei-sia*. Cl h plis de U robe Ml nsketl 'le I BJST, (lui jarde uia soullr.uirr ,11er Ion u fH | aime, Istairlail iur> BBjjsi r i Isa %  rrs purs (.lui MM aUs, Nilmre, i IfSdn iMltiaujUt, IJ111 Ile dr 1.1 uilll, la suit BHH l< < Oui lail kafir aui lruls latl le rastall d* wkle, Elles reie briller aui (ffurs .le • % %  %  . Oui donc rslu faalao, Mn uiue nu Silrfe I DMMS, l'sur i.nrr ml awins, II Jeux aiues l'astni fl > 'rudrr Irai HUIIIS (]ui doit rs la, I Isill, 1 l'umeresv, (jui IrSSsaUt les m HSI In pieils sa bnniain, rieart, lilex laretMt, Krisatl Iran "W "t |ur star l'inllfr leuaii |)n dune es-ln "m dvnr ev-lu, trie nutdiblt, lsi i|u us SSSSM Nii'tre el or tut ne connat ? ls-iu |s|iaeSM M •' >ul k sabir Jeun MI aasiais sm • relui uil lui j'ul ? Ls U ut .ru lui. ri ou bien quelque SM erraate l.iui en-, uui, sus rbruni el sot bll ? Es IU loir lus' U'I.I. %  Lt l SSHH ci Si SMSn q u lit i i.l fins ? Silence rslu cela, tm qui veilles aux psrl, t IM isTBisri nslails, UJI %  Irotl Ifjjasrlft \'atl (J'JI IT' Il 1 f lier i"*t" un frre, I %  MSSt MSBtJ Jb*n libuii tac les,'Roses!. 'Vite rofe que vous ra'avu/ donne Oui, tout un bal. embauma votre sein, tomme toutes U s roes s'eat fane Les ers de se n pistil te sont teints. La | ourpre taijreute ie ses pla'e S'eft enfuie, SIBei qu'un lve ti..p beau. Ainsi qu'un rA\r aux nuaeces d'opale Dont on a'a plus que le dernier lambesu. La fleur que vous rn aviez oflirle. un soir, A vu nti uni on Ame parfume Kt je pleure maintenant k la voir Comme on pleure une tnortabieii-aiaae. Car elle me rappelle cas arueuis )ee sous de bal que l'on croit ternelles Mais qui a'elfeuillent aux baisers des joors Comme les roses treublanla et files. . LtoM LALCAU UMI *ii e des < Hier i,tn aui m 1 lien ? la Calliiillialf i l'occabitjii urea a 7 heures de sou le 25 Dcembre. Le grand hal snauel a t li aa 10 Janvier prchais %  .-%*&&' %  %  *# oa -* -oseinb*a de nos rves. A te ret rrfi je rve 1 nos r£glisi s qui e t'aisaientcoiiii't.s.s'. gt) ti ml pour liarls Venue du Messie, l'Kolaut l.bn I le la Ci .lor.':ve aux ptils j r lin-, SI !C leurs jolis drap sus de papier aux couleurs iiv.rs. s ; je r. ve aux Heurs qui vouai, ni orn 1 et parfumer le ht de paille du Fili de Dieu '. Je r. ve I I fillei oublies, aux pron soi m-' 's aux bonuni lui venaient attendre 1 lilrSO. t de la Crche 11 1 mporter qui, ur.e Jllttir qui, une orange DM I rlrie mir culeux, arb-e de salut aux jours d'preuves .\oe du Pasfi j .ivre. a.) loi cette posie ardei at,i tait laite des vocill rali rues, des urond^ni'Miis des pe* lits canons, des 11 les ponceaux des maisons 1 des bats Datifs dt tout un p s, travaillant cette nuit dd dlire qui gagnait jadis les A ux immortels, quand enx aussi 'en allaient brisant, brlant tout -ur leur passage dans la Plain O montait luneuse la llamme lea boucans .Nol du Passe, j'aima re\ vre en toi les jolies devanture da toiles aux couleurs claaam recouvrant les petites labis traditionnelles de loterie, El lf nmioj qui, trembl int, la lit dtourne, slloogenl la m un pour saisir le bjjlel qui le plus soiiv, m n • i. ur n serve que icepiion.-. (iaiiiui de .\otl da loi u, le rappelles-tu lea billets d'alors : Vive Centenaire , Faites serrer , Vivo |)jstlines , A bas 1903 • I Nol du l'ass j'aime ravivra rn .loi, divaiit le Petit Jsus t'ont les bras sont tendus dans un geste do suprme appel, — j'aime revivre en loi I esnoir vivace de VOIT un jour tomber des mams du l'ils de Mario la douce paix laquelle le Monde aspire et que les lirands repOUaV seul : Nol du l'ass, j'ajme rev.vrven loi l*e-| oir jamais peidu de la .h BTICK doi 1 la venue e r clame par lei grand, s CIOCIMS pour la confusion de ceu pi ht J. .us d'imourt qui 1 \\\ Ion ri ."ud uni irLor 1 ; ira peau de la I lame Nol du Pasei tu me ri la lete du Mystre qui t. rrasse le %  avant par 100 impi it Les traaitioDa acceptes ; l'A Irique ranimaient chi l cette poque, les bendt sn< tuf ns qui, pie is nu-, 1 u cfa tm ses et bonnela blencsi ailaieaV par les plainep r les quartiers loigni s de 1 1 ville, au son de leur lugubre tau )iir, rveiller la peur, l'angoissai (Juel est celui don' les en ve, ix ne se dressent plus aujoiiru'iiui a ce mot de \Vi s SDUNDINOS? Les bandes qui, par la nuit da .Nol, h l'heure ou 'sus nnquit en prcipitant loua les • leux prsents et lut tirs de leur pidestal. — resteront le cauchemar des .unes saintes! Nol du l'ass, j'aianqrcv:vT') en toi cette nini blanche de Dcembre o mon a ,n Oiarles lt arrt au Champ de M us nar une le ees |,,ii, ;, ,|| ,. %  | on salut qu'aprs avoii re de ne jamais rvler I. s rjomi de ceux qu'il avait reconnus en cliemi* m et bonnets blancs uteJi nus, dans la danse macabre \la.s Nosli icst tu tjoura !s renouveau, la prom >s e, le salut <"est Dieu glorili i ravera les sicles. (GLORIA IN EVCI LSia DKO %  L'est Jsus, diVUUSi ddi, salue coin u I %  • Messie atten lu, c'est la pail i| norte aux bosnmee, • FAX 1 %  %  RAI INoel du l'as i'rn sent, resti / pour I i .r tien la jour ds gloire o 1 i.npht la promesse du M lin l'r ED'I'I '. I ASTHh VOUA Globules R6bfiu-l lKf ?a:" l ""''" l ,t,, M "%  1 ^gE^i;--:'! —a rmmMmm ft in n BLCH . W %  v T - *. I



