Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

DlfUSCTtfUft PROPRIETAIRE
Clment Maytoire
BOIS VERNA
1368 Rue Amricaine
NUMERO ^QeENTlMEb
\
FL'Le ce
-but M.
QuotHi i
'121924
Plus j'avante dan* la rar. ire
'' la \it, plus je troiiNg U tra-
vail ncessaire. Il ditiinLj la
ilon;|iio le plus grand des j lai-
sirs el licnl lieu il usions de la vie. P. Corneille
TELEPHONE: No S4
Hrae ANNE N 5168
POffT-AU-PRNCK (HATI )
Progrs social et Progrs conomique
La Corporation des cordonniers
hatiens a dernirement ptitionn
auprs des l'on vous publics lins
d'obtenir l'tablissement de droits
prohibitifs sur les chaussures tran
gres et un traitement douanier
privilgi en faveur des matires
premires m-cessaires a l'industrie
de la cordonnerie.
Le principe de la ptition est
honorable, encore que les moyens
proposs pour arriver pro ger
l'industrie nationale de la cordon-
nerie soient discutables quant
leur efticaeh et la possibilit de
leur excution.
.Mais ne peut-on penser que le
meilleur encouragement donner
cette industrie serait d augmen-
ter la clientle des cordonniers,
c'est--dire des gens qui consid
rent comme un divoir social e:
un acte d lmentaire dcence de
ne pas marcher pieds nus, sur-
tout dans les rues ?
Srail il bien diltcile d'interdire
cela, mme aux gens de la cam-
pagne, aux paysans, une lois qu'-
ils se trouveraient
Elle crerait un besoin nou-
feau, la ncessit de se chauss t ;
chacun sentirai! qu'une obligation
sociale nouvelle est ne: celle de
se mettra des souliers ou des pan-
touilles aux pieds et pour les fa-
milles ayant charge dames, celle
dtenir eu meil'eur tal les per-
sonnes et les enfants dont elles
ont la responsabilit.
I Se besoin nouveau, cette charge
nouvelle provoqueraient un ellort
nouveau dans le sens d'augmen-
ter sa capacit d'achat et, par con-
squent, les rsultats de son tra-
vail ; en un mot, sa production.
Ce te rpercussion se pro lu
saut du haut en bas de l'chelle o
ciale, il est tout indiqu qu'il y
aurait lieu d'en attendra une l-
vation progressive de iaprodu;-
tion nationale, dans des cou Jitioiis
qu'il n'est pas possible de prciser,
mais qu'il est lgitimedenlrevoir.
Le besoin nouveau que nous
envisageons aujourd'hui aurait
donc agi et opr la faon d'une
contrainte. C'est la meilleure lor-
me de contrainte et la pins corn-
parvenus aux
portes d'entre des villes ? ,. -....,.,,. tl ,a K>Ua wm-
Nous prions de le remarquer, patible avec la dignit humaine.
il ne s'agit pas de les obliger se Ce n'est pas la seule, et voici une
chausser de souliers urbains et g autre contrainte sur laquelle nous
riants mais d'interdir tout simple- attirons l'attention,
ment la circulation pieds nus. Elfe consisterait raliser la
Cette simple interdiction provo- for mule que la mendicit et le va- "u,u!,''""u"1
querait l'esso? de l'industrie des gabondsge constituent des dlits, Pn,rent Su.l,s n
et foi cer ainsi les oisifs et les *a*i abal98a",
i .t. i a 'ii t 5i!iiiiiiirt
men liants a travailler et a faire
pantoutlles, des espadrilles, des
espiocs , en donnant en mme
temps un dveloppement consid-
rable la fabrication des souliers
de facture ordinaire.
Bien mieux, la cordonnerie d-
tendrait dans les campagnes ; car
la fabrication des chaussures or-
dinaires et les ateliers de rpara-
tion seraient certainement une
consquence de l'usage impos
des chaussures.
Une telle ntesere prescrite dans
les villes serait peu a peu suivie
dans Jes villages et bourgs, et, un
moment donn, la pratique de la
circulation pieds nus serait limite
dans les habitations prives et
dans les endroits exclusivement
ailects aux mouvements et aux
exigences des -, dliera urbains et
ruraux, c'est -dire aux ncessits
mmes du travail.
Voil cries une rforme de trs
grande impur tance,dont les ellorts
conomiqui j< seraient apprciables
tt qui dpend autant et plus des
murs que d'un mouvement coin
inercial proprement dit. Est-elle
impossible ?
. a
n'importe quoi ils trouveraient
faire
Le mendiant des rues a une
formule qui lui est chre: elle con
siste exprimer la conviction
qu'il n'y a pas .le mal mendier,
et que la mendicit vaut mieux
que le vol.
Le principe est trs discutable.
Ai pjiut de vue qui nous occupe,
il s'agirait d'examiner si le voleur
n'est pas tenu d tre plus intelli-
gent et plu- actif que le mmdian ,
et si, soin ne to n.-, il ne reprsea
te pas u.i meilleur licteur de pro-
grs que le mendiant, en raison
mme des qualits exiges pir la
pratique du vo Si t la condition
de pouvoir s'a ue;ider sou* l'e.let
des saucions pnales...
M us nous ri quons de tomber
dans un parai *escandaleux, (au
te de pouvoir bien nous expliquer
sur ce suj l aujourd'hui. Nous
nous contentons ainsi de produire
pour le moment la thse, quitte
venir la dvelopper la prochai-
ne lois.
MHHMfe
L'immigration italienne eo Hati
Nos portes ayant t toujours ou-
vertes bien aux trang.
Mai avons connu diverses immi
lOS,
s furent tour h tour, amri-
ncaine quand alla vint de U Loui-
siane ou de la Floride, anglaise,
franaise et espagnole avec l'arrive
de coloniaux les lies n >us avoisi-
uant, cor-.', italienne, levantine
I
awu' vUvenir chinoise.
.
Les unes ont t* po ir nom d-
. :. li. II-
iit-. el i erl lioi nier i I
I i ure actuel de
dangers, qui ne lu--.- indilrenl au-
cun liaitien soucieux de l'avenir
national.
Personne n'a jamais discut l'io-
lluence salutaire, qu'exerce en un
pava neuf, une im nidation claire,
ci. dfait de graide. luio crei
intelleeteulles.quau Ides i ni.
apportent avec eux, ce ipil d pr*
cieui que cou.-tit.ie pour l'!i >n ne
un mtier manuel, on peut tre -i-
liaUatt.
An nombre de ces imm'gritiono
d Mit nous av >ns i.iil un il au*
mention, l'u.ie Miable ite-
air aujourd'hui uotre attention. Nous
vo ilon- parler de l'immif loi it i-
lienne.
Laa immigrants Italien* v nui en
noire pays, il y eq i; | trente
ans et plus, an i- Mol cei i linement,
presque dpoorVIU de
cuni,ns. A ce moment, nous ne
connaissions point les alir s doulou-
reuses par leaqu ' n ma i mtl-
noms de passer depuis longtemps
aprs. Les atTairae taient b Iflanl
le commerce florin int. N >ire mon-
naie avait une valeur relle al '
t >it pus eneore arrive cet et u de
dprciation que nous avons connue
pins tard. La vie dans son ensemble
tait bon march.
Ce lut donc au cours de cette p-
riode d'aisance qu'arrivrent chei
nous en grand nombre, le- immi-
gra.Us italien-.
Cordonniers pour le | !u- grand
nombre, il- eurent lei dbuts les
plus simples. N'attendant point que
les clients Vineaenl t eux, ils allai ut
eux-mmes au devant di ces der-
niers. Car, dani leur psychologie ils
comprenaient bien, que seule une
installation convertible, f ippe t
appelle une clientle nonoreuae.
Comme ce moment, les t.blisss-
menls qui runiss dent ce confort
tai nt aux mains de cubaine, que
les troubles politup. ils
Ciibaavaiuni obligs a s'installer chez
nous, les nouveaux immisants ora-
ne pouvaient lutter,
le prix du Irai dl
celui que fourni--1 eut
ceux prcderont' ni tablie, et en
vitant auxclientsqu i1 convoitaient
un dplacement toujours ennuyeux.
Toutes choses qu'il tirent avec une
mthode vraiment admirable.
S'adonnanl leur modeete profes-
sion en obissant une discipline
fiatiente, ils franchirent une i une
es tapes Jusqu' es qui cette in-
dustrie qui tait entirement cubai-
ne, fut partage.
Humblement ils s'in ,!, et
fintrcs des gots du milieu, ils .No-
urent.
Une observation re-
marque, c'est qu'Us surent
traire de beaucoup d lutl 61 m-
gers, garder une slnctfl aeutra lU i i
cours de nos melbaureose
iataatlnai, Et s'il nous arrive quel-
que fois, d adresser le i
certains ejoli ; i . ,n
conduits a I abl ir et >ir i
toujours tes or : inisate ira issimnle
des troubl rvolutionnaires, il n'a
jam lis t dans notre esprit le pen-
se cette raillants il it ilien-
ne. Compose d'hom ne i onme
nous, e'ia peu! av tir -e sympathise
p I ir cerl lins de 11 is ho n u':- poli-
tiques, maie sous antaodons dire
qu'e le n'a jamais constitu un bran-
don d) discorde dans notre milieu.
Cette conduite digne d'l tgao pro-
fil i a u nombre dee ntres.
A ' Hlte une l-
gion il |ui,
co nme noua l'avons l< i lignai '. ne
,H"
tour
patron-. seulement
trente nous
*\ as e )'- si peu intei
qa'elUl aient ni fait
le mme : notre industrie au-
rait t certainement b p plus
avaii
A la suite de ce labour opi:.
dont nvus a pritt-
tiuj-
gion o
\co nms
m mq i mu qui
\ '.lit
...
m durelle nent pro m
p irit n i tr l'obj il d an
ne in i i |uic oq 11, ear elle eal
la i d'un labou
et m';li idi | ie. Mtho li |..-, p arce
que l'im itali ta i oess oV-
tre casanier, <( ne a ( ml au
tumull ; du mon 1". qu' partir du
m l iicn o il s'tait assur -
Irai its.
Auj lurd'bui Cl Lie colonie suit d'un
a i attentif loul I eal favorable
ou son traire In pi
p irifc de bea ic u i de s >s membres
qui s sont atl ichs dffnitiveme il
a notre sol, se confondanl avee la
n itre propre.
1 i isultal beuraui qui fait i .< t
mira'ion de tous a> mt t atteint,
ils on# contribu rembellihaemeui
d no n- Capil de en difi int di -
i ii ont totolem
chang la fa ide le< p u- ii. juenl sa. Aui vieil! is
maaur i e bois onl succ l des b-
timents confoi fable el lganl
ci ..eut arm iii\,in| des pl.tiis cou-
vus par I niaura b litiene.
Ce nouvel aspect rjouit les yeux,
si bien que es quartier est parh is
dsign comme tant le Uoulevard
de itali i
nmi beui ui d'avoir pu
aujourd'hui signaler l'action bien*
taisante le qui ayant
proi lr, ti n il ne
1 i 'i reste ind
aucuns n ition utile, el s
nie de nos et de progrs.
Ll an ir
aux '.rails, U une %
I ne expdition d'un caractre pat
sablonnent romantique partira ce
mois ci de I oud es, fe nord du Vaoiit
S;>i Girgti pour aller rechercher un
ll Ml icb, ja lis, dans une petite
Ile du l'a ri pie.
II y a une cin |u inte d'annes, au
cours d-) la clbre guerre entre le
i et le Prou, nue norme quan
til 'e veeee d r I d'antres objets
prcie ix, reprseol int une valeur de
LS millions, de dollars, lut mise en
sret bord du navire anglais Ma
ry HfiiJ.
quitta le port de l,i
BU, q ie les Chiliens, victorieux sur
terre el -ur mer, dl < nt m unor, et
partit immdiatement poor 111e Co
' , situe dane le l'acili [ua, &
l'oaeel du e in >l de Panama.
ta, pou
pi '- rte, |oe le trs >r futejitci
; i", temps aprs, utfexp b
ti Q pri nitiva qui av lit suivi la trace
des sut tint, le- captura el
les fuaifls tona, sauf le capitaine, le
matre d' (uipago et un mousse.
Or, roi i |u un mystrieux incon
nu, dcid .i gtrder prsentament
l'anonymat, apprenani que le San
Gwi i il dans un but seien
h i pie a l'il Cocos, vient de rvler
aux organisateurs de l'expdition
que cette Ile renferme un trsor ca
ch.
Lut-mffl s sonne il v a long
tempe, le m u Mon '
qui, chapp au sort tragique de
nons, lui i in !i [n l'ampl
menl sxacl ni is richesses a lustrai
vil t uicux av uent
t ensevelies.
km k M&TIK
Non- rapp lions t nos Ahoons
et clients qu'ils ne doivent rien
u imprims
-.. irec| ur.
\ n 2S ma:-.s r_4
A Parixana
Un public trs nombreux n'avait
p i m inque de re, hier soir A Pa
i ma, les deui nouveaux pisodes
des Myi lroe d< l'.n i- Le Matre
d'Keole el le Chouette, el Celle qui
V'eng i, li iquels ne l'ont cd en
rien nui i ut- c hepitrea, tant
par le somptu nit du dcor que par
l'action dramatique d'un intort sou
tenu
Lee dernire vnements necumu
ls annopccnt la lin de ce drame im
fireeeionnanl et labiaenl prvoir que
di re trs mouve
n e u.
L'uvre de la liante
eu France
Le ministre de l'hygine vient
d'adi aua pi fle nue circulaire
rel itiveao ranforcemenl du contrle
il, mnvroad'aa istance,de prvoyaa
ce al d'hygine, dont il sol intres-
s.uit de indications mi-
untes
Le nombre dm hpitaux et hos-
pioeedpeaae actuellement 1990; U
etiete, eo outre tfiasiles publics d'
lins ou asiles privs el Itqu irtiers
d'hospices faisanl fondions d'aeltee
publi s, 22.000 bureau i de bienfaiaan
ce. 170 bureau i munioipaui d'hyglae
I i li peoaairasantitubaroulatta* 57
sanatoriums publie et as-imils,
IS1 consullations anlivnrieiines,
381 l'u.i, i diverses (ie bienlaisanoe
subvention nes, i. 'i o-uvres de
protection de la matl rnit et do l'en
lanoe enbventioonaa consultations
de nouriesons, go tics de lait, cr<
ches, etc.. j. | ,u ofticee d'habita-
tion- bon mari h, 027 socits de
mmo or Ira, 127 socits de crdit
imm i -ocils de se-
cours mutuels, i d'par-
gne, i7 Munt-de Pit, et-...
Un nouveau [irnj^i de loterie
ois Proust, dpot de l'In
ii- el Loire, et l'ion, dput d'Alger,
viennent de dposer sur le bureau
de la Chambre une proposition de
loi Instituant une loterie nationale.
les bnfieee provenir de cette
loterie sontdestl t I 11 reconetlta-
lion des rglons libres.
Le proposition prvoit doue mis
sion- par au, avei douze tuiles cor
! il lots.
Le ni i itenl dee miasions et celui
'I lots k distribuai seront dtermi
, n- le 11 diseneel 11
MM. Proual et I i m \ li -ni dans
a | l'ile prconbant le salut
[in 11 reetltution imm
d ite i l activit nationale des dpar
Il u'i'-i pi- puons, en effet, de sa
I i quel moment la reconstitatloo
envleege pourra tre raliss par
d'auti
Un cobut bris
toU'-l-il cher?
i i \ o i ioalne, Mi-- E la May
irsuil eu l.i -i igeadnte
ip l'abe il .iin.i. Le
cas eal fr i ion! aux I ita-l nie. C-o
qui est plus inli m dire,
c'a I dl de la lem in la. Nous
y lieoo
i bris qu lire i rats ilollars ;
ira Bible:
10 de bain trois
: cinq dol
lu- ; bas de laine : un dollar.
a. envi*
mu BOO dollar-, prs de vingt mille
frain i de ii ;. Allons, If
' rtiole
troc cbwi
- ?


