Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
m&k Ni 07

Samedi 2B Juillet i93d
PROPRITAIHE
IMPMMECR
ilment Magloire
BOIS VERNA
||MkHu Amrionine
NUMERO 20 C1
Quotidien
Au-dessous de la moral* g-
nrale, il existe une moral* sp-
ciale chaque cci.diticu, cha-
que mtier, t. est peuv-tre d'a-
prs ces uioraei* particulires
et pour ainsi dire protessionnel-
les, qu'il convient le mieux de ju-
ger les hommes, et non d'aprs
les principes universels et les
lois absolues du devoir.
Etienne HE Y
lBLEThM m 242
Question k Service
Technique Agricole
lawMtd lu fuite de notre
jutrcetie question, reu la
! mante laquelle nous fc
\\ndi quelques mois le r-
[h* lu Prince, 25 Juillet 923
Au Directeui du t Matin
In Ville
cher Confrre & ami,
inch remercie de l'in'rt que
a i ine i les sur l'agri
l*t de la vulgarisation que
jfaiu par l'intermdiaire du
, Aussi votre atiele sur l'orga
I technique du Dpartement
':ullure du mardi i\ juillet
l'aiei iit plusiture lui-, a
IBOD illenii jii.
\ oal irellement prconis
n accord ur la Superinten
I aftieule et immdiatement
? faites elrtl d'un* de mes
i crite t-n 1*1S tans la bru
j'Enseigne me ni agricole >,
lavoir pari de cet ense gne
i le dilf euls |i..ys, j'ai
[_ L'Organisation du Dparte
il't|iicuilure amricain peut
Tir de inoJcIe. t Ce dpar
donn l'enseignement
foi tst la clef de vote de
saarganisaliou, une exten
it'a jamais t gale en
'bien d'enseignement agi'
jauis.r eu Hati par des
avec le concours de quel
auMeurs tranger*, franais
irun molle pris A i .ran
lou p-nse il ne s agissait
oui de subalternise.. de
'Dpartement de l'Ag i
I hatien.
njant la page du mme livre
"w *u m,, prnse bi n expli*
'etlauouvelle organisation^
loutre de lAgricu ture dii
'T> cinq ans. il appartient,
" notre reudemenl conouii
r anisanl minuti useraient
cr.-isale scientifique et
^ttre la disposition d.
T*dea semences et des grai
.'utea aortes ; taire entre
culture du bl ; populari
eoine agricoles modernes;
ikri'U"" "uve"l l-'e posai-
^fumenU aratoires desli-
une meil eure pro lue
nier la production agri
. par l'extension de la
' >ntre.er Hululant la
IjIjtj"ve Je "M terre ; emp-
u tUr Ht l*nigi-*tioo des
w une ineili. me lgisla-
M* c"ipagnes ; dvelopper
"'unue q, p0r,erjl i pa
"lindiveoieiilla fusil
^rrue,. ue c ue faon les
joiit dsarmes et on ga-
, J"*rade pavsans.Pa de
*?? tt"'-es ,,,,ra h Ch ntai*i6te-. Uei
I Ur,, ,.',, ul ce!a est "Ile
1i4eei' "."" 'si un- lerre
1*2'**'""'.....dranis
l^u, m-dUe ue.ix pays
S,V l,,ul ^nli-K-..tM
'ou
eividte et de
*^r I v"s '' ** '
* li 'jl""L",,!* g" ^portant en Haii, o
a mentalit est mal faite eo>'ernan'
es cli' ses de la lerre, que mus pm
son qu'il devrait se trouver au
Dpartement de l'Agric ilture un
buieao spcial cen'rtlisant tou-
te le questions relative* a cet en
eignement : fie bureau d ducation
populaire agricole.... ( L'Enseigne
me i agi-col* 1018, pegee 21,26,34)
l'our ma pari j'e lime que tontes
ces reformes p-uven' faci em lelre
faites i ar des h llieus conseien -jeux
et laborieux sans la prsence d'un
Supe intendant ng-ieole tranger
qui. mon liuiubl-- p uni de vue, est
tout a fait inu'ile >. LVs dix sept
railie dollars qui forment ses appom
temeiit- et ceux de ses aide* .mar-
raient tre dpenss avec plus de
prolit pour I* paya,
Dans la Prnea de mou ouvrage
"bu sauvetage nalo ia' par le rdoiir
la terre ' j'ai In n dit que pour
la solution de la qi.edi ngneols
il faut !' ho n ne< -l*Kt il agitant
et quitable. Dsi hsllene, i n'y a
pas le doute.
Ians le i.h |. i 11 VII tiailant du
" pn blme * g>isanl de l'iriga
tioo4, j'ai eiH-or avi c-i qu' I uou*
fa lait la vo oi inbranl ble de
faire n us-in n-'s n die salul par
la terre.dans ta e r*. atee 'a terc .
Oui, pirno.is nd 004, je le lept'.
Dais c* in n-? cb .lilre ( page
it ) J'.i bio'i den oi l I ce
ation d'urgence m Df^iirtenaanl
de l'Xgiicullur d'un Se-vie
des Irrigation-' lirijjr1 par un ing
nieur agronome Imli n qui n'a
rail rien dm er avec e ilpirtii-
raent des Travaux Public ; jai rel
ni en mme temps la nommati m
d'un Inspecteur des dig ie de l'Vrti
bonite.
Voila des rformes i di-pen-nbl
et urgente et pou le-qu Iles un
Superintendant agricol.) am ricam
n'est nullement n.eaai'' Voil
des faits qui crvml li y-ux et
qu'on n'apa- eu le cn-u1 l'eiet'Uls"
Danse-chapitre II,"la Phrase dr
nire de la question agraire hatien
ne, j'ai fat phisloique d>- cl int
ressant pr blme et demonti qu'i-
"faut de toute nc-sh reprendr
le- concessions gratuites de- terres
du dom.iue, d'aprs le syslme le
toi. Inlro luire i* prieeipa du
bi n d famille insaisissable ( home
slead) dans notre lgislation civile
et nger en communes distinctes, la
Gonave et la Tortue dont le rende
m ni ag'icole peut tre co'ossal en
rendant les fermiers p-opril tires. "
J'ai dmuni* la constitution au Vfi
nistre de l'AfrieRore d'un "'.'ooii-
t Sap leur de la petite pro,n t
rural*.
V li encore dr* rformes 1res
important) que I (ionvenement
hatien peut lalrr siai. eee voir
bes uiid'un Sup^riiiteudaul agr.cole
ami ricain. .
Dans l Chapitra V, relatif a la
ncessit de crer un Jardin d'Accli
Mtatation.cbspUr- qi est sous pr-se
en ce moment mah qui n t ierii
depiriloifhaiPsic,',**i,J,!.','.',<,r6
appel a une eoani n .il religie w*.
franaise, bel,'- n>i eanatiann*, W
trappiste, surto.il.elj- l-s ex ictemc .
ceci : "Dans aatta v ue loisinauae n
fconde nou- urisa b ascwtfp
pieoire-tes Qlt.iotes a.nr cames
(jue les religieux fianai ou beiges,
ou canadiens, connaissrnt fond et
qu'ils apiili'j lenl dans n dre milieu
si pirticuue plus sittement que le
Am n'eains mme> dans notre jaidin
d'A rlimalion."
Vous voyez hie-i,m m cher confrre
et ami, qu pour mt part la cration
de la sii.h'i i iii'ii-l.tiii-.; agricole an
ricaine est une masure inutile Uo
ppul mme diie (pie "c'est une mau
vaise mesure pare que le siiperiu
("niant amricain au a la main sur
toutes les l rres de l'Ktal et qu'il su
balternisera le Dparlem -ni de Uns
trm tion Publie sous prtexte d'ensei
gnemenl agricole.
ha Supeiinlcndancc ngricole am
ricaine non- jelle dans un inconnu
affre -x, comme |noa les inconnus,
c'est li dcapitation dmi dslrative
api es la aV capMalion en musse du
payaao hatien par la loi nfaste or
l'-s bail! ; Ion/terme, qui csl la tri
h'son de tout* es b Iles mesuivs
agraires de l'lion et le Itoyer.C'est
aus-i qu* la plus belle page, la page
la plus pure, ih i-insloir d'Hati a
t lchire, reni. Ou c'est bien
tri>te !-----
Ces pr.cis.o i> taient ncessaires
pour 'es h-rtenr* du Malin .
