Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
�*-
Cl�ment Maaioire
directeur;
358, rue americaine �358
telephone n�2242
2S�me ANNEii N* 6033
l*tif"�re beoreaildan* tt mon
de, il > a a>� c�t�s if tel
�s'il lanilrail eatir renent panlywi
CIUIFORT
PORT AU-PRINCK (HA�TI )
SAMEDI U.i MARS 1�:�
La Commission
d'Enqu�te
Au milieu d'une affluence
consid�rable, la Commission
d'Enqu�te est descendue hier
� 3 heures li. Re�ue au d�-
barcad�re par la Commission
Communale, elle se rendit �
la L�gation Am�ricaine en pas �
saut par les rues du Quai et
Bonne Foi.
. Les rues, les balcons, les
galeries �taient remplis d'une
loule compacte agitant des
petits drapeaux et maintenues
par uu service d'ordre habi-
lement organis�.
A la sortie de la L�gation,
la Commission se rendit n
l'h�tel Excelsior o� quelques
minutes apr�s all�rent la cher
cser dans /es voilures de la
Pr�sidence MM- L�ou Laleau,
cheldu Protocole et le G�n�-
ra! Marcel Pr�zeau.chefde la
Maison Militaire du Pr�sident
de la R�publique. Apr�s une
visite au Secr�taire d Etat des
Relations Ext�rieures les
membres de la Commission
dout�rent � l'�tage du Palais
National ou ils turent re�us
par le l'.�sident de la Repu-
blique, entour� des Secr�tai-
res d'Etat et du chet du Cabi
net, � la grande salle des
f�tes.
Au Champagne,le Pr�sident
Borno prit la parole en an-
glais, pour pr�senter les sou-
haits de bienvenue � la Com
mission d'Enqu�te. I* Pr�si-
dent Forbes r�pondit.
Au moment de laisser le
Palais National, la Commis-
sion fut salu�e par l'Hymne
National des Etals Unis, do
m�me qu'� l'arriv�e elle avait
�cout� avec recueillement
l'hymne ha�tien.Les honneur*
turent rendus par uu bataillon
de la Garde.
Le chef du Protocole et le
chet da la Maison Militaire re
conduisirent les honorable
Commissaires � l'h�tel Exrel
sior Le Haut Commissai'�
I Kussell les accompagnait.
| Vers 5 heures, la C un nis-
sinu recevait les ms.nbres di
la t'rdsse.

LA POLITIQUE
Les �v�nements domini-
cains font visiblement venir
l'eau � la bouche � plus d'un
ici qui mangent leur mors,
faute de pouvoir le prendre
aux dents. Pensez donc ! on
r�volutionne chez les voisins,
assez pr�s des fronti�res, et
ici on ne peut que rager et
montrer les poings! Ouana
miuthe n'est plus qu'un mo .
d�cid�ment.
Un confr�re, consacrant un
entrefilet � l'important ev�ue
ment sous le titre succulent ei
plein d'envie : c On est en
armes de l'autre c�t� �, dit que
�le peuple (dominicain) s'in-
surgea, ayant les moyens de
le faire.�
Lesous-enteuJu a l'adresse
du peuple ha�tien, contenu
dans les derniers mots, M
clair et d�nu� d artifices.
Un autre coufi�re, dont 1*
note est pourtant g�n�rale-
nient calme, publie un entre
filet suggestif qui, sous It
titre: a. Contre la vie des hom
tnes d'Etat�, .appelle l'aileu-
tion sur l'assassinat comme
moyen de suppression des
chefs de gouvernement, eu
citant des cas ayant pour ob
jet: Hoover, Trotsky, le pr�-
sident et vice � pr�sident du
Br�sil.
Evidemment, cela n'�jui
vaut aucuntun nia suggesuoi
etladjeclit que nous veuou-
d'eenre tout a l'heure n
Aussi bien* nous n avons pas
manque de d�tendre, dans
notre proche entourage, notre
�onfrecc contre toute tausst
'nterprelaiion que, du fait des
circonstances, on a. �t� tent�
de donner � son entrefilet. _
. Le fait est que, de 1915 a nos
Jours, U < uemou i�volution-
&*ire � a ete jugule plus d'une
'ois, au grand pi util de la paix I
publique, de la qui�tude des
�HJilies, de� vie* ei des pro-
pri�t�s.
Uu troisi�me conti�re altire
�attention sur le fait que, ou
�O.� du gouvernement douai
'�j8'� connue de ctlu. des ie-
1:1 o^naires, � on t�moigna
du respect pour la sauvegarde
des ries et des propri�t�s �.
Le fait est presque banai
pour les Dominicains qui, tout
le long de leur histoire faite
de r�volutions et de guerre
civile,ont constamment mon-
tr� ce respect des vies neutre
et des propri�t�s, qui est en
uelque sorte comme un cri-
t�rium du dtgr� de civilisa
ion.
Vient-il � l'id�e de quelques-
uns de comparer? t,ette cir
constance rappelle-1-elle la
somme de ruines que les
guerres civiles ha�tiennes ont
accumul�es jusqu'� ces der-
niers temps au d�triment
m�me de la richesse natio-
nale?
Que de r�flexions ce simple
approchemept ne taii-il pas
na�tie dans l'esprit des gens
sens�s sur le pass� et le pr�-
sent dominicains rapproch�s
tu pass� et du pr�sent ha�-
tiens !
i �
M* Adh�mar Auguste, dans
uu article de la Presse et sous
ie titre : Encore le Conseil d E-
tat, se tait, lui aussi le piovo
cateur� la r�volution, que le
opposants attendent de la
nouvelle intervention an.en
caine que repr�seute lai.oin-
�uissiou arriv�e hier, dausno
murs.
Pour lui comme pour la
grande majorit�, la tonnule
de notre salut se trouve dans
la suppression du Couseil d'E-
tat et son remplacement par
les Chambres l�gislatives. Le
d�sir est constitutionnel et,
partaut, l�gitime.. Rien donc,
en th�orie, n'est plus ortho-
doxe.
.Mais, en v�rit�, on parle
naos le pays de la chose qu'est
la Repr�sentation Nationale
comme si elle �tait pour uous
uue nouveaut� et n'avait ja-
mais exist�. Esl-il pourlaul
permis � un esprit connue
M* Adh�mar Auguste d'igno-
r e r ou de m�conna�tre le
passe rhisloire.eiieurseuse�-
gnements?
0a datai le� ihieus fi Russie pour
utiliser leur peau
VARSOVIE - On signale da
Moseou un nouveau d�cret da
Connuiam iat du Commerce cou
cernant l'interdiction laite aux
personnes priv�es ( c'est-�-dire
n'�tant ni communistes ni lonc-
tionnaires sovi�tiques ) de res-
teiueller leurs iliaussuits en
cas de n�cessit�. Ce d�cr�t�es!
motiv� pur le manque de cuir
qui se uiamlesle de plus en plus
malgr� lous les etlorls des auto-
rit�s.
Un d�cret de Moscou a r�-
cemment prescrit d'organiser
des d�tachements sp�ciaux de
chasseurs pour chasser en ville
ei aux environs les chiens er-
rants, qui sont en grande quan-
tit�, �luna le but d'nlili-ei leur
peau pour la fabrication des
soutiers.
itcstriclieos alimentaires � Motion
MOSCOU� Les autorit�s de
Moscou viennent de d�cider que
ious les restauiants de la ville
auront 9 jours sans viande par
unis.Uu tk| ii de la viande el du combusli
oie.
Dans les conditions actuelles,
un travailleur re�oit en moyen-
ne uue demi livre de viande par
|our, mais m�me cette nmigie
talion ua pu apporter un sou
idgeiuenl � lu crise qui a con-
nu, r�cemment les autori es �
�tablir la collectivit� de tous les
pures a bestiaux, comme on a
lait pour les termes. En m�me
temps, uu mouvement se dessi
IN tendant � exclure des restau-
rants loua Us gens ne travail-
lant pas, car ces �tablissements
on, un.,p. blet de nounil' les
.m un-ia d ouvriers de la ville.
La fin de la Grande Arm�e
Il y a d�j� des br�ches el bient�t sera In dissolution de
la Grande Arm�e des Disques � Od�on �.
Quelques Num�ros de notre stock sont d�j� �puis�s
daulres vont finir vite et des Num�ros pr�c�demment im-
portas ne seront plus command�s car nous aurons � tra-
vailler sur des Num�ros nouveaux.,. J
Livres donc bravement et au plus t�t un dernier assaut
contre les superbes bataillons de Mistingueti, Monteuux,
Gouin, Ninon Val.u. Micheletti, Valse Viennoise, Jazz, Fous
Miras, Solis, Orchestres, etc. e'c, car vous regretterez de ne
plus trouver � l'avenir ces disques merveilleux qui daus une
parfaite communion de l'esprit latin et des belles affinit�s
de la race ont porte daus tout le pays l'elau de la uraude
joie et du plaisir d�licat. B
Si vous n'avez pas un Phouographe procuiez vous chez
Mil> on Portatif PLEHLtS, aussi sonore que les �randes
no
machines.
Il est de son droit de ne
pas vouloir du Conseil d'Eiat
comme autorit� l�gislative d�-
tiniiive. Mais pense-t il, en
conscience, avoir mieux daus
la r�surrection de Chambres
telles que celles que l'iuter-
veutiou am�ricaine de 1915
est venue surpieudre dans
leur CBHivre? Pense-t il que
celles la �taient l'expression
sinc�re fie la volume de la na-
tion convenablement expri-
m�e?
* .viais M'.Adh�mar Auguste se
pi �uccupe particuli�rement de
la prochaine �lecuou pr�si-
dentielle et s'inqui�te � l'a-
vance du choix du successeur
de M. Borno, laisse au Couseil
d'Etat.
La encore, il peut �lre per-
mis de le chicaner, eu rappe-
lant que le ph�nom�ne le plus
raie de nos annales parlemen-
taires a �t� pr�cis�ment, jus-
qu'en l'anuee 1915, le fait de
, liambi es l�gislatives ha�tien-
nes exer�uni librement leurs
pr�rogatives d'�lire le chef de
i'Eiat.
Nous ne lui ferons pas l'in-
jure de lui citer lous les faits
de noire histoire, nettement
d�monslratifs� cet �gard.Nous
nous couienierous de lui de-
mander si, a son avis �clair�.
l'Assembl�e .Nationale sortie
des soi disant �lections de
1914, pour ne citer que celle
ia. lepiesentuii la volont� na-
tionale eu �lisant � la pr�si-
dence de la icpuoti jne suc-
cessivement el avec uu �gal
eulnouaiasme, OreaieZamor,
Daviimar Th�odore et Vdbruu
.uiltaume bain, les trois eu
moins d'une ann�e et chacun
avec un mandat de sept ans?