    PAGE 1

    L^ tfvm dj Vk DiD^Olt La Maison Ch1 C A E T J E N S SE FAIT le plaisir l'occasion des F


    PAGE 1

    %  • LE MA1P du 24 D*mbx 10*4 mm Hayfian Corporation ot America Port-au-Prince, ilaiti C. tidyar ELIOTT, Prsident Frauz von SHILLING, vice-Prsident P. FAURE; Secn taire H a y t i a n American S u g a r co Vice-prsident el Directeur Gnral : R. R. CHILDS M en Bretagne ; En Bretegnr, U-biu, dans la petit glise, loa brave g.-us, p ibeuis poui lu plupart, sont vuus itter t la Nol , couter, parmi lee tx-volos l'tif, U uukce annuel! le minuit. \u deburs la mer gronde peul*ti ." Le rafales du veut tout pieu rer la elocber ajoure qui, gris l't, tau doule, < elle nui), ta %  liu.ti parure de neige. Peut tre eu.u • %  iiie ueige frappa t elle aui vitiuai sertis Jle plo.uD. Le ILliai n'coulent pas, u'enlendcnt fat la uieuecw de la graude) uvm gauae eo e eolcres d Hiver. L'c-1 la von de l'crgae 4J1 le chinue, l'autel illuuiuu de cierges 4111 lei h*puolie Li le I imue prient pour 411e IM ^ .r par \t revienudul, f iour que Ici Um ... nu revjisut lu ude, lr g-nt'i dort* du pays. Uneu\ o CQaut ce .Nol de Dit tag>ie que la, iule louleiapoi nu fti^ue evoc tout le clii'Uia iue.ue du pole Ue A/.... Ii a euteuiu sur 1*4 nvicw redea despecueuis lee mol J Mpuir t de leodresM, le er< d'auioui 4 .1 iraveise 1rs .i^es: IflU iiir i Itftl lit Ciill J: luflle HiHUl U a. o . ta IUUM c.aue par le ebeunu g,ace — et pour rucou trer 4 la place d'Iito.ude — sa Msue en coitle blaucue aaliut 4 .e Jsus dans ta cre.ue, u a suivi a travers la imlj le loug cortge dt< pebtUN e reniant, une LUterne \\ meiu, a l'ofuco de Mii 1 L Etablissement de la llaylian American Sugar a marqu chez nous an vritable progrs. £ 11 mme temps que l'Industrie de la catiue a sucre s'est dveloppe, les terni ot. t acqu s Uaio tout* ti t'iiiiie du liul-Jeojt uti plus value quu csi s.us iiitil '! % %  • noter. Dan kl lUdlu.Ut ttpiiUs lient s, t nteUi.iTus.iu,*, les | uils ai les eus ont tte nliodu ts. Lts u lhod muUtii.ts uc eu ture ont ele pp .queis et un uon.oio 1 lp c ta Ole U i UMvaillcuia es KEdEUClEttBNL'b a bm ceux avec qui elle entretient des rapports d'ail'airjs Que tous les pouvoirs publics, les membres lu personnel de ses Usines et de ses plantations, les divers fermiers qui l'ont honore jusqu'ici de leur confiance, la Presse de Port-au-Prince I i.uil, il sttte vision de la pauvre ,lie pitiuc Q< pauvres gtns toerLeui Uti lient I.LI, cette scbe u'bLe ILIIII iii ici,l>kble, il la boice — u buict tb piebiabt, car, %  si ciiu auil ae >oo, • eit ta vam qu U cbeicba la UiltUe du Poblfcerio (Mus .a feule sfeneuille nui vtt ive 1 Le iv, pour les pcheurs d Armourut, oel du pev*eu. Il Ut Dl 11 ltlD (Ulllli: le cbtbl avku*m*ei • celui fui duuu< ia vi*|.w. r le mesde C est aussi le saul e l'ea LSUI qui spptcbe, aux jeurs pus leags qui arrivent I e A .smau, 'un f*\ Ji laua ... s A .>oel it je s ts aiieugeni u'un bied ae eecj . t ce coq semble aenter 1 enote aeveue ave la en jaycua da aajt de VJ aule .(.Lia CLAaiTta trouvent ici l'expression des vœux sincres qu'elle formule leur intention pour qu'ils jouissent d'un joyeux NOL et pour que l'anne 1925 leur soit prospre. Tlphone: General Office M' 531 ^•^iCv—.