J vois renouvelle mes r mercio*
m oit et v )iis pri* I' ns'i'er la p -
s^nt- pour co upl'l. r toot* ma pen
e et d agrer, m i cher confrre
et ami, u es cor laies civilits.
Dr Fi i -.i. DALKNi'.OL'It
' n *.mmmmmb^. -
L'i ?i*i'ii i i i t tv Si ilsj ii>
Les nouveaux rglements
sarj il strictement
appliqus
On tel g ap.ne | Sf i-hi>iglon qui
l-s foncll uiiiiires du Trs .r vie i-
nem de dcider la stricte u ipicitim
de la l i.-i mi ,\: li Suirsttpoi
co iceiMi.it 11 loi I pr dllb io i.
v) gr leur-, efforts on i imi-, I-s
fo i liouuaires n'ont pu se ranger
au p >nt de vue des puissance tia i
ges deman tant le cMep'ions.
II > d iar ut q ia e A une nou-
vel c loi pourra m t>r lin aux alf
li-nlles dans lequeiles M d<-bat le
gouvernement en ce qui vomterne
les i c la ii a 11 on Ae-> pui-sances
trangres.
Ua 'attend donc ' ce qu'au pio-
chain e. ngres le gouvernement de-
m>nl u . m Jiuc uioa de U loi
Vu ilea 1.
i '! ^ are
i.i Itiiii; contre le Canee?
IfUtlMSa A ll suite de ongie
al pemb e racb relies du docteur
iOgisia Orewet d'autre pathologie
tes" le ho .1res. <| ii tudient depuis
f.nl longle iip-. la croi-sauce des cel-
lules cuicie ises conserves vivan-
tes dans des bocaux, tous les labo-
ratoire du It .yamue-Liii ont dcid
de s'unir pour combattra plus efli-
cacement le terrible flau qu'est le
cane r.
Il faut d'abord lcoumr les cau
es prcises de la maladie qui, au
cours d l'anne 1021, n'a pas caus
moins de i, l-'s lcs n Ang ele.rre
et dans la Pay de Galle. C'est
quoi "enipl liant certain m decins
e> chirurgiens iiiuenl- qui compo-
sent le cois il I .i .un,'ign-'un-
pria e bnUnuiq ie touire le cancer
et q ii ont leur iliapoaitio i toutes
les resso ireeset lou- b s iaboraloiree
de la Socit de U Croix-Kjuge bri-
tinnique.
L-s lie.f- le celle croisade contre
une -le- i> I m' "''i- 'neii'lii
|n s II e* u- r pa I ie- de u dre.
..p,. j i i ir -I 're- ftiichemB it
,.,, ,i. ,e p ivtHil pi- lira < ii mu
| i i i I. .m i - la ri l r :
lOtuila .-li u il (J i.l miuve.ne.it
iios-i --le., m on,,eri cei ..i.u-uu'Ul
d'importants lauiuts. (Maiiu;
Par Cable
Nouvelles trangres
L'ccupation doit tre main
nue, dit la rponse belge
BHUXELhES M Le projet la
rponse de la Belgique la note de
Lor-t C non aur li Rparatlona, a
t envoy hier l'aiis. Le point de
vue qui y est es prim e.-l en complet
accor I avec le point le vue franc us.
La rpoaae \h\%< dclare u dammenl
que Poccupatiuo de la llhur doit
'.re ittiinieaue tant que l'Allema-
gne n'ara p > les rparations
d-. Qitul a l'institution d'ona
coiiliil.s i m inlein ilionale pour li-
Ker la cap ni le. piieuiaiit de l'AJ-
lenagie, li .c le reconi mu lerait
d< e\p ris amricains de prfrence
desexpeiln neutres d'burope.
\/\ rp">n33 franaise se fait
eujurj attandre
l'villS Lasgouve nom mis fian
u et bl.geSI sont iccor lssunous
1-s pn ..' piux ooiuls de la r ponsi
I tire a L 'd Curzon.01 nu sail pas
qco e -i ls le ix ajonfornaiptHti
r p .o Iront si, ir meut oi co leclive
oie il. Ii rpons- lunuse ne seri
pi- prle av ni les re.ui rs jour
de U semaine prochaine. Mais VI.
l'on ar; ferai-; posatols pou qu'e la
> l c un n m uuaa au geufiraeniant
a i_^ ai* avaal I le iieut. Ila au 8 lOt. '.es plaintes
de- btu |U er- ei d-s h m ne- d allai
r son Aagi--lene s.; lo.ii entendre
p i viv |ue pi uns. i en r ulle
q ie l! gojvarnsin m tara fapp-ii
laa aff ne.s .n pu ticoli r, s'il Uit
le pour qu'il -i y it I ci e p o 00
g il ion lu^u-liliee dans les ngocia-
tions.
iuiaion. du 1. B.iMwiii wtr
roC(.'ti|alion
ChVS 10 V PafiaOl devant les
m m ira i" '* Conservnlia Clob '.
M. Bal iw u compara l'afl t de Pas-
cupu lu 'i-" biije le la it mr sir
le I iiiinieive Iota, n iti mal I m-er
tion te la laine d un canif dans les
rouages dune innotre. Il deelara
que les pe- pies apprenaient un
prix for ni uibl. les iiuetttl le l'a-
c .nonne polili |ne et I- s mystres du
change. Le Premier ministre a ^ale
iiuin expn l opinion qu'eu lin le
couipie, est i H-iesie qui toornira
au monde le marche commercial le
plus ^important.
La frontire de la Uhur
ouverte
DfJSSBLDOKF Lnfronliri se
parant I. llhur lu r lia do l'Alina
ne a .uwrie minuit. Des mil-
liers d'ail ni m I- nous viennent de
la rgion occupe celle non ccu
pe ?e lulioi ie traiter des affaires
m.'-nie-, ils-oit anxieux de saisir
cette occasion qui leur est donne,
1 bruit eourao'que h Irmiirese
rail de nouveau 1er m 'e d'ici quel-
ques j nrs.l..s fronli res de la Ith ir
.viiient t fer.n'es la suite de
I ., ,lo i m .1 une b "iibe le 30 Jui i
- i un train le .11 it belges par
mission n i ra d int hx ivaie i i
i ii'l ivail t p iniiti-e
ment p o uulgu po .r 15 jour-,m ti-
a. ni It I usui'e pi nog -,
ues h naiig v* latlj scld rf,p >ur
protester couno U qualit iularis. re
.le li fii 13 qui leur est, disent-il,
ltv.-s pi.-1 sfournisaeur allemands,
oui f r n l's pilles de lenrs boutl
.| m v n;i quatre he r s ha
p la . i l f. ml tes de Diisseldorl
mau pi ut d.- pain
L'afl^aire nent du Mark
cause des craintes
BEit .1 n : m les milieux linan
cier* ni racisme l'instauration d'un
n .uveiu -yslmo le monnaie, le ra
pide elfon kjameot du mark causa
de c tinta et on ne. voit a dun mo
yen le l'arrter. Aujourd'hd la del
in elail ofliciall un ml ct 740.000
marks nu h il .:! temps les >rcss*s
pipi i \ ni nie r d inble il de vi
tasse et .1 ui tri li in l marks sont
i n > i i -s j. ir ill ii toi po ir sali
fur; au* I; il. I :- UitOi par la
bi n i le d*E nptie.
L* alloailoa i vital grave
en (irce
f* V'Il s uaaituithn en Grce
s Tid l;c,;n- subite nanl g'-ave.
hesj mr i lut la ft ilg alan da uni,-ut
le N'ov.tsli ', lcl ire que le mouve
ment rpiblicn'n gigue ripidemeal
les milieux militairaael qu'une crise
minuttri lia est im ninsnta A la ui
te d'me scission survenue dans la
pirli veni/. diste.