LE MATIN
Appel
Par Cable
Du Goiaitr de Secours
mh tatantf indigente
en lternatine
Nouvelles Etrangres
Le Comit de Secours roussi
jii', adresse in appel -
lai 4 tous ceux qui compatissent au
oit terrible des enfants indigents
en Allemagne, tin do soulager la
misre et la dtresse qui l<-s tlrei-
gnent.
Riches ou pauvies, grand- on pe
t la, ouvre/ votre coeur el < s I oui
.-os. et prservez, par votri humai i
taira mnroait, d'une mort imrn
nootedis mllurs tt des mllwi ./'>
i (J souffrant d h (mm et le la
Udu.
Secoure/ ces malbeureui qui
i D grande parti* i Ueinta de la lu
liiiculosc par suite de privations de
l< nies sortes !
Les souffrances sont immenses en
Allemagne et le- pauvres petits
pires, surtout, sn sont \c- principe
les victimes.
Lear mutera aal telle, que les se
foius dj apports ne suffisent pas.
Leur nourriture n'est point assure
et il leur manque les vatenwnts les plus
rulist-'iuibles Lne rcente enqute a
rvl que dans les coles, mmes
Miprieuii -.
90 ojo des lves ne poss-
dent, en plein hiver,ni che-
mises, ni chaussettes '
flninir/. Mus sel i ris rtUOttTCei
Sauvez l'enfance menace
de prir de faim, de froid et
de misres physiologique
sans nombre '
Dans ce but, des listes de sous
cnplions seront ouvertes par les
oins des Membres du Comit de
Secours pour recueillir l'obole de
tous ceux qui voudront bien venir
eu aide anx enfants allemands dans
la LUTTE CONTRE l,\ l- MINE et
i nlre les autres calamits auxquel-
les [Il sont expo*s.
"Ont ,i i fauvres, prte
Dieu".
Mme Edmund llelmike, Vnae W.
Iluch, Mme Charles Rouzier, ne
von Madelung.Mme .Nord Jn Joseph,
Mme Itauul Gaetjana, Mme James
bwaJd, Walter F. Voorbiee, J. M.
Oswald Hrandt. 0. B. Thompson,
H. P. Davis. Bog. Dratrel, C. K.
Madsen, Abel N. Lger. Ed atve,
I. J. BiRio. Ciment Deslandes,
Etienne Matlion, Clment Itoy. l'an
talon (iuilbaud, Fernand Deunis,
Edmond Montas. B. l)ani he. Dr
F.Armand, Dr L. Camille, DrJ.
Dominique.
Un granJ procs
cm lllemagoe
MUNICH I. procs intent con
ire Ludeodorfl 11 Minier louche a sa
In. le ironnei r gir.ral a dpos
ont lusi n t de'Tiam'e huit an
(' prison I our Millier et deux ans
de la ni me pe ne pour Ludendorff
D a survivants
  • marin (3 morte aaphyxia
    KIl Des efforts Mirhumaioa sou1
    - pour soulever le soi* marin i I
    malgr 11 certitude que les malheu
    reutsurvivants du navire sont morts
    i phyi '-." t ii us les iigo mx et les
    bruits venant le l'intrieur de la c i
    que ont cess I es ingnieurs de U
    marine trava lient pour amener U
    navire dan* des eaux moins proton
    des atin de faciliter son soulvement
    en diminuant la pression qui s'opp)
    se a son renflouement.
    Spculateurs mines
    PARIS Las nombreux ordres de
    vente venant de l'tranger ayant pr-i
    eipi Is baisse des valeurs a 1
    Bourse ds P ; ls, i a conal 1re dan,
    las renies financiers que cette ton
    dance reprsente la ruine d'un grand
    nombre de spculateurs.
    Pour les sans-travail
    LONDOS Les statistiques pu
    blies ar le ministre du travail d
    montrent qu'une somme de 3t0 mil
    lions de livres sterling ont t dpen
    tepuo Tarmilice pour venir en
    aide aux ouviier sans travail. De
    cette somme, 170 million-, fuient
    prlevs du trsor public.
    lavirei rnbellea Iraqua
    v:\v ORLSOiSLa canonnire
    mexicains a Bravo nouvellem nt
    quipe dan ce port vient de partir
    pour les eaux du Mexiqu d ris le
    but d'obliger las navires rebelle
    se rendre ou les dtruire el forcer
    ainsi les rvolutionnaires abinl 11
    ner les ports de l'Etat da Cam :ha
    el du Vucaan SDOOrs en leur pou
    voir.
    .'.
    Ic Gi<,:|i^
    Le. patriarche <
    condamn
    TIFLI3Des I ptahesreues par
    le t Daily Tet>s;raph informent
    q ia Mgr mbros p Irisrchs de
    USOrgia, vient d'tre condamn
    neuf ans d.-, prison pir l-> tribunal
    ,1 S ,vi ils. Il SI (il t BCCUS d'ac
    les anli rvolution aaii sa entra lei
    quels figurent une ptition! la ou
    i >reaes de G i ndant io
    dpendance do la Gorgie r.tleie
    trait de l'arme roug : i1 tait gale
    Osent accus de s'iMre oppi'sa l'ex
    CutiOU du dcret confisquant les tr
    SON de l'glis Six autres pr res
    ont t condamnes des peines va
    riant de un i six ans de prisin.
    Le Irioraphe ila la France
    NKW' VOUK Dans une dclara
    tion aux journaux, le banquier J.
    P. Morgan a allinn que les linan
    ces de la France ont t quilibres
    d'une telle manire et d'une taon
    si efficace que cette na'ion sera so is
    peu dans une situation conomique
    invulnrable.
    LES COTJRS
    NEW YORK Franc 18.71
    Livre sterling 4.2924
    Par Sans-fil
    22 Mars
    W ISH1NGT0N Ls Cbambia a
    adopt un amendement qui dfend
    l'enrlement d garons au daaeom
    d' _'l ans dans la marine mi us
    qu'ils soient porleirs d'un consente-
    ment crit de le un pirent. C' pro-
    jet est sujet nanmoins a un nouveau
    vote avant son a loptl
    QUEENETO.YS Irlande). L'a
    d lchement de troupes anglaises
    dbarqu ici en v tenaces a t alla
    que par un motor car bind qu'on
    raient quatre sol 1 ils de l'arme Ir-
    landais. On e-lime dou/e le nom-
    bre de soldats Sngls s tues et ble-ss.
    w tSHINGTOK I>-s accusations
    graves quoique non spcifiques de
    djobs* dans le Bureau des Taxes
    Internes ont t faites parles an-
    ciens employs au Comt d'enqute
    Snatorial.
    P \RISLa Chambre des dpu-
    t et le Snat ont adopt le bill fiscal
    prsent par le Gouvernement,
    WASHINGTON. Le Prsident
    Coolidge dans une proclamation a
    dfendu l'exportation d'armes et mu-
    nition k Honduras.
    LONORES L'action prise par la
    Chambre des reprsentants Amri-
    cains demandant au Prsident Co .liti-
    ge do provoquer une nouvelle con-
    frence sur les armements,as >ule\
    beaucoup d'intrt dans les cercles
    gouvernementaux.
    Le match d'hier
    Ce fut un vritable match de ch \m
    pionnat que celui d'hier entre l'L'SU
    el la JSII. Des deux cts.on a jou
    avec cirur pour la dfense du dra-
    peau. La partie commence 4 heu-
    re, arbitrs par Mr Alain Laraque.
    C'aal Pi 8H qui a l'honneur a'ou
    vrirleseore. Eu effet Blia Villard
    marque le premier bul sur une passe
    faite par Maurice E!ie.
    La partie l'anima ; la Jeune--g s
    l'Offensive et lame plusieurs shoots
    dans la onl de l'UsH qui sonl err-
    t ls DW la brillante dfense de Caris
    tro-in.
    L'isil stl que vive riposta d'An
    dr Pierre qui remet la ballon dans
    h* vingt deux de l l sll et sorts une d-espi.il8porllf; messieurs.d.til, c'est
    srie dpassai bien eosabineee.ls |eu llls h,.0e victoire de se vaincra
    t> utes parts i>ar lesava ils de rhard
    il jattta i U tt% si ooovra te ballon;
    SOptaudissemenlS frntiques du pu
    hjie qui admire la |dlense hroque
    du goal Keepper de l'L'SU. Cnlf*
    tnptii celte tu- aocora a sauv le
    drapeau de son Club, La .leunese
    veut vaincre : malgr les vives ripis
    le* de I * v i, i assagnol.Pierre Louis
    et Paul Elie, elle reprend encore Pof
    fsmive: une mle a lieu devant le
    goal de l'UH i-t H rna lotte marque
    ,.n secend but au profit de la .isil.
    Le ballon est centr. Paul Chenet
    le lion de l'L'SU. se dcide k remet
    tre le goal ; par un jeu de dribbling
    bien men, il arrive seul avec le ha'
    lou daus le but de la Jennes-e et
    shoote du cot oppos i vitchaud le
    gardien de but de la JSII; le ballon
    va rentrer et 1TSII galisera ; bbul
    une petite p err** situe trois oenti
    m trs du b< t dviera le ballon au
    grand regret de Chenet. Kl ce : i
    dans cinq minutes la tin de la parlie
    et la dfaite de l'i >ll.
    Aprs le match les deux quipes
    sur L'invitation du Praident d :
    l'L'SSU. M ois sur Andr F Ch ni-
    lier se runissent au Pavillon du
    Pars : les juipiers y s nt reu- i |
    chaut de la Dessalinniene ; aprs,
    les j insnrs de I USH en cria u vive
    ls Jeunesse entament un une steep
    Si c les ['Jipiara de Thar.l qui de
    1. urcol client SUasi vive l'USIl
    Monsivir le Prsidant de IMniou
    dans une vibrante allocution flicite
    le- d u\ quipes de leur belle tenue
    sur le terrain ; elles ont l'ait preuve
    nes-e galise en marquant aussi un
    luit. La premire nu temps prend lin
    n la grande satisfaction du publie qui
    assiste avec beaucoup d'enthousi
    me ce great ovent spor if.
    La deuxime mi icmps oommaoce
    avec une foudroyante attaqua da PI
    Sll : le lion s* rvle rroei et cher
    rhe a avoir sur MB jeune et redou
    table adveri 1rs une crasants victol
    re ; ls Jeunesi i garda son .aime
    davnnl la forl i d< avants da 1*1 ^11
    elle a pu par une admirable dfanss
    viter en plusieurs fois d'lra vain-
    l'Ile.
    Les avant- de la Jeune te or.t
    maratsnanl l'Offensive; ; plan, vils
    ri rapi les il- se antonnenl dan- ls
    ramp ds Chanel ; ci c'asl I in Ri-
    gana qui sauve li sll sn faisant ni
    \ppolon donne le coup de
    .. , -t un -i eond corner. Admi
    Lbedtfeo :: tout de
    { treem Q e voyaul ccilc de
    une pli
    soi mne que de vaiucre une juipe
    trangre ; l'aprs raidi de ce jour
    nous ouvre non seulement UU brillant
    avenir sportif, mais encore IV
    u,-. le.i h- nai.is meilleurs pou le,
    aussi je VQ is invite tOUI a
    c er avec m , vive ILiti Vive
    Hati nient lessportemen, Hip, Hip,
    Il uiriah et l'on N spara Qi
    eljoyeux.
    :- prsentons n IS m lilleUM
    limants ans Capil Ci mat
    et l'h .il i .i'i-i qu' I arbitra M m
    sieur Main Laraque pli a et I
    hauteur de la tache u I D ''e,
    surtout aux joneursde l'I ll [ui*e
    cur mit fratsrnii leurs vaut
    queur- il- ont voulu montr par l
    au public que si l'on tait adversaire
    sur le terrain sportif, l'on devait
    aprs la parlie se retrouver amis.
    Pour la Coupe le
    Peter DaWiOO
    Hier '> manche a ea lieu la deu
    xime srie de T mm uiial pour la
    CbimpiiOual au Parc Lijonta, entre
    le Muriani Sj.orting i.lub et Ujllevui
    Junior i.lub.
    Dans le siugle entie St l'.yr et Hou
    ^ier, ce dernier av ut brillamment
    jou, mais n'avait pu se dplacer as
    s -l vite pour les plicements de St
    C\r et a finalement succomb.
    Le -'me single, entre Ahmsling
    st I). Mathon tait bien contest au
    commencement, mais au dernier mo
    ment M .thon avait commenc un
    jiu irrcgulier tandis que sou alve
    saiie restait calme et remporte la
    victoire.
    Le 3nn match tait en double,
    Messrs Hrandt et Phipps contre >U
    dal et Rou/.ier. Ces derniers avaient
    par un ju excellent gagn le 1er
    set avec fa.lil, mais dt:,s les 2me
    et itme se'.-, le jeune N dal avait
    perdu sa pr. cision taudis qus hrandt
    commenait ex.uter de bri U ts
    s'.rok's, qui ont finalement |ort la
    vi toire pour A \ iani.
    Voici les ri utils :
    St Cyr ,' ! ii mi ) contre Houzier
    ( U.Uevue ) SINuL ..>
    5 1 Vie loir po i
    Ifariani
    Ahm-iiug >1 irinnl contre Ma soi
    Cltellevue; ti i Vicl >tre
    pour Miii.ni
    DOUBLE
    Phipps & Br n tt Mariani i outre
    Boulier .\ .N a la! Bellevue
    i -6
    > i
    I -3 Vicl ire pour
    Mariant,
    ii d in h i 30 1' -quipe de l'Ameri
    i an Club luttera contre l'quipe de
    l'interna loanl MhUtie Club 3 30
    p u. au Parc Leon te.
    Conformment l'ordonnance du
    Doyen du Tribunal de Premire ins
    tance de Port au Prince s'ouvrent
    aujourd'hui les assises criminelles.
    La premire journe est consacie
    l'appel gnral des jurs.
    Demain sera entendue la premire
    atlaire : celle de Samuel Alexandre,
    accus de vol avec escalade au prju
    dice de Mr Jn Barl.
    Le tribunal sera prsid par le Do
    yen B. Barau et Me t. A. Deverson
    sera au bauc de la dfense.
    Nous donnerons demiin la compo
    sition du jury.
    Bndiction du Cercle
    Catlioii<]un
    13e Sonar Marie Thrse
    de l'Knfaut Jsus
    C'est mercredi, 19 mars, jour de
    Saint Joseph, qu'aura lie), a 5 1/1, la
    bndisclion par M > a signent Kersu
    mii du Cercle Catholique de < Sur
    Thrse de l'Enfant Jsus... le 1er
    du genre en llaili.
    A cette occasion, la ville du Cap
    qui toujours s'est fuit un devoir d'eu
    courager tout o-uvre d'intrt public,
    ne manquera poiut d'assister cette
    belle crm Mie fuite pour attirer la
    bndiction divine, non seulement
    sur le e-ri'l mme, construction nou
    velle de noire actif cur, le Pre
    Julliot, mais aussi sur l'ouvre tout
    entier* qui est destine comme ses
    sembla les, en France et ailleurs,
    ren Ire tant de services la jeunesse.
    Lm prrains, les marraines et les
    as-istants sont pris d'arriver & 5 1/4
    au plua lard.
    L'entre se fera par la pirte don
    na.it sur la rue du cot du Club.
    ( Innalt Cap liset )
    L*|xpositira de la Socit
    d'IUtoiri et de biogra-
    phie l'^micile du Lyce
    Hier un monde distingu et nom-
    breux assistait a la be'le matine
    offerte par la Socit d-Histoire el de
    Gographie. Noos ferons le comp-
    te rendu dtaill de celle impor-
    tante sance dans notre dition de
    demaiu.
    PHARMACIE
    PRINCIPALE
    H. CANONNE
    49. Rut. Raumur
    88-90 Boulevard Sisastopc*.
    PARIS
    vendant
    LE MEILLEUR MARCH DC MOWDB
    Produits des Premires Marquas
    et toujours de pnmir fralchasr
    l M; .-Il LE QUALIT :
    LA MEILLEURE
    *
    RAYON SPCIAL.
    POUR LES COLONIES
    DHOGLKIUE, Ill.llllOHISTBWB
    SPCIALITS
    FranoalMa t EtranfrM
    SELS DK QIIN1NE PURS
    Tous produit< m/laons,
    ampoules, comprims, cachets.
    SOLUTIONS HYPODERMIQUES
    BANDAGES, CEINTURES.
    BAS A VARICES
    APPAREILS HYGltNIQUIS
    pour tous usages
    APPAREILS ORTHOPDIQUES
    Seringues hjpndrrmiques
    PH&RMACIES DE POCHE, OE VuYil!
    COFFRES PHARMACEUTIQUES
    pour Usines, Commune, etc.
    Projets de Facturt
    et tous renseignements
    sur demande adreue
    PHARMACIE PRINCIPALE
    49, RUE RAUMUR
    88-90, BOULEVARD SEBASTOPOL
    PARIS
    MAISON UNIQUE
    AUCUNE SUCCURSALE
    ni en France ni l'Etranger.