Qu'on le veuille ou non, le
r�gime instaur� en 1915, si
imparfait qu'on le proclame
et qu'il puisse �tre, a conf�re
a M. Daruguemave un andai
dt sept aus, et a M. Borno
deux mandats de quatre aus,
en permttiaut a l'un comme
S l'autre de les accomplir in-
t�gralement et eu assuiant
aiusi toute sa port�e au suffra-
ge l�gislatif,
�Ln r�alit�, n'est ce pas celte
stabilit� qui g�ne et exasp�re
Us aapri ts chagrina ?
Bazar Od�on
J. KARAYANY
Angle Gran'Rue et Rue Ferou.
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf� chic, � Restaurant
de premier choix o� l'on
Irouve � toute heure les
consommations les plus d�-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bi�re � la pression.
ET ABU L.VAN/V\ALDEREN
6. RU F FROCHOT.PARIS (9*)
FONTAINE__B.Post n- 56, Port au Prince
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�aise.
Le prochain lirage de cette loterie est fix� au Dimanche
2 MARS 1930, � 9 heures du malin, au Th��tre Parisien a.
Le- omit� d'administration est heureux d'aviser le public
que la nouvelle r�jertition comportant un plus grand nom-
bre de lots tftiqnauts
Four le tirage degMars l'�mission est de 4.000 billets au
lieu de 5.000.
1 Gros lot lourdes 'J.100 2.1OO.0C
1 or 1 i i 150 150,00
3 Lois * m 270.00
S � 00 180,00
4 lots 30 �ao.oo
76 * 12 �00.00
2 Apx.du lai Gros lot de �0 00,00
2 '� 2ms 24 4-SOO
2 3�me 15 30,00
117 lots se terminant par lesd.uxj
dtrLitrsihiliiesdes3gios lots G.6 6702,00
Paiement des lots gagnants tous les nirs de
six heures � snidi as aaagasin de M Si ni on VIEUX.
lolrr
^p
... a vu sur l'un des trottoirs
d'une de nos rues les plus fr�-
quent�es une paire de vieux
souliers blancs, pi es de laquelle
fumait encore une petite pipe
de terre. Quel est n in dlnu-
reuxqui a dormi l� niersoii ai
a omis, en a'en e liant, de n �
nitiiker ses eftets?
*
* �
... a vu, mercredi soir, sa Ca-
f� Ansonin un pauvre mari qui
d�sesp�rait de M pas pouvoir
rentier chez lui. Il tremblait,
non pas de froid, mais de la
perspective de la racl�e qu'il al-
lait recevoir peut �lre (le celle
qui a le bonheur d�lie 81 fem-
me el de qui. le malheureux, il
re�oit tout. A lu fin un cama-
rade qui passait en automobile
le prit el se chai g� a de I a< 0Om�
pagner chez hu. Il Aillait voir
avec quel soulageinen; il ac-
cepta la-'combinaison et quelle
lui sa joie lorsqnil H glissa
daus la voilure qui partit im-
m�diatement,et a fond de train.
... a vu une petite sm�ricaiM
qui s'extasiait aux environs de
la Po�te devant une pei le gour-
mette eu argent travaill�e par
un jeune orf�vre bel : n. bile
ne pouvait aeipliquei qu'un ar-
tiste de cet �gu ait pu r�aliser
un si beau travail, bile s'esta*
siait lat�ralement et lorsque le
petit artiste lui dil que nia ne
co�tait que trois dollars elle s'ex-
tasia ane nouvelle fois si s'en
paya deux au lieu d'une en mur-
murant :
'J"� J'ottrirai l'autre S Edith.
Edith c'est une petite ;>mie �
elle.
*
... voit depuis quelques jours
que les journaux annoncent
avec insistance la nouvelle re-
prise de � Mai k.iiidal � un �les
beaux diamas de M* Isnurdin
Vieux. Cette pi�ce sera inter-
pr�t�e par un gioupe d'acteurs
de tr�s grande valeur et le suc-
c�s en esi assur�.
*
* *
... a vu � la rue de la R�volu-
tion un vieillard v�rdablement
trop vicieux pour son �ge. Il
doil avoir, en elle!, une quatre-
vingtame dann�es. Il se tenait
sous un balcon, on une dame
de quai ante ans � peu pr�s ar-
rosait quelques petites plantai
de seire, Le vieillard clignait
des yeux, se baissai: el avait
l'air d'admirer la patience avec
laquelle la dame versait de l'eau
sur les Heure raies et d�l.cates
qui s'�pauouisseid uans les pe-
tites marmites. Cela ne dura
point. La femme d�couvrit le
nimege de l'octog�naire et fu-
rieuse, gagna m s appartement!
renvoyant a pis lui d. jusqu'au
cr�puscule, peu eue, lairosage
de son paiterre suspendu.
m
� �
^...a,\u un g< i tilhomme de la
ville, comme < n dit. qui sans
souci des gens qui passaient eu
si grand nombre a c�de luure�
la rue Dantes Destouches, stop-
pa au coin de la maison Boit�,
lit signe � une paysamit qui al-
lait paisiblement au trot de sa
; bourrique, t a paysanne s'arr�-
; ta. L'homme s avan�a vers lui.
( On ne sait pas ce qu'il lui dit.
| Mais elle cuipj u d�daigneuse-
ment, fit danse� ; u bout de son
pied l'une de ici pantoufles et
piquait sa bourrique de sa /km-
chine s'en alla Si ns m�me se*
coider un dernier i�gard su rat
des villes.
� �
... a rencontr�, avant luer
son, en plune ville, un hrmnie
qui lonuu s u sa voilure avec,
tout pies de lui, deux ieinuies�
Ils �taient donc Uoie devant.
ualgia les l�gleuiwms toi mais
de 1<> Police.
Assurez-vous contre accident
s la u (mierai Aiciden 1 ie A
Lili Assuianic Coipo�k.^.i Ll-
mile� u.� Vve K jjeiunni
t M**! sssr Ho�f i.