L '. ijimivi rncDii'iil compte d
Vt'lopper s.i (lotte arienne
LONDRES he gouvernement an
glais a dcid de icprendre ses ef-
forts en vue du dveloppement de la
fl ute arienne, bes efforts du gou
v ra ment se porteront surtout sur l'a
vidion commerciale laquelle devien
drn naturellement militaire en cas de
pueire. La projet d'un ervice a-
iieu hi hebdomadaire avec les Inde
p ;r six grand nppireils, a t adopt
en principe. Son adoption dfi attise
ed *uh >i ne l'a. eeplalioii du Serr
taire du Ir.'-or, Les Dominions se
rnni i n t inn i .le celle dcision et le
projet -vi' d sente la prochains
confrence impriale,
M. kvoVy rei vo n r
l'V'lls l.i mysirieiise dispari
tioi I I -'-v dput corn nu ni
te, a l -n i, laut donn I tat
de sa $i il -e^ amis l'avai-nt confi
n dans un hpital priv o il resta
jitequ'A c j i'iI f.il suffis miment r
labli poui -e rendre chez, lui k
Lyon il >l d puis hier.
O'i problme ejnlui'rassant
L0MDR1H L- pn.bl ne du ob
mag* continue \ inquiter legouver
ne nent el le pnrlemeirt auglai. A
la chambra des eommunea Llyod
Greame a ritr l'ol'lr faite ant
rieuremeut par le g niveroement
- int
raa
| H'IIM III' Il |'ll 1' |K M w | |||,|||l
d'iugmenier ItO pour cent les ii
rrVs sur d-'s emprunt- iembou._
Ides en l.'i an- mis ar les ville
p mr tre employe les travaux
public* tin i'occu mr l chmeura.
hloy-l Graa ne 11 A Ri darin dam
l Ij ar prononc (lasgow
oui fait amirquer t'urganca dmet
tre ce- emprunt! a 1 intrieur et
Don l'clraiiger.



4.1 MJP
Un nouveau parti politique
en Esp.-itjne
M VHAGUA I prs un reprsen
tiin' 'it; l.i Socit des Nations, ac
luellrroent ici, la S >cile a dcid
de reau'iru le 60.1 Ou tiol'ar* que lui
doit lt Nicaragua pour tiois ans do
eo is:'lion cou,rm- membre llt.678
payables I.0H7 50 far an pendant
10 ans. La Socit rduiie la cotisation annuelle de ce
pay de iO.O iu .(ii7 -tollars.
I,a dette du Nicaragua
rduite
MADRID L'Impareiera publie
un ; rticlt dans Irqnel l'auUHir an
nonce qu'un parti f scisle s'est for
ma ' i Catalogne avec le projet fin
traduire en Espagne une p litique
* -lui. aille -i celle institue eu Italie
pu- M. Musoliiii.
Le Problme turc
LAUSANNE La dlgation a de
mani aux Turcs l'apura ne dans
le trait projet que les peuple de
la minorit tels que les arment Ofl el
tes gi'i'cs S'iiei t m me nu Moment pro
tgs. limel Tac lia a souniU la quel
lion u gouvernement d'Angora en
m^me temps que celle t\- l'arbitrage
des rel (mations arnric ines te> d a rponse.
L* projet naval captive
fiillriilioti de la presse
LA HAYE Li tension cause par
lii dmissioa du Ministre des lin m
eetna pas diminu, elle a au COO
traire augment. La discussion du
nmjet naval captive l'attention de
la p etee. L'opinion pet que le ion
vi r icintnt actuel ne pourra pas ob
tenir U maj.irii dans la SOCOnJe
chanbie en faveur du projet. Il est
qu;-lion de couv quer 4mii* illeruent
en s. saton ex1 mardi naire sfln d 16
cid-r celle quant ion avn I la ses-ion
dl ,i,t..mue. |.a tendance s'affirme
de 'eiube li Grande Bietagne, par
o i proi ! I. eonetruetioa I uoe bn
se navale si igipo ir, responsable
d la dcision d gouvernement d'ann
meuler a llolle.
louvellea Diverses
LONDRES -Le roi et la reine ont
donn hier un "arien pi'iy "au
pal lis de Uuukinguu'ti, 0 ppp invi
ts ont piis p u i.
Criq ii a perd t s m litre de
champion
NEW OIIK '. 11 ii a perdu son
titre de ciiu n i ir ur I me un -u
perl.e comb i! avec l> i I > Le ch m
pion Iraoaij i i bitli eus points
au Quinzime ru m I.
Los Curs
new York h rv....-, 10 n
{Sterling 4.3075
PARIS 27 Do'l rs 10 87
Livres 77 ."8
Code Spcial de
|tenoDaclyl(iuraphie
Laurats ile3 txameiui St"
nogi ip!ii i ne ; du 33 j'.lin
leaa
Monsieur Camille Verlj : 'il n&oii
b la minute. Mu? Bia Reb rl*>0
51 nota la minuta. George!*' Mu?
telly; .' i m >l 11 miuul ', Tuimo
Hrari, M. Jean ij M.i,,bo ; *0 a >.s
n la minute.
Laurats i nens Si in >ji;i-
ptVQUC du / juillii
s\. l'bopbua Si u>aisa ho mots l/J
la minute.
Lee lves suivrais on1 pi fournir
un l-'xte bon U vitesse sp.-iiie :
Mlie Km nt Nie d is. 7 nuti', vlr Llio vlixine; Si mots a
la minutes. Mlle Jeanne Jacques 98
mot* la mio n-, Mr Eugne airby:
99 mots la minute, Mr K lin Mil
I5i el : I" u ts t|3 la mi lUte,
M*'l mil ta minute, Mlle Clotilde Ai-
man 1 : IJ5 oiols |. I \ h uii iule.
Lee rsultats obtenus piaroe aoel
texte mtoii pli- eu CO isi traliOQ
aux ex une i- da la sessiai extra u
d.nuire d'Octobre.
I p ornes
Le tlipl un i te S i i ;rap'i i *eb i
ta n 4 ( iiiuii uutn 50 m ils la minu-
te sei.i deei'U'1 Ml e Oeorgetld Mar
.i Kl a il., .i irdsoa, Mr Camille
Ye U'
Le dipl -me .1 Stn tgraphe Sta
g ., m lUI in u : 7.1 m >ts a la
U m. i liauo II i ir i. Mi
^sentes, Anmiques,
Convalescents
vc Couverez les forces perdues en prenant
/EMULSION SCOTT
a!h. :nt tonique par excellence, et trs facilement
s o.iiable. proprit qui la recommande aux estomacs
c*plll8 dlicats.
r?* A**i*f* Varits
Fails el Impressions
Deuxime Semaine (Suite)
\ii nciiKtu 11 Juillet. Samuel
Alexandre g d it*u s cordon nier,
est accus deienlaiiv de vol au pr-
judie du MiiurU. Ilium.soti.
l.e juge Lon Pierre p eide la
Cour, vie le. Raymond tient t sige
du Parquet et Mr KJ. Mouls a la
pisidence du Jury.
Lee sieurs Richard PeterselO.
I bompaon tmoins cites n'ont pas
comparu.
Aprs lecture de l'ordonnance du
juge d'Instruction el Ue l'acte d'ac-
CUMtlon, le juge rsume les mollis
du renvoi au criminel a l'accuse et
I u don ne piroie.
Samuel explique Qu'il est uri an-
cien matre d htel du sieur Tbomp-
lOu et qu'il a l liai).t..de d'aller se
courber t paaa r ses lias de nuit
avec le gare n .le cour de ce der-
nier, t.omue i devait se rendre
IVton-Viile le o lars Itti.l au petit
jour, .c i. a -. i -ortie u'un bal au
r*ubouig Sdouioo, ilse rendit liez
Mr Thompson; lo ,1 avait t arrt
d'avance enlie Celui-i i cepe-idaiit. ayant omis de
lai s. r 11 porte de ta clture ouvcite,
il irlie-.ila pas fiancli r le mur.