    "-
    Varits
    Mardi
    Les Tangos
    I/aiui;;I l..;tlliK
    Entre : 50^cenlimes
    Mercredi
    liiuS Simon
    7 Je 8 fin,
    Entre 1 gdes
    ibWuf
    il
    Le sm c CARA1BK venant Forts du Sud sst ntlendu Port au
    'rince sameii IV couraut.
    Il repartira le mAmc dias la soi
    re pour Gommes, Port de l'aix,
    Cap Hatien, San Juan ( P. R. /et
    le Havre.
    fort au l'rince 21 Mars IftJi.
    1/Agent.
    E. IIOBELIX
    Era. B. Armand
    r
    -
    Les nominations suivantes l
    faites dans nos tribunaux de paix :
    Mr Cari Bstrsds, greffler la sac
    tion Est.
    Joseph Salomon, greffier h sec
    tion Sud : Victor Eugne, grefii .'r a
    la section Nord.
    A propos ri2 la loi
    sur les o\o
    C intrairam mt i la a ts publ
    darniArs'nanl par le KouvaUiah
    di anl qos la D.-niine ne sait corn
    ment appliquai li tax- ds 4 0[0
    * \r 'c visa. N'ou* a d'affirmer que l'entente U pins com
    pl'e existe entre le DpartsasiBn
    du C.vnneree efl'Ofli du Raeaveu
    Gnral ce sujet. A l'app ii de
    ce que nous avanons, nous puMie
    rons demain lacorrespondance clian
    ga propos de cette loi entre ces
    deux bureaux
    Avis
    Tendant mon absence, Mademei
    selle V. Paret et Mr E:ie Augustin
    ont chargs d>- la dire* lion de m s
    i n ,ires.
    i mi panl eux pour toit
    ea qui coacarns les locations divar
    ses et l'Entreprit sis daa P
    p m lambras.
    Melh' V, Parai wsJt o
    conjointement a\ec Mi Elie Aujus
    tin : Pour S. Parai '.
    Le prsent avis annule tous asti
    antrieur.
    l'ortau Prince le 2i Mars IW4,