afeaMM
Cl�ment Maaioire
directeur;
358, rue americaine is�h
telephone n�2242
23�me ANNEu Ne 6033
Rtar'�lre burfoVWnns f mon
de, il y a des cole> h >on tac
^�'ilfantlraiteiti�rem''iil|�'>r�i\M'i
CRAVFORT
PORT AU PRINCE (HA�TI )
La Commission!
d'Enqu�te
SAMEDI U.i. MARS 1�;\D
Au milieu d'une aftlueuce
consid�rable, la Commission
d'Enqu�te est descendue hier
� 3 heures li. Re�ue au d�-
barcad�re par la Commission
Communale, elle se rendit �
la L�gation Am�ricaine en pas-
sant par les rues du Quai et
Bonne Foi.
. Les rues, les balcons, les
galeries �taient remplis d'une
loule compacte agitant des
petits drapeaux et maintenues
par uu service d'ordre habi-
lement organis�.
A la sortie de la L�gation,
la Commission se rendit n
l'h�tel Excelsior o� quelques
minutes apr�s all�rent la cher
cher dans /es voitures de In
Pr�sidence MM- L�ou Laleau,
chet du Protocole et le �G�n�-
ral Marcel Pr�zeau.chef de la
Maison Militaire du Pr�sident
de la R�publique. Apr�s une
visite au Secr�taire d l�tat des
Relations Ext�rieure! les
membres de la Commission
moul�rent � l'�tage du Pal lis
National ou ils turent re�us
par le P.�sident de la Repu-
blique, entour� des Secr�tai-
res d'Etat et du chef du Cahi
uet, � la grande salle des
(�tes.
Au champagne.le Pr�sident
Borno prit la parole en an-
glais, pour pr�senter les sou-
haits de bienvenue � la Corn
mission d'Enqu�te. I* Pr�si-
dent Forbes r�pondit.
Au moment da laisser le
Palais National, la Commis-
sion fut salu�e par l'Iiymm
National des Etals Unis, de
m�me qu'� l'arriv�e elle avait
�cout� avec recueillement
l'hymne ljaiiien.Les honneurs
turent rendus par uu bataillon
de la Garde.
Le chef du Protocole et 'e
chet da la Maison Militaire re
conduisirent les honorables
Commissaires � l'h�tel Exrel
sior Le Haut Comimssai't
1 Kosscll les actomiiagu.nl,
' Vers 5 heures, la C un ms-
si<>u recevait les ne nbres dt
la l'rasse.
LA POLITIQUE
Les �v�nements domini-
cains font visiblement venir
l'eau � la bouche a plus d'un
ici qui mangent leur mors,
faute de pouvoir le prendre
aux dents. Pensez donc ! on
r�volutionne chez les voisins,
assez pr�s des fronti�res, et
ici on ne peut que rager et
montrer les poings ! Ouana
miuthe n'est plus qu'un mo .
d�cid�ment.
Un confr�re, consacrant un
entrefilet � l'important ev�ue
ment sous le titre succulent et
plein d'envie : � On est en
armes de l'autre c�te' �, dit que
�le peuple (domiuicain) s'iu
surgea, ayant les moyens de
le faire.�
Le sous-enten Ju a l'adresse
du peuple ha�tien, contenu
dans les derniers mots, est
clair et d�nu� d artifices.
Un autre cou fi �re, dont li-
note est pourtant g�n�rale-
ment calme, publie un entre
filet suggestif qui, sous U
titre: � Contre ta vie des honi
mes d'Etat �, appelle l'a lieu
tion sur l'assassinat comme
moyen de suppiession des
chefs de gouvernement, eu
citant des cas ayant pour ob
jet: Hoover, Trotsky, le pr�-
sident et vice � pr�sident du
Br�sil.
Evidemment, cela u'�^ui
vaut aucunement a su^gestioi
ctladjeclil que nous veuou-
d'�crire tout a l'heure n
n,u une valeur grammaticale.
Aussi bienf nous u avons pas
manque, de d�tendre, dans
notre proche entourage, notre
confreie contre toute tausst
interpr�tation que, du fait des'
circonstances, on a. �t� tent�
oe donner a son entrefilet. �
. Le fait est qua.de 1915 a nos
jours, U � uenioii i �volution
mure � a eie jugule plus d'une
Iui*. mu graud pi otil de la paix
pubhque, de la qui�tude des
'�miliea, ues vie* ei des pro-
pri�t�s.
Uu troisi�me confi�re attire
c� e^Uon 8Ur le fait t*uef GU
� du gouvernement doan-
'^�c comme de cdu. des i e-
onnaires. � ob t�moigna
du respect pour la sauvegarde
des vies et des propri�t�s�.
Le fait est presque banai
pour les Dominicains qui, tout
le long de leur histoire faite
de r�volutions et de guerre
civile, ont constamment mon-
tr� ce respect des vies neutre
et des propri�t�s, qui est en
uelque sorte comme un cri-
t�rium du dtgr� de civilisa
ion.
Vient-il � l'id�e de quelques-
uns de comparer? i,ette cir
constance rappelle-1-elle la
somme de ruines que les
guerres civiles ha�tiennes ont
accumul�es jusqu'� ces der-
niers temps au d�triment
m�me de la richesse natio-
nale?
Que de r�flexions ce simple
approchemept ne fait-il pas
na�tre dans l'esprit des gens
sens�s sur le pass� et le pr�*
eut dominicains rapproch�s
tu pass� et du preseul ha�-
tiens !
* �
1
M* Adh�mar Auguste, dans
uu article de la Presse et sous
ie titre: Encore le Conseil dE-
tat,sc tait, lui aussi le piovo
cateur� la r�volution, que le
opposants attendent de la
nouvelle intervention an.en
came que repr�seute ta i.oni-
�uissiou arriv�e hier, dans no
murs.
Pour lui comme pour l.
grande majorit�, la formule
de notre salut se trouve dans
la suppression du Conseil d'E-
tat et son remplacement par
les Chambres l�gislatives. Le
d�sir est constitutionnel et,
partant, l�gitime.. Rien donc,
en th�orie, n'est plus ortho-
doxe.
Maie, en v�rit�, on parle
�ans la pjys de la chose qu'est
la repr�sentation Nationale
comu.e si elle �tait pour uous
une nouveaut� et n'avait ja-
mais exist�. Est-il pourtant
permis � un esprit comme
M* Adh�mar Auguste d'igno-
r e r ou de m�conna�tre le
passe 1 histoire, ei leur* ensei-
gnements?
Oa rha>se les chieus es Russie pour
utiliser leur irau
VARSOVIE - On signale da
Moscou un nouveau d�cret du
Connuissbi tat Uu Commerce con
cernant l'interdiction tinte aux
personnes priv�es ( c'est-�-dira
n'�tant ni communistes ni lonc-
honnaires sovi�tiques ) de res-
serneller leurs iliaussurts en
cas de n�cessit�. Ct d�cr�t�es!
motiv� par le manque de cuir
qui se manifesta de plus en plus
malgr� tous les efforts des auto-
rit�s.
Un d�cret de Moscou a r�-
cemment pie&crit d'organiser
des datachements sp�ciaux d�
chasseurs pour chasser en ville
ei aux environs les chiens er-
rants, qui sont eu grande quan-
Ut�, dans le but (t'utilisai leur
peau pour la fabrication das
souliers.
Restrictiaas alimeulaires a Moscou
MOSwUU� Les autorit�s �te
Moscou viennent de d�cider que
tous les restaurants de la ville
auront 9 jours sans viande par
uois.Ou esp�ie ei ouoin sel uni
ii de la viande et du coinbusti
ule.
Dans las conditions actuelles,
un travailleur re�oit en moyen-
ne une demi livre de viande par
|our, mais m�me cette maigie
tatiou ua pu apporter un sou
ugeiuenl A la crise qui a con-
luu r�cemment les autori es �
�tablir la collectivit� de tous les
parcs a bestiaux, eomme on a
un pour las termes. En m�ius
temps, uu mouvement se Uessi
Mi tendant � exclure des resiau-
raiits tous !*s gens ne travail-
lent pas, cal ces �tablissements
>oui mcapublas de iiounir les
milliers Uuuvriers de lu ville.
La fin de la Grande Arm�e
Ily. i d�j� des br�ches e! bient�t sera la dissolution de
ta Oranfe Arm�e des Disques � Od�on �.
Quelques Num�ros de notre stock sont d�j� �puis�s,
dautres vont finir vite et des Num�ros .pr�c�demment im-
port�s ne seront plus commandos car nous aurons � tra-
vailler sur das Num�ros nouveaux. "�
Livres donc bravement et au piuHoTun dernier assaut
contre les superbes bataillons de M.stinguett, Monteaux,
SZ�,vVl,n��,V1lm; M'cheleUi. Valae Viennoise Jazz, Fous
Rusa. Sol.s, Orchestres, etc. de, car vous regretterez de ne
plus trouver � I avenir ces disques merveilleux qui dans une
parfaite communion de l'esprit latin et des belles affinit�s
de la race ont port� dans tout le pays l'�lan de la uraude
joie el du plaisir d�licat. J grauae
Si vous n'avez pas un Phonographe procurez vous chea
marines ^EKLbS, aussi sonoYe que les grandes
Bazar Od�on
J, KARAYANY
Angle Oran'Rue et Rue P�rou.
U est de sou droit de ne
pas vouloir du Conseil d'Etat
comme autorit� l�gislative d�-
finitive. Mais peuse-t il, en
conscience, avoir mieux daus
la resu rection de Chambres
telles que celles que l'iuter-
veuliou am�ricaine de 1915
est venue surpieudre dans
leur cauvre? Fense-t il que
celles la �taient l'expression
sinc�re de la volon� de la na-
tion convenablement expri-
m�e?
* >jais M'.Adh�mar Auguste se
pi �uccupe particuli�rement de
la prochaine �lection pr�si-
dentielle et s'inqui�te � l'a-
vance du choix du successeur
de M. Borno, laisse au Couseil
d'Etat
La encore, il peut �tre per-
mis de le chicaner, eu rappe-
lant que le ph�nom�ne le plus
rare de uos annales parlemen-
taires a �t� pr�cis�ment, jus-
qu'eu l'ann�e 1915, le fait de
. kiainbres l�gislatives ha�tien-
nes exer�ant librement leurs
pr�rogatives d�lire le chef de
l'Etat.
Nous ne lui ferons pas l'in-
jure de lui citer tous les faits
de notre histoire, nettement
d�mouslratifs� cet �gard.Nous
uous contenterons de lui de-
mander si, a son avis �clair�,
/Assembl�e [Nationale sortie
des soi disant �lections de
1914, pour ne citer que celle-
ia, lepi�sentaii la volont� na-
tionale eu �lisant � la pr�si-
deuce de la r�publique, suc-
cessivement el avec un �gal
eulhousiasme, Oreste Zamor.
D.iviiinar Th�odore il Vilbruu
.uiltaume i>am, les trois en
moins d'une ann�e et chacun
avec un mandat de sept ans?
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf� chic, � Restaurant
de premier choix o� l'on
trouve � toute heure les
consommations les plusd�-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bi�re � la pression.
tepr
FONTAINE�.e.. Post.N? 50 � Port au Prince
LOTERIE