Ii tait iniuiiil en Ira i S'lant cou-
ch Mai) ta galerie il s'endormit et
c'est vers Ijs trois heures qiu U
bonne de Mr l'homps m sortit maison et te vit. Elle luidemaida
son nom qu'il dclina raiis e le cria
a i voleur C'est alun qu'il prit la
fuite pour ne pas tre m .lirait \ Il
allait cupunl). r de nouveau le mur
pour sortir biraque Hr ruomneoa et
son ehaul ur lui mirent la main
dts-u-. Il lut do. c arit. livr h la
gendarmerie et empiisonn suus
I Inculpation Je vol.
bans les dpositions faitea llns-
Iruction il Ml dil qu nu coup de t-
lphone do Mr Tho.upson le lieule*
Haut Beat el un le eclive arrivrent
sur le lieux kl qi'ipie r OtiarebM
el peiq iisitious ou ne trouva nue les
soulier el lt v. slo dj l'accu .
Kn pr-euce de l'absence de tout
indice el de tout eieiueut constitutif
de m leul.il.ve de vol dont pal le l'or/
uouuaae , le rapreseutaut di mi-
uieiufs jiublie ruonos k sojlouir
i aeuuMliou
es J.ili.iieu ltK>t et llormanu
Hiiou q n repiteulaient la dfeuse
prMenten m .eu,s c impliments n Me
lauerd Uivuioud.
JgUOI li .luillel. Le juge Lalor-
lua prside l udif ice, le subtitut
Maisac souuonl I oousi ir.t. isiurj
e-i prsid par Mr Jules LWuuugue.
(.elle fois i -.' leite est oc upe
par deux .ucu-s de deux ci IflBM dit-
lereuls. mais connexe*. Le second
e-i l.i couseq leuce du pre nier.
Le< tleux accuss sol Isa il Jean
qui d lii rpondre d'uae accusation
de viol sur la personne de Waria La-
douceur ci lo>e,
  • donnauee relient pour b'esaurM vo.
    t..ut u.e sur li paiaouue d Isaul
    Jean Isul est d-i itd i par des di-
    cli. Il avjir el K mini I Trouil-
    lui; Jo*e>ai Uemeiile par de A,
    biut. .
    Aocuu tmoin ne rpoaJ l'ap-
    p !. b rsulte de- dmtis que U mi-
    neuie Mari i U luu'od. SUJUT ut ri.ie
    dd ioMpta iJ.in.il>, u b BUite de
    cireo..tiiic.s qm poolresl'eeesse
    i,u,.i lises ..va I ..le I iiuoiir tu la
    personne de 1 uul Je m. La unie
    asse^ dvelopoo avait pu s'en ren-
    dre compte, et Maria elle-nia e
    n'avait pas hsit dvoiler son cas
    en laissa1 t entenJre a Madame si
    maman qu'lsaul l'avait violente.
    .In-c|ih Demeille pris d'une noble
    colre vuulul en avoir le cuuirnet.
    Il alla trouver l-aul. lui lein m la
    des explications nu sujet de qui
    tait arriv sa eumai-sance; mais,
    les choses ayant dgnr en discus-
    sion puis eu quei le les deux adver
    Mine en vinienl aux main el fte-
    liieille qui portait -a m luch l'e lit
    Is ni b ux b> ssurcs, l'une la main
    et l'autre a la lle.
    Le ai g ..l'isaul ayinl t vers
    l'honneur aurait t sauf ; mais la
    Loi n'accorde pas le droit, de rgler
    ainsi le- affaire- qui intress ut
    l'ordre pnbl c el l-s b unies nuiMir;
    c'eht pourquoi api.s quelque noie
    de prison p've:itire ces... frres
    ennemis >e trouvant assis sur le
    mme bene eii f ce de la socit le-
    prsente par messieurs les douzo
    jurs. La enuat* des accuses qu ii j te
    spare etoppos e r sl.il eo,i>maiie
    eu cerl.iiis p un s. Le a.oais le la
    dfeuM ente es li^rsiadroitainea
    que U on-cieuee 1-s ju- s'est pTJ
    noiice de 11 mi ne faon pour les
    deux Ils oui t dclars non coup i-
    b os et aoqiiille-. Kl ces hommes
    frustes au moment de q nlter la sel-
    latte se sool rconcilies... La pe.ir
    rtrospective lu chtiment aura peut
    lro nu li li le.ir-. A ns.
    MeX.
    ( Suivre )
    Distrilitittoii il," Prix
    L'Insiiiutiou .vl d Carmei" diri
    ge pai Mme CbriaUn Cocoil donne
    demain matin a 8 heures prcises
    l'Asile Ki an us une pelilefte rcia
    live suivie de distribuliou de piix
    aux lves de soi I.iIiIis-hui ni qm
    s sont signals k la lche durant
    I .nue scolaire.
    La Maiiulacttire liailieiine
    de Tabac
    Aujourd'hui est le douzime au >i
    v.rsaiie de la fondation en cette
    ville de la manufacture hatienne de
    Tabac, dalgre les obstacles reu.oii.
    tr fatigebie compatriole vlr Pantalon
    I .IUU m I Voit III linleiniul sou uuivre
    couronne de succs.
    Celle importante manufacture fait
    vivre plus de giO hatiens el se pro
    duil sont recherchs dans les moin-
    dres bourg tdes du pays.
    A noire ami tiulibaud et loin ses
    collaborateurs n >us souhaitons heu
    reux anniversaire i belle prosprit.
    E mu caus |iar une
    tllouation
    Hier soir vers les neuf heure et
    demie h la Hue Bonne Pot, en l'ace
    de la maison Maxwell an I i:,, u,j
    coup d'arme parti de ... maison d'un
    t blilois, b .u.cu.-Min eaU.a q ,e .i |
    lUOi d.m- |i .)! olie.. i'aS ,, (,,.(1.
    I.ll m |i r s enq i i u || |,,,( ,
    n ciq> .i|.u' um. Ueurequon i
    MVoir que > eue dtoualioii i luve.i.t t
    de la i. gllgeoCS nu liiimi..
    STHM&
    Ri^oulay e. r i ... BMr||
    Globulee ::ctiaud
    rima i
    !itm
    La direction de Cin Varits offre
    deuiii.i ses lidles clients uu lilm
    de toute beaut,
    Le danseur inconnu
    avec Janeson et Peul VVhile.
    Il y aura encore de l'indit.
    Entre gnral l'oO
    Lcge : 2 gou des
    Enfant 1 gourde
    Je soussign, donne axis au pu-
    blic q l'un rcpiss mis en ma
    faveur a t gtr. Il porte le No
    A iifi; un effet s'levant
    vingt-sept gourJM 7 i\ 100, accep-
    t par la l'.oinnissi m Kquire.
    Par la prsente, je veux obelenir
    duplicata.
    Aquia le 23 luillel \n.\
    II. GlMUiOBT
    fond de pouvoir
    Noiiv.'iiictit des Ravires
    Le S S ( l'auama ) ayant laiss
    N-w York le ii du cri. pour Port-
    ail Pii 4C0 directement, y est attendu
    le M. Le S,S ( tiorgas j attendu de
    '.'i islolial, laissera l'on au Prince I*
    mirli 1er Ami prochain, directe
    ment pourejxew York.
    ( Adrea ) parti de i- le 21 cri.
    directement pour Port au l'ri'u*,
    y est attendu le :il Repartira le
    in^ m j ur pr. i^oricio. ( Prins Der
    Ne Icrlan leu ) pirlira d'ici le 30
    crt. directement pr. N- prenant bel
    p issagers et la malle. \gam-Miinoo
    pirti d Vnderltm pour diffrents
    porls. entre autre Cap II lilien. Jac
    mol & Caves, est atlenlu ici le 31
    du cri. en routa d rclament p>inr
    Santiig de Cuba, K'iigal m et Gudjo
    m la. Poseilon vena l h King-lon
    et du Sud. est allendu vers ! 5
    prochain, chargera aux ports liai-
    tien., offrant du fret dire lement
    pour l'Kurope. L ma partira de .New
    York le 2 prochain pour les porls
    h i liens.