    LC mai in
    Lehn & Fink, Inc
    ramele em it*"6
    Supriorit Bas prix PrtmiMMe
    rus produits chimique, pliHrmareliq^
    articles vendables :dans une pharmacie.
    Epices, Poivre, Caniielle,Giroflc,Aiii toile, Mui
    oto,etc.SUCRERAFINE. S _
    Spcialit: Manpir prives l.ysol *inNtmt, **'
    merle. Articles pour lialiiers, llay Ruiu, Chocolat "MF**
    dre, Huile de foie de Morue, EmulSion Gold Cri,
    traits pour faire < s>ences et eau nlue, IVmdre contre les inseetes. Solution pour comsm*
    ver les ls frais, Lait de Magnsie, Poudre su pri
    pour la toilette des enfants, Essence de ileur, w
    Florida, Miel pour la table. Moutarde, Huile d'Olive
    pour la table, Unisses dents, IVppennint, huile p#
    cliasser les moustiques et autres iiisecles,llegulot: nuiie
    contre constipations et doubles des intestins cbroiuju
    Tb, Cira pour les parquets,Comestii)les, l-Uixirs, Epiem,
    Sirops divers, Teintures diverses, Vins, ete, ele, et.
    Demande/, le catalogues des spcialits.
    Confiant vos commandes a LEI1N & ri Ah., UW ; vaa
    s<'re/. absolument satisfaits.
    ToiltM les lionnes pharmacies du pays s approv
    lient chez LLHN &FINK Ino
    Lon R. Ihbaud
    Agent exclusif pour Haitt
    Changement d'adresse
    MtftM Buind \ llow i N lire, an-
    nonce sis eli< i | rtir du
    lundi * Mars, n I i ri trni
    t. icr totijour- I I hn Centra
    .\'o. lSSao cabir.tli!e Me- Mathoo.
    L Bureau de riejnicur Marcel
    Suirad Villaid s. ih aussi Iranifr
    au ii mc< ndroit ou il se lin dra i\ la
    disp iti n du public- pour k rona-
    tri.ct'c ns aii:si que les ion mandas
    de briques.
    *Tl|.-hone. X. 191.
    Main Frres
    Entrepreneurs
    Notre Maison de Commerce es
    transfre la Itue des l'ronts-l'orU
    :< de la Pharmacie Notre! me.
    Non clienta & amia trouveront loa
    jour* U mme service et pour toutes
    tel liourses.
    L'opinion d'une autorit
    mdicale de l ondies
    F 0. Pltiii Company
    12 WEST BilOADW-Y NEW VUHli
    FONDEE EV 1847.
    SUPRIORIT BAS PRIX
    Fabrique ue :
    Peiotii e, Vroig, O^re de too:es sortes.
    Mastic. _
    Lon R Tbbaud
    ' Agent pour KHi
    gctrtairie Sini
    de llnlrii ur
    Cemmuniqu
    . J.e Dpartement H :> crieur in-
    forme les intrea! a,u'aucua caution
    nement ne ara exig de I to>iffrmi I
    qui part aH pfepKi Irais, aioei
    qu'il rsulte des ternes de la Loi.
    'ort au Prince, le Umara l"4-
    Les ern m du tUricti qai " aonl i ai u i on. p i
    brc es d'une formule Ibrapauliqua muiquanl la ta*
    :>ui composition i n'offrent aucune garantie
    tu public, et laa mdecine qui les preecriveit ne
    ut non plus ea qu'ils niommandenl.
    Ils peuvent ciuuif inniii> m ai-mnr lea tkul
    latspane qu'ils ignorent les proprita exactes
    aai mai.' n nui lea ompoaeut.
    Dr PRE Y ET, mdecin-dentiste da LONI EtES.
    La crme dentifrice A.\li-"N-n du Docleor
    WAlTEpai contre peut tn recomi........! par lova
    lea mdecine et dentiatei paice qu'elle renfeime
    laTorniule dont laili de 1 l I REYET.
    The Ate MFCC
    SraqTiHe Ere Co NX
    Dcui.iiiilcy. des chantillons
    %&&3ivztiu
    fMMHAANiMti
    ANTI-PY-O IICNTAL CIIAM
    21 MO VifMnlr
    J.. (,l>.j.inm
    .'. .>>.< I..l.iiiw Nplrfu
    I I.....
    M, ....I (.kl ni in
    .JlH> 7Kv*n,>f,
    100 IViaHlII'Mmi
    jl!filo_pwi c*
    1,.' ,X>
    ~ '1
    Remerciements FullOtt SllOC l'otish
    Company lue, Network
    i
    t
    V
    i
    CllICAtiO. 1LLS
    Jllaatga^, 3ttittll,de coton. Muife II mat*
    cBacoa; &cm^\3\U aux,^ieM>ie^>Oreille
    de porH. ^ c
    J JOttl&a en laite. Cara:^ SUef, ttel Ut\
    ^atte^ meati etc. etc. etc.
    U fyierc lo *>r lo fyrix CaaraaC.
    Lon R. Thbuud
    Agent exeli-sif pour Haitl
    Mme Vve BitDtrenoBCOurt al ion
    enfant, Mme V?e Gnaimir Maicnjan,
    MmeVveNNertlierUouNon.N r et Mme
    L. uis Maignan, Mlle Lcila Maignan
    Mr Arthur Maignan et on (niant,
    les famille a Charleraagne, Maignan,
    liiiuce, Gouite, aluaaolta, Tovar, Dn
    viletAuvila eineriient le Cur de
    la Paroisse, Mr I. D. Paul, tous les
    amis da cette ville, inai que des
    autres localits des Oarqu8 de aym
    patine qu'ils leur ont ten.oignes
    l'occasion de la mort de Ituingretti :
    Elie llerenoncourt
    survenu le 10 Mura et les plient de
    croire leur prolonde gratitude.
    Miragoane, t8 mars 1814.
    Horn Linie
    t
    Le S. S. W'aldtraut Horn" ve
    Si \ntis \nuit'/, protger la peau e voi chaubfiifi
    Si vous voulez avoir un bnllanl Inisani et durable.
    si votih veniez ta aeuleur Mircs iH'iirinni loiirjiem|is employez la marque lonogram,
    fabrique gpeialemant pour les dames et les jjenile-
    meu du bighl lile.
    Elle protge la peau des chauasurei contre PhrunUM
    it la chaleur.
    Demandez la marque Monogram c'eel la meiUeui'"de toutei
    les marques.
    G c hAMSEMh frqtnl pour Hati
    Sea Side lan
    nant de Hambourg via Kii gslon, Jac
    mel est attendu a Foi l au Prince le
    2ii courant.
    11 repaitira le mu.e jour pour St.
    Marc, l'uerlo l'iata et l'Kurope pre
    nant fit et passagers.
    Pour plus amples renseignements
    prier- de bien fouloll s'adresser h :
    UloffsoP, Luiis Co.
    Agei.ts Gnraux.
    Tlphone: 587
    Lltabliaaemenl prend 1rs pensionnaire! la quin-
    /iiine pour le djeuner ft le dner, ouj pour l'un ou
    l'autre sparment ou pour pension complte,
    l'entendre avec la (lirrrii.ni pour les conditions.
    Grande salle pour banquet
    EXCEPTIONNEL
    , u tI.ui liadeclD d
    OHUMM.
    '*
    ,|r pUbll.f
    irge * M**-
    oln. I U'-'
    ndltion
    |a | i. i m M bn
    Im i >i ip-
    ilf- IW MUI
    pour
    5 franc* un ouTrag. et-
    |, inlaoUI
    H^ ,rt."ior,lnaui.-. ^'"
    H por,.. d. io..P..r" '"" 21'^U,|SB.
    * I aj. lauui . L.. I. m **?' *"
    Pharmacie F. Sjourn
    Donne avis sa clientle ft aux mdecins et au public qu'il
    iNuiaonu son Laboratoire d Ulogie en un ..Laboratoire de
    b oloyie appiiiii sous la Direction du
    Ut l \cot et b. Sjourn
    Le laboratoire et> ouvert tous les jours de 7 lires du matin G
    neuresdu s ir pour toutes les recherches et analyses prvues dam
    s'annonce ci louite, saul pour le
    W^s'- ruiauQ et ia cooslante Ure Scrtcrit
    SifQ i rtuei que le mardi de chaque semaina.
    S'idre- t ia l-'harmaue pour les reu:>eio,ueinerjtr
    luaiyes.J'urines et 6'ucgaslriqui
    Heacuon de Wassermann
    BeaciioudeTnboulei,
    biameu du saog ei du pun
    Lxameu dis malireR lcalea
    Bxan.-en de erachat
    -41 bu m un racnot-
    Constante (Jrn Sr.r^'alr
    - l*
    Rhum Mi
    ETJE1S
    1940, Ku du Magasin de l'Etal
    hone : 347