De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�aise.
Le prochain lirage de cette loterie est fix� au Dimanche
2 MARS 1930, � 9 heures du matin, au Th��tre Parisiana.
Le- omit� d'administration est heureux d'aviaar le public
que la nouvelle r�|ertition comportant un plus grand nom-
bre de lots animants
Pour le tirage dagMars l'�mission ast de 4.000 billet� au
liau de 5,000.
Qu'on le veuille ou non, la
r�gime instaur� en 1915, si
imparfait qu'on le proclame
et qu'il puisse �tre, a cou 1�re
a M. Daruguenava un andat.
de sept aus, et a M. Borno j
deux mandats de quatre ans,
en permettant a l'un comme
a l'autre de les accomplir in*
t�graiement et eu assmaut
aiusi toute sa port�e au sniiia-
ge l�gislatif.
�En r�alit�, n'est-ce pas cette
stabilit� qui g�ne el exasp�re
Isa esprits chagrins ?
1 Gros lot lourdes 2,100 2.1OO.0C
1 1 i i 150 150,04)
3 Lois � il) 270.00
S � 00 180,00
4 lots 30 �UUOO
76 � 12 �00,00
2 Apx.du 1er Gros lot de *0 00,00
2 " 2ma 24 4MJ0
2 S�me 15 30,U0
117 lots se terminant par lesd dtrLursthifliesdes3gros lots G.ti 8702,00
Paiement des lots gagnants tous les jours de
dix heures � midi an magasin de M.Simon VIEUX.
... a vu sur l'un des trottoirs
d'une de nos russ les plus fr�-
quent�es une paire de vieux
souliers blancs, pi es de laquelle
fumait encore une petite pipe
de telle. Quel t si I� m dluu-
reux qui a dormi l� hier ��on rt
a omis, en s en allant, tir ri �
masser ses eftets?

... a vu, mercredi son ,iu Cti-
f� Ansonia un pauvre ne ri qui
d�sesp�rait de ne pas pouvoir
rentier chez lui. II tremblait,
non pas de froid, mais de In
fMJrapective de la racl�e qu'il al-
ait recevoir peut �tre de celle
qui a le bonheur d�tr< leni-
rae et de qui. le mdlheureax, il
re�oit tout. A Ij fin un Ciima-
rada qui passait en automobile
le prit et se char g�a de I a< OOOl*
paguer chai lui. Il (allait voir
avec quel soolagedieul il ac-
cepta la combinaison ti ij nette
lut sa joie lorsqu'il su glissa
daus la voiture qui partit im-
m�diatement,et a fond de train*
� �
... a vu une petite am�ricains
qui s'extusndt aux eiiviiom� de
la Po�te devant une pei le goar-
rnette en argent travaill�e par
un jeune orwvra ha�tien, bile
ne pouvait s'axpliquei qu'un ar-
tiste de cet �ge ail dq r�aliaar
un si beau travail, bile s'exta*
siait litt�ralement et lorsque k
petit artiste lui dit que cela ne
co�tait que trois dollars elle s'ex-
tasia ane nouvelle fois et s'en
pava deux au lku d'une en mur-
murant :
'J"� J'offrirai l'autre a Edith.
Edith c'est une petite amie �
elle.
�
... voit depuis quelques jours
que les journaux annoncent
avec insistance la nouvelle re-
Erise de � Miu kandal� uu des
eaux diurnes de M* Isnnrdin
Vieux. Cette pi�ce sera inter-
pr�t�e par un groupe d'acteurs
de tr�s grande \aleur el le suc-
c�s en est assur�.
�
? #
... a vu � la rue de la R�volu-
tion un vieillard v�ritablement
trop vicieux pour son �ge. Il
doit avoir, en eflet, unequatre-
Vinglaine d arm�e;., il se tenait
sous un balcon, o� une darne
de quai aute ans a peu pr�s ar-
rosait quelques petites plantas
de serrai Le vieillard < iign �t
des 3'eux, se baissai! el avait
l'air d'admirer la patience avec
laquelle la dame Versait dt l'eau
sur les Heurs raies il d�l.cales
qui s'�panouissent uatis les pe-
tites marmites. Cela ne dura
point. La femme d�couvrit le
nnuege de l'octog�naire et lu-
rieuse, gagna m s appartement!
rcnvoyii.t a pi oa taid, jusqu'�!
cr�puscule, peu eue. lauoeage
de ton pai terre suspendu.
� �
^,... a,\u un g( i tilhotntne de la
ville, comme on dit. qui sans
souci des gens qui passaient eu
si grand nombre a celle luure �
la rue Dantes Uestouches, stop-
' pa au coin de la maison Boit�,
lii signe a une pavsamit qui al-
lait paisiblement au trot de sa
; bourrique, a paysanne narr�-
; ta. L'homme s avan�a vcie lui.
j On ne sait pas ce qu'il lui dit.
Maie elle cuipj n d�daigneuse-
ment, fit danser t.u boni de son
pied l'une de ici pantoufles et
piquas! sa bourrique de sa heu-
chine s'en alla s; ns m�me ac-
corder un dernier regard au rat
des villes.
... a renconii �, avant hier
son, eu ob me ville, un ht mme
qui tondu s n va voiture avec,
lout pies de lui, deux �emmes�
Ils �taient donc tioie devant.
u-ulftie le s r�gleuiwiii* lorroels
de lu Police,
Aseurez-vous contre incident
C la u (14neral Aceiden 1 ie A
Lrh �baarance Corpoiatioa Li--
mile� u.� Vve b. l>er imuuhaja.
Agent f***sl aasar UemiT^