    Eflets adirs
    Je soussign dclare ivo.
    le lcpiss No 12rj6, ftvj
    Mr Charles ButnJu de on
    vingi-detix gouides soiiaoh
    centimes pour appointer-
    C^piss dlivr par U Conj
    S.iiiibour d'aprs loi du 9b
    bre I9U, duplicata dev;i3;
    dlivr.
    Tort-au Piince, |e 24 Juillet
    J-Kug.Wg
    Les rcpiss-, aux Nos !
    mis par la Commission as
    tion de la Dette Flottante j
    effets acceptes, tant adirs,
    clars nuls pour en avoir dni _
    Coteaux, le H Juillet 19)3
    0. CLAUDEj
    Le -ouss;'c, donne ivisiei
    qu'un r'ee|.is-en ma faxssril
    gare. Il icite b >o6391,s^Y
    effets s'levant ensemble (
    xante quinze gourdes 96(1001
    parla Commission institue i
    t pisidentiel an date dut
    bre 1914-
    l'ar la prsente, je veux
    duplicata.
    Aquin le 23 Juillet 1923.
    C. JACQI'ET
    Cliatijjeineiit d'Ailtesse
    Mr Lion Charles notaire aniimice
    I sa clieull. et au public qu : .on
    bureau est Inosfori au Ni 1318,
    Ibi- du peuple, entre les Hues du
    Peupla et Pave, Tlphme SoiU
    Port SU Prince le 2/ Ju.liet 1923


    Tente sur Licitalioi
    Il sera procd en Iet
    le ministre de M* Lon i
    notaire a Port-au-Prince Nl
    Hue du Peuple, entre les
    Pave et des Miracles, le I
    AoiU t23l0lieuresdui
    la vente au plus offrant et <
    enclirisseur.d'une propritl
    et I disses en maonnerie et j
    pe sise Porl-aii-Prince
    John Hrown de la conten
    50 pieds de faade sur
    de profondeur, borne: au]
    par la due Avenue, au
    restparOsmiiil 'iquantctfl
    par qui de droit. Telle dV
    qiii cett proprit se
    coniporb! et s'tend sans
    tion ni rserve. Sur la
    nr.x de trois mille cinqi
    Urs outre les charges de II
    fixe par l'expert cyi
    En vertu : d'un juj
    Tribunal de Premire
    Port-au-Prince en date du
    Pt'JL A h requte de MM.
    ri.-.' Henry Nurnae RigaudJ
    Krain iue lliu'aud. pr
    demeurant et domicilis
    au Piime et de Mr D^ubtg
    aud agissant tint en sue
    qu'en celui de son enfant r"
    Edouard Nigaud, assist]
    g tuteur Mr Weten
    Pour plis amples
    ments, s'adresser aux l
    ou au notaire dpositaire
    hier des charges.
    P,.rl-a .-Princ\ Ic'iiJiHlW!
    (Sign) Fhancine BigauM
    MA RlGAUD, IlENBYRH!P|
    U. RlGAUD.
    '"' t.^rne
    Imim ' 11 ? o IM.(M,
    k DL.'IM8:rn nu. n-. Menjrr. Pr 0
    ,yjafa4j phil lt Louis, de Maria doel le jw>uicuile est Fbainiacie W.HLOH-port.autVia
    Colombiaa Sleamshii
    Coiopaoylac.
    Stediier dir'flpar la Colombiaa Steaffiship
    hx mr compte "da iloitsi Swtas
    Board Co.
    fce sfeamtr W, M. TUPPER*
    rit' em vttxuli ,' Porl-tiu->'rince
    ' por s du Ao d h 1er t
    I' 31 partira le mme jour pour
    P< du^ui prenant fr <* P***%*]
    I orl au frmoer U 21 j* iW J
    deUcru^CouipaU) *ge


  • Full Text

    PAGE 1

    m & k Ni 07 £ Samedi 2B Juillet i93d PROPRITAIHE IMPMMECR ilment Magloire BOIS VERNA ||M k Hu Amrionine NUMERO 20 C !" !" 1 Quotidien Au-dessous de la moral* gnrale, il existe une moral* spciale chaque cci.diticu, chaque mtier, t. est peuv-tre d'aprs ces uioraei* particulires et pour ainsi dire protessionnelles, qu'il convient le mieux de juger les hommes, et non d'aprs les principes universels et les lois absolues du devoir. Etienne HE Y lBLEThM m 242 Question k Service Technique Agricole lawMtd lu fuite de notre jutrcetie question, reu la mante laquelle nous fc \\ndi quelques mois le r[h* lu Prince, 25 Juillet 923 Au Directeui du t Matin In Ville cher Confrre & ami, INCH remercie de l'in'rt que a i ine i les sur l'agri l*t de la vulgarisation que jfaiu par l'intermdiaire du Aussi votre atiele sur l'orga I technique du Dpartement ':ullure du mardi i\ juillet l'aiei iit plusiture lui-, a IBOD illenii JII. \ oal irellement prconis n accord ur la Superinten I aftieule et immdiatement % faites elrtl d'un* de mes I crite t-n 1*1S tans la bru •j'Enseigne me ni agricole •>, lavoir pari de cet ense gne i le dilf euls |i..ys, j'ai [_ L'Organisation du Dparte il't|iicuilure amricain peut Tir de inoJcIe. t Ce dpar donn l'enseignement •foi tst la clef de vote de saarganisaliou, une exten it'a jamais t gale en 'bien d'enseignement agi' jauis.r eu Hati par des avec le concours de quel auMeurs tranger*, franais irun molle pris A i .ran lou p-nse il ne s agissait •oui de subalternise.. de 'Dpartement de l'Ag i I hatien. njant la page du mme livre "w *u m,, prnse bi n expli* 'etlauouvelle organisation^ loutre de lAgricu ture dii 'T> cinq ans. il appartient, notre reudemenl conouii r anisanl minuti useraient cr.-isale scientifique et ^••ttre la disposition d. T*dea semences et des grai .'•utea aortes ; taire entre %  ••culture du bl ; populari %  •eoine agricoles modernes; ikri' U "" " uve "l l-'e posai^fumenU aratoires desliune meil eure pro lue •nier la production agri par l'extension de la '• >ntre.er Hululant la IJI jtj" ve Je "M terre ; empu tUr Ht l *nigi-*tioo des w une ineili. me lgislaM* c "ipagnes ; dvelopper "•'unue q,„ p 0r erjl i„ p a „ %  •"•lindiveoieiilla fusil ^rr ue u e c u e faon les joiit dsarmes et on ga, J"*rade pavsans.Pa de *££?? tt "'es ,,,,ra'ernan' es cli' ses de la lerre, que mus pm son qu'il devrait se trouver au Dpartement de l'Agric ilture un buieao spcial cen'rtlisant toute le questions relative* a cet en •eignement : fie bureau d ducation populaire agricole.... ( L'Enseigne me i agi-col* 1018, pegee 21,26,34) l'our ma pari j'e lime que tontes ces reformes p-uven' faci em lelre faites i ar des h llieus conseien -jeux et laborieux sans la prsence d'un Supe intendant ng-ieole tranger qui. mon liuiubl-p uni de vue, est tout a fait inu'ile •>. LVs dix sept railie dollars qui forment ses appom temeiitet ceux de ses aide* .marraient tre dpenss avec plus de prolit pour I* paya, • Dans la Prnea de mou ouvrage "bu sauvetage nalo ia' par le rdoiir la terre '• j'ai In n dit que pour la solution de la qi.edi • %  ngneols • il faut %  !'