    Lt HjT,.*

    T
    BOL
    '
    laxatii physiologique
    le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin
    Eponge et nettoie l'Intestin,
    Evite l'Appendicite et l'Entrite,
    Supprime l"s Kmorroides,
    Empoche l'excs d'embonpo.: |
    Rgularit 1 harmonie des lorxces
    Ccnstipi'lon
    Entrite
    Vertigea
    Hmorrode*
    . Dytpepcie
    lAgnlaw
    .....
    SI o anretre avalent
    pu. en mUnl rhaqna aoif
    ,|ufiiiiii rumiirim* lia Ju-
    bol. rendre a leur mtaai.n
    i>ar**.' car 1 abm dr..-
    liirt et de laeemrnu fa
    UMIcll t 0UPI*S' t -
    avalent t 4 It'ir KMIC* U
    n-Muurc* u U i**lueuoii
    Inlektlnale ii atlmlrH
    ruillkc par le Juboi.
    tire l'hutoir* du clyrre
    romptriait-alla a ton ctit
    m..in U Mira iDutirn Ko
    e.vanrh. l'humanit '
    : rt rnitiis d aouflramcf
    d.'nt m apothicaire, autant
    que le malade K firent, t
    toile; le poque la loronf-
    tient aru**n
    C Bltmoai.
    de la Fac 4a M*d de lit>nttx>liie
    HEMORRODE i
    niBOt-rroiBcs : jup-
    pon:otr/i u'i.'tnrfmorraffi- '
    tMf. cnimanti. dtcongti- [
    tlannoaii
    lUfOTJTAN : Pomma
    ttlrrntt
    \ |'||y mr, tU lue Mirini qui ntr dir. j II ceupafition du JUBOL.
    BZTKAm :'.'.AIRES \
    lardent '" a*
    'ou
    lmk Sfudehaker Big 6
    -. ^gjt'^^gj
    &mr
    Sept passagers en par-
    faitfiaf peine quelques
    mois le service esl
    vendre a un prix excep-
    tionnel.
    Toute offre raisonnable
    sera accepte.
    nr ,n t r-. r S'adresser
    Pharmacie VV. BIJCl 0 Jn.TnLb-.ijlJ i, preetzstiann-aggeruolm
    Gnral agent
    Rue du QuaiPort au Prince
    rrv.r, ,u.r>.

    astzMszsc*-'*
    ferge taillant Consignataire pour Hati
    Prpare* von liqueur avec les Es** n
    e:s pour Liqueurs ; *r*elte*% C me
    d>. Cacao, GhartreuMrCuratw&in.
    Chirnr ie.-l)entiatc
    Des Facu t.- de Montrs! le
    New Vt.ik el tle l<>lon
    An g! i des Km* Oestouehe m t'i
    .VlagHsi : (ie i'K: !
    Con ulta tsna de li hpiirps du
    malin h$ h. uies du soir.
    Royal Caf
    Kn lace de la Banque Nationle
    Propritaire : AnnaciusiWOCKVl
    Le nouvel tablissement se recommande par un service
    iiYproehable, des consommations de premier choix, sa
    situation privilgie
    Le soir, musique attrayante dirige par des proles-
    sianni'ls de ijiand mrite.
    Installation parfaite. prix modras.
    Tlphone N BM
    A la Espana
    En lace de la Poste Grand', ne Ko 1723
    .Grande Liquidation de Chaneaux
    la maison a dndc'de meUre'en vente durant 0e |>i"
    sent mois de Mars 12JO chapeaux de paille line pou'"
    i f.inmcs ni laisant un rabais considrable sur le prix.
    De Or 2,~>0 ils sont vendus actuellement raison de
    Cr l.lo.'
    Ce sacrilice^n'esl consenti que parce que cet article ne
    rentre pas dans les rayon* de 'a Maison.
    312 Rue des Miracles ct
    de l'fcole tle Stnographie
    IOBII.
    On trouvera Chapeau Jean Harl
    pour enfants, ai: ettei fantaisie pour
    chapeaux,plu ues.l'eu el fruits arti
    liciels pour nu les ''l robes, voil^lles
    des cabuc itis poui robca el cha
    peaux, d peignes coiffer, des
    brosses i UMe.de< faui rola soup'ea
    el emp mm s suprieur<. del sparte
    rie, d i 'aiiou de> i i oll 's p<-iit dia
    pea ix. eu parlei'ie, ils la paille de
    soie par picaa, du papier lettre,
    des emelopi'e, des plunies, dej cra
    you. dis lards pour jouei. de la
    poudre le ri/.des ailraiU.dea CO liera
    fantaisie, des d> nielles el rubans
    On trouvera nus-i thenlique Cari.- d'or demi sec, du
    Cognac, tlu >ii garanti pur Jus de
    r.usin. par gallon, du Saint Julti n
    et du 8t Emillon vu c.isse, des li
    queurs lines assorties, des couteaux
    de lahlcs lopirleora. Keu bon de
    petites poupe i bon march.
    Les cordonniers sont BviattSa qu'ils
    troiiveronl prix rduill des talona
    en celiuloide.
    Njta''oui quelquesjoura seulement
    nousvtirm-nu-vins 'ti barrique
    de- prix e\ a lioBnela, priie le
    pisser n lus voir u plus ItM.Ne | ta
    o ihlier qu'on trouvera lonjours hs
    produits liiiillnul el ie K il Aseen
    cio aux prix de l'ahrique. Timbrt
    iosle. timbr s mobiles et papier lim
    i;
    r, :..
    On trouvera rei mnea articles a
    ,'Tro lic.ii.--- '.l'ui l-t'.ue 17.'.8 mai
    Bn Incident Georges.
    Grand Htel de France
    Angto '<'* Huns Ho ne loi $ du Quai Oai1l C.JfAc
    VIENT DE RECEVOIR IT Util 3.>IC3
    Pt de foie gras truif. C.ivet de livre. Andouil
    lettes aux lentilles. Andouiiles au saindoux. Jambon
    en boit*. Anchois ;i l'huile. Sardines. Maquereaux
    Thon,--Cassoulet -Petits pois tins extra lloudins, te
    Y in liougt, le aallo ? 4 */t**
    Vin Blanc, le gallon yds
    l Cilel dbile par barriques et gallons des vins de
    Bardeaux, fins de Cbjmpigno.
    AVOCiT
    RecQ?rei8!ls Con^rrcnai
    affaires Iftraoqfi.
    ( orro^nndaiits Wrshing"
    ton, New-York, Berlin,
    Turin Londres Paris
    ](RueFlutx217, o>- 2*V ne 597
    La maison SILVM
    La Maison H. SiLVER^ toujours soucieuse de denoer
    pleine salislaetiun ses aimables & noinbraos dienlH,
    leur ollre,les articles suivants de toute (raicheur 01 de
    toute beaut rcemment reus par les derniers stea-
    mers, i des prix exceptionnellement rduits.
    Nous ne croyons pas ncessaire de publier nos pris:
    car il n est un doute pour personne que non seule-
    ment nos articles sont de choix mais que nos prix sont
    les plus bas de la place.
    Casimir gris anglais nouveauts
    l'almbeach jjris anglais
    l'almheach gris anglais A carreaux
    " uni & barres, oouleur
    Alpaga noir sup,
    jliagonale noir suprieur
    Seiije bleu marin & noir, anglais
    S-ttin du chine pour tailleur
    ustrine barres pour tailleur
    Kaki Jaune anglais extra suprieur
    Drill union blano
    i'ussor Japonais pour Chemises a hommes Se robes
    Perai blanche
    Rideaux tulle pour portes
    Tulles pour voiles
    Voile uni & barres
    Fatine Liane!ie & couleur
    Organdi suisse brod
    Cabanllnc unie & a barres
    Rrodc-tS minier;, pour robes, chemises AJupont,
    Petites s srvLittes damasse pour table
    Soyeux uni Ma ne & couleur
    Manjuissetic coton noire
    Crpon jour blanc et couleur
    j'rabant anglais
    l-.olieniie A mouches couleur
    Itandes-brodes anglaise
    Toile vole pour golettes & pour oattre
    Calicot percale de famille
    Piqu Liane Larres pour jupes
    Nansouk noir anglais
    Molleton blanc et couleur
    I otions Pivert assorties
    Bas jouis
    Pas Liane demi-soie
    hnll union unglais
    Salin foulard anglais double largeur
    Chapeaux leutre Horsalino ete, et, ete,
    Toute personne dsirant se procurer Un m^llaurei
    articles de la place el aux meilleur; paix que partcut
    ailleurs se doit de laire ses emplelles i la MaUen H.
    Silvera.
    lappelez-Tous surloal que la rputation de la maiaou
    n'est plus i laire pour ses articles d'importation an-
    laise.


  • Full Text

    PAGE 1

    LC MAI in Lehn & Fink, Inc ramele em it*"6 Supriorit Bas prix PrtmiMMe rus produits chimique, pliHrmareliq^ articles vendables :dans une pharmacie. Epices, Poivre, Caniielle,Giroflc,Aiii toile, Mui oto,etc.SUCRERAFINE. S _ Spcialit: Manpir prives l.ysol *inNtmt, % %  *' merle. Articles pour lialiiers, llay Ruiu, Chocolat "MF** dre, Huile de foie de Morue, EmulSion Gold Cri, %  %  %  traits pour faire < s>ences et eau crieur informe les intrea! a,u'aucua caution nement ne ara exig de I to>iffrmi I qui part aH pfepKi Irais, aioei qu'il rsulte des ternes de la Loi. 'ort au Prince, le Umara l"4Les ern M du tUricti qai "• %  aonl i ai u i on. p i BRC es d'une formule Ibrapauliqua muiquanl la ta* :>ui composition i n'offrent aucune garantie tu public, et laa mdecine qui les preecriveit ne ut non plus ea qu'ils niommandenl. Ils peuvent ciuuif inniii> m ai-mnr lea tkul latspane qu'ils ignorent les proprita exactes aai mai.' n nui lea ompoaeut. Dr PRE Y ET, mdecin-dentiste da LONI EtES. La crme dentifrice A.\li-"N-n du Docleor WAlTEpai contre peut tn recomi par lova lea mdecine et dentiatei paice qu'elle renfeime laTorniule dont laili de 1 l I REYET. The Ate MFCC SraqTiHe Ere Co NX Dcui.iiiilcy. des chantillons %&&3ivztiu fMMHAANiMti ANTI-PY-O IICNTAL CIIAM 21 MO VifMnlr J.. (,l>.j.inm .'. .•>>.< I ..l.iiiw Nplrfu I I • M, ....I (.kl ni in .JlH> 7Kv*n,>f, 100 IViaHlII'Mmi jl filo_pwi c* 1,.' ,X> ~ '1 Remerciements FullOtt SllOC l'otish Company lue, Network i t V i CllICAtiO. 1LLS Jllaatga^, 3£ttittll,de coton. Muife II mat* cBacoa; &CM^\3\U aux,^ieM>ie^>Oreille de porH. ^ c J JOttl&a en laite. Cara:^ SUef, ttel Ut\ ^atte^ meati etc. etc. etc. U fyierc lo *>r lo fyrix CaaraaC. Lon R. Thbuud Agent exeli-sif pour Haitl Mme Vve BitDtrenoBCOurt al ion enfant, Mme V?e Gnaimir Maicnjan, MmeVveNNertlierUouNon.N r et Mme L. uis Maignan, Mlle Lcila Maignan Mr Arthur Maignan et on (niant, les famille a Charleraagne, Maignan, liiiuce, Gouite, aluaaolta, Tovar, Dn viletAuvila eineriient le Cur de la Paroisse, Mr I. D. Paul, tous les amis da cette ville, inai que des autres localits des Oarqu8 de aym patine qu'ils leur ont ten.oignes l'occasion de la mort de Ituingretti : Elie llerenoncourt survenu le 10 Mura et les plient de croire leur prolonde gratitude. Miragoane, t8 mars 1814. Horn Linie t Le S. S. W'aldtraut Horn" ve Si \ntis \ n uit'/, protger la peau e voi chaubfiifi Si vous voulez avoir un bnllanl Inisani et durable. si votih veniez ta aeuleur < %  la BOupleaae de ceseliausMircs iH'iirinni loiirjiem|is employez la marque lonogram, fabrique gpeialemant pour les dames et les jjenilemeu du bighl lile. Elle protge la peau des chauasurei contre PhrunUM it la chaleur. Demandez la marque Monogram c'eel la meiUeui'"de toutei les marques. G c hAMSEMh frqtnl pour Hati Sea Side lan nant de Hambourg via Kii gslon, Jac mel est attendu a Foi l au Prince le 2ii courant. 11 repaitira le mu.e jour pour St. Marc, l'uerlo l'iata et l'Kurope pre nant fit et passagers. Pour plus amples renseignements prierde bien fouloll s'adresser h : UloffsoP, Luiis Co. Agei.ts Gnraux. Tlphone: 587 Lltabliaaemenl prend 1rs pensionnaire! la quin/iiine pour le djeuner ft le dner, ouj pour l'un ou l'autre sparment ou pour pension complte, l'entendre avec la (lirrrii.ni pour les conditions. Grande salle pour banquet EXCEPTIONNEL u TI.UI liadeclD d OHUMM. '* ,|r pUbll.f irge *• M**oln. I U'-' ndltion | a |„ i. i %  • M M bn IM I >I ipilfIW MUI pour 5 franc* un ouTrag. et|,„„ inlaoUI H^ ,rt."ior,lnaui.-. ^'" H por,.. d. io..P..r" •'" %  21'^ U, | S B ••* %  • I aj. lauui . L.. I. m ** &f '• •*"• Pharmacie F. Sjourn Donne avis sa clientle ft aux mdecins et au public qu'il • iNuiaonu son Laboratoire d Ulogie en un ..Laboratoire de b oloyie appiiiii sous la Direction du UT l \cot et b. Sjourn Le laboratoire et> ouvert tous les jours de 7 lires du matin G neuresdu s ir pour toutes les recherches et analyses prvues dam s'annonce ci louite, saul pour le W^s'ruiauQ et ia cooslante Ure Scrtcrit SifQ i rtuei que le mardi de chaque semaina. S'idreT ia l-'harmaue pour les reu:>eio,ueinerjtr luaiyes.J'urines et 6'ucgaslriqui Heacuon de Wassermann BeaciioudeTnboulei, biameu du sao g e i du pun Lxameu dis malireR lcalea Bxan.-en de erachat -41 bu m un racnotConstante (Jrn Sr.r^'alr — L* Rhum Mi ETJE1S 1940, Ku du Magasin de l'Etal hone : 347