^��"
�
i;j-a?-.vs ^ '*^-- -
� La Veill�e
des'Armes �

L'heur� d i ifra approcha.
o� les vrais partisans d? lu d�-
tenu des int�r�ts sup�rieurs de
lu Nation do.venl �tre plU� ftt-
leulits. ail . �[ ie l.i pairie puis*
BO,-�ir de � ette crue poliliaua
i li;i, , , i une de h � tils,
soi id�es. olutionneires Grou-
pons-nous autour du Gouverne
ment Nil o lai, le leul vrat d�-
leasear de 1j cause ha�tiennes
e.l ses jouis ci pour 1 a Parti Na
nom I Progr��netefc'eel,la �Veii-
ici- de* armes.� � Ou� devant
lent de m a icee, de cris de sang
ci da carnage de ceux-l� qui st
[disent patriotes, le Parti Natio-
ns! Progressiste doit veiller alii
que la faillite ne �oil pas d�fini*
tive.
�Lu Nation do:! titra et �lit
Vivri eu d�pit de ceux-l� qui
imitant d�* c�te les int�r�ts du
paru, combinent la destruction
final?, SI leurs projets ne se raa
Jlisent pa� , � tics projets ne tt
[r�aliseront pas, le sang ha�tien
maigre leurs d�sirs ne couler�
p�s>_ Le Parti National �'io
grossiste veille et son prestigieux
CU'l, u pus l'eugagement formel
que les �lec ions pr�sidentielle�
8e passeront dans l'ordre vi lu
pan. *n 1�re donc tous tes propos
incendiaires, arri�re toutes ie.s
d�clarations de parade al de pa-
ffriotiamc m mtear. �le peuple
ne veut plu-, �tre trompe, il cou
pa�t les �< l ;\s el les Autres * (le�
a tous d�j� vus i l'�uvre).� C�
peuple li op souvent baftou�, M
demande qu'a continuer � vivre
dans la paix. Devant cet eut
ov choses, o� des politiciens
ni.il intentionn�s veulent toui
perdre, une grande responsabi-
Ifit� incombe au Pr�sident Boruo.
'�U lui revient comme Chef de
la Nation, avec son tact avis�
�l'Homme d Etat, da d�truire
fouies les machinations des pr�
tendus patriotes, afin que i�u-
.f,.; nationale ne soit pas
d�truite. Dans cette campa-
Rot, il eel soutenu par le l'drti
aiioual Progressiste dont la
kVeill�e des armas�, doit �tre
le mot d'ordre.
�De cette fa�on si en d�pit
ll�i id�es de Progr�s et d'ordre
'du chel da \n Nation, les �terne|f
fauteurs �le Iroulile entratne. mois a l'h�pital de Uonu, va
me ni psi leurs ailes, la s luliiie � �pouaer une seiveuse de bar dr
d�finitive�) de la pairie le l'r�si- � ologne.
dent Boino aura la conscience ' On assure que la mattre-chan
�tranquille car le cri g�n�ral sera leur eel parvenu � extorquer
Icelui-ci Sojez maudits 6 pr�* � la la mille llohensoltern 3,751
tendus patriotes, qui avez donn� i dollars, en �change de lettr�e
R�publique 3
Dominicaine
T,Les nouvelle� qui nous par-
viennent de la R�publique Do-
rainicaine, depuis deux ou trois
jours, sont aussi nombreuses
i[ u e contradictoires. Biles se
suivent tfne�fa en heure, et la
derni�re d�troit les pr�c�dentes
V. 1 ii apr�s que l'on eut an-
non�a la d�mission du Pr�si-
dent Vasques, on a parl� d'un
modut vlvtlldl intervenu entre
les R�volutionnaires et le Gou-
vernement Dominicain, *race
aux bons olfices de M. Lurlis
Nlinislre des Etats-Unis d'Un�-
lique h Sanlo Domingo. Ce nio-
dus l'ioendi aurait �t� sign� a-
vaut-luer, d�s l'entr�e des trou-
pea r�volutionnaires dans la
:apitale, et aurait pour premi�re
cons�quence de r e m e 11 r e au
Pouvoir le Pr�sident lloracio
Vasques, mais a la condition
expresse qu'il ne se pr�sente-
rait pa> devant l'Assambl�e na-
tionale pour tenter de se lairc
��lire. li est curieux de remar-
quer que, parmi les protesta-
aires, se trouvent d'anciens
unis du Pr�sident Vasquez des
nommes politiques qui, la veil-
le encore, taisaient partie de aon
gouvernement, l�'est ce qui fait
que l'on croit g�n�ralement que
.e mouvement est surtout dir:-
contra le Vise-Pr�aident �
.lit-on, le Pr�sident Vas-
q u.
que/., passerait le pouvoir quei-
I 1 >.� mois apr�s sa r��lection.
Toutes ces nouvelles comme
nous le disions au d�but n'ont
lien da certain. Ce ne sont plu-
t�t que des rumeurs. Il vaut
mieux attendre et d'ici le d�but
de la semaine prochaine nous
aurons une id�e exactes de la
Situation de nos voisins. Peut-
�tre faudrait-il noter qu'il uy a
que pas eu d'effusion de
. ing et que cette r�volte, si on
peu) dira, s'est pass�e dans le
calme.
wimwPTij
L'ex beau fr�re du kai-
ser �pousa urt-j bonne
BONN � L'ea-btau-tr�re de
1 >� kaiser, le Musse Alexandre
/ tubk �� dont la temm ,11 pria*
ie Victoria de Schanmburg
Lippe, est morte il y a deux
� l'b�pil d de ISonu,
� A la patrie le coup de poignard
meurtrier devant I �chec de vos
sambitions personnelles, - la
�veill�e des trmesatel doil �tre
le mot d'ordre du Parti Natio-
nal Progressiste, pour le triom-
phe das in � 1 1 sup�rieurs de
noire Ch�re Patrie.
M�c�ne Diog�ne Narcis e
avo e
CONTRE LES
Pers�cutions
relie lieuses
� �

BERNE Une manlteatation
a (ani :'. l�en�ve pour pro-
1 t.r contre les pfrs�cut ons re�
liflieust 1 �' ' Sovi�tie a obi
un � insid�rable.
u em r orateur,M.Choi�y
p � ,ieur, '���� �que l'� nouvant ap-
pel 1 Agi \ ithoine, pr�aidant
du Syi od rusas. . L
protesseui. p anon� un vl
1 qu siloii e c intra les p �>�-�
ut u as reli ; bus s ordonn�* s
p,-i- ; d ri (eints des bolche-
vis'es.Su' quoi,le M.P. de \lun-
i\ .. processeur i PUuiversil�
l , ib u rg, d�l�gu� de Sfgr B
son, �v�qu te Fribourg, lit en-
Ire ai un � �loque .. � par-
lie ili�remuol ; n 1 t ante la voix
de (TgUs � cath diq la. I) 1 pu-
�. ) \ . ,1 1 � 1 � I** ojsI urs saU-
vin el U� y'te �� �u'� ir, p�ui � Isa-
�sm > ?, >�pr�s \n "miuut�* de
1 � 1 ' eiue it. a lopta i Ton yni-
mil. ' irr: � du 1 m qn 1 \ o\c\ -.
� Les cr tysnts de ti�n�ve, r�
voU'- et 1 i''� 1 oss "
pa ' {'� ''' i l ;
leur� Ireri '
a ;�; �� ' ''"" te
to l�i 4 la liberie
urinr m � ,i,n"
,,\ eroy^nta de R . � l se
lila�tid txclusivemenl sut le 1er
ra n 1 .ligiejx, s'asaocii n i 'ous
ltk Ul ni, dana le mond<
d'amour de la princesse, qu'il
:iVJit compl�tement ruin�e.
Programme espagnol
MvDIUD� Une. d�claration
lu gouvern. msnt annonce qu'il
lurer l'ordre juridi-
que troubl�, s'el�orcar de r�ta-
blir l'autorit� de la loi <�! garan-
tir lai droits des citoyens et les
livi loelles et socis-
. . ,1 ma un atmosph�re de
pais, de s�curit� el de respect
viol� nce.
Sonh.U est encore d'�tablir
. 1 J.ttiun-. entre le
italel le travail et de r�or-
. timtivemenl tes pou-
1 dt l �tat.
MADltlD-Las mille il Hnan-
ont accuti'ti la rorable-
!).�..; i 1 politique de sii 1 < -
1 onc�e par le gouvi �-
Le ch inge de la peseta � � j
ilior� i S.S contra hier 8.2�
� dollar.
Les importateurs atteints s�-
unent per U r�cente baisse
i 1 |>e �al qu'une
1 ilioration continue du chan-
dtera de la politique gou-
v. r.iem.'ntale.
Longue vie
Gr4Hioniique
C'est ce soif
Ne l'oubliez pas. p'eatoe noir
1,qu'aura lies
� S uni Lo u � de Gonzagua, l �
�,. n ri " �Courrierda uvon.s
I. .-� ,.\ ies poignantes de ce
�� d�roulent d me
01 , 1 el iques et msgnlfl-
la m uson de M. J�r�me,
i h,, etier,la de Grise.
D, dpitant 00 l'o 1 .>-;sis-
1^ , coud imnatio inj �ste
d'un h un n accus� �ii aa-
MMj 1er dt Lyon,
>i o.it ii nus ;i ir des
� de choii iComeau Mnn>
ie,le courrtwr.-��� l.von.Uu�ry,
. LiautHU i. S; ,!-L�t,
fh�ard, U -lies da cour-
, i) : uchea et le
.'on ci
_ .
eoiier.senlen.i prisr s-as ',,,^"'1'^
fc�sr eflorls nonr J l ,s
|ert� religisuss �. i * :�u,c'
soir �
L. en
Parmi la- nomb.eux avantages du moteur V^M�^
soupape , six cvlindre5.il vo: un long service-moinadc-P*�
nnePPuissance S uns eificacit� constantes ~ ��Pr *�^cn -
ire.ien -�conomique en, gazoline - un me. �>�r 'a>J"J^^-une
une aMgmsnlallon de puissance a 0 importe 9.ue"; *��" et le
op�ration s�re - un ajustage inconnu pour le. r�parations et
d�calaminsge.
Pavez une vitesse � votre plus proche distributeur ds la Willys
Overlande" voyez le camionNVILLYS KNlGHf <*�" 'oune W
qui est muni de ce moteur sup�rieur.
WILLYS-
iXlC�lBT IV2 TON TRIT� K
Anton KNEER
Distributeur
RUI PATEE. (Portan-PriDce, H.iti ). - PHONE, 3811.
SITUATION
Financi�re et Commerciale
Priatr�� par h* Bueati du Coaseillcr Financier-llerevcnr G�o�ral)
Les recettes douani�res de
janvier 1930 ont �t� consid�ra-
blement inf�rieures � celtes de
j invier 1929. Presque toute la
diminution a �t� enregistr�e
dans les droits d'Importation.
les droits d'exportation ayant
�l� presque identiques dans les
deux mois. Les recettes prove-
nant des taxes internes ont �'�
sup�rieures � celles de janvier
1929. Le total du commerce ex
teneur a aussi accus� une torle
diminution, les valeurs tant des
importations que des exporta
lions �tant au dessous des ni
veaux de janvier 1929.
Recettes
Le� recettes fiscales se son'
�lev�es � Gdes 3 684.000 contra
Gdee. 4 389.000 en janvier 1929
et Gdcs. 5.040.000 eu janvier
1928, soit une diminution de
Gdes. 705 000 ou d* 16.06 pour
cent sur les recettes fiscales de
lanvier 1929. et de Gdes. 1,356.
000 ou de26.90 sur celles de jan-
vier 1928.
Les recettes douan �res se
so-it chiftr�es � G les. 2 870 000
contre Gdes. 3.586.000 en jan^
vier 192* �t Gdes. 4.428 000 en
lanvier 192S, d'o� une dimiuu
non da Gdas. 710.000 on da
19.80 pour ceat sur las reeetles
douani�res de janvier 1929. et
de Gdes. I.ns2.000 ou de 35.05
pour cent sur celles de janvier
1928.
Les receltes provenant des
Usas internes �e egst mosi�ee.
a Gdes. 753.000 contra Gdas
736.000 en janvier 1929 et Gdas.
563.0UU en jmvisr 1928, soit
une augmentation de G. 17.000
ou de 2,31 pour cent sur celle�
de janvier 1929. et de G 190 000
ou de 33 75 pour cent sur celles
de janvier 1928.
Lca recettes diverses ont at-
teint Gdee 55.000 contre Gdes.
67 000 en janvier 1929. al Gdes
49 000 eu janvier 1928 soit une
diminution de Gd- s. 1"/ 000 ou
de 25 37 pour cent sur les re
celtes diverses de janvier 1929
et une augmentation de G les.
6.000 ou de 12 24 pour cent sur
celles de janvier 1928.
'^D�penses
3Lea d�penses fiscales de jan
vier 193o se sont �lev�es a Gdes
2.659 000 contre Gdes. 2 939.000
en janvier 1927. Les d�penses
de la Garda d'Ha�ti, de I Admi-
nistration des Contributions et
du Service de l'Enseignement
Professionnel ont �t� sup�rieu-
res � celles de janvier 1929,tan-
dis que les d�pensas du Con-
seiller Financier*Recev n�ral, de la Direction >�nerale
de� Travaux l'uuucs, du Servies
d Hygi�ne et du bervice Tech-
nique de l'Agriculture ont �t�
moindres que celles de ianvier
1929. Les versements effectu�s
Hur la detta publique ie sont
*le*�e � Gdas. 213 .)<�'� n jaaviei 1929.
Le total uSs rec tt i Ricalee a
esc�J� ^eUdea. 1 025.00J le to
tal des d�penses fiscales contre j
un exc�s de rec�des fiscales de '
Gdes. 1.399 000 en janvier 1929.
Les d�penses fiscales du 1er oc-
tobre 1929 au 31 janvier 193 >
ont exc�d� de Gdes. 3.635000
les recettes fiscales contre une
balance de Gdes. 343.ooo an fa-
veur des recettes fiscales au 31
janvier 1929.
Le tosl de Tactil s'est �lev�,
an 31 janvier 1930, � Gdes 27,
7S3.UO0 co itre Gdes 33 033 000
31 ; i.ivi-.t li>29, et Gdes 26.
au
346,1)00 � la fin de janvier 1928.
Les tonds en d pu. a New Yoik,
non compris le montant des ti-
tres, ont �t� int�rieurs de Gdes
10,357,000 � ceux en d�p�t au 31
janvier 1929,taudis que les tonds
en d�pd en Uni ont augmem�
de Gdes 2,239 U0n. L'exc�dent
total des tends du tr�sor,plac�
� New York en titres de la Repu
blique d Ha�ti, se cluttrant �
Gdes 5,901.000 a �t� sup�rieur
d�lites 1,478,000 au montant
aiu>i plac� au 31 .laurier 1929.
L'exc�dent total du Tr�sor
place eu llaili en tires de
la R�publique dllaiti.se chiffrant
a gdes 2,883.000, a �t� sup�rieur
de gdes 385,00u au montant en
d�p�t au 31 janvier 1929. Cen-
dant le mois, Gdas 1,039 0-0 ont
�t� plac�s de,, nouveau & New
York en titres s�ries A et C Le
montant total plac� eu titres de
1 Etst Ha�tien l'est �lev�, an 91
janvier 1930, � Gdes 8.784,000,
Les titres gard�s � New Yoik
rapportent sis pour cent d'int�-
r�'.s et ceux gard�s an Haiti,5.40
pjur cent.
La balance en espaces non
affect�e s'e-t �lev�e, � la fin du
mois, � Gdes 15.802.000 contre
(ides 19.487.000 a.i 31 janvier
D�lie publique
Le montant brut de la dette
ou blique � la fin du mois de ian-
vier s'est chiffr� � Gdes 83.995.
000 contre Gdes 89.954.00o ao
31 janvier 1929, et Gdes 9o.51�.
000 au 31 janvier 1928.
Parisiana
demain soin
A 4 hs 1/2 : Matin�e :
L'Aiqlonne
( Suite )
1er �pisode.
Belpheqor
(l.ePait�aedal.eafrfi
2e �pisode J
fritr�* : 0 50 ; Balcon : L0"*
A 8 HEURES
Rosa Maria
Titres : anglais, espagnol, tr�SJ
�ais. M
Ce film n'�tant pas du repeiwj
da �Parisiasa� las cartes d� �
veurs sont suspendues, ��
celle de Presse. - "
- tnli�e : 2, 3 et 4 gourdes. *
1929 el
janvier
Gdes
1928.
Ii.i28.000 au 31
i
aM�;iC�^#*!
Pour t. lissasI
* .' AINE. O ��'�. **-*
au0o& proauit n%*it*t*
"la MAVKESOVt
11 tait � f�ii.l*�- Ph�rai�a� � J^-
P��noacit E>t�ic ^KOU, 41. Pliaxw-"
�t ma k*aa', ^iImh �t �'
�rkawtiiaa ,rai�il �; frmaf �' *"*� " ! (��
k V" C ��COQ. h *�m*�KaJp