•• ho n ne< -l*Kt il agitant et quitable. Dsi hsllene, i n'y a pas le doute. Ians le i.h • |. i 1 1 • VII tiailant du pn blme %  %  g>isanl de l'iriga tioo 4, j'ai eiH-or avi c-i qu' I uou* fa lait la vo oi inbranl ble de faire n us-in n-'s n die salul par la terre.dans ta e r*. atee 'a terc Oui, pirno.is nd 004, je le lept'. Dais c* in n-? cb .lilre ( page it ) J'.i bio'i den oi l I ce ation d'urgence m Df^iirtenaanl de l'Xgiicullur d'un Se-vie des Irrigation-' lirijjr 1 par un ing nieur agronome Imli n qui n'a • rail rien dm er avec e ilpirtiiraent des Travaux Public ; jai rel ni en mme temps la nommati m d'un Inspecteur des dig ie de l' V rti bonite. Voila des rformes i di-pen-nbl et urgente et pou le-qu Iles un Superintendant agricol.) am ricam n'est nullement n.eaai'' Voil des faits qui crvml li y-ux et qu'on n'apaeu le cn-u 1 l'eiet'Uls"• Danse-chapitre II, "la Phrase dr nire de la question agraire hatien ne, j'ai fat phisloique d>cl int ressant pr blme et demonti qu'i"faut de toute nc-sh reprendr leconcessions gratuites deterres du dom.iue, d'aprs le syslme le ••toi. Inlro luire i* prieeipa du bi n d • famille insaisissable ( home slead) dans notre lgislation civile et nger en communes distinctes, la Gonave et la Tortue dont le rende m ni ag'icole peut tre co'ossal en rendant les fermiers p-opril tires. J'ai dmuni* la constitution au Vfi nistre de l'AfrieRore d'un "'.'ooiit Sap leur de la petite pro,n t rural*. V li encore dr* rformes 1res important) que I (ionvenement hatien peut lalrr siai. eee voir bes uiid'un Sup^riiiteudaul agr.cole ami ricain. . Dans l Chapitra V, relatif a la ncessit de crer un Jardin d'Accli Mtatation.cbspUrqi est sous pr-se en ce moment mah qui n t ierii depiriloifhaiPsi c, ** i,J, !.' '.' <,r6 appel a une eoani n .il • religie w*. franaise, bel,'n>i eanatiann*, W trappiste, surto.il.eljl-s ex ictemc ceci : "Dans aatta v ue loisinauae N fconde nouurisa b ascwtfp pieoire-tes Qlt.iotes a.nr cames (jue les religieux fianai ou beiges, ou canadiens, connaissrnt fond et qu'ils apiili'j lenl dans n dre milieu si pirticuue plus sittement que le Am n'eains mme> dans notre jaidin d'A rlimalion." Vous voyez hie-i,m m cher confrre et ami, qu %  pour mt part la cration de la SII.H'I i iii'ii -l.tiii-.; agricole an ricaine est une masure inutile Uo ppul mme diie (pie "c'est une mau vaise mesure pare que le siiperiu ("niant amricain au a la main sur toutes les l rres de l'Ktal et qu'il su balternisera le Dparlem -ni de Uns trm tion Publie sous prtexte d'ensei gnemenl agricole. ha Supeiinlcndancc ngricole am ricaine nonjelle dans un inconnu affre -x, comme |noa les inconnus, c'est li dcapitation dmi dslrative api es la aV capMalion en musse du payaao hatien par la loi nfaste or l'-s bail! ; Ion/terme, qui csl la tri h'son de tout* es b Iles mesuivs agraires de l'lion et le Itoyer.C'est aus-i qu* la plus belle page, la page la plus pure, ih i-insloir • d'Hati a t lchire, reni. Ou c'est bien tri>te Ces pr .cis.o i> taient ncessaires pour 'es h-rtenr* du Malin . J vois renouvelle mes r mercio* m oit et v )iis pri* I' ns'i'er la p s^ntpour co upl'l. r toot* ma pen e et d agrer, m • i cher confrre et ami, u es cor laies civilits. Dr Fi i -.i. DALKNi'.OL'It % % %  % %  n *.mmm %  mm — B^. - L'i ?i*i'ii i i i t tv Si ilsj ii> Les nouveaux rglements sarj IL strictement appliqus On tel g ap.ne | • Sf i-hi>iglon qui l-s foncll uiiiiires du Trs .r vie inem de dcider la stricte u ipicitim de la l i.-i MI ,\: li Suirsttpoi co iceiMi.it 1 1 loi I pr dllb io i. v) • gr leur-, efforts on i imi-, I s fo i liouuaires n'ont pu se ranger au p >nt de vue des puissance tia i ges deman tant le cMep'ions. II > d iar ut q ia e A une nouvel c loi pourra m t>r lin aux alf li-nlles dans lequeiles M d<-bat le gouvernement en ce qui vomterne les i c la ii a 11 on Ae-> pui-sances trangres. Ua %  •'attend donc '• ce qu'au piochain e. ngres le gouvernement dem>nl u . m Jiuc uioa de U loi Vu ilea 1. i %  '! % %  ^ —ar e i.i Itiiii; contre le Canee? IfUtlMSa A ll suite de ongie al pemb e racb relies du docteur iOgisia Orewet d'autre pathologie tes" le ho .1res. <| ii tudient depuis f.nl longle iip-. la croi-sauce des cellules cuicie ises conserves vivantes dans des bocaux, tous les laboratoire du It .yamue-Liii ont dcid de s'unir pour combattra plus eflicacement le terrible flau qu'est le cane r. Il faut d'abord lcoumr les cau •es prcises de la maladie qui, au cours d l'anne 1021, n'a pas caus moins de i, l-'s lcs n Ang ele.rre et dans la Pay de Galle. C'est quoi "enipl liant certain m decins e> chirurgiens iiiuenlqui composent le cois il I .i .un,'ign-'unpria e bnUnuiq ie touire le cancer et q ii ont leur iliapoaitio i toutes les resso ireeset loub s iaboraloiree de la Socit de U Croix-Kjuge britinnique. L-s lie.fle celle croisade contre une -lei> I m' • • "''i'neii'lii |n s II e* ur pa • I iede u dre. ..p,. j i %  i • ir -I 'reftiichem B it ,.,, ,i. ,e p % %  ivtHil pilira <• %  ii mu | %  i i i I .M i %  la ri l r : lOtuila .-li u il (J i.l miuve.ne.it iios-i --le., m on,,eri cei ..i.u-uu'Ul d'importants lauiuts. (Maiiu; Par Cable Nouvelles trangres L'ccupation doit tre main nue, dit la rponse belge BHUXELhES M— Le projet la rponse de la Belgique la note de Lor-t C non aur li Rparatlona, a t envoy hier l'aiis. Le point de vue qui y est es prim e.-l en complet accor I avec le point le vue franc us. La rpoaae \h\%< dclare u dammenl que Poccupatiuo de la llhur doit '.re ittiinieaue tant que l'Allemagne n'ara p > les rparations d-. Qitul a l'institution d'ona coiiliil.s i m inlein ilionale pour liKer la cap ni %  le. piieuiaiit de l'AJlenagie, li .c le reconi mu lerait d< e\p ris amricains de prfrence desexpeiln neutres d'burope. \/\ rp">n33 franaise se fait eujurj attandre l'villS — Lasgouve nom mis fian u et bl.geSI sont iccor lssunous 1-s pn ..' piux ooiuls de la r ponsi I tire a L 'd Curzon.01 nu sail pas •QCO e -i ls le ix ajonfornaiptHti r p .o Iront si, ir meut oi co leclive oie il. Ii rponslunuse ne seri piprle av ni les re.ui rs jour de U semaine prochaine. Mais VI. l'on ar; ferai-; posatols pou qu'e la %  > l c un n m uuaa au geufiraeniant a i_^ ai* avaal I ur protester couno U qualit iularis. re .le li f ii 13 qui leur est, disent-il, ltv.-s pi.1 sfournisaeur allemands, oui f r n l's pilles de lenrs boutl .