    xml version 1.0 encoding UTF-8
    REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
    INGEST IEID EBV1JKNH2_Z0ZYBR INGEST_TIME 2011-11-03T16:13:25Z PACKAGE UF00081213_06176
    AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
    FILES



    PAGE 1

    DlfUSCTtfUft PROPRIETAIRE Clment Maytoire BOIS VERNA 1368 Rue Amricaine NUMERO ^QeENTlMEb \ F L L e ce -but M. QuotHi i '121924 Plus j'avante dan* la rar. ire '' la \it, plus je troiiNg U travail ncessaire. Il ditiinLj la ilon;|iio le plus grand des j laisirs el licnl lieu U a wmNous prions de le remarquer, patible avec la dignit humaine. il ne s'agit pas de les obliger se Ce n'est pas la seule, et voici une chausser de souliers urbains et g autre contrainte sur laquelle nous riants mais d'interdir tout simpleattirons l'attention, ment la circulation pieds nus. Elfe consisterait raliser la Cette simple interdiction provofor mule que la mendicit et le va" u u!, ''"" u 1 querait l'esso? de l'industrie des gabondsge constituent des dlits, P n rent S u l,s n et foi cer ainsi les oisifs et les a i • abal98a — i .t. i A 'ii t • 5i!iiiiiiirt men liants a travailler et a faire pantoutlles, des espadrilles, des espiocs , en donnant en mme temps un dveloppement considrable la fabrication des souliers de facture ordinaire. Bien mieux, la cordonnerie dtendrait dans les campagnes ; car la fabrication des chaussures ordinaires et les ateliers de rparation seraient certainement une consquence de l'usage impos des chaussures. Une telle ntesere prescrite dans les villes serait peu a peu suivie dans Jes villages et bourgs, et, un moment donn, la pratique de la circulation pieds nus serait limite dans les habitations prives et dans les endroits exclusivement ailects aux mouvements et aux exigences des -, dliera urbains et ruraux, c'est -dire aux ncessits mmes du travail. Voil cries une rforme de trs grande impur tance,dont les ellorts •conomiqui J< seraient apprciables tt qui dpend autant et plus des mœurs que d'un mouvement coin inercial proprement dit. Est-elle impossible ? a n'importe quoi ils trouveraient faire Le mendiant des rues a une formule qui lui est chre: elle con siste exprimer la conviction qu'il n'y a pas .le mal mendier, et que la mendicit vaut mieux que le vol. Le principe est trs discutable. Ai pjiut de vue qui nous occupe, il s'agirait d'examiner si le voleur n'est pas tenu d tre plus intelligent et pluactif que le mmdian et si, soin ne to n.-, il ne reprsea te pas u.i meilleur licteur de progrs que le mendiant, en raison mme des qualits exiges pir la pratique du vo Si t la condition de pouvoir s'a ue;ider sou* l'e.let des saucions pnales... M us nous ri quons de tomber dans un parai *escandaleux, (au te de pouvoir bien nous expliquer sur ce suj l aujourd'hui. Nous nous contentons ainsi de produire pour le moment la thse, — quitte venir la dvelopper la prochaine lois. %  MHHMfe L'immigration italienne eo Hati Nos portes ayant t toujours ouvertes bien aux trang. Mai avons connu diverses immi • lOS, s furent tour H tour, amrincaine quand alla vint de U Louisiane ou de la Floride, anglaise, franaise et espagnole avec l'arrive de coloniaux les lies n >us avoisiuant, cor-.', italienne, levantine I awu' vUvenir chinoise. • Les unes ont t* po ir nom d. :. li. II• iit-. el i erl lioi %  nier i I I i ure actuel • de dangers, qui ne lu--.indilrenl aucun liaitien soucieux de l'avenir national. Personne n'a jamais discut l'iolluence salutaire, qu'exerce en un pava neuf, une im nidation claire, ci. dfait de graide. luio crei intelleeteulles.quau Ides i ni. apportent avec eux, ce ipil d pr* cieui que cou.-tit.ie pour l'!i >n ne un mtier manuel, on peut tre -iliaUatt. An nombre de ces imm'gritiono d Mit nous av >ns i.iil un il au* mention, l'u.ie Miable iteair aujourd'hui uotre attention. Nous vo ilonparler de l'immif loi it ilienne. Laa immigrants Italien* v nui en noire pays, il y eq i % %  ; | trente ans et plus, an i Mol cei i linement, presque dpoorVIU de cuni,ns. A ce moment, nous ne connaissions point les alir s douloureuses par leaqu •' n ma i mtlnoms de passer depuis longtemps aprs. Les atTairae taient b Iflanl le commerce florin int. N >ire monnaie avait une valeur relle al '• %  • t >it pus eneore arrive cet et u de dprciation que nous avons connue pins tard. La vie dans son ensemble tait bon march. Ce lut donc au cours de cette priode d'aisance qu'arrivrent chei nous en grand nombre, leimmigra.Us italien. Cordonniers pour le | !ugrand nombre, ileurent lei dbuts les plus simples. N'attendant point que les clients Vineaenl t eux, ils allai ut eux-mmes au devant di ces derniers. Car, dani leur psychologie ils comprenaient bien, que seule une installation convertible, f ippe t appelle une clientle nonoreuae. Comme ce moment, les t.blisssmenls qui runiss dent ce confort tai nt aux mains de cubaine, que les troubles politup. ils Ciibaavaiuni obligs a s'installer chez nous, les nouveaux immisants orane pouvaient lutter, le prix du Irai dl celui que fourni-1 eut ceux prcderont' ni tablie, et en vitant auxclientsqu i 1 convoitaient un dplacement toujours ennuyeux. Toutes choses qu'il tirent avec une mthode vraiment admirable. S'adonnanl leur modeete profession en obissant une discipline fiatiente, ils franchirent une i une es tapes Jusqu' es qui cette industrie qui tait entirement cubaine, fut partage. Humblement ils s'in ,!, et f intrcs des gots du milieu, ils .•Nourent. Une observation remarque, c'est qu'Us surent traire de beaucoup d lutl 61 mgers, garder une slnctfl aeutra lU i i cours de nos melbaureose iataatlnai, Et s'il nous arrive quelque fois, d adresser le i certains ejoli ; i %  ,n conduits a I abl ir et >ir i toujours tes or : inisate ira issimnle des troubl rvolutionnaires, il n'a jam lis t dans notre esprit le pense cette raillants il it ilienne. Compose d'hom ne i onme nous, e'ia peu! av tir -e sympathise p I ir cerl lins de 11 is ho n u':politiques, maie sous antaodons dire qu'e le n'a jamais constitu un brandon d) discorde dans notre milieu. Cette conduite digne d'l tgao profil i a u nombre dee ntres. A • %  %  Hlte une lgion il |ui, co nme noua l'avons l< i lignai '•. ne ,H" • tour patron-. seulement trente nous *\ as e )•'si peu intei qa'elUl aient ni fait le mme %  : notre industrie aurait t certainement b p plus avaii A la suite de ce labour opi:. dont nvus a pritttiujgion o • \ co nms m mq i MU qui •\ '.lit ... M durelle nent pro M p irit n i tr • l'obj il d an ne in %  i %  i %  |uic oq 1 1 ear elle eal la i d'un labou et m ;li idi | ie. Mtho li | .-, p arce que l'im itali ta i oess oVtre casanier, < %  ( ne a ( ml au tumull ; du mon 1". qu' partir du m l iicn o il s'tait assur -• %  Irai its. Auj lurd'bui Cl Lie colonie suit d'un a i attentif loul I eal favorable ou son traire In pi p irifc de bea ic u i de s >s membres qui s sont atl ichs dffnitiveme il a notre sol, se confondanl avee la n itre propre. 1 i isultal beuraui qui fait i .< t mira'ion de tous a> mt t atteint, ils on # contribu rembellihaemeui d • no nCapil de en difi int di %  i ii ont totolem chang la fa ide i Girgti pour aller rechercher un ll Ml icb, ja lis, dans une petite Ile du l'a ri pie. II y a une cin |u inte d'annes, au cours d-) la clbre guerre entre le i et le Prou, nue norme quan til %  'e veeee d r I d'antres objets prcie ix, reprseol int une valeur de LS millions, de dollars, lut mise en sret bord du navire anglais Ma ry HfiiJ. quitta le port de l,i BU, q ie les Chiliens, victorieux sur terre el -ur mer, dl < nt m • unor, et partit immdiatement poor 111e Co %  , situe dane le l'acili [ua, & l'oaeel du e in >l de Panama. ta, pou pi 'rte, |oe le trs >r futejitci ; i", temps aprs, utfexp b ti Q pri nitiva qui av lit suivi la trace des sut tint, lecaptura el les fuaifls tona, sauf le capitaine, le matre d' (uipago et un mousse. Or, roi i |u un mystrieux incon nu, dcid .i gtrder prsentament l'anonymat, apprenani que le San Gwi i il dans un but seien h i pie a l'il • Cocos, vient de rvler aux organisateurs de l'expdition que cette Ile renferme un trsor ca ch. Lut-mffl s sonne il v a long tempe, le m u Mon qui, chapp au sort tragique de nons, lui i in !i [n l'ampl menl sxacl ni is richesses a lustrai vil t uicux av uent t ensevelies. km k M&TIK Nonrapp lions t nos Ahoons et clients qu'ils ne doivent rien u imprims %  .. • • %  %  irec| ur. \ n 2S MA:-.S r_4 A Parixana Un public trs nombreux n'avait p i m inque de re, hier soir A Pa i ma, les deui nouveaux pisodes des Myi lroe d< l'.n iLe Matre d'Keole el le Chouette, el Celle qui V'eng i, li iquels ne l'ont cd en rien nui i utc hepitrea, tant par le somptu nit du dcor que par l'action dramatique d'un intort sou tenu Lee dernire vnements necumu ls annopccnt la lin de ce drame im f ireeeionnanl et labiaenl prvoir que di re trs mouve n e u. L'Œuvre de la liante eu France Le ministre de l'hygine vient d'adi aua pi fle nue circulaire rel itiveao ranforcemenl du contrle il, mnvroad'aa istance,de prvoyaa ce al d'hygine, dont il sol intress.uit de indications miuntes • Le nombre dm hpitaux et hospioeedpeaae actuellement 1990; U etiete, eo outre tfiasiles publics d' lins ou asiles privs el Itqu irtiers d'hospices faisanl fondions d'aeltee publi s, 22.000 bureau i de bienfaiaan ce. 170 bureau i munioipaui d'hyglae I i li peoaairasantitubaroulatta* 57 sanatoriums publie et as-imils, IS1 consullations anlivnrieiines, 381 l'u.i, i diverses (ie bienlaisanoe subvention nes, i. 'i o-uvres de protection de la matl rnit et do l'en lanoe enbventioonaa consultations de nouriesons, go tics de lait, cr< ches, etc.. j. | ,u ofticee d'habitation- bon mari h, 027 socits de mmo or Ira, 127 socits de crdit imm i -ocils de secours mutuels, i d'pargne, i7 Munt-de Pit, et-... Un nouveau [irnj^i de loterie • ois Proust, dpot de l'In iiel Loire, et l'ion, dput d'Alger, viennent de dposer sur le bureau de la Chambre une proposition de loi Instituant une loterie nationale. les bnfieee provenir de cette loterie sontdestl t I 1 1 reconetltalion des rglons libres. Le proposition prvoit doue mis sionpar au, avei douze tuiles cor il lots. Le ni i itenl dee miasions et celui 'I lots k distribuai seront dtermi nle 11 diseneel 11 MM. Proual et I i m \ li -ni dans a • | l'ile prconbant le salut [in 11 reetltution imm d ite i l activit nationale des dpar Il u'i'-i pipuons, en effet, de sa I i quel moment la reconstitatloo envleege pourra tre raliss par d'auti Un COBUT bris toU'-l-il cher? i i • \ o i ioalne, Mi-E la May irsuil eu l.i -i igeadnte ip l'abe il .iin.i. Le cas eal fr i ion! aux I ita-l nie. C-o qui est plus inli m dire, c'a I dl de la lem in la. Nous y lieoo i bris • qu lire i rats ilollars ; ira Bible: 10 de bain • trois : cinq dol lu; bas de laine : un dollar. a. envi* mu BOO dollar-, prs de vingt mille frain i de ii ; Allons, If ' rtiole troc cbwi ?