LE MATIN� 1" Mari 193Q
.A
mafc.n
**�v��i~ �j
S jeudi soir, jusque bien avant
ans la nuit,une foule �nerv�e
et tr�pidante se massa aux
abords du Conseil d'Etat, en-
travant sensiblement la circu-
lation. Elle �tait surtout com-
pos�e de jeunes gens. On se
demandait dans quel dessein
cette touie s'�tait amass�e.sur-
tout i cette heure, devant le
local du Corps L�gislatit dont.
tomme on le sait, les travaux
Tiennent d'�tre suspendus.par
Arr�t� du Pr�sident de la R�-
publique.
Renseignements pris, cette
ioule s'�tait trouv�e l�, � la
suite d'une propagande fan-
taisiste taisent accroire que le
Conseil d'Etat allait se r�unit
pour nommer un successeur
au Pr�sident Borno. Vers 11
heures et demie la foule gros-
lissant outre mesure, la police
dut la disperser.
II y eut une bagarre,
li jeune dsmpteir cd d�ver�
par �� Lisa
Limoges.� Place de la R�pu-
blique, pendant qu� M. Jean-
(iilbeit Fischer, jeune domp-
teur, taisait travailler dant une
m�nagerie quatre lions, l'un de
cm derniers, le lion Sultan� �g�
de deux ans, s'tsl jet�, soudain,
tur lui et l'a terrass�. Fish i a
stay� de se d�tendre cm ire la
terrible b�te mais en Tain. Apr�s
dix minutes d'eflorts il a perdu
connaissance et le lion t'est mis
tranquillement a la d�vorer, lui
enlevant � coups de dents des
lambeaux de chair qu'il avalait
aussit�t.
Le personnel du cirque ac-
couru n'a pu qu'� grand'peine
d�gager le jeune dompteur, qui
a �t� transport� � l'h�pital dans
an �tat grave. Il porte d'aflreu-
�M blessures au cou at sur di-
vtrstti p iilies du corps. Ses v�
timents sont en lambeaux.
Chose� Ma�onnique)�
Les �lections pour le V�n�ra-
is' et les autres officiers digni-
taires appel�s � g*rer les int�
rets de la loge � L'Amiti� des
Fr�res R�unis No 1er � ont �t�
fix�s pour le Dimanche 9 murs.
Trois candidats se pr�sentent
pour remplacer le v�n�rable m
exercice dont le mandat expire-
raie 24 Juin prochain.
Velveeta
LB
dernier mot
en d�lice.
.Velveeta est une id�e nouvelle dans UtCS le Velveeta partout o� vous
lai aoncation du lromage. Il a une usie/le fromage. Il s �tend comme le
ueiicieuse savon incounue, une tex-
ture velout�e nt d'une valeur nutri-
tive exceptionnelle.Velveeta contient
plus de ces pr�cieux �l�ments nutri-
tifs : Vitamine. Lactose. Calcinin et
autres min�raux qu'il est impossible
de s'assimiler d'apr�s les anciennes
m�thodes. Le r�sultats est pure-
ment du lait qui parait du fromage
et quia le go�t du fromage, mais a
cause de sa haute valeur nutritive
qui doit �tre appel� un super fro
mage.
��...~ ..�.....o � **�' ��,' .-**������� ...
beurre ou en morceaux qnajtd il est
glace.
Il se m�lange, se disiout ei l'associj pat
faliemejt bten �vec les imtn m n:n'.-.. Pour
la eultne il n'a jws Je comparable. I! e�
aussi digest bie que le lait lui-.n�iiic-. il est
bon pour les jeune s co n m fthtrtci >ui..
Velveeta est uu reconstituant nu la >.-. >i
�n�e des enfant*,
Buayei un paquet . i;.>jr.l-ii� - vitre
�picier en a
PaWLEY SALES
CORPORATION
Distributeurs-
^Port-au-Frince, Ha�ti.
KRAFT
FOODS
i.
Hambur�i Ame: ika Lin
Lp ba'em � ADAM , � de � t ' mr de S tu i i .�' ''e r*nb:i.
ra ici le f> cour.wit. eu partance roor l'Eu � . ' :i
�. loto, prenant du fr�.
RHINBOI H k C�\ ' geai ,
HQTEL l'AVENIR
\aijN ilfi) Hi.i lies
o ?
aVIu tenhr
Chambres bien install�e*.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
La loterie
des �uvres
Le tirage de la loterie des
�uvres du Comit� ha�tien de
l'Alliance tran�aise et de l'Asso-
ciation des Membres du Corps
Enseignant aura lieu demain a
9 heures pr�cises du mai in au
The&tre Pansiana. Que chacun
ach�te un billet en vue de ga-
gner le gros lot qui est de 21 000
gourdes.
Editions
Aydar
4 Square'Raff.� parie (7e)
France.
Occultisme � Philosophies
Religions� Spiritisme.
Th�osophie, etc. etc.
Catalogue G�n�ral No 9.
Envoy� tranco sur simple
demande.
Un Am�ricain inve>nie>
un �conomisais r
.d'essence.
Walter Cntcnlow � 1898
M. Wheaton. lit U. S. A. a bre-
vet� un �cononiisseur d'es-
sence et �liminateur de car
boue pour toutes les autos et
qui surpasse tout ce qui a �t�
tait.
{ Les anciennes Ford font 66
milles au gallon et les nou-
velles 55. � D'apr�s le� ma-
gasines les autres autos aug-
Ponr an noimrn tostre
de la chevelure
RHUM HENRI Gard�re
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
m�e des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gard�re.
Les chimistes de l'Exelento
d�j� renomm�s pour leurs
remarquables contributions
apport�es � la toilette, vien,
nent de couronner leur�uvre
dans
Lhxelenlo
GLOSSINE
Une petite quantit� de cette
mentent d'un quart e� d'un d�licieuse pr�paration appli-
H�mi qu�e sur les cheveux lait res-
lonir leur brillant naturel et
demi.
Mr Cliteblow offre d'euvo
ver un �chantillon comme leur vigueur, en leur corn mu
d�monstration. Il d�sire aus- niquant un nouveau lustre qui
si des Ageuts locaux pour vons vaudra ci �tre adniir�-
tous les pays qui peuvent ga- V�T ,es me,s,eurs et env,� de8
goer de or 250 � or 1,000 par
mois.
Remerciements
Monsieur Edgar Lacerube,
Monsieur et Madame Charles
Ucombe, Monsieur et Mada
me Alexandre Koberts, Mon-
sieur et Madame Louis Che-
valier du Fau, Monsieur et
Madame W. Worial, Mille
Eliane et Monsieur Robert
Favart, Mme bs. Lapone n�e
Marie Lacorabe, Mr. bdgar
Chs. Lacombe, MM. Michel-
Henri, William Maxence Ro.
berts, Melles. Solange et Co
lette Chevalier du Fuu, Mons.
Jacques Worral. Les familles
Lacombe, Duval. Carn�, Ker-
nisant, Wo�l, Lancelot, tout�
l�s autres patents et alli�s,
proiond�ment touch�s des
nombreuses marques de sym-
pathie qu'ils out it�us �loc
casiun ue la mort de leur li�s
"gertti
Joseph Lacombe
d�cade a Pau ( France ) le 2U
Janvier dernier.envoient leurs
Jeimecietnents.� S.G. Mgr J. �
Conan, S.G. Mgr.Le t .ourze, au j
R-P. Christ, sup�rieur du b�-j
binaire Coll�ge, au R.P Hip j
P�hie sup�rieur de St Louis
�� bontague, aux Fiiles de la
^gene du bacr�-Coiur da Tur
le*u et de L�ogaue, aux amis
*e Port au-Prince, de L�oga-
*Je�t des auties villes de la
[^publique et les prient de
oten vouloir trouver ici. l'ex-
P^ion de leur *in�.�re re-
v ^-issfiice.
Eciivez lui en anglais au-
jourd'hui : W. CRITCHLOW
189 i M. WHEATON ili.U.b.A.

femmes.
En vente cfaea tous les dro-
guiste. Pour 0.30 centimes
seulement, il est cxp�'li� d�s
r�ception du prix.
EXEU�iNTU.MfcWCINE
COMPANY
ATLANTA. GEORGIA U.S.A.
Ayante iasianoa� pour tous
paye
tie-ivsxaoar raavaifjnenieuts.
BAZAR M�TROPOMAIN a le
plaisir dannon�a � sa Client�le que son
Stock est renouvel� chaque mois.
En ce moment elle a en Douane les artioles>uivants qui seront
en magasin au moment o� cet AV1I para�tra.
1 � Biscuits frais de la famtuee marque � LOlaL WiLLE � utpt dijjirenlcs vunetes
nouvelles, sans compter les autres vari�t�s eonnues.
2 � Des bonbons et chocolats d'une plus grandes marque a LOFT-. Et, ce moment, nou�
sommes les seuls � avoir'un Stock d� bonbons absolument frais, y compris les fameum
boites de Fruits toni�s fran�ais en boite d'une livre,se vendant �,un prix d�fuml loule t.oucur-
rence.
3. �Pour ce qui concerne les cravates ; nous ne ies avons flO| encore vues, mais pur loti
six pr�c�dentes exp�ditions on peut juger leurs nouveaux dessins, si nous pouvais affirmer
qu elles seront encore p us jo ies et plus �l�gantes.
4 - Chemises,et taux cols de la marque tans rival .IMUcfiliW valeur sp�ciales qui viennent
d'arriver au prix de O, '2,50 avec deux cols.
5.� Aows recevons par chaque bateau des marchandises fra�ches ( Vruits et Legumei),
sans compter notre stock d articles d �piceries.
Actuellement nous avons les p�tes dentifrice de la marque AD$ fabriqu�e* avec du lait
de magn�sie l'ancien prix �tait de 30 centimes pour la p te seulement, maintenant vous pouvez
avoir un tube plus une brosse pour im�O centimes. Garantie absolument fraUhe*
Visitez notre comptoir de Boissons
Cr�me � la ulace, Kola, Coca-cola,
Oranqeade etc.