| %  • m v n;i quatre he r s ha p la %  i l f. ml tes de Diisseldorl mau pi ut d.pain %  L'afl^aire nent du Mark cause des craintes BEit .1 N — : m les milieux linan cier* ni racisme l'instauration d'un n .uveiu -yslmo le monnaie, le ra pide elfon kjameot du mark causa de c tinta et on ne. voit a dun mo yen le l'arrter. Aujourd'hd la del in elail ofliciall un ml ct 740.000 marks nu h il .:•! temps les >rcss*s pipi i \ ni nie r d inble il de vi tasse et .1 ui tri li in l • marks sont i n > i i -s j. ir ill • ii toi po ir sali fur; au* I; il. I :UitOi par la bi n i le d*E nptie. L* alloailoa i vital grave en (irce f* V 'Il s uaaituithn en Grce s Tid l;c,;nsubite nanl g'-ave. hesj mr i lut la ft ilg alan da uni,-ut le N'ov.tsli ', lcl ire que le mouve ment rpiblicn'n gigue ripidemeal les milieux militairaael qu'une crise minuttri lia est im ninsnta A la ui te d'me scission survenue dans la pirli veni/. diste. L '. IJIMIVI rncDii'iil compte d Vt'lopper s.i (lotte arienne LONDRES he gouvernement an glais a dcid de icprendre ses efforts en vue du dveloppement de la fl ute arienne, bes efforts du gou v ra ment se porteront surtout sur l'a vidion commerciale laquelle devien drn naturellement militaire en cas de pueire. La projet d'un ervice aiieu hi hebdomadaire avec les Inde p ;r six grand nppireils, a t adopt en principe. Son adoption dfi attise ed *uh >i ne l'a. eeplalioii du Serr taire du Ir.'-or, Les Dominions se rnni i n t inn i .le celle dcision et le projet v i' d sente la prochains confrence impriale, M. kvoVy rei vo n r l'V'lls l.i mysirieiise dispari tioi I I -'-v dput corn nu ni te, a l %  • %  -n i, laut donn I tat de sa $i il • -e^ amis l'avai-nt confi n dans un hpital priv o il resta jitequ'A c j I'II f.il suffis miment r labli poui -e rendre chez, lui k Lyon il • >l d puis hier. O'i problme ejnlui'rassant L0MDR1H L- pn.bl ne du ob mag* continue \ inquiter legouver ne nent el le pnrlemeirt auglai. A la chambra des eommunea Llyod Greame a ritr l'ol'lr faite ant rieuremeut par le g niveroement int raa | H'IIM III' Il |'ll 1' |K M w | |||,|||l d'iugmenier ItO pour cent les ii rrVs sur d-'s empruntiembou._ Ides en l.'i an. mis ar les ville p mr tre employe les travaux public* tin i'occu mr l chmeura. hloy-l Graa ne 11 A Ri darin dam l Ij ar prononc (lasgow oui fait amirquer t'urganca dmet tre ceemprunt! a 1 intrieur et Don l'clraiiger.


    xml version 1.0 encoding UTF-8
    REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
    INGEST IEID EIVR4SI69_LZ61ZM INGEST_TIME 2011-10-28T19:58:56Z PACKAGE UF00081213_05987
    AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
    FILES



    PAGE 1

    4.1 MJP Un nouveau parti politique en Esp.-itjne M VHAGUA— I prs un reprsen tiin' 'it; l.i Socit des Nations, ac luellrroent ici, la S >cile a dcid de reau'iru le 60.1 Ou tiol'ar* que lui doit lt Nicaragua pour tiois ans do eo is:'lion cou,rmmembre llt.678 payables I.0H7 50 far an pendant 10 ans. La Socit d a rponse. L* projet naval captive fiillriilioti de la presse LA HAYE— Li tension cause par lii dmissioa du Ministre des lin m eetna pas diminu, elle a au COO traire augment. La discussion du nmjet naval captive l'attention de la p etee. L'opinion pet que le ion vi r icintnt actuel ne pourra pas ob tenir U maj.irii dans la SOCOnJe chanbie en faveur du projet. Il est qu;-lion de couv quer 4MII* illeruent en s. saton ex 1 mardi naire sfln d 16 cid-r celle quant ion avn I la ses-ion d l ,i,t..mue. |.a tendance s'affirme de 'eiube li Grande Bietagne, par •o i proi •! I. eonetruetioa I uoe bn se navale si igipo ir, responsable d • la dcision d gouvernement d'ann meuler a llolle. louvellea Diverses LONDRES -Le roi et la reine ont donn hier un "arien pi'iy "au pal lis de Uuukinguu'ti, 0 ppp invi ts ont piis p u i. Criq ii a perd t s m litre de champion NEW OIIK '. 11 ii a perdu son titre de ciiu n i • %  ir ur I me un -u perl.e comb i! avec l> i I •> Le ch m pion Iraoaij i i bitli eus points au Quinzime ru m I. Los Curs NEW YORK H rv....-, 10 n {Sterling 4.3075 PARIS 27 Do'l rs 10 87 Livres 77 ."8 Code Spcial de |tenoDaclyl(iuraphie Laurats ile3 txameiui St" nogi ip!ii i ne ; du 33 j'.lin leaa Monsieur Camille Verlj : 'il n&oii b la minute. Mu? Bia Reb rl*>0 51 nota la minuta. George!*' Mu? telly; .' i m >l • 1 1 miuul ', Tuimo Hrari, M. Jean IJ M.i,,bo ; *0 a >.s n la minute. Laurats i nens Si in >ji;iptVQUC du / juillii s\. l'bopbua Si u>ais a HO mots l/J la minute. Lee lves suivrais on 1 pi fournir un l-'xte bon U vitesse sp.-iiie : Mlie Km nt Nie d is. 7ts a la U m. i liauo II i ir i. Mi ^sentes, Anmiques, Convalescents vc Couverez les forces perdues en prenant /EMULSION SCOTT a!h. :nt tonique par excellence, et trs facilement s o.iiable. proprit qui la recommande aux estomacs c*plll8 dlicats. r?* A**i*f* Varits Fails el Impressions Deuxime Semaine (Suite) \ii nciiKtu 11 Juillet. — Samuel Alexandre g d it*u s cordon nier, est accus deienlaiiv de vol au prjudie du MiiurU. Ilium.soti. l.e juge Lon Pierre p eide la Cour, vie le. Raymond tient t sige du Parquet et Mr KJ. Mouls a la pisidence du Jury. Lee sieurs Richard PeterselO. I bompaon tmoins cites n'ont pas comparu. Aprs lecture de l'ordonnance du juge d'Instruction el Ue l'acte d'acCUMtlon, le juge rsume les mollis du renvoi au criminel a l'accuse et I u don ne • piroie. Samuel explique Qu'il est u r i ancien matre d htel du sieur TbomplOu et qu'il a l liai).t..de d'aller se courber t paaa r ses lias de nuit avec le gare n .le cour de ce dernier, t.omue i devait se rendre IVton-Viile le o lars Itti.l au petit jour, .c i. a -. i -ortie u'un bal au r*ubouig Sdouioo, ilse rendit liez Mr Thompson; lo ,1 avait t arrt d'avance enlie t et llormanu Hiiou q n repiteulaient la dfeuse prMenten m .eu, s c impliments n Me lauerd Uivuioud. JgUOI li .luillel.— Le juge Lalorlua prside l udif ice, le subtitut Maisac souuonl I oousi ir.t. isiurj e-i prsid par Mr Jules LWuuugue. (.elle fois i -.' leite est oc upe par deux .ucu-s de deux ci IflBM ditlereuls. mais connexe*. Le second e-i l.i couseq leuce du pre nier. Le< tleux accuss sol Isa il Jean qui d lii rpondre d'uae accusation de viol sur la personne de Waria Ladouceur ci lo>e,