    PAGE 1

    LE MATIN Appel Par Cable Du Goiaitr de Secours MH tatantf indigente en lternatine Nouvelles Etrangres Le Comit de Secours roussi jii', adresse in appel lai 4 tous ceux qui compatissent au oit terrible des enfants indigents en Allemagne, tin do soulager la misre et la dtresse qui l<-s tlreignent. Riches ou pauvies, grandon pe t la, ouvre/ votre coeur el < s I oui .-os. et prservez, par votri humai i taira mnroait, d'une mort imrn noote d is mllurs tt des mllwi ./' % %  > i (J souffrant d h (mm et le la Udu. Secoure/ ces malbeureui qui i D grande parti* i Ueinta de la lu liiiculosc par suite de privations de l< nies sortes Les souffrances sont immenses en Allemagne et lepauvres petits pires, surtout, sn sont \cprincipe les victimes. Lear mutera aal telle, que les se foius dj apports ne suffisent pas. Leur nourriture n'est point assure et il leur manque les vatenwnts les plus rulist-'iuibles Lne rcente enqute a rvl que dans les coles, mmes Miprieuii -. 90 ojo des lves ne possdent, en plein hiver,ni chemises, ni chaussettes flninir/. Mus sel i ris rtUOttTCei Sauvez l'enfance menace de prir de faim, de froid et de misres physiologique sans nombre Dans ce but, des listes de sous cnplions seront ouvertes par les •oins des Membres du Comit de Secours pour recueillir l'obole de tous ceux qui voudront bien venir eu aide anx enfants allemands dans la LUTTE CONTRE l,\ lMINE et i nlre les autres calamits auxquelles [Il sont expo*s. "Ont ,i i fauvres, prte Dieu". Mme Edmund llelmike, Vnae W. Iluch, Mme Charles Rouzier, ne von Madelung.Mme .Nord Jn Joseph, Mme Itauul Gaetjana, Mme James bwaJd, Walter F. Voorbiee, J. M. Oswald Hrandt. 0. B. Thompson, H. P. Davis. Bog. Dratrel, C. K. Madsen, Abel N. Lger. Ed Œatve, I. J. BiRio. Ciment Deslandes, Etienne Matlion, Clment Itoy. l'an talon (iuilbaud, Fernand Deunis, Edmond Montas. B. l)ani he. Dr F.Armand, Dr L. Camille, DrJ. Dominique. Un granJ procs CM lllemagoe MUNICH I. procs intent con ire Ludeodorfl 1 1 Minier louche a sa In. le ironnei r gir.ral a dpos ont lusi n • t de'Tiam'e huit an (' prison I our Millier et deux ans de la ni me pe ne pour Ludendorff D a survivants
  • s;raph • informent q ia Mgr mbros p Irisrchs de USOrgia, vient d'tre condamn neuf ans d.-, prison pir l-> tribunal ,1 S ,vi ils. Il SI (il t BCCUS d'ac les anli rvolution aaii sa entra lei quels figurent une ptition! la ou i >reaes de G i ndant io dpendance do la Gorgie r.tleie trait de l'arme roug • : i 1 tait gale Osent accus de s'iMre oppi'sa l'ex CutiOU du dcret confisquant les tr SON de l'glis Six autres pr res ont t condamnes des peines va riant de un i six ans de prisin. Le Irioraphe ila la France NKW' VOUK — Dans une dclara tion aux journaux, le banquier J. P. Morgan a allinn que les linan ces de la France ont t quilibres d'une telle manire et d'une taon si efficace que cette na'ion sera so is peu dans une situation conomique invulnrable. LES COTJRS NEW YORK— Franc 18.71 Livre sterling 4.2924 Par Sans-fil 22 Mars W ISH1NGT0N Ls Cbambia a adopt un amendement qui dfend l'enrlement d %  garons au d aae om d' _'l ans dans la marine mi us qu'ils soient porleirs d'un consentement crit de le un pirent. C' projet est sujet nanmoins a un nouveau vote avant son a loptl QUEENETO.YS Irlande). —L'a d lchement de troupes anglaises dbarqu ici en v tenaces a t alla • que par un motor car bind qu'on %  • raient quatre sol 1 ils de l'arme Irlandais. On e-lime dou/e le nombre de soldats Sngls s tues et ble-ss. w tSHINGTOK — I>-s accusations graves quoique non spcifiques de djobs* dans le Bureau des Taxes Internes ont t faites parles anciens employs au Comt d'enqute Snatorial. P \RIS—La Chambre des dput et le Snat ont adopt le bill fiscal prsent par le Gouvernement, WASHINGTON. — Le Prsident Coolidge dans une proclamation a dfendu l'exportation d'armes et munition k Honduras. LONORES L'action prise par la Chambre des reprsentants Amricains demandant au Prsident Co .litige do provoquer une nouvelle confrence sur les armements,as >ule\ beaucoup d'intrt dans les cercles gouvernementaux. Le match d'hier Ce fut un vritable match de ch \m pionnat que celui d'hier entre l'L'SU el la JSII. Des deux cts.on a jou avec cirur pour la dfense du drapeau. La partie commence 4 heure, arbitrs par Mr Alain Laraque. C'aal Pi 8H qui a l'honneur a'ou vrirleseore. Eu effet Blia Villard marque le premier bul sur une passe faite par Maurice E!ie. La partie l'anima ; la Jeune--g s l'Offensive et lame plusieurs shoots dans la §onl de l'UsH qui sonl errt ls DW la brillante dfense de Caris tro-in. L'isil stl que vive riposta d'An dr Pierre qui remet la ballon dans h* vingt deux de l l sll et sorts une d espi il8porll f ; messieurs.d.til, c'est srie dpassai bien eosabineee.ls |eu llls h ,. 0e victoire de se vaincra t> utes parts i>ar lesava ils de rhard il jattta i U tt% si ooovra te ballon; SOptaudissemenlS frntiques du pu hjie qui admire la |dlense hroque du goal Keepper de l'L'SU. Cnlf* tnptii celte tuaocora a sauv le drapeau de son Club, La .leunese veut vaincre : malgr les vives ripis le* de I • %  *• v i, i assagnol.Pierre Louis et Paul Elie, elle reprend encore Pof fsmive: une mle a lieu devant le goal de l'UH i-t H rna lotte marque ,.n secend but au profit de la .isil. Le ballon est centr. Paul Chenet le lion de l'L'SU. se dcide k remet tre le goal ; par un jeu de dribbling bien men, il arrive seul avec le ha' lou daus le but de la Jennes-e et shoote du cot oppos i vitchaud le gardien de but de la JSII; le ballon va rentrer et 1TSII galisera ; bbul une petite p err** situe trois oenti m trs du b< t dviera le ballon au grand regret de Chenet. Kl ce : i dans cinq minutes la tin de la parlie et la dfaite de l'i >ll. Aprs le match les deux quipes sur L'invitation du Praident d : l'L'SSU. M ois sur Andr F Ch nilier se runissent au Pavillon du Pars : les juipiers y s nt reui | chaut de la Dessalinniene ; aprs, les j insnrs de I USH en cria u vive ls Jeunesse entament un une steep Si c les ['Jipiara de Thar.l qui de 1. urcol client SUasi vive l'USIl Monsivir le Prsidant de IMniou dans une vibrante allocution flicite led u\ quipes de leur belle tenue sur le terrain ; elles ont l'ait preuve nes-e galise en marquant aussi un luit. La premire nu temps prend lin n la grande satisfaction du publie qui assiste avec beaucoup d'enthousi me ce great ovent spor if. La deuxime mi icmps oommaoce avec une foudroyante attaqua da PI Sll : le lion s* rvle rroei et cher rhe a avoir sur MB jeune et redou table adveri 1rs une crasants victol re ; ls Jeunesi i garda son .aime davnnl la forl i d< avants da 1*1 ^11 elle a pu par une admirable dfanss viter en plusieurs fois d'lra vainl'Ile. Les avantde la Jeune te or.t maratsnanl l'Offensive; ; plan, vils ri rapi les ilse %  antonnenl danls ramp ds Chanel ; ci c'asl I in Rigana qui sauve li sll sn faisant ni \ppolon donne le coup de .. •, -t un -i eond corner. Admi Lbedtfeo :: tout de { treem Q e voyaul CCILC de une pli soi mne que de vaiucre une juipe trangre ; l'aprs raidi de ce jour nous ouvre non seulement UU brillant avenir sportif, mais encore IV u,-. le.i hnai.is meilleurs pou le, aussi je VQ is invite tOUI a c er avec m , vive ILiti — Vive Hati nient lessportemen, Hip, Hip, Il uiriah — et l'on N spara Qi eljoyeux. :prsentons n IS m lilleUM limants ans Capil Ci mat et l'h .il i .i'i-i qu' I arbitra M m sieur Main Laraque pli a et I hauteur de la tache u I D ''e, surtout aux joneursde l'I ll [ui*e cÂœur mit fratsrnii leurs vaut queurilont voulu montr par l au public que si l'on tait adversaire sur le terrain sportif, l'on devait aprs la parlie se retrouver amis. Pour la Coupe le Peter DaWiOO Hier '> manche a ea lieu la deu xime srie de T mm uiial pour la CbimpiiOual au Parc Lijonta, entre le Muriani Sj.orting i.lub et Ujllevui Junior i.lub. Dans le siugle entie St l'.yr et Hou ^ier, ce dernier av ut brillamment jou, mais n'avait pu se dplacer as s -L vite pour les plicements de St C\r et a finalement succomb. Le -'me single, entre Ahmsling st I). Mathon tait bien contest au commencement, mais au dernier mo ment M .thon avait commenc un jiu irrcgulier tandis que sou alve saiie restait calme et remporte la victoire. Le 3nn match tait en double, Messrs Hrandt et Phipps contre >U dal et Rou/.ier. Ces derniers avaient par un ju excellent gagn le 1er set avec fa.lil, mais dt:,s les 2me et itme se'.-, le jeune N dal avait perdu sa pr. cision taudis qus hrandt commenait ex.uter de bri U ts s'.rok's, qui ont finalement |ort la vi toire pour A \ iani. Voici les ri utils : St Cyr ,' •! ii mi ) contre Houzier ( U.Uevue ) SINuL ..> 5 1 Vie loir po i • Ifariani Ahm-iiug >1 irinnl contre Ma soi Cltellevue; ti — i Vicl >tre pour Miii.ni DOUBLE Phipps & Br n tt Mariani i outre Boulier .\ .N a la! Bellevue i -6 •>— i I -3 Vicl ire pour Mariant, ii D in h i 30 1' -quipe de l'Ameri i an Club luttera contre l'quipe de l'interna loanl MhUtie Club 3 30 p u. au Parc Leon te. Conformment l'ordonnance du Doyen du Tribunal de Premire ins tance de Port au Prince s'ouvrent aujourd'hui les assises criminelles. La premire journe est consacie l'appel gnral des jurs. Demain sera entendue la premire atlaire : celle de Samuel Alexandre, accus de vol avec escalade au prju dice de Mr Jn Barl. Le tribunal sera prsid par le Do yen B. Barau et Me t. A. Deverson sera au bauc de la dfense. Nous donnerons demiin la compo sition du jury. Bndiction du Cercle Catlioii<]un 13e Sonar Marie Thrse de l'Knfaut Jsus C'est mercredi, 19 mars, jour de Saint Joseph, qu'aura lie), a 5 1/1, la bndisclion par M > a signent Kersu MII du Cercle Catholique de <• SÂœur Thrse de l'Enfant Jsus... le 1er du genre en llaili. A cette occasion, la ville du Cap qui toujours s'est fuit un devoir d'eu courager tout o-uvre d'intrt public, ne manquera poiut d'assister cette belle crm Mie fuite pour attirer la bndiction divine, non seulement sur le e-ri'l %  mme, construction nou velle de noire actif cur, le Pre Julliot, mais aussi sur l'ouvre tout entier* qui est destine comme ses sembla les, en France et ailleurs, ren Ire tant de services la jeunesse. LM prrains, les marraines et les as-istants sont pris d'arriver & 5 1/4 au plua lard. L'entre se fera par la pirte don na.it sur la rue du cot du Club. ( Innalt Cap liset ) L*|xpositira de la Socit d'IUtoiri et de biographie l'^micile du Lyce Hier un monde distingu et nombreux assistait a la be'le matine offerte par la Socit d H istoire el de Gographie. — Noos ferons le compte rendu dtaill de celle importante sance dans notre dition de demaiu. PHARMACIE PRINCIPALE H. CANONNE 49. Rut. RAUMUR 88-90 BOULEVARD SISASTOPC*. PARIS vendant LE MEILLEUR MARCH DC MOWDB Produits des Premires Marquas et toujours de pnmir fralchasr l M; .-Il LE QUALIT : LA MEILLEURE % % %  RAYON SPCIAL. POUR LES COLONIES DHOGLKIUE, Ill.llllOHISTBWB SPCIALITS FranoalMa t EtranfrM SELS DK QIIN1NE PURS Tous produit %  < m / laons, ampoules, comprims, cachets. SOLUTIONS HYPODERMIQUES BANDAGES, CEINTURES. BAS A VARICES APPAREILS HYGltNIQUIS pour tous usages APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hjpndrrmiques PH&RMACIES DE POCHE, OE VuYil! COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usines, Commune, etc. Projets de Facturt et tous renseignements sur demande adreue PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR 88-90, BOULEVARD SEBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni en France ni l'Etranger. •— "- Varits Mardi Les Tangos I/aiui ; ; I l..;tlliK Entre : 50^cenlimes Mercredi liiuS Simon 7 Je 8 fin, Entre 1 gdes ibWuf il Le sm c CARA1BK %  venant la dire* lion de m s i n ,ires. i MI panl eux pour toit ea qui coacarns les locations divar ses et l'Entreprit sis daa P p M lambras. Melh' V, Parai wsJt o conjointement a\ec Mi Elie Aujus tin : Pour S. Parai '. Le prsent avis annule tous asti antrieur. l'ortau Prince le 2i Mars IW4,