A
�I
..%pgx.*-jm. ^suzi'ise,'*?, ,�t
JLS A3
CHOCOLAT BOURNVILLE
I
Toutes les Police*
DELA

�
... ta*- � flf


T.
)S
,v
D�LICIEUX � CROQUER
TOUJOUR9 DE PREMIERE FRA�CHEUR
lAjft�&rt ?ai CADBUR�. uancB � iouinvuu, akolstui*
Joe WOOLLEY
REI'RF.SENIAM
En vente dans toutes les bo: n�s Epiceries
boi inuc
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux j
I Kug.LpBoss�
Agents G�n�raux
t�smmkW�mmkwmkwm


=u
*+�
Samedi
1er Mars 1030
Le Hlatin
tt�mS A.VNtE X�<3933
^ji-au-i^nuce
T�lcpiione : 22 VI
4 PAGES
D�PURATIF <,� Dr MANGET
I
I.
oombat
les Maladies de Ja Femme
,i.
i

� � �*
V. icc�, GUni�r,
Matvairi rires! .."<*�
If v�
* ��� '"'� P'.h-.lr. �r�*i x�. cri" if il'agr), �auflrr
'ii.nir tri mf ;i iinif . Uni iiulhMjrrawv
� ��'�� l � m. ni iiirlon � .ri .lvr� � .-,,-, pn.loti�r .
. �' ' 'I "� l � mmfinr.- �ilrnt pfnrbl.-i. c'att |�rr� i|ur p�ar
'� ' < >|inUlrr un* Icmulr .iimr.llt,.

4�
Il u

�
i;

:�fe
V.'.
I �
, ......!-,..� H � l'nriompll.if rraullrrrnu-nl. �n prit iln ruolarl.r
' �'. Il ifni>orte dniii:. IM*al-cc <-| d. i ipl.MIr II liai p*r com�oti�il
��"" ' yl�� flouiB. (arum l* |)lui pu j>��,ii,|�. Ou'll
*""'� .;, � V rh�.-,.�r .li- trili .. iKombraiilt �.�
� va u nlintir. I�-. .. luovt ronl �r cong�*tionnti,
� '� ' Mil Ir j*n ii i .. t'ilttri '. ilen O'Ca , ., �
mlltdrt '!�'� Ir II ti meii�l.-u.t, rloil |� rA*t
d� purgaltoa (pmilaiu*. ayant y,.,, ui.i.t �, .rm.il
i. -.i. .If. s.m.il .iI'mi. Jrt � riumri.n pre-
lifl ri .Ir� poli � :\ .< \ iaa
�' ' ' ' �. I .'�! fmit ntlHlrtlli U liai..; |l|| ,>nc p.,.r ri
; i li. rru.iri flllr� .1 ...' !.. i .-�....... ,, ttaulvurfaMi
M*� M irmrnlf II lir....r>.�-r .- trouxr >1 a
� -. ,-rr .,,. ,. . . � �
'i 'f .- DCFUiUTI' DU �OCTtt �-. �..-..-,.�
�I " ' ii. |. '.� > y ,� le, .. i,iv, .jf..-.r�i.'rr�
m � � �...-;- � .-. q, . . �,
�'�" '"' ''�"� Pn i'i !��� �.....| p. . . -rvf : l'alloa
i , .. ,
'� �� .....
� If� l | � (Mm
�r. PtK��Tl M' m., .:.: 1 ....-..,
r, \ .......
- -, I
Panama Railroad Steamship Une
.A .� *-*� �a 4~Bh M ta /�lFlitt mM mm m &\i .
Service de tr�t et de pa�sager� enln
avrvivu �t ' uwai1k}.ie m m. po�rs Analeterro
� r|�al| ;
.Il
r I j ��� lll.f.
.� \ 4
' m� Jr Pn.1�
' - *: �

Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Auents G�n�raux
i
i
� \ nusa
Rn.ftHF.LB0V.IO so�l p^somI^
Par !.> Gm-atley H�N-n.Y & Co
21 Raedc la R�publi j ie
Marseille
�Ierho H�ros *Cle Lt
,53 Quai (ieorg� V
H �vre
Hrrnu Pf.ros & Cie. Ltd
Ruj du Moulin .'� vapeur
Boiilogns/Mer
H'�H.sa Pe^os Cie. Ltd
i|.�lla � de Mirais
!'aris
Herno peron & CieJLld
Rue de la Tranquillit�
Dunkeruue
Hervu PRnoN & Cie Ltd.
Rue Roy
Bordeaux
COPENHAGUE
Danemark
Mrs. l�. A. Ben dix & Ce
21 Alienuade, Copenhagi e
GENES
Italie
MrsHKN'Ri Coe �t Clers'
Hi�z/.a S. Matteo, No. I�
(iiMira. Italie
Oa�aO, Norway
^International
Speditioussolsknd
Hambourg, GiiRMvsv
Mlutie Vrmtfli '.on >my
liil.intraus, llauibnrg
i;r ni�/
GoTTOUJitJ� SWf I � ri^EN
Nordisk tt-oress
Gotteraburge. Hweeden
�'IVOTTERDAM, HoLLANDh
iMr. K. Vogemann
Rr/aeidam. Hollande
S.
Rien n'est plus rgnobl. ^^
bouche. Ntttoya* vos d�nt�, aaulaisiee
votre bouche, parfumez votre haleiae avec
les
DENTIFRICES
M� "" .rfV
re$E
SOU
Z2t
>
. .'.iiuHHM
Bfl vente dans les l>onnes Maisons.
Pour les commandes s'adresser �
Mr Georges LESTANT de PRADINE
Ancienne BAaSon Pr�sident Michel Oreste.
ue Dant�s Destouches. � Port-au-princa.
i miawi
��1��

% hit
,,.,,; \l i KINU
\ll IV. VO�I . �� i .w.: ..-. .. vi
i, ui iiul ouui �� - ouj ub ci k i
Lilii& iNuUa \ �u � u�ifitiUS Utit
D
Ul ii in.Mi.iiuJl. .. u llllpl i v .,IM .i�
lll 1:1 �.
t'iU* ili'.i li ' ' � � ll'Al
(, ./ |iyil< .s.
A ,

1
Access oh es d automobiles
Ruo F�rom � ei devant c'a� RUaraclcw.
Gaiolinc, Huile, Graisse*,
Pneus, Chambres � Air.
ele. ete.
I T�l�phone : 3454
Cours
Classioui
".TS�me �J[PhiloiDphie inc
sivement.
M�thode s�re, Succ�s col
idet contr�la chaque ant
Cours du Soir poar Adult
et Jeunes Gens.
Comptabilit�, St�nograj
anglaise et fran�aise, Dactj
graphie avec dea sp�ciale
pour chaque cours.
Enseignemene^du Fraof
de l'Anglais, de l'Allemand/
l'Espagnol. �M M�thode
�gile.
Le�ons particuli�res -j
Lettres, Sciences et Malt
tiques aux �l�ves ou to
tard ou A ceux qui. veule
gagner du temps.
Cours de Musique (Sol
Violon, piano).
Pension Scolaire, s�rieW
et agr�able.avec annexe
Krodiants et Adultes.
S'adresser Rue Lamarre.l�
ou l�l�phonez ait No %
pour plus amples rensei
ments.
LLNSTITUT
TIIPINHAL'�
Pccounu de i 1 niwrsit�
IL i itune.

ASSUREZ-VOUS
� h
\
i
Gen rai Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltcl.
de ?< si.] ( Scolland )
ar :i aGajaajy.La est une des plus puissants* std* plus v^stas orjBini*M'0-H
.i-. et gmr� L- soleil te se c ... h. jastais sur ssn champ d'action qui embra*]
|i monde. |
Sri Poitets'coatri Iscsndif souvrenlaua� le* d�ri o. -sionn�* par la loodrt
S-s �H� es pour Ansooiobitss t��Trent vola, iui^st t:e. m.dreilksDce, domm-i^l
SSUSfS u] (Iji� m p*rson.>r o . Sw iieM m*;.�-,.,)M �ai�sas f>* bm \w \ehm Ses Police* coitrs ai ci te*i* *�*( v. Uh � U n-, lu Kei�rs desraie t -loue preu tre la pi*i�e acciif0*
d �� moins |0UO do�Kira, la prisse �r,v>..m\r n'SSeMeji �,.�- ,w� \?2 �/ �eilJOd^Ua � L-b|
Wiivc F BERM�NGHAMj Aux Cayt
V�nl Genervl p<.ur li�i|�f
Poi*^^-Pruice; M. (JILG
IM's;