  • ai Uemeiile par de A, biut. Aocuu tmoin ne rpoaJ l'app %  !. b rsulte dedmtis que U mineuie Mari i U luu'od. SUJUT ut ri.ie dd ioMpta iJ.in.il>, u b BUite de cireo..tiiic.s qm poolresl'eeesse i,u,.i lises ..va I ..le I iiuoiir tu la personne de 1 uul Je m. La unie asse^ dvelopoo avait pu s'en rendre compte, et Maria elle-nia e n'avait pas hsit dvoiler son cas en laissa 1 t entenJre a Madame si maman qu'lsaul l'avait violente. .In-c|ih Demeille pris d'une noble colre vuulul en avoir le cuuirnet. Il alla trouver l-aul. lui lein m la des explications nu sujet de Âœqui tait arriv sa eumai-sance; mais, les choses ayant dgnr en discussion puis eu quei • le les deux adver Mine en vinienl aux main el fteliieille qui portait -a m luch l'e lit Is ni b ux b> ssurcs, l'une la main et l'autre a la lle. Le ai g ..l'isaul ayinl t vers l'honneur aurait t sauf ; mais la Loi n'accorde pas le droit, de rgler ainsi leaffairequi intress ut l'ordre pnbl c el l-s b unies nuiMir; c'eht pourquoi api.s quelque noie de prison p've:itire ces... frres ennemis >e trouvant assis sur le mme bene eii f ce de la socit leprsente par messieurs les douzo jurs. La enuat* des accuses qu ii j te spare etoppos e r sl.il eo,i>maiie eu cerl.iiis p un s. Le a.oais le la dfeuM ente es li^rsiadroitainea que U on-cieuee 1-s jus'est pTJ noiice de 1 1 mi ne faon pour les deux Ils oui t dclars non coup ib os et aoqiiille-. Kl ces hommes frustes au moment de q nlter la sellatte se sool rconcilies... La pe.ir rtrospective lu chtiment aura peut lro nu li li le.ir-. A ns. MeX. ( Suivre ) Distrilitittoii il," Prix L'Insiiiutiou .vl d Carmei" diri ge pai Mme CbriaUn Cocoil donne demain matin a 8 heures prcises l'Asile Ki an us une pelilefte rcia live suivie de distribuliou de piix aux lves de soi %  I.IIIIIS-HUI ni qm s sont signals k la lche durant I .nue scolaire. La Maiiulacttire liailieiine de Tabac Aujourd'hui est le douzime au >i v.rsaiie de la fondation en cette ville de la manufacture hatienne de Tabac, dalgre les obstacles reu.oii. trus souhaitons heu reux anniversaire • i belle prosprit. E mu caus |iar une tllouation Hier soir vers les neuf heure et demie h la Hue Bonne Pot, en l'ace de la maison Maxwell an I i:,, u ,j coup d'arme parti de ... maison d'un t blilois, b .u.cu.-Min ea U .a q ,e .i | lUOi d.m|i .)•! olie.. i'a S „,, ( ,,. (1 I.ll m |i r s enq i i u || |,,,( n ciq> .i|.u' UM. Ueurequon i MVoir que > eue dtoualioii i luve.i.t t de la i. gllgeoCS nu • liiimi.. STHM& Ri^oulay e. r i ... BMr|| Globulee ::ctiaud rima i !itm La direction de Cin Varits offre deuiii.i ses lidles clients uu lilm de toute beaut, Le danseur inconnu avec Janeson et Peul VVhile. Il y aura encore de l'indit. Entre gnral • l'oO Lcge : 2 gou des Enfant 1 gourde Je soussign, donne axis au public q l'un rcpiss mis en ma faveur a t gtr. Il porte le No A iifi; un effet s'levant vingt-sept gourJM 7 i\ 100, accept par la l'.oinnissi m Kquire. Par la prsente, je veux obelenir duplicata. Aquia le 23 luillel \n.\ II. GlMUiOBT fond de pouvoir Noiiv.'iiictit des Ravires Le S S ( l'auama ) ayant laiss N-w York le ii du cri. pour Portail Pii 4C0 directement, y est attendu le M. Le S,S ( tiorgas j attendu de '.'i islolial, laissera l'on au Prince I* mirli 1er Ami prochain, directe ment pourejxew York. ( Adrea ) parti de i- le 21 cri. directement pour Port au l'ri'u*, y est attendu le :il Repartira le in^ m j ur pr. i^oricio. ( Prins Der Ne Icrlan leu ) pirlira d'ici le 30 crt. directement pr. Nprenant bel p issagers et la malle. \gam-Miinoo p irti d Vnderltm pour diffrents porls. entre autre Cap II lilien. Jac mol & Caves, est atlenlu ici le 31 du cri. en routa d rclament p>inr Santiig de Cuba, K'iigal m et Gudjo m la. Poseilon vena l h King-lon et du Sud. est allendu vers !• %  5 prochain, chargera aux ports liaitien., offrant du fret dire lement pour l'Kurope. L ma partira de .New York le 2 prochain pour les porls h i liens. Eflets adirs Je soussign dclare ivo. le lcpiss No 12rj6, ftvj Mr Charles ButnJu de on vingi-detix gouides soiiaoh centimes pour appointerC^piss dlivr par U Conj S.iiiibour d'aprs loi du 9b— bre I9U, duplicata dev;i3; dlivr. Tort-au Piince, | e 24 Juillet J-Kug.Wg Les rcpiss-, aux Nos mis par la Commission as tion de la Dette Flottante j effets acceptes, tant adirs, clars nuls pour en avoir dni Coteaux, le H Juillet 19)3 0. CLAUDEj Le -ouss ; £'c, donne ivisiei qu'un r'ee|.is-en ma faxssril gare. Il icite b >o6391,s^Y effets s'levant ensemble ( xante quinze gourdes 96(1001 parla Commission institue i t pisidentiel an date dut bre 1914l'ar la prsente, je veux duplicata. Aquin le 23 Juillet 1923. C. JACQI'ET Cliatijjeineiit d'Ailtesse Mr Lion Charles notaire aniimice I sa clieull. et au public qu : .on bureau est Inosfori au Ni 1318, Ibidu peuple, entre les Hues du Peupla et Pave, Tlphme SoiU Port SU Prince le 2/ Ju.liet 1923 %  Tente sur Licitalioi Il sera procd en I et le ministre de M* Lon i notaire a Port-au-Prince Nl Hue du Peuple, entre les Pave et des Miracles, le I AoiU t23l0lieuresdui la vente au plus offrant et < enclirisseur.d'une propritl et I disses en maonnerie et j pe sise Porl-aii-Prince John Hrown de la conten 50 pieds de faade sur de profondeur, borne: au] par la due Avenue, au restparOsmiiil 'iquantctfl par qui de droit. Telle dV qiii cett proprit se coniporb! et s'tend sans tion ni rserve. Sur la nr.x de trois mille cinqi Urs outre les charges de II fixe par l'expert cyi En vertu : d'un juj Tribunal de Premire Port-au-Prince en date du Pt'JL A h requte de MM. ri.-.' Henry Nurnae RigaudJ Krain iue lliu'aud. pr demeurant et domicilis au Piime et de Mr D^ubtg aud agissant tint en sue qu'en celui de son enfant r" Edouard Nigaud, assist] g tuteur Mr Weten Pour plis amples ments, s'adresser aux l ou au notaire dpositaire hier des charges. P,.rl-a .-Princ\ Ic'iiJiHlW! (Sign) FHANCINE BIGAUM MA RlGAUD, IlENBYRH!P| U. RlGAUD. '"'• t.^rne IMIM '•— 1 1 % • o „IM.(M, k DL.'IM8:rn • nu. n-. Menjrr. Pr 0 ,„yjafa4j phil lt Louis, de Maria doel le jw>uicuile est Fbainiacie W.HLOH-port.autVia Colombiaa Sleamshii Coiopaoylac. Stediier dir'flpar la Colombiaa Steaffiship hx mr compte "da iloitsi Swtas Board Co. fce sfeamtr W, M. TUPPER* rit' em vttxuli ,' Porl-tiu->'r ince ' por s du Ao d h 1er t I' 31 partira le mme jour pour P< du^ui prenant fr <* P***%*] I orl au f rmoe r U 21 j* iW J deUcru^CouipaU) g e