    PAGE 1

    Lt HJT,.* T BOL laxatii physiologique le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin Eponge et nettoie l'Intestin, Evite l'Appendicite et l'Entrite, Supprime l"s Kmorroides, Empoche l'excs d'embonpo.: | Rgularit 1 harmonie des lorxces Ccnstipi'lon Entrite Vertigea Hmorrode* Dytpepcie lAgnlaw • SI o anretre avalent pu. en mUnl rhaqna aoif ,|ufiiiiii rumiirim* lia Jubol. rendre a leur mtaai.n i>ar**.' car 1 abm • %  dr..liirt et de laeemrnu fa UMIcll t 0UPI*S' t avalent t 4 It'ir KMIC* U n-Muurc* u U i**lueuoii Inlektlnale ii atlmlrH ruillkc par le Juboi. tire l'hutoir* du clyrre romptriait-alla a ton ctit m..in U Mira iDutirn Ko e.vanrh. l'humanit : rt rnitiis d aouflramcf d.'nt m apothicaire, autant que le malade K firent, t toile; le poque la loronftient aru**n • C Bltmoai. de la Fac 4a M*d de lit>nttx>liie — HEMORRODE —i niBOt-rroiBcs : JUPpon:otr/i u'i.'tnrfmorraffi' tMf. cnimanti. dtcongti[ tlannoaii lUfOTJTAN : Pomma . •astzMszsc*-'* ferge taillant Consignataire pour Hati Prpare* von liqueur avec les Es** n e:s pour Liqueurs ; *r*elte* % C me d>. Cacao, GhartreuMrCuratw&in. Chirnr ie.-l)entiatc Des Facu t.de Montrs! le New Vt.ik el tle l<>lon An g! i des KM* Oestouehe m t'i .VlagHsi : (ie i'K: •! Con ulta tsna de li hpiirps du malin h$ h. uies du soir. Royal Caf Kn lace de la Banque Nationle Propritaire : AnnaciusiWOCKVl Le nouvel tablissement se recommande par un service iiYproehable, des consommations de premier choix, sa situation privilgie Le soir, musique attrayante dirige par des prolessianni'ls de ijiand mrite. Installation parfaite. — prix modras. Tlphone N BM A la Espana En lace de la Poste Grand', ne Ko 1723 .Grande Liquidation de Chaneaux la maison a dndc'de meUre'en vente durant 0e |>i" sent mois de Mars 1 2 J O chapeaux de paille line pou'" i f.inmcs ni laisant un rabais considrable sur le prix. De Or 2,~>0 ils sont vendus actuellement raison de Cr l.lo.' Ce sacrilice^n'esl consenti que parce que cet article ne rentre pas dans les rayon* de 'a Maison. 312 Rue des Miracles ct de l'fcole tle Stnographie IOBII. On trouvera Chapeau Jean Harl pour enfants, ai: ettei fantaisie pour chapeaux, plu ues. l'eu el fruits arti liciels pour nu les ''l robes, voil^lles des cabuc itis poui robca el cha peaux, d peignes coiffer, des brosses i UMe.de< faui rola soup'ea el emp MM s suprieur<. del sparte rie, d i 'aiiou de> i i oll 's p<-iit dia pea ix. eu •parlei'ie, ils la paille de soie par picaa, du papier lettre, des emelopi'e, des plunies, dej cra you. dis lards pour jouei. de la poudre le ri/. des ailraiU.dea CO liera fantaisie, des d> nielles el rubans — On trouvera nus-i ii garanti pur Jus de r.usin. par gallon, du Saint Julti n et du 8t Emillon vu c.isse, des li queurs lines assorties, des couteaux de lahlcs lopirleora. Keu BON de petites poupe i bon march. Les cordonniers sont BviattSa qu'ils troiiveronl prix rduill des talona en celiuloide. Njta—''oui quelquesjoura seulement nousvtirm-nu-vins 'ti barrique deprix e\ a lioBnela, priie le pisser n lus voir u plus ItM.Ne | ta o ihlier qu'on trouvera lonjours hs produits liiiillnul el ie K il Aseen cio aux prix de l'ahrique. Timbrt iosle. timbr s mobiles et papier lim i; r, :.. On trouvera rei mnea articles a ,'Tro lic.ii.--'.l'ui l-t'.ue 17.'.8 mai Bn Incident Georges. Grand Htel de France Angto '<'* Huns Ho ne loi $ du Quai O a i 1 l C.JfAc VIENT DE RECEVOIR IT Util 3.>IC3 Pt de foie gras truif. — C.ivet de livre. — Andouil lettes aux lentilles. — Andouiiles au saindoux. — Jambon en boit*.— Anchois ;i l'huile.— Sardines.— Maquereaux Thon,--Cassoulet -Petits pois tins extra — lloudins, te Y in liougt, le aallo &f 4 */t** Vin Blanc, le gallon yds l Cilel dbile par barriques et gallons des vins de Bardeaux, fins de Cbjmpigno. AVOCiT RecQ?rei8!ls Con^rrcnai affaires Iftraoqfi. ( orro^nndaiits Wrshing" ton, New-York, Berlin, Turin Londres Paris ](RueFlutx217, o>-